Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text









a



QUOTIDIEN

LE PLUS. ANCIEN D’HAITI
. - -FONDE EN 1896

Directeur - Administrateur -
MAX CHAUVET

le








Louelli

MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

Sle







fi

No. 21

P.0.BOX

ADRESSE : RUE DU GENTRE



PORT-AU-PRINCE (HAITI) |
PHONES : 2282-2492



2 ,

+1316



~No 27.712

*

788me ANNEE

-VENDREDI 3 JANVIER 1969"



Le Message du Président

_ a Vie de la

A LOCCASION DE LA
. LE

Chers Concitoyens,

Notre époque, mgrquée par ‘le
développement — prodig.eux de la

Scicnee et de la Teehnique, ne
porte pas moins le sceau du
retard des valeurs mozales.

L'ecart entre le progrés matériel
et la régression; pourrait-on dire,
des ferces morales fournit une
explication de la grave crise que
vit Uhuman.teé entiere.

Des hommes, grace & la Scien-
ce, accumulent des richesses qu’ils
litilisent A des fins meurtriercs
pour stXisfaire leurs appétits de
domination; d'autres gémissent
sous le fa.deau de la misére et
révendiquent parfois avec violence

le droit) to la vie, le droit a la.

dignite. ,
Des conceptions idéologiques
prétendent a Puniversel sans

souci du respect des traditions
culturelles propres @ chaque peu-
ple, & chaque nation, 4 chaque
rave. >

Hen résulte dans les relations
intesnationales un état de tension
qui place Vhumanité au bord de
Vabime. :

Conscicnt de cette situation qui
“fait planer sur le monde entier
la menace permanente d'une ca-
tastrophe irséparable,.Sa Sainte-
te le Pape PAUL VI, glorieu-
sement régnant, vient eneore
cette année inviter tous les hom-
mes de bonne volonté a célébrer

Ja «Journée de In Paix, le ler
Janvier 1969. .
En ma qualité de Premier

Magistrat de la Nation, Respon-
sable des destinées de la Premiére
République Négre du monde, Je
réponds affirmativement & Vap-
pel de Sa Sainteté.



Retour de
Dumayric Charlier

Nous avons eu le plaisir de
revoir notre excellent confrére
et ami Dumayric Charlier Direc
teur aa. du «Matin» qui, rentré
tundi soir de son magnifique pé-
riple en Asie, en Europe et
uux Etats Unis, a eu ce matin
Fa courdisie de Tut rendre Bi.
te au ¢Nouvelliste>.
~ Le Secrétaire Général de VAs
sovialigh des Journalistes Hai-
tiens avait, comme om Je sait, ete
invité par de gouvernement de
la République de Chine fh visiter
la Chine Nationaliste.
Cha lier qui y a été - objet
Wun cordial accueil a profité de

son voyage pour Visiter de nom
breuxy autres pays d’Asie, d’Eu
rope et d’Atmeérique d’oti il est
reveny enchante,

Le Directeur a.i. du‘ «Matins
se poopose ailleurs de commen
cer de, lundi la publication d’u-

ne sevie de reportages pour don
ner ses impressions de ‘voyages.

Notre ami Dumayric. :Charlier
noete partout objet dun accueil
chaleureux. Tone tarit pas d’é-
loges sur la cordjalite de Vaccueil
qui lag fut rése veo Foxmose. Ila
éfe qussi partout un Ambassadeur
den Presse Ha tienne et de
(intellectualité haitienne, faisant
comnitre le visage de notre pays,
la richesse de sa cuiturd, les réa



heations duo Gatvernement du
President Duvaher,
Nous feljettops notre ami Du-

mmayric Charlier du sucdég de sa
tou nee ot Ie remegsfe de sa cour
toise visite.

ee
Grandiose réception
a PAmbassade

@’ Allemagne.

Ie Nouvel An a cte marque
comme dhabitude par une gran-
diuse reception offerte le Premier
Janvier par S. kK. VY Ambassadeu °
d' Allemagne et Mme, Malsy
Mink dans leur rénidence de ta
tete de PEau a Pétion-Ville.

von yo remarquait tous les
membres de la colonie germano-
haitienne e+ des amis haitiens.

Yous ¢couterent avec attention
Pallocution en allemand de S. E.
Ambassadeur Malsy --Mink. Ce-
Jui-ci voulut. bien faire une breve
“analyse de la politique étrangere
du Gouvernement de Bonn et
dex conerétisations de Vaide alle-
mande a poetre nays sous forme
de bourses, de recherche des eaux
souterraines dans les Plaines du
Cul-de-Sac et de VArcahaie, de
construction de l'école — profes-
sionnelle germano-haitienne, qui
doit fournir des techniciens pour
notre développement, sans outre
passer nbs besoins.

Le Message enregistré de 5. 7.
le Président de la République



Fédérale ANemande, VIng. Dr.
Heinrich Lubke fut Gcoute avec

attention par lassistance.

Les invités firent ensuite hon-
neur au buffet et & la table gar-
ni¢ jusqwA une heure de Vaprés
midi. :

JOURNEE
ler JANVIER

République

Dr LA PAIN.

1a80

gle yous exhorte, Peuple Haitien,
noassumer Ja Volante de palx qui
doit animer tous les hommes au
cours de Vannée 1969 et de cclly
i venir, car la paix est la seule
garantie d‘une vie digne par le
travail p.oductif. : ,

Si notre vocation a la liberte
et A la dignite s’est affirmee au
cours de lultes sanglantes qui ont
abouti au ler Janv.er 1804, nous
avons pourtant mesuré le | prix
de la paix tout au long de nutre
émouvante et palpitante histoice
nationale. :

La menace d'une guerre Be-
‘nécnlisee entretiont le cauchemar,
nourrit Finquiétudy ot Vanpoisse,
paralyse lesprit humain, La paix
est devenue
toute Fhumanite :

J’en veux pour dernier témoi-
ymage ce touchant et significatif
appel a la paix et a la featern.te
suniverselle lancé & Voceasion de
ja Noel par les cosmonautes — a-
mericains alors quils orbitaient
nutour de ta lune, :

Vengage done les populations
des villes, des bourgs et des

Sections rurales a s'associer aux
autorités civiles, militaires et
religieuses dans toutes les mani-
festations qpi seront organisces
le ler Janvigr 1969 en vue | de
l'exaltation des idéaux de paix.

Port-nu-Prince, le 30 Décembre
1968.-

Docteur Frangois DUVALIER
Président a2 Vie de ja. République

Nominations pour
le Diocese du
Cap - Haitien -

R. P, René Coignard, demis-
sionnaire comme curé de la cathé-
drale, est némmé aumonier des
Soeurs de St- Joseph de St-
Vallier au Cap-Haitien; ;

'R.P. Francois E. Eugene
devient curé de la Cathédrale.

Ces deux nominations ne
prendront effet que je 10 Janvier
prochain.

Les nominations suivantes
prennent effet immédiatement 2

R, P. Smith Lamour est nome
curd de Limonade;

R. P. Georges Vinceni devient
cu-e du. Trou-du-Nord,

Sont nummes vicdires

A St- Raphael, le R. P. Fran-
coils Bianéis; .

A la Cathédrale, le R. P, Lé
vesque Lamour;

A Plaisance, le R. P. Jean
Francoeur.

Par dévision en Conseil de Son
Excellence Monseigneur Albert-
PF. Cousinean. ©. S.C, Arch.
éyéque du Cap-Haitien. |

En ce dix-huiti¢me jour de

décembre 1968.



Un beau geste du

«De Luxe Auto Cine»

A l’approche de la féte de ]’E-
piphanie, Ja Direction du De Lu
xe Auto Ciné a sélectionné pour
sez timables et fanatiques clients
la Superproduction la plus — re-
marquable de la saison.

«LA PLUS GRANDE HISTO]
RE JAMAIS CONTEE»s. Cette
colossule production qui se ran-
gveoparmi les meilleures connut
dans toutes les grandes Cuapite-
les dy monde un succés sans pré
cédent.

La Direetion du de Luxe Auto
Cine, a décidé quia cette occa-
gion Jes enfants et les adoles-
cents accompagnés de leurs pa-
rents ne paieront pas.

Nous nous faisons Vinterpréte
du public pour remercier la direc

tion du Le Luxe Auto Ciné du
geste combien courtois a son en-
droit.

L’importante Revue des Afro-
Amércains EBONY qui __ s'édite
aux Etats-Unis d’Amérique a



Un succes pour
Edward Kennedy

WASHINGTON (AFP)

ac Sénateur Edward Kenned:
a ee ¢lu) vendredi adjoint au
Jeader de la majorité démocrate
au Sénat, battant le Sénateu-
Resse! Long, de la Loutsiane, qui
détenait ce poste auparavant. Le
Sénateur Mika Mansfield du Mon
tana est leader de la majorité
démocrate.

N. B.— Pour la plupart des ob-
servateu#s jen tentant d'obtenir
un poste officiel au sein de la
majorité démocrate au Sénat, M
Kennedy fait Ie premier geste
coneret indiquant ‘xen ambition
de briguer en 1972 Ja nomination
-de son parti pour Vélection | pré-
sidentielle.



le réve commun 4,

Mme Lois Pierre-Noel et «Ebony»

‘¢ et dans lintimité

PANORAMA DE LANPRODUCTION LITPERAIRE-
DE LECRIVAIN «FRANCOIS DUVALIER>»

POUR ILA

Le «Comptoir de Vente des
Qeuvres Essentielles» veus salue.
Il a Phonneur et le grand privils
ge de vous présenter les diffeé-
rents ouvrages -publiés au cours
de Tlannée 1968 9 par VEcrivain
Frangois DUVALIER, Auteur de
savantes études A earacteres litle
rire, ethnolegique, sociologique,
historique, philosophique et doc-
trinal.





Au meis de Février 1068, pa-
raissait la Deuxiéme Edition de
luxe du Tome I des Oeuvres Ex-
-enticles avee en Postface une
Adresse du Doctrinaire a la Jeu
nesse Haitienne. Le 22. Septem-
bre, soit 6 mois plus, tard, la-
Troisieme Edition de luxe, revue,
augmentée et corrigée par YEmi
nent Auteur, lui-méme, iJuminait
les nayons des Librairies de 14
Capitale et des Provinces de J:
Républiqué, créant un engouc-
invent sans précédent dans les mi
licux intellectuels et culturels
d' Haiti et d’Outre-Mer.

«Les Eléments d’une Doetrine +
constituent VOeuvre Maitres-v
du Docteur DUVALIER ot if a
explore, «a la manicre des Mui-
tres des Jardins fleuris des An-
tiquités Gréco - Romaines» les di}
verses .disciplines:des Léo’ Frobeé-
nius, des Louis Marin, des Ale-
xander Basmahkoff en optant
pour ceux qui s'accordent ou se
rapprochent le plus de sa métho-
de rationnelle dappréhension de
la vérité et de sa conception hu
maniste de l'existence pour mieux
les adapter & la dimension et a
la réalité haitienne. Autant dire
toutes choses pouvant contribue
a l'élaboration dune Doctrine en
fonetion de Vethnie — haitienne
«LE DUVALIERISME».

Toutes les dennées de cette
PROFONDE REVOLUTION Ht
MAINE figurent dans les {21
pages des «HLEMENTS DUNE
DOCTRINE® consistant en de sa
vantes études datant de 1934 a
1968. Et Auteur de vonelute en
Postface .: Demain tous ceux-la
qui liront ces quelques pages écri
tes avec notre sueur, notre sang,
nus velitions de bien faire djront
peut @étre que je n'ai point perdu’
ma journée.» * .

Puis le 14 Avril, ’Auteur a la
plume proliifque offraitt au pu
blic «Souvenirs d’Autrefois» “pu-
blié sous l'un de ses. pscudonymes
littéraires. «ABDERRAIIMAN >»

Métait en 1954. vee

Un esprit se détache de la rcdu-
tine de Vart d’écrire et tranche
sur ses contemporains par la vi
yueur et la lucidité de son ann.
lyse : de la littérature sociiles -
Des articles parus dans le quoti-
dien «L’Action Nationales de Ju
lie Jean-Pierre Audain cet lHeb-
domadaire «hes Grietss CPreniié
re Maniére) attirent [attention
et @aucuns, suivant sa concen:
tien ou sa fortune, tentent de dé
couvrir sous ce nom d’Emprunt
quel ¢Haitiens osait, dire tant de
choses: Certains Pont applaudi a
vee frénésie, autres Pont mau.’
dit, Wautres intrigués par tant
de témérité, Nul ne pensnit qu'u
ne nouvelle Conscience Haitien-
ne était en gestation ef xe prépa
rait a éclore —- En-offet, qui a-
vant Je Jeune DUVAGLIER, alias
ABDERRAHMAN osait. écrire
«Existe-t4il chez nous une aristo
cratie conditionnée par le fac-
teur «temps» par la perpétration,
de certains principes de Chevale
rie ov de Haute Moralité lépue:
par toute une lignée d’Ancétre










publié dans son édition de Novem
bre 1968) un mepnifique article
avee plus. d'une quinzaine de
photographies en couleurs sur la
remarquable jartiste Lois Maillou
Jones Pierre! Noel, sous le titre
«Une . Artiste des couleurs du
Soleils et-pour premier sous-titre
«Los Pierre Noel exploite les
coulcurs et les themes d’Halltis.

Liarticle décrit notre compa-
triote avec une profusion ¢
détails, sur sa vie privée et sa~
carviere artistique.

Madame Lois Pierre Nuel a
déja-obtenu 14 prix et récompen-
ses, est membre de la Société Ro-
yale des Arts de Londres, “con-

sacral sa vie & la recherche de
nouveaux modes d’expression
dang le domaine des couleurs et

des dessins. Professeur a: !/Univer
sité Howard de Washington D.C.
elle a inspiré
et aidé beaucoup de ses éléves a
la recherche de leur propre ex~
pression,

(Voir suite page 8)

‘ante

NNEE 1968 oo
et plus loin. done s‘apyit mi, de
fils du Peuple, ni de fils de a-
mille : «ll s'agit de «fils d’escla-
ve», car nous tous, nous tenons
du Grand Réserveir Commun
¢Le Prolétariaty Ft rien de plus»

N’est-il pas vrai que ¢Souve-
nirs d'Autrefoisy demeure ac-
tuel ? Au point qu'il est réedité
en-offrande & ly Jeunesse Hai-
tienne si soucieuye de vérité et
de beauté, si avide de savoir.

Deux mois plus tard, ¢Politi-
que Etrangére, — Politique eer
térale> paraissait & la gre nde
joie duo monde intellectuel dHai-
Li.

A travers les heurts, les boule-
versements mettant en péril Vin-
terdépendance des Etats, le Pré
sident DUVALIER adopte tare
Philosophie quivest celle de da sau
veparde de la Nation Position
difficile si on doit ténir compte
de Vimportanee que revet la no-
tion Winterdépendance des Etats. '




eLattitude et le comporte-
dHaiti

Ke
ment de la République
constituent les nosmes essentiel-
les et fpermanentes et le guide
spirituel de notre politique étran
ere; normes essentielles et per
nianentes qut ont eu leur aboutis
sement dans élargissement des
débats portés a la tribune de 10
NU le 27 Mai 68 et qui demeure

da plus belle défense non — point
seulement pour la République

Sacur Domiaicaine mais pour
tous tes peuples de l’Amérique la
tines,



«Deputs 1804, écrit l’Auteur
de «Probleme des Classes a\tra-
yers Vilistuire d'Haiti> sous lo

direction de quelque Chef d’Etat

que ce ft, meme sous le gouver
nement des pires ou des moins
prepres A Vaccomplissement de la
haute fonction qui leur échut aux
inoments les plus dangereux de
notre vie nationale, aux heures
les plus treubles de nos gueres
civiles, nous avons toujours eu
une magnifique Doctrine de Gau-
vernoment ¢la ‘Défense de notre
Indépendances, ‘ !

Ainsi le Dr Frangois DUVA-
LIER s’enpage a fond dans la
Gcographie Politique et nous mon
t-e sous unzjour plus clair le fon
dement relations haitiano
dominieaines <2 ke question — des

ProntiOres, f

des

Voila ce qui fait le fond de ce
petit, ouvrage, dont Punité, la vi-
rucur de lat thése transcende. Kt
toute sa beauté réside en ¢la.vi-
vontinuité! d'un comportey
ment et @une attitude histori
alter,

fe ve Juillet 16%. une nouvel
le production «Hommage’ au Mar
tyr de Ia Non - Violence, le Revé
rend Dr’ Martin b. KING Junior
paraissait —- Ce Aivre éerit, alors
que coulaient cneore — les larmes
de Coretta KING, alors? que n’é-
tuit encore passé le premier mo-

(Suite page 4 col. 5)

, le 166éme Annivergaire de
lIndépendance Nationale a, com
me de tradition, ¢té ‘marqué par
de. + grandioses man?festations
sur tout le territoire de la Ré-
publique. Maig c’est. surtout a
Port au Prince que les manifes
tations ont cu-le plus d’ampleur,

Le- Premier Janvier & minuit
un Coup de Canon tiré de la Pla
ce des Héros de lIndépendance



Informations
Religieuses

Monseigneur Auguste JA.
MIER, Prélat de Sa Sainteté ct
Vieaire Général du Diocése du
C4ap-Haitien, vient de passer quel
ques semaines malade a l’Hopi-
tal Francais de Port au Prince.

Liéminent Prélat a subi une
intervention chirurgicale & la
jambe. I] a regagné son poste au
courant du week-end. Nous sou

haitons & Monseigneur Ja‘mier,
un prompt rétablissement,
Xa

Le Chanoine Zean-Noel, Curé
de la Cathédrale de Port au -
Prince, a inauguré les chan-
ticrg de restauration de sa Ca-,
thedrale, Les échaffaudageg sont
d¢ja installés du cété Sud ae
Pédifice, C'est grace a la Bien-
veillance du -Premier Citoyen de
la Republique, Son Excellence
le Dr. Francois DUVALIER, Pré
sident a Vie de la République,
par un geste spontané a donné
$ 20.000 a VArchevéque de Port
au Prince comme étant sa quote
part personnelle pour la restaura
tion du Lieu Saint.

Nous espérons que les commer
¢ants, Je monde industriel sui-
vront le beau geste du Chef Su-
preme de la*Nation, Le pére
Jean-Noel est un grand construc
teur; des Presbytéres, des Egli-
ses, des Chapelles ont été cons
truits par lui a La Gonave, a
Saut-d’Eau. La restauration ae
la Cathédrale de Port au Prin
ce, sera’une oeuvre, une fierté
pour tous les Haitiens conscients
du pays,-surtout les Catholiques

de toutes les couches sociales.
XxX
he Révérend Alphonse Salo-

mon est rentré-au pays, accom
pagné d’un groupe de sept Ca-
nadieng en vue de faire une étu-
de sur je Développement commu

nautaire. IIs sont aectuelleément
‘dans le Sud.
_ xX xXx
Le Reévérend MONNIN, Cure

de la Paroisse de Pétionville, pro
eéde aux travaux d’achévement
des voutes de I'Eglise Saint -
Pierre. Immédiatement, Je brave
Curé va entame; ja construction

de deux’ nouvelles Chapelles
nous le félicitons pour son dy-
naniisme,
x XX,
AO Voeeasion da Nouvel An,

nous prenons Je plus grand plai-
sir a formuler nos vocux de suc
ce continu, de santé, a nos bra
ves et 7vélés missionnaires qui
ttavailteat sans répit dans la
motsson du Seigneuy dans notre
eChére Huaitio. Son Excellence,
lé Révérendissime Monseigneur

(Suite page 4 col. 7)

et

Constantin Dumervé est mort’

Nous fames abasourdis quand
hier Jes’ parents nous firent | an-
noncer la triste nouvelle du déces
de notre distingué am:, Constantin
Dumerve.

‘Nous le savions malade. Nia
subi, il y a déja quelques mois
une sérieuse intervent on chirur-
gicale. Tl se refaisail ; mais sa
santé accusait des inégalités qui
ne laissaient pas d‘inquiéter pour
son grand age. : ,

Constantin DUMERVE est né
le 20 Octobre 1883 au Méle Saint
Nicolas; fils du généra] Dumerve
et de Madame née Lebrun. I]
Clait ficr’de seg ascendances qui
comptaient dans le passé un Gé-.
neral Placide Lebrun qui se — fit
ramarquer par Ia douceur de son
tempérament et sa grande huma~

nité an point de forcer la sym-
pathie des subordonnés qui &p-



Dans le Focus

f .
ge Port-de-Paix
MOUVEMENT DES
MEDECINS

Dr J. R. Fitazgérald et un Rési
dent du 12 Janvier au ler Feé-
vrier 69.

Dr Chas Wilson du 2 Fevrier
au 16 Février< 7)
Dr Arthur Light du 16 Février

ler Mars
Dr Tom Stanun et un résident
du 2 Mars au 20 Mars’ 69

Cet Horaire nous a été aima-
blement communiqué par te Dr
Mare Augustin.

au

partenaient pourtant & une com-

munalité différente de la nétre,
Aprés des études commencees

en sa ville natale, Dumervé vint

i Port-au-Prince continuer . au
Petit Séminaire College Saint

Martial ses classes et il a gardé
de ses anciens Gducateurs un sou-
venir reconnaissant. C’est & «c
centre d’éducation qui possédait
la confianee des familles haitien-
nes qu'il a acquis un enseignement

trés poussé de la musique avec
un congénere, le pére Jean

’ Clément Albert Saint Clair.
Il étudia ensuite le‘Droit et
obtint sa Licence. I] se tenait
hors de la barra, n’ayant pas eu
le gott de la chicane. En 1930,
i] fut parmi les délégués d’Ar-
rondissement qui coufitrent pro-
visnirement fe gouvernement a
Mr. Eugene Roy qui avait pour
mission de reconstituer les Cham-
bres Législatives dispersces de-
puis 1916.
La vie de Constantin Dumerve
oscilla entre’ deux pdles: le Moéle
‘Saint Nicolas et Haiti.

Malgré une longue résidence a
Port-au-Prince, il resta fidéle i
sa ville natale, Toutes ses con-
versations un peu prolongées
laissaient percer son am pres-
que charnel pour la ville qui
accueillit Christophe Colomb. Et
jes B et 6 Décembre derniers, nous
‘eames le plaisir rare de visiter
‘cette yille du Méle Saint Nicolas
“et de lrecevoir Vhospitalité dans

(Suite page 4 col. 8)

de I’Indépendance

grandiosement commémorée

ANTONGAIL,
du jour. .
A 9 heures duomatin un «Te
Deum» solennel a été célébre a
la Basilique Notre - Dame — en
présence du Représentant Person
nel de Son Excellence. Je Prési-
dent it Vie de div République, les
Membres du Cabinet Ministériel,
des Représentants ‘du Corps Diplo
matique ct Consulaire, des hauts
fonctionnaires du Gouvernement
mt de la foule des grands jours.
Dang la soirée il y eut concert
et réjouissance, publiques sur da
Place des Tléros de VIndépentdan
ce ou din Mat de Cocagne avait
éte érigé en face des Tribunes,
ce qui donna lieu 2 un “spectacle
amusant provoquant la joie des
badauds ct de la: foule cndiman
chée en quéte de sensationnel,

enoeffet. ta solennite

LE PRESIDENT DUVALIER
REND HOMMAGE AU
MARRON INCONNU

Le tendemain 2 Janvier tra-
ditimnnelement consacrée a mut
gnifier Jes heres de notre, Inde-
pendance, Son Excellence kE'Doc
teur DUVALIER Président a
Vie de la République qu’accom-
pagnaient les membres duo Cabi-
net Mimistériel se rendit au Mé-
morial dédié au Marron Ineonnu
de Saint Domingue ott if déposa
une gerbe de fleurs, en guise
Whommage et de veneration,

. A midi, le Chef de Etat pre
nonga son vibrant message A Va
dresse duo peuple haitien,

Le Premier Magistrat de la
République effectua ensuite une
grande tournée en Wille, Cette

tournée dura plus de deux heu-
res Whorloge. Le Cortege Prési-
déntiel visita les coins les plus
reculés des quarticrs populaires
et populeux du Bel-Air, de La

Saline ct;due Morne a Tuf.

aE,



School
cle’ Petre
© Morsteur

Souriait, Prauckle
des Bakenas
choisie
® Nouvel

cuntnye

alae,



Pat Aubelin

LA VISITE A
PORT-AU-PRINCE

DU CONSUL GENERAL
HAITI A GUAYAQUIL
«EL SENOR» SALVADOR °

BRIZ, i;

. Nous avons regu au edurs
du dernier voyage de la Santa
Rosa de la Grace Line A Port-
au-Prince, Jagréable visite de

Vhonorable Consul Général d’Haiti
a Quayaquil, le grand industriel
équatorien, M. Salvador Briz.

Grand industriel, M: Briz
est dans Vindustrie textile a
Guayaquil. I1 est Doyen du Corps
Consulaire équatorien,

Il faisait une eroisiére dans les
Caraibes en compagnie de M,
Miguel Ulloa, Directeur du Jour-
nal La Prensa, Directeur Proprié
taire de Radio La Prensa.

_Dr. Manuel Vera Lago, &cono-
miste équatorien

Mile Julieta Gonzalez, profes-
secur de Venezuela,

Mile Dulee Maria Moya Pro-
fesseur de Vénézuéla.

Mildred = Mayberroy,
Workers

Ofelia Rosénberg ~ -
_ Nous les avons rencontrés au
suffet agrementé de spectacle
folklorique organisé par I'Hétel El
Rancho a Vintention des touristes
de la Grace Line, en compagnie
du sympathique diplomate haitien,
Jean Cluude Cinéas, ex-Premier
Secrétuire de ’Ambassade d’Haiti
a Quito et actuellement Adjoint
i Ja Chancellerie haitienna,.

«Social

Aprés des heures délicidiises &
Port-au-Prince et dans leg en-

virons, particuliérement & Kens-
cotf, au Salon de Dégustation de
Jeanv Barbancourt et au Buffet
da‘) Rancho, le Consul Général
@Haiti a Guayaquil et ses amis

ont été vider une couple de
champagne & I'Hétel Montana

comme les invités du «Public Re-
lutions Officers de Office Na-
tional du Tourisme et de la
Propagande.

_Leur départ de Haiti cet aprés
midi-la fut un arrachement.

Tous ces visiteurs se sont
engagés 4 se faire des Ambassa-
deurs de bonne volonté d’Haiti
on Equateur et au Vénézuéla,

xZxExX
I

A BORD DE LA SANTA ROSA

Nous avons rencontré a El
Rancho Mme Sally Crown dont
\e mari, M/ Ronald Crown, expert
international en bridge, enseigne
ce jeu a la Card School de New
York.

M. et Mme
Ctaient & bord de
dela Grave Line
étudiants pour un
Caribbean Cruises}. Mme Sally
Crown, aussi distinguée que
charmante avait passé la journée
a El Rancho
M, William
de In NUT BOLT & SCREW
Company de Hartford,
ticut et sa ravissante femme
Jerrie. Ces visiteurs sout tombés
litt¢valement = svus Jes charmes
q'Waiti.

Ronald Crown
la Santa Rosa
avec trente
«Card School

Ils étaient guidés; par AUx
Olinot. ,
Var la méme occasion, nous

avons cneontré: Mme’ Cesia Rit-
ter, Vide-Présidente de MURRAY
{ILL Travel Service Inc de New
New Yprk, voyageant en compa

‘



LES DECLARATIONS DE FIDEL CASTRO

LA HAVANE (AFP) —-
eNodus célebrerens be Nouel An
prochain | on dutilet, a-t-i] dit,
lossque Sera tormince la recolte
des dix millions de tumnes de
eanne a osucre, bun effet, en Jan

ovier prochain, teute da popula-
ton sera ‘inebilisee *pour couper

la canine et atteidre des dix mil
Pons ae tonnes, oljectit {ye
par AP Castro.

eA cours des dix ans qui
viennent de s’eeouler nous n’a-
yous obtenu hotre dipléme
de réevolutiontaires, nous étions
seulement cloves .primatres
de ola Revelation. Maintenant
nous entrons dans Venseipne-
ment secotdlagre, et mous conime4n
gons dix leuy seg aunéesy, a de
chiré de Pre ft! Ministre.

Mo Castro ma pas minimise
Jes dangers qui menaceng encore
la Reévolution, notamment le dan
per que rvepresentent les Etats-
Unis ef fe nouveau loeataire de
la Maison Blanche, M, Richard
Nixon quis est distingué par
son Janpage menagant, Cepen-
dagt Je Premier Ministre s'est
montrée oophaniste et a souligne
que de plus en plus des pays veu
lent commerecer avec Cuba»,

«La superficie agricole aetuel
lement de 5.900,000 hectares at-
teindra, au cours des dix pro-
chaines années — 6.500.000 hecta
resy a cneere dit le Premjer Mi-
nistre.

pas

des





Citany dey chiffres de POrga
nisation pou, [Alimentation (FF.
A.O.) M. Castro a souligne que
Cuba était a la téte de tour les





pays WAmeérique Latine».

scnorine.

!.e Premier Ministre a cepen
dant demandé & la population de
consentjr davantage de sacrifi-
pour faire face aux titches
de In Revolution. Ila
en effet, un rationne-
pent de.la consommation de su-
cre qui péermettra, a-t-il dit, au
pays d'écconomiser 200 mille ten

cos

annonce,

hes pour Vexporfation, ce qui
rapportera equivalent de dix
nillians: de dollars cn devises
juj serviront pour acheter des
machine, e+ de Véqu) ent. M.
“Castro a-enfin — soultgné Vaide
décisive apportée par l'Union

Soviétique A Cuba et il a expri-

mé la solidarité de Cuba avec le

peuple vietnamien,en guerre con

tre Vimpérialisme yankees.
xxx

Déclaration de

e
Juanita Castro

MIAMI (AFP)

Fidel Castro est a Cuba ce
que Staline a été a la Russie et
Hitler A VAllemagne, “a déclaré
Juanita Castro, soeur du leader
cubain exilée a Miami, & Vecen-
sion du dixiéme anniversaire du
regime castriste.

Ita détruit Cuba avee Ja mé-
me hahileté perfide qu'il a dé-
trutt le foyer de nos parents et
le sien. Tl est en train d'affamer
le peunle cubain, comme il a af-
famé et démunf'les siens nagué-
re. I! apporte le malheur & ceux
qui Ventourent, json bellicisme ne
repose sur aucuBbe cause digne ni
récllement patriotique et —n’est
inspiré que parle désir d’acqué
rir des pouvoirs, et une domin?
tion territoirale plus étendus.

JOLICOEUR. .

gnie de son mari."
_ Elle conduisait un groupe

en

croisiére a bord de la Santa Rosa

xX *K
NOS VJSITEURS
DE MARQUE .
... Lundi soir, nous ‘uvons ren-
contré aw spectacle Bamboche
Créole du Grand Hotel Oloffson,

M. Reyneld Riemer, tant» du Sous Secrétaire d‘Etat
des Affaires Politiques du Deépa:-
tement d’Etat, M. Eugéné Ros-
tow. . ‘ .

Il voyage en compagnie de. Ja
Tavissante Mile Maria «Marsha:
«Soukhanova, professeur de russe
i lUnive.sité George Washington
de Wasihngton, D. C.

“Reynold ct Marsha sont ici les

invités de VAinbusoudeur des
Etats-Unis, M. Claude Gordon .
«Tony» . Ress et su captivante

femme Antigone en compagnie
de qui ils se trouvaicnt au specta-
cle de l’Oloffson, :

Us avaient aussi pour compa—
gnons de table, le diplomate a-
méricain Glenn Munro et ya jolie
femme Thérésc. i”

Reynold est un jeune diplomate
trés sympathique. ..

Mile Maria Soukhanova, dan-
seuse de ballet, danse la méringue

haitienne avee la grace de
Terpsichore.
XXX
.. Hier sont arrivés . a* Port-
au-Prince, M. Fou-ier . Ruelle,

Ambassadeur de France a Santo
Domingo, sa fgmme et son amie,
Ona Parravicini-
Ils ont pris logement a la Villa
‘Créole ot ils passent deux jours.
XXX .

... Nous avons reneontrg avec
plaisir hier soir 4 E] Rantho, M,
Denis Delroisse, arrivé de Paris
le samedi 29 Décembre avec sa
gracieuse femme Luce ct ses deux
jolies filles Véronique et Sophie.
M. Denis Delroisse a teu sa
promesse d’amener ici’ sa femme

vet ses enfants. Se

M. Denis Delroisse, Propriétai
re des Editions Delro!sse vient,
d’exécuter de splendides travaus
d'éditions pour le gouvernement
haitien, parmi lesquels des af(.-
ches publicitaires par Office
National du Tourisme et de la
Propagande, dirigé par l’Agrono-
me Lue Albert Foucard. - .

Les travaux réalisés par les
Editions Delroisse pour le gou-

vernentent feront la dilection du
public haitien ect des touristes
auxquels ils sont destinés,

Mme Luce Delroisse est també-
sous les charmes d'Haiti. «Men
_ probléme, nous dit-clle, «est que

je ne veux pas repartirs,

Tout lui plait ici, les fens, le
climat, les sites, et ja meringue
qu'elle danse admirablement,

La famille Delroisse est‘ des
cendue & El Rancho.
_Nous lui souhaitons la bien-

xX X kK

Connec- '

SUCCES TOTAL DU .
BAL BLANC DE LA Lagu
CONTRE LE CANCER

Mine Gerty Heraux et
ditigente — Gquine compasée
demoiselles ct dames aussi
miques et devouces que Mile
Carmen Nicholas ont pagné une
fois de plus dans leurs efforts de
réunir des fonds - pour diminuer
les chances du cancer de faire
des ravares dans notre commu-
nauté,

Le Comité d‘oranisation
fétes de la Ligue corftre le Cancer
que dirige Gerty Heéraux peut en
effet se féliciter d’avoir obtenu
Un suects total a’ cg great event
de la saison. .

_ Le Tout Port-au-Prince a par-
ticipé a ce bal en donnant. tont

ga
de
dyna-





yx ce qu'il pouvait donner et en y

apportant sa précieuse et blegan-
Te presence,

Le Bal était animé par I’En-
semble d’Alfred Dorlette plus
entrainant que jamais et’ par
les Diplomates. “Le vaste espace
ea plein de l’Hétel

(Suite page’ 4 col. 1)
ry

Pos
Dimanche, Gala .
«Pine Sol» a

-ege
Télé-Haiti
C’est un programme d’une

qualité exceptionnell que Télé-
Haiti preésentera dimanche 6 jan-
vier, A 3 heures, sous le patrona-
we de «Pine-Sol» Pour la premid-
re fois en Haiti, un film de la
série «Les Invorruptibles, — sera
projete sur votre petit écran.

Les une serie de feuilletons télévisés
qui retracent les diverses phases
de la lutte que la police fédérale
des Etats Unis, le fameux F,B.L,
eut a mener durant la période
troublée de la dépression et de la
prohibition, de 1980, a 1935,
Epoque qu‘illustre les noms d’Al
Capone, de Dillinger, de Luigi
Reinaldé, de Bonnie and Clyde et
autres célébrités du crime. Epo-
que de féroces réglements
comptes, de gucrre ouverte entre
les bandes organisces ct la police,
souvent noyautée et corrempue




(Suite pagé 4 col. 3) ‘



Dimanche 5 Janvier

1969 25h, 7h et 9h

REX THEATRE PRESENTE :

L’Ennemi Public No. 1 contre le FBI

Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00

des.

en compagnie de Aemye et un séjour toujours, plus
Butcher, Prési ayréadle parmy/ nous. 7 ‘

Sans Souci ,

de.

Francois Duvalier, * Le 166éme Anniversaire AU FIL DES JOURS... |
Ecrivain de!’Annee






*



PROBLEME No, 1



9

Yt =
ot | TTT Tit l &

=e

HORIZONTALEMENT —

4 — Ile grecque de l’Archipel

g + S’ajoute apres la signatu
re — Auteur du «Juif errant» —
— Fatigué

38 — Son adresse indiseutable
ui cotta la vie — Coule en Italie

4 — Fleuve en Ezpagne — Ti-
tre que prirent les membres de
la famille de Mahomet, apres su
mort

5B — Montagne de forme ai-
gue — Note .

6 — Son réveil est parfois dan
gereux — Mis en mouvement

\
wea ee me
7 Amiral marin) transpa-
rent et gelatineux '
Bg — Petit couteau chirurgical
Goce Participe Passe —— Mam
mifére pros.nien de Vinde
10 — Qualifie de belles poules. 4
- E
x EX E
é

VERTICALEMENT —



[ -- UD x’y neue des relations
¢phemeres

1H -- Pour certains, ne manque
yeu de beurre

If} -—- Sa voix nest pas dit
» wis
mony “ a Ie coura —- Ancien
nom d'un flcuve russe ,

Vo — Outil de chaudronnier —
Dans Chateauroux -

VE -- Interjection — C’ést le
premier — Port de VAdriatique

VIL -— Genéralement timbre —
Anagramme d'un poisson que
l'on met en boite ;

VHI -—- Bonne cu muuvaise
qualité d'une chose — Peintre
holandais

IX — Adverbe — Travaillent,



mais ne sont pas donneuses
+ Cheville qui maintient
Tessieu au bout de la reue -—

Possede un éyéché,

Selution du probleme précedent

HORIZONTALEMENT —

1. Photogénie — 2. Bruix; Nn
— 3. Rata; Vav — 4. Ubaldini
— 5. Tore; Eolie — 6. Sete --
7. Ratine; Né — 8. Ere: Frai

--— @ Tulipiers —
Set.

10. Farine;

VERTICALEMENT —

{. Pyrethte — 1, Artas— II.
Obturateur — IV. Trabe; Li ---
V.oou; Enfin —VI. Gilley; Erpe

~ VIE Er; Dos; Ai — VIII. Vile
ies IX. Inanité; Re --° X
Enviée; Ost —— >



Bulletin de santé des Cosinonautes

A BORD DU

| a 7 7”

CHRONIQUE DE VOYAGE:

Buria, un minuscule villagd
planlé au coeur du Foutah Djal-
lon, en Guinée. Sa mosquée, un
joyau. Un chef d’veuvre de Vart
urbanistique africain. Un = tem-
ple qui cumpte six sitcles de Ler-
veur musulmane. Un haut licu
ol ‘souffle une spiritualité sans
cesse renouvelée, Sans cesse enri
chie. C'est que le Foutah Djallon,

peut @tre considéré comme un
point focal, d’ol est partic en

quelque sorte l'histoire guinéen-
me,
“Loe Pee

Au cours du mois d’Aott 1961,
dans Vintermede de la saison des
pluies, j’ébauchai avec mes ¢lé -
ves du Centre Agricole de Tolo,
le projet d’une excursion a la chu
te de Pita, Un de mes étudiants,
natif_de Buria & quelques trente
kilométrés de 1A, me suggéra de
faire un crochet dans son patelin,
avec la promesse qu'il se char
gerait du reste. Je nattacha aw
cune importance & sa requéte. Lv
lors cu’il insista pour me dire
que ma curfosité aura été satis.
faite, mon attention se réveilla,
Un de seg arguments était que
jaurais’
une carriére de kaolin. Voila un
voeu qui me bouleversait ‘depuis
une quinzaine d’années et la pers-
pective qu'il serait accompli.
quiesgai. En fait, ma consipne.
clait de tout savoir. .Depuis la
fagon qu'on fait égailler les nou-
velles par Je tam tam jusqu’é la
découverte d'une pierre qui pour-
yait témoigner. Tl] me restait a
‘convaincre les éléves que la pro-
menade ne s‘arréterait pas a Pi-
ta, et que d’autres points inté -
“/rossants étaient ajoulés au pre’
gramme, La jote qui accueillait
mes dires ¢tait inespe be.

Le Centre Agricole de Tolo ot
Hetais LPrefesseu. Contrac tuel
recrutait sa cPentele dans tous
les horizons géographiques de la
Guinec,

Hae

Popportunité d’explorer ,

LE NOUVELLISTH

Par Edouard C. PAUL



re, et le dernier plus spécialement
du pélerinage de Buria. Ce qui
fut une idée d’excursion, s’était
transformé en recherches, olbysur-
vations ct cludes,

—fp—

Le Centre pdssédait un autobus
de seize placey. Le commandant
de la region de gui adiministrati
vement, if dépendait, mit aimahle
ment a notre disposition un au-
tre plus spacieux. Pas de proble-
me pour le reste. Ma femme et
moi, nous prenions le bus de com
mande. Nous pagtagions cette

“place d’honneur avec le camarade

de Buria. .

‘C’était un vendredi, et: au sur-
plus, jour de sabbat = musulfnan.
A six heures du matin, noys
tion; déja’ sur la route. [* $s:
riante de Tolo fut brialée pide.
ment. Au carrefour, & gauche,
VE-t et Mamou; sur notre droite,
‘le chemin de notre randonnée.
Dens tous Iés environs, on reboi-
sai. qui une colline, qui un mé-
pl... des diverses petiies vallées,
et des treillis en bois s’élevaient
pour protéger ces terrains. *

Noug trouvions ce petit matin
1. “s. Quelque chose hos de sai-

‘a, Mais j’avais oublié que nous
traversions ui reste de foréts ct
un large panneau indiquait réser
ve de l’Bitat. Ce n’était pas pou:
les cléphanteaux ie la région qui

Y goinffraiont i loisir.
Nous roulions dans une route
exéecrable. Un = sentier large dla

peine cing metres qui montnit ot
descendait des pentes A Pinfiri
De chaque este, sur les versnant
au fond des adrets, le riz des mon
tagnes s'étalait dont le vect s'har
monisait avee celui du sorgho et
des grands argres gut foison
naient de toutes paris. Jamais
une plaine. Ce qui profilait de-
vant les regards, «était a pente
des mornes qui chaussait d'au. -
tres. Et des nusges 9 vavebonds
haladaient au de sus.



“nous happait.

du bourg. Pignon de chez nous se
ramenait & mon esprit. J’ai vécu
ta seconde d’une illusion en vou-
jant étabhr un raceord. Cela ar-
rive partois quand on est loin de
chez soi et celui-ci vous poursuit
tenacement, Aussi cette allée d’i-
biseus aux fleurs ¢clatantes qui
ornent chaque palé de maisonse,
avait foul cette idee de Pignon.
Nous pénetrames dans un groz
village ou les rues se coupent a
angles droits. Tout etait noyé
sous un flot de-verdure, Les
baics des maisons se débouchaien.t
sur un écran de plantes ornemen-
tales diverses, Le marché qui se
trouvait a la sortie et dont il est
un des poumons de la cité ¢tuic

vide, comme tout état dépeupl.e
autgur de soi. Par une bretelle,

no nous engagions vers le sud.
Le détour une fois pris, et deja
le mugissement de ce qui doit
étre la chute, nous parvenait, Un
changement brusque du paysage
D’immenses four-
rés nous cernaient et nous p4 -
saient de leur ombre. La pints
continuait cette fois plus ¢étroite
et cuhoteuse. De temps a autre,
il fallait guéer des ritisseaux. C’é
tait Papproche de notre premie-
re étape.

Lies deux autobus vVenaiene de
svurréter sur une pefite éminciter.
dua Jole elale va. use vous dos
visaves. La porte de levasion e-
talL vraiment ouverte et tout le
monde s’apprétait @ en jouir,

Le soleil était & Vest encove et.
s¢ mouvait vers le sud un peu.
cne chaleur qui montait, pouvait
elre supportée, & cause de la bri-
se ‘du matin qu. ne s’etait pas en
core cteinte, —

Devant moi; le morne Pita dé-
tachait toute sa’ masse. Vu A ce
niveau, il formuit une mage pla
ne, Et était semblable a un ta-
bleau primitif of le désordre des
couleurs piquait au vif. Le ver
glauque des baobabs s’entre- nie.



La Mosquée de Buria |

des habitats, la pauvreté
cuisine, la saleté des vétenients.
A la vérité, cette culture de fo-
nio; de millet, de canne a sucre,
rabougrie ne pouvait poiny- assu

de lu

rer un régime énergetique -surfi> -

sant, ni procurer de Vargent pour
les autres besoins. Les pens c-
taient aussi malades. J’ai vu un
vieillard dune infirmité qui Va-
vait réduit en dega de |’anjmal
L’impression dominante etuiit jue
ceux qui vivaient au muieu d’une
nature aussi foisonnante de beau
té, étaient abandonnés & eux - mé
mes. Ce hameau est une ouihre
désobligeante. I] vous serre.la por
ge. Gfche ce que Pon vient cher
cher par la.

La descente était difficile. Les
lianes, la rudesse de ta pente, et
autres aspérités du terrain cons-
titugient de réels obstacles. On
lesâ„¢Conlournait comme on pou -
vait. —

(A suivre)

RIDES — DISPARITION
WRAPIDE EN 15 JOURS,
VISAGE TRANSFORME
DEMAIN VOUS AUREZ UN
VISAGE NOUVEAU
DEBARRASSE DE SES
RIDES, UN TEINT JEUNE
QUI ATTIRE ET SEDUIT.-



DANS

AU REX THEATRE

Vendredj & 8 h. 30 P.M.
LES GANGSTERS
Entrée. Gdes 1.50 ct 2.50

Samedi @ G6 h. et 8 h. 15

- En leére partie ,
_L’Ensemble N. Jn-Bajtiste

En 2éme partie
LE SERMENT
Entrée Gde 1.20.

CINE STADIUM
Vendredi (in permanence)
LE RETOUR DES TITANS
Avec Mark Forest,

Entrée Gde 1,00

DUNE MERE



Samedi (En permanence)
(Sur demande)

NEW YORK APPELLEE
SUPER DRAGON

Entrée Gde 0.60

‘CINE OLYMPIA

Vendred] (En permanence

O87 MISSION APOCALYPSE
Entrée Gde 1,00

Samedi (Kp permanence)
CHASSE A HOMME ¢

A CEYLAN -
Mntrée Gde 1.00

RIAGIC CINE
(SALLE CLIMATISEER)
Vendredi a 6 oh, 15 et & he 15
LENFER DES HOMMES
Avec Audie Murphy.

Entrée Gdes 220 er 2.50

CIRE ELDORADO

(PLACE JEREMIE)
Vendredi a6 hoet Sh. 1h
SEUL*A CORPS PERDU
entrée Gdes 1.40 et 3.00

Samedj a 6 h. et 8 ho 15

COPLAN OUVRE ih FEU
A MEXICO
Entree Gdes 2.50 et 4.00

*yENDREDI 3 Ani 28

NUS CLNEMAS -

AJ CAPITOL

Vendredi 8 et Samedi 4 Janvier
MISSLON SPECIALE .
LADY CHAPLAIN .
Entrée Gdes 2.00 et -3.00 5

PARAMOUNT
Vendredi & 6h, et 8 h.
LA CUREE
Lntrée Gdes 1.60 et.2.60
Samedi a 6h. et 8 bh,
Le LIQUIDATEUR .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00 ‘

ETOILE CINE
UE LUN V Lbs)
Vendredi a 6 h, 30 et 8 hb, 30
SAMSUN CONTRE
fe RCULE



~ Isntrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi & 6 h. 30 et 8 h, 30
LA PRINCESSE DE CLEVES
Kntrée Gdes 1.50 et 2.50

CRIC-CRAC CINE
Vendredi & 6 h, et 8 h. 15
UN DE NOS. ESPIONS
A DISPARU
fintiée Gde 0.50 et 1.00
Samedi a 6 h. et 8 h, 15
LE SEIGNEUR D'HAWAII
Entrée Gde 1.00 et 1.50

AIRPORT CINE -

(PURTAIL ST. JOSEPH)
Vendredi a 6 h, 30 et 8 h. 30
FLASMAN CONTRE
LES HOMMES INVISIBLES
Entrée Gde 0.60 et 1.00 .
Samedi 4 6 h. 30 et 8 h, 30
UN DE NOS ESPIONS., -
A DISPARU .
Entrée Gde 0.60 et 100 4

Drive in Cimé Delmas

(ROUTE DE DELMAS)
Vendredi a 7 h. ct 9 h.

LE BOURREAU DE VENISE
Entree $ 1,00 par voiture

Samedi a 7h. et 9 h,
SEUL A CORPS PERDU
Entrée $3 1.00 pars voiture



YORKTOWN De Luxe Auto Cine

(DELMAS)

lait avec le jaune du campée hier

Vétais intéres<¢ aux muindres
qui lui méme etait’ entrelacé en -

Su la soixantaine d’étudjants. a \
détails. Te bombardai mon cicero

qui formaient les trois années, u-



CINE UNION





(AFP) assechement du — globe oculaire ne diznine était originaire de co Ne de questions. Je récoltais les wre i ‘aan be eral ie Mambo . Ce visage, fascinant dont yous Vondredi a7 he et h, Vendredea 6 h. et 8 h.

Les cosmonautes sont fatiubs, provogqué par la lumiers, régnant Foutah heéroique et légendaire. SeUVenirs que pouveit me susee- yan Une jintinite ql autres tein- avez toujours révé sera le votre; pe MONDE PERDU COMME STL EN PLEUVAIT
mais néanmoins les tests : wuxiue’s dans Je cabine Apolin durant le Quant aux autres, leur plaisir se rer chaque kilometre. _ de couvris tes soupour valent vette déhauche, grace a la Cleasing Cream» et Entrée $1.00 par voiture Entrée Sde 0.60
nous les avons soumis n'ont reve- vu! mtersidersl trouwait décuplé. Parce que sof. Mon carnet de notes. Je crois que pe ane. fournosailt un mage face lotion a de pollen de Samedi a Toh. et 90h. Samedi:a 6 h. et 8 h,
Jé aucun signe d'une malaai ek frait pour cux loceasion de con. Celt n'a pag été inutile, Sent ans rangbarene To me de goutelettes ¢Laboratoire Cernelt\ Ces deux bRaNKENSTEIN TAUR ROL DE-LA FORCE
quelconque, ind’que le putes x XX naitre un coin de chez eux, qu'ils epee, Je peux les reconstituer, @ eau ent | fey an perpetyel produits donnent um veal ont CONQUIERT LE MONDE BRUTALE
de santé de Frank Borman, ames UVERNEMENT en ont entendu parler; mais Et je vois bien, cote route do. Mouvement helivoidat, tonnant que seul un trai emen Entrée $ 1.00: par voiture Entrée Gde 1,00
James Lovell, et William Amders TLE GO o ‘ails on . . - cre rouge, blansh i . . en Insiitut peut donner, Cette

i6 a Visst TCHECOST ay AQUE DECIDE Guus nont pas encore décou was . ve Jaune atte Avant de jcive la deseente, ora ; i ;
publié a Vissue des examen; mie- FCHECOSL Mi tap - . . Vai parconrue elo aui, en ep ooo, . : . . ‘Cy ‘créme et. lotion embelliront vo- :
dicaux que leur ont fait subir dix DE DEMISSIONNER vert. Le moniteur du groupe Un vent transpire a coe mee Lentrepris une halade a travers tre visage ct vous paraitrez dix MONTPARNASSE
médecins de la NASA, 4 bord du AGUE (AFP) . malinks 1 Nodifieatis trop heu- réflexjons, : . mS mes “Tes cases. Le dialogue me fut sa ans de moins plus Jeune, Votr> CINE PALACE - ‘
porte avion Yorktown. Le président du conseil a pro- reux de Ta modification apportée _m possible. Compienez: jo ne parle yisape sera transformeé ec vos Vendredi a 6 h, et 8 h. 15 Vendredi a 6 h. et 8 h.

Le docteur Clarence Jevri- pose eu, gouvernement de donner 2U plan, et il communiquait aux ~~ pas «foulas. Toutefois, je rotais amies vous envieront je scecet LES: DIEUX SAUVAGES (CN CERTAIN Mr. BINGO
gan, de l’équipe médicale duo sa de: sion vn vue ie la crea oer nen aa housiasme. ie me pit ne fix du fond ceria: Pita! une ei aimabilite, Des suai de votre beauteé, Entree Gde £00 Entrée Gde 0.60
Yorktown, a previsé que seu] Leu- Tien on partir du ler aan . S a ar : St n Poe llay ne pointe ¢ -émotion me res fuasaieni sul tous Tes Visages, La letion ef Ja creme cotitent
vell avait eu esoin dun remede, NOUTEAILN oO PANsMiEes Ler RUNS nuer chargé (informer sue Pita; snisit. Je me ley ai prestement. De C’Gtaient des mosques. Car une & 5.00 Samedi a 6 h, et Sh. 15 Samedi a 6 h. et 8 h
des gouttes pour is veux Le gouvernement, a lunanimi- un autre. des incidents du voyn- la portiere, je vis qui venait a certaine invere y regnait. Elle En vente a la Pharmacie Cef- DU GRISBY A HONG KONG LA PORTEUSE DE PAIN
rendues nécessaires par Un leper tg & aecente cette proposition, re et de Vexplor ation de la carrie moi une colline plantée A un coin ¢tait décelable par Je dénuement frad et les Instituts de beaute. Entrée Gde 1,00 Entree Gde

1.00







POPP OPSPO2eVCovoosoeooocccon OD BBS SBD BOD OOD BP OO@DOOOODWOvV

A partir du 5 Janvier 1969

»

JACQUES BREL

EMMANUELLE RIVA

Sous le Haut Patronage de

Son Excellerice Philippe KOENIG

un him da

ANDRE CAYATTE

ves MB isques uo VM etier |

une rénhsation

GAUMONT - INTERNATIONAL

Prodyeteur Délegue

ALAIN POIRE

Ambassadeur de France
et sous le signe de
LVAMITIE FRANCO - HAITIENNE

EASTMANCOLOR



Médaille d@’or du Cinéma francais



xa

Festival du
film Francais



SELECTIONNE POUR LE FESTIVAL DE CANNES 1968



: : tf 4
v4 LES. SEEMOIRES PEN PUCEAL
JACQUES DUFILHO

Dislague L MINA COMPANEES
Ub FILM RYALIXE PAR

MICHEL DEVILLE

Prix Delluc 1968

LE Yidl!, 3OMMz ET WEMFANT

| La Religieuse

Primé au Festival de Cannes

DE DIDEROT

* ys A mB me .
Â¥ :
~
, . , POPP D- PPA ODPDBDO POD PLP SOP PPP PPD OOS
. . .
ii
¢
r =
bea?
oe
_ oJ
a
_
Pian ve sca
t
*



BSPCOBDEBOCBCOBOSPSSPFODOSOSOSOSOSCO





VENDREDY



4 JANVIRR A809

. — meneetatenearnnaentan teat TECTED LTT |

\



RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _

' , «LD NOUVELLISTE>














da patsrance 66 TONS trowuveraty
signalent (es autres pour demain.
Drnt ie reproduction totals

Ciopeit® King Features

LE NOE

VOTRE HOROSCOPE |

Cherchez: la section correspondant au jour



y D ra hee
5 BBA

votre anniversaire
tog perspectos qué vous





ou particlle réaservé.
Syndicate — Exclusivite

"ELLISTE> .

SAHMEDI 1 JANVIER 1969

2) MARS AU 2o AVRIL (BE
LAER: Ll faudra Sans doute ra-
lentir. Ce qui ne sigzmfie pas re
ter immobile. Une perrode de re
pos stunulera vos foerees pour une
nelion plus vive, rafraichir vetre
esprit, vous laissera voir ce qui
yous serait reste, inconnu.

21 AVRIL AU 2l MAL (TAU
REAL). Activite domestiqne,
coeur et recherches artistique s
sont un favernble influx.
Mais meontrez de Vetficacite et
de entrain dans vos actes,

Do MAL AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Une tentative, un es-
wai, une aftaire nouvelle, appelez-
le comme vous voudrez, c'est ce
qu'il vous faut et que vous usso-
cierez avec yotre diversité, votre
sverniiation ot votre sineérite,

Sols

JUIN AL 2s JUILLET
CANCER: | Vous abtiendrez
sans trop de difficultés Patten
tiun et fa cooperation dont vour
avez besoin. Le voyaze, le senti
ment et le foyer sont particulie-
rement avantages.

vd JUILLET AU 28 .AOUT
(LION): Evitez la precipitation.
Vous avez iout le temps pove
prendre vos respon-abilites, rem-
plir vos obligations, Ecoutez les
conseils de ceux qui yous sout
chers. Ele se réeveleront bons.

za AOUT AU 2o SEPYTEM -
TEMBRi (VIERGE): Domine:
vos sentiments vf laissez 9 vo-
idées murir. Agissez avec discri-
mination ct efficacite mais san:

hate. Choisissez suigneusemen
votre rythme apres avoir étudie
loutes Jes situations.

PY SErTEMBRE AU 23 OC
TOBRE (BALANCE): Influen -
ees contra-tees. Qrientez - vous
avec soin. Bonne poriode pour ius
sembler des connaissances et les
utilisez avec fruit. Agissez ave.
vigucur mais sans apressivite.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Vous aspi -
rez au commandement et étes res
pectueux des qualites de votre
prochain. Vous avez une chance
extraordinaire pour transformer
un projet, meme iminime, en une
Pande 1 eAusation, _

23 NOVEMBRE

AU) 21 DE

CEMBRE (SAGITAIRE): Ex -
eellentes influences de Jupite:
Periode cneouriageante, Ayes cot

> RWW E NALD VERA LANLWENRANAAARARBRAL ARARARABRBAIVY

DUMINT

» Jinsecticide

tue insects

DU

prévient la prolifé

Non acide

Comme tout mesectic:
PUMINT west ni tenasio

4
4
f
4
4
4

RARDLARAASA KABA BABLA RAHA KEK

,O-> > er <>



1



_DUMINT

MINT

DUMINT.

non caustique

DUMINT

en vente a la BOULANGERIE ST. MARC

DUMINT est wa produit de fa Cyanamid

our la santé
la beaute de
vos dents

fianee en vous, concentrez - vou,
reyes pationt et les resultitts vied
dront dautant plas vile que vous
serez calme.

22 DECEMBRE AU 20 JAN.
VIER (CAPRICURNIS}e Asso -

ciations, affaires, vie personneile’

sont bien influencécs .Yous qui
prenez au sérieux vos responsa-
bilités, aurez de belles occasions.
kin tout, soyez réaliste. .

21 JANVIER AU lo FE
VRIER (VERSEAU): Isvitez u-
ne tendance & Ja fantaisic. Ne
vous liez pas avee les indiserets.
En fait, montrez une action — et
une pensée intelligentes’ et sensi
bles.

20 FEVRIER AU 20 MAS
(POISSONS): Vous aurez la
chance den faire un peu plus

quiil vous est demandé et d’en ¢-
tre: dbondamment © récompenuse
Vous pouvez largement progres: -
ser dans Ia bonne direction.

SI VOUS ETES NE AUJOUP
D’HUL: Yous ne vous soucics
pas des difficultes de la ruute aus
yi longtemps que vous propressez
mais si vous etes barré de quel-
que fagon que ce soit dans votre
effort, vous jetterez la prudence
aux vents, quelles que puissent on
étre des conséquence <.
vez refréner Vimpulsivite, -hppros.
dre & yous maitriser et a vous
diseipliner, ou vous luisseriez pas-
ser de belles possibilités . Géne-
rosité, sérieux , ideéajisme, amour
de la justice sont vos caractéristi
ques dominantes. Vous étes aus-
si intuitif, tres réalisateur, chef-
né, mais il faudra éviter A étre
tyrannique a l’égard de ‘vos su-
halternes,

Naissance du maréchal Joffre.

Le Plat défendu
N’EXISTE PLUS

GRACE A LA MAGNESIIc
BISMUREE

Une pastille aprés les repas ct
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjcations alimentai-
res et les ennuis de la digestion
diffiejle. .
Mettez-vous toujours a lusage
de la MAGNESIL BISMUREE
et vous ne connaitrez plus ni trou
hleg de Vestomae ni troubles des
infesting.

Des chauffe-hains, fers a repas
ser, réchauds, radios, ventilateurs
dernier cri, appureil a air condi-
tonne se liquident a la TIPCO,
Pregsuz-vous.

désinfectant

et microbes

ration des insectes >

de désinfectaut
actu, vi arydant - actif



Vous de -.












f EXRANARANASSAAAARAASA LENA SAS NARA S LAN NAN SSNS SNS ‘



Ly La Eéte des Enfants Pauvres

Lai «MISSION VOICE» et le
le partement: des Affaire, Socia
tes ont conjugué ‘Icurs — efforts
pour réaliser selon la tradition
tu «Fete des Mnfants Pauvyes»
Elle a en lieu ce matin au Sta-
de Sylvia Cator en présence de
nombyeux inviteg et de représen
taunts de la Presse. Le Départe-
ment des Affaires Sociales était
representa par Mr. Clovis Féeu,
Chef duo Serviee Administratif
ot Mr. Lerros, Chef de la Sec-
ton deg Organisations Sociales,
Xda urmbune on notait: latprésen
ve du Rev. Pasteur Nick Gruick,
Direvtour de la Mission Voive, le
tev. Pasteur lord, le Représen
tant de da Crotsade Evangeélique
Ora} Roberts, Je Rev. Jack
Walker, le Directeur du Centre
UAccuet] de Carrefour Me. Net
va Antonin et plusicurs autres
dignitaires de Cultes.

Les principaux pojnts du pro
gramme étaient

-- Envoi du drapeau —~. chant
dela Dessalinienne Paroles
de hienvenue par Te Rév. Nick
(iruick, Chants par e Choeur
Philarmonique duo Certye d’Ac-

cueit Duval Duvatier gous In di-
reetion de Charles Paul Menard,
diplomé de la Schola Cantorum
de Parjs -— Lecture Biblique par
lo Pasteur Moris Shuppard —
Invitation A la Croisade d’Oral

Roberts par le Rev. Jack Walke:
-~ Musique’ par la Fanfare de
WEeole Centrale des Arts et Mé-
tiers ct par le groupe «Echo, Cé

— DU



lestes de UEglise La Prophétic
— Sermon par lo Rév. Martin,
Baxter — Allocution par Michel
F. Pauls, chargé des Oeuvres So
ciales — Distribution de cadeausx
— Priere de cléture par le Rév.
Lue Nérée Réeeption.

Pres de deux milfe enfants
des deux sexes venus de 30 or-
phelinats de ja Capilale et des
environs ont eu Ia joie de rece-
voir des cadeaux qui eur sont
offerts par Mme la Présidente
Simone Ovide Puvalier et par
des ames chréienne, des Btats
Unis WAmérique pay te truche-

4ment de la Mission Voice. IIs
ont. connu de yraies ‘minutes de
joie’ et de bonheur qui leas ont
fait oublier leurs chagrins ct
leurg peines.

{ls ont participé de grand
coeur a des compétitions sporti-
ves tres applaudieg par le public
ex les gagnants ont été récompen
ses par des prix spéciaux.

Cette année encore Ia Fete des
Enfants Pauvreg a commu un‘ try
rand: succes grace au dévote-
meny charitable des membr
Mission Voiee et celui
tulaire duo Département des Af-



1.
tit

.

Utilisez les jolis Miroirs et Fe
ces X Mains, métallisés, Ce ,sont .
d'utiles cadeaux et & des prix a-
hbordables. /

En vente a la Boulangerie ‘La
Poste, Grand’Rue.

ar

CO

a P Age de l’Espace |

Pour étre
Vépoque des

adaptée a
satellites et

des fusées, votre voiture

» doit étre resplendissante.

Elle le sera

quand vous

Vaurez passee au VRAI

DUCO, le DUCO
-authentique garanti
par ja signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI BUCO

pour voitures est en vente
| . a ila

SOCIETE HAITIENNE
D’AUTOMOBILES.



Les
Blondie



BRGOGERT, Je VOUS
FELICITE POUR LA

FALCON MAGISTRALE
DONT VOUS AVEZ

‘

ne étude des oeuvres de Mime
Pierre Noel meg en relief les
courants qui; ont -aliment¢ son
inspiration ct son art. D’abord

‘nous trouvons la France qu'elle
a Visilée pout la premitre fois

en 1937 ot par la suite en plu-
sivurs fois avec ses éleves qu’cl

le a conduits: en ce pays. _ Ses,

peintuies impressionnantes, les
scénes de cue a Paris, les merveil
Jeux paysages du Sud de la
France témoignent de Vinflucn-

co francaise, Puis se détache le -

courant haitien avee ses peintu
res décoratives, souvent cubis-
tes, ses impressions de la vie
haitienne et les paysages de no
tre ile, ses compositions mysti-
tues pleines de symboles vaudoues
gues inspirés par ses nombretix
contacts avee les pays de- la
zone des Carai*gs depuis son
mariage il y a) e 15 ‘ans
avee Vartiste haitien VYergnaud
Pierwe-Noel. Il y- a haturaHe-

ment Vinfluence des Etats Unis ©

. dans ses sites marins, ses por-
traits, ses compositions afriéai-
_nes ou afro - américaines et svs
dessins ubstraits, Ces divers cou
rants se fondent dans le talent
de Madame Lois Pierre - Noel
pour donner & ses oeuvres un ca

ractére personnel de couleurs vi-.

ves, de force dans l’expression et
dans le dessin au poiny que les
critiques affirment qu’elle prati-
que «un art heureux».

Et elle en convient pour décla
ier ii son tour: «Encore que je
peigne parfois des scenes dc pau
vies et de petites veus, c'est pour
mai un grand plaisir ae peludre.»
"Nous croyons qu'elle fait passer
son état d’ime dans ses compo-
sitions,

L’ Actualite
: COMMENTAIRE

PRAVDA
APOLLO-8

MOSCOU (AFP)

Le vol réussi du vaisseau cos-
nique Aplilee8 est une perfor-
mance remarquable de la science
et de la technique spatiales des
Etats-Unis et des courageux cos-
monautes Borman, Lovell et An-
ders, écrit M. Boris Petrov, mem-
bre de Waeadémie des Sciences
de VURSS dans la Pravda de
Jund: matin,
Tass.

Apres avoir rappelé que les
vols des engins sovietiques Zond-
_ 5 et Zond-§ ont constitué le pre-
mier pas important dans la solu-
tion du probléme du retour sur
terre, M. Petrov ajoute : les gran
des taches* ayant trait A UVétude
de Ja lune et des planetes seront
efalement résolues par des mo-
yens automatiques, ce qui n’ex-
vlut pas cependant les vols d’en-
vins hdbités. .

Dans les vols en direction de
la lune, note en conclusion M.
Petrov, il est imposible de revenir
rapidement sur terre si des inc.-
dents graves surgissent & boril
du vaisseau. C’est pourquoi = la
viabilité de tous les systémes du
bord doit répondre & des exigen-
ces trés séveres.

‘X NOX

TELESCRIPTEUR ROUGE
POUR LE VOL APOLLO

WASHINGTON (AFP)

Le Président Johnson a utilisé
la lignes’ de téleseripteur directe
relient la Maison- Blanche au
Kremlin pour tenir le gouver-
nement soviétique au courant des
progrés de la Mission Apollo. Le
ehet de l’Bxécutit revéie lui-
méme ce fait vendredi au cours
de sa conférence de presse im-
provisée. Jl a précisé que les
dirigeants soviétiques s’étaient
BANQUE COMMERCIALE
IWITAITI

AVIS

La BANQUE COMMERCIALE
D’HAILTI informe sa clientéle
que, pour faciliter ceux qui dési-
rent prendre part au tirage au
sort de primea du 20 Avril
prochain, Jes dates limites pour
les dépéts en Compte d’Epargne
sont modifiées comme suit :

Jusqu’au 15 Janvier 1969 pour
ceux qui font un dépét d’au
moins §. 100.-

Du 16 Janvier au 16 Févricr
1969 pour ceux qui font.un dépot
dau moins $. 200.-

Du 16 Février au 16 Mars
1969 pour ceux-qui font un dépét
d'au moins $. 300.-

Ces dépéts doivent. étre main-
tenus jusqu‘au moment du tirage.

Jl leur est en outye rappelé
que, au besoin, ils ppuivent | ob-
tenir de la Banque dn prét sur
simple signature garanti par
leurs dépéts, sans pour autant
perdre le droit de participation
au tirage au sort, pourvu qu’ils
régient ponctuellement leurs &
chéances.

. Port-au-Prince, le 26 Décem-
bre 1968. .






caitée par Agence





VOUS TROUVEREZ UNE (OH, MERCI,
BONNE SURPRISE OANS
VOTRE ENVELOPPE
D'APPOINTEMENTS,
AUJOURD'HUL.

VITE, EDDIE... L'EN-
VELOPPE OE MES





CEE

ents

(Suite de la lere page)

Depuis son mariage, Mme Pier
re-Noel est fortement influencte
par la culture haitienne. Lnvitee
en 1954 par le Gouvernement
Haitien, elle a préparé une sériv
de peintures sur notre pays, sus
sites et ses habitants. Tout re-
cemment encore, elle était en

Haiti durant 6 semaines pour me .

ner une enquéte sur les peintres
haitiens contemporains, les sculp
teurs, les céram.stes pour comp'c
de’ l'Université Howard pour su
¢Art Négres.

Professeur de peinture et des-
sin, elle p:end plaisir ad prome-
ner ses éléves & la recherche de
sources d’insp.ration, & les emni
ner & Paris pour
avec de grands mait.es, pour des
exposiitons & la Galerie. Soulan
ges en face de l’Odéon,

Un second sous-titre se présen
te ainsi: PARIS A OFFERT! A
ARTISTE LA CHANCE D'E
TRE LIBRE». hy est dit que
Mme Lois Pierre - Noel figure
par ses oeuvres dans 16. cullec-
tions permanentes aux Etats -
Unis dont la Gallerie Smith Ma-
son de Washington D.C. et aussi
dans des collections interiatioua-
les. Elie a au surplus paiticip?
a une vingtaine d’Expositions
personnelleswet & plus de 30 en
groupes, Ell ssure que scule-
ment “depuis 10 216 ans, il ‘est
donné aux Artistes d? race noire
de se montrer dans des galle-
ries célébres. Elle inioome que
depuis 1938 ses tableaux avaicnt
cté aeceeptés et acclamés par la
prestigieuse SOCIETE DES AR
TISTES FRANCAIS tandis que
seulement en 1953 une de ses Lo'-
jes a figuré A Ja Gallerie d'Art






Internationale

enquis avee beaucoup de sollicits
de des cosmaonautes americains
xX NOX

LES COSMONAUTES LIVRES
A LA NASA

* HOUSTON (TEXAS) (AFT)
Li¢quipage Apollo 8, arrive
tot dang la matinée & Houston,
ou Vattendaient 2.000 personnes
enthousiastes, n’a passé que quel-
ques heures cn famille avent
d'etre accaparé de nouveau pur
ja NASA,

Frank Borman, James Lovell

et William Anders sont 9 entres
dimanche a 14 H. (zu . GMT)

au centre spatial d’Houston, Hs
ne Je quitlteront que dans une
dizaine de jours ou plus, apres
avoir ¢té minuticusement exami
nés, et interroges en Ceétruls sun
leur mission.

Hs ont subi. dimanche un exa-
men médical de deux heures, puis
ont répondu pendant deux autres
heures aux questions des expert
en technulogie spatiale. Pendant
10 a 14 jours, ils vont, au magne-
tophone, faire part de Jeuis im-
pressions, de leurs observations
sur le vol Apollo 8 et relater
minute par minute les 147 heures

Corcofan de Washington, sur fa

recomnmandation de collegues de
rece blanche, «Ainsi c’est la
France, dit Mme oo fierre Noel,

qui nva donné la premiere le sen
timent d'une libe.té absolua. J'ai
senti que Vart n'y a pas de bar
liere, pas d’entraves.

Quand je suis arrivée a Paris
en 19ST, je pouvais vivre nimpor
te ott, ctudier avec les meilleurs
professeurs ct participer a des
expositions dans les meilleures
galleries d’art. La France est res
t¢ée ma patrie spirituclle jusqu’a
ce que j’ai Gpousé Mr. Vergnaud
Pierre-Noel «Nous aeous sommes
rencont;¢s en 19382 4 des cours
dArt a Université de Columbia

des rencontres mais nous ne nous sommes mariés

qu’en 1953. Mr. Pierre Noel est
un artiste de giand taient. IL est
actucWement professeur d'Art
yraphigue a l'Institut technologi
aue de Washington. Mon maria
ge avec Mr. Pier.e Noel m’a ap-
porté le bonheur personnel et j'ai
decouve.t quune carriere mest
pas le tout peur une femme.
«Mon union nv’a donné de nou-
velles inspirations et de nouvel-
les directives it mon art.,

Une photo montre le couple

Pierre Noel avec un petit chien
aiopas de entrée de sa mat-

son a Washington D.C, :
Un dernier sous-titre «La de-
couverte des Arts est un récl

probléme de couleurs.

Lois Jones est une fenume ac
tive avee des yeux souriants, des
vestes pleins

AINE PHOTO DEDICA-



d’expressiuns. Ele

Bandes Dessinées du «Nouvelliste» — -

DE ION- :

ly SIEUR POUPET.

tame ew

Madame Lois Pierre Noel et ...

a voulu @tre artiste depuis qu’t!
le a pris contact avec tin pinceau
dés Vage de Toans, Elle est née iv
Luston, et ne consut pas beau-
coup le probleme de race que con,
frontent d’ordinaire les autres tn
funts nuirs dans leg autres re-
wions du’ pays mais elle ne tarda
pas a découvrir quil y a un pre
bléme de couleur méme dans art.
En 1927, elle obtint ses titres au
Musée de VEcolp des - Beaux
Arts de Boston. “Elle fut refused
comme professeur - assistant i
une école, Désappointée, elle vuur
lut s’ocepper dez‘dessins sur *t!s-
sus & New York mais elle alla
comme Chef -du Département
d'Art a l'Institut de Memorial
Palmer en Caroline du Nord, A-
prés deux ans,déséjour dont elle
n'a pag gardé “boris, souvenirs, elle
fut employée*au Département
des Beaux Artgt. de l'Université
d'Heward ot , elle professe jus-
qu’a ce jour, engcignant le des-
sin et la peinture. Son enseigne
ment ne se ‘coffine pag_a une sal
le de classe, ellesinspire beaucoup.
d'artistes négres.
*



L’article de” ‘Ye Revue Ebony’

est un hommage aux belles
qualités de famme et au riche ti
lent de Mme Lois. Jones Pierre -
Noel. 7 a

Nous sommes+ h
envoyer nos plus: vives félicita-
tions et lui souhaitons encore



leureux de lui,

wm

plus de succés-“dans ce domaine -

si difficile de Wart.
MAURICE’ A, LUBIN



Recettes Sim ples

. . CONSEILS

PEU

Cuisine Haitienne

PRELIMINAIRES
Par

Niniche

UN DE SAVOIR FAIRE A TABLE
ETUDIONS LE MENU A OFFRIR
MENTE OPYPE DES FAMILLES WAITIEN NES
Pour le midi Cate
Ifors docuvre ¢fantaisie» Pour le soir
Hatis Proids op ehmuds Potare
Levume- Viande froide ou poisson
Vivre. alinentiar: Légumes
Saludes ou
Pos et riz Salade
Pessert Dessert

bt. ZAVAGE DE

Laver la vaisselle n'est: pas fun
travail Puch er propre. Pour
que casseroles grainseuses, Cou -

verts tenuis, verrertes troublées
seient brifiants et parfumes
Weau fraiche, i} faut de dao part

de Madame, beaucoup de diseipli

ne, @effort ét de contréle perma

nent, En reaime: Madame tera
efuise chaque chore en. son
temps; surveillera a la parfai-

te execution de Vordre passe, En-
suite, mettra it la disposition de
son serviteur, st elle n'a pas d’e-
VB oun ensemble d'ustensiles ou
dam baguets de dimension, diffe-



LA VAISSELLE

proprement sa vaisselle ut) Sans
embarras. :

En plus de ces baquets, de le
gouttoir ou du panier, dui voftrir
un porte - €penge improvise pour
aveir toujours en urdre, la pail-
le de fer, le savon en bloc; Vepon-
ye ou Je morceau de atorchon
sees; fruit du torchonnier qu:
pullule dans nos campagnes et
nos basses cours; un pamer 8
part, pour les verres, lex tusses
et le filtre & café; puis un autre
pour les chaudrons, les ustensiles
de eyjsine au charbon. .

t
(A suivre)

de leur randonneée spatiale, rentes tai permeftant de Taver
— RNANAANAAN VS TARAS TAN AS SNE SKY,
SIROP PECTORAL SEJOURNE ©
Gott agrénble — Conrervation.
A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL.
Teux, Rhumes, Bronchites Enrowements, Inflaenza,
Affections des POUMORS

SCKKKKKKNATA AANA HAHAHAHAHAHA AAAI TE PIT IEE KSCCCSCCALN CL ACHIAIMTRIIITIE
S ’ ? ‘





INTERETSE








POUR VOUS SERV/R &
SAVVEGCARIDER VOS

—VOYEZ




V/SAS

WS

ye



45 AVENUE MARIE JEANNE
C/TE DE L'EXPOSITION



TICKET AViOP //BA TEAY
RESERVA
ASSURANCE VOYAGE

BUREAU
CLIMATISE

~~





YON O'MOTEL



TEL: |
3989 -359.














rAan 4

|

AU FIL DES JOURS...

(Suite)
etait aplendidement décoré par séjour au Waldorf Astoria.
Vartiste Solange ‘Gentil. Le sorview au bat fut partail.
Les jeunes flex et dames Lo suceés de da f@le fut total.
eGdent dans leu robes: blanches xx xX
Jes anes plus eleyantes que les DPVERS
autres, . doudi sev, nous Avons rep-
Le dury compose da Mme) contré a EL Rancho en compagitie

VAmbassedrice Lucicnne HEstimé,
Presidente, Mme | Ambassadrico
Antione Ross, M. Ambassadeur
Phil ppe Keenus Ms le Consul
Vlias Gass M. Varchitecte Mux
Ewald) se trouvaient dans un
terabld embarens pour lire ta plus
elorante Sagux qui sattendaient
ome des annees precedentes a
un spectineulatre dete de beaut
et Welegance etaient dégus, car
sept dames des: plus élégantes
dont deux farent mises hors con-
cours. Mme Celine Cornet Epinat





auootras duo Minst ¢ André
Theard. Mme Gérard Levesque,
au bras de sen mari de VAm-.

bassade americaine,. Les decisions
etaent cependant, tres juste.

Leo Premier Prix d’élegan-
ce fut enleve par la plus élégan-
te, Mime Ginette d*‘Adesky, au
-hras de sen mari, le Consul Lionel
d'Adesky, le 2e par Mme Lavinia
Willams Yarborough au bras
dun actiste afro-ameéricain, le ge
par Mme Sylvain, le Je par Mule
Solange Gentil, le Se par Mme

Ginette Bourjolly Roy — au bras
de son mari ie Consul Raymond
Roy.

Le tirage des rafles tit de

nombreux heureux : Me. Andre
Beauplan, Directeur du lu Station
Sincluir « de Lalue gagna les 4
Poeus Bridgestown offerts — par
la Maison Henri Mare Arty &
Ce, Jerry Lujan de l'Aimbassade
americaine emporta le «Rice cco-
ker» de la Curagao Trading, Jean
Claude Volel garna Vappareil
Kodak Instamatie de Don Mohr,
le radio transistur Phileo de | la
Firestone fut gapneée par Mile
Hessler venue au bal blane pour
la premitre foils, le jeu de cns-
seroles de Haiti Metal fut empor-
te par M. et Mme Miguet Lopez.
Tant d'autres p-ix furent em-
portés par les plus chanceux. |
Plus chanceux encore étalent
M. et Mme Charles Bigio qui
gagnerent le voyage aller retour
Port-au-Prince - NewYork offert
par la Pan American avec un

nee
Au Secours Camep

La Rue des Césars, secteur
‘compris entre la rue du Centre
et le Boulevard Jean Jacques
Dessalines est, depuis quelque
temps, presque dépourvue d’eau
potable.

La .verité est que quand, par
hasard, le précieux liquide com-
mence a tomber des robinets, ce
nest. que pour quelques bréves
secondes si vrai que les habitants
duo quartier qui nous prient din-
terveniy pour eux aupres de la
CAMEP croient que cette situa-
tion est en grande partic die a
Yaction néfwete d'un, vannier de

mauvaise foi.
in tout tat de cause, . nous
soumettons le eas di la serieuse

attention de qui de drei.



wey Sandales «APOLLO. s’enle-



vent pap dement: Je Cordonnier
bien cumu Masxan MERAN tra-
vaille gour et nuit dans de but de
satisfatre sem oonviable Clientele,

Adresse Rue du Champ de



Mars No. &2

o RWBARS LARA ER ARAN TARAS REE

a
4
4
,
é
oe
#
4s
,
e
2
e

|
\

duo brillant avocal Arthur Ya-
nofsky et sa belle femme Elsa et
du diplomate haiticn, M, Serge
Beaulicu, le jeune couple ca-
nadien, Joseph Rosen et sa jolic
femme Luba, Joseph . 1, Rogen
est complable agree, 1 est de la
Rosen, lkeman & Associntes de
Montréal. I] voyage avec sa foum-
me Luba, cet ses enfants Neil,
Marla et Karen. La famille Rogen
était deseendue a El Rancho.
XXX

.. Liaveeat qmeéricain Claude
Kleefield et sa femme Yvonne
sont parm nous.

Comme chaque annce, Claude

et Yeonne passent les Tttes de
ton Wannee ied,
Claude est Favecal de nom-

breux haitiens qui voyagent aux

Etats-Unis,
x xX
... Peter Elkon, fils du ta-
lentueux eecrivain Juggtte® Etkon
(Juhette Boutique) it’ Vea
passer les fétes de fin) d‘annee

nvec sa mere. 1] est ceparti cet

apreées-midi.

Borman, Lovell et
Anders, hommes
de PAnnée
NEW-YORK (AFP)

L’hebdomadaire Time, a choisi
Frank Borman, dames Lovell et
William Anders, lVéquipage d’A-

‘pollo 8, comme hommes de Van-
nee 1968. .

On se souviendra dv Vannée

~ L968 comme celle ol la race
‘humaine a découvert non plus un
nvuveau continent, mais un age
nouveau qui transformera inévita-
biement je destin de l'homme.
Cette aventure, une des plus
rrandes de ,tous lus ‘temps, con-
traitement aux explorations du
pagsé, va infiniment plus loin
.qWune découverte d’élements in-
gonnus. C'est un voyage dans
‘avenir de homme, déclare Time.

Trois honimes solitaires ont risque
leur vie pour accomplir ce voya-
ge. Dans cette premiére échappce
fulgurante hovs de notre planete
qui nest désormais plus le mon-
dx, le courage et Vefficacité des
trois cosmonautes ont pétrifie
Vhumanité. Ils méritent de voir
| leurs noms gravés sur les livres
d'histoire aux cétés de ceux de

\ Magellan, Vasco de Gama, Cook
Vet Lindbergh. En 147 heures, les
\pionniers américains -de la iune

sont devenus indiscutablement les
hommes de l’année. .
Ti élit chaque année depu's

1928 un me de l'année. C’est
Charles Lindbergh, le pxemier a-
viateur 4 traverser ]’Atlantique
qui fut choisi|eette année 1a par
l’‘hebdomadaird américain, :

Ganghi,. StAline, Churchill, A-
denauer, les/prés.dents Truman,
Eisenhower Kennedy, le ge-
néral de Gaulle, Nikita Khrout-
whev, le Pasteur Martin Luther
King, figu.érent parmt les per-
sonnalités choisies au fd des an--
neces par Time.

Liunnée dernicre, c'est le Pré-
sident) Lyndon Johnsen quip put
droit a ja palme, nun pos comme
homme de Vannée cependant,
mais comme antic-hompie ‘de Pan-
hee,










eee
Le Rond Point Night-Club
\ Samedi 4 J anvier 69
, DINER DANSANT
; Dis 9 Heures P.M.
: Tenue de ville de rigueur
Admission $ 2.60 Dollars ,




we ee ee ee

BOULANGIRIK

Dimanche, Gala

* Pine Sol» a

(Sulte)

dont la pult-
wont pas do

por don poiayatens
naneo ob Pnudace
limites.

Pourtant, aiaierd la ordumule
des moyens, da violence offrency
el des complications d'un systeme

leyral qui fournit a Vastuce des
uvoents vereux de multiples — re
cours pour assurer Vimpunite

wus criminels arroguhts, une “pe-
tite équipe de policers honnetes
refusn de pactiser ct accopta le
risque d'un conibat disproportion
ne. Kt ce fut le geste héroique
de oeeux qui, sous le comman-
dement d'Ebiot Ness
Je nom, qui devail devenir — re-
doutable pour le gang, d’«Ineor-
ruptibless,

Les exploits de cette
sont des fuits historiques — plus
pasjonnants que des romans ‘po-
Vieidrs fictifs et en permettant
aux cinéastes de la TLV. d'aceé
der doses archives pour en |

équipe




duire une reconstitution authenti- .

a non seulement

que, le FAL, !

fait oeuvre socialement utile, il
a en mame temps fourni a la
télévision ta matiére d'une — série

de films qui a eu, et qui connait
eneore un relentissement —mon-
dial. En France, tout récemment,
Hintersuption de la série «Les
Incvorruptibless a provoque une
telle avalanche de lettres, de
demandes et de protestations que

VOR TP. a dda ta réinserive a
SON po granmume, .

Le film que vous verrez di-
manche au gala Pine Sol de
Tele Haiti, est le premier de la

serie et d pour titre «Témoin-
clo», IL vous tiendra rivé a votre
eran familial ct nombreuses
sans aucun doute seront les

lettres de téléspectateurs qui ré-
elameront Ja eontinuation de ces
programmes

En seconde partic, vous assis
ferez a un programme de varie
tes, offest par Pine Sol, avec’ le
tirage des primes Pine Sol de
# 100, $ 50 et $ 25, plus Vattri-
bution de 600 flacons ue Pine





Sel pour ceux dont les tickets se >

terminent par les deux derniers
chilfres des numéros gagnants.

Cest done un bon dimanche.
qui vous altend pour cette fin de
semaine, invitez vos aliis, vous
qui avez la télé, a venir, passer
Papréssmidi chez vous ce jour-la,
vous leur ferez plaisir et ils vous
en seront reconnaissants.

A

La Noel a La Gonave

Le 26 Décemb®, la population
de la région Sud de Vile, bénc-
ficiaire du projet de
tation de l’Eglise,
d'Haiti, était en liesse.

Méthodiste

La célébsation .de la Noel a
denne lieu a ne matinee re-
ercative des plus réussics, au

cours de laquelle, les enfants de
Véecole de la localité ont excellé
dans des sayneltes a caractcre
éducative, des poésies, et des
chants de Noel. '
L'assistance composce de pa-
rents des enfants et d'autres
planteurs de la région a mani-
festé sa satisfaction par des ap-
plaud’ssements enthousi “
Puis, ce fut Ja distribution des
jouets A tous des enfants de
Ifeole, au nombre de plus de 220,
Ensuite, aux tout petits qui
(taent dans assistance, portés
par feur muaman.
Chacun, enfants et
trouva quelque chose d’utile :
jouets, duo dait) condensé — Car-
Nation, des paquets de Maizéna,
du Suere, des boites d’Avoine,
mis it Ja disposition du projet par
leg Dames de l'Eylise Méthadiste.
Te Lendemain, le 27 Décembre.
un fort stock de linge fut distri-
bué A la population de Source a
Philippe ct des Communautés ou.
vironnantes.
Le responsable duo projet, VN



adultes,

gronome Gabriel Nicolas, profits
dela présence do toni le ville:
pour metlee Paceent sur la qe
Vtiqne de husties sortate du [s
sident fi Vie de te Reéniubliques,
dont. Pobjectit est le relévenient
Coonamique et social duc tts



Sa geranmde sotieriuce a Tey
uv

des Institutions: qui tident att
développeniont des Conugnavates
Rurales, e-t me poet de os:

Volonte de promotion sy fay.

de Varriere pays.





Ilstme ANNIVERSAIRE DE LA

PAT

soleil

«AU BEURRE CHAUD»

19b4 --

1969 —

A Vow diigo son doeme Anniversaire, Ga Boulanger’ e

AL BEURRE CHAUD: olfiraa

aes cohemts tie disdeidse petine
hue ata voir. Mun tise speeial qai aia Len a be far de Sanne
LaGt,
“7 ray wa Thnk
CONDITIONS DE PARTICIPATION.
[I.- Pota coique aeha: dune gourde i] vous sera deélivré un billet: de partie’ pation
au Grand Concours,

«Garner de PArgent en

9

2, Pour participer aux

Jes billets correspondant

,

,

de peaihe pation daa Janvier 1%

NLP

pour le Poor Tit sais

Ue

Manpgeants

Vy



tog dinaires qui

{5 pieniiers jours de

, Pour participer au Urace extraordinaire a la fin de Deécembre 1069, i] faupsdéterie des

vy au 1h Décembre 1969,

ve

oe fort teug les 15 jours, ib fa preventer

la periode envisaged.

mo
thou

- Gagnant ou Pe dant ais ‘TMrages Ordjtmures, Conservez vos billets qui seront valables

BONHE CHANCE A TOUS

micrilerent ,

Réhabili-,





Un Peintre dans
le Vent

i
d

yremaert

Les Ambassadeurs
pagnants de la Coupe
Flash des Jeunes
Orchestres

Une tolnte A la etre dabeille
epreromnent calorice, un ByBtene
© grattage qt rappello étran-
le peintie Antonia do-

seph, Nous nommions ict so Arijuere.

Aon . ,
cours de son Joune ige ne w'dtatl

poul-étre pas ert doug pour te de Verdure. Une foule, quon
peiiture; ob commenga a peindre - neq. evaluer entre quatre et cing
relativement tard, Ce fut alors jie joules gmrgons ey, jeunes
en 188, Avijhe, universittire, pitta, Gtait venue de tous
exeella dans sa profession d’ar- ya points de la Ville pour
ehitecte el décoratenr, quand assivter au Foe gy t ivan d de
‘brusquement i} opta pour Je cote Vy deane Musique Huaitienne, De -

purement artiste de sa profession.
Mais son arrivés Lirdive dans le

Mi
wu

aux Gonaives, — le

larry Jacques,

Poet ne

1087,

Demanehe 80° Décembre, toute
ln jeunense de Porg au Prince wé
tail donnée rendez-vous au Thea
In

1) hetres da matin jusquwa pres
de 2 heures de apres - midi, la

anétier dy Picasso ne lu pas trop joie Ia plus exhuberante — s'est
ondommage.» Il est uctue Jement donnée libre cours. Les ung a-
vonsidcre* parmi nos meilleurs

peintres.

ti

trés moderne, i} aborde dans
peinture ce que nows pouvons ap-

pres Jes autres, leg mini-jazz se

a son, donnes it fond, les -Fantai-

Lioeuvre d’Arijac veut trams- 7, nueame
onde oe} qui! coudo:e quo- sintes ayant | braveme nt ouvert
cender un reel 4 . le feu, stivis bientot par les

diennement. Avec une technique: Schlou-Schleu. Puig ce furent les
si :

Difficies de Pétionville, le Babby



: . Jazz, Je groupe Shupa - Shupa
peler une transfiguration | : di ef Hnahemens les Ambaseadeu cs,
rel Ul semble. liraille. NueaLit im Chacui avait sen équipe de sup
aketeaie ‘Minis deux Bléments porters cl Jes ovations eclataient
persistent dans son oeuvre ef on feu Martifice apres chaque

donne celle-ci un caractére savant.

oreeau,

A Ja lecture du

Tout en dépassant |i monetonic In dele Tan” primares, ce
de la profondceur classique, i) con- fut du " 1 ve “ pu ie oe ua
se, ve sous son pinceau des hgnes- NU une fone : emumeur a vic-
forees qui personalisent * son Terre des Ambassadenrs, peocla-
veuvre et font penser a Vordre “Mes pagnants duo Prix Colgate.

national de la nature,

Dang le Un silence relatil étant a pei-





jea des couleurs, des formes geo. he revenuy Une | nouvelle explo-
metriques traversent son corps steu eclata aussitop pour mar-
aver te reetittde pea dantaisis: quer te uiemphe cleeloral des
te. Ensuite, dans la queie de Sehteu-Sehteu, auxquels le ver-
Vobjet. Harry. Tacques semble ne dict populaire i) ittrybué le
sabir qu'un detail ev ce detial pie, TERED, tine au groupe
fapprekendé, fora da foree de gon de phtpepey acne oy pelés a choi-
ovuvre. Parfe’s un autce détail sir e premier leuc lot, les A'm-
‘epi ts de Vobjet ov ajouteta sa bassadeurs oplerent pour le ma-

fore,

pnifique jen de timbalés, tandis









~ Poutant de son oeuves Gmane que, le manager des . Schley -
Je thuide une discrete sensibalit’ Sehlow frémissait de plaisiy en
qui se vache pre tement dune de Ctreigmanmt la guiqane électrique
rertittade od ees orarés de ail eouvai, de Voeil depuis de
couleurs debut des operations, Dewx prix
ares doeques, uno oprand orig neue. te piix «Délergent
peintre qui malgre toute velleite praepe oo: le Prix » Wilkison» fu-
eécart reste modeene tant par s@ open. cteen, rens. aux acchama
technique cue par sa COMpOsIUOM. tions aia publi, aux Pantaisistes
Les meilleurs tableaux d'Ariiac de Cu refour et any Difficiles de
se reneontrent A la Galerie NA pPotionville, Puls ce furent le
DER. & la Rue Bonne Foi. eroupe Sting Shope op le Bahy
ye Save qui Duarenit seppee poup Tee
cevoiy chucun un dies Worches
Sidney Poitier tre, fo titre deo prix encourage-
, . ment. .
en tete de liste Marcus, orgitusateur bl me:
neuro de jeu de ce concours,
Selon ure chauete menée pat conde pens te festival par une
Ja Mosca Iderure Herald, le equipe honevole de camarades
films de Poecteur de cinéma Sid- bien sympathiques et particulie-
Cney Polio ont rapporté le plus oo remen, efficaces recut, avee les
(argent a oeours) = de Vannée chalet eux. remercicments — des





se-

ment de stupeur, a fall vibrer
les cocurs.

Le 4 Avril, sous les balles as-
sussines du Racisme destructeur
tombait & Momphis le lender Né-
gre, Martin L. KING Junior —
Lo Peuple Haitien « vite compris
que ce grand Homme était sien,
cnr son Président s'était chargé,
en en endossant In lourde respon
sabilité, de son enseignement et
-du-méme coup de demongrer aux
tendances contradictoires,\ oppo-
sés par la haine stupide et égois
te que, pour lui, la ‘solidarjté ra-
ciales n’est pas un vain mot, puis
qu'il s’agit d’un seul et méme ra
meau_ racjologique.

Notre Leader a démontré for-
mellement qu'il existe encore des
Hommes de bonne volonté & par
ler le langage de la Paix, de VA
mour ct de Fraternité,

_ Par cet ouvrage fle Docteur
Frangois DUVALIER, écrivain

de talent, place Ia Premiére Ré-
publique Noire Indépendante du
Monde a la Direction Morale et
Spirituelle du Monde Noir.

Edité en trois langues, «Hom-
mage au Martyr de la Non-Vio-
lence»,produit un écho formidable
et fut trés convoité en Europe
aussi bien que dans les Améri-
ques anglicanesefNibérique. Sous
la direction de Auteur, les Pres
ves Nationales d'Haiti moderni-
sees par l’actuel Chef d'’Etat, réa
listrent 2 éditions soignées en lan
gue anglaise et espapnole,

Un Chef d’Oeuvre ! Celui d’un
Révolutionnaire — Celui d'un
Chrétien ! Celui d’un Humaniste
recherchant la Paix, VAmour, la
Fraternité entre les Hommes. Ce

lui d’un, Missionnaire dont les in -

tentions et Tes démarches ont 6té
vivement commentées le mois der
mer par L’Osservatore Romano
et le Pape Paul Vi gloricuse-
ment régnant. >

fe 22) Novembre qui rappclte
le «Mémorial au Double Destin»
pour parodier un Confrére, Mé.
morial élevé a la Cité Dumarsais
Estimé — un acte de Reéparatior
de Noblesse, de Grandeur — pa-
raissait «la Troisitme Edition de
«La Marche a la Présidence» re-
‘ue, augmentée, et corrigée par
VAuteur,

Un ouvrage itlustré et d'une
belle facture — D’une reliure qui
nous permet de n’avoir rien a en
vier de ce qui se passe sous je
Ciel de He de France». Un tra-
vail opiniatre, un ef'fort cans-



1068, mavstros et musiciens, la récom tant — 619 pages nous transpor
Poitie: iS preminy acteur, pense appaudissements venus ent & travers le périple et toutes
Ppoeducur. cde ds art ‘ ie as ‘ .
noir a figuier. duns ce concours hb coeur, le Ja part d'un publie Jes étapes qui ont conduit l’Ou-
oi il était) clase septieme en de deune Cui a tenu a saluer le vrier des Masses nationales: tant
1907. oO ta succes de Vun des siens. urbaines que rurales 4 la triom
Paul Newman. Judie Andrews cn seiement quelques phale victoire aux urnes le 22 sep
John Wayne, Clint) Eastiwood, 90rd! Pandinatens de Me ia’ em bre 1957. Un ouvrage d’un
Denn Mavtin, Steeve MeQueen, os yon ole prints . an precieux concours pour le patric
Yack Lemnfon, Lee Marvin, Eli- mos a see te hevetution Du aw érudit, le chercheur ecurieux
gabeth Tayloo sontt clussés tour el i ' os ae : ‘ ov RC. a su te vide de savoir. Et a e6té des
de suite apres Sidney Poitier, \* veel, wt “ a ulem ML com- extes d’un souffle _ batriotique
en ce quia trait auy recettes RE Few eer. Hoi seienien | + puissant et d'un réalisme parfois
I iT me oun speaker plaisant & écou- brutal, fous re€ e par
a salles . : 5 .
OOS SECS ter, Maly aussi comme un orga- — sortilég, ce] . reproduti
nnn Hite dsnamique de jeux ra- sant tous les aspects’ d’une cam.
eee pers . woe diophoniyjaes, Sa modestie, son payne riche en legons de civisme
RUSK ET LE MOYEN- aftabiliié, sou charme sans: affee fincomparable poussded iD tvisme,
ORIEN tation et Veleganee de son langage — ¢ Nite a qune per-
WASIIINGTON (AFP : . ie warne In Ge nate puissante comme — je
ASIINGTON CAP) ati micro Jai vat deja gagne 1 Bastion de Vertiéres
he Secrétaire d'etat Me Dear semipathie generale et lui permet Et lauteur de I
Rusk, a de lars ovendredi, sc tent despérer beaucoup d'autres face ela Bere ee ee en post
. . ree ace «La Bataille ¢ é
cols de sa conlerenes de pes.) waeees dans un melier pour je- ld Aout « commencée le
¢ : tyes tatty . . se attientio= . out 1791 consaecréc par la ¢4
jue fles contitets ¢troits entre he quer il apparait particuiievement pcmonie du Bois-Cai ace
quatre grande: puissunmees pours dea. «be Nouvablistes, qui voit qa qag uetle lon | /AIMAN aU cours
raient tre constructifs pour Cb: tenienes in ceil Laverable la, tae es flammes —furent
Wir da pais nu Moyen-Qrient. Inentes de Ta jeunesse — félicite fos sera Jusqu’aux Hes Bermu-
: . : sos . S Sere Sa . ifaw a
Be Seertaire d'ltat a dikes tenes Te. Jeunes niusicions qui. MOL per fas etonefas gapnée
til oappel aux peivs arabes oul eft peertielpe sportivement a cet ° avec la jeunesse haitien
ry Wx paves arabes, 4 ! pest : nes.
qucils Tinaitent! Paetivite terror te belle manifestation ep eux Pour elore ae
tecet A dsrach pour quavdoamette fia qa Por oryiines ef en ont as- ductions.” re cette série de pro-
: es represnilles “Cestyves sone Ta orfanesi be, x, toujours «aux Editions
a de represailles ao xcessives,



. -
souligne votre personnalité
® a .
ZODIAC Goldenline... nouveau «leader»
de la collection Zodiac m Allure jeune et
virile m Construction robuste d'un boitier
parfaitement étanche @ ZODIAC... la
montre automatique par excellence m Un
produit suisse de valeur protégé par la
garantie internationale Zodiac m

a

En vente au Magasin de Fouad A. Mourra

et au «Continental»

solgncesy (L'expression cst
Président Sténio Vinecut) des
Presses Nationalese, le Tuitieme
Président a Vie de Etat Souve-
rain d'Haiti fait pitraitre le 23
décembre, son huifieme i
de Panneée 1o6s. « Medaillons =.

De da prose poétique, la Ger
dunation des éléments essentiels
(uo nous ont conduit au
tembre 47,

du

oOuvrape

22 Sep-

C'est la Deuxiéme Edition des
Souvenirs d'Autrefoiss; et PAN
feur Wannoter au début meme de
POuvrgye que ela plupart
fextes publivs ont formé la ma
licre d'un ouvrage paru Je 14
av it t9G8 rous le titre de «Sou-
Venivs d'Autrefuiss -. Ayant re-
trouve le manuserit confié & Mme
Siuone O. DUVALIER au mo-
ment de prendre le maquis te 27
Decembre 15d) auteur a juge
neces saire de donner a. Poeuyre
son vou titre «Médaillonsy,

_Un réve longtemps caressé, en
fin réalisé, puisque le manuserit
late de 1034: la peinture d'une
sete dt travers une anthologie,
des critiques littGraires sot Poi
retrouve Car] BROUARD\ Lori-,
mer DENIS, Robert LATAILLA
DE, Georges G, LEGENDRE, Ar





Se eee,

Pea~naciag ACCUHARt
'a comuicn catte mult

Vendredi 3 Janvier 1968
BLEUE
Boulevard J.- J, Dessalines
DU BOULEVARD
Boulevard J. J, Dessalines
xXX





Noel des Malades

Madame La Présidente Simo-
ne Ovjde Duvalier, Mme Lue Al-
bert. Fouecard et plusieurs com-
me gants de la place ont eu une
attention digne d'éloges pou, les



malades du Centre de. Psychia-
trie qui ont recu de nombreux
endeaux au cours de la féte orga
nisée hier soir a deur intention
aovet établissement de Santé.
Les jrroupes: Shango, Mouve-
ment Creole, Les Danseurs de
I'lle, Les Loups Noirg ont égayé

la soirée qui s'est terminée par
une gentille réception et la visi-

te de exposition - vente d’ou-
yrapes artistiques réalisés par
les malades.

Tous nos compliments au Dr.
Lamarque Douyon et aussi au
Dr, Mirville qui se sont compléte
ment dépensés pour le succés de
cette féte traditionnelle.

des >

(suite)

thur BONHOMME, = Louis Db.
HALL, Juho J.P. AUDAIN,
Blanche MAZE AUDAIN, René
PIQUION, Eric SIMON, Antoi-
ne PIERRE - PAUL, Louis DIA
QUO] ete..., le joyau intellectuel
de la Génération de l’Oceupatioa.

Et maintenant, ¢caprés — cette
promenade ‘entreprise avee nous
dans le domaine de la Sociologie,
de l’Anthropologie Culturelle, de
VEthnographie, du'Folklore, de
V'Wistoire Nationale, de la Méde-
cine Scientitique, de la Littératu
re, de l’Art en général, — n’est-
il pas louable et Juste d’attripuerc
4% Duvaler le titre de «L'Keri-
Vain de l’Année.>

Huit ouvrages totalisant 2.572
pages ~~ format 14 x 12. Un seul
but : améliorer cette mentalité
d’essence coioniale et nous rame-
ner dans la ligne de notre spiri-
tualité pour ne pas manquer a
sa _miss:on dans l’Histoire —Tout
effort est vain, si, pour répéter
Taine et de Lavisse, nous n’in-
terrogeons pas l'Histoire pour dé
tecter les cuuses de notre échec.

Oeuvre colossale, n’est-il pas
vrai pour un Chef, d’Etat qui ne
s'écarte & aucun moment du prin
cipe directeur de son Gouverne-
ment de «Construire la Cites au
senso l'entend Aristote. N’est-
il pas navrant de constater que,
hier encore, [homme instruit et
meme cultivé de notre milieu 6-
prouvait une sorte de géne mala
dive au lire Fes auteurs haitiens ?
Deésormais les ouvrages “haitiens
ne seront plus rejevés a VaFviere-
plan dans les librairies, car le
souffle de l'esprit balaie le ciel
bleu de Pantique Quisqueya et la
connaissance de Vunivers haitien
devient un impératif — + «Périn
de ituri et majores et posteros
cogitates.

Si a Wither ¢ Mein Kampft suf
fisait pour passer a lHistoire
en réalisant «Les Eléments du.
ne Doctrine» L’Ecrivain Fran-
a

Informations
Religieuses

(Suite)

LEMIEUX ©.P. le: digne repré-
sentant de Notre .Saint Peére, le
Pape Paul \I. Nos Seigneurs,
les Evegues ; Monseigneur LI-
GONDE, Attheyéque de Port au
Prince, Mer. DECOSTE, Auxi-
liajre de i Archidiocese; (et tous
les prétres, Réligicuy et Religieu
sug de l'Archidiocase.)
_ Son Excellence, Mgr. COUSI
NEAU C.8.C. Evéque du Cap-
Haitien et tous les prétres reli-
gicux, religicuses de son Diocese.
Monseigneuy Jedn-Matrie JAN, Es
veque titulaire du D’ -
rt tu D'EDIOTIA
Son Ex. Mgr. AGENOR, Evé-
que des Cayes, et Son Excellence
Monseigneur PETERS S.M.M. E-
veque auxillaire du Diocese ainsi



que tous les preétres, religicux,
religieuses de son Diovese.

Son a Mer, CONSTANT, E-
veque des Gonaive, et tous les
pretres, relivicux, religieuses de
son Diocese.

Son Excellence, Monseigneur
GUILLOT, S.M.M., Evéque de

Port e\Paix; Son Ex, Mgr. AU
GUSTIN, Evéque Coadjuteur du

|

et tous Tes prétres, reli-
Gerard) Maisonneuve,

Francois Duvalier, Ecrivain de l’Annce

gois DUVALIER ne mourra pas
~~ Et Homme d’Etat est immor
talisé parce qu'a «vocation intel-
leetuelles. .

Il faut réformer la mentalité
Hluitienne, Condition basique de
toul avancement’ au triple point
de vue spirituel, moral et maté-
viel — qui ruppelle la lutte pre
dun Mustaphu Kémal soldée par:
la transfo;mation profonde de
lancienne Anatolie et de la Men
talite, Turque.’

Oeuvre arfficile, n’est-il pas
vr, jeunesse jtienne, vu le.
concexte yéo-politiqae. .

Seule la durée. peut

vous sau-

ver |]! oO

Daignent les dieux de la Race
continuer de guider et de proté-
ger le Leader ainsi que toute la
famille Présidentielle.

¢ regne 10.000 ans» Oui, il vivra,
car celui qui se met A Vabri du
Trés - Haut, repose a Vombre du
Tout - Puissant !
Que dix Mille tombent a sa droi-
te, dix mille a sa gauche, il pe
sera pas atteint.» 4 ‘
Comptoir de Vente des Oeuvres
Exssentiellea,



Constantin Dumerve

est mort
“* (Suite)

la maison, berecau de la famille
Dumerve,

Quant’ a Haiti, i lui avait
rése.ve une piace spéciale en son
coeur, On avait l'iinpression qu‘il
vivait & Vunisson de la patrie
dont il révait ‘chaque jour la
grandeur ct la prospérite.

_ Aussi, & l’epoque de l'Occupa-
tion de notre so) par les Ameéri-
cains, se. fit-il un devoir de
detendre sun. pays dans les
colonnes des journaux anie.icains. |
Ses articles firent sensation ‘tant
en Haiti qu’a ’étranger, 6
En outre, pour stimuler
zele’patriotique de nos écaliers,
Noopuabha un. RECUEIL DE
CHANTS PATRIOTIQUES, Et
quand le Preés.dent Dumarsais
fstimé, apres I’échee d’une Mis-
sion de Bonne Volonté, lanca son
fameux «HEUREUX MECOMP-
TE» Constantin Dumerve pris
d‘un accés d’exaltation patrioti-
que-composa son HYMNE.DE
LA LIBERATION FINANCIE-
RE qui fit le tour du pays.

Dumervé a consacré- toute sa
vie a Ja musique? Durant long-
temps, il publia dans les colonnes
de nos nombreux journaux jes
chroniques musicales
des biographies remarquables de
muysiciens haitiens. ,

Liannée dernitve, grace a
gvénérosité du .
da ‘Tourisme, Mr’ Lue-Albert
Foucard, Dumervé a publié son
livre si atten «HISTOIRE DE
LA MUSIQUE EN HAITI».

Constantin DUMERVE n’a pas
terdu sa journée. [1 s'est toujours
tvieitué détre utile au pays. Et
dans le Utiaine qui_hn fac cer,
it demeure. une illustration qui
fait honneur au pays.

Nous présentons
eondoléances & sa veuve, aA sa
sovur Junia, u& ses freres Dr
Vertot, Dénéverg, & ses nieces, A
svs neveux, dont le Déeputé Ernst
Dumervé, le Dr René Dumervé,
ainsi qu’A tous les autres parents.

Maurice A.

le

la

nos sinctres

Lubin -



ADMISSION

Grand Hotel Olofison

Chaque Lundi ‘
_ Formideble Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarhoroughs

Danse arce I ensemble de MURAT PIERRE

2 DOLLARS.



IMO AO. 0,

.

valits

bey,



5 . |
Renseignements ct Inseriptions

SIAASASSDALAAANISIAL A 2A ale SDA Sod

nne Christophe et Rue 6.

Sa

DAAIAALAAAL ASIA Dal AIEEE CS SSDASLAAIS SAG NG SADSS SDS.

L’Ecele de Commerce YULIEN CRAAN

innugure en

Comptabilite Americajie ere

0
Janvier les

Cours $Ui-

SiWuepraphie Kranguise Gregg

Dactylographie Dilingue

Annés
¢

vet Cours Intensif de danvier a Aodt

«
Rontree

aura tice leB 3 et 6

Sunyier,

tous les jours sruf Samedi et

Bimanche A VECOLE DE COMMERCE TURIEN CRAAN Ave

PG LOLLA SALLE LP SLADSSS LD LAK LAL GLDEPASD ATA ARON g



Aux Ondes Sonores

(Mone GEORGISPTE DUPLIESSY)
4t kne Macajoux, (Rue du Perpetuei Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)



Pensez son, .
Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
La Ma:son Hautement spécialisée du Son;

. PRODUCTION,
REPRODUCTION;

Tout :

équipements,

Instruments,
composants, !
. piéces.

Pour vos Achats voyez
LA MAISON AUX ONDES SONORES,

Service rapide,
. Les meilleurs prix

Assistance technique garantie.

«

ET

>

et surtout ~-

Directeur Général,:





wm

¢ .



Full Text

PAGE 1

QUO'ft>tN LE PLUS . AINCIEN D'HAITI . . -FONDE EN 1896 Directeur Administrlltc11r : MAX CHAUVET . , ADRESSE : . itNTRf .... No.212 PORT-AU-PRINCE} (HAITI) PHONES : 2232 2432 P.0.BOX : 1316 MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAM~RIOAJ:NE DE PRESSE P, No 27.712 78ne ANNEE VENDREDI :J JANVIER l!l69 Le Message , du .Prsident Vie de la Rpublique Francois Duvalier, Ecrivain del' Anne Le J66me Annivers~ire de l'Indpendance AU FIL DES JOlTRS ... PJ. Anbelin JOLICOEUR . A I.'nt ch. 1 s fins mt.>urtri ern pour ~!'tril.isfairC' leurs apptits de dnminati on ; rl'nutres gmiss<.'nt ~nus k ra . (i(lau de Ja n1isre el rt •n•mliqu en t parfois avec violence h d rnit i1 lu vie, le droit la dig-11it l•. lhi s co nceptions idologiques pn .' ll•ndl nt i\ l'unVl'I"St"l _ ~an s :..;ow i du n .'s pect des tind1t10n:,; c ulturell es propres _ cha _ que peu p l l , l1 lhnqU\ nation, a l'haqul' ,.., ._. ('_ 11 e 11 r l•s ult \.' d u n s lt s relatioll ~ in1 t n ut \ ooeh• s un t'tal df' t e nsi o n qu i plnee l'humanil ,• nu hord d~ J'ahilll<', l'0n!:i( ' i l nt dt:' tette situation qui fa it planer sur le m ond e entier l a mena('e pemna nente a'une . ca t ~:-t rop he ir;parablc,. Sa Sa1~te t , k Pape PAUL \, glor1eu " ' 'n1tmt r gnant, vient Ln-ton• c e tt e anne inviter tous les h01n me s de bofln e volont el~UrL1' la ,, . .Jt1urn e de la Paix :;, le 1er ,l e vull s 1 h or ll', P1:upk ll~,iticn.' . -. f . , a ss um,•r l u YS . ') vous H due . fil~ du l'l'upJe , ni Je fils de j et lu dignil.l~ s 'es t affirm_e au JI a l ' honneur e t h g-rand pr iv i!~ mille : , dl sa~il de n•:-, l itt , 11 r:-d ' Autrl'fois denwlll'(.' aclnfol'lllations 11 ul1L ulla, 1, e,.:,,.,, d'u11,• ll'Ul'l're 1 rt'r :t l'l' , d hnul og iqut.. , ~lll' nlo gi qu (', l,.',',l: ' ,,i;1 , ~,.u!lIJLl' . L)i __ '. ,' ' 1 '., ! _ u,;~~Ul~:~ . ~::l\t~\~ ReUaieuses .. :.-, t-, J1i . .;tu riqut• , phil o:-:n phiqut• l't dol', nl• aL:::-l~\.' \.'nl relil•nl lt• cludu:mar, l rin a l. tio..•l\lh' si :-: u u dt•u~e Ue ,l•ritl: et nour r it 1;i11qui~•tulu~.... t_ ra{1go5~1i: Au meb d e .Fvri~r HHi8, pa den~ ,~i~ ut~:;ui:i ;~;~!~lt..~~\~~d,s<~\?~\iu!'~~ral\::~ : n~\.~. s p~~~t rl.~~ 1 •~:~~;111;~1!1' i, rai :suit. l u Deuxime E(jitwn de F tnut e J'humanitl~ : lu xe du Tom e I des Oeuvres E:-:.~ 1 i 1 ~~l~; ~ ~ r u J~ ~~~~~-t~s-:i t P~li\\~ 111 :i:~~I~ J' en veux 1 1 our dernier tmoi. . l'11liclles avt-c en Postface Ulll' Joie du mngom ' : d , l'imporlan, , qu, l'<' l 't•t la !IO 1. t• Chanc;ine .?ean-Noel C,ir n ig i t l U SL'S dam , . t o uts lt ' S ma~1i!Ltnt ~ u n s prcdent dans le s nu tion d' i 11tl' l'di p 1 ula1Hl clt• . --, Etal .::.. . , d e la (.'ath( drale : d ' e Por"t. au f t t' (]i t:'ront organl sl' es lil•ux inte ll ect u e l s et cultul'l'i ~ Prill l'ti; a inaup;ur les chan1 ~':-\~ ~/~r.!nvi~r 1 \,Gu en vll.t _ de 11' H a iti et d'Outre-Mer. 1-:t L'attitwlP <'l Jt, tomport/ titrs rie l'esta uration de sa Cal'exalt a tion de::; idaux de paix. <.: L e .; Elmn t s d'une Doc.-trirn . lllt.'llt d t.: l a Hl•puhl~JLit.' d'l-laiti th,~drale. LA.lS t~eh affau qui, rentr ~unrli soir de son mag-nifi.qul~ r i t.ilP e n Asie, en Europe ~t ti.UX Ebftfl Unis , a eu c e m n . t111 "ii; . uur \ ; , ~ 1 si~ _fltt iti'il ~-J~e nd !~ 1f J --; tP. au oJ :iJo u \' elli~tr:r,. J_ p Set'rlair~ Gn ral dt• L\ s ~i ;:~:• l ~\t;, i ; \ ~~ ,•Ill;~~ , " '. :.all~ ~t~~ i 1 :' ,':,\; i nr i t, par 11• g-1HJ\'1 1 rnd11enl ' \a H, pul,liqw dt Ch i1w h visiter l a ( '\1in1• ;\at j onalis t . ( 'ha I i,r qui ., a i:t l'objet d'u11 c, l' rlial :u ttl'il a profit de t,'i.:~u ~c ~: ;~~,-~ 11 ';;::.\'~ isi1\~~-si~~ cf,n~ n 1Jw 1. 11"~n~riquid'o il Pst 1 , ,v,•nu 1 : nf'hanl. I.1• Dir eck ur a.i. du Matin J> 1,p11st: d'ai\11.•nr .. de comnw n lundi la pub li ca tion d 'u d , n•p11 1 1 a1-;,~s J)our on n , 1 s ~ iin pn s s i 1 1n~ , l e ' voynges. ~ ul.1 t' umi Uumayric : Charlier Jt , p; tl l q UI J'ol,jet ,!"'un ucc ueil v lial, urcux. 1\ IH ' Laril 0 }}88 d ' l o)_" ~ ~ur !a C"o r d~n li t / de : l'ac cuei l qu , l 1ii !'ut n ' t v1 ii Fo~1T1ose. Il a , . ,, . allS<;ii p;1 rtuul un .\111has~adPur .i,. :, l'n• :--.s , H a t iiH• t•l dL• l 'i11U~ ll t:('t ualitr : haitiNIIH' 1 faisan' J t• ,i s ag-l' rlt notre pays, dt• ~ a ndt.un, ll's d11 <;(111v1•rnt•nwnt dn :~11 ~1s 1, jc it1Jll. -., nc,t . umi DuR . P . Rel) Co gn ard, d mi~ sionnair e conime cu r de la cathe dra'le est n Omm a umoni t'l' des Soeu;, d e S lJoseph de Sl\ ' ,il li ~r au CdpHaitivn; . R. P. Frn1uis E. Eugene () .:. Y i l:nt c ur l• de la Cathdrale. Cr.s t' LIX nominations ne pr endront t:-ffet que le 1n JanVilt pro Lha in . L f\s n o minations suivantes pr e-nnent effet i n1ml 1 diatemc1~l : , R P. S mith Lamour est nom111t e u r ~: d e.: Limon:-tde; R. P. lieo : -,!'es V i nccnl 'l.: 1.~ ino nl l' l_)t :-: l e~ plus dnnfjereux de pour iou :,:. h~ Haitiens conscients l)l )('TH I N 1-: :: dm~i:;nt en de s-1 , il n;1t ion ale , a ux heur es d t' no s ,1...'"lle11 ~ d, l _n nt Ps 1P ~ eoul'hi..~s :-. ociale~. l t Hi8. r~t !' A ut eur dt• 'f'o nrluh• en l" i \ il l '.:--, n o u ;-; vo n s t o ujour s eu x x x } \1~t f an• , l) p m ai n t o u s ceux lit lll\<' ma~nifiqut no cl i-i1w . nu ::: v11litions d t hiPn faire djr nt p~ut tre qu,• .it' n'a.i poin t pe1 du ma j o urn e. }.) . ' f'uis le 14 Avril. !'Auteur l a plum e proliifqu,• offrait au pu bile : ~so u ven ir . ..; d'Autrt.,foi~>~ ru hli so u s J'un d<• s<.•s,,11scudonyn11>:lit thnir e s , AHDE,-!lL\ll\lAN , C'' t a i t e n 10~ 1. Un es prit se 1.H~t:iche dt la rc1u . n0; 5l e } 'n r t_ d' r . e l ' t tranc1 w s ur ~e. .; co ntP1HJlor:1ji1. -; par la ri g-ueur rt IH lt1 ddit, cil' ~ nn an :: l y :-: c : de ) n li .tt( ratun. :c; 1Jc i :ilt• :; , lh s a r t i l < 1 ~ paru :-;. tian .-.; l e quot i di( 11 prsP nlan.t l'erson Jll'I de ~ Son t>x c.-e ll e1 we lt Prl•i,.i . d 11 t it \'ip fi:P 1 > oc I P1 11 T>l ! VALIEH l' r,,s i.i e nt ;' 1 \ \1.. d e la H l •puhliq ue qu'al'com pagn ait• nl le s nwml,n•s du Cahi Jl('t 1\I111i:;tril~I !'ie r e ridit au n\ririal d(dil 1 :::i u ;\'Jarron Jncbnnu d t• Saint Domin gul• oil ! dt-•po sa. une .1;e1bl 1 d e fleur::i, en guise d 1 h o ~i1 magl e t dP v, (-ia1. ic111. A midi , l e Chef d, l'ELI i"" ntnl\'tl ~0 11 \ "ihr ant mP:'-:sag-(' il l'..l dn •ssP du Jlt uple hait.iPn. L l ~ . Pn mier i \'la }!' i 8 trat d t _ l a R publique e ffectua en s uit e un e gra n de to u rn l 1. n ~ille . C\. •lll tourne dur.i plu ~ d l dPux l w u1 cs d' horlo gL• . I. e C u rt,•ge Pr s i dtmt i el ViH it a s l ins l es pl us r ~tul:; d \. s q u arti v rs populair es <'L p o 11tt lt>11~ du Hel-Ai<'. dl' !.a Sa l in,• ('[ . , du :li orne ;'i Tuf. , EL ,.;J-:NOR SALVADOR ' H !t/1/. , Nous uvons reu eu cJur:; du dernier voyage de la Santa !(o so d e l n Grace Line Port a u-l ' rince, l'agrable visite de l'honorable Gonaul Gnral d'Haiti , , (/ uaya quil, l e grand industriel C:• ,1u a t ol'ie n, 111. Salvador Briz. Gr a nd industriel, M: Bri b es t dan s l'industrie textile G u ay aquil. Il est Doyen du .Corps C on s ulair e quatorien. l i fa isa it un e croisi~re dans les <.:araibt•s en compagnie do M. :\l 1g u e l Ullon, Di r ecteur du Jour na.l L a PrCan s a, Direeteur 'Propri tain d e Radiu La Pren!ia. D r . _ Manuel. Vera Lago, fcono• 1111 s t ~ cquator ien Mlle J ulieta Gonzalez 1 profea st u r e Venezuela. Mlle D uk e Maria Maya Pro fes se ur de V n ula. i\ l iltln de l'Office Na tiona l d u Tourisme et de la l'l'Opagande . Leur dpart de Haiti cet aprs lll id i -lit fut un arrachement. Tous c:es visiteurs se son t engags se faire des Ambassa d e urs d e bonne volont d'.Haiti ( ' l\ ~ :qu~te ur et au Vnzula. TI~\1~t\? 1 c" . .. Lundi soir, nous Uvons ren l'Untr "u s pec.1:adc Bamboche Crole du Grand Htel Oloffsori, M. Reyn old Rismer, > du Sous Secrtaire d'Et a 1 des Affaireo Politiques du Dp ai tement d'Etat, M. Eugne l tow. Il voyage en compagnie de la ravissunte Mlle Maria cMa r sha , oukhanova . professeur de rus.se ' i, l'Uniw c s i tt• (;eoq;e Washingto n e Wu sihngton. D . C. Reyn o l ,t Marsha sont ici les i11 vit s de J'A11Ii1a s ,,,drnr des EtatsUnis, M. Clauc Gordon f Tony 1.1 . Ross et .::,..,. (':::..ptivante femme Antig0ne l'JJ c.pugnie d e qui ils se trouvaient au .. pecta el e de l'Oloffson. Ils ovoient aussi fwur .:!0mpa gnon$ d e table, le iplort1a~ a,.. ,n ric ain G l e nn MunrQ et 'j/1 jolie femme se. Reyno!d est un j,• un e i11lom a te tr />s s y mpathique. 1 Mllu Modo So ukhanovu, a11 St: Use c l a zr~1ce de T er psi c hor e. X X X . . Hi er son t arr~vs .""• Par . a u-Prince, M . Fou .. ier Ruene. Ambassadeur dt Fran:e Santo Domingo, sa ft nmw et son amia, Ona Parro\~il'ini: I ls ont pris logement ln Villa C r l e o il s passent rleux j vu rs. X X X .• plai~irNhl~: :o~~n: ~}n~;~{o: \;{ Denis D e lro isse , ar r iv de Par is le s amedi 2 9 D ce mbre avec s:i g,acie use f emme Lu ce et .ses deux jolies fille s V ronique el -So ph ie. M . Denis Delroiss e a Leuu ,a promesse d'amener ici sa fenune ' et se s enfant s . , M . Denis Delroisse, Pi oprit;ii r e des Edi t ions Delro:sse vient, d' e x uter de sulcndidrs tr"'vau:i> d 'd ition s pour Je gouvernement haitien, parmi lesquels des af[:. ches publicitaires par l'Of'ice Nationa l du Tourisme et de la X X X Propagande, dirig par l'Ag,-ono .\ Jli.lJW DE LA ~ANTA ROSA meL~~\~ 1 J :~~ ~~.;:!~~:~,par l es No u s avons r e ncontr El ~::~:~~npe/;?~~~e 1~ 0 ~~ 1,~~iongoJ;; lta" c h o :\!me Sa ll y Crown dont pub lic haiti e n l't d es ~our1 , t, ,, k ma ri, i\1: lio n a ld Crown, expert auxq u e l s il s sont d es lins. . i n t ernalional en bridge, enseigne l\1m e Luce Delrnisse est tom h , ieu l a Card School de N Ew sous l es c ha rnws d ' H aiti. , 11on Y,, rk. . p rob l me , nou s d it -e l le. ,>s t qu e M. et Mme Ronald Crown je n e veux pas repartir>. , ; t a i l' nl bord de la Santa Ros a Tout lui plait ici . les g-Lo1s, le d e l a Gra~e Line avec trent e' clim a t, les s ites, Pt \;1 ni,•r i ngu" <'l ud iants pour un Card School ' li d d li < : ~ 111 Ubea n C1 mse. Mme Sally qu f~u e fa,~\~1~; ~ I}(,7;.~;:~ 1 /\ 1 .~~n~ des ( ro\\ n, auss i d1st1ngue qu e cendue E l Rnncho. . t : h a ! munll avait pass la journe _ N ous lui ~nuhaitou-. L.1 :1 l J ~a . n h o l Service Inc de New New Y~rk , vo yag eant .en comprus uc n: s TOTAL Ill' BAL HLA NC' Hl-: I..'\ 1.(r;l JJ : CONTRE LE < ' A NC Eil . . Mm , (; e r\ \ 11 .r<1 t1 X e l s:-i ,llii.! •nk c : qlli!, ~ n,111 p os<.•e de ,le Jn ui s dl(• s d dames aus s i d v n o1 niqucs el thYoul•\.•s ttUe MHe Carmen N id 10 lu s oqt i;ag _ n un e fois d e plus dan s l e urs l'llort, d,. runir l ~I Taitil'n \ , o. , ait, din• tal'lt d<' chn ~( R: C1t1 1n . ..; J'(Jll! applaudi a \ ' t>( fr rn~~il . , d'autn•s . l'ont mau dit, d'autl' Ps i11lriJ.nu'• -.: p:11 tant de t< ~ m( ~ ritl•. J'\u l nP 1wn ... :1irt qu u llP nouvc>lll' Cons l'{'I . l cl' Haili en nP ni t P n g-< t: d io n (' ( >-~ 1wl •p:l rait ! C' lon J n. 1. •ff (•f, qui a v an t l e J e u n " lll l VAt LI EH, a li :t s ----------------:----• 1. A llA\" . .\''1-: 1 . \FI') l, L i Pn•nlier Ministre a cepen danl 1kmand( , \ "la population de <~l'fet se flil'tl• r d'a\'cJ,c 1l enu un snet"l •s total l' t:L! J!T('a t ,ent de lo saison . t oi se v i s itl •. [.a flir 1 i-t i on d u 1l t> l .ux t Auto , ni'•, ;1 cii id { qu 'it (" tllt• oe c.8 o11 l e :-l llf a nt :-; el l e~ ad o leR c , nl s a, ,omp<.q.!n :.; d e I C" urs pn 1 Pnt . .; n e pai e r o n t pa ~ . Const~~tin Dumerv est mort" Grandiose rception l' Ambassade d'' Allemaine, No u s nou :-f a l :,;o n s l'int.erpr t ,.. du puhli t p o ur n•nw.rc-ie.r l a dirc~c tion du L e Luxr Aul Ci n {, du geste <"nmhi,n "ourtoi• . .:.; so n e n ABDERRAJl~IAN -a it c-ri1•p : Nous fmes abaso urdis quand ~ E . 'i'i ste -t 1 iJ r h <'z n o u s Un( a ri sto hi e r Jt,s par e nts nou.s firent a '! c-ralie to ndili,mnf'p par le fa f' n o!h 't •r J a th~le nouvelle du $ll•cl's tt• u r t t e mp ~1,1 riar l n p(•q) { at i on d t> uoln• . di sli n)!;ul , in, : , r , t1nstan~ i n d e <'crtains prin C'i p es d" C'lwva k: 1 1uiiltn . riP o u de Haut,• Moraliti J(.pw , ,: ' Ko u . ~ le:;a vions ma\ado. ll a l , tNtJUVt l An a i•t1 maiqu : 1l111rn w tl ' hu l iitude par uni.:' g-r~nf if \;?}l'.\~{i~tit~;~t'.'.: droit. une s~rie u st inlcrvent on .ch1rur Mme Lois Pierre. pN nr ote o ulteeutne<o ur l a plup art d t> s oh lt> Pr { : s id,nl de la Rpubliqu e s<~rvnte~ :( •n lt• ntnnl d'ohlcn r P' { : ,l( ! ,-;il1 Allrmande, l'Jng . Dr . un p o8tC of fi< iPI HU ~ wi n d e ln HP ;1n ic h Luhke fut l'OUtf.• nvee mujorit d P mcwral . c a u S i•nat , M . , :ltt e nllon pnr l'n ~ siP.lan c e. K e nnedy fn il I l' pn i er ~e st" L <':invili ndn, dix lliil 1 11 ..; p .. 11 : l'l'xporf aliun, t 't' qui i u11 -.: , 11 t11n1H '-r:qqH1! q•r:1 \'l•quivah•nt e dix p ar ~!. ca ~ tn1 l.11i !li,11 . 1 :. de dollnrs t'TI dt..>visc~ ~JU l :s t ' J'\ ' 11:l 111 l our acheter des \':,; ~:~11t 1 : 1 1: . ~ IIOllS t.~l: : ~~ . ~ll ' ; ,~ :: 11/~~ l'~~:=: 11 t;ai1~ \ 1i 11 . , p;1 :-; (,li1t• 11u 1111ll't' diplm e lk'li :,;iv e aj)porte par l'Uni o n ~ l t~~u(\'1\l 1 ,\\\ 1 ' i;;: , 1 ~ 1 : ~i r1\'/t':v t 0 ,\\~in~:~~ . ::: ~1l~ v\ ~l t i~~ iri~ ri ~tbde euiia a n~:~rl; dt• l.1 u, .,., ,1 il inn :\1 ainten ant p e uple viet nan e n , en guerre con n,, u:-: 1 11t 11" dan:-; \\ n:-;eignr t1 e l'imp(•rinlisme yankee,. ~' ; ::} t~ ~) \? ~i :.~':;l~~(:::::;~ ; Dclarati~~x de 1, . , ,1,11, , ... , 'l " i " '" " '"'"Il' n con Juanita Castro la l\i ,v<> l11l 11. 11o l amme n\ le ,lan '1-J IAMl (AFP) g 1 , 1 q i t 1 1 , 1 1r, , 1•J1tt'11t. les ELuts Fidt 1 l C a:--tro est Cuba ce Un i ~ <" l<" n au loentain• d( qut• Stali1w n l't ln Russie et ~lai ; .. 11 l\la n v h ,. M. Hi,hnrd Hill, r iL l'All,•nrngne, a dc(nr qui .. \ --= t disting-ut' 1rn1 .T ua11iln C a:-itro, HOt1ur du Jendl~l . ..: nn ):1ngng,• n1p11:H:u11L C'<•fH'll cubain <' Xil c Miami, l'o<;en-: tllJ!ij t. l ,-. 111 1 it•r Min.;Cre s'l':--t :-: ion du ixime unniver~aire du m u 1nn ,,p '. , 111i .-; tp l'i a soulil!. 11, r,~:im l 1 rnstr i~ te . qU l' dt p!11 s , 11 plu:-: dPs pa,vs \"P.11 li II dPtruit Cuha i.lH'l' ln m( . lt•nt a\'ec Cuhtn ' . \Hl' hnhil, . perfide qu'il a d . , i J ,: 1 :i~ l' t"o le actuel t ruit !,• foyc. i r de nos parents et Jcrnt•lll :.'. 1 _ 111 . t1o n hecta re s aih siPn . li l~st en train d'nffamer t e i11tl ! ' H , : 1" 1 ur :,; d 1 s d ix JHO \, , ptiu 1,lc c ubnin, comme il n af h ant.• :-; a11T1• Ci.5 00.000 h1. ~l'ta f mul e l ' l 'i1-.P-Soi P n u r la premib r e foifi < '11 HaiJi. u n film de la s rk , .:d ., e s ' lm nrr uptihks>, sera pro jete su r Yotre peti•. C\eran. Les ,, In corrn ptihles" constituent un e st ~ rit~ dl h uilletons' tll•viss qui n tr erl •Jll ks dive:~l'S pha3e s de ln lutt e que la police fdral e ~li~ E :~A ~;~ e ~ T ~~is, )~rof~1:11e 1 ~x P~~!J~ troubl ,• de ln d&pressivn et de la prohibition . d e 1 ! 1 ~f l , 19: l5. Epoqu e qu'illust r e l es no m s d 'A l Copo n P, d e Dill ; ng,:r , de LU J!'i R e inald, d e B o nnie a nd C lyde et nutl'C'S l ( ' hr ilt > :-; du t 'l"llh'. Epo que d e l t on•s n ' •gJpn~nl s d e _ compte s ,
PAGE 2

... ... . J F t-raCHRONIQUE DE VOYAGE: La Mosq~e de Buria \ UANS l\JOS AU REX THEATRE t;lNEMAS A'J CAPITOL Pa{ Edouard C. PAUL Vendredi n 8 h. 30 P.M. LES GANGSTERS EntreGde, 1.60 et 2.50 Vendredi 3 . et Samedi 4 Janvier MlSSlON SPECIALE l'IWBLEME No. 1 pl~~t::u uc~e~~i~~sc;~~tuhvi2j'.7i " 5 6 7 e, 9 1 0 r D m --..:.. IV V VI VII . 1, .. 1 1 HORIZONTALEMENT 1 lie ~recqu de l '..\rd1ip<"I 2 S'ujuul.~ uprl•s la ~iJ!llilli.; re Auteur du c:Juif erranl 1> Fntigu , 3 Son adn 1 sse indi~cutahf1.• lui cota la , ie Coule ,n ltalii, 4 Fl euve en E.•pav;ne Ti tre que prirent les mPrnhh'ill' la f-tnille de Mahomet, apr•.s mort 5 Montai:-ne de form,• ai gue Note 6 Son rl:'veil e~t parfoi~ dat1 gereux Mi s en mou\c•ment \n\ral marin X X X lun, en Guine. Sn mosqu9C, u11 joyau. Un l'hL•f ,!oeuvr de l'art ~~::I.H::~t~-~~:~pl ~ ~:~dc•! J J~l' t~:~'_~: re, et le dernier plus spciulement id~~ : ::;~\ 1 \:1i~ 1 , ~ ;~~~ \ l. e t ~~,::;~e!~~r~otrc~~~;i 1 : _ ::: premier Port d e J'..\driati'!ue uvet la pr o me s se qu ' il se chn, c , hemin de notre randonnt Vll 0i nralement t1111hr, i.:<•rnit du re ste. ,le n'attachai au D r:is tous s environs, on rehoi_.\11n g -r a111111 e d'un poi.s~o1_i qu" cunl' import a nc.:.e sa reqult>. Et sa ! (l ui une colti~1e, qui un mi•l'on m et en bote lors 1 : u'il insb;ta pour . me ~i!c pL. ,. des d 1 i vc r ses pl•tiil'!i valll'P:-:. VIII B o nne -ou m:invsi,I' que ma curiosit aura s,,t:,. et des tr e illis en bois s'levaient (iu:ditl• d'une d10 :-PL•intn• i'aite, mon attention se r\'cilla. P " lil' protger tes tern.lins. 1 Jwllm1dai :-11 11 d t ses . arg-umPnt!tait qul' _ \' 11 u~ t-rouv ions ee petit ati11 IX Adv i rbe Travaill,•nt, j'aurais" l'opportunit d'explorer, J. s. Qu e lque chose ho s de sainni ..; lH . ~ 1)ll! pa:-domwu~es li.ne cHrril\rc e kaolin. Voil un i. Mais ;' avais oublj que nous X .. ...:.... Chf•, Hl l' qui maintien+ vo(•U qui llil~ liouleviTsait 1depui~ i.r .. L\ .. ' J" ;io11R 1 1 reste de forts pt :-~ il'll au li o ut clti la n : une quin zn inr d'annes et la persun larg e pannPau inrli4uait rl•s1•r ['n ~~l'dP. un t.''.-. ~chl. p e eti\' e qul ~erait al'eompli. .1c1c YP d l'F.ta'... \<:> n'tait. pas pou Solution du problr~e prccf't'nt quiL•sai. En f ait, . m _ a eons i gTll' -. ll's l!l phanie fl ux d0 la J'(~g-ion qui (•tait d(• tout savoir .. Depuis ]a Y .c:o inff r " nic11 1 ;" , 'nisir . f arn n qu'on fait l•g-niller le s nouNous rouli _ on:--dan " une routt ~ HORIZONTALEMENT 1. Photogni P :!. Bruix: i\11 n IIL• :--par 1<• 1am tam ju s qu'il la e,~:fr~~n!~i l~ ; 1 11 ~ { ~~n :( •nfJ\:~\ll\~nri.; t , t !: :~ 1k•n,u\crte d'un e pi e •-r c qui pour\"EHTICAI.EMENT du bou~g. Pignon de dwz nous .-w rumcnuit mon esprit. J'ai vcu Ju second!.!: d'une iltus10n en vou lant tul,)hr un ra1.:cunl. Cela ar rive pnr i oi .:5 quund on est loin Je chez tiOi et celui-c i \ ' oU8 pours ui t LcnnL 1u c nl. Aussi <."l'lle alll!c tl'i1.>scus uux. fleur s c:lala11lt -. qui or1wnt l'huque p..tl Ue mni:-iOll ~' , avait oui celte idCe de PiKnOh . N IJUS 11 nelr nes dans un gi.;0 2 vdlage o les rues ,.se coupent a ,1,nglcs droits. Tout etait no~ sous un flot de verdure. Le~ baies des maisons se dbouchaie1.t rnr un t!'an de plantes omcmen tales dive r , es. Le march qui se trouvait la sortie et dont il est un des poumons de la cit t:.ii, vide, comme tout t;;1t tlJJLL.pL ~ ~ 1 \~a:;:,:: . ..; _ ~~e:sb~:t:~ 1 ~'. L e Hl'toul' un e foi:, pris, et dL~j ic.• mug-h, :,;.e lHl'lll dl c-c qui :.; L : t _in'. (' qui nciueillait :~: \~p,7;:i;;~! -~ :: :~ -; 11 ::,1.1.,',.i. ft,:.i,.s 1 1 1 1 > 1 11 ,.,,,. JlH•:-: t it irw ., pl• (l'. " Ll . ' Ct•nlrc• Ag-rieo lp dl' Tolo o une plain r . (\, ' qui profilait dt•.,,t I', r .... \rnt les r egnrd :-:. i\',tai t Li 1wntr Bulletin de sant des Cosmonautes -;.l:~.:-\~; :I' ~ ~;~,i ('~~\ ~,~tllt~ 1 :;~,~;c;~~I~ dt>s H101'1I P ": " qui 1h ,; u~~::1it d'au )p ~ hcni 1.n 11 _ ..; ,c,~0 . 1.rraphiquPs cJu la t rP~ . Et rh•s ,a;...:; : J,nnd :..; ,AFi') Le s eosmonautes sont futigu l•:-;. :nais n nmoins le s l l~$ts aL1. , qu1. ... :--; nous h s avons soumis uont r l'.u ~ l atll'1.l.n signe d'une maJ., qi , quekonque, i11d"qul' l e h ul\cti 11 de sa.nt{de , Frank Barman, J .a.nw~ .Jam<,s LoveJl, cl Wi!liam Aid r.s publi l'h ;s ue es exanwn.; dicnux que leur unt fait su!t;r d,x 1nro a "~• hetn l'fl l du g loh e oc ula ir e 11 c d i :1 .:: i1w i•tait ur i J.d n a in• tlP ("I' I H~ rl (' qu e ~tion s .. Jp r co ltais les ',', . . ' ,o ,, ~ .:' " , ,' . . :_ ' l, .. ', )t t ., ~. , ~a . 1u, ) ~n ~ :r~~::n~a~! F ou i a h h roqu e et l gendaire . S O U nir s (JU( ' p11u, -,j:_ lllt ' !-llt!g1 : u Quant :rn x a u t r es. l l'ur p ! aisit ,:-:p n r t'hacyue kil o m tt n . . J p c-ouvri:-: , .. : ' 11 "' '" 1 ' r . I ::i'.~t'"~;,~u~ ~~\. o ):'.~'~\~ 11 '1~;~ :.:~,'. : '.'.:i:: :;\n~:l s d~ -, ,~ 0 i , ' , ; , Ji ~~\;'.~ U: 1;ut\ : Elt0E:l!E:'\T T1HE C()S L OV.-\QU E DECIDE l\'i//;1; \ i~' 1t t,~" 1-:R I., (lr l-~ ilknt du naitr e un roi n de c hez C'UX, qu'ils :..pri• s , .il' p e ux ~ rc> 1o n st:i i . 1 .1pr_ t'n ont ~nlend u parler; mai:-: Et .i< vnis b ;t n. ('1• ' : i• ' 1ll' 1l'o1:'u'il ~ n' o n t pas C'IH . 'On• dcou C'l'P l'OtlJ.!'P, h !n n !HUil(' rrup \"Prt. Le.• monit('ur 1.\:l' l~ tre h l'Ollg'l' J.!T l' llat du flamh o yanl. t ' nc infi11 i t l• cl ' auln _ ..; tlin t cs so upoud1 a i L•nt l'i'! ll d (, 11 :1\l dw . lJc la h : 1 :-. lournu ya i t. 1111 nuag-t.. transp.irt JI L f n 1 11, tie g-uull'll'itt -: . \ et f t l l'e l o 1011 a > a :J C O Entri'. c (.;d e~ ~ . [\1 . ) 1•\ 4.011 De Luxe Auto Cine (DELMAS) \ "(' ndr e di h . l'l '. 1 h I.E ~ I ONDI:: n : 1w u E 111... n T $ 1.00 p a r \ "11 itu n• ~amedi I t 7 , h. et '.J li. FIU N KEN S TEIN C'Ul\'QU!ERT LE JIO:\ . llE Entre $ l.00 par v.:, l ture CiNE PALACE Y1•ndredi i 1 1; h. t'l H h. l G L\::c,1111•:\ : X c,,\l:\Al:ES l.::11tit•l ' l;dt J _ t)( ) Sanwdi it li h. l ~ t 8 li. 1 :-, ]) 1} c:1u,;uy . A HON<: J.:(1:-,/(, E 11 tr1 t (; dl 1 1,011 (ROl[TE DE DELhlAS) \ rnJreui i , 7 h. et fJ h. I.E BOUI\REAU DE VENISE E11tr<'-i, 1 , 00 par voiture Sam e di 7 h. et 9 h SEUL A C ORPS PRDU E!1t ( l~ $ 1.00 pari voiture. CINE UNION \" , nd,et: ; G h. el 8 h. CO~ D 1 : ~.'J L EN PLEUVAIT : n,r ,\,u.: Prix Delluc 1968 •:9 . .............................. . ........................ ............ . .... ---. ' ! . .,,

PAGE 3

RHUM BARBANCOURT .REPUTE DEPUIS 1862 VOTRE HOROSCOPE.. . Par La Fte des Enfants Pauvres l . a d'l!SS IO N HJlCE• et le lcsl,• ue J'Egliso Ln Prophtii, , , , J•lll'll'llll'lll des A rruirea Sociu S<>rmon )llll . lo Hv. Mu, tin ont conju~ui , ' ln11s cfforls llnxl,•r Allocution pnr Mlclwl pour ru!iBur ::!l'ion lu truUition fi 1 Pnul~, churg doM OeUVJ'es Su ln Flc """ Enfunts l'nuvreo cinks _ Distrilmtfon cle cndenu , Les Bandes Dessines du Nouvelliste~> Blondie E\ll n eu liL l'l ~ mntilii au Stu . Prire ,'/~~)'~~~/~ ,// 1 ~ . !!t~~e~t l~I~• ~;1.J~•:: : .•~ Pr\ •s c deux 1nilfc enfants (~Jicrchfl.: ln ,u•r twu OJrreepmt.dant au jour uotn1 anniN,r8oir• do n11is11(111rt1 c,t vo1L.'i trouvf!rtJ;toa perspthJt ,oa qui! 1ioiu tt-io'nale11t ie.~ aut.reH pou~ demain. Lhtllf :le roJ"uductwn tolul..i o _ u 111e1-rticllo rsorvJ. {'; ,,,,, i,. t~ l\.ina Fca.t11rt'.:i Syndica te E,J:r/u8i1•itr .U.' ,\'()/ ' l'l , I.US/'i.', S.-Llif,'{)/ I .IA.\'l'IBU l!Jfi!I J ~L\ H,.; , \ l : I .\\'HI L' \ 11 l~ l.l EH, ll t'.1udr.t ~..:an:,; douh' ra h-1111r. t qui 11{ _ :,; ig111ll' pu~ l'P llr u11111ub1h-. l ' 1u pl'node dt• JT pu :-~llmUll"l"lt vu:,; l'ont.•~ p~ur unt. :~~:/,~: 1 t I~!iir ,. ; ;;: ;~: :~1 1 ~ r1:~ii1;_1rct~ul\: 1 \ \'tl\L "' !'t'r.lit rt lt' , llll'UllllU. ~I . \ \ 'IUL .\l ! ~l )!Al (T.-\L ' Hl::A l' J. Al'tivilt. dumc:-.tiqut'. nu .. •ur 1.:t l'\'lhc, 1.:lw s nrtist1qul , .sl 1r'1l . ...:,,u-; un fa\ 1,11a hll' inllu .\. J\lai:-1111111ll' l'Z Je l'ellacih l ' ' 1k l\•ntratn da11 :-. \ ' os a<:tl',.:.. :!~ 31.11 A IJ :!I .I U l,\i 1<:E ::\IEA\JXJ: t n, tt ntnl1Yt ', u11 , ~ . , :-;t1, llll l ' aft,11n : nouvcll~, uppt>lt:Z 1\' n1111/lll' ,,jus voudn•z, c't•!-:t n .' qul \'llU-"' faur l'l qUl' vou~ u:--~1l1'1,•rt'1. av,•c vti'.n ctivt.r:-.itl•, '\'Olrt . , . ll'd 'l" _ll'lli<. llJII!\ l' \'ot rt• _...:[ll{"<'rit,;, h ,1\'1:-.: Al ' ~ : ; .l l! ILLE T \\ : . \~l ti: 1 : \ ' ou s ohtil'ndn z :-;~ UJ :":i trop tit ~ djff1<" ull ~ J ' atten liull l'l f:,i t op( '. l.lti ,m dont \'UU ;~\\t'1. Le voya)!."C, le sent; 111 t:nt l'l foy cr ~nnl 1 1 articuli1• rt 1 mcnt a,antaj! :-.. ~.J .ILILLET Al' ~:l AUL'1 ( LIU:\' 1: l •:utPz la prfripitation . \' o u ~ ;.,, 1 _ .. i.oU l \\' ll'mp s po t'; pn ndrt.• u :--. rl'spo11 .ahi l1t ."' , rem plir ,o~ ni .> !J-,'"Ut i on :,, E c outt•z lt. :: l ' P n ;::. 1 ,: 11:1k t'l.'U :.;, qui vou~ ~n1,t IHr ~ . Il~ , ,. n : -, dl•rnnt bons :.!! , \OLT .\l :.!J S El'TJ-:;11 Tf::IIJ;IU,. \VIEKGE): Domin, \ o ::: ~e nunwnt s d lai s.-;rz \'•J i d(•p . ...: mr i r. . \_ci . ,s t Z an r d i.' ni . minatio.n 1 t 1 it., .l1..itl mai s :--rn1 .: hte. (oi:--:i :-;s<. :-u1g-11t: u~enwn v11trl' avriir d . udi, \1,ut1..:::_! . J S Ei ' TE~l Hl:tC: .-\ U 23 U(' 1ttlh'l ' l'i\ v, 1 u:--.. l 'OI H ' \ ' l\ll"\'Z n\ll , ll\'l!'Z nutin1l l'l il•:-. n •.~ ultal:-. , it 11 d,:unl :1iiut.111I p l u . -. \ ' d{' qut , t111 :• ~ 1 . Tz l'nlnll'. :!2 UECEMBIU: AU :.!O JA\ \'IER (l'AJ'HICUl!NEi! Assu riutimrn, affain. ! ~ , Yw pt•rsonrH ilt ~ ont bit•n inflUl'tH l t~ . , .Vou~ qui prl'nez nu slrrt•ux vu 5 re s po_nsa liilitl•~, uurez dt b c Jlt!:; oceu ~ion .; . l•:n tout, soy1..•z rnlis\.l' . ~l .JANVl!l{ At : 1i1 i-'l•: \ 'HIE B (VEl,SE:Al! 1: E,it,, u rn tcndn.111..t• ln fanlai-..il'. Nl' , uus lit•z pas H\'l't' \(.-; indistrM ~ . J-:11 t'11il, rnonln•z urw action l 'i UfH Jll'll :,,;. IJlt•lli c-1' 11 !1•:.;. f't :'l ' ll :-; hl1..• ~ . :.!tl FEVJU!,H AU 211 JIAi :~ (POISSONS): Vous :1t11pz la drn.111..t.• d\•n fain• un _1wu plu :qu'il \>U:-: Pst dernandl' l'l d \•n i1 n ;ihondamnll ' llt rl•cornpt~l \!'ou~ !lOU\'l'1. lar,L!l'J'\H.,.1t pro).!'n '~ :--t• r d~lll !'la honnP dirt> d iun . Sl \'Ol'S En-: s :\E :\l',l()L ' !' D'H u l: \. ll :-i I\ \'OU-.; ~t)Ul'il' 'l. pas de.-; difilult ; dl' la ruutt• au . ..; i longtemp~ f]U t 1 vow, mai ~ :-il vuu:-; l'tt•~ IJU (' fH<,'Otl que ('(' t ffvrt, YOU S je t ten •z l;t ,, , . LH1l'IIC C aux vents , qul'll e~ qut• pui ::-~ t•nl -. \ t•tn.' J ('s eon~qut•Jl J't s et i<' s ennu i:; e la r s o u s Jn d i 1 1 T l i1111 dP ( ' harh •s Pnul ~h. 11a1l. iliplllml dt• la :,;;d1ola ('a11lo1u1u dt• P.iris -Lt'dlln• Hil,lqul' pal 1-l'ast,•ur :\loris Shuppnrd t l\\'lalinn la Crois nde d'Ora! Ut!ierf!'par h-• Ht v. ,Jaek VValkt•• __ .. 7 :\lu:--iqt1<' 1 p:11 la FunfarP dl' \'\:,l'u\p Ct•ntralP d t •~ Arts l'\. Ml ti d s <•t_pnr lt gTO UpP ~ 1;:<'hOs (Y li s ont partll'ip, ~ DUCO l' Age de l'Espace Pour tre adaptey / l'poque des satellites et '-..../ \ des fuses, votre voture doit tre resplendissante. I Elle le sera quand vous l'urez passe au VRAI DUCO, le DUCO' authentique garanti par la signature Dupont de Nemours le seul VRAI DUCO _ pour voitures est en vente la SOCIETE HAITIENNE. D'AUTOMOBILES. ... C, ... -.. --Pou , rj la 1a11itd eitj Ii aJ beau / t da ros dents rotge -d~ la' carie , . Lois Pierre Noel el . J~" tude d,s oeuv,:cs uc M11,11 , l ' i( J n• Noe l JlH•t en 1t•licf le :; l 11u runt.s qui , . o nl uHuwh _ tl.! son inHpirntion et so n urt . D'abo rd 11ous Lrouvon:-; lu l'"'rnnec qu'dh: a pouij \a premii.•rc foi~ n 1 !1:l7 l't pur lu. suite en plu. sit> un; ,foi~ aver He.s lvPs qu'd 11.. ' a eond'uits, en ce pays. S es . Jwin~utes imprcssionnantc.s,' .. les s ci•nes dt rue Puris, Jes mervt•il l e u x puy,age s du Sud de lu France tmoignent de l'int'lucn < e l'runaise. Puis se dtache l e co urant haitiefl uvec ses peintu res dcorativ: es, souvent cubi5tcs, ses impressions de la vie haitienne et l ~s paysages d e n,o trc e, ses compositions mysl ique s pleines ci l' symbo les vuudou( •s qut s in~pi r~s pur ~l'S numbr l'X tlacb avec lt •s puys dt. l a ~~t::,1;.'ia~-~:s il 5(.;Ulp teurs , les crnm .s tes pour com J > l t cfe l'Unive rsit How r nw de cuuleur m•nw dnns l'art le u, tudiN ave c Jeg meiHeUl' :i En J n~7. elle oh . tint St•, -; titre:1 iw t; ;; ! ~:f~:~:: : ~u~:r~ ! ~ i !)~:~etieu~~: ~~~:: d~h~o:~~ -. 0 ~ . ~ll~d~~t ,!;l:~ ~ J,.!'allerie s d'art. La F'n1nte est res l'Om me professeur assistant i, tle ma patri e spir it.udle jusqu' une cole. Ds a ppointe, elle \'l , U" ., ;1;:r~{t~s~\~~:nj ti ,S ~~ f :\~~r; ~J\.011~ '.t~: 1 ;it•~~~t~~~~l 1 ~)N~~~ ~o~~;r Y!~itl~~~s ~it ncr ses lves la 1 echerchc d ~ n~nco nL's en 1 93 2 des cours comme Chef du Dpartement sou1cs d'1nsp.rat10n , ,\ le s emm 1 d ' Art i1 l'Univ e rsit tlc C o lum b ia J ' Art l'lnstitiut de 1\1emori a l 11('1' Paris pour d es rencontres 111; 1 i :-. nu u s Ill' n o u s ..;ommes mari (! _.; Palmer en CarQ}ine du Nord . Anvec de grands mait . t s , pour de s q u' l ' n ]~5 : . t Mr . Pierre Noel est )Ht's deux af\s~d ~ sjour don( e \l e expos iiton s ln Galria_ ~ou\aH un ;ut l -ste c g. an l aient. Il s t n'i:1 pa 5 gard ~ po,. ~ ~ -s.ouvenir-si ellt . g , s L'n face d e l'Odon. n l'luellernent pro fe sseur d'Art fut employe . au Dpartiiment 1 ,. ;/,\,t"~~lu ~'"titf11"t,'k J~;ts " '.' L'ARTISTE LA CHANCE D'J:: TRE LIBRE ~. li y est cli l qu ,• ~Ime Lois Pierre No<>[ !g11 n' par ss oeuvr e s dans l cu ll ( ' l' tions permanente s aux Eu~L ~ Unis dont la Gallerie Smith ~ta . son de Washingt,on D.C. el au so i dans des collections inlen1atiu11 a les. Elle a au surplus pal ti c iw ! i1 un~ vin gtaine d 'Expos1:.iorn• personnelles..-il'!t plus d l! :30 e n J,!"roupes. El ss u re que st:u lc ment . epuis 10 a 5 ans, il est re n't :-t m e nt ne se l'~ ~fihe pa..s....... une, !-a l pas l e l u u t !)(!Ur une femm e . le de classe , elle/inspire eau"coup . , , !\h,n un io n m ' u !s . Jones Pierr ~ Une phot o montre le couple Pie : .Noel ~ve _ c un petit chi e n nu pas lll' l '-r,:nlr(l~ ~eureux de lui envoye r nos . plt19 ' vives flicita lions et lui sou'haitons encor e plus de sucds :"d.a nB ce !) 1.•ng i11 s so vil!tiques Zlmd ;, t l Z.ond-ii onl co nst.itu(' le ))l'e \ mit r pns lmpo1 tnnt rla'1s ln "olu lion du probJi mt> .\ LA NASA ' Hol;STON l'fEXAS} \1\l<'l' J L'quJmg1 Apollo b, arrn , tt. dans la mutl11L•e il llou :3l1111, o l'u.tLemlaicnt :.!.OUO per sun11 ,, entho usias tes, 11 'a pn.-;st (JUC qud q1:1cs heun s c 11 fa.mille uv tt11 t d'i•lre accapar l'uur \1 d'tll'll\'l"l' t' r 1, i,I-; 01 l , 1 1.: : llll\( •~ \"1 , 1 , , : din1t 11 t a i1.. l ' oi:.;. l ~ t ri , . \ 11' :-,: --;t' rl C uft• J . 'our le ~()iJ l' otug-c \' tiLtldl froidi o u poi 1 ol 1 f .f. g-UllH '. '-i uu ;"'\n lnd1 Ih• . -; 1•rt Ili ,,1..\ \'.\r;E l.lE 1. . \ \'AISSEI.LI •: Lt\'( ' J la , ai :--: sl' lil' 11't:-:t pus1u11 ! ra ,:1i l Lj ( iJ. : p n 1prt> P our ~~ :':. '. ; ;";~ ~ .; : ,:: i;;:~, : E ,':: T:::~::~Y:~1 : d'tau fr:1 i, h, , il f;nn dl l:t 11,u t .!1• !n• :1l1< uup dt discipl i 1 tlt d1• , 1111!n-,l, JH'r111 u 1 1 1\ n :-.i.in1i; :\ladanw t\•r:1 , , f:11:t lha q lh t'll . :-o n l < 111p _ -. ;, ; :-; u n ei ll ra la parfait, ( ':\ l ' t ' lll i1111 d, rnnln pa s:-:l'. En:-i llllt , nlt' tl 1 : 1 la tib :; posilion d ;: _..;o n ..: , ,n i t tu1 , l' lll ' n'a pas cl't_ , _ , u11 d'ustensi1Ps ou : l:111~'.~q~\';~~ jl~~~:lll~fj~):~\l ltUl:t t\\!' l\ prupre111eut :;; 1 \ ' ;1i . .... ...: ,•ll1 t'l :-; an t'llll~1 ~:Tl~\: s d1 1't.'S haquets , dt. .1 _', l,!oultoir ou du 1wnll'r, lu~ _ o r1r1 1 , \ 1 t: ,i'~0 \:::ljt \ ~ , : 1 1\'; : : t '" ri~: : . . lt• de fp1 1 le ,..;a\'Ofl l'll !JhH'; l l•pon :~:~ .. ~t t~tu i 1 t 0 :~: t 11 t~J l'l' l~l~\1 ni:.:~ircl~~~ pullule Jun s nos l'Hmpug1 _ 1es et no ,-.'. basst. '":-3 l'our :--; u n 1rnn1t r a pnrl , pour l es. vc1-re :;, le :-. l asse . -; et le filtre cnf ; pui,; un n uth pour les chaudrons, le~ u . ..; tl'nsil~ :cuj...:..irn• nu lhurbo n. r (A suivre) """"'""'"'~~~,,,,~,,,,,,,,~,~,,,'-.,~,'-'-~~~ . smoP PECTORAL SEJOURNE Gofit agrable ConaerTMion. A base do CODE1NE TOLU et EUCALYPTOL. Teux, Rhumes, Bronchites; Enroaements, Affections de.\ POl/.R VOVS .!JEl?VI~ & 5A C/V~GA~D.EA vo~ /NT6R.TB TICKET AV/a R#iSE,'i'~ 70/"ID HOTEL ASSVRAHCE VY-4 GE V/5AS, . VOYEZ 45 AVENl/E MARI.E ./EAAWE CITE OE L 'EXPO~/T/ON TEL.: 8989-3$91 Port-nu -Princl', le 26 Dcem bre 1968. \

PAGE 4

1 POJO , (Suie.) uit 11pl,d11lt>111mll dl ton ~ JIIII' 1{,j Hl 1 \V 11 f A ( 1 f'1Ut1 : d1 Sol1111..:c• ' ti,til. , 1 L,: 1 :~\ vk~~l ,:1~\1nl ~;;; , n;:;irfniL. du~:\\\ .i',:• 1 ~ 1 :: 11 i1; . 11 1 /'.h/:,lh,~t hl,:\~1:: ; : Lu tt\h'l'i; ~!t' xlnxflitt• fut. l11\ul li• :; 11111•: 1 Jdti-. 1dq;11nt1•s quu lt•s 1ullrt•is1 l.1 ,/111.\" 1 ,,111p11:H do l\t11H!. 1(\ mhni.:>ndrk,, Lu, id\1w l~Hlim, l 'n•:-,.1d,t1•, !\l 111t• \' :\ t\llH\f:ttUlrico A nt 11! 011,, H11x s .. \1 . 1 :\111lJnH!!iudou, 1'1111 J 1 flt ' h.111,;. 1\1. k Cunaul l-~li11~ \; ' at{s\s, ~I. \'Hnhill 1 l '. lt.l l\lux :-:. 1 ,~ _•\\', 1 J t'~lt;h1'i: :\\': ' ;~::~:: . I li:~:, 11 ;~l pl~a'; 1!q,:1111h• . _.ux qui s'alll~tHIBiclit , 111111w lt•s ullllt'l'!'i pn.'l'tHh ,nl-t. !.S un :-.pt•ltuniln1r, dltdl• do bt Hlll t'• t>l dlq.! , u11e dHil'l\l dt'us, cur :-1 1 dn111t• s dt•~plus (.~)g-.llllOH flJVEH~ . ,l,_n1di s11, r, lhllHi nvon~; 1 ,•p El Huudto c11 t o11q111J .bt i o du hrtllnut uvocut Att.hur Yu 11ofHk~ l'l HU lll'lle fummu l 1 ~ltm t~l du d1pJ01111tlo huitkn, M. So1ge Honlllit>U, Il' jt.!Ulll' ,1.,~1upll' l'll nndien .• 1 u~cph H.01rnn l't ~n jolit fom111c Luliu. ,Josq,h 1. I{o!jcll c:-il comptuhh ugT(~l•. 11 ; o st du Ju Hmwn, lkomnn & Assodnls dt• l\lonlrt'.•nl. JI voyngc u\'t.'l' sa fom mo Lul.Ju, l'l ~es enfa1~l!i Neil, l\'lnrln et Knnm. Ln fa.m11l H.osun l~ Luit t. fit,Jd et sn frntlllt.• Y\'onm• Th1.11 d . :'\1111 1• l;l•rard L ,•l•sqth', 11\1 hr,1-:-.1111 mari de l'A1n ha,:-.a,I, n ! 11, ri ,i .iirn• l.4's dl cisin11 , .-t111t 1TJH'ndnnt, t.r l•:,,; ju~t,.;, I.1' l 1 J'Pllli1 . •r P.dx d'!llg,"ull ,.,. fut ,nJ.-, 1 par ln JJIU!i tl', l'tlilw (;inette d,._Adcsky, nu hrns dP ~ll 111nr, le Consul LionPl d'Adt. 1 sli:y, 11• :_Il, p11 f llmP L11vinia \\ ' lll.ums Y 1.1 rhurOU).dl nu hrn!-i d'un o . ti s t, ufrlHlltlllrienin, le Jt, p11, ~1111~ .'i. dnii11 . Il' .J., pur Mlle Slilange GPntil, h• f,e par Mme l;i,wttt. 1 Bourjully Ruy eu Urns d~ ~on muri it• C-tin~ul Uavil'nond l{ov LL' tirn1.:l dL•s rof!t.•:< 1 i: 11'• 11n111breux hcu r t~ux : .Me. A11Jrt Ht nuplan, Uin!1.. teur lie l:. ~ ttion :-:.nnt purm1 nnus. (',n111111 ,\\aque 011111'•~ . lluUdl' , . , \"\ ,n111 pu ~~ ent 11•-. 1M :, d , 1, 1 1 d 0 iflllll . , _ ~ 11 i. ClaUl' t•sl l'uvuluL de 110111~ l,n•ux hnitit ns qui ,oyngl'l1: nti:x Etnts-llnis, X X X .. l'el,•r Elkun, fils u la ~1."J1~:l~;I~: f~~~~ ' tl\\7l' , 1 ~~~ -. i,nsst•r )t•~ fi~t1• :,; (le Ju d'onw , avoc, sa nirl'. li t':il rnparli ri ' l nprR-n1ilHi .i\lan Art\' & L'lwbdomednirl' Ti mJ u choi si ( o, ,lt.•rry Lujan Jp l'Arnlrns~uc Frunk Honnan, James Lovell L•t un1t . -ri1ui11e Pmpor-t~1 le o.Ri("C Ct 1 0 \V illium Anders, l'quipage tl' A kvn , dl' lu Curaao T rudin)!,, .1ea11 p h llo o, comme hommt~s roll', d, Haiti ~Jet a i fut emporhlt,nent le des\111 de l'homnw. t, , p11r ~!. t'L }!me J\l i guel Lop, z. Cett. aicnture, une des plu s Tunt d'autrl•s p : ix furent e.mgrm des de .tous les ten1ps, l'Ollpor•s par 11.•s plus dl.an( "l 'UX. tra emcnt aux. explorations dl1 (Sullo) pu, l1 /{H111 r,-. !1 1 1t1 dt111{ Ju pul11:;111w11 d l'1111d11n . 11. pnu do t\mll nrnl1111l'i11• d, lett, ,, dl' dt•nwndt-s ut dl, pruleHtali , 1t1. ..; l}llP \'l).H T . F. 11 d ln n: ins, , ; ti' ~"'\ ... ~: '1'.n:::lllllll~l~,' \"oll!i \'er r~ z 1]i1'1Cll'U.hl• uu g-nla Pine Sul dl TPlt 11:iili, e ~t IB pr e mier de la sl• ri1 l'l pour titre .r.Tmoin d ('),. Il vous tiendr a riv votre l•c.ran fnmilial el nombreus es sans uuc un doute seront l es h llr~s de tt'•l l•~p e<:l e lt urs qui n~1lumero11l la 1tinuation de cr.• pr11j.!'r:tll\lllt' S En ~1ornk part il', \'011~ a:::; si, , l t'rez u n pruJ,!rammt> d e vuri l t~ . off t' . t p :, r l'ini: Sol, uV t.)c !t• t ira,"l' .dl'S prillH's ' Pinc Sol tP $ IUO , $ 5 0 el $ :.! :,, plus l'attri hulion dt• (iOO fla l'ons tle Pt m• ~,i] pour ceu x dont les H c kets se termi1wnt par k s deux derni ers Un Peintre dans le Vent Le5 Ambassadeurs aaanants de la Coupe Flash des Jeunes U11t, tlllnln 1\ ln l'ho tl'nhl'ill<' l i',v i,1'ol111I. ,,dorit u, 1111 nynl1p d1.• ~roi l11gt1 11ul l'llppullo Utrnn-1:u1111 11l k . fH'llt..1> i\11luuiu ,lu Orchestres 1uiph. N.,ll! 1 /1t1Jlllll1>11u il'I •i 1\11,111 , : , Il t•!il 11, , 11\IX l;111111Vl'll, \1, l l ; \OI 1u:n. llnn y .lm : qllt''I, iUJ 1,n11H du 11011 JolllH' IJ-?' rw 11'6l11lt pn11\--i•l,ni pn cru d11ul: pour Ill lh : ituro; ut co111mti.,u i~ puindn rd11tivc11w11t t.urd. Cl1 lut 11lur ::. 1 \\lli:"1. Arijt11, u11ivon~il11ir u , : 1?lln don s Hll p1 ofoHsio11 d'11r d1 : 11,l'1ci l~l dlurill. t r1 qun111\ : 1~qu,nwnt ' il optu p1 ur ~e ct, l)U re rlwnt nrUstu d Hn pr o lt•Hsiu11 . Mais HUii nrri vi•l' t1\rdivu dans h tier d~ l'irmu,o ne l'1l Jl:ls tru1, 011dommng. 11 est ucluelkmi!nt to11sidt pnrmi nos meilleurs pcinll"l'.S. L'oeuvre d'Arijac vc ut truns l'tmder un r{•t.'\ qu'il coudo i e ,1uo tidienncmcnt. A v~c une techniqUl' (n\s Jt10 de r111• , il uhurde dam; Sil Jll'turu n que 11 0 1Js pouvons :Jl,) 111•\1•r une transfigurntion d 1 1 1 , , , _,J. JI s1. •mlilt tirnilJt' i il droit,, 1 1 . ;1 ga 1 1, 1 '11! pa1 : h tg-uruti( l.'1 \ l,'11111111lw ::.u l.h !t 'Pllliin~, lonlu lu jct111t• ttttti ,it: l'urt. HU J'rinte H'{• tnil. d111111t l't!lldei. vous Hll Thi 111. dt• \ ' 1th1ru. lln1i fo11h •, qu'un p, 111 . 1 ~ \ ,d11, r , 11tn• qu11tn : et ciuq 111id1: _j1:ttl11"-1 g-nn;ullH l't . jlmlH.rn lll,•:-1 1 '. •tail \'t'I\\Jl' d, lOU8 li• : ; p11i11I-.; d1 la Villi ! pour 11 s ~ i'l!1•r ;111 F c• s t, i v a I de ln .l ,u 111 ,\1 us : que l l 11ilil~I\IW, De Ill h ,.Urt ! s du 111HIJ1 jusqu'it 1u i•s d t lll'lll'!i d(• l'1111rl•:-. 1J1idi, la j1iie la plu~ t•xhulH~rantc H 1 csl d,11111/ •e Jilire ('Olll'H . l . l'S uns pr 1'." .11•:.; n 11 l rni-i, 1( 8 111i11i-jazz ae sont . d,,nnl:s il fond, les Fantui s :-. lt . s ayanl liruvcrnl ' lll ouvert 11 fl•u, :;uvi:-hi1 . •n1t purles S,hli-H ~:-::.l' h11u. 1'11i~ ('l' furent" les l)i('Il'i1•s d1~ l'(tionvillL•, le Hnhhy .l :1zz . Ji_L:r1111p1• :-:;hupn Shup a t•! \ ;i\ 1T1Pll1 \1•s A111l1:v,.;o;aci~urs. f 1t;u 111 1 av;1it :~ m c.' q11ip 1 de !-i llp r•I S ()\':11 ()fl S t '. •l'lataient d'anifil(! aprl•s chaque l'uhstroit. Mnis deux l_e11L-; persii-;t e nt, du11s s on oeuvre e t t!nnnl' c-ellcl' un torm:li re snvanl. lllOITl':Jll. Tout e-11 dl•pa ss ant la lll o nuto11i, A la lc•dun• du palmars, ee d1• la prof u11 d 1 : llr d:1 ~siq llP, il confut du (\\,Ji . l'. I.• publi c snluu ~t , VP snus 8011 pin .t P au des lihul~~p: 1r urH lon 1 . d't. ~ 1'-:1meur la vic r J' nt ~,,n tciin• di.• :" An1h;1•,st1dt 11rs, p1:..ocln11111.::~:;, . f,,;:~r;:: J ~i~c.'.;I.'; , l ' n~cl rf' rni'•s g ag n:1nl:. d 11 1'1 ix ('nl)!'atL•. 11ati11nal dl' la nnlun'. Dons 1, 1 11 s ilentt• 1 <'lHtil." 1 tant p1 i.l' 1 1 d1• :-. l" OUl1 ur s. dl' s fprllJ t . ~ ~i'•o n,• 1\1111\'l'll t t'\'.p 1 11:::'. ' :~,'. i~l/,11~•.s n ~ :: l~\~ :l• ;:~u sO tJ:\lll"~J.:/;: ; n,;, t I \\: 1 1:;1 ;:2l \•llt~:~ :\d 111 /t/ ; l1. . 1".11 :-; uilt' , du11 :-la qw:1,, d, ~4 ld(•U~1 lirt>11, a11XquPls le \' ('l' l' u lijc L Harry . . Tacqu 1 •S s t~hlc Il,( ) 1h t pu p ul ,, in• :1\ai : :d : rihuC l e (~';:;. ; ,. , :. ! , , , :!~/'\\~~1}a/.~ r,~,\ . . : : '-'~i~ : ; 1 1 : 1 . r ~ . 1 :. , c1 . . ~\l ;)l,t-~: r'J"~l\lb)i: < '.;t~ : 1 c1, , 11: : l;~ ~c , . :t l\~1 ::J:',~1;\ 1 , radluil pn 11: : ~ ~ ~-i 11: ; ~~~ :){;)l:1rl1 j~. l11n•P. d,, ti111h:il, 1 t:111dis P11ula1d dt• s oll , u 1 ; , t.> 11ia11:ig 1•r des , Schl, u J,. l) , iid1 1 : 'nn . di, , •ll' fr( ~s ait d1• plai~r ~n t11 IH p:i, 111 1 111lt'til la i:i~:11:" , ,11,drique d t"•nl\ ;11 , _ ,t" l '1w il dt'JHlis k . 1 . 1,p11 s , un ).'."l'.itlld Jl t' ! fl l r1 qui n1 ; d g-r , Inule' vl'll, ilC d\ tarl r,•:-.ll11111t\P .11 ~ lan t 11rir sa t ,:, l'l1niq111• l!ll l' par sa ('OnlJW : ~iti, . ll!. f.,.s n:o ill l' llh lal1 !t•a ux ,l'Ari . 1 :1: ~1• r,-11('1 ) 11\ n ,11t. i1 la Gu1rrie NA l)J-:1{. i1 !;1 Hu" Hnnnr Foi. d1 -: 1 ,1 1 1 rati1111 :-. lll!UX. prix h p 1i\ ,; l)(•t.erg-e11t l' i i ,: , \\lld stui: ~• f111ux at'.dama ;( 1 1 \ Fantaisist es :11/\: 1 >i ffiC'ill.'~ de l ' (' r11r v 11t le :--; i: 1 q 1 : 1 , t 11• Hal .y Plus _ehHnct•~x enoore __ taient lH-l s, va infiniml'nt _pJu 5 10111 :!\"1. e~ l\lme C harll) s B1g 10 qui _ , q 'une llars ( <"est donl' u11 bon dimanc.-he qui voU!'i attend pour {dle fin d t s e ma '. nt•, invtez v o s an1i.:--, VUU'i ;t~;)ri~: .. e~~ iJt }1~~~• , . /:~.:el~:ir)J~1~-~!l~ vous leur fer e z plaisir et ils vous en seront reconnaissants. La Noel La Gonave L-Jill1t• ANNJVERSAII:1 '. DEL ..: \ ); ,: > i .LAI\CE IUE l'ATl : .; : , l':H!I: <> 1954 -1969 -~ 1 ,, ,T; ;~ ; c‘d( : qn 1 : ll"llll' A 111t i\' : •rs :i ir, . ! a B1111L_11 1 ; : : J .1 Al : rn-:t : l{l~I -, . ii\ f ira i1 :-,. ~ . ("i , 1 !\s ']Ill' ' li '' :1 11 , ', ii il . d' 11r 1 l i : ; l ; '• s pi" c i al 1p 1 i a 1 1 : , 1 , .\ 1 , , 1 1 f ; n ,! ,~ , 1 ; 1 l'.!C'.I ( 1 >1\ Jl i 'Tl O S DE l' ART l Cl PA TI ON. ~ ~ l 'o u r purti< p 1 aux 1 1 r; : ; , , ll s l1 s 1:. 1 1111 r ,.; , i l fan pn , , , 11 ,,,. !, ~ \,ill1ls ('<)l't'r>•p 1 1nrl:1nl :in:.: \;"", JJiiif:r_.., juurs de 1;1 p1 ri1,d1• 1 ,1 1 ,•i~,q~ 1 r 1111 11 1) :1ni,ip~! r au tint :. ,, 1•:-:llcwrdinaire la fin tl1 Di~l'Cmh r , 1iu;'.1, il r, 1111 Jdr ' •i, , i, dt• p : . r : i 1:tl i,o11 d ! 1 :: .J , 1nvi1•r l'.11: : , : 111 lfi l),',,•pmhrr '1969. :-..:.1~ (;; : l,! ' 11:1111 'l'I ! ' , ,l.1, : I BONHE CHANCE A TOUS Sidney Poitier en tte d'e liste souligne votre personnalit ZODIAC Goldenlne ... nouveau leader de la collection Zodiac c:i Allure jeune et virile llll Construction robuste d'un botier parfaitement tanche Ill! ZODIAC ... la montre autom~tique par excellence o Un produit suisse de valeur protg$ pat la garantie internationale Zodlac rm ,=--__J .,, En vente au Ma2asi11 de Fouad A. Mourra et au Continental Franois Duvalier, Ecrivajn de l'Anne ... (sulto) l v('IH\l't'di .'J .T an vier 1!168 BI.EU!< : llo11l,•vard , 1.. 1 . Dessalines lJ[; BOULEVARD lloul.,,urd ,J..1. Dessalines XXX Noel des Malades , \J11d11m c La Prsidente Simo lh ' ll,•idt Duvalier, M1ne Luc Al l11• rt. F1111 l'11 rd l'i plusieurs com nu : r c ml!; de la pl.u-< : , ont eu un e altPntinn digne d'loges pour les 111:dad t s du Ce nt,r e dl' . Psyrhin l ri1 q u i o nt reu de nombrPux t';Hl,nux au en11r~ clC' ln f<'tr orga u s / t• hi,•r ~oir IPur intention i1 , d . , ,1 ahliss, 1111•ul dl' Sunt. Li:s )!'l'OUJW~: ~hang-o. Mouv e1 11 nt c:n olt•, Ll' s Ah',l'lll'S dt• l'llt•, Lt•s Loups Noir, ont gnyi , :l;~l l' Sii:::: 1 ~ j ( ~!~\.l;:.';•;~ }~~)":~~ !l)~C Vr~~ ~ ,,. d1 1 l'Pxpositi on vPnt










a



QUOTIDIEN

LE PLUS. ANCIEN D’HAITI
. - -FONDE EN 1896

Directeur - Administrateur -
MAX CHAUVET

le








Louelli

MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE

Sle







fi

No. 21

P.0.BOX

ADRESSE : RUE DU GENTRE



PORT-AU-PRINCE (HAITI) |
PHONES : 2282-2492



2 ,

+1316



~No 27.712

*

788me ANNEE

-VENDREDI 3 JANVIER 1969"



Le Message du Président

_ a Vie de la

A LOCCASION DE LA
. LE

Chers Concitoyens,

Notre époque, mgrquée par ‘le
développement — prodig.eux de la

Scicnee et de la Teehnique, ne
porte pas moins le sceau du
retard des valeurs mozales.

L'ecart entre le progrés matériel
et la régression; pourrait-on dire,
des ferces morales fournit une
explication de la grave crise que
vit Uhuman.teé entiere.

Des hommes, grace & la Scien-
ce, accumulent des richesses qu’ils
litilisent A des fins meurtriercs
pour stXisfaire leurs appétits de
domination; d'autres gémissent
sous le fa.deau de la misére et
révendiquent parfois avec violence

le droit) to la vie, le droit a la.

dignite. ,
Des conceptions idéologiques
prétendent a Puniversel sans

souci du respect des traditions
culturelles propres @ chaque peu-
ple, & chaque nation, 4 chaque
rave. >

Hen résulte dans les relations
intesnationales un état de tension
qui place Vhumanité au bord de
Vabime. :

Conscicnt de cette situation qui
“fait planer sur le monde entier
la menace permanente d'une ca-
tastrophe irséparable,.Sa Sainte-
te le Pape PAUL VI, glorieu-
sement régnant, vient eneore
cette année inviter tous les hom-
mes de bonne volonté a célébrer

Ja «Journée de In Paix, le ler
Janvier 1969. .
En ma qualité de Premier

Magistrat de la Nation, Respon-
sable des destinées de la Premiére
République Négre du monde, Je
réponds affirmativement & Vap-
pel de Sa Sainteté.



Retour de
Dumayric Charlier

Nous avons eu le plaisir de
revoir notre excellent confrére
et ami Dumayric Charlier Direc
teur aa. du «Matin» qui, rentré
tundi soir de son magnifique pé-
riple en Asie, en Europe et
uux Etats Unis, a eu ce matin
Fa courdisie de Tut rendre Bi.
te au ¢Nouvelliste>.
~ Le Secrétaire Général de VAs
sovialigh des Journalistes Hai-
tiens avait, comme om Je sait, ete
invité par de gouvernement de
la République de Chine fh visiter
la Chine Nationaliste.
Cha lier qui y a été - objet
Wun cordial accueil a profité de

son voyage pour Visiter de nom
breuxy autres pays d’Asie, d’Eu
rope et d’Atmeérique d’oti il est
reveny enchante,

Le Directeur a.i. du‘ «Matins
se poopose ailleurs de commen
cer de, lundi la publication d’u-

ne sevie de reportages pour don
ner ses impressions de ‘voyages.

Notre ami Dumayric. :Charlier
noete partout objet dun accueil
chaleureux. Tone tarit pas d’é-
loges sur la cordjalite de Vaccueil
qui lag fut rése veo Foxmose. Ila
éfe qussi partout un Ambassadeur
den Presse Ha tienne et de
(intellectualité haitienne, faisant
comnitre le visage de notre pays,
la richesse de sa cuiturd, les réa



heations duo Gatvernement du
President Duvaher,
Nous feljettops notre ami Du-

mmayric Charlier du sucdég de sa
tou nee ot Ie remegsfe de sa cour
toise visite.

ee
Grandiose réception
a PAmbassade

@’ Allemagne.

Ie Nouvel An a cte marque
comme dhabitude par une gran-
diuse reception offerte le Premier
Janvier par S. kK. VY Ambassadeu °
d' Allemagne et Mme, Malsy
Mink dans leur rénidence de ta
tete de PEau a Pétion-Ville.

von yo remarquait tous les
membres de la colonie germano-
haitienne e+ des amis haitiens.

Yous ¢couterent avec attention
Pallocution en allemand de S. E.
Ambassadeur Malsy --Mink. Ce-
Jui-ci voulut. bien faire une breve
“analyse de la politique étrangere
du Gouvernement de Bonn et
dex conerétisations de Vaide alle-
mande a poetre nays sous forme
de bourses, de recherche des eaux
souterraines dans les Plaines du
Cul-de-Sac et de VArcahaie, de
construction de l'école — profes-
sionnelle germano-haitienne, qui
doit fournir des techniciens pour
notre développement, sans outre
passer nbs besoins.

Le Message enregistré de 5. 7.
le Président de la République



Fédérale ANemande, VIng. Dr.
Heinrich Lubke fut Gcoute avec

attention par lassistance.

Les invités firent ensuite hon-
neur au buffet et & la table gar-
ni¢ jusqwA une heure de Vaprés
midi. :

JOURNEE
ler JANVIER

République

Dr LA PAIN.

1a80

gle yous exhorte, Peuple Haitien,
noassumer Ja Volante de palx qui
doit animer tous les hommes au
cours de Vannée 1969 et de cclly
i venir, car la paix est la seule
garantie d‘une vie digne par le
travail p.oductif. : ,

Si notre vocation a la liberte
et A la dignite s’est affirmee au
cours de lultes sanglantes qui ont
abouti au ler Janv.er 1804, nous
avons pourtant mesuré le | prix
de la paix tout au long de nutre
émouvante et palpitante histoice
nationale. :

La menace d'une guerre Be-
‘nécnlisee entretiont le cauchemar,
nourrit Finquiétudy ot Vanpoisse,
paralyse lesprit humain, La paix
est devenue
toute Fhumanite :

J’en veux pour dernier témoi-
ymage ce touchant et significatif
appel a la paix et a la featern.te
suniverselle lancé & Voceasion de
ja Noel par les cosmonautes — a-
mericains alors quils orbitaient
nutour de ta lune, :

Vengage done les populations
des villes, des bourgs et des

Sections rurales a s'associer aux
autorités civiles, militaires et
religieuses dans toutes les mani-
festations qpi seront organisces
le ler Janvigr 1969 en vue | de
l'exaltation des idéaux de paix.

Port-nu-Prince, le 30 Décembre
1968.-

Docteur Frangois DUVALIER
Président a2 Vie de ja. République

Nominations pour
le Diocese du
Cap - Haitien -

R. P, René Coignard, demis-
sionnaire comme curé de la cathé-
drale, est némmé aumonier des
Soeurs de St- Joseph de St-
Vallier au Cap-Haitien; ;

'R.P. Francois E. Eugene
devient curé de la Cathédrale.

Ces deux nominations ne
prendront effet que je 10 Janvier
prochain.

Les nominations suivantes
prennent effet immédiatement 2

R, P. Smith Lamour est nome
curd de Limonade;

R. P. Georges Vinceni devient
cu-e du. Trou-du-Nord,

Sont nummes vicdires

A St- Raphael, le R. P. Fran-
coils Bianéis; .

A la Cathédrale, le R. P, Lé
vesque Lamour;

A Plaisance, le R. P. Jean
Francoeur.

Par dévision en Conseil de Son
Excellence Monseigneur Albert-
PF. Cousinean. ©. S.C, Arch.
éyéque du Cap-Haitien. |

En ce dix-huiti¢me jour de

décembre 1968.



Un beau geste du

«De Luxe Auto Cine»

A l’approche de la féte de ]’E-
piphanie, Ja Direction du De Lu
xe Auto Ciné a sélectionné pour
sez timables et fanatiques clients
la Superproduction la plus — re-
marquable de la saison.

«LA PLUS GRANDE HISTO]
RE JAMAIS CONTEE»s. Cette
colossule production qui se ran-
gveoparmi les meilleures connut
dans toutes les grandes Cuapite-
les dy monde un succés sans pré
cédent.

La Direetion du de Luxe Auto
Cine, a décidé quia cette occa-
gion Jes enfants et les adoles-
cents accompagnés de leurs pa-
rents ne paieront pas.

Nous nous faisons Vinterpréte
du public pour remercier la direc

tion du Le Luxe Auto Ciné du
geste combien courtois a son en-
droit.

L’importante Revue des Afro-
Amércains EBONY qui __ s'édite
aux Etats-Unis d’Amérique a



Un succes pour
Edward Kennedy

WASHINGTON (AFP)

ac Sénateur Edward Kenned:
a ee ¢lu) vendredi adjoint au
Jeader de la majorité démocrate
au Sénat, battant le Sénateu-
Resse! Long, de la Loutsiane, qui
détenait ce poste auparavant. Le
Sénateur Mika Mansfield du Mon
tana est leader de la majorité
démocrate.

N. B.— Pour la plupart des ob-
servateu#s jen tentant d'obtenir
un poste officiel au sein de la
majorité démocrate au Sénat, M
Kennedy fait Ie premier geste
coneret indiquant ‘xen ambition
de briguer en 1972 Ja nomination
-de son parti pour Vélection | pré-
sidentielle.



le réve commun 4,

Mme Lois Pierre-Noel et «Ebony»

‘¢ et dans lintimité

PANORAMA DE LANPRODUCTION LITPERAIRE-
DE LECRIVAIN «FRANCOIS DUVALIER>»

POUR ILA

Le «Comptoir de Vente des
Qeuvres Essentielles» veus salue.
Il a Phonneur et le grand privils
ge de vous présenter les diffeé-
rents ouvrages -publiés au cours
de Tlannée 1968 9 par VEcrivain
Frangois DUVALIER, Auteur de
savantes études A earacteres litle
rire, ethnolegique, sociologique,
historique, philosophique et doc-
trinal.





Au meis de Février 1068, pa-
raissait la Deuxiéme Edition de
luxe du Tome I des Oeuvres Ex-
-enticles avee en Postface une
Adresse du Doctrinaire a la Jeu
nesse Haitienne. Le 22. Septem-
bre, soit 6 mois plus, tard, la-
Troisieme Edition de luxe, revue,
augmentée et corrigée par YEmi
nent Auteur, lui-méme, iJuminait
les nayons des Librairies de 14
Capitale et des Provinces de J:
Républiqué, créant un engouc-
invent sans précédent dans les mi
licux intellectuels et culturels
d' Haiti et d’Outre-Mer.

«Les Eléments d’une Doetrine +
constituent VOeuvre Maitres-v
du Docteur DUVALIER ot if a
explore, «a la manicre des Mui-
tres des Jardins fleuris des An-
tiquités Gréco - Romaines» les di}
verses .disciplines:des Léo’ Frobeé-
nius, des Louis Marin, des Ale-
xander Basmahkoff en optant
pour ceux qui s'accordent ou se
rapprochent le plus de sa métho-
de rationnelle dappréhension de
la vérité et de sa conception hu
maniste de l'existence pour mieux
les adapter & la dimension et a
la réalité haitienne. Autant dire
toutes choses pouvant contribue
a l'élaboration dune Doctrine en
fonetion de Vethnie — haitienne
«LE DUVALIERISME».

Toutes les dennées de cette
PROFONDE REVOLUTION Ht
MAINE figurent dans les {21
pages des «HLEMENTS DUNE
DOCTRINE® consistant en de sa
vantes études datant de 1934 a
1968. Et Auteur de vonelute en
Postface .: Demain tous ceux-la
qui liront ces quelques pages écri
tes avec notre sueur, notre sang,
nus velitions de bien faire djront
peut @étre que je n'ai point perdu’
ma journée.» * .

Puis le 14 Avril, ’Auteur a la
plume proliifque offraitt au pu
blic «Souvenirs d’Autrefois» “pu-
blié sous l'un de ses. pscudonymes
littéraires. «ABDERRAIIMAN >»

Métait en 1954. vee

Un esprit se détache de la rcdu-
tine de Vart d’écrire et tranche
sur ses contemporains par la vi
yueur et la lucidité de son ann.
lyse : de la littérature sociiles -
Des articles parus dans le quoti-
dien «L’Action Nationales de Ju
lie Jean-Pierre Audain cet lHeb-
domadaire «hes Grietss CPreniié
re Maniére) attirent [attention
et @aucuns, suivant sa concen:
tien ou sa fortune, tentent de dé
couvrir sous ce nom d’Emprunt
quel ¢Haitiens osait, dire tant de
choses: Certains Pont applaudi a
vee frénésie, autres Pont mau.’
dit, Wautres intrigués par tant
de témérité, Nul ne pensnit qu'u
ne nouvelle Conscience Haitien-
ne était en gestation ef xe prépa
rait a éclore —- En-offet, qui a-
vant Je Jeune DUVAGLIER, alias
ABDERRAHMAN osait. écrire
«Existe-t4il chez nous une aristo
cratie conditionnée par le fac-
teur «temps» par la perpétration,
de certains principes de Chevale
rie ov de Haute Moralité lépue:
par toute une lignée d’Ancétre










publié dans son édition de Novem
bre 1968) un mepnifique article
avee plus. d'une quinzaine de
photographies en couleurs sur la
remarquable jartiste Lois Maillou
Jones Pierre! Noel, sous le titre
«Une . Artiste des couleurs du
Soleils et-pour premier sous-titre
«Los Pierre Noel exploite les
coulcurs et les themes d’Halltis.

Liarticle décrit notre compa-
triote avec une profusion ¢
détails, sur sa vie privée et sa~
carviere artistique.

Madame Lois Pierre Nuel a
déja-obtenu 14 prix et récompen-
ses, est membre de la Société Ro-
yale des Arts de Londres, “con-

sacral sa vie & la recherche de
nouveaux modes d’expression
dang le domaine des couleurs et

des dessins. Professeur a: !/Univer
sité Howard de Washington D.C.
elle a inspiré
et aidé beaucoup de ses éléves a
la recherche de leur propre ex~
pression,

(Voir suite page 8)

‘ante

NNEE 1968 oo
et plus loin. done s‘apyit mi, de
fils du Peuple, ni de fils de a-
mille : «ll s'agit de «fils d’escla-
ve», car nous tous, nous tenons
du Grand Réserveir Commun
¢Le Prolétariaty Ft rien de plus»

N’est-il pas vrai que ¢Souve-
nirs d'Autrefoisy demeure ac-
tuel ? Au point qu'il est réedité
en-offrande & ly Jeunesse Hai-
tienne si soucieuye de vérité et
de beauté, si avide de savoir.

Deux mois plus tard, ¢Politi-
que Etrangére, — Politique eer
térale> paraissait & la gre nde
joie duo monde intellectuel dHai-
Li.

A travers les heurts, les boule-
versements mettant en péril Vin-
terdépendance des Etats, le Pré
sident DUVALIER adopte tare
Philosophie quivest celle de da sau
veparde de la Nation Position
difficile si on doit ténir compte
de Vimportanee que revet la no-
tion Winterdépendance des Etats. '




eLattitude et le comporte-
dHaiti

Ke
ment de la République
constituent les nosmes essentiel-
les et fpermanentes et le guide
spirituel de notre politique étran
ere; normes essentielles et per
nianentes qut ont eu leur aboutis
sement dans élargissement des
débats portés a la tribune de 10
NU le 27 Mai 68 et qui demeure

da plus belle défense non — point
seulement pour la République

Sacur Domiaicaine mais pour
tous tes peuples de l’Amérique la
tines,



«Deputs 1804, écrit l’Auteur
de «Probleme des Classes a\tra-
yers Vilistuire d'Haiti> sous lo

direction de quelque Chef d’Etat

que ce ft, meme sous le gouver
nement des pires ou des moins
prepres A Vaccomplissement de la
haute fonction qui leur échut aux
inoments les plus dangereux de
notre vie nationale, aux heures
les plus treubles de nos gueres
civiles, nous avons toujours eu
une magnifique Doctrine de Gau-
vernoment ¢la ‘Défense de notre
Indépendances, ‘ !

Ainsi le Dr Frangois DUVA-
LIER s’enpage a fond dans la
Gcographie Politique et nous mon
t-e sous unzjour plus clair le fon
dement relations haitiano
dominieaines <2 ke question — des

ProntiOres, f

des

Voila ce qui fait le fond de ce
petit, ouvrage, dont Punité, la vi-
rucur de lat thése transcende. Kt
toute sa beauté réside en ¢la.vi-
vontinuité! d'un comportey
ment et @une attitude histori
alter,

fe ve Juillet 16%. une nouvel
le production «Hommage’ au Mar
tyr de Ia Non - Violence, le Revé
rend Dr’ Martin b. KING Junior
paraissait —- Ce Aivre éerit, alors
que coulaient cneore — les larmes
de Coretta KING, alors? que n’é-
tuit encore passé le premier mo-

(Suite page 4 col. 5)

, le 166éme Annivergaire de
lIndépendance Nationale a, com
me de tradition, ¢té ‘marqué par
de. + grandioses man?festations
sur tout le territoire de la Ré-
publique. Maig c’est. surtout a
Port au Prince que les manifes
tations ont cu-le plus d’ampleur,

Le- Premier Janvier & minuit
un Coup de Canon tiré de la Pla
ce des Héros de lIndépendance



Informations
Religieuses

Monseigneur Auguste JA.
MIER, Prélat de Sa Sainteté ct
Vieaire Général du Diocése du
C4ap-Haitien, vient de passer quel
ques semaines malade a l’Hopi-
tal Francais de Port au Prince.

Liéminent Prélat a subi une
intervention chirurgicale & la
jambe. I] a regagné son poste au
courant du week-end. Nous sou

haitons & Monseigneur Ja‘mier,
un prompt rétablissement,
Xa

Le Chanoine Zean-Noel, Curé
de la Cathédrale de Port au -
Prince, a inauguré les chan-
ticrg de restauration de sa Ca-,
thedrale, Les échaffaudageg sont
d¢ja installés du cété Sud ae
Pédifice, C'est grace a la Bien-
veillance du -Premier Citoyen de
la Republique, Son Excellence
le Dr. Francois DUVALIER, Pré
sident a Vie de la République,
par un geste spontané a donné
$ 20.000 a VArchevéque de Port
au Prince comme étant sa quote
part personnelle pour la restaura
tion du Lieu Saint.

Nous espérons que les commer
¢ants, Je monde industriel sui-
vront le beau geste du Chef Su-
preme de la*Nation, Le pére
Jean-Noel est un grand construc
teur; des Presbytéres, des Egli-
ses, des Chapelles ont été cons
truits par lui a La Gonave, a
Saut-d’Eau. La restauration ae
la Cathédrale de Port au Prin
ce, sera’une oeuvre, une fierté
pour tous les Haitiens conscients
du pays,-surtout les Catholiques

de toutes les couches sociales.
XxX
he Révérend Alphonse Salo-

mon est rentré-au pays, accom
pagné d’un groupe de sept Ca-
nadieng en vue de faire une étu-
de sur je Développement commu

nautaire. IIs sont aectuelleément
‘dans le Sud.
_ xX xXx
Le Reévérend MONNIN, Cure

de la Paroisse de Pétionville, pro
eéde aux travaux d’achévement
des voutes de I'Eglise Saint -
Pierre. Immédiatement, Je brave
Curé va entame; ja construction

de deux’ nouvelles Chapelles
nous le félicitons pour son dy-
naniisme,
x XX,
AO Voeeasion da Nouvel An,

nous prenons Je plus grand plai-
sir a formuler nos vocux de suc
ce continu, de santé, a nos bra
ves et 7vélés missionnaires qui
ttavailteat sans répit dans la
motsson du Seigneuy dans notre
eChére Huaitio. Son Excellence,
lé Révérendissime Monseigneur

(Suite page 4 col. 7)

et

Constantin Dumervé est mort’

Nous fames abasourdis quand
hier Jes’ parents nous firent | an-
noncer la triste nouvelle du déces
de notre distingué am:, Constantin
Dumerve.

‘Nous le savions malade. Nia
subi, il y a déja quelques mois
une sérieuse intervent on chirur-
gicale. Tl se refaisail ; mais sa
santé accusait des inégalités qui
ne laissaient pas d‘inquiéter pour
son grand age. : ,

Constantin DUMERVE est né
le 20 Octobre 1883 au Méle Saint
Nicolas; fils du généra] Dumerve
et de Madame née Lebrun. I]
Clait ficr’de seg ascendances qui
comptaient dans le passé un Gé-.
neral Placide Lebrun qui se — fit
ramarquer par Ia douceur de son
tempérament et sa grande huma~

nité an point de forcer la sym-
pathie des subordonnés qui &p-



Dans le Focus

f .
ge Port-de-Paix
MOUVEMENT DES
MEDECINS

Dr J. R. Fitazgérald et un Rési
dent du 12 Janvier au ler Feé-
vrier 69.

Dr Chas Wilson du 2 Fevrier
au 16 Février< 7)
Dr Arthur Light du 16 Février

ler Mars
Dr Tom Stanun et un résident
du 2 Mars au 20 Mars’ 69

Cet Horaire nous a été aima-
blement communiqué par te Dr
Mare Augustin.

au

partenaient pourtant & une com-

munalité différente de la nétre,
Aprés des études commencees

en sa ville natale, Dumervé vint

i Port-au-Prince continuer . au
Petit Séminaire College Saint

Martial ses classes et il a gardé
de ses anciens Gducateurs un sou-
venir reconnaissant. C’est & «c
centre d’éducation qui possédait
la confianee des familles haitien-
nes qu'il a acquis un enseignement

trés poussé de la musique avec
un congénere, le pére Jean

’ Clément Albert Saint Clair.
Il étudia ensuite le‘Droit et
obtint sa Licence. I] se tenait
hors de la barra, n’ayant pas eu
le gott de la chicane. En 1930,
i] fut parmi les délégués d’Ar-
rondissement qui coufitrent pro-
visnirement fe gouvernement a
Mr. Eugene Roy qui avait pour
mission de reconstituer les Cham-
bres Législatives dispersces de-
puis 1916.
La vie de Constantin Dumerve
oscilla entre’ deux pdles: le Moéle
‘Saint Nicolas et Haiti.

Malgré une longue résidence a
Port-au-Prince, il resta fidéle i
sa ville natale, Toutes ses con-
versations un peu prolongées
laissaient percer son am pres-
que charnel pour la ville qui
accueillit Christophe Colomb. Et
jes B et 6 Décembre derniers, nous
‘eames le plaisir rare de visiter
‘cette yille du Méle Saint Nicolas
“et de lrecevoir Vhospitalité dans

(Suite page 4 col. 8)

de I’Indépendance

grandiosement commémorée

ANTONGAIL,
du jour. .
A 9 heures duomatin un «Te
Deum» solennel a été célébre a
la Basilique Notre - Dame — en
présence du Représentant Person
nel de Son Excellence. Je Prési-
dent it Vie de div République, les
Membres du Cabinet Ministériel,
des Représentants ‘du Corps Diplo
matique ct Consulaire, des hauts
fonctionnaires du Gouvernement
mt de la foule des grands jours.
Dang la soirée il y eut concert
et réjouissance, publiques sur da
Place des Tléros de VIndépentdan
ce ou din Mat de Cocagne avait
éte érigé en face des Tribunes,
ce qui donna lieu 2 un “spectacle
amusant provoquant la joie des
badauds ct de la: foule cndiman
chée en quéte de sensationnel,

enoeffet. ta solennite

LE PRESIDENT DUVALIER
REND HOMMAGE AU
MARRON INCONNU

Le tendemain 2 Janvier tra-
ditimnnelement consacrée a mut
gnifier Jes heres de notre, Inde-
pendance, Son Excellence kE'Doc
teur DUVALIER Président a
Vie de la République qu’accom-
pagnaient les membres duo Cabi-
net Mimistériel se rendit au Mé-
morial dédié au Marron Ineonnu
de Saint Domingue ott if déposa
une gerbe de fleurs, en guise
Whommage et de veneration,

. A midi, le Chef de Etat pre
nonga son vibrant message A Va
dresse duo peuple haitien,

Le Premier Magistrat de la
République effectua ensuite une
grande tournée en Wille, Cette

tournée dura plus de deux heu-
res Whorloge. Le Cortege Prési-
déntiel visita les coins les plus
reculés des quarticrs populaires
et populeux du Bel-Air, de La

Saline ct;due Morne a Tuf.

aE,



School
cle’ Petre
© Morsteur

Souriait, Prauckle
des Bakenas
choisie
® Nouvel

cuntnye

alae,



Pat Aubelin

LA VISITE A
PORT-AU-PRINCE

DU CONSUL GENERAL
HAITI A GUAYAQUIL
«EL SENOR» SALVADOR °

BRIZ, i;

. Nous avons regu au edurs
du dernier voyage de la Santa
Rosa de la Grace Line A Port-
au-Prince, Jagréable visite de

Vhonorable Consul Général d’Haiti
a Quayaquil, le grand industriel
équatorien, M. Salvador Briz.

Grand industriel, M: Briz
est dans Vindustrie textile a
Guayaquil. I1 est Doyen du Corps
Consulaire équatorien,

Il faisait une eroisiére dans les
Caraibes en compagnie de M,
Miguel Ulloa, Directeur du Jour-
nal La Prensa, Directeur Proprié
taire de Radio La Prensa.

_Dr. Manuel Vera Lago, &cono-
miste équatorien

Mile Julieta Gonzalez, profes-
secur de Venezuela,

Mile Dulee Maria Moya Pro-
fesseur de Vénézuéla.

Mildred = Mayberroy,
Workers

Ofelia Rosénberg ~ -
_ Nous les avons rencontrés au
suffet agrementé de spectacle
folklorique organisé par I'Hétel El
Rancho a Vintention des touristes
de la Grace Line, en compagnie
du sympathique diplomate haitien,
Jean Cluude Cinéas, ex-Premier
Secrétuire de ’Ambassade d’Haiti
a Quito et actuellement Adjoint
i Ja Chancellerie haitienna,.

«Social

Aprés des heures délicidiises &
Port-au-Prince et dans leg en-

virons, particuliérement & Kens-
cotf, au Salon de Dégustation de
Jeanv Barbancourt et au Buffet
da‘) Rancho, le Consul Général
@Haiti a Guayaquil et ses amis

ont été vider une couple de
champagne & I'Hétel Montana

comme les invités du «Public Re-
lutions Officers de Office Na-
tional du Tourisme et de la
Propagande.

_Leur départ de Haiti cet aprés
midi-la fut un arrachement.

Tous ces visiteurs se sont
engagés 4 se faire des Ambassa-
deurs de bonne volonté d’Haiti
on Equateur et au Vénézuéla,

xZxExX
I

A BORD DE LA SANTA ROSA

Nous avons rencontré a El
Rancho Mme Sally Crown dont
\e mari, M/ Ronald Crown, expert
international en bridge, enseigne
ce jeu a la Card School de New
York.

M. et Mme
Ctaient & bord de
dela Grave Line
étudiants pour un
Caribbean Cruises}. Mme Sally
Crown, aussi distinguée que
charmante avait passé la journée
a El Rancho
M, William
de In NUT BOLT & SCREW
Company de Hartford,
ticut et sa ravissante femme
Jerrie. Ces visiteurs sout tombés
litt¢valement = svus Jes charmes
q'Waiti.

Ronald Crown
la Santa Rosa
avec trente
«Card School

Ils étaient guidés; par AUx
Olinot. ,
Var la méme occasion, nous

avons cneontré: Mme’ Cesia Rit-
ter, Vide-Présidente de MURRAY
{ILL Travel Service Inc de New
New Yprk, voyageant en compa

‘



LES DECLARATIONS DE FIDEL CASTRO

LA HAVANE (AFP) —-
eNodus célebrerens be Nouel An
prochain | on dutilet, a-t-i] dit,
lossque Sera tormince la recolte
des dix millions de tumnes de
eanne a osucre, bun effet, en Jan

ovier prochain, teute da popula-
ton sera ‘inebilisee *pour couper

la canine et atteidre des dix mil
Pons ae tonnes, oljectit {ye
par AP Castro.

eA cours des dix ans qui
viennent de s’eeouler nous n’a-
yous obtenu hotre dipléme
de réevolutiontaires, nous étions
seulement cloves .primatres
de ola Revelation. Maintenant
nous entrons dans Venseipne-
ment secotdlagre, et mous conime4n
gons dix leuy seg aunéesy, a de
chiré de Pre ft! Ministre.

Mo Castro ma pas minimise
Jes dangers qui menaceng encore
la Reévolution, notamment le dan
per que rvepresentent les Etats-
Unis ef fe nouveau loeataire de
la Maison Blanche, M, Richard
Nixon quis est distingué par
son Janpage menagant, Cepen-
dagt Je Premier Ministre s'est
montrée oophaniste et a souligne
que de plus en plus des pays veu
lent commerecer avec Cuba»,

«La superficie agricole aetuel
lement de 5.900,000 hectares at-
teindra, au cours des dix pro-
chaines années — 6.500.000 hecta
resy a cneere dit le Premjer Mi-
nistre.

pas

des





Citany dey chiffres de POrga
nisation pou, [Alimentation (FF.
A.O.) M. Castro a souligne que
Cuba était a la téte de tour les





pays WAmeérique Latine».

scnorine.

!.e Premier Ministre a cepen
dant demandé & la population de
consentjr davantage de sacrifi-
pour faire face aux titches
de In Revolution. Ila
en effet, un rationne-
pent de.la consommation de su-
cre qui péermettra, a-t-il dit, au
pays d'écconomiser 200 mille ten

cos

annonce,

hes pour Vexporfation, ce qui
rapportera equivalent de dix
nillians: de dollars cn devises
juj serviront pour acheter des
machine, e+ de Véqu) ent. M.
“Castro a-enfin — soultgné Vaide
décisive apportée par l'Union

Soviétique A Cuba et il a expri-

mé la solidarité de Cuba avec le

peuple vietnamien,en guerre con

tre Vimpérialisme yankees.
xxx

Déclaration de

e
Juanita Castro

MIAMI (AFP)

Fidel Castro est a Cuba ce
que Staline a été a la Russie et
Hitler A VAllemagne, “a déclaré
Juanita Castro, soeur du leader
cubain exilée a Miami, & Vecen-
sion du dixiéme anniversaire du
regime castriste.

Ita détruit Cuba avee Ja mé-
me hahileté perfide qu'il a dé-
trutt le foyer de nos parents et
le sien. Tl est en train d'affamer
le peunle cubain, comme il a af-
famé et démunf'les siens nagué-
re. I! apporte le malheur & ceux
qui Ventourent, json bellicisme ne
repose sur aucuBbe cause digne ni
récllement patriotique et —n’est
inspiré que parle désir d’acqué
rir des pouvoirs, et une domin?
tion territoirale plus étendus.

JOLICOEUR. .

gnie de son mari."
_ Elle conduisait un groupe

en

croisiére a bord de la Santa Rosa

xX *K
NOS VJSITEURS
DE MARQUE .
... Lundi soir, nous ‘uvons ren-
contré aw spectacle Bamboche
Créole du Grand Hotel Oloffson,

M. Reyneld Riemer, tant» du Sous Secrétaire d‘Etat
des Affaires Politiques du Deépa:-
tement d’Etat, M. Eugéné Ros-
tow. . ‘ .

Il voyage en compagnie de. Ja
Tavissante Mile Maria «Marsha:
«Soukhanova, professeur de russe
i lUnive.sité George Washington
de Wasihngton, D. C.

“Reynold ct Marsha sont ici les

invités de VAinbusoudeur des
Etats-Unis, M. Claude Gordon .
«Tony» . Ress et su captivante

femme Antigone en compagnie
de qui ils se trouvaicnt au specta-
cle de l’Oloffson, :

Us avaient aussi pour compa—
gnons de table, le diplomate a-
méricain Glenn Munro et ya jolie
femme Thérésc. i”

Reynold est un jeune diplomate
trés sympathique. ..

Mile Maria Soukhanova, dan-
seuse de ballet, danse la méringue

haitienne avee la grace de
Terpsichore.
XXX
.. Hier sont arrivés . a* Port-
au-Prince, M. Fou-ier . Ruelle,

Ambassadeur de France a Santo
Domingo, sa fgmme et son amie,
Ona Parravicini-
Ils ont pris logement a la Villa
‘Créole ot ils passent deux jours.
XXX .

... Nous avons reneontrg avec
plaisir hier soir 4 E] Rantho, M,
Denis Delroisse, arrivé de Paris
le samedi 29 Décembre avec sa
gracieuse femme Luce ct ses deux
jolies filles Véronique et Sophie.
M. Denis Delroisse a teu sa
promesse d’amener ici’ sa femme

vet ses enfants. Se

M. Denis Delroisse, Propriétai
re des Editions Delro!sse vient,
d’exécuter de splendides travaus
d'éditions pour le gouvernement
haitien, parmi lesquels des af(.-
ches publicitaires par Office
National du Tourisme et de la
Propagande, dirigé par l’Agrono-
me Lue Albert Foucard. - .

Les travaux réalisés par les
Editions Delroisse pour le gou-

vernentent feront la dilection du
public haitien ect des touristes
auxquels ils sont destinés,

Mme Luce Delroisse est també-
sous les charmes d'Haiti. «Men
_ probléme, nous dit-clle, «est que

je ne veux pas repartirs,

Tout lui plait ici, les fens, le
climat, les sites, et ja meringue
qu'elle danse admirablement,

La famille Delroisse est‘ des
cendue & El Rancho.
_Nous lui souhaitons la bien-

xX X kK

Connec- '

SUCCES TOTAL DU .
BAL BLANC DE LA Lagu
CONTRE LE CANCER

Mine Gerty Heraux et
ditigente — Gquine compasée
demoiselles ct dames aussi
miques et devouces que Mile
Carmen Nicholas ont pagné une
fois de plus dans leurs efforts de
réunir des fonds - pour diminuer
les chances du cancer de faire
des ravares dans notre commu-
nauté,

Le Comité d‘oranisation
fétes de la Ligue corftre le Cancer
que dirige Gerty Heéraux peut en
effet se féliciter d’avoir obtenu
Un suects total a’ cg great event
de la saison. .

_ Le Tout Port-au-Prince a par-
ticipé a ce bal en donnant. tont

ga
de
dyna-





yx ce qu'il pouvait donner et en y

apportant sa précieuse et blegan-
Te presence,

Le Bal était animé par I’En-
semble d’Alfred Dorlette plus
entrainant que jamais et’ par
les Diplomates. “Le vaste espace
ea plein de l’Hétel

(Suite page’ 4 col. 1)
ry

Pos
Dimanche, Gala .
«Pine Sol» a

-ege
Télé-Haiti
C’est un programme d’une

qualité exceptionnell que Télé-
Haiti preésentera dimanche 6 jan-
vier, A 3 heures, sous le patrona-
we de «Pine-Sol» Pour la premid-
re fois en Haiti, un film de la
série «Les Invorruptibles, — sera
projete sur votre petit écran.

Les une serie de feuilletons télévisés
qui retracent les diverses phases
de la lutte que la police fédérale
des Etats Unis, le fameux F,B.L,
eut a mener durant la période
troublée de la dépression et de la
prohibition, de 1980, a 1935,
Epoque qu‘illustre les noms d’Al
Capone, de Dillinger, de Luigi
Reinaldé, de Bonnie and Clyde et
autres célébrités du crime. Epo-
que de féroces réglements
comptes, de gucrre ouverte entre
les bandes organisces ct la police,
souvent noyautée et corrempue




(Suite pagé 4 col. 3) ‘



Dimanche 5 Janvier

1969 25h, 7h et 9h

REX THEATRE PRESENTE :

L’Ennemi Public No. 1 contre le FBI

Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00

des.

en compagnie de Aemye et un séjour toujours, plus
Butcher, Prési ayréadle parmy/ nous. 7 ‘

Sans Souci ,

de.

Francois Duvalier, * Le 166éme Anniversaire AU FIL DES JOURS... |
Ecrivain de!’Annee



*



PROBLEME No, 1



9

Yt =
ot | TTT Tit l &

=e

HORIZONTALEMENT —

4 — Ile grecque de l’Archipel

g + S’ajoute apres la signatu
re — Auteur du «Juif errant» —
— Fatigué

38 — Son adresse indiseutable
ui cotta la vie — Coule en Italie

4 — Fleuve en Ezpagne — Ti-
tre que prirent les membres de
la famille de Mahomet, apres su
mort

5B — Montagne de forme ai-
gue — Note .

6 — Son réveil est parfois dan
gereux — Mis en mouvement

\
wea ee me
7 Amiral marin) transpa-
rent et gelatineux '
Bg — Petit couteau chirurgical
Goce Participe Passe —— Mam
mifére pros.nien de Vinde
10 — Qualifie de belles poules. 4
- E
x EX E
é

VERTICALEMENT —



[ -- UD x’y neue des relations
¢phemeres

1H -- Pour certains, ne manque
yeu de beurre

If} -—- Sa voix nest pas dit
» wis
mony “ a Ie coura —- Ancien
nom d'un flcuve russe ,

Vo — Outil de chaudronnier —
Dans Chateauroux -

VE -- Interjection — C’ést le
premier — Port de VAdriatique

VIL -— Genéralement timbre —
Anagramme d'un poisson que
l'on met en boite ;

VHI -—- Bonne cu muuvaise
qualité d'une chose — Peintre
holandais

IX — Adverbe — Travaillent,



mais ne sont pas donneuses
+ Cheville qui maintient
Tessieu au bout de la reue -—

Possede un éyéché,

Selution du probleme précedent

HORIZONTALEMENT —

1. Photogénie — 2. Bruix; Nn
— 3. Rata; Vav — 4. Ubaldini
— 5. Tore; Eolie — 6. Sete --
7. Ratine; Né — 8. Ere: Frai

--— @ Tulipiers —
Set.

10. Farine;

VERTICALEMENT —

{. Pyrethte — 1, Artas— II.
Obturateur — IV. Trabe; Li ---
V.oou; Enfin —VI. Gilley; Erpe

~ VIE Er; Dos; Ai — VIII. Vile
ies IX. Inanité; Re --° X
Enviée; Ost —— >



Bulletin de santé des Cosinonautes

A BORD DU

| a 7 7”

CHRONIQUE DE VOYAGE:

Buria, un minuscule villagd
planlé au coeur du Foutah Djal-
lon, en Guinée. Sa mosquée, un
joyau. Un chef d’veuvre de Vart
urbanistique africain. Un = tem-
ple qui cumpte six sitcles de Ler-
veur musulmane. Un haut licu
ol ‘souffle une spiritualité sans
cesse renouvelée, Sans cesse enri
chie. C'est que le Foutah Djallon,

peut @tre considéré comme un
point focal, d’ol est partic en

quelque sorte l'histoire guinéen-
me,
“Loe Pee

Au cours du mois d’Aott 1961,
dans Vintermede de la saison des
pluies, j’ébauchai avec mes ¢lé -
ves du Centre Agricole de Tolo,
le projet d’une excursion a la chu
te de Pita, Un de mes étudiants,
natif_de Buria & quelques trente
kilométrés de 1A, me suggéra de
faire un crochet dans son patelin,
avec la promesse qu'il se char
gerait du reste. Je nattacha aw
cune importance & sa requéte. Lv
lors cu’il insista pour me dire
que ma curfosité aura été satis.
faite, mon attention se réveilla,
Un de seg arguments était que
jaurais’
une carriére de kaolin. Voila un
voeu qui me bouleversait ‘depuis
une quinzaine d’années et la pers-
pective qu'il serait accompli.
quiesgai. En fait, ma consipne.
clait de tout savoir. .Depuis la
fagon qu'on fait égailler les nou-
velles par Je tam tam jusqu’é la
découverte d'une pierre qui pour-
yait témoigner. Tl] me restait a
‘convaincre les éléves que la pro-
menade ne s‘arréterait pas a Pi-
ta, et que d’autres points inté -
“/rossants étaient ajoulés au pre’
gramme, La jote qui accueillait
mes dires ¢tait inespe be.

Le Centre Agricole de Tolo ot
Hetais LPrefesseu. Contrac tuel
recrutait sa cPentele dans tous
les horizons géographiques de la
Guinec,

Hae

Popportunité d’explorer ,

LE NOUVELLISTH

Par Edouard C. PAUL



re, et le dernier plus spécialement
du pélerinage de Buria. Ce qui
fut une idée d’excursion, s’était
transformé en recherches, olbysur-
vations ct cludes,

—fp—

Le Centre pdssédait un autobus
de seize placey. Le commandant
de la region de gui adiministrati
vement, if dépendait, mit aimahle
ment a notre disposition un au-
tre plus spacieux. Pas de proble-
me pour le reste. Ma femme et
moi, nous prenions le bus de com
mande. Nous pagtagions cette

“place d’honneur avec le camarade

de Buria. .

‘C’était un vendredi, et: au sur-
plus, jour de sabbat = musulfnan.
A six heures du matin, noys
tion; déja’ sur la route. [* $s:
riante de Tolo fut brialée pide.
ment. Au carrefour, & gauche,
VE-t et Mamou; sur notre droite,
‘le chemin de notre randonnée.
Dens tous Iés environs, on reboi-
sai. qui une colline, qui un mé-
pl... des diverses petiies vallées,
et des treillis en bois s’élevaient
pour protéger ces terrains. *

Noug trouvions ce petit matin
1. “s. Quelque chose hos de sai-

‘a, Mais j’avais oublié que nous
traversions ui reste de foréts ct
un large panneau indiquait réser
ve de l’Bitat. Ce n’était pas pou:
les cléphanteaux ie la région qui

Y goinffraiont i loisir.
Nous roulions dans une route
exéecrable. Un = sentier large dla

peine cing metres qui montnit ot
descendait des pentes A Pinfiri
De chaque este, sur les versnant
au fond des adrets, le riz des mon
tagnes s'étalait dont le vect s'har
monisait avee celui du sorgho et
des grands argres gut foison
naient de toutes paris. Jamais
une plaine. Ce qui profilait de-
vant les regards, «était a pente
des mornes qui chaussait d'au. -
tres. Et des nusges 9 vavebonds
haladaient au de sus.



“nous happait.

du bourg. Pignon de chez nous se
ramenait & mon esprit. J’ai vécu
ta seconde d’une illusion en vou-
jant étabhr un raceord. Cela ar-
rive partois quand on est loin de
chez soi et celui-ci vous poursuit
tenacement, Aussi cette allée d’i-
biseus aux fleurs ¢clatantes qui
ornent chaque palé de maisonse,
avait foul cette idee de Pignon.
Nous pénetrames dans un groz
village ou les rues se coupent a
angles droits. Tout etait noyé
sous un flot de-verdure, Les
baics des maisons se débouchaien.t
sur un écran de plantes ornemen-
tales diverses, Le marché qui se
trouvait a la sortie et dont il est
un des poumons de la cité ¢tuic

vide, comme tout état dépeupl.e
autgur de soi. Par une bretelle,

no nous engagions vers le sud.
Le détour une fois pris, et deja
le mugissement de ce qui doit
étre la chute, nous parvenait, Un
changement brusque du paysage
D’immenses four-
rés nous cernaient et nous p4 -
saient de leur ombre. La pints
continuait cette fois plus ¢étroite
et cuhoteuse. De temps a autre,
il fallait guéer des ritisseaux. C’é
tait Papproche de notre premie-
re étape.

Lies deux autobus vVenaiene de
svurréter sur une pefite éminciter.
dua Jole elale va. use vous dos
visaves. La porte de levasion e-
talL vraiment ouverte et tout le
monde s’apprétait @ en jouir,

Le soleil était & Vest encove et.
s¢ mouvait vers le sud un peu.
cne chaleur qui montait, pouvait
elre supportée, & cause de la bri-
se ‘du matin qu. ne s’etait pas en
core cteinte, —

Devant moi; le morne Pita dé-
tachait toute sa’ masse. Vu A ce
niveau, il formuit une mage pla
ne, Et était semblable a un ta-
bleau primitif of le désordre des
couleurs piquait au vif. Le ver
glauque des baobabs s’entre- nie.



La Mosquée de Buria |

des habitats, la pauvreté
cuisine, la saleté des vétenients.
A la vérité, cette culture de fo-
nio; de millet, de canne a sucre,
rabougrie ne pouvait poiny- assu

de lu

rer un régime énergetique -surfi> -

sant, ni procurer de Vargent pour
les autres besoins. Les pens c-
taient aussi malades. J’ai vu un
vieillard dune infirmité qui Va-
vait réduit en dega de |’anjmal
L’impression dominante etuiit jue
ceux qui vivaient au muieu d’une
nature aussi foisonnante de beau
té, étaient abandonnés & eux - mé
mes. Ce hameau est une ouihre
désobligeante. I] vous serre.la por
ge. Gfche ce que Pon vient cher
cher par la.

La descente était difficile. Les
lianes, la rudesse de ta pente, et
autres aspérités du terrain cons-
titugient de réels obstacles. On
lesâ„¢Conlournait comme on pou -
vait. —

(A suivre)

RIDES — DISPARITION
WRAPIDE EN 15 JOURS,
VISAGE TRANSFORME
DEMAIN VOUS AUREZ UN
VISAGE NOUVEAU
DEBARRASSE DE SES
RIDES, UN TEINT JEUNE
QUI ATTIRE ET SEDUIT.-



DANS

AU REX THEATRE

Vendredj & 8 h. 30 P.M.
LES GANGSTERS
Entrée. Gdes 1.50 ct 2.50

Samedi @ G6 h. et 8 h. 15

- En leére partie ,
_L’Ensemble N. Jn-Bajtiste

En 2éme partie
LE SERMENT
Entrée Gde 1.20.

CINE STADIUM
Vendredi (in permanence)
LE RETOUR DES TITANS
Avec Mark Forest,

Entrée Gde 1,00

DUNE MERE



Samedi (En permanence)
(Sur demande)

NEW YORK APPELLEE
SUPER DRAGON

Entrée Gde 0.60

‘CINE OLYMPIA

Vendred] (En permanence

O87 MISSION APOCALYPSE
Entrée Gde 1,00

Samedi (Kp permanence)
CHASSE A HOMME ¢

A CEYLAN -
Mntrée Gde 1.00

RIAGIC CINE
(SALLE CLIMATISEER)
Vendredi a 6 oh, 15 et & he 15
LENFER DES HOMMES
Avec Audie Murphy.

Entrée Gdes 220 er 2.50

CIRE ELDORADO

(PLACE JEREMIE)
Vendredi a6 hoet Sh. 1h
SEUL*A CORPS PERDU
entrée Gdes 1.40 et 3.00

Samedj a 6 h. et 8 ho 15

COPLAN OUVRE ih FEU
A MEXICO
Entree Gdes 2.50 et 4.00

*yENDREDI 3 Ani 28

NUS CLNEMAS -

AJ CAPITOL

Vendredi 8 et Samedi 4 Janvier
MISSLON SPECIALE .
LADY CHAPLAIN .
Entrée Gdes 2.00 et -3.00 5

PARAMOUNT
Vendredi & 6h, et 8 h.
LA CUREE
Lntrée Gdes 1.60 et.2.60
Samedi a 6h. et 8 bh,
Le LIQUIDATEUR .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00 ‘

ETOILE CINE
UE LUN V Lbs)
Vendredi a 6 h, 30 et 8 hb, 30
SAMSUN CONTRE
fe RCULE



~ Isntrée Gdes 1.20 et 2.00

Samedi & 6 h. 30 et 8 h, 30
LA PRINCESSE DE CLEVES
Kntrée Gdes 1.50 et 2.50

CRIC-CRAC CINE
Vendredi & 6 h, et 8 h. 15
UN DE NOS. ESPIONS
A DISPARU
fintiée Gde 0.50 et 1.00
Samedi a 6 h. et 8 h, 15
LE SEIGNEUR D'HAWAII
Entrée Gde 1.00 et 1.50

AIRPORT CINE -

(PURTAIL ST. JOSEPH)
Vendredi a 6 h, 30 et 8 h. 30
FLASMAN CONTRE
LES HOMMES INVISIBLES
Entrée Gde 0.60 et 1.00 .
Samedi 4 6 h. 30 et 8 h, 30
UN DE NOS ESPIONS., -
A DISPARU .
Entrée Gde 0.60 et 100 4

Drive in Cimé Delmas

(ROUTE DE DELMAS)
Vendredi a 7 h. ct 9 h.

LE BOURREAU DE VENISE
Entree $ 1,00 par voiture

Samedi a 7h. et 9 h,
SEUL A CORPS PERDU
Entrée $3 1.00 pars voiture



YORKTOWN De Luxe Auto Cine

(DELMAS)

lait avec le jaune du campée hier

Vétais intéres<¢ aux muindres
qui lui méme etait’ entrelacé en -

Su la soixantaine d’étudjants. a \
détails. Te bombardai mon cicero

qui formaient les trois années, u-



CINE UNION





(AFP) assechement du — globe oculaire ne diznine était originaire de co Ne de questions. Je récoltais les wre i ‘aan be eral ie Mambo . Ce visage, fascinant dont yous Vondredi a7 he et h, Vendredea 6 h. et 8 h.

Les cosmonautes sont fatiubs, provogqué par la lumiers, régnant Foutah heéroique et légendaire. SeUVenirs que pouveit me susee- yan Une jintinite ql autres tein- avez toujours révé sera le votre; pe MONDE PERDU COMME STL EN PLEUVAIT
mais néanmoins les tests : wuxiue’s dans Je cabine Apolin durant le Quant aux autres, leur plaisir se rer chaque kilometre. _ de couvris tes soupour valent vette déhauche, grace a la Cleasing Cream» et Entrée $1.00 par voiture Entrée Sde 0.60
nous les avons soumis n'ont reve- vu! mtersidersl trouwait décuplé. Parce que sof. Mon carnet de notes. Je crois que pe ane. fournosailt un mage face lotion a de pollen de Samedi a Toh. et 90h. Samedi:a 6 h. et 8 h,
Jé aucun signe d'une malaai ek frait pour cux loceasion de con. Celt n'a pag été inutile, Sent ans rangbarene To me de goutelettes ¢Laboratoire Cernelt\ Ces deux bRaNKENSTEIN TAUR ROL DE-LA FORCE
quelconque, ind’que le putes x XX naitre un coin de chez eux, qu'ils epee, Je peux les reconstituer, @ eau ent | fey an perpetyel produits donnent um veal ont CONQUIERT LE MONDE BRUTALE
de santé de Frank Borman, ames UVERNEMENT en ont entendu parler; mais Et je vois bien, cote route do. Mouvement helivoidat, tonnant que seul un trai emen Entrée $ 1.00: par voiture Entrée Gde 1,00
James Lovell, et William Amders TLE GO o ‘ails on . . - cre rouge, blansh i . . en Insiitut peut donner, Cette

i6 a Visst TCHECOST ay AQUE DECIDE Guus nont pas encore décou was . ve Jaune atte Avant de jcive la deseente, ora ; i ;
publié a Vissue des examen; mie- FCHECOSL Mi tap - . . Vai parconrue elo aui, en ep ooo, . : . . ‘Cy ‘créme et. lotion embelliront vo- :
dicaux que leur ont fait subir dix DE DEMISSIONNER vert. Le moniteur du groupe Un vent transpire a coe mee Lentrepris une halade a travers tre visage ct vous paraitrez dix MONTPARNASSE
médecins de la NASA, 4 bord du AGUE (AFP) . malinks 1 Nodifieatis trop heu- réflexjons, : . mS mes “Tes cases. Le dialogue me fut sa ans de moins plus Jeune, Votr> CINE PALACE - ‘
porte avion Yorktown. Le président du conseil a pro- reux de Ta modification apportée _m possible. Compienez: jo ne parle yisape sera transformeé ec vos Vendredi a 6 h, et 8 h. 15 Vendredi a 6 h. et 8 h.

Le docteur Clarence Jevri- pose eu, gouvernement de donner 2U plan, et il communiquait aux ~~ pas «foulas. Toutefois, je rotais amies vous envieront je scecet LES: DIEUX SAUVAGES (CN CERTAIN Mr. BINGO
gan, de l’équipe médicale duo sa de: sion vn vue ie la crea oer nen aa housiasme. ie me pit ne fix du fond ceria: Pita! une ei aimabilite, Des suai de votre beauteé, Entree Gde £00 Entrée Gde 0.60
Yorktown, a previsé que seu] Leu- Tien on partir du ler aan . S a ar : St n Poe llay ne pointe ¢ -émotion me res fuasaieni sul tous Tes Visages, La letion ef Ja creme cotitent
vell avait eu esoin dun remede, NOUTEAILN oO PANsMiEes Ler RUNS nuer chargé (informer sue Pita; snisit. Je me ley ai prestement. De C’Gtaient des mosques. Car une & 5.00 Samedi a 6 h, et Sh. 15 Samedi a 6 h. et 8 h
des gouttes pour is veux Le gouvernement, a lunanimi- un autre. des incidents du voyn- la portiere, je vis qui venait a certaine invere y regnait. Elle En vente a la Pharmacie Cef- DU GRISBY A HONG KONG LA PORTEUSE DE PAIN
rendues nécessaires par Un leper tg & aecente cette proposition, re et de Vexplor ation de la carrie moi une colline plantée A un coin ¢tait décelable par Je dénuement frad et les Instituts de beaute. Entrée Gde 1,00 Entree Gde

1.00







POPP OPSPO2eVCovoosoeooocccon OD BBS SBD BOD OOD BP OO@DOOOODWOvV

A partir du 5 Janvier 1969

»

JACQUES BREL

EMMANUELLE RIVA

Sous le Haut Patronage de

Son Excellerice Philippe KOENIG

un him da

ANDRE CAYATTE

ves MB isques uo VM etier |

une rénhsation

GAUMONT - INTERNATIONAL

Prodyeteur Délegue

ALAIN POIRE

Ambassadeur de France
et sous le signe de
LVAMITIE FRANCO - HAITIENNE

EASTMANCOLOR



Médaille d@’or du Cinéma francais



xa

Festival du
film Francais



SELECTIONNE POUR LE FESTIVAL DE CANNES 1968



: : tf 4
v4 LES. SEEMOIRES PEN PUCEAL
JACQUES DUFILHO

Dislague L MINA COMPANEES
Ub FILM RYALIXE PAR

MICHEL DEVILLE

Prix Delluc 1968

LE Yidl!, 3OMMz ET WEMFANT

| La Religieuse

Primé au Festival de Cannes

DE DIDEROT

* ys A mB me .
Â¥ :
~
, . , POPP D- PPA ODPDBDO POD PLP SOP PPP PPD OOS
. . .
ii
¢
r =
bea?
oe
_ oJ
a
_
Pian ve sca
t
*



BSPCOBDEBOCBCOBOSPSSPFODOSOSOSOSOSCO


VENDREDY



4 JANVIRR A809

. — meneetatenearnnaentan teat TECTED LTT |

\



RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _

' , «LD NOUVELLISTE>














da patsrance 66 TONS trowuveraty
signalent (es autres pour demain.
Drnt ie reproduction totals

Ciopeit® King Features

LE NOE

VOTRE HOROSCOPE |

Cherchez: la section correspondant au jour



y D ra hee
5 BBA

votre anniversaire
tog perspectos qué vous





ou particlle réaservé.
Syndicate — Exclusivite

"ELLISTE> .

SAHMEDI 1 JANVIER 1969

2) MARS AU 2o AVRIL (BE
LAER: Ll faudra Sans doute ra-
lentir. Ce qui ne sigzmfie pas re
ter immobile. Une perrode de re
pos stunulera vos foerees pour une
nelion plus vive, rafraichir vetre
esprit, vous laissera voir ce qui
yous serait reste, inconnu.

21 AVRIL AU 2l MAL (TAU
REAL). Activite domestiqne,
coeur et recherches artistique s
sont un favernble influx.
Mais meontrez de Vetficacite et
de entrain dans vos actes,

Do MAL AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Une tentative, un es-
wai, une aftaire nouvelle, appelez-
le comme vous voudrez, c'est ce
qu'il vous faut et que vous usso-
cierez avec yotre diversité, votre
sverniiation ot votre sineérite,

Sols

JUIN AL 2s JUILLET
CANCER: | Vous abtiendrez
sans trop de difficultés Patten
tiun et fa cooperation dont vour
avez besoin. Le voyaze, le senti
ment et le foyer sont particulie-
rement avantages.

vd JUILLET AU 28 .AOUT
(LION): Evitez la precipitation.
Vous avez iout le temps pove
prendre vos respon-abilites, rem-
plir vos obligations, Ecoutez les
conseils de ceux qui yous sout
chers. Ele se réeveleront bons.

za AOUT AU 2o SEPYTEM -
TEMBRi (VIERGE): Domine:
vos sentiments vf laissez 9 vo-
idées murir. Agissez avec discri-
mination ct efficacite mais san:

hate. Choisissez suigneusemen
votre rythme apres avoir étudie
loutes Jes situations.

PY SErTEMBRE AU 23 OC
TOBRE (BALANCE): Influen -
ees contra-tees. Qrientez - vous
avec soin. Bonne poriode pour ius
sembler des connaissances et les
utilisez avec fruit. Agissez ave.
vigucur mais sans apressivite.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Vous aspi -
rez au commandement et étes res
pectueux des qualites de votre
prochain. Vous avez une chance
extraordinaire pour transformer
un projet, meme iminime, en une
Pande 1 eAusation, _

23 NOVEMBRE

AU) 21 DE

CEMBRE (SAGITAIRE): Ex -
eellentes influences de Jupite:
Periode cneouriageante, Ayes cot

> RWW E NALD VERA LANLWENRANAAARARBRAL ARARARABRBAIVY

DUMINT

» Jinsecticide

tue insects

DU

prévient la prolifé

Non acide

Comme tout mesectic:
PUMINT west ni tenasio

4
4
f
4
4
4

RARDLARAASA KABA BABLA RAHA KEK

,O-> > er <>



1



_DUMINT

MINT

DUMINT.

non caustique

DUMINT

en vente a la BOULANGERIE ST. MARC

DUMINT est wa produit de fa Cyanamid

our la santé
la beaute de
vos dents

fianee en vous, concentrez - vou,
reyes pationt et les resultitts vied
dront dautant plas vile que vous
serez calme.

22 DECEMBRE AU 20 JAN.
VIER (CAPRICURNIS}e Asso -

ciations, affaires, vie personneile’

sont bien influencécs .Yous qui
prenez au sérieux vos responsa-
bilités, aurez de belles occasions.
kin tout, soyez réaliste. .

21 JANVIER AU lo FE
VRIER (VERSEAU): Isvitez u-
ne tendance & Ja fantaisic. Ne
vous liez pas avee les indiserets.
En fait, montrez une action — et
une pensée intelligentes’ et sensi
bles.

20 FEVRIER AU 20 MAS
(POISSONS): Vous aurez la
chance den faire un peu plus

quiil vous est demandé et d’en ¢-
tre: dbondamment © récompenuse
Vous pouvez largement progres: -
ser dans Ia bonne direction.

SI VOUS ETES NE AUJOUP
D’HUL: Yous ne vous soucics
pas des difficultes de la ruute aus
yi longtemps que vous propressez
mais si vous etes barré de quel-
que fagon que ce soit dans votre
effort, vous jetterez la prudence
aux vents, quelles que puissent on
étre des conséquence <.
vez refréner Vimpulsivite, -hppros.
dre & yous maitriser et a vous
diseipliner, ou vous luisseriez pas-
ser de belles possibilités . Géne-
rosité, sérieux , ideéajisme, amour
de la justice sont vos caractéristi
ques dominantes. Vous étes aus-
si intuitif, tres réalisateur, chef-
né, mais il faudra éviter A étre
tyrannique a l’égard de ‘vos su-
halternes,

Naissance du maréchal Joffre.

Le Plat défendu
N’EXISTE PLUS

GRACE A LA MAGNESIIc
BISMUREE

Une pastille aprés les repas ct
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjcations alimentai-
res et les ennuis de la digestion
diffiejle. .
Mettez-vous toujours a lusage
de la MAGNESIL BISMUREE
et vous ne connaitrez plus ni trou
hleg de Vestomae ni troubles des
infesting.

Des chauffe-hains, fers a repas
ser, réchauds, radios, ventilateurs
dernier cri, appureil a air condi-
tonne se liquident a la TIPCO,
Pregsuz-vous.

désinfectant

et microbes

ration des insectes >

de désinfectaut
actu, vi arydant - actif



Vous de -.












f EXRANARANASSAAAARAASA LENA SAS NARA S LAN NAN SSNS SNS ‘



Ly La Eéte des Enfants Pauvres

Lai «MISSION VOICE» et le
le partement: des Affaire, Socia
tes ont conjugué ‘Icurs — efforts
pour réaliser selon la tradition
tu «Fete des Mnfants Pauvyes»
Elle a en lieu ce matin au Sta-
de Sylvia Cator en présence de
nombyeux inviteg et de représen
taunts de la Presse. Le Départe-
ment des Affaires Sociales était
representa par Mr. Clovis Féeu,
Chef duo Serviee Administratif
ot Mr. Lerros, Chef de la Sec-
ton deg Organisations Sociales,
Xda urmbune on notait: latprésen
ve du Rev. Pasteur Nick Gruick,
Direvtour de la Mission Voive, le
tev. Pasteur lord, le Représen
tant de da Crotsade Evangeélique
Ora} Roberts, Je Rev. Jack
Walker, le Directeur du Centre
UAccuet] de Carrefour Me. Net
va Antonin et plusicurs autres
dignitaires de Cultes.

Les principaux pojnts du pro
gramme étaient

-- Envoi du drapeau —~. chant
dela Dessalinienne Paroles
de hienvenue par Te Rév. Nick
(iruick, Chants par e Choeur
Philarmonique duo Certye d’Ac-

cueit Duval Duvatier gous In di-
reetion de Charles Paul Menard,
diplomé de la Schola Cantorum
de Parjs -— Lecture Biblique par
lo Pasteur Moris Shuppard —
Invitation A la Croisade d’Oral

Roberts par le Rev. Jack Walke:
-~ Musique’ par la Fanfare de
WEeole Centrale des Arts et Mé-
tiers ct par le groupe «Echo, Cé

— DU



lestes de UEglise La Prophétic
— Sermon par lo Rév. Martin,
Baxter — Allocution par Michel
F. Pauls, chargé des Oeuvres So
ciales — Distribution de cadeausx
— Priere de cléture par le Rév.
Lue Nérée Réeeption.

Pres de deux milfe enfants
des deux sexes venus de 30 or-
phelinats de ja Capilale et des
environs ont eu Ia joie de rece-
voir des cadeaux qui eur sont
offerts par Mme la Présidente
Simone Ovide Puvalier et par
des ames chréienne, des Btats
Unis WAmérique pay te truche-

4ment de la Mission Voice. IIs
ont. connu de yraies ‘minutes de
joie’ et de bonheur qui leas ont
fait oublier leurs chagrins ct
leurg peines.

{ls ont participé de grand
coeur a des compétitions sporti-
ves tres applaudieg par le public
ex les gagnants ont été récompen
ses par des prix spéciaux.

Cette année encore Ia Fete des
Enfants Pauvreg a commu un‘ try
rand: succes grace au dévote-
meny charitable des membr
Mission Voiee et celui
tulaire duo Département des Af-



1.
tit

.

Utilisez les jolis Miroirs et Fe
ces X Mains, métallisés, Ce ,sont .
d'utiles cadeaux et & des prix a-
hbordables. /

En vente a la Boulangerie ‘La
Poste, Grand’Rue.

ar

CO

a P Age de l’Espace |

Pour étre
Vépoque des

adaptée a
satellites et

des fusées, votre voiture

» doit étre resplendissante.

Elle le sera

quand vous

Vaurez passee au VRAI

DUCO, le DUCO
-authentique garanti
par ja signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI BUCO

pour voitures est en vente
| . a ila

SOCIETE HAITIENNE
D’AUTOMOBILES.



Les
Blondie



BRGOGERT, Je VOUS
FELICITE POUR LA

FALCON MAGISTRALE
DONT VOUS AVEZ

‘

ne étude des oeuvres de Mime
Pierre Noel meg en relief les
courants qui; ont -aliment¢ son
inspiration ct son art. D’abord

‘nous trouvons la France qu'elle
a Visilée pout la premitre fois

en 1937 ot par la suite en plu-
sivurs fois avec ses éleves qu’cl

le a conduits: en ce pays. _ Ses,

peintuies impressionnantes, les
scénes de cue a Paris, les merveil
Jeux paysages du Sud de la
France témoignent de Vinflucn-

co francaise, Puis se détache le -

courant haitien avee ses peintu
res décoratives, souvent cubis-
tes, ses impressions de la vie
haitienne et les paysages de no
tre ile, ses compositions mysti-
tues pleines de symboles vaudoues
gues inspirés par ses nombretix
contacts avee les pays de- la
zone des Carai*gs depuis son
mariage il y a) e 15 ‘ans
avee Vartiste haitien VYergnaud
Pierwe-Noel. Il y- a haturaHe-

ment Vinfluence des Etats Unis ©

. dans ses sites marins, ses por-
traits, ses compositions afriéai-
_nes ou afro - américaines et svs
dessins ubstraits, Ces divers cou
rants se fondent dans le talent
de Madame Lois Pierre - Noel
pour donner & ses oeuvres un ca

ractére personnel de couleurs vi-.

ves, de force dans l’expression et
dans le dessin au poiny que les
critiques affirment qu’elle prati-
que «un art heureux».

Et elle en convient pour décla
ier ii son tour: «Encore que je
peigne parfois des scenes dc pau
vies et de petites veus, c'est pour
mai un grand plaisir ae peludre.»
"Nous croyons qu'elle fait passer
son état d’ime dans ses compo-
sitions,

L’ Actualite
: COMMENTAIRE

PRAVDA
APOLLO-8

MOSCOU (AFP)

Le vol réussi du vaisseau cos-
nique Aplilee8 est une perfor-
mance remarquable de la science
et de la technique spatiales des
Etats-Unis et des courageux cos-
monautes Borman, Lovell et An-
ders, écrit M. Boris Petrov, mem-
bre de Waeadémie des Sciences
de VURSS dans la Pravda de
Jund: matin,
Tass.

Apres avoir rappelé que les
vols des engins sovietiques Zond-
_ 5 et Zond-§ ont constitué le pre-
mier pas important dans la solu-
tion du probléme du retour sur
terre, M. Petrov ajoute : les gran
des taches* ayant trait A UVétude
de Ja lune et des planetes seront
efalement résolues par des mo-
yens automatiques, ce qui n’ex-
vlut pas cependant les vols d’en-
vins hdbités. .

Dans les vols en direction de
la lune, note en conclusion M.
Petrov, il est imposible de revenir
rapidement sur terre si des inc.-
dents graves surgissent & boril
du vaisseau. C’est pourquoi = la
viabilité de tous les systémes du
bord doit répondre & des exigen-
ces trés séveres.

‘X NOX

TELESCRIPTEUR ROUGE
POUR LE VOL APOLLO

WASHINGTON (AFP)

Le Président Johnson a utilisé
la lignes’ de téleseripteur directe
relient la Maison- Blanche au
Kremlin pour tenir le gouver-
nement soviétique au courant des
progrés de la Mission Apollo. Le
ehet de l’Bxécutit revéie lui-
méme ce fait vendredi au cours
de sa conférence de presse im-
provisée. Jl a précisé que les
dirigeants soviétiques s’étaient
BANQUE COMMERCIALE
IWITAITI

AVIS

La BANQUE COMMERCIALE
D’HAILTI informe sa clientéle
que, pour faciliter ceux qui dési-
rent prendre part au tirage au
sort de primea du 20 Avril
prochain, Jes dates limites pour
les dépéts en Compte d’Epargne
sont modifiées comme suit :

Jusqu’au 15 Janvier 1969 pour
ceux qui font un dépét d’au
moins §. 100.-

Du 16 Janvier au 16 Févricr
1969 pour ceux qui font.un dépot
dau moins $. 200.-

Du 16 Février au 16 Mars
1969 pour ceux-qui font un dépét
d'au moins $. 300.-

Ces dépéts doivent. étre main-
tenus jusqu‘au moment du tirage.

Jl leur est en outye rappelé
que, au besoin, ils ppuivent | ob-
tenir de la Banque dn prét sur
simple signature garanti par
leurs dépéts, sans pour autant
perdre le droit de participation
au tirage au sort, pourvu qu’ils
régient ponctuellement leurs &
chéances.

. Port-au-Prince, le 26 Décem-
bre 1968. .






caitée par Agence





VOUS TROUVEREZ UNE (OH, MERCI,
BONNE SURPRISE OANS
VOTRE ENVELOPPE
D'APPOINTEMENTS,
AUJOURD'HUL.

VITE, EDDIE... L'EN-
VELOPPE OE MES





CEE

ents

(Suite de la lere page)

Depuis son mariage, Mme Pier
re-Noel est fortement influencte
par la culture haitienne. Lnvitee
en 1954 par le Gouvernement
Haitien, elle a préparé une sériv
de peintures sur notre pays, sus
sites et ses habitants. Tout re-
cemment encore, elle était en

Haiti durant 6 semaines pour me .

ner une enquéte sur les peintres
haitiens contemporains, les sculp
teurs, les céram.stes pour comp'c
de’ l'Université Howard pour su
¢Art Négres.

Professeur de peinture et des-
sin, elle p:end plaisir ad prome-
ner ses éléves & la recherche de
sources d’insp.ration, & les emni
ner & Paris pour
avec de grands mait.es, pour des
exposiitons & la Galerie. Soulan
ges en face de l’Odéon,

Un second sous-titre se présen
te ainsi: PARIS A OFFERT! A
ARTISTE LA CHANCE D'E
TRE LIBRE». hy est dit que
Mme Lois Pierre - Noel figure
par ses oeuvres dans 16. cullec-
tions permanentes aux Etats -
Unis dont la Gallerie Smith Ma-
son de Washington D.C. et aussi
dans des collections interiatioua-
les. Elie a au surplus paiticip?
a une vingtaine d’Expositions
personnelleswet & plus de 30 en
groupes, Ell ssure que scule-
ment “depuis 10 216 ans, il ‘est
donné aux Artistes d? race noire
de se montrer dans des galle-
ries célébres. Elle inioome que
depuis 1938 ses tableaux avaicnt
cté aeceeptés et acclamés par la
prestigieuse SOCIETE DES AR
TISTES FRANCAIS tandis que
seulement en 1953 une de ses Lo'-
jes a figuré A Ja Gallerie d'Art






Internationale

enquis avee beaucoup de sollicits
de des cosmaonautes americains
xX NOX

LES COSMONAUTES LIVRES
A LA NASA

* HOUSTON (TEXAS) (AFT)
Li¢quipage Apollo 8, arrive
tot dang la matinée & Houston,
ou Vattendaient 2.000 personnes
enthousiastes, n’a passé que quel-
ques heures cn famille avent
d'etre accaparé de nouveau pur
ja NASA,

Frank Borman, James Lovell

et William Anders sont 9 entres
dimanche a 14 H. (zu . GMT)

au centre spatial d’Houston, Hs
ne Je quitlteront que dans une
dizaine de jours ou plus, apres
avoir ¢té minuticusement exami
nés, et interroges en Ceétruls sun
leur mission.

Hs ont subi. dimanche un exa-
men médical de deux heures, puis
ont répondu pendant deux autres
heures aux questions des expert
en technulogie spatiale. Pendant
10 a 14 jours, ils vont, au magne-
tophone, faire part de Jeuis im-
pressions, de leurs observations
sur le vol Apollo 8 et relater
minute par minute les 147 heures

Corcofan de Washington, sur fa

recomnmandation de collegues de
rece blanche, «Ainsi c’est la
France, dit Mme oo fierre Noel,

qui nva donné la premiere le sen
timent d'une libe.té absolua. J'ai
senti que Vart n'y a pas de bar
liere, pas d’entraves.

Quand je suis arrivée a Paris
en 19ST, je pouvais vivre nimpor
te ott, ctudier avec les meilleurs
professeurs ct participer a des
expositions dans les meilleures
galleries d’art. La France est res
t¢ée ma patrie spirituclle jusqu’a
ce que j’ai Gpousé Mr. Vergnaud
Pierre-Noel «Nous aeous sommes
rencont;¢s en 19382 4 des cours
dArt a Université de Columbia

des rencontres mais nous ne nous sommes mariés

qu’en 1953. Mr. Pierre Noel est
un artiste de giand taient. IL est
actucWement professeur d'Art
yraphigue a l'Institut technologi
aue de Washington. Mon maria
ge avec Mr. Pier.e Noel m’a ap-
porté le bonheur personnel et j'ai
decouve.t quune carriere mest
pas le tout peur une femme.
«Mon union nv’a donné de nou-
velles inspirations et de nouvel-
les directives it mon art.,

Une photo montre le couple

Pierre Noel avec un petit chien
aiopas de entrée de sa mat-

son a Washington D.C, :
Un dernier sous-titre «La de-
couverte des Arts est un récl

probléme de couleurs.

Lois Jones est une fenume ac
tive avee des yeux souriants, des
vestes pleins

AINE PHOTO DEDICA-



d’expressiuns. Ele

Bandes Dessinées du «Nouvelliste» — -

DE ION- :

ly SIEUR POUPET.

tame ew

Madame Lois Pierre Noel et ...

a voulu @tre artiste depuis qu’t!
le a pris contact avec tin pinceau
dés Vage de Toans, Elle est née iv
Luston, et ne consut pas beau-
coup le probleme de race que con,
frontent d’ordinaire les autres tn
funts nuirs dans leg autres re-
wions du’ pays mais elle ne tarda
pas a découvrir quil y a un pre
bléme de couleur méme dans art.
En 1927, elle obtint ses titres au
Musée de VEcolp des - Beaux
Arts de Boston. “Elle fut refused
comme professeur - assistant i
une école, Désappointée, elle vuur
lut s’ocepper dez‘dessins sur *t!s-
sus & New York mais elle alla
comme Chef -du Département
d'Art a l'Institut de Memorial
Palmer en Caroline du Nord, A-
prés deux ans,déséjour dont elle
n'a pag gardé “boris, souvenirs, elle
fut employée*au Département
des Beaux Artgt. de l'Université
d'Heward ot , elle professe jus-
qu’a ce jour, engcignant le des-
sin et la peinture. Son enseigne
ment ne se ‘coffine pag_a une sal
le de classe, ellesinspire beaucoup.
d'artistes négres.
*



L’article de” ‘Ye Revue Ebony’

est un hommage aux belles
qualités de famme et au riche ti
lent de Mme Lois. Jones Pierre -
Noel. 7 a

Nous sommes+ h
envoyer nos plus: vives félicita-
tions et lui souhaitons encore



leureux de lui,

wm

plus de succés-“dans ce domaine -

si difficile de Wart.
MAURICE’ A, LUBIN



Recettes Sim ples

. . CONSEILS

PEU

Cuisine Haitienne

PRELIMINAIRES
Par

Niniche

UN DE SAVOIR FAIRE A TABLE
ETUDIONS LE MENU A OFFRIR
MENTE OPYPE DES FAMILLES WAITIEN NES
Pour le midi Cate
Ifors docuvre ¢fantaisie» Pour le soir
Hatis Proids op ehmuds Potare
Levume- Viande froide ou poisson
Vivre. alinentiar: Légumes
Saludes ou
Pos et riz Salade
Pessert Dessert

bt. ZAVAGE DE

Laver la vaisselle n'est: pas fun
travail Puch er propre. Pour
que casseroles grainseuses, Cou -

verts tenuis, verrertes troublées
seient brifiants et parfumes
Weau fraiche, i} faut de dao part

de Madame, beaucoup de diseipli

ne, @effort ét de contréle perma

nent, En reaime: Madame tera
efuise chaque chore en. son
temps; surveillera a la parfai-

te execution de Vordre passe, En-
suite, mettra it la disposition de
son serviteur, st elle n'a pas d’e-
VB oun ensemble d'ustensiles ou
dam baguets de dimension, diffe-



LA VAISSELLE

proprement sa vaisselle ut) Sans
embarras. :

En plus de ces baquets, de le
gouttoir ou du panier, dui voftrir
un porte - €penge improvise pour
aveir toujours en urdre, la pail-
le de fer, le savon en bloc; Vepon-
ye ou Je morceau de atorchon
sees; fruit du torchonnier qu:
pullule dans nos campagnes et
nos basses cours; un pamer 8
part, pour les verres, lex tusses
et le filtre & café; puis un autre
pour les chaudrons, les ustensiles
de eyjsine au charbon. .

t
(A suivre)

de leur randonneée spatiale, rentes tai permeftant de Taver
— RNANAANAAN VS TARAS TAN AS SNE SKY,
SIROP PECTORAL SEJOURNE ©
Gott agrénble — Conrervation.
A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL.
Teux, Rhumes, Bronchites Enrowements, Inflaenza,
Affections des POUMORS

SCKKKKKKNATA AANA HAHAHAHAHAHA AAAI TE PIT IEE KSCCCSCCALN CL ACHIAIMTRIIITIE
S ’ ? ‘





INTERETSE








POUR VOUS SERV/R &
SAVVEGCARIDER VOS

—VOYEZ




V/SAS

WS

ye



45 AVENUE MARIE JEANNE
C/TE DE L'EXPOSITION



TICKET AViOP //BA TEAY
RESERVA
ASSURANCE VOYAGE

BUREAU
CLIMATISE

~~





YON O'MOTEL



TEL: |
3989 -359.











rAan 4

|

AU FIL DES JOURS...

(Suite)
etait aplendidement décoré par séjour au Waldorf Astoria.
Vartiste Solange ‘Gentil. Le sorview au bat fut partail.
Les jeunes flex et dames Lo suceés de da f@le fut total.
eGdent dans leu robes: blanches xx xX
Jes anes plus eleyantes que les DPVERS
autres, . doudi sev, nous Avons rep-
Le dury compose da Mme) contré a EL Rancho en compagitie

VAmbassedrice Lucicnne HEstimé,
Presidente, Mme | Ambassadrico
Antione Ross, M. Ambassadeur
Phil ppe Keenus Ms le Consul
Vlias Gass M. Varchitecte Mux
Ewald) se trouvaient dans un
terabld embarens pour lire ta plus
elorante Sagux qui sattendaient
ome des annees precedentes a
un spectineulatre dete de beaut
et Welegance etaient dégus, car
sept dames des: plus élégantes
dont deux farent mises hors con-
cours. Mme Celine Cornet Epinat





auootras duo Minst ¢ André
Theard. Mme Gérard Levesque,
au bras de sen mari de VAm-.

bassade americaine,. Les decisions
etaent cependant, tres juste.

Leo Premier Prix d’élegan-
ce fut enleve par la plus élégan-
te, Mime Ginette d*‘Adesky, au
-hras de sen mari, le Consul Lionel
d'Adesky, le 2e par Mme Lavinia
Willams Yarborough au bras
dun actiste afro-ameéricain, le ge
par Mme Sylvain, le Je par Mule
Solange Gentil, le Se par Mme

Ginette Bourjolly Roy — au bras
de son mari ie Consul Raymond
Roy.

Le tirage des rafles tit de

nombreux heureux : Me. Andre
Beauplan, Directeur du lu Station
Sincluir « de Lalue gagna les 4
Poeus Bridgestown offerts — par
la Maison Henri Mare Arty &
Ce, Jerry Lujan de l'Aimbassade
americaine emporta le «Rice cco-
ker» de la Curagao Trading, Jean
Claude Volel garna Vappareil
Kodak Instamatie de Don Mohr,
le radio transistur Phileo de | la
Firestone fut gapneée par Mile
Hessler venue au bal blane pour
la premitre foils, le jeu de cns-
seroles de Haiti Metal fut empor-
te par M. et Mme Miguet Lopez.
Tant d'autres p-ix furent em-
portés par les plus chanceux. |
Plus chanceux encore étalent
M. et Mme Charles Bigio qui
gagnerent le voyage aller retour
Port-au-Prince - NewYork offert
par la Pan American avec un

nee
Au Secours Camep

La Rue des Césars, secteur
‘compris entre la rue du Centre
et le Boulevard Jean Jacques
Dessalines est, depuis quelque
temps, presque dépourvue d’eau
potable.

La .verité est que quand, par
hasard, le précieux liquide com-
mence a tomber des robinets, ce
nest. que pour quelques bréves
secondes si vrai que les habitants
duo quartier qui nous prient din-
terveniy pour eux aupres de la
CAMEP croient que cette situa-
tion est en grande partic die a
Yaction néfwete d'un, vannier de

mauvaise foi.
in tout tat de cause, . nous
soumettons le eas di la serieuse

attention de qui de drei.



wey Sandales «APOLLO. s’enle-



vent pap dement: Je Cordonnier
bien cumu Masxan MERAN tra-
vaille gour et nuit dans de but de
satisfatre sem oonviable Clientele,

Adresse Rue du Champ de



Mars No. &2

o RWBARS LARA ER ARAN TARAS REE

a
4
4
,
é
oe
#
4s
,
e
2
e

|
\

duo brillant avocal Arthur Ya-
nofsky et sa belle femme Elsa et
du diplomate haiticn, M, Serge
Beaulicu, le jeune couple ca-
nadien, Joseph Rosen et sa jolic
femme Luba, Joseph . 1, Rogen
est complable agree, 1 est de la
Rosen, lkeman & Associntes de
Montréal. I] voyage avec sa foum-
me Luba, cet ses enfants Neil,
Marla et Karen. La famille Rogen
était deseendue a El Rancho.
XXX

.. Liaveeat qmeéricain Claude
Kleefield et sa femme Yvonne
sont parm nous.

Comme chaque annce, Claude

et Yeonne passent les Tttes de
ton Wannee ied,
Claude est Favecal de nom-

breux haitiens qui voyagent aux

Etats-Unis,
x xX
... Peter Elkon, fils du ta-
lentueux eecrivain Juggtte® Etkon
(Juhette Boutique) it’ Vea
passer les fétes de fin) d‘annee

nvec sa mere. 1] est ceparti cet

apreées-midi.

Borman, Lovell et
Anders, hommes
de PAnnée
NEW-YORK (AFP)

L’hebdomadaire Time, a choisi
Frank Borman, dames Lovell et
William Anders, lVéquipage d’A-

‘pollo 8, comme hommes de Van-
nee 1968. .

On se souviendra dv Vannée

~ L968 comme celle ol la race
‘humaine a découvert non plus un
nvuveau continent, mais un age
nouveau qui transformera inévita-
biement je destin de l'homme.
Cette aventure, une des plus
rrandes de ,tous lus ‘temps, con-
traitement aux explorations du
pagsé, va infiniment plus loin
.qWune découverte d’élements in-
gonnus. C'est un voyage dans
‘avenir de homme, déclare Time.

Trois honimes solitaires ont risque
leur vie pour accomplir ce voya-
ge. Dans cette premiére échappce
fulgurante hovs de notre planete
qui nest désormais plus le mon-
dx, le courage et Vefficacité des
trois cosmonautes ont pétrifie
Vhumanité. Ils méritent de voir
| leurs noms gravés sur les livres
d'histoire aux cétés de ceux de

\ Magellan, Vasco de Gama, Cook
Vet Lindbergh. En 147 heures, les
\pionniers américains -de la iune

sont devenus indiscutablement les
hommes de l’année. .
Ti élit chaque année depu's

1928 un me de l'année. C’est
Charles Lindbergh, le pxemier a-
viateur 4 traverser ]’Atlantique
qui fut choisi|eette année 1a par
l’‘hebdomadaird américain, :

Ganghi,. StAline, Churchill, A-
denauer, les/prés.dents Truman,
Eisenhower Kennedy, le ge-
néral de Gaulle, Nikita Khrout-
whev, le Pasteur Martin Luther
King, figu.érent parmt les per-
sonnalités choisies au fd des an--
neces par Time.

Liunnée dernicre, c'est le Pré-
sident) Lyndon Johnsen quip put
droit a ja palme, nun pos comme
homme de Vannée cependant,
mais comme antic-hompie ‘de Pan-
hee,










eee
Le Rond Point Night-Club
\ Samedi 4 J anvier 69
, DINER DANSANT
; Dis 9 Heures P.M.
: Tenue de ville de rigueur
Admission $ 2.60 Dollars ,




we ee ee ee

BOULANGIRIK

Dimanche, Gala

* Pine Sol» a

(Sulte)

dont la pult-
wont pas do

por don poiayatens
naneo ob Pnudace
limites.

Pourtant, aiaierd la ordumule
des moyens, da violence offrency
el des complications d'un systeme

leyral qui fournit a Vastuce des
uvoents vereux de multiples — re
cours pour assurer Vimpunite

wus criminels arroguhts, une “pe-
tite équipe de policers honnetes
refusn de pactiser ct accopta le
risque d'un conibat disproportion
ne. Kt ce fut le geste héroique
de oeeux qui, sous le comman-
dement d'Ebiot Ness
Je nom, qui devail devenir — re-
doutable pour le gang, d’«Ineor-
ruptibless,

Les exploits de cette
sont des fuits historiques — plus
pasjonnants que des romans ‘po-
Vieidrs fictifs et en permettant
aux cinéastes de la TLV. d'aceé
der doses archives pour en |

équipe




duire une reconstitution authenti- .

a non seulement

que, le FAL, !

fait oeuvre socialement utile, il
a en mame temps fourni a la
télévision ta matiére d'une — série

de films qui a eu, et qui connait
eneore un relentissement —mon-
dial. En France, tout récemment,
Hintersuption de la série «Les
Incvorruptibless a provoque une
telle avalanche de lettres, de
demandes et de protestations que

VOR TP. a dda ta réinserive a
SON po granmume, .

Le film que vous verrez di-
manche au gala Pine Sol de
Tele Haiti, est le premier de la

serie et d pour titre «Témoin-
clo», IL vous tiendra rivé a votre
eran familial ct nombreuses
sans aucun doute seront les

lettres de téléspectateurs qui ré-
elameront Ja eontinuation de ces
programmes

En seconde partic, vous assis
ferez a un programme de varie
tes, offest par Pine Sol, avec’ le
tirage des primes Pine Sol de
# 100, $ 50 et $ 25, plus Vattri-
bution de 600 flacons ue Pine





Sel pour ceux dont les tickets se >

terminent par les deux derniers
chilfres des numéros gagnants.

Cest done un bon dimanche.
qui vous altend pour cette fin de
semaine, invitez vos aliis, vous
qui avez la télé, a venir, passer
Papréssmidi chez vous ce jour-la,
vous leur ferez plaisir et ils vous
en seront reconnaissants.

A

La Noel a La Gonave

Le 26 Décemb®, la population
de la région Sud de Vile, bénc-
ficiaire du projet de
tation de l’Eglise,
d'Haiti, était en liesse.

Méthodiste

La célébsation .de la Noel a
denne lieu a ne matinee re-
ercative des plus réussics, au

cours de laquelle, les enfants de
Véecole de la localité ont excellé
dans des sayneltes a caractcre
éducative, des poésies, et des
chants de Noel. '
L'assistance composce de pa-
rents des enfants et d'autres
planteurs de la région a mani-
festé sa satisfaction par des ap-
plaud’ssements enthousi “
Puis, ce fut Ja distribution des
jouets A tous des enfants de
Ifeole, au nombre de plus de 220,
Ensuite, aux tout petits qui
(taent dans assistance, portés
par feur muaman.
Chacun, enfants et
trouva quelque chose d’utile :
jouets, duo dait) condensé — Car-
Nation, des paquets de Maizéna,
du Suere, des boites d’Avoine,
mis it Ja disposition du projet par
leg Dames de l'Eylise Méthadiste.
Te Lendemain, le 27 Décembre.
un fort stock de linge fut distri-
bué A la population de Source a
Philippe ct des Communautés ou.
vironnantes.
Le responsable duo projet, VN



adultes,

gronome Gabriel Nicolas, profits
dela présence do toni le ville:
pour metlee Paceent sur la qe
Vtiqne de husties sortate du [s
sident fi Vie de te Reéniubliques,
dont. Pobjectit est le relévenient
Coonamique et social duc tts



Sa geranmde sotieriuce a Tey
uv

des Institutions: qui tident att
développeniont des Conugnavates
Rurales, e-t me poet de os:

Volonte de promotion sy fay.

de Varriere pays.





Ilstme ANNIVERSAIRE DE LA

PAT

soleil

«AU BEURRE CHAUD»

19b4 --

1969 —

A Vow diigo son doeme Anniversaire, Ga Boulanger’ e

AL BEURRE CHAUD: olfiraa

aes cohemts tie disdeidse petine
hue ata voir. Mun tise speeial qai aia Len a be far de Sanne
LaGt,
“7 ray wa Thnk
CONDITIONS DE PARTICIPATION.
[I.- Pota coique aeha: dune gourde i] vous sera deélivré un billet: de partie’ pation
au Grand Concours,

«Garner de PArgent en

9

2, Pour participer aux

Jes billets correspondant

,

,

de peaihe pation daa Janvier 1%

NLP

pour le Poor Tit sais

Ue

Manpgeants

Vy



tog dinaires qui

{5 pieniiers jours de

, Pour participer au Urace extraordinaire a la fin de Deécembre 1069, i] faupsdéterie des

vy au 1h Décembre 1969,

ve

oe fort teug les 15 jours, ib fa preventer

la periode envisaged.

mo
thou

- Gagnant ou Pe dant ais ‘TMrages Ordjtmures, Conservez vos billets qui seront valables

BONHE CHANCE A TOUS

micrilerent ,

Réhabili-,





Un Peintre dans
le Vent

i
d

yremaert

Les Ambassadeurs
pagnants de la Coupe
Flash des Jeunes
Orchestres

Une tolnte A la etre dabeille
epreromnent calorice, un ByBtene
© grattage qt rappello étran-
le peintie Antonia do-

seph, Nous nommions ict so Arijuere.

Aon . ,
cours de son Joune ige ne w'dtatl

poul-étre pas ert doug pour te de Verdure. Une foule, quon
peiiture; ob commenga a peindre - neq. evaluer entre quatre et cing
relativement tard, Ce fut alors jie joules gmrgons ey, jeunes
en 188, Avijhe, universittire, pitta, Gtait venue de tous
exeella dans sa profession d’ar- ya points de la Ville pour
ehitecte el décoratenr, quand assivter au Foe gy t ivan d de
‘brusquement i} opta pour Je cote Vy deane Musique Huaitienne, De -

purement artiste de sa profession.
Mais son arrivés Lirdive dans le

Mi
wu

aux Gonaives, — le

larry Jacques,

Poet ne

1087,

Demanehe 80° Décembre, toute
ln jeunense de Porg au Prince wé
tail donnée rendez-vous au Thea
In

1) hetres da matin jusquwa pres
de 2 heures de apres - midi, la

anétier dy Picasso ne lu pas trop joie Ia plus exhuberante — s'est
ondommage.» Il est uctue Jement donnée libre cours. Les ung a-
vonsidcre* parmi nos meilleurs

peintres.

ti

trés moderne, i} aborde dans
peinture ce que nows pouvons ap-

pres Jes autres, leg mini-jazz se

a son, donnes it fond, les -Fantai-

Lioeuvre d’Arijac veut trams- 7, nueame
onde oe} qui! coudo:e quo- sintes ayant | braveme nt ouvert
cender un reel 4 . le feu, stivis bientot par les

diennement. Avec une technique: Schlou-Schleu. Puig ce furent les
si :

Difficies de Pétionville, le Babby



: . Jazz, Je groupe Shupa - Shupa
peler une transfiguration | : di ef Hnahemens les Ambaseadeu cs,
rel Ul semble. liraille. NueaLit im Chacui avait sen équipe de sup
aketeaie ‘Minis deux Bléments porters cl Jes ovations eclataient
persistent dans son oeuvre ef on feu Martifice apres chaque

donne celle-ci un caractére savant.

oreeau,

A Ja lecture du

Tout en dépassant |i monetonic In dele Tan” primares, ce
de la profondceur classique, i) con- fut du " 1 ve “ pu ie oe ua
se, ve sous son pinceau des hgnes- NU une fone : emumeur a vic-
forees qui personalisent * son Terre des Ambassadenrs, peocla-
veuvre et font penser a Vordre “Mes pagnants duo Prix Colgate.

national de la nature,

Dang le Un silence relatil étant a pei-





jea des couleurs, des formes geo. he revenuy Une | nouvelle explo-
metriques traversent son corps steu eclata aussitop pour mar-
aver te reetittde pea dantaisis: quer te uiemphe cleeloral des
te. Ensuite, dans la queie de Sehteu-Sehteu, auxquels le ver-
Vobjet. Harry. Tacques semble ne dict populaire i) ittrybué le
sabir qu'un detail ev ce detial pie, TERED, tine au groupe
fapprekendé, fora da foree de gon de phtpepey acne oy pelés a choi-
ovuvre. Parfe’s un autce détail sir e premier leuc lot, les A'm-
‘epi ts de Vobjet ov ajouteta sa bassadeurs oplerent pour le ma-

fore,

pnifique jen de timbalés, tandis









~ Poutant de son oeuves Gmane que, le manager des . Schley -
Je thuide une discrete sensibalit’ Sehlow frémissait de plaisiy en
qui se vache pre tement dune de Ctreigmanmt la guiqane électrique
rertittade od ees orarés de ail eouvai, de Voeil depuis de
couleurs debut des operations, Dewx prix
ares doeques, uno oprand orig neue. te piix «Délergent
peintre qui malgre toute velleite praepe oo: le Prix » Wilkison» fu-
eécart reste modeene tant par s@ open. cteen, rens. aux acchama
technique cue par sa COMpOsIUOM. tions aia publi, aux Pantaisistes
Les meilleurs tableaux d'Ariiac de Cu refour et any Difficiles de
se reneontrent A la Galerie NA pPotionville, Puls ce furent le
DER. & la Rue Bonne Foi. eroupe Sting Shope op le Bahy
ye Save qui Duarenit seppee poup Tee
cevoiy chucun un dies Worches
Sidney Poitier tre, fo titre deo prix encourage-
, . ment. .
en tete de liste Marcus, orgitusateur bl me:
neuro de jeu de ce concours,
Selon ure chauete menée pat conde pens te festival par une
Ja Mosca Iderure Herald, le equipe honevole de camarades
films de Poecteur de cinéma Sid- bien sympathiques et particulie-
Cney Polio ont rapporté le plus oo remen, efficaces recut, avee les
(argent a oeours) = de Vannée chalet eux. remercicments — des





se-

ment de stupeur, a fall vibrer
les cocurs.

Le 4 Avril, sous les balles as-
sussines du Racisme destructeur
tombait & Momphis le lender Né-
gre, Martin L. KING Junior —
Lo Peuple Haitien « vite compris
que ce grand Homme était sien,
cnr son Président s'était chargé,
en en endossant In lourde respon
sabilité, de son enseignement et
-du-méme coup de demongrer aux
tendances contradictoires,\ oppo-
sés par la haine stupide et égois
te que, pour lui, la ‘solidarjté ra-
ciales n’est pas un vain mot, puis
qu'il s’agit d’un seul et méme ra
meau_ racjologique.

Notre Leader a démontré for-
mellement qu'il existe encore des
Hommes de bonne volonté & par
ler le langage de la Paix, de VA
mour ct de Fraternité,

_ Par cet ouvrage fle Docteur
Frangois DUVALIER, écrivain

de talent, place Ia Premiére Ré-
publique Noire Indépendante du
Monde a la Direction Morale et
Spirituelle du Monde Noir.

Edité en trois langues, «Hom-
mage au Martyr de la Non-Vio-
lence»,produit un écho formidable
et fut trés convoité en Europe
aussi bien que dans les Améri-
ques anglicanesefNibérique. Sous
la direction de Auteur, les Pres
ves Nationales d'Haiti moderni-
sees par l’actuel Chef d'’Etat, réa
listrent 2 éditions soignées en lan
gue anglaise et espapnole,

Un Chef d’Oeuvre ! Celui d’un
Révolutionnaire — Celui d'un
Chrétien ! Celui d’un Humaniste
recherchant la Paix, VAmour, la
Fraternité entre les Hommes. Ce

lui d’un, Missionnaire dont les in -

tentions et Tes démarches ont 6té
vivement commentées le mois der
mer par L’Osservatore Romano
et le Pape Paul Vi gloricuse-
ment régnant. >

fe 22) Novembre qui rappclte
le «Mémorial au Double Destin»
pour parodier un Confrére, Mé.
morial élevé a la Cité Dumarsais
Estimé — un acte de Reéparatior
de Noblesse, de Grandeur — pa-
raissait «la Troisitme Edition de
«La Marche a la Présidence» re-
‘ue, augmentée, et corrigée par
VAuteur,

Un ouvrage itlustré et d'une
belle facture — D’une reliure qui
nous permet de n’avoir rien a en
vier de ce qui se passe sous je
Ciel de He de France». Un tra-
vail opiniatre, un ef'fort cans-



1068, mavstros et musiciens, la récom tant — 619 pages nous transpor
Poitie: iS preminy acteur, pense appaudissements venus ent & travers le périple et toutes
Ppoeducur. cde ds art ‘ ie as ‘ .
noir a figuier. duns ce concours hb coeur, le Ja part d'un publie Jes étapes qui ont conduit l’Ou-
oi il était) clase septieme en de deune Cui a tenu a saluer le vrier des Masses nationales: tant
1907. oO ta succes de Vun des siens. urbaines que rurales 4 la triom
Paul Newman. Judie Andrews cn seiement quelques phale victoire aux urnes le 22 sep
John Wayne, Clint) Eastiwood, 90rd! Pandinatens de Me ia’ em bre 1957. Un ouvrage d’un
Denn Mavtin, Steeve MeQueen, os yon ole prints . an precieux concours pour le patric
Yack Lemnfon, Lee Marvin, Eli- mos a see te hevetution Du aw érudit, le chercheur ecurieux
gabeth Tayloo sontt clussés tour el i ' os ae : ‘ ov RC. a su te vide de savoir. Et a e6té des
de suite apres Sidney Poitier, \* veel, wt “ a ulem ML com- extes d’un souffle _ batriotique
en ce quia trait auy recettes RE Few eer. Hoi seienien | + puissant et d'un réalisme parfois
I iT me oun speaker plaisant & écou- brutal, fous re€ e par
a salles . : 5 .
OOS SECS ter, Maly aussi comme un orga- — sortilég, ce] . reproduti
nnn Hite dsnamique de jeux ra- sant tous les aspects’ d’une cam.
eee pers . woe diophoniyjaes, Sa modestie, son payne riche en legons de civisme
RUSK ET LE MOYEN- aftabiliié, sou charme sans: affee fincomparable poussded iD tvisme,
ORIEN tation et Veleganee de son langage — ¢ Nite a qune per-
WASIIINGTON (AFP : . ie warne In Ge nate puissante comme — je
ASIINGTON CAP) ati micro Jai vat deja gagne 1 Bastion de Vertiéres
he Secrétaire d'etat Me Dear semipathie generale et lui permet Et lauteur de I
Rusk, a de lars ovendredi, sc tent despérer beaucoup d'autres face ela Bere ee ee en post
. . ree ace «La Bataille ¢ é
cols de sa conlerenes de pes.) waeees dans un melier pour je- ld Aout « commencée le
¢ : tyes tatty . . se attientio= . out 1791 consaecréc par la ¢4
jue fles contitets ¢troits entre he quer il apparait particuiievement pcmonie du Bois-Cai ace
quatre grande: puissunmees pours dea. «be Nouvablistes, qui voit qa qag uetle lon | /AIMAN aU cours
raient tre constructifs pour Cb: tenienes in ceil Laverable la, tae es flammes —furent
Wir da pais nu Moyen-Qrient. Inentes de Ta jeunesse — félicite fos sera Jusqu’aux Hes Bermu-
: . : sos . S Sere Sa . ifaw a
Be Seertaire d'ltat a dikes tenes Te. Jeunes niusicions qui. MOL per fas etonefas gapnée
til oappel aux peivs arabes oul eft peertielpe sportivement a cet ° avec la jeunesse haitien
ry Wx paves arabes, 4 ! pest : nes.
qucils Tinaitent! Paetivite terror te belle manifestation ep eux Pour elore ae
tecet A dsrach pour quavdoamette fia qa Por oryiines ef en ont as- ductions.” re cette série de pro-
: es represnilles “Cestyves sone Ta orfanesi be, x, toujours «aux Editions
a de represailles ao xcessives,



. -
souligne votre personnalité
® a .
ZODIAC Goldenline... nouveau «leader»
de la collection Zodiac m Allure jeune et
virile m Construction robuste d'un boitier
parfaitement étanche @ ZODIAC... la
montre automatique par excellence m Un
produit suisse de valeur protégé par la
garantie internationale Zodiac m

a

En vente au Magasin de Fouad A. Mourra

et au «Continental»

solgncesy (L'expression cst
Président Sténio Vinecut) des
Presses Nationalese, le Tuitieme
Président a Vie de Etat Souve-
rain d'Haiti fait pitraitre le 23
décembre, son huifieme i
de Panneée 1o6s. « Medaillons =.

De da prose poétique, la Ger
dunation des éléments essentiels
(uo nous ont conduit au
tembre 47,

du

oOuvrape

22 Sep-

C'est la Deuxiéme Edition des
Souvenirs d'Autrefoiss; et PAN
feur Wannoter au début meme de
POuvrgye que ela plupart
fextes publivs ont formé la ma
licre d'un ouvrage paru Je 14
av it t9G8 rous le titre de «Sou-
Venivs d'Autrefuiss -. Ayant re-
trouve le manuserit confié & Mme
Siuone O. DUVALIER au mo-
ment de prendre le maquis te 27
Decembre 15d) auteur a juge
neces saire de donner a. Poeuyre
son vou titre «Médaillonsy,

_Un réve longtemps caressé, en
fin réalisé, puisque le manuserit
late de 1034: la peinture d'une
sete dt travers une anthologie,
des critiques littGraires sot Poi
retrouve Car] BROUARD\ Lori-,
mer DENIS, Robert LATAILLA
DE, Georges G, LEGENDRE, Ar





Se eee,

Pea~naciag ACCUHARt
'a comuicn catte mult

Vendredi 3 Janvier 1968
BLEUE
Boulevard J.- J, Dessalines
DU BOULEVARD
Boulevard J. J, Dessalines
xXX





Noel des Malades

Madame La Présidente Simo-
ne Ovjde Duvalier, Mme Lue Al-
bert. Fouecard et plusieurs com-
me gants de la place ont eu une
attention digne d'éloges pou, les



malades du Centre de. Psychia-
trie qui ont recu de nombreux
endeaux au cours de la féte orga
nisée hier soir a deur intention
aovet établissement de Santé.
Les jrroupes: Shango, Mouve-
ment Creole, Les Danseurs de
I'lle, Les Loups Noirg ont égayé

la soirée qui s'est terminée par
une gentille réception et la visi-

te de exposition - vente d’ou-
yrapes artistiques réalisés par
les malades.

Tous nos compliments au Dr.
Lamarque Douyon et aussi au
Dr, Mirville qui se sont compléte
ment dépensés pour le succés de
cette féte traditionnelle.

des >

(suite)

thur BONHOMME, = Louis Db.
HALL, Juho J.P. AUDAIN,
Blanche MAZE AUDAIN, René
PIQUION, Eric SIMON, Antoi-
ne PIERRE - PAUL, Louis DIA
QUO] ete..., le joyau intellectuel
de la Génération de l’Oceupatioa.

Et maintenant, ¢caprés — cette
promenade ‘entreprise avee nous
dans le domaine de la Sociologie,
de l’Anthropologie Culturelle, de
VEthnographie, du'Folklore, de
V'Wistoire Nationale, de la Méde-
cine Scientitique, de la Littératu
re, de l’Art en général, — n’est-
il pas louable et Juste d’attripuerc
4% Duvaler le titre de «L'Keri-
Vain de l’Année.>

Huit ouvrages totalisant 2.572
pages ~~ format 14 x 12. Un seul
but : améliorer cette mentalité
d’essence coioniale et nous rame-
ner dans la ligne de notre spiri-
tualité pour ne pas manquer a
sa _miss:on dans l’Histoire —Tout
effort est vain, si, pour répéter
Taine et de Lavisse, nous n’in-
terrogeons pas l'Histoire pour dé
tecter les cuuses de notre échec.

Oeuvre colossale, n’est-il pas
vrai pour un Chef, d’Etat qui ne
s'écarte & aucun moment du prin
cipe directeur de son Gouverne-
ment de «Construire la Cites au
senso l'entend Aristote. N’est-
il pas navrant de constater que,
hier encore, [homme instruit et
meme cultivé de notre milieu 6-
prouvait une sorte de géne mala
dive au lire Fes auteurs haitiens ?
Deésormais les ouvrages “haitiens
ne seront plus rejevés a VaFviere-
plan dans les librairies, car le
souffle de l'esprit balaie le ciel
bleu de Pantique Quisqueya et la
connaissance de Vunivers haitien
devient un impératif — + «Périn
de ituri et majores et posteros
cogitates.

Si a Wither ¢ Mein Kampft suf
fisait pour passer a lHistoire
en réalisant «Les Eléments du.
ne Doctrine» L’Ecrivain Fran-
a

Informations
Religieuses

(Suite)

LEMIEUX ©.P. le: digne repré-
sentant de Notre .Saint Peére, le
Pape Paul \I. Nos Seigneurs,
les Evegues ; Monseigneur LI-
GONDE, Attheyéque de Port au
Prince, Mer. DECOSTE, Auxi-
liajre de i Archidiocese; (et tous
les prétres, Réligicuy et Religieu
sug de l'Archidiocase.)
_ Son Excellence, Mgr. COUSI
NEAU C.8.C. Evéque du Cap-
Haitien et tous les prétres reli-
gicux, religicuses de son Diocese.
Monseigneuy Jedn-Matrie JAN, Es
veque titulaire du D’ -
rt tu D'EDIOTIA
Son Ex. Mgr. AGENOR, Evé-
que des Cayes, et Son Excellence
Monseigneur PETERS S.M.M. E-
veque auxillaire du Diocese ainsi



que tous les preétres, religicux,
religieuses de son Diovese.

Son a Mer, CONSTANT, E-
veque des Gonaive, et tous les
pretres, relivicux, religieuses de
son Diocese.

Son Excellence, Monseigneur
GUILLOT, S.M.M., Evéque de

Port e\Paix; Son Ex, Mgr. AU
GUSTIN, Evéque Coadjuteur du

|

et tous Tes prétres, reli-
Gerard) Maisonneuve,

Francois Duvalier, Ecrivain de l’Annce

gois DUVALIER ne mourra pas
~~ Et Homme d’Etat est immor
talisé parce qu'a «vocation intel-
leetuelles. .

Il faut réformer la mentalité
Hluitienne, Condition basique de
toul avancement’ au triple point
de vue spirituel, moral et maté-
viel — qui ruppelle la lutte pre
dun Mustaphu Kémal soldée par:
la transfo;mation profonde de
lancienne Anatolie et de la Men
talite, Turque.’

Oeuvre arfficile, n’est-il pas
vr, jeunesse jtienne, vu le.
concexte yéo-politiqae. .

Seule la durée. peut

vous sau-

ver |]! oO

Daignent les dieux de la Race
continuer de guider et de proté-
ger le Leader ainsi que toute la
famille Présidentielle.

¢ regne 10.000 ans» Oui, il vivra,
car celui qui se met A Vabri du
Trés - Haut, repose a Vombre du
Tout - Puissant !
Que dix Mille tombent a sa droi-
te, dix mille a sa gauche, il pe
sera pas atteint.» 4 ‘
Comptoir de Vente des Oeuvres
Exssentiellea,



Constantin Dumerve

est mort
“* (Suite)

la maison, berecau de la famille
Dumerve,

Quant’ a Haiti, i lui avait
rése.ve une piace spéciale en son
coeur, On avait l'iinpression qu‘il
vivait & Vunisson de la patrie
dont il révait ‘chaque jour la
grandeur ct la prospérite.

_ Aussi, & l’epoque de l'Occupa-
tion de notre so) par les Ameéri-
cains, se. fit-il un devoir de
detendre sun. pays dans les
colonnes des journaux anie.icains. |
Ses articles firent sensation ‘tant
en Haiti qu’a ’étranger, 6
En outre, pour stimuler
zele’patriotique de nos écaliers,
Noopuabha un. RECUEIL DE
CHANTS PATRIOTIQUES, Et
quand le Preés.dent Dumarsais
fstimé, apres I’échee d’une Mis-
sion de Bonne Volonté, lanca son
fameux «HEUREUX MECOMP-
TE» Constantin Dumerve pris
d‘un accés d’exaltation patrioti-
que-composa son HYMNE.DE
LA LIBERATION FINANCIE-
RE qui fit le tour du pays.

Dumervé a consacré- toute sa
vie a Ja musique? Durant long-
temps, il publia dans les colonnes
de nos nombreux journaux jes
chroniques musicales
des biographies remarquables de
muysiciens haitiens. ,

Liannée dernitve, grace a
gvénérosité du .
da ‘Tourisme, Mr’ Lue-Albert
Foucard, Dumervé a publié son
livre si atten «HISTOIRE DE
LA MUSIQUE EN HAITI».

Constantin DUMERVE n’a pas
terdu sa journée. [1 s'est toujours
tvieitué détre utile au pays. Et
dans le Utiaine qui_hn fac cer,
it demeure. une illustration qui
fait honneur au pays.

Nous présentons
eondoléances & sa veuve, aA sa
sovur Junia, u& ses freres Dr
Vertot, Dénéverg, & ses nieces, A
svs neveux, dont le Déeputé Ernst
Dumervé, le Dr René Dumervé,
ainsi qu’A tous les autres parents.

Maurice A.

le

la

nos sinctres

Lubin -



ADMISSION

Grand Hotel Olofison

Chaque Lundi ‘
_ Formideble Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarhoroughs

Danse arce I ensemble de MURAT PIERRE

2 DOLLARS.



IMO AO. 0,

.

valits

bey,



5 . |
Renseignements ct Inseriptions

SIAASASSDALAAANISIAL A 2A ale SDA Sod

nne Christophe et Rue 6.

Sa

DAAIAALAAAL ASIA Dal AIEEE CS SSDASLAAIS SAG NG SADSS SDS.

L’Ecele de Commerce YULIEN CRAAN

innugure en

Comptabilite Americajie ere

0
Janvier les

Cours $Ui-

SiWuepraphie Kranguise Gregg

Dactylographie Dilingue

Annés
¢

vet Cours Intensif de danvier a Aodt

«
Rontree

aura tice leB 3 et 6

Sunyier,

tous les jours sruf Samedi et

Bimanche A VECOLE DE COMMERCE TURIEN CRAAN Ave

PG LOLLA SALLE LP SLADSSS LD LAK LAL GLDEPASD ATA ARON g



Aux Ondes Sonores

(Mone GEORGISPTE DUPLIESSY)
4t kne Macajoux, (Rue du Perpetuei Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)



Pensez son, .
Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
La Ma:son Hautement spécialisée du Son;

. PRODUCTION,
REPRODUCTION;

Tout :

équipements,

Instruments,
composants, !
. piéces.

Pour vos Achats voyez
LA MAISON AUX ONDES SONORES,

Service rapide,
. Les meilleurs prix

Assistance technique garantie.

«

ET

>

et surtout ~-

Directeur Général,:





wm

¢ .