Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
















QUOTIDIEN
LE PLUS ANCIEN D’HAITI
FONDE EN 1896

- Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET

Préliminaires au Congrés
' du Travail

Des personnalités et des repreé-
sentants de toutes les branches
de Vactivité nationale Econo-
mistes, Financiers, Industriels,
Commer¢ants, Intellectuels, Jour-
nalistes, Syndicalistes, Religieux,
Fonectionaires se trouvaient réu-

- nis hier matin au siége du Dé-
partement des Affaires Sociales
sur la convocation du_ titulaire
de ce Département.

Entouré du Sous-Secrétaire



Mme la Présidente
remercie

Port-au-Prince, le 16 Janvier
1969.

Le Secrétariat Privé de
Madame Francois Duvalier trans
met les plus vifs remerciements
de’ Madame la Présidente 4 tous
ceux qui ont bien voulu apporter
leur généreuse contribution aux
distributions organisées 4 1’occa-
sion des fétes de fin d'année par
ja Premiére Dame de la Ré-
publique.

Grace & leur précieuse colla-
boration, Madame la Présidente
fidéle A la ‘Politique de solidarité
sociale du Gouvernement du 22
Septembre 1957 a pu concrétiser
son réve d’égayer Ila Noel de nos
millicrs de deshérités du sort et

d'augmenter le mieux étre des
familles nécessiteuses.

Le Secrétariat Privé de
Madame la Prés‘dente, au nom
de tous les bénéficiaires, re-
nouvelle ses meilleurs. remer~

ciements,



“ Gouvernement le

-la plupart des

d’Etat Me. Jean Montés Lefranc
et du Secrétaire Général Mce..
Max Fouchard, le Minjstre Maa
Antoine ouvrit la séance en rap-
pelant le motif de la convocation
qui est en résumé, Vexamen de
VAvant Projet d’Agenda du 23.
Congrés National du Travail
qui doit se tenir en fin du mois
d’Avril prochain en cette capi-
tale. Le Ministre Antoine a sou-
ligné Vintérét que le Chef du
Dr. Frangoi:
Duvalier, Président a Vie de la
République porte a ce Congrts
duquel il doit sortir des conclu-
sions bénéfiques pour Ia promo-
tion générale du pays. Déja sous
le gouvernement du Président
Estimé, le Dr. Francois Duvalier
alors Secrétaire d’Etat du Tra-
vail avait tenu le Premier Con-
grés National du Travail. Il est
aujourd'hui tout a fait heurery
de pouvoir intégrer dans les fait’
importantes re-
commandations de ce Congres
qui demeure une date lutte pour la régénération so-
ciale et économique de Vouvrier
haitien,

Puis, Je ss. cete'®
Max Fouchard apres ay.
né lecture’ des différents. pon
de Avant Projet d’Agenda pré
paré par une Commission Spé-
ciale permanente, invita les mem-
bres de V’Assemblée & procéder
a Vexamen du document.





Le theme proposé pour le Cor
grés est le suivant : «La Premo-

(Suite page 4 Col. 8)







Soyouz

4 atterrit, alors | que Soyouz 5 4U Fl

MEMBRE DE L?ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

éme ANNEE

continue son vol dans l’espace

La technique
d@atterrissage
des Soyouz

PARIS (AFP)

(Du Rédacteur Scientifique de
VAFP.,
Serge BERG
Contrairement aux astronau-

tes . américains qui amérir a
bord de leur capsule, générale-
ment dans lMocéan atlantique, Ics
cosmonautes soviétiques ont tous
atterri dans la steppe du Ka-
gakhstan. Cependant les vai.-
seaux spatiaux américains peu-
vent également aiterrir ct les
vaisseaux soviétiques amérissare.
Les deux variantes sont prévues.

Si Jes sbviétiques ont préferd
jusqu’a présent Vattérrissape a
Ja dascente sur la mer, cela trent
principalement au fait que pour
eux, en raison de la. situation
wéographique et de la continer-
talité de PURSS, Vimporiane
infrastructure de controle ct de
récupération nécessaire pour les
ultimes opérations ‘est installée
sur leur territoire. Toutefois
les soviéliques ont entrainé leurs
cosmonautes a se poser égule--

-ment en mer. En cas de difficul-

tés ou de retour de ja June, to
descente dans une région situc:
en dehors du _ territoire soviéti
que peut s’imposer. Une — foi?



Calendrier de la Sem aine Oecumenique ,

Le publie est invité 4 se join-
dre A nous et A participer a
toutes nos activités durant eette
Semaine. Le theme sera «Le
sens de !a présence des Eglises
chrétiennes dans un pays
vyoie de développement». Pu.
aider 4 votre participation, nous
publions i votre intention, le
calendrier des activités

SAMEDI 18 Quverture de la
Semaine, dans le Nouvelliste, 2
articles :

1) Qu’est-ce que LOECUME-
NISME ?

2) Le mouvement oecuméni-
que en Haiti

DIMANCHE 19 : Auditorium
du Champs-de-Mars a 6 h 00
p.m: Réunion oecuménique sous
la direction du RR. P. Simen-
Louis, Président du Conseil oc-
cuménique.
MARDI 21
te:

: Dans le Nouvellis-

1) «L’Evangile et la vie quo-
tidienne en Haiti» ‘par le; ‘Past.
FORD !

2) «L’Eglise en état de mis-
sion, par le P. Millien

A la Voix de la “Révolution
Duvaliériste a 6h 00 pm:
Table-Ronde sur 1|’Oecuménisme.
MERCREDI 22 : a 4 h 00 p.m.



Rareté de Cigares

Relativement 4 la note parue,
sous ce titre, dang notre numéro
Whier, nous avons recu de la «Di
vision Administratives de la RE
GIE.DU TABAC ET DES AL-
LUMETTES, les informations
suivantes, expliquant le, raisons
de la rareté de cigares constatée:

* Tes ateliers de cigares (ciga-
res populaires et cigares de luxe)
qui font partie de la DIVISION
INDUSTRIELLE ne sont pas
fermés. La production des varie
tés de luxe (CREME, COURON
NE, PALME) a été rapidement
enlevee a loeccasion des fétes de
fin d’année.

En attendant Varrivée dans
quelques semaines —— d’une com
mande de «CAPE», pour la pré.
paration de ce. variétés, la DI-
RECTION GENERALE | organi-
se, par suite de la fermeture de
la MAISON MAXIMILIEN qui
en avait le monopole de vente,
au local de la DIVISION COM
MERCIALE (& PAVENUE MA.
RIE-JEANNE) un COMPTOIR
ot les clients trouveront les Ci-
gares PALME, COURONNE,
CREME.

ne EEEEEEEED

OSCAR POUR LA MEILLEU
RE PHOTOGRAHIE
OSCAR POUR LE MEILLEUR
SCENARIO
SCOSCAR POUR LA MEILLEMU
RE INTERPRETATION
OSCAR POUR LA MEILLEU
RE MISE EN SCENE
OSCAR POUR LES MEIL-
RS ACTEURS
SCAR POUR LE MEILIEUK
FILM DE L’ANNEE
UN HOMME
POUR L'ETERNITE
Le film aux SIX Oscars.

SSLSLPLSAD SALLE Ded



sur la cour du Petit Séminaire-
College St Martial : Rencontre
oecuménique pour les étudiants
des classes terminales et les uni-
versitaires. Théme : Les Eglises
et le développement oecuméni-
-ne — une expérience. :
vu TDI 23 Service cecuméni-
que en la Chapelle du Petit
Séminaire A 6 h 30 p.m.

Prédicateur

Ce service sera
sur les.endes de la Voix de
Révolution duvaliériste.

Dans le NOUVELLISTE

1) Le Message de la Con-
férence mondiale des Eglises a
Uppsala en juillet 1968

radiodiffusé
la

2) «Les Eglises et le proble-
me social» par le P. Paul-Jean
Claude °
VENDREDI 24
velliste :

1) Les Eglises ct le develop-
pement ocecuménique» par le Dr.
P. Cauvin.

2) Un projet social du Groupe
> oecuménique en Haiti
DIMANCHE 26 : a 6 h 00 en
‘VAuditor'um du Champs- de-
Mars: Cléture de la Semaine de

Dans le Nou-

l'Unité sous la Présidence de
son Exc. Mgr l'Archevéque de
Port-au-Prince — Chorale inter-

confessionnelle de jeunes.
Le Secrétariat du G.0.R,



FOOTBALL.

HAITI — GUATEMALA

(Coupe du

Quvique le rapport officiel an
noncé par la Fédé ation Interna
tionale de Football: Association
ne soit pas encore parvenu A la
Fédération Haitienne de Football.
les contacts ont été renoués par
ja Fédération Nationale de Foot
ball de Guatémala qui, par ca-
ble, a proposé a la F. H. F. de
jouer le match-Wytour a Guatéma
la City le 16 ou 23 Février, Cet
te Association a également de_
mandé aux responsab!les de notre
sport national les moyens _ les
plus rapides quiils voudraient
utiliser pour les communications
ent e les deux Fédérations.

A‘ors que le premies pas était
fait par Vadversaire, un commu-
niqué émanant du Secrétaire Gé
nérul de la F, H. F. invitait les
joueurs de la Sélection Nationa
le & reprendre les entrainements
au Stade Sylvio Cator hier apres
midi,

Monde)

I’Ent aineur Géderal Antoine
Tassy et ses Collegues de la Com
mission technique ont déja éa
boré leur plan de travail pou. Ja
pléparation de no, Internatio-
naux.

Le Bureau Fédéral, de son ¢d-
té, ne ¢héme pas, ses réunions
sont devenues quotidiennes, les
voiey et moyens pour les frais
de concentration et autres sont
le principal sujet de cette perma
nence. En accord avec nos tech_
niciens, le Comité Directeur de

la F. H. F. a envisagé deux
‘matches de test avec ja Selec-
tion | Nptionale A Jamaicaine
qui compte dang ses rangs de

nombreux équipie:s revenus des
Clubs professionnels ani@cicains :
ALLAN C O L E, DELROY
SCOTT, BRIAN HUGHES de

(Suite page 4 Col, 3)



In Memoriam

PLACIDE DAVID.

Par Maurice A. LUBIN

La Parque cruelle continue 4
promener sa Yaux implacable
dans le monde de notre intellec-
tualité. Aprés Dantes Bellegar-
de, Thomas Lechaud, Dominique
Hyppolite, Edmond Mangones,
Edmond Loporte, voici que sa
main lourde a mis fin aux jours
d'une trés grande figure d’his-
torien ; Placide DAVID.
-Sa vie— Un géant de
Placide David en imposait par
sa carrure. On eGt pu croire
qu'il aurait bouclé le siécle. Mais
le destin en a décidé autrement.
Ii est mort le 5 Octobre 1967, a
lage de 82 ans 26 jours. .

Placide David est né aux Go-
naives, le 9 Septembre 1885. li
fut le seul garcon de Robert Da-
vid, le sénateur, et de Acéfie
Jeanty. Une soeur, Aurore, par-
tagea l’affection de la famille,

taille,

* Produits de Beauté
Cosmeétiques .

~

Roosececosoecooscossr:



Produits de Toilettes

mais elle alla mourir a Paris.

Placide commenga ses étude:
primaires en sa ville natale chez
les Freres de VInstruetion Chré-
tienne. Apres le certificat d’E
tudes Primaires qui était déja
obligatoire, if passa tout juste
une année au lycee’ Geffrard
des Gonaives. ll ne tarda pas a
rentrer A Port-au-Prince et 11
devint lun des éléves du Pets
Séminaire Collége Saint Martial.

Ses études secondaires une foi-
achevées, Placide se dirigea ver>
VEcole de Droit et il obtint sa
licence vers 1909. N’ayant pas I|¢
gofit de la chicane, Placide Da-
vid ne milita guére comme avo-
eat. Sa formation juridique lui
servit admirablement dans Ics
fresques historiques qu’il a dres-
sées.

(Suite page 2)

ailleurs, en septembre dernier,
un engin spatial soviétique du
type Zond, apres avoir contom
né la lune a amerri dans locéan
indien. ° .

Depuis trois ans, d’ailleurs, Jes
soviétiques unt constitué — toute
une flotte de navires spécialisés
destinés A rester en contact avec
les vaisseaux spatiaux — soviéti-
ques lorsque ces derniers ne se
trouvent pas en visibilité directc
avee les stations d'écoutes ot de
poursuite siluées en territoire

russe,

La descente des vaisseaur
Soyouz = seffectue de Ia fagon
suivante : une foig que ta cabi-

ne proprement dite, c’est a dire
T'un des trois éléments du
seau Soyouz ‘se décroche de son
orbite, elle se sépare du module
de propulsion et, le boyclier ther
mique tourne vers Vavant, clle
amorce ln deseente dans les cou-
ches de Tatmosphére. La ceabine
peut alors étre pilotée et effer-
tue éventucHement des ricochel
dans Vatmosnheve, Lutilisation
des qualités aérodynamiques de

Soyouz ,permet de diminuer les
surcharges agissant sur Vequl
page et sur te trongan de de.
conte,

Pendant toute cette preniére
phase de descente, te boucher

thermique est porte & une ten-
pérature de quelques milliers de
‘degrés centigrades, da foree cf.
netique de da cabine se trans -
formant en Shaleur.

A oune altitude @environ kin
sfouvre Te parachute deo freinage

vats."

et ensuite la voilure principule
du systéme de parachutage qui
assure un atterrissage en dou
ceur. Pen avant Varrivée au scl,
les moteurs de freinage a poudre
sont mis a feu et la cabine aticr-
ri a une vitesse maximum dc 2
4 3 métres ‘seconde.

Des — systémes automatiques
assurent. le fonetionnement — de
lensemble des moyens d'atter--
rissaye, mais en cas de besoin
ce dernier peut étre assuré rma-
nuellement.

Des émetteurs équipant Ia cua-
bine permettent son reperige
par goniométrie pendant sa des-
cente et apros Vatterrissage ou
Vamérissage. Les: émetteurs fonc
tionnent sur des !ongueurs d’on-
de varices ce qui permet la re-
cherche lointaine et proche, tant
par les stations au sol, que par

laviation et les bateaux.
xxXxXX

LA PRAVDA: UTILISATIONS

POSSIBLES DE STATIONS

ORBITALES

MOSCOU (AFP)

‘La Pravda — qui parait ce ma
tin en noir et rouge, avee d’énor
mes manchettes indique sept uti
lisations possibles (dont aucune
militaire) pour une «Station Spa
tiale Orbitale> semblable a celle
créée hier par la réunion de deux
Soyouz, ou perfectionnée :

1) — Chantier de construction
circum- terrestre de fusées inter
planétaires livrées du sol en pie-
ces détachées par des fusées - cu
mions. Car — vraisemblablement
les vols vers les planétes ne par
tiront pas du sol, mais des Sta-
tions orbitales. Les cosmonautes

(Suite page 4 Col. 4)



Lettre a M. Max A. Antoine

Pétionville Je 16 Janvier 1969
Monsieur Max A Antoine

Petionville,
Mon cher ami,

Je viens ‘d'achever la lecture

Pouvrage, — édition de luxe,

sur «Louis Etienne Lysius

Feélicité Salomon Jeune» que vous

nvavez, si vimablement envoyé et

dédiceace, Je yous remercie vive-
>

de



En réponse 4 J. J.
Servan - Schreiber |

Par

Dans Je dernier numero de
VExpeess, J. J. B.S. a lait, avee
sa verve habituclle, un plamioyer
pou: Jstael. El cent de tagon coh
vaineante gre Vexistence de lE-
tat hebreu est de fruit dune vie
toire de Vintedlipenee sur la ma-
ture deserlique — (svus-enten-
due). Tone rentre nullenent dan
mes intentions de contrecarrer le
directeur de VExpress sur. ce
point. “Ce que je iur conteste ef
reproche cest la facilite avec la-
quelle il canfere un brevet de su

pértorite mierale a da nation jul.
Vo,

Sans te veuloir. paar ee pinta.
yee, ib donne raison aux pres
colonialistes. Hi semble comparer,

habilement d'ailleurs, le juit) in-
génieux quia su faire du desert
une terre prospere en UU ans, %
VArabe paresseux qui, en 20 sic
cles, Wa. pas cherehe a vanicre
cette nature iIngrate. Doit-on en
déduire que ce de nier ext duns
intelligence infericure a celle dy
premier ? Dans ce. Moyen - Q-
rient occupé pendant quatre sic-
cles par les Tures qui le livre-
rent au 20 siecle cueore revetu
de son voile moyenageux, est-il
Ctonnant que VArabe soit) moins
initié aux techniques emie lerace?

Robert

MALVAI.

Quand le Prophete lui-méme, vo-
yant un soc de charrue, déclara
que cette chose-ld Wentrera 4a-
mais dans ute maison sans que
tavilissement n'y entre aussi, est

(Suite page 4 Col. 2) :

ment de m'avoir procuré le plai-
sir de connaitre plus amplement
que ne peut le faire le petit clas-
sique de Dorsainvil l'un des
hommes politiques les plus mai
quants de notre histoire.

Par ja.clarté de Jexposé, si
documentation et les apprécia-
tions pertinentes faites du prand

Leader, votre ouvrage se classe:

parmi les muvres de poids de
la littérature nationale. Il per-
met non seulement de situer Sa-
lomon dans le temps et Vespace
historique, mais encore d’appré
hender ce temps et eet espace
eux-mémes dans ce quils eurent
de caractéristique et de propre.
/En effet, grace A votre livre,
eest toute une tranche intéres-
sante de la vie haitienne, avee
ses idées, ses luttes, ses hommes
publics, qui revit dans esprit.

Les manceuvres de Spencer St.
John contre Salomon et contre
notre pays; les agissements pro-
interventionnistes de Geffrard;
la combativité et Ia ténacité de

(Suite page 4 Col. 5)







_ P.O. BOX



Par Aubelin

DEUX GRANDES PERSON-
NALITES DE L’ORA, ,
Drs, JOAO GONCALVES DE
SOUZA ET GERMANICO
SALGADO

--- Hier aprés midi par le Vol
WAir France venant de Miami
sont arrivés & Port-au-Prince,
les Drs. Joao Gongalves de
Souza et Germanico Salgado.

lis sont accompagnés de l'agro-
nome Gerardo Soto, Chef du
groupe des Ressources Naturel-
les de la Mission de 'OEA en
Haiti.

Le Dr. Joao Gongalves de
Souza, de nationalité brésilienne
est Administrateur de la Coopé-
ration Technique de l’Organisa-
tion-des Etats Américains. [1 a
rang d’Assistant Sccrétaire Gé-
néral de cette Organisation.

Ancien Ministre du gouver-
nement de Castelo Blanco et Su-
perintendant de la SUDENE au
pont Est dus Brés:l, = Ancien

irecteur de Coopération . de
VOEA, le Dr. Joao Goncalves de
Souza jouit d’un grand prestige
au sein de 'OEA,

Le- Dr. Germanico Salgado, de
nationalité équatorienne, est Di-
recteur des Affaires économiques
de 'OEA, :

_ Ancien Ministre de la Plani-
fication de l’Equateur, il est
responsable de l'un des dépar-
tements les plus importants de
cette organisation. 1 siége au
CIAP pour les questions tech-
niques.

Ces deux importantes person-
nalités de ’OEBA ont été accueil-
lies hier aprés midi & ]’aéroport
Frangois Duvalier par M. Roland
Roy? Représentant de MOEA en
Haiti, par M. Carl Aleindor du
Protocole, par M. Clidenor do
Egito Araujo, parf/M. Donasson
Alphonse, Directedr du Seeréta-

riat ‘Technique du CONADEP,
ete,
Nous les avons rencontrés

quelques minutes aprés leur ar-
rivés au Grand H6tel Oloffson
ot. ils ont pris logement, en
compagnie de MM. Roy, Araujo,
Donasson Alphonse, l'agronome
Rémiltot Léveillé, Directeur Ad-
joint du Secrétariat Technique
du CONADEP, de M. Kurtz
Henley Expert en tourisme de
YOEA, Gunter Lay, Ingénieur
de la Mission en Haiti, Nelson
da Franca, -ingénieur en hydro-
réologie de la méme mission.
«Nous sommes venus ici, le
Dr. Salgado et moi, nous dit le
Dr. Joao Goncalves de Souza,
pour faire avec les membres de

la Mission de ?OEA une analy-,



Réceptions en l’honneur
des Délegueés de la ©, C, A.

Le Presiient de la Chambre
de Commerce recoit les délégués
dela CCA au Restaurant
AUX COSAQUES

Hier apres midi, aussitét
aprés leur arrivée, les Délégués
de la Chambre de Commerce des
Amériques conduits par leur
Président, M. George A. Simon
et sa femme Charlotte, ont été
accompagnés par le Trésorier
haitien de cette Institution, M.
Raymond Roy et sa femme
Ginette, par le Maire Georges
J. Figaro et les membres du
Comité d’Accueil au fameux
Restaurant AUX COSAQUES



—

Lindustriel américain de Cleveland, Ohto, Cyrus
con épouse sont recus par le Premier



Eaton et
Fidel Castro, tte

cours de lewr visite ad Cuba en décembre,

_ 35, RUE DES MIRACLES, 35.

ou allait les recevoir au cours
d'un déjeuner, le Président de
la Chambre de Commerce d’Haiti,
M. Constant Elie Joseph.

Le restaurant était déecoré
pour présenter une atmosphére
de féte. Les membres de la

Chambre de Commerce d’Haiti et
leurs épouses et les inv:tes de M.
Constant Elie Joseph faisaicnt un
accueil chaleureux a leurs visiteurs
de la CCA. Les deux groupes
se sympathisérent vite et leurs
mouvements, la chaleur de leurs
voix, erccrent une ambiance dans
laquelle haitiens et visiteurs se
sentirent, en famille.

Les boissons allumaicnt l’én-
thousiasme et les plats savoureux
du Menu incomparable de Aux
Cosaques, préparés par Mme
Edouard Esper et Mme Max
Suteau =o mettaientstoute Vassis-
tance dans les dispositions — les
plus heureuses pour parler d’en~

tente ct de coopération ene

cinles ou de bonne entente teu

t

Les deux groupes se quitte-
rent tard dans l’aprés midi, en-
chantés du déjetiner et ravis de
cette premiére prise de contact.

Quand le Vice-Président de la
Chambre de ° Commerce d’Haiti
et Mme. Elias CASSIS recoireut
les déléqués de la CCA

..¢ Hier soir, une . grandiose
reception a ¢té offerte en I'hon-
neur des délégués de la Chambre
de Commerce des Amériques par
le Vice-Président de la Chambre
de Commerce d’Haiti, M. Elias
Cassis, grand commergant im-
portateur de la place, Consyl du
Royaume de Jordanie en Haiti
et sa gracieuse épouse, née
Georgette Khawly.

C’était un Cocktail-Buffet’ dans
l'une des plus luxueuses maisons
dHaiti, située a Peppy-Ville, ot
la température est idéale en
toutes saisons.

L‘importance des invités et la



ADRESSE : RUE DU CENT
: . No. 212.



PORT-AU-PRINCE (HAITI)... |
| PHONES : 2232-2492:

L‘DES



RE








'
x

: 1316

VENDREDI 17 JANVIER 1969

JOURS...

JOLICOEUR .
se des travaux a.réaliser par
cette Mission en vue’ de nous
rendre compte de celles qui

doivent avoir ja priorité ct !de les
mettre immédiatement én exécu~
tion,

Nous nous sentons trés pres
du peuple haitien. Et nous som-
mes sincéres en le disant. Nous
vouléns activer la marche -des
travaux pour aider comme # me-
rite ce bon peuple d’Haiti.s

Nous’ souhaitons la bienvenue
et un agréable séjour en Haiti
aux Drs. Joao .Gongalves de Sou-
za et Germanico Salgado.

xxx

80. MEMBRES DU CLUB
CHILLELAGH ARRIVES
HIER -

_ Hier aprés midi sont arri-
vés & Port-au-Prince 80 Mem-
bres du Club de Voyage Shille-
lagh de Washington, D. C. et des
environs, D ,

Accueillis par l’Agence Cita-
delle, ces visiteurs ont pris loge-
ment au Castel Haiti ou ils pas-
sent trois jours.

Parmi eux se trouve la jour!
naliste, Mme Evelyn Dean Levi,
«Feature Writer» de «Washing-
ton Post, et de «The Clarke &
Couriers. .

Nous avong rencontré Madame
Evelyn D. Levi hier apres midi
a VHotel Sans Souci en compa-

.gnie de M. Georges Heraux, Pro-”
“priétaire de cet hotel aA qui elle
a été recommandée par jes amis
de Washington et de Virginie.

Mme Levi qui voudrait ren-
contrer le Président a°Vie de la
République Dr. Francois Duvalier

Our avoir ses vues dans le wepor-
tage dont elle a été chargée par
le Directeur du Washington Post,
l'un des plus importants jour-
naux des Etats Unis et;le plus
important de la Capitale Fédérale
américaine, est descendue comme
les autres membres du groupe 4
VHotel CastelHaiti. é
' Elle était hier soir au Barbecue
dansant d’k1 Rancho avec nous
en compagnie de Mile Frango.sé
Theau- Garrigues, Attachée de
Presse de la section d’édition du
Club Frangais du Livre de Paris,
et de Marseille, venue pvur pré-
senter ici VEncyclopaed a Uni
versalis> qu’est en train d‘édite.
Je Ciub Frangais du Livre.

Nous souhaitons la bienvenue
aux’ membres du Club de voyage
Shillelagh, particuliérement 4
Mme Evelyn D. Levi et i Mules
Jan Ware, chanteuse d’opéra_ et
Beth Carlson, infirmiére de Was-
vhington, arrivées avee ce Ciub.

xxx

LE MARIAGE DE M. ROBERT
JACQUES’ SIMARD- ET DE
Mile CATHERINE MADELEI-
EN CLARKE

Mereredi apres, midi a eu
lieu le mariage de M. [Robert
Jacques Clarke et de la jolie
Mile Catherine Madeleine Clar-
ke Ils sont tous Ies deux de Bell
Telephone de Montréal.

Robert et Catherine sont ar-
rivés ici le samedi 4 Janver en
compagnie de Mme Yolande
Marie Bobertine Clarke, Coiffeu-

(Suite page 4 Col. 6)

- Pierre Sarkis,
Ambassadeur
@ Haiti au Liban

On a appris avec plaisir la
nouvelle du choix qui a été fait
par S. E. le Président Duvalier,
de Mr Pierre Sarkis comme Am-
bassadeur d'Haiti au Liban. I!
succéde ainsi 4 son regretté pére
Joseph Sarkis qui a représenté
avec prestige et dynamisme
notre pays 2 Beyrouth. Comme
on le sait, ?Ambassadeur Joseph
Sarkis a cu’ un mort. trayrique
a la fin de décembre; i] avait été
fauché par une voiture.

Pierre Sarkis, nous sommes
certains, sera également un
digne représentant d'Haiti a
Beyrouth. Nous lui adressons
nog plus vives félicitations — et
nos vocux de fructueuse — mis-
sion,



court. (Suite page 4 Col. 3)
‘ +,
1" ; ‘
CINQ MINUTES D’EF
. 1 PE
Conte — Par Anatole CYPRIEN ,
Claude Goneze en avait assez rée ovaliser tout bétement. Bret,

de compter des moutons. Plus d'u
ne heure que beers blaterants
et brebis bélantes defiluient der
riere ses paupleres closts. En
plus, lair etait irrespirable et
les maringouins s'étaient donne
Je mot vour absorber Ie sang des
hommes. Duo vrai vampirisme au
son dune enervatile musiquette
toute bourdonnante,

lfinsomniaque xe retourns
pour Ja énieme fois et, ia Ta taeu
de la veilleuse, jeta un reward
plein denvie a& sa femme. Mary-
se dormait comme un sabot, le
visage ridiculement — grimagane,
Ses levres charnues étaient pri-
sonnierss d'un repli de Voreiller
wt faigaient penser A une roue
voilée, Obéissant a la force trac-
tive de sa bouche, la narine pau-

Maryse ¢tait affreuse. Elle l¢-
tait: d’autant plus que, pour se
yréserver des atteintes de mes- °

sieurs les cousins, elle s'était: en
duit Ja figure de graisse.

Armé d'un gilet, chasse-mous-
tiques improvisé et peu efficace,
Claude fendait Pair en décrivant
des arabesques compliquées, mais
tout & fait inopérantes. Impavi-
des, avides et harecelantes, les
Lestioles tournoyaient de plus bel
le dans |g chambre et, de temps
en temps Nallaient prélever quel-
ques globules du précieux sang
de M. Goneze.

Mais, subitement, Claude.
vint tout & fait imsensible aux
piqadres des moustiques. Sans
prendre garde de réveiller Mary
se, il se mit sur son séant de fa

de-

che de la dormeuse s’était Iais- ¢on assez vive, en faisant grin-



ME LIAS LLL SS LIS SIISLA A LD IIISSGIIISLIL LS ILLS LLNS IA AAAS LS LLL ILD LL LLL ALL LSLSSSLLA LASS ALALIPL A AS A 7

9 SILL LLIIILLL LOL LL A LYIOOLL LOIS IIL LILY LIS SLLLLLLY SLIT LY VILL SILL IYLLLLLLLLLLYSSLLLLLLSIL LAL LYLS LLG ILLLLLLLLLLLLL LS LLL SELIIIOSIISL I I SLLLLLLLLSL SLL LLL
- Cadeaux en tous genres

et pour toutes occasions

s

(SMe «



eer le sommier. Quelqu’un vermait

de marcher dans Ie couloir. «Bou

Dieu ! ai c’était unm voleurs?
~ Maryse ?

«Ca me chiffonne de te re-
veiller, mon ange. de sais que tu
détestes ca. Mais, que veux-tu, a
deux nous serons plus forts.> >

— Maryse cherie ? Reéveille-
toi.

La jeune femme ouvrit ua oil
embué de sommeil, Elle — cilla.
bailla, s’étira, et rouspéta

— Claude, tu es un monstre
de goujaterie. Tuo saix bien

— Chut fil y a quelquun dan
la maison. Un voleur. Que faut-
il faire ?

Maryse sursauta, les yeus Gear
quillés, Vorville dressce, les le-
vres pincées, Ele suxsit) a son



(Suite page 4 Col. 1)

—

— “as

MMI ILILIA MAA AL A







PROBLEME No. {4



ee

5 — Grossit le Rhin -- A





4 I 0 0 WV V Vivivi m Venvers: puissant = rayon lumi_
A Tt tt nee — Une grande félicité
2 am q -- Cherché dans le sous-sol
rt | 8 — Flotte — Célabre dépéthe
3 rT 9 — Dans l’Orne.
4
xxx
5{_{
6 _ CI VERTICALEMENT — ,
7 1 — Entrée
‘ § | IL — Un sujet pour le Cour
' rier du Coeur’ |
3 Ill — Possessif — Grosses va
gues . : fi
HORIZONTALEMENT — IV —_ Trott ie Souvent fine
7 — Mo. e—
1 — Le mot du sitcle VI — Petite piéce
2‘— Le sud de’ la Judée —- vit Pauvre maison sar a
* Lac — Venu —
3A le mé sens voir du succés . .
y — Senate Pont IX — Fleuve — Palmier —
Solution du Probleme précédent.
HORIZONTALEMENT — VERTICALEMENT —

1. Quichotte — 2. Urticaire — “I. Quémander — Il. Urne;
3. Ene Tent 4, Me; Rée — 5. Acré — ILI. lte; Agrés — Iv.
Agisses — 6. Nager; Eau —- 1, Cierge; S.0. — V. Oates; Cru

VI. Tie; Série — VII. Trumeaux

. ; Rixe -- 9.
Der; Ecrue 8. Eres; Rixe — IIL EEF (fee); Suées.

Résolue.



AU CAPITOL.

Ce Soir et demain Soir

a6 Hres et a8 Hres 30

Danger a Tanger
Un film aux aventures stupéfiantes

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



A PARTIR DU DIMANCHE 19
«LE VIEL HOMME ET LENFANT»
Un des Sommets du Festival




Banque Nationale
de la République d@’Haiti
Banque de ’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
“in compte de Chéques 4 la Banque Nationale

Se ALA Sep ASI LAPD LLS SLA BP LSTIODLS

>

SSADILLADPIDIANLS DIALS AAA *LASLLSSAAALASANAAL 2” SLSSSAAASA ae





Georges Nader

a procédé 4 un nouvel) aménagemeht

SAS LMA! SMI od

de sa fameuse

, .
GALERIE D’ART :
104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962

ou .e trouvent rassemblées
les meilleures oeuvres des plus

grands peintres hajitiens.

2 OOO: CODOOIOOOOSOOIOOOOIN FOI ILI III III De *

Un choix extraordinaire de Tableaux

renee nate nna Oa eR

vous attend & Ja Galerie d’Art Georges Nader

que ce dernier vous invite expressément

q

a visiter.

LISEZ :
LE NOUVELLISTE

SA CARRIERE.— La carrie.
re de Placidé David fut passable
men, importante. IH débuta com
me vmployé surnuméraire au Sé
nat de la République ot le pere
oecupait un siége commie repré
sent. de l’Artibonite.

Sod passage comme — simple
emp.oye au Seciétaria, du Grand
Corps ne fut pas inutile. I! nous
vaiut, en collaporatjon avee dau.
tres camarades de bureau, un ré
pectoire de DISCOURS de nos
ancieng pallementaires.

Placide David partit en 1913
pour’ étre le Seeretaire de la Lé
gation aHaiti & Bruxedes. Il
connut tes méfaits de la Premié
re Grande Guerre. Pou-tant,
en u.vpe, il ne perdit pas son
temps. Il collectionna des livres.
I) fréquenta deg Archives. Il se
mit en contact avec des cher-
‘cheurs et des historiens, 11 par
courug des documents.

A $01 recour en Haiti, il tra
vailla i la Commission des Récla
mations que présrdait Me. Abel
Léger.

Quand Maitre Louis Borno ac
céda A la Presidence de in Répu
blique; Placide David devine son
Chef de Cabinet .A ce poste de
confiance, nous croyons qu’il fut
un collaborateur écouté, il fit
ensuite partie du Consei] d’Etat,
vers les années 1924—1925,

Nous trouvens Placide David
par la suite Directeur du meil.
leur journal de Vépoque, LA
PRESSE. Il mena une lutte in-
telligente dans sa campagne con
tre Américain pour le rétablis
semen, des Chambres Législati-
ves.

1] devint Directeur du Musée
Historique Sténio Vincent.

A Vélection A la magistrature
de Vhomme des Verrettes, le Pré
sident Dumersais _ESTIME fit
choix. de-Mr. Placide David pour
le poste @isnveyé bxurao. dinaire
et Mins.re Piénipotentiaire d’Has
ti A Paris.

En 1957, Vactuel Président a
Vie, Dr. Frangois DUVALIER,
envoya notre historien comme'
Ambassadeur prés du Généralis

sime Franco; il laissa ce posiv
pour prendre sa retraite 4 Pétion
Ville. or

SON OE U VY RE: L’ECRI-

VAIN.— L’veuvre de Placide Da
vid est remarquable et abondan
te. Au début de sa carri¢re, Da
vid publia quelques aiticles sur
des sujets divers.

Son prenier ouvrage fut écrit
en collaboracion avec Daniel Ap
polon et Dr. Edouard Dépestie. #
Travaillant au Sénat de la Répu
blique et les deux autres 4 la
Chainbre des Deéputés, ces jeunes
gens eurent l’initiative de presen
ter au public deg Discours de nos
divers Sénateurs et Députss qui
se pont distingués a la Tribune.
Us publiérent ainsi DISCOURS
PARLEMENT AIRES. Imprtine
rie Abele, 1911.

Le premier tome couvre la pé
riodc de 1806 & 1879. Leg aut es
volumes

qui devraient — suivre
n'ont jamais paru.
Si les deux autres collubora-

teurs one présenté certaines fizu
reg devenues histurigues de nos
chambres législatives, Placide Da
vid, lui campa HERARD DU-
MESLE et la presigieuse person
nalité @ARMAND THOBY.

spot

LE NOUVELLIOTE .

(Suite de la lére page) ‘

C’es, Vhiatoire qui fut le vio
lon d’Ingres de P. David, Nous le
disons sans figure de rhétorique,
cor il fut un mélomane qui pre
nail plaisir & siffloter des compo
sitiong célébres de Beethoven ou
de Mozart.

L’Higstoire, disons - nous, pas
sidnna Piacide. David. 11 possé
duit des manuserits quwil mgno
laic. WH etait exigent sous le rap
du style, 11+prenait son
vemps pour corrmyger cervalns pas
gages, rectifier certains juge
ments ou amender. certaing com
mentaires.

Le ‘manuserit, SUR LES RIL
VES DU PASSE, soums & un
concours en 1947 obting le Grand
Prix de Littérature des Anvilies.
La prem.ec-e serie a vu je jour,
a Furis, a ia Caravelle, en cet.e
méme annee.

Dans les 230: pages, Placide
Daviu pussa en revue des ques
tion, historiquea consac.ées a la
colonie de Saint Domingue ou a
Faii csqu ssant de matin de mai
tre des portraits du Comte Jean
Paquet de Lugé, de Rossignol La
chicotte, du Général Alexandre
Dumas, du fougueux Hillaua Va
renne, de l’hisvoriog.aphe Mo-
reau de Saint Mécy, de Pierre
Vassiere, des récivs colo.és de la
fin tragique du Colonel de Mau
duit, de la vie amoureuse de Tous
saint-Louverture jusqu’a Vhiscoi
ie du tercoriste Jean Lapointe.

Cette premiére série «SUR
LES RIVES DU PASSE» est
suivie par six autres volumes en
manuscrits.

Un autre ouvrage d’histoire
que Placide David & publié, c’est
VHERITAGE COLONIAL
E.{ HAITI, Madrid, 1959, Le ma
nuscrit a attendu plus d’une tren








oe Give a

CROSS

AMERICA'S FINEST
Elam WRITING INSTRUMENT

Pens or Pencils
svolluble In

a2 KT @OLD FILLED

af th

LUSTROVG CHROME
ame






GEORGES SICARD
63 Rue des Fronts
Forts. i

~ ‘ ay



DUCO
a Age de Espace

Pour étre adaptée a

’époque des

satellites et

des fusées, votre voiture
doit étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
laurez passée au VRAI

DUCO, le DUCO
authentique garanti

par la signature

Dupont de Nemours
le seul VRAJ DUCO
pour voitures est en vente
a.la
SOCIETE HAITIENNE
~D’AUTOMOBILES.



taine Wannées avant de voir le.
jour.
EKeoeuré du spectacle - de nos

turpitudes, David interrogea nos
héréditég entremélées pour s’ex
pliquer 2@ comporcement actuel
de V'Haitien, Ainsi naquit ce livre
que nous signalons a Vattention
de tous, et principalement de nos
cleres.

Les manusecrits dont nous a-
vons parlé consacrent des evudes
& Toussaint Louverture, & Jean
acques Lessaunes, & Alexandre
Pétion, notamment. Les titres dé
ja prevus sont les suivants :

Toussaint Louverture et ses
entours .

Le Fondateur e¢ ses entours
L’Empereur et seg entours
Du Pavois au Poteau Rouge
Note, retrouvées

Notes de calepin’

LL est question pour Jes héri_
tiers David de faire: publier au
Canada ces manuscrits de si gran
de valeur histocique. Les tracta
tiong vont bon train.

LE DRAMATURGE.— I] con.

vient dans cette bréve biographie
de Placide David de signa:er le
succés qu’il remporta avec Domi
nique Hyppolite avec leur drame
en cing actes.: LE TORRENT.

En 1938, le Ministre de 1’Ings
truction Publique, Dumarsais ES
TIME organisa un concours dia
matique avec, comme récompen
se, des prix alléchants.

, Dominique Hyppolite, drama-
turge de talent, et Placide David,
thistorien remarquable, combiné-
rent leurs efforts et leur oeuvre
obtint la premiére place avec le
prix du Présidnt de la Républi-
que.

La_piéce connut plusieur, re.

présentations et l'un’ des auteurs,
Dominique Hyppolite, a publié
récemment le texte de LE TOR
RENT,



LE JOURNALISTE.— Placide
David fut aussi un journaliste.
I] éerivit, comme toug ceux de sa
génération, des articies * histori-
ques dans HAITI LITTERAIRE
ET SOCIALE, LE NOUVELLIS
TE, LE MATIN et dans des jour
naux divers.

C’est avec LA PRESSE, qu’il

. 8¢ revéla un journaliste de ta-

lent. Il sut' grouper les plus for
tes personnalices de lépoque
pour mener une campange serrée
contre |’occupation de nov-e pays.
Ce journal, le. meilleur de son
temps tant par lu facture que

par le contenu, ne dura pas long .

temps.

David s’est. éparpillé dana Ia
REVUE LE TEMPS de Cnacles
Moravia, dans «LA SEMEUSE>»
de ceanne Pérez, dans CAHIERS
DHAITI de Jacques C. Antoi.
ne et dans b.en d’aucres jour-
naux et revues.

Placide David fut membre fon
dateur de la Société d'Histoire
et de Géog aphie d’Haiti. 11 fut
aussi membre co:respondan, de
Académie d’Histoire du Mexi_
que,”

CONCLUSION.—- Placide ‘Da-



DANS NOS.

MAGIC CINE |

(SALLE CLIMATISEE)

Vendredi a 6h. 16 et 8h 16 |
ILS N’PONT QUE VINGT ANS
Un grand drame,

Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Samedi 4°6 h. 15-et 8 h. 15
En lére partie ‘
«LES AMBASSADEURS,

En 2éme partie

A L/OMBRE DE L’AIGLE

Un film historique sur (Catherin

de Russie. ital

Entrée Gdes 1.20 et 2.50 & af



REX - THEATRE

Vendredi 4 8 h. 30 P.M.

La Cie. Jean Gosselin présente
MARY — MARY

Entrée Gle. Gdés 3.00
Parterre Gdes 5.00

Réservée Gdes 10.00

Samedi 42°6 h. et 8 h. 15
En lére partie —
L’Ensemble N. Jn-Baptiste
En 2éme partie :

UN CERTAIN MONSIEUR
BINGO

Entrée Gde 1.20

vid n’a pas composé des manuels .
Dp

sur les différente, périodes. de
notre histoire ou sur une partie
bien déterminée. Il s’est attaché
a saisir, A reconstituer 1’atmos-
phére de l’époque, par une analy
se des personnages et des faits.
Il a ainsi épinglé ca er li des fi-
gui:es qui marquent certains évé

’ nements historiques ou qui mé

ritent Vattention de la postérité,
A ce compte_ila, Placide David a
fait une oeuvre remarquable et
méme patriotique.

Il prend rang dans la galerie
de nos ‘meilleurs historiens. Il a
désormais sa place 4 cété de nos
Thomas Madiou, Beaubrun douin, Pauléus Sannon, Auguste
Magloire, etc...

Maurice A. LUBIN



La Maison Wilfrid Justin

Tient a vutre disposition

un assortiment complet d’articles .

pou. installations hyarauligues e; sanitaires — tuyaux galva-
nisés, lavabos, W. C., fitting pour W_ C. ete...

ingénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la

maison Wilfrid

Justi vous attend pouy vos achats de Matériaux de Constr ic

tion

Voeug y trouverez & meilleu prix lex articles suivants: Plan
ches B utes, Planches Prépa ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-

niéres, Téles, Ciment, Clous, Hardboard,
Cadenas, Treillis métallique etc... ,

Plywood, Serrures,

Maitresses de maison, Vous aurez les meilleures garanties e!
dufabilité avec la Peinture marque «ADELPHI».

Peinture Latex intérieur et extérieu de renommée mondiale,
peinture pour piscine. Pour toug vos matériaux de Construc-

tion un seul nom Wilfrid JUSTIN, une seule adresse
BOX : 897 Phone : 8780.

DES FRONTS FORTS No.

: RUE

I EA LP AP A D> AE VO A PAO EI Ee oe er










SAUVVEGARDER
IN TERETE



ii la beaute de
vos dents



POUR VOUS SERV/R &

VOYEZ




VOS

Al

Zyl

45 AVENUE MARIE JEANNE
CITE DE L'EXPOSITION

oP


Pour la sante et



eee ae

TICKET AVION /BATEAY
RESERVATION O MOTEL

ASSURANCE VOYAGE
VISAS.



‘BUREAU

\

LIMATISE

PARAMOUNT

Vendredi 4 6 h. et 8h.
CHASSE A L’HOMME
A CEYLAN

Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi 4 6 h. et 8 h.
SUPER ARGOT
CONTRE LES ROBOTS
. Entrée Gdes 1.6u et z.60

ne

CINE PALACE

Vendredi & 6 h. et 8h. 15
LA 25¢me HEURE

Avee Anthony Quinn.
Entrée Gde 1.00

Samedi a 6 h. et 8 h. 15
LA BATAILLE

DES ARDENNES

Avee Robert Ryan.

Entrée Gde 1.00

CINE OLYMPIA |

Vendredi (En permanence)
(Jour populaire)
FLASHMAN

Entrée Gde 0.60

Samedi (En permanence)
AGENT Z-55

MISSION DESESPEREE
Entrée Gde 1.00



Drive in Ciné Delmas

Vendredi & 7 h. et 9b
K-17 ATTAQUE A L’AUBE
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi & 7 h. et 9 h.
TIENS BON

LA RAMPE JERRY
Entrée 1 dollar par vofture



oe

e







‘“VENDREDI 17 JARVIER |

CINEMAS _




AUCAPITOL.
Du Jeudi-16 au.Samiedi 19 Jen-
vier 196! wo . wis
DANGER .A TANGER 7
Entrée, Gdes 2,00 ot::8.00-"

\




No ee
Vendredi 4.8 h, x I
LE ROCK’ Dif BAGNE®
Avec Elvis Presley.
Entrée Gde 0.60 et 1,00

Samedi & 6 h. 30 et 8 h. 20
DUO DE MITRAILLEMSES
Entrée Gde 0.60 et. 1.00

CINE UNION
Vendredi & 6 h.-et 8 bh,
BRENO LE TYRAN

’ Entrée Gde 0.60

Samedi a 6 h. et 8 h.
LA PARISIENNE
Entiée Gde 1.00

MONTPARNASSE |

Vendredi & 6 h. et 8 h.
BOB FLEMMING
MISSION CASSABLANCA
Entrée Gde 0.60 -

Samedi a 6 h. et 8 h.
FANTOMAS
Entrée Gde 1.00

ELDORADO

(PLACE JEREMIE)

Vendredi & 6 h., et 8 h. 15
BONNIE AND CLYDE
Entrée, Gdes 3.00 et 5.00

Samedi 4 6 h. et 8 h. 15
AU PERIL DE SA VIE
Entrée Gdeg 1.20 et 2.00

. ETOILE CINE

(PETLONVILLE)

Vendredi & 6 h. 30 et 8h, 80
LE CHEVALIER - ©

DE MAISON ROUGE

(2em Epoque)

Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi 4 6 h. 30 et.8 h. 30
ESPIONNAGE A BANGKOK
POUR U-92 .

Entrée Gdes 1,20 et 2.00 .+

CRIC-CRAC CINE:

Vendredi & 6 h. et 8 h, 15
DUO DE MITRAILLETTES -
Entrée Gde 0.50 et 1.00 ‘

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
(lére Epoque) ‘

LE CHEVALIER DE

LA MAISON ROUGE
Entrée Gde 1.00 et 1.50

CINE STADIUM

Vendredi (En permanence
KARATE A TANGER -
Entrée Gde 0.60 °

Samedi (En permianence)
STATION 8; ULTRA SECRET
Entrée Gde 0.60

foe ge ee

De Luxe. Auto Ciné

(DELMAS)

Vendredi @ 7 h. et 9h.
VISA POUR L'AVENTURE
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi a 7 h. et 9 h.
LA BOORSE OU LA VIE
Entrée 1 dollar par voiture



Encore.ce

mal
de dos

lancinant?

urinaires et A des troubles
de ln vensic. Dans ce cas,
Jes Pilules Dodd's pour les
Reins: peuvent sider A
vous soulager. Les Pilnles
Dodd's atimulent Jes reins,
ee qui side a soulager ln
eause da mii de dos. Vous
vous sentes mieux et vows

Yous repose: m Vous ’
pouves compter sur Pe

tules = Dodd’s peer bes

Reina

Neuveau goap
éocnennigne.



otePme







VENDRED] 17 JANVIER 1949

SR



‘LE NOUVELLISTES ~*

eit

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _





{










Gn) é

eS,

herchez (a section correspondunt
6 naissance et vous trouwveres
signalent ies autres pour demain.
Droit de reproduction totale
Propriété King Features

Par Frances Drake

Wt Sh OS

au jour de votre anniversaire
tos perspectives que vous

ou partielle réserveé.
Syndicate — Exelusivite

«LE NOUVELLISTI:

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
( LIER): Vous vows sentirez rati-

gué, La cause en est vos activi- -

tes récentes et désocdonnées. Re
fléchissez bien & votre proche i-
venir car vous risquez sinon ‘nc
croitre la tension.

‘21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Bien que vos affaires
et votre trayail aient été actifs,
certaines entreprises méritent d'>
tre poursuivies et rendement. Ne
vous surmenez pas, toutefois.

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Votre réalisme et vo
tre prompte attention aux afloat
res apporteront des résultats -.-
tisfuisants (et méme inartendus:.
Montrez la sfireté de votre yout,

22 JUIN AU 288 JUILLET
» (CANCER): Ceux qui vous som
hostiles peuvent avoir raison sur
un point ou deux. “Clai if'er |e

question. Certaines differen -
peuvent &tre aplanies.
24 JUILLET AU 23 AOUT

(LION): Examinez cette journe:
avant de vous lancer. Etudiez «-
prés les opérations dargent, iv
estimations, les taches nouvelley,
Con‘rélez vos réactions avee fer-
meté.

24 AOUT AU) 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE): Ves suné -
rieurs ou vos partenaires ne vous
aideront pas comme vous [espe
riez. Mais, dans Vavenir, le ree-
pect des siécles et des engapi
ments aura des résultats favor:

bles.

24 SEPTEMBRE AU
TOBRE (BALANCE):
ce présente A accepter plus ds
travail quil n’est raisonnalic
Vous savez ot cela vous a men
avant: efforcez - vous de lécer-
tez. Evitez agitation, Vonerve
ment.

25

Ooo
Tendar

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): L'importa:
ce que vous attachez a certain:
facteurs doit @tre amoinirie a.
protit -d’autres eonvenan: nieus.
Etudiez avant de fai e vos chan
gements Que Soactenient on
erainte ne paralysent pits
efforts!



1
an

Vos

238 NOVEMBRE AU st DF.
CEMBRE (SAGITTAIRE): Ne
-dites pas: «J’ai essayé et ca me
pas marché,» surtout si le yun.
jet ou Je travail mérite un se -
cond et méme un troisi¢me essai.
La réponse est votre perséveran-
ce,

22 DECEMBRE AU JAN.
VIER (CAPRICORNE): Ne f
tes pas ce que vous critiqueries
chez autrui. Ne soyez pas heési

nt a vous lancer dans une ta-
fhe nouvelle ou de chanper votre

20



®



— SAMEDI 18 JANVIER 1969

amibignee si vous devez en bene.
ficier.

YE JANVIERK AU lgt Fr -
VRIER (VIERSEAUG: La jour
neo demande une pensee fine, un
comportement aimable, qui “modi
Jieront certaines situations désa-
graébles et empécheront votre
prochain de commettre des er
reurs.

20 FEVRIER AU 20 MALS
(POISSONS): Neptune encou -
rage Jes taches intellectueiles.
Donnez votre meilleur et vous
ines ioin, Aux heures de loisir,
sungez & un délassement qui vous
sortira de votre routine.

SE VOUS ETES NE AUJOUR
DUU1: Vous é@tes artiste et grim
pes avec sérieux et application
vers les sommets. Vos maniere-
sont avreables et vous Vous fe-
rez beaucoup damis le long de
votre route si vous restez résolu
ment optimiste et confiant. Vous
avez une. mémoire excellente qui
vous aidera beaucoup quelle que

soit’ la carriere que vous aurez
choisie. Yous recherchez Uhar-
monie, vous adorez votre foyer

et votre proche entourage. Vous
ferez dJexcellents — professeurs.
secrérai es particu'ers (eres), di
recteur (vices) et éerivains.

des preduits de
henu Tersens ou Woodbury.
Aussi Yuelle galbe, quelle belle
peau grace aux Savons Woodbu-
ry ou Jergers et la fameuse Lo-
tion Jergens pour de corps et tes
mains,

che ses



Ayez cette fraicheur et ce teint
vrace aot
JERGENS WOOPPURY.



TRACTEUR DIESEL

a



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE

LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN

ROBUSTE —

ECONOMIQUE

TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE
DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATIC»
BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE
POWR TOUS DETAILS S’ADRESSEB

A

Charles Féquiére & Cie.
DEPOSITA"RES



~ Recettes Simples
de Cuisine Haitienne

A

ARTICHAUTS: BOUILLIS .— feuilles du coeur ey bloc, en en-

Cuire les artichauts a grande
eau bouillante salée, environ 50
a 60 minutes jusqu’h ce que Jes
PLIN, «dont Ja sensibilité frémis
feuilles se détachent facilement.

Les évoutter en retournant Ja
pointe des feuilles en bas et ser
vir, On peut aussi retirer les



ee

Vous étes maigre -.



Voici un NOUVEAU moyen

facile pouvant concribuer

a mettre rapidement des

LIVRES et des POUCKS

de chair ferme,

llommes, femmes ou enfants
en bonne santé mais maigres et
trop légers, si vous ne désirez
Pas vous suralimenter essayez le
merveilleux Wate - Qn. Crest lu,
nouvelle source de calories com-
binges sous forme lquide que
vous attendiez depuis longtemps.
De plus Wate-On est HUMOGE
NEISE nour se digérer faicile-
ment. Plus votre uo vanisme ab
sorbera de calories assimilables
micux il les trausformera en
chair ferme pour votre visage
votre cou, vus membies, votre
buste. Oui, vest lout vole corps
des formes plus arrondiea,
plus uitrayantes, plus vigou-
reuses. WA‘ Is ON combat la
fatigue, la faiblesse, donne des
forces. Wate-On étant HOMOGE
NEIsk son action est rapide er

agréable et bien des gens ga-
gnent du poids dés le premier
flacon,

LE MERVEILLEUX NOUVEAU

WATE-ON

Emulation homogénéisée on er
comprimés,

Renforcez vos repas destinés a
maintenir votre poids avec WA-
TE-ON... avee garantie que vous
devrez @tre satisfait par votre
augmentation de poids dés les
premiers 10 jours sinon vous re-
tournerez lu bouteille au Phas-
macien et vous serez remboursé.
Pourquoi restez maigre lorsque
WATE - ON peut vous apporter
une chair ferme additionnelle dés
‘e premier jour. Dans les phar-



Le Plat défendu
N'EXISTE PLUS

GRACE A LA MAGNESIE
RISMUREE

Tne pastille apres les repas ct

vous urrétez leg troubles intesti-
naux, Jes intoxications alimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile,

Mettez-vous toujours a usage
de la MAGNESIE BISMUREE

et vous ne connaitrez plus ni trou
bles de l’estomac ni troubles des
intestins.

Des chauffe-bains, fers a repas
ser, 1échauds, radios, ventilateurs
dermier cri, apparel) a air condi-
tonne se liquident a la TIPCO.
tre. sez-Vvous.



Here’s something
the girl who has
“everything”
doesn’t have?



a truly
feminine
ball pen...

by & PARKER

Par Niniche -

‘ lever le foin avec une petite cuil
lére, puis replacer- les feuilles
harmonieusement. Servis accom-
pagner de vinaigrette ou de sau

«ce blanche. L’artichaut noireit
partois & la cuisson parce qu'il
eontient du fer. A cause de cela,
il faut le citronner avant de le
faire bouillir pour le garder tres
blane. a :

Seuls les fonds d’artichauts
sont servis au cours de repas de
céérémonie. Dans Vintimité, a) e.:
servi entier. Les feuilles sont
enlevées avec les doigts et por -
tées A la bouche. Utiliser la
fcurchette. pour enlever le foi
et pour couper le fond en petits
morceaux et le déguster au fur
et 4 mesure.

(A suivre)

Les Bandes Dessinées du «Nouvellistes

Blondie

QUI MONTE
LES



DANS NOS SALL

CINE ELDORADO
La Direction de cette Salle p-4
vsente:
Dimanche 19 Janvier,
& 5 hres 7 hres et 9 heures

JENNIFER JONES
dans un film dune étonnante
franchise

xX XX

REX - THEATRE

Dimanche ‘9 Janvier
a 85 hres, 7 hres et 9 heures
UN HOMME
POUR L'ETERNITE
Toujours en hommage la
Compagnie Jean Gosselin. qui,
chaque année appo-te le vibrant
message de Ia pensée francaise
sur les rives de cette médité ‘an
née américaine, le REX THEA-
TRE désireux d’y prolonger en-
core le méme ravissement, s’enor
gueillit de convier le tout Port-
au - Prince des grands soirs a ve
nir admirer sus ses écrans, une
oeuvre d’une indéniable splen -

a

mies

FRED
, ZINNEMANN

AN

la dignité ,chez un homme excep-
tionnel Thomas MOORE ©

Un esprit pur, qui refuse de
compromettre sa conscience, pour
ne pas perdre son Ame ... Tho -
mas MOORE... un étre écartelé
entre les nécessités silencieuses
du ciel ct les impératifs “ton -
nantg de la politique anglaise.

UN HOMME
POUR L’ETERNITE

Le drame déchirant de Vamitis
affrontant le rigorisme du pou-
voir absolu et les raisons d'état
de la perfide Albion... Une plon
gée au coem de VPhistoire d’ Angle

ui

A L/ETERNITE

6 Oscars

)





7

bes Va pay

deur, une superproduction ru
lante, burinée sur le pranit a)
Vhistoire et de la beauté...

Le meilleur film de Vannce con
ronne par six Osears,

UN HOMME
POUR L'ETERNITE

mapnifié par la richesse du
technicolor de da Columbia ji.
tures... magistralement interpre
té par des acteurs Shakespea
riens de Académie Royale dart
Dramatique de Londres.

Orson Welles

Reberr SHAW

Paul SCOFIELD

Suzannah YORK

Leoe MC KERNN

Six trophées de gloire ont au-
réolé de prestige Ja Supe pre_
duction Ia plus considérable de
eos Dix derniéres années...

UN HOMME
POUR WETERNITE
Le drame de Vhonneur

+

et de




ERT



Ny

‘|



ce

By

terre due Seiziene sieele, seus it
reyne houleux d'HENRI VIII,
Vesthete pervers, le Hbertin dé -
hauche qui fonda Véglise angli -
cane, séparce de Rome, apres te
refus du Vatican d’aceepter le di
vorce dlavee Catherine TARA
GON... .
UN HOMME
POUR L'ETERNITE

Le choe brutal et tragique ies
deux vulontes de puissance, d'o:
gueil, de foi et de pureté. Ja -
mais film n'aura ¢1é plus pathé
tique, ni plus sublime... Le spec-
tacle imprepyné d’un tel flot de
noblesse en so-t ébloui, comme
inondé de clarté...

UN HOMME
POUR VETERNITE
Une supe production métaphy
siquement belle, moralement exal
tamte, esthétiquement, impeeea-
ble.
Entrée

Gdes 2.50 et 4.00

xxx

AU CAPITOL

LE VIEIL HOMME ET TEN
FANT a reeu au Festival de Can
neg de 1986, une récompense qui
a valeur de consécration, puisque
le Prix de la Critique’ dont il a
été doté est décorné par les Jour
nalistes de toutes tendances ©
de tous les hotizons, politiques.

Désignation ¢étrangére a tout
esprit de coteric.

Dés la sortie du film, tous les
erands journaux Parisiens l'eilt
glorifié, l’ont applaudi, V’ont por
té aux nues, ceux de gauche
comme PHUMANITE, COMBAT
ou le NOUVEL OBSERVATEUR
aussi bien que les publications
chien pensantes» telles que LE
FIGARO LITTETAIRE, les LET
TRES FRANGAISES, LE MON
DE ou LA CROIX

Ce dernier journal, organe dd:
Catholicisme Frangais écrit no-
tamment, de I/ENEFANT, A-
LAIN COHEN, ¢j’hesite a cerire
ail est est sublime, erainte de
Venorgueillir, Et pourtants
Quant an VIEIL HOMME dont
Vinterprétation a été confiee a
MICHEL SIMON, voici ce qu’en
dit, PARIS MATCH. «MICHFET
SIMOâ„¢ compte ici, un deg plu
grands roles de sa prestigieuse
earrere: Présev. stunéfiant
hourru, vadotant tendre. Il est

AVIS

On désire affermer une mai-
son d’une valeur locative de 50
ou 60 dollars par mois, de pré-

férence dans les hautg quartiers,

résidentiela de Port-au-Prince.
S’adresser A Mile St. Louis au
Bureau du Journal.

a Vimase du files

Tous les spectateas, sont ton
chés pa. cette histoire simple
mais sublime, vibrunte de sensi.

Tnoubliahle.»

Malte et fondée sur la géncdrosité
du coeur,
De quo} sagit-1 °°

Dune histoire fort simple, dil
sons-nous.

C’est une chronique journalié
re rappo.tant Je seiour dun pe-
tit juif hébergé a dna campagne
chez les vieux parents d'une fi-
dele amic. 1 s'agit avant tout d'’
pargner ay petit warcon le rie
gue des peraécutiong que les Na
zis faisaient subir aux Juifs en
France oceupec,

C'est ty eharmante peinture de



Ta vie saine que mene fo da cam
pagne oun vie) homme, retraite
fort heureus d'avoir A jouer sa
pramdpere uv ce qin petit. pieon
intelligent, futé et guuailler

LE VIEIT HOMME bp leks
RANT. cest da tradshenr eee
sentiments, c'est ln pyniv des
hamps.

LE VIF. WOMMIe ET TEN
PANT clesy avant toutoun ome

eutque plraidoyar on faveur de

tn) Tolerance, contre le Raeisme
et contre toute fo me de Violen
ce.

Tn ciréenhile fort avertii ayy

gé que LE VIFIL HOMME ET

LENFANT était un des phis

Kauts sonmimete sly Festival du

Film Franca.

Que peut-on ajouter a cet éloge?
Au début de ‘a séance du Di-

XxX X

manche & 7 heures, Madame AL

BERT MANGONES p-ononcern

une bréve introduction & ce

film :





BIEN LA NAT
DES BROGAN ?



sT-C
SON













BITENT DF,
L'AUTRE fore

JEUNES GENS EN COLERE

Sincere et émouvante, violente
et tendre, cette oe¥vre traite un
sujet’ peu commun un drame
d'une brutale vérité humaine:
Une mére se laisse sédui-e dans
un moment d’égarement par un
gargon de vingt ans trés ami-
de son fils |

Un film sans pitié !Une peintu
re sociale] sans concession, ow se
novuent deés>felations complexes,
des situations dramatiques den-—
ses, teintées de violences!
JEUNES GENS EN COLERE
L’affrontement d’un fils et d’une
mére pour laquelle l'amour est
une grande passion! Une produc
tion de Joseph E. Levisse, mise
en scéne avec vigueur pa: Da-
niel! Pétrie et jouée avec beau-
coup de talent par des acteurs de
premier ordre! ‘
JEUNES GENS EN COLERE

Un spectacle rare! Pour gar-
gons et filles d’aujourd’hui, 1’A-
mour est-il souvent un acte de ré
volte? Un film d’une étonnante
franchise _! .

Le spectacle des grands jours,
dimanche prochain chez nous.

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

xX x xX
De Luxe Auto Ciné
Dimanche 19 JANVIER

a 7 heures et 9 heures

Deux monstres sacres dans une
oeuvre merveilletse.., Deux su. -
per - vedettes prestigieuses dans
le dernier film de Cnarlie Cha -
plin: Marlon BRANDO et So
phia LOREN, dans un nouveau
succes.

LA COMTESSE ~
DE HONG KONG
Une production émouvanite
En Technicolor

Marlon BRANDO, le’ sympathi
que acteur de tant de prodigieu-
se: super - productions. Sophia
LOREN, la divine héroine des
grand drames d’amour, sous ‘la
baguette enchantée du célébre
métteur en scene, Charlie CHA-
sante u deja inondé de tendres-»
et de ferveus ses touchantes réa
lisutions», inearnent avee un ta-
lent inoui des personnages, con-
sumés de désirs et de passions,
dans la plus chaleureuse aver-
ture du «coeur innombrable:.

LA COMTESSE

DE HONG KONG
Un des plus aélicieux moments
du cinéma -émotion, Tout film de
CHAPLIN est embué de chaleur
humaine, de poésie et de roman-
tisme, harmonisé avec de suave.
romances, évoluant dans une am
bianve réaliste et nue, assaisonné
d'un brin de satire mordante et
teinté des nuances vives de hu

mour rose,
LA COMTESSE
DE HONG KONG ,

est tout cela, avec des attraits
de plus... Elle demeure une oeu-
vre raffinée qui dorine une legon
particuliere de vie et un cours
dintelligence du coeur...
LA COMTESSE
DE HONG KONG
Un voyage de CHAPLIN
Shanghai, ou # rencontra des é-
migrés russes composés d’anciens
aristocrates de l’empire Tsariste
effondré, les hommes, devenus des
tireurs de nousse- pousse, les fem
mes des entraineuses —louches
dans des boites de nuit minables,
se vent de tole de fond au der
nier film de CHAPLIN.
Le talentueux potte de la pelli-

a

cule, Charlie CHAPLIN a insur’

‘flé une ardeur intense a
LA COMTESSE
DE HONG KONG
en Vanimant d'une réelle cho
leur humaine, et d'une sensibilite
débordante.
LA COMTESSE
DE HONG KONG
. la ravissante NATASCHA in-
carnée par Sophia LOREN, Ta-
xi-Girl A Hong Kong se fait pas-
ser pour une comtesse russe dont
s'éprend trés vile un milllardaire
américain en instance de divorce
d'avee son épouse délaissée, au
cours de Vescale dun paquebot tu
sucux, ‘A Hong-Kong.
Le somptueux transatlantique
sur lequel vaguent lamour, la
philanthropie et l'approche hu -
iwnine, va connaitre les péripé -
ties dune aventure tourmentce
el qui ne manque pas d'humour
ni de fraicheur.
LA COMTESSE
DE HONG KONG .
Une femme mariée consenti -
ra -t - elle A perdre puissance,
fortune, gloire et rang, en accep
tant une biutate séparation, le
mari préférera-t-il son bonheur
aux hypocrisies imposées par les
vonventions sociales .
CHAPLIN a analysé ce problé
me crucial avec une finesse de
touche remarquable. L’accueil
que la critique élogicuse a rnéser
ve fi cette oeuvre sinctre = de
CHAPLIN n’aura eu d’égal que
I'adhésion enthoucinste du grand
public au DE LUXE AUTO CT-
NE. - .
Une oeuvre brillante, étincelan
te d@humanisme, baignée de sua



SORE IN teh mem

ES DE SPECTACLES

ves romances que Pétula CLARK
a pu popularisée & la Capitale...
Un film magnif.que qui uemeu
re dans la grande tradition des
superbes réalisations de CHA -
PLIN. L’événement de la nou -
velle saison 69. Un chef_d’oeu-
vre qui se veut étre un hommage
que l'intelligence de l'art rend &
la beauté de la vie. Ce film vous
émerveillera... e
Entrée $ 0.50 par personne

xEXX

Drive in Ciné Delmas

Dimanche 19 Janvier
a 7 heures. Séance Unique a cau
se de la longueur du film



LE DOCTEUR JIVAGO-

En cinémascope — couleurs
avet: Omar sharif,
Chaplin, Julie Christie

Le plus grand film jamais réa
lisé tiré du célébre roman de Bo
.ris Pasternak prix Nobel. Oeu -
vre cinématograph:que puissante,
a l'impressionnante mise en sce-
ne. Une formidable evocation de
Une-
Houleversante aventure humaine,
celle d’étres meurtris par la vie
impossibl.-

la révolution soviétique.

& la recherche d’un
bonheur. .
Entrée: $ 1.00 par personne :

x XX

& MAGIC CINE

Dimanche A 5 h, 7 hres et 9 hres.

A MAGIC CINE
BONNIE AND CLYDE

Technicolor.

avec: Warren BEATY,

LARD, Gene
telle PARSONS.

L'histoite de Clyde BARROW
et de Bonnie PARKER commen
ee dans Tes années 1930 dans une
Ce
n’est pas du roman, mais la re-
constitution des faits de la vie
de deux bandits célébres des E-
tats Unis qui avaient jeté la cons
ternation dans tous les Etats des
USA. CLYDE un jeune gargon
BONNIE serveuse

petite -ville des Etats Unis.

ambiticux vet
dang un resthurant se rencon
trent d'une

de lorsque celui -*ci tente dé vo

ler la voiture de sa mére. Le jeu
ne couple se lance dans la péril-
Ns
survivent avec -des hold up peu
fruetueux en fuyant d'un état 4
en
nombre, les vols se multiplient et
bientét les meurtres, Les affron-

leuse earric:e de gangsters.

Vautre. La bande augmente

_tement avec la police sont san
glents. L’ordre du gouvernement
fédéral est lancé:

LES BANDITS PAR

tation, griice A son succés par

tout of i] a été vu. Le gang main
tenant traqué opére a travers tou
te l'Amériqne; du Texas a Towa
e
Kansas et le Nébraska. Ca sevn
une lutte A mort entre la police
fédérale et BONNIE et Clvde ot
leur groupe, dans un climat dx

en vagsant nar le Missouri,

Geraidine

Fayer
DUNAWAY, Mitchell J. POL -
HACKMAN, Es_

facgon inattendue:
Elle fait la commaissunee de Cly

CAPTURF®
TOUS
LES MOYENS. Ce film nous ar-
rive précédé d’une immense repu

cessive violence, Ces personnages

appartiennent désotmais. a ,'his..
toire, °

5 hres, 7 heures et 9 heures
Entrée’ Gdes 2.50 et 4.00

xxx
AIRPORT CINE
Aprés les retes de VEpjpiianie,

Avan 12S SOieunlles Ue 1a Cuati-
Geeur, 1d lurecuun au Asa =

» Use CAN & pense qui sauait

murquer pur une dace Cayce, ids
grands moments ae la Liturgie
Unrevlenne, en proyevant sur ses
ecrans, une. super - prouucuen
transecendante e. pure, qui rit
honneur au nouveau cacnuucisme
presente sous 1e Signe ue lweeu |
menisme de Vaticag u.. *

LA PLUS GRANDE HISTOIRE
JAMAILS CONL BE :
(En Cimemascgpe'~ Vouleurs)
avec: Mux Von Slpuw:
dans le roie du Christ
Sydney POTIEKS: dans %a-
lui de Siméon, le Cyrénéen
Charlton HESTUN: dans #
role de Jean Baptiste
John WAYNE: le Centuzicn
du Calvaire’ :
Claude KAINS: un Hérode
sanguinaire et pervers ,
Dorothie MAC - GUIRE: in -
carne la douce- Vierge. Marie... .
LA PLUS GRANDE HiSTOIRE
JAMAIS CONTEE
Une super-production d’une
SOMP.UOSILES auss: fastueuse
que celle des DIX COMMANDE-
MENTS
La Vie Sublime de l'Homnie -
Dieu — le juste mis au rang aes
assassins — la conspiration du
mal contre l’innocence — le Fils
de l'Homme crucifié entre deux
brigands — la Résurrection Gl)
rieuse du -Rédempteur —- tels
sont les grands moments de cette
histoire contée si pathétiquement
par Georges STEVENS.
Un, vibrant témoignage expri-
mé avec chaleur et noblesse.
' Une oeuvre monumientale.
Une super - producctiun colossale,
Un spectacle de Super -. Gals.
L'AIRPORT Cll ccrvie tou
tes les associations religieuses,
les groupements divers de toutes
les confessions chrétiennes, les ca
tholiques de la capitale, les mem
bres et adeptes de toutes les av-
tres religions, 4 venir communier
dans une méme ferveur, en as-

sistant A «cet acte de Foi dv
chrétien moderne».
Entrée Gdes 2.50 et 3.00
Séance Unique — Dimanche

19 .’anvier A 6 heures 30.

xX kK x

CRIC-CRAC CINE

Dimanche 19 Janvier

a 5 heures, 7 héu.es et 9 heure:
Seule une femme pouvait ose:

faire ce film!

LE BONHEUR
@Agnés VARDA.

Prix Louis Dellue 1965
Interdit aux moing de 18, ans
Columbia .

Le bonheur conjugal! Un fe
ver heureux, une femme ravi.
sante, des enfants joyeux qui p:
rachévent Vimage de la parfait
félicité, veloutée de tendresse ¢
d’affection...

LE BONHEUR .
prend sans réserve, eyocentr
queemnt il se donne sinceremer
mais il ne partage pas... ni.
epeur, ni le lit... Quelle femm
consentirait done & partag,er so
mari avec une amante?,.. A cett
question incisive

LE BONHEUR

vous révéle la -réponse ia plu
ameére, Une oeuvre paienne, ev
luant ie une atmosphére pu
théiste jet dyonisiaque, dang 1s
quelle la morale de T’esthétige
sert de'cadre & la perversité. U
drame qui atteint son point cu
‘minant et qui illustre ]'ambianc
dans laquelle la condition cu bo:
heur ne se réduit pas aux seule
dimensions biologiques.

LE BONHEUR

Cette oeuvre excellente béné
ficie de suprémes atouts sur 1
rlan esthétique, merveilleuse
lucent magnifiée par l'opulene
des couleurs dont le jeu nuares
devient plus révélateur et pu:
suggestif que celui évoqué dan:
le film célébre «
LE BONHEUR

(Cinémascope - Technicolor)

Un drame d'amour admirable
ment inerprété par:

Jean CLAUDE
DROUOT

Un probléme épineux pour le:
foyers heureux, mais menacés?..

Une vision subjective d’un un
vers clos, celui du mari qui ado
re sa femme et qui pense complé
ta. gon immense amour par un
passion nartagée avec une mal
“tresse, : .

Un drame violent avi analyy
avec une rigueur déepaniée ue
concention érotique de I’amou
chez le male ,dans an foyer trar
nuille.

Entrée Gdes 1.50 et 2.00

et Geneviéw

ae



PAGE 4



Cing minutes
aerrroi
(Suite)

tour et se blotut tout contre son
mari en entendant des Calons ra
cler Je plancher du couloir.

~- C'est peuteétre Jéréme,
souffla Maryse.

Lu chambre de Jéréme, un par
gon de quinez ans, le fils unique
des Gonéze, faisait face a celle
de ses purents,

— Je ne crois pas, chevrota
Clande. Je ne vois pas pourquoi
il quitterait son lit & minuit pour
aller se balader dans le couloir.
A moins que...

La progression des pas. mit
fin aux conjectures angoissées de
M. Gonéze. Mort de-peur, il
chercha le refuge douteux de

Vobscurité. D’un doigt saccadé, il

¢t@ipnit la veilleuse,

— Claude, tu n’es pas un hom-
me. Tu dois faire quelque chose.
Ca ne sert & rien de jouer a lau

¢ truche, tu sais.

-— Que veus-tu
Tassommer ?

— Je n’en sais rien. Mais si
tu n’agis pas, c'est nous qui al-
lons étre assommeés. +

_— Pas si nous le laissons opé
rer. Un voleur ne trappe jamais
sil n'est pas surpris.

La porte de la chambre s‘ou-
vrit brusyuement, livrant passa-
ge au rédeur. Unis dans la fra-
yeur, vlacés d’épouvante, Clau-
de et Maryse attendaient leur
fin, persuadés que seul un hom-
me armé et prét & se servir de
son arme pouvait violer un dowii
cile avec autant d’impudence.

Sans se presser, le visiteur noc
turne traina les pieds dans la
vaste chambre, ouvrit les tiroiis
de la commode, les referma aus-
sitét, ne jugeant sans doute pas
vendables les objets que ses
mains expertes avafent soupesés.

Maryse sentait contre son ¢-
paule les doigts moites et cris-
pés de Claude et devina qu'il
devait avoir encore plus peur
qu'elle. Grand Dieu! que vou
lait-il done, ce voleur bizarre
qui menait un grand tapage,
sans paraitre amasser le moin-
dre butin? Cherchait-il quelque
chose de précis, comme des bi-
joux ou de Vargent?

Au bout de cinq minutes ir-
terminables de remue-ménage, le
filou se retira sans méme se sou-
cier de refermer la porte derrié-
re lui et sans éviter de se cu-
yner aux meubles.
— Nous sommes
tia Claude, .
<< Pourvu qu'il n’aille pas dans
ja chambre de Jéréme.

L’appréhension de Maryse é-
tait fondée. Le malfaiteur peéné-
tra dans la chambre du_ jeune
homme, mais il ne trainait plus
les pieds.

L’instinct maternel l’emportant
sur la peur qui l'avait paralysée
jusque-la, craignant pour la vie
de sa progéniture, Maryse sauta
a bas du lit en criant un «au vo
leur» des plus percants,

— Tu es folle?

— Peut-étre, mais si tu refuses
d'aller protéger Jéréme, c'est
moi qui vais le faire. .

Blessé dans sa dignité, redou-
tant que, par sa couardise, un
malheur marrivat a son fils,
Claude quitta la chambre d'un
pas tout hésitant. Les jambes
_ flageolantes, Maryse partit sur
‘ses talons.

Interdits, le pére et la mere
de familic avaient du mal a en
croire leurs yeux. Au lieu «lu vo-
leur quils. s’étaient attendus A
surprendre, ils s’arréteérent pile
devant Jéréme. En pyjama, les
cheveux en désordre, le jeune
homme était planté au milicu.de
sa chambre baignée de lumicere,
et se frottait les yeux.’

Ou est-il passé?
“laude.

Groggy, le gargon promena ur
regard atone sur ses parents
avant de rénondre
-- Qui ¢a «ils?

—- Le voleur, voyons.

— Y avait pas de voleu™. C'était
moi. Je me suits éveillé dans vo-

9

sauves, balbu-

s’enguit

tre chambre sans savoir pour-
quoi et depuis quand je m'y
trouvais.

Jéréme Gonteze venait de pi-

quer sa premitre crise de som-
nambulisme. .
ae

.

Pour un Centenaire

LéAssociation des Dames de
Saint' Francois de Sales a hon
neur de vous inviter 4 une ‘mes
se so’enne'le qui sera célébrée a
la Cathéd. ale le 29 Janvie> 1969,
a5 h 30 p.m. pour féter le Cen
tenaire ie sa Fondatien.

La cérémonie sera presidée par
Son Exce'lence Mer. Frangois
Ligondé, A.cheveque de Portlau-
Prince.

LAssociation compte sur votre
nimable présence.



Présidente :
Mme Fran.n CHENET
Vice-Présidente :
Mme A. PERRY.

Que jaille ©

La Vie Internationale

PARIS (AFP)

La Conférence de Paix élargie
sur le Vietnam s’ouvrira demain
a Paris. Les négociateurs qui
dix semaines durant avaient
achoppé sur des détails de pro-
eédure dont notamment la forme
de table de conférence, — ont
réussi hier 4 se mettre d‘accord:
la table sera circusaire comme le
proposaient: les nord vietna-
tiens, mais de part et d’autre
seront placées de petites tables
rectanguaires Ces decni@res se
romnt a Vusage des Secrétaires,
mais elles n’en suggérent pas
moins l’existence de deux camps.
Cet arrangement in extremis va
permettre & M. Johnson, qui
avait tant fait pour la réunion
de la conférence, de terminer
son mandat ‘présidentiel sur un
succes appréciable, et & son suc-
cesseur, M. Nixon, al’hériter
dune situation nette { de tout
préalable. Ainsi les problémes
de. fond pourront-ils étre enfin
abordés.

XXX :

Les dirigeants soviétiques ont
un autre sujet de sat.sfaction,
le double exploit spatial réalisé
avec farrimage de soyouz 4 et
de Soyouz 5 suivi du transbor-
dement des cosmonautes. Le pro-
fesseur Blagonravov, président
de ta Commission soviétique des
Recherches Cosmiques, a déclaré
qu'il sagissait 14 d’uné étape
décisive dans une longue série
d’expériences avant d’aboutir a
la création d’une station orbitale
habitée dont V’intérét sera con-
sidérable pour les observations
scientiliques, Pour la Pravda, il
s'agit plutot d‘une plateforme
de départ pour de futurs vols
Spatiaux de longue durée. Quant
a Sir Bernard Lovell, directeur
de la station britannique de
Jodrell Bank, il estime que les
sovietiques ont désormais quatre
ans d’avance sur les américains

a

En réponse a J. J.
(Suite)

il surprenant que les hommes se
soient detournes de la terre et
que le aesert restat le desert ?

En partant de ce principe dan
wereux, auquel oenreiver suuse. i
abusivement, on peut tacilement
verser dans le racisme le plus
cru ct approuver les injustices
les plus criardes au nom du dé-
veloppement, Ainsi, dans la pen
s¢e de Schreiber, ce tut certaine
ment une bonne chose que les In
diens, incapables de dompter la
nature, tussent tous extermincs
pour permettre aux pionniers
plus intelligents de batir ]’Ame-
rique, tout comme il fut sans dou
te éminemment juste que les
Juifs venus de France, de Poiv-
gne et d’Allemagne ete... chas-
sent les Arabes de Palestine pour
y construire Israel. Et bien, non.
Cette part d’espoir humain dont
parle auteur s’effondre dés que
injustice s’y méle.

Israel n’est pas une nation ba
nale, écrit-il. Mais elle n’est pas
non plus une nation comme les
autres et, de ce fait, ne peut ser-
vir de modéle aux pays du soleil
et des déserts. Si PEtat hébreu
est en avance sur l'Europe, l’A-
mérique et la Seandinavie c’est
qu'il est un mélange de tout cela

Les immigrants juifs venus de
ces pa@Nes du monde n'ont pas
bati Israel ex nihilo. Ils appor-



taient avec eux un capital techni
aque puisé dans les meilleures uni
versités d'Europe et d’Amérique.
Ils apportaient surtout l’experien
ce, sinon le génie, de Vorgani-
sation sociale dont ils furent sou
vent les promoteurs tant pai
leurs actions que par leurs ide...

Je ne veux pas ici enlever aux
Juifs leurs mérites, Je tiens sev-
lement 4 attirer Vattention de 1’¢
ditorialiste de l’Express sur le
fait que tout peuple aussi arme

intellectuellement, sens pre-
mier du terme, que4e sont les
Israéliens d'origine curopéennc

parviendrait a ce niveau de dé-
veloppement, surtout quand = ce
développemént revét la forme
d'un impératif : transformer, le
désert ou périr. ~ .
Robert MALVAL

16 Janvier 1969.

Convocation

Les Dames de St. Frangois de
Sales sont priées d’étre toutes
présentes a LArchevéché le di-
manche 19 Janvier 1969 a 10
heures a.m. pour prendre part
cette importante réunion,

LE COMITE.

Carnet Social

Aujourd’hui Vendredi 17 Jan-
vier ramene le joyeux anniver-
saire de naissance de M. André
Monceeur.

Aux bons veux de ses parents
‘et amis nous joignons les nétres
et lui disons en outre Ad Multos
Annos.



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la I‘ontaine Mme Colo)

Perfurmances Légendaires,

Repreductions
Jnterpretations

phénomenales,
faisant époque,

‘Toutes Oeuvres,

‘Tous genres

q

Classique,

Populaire,

Religieux,

Théatre,

Disques Educatifs,
Disques Scientifiques

Chez’ vous, sans dépenses exagérées :
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONORES;
LE DISQUAIRIE DES MELOMANES AVERTIS,

LE DISOUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX
Le plus large choix de Port-au-Prince,

en ce qui concerne leg techniques

dassemblage spatial.
XXX

, Au Moyen Orient, la situation
na gutére évolué au cours des
dernieres heures. ll faut cepen-
dant noter qu’i peine formé le
cabinet libanais de M.’ Karame
connait ses premiéres difficultés.
Les mipistres des finances et
des travaux publics, ayant dé-
missionné, Le renforcement de la
flotte sovictique en Mediler:anee
a amené les mihistres.de POTAN
réuni hier & Bruxelles, a créer
une flotte d’urgence dans cette
région. Cette mesure s‘ajoute a‘
la création a la fin de Vannée
derniére d'un - commandement
pour la-surveillance de la flotte
soviétique en Méditerranée. Hier
encore, un croiseur soviétique
équipé de lance-fusées a franchi
le Bosphore,



Réception en ...
(Suite)

haute estime, la sympathie dunt
joussent le Commergant-Consul
M. Elias Cassis et sa femine
Georgétte dans les milieux gou-
vernementaux, diplomatiques, Con
sulaires et commerciaux avaient_.
porté le Président & Vie de la Ré-
publique, Dr. Francois Duvalier
a se faire représenter a cette
somptueuse agape par le Lieute-
nant Prosper Avril de la Garde
Presidentietle et le Maire Geor,
ges J. Figa.o,le Ministre du Com
merce et de l’'Industrie, Dr. Le~
bert Jean-Pierre et sa femme,
l'Ambassadeur des Etats-Unis et
Mme Ctaude G. Koss, les autres
chefs de Service de l’Ambassade
américaine et leurs épouses, les
membres du Corps Consulaire,
tous les grands commergants et
industyiels de la place, & Y
assister. .

lien n’y manqua, Les délices
furent complétes. Les Délégués
de la Chambre de Commerce des
Ameriques pouvaient evolue, com
me dans un monde dats leg salles
luxueuses ef spacieuses, dans
la vaste cour de cette maison,
au milieu des gens de qualité que

le Consul et Mme Elias Cassis
avaient tenu a réunir autour
d’eux, .

Les tables du buffer étaient

garnies de toutes les savoureuses
trouvailes alimenaire, et re-
haussées de caviar noir et rose.

Des gargons stylés assuraient
un service de boissons varices.
Le bar de la cour tenue par An-

'" «i NOUVELLISTE: |

L’Aseociation pour
la réhabilitation
des Handicapés

Le Mercredi 15 Janvier dans
Vaprés-midi, au local de \'Eeolo
St. Vineent, l’Agsociation Hai-
tienne pour [nv réhobilitation des
Handicapés a tenu une assem.
blée au cours de laquelle la Di-
rection de l’Association a été re-
constituce,

Jusqu’éA la prochaine Assem-
blée générale, l’Association- sera
présidée par le Dr. Gérard Léon
qui sera assisté d’une Seerétaire
National, d’une Secrétaire et
dune Trésoriére. :

La mise cm train, du program-
me de COLLECTE DE FONDS
qui chaque année permet 4 1’As-
sociation dé faire face & ses
lourdes responsabilités a été pla-

,nifiée. Un projet de budget ac-

compagnant le plan d’action a
été soumis a ]’Assemblée.

Nous souhaitons une fruc-
tueuse gestion au nouveau co
mité de Association. .
N.B—LE GALA DE PRIN-
TEMPS aura lieu & I’Hotel Sans

Souci le 80 Avril prochain.

Convent National
1969

Du 20 au 26 du courant les
délégués des Luges du pays se
réuniront en Convent National
annuel au siéze du Grand Orient
d@Haiti 4 étage L’Amitié des
Freres Réunis No. 1.

Les macons, scton la tradition
choisissent cette occasion pour
délibérer sur les problemes et |e
situation de VOrdre en général.

Le Convent s’ouvrira le lundi
20 4 7 h. 30 p.m. sous la prési.
dence du Grand Maitre Carnot
ADRIEN,. Le dimanche 26 aura
lieu la célébration de la Féte de
Ordre.



Attention !
e

Tl est porté A Ja connaissance
de toug les Gléves de la classe
de déme des Lyeées ct Colléges
de la Capitate que le Cours de
Granimaire et de Style que Me.
Constant D. Pognon dispense gra
tuiiement & leur intention a été
inaugure [no semaine derniére et
se poursuivra ltou,y les samedis a
8 heures précises duo matin au
local dy Nouveau College Moder

ne, sis au No. 10) de VAvenue
Charles Sumner, en face de la
Station ESSO du Petit-Four.

Vous tous, eve, de deme, qui
avez des Iitemes on Francais et
qui voulez bien les combler, ins
erivez-vous a ceSCuurs de Gram

toine Cassis ne semblait) servir maire et de Stv¥le de Me, Cons

que le champagne. tant D. Popnon, poofesseur de
Un ensemble musical — entrai-é carriére.

nant portait de nombreux couples N.B.— Participation aux frais

a libérer les rythmes de leurs
pieds.

Le savoir-faire du Consul
Elias Cassis, Jes amabilités char-
mantes dv sa femme et Ja gentil-
lesse des autres membres de sa fa
mille qui aidaient avec beaucoup
d'enthousiasme dans le service
ont réalisé hier soir encore cette
merveille qui s’appelle |’hospita-
lité haitienne.

HAITI -
GUATEMALA

(Suite)



VAtlanta Chiefs, ART ot ASHER
WELCH, WINSTON EARLE
du Baltimore Bays, LLOYD MC



LEAN, DENNIS ZIADIE, LES
BURN du Boston Beacons, NE
VILLE OXFORD du New York

Generals, OSCAR BLACK de St
Louis Stars, HENRY LARGIE
du Washington Whips. Ces ren-
contres auraient lieu au debut
du mois de Feéviter et perme:
traient de jauger notre sélection
avant son vovage pour Je Guate
mata
X XXX

LA COUPE PRADEL.—

Comune prévuc, notre competi.

tion officielle déebutera Te Vendre

di 24 Janvier avec le match: BA
CARDY — EXCELSION, | ley
t.6is autres de ce premier tour
oppeseront Ie Samedi 25: VIC
TORY a RACING, le Mardi, 28+
VIOLETTE a EVOILE, le Ven
dredi 31: ATGLE NOIR a DON
BOSCO.

Depu's le 7 Janvier, tous les
Clubs se préparent pour cette
ouvertu;e. Les trois goands qui
constituent Varmaiure des Equi-
pes Nationales A ct Bo partent

en principe favoris, le Stade Don
Bosco qu'on aw pu apprécicr lo s
du Championnat de la Coupe Ayl
vio Cato. est Voutsider No. 1
Les aut-es qui nous ont aecoutu
mé aux haut et bas, tres certail
nement, conserveront leur image
habituelle. I] faut seulement sou
haiter qu'un effort soit fait dans
ce second groupe pour une remon
tée au tableau d’honneur.



DECES

Nous annongons avec beaucoup
de peine la mort de Mme PHA
NUEL DESIR, mere’ de notre
jeune ami Mr. PASCAL DESIR,
gurvenue au Cap-Haitien, en sa

résidence — privee, le Lundi 13
Janvier en cours.
Les funérailles de Mme PHA

NUEL DESIR ont été chantées,
au milleu d’un convei imposant
de parents et d’amis, con | epti-
se au Sacre_Coeur duo Cap-Hai-
tien Je mardi 14 Janvier

Aux parents @prouvés par cet
te perte et plus pa-ticuli¢rement
a son Epoux Mr. PHANUEL DE
SIR et a ses ENFANTS MON-
SIBUR ET MADAME PASCAL
DESIR. «LE NOUVELLISTE>
renouvelle expression de — ses
sincéres sentiments de condoléan
ce.



Messe de Prise
de Deuil -

Une messe de prise de deuil
. gera célébrée le samedi 18 Jan-
vier 1969 en l'Eglise du Sacré-
Coeur de Turgeau a 6 h 45 du
matin A la mémoire de la regret
tée Eugénie CAPRON mére de
Madame Jacques Coicou.

Cette annonce tient lieu d’in

De vitation aux parents et amis.

divers: Un dollar par mvis, exi-
gible a Vinseription.

Soyouz 4 atterrit ...

(Suite)

et le carburant y seront achemi-
nes.

2j)— Centre d’entrainement et
dacclimausation pour les fucurs
vosmonautes. Ils participeront au
montage de la tusee 4 bord de la-
quelle ils devront. s’embarquer.
3) La base d’observation astrono
mique avec telescopres orpitaux o
large rayon d'action et exploita
tion de tuutes les possibilites spec
trales.

4) — Centre de liaison cosmi-
que avec les engins interplanc-
taires. Le fait qu'un tel centre
rera situé au-dela de V'atmosphe
re terrestre V'avantage considéra
blement par rapport aux actuels
ventres de réception au sol, no-
tumment du fait de la possibilit’
d'utiliser pleinement les latsons
par Lasers.

5) — Centre d'études des phe
nhoménes globaux intéressant = f.
déveluppement général de la ter
re et permettant de planitier son
evolution. Les opérations de
contréle des processus saisonniers
et scculaires s'intéresseraient es-
sentiellement des phéenomeénes geo
logiques, géodésiques, océanoyra-
phiques et glaciologiques.

6) Atelier industric] pour
Ta construction en orbite, c'est
& dire, dans des conditions de vi
de et d’apesanteur, de produits
parfaits, ‘

7) — Laboratoire d'¢tude pour
Ja découverte de nouveaux élé-
ments, L’absence d'oxygene pour
rait en effet permettre d’y déve-
lopper une Chimie Spatiale aux
larges perspectives.

Pharmacies assurant

le service cette nuit.
Vendredi 17 Janvier 1969
SEJOURNE

Rue du Centre



, J. BROS
Archives Nationales

ADMISSION

PUNO TAOBAO SOOO U NOTE CUO SOO COO COO MOU CONT T 0 4,



Grand Hotel Olofison

Chaque Lundi
Formideble Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarbo-ough

Danse avec URnsemble de MURAT PIERRE

Lettre a M. Max .
A. Antoine

(Suite)

Salomon; son habileté politique,
tout cela a retenu mon attention.
Toutefois, ce qui, dans votre ou-
vrage m'a le plus frappé, c’est
davoir. bien mis en lumiére cette
volonté farouche de Yhomme de
travailler & la promotion sociale
et culturelle de la giunde masse
noire qui, depuis V’Indépendance,
errait dans la nuit mentale.
Homme intellectuellement pré-
paré, Salomon appréciait la va-,
Jeur irremplagable de Vinstruc-
tion comme condition sine qua
non de Vavancement’ et du pre-
yrés des peuples. [u cela, it su
trouvait tellement dans la nor-
me des choses que la question
n’aurait méme pas da se poser
en termes de classe, ou cn termes
ridieulement épidermiques, mais
en termes simplement humains.
A un point tel que, homme de

ewur et d’esprit, méme Boyer
Bazelais, son adversaire _ politi-

que, avait déclaré que «si je sou-
haite ardemment arr‘ver & la pre
miére magistrature de VEtal,
c’est uniquement en vue de répa-
rer le tort fait aux masses par
Jean Pierre Boyer, mon aieul»
(p._ 68)

En plein 19@me. siécle, alors
que l’Europe avait déjé connu la
révolution industrielle, que Re-
nan entrevoyait Vavenir fulgu-
rant de la science et que’ les
idées socialistes commengaient 4
émouvoir les -esprits et agiter
les peuples, aucun leader haiaen
conscient n’aurait pu re ter in--
sensible uevant letat de sous-
développement ¢conomique, no-
cial et culturel des masses.

Aussi, n’est-il pas
que, en dépit de toutes sortes
de péripéties, les idées progres-
sistes pour lesquelles luttait Se-
lomon, aient irrésistiblement
frayé leur chemin A travers le
temps, pour tinalement s’épa-
nouir A la révolution de 1946 que
prolonge et approfondit la ré-

volution duvaliériste, si dynami- _

quement intégrée dans le 20éme.
sitcle, .
Dix années d’expériences en
Amérique Latine comme Anbas-
sadeur mont définitivement con
vaincu que Vévolution des, col-
lectivités nationales, sous peine
de voir leur souveraineté compro-
mise ou menacée, ne peut plus
étre une ceuvre partielle et spo-
radique, mais bien un travail
constant ct de grand ensemble.
Aussi, le comprenait déja Salo-
mon. Ainsi le comprend le Preé-
sident Duvalier, Leader ‘actuel
de la natfon, dont bien humble-
ment je partage Vopinion quand,
dans sa Préface a votre livre,
il écrit «Lieffort de synthese
réalisé par Max A. Antoine dans
sa tentative d’approche du Grand
Leader, du Diplomate, de l'hom-

me d’Etat est en tous points
louable». .

Veuillez agréer, mon clier ami,
avec toutes mes félicitations.

assurance de ma_ considération
trés distinguée.
Arséne POMPEE



Carnet Social

Aujourd’hur 17 Janvier rame-
ne anniversaire de naissance de
la charmance Ghislaine Vumerzil
qui en cette occasion compte Feu-
nir chez elle un bon nombre de
parents et amis pour féter ce
beau jour. .

Aux nombreux souhaits qui lui
ont été faits nous jolgnens les
notres : de bonheur, de santé et
de longévité.

Bonne Féte Ghislaine !

Bulletin de

nouveiles

Le 14 Janvier, par le vol 432
de la PAA, est partie & destina-
tion de Miami, Melle. Josette
PHILIPPEAUX, Prem.ere Se-
crétaire A l'Ambassade d’Haiti a
Paris.

cnx

Le méme jour, par le Vol 243
de Ja AIR FRANCE, sont partis
a destination de Miami, le Major

Max CIVIL et le Capitaine
Reynold DESNOYERS, CA,
FAd@H., Délégués du Gouver-

nement en Mission Spéciale.
Dem en ee

Messe de Requiem

Mr. et Mme Nerey BESSON
et famille feront. célébrer le lun-
di 20 Janvier A 6 h, 45 du matin
ar Sac e Coeur de Turgean une
Messe ae Requiem = & Voccasion
de Ja mort piématurée de leur
regrett¢e Claudette Besson AN-
GIBEAU.

Les parents, allié, et amis de
ly defume sont priés de cansidé
der Vannonce comme une invita
tien, .








Cet



EYE Pt



PH

TAH




2 DOLLARS.

CHICANE CARA KARA RENTS

Le Rond Point Night-Club

Samedi 18 Janvier
DINER DANSANT
Dés 9 Heures P.M.

Tenue de ville de rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

- dont

étonnant

- dans




AU FIL DES JOURS
(Suite)
se, mére de Catherine.

Liidée de leur mariage en
Haiti vint de Mme Yolande
Glarke qui en écoutant Catherine
faire le projct d’aller passer quel-
ques jours de vacances en Haiti
avec sa bonne amie haitienne du
Gouvent de St Hubert, Mlle
Marie-Carmelle Bordes, soupira:
«Oh si j’avais 30 ans de moins,
voila, un pays ot je me ma-
Yierais».

Cette idée fit son chemin et
mercredi le réve de Mme Yolan-
de Clarke devint une réalité pour
sa fille.

Une brillante réception
cédait 1a cérémonie religieuse.
Elle se déroula dans le grand
salon de l’Hétel Choucoune, en

pré-

présence des premiers témoins,
Mme Yolande Clarke et | le
Ministre Conseiller de l]‘Am-

bassade d’Haiti & Rio, M. Alex

Dominique, et des autres té-
moins, Mlles Marie~ Carmelle
Bordes, Nelsie Aguiar, Mmes

Alex Dominique, Pearl Kalman,
MM. Jean-Claude Bordes, Gérard
Nau, Aubelin Jolicoeur.

Au champagne, le diplomate
Alex Dominique fit un discours
de belle facture pour présenter
tant cn son nom propre qu’en
celui de Mme Yolande Clarke,
ses voeux au jeune couple tout
en. lui prodiguant les conseils
il a besoin’ sur la route
difficile de la vie & deux.

La cérémonie religieuse
lieu en VEghse 8t Pierre
Petionville. 1

Précédés du petit Serge Do-
minique portant les bagues,
Catherine au bras de M. Alex
Dominique et Robert donnant
le bras & Mme Yolande Clarke
firent leur entrée 4 I’Eglise St-
Pierre aux rytkmes de la marche
innocente de Mendelssohn qu’en-
tonnait la chorale de cette égli-
se.

La cérémonie fut longue — et
émouvante, Le prétre parlait
bien. Les heureux époux, aprés
leur union regurent la commu-
nion sous les deux espéces.

Aprés la bénédiction nuptiale
i l'Eglise St Pierre, M. et Mme
Robert Simard furent regus a
VHétel Marabou ott ils sont des-
cendus, par la direction de cet
établisement. Cette réception a
laquelle, assistaient de nombreux
amis haitiens, canad ens ¢t améri-
cains faits ‘par ces jeunes gens
sympathiques fut pleine de dé-
lices. . :

Nous faisons des voeux pour
le parfait bonheur de M. et Mme
Robert Jacques Simard.

xxx

eut
de

DIVERS
. Ken Gordon, Directeur Exé-
,cutif des Chambres de Commer-
ce du Comonwealth caribeen est
arrivé mercredi et a été accueil
par le Trésorier de la Chambre
de Commerce des Amériques et
Mme Raymond Roy. H est de
Trinidad,
xXx xXxX :
‘4. M. Winston Meeks, de la
Chambre de Commerce de la
Jamaique est arrivé avant hier
soir, .

Ils sont venus asgister a la
réunion que la Chambre de Com-
merece des Amériques tient a
Port-au-Prince,

x KX

... Le jeune Sténio Dupuy, In-

tendant au Service de l’Ambassa~

de d’Haiti & Washington est
rentré au début de la semaine

venant de la Capitale Fédérale.

Tl a été accueilli par le Capitai-
ne Serge Coicou de la Garde Pré-
sidentielle et M. Carl Alcindor du
Protocole.

Comme Von voit, Sténic Dupuy
a été I'ebjet. d’une marque
d’attention de la part du gouver-
nement qu'il sert intelligemment
a Washington.

Il poursuit ses études au Wilson
High School de la Capitale Fédé-
rale. . ,
. Le talentucux artiste dé-
corateur George Rizk a aA pene
fini de ecélébrer son heureux an-
niversuire le 15 Janvier qu'il a
du se faire hospitaliser. [1 souf-
frait d’une crise d’appendicite.

Liintervention chirurgicale a eu

lieu avec bonheur. Sa charmante

soeur Kathy Rizk, son assistante
passe son jour d’anniversaire, en
ce vendredi 17 Janvier au chevet
de son frere, Aa VHonital du

Canapé Vert.

Prompt rétablissement,
ves! Bonne féte, Kathy !

... Le Dr. Arthur Wellesley E!-
demire, ancien Président de la
Chambre de Commerce de Monte-
fo Bay, ancien Président de -la
Chambre de Commerce des Améri-
ques, arrvé ici hier soir, a
assisté 4 la grandiose réception
offerte par le Vice- Président de
la Chambre de Commerce d’Jiaiti,
le Consul et Mme Elias Cassis
et est reparti ce matin.-

’ Le Dr. Arthur Wellesley El
dem re pratique la médecine a
Montego Bay. Son frere est
Ministre de la Santé Publique a
la Jamaique.

.. Ce matin est arrive par le
Vol. d‘Air France venant de
San Juan, M. Clifford C. Curtis,

ja section Business de

Newsweek Magazine, a New
York. Jl a été accucilli par, sa

charmante femme Martha arri-
vee hier,

Martha, parlant couramment le
francais, nous a apporté d’apréa-
bles nouvelles de nos excellents
amis Vincent et Adéle Sardi,
Propriétaires des fameux restau-
yants SARDI'S West et SAR-
DUS EAST, de New York.

Clifford et Martha sont
candus a lHotel Tbo-Lele.
passent. 3. semaines ici.

.. Te Dr. Juan B. Mocao. de
Isla Verde Puerto: Rico est arri-
vée ce matin pour une courte
visite en compagnie de la gra-
‘cieuse Catherine Reardon de New
York City. Ils 4taient précé-
demment 4 la. Martinique.

Tls passent le week-end & Ibo-
Beach. :

MARIAGE

Samedi dernier, en |’Eglise
Christ-Roi, au milieu d’une nom-
breuse assistance a été célébré
le mariage de M. Gérard Dumay
avec Melle Fyrtha Charlot.

Tis ont été conduits au pied

Geor-

des-

Is

de (Vautel par Mme Jeanctte
Charlot Agnant et Me. Dantés
Colimon.

Aux nouveaux conjoints, nous
adressons nos félicitations et nos
‘meilleurs yoeux de bonheur.



Le nouveau
scaphandre
soviétique )

MOSGOU (AFP) —

Quelques indications suy luni,
té de survie du nouveau Sca-
phandre soviétique uitilisé pur
le, cosmonautes Khrounov et E-
jisseey sont données pour la pre
miére fois par l’Agence Tass ce
matin, sous la signature de son’
correspondant au .Cosmodrome
de Baikonour,

Le type de Scaphandre . ujlis
par leg cosmonautes comprend,
écrit PAgence, un récipient (sur
lequel aucune précision u’est
donnée) attaché aux jambes pour
ne pas géner le passage du cos
monaute d’un vaisseau spatial 4
Yautre. Ce. récipient contient up
systéme fournissant Voxygene —
(pas de détails sur le provédé de
régénération utilisé) — une sour
ce de chaleur, une soutflerie
d@air chaud ou froid allant vers
VIntérieur du Sacaphandre, et un
Thermostat pour le. réglage au-
tomatique de ces appareils.

Les Seaphandres d’Elisseev et
Khrounoy gont bien différents
de ceux utilisés par Alexis Leo
nov, Edward White et autres mar
cheurs de l’espace, note Agence
Tass.

. x kx
DOTES D’UN IMPORTANT
APPAREILLAGE MEDICAL
MOSCOU (AFP) —-

Soyouz-4, qui vient d’atierrir
et Soyouz_5 qui poursuit - tou-
jours son vol autour de la’ ter-
re, avaient été dotés, avant leur
lancement, d’un important appa-
reilage médical, destiné a effec”
tuer un cont.dle médical perma
nent des cosmonautes au moment
de leur passage d’un vaisseau a
Vautre.

Crest en effet ce que révéle ce
matin un meédecin soviétique le
Dr. Leon de Kakourine dans un
article publié dang «Russie Sovié
tique» que note l’Avence Tass.

Le médecin sovietique indique
notamment, qu’un tableau de
bord spérial avait été amené a
Vintér.eur de chaque vaisseau,
aur lequel le Commandant de
bord pouvait lire instantanement
les variations de la temperature,
le poulg et autres données sur
état des cosmonautes, ainsi que
les limiveg dans lesquelles ces
variationg autorisaient, limitaient
ou interdisaient les Aifféventes
opérations liées au transborde_
ment deS deux cosmonautes.

Ces tableaux étaient placés
sous le contréle des deux Comman
dants du bord; Vladimir Chata
lov, et Borig Volynov, ajoute le
médecin. LH: précise, d’autie part,
que toutes les données recueillies
étaient retransmises par télémé
trie a terre, oll les '‘médecins du
groupe de surveillance du vol, a-
vaient la possibilité ainsi d’éva
luey & tout moment l'état géné
ral des cosmonautes.

Enfin, le docteur Kakourine
souligne en conciusion que{la nou
velle expérience ‘spatiale & servi
le but d’apprentissage A jla vie
et au travail de l’homme dang le
cosmos.

XXXX .
UNE OPERATION REUSSIE
JOHANNESBURG (AFP) —

Une jeune Sud - Africaine de
19-ang a mig au monde un bébé
exactement 30 heures aprés a.
vair subi une grave opération a
coeur ouvert, apprend-on & Jo-
hannesburg. La mére et enfant
se portent bien.

LWinervention a été effectuée
lundi matin par les chirurg ‘ens
de Uh6pital central de Johannes
burg. Mardi aprés-midi, Vopérée,
Mme Avril Dunné, metiait au
monde un gareon de & kg. 900.

La jeune mere souffrait. d’une
Sténose mitrale (retrécissement
de la valvule mirale), affectant
la circulation sanguine a Vintéel

rieur du coeur, Les chirurgiens
craignaient que le coeur, tres af-
faibli, ne résiste pus aux efforts
de Paccouchement.



— L’opération — qui a duré
, deux heures et demie — était

d'autant plus délicate que les chi
ruigieng ne pouvaitnt utiliser
les analvésiques habitueis sans
courir le risque de ‘mettre en dan
wer la sante de Venfant.-
Aujourd’hui, la jeune mere a
quitté le Département cardiologi-
que. Son état. de santé n'inspire
plus Winquiétude, : '
xxx -

LA RUPTURE ENTRE
DQ@N JUAN ET JUAN
C@LOS
MADRID (AFP)

La rupture entre le pretendant
au tréne d'Espagne, Don Juan,
Comte de Bareelone, et son fils,

| VENDREDI 1 IANYIER 1900

LActualité Internationale

. ‘

Juan Carlos de. Bourbon, au su-~
jet de la succession du-.Général
Franco,. est confirmée par): une
lettre de Don Juan‘au Président
de son Conseil Privé; “dont le
texte est publié ce matin, dans
un journal madriléne. ~~...

Don Juan dément ecatégorique-
ment avoir eu, au. préalable, con
naissance des déclarations de ‘son:
fils, le 6 Janvier, dans lesquelles
ce dernier se déclarait disposé
& accepter' une éventuelle nomi-
nation comme héritier de la cou-
ronne-devant succéder au Géné-.
ral Franco.

Dans sa lettre, Don Juan de-
mande aux membres du Conseil
Privé de donner leur opinion sur
Vattitude qu’il devait adopter,
compte’ tenu de l’extraordinaire
publicité faite par le géuverne-
‘ment aux propos de son fils -et
dé Vextréme confusion ‘ainsi:
créée au sujet de la légitimité
dynastique et du principe suc-
cessoral,

Sans cacher le désarroi dans
lequel Vont plongé les déclara-
tions de. son fils, Don Juan .ré-
véle dans sa lettre, que ses rela-
tions avec Juan Carlos étaient
bonnes et qu’une dynastie serait
inévitablement considérée comm?
déloyale et infidéle. - .



Messe de Requiem
Max, Francis, Rooseveit, Jean
et Ernst CGharles font chanter
une Messe de Kequiem 4 Vinten
tion de idur me.e
EUGENI& MUISE CHARLES
en la Cathédrale de Port au -
Prince le Mardi 21 Janvier 1969

a § Heures su du matin
Ce present avis lent leu d’in
vitution aux ‘parents et amis.



rreummaires au .

Vungatea uw acavall
(ourbe;

tion de {Homie maven par

JfaVall Nuiweutee eo ia produc

UVIte, weil ee.» ,

Yeux uspecus principaux dt
Pacuvire Nauunale serve envi
SugeS Pur ivy Culyressisves 7 a.
Vaspect . Social; by L’Aspec
econumique, : Fal

Leaspecr Social embrasse 1:
Secure pocaie : Kisyue octal
Yaranvie cOmre tes Moeyues Po
claux, Leenniques de 1 iuuemnisa
tion, £reveuwen aes risyues -
Muimuen de la same au ‘Lra
valeur, boiuque ee piein em
pio. .

L’Aspect économique — considé
re La situation ug tempol ¢
Haiti (Agricuture, inausurk
Commere, Auminiswation fupl
que) — La Kemuneraunon d
‘Lravail, — la Foluque salarials
la Taxation uu kevenu d
Travail — J’lntea-struccure éc¢
nomique en milieu rural,

Des discussions tres — intére:
santes onc eu ley autour de
‘divers points de cet Avant-Pr
jet d’Agenda. Elles ont reten
Yattention des Membres de |
Commission Permanente qui '
feront cas dans les ajuslemen
a faire a Agenda final. ~

Le Be. Congres National ¢
Travail se uendra p-obableme
au cours de la deuxieme qui
zaine du, mois d'Avril, Deja,
suscice le plus grand inter
chez ceux 1A qui seront appel
& y epporter les lumicres |
leurs connaissances et de leu
experiences dans les divers
branches de VActivité Nationa!

Ce Congrés conneitra cert
nement un tres grand succes |
le grand prix que le titulaire |
Département du Travail, le I
nistre Max Antoine apporte
sa préparation et par dess
tout, vu que cette initiative q
part directement du Chef de-
Nation traduit’ sa farouche ¢
termination de rénover ord
social et économique de la N
tion.

L’Ecole Technique
de Cosmétologie

‘La Direction de l’Ecole Teck
que de Cosmécologie annor
Pouverture prochaine de la SI
TION DES COURS PRAT
QUES ACCELERES DE SOI
DE: BEAUTE.

lies Inscriptions sont regi
chaque jour au local de. VE
hlissement, 93 Rue Pavée, a £
tir de 8 h. 30 du matin. Elle r
pelie que des bourses de pert
tionnement aux Etats Unis d
meériqu® seront accordées au 1
yéates, & la fin de VYannée aca
Mique.



3 Janvier 1969
LA DIRECTION.

\orocersacacescacamaas SSSSASLLASASALSAAS SAAD ALA SA

,

CASTELHAITS
Dimanche 19 Janvier 1969 4 8 H. P.M,
DINER DANSANT

avec le Concours du Jazz les
«DIABS ROUGES»

: Filet Mignon, Steak au poivre, ete.
Pour réservations :-Téléphonez au No. 3926

\ My. Harry

§ secocece

Von Wolff.

,
PSD AAALAD IAN SAS ot SAAS SNSNADAPSSAPPA IAMS
\

SLM NK HEDIS IAL III IID ISS LE NSS IAD IS SALAS ALY IIIAO

Pour vos enfants, pour vous mémes et

dans votre Foyer

’

Cultivez-vous, amusez-vous, renseignez-vous
LA DON MOHR SALES CO vous propose
des films court métrage de 8 mm.’
Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
Voyez DON MOHR SALES CO.



Full Text
















QUOTIDIEN
LE PLUS ANCIEN D’HAITI
FONDE EN 1896

- Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET

Préliminaires au Congrés
' du Travail

Des personnalités et des repreé-
sentants de toutes les branches
de Vactivité nationale Econo-
mistes, Financiers, Industriels,
Commer¢ants, Intellectuels, Jour-
nalistes, Syndicalistes, Religieux,
Fonectionaires se trouvaient réu-

- nis hier matin au siége du Dé-
partement des Affaires Sociales
sur la convocation du_ titulaire
de ce Département.

Entouré du Sous-Secrétaire



Mme la Présidente
remercie

Port-au-Prince, le 16 Janvier
1969.

Le Secrétariat Privé de
Madame Francois Duvalier trans
met les plus vifs remerciements
de’ Madame la Présidente 4 tous
ceux qui ont bien voulu apporter
leur généreuse contribution aux
distributions organisées 4 1’occa-
sion des fétes de fin d'année par
ja Premiére Dame de la Ré-
publique.

Grace & leur précieuse colla-
boration, Madame la Présidente
fidéle A la ‘Politique de solidarité
sociale du Gouvernement du 22
Septembre 1957 a pu concrétiser
son réve d’égayer Ila Noel de nos
millicrs de deshérités du sort et

d'augmenter le mieux étre des
familles nécessiteuses.

Le Secrétariat Privé de
Madame la Prés‘dente, au nom
de tous les bénéficiaires, re-
nouvelle ses meilleurs. remer~

ciements,



“ Gouvernement le

-la plupart des

d’Etat Me. Jean Montés Lefranc
et du Secrétaire Général Mce..
Max Fouchard, le Minjstre Maa
Antoine ouvrit la séance en rap-
pelant le motif de la convocation
qui est en résumé, Vexamen de
VAvant Projet d’Agenda du 23.
Congrés National du Travail
qui doit se tenir en fin du mois
d’Avril prochain en cette capi-
tale. Le Ministre Antoine a sou-
ligné Vintérét que le Chef du
Dr. Frangoi:
Duvalier, Président a Vie de la
République porte a ce Congrts
duquel il doit sortir des conclu-
sions bénéfiques pour Ia promo-
tion générale du pays. Déja sous
le gouvernement du Président
Estimé, le Dr. Francois Duvalier
alors Secrétaire d’Etat du Tra-
vail avait tenu le Premier Con-
grés National du Travail. Il est
aujourd'hui tout a fait heurery
de pouvoir intégrer dans les fait’
importantes re-
commandations de ce Congres
qui demeure une date lutte pour la régénération so-
ciale et économique de Vouvrier
haitien,

Puis, Je ss. cete'®
Max Fouchard apres ay.
né lecture’ des différents. pon
de Avant Projet d’Agenda pré
paré par une Commission Spé-
ciale permanente, invita les mem-
bres de V’Assemblée & procéder
a Vexamen du document.





Le theme proposé pour le Cor
grés est le suivant : «La Premo-

(Suite page 4 Col. 8)







Soyouz

4 atterrit, alors | que Soyouz 5 4U Fl

MEMBRE DE L?ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

éme ANNEE

continue son vol dans l’espace

La technique
d@atterrissage
des Soyouz

PARIS (AFP)

(Du Rédacteur Scientifique de
VAFP.,
Serge BERG
Contrairement aux astronau-

tes . américains qui amérir a
bord de leur capsule, générale-
ment dans lMocéan atlantique, Ics
cosmonautes soviétiques ont tous
atterri dans la steppe du Ka-
gakhstan. Cependant les vai.-
seaux spatiaux américains peu-
vent également aiterrir ct les
vaisseaux soviétiques amérissare.
Les deux variantes sont prévues.

Si Jes sbviétiques ont préferd
jusqu’a présent Vattérrissape a
Ja dascente sur la mer, cela trent
principalement au fait que pour
eux, en raison de la. situation
wéographique et de la continer-
talité de PURSS, Vimporiane
infrastructure de controle ct de
récupération nécessaire pour les
ultimes opérations ‘est installée
sur leur territoire. Toutefois
les soviéliques ont entrainé leurs
cosmonautes a se poser égule--

-ment en mer. En cas de difficul-

tés ou de retour de ja June, to
descente dans une région situc:
en dehors du _ territoire soviéti
que peut s’imposer. Une — foi?



Calendrier de la Sem aine Oecumenique ,

Le publie est invité 4 se join-
dre A nous et A participer a
toutes nos activités durant eette
Semaine. Le theme sera «Le
sens de !a présence des Eglises
chrétiennes dans un pays
vyoie de développement». Pu.
aider 4 votre participation, nous
publions i votre intention, le
calendrier des activités

SAMEDI 18 Quverture de la
Semaine, dans le Nouvelliste, 2
articles :

1) Qu’est-ce que LOECUME-
NISME ?

2) Le mouvement oecuméni-
que en Haiti

DIMANCHE 19 : Auditorium
du Champs-de-Mars a 6 h 00
p.m: Réunion oecuménique sous
la direction du RR. P. Simen-
Louis, Président du Conseil oc-
cuménique.
MARDI 21
te:

: Dans le Nouvellis-

1) «L’Evangile et la vie quo-
tidienne en Haiti» ‘par le; ‘Past.
FORD !

2) «L’Eglise en état de mis-
sion, par le P. Millien

A la Voix de la “Révolution
Duvaliériste a 6h 00 pm:
Table-Ronde sur 1|’Oecuménisme.
MERCREDI 22 : a 4 h 00 p.m.



Rareté de Cigares

Relativement 4 la note parue,
sous ce titre, dang notre numéro
Whier, nous avons recu de la «Di
vision Administratives de la RE
GIE.DU TABAC ET DES AL-
LUMETTES, les informations
suivantes, expliquant le, raisons
de la rareté de cigares constatée:

* Tes ateliers de cigares (ciga-
res populaires et cigares de luxe)
qui font partie de la DIVISION
INDUSTRIELLE ne sont pas
fermés. La production des varie
tés de luxe (CREME, COURON
NE, PALME) a été rapidement
enlevee a loeccasion des fétes de
fin d’année.

En attendant Varrivée dans
quelques semaines —— d’une com
mande de «CAPE», pour la pré.
paration de ce. variétés, la DI-
RECTION GENERALE | organi-
se, par suite de la fermeture de
la MAISON MAXIMILIEN qui
en avait le monopole de vente,
au local de la DIVISION COM
MERCIALE (& PAVENUE MA.
RIE-JEANNE) un COMPTOIR
ot les clients trouveront les Ci-
gares PALME, COURONNE,
CREME.

ne EEEEEEEED

OSCAR POUR LA MEILLEU
RE PHOTOGRAHIE
OSCAR POUR LE MEILLEUR
SCENARIO
SCOSCAR POUR LA MEILLEMU
RE INTERPRETATION
OSCAR POUR LA MEILLEU
RE MISE EN SCENE
OSCAR POUR LES MEIL-
RS ACTEURS
SCAR POUR LE MEILIEUK
FILM DE L’ANNEE
UN HOMME
POUR L'ETERNITE
Le film aux SIX Oscars.

SSLSLPLSAD SALLE Ded



sur la cour du Petit Séminaire-
College St Martial : Rencontre
oecuménique pour les étudiants
des classes terminales et les uni-
versitaires. Théme : Les Eglises
et le développement oecuméni-
-ne — une expérience. :
vu TDI 23 Service cecuméni-
que en la Chapelle du Petit
Séminaire A 6 h 30 p.m.

Prédicateur

Ce service sera
sur les.endes de la Voix de
Révolution duvaliériste.

Dans le NOUVELLISTE

1) Le Message de la Con-
férence mondiale des Eglises a
Uppsala en juillet 1968

radiodiffusé
la

2) «Les Eglises et le proble-
me social» par le P. Paul-Jean
Claude °
VENDREDI 24
velliste :

1) Les Eglises ct le develop-
pement ocecuménique» par le Dr.
P. Cauvin.

2) Un projet social du Groupe
> oecuménique en Haiti
DIMANCHE 26 : a 6 h 00 en
‘VAuditor'um du Champs- de-
Mars: Cléture de la Semaine de

Dans le Nou-

l'Unité sous la Présidence de
son Exc. Mgr l'Archevéque de
Port-au-Prince — Chorale inter-

confessionnelle de jeunes.
Le Secrétariat du G.0.R,



FOOTBALL.

HAITI — GUATEMALA

(Coupe du

Quvique le rapport officiel an
noncé par la Fédé ation Interna
tionale de Football: Association
ne soit pas encore parvenu A la
Fédération Haitienne de Football.
les contacts ont été renoués par
ja Fédération Nationale de Foot
ball de Guatémala qui, par ca-
ble, a proposé a la F. H. F. de
jouer le match-Wytour a Guatéma
la City le 16 ou 23 Février, Cet
te Association a également de_
mandé aux responsab!les de notre
sport national les moyens _ les
plus rapides quiils voudraient
utiliser pour les communications
ent e les deux Fédérations.

A‘ors que le premies pas était
fait par Vadversaire, un commu-
niqué émanant du Secrétaire Gé
nérul de la F, H. F. invitait les
joueurs de la Sélection Nationa
le & reprendre les entrainements
au Stade Sylvio Cator hier apres
midi,

Monde)

I’Ent aineur Géderal Antoine
Tassy et ses Collegues de la Com
mission technique ont déja éa
boré leur plan de travail pou. Ja
pléparation de no, Internatio-
naux.

Le Bureau Fédéral, de son ¢d-
té, ne ¢héme pas, ses réunions
sont devenues quotidiennes, les
voiey et moyens pour les frais
de concentration et autres sont
le principal sujet de cette perma
nence. En accord avec nos tech_
niciens, le Comité Directeur de

la F. H. F. a envisagé deux
‘matches de test avec ja Selec-
tion | Nptionale A Jamaicaine
qui compte dang ses rangs de

nombreux équipie:s revenus des
Clubs professionnels ani@cicains :
ALLAN C O L E, DELROY
SCOTT, BRIAN HUGHES de

(Suite page 4 Col, 3)



In Memoriam

PLACIDE DAVID.

Par Maurice A. LUBIN

La Parque cruelle continue 4
promener sa Yaux implacable
dans le monde de notre intellec-
tualité. Aprés Dantes Bellegar-
de, Thomas Lechaud, Dominique
Hyppolite, Edmond Mangones,
Edmond Loporte, voici que sa
main lourde a mis fin aux jours
d'une trés grande figure d’his-
torien ; Placide DAVID.
-Sa vie— Un géant de
Placide David en imposait par
sa carrure. On eGt pu croire
qu'il aurait bouclé le siécle. Mais
le destin en a décidé autrement.
Ii est mort le 5 Octobre 1967, a
lage de 82 ans 26 jours. .

Placide David est né aux Go-
naives, le 9 Septembre 1885. li
fut le seul garcon de Robert Da-
vid, le sénateur, et de Acéfie
Jeanty. Une soeur, Aurore, par-
tagea l’affection de la famille,

taille,

* Produits de Beauté
Cosmeétiques .

~

Roosececosoecooscossr:



Produits de Toilettes

mais elle alla mourir a Paris.

Placide commenga ses étude:
primaires en sa ville natale chez
les Freres de VInstruetion Chré-
tienne. Apres le certificat d’E
tudes Primaires qui était déja
obligatoire, if passa tout juste
une année au lycee’ Geffrard
des Gonaives. ll ne tarda pas a
rentrer A Port-au-Prince et 11
devint lun des éléves du Pets
Séminaire Collége Saint Martial.

Ses études secondaires une foi-
achevées, Placide se dirigea ver>
VEcole de Droit et il obtint sa
licence vers 1909. N’ayant pas I|¢
gofit de la chicane, Placide Da-
vid ne milita guére comme avo-
eat. Sa formation juridique lui
servit admirablement dans Ics
fresques historiques qu’il a dres-
sées.

(Suite page 2)

ailleurs, en septembre dernier,
un engin spatial soviétique du
type Zond, apres avoir contom
né la lune a amerri dans locéan
indien. ° .

Depuis trois ans, d’ailleurs, Jes
soviétiques unt constitué — toute
une flotte de navires spécialisés
destinés A rester en contact avec
les vaisseaux spatiaux — soviéti-
ques lorsque ces derniers ne se
trouvent pas en visibilité directc
avee les stations d'écoutes ot de
poursuite siluées en territoire

russe,

La descente des vaisseaur
Soyouz = seffectue de Ia fagon
suivante : une foig que ta cabi-

ne proprement dite, c’est a dire
T'un des trois éléments du
seau Soyouz ‘se décroche de son
orbite, elle se sépare du module
de propulsion et, le boyclier ther
mique tourne vers Vavant, clle
amorce ln deseente dans les cou-
ches de Tatmosphére. La ceabine
peut alors étre pilotée et effer-
tue éventucHement des ricochel
dans Vatmosnheve, Lutilisation
des qualités aérodynamiques de

Soyouz ,permet de diminuer les
surcharges agissant sur Vequl
page et sur te trongan de de.
conte,

Pendant toute cette preniére
phase de descente, te boucher

thermique est porte & une ten-
pérature de quelques milliers de
‘degrés centigrades, da foree cf.
netique de da cabine se trans -
formant en Shaleur.

A oune altitude @environ kin
sfouvre Te parachute deo freinage

vats."

et ensuite la voilure principule
du systéme de parachutage qui
assure un atterrissage en dou
ceur. Pen avant Varrivée au scl,
les moteurs de freinage a poudre
sont mis a feu et la cabine aticr-
ri a une vitesse maximum dc 2
4 3 métres ‘seconde.

Des — systémes automatiques
assurent. le fonetionnement — de
lensemble des moyens d'atter--
rissaye, mais en cas de besoin
ce dernier peut étre assuré rma-
nuellement.

Des émetteurs équipant Ia cua-
bine permettent son reperige
par goniométrie pendant sa des-
cente et apros Vatterrissage ou
Vamérissage. Les: émetteurs fonc
tionnent sur des !ongueurs d’on-
de varices ce qui permet la re-
cherche lointaine et proche, tant
par les stations au sol, que par

laviation et les bateaux.
xxXxXX

LA PRAVDA: UTILISATIONS

POSSIBLES DE STATIONS

ORBITALES

MOSCOU (AFP)

‘La Pravda — qui parait ce ma
tin en noir et rouge, avee d’énor
mes manchettes indique sept uti
lisations possibles (dont aucune
militaire) pour une «Station Spa
tiale Orbitale> semblable a celle
créée hier par la réunion de deux
Soyouz, ou perfectionnée :

1) — Chantier de construction
circum- terrestre de fusées inter
planétaires livrées du sol en pie-
ces détachées par des fusées - cu
mions. Car — vraisemblablement
les vols vers les planétes ne par
tiront pas du sol, mais des Sta-
tions orbitales. Les cosmonautes

(Suite page 4 Col. 4)



Lettre a M. Max A. Antoine

Pétionville Je 16 Janvier 1969
Monsieur Max A Antoine

Petionville,
Mon cher ami,

Je viens ‘d'achever la lecture

Pouvrage, — édition de luxe,

sur «Louis Etienne Lysius

Feélicité Salomon Jeune» que vous

nvavez, si vimablement envoyé et

dédiceace, Je yous remercie vive-
>

de



En réponse 4 J. J.
Servan - Schreiber |

Par

Dans Je dernier numero de
VExpeess, J. J. B.S. a lait, avee
sa verve habituclle, un plamioyer
pou: Jstael. El cent de tagon coh
vaineante gre Vexistence de lE-
tat hebreu est de fruit dune vie
toire de Vintedlipenee sur la ma-
ture deserlique — (svus-enten-
due). Tone rentre nullenent dan
mes intentions de contrecarrer le
directeur de VExpress sur. ce
point. “Ce que je iur conteste ef
reproche cest la facilite avec la-
quelle il canfere un brevet de su

pértorite mierale a da nation jul.
Vo,

Sans te veuloir. paar ee pinta.
yee, ib donne raison aux pres
colonialistes. Hi semble comparer,

habilement d'ailleurs, le juit) in-
génieux quia su faire du desert
une terre prospere en UU ans, %
VArabe paresseux qui, en 20 sic
cles, Wa. pas cherehe a vanicre
cette nature iIngrate. Doit-on en
déduire que ce de nier ext duns
intelligence infericure a celle dy
premier ? Dans ce. Moyen - Q-
rient occupé pendant quatre sic-
cles par les Tures qui le livre-
rent au 20 siecle cueore revetu
de son voile moyenageux, est-il
Ctonnant que VArabe soit) moins
initié aux techniques emie lerace?

Robert

MALVAI.

Quand le Prophete lui-méme, vo-
yant un soc de charrue, déclara
que cette chose-ld Wentrera 4a-
mais dans ute maison sans que
tavilissement n'y entre aussi, est

(Suite page 4 Col. 2) :

ment de m'avoir procuré le plai-
sir de connaitre plus amplement
que ne peut le faire le petit clas-
sique de Dorsainvil l'un des
hommes politiques les plus mai
quants de notre histoire.

Par ja.clarté de Jexposé, si
documentation et les apprécia-
tions pertinentes faites du prand

Leader, votre ouvrage se classe:

parmi les muvres de poids de
la littérature nationale. Il per-
met non seulement de situer Sa-
lomon dans le temps et Vespace
historique, mais encore d’appré
hender ce temps et eet espace
eux-mémes dans ce quils eurent
de caractéristique et de propre.
/En effet, grace A votre livre,
eest toute une tranche intéres-
sante de la vie haitienne, avee
ses idées, ses luttes, ses hommes
publics, qui revit dans esprit.

Les manceuvres de Spencer St.
John contre Salomon et contre
notre pays; les agissements pro-
interventionnistes de Geffrard;
la combativité et Ia ténacité de

(Suite page 4 Col. 5)







_ P.O. BOX



Par Aubelin

DEUX GRANDES PERSON-
NALITES DE L’ORA, ,
Drs, JOAO GONCALVES DE
SOUZA ET GERMANICO
SALGADO

--- Hier aprés midi par le Vol
WAir France venant de Miami
sont arrivés & Port-au-Prince,
les Drs. Joao Gongalves de
Souza et Germanico Salgado.

lis sont accompagnés de l'agro-
nome Gerardo Soto, Chef du
groupe des Ressources Naturel-
les de la Mission de 'OEA en
Haiti.

Le Dr. Joao Gongalves de
Souza, de nationalité brésilienne
est Administrateur de la Coopé-
ration Technique de l’Organisa-
tion-des Etats Américains. [1 a
rang d’Assistant Sccrétaire Gé-
néral de cette Organisation.

Ancien Ministre du gouver-
nement de Castelo Blanco et Su-
perintendant de la SUDENE au
pont Est dus Brés:l, = Ancien

irecteur de Coopération . de
VOEA, le Dr. Joao Goncalves de
Souza jouit d’un grand prestige
au sein de 'OEA,

Le- Dr. Germanico Salgado, de
nationalité équatorienne, est Di-
recteur des Affaires économiques
de 'OEA, :

_ Ancien Ministre de la Plani-
fication de l’Equateur, il est
responsable de l'un des dépar-
tements les plus importants de
cette organisation. 1 siége au
CIAP pour les questions tech-
niques.

Ces deux importantes person-
nalités de ’OEBA ont été accueil-
lies hier aprés midi & ]’aéroport
Frangois Duvalier par M. Roland
Roy? Représentant de MOEA en
Haiti, par M. Carl Aleindor du
Protocole, par M. Clidenor do
Egito Araujo, parf/M. Donasson
Alphonse, Directedr du Seeréta-

riat ‘Technique du CONADEP,
ete,
Nous les avons rencontrés

quelques minutes aprés leur ar-
rivés au Grand H6tel Oloffson
ot. ils ont pris logement, en
compagnie de MM. Roy, Araujo,
Donasson Alphonse, l'agronome
Rémiltot Léveillé, Directeur Ad-
joint du Secrétariat Technique
du CONADEP, de M. Kurtz
Henley Expert en tourisme de
YOEA, Gunter Lay, Ingénieur
de la Mission en Haiti, Nelson
da Franca, -ingénieur en hydro-
réologie de la méme mission.
«Nous sommes venus ici, le
Dr. Salgado et moi, nous dit le
Dr. Joao Goncalves de Souza,
pour faire avec les membres de

la Mission de ?OEA une analy-,



Réceptions en l’honneur
des Délegueés de la ©, C, A.

Le Presiient de la Chambre
de Commerce recoit les délégués
dela CCA au Restaurant
AUX COSAQUES

Hier apres midi, aussitét
aprés leur arrivée, les Délégués
de la Chambre de Commerce des
Amériques conduits par leur
Président, M. George A. Simon
et sa femme Charlotte, ont été
accompagnés par le Trésorier
haitien de cette Institution, M.
Raymond Roy et sa femme
Ginette, par le Maire Georges
J. Figaro et les membres du
Comité d’Accueil au fameux
Restaurant AUX COSAQUES



—

Lindustriel américain de Cleveland, Ohto, Cyrus
con épouse sont recus par le Premier



Eaton et
Fidel Castro, tte

cours de lewr visite ad Cuba en décembre,

_ 35, RUE DES MIRACLES, 35.

ou allait les recevoir au cours
d'un déjeuner, le Président de
la Chambre de Commerce d’Haiti,
M. Constant Elie Joseph.

Le restaurant était déecoré
pour présenter une atmosphére
de féte. Les membres de la

Chambre de Commerce d’Haiti et
leurs épouses et les inv:tes de M.
Constant Elie Joseph faisaicnt un
accueil chaleureux a leurs visiteurs
de la CCA. Les deux groupes
se sympathisérent vite et leurs
mouvements, la chaleur de leurs
voix, erccrent une ambiance dans
laquelle haitiens et visiteurs se
sentirent, en famille.

Les boissons allumaicnt l’én-
thousiasme et les plats savoureux
du Menu incomparable de Aux
Cosaques, préparés par Mme
Edouard Esper et Mme Max
Suteau =o mettaientstoute Vassis-
tance dans les dispositions — les
plus heureuses pour parler d’en~

tente ct de coopération ene

cinles ou de bonne entente teu

t

Les deux groupes se quitte-
rent tard dans l’aprés midi, en-
chantés du déjetiner et ravis de
cette premiére prise de contact.

Quand le Vice-Président de la
Chambre de ° Commerce d’Haiti
et Mme. Elias CASSIS recoireut
les déléqués de la CCA

..¢ Hier soir, une . grandiose
reception a ¢té offerte en I'hon-
neur des délégués de la Chambre
de Commerce des Amériques par
le Vice-Président de la Chambre
de Commerce d’Haiti, M. Elias
Cassis, grand commergant im-
portateur de la place, Consyl du
Royaume de Jordanie en Haiti
et sa gracieuse épouse, née
Georgette Khawly.

C’était un Cocktail-Buffet’ dans
l'une des plus luxueuses maisons
dHaiti, située a Peppy-Ville, ot
la température est idéale en
toutes saisons.

L‘importance des invités et la



ADRESSE : RUE DU CENT
: . No. 212.



PORT-AU-PRINCE (HAITI)... |
| PHONES : 2232-2492:

L‘DES



RE








'
x

: 1316

VENDREDI 17 JANVIER 1969

JOURS...

JOLICOEUR .
se des travaux a.réaliser par
cette Mission en vue’ de nous
rendre compte de celles qui

doivent avoir ja priorité ct !de les
mettre immédiatement én exécu~
tion,

Nous nous sentons trés pres
du peuple haitien. Et nous som-
mes sincéres en le disant. Nous
vouléns activer la marche -des
travaux pour aider comme # me-
rite ce bon peuple d’Haiti.s

Nous’ souhaitons la bienvenue
et un agréable séjour en Haiti
aux Drs. Joao .Gongalves de Sou-
za et Germanico Salgado.

xxx

80. MEMBRES DU CLUB
CHILLELAGH ARRIVES
HIER -

_ Hier aprés midi sont arri-
vés & Port-au-Prince 80 Mem-
bres du Club de Voyage Shille-
lagh de Washington, D. C. et des
environs, D ,

Accueillis par l’Agence Cita-
delle, ces visiteurs ont pris loge-
ment au Castel Haiti ou ils pas-
sent trois jours.

Parmi eux se trouve la jour!
naliste, Mme Evelyn Dean Levi,
«Feature Writer» de «Washing-
ton Post, et de «The Clarke &
Couriers. .

Nous avong rencontré Madame
Evelyn D. Levi hier apres midi
a VHotel Sans Souci en compa-

.gnie de M. Georges Heraux, Pro-”
“priétaire de cet hotel aA qui elle
a été recommandée par jes amis
de Washington et de Virginie.

Mme Levi qui voudrait ren-
contrer le Président a°Vie de la
République Dr. Francois Duvalier

Our avoir ses vues dans le wepor-
tage dont elle a été chargée par
le Directeur du Washington Post,
l'un des plus importants jour-
naux des Etats Unis et;le plus
important de la Capitale Fédérale
américaine, est descendue comme
les autres membres du groupe 4
VHotel CastelHaiti. é
' Elle était hier soir au Barbecue
dansant d’k1 Rancho avec nous
en compagnie de Mile Frango.sé
Theau- Garrigues, Attachée de
Presse de la section d’édition du
Club Frangais du Livre de Paris,
et de Marseille, venue pvur pré-
senter ici VEncyclopaed a Uni
versalis> qu’est en train d‘édite.
Je Ciub Frangais du Livre.

Nous souhaitons la bienvenue
aux’ membres du Club de voyage
Shillelagh, particuliérement 4
Mme Evelyn D. Levi et i Mules
Jan Ware, chanteuse d’opéra_ et
Beth Carlson, infirmiére de Was-
vhington, arrivées avee ce Ciub.

xxx

LE MARIAGE DE M. ROBERT
JACQUES’ SIMARD- ET DE
Mile CATHERINE MADELEI-
EN CLARKE

Mereredi apres, midi a eu
lieu le mariage de M. [Robert
Jacques Clarke et de la jolie
Mile Catherine Madeleine Clar-
ke Ils sont tous Ies deux de Bell
Telephone de Montréal.

Robert et Catherine sont ar-
rivés ici le samedi 4 Janver en
compagnie de Mme Yolande
Marie Bobertine Clarke, Coiffeu-

(Suite page 4 Col. 6)

- Pierre Sarkis,
Ambassadeur
@ Haiti au Liban

On a appris avec plaisir la
nouvelle du choix qui a été fait
par S. E. le Président Duvalier,
de Mr Pierre Sarkis comme Am-
bassadeur d'Haiti au Liban. I!
succéde ainsi 4 son regretté pére
Joseph Sarkis qui a représenté
avec prestige et dynamisme
notre pays 2 Beyrouth. Comme
on le sait, ?Ambassadeur Joseph
Sarkis a cu’ un mort. trayrique
a la fin de décembre; i] avait été
fauché par une voiture.

Pierre Sarkis, nous sommes
certains, sera également un
digne représentant d'Haiti a
Beyrouth. Nous lui adressons
nog plus vives félicitations — et
nos vocux de fructueuse — mis-
sion,



court. (Suite page 4 Col. 3)
‘ +,
1" ; ‘
CINQ MINUTES D’EF
. 1 PE
Conte — Par Anatole CYPRIEN ,
Claude Goneze en avait assez rée ovaliser tout bétement. Bret,

de compter des moutons. Plus d'u
ne heure que beers blaterants
et brebis bélantes defiluient der
riere ses paupleres closts. En
plus, lair etait irrespirable et
les maringouins s'étaient donne
Je mot vour absorber Ie sang des
hommes. Duo vrai vampirisme au
son dune enervatile musiquette
toute bourdonnante,

lfinsomniaque xe retourns
pour Ja énieme fois et, ia Ta taeu
de la veilleuse, jeta un reward
plein denvie a& sa femme. Mary-
se dormait comme un sabot, le
visage ridiculement — grimagane,
Ses levres charnues étaient pri-
sonnierss d'un repli de Voreiller
wt faigaient penser A une roue
voilée, Obéissant a la force trac-
tive de sa bouche, la narine pau-

Maryse ¢tait affreuse. Elle l¢-
tait: d’autant plus que, pour se
yréserver des atteintes de mes- °

sieurs les cousins, elle s'était: en
duit Ja figure de graisse.

Armé d'un gilet, chasse-mous-
tiques improvisé et peu efficace,
Claude fendait Pair en décrivant
des arabesques compliquées, mais
tout & fait inopérantes. Impavi-
des, avides et harecelantes, les
Lestioles tournoyaient de plus bel
le dans |g chambre et, de temps
en temps Nallaient prélever quel-
ques globules du précieux sang
de M. Goneze.

Mais, subitement, Claude.
vint tout & fait imsensible aux
piqadres des moustiques. Sans
prendre garde de réveiller Mary
se, il se mit sur son séant de fa

de-

che de la dormeuse s’était Iais- ¢on assez vive, en faisant grin-



ME LIAS LLL SS LIS SIISLA A LD IIISSGIIISLIL LS ILLS LLNS IA AAAS LS LLL ILD LL LLL ALL LSLSSSLLA LASS ALALIPL A AS A 7

9 SILL LLIIILLL LOL LL A LYIOOLL LOIS IIL LILY LIS SLLLLLLY SLIT LY VILL SILL IYLLLLLLLLLLYSSLLLLLLSIL LAL LYLS LLG ILLLLLLLLLLLLL LS LLL SELIIIOSIISL I I SLLLLLLLLSL SLL LLL
- Cadeaux en tous genres

et pour toutes occasions

s

(SMe «



eer le sommier. Quelqu’un vermait

de marcher dans Ie couloir. «Bou

Dieu ! ai c’était unm voleurs?
~ Maryse ?

«Ca me chiffonne de te re-
veiller, mon ange. de sais que tu
détestes ca. Mais, que veux-tu, a
deux nous serons plus forts.> >

— Maryse cherie ? Reéveille-
toi.

La jeune femme ouvrit ua oil
embué de sommeil, Elle — cilla.
bailla, s’étira, et rouspéta

— Claude, tu es un monstre
de goujaterie. Tuo saix bien

— Chut fil y a quelquun dan
la maison. Un voleur. Que faut-
il faire ?

Maryse sursauta, les yeus Gear
quillés, Vorville dressce, les le-
vres pincées, Ele suxsit) a son



(Suite page 4 Col. 1)

—

— “as

MMI ILILIA MAA AL A




PROBLEME No. {4



ee

5 — Grossit le Rhin -- A





4 I 0 0 WV V Vivivi m Venvers: puissant = rayon lumi_
A Tt tt nee — Une grande félicité
2 am q -- Cherché dans le sous-sol
rt | 8 — Flotte — Célabre dépéthe
3 rT 9 — Dans l’Orne.
4
xxx
5{_{
6 _ CI VERTICALEMENT — ,
7 1 — Entrée
‘ § | IL — Un sujet pour le Cour
' rier du Coeur’ |
3 Ill — Possessif — Grosses va
gues . : fi
HORIZONTALEMENT — IV —_ Trott ie Souvent fine
7 — Mo. e—
1 — Le mot du sitcle VI — Petite piéce
2‘— Le sud de’ la Judée —- vit Pauvre maison sar a
* Lac — Venu —
3A le mé sens voir du succés . .
y — Senate Pont IX — Fleuve — Palmier —
Solution du Probleme précédent.
HORIZONTALEMENT — VERTICALEMENT —

1. Quichotte — 2. Urticaire — “I. Quémander — Il. Urne;
3. Ene Tent 4, Me; Rée — 5. Acré — ILI. lte; Agrés — Iv.
Agisses — 6. Nager; Eau —- 1, Cierge; S.0. — V. Oates; Cru

VI. Tie; Série — VII. Trumeaux

. ; Rixe -- 9.
Der; Ecrue 8. Eres; Rixe — IIL EEF (fee); Suées.

Résolue.



AU CAPITOL.

Ce Soir et demain Soir

a6 Hres et a8 Hres 30

Danger a Tanger
Un film aux aventures stupéfiantes

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



A PARTIR DU DIMANCHE 19
«LE VIEL HOMME ET LENFANT»
Un des Sommets du Festival




Banque Nationale
de la République d@’Haiti
Banque de ’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
“in compte de Chéques 4 la Banque Nationale

Se ALA Sep ASI LAPD LLS SLA BP LSTIODLS

>

SSADILLADPIDIANLS DIALS AAA *LASLLSSAAALASANAAL 2” SLSSSAAASA ae





Georges Nader

a procédé 4 un nouvel) aménagemeht

SAS LMA! SMI od

de sa fameuse

, .
GALERIE D’ART :
104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962

ou .e trouvent rassemblées
les meilleures oeuvres des plus

grands peintres hajitiens.

2 OOO: CODOOIOOOOSOOIOOOOIN FOI ILI III III De *

Un choix extraordinaire de Tableaux

renee nate nna Oa eR

vous attend & Ja Galerie d’Art Georges Nader

que ce dernier vous invite expressément

q

a visiter.

LISEZ :
LE NOUVELLISTE

SA CARRIERE.— La carrie.
re de Placidé David fut passable
men, importante. IH débuta com
me vmployé surnuméraire au Sé
nat de la République ot le pere
oecupait un siége commie repré
sent. de l’Artibonite.

Sod passage comme — simple
emp.oye au Seciétaria, du Grand
Corps ne fut pas inutile. I! nous
vaiut, en collaporatjon avee dau.
tres camarades de bureau, un ré
pectoire de DISCOURS de nos
ancieng pallementaires.

Placide David partit en 1913
pour’ étre le Seeretaire de la Lé
gation aHaiti & Bruxedes. Il
connut tes méfaits de la Premié
re Grande Guerre. Pou-tant,
en u.vpe, il ne perdit pas son
temps. Il collectionna des livres.
I) fréquenta deg Archives. Il se
mit en contact avec des cher-
‘cheurs et des historiens, 11 par
courug des documents.

A $01 recour en Haiti, il tra
vailla i la Commission des Récla
mations que présrdait Me. Abel
Léger.

Quand Maitre Louis Borno ac
céda A la Presidence de in Répu
blique; Placide David devine son
Chef de Cabinet .A ce poste de
confiance, nous croyons qu’il fut
un collaborateur écouté, il fit
ensuite partie du Consei] d’Etat,
vers les années 1924—1925,

Nous trouvens Placide David
par la suite Directeur du meil.
leur journal de Vépoque, LA
PRESSE. Il mena une lutte in-
telligente dans sa campagne con
tre Américain pour le rétablis
semen, des Chambres Législati-
ves.

1] devint Directeur du Musée
Historique Sténio Vincent.

A Vélection A la magistrature
de Vhomme des Verrettes, le Pré
sident Dumersais _ESTIME fit
choix. de-Mr. Placide David pour
le poste @isnveyé bxurao. dinaire
et Mins.re Piénipotentiaire d’Has
ti A Paris.

En 1957, Vactuel Président a
Vie, Dr. Frangois DUVALIER,
envoya notre historien comme'
Ambassadeur prés du Généralis

sime Franco; il laissa ce posiv
pour prendre sa retraite 4 Pétion
Ville. or

SON OE U VY RE: L’ECRI-

VAIN.— L’veuvre de Placide Da
vid est remarquable et abondan
te. Au début de sa carri¢re, Da
vid publia quelques aiticles sur
des sujets divers.

Son prenier ouvrage fut écrit
en collaboracion avec Daniel Ap
polon et Dr. Edouard Dépestie. #
Travaillant au Sénat de la Répu
blique et les deux autres 4 la
Chainbre des Deéputés, ces jeunes
gens eurent l’initiative de presen
ter au public deg Discours de nos
divers Sénateurs et Députss qui
se pont distingués a la Tribune.
Us publiérent ainsi DISCOURS
PARLEMENT AIRES. Imprtine
rie Abele, 1911.

Le premier tome couvre la pé
riodc de 1806 & 1879. Leg aut es
volumes

qui devraient — suivre
n'ont jamais paru.
Si les deux autres collubora-

teurs one présenté certaines fizu
reg devenues histurigues de nos
chambres législatives, Placide Da
vid, lui campa HERARD DU-
MESLE et la presigieuse person
nalité @ARMAND THOBY.

spot

LE NOUVELLIOTE .

(Suite de la lére page) ‘

C’es, Vhiatoire qui fut le vio
lon d’Ingres de P. David, Nous le
disons sans figure de rhétorique,
cor il fut un mélomane qui pre
nail plaisir & siffloter des compo
sitiong célébres de Beethoven ou
de Mozart.

L’Higstoire, disons - nous, pas
sidnna Piacide. David. 11 possé
duit des manuserits quwil mgno
laic. WH etait exigent sous le rap
du style, 11+prenait son
vemps pour corrmyger cervalns pas
gages, rectifier certains juge
ments ou amender. certaing com
mentaires.

Le ‘manuserit, SUR LES RIL
VES DU PASSE, soums & un
concours en 1947 obting le Grand
Prix de Littérature des Anvilies.
La prem.ec-e serie a vu je jour,
a Furis, a ia Caravelle, en cet.e
méme annee.

Dans les 230: pages, Placide
Daviu pussa en revue des ques
tion, historiquea consac.ées a la
colonie de Saint Domingue ou a
Faii csqu ssant de matin de mai
tre des portraits du Comte Jean
Paquet de Lugé, de Rossignol La
chicotte, du Général Alexandre
Dumas, du fougueux Hillaua Va
renne, de l’hisvoriog.aphe Mo-
reau de Saint Mécy, de Pierre
Vassiere, des récivs colo.és de la
fin tragique du Colonel de Mau
duit, de la vie amoureuse de Tous
saint-Louverture jusqu’a Vhiscoi
ie du tercoriste Jean Lapointe.

Cette premiére série «SUR
LES RIVES DU PASSE» est
suivie par six autres volumes en
manuscrits.

Un autre ouvrage d’histoire
que Placide David & publié, c’est
VHERITAGE COLONIAL
E.{ HAITI, Madrid, 1959, Le ma
nuscrit a attendu plus d’une tren








oe Give a

CROSS

AMERICA'S FINEST
Elam WRITING INSTRUMENT

Pens or Pencils
svolluble In

a2 KT @OLD FILLED

af th

LUSTROVG CHROME
ame






GEORGES SICARD
63 Rue des Fronts
Forts. i

~ ‘ ay



DUCO
a Age de Espace

Pour étre adaptée a

’époque des

satellites et

des fusées, votre voiture
doit étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
laurez passée au VRAI

DUCO, le DUCO
authentique garanti

par la signature

Dupont de Nemours
le seul VRAJ DUCO
pour voitures est en vente
a.la
SOCIETE HAITIENNE
~D’AUTOMOBILES.



taine Wannées avant de voir le.
jour.
EKeoeuré du spectacle - de nos

turpitudes, David interrogea nos
héréditég entremélées pour s’ex
pliquer 2@ comporcement actuel
de V'Haitien, Ainsi naquit ce livre
que nous signalons a Vattention
de tous, et principalement de nos
cleres.

Les manusecrits dont nous a-
vons parlé consacrent des evudes
& Toussaint Louverture, & Jean
acques Lessaunes, & Alexandre
Pétion, notamment. Les titres dé
ja prevus sont les suivants :

Toussaint Louverture et ses
entours .

Le Fondateur e¢ ses entours
L’Empereur et seg entours
Du Pavois au Poteau Rouge
Note, retrouvées

Notes de calepin’

LL est question pour Jes héri_
tiers David de faire: publier au
Canada ces manuscrits de si gran
de valeur histocique. Les tracta
tiong vont bon train.

LE DRAMATURGE.— I] con.

vient dans cette bréve biographie
de Placide David de signa:er le
succés qu’il remporta avec Domi
nique Hyppolite avec leur drame
en cing actes.: LE TORRENT.

En 1938, le Ministre de 1’Ings
truction Publique, Dumarsais ES
TIME organisa un concours dia
matique avec, comme récompen
se, des prix alléchants.

, Dominique Hyppolite, drama-
turge de talent, et Placide David,
thistorien remarquable, combiné-
rent leurs efforts et leur oeuvre
obtint la premiére place avec le
prix du Présidnt de la Républi-
que.

La_piéce connut plusieur, re.

présentations et l'un’ des auteurs,
Dominique Hyppolite, a publié
récemment le texte de LE TOR
RENT,



LE JOURNALISTE.— Placide
David fut aussi un journaliste.
I] éerivit, comme toug ceux de sa
génération, des articies * histori-
ques dans HAITI LITTERAIRE
ET SOCIALE, LE NOUVELLIS
TE, LE MATIN et dans des jour
naux divers.

C’est avec LA PRESSE, qu’il

. 8¢ revéla un journaliste de ta-

lent. Il sut' grouper les plus for
tes personnalices de lépoque
pour mener une campange serrée
contre |’occupation de nov-e pays.
Ce journal, le. meilleur de son
temps tant par lu facture que

par le contenu, ne dura pas long .

temps.

David s’est. éparpillé dana Ia
REVUE LE TEMPS de Cnacles
Moravia, dans «LA SEMEUSE>»
de ceanne Pérez, dans CAHIERS
DHAITI de Jacques C. Antoi.
ne et dans b.en d’aucres jour-
naux et revues.

Placide David fut membre fon
dateur de la Société d'Histoire
et de Géog aphie d’Haiti. 11 fut
aussi membre co:respondan, de
Académie d’Histoire du Mexi_
que,”

CONCLUSION.—- Placide ‘Da-



DANS NOS.

MAGIC CINE |

(SALLE CLIMATISEE)

Vendredi a 6h. 16 et 8h 16 |
ILS N’PONT QUE VINGT ANS
Un grand drame,

Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Samedi 4°6 h. 15-et 8 h. 15
En lére partie ‘
«LES AMBASSADEURS,

En 2éme partie

A L/OMBRE DE L’AIGLE

Un film historique sur (Catherin

de Russie. ital

Entrée Gdes 1.20 et 2.50 & af



REX - THEATRE

Vendredi 4 8 h. 30 P.M.

La Cie. Jean Gosselin présente
MARY — MARY

Entrée Gle. Gdés 3.00
Parterre Gdes 5.00

Réservée Gdes 10.00

Samedi 42°6 h. et 8 h. 15
En lére partie —
L’Ensemble N. Jn-Baptiste
En 2éme partie :

UN CERTAIN MONSIEUR
BINGO

Entrée Gde 1.20

vid n’a pas composé des manuels .
Dp

sur les différente, périodes. de
notre histoire ou sur une partie
bien déterminée. Il s’est attaché
a saisir, A reconstituer 1’atmos-
phére de l’époque, par une analy
se des personnages et des faits.
Il a ainsi épinglé ca er li des fi-
gui:es qui marquent certains évé

’ nements historiques ou qui mé

ritent Vattention de la postérité,
A ce compte_ila, Placide David a
fait une oeuvre remarquable et
méme patriotique.

Il prend rang dans la galerie
de nos ‘meilleurs historiens. Il a
désormais sa place 4 cété de nos
Thomas Madiou, Beaubrun douin, Pauléus Sannon, Auguste
Magloire, etc...

Maurice A. LUBIN



La Maison Wilfrid Justin

Tient a vutre disposition

un assortiment complet d’articles .

pou. installations hyarauligues e; sanitaires — tuyaux galva-
nisés, lavabos, W. C., fitting pour W_ C. ete...

ingénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la

maison Wilfrid

Justi vous attend pouy vos achats de Matériaux de Constr ic

tion

Voeug y trouverez & meilleu prix lex articles suivants: Plan
ches B utes, Planches Prépa ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-

niéres, Téles, Ciment, Clous, Hardboard,
Cadenas, Treillis métallique etc... ,

Plywood, Serrures,

Maitresses de maison, Vous aurez les meilleures garanties e!
dufabilité avec la Peinture marque «ADELPHI».

Peinture Latex intérieur et extérieu de renommée mondiale,
peinture pour piscine. Pour toug vos matériaux de Construc-

tion un seul nom Wilfrid JUSTIN, une seule adresse
BOX : 897 Phone : 8780.

DES FRONTS FORTS No.

: RUE

I EA LP AP A D> AE VO A PAO EI Ee oe er










SAUVVEGARDER
IN TERETE



ii la beaute de
vos dents



POUR VOUS SERV/R &

VOYEZ




VOS

Al

Zyl

45 AVENUE MARIE JEANNE
CITE DE L'EXPOSITION

oP


Pour la sante et



eee ae

TICKET AVION /BATEAY
RESERVATION O MOTEL

ASSURANCE VOYAGE
VISAS.



‘BUREAU

\

LIMATISE

PARAMOUNT

Vendredi 4 6 h. et 8h.
CHASSE A L’HOMME
A CEYLAN

Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi 4 6 h. et 8 h.
SUPER ARGOT
CONTRE LES ROBOTS
. Entrée Gdes 1.6u et z.60

ne

CINE PALACE

Vendredi & 6 h. et 8h. 15
LA 25¢me HEURE

Avee Anthony Quinn.
Entrée Gde 1.00

Samedi a 6 h. et 8 h. 15
LA BATAILLE

DES ARDENNES

Avee Robert Ryan.

Entrée Gde 1.00

CINE OLYMPIA |

Vendredi (En permanence)
(Jour populaire)
FLASHMAN

Entrée Gde 0.60

Samedi (En permanence)
AGENT Z-55

MISSION DESESPEREE
Entrée Gde 1.00



Drive in Ciné Delmas

Vendredi & 7 h. et 9b
K-17 ATTAQUE A L’AUBE
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi & 7 h. et 9 h.
TIENS BON

LA RAMPE JERRY
Entrée 1 dollar par vofture



oe

e







‘“VENDREDI 17 JARVIER |

CINEMAS _




AUCAPITOL.
Du Jeudi-16 au.Samiedi 19 Jen-
vier 196! wo . wis
DANGER .A TANGER 7
Entrée, Gdes 2,00 ot::8.00-"

\




No ee
Vendredi 4.8 h, x I
LE ROCK’ Dif BAGNE®
Avec Elvis Presley.
Entrée Gde 0.60 et 1,00

Samedi & 6 h. 30 et 8 h. 20
DUO DE MITRAILLEMSES
Entrée Gde 0.60 et. 1.00

CINE UNION
Vendredi & 6 h.-et 8 bh,
BRENO LE TYRAN

’ Entrée Gde 0.60

Samedi a 6 h. et 8 h.
LA PARISIENNE
Entiée Gde 1.00

MONTPARNASSE |

Vendredi & 6 h. et 8 h.
BOB FLEMMING
MISSION CASSABLANCA
Entrée Gde 0.60 -

Samedi a 6 h. et 8 h.
FANTOMAS
Entrée Gde 1.00

ELDORADO

(PLACE JEREMIE)

Vendredi & 6 h., et 8 h. 15
BONNIE AND CLYDE
Entrée, Gdes 3.00 et 5.00

Samedi 4 6 h. et 8 h. 15
AU PERIL DE SA VIE
Entrée Gdeg 1.20 et 2.00

. ETOILE CINE

(PETLONVILLE)

Vendredi & 6 h. 30 et 8h, 80
LE CHEVALIER - ©

DE MAISON ROUGE

(2em Epoque)

Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi 4 6 h. 30 et.8 h. 30
ESPIONNAGE A BANGKOK
POUR U-92 .

Entrée Gdes 1,20 et 2.00 .+

CRIC-CRAC CINE:

Vendredi & 6 h. et 8 h, 15
DUO DE MITRAILLETTES -
Entrée Gde 0.50 et 1.00 ‘

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
(lére Epoque) ‘

LE CHEVALIER DE

LA MAISON ROUGE
Entrée Gde 1.00 et 1.50

CINE STADIUM

Vendredi (En permanence
KARATE A TANGER -
Entrée Gde 0.60 °

Samedi (En permianence)
STATION 8; ULTRA SECRET
Entrée Gde 0.60

foe ge ee

De Luxe. Auto Ciné

(DELMAS)

Vendredi @ 7 h. et 9h.
VISA POUR L'AVENTURE
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi a 7 h. et 9 h.
LA BOORSE OU LA VIE
Entrée 1 dollar par voiture



Encore.ce

mal
de dos

lancinant?

urinaires et A des troubles
de ln vensic. Dans ce cas,
Jes Pilules Dodd's pour les
Reins: peuvent sider A
vous soulager. Les Pilnles
Dodd's atimulent Jes reins,
ee qui side a soulager ln
eause da mii de dos. Vous
vous sentes mieux et vows

Yous repose: m Vous ’
pouves compter sur Pe

tules = Dodd’s peer bes

Reina

Neuveau goap
éocnennigne.



otePme




VENDRED] 17 JANVIER 1949

SR



‘LE NOUVELLISTES ~*

eit

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _





{










Gn) é

eS,

herchez (a section correspondunt
6 naissance et vous trouwveres
signalent ies autres pour demain.
Droit de reproduction totale
Propriété King Features

Par Frances Drake

Wt Sh OS

au jour de votre anniversaire
tos perspectives que vous

ou partielle réserveé.
Syndicate — Exelusivite

«LE NOUVELLISTI:

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
( LIER): Vous vows sentirez rati-

gué, La cause en est vos activi- -

tes récentes et désocdonnées. Re
fléchissez bien & votre proche i-
venir car vous risquez sinon ‘nc
croitre la tension.

‘21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Bien que vos affaires
et votre trayail aient été actifs,
certaines entreprises méritent d'>
tre poursuivies et rendement. Ne
vous surmenez pas, toutefois.

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Votre réalisme et vo
tre prompte attention aux afloat
res apporteront des résultats -.-
tisfuisants (et méme inartendus:.
Montrez la sfireté de votre yout,

22 JUIN AU 288 JUILLET
» (CANCER): Ceux qui vous som
hostiles peuvent avoir raison sur
un point ou deux. “Clai if'er |e

question. Certaines differen -
peuvent &tre aplanies.
24 JUILLET AU 23 AOUT

(LION): Examinez cette journe:
avant de vous lancer. Etudiez «-
prés les opérations dargent, iv
estimations, les taches nouvelley,
Con‘rélez vos réactions avee fer-
meté.

24 AOUT AU) 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE): Ves suné -
rieurs ou vos partenaires ne vous
aideront pas comme vous [espe
riez. Mais, dans Vavenir, le ree-
pect des siécles et des engapi
ments aura des résultats favor:

bles.

24 SEPTEMBRE AU
TOBRE (BALANCE):
ce présente A accepter plus ds
travail quil n’est raisonnalic
Vous savez ot cela vous a men
avant: efforcez - vous de lécer-
tez. Evitez agitation, Vonerve
ment.

25

Ooo
Tendar

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): L'importa:
ce que vous attachez a certain:
facteurs doit @tre amoinirie a.
protit -d’autres eonvenan: nieus.
Etudiez avant de fai e vos chan
gements Que Soactenient on
erainte ne paralysent pits
efforts!



1
an

Vos

238 NOVEMBRE AU st DF.
CEMBRE (SAGITTAIRE): Ne
-dites pas: «J’ai essayé et ca me
pas marché,» surtout si le yun.
jet ou Je travail mérite un se -
cond et méme un troisi¢me essai.
La réponse est votre perséveran-
ce,

22 DECEMBRE AU JAN.
VIER (CAPRICORNE): Ne f
tes pas ce que vous critiqueries
chez autrui. Ne soyez pas heési

nt a vous lancer dans une ta-
fhe nouvelle ou de chanper votre

20



®



— SAMEDI 18 JANVIER 1969

amibignee si vous devez en bene.
ficier.

YE JANVIERK AU lgt Fr -
VRIER (VIERSEAUG: La jour
neo demande une pensee fine, un
comportement aimable, qui “modi
Jieront certaines situations désa-
graébles et empécheront votre
prochain de commettre des er
reurs.

20 FEVRIER AU 20 MALS
(POISSONS): Neptune encou -
rage Jes taches intellectueiles.
Donnez votre meilleur et vous
ines ioin, Aux heures de loisir,
sungez & un délassement qui vous
sortira de votre routine.

SE VOUS ETES NE AUJOUR
DUU1: Vous é@tes artiste et grim
pes avec sérieux et application
vers les sommets. Vos maniere-
sont avreables et vous Vous fe-
rez beaucoup damis le long de
votre route si vous restez résolu
ment optimiste et confiant. Vous
avez une. mémoire excellente qui
vous aidera beaucoup quelle que

soit’ la carriere que vous aurez
choisie. Yous recherchez Uhar-
monie, vous adorez votre foyer

et votre proche entourage. Vous
ferez dJexcellents — professeurs.
secrérai es particu'ers (eres), di
recteur (vices) et éerivains.

des preduits de
henu Tersens ou Woodbury.
Aussi Yuelle galbe, quelle belle
peau grace aux Savons Woodbu-
ry ou Jergers et la fameuse Lo-
tion Jergens pour de corps et tes
mains,

che ses



Ayez cette fraicheur et ce teint
vrace aot
JERGENS WOOPPURY.



TRACTEUR DIESEL

a



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE

LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN

ROBUSTE —

ECONOMIQUE

TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE
DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATIC»
BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE
POWR TOUS DETAILS S’ADRESSEB

A

Charles Féquiére & Cie.
DEPOSITA"RES



~ Recettes Simples
de Cuisine Haitienne

A

ARTICHAUTS: BOUILLIS .— feuilles du coeur ey bloc, en en-

Cuire les artichauts a grande
eau bouillante salée, environ 50
a 60 minutes jusqu’h ce que Jes
PLIN, «dont Ja sensibilité frémis
feuilles se détachent facilement.

Les évoutter en retournant Ja
pointe des feuilles en bas et ser
vir, On peut aussi retirer les



ee

Vous étes maigre -.



Voici un NOUVEAU moyen

facile pouvant concribuer

a mettre rapidement des

LIVRES et des POUCKS

de chair ferme,

llommes, femmes ou enfants
en bonne santé mais maigres et
trop légers, si vous ne désirez
Pas vous suralimenter essayez le
merveilleux Wate - Qn. Crest lu,
nouvelle source de calories com-
binges sous forme lquide que
vous attendiez depuis longtemps.
De plus Wate-On est HUMOGE
NEISE nour se digérer faicile-
ment. Plus votre uo vanisme ab
sorbera de calories assimilables
micux il les trausformera en
chair ferme pour votre visage
votre cou, vus membies, votre
buste. Oui, vest lout vole corps
des formes plus arrondiea,
plus uitrayantes, plus vigou-
reuses. WA‘ Is ON combat la
fatigue, la faiblesse, donne des
forces. Wate-On étant HOMOGE
NEIsk son action est rapide er

agréable et bien des gens ga-
gnent du poids dés le premier
flacon,

LE MERVEILLEUX NOUVEAU

WATE-ON

Emulation homogénéisée on er
comprimés,

Renforcez vos repas destinés a
maintenir votre poids avec WA-
TE-ON... avee garantie que vous
devrez @tre satisfait par votre
augmentation de poids dés les
premiers 10 jours sinon vous re-
tournerez lu bouteille au Phas-
macien et vous serez remboursé.
Pourquoi restez maigre lorsque
WATE - ON peut vous apporter
une chair ferme additionnelle dés
‘e premier jour. Dans les phar-



Le Plat défendu
N'EXISTE PLUS

GRACE A LA MAGNESIE
RISMUREE

Tne pastille apres les repas ct

vous urrétez leg troubles intesti-
naux, Jes intoxications alimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile,

Mettez-vous toujours a usage
de la MAGNESIE BISMUREE

et vous ne connaitrez plus ni trou
bles de l’estomac ni troubles des
intestins.

Des chauffe-bains, fers a repas
ser, 1échauds, radios, ventilateurs
dermier cri, apparel) a air condi-
tonne se liquident a la TIPCO.
tre. sez-Vvous.



Here’s something
the girl who has
“everything”
doesn’t have?



a truly
feminine
ball pen...

by & PARKER

Par Niniche -

‘ lever le foin avec une petite cuil
lére, puis replacer- les feuilles
harmonieusement. Servis accom-
pagner de vinaigrette ou de sau

«ce blanche. L’artichaut noireit
partois & la cuisson parce qu'il
eontient du fer. A cause de cela,
il faut le citronner avant de le
faire bouillir pour le garder tres
blane. a :

Seuls les fonds d’artichauts
sont servis au cours de repas de
céérémonie. Dans Vintimité, a) e.:
servi entier. Les feuilles sont
enlevées avec les doigts et por -
tées A la bouche. Utiliser la
fcurchette. pour enlever le foi
et pour couper le fond en petits
morceaux et le déguster au fur
et 4 mesure.

(A suivre)

Les Bandes Dessinées du «Nouvellistes

Blondie

QUI MONTE
LES



DANS NOS SALL

CINE ELDORADO
La Direction de cette Salle p-4
vsente:
Dimanche 19 Janvier,
& 5 hres 7 hres et 9 heures

JENNIFER JONES
dans un film dune étonnante
franchise

xX XX

REX - THEATRE

Dimanche ‘9 Janvier
a 85 hres, 7 hres et 9 heures
UN HOMME
POUR L'ETERNITE
Toujours en hommage la
Compagnie Jean Gosselin. qui,
chaque année appo-te le vibrant
message de Ia pensée francaise
sur les rives de cette médité ‘an
née américaine, le REX THEA-
TRE désireux d’y prolonger en-
core le méme ravissement, s’enor
gueillit de convier le tout Port-
au - Prince des grands soirs a ve
nir admirer sus ses écrans, une
oeuvre d’une indéniable splen -

a

mies

FRED
, ZINNEMANN

AN

la dignité ,chez un homme excep-
tionnel Thomas MOORE ©

Un esprit pur, qui refuse de
compromettre sa conscience, pour
ne pas perdre son Ame ... Tho -
mas MOORE... un étre écartelé
entre les nécessités silencieuses
du ciel ct les impératifs “ton -
nantg de la politique anglaise.

UN HOMME
POUR L’ETERNITE

Le drame déchirant de Vamitis
affrontant le rigorisme du pou-
voir absolu et les raisons d'état
de la perfide Albion... Une plon
gée au coem de VPhistoire d’ Angle

ui

A L/ETERNITE

6 Oscars

)





7

bes Va pay

deur, une superproduction ru
lante, burinée sur le pranit a)
Vhistoire et de la beauté...

Le meilleur film de Vannce con
ronne par six Osears,

UN HOMME
POUR L'ETERNITE

mapnifié par la richesse du
technicolor de da Columbia ji.
tures... magistralement interpre
té par des acteurs Shakespea
riens de Académie Royale dart
Dramatique de Londres.

Orson Welles

Reberr SHAW

Paul SCOFIELD

Suzannah YORK

Leoe MC KERNN

Six trophées de gloire ont au-
réolé de prestige Ja Supe pre_
duction Ia plus considérable de
eos Dix derniéres années...

UN HOMME
POUR WETERNITE
Le drame de Vhonneur

+

et de




ERT



Ny

‘|



ce

By

terre due Seiziene sieele, seus it
reyne houleux d'HENRI VIII,
Vesthete pervers, le Hbertin dé -
hauche qui fonda Véglise angli -
cane, séparce de Rome, apres te
refus du Vatican d’aceepter le di
vorce dlavee Catherine TARA
GON... .
UN HOMME
POUR L'ETERNITE

Le choe brutal et tragique ies
deux vulontes de puissance, d'o:
gueil, de foi et de pureté. Ja -
mais film n'aura ¢1é plus pathé
tique, ni plus sublime... Le spec-
tacle imprepyné d’un tel flot de
noblesse en so-t ébloui, comme
inondé de clarté...

UN HOMME
POUR VETERNITE
Une supe production métaphy
siquement belle, moralement exal
tamte, esthétiquement, impeeea-
ble.
Entrée

Gdes 2.50 et 4.00

xxx

AU CAPITOL

LE VIEIL HOMME ET TEN
FANT a reeu au Festival de Can
neg de 1986, une récompense qui
a valeur de consécration, puisque
le Prix de la Critique’ dont il a
été doté est décorné par les Jour
nalistes de toutes tendances ©
de tous les hotizons, politiques.

Désignation ¢étrangére a tout
esprit de coteric.

Dés la sortie du film, tous les
erands journaux Parisiens l'eilt
glorifié, l’ont applaudi, V’ont por
té aux nues, ceux de gauche
comme PHUMANITE, COMBAT
ou le NOUVEL OBSERVATEUR
aussi bien que les publications
chien pensantes» telles que LE
FIGARO LITTETAIRE, les LET
TRES FRANGAISES, LE MON
DE ou LA CROIX

Ce dernier journal, organe dd:
Catholicisme Frangais écrit no-
tamment, de I/ENEFANT, A-
LAIN COHEN, ¢j’hesite a cerire
ail est est sublime, erainte de
Venorgueillir, Et pourtants
Quant an VIEIL HOMME dont
Vinterprétation a été confiee a
MICHEL SIMON, voici ce qu’en
dit, PARIS MATCH. «MICHFET
SIMOâ„¢ compte ici, un deg plu
grands roles de sa prestigieuse
earrere: Présev. stunéfiant
hourru, vadotant tendre. Il est

AVIS

On désire affermer une mai-
son d’une valeur locative de 50
ou 60 dollars par mois, de pré-

férence dans les hautg quartiers,

résidentiela de Port-au-Prince.
S’adresser A Mile St. Louis au
Bureau du Journal.

a Vimase du files

Tous les spectateas, sont ton
chés pa. cette histoire simple
mais sublime, vibrunte de sensi.

Tnoubliahle.»

Malte et fondée sur la géncdrosité
du coeur,
De quo} sagit-1 °°

Dune histoire fort simple, dil
sons-nous.

C’est une chronique journalié
re rappo.tant Je seiour dun pe-
tit juif hébergé a dna campagne
chez les vieux parents d'une fi-
dele amic. 1 s'agit avant tout d'’
pargner ay petit warcon le rie
gue des peraécutiong que les Na
zis faisaient subir aux Juifs en
France oceupec,

C'est ty eharmante peinture de



Ta vie saine que mene fo da cam
pagne oun vie) homme, retraite
fort heureus d'avoir A jouer sa
pramdpere uv ce qin petit. pieon
intelligent, futé et guuailler

LE VIEIT HOMME bp leks
RANT. cest da tradshenr eee
sentiments, c'est ln pyniv des
hamps.

LE VIF. WOMMIe ET TEN
PANT clesy avant toutoun ome

eutque plraidoyar on faveur de

tn) Tolerance, contre le Raeisme
et contre toute fo me de Violen
ce.

Tn ciréenhile fort avertii ayy

gé que LE VIFIL HOMME ET

LENFANT était un des phis

Kauts sonmimete sly Festival du

Film Franca.

Que peut-on ajouter a cet éloge?
Au début de ‘a séance du Di-

XxX X

manche & 7 heures, Madame AL

BERT MANGONES p-ononcern

une bréve introduction & ce

film :





BIEN LA NAT
DES BROGAN ?



sT-C
SON













BITENT DF,
L'AUTRE fore

JEUNES GENS EN COLERE

Sincere et émouvante, violente
et tendre, cette oe¥vre traite un
sujet’ peu commun un drame
d'une brutale vérité humaine:
Une mére se laisse sédui-e dans
un moment d’égarement par un
gargon de vingt ans trés ami-
de son fils |

Un film sans pitié !Une peintu
re sociale] sans concession, ow se
novuent deés>felations complexes,
des situations dramatiques den-—
ses, teintées de violences!
JEUNES GENS EN COLERE
L’affrontement d’un fils et d’une
mére pour laquelle l'amour est
une grande passion! Une produc
tion de Joseph E. Levisse, mise
en scéne avec vigueur pa: Da-
niel! Pétrie et jouée avec beau-
coup de talent par des acteurs de
premier ordre! ‘
JEUNES GENS EN COLERE

Un spectacle rare! Pour gar-
gons et filles d’aujourd’hui, 1’A-
mour est-il souvent un acte de ré
volte? Un film d’une étonnante
franchise _! .

Le spectacle des grands jours,
dimanche prochain chez nous.

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

xX x xX
De Luxe Auto Ciné
Dimanche 19 JANVIER

a 7 heures et 9 heures

Deux monstres sacres dans une
oeuvre merveilletse.., Deux su. -
per - vedettes prestigieuses dans
le dernier film de Cnarlie Cha -
plin: Marlon BRANDO et So
phia LOREN, dans un nouveau
succes.

LA COMTESSE ~
DE HONG KONG
Une production émouvanite
En Technicolor

Marlon BRANDO, le’ sympathi
que acteur de tant de prodigieu-
se: super - productions. Sophia
LOREN, la divine héroine des
grand drames d’amour, sous ‘la
baguette enchantée du célébre
métteur en scene, Charlie CHA-
sante u deja inondé de tendres-»
et de ferveus ses touchantes réa
lisutions», inearnent avee un ta-
lent inoui des personnages, con-
sumés de désirs et de passions,
dans la plus chaleureuse aver-
ture du «coeur innombrable:.

LA COMTESSE

DE HONG KONG
Un des plus aélicieux moments
du cinéma -émotion, Tout film de
CHAPLIN est embué de chaleur
humaine, de poésie et de roman-
tisme, harmonisé avec de suave.
romances, évoluant dans une am
bianve réaliste et nue, assaisonné
d'un brin de satire mordante et
teinté des nuances vives de hu

mour rose,
LA COMTESSE
DE HONG KONG ,

est tout cela, avec des attraits
de plus... Elle demeure une oeu-
vre raffinée qui dorine une legon
particuliere de vie et un cours
dintelligence du coeur...
LA COMTESSE
DE HONG KONG
Un voyage de CHAPLIN
Shanghai, ou # rencontra des é-
migrés russes composés d’anciens
aristocrates de l’empire Tsariste
effondré, les hommes, devenus des
tireurs de nousse- pousse, les fem
mes des entraineuses —louches
dans des boites de nuit minables,
se vent de tole de fond au der
nier film de CHAPLIN.
Le talentueux potte de la pelli-

a

cule, Charlie CHAPLIN a insur’

‘flé une ardeur intense a
LA COMTESSE
DE HONG KONG
en Vanimant d'une réelle cho
leur humaine, et d'une sensibilite
débordante.
LA COMTESSE
DE HONG KONG
. la ravissante NATASCHA in-
carnée par Sophia LOREN, Ta-
xi-Girl A Hong Kong se fait pas-
ser pour une comtesse russe dont
s'éprend trés vile un milllardaire
américain en instance de divorce
d'avee son épouse délaissée, au
cours de Vescale dun paquebot tu
sucux, ‘A Hong-Kong.
Le somptueux transatlantique
sur lequel vaguent lamour, la
philanthropie et l'approche hu -
iwnine, va connaitre les péripé -
ties dune aventure tourmentce
el qui ne manque pas d'humour
ni de fraicheur.
LA COMTESSE
DE HONG KONG .
Une femme mariée consenti -
ra -t - elle A perdre puissance,
fortune, gloire et rang, en accep
tant une biutate séparation, le
mari préférera-t-il son bonheur
aux hypocrisies imposées par les
vonventions sociales .
CHAPLIN a analysé ce problé
me crucial avec une finesse de
touche remarquable. L’accueil
que la critique élogicuse a rnéser
ve fi cette oeuvre sinctre = de
CHAPLIN n’aura eu d’égal que
I'adhésion enthoucinste du grand
public au DE LUXE AUTO CT-
NE. - .
Une oeuvre brillante, étincelan
te d@humanisme, baignée de sua



SORE IN teh mem

ES DE SPECTACLES

ves romances que Pétula CLARK
a pu popularisée & la Capitale...
Un film magnif.que qui uemeu
re dans la grande tradition des
superbes réalisations de CHA -
PLIN. L’événement de la nou -
velle saison 69. Un chef_d’oeu-
vre qui se veut étre un hommage
que l'intelligence de l'art rend &
la beauté de la vie. Ce film vous
émerveillera... e
Entrée $ 0.50 par personne

xEXX

Drive in Ciné Delmas

Dimanche 19 Janvier
a 7 heures. Séance Unique a cau
se de la longueur du film



LE DOCTEUR JIVAGO-

En cinémascope — couleurs
avet: Omar sharif,
Chaplin, Julie Christie

Le plus grand film jamais réa
lisé tiré du célébre roman de Bo
.ris Pasternak prix Nobel. Oeu -
vre cinématograph:que puissante,
a l'impressionnante mise en sce-
ne. Une formidable evocation de
Une-
Houleversante aventure humaine,
celle d’étres meurtris par la vie
impossibl.-

la révolution soviétique.

& la recherche d’un
bonheur. .
Entrée: $ 1.00 par personne :

x XX

& MAGIC CINE

Dimanche A 5 h, 7 hres et 9 hres.

A MAGIC CINE
BONNIE AND CLYDE

Technicolor.

avec: Warren BEATY,

LARD, Gene
telle PARSONS.

L'histoite de Clyde BARROW
et de Bonnie PARKER commen
ee dans Tes années 1930 dans une
Ce
n’est pas du roman, mais la re-
constitution des faits de la vie
de deux bandits célébres des E-
tats Unis qui avaient jeté la cons
ternation dans tous les Etats des
USA. CLYDE un jeune gargon
BONNIE serveuse

petite -ville des Etats Unis.

ambiticux vet
dang un resthurant se rencon
trent d'une

de lorsque celui -*ci tente dé vo

ler la voiture de sa mére. Le jeu
ne couple se lance dans la péril-
Ns
survivent avec -des hold up peu
fruetueux en fuyant d'un état 4
en
nombre, les vols se multiplient et
bientét les meurtres, Les affron-

leuse earric:e de gangsters.

Vautre. La bande augmente

_tement avec la police sont san
glents. L’ordre du gouvernement
fédéral est lancé:

LES BANDITS PAR

tation, griice A son succés par

tout of i] a été vu. Le gang main
tenant traqué opére a travers tou
te l'Amériqne; du Texas a Towa
e
Kansas et le Nébraska. Ca sevn
une lutte A mort entre la police
fédérale et BONNIE et Clvde ot
leur groupe, dans un climat dx

en vagsant nar le Missouri,

Geraidine

Fayer
DUNAWAY, Mitchell J. POL -
HACKMAN, Es_

facgon inattendue:
Elle fait la commaissunee de Cly

CAPTURF®
TOUS
LES MOYENS. Ce film nous ar-
rive précédé d’une immense repu

cessive violence, Ces personnages

appartiennent désotmais. a ,'his..
toire, °

5 hres, 7 heures et 9 heures
Entrée’ Gdes 2.50 et 4.00

xxx
AIRPORT CINE
Aprés les retes de VEpjpiianie,

Avan 12S SOieunlles Ue 1a Cuati-
Geeur, 1d lurecuun au Asa =

» Use CAN & pense qui sauait

murquer pur une dace Cayce, ids
grands moments ae la Liturgie
Unrevlenne, en proyevant sur ses
ecrans, une. super - prouucuen
transecendante e. pure, qui rit
honneur au nouveau cacnuucisme
presente sous 1e Signe ue lweeu |
menisme de Vaticag u.. *

LA PLUS GRANDE HISTOIRE
JAMAILS CONL BE :
(En Cimemascgpe'~ Vouleurs)
avec: Mux Von Slpuw:
dans le roie du Christ
Sydney POTIEKS: dans %a-
lui de Siméon, le Cyrénéen
Charlton HESTUN: dans #
role de Jean Baptiste
John WAYNE: le Centuzicn
du Calvaire’ :
Claude KAINS: un Hérode
sanguinaire et pervers ,
Dorothie MAC - GUIRE: in -
carne la douce- Vierge. Marie... .
LA PLUS GRANDE HiSTOIRE
JAMAIS CONTEE
Une super-production d’une
SOMP.UOSILES auss: fastueuse
que celle des DIX COMMANDE-
MENTS
La Vie Sublime de l'Homnie -
Dieu — le juste mis au rang aes
assassins — la conspiration du
mal contre l’innocence — le Fils
de l'Homme crucifié entre deux
brigands — la Résurrection Gl)
rieuse du -Rédempteur —- tels
sont les grands moments de cette
histoire contée si pathétiquement
par Georges STEVENS.
Un, vibrant témoignage expri-
mé avec chaleur et noblesse.
' Une oeuvre monumientale.
Une super - producctiun colossale,
Un spectacle de Super -. Gals.
L'AIRPORT Cll ccrvie tou
tes les associations religieuses,
les groupements divers de toutes
les confessions chrétiennes, les ca
tholiques de la capitale, les mem
bres et adeptes de toutes les av-
tres religions, 4 venir communier
dans une méme ferveur, en as-

sistant A «cet acte de Foi dv
chrétien moderne».
Entrée Gdes 2.50 et 3.00
Séance Unique — Dimanche

19 .’anvier A 6 heures 30.

xX kK x

CRIC-CRAC CINE

Dimanche 19 Janvier

a 5 heures, 7 héu.es et 9 heure:
Seule une femme pouvait ose:

faire ce film!

LE BONHEUR
@Agnés VARDA.

Prix Louis Dellue 1965
Interdit aux moing de 18, ans
Columbia .

Le bonheur conjugal! Un fe
ver heureux, une femme ravi.
sante, des enfants joyeux qui p:
rachévent Vimage de la parfait
félicité, veloutée de tendresse ¢
d’affection...

LE BONHEUR .
prend sans réserve, eyocentr
queemnt il se donne sinceremer
mais il ne partage pas... ni.
epeur, ni le lit... Quelle femm
consentirait done & partag,er so
mari avec une amante?,.. A cett
question incisive

LE BONHEUR

vous révéle la -réponse ia plu
ameére, Une oeuvre paienne, ev
luant ie une atmosphére pu
théiste jet dyonisiaque, dang 1s
quelle la morale de T’esthétige
sert de'cadre & la perversité. U
drame qui atteint son point cu
‘minant et qui illustre ]'ambianc
dans laquelle la condition cu bo:
heur ne se réduit pas aux seule
dimensions biologiques.

LE BONHEUR

Cette oeuvre excellente béné
ficie de suprémes atouts sur 1
rlan esthétique, merveilleuse
lucent magnifiée par l'opulene
des couleurs dont le jeu nuares
devient plus révélateur et pu:
suggestif que celui évoqué dan:
le film célébre «
LE BONHEUR

(Cinémascope - Technicolor)

Un drame d'amour admirable
ment inerprété par:

Jean CLAUDE
DROUOT

Un probléme épineux pour le:
foyers heureux, mais menacés?..

Une vision subjective d’un un
vers clos, celui du mari qui ado
re sa femme et qui pense complé
ta. gon immense amour par un
passion nartagée avec une mal
“tresse, : .

Un drame violent avi analyy
avec une rigueur déepaniée ue
concention érotique de I’amou
chez le male ,dans an foyer trar
nuille.

Entrée Gdes 1.50 et 2.00

et Geneviéw

ae
PAGE 4



Cing minutes
aerrroi
(Suite)

tour et se blotut tout contre son
mari en entendant des Calons ra
cler Je plancher du couloir.

~- C'est peuteétre Jéréme,
souffla Maryse.

Lu chambre de Jéréme, un par
gon de quinez ans, le fils unique
des Gonéze, faisait face a celle
de ses purents,

— Je ne crois pas, chevrota
Clande. Je ne vois pas pourquoi
il quitterait son lit & minuit pour
aller se balader dans le couloir.
A moins que...

La progression des pas. mit
fin aux conjectures angoissées de
M. Gonéze. Mort de-peur, il
chercha le refuge douteux de

Vobscurité. D’un doigt saccadé, il

¢t@ipnit la veilleuse,

— Claude, tu n’es pas un hom-
me. Tu dois faire quelque chose.
Ca ne sert & rien de jouer a lau

¢ truche, tu sais.

-— Que veus-tu
Tassommer ?

— Je n’en sais rien. Mais si
tu n’agis pas, c'est nous qui al-
lons étre assommeés. +

_— Pas si nous le laissons opé
rer. Un voleur ne trappe jamais
sil n'est pas surpris.

La porte de la chambre s‘ou-
vrit brusyuement, livrant passa-
ge au rédeur. Unis dans la fra-
yeur, vlacés d’épouvante, Clau-
de et Maryse attendaient leur
fin, persuadés que seul un hom-
me armé et prét & se servir de
son arme pouvait violer un dowii
cile avec autant d’impudence.

Sans se presser, le visiteur noc
turne traina les pieds dans la
vaste chambre, ouvrit les tiroiis
de la commode, les referma aus-
sitét, ne jugeant sans doute pas
vendables les objets que ses
mains expertes avafent soupesés.

Maryse sentait contre son ¢-
paule les doigts moites et cris-
pés de Claude et devina qu'il
devait avoir encore plus peur
qu'elle. Grand Dieu! que vou
lait-il done, ce voleur bizarre
qui menait un grand tapage,
sans paraitre amasser le moin-
dre butin? Cherchait-il quelque
chose de précis, comme des bi-
joux ou de Vargent?

Au bout de cinq minutes ir-
terminables de remue-ménage, le
filou se retira sans méme se sou-
cier de refermer la porte derrié-
re lui et sans éviter de se cu-
yner aux meubles.
— Nous sommes
tia Claude, .
<< Pourvu qu'il n’aille pas dans
ja chambre de Jéréme.

L’appréhension de Maryse é-
tait fondée. Le malfaiteur peéné-
tra dans la chambre du_ jeune
homme, mais il ne trainait plus
les pieds.

L’instinct maternel l’emportant
sur la peur qui l'avait paralysée
jusque-la, craignant pour la vie
de sa progéniture, Maryse sauta
a bas du lit en criant un «au vo
leur» des plus percants,

— Tu es folle?

— Peut-étre, mais si tu refuses
d'aller protéger Jéréme, c'est
moi qui vais le faire. .

Blessé dans sa dignité, redou-
tant que, par sa couardise, un
malheur marrivat a son fils,
Claude quitta la chambre d'un
pas tout hésitant. Les jambes
_ flageolantes, Maryse partit sur
‘ses talons.

Interdits, le pére et la mere
de familic avaient du mal a en
croire leurs yeux. Au lieu «lu vo-
leur quils. s’étaient attendus A
surprendre, ils s’arréteérent pile
devant Jéréme. En pyjama, les
cheveux en désordre, le jeune
homme était planté au milicu.de
sa chambre baignée de lumicere,
et se frottait les yeux.’

Ou est-il passé?
“laude.

Groggy, le gargon promena ur
regard atone sur ses parents
avant de rénondre
-- Qui ¢a «ils?

—- Le voleur, voyons.

— Y avait pas de voleu™. C'était
moi. Je me suits éveillé dans vo-

9

sauves, balbu-

s’enguit

tre chambre sans savoir pour-
quoi et depuis quand je m'y
trouvais.

Jéréme Gonteze venait de pi-

quer sa premitre crise de som-
nambulisme. .
ae

.

Pour un Centenaire

LéAssociation des Dames de
Saint' Francois de Sales a hon
neur de vous inviter 4 une ‘mes
se so’enne'le qui sera célébrée a
la Cathéd. ale le 29 Janvie> 1969,
a5 h 30 p.m. pour féter le Cen
tenaire ie sa Fondatien.

La cérémonie sera presidée par
Son Exce'lence Mer. Frangois
Ligondé, A.cheveque de Portlau-
Prince.

LAssociation compte sur votre
nimable présence.



Présidente :
Mme Fran.n CHENET
Vice-Présidente :
Mme A. PERRY.

Que jaille ©

La Vie Internationale

PARIS (AFP)

La Conférence de Paix élargie
sur le Vietnam s’ouvrira demain
a Paris. Les négociateurs qui
dix semaines durant avaient
achoppé sur des détails de pro-
eédure dont notamment la forme
de table de conférence, — ont
réussi hier 4 se mettre d‘accord:
la table sera circusaire comme le
proposaient: les nord vietna-
tiens, mais de part et d’autre
seront placées de petites tables
rectanguaires Ces decni@res se
romnt a Vusage des Secrétaires,
mais elles n’en suggérent pas
moins l’existence de deux camps.
Cet arrangement in extremis va
permettre & M. Johnson, qui
avait tant fait pour la réunion
de la conférence, de terminer
son mandat ‘présidentiel sur un
succes appréciable, et & son suc-
cesseur, M. Nixon, al’hériter
dune situation nette { de tout
préalable. Ainsi les problémes
de. fond pourront-ils étre enfin
abordés.

XXX :

Les dirigeants soviétiques ont
un autre sujet de sat.sfaction,
le double exploit spatial réalisé
avec farrimage de soyouz 4 et
de Soyouz 5 suivi du transbor-
dement des cosmonautes. Le pro-
fesseur Blagonravov, président
de ta Commission soviétique des
Recherches Cosmiques, a déclaré
qu'il sagissait 14 d’uné étape
décisive dans une longue série
d’expériences avant d’aboutir a
la création d’une station orbitale
habitée dont V’intérét sera con-
sidérable pour les observations
scientiliques, Pour la Pravda, il
s'agit plutot d‘une plateforme
de départ pour de futurs vols
Spatiaux de longue durée. Quant
a Sir Bernard Lovell, directeur
de la station britannique de
Jodrell Bank, il estime que les
sovietiques ont désormais quatre
ans d’avance sur les américains

a

En réponse a J. J.
(Suite)

il surprenant que les hommes se
soient detournes de la terre et
que le aesert restat le desert ?

En partant de ce principe dan
wereux, auquel oenreiver suuse. i
abusivement, on peut tacilement
verser dans le racisme le plus
cru ct approuver les injustices
les plus criardes au nom du dé-
veloppement, Ainsi, dans la pen
s¢e de Schreiber, ce tut certaine
ment une bonne chose que les In
diens, incapables de dompter la
nature, tussent tous extermincs
pour permettre aux pionniers
plus intelligents de batir ]’Ame-
rique, tout comme il fut sans dou
te éminemment juste que les
Juifs venus de France, de Poiv-
gne et d’Allemagne ete... chas-
sent les Arabes de Palestine pour
y construire Israel. Et bien, non.
Cette part d’espoir humain dont
parle auteur s’effondre dés que
injustice s’y méle.

Israel n’est pas une nation ba
nale, écrit-il. Mais elle n’est pas
non plus une nation comme les
autres et, de ce fait, ne peut ser-
vir de modéle aux pays du soleil
et des déserts. Si PEtat hébreu
est en avance sur l'Europe, l’A-
mérique et la Seandinavie c’est
qu'il est un mélange de tout cela

Les immigrants juifs venus de
ces pa@Nes du monde n'ont pas
bati Israel ex nihilo. Ils appor-



taient avec eux un capital techni
aque puisé dans les meilleures uni
versités d'Europe et d’Amérique.
Ils apportaient surtout l’experien
ce, sinon le génie, de Vorgani-
sation sociale dont ils furent sou
vent les promoteurs tant pai
leurs actions que par leurs ide...

Je ne veux pas ici enlever aux
Juifs leurs mérites, Je tiens sev-
lement 4 attirer Vattention de 1’¢
ditorialiste de l’Express sur le
fait que tout peuple aussi arme

intellectuellement, sens pre-
mier du terme, que4e sont les
Israéliens d'origine curopéennc

parviendrait a ce niveau de dé-
veloppement, surtout quand = ce
développemént revét la forme
d'un impératif : transformer, le
désert ou périr. ~ .
Robert MALVAL

16 Janvier 1969.

Convocation

Les Dames de St. Frangois de
Sales sont priées d’étre toutes
présentes a LArchevéché le di-
manche 19 Janvier 1969 a 10
heures a.m. pour prendre part
cette importante réunion,

LE COMITE.

Carnet Social

Aujourd’hui Vendredi 17 Jan-
vier ramene le joyeux anniver-
saire de naissance de M. André
Monceeur.

Aux bons veux de ses parents
‘et amis nous joignons les nétres
et lui disons en outre Ad Multos
Annos.



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la I‘ontaine Mme Colo)

Perfurmances Légendaires,

Repreductions
Jnterpretations

phénomenales,
faisant époque,

‘Toutes Oeuvres,

‘Tous genres

q

Classique,

Populaire,

Religieux,

Théatre,

Disques Educatifs,
Disques Scientifiques

Chez’ vous, sans dépenses exagérées :
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONORES;
LE DISQUAIRIE DES MELOMANES AVERTIS,

LE DISOUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX
Le plus large choix de Port-au-Prince,

en ce qui concerne leg techniques

dassemblage spatial.
XXX

, Au Moyen Orient, la situation
na gutére évolué au cours des
dernieres heures. ll faut cepen-
dant noter qu’i peine formé le
cabinet libanais de M.’ Karame
connait ses premiéres difficultés.
Les mipistres des finances et
des travaux publics, ayant dé-
missionné, Le renforcement de la
flotte sovictique en Mediler:anee
a amené les mihistres.de POTAN
réuni hier & Bruxelles, a créer
une flotte d’urgence dans cette
région. Cette mesure s‘ajoute a‘
la création a la fin de Vannée
derniére d'un - commandement
pour la-surveillance de la flotte
soviétique en Méditerranée. Hier
encore, un croiseur soviétique
équipé de lance-fusées a franchi
le Bosphore,



Réception en ...
(Suite)

haute estime, la sympathie dunt
joussent le Commergant-Consul
M. Elias Cassis et sa femine
Georgétte dans les milieux gou-
vernementaux, diplomatiques, Con
sulaires et commerciaux avaient_.
porté le Président & Vie de la Ré-
publique, Dr. Francois Duvalier
a se faire représenter a cette
somptueuse agape par le Lieute-
nant Prosper Avril de la Garde
Presidentietle et le Maire Geor,
ges J. Figa.o,le Ministre du Com
merce et de l’'Industrie, Dr. Le~
bert Jean-Pierre et sa femme,
l'Ambassadeur des Etats-Unis et
Mme Ctaude G. Koss, les autres
chefs de Service de l’Ambassade
américaine et leurs épouses, les
membres du Corps Consulaire,
tous les grands commergants et
industyiels de la place, & Y
assister. .

lien n’y manqua, Les délices
furent complétes. Les Délégués
de la Chambre de Commerce des
Ameriques pouvaient evolue, com
me dans un monde dats leg salles
luxueuses ef spacieuses, dans
la vaste cour de cette maison,
au milieu des gens de qualité que

le Consul et Mme Elias Cassis
avaient tenu a réunir autour
d’eux, .

Les tables du buffer étaient

garnies de toutes les savoureuses
trouvailes alimenaire, et re-
haussées de caviar noir et rose.

Des gargons stylés assuraient
un service de boissons varices.
Le bar de la cour tenue par An-

'" «i NOUVELLISTE: |

L’Aseociation pour
la réhabilitation
des Handicapés

Le Mercredi 15 Janvier dans
Vaprés-midi, au local de \'Eeolo
St. Vineent, l’Agsociation Hai-
tienne pour [nv réhobilitation des
Handicapés a tenu une assem.
blée au cours de laquelle la Di-
rection de l’Association a été re-
constituce,

Jusqu’éA la prochaine Assem-
blée générale, l’Association- sera
présidée par le Dr. Gérard Léon
qui sera assisté d’une Seerétaire
National, d’une Secrétaire et
dune Trésoriére. :

La mise cm train, du program-
me de COLLECTE DE FONDS
qui chaque année permet 4 1’As-
sociation dé faire face & ses
lourdes responsabilités a été pla-

,nifiée. Un projet de budget ac-

compagnant le plan d’action a
été soumis a ]’Assemblée.

Nous souhaitons une fruc-
tueuse gestion au nouveau co
mité de Association. .
N.B—LE GALA DE PRIN-
TEMPS aura lieu & I’Hotel Sans

Souci le 80 Avril prochain.

Convent National
1969

Du 20 au 26 du courant les
délégués des Luges du pays se
réuniront en Convent National
annuel au siéze du Grand Orient
d@Haiti 4 étage L’Amitié des
Freres Réunis No. 1.

Les macons, scton la tradition
choisissent cette occasion pour
délibérer sur les problemes et |e
situation de VOrdre en général.

Le Convent s’ouvrira le lundi
20 4 7 h. 30 p.m. sous la prési.
dence du Grand Maitre Carnot
ADRIEN,. Le dimanche 26 aura
lieu la célébration de la Féte de
Ordre.



Attention !
e

Tl est porté A Ja connaissance
de toug les Gléves de la classe
de déme des Lyeées ct Colléges
de la Capitate que le Cours de
Granimaire et de Style que Me.
Constant D. Pognon dispense gra
tuiiement & leur intention a été
inaugure [no semaine derniére et
se poursuivra ltou,y les samedis a
8 heures précises duo matin au
local dy Nouveau College Moder

ne, sis au No. 10) de VAvenue
Charles Sumner, en face de la
Station ESSO du Petit-Four.

Vous tous, eve, de deme, qui
avez des Iitemes on Francais et
qui voulez bien les combler, ins
erivez-vous a ceSCuurs de Gram

toine Cassis ne semblait) servir maire et de Stv¥le de Me, Cons

que le champagne. tant D. Popnon, poofesseur de
Un ensemble musical — entrai-é carriére.

nant portait de nombreux couples N.B.— Participation aux frais

a libérer les rythmes de leurs
pieds.

Le savoir-faire du Consul
Elias Cassis, Jes amabilités char-
mantes dv sa femme et Ja gentil-
lesse des autres membres de sa fa
mille qui aidaient avec beaucoup
d'enthousiasme dans le service
ont réalisé hier soir encore cette
merveille qui s’appelle |’hospita-
lité haitienne.

HAITI -
GUATEMALA

(Suite)



VAtlanta Chiefs, ART ot ASHER
WELCH, WINSTON EARLE
du Baltimore Bays, LLOYD MC



LEAN, DENNIS ZIADIE, LES
BURN du Boston Beacons, NE
VILLE OXFORD du New York

Generals, OSCAR BLACK de St
Louis Stars, HENRY LARGIE
du Washington Whips. Ces ren-
contres auraient lieu au debut
du mois de Feéviter et perme:
traient de jauger notre sélection
avant son vovage pour Je Guate
mata
X XXX

LA COUPE PRADEL.—

Comune prévuc, notre competi.

tion officielle déebutera Te Vendre

di 24 Janvier avec le match: BA
CARDY — EXCELSION, | ley
t.6is autres de ce premier tour
oppeseront Ie Samedi 25: VIC
TORY a RACING, le Mardi, 28+
VIOLETTE a EVOILE, le Ven
dredi 31: ATGLE NOIR a DON
BOSCO.

Depu's le 7 Janvier, tous les
Clubs se préparent pour cette
ouvertu;e. Les trois goands qui
constituent Varmaiure des Equi-
pes Nationales A ct Bo partent

en principe favoris, le Stade Don
Bosco qu'on aw pu apprécicr lo s
du Championnat de la Coupe Ayl
vio Cato. est Voutsider No. 1
Les aut-es qui nous ont aecoutu
mé aux haut et bas, tres certail
nement, conserveront leur image
habituelle. I] faut seulement sou
haiter qu'un effort soit fait dans
ce second groupe pour une remon
tée au tableau d’honneur.



DECES

Nous annongons avec beaucoup
de peine la mort de Mme PHA
NUEL DESIR, mere’ de notre
jeune ami Mr. PASCAL DESIR,
gurvenue au Cap-Haitien, en sa

résidence — privee, le Lundi 13
Janvier en cours.
Les funérailles de Mme PHA

NUEL DESIR ont été chantées,
au milleu d’un convei imposant
de parents et d’amis, con | epti-
se au Sacre_Coeur duo Cap-Hai-
tien Je mardi 14 Janvier

Aux parents @prouvés par cet
te perte et plus pa-ticuli¢rement
a son Epoux Mr. PHANUEL DE
SIR et a ses ENFANTS MON-
SIBUR ET MADAME PASCAL
DESIR. «LE NOUVELLISTE>
renouvelle expression de — ses
sincéres sentiments de condoléan
ce.



Messe de Prise
de Deuil -

Une messe de prise de deuil
. gera célébrée le samedi 18 Jan-
vier 1969 en l'Eglise du Sacré-
Coeur de Turgeau a 6 h 45 du
matin A la mémoire de la regret
tée Eugénie CAPRON mére de
Madame Jacques Coicou.

Cette annonce tient lieu d’in

De vitation aux parents et amis.

divers: Un dollar par mvis, exi-
gible a Vinseription.

Soyouz 4 atterrit ...

(Suite)

et le carburant y seront achemi-
nes.

2j)— Centre d’entrainement et
dacclimausation pour les fucurs
vosmonautes. Ils participeront au
montage de la tusee 4 bord de la-
quelle ils devront. s’embarquer.
3) La base d’observation astrono
mique avec telescopres orpitaux o
large rayon d'action et exploita
tion de tuutes les possibilites spec
trales.

4) — Centre de liaison cosmi-
que avec les engins interplanc-
taires. Le fait qu'un tel centre
rera situé au-dela de V'atmosphe
re terrestre V'avantage considéra
blement par rapport aux actuels
ventres de réception au sol, no-
tumment du fait de la possibilit’
d'utiliser pleinement les latsons
par Lasers.

5) — Centre d'études des phe
nhoménes globaux intéressant = f.
déveluppement général de la ter
re et permettant de planitier son
evolution. Les opérations de
contréle des processus saisonniers
et scculaires s'intéresseraient es-
sentiellement des phéenomeénes geo
logiques, géodésiques, océanoyra-
phiques et glaciologiques.

6) Atelier industric] pour
Ta construction en orbite, c'est
& dire, dans des conditions de vi
de et d’apesanteur, de produits
parfaits, ‘

7) — Laboratoire d'¢tude pour
Ja découverte de nouveaux élé-
ments, L’absence d'oxygene pour
rait en effet permettre d’y déve-
lopper une Chimie Spatiale aux
larges perspectives.

Pharmacies assurant

le service cette nuit.
Vendredi 17 Janvier 1969
SEJOURNE

Rue du Centre



, J. BROS
Archives Nationales

ADMISSION

PUNO TAOBAO SOOO U NOTE CUO SOO COO COO MOU CONT T 0 4,



Grand Hotel Olofison

Chaque Lundi
Formideble Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarbo-ough

Danse avec URnsemble de MURAT PIERRE

Lettre a M. Max .
A. Antoine

(Suite)

Salomon; son habileté politique,
tout cela a retenu mon attention.
Toutefois, ce qui, dans votre ou-
vrage m'a le plus frappé, c’est
davoir. bien mis en lumiére cette
volonté farouche de Yhomme de
travailler & la promotion sociale
et culturelle de la giunde masse
noire qui, depuis V’Indépendance,
errait dans la nuit mentale.
Homme intellectuellement pré-
paré, Salomon appréciait la va-,
Jeur irremplagable de Vinstruc-
tion comme condition sine qua
non de Vavancement’ et du pre-
yrés des peuples. [u cela, it su
trouvait tellement dans la nor-
me des choses que la question
n’aurait méme pas da se poser
en termes de classe, ou cn termes
ridieulement épidermiques, mais
en termes simplement humains.
A un point tel que, homme de

ewur et d’esprit, méme Boyer
Bazelais, son adversaire _ politi-

que, avait déclaré que «si je sou-
haite ardemment arr‘ver & la pre
miére magistrature de VEtal,
c’est uniquement en vue de répa-
rer le tort fait aux masses par
Jean Pierre Boyer, mon aieul»
(p._ 68)

En plein 19@me. siécle, alors
que l’Europe avait déjé connu la
révolution industrielle, que Re-
nan entrevoyait Vavenir fulgu-
rant de la science et que’ les
idées socialistes commengaient 4
émouvoir les -esprits et agiter
les peuples, aucun leader haiaen
conscient n’aurait pu re ter in--
sensible uevant letat de sous-
développement ¢conomique, no-
cial et culturel des masses.

Aussi, n’est-il pas
que, en dépit de toutes sortes
de péripéties, les idées progres-
sistes pour lesquelles luttait Se-
lomon, aient irrésistiblement
frayé leur chemin A travers le
temps, pour tinalement s’épa-
nouir A la révolution de 1946 que
prolonge et approfondit la ré-

volution duvaliériste, si dynami- _

quement intégrée dans le 20éme.
sitcle, .
Dix années d’expériences en
Amérique Latine comme Anbas-
sadeur mont définitivement con
vaincu que Vévolution des, col-
lectivités nationales, sous peine
de voir leur souveraineté compro-
mise ou menacée, ne peut plus
étre une ceuvre partielle et spo-
radique, mais bien un travail
constant ct de grand ensemble.
Aussi, le comprenait déja Salo-
mon. Ainsi le comprend le Preé-
sident Duvalier, Leader ‘actuel
de la natfon, dont bien humble-
ment je partage Vopinion quand,
dans sa Préface a votre livre,
il écrit «Lieffort de synthese
réalisé par Max A. Antoine dans
sa tentative d’approche du Grand
Leader, du Diplomate, de l'hom-

me d’Etat est en tous points
louable». .

Veuillez agréer, mon clier ami,
avec toutes mes félicitations.

assurance de ma_ considération
trés distinguée.
Arséne POMPEE



Carnet Social

Aujourd’hur 17 Janvier rame-
ne anniversaire de naissance de
la charmance Ghislaine Vumerzil
qui en cette occasion compte Feu-
nir chez elle un bon nombre de
parents et amis pour féter ce
beau jour. .

Aux nombreux souhaits qui lui
ont été faits nous jolgnens les
notres : de bonheur, de santé et
de longévité.

Bonne Féte Ghislaine !

Bulletin de

nouveiles

Le 14 Janvier, par le vol 432
de la PAA, est partie & destina-
tion de Miami, Melle. Josette
PHILIPPEAUX, Prem.ere Se-
crétaire A l'Ambassade d’Haiti a
Paris.

cnx

Le méme jour, par le Vol 243
de Ja AIR FRANCE, sont partis
a destination de Miami, le Major

Max CIVIL et le Capitaine
Reynold DESNOYERS, CA,
FAd@H., Délégués du Gouver-

nement en Mission Spéciale.
Dem en ee

Messe de Requiem

Mr. et Mme Nerey BESSON
et famille feront. célébrer le lun-
di 20 Janvier A 6 h, 45 du matin
ar Sac e Coeur de Turgean une
Messe ae Requiem = & Voccasion
de Ja mort piématurée de leur
regrett¢e Claudette Besson AN-
GIBEAU.

Les parents, allié, et amis de
ly defume sont priés de cansidé
der Vannonce comme une invita
tien, .








Cet



EYE Pt



PH

TAH




2 DOLLARS.

CHICANE CARA KARA RENTS

Le Rond Point Night-Club

Samedi 18 Janvier
DINER DANSANT
Dés 9 Heures P.M.

Tenue de ville de rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

- dont

étonnant

- dans




AU FIL DES JOURS
(Suite)
se, mére de Catherine.

Liidée de leur mariage en
Haiti vint de Mme Yolande
Glarke qui en écoutant Catherine
faire le projct d’aller passer quel-
ques jours de vacances en Haiti
avec sa bonne amie haitienne du
Gouvent de St Hubert, Mlle
Marie-Carmelle Bordes, soupira:
«Oh si j’avais 30 ans de moins,
voila, un pays ot je me ma-
Yierais».

Cette idée fit son chemin et
mercredi le réve de Mme Yolan-
de Clarke devint une réalité pour
sa fille.

Une brillante réception
cédait 1a cérémonie religieuse.
Elle se déroula dans le grand
salon de l’Hétel Choucoune, en

pré-

présence des premiers témoins,
Mme Yolande Clarke et | le
Ministre Conseiller de l]‘Am-

bassade d’Haiti & Rio, M. Alex

Dominique, et des autres té-
moins, Mlles Marie~ Carmelle
Bordes, Nelsie Aguiar, Mmes

Alex Dominique, Pearl Kalman,
MM. Jean-Claude Bordes, Gérard
Nau, Aubelin Jolicoeur.

Au champagne, le diplomate
Alex Dominique fit un discours
de belle facture pour présenter
tant cn son nom propre qu’en
celui de Mme Yolande Clarke,
ses voeux au jeune couple tout
en. lui prodiguant les conseils
il a besoin’ sur la route
difficile de la vie & deux.

La cérémonie religieuse
lieu en VEghse 8t Pierre
Petionville. 1

Précédés du petit Serge Do-
minique portant les bagues,
Catherine au bras de M. Alex
Dominique et Robert donnant
le bras & Mme Yolande Clarke
firent leur entrée 4 I’Eglise St-
Pierre aux rytkmes de la marche
innocente de Mendelssohn qu’en-
tonnait la chorale de cette égli-
se.

La cérémonie fut longue — et
émouvante, Le prétre parlait
bien. Les heureux époux, aprés
leur union regurent la commu-
nion sous les deux espéces.

Aprés la bénédiction nuptiale
i l'Eglise St Pierre, M. et Mme
Robert Simard furent regus a
VHétel Marabou ott ils sont des-
cendus, par la direction de cet
établisement. Cette réception a
laquelle, assistaient de nombreux
amis haitiens, canad ens ¢t améri-
cains faits ‘par ces jeunes gens
sympathiques fut pleine de dé-
lices. . :

Nous faisons des voeux pour
le parfait bonheur de M. et Mme
Robert Jacques Simard.

xxx

eut
de

DIVERS
. Ken Gordon, Directeur Exé-
,cutif des Chambres de Commer-
ce du Comonwealth caribeen est
arrivé mercredi et a été accueil
par le Trésorier de la Chambre
de Commerce des Amériques et
Mme Raymond Roy. H est de
Trinidad,
xXx xXxX :
‘4. M. Winston Meeks, de la
Chambre de Commerce de la
Jamaique est arrivé avant hier
soir, .

Ils sont venus asgister a la
réunion que la Chambre de Com-
merece des Amériques tient a
Port-au-Prince,

x KX

... Le jeune Sténio Dupuy, In-

tendant au Service de l’Ambassa~

de d’Haiti & Washington est
rentré au début de la semaine

venant de la Capitale Fédérale.

Tl a été accueilli par le Capitai-
ne Serge Coicou de la Garde Pré-
sidentielle et M. Carl Alcindor du
Protocole.

Comme Von voit, Sténic Dupuy
a été I'ebjet. d’une marque
d’attention de la part du gouver-
nement qu'il sert intelligemment
a Washington.

Il poursuit ses études au Wilson
High School de la Capitale Fédé-
rale. . ,
. Le talentucux artiste dé-
corateur George Rizk a aA pene
fini de ecélébrer son heureux an-
niversuire le 15 Janvier qu'il a
du se faire hospitaliser. [1 souf-
frait d’une crise d’appendicite.

Liintervention chirurgicale a eu

lieu avec bonheur. Sa charmante

soeur Kathy Rizk, son assistante
passe son jour d’anniversaire, en
ce vendredi 17 Janvier au chevet
de son frere, Aa VHonital du

Canapé Vert.

Prompt rétablissement,
ves! Bonne féte, Kathy !

... Le Dr. Arthur Wellesley E!-
demire, ancien Président de la
Chambre de Commerce de Monte-
fo Bay, ancien Président de -la
Chambre de Commerce des Améri-
ques, arrvé ici hier soir, a
assisté 4 la grandiose réception
offerte par le Vice- Président de
la Chambre de Commerce d’Jiaiti,
le Consul et Mme Elias Cassis
et est reparti ce matin.-

’ Le Dr. Arthur Wellesley El
dem re pratique la médecine a
Montego Bay. Son frere est
Ministre de la Santé Publique a
la Jamaique.

.. Ce matin est arrive par le
Vol. d‘Air France venant de
San Juan, M. Clifford C. Curtis,

ja section Business de

Newsweek Magazine, a New
York. Jl a été accucilli par, sa

charmante femme Martha arri-
vee hier,

Martha, parlant couramment le
francais, nous a apporté d’apréa-
bles nouvelles de nos excellents
amis Vincent et Adéle Sardi,
Propriétaires des fameux restau-
yants SARDI'S West et SAR-
DUS EAST, de New York.

Clifford et Martha sont
candus a lHotel Tbo-Lele.
passent. 3. semaines ici.

.. Te Dr. Juan B. Mocao. de
Isla Verde Puerto: Rico est arri-
vée ce matin pour une courte
visite en compagnie de la gra-
‘cieuse Catherine Reardon de New
York City. Ils 4taient précé-
demment 4 la. Martinique.

Tls passent le week-end & Ibo-
Beach. :

MARIAGE

Samedi dernier, en |’Eglise
Christ-Roi, au milieu d’une nom-
breuse assistance a été célébré
le mariage de M. Gérard Dumay
avec Melle Fyrtha Charlot.

Tis ont été conduits au pied

Geor-

des-

Is

de (Vautel par Mme Jeanctte
Charlot Agnant et Me. Dantés
Colimon.

Aux nouveaux conjoints, nous
adressons nos félicitations et nos
‘meilleurs yoeux de bonheur.



Le nouveau
scaphandre
soviétique )

MOSGOU (AFP) —

Quelques indications suy luni,
té de survie du nouveau Sca-
phandre soviétique uitilisé pur
le, cosmonautes Khrounov et E-
jisseey sont données pour la pre
miére fois par l’Agence Tass ce
matin, sous la signature de son’
correspondant au .Cosmodrome
de Baikonour,

Le type de Scaphandre . ujlis
par leg cosmonautes comprend,
écrit PAgence, un récipient (sur
lequel aucune précision u’est
donnée) attaché aux jambes pour
ne pas géner le passage du cos
monaute d’un vaisseau spatial 4
Yautre. Ce. récipient contient up
systéme fournissant Voxygene —
(pas de détails sur le provédé de
régénération utilisé) — une sour
ce de chaleur, une soutflerie
d@air chaud ou froid allant vers
VIntérieur du Sacaphandre, et un
Thermostat pour le. réglage au-
tomatique de ces appareils.

Les Seaphandres d’Elisseev et
Khrounoy gont bien différents
de ceux utilisés par Alexis Leo
nov, Edward White et autres mar
cheurs de l’espace, note Agence
Tass.

. x kx
DOTES D’UN IMPORTANT
APPAREILLAGE MEDICAL
MOSCOU (AFP) —-

Soyouz-4, qui vient d’atierrir
et Soyouz_5 qui poursuit - tou-
jours son vol autour de la’ ter-
re, avaient été dotés, avant leur
lancement, d’un important appa-
reilage médical, destiné a effec”
tuer un cont.dle médical perma
nent des cosmonautes au moment
de leur passage d’un vaisseau a
Vautre.

Crest en effet ce que révéle ce
matin un meédecin soviétique le
Dr. Leon de Kakourine dans un
article publié dang «Russie Sovié
tique» que note l’Avence Tass.

Le médecin sovietique indique
notamment, qu’un tableau de
bord spérial avait été amené a
Vintér.eur de chaque vaisseau,
aur lequel le Commandant de
bord pouvait lire instantanement
les variations de la temperature,
le poulg et autres données sur
état des cosmonautes, ainsi que
les limiveg dans lesquelles ces
variationg autorisaient, limitaient
ou interdisaient les Aifféventes
opérations liées au transborde_
ment deS deux cosmonautes.

Ces tableaux étaient placés
sous le contréle des deux Comman
dants du bord; Vladimir Chata
lov, et Borig Volynov, ajoute le
médecin. LH: précise, d’autie part,
que toutes les données recueillies
étaient retransmises par télémé
trie a terre, oll les '‘médecins du
groupe de surveillance du vol, a-
vaient la possibilité ainsi d’éva
luey & tout moment l'état géné
ral des cosmonautes.

Enfin, le docteur Kakourine
souligne en conciusion que{la nou
velle expérience ‘spatiale & servi
le but d’apprentissage A jla vie
et au travail de l’homme dang le
cosmos.

XXXX .
UNE OPERATION REUSSIE
JOHANNESBURG (AFP) —

Une jeune Sud - Africaine de
19-ang a mig au monde un bébé
exactement 30 heures aprés a.
vair subi une grave opération a
coeur ouvert, apprend-on & Jo-
hannesburg. La mére et enfant
se portent bien.

LWinervention a été effectuée
lundi matin par les chirurg ‘ens
de Uh6pital central de Johannes
burg. Mardi aprés-midi, Vopérée,
Mme Avril Dunné, metiait au
monde un gareon de & kg. 900.

La jeune mere souffrait. d’une
Sténose mitrale (retrécissement
de la valvule mirale), affectant
la circulation sanguine a Vintéel

rieur du coeur, Les chirurgiens
craignaient que le coeur, tres af-
faibli, ne résiste pus aux efforts
de Paccouchement.



— L’opération — qui a duré
, deux heures et demie — était

d'autant plus délicate que les chi
ruigieng ne pouvaitnt utiliser
les analvésiques habitueis sans
courir le risque de ‘mettre en dan
wer la sante de Venfant.-
Aujourd’hui, la jeune mere a
quitté le Département cardiologi-
que. Son état. de santé n'inspire
plus Winquiétude, : '
xxx -

LA RUPTURE ENTRE
DQ@N JUAN ET JUAN
C@LOS
MADRID (AFP)

La rupture entre le pretendant
au tréne d'Espagne, Don Juan,
Comte de Bareelone, et son fils,

| VENDREDI 1 IANYIER 1900

LActualité Internationale

. ‘

Juan Carlos de. Bourbon, au su-~
jet de la succession du-.Général
Franco,. est confirmée par): une
lettre de Don Juan‘au Président
de son Conseil Privé; “dont le
texte est publié ce matin, dans
un journal madriléne. ~~...

Don Juan dément ecatégorique-
ment avoir eu, au. préalable, con
naissance des déclarations de ‘son:
fils, le 6 Janvier, dans lesquelles
ce dernier se déclarait disposé
& accepter' une éventuelle nomi-
nation comme héritier de la cou-
ronne-devant succéder au Géné-.
ral Franco.

Dans sa lettre, Don Juan de-
mande aux membres du Conseil
Privé de donner leur opinion sur
Vattitude qu’il devait adopter,
compte’ tenu de l’extraordinaire
publicité faite par le géuverne-
‘ment aux propos de son fils -et
dé Vextréme confusion ‘ainsi:
créée au sujet de la légitimité
dynastique et du principe suc-
cessoral,

Sans cacher le désarroi dans
lequel Vont plongé les déclara-
tions de. son fils, Don Juan .ré-
véle dans sa lettre, que ses rela-
tions avec Juan Carlos étaient
bonnes et qu’une dynastie serait
inévitablement considérée comm?
déloyale et infidéle. - .



Messe de Requiem
Max, Francis, Rooseveit, Jean
et Ernst CGharles font chanter
une Messe de Kequiem 4 Vinten
tion de idur me.e
EUGENI& MUISE CHARLES
en la Cathédrale de Port au -
Prince le Mardi 21 Janvier 1969

a § Heures su du matin
Ce present avis lent leu d’in
vitution aux ‘parents et amis.



rreummaires au .

Vungatea uw acavall
(ourbe;

tion de {Homie maven par

JfaVall Nuiweutee eo ia produc

UVIte, weil ee.» ,

Yeux uspecus principaux dt
Pacuvire Nauunale serve envi
SugeS Pur ivy Culyressisves 7 a.
Vaspect . Social; by L’Aspec
econumique, : Fal

Leaspecr Social embrasse 1:
Secure pocaie : Kisyue octal
Yaranvie cOmre tes Moeyues Po
claux, Leenniques de 1 iuuemnisa
tion, £reveuwen aes risyues -
Muimuen de la same au ‘Lra
valeur, boiuque ee piein em
pio. .

L’Aspect économique — considé
re La situation ug tempol ¢
Haiti (Agricuture, inausurk
Commere, Auminiswation fupl
que) — La Kemuneraunon d
‘Lravail, — la Foluque salarials
la Taxation uu kevenu d
Travail — J’lntea-struccure éc¢
nomique en milieu rural,

Des discussions tres — intére:
santes onc eu ley autour de
‘divers points de cet Avant-Pr
jet d’Agenda. Elles ont reten
Yattention des Membres de |
Commission Permanente qui '
feront cas dans les ajuslemen
a faire a Agenda final. ~

Le Be. Congres National ¢
Travail se uendra p-obableme
au cours de la deuxieme qui
zaine du, mois d'Avril, Deja,
suscice le plus grand inter
chez ceux 1A qui seront appel
& y epporter les lumicres |
leurs connaissances et de leu
experiences dans les divers
branches de VActivité Nationa!

Ce Congrés conneitra cert
nement un tres grand succes |
le grand prix que le titulaire |
Département du Travail, le I
nistre Max Antoine apporte
sa préparation et par dess
tout, vu que cette initiative q
part directement du Chef de-
Nation traduit’ sa farouche ¢
termination de rénover ord
social et économique de la N
tion.

L’Ecole Technique
de Cosmétologie

‘La Direction de l’Ecole Teck
que de Cosmécologie annor
Pouverture prochaine de la SI
TION DES COURS PRAT
QUES ACCELERES DE SOI
DE: BEAUTE.

lies Inscriptions sont regi
chaque jour au local de. VE
hlissement, 93 Rue Pavée, a £
tir de 8 h. 30 du matin. Elle r
pelie que des bourses de pert
tionnement aux Etats Unis d
meériqu® seront accordées au 1
yéates, & la fin de VYannée aca
Mique.



3 Janvier 1969
LA DIRECTION.

\orocersacacescacamaas SSSSASLLASASALSAAS SAAD ALA SA

,

CASTELHAITS
Dimanche 19 Janvier 1969 4 8 H. P.M,
DINER DANSANT

avec le Concours du Jazz les
«DIABS ROUGES»

: Filet Mignon, Steak au poivre, ete.
Pour réservations :-Téléphonez au No. 3926

\ My. Harry

§ secocece

Von Wolff.

,
PSD AAALAD IAN SAS ot SAAS SNSNADAPSSAPPA IAMS
\

SLM NK HEDIS IAL III IID ISS LE NSS IAD IS SALAS ALY IIIAO

Pour vos enfants, pour vous mémes et

dans votre Foyer

’

Cultivez-vous, amusez-vous, renseignez-vous
LA DON MOHR SALES CO vous propose
des films court métrage de 8 mm.’
Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
Voyez DON MOHR SALES CO.




PAGE 1

, QUOTlDJEN LE PLUS .ANCIEN D'HAITI FONDE EN 1896 Directeur Administrateur : MAX CHAUVET t No.212 . ,. --PORT-AU--PRINCE (HAITI) , PR‘NES : 2232 2432 . P.q~B~X: 1316 MEMBRE DE L'ASSOCIATION IN1'ERAMERICAINE DE PRESSE 1 ' 78me ANNEE VE~DREDI 17 JANVIER l!l(fo Prliminires au Congrs du Travail Soyouz 4 atterrit, alors que Soyouz 5 Au F1~:~~t!?uRs ... : I >,•s p,•rsonnalits et de., repr sl'ntants de toutes les branches ,ill'activit nationale : Econo mistes, Financiers, Industriels, l'omnwr~ants, lntelleduels, Jour nulistt>s, Syndicalistes, Religieux, Font 1 tionaires se trouvaient nis hier matin au sige du D( 1 partement des Af:t'aires Sociale, sur lu convocation du tituluir<' dt• ce Dpartement. Entour du Sous-Secrtaire Mm~ la Prsidente remercie Port-uu,Prince, le 16 Janvier 196!1. Le Secrtariat Priv de :'lladame Franois Duvalier trans m,ij: les plus vifs remerciements de" Madame la Prsidente tous ,eux qui ont bieh voulu apporter leur gnreuse contribution aux distributions or~anises l'occa sion des ftes de fin d'anne par lu Premire Dame de la publique. Grce leur prcieuse colla horation, Madame la Prsidente fidi•l~ la Politique de solidarit sociale du Gouvernement du 22 Septembre 1957 a pu concrtiser son rve d'gayer la Noe! de nos milliers de deshrits du sort et d'augmenter le mieux tre des familles n.cessiteuses. Le Secrtariat Priv de Madanw la Prs'dente, au nom palinux ~udltiContnliren1ent aux asLrunautJUe~ lor~fllll' f'l'~ dernll•r;-: nt> ~(' tes _ an1er1ea1ns qu1 a1nrir tt ~/~~~-v1:~: .~J::~i~;;s \\:~,'/; 1 1 : 1 tt~,/ 1 ~~t\\:: ~:L:;:~ j!n~e11,~cc:Js~if~nj~ 1 ~ 1 ~,1,'ai'~: poursuit, sit ui,s <'Il \pr1itoir• t'Osmonautes sovitiques ont tou . ..:. rus~e. atterri rlans la steppe ll L'UX, t!.ll rai~on de la siluat:un dwR de> I'nt!110~ph~P._ La cah_rn, gographique et d_e la cut1tiiwr,. f)tlllt _ ulors t•! n• p1]1)l('l' (•~ pfl( 1 rtalitli dl:' J'URSS, l'npoz l-lllP' tul' l~,~•nlttl'lll'n~l'I1t dt~ r_H:,wh~l infrastructure de contrle t t ,10 dan-..:. l atnw-.~1lH"T. L utd1~at1q1 dl'~ qtwliti'•...: :1/'ndy11:irlliq11t••; d, Soyuuz ,..))l'!lil'l dt' dimillll('J' le, rcupration neessain~ pour 1,•...: ultimes opi•rations .,.,t in.,talli••' sur lem tl'1-riloire. Toull'fni, les sovitique, ont entraini• ll't1r 0 eo~n1onautes a se po,:;er gak.ment en llll'r. En .cas d,• diffirnll{•, ou de retour c]p la lunl' h lh::4eente rlan:-:. une 1 l.don ~1iu( .. rn dehors du territoin• sovil i qtw peut ~'impo~er. l.Tne foi""' ~urvh:\rj.!."l'" 1\,qui lHl).!."l' l't :-:u~ tr1111i, il1• ri,, ('\'!lit'. l,vnd;tnl t11ut, !)l'l'llll('J'( pha . ..:f' d1' .(lp...:1 ntl', lioul'Hrlf llwrmiqUL' l':-C.t 1wrll unt\ tPn1 pl•ralur1 dt' qu,.\que.-; milliers rk dl'i,!TC~.-..:. n•Jll i~T;1d1•:--, la f'nr<'l' I"; llPl1qlH' dl' l:1 v:d1i111 -.:e tr:1n~ fnrn,ant ~•n 1Shall 1 Ur. t•l ensuite la voilure principale du systme de parachutage qui assure un atterrissage en dou r~~u~10 1 ::irsu:1:n~.r~,i~~!:~l ;~u~l~-~; sont mis feu et la cabine altc.r ri une vitesse n1axirnun1 (le 2 :~ n1tp~~ :.econde. Des ~ystmes autotnatique...:. a~surt•nt le fonctio11ne1nent de l'l'nsemble th>s moyens d'at.tfa•ri . ..:.:-:ag-e, rnais Pn car-; rn1et ln n?~ dwrche lointaine et 11roche, tant pnr Jps stati011s J1U anl, que per l'aviation et les bateaux. X X X 'l' LA PRAVDA: UTILISATIONS POSSIBLES DE STATIONS ORBITALES MOSCOU (AFPJ ' La Pravda qui parait ce ma tin en iloir et rouge, avec d'nor mes manchettes indique sept uti lisations possibles ( dont aucune militaire) pour une e:Station Spa ti11le Orbitale semblable it celle cre hier par la runion de deux Soyouz, ou perfectionne : 1) Chantier de eonstruction eircumterrestre de fuses inter plantaires livres du sol en piices dtaches par des fuses ca mions. Car vraisemblablement les vols vers les plantes ne par tiront pas du sol, mais des Sta tions orbitales. Les cosmonautP, ( Suite page 4 Coi. 4) Lettre M~ Max A. Antoine l'i•tionvillc ]p lt:: Janvier 19G!l ;vJ onsi<'\1r l\Iax A Antoine r'l•tionvillt•, '.\lon cht'l' a1ni, ,Il' vit•ns 'd'aclwvPr la lecture dt' l'nuvr:1g'l, diLion 1111e, aveL• :w;-; ide~, seg luttes, Hes homn1e:-: puhiiC'~, qui revit dnns l'esprl 1 f ~t~nt:a'H;;eck~~u D~= riat Technique du CONADEP, etc. Le public est invit se join dre nous et partidper toutes nos activits durant ~ette Semaine. Le Lhme sera : Le sem; de '.a prsence des Eglises chrtiennes dans un pays voie dr dveloppemenb. Pv. ader i1 votre participation, nous vublions votre intention, le par le, Past. FORD 1 2) ,, L'Eglise en tat de mis s on, par le P. Millieu A la Voix de la -Rvolution Duvaliriste 6 h 00 p.m : Table-Ronde sur !'Oecumnisme. MERCREDI 22 : 4 h 00 p.m. Raret de Ci2ares Relativement la note parue, sous ce titre, dan 8 notre numro d'hier, nous avons reu de la cDi vision Admin,strativeo de la RE GIE . DU TABAC ET DES AL L C :.r E1'I'ES, les informations suivantes, expliquant le 8 raisons de 1 a raret de cigares constate: , Les ateliers de cigares ( cigares populaires et cigares de luxe) qui funt partie de la DIVISION !:'.\/DL'STRIELLE ne sont pas f,,1 mi•s. La production des vari tis dl' luxe (CREME, COURON '-: E, PALME 1 ,, rapidement enll' ''f' i-1 1'ocea.'ii1m des ftes de fin d'anne. sur la cour du Petit Sminaire Collge St Martial : Rencontre oecumnique pour les tudiants des classes terminales et les uni versitaires. Thme : L,s Eglises et le dveloppement oecumni...,11e une exprience. . ~~"'DI 23 : Service oecumni que en la Chapelle du Petit Sminaire 5 h 30 p.m. Prdicateur : Ce service sera radiodiffus sur les .ondes de la Yoix de la Rvolution duvaliriste. Dans le NOUVELLISTE : 1) Le Message de la Con frence mondiale des Eglises Uppsala en juillet 1968 FOOTBALL.2) •rLes Eglises et le probl me social par le P. Paul-J ea/1 Claude \'ENDREDl 24 : Dans le Nou nlliste : 1) Les Eglises d le dvelop p,•ment oecumnique> par le Dr. l'. Cauvin. 2) Un projet ~ocial du Groupe oecumnique en Hait DIMANCHE 26 : 6 h 00 en l'Auditor:um du Champs de Mars : Clture de la Semaine de \'Unit sous la Prsidence de son Exc. Mgr !'Archevque de Port-au-Prince Chorale inter rnnfessionnelle de jeunes. Le, Secrtariat du G. O.R ~HAITI GUATEMALA_ ( Coupe du Monde) L'Ent aneur (~l dral AntuinL' Tassv et ses Colll•g-ul•s de la Corn n1ission t.e(.'hniquP unt n•prul'lw qml!.il fH.'.riorit, il ... 1Lll ("1Jllll 1 .'-ll:' l'' 1;, farilitt> :in•, la un lnevl\ dt.! .-.:;u n:1 J(IJI !Ill Rceptions en l'honneur des Dlgus de la ~. C. _..L\. :-.:;111.-.:; lt \"t•U'.(JJI", 11:11 t"t .n., il du!llll' r,1i -011 :111:-; culoniali:-tt•" ll -.:cmLh habilt•nll'nt ,l'ailleur.-. IL" g(•niLux qui a :-:.u faire' cl u Jil:ii !(1)l'.}", une terrl' pro-.:pl'rv en ~11 ;tn~. t l'Arahl' pUX qui, 1 :.!U elt" . ..;, n'a_ JJ:t .... d)l'rchl i1 \'ai11tn ettte nature l>11it-(,11 t'!l dduire que l'l' nivr c-.:t d'un" intellig-L~rnc infrrt'UI\a (dlt• d11 premier ? ]);. rient occupi• eles par !Ps rt•nt au dl' son Le l',t:.,,,;,,11f rie lu Ch11111luc tir Co111111erce reoit les dlgue; dr la CCA uu Restaumnt AUX COSAQUES ... Hi,•r aprc's midi, aussitt aprs leur arrive, les Dlgus de la Chambre de C-0mmerce des Amriques conduits par leur Prsident, M. George A. Simon et sa femme Charlotte, ont ae,eompagns par le Trsorier haitien de cette Institution, M. Raymond Roy et sa femme Ginette, par le Maire Georges J. Figaro et les membres du Comit d'Accueil au fameux Rest.aurant AUX COSAQUES o allait les recevoir au cours d'un djeuner, le Prsident de la Chambre de Commerce d'Hati, M. Constant E;lie Joseph. Le restaurant tait dcor pour prsenter une atmosphre de fte. Les membres de la Chambre de Commerce d'Hati et leurs pouses et les inv.tes de 1\1. Constant Elie Joseph faisaient un aecueil >l.haleureux a leurs v1~iteurs de la CCA. Les deux groupes Sl' sympathisrent vite et lrurs mouvements, la chaleur de leurs voix, crl'i..•rent une ambiance dans laquelle hatiens et visiteurs se sentirent en famille. Les deux groupes se quitt rent tard dans l'aprs midi, en chants du djener et ravis de cette premire prise de contact. Quand le 'ice-Prsident de la Chambre de Cu111111erce d'Haiti et Mme. Elias CASSIS re\'oiN11I /e.s dc'/r_q1u';" de la CCA . :: Hier soir, une . grandiose rception a ,,t(, offerte en l'hon neur des dlgus de la Chambre de Commerce des Amriques par le Vice-Prsident de la Chambre de Commerce d'.Haiti, M. Elias Cassis, grand commerant im Quoique le rapport officiel an nonc par la ation Inter11;] tionale de Football Association ne soit pas encore parvenu la Fdration HaitiennP de Football. les contacts ont renous pa1 la Fdration Nationale de Foot ball de Guatmala qui, par hle, a propos la F. H. F. J,, jouer le matcb-"'tur il Gttatma la Citv ]p 1 ,; uu 2!l Fvrier. Cet te As;oeiatio.n a l•galenu~nt rle _ n1and aux rl'sponsab:es de not l l' Rport natinal les moyens les plus rapides qu'ils voudraient utiliser pour les con1n1unieation:ent. c_• Jt,s deux F(•d{:rations. Ai ors que 1e pnnie pas tait fait par l'adversaire, un con1n1u niqu manant du Secrtai rP: Gi ni-rai de la F. H. F. im Nous souhaitons la bienvenue et un agrable sjour en Hai aux Drs. Joao .Gonalves de Sou za et eFmani.co Salgado, 80 MEMBREB XD CLUB CHILL~LAGH ARRIVES HIER ... Hie.r a.prs midi sont arti vs Port-au-Prince 80 Mem bres du Club de Voyage Shille lagh de Washington, D. C. et des environs. Accueillis par !'Agence Cita delle; ces v4'iteurs ont pris loge n1ent au Caslel Haiti ou ilS pa~ sent trois jours. Panni eux se trouve la jour• naliste, Mme Evelyn Dean Levi Featur.e Writer de ~washing'. ton Post,. et de The Clarl & Courier. Ev~;~s i.v 0 f~1;ei\~~t~~,:1 1 ~'d;1idi l'Hte\ Sans Sou,i ,, compa _g-nie de M. G(iurg,_.s H;rnu.'{; 1-'ro 'pritaire de ce1, hotel i1 ,1ui elte a reconJma'nde par lec: amis de Washmgton et Je Virgin,e. Mme Levi qui voudrait ren contrer le Prsident il .Vic de la R/4publique Dr. Franois Duvalier pour avoir s~s vues dans. l!l ,repor tage. dont elle a charie par le Directeur du Washington Post l'un des plus importants jour~ '.'aux des Etats Unis et;le plus Important de la Capitale Fdralti amricaine, est des.c,endue omme les autre~ membres du groupe l'l~1\: 1 ~:i~ttf;;i;~ir au Bfrbecue dansant d'El Rancho avec nous en compagnie de Mlle Fr.ano sil ThcauGarri1,sues, Attache de Presse de la sedion yrouth. N nus lui :1dr<'s'-ons nos plus ,ivt':..:. fdil':tatioll~ Pt n"l',.s \'ntux de fructur11s(' ~ion. F,n at\.t'ndant l'an ive duns quelque~ semaines d'une rom mande de CAPE,,, pour la pr_ paration de ce~ varit~s, la DJ RECTIO:'.\i GENERALE organ; se. par suite de la fer'meture ,ANNE1 un COMPTOIR o les clients trouveront les Ci gares PALME, C)URONNE, CRE:VIE. ln Memoriam PLACIDE DAVID CINQ MINUTES ti'EFFROI OSCAR POUR LA MEILLED RE PHOTOGRAHlE OSCAR POUR LE MEILLEUR SCENARIO OSCAR POUR LA '.\1.ElLLF.11 RE INTERPRE'I'ATION OSCAR POUR LA :11EILLEU I MISE EN SCENE OSCAR POUR LES MEILLEURS ACTEURf: OSCAR POUR LE MEILLEl"1< FILM DE L'ANNEE UN HOMME POUR L'ETERNITE Le film aux SIX Oscars. Par Maurice A. LUBIN La Parque cruelle continue 'i promener .5a 1aux imJ,laeable dans le monde de notre intellec tualit. Aprs Dams Be!legar , Thomas Lechauu, Dominique Hyppolite, Edmond Mangons, Edmond Loporte, voici que sa main lourde a mis fin aux jours d'une trs grande figure d'his torien : Placide DAVID. . sa vie.On gant de taille Placide David en imposait par sa carrure. On et pu croire qu'il aurait boucl le sicle. Mais le de8tin en a dcid autement. Il est mort le 6 Oetobre 1 \H\7, it l'ge de 82 ans 2fl jour;;. , Placide David est n aux Go .nave:., le 9 Septembre 1885. li fut le seul garon de Robert Da vid, le snateur, et de AcfiP Jeanty. Une soeur, Aurore, par tagea l'affection d<' la famille, mais C'lle alla mourir l'ari:-. Placide commena :-;.l':-; l'tud(• primaires en sa ville natale ehez les Fri•rps de l'lnstructio11 Clni• t.ienne. Auris J,, certificat d'E tudes P~imaires qui (•tait clj:i obligatoire, il passa tout jus\<' ;zne anne uu lycec Geffrard des Gonaives. 11 ne tarda pa, it rentrer Port-au-Prince el 11 devint l'un de,; lves du Pe111 Sminaire. Collge Saint Martial. Ses tudes s~c-ondaires une ioi acheves, Placide se di rig-eu Vl't .... l'Ecole de Droit et il obtint s:, licence vers 1!)09. N'ayant pas 1, ; got de la ehicune, Pln0ide Da vid ne milita gure comme .avo cat. Sa formation juridique lui servit admirablement clan,s le, fresoues historiques qu'il a rlr0s _ses. (Suite page 2) L'industriel a111ricain de ('/,,,elnnd, Ohio, C11,-,rn E"'"" ,,1 -:an Pponse sont reus 7mr fr l'remier Firlf.'! ( 'o,d ni. rmt.r.~ de f,~uw 1. 1 iNiJe i, Cul>n ~11 dcc111hre. ('laudv (;<,JH•Zt' t a,ait a:--."L'Z de eompter Jes nwutons. Plu~ d'u Ill' hPun, quL' hl•lit•r:..; hlall'rant:l't hrehs Lillanll'S dlfilllit•nt der rilr{~ .ses paupires closs. En plu.,, l'air l'lilll 11Tc•,p11ail.Jp ,,1 les mnringoui11:-s'tuient donn1 l(' mot ~H1Ur ;d1:-:orhl'1 IL• :--anj..!," dt•:/iom111(•.-..:.. l)u \Tai ,•,11J1pi,-i.'-ill1C au ~011 d't111t• ,:•nl'rvn1it1' mu•.-.:iquPltP l11u1c bourdonnant(• . l,'i11sorn11i:1qu(' ntoui-11:1 Conte Par Anatole CYPRIEN ~_-l'l' o,ali:--Pr tout btrml'nt. Hl'l,f, .1[aryst• tait affreuse. Elle fi lait d"autant plus que, pour ac qr~erver de:-. attlinlPH dl~ nws sieur.s les cousin~, Pill' s\;tnit l'll duit ln figure de graisse. Arm d'un gilet, cha"Sse-muus t iques improvis et J}('U l'ffican,. C'laudp fondait l'air , dcrivant des arabesques compliques, mai, tout it t'ai\ inoprantes. Impn,i dcts, avidPs et hnrc('Iuntes, h 1 s J,,"."tiul,•s tournoyaient de plus bel Jp dnn~ 1~ cl1a_mhrP l"l, de trn1p!t.'n ll'mps, "allaH•nt prl\'Vrr quel riue~ globuin du prt'•l'PU x snn,I! dP J\"l. Gonl_•zr. pout la {,11i1lll' 1\,i~ l't. i1 \:1 \Ul'tll dt• la ,,1,i!lPlt_:-(', .i1•l:1 un rt•ganl plt•i11 d'PllVP il s:1 f,,n111H'. Mar.~ :-,:p dormait l'on1me un ~abot, h ds:q~P rid!l'ulPnH'nt 1-!,"llJHlilll,. ~Ps Ji>\'res ,charnuPs taient pri.Mui:-;, :-;ubilt'nH'nl, l'laude. desonni(•r.Js d'un repli de l'oreiller vint tout fait insensible aux l'l faisaient penser une roue piqres des mom,tiques. Sans voil,•. 011,•issa11t la forn• tr;<,prendn• isarde de rvPiller Mary t ive ck sa houche, la nnri1H' g-aus.P, il se mit St1J son sant de fa die de la dormeuse s'tait 1aison assez vive, en faisant grinCl'r le ~on1mi('r. l'[uelqu'uu ,e1i~lit de n1ardwr dan:-k• Luu!tJir. <.!:Bou Dieu ! .... i l''i•tait 1m Yo1t,11r '! '.\lary:-;e ? a llH' l'hifrtlnlle dl' tl' rl~ veiller, mon nnge. ,Jl, :-:1i:-qLH' tu dLestr-s a. l\lai:-:, qui Yt'U:-..-tu,deux nous ~l'l"Oll:-. plu~_ fort~.>) l\lal':\'-"C' <'lH•ril' ? H(:•\'eillctoi. La jl'Ulll' fl'llllllt' otn'l'it un twil embu de .,omm<'il: Elle cilla billa, s'tira, el rouspta : Claudl', lu es un rnonstrP rlP g-oujalPril'. Tu ;..:.;1i.--hii 1 11 Chut ! il y a qut•lqu'un lu mnisffn. Vn vol<•tfr. tJu,, il faire '/ Mnryst' sur~aut:1. li'...: yt'll\. l•car quill{~..;, l'on 1 i!lt' dn,.~-.;•c•. !,•_.. h,,_ v,efJ' pinc,,es. Eli,• s":t.,,il son (Suite page 4 ( 'ol. l)

PAGE 2

l'IWIILP.ME No. 1:1 / I Il m 1V V VIVJJVllf IX 6 Grossit le Rhin -A l~envers: puissunt !'ny.oorutJon nvec a u.u . d~it 1nnnuscr _ 1ts qu'il n~no tJ"es rnmnrudes de bureau, un r lat,. H etnll exigeant sous le ru pe.-to1re de l)ISCOURS de nos .po, t du scyle. li prenait son uneiLn~ JH.ll lemenfnire::s. ~.emps pour ~orr15e.;.r cer1,,u1ns pus l'lncide Duvid partit en 1913' suges, rec11t1e1 certains Juge pour tre le Sc ,c rctaire de lu L nicnts ou umend<•t certains gutfon d'Hiti B1uxe,Jes. li mentuircs. connut 1es mfaito de ln Premi re Grnnrle Guerre. Pou,tant,, Le mnnuscrit, SUR LES R~ en .t:u, u1,e, il ne perdit pas son VES DU PASSE, soumis l. un temp~. Il collectionnn des livres. concours en u,4 1 obtmt Je Grand Il frqutnta de 8 Archives. 11 se Prix de Litt.ratw;e des An•ilies. mit en contact avec des cherLa pr.,111.e. e serie a vu le Jour, cheurs et des histodens. Il pnr II l'ur1s, n 1a L : aruv e ll, en . rel.e courut des documents. mme 11n1w,• . _,. ,o 1 recour en Hati, il tru ,ailla ii la Commission des Rcla mations que prs,dnit Me. Abel L:er. (,luuHd .Maitre Louis Borno ac cda lu l'residencc e ,u Rpu bliquc; Placide David devint son Chef de Cabinet .A ce poste de confiance, nous croyons qu'il fut un collaborateur cout; il fit e11suite partie du Conseil d'Etat, vers les annies 1 \l'. H-1925. Nous trouvons Placide David p11r lu suite Directeur du mcil_ leur journal de l'poque , LA PRESSE . li 1nena une lutte iu telligente dans ,.a campagne con tre !'Amricain pour le rtablis sem .-nt des Chambres Lgisw.ti ves. Il devint Directeur du Muse Historique Stnio Vincent. A l'lection la magistrature de l'homme l Ap pu\011 t'\ Dr. EdtJLlh til llr,iwst, '' (, Travaillunt au Snut de la Rpu bhque d les deu.x nu•rl's i, la Ch111,ihre de s Dt•put ~. res j,•u,w s ge11s ,•urent l'init.iativ e dl' pr 11 ter "u public des Discours de 110~ dhcrs Snuteu, s l'i DiuLs qui se sont distingus la Trib une Ils ruLlii>rent . ainsi orncOUllS PARLEMEl\"1"AlRES. l'mr,r-i,.,,. 1 :~ l .:\ l il ie , lHl 1. I.• pn•m _ it.• : t..onw rouvre la IH ~ i-iotl, de J801i i, 187(/ . J.,,, au '. . , s vu'.u111l's qui llt.•vrnicnt :nii vrP n'ont jrunuis paru. Si lts deux auuc::; C'o llul orn teurs 1illt pr 'itnt{• re1 u1i nl•s fi,1.!'u re~ deYlnues hi-.;turiqth ' s de n,l~ chambres l-g-islalives, Plucid.f):, ,iJ, lui c,n11,a l!EIUIW JJU MESLE et l a presi1a:ieuse per, on nalit d'ARMAND THOBY. Duns les 230 pages, PlacidP. Davtu passa en rt!vue que Placide David li. puhli, c'est L'HERITAGE COLONIAL E ., HAITI, Madrid, 1959, Le ma nuscrit a attendu plus d'une tren GEORGES SICARD 63 Rue des Fronts Forts. r\~ DUCO I' Age de l'Espace \ain11 'ann6eo nv .. nt dL• Jour. voir le. EcoL•m~ dti spcclncle d c no~ t,urpitudes, Duvid i111crrngca nos h&i,dits entremles pour s'ex pllquer .1e romponement nctuel d'e l'Huitien. Ainsi nnquit cc livre que nous signalons il l'attention de tous, et pnncipnlement de nos rhrrca. Les manuscrite dont noua vons parl consacrent des (h,udeR Toussaint Louverture, Jean .Jacques Llt,ss11l1nes, a A1ex.an<1re Ption, notamment. Les titres d jit prvus sont les suivants : Toussaint Louverture et ses entours Le Fondateur et ses entours L'Empereur et ses entours Du Pavois au Poteau Rouge N oteg retrouves Notes de calepin' Il est question pour les hri_ tiers David de faire publier au Cnnada ces manuscri,, de si gran de valeur histodque. Les tracta tion& vont bon -ain. LE DRAMATURGE.Il con vient dans _cette brve biographie ' y trouverez melUen prix le1. articles suivants : Phll1 , lies R 1!~es, Pl~nches Prpa es, Fers ronds, Fers plats, Cor!llere,, 1 oies, Ciment, Clous, l!nrdhoard Plywood Serrures (SAI.:.E CLIMATISEE) Vendradi . 6 h. 15 et 8 h. 16 ILS N'ONT QUE . VINGT ANII ' Un grand drame. Entre Gdes 1.20 et 2.60 .S111niii " 6 h. 16 , et 8 h . 15 En 1re partie LES AMBASSADEURS~ En 2~me . partie A L'OMBRE DE L'AIGLF, . Un film . historique sur JJatn de Russie. 1 Entre Gdes 1.20 et 2.5t REX THEATRE Vendredi 8 h. 30 P.11'!. ti~~~_:_e~Ai~selin prsente Entre Gle. Gds 8 . 00 Parterre Gdee 6.00 Rserve Gdes 10.00 .Samedi h. et 8 h. 15 En 1re partie L'Ensemble N. Jn-Baptiste En 2me partie UN CERTAIN MONSIEUR BINGO Entre "Gde 1.20 PARAMOUNT Vendredi il 6 h. et 8 h. CHASSE A L'HOMME A CEYLAN Entre Gdes 1.20 et 2.00 Sam edi 6 h . et 8 h. SUPER ARGOT CONTRE LES ROBOTi Entr e Gcles l,60 et .:.oO CINE PALACE Vendredi 6 h. et 8 h. 15 LA 26i!me HEURE Avec Anthony Quinn. Entre Gde 1.00 Sam e di 6 h. et 8 b . 15 LA BATAILLE DES ARDENNER Ave., Robert Ryan. Entr<>e Gde 1.00 CINE OL YM~IA Vendredi ( En permanence) (Jour populaire) FLASI-IMAN Entre Gde O.GO Samedi (En permanence) AGENT Z-5:i MISSION DESESPEREE Ent1,,, , Gde 1.00 Cadenas, Treillis mtaUiqut: etc ... , ' ' d~:~u!~e:v!~ raaip:~~t!~:s.::rrq":e 1:1o~ii1H:: garantie, el Drive in Cin Delmas P . einture Latex intrieur et extrieu1 de reno'mme mondiale P_emture po11r pisci.ne. Pour tou 8 vos matriaux "de Construc-' tion un seul nom Wilfrid JUSTIN, une seule adresse : RUE DES FRONTS FORTS No. BOX : 897 Phone : 87RO. . Vendredi 7 h. et 9 h K-17 ATTAQUE A L'AUBE Entre 1 dollar par vo . itu,., Samedi h. .,t 9 h . TIENS BON POVR VOV.5 SE/?VIR & $A G/VEGARDEA V'1.S /NT6RET8 VOYEZ LA RAMPE JERRY Entre 1 dollar par ,•ofture TICK'GT AVIOH/8ATEA {,/ R~S1!~:fA:r,ol'f t) N07E/. A:S5VRA/'ICE VoY4 GE VISAS. 'BUREAU 1 CLIMATISE AIJDIIOLDu . ~ eue!! 16 au Satriedi n, Jan~ ;r• B:'&q:~ i TANGER : . . ' . Ent~;~;~~ Vencedl il '6 {.' a-,(et R h . . . . so LE ROCK ' Dtf. lfRGQ ' Avec Elvis '.Prealey. Ent're Gde 0.60 et 1.00 Samedi 6 h. 30 et 8 h. 30 DUO DE MITRAILLE'l'rES Ent,-"oe Gde 0.60 et 1.00 . CIMUMION Venrcdi ' 6 h. et 8 h. BRENO LE TYRAN ' Entre Gde 0 . 60 Samedi 6 h. et 8 h. LA PARISIENNE Entie Gde 1.00 M~~PARNASSE, Vendredi 6 h. et . 8 h. . _ BOB FLEMMING MISSION CASSABLANCA Entr e Gde 0.60 Samedi 6 h. et 8 h. FANTOMAS Entre Qde 1.00 ELDORADO \ l:' LACE JEREMIE) Vendredi 6 h., et 8 h. 15 BONNIE AND CLYDE Entre . Gdes 3.00 et 6.00 Samedi G h. et 8 h. 15 AU PERIL DE SA VIE Entre Gdes 1.20 et 2.00 . ETOILE CINE (.PETKJNVILLE) Vendredi 6 h. 30 . et 8 h." ,110 LE C HEVALIER . DE MAWON ROUGE (2 m Epoque) Ei1tr e Gdes 1.20' et 2.00 Samedi 6 h. 30 . 8 h. 30 ~~tl~~lttGE A BANGKOK Entr e Gdes 1 , 20 et 2.00 .-' CRIC-CRAC CIME: Vendredi 6 h. et 8 h. 15 DUO DE Ml'I'RMLLETTES Entre Gde 0.50 et 1.00 : Snmedi 6 h. et 8 h. 15 ( 1re Epoque) , LE CHEVALIER DE LA MAISON ROUGE Entr e Gd e 1.00 et 1.60 CIME STADIUM Vendredi ( En permailenca KARATE A TANGER Entre Gde 0.60 Samedi ( En penilanenc) STATION 3; ULTRA SECRET E1;tr..e Gde 0.60 , De LuxeAuto Cin IOELMASJ Vendredi 7 h. et 9 h. VISA POUR L'AVENTURE Entre 1 dollar par voitnra Sum e di 7 h. et 9 h. LA BOURSE OU LA VIE Enlre 1 dollar par voituro Encore . ce mal dedos lancinant? =--=:-:r:..~: t. de i"lrrltatloa ._ .. t. cloo M la Y9ale. Da• •--. JN Pilais Dodcl'a la llein.a . peu...-.-n.t aider. 1 8 104 Rue B1111ne Foi, P . O . Box 962 o ,e trouvent rassemhlec: Pour tre adapte l'pQq~e des satellites et des fuses, votre voiture doit' tre .resplendissante. Elle le ser quand vous l'aurez p~ au VRAI DUCO, le DUCO authentique garanti par la signature 4S AVENUE MARIE JEANNE CITE OE L 'EXPO.S/TION TEL: 3989-359I aouJ ...... La Pfhda Dodd"a Nllaie. quJ aJde eou.1..., la a.uae du m da .._ v._ ;:::.:::;i::,.:~ ..... .. Lia• . -...-..... .. Pour ],a samitd et \rs meilleures oeuv1e~ des plus 1 grands _ peintres haitiens. t Un choix extraordinaire cre Tableaux vous attend la Gale1ie d'Art Georges Nader riue ce dernier vollR nvite expre,sment visiter J..cc,iac1DC~=~=•ot:•.cc:c:icacoc:c:c:c:1C1:1C1:cccoeoc-.~oao:0: o:o:o:o: o:oocc.: cc..o~ci:11C11,aiall LISEZ LF. NOUVELLISTE Dupont de Nemflurs Je seul VRAI DtJCO pour voitures est en vente -la SOCIETE HAITIENNE D'AUTOMOBILES. 1 a beau, ti dle 101 d1nts 1 rotge de la carie -------------------------------~~

PAGE 3

17 JANVI_li:R 111~ ' \' ~Qynl\l (~_,,._ ' ,~();!~ )J;' ;;;t VOTRE HOROSCOPE. Par France:} /) ralie ! '.herchez la aection c;,rrespondant au jour dv votre anniueraair. ds naissa.11ce et vuu.s trowvcrd~ toa -rrspt..~,.ti-vee qud vou, nunal,mt ies autres pour demain. Dro1t de reproduction tolcdd ou partielle rserv. l'rr,pr-it King Fcatures Sy,,tlica te Exclusivit ,LE N017\'F:LL/STI,, SAMEDI 18 .f.L'\TIER 1969 21 :\!ARS AU 2 .-\\'KIL (HE (LIER): Vou8 vou., s,tir,•z i"ali gu. La cnusP en est vo."' ndiYi h•~ rcente~ et dl•:,:;o,.dun111-,P~. Ul flchissez bien it votre proclw : Y(•nir tar vous risquez :•inn-11 d':1, croitrp ,la tension. 21 AVRIL Al; 21;\!Al (T.-\l' RE,\U): Bien qu<> vos aff:iirl', et votre travail ail'nt al'lifr, certaines entreprises mrit,•nt d" tre poursuivies et nelenwnt. ~,_. vous ~urmenez paf;, tout<>foi~ 22 MAI AU 21 Jl"IN \C;F MEAUX): Votre ralisnw tre prompte attention aux res apporteront des r0sultat, tisfaisant.s ( pt mnw Montrez la sret dl' vol n• 22 JUI;-.; At: 2:, .ffl L T.I-:T , (CANCER): Ceux qui hostiles peuvent avoir un point ou deux. 'clai if;L'7 question. Certaines diff,sr,-,,,. peuvent tre aplanies. 2.J JUILLET AU 2:l AOLT (LION): Examinez cdlc Jom,t-, avant de vous lancer. Etudiez 1: prs les oprations d arg-ent, l, i,stimations, les tches uou\'l'll<• . Con'rlez vos rartions nve~ fer met. 24 AOl'.T AU 2:l SF:l'TEl\1BRE (VIEIWE): \"os su:,& rieur~ ou vos partenains Hl' vo11 . ..: aideront pas coinme vous l\.~11l, riez. Mais, dans l'avenir, h rc• pect des si(,eJes et des ments aura de~ n'.• . ..:ultat, bies. 24 SEPTEMBRE Al.' TOBRE (BALANCE 1: ce prsente accepter travail qu il n'e,;l Vous savez o <'l'la avant: efforcez vous tez. Evitez l'&g-italion, ment. protit .d'autr~'.s Etudiez avant gement, .(1c: crainte 1w efforts! 23 NO\"E'.\11:ll:E .\l' ~I 111•:. CEMBRE (SAGITTAIJU-: 1: "" , dites pas: ,;;,J'ai L'S"::av et ,a r1 ,l pag 1nal'lh, ~urt0ut <:-i :,: 1,1, jl't ou le tra\'ail mrit, un >t' C'Ontl et mn1e un troi~i,'-mt> t• . ...;:--;ti. La rponse est votre p!'i-.,,,,-; r,111L'4:-'. 22 DECEMBRE Al' ~n VIER (CAPRJCOR::,.;E 1 t.es pas ce que vou ehez autrui. Ne .-.oyez pa:-:. t~t r'~ 1 ~ 1 ;1~t~.n~•-, )~;\~ rn1il1i.t1ll• ,,u:-. dtnz t•n !it•n{•. ficier. I .1 .\ 1'i \ 1 Eli AL 1 :1 ' FE VJUEI( (\'El(:-ilAl' 1: La juu l\t:•t dl'lllalUL' Ulll' })l'll:-il't• fine, Ull compo:-lt'!lll'llt ,1imaUlL, qui uwdi JPl'O!lt ,t•rt:1}11{'."' ;-:jtuatOll . .._ d<:•~•:l• grat_•lill~ l'l empeheroul yotn! prochain dl' l'Ol!lmettrP dt:':-t•r n•ur.s. ~U FEVHIEI( AU :W l\IAt::, (l'UJ;,;:-;u;,:-;J: N<>ptune enrou ragt• '.1•~ tl'hl.':-: intelleetueiks. Donnl'Z votn.' nwilleur et vou~ 1n ... iu111. Aux heures de loisir, un dla:--sement 4ui ,ou~ d1~ \'Otre routine. :-;J \'Ut:-; ETE::--:E AL:.JOI' i! l>Iltl: artist,•etg-,irn vt applicatioi. \'os n1anire ~ul!t \'uU:~ el'l'Z l:1..'au~,JUIJ d'ami~ l011g <.lP votre route si vous restez rsolu ment optimiste et confiant. Vous avez Une n1('1noire excellente qui \'1H1s ait!"('ra heaucoup quelle q11i: snit' la ('arrilre que vous aUI"t!Z thoi:-:it•. Vou~ recherthez l'hur monie, ,ous adorl'Z votn• foyer ('t votre proC'he entourage. \, .Ju-.: ferl'Z d.'excellenls professeur9. seL•rt:'t ai L'S part icu '. ers ( il•res) ,< di reet,,u r ( ri ces) et crivains. Eli, .J,,, prcil•.1ils de :t,'.\~,~~:l~•'' ~all•~-'. 1 q~~•;;~db::;r~ peau g-ri"tle UT'..: Savons ,voodbu J er:l.'1 s L't la fameuse Lo P"t:r ] , eorrs et 1-P~ frai, heur e'. ce teint Wi)flf\f'URY. TRACTEUR DIES~ POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE LABOURAGE HERSAGE, SILLONNAGE SARCLAGE EXCLUSIVITES MOTEUR DIESEL .BROWN ROBUSTE -ECONOMIQUE TRANSMISSrnN MONOBLOQUE AMOVIBLE DISPOSITIF EXCLUSIF cIMPLEMATIC• BLOCAGE DE DIFFERENTIEL CHASSIS UNIFIE PO~R TOUS DETAILS S' ADRESSEB A Charles Fquin~ & Cie .. DEPOSITAmES < La l'fOUT.m.Lina. ' RHUM BA -BANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 Recettes Simples de Cuisine Hatienne Les Bandes -Dessinesdu Nouvelliste>~ Blondie , 1 1 Par Nlnlche ARTICHAUTS BOUILLIS .feuilles du coeur Cl) bloc, en e1t Cuire les arl'chauts grande ' leyer le foin avec une petite eutl Pau bouillunte sale, environ fiU li•re, puis replacer les feuilles u ti n1]Jlutea jusqu' ee que les hannonicuse1!1en_t. Servi: aceom f:'LIN, dont la sensiuilit frmi, P'.tgner ~e vuu11~~e~tc ou :-:ur h g-ranit 1! ]'hi~toire et de 1a hl'uut{• r.(, n1eilleur film l'h;s1nir1 1 d'An;:!.•]p tl'}T1_ du . ..:.t•iZJ(•tn•.~ siL•l'h-', --t,u:;t 1•g11c houh-ux d'HENHI Ylll. l't-•sthit,, 1wrver.-.:, lt-> lillLrtin d,', liauchl qui f(lnda l'C:,i.di~t an:li ~j~:~~t('~:~l ~{,~':.~:~]l;:!;.r\: }t; \'ortt d'a\•c CathLrilH' d'.\H.-\ GON JEUNES GENS EN COLERE Sincre et mouvante, violente ves romances que Ptula CLARK et _tendre, cette oe,tvre traite un a pu P<;>Pularise la Capitale ... suJet peu commun' un drame Un film magnif.que qw u~"'"J d'une brutale vrit humaine re dans la. grande tradition des Une mre se laisse sdui:e dan~ ;ul;:.rt,:!:~::i~~~ d:elac~o~ = ;~r 1 ~1;;, 111 J:t vf~~~a:~~entltan~~ velle saison 69. Un chef d'oeude son fils I vre qui se veut tre un ho~mage Un ~ilm sans piti !Une peir,tu ;i:em!J:::1~!ef:icevi~~ ~:1;; 1 ;e~!u! cessive_ violence, Ces per.sonnagt!s appartiennent dsotma1s ,his-. toue. , 6 Qres, 7 heures et 9 heures Entre Gdes 2.60 et 4.00 X X X AIRP‘RT CINE re socrnl/ sans concession, o se merveillera.... ' nouent d~lations complexe-3, Entr_e $ 0 _ 60 par personne Aprs le-d ietes de l' Ep)pilhnie, des situations dramatiques denavau, l.l!s ~o,eum,es ue !d 1,,u .. uses, teinfes de violences! lC X X X c1t1tur, u1 1.11rc:c"wn au ii..J.J.~ :.. JEUNES GENS EN COLERE .. 1-'u,n Cll~.t. a pens~ qu 11 rnuait ~tt!ro;:i~e~q:;11~ \~~m~~:-~:a~ Drive in . Cin. Debnas m~rquer pl.Ir uu~ u .. ,., folice, lWi u_ne grande passion! Une produc f~:~';'.;"en=.m.,et~r~:.!~t han _de Joseph E. Levisse, mise Dimanche 19 Janvier ecr>1na, unesuper 7 prouuc1.,vu en scene avec vigueur pa: Da7 heures. Sance Unique eau transcenoante e, pur~, qui r.nt nie!! Ptrie et joue avec beause de la longueur du fil•m honneur au nouveau cacuuuctsm coup de talent par d,s acteurs de presen 111erveillese ... Deux su .. per vedettes prestigieuses dans le dernier ftlm cie Cnarlie Cha . plin: Marion BRANDO et So phia LOREN, dans un nouveau .:;uccs. LA COMTES::,E . DE HONG KONG Une production mouvante En Technicolor Marion BRANDO, I' sympathi que acteur de tant de prodig-ieu se stqwr producti0ns. Sophia LOREN, la di,ine hro111e d,•s grand ji< i11011d{> d,, tPrnlre,, .. l~t dt 1 t"t•l'\'t'll!' toud1unte~ n:a liatl, l1L'Rrnent avel' un ta lPnt inoui dt->s 1wr.sonnag-es, ron sum{•s de dsirs et de passions, dans la plus rhall'ureuse ave~1 un• du <.:coeur inno1nbrahl"-.-. LA COMTESSE DE HONG KONG \ LE DOCTEUR JIVAGO. John WAYNk;: le Centu;icih du Calvaire Claude .KAINS: un Hrode sangumaire et pervers Dorothie MAC GU IRE: in -. carne la douce Vierge Mane LA PLUS G!{ANlJJi. HlSTO~!! JAMAIS CONTEE Une super-production d'une .son1pi..uos1 ... ~s auss1' fastueus que celle des DIX COMMANDE MENTS La Vie Sublime de l'Homme Dieu le juste mis au rang aea assassins la conspiration du mal contre l'innocence le Fil, de l'Homme crucifi entre deux brigands la RsurrecL;on GI J rieuse du Rdempteur -tels sont les grands moments de cette histoire conte si pthtiquement par Georges STEVENS. Un. vibrant tmoignage expri m avec chaleur et noble~se . ~ne oeuvre mo11J1!1e11tale. Une super producduc, colossale. Un spectacle de Sc1per -. Galr.. L'AIRPORT ClhE 0 cnie tau ~: les confessions chrtiennes, les a tholiques de la capitale, les mem hres et a. Entre Gdes 2.50 et 3.00 Sance Unique D1mnnch, Hl . . ~anvier 6 heures 30. X X X liRACE A !.A '\IAGNESIE RISMUREE l'nf' pastille aprt•~ lt 1 s rtipn~ d, vous arrtez h1 9 troubles intesti naux, Je:-: int0xi('utions aliment.ii rP~ et lt>5 rnnui:-: de la dig-egti1_1n difficile. CN HU~L\IE POUi! L'ETEH:--:JTJ-: mag-nifi(' pnr ln richr•~e tPrhnicolor d, 0 la C,,lurnhia tures ... mngi...;tt•alf'm(:nt i11t1pr, t par dr~ ncteurs t-,}u-tkt•:-JH':l ri,ns clP l'.\cndPmie JloyalP d'Art flramat.iqu,• d~ Landre• Orson WellPs Robert SHA 1\' Paul SCOFIELD Suznnnah YORK Loc MC KERNN L' :--; HCl:\DI E l'OL" !( L'ETERNITE Le choc brutal et trngique ,1,, deu~ vulont-C'S de puissanel', rl'(j guet!, de foi et cl" puret .. T :1 mai~ film n'aura plu,.;; path tique. ni plus suhlime ... Le sppc taclc impr•i.;n d'un tel flot de n11hlr,..:sC> en ~o,t h1oui, con1me innnd/i de clart l'n des plus alicieux moments u cinma -motion, Tout film de CHAPLIN est embu de chalem humaine, e posie .et de romdl .. ,me, hannonis' aver de suave . ..: runullll't..~:-::. i•voluarit dans une am biarn.•t:' raliste et nue, assaisonrn; d'un l>ri11 de satire mordante et tl'intl' de:-; nunnees vive:,, dl:' l'hu rn(•ur 1o~e. LA COMTESSE est c~l~,N:Ve~~:Gattrait; de plus.. Elle demeure une oeu ne raffine qui doline une leon particuJ1t•.rC' de vie et un cours d'inlellig-ence du coeur ... En cinmascope cou1eurs ave: Omar :::,ndrif, Geraldine Chaplin, Julie Christie Le plus grand film jamais ra lis tir du clb,e roman de Bo , ris l'as,ernak prix Nobel. Oeu vre cinmatograph:que puissante. l'imnre,:;~ionnanle mise en ne. Ui"ie formidable vocation de CRIC-CRAC CINE Dimanche 19 Janvier 6 heures, 7 heu. es et 9 heur!': Seule une femme pouvait o-ae, faire ce filin l :\lettez-vou:-toujours l'usag,, de la MAGNESIE BISMUREE et vous ne ronnatrez Plus ni trou hies de l'estomac ni trou hies d, s intpstins. Des chauffe-bains, fers repas ser, 1 (•chauds, n1d10~, ve11tih-1teur~ dc•rllll'I' l'l'i, ai,,pan•il . uir condi ' 01111i• se lirplrni{n•s annes .. UN HOMME POUR L'ETERNJTF. LP \/ant au \'IEIL HOMME dont \'int-Prpr{,tfltion n (,t{, C'Pnfi1'l i'1 'vllCHEL SIMON, voil'i ce qu'<>n ~i1\~~~r:,:;,np~~-\ r'.: 1 \-,11" ~~,:~ 1 :,f:~ g ands 1 l,•s d1• sl pr<'slic:i('U::;f' i•arr:trt' Pn f-:c•. :--tu nf'ftnnt h11urru, rnrlotnnl ten,ir<'. Il ,,,1 Tous spt•ct atPJ s son~ 1011 {'hi•." p;.t eetlt• hi:.:.toire simnl,, mais ~.1bli'nw, \ 1 ibr'-,11u• de st.•nsi_ 1 '11 !1 lt fo11dlt.• ,...;11r ln .!,!{'ll1,•rnsiu, du l'Oeur. l>1• quoi Hag:it-q IJ'unp hist•Jire fort ~imph•, di_ sons-nous. J"P (;~~:)~,/\~:~t ''t'. 0 : 1 /~'.~~~•r !;:~:~t:;;:, 1 ~ tit juif _h{•b1 1 rg{ . 1::. tamp.:q:rn f'~,wz lPs vieLJX paren',s rl't1nP fi dt•le amh. Il s'agit avant tout d 1 parg,1wr au pt>t i1 CJlron IP n, qUt' dt's }Jl>J'}o-l~tutions que les ~n zis faii.;aien1 subir HllX ,Juifs t'l1 f'1:11l1'/l llC'l'llJ)l.'('. ' (''p:-:t l:i cha1 1 11nnll' 1,t•i11tu,, d1• la :-::1in1• qllt' 01!,11(• la 1;1111 \!(\\\ Il \'lt, 1 \1 :.1 1 ' \ l~j t' \] :1 ~-1: :~ ~\ 11;~ •, _l ::; ,1;,11 j: f:• 1 )...'.Tlllll~_p(•t't' Il\ '(' 1111 IH't it _t.::i: l't•!' 1nt,,ll1gtt, futt• et guu,1ill1•i1 U: VIEi!. ]IO~D1F. 1.-T 1 ,,:, "':\ '.\JT. cl•:-:1 ln Ht•!d inl<'tll8, 1't!sl hH!llJlH. I.E \lEIL Tlll:11:\IE El' 1 ,-:.\ Fr\~T e 1 l't-1'. avant tnut 1111 1w , .. ::11jfiq11P p\aid11y1~r 1 f:1\'P\IJ" il, '.a Tol('lun l', ('11n1 ;t' \,, Hati ... n.1 r_,t 1,11lr0 to11t1 f-i llH' tl(~ \~in'.Pn ce. ~n l'irfl~lhi]r, fort aY1•rti n r, c:i' qtw U: Y!FIL HO~DIE ET 1,'F,NF ,\ :--:T ,;, :•it un rlP,, pins AVIS On d{,sire nffetmer une mai son d'une valeur locative de 50 ou 60 dollare par moi,, de frence dans les ha ut, quartiers, ,>ai,, introduction /, cP film LA COMTESSE DE HONG KONG Un voyage de CHAPLIN Shang-ha, o fl rencontra des 1nig-ri•s russes eon1poss d'anciens ari:•:tuerates de l'empire T-saristc l'ffondr,, les homme,;. devenus des tirt•urs de ~oussepousse,Mles fe1n 11w . ..; des entraineu:-ies louches dnn:-:. de:-boites de nuit n1inable:;, , ,, ,,•nt de to•e de fond au der nier film de CHAPLIN. Le talentu<>ux po•te de la pelli cule, Charlie CHAPLIN a in,ut' ,fl,', une nrux transn.llnndrpw sur lPqt1Pl vug-uPtlt l'u.n1our, la philanthropi,• Pl l'approchP hu 11•ain<', va ronnnitrl' }pi, p(,ripf' t t'H d'utw nvt>nlure tourmen'.•e Pl u~., l'llt:rii p dl' gnng-.-,ters. J]c;: survivent av,,,. des hold UJ.1 peu fructueux en fu~ant d'un tat i1 l'outre. La hnnJe augnwnte n1 nombre, les vols se n;1ultiplient pt biPntt lm, nwurlrl's. L<1~ nfron lement 11ve1 lu police sont sun vJnnts. L'ordre du gouvernement fdral est Janr: CAPTU f{ r1 1 LES BANDITS l'All TOt;::; LES MOYENS. Ce film nous ar rive d'une immense rpu tation. grce son succs pnr tout o Il n H vu. Le gang main tenant traqu opre travers to~ te l'AtnriqJ1e; du Texas Iowa PY'I nnss,;int nnr 1C' MisRouri, Je Kansas et le Nbraska. Ce S-<•"n un<> lutte mort ent1•e la ,,ollce fdrale et BONNIE pt Clvd" ,,, leur !P'Oll~, dans un climat _d~x LE BONHEVR d'Agns VARDA. Prix Louis Delluc Hlfi6 Interdit aux moins dl! 18, anColumbin Le bonheur conjugal! l'n 'r,. ver heureux, une femnw ravi. sante, des enfants joyeux qui p, rachvrnt l'image de la parfait flicit. veloute d a morale de l'esththJL sert de'. cadre la perversit. U drame qui atteint son point cu minant et qui illustre l'amhianc dans laquelle la condition C: bot heur ne se rduit pas aux senlr dimensions biologiques. LE BONHEUR Cette oeuvre Pxcellente fic.ie de suprmes ntou's sur 1, ; !an esthtiqUL', merveilleuse 111l nt magnifie pur l'opulenct des ('()Uieurs dont le jeu nu~t <' devient plus rvlateur et p'm suggpstit' que celui voqu dan, le film clbre LES AMANTS• LE BONHEUR ( Cinmascope Technicolor 1 Un drame d'amour adml.ahl• ment lnerprM. par: .Jean CLAUDE et Gencvi;,,., DROUOT Un problme pineux pour 1,,, foyers heureux, mni!::l. menn('(-":-1'! .. Um• viaion subjective d'un un vrrs rios, celui du mari qui ndo rr sa femme et qui pense com;,l{, t ~on inn,ie11o11P. nmonr nar 11rn passion !)artage avec une mnl treR:-;e. Un drnme violent oui nnnly, aver unca riJZ"um11 c),;;.po11n1ou 1,.• conePntion rotique ,J,. l'nmou ,hPo le mle ,dans un foyer trnn nuille. Entre Gdes 1.,50 et 2.00

PAGE 4

l , diJI RO:t)V]a.LJISD• Clna minutes d'enroJ La Vie Internationale . .. . L' Aseodatlon pour la rbat,illtation Lettre M; Mu A. Antoine (Bw.M) tour el ae blotut tout contre son Uu\r\ ~" ~\\\.~n,Ji\nt 1.lc~ tnlot\~ \'l\. c!t J,, p/1111d1l'r ,lu l'ouloir. ( "t•~l iwut.Jt r< 1 J sur des dtails de pro ctlurc dont notamment Il\ forml! dt• table d() L'Onforenee, ont russi hier se m~ttre d'accord: ln tuulc sern drnuuire eomme le proposuient les nord vietua1iliens, mais de paz t et cl'11utz-c seront pli1.ces d, petites tables rei:tunguuires . Ces ctenlires se runt l'usage d~s Sec1tuirs, ntais elles n'en suggl'rL•nt pas moins l'existence de d . eux camps. Cet arrangement in extrens va per1:nettrc M. Johnson, qui av111t tnn t fait pour la runion de lu confrence, de terminer son munclut •prsidentiel ~Ur un sucl'is apprcrnble, et son SUC" cesseur, M. Nixon, urop nn c parvi P nrait ce ni1 au n n\ manq ua. Ll•s dliet. s JI l'St port Ja <:(dtnaissanc~ furl•nt . t7'01npll hs. Ll's D b l g-ul•s dl tou~ les l ~ de la classe .;,. la Chambre dl' Commerce des ,le 4i'nw des l .y,,•,•s et Colli>gl'S :\rnl'riqlll'$ pouvaient t.•vuluer l'otn dt> la Capita'.l' qUL' lt~ Cou!'s dc 1 nu dan ~ un nw1Hh 1 dans les :-: allt•s (i1 , 1111111ai1 l' t'L de Stxle que l\1t•. luxut.•uses et SJ J ;.1ciL'llSL'S, dans Constant . ll. PoJ.!lHlll dis1H.>nse grn la \'aste ( our de telte maison, lui1enll'nt i, l,urintent,ion u au milieu des gens de qualit que inau1,n1r, 1,: s,•maino dernire el le Consul et llfme Elias Cassis se lhHil'suina ,nu, k-s samedis i1 avaient tenu r0uii.ir autour h.-un•:-prl•t.'1:--, .s du mat.in atl d'eux. \ol'al du c'\ouv,•au Colli•ire Mocll'l" Le.s tahlc.•s du liuf'fll l 1 taPllt Tlt.', sis ;1u ~1). 10 de l'AvenuP garnies de toull's lt.'s savoureuses C har , k s :-;um1 w : , .-n fa t •e de 1a trUU\'\h.' ::::alimenain•..; et n ~ :--;uuion E:-:;so du flL ~ lit.f'ottr. hausscs de caviar n~ir et rOSl'. rous (11\JS. l : l•, ( 1 ..,; dt• 4me, qUJ Des gar~ons siylts assuraiez:it "l\'l'Z d,, s l;1tt>:-; 1n Fran\ais rl un service de boissons va.ries . qui \'uuk;, . Ilien lv :-lombler, in:-,_ Le IJur de la cour tenut. p a r A11,-rivL z v o us il n~C o ur s de (;ram toine Cussi.:; m .! semblait servir m:1in ( •! d'-' ~ t ,lJ1• dt• ;\h•. Cons qtH'u\~ ~ . ~:~;~~~~n~~1usical enlrai' i ~ . :~:~;il ~!; . . l'tih\, p tife:--St•ur de nant rortait dl' nombreux couples N.B .Pllrl kipu 1 ion aux frnis a l1berer les rythnll's de lt-urs din•rn: Un dollar par nwis, exipwds. . . . 1-;ihll' ii l'inst>riptiou. Le savo1r-fa1re du Consul Elias Cassis , le s nmahilits char11\anll's d e sa femme et la g-cntilSoyouz 4 atterrit lesse. de:; autn ~ metnbres de sa fa mil!~ qui aidaient ,npc l, p aueoup (S-..!te) ~~ 1 et~ 1 ;~~ : ts~~:r si;t:n:~res c ~:~~~ et Je carLun1nt Y :-:cront achemin~~nh!1i\~e~1. s'appelle J'hospita ne~,)Centre d'entrainement Cl d'acdimuusation pour les fulurs cu s monuutl' S . li s participeront au HAITI GUATEMALA (Suite) momage de la 1u s ee bord de la quelle ils Jevront s'embarquer. :; 1 La liaJc d'obscr\'atioo ustrono nuque avec tt•te :::i l'OJh.t::'d OrLHt.aux large rayon d ' action et exploita tion dt , toutes lt •s possibilites spec truies . 4) Centre de liai s on cosmi que av e c . l,s engins interplan taire-.s. Le fait qu'un tel C"entr e , era s itu au-d e l tl, l'atmosph e r e terr es tre l'av,u,tal,!; c con ::. dt r a bit-ment parrapport aux aetu e b L't. 1 ntre ~ s, , rt•alis par Mux A. Antoine dans ~a tentative d'approche du Grund Leader du Diplomate , de l'hom me rl ' Etllt est en tous points louabl . Veuillez agrer, mon cLer ami, avec toutes mes flieitati o ns _ l'a s surance de ma considration trs distingue. Arsne POMPEE Carnet Social AuJourct'hu1 17 Janvier ne l'unmversaire de naissance de la cha1 manLe uh1swine 1Jumcrz1l qui en ct:!tte occasion compte l.!CU nir chez elle un bon nombre de parents et amis pour Jler ce bea jour. Aux ' nombr e ux souh a its qui lui ont faits nou,; JOi~110ns ks ntres : de bonheur, dt• ~ant et de longvit. Bonne Ft e Ghislaine !"Atlan t a Chid s . AR1' ,t .-\SHEI, \\"ELCH , \\J:\ S Tl : PE pJ:AllU .. O: rnlution. L l's np~rati o ns d e crtaire J'Ambas_sadc d'Hati ii ( n-.1:l• pi v , 111,t l l' 1 1 , nypd i_ c 11 ntrlliL de . ..; prott•ssus ::; a1:-:onlliP!'~ tion 1J f f idle d d i l ltl' l'a ! 1 .:. \ l' THil'I' et S (: c ulaires s 'intress e raient e sw di :!..J .Jan it , r H ' t Il' mat c h: JL\. :-: L Jtl i tll e ml'lll des phi _ H:mt 11L "." g o C AltlJY EXCELSJ(ll:. 1,• . log-iq1ll's, g-(l(lts iques, o, . 0anograt.. c1i:-. ~Hltrv . , de• n' p: rncr ttJur phi que :-; l'l g-la c iolugiqu e ~. opJ) , .< <' ro ll L le S arn, di ~.'i \"lC G) All'lier industrid pou, ~~~ 1 /1\: ~\ ;~ \ } /.: , 1 ;'.'F~ 1 ' \' , .'\}~ . ;:' d';;'~' .s ~;,~~ ~i~~ -s t:.::;i;\~,'~ s ,t ~ ~ dredi :n : Al<;].~; :--Oil: ii !JO/',; dt• et d'aJJl'sHnl e ur, d l' produit s BOSU 1 . parfai L., . , Paris. X X X X Le mme jour, par le Vol 2 . 13 e l a AIR FRANCE, sonl partis d e stination de Miami, le Major 11,fox ClVIL et le Capit11ine Rcynol .DESNOYERS, CA, F Ad'H., D lgus du Gouver nement en Mission Spciale. Depu :s I l' 7 Z : t n ,it r . 1 ou s 111:-. 7, Lab o ratoire d ludt ~ pour C lubs S\ ' pr, " •par (a\ o,.i :-: , k S r: i:le ll O _n la ! i.tes perspectives. au Sae . L _Coellr dt• Tur,l!t•au u1 1. Ho~co qu'on a pu appn it . ,r lo s --:P::-:'h------:.--: . ....-..;,;,....----f 1\-p ~l' t' P e quieff 1 'nn"1siun d u Ch,(mpi 11 llllll\ rh, la CllJW ~yl armac1es nssuran :1(' l a ;;wrt' pt ,-m'.1tui ,, e' "" '11' vio Ca< : "sL J ' 11 u 1 sider ~;o_ 1 le service cette nuit. J"!'gT( tti-e Clat1elel1v Hisson A.'i L e s aut es qui n"ll s on1 11L -i-01 11 ,1 \", nrlrc•di 17 Janvier 1969 GJBEAU. m aux haut et bus, tri•s , , tai_ SEJOURNE L~s parPnts, ,illi,< c l amis d<' n (~ ment, n<:erv e 1 ont lL•ur inul).!." e RuP du Centn h r!Pfunie sont priPs dP eonsid hahilu< •'.! . Il faut . :-: PUll'nH'nL sou J. BROS dt•r l' n 111wt1 cp comm e 11nt1 invil'a haiter qu 1. ffo n ~ oit f a it da11 ~ Arehives Naiio11al es 1 ion c e sevond g-roupe pour u1H• n 1 mon tl: e au tableau d'honneur. DECES Nous annonon s avec b t1 c-n1Luup de veine lu mort de :\fm e !'HA NU ~;L DJ~Sll{ , mi re d e notre jeune ami Mr. PASCAL llES!R, survenu e au Cap-llait.ie11 1 en sa r side ne t priv e, le Lund l :1 Janvier en eour s. !.es flinraill e s de Mme PHA Nl '. EL DESIR ont ,;t, chantes, nu 111ilieu d'un convoi imposa11t de parents t. -l d ' amis, ( 11 l ' Eg-!i S l. ' cil\ ~alr_Co1•ur du Cap-Il:1i t i, le mardi 14 Janvier Aux purent !-iJH01,1vi~s par t'rt t e pl•rtc t .. t plu s pa : Lit uli,>renwnt son Epoux .\fr. l'l-!ANUEL DE SIH et il ses ENFANTS MON SlJ.,l ' H 1-:T MALIA~1E: PASCAi. 1rns11:. , LI•: N dans un journa1 madrilne. ,. > , ., Cette ide fit son chemin et les cosmonautes Khrounov et mercredi le ive de Mme Yolanlisseev sont donnes , pour la pre de Clarke . devint une ralit pour mire fois . pur ]'Agence Tass ce sa . fille. matin, sous 1a sign a ture d~ son ' Une brillante rception correspondunt au . Cosmodronw cdait la crmonie reHgieuse. e Bakonour, / Elle se droula dans Je grand Le type de Scaphandre u~Jis~ salon de l'Htel Choucoune, en par les cosmon11utes camp-rend, prsence des premiers tmoins ctit l' Agericl!, un rt.:.ip1ent (sur Mme Yoland Clarke et 1 ~ lequel aucune prcision u'est Ministre Conseiller de l'Amdonne) attach aux jambes pour bassade d'Hati Rio, M. Alex ne pas gne r le passag~ du cos Dominique, et des autres tmonaute d'un vaisseau spatial moins, Mlles MarieCermelle l'autre. Ce . rcipient C10nt1ent up Bor . des, Nelsie Aguiar, Mmes systme fournissant l'oxygene Alex Dominique, Pearl Kalman, (pus de ;ltails st.ir !e procd tlc MM. Jean-Claude Bordes, Grard rgnrabon utilis) un" sour Nau, Aubelin Jolicoeur. ce de chaleur, une soufflerie Au cliampagne, le diplomate d'air chaud ou froid allant vers Alex Dominique fit un discours l'Int rieur du Sacaphandre, et un de belle facture pour prsenter The1mosbt pour le . rglage au tant en son nom propre qu'en lomtique de ces appareib , celui de Mme Yolande Clarke, Les S c phandres d'EHsseev e1 ses voeux au jeune <:ouple tout Khrounov sont bien diffrent.s en lui prod,guant les conseils de ceux uliliss par Alexis Leo dont il a besoin sur la . route nov, Edward White et autres mar difficile de la vie deux. cheurs rle l'espac e , n9te !'Agence La crmonie religieuse eut Tuss . lieu en l'Eglise St Pierre de x x x l-'etionville. DOTES D'UN IMPORTANT Prcds du petit Serge DoAPPAREILLAGE MEDICAL minique portant les bagues, MOSCOU (AFP) . Don Juan dment catgorique ment avoir eu, au pralable, con . naissance des dclarations de son fils, \e 6 Janvier, dans lesquelles ce dernier se dclarait dispos a ccepter une ventuelle nomi nation comme hritier de la cou ronne devant succer au . rul Franco . . Dnns sa . lettre, Don Juan de• mande aux membre3 du Conseil Priv de damier . leur opinion: sur l'attituqe qu'il devait adopter, compte , tenu de .l'extr_aordinaire publicit faite par le g‘Uverne •ment aux propos de son fils et l'extrme confusion ainsi cre au sujet de la lgitimit dynastique et du principe suc cesaoral. Sana cacher le dsarroi danf lequel l'ont plong les dclara . tions de. son fils, Don Juan. re vle dans sa lettre, que se-a rela tions avec Juan Carfos taient bonnes et qu'une dynastie serait invitablement considre comm3 dloyale et infidle. Messe de Requiem Max, Francis, Roosevelt, Jean gt Ernst Ghafles font chanter une Messe de lleqmem l'mten tion de lur _n1e~e JmG~NH, lV!UlSE CHARLES en la CaL . hon d e Kak 1 rnrine ur1r ll r1s _ qul' d e mettJre . e n c.hui l'ouverture prochaine de la SI .. . Le Dr . Arthur Wellesl e y Elge : la sa n ,te de l' e ~1fant. _ TlON I!ES COURS PRA1 ,le-mire, ancien Pr s ident d e la Au.1ou.-d hur, la Jeune ni_ere _a QUES ACCELERES DE SOU Chambre de Commerce de Monteq 1 11ttt• 1, ll , •part, ~ nwnt ca r d, ,, ln[!1LIE" , BEAUTE. g-o Hay, an c ien Pr-sident de la que. S?.n ~~t. dti santi_, n'in!--pre il'S Inscriptions sont ret Chnmhre (r CASTELHAITI Sen .luan, M. Clifford C. Curlis, o [) . . d, . ,n s la section . B . usin.t•H S. de 1 ! _ manche Hl ,Janvier 1%11 ;\ 8 H . . p M N e wsw,•ek Magaz 1w, N,w ' :.,7 J ,\rnn 1 t 1 e a r~:i11~Cl'~t~ 1 :~1it:":ir:i'. DINER DANSANT v ~~~:;~~. pnrlant couramlllC"nt le avec le Concours . , i,• lsln Vt•rrk Puerto Rico c8i er l' vl •e l't.' matin pour une eourte visitP en rompagnie de la gru C'it 1 use Cot:herinc Re . 1.rrlon rlcNew York City. Ils taient prcd e mment la Martinique. Ils passent le. week-end lbo Beech. MARIAGE SMDedi dernier, en l'Eglise Christ-Roi, nu milieu d'une nom breuse assistance a le mariage de M. Grard Dumay avec Melle Fyrthu Charlot. Ils ont conduits au pled de l'autel par Mme Jeunette Charlot Agnant et Me. Dents Colimon. Por vos enants, pour vous mmes et dans votr~ Foyer , , Cultivez-vous, amusez-vous, renseignez-vous LiA DON MOH R SALES CO vous prnpose des films court mtrage de 8 mm. Sciences, Art, Histoire, Contes Sur votre familial Voyez DON MOHR SALES CO. Aux nouveaux conjoints, nous adressons nos flicitations et nos meilleurs voeux de bonheur. '41CIOCIOCICCICCl•-OCOOOOOOOOOCIOXNi;o,c:.i::ac:icxxxxaocaoclOCIOCIIOCI