Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text





QUOTIDIEN
LE PLUS ANCIEN D'HAITI

FONDE

Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET



EN 1896



MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

Vy

P.0. BOX

ADRESSE.: RUE DU CENTRE
No: 212 ° ‘



PORT-AU-PRINCE (HAITI)
PHONES : 2232 - 2492

pe

“1316



No 87.717

78sme ANNEE



fans A, Ferre le'partisan du
ef dont Pélection niet fin air

vee de bait Munoz Marin et d
froisieme . gowvernenr é
la Conn Naprene Ie Sau Juan,
‘ New York Citu, Vohason Linds

PONTE

e



staut d’Etat pour Porto Rica

vingt hat années de ve-

e son successeur, prefe sermcnt
lu die pays, devant le Juge de
Luis Fernandez. Le Maire de
aay est a droite, are found.



Le Président Duvatier
accorde une haute distinction

a Mme le Docteur Anna Miller

L’Unien Mondiale des Iitellec tuels (UM)

Paris a offert au Sénat Frangais
dinvr
me Louis Mars.

cette manifesta-
haitiano-frangaise,
Mars devait, au
Docteur

Au cours de
tion d’amitié
_l’Ambassadeur
nom de Son Excellence
F,angois DUVALIER, remettre
iz Madame le Docteur_ Anna
Miller les insignes et le Dipléme
de Ordre National «eHONNEUR
ET MERITE> au grade de Grand
Officier. .
Ce fut Moceasion pou
bassadeur Mars de faire “une
brillante communication sur Ie
theme ct J'avenir de Ja langue frangaise
on Haitis, L’orateur a souligné,
entse autres choses, qu’a la gé-
nérosité de la pensée, les Griots
joigniren} la force de Vaction et
menerent la lutte contre Venva
hisseur étranger et ]'ind:fférence
dune ‘partie de dla collectivité

YAm-



Vendredi 10 Janvier a 4 h au
College St Pierre

Ouverture demain
dau Cnampionnat
de Voiey-Ball

PROGRAMME GENERAL
1) Defilée des clubs (Porte
Drapeau, et Cupituines — d’équi-
pes).
By Remise de Ballons nux clubs,

don de VAmbassade — d'Allema-
pene

3) Remise d'une Trousse — de
Wionier wecours a la FIVE,

par le Président de la Croix, Rou
ve Huaitienne .

4) Présentation des Clubs
champions de Vannée derniere

hy) Defile Final /
- Coup d’envoi de la Reneon
tre OVALTINE Filles
Lalue (Ste Rose de Lima)
-- CIM Coeur Immacul¢ée
Coup denvoi de la rencon-
tre Clovis Bonhomme (gar}.
N.Bo- La partie musicale pour
le defile cL aux intermedes sera

assurée par le formidable ensem
ble Jes Ambassadeurs, gapnant
de la Coupe FLASIT des Jeunes
Orchestres.

Bienvenue a tous au College
St [erre, Vendredi 10 Junvier
des 4h P.M. Rue Capois.

LA RUBRIQUE DU THEATRE

Par Jacques
Qu’est-ce qu’un misanthrepe 7
Le mot est rébarbatif et dans le
sens acceplé par la plupart des
gens, sert a désigner un homme
qui n’aime pas Je genre humain.
Ce sens couramment accepté sim
plifie le probleme el nous permet
d’éviter de nous poser trop ae
questions, Mais, aprés avoir vu
la pice de Moliére hier soir au
Rex-Théatre, i] apparait, pour
jnconfortable que cela puisse étre
qu’avant tout, un misanthroupe,
eest un honnéte homme.

Tl ne peut pas'y avoir d’honné
teté dans le mensonge. Et loutes
les bonnes intentions du monde
n’y changeront rien. Et le Mi-
santhrope de Moliére, c’est d’a-
bord un homme qui dit la vérité,
et qui entend qu’on la lui dise.
Certes ce souci de la vérile est
poussé a V’intransigeance par Al
ceste, ct dans le monde d’alors
comme dans celui d’aujourd’hui,
cette intransigeance ne laisse
pas de grands espoirs elle con
duit au ¢dégerts, ce désert qui

Dimanche 12 Janvier



dont le siége est a

le Vendredi 13 décembre 1968 un

en l’honneur de |’Ambassa deur d'Waiti en France et Mada-

haitienne. Pour informer le public

~ 7 “7 *, ive
vet former Ja conscience collective,
LES

i ‘réérent la revue ¢

GRIOTS: qui de 1938 a 1940
publia les travaux de Kléber
Jacob, Henri Terlonge; Franck
Durand, Etienne Charlier, Price
Mars; des poemes de Carl
Brouard,’ de Clément Magloire

St- Aude, des pages littéraires de
nombreux jeunes écrivains».

Tl mit l’accent sur Vinfluence
de 1l'Ecole Historico-Culturelle
«LES GRIOTS, qui se prolonge
jusque de nos jours dans les
Yomaines politique et culturel
grace aux efforts de son Chef de
file, le Docteur Frangois DUVA-
LIER, Homme d’Btat «profon-
dément soucieux d'assurer at
peuple haitien un avenir meilleur
et une place digne de son passe
_de gloire dans le concert des
nations civilisées>.

TD,

La Revue @Histoire
et de Géographie

Notre collaborateur, historien
Hénoch Trouillot nous a fait le
plaisir de nous faire parvenir
un exemplaire de Pedition No.
113 de lu Revue de la Société
Haitienne d'Histoire, de Geogra-
phie et du Géologic.

Comme toujours cette publica-
tion comperte d'instructives et
intéressante Gludeg signées par
de taentueux auteurs. Au som-
maire figurent : ¢Placide Davids,
(in Memoriam) par Maurice Lu
hing «Grandeur et Contradiction
Wun Haitien» par Henock Trouil
Jot; «Un Marin de VPExpeédition
de Saint Domingue».

Nous remercions le Secrétaire
Général de la Société Aaitienne
@Histoire, de Géographie eg de
Geologie, notre contre Henock
Trouillo.pour sa courteisie & no-
tre endfet, Nous en profitons



pous recommande, vivement la
lecture de Ja Revue aux étu-
diants, historiens, aux profes-

geurs ct & tous ceux qui s’inte-
ressent aux questions envisagces
dans cette Revue scientifique.



LE MISANTHROPE

LARGE

n'est qu'une métaphore pour dé-
signer la solitude dun homme
parmi Jes hommes.

De la & dire qu’on ne peut étre
honnéte sans cette intransigean-
ce, il y a un grand pas et nous
ne sommes pas préts a le fran-
chir. L’intransigeance reléve de
Vabsolu, et l’absolu — s'’accomode-
rait mal des affaires humaines.
qui sont toutes placées sous le si-
gene de la relativité. Mais il faut
aussi avouer que cette intransi
geance-est le symbole de Vhonne-
teté la plus pure, la plus entiére,
la plus ferme.

Ce qui fait du Misanthrope un
type, un homme a part, un hom
me qui probablement n’a jamais
existé, mais quand méme un mo
déle, c’est que son intransigean
ce semble étre permanente et fai
re partie de la fabrique méme de
son existence quotidienne.Sang ja
mais’ oser espérer atteindre a ect
te rigueur parfaite, rigueur qui

(Suite page 4 col. 7)

1969 a5 h, 7h et 9h

La situation
, au |
Sud - Vietnam

SAIGON (AFP) —
¢Signé Derek WILSON)

Lu yruerre du Vietnam est en-
trée dans une phase d’accalmie
qui est pour certains le signe
de Vépuisement des troupes "com
munisteg ct pour d’autres le cal-
me qui précéde la tempéte. .

Cette divergence d'interpréta
tion que lon retrouve méme au
niveali des Généraux est le reflet
des iéponses contradictoires fai-
tes par leg spécialistes militaires
alliés} ia la question — essentielle
du momen, Faut-il voir dans




cette Jaccalmie le signe que les
Nord}- Vietnamiens et les Viet-

congs| préparent — ou reprépa-
rent Voffensive générale sur
Saigon dont le coup @envoi avait
ele dancé en Déeembre dernier,
ou faut-il en conelure quils ont
nbandonné ce projet 7 Les por
te-parole militaires américains
restent prudents mais ils n'aper
coivent pag pour le moment les
signes avant - coureurs de cette
+ 2 .
campagne d’Hiver et de Prin-
temps dont on a iant parlé.

De hauts officicrs Sud-Vietna
‘miens affitment cependant que
la campagne a débuté le 15 No-
vembre dernicr par des attaques
contre des avants - postes situés
pres de la frontiere Cambodgien
ne, mais qtvelle a é64é stoppée par
les contre - mesures allices.

Liacealmic est, en tout cas, in-
déniable un porte-parole pou-
vernemental a déclaré la semai-
ne derni@re que Vactivité enne-

Suite page 4 col. 4)



Pour le Congres
National du Travail

Leg membres suivants de la Com
mission Permanente du Congrés
National du Travail: MM. Max
Fouchard, Nerva Antonin, Emile
Legros, Car] Herard, G. Dorcély,

Trosch, les Docteurs E. Vin-
cent (BNRH), Médaid, Bordes,
VAgronome Félix Berrouet a-

-vaient tenu lundi soir une réu-
nion au si¢ge du Departement
des Affaires Sociales en vue de
nmicttre ay point des détails con-
cernant Je Deuxieéme Congrés Na
tional du Travail qui doit se .e-
nir en cette Capitale au cours
du mois d’Avril prochain.

Comme on le sait |’initiative
dorganisation de ce deuxieme
Congres revient au Chef de la
Nation, le Président & Vie de
la République Dr. Frangvis DU
VALIER, qui entend ‘mettre une
nouvelle fois en branle les sec
teurs sociaux et intellectuels du
pays pour parvenir it la promo
tion de Vorganisation duo Travail
sur le plan national.

Cette Commission Permanente

formée pay le Ministre Max A.
Antoine Secrétaire VEtat des

Affaires Sociales est aussi char-
gée de faire les contacts nécessai
reg pour s’assurer la participa-
tion des organisations interna.
tionales intéressées et le plug
grand succes aux travaux du
Congres, Elle tient des réunions
hebdomadaires au cours desquel-



les ses. membres regvivent — les
suggestions dy Secrétaire d’E-
tat des Affaires Sociales ef ap-

portent Jes lumic¢res de leurs con
nuissances et de leurs expérien-
ces personnelles en Ja matiére,

JEUD] 9 JANVIER 1960



NOTRE CHRONIQUE DE LANGAGE

Mesdanies, Messieurs, honjour

Jecsuis heureux de vous retrou
ver & VPévoute de Radio-Haiti et
de reprendre uvee vous le dialo-
gue commencé en decembre der-
nier sous la rubrique : Le fran-
¢ais tel qu’on le parle.

L— Un de mes auditeurs nva
dit, avee le sourire, heurcuse-
ment «Ne Lrouvez-vous pas étran
ge que l'on puisse dire : Je vien
draj chez vous pour la Noel vous
dire Joyeux Noel» ?
en effet que le méme mot, mais
,absolument le méme, puisse rece
voir dans la meéme = phrase la
marque du feminin et celle du
masculin !

On explique cette latitude laissée
au parleur en disant que Nocl
est par luicméme un nom mascu-
lin; mais que Von dit, par. elip-

se, lu Noel pour «la féte de
Noel». Au tond, cette latitude
svexplique par le fait que — les

noms de choses et Jes noms abs-
traits n’ont paws de penre en
francais. On nous a appris que
Ies noms d’hommes et d’animaux
males sont du genre masculin et
que les noms de femmes et d'a-

nimaux femelles sont du — fémi-
nin un honime -— une femme;
un berger — une hergere — le
marchand — la marchande; Ie
lion — Ja lionne; le Joup --- la
louve; le cerf — la hiche; le mou
ton — la brebis ete... Mais cette

répartition n’est pas rigoureuse.
Un assez grand nombre de noms
‘sont toujours ou du masculin ou
du féminin, quils réféerent a des
femmes ou it des hommes le
témoin, Ie martyr, la sentinelle,
la _victime, la reefue, ete... Cer-
tains noms de grands animaux
sont toujours du féminin ou du
masculin la panthere, le léo-
pard, la balaine, Ja girafe, le
monstre; il en est de méme de
beaucoup de noms de petits ani-
maux : la mouche, la souris, une
abeille, une guépe, une fourmi,

le putois, un rat i] est vrai
que pour ce dernier mot, mes
compatriotes ont créé un fémi-

nin, quills appliquent aux person
nes du sexe faible qui ont le mal
heur d’étre trop complaisantes.
Une nersonne de ma connaijssan-
ce Vemploie avee un accent spé-
cial disant «C'est une

eon Ta-
te!» Mais est Ta auc création
A valeur dépréctative, done af-
fective et stylistique, qui n’ap-

partient pas a Ta langue couran

Etrange.-

PAR DR PRADEL POMPILUS

te.-- Passons, Devant ectte pre-
iaicre diftfieulté, le langage — est
obligé de recourir au lexique et
de parler de cla panthére - mile»
ou du ¢rat-femelles.

S‘agit-il 4 présent de désigner
les femmes exergant des profes-
sions ou des fonctions jusque-la
réservées aux hommes et dont le
féminisme a ouvert l’accés assez
récemment, nous voila bien em-
barrassés-: certains féminins
sont dans ce cas plutét ironi-
ques : la mairesse, la ministres-
se, la sénatrice; d’autres seraient
franchement cocasses : une pein-
tressc, une écrivaine, une profes
seuse ou A la fois cocasses et am
bigues : une ingénieuse, une mé-
decine. La tendance de la parlu-
re bourgeoise parisienne est de
recourir encore au lexique en di
sant une femme peintre, une
femme écrivain, une femme’ au-
tent, une femme médecin et d’ad
mettre des anpellations un pev
déroulantes comme Madame le
Conservateur; Madame le dépu-
té; Madame le Sénateur; Mile
Janine Paul, docteur en médeci-
ne; Madame Jessie Latour, chi-
rurgien - dentiste. a

Quand des hommes et des ani-
maux nous passons aux choses,
nous ne trouvons que confusion

et arbitraire. Comme les nom:
de choses et les noms. abs-
traits nvont pas de sexe
du ‘moins dans Ila mentalité

moderne, ils gardent en pénéra}
en francais le genre qu’ils a-
vajent en latin ; par exemple,
table, sorti de tabula, a gardé le
genre féminin dé la plupart des
noms en a de la-premiére décli-
naison; navire, sorti de navis, £6
minin, était. féminin jusqu’au
XVIe siécle. Mais le fyangais n’a
pas gardé le genre neutre dans
la classe du nom, de sorte que

les noms neutres du latin se sont.

répartis entre le masculin ou le
féminin suivant quwils étaient
formés sur le nominatif - accu-
satif singulier terminé en um ou
sur le nominatif - accusatif plu-
riel terminé en a.

De tout ce qui préctde, il dé-
coule qu’en frangais le genre
grammatical ne correspond pas
toujours au genre logique, s’agis
sant des hommes ou des animaux
et qu’en ce qui concerne Jes cho-
ses le genre grammatical est ab
solument arbitraire. La, Vusage
régne en maitre. En définitive,
Ja marque du genre a ¢té repor-



«Le Monde» critique |
la décision de De Gaulle

PARIS (AFP)

Sous la signature qui apparail
exceptionnellement de «Sirius»
(Pseudonyme de M. Hubert Beu
ve - Méry), «LE MONDE» pu-
blie un éditorial qui, a propos
de Vembargo francais sur les ar
mes destinées a Israel se montre
amer A Pégard des jugements du
Général De Gaulle sur la politi
que israclienne.

Sur le fond du probleme é-
crit «LE MONDE» le rétabiisse-
ment et le maintien de Ta paix
au Moyen - Orient est-i] aecepla



INSERTION DEMANDEE.—

Lettre Ouverte de
reconnaissance a

remerciements et de
S..E. PHnorable Dr

Francois Duvalier Président a vie de la
République

Excellence,

Il fallait une circonstunce ex-
ceptionnelle pou; me permettre
de juger & sa juste valeur la Po-
litique de Justice Sociale inaugu
rée par Votre Excellence dés son
avénement ay pouvoir le 22 Sep
tembre 1957. Votre geste de ge-
nérosité, en ma faveur, dans. la
soirée du 12 Décembre 1968 a
prouvé que dang Votre Gouver-
nement Révolutionnaire du 22
Septembre aucun acte arbitraire
ne peut Ctre toléré et que tout
doit suivre la procédure légale
pour rendre justice A qui elle
est die.

C’est, en effet, par un triste
soir qu'une femme fut arrachée
de son foyer par les mandataires
de Mme Frédéric DEBROSSE
pou; une simple question de lo-
yer, et placée aux mains de la
police, qu’intervient Ja haute gé-
nérosité de Votre Excellence pour
la délivrer d’une situation humi-
liante, :

Je tieng a remercier Votre Ex
cellence d’avoir répondu sponta-
riément au cri d’appel d’une Ma-



rie Jeanne de Votre Revolution
+ ae :

qui considére comme un point

d@honneur d’attirer Votre atten-

tion sur les injustices commises
bien souvent par ceux qui, almés
dune Doctrine aussi puissante
que celle de la Révolution Du-
valiériste, sont placés pour faire
respecter la justice e¢ le ‘droit.

I] mest agréable de Vous rap-
peler que les Salomon de Port-
dce-Paix sont des duvaliéristes
davant garde du Nord’Quest de
puis 1956 et continuent de por-
ter bien haut la banniére du Du-
valiérisme intégral. Votre geste
de générosité dans la soirée du
12 Déecembre 1968 n’a pas libéré
une inconnue, mais Pune de Vos
enfants de l'Arriére - Pays qui
est préte & tous les sacrifices
pour le triomphe de la Révolu-
tion dont Vous étes le Chef.

Je connaig plus que personne
la rigueur de la discipline ‘duva-
liériste, mais je connais aussi
mon droit en tant que duvaliéris
te. Ainsi, Excellence, locataire
dune maison que je paye régu-

(Suite page 4 col. 8)

ble

de ae voir en Israel qutun
sseur a qui doivent Cire re-
s les moyens de nuire et de
considérer ses voisins arabes com
me dépourvus de toute attitude
agressive? Force est bien
dudmettre, une fois de plus, la
part excessive qui est faite, a
PElysée, a la volonté de presti-
ge et aux rancoeurs personnelles,

Dans les colonnes voisines, M.
Pierre Viansson - Ponte revient
sur le Conseil des Ministres fran
cais tenu la veille et insiste -sur
le fait que la décision sur leim-
bargo et la déclaration du Gou-
vernement n’ont pas été délibé-
rées en Conseil et il fait état de
propos tenus par certains Minis
tres, en privé, sur Vopportunité
de la mesure décidée par le Gé-
néral De Gaulle.



Le correspondant — particulier
du «Monde» en Israel M. Andre
Schémama, développe, dans sa
déepéche, le mécontentement de la
presse israélienne et la prudence
des milieux officiels israéliens,
qui attendent Ja réunion, lundi,
du Parlement isra¢lien, pom
prendre position.

En outre, «LE MONDE» pu-
blic sur deux pages Ips réactions
dans le monde, et plus spéciale-
ment leg pays arabes, sous la for
me de dépéches d’Agence. Enfin,
le méme quotidien présente lar
gement les protestations de M.
Jacques Duhamel, Président du
groupe centriste de l’Assemblév
Nationale ,et deux Députés de la
‘majorité, MM. Krieg et Hebert.
Ce dernier qualifiait la mesure
du Gvt. Frangais de « Pression
inadmissible» par contre, un au
tre Député de la majorité, Mr.
Louis Terronoire, la qualifie de
décision logique.

Dans une tribune libre, M. Ro
ger Stephane, connu comme gaul
liste de gauche, écrit, a propos
des nations de gauche et de droi-
te, que le gaulliste de Droite con
damne Vembargo des armes a des
tination d’Israel et qu’il s’indi-
gne de voir le Général De Gaulie
empécher la Grande Bretagne
d’entrer dans le Marché Com-
mun.

REX THEATRE PRESENTE :

LE SCANDALE

Le Francais, tel qu’on le parle

tee presque enticrement sur Par
ticle,— les marques désinentiel-
les ne renseignant que dnas un
nombre limité de cas ce n’est
Pas parce que table, chaise et
maison sont du téminin que nous
les faisons précéder des articles
«la» ou «une», mais c'est parce
qu’ils sont précédés des articles
cla» ou ¢unes qu’ils sont du fé-
minin; ce n’est pas parce que bu
reau, fauteuil et toit sont du
masculin que nous employons de-
vant ces mots les articles <¢le»
ou «un», mais c’est patce que
nous les faisons précéder des ar-
ticles «le» ou cun» qu’ils sont
du masculin.

La premiére régle pratique i
dégager de ce survol du probleé-
me du genre est qu'il faut con-
naitre un. mot avec son article.
Au lieu d’essayer de retenir que
«cigarey est du’ masculin ou que
«moustiquaires est du féminin,
il est plus pratique de retenir ou
de faire retenir ¢le cigares, «la
moustiquaire». Au lieu d’essayer
de retenir qu’cesclandre» est du
masculin, on retiendra : «un es-
clandre», il a fait un esclandre,
il a fait un de ces esclandres !
Un esclandre et non pas u-nes
clandre, car cette Haison est dan
gereuse elle détruit la seule
marque du masculin que compor
te le groupe.dans la langue pur-
lée. ‘

C'est d’ailleurs Varticle qui si-
tue le mot dans la catégorie du
nom; il en est «le réactif» pour
rappeler une image fort juste
d’Albert Dauzat, car il peut chan
ger en nom n’importe quelle ca-
tégorie grammaticale Comparez:
je serai heureux de vous revoir
et jusqu’au revoir; oui, non et
pour un oui, pour un non il s’em-
prote; {Comment allez-vous et: le
comment et le pourquoi des choses
Larticle est pour rappeler une image beau-
coup plus suggestive de Damou-
rette et Pichon, car c’est lui qui
permet au nom de ¢s’asseoir>
dans la phrase en tant que tel
un radical comme colére n'est
pas un nom, ce n'est qu’un radi-
cal @ vocation 4 la fois nomina-
le, adjective et verUale. Ce n’est
un nom que dans un certain envi
ronnement, par exemple dans
la colére, il a fait une colére,
mais dans il est ¢olére, e’est
un adjectif et dans : je me colé-
r¢, c’est un verbe. Un petit mot
que Varticle, mais un petit mot
d'un dynamisme extraordinaire,
d'une importance exceptionnelle,
dont lemploi incorrect. classe ou
déclasse un parleur. Car c'est se
déclasser que de ne pas savoir di
re h point nommé : Clest UN CI
GARE, Voila UN MOUSTIQUE,
(mais une moustiquaire), n’ou-
blie pas LE PARAPLUIE, ceci
est LE COFFRE, de la voiture,

(Suite page 4 col. 3)

AU FIL DES JOURS.

Par Aubelin

WILLIAM REGIS NOUS
PARLE DE JEUNES
HAITIENS QUI SE +
DISTINGUENT AUX
ETATS-UNIS

. Lundi a repris l’avion pour
New: York, notre estimable com-
patriote et ami, William Régis.
I était arrivé ici le 29 Décembre
pour assister aux funérailles de
sa regrettée mére,’

Bill, comptable, diplémé de
I'Ecole Hételigre d’Haiti, a été
membre du Choeur Michel Dé-

jean, employé & l'Hétel Ibo-Lélé
oti il n’a laissé que de bons sou-
yenirs. I] est depuis quelques an-
nées a New York.I! travaille a la
Chemical Bank Trust Co. A un
moment donné, ila été a la
banque et au Hilton Hotel.

Tho Archer au Philharmonic Hall

JOLLCOEUR

Night Assistant Manager ot de-
pws trois mois Front Gila: Ma-
nager de cet impo. tant hotel situc
dans Vune’ des sections kee ‘htus
sulectes de New York.

C'est, nous dit Bil) Neyis, une
belle situation pour lui.

Nous parlant de limp
produite par Geo sur les Gnydeye
dhétels “comme suv les cliertts.
Régis nous dit : Je suis-toujour:
fier de Geo, car quand je travail-
lais au Hilton et que des clients du
Summit découvraient que j’étais
haitien, ils me parlaient de Geo
comme d’un dieu, Et mon profes-
seur a l’Ecole ot),je suis des
cours sur l’hétellerie me dit que
Geo connait son métier a la per-
fection. cof

«ell y a deux haitiens qui trae
vailient dans |’hételleric a New
York et qui connaissent un tel





jon

SOR,

yap flot de louanges, ce sont Geo
de New Yodk Gonzales not Claude Angelucei,
Bill tious parlant des amis Assistant Manager dk Hotel
haitiens qui ont fait lour chemin.” Martha Washington,. de New
dans la vie aux Etats-Unis a Yorks. mo .
. produit le cas de Jho Archer, le En effet, Geo et Chiude cin

formidable danseur de la Troupe
Bacoulou qui aprés une tournée
triomphale en Europe, plus spé-
cialement & Paris, donnera le 10
Janvier un concert au Philhar-
monic Hall de New York. Il se
produira comme chanteur dans un
programme de musique folklo-
rique haitienne, de chansons fran-
Gaises etc.
De cet artiste haitien, un criti-
que frangais écrit :
Tl s‘avance & pas stirs «
au rythme sensible et cadencé
avec des bras qui s’allongent
de grandes mains qui parlent
un regard franc et fascinant
des yeux attentifs
dou jaillit la lumiére :
Jho Archer est un phénoméne
dont la voix chaude et vibrante
suffirait seule & acerocher les
étres
autour de lui
mais il a aussi cette forte person-
nalité

2

cette personnalité qui s’exprime,

avec une passion si intense
quelle lie le public & sa mu-
sique

Geo Gonzalés Front Office
AManayer de Summit Hétel

Bill Régis nous a aussi annoncé
Ja nomination de notre ‘excellent
ami Geo Gonzales comme Front
Office Manager de Summit Hotel
de la Grande
Hotels.

Geo qui a fait ses débuts dans

Vhétellerie au Riviera était
devenu le Manager de _ I’Hétel

Montana. I] avait tout pour réus- -

sir : l’intelligence, les maniéres
les plus fines.

Il a épousé ici Mile Bayardelle
et est parti pour New York, il y
a cing ou six ans.

Il a commencé i: travailler au
SUMMIT Hotel qui venait d’étre
construit a Lexington Avenue,
5bleme Rue, New York, comme
«Room Clerk», Avec son savoir-
faire, il a franchi les échelons
pour devenir Chief Clerk, puis





Le Rev. et Mme Oral Roberts

arrivés en croisade avec le «World
Action Team,

ee, matin a bord de leur

avion VISCOUNT sont arrivés 4
Port-au-Prince, le Révérend Oral
Roberts et sa distinguée épouse
Evelyn,

Ils sont uccompagnés de
fils Richard ct de sa femme
Patti, des éminents hommes
daffaires, MM. Walter «Block,
Président de Quaker Industries
de Antioch, Illinois et William
M. Dary, dans Vindustrie du bois
Aa Redlands, Californie, Phil
Rounds, «Crusade Manager, de
Oral Roberts University, et un
groupe de prés de d0 étudrants
faisant partie de la Chorale et de
V’Orchestre de l'Université Oral
Roberts de Tulsa Oklahoma.

leur

Liaccueil a UAéroport
Francois Dauvalier

Ces distingués visiteurs ont eu
un accueil princier a 1’aéroport
Francois Duvalier. .

Il y avait en effet pour des
accueillir le Lieutenant Propser
Avril, de la Garde Présidentielle,
le Chef du Protovole, M. René
Hyppolite, Ambassadeur d‘Haiti
a Washington, M. Arthur Bon-
homme, l’Officier du -Protocole
attaché 4 l’aéroport M. Cari Al-
cindo:, le Chef de la Police, le
Colonel Fred Mare Arty, le Chef
intérimaire du Service de la
Circulation de la Police, Capitai-
ne Arnoux Boucard, Pasteur
Napoléon Etienne, Assistant
Directeur de Grace Children Hos-
pital de Delmas, Pasteur Nick
Gruick, M. Nerva Antonin, Direc-
teur du Centre d’Accueil Duval
Duvalier, Madame Valés René,
étudiante en médecine qui présen-
ta une corbeille de roses ‘ouges

& Mme Qal Roberts, et Madame



repe Inez Lusk de Poteau, Ok-
Tahoma, dont le mari‘ Ed Lusk
est du Cabinet du Président de
l‘Université Oral Roberts et Mme
Nona Barnes Askew, l'une des
trois femmes Regentes de l’Uni-
vers té Oral Roberts. Ces deux
derniéres sont arrivées, il. y.a
deux jours. :

QUI EST ORAL’ ROBERTS ¢

t un éminent Pasteur de
uite page 4 col. 1)

Chaine LOEWS:

ont été tous Jes deux au Rivieru
Hotel, ont du savoindaie. de tn
tenue, du charme.

XXX

NOS VISITEURS
Mlle Claudette (Nei
atrivée le 28 Dcécdmbre a te
rejointe ici samedi’ par son sym-
pathique ami, M. Armand Lira,
fonctionnaire canadien descendu
au Castel Haiti. .
Claudette, infirmivre ey Se-
crétaire médicale truvaille’ en
cette derniére qualité a |'Hépital
Notre Dame de Montreal, Mie«®
passé les fétes de Nouvel Aw
avec ses parents 4 Jacmel. *
Elle a accueilli Armand Luca







a l'aéroport Francois Duvalier-
samedi soir.
Armand et Claudette quitte-

ront Haiti dans tros semaines
pour aller entreprendre une tour-
née en Europe.

Tis étaient avec nous lundi soir
au spectacle Bamboche Créole du
Grand Hétel Oloffson. .

Nous leur souhaitens un:
vréable sGjour parmi mous.

Xx XX

... Samedi soir, M. Jean
Provost Directeur de Studio ct
sa femme Rose Irene c¢reine du
foyer> sont arrivés ivi pour une
visite de quelques jours,

x x Xx
. Mile Ingrid Bourgeois, ins-
titutrice suisse a New York est
arrivée par le méme Vol.
: xxx

... Miles Diane Grey et P
Me Callum, deus jules is
trices américaines a T'ueria Rico
ont découvert au cours da dernier
week-end les charmes d}bats
Elles étaient deseendues o. Viiete’
Plaza.



x XX

Lundi matin, Mite Gludy.
Emma Crampton, une belle con-
génére américaine a repria Vavion
pour retuurner a Ja Jamabque
Elle venait de passer deux jours
ici. Elle était descendue au Gris!
Hotel Oloffsen,

Cladys — est
talents varies.
danse.

Comme peintre,
sont aeweptées uu
Philadelphie.

Comme danseuse, elle a la
plastique de lemploi. Elle cnsei-
gne les danses modernes et crea-
tives.

Elle nous a promis de revenir
ici pour une plus longue visite.
Elle s‘était rendu compte en
découvrant les charmes § d’HHaiti
qu'elle avait mal arrange sun
voyage.

art ste
jieint,

Ube
tlle

Las
euie

seus euy
Muse

es
de

xxx

...M. Emmanuel Stumpf, avo-
eat brésilien, membre du Service
d’Information au Département des
Affaires Etrangéres du Brés'l a
été accueilli lundi soir par si
gracieuse fille Mme Wanda
Stumpf Verwaay, Consul du Pré-

(Shite page 4 cot. 5)

a Se | '
L’Odyssée des 80 cubains qui se sont. |
enfuis de Cuba .

MIAMI (Floride) AFP.

Un des quatre-vingtg cubains,
arvivé, hier & Miami apres avoir
gagné lundi soir la base ‘améri-
caine de Guantanamo en traver-
sant les lignes cubaines a fait
aujourd’hui Je récit suivant de
Vaventure. “

Tout a commencé lundi a La
Havane. Un petit groupe de cu-,
bains anti-castristes désireux de
quitter V’Ile, est parti vers la
base de Guantanamo, située a
l'autre bout du pays, A bord d’un

camion de remorque volé. Mais
tout au long du voyage de
‘mille kilométres, des, hommes,

des femmes et des enfants, préts.
& tout sacrifier pour quitter Cu-
ba, se sont, joints au petit grou
pe initial, si bien que juste avant
d’atteindre les lignes cubaines
qui séparent la base navale amé
ricaine de /l’intérieu; de 1'ile,
plus ‘de cent vingt personne, é-

taient entassces dans la remor-
que, ol s'acc.ochaient. tant been
que mal a ses cdétés,

Arrivég A six. cents mctres de
Ja base, nous avons alsindanne
le camion, puis nous avons com-
mencé A courir comme des lapins
vers le salut. .

“Les soldats cubains ont alors
laché contre nous une douznine
de chiens. Je croig que c’était des

chiens russes, de grands chiens
noirs, a conclu le réfugié.
Au cours de cette tentative,

rappellet-on, les soldats cubains
ont ouvert le feu sur les fuyards,
et tué une dizaine d’entre eux.
-Trente autres ont ¢té fails pri-
sonniers. D’autre part, un sur-
vivant de Péquipe a estimé a en-
viron un millie; le nombre de
cubaing tués en 1968 cn essayant
de s’échapper de Vile. .

Le groupe arrivé 4 Miami com
prend 46 hommes, 13 femmes, et
21 enfants.



Entrée Gdes 2.50

Réservée Gdes 4.00














PROBLEME No. 6

7. Maladia de bavards

4H -— Mobile quand i est faux
y —- N’ost pas un secmon pour






Nv

, le pleuses pontentes ,
| “ 10 — Affluent de lElbe —-
2 || Vivsille dynastie porsane.
oo ae xxx
4
5 | VERTICALEMENT —
6 Lt I — Se chasse dans los Pyre
7 aan nécs — Parasite
& | Il — Déesse de la Vengeanve

— Deux lettres de Draguignan |
Ii] — Participe gai — Saint

of tT TT ty

pytenéen
wLtt | | LLL py — Se consuite avant un
apart . :
HORIZONTALEMENT — ag iW Nymphe aimée'de Jupiter
VI — Polisique économique —
1 -- Déloyauté établie provisoirement en Russie
2o— Pronom ~- Negation en 127 — Vietime d'un: jaloux
Il faut les respecte, VII — Carnassier — Sainte
3 — Enduire d'une certaine image
fecule VIIL — Lourd quand il — est
4 — Note —- Qui n’a pas été plein — Nom d'un roi de Nor-
réparé vege
6 — Dans Denise — Plant — ' 1X -~ Bourgeons d’asperges —
Potte athénien Préfixe a
6 — So rendra — Coinmence- X —- Préposition — Opiniiitres.

ment et fin de nuit

Solution du probléme précédent

HORIZONTALEMENT — VERTICALEMENT —

1. Peste; Etna — 2. Aberra- I. Palsambleu — IL. Ebouler

i i a “ty ‘sée — IV.. Tré
tion — 8, Loterig; Ft — 4. Su; -- I1lI, Set; Altsée ; Iv.
Panne — 6. Alnis; Drac -- 6 pied; Ir — V. Erras; Ange —

Vi. Ain; Uni — VII. Etenduc;
On — VUL. Ti; Erve; It — IX
— Not; Aa; Ire — X, Antichrése.

Mélé; Surah — 7. Bréda; Ee —
8. Nu; le — 9. Eteignoirs — 10.
Ereinée — :

ee



AU CAPITOL.

bles
agsurent

FE NOUVELLISD#

UVACTUALITE INTEKNATIONALE

LA FRANCH ET
LH MOYEN - ORIENT

PARIS — AFP --

Le pouvernament Crangaia con
siddre quill ost urgent d'agir au
Moyen Orient cur la situation
ay degrade rapidement comme lo
montre le raid istaélien sur dad
tadrome de Heyrouth et le déve
loppement de la résistance parley
tintenne .C’est Ta conclusion ti-
rée un Conseil des Ministres de
mere edi matin par le General
de Gaulle et. M, Michel Debreé
Ministre des Affaires Etranyge -
res (elle qu’olle a &té exposée A la
presse par le Seerétaire d'etat
a lInformation M. Jocl Le Thau.
le. ‘

Liembargo total guy les fourni
tures d'armes i Israel est. cons!
déré dans ce contexte conime une
‘mesure durgence, Il a été déci-
dé croit-on savoir le jour méme
od le Conseil de Sécurité a con-
damné A lunanimité Vattaque is
raélienne contre Vaérodrome de
Beyrouth, c’est & dire le 31 dé
cembre dernier. Selon Vinterp. 4
tution officielle embargo est
venu compléter et rendre effecti
ve cette condamnation pour ce
qui concerne la Frane.

Quant & Vavenir, le youverne-
ment franenis continue de pen -
ser que les quaire grandes puis-
sances doivent s’accorder le plus
vite possiblde et que le Conseil}
de Sceurité doit mettre en applica
tion sa résolution du 22 noven-
bre 1967. Celle - cf constitue pour
Ja Franee In base de la paix. T1
résolution prévoit lévacuation

des territoires conquis, I'établlsse _

ment de frontiéres telles qu’'elles
soicnt, stires et reconnues, la li-
berté de navigation pour tous et
partout, un statut pour les réfu-
gwiés et des paranties pour Ven
semble.

On remarque du cété francais
que ces dispositions sont favora-
aA Israel en ce qu’elles hii
82 reconnaissance com

me état, avee la liberté comple
te de navigation quwil a toujour-
demandée. De plus, la France
estime que les frontiéres d’Tsracl
doivent é@tre raisonnahles, c'vast
a- dire qu’elle ne s’opposerait pas
A des améliorations du tracé inté
rieus 4 la guerre de 1967, Enfin.
le nouveau statut du Moyen O
vient serait garanti par TON
et les grandes puissances, ce qui
donncrait wne sécurité nouvelle *
s Israel,

La discussion entre les euat:-
grands pourrait porter, pam
dautres sujets, sur le m‘morin-
dum soviétique relatif au Moyed

Du Jeudi 9 au Samedi 11 Janvier 1969
a6 H. et @ 8 H. 30

TILT A BANGKOK

Un film policier

a couper le souffle.

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



GRACE LINE
/ Le seul Service
Hebdomadaire direct
entre New- York et
Port-au-Prince





)UBO
DUBON ~
DUBONNET



POPC EOPOO LL OOOO CLO L LOD LO DLIPPDLL LOL LODO PIOLEEEOL ODEO LOE LEA OLLIOLE LS.

Banque Populaire

Colombo - Haitienne
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN

AVIS

: LA BANQUE POPULAIRE COLQMBO -
i
j

HAITIENNE a le plaisir d’informer ses ai
mables Clienty en COMPTE D’EPARGNE en
particulier et le Public en général. que le ti-
rage de la «MAGNIFIQUE LIMOUSINE
PEUGEOT 404, GRAND LUXE, MODELEF
1968, offerte en PRIME, et actuellement expo-
sée dans le Hall de la BANQUE COLOMBO,
est fixé au Lundi 830 DECEMBRE 1968.

Pour participer au Tirage, de la PRIMI, i)
suffit de maintenir a votre COMPTE D’EPAR
GNE, UN SOLDE MINIMUM: DE CENT
DOLLARS & 00/100, ($: 100.00) du: ler OC-
TOBRE au 30 DECEMBRE 1968.

OU BIEN : DEUX CENTS DOLLARS &
00/100 ($ 200.00) du: Jer NOVEMBRE au 3
DECEMBRE 1968.

Continuez donc, Fidéles Clients et Amis, a
faire vos Dépéots a LA BANQUIE POPULAT-
RE COLOMBO - HAITIENNE, et devenir
propriétaire de ce MAGNIFIQUE CADEAU,
sans Bourse délier, lequel représente un ga-
gapno-pain assuré, une Bonne rente journalic-
re.

HANQUE POPULAIRE COLOMBO - HAITIENNE
LA BANQUB DU PEUPLE HAITIEN.

PL OLLL SL ILL ODL OLED EEOC LD®AL DOODLE ODED.



LISEZ
LE NOUVELLISTE



Oriers,
Ce decument avait

en dceembre dernier
puiss inces
vernement

I.
|

estime-t-on 4 Paris.
Ore adres
aux trois
occidentales, Le you
franeais le consjdere
comme acceptable dans Jes gran.
des lignes et comme susceptible
de modifications de détails.

Quoi qu'il en eoit, on est per -
suadé a Paris quil faut mainte-
nant passer sans retard & la mi-
sxe en oeuvre de la résolution du
Conseil de Sécurité. Eno atten
dant. la Preance ‘mainuendos Ven
barge vis dvi d'Tsrac, et
Vopinion pessemacle die Mianizere
fyaneais de Plnformetion, ne de
levera plus avant da paix. © Cet
embereo, a d'aillenre Inissé enten
dre M he Theale, ne stappligne
qu’aux nays ayant une attitude
a caracte agressi{t, Tb one faut
done pas viser les états arabes,
ceux =e) tant de toute facon aoe
provisionies pur Vite plitesd

France, Vi Hote #

pos auestion. dan bs uatiery
actudle, dTautres mem comps
le rappel de UP Anite Sop ade
France fo Tel Avis

d




selon




oreo thas bn

yo

LONDRES bio bow Qt ba hts
PU MOYEN © OER NI

LONDRES -
Lvacceptation

ABD

par da Prate:
dans ses pride. bpies, ab pre
Jet sovieiioue Yeo repienment di
conti israelg = arabe a ebe de.
cueillie avec interct ao Whitehali
ou Von rectieille toutetois Via.
pression qu'elle ne haters pas ha
decision de la Grande Mretagne,
Les propositions soviehiyues du
2 Janvier, declare-t-on, ont tou
jours a Pétyde el da Grioade Bre
tagne y réponara en temus utile,

apres des consultations avec da
feance op les btats-Uiose qui ne
sont pas, précise-t-on, de consui

tations & trois, On soulpne que





la |

vos





La. SANT
aute de
as



In communication do PURSS ne
comporte pas de nouveau plan de
paix mada quella apporte unu
contribution utile ad la discussion,
d6jA ongagée, sur Papplicntion
pratique de le resolution du Con
seil do Sécurité du 22 Novembre
1007,

Quant aux proposilions sovid-
‘tiques, dont le contenu n'a) pits
été divulgué, on indique qu’elles
sont bien formulées d’apres In re
solution duo Conseil do Sécurité
mais qu’elles n’ehivisagent qu’une
tupne y répondra en temps utile,
“application particle — et par
étapes — de dotument eb dune
fugon plus avantageuse pour Ies
arabes que pour Israel. Contrai-
rement il n’y est pas question de sane-
tions contre Israel, ni d’une con
férence des quatre grands, — et
moins encore de la création dune
foree de pix composée de con-
fingents fournis par ceux-ci.

Quant a la position de la Graa
de Bretagne, elle a été précisée
devant la conférence des chefs de
gouvernement duo Commonwealth
par le Seerétaire au Foreign Of-
fice, M. Michael Stewart. Thoa
catégoriquement rejeté toute idée
dune solution imposée par les
grandes puissances. J@ ne vojs
pas comment une solution impo-
sée pourrait étre durable, avait-
il dit mardi. Les puissances doe-
vraiont s’employer auprés de
Jeurs camps du Moyen Orient!
pour les encourager & coopércr
ayee Je repréxentant de VONU,
Je Dr. Gunnay Jarring.

De avis du pvouvernement bri
tannique, Jes parties: adverses
sous Pépide du Dr Jarring, de
yraiont ge mettre daeceard sur
chacune des téles de chapitres

A VENDRE

MEILLEURE OFFRE
Unite machine a laver de mar-
que «DUCHESS».
Sadresser +
Ambnhssade du Canada —
Pradel — Bois Ve na —
dy 08:00 % 12::00 hrs. du lundi
au vendredi.

Pont

LABKGH AAA AWWA Le

SEROP P

do In résolution du Conseil do 8¢
curitgé — retralt deg troupes la~
rélionnes, reconnalasanee de Vin
tiyerilé territoriale ot deg fron-
tidres d’Isracl, liberté de navi -
gution et problame dos réfugiés
— &tant entendu que applica -
tion do chucune de ces mesures
dWépendrait de | Vapplication’ des
nutres. Le gouvernement britan-
nique estime enfin que l’on de
vrait digeuter en tout dernier
lieu du probléme de Jérusalem, le
plus difficle & résoudre dans J'at
moaphére actuelle.

xxXXXK

ATTENTATS A LA BOMBE
A RIO

lO DE JANEIRO (AFP) —

Trois nouveaux attentats a la
bombe, dirigés contre des instal-
lations militaireS ou policiéres
ont fait au cours de la nuit de
mardi & mercredi pour la premié
re fios, un mort et
parmi la population civile de Rio.
Six atlentats & la bombe contre
des installations gouvernementa-
les ont ainsi été commig depuis
le début de l'année & Rio de Ja-
neiro.

Les trois explosions ont été
tres puissantes ...une d’elles a
completement détruit une voiture
stutionnée devant un poste de po
lice. Une jeune femme a été
tuée par lexp.osion, en tout six
personnes ont été blessées par
les explosions. Cette recrudescen
ce d’attentats & Rio, comme a
Sao Paulo, était prévisible en rai
son de nombreux coups de mains
commis récemment contre des dé
pots d’armes ou d’explosifs et des
armureries.

On apprend par ailleurs mer-
eredi que le journaliste brésilien
Irencu Guimaraes, correspondant
du journal’ francais Le Monde
vt collaborateur ~ de VAgence
France Presse, qui était détenu
par la police -depypis jeudi der
nier a regagné son domicile ‘mar
di soir. ‘

autre part, un tribunal de
Rio a demandé la comparution
de Vex - député de Vopposition
Hermano Notre Alves, accu-

~

Goft agréable — Conservation.

six bless¢s -

860 d‘infraction a la Lol aur
ln sécurité nationale, et qui a dis
paru dopuls le 18 décembro der
nler, Alves suralt été privé de
sea droits clviques pour dix ans.

Toujours sur le plan politique,
on apprend mereredi que le pré
sident de la République, le Ma-
réchal Costa E Silva, a accopté
la démission du Sénateur Da -
niel Krieger de son poste de Pré
sident du Parti gouvernemental
de Valliance rénovatrice natio -
nale at du bloc de la majorité au
Sénat.

HxXXX
DECLARATION DE DUBCEK
PRAGUE — AFP —

Nous vous assurons que nous
n'avong rien fait qui soient con-
traire aux principes de Janvier,
rien contre V’intérét de nos na-
tions et cela méme pas au cours
des différentes négociations diplo
matiques dont les conclusions ne
peuvent pas étre rendues puoli-
ques a notamment déclaré mer -
credi soir dans une allocution ra
dio - télévisée, M. Alexander Dub
cek, Premier Seerétaire du PC
Tchécoslovaque.

Toute tentative de rechercher
une politique différente de celle
du comité central, toute tentati-
ve de créer dans l’opinion l’espoir
qu'il existe une autre voie prati
quable ne méne pas A la mise
en application de la politique d’a
prés Janvier, mais au contraire,
dans ane impasse! a encore décla
ré M. Dubcek.

Tl faut éviter toute action qui
entrainerait des mesures éxter
nes, a encore déclaré M. Dubcek
N’oublions pas, a-t-il ajouté, qu’i)
ya, a linté-jieur du pays et a Vé
“tranger des forces qui ont tout
intérét A fomenter une crise et
des conflits tragiques. Le Pre -
mier Secrétaire du parti commu

‘niste a enfin souligné que M. Pe

ter Colotka proposé par le Praesi
dium au poste du Président de
lAssemblée Fédérale, est un hom
me qui a prouvé ses qualité: a-
pres Sanvier 1968 et qui est hu-
mainement proche de M. Josef
Smrkovsky.



ECTORAL SEJOURNE

A base de CODEINE TOLD et EUCALYPTOL.
Toux, Rhumes, Bronchites Enrouements, Influenza.

Affections des Poumonrs

ASA ENCINO ICIS IORCNO NERC RCA

NAKAI INIION s

|

VRRANNN NY

A PETION VILLE

Te ELSA WAIT IIOII EI EM EIRINI T Sa M e eE S

int





AVIS

Les Produits HAMP GC () denvent etre achetés

aux adresses suivantes:

A PORT-AU-PRINCE Mme. Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Lalwe

Boulangerie St-Mare
Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas



A XN 668 erences!

Luce Chatelain

Rue Toussaint Louverture





oer

“KEKICKECCIOIOIK ATCC ERA AAT A SERA ASEAN AAAS. WA RSRSRINNEIONIONICIEINS

et



de la carie-







DANS NOS

REX - THEATRE

Jeudi A Oh, ot 8 h, 1b
LWENWEMI No, 1 DU ¥F, B. I.
Entréa Gdes 2,60 et 4.00 ,
Vonredi ih 8 oh. 80 PLM.

La’ Cie. Jean Gosselin ‘présente
LES OEUFS DE
LIAUTRUCHE ‘
Entrée $ 0.60 1.00 et 2.00

Ae eect oth

PARAMOUNT

Jeudi A 6 h. et 8h, \
LA BAIE DU GUET-ABEN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00
Vendredi 4 6 h. et 8 h.

LE LIQUIDATEUR ’
Entrée Gdes 1.20 et 2.60



Drive in Ciné Delmas

(ROUTE DE DELMAS)

Jeudi a 7 h, et 9 hh.
CA CASSE A CARACAS
Entrée $ 0.560 parsonne

Vendredi & 7 h. et 9 bh,
BLANCHE NEIGE

ET LES SEPT NAINS
Entrée 1 dollar par voiture

De Luxe Auto Ciné
(DELMAS)

gcudi a Th. et 9 bh.

LE BONHEUR

Entrée $ 1.00 par voiture
Vendredi A Th et dh °
LES DIEUX SAUVAGES
Entrée 1 dollar par voiture

ETOILE CINE
(PETIONVILLE)

Jeudi a 6 h. 30 ct 8 h. 30
SEUL A CORPS PERDU
Entrée Gdes 1.50 et 2.50

Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30

LE CHEVALIER
DE MAISON ROUGE
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

*

CINE ELDORADO
(PLAGE JER )
Jeudi 4 6 h. e¢ 8 h. 15
(Sur demande, générale)
LE GENTLEMAN
DE LONDRES
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Vendredi & 6 h. et 8 h. 15
(Sur demande réitéréc)

LA PORTEUSE DE PAIN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

CINE OLYMPIA

Jewdi (En permanenge)
IYENFANT DU CIRQUE
Entrée Gde 1.00

Vendredi (En permanence)
(Jour populaire)
DUO DE MITRAILLETTE
Entrée Gde 0.60




CLNEMAS
AJ CAPITOL
Jewdi 2 6 h. ey Boh, 80°

TILT A BANGKOK :
Entrée Gdes.2.00 ot 8,00...



Jedi A Gh. o& 8h, 80
VilT A BANGKOK +
Enirée Gdey 2.00 ct 3.00°



AIRPORT CINE |.

' (PURTALL 3ST, JOSBPH)

Jeudi a& & h. 30 et 8 h. 30
MEURTRE PAR ACCIDENT
Entree Gde 1.00 e+ 1.60 ‘
Vendredi & 6h. 80, et.8 h. 30
LE RETGUR DES TITANS
Entrée Gde 1.00 ef 1.50

MAGIC CINE
(SALLE CLIMALISER)
Jeudi & 6 h. 15 et 8 h. 15
COPLAN FX-18 CASSE TOUT
Un film de contre-espionnage en -
cowleur.—
Entrée Gdes 1.20 et 2.50 |<

Vendredi & 6 h. 15 et 8 h. 15
LE SERGENT NOIR

CINE UNION
Jeudi i 6 he et 8 he .
SCOTLAND YARD -
A WECOUTE
Entrée Gde 0,60

Vendredi A Goh. et Bh.
LE CANARD ;
EN FERBLANC
Entrée Gde 0.60

MONTPARNASSE

Jeudi a 6 h. et 8 h.

LE GRAND DEFI

OU MACISTE, HERCULE,
SAMSON, ULYSSE ,
Entrée Gde 0.00 *

Vend.edi a 6 h. et 8 h, ‘
BATMAN,
Entrée Gde’ 0.60

CINE PALACE.

Jeudi 4 6 het 8 h. le *
UNE FOIS AVANT
DE MOURIR
Enrée Gde 1.00. Ll.
Vendredi &2 6 h. et 8h. 15.
LL POURSUITE :
{IMPITUY ABLE ’
Entrée Gde 1.00

CRIC-CRAC CIHE
Zeudi a 6 h. et 8 h. 15.

LE RIDEAU DECHIRE
Enirée Gde 1.00 et 1,50

Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
ROCK AND ROLL
Entrée Gde 0.50 et 1.00

A VENDRE
Camionnette TAUNUS 6 ey.
lindres modélp 1965,
kn bonne condision.
Sadressor au bureau du Jow
nal, .
nal ou téléphener au No 5533.





DUCO
a l’Age de Il’Espace

Pour étre adaptee a

lépoque des satellites et

des fusées, votre voiture
{ doit. étre resplendissante.

!
:
!
:

Elle le sera quand vous

laurez passée au VRAI

D’ AUTOMOBILES.

DUCO, le DUCO
‘authentique garanti 7

par la signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI BUCO
pour voitures est en vente

.ala

SOCIETE HAITIENNE

CETTE



















JANVILR lvoe

JNVBI y







«LB NOUVELLISTD >

RHUM BARBANCOURT



REPUTE DEPUIS 1862







' wl oe




Sapte wh
ue Nerchog fa ection earre:

de nainianes ef vous trouverde
signalene dee autres pour dematr,

VOTRE HOROSCOPE

Par frances Dr ake

spandant au





vo



da votre anniversatre

pes
HEN perspacllVaa yuo vous ’

Droit de reproduction totale aut pevtiella réserud,

King Features

Le

Propricté

Syruticate — Hxrelusivité

NOUVELLISTE y

VENDREDL 10 JANVIER 1969

‘e) MARS AU 20 AVRIL ce
LIER): Retlechisses protonide =
ment, Propositous et contre pro-
positions, Ne vous. laissez pas
entrainer par vos sentiments, Que
votre jugemeng sur vous: pub

vy AVRIL AU 21 MAL CT At
REAU): Lisez Is conseris 1
coux du Belier. Ambiance duo me
me ordre, N'inte.prétesz pas cire
nément les intentions d’autrui ct
faites - vous aussi bien compren-

dre. Ecartez lea on - dit.

ye MAI AU 2E JUIN (Gh -
MEAUX): By.tez un exces de
serupule qui sert, eu deer
analyse puralysant. Vises a un
succes positif plutot 9 qua un

réussile purement spectacwaire

Be JUIN AU 28) AV abba:
(CANCER): [vites des pitres .
juconsidérées, Jes couctustuis hb.
tives. Si vous metes pas ceriscs
de yous, attenie, avant dog
Mais ne seyez pus virif vite:
les extréme:. .

pa JUILLET AU 2s AOU!
(LION): Surveillez los finanee.

la situation au foyer, les beso n
des enfants, ll y aura de da pl
ce pour de laniclioration, Si
idée se revele irréalisable, rites
le nécessaire pour la modifier.

21 AOUT AU 23 SEPIEM -
BRE (VIERGE): Conjunciien
supérieure a la moyenne, Propres
sez dans le calme, la régularité,
en évitant la tension ef lu bate.
Un point de vue différent vou




donnera d’intéressuntes supices
tions,

24 SEPTEMBRE AU 25 OC-
TOBRE (BALANCE): Si vous
éltes en une position tie force, 176
curtez pas les consci!s qui vous
sont donnés de Vexiericur. Ils

peuvent étre particulicrement te
conds en cette excellente perivile.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Tact eo do
lieatesse dans vos conticty
VYautre sexe. Le succes ot
sageable méme dats [es
ditficiles. Soyez attentif
possibilités nouvelles,

ayer



beeches
uy

23 NOVEMBRE
CEMBRE
sOyoZ pus
Peut Gtre

AU 21 DR.
(SAGITTAIR EI: Ne
irrité par Vopposities
que les uaiseils Pau
trui sont ameitlewrs que vous te
pense, Devetuppes voir

de Phoineur

yo

DECEMBERE AV Bo AS
VIER (CAPRICORN tat Ly
nombreux uvantages res
Hun effort au

Wheront
mieniet verde

oT vets 3

Que vatre action seit inspirce
par Phonnetete et un jugement
Astable!

BL JANVIER AU Tig) FE.

VRIER (VERSEAU): Belles in-
Civatrens comme réecompenses des
otfoerts des semaines pussces. Tra
vailles ster des pessibilite Meu

velles. Certaines meériteront vo -
tre assiduite, Faites de votre



nveux et les résultats seront
bons,

tu PEVREER AU 20 MARS
(PO) “ONa): Belle journée of-
frant de grandes — possibilites
Wexpiciter vos dons et daider ef
fieneement quelqu’un., Taches in-

dustrielles et de direction notam-
Ynent favorisées,

SI VOUS ETES NE AUJOUR
WHC: Sachez comment attein-
dre votre auditoire et par des
ieeniiments p.otunds, Si vous le

voules, Vous sercez des chefs ap-
precice, Vos possibilités, sur le
plan dcs affaires, sunt considéra

bles, ainsi que dans les secteurs
scientifique, militaire et politi -
que, Il faut simplement connai-
tre vos puiyts faibles, les corri-
wer ct accroitre vos connaissan
ees. Liaudace est dans votre Si-
ene. L’amoureux est — fer-
vent, le professeur consciencieux,
Yami affable et dévoué. Le Ca-
pricurnien, quand il reste fidéle
io sa oueture profonde, est une
puixsante personnalité.



Le Plat défendu

NEXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE

BISVU REE
Une pastille aprés Tes repas ct
vous

arrétez leg troubles intesti-
*.s intoxjeations alimentai-



res et
ditfhetle.



Stat g-vous toujours & Vusage
de la MAGNESIE BISMUREE

/connaitrez plus mi trou
testemae ni troubles des

Lley fe
intestins.
De: chauffe-bains, fers a repas

ser, réchauds, 1 radios, ventilateurs







dernier eri, apparel A air condi-
one se Hauident A la TIPCO.
Pre .se7-veus.
thes

“emede

souverain
CONTE LA CONSTIPATION
«LFS GRAINS DE VALS».
huyularisateurs de l’entomac et
ie Vintestin — laxatifs et dépu-
ravifs,
En vente dans toucea lea Phar
macies.









les ennuis de la digestion.



De Bonnes Affaires
pour
le Commerce et Industrie

“OFERE No. 1-68
ROLNTO INTERNATIONAL LTD,

IME VELON DE CUIR EN VINYI.
Ji NTENSIBER DE OUALITE SCPERIEURE

Grand Cheoix de Coloris — Toute épaisseur —

Larveur 54° ou 11135
Fabrication de :

Bottes

Pour dt

Souliers Hommes et Femmes.
Sandales

Sacs a main

Coussins

Housses d'autoniwhile

Ameublement etc... ete..

fet sur demande pour tout Usage Spécialise.

“Pour Echantillons, Prix, Renseignements,

Commande...

Visitez LA MAISON YVES MORAILLEE
> Rue des Miracles en face dé la BN.RLE.
Phone 3777



La Maison Wilfrid Justin

Tient & votre disposition .un assortiment complet d’articles
pour installations hyarauligues e; sanitaires — tuyaux galva-
nisés, lavabos,: W. C,, fitting pour W_ C. etc...

Ingénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la maison Wilfrid
ustin vous attend pour vos achats de Matériaux de Construc
tion,

Voug y trouverez A meilleu prix le. articles suivants: Plan
ches Brutes, Planches Prépa ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-
niéres, Toles, Ciment, Clous, Hardboard, Plywood, Serrures,
Cadenas, Treillis métallique ete...

Maitresses de maison, Vous aurez les meilleures garanties et
durabilité avec la Peinture marque «ADELPHI».

Peinture Latex intérieur et extérieu1 de rendmmée mondiale,
peinturg pour piscine, Pour tog vos matériaux de Construc-
tion ux seul nom Wilfrid JUSTIN, une seule adresse : RUE
DES FRONTS FORTS No. BOX : 897 Phone : 8780.

PEP,



UN BEAU MASQUE
UN MAGNIFIQUE CHAR
UN GROUPE IMPOSANT



POLAROID vous les remet en 10 secondes
Voyez «DON MOHR SALES CO.»



“nible.



Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste» »

Blondie



Que vous AVIEZ
: DEUX Corr:



Discours de Me. Louis Dorcé

A SON INSTALLATION COMME DIRECTEUR DE L’ANNEXE DU LYCEE TOUSSAINT LOUVERTURE

Monsieur le Directeur a2 PEdu-

ealion Nationale,
Messieurg Jes Inspecteurs,

Chers Collaborateurs et Colla-
borutrices,

Mesdemo'selles, Mesdames, Mes
sieurs, .
Je one voudrais pas prononcer

de ds cours puisque voecusion qui
m’a valu ce pus. est du.é@ eb pe-
Je veux parler de la mort
prenataurée du feu Directeur An
d.é Louisdhon, lequel Directeur
tout le monde admirait, tous les
péres et meres de famille louan-
geaient. Cependant la ‘mort nous
dit: Malherbe n’epargne person-
ne. : .

«Le pauvre en sa cabane oil
le chaume le couvre est sujet a
ses ivis.

Et la garde qui veille aux bac
riégreg du Louvie nen défend
point nos Rois».

C’est en ce sens, Mesdemoisel
les,

Mesdames, Messieurs

Qu’avant de, prononcer mon al
locution si nécessaire, je vous de
manderais de’ bien vouloir obser
ver avec moi-une minute de re-
cueil:ement, ce, pour le repos de
lame de notre ami de combat en-
levé a notre affection le 18 De-
cembre dernier... Merci.

Mesdemoiselles, Mesdames,

Messieurs,

Je suis trés touché de la con
fiance que vous me faites en me
plucant. a Ja Direction de lAnne
xe du Lycée Toussaint Louve. tu
re a .itre provisoi.e et des cordia
Jes et encourayeanteg paroles que,

AVIS

Comite de
Coordination de

PEnseignement.
Agricole (COCEA)
PROJET : Comité de Coordina-
tion de /'Enseginement. Agricote
Marché No, 1

RRO: Po ét BID Ne,
‘Moniteur Officiel
Y Marg 1067 or No
tebre 1968.

121/SF-HA.
No. 22 du
Rood Qe OW.

hes Ingcnicurs, Architeetes,
entrepreneurs et tous les interes
se, sont informes qu’en vue de
la reconstructon de l'Eeole Nor.
male Rurale de GRAND - PRE -

DU - NORD aA GRAND - PRE
vu - NORD entre le 8 JAN -
VIER et le 10 FEVRIER 1969,:

durant les heures ouvrables, le
Comité de Coordination de liEn-
eclipnement Ag icole (COCA)

recevra au BUREAU du COCKA
&k VEtage de la Maison Bernadel
en face de la CURACAO TRA
DING, Port au Prince sous pli
vcacheté a Vadresse du dit) Comi-
té, les soumiss’ons qui pour-
ront lui étre faites.

Les plans, dessins,
tions, renseignements
nécessres aux

specifier
pertinents
Soumissionnaires
pour la préparation de leur of-
fre, ainsi que les conditions du
marché peuvent étre oblenueg du
Seerétaire Adnministrat:rf duo CO
CEA des ta présente publication
ehaque jour de 8:00 aan. heures
a 4:00 pam. heu es, moyennant
un dépét de garantie de Cinquan
te Gourdes em especes ou par
chtgue a Vordre du Comité — de
Coordination de VEnscignement
Avricale (COCEAY,

Le Montant integral de ce dé-
pot sera remboursé a chacun des
soumissionnaires lorsqu’ll aura re
mig en bon état Iles plans et do-
euments qui lui avatent été four
nis.

Chague soumission doit étre
accompapnée dune enution de
grerantie provisoire (Reo: «invita

tion aux Soumissionss 18
Cautionnement),
Les différentes soumissions re-

cues scront décachetios le 1a BG
VRIER 1969 & 10:00 heures acm,
heures au local di. COCA par
le Comité de Coordination — de
VEnseignement Agricole, en pre
ence des soumissionnnaires qui se

seront présentés. Lad judication
des constructions sern pranones ne
ultéricurement et avis ens:
donné par le Comité a Vadjade: a
tare et aux autres sovmission
naires.

Le Comité de Coordination de
l'Enseignement Agricole sc réver
ve le droit d’ accepte, ou de reje
ter toute soumission.

Comité de
Coordination de
PEnseignement
Agricole (COCEA)

Fait & Port-au-Prince. le 7 Jan
vier 1969



Yous Monsieur le Directeur Gé-
néral venez de m/’adresser, tant
qwen votre nom personnel, qu’en

celui du Gouvernement et du Dé’

partemen, de Education Nat.o-

nale. Je vous remercie du plus
profond de moi-méme.
En effet, je suis fier du titre

de Directeur de Annexe du Ly-
cée Toussaing Louverture puis-
que mon amour pou, cet établis
sement, est, chose incommensura
hle. Cet.c fonetion que le- Gou-
vernement de mon Maitre:
norable Docteur Francoi, DUVA
LIER Présdent A Vie de la Pre
mitre République de Negres Li-
bres me fait Vhonneur de me con
fier, es: je le sais, bien, medeste
et charée de ronees a la fois.
‘Mais du haut en bas de léchelle,
tout fonctionnaire représente la
Loi, ec, un petit fonctionnai-e
peut et doit faire pour le bien
public, dans sa sphere, autant
qu’un gros. Soit su: mon journal
Bel-Air Réve, soit qu’en prenant
la parole ma ntes fois par devers
le Prés ident & Vie de la Républi-
que, j'ai en effet, fait de’ mon
mieux pour mériter Vestime de
mon Chef ey de mesg amis, qui,
je le sais, attendaient de mes nou
velles avec une impatience tou-
jours affectueuse.

En tout cas, a cette tache com
‘ien dedicate - je vous promets
que vous au-ez en moi un Dire¢
teur vegilant, dévouc, qui sur-
ycitlera leg moindres petits écarts
quel guc soit. leur projectile.
Vous me trouverez toujours prét
A protége: de toutes mes
forces et selon ‘le bon droit
moment. vous venez men ac-
les petits écolierg qu'en ce
corder la garde, Soyez persua-
dés quils sont en de bonnes et
tendres mains. Ces pelites progé
nitures de la Patrie de Dessali-
hes sont maintenant livrées a la
conflance d’un jeune e, dynami-
que Duvaliériste qui se place tou
‘jours au se:rviee de la Révolu-
tion depuis sa naéssance en 157
et qui mene inlassablement su
harque a bon port.



Respectueux du droitt de Ven
fant en faee de Vavenir le, Ins-
tituteurs, les Institurices e; Moi
aurons a déyager dans les clas
ses des contingencee duo present.
Nous geravirons aves nas petits
ecolie.s la ponte toujours rude
et oescarpée de Ja montagne de
vérité, de justice et de bunté, et,
i mesure que noug léverons, No-



tre horizon s'étendra. Nous decou
vrizons Wabord un peu plus de
liberte possible, plus haut beau-
coup Wegalitée et enfin arrives
aio osonenet oavee Vapdtre du
Bien-Biure Collectif, le potte de

how éeoles, [Eminent Ethnologue
ol Sociologue Son Excellence Je

—tperident a Vie de la République
contemplerong — Timmenve

fraternité humaine. Puis:que teut’
prés de nous, le 2 Janvier ie
dans le vibsant’ message Prési-
dentie: fo da Nation; nous rete-

ve.te pa ole du Grand Mai-
haitienne en fae

nons
tre de la ponsée
veur des enfants

eBonne année mes chers
fants puisque vous Tous
nos grands ancétres par,une chai
ne invisible eg indissoluble pour



on-
relids A



SARL CO.

Un nom dans PEconomie du Pays

S. A. F. I. C. O.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a ia

{ONAAAAAA NAN SN EKER NEN SEEN SSS ER TANARSAN
e oe @
T

revalorisation de la vie paysanne

S A F I. C. QO. 7
Des millierg de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S A FL C 0.

Un millien de sacs de Sisal au service de ia Nation Haitienne

S AFL CO.

c
Une industri Nationale au service de la Nation Haitienne
| S A FL C. 0.

SAS HAAN SAVARESE EEE SEE er pe!

/SEEESRELSEEEEERLERS

Lito ©

- Les égoutter,



la ‘pérennité méme de la Patrie
Negre d’Haiti.»

B.ef ! je veux pouvoir étre
aussi fier des Gloges que mes

chefs auront & me faire ef que
je suis heureux d’avoir mesuré
aujourd’hui I’étendue de leu. a-
mit.6 pour moi. Les bong con-
scilg qui me sont prodigiés en
cette circonstance restcron, gra
vés dans ma mémoire; je sais
quwils sont dictés par une sincd-
re affection et une longue expé
rience acquise par toute une vie
consacrée au service de la jeu-
nesse esludiantine.

C’est A juste titre que je de-
manderais d’ores et déja a mes
collaborateurs et collaboratrices
d'étre toujours A Wheure, d’ob-
server les réglements Clic és dans
le Code d’Instituteurs. Que la
ponctuatité soit toujou:s en hon
neur chez nous. Lamour pour
nos petits é!res avides de savoir
doit’ oceuper en nous-mSmes la
premiere place. Que la vocation;
d’un bon Instituteur ne soit pas
mise de cété, ainsi le renom de
Yannexe du Lycée portant le
nom din des grands génies de
la race sera ‘digne de louange’ et
de mérite. En outre, A ‘tous les
Edueateu:s ct Educatrices de ma
Direction je solliciterais de gui-
der l’intelligence de leurg éléves
dans la marche vers le progrés
préconisée par le Leader Spiri-
uel de la Nation de Dessalines;
de les aide; & comprendre les
travaux de renouvellement de la
Nation entrepris depuis plug une
dévenn’e par le Chef de la Révo
jution Duvalériste. L’école n’est-
e'le pas le lieu de ta justice, de
la raison et de la Hberté ? C’est
la que l'enfan: doit se fami! iari-
ser avec les grands principes
qui forment la structuve méme
de notre Gouvernemeny et qui lui
serviront pour leg Jutte, futures.

Distingués assisants excusez -
‘mui d’avoir si longtemps retenu
votre att-ntion; jaurais eu eneo
re bien des choses A vous dire..
mais je sens que vos regards se

touinent vers VOs occupations
journaliéres. Ceperdant, avant
de terminer, permettez que je

renouvelle mes indéfectibles — re-

merciement, a tous ceux-la qui ont

- Recettes
de Cuisine



cont:ibué & me hausser & ce pox
te digne d’un filg de la Révolu
tion; Je veux pacter de lg «Gran
de Révolution Duvaliériste.s Mes
remercicments vont égalemeny &
tous mes ‘co Iuborateurs et amis
qui ont bien voulu m’assister a~
vec désiniéressement & mion ins-
tallation en ce coquet - battinent
restauré récemment par le Pére
de la Feunese Haitienne, le Réno
vateur de la Patrie de Deasal nes
V’Honorable Docteur Francois DU
VALIER.

En effet nous allons nous st-
parer, moyennant’ j'attendg de
vous tous; Jes conseils les plus
salutrires cu’ me servrent, de
boussole tout le temps quesj’au-

‘47a passer ici ko la Wires on de
YEnseignement Primaire dy Ly-
cée Toussaint Louver ure;. avec *
Vappui de mon Maitre Je Prési-
dent & Vie de la République. ce-
tui de mes chefs hiérarchiques
et dans la goire de |’Eternél. En
core une fois. Merci et bonne fin
de journée. . 48

Mait-e LOUIS DORCE -

Directeur du Journal
BEL-AIR REVE ~
Comptable diplémé
Licencié en Droit — Avocat.

TE

AVIS.

JEUNE A 40 ANS

¢La vie commence & 40 ans» dit
un vieil adage.

C’est vrai si vous écartez toute
possibilité de constipation ou tout
commencement de Rhumatisme
en preénant les petits comprimés
de G. S. Tablettes.

Ne n’oubliez pas : G.S. Tablet
tes.

En vente dans toules Pharma-
cies,

Utilisez les jolis Miroirs et Fe
ees A Mains, métalisés. Ce sont
dutiles cadeaux ct A des prix a-
bordables.

En vente & la Boulangerie La
Poste, Grand’Rue.

Simples
Haitienne

Par Niniche

A

ABRICOTS AU JUS.— Jeter
dans Veau bou ante, des lamel es
u#abricots. Laisser cuire un peu.
Les retirer avee Técumoire dés
qu’elles remontent = it In surface.
Les diesser, dans un
bol; les saupoudrcr abondam -
ment de sucze, d'une poussiére de
muscade, ajouter du jus de atron,
Mettre & macréer au 1éf igéra-
teur et servir bien frais..

.



ABRICOTS EN CONFITURES.
-— Les peier, les couper en lamel-
les, les peser. Mettre d’abord
dens 1a casse-ole une tasse d'eau
pour une livre de fruit et une i
vre de suere. Ep'cer avec can-
nelle, museade rapée, ruban d’é-
co ce de citron. Commencer la
cuisson sur un bon feu d’abord.

puis en diminuant. Ajouter le
sucre. Laisser cuire.

(A suivre) ,

. 4

° i ?

, * t

z

;

;

2

SARS on EXCISION A







¢



é
L'historique capsule Ualpallue qué a folt 10 tours sur Vor
bite de la lune est retournce & son constructeur le North
Americus Rockwell en Californie. Durs le fond on voit
wane repliqae de fu fusce Satiane 4 yer traté mia de capsule
en vrhite, Butretenps a Cap Kennedy, ta machine d'Apallo

montee xp oun Proeteur yeont est condaite cers sa ranpe
de Teveemest of ele subira des fests ev cue du vol hap
waiu aetoir de le tesre fe os Beerier.

:
i

Le Réy. et Mime Roberts



(Suite
TEelise Methediste odes Bints: de Duvatier soit charge de sov-
Unis membre influent de da «Me yenirs qi Vous Terunt — anmer

davantage le Gouvernement, Son
Chef et le peuple haitien. Merci.
Port-au-Prince, ce Y Janvier

thodist Conference».
Sa ca rere comme evan lisie
moderne n'est dépassce que par

celle du Pasteur Billy Graham, 1:04 /
son grant ami. Georges J. Figaro
Ti est le Président fonditeur Maire de Port-au-Prinee.-
de Oral -Robe. ts) University - de .
" ae : Le Reverend Oral Roberts

Tulsa, Oklahoma. Cette universit¢
fonde if y a quatre ans, a coute
21 omidlions 500 mille dollars,
Tl projette de Pagrandir pour en

vepondit: au Mavre Figaro :

Nous seummies heureux de
Vhonneur, du geand honneur que

fai-e une universite de 50 nullons Jo gouvernement du Président
dp dotlars pour aider les 6tudinnts jjyyalier et vous nous faites.
necessiteux, C'est aussi un honneur fait a

Le Reverend Roberts a profes-
sé avec succés comme Pasteur de
VEgise Methodiste.

Il est le pere de quatre infants
et. a deux petits enfants. L'un

Dieu, car c'est en son nom que
hous sommes venus. Prions pour
qu] bénisse nos oeuvres.

Apres ces paroles du Révérend



de fs, Richard, maiié al » Oral Roberts, Vimposant cortege
a six schiaines, est arrivé dans le motocyclettes en téte, s’ebran-
groupe avec sa femme Patti. la en direction de lAvenue

Rechard et Patti sont en June Jean-Jacques Dessalines pour
de miel, - faire un grand tour dans la ville

Le Pasteus Ora! Roberts et sa avant de se rendre a El Rancho.
femm.: Evelyn, et les commer- La visite du Révérend et Mme



gaunts industricls Walter Block et Oral Roberts et du World Action



William M, Doiy, tous les deux Team en Haiti donnera lieu a
Membres du Conse!l des Régents une sé.ic de manifestations de.

de VUniversite Ural Roberts, ot Vamitieé haitiano- américa:ne.





Mesdames Leslie Inez Lusk © et Chaque matin de 9 & midi, il
Nona 8. Askew font une y aura a Eygise Meéthodiste ue
etoisads dans les Caraites avee Purt-au-Pince un seminaire pour






Jeur Gquipe d'action mondiale les pasteurs de toutes les croyan-
(World Action Team). ces. Ce se.a une session «’ensei-
Avant de venrien Haith, @U- enement qui sera tenue par — le
“niversite Oral Rubetts avait a= | Revérceni) Oral Roberts.
vite oo Teles PAmbasscdeus Hy aura trois soivées le 9, le
Maiti a Washington, M. Artiaiy oye et Je 1) Janvier at. Stade
Bonhomnie qui a cu i prononcer Sylvie Catur, Ces soirses qui
une obrilante contéevence pour serunt des mMectings fe igieux
mettre Faccent sue la politique commencecont a 7 heures.
© prorres soci seideni ¢
Vie ed eta Tineteus ain Palats National, la Chorale

presenfera un concert ei
hommaye au Président et
Mise Dacalier quit offri ant
reception en Uhomneur da
Reverend et Atme Roberts

France s Duvalier.

Le Malice - Purte

George J. Figure

pyesenute les clefts de la Ville a
TRisteur Oral Roberts

ee

*
Le Pasteur Gral Roberts







el
eo de . L fteerts . .

. L: President te Oral Remorts con groupe opasserent in cing
Unives.ty, aecompagne des jours,
femme ct de sun eatiipe ie ete Une brillante reception sera
regu nu Pond pennt ae . eRUCS offerte en leur honneur vendredi
Jean Jac “Mes Hessusinn = vi Some eae au Palais National aprés le
maoobar te Maire President de once te la chorale en hommage
ja Commission Communile de yp csident ei Mn Francois
Port-au-Prince, le Pocte-Matve fyayetier
Georges do Pigazo, qui Iai Nous leur souhaiton? la pilus
souhaita da bienvenue en lui a ardiale bienvenue



remettant les cies de ja Ville = .
. . FS a ubetin JOLICOEUR.
Reve end Pasteur,

, Auonom de S. BE. le Président
h Vie de la Republique et de Son
Gouvernement, au nom de la Ville
de Port-au-Prince ef de son
Edilite, je suis heureax de vous
souhaiter ainsi quia Mine Roberts
la plus cordiale ct la plus chaleu-





relse des bienventies.
Cette vis te qe vous erfectuez Culliver-cous, (dimusez-
a i! ws L.
en Haiti: ore de soleil} et du Fi tye
SoUTire, va Vous mettre en somtact Z 4 BE, ‘

plus élroit avec le peuple haitien,
avec seS aspirations, avec ses
efforts ves une organisation
sociale mvileure. Votre séjour
vous initivra a ce peuple boitten
qui accueille toujours avec son
ame ccux qui Painient et | Valls
étes de ceux-la. Mt vous verrez un
peuple - qui se consac.e des
oeuvres de paix et de civilisation,
scus Végide d'un éminent Leader,
SE. le Dr Frangois DUVA-
LIER, le Genial Constructeur de
la Nouvelle Haiti, UHaiti de
Vhonneur, de ta grandeur, de la
spirituahts. :

Le Gouvernement ot Pedi ue
de Portcau-Prin s ont voulu don-
ner a cet accueil une signification
amicale. Et ils en sont satisfaits.
Aussi, me fais-je avee enthousias-
me Vinterp.¢te de la population
de Port-ausPrince et de son Ad-
min stration en vous remettant
les clefs dela Ville. Port-
au-Prince, A Vimige de sa baie
mujestueuse et enveloppante, vous
ouvre son cocu et ses bras, Vous
Ges ict chez vous.

Que votre séjour dans Vila i

i oyvz

it

EFREN ZIMBALST JR - WALTER PIOGEGN
CELESTE HOLM - TELLY SAVALAS
SUSAN STRASBERG



Carnet Social

Hier ramenait Vheureux anni
versaire dune fidéle lectrice de
notre journal Mile Sonia Chery

‘Nous profitens de la circons
tence pour présenter i notre
-eharmante amie Sonia nos voeuc
de Bonne Féte et d’Ad Multos
Annos,

Ce soir a 6
I,ENNEMI No.
Entrée Gdes

:

Le Francais, tel qu’on...

‘suite

jai UN COFFRE-FORT,
est DU VIERMICIELLI, il ma
fait DE ViIFS REPROCHES,
UN ELOGE FLATT EUR (nais:
UNE LOUANGIO EXCLESSE.
VE), prenez-moi LIE PEIGNE, il
a fait UN FORMIDABLE bi-
CLANDRE, UN MANQUE de
fermeté, de sang-froid, de legi-
que, vayez pusser un, satellite
etc. ‘Quant aux mots doat te
sens change suivant article, les
reteniy dans des contextes appre
priés : la manche de la chemise,
le munche du couteau; un livre
relié, une livre de*suere, ete...
Deuxiéme régle pratique : Pré-
servyons nos enfants, nos tout pe-
tits des fausses delinitions, des
erreurs dé& base souvent irrépara
bles, Corrigeons par exemple
dans Claude Augé cette fausse dé
finition de Varticle : «l'article
est un petit mot qui se place de-

ceci

vant? Je nom ET QUI EN
PREND LE GENRE ET LO

NOMBRE». Non, dans Vétat av
tuel du francais, l'article N‘
PREND PAS le genre et le ne.

bre du nom, c’est Ini qui DO?.
NE au nom son genre et son nen

bre. Dixons & nes enfants : Tor
ticle est un petit mot qui se pla-

ce GENERALEMENT devant le
nom —-ear il se place parfoi, Je
vant un adjectif — et QUI LU!
DONNE SON GENRE ET SON
NOMBRE. Bourbaki a fail sou

entrée en classe de Ge, il est bien
temps que Saussure — s’installe
nussi dans nos classes de gram-
naire et méme dans nos classes
élémentaires.

li— QUELQUE CHOSk DE
BON, DE BEAU,

DE NAVRANT, ete.

Puisque nous purlons du gen-
re, c'est peut etre le moment dat
ticer Vattention sur te groupe
«quelque chosey. Si le mot «eho-
ses se fait preceder des articles
eféminings la ou une, le groupe
«quelque chose» est un pronem
indéfini, qui peut passer dans la





classe duo nom, mais pre de
Varticle «masculine un (ef. Vex-
pression populaire eun petit

quelque chose. Pour vous fanu-
liariser avee l'emploi’ no. mal de
«quelque choses, reprenez autant
de fois que vous le jugeres neces-
saire les membres de phrases sui
vants ,
Quelque chose de
Quelque chose de beau.
Quelque chose de navrant
Quelque chose Wexaltant
Quelque chose de vilan
Quelque chose de fou.
Quelque chose de certain
Quelque chose de faux
Quelque chose de serieus
La mene remarque vaut pour
egrand choses, dans «Pas yrand-
choses, «peu de et autre
choses, quiil ne faut pas confon
dre avec unc autre choses
Peu de chose a été dit ou fait
(Grevisse)
Pas prand-chose
-(Grevisse)
Pas grand-chose d’exaitant.
Autre chose a cte dit.
L— POUR «LIBERER UN
PAROLE CAPTIVE>
Le role duo g.ammuairien n'est



hon.



CHOSE >

de nouveau

ik

pas d. formuler des inte. dits, ib
est, au contraire, de Hhérer une

parole captive, cest A dire d’e-
xalter chez Véleve la creativite

Inguisftyue, Ta Sprachk aft, di-
sait Hudiboldt:. Cette phrase ti-
ree dut article de M. Pierre



Kuents pubhe duns «le francais
aujourd hts (Juin 1968) ma
inspire Videe de yous presenter,
ce soir et dang mes prochaines
émissions, quelques expressions et
tournures traneaises si simples et
meme si familigres que yous au
riez peut-ctre hésité a les utili-
ser, Cependant eles ont toujours
de nombreux et selides parants,
to) Les orcilles me cornent
eon parle de mois.

Cette teurnure, donnée comme
familicre, est bien rrancaise, Ne
la boudens pas uarce qu'elle 2
6t6 fransposée en créole

«Les oreilles ont da vous
ner on oa souvent parle
yous», Dictionnaire Robert,
corner.
ePlait-il?
cornent.> Mal.







cor-
de
sous

nie
Ma

Les oreilles
Feole des

—SAADDIAD aE NPILSIL A LAL CLL ACP?

Pour vos enfants, pour vous mémes et
. dais votre Foyer

UOUuSs, renseignez-Vous

JOHR SALES CO cous propose
dca films court métrage de & mm.
- Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
DON MOHR SALES CO.




au
14
B

TECHNICOLOR

AU REX THEATRE

h. et 8 h. 15
1 DU F. B. 1.
2.50 et 4.00

ris, [, 3, v. 279,

«ll faut done que les oreilles
n’nient cornés, Mol. Malade ima
winaire, LI, 9.

«Les oreilles ne vous ont-elles
point éorné depuis que j’ai ici no-
tre cher Corbinelli, et surtout lo
reille droite ? car c’est Voreille
droite qui corne quand on dit du
bien», Mme de Sévigné, 304, 18
sept, 1672, aitée par Robert.-

20) Le noir : «Pobscurités. Ce
sems est attesté par Mauriac :

¢Au salon, Thérése était assi-
se DANS LE NOIR. -Des_ tisons
vivaient encore sous la cendre».
(Thérése Desqueyroux, X).

«ll prit la lampe, son b. le-
vé éclairait la nuque de Thére-
se : «Vous ne montez pas enco-
re?» Elle ne parut pas l’enten-
dre. Il sortit, la laissant DANS
LE NOIR». (ib. 1X). Tl est aus-
si attesté par Roger, Martin du
Gard, Albert Camus, André Gi-
de. De chacun de, ces derniers au
teurs, je donnerai un exemple
«Le petit, qui fait semblant de
dormir, mais qui écoute tout, l’o-
yeille tendue DANS LE NOIR...
retient son souffles, (Les Faux-
Monnayeurs, ITT).

«J'ai mal. la téte. Je n’ai pas
faim. Je voudrais m’étendre dans
le noir».

(R. Martin du Gard, «Les Thi
bault, I, 2, p.
mard:

«Les escaliers restaient pion-
g@és dans la nuit Rieux haus-
sa les épaules pour lui-méme,
dans le noire. (A. Camus, La
peste, p. 104, Le livre de poche).

Mesdames, Mexsicurs, je vous
remereie de votre attention et je
vous bonsoir, 2 mereredi
provhain





.
ais
’

Pradel POMPILUS.



iy
La Chorale de c
-ORAL ROBERTS ‘
UNIVERSITY» OFFRE UN
CONCERY AU PALAIS
NATIONAL

Veminent Pisteur Evangélis-
te nord aniéricain Oral Roberts
qui se trouve actuellement en un
séjour de Mission en not-e pays, se
fera Je plais’r d‘offrir un grand
Concert au Palais Nationa] avec
la participation de la Chorale de
VUniversite Oral Roberts.

Cette manifestation artistique
ct cullurelle, plecce sous le haut
patronage du Président a Vie de
la République et Mme Frangois
Duvaler aura lieu demain ven-
dredi 10 Janvier & 6 heures p.m.

a Situation au
ud Vietnam:
(Suite)

decru et

mie avail sensiblement
que les pertes américaines au
cours des huig derniers jours

(101) avaient Gi¢ les plug faibles
depuis Octobre,

Les troupes communistes — se
sont borneées a effectuer des tirs
de nuit sur deg positions alliées,
d'attaquer pendant l’obseurité des
avant - postes et de lancer des
raids de représailles contre des
Villages qui métaient pag défen-
dus. Pendan, le jour, les troupes
miliges n'ont eu que quelques es-
earmouchcs avec de petites for
niations v.cteong mais elles ont
découvert, notamment au cours
de Ja semaine derniere, un nom
bre croissant de cacheg d’armes
ct de munitions: tout cela prou-
ve que l'ennemi refuse délibéré-
ment le contact et ,refuse méme
de protége,; ses réserves. L’expé
rience a montré aux américains
gue les communistes adoptaient
cette tactique quand leur but es-
sentiel était de procéder a de lar
ges mouvements de troupes.

Cela semble étre le cas pour
la troisieme zone tactique, une
larze bande de terrain boisé, al-
lant de la fronti¢re Cambodgien
ne A la mer: c’est a partir de Ja,
selon les centaines de documents
saissis ef les déclarations des pri-
sonniers, que devait étre lancée
l'attaque de Décembre contre Sai
gos et cust li que la plupart des

cscarmouches actuelles se dérou-
lent. Les américaing ont accro-
ché hier un groupe de nord-viet-
namiens & 30 kms. au Nord de
Saigon. 27 soldat, nord - Viet-

namiens ont été tués au cours a¢

ce violent combat qui a duré qua

tre heures. ,
Les troupes que les soldats a-

méricaing et sud - vietnamiens
ont’ rencon-ées au ¢ our s
de ces accrochages étaient

des pelotons de reconnaissance ou
les guides Vietcongs de soldats
nord - vieinamiens. Ce sont les
éelaireuis de plusieurs divisions
nord - vietnamiennes, dont on
affirme qu'elles effectuent un
mouvement fournant en direc-
tion de ]’'Ouest, du Nord-Ouest et
du Nord de Saigon afin de pren
de position pour une éventuellé
poussée verg Ja Capitale du Sud
Vietnam. Une division, la MBAO
tenterait de prend-e position pour
se diriger ‘vers Saigon par le
Nord’Est, et deux autres au-
rajient Vintention d’avancer vers
Ja Capitale par le Nord. Toutes
ceg divisions évoluan, dans la
Jungte, sont difficilement répéra
bles et leg premiéres indications
sur leurs mouvements me remon
tent qu’a dix jours.

1.a diminution soudaine
nombre des escarmouches au
cours des dix derniers jours
doit-We inciter A penser que les
troupes communistes one renon-
cé a, leuvy plans, soit en ratson
des patrouiles renforcées de six
divisions alliées dans cette ré-
gion, soit parce qu’Hanoi a dé-
cidé de ne pas atiaquer leg gran
des villes, afin de respecte; un
accord qu'il aurait pu avoir pas
s¢ avec Washington. Faut-il pen
ser au contraire que l’adversaire
se trouve en difficulté, ? Person
ne ne peut & Vheure actuelle ré-
pondre & cette question. °

A Vendre
Chevrolet 1958
Parfait état.
a 29 —— Chemin des Dalles,

du

23, Edition Galli- .

,lementaire traditionnel sur le sys-

AU FIL DES JOURS...

suite

sil, son mai, M. Hendrik Ver-
wany Consul du _Brésil, son ma-
ri, M. Hendrik Verwaay, et ses
enfants Monica et Hendrile Ver-
waay Jr.

DIVERS

..Le succés du spectacle spe-
cial présenté par les artistes de
la Compagnie Jean Gosselin au
Barbecue dansant du Sans Souci
a eu ses échos partout dans la
ville. .

JL va sans dire que le spectacle
de Mardi prochain. attireia toute
Ja foule de gens qui regrette de
de n’avoir pas ass.sté au premier. .
of ‘on remazquait tant d’artistes
et d’amnateurs du beau e du bon
dont le Docteur Férére Laguerre
et sa charmante femme Virginia
de Toronto en compagnie de M.
Harry Von Wolff, Manager de
Castel Haiti et M. Fred Wosl-
ley du méme Hotel et tous. ceux
que nous avons déja cités.

"xX XX +

_.. Le jeune Richard Mourra,
fils du grand conimergant Fouad
A. Mourra et sa distinguée
épouse née Télémaque a mis fin
Aoses vacances en prenant Vavion
dimanche pour retourner au Car-
dinal Farley Academy ot il
poursuit ses études classiques.

Ila été conduit 4 Vaéroport
par ses parents, sa jolie soeur
Linda et par sa grand’mére Mme
Paul Télémaque:r

xX X X

.. Lo Dr. Lueie Paultre
Sajous est rentrée s.medi soir
par le Volt 485 de la Pan
American.

xX X

XXX.

.. Notre charmante amie,
Mme Carole Malval Hollant, ar-
rivée le 2 Janvier pour rejoindre
ici ses enfants Caroline et Ti-
Claude est vepartie mardi soir
pour Puerto Rivo.

Elle nous a parlé avec enthou-
siasme de sa rencontre avec le
Maire de New York, M. Lindsay
au cours de la eéramonie de Pres-
tation de Serment du Gouverneur
Louis A, Fe.re a eu Lindsay com-
me voisin a la céremonie.

xxx‘

Mme .Iphigénie Nassar
Louis-Charles, charmante femme
du- Dr. Ruy Louis Charles © est
retournée lunci a Philadelphie.
Mite a été saluée a Vaéroport
Prangois Duvalicr par son frere,
notve and Ludovie «Dodo, Nas-
sa.. Mlle vient dé passer. dix sept
jours ici avee sa meéra, Vve Elias
Nassar au Cap et avee Dodo et
sa famille a Pott-au-Prince.

Partie dict depuis 1956, Iphi-
genie avait’effeetué son avant
derniere visite ici en +1908. Elle
nous a dit son regret de n’avoir
pu satuer tous ses amis. Aussi,
cHe nous a prié de leur trans-.
mettre tous ses voeux de bonne
et heureuse année 1969.

x xXx :
Mireille Derneville,
de notre estimable



... Mile
gentille fille

ami William «Bibis Derneville et
Mme née Cambronné, est repartie
lundi. en compagnie de son amie
canadienne Chantal Terrien aprés
trois semaines ici. Mireille étudie
la technologie médicale A Mont-
réal,

_ xxx
_ Le jeune William Brandt,
fils de YVindustriel Clifford

Brandt et de sa distinguée épouse,

née Paquin, a repris l’avion
Jundi pour Montréal. Bill, aprés
dagréables “vacances avec ses

parents, ses fréres et
retourné h ses études
Bréboeuf.

soeurs, est
au College

xX xX 6
Le Professeur Georges
Bayardelle est rentré lundj matin

par le Vol d’Air France venant
de San Juan.
xxx
Le jeune Carlos Rafael

Tercero, fils de )’Ambassadeur du
Guatémala, D.. David Tercecro
Castro a pris Vavion lundi soir
pour Guatemala City ot il est allé
combiner travail et études a
VUniversité du Guatémala,

Il a ete cwhaudement~ entouré
par sa jolie amie, Mille Klena
Suarez, par son pére, son frére
Eduardo, par ‘Ambassadeur du
Mexique et Mme Humbe to Mar-
tinez, par M. Oscar Suarez de
VAmbassade argentine el Mme,
parents d’Elena, par M. Cesar
Bonilla de |’Ambassade guatémal
teque, pa. l’expert statisticien de
VOMS, Dr. Julio Per:oie et Ma-
dame, par l'Ingéneur Silva de
YOMS et Mme, par Mlle Céles-
tin, Michel Célestin et Lebrun,
par l’‘Ambassadeur de Colombie,
Dr. Carlos Torres Poveda, sa fem
â„¢me et enfants et par le Ministre
‘Pierre Chavenet, Assistant Chef
du Protocole. .

...Le Révérend Larry Prast de
lEglise du Repos Céicste de New
York a été accueilli lundi soir
par le Révérend Carlyle Spitz de
VEglise Episcopale,

x x x

...Mme Victor Papillon, intir-
mitre a Chicago a .epr.s lavion
lundi soir apres d‘agreables va-
‘ances dc fin d’année avec son
mari, sa jolie fille Nadja, son

fils Errold. Elle a été saluée a
‘Vaéropors par ces derniers, par

son compere, M. Mere Henry,
Comptable en Chef 4 Office Na-
tional du Tourisme et un grand
nombre de parents et d'amis.

...Le Dr. Georges Piguet, chi-
rurgien de Lausanne, Suisse et sa
femme Moreschina, arrivés lundi
soir ont pris logement au Sans-
Souci.

xxx

...Mme Geralda Arty Domini-
que nous a annoncé qu’elle par-
tait mardi soir pour Paris avec
sa jolie fille Azou. Elle était par-
tie au debut de decembre denier
pour Montréal of elle a été cher
cher sa fille Martine. Cette char
mante compatriote espé.e reve-
nir dans quelques semaines,



L’ Actualité Internationale

LE LIBAN SAISIT L'OACI
MONTREAL (AFP)

Le Liban a demandé la convo-
cation dune Session Extraordi-
naire du Conseil de l’Ocganisa-
tion de l'Aviation Civile mterna
tionale (OACI) pour eétudier le
diftérend’ Libano - Israélien 4 la
suite de Vattaque de l’Aéropor!
de Beyrouth par un Commands
israélien, annonce-t-on jeudi au
siége de Organisation a Mon-
tréal,

Le Liban réclame ja convoca-
tion de cette session pour que k:
Conseil de VOACI examine Vin-
tervention récente des forces ar-
meées dIsrael a VAéroport inter-
national de Beyrouth et la dcs-
truction au sol de treize appa-
reils civils.

Selon Varticle 5 de la Conven-
tion de Chicago de 1946 de I’A-
viation ccivile internationale, le
Conseil de VOACI doit examiner
toute question dont il est saisi
par un état contractant.

Israel a été invité a partici
per A cette session extraordinal-
re qui doit s’ouvrir le 20 Janvier
a Montréal, Les délibérations se
dérouleront a huis-clos.

xxx
LA POSITION CANADIENNE
VIS A VIS DE L’OTAN

LONDRES, AFP.—

M. Pierre Trudeau. a une fois
de plus marqué aujourd'hui sa ré-
serve i V’égard des engagements
futurs du Canada vis a vis des
Alliances Militaires de gn pays.

Parlant devant 500 journalis-
tes des Associations de la Pres-
se Etrangére et du Common -
wealth, il a en effet déclaré que
son gouvernement renouvellera
pour un an ses engageinents A
Véegard de YOTAN, mais qu'il ne
pouvait, & I‘heure actuelle, don-
ner Vassurance que ces engage -
ments seraient reconduits aprés
cette période,., Le Premier Minis
tre canadien a rappelé que la po~
litique étrangére du Canada su-
bissait actuellement un réexamen
fondamental a V’issue duquyel cet-
te politique serait définie.

Le Premier Ministre Canadien
n’a donc pas levé Yambiguité qui
pése sur ses intentions a Vé
gard de VOTAN et qui continne
de susciter des appréhensions
dans les milieux politiques bri-
britanniques.

Dautre part, M. Pierre Tru-
dau a été ‘Interrogé sur l’éven-

tuclle instauration d’une réfor-
me au Cé@nada sous son Admi-

nistration. Il a répondu en sou-
riant: Cela dépendra du temps
que je resterai & mon poste. I! a
ajouté qu’il était exclu que cette
éventualité se présente au cours
des quatre prochaines années.
Toutefois, a-t-il dit, Ia constitu-
tion canadienne étant elle aussi
réexaminée, les options demeu -
rent ouvertes pour l'avenir. M.
Trudeau a précisé qu'il ne pen-
seit pas que le peuple canadien
était préte & se diviser sur cette
question principalement symbo -
lique. Enfin i] a laissé entendre
sa préférence pour le systéme par

teme présidentiel de type améti-
cain,

A légard du Moyen-Orient, le
Premier Ministre Canadien s‘est
borne a rappeler le point de vue
de son Gouve.nement, seion le-
quel Ja Mission du Dr. Guannar
Jarring, meédiateur de lONU,
comporte les plus grandes chan-
ces de parvenir a des resultats
satisfaisants. Il a& ajouté que la
souveraineté de tous les Etats
doit étre respectée et que ]’em
ploi dé la force ne pourrait en
aucun cas mener 4 une solution.

Enfin, comme on, lui deman-
dait sl, au cours de ses entre -
tienst avec M. Harold Wilson, il
avait évoqué la question de la
prédominance américaine, notam-
ment dans le domaine économi -
que, M. Trudeau a répondu par
Paffirmative, ajgntant que devant
Ta e technologique des Etats-

niss"H ne semble pas qu'il existe ’

de réponse automatique.



Pharmacies assurant

le service. cette nuit.

Jeudi 9 Janvier 1969
ST RAPHAEL
Carrefour Feuille
MARIE CLAIRE .
Rue des Fronts Forts



Carnet Social

Hier 8 Janvier ramenait le ja
yeux anniversaire de naissance
de la gentille petite Marie-Mar-
garette Francois.

Nous saisissons cette occasion
pour ajouter aux nombreux voeux
de ses parents, les notres sincé-
res : Ue joie, de santé et du suc
cés dans ses études.

Ad multos annos Marie Marga
rette |



Les Sandales «APOLLO» s'enlé-
vent yapidement; Ile Cordonnier
hien connu Maxan MERAN tra-
vaille jour et nuit dans le but de
satisfaire son enviable Clientéle.

Adresse Rue du Champ de
Mars No. 82



LE MISANTHROPE ~



(Suite)

serait mortelle A pyeve échéance,
ne pouvons nous efoire que dans
certaines occasions, il y a en nous
un Misanthrope prét & se drez-
ser ? :

En effet, quand 4 un certain
tournant critique de notre vie,
nous voyons un flot tumultueux
de petites rancoeurs, de petites
jalousies, de petites envies, de pe
tites rancunes, qui nous entou-
raient & notre insu, monter dans
un sinistre bouillonnement, quand
nous voyons les principes s’écrow
ler et les caractéres s’effondrer,
quand nous voyons la honte s’al-
Hier & Vaudace dang le rictus du
mensonge, et quand les baisdes
deviennent de simples masques

Mudeleine Gan

Pierve Liate ef
e

pour Wultinivs tridiiseis
autre attitude prendre

du relus ue colnprolMmisolul aye
cette realie, cere realite qui
n’est peut étre que celle d’un mo

Hue volte



DECES

Nous annonguis la triste neu-

venue ue dae Uivre de wr Leonce
Kerreol ull barriain su.veuue te
mercredi ¥Y Janvier a Lilo ho pin

en Sa Pesidesice a la Lue avlacusuur
apres une Jolgue eb douloureuce
Maladie .CHredeniemenb SuUppor-
tée, :
Nous présentons* nos condulean
ces & ses lis i AL Andre berreol
et Mme Malterre Ierreul, a son
beau-tus Murat Hercule
A ses neveux el nicces
Mr et Mme Guoetave
et enfants, Mr et Afme

Ferréol
Maurice

Walme et cnfants, M. el Mine
Anton ‘Typpennauer ect entanrs,
je Dr et Mme Wiliam Drice et

enfants, M. et Mme Joseph Da
masse et enfants, M. et Mme Ko
ger Drice et entants, M. eb Mme
Gabriel Germain et enfants, M.
et Mme Franck Germain et en-
fants, Mélles Rolanue Germain
et Carmen Germain, M. et Mime
Elie Louis et entants et a tous
jes autres parents et allies.

Les funeérailies de Mr Léonce
Ferréol seront chantees en ['I:-
glise St Joseph le Vendredi 1
Janvier a 4h p.m. Le Convoi par
tira de la maison Paret - Pierre
Louis dot le corps sera Cape
des 2 h pm. et Vinhuimaton se
fera A la Croix des Bouquets,



L’Ecole Technique
de Cosmétologie

La Direction de I’Ecole Techni
que de Cosmeéclogie annonce
Youverture prochaine de la SEC
TION. Dis COURS PRATI-
QUES ACCELERES DE SOINS
DE BEAUTE. 4

Les Inseriptions sont recues
chaque jour au local de Fistue
blissement, 938 Rue Pavee, & par
ti: d8 bh. 30 du matin. Eile rap

pel duc des bourses de perfec
tiunmmement aux Etats Unis d’A

micrique seront accordces, au lau
réates, a la fin de l'année acadé
mique,

3 Janvier 1969

LA DIRECTION.



Les Anciennes
éleves des Soeurs
Salésiennes

sont convoquées ce dimanche 12
Janvier A 7 ho am, pour lew
réunion officielle.

Comme toujours, une
sante loterie apportera une
de gaiet«.

Priere de ne pas

Ne pas oublier
annuelle,

*
intéres-
note

manquer,
la cotisation

SKE ERKSERS EE”

Le Rond Point Night-Club

Samedi 11 Janvier
DINER DANSANT

Dés 9 Heu

Tenue de vill

res P. M.

e de rigueur
By

’

Admission $ 2.00 Dollars

MEENA ESS SSESSSES EES SSSA SS ELAS.

;



quelle

ment, mais d’un moment qui nous
laissera marqués toute notre vie?
Alors, pour une durée ‘de temps:
indéterminée, ne sommes - nous
pas, ne devons-rious. pas Gtre -des.::
misanthropes, et préférer encore
le «déserty plutét que d’aceepter
la flagrance des mensonges répé-
tés ? :

ll y a un misanthrope, c’est-a- .
dire un honnéte homme, qui som
meille en chacun de nous. Et le
Misanthrope de Moliére, c’est ce
‘quae chacun de, nous peut avoir
qui dit + «Dites-moi la vérités.
En passant, et dans un ordre
didées moins dramatique, il est

fs ou sera un jour, un homme

ne dans les rales ‘dAlceste et de
Céliméne du Misanthrope -

assez curieux el assez amusain
de sarreLer UN Mislale sur te La-
meux sonnel qui provuygue = lp.
brousdle enere Aicesie EL Cronle.
Il ne peut guere y avolr de dou?
tes sur des tuventions de Jautear:
Je sonnet d’U.onte est ridicule ei
Alcuste a raison de le tur dire,
_ Mais if avrive que ce sennet con-
tient Pune des phraces les plus
saisissanies, eb qui rend le mieux
la situatiun de Vamani trempé
«on désespere alors quien espere
toujours Molicre a voulu taire
un sonnet ridicule : son weuie ne
le lui a pas permis. . .



Nous Ne puuvons ilthiginer Un
Alcesie melueur que’ cuiur Cree
hier sou par Pierre Livi. Son
personnage est saisissanu de ve-
rite, de convicuion, d mdgldalon,
C’est Alcesie, cue ne peu elie
qu’ Alceste et on ne peut Tieux
on juger que pac jes sous qu'il
eveule dams Nuire propre coeur,

A ja conterence de presse aon-
nee par la Compagnie dean Gosse
lin a Vinsticuc brangais, Made-
femme Ganne avuuait avoir peur
du role de Celimene, Nous som-
mes heureux de lui dice que sa
peur n’etait pas fondee. ll y @
certaineinent plusicurs — Yagons
dinterpreter le role de Ceélime-
ne, mais la signne se tient, et-a
éte tres satisfaisunte,

Robert immuich dans le role
de Philinte, a été tres bon, et
nous avons retrouve avec plaisir
Jean Gosselin dans le réle
VOronte, quil a tenu avec 8a
verve habituelle.

Le Misanth.ope était peut-étre
la meilleure picce avec laquelle
la Compagnie Gosselin, pouvait
débuter la saison, suison qui,a en
juger par le choix des pieces et
ce que nous avons pu voir des
acteurs, promet d@’éire des plus
“brillantes. .

Jacques LARGE,

Lettre Ouverte de
remerciements et de

(Suite)

li¢remens et ol jai une installa-
tion commerciale, a Jaquelle j’a-
vais investi $ 4.000, je ne pouvais
me luisser déloger avbitrairement,
sans que lTobjet de la plainte
wait suivi une procédure légale.

Je Vous remercie, Excellence
de ‘navuir sauvée de l'arbiurai-
re, et peut-élre Wun sert tragique
qui me fait frisonne, a la seule
penséee; je Vous :emercic, aussi
de me rappeler que fidcle aux
idées .- forees de la Revolution,
Vous voulez une justice pour
tous, @ toug les niveaux des cou
ches sociales. C'est forte de cette
idee que j'ai peolesté contre “cet >
nxele auquel ces hommes ont vou
la Vous donner la paternilé.

Je naitaque personne, je de-

mande seulement justice. Il me
faut un temps lézal pour tirer
benefice des $ 4.000.- investis
dans cet hdtel cl réaliser mon
Capital, Je desire travailler en
paix et jouir de ta sécurité a la-
quelle ont droit tous eeux qui tra
vaiflent au développement indus
trie) et touristique du pays.
Vous remereie de mavoir
sauvee et de vivre libre soug le -
drapenu ngir eb rouge de Dessa.
lines Le Grand.

de Vous prie, Ikxcellenee, de
trouver dans cette lettre l’expres
sion profende de mon attache-
ment a Votre Gouvernement, A
Votre Personne et a Votre Fa-
mille et d’accepter meg -souhaits
de joie, de sucets, de longue vie
pour année: 1969.

Mme RACHILD SALOMON

Pension Royal Palms

Annexe La Belle Coquette

Avenue Charles Sumner No. 28°

,
ee







Full Text

PAGE 1

. ~‘bT'b~N LE PLUS ANClEN D'HAITI FONDE EN 1896 Qlrecteur Admini11tmtour : MAX CHAUVET Nu 27.717 Le Prsident .Duvalier accorde une haute distinction Mme le Docteur Anna Miller I.Tninn Mondiale des liitellec tu e ls ( U:111) _ dont _le sige cs_L ii f 1 nri:-: a offl!l't au Sna t Franais le \'L•ndr e dt 13 dece1nbre 196J un dim , en l'honne ur :l8 i, H/40 publia l es travaux d _ e Klber Jacob , Henri Terlong~ Frand : Durand, Etienne Charller, P ncc Mars; des pomes de Cad Brouard,' de Clmel!t , l\1?glo1re StAude des pages h tteraires de nomLrru~ jeunes crivains. Il mit . l'accent sur l'influence de l'E cole Histori c o {'ulturelle , , LES (; l{IOTS,, qui S<' prolong e j usqu, de nos jours dans le s domanl' S olilique e t cu1turel g ,ace aux efforts de son Chef de file le Docteur Franois DUV LIR, Homme d'Etat ~profon dment :,;oul.'ieux. d' ass urer atl peuple hn i tien un aven ir n1eilleu~ e t une pl8'.'e dign e de son pAsse . d,, gloire dans le cnncet t d~s nations civilises. La Revue d'Histoire et de Gographie 1\ utl ' L' lollal.HH'uteur, l 'hislorien llt ~ not"h Trouillo1 nous a fuiL le plaisir n t•otwlun• qu'ils ont :ih:111d11nn l'e proje t '! Lt '!-por ll'JlU1" ol1. militalre:-i nmi•rit'Hns rP:--t1.>11t prudl'nls mnis il:j n'apc•r -oi\vnt Jlas pour lt. i moment le•~ sigt•s :l\'illl\ eOUT l' tlrS orc ly. Trosch, !l' s Do cte ur s E. Vin ,e nt (BNHH), Mda 1 1 d ', Borde s. l ' Ag;r o nom e Fli x Rerrouet Ya ient tenu lundi soir une nion nu s il•gp du Dl•parH•m.-ill des Af faires Soeialcs en \'lie de Jlll'ttre uu point des dta i ls eon eernant Jt. Deuxi m e Co n g-d.• ~ !'! a tionnl du 1\avail qu i doit se ,e nir en cette Capi ta k au colll'!i rlu mois :d'A vril prochain. Comme on le sait l'initiative d ' org-anisalion de '-'<' tlt-uxi m c Congrs n , vienL au Clwf de la >Jation, le Prsid l' 11L Vit• dt la H<'pul,lique Dr. Franis lll' V A L1I 1 ; 1 ~, qui l'llt t'nd 'mellre un, 11uuvt1lh i fois t bran le le s sec teurs so ciaux <.'t intel l l.'("llH•l s du pays pour purv tnir la p1 om o tion de l'organisation J11 Tra\ il !--lll" le plan national. Le Francais; tel qu'on le parle .1\IPs1lan ,e~ , ,lt .s uis hlun ~ ux de vous rL'lrou \'t'I' J 1 l 1 l'Otill 1 de l{nllio-Jlaili cl de repr l'n dn, 11v ee vous lt dialo gue c.•omnw n<..•t'.• en L eemhn~ . Au fond. ,,,Lu• lalitud,• s'explique 11111 Je fail qu e le.; nom s dP cho:-w:-, et les nom s nh!'l trail's 1 1 . 'onl' p:l' . .:. de p t ~ n franais. On nou s li nppris que les n oms d'hommes et d ' .animnux rnlP s sont du ;;c•n n• maseulin el que l e. ..; noms d e fen 1mes et d'a nimaux feme ll, s sont du f6mi nin un ho1Hm e une femme; u11 h l'l',L;l' t ' u1w ht• rg-i •rP ll' munhand ......;,._ la manhand c ; le lion la limmc.:; l e Joup -Ja louvf :; le <'l'l'f __: la hielw; l e 111ou ton l a hrehis etc ... J\l ai s ce tte rparl ilion n 'es t J )as riirour e u ::. l' , Un ai:, st •i gn1nd nomlire de nom s . ..:ont tnujour :-; (\li du nul~tulin ou martyr, ln sentinelle, la victime, la r ee ~ue, etc .. Cer tain s non1s de g-ran , l e mon s tre; il en est de mm e ,ie beaucoup de nom ~ de pe tits ani maux : la mou che, la souri s, u11t' nlwilJ e, une ,l!'U p r . une fourmi, le pu to i s , un rH L i l e~t vrai qU C' pour ce df'rniPr mot, n1 e-:::. Clll} H lll'ill ' S ont l-rt! UII f ni1ln. qu ' il ~ apr,liqu C' nt aux 1 w rson 1ws 1lu :-:.1 . •xe faililP qui ont le 111al hl'ur d'lre lrnp l'Omplai sa nte ., . U n e nC'r::o n ne dt.! 111n connnbsa11t e l' e npl oiL• H\"l'<.' un at t nt !-,:}J l"ial <•n cli:--ant (IC ' {' st u1w ra te !>-\ l\1ai:-: <"'c:--l . l .111, c.r( !a lion A valt•LIJ' dr'prl•ciali, •', tlon l' affrl'li vc• el slyli s tiq1a• , ~ni n'a p pnrli, nl p a~ ;', la 1ung u, ou du rout a ntes C'OJnJll(' : l\-1adame le Con~crvnteur; Mndume l e d u t; M 1 \dam e l e Snateur ; Mlle .Tnnin e Pau l, docteur en mdeci ne; Madame .Te s sie Latour. ch, rurgi en dentist e. '(1uand > critique la dcision de De Gaulle l' , \ ,n s (AFI') tc pn• :: que enti~renrent sur l'ur ticle,le s marques dsin e ntiel les ne rcnse i g-nunt que dnns un nomb1 e limit de cas : t•c n'est pas parce qu e table, ehaise et ma ison sont du 1' mi nin que nous les fuisons prcder de3 nrticles ~~~fis 0 :m;t~~-:~~~:is ~:: st n1~fc 1 ~~~ te que nou s les faison s prcder des ar licl C's rc ri•gle prntique d gager de c c s urvol du probl n1e re , il a fait un e c olre, mai s dans : il C'st aokr e, c'est un adjectif et rlans : j e me re', c'est un v er be. Un p e tit mot (lU C l'art id e, mais un p e tit mot d ' un dynnmi~mt• ext raor d inairC', d'une lll!)Ol'lanl ~ e exr eptionne 11<', dnnt l'Pmploi irHorrC'c•t, ,lns~ (' ou d la sst• un pnrleur. Cnr c•e~t s<> dr"d11 ss er ()ll l! ti c 11< pus R a voir di r1• i't poinl i10111111 C'P s l lJ N CI GAT, Voil UN MO USTIQUE, (mnis : mw n10u~•diq11nir r ), _ n'ou hli e pas LE PARAPL111E, cPci t LE COFFRF., 11., la voil,11. iSuite puge 4 , col. 3) ADRESSE . No:212 ' , ___ , PORT-AU-PRINCE (HAITI) PHONES : 2232 2432 P. o. :eox ,: 1310 DJ !l JANVIER llHi:1 AU . FIL DES JOlTRS . Par Aubelin JOLlCOEUlt WlLLIAM REGIS NOUS PARLE DE JEUNES . HAITIENS QUI SE , DISTINGUENT AUX ETATS-UNIS Nig ht ssi~lanl ~Liag , , , ~~;e/ruo~sc~_'j\~1~;,i_-~;~;l l l ~ : , 1 ~ ~ rlans l'un e ' de ~ ~ c elion s . " sdl•t le?S de Ne \ V York. C'e st, nous dit Hill I:, , ;,:i,. Luni n repris l 'av ion pour lnlle situation pour lui. N~w York, notre estimable cornNous .Jiarlant de l'imp i .. ,ssion patriote et iami, William Rg i s. produite par Geo sur h:s 1.:11qd1:y(\ , li tait arriv ici le 29 Dcembre d'htels comme su , les chc, tt ? ~ 1 ~u;e;:.!tf,,e: ~~~/unratlleo de Ji!!i~e nt~~. ~!r :qt;u~uij•/~:J::M Bill, comptable, diplm de lais au Hilton et que des clients do l'Ecole Htelire d'Haiti, a Summit dcuuvraicllt que j'tai, membre du Choeur Michel Dhaitien, ils me parlaient de Geo jean, em,ploy !'Htel Ibo-Ll comme d'un dieu, Et mon profes oii il n 'a laiss que de bons aouseur 1'8colc o ,ie s uis des yeni;s. li est depuis quelques ancours sur l 'hte llerie me dit' que n ees a New York.li travaille ii lu Geo connait son mi•tiur la porChemical Bank Trust Co. A un feelion. , moment donn, il a la (.-to.nnaire ranadi i: )1 Jc scc 1 ,d11 D, cet artiste haitien, un criti au Castel Hniti. que franais rit : Claudette, infi r mii ~ r Q 1 t,, _S i : 11 s'avance pas srs , crtaire n1dicale t ! availl en au rythm e sensible e l ca denc ce,tte dernire quali t i , l'Hpitnl aVeC' de s bras qui s'a llon ge nt Notre Dame d e 1\lo nt r l ,. d. f lf , _ . -~ : e grand es mains qui parle1tt pass le s fts s contat'ls nl:n•s!iui 8 pour s 1 as su1er la purti dpu lion rhs org-anis a t . ions in1t• 11 la l.i11nult•H int l•n•ss(•p~ el Il' plu~ g ancl sucTl•s aux 1r avaux du Cong-ri ~:-.. Elle tit•nt dl'S n '. •u11iu11s lwhomadain•s au pu blie un (•dilorial qui, propo s ck• l '(•mbn r g-o fran(ais _sui' h •.s ar JJH•s tlt• st in{'.PS il 1, .. -1, . ll~I Hl' rnonln• amer l'l-~:urd dt!s jugpnwn t-; \lu Gtn ral De Gaulll' sur la , l i li qu e i s1 nlliennt• . IJI L ! Lie ;1e \'vil t ! Jl 1 :-. r ud qu u11 .tg T L 'S til'UI" it lJU do iV l'lll i.. 1 e l"L' fus t•s ks 1110y t:-de nuin.: CL l!l' co11:;id l' n•r se.-. vui::;in.s aralh .:.:, L:lll 11w duurvus d e toute attitude agre~ s ivl''! .. . Furce st bien d 'admctl 1 e, une foi s d e plus, la JHl l' l CXl ' l'SSIVC qui l'St f u ile, l ' E lys e, lu v o lont de presti ge et aux rnn l'oe urs personnelles. Le R.v. et Mme Oral Roberts Comnw Jh•i11trt.', ~ ,~ . , .. ,u \ ~ sont ac 1•pl1 c s au .\lu s t~ d o Philadelphie . Coup d'ns, aux profps8eurs et tous ceux qui s'int ressent aux que!-!1.ion!-1 envi:;;agi•es dnn s , ,tt e H,•vu,• si i Pn L ifique . LA RUBRIQUE DU TH~ATRE LE MISANTlIROP~ Pur Jacqu es LARGE Qu 1 e s lc 1 ~ qu'un Jlli s anlhropc '! L e mol ,: :-; l rbarbu~i( ~t il'n souvent par t< •ux itui, a1•mH d'unt LJoclriJ1e uu:;si" pui ss ank qu e ee llc de la Rvolution Du valiriste, sont placs pour faire s pectl!r la juHlice , t le •cl'roit. I l m'est a)!'r able rie Vou s rap pelct que l, ; s Sa l omon de Port d,-P uix Honl de s duvali ris tcs d'avant )!'arde du Norrl'Ou e st de puis l!J 5 i et continuenL d ' e por ter bien haut ln bannire d u Du vulirisme in!g m l. Votre ge s li de gnrosilc'• ~!uns l a soir e du 12 D cembre JfHi8 n'a pas libr une int'onnue, n1uis l'une de Vos enfunl s d e l'An ire Pn ys qui est prte Lous l es sacrifices pour le triomph e rie la Rvolu tion d ont Vou s H<•s le Chef. Je connais plus que per s onne ln rigueur de la discipline •d'uva lii ! ri st< ! , mais je connais aussi mond r oit en tant que duvaliris te. Ainsi. Ex ce lle nce, locataire d'un e maison que je puy c rgu(Suite page 4 col. 8) lJuJJs les colonnes voisines, M. PitTe V ia n sso u Pon le rcv: . l'n( sur l e Consei l des i'vlinislrcs -f r n 11 ub l t' BU lu veille et ins is te !-)1 J: le fnit que lu deision sur l'c1>1bar go et lu ckclnralion du Gou v"rm•menL 11' 0 11t pus dl,be ri• e s r.m Conseil e t il fuil at de pr o po s tenus pur certnin :-; M i nis lrr s, en pri v, sm' l'opp ortunit de ln mesure dci,l{•e pnr l e nral De Gaulle. Le corres pon dant par tic ulier du Monde c•n l sra el M . Andre Sl'h mnrna, dv!!loppe, dun s su pc he, le mcontentement de la Jll'<'Sse isrn(•liennc et la prudence tail rendu comp lP 1•r1 dC•couvrant lts eharm es tl'ILiit i qu'Plk a\aft mal arrangl~ voyage. Evclyn. No na Burnes Askew , l'une des X X X ... M . F.mmanud Stumpf, u, , , ~at brt:ii.li l! n, memhr , ~
PAGE 2

l'ltOHLl~M 1': N,, ,1 1 D m IV V Vl vnvm IX X 6 1 9 10 1 1 HORIZONTALEMENT 1 J Di•lovaul Prot;nm Nl•gntiun Il t'1111l les n•s111 , rlL• 1 1-,~ 3 EnJuir t, . Nu; Il' \1, Eteignoir, 10 . En•in(-e VERTICALEMENT l. Pnlsamblcu II. Eboulc1 : .Ill. S<"t; Akse IV . . Tre pied; Ir V. l~Tras; Ang e V i. Ain; Uni VIL Etendu e; On \'Ill. Ti: Er_.e; It__ IX. ~ot ; Ao; ]rn X. Antv.:hr ese. AU CAPIT()L . /)u Jeudi .9 au Samedi 11 Janvier 1969 6 H. et 8 H. 30 TILT A BANGKOK Un film policier cou[Jl'r le souffle. Eni re Gdes 2.00 et 3.00 L'At,;TlJALl'fE lNTEkNATIONAL~ LA l•'ltANCIC ET LE J\IOYIUN. l(Il~N'l' ln co111111u11Jcnllon u l 'U HSS 111 . cumpurlo JJUH do 11u11vu11u pl1111 do puix 11111i11 q1f,d,lu IIJIJHll'lu 111111 l'AHIS J\1"1' ru111rd1111iu11 nlilo il ln dlacllUHiun, Lu l{OIIVUl ' lll'IIIUIII. fr1111~11iH COii (1j1\ ( 1 ni.:11u-11 u, Hill' l'11p1,lic11Li1111 uldilru 1111 ' 11 o:. I . nq:unt d'111dr 1111 p1llq1w du ln ruHul11liu11 du Cun Moy, Ori, , 1 111 Hil1111l111 11 Hc il ,lu S(•l'lll'ltu du No\'l'lllbn , ':,'J,.:;•;:~r;~"'..,: :rj~;l;,•(:n:,.t:::,•;."'j,,::,; l (l:l/~;11111 1111 X proposJl . ion,; HOVi(•. irnlr11nw tlt• lh •yruul h ut lo d{•\'l : Liqut i~, dont. lu cont . cnu n'n JIHH lnppPnwnl dti lu ruiHlnneu pitltii (,t divul u{•, . un indique qu'ulll! :-. tiniuntH• .C'r: ; t ln l'Ollf 0 h1~inn fi . HtHJL Uil'H f11r111ule:-i d'aiuLH lu rC ro 11u Con:-wil d1•H l\li11itH1•s d1• :-,;olulion du Co1..;l'i1 do Sl'UJil nw1-c -t'd i mnl iu par h i (;l~nl•r ; d mnis qu'dlt ! S n't1Y1vi:--:ug-enl ttu'u1w ,Je r;nulle l't ~I. l\liehel Dcl1J1 ! tug1w y rt' ondl'a en tomps 11til1•, ll1i11isl.1e dP s J\ f i'n il'<' M Etrnn~i• . npplicn1io11 pnrLide i,t pnr r rs t t'llc (JU'oltt.~ Il C'XJ)OS ' (\ :l ln { ~ tapes lle do.Ullll'Jlt el. d'une prus,;,.• 1r lt• S"l'l'tnirc d'l~l.11t fo\on plus 11v1111tng,•use pour l<' s il l'l11forn111lion M. Jol'i Le Thnu 11r11IJl•R que J >our Israel. ConLruilf'. ' re111enL .lt certaines int'ormuli on~ , L'tmbargo Lotnl sur tr:-. fourni il n'y Pst ]JHs question do frnncturoH d':unn cs i't J:-;n11!1 e:-it cun :,:, i Lion:-; ,onlr e l snw l, ni d'un e con cU•r6 don \,'. cc eonlPxtl' c011lmt• Ulll' fn~nee d1. t-1 c1uutre g-rnnd:-1, l'l ~mc~un• d'uq.:Pn ce ~ li a H ,ld n1oins encore lle la 1 1{ion d'une d,~ croi t -o n sa voir 11 ! jour mm ::! force Ue p:iix t.w :(!e de ( o le Con s , il de a conling-c ts J'unrnis par ,eux-d. drnnn l 'unanimit l'allaqt w is rnlh•nnl' eont rc l'arodronn ~ dl' Qu:111t Ju 110: dlion de la Gra.1 B0v1oulh. c'l'st: i, ey lrndn ,, modi!~ 1965. . En honne condid o n . ~ at1r1. •s~o r fHl burenu au .JlP 11nl. n:il nu U:• li• p li n11 t. r nu No 55:J:t DUCO l' Age de l'Espace Pour tre adapte l'poque des satellites et authentique garanti par la signature Du _ pont de N emotirs le seul VRAI DlJCO pour v~iturs est en vente la SOCIETE HAITIENNE . . . 1: 11111 :•: 111111111 D~A UTOMOBILES.

PAGE 3

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS . 1862 VOTRE HOROSCOPE Pa r 1,. a 11,, , _ f _ J _ , _ -'r ,'--/, ~ .~' : ---=--\>_)• !'4 \ ~~ \ i..; ,t'-:iA 1 . , J'lt ' ", , hn,;_ /o ,n 1•/1,111 1 .,r1 , 1 1u111,l u 11f 11u j. ,,,, 11 11 ,•oint / u.,,niufl'rlfuir• i .. f :,':,',"~',' , '..' ,,;" ; ' :., ,t' ,'.',:,. i ",•;:: ,';,•;;/;;: ,,. , .. . , .,, 1 , .., i ,,,,. 1,,u vou• , I>ro,t ,I,, ,-t•produtfi,1,i fo/11/,1 ,,u Jh!•.rlit'llti rdtterc,d. /lr c,J>rfr ft i J\111t1 F, 1 11.f1u,. -.. : : 11 111 /in ,t t H:.tcluHi11itJ ,!,!,,' .\'Ol.'l.'l.l,JSTl c', , \'E , \ ' [)/'[)f rn .IANV!h ' R 19(i!J ~1 ~IAHS AU ~11 ,\\'ltll. liL 1/ll• , .. 1r,• ;idion ~oit 111spirl•e un .1uynw11t L\l .. l\) : l{,h . \lis:,;,,..,, par l ' h~Hllh \ ll'll \~l nH•nt. Propn~itous el ro11tr 1 ~' 11n1\ :;.-tah k• ! positions. Ne ,ou~ lnissl'Z p;1~; t'ntrnin~r pnr vos sentlnl'nls. l!UC' \' (l{ l"l' jugcmPttt !--1 . lr \'PLIS ~ l t i 11 ~l A\'HlL Ali:!\ :-!Al 1T.' . \ l!EA l " t: l .1 st.' l. 1rs {"lll\~t.• , L..: 1 , cL•U). du Ut ' •fier . J\u1b i :111n: du 1ul; 1n e 1,rdn• . N'inl~. pn tc:• . pus t I r " ntnont lt s intentio ns '...1ulrui l'l fnitt~s \'OUS uu1,~i l.Jicn ton:rn:n .. drc . Ecart.oz le, on tl.ifier. 2 -1 AOUT Ali :.!:l ;c;U'l Dl BHE ( VlJ::J{l,EJ; CullJ•)llcCJun suprieure il l a nlO,Yl ' lllH~. 1 '.ro;...~r~~ sez. dan::; li: ca lnw, hl rg-ularit, en vitant l a t :; J o 11 l't J ~ , i1; i.I, Un point e , u~ d,fi-rcnt , ,u donnc.ra d'int\ •n•..::-:.~11 1\\.•s ::ill}!"l!l ' ' tions. ~l .1,\:\\E l: .\\" 'l\l FE\'JUEU (Vl':l(SEA! ' I: l!l'ill'a ill, :i , .i H•I! 1 11 ; , ;J 1 ) 1 1 J'C ; t " t1Jll1H'll:-; S dt•:-. t 1't'ur t .... ,i, •~ 1n ; 1inl•:-; p;1:-. ; t'., :-:. Tr:t \':1i l l, -:, _ -. 11 1 th •..: p n ,: ~il1il1t1 J11•u v<•lk . C,•rlni neH mrilcrnnL vo t r , . a~ :-: 'idu1t1'. Fuilt. ' !-de \'olrL' m ; Pll\: I'\ l t~"' r{•, ultab:: ~Pront bon~. ~u l'E\ ' IUl'1: Al/ 20 MARS 11 111 . "' LJ,\ ;, J: li,•lle journe of11 ,,111 dcgrand,s possibilits \'l):,; don:-1..•l d'aider er quelqu'un. Tiidws in ,il de direction nutam fa\'orises. ,s;J \ UL .: s ETES ~E AU,JOUH l.ll l : ~ai.: hL":t~ com1nenl utlein dn v,,lru NU el politi <(li<'. Il fuuL simp lement connni1 ,, ro s puitJI , !':tihles, k., corri g'l'l' et ~\('l'l'Oit !'l' VO:-i l'011llt\~~un \ :t•~. L ':iltd:1n ~ l'!-;l dans votre Si gne. L'amoureux est fer vent, lLl prof es seur consciencieux, l'ami affable et dvou. Le Ca pri cul'lli(•n, quand il reste fidle it .' :1 li;:: ure pro.fonde, est une 1 n1i ... s~:n\v pC'rsonnnlit. Le Plat dendu T'x'EXISTE PLUS De Bonnes Affaires pour le Co1nmerceet l'industrie ()J•T/~ 1 ~ J\'< 1. 1-68 k 1 \I:'.\ 1 <, ; l{ \'.\TJO\'.\ L LTD. 1\111 ' \Tli 1\' IW n~ I~\' VINY1. E\T .\. :~, 1:1 ,: /JI-: (]l'.\J,]T! ;'. "l'PF HJEUrrn C , r :1 11• \ Cli,,i:, cl\' c,,lnris \mte rpa <-'-C\lr l.;ir ').:Ttt r 54" 11 111135 l't111r l:1 Fahi'iration de : Bottes Souliers H(l1t,tne~ et Fe,nmc.,. Sandales Sacs rnai11 Coussins Housses d'at1tom0l1ile Amctblement etc ... etc Et ")ir dclllancle po11r tom U sag-e Spcia lisl: . , l ', ,ur Echan t ilions, Prix, Renseignements; Commande ... \sitcz L:\ 1\L\TSOX YVE S MORr\lLLE . Rnc des 1\firaclcs en face cl la B.N.R.H. Phone 3777 Les Bandes Dessines du /Nuu~e , tiste)) .Blondie 1 ~' . ' ~~' ,2.;,_ Discours de Me. Lou , is Dorc A SON INSTALLATION CO:WME DIREC'I'EUR DE L ' ANNEXE nu LYCEE TOUSSAI~T LOUVERTURE ~lonsicur le Dircctcu, l'Eclu cal ion N ationa\e, l\ll'~s : , . :r:-; lPs lnspel'leurs, Clw J':; Cu llabn1 :tlLurs ('t C•,!ia borat,ritt• s , l\"lt:•Hh : n10 : sl lles, l\lt>sda'rnes, l\lcs sieurs, Jl• ne voullrui::. pas prononcei.' de J . l 'U lll s tHII S: lUt 1 ' _ <.:as1011 1 1ui m'a \'.i : u ('l' pus _ e e~t du . l'L pl! n11Jk . Je veux p a rler e la mon r1 . a v .1r e du Directeur An d'. Louisdhon, lequel Direct eu r tout lt monde admirait, tous ll•s pi fres et mres de fam,llc louan geaient . Cependant la 'mort . nous dit: Mnlherlic n'pargne persanne. Le pauvre en sa cahane oit le chaume le conv1'<' est sujet ,, ses lois. Et la garde qui veill~ anx ba , rire 5 du Louy, c n'en fernl point nos Rois~. C'est en ce sens, Mesdemoisel les, lll es da'mes, Messieurs Qu'avant de, prononcer mon a l l ocution s i ncessaire, je vous de u1andcruis de bien vouloir obser ViJus Monsieur le D:recteur nral venez de m'adresser, tant qu'en VOlfl.' nom personnel, qu'en celui du Gouvernement et •du D' partemcnt de l'Education Nat. . nnl e. Je vous remercie du plus profond e moi-mme. ln prennit~ mme de la Patrie N•isre d'Hniti.~ B. ef ! je veux pouvoir tre aussi fier des loges que mes c: h ,,fs uuront me faire et que j e .~uis heuroux d'avoir mesur aujourd'hui l'tendue de leu. mit . pour moi. Les bons conEn e ffet, je snis fi1:r du titre aci\ 6 qui me son\. prodigus en de Dir ec teur L' l'Annexe du Lycet.te circonstance resteront grn cc 'l' o u ss aint Louverture puis v{s tl1;1ns ma mmoire; je snis que tnon umuu !" pour cet , tnbHs qu'i~s sonl dict~ par une sinc s(.-'ment., Pst, c ho se incornmcnsurn r e affect io n et unt" longue e,t(} hic. C ct.c funl'lion que le Gou. rionce acquise pnr 10ute une vie vcrnemc nt ,l'e mon ' Matre: L ' Ho consacnee uu service rle ln jeu norublc Do cte ur Franois DUVA nessc esl'llJic .s dans le Code d'instituteurs. Que ln ponctualit soit toujou:s en l'hon neur chez nous. L'a'mour pbur nos . petits '.res avides 'e sa voir do!t, oceuptr en nous•n1 , ~n1es l a pr,mi~re place. Que ln vocation; d'un bon Instituteur ne soit pas mise de ct, ainsi le renom rl e l'nnnex e du Lyce portant le nom d'un des grands gnies de la race sern 'dii.,.ne de lou ange et cont lbu m, hauss' Mus remerciements vont ;nlement lous mes ' co fabornt.•,urn et amis qui ont bien voulu m'naBi1ter vec dl 1 H'in ~ressement nwn in~ t.a\lnlion en cc coquet . hilli' .. wnt r eslnur . rcemment p.r le Pre dt> ln 'eunesc Hnitienne, le Rno vnlcur de ln Patrie de Dcssnl n~• l'Ronornble Docteur Fronoi, DU VALIER. En effet nou s allons nous ";_ pnrer, moyennnnt j'ntl<.•nds de vous tous; \t:t-~ _ ('onspi\s leR plu, salu'" .1 ires r. u nw sPrv:1nnt ,le lxrnssole tout le temps que ,.j'au: d pas~er i , i \ \a "ilirP : un cit? l'Enseignement Primaire du Ly ce Touss!lint. Louver.ure; avec• l' }ip ui de mon M.atre le Prsident Vie de la Rl,pub!iQu e . cc lll i de mes chefs hirarchiques et dans la g•oire e l'Eternel. En core ne fois. Merci et bonne fin de joume. .~ ;lfate LOUIS DORCE Directeur du Journal BEL-AlR REVE 2-1 SEPTE>IBHE Al, ~:: UC TOl:lRE (l:lALA;-.; cE i: GJL\C I : A LA MAGNESIE HlS\\ \ . 'Rf.E n,", pastille aprs "les repas et ver nvec n1oi . une 111inute de ret ct11Jil.l'111cnt, ce, pour le repos c Lrt,R Prsdcnt V,e de ln Pre nii•re f•puh\ique de Ngres Li hn:s me rait l'honneul' E CEMBTIE (SAl;ITTAIIU,:i: 1:rnyoz pu . ..: irrit~ J1:1r 1 ,111H1:-ci 1 i,,i: l'tut fitrt qu <• / <.• . .. , ,,j ,..; {1!J.--; trui Font n 1 1 : il l, , 11i-::i qu~ ,., ti~ J1pH'-lt•. . [1 (•','(' 1 1,{i\H. /. \ ,, d, l'lu1111 1.1ll r ])J':l ' E'.lll'.1:1: , \l ~Il,!.\ El{ 11 : ,\l'l:I• ' (li::, I :, Il w1111hrt•ux avanl :11 :-. ,, . _ .: 11 ! i-111 1 ,/' 1111 ,,ff,qI . ;111 ll l'll li l '' d \ "<; ~'.-, r ,, . , touiours h 1'11sa _ g-e '.\L\<;!':ESJE BIS~UREE , , ,,11n:1trl'Z plus ni trou 1. 1 1 •..: 1 ; , , ) '1 , .: 1 nm;tc 11i trnul,!t'\:=:: ries inte~tln s . ll ,,a cha uffe-lrnins, f r s repas sd, 1 ( h a u ds, radios , ventilateur ~ d c rni<'r 1. ri . .1p p: 1rC'il air contli• \ '. ul i , \I -~ ("' i i quilh nt ln TTP CO. Pr P .... ~ 1 •'"/, 1 : .; \jj~ ::~.r.n de ;;;~uverain 111:-:Ti. l:n~nlnri~ntcur~ do J'eRtomac et ;, ln 1 ,stin Jnxntife et ru , j (~ .. En vente i:lnn• t.ouce• leo Phar rnucies . Tient votre disposition . un assortiment complet d'articles pour installations hyarauligDes et sanitaires tuyaux galva1 niss, lavabos, W. C,, fitti.ng pour W_ C . 8 tc ... Ingnieurs, Construct1Nra, Contremaitres, la maison Wilfrid :uatin vous attend pour vos achats de Matriaux de Const1'1>c ' t ion, Vou 8 y trouverez meilleu prix le ~ articles suivants: Plan c~es Bru~es, Pl~nches Prpa . s, Fers ronds, Fers plate, Corn~~~e~a;,ol;s;.,!f!e=tta, P.einture Latex intrieur et extriem de renclmme mondiale, peinture . pour piscine. Pour to~ vos matriaux de Construc U.on nn eeul n11m Wilfrid JUS'I'lN, une seule adresBe : RUE DES FRONTS FORTS No. BOX : 897 Phone : 8780. UN BEAU MASQUE UN MAGNIFIQUE CHAR UN GROUPE IMPOSANT POLAROID vous les remet en 10 secondes Voyez DON MOHR SALES CO. '\lc, s moiselles, '\lesdames, :VI ess i urs, ,Je suis ~ri•s touch rie la con fiHnee que vous me fait-,s ~n me plt,nnt . ,, la Dire c tion de \'A n ne xe du _ L.yc< Toussaint Louv e. lu re . itn 1 provisoi . e l' t des cardia }es f't PH en prnent leR petits comprims de G. S. ' Tablettes. Ne n'oublie-,, DBS : G.S. 'f,.blet tes. En vente dans tout.es Phnrm.lclu. Utilisez les jolis Miroirs e t ["('8 Mnins, mtnlliss. Ce sont d'utiles cadeaux ,t des pri~ bordnbles. En vent._ ln Bou!nngerie Lo Poste, Grand'Rue. l'ROJET : Co m iL 1 N,1 9 !• ,1'11 ?"-: n .. l11liro l!JGH . ~ou ~ l! Tn, ir on:-: nos JH . .!llt :,-; c1:01i1. ~: la pdlle toujours ruJc ,,t t.• ~:c .i rpt : 'l ' il1 la montag;tH: cle , t'-riU•. d l _iwjli1.:1 d dl bunt , tt . , l .1•s i llJ.:,\• 11 itur:-:. A iehilt•ctt.• ~ 1 ;L 111< :-: un que. 11uu..,..._ ,li•VC'l'Ol15, 110• f'IJtl'JJnC 1 ti: s l'i l.ou.'les inlt'•n• s !rt• hnr iz 1111 :-.' t.endrn. :'\ous dl •eou SL'!'\ Hont informl•s qu'en \'Ul' d L! d'nbo1l un l)<'ll \Jlus d1 la lt'l'On:-,trul'tun dv \'E('ull' ~:lll' . h ..ilil(•, plu.:-: liuut ln 1 au l.11n1o Hur:dl' de GIL\NIJ. J'l(I : _ i' , l'i; : ,ilili l'i l'nfin nrri1i• ; DU NORD ,\ GRAND . J'HI• : "" s,rn1""'t '",,,. l'npotn• du 11U NUIU) enfre le 8 ,!AN . Hi,-E \ n t,,H tii', IL' poi•l<• d,• \'IER '." 1 ).!:llP I\ W lll Ag i ili.• l CtJC l~A ) n~ eorltC'mpleron~ l 1mmH\ :' f' :-t';','~~i/,'." c1~ 1 ;,:: ! ~;\\~ ,,', 1 i" ~~~ 1 .'.};/~ ::; .': . ~'''_'i,'.'~,.::i't{"; .r:::~t','. ' : ;:,c;,: , ' t,n fnce li e ln Cl'.ltAAO TRA dans h: v1b nnt . m -sag,, Prcs1DlNG1 Port nu Prince sou 8 pli d(•nt ici : :' t ln ~:it ion: _nou~ n•lt: ' t.:ncheL l'adresse du d it Comin :,n .-: 1 . t L pa nli.• tlu (,rand ~la1::: ;lt l)~i 6 ~,~~"1,:~i t qui puur;.',\,'.l~li'.' ~-',;;.;;,';;'., li/\ il'llllc ,•n fa L<:s plan~, dt>ssin;-,, ~ikci il':l\a i \ 1 1 ! 1 ' 1 ;:~ 1 \,~,t : 1 1 ~ 1 \.~,u;n\~;ou~ tions, nnseig-nenH•nt.s J1trti11('11t :-; no:, ).!.'I ands nncl•trt1s par .. unt• Recettes Simples de Cuisine Hatienne Par Ninlche A ARRJCOTS AU Jl' S.,!eter dan~ l't•a u h11u l!nll1 <". de:i lnnw\ r s .,>t'abrieolg. Laiss• , r , 1.ai1 un J ~t U. L PR , ctin~r nvel.' J-i•cumoirc• ds qu't•Hes remontent i' L ln s urfo cl!. L es go\1ttc r. Le~ d1l.!s-st~r, dans un hul; les saupoudrer ebondam ment de suc~e, d'une pous si re de n1ust . ade 1 ajouter du jus d, at ron. ~h~ttrl' ma~rer nu n'.f ii.n 'rnteur et ,ervir bien fra\s... ' ABRICOTS E J\: CONJ.'IT'ClS. L~K peier, les coup&r en lur.el lcs, les peser. Mettre d'abord dons la cnssc :ole une tasse d'eau pour une livre d_e . fruit , ,t unt• t ; \'rt' de sucn. Ep ' cer llVtc Mil n ellc. muBcnde rap{,e, ruban d'(i. ,t"O ce s :-; mnni~ '""i on s ('t11 -. Sl' f'nnl dcatt' t/ p:-, !t 10 FF: \UEH J\11;:1 il 10:nu ht't1l'P~ n . 111. hl'ut nu lutal d,, ('',H t~.\ p~1 le Comll,; e Courd111ali1111 de l ' l n :-;eig n em cmt Agricnk, l'IJ pn :;\:in;lc;r;;~:~~!:~ion;~ ~1\ 1 i'~{I i ,: ,\ ,J, COnAf l'UCtiOJlS Sl'rH in11l1<1ll<'1 a ullricui-c1 _ n ent et n,:s , ; ,lonn pnr le Comit IHJ C Pl r i li X oUl.f'P ._ na ires 1 ' Le Comil rit C:o1onh,l,1l1on ,le l'Enseignement Ag11rol" se 1"< "<'1 Comit de Coord'ination de l'Ensei'?nement S. A. F. I. C . O. Des millieH de brat hatiens eal!IU!llt chaque toar la bataille de la S. A. F. I. C.O. un mUllvn de sacs de . Sisal au service de la Natton Baitienae \ S. A. F. 1. C. O. Une 11ul11strt~ Nationale a service de la Nation Halflenne S. A. F> i. C. o. '~ l t>
PAGE 4

Le Franais, tel qu'on ... AU FIL DES JOURS ... LE I MISANTHR‘P. (iiuit.) suite siiifuserait mortelle l>t,.ve chance, ne pouvons nous toire que duns certaines occasions, il y a en nous un M i santhro11c prilt se rc,s sc1 ? ment, mafa d'un moment qui jioti laissern marqus toute notre yie? j'ui UN COFFI-FURT, ceci uat lJU V l~HJ\HLELLb, il rn'u Juil DE VJFl:i Hl l'tWCHf:, llN ELULa-: l>'LA'l''I l::UI( (nwb{ UNE LLJUANL;J,; EXCEl:i::il VE), jll'l'/ll'Z-lllUi LE l'Eit.;~E, il n fait UN liLJJtMllJAHLE !>;~ j CLANlJI, UN MANtlVE de fermet, d e sw1g-fro i d, E NAVl~Al'i 1 i•~ 1 J'L g l' sc . \ kth ,, di .s: , , d , , L : :1 1, L'nis memlirt influl'nt d, J : Li ( \h th l Hilst l'on[i..•r, : nce.,, ~a ca l'Jt r v . , n lll1H' , : \a,: ;.! ]j<;, . moderne n'est dipass c i' . L u s k . et l': o n,i Il . , \ ,ke w fu n t u ni t 'i•: . ..: :! d " d . 4 1: :-s h s 1 ar J i ~ lt ! lll ' q ' :1 1l\ lll 1 \1 T,arli 1. \ ' 1 11 r c-r1 H , d 1 i . . ni\ L \ r ~ it < . l.J i ~ , l ! o l wH ~ ;! ~ ii L ii 1 \ 1 . L I. ..:! , J .-\ m ! 1 , ,.,.;; d, _. u d'flaili it \\' a:-; l1in 1 J:1 .. \L : -\r t ini Ronhn!llllit> qui : 1 1u t1r1111l,111.-t'r :1m . l1r \bn tv vuti:el' l : , : \V . 1Ul" m e ttre l'nc n t 5U .la p , ditiqi.Jt. d P Jl , OJ.!Tl s s o t:i : tl du -Pr t idl lll '. , Vi t ,!, . L 1:; r,u l 1 l i1 ! U , ll, w h: ur Ft i:1 ~f iu ~ : 1 ~ ~ dP t,:.ut,,~ lt.• s cts . ;.: n v llll'IJL qui S L ra ll'nllf ' j•ar l frv \ : 11 1 ~ Ur : tl Hohl:r ls . 11 \' :IUl' ~ l t ru i :; s oi. l i.. :-. l 1 ~ fi, 1 e l f/ t I lt1 1 .r Hn\ier ~ta d r :-;: , .l\'io ( atur Ces qui ~t r u nt d l.' -:. nwrtln;.: :-n i,.!i,_•ux n ,mmen ~ .o n t 7 l l eu n :; p 1 ,, enf('J'fl u11 cn,uryf e1 1 !,n ; _ ; 1rnor1r au . Prsident e t .\/l1 i C {)1(i'flf /c r (J/•_•i of f J' / r , ,1 / 1 h 1 i tiu, 1. e11 /'lwi11 1 e 1u d, r H , r , : r rud et Jlme U o c, f s JUl lriue t'bO s t l :."' l un lH'OI\Olll indl fllli, qui t w u l p_a :-; ~1 r _ <.1!11 1. :-Ja da~.-:l' du llOlll, 111a1. -. pn~cule dt: ] , 1 rt jr•lt r rna:--cul Ill , , un ( d'. l't•x pres:-: . ion po p u\ain .;: . un pl' t ~t quelque t'h O~ t' , l' o ur _ \' o u . -. fa n u li a rher an c l't.1rnplo1 11 0. 111nl l•HU. lJut.'lquv <. hu:--l' dL' navranr Quvlqu L : <.hn:;e tl 0 l')ih\tn _ n .. <.iu"'l i llll' l'lw-.e dl vi \ a n Qut. : lqtH . ' d111 . --:t dl' fou. ,. jn ur ~ . C m !J r i1 l ,: nt 1 : L c:e p t i 1 11, seta ol vrl , ln l c ~ il' h o nneur ;:l'ndredi .., , , ; , :l u P a l a i s Nati o n a l n prs le ! 1\l l l u...: 'i, r l a , . horalP t!l1 hommage :\I n i 1-r:inoi s :\nus l e ur ::;o uh n it,, n; la pit.:s , ., ,r . i l a lt. b i envenue. ~Aubel in JflL\1'11F:i_-ri' Cf•tll ' c\o : 1n l ' l . ' ton1ff,l' fami1ii. r 1 , c :-= t ( r ai H:ai ..:t'. X', ~ la houdnn , p as u a r n : qu'l'lll' '.l 6 t l'.• ! ra n :..: p n . ..: c'•f ' lJ J t'fl ' t ) l ( ' .-, l,0-on :. i11Ps ont d Y(JU~ cor n e r on :1 ~ouv, nt. nad{, 1il \' C n 1 :-~ D i -: l ionn:1 i n Rnht 1 rt . ~ ou ~ : e o rnC'r. , . P1 a \ l~ i i'? l.t •..: o r"illC' :-c ornC'nt. >":'\f11l. Ecol l 1 d! ' . '-' rw . \!" 1 ' i ( :-i c l(_ t ~.,;:,-..-,,;,:r~Q'"',.r.,r_r_,-_r.,r.r.cr.r:r-.,,r:;,::-:r~-., . ... ( ~ d e S on ::1, u r1r , .,, \ 11U "' \l i, t l r1 n pl u ~ l lro1L ;:t \ ' ( 'e le pe ll pl e a v e c s e s a !:p i rc:1L : nn s . a \' e e ses e ff o rt s \"t . ' . Un\~ 1 , q ..;; n, 1i ,tion so c iale m,ilk u 1 t . \-1)t rL S Jour v o u..-; init,•J'a i 1 c1 peupll' l 1 :len qu i a l'~ Ueille u ,u j( 1Urs a \ <: w c 1.. ux qui 1n ; , : 1 1. +t l vou ~ e s dl' .: _ e ux-l i t. J t vou s ,. l '! _ z un p e u ph• qui :; e lonsat . c ~ l des o e uvrl's de paix et. de c:ivilisatior., s c us f{gidL' d ' un t •mlt'll t Lt•rHkr, S. E. !< l lr F , am : o i s )Jl'\'A LlER. 11 <;• Hia\ Co11 ~ tru , t 1: u r clt> lo Nounlle H :i ili, l'Hail i de l'honneur. rie !il i,Tandru " ri<' la spiritua\it ... Le (~Ot1 \ J'l 1 {' nl e ll ! t'I 1 Edil"t., d e P o rt .;u l 'rii . _. 011l voul u don ne r cPt. a en l e il 1 111P .:; i c nif fr at i nn am i l'aiP. Et ils l " Tl s11nt. sa ti:--faits. Aussi, rne fai sje aYP(' e nt housias m e '.'interp . (, t , d1 Li p o pulation d e Porl-au P r i ,n el de son Ad n\in strati o n \ ' Il , un s n nwllant l e s d c fs 1 k la Vd l1 :> . Poi-t , ::tu Pri11tt\ IL l'im;,:( d e sa hail' rna _ iestueuse e. t cnvP\oppante, vous ou -. re s o l ! < , t u l'i .::v:-; hra s . \~nui; 1 ~ i c i , h, 7. \'( Hi s . Qu, vo t r (' :,; jo nr da n s l' \ 1.-1 . 1 i Caicauet Social Hier ramen a it l'lw11reu x an~, ; v e rsaire d'un e fi(fi.•lt• l rd . rin~ (k notre iournnl ?rl!l, :--:nnia l '.}w,y Nous profilc'm:-. d1 l : 1 ci < (on~ i : -;-ncc ponr prl ! :-:.P nt~ _ 1 i1 notrP cliarmant~ nm i e Sonia n o ~ VOPU : 1 de Bonn Fte et rl'Arl Multos Annos, Pour vH enfants, pour vous mmes et ~aiiS votre Foyer . ( u!U r c ::,ous, mmisez-i:ous, re11seig11ez-vulls r l /)J\ )!OH R SALES CO [,'.()US prO]JO.'H' . \ , d u ~ i, . , films coud melra!J<' e o mm. Sciences, :irt, Histoire, Coules Sur i-oll"e cJ"an familial i oyez })(}.'\' MOH R SALES CO. EFREM ZIMBM.!Sf JR WfER PIOGEON CELESTE HO L M TEllY SAVALAS SUSAN STRASBERG A.U REX THEATRE Ce soir 6 h. et 8 h . 1 r, J,'E N NE!\>11 No. 1 DU F. B . I. Entre Gdes 2 ,60 et 4.00 ris, I, ~. v, 279. Il ruut donc que les ornilles ni'nient corn>. Mol. Mnloe inrn gi nnirc, III, Il. Les oreilles 110 voua ont-elles point oru depuis que j'ui ici no tre cher Corbinelli, et ,urtout l'o reille rnite '/ cur c'est l'oreille droite qui corne qu n ncJ on dit du bien> , Mme de Svign, 304, 18 sept. Hi7:c!, oite pur Hubert., 2o) Le noir : , 1 'obseurit•. C,, ~et;~ ~ st ~r~~~~~•, s lti{~t i ~ ~~t~};c n~s ise VANS LE NOIH. , Des tison s vivaient enl'ore sous !a ccndtc 1,.1 . (Th~rse Desqucyroux, X). ,il, son mai, M, He_n~rik Vet wany Consul du Bres1 , l, son ma ri M. Hendrik Verw1l!ly, et ses e~fnnts Monica et Hendrik Ver wnny Jr. DIVERS ' xx x ... Le sw:cs du spectacle &[Hl" ciel prsent par les artistes de la Com,pagnie Jean Goeselin uu Barbecue dansant du Sans Souci a eu ses chos part,:,ut dans la ville. (L va sans dire que Je spectack cle Mardi prochain nttiro,ji toute la foule de gens qui regrette de de n'avoir pas aSS J St au pren1ier . , o l'on rema,quait tant d'artistes et d'amateurs du beau e du bon dont le Docteur Frre Laguerre fi prit la lampe, son bras le v elail'Oit la nuque de se ; Vous ne mon t ez pns enco. r?• Elle n e pamt pas l'enten• dre. Il sortit', la luis s nnt DANS LE NOIR :, , (ib. IX), ll est au s si attest par Roger, Martin du Gard, Albert Camus, Andr Gi d,•. De dtacun de, ce s derniers nu tl 1 nr ~ , je donnerai. un exemple : .:Le petit, qui fuit semblant d e, dormir, mais qui coute tout, l'o reille tendue DANS LE NOIR ... r<.'tient son soufflP ),' , ( Les Ji'aux ~ . et sa charmante femme Virginie de Toronto en compagnie de M. Harry Von Wolff, Manager de Castel Haiti et M. Fred Wotl ley du mnie Htel et tous ceux que nous avons ciLs. lv lonnay, .i r s, III J. 1:,J 1 ai mal .i1. la tt'll 1 J P n ' ai na ~ f'ailn. Jp \'Ollllrai:-m't\tendrt• dln~ le noir ) ), (H. Martin du Gar \, Les Thi bault, L ~ . p . 2 : ' ,, Edition Galli . muni: LPs t s c alirrs restaient plun• gs dans ln nuit Hieux bau:, . sa l~s l•pnnle:,:; pou l' lul-n1n1 ~ , dan s !,, noi .. ( A. Ca nt UR, La peslP, p. !Ill. l.t livre cle poche) . l\lP:-,;dam t ' :-:.. 1\ lP ~:"! l" Ul' ~ . je vou ~ dt• \'011t~ nltt•nlion et .ie hon-::nir, :'t lllf'l't'J'f'tli Pradel POMPILUS. La Chorale de , ORAL ROll lln'S U:--lVEl(:-:ITL , OFF'J UN C OSC'EH' AC !'A LAIS ::-.;,\TJ(1:-.;A1, L'ni11nt I' 1:-.;b ~ ur En1ng-li:,; te nuid am1. . -ricmn Oral HoUen . s qui se trouv e actuellement en un , sjour tll l\1ission l'n not; e pays, se fl'ra k! pl..1.(; r d'offrir un grand Con.cert au P'.l'.ais National av, c la partidpation d e la Chorale de l'U s it ( Oral Roberts. Cette manif , ,sl a l'on artistique ri i-ull urdh•. p\. :i ., sous le hnut 11ntr : )ll.Hh l ' 1hl Pn ' ,~idl'nt Vic de lo I-U•puhliqw• d . 1vtme F ."rlll~~ o is Duvi1li e r nura lit ! U demain vcn ~ dredi 10 .Ja,1V 0 ('!' fl n h e un 1 s p . m La Situation au Sud Vietnam (Suite) mil' ava\l sensd1km e nt Jcru et que le::, Jll'rtes an1ricanes au eours dt s huit derniers jours \ 101) ava i t"nt t l h.\s p1us faib l es pui s O<.:tobre. Les troupes communistes se 'X X X. t ... Le jeune Richard Mourra, fils du grand commerant Fouad A. Mourra et sa distingue pouse ne Tlmaque a mis fin i1. ses vacan.ees en prenant rnvion din1an( : h e pour retourner au Car d.inal !''arh-y A r ademy o il pou1su i t ses (•tudes elasgiqu e s . Il a . t conduit ,, \'aroport par ses parenLs, sa jolie s , 1eur Linda et par sa g,and'mre Mme Paul Tl maque, X X X / . Dr. 1.uci, Paultre Sajous est lTlll n '. e ~--rnetli soir par le Vol .( . : ;r, de la Pan America 11. X X X ... Notre char}nante anlie, Mme Carole Malval Hollant, ar 0 rive 1e 2 Janvi e r pour rejoindre -.i ses enfants -Caroline et Ti Claude l' S t ,e1iartic mardi soir pour Puerto Rii:..~o. Ell e nous a parl avec enthou siasnie rk sa rencontre avec le Mai r e dl' New York, M . Lindsay un < our s de la t•rL\monie de Pres tation dl' Slrmenl dli Gouverneur Loui8 A. Fe. re a eu Lndsciy 1 . 0111nw vois i n i1 .la l'L ~ rl ~ monie. X li. X ' i\lm, Jphigni~ Nassa r Louis-Char!L's, ,l'harmante femme du D r . !Iuy Lou•is Charles est , Plou r•ni , " ltlllt:i i , Ph, lodelphie. J : l:t• n l•t0 s.alu-t 1 cl'aroport. Fra1u ; •Jis l:n1IlT Jlar son fr n , not ." t..• m ~, i L.~11l0\'l' Dodo Nas sa .. : Jk vient li~ 11asser dix sept Jour s 11\-t't' sa. 11uire, Vve Elias NHsso1 itll l'.ip l't HVl'l' l)ndo et ~a famille a Pn i t-au Prince. l'erli,• d'i"i deJ>Uis l!l i i6, lphi g-i'-11it1 nvait " effectu son avant dl'rniir ~ vi,;ile ici en %:l. Elle nous a dit. son regret de n'avoir pu sa : uer tous ses ami/',. Au&si, t'lle nt)t1 s u prii~ de leur trnn6. mdtH t o us ses voeux dr b o nn e et heu i, use anne 1969. X X X ... :\>Ille Mir e ille D,,rn e ville, g<•n\Lll c fille <.l e not r e , limable ami W!iam Bibi> Drneville et Mme ne C11mbronn, est repartie lundi. en cornJ>llgnic de son amie cona-dicnne Chantal Terrien nprs tro,s semaines ici. Mireille tudie la technologie mdicale Mont ral. XXX . . . Le jeune William Brandt, fils de l'industriel Clifford Brandt et de sa d~stmgue pouse, ne Paquin, a repris l'avion .lundi pour Montral. Bill, ruprs d'agLnbles vacan('.es avec ses parents, ses frres et soeurs, est retourn i, ses tudes au Cct\l gl' Brhoeuf. X~ X , ... Le Professeur Georges Bayardelle est rentr lund) mutin par le Vol d'Air France venant de San Juan. :X X X .. . Le jeune Carlos Rafael Tercera, fils de ]'Ambassadeur du Guatmala, D .. .David Tercera Castro a pris l'avion lundi soir pour Guatemala City o il est all combiner travail et tudes l'Universit du Guatmala, 11 o ete , C' huuclement entour pal' sa jolie am : e, M . .tle Elena ~uarez, par son p~re, son f-re Eduardo, par l'Ambassa:di,ur du Mexique et Mme Humbe ta Mar tinez1 par M. Oscar Suarez de ]'Ambassade argentine et ; Unie, parl'nts d'Elenu, par 1\1. Cesar Bonilla de l ' Ambassade guatmal tque, pa, l'expert statisticien de l'OMS1 Dr. Julio Perroil~ . et Ma dame , par l'lngn eur Silva de \'OMS et Mm e , par Mlle tin, Michel Clestin et Lebrun, par l' Ambassadeur de Colombie, Dr. Carlos Torres Puveda, sa fem me et enfants e t par le Ministre Pierre Chavenet, Assistant Chef du Protocole, ... Le Rvrend Larn Prast de l'Eglise du Repos Ckste de N.ew York a accueilli lundi soir 1iar le Rvrend Carlyle Spitz de l'I,;g-Jisc Epis c opale. En effet,, quand un ce1tain tournant critiqu~ de notre vie, nous voyons un flot tumultueux de petites runcoeurs, de p~titcs j a!ousies, de, petite s envies, c\c, pc, tites rancunes, qui nous ent o raient notre insu, monter uans un sini s tre bouill, ; mneinent, q~and nous voyons les principes 3,'~cron Ier et les C'aractres s'effondrer, quand nom; voyns la honte s 'nl lieii\ l'audaC'e clan ~ le rictus.; u mensonge, <.!L quand Jcs i 1 aistJr-'.'5 deviennent de ' simples masques Alors, po;ur une tlure de temps . indtermine, ne somme.a nQus pas, ne devons-nous . pns tre des ' misanthrope s , et p1frer encorP. le ~dsert plutt que d'cccpte, la flagrance des mensonges ts ? Il y a un mi s anthrope, c'estcJire un honnte homme, qui som rnei\\c on chacun de nous. Et le, Mi s nnthrope de Molire, c'est cc que chacun de. i10us peut avoir 0 't . ou se ra un jour , un homme qui dit : Dites-moi la vrit . En passant, et dnnf. un ordre d'ides moin s dramatiqu~. il est , . , Mme Victor Papillon , 1nlir1nil .. re Chica~o a ~epr.s l'avion lundi soir aJHs d'agrcables va <'ances de fin rcr c di v Ja1t\ 1 l' 1 _ a 11 11 1-i. u 1 ~ on J~e .-::: l)( ! l'C ulurs 1 1u n l ~:.. JJL're l ' ll !:; d. n: -, JUC.tn . u Ht .1. ' UL .,1. \-IHt. ' i.l JVUX t o ujour ~, i \-lol il.' J 'C a Vl h ilU 1aire apl'l'::, une JO ll g U\:' l'l, oou 1 uu1 l : u . , , ~ un ~ Olllll ' l l't..li t..: ulc ; S Oll ~ dtil: Hl.! u1aLa.l11c .c.:ln1..:dt.:m11.;111l'llt ::.upi,urle lui a pas permis. . sont hnni l ~ l's eff e<.: tue. des tirs de nuit :,;u r e de petites for n;a t ion ~ \" . ( ' t\nng mai~ fllJes on1 dl 1 c n u, t , r l. uota'mm e nt au l'Oll i" S tlt> la ~ l •nlaine dsrni re, un n u n1 brv lroi:,;sant rle caehe 5 d'arn1es l'l d , munitions: 1out cela prou• e qut i l' e nnemi r e fu s e dlibr nll.'ll L l l c n n 1 _act et. refuse tnme de p: o t c.~ t ses r tse rves. L'exp riPJH'e a niontr au x amricains , ;ue le ~ tomrnunistes adoptai t nt c 1: ! _ te t a e t i que quand ' 1eur Uut t " .S s, •nticl ta i t de procder d e lar J.!'C's 1n ou\'t 'ml'1lt :-; d e tr o U})es. Celn .s v mble '.r e le ,as p o ur la tioi i i •nw Zl)I1e u1rtiqut.•. une ! :i i g l.' l1:11 1d1. de tPrrain boist\ a lant ,le la fron'.iir e C ambodgien n e i, la m e r: ee s t i 1 partir de , selon ks c<'nlaines de docu'mcnts .... aissis l't ks dl'llarations C's pri s on11ier ~ , qu e de\'ait tre lance J'atta,,u e d e D, 0 cembre . c onfre Sai go s et t \ :; t l que la plupart d e s 1•s c arm1 n~ i..:he :-; aetur.•lle s st• rl rou. lE'nt. Les arnrieains 0111 accru• d1 hier un groupe de nord-viet• 11ami, .. n :-=; i. 1 :10 krns. au Nord d e S aigon 27 solrlat ., nord \fi e t n a m i l ' ll 5 ont l•tt 1 uC' s au eours i e r, violent combat qui a dur qua tre heures. Les troupes que les soldats nH .: •ricain s et sud v ietnami f' ns o nt• ren <' on s au 1o u r s d...c c:s attrocha~ t•s taic.•nt lies p1;•lot01rn dl 1 reennnaisJ..ance o Jps .t!:uir!l' s VPlrongs de sulclat ~ n o n\ viP l. nan1il'n s . Cl sont ln; ~ clair<•u1 s d e plu s ie ur s division s nord vi< tnamiennes, dont on affirme, qu ' elles effectuent un mollvem e nt. 10u1nant en direr tion dC' l'Oflesl. rln Nord-Ouest et du N'onl dl' :,-;aiJ!_'m l afin dt : pren ,\ P 11 ns ilion pour un e -vcnttw l l pousse V!'l's l" C:,pitlc du Sud \etnan1. Um ,li\'i s ioll, la MBAO tPnterait ,h~ JHtnd . l~ pDsition pour se dirigc r vers Snig-on par Jp \lord ' J :~ t, el , reux autres nu~ r:iiPnt l'intention d'avancer Vt ! l' S la C'apitalc par le Nord. Toutes n'~ divisions (!Voluant duns la .J11ng-~(', sont dd.ficilPment rp~rn h les r1 !c 5 premi res indicati o ns ~ u 1 l<'urs mou\em e tlls nt remon t l'lll qu ' :il dix jours. Lu diminution souUaitw du no'mhrc d('s cscarmouclws coLirs d s dix d e rniel'g jours doitd le inri l er ;, J)e~ser que les 1 r 11 Hp( •,..:., ( nn1munist c ~ on~ rcnon. l f.• ll .. s plans , soiL en raison dPs pntrouil'rs renfmc(,es de six clivis.'\mrn al\il)es dan!I cette g ion, ,nit parce qu'Hanoi a r idi> ri e ne pas auaqner les gl'lln , ks vill es , ufin de rcsp~cl t r un al'1'nrd qu'il aurait pu nvoir pas s<' ave, Washington. Faut-il pen S<'I' nu cmnrnire que l'arlvcrsa\rc , , . trou v ~ en difficults 1 Persan n e ne pPul l'heure nctuelle pond1c cette question. ,. A Vendre Chevrolct 1958 Parfait tat. Vo,r 2\l Chemin des Dalles, 29. LE LIHAN SAI S IT L'OACl MUNTJAL (AFI-') Le Liban a elllan la convo cation (.l'Unt: St.• :-:..:.. ion Exlraonli nair e du Conseil de. l ' tj , ~ ~ tni sn ljon dP l'Aviatrn11 Civile 'mt c rna tiu11ale ( OACI) pour tudie r le rliffrend ' Libano I s ralien o. la suite d e l'attaqu e de l'Aro r ,,r: re et du Common wealth, i , \ a en effet dclar que son g-ouverneancnt renouvellera pour un an ses eng11.1tements l ' C: g-arcl cle l'OTAN, mais qu'i.1 ne pou v ait, l'heure a ' ctuelle, don ner l'a s surance que ces engage ments seraient reconduits aprs cett e priode ... Le Premier Minis tre can a dien a rappel que la po 0 Jilique trangre du Canad a su hissnil ocluellement un rexamen fondamental l'issue duq11el cet te politique serait dfinie. Le Premier Ministre Canadien n'a d o n c pas lev \'nrnbiguit qui p•se sur se, intentions gard d l' l'OTAN et qui c'lntinue de s u s citer des apprl~hensions dnns J c s milieux politiques bri hritanniques. D'nutre part, M. Pierre Tru ciou o 'inter r og sur l'ven lul'JIC instauration d ' une rfor me au C'Ifnnda sous son l\dmi nistrat.ion. Il n r pondu en sou riant: Gela dpendra du t.lmps que .<' resterai mon poste. li a njout qu'il tait exclu que c-eU.e v<'ntunlit se prsente au cours des quatre prochaines annes. Toutefois, a 0 t-il dit, la conMlitu tion cnnndiennc tant die aussi rexnmine, les options demeu 1ent ouvertes pour l'avenir. M. Truel.eau o prcis qu'il ne pan sait pas que le peuple canadien tait prte i, se diviser sur cette Carnet Social Hier 8 Janvier ramenait le jo yeux anniversaire de naissance' de ln gentille petite Marie-Mar ga 1ette Franois, Nous saisissons cette occasion pour ajouter aux nombreux voeux de ses parent s , IC's ntl'l'S s res : He joie, de sant et du s uc cl's dans -ses tudes. Ad multos annos Marie .Margu rette 1 Les Sandales APOLLO s'eIJl vr-n t rapidement; le Cordonnier hien rnnnu Mnxan MERAN tra vaille jour et nuit dans le but de snUsfnir~ son enviable Client<'le . Adresse Rue du Champ de Mars No. 82 miqu e . 3 Janvier 19\l\) LA DlHECT . lllN. Les Anciennes lves des Soeurs Salsiennes sont. convoqut "i c.. s c e dimandw 1 :..'. Janvi e r il 7 h . a.m. p o u r leu1 n 1 uninn of' ! 'i e ielle. C ommt• toujours, une inll~rl•~ ~nnlc loterie a ppoi tera UtH~ nolt d p gaiet . l'ri•re d e fi< ' pa s 11i:i11q11 P i-. N t ' pas ouhlit ! I" la l' O\l s ntinn anntwlle. Le Rond Point Night-Club Samedi 11 J aatvier DINER DANSAN'f Ds 9 Heures P. M. Tenue de ville de rigue~ ..... ;i:~!~i 0 nti~ini1ip: 1 i:.'l:~t :~~dr; Admission $ 2.00 Dollars , f:Je:t:1;!n~:a~iJ~.;:er::rr: .t~: ~--------~.S:..,~i:5:l~i:13~~.S,-'1.li:!i>i:1,r.1;T1,'3.'1"""'.:Ll . ~J,3$3.lli l i i n•n1:s s ociall ~. C 'est foru \ d e c e tte id1 , 1 Ut' j'ai p . o ~ l•~tl• l 'Olllre cet ade a11qt1el t1 s l101Jllll(l:,; ont vou )t'J \ ou:-d,1Jllll'J' la vatt"n1it. ,J l' 11a 1.. taqtH ! J)l'l'~ t •IHH :! , je de111 : u1clL• .S 1. ul 111 e 11 1 ju s tice . 1l me 1 auL u11 l , t.p s !Cg-al po r -ti r er li 11iln 1h . •~ $ .l,()00.investis dans <'l'l ht. <~ l el rali::;<~1 mon C upi1al. ,Je d :-;irl 1 ravailJer en pa i x el juir 11,• ln sl'urit la quelll' ont dr o i t Lous c ux tiui tra \'Hille11t nu d v<"!nppclll c lll indus lra,1 1~1 lou dstiqu, du pays. .~( ~ \"nus reme\'l'P de m'avoir :-; :iun •t' l't dt' \'\'t' lihrt ! sous le dr n pt•au 11vi1; t l rouge < fo Dessn liiws Le Gl'and . .1 ( Vous prie, E'xcell e nce, de tr11un•r dans <'ette lettn 1 l'expres sion profnncll• de mnn at.tnche mt'nl Votn ~ Gouvt:rn e 'n:iont, Votrt! Personn e t Votl'e Fn millt1 <'t d'a tl pt.er mes souhaits d e .ioil-. de s ucct•~,






QUOTIDIEN
LE PLUS ANCIEN D'HAITI

FONDE

Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET



EN 1896



MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

Vy

P.0. BOX

ADRESSE.: RUE DU CENTRE
No: 212 ° ‘



PORT-AU-PRINCE (HAITI)
PHONES : 2232 - 2492

pe

“1316



No 87.717

78sme ANNEE



fans A, Ferre le'partisan du
ef dont Pélection niet fin air

vee de bait Munoz Marin et d
froisieme . gowvernenr é
la Conn Naprene Ie Sau Juan,
‘ New York Citu, Vohason Linds

PONTE

e



staut d’Etat pour Porto Rica

vingt hat années de ve-

e son successeur, prefe sermcnt
lu die pays, devant le Juge de
Luis Fernandez. Le Maire de
aay est a droite, are found.



Le Président Duvatier
accorde une haute distinction

a Mme le Docteur Anna Miller

L’Unien Mondiale des Iitellec tuels (UM)

Paris a offert au Sénat Frangais
dinvr
me Louis Mars.

cette manifesta-
haitiano-frangaise,
Mars devait, au
Docteur

Au cours de
tion d’amitié
_l’Ambassadeur
nom de Son Excellence
F,angois DUVALIER, remettre
iz Madame le Docteur_ Anna
Miller les insignes et le Dipléme
de Ordre National «eHONNEUR
ET MERITE> au grade de Grand
Officier. .
Ce fut Moceasion pou
bassadeur Mars de faire “une
brillante communication sur Ie
theme ct J'avenir de Ja langue frangaise
on Haitis, L’orateur a souligné,
entse autres choses, qu’a la gé-
nérosité de la pensée, les Griots
joigniren} la force de Vaction et
menerent la lutte contre Venva
hisseur étranger et ]'ind:fférence
dune ‘partie de dla collectivité

YAm-



Vendredi 10 Janvier a 4 h au
College St Pierre

Ouverture demain
dau Cnampionnat
de Voiey-Ball

PROGRAMME GENERAL
1) Defilée des clubs (Porte
Drapeau, et Cupituines — d’équi-
pes).
By Remise de Ballons nux clubs,

don de VAmbassade — d'Allema-
pene

3) Remise d'une Trousse — de
Wionier wecours a la FIVE,

par le Président de la Croix, Rou
ve Huaitienne .

4) Présentation des Clubs
champions de Vannée derniere

hy) Defile Final /
- Coup d’envoi de la Reneon
tre OVALTINE Filles
Lalue (Ste Rose de Lima)
-- CIM Coeur Immacul¢ée
Coup denvoi de la rencon-
tre Clovis Bonhomme (gar}.
N.Bo- La partie musicale pour
le defile cL aux intermedes sera

assurée par le formidable ensem
ble Jes Ambassadeurs, gapnant
de la Coupe FLASIT des Jeunes
Orchestres.

Bienvenue a tous au College
St [erre, Vendredi 10 Junvier
des 4h P.M. Rue Capois.

LA RUBRIQUE DU THEATRE

Par Jacques
Qu’est-ce qu’un misanthrepe 7
Le mot est rébarbatif et dans le
sens acceplé par la plupart des
gens, sert a désigner un homme
qui n’aime pas Je genre humain.
Ce sens couramment accepté sim
plifie le probleme el nous permet
d’éviter de nous poser trop ae
questions, Mais, aprés avoir vu
la pice de Moliére hier soir au
Rex-Théatre, i] apparait, pour
jnconfortable que cela puisse étre
qu’avant tout, un misanthroupe,
eest un honnéte homme.

Tl ne peut pas'y avoir d’honné
teté dans le mensonge. Et loutes
les bonnes intentions du monde
n’y changeront rien. Et le Mi-
santhrope de Moliére, c’est d’a-
bord un homme qui dit la vérité,
et qui entend qu’on la lui dise.
Certes ce souci de la vérile est
poussé a V’intransigeance par Al
ceste, ct dans le monde d’alors
comme dans celui d’aujourd’hui,
cette intransigeance ne laisse
pas de grands espoirs elle con
duit au ¢dégerts, ce désert qui

Dimanche 12 Janvier



dont le siége est a

le Vendredi 13 décembre 1968 un

en l’honneur de |’Ambassa deur d'Waiti en France et Mada-

haitienne. Pour informer le public

~ 7 “7 *, ive
vet former Ja conscience collective,
LES

i ‘réérent la revue ¢

GRIOTS: qui de 1938 a 1940
publia les travaux de Kléber
Jacob, Henri Terlonge; Franck
Durand, Etienne Charlier, Price
Mars; des poemes de Carl
Brouard,’ de Clément Magloire

St- Aude, des pages littéraires de
nombreux jeunes écrivains».

Tl mit l’accent sur Vinfluence
de 1l'Ecole Historico-Culturelle
«LES GRIOTS, qui se prolonge
jusque de nos jours dans les
Yomaines politique et culturel
grace aux efforts de son Chef de
file, le Docteur Frangois DUVA-
LIER, Homme d’Btat «profon-
dément soucieux d'assurer at
peuple haitien un avenir meilleur
et une place digne de son passe
_de gloire dans le concert des
nations civilisées>.

TD,

La Revue @Histoire
et de Géographie

Notre collaborateur, historien
Hénoch Trouillot nous a fait le
plaisir de nous faire parvenir
un exemplaire de Pedition No.
113 de lu Revue de la Société
Haitienne d'Histoire, de Geogra-
phie et du Géologic.

Comme toujours cette publica-
tion comperte d'instructives et
intéressante Gludeg signées par
de taentueux auteurs. Au som-
maire figurent : ¢Placide Davids,
(in Memoriam) par Maurice Lu
hing «Grandeur et Contradiction
Wun Haitien» par Henock Trouil
Jot; «Un Marin de VPExpeédition
de Saint Domingue».

Nous remercions le Secrétaire
Général de la Société Aaitienne
@Histoire, de Géographie eg de
Geologie, notre contre Henock
Trouillo.pour sa courteisie & no-
tre endfet, Nous en profitons



pous recommande, vivement la
lecture de Ja Revue aux étu-
diants, historiens, aux profes-

geurs ct & tous ceux qui s’inte-
ressent aux questions envisagces
dans cette Revue scientifique.



LE MISANTHROPE

LARGE

n'est qu'une métaphore pour dé-
signer la solitude dun homme
parmi Jes hommes.

De la & dire qu’on ne peut étre
honnéte sans cette intransigean-
ce, il y a un grand pas et nous
ne sommes pas préts a le fran-
chir. L’intransigeance reléve de
Vabsolu, et l’absolu — s'’accomode-
rait mal des affaires humaines.
qui sont toutes placées sous le si-
gene de la relativité. Mais il faut
aussi avouer que cette intransi
geance-est le symbole de Vhonne-
teté la plus pure, la plus entiére,
la plus ferme.

Ce qui fait du Misanthrope un
type, un homme a part, un hom
me qui probablement n’a jamais
existé, mais quand méme un mo
déle, c’est que son intransigean
ce semble étre permanente et fai
re partie de la fabrique méme de
son existence quotidienne.Sang ja
mais’ oser espérer atteindre a ect
te rigueur parfaite, rigueur qui

(Suite page 4 col. 7)

1969 a5 h, 7h et 9h

La situation
, au |
Sud - Vietnam

SAIGON (AFP) —
¢Signé Derek WILSON)

Lu yruerre du Vietnam est en-
trée dans une phase d’accalmie
qui est pour certains le signe
de Vépuisement des troupes "com
munisteg ct pour d’autres le cal-
me qui précéde la tempéte. .

Cette divergence d'interpréta
tion que lon retrouve méme au
niveali des Généraux est le reflet
des iéponses contradictoires fai-
tes par leg spécialistes militaires
alliés} ia la question — essentielle
du momen, Faut-il voir dans




cette Jaccalmie le signe que les
Nord}- Vietnamiens et les Viet-

congs| préparent — ou reprépa-
rent Voffensive générale sur
Saigon dont le coup @envoi avait
ele dancé en Déeembre dernier,
ou faut-il en conelure quils ont
nbandonné ce projet 7 Les por
te-parole militaires américains
restent prudents mais ils n'aper
coivent pag pour le moment les
signes avant - coureurs de cette
+ 2 .
campagne d’Hiver et de Prin-
temps dont on a iant parlé.

De hauts officicrs Sud-Vietna
‘miens affitment cependant que
la campagne a débuté le 15 No-
vembre dernicr par des attaques
contre des avants - postes situés
pres de la frontiere Cambodgien
ne, mais qtvelle a é64é stoppée par
les contre - mesures allices.

Liacealmic est, en tout cas, in-
déniable un porte-parole pou-
vernemental a déclaré la semai-
ne derni@re que Vactivité enne-

Suite page 4 col. 4)



Pour le Congres
National du Travail

Leg membres suivants de la Com
mission Permanente du Congrés
National du Travail: MM. Max
Fouchard, Nerva Antonin, Emile
Legros, Car] Herard, G. Dorcély,

Trosch, les Docteurs E. Vin-
cent (BNRH), Médaid, Bordes,
VAgronome Félix Berrouet a-

-vaient tenu lundi soir une réu-
nion au si¢ge du Departement
des Affaires Sociales en vue de
nmicttre ay point des détails con-
cernant Je Deuxieéme Congrés Na
tional du Travail qui doit se .e-
nir en cette Capitale au cours
du mois d’Avril prochain.

Comme on le sait |’initiative
dorganisation de ce deuxieme
Congres revient au Chef de la
Nation, le Président & Vie de
la République Dr. Frangvis DU
VALIER, qui entend ‘mettre une
nouvelle fois en branle les sec
teurs sociaux et intellectuels du
pays pour parvenir it la promo
tion de Vorganisation duo Travail
sur le plan national.

Cette Commission Permanente

formée pay le Ministre Max A.
Antoine Secrétaire VEtat des

Affaires Sociales est aussi char-
gée de faire les contacts nécessai
reg pour s’assurer la participa-
tion des organisations interna.
tionales intéressées et le plug
grand succes aux travaux du
Congres, Elle tient des réunions
hebdomadaires au cours desquel-



les ses. membres regvivent — les
suggestions dy Secrétaire d’E-
tat des Affaires Sociales ef ap-

portent Jes lumic¢res de leurs con
nuissances et de leurs expérien-
ces personnelles en Ja matiére,

JEUD] 9 JANVIER 1960



NOTRE CHRONIQUE DE LANGAGE

Mesdanies, Messieurs, honjour

Jecsuis heureux de vous retrou
ver & VPévoute de Radio-Haiti et
de reprendre uvee vous le dialo-
gue commencé en decembre der-
nier sous la rubrique : Le fran-
¢ais tel qu’on le parle.

L— Un de mes auditeurs nva
dit, avee le sourire, heurcuse-
ment «Ne Lrouvez-vous pas étran
ge que l'on puisse dire : Je vien
draj chez vous pour la Noel vous
dire Joyeux Noel» ?
en effet que le méme mot, mais
,absolument le méme, puisse rece
voir dans la meéme = phrase la
marque du feminin et celle du
masculin !

On explique cette latitude laissée
au parleur en disant que Nocl
est par luicméme un nom mascu-
lin; mais que Von dit, par. elip-

se, lu Noel pour «la féte de
Noel». Au tond, cette latitude
svexplique par le fait que — les

noms de choses et Jes noms abs-
traits n’ont paws de penre en
francais. On nous a appris que
Ies noms d’hommes et d’animaux
males sont du genre masculin et
que les noms de femmes et d'a-

nimaux femelles sont du — fémi-
nin un honime -— une femme;
un berger — une hergere — le
marchand — la marchande; Ie
lion — Ja lionne; le Joup --- la
louve; le cerf — la hiche; le mou
ton — la brebis ete... Mais cette

répartition n’est pas rigoureuse.
Un assez grand nombre de noms
‘sont toujours ou du masculin ou
du féminin, quils réféerent a des
femmes ou it des hommes le
témoin, Ie martyr, la sentinelle,
la _victime, la reefue, ete... Cer-
tains noms de grands animaux
sont toujours du féminin ou du
masculin la panthere, le léo-
pard, la balaine, Ja girafe, le
monstre; il en est de méme de
beaucoup de noms de petits ani-
maux : la mouche, la souris, une
abeille, une guépe, une fourmi,

le putois, un rat i] est vrai
que pour ce dernier mot, mes
compatriotes ont créé un fémi-

nin, quills appliquent aux person
nes du sexe faible qui ont le mal
heur d’étre trop complaisantes.
Une nersonne de ma connaijssan-
ce Vemploie avee un accent spé-
cial disant «C'est une

eon Ta-
te!» Mais est Ta auc création
A valeur dépréctative, done af-
fective et stylistique, qui n’ap-

partient pas a Ta langue couran

Etrange.-

PAR DR PRADEL POMPILUS

te.-- Passons, Devant ectte pre-
iaicre diftfieulté, le langage — est
obligé de recourir au lexique et
de parler de cla panthére - mile»
ou du ¢rat-femelles.

S‘agit-il 4 présent de désigner
les femmes exergant des profes-
sions ou des fonctions jusque-la
réservées aux hommes et dont le
féminisme a ouvert l’accés assez
récemment, nous voila bien em-
barrassés-: certains féminins
sont dans ce cas plutét ironi-
ques : la mairesse, la ministres-
se, la sénatrice; d’autres seraient
franchement cocasses : une pein-
tressc, une écrivaine, une profes
seuse ou A la fois cocasses et am
bigues : une ingénieuse, une mé-
decine. La tendance de la parlu-
re bourgeoise parisienne est de
recourir encore au lexique en di
sant une femme peintre, une
femme écrivain, une femme’ au-
tent, une femme médecin et d’ad
mettre des anpellations un pev
déroulantes comme Madame le
Conservateur; Madame le dépu-
té; Madame le Sénateur; Mile
Janine Paul, docteur en médeci-
ne; Madame Jessie Latour, chi-
rurgien - dentiste. a

Quand des hommes et des ani-
maux nous passons aux choses,
nous ne trouvons que confusion

et arbitraire. Comme les nom:
de choses et les noms. abs-
traits nvont pas de sexe
du ‘moins dans Ila mentalité

moderne, ils gardent en pénéra}
en francais le genre qu’ils a-
vajent en latin ; par exemple,
table, sorti de tabula, a gardé le
genre féminin dé la plupart des
noms en a de la-premiére décli-
naison; navire, sorti de navis, £6
minin, était. féminin jusqu’au
XVIe siécle. Mais le fyangais n’a
pas gardé le genre neutre dans
la classe du nom, de sorte que

les noms neutres du latin se sont.

répartis entre le masculin ou le
féminin suivant quwils étaient
formés sur le nominatif - accu-
satif singulier terminé en um ou
sur le nominatif - accusatif plu-
riel terminé en a.

De tout ce qui préctde, il dé-
coule qu’en frangais le genre
grammatical ne correspond pas
toujours au genre logique, s’agis
sant des hommes ou des animaux
et qu’en ce qui concerne Jes cho-
ses le genre grammatical est ab
solument arbitraire. La, Vusage
régne en maitre. En définitive,
Ja marque du genre a ¢té repor-



«Le Monde» critique |
la décision de De Gaulle

PARIS (AFP)

Sous la signature qui apparail
exceptionnellement de «Sirius»
(Pseudonyme de M. Hubert Beu
ve - Méry), «LE MONDE» pu-
blie un éditorial qui, a propos
de Vembargo francais sur les ar
mes destinées a Israel se montre
amer A Pégard des jugements du
Général De Gaulle sur la politi
que israclienne.

Sur le fond du probleme é-
crit «LE MONDE» le rétabiisse-
ment et le maintien de Ta paix
au Moyen - Orient est-i] aecepla



INSERTION DEMANDEE.—

Lettre Ouverte de
reconnaissance a

remerciements et de
S..E. PHnorable Dr

Francois Duvalier Président a vie de la
République

Excellence,

Il fallait une circonstunce ex-
ceptionnelle pou; me permettre
de juger & sa juste valeur la Po-
litique de Justice Sociale inaugu
rée par Votre Excellence dés son
avénement ay pouvoir le 22 Sep
tembre 1957. Votre geste de ge-
nérosité, en ma faveur, dans. la
soirée du 12 Décembre 1968 a
prouvé que dang Votre Gouver-
nement Révolutionnaire du 22
Septembre aucun acte arbitraire
ne peut Ctre toléré et que tout
doit suivre la procédure légale
pour rendre justice A qui elle
est die.

C’est, en effet, par un triste
soir qu'une femme fut arrachée
de son foyer par les mandataires
de Mme Frédéric DEBROSSE
pou; une simple question de lo-
yer, et placée aux mains de la
police, qu’intervient Ja haute gé-
nérosité de Votre Excellence pour
la délivrer d’une situation humi-
liante, :

Je tieng a remercier Votre Ex
cellence d’avoir répondu sponta-
riément au cri d’appel d’une Ma-



rie Jeanne de Votre Revolution
+ ae :

qui considére comme un point

d@honneur d’attirer Votre atten-

tion sur les injustices commises
bien souvent par ceux qui, almés
dune Doctrine aussi puissante
que celle de la Révolution Du-
valiériste, sont placés pour faire
respecter la justice e¢ le ‘droit.

I] mest agréable de Vous rap-
peler que les Salomon de Port-
dce-Paix sont des duvaliéristes
davant garde du Nord’Quest de
puis 1956 et continuent de por-
ter bien haut la banniére du Du-
valiérisme intégral. Votre geste
de générosité dans la soirée du
12 Déecembre 1968 n’a pas libéré
une inconnue, mais Pune de Vos
enfants de l'Arriére - Pays qui
est préte & tous les sacrifices
pour le triomphe de la Révolu-
tion dont Vous étes le Chef.

Je connaig plus que personne
la rigueur de la discipline ‘duva-
liériste, mais je connais aussi
mon droit en tant que duvaliéris
te. Ainsi, Excellence, locataire
dune maison que je paye régu-

(Suite page 4 col. 8)

ble

de ae voir en Israel qutun
sseur a qui doivent Cire re-
s les moyens de nuire et de
considérer ses voisins arabes com
me dépourvus de toute attitude
agressive? Force est bien
dudmettre, une fois de plus, la
part excessive qui est faite, a
PElysée, a la volonté de presti-
ge et aux rancoeurs personnelles,

Dans les colonnes voisines, M.
Pierre Viansson - Ponte revient
sur le Conseil des Ministres fran
cais tenu la veille et insiste -sur
le fait que la décision sur leim-
bargo et la déclaration du Gou-
vernement n’ont pas été délibé-
rées en Conseil et il fait état de
propos tenus par certains Minis
tres, en privé, sur Vopportunité
de la mesure décidée par le Gé-
néral De Gaulle.



Le correspondant — particulier
du «Monde» en Israel M. Andre
Schémama, développe, dans sa
déepéche, le mécontentement de la
presse israélienne et la prudence
des milieux officiels israéliens,
qui attendent Ja réunion, lundi,
du Parlement isra¢lien, pom
prendre position.

En outre, «LE MONDE» pu-
blic sur deux pages Ips réactions
dans le monde, et plus spéciale-
ment leg pays arabes, sous la for
me de dépéches d’Agence. Enfin,
le méme quotidien présente lar
gement les protestations de M.
Jacques Duhamel, Président du
groupe centriste de l’Assemblév
Nationale ,et deux Députés de la
‘majorité, MM. Krieg et Hebert.
Ce dernier qualifiait la mesure
du Gvt. Frangais de « Pression
inadmissible» par contre, un au
tre Député de la majorité, Mr.
Louis Terronoire, la qualifie de
décision logique.

Dans une tribune libre, M. Ro
ger Stephane, connu comme gaul
liste de gauche, écrit, a propos
des nations de gauche et de droi-
te, que le gaulliste de Droite con
damne Vembargo des armes a des
tination d’Israel et qu’il s’indi-
gne de voir le Général De Gaulie
empécher la Grande Bretagne
d’entrer dans le Marché Com-
mun.

REX THEATRE PRESENTE :

LE SCANDALE

Le Francais, tel qu’on le parle

tee presque enticrement sur Par
ticle,— les marques désinentiel-
les ne renseignant que dnas un
nombre limité de cas ce n’est
Pas parce que table, chaise et
maison sont du téminin que nous
les faisons précéder des articles
«la» ou «une», mais c'est parce
qu’ils sont précédés des articles
cla» ou ¢unes qu’ils sont du fé-
minin; ce n’est pas parce que bu
reau, fauteuil et toit sont du
masculin que nous employons de-
vant ces mots les articles <¢le»
ou «un», mais c’est patce que
nous les faisons précéder des ar-
ticles «le» ou cun» qu’ils sont
du masculin.

La premiére régle pratique i
dégager de ce survol du probleé-
me du genre est qu'il faut con-
naitre un. mot avec son article.
Au lieu d’essayer de retenir que
«cigarey est du’ masculin ou que
«moustiquaires est du féminin,
il est plus pratique de retenir ou
de faire retenir ¢le cigares, «la
moustiquaire». Au lieu d’essayer
de retenir qu’cesclandre» est du
masculin, on retiendra : «un es-
clandre», il a fait un esclandre,
il a fait un de ces esclandres !
Un esclandre et non pas u-nes
clandre, car cette Haison est dan
gereuse elle détruit la seule
marque du masculin que compor
te le groupe.dans la langue pur-
lée. ‘

C'est d’ailleurs Varticle qui si-
tue le mot dans la catégorie du
nom; il en est «le réactif» pour
rappeler une image fort juste
d’Albert Dauzat, car il peut chan
ger en nom n’importe quelle ca-
tégorie grammaticale Comparez:
je serai heureux de vous revoir
et jusqu’au revoir; oui, non et
pour un oui, pour un non il s’em-
prote; {Comment allez-vous et: le
comment et le pourquoi des choses
Larticle est pour rappeler une image beau-
coup plus suggestive de Damou-
rette et Pichon, car c’est lui qui
permet au nom de ¢s’asseoir>
dans la phrase en tant que tel
un radical comme colére n'est
pas un nom, ce n'est qu’un radi-
cal @ vocation 4 la fois nomina-
le, adjective et verUale. Ce n’est
un nom que dans un certain envi
ronnement, par exemple dans
la colére, il a fait une colére,
mais dans il est ¢olére, e’est
un adjectif et dans : je me colé-
r¢, c’est un verbe. Un petit mot
que Varticle, mais un petit mot
d'un dynamisme extraordinaire,
d'une importance exceptionnelle,
dont lemploi incorrect. classe ou
déclasse un parleur. Car c'est se
déclasser que de ne pas savoir di
re h point nommé : Clest UN CI
GARE, Voila UN MOUSTIQUE,
(mais une moustiquaire), n’ou-
blie pas LE PARAPLUIE, ceci
est LE COFFRE, de la voiture,

(Suite page 4 col. 3)

AU FIL DES JOURS.

Par Aubelin

WILLIAM REGIS NOUS
PARLE DE JEUNES
HAITIENS QUI SE +
DISTINGUENT AUX
ETATS-UNIS

. Lundi a repris l’avion pour
New: York, notre estimable com-
patriote et ami, William Régis.
I était arrivé ici le 29 Décembre
pour assister aux funérailles de
sa regrettée mére,’

Bill, comptable, diplémé de
I'Ecole Hételigre d’Haiti, a été
membre du Choeur Michel Dé-

jean, employé & l'Hétel Ibo-Lélé
oti il n’a laissé que de bons sou-
yenirs. I] est depuis quelques an-
nées a New York.I! travaille a la
Chemical Bank Trust Co. A un
moment donné, ila été a la
banque et au Hilton Hotel.

Tho Archer au Philharmonic Hall

JOLLCOEUR

Night Assistant Manager ot de-
pws trois mois Front Gila: Ma-
nager de cet impo. tant hotel situc
dans Vune’ des sections kee ‘htus
sulectes de New York.

C'est, nous dit Bil) Neyis, une
belle situation pour lui.

Nous parlant de limp
produite par Geo sur les Gnydeye
dhétels “comme suv les cliertts.
Régis nous dit : Je suis-toujour:
fier de Geo, car quand je travail-
lais au Hilton et que des clients du
Summit découvraient que j’étais
haitien, ils me parlaient de Geo
comme d’un dieu, Et mon profes-
seur a l’Ecole ot),je suis des
cours sur l’hétellerie me dit que
Geo connait son métier a la per-
fection. cof

«ell y a deux haitiens qui trae
vailient dans |’hételleric a New
York et qui connaissent un tel





jon

SOR,

yap flot de louanges, ce sont Geo
de New Yodk Gonzales not Claude Angelucei,
Bill tious parlant des amis Assistant Manager dk Hotel
haitiens qui ont fait lour chemin.” Martha Washington,. de New
dans la vie aux Etats-Unis a Yorks. mo .
. produit le cas de Jho Archer, le En effet, Geo et Chiude cin

formidable danseur de la Troupe
Bacoulou qui aprés une tournée
triomphale en Europe, plus spé-
cialement & Paris, donnera le 10
Janvier un concert au Philhar-
monic Hall de New York. Il se
produira comme chanteur dans un
programme de musique folklo-
rique haitienne, de chansons fran-
Gaises etc.
De cet artiste haitien, un criti-
que frangais écrit :
Tl s‘avance & pas stirs «
au rythme sensible et cadencé
avec des bras qui s’allongent
de grandes mains qui parlent
un regard franc et fascinant
des yeux attentifs
dou jaillit la lumiére :
Jho Archer est un phénoméne
dont la voix chaude et vibrante
suffirait seule & acerocher les
étres
autour de lui
mais il a aussi cette forte person-
nalité

2

cette personnalité qui s’exprime,

avec une passion si intense
quelle lie le public & sa mu-
sique

Geo Gonzalés Front Office
AManayer de Summit Hétel

Bill Régis nous a aussi annoncé
Ja nomination de notre ‘excellent
ami Geo Gonzales comme Front
Office Manager de Summit Hotel
de la Grande
Hotels.

Geo qui a fait ses débuts dans

Vhétellerie au Riviera était
devenu le Manager de _ I’Hétel

Montana. I] avait tout pour réus- -

sir : l’intelligence, les maniéres
les plus fines.

Il a épousé ici Mile Bayardelle
et est parti pour New York, il y
a cing ou six ans.

Il a commencé i: travailler au
SUMMIT Hotel qui venait d’étre
construit a Lexington Avenue,
5bleme Rue, New York, comme
«Room Clerk», Avec son savoir-
faire, il a franchi les échelons
pour devenir Chief Clerk, puis





Le Rev. et Mme Oral Roberts

arrivés en croisade avec le «World
Action Team,

ee, matin a bord de leur

avion VISCOUNT sont arrivés 4
Port-au-Prince, le Révérend Oral
Roberts et sa distinguée épouse
Evelyn,

Ils sont uccompagnés de
fils Richard ct de sa femme
Patti, des éminents hommes
daffaires, MM. Walter «Block,
Président de Quaker Industries
de Antioch, Illinois et William
M. Dary, dans Vindustrie du bois
Aa Redlands, Californie, Phil
Rounds, «Crusade Manager, de
Oral Roberts University, et un
groupe de prés de d0 étudrants
faisant partie de la Chorale et de
V’Orchestre de l'Université Oral
Roberts de Tulsa Oklahoma.

leur

Liaccueil a UAéroport
Francois Dauvalier

Ces distingués visiteurs ont eu
un accueil princier a 1’aéroport
Francois Duvalier. .

Il y avait en effet pour des
accueillir le Lieutenant Propser
Avril, de la Garde Présidentielle,
le Chef du Protovole, M. René
Hyppolite, Ambassadeur d‘Haiti
a Washington, M. Arthur Bon-
homme, l’Officier du -Protocole
attaché 4 l’aéroport M. Cari Al-
cindo:, le Chef de la Police, le
Colonel Fred Mare Arty, le Chef
intérimaire du Service de la
Circulation de la Police, Capitai-
ne Arnoux Boucard, Pasteur
Napoléon Etienne, Assistant
Directeur de Grace Children Hos-
pital de Delmas, Pasteur Nick
Gruick, M. Nerva Antonin, Direc-
teur du Centre d’Accueil Duval
Duvalier, Madame Valés René,
étudiante en médecine qui présen-
ta une corbeille de roses ‘ouges

& Mme Qal Roberts, et Madame



repe Inez Lusk de Poteau, Ok-
Tahoma, dont le mari‘ Ed Lusk
est du Cabinet du Président de
l‘Université Oral Roberts et Mme
Nona Barnes Askew, l'une des
trois femmes Regentes de l’Uni-
vers té Oral Roberts. Ces deux
derniéres sont arrivées, il. y.a
deux jours. :

QUI EST ORAL’ ROBERTS ¢

t un éminent Pasteur de
uite page 4 col. 1)

Chaine LOEWS:

ont été tous Jes deux au Rivieru
Hotel, ont du savoindaie. de tn
tenue, du charme.

XXX

NOS VISITEURS
Mlle Claudette (Nei
atrivée le 28 Dcécdmbre a te
rejointe ici samedi’ par son sym-
pathique ami, M. Armand Lira,
fonctionnaire canadien descendu
au Castel Haiti. .
Claudette, infirmivre ey Se-
crétaire médicale truvaille’ en
cette derniére qualité a |'Hépital
Notre Dame de Montreal, Mie«®
passé les fétes de Nouvel Aw
avec ses parents 4 Jacmel. *
Elle a accueilli Armand Luca







a l'aéroport Francois Duvalier-
samedi soir.
Armand et Claudette quitte-

ront Haiti dans tros semaines
pour aller entreprendre une tour-
née en Europe.

Tis étaient avec nous lundi soir
au spectacle Bamboche Créole du
Grand Hétel Oloffson. .

Nous leur souhaitens un:
vréable sGjour parmi mous.

Xx XX

... Samedi soir, M. Jean
Provost Directeur de Studio ct
sa femme Rose Irene c¢reine du
foyer> sont arrivés ivi pour une
visite de quelques jours,

x x Xx
. Mile Ingrid Bourgeois, ins-
titutrice suisse a New York est
arrivée par le méme Vol.
: xxx

... Miles Diane Grey et P
Me Callum, deus jules is
trices américaines a T'ueria Rico
ont découvert au cours da dernier
week-end les charmes d}bats
Elles étaient deseendues o. Viiete’
Plaza.



x XX

Lundi matin, Mite Gludy.
Emma Crampton, une belle con-
génére américaine a repria Vavion
pour retuurner a Ja Jamabque
Elle venait de passer deux jours
ici. Elle était descendue au Gris!
Hotel Oloffsen,

Cladys — est
talents varies.
danse.

Comme peintre,
sont aeweptées uu
Philadelphie.

Comme danseuse, elle a la
plastique de lemploi. Elle cnsei-
gne les danses modernes et crea-
tives.

Elle nous a promis de revenir
ici pour une plus longue visite.
Elle s‘était rendu compte en
découvrant les charmes § d’HHaiti
qu'elle avait mal arrange sun
voyage.

art ste
jieint,

Ube
tlle

Las
euie

seus euy
Muse

es
de

xxx

...M. Emmanuel Stumpf, avo-
eat brésilien, membre du Service
d’Information au Département des
Affaires Etrangéres du Brés'l a
été accueilli lundi soir par si
gracieuse fille Mme Wanda
Stumpf Verwaay, Consul du Pré-

(Shite page 4 cot. 5)

a Se | '
L’Odyssée des 80 cubains qui se sont. |
enfuis de Cuba .

MIAMI (Floride) AFP.

Un des quatre-vingtg cubains,
arvivé, hier & Miami apres avoir
gagné lundi soir la base ‘améri-
caine de Guantanamo en traver-
sant les lignes cubaines a fait
aujourd’hui Je récit suivant de
Vaventure. “

Tout a commencé lundi a La
Havane. Un petit groupe de cu-,
bains anti-castristes désireux de
quitter V’Ile, est parti vers la
base de Guantanamo, située a
l'autre bout du pays, A bord d’un

camion de remorque volé. Mais
tout au long du voyage de
‘mille kilométres, des, hommes,

des femmes et des enfants, préts.
& tout sacrifier pour quitter Cu-
ba, se sont, joints au petit grou
pe initial, si bien que juste avant
d’atteindre les lignes cubaines
qui séparent la base navale amé
ricaine de /l’intérieu; de 1'ile,
plus ‘de cent vingt personne, é-

taient entassces dans la remor-
que, ol s'acc.ochaient. tant been
que mal a ses cdétés,

Arrivég A six. cents mctres de
Ja base, nous avons alsindanne
le camion, puis nous avons com-
mencé A courir comme des lapins
vers le salut. .

“Les soldats cubains ont alors
laché contre nous une douznine
de chiens. Je croig que c’était des

chiens russes, de grands chiens
noirs, a conclu le réfugié.
Au cours de cette tentative,

rappellet-on, les soldats cubains
ont ouvert le feu sur les fuyards,
et tué une dizaine d’entre eux.
-Trente autres ont ¢té fails pri-
sonniers. D’autre part, un sur-
vivant de Péquipe a estimé a en-
viron un millie; le nombre de
cubaing tués en 1968 cn essayant
de s’échapper de Vile. .

Le groupe arrivé 4 Miami com
prend 46 hommes, 13 femmes, et
21 enfants.



Entrée Gdes 2.50

Réservée Gdes 4.00











PROBLEME No. 6

7. Maladia de bavards

4H -— Mobile quand i est faux
y —- N’ost pas un secmon pour






Nv

, le pleuses pontentes ,
| “ 10 — Affluent de lElbe —-
2 || Vivsille dynastie porsane.
oo ae xxx
4
5 | VERTICALEMENT —
6 Lt I — Se chasse dans los Pyre
7 aan nécs — Parasite
& | Il — Déesse de la Vengeanve

— Deux lettres de Draguignan |
Ii] — Participe gai — Saint

of tT TT ty

pytenéen
wLtt | | LLL py — Se consuite avant un
apart . :
HORIZONTALEMENT — ag iW Nymphe aimée'de Jupiter
VI — Polisique économique —
1 -- Déloyauté établie provisoirement en Russie
2o— Pronom ~- Negation en 127 — Vietime d'un: jaloux
Il faut les respecte, VII — Carnassier — Sainte
3 — Enduire d'une certaine image
fecule VIIL — Lourd quand il — est
4 — Note —- Qui n’a pas été plein — Nom d'un roi de Nor-
réparé vege
6 — Dans Denise — Plant — ' 1X -~ Bourgeons d’asperges —
Potte athénien Préfixe a
6 — So rendra — Coinmence- X —- Préposition — Opiniiitres.

ment et fin de nuit

Solution du probléme précédent

HORIZONTALEMENT — VERTICALEMENT —

1. Peste; Etna — 2. Aberra- I. Palsambleu — IL. Ebouler

i i a “ty ‘sée — IV.. Tré
tion — 8, Loterig; Ft — 4. Su; -- I1lI, Set; Altsée ; Iv.
Panne — 6. Alnis; Drac -- 6 pied; Ir — V. Erras; Ange —

Vi. Ain; Uni — VII. Etenduc;
On — VUL. Ti; Erve; It — IX
— Not; Aa; Ire — X, Antichrése.

Mélé; Surah — 7. Bréda; Ee —
8. Nu; le — 9. Eteignoirs — 10.
Ereinée — :

ee



AU CAPITOL.

bles
agsurent

FE NOUVELLISD#

UVACTUALITE INTEKNATIONALE

LA FRANCH ET
LH MOYEN - ORIENT

PARIS — AFP --

Le pouvernament Crangaia con
siddre quill ost urgent d'agir au
Moyen Orient cur la situation
ay degrade rapidement comme lo
montre le raid istaélien sur dad
tadrome de Heyrouth et le déve
loppement de la résistance parley
tintenne .C’est Ta conclusion ti-
rée un Conseil des Ministres de
mere edi matin par le General
de Gaulle et. M, Michel Debreé
Ministre des Affaires Etranyge -
res (elle qu’olle a &té exposée A la
presse par le Seerétaire d'etat
a lInformation M. Jocl Le Thau.
le. ‘

Liembargo total guy les fourni
tures d'armes i Israel est. cons!
déré dans ce contexte conime une
‘mesure durgence, Il a été déci-
dé croit-on savoir le jour méme
od le Conseil de Sécurité a con-
damné A lunanimité Vattaque is
raélienne contre Vaérodrome de
Beyrouth, c’est & dire le 31 dé
cembre dernier. Selon Vinterp. 4
tution officielle embargo est
venu compléter et rendre effecti
ve cette condamnation pour ce
qui concerne la Frane.

Quant & Vavenir, le youverne-
ment franenis continue de pen -
ser que les quaire grandes puis-
sances doivent s’accorder le plus
vite possiblde et que le Conseil}
de Sceurité doit mettre en applica
tion sa résolution du 22 noven-
bre 1967. Celle - cf constitue pour
Ja Franee In base de la paix. T1
résolution prévoit lévacuation

des territoires conquis, I'établlsse _

ment de frontiéres telles qu’'elles
soicnt, stires et reconnues, la li-
berté de navigation pour tous et
partout, un statut pour les réfu-
gwiés et des paranties pour Ven
semble.

On remarque du cété francais
que ces dispositions sont favora-
aA Israel en ce qu’elles hii
82 reconnaissance com

me état, avee la liberté comple
te de navigation quwil a toujour-
demandée. De plus, la France
estime que les frontiéres d’Tsracl
doivent é@tre raisonnahles, c'vast
a- dire qu’elle ne s’opposerait pas
A des améliorations du tracé inté
rieus 4 la guerre de 1967, Enfin.
le nouveau statut du Moyen O
vient serait garanti par TON
et les grandes puissances, ce qui
donncrait wne sécurité nouvelle *
s Israel,

La discussion entre les euat:-
grands pourrait porter, pam
dautres sujets, sur le m‘morin-
dum soviétique relatif au Moyed

Du Jeudi 9 au Samedi 11 Janvier 1969
a6 H. et @ 8 H. 30

TILT A BANGKOK

Un film policier

a couper le souffle.

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



GRACE LINE
/ Le seul Service
Hebdomadaire direct
entre New- York et
Port-au-Prince





)UBO
DUBON ~
DUBONNET



POPC EOPOO LL OOOO CLO L LOD LO DLIPPDLL LOL LODO PIOLEEEOL ODEO LOE LEA OLLIOLE LS.

Banque Populaire

Colombo - Haitienne
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN

AVIS

: LA BANQUE POPULAIRE COLQMBO -
i
j

HAITIENNE a le plaisir d’informer ses ai
mables Clienty en COMPTE D’EPARGNE en
particulier et le Public en général. que le ti-
rage de la «MAGNIFIQUE LIMOUSINE
PEUGEOT 404, GRAND LUXE, MODELEF
1968, offerte en PRIME, et actuellement expo-
sée dans le Hall de la BANQUE COLOMBO,
est fixé au Lundi 830 DECEMBRE 1968.

Pour participer au Tirage, de la PRIMI, i)
suffit de maintenir a votre COMPTE D’EPAR
GNE, UN SOLDE MINIMUM: DE CENT
DOLLARS & 00/100, ($: 100.00) du: ler OC-
TOBRE au 30 DECEMBRE 1968.

OU BIEN : DEUX CENTS DOLLARS &
00/100 ($ 200.00) du: Jer NOVEMBRE au 3
DECEMBRE 1968.

Continuez donc, Fidéles Clients et Amis, a
faire vos Dépéots a LA BANQUIE POPULAT-
RE COLOMBO - HAITIENNE, et devenir
propriétaire de ce MAGNIFIQUE CADEAU,
sans Bourse délier, lequel représente un ga-
gapno-pain assuré, une Bonne rente journalic-
re.

HANQUE POPULAIRE COLOMBO - HAITIENNE
LA BANQUB DU PEUPLE HAITIEN.

PL OLLL SL ILL ODL OLED EEOC LD®AL DOODLE ODED.



LISEZ
LE NOUVELLISTE



Oriers,
Ce decument avait

en dceembre dernier
puiss inces
vernement

I.
|

estime-t-on 4 Paris.
Ore adres
aux trois
occidentales, Le you
franeais le consjdere
comme acceptable dans Jes gran.
des lignes et comme susceptible
de modifications de détails.

Quoi qu'il en eoit, on est per -
suadé a Paris quil faut mainte-
nant passer sans retard & la mi-
sxe en oeuvre de la résolution du
Conseil de Sécurité. Eno atten
dant. la Preance ‘mainuendos Ven
barge vis dvi d'Tsrac, et
Vopinion pessemacle die Mianizere
fyaneais de Plnformetion, ne de
levera plus avant da paix. © Cet
embereo, a d'aillenre Inissé enten
dre M he Theale, ne stappligne
qu’aux nays ayant une attitude
a caracte agressi{t, Tb one faut
done pas viser les états arabes,
ceux =e) tant de toute facon aoe
provisionies pur Vite plitesd

France, Vi Hote #

pos auestion. dan bs uatiery
actudle, dTautres mem comps
le rappel de UP Anite Sop ade
France fo Tel Avis

d




selon




oreo thas bn

yo

LONDRES bio bow Qt ba hts
PU MOYEN © OER NI

LONDRES -
Lvacceptation

ABD

par da Prate:
dans ses pride. bpies, ab pre
Jet sovieiioue Yeo repienment di
conti israelg = arabe a ebe de.
cueillie avec interct ao Whitehali
ou Von rectieille toutetois Via.
pression qu'elle ne haters pas ha
decision de la Grande Mretagne,
Les propositions soviehiyues du
2 Janvier, declare-t-on, ont tou
jours a Pétyde el da Grioade Bre
tagne y réponara en temus utile,

apres des consultations avec da
feance op les btats-Uiose qui ne
sont pas, précise-t-on, de consui

tations & trois, On soulpne que





la |

vos





La. SANT
aute de
as



In communication do PURSS ne
comporte pas de nouveau plan de
paix mada quella apporte unu
contribution utile ad la discussion,
d6jA ongagée, sur Papplicntion
pratique de le resolution du Con
seil do Sécurité du 22 Novembre
1007,

Quant aux proposilions sovid-
‘tiques, dont le contenu n'a) pits
été divulgué, on indique qu’elles
sont bien formulées d’apres In re
solution duo Conseil do Sécurité
mais qu’elles n’ehivisagent qu’une
tupne y répondra en temps utile,
“application particle — et par
étapes — de dotument eb dune
fugon plus avantageuse pour Ies
arabes que pour Israel. Contrai-
rement il n’y est pas question de sane-
tions contre Israel, ni d’une con
férence des quatre grands, — et
moins encore de la création dune
foree de pix composée de con-
fingents fournis par ceux-ci.

Quant a la position de la Graa
de Bretagne, elle a été précisée
devant la conférence des chefs de
gouvernement duo Commonwealth
par le Seerétaire au Foreign Of-
fice, M. Michael Stewart. Thoa
catégoriquement rejeté toute idée
dune solution imposée par les
grandes puissances. J@ ne vojs
pas comment une solution impo-
sée pourrait étre durable, avait-
il dit mardi. Les puissances doe-
vraiont s’employer auprés de
Jeurs camps du Moyen Orient!
pour les encourager & coopércr
ayee Je repréxentant de VONU,
Je Dr. Gunnay Jarring.

De avis du pvouvernement bri
tannique, Jes parties: adverses
sous Pépide du Dr Jarring, de
yraiont ge mettre daeceard sur
chacune des téles de chapitres

A VENDRE

MEILLEURE OFFRE
Unite machine a laver de mar-
que «DUCHESS».
Sadresser +
Ambnhssade du Canada —
Pradel — Bois Ve na —
dy 08:00 % 12::00 hrs. du lundi
au vendredi.

Pont

LABKGH AAA AWWA Le

SEROP P

do In résolution du Conseil do 8¢
curitgé — retralt deg troupes la~
rélionnes, reconnalasanee de Vin
tiyerilé territoriale ot deg fron-
tidres d’Isracl, liberté de navi -
gution et problame dos réfugiés
— &tant entendu que applica -
tion do chucune de ces mesures
dWépendrait de | Vapplication’ des
nutres. Le gouvernement britan-
nique estime enfin que l’on de
vrait digeuter en tout dernier
lieu du probléme de Jérusalem, le
plus difficle & résoudre dans J'at
moaphére actuelle.

xxXXXK

ATTENTATS A LA BOMBE
A RIO

lO DE JANEIRO (AFP) —

Trois nouveaux attentats a la
bombe, dirigés contre des instal-
lations militaireS ou policiéres
ont fait au cours de la nuit de
mardi & mercredi pour la premié
re fios, un mort et
parmi la population civile de Rio.
Six atlentats & la bombe contre
des installations gouvernementa-
les ont ainsi été commig depuis
le début de l'année & Rio de Ja-
neiro.

Les trois explosions ont été
tres puissantes ...une d’elles a
completement détruit une voiture
stutionnée devant un poste de po
lice. Une jeune femme a été
tuée par lexp.osion, en tout six
personnes ont été blessées par
les explosions. Cette recrudescen
ce d’attentats & Rio, comme a
Sao Paulo, était prévisible en rai
son de nombreux coups de mains
commis récemment contre des dé
pots d’armes ou d’explosifs et des
armureries.

On apprend par ailleurs mer-
eredi que le journaliste brésilien
Irencu Guimaraes, correspondant
du journal’ francais Le Monde
vt collaborateur ~ de VAgence
France Presse, qui était détenu
par la police -depypis jeudi der
nier a regagné son domicile ‘mar
di soir. ‘

autre part, un tribunal de
Rio a demandé la comparution
de Vex - député de Vopposition
Hermano Notre Alves, accu-

~

Goft agréable — Conservation.

six bless¢s -

860 d‘infraction a la Lol aur
ln sécurité nationale, et qui a dis
paru dopuls le 18 décembro der
nler, Alves suralt été privé de
sea droits clviques pour dix ans.

Toujours sur le plan politique,
on apprend mereredi que le pré
sident de la République, le Ma-
réchal Costa E Silva, a accopté
la démission du Sénateur Da -
niel Krieger de son poste de Pré
sident du Parti gouvernemental
de Valliance rénovatrice natio -
nale at du bloc de la majorité au
Sénat.

HxXXX
DECLARATION DE DUBCEK
PRAGUE — AFP —

Nous vous assurons que nous
n'avong rien fait qui soient con-
traire aux principes de Janvier,
rien contre V’intérét de nos na-
tions et cela méme pas au cours
des différentes négociations diplo
matiques dont les conclusions ne
peuvent pas étre rendues puoli-
ques a notamment déclaré mer -
credi soir dans une allocution ra
dio - télévisée, M. Alexander Dub
cek, Premier Seerétaire du PC
Tchécoslovaque.

Toute tentative de rechercher
une politique différente de celle
du comité central, toute tentati-
ve de créer dans l’opinion l’espoir
qu'il existe une autre voie prati
quable ne méne pas A la mise
en application de la politique d’a
prés Janvier, mais au contraire,
dans ane impasse! a encore décla
ré M. Dubcek.

Tl faut éviter toute action qui
entrainerait des mesures éxter
nes, a encore déclaré M. Dubcek
N’oublions pas, a-t-il ajouté, qu’i)
ya, a linté-jieur du pays et a Vé
“tranger des forces qui ont tout
intérét A fomenter une crise et
des conflits tragiques. Le Pre -
mier Secrétaire du parti commu

‘niste a enfin souligné que M. Pe

ter Colotka proposé par le Praesi
dium au poste du Président de
lAssemblée Fédérale, est un hom
me qui a prouvé ses qualité: a-
pres Sanvier 1968 et qui est hu-
mainement proche de M. Josef
Smrkovsky.



ECTORAL SEJOURNE

A base de CODEINE TOLD et EUCALYPTOL.
Toux, Rhumes, Bronchites Enrouements, Influenza.

Affections des Poumonrs

ASA ENCINO ICIS IORCNO NERC RCA

NAKAI INIION s

|

VRRANNN NY

A PETION VILLE

Te ELSA WAIT IIOII EI EM EIRINI T Sa M e eE S

int





AVIS

Les Produits HAMP GC () denvent etre achetés

aux adresses suivantes:

A PORT-AU-PRINCE Mme. Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Lalwe

Boulangerie St-Mare
Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas



A XN 668 erences!

Luce Chatelain

Rue Toussaint Louverture





oer

“KEKICKECCIOIOIK ATCC ERA AAT A SERA ASEAN AAAS. WA RSRSRINNEIONIONICIEINS

et



de la carie-







DANS NOS

REX - THEATRE

Jeudi A Oh, ot 8 h, 1b
LWENWEMI No, 1 DU ¥F, B. I.
Entréa Gdes 2,60 et 4.00 ,
Vonredi ih 8 oh. 80 PLM.

La’ Cie. Jean Gosselin ‘présente
LES OEUFS DE
LIAUTRUCHE ‘
Entrée $ 0.60 1.00 et 2.00

Ae eect oth

PARAMOUNT

Jeudi A 6 h. et 8h, \
LA BAIE DU GUET-ABEN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00
Vendredi 4 6 h. et 8 h.

LE LIQUIDATEUR ’
Entrée Gdes 1.20 et 2.60



Drive in Ciné Delmas

(ROUTE DE DELMAS)

Jeudi a 7 h, et 9 hh.
CA CASSE A CARACAS
Entrée $ 0.560 parsonne

Vendredi & 7 h. et 9 bh,
BLANCHE NEIGE

ET LES SEPT NAINS
Entrée 1 dollar par voiture

De Luxe Auto Ciné
(DELMAS)

gcudi a Th. et 9 bh.

LE BONHEUR

Entrée $ 1.00 par voiture
Vendredi A Th et dh °
LES DIEUX SAUVAGES
Entrée 1 dollar par voiture

ETOILE CINE
(PETIONVILLE)

Jeudi a 6 h. 30 ct 8 h. 30
SEUL A CORPS PERDU
Entrée Gdes 1.50 et 2.50

Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30

LE CHEVALIER
DE MAISON ROUGE
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

*

CINE ELDORADO
(PLAGE JER )
Jeudi 4 6 h. e¢ 8 h. 15
(Sur demande, générale)
LE GENTLEMAN
DE LONDRES
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

Vendredi & 6 h. et 8 h. 15
(Sur demande réitéréc)

LA PORTEUSE DE PAIN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

CINE OLYMPIA

Jewdi (En permanenge)
IYENFANT DU CIRQUE
Entrée Gde 1.00

Vendredi (En permanence)
(Jour populaire)
DUO DE MITRAILLETTE
Entrée Gde 0.60




CLNEMAS
AJ CAPITOL
Jewdi 2 6 h. ey Boh, 80°

TILT A BANGKOK :
Entrée Gdes.2.00 ot 8,00...



Jedi A Gh. o& 8h, 80
VilT A BANGKOK +
Enirée Gdey 2.00 ct 3.00°



AIRPORT CINE |.

' (PURTALL 3ST, JOSBPH)

Jeudi a& & h. 30 et 8 h. 30
MEURTRE PAR ACCIDENT
Entree Gde 1.00 e+ 1.60 ‘
Vendredi & 6h. 80, et.8 h. 30
LE RETGUR DES TITANS
Entrée Gde 1.00 ef 1.50

MAGIC CINE
(SALLE CLIMALISER)
Jeudi & 6 h. 15 et 8 h. 15
COPLAN FX-18 CASSE TOUT
Un film de contre-espionnage en -
cowleur.—
Entrée Gdes 1.20 et 2.50 |<

Vendredi & 6 h. 15 et 8 h. 15
LE SERGENT NOIR

CINE UNION
Jeudi i 6 he et 8 he .
SCOTLAND YARD -
A WECOUTE
Entrée Gde 0,60

Vendredi A Goh. et Bh.
LE CANARD ;
EN FERBLANC
Entrée Gde 0.60

MONTPARNASSE

Jeudi a 6 h. et 8 h.

LE GRAND DEFI

OU MACISTE, HERCULE,
SAMSON, ULYSSE ,
Entrée Gde 0.00 *

Vend.edi a 6 h. et 8 h, ‘
BATMAN,
Entrée Gde’ 0.60

CINE PALACE.

Jeudi 4 6 het 8 h. le *
UNE FOIS AVANT
DE MOURIR
Enrée Gde 1.00. Ll.
Vendredi &2 6 h. et 8h. 15.
LL POURSUITE :
{IMPITUY ABLE ’
Entrée Gde 1.00

CRIC-CRAC CIHE
Zeudi a 6 h. et 8 h. 15.

LE RIDEAU DECHIRE
Enirée Gde 1.00 et 1,50

Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
ROCK AND ROLL
Entrée Gde 0.50 et 1.00

A VENDRE
Camionnette TAUNUS 6 ey.
lindres modélp 1965,
kn bonne condision.
Sadressor au bureau du Jow
nal, .
nal ou téléphener au No 5533.





DUCO
a l’Age de Il’Espace

Pour étre adaptee a

lépoque des satellites et

des fusées, votre voiture
{ doit. étre resplendissante.

!
:
!
:

Elle le sera quand vous

laurez passée au VRAI

D’ AUTOMOBILES.

DUCO, le DUCO
‘authentique garanti 7

par la signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI BUCO
pour voitures est en vente

.ala

SOCIETE HAITIENNE

CETTE
















JANVILR lvoe

JNVBI y







«LB NOUVELLISTD >

RHUM BARBANCOURT



REPUTE DEPUIS 1862







' wl oe




Sapte wh
ue Nerchog fa ection earre:

de nainianes ef vous trouverde
signalene dee autres pour dematr,

VOTRE HOROSCOPE

Par frances Dr ake

spandant au





vo



da votre anniversatre

pes
HEN perspacllVaa yuo vous ’

Droit de reproduction totale aut pevtiella réserud,

King Features

Le

Propricté

Syruticate — Hxrelusivité

NOUVELLISTE y

VENDREDL 10 JANVIER 1969

‘e) MARS AU 20 AVRIL ce
LIER): Retlechisses protonide =
ment, Propositous et contre pro-
positions, Ne vous. laissez pas
entrainer par vos sentiments, Que
votre jugemeng sur vous: pub

vy AVRIL AU 21 MAL CT At
REAU): Lisez Is conseris 1
coux du Belier. Ambiance duo me
me ordre, N'inte.prétesz pas cire
nément les intentions d’autrui ct
faites - vous aussi bien compren-

dre. Ecartez lea on - dit.

ye MAI AU 2E JUIN (Gh -
MEAUX): By.tez un exces de
serupule qui sert, eu deer
analyse puralysant. Vises a un
succes positif plutot 9 qua un

réussile purement spectacwaire

Be JUIN AU 28) AV abba:
(CANCER): [vites des pitres .
juconsidérées, Jes couctustuis hb.
tives. Si vous metes pas ceriscs
de yous, attenie, avant dog
Mais ne seyez pus virif vite:
les extréme:. .

pa JUILLET AU 2s AOU!
(LION): Surveillez los finanee.

la situation au foyer, les beso n
des enfants, ll y aura de da pl
ce pour de laniclioration, Si
idée se revele irréalisable, rites
le nécessaire pour la modifier.

21 AOUT AU 23 SEPIEM -
BRE (VIERGE): Conjunciien
supérieure a la moyenne, Propres
sez dans le calme, la régularité,
en évitant la tension ef lu bate.
Un point de vue différent vou




donnera d’intéressuntes supices
tions,

24 SEPTEMBRE AU 25 OC-
TOBRE (BALANCE): Si vous
éltes en une position tie force, 176
curtez pas les consci!s qui vous
sont donnés de Vexiericur. Ils

peuvent étre particulicrement te
conds en cette excellente perivile.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Tact eo do
lieatesse dans vos conticty
VYautre sexe. Le succes ot
sageable méme dats [es
ditficiles. Soyez attentif
possibilités nouvelles,

ayer



beeches
uy

23 NOVEMBRE
CEMBRE
sOyoZ pus
Peut Gtre

AU 21 DR.
(SAGITTAIR EI: Ne
irrité par Vopposities
que les uaiseils Pau
trui sont ameitlewrs que vous te
pense, Devetuppes voir

de Phoineur

yo

DECEMBERE AV Bo AS
VIER (CAPRICORN tat Ly
nombreux uvantages res
Hun effort au

Wheront
mieniet verde

oT vets 3

Que vatre action seit inspirce
par Phonnetete et un jugement
Astable!

BL JANVIER AU Tig) FE.

VRIER (VERSEAU): Belles in-
Civatrens comme réecompenses des
otfoerts des semaines pussces. Tra
vailles ster des pessibilite Meu

velles. Certaines meériteront vo -
tre assiduite, Faites de votre



nveux et les résultats seront
bons,

tu PEVREER AU 20 MARS
(PO) “ONa): Belle journée of-
frant de grandes — possibilites
Wexpiciter vos dons et daider ef
fieneement quelqu’un., Taches in-

dustrielles et de direction notam-
Ynent favorisées,

SI VOUS ETES NE AUJOUR
WHC: Sachez comment attein-
dre votre auditoire et par des
ieeniiments p.otunds, Si vous le

voules, Vous sercez des chefs ap-
precice, Vos possibilités, sur le
plan dcs affaires, sunt considéra

bles, ainsi que dans les secteurs
scientifique, militaire et politi -
que, Il faut simplement connai-
tre vos puiyts faibles, les corri-
wer ct accroitre vos connaissan
ees. Liaudace est dans votre Si-
ene. L’amoureux est — fer-
vent, le professeur consciencieux,
Yami affable et dévoué. Le Ca-
pricurnien, quand il reste fidéle
io sa oueture profonde, est une
puixsante personnalité.



Le Plat défendu

NEXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE

BISVU REE
Une pastille aprés Tes repas ct
vous

arrétez leg troubles intesti-
*.s intoxjeations alimentai-



res et
ditfhetle.



Stat g-vous toujours & Vusage
de la MAGNESIE BISMUREE

/connaitrez plus mi trou
testemae ni troubles des

Lley fe
intestins.
De: chauffe-bains, fers a repas

ser, réchauds, 1 radios, ventilateurs







dernier eri, apparel A air condi-
one se Hauident A la TIPCO.
Pre .se7-veus.
thes

“emede

souverain
CONTE LA CONSTIPATION
«LFS GRAINS DE VALS».
huyularisateurs de l’entomac et
ie Vintestin — laxatifs et dépu-
ravifs,
En vente dans toucea lea Phar
macies.









les ennuis de la digestion.



De Bonnes Affaires
pour
le Commerce et Industrie

“OFERE No. 1-68
ROLNTO INTERNATIONAL LTD,

IME VELON DE CUIR EN VINYI.
Ji NTENSIBER DE OUALITE SCPERIEURE

Grand Cheoix de Coloris — Toute épaisseur —

Larveur 54° ou 11135
Fabrication de :

Bottes

Pour dt

Souliers Hommes et Femmes.
Sandales

Sacs a main

Coussins

Housses d'autoniwhile

Ameublement etc... ete..

fet sur demande pour tout Usage Spécialise.

“Pour Echantillons, Prix, Renseignements,

Commande...

Visitez LA MAISON YVES MORAILLEE
> Rue des Miracles en face dé la BN.RLE.
Phone 3777



La Maison Wilfrid Justin

Tient & votre disposition .un assortiment complet d’articles
pour installations hyarauligues e; sanitaires — tuyaux galva-
nisés, lavabos,: W. C,, fitting pour W_ C. etc...

Ingénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la maison Wilfrid
ustin vous attend pour vos achats de Matériaux de Construc
tion,

Voug y trouverez A meilleu prix le. articles suivants: Plan
ches Brutes, Planches Prépa ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-
niéres, Toles, Ciment, Clous, Hardboard, Plywood, Serrures,
Cadenas, Treillis métallique ete...

Maitresses de maison, Vous aurez les meilleures garanties et
durabilité avec la Peinture marque «ADELPHI».

Peinture Latex intérieur et extérieu1 de rendmmée mondiale,
peinturg pour piscine, Pour tog vos matériaux de Construc-
tion ux seul nom Wilfrid JUSTIN, une seule adresse : RUE
DES FRONTS FORTS No. BOX : 897 Phone : 8780.

PEP,



UN BEAU MASQUE
UN MAGNIFIQUE CHAR
UN GROUPE IMPOSANT



POLAROID vous les remet en 10 secondes
Voyez «DON MOHR SALES CO.»



“nible.



Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste» »

Blondie



Que vous AVIEZ
: DEUX Corr:



Discours de Me. Louis Dorcé

A SON INSTALLATION COMME DIRECTEUR DE L’ANNEXE DU LYCEE TOUSSAINT LOUVERTURE

Monsieur le Directeur a2 PEdu-

ealion Nationale,
Messieurg Jes Inspecteurs,

Chers Collaborateurs et Colla-
borutrices,

Mesdemo'selles, Mesdames, Mes
sieurs, .
Je one voudrais pas prononcer

de ds cours puisque voecusion qui
m’a valu ce pus. est du.é@ eb pe-
Je veux parler de la mort
prenataurée du feu Directeur An
d.é Louisdhon, lequel Directeur
tout le monde admirait, tous les
péres et meres de famille louan-
geaient. Cependant la ‘mort nous
dit: Malherbe n’epargne person-
ne. : .

«Le pauvre en sa cabane oil
le chaume le couvre est sujet a
ses ivis.

Et la garde qui veille aux bac
riégreg du Louvie nen défend
point nos Rois».

C’est en ce sens, Mesdemoisel
les,

Mesdames, Messieurs

Qu’avant de, prononcer mon al
locution si nécessaire, je vous de
manderais de’ bien vouloir obser
ver avec moi-une minute de re-
cueil:ement, ce, pour le repos de
lame de notre ami de combat en-
levé a notre affection le 18 De-
cembre dernier... Merci.

Mesdemoiselles, Mesdames,

Messieurs,

Je suis trés touché de la con
fiance que vous me faites en me
plucant. a Ja Direction de lAnne
xe du Lycée Toussaint Louve. tu
re a .itre provisoi.e et des cordia
Jes et encourayeanteg paroles que,

AVIS

Comite de
Coordination de

PEnseignement.
Agricole (COCEA)
PROJET : Comité de Coordina-
tion de /'Enseginement. Agricote
Marché No, 1

RRO: Po ét BID Ne,
‘Moniteur Officiel
Y Marg 1067 or No
tebre 1968.

121/SF-HA.
No. 22 du
Rood Qe OW.

hes Ingcnicurs, Architeetes,
entrepreneurs et tous les interes
se, sont informes qu’en vue de
la reconstructon de l'Eeole Nor.
male Rurale de GRAND - PRE -

DU - NORD aA GRAND - PRE
vu - NORD entre le 8 JAN -
VIER et le 10 FEVRIER 1969,:

durant les heures ouvrables, le
Comité de Coordination de liEn-
eclipnement Ag icole (COCA)

recevra au BUREAU du COCKA
&k VEtage de la Maison Bernadel
en face de la CURACAO TRA
DING, Port au Prince sous pli
vcacheté a Vadresse du dit) Comi-
té, les soumiss’ons qui pour-
ront lui étre faites.

Les plans, dessins,
tions, renseignements
nécessres aux

specifier
pertinents
Soumissionnaires
pour la préparation de leur of-
fre, ainsi que les conditions du
marché peuvent étre oblenueg du
Seerétaire Adnministrat:rf duo CO
CEA des ta présente publication
ehaque jour de 8:00 aan. heures
a 4:00 pam. heu es, moyennant
un dépét de garantie de Cinquan
te Gourdes em especes ou par
chtgue a Vordre du Comité — de
Coordination de VEnscignement
Avricale (COCEAY,

Le Montant integral de ce dé-
pot sera remboursé a chacun des
soumissionnaires lorsqu’ll aura re
mig en bon état Iles plans et do-
euments qui lui avatent été four
nis.

Chague soumission doit étre
accompapnée dune enution de
grerantie provisoire (Reo: «invita

tion aux Soumissionss 18
Cautionnement),
Les différentes soumissions re-

cues scront décachetios le 1a BG
VRIER 1969 & 10:00 heures acm,
heures au local di. COCA par
le Comité de Coordination — de
VEnseignement Agricole, en pre
ence des soumissionnnaires qui se

seront présentés. Lad judication
des constructions sern pranones ne
ultéricurement et avis ens:
donné par le Comité a Vadjade: a
tare et aux autres sovmission
naires.

Le Comité de Coordination de
l'Enseignement Agricole sc réver
ve le droit d’ accepte, ou de reje
ter toute soumission.

Comité de
Coordination de
PEnseignement
Agricole (COCEA)

Fait & Port-au-Prince. le 7 Jan
vier 1969



Yous Monsieur le Directeur Gé-
néral venez de m/’adresser, tant
qwen votre nom personnel, qu’en

celui du Gouvernement et du Dé’

partemen, de Education Nat.o-

nale. Je vous remercie du plus
profond de moi-méme.
En effet, je suis fier du titre

de Directeur de Annexe du Ly-
cée Toussaing Louverture puis-
que mon amour pou, cet établis
sement, est, chose incommensura
hle. Cet.c fonetion que le- Gou-
vernement de mon Maitre:
norable Docteur Francoi, DUVA
LIER Présdent A Vie de la Pre
mitre République de Negres Li-
bres me fait Vhonneur de me con
fier, es: je le sais, bien, medeste
et charée de ronees a la fois.
‘Mais du haut en bas de léchelle,
tout fonctionnaire représente la
Loi, ec, un petit fonctionnai-e
peut et doit faire pour le bien
public, dans sa sphere, autant
qu’un gros. Soit su: mon journal
Bel-Air Réve, soit qu’en prenant
la parole ma ntes fois par devers
le Prés ident & Vie de la Républi-
que, j'ai en effet, fait de’ mon
mieux pour mériter Vestime de
mon Chef ey de mesg amis, qui,
je le sais, attendaient de mes nou
velles avec une impatience tou-
jours affectueuse.

En tout cas, a cette tache com
‘ien dedicate - je vous promets
que vous au-ez en moi un Dire¢
teur vegilant, dévouc, qui sur-
ycitlera leg moindres petits écarts
quel guc soit. leur projectile.
Vous me trouverez toujours prét
A protége: de toutes mes
forces et selon ‘le bon droit
moment. vous venez men ac-
les petits écolierg qu'en ce
corder la garde, Soyez persua-
dés quils sont en de bonnes et
tendres mains. Ces pelites progé
nitures de la Patrie de Dessali-
hes sont maintenant livrées a la
conflance d’un jeune e, dynami-
que Duvaliériste qui se place tou
‘jours au se:rviee de la Révolu-
tion depuis sa naéssance en 157
et qui mene inlassablement su
harque a bon port.



Respectueux du droitt de Ven
fant en faee de Vavenir le, Ins-
tituteurs, les Institurices e; Moi
aurons a déyager dans les clas
ses des contingencee duo present.
Nous geravirons aves nas petits
ecolie.s la ponte toujours rude
et oescarpée de Ja montagne de
vérité, de justice et de bunté, et,
i mesure que noug léverons, No-



tre horizon s'étendra. Nous decou
vrizons Wabord un peu plus de
liberte possible, plus haut beau-
coup Wegalitée et enfin arrives
aio osonenet oavee Vapdtre du
Bien-Biure Collectif, le potte de

how éeoles, [Eminent Ethnologue
ol Sociologue Son Excellence Je

—tperident a Vie de la République
contemplerong — Timmenve

fraternité humaine. Puis:que teut’
prés de nous, le 2 Janvier ie
dans le vibsant’ message Prési-
dentie: fo da Nation; nous rete-

ve.te pa ole du Grand Mai-
haitienne en fae

nons
tre de la ponsée
veur des enfants

eBonne année mes chers
fants puisque vous Tous
nos grands ancétres par,une chai
ne invisible eg indissoluble pour



on-
relids A



SARL CO.

Un nom dans PEconomie du Pays

S. A. F. I. C. O.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a ia

{ONAAAAAA NAN SN EKER NEN SEEN SSS ER TANARSAN
e oe @
T

revalorisation de la vie paysanne

S A F I. C. QO. 7
Des millierg de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S A FL C 0.

Un millien de sacs de Sisal au service de ia Nation Haitienne

S AFL CO.

c
Une industri Nationale au service de la Nation Haitienne
| S A FL C. 0.

SAS HAAN SAVARESE EEE SEE er pe!

/SEEESRELSEEEEERLERS

Lito ©

- Les égoutter,



la ‘pérennité méme de la Patrie
Negre d’Haiti.»

B.ef ! je veux pouvoir étre
aussi fier des Gloges que mes

chefs auront & me faire ef que
je suis heureux d’avoir mesuré
aujourd’hui I’étendue de leu. a-
mit.6 pour moi. Les bong con-
scilg qui me sont prodigiés en
cette circonstance restcron, gra
vés dans ma mémoire; je sais
quwils sont dictés par une sincd-
re affection et une longue expé
rience acquise par toute une vie
consacrée au service de la jeu-
nesse esludiantine.

C’est A juste titre que je de-
manderais d’ores et déja a mes
collaborateurs et collaboratrices
d'étre toujours A Wheure, d’ob-
server les réglements Clic és dans
le Code d’Instituteurs. Que la
ponctuatité soit toujou:s en hon
neur chez nous. Lamour pour
nos petits é!res avides de savoir
doit’ oceuper en nous-mSmes la
premiere place. Que la vocation;
d’un bon Instituteur ne soit pas
mise de cété, ainsi le renom de
Yannexe du Lycée portant le
nom din des grands génies de
la race sera ‘digne de louange’ et
de mérite. En outre, A ‘tous les
Edueateu:s ct Educatrices de ma
Direction je solliciterais de gui-
der l’intelligence de leurg éléves
dans la marche vers le progrés
préconisée par le Leader Spiri-
uel de la Nation de Dessalines;
de les aide; & comprendre les
travaux de renouvellement de la
Nation entrepris depuis plug une
dévenn’e par le Chef de la Révo
jution Duvalériste. L’école n’est-
e'le pas le lieu de ta justice, de
la raison et de la Hberté ? C’est
la que l'enfan: doit se fami! iari-
ser avec les grands principes
qui forment la structuve méme
de notre Gouvernemeny et qui lui
serviront pour leg Jutte, futures.

Distingués assisants excusez -
‘mui d’avoir si longtemps retenu
votre att-ntion; jaurais eu eneo
re bien des choses A vous dire..
mais je sens que vos regards se

touinent vers VOs occupations
journaliéres. Ceperdant, avant
de terminer, permettez que je

renouvelle mes indéfectibles — re-

merciement, a tous ceux-la qui ont

- Recettes
de Cuisine



cont:ibué & me hausser & ce pox
te digne d’un filg de la Révolu
tion; Je veux pacter de lg «Gran
de Révolution Duvaliériste.s Mes
remercicments vont égalemeny &
tous mes ‘co Iuborateurs et amis
qui ont bien voulu m’assister a~
vec désiniéressement & mion ins-
tallation en ce coquet - battinent
restauré récemment par le Pére
de la Feunese Haitienne, le Réno
vateur de la Patrie de Deasal nes
V’Honorable Docteur Francois DU
VALIER.

En effet nous allons nous st-
parer, moyennant’ j'attendg de
vous tous; Jes conseils les plus
salutrires cu’ me servrent, de
boussole tout le temps quesj’au-

‘47a passer ici ko la Wires on de
YEnseignement Primaire dy Ly-
cée Toussaint Louver ure;. avec *
Vappui de mon Maitre Je Prési-
dent & Vie de la République. ce-
tui de mes chefs hiérarchiques
et dans la goire de |’Eternél. En
core une fois. Merci et bonne fin
de journée. . 48

Mait-e LOUIS DORCE -

Directeur du Journal
BEL-AIR REVE ~
Comptable diplémé
Licencié en Droit — Avocat.

TE

AVIS.

JEUNE A 40 ANS

¢La vie commence & 40 ans» dit
un vieil adage.

C’est vrai si vous écartez toute
possibilité de constipation ou tout
commencement de Rhumatisme
en preénant les petits comprimés
de G. S. Tablettes.

Ne n’oubliez pas : G.S. Tablet
tes.

En vente dans toules Pharma-
cies,

Utilisez les jolis Miroirs et Fe
ees A Mains, métalisés. Ce sont
dutiles cadeaux ct A des prix a-
bordables.

En vente & la Boulangerie La
Poste, Grand’Rue.

Simples
Haitienne

Par Niniche

A

ABRICOTS AU JUS.— Jeter
dans Veau bou ante, des lamel es
u#abricots. Laisser cuire un peu.
Les retirer avee Técumoire dés
qu’elles remontent = it In surface.
Les diesser, dans un
bol; les saupoudrcr abondam -
ment de sucze, d'une poussiére de
muscade, ajouter du jus de atron,
Mettre & macréer au 1éf igéra-
teur et servir bien frais..

.



ABRICOTS EN CONFITURES.
-— Les peier, les couper en lamel-
les, les peser. Mettre d’abord
dens 1a casse-ole une tasse d'eau
pour une livre de fruit et une i
vre de suere. Ep'cer avec can-
nelle, museade rapée, ruban d’é-
co ce de citron. Commencer la
cuisson sur un bon feu d’abord.

puis en diminuant. Ajouter le
sucre. Laisser cuire.

(A suivre) ,

. 4

° i ?

, * t

z

;

;

2

SARS on EXCISION A




¢



é
L'historique capsule Ualpallue qué a folt 10 tours sur Vor
bite de la lune est retournce & son constructeur le North
Americus Rockwell en Californie. Durs le fond on voit
wane repliqae de fu fusce Satiane 4 yer traté mia de capsule
en vrhite, Butretenps a Cap Kennedy, ta machine d'Apallo

montee xp oun Proeteur yeont est condaite cers sa ranpe
de Teveemest of ele subira des fests ev cue du vol hap
waiu aetoir de le tesre fe os Beerier.

:
i

Le Réy. et Mime Roberts



(Suite
TEelise Methediste odes Bints: de Duvatier soit charge de sov-
Unis membre influent de da «Me yenirs qi Vous Terunt — anmer

davantage le Gouvernement, Son
Chef et le peuple haitien. Merci.
Port-au-Prince, ce Y Janvier

thodist Conference».
Sa ca rere comme evan lisie
moderne n'est dépassce que par

celle du Pasteur Billy Graham, 1:04 /
son grant ami. Georges J. Figaro
Ti est le Président fonditeur Maire de Port-au-Prinee.-
de Oral -Robe. ts) University - de .
" ae : Le Reverend Oral Roberts

Tulsa, Oklahoma. Cette universit¢
fonde if y a quatre ans, a coute
21 omidlions 500 mille dollars,
Tl projette de Pagrandir pour en

vepondit: au Mavre Figaro :

Nous seummies heureux de
Vhonneur, du geand honneur que

fai-e une universite de 50 nullons Jo gouvernement du Président
dp dotlars pour aider les 6tudinnts jjyyalier et vous nous faites.
necessiteux, C'est aussi un honneur fait a

Le Reverend Roberts a profes-
sé avec succés comme Pasteur de
VEgise Methodiste.

Il est le pere de quatre infants
et. a deux petits enfants. L'un

Dieu, car c'est en son nom que
hous sommes venus. Prions pour
qu] bénisse nos oeuvres.

Apres ces paroles du Révérend



de fs, Richard, maiié al » Oral Roberts, Vimposant cortege
a six schiaines, est arrivé dans le motocyclettes en téte, s’ebran-
groupe avec sa femme Patti. la en direction de lAvenue

Rechard et Patti sont en June Jean-Jacques Dessalines pour
de miel, - faire un grand tour dans la ville

Le Pasteus Ora! Roberts et sa avant de se rendre a El Rancho.
femm.: Evelyn, et les commer- La visite du Révérend et Mme



gaunts industricls Walter Block et Oral Roberts et du World Action



William M, Doiy, tous les deux Team en Haiti donnera lieu a
Membres du Conse!l des Régents une sé.ic de manifestations de.

de VUniversite Ural Roberts, ot Vamitieé haitiano- américa:ne.





Mesdames Leslie Inez Lusk © et Chaque matin de 9 & midi, il
Nona 8. Askew font une y aura a Eygise Meéthodiste ue
etoisads dans les Caraites avee Purt-au-Pince un seminaire pour






Jeur Gquipe d'action mondiale les pasteurs de toutes les croyan-
(World Action Team). ces. Ce se.a une session «’ensei-
Avant de venrien Haith, @U- enement qui sera tenue par — le
“niversite Oral Rubetts avait a= | Revérceni) Oral Roberts.
vite oo Teles PAmbasscdeus Hy aura trois soivées le 9, le
Maiti a Washington, M. Artiaiy oye et Je 1) Janvier at. Stade
Bonhomnie qui a cu i prononcer Sylvie Catur, Ces soirses qui
une obrilante contéevence pour serunt des mMectings fe igieux
mettre Faccent sue la politique commencecont a 7 heures.
© prorres soci seideni ¢
Vie ed eta Tineteus ain Palats National, la Chorale

presenfera un concert ei
hommaye au Président et
Mise Dacalier quit offri ant
reception en Uhomneur da
Reverend et Atme Roberts

France s Duvalier.

Le Malice - Purte

George J. Figure

pyesenute les clefts de la Ville a
TRisteur Oral Roberts

ee

*
Le Pasteur Gral Roberts







el
eo de . L fteerts . .

. L: President te Oral Remorts con groupe opasserent in cing
Unives.ty, aecompagne des jours,
femme ct de sun eatiipe ie ete Une brillante reception sera
regu nu Pond pennt ae . eRUCS offerte en leur honneur vendredi
Jean Jac “Mes Hessusinn = vi Some eae au Palais National aprés le
maoobar te Maire President de once te la chorale en hommage
ja Commission Communile de yp csident ei Mn Francois
Port-au-Prince, le Pocte-Matve fyayetier
Georges do Pigazo, qui Iai Nous leur souhaiton? la pilus
souhaita da bienvenue en lui a ardiale bienvenue



remettant les cies de ja Ville = .
. . FS a ubetin JOLICOEUR.
Reve end Pasteur,

, Auonom de S. BE. le Président
h Vie de la Republique et de Son
Gouvernement, au nom de la Ville
de Port-au-Prince ef de son
Edilite, je suis heureax de vous
souhaiter ainsi quia Mine Roberts
la plus cordiale ct la plus chaleu-





relse des bienventies.
Cette vis te qe vous erfectuez Culliver-cous, (dimusez-
a i! ws L.
en Haiti: ore de soleil} et du Fi tye
SoUTire, va Vous mettre en somtact Z 4 BE, ‘

plus élroit avec le peuple haitien,
avec seS aspirations, avec ses
efforts ves une organisation
sociale mvileure. Votre séjour
vous initivra a ce peuple boitten
qui accueille toujours avec son
ame ccux qui Painient et | Valls
étes de ceux-la. Mt vous verrez un
peuple - qui se consac.e des
oeuvres de paix et de civilisation,
scus Végide d'un éminent Leader,
SE. le Dr Frangois DUVA-
LIER, le Genial Constructeur de
la Nouvelle Haiti, UHaiti de
Vhonneur, de ta grandeur, de la
spirituahts. :

Le Gouvernement ot Pedi ue
de Portcau-Prin s ont voulu don-
ner a cet accueil une signification
amicale. Et ils en sont satisfaits.
Aussi, me fais-je avee enthousias-
me Vinterp.¢te de la population
de Port-ausPrince et de son Ad-
min stration en vous remettant
les clefs dela Ville. Port-
au-Prince, A Vimige de sa baie
mujestueuse et enveloppante, vous
ouvre son cocu et ses bras, Vous
Ges ict chez vous.

Que votre séjour dans Vila i

i oyvz

it

EFREN ZIMBALST JR - WALTER PIOGEGN
CELESTE HOLM - TELLY SAVALAS
SUSAN STRASBERG



Carnet Social

Hier ramenait Vheureux anni
versaire dune fidéle lectrice de
notre journal Mile Sonia Chery

‘Nous profitens de la circons
tence pour présenter i notre
-eharmante amie Sonia nos voeuc
de Bonne Féte et d’Ad Multos
Annos,

Ce soir a 6
I,ENNEMI No.
Entrée Gdes

:

Le Francais, tel qu’on...

‘suite

jai UN COFFRE-FORT,
est DU VIERMICIELLI, il ma
fait DE ViIFS REPROCHES,
UN ELOGE FLATT EUR (nais:
UNE LOUANGIO EXCLESSE.
VE), prenez-moi LIE PEIGNE, il
a fait UN FORMIDABLE bi-
CLANDRE, UN MANQUE de
fermeté, de sang-froid, de legi-
que, vayez pusser un, satellite
etc. ‘Quant aux mots doat te
sens change suivant article, les
reteniy dans des contextes appre
priés : la manche de la chemise,
le munche du couteau; un livre
relié, une livre de*suere, ete...
Deuxiéme régle pratique : Pré-
servyons nos enfants, nos tout pe-
tits des fausses delinitions, des
erreurs dé& base souvent irrépara
bles, Corrigeons par exemple
dans Claude Augé cette fausse dé
finition de Varticle : «l'article
est un petit mot qui se place de-

ceci

vant? Je nom ET QUI EN
PREND LE GENRE ET LO

NOMBRE». Non, dans Vétat av
tuel du francais, l'article N‘
PREND PAS le genre et le ne.

bre du nom, c’est Ini qui DO?.
NE au nom son genre et son nen

bre. Dixons & nes enfants : Tor
ticle est un petit mot qui se pla-

ce GENERALEMENT devant le
nom —-ear il se place parfoi, Je
vant un adjectif — et QUI LU!
DONNE SON GENRE ET SON
NOMBRE. Bourbaki a fail sou

entrée en classe de Ge, il est bien
temps que Saussure — s’installe
nussi dans nos classes de gram-
naire et méme dans nos classes
élémentaires.

li— QUELQUE CHOSk DE
BON, DE BEAU,

DE NAVRANT, ete.

Puisque nous purlons du gen-
re, c'est peut etre le moment dat
ticer Vattention sur te groupe
«quelque chosey. Si le mot «eho-
ses se fait preceder des articles
eféminings la ou une, le groupe
«quelque chose» est un pronem
indéfini, qui peut passer dans la





classe duo nom, mais pre de
Varticle «masculine un (ef. Vex-
pression populaire eun petit

quelque chose. Pour vous fanu-
liariser avee l'emploi’ no. mal de
«quelque choses, reprenez autant
de fois que vous le jugeres neces-
saire les membres de phrases sui
vants ,
Quelque chose de
Quelque chose de beau.
Quelque chose de navrant
Quelque chose Wexaltant
Quelque chose de vilan
Quelque chose de fou.
Quelque chose de certain
Quelque chose de faux
Quelque chose de serieus
La mene remarque vaut pour
egrand choses, dans «Pas yrand-
choses, «peu de et autre
choses, quiil ne faut pas confon
dre avec unc autre choses
Peu de chose a été dit ou fait
(Grevisse)
Pas prand-chose
-(Grevisse)
Pas grand-chose d’exaitant.
Autre chose a cte dit.
L— POUR «LIBERER UN
PAROLE CAPTIVE>
Le role duo g.ammuairien n'est



hon.



CHOSE >

de nouveau

ik

pas d. formuler des inte. dits, ib
est, au contraire, de Hhérer une

parole captive, cest A dire d’e-
xalter chez Véleve la creativite

Inguisftyue, Ta Sprachk aft, di-
sait Hudiboldt:. Cette phrase ti-
ree dut article de M. Pierre



Kuents pubhe duns «le francais
aujourd hts (Juin 1968) ma
inspire Videe de yous presenter,
ce soir et dang mes prochaines
émissions, quelques expressions et
tournures traneaises si simples et
meme si familigres que yous au
riez peut-ctre hésité a les utili-
ser, Cependant eles ont toujours
de nombreux et selides parants,
to) Les orcilles me cornent
eon parle de mois.

Cette teurnure, donnée comme
familicre, est bien rrancaise, Ne
la boudens pas uarce qu'elle 2
6t6 fransposée en créole

«Les oreilles ont da vous
ner on oa souvent parle
yous», Dictionnaire Robert,
corner.
ePlait-il?
cornent.> Mal.







cor-
de
sous

nie
Ma

Les oreilles
Feole des

—SAADDIAD aE NPILSIL A LAL CLL ACP?

Pour vos enfants, pour vous mémes et
. dais votre Foyer

UOUuSs, renseignez-Vous

JOHR SALES CO cous propose
dca films court métrage de & mm.
- Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
DON MOHR SALES CO.




au
14
B

TECHNICOLOR

AU REX THEATRE

h. et 8 h. 15
1 DU F. B. 1.
2.50 et 4.00

ris, [, 3, v. 279,

«ll faut done que les oreilles
n’nient cornés, Mol. Malade ima
winaire, LI, 9.

«Les oreilles ne vous ont-elles
point éorné depuis que j’ai ici no-
tre cher Corbinelli, et surtout lo
reille droite ? car c’est Voreille
droite qui corne quand on dit du
bien», Mme de Sévigné, 304, 18
sept, 1672, aitée par Robert.-

20) Le noir : «Pobscurités. Ce
sems est attesté par Mauriac :

¢Au salon, Thérése était assi-
se DANS LE NOIR. -Des_ tisons
vivaient encore sous la cendre».
(Thérése Desqueyroux, X).

«ll prit la lampe, son b. le-
vé éclairait la nuque de Thére-
se : «Vous ne montez pas enco-
re?» Elle ne parut pas l’enten-
dre. Il sortit, la laissant DANS
LE NOIR». (ib. 1X). Tl est aus-
si attesté par Roger, Martin du
Gard, Albert Camus, André Gi-
de. De chacun de, ces derniers au
teurs, je donnerai un exemple
«Le petit, qui fait semblant de
dormir, mais qui écoute tout, l’o-
yeille tendue DANS LE NOIR...
retient son souffles, (Les Faux-
Monnayeurs, ITT).

«J'ai mal. la téte. Je n’ai pas
faim. Je voudrais m’étendre dans
le noir».

(R. Martin du Gard, «Les Thi
bault, I, 2, p.
mard:

«Les escaliers restaient pion-
g@és dans la nuit Rieux haus-
sa les épaules pour lui-méme,
dans le noire. (A. Camus, La
peste, p. 104, Le livre de poche).

Mesdames, Mexsicurs, je vous
remereie de votre attention et je
vous bonsoir, 2 mereredi
provhain





.
ais
’

Pradel POMPILUS.



iy
La Chorale de c
-ORAL ROBERTS ‘
UNIVERSITY» OFFRE UN
CONCERY AU PALAIS
NATIONAL

Veminent Pisteur Evangélis-
te nord aniéricain Oral Roberts
qui se trouve actuellement en un
séjour de Mission en not-e pays, se
fera Je plais’r d‘offrir un grand
Concert au Palais Nationa] avec
la participation de la Chorale de
VUniversite Oral Roberts.

Cette manifestation artistique
ct cullurelle, plecce sous le haut
patronage du Président a Vie de
la République et Mme Frangois
Duvaler aura lieu demain ven-
dredi 10 Janvier & 6 heures p.m.

a Situation au
ud Vietnam:
(Suite)

decru et

mie avail sensiblement
que les pertes américaines au
cours des huig derniers jours

(101) avaient Gi¢ les plug faibles
depuis Octobre,

Les troupes communistes — se
sont borneées a effectuer des tirs
de nuit sur deg positions alliées,
d'attaquer pendant l’obseurité des
avant - postes et de lancer des
raids de représailles contre des
Villages qui métaient pag défen-
dus. Pendan, le jour, les troupes
miliges n'ont eu que quelques es-
earmouchcs avec de petites for
niations v.cteong mais elles ont
découvert, notamment au cours
de Ja semaine derniere, un nom
bre croissant de cacheg d’armes
ct de munitions: tout cela prou-
ve que l'ennemi refuse délibéré-
ment le contact et ,refuse méme
de protége,; ses réserves. L’expé
rience a montré aux américains
gue les communistes adoptaient
cette tactique quand leur but es-
sentiel était de procéder a de lar
ges mouvements de troupes.

Cela semble étre le cas pour
la troisieme zone tactique, une
larze bande de terrain boisé, al-
lant de la fronti¢re Cambodgien
ne A la mer: c’est a partir de Ja,
selon les centaines de documents
saissis ef les déclarations des pri-
sonniers, que devait étre lancée
l'attaque de Décembre contre Sai
gos et cust li que la plupart des

cscarmouches actuelles se dérou-
lent. Les américaing ont accro-
ché hier un groupe de nord-viet-
namiens & 30 kms. au Nord de
Saigon. 27 soldat, nord - Viet-

namiens ont été tués au cours a¢

ce violent combat qui a duré qua

tre heures. ,
Les troupes que les soldats a-

méricaing et sud - vietnamiens
ont’ rencon-ées au ¢ our s
de ces accrochages étaient

des pelotons de reconnaissance ou
les guides Vietcongs de soldats
nord - vieinamiens. Ce sont les
éelaireuis de plusieurs divisions
nord - vietnamiennes, dont on
affirme qu'elles effectuent un
mouvement fournant en direc-
tion de ]’'Ouest, du Nord-Ouest et
du Nord de Saigon afin de pren
de position pour une éventuellé
poussée verg Ja Capitale du Sud
Vietnam. Une division, la MBAO
tenterait de prend-e position pour
se diriger ‘vers Saigon par le
Nord’Est, et deux autres au-
rajient Vintention d’avancer vers
Ja Capitale par le Nord. Toutes
ceg divisions évoluan, dans la
Jungte, sont difficilement répéra
bles et leg premiéres indications
sur leurs mouvements me remon
tent qu’a dix jours.

1.a diminution soudaine
nombre des escarmouches au
cours des dix derniers jours
doit-We inciter A penser que les
troupes communistes one renon-
cé a, leuvy plans, soit en ratson
des patrouiles renforcées de six
divisions alliées dans cette ré-
gion, soit parce qu’Hanoi a dé-
cidé de ne pas atiaquer leg gran
des villes, afin de respecte; un
accord qu'il aurait pu avoir pas
s¢ avec Washington. Faut-il pen
ser au contraire que l’adversaire
se trouve en difficulté, ? Person
ne ne peut & Vheure actuelle ré-
pondre & cette question. °

A Vendre
Chevrolet 1958
Parfait état.
a 29 —— Chemin des Dalles,

du

23, Edition Galli- .

,lementaire traditionnel sur le sys-

AU FIL DES JOURS...

suite

sil, son mai, M. Hendrik Ver-
wany Consul du _Brésil, son ma-
ri, M. Hendrik Verwaay, et ses
enfants Monica et Hendrile Ver-
waay Jr.

DIVERS

..Le succés du spectacle spe-
cial présenté par les artistes de
la Compagnie Jean Gosselin au
Barbecue dansant du Sans Souci
a eu ses échos partout dans la
ville. .

JL va sans dire que le spectacle
de Mardi prochain. attireia toute
Ja foule de gens qui regrette de
de n’avoir pas ass.sté au premier. .
of ‘on remazquait tant d’artistes
et d’amnateurs du beau e du bon
dont le Docteur Férére Laguerre
et sa charmante femme Virginia
de Toronto en compagnie de M.
Harry Von Wolff, Manager de
Castel Haiti et M. Fred Wosl-
ley du méme Hotel et tous. ceux
que nous avons déja cités.

"xX XX +

_.. Le jeune Richard Mourra,
fils du grand conimergant Fouad
A. Mourra et sa distinguée
épouse née Télémaque a mis fin
Aoses vacances en prenant Vavion
dimanche pour retourner au Car-
dinal Farley Academy ot il
poursuit ses études classiques.

Ila été conduit 4 Vaéroport
par ses parents, sa jolie soeur
Linda et par sa grand’mére Mme
Paul Télémaque:r

xX X X

.. Lo Dr. Lueie Paultre
Sajous est rentrée s.medi soir
par le Volt 485 de la Pan
American.

xX X

XXX.

.. Notre charmante amie,
Mme Carole Malval Hollant, ar-
rivée le 2 Janvier pour rejoindre
ici ses enfants Caroline et Ti-
Claude est vepartie mardi soir
pour Puerto Rivo.

Elle nous a parlé avec enthou-
siasme de sa rencontre avec le
Maire de New York, M. Lindsay
au cours de la eéramonie de Pres-
tation de Serment du Gouverneur
Louis A, Fe.re a eu Lindsay com-
me voisin a la céremonie.

xxx‘

Mme .Iphigénie Nassar
Louis-Charles, charmante femme
du- Dr. Ruy Louis Charles © est
retournée lunci a Philadelphie.
Mite a été saluée a Vaéroport
Prangois Duvalicr par son frere,
notve and Ludovie «Dodo, Nas-
sa.. Mlle vient dé passer. dix sept
jours ici avee sa meéra, Vve Elias
Nassar au Cap et avee Dodo et
sa famille a Pott-au-Prince.

Partie dict depuis 1956, Iphi-
genie avait’effeetué son avant
derniere visite ici en +1908. Elle
nous a dit son regret de n’avoir
pu satuer tous ses amis. Aussi,
cHe nous a prié de leur trans-.
mettre tous ses voeux de bonne
et heureuse année 1969.

x xXx :
Mireille Derneville,
de notre estimable



... Mile
gentille fille

ami William «Bibis Derneville et
Mme née Cambronné, est repartie
lundi. en compagnie de son amie
canadienne Chantal Terrien aprés
trois semaines ici. Mireille étudie
la technologie médicale A Mont-
réal,

_ xxx
_ Le jeune William Brandt,
fils de YVindustriel Clifford

Brandt et de sa distinguée épouse,

née Paquin, a repris l’avion
Jundi pour Montréal. Bill, aprés
dagréables “vacances avec ses

parents, ses fréres et
retourné h ses études
Bréboeuf.

soeurs, est
au College

xX xX 6
Le Professeur Georges
Bayardelle est rentré lundj matin

par le Vol d’Air France venant
de San Juan.
xxx
Le jeune Carlos Rafael

Tercero, fils de )’Ambassadeur du
Guatémala, D.. David Tercecro
Castro a pris Vavion lundi soir
pour Guatemala City ot il est allé
combiner travail et études a
VUniversité du Guatémala,

Il a ete cwhaudement~ entouré
par sa jolie amie, Mille Klena
Suarez, par son pére, son frére
Eduardo, par ‘Ambassadeur du
Mexique et Mme Humbe to Mar-
tinez, par M. Oscar Suarez de
VAmbassade argentine el Mme,
parents d’Elena, par M. Cesar
Bonilla de |’Ambassade guatémal
teque, pa. l’expert statisticien de
VOMS, Dr. Julio Per:oie et Ma-
dame, par l'Ingéneur Silva de
YOMS et Mme, par Mlle Céles-
tin, Michel Célestin et Lebrun,
par l’‘Ambassadeur de Colombie,
Dr. Carlos Torres Poveda, sa fem
â„¢me et enfants et par le Ministre
‘Pierre Chavenet, Assistant Chef
du Protocole. .

...Le Révérend Larry Prast de
lEglise du Repos Céicste de New
York a été accueilli lundi soir
par le Révérend Carlyle Spitz de
VEglise Episcopale,

x x x

...Mme Victor Papillon, intir-
mitre a Chicago a .epr.s lavion
lundi soir apres d‘agreables va-
‘ances dc fin d’année avec son
mari, sa jolie fille Nadja, son

fils Errold. Elle a été saluée a
‘Vaéropors par ces derniers, par

son compere, M. Mere Henry,
Comptable en Chef 4 Office Na-
tional du Tourisme et un grand
nombre de parents et d'amis.

...Le Dr. Georges Piguet, chi-
rurgien de Lausanne, Suisse et sa
femme Moreschina, arrivés lundi
soir ont pris logement au Sans-
Souci.

xxx

...Mme Geralda Arty Domini-
que nous a annoncé qu’elle par-
tait mardi soir pour Paris avec
sa jolie fille Azou. Elle était par-
tie au debut de decembre denier
pour Montréal of elle a été cher
cher sa fille Martine. Cette char
mante compatriote espé.e reve-
nir dans quelques semaines,



L’ Actualité Internationale

LE LIBAN SAISIT L'OACI
MONTREAL (AFP)

Le Liban a demandé la convo-
cation dune Session Extraordi-
naire du Conseil de l’Ocganisa-
tion de l'Aviation Civile mterna
tionale (OACI) pour eétudier le
diftérend’ Libano - Israélien 4 la
suite de Vattaque de l’Aéropor!
de Beyrouth par un Commands
israélien, annonce-t-on jeudi au
siége de Organisation a Mon-
tréal,

Le Liban réclame ja convoca-
tion de cette session pour que k:
Conseil de VOACI examine Vin-
tervention récente des forces ar-
meées dIsrael a VAéroport inter-
national de Beyrouth et la dcs-
truction au sol de treize appa-
reils civils.

Selon Varticle 5 de la Conven-
tion de Chicago de 1946 de I’A-
viation ccivile internationale, le
Conseil de VOACI doit examiner
toute question dont il est saisi
par un état contractant.

Israel a été invité a partici
per A cette session extraordinal-
re qui doit s’ouvrir le 20 Janvier
a Montréal, Les délibérations se
dérouleront a huis-clos.

xxx
LA POSITION CANADIENNE
VIS A VIS DE L’OTAN

LONDRES, AFP.—

M. Pierre Trudeau. a une fois
de plus marqué aujourd'hui sa ré-
serve i V’égard des engagements
futurs du Canada vis a vis des
Alliances Militaires de gn pays.

Parlant devant 500 journalis-
tes des Associations de la Pres-
se Etrangére et du Common -
wealth, il a en effet déclaré que
son gouvernement renouvellera
pour un an ses engageinents A
Véegard de YOTAN, mais qu'il ne
pouvait, & I‘heure actuelle, don-
ner Vassurance que ces engage -
ments seraient reconduits aprés
cette période,., Le Premier Minis
tre canadien a rappelé que la po~
litique étrangére du Canada su-
bissait actuellement un réexamen
fondamental a V’issue duquyel cet-
te politique serait définie.

Le Premier Ministre Canadien
n’a donc pas levé Yambiguité qui
pése sur ses intentions a Vé
gard de VOTAN et qui continne
de susciter des appréhensions
dans les milieux politiques bri-
britanniques.

Dautre part, M. Pierre Tru-
dau a été ‘Interrogé sur l’éven-

tuclle instauration d’une réfor-
me au Cé@nada sous son Admi-

nistration. Il a répondu en sou-
riant: Cela dépendra du temps
que je resterai & mon poste. I! a
ajouté qu’il était exclu que cette
éventualité se présente au cours
des quatre prochaines années.
Toutefois, a-t-il dit, Ia constitu-
tion canadienne étant elle aussi
réexaminée, les options demeu -
rent ouvertes pour l'avenir. M.
Trudeau a précisé qu'il ne pen-
seit pas que le peuple canadien
était préte & se diviser sur cette
question principalement symbo -
lique. Enfin i] a laissé entendre
sa préférence pour le systéme par

teme présidentiel de type améti-
cain,

A légard du Moyen-Orient, le
Premier Ministre Canadien s‘est
borne a rappeler le point de vue
de son Gouve.nement, seion le-
quel Ja Mission du Dr. Guannar
Jarring, meédiateur de lONU,
comporte les plus grandes chan-
ces de parvenir a des resultats
satisfaisants. Il a& ajouté que la
souveraineté de tous les Etats
doit étre respectée et que ]’em
ploi dé la force ne pourrait en
aucun cas mener 4 une solution.

Enfin, comme on, lui deman-
dait sl, au cours de ses entre -
tienst avec M. Harold Wilson, il
avait évoqué la question de la
prédominance américaine, notam-
ment dans le domaine économi -
que, M. Trudeau a répondu par
Paffirmative, ajgntant que devant
Ta e technologique des Etats-

niss"H ne semble pas qu'il existe ’

de réponse automatique.



Pharmacies assurant

le service. cette nuit.

Jeudi 9 Janvier 1969
ST RAPHAEL
Carrefour Feuille
MARIE CLAIRE .
Rue des Fronts Forts



Carnet Social

Hier 8 Janvier ramenait le ja
yeux anniversaire de naissance
de la gentille petite Marie-Mar-
garette Francois.

Nous saisissons cette occasion
pour ajouter aux nombreux voeux
de ses parents, les notres sincé-
res : Ue joie, de santé et du suc
cés dans ses études.

Ad multos annos Marie Marga
rette |



Les Sandales «APOLLO» s'enlé-
vent yapidement; Ile Cordonnier
hien connu Maxan MERAN tra-
vaille jour et nuit dans le but de
satisfaire son enviable Clientéle.

Adresse Rue du Champ de
Mars No. 82



LE MISANTHROPE ~



(Suite)

serait mortelle A pyeve échéance,
ne pouvons nous efoire que dans
certaines occasions, il y a en nous
un Misanthrope prét & se drez-
ser ? :

En effet, quand 4 un certain
tournant critique de notre vie,
nous voyons un flot tumultueux
de petites rancoeurs, de petites
jalousies, de petites envies, de pe
tites rancunes, qui nous entou-
raient & notre insu, monter dans
un sinistre bouillonnement, quand
nous voyons les principes s’écrow
ler et les caractéres s’effondrer,
quand nous voyons la honte s’al-
Hier & Vaudace dang le rictus du
mensonge, et quand les baisdes
deviennent de simples masques

Mudeleine Gan

Pierve Liate ef
e

pour Wultinivs tridiiseis
autre attitude prendre

du relus ue colnprolMmisolul aye
cette realie, cere realite qui
n’est peut étre que celle d’un mo

Hue volte



DECES

Nous annonguis la triste neu-

venue ue dae Uivre de wr Leonce
Kerreol ull barriain su.veuue te
mercredi ¥Y Janvier a Lilo ho pin

en Sa Pesidesice a la Lue avlacusuur
apres une Jolgue eb douloureuce
Maladie .CHredeniemenb SuUppor-
tée, :
Nous présentons* nos condulean
ces & ses lis i AL Andre berreol
et Mme Malterre Ierreul, a son
beau-tus Murat Hercule
A ses neveux el nicces
Mr et Mme Guoetave
et enfants, Mr et Afme

Ferréol
Maurice

Walme et cnfants, M. el Mine
Anton ‘Typpennauer ect entanrs,
je Dr et Mme Wiliam Drice et

enfants, M. et Mme Joseph Da
masse et enfants, M. et Mme Ko
ger Drice et entants, M. eb Mme
Gabriel Germain et enfants, M.
et Mme Franck Germain et en-
fants, Mélles Rolanue Germain
et Carmen Germain, M. et Mime
Elie Louis et entants et a tous
jes autres parents et allies.

Les funeérailies de Mr Léonce
Ferréol seront chantees en ['I:-
glise St Joseph le Vendredi 1
Janvier a 4h p.m. Le Convoi par
tira de la maison Paret - Pierre
Louis dot le corps sera Cape
des 2 h pm. et Vinhuimaton se
fera A la Croix des Bouquets,



L’Ecole Technique
de Cosmétologie

La Direction de I’Ecole Techni
que de Cosmeéclogie annonce
Youverture prochaine de la SEC
TION. Dis COURS PRATI-
QUES ACCELERES DE SOINS
DE BEAUTE. 4

Les Inseriptions sont recues
chaque jour au local de Fistue
blissement, 938 Rue Pavee, & par
ti: d8 bh. 30 du matin. Eile rap

pel duc des bourses de perfec
tiunmmement aux Etats Unis d’A

micrique seront accordces, au lau
réates, a la fin de l'année acadé
mique,

3 Janvier 1969

LA DIRECTION.



Les Anciennes
éleves des Soeurs
Salésiennes

sont convoquées ce dimanche 12
Janvier A 7 ho am, pour lew
réunion officielle.

Comme toujours, une
sante loterie apportera une
de gaiet«.

Priere de ne pas

Ne pas oublier
annuelle,

*
intéres-
note

manquer,
la cotisation

SKE ERKSERS EE”

Le Rond Point Night-Club

Samedi 11 Janvier
DINER DANSANT

Dés 9 Heu

Tenue de vill

res P. M.

e de rigueur
By

’

Admission $ 2.00 Dollars

MEENA ESS SSESSSES EES SSSA SS ELAS.

;



quelle

ment, mais d’un moment qui nous
laissera marqués toute notre vie?
Alors, pour une durée ‘de temps:
indéterminée, ne sommes - nous
pas, ne devons-rious. pas Gtre -des.::
misanthropes, et préférer encore
le «déserty plutét que d’aceepter
la flagrance des mensonges répé-
tés ? :

ll y a un misanthrope, c’est-a- .
dire un honnéte homme, qui som
meille en chacun de nous. Et le
Misanthrope de Moliére, c’est ce
‘quae chacun de, nous peut avoir
qui dit + «Dites-moi la vérités.
En passant, et dans un ordre
didées moins dramatique, il est

fs ou sera un jour, un homme

ne dans les rales ‘dAlceste et de
Céliméne du Misanthrope -

assez curieux el assez amusain
de sarreLer UN Mislale sur te La-
meux sonnel qui provuygue = lp.
brousdle enere Aicesie EL Cronle.
Il ne peut guere y avolr de dou?
tes sur des tuventions de Jautear:
Je sonnet d’U.onte est ridicule ei
Alcuste a raison de le tur dire,
_ Mais if avrive que ce sennet con-
tient Pune des phraces les plus
saisissanies, eb qui rend le mieux
la situatiun de Vamani trempé
«on désespere alors quien espere
toujours Molicre a voulu taire
un sonnet ridicule : son weuie ne
le lui a pas permis. . .



Nous Ne puuvons ilthiginer Un
Alcesie melueur que’ cuiur Cree
hier sou par Pierre Livi. Son
personnage est saisissanu de ve-
rite, de convicuion, d mdgldalon,
C’est Alcesie, cue ne peu elie
qu’ Alceste et on ne peut Tieux
on juger que pac jes sous qu'il
eveule dams Nuire propre coeur,

A ja conterence de presse aon-
nee par la Compagnie dean Gosse
lin a Vinsticuc brangais, Made-
femme Ganne avuuait avoir peur
du role de Celimene, Nous som-
mes heureux de lui dice que sa
peur n’etait pas fondee. ll y @
certaineinent plusicurs — Yagons
dinterpreter le role de Ceélime-
ne, mais la signne se tient, et-a
éte tres satisfaisunte,

Robert immuich dans le role
de Philinte, a été tres bon, et
nous avons retrouve avec plaisir
Jean Gosselin dans le réle
VOronte, quil a tenu avec 8a
verve habituelle.

Le Misanth.ope était peut-étre
la meilleure picce avec laquelle
la Compagnie Gosselin, pouvait
débuter la saison, suison qui,a en
juger par le choix des pieces et
ce que nous avons pu voir des
acteurs, promet d@’éire des plus
“brillantes. .

Jacques LARGE,

Lettre Ouverte de
remerciements et de

(Suite)

li¢remens et ol jai une installa-
tion commerciale, a Jaquelle j’a-
vais investi $ 4.000, je ne pouvais
me luisser déloger avbitrairement,
sans que lTobjet de la plainte
wait suivi une procédure légale.

Je Vous remercie, Excellence
de ‘navuir sauvée de l'arbiurai-
re, et peut-élre Wun sert tragique
qui me fait frisonne, a la seule
penséee; je Vous :emercic, aussi
de me rappeler que fidcle aux
idées .- forees de la Revolution,
Vous voulez une justice pour
tous, @ toug les niveaux des cou
ches sociales. C'est forte de cette
idee que j'ai peolesté contre “cet >
nxele auquel ces hommes ont vou
la Vous donner la paternilé.

Je naitaque personne, je de-

mande seulement justice. Il me
faut un temps lézal pour tirer
benefice des $ 4.000.- investis
dans cet hdtel cl réaliser mon
Capital, Je desire travailler en
paix et jouir de ta sécurité a la-
quelle ont droit tous eeux qui tra
vaiflent au développement indus
trie) et touristique du pays.
Vous remereie de mavoir
sauvee et de vivre libre soug le -
drapenu ngir eb rouge de Dessa.
lines Le Grand.

de Vous prie, Ikxcellenee, de
trouver dans cette lettre l’expres
sion profende de mon attache-
ment a Votre Gouvernement, A
Votre Personne et a Votre Fa-
mille et d’accepter meg -souhaits
de joie, de sucets, de longue vie
pour année: 1969.

Mme RACHILD SALOMON

Pension Royal Palms

Annexe La Belle Coquette

Avenue Charles Sumner No. 28°

,
ee