Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


LE PLUS ANC



Directeur



No 27.707



eS

Les premiers hommes & s’approcher de la lune & Frane!
Anders ct James A. Lowell Jr qui forment Véqui



JOYEUX

Noel cette Féte de l’Eglise, de
la tamilie e. de tous ies hunimes
de boane volonté revient & l’hor
love da gemps. , . .

Get “Svénemehits sm ant. la
naissance du Sauveur “ constitue,
en effet, une sorte de‘halte de
par le monde. —

Aussi est-il fété chaque année,
partout, avec enthousizsme et
souvent a umilien du recueille-
ment, propice & la méditation. —

Noel est aussi la période des
souhaits. .

Le Nouvelliste est donc heu-
reux de renouveler & Son Excel-
lence le Docteur Frangois Duva-
Hier Président & Vie de la Répu-

_blique les voeux qu’il forme pour

son bonheur personnel,"celui de
a distinguée épouse, celui de la
famille présidentielle 4 loecasion
de la Noel et du nouvel an.

- Ces voeux, nous prenons plai-
sir a les étendre aux princivaux
collaborateurs da Chef de 1I’Etat,
& nos Annonceurs, Abonnés, »

Incendie au SNEM

Hier soir les pompiers ont &é
alertés pour aller combattre un
incendie qui avait éclaté dans le
secteur industriel de la ville
Chancerelles.

Selon nos informations, le feu
avait pris dans un hangar du
Service National d’Eradication
de la Malaria (SNEM). Ce han
gar qui servait d’abri & un impor
tant stock de matériel a été con

-summé par Jes fla'mmes.

On ne connait pas encore la
valeur des dégats et des pertes
que l’on qualifie de sérieux.

SPARE ee ty

TIDI

IEN D’HAITI

__ FONDE EN 1898

- Administrateur :
MAX CHAUVET

EN” eon nes awe

atene



page d’Apollo-8.

NdsL

teurs, aux Membres de
nos Ateliers et & tous ceux
qui, du plus grand au plus: huw-.
ble nous aident dans la taiche que
tidienne.

Que ia Noel - leur apport
ce bonheur, cette joie du cocur &%
par dessus tout cette paix ii la-
quelle aspirent tous les hommes.

Joyeux Noel & tous !

Depart de
Joseph Christin

Nous avons eu le plaisir d’ac
compagner samedi a 1’Aéroport
International notre collaborateur
Joseph A. Chrispin qui profitera
d'un séjour de vacances 4 New-
York pour consulter des Médc-
cins et pour assister aux noces
de sa fille qui auront lieu dans
ja Capitale des Grattes-ci 1
27 du courant,

En effet, Mile Marie
Chrispin, établie 4 New York
puis quelque temps convolera
justes noces Je 27 du courant
VIngénieur algérien Abdo
mane Ben Ali Karoubi, Spécialis
te de YOMS, résidant au Canada.

_Notre ami et collaborateur de
toujours, Joseph Chrisnin a
6&té salué a l’Aéroport, par
son épouse, ses enfants, par
plnsieurs autres membres de sa
sa famille et par de nombreux
atnis. : .

“Nous prenons plaisir & adres-
ser des voeux de parfait bonheur
conjugal au futur couple Chris-
pin - Karoubi. Nous souhaitons
un heureux séjour de vacances &
Joe et souhaitons qu’il nous re-
vienne en trés bonne forme.







A YHopital de l'Université d’Etat

Dans le cadre du programme
de relévement entrepris par Je.
Gouvernemen; de la République,
de sensibles amélioraions ont été
apportées dans ~ certains Pavil-
lons de )Hépital de YUniversité
dEtat d’Haiti

En effet, des travaux de réa
‘ménagementg ont { été effectués
au Service de Radiographie, a la
Résidence: des --. médecins-~ rési-
dents, a 1'Internat, au’ Bervice de

“Dermatologie ot une section a@

A la Maison
Centraledes.Arts .
et Méti

nier, A 10 hres. a. my
complet
ge ‘groupait
programme, un @peech.
dés aynetes,
podme,

* joués.” a fant
sément, La féte:,
par
jouets,
ment

_ Présidente. *-

‘C’est avec
que, Madame

chants, -des~#







Duvalier,

“fois de
de ta joie
rité
nombreux: -i7fants.qui n
quent pas de’ canter
ges et de la xemer ‘er,









" Le Veridrudi 20 Décembre der-
Veffectif

de la Maivon Centrale
pour féter Noél. Au
prononcé
par ‘le Directeur André Darius,
t ex
nee, des aire
rede Véteblis-
west: cléturée

une grande distribution de
de chaussures, généreuse-
offerts’ par. Madame Le

Ja “inéme ‘sollicitude
u chaque
année, .contribue a la féte de
No#] a Ja Maison Centrale, ‘Une
plus; ‘elle aura apporté
dans les cours et mé-
reconnaissance . de, ces







été construite pour les charbon
neux et une salle pour la réynion :
deg étudiants. Les toitures* ‘de
certains Pavilions ont éé pein-
tes en vert. En Chirurgie on a
procédé a la réfection du par-
quet de la galerie afin de facili-
tér le passdge,des chariots pour
le transport des opérés ‘dang tes
autres Services.

_D’aprés les renseignements
que nous ayons pu obtenir, il
semble que la réfection compléte
en béton armé de la toiture du
Pavillon de Chirurgie est envisa
gée au fur mesure des dis-
ponibjlités “avec le projet a lave
‘pir dajouter un étage ce, afin
de donner entiére satisfaction &
la nombreuse clientéle de cet im-
portant Département qui ne peut
pas atre admise, faute de place
disponible.
= FL nous a 6t6 donné aussi de
savoiy que Son Excellence I’Ho-
norable Docteur Francois DUVA
LIER, Président & Vie de la Ré
publique, a passé des instruc-

% (Buite en derniére page)

‘ Nous attirons l’attention
iptéressés sur ce communi
pope en page 8 de cette

ion et nous les prions d’ajouter
aprés le ler paragraphe, la phra-
se suivante : ‘
«EXCEPTION FAITE POUR
EN OR VEN-
BN.R.H

BES TIMBRES
DUS PAR LA

SR ahh et ob



. des risqués







k Borman, Commandant, William A,



La Presse parisienne du matin
The rarit pas u’eloges sur exploit
technique ou voyage vers Ja Lu-
nesa’Apollo Huit, et sur je coura-
ge des t:015 cosmonautes, Same-
ai apres mudi écrit L'AURORE,
ces millions d’hommes ont pris
conscience gu’une aventure com-
me its men avaient jamais vécue
commengait. Ils oat réalisé -qu’ils
entraient dans un monde neuf,
un monde ot ’humanité ne sera
plus: limitée a la petite Planéte
Terre, le monde de demain. Pour
Yinstant tout donne raison aux
américains d’avoir fait confiaace
a Von Braun, le savant d’origine
cllemande qui leur donna deja
leur premier satellite et qui, cette
fois, met la Lune 4 poctée de leur
main. Certes les spécialistes trem
blent. lls n’ignorent pas que les
techniciens de la NASA ont pris

; jamais encourus. Le
public, lui ne.veut pas s’attarder
& cela.:U applaudit sans réserve
les chevaliers du ciel qui battent
tous les:records de vitesse, 40.000
km-heure, altitude, 400.000 kilo-
metres, ec qui sont les prenueis
a quitter la vieille terre pour al-
ler observer de tout prés un autre
astre, cette Luae qui, bientdt se-
ra conquise.

Pour LE FIGARO : L’huma-
nité a quitté son berceau. Elle
est arruchée -- c’était “e same-
di 21 Décembre 1968 & 15 H 47
GMT — a Vattraction de la terre.
Date capitale de Vhistoire, ins-
tant formidable de ’homine.

Tous ceux qui possédent un mi-
nimum d'imagination, estime le
Parisien Libéré, ne pourront pas,
sans un pincement au coeur, ne
pas songer & la course surhu-
maine du trio Apollo-Huit & bord
@’un minuscule, habitacle, fragile
et vulnérable, au milieu d’un
univers hérissé de dangers.
“«LA NATION», de son caté,
fait également remarquer : Les
Américains, Borman, Lovel et
Anders, ne sont pas aujourd’hui
les envoyés Je icur seule patrie.
Si celle-ci peut é@tre légitimement
fitre de réaliser un explo't scien-
tifique qui a cofité tant du scien-
ce, de travail et d’argent, les
trois astronautes apparaissent
en fait comme les messagers de
tuute Phumanité,,, Nul ne sait
encore les bienfaits que puisse
nous apporter la’ conquéte de la
Lune, méme si chacun imagine
l'usage redoutable qui puorrait en
€tre fait. Male cette -dondnation
de l'homme sur ‘l’ynivers esr pa-

rée d'une grandeur dont chacun -

ressent, inatinetivement limpres-
sion. Et ec’est pourquoi il n’est

ap ad cnt ot oan A he

cence: wha vinaid ates ens Ae ae a

nee EE A + gree te ARM In mee 6

5

~~

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE.

73%me ANNEE .

Le repas-type des astronantes @Apollo-8 : mais tous cesplats délicienx, malheu-
8 ’

~ Avec Apollo 8, une fantastique aventure commence:
la NASA a pris des risques jamais encourus





reuxement sout condensés et -réunis dans le sachet qu'on voit &@ gauche, Tout d fait a gauche

on voit un pistolet a eau grdce auqe les pilotes d’Apolle-8 peuvent creconstituers leur nour-

rituere comuprimés.

L’Exoploit d’Apolio 8

no § Rédacteurs, ‘Coflabora- PARIS (AFP)

gue peu d’esprits chagrins pour
pe PlaINUFE GES SOuins EAOTIES
gu englodat cette entreprise.
1oUg wtMtenlb en eet piuer: Gti
moins cojfusement que 1¢ Voi
des trois ustronautes marque un
moment capital de l'histoire hu-
maine, '

xxx
PREMIERE iaisslON TELE-
Vasile
NEW YORK, (AFP)

Les teléspectateurs ont pu con
templer, tour a tour, les cosmo-
nzu.es James Lovell et Bill An-
ders, assis et debout successive-
ment, se livrant aux expériences
habituelles, mais toutes spectacu-
laires, qui consistent a faire évo-
luer des objets en état d’apesan-
teur a Vintérieur de Vhabitacle,
puis le colonel Frank Borman,
se remeitant d’un malaise récent,
allonyé sur sa couchette.

Pendant une minute au moins, -:

jes voyageurs de l’espace lettr ont
offert, & travers le hublot cen-
tral, une vue du globe terrestre,
qui apparsissait comme un dis-
que luminéux, vivement éclairé,
mais dont il était impossible de
distinguer les détails.

A la suite des nouvelles signa-
lant que l’état de santé de deux
des trois cosmonautes laissait
quelque peu a désirer, les ocen
pants de la cabine spatiale ont
donné Pimpression devant ‘l’objec-
tif de leur caméra, qu’il ne fal-
lait pas s*inquiéter outre mesure
A leur sujet : tous trois sont ap-
parus souriants et totalement dé-
contractés.

xx x

UNE SEULE OMBRE AU TA-
BLEAU

Une seule ombre au tableau ;
peut étre Borman n’est-il qu’ap-
paremment remis de son virus
Gastro-intestinale «de 24 Hres.>
Dans ce cas il y aurait fortement
lieu de craindre qu’il le commu-
nique & ses deux adjoints. Si les
trois hommes étaient en proie &
ce malaise dont Borman a souf-
fert violemment dimanche matin.
La NASA pourrait renoncer & un
projet aussi ambitieux ‘qu’auda-
cieux de faire graviter Appolo 8
dix fois autour de la Lune le 24
Décembre. Dans ce cas, la trajec
toire qu’ils suivent actuellement
Jes raménerait quasi-automatique
ment a terre, le 26 Décembre.
aprés le survol seulement d’une
partie de la lune a 100 kilométrea
de ses cratéres escarpés et de sex
mers de sable.
HOUSTON (TEXAS)

Tout va bien & bord, déclare-t-
on au Centre Sputial de Houston.

(Suite en derniére page)



La Compagnie Jean
Gosselin arrive le 6 Janvier

i

Ce Festival du ThéAtre Fran
gajs, Classique et moderne, débu
tera le Mercredi 8 Janvier au
ThéStre REX A 20 h. 30 avec

«LE MISANTHROPE».
Le choix du Programme pour

POUR SA XVIlame SAISON THEATRALE

1969 est _partivuliérement'{heu
reux, ainsi que nos lecteury pour,
ront wen rendre: comptes

Dés' a présent nous souhaito
le plus vif succé, & cette Compa
mnie Théatrale qui par sa fidéité
enverg Haiti, mérite toujours no-
tre plug chaleureux accueil.

Nous avons appris que la Com
pagnie remporte un éclatant suc
cég A la Guadeloupe.



(Exclusif au Noitvelliste)



FIN

Par Léon

e{A mes amig le Cher Frére Raphael et le Cher Frére

x

ALE

x xX

Et me voici, mon Dieu, vers la fin de mon Age

Que jai vecu sas amertume et sans sursant,

“ai provoqué, le long de ce pélerinage,

Le rictus de ’Envie et la hargne du sot

Mais je n’ai, contre Vous, fomenté nul assaut

Ni dinjustes crachats, souillé votre visage.

Le Succég m’est venu. quelquefois

en partage,

Mais je Vai, sans effort, traité come un cadeau;

J'ai placé }1 Beauté sous un juste éclairage

Et, de ‘mes mains, entr’ouvert pour
J'ai respecté la tombe, honoré Je
Accteilli VAimitié du mot qui

Recu le=-Pauvre, ainsi quwun élu



wé le Vrai du rire et de

Je mai-pas.mis la lumiére gous le

Ni conduit mon amour et la Muse

tous, son manteau.
berceau,
l'encourage.

du Trés Haut
Voutrage.

boisseau

au ruisseau.

Heureux d’avoir vécu, Seigneur, dans votre ombrage,

Me voici, sans remords, au terme

du voyage.
Lacoupe, Février 1966



Le Ministre Max Adolphe
réunit les Pharmaciens

... Vendredi aprés midi, 4 cing
heures, tous les pharmdciens de
la Capitale se trouvaient réunis
au Département de la Santé
Publique et de la Population sur
une convocation du Titulaire de
ce Département, Dr, Max A-
dolphe. .

Ce dernier, assisté du phar-
macien Raymond Alphonse, Di-
recteur du Service de Contréle
des médicaments.et des Narcoti-
ques fit un brillant exposé des
buts de cette convocation, .
C’était pour prendre les disposi
tions qui s'imposent avec les multi
pics problames auxquela font face
lea pnetmacies et les pharmaciens
conscient’.

Ces jroblémes ont retenu
Yattentior du Président & Vie de
la République et le Ministre Max
Adolphe est chargé ‘d’y apporter
la solution qui s’impose.

Les problémes auxquels font
face les pha. macies et les phar-
maciens conacients sont multiples.
Le Ministre Max Adolphe les
énuméra avec une connaissance
profonde.

Le Ministre fit remarquer aux ~
pharmaciens présents que cette
profession tend a perdre de #01
prestige, car les pharmaciens sont
auaimiiés & des commerganta.
es hommes d'affaires profi- |
de la situation économique:
treuse de certaing Jeunes
rmaciens se servent de préte-.
nom pour siimmiscer dans cette
profession délicate. .

Aprés avoir parlé de la loi.
du 19 Aoat 1955 qui eréa le
Service de Contréle dex mé&
dicaments et des narcotiqu i.
passa la parole au Directeur de ce”







Pe Sate eR

Service, le Pharmacien Raymond
Alphonse,

Ce dernier commenca par
mettre Vaccent sur les responsa-
bilités du pharmacien qui est le
contréleur du médecin, Reprenant
les points développés par le
Ministre Adolphe, que la pré-
dominance des spécialités et les
irrégularités. de certaines phar-
macies font perdre a la profession
tout gon prestige.

Du point de vue commercial,
des pharmaciens sont arrivéa a
un point trés bas. Des spécialités
pharmaceutiques qui comblent la

(Suite en derniére page)

Le Président.
Duvalier effectue
une tournée en ville

Son Excellence le Docvieur
Frangois Duvalier Président 8
A vie de la République a et'fectué
samedi matin une tournée dans
les quartiers commerciaux | de
Port-auuPrince,

Le Chef de |’Etat qu’accompa
gnaient quelques Officiers de la
Garde Prénidentielle s’est arrété
& la Pharmacie Valliéres au Bou
levard Jean Jacques Dessalines
ot il a été accueilli par le pro-
priétaire ancien Secrétaire d’E
tat de la Santé Publique le Doc-
teur Carlo Boulos.

Le Premier Magistrat de la
République a été chaleureusement
ovationné par une foule dense qui,
malgré le Service J'ordre avait
tenu a se trouver aux abords de
ja Pharmacie pour acclamer le

Président.—



Lueien-Sh.}.




SAMEDI 21, DIMANCHE £2 BY LUNDI

REVENUS DE MISSION.
A MILAN
... Cet aprés midi sont. rentrés.

de Milan, le Secrétaire d@’Etat des
Travaux Publics, YIngeniéur -
Kauol Lespi.asse, le Directedp-du
Service des iitudes et Ievés-topo-
yraphiques au Departement ~ des
iP. Vingémear ‘Pierte Petit, “le
Dicecteur
au mémé Leépartement, " I’Ingé,
nieur Ernest. Piect-Paul.” Lis
viennent de passer treize jours &

“-". Milan, Italie, comme délégués du

gouvernement chargés d‘avoir des
echanges de vues d’ordre



du Service Hlecttique. :-



an

28-DECEMBRE 1968" -



’ Mme Virginia est Ja veuve du
fameux créateur du Kress Five
& Ten Cents Store. Elle est le
Présidente du-New York Infir-
mery. °

Sa fille ainée uvuit passé sa
lune de imiel ici, i} y a huit ans
environ. °
“. Sa plus jeune fille Francescu
“,qui voyage avec eile, igée de 19
ans, fait sa deuxiéme année au
~Collége au .Swarthirore Collage,

de Swarthmore, ‘Pennsylvanie, le
collége le plus sélect des Etats-

pu- Unis, nous dit Mme’ Virginia

rement technique avec les, cadres: Kress.

techniques du GRUPPO INDUS- |.

TRIE ELETTROMECCANICHE
Per lmpianti All’ estero ou GIE
pour l'Usine Electrique de’ Pé-
ligue. : Soe

ls ont été accueillis par M.
Carl Alcindor du Protocole, des
membres de leurs familles et des
officiels des T.P. :

: . xxx
NICK LYNN PREPARE
UNE EXPOSITION.
PERMANENTE POUR :
LE BUREAU D‘AIR FRANCE
A LA 5Be AVENUE

... Samedi aprés midi est arri-
vé } Port-du-Prinée, notre excel-
lent ami, M. Nicholas Lynn,
Directeur de Public Relations
pour les bureaux régionaux d’Air
France.
























-Niek ‘est accompagné de ‘fon |
jéane's.:

ami Robect: Craher, ©“un
artiste pentre: de. talent. .;



Nick quiétait:. avec. nous’ a

Londres Pannée derniétre Jes
fétes de Noel est’ vent coi :
ici vacances. et travail, emg 2
prépare une expogition je pelaty:
res haitiennes 4 la salle d’expo-
sition permanente du Bureav
@’Air France & la be Avenue,”
Il montre les beautés de notre



pays a son ami Robert Craner a ‘d

est tombé sous les charmes
Tle Magique:

Hier, SNick a passé: i
4 Kyona Beach avec Bob Craner
et dans la soirée, il était «vec
Mme Virginia Kress, Présidente
du New-York Infirmery .et . 3a.
gentille Francestd, ét.nous: dans
ce.tains points d‘intéyét de™ la
Cap:tale~:dont “le ‘grand -Hétel:
Oloffson oft-il est descendu:et an
Casino International d’Waiti” =
ot Qos Sublen fate de: fer Wear
Tete -& Nick’ et a’ Bob Cran

xxx

CE SOIR LE GRAND HOTEL
OLOFFSON PRESENTE SON
SECOND SPECTACLE DE :
LA SAISON es

... Le lundi 16 Décembre, le
Grand Hétet Oloffson a inauguré
la saison d‘hiver avec sa fameuse
Bamboche Créole, un spectacle de
toute beauté monté par la grande
chorégraphe Lavinia Williams”
Yarborough avec le concours des
meilleurs danseurs de notre folklo
re.

Le Show avait attiré une foule |
considérable de diplomates et de
grands commergants et i
triels et leurs invités, ainsi que
de nombreux visiteurs.

C’est un spectacle enrichi que
Lavinia a prégenté- cette année
dans une salle décorée par Tar’
tiste Dupoux..Comme chaque an-
année, il subit des améliorations
au cours des ‘quatre mois da 6a
durée, selon les suggestions du
propriétaire de YHotel, M. Alvin

Seitz et sa charmante femme
Sue, }
Ge soir, 1a Bamboche Créote,

sera reprise dans l’atmosphére de
joie que nous apporte la féte de
Noel.

Nombreuses sont les réserva-
tions faites depuis la semaine der
niére aprés les os du succes
du spectacle de Iundi.

xxx
Mme VIRGINIA KRESS.
ET SA FILLE FRANCESCA
PARMI NOUS

... Dimanche sont arrivées a
Port-au-Prince, Mme Virginia
Watkins Kress .et sa jeune et
jolie fille Francesca, de New



Francesca est portée vers les
études anthrop ologiques. ‘

Mme Virginia Kress‘et Fran-
cesca portent beaucoup d’intérét
& l'art haituen, elles:se: connaissent
en art, car leur regretté mari et
pére fut un des plus grands
collectionneurs d'art des Etate-
Unis, ,

Les peintures de la collection
Kress se trouyent au National

Gallery de Washington, dans 22
universités et 25 colléges des

Etats-Unis. .
Mme .ireinia i ia Kress et oan
cesca ont pris 4 ’H6
Tho, P gement a ote
de

_ Elles passent une dizaine
jours en Haiti.

Nous Jeur souhaitons ja bien-
venue, et un agréable séjour
ni



Une: F » & joué: dens’; L'Ai
Le Flambeur de Melville, Si
‘Paris m’était contée et Napoléon
_ de Sacha Guijtry et dans plusieurs
_autres : .

Sylvie-Claude d’Ahetze, jeune.
19 afis, jolie, a joué dans Ras-
poutine avec Robert Hossein, il
y a un an. .

Jean Jacques Fourgeaud en
est A son premier film. Jeune, il
est de 21 ans. ‘

M. Reichenbach,. Simo-
ne, Sylvie, Jean-Jacques et les

_ cameramen sont descendus 4 la
Villa Créole. Us monteront de-
main aA bord du France peur
tourner & Vocession des fétes de
. Noel Plaisirs d‘Amour pour la
‘Télévision Frangaise.

xxx
MOUVEMENTS DE .
DIPLOMATES .

Jeudi dernier, M. Pierre Henri



Martin, Attaché commercial 4
VAmbassade de Fx .a- Port-
au-Prince et & ie de Kingston,

est parti pour cette derniére
Capitale. I) y est allé passer les
f8tes de fin d’année avec sa
femme et ses enfants.

‘ xxx
- .. Le Directeur de I'USIS, M.
Hugh B. Sutherland et ‘sa’ sé
duisante femme Mary sont partis
vendredi pour New York. Tig ont
choisi d'aller passer les fétes de
Noel et du Nouvel An avec leurs
erifants 4 New York Is espérent
crevenir ici le $ Janvier avec leur
jolie fille Melissa.

* Nous leur souhaitons d'agréa-
bles vacances de fin d’aanée avec _
leurs enfants : ,

(Suite en derniére page)



Le Sermon. de la Semaine

Le Sermon” que news demande de

le Pasteur Névée ots lu aussi dane diverses de Radio
de la Capitale ot de la Previnés. . my
Par le Pasteur Luc, R. NEREE. e
LE SIGNE INCOMPRIS DE NOEL- *

«Le Seigneur lui-méme vous
donnera un signe, Voici la jeune
fille deviendra enceinte, elle en-
fantera un fils,et elle lui don-
nera le Nom @Emmanusls (B-
saie 7.14). .

“Ex xX

Heit centa-ans avant la naia-
sance du Sauveur, Dieu, par le
Prophéte Esaie,, avait annonoé,
comment Vow reconnatrat te
Messie a sa natesance ; «La Vier
ge deviendra:enceintes avait-il
dit, Le Signa était donc : la con
cophian.virginale. Cependant dae-
puis la vulyarisation de cette pro
phétie, Von. s’attendait ax Mee-
sie, sana pourtant préter atten-
tion au signe annoneciateur de sa
venwe, Certainement, toutes lee
Vierges pures at pieuses d’lerael
sowhaitaiont jouir du privilége de
voir le Messie sortir de leurs
seins. Maig aucune n’attachadt de
Vimportance & co signe que le
Prophate avait annoncé : «La jeu
ne fille deviendra enoeinte.» —

xxx

INCOMPREHENSION ET
SURPRISE

Marie, comblée de grdce comme

¢

étant Pélue de Dieu pour étr6. la
mare. du Sauveur, comene totes
ine Viergee piewon d'Tereak are



tut enfantoras ue file? ob''t
danneras le Nem de Jésus .2,Ma
rie fua troublée, Etonade, eile, de-
manda a ’Ange > <«Commeht' ce-
Ia se fere-til pwisqis je ng \con-
nais point d’hommer * L’Ange
hud répondit : i sur toi, et la purasance



Enfant qui naitra de toi, sere ap
pelé Fils de Diews (Luo 1 :$4-85).
Marie, docile ‘et. obdissaute-al
a la Parole PAnge sur-Phex-

re,:-Mais cleat trés tard qu'elle

s’eat rappelé la prophétie d’E+

saig: «la Vierge deviendra encein

te, elle enfantera. un. file, .6t -bni-
donnera le Nom d’Emmanuels.

(Swite page 3)

fbi

ue. Paris, ,
a































a



cat os

ra)










wor re



B [|
mien |-N A AR |
Lea ot SINEAD
Pe ee

PROBLEME No, 359



-- 8 — Ne craint rien atl jeu de
Véearté-— Hat hrouillé avec la

Bn a simpl cit sonsratif aémodé --
LoL
Ce










Canton suisse
10 — Interjection — Doude-
ries de soleil.

eA ye xxx

~ VERTICALEMENT

} -- Aucune jeune fille n’aime
la faire au bal

ll — Trés peu de terre dans
Veau — Pére de mathusalem _

Il — Bonaparte le vainquit 8
Outi! de sabotier

Iv — Sel — Note

Vv — Marque une volonté en-
fantine — voyelle doublée —
Dans Vaucouleurs

VI — Rend plus fort

VII — Ville de Hollande —

HORIZONTALEMENT

1 — C’est un peu dans la ma
rine: un ange garden

2 — Ver de douze syllabes

3° — Pot de l'Adriatique —

Régle —— Note Sépare la Finlande de la Norvé
4 '— Soeur latina — Déesse ge’

de Tabondance’ VIII — Consonne doublée —
5 = Taree qu'on ne sache hoses’ sas valeur ;

pltiss ad quél’se Vouer — Deux IX — S’entend souvent au jeu

vo. de la roulette — Ile

les .
6 —Pyénoni'— Ville du Maroc X — Aromatisé — Le percen

7 — Ratifiera teur n’en est pas avare.

\ . .
- Solution du. probleme précédent
HORIZONTALEMENT. VERTICALEMENT. I, Napo-

I, Convict; Ol — I. Aa; Hup
pé — Ill. Quiche; Ete — IV.
Nu; Furet — V. Emeus; Sm —
VI. Te; Me; Saur — VI, Eut;
Anse — VIII. Utopistes — IX.
Semele; Nef — X. Hue;
(Alto) —

1. Caqueteuse — 2. Meute —
3.,.Naine; Tome — 4. Vacuum;
Pau. 5. Sébile — 6. Chef; Se —
7. Tu; Ussat — 8. Permanent —
9. Opta; Ussel — 10. Lecture;

Fo — Atlo



“TOUTE LA SEMAINE
Séance unique a 6 Heures P.M. d
LE‘DOCTEUR'JIVAGO
Le film aux 6 Oscars

Entrée $ 1.00 et 2.00





CIRCONSTANCES
Montre deifuxe ?-Montre=.
de sport? “ee
Mido est tous les deux a la
fois. Elle estifalte pour les
_ mondanités, parfalte par sa .
eolidté: Mid6 supporte les
coups. Voulez-vous savolr
la date? Votre Mido Dato-
‘Meterrvous l'indiquera. -
Vous ne:remontez jamais
votre Mido, Vols pouvez. -
méme nager avec elle — car:
‘fi BBET00Y. dtanictio, |
‘Vente. et servise dang 111 peye.
_ FQUAD Ai MOURRA®
(LE OONTINENTAL

3



LISEZ
" «LE NOUVELLISTE»

toa

{

Soh







Le Sermon de la Semaine

(Suite de la-1ére page) -
—— LATE |

INCOMPREHENSION
ET TROUBLES

Quant & Joseph, fiancé de Ma-
rie, son attitude nous révile qu'il
avait totalement oublié le signe
prophétique. Quand il vit Marie
devenne enceinte, il se proposa de
rompre secrétementt avec elle
pour ne pas la diffamer. Un Au
ge dub lui apparaitre en songe,
pour prenridérement confirmer les
déclarations que Marie Iwi avait
faites et auxquelles il wWawait: pas
ajowtd foi, et deuxidémement pour
lui rappeler, que c'est en vertu
dune prophétie que Marie eat de
venue enceinte. Copendant, cet
homme a été profondément trou-
hlé parce quil navait pos com-
pris lo signe qui était évident @
sed yer. ‘

xx XxX

INCOMPREHENSION
ET SOUFFRANCES

Le signe de la venue du Saw
veur dans le monde nayant pas
été compris, cette incompréhen-
sion a été la cawse dea souf fr'an-
cea thorales pour plusieurs. Ma-
rie, la mare du Seigneur en a
souffert. Pendant quelque tenups,
elle a soyffert de ca que Joseph,
son fianéé, a dou'd da sa mora -
lité, a fait planer la suspicion
sur sa. conduite pura et sur sot
irréprochable fidélité. Elle a
souffert du mépris dans lequel la
tenaient ses parents, ses amis,
ges connaissances qui ne vou -
laient point croire qu'elle avail
réallement concu du Saint Esprit.
Elle a souffert de abandon, jus
quiau jor o% elle se = réfugia
dans les mornes, chez sa cousins
Elizabeth.

Jossph de son cété a souffert
de ce qwil avait cru étre bafoud
par une fenrme quil voulait épor



Une:Grande Date.
a retenir : .

"¢VENDREDI 27 DECEMBRE
I

1968

Les étudiants de l'Institut des
Hautes Etudes Commerciales: et
Economiques (IHECE) ont le
plaisir d’inviter le public en gé-
néral et la jeunesse scolaire ev
universitaire en particulier A unc
grande soirée dansante qu'ils or
ganisent & Cabane Choucoune le
VENDREDI 27 DECEMBRE
1968 a partir de 9:00 P.M. avec
le concours du Super - Ensemble
«NEMOURS JEAN - BAPTIS-
TEs.

Le profit de cette soirée sera
affecté au développement de la
Bibliothéque de VIHECE.

Des primes trés alléchantes se
vont accordées a l'asistance pay
tirage au sert basé sur les numé
ros des cartes d’entrée.

La cotisation est fixée & $2.00
et les cartes sont en vente au
local de TIHECE, Champ de
Mars No 31.

N. B.— Cotisation spéciale de
$ 1.50 pour les éléves et lez Pro
fesseurs des écoles secondaires et
pour les étudiants et professeurs
de l'Université d’Etat d’Haiti et
des autres Instituts Universitai-
res.

. Cotisation de $ 1.00 pour les
étudiants, ,anciens étudiants et
Professeurs de l)IHECE.



“ser on toutexconfiance. Son. or-
guetl a été: blessé, ef son carac-
tare dhonnéte homme a été pro-
fondément outragé. Ils no sont
pas les sewls. Juaquid présent
encore, couc qui croient dans le
Nouveau Testament, dans la Pa-
agle de Dieu, souffrent des his-
toireg saugrenues fabriquées de
toutes pidces, an sujet de la naia
saree virginale du Sauveur. Ces
histotres envpéchent beaucoup d'é
mes de croire en la divinité du
Seigneur pour leur salut élernel.

xxx

INCOMPREHENSION
ET BLASPHEMES

Lo Signe reste encore inenn -
prig jusgud moa joura, Dea Pheo
logiens enecignont que la concep-
tion virginale est contre - nati
re, et partany indigne de foi. Le
vésultat est que beaucoup d'hom-
‘mas — intelleotuels et savanta —
persiatent dans leur inorédulité
at s'éloignent dé Christ. Le Signe
veste encore incompris, . tanclis
que Dieu le laiese écrit; dans Ia
Parole. Par aa Providence, Diew
fait revenir pe-
riode de Noel, aft aug lea géud
vations sachent que Jésus est réel
lement le Fils de Diew rien given
pensant & le maniere mame dont
il cat venu dana le monde.

fe

INCOMPREHENSION
ET PROFANATION ;
Ceun qui vont pas compris le
signe prophétique et que combat-
tent encore le Seigneur dams son
caractare measianique, font tout
pour profaner la Noel, pour com
mercialiser la saison de Noel si
riche en legons sprrituelles, et
pour effacer Christ - Jésus du
Tableau de Noel, Ils remplacent
la Creche, par VArbre de Noel,

et le Nom du Seigneur Jéaus par %

Usmaginaire Pére Noel on Santa
Claus, Mais les Croyants dgivent
savoir que rien 2¢ pent ef; acer,
dang la Parole de Dieu, le signe
prophétique par lequel Esaie a-
vail annoncé non seulement la
naissance du Saruveur, mais aussi
la Mission du Sarwveur dans le
monde.

Uere

SIGNE DE L'AMOUR DIVIN |

C'est afin que les hommes puis
sent profiser du tenips de grace,
que, anwée aprés année nous cé-
lébrona Noel, qui est le signe
manifeste de Amour et de la amt
séricorde de Dieu, Noel nous rap
pelle que: «Dieu a tant aimé le

monde qu'il a donné son fils Ut eypyrvereryerreerere eens sa rareRe REAR RRO REESE

que afin que quiconiue croit ev

Lui ne périsse point, mais quil x

ait la vie éternelle.» Le Signe m
compris avait annoncé Noel.
Maintenant que nous fétons Noel,
quielle soit pour nous tpleine de
signifioations; et qu'elle soit ans-
gi poter vous iculiérement une
agréable occakion de vous récon-
cilier avec Disu pour votre bor-
heur matériel, moral et spirituel.
C’est la notre voeu de Noel pour
vous qui lisez ces lignes. Quiil en
soit ainsi. Amen.

Réc. Lue R. NEREE

YELLE NI MIE THI TI TT I LSI VERMA RA SONU

chaque année la pé-.







Une photographie de la cabine Apollo-8 &

bord de laquelle
Frank Borman, Willam A. Anders ct Jame, A. Lovell ont
- pris place pour tenter la grande aventure de graviter au-

tour de la Lune et de retourner a la Terre.
f



NERA VARASAVARALA SADA ANNI NII,

Hotel Sans - Souci

Mardi 24 Décembre
DINER BARBECUE SPECIAL DE NOEL

Cing Dollars par Personne
avec un Cocktail ou un Rhum Punch.
Achetez vos Cartes et faites vos. Réservations
a Yavance & l’Hétel SANS - SOUCT,
le nombre de places étant limité.
SRRLRTNVA RAMA KAAARARAAAAN WIEN AN:



me
Grand Hotel Olofison

Chaque Liundi
Formidable Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarborough

Danse avec Ensemble de MURAT PIERRE
ADMISSION 2 DOLLARS.

Sec BRT IETS YI NIP INI LN PII I PEI



18 HEURES PAR JOUR

12 BULLETINS DE NOUVELLES
- UNE SEULE
STATION

_ DANS NOS”



AY CAPITOL

Toute la semaine _ Lundi a 6 h. et 8 h.

Séance unique @ 6 hres P.M. (Derniére représentation de) :
LE DOCTEUR JIVAGO HOG : :
Entrée $ 1.00 et 2.00 Entrée Gdes 1.20 et 2.00
Mardi 4°6 h. et.8 b

LA BAIE DU GUET-APENS
Entrée -Gdes 1.60 el 260 |
Mercredi & 8 -h, P.M.
DIEUX SAUVAGES

, Entrée. Gde 1.00 .

ETOILE CINE

_* (PETIONVILLE)
Lundi & 6h. 30 ct 8b. 30
MISTER X
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

son de la féte de Noel) :

Meicredi & 4h. et 7 hh,

~ LA PLUS. GRANDE HISTOIR
JAMAIS CONTEE
Entrée $ 1.00 et '1.50

Mardi 4 6 h, 80 et 8 h. 80
MISSION .SUICIDE

A SINGAPOUR , .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Mercred & 6 h. 30 et 8h. 30
LA MANDRAGORE
Entrée Gdes 1.50 et 2.60

AU REX THEATRE
Lundi a 6 h. et-8-

h. 15
OPERATION GROSBOW
Entrée Gdes 1.20 et 200 ©

Mardi & 6 h, et 8 h. 15
LES CENTURIONS
Avec Anthony Quinny
Entrée. Gdes 1.50 et" 2.50

‘Mercredi a 6 h. 7h, e6 9h
LES PROFESSIONNELS |
vec Burt Lancaster. Mercredi (J d
Entrée. Gdes 2.60 et 4.00 PANBAW La TOLIPE
a Entrée Gdes 2.00 et 3.00

omens epee

MAGIC CINE
(SALLE CLIMATISEE)

‘Lundi ‘& 6h. 15 et 8h, 15
LE ROI DU RACKET »
Un-grand_.drame policier
mouvementé,

Entrée Gdes 1.00 et 2.00

tras

Mardi 4 6 h. 15 et 8 h, 15

LA DANSE MACABRE

Un film d’épouvarite dont I‘histoi
re se passe le ler Novembre jour
des morta, ,
Entrée Gdes 1.20 et. 2.60

_ CINE PALACE
Lundi a 6 h. et 8 h. 16

DUO DE MITRAILLETTES
Entrée -Gde 1.00

Mard 86 b. et 8b. 15 i
L'‘AVENTURIER
MAGNIFIQUE f
Entrée Gde 1.00

Mercredi & 6 h. et 8 ht. 16
LES SEPT GLADIATEURS
Entrée Gde 1.00





CRIC-CRAC CINE

Lundi 4 6 h. et 8 h. 15
BOB FLEMING

AGENT CASABLANCA
Entrée Gde 0.50 et 1.00 |

. Mardi 2 6 h. 30 et 8 h. 80
En lére partie
(Concours des
des prix) .
En 2éme partie
MACISTE CONTRE ZORRO
Entrée Gde 1.00 et 1.50

Mercredi 25 hb. 7h. et 9h. .
L’HOMME QUI RIT
Entrée Gde 1,00 et 1.50

fanaux et remise

Drive in Ciné Delmas

(ROUTE DE DELMAS)

Ln GENTLEMAD ' |
MAN

DE LONDRES De Luxe Anto Ciné
Entrée $ 1.00 par voiture (DELMAS) '

DE LUXE AUTO CINE
Lundi a 7 h. et 9 h.
LES GANGSTERS
Entrée $ 1.00 par voiture

Merde T bh. et 9 h.

ur demande générale
CALYPSO. © )
Entrée $ 1.00 par voiture

Mardi & 7h. et 9 bh.

(Séance ‘unique qui finit 4 9 h.)
L'HOSIME DE MARAKECH
Entrée $ 1.00 par voiture

Mercredi 4 7 h. et 9 h. :
LA PRINCESSE DE CLEVES
Entrée $ 1.00 par voiture



MONTPARNASSE
Lundi & 6 h. e;' 8 bh.

OPERATION GOLDMAN
Entrée Gde 0.60

Mercredi.& 7 h. et 9 h.
UN MILLIARD DANS
UN BILLARD :
Entrée $ 1.00 par voiture



Mardi a 6 h et 8 h. CINE OLYMPIA
OSS 117 ATOUT Lundi (E
COEUR A TOKIO MESS Aen permanence)

Entrée Gde 0.60 \Entrée Gde 1.00
Mercredi A 6 h. et 8 h.,
UN HOLD-UP
EXTRAODINAIRE
Entrée Gde 0.60

Mardi (En permanence)
: LE COLOSSE DE ROME
Entrée Gde 0,60. .

Mercredi & 5 h. 30 7 h. et 8 h. 30
(A Voceasion de Ia Noel)

LE COMMISSAIRE X TRAQUE
LES CHIENS VERTS .

Avec Brad Harris er T. Kendall.
Entrée Gde 1.00 :

CINE ELDORADO

(PLACE JEREMIE)

CINE ELDORADO

+ Lundi A 6 h. et 8h. 16 |
‘ (Sur. demande)

SEXY~ GANG



Entrée: Gdeg 1.20 et 2.00
Mardi 4 6 h. et 8 h. 15
BONS BAISERS DE RUSSIE
Entrée Gde, 1.26 et 2.00

Mercredi & 6 h. et 8 h. 15
Sarita Montiel dans :
SAMBA A RIO



_GINE STADIUM

Lundi (En permanence)

(Salle. en , location)

. En lére partie
_L’Ensemble N. Jn-Baptiste

En 2%me partie

' = SUSBENSE AU. .CAIRE
Entrée Gde 1.00 -

Mardi: (En permanence
BATMAN / ‘
Entrée Gde 0.60

Mercredi (En permanence)
LE RETOUR DES TITANS
Entrée Gde 1.00

















CINE UNION
a-6 h et 8 h.
BANG ‘BANG
Entrée Gde 0.60

LAVEN ROE DU wey

Entrée Gde 0.60

Mercredi & 6 h. et 8 h.
LA BATAILLE. -
DES: ARDENNES.
Entrée Gde 0.60

ee

AIRPORT CINE.

(PORTAIL ST. JOSEPH)
Lundi.a 6 h. 90 et 8 h, 80
LE TEMPS DE, LA PEUR

Avec Robert Wagner.
Entrée: Gde 0.60 et .1.00

Mardica.6 bh. 800t 8 bh. 80
ORERATION GROSBOW
Entrée Gde-1,00 et 1.50

"Mercredi & 6 h. 80 et 8 h. 30°
COMMISSAIRE X.DANS |
LES GRIFF ES DU DRAGON

Mercredi 410 h. A.M. (& Yocca-_

Oo

Avec Brad Harri =
Entrée Gdew 1506 2.000000 J



ToT Tee

venetian Oar acap 0c aag tom me BADE

ee











SAMEDI 21, DIMANCHK 22 HT LUNDI 283 DECEMBRE 1968



Notre Haiti et ses Maximes propres |

‘ . Par Louis VERNET

—Ie-

(2eme Série)

Pour aujourd'hui, Cun de nox Proverbe. les plus signifieatifa: «CE SOU CHINS
La traduction de ce Proverbe ment accuses dun vol ou d'un
en frangais, est celle - ci: C'est Wwue sur.e deli, cependane quon
cur lea cmens maugres tccux des n'ait encore etabl, par aucun ju-
pauvres, bien enieicu} qu'on sem Beinene cyutrauie, sequel Uso UeUX
ble d’ordinaire apercevoi. des vst te vral coupuble — ne semi -
puces. duus enlenuu atser) Woes blera-t-il pas wuyours, a plu -
que les Gros Dogues et les ndo- sieurs e: a premiere vue, que peur, je me fis une raison en me,
rables petits «Toutous> de salon, cese te miserable qui est Pauceur posants ces questions: Pourquoi
des .iches et des bourgevis en ont du meiaity... alors qu'il peu: ‘dois-je avoir peur de cette béie ?
également pas mal; (quand bien nen etre absolument iminocent, Car, en somme, elle n'est que !ni-
méme ces derniers leur fernient de — A part cela, quel mal iée!
porter de ces collicrs éliminatoi- peut - elle faire? N’est -elle pas,
rea les plus recommandés;. au contraire, une béte utile?

(ou de ma misérable bibliothéque)
miavait eftraye tandis qui: sip
prétait a sortir, a la tombée de
la nuit, pour aller au dehors fai-
re la chasse aux insectes. — Fi-
nalement, pouc ne plus en avoir

noir et dur,



non la peur, cependant,

xo) — Dans une foule une mau
vaise odeur se deguge; Que:qu’un
au désay.eablement vumeé ses pro
ches voisins, samo aucun uruit.
Cela puurrait bien venir d'un Mr.
ou dune Dame cchiquements ve-
tus, Lependunt, se trouve-t--il
par lA un miserable, un é.1e mul
yGlu c’est sur lui que tous les vor
sins porieront ies regacds, en s’¢-
lo:gnant rapidement, et peut étre
meme, en se bouchant le nex, A-
Jors que ses intestins — a lui ce
pauvre — yneuvent étre bien plus
propres que ceux de ses vaniteux
besoin —- que i’apparence est sou et méprisants aceusateurs. men-

veurs —- eux - mémes— -
vent tromneuse; et que Verreur aos Viandes ou de ne ts de BTOS-
est réellement du de ; . mets Pienes ee

neuses de bonté.
Nous allons entreprendre oun

petit commentaire qui —- ous
Vespérons— fers ressertiy mieus
encore, le sens provond de ce Vru
verbe.

Ne détruit -elle pas les insec-
tes nuisibles?—' Ne constitue - t-
elle pas un bienraiteus pour Va-
griculteur ou un bienfait & Vagri
cullure? — Et, continuant a rui-
sonner avec moi-méme, je me de-

‘mandai: Et pourquoi donc est -
elle si laide — cette malheureuse
béte — jusqu’A nous donner une
telle horreur de sa présence, alors
que tant d’aut-es qui peuvent ef-
fectivement faire du tort et de
grands torts, paraissent au con-
traire, belles et attrayantes ? -—

C’est un fait que, quand qucl-
qu'un est misérable et mal vétu,
il a toujours Pair, pour la plu-
part des gens, de posséder tous
les défauts, tous les vices. Le

_ Proverbe voudrait aussi p cuver,
une fois de plus — s’il ev était



Il m'arrive bien souvent
jours - ci, de penser & ce Prover-

€me est vilaine, leur coeur ext

D'autres, au contrairc, ent un
visage upparemment méchant,—
ont peur méme leur en donner
véneralement cette réputation --~
ou encore, leur extéricur peut ins
piver le mépris et le dégofit, si -
i quand,
on les approche et Jes prat:que,
on découvre alors, qwils sont au
fond des coeurs honnétes et ten-
dres, voire méme des ames lumi

Disons pour finir que ces sux
dites néprises, sont non seule -
ment possibles, mais encore bien
humaines, Et l’on a peur auysi de
:e, Sans crainte d’evre dementi,
au’elles sont commises journelle-
ment nar la plupart d’entre nour.
(de bonne foi, i] est vrai) .

REFLEXION PARTICULIERF

Cw

domaine couteux, mais indigestes quand Et j’ai finalement conclu que ce be: «Gé sou chin maigre yo
Vhomme.— Prenons en des exe méme. n'était 1A, que les images oppo - yrouais pucess en appvenant, par
ples: , ; sées de deux catégories dhom - Jes journaux et la Radio toutes
1o) — Deux hommes —- Aon! eT Durant plusieurs soi - mes: Les uns sont beaux de visa- ces Atrocités qui se commettent
Yun ast un mention ct Tautre, et n erapaud (qui avait pris ge (souvent cé dé moune = qui dans de Grands Pays: ides payer
. og — ie ne sais comment — = con’n nalé francé, qui gain bel connus comme trés civil'sés. Je me

un de ces pauvres, en tres muu-

; . L parmi les livres de mon étagére
vaise tenue — sont simultane -

ti figui, bel +i coulais) mais, leur








ane
io

RESTAURANT

.

TRADITIONNELLEMENT, LE RESTAURANT OU IL EST BON DE

SE RETROUVER POUR BIEN MANGER..

UNE TRADITION CULINAIRE REMONTANT A PLUS DE 40 ANS.....
OUVERT TOUS LES JOURS POUR LE LUNCH ET LE DINER..

FACILITES POUR BANQUETS ET RECEPTIONS

PSRLAT A TCR CENCE. WICIRIEIEN, ICI EICIISIIINININ WEIR SOIC ICINION?
: ‘ A
N \
fe,
\

|





HORLOGERIE
SIRO O haa

a EPS VERRERIES MURANO

LE CRISTAL DE VAL ST - LAMBERT

dis alors: si c’était chez nous (en
notre pauvre petit pays) que cela

: ‘ ry

ecw

Â¥

f

f
f

= eo

VSI IISOOOSOOOOO

«LR NOUVELLISTE>

MAIGRES, YO R'OUAIS PUCES»,

avait eu lieu, combien vite on
s’empreaserait de crier }Incivi-
lvsauion, ih la sauvagerie, decla -
rant méme — comme d'ailleury
vertains méchants ont l’habitude
de le dire a ’étranger en parbiny |
@un fait queleonque de chez
nous: ¢C'est le seul pays au men
de ob lon voit de pareilies ¢ho-
Bes.

Ch! le Monde! —- le Grand
Monde! qu'll est dréle, injuste et
pwssionné dans ses Jugements !—

Louis VERNET

N. B. Nous avons le plaisir
WVannoncer A nos aimabica lec -
teurs aque c'e.. gous ly nouvel
Rubrique ci- dessus que nous
comptons l’Année prochaine, Dieu
voulant, continuer ici (dans no -
tre cher Nouvelliste) les Com -
mentaires sur nos intéressan's et
imvortants Proverbes pour les -
quels jl] nous avaient, jadis, si
souvent exprimé leurs mrande.—
et peut étre trop indulgentes —-
appréciations.,



wy , ®

«Elle se sert des preduits de
beauté Jergens
Aussi quelle galbe, quelle belle
peau grace aux Savons Woodbu-
ry ou Jergens et la fameuse Lo-
tion Jergeng pour je corps et les
mains.

Ayez cette fraicheur et ce teint
grice A:

JERGENS — WOODBURY.



ou Woodbury. '

i

(





Méme les jolies femmes
portent.une KonTiki

Jusqu'icl, «KonTiki» était surtout la montre des sportifs,
des brise-fer, des casse-cou. Mais les femmes ;

dynamiques veulent désormais, elles aussi,

montre qui les délivre de tout souci. :

posséder une .
KonTiki» pour dame, tout est désormais

A qui porte «



fe

permis: depuis le tournoi de tennis,

Jusqu’é la plongée profonde, en passant par le ski
nautique ~ et. tout cela en gardent I'heure exacte & son
poignet. Et pourquel, pensent-elles, ne nous
affranchirions-nous pas, comme fes hommes, de la .

corvée d'un remontage quotidian? Car, en plus de toutes












PAGE 3

Been macnn ee



FTT-1489
derna- Matic
Kon Tikt 20

808 séductions, «KonTikl» est automatique. ,

°° ETERNA:- MATIC ~ oe

v

Eterna S.A. Grenchen (Suisse) Représentation et s arvice dans 140 pays

La Me

Robert ees





PATEX . PHILIPPE
GIRARD - PERREGAUX
ORIS

MOVADO



Ancienne Maison GILG



SULLS Is SLSLSLLLL SSSA LA SISLTLLSLS LLY LLL

PLLLISSS IOS LS SSAA LIA TSS ALAS SALSA SASS

SPS









te rR an eet nbnatrecer dinette ceria

SAGAS DS



HORLOGERIE
BIVOUTERIE









)

8

_faneaaaausanansssasauacesnnacacanscseanneg

PAGE 4

LES «JEUX» DU NOUVELLISTE



tHLSTITHANON TD



Pour les jeunes

Chasse gardée



Poxvez-vous aider ce chasseur a& gagner la forét en évitant
toutefois de traverser la chaa se gardée ?



(Voir Réponses en derniére page)



‘









DECORATIONS DE NOEL



Perdu dans les Catacombes














s

E yesh

, [ome Qrcersnuteerm er
x

cen

senarvedd vememunswed “n wok ed val

“se ~*~
iu

3

a

coed morbeweg fronton | gure pes

severpieet i Y i

- 3
sees ren Id. _

niet vaminibowe ail To fer
rer | 4

om notsans

ne
al



Avenue du Travail

JOUET A PILE ET A FRICTION,

ARTICLES EN METAL ARGENTE

Summin e

Bowie





teu jon vonbvousdl
vehened a

Wisgom * Of § 8 ME EY

Pouvez-vous aider cette personne égarée dans
zes of qui warrive pos a retr ouver Ie chemin de la sortie.



CHEZ RAYMONDE



POUR VOS ACHATS DE NGL!

AUTOMOBILES ET BICYCLETTES POUR ENFANTS
POUPEES MERVEILLEUSES QUI PARLENT ET MARCHENT.
INCASSABLES DERNIER CRI.
CHOIX VARIE DE NAPPES BRODEES ET VASES A FLEURS

SACS A MAIN EN CUIR ET EN SKAI.

ET ENFANTS.

DEPECHEZ- VOUS!

CADEAUX DE TOUTES SORTES POUR HOMMES, FEMMES



urrerie

UN NOUVEAU PRODUIT



QSDCIATION DES
AoA UFFEURSGUIDES

DHAITI
COMMUNIQUE

mo

Les membres du syndicat des .
chauffeure-guides d’Haiti sont
priés de se. présenter au local
du dit syndicat le mercrodi 26
Décombre 1968 4 8 Heures pré-
ciges du matin munis de leur
permis de conduire exercice 68-69
en vue de réclamer leurs plaques
et ‘Police d’Assurance qui leur










y & : toy } seront remises pour le nouvel
eons sme na wi ree yarn furcietece exencice. :
€ a .
cantina ae e Bows B } sen Bavevogurn bre Fort-au-Prnce le 20 Décem-
( 5 “ at i i a
l, cen yy srawEnetns F enw suave) nc Pacem EUGENE MAITRE
. i+ 2 j { Président du Syndicat des
wutums Fuarast ur syvmasz ste Gavan fo owe J ved vginn Chauffeurs- Guides d' Haiti.
4 s 5 : i E 3 o
were wy seveben eae en i evehhowu I wn ' wad weer
. ; q 5
he pope 4 ste ry ee at iz Festive Joan
7 i

wechucuntew

D

les catacom-

Le Scotch -
le plus vende.
aux Etats-Unis
Distribuér par la

BRASSERIE DE
}]LA COURONNE 5&.A.







a“

SAMEDI 21, DIMANCHE, 22 BT LUNDI 98 DECEMBRE 1968



+ LA MASCOTTE

Â¥
* * Roman Jnédit Par Anatole OYPRIEN ‘
‘(Suite — Voir le numéro de lundi dernier) ‘
Lihomme s'arréta net, et eut in défie de me démentir, Tous les ment, il se réjouissait mécham-

,un haut-le-corps. Ses yeux gris

exprimaient une surprise mélée

daversion. Instinctivement, Sabi
ne tourna la tate, essayant de dé
couvrir derriére elle ce qui avait.
bien pu choquer M. Filottin. N’a-
yant rien yu d’anormal, elle por
ta A nouveau son regard sur son
interlocuteur. Rouge de fureur
eéntenue, celui-ci continuait a re
‘garder fixement par-dela le gui-
chet. Intriguée, Sabine ouvrit la
bouche pour se renseigner, mais
elle n’eut pas le temps de. poser
ea question. Liirritation de M.
Flottin venait de fuser.

— Mais, bon sang ! que fuit-
elle ici, cette petive garce ? Se-
rait-ce que mon ami Vaubin em-
ploie des demi-mondaines & pré-
sent ?

Sabine écarquilla les yeux, frap
pée de stupéfaction. Ces qualifica
tifs amers et violents s'aureb-
saient de toute évidence A Maya
qui, sagement assise prés de Ma
demoiselle Ursule, feuilletait
géographie. d’une lourde méprise>, pensa “Sa

M, Fiottin, je crois que vous.
faites erreur. _
— Je crains que non, Subine. -
Mademoiselle Ursule n’en cro-
yait pas ses oreilles. Elle aussi
était certame que M. Flottin s’é
tait étrangement abusé. Dc tn
place, elle fanca avec aigreur :
— ‘Tl ne sied pas a un gentle-
man d'agir comme vous le faites,
mon cher Flottin. Vous accusez
carrément cette pauvre gamine
de libertinage, alors que vous la
voyez sans doute pour la premié-
re fois. Peut-étre ressemble-t-cile
de facon frappante & une person
ne que vous connaissez, soit. Mais
avant de tempéter, vous aviez
pour devoir de bien la regarder.
Maurice Crémel faisait la sour
de oreille et s’affairait inutile-
ment. Mais au fond, il écoutait
avec intérét et. souhaitait ardem
ment que M. Flottin ne se fit
pas mépris. Depuis ses derniers
écarts, Crémel s’était mis A détes
ter Maya. Honteux de sa condui-
te, -dégradé, il souffrait mort et
passion chaque fois que la jeune
fille Vapprochait et lui

comme s' rien ne s’était passé.

Evariste Desforéts. Interloqués,

pleinement la scéne,

parlait ,

La voix retentissante de Mr.
Flottin avait fait sortir du bu- oo
r.au ce tri Philippe Contaux et | geulement 4 semaines. Vous seres écere

ils jetafont des regards effarés
autour d’eux, essayant de saisir
avant de
prendre fait et cause pour leur » Lexcellent Savon Stillman’s

jours, elle ne fait que trainer ~
dank le quartier commergant, es-
sayant dappiter jes vieux saty:
res.’ Le mois dernier, boulevard
des Acacias, e elle m’a relancé pen
dant prés. dun quart dheure.
Elle m’a dit son nom. . Autant
qu’i] m’en souvienne, elle s'appel °
le Maya ‘Tespinel. Elle n'a déguer
pi que lorsque j'ai menacé de la
dénoncer & ja police des moeurs.
Eecoutez, je peux vous rapporter
ses propres paroles. Si. j’ai bon-

ne mémoire, elle m’a dit exacte-
ment ceci : ¢«Emméne-moi dans
un petit coin discret.’ Je te don-
nerai mon corps sans réserve, et
toi, en échange, tu me donneras
ce que tu voudras».

Les paroles brutales de Ger-
main Flottin avaient atterré Ma
demoiselle Ursule, Sabine, Philip
pe et Desforéts. Seul Crémel ac-
cusait un air glacé. Intérieure-



‘LA CREME
. STLLMANS .

POUR LES TACHES



“yend fa peat
bien plus claire

dn soilamenl 5 semaines
SEETHODE SURE ET RAMS DANGER
Plus de 75 millions de Pots
ont ste vendus .
dans le monde entier

£8 SECRET DE REAUTS des miftlcad!

‘de femmes dans toutes les parties du monde ~

qui desirent une pesa plus elaive of plus
‘waloutée reside en la Creme Mtillman’d.
Lorequ’slle est sppliquée ebaqee soir, In

‘Creme Stillman's eclaircit Je teint ot vous
donsa uns.eomplexion belle ot redieuss dana

} velllte deta transformation opicte en Yours
aitront peu # pea pour falre place & cae
peed plus alaire of plus Kmpide,

{
i

bien-aimée mascotte. Hélas 1 M. ‘. xresayes suael le Bovon Stillmen’s! Co eavom
nettole o&

Flottin jeta un froid dans le bu-'.

Goux of delicatement parfums

reau de poste quand, {A haute peequrllt Je pase. 11.00 ideal pour enlever

voix, il déclara ;

— J'ai mes yeux de quinze ans,

Mademoiselle Ursule, et j'ai bien

regardé votre «pauvre gamine>.
«Ne vous en déplaise, elle

fa:Creme Gtillman’s . . . o¢ est sus ua
\ purge rafraichianst pout a

“famille extlered
Ein-venté dans tous lee
taagapine of pharmaciee

wiéne =“

une vie des plus déré6gléec et je

MEILLEUR QUE LES PRODUITS IMPORTES ET 3 FOILS MOINSGHER

Sante Vigueur Longévite

Yoghourt au Lait Pasteurisé

YOGHOURT

BEURRERIE DU SUD

Et aux Ferments Lyophilisés



Tad

aM md Ra ah > :
we . ho pe Stet apa yoy
ra we pe eo lit ah . ety



Balpecos, my

Le Meilleur
ie

Le Plus Frais



OUM/ QUE C'EST DELICIEUX/

é



rete, eA

a tet em



- ee

Og he “te

i ee in

Tous LES PRINCIPAUX MARKETS , BAZARS ET EPICERIES DEBITENT

Sony

LE MERVEILLEUX Y0 G HO URT AU LAIT PASTEURISE

NATURE OU AROMATISE

PREPARE PAR
BEURRERIE DU SUD

IDAL

INSTITUT DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET IN DUSTRIEL

guaiien quand les partion sombren disper”.

ment. de la ruine subite de la
mascotte. Quant A cette dernitre,
elle gleurait a chaudes. larnics,
affaissée sur le bureau de Made
moiselle Ursule, le. front sur son ©
bras replié. Elle n’avait pas eher *
ché a se disiulper, "confirmurt
per son silence les allégations de

. Flottin.

Moe témoignage de M. Flottir.
“avait secoué le receveur. Le front
attristé, aGston Daubis. s’accro-
chait & un ultime esppir, trov-
vant la vérité monstrueuse et ré
voltante,

— Mais enfin, Ger main; es-t

sar de ce que tu avances-? Cette (
'

gosse fréquente l’école, elle es: »
an collége Lazontiéres.

s— C'est ce qgu’elle t’a raconté,
inais je parie mon dernier cen‘i
me que cette déSoenvrée ne fait -
que flaner du matin au soir.
D’ailleurs, e’est pas sorcier de te
renseigner. T’as qu’a Passer un |
coup de fil au collége Lazontié-
res.

Le nom de Maya Tespinel ne
figurait pas sur le regrtre du
coliége lLazontieres, Le visage
embrumé, Daubin racerocha. Ma
ya lui avait donné le change. La
mascotte les avait tous dupes. Le
cartable hourré de livres ‘qu’ ee
trainait toujours avec elle, ile
se était procuré pour les besoins
de son réle d’écolic.e modéle. Dav.
bin’ se rappela tout & coup que
Maya avait refusé catégorique-
ment de lui montrer son bulle-
tin. «Puisque je vous dis que mes
notes sont excellentes |! Faut me
croire, M. Daubin. Je suis septie
me sur trente - six éléves.»

La figure dans les paumes,
Voeil terne, le receveur conti-
nuait & regarder en arriére. Bien
des points obscurs se précisaient
dans son esprit. ¢«Périclés, c’est
mon fort. Apporte-moi ce livre,
nuus allons voir ¢a ensemble»
Daubin éprouva un profond sen-
timent de dégofit. Dégoit de ln
mascotte, dégofit du genre hu-
main. «En sa qualité de chef du
parti démocratique, Périclés exer
¢a sur ses concitoyens...» — Le
jour ot elle étudiait cette lecon,

elle appuyait de propos délibér:”

ses seins durs contre son dos. E.
dire qu’i] s’était reproché de lui
préter des intentions vicieuse-.
Ce jour-la, elle lui avait parlé
dun beau gareon brua: qui con-
duisait une cuverbe voiture. Que
sa voix était candide ! «fl a ston
pé et m’a offert gentiment de me
déposer. Je n'auirais pas dil aceen

tes, M. Daubin ?9 -— ¢La dan-
zelle ! elle m’a.diablement mys-
tifiés.

_— Sans mei, dit Germain Flot-
tin, vous ne l’auriez paz démas-
quée de sitét, votre mascotte.

— Je me suis fait avoir com-
me un conscrit, admit tristement
-Daubin.

— Et qu’attends-tu pour la dé
barquer ?

(A suivre)

££ BAALERASAEEEA a aneasanasseaaaeasaaa Le4aAARSEAAARMEBABERERAMEL EARS

du Sud

UN NOUVEAU TRIOMPHE !!!

i

auevevevevvunservveserveeesct

.

1

~

?

RAALLMAAALEEAAA £44 ARAE4EREREEEASSERBARAESEAAAEEEARA BHRAARELEARS

ter, on dirait. Ai-je mal fait, di-

Esuvicveeverss



ey i Be





Lapdocndinantanek

lek ee

onl

«Nous avons écrit ce livre pour
servir A l'éducation des généra-
tions. Aucun sentiment de secta
rismo nia guidé nos démarches.
Apres avoir c¢d:essé to paysage
@histoires, taunt dans la colonie
de Saint Domingue que pendant
Ja période franchement haitien-
ne de notre vie publique, nous
avons compris que le retard de
notre Patrie était en partie di

_au lourd héritage colonial.»

Dr. Francois DUVALIER
Président 4° Vie de la Republique

«Le probléme des classes

a travers histoire d’Haiti».

Saint-Dominue était la plus
florissante des colonies trungai-
ses du XVIléme siécle. Elle s’im
posait par sa grande prousperive
& Ja convoitise des Etats coloni -
sateurs. Ses colons y menaient iz
vie de grands seigneurs. Cette sei
gneurerie se reposait sur la canne
a sucre, le café, le coton, J’mdi-
go et les négres esclaves impor-
tes d’Afrique. Leurs dépenses fus
tueuses et folles inquiétaient mé-
me la Métropole. Loin de fonder
des écoles secondaires et univer-
sitaires dans la colonie, pour exhi
ber leur puissance économique, 11:
envoyniert leurs enfants étudicr
en Europe. Mais, le plus souvent,
ceux - ci revinrent au pays char-
gés de vices de toutes sortes. Com
me ces blancs furent & une excer
tion pres, des gens de sac et de
corde, le moment était venu pour
eux de vider tout ce quiils a -
vaient de rancoeurs dans lame.
Ti leur fallait en outre, oublier
le passé et se construire une exix-
tence nouvelle. Pour y parvenir,
cela ne Jevr cofitail pas trop cher,
spuisque les esclaves, ces bétes de
somme, étaient la pour leur as-
surer le bonheur parfait sur 1a
terre de Saint - Domingue.

Tant de vilénies, de mépris ct
de préjugés ne tardéerent pas 4
grouper ces blancs en caste. Au-
dessus, se trouvérent les grands
planteurs, ensu:te les blancs mo-
yens ou prolétaires et au-des -
sous, au dernier échelon de cette
hiérarchie sociale, vinrent les pe
tits blancs, vulgairement appelés
«blancs manantss ou cordonniers
eti-téte». Les riches méprisaient
les pauvres. Etaient grands
blancs seulement ceux qui possé-
daient le nombre d’esclaves pou-
vant garantir le dévelonpement
de leur richesse et Ja permanen
ce de leur condition sociale. Les

CKAKNKAKAAKAANAAS:

NOVELTE

SAMBD} 21, DIMANCHE 32 ET LUNDJ 28 DECEMBRE 1908

‘Un soir de

petits taxea dinférieurs ne fu.-
rent pas admis chez les grands.
En un mol, is se repousserem
ies uns, les autres. On le constn-
te, des barriéres étaient deessée:
partout et fermées a double tour.
Au milieu de cette division, 1 ne
pouvait exister de force réelie,
puisquiil y en avert une, e’était
celle du peuple formée par ja
masse des esclaves, 4 laquelle
était réservé le dernier mot,

On se demande, jusqu’d quel
point cette division n’avait-elle pas
contribue a lactheer da tache des
aifranchis qui ne pouvaient plus
tolérer la position de valtaille
quils occupaient. Les choses en
etaient IA, quand les grands plan
teurs grisés par leur fortune et
sirs d’eux-mémes, faisaient —ri-
paille. Hs ne soupgonnaient ni
les nuages qui commengaient a
s’amonceler dans le ciel de la co
lonie, ni lu foudre qui les mena
cait. I! s’agissait uniquement
pour eux de jouir, d’étaler leur
richesse, d'afficher leur arrogan
ce, de manifester leur haine des
affranchis, et leur répugnance
des esclaves noirs. Obnubilés per
tant de gageures, ils ne pouvaient
nullement voir ce qui se passah
autour deux, Ils étaient détestes
de tous, méme des autorités de
lAdministration. Voila powryuoi,
cette situation avait créé & Saint
Domingue un malaise irrépara-
ble. Depuis, ce fut le las de cet
te classe hommes.

En décembre 1783, un pwrand
planteur de Ja Plaine a Jacob,
Mr Boury, imagina d’offrir un
réveillon dans ‘son domaine por
tant le méme nom. L’Habitation
BOURY distante seulement de
quelques kilométres de la ville
des Cayes, est située au bord de
ja mer. Elle est arrosée par la
riviére Lagaudray dont la muri
que des eaux sur la gréve enchan
te les passants. Sa jolie play»
battue par une mer calme et [m-
pide préte 4 la réverie. Ce fit
dans ce cadre poétique que Mr,
Boury se proposa de réunir sex
amis ce soir de Noel. En effet,
des invitations furent envoyées }
tous les grands planteurs de Ia
Paroisse du Sud. Voici Noel !
VHomme- Dieu est né dans une
étable. La misére montre sa face
hideuse dans tous les coins de la
maison de Joseph, tandis que sur
la terre, les hommes font des li-
bations. Mr Boury ordonna_ de





EN TISSU GARANTI BOUSSAC




dresser dea couverts sur toute 1’é-
tendue de sa vaste cour tapissée
de yazon vert, Sur les tables, des
couceux et des fourchettes en or,
firent le charme des convives.

Ce sulrdiu, le ciel était pur, pas
un nunxge n'y vagabondait. Des,
musiciens nocturnes sur les ar-
bres, tinrent concert. Les amphi
tryons enchantés de la réussite
de leur f&te, allaient: et venaient
de table en table, stimuler I’ap-
petit de leurs invités, Comme la
lumiére électrique n’existait pas
encore dans la colonie, des bou-
: sous la’ pression de la bri-
gies sur les tubles agonissaient
se marine, C’aurait ¢té un désas
tre pour cete féte, si la grande
Ourse dans le firmament, n’avait
pas projeté ses rayons lumineux
tus Ia nature, On mangeait. On
buvait. Les vieux ving de France
qui ltatteraient le palais de l’épi
curien Horace, fervent amoureux
du bon vin, coulaient & flot. Et
le rire fusait. Tandis qu‘on festo-
yait ainsi, un jeune premier, rils
Wun yrand planteur de la Grand
Anse, fraichement débarqué dans
Ja colonie, troublé peut élre par
les boissons qu’il vidait se ,leva
de sa table et fit «pipi»y au vu de
toute l'assistance qui se mettait
A ricaner. C’est Junot, fils & papa.
C’est trés bien, proclamait-on
Mais. Mr et Mme Boury qui é-
talent des gens «quant-a-moi», se
sentaient scandalisés, car cette in
conpruté cn présence de leur fille



Nounouche, ne pouvait ne pas
les chiffonne’, C'est Junot. Ils
durent étouffer leur colére de

peur de mévontenter le pere de
ce jeune homme.

Junot fut la vivante inearna.
tion de sa classe. I] en portait
toutes les tares. Un débauché, il
était le type accompli du yoyou
avec toute sa séquelle de maux.
CelA nous améne a noter que tou
te classe débauchée, par consé-
quent en état de délinquescence,
est appelée A disparaitre. Tel fut
le eas de celle des grands plan-

-teurs de Saint Domu.gue. Maleré
dre, méme ]’appel des anglais pour
méme lV'appel des anglais pour
contenir Ia vague de colére qui
déferlait contre elle, elle était
quand méme anéantie. Les petits

RENE.COLES

RENE COLES,
le Champion du bean vétement

annonce a ceux qui partent pour
Europe, les USA, ou le Canada,
qu’il est revenu du Canada et deg
Etats Unis) avec une technique
moderne et sare, et qu'il est en
outre le Seul capable de confec-
tionner un manteau d’Hiver qui
goit A la mode dans les différen-
tes Capitales du monde.

Ils trouveront également des
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les éléganta préférant la coupe
sur mesure.

Une visite de votre part s’tmpo
se de toute nécessité, Messicurs
les Elégants. .

Lalue en face de la Nonciatur
Apostolique. :

















en vente

gt at PON en,










Exclusivité
Magasin Le Soleil




‘SE TROUVE AU MAGASIN

| te Soleil

PROPRIETARE : GEORGES JAAR

KKCKKKAKAK KA KHK AK MH WN HHS



SEEKER

TICKET A Vion / BA TEAY.








POUR VOUS SERVIR &






SAUVEGARDER VOS8 RESERVATION A HOTEL
(NTERETS ASSURANCE VOYAGE
WiSAS.






“

Ae BUREAU
2" CLIMATISE

45 AVENUE MARE JEANNE TEL:
| GPE OE LtEXPOSITION 3989-36









_f

coloniale & Saint Domingue, Re-
tournons & notre aujet. | .

De l'autre cdté de la barricade,
se tenaient des petits affranchis
qui, ne trouvant sans doute oi
aller ce soir de Noel, assistaient
a cette féte en spectateurs élci-

blancs assuraient la reldve au
nom de la £mocratie. Mais, plus
tard, ils furent délogéa par Jen
affranchis, qui étaient A leur
tour renversés par les nouveaux
Hbres, & partir de l’atfaire au 30
ventose, Ainsi prit fin l’époque



THROUGHOUT THE WORLD -



“White Label” IS YOUR

PASSPORT TO PLEASURE

A famous name to remember, wherever you are.
In every golden drop you sense the glorious soft-
neas of patiently malted barley, the faint lingering
fragrance ofthe peatfire, and that delicate flavour
—rare qualities} khesot

“White Label”

DEWAR’S SCOTCH WHISKY

—iT NEVER VARIES

uw



ie
Bau fin Scott

at 2
or carat et”

‘0b Dewars:
\ wraraceee GG!
Sn pr







En vente dans les Super - Market
Bazars et Epiceries.








Réveilion dans la Colonie : Un conte de Eric

gnés, le coeur gros d’amertume.
Pourquoi, ne devons-nous pas é-
fre 14, nous aussi 2 Pourquoi:
cette différence ? Ne sommes-
nous pas des humains? Pourquoi
cette barritre qui nous sépare dea
blancs ? se demandérent-iis, ahu
ris. Instinctivement, sans essayer
de trouver les réponses, ensemble,
ils secouérent la clékure qui cé-

- dait sous leur poussée. Ensuite,

ils ‘se jetérent deris les bois, pour
n'étre pas chatiés par ces colons,
C’était bien 1a un signe des
temps, le premier pas vers Ja lut
te ouverte pour l’égalité politi-
que avec les blancs, Depuis, les
aftranchis ne voulaient jamais
manquer de s’atiaquer a ces En-
nemis déclarés qui, de leur cété,
ne marechandaient pas les chati-
ments. Le renversement lc vctte
barricade n’empéche pas a féte
de continuer son train. Aprés u-
voir bien mangé, tl faut toujours
danser, méme pour faciliter la di
gestion. En effet, & une heure
précise du matin, less BOURY iu
vitérent leurs amis 4 jpasser A
la salle de danse, & la «grande
caille> ou maison de
des grands planteurs du Sud.

La, dgs-musiciens richement ve
tus atténdent. Le saxophone ‘gla-
pit. La) contre-basse et la clari-
nette plaquent une méringue len
te et longaureuse & la fois. Mme

* Boury accompagnée de Mr Lagau

dray, ouvrent le bal sous ce ryth
me, Ce fut Je clou de la soirée.

Les jeunes gens qui se fuivaient
appeler ducs, barons ou marquis
des habitations de leurs _ peéres,
tels par exemple duc de Lagau-
dvay, baron de Desrodieres, mar-
quis de Jogue, avec leurs panta
lons de velours bleu-ciel, leurs
chemises ‘liserées de dentelle, des
faux-cols droits, des cravates a
la valliére et des souliers vernis
surmontés de boucies dorées, se

” erotisérent dans la salle, a la re

cherche d’une partenaire. Et, les
jeunes filles, qui, avant d’accor-
der une danse, demendaient a
leurs méres «Puis-je maman 2,
emmaillotées dans leurs robe:
musquées, embaumaient le salor.
On buvait, on dansait au son d’n
ne musique ensorcelante, grace 4
la sueuy el au sang du pauvic
africain. Cette féte, soulignons-
nous, fut un défi 4 Ja morale.

«résidence,



Les coupes tournoyaient eéper-
dument, comme en un voyage de
réve. Sur
par le jasmin de nuit en fleurs,
les doyens d'ige, ceux qui ne pou
vaient plus danser, bavardérent
sous l’empjre, des liqueurs qu’ils
buvaient ensembie. At dehors, :
des oiseaux de proie firent. enten-
dre d’un commun accord leurs
voix lugubres et sinistres, chant
d'un triste présage. Etait-ce le
signal que Ja nature, elle aussi,
se mettait de la partie contre len

.erands planteurs de Saint. Do-

haague ? ‘Tout a coup, un crt de.
douleur s’cleva dans la salle,
Nounouche venait de recevoir un
coup de pierre a la téle. Elle pleu
rail amirement. La fete troublée,
les invités inquiets, s’appi étaient
déja a s’en dller, Pour la batiue,
des dogues hien dressés furent
lachés dans la cour. Selon i'opi
nion générale, ce coup d’audace
ne pouvail étre Vocuvre que des
offranchis ou des .esclaves inat-
rons. Les auteurs avaient eu Je
_temps, avec la complicité de Ja
nuit, de s’esquiver. Le plus jeunc
parmi cux, allait étre prix juste

ou moment ot une vieille esclave ,

pelée et courbée sous le poids
de 90 ans de servitude Wnhumai-
‘Ne, communément appelée grand’
zotte, le cacha dans sa case, enve
loppé dans une natte de jone. Co
fut Boisrond qui deviendra TON
NERRE.

Mr BOURY écumait de rape de
nvavoir’ pas pu mettre la main
vu collet de ces bandits, ainsi on
désignait les aftranchis. Devant
ce fail bizarre et. anyereux, it

IIIs

on

Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre propre

un compte de Chéques 4 la Banque Nationale
SAP LLLL SSS SALA ASLSISSDLSA LAD

a
PAGE 5

dut renvoyer le bal, Le lende-
main, toujours ivre de colére, il

lu galerie parfumée ~adressa une lettre plainte aux au

torités militaires dex Cayes con-
tre affranchis et négres mat-
rons. Comme c’était une lettre
contre’ inconnus, puisqu’aucun
nom n’y avait été vité, ces auto
rités ne s’en occuraiertt guére.
D’ailleurs, elles aussi, avaient be
soin de se-vengér des arrogance:
de, ces grands planteurs. Par ain
si, cette lettre fut classée tout
bonnement. Les petits blancs ma
licieux y trouvaient matiére a 1°
goler. Mais, tout compte frit, ce
furent les esclaves qui ‘avaient
payé Je not cassé de ce soir de
réveillon, en attendant d’ét:e les
seuls maitres du Pays.

Eric A, SIMON



Le Plat défendu.

N’EXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE
BISMUREE

Une pastille aprés les repas et
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjcations alimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile, .

Mettez-vous toujours & Vusa:
de la MAGNESIE BISMUREE
et vous ne connaitrez plus ni trou
bleg de Vestomac ni troubles des
intestine.

Des chauffe-bams, fers A repes
scr, réchauds, radios, ventilabeurs
dernier cri, apparejl & sir_condi-
tionné se liquident & Ila TIPCO.
Preqsez-vous.

Comptable en ouvrant














ets
aes a

sel Be BE ee peut
Poe Reee et ae Maree












Visitez notre
modéles de Fours, tous A 4 feux a Thermostat,
nos chauffe-eau, nos lamper

ed tt

Le Chaud
e Le Froid

POUR LES FETES



automatique & programmateur,
convertibles, nos Réfrigérateurs
Soyez les bienvenus A Tropigas.

Rue Pavée, Building Naudé.






mecca | abe. .

nouvelle installation, voyez nos nouveaus
le Four












ne sen :
. ‘
‘















L‘histoire des

Creches

BONN.-- La célébration de la
naissance du Christ est la plus
ancienne féte de lw Chrctiente,
C’était le Pape Liberius qui fit
unc f@te religieuse de cet événe
ment historique. Peu avant, nous
dit une légende, l’impératri¢e Hé
léne avait fait procéder 4 des
“fouilles & Bethieem et quelques
Planches de la eréche qui aval
servi de berceau A l'enfant Jésus
furent mises au jour.

Ces reliques ont stimulé Vima
gination des croyants el, au
cours des temps, la coutume s’est
établie de dresser, & Noel, une
eréche, c'est a dive la seéne repre
sentant Merie et Joseph avec le
petit Jésus dans i’étable de Be
thiéem.

D’abord, ces créches ne se trou
vaient que dang les Egises, puis
on les érigait aussi & la maison.
C'est probablement. Saint Fran-
gois d'Assise qui popularisa pour
Ja premiére fois la créche, car
nous apprenons dans es récits
d'un de ses contemporains, le Car
dinal Bonaventure,- que le Saint
a dressé upe teile scéne dans la
forét de Greccio; il aurait aussi
Prononce un sermon si emouvant
que la nouvelle s’en répandit tres
vite & travers toute I’Italic.

C’étaient les moines mendiants
qui po.térent la belle idée de
Saint Francois d’Assise dans les
pays chrétiens nordiques. Le ba:
roque fut lépoque qui créa les
eréches les plus belles et artis
tiques, bien que les décors fus-
sent devenus de plus) en plus
somptueux cachant presque enlié
rement l'histoire a4mouvante que
nous rapporte l’apétre Saint Luc.
Les constructeurs de créches se
plaisaient alors A représenter des
particularités de milieux, comme
Je faisa‘ent, par exemple, les
Napolitains qui vétirent leurs
rois mages d'habits des plus pré
ceux ne s’arrétant pas devant la
représentation de la suite d’élé-
phants et de chumeaux, de dames
de sérait et d’esclaves. D'autre
part, ils ne dédaigna’ent pas de
montrer Vagitation d’un marche
aux poissons. Il n’est pas clon
nant que l'Eglise interd t ‘Sien
tét de telles rep ésentations 'u-
xueuses et profanes. Cependant
ja eoutume ttait trop chére au
peuple et partout en Europe, c!-

SNP TE ECA ETE,

de Noel

le retrouvait une fleur dans les

Evlises ct les foyera comme ux~

pression de croyance naive et
comme résultat d’une imaginu-
tion artistigue stimuléc.

En Allemagne, par exempie,
la grande epoque des eréches du-
re du 17éme au 19eme siécle. En

. Days souabe, sur les rives du Lac

de Constance et en Baviére, ta
sculpture relizicuse sur bois deve
nait un art populaire. Les visa
ges_des statues étaient en terre
cuite ou en ci.e; on se servait des
plantes des foréts pour monter
un décor convenable od figu-
raient des chateaux, voire méme
le Vésuve, qu’on préférait selon
Vexemple ital.en,

Munich dispose d’un musée
(le Nationalmuseum) ot sont con
servécs ces cenyres —_urtistiques
en provenance de Naples, de Sici-
le, d'Alemagne et du monde en-
tier. Le musée a le mérite d’avoir
évité que des créches uniques
dans leur genre soient vendues
aux amateurs et ainsi dispersées
a travers le monde. La base de
collection consiste en un don fait
par un Conseiller de Commerce
qui avait fait acquisition dans les
derniéres décennies du 19eme sié
cle, des plus belles créches an-
ciennes. Aujourd’hui — encyre, il
est de coutume que les parents
et enfants se proménent d’Eglise
en Eglise pour regarder les cré-
ches merveilleuses et resplendis~
sant dans la pénombre.

Ludwig VOGEL.

Electric Shop
Cordonnerie

Monsieur Antoine Richemond,
propriétaire de la ¢Electric Shop
Co:donnerje: avise ses bienveil-
Jants chents qui ont lours chaus
sures en réparation dans son éta
blissement, depuis des mois de
bien vouloir les réclamer.

Un delai d'un mois leur est
accordé & compter A partir de
cette date, pour se conformer au
sus-dit avis.

Passe ee délai ces chaussures
seront vendues a la criée publi-
ue.

ANTOINE RICHEMOND

: Propriétajre.
Ce 27 Novembre 1968



Aux Cnes Sonores

_Mbne GEORGETTE DUPLESSY)

4) Rue Macajoux, (Rue

du Perpétuel Secours) -

et de la Fontaine Mme Colo)

_Pensez son,

Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
La Maiscn Hautement sp4écialisée du Son;

PRODUCTION,
REPRODUCTION;
Yout : équipeiments,
Instruments,
composants,

piéces.

Pour vos Achats voyez
LA MAISON AUX ONDES SONSRES,

Service rapide,

Les meilleurs prix
. Assistance ,{echnique garantie

MD ms

i

Ye

fe
a

eu



_ souligne votre personnalité

. o. bey eo pet

~

Pe Mysore sim TS , of

ZODIAC Goldenline... nouveau «leader»
. Ge la collection Zodiac @ Allure jeune et
. Virile @ Construction robuste d’un boitier

partaitement étanche @ ZODIAC... ta -

tmontre automatique par excellence @ Un
produit sulese de valeur protégé par ta

gerantia internationale Zadiac =

ua 3

Ea vente au Magasix de Feuad A. Mourra



et au «Continental»



MORT DE JOHN
STEINBECK

New York (AFP

John Steinbeck, Proc Nobel de
Littérature 1962, est décédé ven
dredi & Vage de 66 ans. L'écri-
vain souffrait d’insuffisance car
diaque depuis plusicurs mois. J)
est mort dans s0n appartement
de New York alors qu’il se repo-

suit sur un divan. John Stein-
beck .était notamment — lauteur
des Raisins de la Colére, ronan

qui lui valut 1é@ pr.x Pulitaer. 1
y a deux ans, il avait acecpté de
faire un reportage: au Vietnam
pour un quotidien américain. Les
idées quwil y défendit lui aligné-
rent une bonne partie de se3 fi-
déles qui avouérent ne pas recon
naitre lautuer des. Raisins de la
colére dans ces billets au jour le
jour qu'il envoyait du Front viet
namien.
xx xX

NEW YORK (AFL)

John Steinbeck soulfrait d'in-
suffisance cardiaque depuis plu-
sieurs mois mais ce n’est que la
semaine derniére qu'il avait ré-
duit ses activités. 11 est décédé
au début de la soirée dans son
appartement de New York alors
qu’il se reposait sur un diven.

D’aprés sa secrétuire, l’écrivain
aurait succombé & une crise car
diaque.

XAX

JOHN STEINBECK
New York (AFP)

Né le 27 Février 1902 a Sali-
ais, en Californie, John Stein-
beck a véeu toute son enfunce &
la campagne au milieu des gens
qui allaient lui fournir Jes carac
téres de presque toute son oeuvre
— Tortilla Flat (1935), des Sou-
ris et des Hommes (1937), Les
Raisins de la Colére (1939), (ce
dernier roman lui valut le Poix
Pulitzer), il demeura toute = sa
vie attiré par la campagne el ses

habitants. Aprés des études se-
condaires incomplétes, il exerea
les métiers les plus varies, ou-

vrier agricole, cueilleur de fruits
manoeuvre, marin, peintre en ba
timent, menuisier ete... avant de
se lancer dans le jeuraulisme
comme reporter.

Lorsqu’il remporta le T’rix No
bel de Littérature en 1962, on lui
demanda s'il pensait qu’il mecri-
tait cette récompense.

Franchement~ non, répliqua-t-it
aussitét. Ce qui permit a la cay
troverse que le choix de son noni
avait fait naitre chez les criti-
ques américains de repaitfir de
plus belle. I] y a deux ans, John

er

Utilisez les jolis Miroirs et Fy
ces A Mains, métallisés. Ce sont
d’utiles cadeaux et & des prix a-
bordables.

En vente a la Boulangerie La
Poste, Grand’Rue.

VACTUALITE INTEKNATIONALE

Steinbeck avait accepté du falre
un reportage au Vietnam pour
un quotidien américain,

Les idées qu'il y defendit lui
aliénérent une boine partie de
ves fiddles, qui avonérent ne pas
reconnaitre auteur des Raisins
de Ja Colére dans ces billels au
‘jour le jour qwil envoyait du
Front Vietnamien.

Steinbeck avait horreur de Ja

publicité et des interviews qu’il
terminait rapidement par ses ré-
ponses déconcerlantes.
Comment écrivez-vous ? — Aveu
un exnyon — ! Pourquoi écrivez-
vous ? —— Probablement une cor
te de tie nerveux — Qu’étes yous
en train d'écrire ? — Si je vous
le disais, je ne pourrais plus 1'é
crire. Sa troisigme femme Elaine
(Gl a eu deux fils de son second
mariage) donna un jour la der-
niére réponse 4 un journaliste en
ajoutant : John adore = écrire.
Crest méme lui qui écrit. no.» lis-
tes d'épteerte.

xxx

APPEL DE LA CHINE AU
NORD VIETNAM

HONG KONG (AFP)

Le Maréchal Lin Piao, Vice-
Président et Ministre chinois de
la Défense a mis en garde le
Nord Vietnam contre la double
tactique d’aventure militaire et
de duperie politique des Etats-U
nis et a appelé le peuple vietna-
mien & dejouer les intrigues en-
nemies et & continuer la longue
guerre contre l’agression ameri-
caine,

Cette declaration a été faite
dans un message de feélicitations
envoyé var Lin Piao & son homo
envoyé par Lin Piao 4 son homo
ral Vo Nguyen Giup, a lozcasion
du 24éme anniversuire de la fon-
dation de PArméc Populaire nord
vietnamienne ct qu’a diffusé inté
gralement la radio chinaise cap-
tée & Hong Kong.

Le Maréchal [.'n Piao a rappe
lé Vaide enthousiaste et le secours
sincere du peunile et de l’armée
chinois . au peuple vietnamien
dans sa lutte contre l’agression

américaine et pour le salut natio—

nal,

Entity te Martchal ao décharé
qu’.l pemsait yue le peupie herol-
que du Vielwwm pourre vaincre
Payresseur américain,

xX xX X

GREVE DES DOCKERS
AUX USA

NEW YORK (AFP)

Les 75.000 Docke’s de:
américains de l’Atlantique et du
Golfe du Mexique se sont mis cn
greve vendredi. Celte décision a
été motivée par absence de pre
gres dans les négociations entre
leur syndiecat et Association des
Agents Maritimes de New-Yorr,
représentant leurs employeurs.

Le ‘Président Johnson a lancé
vendredi soir un appel aux pré-

A Vépoque de Noel et de Fin d’ Année,
rien n'est de meilleur ton et de meilleur goit

qua offrir en cadeau. :
«OLD SPICE»

So Many Gifts to Please...
all SH ULTON quality!

New and handsome...
After Shave Lotion, Men's
Cologne, Body Talcum,
Man-Power Aerosol
Deodorant, Shower Soap.

Alter Shave
Lotion

or Men's
Cologne







New Twosome...
After Shave Lotion
and Shaving Mug

Hatr Cream
for all-day
control,

ea eo



Hand & Body Lotion, Ousting Powder
ke in plastic, Toilet Water,



Ports

vistes et aux armateurs de le Cé
te Est des Etats Unis, leur de-
manidant de résoudre immeédiate-
ment le conflit qui les oppose.

x XxX

PROTESTATION D’UN PARTI
D'OPPOSITION BRESILIEN ©

BRASILIA (AFP)
Le Mouvement Démocratique
brésilien (M. D. B.), Parti d'oy

position, a rendu publie vendred: |

un manifeste protestant contre
la promulgation de l’Acte Insti-
tutionnel et Vutilisation de métho
des de force.

Cet acie el ces méthodes, dé-
clare le manifeste du M. D. L.;
ont détruit la légalité précaire
qui émanait de la Constitution de
1967 et mettent fin A Veffort col
lectif de développement économi-
que et social.

Méme sans savoir si cette pro
testation pourra étre diffusée in
dique encore le Manifeste, le Par
ti ne peut demeurer silencieux. Ii
proteste devant la Nation contre
le Gouvernement dont les tradi-
tions libérales sont anéanties pur
Vutilisation de procédés arbitrat-
res incompatibles avec la fonctiun
historique et institutionnelle des
Forces Armées. Le M. D. B. eon
damne Varbitraire tout en repous
sant le désordre et la subversion,

xXx

ILS NE SERONT PLUS
ADMIS EN ESPAGNE

MADRID (AFP)

Le Prince Xavier de Bourbon
Parme, prétendant Carliste au
Tréne d’Espagne, et son fils Hu
gues Charles, expulsé vendredi,
ne seront plus admis sur le ter-
ritoire espagnol, indique-t-on ven
dredi soir de source officielle A
Madrid. Selon cette méme source,
la mesure ne vise ni la Princesse
Marguerite, épowse du Prince Xa
vier ni ses Tilles,

AY
ea

Seca ee

4
tT

CADEAUX DE CHOIX pour la NGEL et le Nouvel AN



a

ape EE paRkin
Vt LA —

‘Le Prince Hugues Charles a

Gl6 averti.de la mesure d'expul-

- sion prise & son encontre & Sara

Rosse, oh il se trouvait depuis
trdis jours avec sa femme, En
fin de matinée, il a pris place



i
ee

Ld)
Pi



N

dang une voiture officielie cn
compagnie de policiers espagnols
qui l’ont' conduit au poste frontié
re d'Irun,

Quant 4 la Princesse Irénée,
aprés une légére défaillance ner-

1



vous invite a visiter

sa collection de tableaux

sur le theme’ de la

exposés a sa Galerie d'Art
‘104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962
Pour Noel, le meilleur cadeau a faire

est un tableau de chez Georges:Nader

Important : ne manquez pas de monter a-Vétage.
La AS a SSE

ATIVITE

eh ee

v
veuse, elle a regagné Madrid
dans l’aprés midi. La communion
traditionnaliste, qui regroupe les

partisans du prétendant Carliste, :
@ annoncé qu'elle publierait same’

di un communiqué.



Goerges Nader





HOMMES — FEMMES — ENFANTS Prix Imbattables.
1377 RI. Carlstroem Rendez-vous des gens Chics.

a:

eNARQBVSVATLANSERS

NN WAN AN SSN AN ENNRREN RAN S SRNR NENA LAE EN NS THELEN NNSANANNNNNNNIN

UN CADEAU UTILE POUR LA NGL!



















































































Le «Delko» portatif de la marque HONDA, joyau de la technique Japonaise !

I} fournit




A part ce'mo

un parfait courant, de 110 volts pour éclairer toute la maison et faire fonctionner tourne - disque et tape

ventilateur, etc.

Sa consommation en carburant est trés faible.

le portatif, il y a deg modéleg divers de toutes jes puissances.

recorder,.

Pour plus d’informations et une démonstration, demandez pour Pierre Depestre, A MARIE-CLAIRE SHOP, propriétaire Raymond ‘

Lafontant,

LY SLKALAANAAANANKANAANANNANAAAA NANA HNN IN cscscqcongcaqgcscacsasusasvsasrscacacescacocacocqcacacacacosscorsegescassescacseseuscwscsraannnscne



au No. 71 de la Rue des Miracles, A Port-au-Prince. A Petit- Goiive, voyez la Maison BOMBACE-DEVIBUX.



ENRNWAG*Y



oe

et Bi enka ee HR nt aH eR taht

ie methine mye







AoE int sim EDR AONE ie













SAMED! 21, DIMANCHH 22 fT LUNDI 289 DECEMBREZ 1068



HAYTIAN AMERICAN SUGAR
COMPANY, S.A.

' USINE HASCO

SOCIETE ANONYME HAITIENNE

PLANTEURS ET FABRICANTS
Sucre Raffiné — «HASCU CR¥STAL»
Sucre Mi-Raffiné — «POPULAIRE»
Port-au-Prince, Haiti.

Par une résolution en date
du 19 décembre 1967, demandant
notamment d la Grande Brelugne
awemoreer le processus de déco-
tonisation de Gibraltar, PAs-
semblée générale . des Nations
Unies avait mis un terme aux
nlermoiaments qui caractérisaient
les négociations directes entre
l’Espagne et la Grande Bretagne,
engagecs depuis le 18 mai 1968
sur Vindépendance du Rocher,
situé & Pextréme pointe- Ouest
du territoire espagnol.

Poor rescore,





q Mais le Gouvernement de Lon-
dres refusa net d'exécuter les

< obligations mises A sa charge par
la résolution du 19 décembre 1907

au mépis de Vautorité morale de
Organisation des Nations Unies
menmtb eo

DUCO
a ’Age de l’Espace

dont Angleterre est
fondateur.

Au cours de Ja présente session
de Assemblée générale des
Nations Unies, certains tats
latino-ameéricuins, dont la Re.
publique d’Huiti, ont presente a
la Quatriéme Commission de VAs
semblée générale une proposition
demandant 4 la Grande Bretagne
de respecter les termes de la
Resolution du 19 décembre 1967.
Par une Gerasante majorité, la
quatriéme Commission a approu-
vé la proposition Jatino-amersai

des fusées, votre voiture {

En veconnaissance des louables
efforts déployés par Son Excel-
lence Docteur Francois Duvalier,
Président 4 Vie de la République
pour Ie respect du princ'pe
d‘auto-détermination des peuples,
pour la liquidation des derniecs
vestiges du colonialisme et pour
la sauveparde du prestige de
VOrganisation des Nations Unies
elle-méme, le Ministre des Affai-

Pour étre adaptée a
l’époque des satellites et

doit étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
Vaurez passee au VRAI







tees ee:

Le Gouvernement Espagnol remercie
le Gouvernement

aitien

res Extérieures d’Espagne, 8. E.
M. Fernando Maria Castiella a
ndressé, par Vintermédiaire de
S. E. M. René Chalmers, Se-
erétaire d'ltat des Affaires E-
trungéres, les remerciements de
son Gouvernement a Celui
d’Haiti dans leg termes suivants:
Son Excellence Monsieur

René Chalmers

Ministre Affaires Etrangéres
Haiti

Port-au-Prince

Je regois en ce moment la
communieation de New- York
Stop Vote quatsisme Commission
Nations Unies totalement favora-
ble a proposition latino-américai-
ne sur Gibraltar et je veux paAr-
taper avee Volre Excellence un
resuitat aussi signifieatif qui
waurait pas été possible sans la
fe-me et loyale collaboration de
votre Gouvernement Stoo Avee
mes profonds remerciements, je
salue ceordivlement Votre Excellen
ce
Fernando Maria Castiella
Ministre des Affaires Extévicures
d'Hspagne.

Grande Kermesse

le Comjte d’Action pour le
Movres de ?Ecole Notre - Dame
de TAssomption de Carrefour se
fait le plaisir de vous inviter &
une prande Kermesse dansante
qivil organise a Carrefour au
loent des Soeurs de la Charité
de S'. Louis, au profit de I'E-
cole Notre-Dame, le dimanche 29
Récombre 2A partir de 10 heures
A.M. avee le concours du fameux
Tazz LES FANTAISISTES de
Carrefour.






Participation 2 Gourdes

CBOCOOCOCOCCOCSRStonseseENeeCIDCUCooCoCecoesoEsE

DUCO, le DUCO :
authentique garanti 4f â„¢

par la signature , stn
Dupont de Nemours cei
le seul VRAI DUCO a Pédate
pour voitures est en vente ee
a la sotomatt
SOCIETE HAITIENNE }} ---.
D’AUTOMOBILES.- {jf ....

+





Machine a coudre «LA MADONA.

TrPeo

lace

Seffrard.

Tipco - Distributeur Place Geffrard

LISEZ

LE NOUVELLISTE

—



oe


_..fine jewellery ' &
that writes

PARKER 75 Elegantly crafted from gold
and silver, designed for personalised writ
ing with sculptured grip arid adjustable
point. The Parker 75 is crafted in solid ster-
ling silver, 14K gold-fill and vermeil (a gold-
silver blend.) Matching ball pens and pencils
are available,

PARKER 61 The most remarkable pen of
our time—virtually shockproof, leakproof,
and it “fills itself” through the magic of cap-
illary action! Choose the Parker 61 from
three models with matching ballpens.

- ; PARKER 45 CORONET The soft glow of
satin-finish metal distinguishes the new look
of Coronet, with coldur bofhded right into
the finish for lasting beauty. It fills from an.
ink bottle or with cartridges, comes in six
fustrous colours. Available with matching
pencil. ~

PARKER INTERNATIONAL CLASSIC Truly

classics...slim, fashionable ball pens. im-

parting impressive appearance and flawless

performance. International Classic-ball pens

are styled in five elegant metal finishes, with -
-». * Matching pencils available for all models.



<# PARKER Maker of the world’s most wanted pens _

Y 91306007 OOO IOOCOCIE2OCDOODDOCEOSOOOOIASOOD AN
















sO BETHLEEM sg

Distributen, % \







«LB NOUVELLIST®> *



Dédié & la Mémoire de mon, fila Se lavait conselemment

Yves Saturne Laforest. Les mains sans défaillance; y
Jésus, par ses beaux yeux, Les gens, en ce temps-la,
Dans la créche fleurie, Crisient fiers dans leur fme: ‘

Délivrez’ Barrabas,

‘luez le Christ inffame:
Livré vite aux bandits,
Sans coeur et sans conscience,
Li était, jour et nuit, _
Battu, malgré sa selence;:
Sans crainte Il ‘a subf

Ses tourments, son malheur
Et sur la croix finit a
Tei-bas, sa douleur;, vA
La prophétie, enfin -! :
Fut bien’ vite accomplie
Sous Jes regards sereins
De sa mére Marie;

Georges F. LAFOREST
24. Décembre 1968

Contemplait silencieux

La fierté de Marie;

A ses pieds parfumés,
S'agenouillaient les Mages

Qui, pleins de pureté,

Tui rendaient leurs hommages; '
Dans la nuit enchantée,

Ua su la douleur, \
Par les rois, imposée ,
Aux peuples,’ pleins d’ardeur;

A Béthléhem plus tard,

VW préchait la Justice

Et Il fut sans hasard

Arrété par caprice;

Pilate constatant

De Jésus Vinnocence,



SILENCE st

X la fois & un coeur pauvre et flexible.

Ce désespoix s’augmentait d’angofsse

du sentiment de ma fafblesse, “
la mort seule a leg pouvoir , :
de-me faire oublier le vouloir.

La réalité de ce regard est Je silence

ot tout se passe naturellement en apparence,

Ma flamme assoupie de vertige ,

dans un besoin dévorant de prestige

homme timide, sinon respectueux

avait osé lever les yeux sur la fiére dédaigneuse.
Un lache n’est plus mattre

de son coeur en se gardant de mettre

en harmonie avec la lumiére

ot la palpitation devient mystére.

Mon oeil se dilate parfois dang l’oscurité,

crut te voir passer sous l'ombre de. sécurité
foyer de lumiére ardente

Pas un bruit, pas un souffle pendant,

ectte vision intermittente

de la faculté voyante

La od il n’y a’pas de scandale

i] n’y a pas non plus du mal.

Jean Claude FRANCOIS.

GRACE LINE.
Le seul Service
Hebdomadaire direct.
entre New.- York et
Port-au-Prince

Je ne veux pus croire au désespoir

& ton silence qui m’est un fort espoir.

Ne crois-tu que je veux mourir?

En me gardant la solution pour néurrir,
Vespoir de vivre et de guérir.

Ma folle passion’ isolée

perdue dans un coin désolé.

Ton regard, parfois singulier avec confusions
me touche jusqu’aux larmes sans confession.
sous ce regerd me sentant troublé,

innondé du fluide que projetait ton oeil, effilé,
cependant, Ja suavité de ton regard inexprimable,
bouche vermeille et capricieuse en arc remarquable,
captée, dans une délicate pénétration

ot tout mon atre reste immobile d'action.
Versailles qu’on appelle soleil resplendissant!
coup surprenant et séduisant.

Toi qui es une beauté supréme

Je vois réver tout moment du méme,

pure et charte créature

endormie dans l’eau ‘pure de la nature,

ot lutte muette se débattait,

mon instinct longtemps luttait, .

od Vindifférence devenait triste et pénible



DUBO
DUBON
DUBONNET





PANTAGRUEL |

annonce a ses compagnons bonne et joyeuse nouvelle
assortie d’une découverte incamparable.

!



Trés chers et aimés compagnons

,

Je ne serai hors de propos si je vous annonce et raconte une nouvelle digne de réjouir vos
coeurs attendant Avent et Noel et surtout le grand jour de Estrenna. Point n'est ict une ques-
tion concernant les Pandectes, mais sujet se rapportant @ notre microcosme, id est, petit monde,
mieux et plus simplement dit: Vhomme. Vous tous savez que Nature wa créé icefui que pour
bien boire et manger — Encore que mon feu pére, de bonne mémoire Grangousier, eut donné
tout son étude & ce que je mangeasse toujours et partout : mats lors mangeaille était encore
chose grossiere dégarnie d’art et beauté. Que pouvaient pain, vIn, viandes, poissons, fruits,
herbes, racines pour, selon le mot d’Aristote en ses livres métaphysques,.animer, vivifier, ravt-
ver, et fortifier Monsieur [\Appétit. -

Maintenant toutes disciplines sont restituées et placées, grace aux divines et humaines Insti-
tutions Coles Supermarkets sises Pune en cette bonne ville capitale, a@ Lalue, Pautre, Avenue
Christophe, sous le controle bienveillant de Gaster, Maitre et Seigneur de Microcosme et ma-

crocosme. .
. ‘celles institutions, trouverez délicatesses et plaisirs de table et bouche que jamais ni Théo-
binote et Dioscoriod, Marinus et Pline, Macer et Galien n’ont connus. Retenez Souffles, ouvrez

oreilles, ut dixit David en ses Psaumes :



Des Marrons glacés . . . ;
Nougats en barres et en boite douce fantaiste .
Des Dragées aux amendes, aux liqueurs diverses

Des Pétes de fruits de Maitre Jacquin.

Boites de chocolat fantaisie, de Suisse,

d'Angleterre, de douce France, d'Ttalie, .

ventable et pacifique assemblée de peuples et nations.

Des légéres nougatines. ;

Des Pralines Louis XV — et Pralines Roses

Biscuits de France, de Belgique, des Pays-Bas, d’ Angleterre.
Pate de foie d’oie de France et Saucisson de Lyon.

b ivi de Boire : .
Et comme Manger est toujours accompagné et sutvt _
Trouverez également en ces établissements assortiment complet de bonnes boissons

VINS DE BORDEAUX .
VINS DE BOURGOGNE : .
VINS DE CHAMPAGNE ,
CAP CORSE
MARTINI
DUBONNET
et toutes liqueurs -
MARIE BRIZARD
COGNAC
WHISKY .
ETC... . woot







(



































\
Poéme de

la Rotation Inattendue

Par Guy D. GEORGES

Rien ne régit l'immenge point d'interrogation
qui termine les manoeuvres de la nuit
Tambour battant le podme s'en va cahin-caho
le long des trottoirs
’ Mais quelle femme nue viendra ce soir
“interroger mes regards
Jadis ca fut nous qui parlions au vent
de Ia fraicheur. marine des nuits orientales
Aujourd’hui rien ne reste de nos pouvoirs
de persuasion
Nous sommes des roigs en exi] que la nuit a vaincus
Mais au bout du voyage la détente est certaine
ear nqus touchons de prés l’ossature de nos défaites
A quoi bon remanier les dessous de l'histoire
les urnes sont pleines d’ombre
et nous nous attaquons déja
& recréer les couleurs vives de la vie

Nous .portons au feu la mémoire de la terre
pour que surgisse illico les fibres du poéme
. D’ailleurs nous ne-voulons rien pour nous
de cette éclaircie grandissante

qui taira sous peu Vissue de notre histoire

Jamais nous ne prendrons la responsabilité
de commencer la route par la fin



NGL A BOUTILLIER

A la Mémotre de mon file chéri

Yves Saturne Laforest

Le jour de la Noel, je n’irai pas en Ville;

_Les jouets ct les fleurs, aux bazards éclatants,

Me feront penser trop A la mort inutile

De mon fils, aux yeux doux, affectueux, 4 Quatre ans;

A Boutillier, en pleurs, dans ma pauvre chaumiére,
Je méditerai, seule, sur la fragilité

De Vhomme dont la vie est vraiment éphémére
Sur la terre, livrée aux savants insensés;

Dans le Temple du Bourg, j'irai passer un temps;
A minuit, sans mon fils, je dirai ma priére

Qui montera, hélas ! vers le Dieu Puissant,
Créateur des douleurs, des joies et des miséres;

Aprés la messe,. seul, comme le juif errant,
Jitai, chagrin, errer sur la cime élevée

Qu, je.chauterai,,fier,..les. gueux, les paysans
- Qui partagent, mon ‘deuil, horrible, cette année;







. Quand, vel

f jel,ecs’envole un fils, vite 4 Quatre ans,
Dans les bras’ des Docteurs, en ce temps nucléaire,
Pourauoi donc,.O, Seigneur, |. ne. Viens-tu pas vraiment,
A linstant du: “mnalhein ‘mer les yeux du pére ?



_ Si les mot. gus ploi,, hélas ! pour exprimer
* Mes regrets ici constituent un blasphéme
Qui Voffe se, I haut, ta peux me pardonner

Puisque 5 nox Subiteza broyé mon coeur méme;





, Le jour de la. ~Neel;: jen ira pas.en Ville;
° Les jouets et les flenrs,*aux bazards éclatants,
Me feront penser trop mort inutile

x, affectuenx, a Quatre ans.









Georges F. LAFOREST

24 Décembre 1968.



La: Maison Wilfrid Justin

* Tient a votre dispositign 4 un assortiment complet d’articles
“pour installations hy. “ep, ‘sanitairea —- tuyaux galve-
;Piséa, lavabos, W. C., ng pour WC. ete...

dngénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la maison Wilfrid
cguatin vous attend pour vos achats de Matériaux de Construc
‘dion.



¢ Voug-y trouverez afmeilien prix.le articles suivants: Plan
iches:'Brutes;:‘Planches'! Prépa:ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-
‘nidres, . Téles,,.Cimeiit, '.Clous, Hardboard, Plywood, Serrures,
#Cadenas, Tredilis métallique ete..

é Maitresses de. maison,, ,Vous aurez les meilleures garanties et
jdurabilite avec ‘la Peinture marque «ADELPHI».

A & Peinture Latex intérieur. ‘et extérieu: de renommée mondiale,

. Pour toug vos matériaux de Construc-
nom: Wilfrid: JUSTIN, une seule adresse : RUE
pes FRONTS. EORTS No...

int a
BOX ; 897 Phone : 8780.

A AP A A,

npg





43 - : ey
oe, “5 48 ges py

la premiére machine a coud,
la machine zigzag sans pro,

Elle s’ouvre et se referme comme une fleur:
On rabat tout simplement les volets et la machine est
préte a l'emploi.

Ecrin d’accessoires logé, bien en évidence, dans le
bras supérieur de la machine.
Pied de biche polyvalent et tension universelle du fil.
Plus que 2 boutons pour effectuer pratiquement toute
ja couture.
% De fabrication suisse, |'-elna lotus est, particukere-
“© - ment robuste. Fle, coud tous les:tissds, des plus fins
4% aux plus épais et offre plus de 20‘ 1pplications pra-
tiques — méme une boutonniere instantanée.







«

Ce rigque ce n'est pas d nous de le prendre

Nous ne sommes d'aucun pays
nous ne sommes d’aucun continent
Nous sommes vie ct lumiére

et parce que vie et lumicre

nous marchons & Massnut de la nuit

O iumiaére source de mon poeéme inattendu
: ,

je suis venus vers toi

les mains pendantes et le regard absent

Je suis venu vers toi

‘VYime broyéc et le coeur déchiqueté

Je suis venu vers toi

tu m’as investi du souffle rauque des ouragans
et de la puissance’ voleanique des masses

Et depuis au seul bruit de mes pas

la nuit tressaille telle une conscience inquiéte

Toi ma toute-chére ma toute-pure
imprime & mon chant
la force qui défait les barbelés

Si tu faiblis
si tu tombes en pleine course

si ta chanson chancelle avant le dernier refrain
demarde au chemin un petit porte bonheur

et tu auras la clef
qui ouvrira les frontiéres

Moi j'ai déjaé tout donné
Pour imprimer. cette jonction
J'ai méme jonglé avec la nuit

Je suis ici pour donner la parole
& la poupée trop longtemps muette

Guy D. GEORGES.

POOOessesovessvsovoescoovooooor.-

TRACTEUR DIESEL



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN

ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE

DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATICe

BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
. CHASSIS UNIFIE
POUR TOUS DETAILS #’ADRESSER

A

Charles Féquiére & Cie.

DEPOSITA!RES

Rue Bonne Foi



Ina lo

re familiale compacte,
bleme, préte a coudre en un tour de main



Un vent bercé bras nua séche

Sur les. tombes od dorment nog’ coeurs
("herbe folle a remplacé )’odeur des magnolias

Pas de Noel sous les tropiques :

boules de cristal
boule de neige ©

la bfiche brillant dans Patre avec une aube’

de romarin

sapitns et cloches de Vamnistie

pas de bergers

ni d’anges sous les tropiques”

pour annonecer aux quatre coins des vents
Paix sur la terre aux hommes de Bonne Volonté
Pas~de Noel sous les Tropiques

Dans un corps malade je porte une ame d’ange rebelle
Contre quoi se battre avec des armes inutiles
contre quoi se ruer avec un coeur enchainé

contre quoi s’appuyer

pour mourir lentement d’un mort sans: offense,

Des camarades sont partis chercher ]’étable ©
Yvon avec sa voix de nomade .
désorpais emmuré dans un silence d’Ottoman.
André avec ses lévres de forets Amazoniennes

Moi je suis parti guetter In
et les trompéttes

ear chérilyn’n prenait feu & chaque appel.

Actualités _
Internationale

MADRID (AFP)

Le grand conseil carliste s’est
réuni d’urgence vendredi soir
dans une ville de province pour
étudier Vattitude 4 adopter 4 la
suite de l‘interdiction de séjour
qui frappe le prétendant carliste
au tréne, le prince Xavier Bour-
bon Parme, et son fils Hughes
Charles, apprend-on de source
carliste. De méme source, on
indique que le prince Xavier | se
trouve toujours & Madrid et
qu‘aucun ordre d’expulsion ne
lui.a encore été signifié. Quant
au prince Hughes, qui passe cette
nuit & Hendaye, il aurait déclaré
qu’il se rendait dans la capitale
francaise.

xxXX
SPORT, FOOTBALL
SAN SALVADOR (AFP)

Les suppléants de |’équipe
salvadorienne qui va _participer
aux éliminatoires du champion-
nat du monde de football ont
battu jeudi soir par trois buts
a zoro Péquipe
Belgrade au cours d’une rencon-
tre amicale. Les buts ont été
marqués par Acevedo (9eme) et
. Azucar (28eme et 53eme).



Convocation

_ Le, Actionnaires de la Brasse
rie de la Couronne, S. A. sont
priés de se réunir en Assemblée
Générale statuaire le Mardi 31
Décembre 1968, & 9 heures du
matin, au siége social de la So-
eiété rue du Magasin de l’Etat,
pour vaquer aux travaux sui-

vants:
1 — Sanction du Rapport du
Conseil d’Administration
2 — Elections des Officiers
3 — Divers.

P-au-Pce. le 15 Décembre 1968
WILLY GUERCY
Secrétaire.

«La Grippe qui sévit
est dangereuse»

Pour Véviter, pour lui tordre
le cou, rien ne vaut les compri-
mé, «FLUAXIN> qui contien-

- nent: acide salycilique ou aspiri-

ne, le pollen, le gluconate de cal
cium etc... ete... Et alors finis:
grippe, névralgies
faciales, douleurs rhumatismales,
frticulaires, musculaires, tortico
is,

Ce prix est modique le flacon
de 30 comprimég 5 gdes — 15
comprimés 2 gdes 50 et 7 compri
‘més 1 gde 25. Ce merveilleux
produit des Laboratoires Cernel-

- le (Suéde) est en vente & la Phar

macie Sosthéne Geffrard et dans
toutes les bonnes Pharmacies.





PORT-AU-PRINCE

. NEL SOUS:

Et Décembre chasse enfin les sentelra de Eté

yougoslave QEHK --

dentaireg et ,







LES TROPIQUES - o

Le coffre de ‘joies a &té cambriolé cette’ nuit
‘Rien n’a réveillé le dormeur étoilé

Le. deuil a ea chambre dans ma’ demeure ‘
La cheminée s’expliquait mal avec la fumée

Le pain lui-méme raillait la faim

séduit par un bien plus précietix,

Pas d'enfant ni de vierges sous les, Tropiques

celle qui portait la vie

s’est fait avortée & 99e rue

les larmes.

Pas de Noel sous les Tropiques soo
\ Pour une robe immaculee, hier portée comme un. gant -
° ja vie avait ia léegereté du miroir woe
et le sang des pierres éclatait sous les‘ pas.
Je raflain des merveiiles entreposées ailleurs”
Pour une main ganvée de bianc : 5
Habilleuse d’eau puur les tunérailles d’autrefois t
tu é.ais 1&4 tu es entrée dans ma vie sans arc-en-ciel: " -
ni orage avec tu seule présence, Et tu as comblé ma soif © .

de patrie. {
Chérilyn’ n, dés as ‘on _ Prononce le nom, on a envie de se
découvrir.

la poitrine parce qu’une pluie de tin d’aprés-midi va ratraichir
la terre et qu’on aimerait se méler & la joie des choses,

Ce vent que nul n’éveille au soir des douleurs -humaines
je le berce de mon silence , |

avec ces fleurs couronnées d’épines .

et sur mon sein palpitant

la noel des tropiques |

laisse couler une‘ larme,couleur inépuisable. .
Julio JEAN-PIERRL, -

: Fermé pour cause de décéa)

pluie

C Butraite “de

COMMUNIQUE |

Suivant Vesprit du Décret du 7 — ° — " - .
Aott 1964, créant VOftice du ° :
Timbre dont l’objectif est d’assu
rer la promotion des Limbres-pos- u mpte â„¢ Gouttes
te haitiens 4 l’extérieur et en mé - oo * .
me temps le développement du .
niouvement philatélique @ J'inté- par Raymond PHILOCTETE
rieur, le Bureau de Supervision : ‘
des Entreprises Mixtes et d’Etat, On parle beaucoup, ces jours- tout pour son d’ordre formel du Président & Vie Ci de la théorie des ensembles, Littérature Haitienne, ou l'Ame
de la République, Fappelle a at °&" mathématiques. noire, ... On a tendance 4 oublier
tention des Organismes publics Mais combien se rappellent «La Littérature Haitienne, Essais :
et du secteur privé, que seul les tourments de son inventeur ! critiques».
V'Office du Timbre est chargé ex bts reomntrs de son. vivant, \
clusivement de la préparation des ‘ weet ag
émissions postales, de Vachat et 4», veg Voment critique, entre veld :
de la vente des timbres - poste, ks onecker précurseur de Teopole t
en général, et de toutes opéra- tionnisme, il sombra dans la {
tions gereralement quelconques folie, et mourut dans un asile }
Be rapportant aux figurines pos en Allemagne. °
ales, . La rangon du génie !

En conséquence. il est deman- ee x 1 ee i
dé formellement aux secteurs sus Duraciné Vaval est connu sur- i
désignés, & cété des nouveautés, . ; k

de toujours s’adresser directe- rene ory ee
ment a 1]’Office du Timbre, sis a § : .
3 |
a
|
i
i
a
i

;





Ni le Dr Ghislain

Gouraige
dans son

«Histoire de la Lit-
térature Haitiennes, ni le Dr
Pompilus et ie, Frére Raphael
dans leur ¢Manuel >Illustré...
n’ont mentionné ce frre de criti-
que littéraire.

Et pourtant, Yr ivrage est si
important qu’il tite d’étre
réimprimé. :

la Cité de Exposition, pour leur
approvisionnement
poste en GROS.
Une politique du Timbre bien
soordonnée et rationalisée étant
appelée nécessairement A avoir
une influence favorable sur la
conjoncture, le Bureau de Super
vision des Entreprises Mixtes et
d’Etat, espére rencontrer une en-
tiére compréhension et une par-
faite collaboration de la part des
intéressés, en vue ‘d’une efficace
application des dispositions du
présent Décret.
Port-au-Prince le 20 Décembre
1968,

en timbres-

Dr Hervé BOYER,
Superviseur des Entreprises
Mixtes et d’Etat



Avis Professionnel

Revenu de l’Etranger ile Dr.
Ulrick Sévére avise sa bienveil-
lante clientéle qu'il reprend ses
consultations pédiatriques & par
tir du lundi 23° Décembre 68.
Aux heures habituelles, ses pe-
tits patients seront accueillis a-
vec le méme dévouement et bé-
néficieront du maximum d’atten
tion,
P-au-Pce. ce 21 Décembre 1968

Vous étes maigre -.



¢ — . —
Beautiful, roll-around refrigerator
of many uses, indoor & outdoor
_ Office / Bar / Playroom / Hotel / Motel / Patio *

* 2.3 cuble foot capacity

“© Técumseh compressor

operated t
© Automatic temperature -
control
© Freezer compartment
*.”# Porcelain Enamel {
Interior -

« Full storage magnetic
door holds quart
bottles

© Full 5-year warranty
on'sealed system .

. Hel ht. 19%”; Width

". Depth 21%"

. cant converts
fefrigerator into
portable bar

* Heavy brass and wood 5
construction

« Heavy Duty casters {

« Storage shelf for

: _ bottles & glasses
irvine et des POUCES f i
de chair ferme, i HIGH PERFORMANCE —LOW PRICH

Hommes, femmes ou enfants §
en bonne santé mais maigres et
trop légers, a vous ne désirer RB
as VOUs suralimenter On Cheat le
mmerveilleux Wate - C’eat Ia g
nouvelle source de celories com- §
binées sous forme liquide que 4
yous attendiez depuis longtemps.
De plus Wate-On est HOMOGE
NEISE nour se digérer faicile-
ment. Plus votre o~ganisme ab-
sorbera de calories assimilables
mieux il les transformera en
chair ferme pour votre visage
votre cou, Vos membres, votre
buste. Oui, c’est tout votre corps
des formes plus arrondies,
plus attrayantes, plus vigou-
reuses. WATE - ON combat la
fatigue, la faiblesse, donne des
forces. Wate-On étant HOMOGE
NEISE aon action est rapide et

.



Voici un NOUVEAU moyen
facile pouvant contribuer
mettre ra idement des







































GEORGES JAAR Magasin «Le Soleil»
Distributeur pour Haiti

agréable et bien des gens ga-
gnent du poids dés le premier
flacon,

LE MERVEILLEUX NOUVEAU

WATE -ON

Emulation homogénéisée ou en

comprimés.
Renforcez vos re} destings a

maintenir votre poids avee WA-

TE-ON... avec garantie que vous
devrez atre satisfait par votre
augmentation de poids dés les

premiers 10 jours sinon' vous re-
tournerez la bouteille #a Phar-
macien et vous serex rembo
Pourquoi restez maigre lorsque:
WATE - ON peut vous epporter
une chair ferme additionnelle dds
le premier jour. Dans les









ae
) rv -

SAMEDL €1; DIMANCHE: 29 gt LUNDE 2eDOCEMBRE 4068 LE NOUVELLIGhS ___



seta aene rita mies treme, PACE 9 ©. a

nea SAA

qesAAAGGSA4044448AARAURAAAGLUASARALAAAAAGEEARAAGALAAALSRABARUEAAAS

Votre Banque Votre Avenir
vous offre



sresuvveswst

ia

~ LMAGNIFIQUES [gg voitures
3 CADEAUX O ) contessa



lere CONTESSA 2eme CONTESSA —s- 3eme CONTESSA -
22 DECEMBRE 68 20 AVRIL 1969 24 AOUT 1969

Pas un seul Centime 4 Dépenser

Si vous avez manque Ia lére Voiture CONTESSA, inscrivez-vous tout de suite pour la 2e chance du 20 AVRIL,

‘avec votre compte d’épargne de $100.00 (au moins) maintenu de Décembre a Avril ‘a votre Banque

_ VOTRE BAN QUE — VOTRE CHANCE — VOTRE AVEN IR
, LA BANQUE COMMERCIALE D’ HAITI 7

AbMEBAALEE ABBE AAALOLAL AAD ESS OAAEEEABREARELAARE SE ABAREEABR

USACO















Section A | — Section B
VOITURES TOYOTA — LE PALAIS
Land Cruiser a | DES CADEAUX
Steut , \
Corella de Luxe oy 8 Bi
Corona de Laxe Un magasin 4 visiter Montres
Crown de Luxe Parfume.
Servant bien chaque client Bibelots
' AUTOBUS ET | | Sacs & main
CAMION DIESEL q ee
Avec beaucoup d’empressement
A MOTOCYCLETTES Oo RADIOS NORMENDE,
. SUZIKI Chagque article est garanti Marque allemande
“BATTERIES GS | tres réputée =
Les fameuses - de différents
batteries japonaises.. we On peut compter sur usaco ° Medéles
we, pour Antes et :
Be Camiens
, r ‘Beaucoup d’autres —
HINO CONTESSA - articles





LE MAGASIN. DE LA QUALITE

possesunscansueaatanscnanansnanasssanssnsasanasscasasssanasasanasnaseanssccasascoasaas |

Be



eee

geyesseevesauvesesuReeUTTEUU NT HUTENE HUE USTTENUUUSE STEEN ST TUTENNNURCUY ETT?

ad





bUANABOGAMALASAAAASALAAAAE4AAASALLARALLLAAAMALLLAAALAA a









Leet ee



Dans le langage des _ fleurs,
Yoeillet rouge signifie : «J'ai foi
en votre amour»>, .appelle ceite
semaine. raconte comment = s'est terminée
la bouderie entre tes journalistes
danois et Henri de Monpezat de-
venu prince Henrik depuis son
mariage avec la. pvincesse Mar-
grethe de Danemark :

C'est un oeillet que portait a
Ja boutonniere Henri de Monpe-
gat lorsqu’sl affronta en compa-
gaie de. son épouse, les .eprésen-
tants de la presse du royaume.

- Le couple venait de rendre visite

‘au



,
f
A
4
A
4
A
A
4
4
f
43
ih
7
Cf
6
4
4
F
4
%
6
Us
4
4
Â¥
6
7
v2
3
uA
v4
ce
3
v4
v4
vA
4
oe
7
cs
A
rs
/
4
A
af
eA
4
f
A
cf
4
4
4
eA
4
4
f
4
/
vs
é
is
7
4
fo
ft
cA
me
ve
4
7
ma
4
7
fe
7
4
A
7



voisin finlandais. Voyage
réuési sous tous les rapports. Pen
dant la conférence de = y.jgrcsse,
Voeil réveur et légérement ennu-
yé du prince Henrik effleura ma-
chinalement la- boutonniére d'un
joucnaliste : tiens, un oeillet
rouge. L’ocil wola vers les autres
boutonniéres : elles portaient
toutes l'oeillet rouge! Le pr.nce
éclata de:rire, donna un coup de
coude & la princesse qui éclata a
son tour.” Toute la presse les
imita, avec des nuances dans
Vhilarité qui tenaient au carac-
re plus“*ou moins conservateur de
Yorgane représenté. Une banqui-
se venait de sauter.

2Le leademain, pour la premié
re fois, les bonnes gens de Copen
hague lurent ce gios titre dans
les journaux:

«Pardon, prince Henrik, «par-
don !» — et ces lignes :

«Notre prince ne sait pas_ le
danois, “mais il comprend I'hu-
mour danois»,


J

#



sll y a cu la guerre des Deux
Roses. Wo avait fauli y avoir la
guerre de Voeillet. On aura de la
peine a le croire — mais e’est_un
fait déjd historique, assure «PA-
RIS MATCH, : lorsque ies Da-
nois virent apparaitre ce fameux
comte de Monpezat qui leur va-
‘Vissait la fié.e Margrethe, la pre
miére chose qui les frappa, ce fut
Voevillet. Henri de Monpezart a
I'habitude d'en porter cn toute
cireonstance. Au Danemark, cela
ne ‘se fait pas. Du coup, l’oeillet
devient le symbole méme de
Vétranger; sur cette fleur inno-
cente se concentrérent les rayons
de I‘host:lité, de la médisance ou
de la simple antipathie.

> H n'est jamais facile ‘d’étre
Véepoux étranger d’une princesse:
on attend de lui qu’ se fonde si
complétement dans le moule natio
nal qui finisse pas parle: son an-
cienne langue avee I'vecent de la
nouvelle. Premier accroc : Henri

de Monpezart se plie mal au da- .

nois,| langue harmonieuse sans
doute mais délicate pour un ta-
rynx gascon. S'il parle mal le

danois, Henri, hélas! ne 1’écrit
pas mieux. En out.e, il sourit
peu. On le ergit guindé. 1 ne
fait rien, On le dit paresseux.
Dans le royaume, la tension
monte,

sJuste avant la naissance de
son fils, Y¥rédérik- André, le
prince allait commettre un ter



LISEZ
«LE NOUVELLISTE>

SAAOANAKKINIAKAASNANNSNARANAAANNSANANSSNNANANANDATN NHN NNN as

et le rend plus résistant.

d’une blancheur. éblouissante.

En vente au

LKKKSKANANKAK AAA NAAN SLT NNASANNAS VENER UN CN EN KERN



‘ ves PA

a





rible impair : «Les enfants, dit-
ji, cela se dresse comme les che-
vaux; unc bonne fessée remplace
souvent Ies arguments psycholo-
viques»,

sC'étail exactement ce quiil
ne fallait pas dire dans ce pays
moderniste qui porte 4 I’enfance

une dévotion de tous les instants.
La Ligue des femmes ajouta im-
médiatement son mécontentement
A celui des nationalistes du langa
ge, Lentement, la coalition se

formait, poursuit « PARIS -
MATCH.

En Aoit, elle était faite. L’oc-
casion en fut Ie mariage & Oslo
du prince Harald de: Norvége.
Lorsqu’ils en découvrirent les
images, les Danois . nen cru-eut
pas leurs yeux: Henrik descen-
duit de voiture sans s’oceuper de



HOMMES, FEMMES ET EN-
FANTS FATIGUES, SURME
NES, DEPRIMES, prenez les
multivitamines du Laboratoire
Cernelle Suéde qui contiennent de
Vhuile de foie de morue, les vi
tamines B12, B1, B2, A, D, B6
Calcium, Vit CG et le pollen alic
ment miracle.

Hommes femmes et enfants fa
tigués prenez les multivitamines
& base de Phuile de foie de morue
pour avoir la santé synonyme de
bonheur et la joie de vire. Le prix
en est modique G. 6.60 compri-

mes et en détail 30 comprimés ;

Gdes 3. En vente a Ia phcie Gef-
frard et toute Pheiex,

—y

Protection Contre les Caries



Ila été démontré scientifiquement que le Fluor durcit émail des dents
Odol Fluor Aktiy protége efficacement contre les caries et rend les dents

Odol Fluor Aktiv garantit toujours une haleiné fraiche et agréable.

BAZAR DE LA POSTE

et dans les meilleures Epiceries.



Pa i
ee i
oe e
Mi

d ic on



























= ‘ Abe
melee

Caen

: at

sa femme empétréo dang sa robe
Jongue, Henrik navait pas un
repurd pour elle...

Si j’avais eu un couteau, je
Vaurnis tué, dit un exalte (ils
son orares au Danemark «mais
dautant plus énergiques). Notre
princesse si fiere, voilA ce qu’el-
le es devenue ¢; une pauvre créa
ture brimée en public, terne, dé
semparée.>

G,..) Ainsi naquit un grand
malentendu, qui fit encore bais-
ser lu cote de Voejllet chez les
fleuristes de Copenhague.

On était au bord de la ruptu
re, L’ingénicuse rosserie des
journalistes a remis les choses
au point, Saisissant la balle au
bond, le prince s’est expliqué
comme on souhaitait qu’il le fit,
avec une franchise aussi totale
que son ignorance du danois:
«Oui, je suis trés bien ce qu’on
raconte de ‘moi. J'ai lu vos criti-
ques, Je pense que le Danemark
est un pays libre et je suig tres
heureux que sa presse puisse me
eritiquer. Si les journalistes da-
nojs n’aiment pas mon chapeau
melon, mes chemises, ma fleur
ou meg pyjamas... mais non,
yous m’avez pas vu mes pyja-
mas...9

Et il a ajouté regardant Mar

grethe uvec une tendresse renou
velée: «Je suis vraiment désolé
pour mon attitude 4 Oslo, Bien
sur, je n'ai pas été volontaire-
ment grossier, je suis tout nou-
venu dans ce job de prince et je
dois apprendre mon réle. Que)-
quefois les choses arrivent si vite
que Pon n'a pas toujours le
temps d’apercevoir les gaffes
que Yon fait.

JEAN JACQUES BROCHIER,
Rédacteur en chef du «MAGAZI
NE LITTERAIRE> a_ longue-
ment jnterviewé Frangois Mau-
riac, Celui-ci, comme a l’accou-
tumée, a égrené ses propos de
remarques de jugements et de
commentaires 2k lemporte-pitce.

Que pense Frangois Mauriac
de Jean-Paul Sartre ?

Mauriac répond :

«Je vais peut-étre voug éton-
nev, J’en pense beaucoup de
bien. Clest un sujet immense et
je suis moi-méme si peu philoso
phe. Mais j’aj beaucoup d’esti-
me pour le personnage, pour son
atticude dang la vie. Il avait
tous les moyens pour
qu'on appelle une grande carrié-
re littéraire, une grande carrié-
re au théAire ct il a survolé tout
cela, Et méme, 1a ot je me sens
le plus en désuceord avee lui, ou
plus exactement la ot son pro-
pbléme est le plus éloigné du
mien, je suis frappé par sa gran
de honnéteté. Mais cela dit, je
ne suis évidemment pas d’aceord
avec lui sur lessentiel.

Je ne dirai pas, de mon point
de vue a moi, chrétien, que Sar
tire a fait beaucoup de mal par
ce que je pense que Sartre est
beaucoup plus le produit que le
responsable de son époque. En-
fin, nous sommes tous responsa
bles. Mais je crois que Sartre a



AVIS

Associaton des Anciennes du
Pensionnat Notre Dame du Suacré
Coeur, Paroisse de St- Joseph

Les Membres et les Amis de
l'Association sont invités le
Dimanche 5 Janvier 4 9 h 30 a.m

au Pensionnat & l'occasion de la’

Féte des Rois. .
La cotisation habituelle peut
&tre versée chez Mme Staco ou
a la Direction de l’Ecole Répu-
blique Argentine. -
Nous comptons sur Vaimabie
présence de tous. Merci.

Le Comité

faire ac



=



Fouad A. Mourra et le Continental .

Agents officiels OMEGA

incarné une génération, il en-a
trouvé leg formules et méme lc
tvne physique et leg modes de
vie>

La derni¢re question posée par
JEAN-JACQUES BROCHIER a
Francois Mauriac était : «Est-ce’
que vous croyez & l’enfer?» Le
Prix Nobel répond

Oui. Vous vomprenez, lenfer
e’est un mot. Il s’agit de savoir



Qu'est-ce

«Pourquoi jeg athlétes noirs
ont-ils remporté un nombre con
sidérable de médailleg dans cer-
luines disciplines aux Jeux Olym
piques de Mexico ?» A cette
question que pose LE NOUVEL
OBSERVATIUR, un expert, M.
Jean Hiernaux, maitre de recher
ches au C. N. 2. 8. tente de ré-
pondre

«A quoi tignnen, leury succés?
A la conjoncion de tros facteurs:

ce qu’on met derriéra ce mot.
Je mets derriére ce mot la sépara
tion d’avec Dieu. Inutile de vous
dire que je ne crois pas a I’en
fer ot on brile. Uenfer est en
dehors de J’espace et du temps.
Mais .lV'image de Penfer, c'est. cet
te séparation d’avee Dieu. Pas-
cal crie séparés. L’enfer, c’est ’éternité
séparée de Dieu. Et rien ne dit
quil y a un seul homme qui ait

rr

ne. Les coureurs ‘ originaire
: a des
hauts plateaux d’Ethiopie’ et du
Kenya _bénéficiaient de cette d-
daptation préalable. * 7
ve nest encore -qu’une petite
minorité des Noirs africaing qui
s¢ presentent aux compétitions

internationales et ils le font, le:
plus souvent, dans des. condi-
tions et dans des variétés de

sports ott il est difficile de riva-

la voloné de vaincre, le physique _

et lentrajnement.

«La voloné de vaincre trouve
une motivation, particulitre chez
bien des Noirs: membreg d’une
communauté brimée et maintenue
a un niveau gocio-économique in
férieur ou bien membres d’une
nation qui vient d’émerger de la
sujétion coloniale, ils veulent ga
gner, non seulement pour e’afffr
mer eux ~ mémes, mais surtout
pour faire triompher le groupe
dont ils se sentent les porte-dra
peau. :

«Le physique d’un athhete est
déterminé par J’inter - action
héritée de la constitution géné-
tique cp des facteurs de milieu
qu influent sur Ia croissance,
comme Valimentation et Jes ma
ladies. Pay rapport aux Euro-
péens, la constitution héréditaire
des Noirs africains les dote, en
moyenne, de jambes et de bras
plus longs (par rapport a la tail
le), de hancheg plus étroites et
de mollets plus gréles. Or, ce
sont l& des caractéristiques favo
rables & la course ct ay saut :
pour de, jambes de méme lon-
gueur, les Noirs ont un corps
plugs léger, plus mince, plus
court.

Le fajble développement qu’ont
chez eux les mollets est, théori-
quement, un inconvénient pour
le sprint (certainement compen
sé par @autres facteurs, étant
donné les succés qu’ila ont rem
portés & Mexico dans ce domai-
ne), Mai, un avar.tage pour sou
tenir longtemps un train rapide:
Je facteur limitatif est alors lap
port @oxygéne aux muscles par
le sang; Ia musculature Ja plus
efficace sera celle qui requerra
le mojns d’oygéne pour atteindre
la puissance suffisante ‘pour
maintenir la vivesse des mouve
ments.

«Si les Africains ont de lon-
gues jambes, c’est mar adapta
tion de leur physique au climat
tropical, leur corps prenant ainsi
une grande surface par rapport
’& son vo’ume, ce qui favorise la
dissipation des calories produi-
tes par Vactivité musculaire. II
est. probable que cet avantage se
fera particuligrement sentir lors
que les Jeux Olympiques = se
tiendront en climat tropical.

A Mexico, c’est un autre fac-
teur géographique qui impose
ses rigueurs: Val.jtude. Les ha-
pitant, des régions élevées ont
des thorax particuliérement dé-
veloppés, ce qui permet A leurs
poumons d’absorber plus d’oxygé





qui fa

SI VITE LES NOIRS ?

. malnutrition

BAMEDI $f, DIMARCHE 90 ALONE da DAGEMBRE ipsa.

- Oui, le prince Henrik est un bon mari

jamais.connu ca malheur».

Sous le tit-e «Bonjour Bon-
heur», Francoise Sagan a cette se
maine les honneurs de «NEWS
WEEKy dans la rubrique «Que
sont-ils devenus» :

«A Vage de 18 ans, elle. fit
une entrée fracassant dans la lit
tératue avce un best-seller’ «Bon
jour Tristesse>, écrit le maga-

zine américain, une poignante his ~

liser avec

‘les poasibiljtés a?
trainement possibilités den

«scientifiques

Days riches, De plus, eaucenn
d’Africaing ont souffert- dari
leur jeunesse de la famine, de
(spécialement' du

manque de protéines) et de ma- -

ladies au pojnt d'en étye & ja-
mais marqués, ¥ ”
_Au fur et A mesure que ceg
handicaps seront levés, les athle-

jelle devint une
-Tout-Paris nocturne et tune con- .

e



/

{

toire d’amour entre une adoles-
cente et un quinquagénaire, puis. ~
Ppesonnalité du

ductrice effrénéc de voitures de

_ Sport.’ Mais: s'empresse d’ajouter

«NEWSWEEK», Frangoise Sa-
gan est un écrivain sérieux gui a
écrit huit romans et quatra piéces
prodigieux effort qui lui valjut
@étre comparée & la grande Co-
lette et d’acquéir une réputation
littéraire sana précédent.» ~~



it courir

tes d’Afrique noire emporteront,’
on peut le prédiie, des victoires
de plus. en plus nombreuses et’
éclatantes aux Jcux Olympiques
dang les sports auxquels leur
physique les prédestine. (.,.)

Quels athlétes prodigieux pour
raient se révéler, par exemple,
parmi les Nouer e¢ leg Dinka
du Soudan,»

LOTERIE DEL'ETAT HAITIEN |
Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets:
A Gdes 20.00 le Billet

ler Gros Lot:

Ze Gros Loess

3e Gros Lot:
3 Lots de G,
10 Lots de G.
200 Lots de G.

Preceneves

2 Approximatifs du 3e Lot 4 G. 200-00---

297 Centaines des 3 Gros Lots A 60.0Qr sss .

897 Terminaisons des 3 Gros Lots A 50, Q(Qs+s+esesscsesescesessesssesessosees

2.100 Terminaisons par Tirage de
1 BOULE DOC DUVALIER ssc scssissesesees

TOTAL ens

3.867

N. B.— A partir du tirage du 15 Novembre, votre chance a

rie avec cette nouvelle table de lots : 200 lots de G, 100.- au Jien de G. 60

350 lots de G. 80.- au lieu de G. 250 de G: 30.-

297 centaines a G. 60.- au lieu de G. 297 A
2100 terminaisons par tira

5 boules a G. 40.

G. 40.



7 Bottles & 50.OQerrssrseessssseresens

B.OOD.O0---sceseecescesssseerscsssscesses sucsgesceceserscten

500.00-:- +++:

350 Lots de G+ 80-00 reece tteee
2 Approximatifs du ler Lot A G. 500,0Qe:s+seeses
2 Approximatifs du 2e Lot 4 G. 250,0Q- +e

28.000.00 &
1,000.00 §
500.00 &
400-00 §
17.820:00 §
44.850.00 §
105.000.00 &
1.000-00

Peer err erry

SO meee ne tec cee sen utueue

setersesenseneen 357,570.00

ugmente 4 la Lote- x

~

ge de 7 boules 4 G. 50- au lieu de 1100 par tirage de f

- 1 Boule Doc Duvalier G. 1.000.- au lieu de G. 500.

.

Soutenez notre effort en achetant votre billet chaque quinze jours.

POUR VOTRE SECURITE: AUCUN AUTRE PNEU AU MONDE!

Las fils de i'entoilage t
gent plus résistants que lackee
ordce au traitement 3T.






‘, Uentwilage ST est combing eves
te souveaua épaulements arreadia,

NEST CONSTRUIT COMME LE G8 GOODYEAR. -

*

—_

e

PSS

ROR

’
,
%
,
,
,
4
ch

PE ROR fe RD RO
a

een

oR
%

A
sos

CNN NNN

Ae





Glows avons sing obtane
GR pnee moiliour, pics sia,
' Men nem: 68 Goodyear. 6 -






‘. 4

Conreilage 3T combal victorlevsemeng wee e spear’ tite’ ée : ‘
Us pice canon 6s pone: I'doheutioment, 5 at 00 papi en / oan tatnes sat hoe .
wipro / Sean apt
La sdouritd a, pour alnel dire, 88 Incorporde 8 Goodyear. Grice &

ses épaulements arrondia, tee ¥

L'entollage 3 T, plus résistant que l'acier, se moque des chocs et de
par une condulte sportive. Le ,

kilométree sans codter plus cher @ (achat.

Goodyear el vous avez besoin de pneve pour volre

fement provoqué

}@ ay. pneu G
sont plus ‘sire, la condyite

neu G8 vous
oyez votre





i

GOoDJYEAR

SOCIETE HAITI INNE D’AUTOMOBI

(BUR








AL!



20.000.00 # .





1
}
|
i
i














RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _



* ,



mene ae cere



Vers les U. S. A.
Port-au-Prince
Miami, direct
Port-au-Prince

San Juan — New-York
et toutes directions.
Vers PEurope

Port-au-Prince
San-Juan-Pointe-a-Pitre
Paris et toutes directions

4 votre Serouce

LE PLUS GRANO RESEAU DU MONDE



7 Ree x RRS
URE RAS S
SAAN CS ad
RAV

RRR

: RAN
WOO RN RN

RRA

NEW

REPBOOOOOOOOSOOOLOLO

OOOO OOOO



SELECTRIC

D-DD








The only electric shaver with a dial that adjusis

to your skin and beard to give a closer shav'é

R. H. CARLSTROEM
Rue Bonne Foi, No 25
Tel: 2253

Por-au-Prince

REMINGT.CAN

. Simples Réflexions du Bout d

: Voici revenu ie temps ot des
foules bigarrées de chrétiens
prosternés & genoux remplirent
les Egliscg et Chapelles aux vi-
traux spléndides, aux décora-
tions multicolores, pour chanter
la messe de minujt soug les ca-
ches de bronze... Prés dea au-
tels o& les prétes officient, re-
tentiront vers les cieux, au ryth
me des orgues sonores, les voix
méladieuses de joyeuses chanteu
ses aux toiletteg ‘rutilantes, a-
vee les attributs ou exigences de
ln derniére mode; tandig qu’aux

abords de ces sanctuaires, —
étrange paradoxe £— ce sera
encore affluence des déguenil-

lés, «les damnés de Ja terres
dirait Fanon et, Pon ne pourra
pas s’empécher d’entendre leurs
interminables lamentations, capa
bles de bouleversey les coeurs
les plus insensibles : «min pau-
vres aveugles, charité s'il vous
plait, bénédiction pour rou ma-
dam, bénédiction pour rou mes-
siés, Pauvres, misérables, ils im-
ploront quand méme, je ne sais
quelle bénédiction dans leur
sempiterne] langage et souhaite
ront avec foi, malgré leurs souf
frances: bonne année aux ames
charitables... Dehors, & travers
les rues animées, jeunes et vieux
mélés & In marmaille, s’en iront

Pour la sante et

la beaute de
wos dents.













avec la méme candeur d’ime qui
persiste de l'enfance & l’adolescen
ce jusque dans I‘homme, curieux
de revojy les luxueuses vitrines
des superbes magasins... Majes
tueux et fastueux, voici

Papa Noel a la belle
berbe blanche, aux joues roses,
pommettes saillantes, vétu de
soie, de satin ou de velours.
Pour les passants qui le regarde
ront dont beaucoup |’admireront,
plongé dams une mer de lumiére,
avee son humeur souvent moro-
se, Papa Noel fera plus de mé-
contents pareeque totalement pau
vrey et démunis que de satis-
faits parce que riches et bien
munis... Néanmoins, dans la tris
terse ou dans [a joie, la tradj-
tion veut qu’A la fin de chaque
année, l'on se fasse des voeux
et, ce serait un accroc aux ré-
gles de la convenance et des bon
nes Maniéres en société gue de
rencontrey un ami pendant ces
jours de {fétes, d’entamer une
conversation en oubliant de pré
senter des vocux toujours meil-
leurs au seuil de la nouvelle an-
née... Comme si celle qui s’en
va, a été mauvaise pour tout le
monde,

A la vérité, il n’est pas da peu
pleg ou de familles catholjques
de YVunivers qui ignorent ou
wobservent. le cérémonial de ces
solennités religicuses... Les non
chrétiens aussi n’y sont pas in-
différents, quoique sans dévo-
tion... L’histoire récente des re-
Jations internationales nous ap-
poond que le téléphone — rouge,

4

par Christian A. ROUSSEAU



installé entre Washngton et Mos

cou pour éviter le pire lors do ve *

7 an
quion était convenu d’appeler la
crise

Cubaine, — le téléphone
rouge trouve son utilisation an-
nuelle dans l’échange de voeux,
Tragiles comme la rosée du ma-
tin, entre les tenants deg deux
principale, Puissances Nucléai-
les, antagonistes.du monde: les
U.S.A, i systéme capitaliste et
la Russie Soviétique, conimunis-
te... Par Véchange de ces bons
procédés, le, deux super grands
quiirep.ésentent les forces oppo
sees aux sommets de toutes les
hiérarchie, du monde, cherchent
des atermoicments aux divergen
ces, puisqu’ils entendent coexis-
ter malgré l’incesgante bataille
idéologique’ des classes sociales...
Malheureusement les voeux ne
portent pas bonheur Aa tout le

monde : tout le monde
neat pas sincére dans ce
qu’il dit ou dans ce qu’il fait et,
le souhaitable ne doit pas se con
fondre avec le possible ni avec
le récl; tant il est vrai que le
malheur des uns fait’ le bonheur
des autres...

La Noel et le jour de 1’An,
deux solennités qui éveillent J’es
pérance de la chrétienté bien
qu’elles constituent une nouvelle
Gtape qui nous rapproche de no-
tre fin...

Pour exprimer leurs joies et
leurs pejnes dans ta ferveur de
la dévotion, leg chrétiens n'ont
pas de climat plus propice que
celui des sanctuaires. Mais, tan-
dis que les uns chanteront, pleins



L’Actualite Internationale

FRANCO ROMPT AVEC

LES CARLISTES



MADRID (AFP)

Le gouvernement du généval

Franco a délibérément rompu
avec les carlistes en expulsant
vendredi Ie prince Hugues

Charles de Bourbon Parme, et en
interdisant & son pére, ie prince
Xavier, prétendant carliste au
tréne d’Espagne, dc fouler désor-
mais le sol espagnol.

Ces mesures, estiment les ob-
servateurs politiques, pourraient
étre te prélude a le designation
du prince Juan Carlos, tis de
Don Juan, comme successeur du
général Franco. Des rumeurs per
sistantes, qui n’ont pas été
démenties, courent dépuis quel-
que temps 4 ce sujet a Madrid.

Liinterdiction de séjour déci-
dée & Vencontre du prince Xavier,
— ses partisans l‘appelent le roi
Xavier — et de son tils, suscike
une émotion chez lescartistes,dont
certaing occupent des positions
importantes. M. Antonis Oriol
Urquijo, ministre de la Justice,
et M. Antonio Iturmendi, pré-
sident des Cortes, notamment,
sont carlistes. La communion tra-
ditionaliste semble avoir étre
frappée de stupeur : ce n’est que
samedi matin qu’elle publiera un
communiqué.

Ti svagit en effet, pour les car-
listes, de Ia fin d'un réve. Pen-
dant de nombreuses années, le
général Franco s’est abstenu de
rejeter ouvertement la candidatu-
re du prince Xavier au tréne et
quand en 1964, son fils avait
épousé la princesse Iréne des
Pays Bas, il ne s'était pas opposé
& ce que le jeune couple s’‘installe
a Madrid.

Bien que le gouvernement soit
intervenu plus d’une fois pour
freiner les activités politiques
des deux princes et leur ait
refusé ia nationalité espagnole,
leurs partisans considéraient que
les chances de Hugues Charies de
succéder & Franco étaient réelles,
Etant donné lage du prétendant
en titre, c’était en effet le fils
qui incarnait Vespoir des tradi-
tionalistes, Ja plupart des oub-
servateurs politiques ne par-
tageaient pas cet optimisme, Is
pensaient plutét que la menace
carliste, soigneusement entre-
tenue, était fort utile au général
Franco dans ses rapporta avec
‘es monarchistes fidéles A Don





Juan. Le fait que le chef de
l'Etat ait décdé de se priver de
cet atout est significatif.

L’annonce des mesures prises
contre les princes Hugues et
Xavier a fait effet d'une bombe
dans les milieux carlistes. Quel-
ques tétes chaudes ont aussitét
parlé de soulévement: Ja Navarre,
qui avait fourni 60.000 requétes

carlistes au général Franco dés
le début dela guerre civile,
. pourrait cette fois se soulever

contre lui, disent les plus exaltés.
Leurs chefs, eux ne disent rien,
et se sont donné jusqu’A samedi
pour réfléchir.

Cependant, l’époque des guerres
carlistes qui a ensanglanté une
grande partie du siécie dernier,
semble révolue en Espagne. Le
dernier descendant de Don Carlos
est mort & Vienne en 1935 et le
roi Xavier, prince francais, n’est
reconnu que par une _ partie
des carlistes, Les observateurs
estiment donc qu’aprés un _pre-
mier moment d’émotion parmi ses
partisans, les choses se calmeront.

!
\
H
\
|



On est toujours heureux
de recevoir une plume
ou un ballpen

SHEAFFER

| Un cadeau inoubliable--

c’est SHEAFFER !

Voyez les derniéres
créations

Sheaffer

4% SHEAFFER

you assurance of the bdat





. poo co
chez
R. H. CARLSTROEM
_ Rue Bonne Foi
MAISON ORIENTALE
Rue Bonne Foi
LITTLE EUROPE
Rue Bonne Foi
JOE ETIENNE
Ruelle Carlstroem
QUALITEX —
Rue Bonne Foi



‘dallégressa, Jes autres n’auront
qwune voig étouffée. et des mots
embrouillés pour traduire les
sanglots de leurs coeurs...

Une année qui finit, une au-
tre qui commence comme le va et

vient des fléts toujours chan-
geants, des fléts pourtant les
mémes...

Pour les croyants, pour les

incroyants, pour leg ‘sceptiques,
au dela des nuages de l’horizon,
eest le moment de méditer et
Wespérer un, rayon. de soleil...
Avec ou sans la venue du Mes-
sic des Ameg iluminées, nous



to

el’ An...

gerdons tous,— tant jl nous res- sant, alors, que, retournés & nous

te une parcelle de lucidité, —
Vespoir qui fait vivre.:. Chaque
fois que se ferme le cycle de ces
douze mois, nous avons besoin
d’une halte pour un nouveau dé
part.,. Constatation dramatjque
de la pensée rationnelle. Hélas !
par une aberrante contradiction
ou ironie des choses, les voeux,
—* illusoires comme la fumée des
encensoirs, — nous emportent
pour peu que nous nous oublions,
dans le domaine éthéré des dou-
ces abstractions, duns les réves
merveilleux d’un sommeil repo-

mémes, les yeux ouverts suy jes
impératifs de :
nous appelons deg devoirs d’é-
tat, debout sur nos deux pieds,
il faut nous rendre a’ l'évidence
que "homme vit d'’abord de réa-
fités objective, souvent décevan-
‘tes et, c'est peut-étre pouquoi
Georges Duhamel dont les ouvra-
ges reflétent parfois une pénétran
te psychologie, a écrit quelque part

que « nos illusions gont nécessai--

res & la vie...»
Décembre 1968
CHRISTIAN A. ROUSSEAU



Stéréophoniquement votre!

La chaine stéréophonique compacte Phillps apporte & chacun |e riche
éventail,des joies musicales.
Un amplificateur 12 W, un tourne-disques et des haut-parleurs aéparéa
tirent un parti maximal des qualités acoustiques de n‘importe quelle
salle de séjour; ils assurent une lecture stérécphonique pleine en
entiére de vos disques. .
Elle vous ravira, cette chaine stéréophonique compacte Philips dont
les éléments sont gainés de bois de teck s’accordant parfaitement
avec votre mobilier.

C'EST PLUS SUR

PHILIPS

S



a

ee SS

EN VENTE A LA CURACAO TRADING CO.

‘
g
4
4
v4
eA
v4
4
C4
7
7
4
a
ca
4
4
7
oa
‘
4
4
ce
4

A PETION VILLE



SISSIES NCSI IE SCE IESE IEE SE IE EET EEE EES

STCENUNS CRA VAVUVULN ET SUV CHEV NTR ANLNA CNTVEMA

Bee ee EE EEE Eee

é

AVIS

Les Produits TT A MPCQO penvent ttre achetés

aux adresses suivantes

A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert

Laive

Coles’ Market
Lalwe

Boulangerie St-Marc

Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market —

Autereute Delmas



»

Gaetjenis

Tuce Chatelain

Rue Toussaint Leuverture

chaque, jour que -







|











SN NN ANN











GARR 22 i



LA ROUTE DE L

En ces jours frais de décembre

od tous les esprita sont préoccu-
és par diverses inquiétudes, par
es perspectives sombres qui
s’offrent A nos regards, vu les
conjonctures de l’ex:stence ,mon-
diale, nous croyons devoir appe-
ler l'attention sur la nécessité
de la ;Paix. La voie qui y conduit
étant lune route scabreuse, semée
de difficultés, nous devons tous
apporter notre contribution pour
Y'intégrer dans la réalité. Car,



malgré la limitation des
dements, puis leur cessation,

Les hommes doivent se
montrer BAgeS en imposant silence
h leu.s passions, Aargir "horizon
de leur esprit pour consentir les
sacrifices que toute paix durable
‘suppose. Depuis mai dernier, les
négociations se poursuivent labo-

leurs alliés et leurs

ar Lallier GO. Phareaux

nous n‘avons enregistrg aucun
résultat satisfaisant. Au contrai-
re, par suite de ce.taines contin-
gences, en dépit de certaines
concessions, nous sommes navrés
de constater que les obstacles ne
sont pas encore levés. ‘C’est que
les hommes ne cédent pas faci
Jement, quand il s‘agit de leurs
inté.éts, de leurs priviléyes.
L’opinion universelle doit donc
jouer un réle " prépondérant en
exergant une pression sur les



La Haute Fidélité de I’ Avenir

Révolutionnaire Inégalable et Inégalé

Cfysteme

,

HO :

De HAUTE FIDELITE et de STEREOPHONIE

GIG2000
ada 0 dtd =~ 5
FREE RAMS



Spécifications Techniques:

18-80 SPEAKER SYSTEM (ELECTRONIC CROSSOVER)

Amplificateur 45 Watt, RMS X 2, soit

HARMONIC DISTORTION

INTERMODULATION
DISTORTION 0.5% A 45 Watts RMS

FREQUENCY RESPONSE

DISTORTION :

, ‘0
(AT RATED 2 Volts R.M.S. output)
PHONO INPUTS FOR 0.15 MV. and 3.5 MV

moins de 0.5%

PREAMPLIFIER

SC-
(SOLID STATE)
: 5Hz to 50.000 Hz -plus ou moins 1 DB

: 90 Watts per channel
de 20 A 20.000 Hz

(IMPEDANCE SWITCH FOR 20 — 60 — AND 100K OHMS)

AND PROFESSIONAL

TAPE MONITOR : A,

ALL SWITCHES : Knife of highhest Quality

; CONTINENTAL TRADING
EMMANUEL AMBROISE

Agent Exclusif :





‘YPE Volume, AND TONE CONTROLS

quatre partenaires & la table de

conférence de Pacis pour — leg
porter a considérer le tinistre
spectacte d’une jeunesse qui méne

“une vie tragique sur le champ de

bataille et dont un fort contin-
went est fauché quotidiennement.
Ce sont les meilleures réserves de
cerlaines contrées qui sont con-
sommeées, sans donner Je meiticur
d’elles-mémes pour l’avancement
de leur Pays, Et c’est triste et
émouvant,

Les implications de tout ce
drame, c’est que ia production
diminue et beaucoup de pays sont
en proie 4 la famine. D'un autre
cété, les épidémies rongent les
populations. Et partout of l'on
jette les regards dans ‘plusieurs
contrées en Asie, c’est le Jésastre,
la misére, le désarroi.

Commie si ce n'ctuit pas assez
ls» perspective de tant de douleur,
le conflt Israelo-arabe ensanglante
les hauts Tieux de la méditation
que représentent les environs de
Jérusalem. Ces endroits on le
Christ ‘est né, a vécu modes-
tement, appelant tous les hommes
A commun.er dans les mémes
pensées de charité et d'amour
sont périod.quement le théatre do
luttes armées. Aprés la guerre
des six jours, par instants, ce
sont des combats sporadiques qui
surviennent entre des groupes
adverses en des localités rivales.
Dans leur aveuglement, les hom-
mes oubitent ce que ces lieux

constituent pour l’'Humanité.
Nous sommes tellement obnubilés
par lintérét, l’'amour-propze, que
neous ne comprenons plus la
portée des @ronds saer fices qui y
ont été fai’s dans le temps pour
le bien-étre des humains au point
que nous semblons nous appliquer
4 en effacer toutes les traccs.

C'est le comble de la démesu-
re!

lin dépit de toutes ces confla-
rations qui secouent si profon-
dément le Proche, le Moyen-
Orient et l'Asie, of nous voyons
mourir souvent, & c6lé des com
battants, par milliers, des en-
fants, des femmes et des ve'llards
sans défense, nous ne désespérons
pas de voje revenir l’Huimanite a
la sagesse. Car des Institutions
ont été mises _en place 4 cette
fin et elles travaillent avec per-
sévérance ct ardemment pour
mettre un terme 4 ces douloureux
déchirements de notre Monde.
Certes, dans l’enchevétrement des
faits internationaux qui dérou-
lent depuis la réunion de Paris,
nous observons au Vietnam, Nord
et Sud, des incidents déplorables
qui compliquent en maintes fois
les démarches en vue de parvenir
a la fin des opérations militaires.
Néanmoins, comme la resplendis-
sante clarté des étoiles qui é-
clairait les coeurs & la naissance
du Christ, une lumiére est proje-
tce dans ‘es fimes par su ‘te de
ces Institutions qui travaillent
inlassablement pour la Paix, Et
les hommes’ de bonne volonté,








mettant leur esprit en campagne,
trouveront les moyens nécessaires
pour convaincre leurs semblables
d’arriver & une certaine compré-
hension pour les concessions — re~
quises en vue d‘aboutir & l’enten-
le pour obtenir cette Paix, in-
dispensable 4 evolution de notre
blonete,

Nous croyons que, considérant
les souffrances qui gisent au sein
des plus humbles foyers, dans les
fumilles qui ont l’ango sse aux
coeurs et jetant un profond re-
gard sur la créche de l'enfant
prodige qui est venu nous donner
deg lecons de modestie, d’amour,
afin de régénérer la terre, on
finira par trouver un modus
operendi pour terminer tous ces
conflits.

Apcés tant de douleurs, I’Uni-
vers, heureux d’un si grand évé-
nement, connaitra des moments
d’ allepresse indescriptible. Et ap-
préciant Ja Paix, on déploiera
toujours des efforts pour la con-
server. Ainsi, grace aux initiati-
ves des hommes de bonne volon-
té, notre Monde connaitra un re-
nouveau. C'est le voeu que nous
formons ardemment du plus pro-
fond de notre coeur.

Lallier C. Phareaux



Grande Croisade
Evangélique

Appel a toug leg Pasteurs, E-
vangélistes, Moniteurs, Interpré-
tes de toutes les Eglises en Haiti.
Fuites vous enregistrer mainte
nant de 9 & 11 heures A. M. a
VH6tel Plaza, & Port-au-Prince.

Ayez une part officielle & la
Grande Croisada Evangélique
dOral Roberts, qui se Hendta
au Stade Sylvio Cator, Port al-
Prince, du 9 au 15 Janvier 1969.

Environ 47 professeurs et étu-
djants qui travaillent dans la
Croisade, seront au service des
Eglises. Inserivez - vous mainte
nant pouy @tre visité par l'un
de ces messagers de Dieu.

Vous pourrez toujours occuper
un poste important dans la croi-
sade.

Tachez de voir aujourd’hui de
9 a 11 heures A.M. le Rév. Jack
Walker a 1l’Hétel Plaza. Merci
P.O. Box 1829.

Appel & tous les Maestros de
toutes les Eglises en Huiti.
Voulez-vous particjper au Grand
Choeur Chrétien de 1000 voix
qui sera filmé a la T. V,

Voyez le Rev. Jack Walker &
VHétel Plaza de 9 a 11 hres a.m.
Faites enregistre, votre Choeur
pour ce grand événement en coo-
pération avec la Croisade d’Oral
Roberts qui se tiendra au Stade
to60° Cator du 9 au 15 Janvier

Voyez le: Rév. Jack Walker &
VHétel Plaza da!9 A 11 heures
A.M. P.O. Box 1329,

SS SOO SS SSCS SPOS SOOCOCOCCOCCOCoCeS<- SBOSOOOOooose

ESTONE

v
., CAPITOL présente

Du 22 au 28 Décembre 1968
4 6 Hreg et 9 Hres

LE DOCTEUR “IVAGO

LE DOCTEUR JIVAGO est la
grande superproducton que le
CAPITOL passera a partir du
22 Décembre es pendant toute la
semajne,

LWAUTEUR :

Le 23 Octobre 1958 LE PRIX
NOBEL DE LITTERATURE é-

_tait décerné a. Boris PAST'ER-

NAK connu dans le monde entier
pour sa sennibilté poétique.

Mais le lauréat ne put se ren
dre & STOCKHOLM pour rece-
voir son Prix car le DOCTEUR
JIVAGO restait et est resté in-
terdit en U.R.S.S.

PASTERNAK savait que la li-
berté fragile que lui consentait
encore les Autorités Soviétiques
lui serait défintivement suppri-



Nouveau!

Egalise

en une seule éta

Maintenant, yous pouvez égaliser et faconner
vos cuticules sans effort. Le nouveau Cutipen,
nécessaire complet en lui-méme, donne une seule
goutte de créme A la fois; cette créme A la
janoline, & action douce, ramollit et enléve les
cuticules disgracicuses. Cutipen, élégant et incas-
sable, est spécialement congu pour le soin des
cuticules. La pointe du Cutipen, unique en son
genre, égalise et fagonne les cuticules pour
révéler la beauté des luriules de vos ongles. Vous
ferez vos ongles en moitié moins de temps. Pas
besoin de batonnets de bois d'oranger ni de
tampons de ‘coton. Ayez toujours un Cutinen
dans votre sac, pour pouvoir utiliser o‘impurte

quand,

.M. ARTY & CO.

26 Rue des Miracles



'

SAMEDY, 21) RIMANGHE 72 ETLUNDL A ORARER GAS



. AU CAPITOL

~mée slil. se déplagait. Cest au

soir de sa vie que Borja PAS-
TERNAK avait écrit, LE DOC-
TEUR JIVAGO et qu'il avait
eréé — peut-étre a son image —
ces personnageg de chaiy et de
sang, d’amour ct de douleur,
que sont Youri JIVAGO, LARS,
TONYA e¢ tant d'autres.

LE FILM :

La merveilleuse. production de
David LEAN a comme cadre la
nature violente de la Russie avec
ses plaines enneigées, ses fdréts
grandioses, ses nuages' mena-
cants. . oo

Le Film se déroule dans le
tourbillon de la guerre civile,
dans le bouleversement révolu-
tionnaire d’un monde qui s’écrou-
le, dans les flemmes de l’amour
et des Passions.

LES PERSONNAGES -:

La distribution dea réles a eu

e rapide
e propre:

e doux






e rien @ couper





7

pour’ régle, non seulement la cé-
lébrité des interprétes, mais aus
si leuy capacité & correspondre
aux personnages, C'est sur la
base de ces critéres qu’ont été
sélectionnés Omar Sharif qui
rend vivant Vétre exceptionnel
de Youri.Jivago, Géraldine Cha
plin, son épouse et Julie Christie
(Lara) son grand amour.

La sincérié du Roman, la par-
faite. réalisation du film, lui ont
permis de-rafler d'un seul coup
aix Oscars, celuj du meilleur scé
nario, de. la meilleure mysique
(avec la chanson de Lara comme
fond sonore) des meilleurg dé-
cors, de la meilleure photogra-
phie, de la meilleure direction
artistique et des ‘meilleura costu-
més,

Le DOCTEUR JIVAGO est un
film parfait digne en tous pojnts
du CAPITOL, le cinéma de la
Capitale.







Joseph. C. Valmé et Co.

DISTRIBUTEURS

~













SAMEDI 21, DIMANCHB 22 ET LUNDI 28 DRCEMBRE 1908






$
PAGE 13





VOTRE HOROSCOPE

Cherchoz la section correapondant au jour de votre anniversaire de naissance ot vous trouverg lea perspectiver que vous signatent les autres pour demain.

Droit de reproducttan totale on partielle réservé,

LUND! 23 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER):
sent. Attention aux chiff-es, aux
comptes, aux estimations, 2 la
gestion des affaires d’autrui.
Hite ou négligence causeraient
d’inutiles mais de codteuseg er -
reurs.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Restrictiong planétai -
res. Il sera nécessaire de suivre
des régles méme si elles vous
paraissent jrritantes. Toute for
me de mécontentement ou tout
éclat vous aménerait des «tui -
less.

_22 MAI AU 21 JUIN (GE
MEAUX): Avez - vous mal choi
si votre objectif? Examinez vos
plans et vos méthodes. Manque-
t-il quelque. chose? C’est le mo
ment de le découvrir, tandis que
la @onjoncvion encourage votre
effort.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Un effort persévé-
rant sera couronné de succés. In
fluences trés variables. Certaines
heures seront vraiment difficiles.
la lutte, tuutefos, se réveieve {4
éonde,

24 JUILLET AU 23) AQUT
{LION): Vos dons, bien -utilisés,
‘yous apporteront maints avanta-
ges. Des programmes 3 échéan-
ce Gloignée sont part.iculicrement
favorisés.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
: BRE (VIERGE): Bonnc pério-
de pour votre dynamisme. Un peu
plus de reche-che dans un pro-
jet en cours d’exécution sera bé
néfique. Un conseil seulement:
Tenez-vous éloigné de toute ‘in-
trigue.

24 SEPTEMBRE AU 23 0C
TOBRE (BALANCE): Bonne
ambiance. Vous pouvez ut lement
vous livrer A une tache différen
te, méme
pourvu que vous ne négligiez pas
vos responsabilités immédiates.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): OQOppostion
possible et votre adversaire peut
avoir raison. Ne vous énervez
pas; au contraire, écoutez atten-
t.vement. Votre point de vue peut
changer radicalement.

23 NOVEMBRE AU #1 DE -
CEMBRE ( SAGITTAIRE ):
Vous voulez depuis quelque
temps vous Ivrer 4 un.travail par
ticulier. Maintenant, vous aurez
la chance de l’accomplir avec da-
vantage d’assurance. Pas trop de
combativité: vous dépasseriez les
bornes.

Abts SAREEPABALEEARALALAAAS

Pour Noel, soyez pratique dans vos achats
‘i VOUS POUVEZ GAGNER L’UNE DE CES 3 PRIMES QUE VOUS OFFRE LE BON PERE NCEL"

Premiere Prime: Cent Dollars Cash — Deuxiéme Prime: cinquante Dollars

=
x -



Des précautions s’impo-

tout a fait nouvelle, -

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE): ‘Tirez
un peu sur les rénes, par sécu-
rité, non pour prevoi: des diffi
eultés mais pour écarter leur pos
sibilité.

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Progres -
sez hardiment quand vous étes
sar de vous. Li vous faudrait
peut - étre un peu plus d’expé -
rience, néanmoins. Evitez les ex-
trémes; renforcez les méthodes
qui s’usent.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Une pensée nette,
appuyée par une action efficace,
vous nidera & atteindre un bon
résultat. Ne perdez pas de vue
vos buts les plus ambitieux et di-
rigez - vous franchement | vers
eux.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Normalement, vous étes
studieux et indépendant. Vous
réussirez méme si le lieu ott vous
étes ou votre travail se modifi
car votre volonté de bien faire
vient de vous et non pas de I’ex-
térieur. Gardez cette attitude
sérieuse’ devant la vie. Ne vous
laissez pas entrainer par le tour-
billon de l’existence et évitez des
partenaires médiocres. Vous vo
yez la situation de loin et vous
avez devant vous un _ tableau
plus clair que celui qu’ont les au
tres avec des possibilités équiva-
lenies. 1969 demandera de la té.-
nacité et de la bonne humeur et
mettra & lépreuve votre faculté
d’adaptation,

Naissance de Charles Sainte -
Beuve, critique litéraire.

Avis de Divorce

Conformément 4 Vart. 10 de la
Loi du 6 Juin 1968, l’Officier de
YBtat Civil de la Section Sud
da Port au Prince, en exécution
du Jugement du Tribunal Civil
de ce ressort admettant et pro-
noncant le divorce du sieur Louis
Georges VOLCY d’avee son épou
se née Mar‘e-Thérése ALEXAN
DRE, en date du 12 Novembre
1968, a transcrit sur les registres
a ce destinés-le dispositif de la
sus-dite décision.

P-au-Pee. le 20 Décembre 1968
Francois E. NERETTE, Avocat



LISEZ
LE NOUVELLISTE

FOUAD A. MOURRA :Grand choix de méntres
SOT, ZODIAC, SYLVANA. Bijoux en or 18 Kts, Crystallerie Val
St. Lambert, Daum. Porcelaine de Limoges, Verrerie Bacarat. Par-

fums frangais.
EXPRESS SUPER MARKET

‘ queurs et vins frangais. Biscuits et chocolat, Boucherie e{ Charcute-

rie. Cadeaux divers,

DO NMOHR SALES :

frangais.

ATTENTION ... ATTENTION.
La Fiche vous fat remise POUR UN

«LE NOUVELLISTE>

MARDI 24 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (311
LIER): Méme si la conjonction
est assez bonne, des gains sérieux
pourront étre faits si vous Gies
calme ‘et efficace. Evitez hite et
tension et tout ira bien,

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Vénus propice. Les opé-
rations financiéres séricuses, le-
questions fonciéres, lactivité ar-
listique, les problémes famil‘aax
sont favorisés.

22 MAI AU 21 JUIN GE -
MEAUX): Une de vos journeées,
stimulantes avec beaucoup de pos
sibilités, d’amitié et destime en
votre faveur. Faites votre ma-
ximum et vous verrez comme ve-
tre personnalité s’épancuira.

22 JUIN AU 23 JUILI-ETr
(CANCER): O28 allez-vous? In-
tuition et instinct, s’ils sont sa-
vamment utilisés, vous aideront
considérablement. Soyez p:écis.
Direct mais sang étre abrupt A
Mégard de quiconque,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): La conjonction vous
met en garde contre des paroles
incomsidérées, des actes irréflé
chis. La journée aura des possi-
pilités nombreuses pour ceux qui
sont alertes et ambitieux. Visez
haut.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
RRE (VIERGE); Voyez le tra -
vail qui vous attend. Classez vos
taches selon leur importance.
Dressez un plan d’attaque puis
en avant! Prudence,
dans les entreprises que vous ne
connaissez pas A fond.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE): Tact ct
finesse vous aideront & atteindre
des buts que la force ne vous per
mettrait pas de toucher. Ecartez
Jes bruits, chercher la vérité ct
évitez Virritation.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Si vous n’a
vancez pas comme vous le vou -
driez, changez votre cadre d’opé
rations, On vous aidera mais
c’est A vous seul qu’incombe le
choix de votre programme. N’ou-
bliez nas que souvent Yinattendu
arrive,

23 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE): So
yes précis, calme, maitre. de vous,
et vos problémes seront plus faci
lement résolus. Votre don de per
suasion est certain mais assurez-

vous d’étre oriente dans la bor-
ne direction.

toutefois,

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE):: Chan-
wements indiqués qui recomman-
dent la substitution d’idées, de
méthodes et d’habitudes nouvelles
pour remplacer celle qui ont fai’.
leur temps. Cherchez des ouvertu
res convenant bien 4 vos dons,

21 JANVIER AU 19 FE .-
VRIER (VERSEAU): Poursui -
vez Pextcution des plans déja ar
rétés, Un grand sueccés vous est
possible. Montrez votre sens de
Vhonneur, votre compréhension,
votre discrétion et votre confian-
ce en Vous,

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): La position de
Neptune indique que le moment
est venu de redoubler d’efforts.
Travaillez avec ceux qui vous
incitent & aller vers le succés.
Bonnes nouvelles en perspective.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous étes généralement
avisé dans vos méthodes, possé -
dant de Vesprit pratique, de la
confiance en vous et un sens ai-
gu des affaires. Les laches intz!-
lectuelles peuvent aussi vous of-
frir de grands suceés, Votre indé
pendance, votre énergie et votre
réalisme sont remarquables. Refré
nez une tendance au pessimisme
et au eynisme quand la déception
vous atteint. De nombreux jour-
nalistes, éducateurs et conféren-
ciers ont été des natifs du Capri
corne.

AVIS

Les gapgnants de la rafle des
Etudiantes de I’Ecole de Secréta
riat du Chr‘st-Roi en faveur de
WOeuvre des Pupilles de Saint
Antoine sont :

Premier prix : Monsieur Frantz
Gharies (Lalue)

Deux‘'éme prix : Monsleur For
tuné (Rue de le Réunion)

Trois‘éme prix: Monsieur le
Docteur Arnoux Charlot

LA DIRECTION



Un Reméde
souverain

CONTRE LA CONSTIPATION
«LES GRAINS DE VALS».

Régularisateurs de l’entomac et
de l'intestin — laxatifa et dépo-
ratifs.

En vente dans touces les Phar ra it cristalliser vos prochaines

macies.

Propristé King Features Syndicate — Exolusivité

MERCREDI 25 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (BE

LIBR): Laissez creposer> cer - de toutes les posuibilités qui sof re trop de choses eh niéme temps, |
taines questions tandis que vous frent. vous ne les ferez pas bien. Don-
réorganisez voS pensees, Vos . nez une particuliere’ attentioi |
plans, vog nouvelles méthodes 22 DECEMBRE AU 20 JAis aux questions économiques et do-

d’approche. Influences contras -
tées qui donnent de la finesse el
de Vindulgence.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): La conjonction suggére
Vobservation attentive de la situa
tion avant de vous lancer dans
de nouvelles entreprises. Assurez
vous que vous savez exactement

démaréhes. Analyse rationnelle

VIER (CAPRICORNE): Soyez
prét, On essaiera de vous ma -
noeuvrer. Gardez les yeux et les
oreilles ouverts afin de ne pas
manquer Voceasion,
veaux avantages sont 4 envisa
ger.

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Travail-
lez selon les nécessités de la jour

De nou --

vos forces. Si vous essayez de fai

mestiques. °

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous cherchez la cannti~
sance ‘sans vous lasser: tout ce
qui en_vaut la peine (choses ou
gens) ‘Yous: intéresse. Vous @te:.
un organisateur - né, un media
teur et feriez un excellent «lirec-
teur dans de vastes entreprise-



of vous en étes,

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Vos actions doivent
aétre fondées sur une pensée or-

ou dans je monde financier. Vous
pouvez réussir aussi sur Ie plon
intellectuel. Essayez de refréner
les caractéristiques | suivantes:
Yentétement, la jalousie et l’er-

nie. Lioisjveté ne méne & rien.
Par nature, vous étey un ‘réalisa-
teur. Ne vous laissez pas gagner
par une tendance & Vimmobillg-

aanisée. Un effort sien omrent me. . trainement vers lessarcasmie.

e - R

: . ‘ Naiss saac -

sion, Toutefois, ne vou surme. 20 FEVRIER AU 20 MARS jon vevant et epares de ln lor de

nez pas. (POISSONS): N’éparpillez -pas jg gravitation universelle. ’ Forts.

22 JUIN AU 23 JUILLET ~ : -
(CANCER) : Les legons de l’expé .
rience doivent vous enseigner. Un
programme cohéreut sera exécuté
plus facilement et plus efficacc-
ment que des mesures improvi -
sées, Soyez calme et réaliste.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des complexités vous at
tendent. Gardez votre entrain,
soyez persévérant et vous bouscu
lerez tous les obstacles. Mais as
surez - vous que vos buts ultimes
sont vraiment raisonnables.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Des bénéfices
marginaux appartiendront a
ceux qui sont disposés 4 faire ce
petit effort supplémentaire qui
si souvent transforme la médio-
erité en succes. Servez - vous de
votre expérience.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC -
TOBRE (BALANCE): Influen -
ces planétaires assez bonnes. Ne
soyez pas capricieux dans vos
gofits et dans vos répugnances,
sur le plan personnel ou profes.
sionnel, Vous iriez vers la dé-
ception et Vincertitude.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Avee con
fiance et optimisme, vous irez
loin. Vous sauterez des obstacles
infranchissables & d'autres et
remporterez des lauriers sans
trop de peine.

23 NOVEMBRE AU 21 a
CEMBRE (SAGITTAIRE):
ne action efficace vous dora
Vapprobation de vos partenaires.
Une intelligente discussion aide-



Achetez aujourd’hui
la Montre de demain

MONDE.

True Linz
ht

souligne votre personnalité

Eure ,
FORTIS



EN VENTE A L’HORLOGERIE E,. BERTHOLD
RUE DES MIRACLES No. 33.

Troisieme Prime: Vingt-Cing Dollars

Il vous suffit d’acheter dans ’une des Maisons de commerce suivantes pour au moins CINQ DOI LARS ©

et vous recevrez une fiche numérotée. -

: Provisions

Bijoux en or 18 kts,

alimentaires,

: OMEGA, TIS

Li-

Appareils K O D A K & PCLAROID.
Plumes et, ball pen PARKER. Appareils a filmer et films blanc et
couleur. Articles en argent. Accessoires de bureaux.
RUSSO & CO
FLE, verrerie bacarat, porcelaine LIMOGES, Montres BULOVA,
ROLEX, Parfums francais. Bijoux en or 18 kts. Réveils et pendules
weciiga
MAGASIN LE SOLEIL & VOGUE : Chemises NOVELTEX
& PRESTIGE. Vrais tissus TERGAL frangais
CAVALIER garantis par BOUSSAC. Montres C A NDINO.
Réfrigérateurs. & Radios JULIETTE.
VITALE & CERULLI :
liqueurs CUSENIER, Accessoires pour péche sous marine. Chapeaux
BORSALINO. Verrerie en crystal. Alliance et suite en or.

Montures pour lunettes, argenterie CHRISTO-

Sous - vétements

CINZANO et

arfums

NASSIM A.MOURRA :VALDERMA en poudre pour irritations _—
ct en créme pour la peau. Eau de toilette 3F aprés le bain, Pétrole

HAHN pour chute des cheveux. Produits L'OREAL de PARIS et . ~
parfums LANCOME.

QUALITEX :Briquets RONSON, Plumes PARKER, portefeutilles

BUXTON pour Appareils K O D A K et

POLAROID. Parfumerie. Fausse bijouterie. Produits pour cheveux.

hommes et femmes.

Accessoires pour coiffure. Films.

MAISON ORIENTALE & LITTLE EUROPE : Bijoux en or
18 kts, et en argent. Cosmétiques ORLANE. Produits TABAC
ORIGINAL pour hommes. Montres M OVADO, GIRARD
PERREGAUX, TECHNOS. Parfums francais. Cadeaux divers.
AUX 100.000 ARTICLES : Grand choix _de “jouets allemands,
italiens, japonais et ameéricains mécaniques ou a pile. Grande

collection de bijoux en or 18 kt. Mallettes de voyage. Service en-

crystal.

PRESTIGE & CORNER SHOP :Cosmétiques et parfums francais.
Sous vétements francais. Sacs 4 main italiens pur cuir. Bijoux en
or. Tissus francais, Mouchoirs suisses. Cravates. Cadeaux divers.
MAISON DU LIVRECLAUDE LEBRUN: Grande exposition
de: jouets allemands, japonais, américains pour vos enfants. Rayon

de bijoux. Service en crystal. Réveil. Sacs A main: Serviétte en cuir.

SEUL ACHAT dont le minimum est CINQ DOLLARS et non pour chaque Achat de Cina Dollars
Tirage le 25 Décembre sur le Canal 5 de Télé Haiti

JOYEUX NOEL ET BONNE CHANCE A TOUS.

“FOR GIFT.
- GIVING,

ioe glvea -:

CROSS

mM OAMCRICA'S FINEST
WRITING, INSTRUMENT

’
â„¢~ a
Pens oe Pencils .

| Weailable in



LA leére “MONTRE AUTOMATIQUE FABRIQUEE DANS LE

FeasannentARAseeAAResbaAASesAAABESARALAEAAASEERAALLEAAAAEAARALEAA,

ccceveyencsyerievereresevevensuayent?

DeEy








Bit KT Gotp rien

LUSTROW:? CHROME
Eo

GEORGES SICARD |
63 Rue des Fronts





£. & 2. 2A OLE*AG RELEASE EABAREEBASEEEAARLEESS

rd

at










PAGE 14



Cette page de Paul Laleau qui
Stalt alors xUXx environs de ses
yu uns, est exctrajyte du premier
numero au «Nouveilliste Litveral-
rey paru en mal LUZ, Notre jour
nal ciat alors dirige par Krnest
Gnauvet, Leon Luieau et Frede-
ric Duvigneaud.

dt y avait dans ce numéro lar
ticle de presentation de Félix
Courtois, ues vers de Peadel; bor
traits de Moravia, Kosée, un Con
te de Lechaud, des vers de-J. Ri
cot : A la Massante.

O Souvenirs ! '

xxx

Elle avait trop souffert des
-soubresauts de sa nature nerveu
se, pour ne pas craindre la cri
se de larmes qui succéderait iné
vitablement & l'explosion de joie
qui la reveilla ce matin,

1 Elle resta @tendue dans son
lit, offrant sa-beauté défaite a
la caresse des premiers rayons
que laube glissa dans sa cham-
bre. Les mains, soutenant le
poids trop lourd de sa chevelu

- re, elle Jaissa erre> sa pensée vers

des faits lointains, oubiés. épars
dans un passé de douleur, et
qui, comme de rares étoiles per
dues dans un ciel sombre, res-
taient pour son Ame inapaisée
les uniques souvenirs qui lui ve
sans amertume. Elle craignait d’é
voquer Ia nuit qui venait de
partir, tremblafte de se rappeler
tout ce qu'elle avait vu, tout ce
-qu’elle avait éprouvé, la douceur
de ce réve qu'elle avait si déli-
‘cieusement cdtoyé dans la vie,
et que le sommeil trompeur s’a
musait a si ironiquement réuli-
ser.

Elle eut telliement peur d’el
le-méme et de toutes les souf-
frances qui envahiraient son ime
qu’elle demeu~a encore longtemps
enveloppée dans la neige des

' draps, oubliant sa toilette, résis-
tant aA Penne de se mirer dans
la psyché qui faisait vis'A vis
& son lit. Car, elle en était trop
sire, le sourire, qu’une certaine
fierté féminine lui disait tenta-
teur su- ses lévres, la grace d’a
bandon qui lui faisait ce matin
désirer elle ne savait quoi, ne
cacheraient pas & la lueur velou
tée des paupiéres, les larmes d’a
gonie quelle n’avait cessé de
pleurer, et qui revenaient plus a-
méres, plus mélancoliques, cha-
que fois qu’aprés s’ét7e follement

offert aux caresses. factices de
fantémes chers, ce corps avide
d’étreintes, se voyait cependant

privé des ravissantes félicités de
Yamour. i

C’est qu'elle était senle main
tenant, toute seule avec sa pen
sée, sans la pensée de l'autre,
de Georges, depuis qu’elle avait
perdu dans l’incendie qui avait
bralé deux des plus beaux quar
tiers de la ville, le coffrec de ve
lours rouge qui contenait Jes let
tres de l’ami, ces lettres qu'il



par Path LATEAU

lui avait écrites de son ceriture
de femme fine et élégante, of
avail passé d’abord, une disercte
nduralion, puis, toutes les tan-
dresses dont se8 grands yeux
lui disnient lu voluptueuse dou-
eeur.

lls s'étaient rencontrés un
soir de bal, et ils s’étaient com
pris. Alors, ne pouvant s’arreter
a de passagéres entrevues dans
Je monde qui n’étaient que de
breves minutes de contemplation
sous des yeux indiserets, ils s't-
tnient mis a s’écrire. Et puis, les
soirs de féte, la joie dont s‘jllu
minent certains visages, le souri
re inquict dont se parent les 1@
vres, trisonnantes des paroles heu

reuses que leur dicte une ame ,

troublée, les regards qui péené-
trent jusqu’au fond des coeurs,
Yenvie, Virrésistible envie de bon
heur infini; of vous plonge, en
des accords langoureux comme
une démarche de femme, une mu
sique indolente, évocatrice de ré
ves inexprimables, la délicatesse
de couples unis en de voluptueu-
ses valses, tout cela était un peu
de leur amour qu’on leur enlevait,
des parties de leur étre qui pal
pitaient autour deux, en mettant
de la joie dans |’ame des au-
tres. Il leur fallait se redire des
choses quwiils s’étaient dites main
tes fois en un échange continucl
d'idées, se bercer au rythme de
vieux thémes ressassés.

Ce furent des lettres qui
étaient leur ame toute, pleines
de ces expressions de candeur
qui sont le secret de coux qui
s’aiment.

Elle les avait soigneusement
gardées, inscrivant au bas de
chacune delle, comme pour ne
rien oublier de tout ce qui avait
approché son idylle, le titre du
livre qui l'avait accompagneée.
Et jorsqu’elle lisait le roman de
Prévost ou de Bourget quixavait
caché la prose dé ‘son ami,.c’était
toujours 4 la page .of, fléchissant
les derniéres résistances de l'a-
moureuse, étaient décrites.en une
pelle prose les caresses du héros
enfin -victorieux, quelle se rappe
lait avoir retiré sous des pétales
de roses, la lettre de Georges.
Mais, combien étaient pour el-
le plus tendres, les quelques li-
gnes de son adoré qui renfer-
maient toutes ses espérances de
bonheur, que la mort- seule, irré
parable et destructrice, avait pu
anéantir.

li Stait en effet, parti pour la
Guerre, et comme ‘grand nombre
de ceux qui s’en étaient allés 1a
bas, vers la grande tourmente,
sans savoir pourquoi, été fauché en pleine- “jeunesse
dans la ruée barbare. ,

Comment. dans ‘son affole-
ment, n’avait-elle pas pensé au
coffret? D’ou lui éta’t venue cette

idée de fuir sans ces
feuillets tant de fois lus
et relus, ot avait passé cha-

Parfumerie

Chemises Arrow

\



Horlogerie



Le Coffret -

que jour la caresse de sus doigts,
qui sembluient avoir gardé dans

leur maipzre blancheur, le dé-
liceux t.emblement = que leur
procurait’ “une lecture St, ai-

trait endormie ayee le souvenlr de
Georges. La fumée épaisse, suf
focante avait envahi toutes les
chambres, interrompant de tron
beaux réves. isile s‘etuit réve l-
lée en sursaut, cependant muaitres
se delle-méme. Mais lelfa.ement
des autres l'avait ¢mportée, lui
enlevant toute pensée.

Au dehors Vincendie projetait
des lueurs pourpres, Une toule
curieuse de dilettunt: assisvait,
regard perdu vers le Jointain que
tapissait une trainée intermina-
ble détincetles, a ’aneantisse~
ment de bien des fortungs, et a
celui plus horrible, du peu qui
cachait tant de m.s¢res incon-
nues. Elle passa, é¢mportant dans
ses grands yeux devenus Trouges
de douleur, tout l'irréparable de
la sicnne. Que lui faisaient a el
Jes les meubles qu'on ne rever-
rait plus, la jolie toilette consu-
mée par les flammes, et qui ne
draperait plus son élegance, qu!
n‘accuserait plus le désir de plai-
ye, Vamour de la parure. Elle
pleurait une misére bien plus
grande, elle portait une douleur
bien plus touchante...

Le lendemain, elle cut la nai
veté de revenir. Une fumée lé-

gére, plus lente montait toujours |

se dissipait 4 Vhorizon ot bril-
lait le disque rouge du soleil.
Elle chercha vyainement. Une o-
deur acce monta des décombres,
balayée par une brise titde qui
la répandit trés loin, jusque sur
_ Je velours de la mer, comme pour
rappeler. a la ville indifferente
qui avait repris son calme, que
cette nuit la détresse avait passé
quelque part... Paul Laleau



Remerciements
Les familles JN-BAPTISTE,
FANFAN; OLIVIER, RAPHAEL,
DESIRE, VERNET, JOUBERT,
GUERRIER;- FRANCIS, JO-
SEPH, ‘SADOMON _ remercient
bien sincérement tous les amis
tant de la Capitale, de la Pro
vince, et de l’Etranger qui par
jJeur présence et leurs messages
de sympathie ont compati a leur
douleur et partagé leur peine a
Yocension du décés de leur regret
tée
Mme Vve. Méroné Jn-BAPTISTE
née Eugénie JN-LOUIS
enlevée a leur affection le same
di 7 Décembre 1968 et les prient
de eroire & leur profonde recon
-naissance.
P-au-Pee. le 20 Décembre 1968

a

MOSAIQUES -
CERAMIQUES
Achetez & la SHEICA ou A la
TIPCO, Mosaiques, Céramiques
les plus jolis coloris.

- Cristal.



SE Oo OS



«LE NOUVELLISTE> ¥

(7)

Les tres les plus matheureux
nu monde sont ceux li qui par
un égocentrisme vraiment mali-
dif n’ont jamais appartenu a per
sonne (autres qu’n cux seuls

(8)

Trop souvent dans la vie la
médisance et la haine sont les
meilleures armes des faibles qui
doivent se venger de ceux-li
les dépassent.

(9)

Les plus grands hommes sont
les plus aimés et les plus détes -
tés.

~ (10)

Tous les étres humains — son‘
sensibles & Vattention qu’on leur
necorde, Le seeret de la sympa -
thie dont jouissent tous les grands
meneurs d’‘hommes réside = dans
Végzale attention qu’ils avecrdunt
& chacun de ceux li qui les ee-



Bijouterie

toient sans discrimination dape,
de race, de nationalité . ou de
range.

(11)

Vivre c'est se battire, sc détrui-
re, s'interpréter vl se Cranslor-
mer, Aussi la vie facile est i'uli
ment dont se nourissent les fai -
bles et les sots. Les étres forts au
contraire recherchent parcoul La
jutte c’est a dire lu vie réelle
puisque la vie n’est pus autre one
se que cela,

(22)

La société donne tout a lbom-
me méme ce que ce dernier »ppel-
Je la conscience morale qui sem-
ble étre individuelie.

(23)

Les difficultés sont & homme
ce que Veau est au poisson et Vair
aux poumons. Ne plus en avoir
west cesser de vivre.

(24).

La mort est une épidémie dont
la plarttte est frappéc. Quand el
le s’installe chez les autres, on

A

Â¥
. uu p: 1

‘vonditionne son

POO EDO LAID EDI DLL LD LOL L OODLE



Articles en cuir pour hommes.

“Par Pierre LAUVROIX

émotion ou sa
douieur. Quand elle {rappe & no
tre yerte nous sommes si boule
verses que, ceux JA qui ncus, ob-
servent en viennent & pense: que
nous nous croyons couverts par
je ne sais quelle immunité — na-
turelle.

7 (8B)

La colére et la vieillesse sont
des visages de la vie. La premié
re exprime Ia faiblesse et la deu
xiéme Jusure.

(26)

L'armonie est une alliance de
contrai.es. Si elle devient totale,
la vie cesse d’y participer.

(27)

‘Partout ot il n'y a pas chocs,
difficultés, problémes 4 résoudre,
jl n’y.a pas de vie.-

: “(17)

Ne demandez pas a un homme
en colére d’tre lacide et quict,
parce que la colére est la = mani-

’ festation la ‘p'us éloquente
de la faiblesse de ‘homme
qui perd) le contrdle du réel,

UKIAH CAAA ASA NNASAS NESSES ES ANNAN AXXO SCORN AES RARE,

SARLCO |

Un nom dans PEconomie du Pays

S A FIL C. 0.

Pius de § 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

SA FL C. 0.

Des milliere de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S.A FT. Cc. 0. |

a willivg de sacs de Sisal au service de ia Nation Haitienne

SA ELC. 0.

Une Industrie Natienale au service de la Nation Haitienne

SA FE GO.)

PDRARWEWE TESTE. SARA RANA RRA OIC III,

Verrerie

La Belle Creole

Snack - Bar

Kaience —

Gand Département de Jouets



a

MARQUES DU MONDE.





Cadeaux divers





:



J

SAMIDI 21, DIMANCHE 22 _ ET LUNDI 23 DECEMBRE 1968.

le potographe -

Lu: force se traduit toujours par
Je calme et la confiance en soi.
. (18)

1 .
Comprendre ceyx Ih auxquels
nous summes direclement lies est
ce quwil y a de pius difficile et -
de pls merveilieux ay monde
Cest ce qui exphque pourquoi
les. femmes pilus exigenies que
les hommes dans Jes raypo.ts hu
mains ne s’attachent desespére-

ment inconditionnellement qu’a
ceux IA qui tes comprennent, —
(19)

Qui seme lignorance récolte
la faiblesse. Aussi le Dieu des
croyants n’est-il pas responsable
de leur faiblesse. -

(20)

Conduire les hommes c’est les
comprendre, les @valuer, les défi
mir et ieS situer. C’est a ce prix
seulement qu’.ls‘ acceptent a sui;

vre ceux la a qui ils
donnent mandat de. voir et
de penser pour eux.

(28)-

Quand‘ on sange que le destin
d’un homme peut résumer
dang: ces trois mots: Taiure, Vi
_vre eb mourir on se trouve por
té ‘malgee soi partuis A consta-
ter compbien ce deslin est ridicu
le et injuste,

(29) :

Plus on force la nature, plus el-
le est genéreuse pour. lLnomme.
Par ¢ompte, elie fait toujours un
mauvais so.t 4 tous ceux-la 4 qui
eile a donné le maxin.un, corame
si elle aurait’voulu se venger de
leur ténecité,. Un trouvera la
Preuve de ces propos dans la bio

rv

graphie de presque tous jes hom
mes de génie. :
. (30) -:

Ce’ que ‘homme appelle inju
tice est la formulation 4 l’écnel *
le- sociale de la 10: de la seiec-
tion naturelle. . ‘
Pourquoi done l‘homme est-il cho
gue pas Vimjuscice en soi qui ~
_nest. autre: chose .. qu’un visage
de. la nature. ho

(81)

Plus on séjou-ne dans ia fou
le plus on est vulnérable.” La loi
des vases commun cants y trou-
ve sa pleine et entiére justifica (
tion. C’est ce qui explique peur
quoi les conducteurs d’hommes
que nous assimilons & des _ met-
teurs en scéne et les spectateurs
isolés sont moins accessibles aux -
grandes émotions qui secouent
certaines foules.

: ,

(32) Alurs que la
gloire d'une épouse éclipse la per
sonnaite d’un ma.i- obscur, la
gloire de ce dernier aur.ole au
contraire la personnalité d’‘une
femme obscure.

(33)
Les sots et: les envieux sont les
ennemis les, plus irréductibles et
les. plus dangereux de la culture.

(34)
L’Histoi.e a toujours été im
pitoyable pour les fuyards et les
vaincus.

‘

(35)
Dans les questions économiques
la femme . est umpitoyable pour
son pére, son frére et son mari.



‘Chez les étudiants du Centre de
J. B. Damier

L’un deg nétres qui a eu le
Plaisin: d’assistey- & une pe.te
féte de famille au Centre d’En
scignement Ménager' de J. B.
Damier est sorti tout simple-
ment émerve.llé de ce si beau
spectacle. L’oceasion Jui fut don
née de constater comment la Di-
rectrice du Centre, Madame ~Ana
eaona Déus Day, Spécialis:e at-
tachée au Déparement des Affaj-
res Sociales, met tout son
esprit
quelque cent cinquante jeunes
filles et dans les connaissances
qui leur sont nécessaires pour
étre utiles au foyer et pour ga-
ener leur vie.

Au départ les éléves du Cen-

tre se réunissaicnt péle - méle
dans une étroite chambre qui
servait de dépét a l’Ecole Profes
sionnelle. Maintenant, grace
& son savoir faire ec avec le con
cours du Ministre Max Antoine
la Directrice a pu effectuer d’im
portants travaux d’agrandisse-
ment et d’éménagement du Cen
tre, les éléves se. trouvent en me

Parfumerie

Atisanat

Lingerie

LT

aAaineulgquer 4a.

sure de travailler confortable-
ment sous la supe.vsion de spé

cialistes qualifiés en broderie,
couiu.e, coupe, artisanat, cu.sl-
ne, savoir-faire etc.

Hier aprés midi, ces étudiants
ont fété la Noel. Mme Anacaona
Day a dit justenient que Noel est
pour tous qu'il est en. tous, et
qu'il revient & chacun de trouver
Noel en soi, dans la paix du
coeur, Avec ses éléves elle a ex-
primé des voeux de bonheur pour
le’ Chef de l’Etat et sa famille,
et pour tout un chacun.

Des étudiants ont dit avec brio
des poémeg et’ exécute des chants
religieux et, patriotiques. Mlle,
Fanfan a fait le discours inau-
guzal, Miles Myrta André, Car-
melle Dévét, Marie Mercia Bor
des, Néhémie Célestin ete ont dit
des poémes et exécuté des chants
ge de cadeaux entre leg éléves et
une gentille petite réception pour
cléturer la féte. Tous nos félici-
tations A Mme Anacaona et A ses
dévouées collaboratrices.

yo.



artment Store >

: ’
oe rverorroreore - :
* OOO POPE L LOL LOLS. LP OOOO DOPOOIOD OOOO DD‘ OOOO DDD DDR OOOO OE. ;
+ POPPOOOCOPIOED













Bonnes sttaires . Pour vos Lunettes Blondie Oo os

le Commerce et Industrie |) — Voyez : can, tied pe Soe | (gE

ALEXANDRE 2?

ALEXANDRE

is i AST-IL AU BAL
OFFRE No. 1-68 : A ce sor?

KOENIG INTERNATIONAL ITD, 5 RU SSO . & Co.

IMITATION DE CUIR EN VINYVT.

. 25, RUE, BONNE Ful, 25
EXTENSIBLE E DE OUALITE SUPERIEURE

: 3294
Grand Choix de Coloris — Toute épaisseur — | Les meilleurs verres

Largeur 54° ow 135

Pour la Fabrication de : : “Les plus belles montures- Chronique de la vie P . lenne

. — reece =a — — Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»



Bottes 3 4 e ~~ ' . °
. 5 e Y . . . ’
i 5 ¢e > : | “4 ° at a Un ecolloque consacré & la econ sur la place de homme, du pot- et demi. considérations financitres, Vimpé
- Souliers Hommes et Femmes 5 our VOSs enfants I Maison dition “de la ‘poésie dans le mon- te dans le monde de la. technique.- - Cela ne signifie pas° que le ratit de rationalisation l’a empor
Sandales 3 | % de de la technique> a été inaugu : xxx partenaire italien, trois fois plus +é sur. les réflexes conservateurs

ré6_ ala Maison de la Radio & «La technique ce n’est pas seu-. grand, absorbe Citroen. II yaeu deg -nationalismes.

Sacs a main . : peut Vous fournir Sur place : Paris pour clére les manifesta - lement la technique industrielle, mariage parce que chacun des C’est bien le cadre juridique of

tions de l’année Baudelaire. Pier bien entendu, c’est ]’ensemble 'des partenaries apportait une~ dot fert par le Marché Commun qui a

j ss ~ re Emmanuel, de 1l'Académie techniques de communication par distincte. Pour fixer les idées, permis ce mariage, mais celui-ci

Coussins ae Qs . Francaise, Commissaire Général mi lesquelles on peut compter, disons.que Citroen dépore, dans we plus oin que ca cadrn. En ef

oo D4 o. Pp de cette commémoration natio - par exemple, les formes nouvelles ja corbeille de noces, un bureau fet, il postule en les c ~

Housses d’automohile des ver r es inéclatables. m@ onale, avait choisi ce théme car il qu’a prises la critique littéraire; de recherches et dés idées origi- tants, Vélaboration d’une Strate-

° ‘ 4 est trés manifeste que l'idée de mais il y a aussi bien entendu ia nales, et Fiat,,des structures de gie industrielle commune, ‘unique

; | Ameublement etc... ete... : : N progrés, plus exactement la trans radio, la télévision, le cinéma, i! production et un réseau commer ce que n’ont pas.encore fait les

Pp e § formation de la société en une y a le livre; aussi bien que la _ cial de dimension européenne, gouvernements ‘des pays mem -
SHecialied : SSC: % société industrielle rovoque science et la technique teller En raisonnant & court terme, bres

Et sur demande pour tout Usage Spécialis¢. ¥ a Z nous vol ' chez Baudelaire une Vive agressi. qu’on les entend généralement... on est en droit de penser que Sur le plan frangais, Ventente

vité. Pour Baudelaire la poésie ce qui est intéressant et qu’i}) Fiat avait moins besoin de Ci- Citroen - Fiat a donné un coup

z ; ae . yoni Vh ——n'ont rien a ga- faut espérer de ce coloque, c’est troen que Citroen n’avait besoin de fouet aux accordailles des fir-
Pour Echantillons, Prix, Renseignements, pour admi er les derni @ r meiZ homme “mont rien & ga faut gspérer de ce colo gens com de Fiat. La politique industrielle mes frangaises ‘Renault et Peu-

re E . : prennent ce mécanisme. 1] ne de Fiat est micux adaptée 4 la geot qui viennent de mettre en
Commande... S . que ia question demeure: toujowc s'agit pas du tout de partir en société d’aujourd’hui. Fiat pro - chantier, dans le Nord, une gran
; R | S 6essentielle. Voici les propos que guerre contre le monde de la tech duit tous les types de Mitures, de sine gute a jpartt de wits
reas \y . o , : nique; il es tla et nous y habi- de Ja 500 ¢ a la 2. produira les moteurs na e
Visitez LA MAISON YVES MORAILLE 8s nouveautes Pierre Emmanuel nous a confiés tons et nous en profitons et nous cmd. Ses filiales sont trés - Peugeot. y - . a © dPOUVONS Mémie T’assimiler 4 une diversifiées, dans la recher- ré le Président Directeur Géné -

7, Rue des Miracles en face de la B.N.R.H. 5

partie de notre univers intérieur, che et Vindustrie navale. aéro - raj de Renault, M. Pierre Drey- -
AVIS IMPORTANT mais ce qui est essentiel, c'est de nautique, spatiale et atomique. Ci fps union Renault - Peugeot
Le comité formé par Son Ex- montrer que cette activité spéci- troen, de son cété, misait sur un pourra relever tous les défis, eu-
Stes fetch sseaeg et hetceetstoteeetet th cellence, i’Honorable Docteur fique: la poésie qui est l'une des petit nombre de modéles origi - ropéens ou américains.» |
z apne.

Phone 3777



Frangois DUVALIBR, Président plus hautes activités de lesprit maux et dont Voriginalité juste- xEX
ODANONEAC HOI AOA EI, DEBARRE i Vie de la République a l’avan- peut étre comprise, non pas, com ment se payait var des délais Arme Sylvestre revient, Chan-
; ‘ Prepriétaires de camions, ha ‘ge et Je plaisir d’annoncer la me J’on dit, par un large public, ’amortissement atteignant jus- teuse typiquement francaise, elle
SEE SARA I, KHIM N INE HIN MEIN MIOM NONI AMI SY



tez-vous de réserver a «DEBAK parution depuis le 22 Novembre mais individuellement par des qu'a 20 ans, c'est A dire trop, compose et interpréte ses oeuvres

: sel 5 é qu'elle veut maintenant ‘un peu
. : RE» P 1908 du Tome II des fuvres gens de plus en plus nombreux.» | beaucoup trop dang une somété q
SIROP PECTORAL SEJOURNE /iiscace SSO SS § a

dh des prix atonnants : Présidence». xxx Mais a‘longue échéance, ni Ci- traites; gardant ses djstances

; A : troen ni Fiat n’auraient pu sépa’ mais découvrant des paysages in
Got agréable,.— Conservacion. 125 et dab oe i, tana 1, ce “magnifique ouviage de 619 TROEN eee cil ow trea, Tément, supporter la concurren- térieurs jusque 1A pares Sea
? - -

A bese de. CODEINE TOLU et EUCALYPTOL. de 180 chevaux, BMC 5,1 litre pages, revu, augmenté et corrigé, gais d’automobile, et de la socié- ce mondiale. entuce, eur mariage cransons He ‘sont " elle eat pat .

de 106 chevaux. transportera Je lecteur a travers té italienne FIAT, les construe- “8% =Y - -

5 . . t tri t tes. les éta- : Se ee c~ -ropéen, le pari de Ja concerta'« fois romantique, elle - n’ignore
Teux, Rhames, Brenchites Enrouements, Influenza, Prowiietoines Cpise, Fapidement) es oe nina Leader des teur dautomobites Ceurope, est tion et de la concentration des rien des finesses de humour ain

oy .
Affections. des. Poumens et 6D, » vous fourni masses nationales tant urbaines pour 50 ai Confme lorsqu'il ¥ + unités de production. Quek-que .si.qu’en témoigne cette chanson

ra a partir du mois de Décembre ue rurales & la triomphale vic-

soit, 4 Varriére plan, le poids.des franco - québecoise.
des différentiels, propeller shafts, toire aux urnes le 22 Septembre

git d’époux qui ont déjé un passé





“ : et possédent quelques biens, Ci -
starters, tétes de {vjindre, pom 1967. 1 troon et Fiat. ont passé un eon-
pes 4 injection vt des ressorts Pour le patriote, Vérudit, le . ore 1
LISEZ pour vos véhicules. * 2 trat de mariage qui préserve la

e
chercheur curieux et avide de sa- sonnalité et la fortune de che R tt; S pl
. : «DEBARRE>, Adresse : Rua voir, cet ouvrage, luxueusement an _ Et pourtant, c’est bien d’un ece eS im es
«LE NOUVELLISTE2 du Magasin de l'Etat

présenté, sera d’un préciewx con- . ) agi , ae
: P.O. Box 225 — Port-au-Brince. , . mariage qu'il s'agit, d’un maria

eo s- eo, Oo
ora Sn tin =~ de Cuisine Haiti
GQOGGG inunenanaunnapeniinessennmesenemeennteapeemmantamatel: MIA ALLAN SAALASLAMIA 9 MA cbté des textes dun sounfle Etapes f fost fioement e uisme al enne















est fort minutieusement
patriotique puissant et d’un réa- préyue par un accord basé sur

lisme parfois brutal, nous est 1¢- deux instances distinctes. CONSEILS PRELIMINAIRES.
tracée par le sortilége des 98 Premiere instance: un organis 2 Par Ninichs
clichés reproduisant tous lea as- me paritaire coordonncra progres EQUIVALENCES DE CHALEUR :

Gg pects d'une campagne riche en sivement les recherches, les pro - POIDS ET MESURES EN CUISINE:

‘ legons de civisme, l’incomparable grammes d'investissements et de / - .

(ff boussée d’une personnalité puis- production, lapprovisionnement Une cuillerée & soupe non dé: - Une tasse-mesure de riz pése

{i% sante comme le Bastion de Ver- et la vente. : bordante de liquide contient: 1/2 :7 onces

{ tiéres; Deuxieme instance: Citroen once et 2 cuillerées 4 café, ° Une tasse-mesure de pois rou-

{ L’Rsitien digne de ce nom s2 erée une société financiére fran- Une tasse-mesure contient ou ge pése 7 onces .

1 @ ‘oit a lui-méme da posséder un aise ou Fiat prendra une parti- 8 onces, ou 1/2 pint, ou 1G cuillee - Une tasae-mesure de café vert
el ouvrage. cipation de 15%. Réciproquement rées a soupe pése 6 1/2 onces .

‘ L’exemplaire relié’ est vendu Citroen peut devenir actionnairc Une tasse-mesure de gros sel Une tasse-mesure de mais mou

u prix de $ 10.00 au Comptoir chez Fiat. . pése 1/2 livre ou 8 onces lu pase 6 onces
e Vente des Oeuvres Essentiel- Les mariés ne sou nallement Une tasse-mesure de sucre en + Une tasse-mesure. de graisse

les (Presses Netionales,d'Haiti), égaux. Citroen produit environ poudre pese 1/2 livre ou 8 oncesi pése environ 7 6nces —
Comptoir de vente des Ueurres un demi million de voitures par Une tasse-mesure de farine pé- N. B. Les produits & mesurer
Fasenticlles an, Fiat en fabrique un million se 6 onces ne ‘doivent pas étre taszés.



SIIDIDA Sa IA ahs

NE SOYEZ PAS PARMI LES ENVIEUX...

MAIS PARMI CEUX QUE L'ON ENVIE...
AVEC es



fa Maguy Shop _
Rue des Miracles No. 66 .
La Coquetta Maguy Shop est fire d’annoncer a sa
distinguée clientéle Sa grande Vente Anniversaire
qui aura lieu. 3 a partir du 23 jusqu’au
" 28 Décembre 1968.

'.. LISTE DES ARTICLES:































Femmes _ Hommes go
Sacs/a:main. ee Porte-feuilles .
Toilés den obit: " Chemises, Cravates te
Valises é . Boutons de poignets e
Guipurgg,:- oo oo Maillots derniers-cris — |
Gants da férémenie,. ‘ Ban-Lon

Tissus lourds en Crépe (Manches courtes et longues)

—¢ toutes les couleurs) 2 Ceinturons

“
Hosicry

. Mosaasins -- Souliers

“ ete...











DERNIER CRI DE LA TECHNIQUE FORD, MONDIALEMENT cCrLEDRe "
DISTRIBU TEGR POUR HAITI

i






PROP POODP IPOD IODC OO OT OS
Garconnets et Fillettes
res _ Chaussures et un grand ="
choix d’articles.. . :








































CECA INIT

WASHINETON (AFP)
Le Dévartement. @Etat a ‘offi-
ciellement, annoncé: diman ir
que les 82,.membrés ‘de J’équipage
- du navire; espion amériéain’ Pue-
blo avaient été libérés.
Le Département, a@Etat a an-
noncé dimanche soir que pour ob
_ tenir la mise.en-liberté des 82






e

Le Tribunal Cjvil de Port-au-
Prince & la date du 12 Novem-
bre dernier a rendu un jugement
de divorce entre les époux Boro
mée Carl Dorsinville, I’épouse
née Marie Lucia Lamothe dont
le dispositif est ainsi congu :

Par ces nfotis le Tribunal aprés
examen, maintient le défaut pré
cédemnient octroyé contre le dé-
fendeur; Pour Ie profit, admet
divorce de la dame, née Marle
Lucia Lamothe d’avec son époux
le sieur Boromée Carl Dorsinvi!
Je; Prononce la nulljté du maria
ge ayant existé entre eux; Con-
fie A la‘ mére In garde de l’en-
fani issu) dn mariage, réserve
faite du droit pay la femme de
réclamer une pension alimentaire
pour Ventre’*ien du dit enfant,
cendamne JVépoux défendeur a
Cent Cinquante Dollars a titre
de provision ad litem; Or-
- donne qu'un extrait du pré-
sent jugement sera inséré
a la diligence de l’épouse deman
deresse qui a obtenu le divnrce
dan, l'un des quotidiens s’édi-
tant & Port au Prince sous peine
de dommages — intéréts envers
les tiers s'il y échet, sans préju-
dice deg autres formalités pré-
vues & Varticle 10 de la Loi du
6 Juin 1968, etc.

Ce jugement a été signifié le
15 Novembre 1968 par Vhuissier
Sylvestre Jean commis A cette
fin. Aucune - voie de recours
n’ayant éé exercé contre lui,
sommation a été faite a l’Offi-
cier d’Etat Civil de la Section
Est de la Capitale d’avoir a
transcrire le dispositif dans ses
registres apres qu’avis a été don
né par acte d’huissier & V’époux
défendeur. .

Cette formalité de transcrip
tion étant accomplie une expédi-
tion de Vacte portant le No. 34
a été remise a la dame Marie
Lucia Lamothe aux fins de droit.

Le présent avis est publié
dans Vintérét des ‘tiers en géné
ral.

P-au-Pce. le 23 Décembre 1968

EUGENE LEROY
: Avocat
IMBERT LEGROS.
_Avocat

Les Amants
tragigues a P-au-Pce
pour le Nouvel An

Inquiétante nouvelle et curieu-
se maniére de souhaiter la bonne
année ! Et cenendant, i) s'agit
dijune bonne, d’une grande, d'une
excellente nouvelle pour les ama-
teurs de bon cinéma. Le fameux
film d’Arthur Penn qui. a boule-
versé l’'Amérique, conqtis l’Eu-
rope, engendré des polémiques,
lancé une mode vestimentaire, ce
« tenant considéré comme un des
plus grands films de notre temps
est. arrivé. cette semaine. Les bo-
hines du film sont en tours ue
dédouanement, d’ores et déja la
direction. du Drive-In de Delmas
nm mesure d’annoncer que le
sera programmé le ler et le:
2 janvier. Un Bpectadle gu’ "ilgn nev
faydra manquer & aucun prix.



Dacbtereranec grat qcecececal ee Cie e Se eee

“=““LA MODE A VOS PIEDS |
- LE CHAT BOTTE

VOTRE BOTTIER PREFERE,
~ (em bas de Radie - Haiti)

S3SCSS NOE SH KACICACIC IONIC EIEN IE SORE IE NEIE SESE ICI GE IE SESE IESE SE I SEM EIS Me TOON IID eS

du «Pueblo»




“membres de l’équipage du Pueblo,
le ‘Repfésentant des Etats Unis
& Pan Mun Jom avaif accepté de
‘aigner officiellement une «confes
sion falsifiée par des nord - co-
réens,

Le Departement. d'Etat a pré-
cisé que les Etats Unis répu-
diaient la confession rédigée par
la Corée du Nord et que leur Re
prégentant avait répuciée a Va-
vance mais l'avait signée malgré
tout dans un but humanitaire.



Carnet Social

Dimanche 22 Décembre rame
nait l’anniversaire de la sympa-
thique dame Lily Rosemond fer-
vente lectrice du Journal.

En cette heureuse occasion
nous nous associons aux voeux
des parent. et amis pouy dire a
Lily: Bonne féte et ad multos
annos,

POCOOODODOwooooe
TONTON NOEL
sur son parcours a déposé
un fort Iot de Jouets
pour vos enfants

AU MONDE CHIC

De jolies boites de mouchoirs
«Suisses pour hommes
et dame, et A loccasion
‘du Jeiw de VAn
un grand assortiment
de broderies ex de jolis tissus
de toutes sortes
pour vos robes.
Et sans oublier pour
la fraficheur de votre peau
Votre Savon Citron Valoy,
Savon au suc de laitue.

AU MONDE CHIC

Rue du Magasin de |’Etat 89



Changement
d@’Adresse

LIINSTITUT HAITYT
PROMOTION DU CAFE br pes
DENREES D'EXPLOIT'ATION
avise Jes intéresség que le Bureau
Central de Cet Organisme logé
antérieurement a la Rue du Peu
ple, a été transféré, & l'ancien
local du Chalet de la Pan Ame
rican Airways — Chancerelles.

La Direction Générale
P-au-Pce. ce 23/12/68
oe





présente en exclusivité les marques suivantes
réputées dans toutes

les Capitales d’Europe et d’Amérique

Reg lement de l’affaire AU FIL DES JOURS...

suite

LES ETUDES DE Me. EBERLE
BEAUBRUN A PUERTO RICO

Vendredi matin est rentré
de San Juan, notre estimable ami,
Me. Eberle Beaubrun, Licencié
en droit, avocat,

Eberle, Redacteur en Chef au
Département de la'Santé Publi-
que et de la Population, était
parti en Janvier de celta année
comme boursier de l’OHA — pour
aller étudier la planification avec
spécialité en: planification écuno-
ae & l'Université de Puerto
Rico, au Campus de Rio Piedras.

li est revenu pour pusser Jes

fétes de fin d’année avec les
membres de sa famille. .
Nous lui souhaitons d’ugréa-

bles vacances.

. XXX
ENGOUEMENT POUR
LA JOCONDE

. La Joconde, c’est le nom

de la plus fameuse peinture du
monde, l'un des Chefs d’oeuvre
impérissables de Leonardo da
Vinci.

Cest ici le nom de Vun des
plus élégants magasins de la

Capitalc, nouvellement établi &
la Rue des Miracles.

Les Magasins La Joconde, que
viennent de créer Mmes Nicvle
Augustin Honorat et Ginette
Bourjolly Roy, ont été inaugurés
le Mardi 17 Décembre.

La curiosité avait attiré une
foule considérable ce jour-la et
‘ta satisfaction continue de faire
revenir tous ceux et toutes celles
qui y ont découvert les plus
beaux rayons de cadeaux pour
hommes, femmes et enfants, les
rayons les mieux pourvus de pro-
duits de tous genres pour les
deux sexes, car il y a tous les
produits de toilette de la meilleu-
re qualité; il y a aussi des bon-
bons des plus fameuses marques.

La Joconde attire comme un
Palais de Cadeaux.

. xxx
SUCCES DANS L’ESPRIT DE
NOEL AU DE LUXE
. Lesprit de Noel s’épanovit

& De Luxe Auto Ciné ott enfants
et adultes s’amusent avec le mé-
me élan du coeur qui se donne
A la joie. ~

Dimanche ce Ciné a connu un

‘ autre grand succés avec La Cu-

rée tirée du célébre roman d’E-
mile Zola,
xxXX
REVENUE POUR LES
FETES DE FIN D’ANNEE

.. Ce miid est rentrée de Ma-
drid Mile Anne Marie Bosquet,
jolie soeur du Député Mme Max
Adolphe.

Anne Marie qui a étudié pen-_
dant deux ans les langues et la
cosmétologie 4 Madrid est main-
tenant Secrétaire & l’Ambassade

"Haiti dans la Capitale de ’E's-
pagne.,

Elle a ev un accueil des plus
enthousiastes cet aprés midi de
la part du Secrétaire d’Etat ‘de

LILI NDP ED De

INSTANTANE
AUTO _ MATIC
C'EST KODAK ! 1!
CAMERA ET PROJECTEUR
APPAREIL A PHOTOGRAPHIER
PROJECTEUR POUR SLIDE
VIEW - MASTER
FILMS EN BLANC ET COULEUR
EN VENTE PARTOUT.

DON MOHR SALES co,
Distributeurs.

LLLLLLILAL DS LIDS SINS LA NSLS IL p
| AMA LI IAL LL A LAL S SALA



Pine-Sol”

3e Lot

TIRAGE SPECIAL PINE-SOL 196
A TELE-HAITI id

, Le Dimaneiic & Janvier 1969
au cours d’un programme spécial

PINE SOL TELEVISE

Ter Lot: $100.00Cash ~~”
ze Lo 50.00 Cash
25.00 Cash

Autres primes: plus de 600 flacons de PINE-SOL

Pour participer, simplement retournez votre
bouteille vide de PINE-SOL a votre Market.

ET SURTOUT RETENEZ BIEN LA DATE :
. DIMANCHE 5 JANVIER 1969
Pour plus de renseignements concernant

lgsprogramme complet que vous offre PINE-SOL,






»plaisir, a TELE-HAITI, le Dimanche
w 2b. Janvier 1969, suivez les annonces PINE-SOL
1a FLASH - PUBLICITE, MBC, a Radio-Caraibes,
ft sur les journaux Le Nouvelliste

7 et Le Nouveau-Monde.

Vii - SOL Nettoie mieux, Désinfecte a
Désodorise en méme temps

100%,

la Santé Publique et Mme Max
Adcsiphe, de leur jolie tille Maga
ly, du Député Denis Balthazar,
de sa gentille fille Carine, de Jeg
sy Fougy e tde M. Carl Alcin-
dor du Protocole.

Elle est rentrée de Madrid
pour les f&tes de fin d’année,

xxx
LE SUCCES DU SPECTACLE
AU BORD DE L’AUBE

».. Vendred soir, le Rex- Théa-
tre était rempli a craqu Une
foule considérable y tai, accou-
rue pour assister au spectacle Au
Bord de VAube (La Marche Aa
V'Etoile) qu‘allaient présenter le
Rallye de l’Effort du R. ‘P. Paddy

Poux et Lavinia Williams Yar-
borough.
On remarquait dans cette

foule, des officiels haitiens, |’Am-
bassadeur des Etats-Unis, ‘des re-
ligieuses et religieux.

Le spectacle justifiait ce dépla
cement, La mise en sctne était
bonne, les danseurs sortis de
VEcole de Danse de Lavinia
étaient excellents. Les membres
du Choeur étaient formidables.
Les voix de Mme Edouard Du-
pont et du Pére Paddy Poux se
firent entendre dans des commen-
taires bien faits.

Sil y a un reproche 4 adresser

& la mise en seéne, c’était Ia
longueur du spectacle.
Le public a applaudi chaleu-

reusement la partie
du spectacle.
Ce fut une excellente soirée.

folklorique

xxx
LA NOUVELLE EXPERIENCE
DE Me. YVES LEREBOURS

. Vendredi est rentré A Port-
au-Prince, Me. Yves Lerebours,
avocat comptable,

Sous-Chef du Service de Préts

4 l'Institut de Développement a-
gricole et Industiel (IDAI) était
parti, il y a vingt et un mois
comme boursier de !OBA. Pen.
dant ce laps de temps, il a étudié
& MInstituto de Planeamiento de
Lima, Pérou ot il a préparé bril-
Jamment son Master en planifica-

tion régionale et _urbaine,

A Hopital...

; (Suite)
tiong pour faire, dans
bref délai possible, l’acquisition
d’une nouvelle buanderie pour
remplacer celle existant actuelle
ment et qui a fait son temps.
Nous félicitens l‘Administration
de )H6pital de TUniversité
a’Etat pour ces ‘xcellentes
iniiidiat iv es d’jnscrivant
dans le vast e plan de relé-
vement aménagé par le Départe
ment de la Santé Publique, con-
formément aux instruction, de
S. E. le Président & Vie de la
République.

le plus

Si vous désirez acheter des
Sandales modéles «Apollo» de tou
tes beauté, et. de qualité pour les
fétes de fin d’Année; visitez le
Cordonnier bien connu MAXAN
MERAN a la Rue du Champ de
Marg au No. 82. Travail soigné,
prix modéré

Joyeux Noel, Heureuse Année
& tous ses Clients et. Amis.

A Noel
En tout

FSNANANANT SNE .

PLLILIIISS INS ASAD LAI AS

L’Exploit d @ Apollo - 8
Les trois hosmes” > continuent a
faire des découvertes auxquelles
personne ne s’attendait. Hs ont
ainsi constaté que les Etoiles
sont moins visibles que de la ter-
re, Frank Borman a déclaré qu'il
en apercevait moins que prévu
sang doute, a-t-il dit, en raison
de la réflexion de la lumiére so-
laire sur la terre. De son cdté
James Lovell, le navigateur du
groupe a déclaé que l’es-
pace autour de la Lune est
din bleu trés clair, aussi clair
que ce que nous voyons de la ter
re, jl n’est pas noir. La surprise
A ce sujet a été aussi graade
pour les trois hommes que pour
les spécialistes du Centre Saptia)
de Houston, qui s’attendaient
tous 4 ce que espace autour de
Tastre fut noir. Environ vers 22
heures GMT (Samedi soir) les
trois cosmonautes avaient pris
leur premier déjeuner.
Dans Vespace. Ils avaient man
gé du jambon, des giiteaux a la
svanille, des péches et du jus de
Pamplemousse. Auparavant ils a-
vaient oté leurs lourdes combi-
naisons spatiales. Is portent dé-
sormais leurs combinaisons de
vol, beaucoup moins lourdes, et
dans lesquelles ils ont des gestes
moins gauches et peuvent se re-
poser. Frank Borman a 6té6 le
premier & prendre place dans
Yun des deux sacs de couchage
fourreau qui se trouvent dans la
Cabine, Ses deux camarades vont
rester de quart ensemble, et le
réveilleront ce matin vers 07 heu
rese GMT afin de prendre a leur
tour leurs sept heures de repos.
Au cours de son observation de
la lune, James Lovell s’est éton-
né de ne pouvoir distinguer la
partie située dans l’ombre. Je cro
yais pouvoir la voir, s’est il écrié.
La partie visible est peur étre
trop brillamment éclairé, — a-t-il
dit encore avant d’ajouter en plai
santant : peut étre I’absorbtion
de la lumiére est elle due 3 la
présence d’atmosphére sur la lu-
ne
Apollo-8 est entré cet aprés-
midi dans le champ d’attraction
lunaire.

Les bureaux de
Naude Sales
Corporation

Nous avons recu la visite de
notre ami GEORGES NAUDE
qui nous a informés que seg bu-
reauy — NAUDE SALES COR
PORATION S.A. — de méme
que le CONSULAT DE BELGI-
QUE sont actuellement A léta-
ge du Building Naudé, a Ja Rue
Pavée méme adresse, ‘méme nu-
méro de Téléphone 3076.

Errata
Dans ¢Le Nouvellistey d'hier,
Page 2 (Billet au choniqueur

d’'Au Compte- Gouttes) lire en
8e colonne, 4e paragraphe, ligne
42: «...un grand nombre d’ar-
tistes... qui méme lorsque
plus tard ils se détacheront du
mouvement...» 5e colonne, ligne
5 :... ecette affirmation (quoique
interro-

exprimée s sous la forme
gative)>..



! Au Nouvel An

temps.

Les plus BELLES CHOSES .
s’achéten: 2ux BELLES CHOSES
353 Ave. Jean - Jacque: Dessalines.

REET LALAINIAN VARAMIEN WLW MMII AM MMII MISHA T IIOIEION
UOLGODIOCSOOOGI ESI IIe, 8

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN



' Rensefgnements et Inacriptions

inaugure en Janvier les

Cours asui-

vanta ;
Sténographie Frangalse Gregg

Dactylographie Gilingue

Comptabilité Américajne lére Année
et Cours Intensif de Junvier A Aoft
1969,

La Rentrée aura lieu les

5 et 6

Janvier.

tous les jours sauf Samedi et

Dimanche 4 'ECOLE DE“COMMERCE JULIEN CRAAN Ave-

nde Chrigtophe et “Rue:.6, ; *



LILA LIL SSSI,



“LA MODE A YOS-

CHRI
ae

‘GINO

Heureuse initiative
de la Firestone

La Virestoné internacional dis
tribue cette année de jolis Alma
nachs présentant deg vues de
toute beauté de différents pays.
Une de ces vues présente un coin
charmant de Ia Cité Dumarsais
ESTIME. Ces Almanachg de la
Firestone sont distribués dans le
monde entier.

Noug croyons savoir que ce
sont les démarches de lactif Ma
nager de la Firestone, notre ami
dohn Legis qui ont permis la
publication de cette photogra-
phie d’Haiti. .

Rappelong que depuis plus de
20 ans, ja Firestone poursuit Bes
acivités dans notre pay&

Excellent pour notre propagan
de touristique. Nous ‘félicivons

notre ami John Legis et la Fi- ¢

restone,

——z..24.
Snopping Flash

Numéros sortis au tirage. des
20 - 21 et 23 Décambre’ & I'é-

mission Réveil Musical Flash
~Pucticité suc ia Mus.c.

2439 8957 4218

4719 1626 59 |

2313 1370 1149

4062 2896 3034

3187 798 1521

4383

Les primes sont 4 réclamer au
bureau de Flash Publeité, 48, Rue
des Miracles.

un veau Mariage

Samedi 21 Décembre en cours
& 6 hrs. 30 p. m. a été célébré au.
Sacrc-Ceeur de Turgeau le ma-
“riage de la gracieuse et distin-
yuée Melle. Evelyne Maingrctte,
technicienne de Laboratoire et du
jeune Luckner St-Dic, agronome
chargé du District de Jacmel.

Le charmant couple a été con-
duit au pied de 'Autel par Mme.
Bernadotte Larosiliére et Mr. le
Dr Antonio Sénat. La cérémo-
nie nuptiale, célébrée par le Cu-
ré de la Paroisse, se déroula
imposante devant une assistance
nombreuse et recueillie.

Le célébrant fit une magnifi-
une homélie pour tracer aux
époux leurs devoirs.

A: Vissue de la cérémonie, une
belle réception fut offerte aux
invités par les parents qui se
dépensérent sans compter pour
étre agréables a leurs hétes et
pendant laquelle le parrain pro-
nonga un beau discours de cir-
constance,

Nous prenons plaisir & adres-
ser nos voeux de bonheur aux
époux et nos compliments & leurs
parents,





Décés de Joseph

Juste Fils

Un cable regu du Canada nous
apporte la triste nouvelle de la
mort du jeune artiste Joseph
Juste Fils, dit Boulou, survenue
le jeudi 19 Décemb.e au Canada
a la suite d’un accident de voitu-

“Le défunt qui fut Pun_deg plus
intéressant ‘éléments de la géné
ration, laisse un vide parmi ses
nombreux amis qui appréciaient
en lui Vhomme avenant, sympa-
hique qui élevait Vamitré a la
hauteur d’un culte.

Les funérailles ont eu lieu ce
matin ay Canada et une messe
de Requiem
24 -Décembre -& 5 Heures
am. a l’Eglise St Gérard pour le
repos de ame du regretté defunt

enlevé si cruellement 4 l’affection.

de ses parents & laquelle sont
invités parents et amis.
Nous présentons nos sincéres

condoléances 4 sa mére Mme Vve -

Joseph Juste, née Eugénie Ké-
breau qui, en moins de huit mois
vient d’étre, une nouvelle- fois,
frappée par la perte cruelle de
son second fils, & son épouse
Mme Vve Joseph Juste Fils, née
Esméralda Jean, & sa soeur Mme
Anna Juste et enfants, A son
oncle et tantes Mr et Mme Rev.
Pasteur Dantés Kébreau Mme née
Anna Romulus, Mme Francis
Erié née Emilienne Kébreau,
Mme Waldo Hippolyte née dréa Kéb.eau, Mme _ Laulouse
Juste, 4 son beau-pére et belle-
mére Mr et Mme Victor Jean, &
ses beaux-fréres Révérend Pére
Freud Jean actuellement au
Canada, au Docteur Schubert
Jean actuellement A Paris, 4 sa
belle-soeur Iderle Jean actuel-
lement & la Jamaique, asses
cousins et cousines et ainsi qu’aux
familles Juste, Kébreau, Errié,
Hippolyte, Pierre-Pierre, Jean,
Michel, Romulus, Pierre, et aux
autres parents et alliés que ce
deuil afflige.



Pharmacies assurant
le service cette nuit.

Lundj 28 Décembre 1968
VITAL HERNE
Rue Pavée
SAGn> COEUR
Lalue
Mardi 24 Décemi~a
SAINT RAPHAEL
Carrefour Feuilleg
MARIE CLAIRE

Rue des Front Forts
Mercredi 25 Décembre
PEROU
Rue des Césars
MATHURIN

Rue des Frontg Forts :

Réponses aux jeux

du «Neuvelliste.
CHAT ECHAUDE CRAIT
L'EAU FROIDE.—
(Chat - Ai - Chaud - Dé - Crin -
Lots - Frou - A - Deux).




. vous OFFRE : LES MIRACULEUX SERUMS: : HORMO-

DIOR
gi nae SOURDAN
. RESTIGIO
: DABAL, DE LIS

sera dite le mardi --
80 -

ALDROVANDI

place ont des prix que le. Dépa
tement du Commerce devait con-
trdler. Cette tendance & majorer
les prix des spécialités crée une .
situation dépiorable. Souvent les’

médecins presecivent des spéciali-

tés que les démunis ne peuvent

faire exécuier, parce que leur

situation économique ne le leur

permet pas.

Devant une telle situation, le
Ministre Adolphe suggéra le
retouc aux formules et aux pré-
parations magistrales et officina-
jes.

Les irrégularités proviennent
de ceux qui tolerent les
colporteu:s et les marchands
ambulants qui débitent des pru-
‘duits dangereusement falsifiés et
mettent endanger la vie des
gens. Ces colporteurs Yet mar-
chands ambulants forment de
véritables gangs et débitent dea
_produits falsifiés sous focme de
vitamunes et de péniciline. .

‘Le Ministre Max Adolphe

Wlicita alors la collaboration de
tous les pharmaciens conscients
pour l’aider & combattre — ces
gangs pour qu’en retouc les phar-
maciens reprennent leur prestige
@antan.

Ti faut considérer les problémes
du sous-développement et cevenir
aux préparations mag.strales et.
officnales dit le Ministre Adolphe.
Nous reconnaissons que le monde
doit marcher avec les progrés de
la science en faisant vas des spé-
cialités, mais les: médecins doivent
tenir compte de la situation
économique des geys et les’ phar-
maciens doivent se rappcler tout
le mérite qu’il y a a éxécuter une
prescription dans leur laboratoire.

Le Ministre Adolphe considéca
comme un point essentiel des
discussions, le préte-nom qui est
un danger pour la conscience pro-
fessionnelie du pharmacien.

Tl reconnut que Ja situation é&
conomique désastreuse du jeune
pharmacien en est souvent la
cause. Il se demanda alors est-ce
qu'on doit enseigner toutes ces
connaissances A la Faculté pour
que le Jeune pharmuacien, soit
ensuite exposé & Vexpio. tation de
certains hommes ‘d’affaires
commergants,

Dans ce gouvernement ott la
Justice sociale est a l’honneur,
dit-, i nous faut tout mettre
en oeuvre pour concrétiger . cotte,

. P RIX ©
SACROMONTE ©
MONACQ,
TORING
HELENA”
ORBI

macien sosthene Gerfrard. -



ul donna la-parole - au Phar-

Ce dernier insista sur le fait

& savoir que l’on doit faire obli-
gation aux phanmaciens de. ne
laisser la vente de certains pro-

deg produits

‘

duits & aucun profane. iy a
que seul le pnar -
macien est apte 4 manipuler.- *

Le Pharmacien Justin Castera

fit une brillante invervention

quand le Ministre Adophe lui
passa la parole.

dl parla des efforts a faire
pour redonner & la professian son‘
prestige, Membre important du
synaicat des pharmaciens, il sug-
ge.a la formation d’‘une com-
mission qui travainera avec le
Departement au relévement de

- cette protession qui est en train

et..2

philosophie. %

Il parla de
pharmacies face & la concurrence -

Ja situation des :

déloyale entre elles, du probléme _,

des prix fixés d’aprés la
du 19 Aojfit régissant le fonction~
nement des pharmacies. Cette loi
prévoit la création d’une section:
de contréle des narcotiques, l’ins-
titution d’un cahier de vente des:
produits qui doit &tre visé. par
le Service des contréles, ~~
Pour combattre les prescriptions:
falsifiées, il a été établi une | ste-
des signatures des médecins, aver

des fac simile, car i] a été relevé |

un nombre croissant de morph

parce qu’ils ont le vaudon.
Le Min‘stre Adolphe vient en-

suite & parler du..Service de nuit >

qui a été organisé pour les
d’ext: il. idé-



ATTENTION
ATTENTION

Dans une ambiance :
direct.on ‘de"V'Hatel SEI
offre & sa fidéle elieniale’

apcés,ol une musique entrainante
et une cuisine de cho'x douneront
& tous Voceasion de s*amuser
follement pour féter dns -une
joie délirante, l'année qui;s’en va
et celle qui vient,
Orchestre Les Schfeux- Schleux
24 Décembre 1968, grand
veillon — Buffet dangang
chandelles.
Entrée $ 3.00;
25 Décembre 1968
Buffet dangant
Entrée $ 3,00
26 Décembre 1968
Barbecue dansant:
Défilé de mannequins
31 Décembre 1968
Grand Bat de cléffure de
d’année
Entrée $ 3.00
2 Janvier 1969
Barbecue dansant,
Mannequi
Entrée ¢ 3.00

‘aux

fin

Défilé de



Ce?



"ans een: Be
rae nt Be passer “de drogues Q -

loi

n
une série de soirées indiquée ci- §'














tadio Philips yous
; coute seuicment $-19.50_

EN JUTRE VOUS TROUVEREZ.
23 AUTRES MODELES A VOTRE: CHOIX.

A LA CURACAC TRADING CO:

sna th

d’étre decri€e. it fit plusieurs
autres suggestions qui ont :etenu
Yattention du Ministre et de
ses contréres. Il dit au Ministre
Adolphe que c'est tout &.son hon-
neur de provoquer cctte réunion
pour dissiper un malentendu entre
tes pharmaciens et d'autres é-
léments responsables, :

Ii demeti.e certamn que cette
prise de contact appurtera la
solution du’ probléme.

Ba pense que Je service de nuit
est nécessaire, indispensable
quand if est bien dirige.

La lacune vient de notre cercle
enseignant,

Lui aussi s’est élevé contre les
intrus, les commerganta qui s’infil
trent dans la protession. 11 recon-
nat que le mal ambiant’ est le
situation acaomique.

Le Dr. Cicé.on Desmangles
que le Ministre Adolphe prenait
comme po.nt d’appui dans certai-
nes de ces declarations, félicita
Je Ministre de la Santé Publique
et de la Population, @avoxr mon-
tré ta bonge volonté de résoudre
un p.obléme qui intéresse A un
si haut point la communauté,

Aprés avoir analyeé ies points
discutés par le Mimsatre tels que
Je pourcentage. dans ces ventes
- des médicaments, le contréle des

narcotiques, le fac-simile, des si-
; ! gnatures! des™ miédecing, . il promit
* auzMinistce ‘toute sa‘ collaboration
pour arriver & trouver une solu-
tion aux problémes et redonner |
tout son p.estige a la profession.
de pharmacien,

Lejeune pharmacien Des-
maiigles’ ‘dé ‘Sciencia fit'remarquer
. au Ministre que la liste des pro-
= duits dont disposent lea pharma-
cies devraient étce renouvelée, .



7

Le’ Ministre Adolphe impres- ~

sionna l’assistance en prouvant
qu’il a fait revivre des formulai-
res qu'on croyait enfouis dens
Voubli.

La réunion prit fin sur la dé-
cision du Ministre Max Adolphe
de former une ion en: vue
d'une nouvelle lég-slation sur le

fonctionnement des pharmacies.














Bcoratif g-
muraux
8 écoratifa

EXPO 247
GEORGE RIZK, Prop.
“i. Ave. da-Jacques:

-PRINGE, HAITI
PHONE : 3788



: wPour: tout achat ;,
Ueagh | ‘au ‘magasin’
«QUALITEX»,
‘da fiche de vente
. donne droit a
da participation a
' un tirage dont
' Teujeu est un voyage
Port-au-Prince —
Puerto-Rico :
aller -, retour.
Le Virage aura lieu

le 31 Décembre.



































any
























Full Text

PAGE 1

Directeur Administrateur : MAX CHAUVET MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICA!NE DE PRES.SE 78ne ANNEE No 27.707 . Avec Apollo 8, une fantastique aventure commence: la NASA a pris des risques jamais encourus Les premiers hommes s'approcher de la lu.ne i Franck Borrn a11, Ccmnna.nda.nt, Willim A. .4.'1tte paix ii 111 conscien~e qu'ur~e av~nture_ c_om~ E ,"ai provoque\ Je long de ce plerinage, pa:tout, avec enthousi,me et quelle aspirent tous les hommeJ. me 's n en avaient Jam~•~ ve~~c htEMIEin: 1•.1111~:c;J(IN TEL' souvent a umilieu du recueil\e-_,,.,;J;;.;o;.::.y.;;;eu;;:x:_,.;N.;;;oe,,,l.,.;;;..t.:...o_u_, _!__ ~~ 1 ~;;fe~;:'td!~s 0 ~ 1 ~ 1 ;:;~~J: ~t\~\ORli., (AFP) Le rictus de !'Envie et la hargne du sot m~:~/:~tc:u:s/~amt~:tmdcs Dpart de un mo;:ide o l'humanit ne sera Les tclspedatcurs ont pu con Mais je n'ai, contre Vous, foment nul assaut souhaits. Jose11h Cbristin plus limite la p~tite _Pla;ta templer, tour to~r lesB'~fs~oNi d'injustes crachats, souill votre visage. Le Nouvelliste est donc heuNous avons ,eu le plaisir d'ac Terre, le mon e de emam. our n<..u,es James Love et 1 nreux de renouveler Son Exrelcompagner samedi l'Aroport l'instant tout donne. raison_ aux dcrs, assis et debout successiveLe Succs m'tst venu. quelquefois en partage, lence le Docteur Franois Du.vaInternational notre collaborateur amricains d'a~oir fai\ c~;1fi.~~: ~ei\' sl~ livrunt ~u\ expri~nc~.-, ).'lais je 1'ui, sans effort, trait corne un cadeau; lier Prsident Vie d la Il.puJo_seph A. Chrispin qui profitera , Von Braun,. e sa van ori . .. a 1 ue es, mais ou es spec ac . blique 1es voeux qu'il forme pour d'un sjour de vacances Newt. ilemande qui leu~ donna. deJa la ires, qui consistent faire vo..: ,J'ai plal'l• l \ Beaull sous --un iuste clairage son bonheur personnel,'celui de York pour consulter des Mdcleur premier satel1;te et ~lll, cett':. luer des objeLs en tat d'upesant1a distingue pouse,. celui de la cins et pour assister aux noces fois, met la Lune a .port _ ee de leu, teur J'inlieur de l'habitacle, Et, rie cs mains, entr'ouvert pour tous, son manteuu. famille pr&aidentielle . I occasion de sa fille qui auront lieu dans marn. Certes les spec1ahst.es trem puis le colonel Frank Bornum, h l b de la Noe) et du nouvel an. la Capitale des Gratt.es.,ci~, . , le blent._ ;ts n'ignorent ~as que l~s se rem el tant d'un ,nalAise rcent, ,l"ai respect la tombe, onor e erceau, Ces voeux, nous prenons plai27 du courant. '>'!;c;:,' , '> _ tec~eiens d!l 1 8 _NASA ont pris allong sur sa couchette. Acctieilli !'Amiti du mot qui l'encourage. sir l les tendre aux princioaux En effet Mlle Marie ,:,Adeline . des nsques ,Jamais encourus. Le Pendant une minute au moins, collaboratetn:s da Chef de l'Etat, Chrfapin, tablie New 'York~l_e .< !'ublic, 'lui ne veut. P~ s'at1;Rrde! les voyageurs .e l'espace lemont Reu le, Pauvre, ainsi qu'un lu du Trs Haut nos Annonceurs, Abonns, \ puis quelque temps conv~lerareni a celha lll,appldaud1~ 18 n~ brestteervnt otffelrt, travedrs llebhutblot ctenEt 11rs•.•e.;.• le Vrai du rire et de l'outrage. jnstea noces Je 27 du cournt les c ev11 _ 1ers u c1e. qui a ra , une vue u g o e erres Te, ., l'ingnieur algrien Abd ~ou~Jea-recor~ de vitesse, 40.?00 qui apparaissait comme un disJe n'ai pas.mis la lumire sous le boisseau mane Ben Ali Karoubi, Spialis Kn:-heure, aHI~de, 400.000 __ ki~~que Iumin'Ux, vivement rlair, te de !'OMS rsidant au Cana-la. melres, ,,c q,,1. ~ont Je, p, '''•""' s mais dont il tait impossible de Ni conduit mon amour et la Muse au ruisseau. al~~ ~~~}e!u!;m1!:,:i;:a:! Notre aml et collaborateur de quitter la vieille terre pour aldistinguer les dtails. Heureux d'avoir vcu, Seigneur, dans votre ombrage, Incendie au iNElincendie qul avait clat dans le toujours, Joseph Chri,nin a 1er observer de tout ~ri's, un :1utre A la suite des nouvelles signasecteur industriel de la ville salu l' Aroport, par as tri,, ce:te Lune qui, btcntot selant que l'tat 'lit!'/., pas rnnger la course surhu Une seule ombre uu tablenu : maine du trio Apollo-Huit bord peut tre Bornurn n'est-il qu'a11'un minuscule. habitacle, fragile paremment remis de son virus c;f ;vulnrable, au milieu d'un Gastro-intestinale cde 24 lires.> U('!irs ~i'tt6t:. d:g::~ ct, r::sd~e c~:1~t: a;:,~i\! 0 ~~i:~:~ fait galement remarquer : Les nique ses deux adjoint>l. Si les Amricains, Borman, Love] et trois hommes taient en pl'oie Anders, ne sorit pa'S aujourd'hui cc 1nulnisc dont Rormun n souf1./iH envoya ,le leur seule phi.rie. fert violemment dimanche matin, Si celle-ci ,peut tre lgitimement La NASA pourrait renoncer un fire de raliser un explo' t sclenp1ojet aussi ambitieux qu'auda tifique qui a cofit tant de sciencieux de faire graviter Appolo 8 ce, de travail et d'argent, les dix fois autou: de ln Lune le 24 trois astronautes apparaissent_ Dcembre. Dans ce cas, la trajec en fuit comme les messagers de toire qu'ils •.suivent actuellement !uute l'humanit . . . Nul ne sait les ramnerait quasi-automatique encore les bienfaits que puis-ae ment terre, le 26 Dcembre. nous apporter la' conqute de la aprs le survol seulement d'unP. Lune, mme si chacun imagine partie de ln lune 100 kilomtrca l'usage redoutable qui puorrait en de ses crntres escarps et de se• tre fait. Male cette doh,\nnllon mers de sable. de l'homme aur , 1'11nfvers esr psHOUSTON (TEXAS) re d'une g-randenr dont chacun Tout va bien bord, drlnre-l• res-sent. inst\ncti.,ement l'impt'eson au Centre Spatial de Houston. sion. Et c'est pourquoi il n'est (Suite en dernire page) La Compagnie Jean Gosselin arrive le 6 Janvier POUR SA XVIIme SAISON THEATRALE ; ~~196l e,t p~rtltmllrem~~C'est avec la ~n&me l!Ollicitude qut. ?.1-ad",m~ Dllvalier, ch&q11e anne, . . ontiib~ la :ftte de Noi!! )a Maison Centrle . . une fols de plus;1 elle aura apport <1e '"joie dans les c)lr'll et Jll~ rit ;;;: r.e<:onnau.i,,11ce ~,ees no'P.'hr!)U~ . ;~fa,ts_~91!-I. ~. , :ina~ quent pas de ,.~nter 8llS Jou.unce dei Tblabrl''. "..'.. NoUB attiroua l'attention. IP,treaaa sur ce commu.m ? t:li!t ":ou~afe',, !ri~~s cdtjout!; fjj reux, ainsi . que nos .18c j;ll, t ro,t, 81 f p~~!!tJ~:S 11 sou a n Ce Festi\'111 du Thtre Fran Je plus vif succa cette Compa ais, lassique et moderne, dbu gnie Thiltrale qui par sa fidit tera le Mercredi B Janvier au envers Hati, mrite toujours no Thtre REX 20 h. 30 avec t.re plus chaleureux accuei. lles et de la ,reiati, '!!I', . :' J r. . " :: . 1L t aprs Je 1er ,Paragraphe, la phrae suivante : ' , . EXCEPTION FAITE POUR 1,ES TIMBRES EN OR VEN t)US PAR LA B.N,R.H,> Nous avons appris que la Com LE MISANTHROPE>. pagnie remporte un clatant suc le choix du Prog-ramme pour cg la Guadeloupe. Le MintStre Max Adolphe runit 1 les Pharmaciens ... Vendredi aprs midi, cinq heures tous les pharmuci~n• de la Capitale se trouvaient runi• au Dpartement de le Sant !:: 1 ~~~~C:,~ttinla Ju 0 ~l:~~~~e sd~ ce Dpartement, Dr. Max dolphe. Ce dernier, assist du phar macien Raymond Alphonse, Di recteur du Sen-ice de Contrle des mdicamenta et des Narcotl que, fit un brillant expos des buts da cette convocation, C'tait pour prendre les dispos! thn• qui s'imp11aent avec les mult1 pl,.,. problmnea auxquels font face les p1..:t'lllacies et les pharmaciens eonsc1ent ,. Ser.vice, le PJiarmacien Raymond Alphonse. Ce dernier commena par mettre l'~ccent sur les responsa bilits du pharmacien qui est le contrleur du mdecin, Reptenant les points dvelopps par le !:~C:~~!i1'~;•ci~1~sla el~!; irrgularits de certaines phar macie. font perdrnt levard Jean Jacques Dessalineil hommes d'affaires profio il a accueilli par le proe la situation conomique, pritaire l'ancien Secrl aire d'E euse de certeina tat de la Sant Publique le Doc ciens se sel""ant de prte-. teur Carlo Boulos. nom pour s'iilJlllliacer dans cette Le Pramier Magi.•lr>ii de la profession dlicate. . Rpublique a chaleureusement Aprs avoir parl de la loi ovationn par une foule dense qui, du 19 Aot 1966 qui cra le malgr le Service J'ordre avait Service de Contrle dca mtenu se trouver aux abords de !~":iat;~i!":u{~~~e ! t!'i~:~~ie pour acclamer le SAMEDI 21, DI?,\ANCIIB ,j!2 _ ET LUNDI ;3 >ECJSKBRE: 1968 . AU FIL J)iS JBR$,.!~; l Par ~IJOLICOJRa ' REVENUS DE MISSION . York. . .. : A MILAN _ Mme Virg,nia est la veuve du ... Cet apr~a midi sont rentr~. fameux crateur du Kresa Five d;~~:~;. lep~%!s~ir~ 1 !=:s' irZf~n~us~;; Y~~e t;rt/. Itauol Lespn,a!lSe, le l>irectep du mery. , cierv1~e des l!:tudes et levs ct.ol)o/sa fille aine uv~it pass sa g-raph,ques au Departement -. dea lun\' de imiel ici, il y a huit an 1 'f.1-'. l'lngru.1!..lr P1er1e P.et.lt~; -1c envtron. JJLecteur du Service ,l>;lecttique ;'. Sa ,PIUS jeune fill''Fransc11 au Dpartement, l'lngf>t qui voyage. avec elle, .ge de l\J nieur . Ernest , Picci\-Paul . Ils . ;_'. ans, fait sa duxime anne au vienn'ent de passer Lteize jburi •, Collfle au ,Swarthir.ore Coll&'e M1hm, Italie, comme dlgu~ au . de !"wartbinore, Pennaylnnie, i,', gouvunement chargs d'av~1r des colltge Je plus alact dea Etts echanges de vues . d'ordre pua Unis, nous dit .Mme VirflIa rement technique avec les . Cj!dreB , Kresa. . tochniqiles du GRUPPO INDOISFrant:ellCll est porte Ica tf/frn~t!!Tf1?-~f~A~'&~~ tu=., ~~n~~':et Franpour l' Usme Electrique de Pcesca portent beaucoup d'intrt lig~f~ ont ~t . accueillis par M. !n 1 ':t ~ie'u~:ttf':"~"':~ Carl Alcindor du Protocole, des pre fut l'un des plus grands membres de leurs familles et des collectionneurs d'art des Etat.officiels des T.P. Unia. x x x Les peintures de la collectloa NICK LYNN PREPARE Kress ae trouvent au National. ~tflrffi~t~ili~UR Gallery de Wahnitton, dans 22 LE BUREAU D'AIR FRANCE et 26 collltl!S dea A LA 5c AVENUE , Mme Virginia Kress et Fran.. Samedi aprs midi est amcesca ont pria Ioeeme.,,t !'Htel v il Po,t-u-Printe, notre exelIbo-Ll. . lent ami, M. Nicholas LYJln, Elles puaent une dizaine de Directeur de Public Relation. jours en Haiti. pour les bureaux rtlionaux d'Air Noua leur IIOUhaitona .la bien• l•'r~,~ est ac~mp~ d~ pi =:~. un agrable ajour :~~st! 0 ;:~1~ , :~:;L','.ME ., x ;i ' "" l Nick q~ ~it avec n',l,11•. ;r:F'N B.A'.(m Londres J'ann dernire ~,les::' TOURN UR f;t;a!,!i ef :V!.co~; ";; prpare une exp0Qiti011,ie ' res hatiennes la alle sition permanente du d'Air France la 6e Avenue.:' SIIZl .Juan en com: e . des Il montre les beauts de uotr. ctricea l:lylvie pays son ami Robert Crnc~quj d'Ahetae, __ al)est tomb sous les ch~ ;;dit, .. l'Ila!~~ a pass,'.)i•,~'1:~ ,,,, :~rKyon Beach svec Bob~~ •. ~' _ r. qui et dans la soire, il tait ,f,iec a tourn 1-. snnda 11UC0011 te1a Mme Virgime Kress, &sideute wie L' ~ lillollte, film aprdu New.,Y~k -~ . . aa tb~ t-1•an~:no~ i =. i 8!t Cap,tale' cdont le ,~, ;, ..:, . :? tels Oloffson eat. du , ilf; au . . d. •.... ~.. a, CaS:out~~:: 1 1:~~~ .el; 4'.~#~-~'iW.:fii.~.,~•-~bi •thr-ffim,me' ~t , rtee ICI-~ fckxe~ xBob ,~!'!•,,,i:,,;l~mm;:,~:~;s.L::: CE SOIR LE GRAND HOTEL Le Flambelll' de Melville, Si OLOFFSON PRESENTE SON Paria m'tait conte et Napolon f!C~fiioWECTAOLE DE . =~~try et dan. ... Le lundi 16 Dcembre, le Sylvi&-Clande d'Ahetze, jeune. Grand Htel Olollfson Il inaugu.H 19 ans, jolie, e. jou dans Raa la saison d'hiver avec sa fameuse_ poutine avec Robert Hossein, il Bamboche Crole, un spectacle .de y " un an. toute beaut mont. par la graooe Jean J'acquea Four~aud en ,-horgraph Lavinia Williams est aon premier filin. ieun", il / Yarborough avec le concours des est iir de 21 llllll, meilleurs danseurs de notre folldo H., ~ Reichenbach,. Simore. ne, Sylvie, J ean..J acqnes et If.li Le Show avait attire une foule cameramen sont descendus la considrable de diplomates et de Villa Crole. Ils monteront de1,rrands commerants et hulus-' maip bord dn France peur triels et leurs invits, ainsi que tourner l'OCCEion des {tes de de nombreux vislteurs. . N,!181. :P1aisira d'Amour ponr la C'est un spectacle enrichi que Franal.e. Lavinia a prsent cette anne x x x dons une salle dcore par l'arMOUVEMENTS DE tiste Du poux.. Comme chaque anDIPLOMATES anne, il subit des amlioratio~ Jeudi dernier, M .. 'Pierre Henri au cours des quatre mois de sa Martin, Attach _commercial ~~~~iit!f:~n d~e,:gtr.'i'.18 At~! ~~-=d~ Tr: i&n.;f!: Seitz et sa charmante femme est parti pour cette dernire Sue. ; Qipitale. Il y est all passer les Ce soir, la Bamboehe Crole, fte. de nn d'anne avec sa sera reprise dalla l''ltmosphre de femme et ses enfant& joie que nous ap,Porte la fte de . x x x Noe!. , •. Le Directeur de l'USIS. M. Nombreusea aont les rsernHugh B. Sutherland et aa s~~i;! fa~~:! ~::ui~~s se':i~~c'!: ~1.r!:1o"r":\~~t du spectacle de lundi. cholai d'aller paaer les ftes de x x x Noel et du Nouval An avec leurs Mme VIRGINIA KRESS. enfanta New York esprent ET SA FILLE FRANCESCA rvenir ici le 8 Janvier IIYlk! l (Jl Baio 7.14). ' ;it ::l X Hwit cents alU ava,nt la naia :wnce du saruvl,,.r, Dieu, par la Prophte Esa,;., avait anno1104, comment !'otl' reconnaitrait le .Messie sa ,aasa.nce : cLa Viw go deviendra. 91i.uinte> twcU-il dit. Lo Signa''"'1it donc : la a0tt cep/Jiw. c trirgi,,ie, Cepmuint puia la wlgarisation do cotte pro ph.tie, l'on. s'atte..dait Bie, sans p,mrlam.t prt..tion au signe ann~atntr de aa. ve1111,e. Certainement, toKta IN Vierges pures et pitnUu d'lwo.el souha.itaient jouir du privilgt de voir le Messie sortir de ,-..,.. seins, llfaia aucune n'attaclt.alt th l'iniportaneo co rig,u ..lo Prophte avait annonc : cLG ;eu ne li/le det•iendra trnMnto.> JNCOMPREHENSION ET SURPRISE Mario, oombl• d• qrdoe I

PAGE 2

f,/ Le Sermon de la Semaine PROBLEME No. 869 1 m 11,-V VI VIW'llC--X 1 ' s 1 -8 Ne craint rien a jeu de l'cftrtEst brouill avec 111 sin;l~tDmonaratif dmoM Cu~n~uJ:terjection Doud1a ries e soleil. .. '. ; fit'-: \ :s; 'S X 1 ~ :, -~ ' Il 1 6 -,9 ,.;, C HORIZONTALEMENT 1 c~t un peu dans la ma rln; syllabes 3 Pot de l'AdriatiQUe Ri 1 "~ s':ut; latine, Desse de ' ' 6 :_ Il ' ' att~qu'on ne sacho pfs~ au qUl e vouer Deux voYfl~j',:i\nom ' Ville du Mattrr. 7 Ratifiera VERTICALEMENT l -Aucune jeune fille n'aim• lu faire au bal Il Trs peu de terre dans l'eau P~te de mathusale~ III 'Bon~arte le vamqu1t a Marengo Outil de sabotier IV S e l Not. V Marque une volont en fantine voyelle double Dana Vaucouleura VI Rend plus fo t VII Ville de Hollande S;,are la Finlande de la Norv~ ge VllI Consonne double . Choses ,ana valeur IX ._ S'entend souvent au jeu de la roulette lie X Aromatis Le pert'ep tP.ur n'en est pas avare. lellltiH ' ihl ' problme prcd~nt HORIZONTALEMENT. 1. Caqueteuse 2. Meute 3, ,, Naine; Tome 4. Vacuum; Pau. _ 6. Sbile 6. Chef; Se 7 :Tu:..,Ussat 8. Permanent , 9. Opte; Ussel 10. Lecture; Fo VERTICALEMENT. I. Napo I. Convict; Ol Il. Aa; Hup p III. Qu;che; Etc IV . Nu ; Furet V. Emeus; Sm VI. Te; Me; Saur VII. Eut; Anse VIII. Utopistes IX. Semele; Nef X . Eue; Atlo (Alto) TOUTE LA SEMAINE Sante nique 6 Heures P.M. ,1 Lf! 0 DOCrEUR ',; JIYAGO INCOMPREHENSION El' TROUBLES Quant Joseph, /icmc de Mu,. rie, tto-n a.t.t i tude 11owr rvdle qtt'il <11Jait tot.alement oitbl! le sig11u prophtiqite. QuaQld il vit Mario ,ret101rne 011cei1ttc, il se proposo . cle 1 0111.p,• sec-1'to 1ne1it. a u•c elle pour 11, pa.s la clif/1N11or, U-11 A11 ga dut l.u i u.~a:niit.ro en sou.go, pom premlreuumt couffrmer les dclaraUon s que Jlla i-i• li u vnh faitas et auxqueUes it n'wugWIUI ,mctmgn,ont qit.e la COltCO}'• tian vi-rgiitale est _ 001ttre ,~tn re, et parta , 1t t 1 ilulign,, de Le rmltat est que bea,ucoup d /Lo'III• ?l'6B _ inU/.!eotuela et aavwnui pcmliatmt d4m leu,: i11crd _ uli/.6 et s'loi(l1'611,t d.s Chrui_t. Le ::!tgn _.., 1 eete encore in.con1-pns, . ta,ndtH que Dieu l• 1.iase ~1it, da.wi _ la Parole. Par sa Prov1_1le11ce, !' ~;i/6d'.e)i:t:r.~: ;::t~/lgJ',;;; .-atione saclint qu.e J&1cs est rel lement le Fila de Dieu. rien q,,'en p8Mmtt , 14 , 1110.,tire ,nme dot1l il o,t venu dans le ,nonde. .,.,.,., INCOMPREHENSION ET PROFANATlN . Une photographie de la cabine Apollo-8 bord de laquelle c ..... q..,: n'ont pa,, oompns le ;~';" :'f.s~ 0 6;.:/:::~:~~ Frank Bonnan, Willam A. Anders et Jarne~ A , Lovell om caractre meaaiwniq,t•, font t.out pris place pour tenter la gt'andc aventure de graviter au =~~~";'; ~i~=z~:e1":~ tour de la Lune et de retourner la Terre . rich.e m leon.a ap,rnttull••• et pour •ffaeer Clvri8t Jmts d1t Tableau de Noel. Il• remplacent la. Or~cl\.s, pa.r !'Arbre ~e Nor/, et le Ncnn. du Sm(Tlut11r Jesu8 par ~,..._~'\.~'\.'\.'\.'\.'\.'\.'\.~'\.'\.'\.'\.~,~ l'imagin.air-d Pre Noe! oit . S_atn . ta .,... ~:::~ ~::;. ~;e 011 ;::: t?J~::. Hotel Sans ,. Souel da.na la POJl"Ole de J)i,,,u . , 1-tJ si.g,10 proph#iq1t.e par lequ.el E•a ie a. va-i 1, a1vno11c, I 1t01tsenlenum.t !'l 11 a . 1Jtsa11.ce du Sa1wv,ur, ?nais a , 1tBS /a . J,fission du Sai,vm, . r da 11• le ?JIO)l'! de grac~, Cflte, an.ne 0,prB. a:nUetl 'Jl.OU.S _ C6w /broua Noel, qiit BBl le s1gn~ ma -nif este de l'A111our et de la _,n1 sricorde de Dieu. Noel nous rap pelle qi,e: Dieu a tan.t a_im 1~ monde qu'il u don n son f1l• Um qiuJ a,/i:rt qu,e qu.fo~ LU.e c7:ait Lui ne prisse po 111t, 111ars qu ,I u.it la ri• te-r11clle.> Lo Signe in ccnn.pris a.va.it a1utonc Noe!. Jl/a , i n l 'B'lla'IJ . t que 11011s ftons Noel, qu'elle soit pO'ILr nOUB 'Plei11e de signif-ioaticm.s; et qtt'ell.e soit aus::u~~z:"::cs:;/":t;;;::::i~~= cilier ll1JI/C Dieu pour votre bO!l heur ma.tril, moraJ et kpirii1,(.6t. C'est /, rto/11'6 voeu de Noel pour vo1c.s qui lisez ce• 1 i vnes. Qu 'il en soi t ainsi. Am=. Mardi 24 Dcembre DINER BARBECUE SPECIAL DE NOEL Cinq Dollars par Personne avec un Cocktail ou un Rhum Punch. Achetez vos Cartes et faites vos Rservations l'avance l'Htel SANS SOUCI, le nombre de places tant limit. ~rnnrrAi:o:o~~i:ml:!~~ .. ~l:!l:!~~l:! .. ~m->:lil:lro1AlW .. ........uu. .. ~d ),1 _ Grand Htel Oloffson Chaque Lundi Formidable Show Bamboche Crole Dirig par Lavinia Williams Yarborough Danse avec l'Ensemble de MURAT PIERRE ADMISSION 2 DOLLARf,. A9CAPITOL Toute ~a semaine Lundi 6 h. et 8 h. Sance unique 6 hrc 1 P . M. ' (Dernire reprsentation de) LE DOCTEUR JIVAGO C .R O C Ent:re $ 1.00 _ et 2.00 Entre Gdes 1.20 et Z.00 ETOILE CINI> '(P~TlONVILLE) ifli~JR 6 :il' 30 et 8 _ h. /JO .Entre Gdea 1.20 et 2.00 M~rdi 6 h. 80 et 8 h . 80 MISSION SUICIDE A SINGAPOUR Entre GdeB 2.00 et 8.00 Mercred 6 h. 30 . et 8 h. 30 LA MANDRAGORE Entroo Gdea 1.60 et 2.50 AU REX TBEA'l'Br , Lundi . 6 h. et 8 h. 16 OPERATION GROSBOW Entre Gdes 1.20 et 2 Otl . Mari'li 6 h. et 8 h. lli LES CENTURIONS ~::;:eAn~~?1t~~ 2.60 Mercredi 6 h. 7 h. et 9 h. LES PROFESSIONNELS Avec Burt Lancaster. Entroo Gdea ~.60 et 4.00 CINE PALACE Lundi 6 h. -et 8 h. 16 DUO DE MITRAILLETTES Entre Gde 1,00 Mard 6 h. et 8 h. 16 L'AVENTURIER MAGNIFIQUE Entre Gde i.00 Mercredi 6 h. et 8 h . 15 LES SEPT GLADIATEURS Entre Gde 1.00 Drive in Cin Delma~ (ROUTE DE DEI.MAS) Lundi 7 h . et 9 h, LE GENTLEMAN DE LONDRES Entre $ 1.00 par voiture Mardi 7 b . et 9 h. (Sance ' unique qui finit 9 .h.) L'HOifIME DE MARAKECH Entre $ 1.00 par voiture Mercredi 7 h . et 9 h . LA PRINCESSE DE CLEVES Entre $ 1.00 par voiture MONTPARNASSE Lundi 6 h . e, 8 h . OPERATION GOLDMAN Entre Gd e 0.60 Mardi 6 h. et 8 h. OSS 117 ATOUT COEUR A TOKIO Entre Gde 0.60 Mercredi 6 h. et 8 h. UN HOLD-UP EXTRA.ODIN AIRE Entre Gde 0.60 Mii~dt 1C6 h. t 8 h , LA BAIE DU GUET ,,. APENS Entre Gdes l _ . 60 et 2..60 ,Mrcreli i 3 1', P,M. DIEP,X SAUVAGES , Entre Gde 1.00 Mercredi 10 h. A.M . l'occa. s' on d'e la 'fte de Noel) : Mt.::redi 4 h. et 7 : h. . LA PLUS.~E lllSTOlRE J:.tlriAIS . CON'l!i'lE . En~re f 1.00 et 1.50 M&GIC CINE ($_~ CL~TISEE) Lundi i' ' If h. 15 et 8 h. ln LE OOI DU RACKET , Un ~nd . . . dra.me policier trs mouvement. Entre Gdea 1 . 00 et 2 . 00 Mardi 6 h. 16 et 8 h. 15 LA DANSE MACABRE Un . film d'pouvante dont !'hi.toi re.., paaae le 1er Novembre jour des morta. Entre Gdes 1.20 et . 2.60 Mercredi (Jour de la Noel\ FANFAN LA TULIPE . Entre Gdes 2.00 et 3.00 CBIC~CBAC CD . Lun . di 6 h. et 8 h . 16 BOB FLEMING AGENT CASABLANCA Entre Gde 0.60 et 1.00 Mardi 6 h. 30 et 8 h. 30 En 1re partie ( Concoura des fanaux et remise des prix) En 2me partie MACISTE CONTRE ZORRO Entre Gde 1.00 at 1.50 Mercredi 6 h. 7 h. et 9 h. L'HOMME QUI RIT Entre Gde 1.00 et 1.60 De . Lue Allt• Cin (DELllAS) , DE LUXE AUTO CINE Lundi 7 h. et 9 h . LES GANGSTERS , Entre $ 1.00 pa,voiture Mardi 7 h. et 9 h. ft{.Jt~al/de gnrale) Ent:e $ 1.00 par voiture Mercredi. 7 h. et 9 h. UN MILL~ARD DANS UN BILLARD Entre $ LOO par voiture CINE OLYMPIA Lundi (En permal).ence) MESSAGE CHIFFRE \Entre (}de 1.00 Mardi (En ,permanene) LE COLOSSE DE ROME Entre Gde 0,60 Lefilm aux 6 O.J:ars Entre$ HJlJ et 2.00 . Co_tisation de$ LOO pour I . e~ ~~~~"'3M.UUU~WOOM;,;~;,i;n~~~;,i;-.,~OO~-'~""~~OO.U~~~~~~OO.U~U~W~~.DnU~W~~~ etudrnnt,,, ,anciens ttuliants et Mercredi 6 h. 30 7 h. et 8 h. SO (A l'occaaion de la Noel) LE COMMISSAIRE X TRAQUE LES . CHIENS VERTS i!WJffl~ .r . CIRCONSTANCES Mon1r ~,1n ?--Montre• de sport? ' Mldo est tou13 ' 1~ deux iJ. la fols. Elle estitalte pour les mondanlts, ' parflte par sa eollcfftf; 'MfdO ' supl)Offe les c4pi~ Vouez~vou.s , savolr la ' . ' ~~ult. . ' POU.AD A, s MOUAfQ ' ,~ .: :r/ooNTINlffAL ' \ ; , ~..tU-PfllNO ' " ,. ~ ) .,~ 1 .l 1 , U _,,.1CliO•J. ttANCHl QUI voua NI UIIOlffa JAIUJI LISEZ d& NOUVELLISTE, 18 HEURES PAR JOUR 12 . B:ULLETINS DE NOUVELLES UNE SEUL_E STATION Avec _ Brad Harris ei; . T. 'Kendall. / Entre Gde 1.00 CINE ELDOIIADO (PLACE JEREMIE) CINE ELDORADO Lundi 6 b. et 8 h. 16 (Sur. demande) SEXY GANG Entre Gds 1.20 et 2.00 Mardi 6 h. et 8 h. 16 BONS BAISER& DE RUSSIE Entroo GdeR _1.28 et 2 . 00 Mercredi 6 . h. et 8 h. 16 S1!1'ita Montiel dans : SAMBA A RIO CJNB 1-l'ADJUII Lun~ , Gde. 0.60 et . . 1.00 )f~ , . , h. 80 . et S _ h; so OijEi;tt'LON Glf,OSBOW Eli~ G:de 0 1.qo et 1.00 Il~ s h. ao t s h. so COJI.MISSA1R1; X .DANS t~KGBJ.FFES DU : n&A:GON Ano tBracl Baril, J:ntde Gda UO 1.00

PAGE 3

I SAMEDI ~1, DIMANCHI~ 22 IL'!' LUNDI 23 , DECEMDRE 1908 a.JI NOVVJ)LLJSTlb NoireBaili el ies Maximes propres Par Louis .VERNET -1( 2me Sr:e) ['011r .; questwns: Pc;urqtt l l dois-je avoir peu ' .de cette bte ? Cnr en somme, elle n'est que lui de :_ A part rel, quel mal 1d peut elle fni1e'/, N'est 0 elle pns , au contrair .e , une bte utilL•'! Ne dtruit -elle pas les in,cc tes nuisibles?-Ne 1..on, .;t ituc t. Pllt• pns un bicniteu : pour l'n J.! ri 1..•~lteur ou un bienfai t l'ng'ri l'LIILure? Et, 1..onti11uunt il rui sonner avec moi-tntne, je ml.' de mandai: Et pourquoi donc est elle si laide cette malheureuse bte jusqu' nous donne, une telle horreur de Sil pr:leuce, al ors que tant d'aut es qui peuven t ef fectivement faire du tort et de grands tort s, paraissent llil COll traire, belles et attrayant~s ? Et j'ai finalement conrlu qu e cc n'tait l, que les images oppo ses de deu x cntgoril:1 d'h o m me~: Les uns sont beaux d.e vi~tl ge (souvent r d moune '] U: r on'n rtal franc, qui gr.in bd ti fign i, bel :i rou lui~) n 1ai S , l1.. t, r mc ust viluinc, leur coour l ' ~\l noir et
PAGE 4

•:IIJ,Bl'l'lOIAflON r-11• ,, LEI .JEUX DU NOUVELLISTE Pour les jeunes Perdu dans les Catacombes Po1wez..1101U aidw ce cluBBUr gagmr la Jorlt m ~vitam tov.tefoia de brlweraer la ow se garde UHUBUS (Voir Rponses en denr.i,e pa.g•J CBEZ RAYMONDE Avenue du Travail POUR VOS ACHATS DE NL ! JOUET A PILE ET A FRICTION, AUTOMOBILES ET BICYCLETTES POUR ENFANTS POUPEES MERVEILLEUSES QUI PARLENT ET MARCHENT. DECORATIONS DE NOE!.. INCASSABLES DRNIER CRI. HOIX VARIE DE NAPPES BRODEES ET VASES A RLEURS ARTICLES EN METAL ARGENTE SACS A MAIN EN CUIR ET EN SKAI. DEPECHEZ-VOUS! CADEAUX DE TOUTES SORTES POUR HOMMES, FEMMES ET ENFANTS . A9SbOU.TlON DlilS HA UF'FEURli-GUIDES D'B,41'1'1 COMMUNIQUE Lee membres du aynd\cnt des chouffeun-lfllldes d'Halti sont 1 ,ris de ,,. _ pr6oenter au d.u dit syndicat le mcrcrodi 26 Dcembre 1968 8 Heu1os cises du matin munis de leur permis de conduire exercice 68-69 en vne de rclamer Jeurs plaques et Police d' ABBurance qlli leur seront remises pour 1• nouvel exe,clce. Port-au,P,;jnce le 20 Pcetn bre 1968 , EUGENE MAITRE Prsident du Syndicat des ChauffeursGuides d'Haiti. CUTTY SARK Le Scotch le plus vendt. aux Etats-Unis Distribui!r par l,1. BRASSERIE DE LA COURONNE S.A. i/'. ~AMEDI 21, orrefANCHE, 22 ElT LUNDI N DECEMBRE 1968 MASCOTTE . Roman .Indit Par Anatol_e OYPRIEN (Suite _: . Voir Je numro de lundi de;nler) L'holl\mo e'nrrta net, et eut . un haut-le-cor[IS, Ses yeux gris exprimaient une surprise mle d'aversion. Instinctivement, Snbi ne touma la tte, essayant de d couvrir derrire elle ce qui avait bien pu choquer M. Flottin. N'a yant rien vu d'anormal, elle por tn nouveau son ngard ~ur son interlocuteur. Rouge de fureur contenue, celui-ci continuait re garder fixement par-del le gui chet. Intrigue, Sabine ouvrit la bouche pour ee renseigner, mafo elle n'eut pas le temJ13 de. poser P . n question. L'irritation de M. Flottin venait de fuser. ln dfie de . me dmentir. 'l'ous les ment, il se rjouissait m~chjou~~ elle ne fait que trainer' ment de la ruine _ subite de_ ln dartli 1 Je quartier commerant, esmascotte. Quant . cette dlrmcrc _ , snyant d'appil.ter les V1eux. snty. elle ~eurnit chaudeslarme,, res . Le mois darnier, bouleva, affaisse sur le bureau de i\l adc des AcaQlas, elle m'a !clanc pcn moiselle Ursule, _ le . fro_nt ~ur ~on dant prs . d'un quart d'heure '. bras repli. Elle n'av'!1t P":• cher Elle m'a dit .son nom .. Autant cM se disiull,er, conf1rmu1,t qu>iJ m'e11 souvienne, _ elle s'nppel pn . r son ~i\ence le.; a\1g8'..ti.ons d r;: le Maya Tespinel. Elle n~a dguer M . Flott-in . _ . pi que lorsque j'ai menac de la , ' Le tmoignage de M. Flottll' . dnoncer la police des moeurs. avnit secou le receveur. Le fron' , Ecoutez, je peux vous rapporter nttri8t 1 nGston Daubis _ _ s'accro ses propres paroles. Si . J'ai bonchnit un ultime espp1r, lrou: ne mmoire elle m'a dit exacte-vant la vrit . monstrueuse et 1e ment ceci :' cEmmne-moi dsns voltante. . . un petit coin discret. Je te donMais enfin, G"rmain; es-Lu nerai mon corps sans rserve, et sr de ce que tu avan=-1 C'etl.~ / Mais, bon sang 1 que fuittoi, en change, tu me , pe_nsa Sa bine M. Flottin, je croi-a que vou~ faites erreur. _ Je crains que non, Subine. Mademoiselle Ursule n'en cro yait pas ses oreilles. Elle aussi tait certaine que M. Flottin s' tait trangement abus. De ~.n 1 place, elle lana a•;ec aigreur : , Il ne sied pus un gentle man d'agir comme vous le faites, mon cher Flottin. Vous accusez carrment cette pauvre gam..ine de libertinage, alors que vous la , oyez sans doute pour la premi re fois. Peut-tre rasemble-t-elle de faon frappimte . une person ne que vous connaissez, soit .A-lnis avant de tempter, vous aviez pour devoir de bien la regarder. lllaurice Crmel faisait la sour de oreille et s'affairait inutile ment. Mais au fond, il coutait avec intrt et souhaitait ardem meut que M. Flottin ne se ft pas mpris. Depule ses demiers car, Crmel s'tait mis dtes ter Maya. Honteux de sa condui LA CRE:ME STlLLMAN'S POUft TACK&e c,r,i. -~ ....... .,_, end la1>ea11 bien pls claire ......... ,. ___ JBTBOD• IIJU SI' Ula . JWfflD i'Ju dl 71 ,aiUionl Po&I ont ,,, N'J'lu, tlana Z, monM .,,i,r te, -dgrad~, il souffrait mort P.t .r.. DCBff Da UAtl"d .. _...., passion chaque fois que la jeune .i.-.i--••-"""fille l'approchait et lui parlait ""' ..,_,""" _,. plm ol pl:i comme ' rien ne_ s'tait pass. . .. ""!: La voix retentissante de Mr .. =--'aoolaln,llloiolal•;l~~lti~e a;r~i\,~i)~~:rg:nt:~xb!t \ =: " , 5'!,-~.:.-=.:: Ernriste Desforhi. Interloqus, , .,.m~ d,a,la tra...r-tloaODIM• ils jet.1:~nt des regaros effars ..-,1 putloa ":-::: au~our d'eux, essayant de saisir .i-:.ac.:.i;.po.:,_"':9J!:"....,.. pleinement la scne, avant de /,_. prendre fait et cause pour l~ur I L'exeellent Sa.von Stlllman'a 1 bien-aime ma"SCotte. Hlr.s ! M. . ~,.,a11o-8Ullaoa'1IO.•• Flottin jeta un ,froid dans le bu: .._ o1 ..U._,_. _.. .. reau de poste quand ' haute I MlqllPll1la-ll ... ldoalpo111.._ voix, il dclara : ' l,t.:::: -=i: J'ai mes yeux de quinze ans, e.m..._.. '....Mademoiselle Ursule, et j'ai bien J!!ll nnfA cf&nl toua lei regard votre . -~ -~(ph_!l'IDJoil' La figure dans les paumes, l'oeil terne, le receveur conti nuait regarder ,en arrire. Bieh des points obscurs se prcisaient dan.s son esprit. Daubin prouva un profond , rn timent de dgot. Dgot de h mascotte, dgot du genre hu main. L1• jour o elle tudiait c _ ctte leon, elle appuyait de propos dlibr c ses seins durs contre son ci.os . E : dire qu ' il s'tait raproch de lui prter des int~ntions vicieuse~. Ce jour-fa, elle lui avait p!)rl d'un bea1.1 gat\'c,n hrua qu _ i con duisait une ~uerlJe \'')1!\tre Q11, sa voix tait caruLde ! 4!: n a ~to-1 p et m'a offert l'"~ntim;,nt de n,~ dposer . Je n 1 nu:-ai::; J1f; ac~P!1 ter, on dirait . Ai-i" mal fnit, . dites, M. Daubin ?, . Suns mui, dit G-•rm:,in Fini. tin, vous ne l'auriez pa2' dnrn~ que de sitt, votre mnscolt~. Je me suis fait avoir c0;i1n1 _ e un conscrit, admit trislemn~ Daubin. Et qu'attends•t pou~ 1n M barquer ? (A suivre)

PAGE 5

I cLII, Np~,-. PAGE~ .. l .. 1 ... " Un soir de Rveillon \ dans la COionie : UII cllte de Eric A. 1111811 ,Nous mons i•rriL cc livi-o pou1 servir . l'lluration lies ~'\!nl•ru tlon1. Aucun sentiment de serta risn10 n'n guid nos dmnrcf,.!s. Aprs avoir lo paysage d'histoire>, tant dm1s lu coJonw do Saint Dominguc que pcntlunt la priode !runchem~nt huit.ieu ne de notre vie publique, nous avons compris que Je retard de notre Patrie tait en nrtie d . au lourd hritage rolo~ial.> Dr. Franois DUVALIER Prsident ,\Vie de la f•pubhquc Le proUU•me Ue ~ , dus~es travers l'hic-loire d'Hniti~. Saint,.Donnue ,tait la plus ~lorissante des colonies frunui ses du XV11me sicle. Elle s'im posait pnr su grand>! pru.,pritf• ln convoitise des Etu.ts coloni sateurs, Ses colons y menaient ,,. vie de grands seigneurs. Cette sei gneurerie se reposait sur la eanne sucre, le cn!, Je coton, l 'i ndi go et les ngres esclaves impor ts d'Afrique. Leur3 dr,ensts fus tueuses et folles inquitaient m~ me la Mtropole. Loin de fomler des ("oles seC"ondntres et unive1 sitnires dans la colonie, pour e:-:lli ber leur pui~--~nnr<.' ronomique, 11 : envoyniei>l leurs enfants tudic-r en Eu1 ,,pe . .Mais, le plus souvent, reux ri revinrent nu pays rhar gs rle vices de toutes sortes. Co,11 me ce-o blancs furent une excer tian prs, des gens de sac et d., <:orde, le moment f.tait venu pou• eux de Yider tout ce qu'ils u vaient de rancoeurs duns l'mt> Il leur fallait en outre, oublier le l')ass et se construire Jne ():X:.: tence nouvell~. Pour y pnrvenit\ cela ne lerr cotnil pa s trop the1, J)Uisqu P. les esclaves , ces Otes de somme , taient l pou, leur as surer le bonheur parfait sur : ,, terre de Saint Domingue. Tant de vilnies, de n,pri , Pt de pr ug s ne tard rent pas i. group er ces blancs en caste. Au dessus, se trou ~rent les grands planteurs, ensu~te les blanr$ 1110yens ou prnl taires ~t ou-::le-, sous. au dernier chelon de cett~ hirn~chie . s orinle, vinrent le s pe tits bhncs, vulgairement apppls blancs manant s> ou cordonnier-' elil8 lHXB tl'nft•ril'Ul"d ne fu . n•nt \HU:• ndmi~ dwz . les grtuufr . En Ull mol, Jls s t 1 rcpot1t18cre11L Jt•s llll'.:i, les uutres. Ou le conetn lt'. dt,s bllrri~re~ luHmt drcsst •: purtout el fcnnes li double tour. Au rnil1t"U rie t'eltt 1 divrn1on, 11 nt• 11ouvt1.it exister ~le iorcc t\!i.!ll~, puisqu'il y en UVL..Jt une, c'tnit celle du puuple forme pnr ln masse des esclaves, laquelle tait rserv le dernier 1110 ,. On se demande, jusqu' quel point cette division n'avait-elle pas l'Ullll"ibue l\ lhl'lllll 'I" la l:ll'll~ \te s ' rHnrhis qui Ill' pouvuicnt plu .._ 1olrer la position de v11lt11ille qu'ils ue<.upuent. Les ch0'3 es en tnic>nt l, quand. les grnns plan f<:'urs gri ss pur leur fortu11t• t•( s :s cJ't•ux-mmC's, fuisnient ripuille. 11 s ne so uponnnicn t ni h•s nuuges qui commennilt s'amonceler dun~ l e ciel de Jn co lonie, ni lli foudre qui les 1nen ~\ ~nit. Il s'agissait uniquement pour t'UX de jouir, d'taler Jeur l"lrhe5se, rl'nffirlwr lL•ur arrogun t e, de mnnifester leur haine de~ uffranrhis, et leur r pugnuncc tll •s C'schtVC'~ noirs. Obnubils p t-. 1 tnnt d(~ ga:eurcs, il s ne pouvaient 11ullem1;"nt voir ee qui St' pt,ssnil autour d'eux. lh taient ll\ ~:-tl •~ d t' tous 1 mme .-; eaux sur ln g-r(,ve endwn te les pa~snnt s. Sn jol!e p\ag n battue oar une mer calme l't l'.111 pide pr~te la rverie. Ce t ,,, dans ce rad:e potique que l\l r B ou ry se proposa de r<'.•uni, se .. amis re soir de Noe!. En effet, de~ invitatioll'3 furent c-nvO\' tj,<'s i1 tous les grands planteurs ,le h Paroi sse du Sud. Voici Noe! 1 dre .. ,,,. des couverts eur toute t, : nLlu c tto Hll vaHte co ul' tupistufo tk• g-111.011 vert. Sur les tublca, des c.cth1. 1 ux. et des fourchettes en or, fi renl le charme dE:il convives. l.L .s,,u -w, Je ciel tuJt pur, pttd un nung;c n'y vagabonda1t. Dt!s ~nusiciens nocturnes sur les . ar .. bres, tinrmit concert. Les amphi tryons encbantfa de la russite Je leur fte, allaient et venaient de table en table, stimuler l'a;, , ptit de leur~ invits. Comme lu lumire lectrique n'existait pn!t n,ore dnns ln colonie, des bou1 1 l•jil 3l lS la 1 pression de lu bri g-h s sur Je g tnbll."'.:. agonissuicut ' " murine . C'uur11it un dsns ln pour cete fte, si 111 grande Oursl! dans le firmatnent, n'avait ~w:. projet ses 1nyons lumineux , u .ln nnlure. On mangeait. On buvait. Lt 1 s vieux vin~ de France qui 1 '1 11Ut•tient le palais de l ' pi ru rien Horuce , fervent umoureux du boti vin, coulu'ient flot. Et h rire fusait. Tandis qu'on festo yuit ninsi, un jeune premier, -. d ' un i,:rnnd planteur de ln Grnn,l .'\ nse , fruirhement dbarqu dan s Jn eolonie, troubl peut tre par lt>R boissons qu'il vidait se , leva de sa table et fit pipi> au vu de toute l'assistance qui se mettait i, ri.:n ner. C'est Junot, fils papa . C'est trs bien, proelamait-on ~1ais_ ] \fr e t Mme Boury qui tuiL•tlt rle-a ~ens .quant-~1noill, ::;c ~(•nbtit.>nt scn ndafis s, car cette i•t .-01,g-rut en pr( cnee de leur fille Nouno\uhc , ne pouvait ne ]Hl ~ l es ehiffonn,•-. C'est Junot. Il , durent touffer leur colre d, l' l-'U r cle mt',m1tenter le pre d1. ce jeune homnw . .Tunot fut la vivante incnrn,: Uon de sa cl us . ,e. li en portait t o utes les tares. Un dbauch, il ,•tait le type n rc ompli du v _ oyou avec toute su squelle de maux. Cel nous aml'ne not er que tou te classe bauche, pur cons quent en tat de dlinquescence, P.;t appel e i1 disparaitre. Tel fut le ras de celle de s grands plan teurs de S ai nt Dom1,;g-u, . \[nll!r~ dre, mme l'appel des anglais pou, mme l'appel des anglais pou!' contenir ln vague de colre qui dHerlnit contre elle, elle tait quand mn1e anantie. Les petits l'HommeDieu est n dans une ---------table. La misre montre sa fa.ce hideuse dans tous les coins de la maison de J osepb, tandis que su: la terre, les hommes font des li bations. ]\fr Boury ordonna d e RENE , COLES (Lalae) NOVEl.i!BZ EH TISSU GARAHTI BOUSSAC Exclusivit Maeasin Le Soleil SE TROUVE AU MAGASIN I.e Soleil b ft RENE COI.ES, r le Champion du beau vtement t annonce il ceux qui partent pour / l'Europe, les USA, ou le Canada, i qu'il e•t revenu du Cane.da et de<1 Ktats Unis avec une technique moderne et sre, et qu'il est en outre le Seul capable de confec tionner un manteau d'Hiver qui } soit la mode dans lea diffren11 tes Capitales du monde. Ils trouveront galement des costumes et des panta1ons et un choix judicieux de pour les lgants prfrant la coupe sur mesure, Une visite de votre par', s'nnpo se de toute ncessit, Messieurs les Elgants. Lalue en face de la Nonciature Apostolique. PROPRIETARE : GEORGES JAAR ,POUR VOVS !JE/lVIR & $~ t/VL(;A,qDEA vo• /NT4'/lll:TS 1 T.fC-KGTAVION/BATEACI R6S6~VAT/O./'f N07'GI. A.SSV~A.IY'CE VoY,4 O.E W5AS. 4{ AV~Nt/1 MAR.a ~'t.6 DE 4 1 #K'.'O~TION TEL: 8989-81gl blancs nseuralent la relve au nom Je la I.lmocrntle Mai8, plua tard, ils furent dlogB pnr leR affranchis, qui talent i1 leur tour renverse par les nouveaux libres, partir de l'at'fnire rlu 30 ventose. Ainsi p1it fin l'poque coloniale Saint Dominguc, Re tournons notre BUJet. . De l'autre de la l>nrricae, ac tenaient des petits affranchis qui, ne trouvant sns doute o aller ce soir de Noel, 11Ssistnient cette ,,n spedateur-d kigne, le coeur gros d.'amertwne. Lee coupes tournoyuienL Pourquoi; ne devons-nous pas dument, conimc en uu v o,a Jlc de ire l, nous aussi ? Pourquoi rve. Sur la J,";Ulerie parfume .cette diffrence ? Ne sommespar le jasmin de nuit en fleurs, nous pus des humains? Pourquoi les doyens d'ge, ce ux qui ne pou cette barrir . e qui nous spare des v11ient plus uunsc1:, bnvard,-t•nt blnn cs ? se demandrcnt-Jls, uhu sous l'empire . des liqueurs qu'il a ris. Instinctivement, sans easnyer buvaient en:.;embie. AU de~rs, de trouver les rponses, ensemble, des oiseaux 0 dc proie firent. enten ils secourent la cl~ure qui cdre d'un commun accord leurs dut renvoyer le bnl. Le lende main, touJOUts ivre e colre, il ,a dre s sa Uile lettre plainte aux au torits militaires es Cnyes conTHROUGHOUT THE WORLDdait soue leur poU'.~se. Ensuite , voix lugubres et sinistres, chant Us se jetrent daris les bois, pour d'un triste prsage. Etait-,ce le n 1 tre pas ch _ iit1a pur ~es coJons. fig1wl que Ju naLure, eJl~ J:.t.&ss1 1 tre affranchis et ngres mat rons . Comme c'tait une lettre contre inconnus, . puisqu'aucun nom n'y avait eit, ces auto rits ne s'en occur.aierlt gurc 1 , D'ailleurs, elles aussi, avaient be soin de _ sc~vengr des llrrogance~ de , ces grands planteurs. Par ain si, cette lettre 'ut classe tout bonnement. Lee petits blancs ma licieux y trouvaient matire ,., goler. Mais, tout compte foit, ~e furent les esclaves qui v.aumt pay le !)Ot c11ss de cc soir de rveillon, en attendant d t:e les seuls maitres du Pays. 1S YOUR PASSPORT TO PLEASURE A fa.mous na.me to remember, wherever you are. In every golden drop you eenae the glorious eoft neBB ofpatiently malted barley, the foint lingering fragrance of the P.tint _ flre , and that delicate fiavour -rnre qunlitios)~hesel .. White Label" C'~tnit bien l un signe ,lcd se meltuit de lu partie. contr e lts temps, le premier p as verR la lut ~nms planteurs
PAGE 6

L'histoire des Crecbes de NoelBONN.Ln clbrutio11 de ln naissance du Christ est ln plu s ancienne fte de hi C-hr.:tient, . C'tait le Pape L ilier ius qui fil une Cte re1igicuse de cet vnc 111cnt lustoriquc. Peu nvun , t, nnus dlt une lgende, l'imprutriic H _ lne avait fnit pro,der :, des fouilles . Belhlt."m 1.:'t qul•lques planches de ~o erdw qui a\'a t servi de berceau l'enfant Jsus furent mises au jour . Ces reliques ont stimul l'ilna g-inat1on des croyants et, uu cours des temps, la coutume s'est tablie de dresser, N uel, une crche, c'l'st di.-e la sci.-ne repr~ sentant !\le.rie et Joseph U\'ec Il• pef . Jsus dnns l'tnble de He thlem. le .-etrouvnit une fleur ans les EgJises et les foyen comme ux 11rossion de croyance n11ive et <.umnw rsultat d ' une imagiuu tion urlistiquc stimule. 1;_:n A~len1ngnc, pur ~x.e.m111~. Jn .c:rnude epoque des crches du n• du 17l•me uu lUmc s:cle. En poys sotrnbc, sur les rVl'S du Ln,c dl.' Constance et e . n Bavire, la Sl'Ulptun• rel1~icuse sur bois deve nuit un art populaire. Les vlas ges des statues taient en terre t'U ile ou en ci. e; on se servait des plantes d.es forts pour monter un dcor convenable o figu rnil~n t des chtooux, voire n1me le \'suve, qu'on prfrait selon r,•xemp!P ital.en . ~lunich dispose d'un muse {lt Nntionnlmuscum) oll sont con D',ubord. ces crches na so trou sPrvl•t s e t :,,; 11v1n n•.s nrtistiques vaient que dans_ l e s El,!'ises, pu : s l'n provenance ck Nnples, do Sici~ on les rigait aussi i\ la maison. le, eornme reporter. Lorsqu'il remport a l e l'rix l\, bel ri, Littrature ~Il 1 \ll':!.. on lui dPn101Hla s 'il pen.s,ut qu'ii 11:<'.ri. tait c e tte rcompen se. Frnnchement nua , n.:•pl~qua-l-d aus s itt. Ce qui p (lrmi'. l.1 l :, ! traverse que l e chou: de on /J,HJJ avait fait naitre l' ht ") Z Lls crit;_ qu e!; an1ricnins d e rep:11 1 ir d-. plus belJe. Il y a d~ux un.;, John Utilisez les jolis Miroirs et Fe s Main,. mtalliss. Ce sont d'utiles cadeaux et des prix. bordables. En vent._ la Roulangerie Ln Poste, Grend'Rue. ::\tl!lnbeck n v 11lt acccvt6 ,lu fnlt c un rupm tnii-o au Viet11nm pour Ull quollcllen nm6rlcaln . Lus ides qu'il y lifondit lui alinrent une bo11nu partie de , es fidles, qui uvourent ne pus rcconnnitrc l'auteur des IluiRl\3 de lu Colm dans ces bill~l ~ 011 jour le jour qu ' il envoy,1it dn Front Vietnamien , Steinbeck uvnit horreur de ]11 publicit et des wte1 vicwa qu'il t t' l"minuit rupidemm,t \'.Hlr HC':; ponses dconcertunt e'ii. Comment crivez-vous ? Avel! un c i: nyon ! P o urquoi c1 ;ez , ou •d ? Probnbl cm ent uno 1. oJ' te de lie nerveux Qu'tes vous en trnin d ' crire 1 Si Je vous le disnis, je ne pourrais plus l" ('l'ire . Sn troisime femme Elaine ( il n eu deux fils de son secon mnl'ingc) donna un jo111 lu c!e1 nire rponse un journnli:;te en njoutant : John adore nin•, ( '.'l' st mme lui qui crit no . -. lh f r~ d p i rt1rfo . Al'PEL DE LA CHINE AU NOHD VJETNAM HONG KONG (AFP) Le Marchul Lin Piao, Vice Pr s ident e t M1ni slle chinois de ln Dfen s e u mis en gurde le Nord Vietnum contre la o~blc tnctique d'aventure 1nilitnire ~t de duperie politique des Etats-V ni 3 et n appel le peuple vietnn mi rn il de-jouer les intrigue~ en n emie s et . continuer la longue guerre contre l'agression amri caine . Cette docln rntio n a ft~ faite dans un n1cssage t ~ t qu'd tliffu : ..;l 1 int g n dement lu radio ehinm~e l'hJ> ti•e Hong Kong. Le March.al T.'11 Pino n rnppc l'aide enthousiaste et le serou1s sincre du peu).lle et de l'arme chinois uu peuple vielnamic11 duns sn lutte l'ontrc l'ag-re~sion umricuine et pour le sn lut notl b nnl. ~> 1f 1 ' , k .: U -.u : d :t d 1.\,.h1rl• qu'. I pcn . ..; ait t1U lt pt: up11• ht~roi L]U l' du Vielu~11n puurn: Y:1lh r~• t ;.:l,!T l '~b l'~lr amri1.ain. GHEVE DES DOCKEHS A U X l!SA NE W YORK iA F PJ -Les 75.000 Dock e s tic ' . Pori s nmricnins de l" A tl un tiqu,• ,•L du G o lfe u Mexique s e s ont m,., , -n gr ve vendredi. Cdtc iion n motive Jwr l' ab::;e n :. c .: 1~~ :~ 1 :int~~~i\~n~; : c~~ 11~~.:~:.:r~, Le ' Prsident Johnson a lanc n in dredi soir un n p pel aux p1 {,. A l'poque de Nuel et cle Fin d'Anne rien n'est de meilleur ton et de meilleur ~ot qu' offrir en caeau. : OLD SPICE So Many Gifts to Please ... ail S H U L TON quality? for him @Bd/ue New and handsome, .• After Shave Lotion. Men'a Cologne, Body Telcum. Man-Power Aeroeol Oeodorant , Shower Soap. Alter Shev• Lotion or Men• Cologne for her DESERT fLoWER New Twoeom1 .. , Aft1r Shave LotlcMI an~ Shavlng Mug ii HalrC.-.1111 forell-day control. v l ates el nux . armateurs e Ir. C te Est ca ELnts . Unis, Jour d.e mundunt de rsoud1 imminte menL le conflit qui les oppose. PIWTESTATJON D'UN PAR1'1 D'OPPOSITION BRESILIEN . BRASILIA (AFPJ Mouvement Dmo<'rntiquc bre ~ 1!1en (M. D. l:l.), Parti d'o1. po s 1lwn, n rendu public vendredi un mnnifestc prol cstnnt l'Olllre lu promulgution de l'Actc Inst tutionnel et l ' utili : su t ion de mthu s de force. Cet ac,e cl ces rnLhoes, clnre le manifeste du M. D. li.; on~ dtruit lu lgalit prcuire qui manait de la Constitution de 1967 et mettent fin l'effort col lcctif de dveloppement conomi que et socinl. Mi:ne sa n s snv?i r si ceLt.e pro t~etat1on pou1r11 ctro diffuse in d_ 1 quc encore le Mnnifeste, le Par t, ne peut demeur e , silencieux. Il proteste devant lu Nation contre le Gouvernement" ont les 1 raili tfon _s, lib~rnlcfl sont nnantie:i pur 1 ut1hsation de procds nrbitrll{ res incornpntibleR n vc c ln fonclit,n histo r ique et in .s ti t ulionncll c u,• , Forces Armes . Le M. D. D. con dnmne l'a_ibitrnire tout en repou s F;nnt IC' dl'sordrc et la guhvPrsion. X X X ILS NE SERONT PLUS ADMIS EN ESPAGNE MADRID (AFP i Le Prince Xuvler de Bourbon Pnrmc, prl,tendunt Carliste uu Trne 'Espugne, et son fils Hn gue 3 Charles, expuls vendredi n o seront plus nmi s s u1 le te ~ ,-~ ritohe espagnol. indiqu t t-o n \.l'II dredi so ir de su111-u• uffici(•liP . 'i r: ul~~~t r~e!~" V~~! l ~ inI: 11 ;rr~~~~:~l~ llfnrg-uerite, pou., c du Prince Xn vi"r ni sP~ :~illP~ . .! e Prince Hugues Charles a _6 ave1:ti e la mesure d'expul. . s:on prise son encontre Sara gossu, o il se trouvait depuis t~
PAGE 7

1 cLII NOUVIWSTI~ PAGE 1 9AM~Dt S!i, ~h.tA.N~ttll\ 22 m'l' LtlND_l 28 D _ FJCEMDRE 11,oe, ~1.. :.~ ; v+ ; ,: ------------------------""'"'--= ....... ----""1----./:._----.-a-HA YTIAN AMERICAN iUGAR COMPANY, S. A. USINE RASCO SOCIETE ANONYME HAITIENNE PLANTEURS ET l<'ABRICANTS Sucre Ilaffin HASCU CRYSTAL Sucre Mi-Raffin POPULAinE Port-au-P~ince, Hati. DUCO I' Age de l'Espace ' 1 I .. 1 Le Gouvernement Espagnol remercie le Gouvernement Haitlen Pu, lino rUeolution on date du Hl dcembre 1U07, cmrnndant 11llll\mment l\ la Grnn l ./ 11iPs uvuit mis un terme aux 11ll•rn1oiemcnts qui ,eoructl!.ri so ionL les n~ociol ! onM irccle!l l!llt'"o l 'E spai,no et la Grunort-ou-Prin.ce J.., ,l ~ois en ce moment la l'on1munil•ation de NewYork ~lop Vote qunt:•il'me Commission N at.ions U111C's totalement favo rn hJc il proposilion lotino-nmric&i nt• s ur Gibrullur et Je vuux pnr tuger ave c Votre Excelleuce un 1,sultnt aussi significatif qui n'uurnil 1,0 s possi iJlr~ stlns la r .. Ill<' el. lovnll' eollnhornt.ion de vn trn Cnu v~r nt•ment ~lo:l AY er 11ws profonds rem~rcicmente, je s : drw , 1 1 •r/iult 11. 1 11t Vn!Te Exc1:llc n ( ' t• BETHLEEM DddU cl, la, Mmoir• i 7IU>\ fil• Y1168 Sa,twrnd La,/or•st. Jsus, par ses b.eiiux yeux, Danb lu crche fleurie, C';ontemplaft silencieux Ln fiert de :i,forie; A ses pieds parfms, ,,'agenouillaient les Mages Qui , pleins de puret~, T_.ui -rendaient leurs hommages: Dnrn . la . nuit enchante, Il n s u la douleur, Pnr les roi s, iffipose Aux peuples, plein.a d'ardeu,.; A Bthlh e m olus tnrtl , Il prchnit la ,Justice Et Il fut san s hm,a,d Arrt pur caprice; Pilate constatant Dr .l fm~ 1' i nnorene<\ Se lavait consciemment Lea mains sans dfalllonce; Les gena, n ce telpp!l-l, Criaient fiers dans leur i\me : Dlivrez Barrabas, 1 uez le Christ Infme: Liw vite aux bndits, Sans cur et sans conaclence, Il tait, jour et nuit, Battu, . malgr 11's,:\enc~: Sans crainte Il I a subi Ses torments, son malheur Et sur la croix finit Ici-bas, sa douleur l 1 La prophtie, enfin 1 Fut bien vite accomplie Sous les regards sereins De sa mre Marie; IJ) Georges F. LAFOREST 24. Dcembre 1968 Pour tre adapte publique d 1 lluili 1 unt pr l•:51.mll la Quatrime Commi ss iun de l 'A s ~cm hll~ gl•ni•rn\e u1 w proposition dt.•manacil lu G 1 on de Bretagne dt n:spcctcr J es t e rmes de ln H(•sol11tion du U.l d ombre 1 96 7. Pnr une ~rus unte majorit, la quutril•me Commission n dJlf)r n v lu propn8ition lt1 l i11 0-n nH ~ r.: 1i ne. ~{/i :// ~~';} 11 1t~ 11 ~~' 1\,;i: . ~~: 1 ,~~~{,•i,uret; 1 ------------l'poque des satellites et des fuses, votre voiture , doit tre resplendissante. EHe le sera quand vous l'aurez passe au VRAI DUCO, le DUCO authentique garanti par la signature Dupont de Nemours le seul VRAI DUCO pour voitures est en vente la SOCIETE HAITIENNE D'AUTOMOBILES. LISEZ LE NOUVELLISTE cf>.PARKER ... fine jewellery that writes PARKER 75 Elegantly crafted from gold and silver, designed for personalised writ• ing with sculptured grlp arid adjustable point The Parker 75 is crafted in solld ster ling silver, 14K gold-fil! and vermeil (a gold silver blend.) Matchins ball pens and pe11cil1 are available, 1 PARKER 61 The most remarkable pen of our time-virtually shockproof, leakproof, and lt "fills itse\f" through the magic of cap• illary action\ Choose the Parkt:r from three models with matchlhg bal ens. PARIa 45 CORONET The so glow of satin•finish metal distlnguishes the newlook of Q>ronet, with colour bohded right lnto the finish for listing beauty. lt fills from an... lnk bottle or with cartrldges, cames ln six lustrolJS colours . Available with matcbing pencil, 1 En -reconllaissanct! Ueci louub\~~ e ffo ts dplo y s par Son Excel~ l ence Dodt•ur Franois Duv11l ier, Prsident Vie de ln Rpublique p o ur le. respect du princ;pe ,l'auto-dtennination des peu p les, pour la liquidation de, d -, rni ets vestiges du colonialisme et pour 1a saUVL'g-nnJe du prestige dl' l'Orguni . .;ution de.:; Nnlion~ Ut\iL•~ e ll ,•m n w. l e Min'stre des A ffa i , d ' E~Jrn g-n r. Grande Kermesse 1 , _ . l'omit d'Al l ion pour le r-, o:.:Tls d(' J 'Eco Je No tre Damrn,esse dansnnle g a ni sc Carrefour au cl,,, :Soeurs d,• lu Chnri t d, ~-. !.nui s . au p rofi t de l'E ,.,,,,. :--:ot.n•-D,lnw, le dimanche 2~ Pl•('rn1b1l i t pa1lit de 10 h _ c ur c~ A.U . nl'cc le co neours du fameux .'nzz LES FANTAISISTES d<' C'arrcfoul'. Prtiripntio11 2 Goures Ma~hine coudre LA MADONA 1 1 j, Lei Hellleures Machin•• Coudre t. bru l. Pda\8' Electricit Zig Zag J , utomatlc p<'TIT B r ode• le autr es TIPC:O Dist .r ibuteu, ':l'ffrard. Tipco Distrib11teur Place GeHrard 1 \ :OCIOQC:X:,CO= ~JCICCCll:XX::OOCOIXICICOCCIIXICIGDQDC:iaa&IDI~ ! fiffd#l1iKH(=%mfP PARKER INTERNATIONAL ctASSIC Truly classl~ ... slim, fashioriable ball pens. lm partin g impressive appearance and flawless per/orlJlance. International Classic ball pens are styled in five elegant metal finishe~, with ... 11111131WiNlllllilllllilllllltllllltl\JlllllllfiiiiQil{ii~W1\R ffii\tching pencils available for all models. <;,. SILENCE Je ne veux pu s croire au sespoi r ton si lence qu i m ' est un fort e s poir. Ne croie-tu que je veux mourir'? En me gardant la solut io n pour nfrrir, l'espoir de vivre et de gurir. Mn folle pa ss io n isole perdue dans un coin so l. Ton regard, parfois singulier avec confusioni< me touche jusqu ' aux larmes sans confession . sous ce regerd me sentant troubl, innond u fluide que projetait ton oeil . effil, c•ependnnt, la suavit de ton regard inexprimable, bouche vermeille et capricieuse en arc remarquable, capte, {!ans une dlicate pntration o tout mon tre Teste immobile d'action. V ersnill<'a qu'on appelle soleil resplendissant! co up surprenant et sduisant. Toi qui es une beaut suprme .Je vo i s rver tout Jlloment du mme, pure et cha ..te crature endormie dans l'eau pure de la nature, o lutte muette se dbattait, mon instinct longtemps luttait, o l'indiffrence devenait triste et pnible llUBO llUBON DUBONNET ir la foi< un coeur pauvre et flexible. Ce dsespGiI s'augmentait d'angoisse du sentiment de ma faibleae, lu mo".' seule a 181 pouvoir de me faire oublier le vouloir . [,a ralit de ce regard est Je silence o tout se passe nat~rellement en apparence, Ma flamme assoupie de vertige dan s un be: oin _ dvorant lie prestige . homme timide, sinon respectueux avait os lever le s yeux sur ln fire ddaigneuse. Un lche n'est plus maitre de son coeur en se i:ardant de mettre en haTmonie avec la lumire o la palpitiltion devient myatre. . Mon oeil se dilate parfois da.na l'oscurit, c rut . te v o,r passer sous l'ombre de . skurit foyer de lumire ardente ' Pas un bruit, pas un souffle pendant, cet te vision intermittente de la facult voyante L o il n'y a pas de scandale il n'y a pas non plus du mal. Jean Claude FRANCOIS. GRACE LINE Le . seul Seni Hebdomadaire _ direct ntre New-York et Port-au-Prin 1 PANTAGBUEL annonce ses compagnons bonne et joyeuse nouv~lle ' ~rtie d'une dcouverte incamparable. Trs chers et aims compagnons .le ne serai hors de propos si je vous annonce et raconte une nouvelle digne de rjoui.r vos coeurs attendnt Avent et Noel et surtout le grand jour de Estrenna. Point n'e,t ici UM que.• tion concernant les Pandectes, mais sujet se rapportant notre microcosme, id e,t, petit momie, mieux et plus simplement dit: l'homme. Vous tous savez que Nature wa. illjui que pour bien boire et manger Encore que mon feu pre, de bonne mmoire Granqorur, eut donni tout son tu,de ce que je mangeasse touj,ours et p~rtout : mais lors mangeaille itaU eneore chose grossire d'garnie d'art et beaut. Que pouvaient pain, vin, viande., IJOUllllllU, fruit•, herbes, racines pour, selon le mot d'Aristote en ses livres mtaph:y , sques, animtr, vlvi~ier, raui r;er, et fortifier Monsieur l'Apptit. , Maintenant toutetJ disciplines sont restitues et places, grce aux divinea et luunainea lnati tutions Coles Supermarkets sises l'une en cette bonne ville capitale, Lalue, rautre, AvertUE Christophe, sous le contrle bienveillant de Gaster, Matre et Seigneur de .Vkrocosme et macrocosme. En icelles in,.'itilutions, trouverez dlicatesses et plaisirs de table et bouche (JUe j(Urtai• ni phaste et Dioscoriod, Marinus et Pline, Macer et Galien n'ont connus. Retenez Souffle,,, ou~r,fl~ oreilles, ut dixit David en ses Psaum _ s : "' Des Marrons glacs Nougats e11 barres et e11 bote douce fantaisie Des Drages aux amentles, aux liqueurs diverses Des Ptes de fruits de Matre Jacquin. Botes de chocolat fantaisie, de Suisse, d'Angleterre, de douce France, d'Italie, . ventable et pacifique assemble de peuples et nations. Des lgres nougatines. Des Pralines Louis XV et Pralines Roses Biscuits de France de Belgique, des Pays-Ba8, d'Angleterre. Pte de foie d'oie de France et Saucisson de Lyon. Et comme Manger est toujours acoompagn et su~vi de Boire : Trouverez galement en ces tablissements assoritme11t complet de bonMa ,,.,,..,... VINS DE BORDEAUX VINS DE BOURGOGNE l 1 /NS DE CJ[AMPAGNE OAIPCORSE MARTINI DUBONNET et toutes liqueurs MARIE BRIZARD COGNAC WHISKY ETC ... PAN'fAGRUEL . I r .. 1 i

PAGE 8

c;LII N,OUVELLISTJ!l> 1 Pome , de la Rotation Inattendue Pnr Guy D. GE.OUGES RI.en ne Niirlt l'immense point d'lnterroiratlon qui termine lee mnnoeuvres de la nuit Tambour b11ttant le pome . ;'en vn cahln-cahu le long des trottoirs Mals quelle femmo nue viendra ce soir interroger Mes regnrds J adls ce fui nous qui par lion,, nu vent de la frnich~ur . marine des nuits orientales Aujourd'hui rien ne reste de nos pouvoirs de persuaswn Nous Bommes d e s rois en exil que la nuit a vaincus Mais nu bout du voyage ln dtente e st certaine car nqu-s touchons de prs l ' o s sature de nos dfaites A quoi bon remanier les d e ssous de l'histoire lee urn~s sont pleines d'ombre et nous nous at~quons i, rec, er le s couleurs vives de la vie Nous . portons au feu la mmoire de la terre pour (!Ue surgisse illico les fibres du pome D'ail'leurs nous ne . voulons rien pour nous de cette claircie , grandissan t e qui taira sous peu l'issue de notre histoire Jamai,, ncius ne prendrons la respon s abilit de oommencerla route par la fin NL A BOUTILLIER A la Mnioi-re de 1110n fils chbi Yt1ea Sa . tUMte La.forest Le _ jour de la Noe!, je n'irai pas en Ville; Les jouets cet les fleurs, aux bazards clatants, Me feront pen se r trop la mort inutile D~ mon fils, aux yeux doux, affectueux , Quatre ans; A Boutillier, en pleurs, dans ma pauvre chaumire, Je mditerai, seule, sur la fragilit De l'homme dont la vie est vraiment phmre Sur la terre, livre aux sa v ants insens s; bans le Temple du Bou:g, j'irai passer un temps; A minuit, sans mon fils, je dirai ma prire Qui montera, h las ! ver s le Dieu Pui s sant, Crateur des d o uleur s, des joies et ua, ~•rdboard, Plywood, Serrurea, ,'. Cade11aa, Tr11!1Iia mb&lliqu& etc ... f: Mai~~~ -' de ~~ : )voua . aurez les meilleures garantie. et 'jlura : ~".~~ . ~ve 'h _ P~:~ marque cADELPHI>. _ f; Peintur _ e Latex iutrie11r et extrieu1 de reno'mme mondiale, ~ =~:;:11~•itr1:l , aiu~,,;,~n'!8!:~t~d::_eo~8iE fES ~ONT~,F.O~T$ No. BOX : 897 Phone : 8780. Ce rl~que cc n'est pns noue de le pronre Nous no ao11m10H d'uucun pn~• s nous ne sommes . .. On a tendance oublier Ln Littrature Haitienne, Euaia criti~ueai. Ni le Dr Ghislain Gournige dans son Histoire de la Lit trature Baitienne>, . ni le Dr Pompilus et le. Fi;r Raphael dans leur Ilhutr ... n'ont mentionn ce )ivre de critique littraire. t . im!!t!::f~!%1 l'~';;'~e ~t:.! rimprim . Les ~upplants de l'quipe ~tf~tselt~~: :~: s:~~:e~~~ts" salva?~rl ~ nne . qui va partic.~per de toujo~rs s'adres ~c r directe1 :-ria:Attmi:813:0:0:8Ulo:Uli1U:limi1:813:0•:0Hi:ODO:Uo:Uli1U:!DJ:1:hi,:C•r:o:8:0:0:08Dmi1U:ll:O:Sla:O:S:~ aux ehrrunato1res du championment l'Office du Timbre sis "l!!i' ----AA b:~t~uje~rd:oird~fi. 00 ~~~:! b~i:! la Cit _ de !'Exposition, po~r leur --.;, /4 . zoro I'qu _ ipe yougoslave QFK .. a~~;::~'t~~~ent en tuubres. _... T /o . p p ' .,,._._ . Belgrade nu cours d ' une rencon P . . . . , a.. ...a tre amicale . Les buts ont Une P~htique d~ T1~1~re , bien marques par Acevedo (9eme) et c oord~nne': et r~t1onahaee_ eta'?t Azucar (28eme et 53eme). a..:; 0 ;~ conjoncture, le Bureau de Super :_. . .. A .. . B. l . E . } . _ . Convocation rieLd~ 1iti~~:~~~~/ 1 es . 1 a lr:~~~ pris d e se runir en Assemble Gnrale statuaire le Mardi 31 Dcl'mb ic 1968, i. 9 heure,, du matin, au sige social de la So c i rue du Mag&sin de l'Etat, pour vaqu P. r aux travaux sui vant.s: l ~anction du Rapport du Conseil d'Administration 2 Elections d e s Officiers 3' Divers . P-au-Pce. l e 15 Dcembre 1968 WILLY GUERCY Secrtaire. La Grippe qui svit est daneereuse Pour l'viter, pour lui tordre le cou, rieu ne vaut les compri mR cFLUAXIN> qui contien nent: acide salyciliquc ou aspiri ne, le poll,m, le gluconate de cal cium etc. .. etc... Et alors finis: grippe, nvralgies dentaires et faciales, douleurs rhumatismales, articula . ires, musculaires, tortico lis, Ce prix est modique le flacon de 30 comprims 6 gdea 15 comprime 2 gdes 60 et 7 compri 'ms 1 gde 26 . Ce merveilleux produit des Laboratoires Oernel le ( Su de) est en vente la Phor macie Soethne Geffrard et dans toutes le, bonnes Pharmacies. vi8ion des Entreprises .l\Iixtes et , d'Etat, espre rencontrer une entire comprhension et une parfaite collab o ration de lu part des O M PA P. J _ intresss, en vue •d'une efficace application des dispositions du IOR prsent Dcret. Port-nu-Prince le 20 Dcembr~ ' 1968. Dr Herv BOYER, Superviseur des Entrprisc,s Mixtes et d'Etat Avis Prolessiollilel Revenu de !'Etranger !c Dr . Ulrick Svre aviae sa bienveil !unte clientle qu'il reprend ses consultations pdiatrique,, par tir du lundi 23 Dcembre 68 . Aux heures habituelles, ses pe tits pat i ents seront accueillie vec le mme dvoue'ment et nficieront du maximum d'atten tion. P-au-Pce , ce 21 D cembre 196R Vaas tes malare ' Beautlful, ,;;,,-a,ound reiigrator of many uses, lndoor _ & outdr Office / Bar / Playroom / i:totel / Motel / Patio ' 2 . 3 cublc foot capaclty t~~:!h compmsor 1 Automatlc tampelalul'I conlrol _ Freezer compartment / . ~{ecr~~~I~ Enamel l Full stora~ magnetic door holds quart bottles : ~ ' dtlV;au:-e ; ln , a l : otus Voici un NOUVEAU moym facile pouvant C:Qntrlbuer Full 5-year warranlJ 1111'sealed system ~rr~ lf~ Cart converts rlr)gera)or lnto part.ble bar Heavy brass and wood } ~:~~o~:;"casters / la premire machine coudre ,familia!e c?mpacte, la machine zigzag sans pro 1 bleme, prete a coudre en un tour de main Elle s'ouvre et se referme comme une fleur : On rabat tout simplement les volets et la machine est prte l'emp . loi. Ecrin d'accessoires log, bien en vidence, dans le bras suprieur de la machine . Pid de bichf _ polyvalent _ et ; t~nsion universelle du fil. Plus que 2 boutons pour effectuer pratiquement toute la couture. De fabrication suisse, l ' -elna lotus~s p~culire1T18nt robust~. ~ . ~la,~ . YP, t9u,~ J~s , tis ..• s, ~es ,Plus fins aux plus pais et offre plus de 20 pphcat,ons pra tiques mme une boutonnire ins ntane. Distributeur: R.H. CARLSTROEM Rue Bonne Foi PORT-AU,iPRINCE lrvn:S e~•:!~~~ct9 de chair ferme. Hommes, femmes ou enfanta en bonne aant malgrea 8' trop si voua 114' delrez ::is:rv!u':u~uw~e~t... c1e: :: nouvelle ,ource de com Storage shel( fo~ bottlcs & glasses GEORGES JAAR Magasin Le Soleil. Distribatear "ar . Baiti bines forma liquide que ~JUlim:IIIUDUO:o:IIIIAAAl:lir:o:81UBIIXIIDQmillBSIUD:O:O:BO:IIAAAIIIIUD:O:O:BO:lll' n.sp1~!t•vt!~:.i~p'!!i ~‘~od NEISE nour oa digrer falcl!e ment. Plus votre ab sorbera de calorlea mieux il les chair ferme pour votre viaage votre cou, Vot votr• buste. Oui, c'eat tout voua corp1 des formes plus plus attrayantes, plus vigoureuses. WATE ON combat la fatigue, la faiblease, donne dee forcea. Wate-On tant HOIIOGE N EISE aon action est et agrable et bien dea pna anent du polda le pl'Glle< flacon. LE MERVEILLEUX NOUVEAU WATE-ON Emulation homognise ou eo. comprime. ;:r:: :;::n; A~ TE ON .. . avec prantle que ft1l8 ~!;:!n:ITon d~~~lr.rdA. 4: premiera 10 joun alnon ' TIIUI re tournerez la bouteille 1111 Phar macien et voua 10re1 remboun. Pourqnol r..t.s maigre Jonque :~~f.i; 1!:'!~ctl:.:zi: le premier jour. O.. laa ._,_ I

PAGE 9

. . 8.~lll),li1&t;,DfMANtAA,p~E.M}\R.~ J,~llB LFl N.O;\tELLt~r, 1 1 . . , . :; ; u .• ,.--- •. ,... ' PA,G! V> ~ ' : _..

PAGE 10

1) ~LII NOUVllL!JBTll• .;. _______________ _.;. _____________ ~-----------.,ED.1 ~1:, : rl.IM;A.'RCR. ?,2 ' '. t_~,.Ltl~j. ~DJki~ j.~. Oui, le prince Henrik estua bon mari Dans Je laniral!'O des fleurs, }'oeillet . ~ siu:nifie : •J•ui fui :m:1!~c :PA~IS•-MA.t~ 1 :, c\;~i rllconte comn1cnt s 1 l"'st tc.>nnine la bouderie entre les juurnulistcs danois et Henri de lllonp,•z, de venu prince Hcn1ik depuis son mariage . avec Ja . p;inressu . Mar grethe de Danemark : ..C'est un oeillet que portait il la boutonnire Henri ,1~ 1lonpe sat lorsqu'.! affronta en compa pi. de eon pouse, les ,eprsen tanta de la presse du royaume. Le couple venait de rendre visite au voisin finlandais. Voya.l:'f ruiloi sous tous les rapports. Pen dant la confrence . l'nurnis tuli, 1lit, un exalt (ils. ~~i~e~f 1 ~~p~r~i){:~ 1 uce~ 1 r~:m~~l~ ,C'tait. cXlt.clement ce qu'il :1'1 ,\ 1 u1:~\~ 1 tsplu!'Un~: ~\(~~=~r N~r:: l ' llmle de MonP"'-'7.Ut qui leur 1ane fnllait pus dire dans co pays_ p, inl css~ si fire 1 voil ce qu'e\dssnit Ju fi. c .Murgrethe, lu pn.• ~:~tlJ~ 1 ~:~io~uJ.t~~~: t!s ~' 1 ~!1t;~ 1 t;~ lt l'f . d~venue : une pauvre cra m~ re rhosc qui les fruppu, ce !ut turc bri1rn:. en public, tenu?, c\ l ' oeillct. Henri de l\1onpeznrt u ~~d~1.~t,u;e~~ 8 . ~~ 11 ;:;: 0 :~ 1 ~•tt::m~~ ~c mprl" , > )i; 1 i~~~~t.~ctcl! 0 J~~~eml:~rk, t~~t: :, celui des nationnlistes du lung-a m1~;;t . e1~i~'.siq,::ur1r~t ei;~re incarn une gnration, il en ~ a trouv les formules et mme le 1y111• physi(1UC et les modes de Vie.> lin dernil•r t• q.uestion r,ose pur JEAN-JACQUES BROCHIER Franois Maudac tait : cEst-ce que voue croyez l ' enfer?. Le Prix Nobel rpond : Oui. Vous comprenez, l'enfer c'l•at un mot. Il s'agit de savoir ce qu'on met derrire ce mot. Je meto derrire ce piot le spara tion d'avec Dieu. Inutile de vous dire que je ne croio pus J'en fer o on brle . L'en{er c~t en dehors de l'espuce cl du temps. Maie .l'image d _ c l'enfer, c'est cet le sparaton d'avec Dieu. Pas caJ crie cqtie je n ' en saiS jamais spar>. L'enfer, c'est. l ' ternit spare de Dieu . Et rien ne d\l qu'il y a un a eul homme qui ait jamais. connu ca malheun. Sous le tit : e •Bonjou,: Bonheur>, Fran'.oise Sagan a cette se moine les honneurs de •NEWS WEEK~ dans \a rubrique , crit le zine amricain, une poignante his toire d'amour entre une adoles cente ef un quinquagnaire, . puis elle devint une pellOruUit. du Tout-Paris nocturne et une con ductrice effrnc da . voitures de sport. Mais; •'empresse d'ajouter cNEWlSW~EK>, Franoise Sa ge11 est un ctivai . n srieux qui a crit huit roma1111 et qu,.tre. pices prodigieux effort qui lui valut d'tre compare la grande Co lette et d'acquir une rputation ne 3 e fuit pas . Du coup, l'oeiHet g~ or~l~~i~m~~rs~~ c~u~~;;S _se 8 er lu. cote e l'oeilll!t chez les littraire sans prcdent., . devient Je symbole mme de MATCH~ . fleuristl's de Copenhague. 1•trange,; sur ce.ttc flcui innoOn Loit nu boni de lu ruptu l"ente se concentrerent les rayons En Aot, elle ~it fuitl•. L'o~re. L'ingnieuse rosserie des dP J'host:Jit, de Je mdisance ou cusion en fut le mariage a Oslo journalistes II remis les choses ch• ln simple antipathie. du JJiint•e Harald de. Norvge. uu point. Sui,issant la iballe au , 1 t 11\ l jumais facile d'tre Lorsqu'ils en dcouvl'rent les ~il~J~;c \con ~~i~1~!it:i~ st qu'irli11~ l'poux tr~.n~er d'une princesse:, ~~~~gr:~r~es y~~~~oiH~~~-?k 1 d~~c:,\ 1 ~ avci: une frn nchisc nussi to~ale on uttend d<.1 Jui qu ' il se {undet_s1 dnit de vo iturl' snns s'occuper de que son ignorutH.'C du dnnois: Qa 'est-ce qui fait courir l'orpne reprsent. Une banqui ae nnalt de sauter. >Le.lendama.in, pour la pren re foia, les bonne. gens de Copen bague lurent ce grns titre dans les jo~~aux: l omplt~ment rlun~ ll• moue nu 10 ~ Oui , je suit-1 tr::. bien cc qu'on nul qui finisse pus \lnrle: son anranml-e dl ' moi. J 1 ui lu vos critil'itr1t Jo11g-u e a\'t't' J' .;, t t.t•rH de 1 !! qul• s .• rc vcns ~ t.tuc le Danemark nouvelle. Premiet nccroc : Henn IIOJ\fMES, FEMMES ET ENl'>t un pnys Jibrr et je suis tr~s d,• lltonp, •zu rt se plie nwl nu un~'ANTS FATIGUES, SURME heureux que slt presse puisse me r.ois, Janirue h . armonieuoe sans NES Dl!!PRIMES, prenez les critiquer . Si les journalistes du doute mais dlicate pour un la• multi;itnmine, du Laboratoir,i n o is n' u imcnt pus mon chnprnu d~~~is11:aH:~;i, ~~fafir\':,, mj!c;i~ Gernelle Sude qui contiennmt d~ melon, mes chcmis,• . s, ma fleur pas m'ieux. En out.e, il sourit ~~~i:esdeBit if{ B~~r1~• t ;~ ~.~ 11 ; 11 ei'uvrij;~:\ u 11 ~~!~ p 1 ~j~~ peu. On Je cr91t w;u,ind. Il ne Calcium, Vit C et le JJOllen ali, mas ... > t!~:ier~ ?o~a~m!'.t 1 :a 1 ;: 1 ~:~~ ment miracle. Et il n ajout regardant Mar monte. Hommes femmes et enfants fa f;::f ~;~c s~\~ !~~f !:~: ~r.i1~ ,Just e avant la naissance rie tigus prenez l e s 1:iullivitamines pom mon nttitude . Oslo. Bjen son fils., Fr rikAndr. le base de l'huile de foie de morue sC11, je n'ai Pas etc volontlllreprinee allait eon1mettre un ter pour avoir \a sant s~nony1ne ~. llll'Hl grossier, je suis tout noubonheur et la joie de vire. Le prix v,•au duns co job de pr,nce et je cPardon, prince Henrik, •par---------en est modique G, . 60 compridois upprendre mon rle. Queldon <~ot.. e~~~~~i':i~e:,.\t pas le LISEZ 11 G~es e~. n /~a ~o~r.,rtet ' .~~:: 1 t~,;esn•~ 018 ;a~t:~s vi(: danoi~, m~is il comprend J•hu.u,: ;-;uUVELL . . JSTE> frurd et toute~Phcie. . (< mps d'apercevoir les gaffet1 mour dano11>. , . que l'on fuit.> ~'-'-'-~'-~'-'-'-'-'-'-'-''-'-~'-'-'-'-'-'''-'-'-....,._'-'-'-~~~~~~ .JEAN !AGQl!ES BROCHlER. Rdnct e ur on c hef du •MAGAZl NI•; LITTERAJRE n longue Jlll'llt ,nterv.iew Frnnois Mau Protection Contre les Caries riac . Celui-d, L'nmme . l'nrcou tume1 a grc i nl 1 s<.1s propos dt1 l'l'nllll'(Jll0S ci,• jugements et de L'l1mrncntn\res it l\•mpolle-pil•cl'. tllll' \h ' I\Sl ' Franr;ois MuuJ'ue d,• J e an-Puul Sartre ? ~ lnurim: rond : "Pourqu oi _les athltes noirs on i,..iis remport un nombre con sidrnble de mdailles dans cer luinc.>~ di~< : iplines nux Jeux Olym piques de Mexico ? A cette question que pose LE NOUVEL UUStRVAT E llll. un expert. M. .Tcnn Hiern.nux, muitre de recher dw, au C. N . H . S . tente de ponre , A quoi tknnent leurs succs? A la conjoncion de tros facteurs: !a vo\on de vaincre, le physique et l'entrainement. La volon de vaincre trouve une motivation, particulire chez bien cles Noira: membres d'une communaut brime et maintenue un niveau ~ocio-conomique in frieur ou : bien membres d'une nation qui vient d'merger de la sujtion col~niala, ils veulent ga gner, non seulement pour _ e 1 afffT mer eux mmes, maie surtout pour fuir c t . riompher le groupe dont ils se sentent \eg JJOrte-dra pellU. des on peut le prdi1 e, des victoires daptation pralablc. , ~!1J:ri.~~1 . ~n\ ~~~ife~tud:':f. ::iai~~;~t~u~luj<,;'tnj[;:piu:; m~e . f!3•~ en~r~ qu'une l>etitc leur Jeunesse de la famir,e de dans les sports auxquels leur sel or~ e / 8 t OIN! africains qui . malnutrition (spcialement'du _ physique les prdestine. ( . ,. ) inte':-~~\1~n~es e~ullsc~::'Pio~~'. 0 ! me!1que de protinesj t de ma plus souvent, dans des . condi~:::• ,;:rq~~~t d•en tf! ja t1ons et. ~•ns des varits de . Au ru r et mesure que cea sports ou li est difficile de rivahandicallJ! seront levs, ,les athlQuels athltes prodigieux pour raien~ se rvler , . par exemple, parmi les Nouer et les Dlnka du Soudan.> LOTERIE DE L'ETAT HAITIEN Nouvelle Table de lots de 30.000 Billets A G
PAGE 11

1'~1T.a, J(, RHUM BARBANC9URT REPUTE DEPUIS 1862 Simples Rflexions da Boat de l' Ali ... Vers les U. S. A. Port-a u-Princc l\fiami, direct Port-au-Prince San Juan New-York et toutes directions. Vers l'Europe Port-au-Prince San-Juan-Pointe--Pitre Pal's et toutes directions i1 votre se1iJ1rc AIR FRANCE LE PLUS GRAND ~ESEAU OU MONDE NEW 1 \ Voiei revenu Je temps o des foules bigarres de chrtiens prosterns genoux remplirent les Eglis,, et Chapelles aux vi trum; splndides, ,aux dcora tions multicolores, pour chanter ln messe de minui,t sous les ce• .-hcs de bronze... Prs des Ill\• tels o les prtes officient, l'e• rcnl.iront vers les cieux, au ryth me des orgues sonorl'S, les voix mlodieuses de jo).reuses chunteu s,•s 11ux toilettes rutilantes, \'l'c lts ntt.rihuts ou exigences de la dl'tnil•.n• morle; tandis qu'aux abords dl' ees sunctunire8, l•trangc pnradoxe ! ce seru encore l'affluence des dguenil ls, cles damns de ln terre> dirait Fanon et, l'on ne pourra pus s'empcher d'entendre leurs int.erminab]eo lamentations, capn h\es de bouleverser les coeurs les pfus insensibles : 4'min pau vres aveugles, charit s'il vous p\uit, bndiction pour rou mn dnm, bndiction pou1 rou mes• si. Pauvres, misrables, ils im plorant quand n1ne, je ne sais quelle bndiction dans leur s<>mpiternel langage et souhaite ront uve,, foi, malgr leurs souf frances: bonne anne aux mes charitables ... Dehors, travers les rues animes, jeunes et vieux m-Pls ln marmaille, s'en iront The ~nly erectrrc shaver wlth a d'lal that adjus!~ ,! ' to your skln and beard to glve a c!~r __ sha'.'? R. H. CARLSTROEM Rue Bonne Foi, No 25 ; Tel: 2253 Por-au-Prince REMINGTOf\l SEL&CTRIC pal' Clhrlltlan A, ROUSSEAU avec la mme candeur d'me qui persiste de l'enfance l'adolescen ce jusque dans l'homme, curieux de revoir les luxueuses vitrines des superbes magasins... Majes Install entre Wnshngtun et Mos cou pour viter le _pire lors ao ce qu_'on tait convenu d'appeler la crise Cubaine, le tlphone rouge trouve son utilisation an ~uell_e dans l'change de voeux, 1rag1lC's rommc la rose du ma tin_, ,.nlre les tenants des deux J 1 rrnr1p11lt>a Puissances Nuclai"d'allgress,' les autres n'auront qu'une voli touffe. et des mots emb,ouills pour traduira les sanglots de Jeurs coeurs ... gardons tous,tant il nouo res te une parcelle d lucidit, l'espoir qui fait vivre.:. Chaque fois que se ferme le cycle de ces douze mois, nous avons besoin d'une halte pour un nouveau d part... Constatation dramatjque de. la pense rationnelle. Hlas ! 's11nt, a~ors. que, retourns nouo mm~s, lcR yeux Ouverts sur les inipratifs de chaque jour que nous appelono des devoirs tat, debout ,ur nos deux,pieds, il faut nous rendr!! l'vidence que l'homme vit d'abord ile ratu eux et fastueux, voie] Papa Noel lu belle Une anne qui finit, une au tre ,iui commence comme le va et vient ,:s flts toujours chan geants, des flts pourtant les mmes .... burbc blunche, aux joues roses, pommettes saillantes, vtu de soie, de satin ou de velours. Pour les passants qui le regarde ront dont, beaucoup l'admireront, plong clnas une mer de lumire, avec son 'humeur souvent morose, Papa Noel fera plus de contents pnrclquc totalement pau v-rt•!-t c-t, dmunis que de sat.is fni1s 1nucc que ricJws et bien munis ... Nan'1uoin~. dans la tr\s ieese ou dans lu ,ioi,, la tradi tion veut qu'il la fin de chaque anne, l'on se fasse de, voeux et, ce. serait un accroc aux gles de la convenance et des bon ' es, antugonistes. du monde: les U.S.A. it syst'me capitaliste et. lu Russie Sovitique, communis te... Par l'change de ces bons pr~c(•ds,, le~ deux super grands fJ~ll J l'Jl. e.'itnlent les forces oppo sces uux sommets de toutes les hirurl'hici-i. rlu monde, cherchent des lltermoi,nHmts nux divergen cc13, puisqu'ils entendent coexis ter malgr l'incessante bataille idologique dea c)asseo sociales ... Malheureusement les voeux ne portent pas bonheur tout le Pour les croyants, pour les incroyants, pour le 8 'sceptiques, au dl'l des uuages de l'horizon, c'est le moment de mditer et d'espret un, rayon. de so\eil. .. Avec ou suns la ven-uc .du Mespar une aberrante contradiction ou ironie _des chQ.ses, les voeux, -' illusoires co'mme la fume des encensoirs, nous emportent pou, peu que nous nous oublions, dans le domaine des dou ees a'bst,ractions, dans les rves merveilleux d'un sommeil repol\~ss e~~j:~~;e• p~~U:t~~ d~:~:n~i ( Georges Duhamel dont les ouvraf..~:;~~t~~e;:'~t u;~cY;:!~':t que < nos illusion •. sont ncessai-. -res la vie ... '!> Dcembre l!l CHRISTIAN .A. ROUSSEAt; nes manires en socit q_ue de rencontre,. un ami pendant ces Jours de ftes, d'entamer une conversation en oubliant de sentci des voeux foujours meil ll'urs au seuil de la nouvel!~ 11n nP... Comme si celle qui s'en va, a mauvaise l}OUl' tout le monde. monde : tout le monde n'est pas sln.cre dans ce qu'il dit. ou dan, ce qu'il fait et, le souhaitable ne dolt pas se con fondre avec le possible ni avec lu rd; tant il est vrai que le malheur des uns fni1 le bonheur
PAGE 12

.. AA da XJlJrVIIU.,ls,-,lb LA ROUTE DE LA PAIX , CAPIT)L priente Llu 22 nu 28 Dcembre 1968 6 Hres et 9 Hrcs ;QJ.W.,~ ~2 . ~J.,~ . ~~J#,11 _ AU CAPITOL m~e s'il.._se ~plaait. C'est nu pour rgle, non 1aulement la cso11 de sa vie que Boris PASlbrit des interprtes maia aus TERNAK avait crit LE DOCsi leu 1 , capacit c~rrespondre T~?R JIVAyO ?t q~'il avait nu~ personnages . C'eot sur la cree peut-etre a son _ mage base de ces critres qu'ont ces per~onnages de chai I' et de slectionns Omar Sharif qui sang, d amour. et de douleur, . rend vivant l'tre exceptforinel iXJN~lt Yo~:-' J~YAGO, LARS, de Youri , Jivago, Graldine c ha :En ces jours frais de dcembn o tous les esprits sont proc c ps par diverses inqul tudes, p e r des perspective:. sombres qui s'offrent :\ n os rei,!'nrds, vu l es conjoncture s rle l'ex :s t e nc e ,mo n di&lc, nous croyons de v oir appe ler l'~tt,mtion sur l a ncessit ~ t~!t \ ~~~x.r~:t.,vo~~a~~:u;/ 0 s~~ ~ ; de difficults, nou s devons tou s apporter notre contri)>ution pour l'intgrer dans la ralit. C'ar, mulgr 111 limitation de, bombar dements , pui s leur cessation, la gu e rr e continue toujou r s .. ~4 V Ptnnm. Les honun~s doivent ~ t! mon t rer sages en imposant silt'nce il lt _. u . s passions, larg i r J 'horizon de leur esprit pour consentir ]es sacri ces que toute puix durable suppose . Depuis mai dt. rnier, le s ngociations se poursuivent labo rieu se ment Paris ent i;:e le s Eta t s-Unis, leurs allis et leurs adversares et jusqu ' pr_Aent, par Lallier O. Pharcnux nous n'avons e nrcgi s t r q uueu~ 1 r sultat sati s fnisent . Au c ontru1J.'e:, . par suit e ~ tionnaire d'un monde qui •'croupbi~, . de la me!!le!'re dlrectr(!n le, dans les _ fla'mmes de l'amour ::~~tique et ds meilleurs costuet des Passions. Le DOCTEUR JIV AGO est un LES PERSONNAGES : : film p,t,fait digne en tous points du CAPITOL, le cinma de la La distribution de,, rles a eu Capitale. C -o mm c si ce n'i::l . uit pus assez la p eu pective d e t a nt d e douleur, le conflt Israel arabe ensanglanle les hauts lieux de lu m ditation que r e prsentent les environs de J usalem. C e s enroits ~ 1 le Chri s t est n, u v<:u m odes tement, appelan t tous les homn1es i\ r01nmun,er dnns les n1mes penses de charit et d'amour sont p riod,quem e nt le thtre de luttes u rme s . Aprs lu guerre des six jou,s, par instnnts, ce --------~sont d e s combat s sporadiques qu i surviennent entr e des group e s a d ver se s en des localits rivales . Dans h .! Ur aveuglen1ent, les hom ~ JllL'S oub : ient ce . que c es lieux const it uent pour l'Humunit . Nous sommes tellement obnubil s par l'int rt, l'amour.,prop e, que ncus n u compr e nons plus la J ) mt C't des ~r nrl s sacr fk es qui y on t fail's dons le temps pou 1 le bi e n tre des humains au po i nt que n o us semblons nous appliquer ,\ en e ffacer toutes les trnccs. C'es t le comble de ln do111esu rL• ! En d pit de tuuleH c e:; l'Onfla g-ratiuns qui s ec ouent 5 profon d ment le Proche, le Moyen0 rient et l'Asie, o nous voyons mourir souvent , d es con1 buttants, par milliers, de s en -' fan t s , des femme s et des ve ' llards s ang d fense, noue ne daesprons pas d e vo jf revenir l'Hutnnffit 111 sagesse. Car des Institutions ont mises , en place cette fin e t ell e s travaillent avec per r a n ce et a r d em m ent pour mettr e u n terme ces douloureux dchir e ments de notre Monde. C ertes, dans l ' enchevtrement des fa it s i nt.!rnationaux qu i drou l e nt d e puis la r union de Paris, nous o bs ervons ou Vietn a m, Nord e t Sud, des in ci dents d p l orables qui c ompliquent en maintes fois l e s dm arches e n v ue de parvenir , , la fin des op retions militaires. Nanmoins, comme la resplendis sa nte cla r t d e s toil e s qui c lairai t l e s coe urs la naissance du Chr ist , une lumire e s t proje tte d a n s les un es par su : te d e , s Ins t i t ution s qui tr ava illen t inla s sablemen t p our la P ;i ix. Et l e s h omme s de bonne v olont , Grande Croisade Eva1t2lique Ap_Pel tous le 8 Pasteurs, vnngelistes, Moniteu r s, Interpr tes de tou t es les Eglises e n Hati. Fuites vous enregistrer mainte nant de 9 11 heures A . M. l ' Hgtel Pl a za, Port-nu-Prince. Aye z une pa r t offi c i e lle la ~ •o~'.~i e F.o~;~)!~d;ui E;:n5:~d~! au Stu d e Sylvio Cntor, Pol't alu Prin ce, du \1 uu 16 Janvier HIG!I . Environ 47 professeurs et diants qui trnvnillcnt dniis la Croisad e , seront au service de s Eglises . Inscrivez vous mainte nant pour tre v is it par l ' u ' n de ces messag e r s de Dieu. Vous pourrez toujours o c cuper un poste impo r tant dans ln cro i sade. Tach ez de voir aujourd'hui d e 9 11 heures A . M. le Rv. Jack Wnlker' l'Htel Pleza . Mel'ei P.O. Box 1829. Appel tous les Maestros de toutes les Eglises en Hniti. Voulez-vous particiPer au Grand Choeul' Chr ti e n de lll00 voix qui sera film la T. V. Voyez le Rev . Jack Walkcr !'Htel Plaza de O 11 bres a.m. Faites enregistre .. votre Choeur p our r c g rand nement en coo pration avec la Csoisade d'ral Robert s qui s e ti e ndra a u Stade 8 v l v io Cat o r du 9 au 16 Jan\'er 1969. . Voyez le Rv . .'ack Wnlker !'Htel Pln z e de \ 9 11 heures A.M. P . O. Box 1329. Egaliseetfaeonne , les CDtimlles en un, seule &tape, faeill Malnlenant, ""'11 poufp.Uaer et lkoon• vos cuLicules aans effort . Le nouveau Cutipen, ntccssairc complet en lui-memc, donne une seule 1outle de crme la fois; cette crme la laoolinc, action douce, ramollit et enlve le• cuti c ules disgracieuses . Cutipco, Mgant cl iocas• sable, est spcieiemcnt conu pour le soin des cut ic ules. La pointe du Cutipen, unique en son ,cnre . galise et faonne les cuticules pour rvler la beaul des iu~ulcs de vos ongles. Vous ferez vos ongles en moiti moins de temps. Pas nouveau ~:~~~~n~cdcb~cti,~~~ 1 ~Ai~z l~~~jod~~t•~:c~ . l~:fl~~ B ::~olrt 1ac. pour pouvoir l'ut.iliM:r o'i.mp"'na i,. l: ..:::,;;.: -;.:.i -;,:;. .;;. , , ;:..-::; ;:.: .;;: .:;;; ;.a ;,;:: -;:.-~ .::.I !:1;311llltiillii!Jal;:.:a;Jilllm;;&,I . Joseph. C .. Valm et Co. DISTRIBUTEURS -----. . ~ ~ ,............ . ., . .. -------------------------------~ ' 1 1 ( .. ABTT a ,t C:~ ,, ,,_J . , . , ,. ;,,"' , ,. , .. , , J ., . . . . 2, BIie de1 Miracles . . ". . - •. a,_. . ~•----• ~ ) ( /

PAGE 13

SAMEDI 21, DIMANCHE 21! ET LUNDI l!BDEO.ll:MBRE 1008 ,LB> NOUVELL1$'1'11l, ;, PAGE 13 VOTRE HOROSCOPE Cher,mez la ~octlo11 ,ni-re~p?ndant au jom; do 1/le <1m1i-vo1:safre c/o ua;s s anco ~,' i•o1!'! 1?wcra; los porspootfo~R que voiui si nal,mt leR autr d n 1 n 1t tl~ ,>rodul'l1ir,, totale 011 pa1tiellc 1•. Pr1YJ l\ 1 11(1 Fo a tmes Sim,dicato _ Exoluri 1 ritr D . 88 powr 11171 "" 11 LUNDI t3 DECEMBRE 196& 21 MARS AU 20 AVRIL (BE LI ER): Des prcautions s'im po se nt. Attcn~ion aux ehiff .es, nux comptes, aux cstimntions, la gl'sL1on des affaires d'autrui. Hte ou ngligence causerai en t d'inuf.iles mais de coteuses er reura. 21 AVRIL AU 21 MAI (TAU REAU): Restriction s plnnt.Ri res. Il sera ncessain de suivre des rgles mme si ,,Jles vuus J)Arai~sent irritnntes . Toute fo r me c.: co ntent ement ou tout. 11clat vous amnerait des ctui les>. 22 J\!AI Au 21 JUIN (Gi::" MEAUX): Avez vous mnl choi si votre objectif? Examinez vo s plans e t v os mthodes. Manque t-il quelque. rhose? C'est le mo ment de le dcouvrir, tandis oue ln tonjoncdon encourn1re votre effort. 22 JUIN AU 23 .'UILLET (CANCER): Un effort persv1 nnt sera couronn de succs. In fluences trs variables. C er tain es heures seront vraiment difficiles. la lutte, ~Ji.11.•_.,... , s, se: rtv, .;i eo'e f P. fonde, 24 JUIU.I,;T AU 23 AOUT (LION): Vos dons, b le n utiliss, vous apporteront maints avanta ges. Des programmes ce loi~e sont part , rulil"e.no.ent favoriss. , 24 AOUT AU 23 SEP TEM BRE (VIERGE): Bonne prio de pour votre dynamisme. Un p eu plus de reche :c he dans un pro jet en cours d'excution sera b nfique. Un conseil seulement : Tenez-vous loign de toute trigue . 22 DECEMBRE AU 20 JAN VIER (CAPRICORNE): 'l ' i rez un peu sur Jes rnes, pnr rit, non pour prevoL des cifi cuits mais pour carter leur po1 ,ibiJ,t. 21 JANVIER AU 19 FE VHJER (VERSEAU): ProgT<'S "' l'Z hnl'l lme 'et efficace. Ev it ez hte et t,•nsion et tout ira bien, 21 AVRIL AU 21 MAI ('l'AU REAU): Vnus propice. Les op rations finnncires s1 ; _ 1it•u es , le . questions foncires, l 'ur livit tistique, le !:i prqblnw ~ fumiFanx so nt favoriss. 22 ~1A I AU 21 JUIN GE 111 lA UX): Une de vos journls sf imuluntes nvec beaucoup de po:. sibilit , d'amiti et d'estime e n votre faveur. Fmtt! s votre m.1 . ximum et vous ve1 rez comme V<'• t rc p c1so nnnlit $'pancu11n. 22 JUIN AU 23 JUILI-E l' (CANCER): O allez-vous? In tuition et instinct, s'ils sont sn vnmment utiliss, vous aideront consi sum:;ion est certnin n1 ois assurez. .-ous d'tre orient dans la bon ne dir tion . 22 DECEMBRE AU 20 JAN VIER (CAPRICORNE):: Chnn1,!;cment.s indiqus qui recommun dent ln substitution d'ides, de mthodes et d'habitude s nouvelle~ pour remplacer celle qui ont foi' leur temps. Cherchez lie ., ouvert! , l'l 1 s convenant bien vos dom~. 21 JANV!Bll AU 10 FE . VHIER (VERSEAU) : Poursui vcz l'ex c ution des pions nr rls. l;n grand succs vous est po ssiblc. Montrez vo t re se ns "" l ' honneur, votre comprhens ion , volrc discr!tion e t votre confian. C.'l' l1 VOU S, !lO FEVHIER AU 20 MARS (POISSON$): Lll position de Neptune indique que le 11101neni < •st venu de redoubler d'effort s. Travaillez avec ceux qui vous incitent aller vers le s'uccs. Bonnes nouvelles en perspective. SI VOUS ETES N~ : AUJOUR D'HUI: Vous tes gnralement nvis dans vos mthodes, poss dant de l'esprit pratique, de l a ronfinnce en vous et un sens ui gu d es affnil'l'S. Les tche s inL• l ec tuelles p e uvent aus si vous of frir rle grands succs . Votre ind, penclnnce, votre nergie et votre 1 a1:sme sont remarquaole,. Refr nez une tendnncc au pe3simi sme et nu cynisme quand la dcepti<1n ,•nus atteint . De nombreux jour .. nalistes, ,Iurateurs et con{ cer taines questions tandis que vous rorgn111sez vo s p e nseee, vos pians, vos nouvelles mthode& d'approche. Influences contras t m qui donnent rie la finesse cl de l'indulgence. 21 AVlllL AU 21 MAl (TAU HEA 1 ') : Ln conjonction suggre l' observut ion u tt enl ive de ln si tua tion uvnnt de vous lancer dam de nouvelles entreprises. Assurez vous que vous savez exactement o vous en tei;i. dinarches. , Analyse rationnelle de toutes les pos"Bibilit• qui s'oi frent. 22 DECEMBRE AU 20 JAr; VIER (CAPRICORNE): Soye, prt , On e8'!aiera de vous ma noeuvrer. Gardez les yeux et les oreHles ouverts afin de ne pas manquer l ' occasion. De nau vr.aux avantages sont . envisa irer . 21 JANVIER ' AU 19 FE VRIER (VERSEAU): Travail lez selon 108 de la jour n e. L'oiajvet ne mne . rien. Par nature, :,,ous 'teij un ralisn teur. Ne vous laissez pas gagner par une Lendnnce' l'immoh\11,;vos forces. Si vous es~ayez de fni re trop d~ chose en nime tcm}J ::i, . ,ous ne les ferez 1ias bien. Don nez une pnrtiLulire . attentio 1 aux question s conomiques et d\l mestiques. SI VOUS ETES NE AUJOL ' r. 8 , !l ' loss-lC,\'S flN[ST INSfRUll(H( ,. .. c1,, . , .. , . . ,. . 22 MAI AU 21 JUIN (GE MEAUX) : Vos actions doivent tre fonde• sur une pense or ~unisfc. Un effot t bien orient (! 11 nnonrcrn une notable progre~ - •,ion. Toutefois, ne voua surm" ne z pa s. 20 FEVRIER AU 20 MAUS (POISSONS): N'pa1 pillez pa s D'HUI: Vou s cherche z la co 1 m,11, sance sans vous lasser: tout C c qui en~ vaut ln peine (choses ou gens) vous intresse. Vous clc : . un organisateur n un mdia teur et :(eriez un exc~1lent iliree teur dans di, vastes entreprise, ou dans le monde financier. Vous pouvez ru~sir aus., i sur Je ph.1u intellectuel. Essayez de refrner lrs caractristiques . sivante3: l'entt e ment, la .jalousie et 1'<.>ntr~~~::~!ev~res 11~~~~~~-n1~-ew _ ton, svant et pre> de la loi d" l _ n gravitation universelle. GEORGES SICARD 63 Rue ds Fronts Foru. 22 JUIN AU 23 JUILLET _ (CANCER) . Les leons de l'exp rience doivent vou: enseigner. Un 1• o programme cohrent sera excut plus facilement et plus. eff1cR~CAchetez auJourd'htll . ment que des mesures 1mprov1 ses. Soyez calme et r<'~liste. IM trdd . 24 JUILLET AU 23 AOUT (LION): Des complexits voue at a on e e ema1n tendent. Gnrez votre entrain, soyez persvrant et vous bouscu Jerez tous les obstacles. Mais as 8Urez voue que vos buts ultimes sont vraiment ralsonnablea. 24 AOUT AU 23 SEPTEM BRE (VIERGE): Des Mnfices marginaux appartiendront n ceux qui sont disposs faire cc petit efort supplmentaire qui si souvent tran~forme la mdio crit en succs. Servez vous de votre exprience. 24 SEPTEMBRE AU 23 OC TOBRE (BALANCE) : Influen ces plnnlaires assez bonnes. Ne soyez pas capricieux dans vos gots et dans vos rpugnance s , LA 1re MONTRE AUTOMATIQUE FABRIQUEE DANS LE MONDE. Deux=kmc pdx : Monsieur Por tun (Rne de la Runion) sur le plan personnel ou profe~ le Fionnel. Vous iriez vers la dt" ception et l'incertitude. Trois;n1e pri x: l\fonsieur Dort.eur Arnonx Charlot LA DIRECTION Un Remde souverain 24 OCTOBRE AU 22 NOVF.!lf BRE (SCORPION): Avec con fiance e~ optimiarue, vous ire,: loin. Vous snuterez ds oh',taclc s infranchissahleE d'autres et remporterez des lauriers san-s trop de peine. ~f;;J~ili1iriE 8 Wts~ 0 N 23 NOVEMBRE AU 21 DERgnlarisateuro de l'eRtomac •t CEMBRE (SAGITTAIRE): U EN VENTE A L'BORWGERIE E. BERTHOT,D BUE DES MIRACLES No. tJtJ. t:u1;~~teetin 18'.l'.atifa et dpu;::P;~~t~io~f~ceaC:os";:~te:~ 1 ;;; En vente dans 1• Ph.u ~ne i~;i! 1 f!)~js~~ ~~~u~ 1 ~~~h:l::; maeies. :••&aay~~&!6&aa~••aa~•••a~~~, _, _1,a_~a••~aaA&&-.AAJ!i••uia•••a.aa.aa&aa~~s~~~, :~. Pour Noel, soyez pratique . dans vos achats : . : VOUS POUVEZ GAGNER L'UNE DECES 3 PRIMES QUE VOUS OFFRJi; LE BON " PERE NL t; : Premire Prime : Cent Dollars Cash~ Deuxime Prime: cinquante Dollars . = . Tro~sime ~rime : Vingt-Cin~ Dollars . :. Il _ vous suffit d'acheter dans l'une des Maisons de commerce suivantes pour au moins CINQ DOLLARS "' = et vous recevrez une fiche numrote. t 4 FOUAD A. MOURRA :Grand choix de montres : OMEGA, TIS NASSIM A.MOURRA :VALDERMA en poudre pour irritations SOT, ZODIAC, SYLVANA. Bijoux en or 18 Kt s, Crysla ll er ie Val et en crme ponr la pean. Ea1 _ 1 d toilette 3F aprs le b ?. in. Ptrol_e St_. Lambert, Dau~ . Por~elaine de Limoges, Verrerie Bacarat. ParHAHN pour chute des cheveux. Produits L'OREAL cle PARIS et il! fums franais. parfums LANCOME. JJII EXPRESS SUPER MARKET : PrQvisions alimentaires, LiQUAL/TEX :Briquets RONSON, Plumes PARKER, portefeuilles ~ . -queurs et vins franais. Biscuits et chocolat, Boucherie et CharcuteBUXTON pom homm es rt femmes. Appareils K O D A K et rie. Cadeaux divers. POLAROID. Parfumerie. Fausse bijouterie . Produits pour cheYeux. DO NMOHR SALES Appareils KO DA K & POLAROID. Accessoires pour coiffure. Films . = Plumes et _ ball pen PARKER. Appareils filmer et films blanc et Mi,AJSON ORIENTALE& LITTLE EUROPE :Bijoux en or W4 couleur. Articles en argent. Accessoires de bureaux. 18 kts, et en argent. Cosmtiques ORLANE. Produits TABAC @q RUSSO & CO : Montures pour lunettes, argenterie CHRISTOORIGINAL pour hommes. Montres M O V A D 0, ~lRARD lf8f FLE, verrerie bacarat, porcelaine LIMOGES, Montres BULOVA, PERREGAUX, TECHNOS. Parfums franais . Cadeaux divers. li{i). ; ROLE~ Parfums franais. Bijoux en or 18 kts. Rveils et pendules AUX JO().()()() ARTICLES : Grand choix de Jouets allemands, ~ . lectriguJs. italiensr japonais et amricains mcaniques ou pile. Grande . b . MAGASIN LE SOLEIL & VOGUE : Chemises NOVELTEX collection de bijoux en or 18 kt. MaHettes de voyage. Service entllk _ @tj & ' PRESTIGE. Vrais tissus TERGA\L franais Sous vtements crystal. IECAVALIER garantis par BOUSSAC. Montres CA N D 1 N O. PRESTIGE & CORNER SHOP:Cosmtiques et parfums franais. .• i(fi, Rfrigrateurs . & Radios JULIETTE. Sous vtements franais. Sacs main italiens pr cuir. Bijoux en i&). ~ V/TtALE & CERULLI : Bijoux en or 18 kts, UNZANO et or. Tissus franais. Mouchoirs suisses. Cravates . Cadeaux divers. .: !, liqueurs CUSENIER. Accessoires pour pche sous marin(. Chapeaux MAISON DU LIVRE CLAUDE LEBRUN: Grande exposition _ ! _ . .•. BORSALINO. Verrerie en crystal. Alliance et suite en or. Parfums de , jouets allemands, japonais, aniricains pour vos enfants. Rayon '!!"" _ . i _ __ -_-__ . ":;;!~~~~r-=•omr UN hUL ACHAT ... t l• .... CINQ:::,::;:::,:: :t:' :;•:::;, i . -. Tlraae ~e 2S De•DN ., le Cau! 5 Tt16 Balti . -, . . JOYEUX NOBL BT BOIINI CHANCE A l'OUS. J1t~.u-1.,t,.u1a•••aa.1.aa-.aa~i•••• .......... a .. -.aaaa,-.-.au .... aa.&A•••a.a.a•••.a

PAGE 14

cLID NOUVELLISTE, Le Coffret . Ainsi paria le potographe G.etto lllll{e do Puul Lulonu ,1ui tatt alors nux l!ll\'i1 •ons cto se~ !!u kns, est exLraJU! du premil'r llUllh::1"0 uu Cl'tOU\'t!-llistc L1ue1 1 .H ,!> .ih&l'U en nuu llll!U . Notre jour nttl t:Ult alors ctirii:pnr ~.ruest (;nuuvcc, LCOI\ Lutcttu et li'relll• ric vuv1gneaud. 11 y u.VN.lt ctl:lns cc numro l'ur ticte de presc1uation de Flix Co~rto1s, tiCl::I ve~s etc 1 :1 4'1lrl e l; l'ur traits ae Mora\ ' la, ttose, un Con te de Lechaud, des vers de J. f cot : A la Passante , 0 Souveni~ ! X X X Elle avait trou souffer~ d,s spubtesauts de sa nature nerveu se, pour n pas craindre la cri se de la c mes qui succderait in vitablemcnt l'explosion de joie ~ui ~lere::_ta .:.n"::~!indans son lit, offrant sa beaut dfaite la caresse des premiers rayons que l'aube 2"lissa dens su cham bre. Les main s , soutenant h• poids trop lourd de sa chevelu re, eUe Ja1ssa erre_ sa p 'e nsl'e vers des f~ta lointains, oubis. pars dans un pass de douleur, et qui, comme de rares toiles 11er dues dans un cial sombre, res taient pour son me inapa ise les uniques souvenirs qui lui v~ sans amertume. Elle craignait d' voqer la nuit qui venait de partir, tremblaftte de se rappele1 tout ce qu'elle avait vu, tout ce qu'elle avait prouv, la douceur de cerve qu'elle avait Bi ~ cieusement ctoy dans la vie, et que le sommeil trompeur s'a musait si ironiquement ruli ser. Elle eut telllement peur d'el le-mme et de tou~es les souf frances qui envahiraient son me qu'elle demeu•a ,aucore longtemps enveloppe dans la neiire de ' draps, oubliant sa toil.atte, rsis tant l'enV1e de se mirer dans la psych qui faisait vis vis son lit. Car, elle en tait trop sre, le sourire. qu'ue certaine fiert .fminine lui disait tenta teur su ses lvres, la grce d'a bandon qui lui faisait ce matin dsirer elle ne sitvait quoi, ne cacheraient pas la lueur velon te des paupires, les larmes d'a gonie ' elle n'avait cess de pleure r, et qui revenaient plus mres, plus mlancoliques, cha que fois qu'aprs s't•e follement offert aux caresses factices de fantmes chers, ce corps avide d'treintes, se voyait cependant priv des ravissantes flicits de l'amour. C'est qu'~llc ta . it senfo maln tenant, toute seule avec sa pen se, sans la penae de l'autre, de Georges, depuis qu'elle avait perdu dans l'incendie qui avait brl deux . des plus beaux quar tera de la ville, le coffre, de ve loun rouge qui contenait les let tres de l'ami, ces lettres qu 'il par l'a11l L\l.E!\lf . Par Pierre L,u.:ROIX ,' ! 1~ i r:~~l~~c l•l'•~\\;: ~i 5 1~ 1 ~n~~~:tl~; :;~~~~~1t1:ic~~l'C:!~i:rg:~di 0 j~~1 9 ~ nvo1L pa ss lnncheur, le cludural1011, 1n1is, toulus les L e ulil'll'llX L, cmblement qul~ leur drcs St!S dout ~ e.5 J,?;runds Yl'UX pt ' Ol'Uruit Ulll~ lecture si uilui disniPnt l11 voluptucust• dou-tnit endormie avec le souvenir lie .; 4-.'UJ'. Georges. Ln fume pais si:,, au[ lls s'C:•tia.icnt reneont1s un foconte uveit envahi toutes les soir de bol, et ils s'tailHt corn cho1nbrcs, interrompant de lron pris. Alors, n~ pouvant s 1 nrrter beaux ri.weS. .1!;1le s'tJtuit rve 1de pn ss esr e!res entrovues dnn::i le en sursaut, C'llpcnJunt r11nilrt1A lt' inonde qui n'taient que de se d'elle-mme. Mai::; l' e lfe . emcnt brves minutrs de cont.:!mpJution des riutrcs l'nvait emport~e, lui so us des yeux indiscrets, ils s'l 1 cnlevont toute pense. d 1 ! 1 i~.~e 1 51 ~~r1iie EJ 0 ~:~i~'JJf~ Au dehors l'incendie projetait minent certains visllges, le souri des lueurs pourpres. Une foule ru inquiet Jont se JIUl'cnt les J curieuse de dile t tunti nssiscait, vres , trisonnuntcs des paroles heu r eg ard prrdu vers le lointain quo reuses que leur dicte . une .me r t~~iss~, 1 Jti~~~ 1 : 11 :~,nin~el't/ 1 ~;,~~ 1 ~::~ . r~~i~dsP~u\Je~~~: ment de bien dos fortun9s, et li l'envie, l'ir1 sistible envie de bon ,clui plus horrible, du p e u qui h e ur infini; o vous plonge, en cachait tant de m.sres inc o res, _ ., Elle Jes nvnit soigneusement balaye 11ur un e brise til•e qui I~ . gardes, inscrivant au ba~ de la rpau d it trs loin, jusque sur l'lns de s 350.000 essentiellement hatiens aiiJant la ch acune d 'e lle, comme pour ne le velours . de la nier, con:im e pour rien oublier de tout ce qu i nvnit rappeler ln v,lle ill d iffrente revalorisation de la vie paysanne approch son idylle, le titre du qui avait rep .is son calme, que livre qui l'avait accompagne. cette nuit ln dtresse av ait pass Et lorsqu'elle. lis9citle . 1 . man de quelque part... Paul Lai eau s o Prvost ou . de Bpurget _ QU iJ lVait ___________ A F I C cach la prose d 'son j\mi ;; c'tait Reme-;ements toujours la pa~e . o, flch'ss'.nt les dernires rsistances de l'aLes familles JN-BAPTISTI\,, moureuse, taient ijrites.en une FANFAN, OLIVIER, RAPHAEL, belle prose les caresses du ' hros DESIRE, VERNET, .'OUBERT, enfin victoriex, gu'elll! ,e rappe GUERRIER; FRANCIS, JO~~it r~:'!f 1':t~~~u,j., desG~u;:~~~ ti!~H;incfr!~~:o~us r1:er~~~! Mais, comb l en taient pour eltant de la Capitale, de la Pro le plus tendres, le _ s qudques livince, et de l'lstrnnge r qui par gnes de son ador Qui renferleur prlsencc et l eurs messages maient tou'te,i ses esprances de de sympathie ont c o mpati leur bonheur, que la mort seule, irc d oule u r et part ag l eur peine parable et destructrice, avait pu l' occ asion du dc s de l e ur regret anantir. te n ttait en effet parti l>Ollr la MmenreveE!t:i; J~~~tf;TJSTE sans savoir pourquoi, il ' av ai t naissance. fauch ei:, . pleine "jeunesse P-au::Pce . le 20 Dcemb,e 1968 dans la rue barbare, Comment . dans son a ffo!Pment, n'a va it -e lle pas pens .1 u MOSAIQUES coffret? D'o lui to ' t v ,, ;iU P. -,ette CERAMIQUES ide de fu ir sans Ache1 ~z la SHEICA ou lu feuillets tant d e fois lus TIPCO, Mosniqu es , Cramiques Des millier! de bru haitiens eainent chaque jour la . hataille dt la OHduc!ion S. A. F. I. C. O. t'n r.
PAGE 15

. , : RHUM ; BARBANCOURT De Bonnes .. ,\ffaires pour . IeComnierce etl~fndustrie OFFRENo. I-68 KOENIG INTERNATIONAL LTD . . IMITATION DE CUTR EN VINYT. EXTENSlHL~ DE QC.\LJTE SCPFRIECRI~ Grand Choix de Coloris Toute pai~senr Largeur on 111135 Pour la Fabrication de : Bottes Souliers Hommes t:L l'emmes Sandales Sacs main Coussins Housses d'automuhile Ameublement etc ... e tc ... Et sur demande pour tout Usage Spcialis. Pour Echantillons, Prix, Renseignements, Commande ... Visitez LA MAISON YVES :MORAILLE , Rue des Miracles en face de la B.N.R.H . Phone 377 dhbdbl1 . ) , Pour v . os Lunettes --~ . . . ~ . , Voyez 25, RUE BONNE FOI, 25 . TEL: 3294 Les meilleurs verres .. Les plus belles monturesPour vos enfants 1J Maison peut vous fournir sur place des verres inclatables. Passez nous von pour admirer les dernires nouveauts. ~i:o:o:o:un:o:oiJ1ixn-J1>:~~ DEBARRE L~-~ ~ ~~~~i~~ir::se~~e:a~11i~~1;tB~H SIROP PECTORAL _ . . SEJ OUR . NE )f a ~~.l~u; ~~~t"I. 0 ~~~ : -! ~f:~;i:i~~1 U d ~s prix tonnants : Go!lt ~ , ,,... Thamcs 4D et 6D, Leyland A -.e da. OODlllO TOLU et EUCA,LYPTOL. ~ ! 5 {io 14 :hi;:::~xB~rkt; 1ft!! de 105 chevaux. ~ , . ....... Brellddtes Baroa.-ents, l11flaenza, Le stock s'puise rapidement! Pr o pr:taires d e Thames 4D Aff ..... de..: . Po..... et 6D, vous fourni -s~ . ~;u::c:K: . EI . L'-'!i:,,.1iS11.~llllll!IJ!1miS'lpq~l:.,:!-~~ss;~~~c"c~••GE:.s1:1t:,i;.www,.,.-~~t"'l"l'liil'l".n~ ... ,:n,:sd, d ~ : : 1 ~ irr:~~~ti!f s ,mg :. !p~~1!:~i~~[: . LISEZ LE NOU\"ELLISTE> st a rter s , tte s d e c ylindre, po\n pes injection et de s ressorts p o u r vos vhicules. , Adresse : Ruo du Magasin de l'Etat P.O . Box 225 Port-au-Brince Les . Bndes Dessines du ; ouveUiste Blondie _. Chronique de la vie Parisienne Un colloque consacr la ccon i.lit10n de la posie . dans le mon de de la technique> a inaugu r la Maison de la Radio . Paris pour clre les manit'esta t i ans de l'anne B a udelaire. Pier rc Emmanuel, de l'Acadmie Frnnaise, Commissaire Gnral de cette commmoration natio nale, avait choisi ce thme car il e~ l tis manifeste que l'ide de progrs, plus exactement la trans formation de la socit en une s ocit industrielle, provoque chez Baudelaire url e vive agressi v it . Pour Baudelaire la posie ni l'homme .:_ n'ont rien ' ga gne r cette transformatio n . Pier re Emmanuel estime a v ec raislm que la question demeure toujours essentielle. Voici les propos que Pi e rre Emmanuel nous a confis AVIS IMPORTANT Le comit form par :Son k:.i. ce llence, !'Honorable Docteur 1' 'ra nois DUV ALiER, Prsident i, Vie de la Rpublique a l'avan tu ge et le plai s ir d ' annoncer ln pa rution depuis le 22. Novembre J 96 8 du Tome II des uvres E sse ntielle s . Au s si passionnant que le Tome 1, ce magnifique ouvrage de 619 pages , revu, augment et corrig, trnnsportera le lecteur travers tout le priple et toutes. les pe s qui ont conduit le Leader des m a s se s n&tionale s t ant urbaine , c, ue rurales l a triomphale vic toire aux urnes le 22 S e ptembre 1967 . Pour le patriot e , l'rudit, le c h e rcheur curieux et avide de sa vo ir, cet ouvrag e , luxueusen1ent pr sent, sera d'un prcieux con o urs et d'un 8'Jp0rt inestimble. A des textes d'un sou1fl e p a triotique puissant et d'un li s me parfois brutal, nous est 1e h ace par le s ortil ge des 98 c-lichs reproduisant tous les 11,i pects d'une campagne riche en leons de civisn,e, l'incomparable pousse d'une perrnnnalit pub san tc, romme l e Bastion de Ver1i re s; L'Ho.ilien digne de c e nom s ~ •oi t lui-mme dq possder un el ouvrage. .. . l sur la place de l ' homrne , du p o~ e l demi. cona l drations iinanc i. ~, l ' imp te dans le monde de la . technique : .. Cela ne signifie pas que le ratit' de rationalisation l'a empor ;x: x x p a rtenaire italiez;i, trois :t'ois plus t s ur . les rflexes conservateurs plu s hautes activit s de l'espr ;t n a ux e t dont l'originalit justex x x p e ut tre compri s e , non pas, com m e n t s e payait nar des dlais Anne Sylvestre rerient .. Chaum e l'on dit, par u n large public, d ' amortissement atteignant jus• teuse typiquement franaise, elle ;~~: J:~~~:~ 1 ;;::n~oni:i~eu/ :s 6:~! c !~/~~P c'':f!n! i~ee s~fJ q~:'!k8!e~\ ~~~~an~ . u:1;:' X X X En octobre, c elui de CI TROEN, 2eme constructeur fran ais d'automobile , et de la soci f .. t italienne FIAT, . l e" construc teur d'automobile s d ' Europe, est un mariage d'affafr t s, conclu pour 60 ans. Comm e l o rsqu'il s ' ; , git d'pou x qui ont d j un pas s en c hangement perptuel. plus dsinvoltes mais souvent abs M a is ' longue chance, ni Citraites, gardant ses distance s t r oen ni Fiat n'auraient pu spa mais . dcouvrant des tiays'age,, in rment, supporter la concurrentrieura jusque l ign~ Se, ce mondiale. Au s si leur mariage chansons ne•sont ni engages, . ni . est-il une . ::,enture , un pari euclaironnantes. Et si elle est par ropen, le pari de la concerta fois romantique, elle . n'ignore tian et de la conc e ntration des rien des finesses de l'humour ain unit s de production. . Qlil!l, , , que . si . qu'en tmoig1111 cette chansoa soi t, l'arrire plan,le poids . des franco qubeco~se . e t po ss dent c1uelqu es bien s ; Ci --------------------t r oen et Fiat ont pa ss un c01 ; . trat de mariag e qui p serve l a p er sonnalit et l a fortune de chr cun . Et pourtan t , c' es t bien d'un mariage qu'il s 'ag i t , d 'un mai-ia gc dont la consommation par ta pes est fort minut i eusement pr vue par un accord bas Su, d e ux instat>Cell dis ti nctes . Prem i re ins t ance: un organi s m e paritaire coordonn~ra progre s ~ivement le, recherch e s, les prJ grammes d'inve s tissements et cl e production, l' a pP,r.ivisiol}nement et l a vente . Deuxime inst ance: Citroc 11 ~ r e une so c i financire fr a n ai s e ou Fiat prendra une parti cipation de 15 %. R iproqucme11 t Citroen peut de v eni r actionnHire che z Fiat. Recettes Simples , de Cuisine Hatienne CONSEILS PRELIMIN"AIRES Par Ninicha EQUIVALENCES DE CHALEUR POIDS ET MESURS _ EN CUISINE Une cuiller e soupe non borcinte de liquide contient: 1/2 o nc e et 2 cuilleres caf . Une tasse-me s ure c onti.ent . ou 8 _ onc~ s , ou 1 / 2 p i nt, ou 1 ~ cuil!e rees a s oupe Un e tasse-m e sure de gros ~eJ s e 1/2 livre o u 8 onces Une . tasse-mes~re de riz pse ;'/ onces Une tasse-mesure de pois rou ge pse 7 onces :_ Une taaoe-mesure de caf vert Une tasse-mesure de mais mou lu pse 6 onces L' e xemplaire reli e st ve,tdu u prix de $ 10.00 au Comptoir " Vente de-.; Oeuvres Essentiel l es (Presses Nution a les.d'Haiti) . C o 1u1iloir de 'U611te deB Ueut•re• E H Rtm . ticll~s L e s muri&.:, ne S O , ! i. nllt•ment fg aux . Citroen produ i t envir o n u n . dem i milli o n d e voi tu , eR par n n . F ia t en fn bri o u e un milli on Une tasse-m e .su r e d e sucre en poudre pse 1 / 2 livre ou B onces , Un e tassem e s ur e de farine . se o nces pse 6 1/2 onces / 1 Une tasse-mesure . . de graisse pse environ 7 0l)ces N. B. Les produits mesurer ne ' doivent pas tre taSBs . [aJaIGocutetta llagay ; Shop J ~ Rue des Miracles No. 66 ; { La Coquett.a Mguy Shop est fir~ d'annoncer sa ; l distingue clientle Sa gfande . Vente Anniversaire , _. '. ~ qui aura lieu . partir du 23 jusqu'u 28 Dcembre 1968. LISTE DES ARTICLES FefflllUl11 Sac. ;, .. ma.in . . ToiUa ~~ 1 , , ,. Valises .WS~, , ."' Guipur~ 1, . ~;:::~~ ( to",!e,1 {e_, oo.,,l.e_Hr11) . soull.era ' .~ : , ~':~ Fr~nf'1,lf 1 e~~ b ~i, ~ ::c ,i;:~; c~;~ i"' g .. li~ 1 i11 ~ ~ :: t.,. Hommes Porte ~ feuilles Chemises, Cravates Boutons de poignets Maillots derniers cris Ban-Lon (Manches courtes et lo11gues) Ceinturoni. Chaussettes de la marque Hosicry MO(/~ -Souliers : ; 1taUens , : Espagnols Franais etc ... Garonnets et Fillettes C haus11ures et un grand NE SOYEZ PAS PARMI LES ENVIEUX.~. MAIS PARMI CEUX QUE L'ON ENVIE~ .. AVEJC IM~rORD QUI tUNIT TOUTES LS ' ANBLIO&ATIOllt NICI~• " : Lt:s 01:1 MonLt:s •uc~ tA DBRNID CRI N M TECHNIQUE Fll, 110NDL\LUIDT ~ '. DlSTRJBUTEl~ ' POUB BAI'fi

PAGE 16

. L-A~ 110 DE A VO-S PIEDS . LE CHAT . BOTTE ""-'n;.s.s.s.sssc.irn"' VOTRI BOTTID . Puna&. ( ea lt •e 1lallle lladtl) prsente en exclusivit les marques suivantes rlputes dans tout.es les Qapitales d 1 Euro,pe e't d'Amrique Rglement .deJ'affaire L'Explolt d' Aoollo 8 (8.uito) AU FIL DES JOURS ... Les troia hommes continuent faire des dcouvertes auxquelles ln Sant~ Publique et Mme Max personne ne s ' attendait. lis ont Adlphc, de leur jolie ille Maga ainsi constat que les EtoilC'a )y, du Dput Denis Balthazar, sont moins visibles que rie la Ler de sa gentille fille Carine, de Jes re. Fnmk Barman a dclar qu'il sy Fougy e tde M. Carl Alcinen npercevuit moina . que prvu dor du Protocole. sans doute, a-t-il dit, en raison l , . ~ du _ Pu ~ ,blo WASHINGtON (AFP) . . -~bres de l'qi;iJJallo du Pueblo, Le Dortement d'tat a offile '. , Reptsentant des Etat~ Unis ciellement, unnonc ' dima _ n~l)., \; ~lr " Pan Mun Jorn avaii accept de qui! les 82 , .membrs ' d11J'~1p~ sla'ller officiellement une 4confes ~fo ~~~i:1tsftt~i!i:jii!n" Pue:l~!/alsifie par des nord coL D~pa.rtem~t d'Ett a anLe Departement . d'Etat n prnonc dimanche ) soir que pour ob cis que lw Etats Unis tenfr la jnlse . mi": libert des 82 _ di aient la conf'ession rdige par AvJs de Divorce . .. ~~-~~:~~=ntu1•~~1t ;~p~~l~-~e'ir Le Tribunal Civil de Port-auvance mais l'avait signe malgr Princl' 1a date du 12 Novemtout dans un but humanitairte. bre dernier a i-ondu un jugement de divorce cntrl' les poux Bora n~\r';;:i~ L~ri~simi~~ot~:pd~~~ Carnet Social le dispositif est aii1si l'Onu : Dimanche 22 Dcembre rame nait l'anniversaire do la sympa thique dame Lily Rosemond fer vente lectrice du .'oumal. En cette heureuse occasion nous nous associons aux voeux des parent. et amis pout• dire Lily : Bonne fte et ad multos annos. Par ces n11>tis Je Tribunal aprs examen, maintient le dfaut pr cdemn'lent octroy contTe le fendeur; Pour Je profit, admet divorce de la d1,me, ne Marle Lucia Lamothe d'avec son poux le sieur . Borome Carl Dorsinvi'. le; Prononce la nullit du maria ge ayant exist entre eux; Con fie la nlre la garde de l'en., a a.i fant issu d11 mariage, rserve faite du droit pnr la fe'mme de rclamer une pt!Il.Sion alimentaire pour : l'entre'icn du dit enfant. condamne !"poux dfendeur Cent Cinqua , \le Dollars titre de provision ad lit,=m; Ordonnequ'un extrait du pr-,ent jugement sera insr TONTON NOEL sur son parcours a dpos un fort lot de Jouets pour vos enfants AU MONDE CHIC !..!:s:: 1 iru_rc~ dobi~~ 0 ~:e dt::'r~~ De jolies boit~s de mouchoirs dans l'un des quotidens s'di pour hommes :n~:n!.~~e:u _!r(~~?,~use,;:;;: et danie 5 et l'occasion les tiers s'il y chet, sans prjudu Jc,r de l'An un grand asso, timent dice des autres formalits vues l'article 10 de la Loi du 6 Juin l9.68, etc. de broderies e: de jolis tissus . JUite LES ETUDES . DE Me . EBERLE BEAUBRUN A PUERTO RICO .. . Vendredi matin est rcnti: de San Juan, notre estimable a.mi, Me. EberJe Beaubrun, Licenci en droit, avocat. Eberle, Redacteu.r en Chef a_u Dpllrtement de la Sanl; Publi que et de la Popu1atioo, tait parti en Janvier do c~Lta Rime comme boursier de l'OEA pour aller tudier la planification avec spcialit en planificnt,on cuno mique l'Universit de . Puerto Rico, au Campus de Rio Pi.,drns. 11 est revenu pour pusser les ftes de fin d ' anne avec les membres de sa famille. Nous lui souhaitons d',igrtt blcs vacances. X X X ENGOUEMENT POUH LA JOCONDE ... La Joconde, c'est le, nom de la plus fameuse ,Jeinture du monde, l ' un des Chefs d'oeuvrc imprissables de Leonardo da Vinci. C'est ici le nom de l'un des plus lgants mal/;!l,sins de la Capitale, nouvellement tabli il la Rue des "Miracles . Les Mai:;asins La Joconde, que viennent de c c er Mmes Nicole Augustm Honorat et Ginette Bourjolly Roy, ont inaugurs le Mardi l 7 Dcembre. La curiosit avait attir une foule considrable ce jour-l et lA satisfaction continue de foire revenir tous ceux et toutc5 ce\\es qui y ont dcouvert les plus beaux, rayons de cadeaux pour hommes, femmes et enfants, les rayons les mieux pourvus de pro• duits de tous genres pour les deux sexes, car il y a tous les produits de toilette de la meilleu re qualit; il y a aussi t:es bon bons des plus fameus~s lllerques. Ce jugement a signifi le 15 Novembre 1968 par l'huiss'er Sylvestre Jean commis cette fin. Aucune voie de recours n'Ryant exeri: cont?'e :iui, som'mation a faite l'Offi rier d'Etat Civil de la Section Est ‘e la Capitale d'avoir transc1i• e le d i spositif dans ses regJstres aprs qu'avis a don n par acte d'huissier l'poux de tout~, sortes pour vo~ robes. La Joconde attire comme un 1 Palais de Cadeaux . dfendeur. Cette fonnalit de transcrip Et sans oublier pour la fraicheur de votre peau Votre Savon Citron Valoy, Savon u suc de laitue. AU MONDE CHIC 1 Rue dn Magasin cl:? l'Etat 89 XXX SUCCES DANS L'ESPRIT DE NOEL AU DE LUXE .. . L'esprit de Noe! s'panouit De Luxe Auto Cin o enfants et adultes s ' amusent avec le me lan du coeur qui se donne la joie. _ ~~a~;acat:co;~~nt~: ~rti~ ........ ...... ____ ,._j.s Dimanche ce Cin a connu un autre grand succs avec La Cu re tire du clbre roman d'E mile Zola. X X X REVENUE POUR LES FETES DE FIN D'ANNEE a remise la darne Marie c• .. •---Lucia Lamothe aux fins de droit. d'~ . ~ t Le p , rsent av l .;: est publi dans l'intrt des tiers en . .. Ce miid est rentre de Ma ral. P-au-Pce. le 23 Dcemhre 19$8 EUGENE LEROY Avocat IMBERT LEGROS-_ . Avocat L'INSTITUT HAITIEN DE drid Mlle Anne Marie Bosquet, PROMOTION DU CAFE ET DES jolie soeur du Dput Mme Mnx D~NREE~ D'EXPLOI'l'A,TION Adolphe . aV1Se .les mtresso que le Bureau Anne Marie qui a tudi pen Cen~r!'l de Cet Organisme log dant deux ans les langues et la antrie":e!"ent la Rue du Peu cosmtologie Madrid est main ple, a ete !ransfr, l'ancien tenant Secrtaire \'Ambassade dAir~:~=-t ~e ciha:c:~eit:e .{,'~~~_; dan s la Capitale de l'E sLeS Amants La Directwn Gnrale Elle n eu un accueil des plus tral!iQues P-au-Pce P-au-Pce. c~ __ 2a_,1_2_16~-----r;t~~~;i~~te;e~::ta~~:\h~~~i ~: ,,~Ja!t~!?!! 1 e~rieur--~IGCIQJCIQ~x,cr.,cioc;~,::io=o,::r.3e,o,:_:r.:,"".>...,::r....r.r-r...-~ ~~~=nitri/ec:;~::!~: 1 it ~?:;~ INSTANT ANE !~:e~~;n:~u~:i~: :::~~=~ !::.:~ AUTO MATIC teurR de bon cinma. Le fameux C'EST KODAK ! ! ! ;:!,~ d;~~~q:.,~nn c~!~Js CAMERA ET PROJECTEUR f~;:~ ~~!e::,'1;Je ~~sti~~::!re:~ APPAREIL A PHOTOGRAPHIER qui est mainPROJECTEUR POUR SLI'DE ~~:n:,.~~~!i1ff!s~::1'::!tr:nte~: VIEW MASTER ~~~~rrt.:r1i!te~~~t~~\t".'.'s b:e FILMS EN BLANC. ET COULEUR rldbuanement, d'ores et ln EN VENTE PARTOUT. rlir}ction . u Driv,;-In 1'.!e Delmas Pstil< en mesure d'annoncer que le DOH MOHR SALES CO, film sera programm )e 1er et le , 0" 2 j . j !',nvier. Un , pectac!Ie q'il 1 ne IStributeurs. fal{lra manquer ' aucun prix . :oe :,e,o ccecccic c c . , ~ e Cl 1 } ~~ 1 f' ~ (:...... TI , ., 0 1': ,i/i t ,. Elle est rentre de Madrid de lu rexion de la lumir~ sopour lw ftes de in d'anne. luire sur la terre. De son x x x Jumes Lovell, le navigateur du it tVJJFltfYlJ~TACLE g r o u p e 1.1 dcla que l'es... Vendred soir, le Rexbl~~to:,~. ~1:,~6, at~~e cl:~; ~~~l!~n!f~~bl! ~,..,_~% oc~:~ que ce que nous voyons de la ter 1ue pour nssi,ter eu spectacle Au ~e, c~J ~nst~oi!~tf 5 :,iu:::: Bord de l'Aube (La Marche pour les trois hommes que pour !'Etoile) qu'allaient prs,mter le les spciuli s tes du Centre Suptinl ~~ 1 f\f 0 i~~{~?!t ,t~u~Js ptad;, de Houston, qui -a'attendaiem borough. t~~I': f~t q~~/ci;~~-o~u:~: ~; fou?~: d:,;"~ffj~;:,';~\at~~~., 1 ,1~~heures GMT (Snmedi soir) les bussadeur des Etats-Unis, des relrois co•monnutc-.s 11vnient pris lil(ieus e s et relii;:ieux. leur premier djeuner. Le sp e ctat.>le justifiait cc dpla _Dans . l'espace. lls ~vaicnt )llRn cernent . La mise en scne tait ~e du Jnmbon, des gnteaux 1.1 ln bonne, les danseurs sortis de ' vunllle, des pche's et du jus de l'Ecole de Dunso de Lavinia Pamplemousse. Auparavant ils lnient excellents. Les membres vnicnt ot leurn lourdes combi du Choeur taient formidables . nuisons spatiales. lis portent Les voix de Mme Edouard Dusormais leurs combinaisons de pont et du Pre Paddy Poux se vol, beuucou11 moins lourdes, et fi~ent entend~e dans des commendan .; le s quelles ils ont des gestes taire~ bien faits. moin s l(nuches et peuvent se reS'1l y a un reproche /, aresser poser . Fcnnk Barman a Je la mise en scne, c'tait la premier prendre place daus longueur d_u spectacle. , l'un des d e ux sucs de couchage Le publtc a ap~laud1 ch~eufourreau qui s e t r ouvent dans la reusement la partie folklorique Cabine . S es deux cnmnrades v o nt du specllicle, . re3ter d e quart ensemble , et le C , fut une excellente soire. ,veilleront ce matin vers 0'7 heu LA NOUVELi~ ~XPERIENCE rese GMT afin de prendre leur DE Me. YVES LEREBOURS tour leurs sept heures de_ repos. . ... Vendredi est rentr PortAu cour s de son obserynt10~ rie au-Prince, Me. Yves Le rebours, ln, lune, ,Turnes ove!~ •. est elon nvoeat comptable, ne le _ et Industiel (IDAI) tait La pnrtte visible _ est . ~eu' etr_e parti, 11 y a vingt et un mois t~op bnllnmment edmre, n-t1 1 , omme boursier de l'OEA. Pendit t'ncore avnnt d'ajouter en phi dant c e ll\ps de temps, il a tudi suntant : p e ut tre l'absorbtion l'In s tiluto de Planeamiento de de la lumire est elle due la Lima, Prou o il a prpar brilpr se nc e d'atmo s phre sur ln lu lamment sOn Master en planifie&ne ? tion rgionale et urbaine. Apollo-8 e s t entr cet aprsmidi dan s le champ d'attraction lunaire . A l'Hital tions pour faire, dans !e plus bref dlui possible, l'ac4uisition d'une nouvelle buanderie pour remplacer celle existant actuelle ment et qui a fait son temps. Nous flicitons l'Administration de !'Hpital de l'Universit d'Etat pour ces -excellentes i n i i i a t i v e s d'inscrivant dan s le vast e plan de vement amnag par 1e Dparte ment d e la Sant Publique, con formment aux instruction. de 1:, . E . l e Prsident Vie de la Rpublique . Si vous s i iez acheter des Sandales modles de tou 1e s beaut . s et de qualit pour les ftes de fin d'Anne; visitez le Cordonnier bien connu MAXAN MERAN le. Rue du Champ de Mar, au No. 82. Travail soign, prix modr Joyeux Noe!, Heureuse Anne tous ses Clients et . Amis . Les bureaux de Naude Sales Corporation Nous avons reu la visite de notre ami GEORGES NAUDE qui nous a ir.forms que ses bu reaux NAUDE SALES COR PORATION S . A. de mme que k CONSULAT DE BELGI QUE sont actuellement l'ta ge du Building Naud, la Rue Pave mme adresse, 'mme nu mro de Tlphone 3076 . Errata Dans Le Nouvelliste> d'hier, page 2 (Billet au choniqueur d'Au CompteGouttes) lire en 3c colonne, 4e paragraphe, ligne 12 : ... un grand nombre d'ar tistes ... qui ... mme . lorsque plus tnrd ils se dtacheront du mouvement . .. > 5e colonne, ligne 5 : ... 4Cette affirmation (quoique exprime sous la forme interro gative)> ... SSS%S'6 a::'6'6 C;R~a.,T.lAJi : DlP.!} OH. ARLiil . . SS l .9:URuAN ;l:'R_E~T;IGIO , DAB:t\,L DE LIE. G:INO ALDROV ANDi Heureuse Initiative de la Fireston La 1''lre1ton lnterna~ional dis triliue cette anne de jolie Alma nacha prsentant des vues de toute beaut de diffrents pays. Une de ces vues prsente un coin charmant de la Cit Duma.rsaia ESTfME. Ces Almanachs de la Firestone sont distribus dans le monde entier. Noua croyons savoir que ce aont les dmarches de ractif Me. nager de la l!'j_restone, notre ami John Legis qui ont permis la publication de . cette photogra phie d'Haiti. Rappelons que depuis plus de 20 ans, la .r,ll'eetone poursuit ses _ acivits dans notre 'Pays. l!:xcellent pour notre prop'lgan de tour1Stique. Nous flichons notre ami John Legis et la Fi restone, SDOPIIDI Flash Numros sortis au t,ra11e des 20 21 et 23 Dcembre . miosion Rveil MusiCIII Flash . l'uulll:1t sur la M.n.0. 2439 8967 4218 4719 16):!6 69 2313 13'70 1749 4062 2896 3034 3187 798 1621 4383 Les primes sont re.lamer au , bureau de Flash Publcit, 46, Rue d"9 Miracles , un ueau Mariaae Samedi 21 Dcembre en coura 6 hrs . 30 p. m. a au. Sacr-Cur e Turgeau le ma •riuge de la gracieu~e et distin gue Melle. Evelyne Jli.aingrctte, technicienne e Laboratoire et du jeune Luckner St-Die, agronome charg u District de Jacmel. Le charmant couple a con duit au pied de !'Autel par Mme. Bernadotte Larosilire ~t Mr. le Dr Antonio Snat . La nie nuptiale, clbre par le Cu r de la Paroisoe, se droula imposante devant une assistance nombreuse et recueillie . Le clbrant fit une magnifi une homlie pour tracer aux poux leu e de\'oirs. A l'i5'3ue de la crmonie, une belle rception fut offerte awi: invits par les parents qui se dpensrent sans compter pour tre agrables leurs . htes et pendant laquelle le parrain pro nona un beau disc9urs de cir constance. Nous prenons plaisir adre ser nos vux de bonheur aux poux et nos compliments ' leurs parents. Dcs de Joseoh Juste Fils Un cable reu du Canada nous apporte la triste nouvelle de la mort du jeune artiste Joseph Juste Fils, dit Boulou, survenue le jeudi 19 Dcemb.e au Cnnada la suite d'un accident de voiture. Le dfunt qui fut l'un_des plus lments _ de la ration, laisse un vi(ie parmi ses nombreux amis qui apprciaient en lui l'homme avenant , sympa hique qui levajt l'amiti la hauteur d'un culte. Les fun railles ont eu lieu ce mat i n au Canada et une messe de Requiem sera dite. le mardi 24 Dcembre 5 Heures SO e . m. l'EgU.e St Gt!rard P,i>ur li, repos de l'me du regrett. defunt enlev si cruellement l'affectin Le Ministft MQDlle riplt ' . .:n'!rc~ul,t6~~:':: :e~r: trler. Cette tendance i:ajorer Ce dernier malBta au.r le fait 11>9 prix des spcialits cre une . se.voit que l'on doit faite obli situation dp1or.wle. l'auvent lu gation aux p)uu,mae1ena . de _ ne mdecina pres.: .. 1v.:,nt des spcialic laisser , la v~nte <1e certaina pro ts que lea dmunis ne peuvent duits aucun protane . li y a faire excuter, parce que leur des prodwts que seul lB' pnar a situation conomique ne le leur macten est apte manipuler..permet pas. .. Le Phannacien Juatm (.;aatera Devant une telle situation, le fit une brillante intervention Ministre Adolphe suggra le quand le Miruatre Ado,ph lui retour aux formules et aux prpassa la parole, parations magistrals et officina11 parla de, efforts faire lesLes irrgularit; provienn,;nt ::ti;:~on:":ntr: ~:i:t ":t: . ~ de c e u x qui tolerent les ;:;ynruc _ &t des pbarmBeU!DJI, il augco}porteu .s et les marchandr, ge,a la formatton d'una comambulants qui dbitent des pru, m1asion . qui travaiuera avec le du , ts dangereusement falsifie. et lJepartomeot au relvement de mettent en _ danger l vie des cette proteasion qui est en train "cns. Ces colporteurs let merd'tre dcer1e. li fit plusieurs chands , a-mbulants forment de autres augge1tion1 qui ont ,etenu ~ritables gangs et dbitent des l'attention du .Mmistre ot de produits falsifis sou• fo , me de aes confrre.Y. ll dit au Ministre vitam,nes et de pniciline. Adolphe que c'est tout son bon~l~t.. ~f:~:t1: c~:b



LE PLUS ANC



Directeur



No 27.707



eS

Les premiers hommes & s’approcher de la lune & Frane!
Anders ct James A. Lowell Jr qui forment Véqui



JOYEUX

Noel cette Féte de l’Eglise, de
la tamilie e. de tous ies hunimes
de boane volonté revient & l’hor
love da gemps. , . .

Get “Svénemehits sm ant. la
naissance du Sauveur “ constitue,
en effet, une sorte de‘halte de
par le monde. —

Aussi est-il fété chaque année,
partout, avec enthousizsme et
souvent a umilien du recueille-
ment, propice & la méditation. —

Noel est aussi la période des
souhaits. .

Le Nouvelliste est donc heu-
reux de renouveler & Son Excel-
lence le Docteur Frangois Duva-
Hier Président & Vie de la Répu-

_blique les voeux qu’il forme pour

son bonheur personnel,"celui de
a distinguée épouse, celui de la
famille présidentielle 4 loecasion
de la Noel et du nouvel an.

- Ces voeux, nous prenons plai-
sir a les étendre aux princivaux
collaborateurs da Chef de 1I’Etat,
& nos Annonceurs, Abonnés, »

Incendie au SNEM

Hier soir les pompiers ont &é
alertés pour aller combattre un
incendie qui avait éclaté dans le
secteur industriel de la ville
Chancerelles.

Selon nos informations, le feu
avait pris dans un hangar du
Service National d’Eradication
de la Malaria (SNEM). Ce han
gar qui servait d’abri & un impor
tant stock de matériel a été con

-summé par Jes fla'mmes.

On ne connait pas encore la
valeur des dégats et des pertes
que l’on qualifie de sérieux.

SPARE ee ty

TIDI

IEN D’HAITI

__ FONDE EN 1898

- Administrateur :
MAX CHAUVET

EN” eon nes awe

atene



page d’Apollo-8.

NdsL

teurs, aux Membres de
nos Ateliers et & tous ceux
qui, du plus grand au plus: huw-.
ble nous aident dans la taiche que
tidienne.

Que ia Noel - leur apport
ce bonheur, cette joie du cocur &%
par dessus tout cette paix ii la-
quelle aspirent tous les hommes.

Joyeux Noel & tous !

Depart de
Joseph Christin

Nous avons eu le plaisir d’ac
compagner samedi a 1’Aéroport
International notre collaborateur
Joseph A. Chrispin qui profitera
d'un séjour de vacances 4 New-
York pour consulter des Médc-
cins et pour assister aux noces
de sa fille qui auront lieu dans
ja Capitale des Grattes-ci 1
27 du courant,

En effet, Mile Marie
Chrispin, établie 4 New York
puis quelque temps convolera
justes noces Je 27 du courant
VIngénieur algérien Abdo
mane Ben Ali Karoubi, Spécialis
te de YOMS, résidant au Canada.

_Notre ami et collaborateur de
toujours, Joseph Chrisnin a
6&té salué a l’Aéroport, par
son épouse, ses enfants, par
plnsieurs autres membres de sa
sa famille et par de nombreux
atnis. : .

“Nous prenons plaisir & adres-
ser des voeux de parfait bonheur
conjugal au futur couple Chris-
pin - Karoubi. Nous souhaitons
un heureux séjour de vacances &
Joe et souhaitons qu’il nous re-
vienne en trés bonne forme.







A YHopital de l'Université d’Etat

Dans le cadre du programme
de relévement entrepris par Je.
Gouvernemen; de la République,
de sensibles amélioraions ont été
apportées dans ~ certains Pavil-
lons de )Hépital de YUniversité
dEtat d’Haiti

En effet, des travaux de réa
‘ménagementg ont { été effectués
au Service de Radiographie, a la
Résidence: des --. médecins-~ rési-
dents, a 1'Internat, au’ Bervice de

“Dermatologie ot une section a@

A la Maison
Centraledes.Arts .
et Méti

nier, A 10 hres. a. my
complet
ge ‘groupait
programme, un @peech.
dés aynetes,
podme,

* joués.” a fant
sément, La féte:,
par
jouets,
ment

_ Présidente. *-

‘C’est avec
que, Madame

chants, -des~#







Duvalier,

“fois de
de ta joie
rité
nombreux: -i7fants.qui n
quent pas de’ canter
ges et de la xemer ‘er,









" Le Veridrudi 20 Décembre der-
Veffectif

de la Maivon Centrale
pour féter Noél. Au
prononcé
par ‘le Directeur André Darius,
t ex
nee, des aire
rede Véteblis-
west: cléturée

une grande distribution de
de chaussures, généreuse-
offerts’ par. Madame Le

Ja “inéme ‘sollicitude
u chaque
année, .contribue a la féte de
No#] a Ja Maison Centrale, ‘Une
plus; ‘elle aura apporté
dans les cours et mé-
reconnaissance . de, ces







été construite pour les charbon
neux et une salle pour la réynion :
deg étudiants. Les toitures* ‘de
certains Pavilions ont éé pein-
tes en vert. En Chirurgie on a
procédé a la réfection du par-
quet de la galerie afin de facili-
tér le passdge,des chariots pour
le transport des opérés ‘dang tes
autres Services.

_D’aprés les renseignements
que nous ayons pu obtenir, il
semble que la réfection compléte
en béton armé de la toiture du
Pavillon de Chirurgie est envisa
gée au fur mesure des dis-
ponibjlités “avec le projet a lave
‘pir dajouter un étage ce, afin
de donner entiére satisfaction &
la nombreuse clientéle de cet im-
portant Département qui ne peut
pas atre admise, faute de place
disponible.
= FL nous a 6t6 donné aussi de
savoiy que Son Excellence I’Ho-
norable Docteur Francois DUVA
LIER, Président & Vie de la Ré
publique, a passé des instruc-

% (Buite en derniére page)

‘ Nous attirons l’attention
iptéressés sur ce communi
pope en page 8 de cette

ion et nous les prions d’ajouter
aprés le ler paragraphe, la phra-
se suivante : ‘
«EXCEPTION FAITE POUR
EN OR VEN-
BN.R.H

BES TIMBRES
DUS PAR LA

SR ahh et ob



. des risqués







k Borman, Commandant, William A,



La Presse parisienne du matin
The rarit pas u’eloges sur exploit
technique ou voyage vers Ja Lu-
nesa’Apollo Huit, et sur je coura-
ge des t:015 cosmonautes, Same-
ai apres mudi écrit L'AURORE,
ces millions d’hommes ont pris
conscience gu’une aventure com-
me its men avaient jamais vécue
commengait. Ils oat réalisé -qu’ils
entraient dans un monde neuf,
un monde ot ’humanité ne sera
plus: limitée a la petite Planéte
Terre, le monde de demain. Pour
Yinstant tout donne raison aux
américains d’avoir fait confiaace
a Von Braun, le savant d’origine
cllemande qui leur donna deja
leur premier satellite et qui, cette
fois, met la Lune 4 poctée de leur
main. Certes les spécialistes trem
blent. lls n’ignorent pas que les
techniciens de la NASA ont pris

; jamais encourus. Le
public, lui ne.veut pas s’attarder
& cela.:U applaudit sans réserve
les chevaliers du ciel qui battent
tous les:records de vitesse, 40.000
km-heure, altitude, 400.000 kilo-
metres, ec qui sont les prenueis
a quitter la vieille terre pour al-
ler observer de tout prés un autre
astre, cette Luae qui, bientdt se-
ra conquise.

Pour LE FIGARO : L’huma-
nité a quitté son berceau. Elle
est arruchée -- c’était “e same-
di 21 Décembre 1968 & 15 H 47
GMT — a Vattraction de la terre.
Date capitale de Vhistoire, ins-
tant formidable de ’homine.

Tous ceux qui possédent un mi-
nimum d'imagination, estime le
Parisien Libéré, ne pourront pas,
sans un pincement au coeur, ne
pas songer & la course surhu-
maine du trio Apollo-Huit & bord
@’un minuscule, habitacle, fragile
et vulnérable, au milieu d’un
univers hérissé de dangers.
“«LA NATION», de son caté,
fait également remarquer : Les
Américains, Borman, Lovel et
Anders, ne sont pas aujourd’hui
les envoyés Je icur seule patrie.
Si celle-ci peut é@tre légitimement
fitre de réaliser un explo't scien-
tifique qui a cofité tant du scien-
ce, de travail et d’argent, les
trois astronautes apparaissent
en fait comme les messagers de
tuute Phumanité,,, Nul ne sait
encore les bienfaits que puisse
nous apporter la’ conquéte de la
Lune, méme si chacun imagine
l'usage redoutable qui puorrait en
€tre fait. Male cette -dondnation
de l'homme sur ‘l’ynivers esr pa-

rée d'une grandeur dont chacun -

ressent, inatinetivement limpres-
sion. Et ec’est pourquoi il n’est

ap ad cnt ot oan A he

cence: wha vinaid ates ens Ae ae a

nee EE A + gree te ARM In mee 6

5

~~

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE.

73%me ANNEE .

Le repas-type des astronantes @Apollo-8 : mais tous cesplats délicienx, malheu-
8 ’

~ Avec Apollo 8, une fantastique aventure commence:
la NASA a pris des risques jamais encourus





reuxement sout condensés et -réunis dans le sachet qu'on voit &@ gauche, Tout d fait a gauche

on voit un pistolet a eau grdce auqe les pilotes d’Apolle-8 peuvent creconstituers leur nour-

rituere comuprimés.

L’Exoploit d’Apolio 8

no § Rédacteurs, ‘Coflabora- PARIS (AFP)

gue peu d’esprits chagrins pour
pe PlaINUFE GES SOuins EAOTIES
gu englodat cette entreprise.
1oUg wtMtenlb en eet piuer: Gti
moins cojfusement que 1¢ Voi
des trois ustronautes marque un
moment capital de l'histoire hu-
maine, '

xxx
PREMIERE iaisslON TELE-
Vasile
NEW YORK, (AFP)

Les teléspectateurs ont pu con
templer, tour a tour, les cosmo-
nzu.es James Lovell et Bill An-
ders, assis et debout successive-
ment, se livrant aux expériences
habituelles, mais toutes spectacu-
laires, qui consistent a faire évo-
luer des objets en état d’apesan-
teur a Vintérieur de Vhabitacle,
puis le colonel Frank Borman,
se remeitant d’un malaise récent,
allonyé sur sa couchette.

Pendant une minute au moins, -:

jes voyageurs de l’espace lettr ont
offert, & travers le hublot cen-
tral, une vue du globe terrestre,
qui apparsissait comme un dis-
que luminéux, vivement éclairé,
mais dont il était impossible de
distinguer les détails.

A la suite des nouvelles signa-
lant que l’état de santé de deux
des trois cosmonautes laissait
quelque peu a désirer, les ocen
pants de la cabine spatiale ont
donné Pimpression devant ‘l’objec-
tif de leur caméra, qu’il ne fal-
lait pas s*inquiéter outre mesure
A leur sujet : tous trois sont ap-
parus souriants et totalement dé-
contractés.

xx x

UNE SEULE OMBRE AU TA-
BLEAU

Une seule ombre au tableau ;
peut étre Borman n’est-il qu’ap-
paremment remis de son virus
Gastro-intestinale «de 24 Hres.>
Dans ce cas il y aurait fortement
lieu de craindre qu’il le commu-
nique & ses deux adjoints. Si les
trois hommes étaient en proie &
ce malaise dont Borman a souf-
fert violemment dimanche matin.
La NASA pourrait renoncer & un
projet aussi ambitieux ‘qu’auda-
cieux de faire graviter Appolo 8
dix fois autour de la Lune le 24
Décembre. Dans ce cas, la trajec
toire qu’ils suivent actuellement
Jes raménerait quasi-automatique
ment a terre, le 26 Décembre.
aprés le survol seulement d’une
partie de la lune a 100 kilométrea
de ses cratéres escarpés et de sex
mers de sable.
HOUSTON (TEXAS)

Tout va bien & bord, déclare-t-
on au Centre Sputial de Houston.

(Suite en derniére page)



La Compagnie Jean
Gosselin arrive le 6 Janvier

i

Ce Festival du ThéAtre Fran
gajs, Classique et moderne, débu
tera le Mercredi 8 Janvier au
ThéStre REX A 20 h. 30 avec

«LE MISANTHROPE».
Le choix du Programme pour

POUR SA XVIlame SAISON THEATRALE

1969 est _partivuliérement'{heu
reux, ainsi que nos lecteury pour,
ront wen rendre: comptes

Dés' a présent nous souhaito
le plus vif succé, & cette Compa
mnie Théatrale qui par sa fidéité
enverg Haiti, mérite toujours no-
tre plug chaleureux accueil.

Nous avons appris que la Com
pagnie remporte un éclatant suc
cég A la Guadeloupe.



(Exclusif au Noitvelliste)



FIN

Par Léon

e{A mes amig le Cher Frére Raphael et le Cher Frére

x

ALE

x xX

Et me voici, mon Dieu, vers la fin de mon Age

Que jai vecu sas amertume et sans sursant,

“ai provoqué, le long de ce pélerinage,

Le rictus de ’Envie et la hargne du sot

Mais je n’ai, contre Vous, fomenté nul assaut

Ni dinjustes crachats, souillé votre visage.

Le Succég m’est venu. quelquefois

en partage,

Mais je Vai, sans effort, traité come un cadeau;

J'ai placé }1 Beauté sous un juste éclairage

Et, de ‘mes mains, entr’ouvert pour
J'ai respecté la tombe, honoré Je
Accteilli VAimitié du mot qui

Recu le=-Pauvre, ainsi quwun élu



wé le Vrai du rire et de

Je mai-pas.mis la lumiére gous le

Ni conduit mon amour et la Muse

tous, son manteau.
berceau,
l'encourage.

du Trés Haut
Voutrage.

boisseau

au ruisseau.

Heureux d’avoir vécu, Seigneur, dans votre ombrage,

Me voici, sans remords, au terme

du voyage.
Lacoupe, Février 1966



Le Ministre Max Adolphe
réunit les Pharmaciens

... Vendredi aprés midi, 4 cing
heures, tous les pharmdciens de
la Capitale se trouvaient réunis
au Département de la Santé
Publique et de la Population sur
une convocation du Titulaire de
ce Département, Dr, Max A-
dolphe. .

Ce dernier, assisté du phar-
macien Raymond Alphonse, Di-
recteur du Service de Contréle
des médicaments.et des Narcoti-
ques fit un brillant exposé des
buts de cette convocation, .
C’était pour prendre les disposi
tions qui s'imposent avec les multi
pics problames auxquela font face
lea pnetmacies et les pharmaciens
conscient’.

Ces jroblémes ont retenu
Yattentior du Président & Vie de
la République et le Ministre Max
Adolphe est chargé ‘d’y apporter
la solution qui s’impose.

Les problémes auxquels font
face les pha. macies et les phar-
maciens conacients sont multiples.
Le Ministre Max Adolphe les
énuméra avec une connaissance
profonde.

Le Ministre fit remarquer aux ~
pharmaciens présents que cette
profession tend a perdre de #01
prestige, car les pharmaciens sont
auaimiiés & des commerganta.
es hommes d'affaires profi- |
de la situation économique:
treuse de certaing Jeunes
rmaciens se servent de préte-.
nom pour siimmiscer dans cette
profession délicate. .

Aprés avoir parlé de la loi.
du 19 Aoat 1955 qui eréa le
Service de Contréle dex mé&
dicaments et des narcotiqu i.
passa la parole au Directeur de ce”







Pe Sate eR

Service, le Pharmacien Raymond
Alphonse,

Ce dernier commenca par
mettre Vaccent sur les responsa-
bilités du pharmacien qui est le
contréleur du médecin, Reprenant
les points développés par le
Ministre Adolphe, que la pré-
dominance des spécialités et les
irrégularités. de certaines phar-
macies font perdre a la profession
tout gon prestige.

Du point de vue commercial,
des pharmaciens sont arrivéa a
un point trés bas. Des spécialités
pharmaceutiques qui comblent la

(Suite en derniére page)

Le Président.
Duvalier effectue
une tournée en ville

Son Excellence le Docvieur
Frangois Duvalier Président 8
A vie de la République a et'fectué
samedi matin une tournée dans
les quartiers commerciaux | de
Port-auuPrince,

Le Chef de |’Etat qu’accompa
gnaient quelques Officiers de la
Garde Prénidentielle s’est arrété
& la Pharmacie Valliéres au Bou
levard Jean Jacques Dessalines
ot il a été accueilli par le pro-
priétaire ancien Secrétaire d’E
tat de la Santé Publique le Doc-
teur Carlo Boulos.

Le Premier Magistrat de la
République a été chaleureusement
ovationné par une foule dense qui,
malgré le Service J'ordre avait
tenu a se trouver aux abords de
ja Pharmacie pour acclamer le

Président.—



Lueien-Sh.}.




SAMEDI 21, DIMANCHE £2 BY LUNDI

REVENUS DE MISSION.
A MILAN
... Cet aprés midi sont. rentrés.

de Milan, le Secrétaire d@’Etat des
Travaux Publics, YIngeniéur -
Kauol Lespi.asse, le Directedp-du
Service des iitudes et Ievés-topo-
yraphiques au Departement ~ des
iP. Vingémear ‘Pierte Petit, “le
Dicecteur
au mémé Leépartement, " I’Ingé,
nieur Ernest. Piect-Paul.” Lis
viennent de passer treize jours &

“-". Milan, Italie, comme délégués du

gouvernement chargés d‘avoir des
echanges de vues d’ordre



du Service Hlecttique. :-



an

28-DECEMBRE 1968" -



’ Mme Virginia est Ja veuve du
fameux créateur du Kress Five
& Ten Cents Store. Elle est le
Présidente du-New York Infir-
mery. °

Sa fille ainée uvuit passé sa
lune de imiel ici, i} y a huit ans
environ. °
“. Sa plus jeune fille Francescu
“,qui voyage avec eile, igée de 19
ans, fait sa deuxiéme année au
~Collége au .Swarthirore Collage,

de Swarthmore, ‘Pennsylvanie, le
collége le plus sélect des Etats-

pu- Unis, nous dit Mme’ Virginia

rement technique avec les, cadres: Kress.

techniques du GRUPPO INDUS- |.

TRIE ELETTROMECCANICHE
Per lmpianti All’ estero ou GIE
pour l'Usine Electrique de’ Pé-
ligue. : Soe

ls ont été accueillis par M.
Carl Alcindor du Protocole, des
membres de leurs familles et des
officiels des T.P. :

: . xxx
NICK LYNN PREPARE
UNE EXPOSITION.
PERMANENTE POUR :
LE BUREAU D‘AIR FRANCE
A LA 5Be AVENUE

... Samedi aprés midi est arri-
vé } Port-du-Prinée, notre excel-
lent ami, M. Nicholas Lynn,
Directeur de Public Relations
pour les bureaux régionaux d’Air
France.
























-Niek ‘est accompagné de ‘fon |
jéane's.:

ami Robect: Craher, ©“un
artiste pentre: de. talent. .;



Nick quiétait:. avec. nous’ a

Londres Pannée derniétre Jes
fétes de Noel est’ vent coi :
ici vacances. et travail, emg 2
prépare une expogition je pelaty:
res haitiennes 4 la salle d’expo-
sition permanente du Bureav
@’Air France & la be Avenue,”
Il montre les beautés de notre



pays a son ami Robert Craner a ‘d

est tombé sous les charmes
Tle Magique:

Hier, SNick a passé: i
4 Kyona Beach avec Bob Craner
et dans la soirée, il était «vec
Mme Virginia Kress, Présidente
du New-York Infirmery .et . 3a.
gentille Francestd, ét.nous: dans
ce.tains points d‘intéyét de™ la
Cap:tale~:dont “le ‘grand -Hétel:
Oloffson oft-il est descendu:et an
Casino International d’Waiti” =
ot Qos Sublen fate de: fer Wear
Tete -& Nick’ et a’ Bob Cran

xxx

CE SOIR LE GRAND HOTEL
OLOFFSON PRESENTE SON
SECOND SPECTACLE DE :
LA SAISON es

... Le lundi 16 Décembre, le
Grand Hétet Oloffson a inauguré
la saison d‘hiver avec sa fameuse
Bamboche Créole, un spectacle de
toute beauté monté par la grande
chorégraphe Lavinia Williams”
Yarborough avec le concours des
meilleurs danseurs de notre folklo
re.

Le Show avait attiré une foule |
considérable de diplomates et de
grands commergants et i
triels et leurs invités, ainsi que
de nombreux visiteurs.

C’est un spectacle enrichi que
Lavinia a prégenté- cette année
dans une salle décorée par Tar’
tiste Dupoux..Comme chaque an-
année, il subit des améliorations
au cours des ‘quatre mois da 6a
durée, selon les suggestions du
propriétaire de YHotel, M. Alvin

Seitz et sa charmante femme
Sue, }
Ge soir, 1a Bamboche Créote,

sera reprise dans l’atmosphére de
joie que nous apporte la féte de
Noel.

Nombreuses sont les réserva-
tions faites depuis la semaine der
niére aprés les os du succes
du spectacle de Iundi.

xxx
Mme VIRGINIA KRESS.
ET SA FILLE FRANCESCA
PARMI NOUS

... Dimanche sont arrivées a
Port-au-Prince, Mme Virginia
Watkins Kress .et sa jeune et
jolie fille Francesca, de New



Francesca est portée vers les
études anthrop ologiques. ‘

Mme Virginia Kress‘et Fran-
cesca portent beaucoup d’intérét
& l'art haituen, elles:se: connaissent
en art, car leur regretté mari et
pére fut un des plus grands
collectionneurs d'art des Etate-
Unis, ,

Les peintures de la collection
Kress se trouyent au National

Gallery de Washington, dans 22
universités et 25 colléges des

Etats-Unis. .
Mme .ireinia i ia Kress et oan
cesca ont pris 4 ’H6
Tho, P gement a ote
de

_ Elles passent une dizaine
jours en Haiti.

Nous Jeur souhaitons ja bien-
venue, et un agréable séjour
ni



Une: F » & joué: dens’; L'Ai
Le Flambeur de Melville, Si
‘Paris m’était contée et Napoléon
_ de Sacha Guijtry et dans plusieurs
_autres : .

Sylvie-Claude d’Ahetze, jeune.
19 afis, jolie, a joué dans Ras-
poutine avec Robert Hossein, il
y a un an. .

Jean Jacques Fourgeaud en
est A son premier film. Jeune, il
est de 21 ans. ‘

M. Reichenbach,. Simo-
ne, Sylvie, Jean-Jacques et les

_ cameramen sont descendus 4 la
Villa Créole. Us monteront de-
main aA bord du France peur
tourner & Vocession des fétes de
. Noel Plaisirs d‘Amour pour la
‘Télévision Frangaise.

xxx
MOUVEMENTS DE .
DIPLOMATES .

Jeudi dernier, M. Pierre Henri



Martin, Attaché commercial 4
VAmbassade de Fx .a- Port-
au-Prince et & ie de Kingston,

est parti pour cette derniére
Capitale. I) y est allé passer les
f8tes de fin d’année avec sa
femme et ses enfants.

‘ xxx
- .. Le Directeur de I'USIS, M.
Hugh B. Sutherland et ‘sa’ sé
duisante femme Mary sont partis
vendredi pour New York. Tig ont
choisi d'aller passer les fétes de
Noel et du Nouvel An avec leurs
erifants 4 New York Is espérent
crevenir ici le $ Janvier avec leur
jolie fille Melissa.

* Nous leur souhaitons d'agréa-
bles vacances de fin d’aanée avec _
leurs enfants : ,

(Suite en derniére page)



Le Sermon. de la Semaine

Le Sermon” que news demande de

le Pasteur Névée ots lu aussi dane diverses de Radio
de la Capitale ot de la Previnés. . my
Par le Pasteur Luc, R. NEREE. e
LE SIGNE INCOMPRIS DE NOEL- *

«Le Seigneur lui-méme vous
donnera un signe, Voici la jeune
fille deviendra enceinte, elle en-
fantera un fils,et elle lui don-
nera le Nom @Emmanusls (B-
saie 7.14). .

“Ex xX

Heit centa-ans avant la naia-
sance du Sauveur, Dieu, par le
Prophéte Esaie,, avait annonoé,
comment Vow reconnatrat te
Messie a sa natesance ; «La Vier
ge deviendra:enceintes avait-il
dit, Le Signa était donc : la con
cophian.virginale. Cependant dae-
puis la vulyarisation de cette pro
phétie, Von. s’attendait ax Mee-
sie, sana pourtant préter atten-
tion au signe annoneciateur de sa
venwe, Certainement, toutes lee
Vierges pures at pieuses d’lerael
sowhaitaiont jouir du privilége de
voir le Messie sortir de leurs
seins. Maig aucune n’attachadt de
Vimportance & co signe que le
Prophate avait annoncé : «La jeu
ne fille deviendra enoeinte.» —

xxx

INCOMPREHENSION ET
SURPRISE

Marie, comblée de grdce comme

¢

étant Pélue de Dieu pour étr6. la
mare. du Sauveur, comene totes
ine Viergee piewon d'Tereak are



tut enfantoras ue file? ob''t
danneras le Nem de Jésus .2,Ma
rie fua troublée, Etonade, eile, de-
manda a ’Ange > <«Commeht' ce-
Ia se fere-til pwisqis je ng \con-
nais point d’hommer * L’Ange
hud répondit : i sur toi, et la purasance



Enfant qui naitra de toi, sere ap
pelé Fils de Diews (Luo 1 :$4-85).
Marie, docile ‘et. obdissaute-al
a la Parole PAnge sur-Phex-

re,:-Mais cleat trés tard qu'elle

s’eat rappelé la prophétie d’E+

saig: «la Vierge deviendra encein

te, elle enfantera. un. file, .6t -bni-
donnera le Nom d’Emmanuels.

(Swite page 3)

fbi

ue. Paris, ,
a




























a



cat os

ra)










wor re



B [|
mien |-N A AR |
Lea ot SINEAD
Pe ee

PROBLEME No, 359



-- 8 — Ne craint rien atl jeu de
Véearté-— Hat hrouillé avec la

Bn a simpl cit sonsratif aémodé --
LoL
Ce










Canton suisse
10 — Interjection — Doude-
ries de soleil.

eA ye xxx

~ VERTICALEMENT

} -- Aucune jeune fille n’aime
la faire au bal

ll — Trés peu de terre dans
Veau — Pére de mathusalem _

Il — Bonaparte le vainquit 8
Outi! de sabotier

Iv — Sel — Note

Vv — Marque une volonté en-
fantine — voyelle doublée —
Dans Vaucouleurs

VI — Rend plus fort

VII — Ville de Hollande —

HORIZONTALEMENT

1 — C’est un peu dans la ma
rine: un ange garden

2 — Ver de douze syllabes

3° — Pot de l'Adriatique —

Régle —— Note Sépare la Finlande de la Norvé
4 '— Soeur latina — Déesse ge’

de Tabondance’ VIII — Consonne doublée —
5 = Taree qu'on ne sache hoses’ sas valeur ;

pltiss ad quél’se Vouer — Deux IX — S’entend souvent au jeu

vo. de la roulette — Ile

les .
6 —Pyénoni'— Ville du Maroc X — Aromatisé — Le percen

7 — Ratifiera teur n’en est pas avare.

\ . .
- Solution du. probleme précédent
HORIZONTALEMENT. VERTICALEMENT. I, Napo-

I, Convict; Ol — I. Aa; Hup
pé — Ill. Quiche; Ete — IV.
Nu; Furet — V. Emeus; Sm —
VI. Te; Me; Saur — VI, Eut;
Anse — VIII. Utopistes — IX.
Semele; Nef — X. Hue;
(Alto) —

1. Caqueteuse — 2. Meute —
3.,.Naine; Tome — 4. Vacuum;
Pau. 5. Sébile — 6. Chef; Se —
7. Tu; Ussat — 8. Permanent —
9. Opta; Ussel — 10. Lecture;

Fo — Atlo



“TOUTE LA SEMAINE
Séance unique a 6 Heures P.M. d
LE‘DOCTEUR'JIVAGO
Le film aux 6 Oscars

Entrée $ 1.00 et 2.00





CIRCONSTANCES
Montre deifuxe ?-Montre=.
de sport? “ee
Mido est tous les deux a la
fois. Elle estifalte pour les
_ mondanités, parfalte par sa .
eolidté: Mid6 supporte les
coups. Voulez-vous savolr
la date? Votre Mido Dato-
‘Meterrvous l'indiquera. -
Vous ne:remontez jamais
votre Mido, Vols pouvez. -
méme nager avec elle — car:
‘fi BBET00Y. dtanictio, |
‘Vente. et servise dang 111 peye.
_ FQUAD Ai MOURRA®
(LE OONTINENTAL

3



LISEZ
" «LE NOUVELLISTE»

toa

{

Soh







Le Sermon de la Semaine

(Suite de la-1ére page) -
—— LATE |

INCOMPREHENSION
ET TROUBLES

Quant & Joseph, fiancé de Ma-
rie, son attitude nous révile qu'il
avait totalement oublié le signe
prophétique. Quand il vit Marie
devenne enceinte, il se proposa de
rompre secrétementt avec elle
pour ne pas la diffamer. Un Au
ge dub lui apparaitre en songe,
pour prenridérement confirmer les
déclarations que Marie Iwi avait
faites et auxquelles il wWawait: pas
ajowtd foi, et deuxidémement pour
lui rappeler, que c'est en vertu
dune prophétie que Marie eat de
venue enceinte. Copendant, cet
homme a été profondément trou-
hlé parce quil navait pos com-
pris lo signe qui était évident @
sed yer. ‘

xx XxX

INCOMPREHENSION
ET SOUFFRANCES

Le signe de la venue du Saw
veur dans le monde nayant pas
été compris, cette incompréhen-
sion a été la cawse dea souf fr'an-
cea thorales pour plusieurs. Ma-
rie, la mare du Seigneur en a
souffert. Pendant quelque tenups,
elle a soyffert de ca que Joseph,
son fianéé, a dou'd da sa mora -
lité, a fait planer la suspicion
sur sa. conduite pura et sur sot
irréprochable fidélité. Elle a
souffert du mépris dans lequel la
tenaient ses parents, ses amis,
ges connaissances qui ne vou -
laient point croire qu'elle avail
réallement concu du Saint Esprit.
Elle a souffert de abandon, jus
quiau jor o% elle se = réfugia
dans les mornes, chez sa cousins
Elizabeth.

Jossph de son cété a souffert
de ce qwil avait cru étre bafoud
par une fenrme quil voulait épor



Une:Grande Date.
a retenir : .

"¢VENDREDI 27 DECEMBRE
I

1968

Les étudiants de l'Institut des
Hautes Etudes Commerciales: et
Economiques (IHECE) ont le
plaisir d’inviter le public en gé-
néral et la jeunesse scolaire ev
universitaire en particulier A unc
grande soirée dansante qu'ils or
ganisent & Cabane Choucoune le
VENDREDI 27 DECEMBRE
1968 a partir de 9:00 P.M. avec
le concours du Super - Ensemble
«NEMOURS JEAN - BAPTIS-
TEs.

Le profit de cette soirée sera
affecté au développement de la
Bibliothéque de VIHECE.

Des primes trés alléchantes se
vont accordées a l'asistance pay
tirage au sert basé sur les numé
ros des cartes d’entrée.

La cotisation est fixée & $2.00
et les cartes sont en vente au
local de TIHECE, Champ de
Mars No 31.

N. B.— Cotisation spéciale de
$ 1.50 pour les éléves et lez Pro
fesseurs des écoles secondaires et
pour les étudiants et professeurs
de l'Université d’Etat d’Haiti et
des autres Instituts Universitai-
res.

. Cotisation de $ 1.00 pour les
étudiants, ,anciens étudiants et
Professeurs de l)IHECE.



“ser on toutexconfiance. Son. or-
guetl a été: blessé, ef son carac-
tare dhonnéte homme a été pro-
fondément outragé. Ils no sont
pas les sewls. Juaquid présent
encore, couc qui croient dans le
Nouveau Testament, dans la Pa-
agle de Dieu, souffrent des his-
toireg saugrenues fabriquées de
toutes pidces, an sujet de la naia
saree virginale du Sauveur. Ces
histotres envpéchent beaucoup d'é
mes de croire en la divinité du
Seigneur pour leur salut élernel.

xxx

INCOMPREHENSION
ET BLASPHEMES

Lo Signe reste encore inenn -
prig jusgud moa joura, Dea Pheo
logiens enecignont que la concep-
tion virginale est contre - nati
re, et partany indigne de foi. Le
vésultat est que beaucoup d'hom-
‘mas — intelleotuels et savanta —
persiatent dans leur inorédulité
at s'éloignent dé Christ. Le Signe
veste encore incompris, . tanclis
que Dieu le laiese écrit; dans Ia
Parole. Par aa Providence, Diew
fait revenir pe-
riode de Noel, aft aug lea géud
vations sachent que Jésus est réel
lement le Fils de Diew rien given
pensant & le maniere mame dont
il cat venu dana le monde.

fe

INCOMPREHENSION
ET PROFANATION ;
Ceun qui vont pas compris le
signe prophétique et que combat-
tent encore le Seigneur dams son
caractare measianique, font tout
pour profaner la Noel, pour com
mercialiser la saison de Noel si
riche en legons sprrituelles, et
pour effacer Christ - Jésus du
Tableau de Noel, Ils remplacent
la Creche, par VArbre de Noel,

et le Nom du Seigneur Jéaus par %

Usmaginaire Pére Noel on Santa
Claus, Mais les Croyants dgivent
savoir que rien 2¢ pent ef; acer,
dang la Parole de Dieu, le signe
prophétique par lequel Esaie a-
vail annoncé non seulement la
naissance du Saruveur, mais aussi
la Mission du Sarwveur dans le
monde.

Uere

SIGNE DE L'AMOUR DIVIN |

C'est afin que les hommes puis
sent profiser du tenips de grace,
que, anwée aprés année nous cé-
lébrona Noel, qui est le signe
manifeste de Amour et de la amt
séricorde de Dieu, Noel nous rap
pelle que: «Dieu a tant aimé le

monde qu'il a donné son fils Ut eypyrvereryerreerere eens sa rareRe REAR RRO REESE

que afin que quiconiue croit ev

Lui ne périsse point, mais quil x

ait la vie éternelle.» Le Signe m
compris avait annoncé Noel.
Maintenant que nous fétons Noel,
quielle soit pour nous tpleine de
signifioations; et qu'elle soit ans-
gi poter vous iculiérement une
agréable occakion de vous récon-
cilier avec Disu pour votre bor-
heur matériel, moral et spirituel.
C’est la notre voeu de Noel pour
vous qui lisez ces lignes. Quiil en
soit ainsi. Amen.

Réc. Lue R. NEREE

YELLE NI MIE THI TI TT I LSI VERMA RA SONU

chaque année la pé-.







Une photographie de la cabine Apollo-8 &

bord de laquelle
Frank Borman, Willam A. Anders ct Jame, A. Lovell ont
- pris place pour tenter la grande aventure de graviter au-

tour de la Lune et de retourner a la Terre.
f



NERA VARASAVARALA SADA ANNI NII,

Hotel Sans - Souci

Mardi 24 Décembre
DINER BARBECUE SPECIAL DE NOEL

Cing Dollars par Personne
avec un Cocktail ou un Rhum Punch.
Achetez vos Cartes et faites vos. Réservations
a Yavance & l’Hétel SANS - SOUCT,
le nombre de places étant limité.
SRRLRTNVA RAMA KAAARARAAAAN WIEN AN:



me
Grand Hotel Olofison

Chaque Liundi
Formidable Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarborough

Danse avec Ensemble de MURAT PIERRE
ADMISSION 2 DOLLARS.

Sec BRT IETS YI NIP INI LN PII I PEI



18 HEURES PAR JOUR

12 BULLETINS DE NOUVELLES
- UNE SEULE
STATION

_ DANS NOS”



AY CAPITOL

Toute la semaine _ Lundi a 6 h. et 8 h.

Séance unique @ 6 hres P.M. (Derniére représentation de) :
LE DOCTEUR JIVAGO HOG : :
Entrée $ 1.00 et 2.00 Entrée Gdes 1.20 et 2.00
Mardi 4°6 h. et.8 b

LA BAIE DU GUET-APENS
Entrée -Gdes 1.60 el 260 |
Mercredi & 8 -h, P.M.
DIEUX SAUVAGES

, Entrée. Gde 1.00 .

ETOILE CINE

_* (PETIONVILLE)
Lundi & 6h. 30 ct 8b. 30
MISTER X
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

son de la féte de Noel) :

Meicredi & 4h. et 7 hh,

~ LA PLUS. GRANDE HISTOIR
JAMAIS CONTEE
Entrée $ 1.00 et '1.50

Mardi 4 6 h, 80 et 8 h. 80
MISSION .SUICIDE

A SINGAPOUR , .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Mercred & 6 h. 30 et 8h. 30
LA MANDRAGORE
Entrée Gdes 1.50 et 2.60

AU REX THEATRE
Lundi a 6 h. et-8-

h. 15
OPERATION GROSBOW
Entrée Gdes 1.20 et 200 ©

Mardi & 6 h, et 8 h. 15
LES CENTURIONS
Avec Anthony Quinny
Entrée. Gdes 1.50 et" 2.50

‘Mercredi a 6 h. 7h, e6 9h
LES PROFESSIONNELS |
vec Burt Lancaster. Mercredi (J d
Entrée. Gdes 2.60 et 4.00 PANBAW La TOLIPE
a Entrée Gdes 2.00 et 3.00

omens epee

MAGIC CINE
(SALLE CLIMATISEE)

‘Lundi ‘& 6h. 15 et 8h, 15
LE ROI DU RACKET »
Un-grand_.drame policier
mouvementé,

Entrée Gdes 1.00 et 2.00

tras

Mardi 4 6 h. 15 et 8 h, 15

LA DANSE MACABRE

Un film d’épouvarite dont I‘histoi
re se passe le ler Novembre jour
des morta, ,
Entrée Gdes 1.20 et. 2.60

_ CINE PALACE
Lundi a 6 h. et 8 h. 16

DUO DE MITRAILLETTES
Entrée -Gde 1.00

Mard 86 b. et 8b. 15 i
L'‘AVENTURIER
MAGNIFIQUE f
Entrée Gde 1.00

Mercredi & 6 h. et 8 ht. 16
LES SEPT GLADIATEURS
Entrée Gde 1.00





CRIC-CRAC CINE

Lundi 4 6 h. et 8 h. 15
BOB FLEMING

AGENT CASABLANCA
Entrée Gde 0.50 et 1.00 |

. Mardi 2 6 h. 30 et 8 h. 80
En lére partie
(Concours des
des prix) .
En 2éme partie
MACISTE CONTRE ZORRO
Entrée Gde 1.00 et 1.50

Mercredi 25 hb. 7h. et 9h. .
L’HOMME QUI RIT
Entrée Gde 1,00 et 1.50

fanaux et remise

Drive in Ciné Delmas

(ROUTE DE DELMAS)

Ln GENTLEMAD ' |
MAN

DE LONDRES De Luxe Anto Ciné
Entrée $ 1.00 par voiture (DELMAS) '

DE LUXE AUTO CINE
Lundi a 7 h. et 9 h.
LES GANGSTERS
Entrée $ 1.00 par voiture

Merde T bh. et 9 h.

ur demande générale
CALYPSO. © )
Entrée $ 1.00 par voiture

Mardi & 7h. et 9 bh.

(Séance ‘unique qui finit 4 9 h.)
L'HOSIME DE MARAKECH
Entrée $ 1.00 par voiture

Mercredi 4 7 h. et 9 h. :
LA PRINCESSE DE CLEVES
Entrée $ 1.00 par voiture



MONTPARNASSE
Lundi & 6 h. e;' 8 bh.

OPERATION GOLDMAN
Entrée Gde 0.60

Mercredi.& 7 h. et 9 h.
UN MILLIARD DANS
UN BILLARD :
Entrée $ 1.00 par voiture



Mardi a 6 h et 8 h. CINE OLYMPIA
OSS 117 ATOUT Lundi (E
COEUR A TOKIO MESS Aen permanence)

Entrée Gde 0.60 \Entrée Gde 1.00
Mercredi A 6 h. et 8 h.,
UN HOLD-UP
EXTRAODINAIRE
Entrée Gde 0.60

Mardi (En permanence)
: LE COLOSSE DE ROME
Entrée Gde 0,60. .

Mercredi & 5 h. 30 7 h. et 8 h. 30
(A Voceasion de Ia Noel)

LE COMMISSAIRE X TRAQUE
LES CHIENS VERTS .

Avec Brad Harris er T. Kendall.
Entrée Gde 1.00 :

CINE ELDORADO

(PLACE JEREMIE)

CINE ELDORADO

+ Lundi A 6 h. et 8h. 16 |
‘ (Sur. demande)

SEXY~ GANG



Entrée: Gdeg 1.20 et 2.00
Mardi 4 6 h. et 8 h. 15
BONS BAISERS DE RUSSIE
Entrée Gde, 1.26 et 2.00

Mercredi & 6 h. et 8 h. 15
Sarita Montiel dans :
SAMBA A RIO



_GINE STADIUM

Lundi (En permanence)

(Salle. en , location)

. En lére partie
_L’Ensemble N. Jn-Baptiste

En 2%me partie

' = SUSBENSE AU. .CAIRE
Entrée Gde 1.00 -

Mardi: (En permanence
BATMAN / ‘
Entrée Gde 0.60

Mercredi (En permanence)
LE RETOUR DES TITANS
Entrée Gde 1.00

















CINE UNION
a-6 h et 8 h.
BANG ‘BANG
Entrée Gde 0.60

LAVEN ROE DU wey

Entrée Gde 0.60

Mercredi & 6 h. et 8 h.
LA BATAILLE. -
DES: ARDENNES.
Entrée Gde 0.60

ee

AIRPORT CINE.

(PORTAIL ST. JOSEPH)
Lundi.a 6 h. 90 et 8 h, 80
LE TEMPS DE, LA PEUR

Avec Robert Wagner.
Entrée: Gde 0.60 et .1.00

Mardica.6 bh. 800t 8 bh. 80
ORERATION GROSBOW
Entrée Gde-1,00 et 1.50

"Mercredi & 6 h. 80 et 8 h. 30°
COMMISSAIRE X.DANS |
LES GRIFF ES DU DRAGON

Mercredi 410 h. A.M. (& Yocca-_

Oo

Avec Brad Harri =
Entrée Gdew 1506 2.000000 J



ToT Tee

venetian Oar acap 0c aag tom me BADE

ee








SAMEDI 21, DIMANCHK 22 HT LUNDI 283 DECEMBRE 1968



Notre Haiti et ses Maximes propres |

‘ . Par Louis VERNET

—Ie-

(2eme Série)

Pour aujourd'hui, Cun de nox Proverbe. les plus signifieatifa: «CE SOU CHINS
La traduction de ce Proverbe ment accuses dun vol ou d'un
en frangais, est celle - ci: C'est Wwue sur.e deli, cependane quon
cur lea cmens maugres tccux des n'ait encore etabl, par aucun ju-
pauvres, bien enieicu} qu'on sem Beinene cyutrauie, sequel Uso UeUX
ble d’ordinaire apercevoi. des vst te vral coupuble — ne semi -
puces. duus enlenuu atser) Woes blera-t-il pas wuyours, a plu -
que les Gros Dogues et les ndo- sieurs e: a premiere vue, que peur, je me fis une raison en me,
rables petits «Toutous> de salon, cese te miserable qui est Pauceur posants ces questions: Pourquoi
des .iches et des bourgevis en ont du meiaity... alors qu'il peu: ‘dois-je avoir peur de cette béie ?
également pas mal; (quand bien nen etre absolument iminocent, Car, en somme, elle n'est que !ni-
méme ces derniers leur fernient de — A part cela, quel mal iée!
porter de ces collicrs éliminatoi- peut - elle faire? N’est -elle pas,
rea les plus recommandés;. au contraire, une béte utile?

(ou de ma misérable bibliothéque)
miavait eftraye tandis qui: sip
prétait a sortir, a la tombée de
la nuit, pour aller au dehors fai-
re la chasse aux insectes. — Fi-
nalement, pouc ne plus en avoir

noir et dur,



non la peur, cependant,

xo) — Dans une foule une mau
vaise odeur se deguge; Que:qu’un
au désay.eablement vumeé ses pro
ches voisins, samo aucun uruit.
Cela puurrait bien venir d'un Mr.
ou dune Dame cchiquements ve-
tus, Lependunt, se trouve-t--il
par lA un miserable, un é.1e mul
yGlu c’est sur lui que tous les vor
sins porieront ies regacds, en s’¢-
lo:gnant rapidement, et peut étre
meme, en se bouchant le nex, A-
Jors que ses intestins — a lui ce
pauvre — yneuvent étre bien plus
propres que ceux de ses vaniteux
besoin —- que i’apparence est sou et méprisants aceusateurs. men-

veurs —- eux - mémes— -
vent tromneuse; et que Verreur aos Viandes ou de ne ts de BTOS-
est réellement du de ; . mets Pienes ee

neuses de bonté.
Nous allons entreprendre oun

petit commentaire qui —- ous
Vespérons— fers ressertiy mieus
encore, le sens provond de ce Vru
verbe.

Ne détruit -elle pas les insec-
tes nuisibles?—' Ne constitue - t-
elle pas un bienraiteus pour Va-
griculteur ou un bienfait & Vagri
cullure? — Et, continuant a rui-
sonner avec moi-méme, je me de-

‘mandai: Et pourquoi donc est -
elle si laide — cette malheureuse
béte — jusqu’A nous donner une
telle horreur de sa présence, alors
que tant d’aut-es qui peuvent ef-
fectivement faire du tort et de
grands torts, paraissent au con-
traire, belles et attrayantes ? -—

C’est un fait que, quand qucl-
qu'un est misérable et mal vétu,
il a toujours Pair, pour la plu-
part des gens, de posséder tous
les défauts, tous les vices. Le

_ Proverbe voudrait aussi p cuver,
une fois de plus — s’il ev était



Il m'arrive bien souvent
jours - ci, de penser & ce Prover-

€me est vilaine, leur coeur ext

D'autres, au contrairc, ent un
visage upparemment méchant,—
ont peur méme leur en donner
véneralement cette réputation --~
ou encore, leur extéricur peut ins
piver le mépris et le dégofit, si -
i quand,
on les approche et Jes prat:que,
on découvre alors, qwils sont au
fond des coeurs honnétes et ten-
dres, voire méme des ames lumi

Disons pour finir que ces sux
dites néprises, sont non seule -
ment possibles, mais encore bien
humaines, Et l’on a peur auysi de
:e, Sans crainte d’evre dementi,
au’elles sont commises journelle-
ment nar la plupart d’entre nour.
(de bonne foi, i] est vrai) .

REFLEXION PARTICULIERF

Cw

domaine couteux, mais indigestes quand Et j’ai finalement conclu que ce be: «Gé sou chin maigre yo
Vhomme.— Prenons en des exe méme. n'était 1A, que les images oppo - yrouais pucess en appvenant, par
ples: , ; sées de deux catégories dhom - Jes journaux et la Radio toutes
1o) — Deux hommes —- Aon! eT Durant plusieurs soi - mes: Les uns sont beaux de visa- ces Atrocités qui se commettent
Yun ast un mention ct Tautre, et n erapaud (qui avait pris ge (souvent cé dé moune = qui dans de Grands Pays: ides payer
. og — ie ne sais comment — = con’n nalé francé, qui gain bel connus comme trés civil'sés. Je me

un de ces pauvres, en tres muu-

; . L parmi les livres de mon étagére
vaise tenue — sont simultane -

ti figui, bel +i coulais) mais, leur








ane
io

RESTAURANT

.

TRADITIONNELLEMENT, LE RESTAURANT OU IL EST BON DE

SE RETROUVER POUR BIEN MANGER..

UNE TRADITION CULINAIRE REMONTANT A PLUS DE 40 ANS.....
OUVERT TOUS LES JOURS POUR LE LUNCH ET LE DINER..

FACILITES POUR BANQUETS ET RECEPTIONS

PSRLAT A TCR CENCE. WICIRIEIEN, ICI EICIISIIINININ WEIR SOIC ICINION?
: ‘ A
N \
fe,
\

|





HORLOGERIE
SIRO O haa

a EPS VERRERIES MURANO

LE CRISTAL DE VAL ST - LAMBERT

dis alors: si c’était chez nous (en
notre pauvre petit pays) que cela

: ‘ ry

ecw

Â¥

f

f
f

= eo

VSI IISOOOSOOOOO

«LR NOUVELLISTE>

MAIGRES, YO R'OUAIS PUCES»,

avait eu lieu, combien vite on
s’empreaserait de crier }Incivi-
lvsauion, ih la sauvagerie, decla -
rant méme — comme d'ailleury
vertains méchants ont l’habitude
de le dire a ’étranger en parbiny |
@un fait queleonque de chez
nous: ¢C'est le seul pays au men
de ob lon voit de pareilies ¢ho-
Bes.

Ch! le Monde! —- le Grand
Monde! qu'll est dréle, injuste et
pwssionné dans ses Jugements !—

Louis VERNET

N. B. Nous avons le plaisir
WVannoncer A nos aimabica lec -
teurs aque c'e.. gous ly nouvel
Rubrique ci- dessus que nous
comptons l’Année prochaine, Dieu
voulant, continuer ici (dans no -
tre cher Nouvelliste) les Com -
mentaires sur nos intéressan's et
imvortants Proverbes pour les -
quels jl] nous avaient, jadis, si
souvent exprimé leurs mrande.—
et peut étre trop indulgentes —-
appréciations.,



wy , ®

«Elle se sert des preduits de
beauté Jergens
Aussi quelle galbe, quelle belle
peau grace aux Savons Woodbu-
ry ou Jergens et la fameuse Lo-
tion Jergeng pour je corps et les
mains.

Ayez cette fraicheur et ce teint
grice A:

JERGENS — WOODBURY.



ou Woodbury. '

i

(





Méme les jolies femmes
portent.une KonTiki

Jusqu'icl, «KonTiki» était surtout la montre des sportifs,
des brise-fer, des casse-cou. Mais les femmes ;

dynamiques veulent désormais, elles aussi,

montre qui les délivre de tout souci. :

posséder une .
KonTiki» pour dame, tout est désormais

A qui porte «



fe

permis: depuis le tournoi de tennis,

Jusqu’é la plongée profonde, en passant par le ski
nautique ~ et. tout cela en gardent I'heure exacte & son
poignet. Et pourquel, pensent-elles, ne nous
affranchirions-nous pas, comme fes hommes, de la .

corvée d'un remontage quotidian? Car, en plus de toutes












PAGE 3

Been macnn ee



FTT-1489
derna- Matic
Kon Tikt 20

808 séductions, «KonTikl» est automatique. ,

°° ETERNA:- MATIC ~ oe

v

Eterna S.A. Grenchen (Suisse) Représentation et s arvice dans 140 pays

La Me

Robert ees





PATEX . PHILIPPE
GIRARD - PERREGAUX
ORIS

MOVADO



Ancienne Maison GILG



SULLS Is SLSLSLLLL SSSA LA SISLTLLSLS LLY LLL

PLLLISSS IOS LS SSAA LIA TSS ALAS SALSA SASS

SPS









te rR an eet nbnatrecer dinette ceria

SAGAS DS



HORLOGERIE
BIVOUTERIE






)

8

_faneaaaausanansssasauacesnnacacanscseanneg

PAGE 4

LES «JEUX» DU NOUVELLISTE



tHLSTITHANON TD



Pour les jeunes

Chasse gardée



Poxvez-vous aider ce chasseur a& gagner la forét en évitant
toutefois de traverser la chaa se gardée ?



(Voir Réponses en derniére page)



‘









DECORATIONS DE NOEL



Perdu dans les Catacombes














s

E yesh

, [ome Qrcersnuteerm er
x

cen

senarvedd vememunswed “n wok ed val

“se ~*~
iu

3

a

coed morbeweg fronton | gure pes

severpieet i Y i

- 3
sees ren Id. _

niet vaminibowe ail To fer
rer | 4

om notsans

ne
al



Avenue du Travail

JOUET A PILE ET A FRICTION,

ARTICLES EN METAL ARGENTE

Summin e

Bowie





teu jon vonbvousdl
vehened a

Wisgom * Of § 8 ME EY

Pouvez-vous aider cette personne égarée dans
zes of qui warrive pos a retr ouver Ie chemin de la sortie.



CHEZ RAYMONDE



POUR VOS ACHATS DE NGL!

AUTOMOBILES ET BICYCLETTES POUR ENFANTS
POUPEES MERVEILLEUSES QUI PARLENT ET MARCHENT.
INCASSABLES DERNIER CRI.
CHOIX VARIE DE NAPPES BRODEES ET VASES A FLEURS

SACS A MAIN EN CUIR ET EN SKAI.

ET ENFANTS.

DEPECHEZ- VOUS!

CADEAUX DE TOUTES SORTES POUR HOMMES, FEMMES



urrerie

UN NOUVEAU PRODUIT



QSDCIATION DES
AoA UFFEURSGUIDES

DHAITI
COMMUNIQUE

mo

Les membres du syndicat des .
chauffeure-guides d’Haiti sont
priés de se. présenter au local
du dit syndicat le mercrodi 26
Décombre 1968 4 8 Heures pré-
ciges du matin munis de leur
permis de conduire exercice 68-69
en vue de réclamer leurs plaques
et ‘Police d’Assurance qui leur










y & : toy } seront remises pour le nouvel
eons sme na wi ree yarn furcietece exencice. :
€ a .
cantina ae e Bows B } sen Bavevogurn bre Fort-au-Prnce le 20 Décem-
( 5 “ at i i a
l, cen yy srawEnetns F enw suave) nc Pacem EUGENE MAITRE
. i+ 2 j { Président du Syndicat des
wutums Fuarast ur syvmasz ste Gavan fo owe J ved vginn Chauffeurs- Guides d' Haiti.
4 s 5 : i E 3 o
were wy seveben eae en i evehhowu I wn ' wad weer
. ; q 5
he pope 4 ste ry ee at iz Festive Joan
7 i

wechucuntew

D

les catacom-

Le Scotch -
le plus vende.
aux Etats-Unis
Distribuér par la

BRASSERIE DE
}]LA COURONNE 5&.A.







a“

SAMEDI 21, DIMANCHE, 22 BT LUNDI 98 DECEMBRE 1968



+ LA MASCOTTE

Â¥
* * Roman Jnédit Par Anatole OYPRIEN ‘
‘(Suite — Voir le numéro de lundi dernier) ‘
Lihomme s'arréta net, et eut in défie de me démentir, Tous les ment, il se réjouissait mécham-

,un haut-le-corps. Ses yeux gris

exprimaient une surprise mélée

daversion. Instinctivement, Sabi
ne tourna la tate, essayant de dé
couvrir derriére elle ce qui avait.
bien pu choquer M. Filottin. N’a-
yant rien yu d’anormal, elle por
ta A nouveau son regard sur son
interlocuteur. Rouge de fureur
eéntenue, celui-ci continuait a re
‘garder fixement par-dela le gui-
chet. Intriguée, Sabine ouvrit la
bouche pour se renseigner, mais
elle n’eut pas le temps de. poser
ea question. Liirritation de M.
Flottin venait de fuser.

— Mais, bon sang ! que fuit-
elle ici, cette petive garce ? Se-
rait-ce que mon ami Vaubin em-
ploie des demi-mondaines & pré-
sent ?

Sabine écarquilla les yeux, frap
pée de stupéfaction. Ces qualifica
tifs amers et violents s'aureb-
saient de toute évidence A Maya
qui, sagement assise prés de Ma
demoiselle Ursule, feuilletait
géographie. d’une lourde méprise>, pensa “Sa

M, Fiottin, je crois que vous.
faites erreur. _
— Je crains que non, Subine. -
Mademoiselle Ursule n’en cro-
yait pas ses oreilles. Elle aussi
était certame que M. Flottin s’é
tait étrangement abusé. Dc tn
place, elle fanca avec aigreur :
— ‘Tl ne sied pas a un gentle-
man d'agir comme vous le faites,
mon cher Flottin. Vous accusez
carrément cette pauvre gamine
de libertinage, alors que vous la
voyez sans doute pour la premié-
re fois. Peut-étre ressemble-t-cile
de facon frappante & une person
ne que vous connaissez, soit. Mais
avant de tempéter, vous aviez
pour devoir de bien la regarder.
Maurice Crémel faisait la sour
de oreille et s’affairait inutile-
ment. Mais au fond, il écoutait
avec intérét et. souhaitait ardem
ment que M. Flottin ne se fit
pas mépris. Depuis ses derniers
écarts, Crémel s’était mis A détes
ter Maya. Honteux de sa condui-
te, -dégradé, il souffrait mort et
passion chaque fois que la jeune
fille Vapprochait et lui

comme s' rien ne s’était passé.

Evariste Desforéts. Interloqués,

pleinement la scéne,

parlait ,

La voix retentissante de Mr.
Flottin avait fait sortir du bu- oo
r.au ce tri Philippe Contaux et | geulement 4 semaines. Vous seres écere

ils jetafont des regards effarés
autour d’eux, essayant de saisir
avant de
prendre fait et cause pour leur » Lexcellent Savon Stillman’s

jours, elle ne fait que trainer ~
dank le quartier commergant, es-
sayant dappiter jes vieux saty:
res.’ Le mois dernier, boulevard
des Acacias, e elle m’a relancé pen
dant prés. dun quart dheure.
Elle m’a dit son nom. . Autant
qu’i] m’en souvienne, elle s'appel °
le Maya ‘Tespinel. Elle n'a déguer
pi que lorsque j'ai menacé de la
dénoncer & ja police des moeurs.
Eecoutez, je peux vous rapporter
ses propres paroles. Si. j’ai bon-

ne mémoire, elle m’a dit exacte-
ment ceci : ¢«Emméne-moi dans
un petit coin discret.’ Je te don-
nerai mon corps sans réserve, et
toi, en échange, tu me donneras
ce que tu voudras».

Les paroles brutales de Ger-
main Flottin avaient atterré Ma
demoiselle Ursule, Sabine, Philip
pe et Desforéts. Seul Crémel ac-
cusait un air glacé. Intérieure-



‘LA CREME
. STLLMANS .

POUR LES TACHES



“yend fa peat
bien plus claire

dn soilamenl 5 semaines
SEETHODE SURE ET RAMS DANGER
Plus de 75 millions de Pots
ont ste vendus .
dans le monde entier

£8 SECRET DE REAUTS des miftlcad!

‘de femmes dans toutes les parties du monde ~

qui desirent une pesa plus elaive of plus
‘waloutée reside en la Creme Mtillman’d.
Lorequ’slle est sppliquée ebaqee soir, In

‘Creme Stillman's eclaircit Je teint ot vous
donsa uns.eomplexion belle ot redieuss dana

} velllte deta transformation opicte en Yours
aitront peu # pea pour falre place & cae
peed plus alaire of plus Kmpide,

{
i

bien-aimée mascotte. Hélas 1 M. ‘. xresayes suael le Bovon Stillmen’s! Co eavom
nettole o&

Flottin jeta un froid dans le bu-'.

Goux of delicatement parfums

reau de poste quand, {A haute peequrllt Je pase. 11.00 ideal pour enlever

voix, il déclara ;

— J'ai mes yeux de quinze ans,

Mademoiselle Ursule, et j'ai bien

regardé votre «pauvre gamine>.
«Ne vous en déplaise, elle

fa:Creme Gtillman’s . . . o¢ est sus ua
\ purge rafraichianst pout a

“famille extlered
Ein-venté dans tous lee
taagapine of pharmaciee

wiéne =“

une vie des plus déré6gléec et je

MEILLEUR QUE LES PRODUITS IMPORTES ET 3 FOILS MOINSGHER

Sante Vigueur Longévite

Yoghourt au Lait Pasteurisé

YOGHOURT

BEURRERIE DU SUD

Et aux Ferments Lyophilisés



Tad

aM md Ra ah > :
we . ho pe Stet apa yoy
ra we pe eo lit ah . ety



Balpecos, my

Le Meilleur
ie

Le Plus Frais



OUM/ QUE C'EST DELICIEUX/

é



rete, eA

a tet em



- ee

Og he “te

i ee in

Tous LES PRINCIPAUX MARKETS , BAZARS ET EPICERIES DEBITENT

Sony

LE MERVEILLEUX Y0 G HO URT AU LAIT PASTEURISE

NATURE OU AROMATISE

PREPARE PAR
BEURRERIE DU SUD

IDAL

INSTITUT DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET IN DUSTRIEL

guaiien quand les partion sombren disper”.

ment. de la ruine subite de la
mascotte. Quant A cette dernitre,
elle gleurait a chaudes. larnics,
affaissée sur le bureau de Made
moiselle Ursule, le. front sur son ©
bras replié. Elle n’avait pas eher *
ché a se disiulper, "confirmurt
per son silence les allégations de

. Flottin.

Moe témoignage de M. Flottir.
“avait secoué le receveur. Le front
attristé, aGston Daubis. s’accro-
chait & un ultime esppir, trov-
vant la vérité monstrueuse et ré
voltante,

— Mais enfin, Ger main; es-t

sar de ce que tu avances-? Cette (
'

gosse fréquente l’école, elle es: »
an collége Lazontiéres.

s— C'est ce qgu’elle t’a raconté,
inais je parie mon dernier cen‘i
me que cette déSoenvrée ne fait -
que flaner du matin au soir.
D’ailleurs, e’est pas sorcier de te
renseigner. T’as qu’a Passer un |
coup de fil au collége Lazontié-
res.

Le nom de Maya Tespinel ne
figurait pas sur le regrtre du
coliége lLazontieres, Le visage
embrumé, Daubin racerocha. Ma
ya lui avait donné le change. La
mascotte les avait tous dupes. Le
cartable hourré de livres ‘qu’ ee
trainait toujours avec elle, ile
se était procuré pour les besoins
de son réle d’écolic.e modéle. Dav.
bin’ se rappela tout & coup que
Maya avait refusé catégorique-
ment de lui montrer son bulle-
tin. «Puisque je vous dis que mes
notes sont excellentes |! Faut me
croire, M. Daubin. Je suis septie
me sur trente - six éléves.»

La figure dans les paumes,
Voeil terne, le receveur conti-
nuait & regarder en arriére. Bien
des points obscurs se précisaient
dans son esprit. ¢«Périclés, c’est
mon fort. Apporte-moi ce livre,
nuus allons voir ¢a ensemble»
Daubin éprouva un profond sen-
timent de dégofit. Dégoit de ln
mascotte, dégofit du genre hu-
main. «En sa qualité de chef du
parti démocratique, Périclés exer
¢a sur ses concitoyens...» — Le
jour ot elle étudiait cette lecon,

elle appuyait de propos délibér:”

ses seins durs contre son dos. E.
dire qu’i] s’était reproché de lui
préter des intentions vicieuse-.
Ce jour-la, elle lui avait parlé
dun beau gareon brua: qui con-
duisait une cuverbe voiture. Que
sa voix était candide ! «fl a ston
pé et m’a offert gentiment de me
déposer. Je n'auirais pas dil aceen

tes, M. Daubin ?9 -— ¢La dan-
zelle ! elle m’a.diablement mys-
tifiés.

_— Sans mei, dit Germain Flot-
tin, vous ne l’auriez paz démas-
quée de sitét, votre mascotte.

— Je me suis fait avoir com-
me un conscrit, admit tristement
-Daubin.

— Et qu’attends-tu pour la dé
barquer ?

(A suivre)

££ BAALERASAEEEA a aneasanasseaaaeasaaa Le4aAARSEAAARMEBABERERAMEL EARS

du Sud

UN NOUVEAU TRIOMPHE !!!

i

auevevevevvunservveserveeesct

.

1

~

?

RAALLMAAALEEAAA £44 ARAE4EREREEEASSERBARAESEAAAEEEARA BHRAARELEARS

ter, on dirait. Ai-je mal fait, di-

Esuvicveeverss



ey i Be


Lapdocndinantanek

lek ee

onl

«Nous avons écrit ce livre pour
servir A l'éducation des généra-
tions. Aucun sentiment de secta
rismo nia guidé nos démarches.
Apres avoir c¢d:essé to paysage
@histoires, taunt dans la colonie
de Saint Domingue que pendant
Ja période franchement haitien-
ne de notre vie publique, nous
avons compris que le retard de
notre Patrie était en partie di

_au lourd héritage colonial.»

Dr. Francois DUVALIER
Président 4° Vie de la Republique

«Le probléme des classes

a travers histoire d’Haiti».

Saint-Dominue était la plus
florissante des colonies trungai-
ses du XVIléme siécle. Elle s’im
posait par sa grande prousperive
& Ja convoitise des Etats coloni -
sateurs. Ses colons y menaient iz
vie de grands seigneurs. Cette sei
gneurerie se reposait sur la canne
a sucre, le café, le coton, J’mdi-
go et les négres esclaves impor-
tes d’Afrique. Leurs dépenses fus
tueuses et folles inquiétaient mé-
me la Métropole. Loin de fonder
des écoles secondaires et univer-
sitaires dans la colonie, pour exhi
ber leur puissance économique, 11:
envoyniert leurs enfants étudicr
en Europe. Mais, le plus souvent,
ceux - ci revinrent au pays char-
gés de vices de toutes sortes. Com
me ces blancs furent & une excer
tion pres, des gens de sac et de
corde, le moment était venu pour
eux de vider tout ce quiils a -
vaient de rancoeurs dans lame.
Ti leur fallait en outre, oublier
le passé et se construire une exix-
tence nouvelle. Pour y parvenir,
cela ne Jevr cofitail pas trop cher,
spuisque les esclaves, ces bétes de
somme, étaient la pour leur as-
surer le bonheur parfait sur 1a
terre de Saint - Domingue.

Tant de vilénies, de mépris ct
de préjugés ne tardéerent pas 4
grouper ces blancs en caste. Au-
dessus, se trouvérent les grands
planteurs, ensu:te les blancs mo-
yens ou prolétaires et au-des -
sous, au dernier échelon de cette
hiérarchie sociale, vinrent les pe
tits blancs, vulgairement appelés
«blancs manantss ou cordonniers
eti-téte». Les riches méprisaient
les pauvres. Etaient grands
blancs seulement ceux qui possé-
daient le nombre d’esclaves pou-
vant garantir le dévelonpement
de leur richesse et Ja permanen
ce de leur condition sociale. Les

CKAKNKAKAAKAANAAS:

NOVELTE

SAMBD} 21, DIMANCHE 32 ET LUNDJ 28 DECEMBRE 1908

‘Un soir de

petits taxea dinférieurs ne fu.-
rent pas admis chez les grands.
En un mol, is se repousserem
ies uns, les autres. On le constn-
te, des barriéres étaient deessée:
partout et fermées a double tour.
Au milieu de cette division, 1 ne
pouvait exister de force réelie,
puisquiil y en avert une, e’était
celle du peuple formée par ja
masse des esclaves, 4 laquelle
était réservé le dernier mot,

On se demande, jusqu’d quel
point cette division n’avait-elle pas
contribue a lactheer da tache des
aifranchis qui ne pouvaient plus
tolérer la position de valtaille
quils occupaient. Les choses en
etaient IA, quand les grands plan
teurs grisés par leur fortune et
sirs d’eux-mémes, faisaient —ri-
paille. Hs ne soupgonnaient ni
les nuages qui commengaient a
s’amonceler dans le ciel de la co
lonie, ni lu foudre qui les mena
cait. I! s’agissait uniquement
pour eux de jouir, d’étaler leur
richesse, d'afficher leur arrogan
ce, de manifester leur haine des
affranchis, et leur répugnance
des esclaves noirs. Obnubilés per
tant de gageures, ils ne pouvaient
nullement voir ce qui se passah
autour deux, Ils étaient détestes
de tous, méme des autorités de
lAdministration. Voila powryuoi,
cette situation avait créé & Saint
Domingue un malaise irrépara-
ble. Depuis, ce fut le las de cet
te classe hommes.

En décembre 1783, un pwrand
planteur de Ja Plaine a Jacob,
Mr Boury, imagina d’offrir un
réveillon dans ‘son domaine por
tant le méme nom. L’Habitation
BOURY distante seulement de
quelques kilométres de la ville
des Cayes, est située au bord de
ja mer. Elle est arrosée par la
riviére Lagaudray dont la muri
que des eaux sur la gréve enchan
te les passants. Sa jolie play»
battue par une mer calme et [m-
pide préte 4 la réverie. Ce fit
dans ce cadre poétique que Mr,
Boury se proposa de réunir sex
amis ce soir de Noel. En effet,
des invitations furent envoyées }
tous les grands planteurs de Ia
Paroisse du Sud. Voici Noel !
VHomme- Dieu est né dans une
étable. La misére montre sa face
hideuse dans tous les coins de la
maison de Joseph, tandis que sur
la terre, les hommes font des li-
bations. Mr Boury ordonna_ de





EN TISSU GARANTI BOUSSAC




dresser dea couverts sur toute 1’é-
tendue de sa vaste cour tapissée
de yazon vert, Sur les tables, des
couceux et des fourchettes en or,
firent le charme des convives.

Ce sulrdiu, le ciel était pur, pas
un nunxge n'y vagabondait. Des,
musiciens nocturnes sur les ar-
bres, tinrent concert. Les amphi
tryons enchantés de la réussite
de leur f&te, allaient: et venaient
de table en table, stimuler I’ap-
petit de leurs invités, Comme la
lumiére électrique n’existait pas
encore dans la colonie, des bou-
: sous la’ pression de la bri-
gies sur les tubles agonissaient
se marine, C’aurait ¢té un désas
tre pour cete féte, si la grande
Ourse dans le firmament, n’avait
pas projeté ses rayons lumineux
tus Ia nature, On mangeait. On
buvait. Les vieux ving de France
qui ltatteraient le palais de l’épi
curien Horace, fervent amoureux
du bon vin, coulaient & flot. Et
le rire fusait. Tandis qu‘on festo-
yait ainsi, un jeune premier, rils
Wun yrand planteur de la Grand
Anse, fraichement débarqué dans
Ja colonie, troublé peut élre par
les boissons qu’il vidait se ,leva
de sa table et fit «pipi»y au vu de
toute l'assistance qui se mettait
A ricaner. C’est Junot, fils & papa.
C’est trés bien, proclamait-on
Mais. Mr et Mme Boury qui é-
talent des gens «quant-a-moi», se
sentaient scandalisés, car cette in
conpruté cn présence de leur fille



Nounouche, ne pouvait ne pas
les chiffonne’, C'est Junot. Ils
durent étouffer leur colére de

peur de mévontenter le pere de
ce jeune homme.

Junot fut la vivante inearna.
tion de sa classe. I] en portait
toutes les tares. Un débauché, il
était le type accompli du yoyou
avec toute sa séquelle de maux.
CelA nous améne a noter que tou
te classe débauchée, par consé-
quent en état de délinquescence,
est appelée A disparaitre. Tel fut
le eas de celle des grands plan-

-teurs de Saint Domu.gue. Maleré
dre, méme ]’appel des anglais pour
méme lV'appel des anglais pour
contenir Ia vague de colére qui
déferlait contre elle, elle était
quand méme anéantie. Les petits

RENE.COLES

RENE COLES,
le Champion du bean vétement

annonce a ceux qui partent pour
Europe, les USA, ou le Canada,
qu’il est revenu du Canada et deg
Etats Unis) avec une technique
moderne et sare, et qu'il est en
outre le Seul capable de confec-
tionner un manteau d’Hiver qui
goit A la mode dans les différen-
tes Capitales du monde.

Ils trouveront également des
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les éléganta préférant la coupe
sur mesure.

Une visite de votre part s’tmpo
se de toute nécessité, Messicurs
les Elégants. .

Lalue en face de la Nonciatur
Apostolique. :

















en vente

gt at PON en,










Exclusivité
Magasin Le Soleil




‘SE TROUVE AU MAGASIN

| te Soleil

PROPRIETARE : GEORGES JAAR

KKCKKKAKAK KA KHK AK MH WN HHS



SEEKER

TICKET A Vion / BA TEAY.








POUR VOUS SERVIR &






SAUVEGARDER VOS8 RESERVATION A HOTEL
(NTERETS ASSURANCE VOYAGE
WiSAS.






“

Ae BUREAU
2" CLIMATISE

45 AVENUE MARE JEANNE TEL:
| GPE OE LtEXPOSITION 3989-36









_f

coloniale & Saint Domingue, Re-
tournons & notre aujet. | .

De l'autre cdté de la barricade,
se tenaient des petits affranchis
qui, ne trouvant sans doute oi
aller ce soir de Noel, assistaient
a cette féte en spectateurs élci-

blancs assuraient la reldve au
nom de la £mocratie. Mais, plus
tard, ils furent délogéa par Jen
affranchis, qui étaient A leur
tour renversés par les nouveaux
Hbres, & partir de l’atfaire au 30
ventose, Ainsi prit fin l’époque



THROUGHOUT THE WORLD -



“White Label” IS YOUR

PASSPORT TO PLEASURE

A famous name to remember, wherever you are.
In every golden drop you sense the glorious soft-
neas of patiently malted barley, the faint lingering
fragrance ofthe peatfire, and that delicate flavour
—rare qualities} khesot

“White Label”

DEWAR’S SCOTCH WHISKY

—iT NEVER VARIES

uw



ie
Bau fin Scott

at 2
or carat et”

‘0b Dewars:
\ wraraceee GG!
Sn pr







En vente dans les Super - Market
Bazars et Epiceries.








Réveilion dans la Colonie : Un conte de Eric

gnés, le coeur gros d’amertume.
Pourquoi, ne devons-nous pas é-
fre 14, nous aussi 2 Pourquoi:
cette différence ? Ne sommes-
nous pas des humains? Pourquoi
cette barritre qui nous sépare dea
blancs ? se demandérent-iis, ahu
ris. Instinctivement, sans essayer
de trouver les réponses, ensemble,
ils secouérent la clékure qui cé-

- dait sous leur poussée. Ensuite,

ils ‘se jetérent deris les bois, pour
n'étre pas chatiés par ces colons,
C’était bien 1a un signe des
temps, le premier pas vers Ja lut
te ouverte pour l’égalité politi-
que avec les blancs, Depuis, les
aftranchis ne voulaient jamais
manquer de s’atiaquer a ces En-
nemis déclarés qui, de leur cété,
ne marechandaient pas les chati-
ments. Le renversement lc vctte
barricade n’empéche pas a féte
de continuer son train. Aprés u-
voir bien mangé, tl faut toujours
danser, méme pour faciliter la di
gestion. En effet, & une heure
précise du matin, less BOURY iu
vitérent leurs amis 4 jpasser A
la salle de danse, & la «grande
caille> ou maison de
des grands planteurs du Sud.

La, dgs-musiciens richement ve
tus atténdent. Le saxophone ‘gla-
pit. La) contre-basse et la clari-
nette plaquent une méringue len
te et longaureuse & la fois. Mme

* Boury accompagnée de Mr Lagau

dray, ouvrent le bal sous ce ryth
me, Ce fut Je clou de la soirée.

Les jeunes gens qui se fuivaient
appeler ducs, barons ou marquis
des habitations de leurs _ peéres,
tels par exemple duc de Lagau-
dvay, baron de Desrodieres, mar-
quis de Jogue, avec leurs panta
lons de velours bleu-ciel, leurs
chemises ‘liserées de dentelle, des
faux-cols droits, des cravates a
la valliére et des souliers vernis
surmontés de boucies dorées, se

” erotisérent dans la salle, a la re

cherche d’une partenaire. Et, les
jeunes filles, qui, avant d’accor-
der une danse, demendaient a
leurs méres «Puis-je maman 2,
emmaillotées dans leurs robe:
musquées, embaumaient le salor.
On buvait, on dansait au son d’n
ne musique ensorcelante, grace 4
la sueuy el au sang du pauvic
africain. Cette féte, soulignons-
nous, fut un défi 4 Ja morale.

«résidence,



Les coupes tournoyaient eéper-
dument, comme en un voyage de
réve. Sur
par le jasmin de nuit en fleurs,
les doyens d'ige, ceux qui ne pou
vaient plus danser, bavardérent
sous l’empjre, des liqueurs qu’ils
buvaient ensembie. At dehors, :
des oiseaux de proie firent. enten-
dre d’un commun accord leurs
voix lugubres et sinistres, chant
d'un triste présage. Etait-ce le
signal que Ja nature, elle aussi,
se mettait de la partie contre len

.erands planteurs de Saint. Do-

haague ? ‘Tout a coup, un crt de.
douleur s’cleva dans la salle,
Nounouche venait de recevoir un
coup de pierre a la téle. Elle pleu
rail amirement. La fete troublée,
les invités inquiets, s’appi étaient
déja a s’en dller, Pour la batiue,
des dogues hien dressés furent
lachés dans la cour. Selon i'opi
nion générale, ce coup d’audace
ne pouvail étre Vocuvre que des
offranchis ou des .esclaves inat-
rons. Les auteurs avaient eu Je
_temps, avec la complicité de Ja
nuit, de s’esquiver. Le plus jeunc
parmi cux, allait étre prix juste

ou moment ot une vieille esclave ,

pelée et courbée sous le poids
de 90 ans de servitude Wnhumai-
‘Ne, communément appelée grand’
zotte, le cacha dans sa case, enve
loppé dans une natte de jone. Co
fut Boisrond qui deviendra TON
NERRE.

Mr BOURY écumait de rape de
nvavoir’ pas pu mettre la main
vu collet de ces bandits, ainsi on
désignait les aftranchis. Devant
ce fail bizarre et. anyereux, it

IIIs

on

Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre propre

un compte de Chéques 4 la Banque Nationale
SAP LLLL SSS SALA ASLSISSDLSA LAD

a
PAGE 5

dut renvoyer le bal, Le lende-
main, toujours ivre de colére, il

lu galerie parfumée ~adressa une lettre plainte aux au

torités militaires dex Cayes con-
tre affranchis et négres mat-
rons. Comme c’était une lettre
contre’ inconnus, puisqu’aucun
nom n’y avait été vité, ces auto
rités ne s’en occuraiertt guére.
D’ailleurs, elles aussi, avaient be
soin de se-vengér des arrogance:
de, ces grands planteurs. Par ain
si, cette lettre fut classée tout
bonnement. Les petits blancs ma
licieux y trouvaient matiére a 1°
goler. Mais, tout compte frit, ce
furent les esclaves qui ‘avaient
payé Je not cassé de ce soir de
réveillon, en attendant d’ét:e les
seuls maitres du Pays.

Eric A, SIMON



Le Plat défendu.

N’EXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE
BISMUREE

Une pastille aprés les repas et
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjcations alimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile, .

Mettez-vous toujours & Vusa:
de la MAGNESIE BISMUREE
et vous ne connaitrez plus ni trou
bleg de Vestomac ni troubles des
intestine.

Des chauffe-bams, fers A repes
scr, réchauds, radios, ventilabeurs
dernier cri, apparejl & sir_condi-
tionné se liquident & Ila TIPCO.
Preqsez-vous.

Comptable en ouvrant














ets
aes a

sel Be BE ee peut
Poe Reee et ae Maree












Visitez notre
modéles de Fours, tous A 4 feux a Thermostat,
nos chauffe-eau, nos lamper

ed tt

Le Chaud
e Le Froid

POUR LES FETES



automatique & programmateur,
convertibles, nos Réfrigérateurs
Soyez les bienvenus A Tropigas.

Rue Pavée, Building Naudé.






mecca | abe. .

nouvelle installation, voyez nos nouveaus
le Four












ne sen :
. ‘
‘












L‘histoire des

Creches

BONN.-- La célébration de la
naissance du Christ est la plus
ancienne féte de lw Chrctiente,
C’était le Pape Liberius qui fit
unc f@te religieuse de cet événe
ment historique. Peu avant, nous
dit une légende, l’impératri¢e Hé
léne avait fait procéder 4 des
“fouilles & Bethieem et quelques
Planches de la eréche qui aval
servi de berceau A l'enfant Jésus
furent mises au jour.

Ces reliques ont stimulé Vima
gination des croyants el, au
cours des temps, la coutume s’est
établie de dresser, & Noel, une
eréche, c'est a dive la seéne repre
sentant Merie et Joseph avec le
petit Jésus dans i’étable de Be
thiéem.

D’abord, ces créches ne se trou
vaient que dang les Egises, puis
on les érigait aussi & la maison.
C'est probablement. Saint Fran-
gois d'Assise qui popularisa pour
Ja premiére fois la créche, car
nous apprenons dans es récits
d'un de ses contemporains, le Car
dinal Bonaventure,- que le Saint
a dressé upe teile scéne dans la
forét de Greccio; il aurait aussi
Prononce un sermon si emouvant
que la nouvelle s’en répandit tres
vite & travers toute I’Italic.

C’étaient les moines mendiants
qui po.térent la belle idée de
Saint Francois d’Assise dans les
pays chrétiens nordiques. Le ba:
roque fut lépoque qui créa les
eréches les plus belles et artis
tiques, bien que les décors fus-
sent devenus de plus) en plus
somptueux cachant presque enlié
rement l'histoire a4mouvante que
nous rapporte l’apétre Saint Luc.
Les constructeurs de créches se
plaisaient alors A représenter des
particularités de milieux, comme
Je faisa‘ent, par exemple, les
Napolitains qui vétirent leurs
rois mages d'habits des plus pré
ceux ne s’arrétant pas devant la
représentation de la suite d’élé-
phants et de chumeaux, de dames
de sérait et d’esclaves. D'autre
part, ils ne dédaigna’ent pas de
montrer Vagitation d’un marche
aux poissons. Il n’est pas clon
nant que l'Eglise interd t ‘Sien
tét de telles rep ésentations 'u-
xueuses et profanes. Cependant
ja eoutume ttait trop chére au
peuple et partout en Europe, c!-

SNP TE ECA ETE,

de Noel

le retrouvait une fleur dans les

Evlises ct les foyera comme ux~

pression de croyance naive et
comme résultat d’une imaginu-
tion artistigue stimuléc.

En Allemagne, par exempie,
la grande epoque des eréches du-
re du 17éme au 19eme siécle. En

. Days souabe, sur les rives du Lac

de Constance et en Baviére, ta
sculpture relizicuse sur bois deve
nait un art populaire. Les visa
ges_des statues étaient en terre
cuite ou en ci.e; on se servait des
plantes des foréts pour monter
un décor convenable od figu-
raient des chateaux, voire méme
le Vésuve, qu’on préférait selon
Vexemple ital.en,

Munich dispose d’un musée
(le Nationalmuseum) ot sont con
servécs ces cenyres —_urtistiques
en provenance de Naples, de Sici-
le, d'Alemagne et du monde en-
tier. Le musée a le mérite d’avoir
évité que des créches uniques
dans leur genre soient vendues
aux amateurs et ainsi dispersées
a travers le monde. La base de
collection consiste en un don fait
par un Conseiller de Commerce
qui avait fait acquisition dans les
derniéres décennies du 19eme sié
cle, des plus belles créches an-
ciennes. Aujourd’hui — encyre, il
est de coutume que les parents
et enfants se proménent d’Eglise
en Eglise pour regarder les cré-
ches merveilleuses et resplendis~
sant dans la pénombre.

Ludwig VOGEL.

Electric Shop
Cordonnerie

Monsieur Antoine Richemond,
propriétaire de la ¢Electric Shop
Co:donnerje: avise ses bienveil-
Jants chents qui ont lours chaus
sures en réparation dans son éta
blissement, depuis des mois de
bien vouloir les réclamer.

Un delai d'un mois leur est
accordé & compter A partir de
cette date, pour se conformer au
sus-dit avis.

Passe ee délai ces chaussures
seront vendues a la criée publi-
ue.

ANTOINE RICHEMOND

: Propriétajre.
Ce 27 Novembre 1968



Aux Cnes Sonores

_Mbne GEORGETTE DUPLESSY)

4) Rue Macajoux, (Rue

du Perpétuel Secours) -

et de la Fontaine Mme Colo)

_Pensez son,

Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
La Maiscn Hautement sp4écialisée du Son;

PRODUCTION,
REPRODUCTION;
Yout : équipeiments,
Instruments,
composants,

piéces.

Pour vos Achats voyez
LA MAISON AUX ONDES SONSRES,

Service rapide,

Les meilleurs prix
. Assistance ,{echnique garantie

MD ms

i

Ye

fe
a

eu



_ souligne votre personnalité

. o. bey eo pet

~

Pe Mysore sim TS , of

ZODIAC Goldenline... nouveau «leader»
. Ge la collection Zodiac @ Allure jeune et
. Virile @ Construction robuste d’un boitier

partaitement étanche @ ZODIAC... ta -

tmontre automatique par excellence @ Un
produit sulese de valeur protégé par ta

gerantia internationale Zadiac =

ua 3

Ea vente au Magasix de Feuad A. Mourra



et au «Continental»



MORT DE JOHN
STEINBECK

New York (AFP

John Steinbeck, Proc Nobel de
Littérature 1962, est décédé ven
dredi & Vage de 66 ans. L'écri-
vain souffrait d’insuffisance car
diaque depuis plusicurs mois. J)
est mort dans s0n appartement
de New York alors qu’il se repo-

suit sur un divan. John Stein-
beck .était notamment — lauteur
des Raisins de la Colére, ronan

qui lui valut 1é@ pr.x Pulitaer. 1
y a deux ans, il avait acecpté de
faire un reportage: au Vietnam
pour un quotidien américain. Les
idées quwil y défendit lui aligné-
rent une bonne partie de se3 fi-
déles qui avouérent ne pas recon
naitre lautuer des. Raisins de la
colére dans ces billets au jour le
jour qu'il envoyait du Front viet
namien.
xx xX

NEW YORK (AFL)

John Steinbeck soulfrait d'in-
suffisance cardiaque depuis plu-
sieurs mois mais ce n’est que la
semaine derniére qu'il avait ré-
duit ses activités. 11 est décédé
au début de la soirée dans son
appartement de New York alors
qu’il se reposait sur un diven.

D’aprés sa secrétuire, l’écrivain
aurait succombé & une crise car
diaque.

XAX

JOHN STEINBECK
New York (AFP)

Né le 27 Février 1902 a Sali-
ais, en Californie, John Stein-
beck a véeu toute son enfunce &
la campagne au milieu des gens
qui allaient lui fournir Jes carac
téres de presque toute son oeuvre
— Tortilla Flat (1935), des Sou-
ris et des Hommes (1937), Les
Raisins de la Colére (1939), (ce
dernier roman lui valut le Poix
Pulitzer), il demeura toute = sa
vie attiré par la campagne el ses

habitants. Aprés des études se-
condaires incomplétes, il exerea
les métiers les plus varies, ou-

vrier agricole, cueilleur de fruits
manoeuvre, marin, peintre en ba
timent, menuisier ete... avant de
se lancer dans le jeuraulisme
comme reporter.

Lorsqu’il remporta le T’rix No
bel de Littérature en 1962, on lui
demanda s'il pensait qu’il mecri-
tait cette récompense.

Franchement~ non, répliqua-t-it
aussitét. Ce qui permit a la cay
troverse que le choix de son noni
avait fait naitre chez les criti-
ques américains de repaitfir de
plus belle. I] y a deux ans, John

er

Utilisez les jolis Miroirs et Fy
ces A Mains, métallisés. Ce sont
d’utiles cadeaux et & des prix a-
bordables.

En vente a la Boulangerie La
Poste, Grand’Rue.

VACTUALITE INTEKNATIONALE

Steinbeck avait accepté du falre
un reportage au Vietnam pour
un quotidien américain,

Les idées qu'il y defendit lui
aliénérent une boine partie de
ves fiddles, qui avonérent ne pas
reconnaitre auteur des Raisins
de Ja Colére dans ces billels au
‘jour le jour qwil envoyait du
Front Vietnamien.

Steinbeck avait horreur de Ja

publicité et des interviews qu’il
terminait rapidement par ses ré-
ponses déconcerlantes.
Comment écrivez-vous ? — Aveu
un exnyon — ! Pourquoi écrivez-
vous ? —— Probablement une cor
te de tie nerveux — Qu’étes yous
en train d'écrire ? — Si je vous
le disais, je ne pourrais plus 1'é
crire. Sa troisigme femme Elaine
(Gl a eu deux fils de son second
mariage) donna un jour la der-
niére réponse 4 un journaliste en
ajoutant : John adore = écrire.
Crest méme lui qui écrit. no.» lis-
tes d'épteerte.

xxx

APPEL DE LA CHINE AU
NORD VIETNAM

HONG KONG (AFP)

Le Maréchal Lin Piao, Vice-
Président et Ministre chinois de
la Défense a mis en garde le
Nord Vietnam contre la double
tactique d’aventure militaire et
de duperie politique des Etats-U
nis et a appelé le peuple vietna-
mien & dejouer les intrigues en-
nemies et & continuer la longue
guerre contre l’agression ameri-
caine,

Cette declaration a été faite
dans un message de feélicitations
envoyé var Lin Piao & son homo
envoyé par Lin Piao 4 son homo
ral Vo Nguyen Giup, a lozcasion
du 24éme anniversuire de la fon-
dation de PArméc Populaire nord
vietnamienne ct qu’a diffusé inté
gralement la radio chinaise cap-
tée & Hong Kong.

Le Maréchal [.'n Piao a rappe
lé Vaide enthousiaste et le secours
sincere du peunile et de l’armée
chinois . au peuple vietnamien
dans sa lutte contre l’agression

américaine et pour le salut natio—

nal,

Entity te Martchal ao décharé
qu’.l pemsait yue le peupie herol-
que du Vielwwm pourre vaincre
Payresseur américain,

xX xX X

GREVE DES DOCKERS
AUX USA

NEW YORK (AFP)

Les 75.000 Docke’s de:
américains de l’Atlantique et du
Golfe du Mexique se sont mis cn
greve vendredi. Celte décision a
été motivée par absence de pre
gres dans les négociations entre
leur syndiecat et Association des
Agents Maritimes de New-Yorr,
représentant leurs employeurs.

Le ‘Président Johnson a lancé
vendredi soir un appel aux pré-

A Vépoque de Noel et de Fin d’ Année,
rien n'est de meilleur ton et de meilleur goit

qua offrir en cadeau. :
«OLD SPICE»

So Many Gifts to Please...
all SH ULTON quality!

New and handsome...
After Shave Lotion, Men's
Cologne, Body Talcum,
Man-Power Aerosol
Deodorant, Shower Soap.

Alter Shave
Lotion

or Men's
Cologne







New Twosome...
After Shave Lotion
and Shaving Mug

Hatr Cream
for all-day
control,

ea eo



Hand & Body Lotion, Ousting Powder
ke in plastic, Toilet Water,



Ports

vistes et aux armateurs de le Cé
te Est des Etats Unis, leur de-
manidant de résoudre immeédiate-
ment le conflit qui les oppose.

x XxX

PROTESTATION D’UN PARTI
D'OPPOSITION BRESILIEN ©

BRASILIA (AFP)
Le Mouvement Démocratique
brésilien (M. D. B.), Parti d'oy

position, a rendu publie vendred: |

un manifeste protestant contre
la promulgation de l’Acte Insti-
tutionnel et Vutilisation de métho
des de force.

Cet acie el ces méthodes, dé-
clare le manifeste du M. D. L.;
ont détruit la légalité précaire
qui émanait de la Constitution de
1967 et mettent fin A Veffort col
lectif de développement économi-
que et social.

Méme sans savoir si cette pro
testation pourra étre diffusée in
dique encore le Manifeste, le Par
ti ne peut demeurer silencieux. Ii
proteste devant la Nation contre
le Gouvernement dont les tradi-
tions libérales sont anéanties pur
Vutilisation de procédés arbitrat-
res incompatibles avec la fonctiun
historique et institutionnelle des
Forces Armées. Le M. D. B. eon
damne Varbitraire tout en repous
sant le désordre et la subversion,

xXx

ILS NE SERONT PLUS
ADMIS EN ESPAGNE

MADRID (AFP)

Le Prince Xavier de Bourbon
Parme, prétendant Carliste au
Tréne d’Espagne, et son fils Hu
gues Charles, expulsé vendredi,
ne seront plus admis sur le ter-
ritoire espagnol, indique-t-on ven
dredi soir de source officielle A
Madrid. Selon cette méme source,
la mesure ne vise ni la Princesse
Marguerite, épowse du Prince Xa
vier ni ses Tilles,

AY
ea

Seca ee

4
tT

CADEAUX DE CHOIX pour la NGEL et le Nouvel AN



a

ape EE paRkin
Vt LA —

‘Le Prince Hugues Charles a

Gl6 averti.de la mesure d'expul-

- sion prise & son encontre & Sara

Rosse, oh il se trouvait depuis
trdis jours avec sa femme, En
fin de matinée, il a pris place



i
ee

Ld)
Pi



N

dang une voiture officielie cn
compagnie de policiers espagnols
qui l’ont' conduit au poste frontié
re d'Irun,

Quant 4 la Princesse Irénée,
aprés une légére défaillance ner-

1



vous invite a visiter

sa collection de tableaux

sur le theme’ de la

exposés a sa Galerie d'Art
‘104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962
Pour Noel, le meilleur cadeau a faire

est un tableau de chez Georges:Nader

Important : ne manquez pas de monter a-Vétage.
La AS a SSE

ATIVITE

eh ee

v
veuse, elle a regagné Madrid
dans l’aprés midi. La communion
traditionnaliste, qui regroupe les

partisans du prétendant Carliste, :
@ annoncé qu'elle publierait same’

di un communiqué.



Goerges Nader





HOMMES — FEMMES — ENFANTS Prix Imbattables.
1377 RI. Carlstroem Rendez-vous des gens Chics.

a:

eNARQBVSVATLANSERS

NN WAN AN SSN AN ENNRREN RAN S SRNR NENA LAE EN NS THELEN NNSANANNNNNNNIN

UN CADEAU UTILE POUR LA NGL!



















































































Le «Delko» portatif de la marque HONDA, joyau de la technique Japonaise !

I} fournit




A part ce'mo

un parfait courant, de 110 volts pour éclairer toute la maison et faire fonctionner tourne - disque et tape

ventilateur, etc.

Sa consommation en carburant est trés faible.

le portatif, il y a deg modéleg divers de toutes jes puissances.

recorder,.

Pour plus d’informations et une démonstration, demandez pour Pierre Depestre, A MARIE-CLAIRE SHOP, propriétaire Raymond ‘

Lafontant,

LY SLKALAANAAANANKANAANANNANAAAA NANA HNN IN cscscqcongcaqgcscacsasusasvsasrscacacescacocacocqcacacacacosscorsegescassescacseseuscwscsraannnscne



au No. 71 de la Rue des Miracles, A Port-au-Prince. A Petit- Goiive, voyez la Maison BOMBACE-DEVIBUX.



ENRNWAG*Y



oe

et Bi enka ee HR nt aH eR taht

ie methine mye







AoE int sim EDR AONE ie










SAMED! 21, DIMANCHH 22 fT LUNDI 289 DECEMBREZ 1068



HAYTIAN AMERICAN SUGAR
COMPANY, S.A.

' USINE HASCO

SOCIETE ANONYME HAITIENNE

PLANTEURS ET FABRICANTS
Sucre Raffiné — «HASCU CR¥STAL»
Sucre Mi-Raffiné — «POPULAIRE»
Port-au-Prince, Haiti.

Par une résolution en date
du 19 décembre 1967, demandant
notamment d la Grande Brelugne
awemoreer le processus de déco-
tonisation de Gibraltar, PAs-
semblée générale . des Nations
Unies avait mis un terme aux
nlermoiaments qui caractérisaient
les négociations directes entre
l’Espagne et la Grande Bretagne,
engagecs depuis le 18 mai 1968
sur Vindépendance du Rocher,
situé & Pextréme pointe- Ouest
du territoire espagnol.

Poor rescore,





q Mais le Gouvernement de Lon-
dres refusa net d'exécuter les

< obligations mises A sa charge par
la résolution du 19 décembre 1907

au mépis de Vautorité morale de
Organisation des Nations Unies
menmtb eo

DUCO
a ’Age de l’Espace

dont Angleterre est
fondateur.

Au cours de Ja présente session
de Assemblée générale des
Nations Unies, certains tats
latino-ameéricuins, dont la Re.
publique d’Huiti, ont presente a
la Quatriéme Commission de VAs
semblée générale une proposition
demandant 4 la Grande Bretagne
de respecter les termes de la
Resolution du 19 décembre 1967.
Par une Gerasante majorité, la
quatriéme Commission a approu-
vé la proposition Jatino-amersai

des fusées, votre voiture {

En veconnaissance des louables
efforts déployés par Son Excel-
lence Docteur Francois Duvalier,
Président 4 Vie de la République
pour Ie respect du princ'pe
d‘auto-détermination des peuples,
pour la liquidation des derniecs
vestiges du colonialisme et pour
la sauveparde du prestige de
VOrganisation des Nations Unies
elle-méme, le Ministre des Affai-

Pour étre adaptée a
l’époque des satellites et

doit étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
Vaurez passee au VRAI







tees ee:

Le Gouvernement Espagnol remercie
le Gouvernement

aitien

res Extérieures d’Espagne, 8. E.
M. Fernando Maria Castiella a
ndressé, par Vintermédiaire de
S. E. M. René Chalmers, Se-
erétaire d'ltat des Affaires E-
trungéres, les remerciements de
son Gouvernement a Celui
d’Haiti dans leg termes suivants:
Son Excellence Monsieur

René Chalmers

Ministre Affaires Etrangéres
Haiti

Port-au-Prince

Je regois en ce moment la
communieation de New- York
Stop Vote quatsisme Commission
Nations Unies totalement favora-
ble a proposition latino-américai-
ne sur Gibraltar et je veux paAr-
taper avee Volre Excellence un
resuitat aussi signifieatif qui
waurait pas été possible sans la
fe-me et loyale collaboration de
votre Gouvernement Stoo Avee
mes profonds remerciements, je
salue ceordivlement Votre Excellen
ce
Fernando Maria Castiella
Ministre des Affaires Extévicures
d'Hspagne.

Grande Kermesse

le Comjte d’Action pour le
Movres de ?Ecole Notre - Dame
de TAssomption de Carrefour se
fait le plaisir de vous inviter &
une prande Kermesse dansante
qivil organise a Carrefour au
loent des Soeurs de la Charité
de S'. Louis, au profit de I'E-
cole Notre-Dame, le dimanche 29
Récombre 2A partir de 10 heures
A.M. avee le concours du fameux
Tazz LES FANTAISISTES de
Carrefour.






Participation 2 Gourdes

CBOCOOCOCOCCOCSRStonseseENeeCIDCUCooCoCecoesoEsE

DUCO, le DUCO :
authentique garanti 4f â„¢

par la signature , stn
Dupont de Nemours cei
le seul VRAI DUCO a Pédate
pour voitures est en vente ee
a la sotomatt
SOCIETE HAITIENNE }} ---.
D’AUTOMOBILES.- {jf ....

+





Machine a coudre «LA MADONA.

TrPeo

lace

Seffrard.

Tipco - Distributeur Place Geffrard

LISEZ

LE NOUVELLISTE

—



oe


_..fine jewellery ' &
that writes

PARKER 75 Elegantly crafted from gold
and silver, designed for personalised writ
ing with sculptured grip arid adjustable
point. The Parker 75 is crafted in solid ster-
ling silver, 14K gold-fill and vermeil (a gold-
silver blend.) Matching ball pens and pencils
are available,

PARKER 61 The most remarkable pen of
our time—virtually shockproof, leakproof,
and it “fills itself” through the magic of cap-
illary action! Choose the Parker 61 from
three models with matching ballpens.

- ; PARKER 45 CORONET The soft glow of
satin-finish metal distinguishes the new look
of Coronet, with coldur bofhded right into
the finish for lasting beauty. It fills from an.
ink bottle or with cartridges, comes in six
fustrous colours. Available with matching
pencil. ~

PARKER INTERNATIONAL CLASSIC Truly

classics...slim, fashionable ball pens. im-

parting impressive appearance and flawless

performance. International Classic-ball pens

are styled in five elegant metal finishes, with -
-». * Matching pencils available for all models.



<# PARKER Maker of the world’s most wanted pens _

Y 91306007 OOO IOOCOCIE2OCDOODDOCEOSOOOOIASOOD AN
















sO BETHLEEM sg

Distributen, % \







«LB NOUVELLIST®> *



Dédié & la Mémoire de mon, fila Se lavait conselemment

Yves Saturne Laforest. Les mains sans défaillance; y
Jésus, par ses beaux yeux, Les gens, en ce temps-la,
Dans la créche fleurie, Crisient fiers dans leur fme: ‘

Délivrez’ Barrabas,

‘luez le Christ inffame:
Livré vite aux bandits,
Sans coeur et sans conscience,
Li était, jour et nuit, _
Battu, malgré sa selence;:
Sans crainte Il ‘a subf

Ses tourments, son malheur
Et sur la croix finit a
Tei-bas, sa douleur;, vA
La prophétie, enfin -! :
Fut bien’ vite accomplie
Sous Jes regards sereins
De sa mére Marie;

Georges F. LAFOREST
24. Décembre 1968

Contemplait silencieux

La fierté de Marie;

A ses pieds parfumés,
S'agenouillaient les Mages

Qui, pleins de pureté,

Tui rendaient leurs hommages; '
Dans la nuit enchantée,

Ua su la douleur, \
Par les rois, imposée ,
Aux peuples,’ pleins d’ardeur;

A Béthléhem plus tard,

VW préchait la Justice

Et Il fut sans hasard

Arrété par caprice;

Pilate constatant

De Jésus Vinnocence,



SILENCE st

X la fois & un coeur pauvre et flexible.

Ce désespoix s’augmentait d’angofsse

du sentiment de ma fafblesse, “
la mort seule a leg pouvoir , :
de-me faire oublier le vouloir.

La réalité de ce regard est Je silence

ot tout se passe naturellement en apparence,

Ma flamme assoupie de vertige ,

dans un besoin dévorant de prestige

homme timide, sinon respectueux

avait osé lever les yeux sur la fiére dédaigneuse.
Un lache n’est plus mattre

de son coeur en se gardant de mettre

en harmonie avec la lumiére

ot la palpitation devient mystére.

Mon oeil se dilate parfois dang l’oscurité,

crut te voir passer sous l'ombre de. sécurité
foyer de lumiére ardente

Pas un bruit, pas un souffle pendant,

ectte vision intermittente

de la faculté voyante

La od il n’y a’pas de scandale

i] n’y a pas non plus du mal.

Jean Claude FRANCOIS.

GRACE LINE.
Le seul Service
Hebdomadaire direct.
entre New.- York et
Port-au-Prince

Je ne veux pus croire au désespoir

& ton silence qui m’est un fort espoir.

Ne crois-tu que je veux mourir?

En me gardant la solution pour néurrir,
Vespoir de vivre et de guérir.

Ma folle passion’ isolée

perdue dans un coin désolé.

Ton regard, parfois singulier avec confusions
me touche jusqu’aux larmes sans confession.
sous ce regerd me sentant troublé,

innondé du fluide que projetait ton oeil, effilé,
cependant, Ja suavité de ton regard inexprimable,
bouche vermeille et capricieuse en arc remarquable,
captée, dans une délicate pénétration

ot tout mon atre reste immobile d'action.
Versailles qu’on appelle soleil resplendissant!
coup surprenant et séduisant.

Toi qui es une beauté supréme

Je vois réver tout moment du méme,

pure et charte créature

endormie dans l’eau ‘pure de la nature,

ot lutte muette se débattait,

mon instinct longtemps luttait, .

od Vindifférence devenait triste et pénible



DUBO
DUBON
DUBONNET





PANTAGRUEL |

annonce a ses compagnons bonne et joyeuse nouvelle
assortie d’une découverte incamparable.

!



Trés chers et aimés compagnons

,

Je ne serai hors de propos si je vous annonce et raconte une nouvelle digne de réjouir vos
coeurs attendant Avent et Noel et surtout le grand jour de Estrenna. Point n'est ict une ques-
tion concernant les Pandectes, mais sujet se rapportant @ notre microcosme, id est, petit monde,
mieux et plus simplement dit: Vhomme. Vous tous savez que Nature wa créé icefui que pour
bien boire et manger — Encore que mon feu pére, de bonne mémoire Grangousier, eut donné
tout son étude & ce que je mangeasse toujours et partout : mats lors mangeaille était encore
chose grossiere dégarnie d’art et beauté. Que pouvaient pain, vIn, viandes, poissons, fruits,
herbes, racines pour, selon le mot d’Aristote en ses livres métaphysques,.animer, vivifier, ravt-
ver, et fortifier Monsieur [\Appétit. -

Maintenant toutes disciplines sont restituées et placées, grace aux divines et humaines Insti-
tutions Coles Supermarkets sises Pune en cette bonne ville capitale, a@ Lalue, Pautre, Avenue
Christophe, sous le controle bienveillant de Gaster, Maitre et Seigneur de Microcosme et ma-

crocosme. .
. ‘celles institutions, trouverez délicatesses et plaisirs de table et bouche que jamais ni Théo-
binote et Dioscoriod, Marinus et Pline, Macer et Galien n’ont connus. Retenez Souffles, ouvrez

oreilles, ut dixit David en ses Psaumes :



Des Marrons glacés . . . ;
Nougats en barres et en boite douce fantaiste .
Des Dragées aux amendes, aux liqueurs diverses

Des Pétes de fruits de Maitre Jacquin.

Boites de chocolat fantaisie, de Suisse,

d'Angleterre, de douce France, d'Ttalie, .

ventable et pacifique assemblée de peuples et nations.

Des légéres nougatines. ;

Des Pralines Louis XV — et Pralines Roses

Biscuits de France, de Belgique, des Pays-Bas, d’ Angleterre.
Pate de foie d’oie de France et Saucisson de Lyon.

b ivi de Boire : .
Et comme Manger est toujours accompagné et sutvt _
Trouverez également en ces établissements assortiment complet de bonnes boissons

VINS DE BORDEAUX .
VINS DE BOURGOGNE : .
VINS DE CHAMPAGNE ,
CAP CORSE
MARTINI
DUBONNET
et toutes liqueurs -
MARIE BRIZARD
COGNAC
WHISKY .
ETC... . woot







(
































\
Poéme de

la Rotation Inattendue

Par Guy D. GEORGES

Rien ne régit l'immenge point d'interrogation
qui termine les manoeuvres de la nuit
Tambour battant le podme s'en va cahin-caho
le long des trottoirs
’ Mais quelle femme nue viendra ce soir
“interroger mes regards
Jadis ca fut nous qui parlions au vent
de Ia fraicheur. marine des nuits orientales
Aujourd’hui rien ne reste de nos pouvoirs
de persuasion
Nous sommes des roigs en exi] que la nuit a vaincus
Mais au bout du voyage la détente est certaine
ear nqus touchons de prés l’ossature de nos défaites
A quoi bon remanier les dessous de l'histoire
les urnes sont pleines d’ombre
et nous nous attaquons déja
& recréer les couleurs vives de la vie

Nous .portons au feu la mémoire de la terre
pour que surgisse illico les fibres du poéme
. D’ailleurs nous ne-voulons rien pour nous
de cette éclaircie grandissante

qui taira sous peu Vissue de notre histoire

Jamais nous ne prendrons la responsabilité
de commencer la route par la fin



NGL A BOUTILLIER

A la Mémotre de mon file chéri

Yves Saturne Laforest

Le jour de la Noel, je n’irai pas en Ville;

_Les jouets ct les fleurs, aux bazards éclatants,

Me feront penser trop A la mort inutile

De mon fils, aux yeux doux, affectueux, 4 Quatre ans;

A Boutillier, en pleurs, dans ma pauvre chaumiére,
Je méditerai, seule, sur la fragilité

De Vhomme dont la vie est vraiment éphémére
Sur la terre, livrée aux savants insensés;

Dans le Temple du Bourg, j'irai passer un temps;
A minuit, sans mon fils, je dirai ma priére

Qui montera, hélas ! vers le Dieu Puissant,
Créateur des douleurs, des joies et des miséres;

Aprés la messe,. seul, comme le juif errant,
Jitai, chagrin, errer sur la cime élevée

Qu, je.chauterai,,fier,..les. gueux, les paysans
- Qui partagent, mon ‘deuil, horrible, cette année;







. Quand, vel

f jel,ecs’envole un fils, vite 4 Quatre ans,
Dans les bras’ des Docteurs, en ce temps nucléaire,
Pourauoi donc,.O, Seigneur, |. ne. Viens-tu pas vraiment,
A linstant du: “mnalhein ‘mer les yeux du pére ?



_ Si les mot. gus ploi,, hélas ! pour exprimer
* Mes regrets ici constituent un blasphéme
Qui Voffe se, I haut, ta peux me pardonner

Puisque 5 nox Subiteza broyé mon coeur méme;





, Le jour de la. ~Neel;: jen ira pas.en Ville;
° Les jouets et les flenrs,*aux bazards éclatants,
Me feront penser trop mort inutile

x, affectuenx, a Quatre ans.









Georges F. LAFOREST

24 Décembre 1968.



La: Maison Wilfrid Justin

* Tient a votre dispositign 4 un assortiment complet d’articles
“pour installations hy. “ep, ‘sanitairea —- tuyaux galve-
;Piséa, lavabos, W. C., ng pour WC. ete...

dngénieurs, Constructeurs, Contremaitres, la maison Wilfrid
cguatin vous attend pour vos achats de Matériaux de Construc
‘dion.



¢ Voug-y trouverez afmeilien prix.le articles suivants: Plan
iches:'Brutes;:‘Planches'! Prépa:ées, Fers ronds, Fers plats, Cor-
‘nidres, . Téles,,.Cimeiit, '.Clous, Hardboard, Plywood, Serrures,
#Cadenas, Tredilis métallique ete..

é Maitresses de. maison,, ,Vous aurez les meilleures garanties et
jdurabilite avec ‘la Peinture marque «ADELPHI».

A & Peinture Latex intérieur. ‘et extérieu: de renommée mondiale,

. Pour toug vos matériaux de Construc-
nom: Wilfrid: JUSTIN, une seule adresse : RUE
pes FRONTS. EORTS No...

int a
BOX ; 897 Phone : 8780.

A AP A A,

npg





43 - : ey
oe, “5 48 ges py

la premiére machine a coud,
la machine zigzag sans pro,

Elle s’ouvre et se referme comme une fleur:
On rabat tout simplement les volets et la machine est
préte a l'emploi.

Ecrin d’accessoires logé, bien en évidence, dans le
bras supérieur de la machine.
Pied de biche polyvalent et tension universelle du fil.
Plus que 2 boutons pour effectuer pratiquement toute
ja couture.
% De fabrication suisse, |'-elna lotus est, particukere-
“© - ment robuste. Fle, coud tous les:tissds, des plus fins
4% aux plus épais et offre plus de 20‘ 1pplications pra-
tiques — méme une boutonniere instantanée.







«

Ce rigque ce n'est pas d nous de le prendre

Nous ne sommes d'aucun pays
nous ne sommes d’aucun continent
Nous sommes vie ct lumiére

et parce que vie et lumicre

nous marchons & Massnut de la nuit

O iumiaére source de mon poeéme inattendu
: ,

je suis venus vers toi

les mains pendantes et le regard absent

Je suis venu vers toi

‘VYime broyéc et le coeur déchiqueté

Je suis venu vers toi

tu m’as investi du souffle rauque des ouragans
et de la puissance’ voleanique des masses

Et depuis au seul bruit de mes pas

la nuit tressaille telle une conscience inquiéte

Toi ma toute-chére ma toute-pure
imprime & mon chant
la force qui défait les barbelés

Si tu faiblis
si tu tombes en pleine course

si ta chanson chancelle avant le dernier refrain
demarde au chemin un petit porte bonheur

et tu auras la clef
qui ouvrira les frontiéres

Moi j'ai déjaé tout donné
Pour imprimer. cette jonction
J'ai méme jonglé avec la nuit

Je suis ici pour donner la parole
& la poupée trop longtemps muette

Guy D. GEORGES.

POOOessesovessvsovoescoovooooor.-

TRACTEUR DIESEL



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN

ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE

DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATICe

BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
. CHASSIS UNIFIE
POUR TOUS DETAILS #’ADRESSER

A

Charles Féquiére & Cie.

DEPOSITA!RES

Rue Bonne Foi



Ina lo

re familiale compacte,
bleme, préte a coudre en un tour de main



Un vent bercé bras nua séche

Sur les. tombes od dorment nog’ coeurs
("herbe folle a remplacé )’odeur des magnolias

Pas de Noel sous les tropiques :

boules de cristal
boule de neige ©

la bfiche brillant dans Patre avec une aube’

de romarin

sapitns et cloches de Vamnistie

pas de bergers

ni d’anges sous les tropiques”

pour annonecer aux quatre coins des vents
Paix sur la terre aux hommes de Bonne Volonté
Pas~de Noel sous les Tropiques

Dans un corps malade je porte une ame d’ange rebelle
Contre quoi se battre avec des armes inutiles
contre quoi se ruer avec un coeur enchainé

contre quoi s’appuyer

pour mourir lentement d’un mort sans: offense,

Des camarades sont partis chercher ]’étable ©
Yvon avec sa voix de nomade .
désorpais emmuré dans un silence d’Ottoman.
André avec ses lévres de forets Amazoniennes

Moi je suis parti guetter In
et les trompéttes

ear chérilyn’n prenait feu & chaque appel.

Actualités _
Internationale

MADRID (AFP)

Le grand conseil carliste s’est
réuni d’urgence vendredi soir
dans une ville de province pour
étudier Vattitude 4 adopter 4 la
suite de l‘interdiction de séjour
qui frappe le prétendant carliste
au tréne, le prince Xavier Bour-
bon Parme, et son fils Hughes
Charles, apprend-on de source
carliste. De méme source, on
indique que le prince Xavier | se
trouve toujours & Madrid et
qu‘aucun ordre d’expulsion ne
lui.a encore été signifié. Quant
au prince Hughes, qui passe cette
nuit & Hendaye, il aurait déclaré
qu’il se rendait dans la capitale
francaise.

xxXX
SPORT, FOOTBALL
SAN SALVADOR (AFP)

Les suppléants de |’équipe
salvadorienne qui va _participer
aux éliminatoires du champion-
nat du monde de football ont
battu jeudi soir par trois buts
a zoro Péquipe
Belgrade au cours d’une rencon-
tre amicale. Les buts ont été
marqués par Acevedo (9eme) et
. Azucar (28eme et 53eme).



Convocation

_ Le, Actionnaires de la Brasse
rie de la Couronne, S. A. sont
priés de se réunir en Assemblée
Générale statuaire le Mardi 31
Décembre 1968, & 9 heures du
matin, au siége social de la So-
eiété rue du Magasin de l’Etat,
pour vaquer aux travaux sui-

vants:
1 — Sanction du Rapport du
Conseil d’Administration
2 — Elections des Officiers
3 — Divers.

P-au-Pce. le 15 Décembre 1968
WILLY GUERCY
Secrétaire.

«La Grippe qui sévit
est dangereuse»

Pour Véviter, pour lui tordre
le cou, rien ne vaut les compri-
mé, «FLUAXIN> qui contien-

- nent: acide salycilique ou aspiri-

ne, le pollen, le gluconate de cal
cium etc... ete... Et alors finis:
grippe, névralgies
faciales, douleurs rhumatismales,
frticulaires, musculaires, tortico
is,

Ce prix est modique le flacon
de 30 comprimég 5 gdes — 15
comprimés 2 gdes 50 et 7 compri
‘més 1 gde 25. Ce merveilleux
produit des Laboratoires Cernel-

- le (Suéde) est en vente & la Phar

macie Sosthéne Geffrard et dans
toutes les bonnes Pharmacies.





PORT-AU-PRINCE

. NEL SOUS:

Et Décembre chasse enfin les sentelra de Eté

yougoslave QEHK --

dentaireg et ,







LES TROPIQUES - o

Le coffre de ‘joies a &té cambriolé cette’ nuit
‘Rien n’a réveillé le dormeur étoilé

Le. deuil a ea chambre dans ma’ demeure ‘
La cheminée s’expliquait mal avec la fumée

Le pain lui-méme raillait la faim

séduit par un bien plus précietix,

Pas d'enfant ni de vierges sous les, Tropiques

celle qui portait la vie

s’est fait avortée & 99e rue

les larmes.

Pas de Noel sous les Tropiques soo
\ Pour une robe immaculee, hier portée comme un. gant -
° ja vie avait ia léegereté du miroir woe
et le sang des pierres éclatait sous les‘ pas.
Je raflain des merveiiles entreposées ailleurs”
Pour une main ganvée de bianc : 5
Habilleuse d’eau puur les tunérailles d’autrefois t
tu é.ais 1&4 tu es entrée dans ma vie sans arc-en-ciel: " -
ni orage avec tu seule présence, Et tu as comblé ma soif © .

de patrie. {
Chérilyn’ n, dés as ‘on _ Prononce le nom, on a envie de se
découvrir.

la poitrine parce qu’une pluie de tin d’aprés-midi va ratraichir
la terre et qu’on aimerait se méler & la joie des choses,

Ce vent que nul n’éveille au soir des douleurs -humaines
je le berce de mon silence , |

avec ces fleurs couronnées d’épines .

et sur mon sein palpitant

la noel des tropiques |

laisse couler une‘ larme,couleur inépuisable. .
Julio JEAN-PIERRL, -

: Fermé pour cause de décéa)

pluie

C Butraite “de

COMMUNIQUE |

Suivant Vesprit du Décret du 7 — ° — " - .
Aott 1964, créant VOftice du ° :
Timbre dont l’objectif est d’assu
rer la promotion des Limbres-pos- u mpte â„¢ Gouttes
te haitiens 4 l’extérieur et en mé - oo * .
me temps le développement du .
niouvement philatélique @ J'inté- par Raymond PHILOCTETE
rieur, le Bureau de Supervision : ‘
des Entreprises Mixtes et d’Etat, On parle beaucoup, ces jours- tout pour son d’ordre formel du Président & Vie Ci de la théorie des ensembles, Littérature Haitienne, ou l'Ame
de la République, Fappelle a at °&" mathématiques. noire, ... On a tendance 4 oublier
tention des Organismes publics Mais combien se rappellent «La Littérature Haitienne, Essais :
et du secteur privé, que seul les tourments de son inventeur ! critiques».
V'Office du Timbre est chargé ex bts reomntrs de son. vivant, \
clusivement de la préparation des ‘ weet ag
émissions postales, de Vachat et 4», veg Voment critique, entre veld :
de la vente des timbres - poste, ks onecker précurseur de Teopole t
en général, et de toutes opéra- tionnisme, il sombra dans la {
tions gereralement quelconques folie, et mourut dans un asile }
Be rapportant aux figurines pos en Allemagne. °
ales, . La rangon du génie !

En conséquence. il est deman- ee x 1 ee i
dé formellement aux secteurs sus Duraciné Vaval est connu sur- i
désignés, & cété des nouveautés, . ; k

de toujours s’adresser directe- rene ory ee
ment a 1]’Office du Timbre, sis a § : .
3 |
a
|
i
i
a
i

;





Ni le Dr Ghislain

Gouraige
dans son

«Histoire de la Lit-
térature Haitiennes, ni le Dr
Pompilus et ie, Frére Raphael
dans leur ¢Manuel >Illustré...
n’ont mentionné ce frre de criti-
que littéraire.

Et pourtant, Yr ivrage est si
important qu’il tite d’étre
réimprimé. :

la Cité de Exposition, pour leur
approvisionnement
poste en GROS.
Une politique du Timbre bien
soordonnée et rationalisée étant
appelée nécessairement A avoir
une influence favorable sur la
conjoncture, le Bureau de Super
vision des Entreprises Mixtes et
d’Etat, espére rencontrer une en-
tiére compréhension et une par-
faite collaboration de la part des
intéressés, en vue ‘d’une efficace
application des dispositions du
présent Décret.
Port-au-Prince le 20 Décembre
1968,

en timbres-

Dr Hervé BOYER,
Superviseur des Entreprises
Mixtes et d’Etat



Avis Professionnel

Revenu de l’Etranger ile Dr.
Ulrick Sévére avise sa bienveil-
lante clientéle qu'il reprend ses
consultations pédiatriques & par
tir du lundi 23° Décembre 68.
Aux heures habituelles, ses pe-
tits patients seront accueillis a-
vec le méme dévouement et bé-
néficieront du maximum d’atten
tion,
P-au-Pce. ce 21 Décembre 1968

Vous étes maigre -.



¢ — . —
Beautiful, roll-around refrigerator
of many uses, indoor & outdoor
_ Office / Bar / Playroom / Hotel / Motel / Patio *

* 2.3 cuble foot capacity

“© Técumseh compressor

operated t
© Automatic temperature -
control
© Freezer compartment
*.”# Porcelain Enamel {
Interior -

« Full storage magnetic
door holds quart
bottles

© Full 5-year warranty
on'sealed system .

. Hel ht. 19%”; Width

". Depth 21%"

. cant converts
fefrigerator into
portable bar

* Heavy brass and wood 5
construction

« Heavy Duty casters {

« Storage shelf for

: _ bottles & glasses
irvine et des POUCES f i
de chair ferme, i HIGH PERFORMANCE —LOW PRICH

Hommes, femmes ou enfants §
en bonne santé mais maigres et
trop légers, a vous ne désirer RB
as VOUs suralimenter On Cheat le
mmerveilleux Wate - C’eat Ia g
nouvelle source de celories com- §
binées sous forme liquide que 4
yous attendiez depuis longtemps.
De plus Wate-On est HOMOGE
NEISE nour se digérer faicile-
ment. Plus votre o~ganisme ab-
sorbera de calories assimilables
mieux il les transformera en
chair ferme pour votre visage
votre cou, Vos membres, votre
buste. Oui, c’est tout votre corps
des formes plus arrondies,
plus attrayantes, plus vigou-
reuses. WATE - ON combat la
fatigue, la faiblesse, donne des
forces. Wate-On étant HOMOGE
NEISE aon action est rapide et

.



Voici un NOUVEAU moyen
facile pouvant contribuer
mettre ra idement des







































GEORGES JAAR Magasin «Le Soleil»
Distributeur pour Haiti

agréable et bien des gens ga-
gnent du poids dés le premier
flacon,

LE MERVEILLEUX NOUVEAU

WATE -ON

Emulation homogénéisée ou en

comprimés.
Renforcez vos re} destings a

maintenir votre poids avee WA-

TE-ON... avec garantie que vous
devrez atre satisfait par votre
augmentation de poids dés les

premiers 10 jours sinon' vous re-
tournerez la bouteille #a Phar-
macien et vous serex rembo
Pourquoi restez maigre lorsque:
WATE - ON peut vous epporter
une chair ferme additionnelle dds
le premier jour. Dans les






ae
) rv -

SAMEDL €1; DIMANCHE: 29 gt LUNDE 2eDOCEMBRE 4068 LE NOUVELLIGhS ___



seta aene rita mies treme, PACE 9 ©. a

nea SAA

qesAAAGGSA4044448AARAURAAAGLUASARALAAAAAGEEARAAGALAAALSRABARUEAAAS

Votre Banque Votre Avenir
vous offre



sresuvveswst

ia

~ LMAGNIFIQUES [gg voitures
3 CADEAUX O ) contessa



lere CONTESSA 2eme CONTESSA —s- 3eme CONTESSA -
22 DECEMBRE 68 20 AVRIL 1969 24 AOUT 1969

Pas un seul Centime 4 Dépenser

Si vous avez manque Ia lére Voiture CONTESSA, inscrivez-vous tout de suite pour la 2e chance du 20 AVRIL,

‘avec votre compte d’épargne de $100.00 (au moins) maintenu de Décembre a Avril ‘a votre Banque

_ VOTRE BAN QUE — VOTRE CHANCE — VOTRE AVEN IR
, LA BANQUE COMMERCIALE D’ HAITI 7

AbMEBAALEE ABBE AAALOLAL AAD ESS OAAEEEABREARELAARE SE ABAREEABR

USACO















Section A | — Section B
VOITURES TOYOTA — LE PALAIS
Land Cruiser a | DES CADEAUX
Steut , \
Corella de Luxe oy 8 Bi
Corona de Laxe Un magasin 4 visiter Montres
Crown de Luxe Parfume.
Servant bien chaque client Bibelots
' AUTOBUS ET | | Sacs & main
CAMION DIESEL q ee
Avec beaucoup d’empressement
A MOTOCYCLETTES Oo RADIOS NORMENDE,
. SUZIKI Chagque article est garanti Marque allemande
“BATTERIES GS | tres réputée =
Les fameuses - de différents
batteries japonaises.. we On peut compter sur usaco ° Medéles
we, pour Antes et :
Be Camiens
, r ‘Beaucoup d’autres —
HINO CONTESSA - articles





LE MAGASIN. DE LA QUALITE

possesunscansueaatanscnanansnanasssanssnsasanasscasasssanasasanasnaseanssccasascoasaas |

Be



eee

geyesseevesauvesesuReeUTTEUU NT HUTENE HUE USTTENUUUSE STEEN ST TUTENNNURCUY ETT?

ad





bUANABOGAMALASAAAASALAAAAE4AAASALLARALLLAAAMALLLAAALAA a






Leet ee



Dans le langage des _ fleurs,
Yoeillet rouge signifie : «J'ai foi
en votre amour»>, .appelle ceite
semaine. raconte comment = s'est terminée
la bouderie entre tes journalistes
danois et Henri de Monpezat de-
venu prince Henrik depuis son
mariage avec la. pvincesse Mar-
grethe de Danemark :

C'est un oeillet que portait a
Ja boutonniere Henri de Monpe-
gat lorsqu’sl affronta en compa-
gaie de. son épouse, les .eprésen-
tants de la presse du royaume.

- Le couple venait de rendre visite

‘au



,
f
A
4
A
4
A
A
4
4
f
43
ih
7
Cf
6
4
4
F
4
%
6
Us
4
4
Â¥
6
7
v2
3
uA
v4
ce
3
v4
v4
vA
4
oe
7
cs
A
rs
/
4
A
af
eA
4
f
A
cf
4
4
4
eA
4
4
f
4
/
vs
é
is
7
4
fo
ft
cA
me
ve
4
7
ma
4
7
fe
7
4
A
7



voisin finlandais. Voyage
réuési sous tous les rapports. Pen
dant la conférence de = y.jgrcsse,
Voeil réveur et légérement ennu-
yé du prince Henrik effleura ma-
chinalement la- boutonniére d'un
joucnaliste : tiens, un oeillet
rouge. L’ocil wola vers les autres
boutonniéres : elles portaient
toutes l'oeillet rouge! Le pr.nce
éclata de:rire, donna un coup de
coude & la princesse qui éclata a
son tour.” Toute la presse les
imita, avec des nuances dans
Vhilarité qui tenaient au carac-
re plus“*ou moins conservateur de
Yorgane représenté. Une banqui-
se venait de sauter.

2Le leademain, pour la premié
re fois, les bonnes gens de Copen
hague lurent ce gios titre dans
les journaux:

«Pardon, prince Henrik, «par-
don !» — et ces lignes :

«Notre prince ne sait pas_ le
danois, “mais il comprend I'hu-
mour danois»,


J

#



sll y a cu la guerre des Deux
Roses. Wo avait fauli y avoir la
guerre de Voeillet. On aura de la
peine a le croire — mais e’est_un
fait déjd historique, assure «PA-
RIS MATCH, : lorsque ies Da-
nois virent apparaitre ce fameux
comte de Monpezat qui leur va-
‘Vissait la fié.e Margrethe, la pre
miére chose qui les frappa, ce fut
Voevillet. Henri de Monpezart a
I'habitude d'en porter cn toute
cireonstance. Au Danemark, cela
ne ‘se fait pas. Du coup, l’oeillet
devient le symbole méme de
Vétranger; sur cette fleur inno-
cente se concentrérent les rayons
de I‘host:lité, de la médisance ou
de la simple antipathie.

> H n'est jamais facile ‘d’étre
Véepoux étranger d’une princesse:
on attend de lui qu’ se fonde si
complétement dans le moule natio
nal qui finisse pas parle: son an-
cienne langue avee I'vecent de la
nouvelle. Premier accroc : Henri

de Monpezart se plie mal au da- .

nois,| langue harmonieuse sans
doute mais délicate pour un ta-
rynx gascon. S'il parle mal le

danois, Henri, hélas! ne 1’écrit
pas mieux. En out.e, il sourit
peu. On le ergit guindé. 1 ne
fait rien, On le dit paresseux.
Dans le royaume, la tension
monte,

sJuste avant la naissance de
son fils, Y¥rédérik- André, le
prince allait commettre un ter



LISEZ
«LE NOUVELLISTE>

SAAOANAKKINIAKAASNANNSNARANAAANNSANANSSNNANANANDATN NHN NNN as

et le rend plus résistant.

d’une blancheur. éblouissante.

En vente au

LKKKSKANANKAK AAA NAAN SLT NNASANNAS VENER UN CN EN KERN



‘ ves PA

a





rible impair : «Les enfants, dit-
ji, cela se dresse comme les che-
vaux; unc bonne fessée remplace
souvent Ies arguments psycholo-
viques»,

sC'étail exactement ce quiil
ne fallait pas dire dans ce pays
moderniste qui porte 4 I’enfance

une dévotion de tous les instants.
La Ligue des femmes ajouta im-
médiatement son mécontentement
A celui des nationalistes du langa
ge, Lentement, la coalition se

formait, poursuit « PARIS -
MATCH.

En Aoit, elle était faite. L’oc-
casion en fut Ie mariage & Oslo
du prince Harald de: Norvége.
Lorsqu’ils en découvrirent les
images, les Danois . nen cru-eut
pas leurs yeux: Henrik descen-
duit de voiture sans s’oceuper de



HOMMES, FEMMES ET EN-
FANTS FATIGUES, SURME
NES, DEPRIMES, prenez les
multivitamines du Laboratoire
Cernelle Suéde qui contiennent de
Vhuile de foie de morue, les vi
tamines B12, B1, B2, A, D, B6
Calcium, Vit CG et le pollen alic
ment miracle.

Hommes femmes et enfants fa
tigués prenez les multivitamines
& base de Phuile de foie de morue
pour avoir la santé synonyme de
bonheur et la joie de vire. Le prix
en est modique G. 6.60 compri-

mes et en détail 30 comprimés ;

Gdes 3. En vente a Ia phcie Gef-
frard et toute Pheiex,

—y

Protection Contre les Caries



Ila été démontré scientifiquement que le Fluor durcit émail des dents
Odol Fluor Aktiy protége efficacement contre les caries et rend les dents

Odol Fluor Aktiv garantit toujours une haleiné fraiche et agréable.

BAZAR DE LA POSTE

et dans les meilleures Epiceries.



Pa i
ee i
oe e
Mi

d ic on



























= ‘ Abe
melee

Caen

: at

sa femme empétréo dang sa robe
Jongue, Henrik navait pas un
repurd pour elle...

Si j’avais eu un couteau, je
Vaurnis tué, dit un exalte (ils
son orares au Danemark «mais
dautant plus énergiques). Notre
princesse si fiere, voilA ce qu’el-
le es devenue ¢; une pauvre créa
ture brimée en public, terne, dé
semparée.>

G,..) Ainsi naquit un grand
malentendu, qui fit encore bais-
ser lu cote de Voejllet chez les
fleuristes de Copenhague.

On était au bord de la ruptu
re, L’ingénicuse rosserie des
journalistes a remis les choses
au point, Saisissant la balle au
bond, le prince s’est expliqué
comme on souhaitait qu’il le fit,
avec une franchise aussi totale
que son ignorance du danois:
«Oui, je suis trés bien ce qu’on
raconte de ‘moi. J'ai lu vos criti-
ques, Je pense que le Danemark
est un pays libre et je suig tres
heureux que sa presse puisse me
eritiquer. Si les journalistes da-
nojs n’aiment pas mon chapeau
melon, mes chemises, ma fleur
ou meg pyjamas... mais non,
yous m’avez pas vu mes pyja-
mas...9

Et il a ajouté regardant Mar

grethe uvec une tendresse renou
velée: «Je suis vraiment désolé
pour mon attitude 4 Oslo, Bien
sur, je n'ai pas été volontaire-
ment grossier, je suis tout nou-
venu dans ce job de prince et je
dois apprendre mon réle. Que)-
quefois les choses arrivent si vite
que Pon n'a pas toujours le
temps d’apercevoir les gaffes
que Yon fait.

JEAN JACQUES BROCHIER,
Rédacteur en chef du «MAGAZI
NE LITTERAIRE> a_ longue-
ment jnterviewé Frangois Mau-
riac, Celui-ci, comme a l’accou-
tumée, a égrené ses propos de
remarques de jugements et de
commentaires 2k lemporte-pitce.

Que pense Frangois Mauriac
de Jean-Paul Sartre ?

Mauriac répond :

«Je vais peut-étre voug éton-
nev, J’en pense beaucoup de
bien. Clest un sujet immense et
je suis moi-méme si peu philoso
phe. Mais j’aj beaucoup d’esti-
me pour le personnage, pour son
atticude dang la vie. Il avait
tous les moyens pour
qu'on appelle une grande carrié-
re littéraire, une grande carrié-
re au théAire ct il a survolé tout
cela, Et méme, 1a ot je me sens
le plus en désuceord avee lui, ou
plus exactement la ot son pro-
pbléme est le plus éloigné du
mien, je suis frappé par sa gran
de honnéteté. Mais cela dit, je
ne suis évidemment pas d’aceord
avec lui sur lessentiel.

Je ne dirai pas, de mon point
de vue a moi, chrétien, que Sar
tire a fait beaucoup de mal par
ce que je pense que Sartre est
beaucoup plus le produit que le
responsable de son époque. En-
fin, nous sommes tous responsa
bles. Mais je crois que Sartre a



AVIS

Associaton des Anciennes du
Pensionnat Notre Dame du Suacré
Coeur, Paroisse de St- Joseph

Les Membres et les Amis de
l'Association sont invités le
Dimanche 5 Janvier 4 9 h 30 a.m

au Pensionnat & l'occasion de la’

Féte des Rois. .
La cotisation habituelle peut
&tre versée chez Mme Staco ou
a la Direction de l’Ecole Répu-
blique Argentine. -
Nous comptons sur Vaimabie
présence de tous. Merci.

Le Comité

faire ac



=



Fouad A. Mourra et le Continental .

Agents officiels OMEGA

incarné une génération, il en-a
trouvé leg formules et méme lc
tvne physique et leg modes de
vie>

La derni¢re question posée par
JEAN-JACQUES BROCHIER a
Francois Mauriac était : «Est-ce’
que vous croyez & l’enfer?» Le
Prix Nobel répond

Oui. Vous vomprenez, lenfer
e’est un mot. Il s’agit de savoir



Qu'est-ce

«Pourquoi jeg athlétes noirs
ont-ils remporté un nombre con
sidérable de médailleg dans cer-
luines disciplines aux Jeux Olym
piques de Mexico ?» A cette
question que pose LE NOUVEL
OBSERVATIUR, un expert, M.
Jean Hiernaux, maitre de recher
ches au C. N. 2. 8. tente de ré-
pondre

«A quoi tignnen, leury succés?
A la conjoncion de tros facteurs:

ce qu’on met derriéra ce mot.
Je mets derriére ce mot la sépara
tion d’avec Dieu. Inutile de vous
dire que je ne crois pas a I’en
fer ot on brile. Uenfer est en
dehors de J’espace et du temps.
Mais .lV'image de Penfer, c'est. cet
te séparation d’avee Dieu. Pas-
cal crie séparés. L’enfer, c’est ’éternité
séparée de Dieu. Et rien ne dit
quil y a un seul homme qui ait

rr

ne. Les coureurs ‘ originaire
: a des
hauts plateaux d’Ethiopie’ et du
Kenya _bénéficiaient de cette d-
daptation préalable. * 7
ve nest encore -qu’une petite
minorité des Noirs africaing qui
s¢ presentent aux compétitions

internationales et ils le font, le:
plus souvent, dans des. condi-
tions et dans des variétés de

sports ott il est difficile de riva-

la voloné de vaincre, le physique _

et lentrajnement.

«La voloné de vaincre trouve
une motivation, particulitre chez
bien des Noirs: membreg d’une
communauté brimée et maintenue
a un niveau gocio-économique in
férieur ou bien membres d’une
nation qui vient d’émerger de la
sujétion coloniale, ils veulent ga
gner, non seulement pour e’afffr
mer eux ~ mémes, mais surtout
pour faire triompher le groupe
dont ils se sentent les porte-dra
peau. :

«Le physique d’un athhete est
déterminé par J’inter - action
héritée de la constitution géné-
tique cp des facteurs de milieu
qu influent sur Ia croissance,
comme Valimentation et Jes ma
ladies. Pay rapport aux Euro-
péens, la constitution héréditaire
des Noirs africains les dote, en
moyenne, de jambes et de bras
plus longs (par rapport a la tail
le), de hancheg plus étroites et
de mollets plus gréles. Or, ce
sont l& des caractéristiques favo
rables & la course ct ay saut :
pour de, jambes de méme lon-
gueur, les Noirs ont un corps
plugs léger, plus mince, plus
court.

Le fajble développement qu’ont
chez eux les mollets est, théori-
quement, un inconvénient pour
le sprint (certainement compen
sé par @autres facteurs, étant
donné les succés qu’ila ont rem
portés & Mexico dans ce domai-
ne), Mai, un avar.tage pour sou
tenir longtemps un train rapide:
Je facteur limitatif est alors lap
port @oxygéne aux muscles par
le sang; Ia musculature Ja plus
efficace sera celle qui requerra
le mojns d’oygéne pour atteindre
la puissance suffisante ‘pour
maintenir la vivesse des mouve
ments.

«Si les Africains ont de lon-
gues jambes, c’est mar adapta
tion de leur physique au climat
tropical, leur corps prenant ainsi
une grande surface par rapport
’& son vo’ume, ce qui favorise la
dissipation des calories produi-
tes par Vactivité musculaire. II
est. probable que cet avantage se
fera particuligrement sentir lors
que les Jeux Olympiques = se
tiendront en climat tropical.

A Mexico, c’est un autre fac-
teur géographique qui impose
ses rigueurs: Val.jtude. Les ha-
pitant, des régions élevées ont
des thorax particuliérement dé-
veloppés, ce qui permet A leurs
poumons d’absorber plus d’oxygé





qui fa

SI VITE LES NOIRS ?

. malnutrition

BAMEDI $f, DIMARCHE 90 ALONE da DAGEMBRE ipsa.

- Oui, le prince Henrik est un bon mari

jamais.connu ca malheur».

Sous le tit-e «Bonjour Bon-
heur», Francoise Sagan a cette se
maine les honneurs de «NEWS
WEEKy dans la rubrique «Que
sont-ils devenus» :

«A Vage de 18 ans, elle. fit
une entrée fracassant dans la lit
tératue avce un best-seller’ «Bon
jour Tristesse>, écrit le maga-

zine américain, une poignante his ~

liser avec

‘les poasibiljtés a?
trainement possibilités den

«scientifiques

Days riches, De plus, eaucenn
d’Africaing ont souffert- dari
leur jeunesse de la famine, de
(spécialement' du

manque de protéines) et de ma- -

ladies au pojnt d'en étye & ja-
mais marqués, ¥ ”
_Au fur et A mesure que ceg
handicaps seront levés, les athle-

jelle devint une
-Tout-Paris nocturne et tune con- .

e



/

{

toire d’amour entre une adoles-
cente et un quinquagénaire, puis. ~
Ppesonnalité du

ductrice effrénéc de voitures de

_ Sport.’ Mais: s'empresse d’ajouter

«NEWSWEEK», Frangoise Sa-
gan est un écrivain sérieux gui a
écrit huit romans et quatra piéces
prodigieux effort qui lui valjut
@étre comparée & la grande Co-
lette et d’acquéir une réputation
littéraire sana précédent.» ~~



it courir

tes d’Afrique noire emporteront,’
on peut le prédiie, des victoires
de plus. en plus nombreuses et’
éclatantes aux Jcux Olympiques
dang les sports auxquels leur
physique les prédestine. (.,.)

Quels athlétes prodigieux pour
raient se révéler, par exemple,
parmi les Nouer e¢ leg Dinka
du Soudan,»

LOTERIE DEL'ETAT HAITIEN |
Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets:
A Gdes 20.00 le Billet

ler Gros Lot:

Ze Gros Loess

3e Gros Lot:
3 Lots de G,
10 Lots de G.
200 Lots de G.

Preceneves

2 Approximatifs du 3e Lot 4 G. 200-00---

297 Centaines des 3 Gros Lots A 60.0Qr sss .

897 Terminaisons des 3 Gros Lots A 50, Q(Qs+s+esesscsesescesessesssesessosees

2.100 Terminaisons par Tirage de
1 BOULE DOC DUVALIER ssc scssissesesees

TOTAL ens

3.867

N. B.— A partir du tirage du 15 Novembre, votre chance a

rie avec cette nouvelle table de lots : 200 lots de G, 100.- au Jien de G. 60

350 lots de G. 80.- au lieu de G. 250 de G: 30.-

297 centaines a G. 60.- au lieu de G. 297 A
2100 terminaisons par tira

5 boules a G. 40.

G. 40.



7 Bottles & 50.OQerrssrseessssseresens

B.OOD.O0---sceseecescesssseerscsssscesses sucsgesceceserscten

500.00-:- +++:

350 Lots de G+ 80-00 reece tteee
2 Approximatifs du ler Lot A G. 500,0Qe:s+seeses
2 Approximatifs du 2e Lot 4 G. 250,0Q- +e

28.000.00 &
1,000.00 §
500.00 &
400-00 §
17.820:00 §
44.850.00 §
105.000.00 &
1.000-00

Peer err erry

SO meee ne tec cee sen utueue

setersesenseneen 357,570.00

ugmente 4 la Lote- x

~

ge de 7 boules 4 G. 50- au lieu de 1100 par tirage de f

- 1 Boule Doc Duvalier G. 1.000.- au lieu de G. 500.

.

Soutenez notre effort en achetant votre billet chaque quinze jours.

POUR VOTRE SECURITE: AUCUN AUTRE PNEU AU MONDE!

Las fils de i'entoilage t
gent plus résistants que lackee
ordce au traitement 3T.






‘, Uentwilage ST est combing eves
te souveaua épaulements arreadia,

NEST CONSTRUIT COMME LE G8 GOODYEAR. -

*

—_

e

PSS

ROR

’
,
%
,
,
,
4
ch

PE ROR fe RD RO
a

een

oR
%

A
sos

CNN NNN

Ae





Glows avons sing obtane
GR pnee moiliour, pics sia,
' Men nem: 68 Goodyear. 6 -






‘. 4

Conreilage 3T combal victorlevsemeng wee e spear’ tite’ ée : ‘
Us pice canon 6s pone: I'doheutioment, 5 at 00 papi en / oan tatnes sat hoe .
wipro / Sean apt
La sdouritd a, pour alnel dire, 88 Incorporde 8 Goodyear. Grice &

ses épaulements arrondia, tee ¥

L'entollage 3 T, plus résistant que l'acier, se moque des chocs et de
par une condulte sportive. Le ,

kilométree sans codter plus cher @ (achat.

Goodyear el vous avez besoin de pneve pour volre

fement provoqué

}@ ay. pneu G
sont plus ‘sire, la condyite

neu G8 vous
oyez votre





i

GOoDJYEAR

SOCIETE HAITI INNE D’AUTOMOBI

(BUR








AL!



20.000.00 # .





1
}
|
i
i











RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _



* ,



mene ae cere



Vers les U. S. A.
Port-au-Prince
Miami, direct
Port-au-Prince

San Juan — New-York
et toutes directions.
Vers PEurope

Port-au-Prince
San-Juan-Pointe-a-Pitre
Paris et toutes directions

4 votre Serouce

LE PLUS GRANO RESEAU DU MONDE



7 Ree x RRS
URE RAS S
SAAN CS ad
RAV

RRR

: RAN
WOO RN RN

RRA

NEW

REPBOOOOOOOOSOOOLOLO

OOOO OOOO



SELECTRIC

D-DD








The only electric shaver with a dial that adjusis

to your skin and beard to give a closer shav'é

R. H. CARLSTROEM
Rue Bonne Foi, No 25
Tel: 2253

Por-au-Prince

REMINGT.CAN

. Simples Réflexions du Bout d

: Voici revenu ie temps ot des
foules bigarrées de chrétiens
prosternés & genoux remplirent
les Egliscg et Chapelles aux vi-
traux spléndides, aux décora-
tions multicolores, pour chanter
la messe de minujt soug les ca-
ches de bronze... Prés dea au-
tels o& les prétes officient, re-
tentiront vers les cieux, au ryth
me des orgues sonores, les voix
méladieuses de joyeuses chanteu
ses aux toiletteg ‘rutilantes, a-
vee les attributs ou exigences de
ln derniére mode; tandig qu’aux

abords de ces sanctuaires, —
étrange paradoxe £— ce sera
encore affluence des déguenil-

lés, «les damnés de Ja terres
dirait Fanon et, Pon ne pourra
pas s’empécher d’entendre leurs
interminables lamentations, capa
bles de bouleversey les coeurs
les plus insensibles : «min pau-
vres aveugles, charité s'il vous
plait, bénédiction pour rou ma-
dam, bénédiction pour rou mes-
siés, Pauvres, misérables, ils im-
ploront quand méme, je ne sais
quelle bénédiction dans leur
sempiterne] langage et souhaite
ront avec foi, malgré leurs souf
frances: bonne année aux ames
charitables... Dehors, & travers
les rues animées, jeunes et vieux
mélés & In marmaille, s’en iront

Pour la sante et

la beaute de
wos dents.













avec la méme candeur d’ime qui
persiste de l'enfance & l’adolescen
ce jusque dans I‘homme, curieux
de revojy les luxueuses vitrines
des superbes magasins... Majes
tueux et fastueux, voici

Papa Noel a la belle
berbe blanche, aux joues roses,
pommettes saillantes, vétu de
soie, de satin ou de velours.
Pour les passants qui le regarde
ront dont beaucoup |’admireront,
plongé dams une mer de lumiére,
avee son humeur souvent moro-
se, Papa Noel fera plus de mé-
contents pareeque totalement pau
vrey et démunis que de satis-
faits parce que riches et bien
munis... Néanmoins, dans la tris
terse ou dans [a joie, la tradj-
tion veut qu’A la fin de chaque
année, l'on se fasse des voeux
et, ce serait un accroc aux ré-
gles de la convenance et des bon
nes Maniéres en société gue de
rencontrey un ami pendant ces
jours de {fétes, d’entamer une
conversation en oubliant de pré
senter des vocux toujours meil-
leurs au seuil de la nouvelle an-
née... Comme si celle qui s’en
va, a été mauvaise pour tout le
monde,

A la vérité, il n’est pas da peu
pleg ou de familles catholjques
de YVunivers qui ignorent ou
wobservent. le cérémonial de ces
solennités religicuses... Les non
chrétiens aussi n’y sont pas in-
différents, quoique sans dévo-
tion... L’histoire récente des re-
Jations internationales nous ap-
poond que le téléphone — rouge,

4

par Christian A. ROUSSEAU



installé entre Washngton et Mos

cou pour éviter le pire lors do ve *

7 an
quion était convenu d’appeler la
crise

Cubaine, — le téléphone
rouge trouve son utilisation an-
nuelle dans l’échange de voeux,
Tragiles comme la rosée du ma-
tin, entre les tenants deg deux
principale, Puissances Nucléai-
les, antagonistes.du monde: les
U.S.A, i systéme capitaliste et
la Russie Soviétique, conimunis-
te... Par Véchange de ces bons
procédés, le, deux super grands
quiirep.ésentent les forces oppo
sees aux sommets de toutes les
hiérarchie, du monde, cherchent
des atermoicments aux divergen
ces, puisqu’ils entendent coexis-
ter malgré l’incesgante bataille
idéologique’ des classes sociales...
Malheureusement les voeux ne
portent pas bonheur Aa tout le

monde : tout le monde
neat pas sincére dans ce
qu’il dit ou dans ce qu’il fait et,
le souhaitable ne doit pas se con
fondre avec le possible ni avec
le récl; tant il est vrai que le
malheur des uns fait’ le bonheur
des autres...

La Noel et le jour de 1’An,
deux solennités qui éveillent J’es
pérance de la chrétienté bien
qu’elles constituent une nouvelle
Gtape qui nous rapproche de no-
tre fin...

Pour exprimer leurs joies et
leurs pejnes dans ta ferveur de
la dévotion, leg chrétiens n'ont
pas de climat plus propice que
celui des sanctuaires. Mais, tan-
dis que les uns chanteront, pleins



L’Actualite Internationale

FRANCO ROMPT AVEC

LES CARLISTES



MADRID (AFP)

Le gouvernement du généval

Franco a délibérément rompu
avec les carlistes en expulsant
vendredi Ie prince Hugues

Charles de Bourbon Parme, et en
interdisant & son pére, ie prince
Xavier, prétendant carliste au
tréne d’Espagne, dc fouler désor-
mais le sol espagnol.

Ces mesures, estiment les ob-
servateurs politiques, pourraient
étre te prélude a le designation
du prince Juan Carlos, tis de
Don Juan, comme successeur du
général Franco. Des rumeurs per
sistantes, qui n’ont pas été
démenties, courent dépuis quel-
que temps 4 ce sujet a Madrid.

Liinterdiction de séjour déci-
dée & Vencontre du prince Xavier,
— ses partisans l‘appelent le roi
Xavier — et de son tils, suscike
une émotion chez lescartistes,dont
certaing occupent des positions
importantes. M. Antonis Oriol
Urquijo, ministre de la Justice,
et M. Antonio Iturmendi, pré-
sident des Cortes, notamment,
sont carlistes. La communion tra-
ditionaliste semble avoir étre
frappée de stupeur : ce n’est que
samedi matin qu’elle publiera un
communiqué.

Ti svagit en effet, pour les car-
listes, de Ia fin d'un réve. Pen-
dant de nombreuses années, le
général Franco s’est abstenu de
rejeter ouvertement la candidatu-
re du prince Xavier au tréne et
quand en 1964, son fils avait
épousé la princesse Iréne des
Pays Bas, il ne s'était pas opposé
& ce que le jeune couple s’‘installe
a Madrid.

Bien que le gouvernement soit
intervenu plus d’une fois pour
freiner les activités politiques
des deux princes et leur ait
refusé ia nationalité espagnole,
leurs partisans considéraient que
les chances de Hugues Charies de
succéder & Franco étaient réelles,
Etant donné lage du prétendant
en titre, c’était en effet le fils
qui incarnait Vespoir des tradi-
tionalistes, Ja plupart des oub-
servateurs politiques ne par-
tageaient pas cet optimisme, Is
pensaient plutét que la menace
carliste, soigneusement entre-
tenue, était fort utile au général
Franco dans ses rapporta avec
‘es monarchistes fidéles A Don





Juan. Le fait que le chef de
l'Etat ait décdé de se priver de
cet atout est significatif.

L’annonce des mesures prises
contre les princes Hugues et
Xavier a fait effet d'une bombe
dans les milieux carlistes. Quel-
ques tétes chaudes ont aussitét
parlé de soulévement: Ja Navarre,
qui avait fourni 60.000 requétes

carlistes au général Franco dés
le début dela guerre civile,
. pourrait cette fois se soulever

contre lui, disent les plus exaltés.
Leurs chefs, eux ne disent rien,
et se sont donné jusqu’A samedi
pour réfléchir.

Cependant, l’époque des guerres
carlistes qui a ensanglanté une
grande partie du siécie dernier,
semble révolue en Espagne. Le
dernier descendant de Don Carlos
est mort & Vienne en 1935 et le
roi Xavier, prince francais, n’est
reconnu que par une _ partie
des carlistes, Les observateurs
estiment donc qu’aprés un _pre-
mier moment d’émotion parmi ses
partisans, les choses se calmeront.

!
\
H
\
|



On est toujours heureux
de recevoir une plume
ou un ballpen

SHEAFFER

| Un cadeau inoubliable--

c’est SHEAFFER !

Voyez les derniéres
créations

Sheaffer

4% SHEAFFER

you assurance of the bdat





. poo co
chez
R. H. CARLSTROEM
_ Rue Bonne Foi
MAISON ORIENTALE
Rue Bonne Foi
LITTLE EUROPE
Rue Bonne Foi
JOE ETIENNE
Ruelle Carlstroem
QUALITEX —
Rue Bonne Foi



‘dallégressa, Jes autres n’auront
qwune voig étouffée. et des mots
embrouillés pour traduire les
sanglots de leurs coeurs...

Une année qui finit, une au-
tre qui commence comme le va et

vient des fléts toujours chan-
geants, des fléts pourtant les
mémes...

Pour les croyants, pour les

incroyants, pour leg ‘sceptiques,
au dela des nuages de l’horizon,
eest le moment de méditer et
Wespérer un, rayon. de soleil...
Avec ou sans la venue du Mes-
sic des Ameg iluminées, nous



to

el’ An...

gerdons tous,— tant jl nous res- sant, alors, que, retournés & nous

te une parcelle de lucidité, —
Vespoir qui fait vivre.:. Chaque
fois que se ferme le cycle de ces
douze mois, nous avons besoin
d’une halte pour un nouveau dé
part.,. Constatation dramatjque
de la pensée rationnelle. Hélas !
par une aberrante contradiction
ou ironie des choses, les voeux,
—* illusoires comme la fumée des
encensoirs, — nous emportent
pour peu que nous nous oublions,
dans le domaine éthéré des dou-
ces abstractions, duns les réves
merveilleux d’un sommeil repo-

mémes, les yeux ouverts suy jes
impératifs de :
nous appelons deg devoirs d’é-
tat, debout sur nos deux pieds,
il faut nous rendre a’ l'évidence
que "homme vit d'’abord de réa-
fités objective, souvent décevan-
‘tes et, c'est peut-étre pouquoi
Georges Duhamel dont les ouvra-
ges reflétent parfois une pénétran
te psychologie, a écrit quelque part

que « nos illusions gont nécessai--

res & la vie...»
Décembre 1968
CHRISTIAN A. ROUSSEAU



Stéréophoniquement votre!

La chaine stéréophonique compacte Phillps apporte & chacun |e riche
éventail,des joies musicales.
Un amplificateur 12 W, un tourne-disques et des haut-parleurs aéparéa
tirent un parti maximal des qualités acoustiques de n‘importe quelle
salle de séjour; ils assurent une lecture stérécphonique pleine en
entiére de vos disques. .
Elle vous ravira, cette chaine stéréophonique compacte Philips dont
les éléments sont gainés de bois de teck s’accordant parfaitement
avec votre mobilier.

C'EST PLUS SUR

PHILIPS

S



a

ee SS

EN VENTE A LA CURACAO TRADING CO.

‘
g
4
4
v4
eA
v4
4
C4
7
7
4
a
ca
4
4
7
oa
‘
4
4
ce
4

A PETION VILLE



SISSIES NCSI IE SCE IESE IEE SE IE EET EEE EES

STCENUNS CRA VAVUVULN ET SUV CHEV NTR ANLNA CNTVEMA

Bee ee EE EEE Eee

é

AVIS

Les Produits TT A MPCQO penvent ttre achetés

aux adresses suivantes

A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert

Laive

Coles’ Market
Lalwe

Boulangerie St-Marc

Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market —

Autereute Delmas



»

Gaetjenis

Tuce Chatelain

Rue Toussaint Leuverture

chaque, jour que -







|











SN NN ANN








GARR 22 i



LA ROUTE DE L

En ces jours frais de décembre

od tous les esprita sont préoccu-
és par diverses inquiétudes, par
es perspectives sombres qui
s’offrent A nos regards, vu les
conjonctures de l’ex:stence ,mon-
diale, nous croyons devoir appe-
ler l'attention sur la nécessité
de la ;Paix. La voie qui y conduit
étant lune route scabreuse, semée
de difficultés, nous devons tous
apporter notre contribution pour
Y'intégrer dans la réalité. Car,



malgré la limitation des
dements, puis leur cessation,

Les hommes doivent se
montrer BAgeS en imposant silence
h leu.s passions, Aargir "horizon
de leur esprit pour consentir les
sacrifices que toute paix durable
‘suppose. Depuis mai dernier, les
négociations se poursuivent labo-

leurs alliés et leurs

ar Lallier GO. Phareaux

nous n‘avons enregistrg aucun
résultat satisfaisant. Au contrai-
re, par suite de ce.taines contin-
gences, en dépit de certaines
concessions, nous sommes navrés
de constater que les obstacles ne
sont pas encore levés. ‘C’est que
les hommes ne cédent pas faci
Jement, quand il s‘agit de leurs
inté.éts, de leurs priviléyes.
L’opinion universelle doit donc
jouer un réle " prépondérant en
exergant une pression sur les



La Haute Fidélité de I’ Avenir

Révolutionnaire Inégalable et Inégalé

Cfysteme

,

HO :

De HAUTE FIDELITE et de STEREOPHONIE

GIG2000
ada 0 dtd =~ 5
FREE RAMS



Spécifications Techniques:

18-80 SPEAKER SYSTEM (ELECTRONIC CROSSOVER)

Amplificateur 45 Watt, RMS X 2, soit

HARMONIC DISTORTION

INTERMODULATION
DISTORTION 0.5% A 45 Watts RMS

FREQUENCY RESPONSE

DISTORTION :

, ‘0
(AT RATED 2 Volts R.M.S. output)
PHONO INPUTS FOR 0.15 MV. and 3.5 MV

moins de 0.5%

PREAMPLIFIER

SC-
(SOLID STATE)
: 5Hz to 50.000 Hz -plus ou moins 1 DB

: 90 Watts per channel
de 20 A 20.000 Hz

(IMPEDANCE SWITCH FOR 20 — 60 — AND 100K OHMS)

AND PROFESSIONAL

TAPE MONITOR : A,

ALL SWITCHES : Knife of highhest Quality

; CONTINENTAL TRADING
EMMANUEL AMBROISE

Agent Exclusif :





‘YPE Volume, AND TONE CONTROLS

quatre partenaires & la table de

conférence de Pacis pour — leg
porter a considérer le tinistre
spectacte d’une jeunesse qui méne

“une vie tragique sur le champ de

bataille et dont un fort contin-
went est fauché quotidiennement.
Ce sont les meilleures réserves de
cerlaines contrées qui sont con-
sommeées, sans donner Je meiticur
d’elles-mémes pour l’avancement
de leur Pays, Et c’est triste et
émouvant,

Les implications de tout ce
drame, c’est que ia production
diminue et beaucoup de pays sont
en proie 4 la famine. D'un autre
cété, les épidémies rongent les
populations. Et partout of l'on
jette les regards dans ‘plusieurs
contrées en Asie, c’est le Jésastre,
la misére, le désarroi.

Commie si ce n'ctuit pas assez
ls» perspective de tant de douleur,
le conflt Israelo-arabe ensanglante
les hauts Tieux de la méditation
que représentent les environs de
Jérusalem. Ces endroits on le
Christ ‘est né, a vécu modes-
tement, appelant tous les hommes
A commun.er dans les mémes
pensées de charité et d'amour
sont périod.quement le théatre do
luttes armées. Aprés la guerre
des six jours, par instants, ce
sont des combats sporadiques qui
surviennent entre des groupes
adverses en des localités rivales.
Dans leur aveuglement, les hom-
mes oubitent ce que ces lieux

constituent pour l’'Humanité.
Nous sommes tellement obnubilés
par lintérét, l’'amour-propze, que
neous ne comprenons plus la
portée des @ronds saer fices qui y
ont été fai’s dans le temps pour
le bien-étre des humains au point
que nous semblons nous appliquer
4 en effacer toutes les traccs.

C'est le comble de la démesu-
re!

lin dépit de toutes ces confla-
rations qui secouent si profon-
dément le Proche, le Moyen-
Orient et l'Asie, of nous voyons
mourir souvent, & c6lé des com
battants, par milliers, des en-
fants, des femmes et des ve'llards
sans défense, nous ne désespérons
pas de voje revenir l’Huimanite a
la sagesse. Car des Institutions
ont été mises _en place 4 cette
fin et elles travaillent avec per-
sévérance ct ardemment pour
mettre un terme 4 ces douloureux
déchirements de notre Monde.
Certes, dans l’enchevétrement des
faits internationaux qui dérou-
lent depuis la réunion de Paris,
nous observons au Vietnam, Nord
et Sud, des incidents déplorables
qui compliquent en maintes fois
les démarches en vue de parvenir
a la fin des opérations militaires.
Néanmoins, comme la resplendis-
sante clarté des étoiles qui é-
clairait les coeurs & la naissance
du Christ, une lumiére est proje-
tce dans ‘es fimes par su ‘te de
ces Institutions qui travaillent
inlassablement pour la Paix, Et
les hommes’ de bonne volonté,








mettant leur esprit en campagne,
trouveront les moyens nécessaires
pour convaincre leurs semblables
d’arriver & une certaine compré-
hension pour les concessions — re~
quises en vue d‘aboutir & l’enten-
le pour obtenir cette Paix, in-
dispensable 4 evolution de notre
blonete,

Nous croyons que, considérant
les souffrances qui gisent au sein
des plus humbles foyers, dans les
fumilles qui ont l’ango sse aux
coeurs et jetant un profond re-
gard sur la créche de l'enfant
prodige qui est venu nous donner
deg lecons de modestie, d’amour,
afin de régénérer la terre, on
finira par trouver un modus
operendi pour terminer tous ces
conflits.

Apcés tant de douleurs, I’Uni-
vers, heureux d’un si grand évé-
nement, connaitra des moments
d’ allepresse indescriptible. Et ap-
préciant Ja Paix, on déploiera
toujours des efforts pour la con-
server. Ainsi, grace aux initiati-
ves des hommes de bonne volon-
té, notre Monde connaitra un re-
nouveau. C'est le voeu que nous
formons ardemment du plus pro-
fond de notre coeur.

Lallier C. Phareaux



Grande Croisade
Evangélique

Appel a toug leg Pasteurs, E-
vangélistes, Moniteurs, Interpré-
tes de toutes les Eglises en Haiti.
Fuites vous enregistrer mainte
nant de 9 & 11 heures A. M. a
VH6tel Plaza, & Port-au-Prince.

Ayez une part officielle & la
Grande Croisada Evangélique
dOral Roberts, qui se Hendta
au Stade Sylvio Cator, Port al-
Prince, du 9 au 15 Janvier 1969.

Environ 47 professeurs et étu-
djants qui travaillent dans la
Croisade, seront au service des
Eglises. Inserivez - vous mainte
nant pouy @tre visité par l'un
de ces messagers de Dieu.

Vous pourrez toujours occuper
un poste important dans la croi-
sade.

Tachez de voir aujourd’hui de
9 a 11 heures A.M. le Rév. Jack
Walker a 1l’Hétel Plaza. Merci
P.O. Box 1829.

Appel & tous les Maestros de
toutes les Eglises en Huiti.
Voulez-vous particjper au Grand
Choeur Chrétien de 1000 voix
qui sera filmé a la T. V,

Voyez le Rev. Jack Walker &
VHétel Plaza de 9 a 11 hres a.m.
Faites enregistre, votre Choeur
pour ce grand événement en coo-
pération avec la Croisade d’Oral
Roberts qui se tiendra au Stade
to60° Cator du 9 au 15 Janvier

Voyez le: Rév. Jack Walker &
VHétel Plaza da!9 A 11 heures
A.M. P.O. Box 1329,

SS SOO SS SSCS SPOS SOOCOCOCCOCCOCoCeS<- SBOSOOOOooose

ESTONE

v
., CAPITOL présente

Du 22 au 28 Décembre 1968
4 6 Hreg et 9 Hres

LE DOCTEUR “IVAGO

LE DOCTEUR JIVAGO est la
grande superproducton que le
CAPITOL passera a partir du
22 Décembre es pendant toute la
semajne,

LWAUTEUR :

Le 23 Octobre 1958 LE PRIX
NOBEL DE LITTERATURE é-

_tait décerné a. Boris PAST'ER-

NAK connu dans le monde entier
pour sa sennibilté poétique.

Mais le lauréat ne put se ren
dre & STOCKHOLM pour rece-
voir son Prix car le DOCTEUR
JIVAGO restait et est resté in-
terdit en U.R.S.S.

PASTERNAK savait que la li-
berté fragile que lui consentait
encore les Autorités Soviétiques
lui serait défintivement suppri-



Nouveau!

Egalise

en une seule éta

Maintenant, yous pouvez égaliser et faconner
vos cuticules sans effort. Le nouveau Cutipen,
nécessaire complet en lui-méme, donne une seule
goutte de créme A la fois; cette créme A la
janoline, & action douce, ramollit et enléve les
cuticules disgracicuses. Cutipen, élégant et incas-
sable, est spécialement congu pour le soin des
cuticules. La pointe du Cutipen, unique en son
genre, égalise et fagonne les cuticules pour
révéler la beauté des luriules de vos ongles. Vous
ferez vos ongles en moitié moins de temps. Pas
besoin de batonnets de bois d'oranger ni de
tampons de ‘coton. Ayez toujours un Cutinen
dans votre sac, pour pouvoir utiliser o‘impurte

quand,

.M. ARTY & CO.

26 Rue des Miracles



'

SAMEDY, 21) RIMANGHE 72 ETLUNDL A ORARER GAS



. AU CAPITOL

~mée slil. se déplagait. Cest au

soir de sa vie que Borja PAS-
TERNAK avait écrit, LE DOC-
TEUR JIVAGO et qu'il avait
eréé — peut-étre a son image —
ces personnageg de chaiy et de
sang, d’amour ct de douleur,
que sont Youri JIVAGO, LARS,
TONYA e¢ tant d'autres.

LE FILM :

La merveilleuse. production de
David LEAN a comme cadre la
nature violente de la Russie avec
ses plaines enneigées, ses fdréts
grandioses, ses nuages' mena-
cants. . oo

Le Film se déroule dans le
tourbillon de la guerre civile,
dans le bouleversement révolu-
tionnaire d’un monde qui s’écrou-
le, dans les flemmes de l’amour
et des Passions.

LES PERSONNAGES -:

La distribution dea réles a eu

e rapide
e propre:

e doux






e rien @ couper





7

pour’ régle, non seulement la cé-
lébrité des interprétes, mais aus
si leuy capacité & correspondre
aux personnages, C'est sur la
base de ces critéres qu’ont été
sélectionnés Omar Sharif qui
rend vivant Vétre exceptionnel
de Youri.Jivago, Géraldine Cha
plin, son épouse et Julie Christie
(Lara) son grand amour.

La sincérié du Roman, la par-
faite. réalisation du film, lui ont
permis de-rafler d'un seul coup
aix Oscars, celuj du meilleur scé
nario, de. la meilleure mysique
(avec la chanson de Lara comme
fond sonore) des meilleurg dé-
cors, de la meilleure photogra-
phie, de la meilleure direction
artistique et des ‘meilleura costu-
més,

Le DOCTEUR JIVAGO est un
film parfait digne en tous pojnts
du CAPITOL, le cinéma de la
Capitale.







Joseph. C. Valmé et Co.

DISTRIBUTEURS

~










SAMEDI 21, DIMANCHB 22 ET LUNDI 28 DRCEMBRE 1908






$
PAGE 13





VOTRE HOROSCOPE

Cherchoz la section correapondant au jour de votre anniversaire de naissance ot vous trouverg lea perspectiver que vous signatent les autres pour demain.

Droit de reproducttan totale on partielle réservé,

LUND! 23 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER):
sent. Attention aux chiff-es, aux
comptes, aux estimations, 2 la
gestion des affaires d’autrui.
Hite ou négligence causeraient
d’inutiles mais de codteuseg er -
reurs.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Restrictiong planétai -
res. Il sera nécessaire de suivre
des régles méme si elles vous
paraissent jrritantes. Toute for
me de mécontentement ou tout
éclat vous aménerait des «tui -
less.

_22 MAI AU 21 JUIN (GE
MEAUX): Avez - vous mal choi
si votre objectif? Examinez vos
plans et vos méthodes. Manque-
t-il quelque. chose? C’est le mo
ment de le découvrir, tandis que
la @onjoncvion encourage votre
effort.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Un effort persévé-
rant sera couronné de succés. In
fluences trés variables. Certaines
heures seront vraiment difficiles.
la lutte, tuutefos, se réveieve {4
éonde,

24 JUILLET AU 23) AQUT
{LION): Vos dons, bien -utilisés,
‘yous apporteront maints avanta-
ges. Des programmes 3 échéan-
ce Gloignée sont part.iculicrement
favorisés.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
: BRE (VIERGE): Bonnc pério-
de pour votre dynamisme. Un peu
plus de reche-che dans un pro-
jet en cours d’exécution sera bé
néfique. Un conseil seulement:
Tenez-vous éloigné de toute ‘in-
trigue.

24 SEPTEMBRE AU 23 0C
TOBRE (BALANCE): Bonne
ambiance. Vous pouvez ut lement
vous livrer A une tache différen
te, méme
pourvu que vous ne négligiez pas
vos responsabilités immédiates.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): OQOppostion
possible et votre adversaire peut
avoir raison. Ne vous énervez
pas; au contraire, écoutez atten-
t.vement. Votre point de vue peut
changer radicalement.

23 NOVEMBRE AU #1 DE -
CEMBRE ( SAGITTAIRE ):
Vous voulez depuis quelque
temps vous Ivrer 4 un.travail par
ticulier. Maintenant, vous aurez
la chance de l’accomplir avec da-
vantage d’assurance. Pas trop de
combativité: vous dépasseriez les
bornes.

Abts SAREEPABALEEARALALAAAS

Pour Noel, soyez pratique dans vos achats
‘i VOUS POUVEZ GAGNER L’UNE DE CES 3 PRIMES QUE VOUS OFFRE LE BON PERE NCEL"

Premiere Prime: Cent Dollars Cash — Deuxiéme Prime: cinquante Dollars

=
x -



Des précautions s’impo-

tout a fait nouvelle, -

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE): ‘Tirez
un peu sur les rénes, par sécu-
rité, non pour prevoi: des diffi
eultés mais pour écarter leur pos
sibilité.

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Progres -
sez hardiment quand vous étes
sar de vous. Li vous faudrait
peut - étre un peu plus d’expé -
rience, néanmoins. Evitez les ex-
trémes; renforcez les méthodes
qui s’usent.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Une pensée nette,
appuyée par une action efficace,
vous nidera & atteindre un bon
résultat. Ne perdez pas de vue
vos buts les plus ambitieux et di-
rigez - vous franchement | vers
eux.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Normalement, vous étes
studieux et indépendant. Vous
réussirez méme si le lieu ott vous
étes ou votre travail se modifi
car votre volonté de bien faire
vient de vous et non pas de I’ex-
térieur. Gardez cette attitude
sérieuse’ devant la vie. Ne vous
laissez pas entrainer par le tour-
billon de l’existence et évitez des
partenaires médiocres. Vous vo
yez la situation de loin et vous
avez devant vous un _ tableau
plus clair que celui qu’ont les au
tres avec des possibilités équiva-
lenies. 1969 demandera de la té.-
nacité et de la bonne humeur et
mettra & lépreuve votre faculté
d’adaptation,

Naissance de Charles Sainte -
Beuve, critique litéraire.

Avis de Divorce

Conformément 4 Vart. 10 de la
Loi du 6 Juin 1968, l’Officier de
YBtat Civil de la Section Sud
da Port au Prince, en exécution
du Jugement du Tribunal Civil
de ce ressort admettant et pro-
noncant le divorce du sieur Louis
Georges VOLCY d’avee son épou
se née Mar‘e-Thérése ALEXAN
DRE, en date du 12 Novembre
1968, a transcrit sur les registres
a ce destinés-le dispositif de la
sus-dite décision.

P-au-Pee. le 20 Décembre 1968
Francois E. NERETTE, Avocat



LISEZ
LE NOUVELLISTE

FOUAD A. MOURRA :Grand choix de méntres
SOT, ZODIAC, SYLVANA. Bijoux en or 18 Kts, Crystallerie Val
St. Lambert, Daum. Porcelaine de Limoges, Verrerie Bacarat. Par-

fums frangais.
EXPRESS SUPER MARKET

‘ queurs et vins frangais. Biscuits et chocolat, Boucherie e{ Charcute-

rie. Cadeaux divers,

DO NMOHR SALES :

frangais.

ATTENTION ... ATTENTION.
La Fiche vous fat remise POUR UN

«LE NOUVELLISTE>

MARDI 24 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (311
LIER): Méme si la conjonction
est assez bonne, des gains sérieux
pourront étre faits si vous Gies
calme ‘et efficace. Evitez hite et
tension et tout ira bien,

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Vénus propice. Les opé-
rations financiéres séricuses, le-
questions fonciéres, lactivité ar-
listique, les problémes famil‘aax
sont favorisés.

22 MAI AU 21 JUIN GE -
MEAUX): Une de vos journeées,
stimulantes avec beaucoup de pos
sibilités, d’amitié et destime en
votre faveur. Faites votre ma-
ximum et vous verrez comme ve-
tre personnalité s’épancuira.

22 JUIN AU 23 JUILI-ETr
(CANCER): O28 allez-vous? In-
tuition et instinct, s’ils sont sa-
vamment utilisés, vous aideront
considérablement. Soyez p:écis.
Direct mais sang étre abrupt A
Mégard de quiconque,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): La conjonction vous
met en garde contre des paroles
incomsidérées, des actes irréflé
chis. La journée aura des possi-
pilités nombreuses pour ceux qui
sont alertes et ambitieux. Visez
haut.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
RRE (VIERGE); Voyez le tra -
vail qui vous attend. Classez vos
taches selon leur importance.
Dressez un plan d’attaque puis
en avant! Prudence,
dans les entreprises que vous ne
connaissez pas A fond.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE): Tact ct
finesse vous aideront & atteindre
des buts que la force ne vous per
mettrait pas de toucher. Ecartez
Jes bruits, chercher la vérité ct
évitez Virritation.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Si vous n’a
vancez pas comme vous le vou -
driez, changez votre cadre d’opé
rations, On vous aidera mais
c’est A vous seul qu’incombe le
choix de votre programme. N’ou-
bliez nas que souvent Yinattendu
arrive,

23 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE): So
yes précis, calme, maitre. de vous,
et vos problémes seront plus faci
lement résolus. Votre don de per
suasion est certain mais assurez-

vous d’étre oriente dans la bor-
ne direction.

toutefois,

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE):: Chan-
wements indiqués qui recomman-
dent la substitution d’idées, de
méthodes et d’habitudes nouvelles
pour remplacer celle qui ont fai’.
leur temps. Cherchez des ouvertu
res convenant bien 4 vos dons,

21 JANVIER AU 19 FE .-
VRIER (VERSEAU): Poursui -
vez Pextcution des plans déja ar
rétés, Un grand sueccés vous est
possible. Montrez votre sens de
Vhonneur, votre compréhension,
votre discrétion et votre confian-
ce en Vous,

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): La position de
Neptune indique que le moment
est venu de redoubler d’efforts.
Travaillez avec ceux qui vous
incitent & aller vers le succés.
Bonnes nouvelles en perspective.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous étes généralement
avisé dans vos méthodes, possé -
dant de Vesprit pratique, de la
confiance en vous et un sens ai-
gu des affaires. Les laches intz!-
lectuelles peuvent aussi vous of-
frir de grands suceés, Votre indé
pendance, votre énergie et votre
réalisme sont remarquables. Refré
nez une tendance au pessimisme
et au eynisme quand la déception
vous atteint. De nombreux jour-
nalistes, éducateurs et conféren-
ciers ont été des natifs du Capri
corne.

AVIS

Les gapgnants de la rafle des
Etudiantes de I’Ecole de Secréta
riat du Chr‘st-Roi en faveur de
WOeuvre des Pupilles de Saint
Antoine sont :

Premier prix : Monsieur Frantz
Gharies (Lalue)

Deux‘'éme prix : Monsleur For
tuné (Rue de le Réunion)

Trois‘éme prix: Monsieur le
Docteur Arnoux Charlot

LA DIRECTION



Un Reméde
souverain

CONTRE LA CONSTIPATION
«LES GRAINS DE VALS».

Régularisateurs de l’entomac et
de l'intestin — laxatifa et dépo-
ratifs.

En vente dans touces les Phar ra it cristalliser vos prochaines

macies.

Propristé King Features Syndicate — Exolusivité

MERCREDI 25 DECEMBRE 1968

21 MARS AU 20 AVRIL (BE

LIBR): Laissez creposer> cer - de toutes les posuibilités qui sof re trop de choses eh niéme temps, |
taines questions tandis que vous frent. vous ne les ferez pas bien. Don-
réorganisez voS pensees, Vos . nez une particuliere’ attentioi |
plans, vog nouvelles méthodes 22 DECEMBRE AU 20 JAis aux questions économiques et do-

d’approche. Influences contras -
tées qui donnent de la finesse el
de Vindulgence.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): La conjonction suggére
Vobservation attentive de la situa
tion avant de vous lancer dans
de nouvelles entreprises. Assurez
vous que vous savez exactement

démaréhes. Analyse rationnelle

VIER (CAPRICORNE): Soyez
prét, On essaiera de vous ma -
noeuvrer. Gardez les yeux et les
oreilles ouverts afin de ne pas
manquer Voceasion,
veaux avantages sont 4 envisa
ger.

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Travail-
lez selon les nécessités de la jour

De nou --

vos forces. Si vous essayez de fai

mestiques. °

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous cherchez la cannti~
sance ‘sans vous lasser: tout ce
qui en_vaut la peine (choses ou
gens) ‘Yous: intéresse. Vous @te:.
un organisateur - né, un media
teur et feriez un excellent «lirec-
teur dans de vastes entreprise-



of vous en étes,

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): Vos actions doivent
aétre fondées sur une pensée or-

ou dans je monde financier. Vous
pouvez réussir aussi sur Ie plon
intellectuel. Essayez de refréner
les caractéristiques | suivantes:
Yentétement, la jalousie et l’er-

nie. Lioisjveté ne méne & rien.
Par nature, vous étey un ‘réalisa-
teur. Ne vous laissez pas gagner
par une tendance & Vimmobillg-

aanisée. Un effort sien omrent me. . trainement vers lessarcasmie.

e - R

: . ‘ Naiss saac -

sion, Toutefois, ne vou surme. 20 FEVRIER AU 20 MARS jon vevant et epares de ln lor de

nez pas. (POISSONS): N’éparpillez -pas jg gravitation universelle. ’ Forts.

22 JUIN AU 23 JUILLET ~ : -
(CANCER) : Les legons de l’expé .
rience doivent vous enseigner. Un
programme cohéreut sera exécuté
plus facilement et plus efficacc-
ment que des mesures improvi -
sées, Soyez calme et réaliste.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des complexités vous at
tendent. Gardez votre entrain,
soyez persévérant et vous bouscu
lerez tous les obstacles. Mais as
surez - vous que vos buts ultimes
sont vraiment raisonnables.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Des bénéfices
marginaux appartiendront a
ceux qui sont disposés 4 faire ce
petit effort supplémentaire qui
si souvent transforme la médio-
erité en succes. Servez - vous de
votre expérience.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC -
TOBRE (BALANCE): Influen -
ces planétaires assez bonnes. Ne
soyez pas capricieux dans vos
gofits et dans vos répugnances,
sur le plan personnel ou profes.
sionnel, Vous iriez vers la dé-
ception et Vincertitude.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Avee con
fiance et optimisme, vous irez
loin. Vous sauterez des obstacles
infranchissables & d'autres et
remporterez des lauriers sans
trop de peine.

23 NOVEMBRE AU 21 a
CEMBRE (SAGITTAIRE):
ne action efficace vous dora
Vapprobation de vos partenaires.
Une intelligente discussion aide-



Achetez aujourd’hui
la Montre de demain

MONDE.

True Linz
ht

souligne votre personnalité

Eure ,
FORTIS



EN VENTE A L’HORLOGERIE E,. BERTHOLD
RUE DES MIRACLES No. 33.

Troisieme Prime: Vingt-Cing Dollars

Il vous suffit d’acheter dans ’une des Maisons de commerce suivantes pour au moins CINQ DOI LARS ©

et vous recevrez une fiche numérotée. -

: Provisions

Bijoux en or 18 kts,

alimentaires,

: OMEGA, TIS

Li-

Appareils K O D A K & PCLAROID.
Plumes et, ball pen PARKER. Appareils a filmer et films blanc et
couleur. Articles en argent. Accessoires de bureaux.
RUSSO & CO
FLE, verrerie bacarat, porcelaine LIMOGES, Montres BULOVA,
ROLEX, Parfums francais. Bijoux en or 18 kts. Réveils et pendules
weciiga
MAGASIN LE SOLEIL & VOGUE : Chemises NOVELTEX
& PRESTIGE. Vrais tissus TERGAL frangais
CAVALIER garantis par BOUSSAC. Montres C A NDINO.
Réfrigérateurs. & Radios JULIETTE.
VITALE & CERULLI :
liqueurs CUSENIER, Accessoires pour péche sous marine. Chapeaux
BORSALINO. Verrerie en crystal. Alliance et suite en or.

Montures pour lunettes, argenterie CHRISTO-

Sous - vétements

CINZANO et

arfums

NASSIM A.MOURRA :VALDERMA en poudre pour irritations _—
ct en créme pour la peau. Eau de toilette 3F aprés le bain, Pétrole

HAHN pour chute des cheveux. Produits L'OREAL de PARIS et . ~
parfums LANCOME.

QUALITEX :Briquets RONSON, Plumes PARKER, portefeutilles

BUXTON pour Appareils K O D A K et

POLAROID. Parfumerie. Fausse bijouterie. Produits pour cheveux.

hommes et femmes.

Accessoires pour coiffure. Films.

MAISON ORIENTALE & LITTLE EUROPE : Bijoux en or
18 kts, et en argent. Cosmétiques ORLANE. Produits TABAC
ORIGINAL pour hommes. Montres M OVADO, GIRARD
PERREGAUX, TECHNOS. Parfums francais. Cadeaux divers.
AUX 100.000 ARTICLES : Grand choix _de “jouets allemands,
italiens, japonais et ameéricains mécaniques ou a pile. Grande

collection de bijoux en or 18 kt. Mallettes de voyage. Service en-

crystal.

PRESTIGE & CORNER SHOP :Cosmétiques et parfums francais.
Sous vétements francais. Sacs 4 main italiens pur cuir. Bijoux en
or. Tissus francais, Mouchoirs suisses. Cravates. Cadeaux divers.
MAISON DU LIVRECLAUDE LEBRUN: Grande exposition
de: jouets allemands, japonais, américains pour vos enfants. Rayon

de bijoux. Service en crystal. Réveil. Sacs A main: Serviétte en cuir.

SEUL ACHAT dont le minimum est CINQ DOLLARS et non pour chaque Achat de Cina Dollars
Tirage le 25 Décembre sur le Canal 5 de Télé Haiti

JOYEUX NOEL ET BONNE CHANCE A TOUS.

“FOR GIFT.
- GIVING,

ioe glvea -:

CROSS

mM OAMCRICA'S FINEST
WRITING, INSTRUMENT

’
â„¢~ a
Pens oe Pencils .

| Weailable in



LA leére “MONTRE AUTOMATIQUE FABRIQUEE DANS LE

FeasannentARAseeAAResbaAASesAAABESARALAEAAASEERAALLEAAAAEAARALEAA,

ccceveyencsyerievereresevevensuayent?

DeEy








Bit KT Gotp rien

LUSTROW:? CHROME
Eo

GEORGES SICARD |
63 Rue des Fronts





£. & 2. 2A OLE*AG RELEASE EABAREEBASEEEAARLEESS

rd

at







PAGE 14



Cette page de Paul Laleau qui
Stalt alors xUXx environs de ses
yu uns, est exctrajyte du premier
numero au «Nouveilliste Litveral-
rey paru en mal LUZ, Notre jour
nal ciat alors dirige par Krnest
Gnauvet, Leon Luieau et Frede-
ric Duvigneaud.

dt y avait dans ce numéro lar
ticle de presentation de Félix
Courtois, ues vers de Peadel; bor
traits de Moravia, Kosée, un Con
te de Lechaud, des vers de-J. Ri
cot : A la Massante.

O Souvenirs ! '

xxx

Elle avait trop souffert des
-soubresauts de sa nature nerveu
se, pour ne pas craindre la cri
se de larmes qui succéderait iné
vitablement & l'explosion de joie
qui la reveilla ce matin,

1 Elle resta @tendue dans son
lit, offrant sa-beauté défaite a
la caresse des premiers rayons
que laube glissa dans sa cham-
bre. Les mains, soutenant le
poids trop lourd de sa chevelu

- re, elle Jaissa erre> sa pensée vers

des faits lointains, oubiés. épars
dans un passé de douleur, et
qui, comme de rares étoiles per
dues dans un ciel sombre, res-
taient pour son Ame inapaisée
les uniques souvenirs qui lui ve
sans amertume. Elle craignait d’é
voquer Ia nuit qui venait de
partir, tremblafte de se rappeler
tout ce qu'elle avait vu, tout ce
-qu’elle avait éprouvé, la douceur
de ce réve qu'elle avait si déli-
‘cieusement cdtoyé dans la vie,
et que le sommeil trompeur s’a
musait a si ironiquement réuli-
ser.

Elle eut telliement peur d’el
le-méme et de toutes les souf-
frances qui envahiraient son ime
qu’elle demeu~a encore longtemps
enveloppée dans la neige des

' draps, oubliant sa toilette, résis-
tant aA Penne de se mirer dans
la psyché qui faisait vis'A vis
& son lit. Car, elle en était trop
sire, le sourire, qu’une certaine
fierté féminine lui disait tenta-
teur su- ses lévres, la grace d’a
bandon qui lui faisait ce matin
désirer elle ne savait quoi, ne
cacheraient pas & la lueur velou
tée des paupiéres, les larmes d’a
gonie quelle n’avait cessé de
pleurer, et qui revenaient plus a-
méres, plus mélancoliques, cha-
que fois qu’aprés s’ét7e follement

offert aux caresses. factices de
fantémes chers, ce corps avide
d’étreintes, se voyait cependant

privé des ravissantes félicités de
Yamour. i

C’est qu'elle était senle main
tenant, toute seule avec sa pen
sée, sans la pensée de l'autre,
de Georges, depuis qu’elle avait
perdu dans l’incendie qui avait
bralé deux des plus beaux quar
tiers de la ville, le coffrec de ve
lours rouge qui contenait Jes let
tres de l’ami, ces lettres qu'il



par Path LATEAU

lui avait écrites de son ceriture
de femme fine et élégante, of
avail passé d’abord, une disercte
nduralion, puis, toutes les tan-
dresses dont se8 grands yeux
lui disnient lu voluptueuse dou-
eeur.

lls s'étaient rencontrés un
soir de bal, et ils s’étaient com
pris. Alors, ne pouvant s’arreter
a de passagéres entrevues dans
Je monde qui n’étaient que de
breves minutes de contemplation
sous des yeux indiserets, ils s't-
tnient mis a s’écrire. Et puis, les
soirs de féte, la joie dont s‘jllu
minent certains visages, le souri
re inquict dont se parent les 1@
vres, trisonnantes des paroles heu

reuses que leur dicte une ame ,

troublée, les regards qui péené-
trent jusqu’au fond des coeurs,
Yenvie, Virrésistible envie de bon
heur infini; of vous plonge, en
des accords langoureux comme
une démarche de femme, une mu
sique indolente, évocatrice de ré
ves inexprimables, la délicatesse
de couples unis en de voluptueu-
ses valses, tout cela était un peu
de leur amour qu’on leur enlevait,
des parties de leur étre qui pal
pitaient autour deux, en mettant
de la joie dans |’ame des au-
tres. Il leur fallait se redire des
choses quwiils s’étaient dites main
tes fois en un échange continucl
d'idées, se bercer au rythme de
vieux thémes ressassés.

Ce furent des lettres qui
étaient leur ame toute, pleines
de ces expressions de candeur
qui sont le secret de coux qui
s’aiment.

Elle les avait soigneusement
gardées, inscrivant au bas de
chacune delle, comme pour ne
rien oublier de tout ce qui avait
approché son idylle, le titre du
livre qui l'avait accompagneée.
Et jorsqu’elle lisait le roman de
Prévost ou de Bourget quixavait
caché la prose dé ‘son ami,.c’était
toujours 4 la page .of, fléchissant
les derniéres résistances de l'a-
moureuse, étaient décrites.en une
pelle prose les caresses du héros
enfin -victorieux, quelle se rappe
lait avoir retiré sous des pétales
de roses, la lettre de Georges.
Mais, combien étaient pour el-
le plus tendres, les quelques li-
gnes de son adoré qui renfer-
maient toutes ses espérances de
bonheur, que la mort- seule, irré
parable et destructrice, avait pu
anéantir.

li Stait en effet, parti pour la
Guerre, et comme ‘grand nombre
de ceux qui s’en étaient allés 1a
bas, vers la grande tourmente,
sans savoir pourquoi, été fauché en pleine- “jeunesse
dans la ruée barbare. ,

Comment. dans ‘son affole-
ment, n’avait-elle pas pensé au
coffret? D’ou lui éta’t venue cette

idée de fuir sans ces
feuillets tant de fois lus
et relus, ot avait passé cha-

Parfumerie

Chemises Arrow

\



Horlogerie



Le Coffret -

que jour la caresse de sus doigts,
qui sembluient avoir gardé dans

leur maipzre blancheur, le dé-
liceux t.emblement = que leur
procurait’ “une lecture St, ai-

trait endormie ayee le souvenlr de
Georges. La fumée épaisse, suf
focante avait envahi toutes les
chambres, interrompant de tron
beaux réves. isile s‘etuit réve l-
lée en sursaut, cependant muaitres
se delle-méme. Mais lelfa.ement
des autres l'avait ¢mportée, lui
enlevant toute pensée.

Au dehors Vincendie projetait
des lueurs pourpres, Une toule
curieuse de dilettunt: assisvait,
regard perdu vers le Jointain que
tapissait une trainée intermina-
ble détincetles, a ’aneantisse~
ment de bien des fortungs, et a
celui plus horrible, du peu qui
cachait tant de m.s¢res incon-
nues. Elle passa, é¢mportant dans
ses grands yeux devenus Trouges
de douleur, tout l'irréparable de
la sicnne. Que lui faisaient a el
Jes les meubles qu'on ne rever-
rait plus, la jolie toilette consu-
mée par les flammes, et qui ne
draperait plus son élegance, qu!
n‘accuserait plus le désir de plai-
ye, Vamour de la parure. Elle
pleurait une misére bien plus
grande, elle portait une douleur
bien plus touchante...

Le lendemain, elle cut la nai
veté de revenir. Une fumée lé-

gére, plus lente montait toujours |

se dissipait 4 Vhorizon ot bril-
lait le disque rouge du soleil.
Elle chercha vyainement. Une o-
deur acce monta des décombres,
balayée par une brise titde qui
la répandit trés loin, jusque sur
_ Je velours de la mer, comme pour
rappeler. a la ville indifferente
qui avait repris son calme, que
cette nuit la détresse avait passé
quelque part... Paul Laleau



Remerciements
Les familles JN-BAPTISTE,
FANFAN; OLIVIER, RAPHAEL,
DESIRE, VERNET, JOUBERT,
GUERRIER;- FRANCIS, JO-
SEPH, ‘SADOMON _ remercient
bien sincérement tous les amis
tant de la Capitale, de la Pro
vince, et de l’Etranger qui par
jJeur présence et leurs messages
de sympathie ont compati a leur
douleur et partagé leur peine a
Yocension du décés de leur regret
tée
Mme Vve. Méroné Jn-BAPTISTE
née Eugénie JN-LOUIS
enlevée a leur affection le same
di 7 Décembre 1968 et les prient
de eroire & leur profonde recon
-naissance.
P-au-Pee. le 20 Décembre 1968

a

MOSAIQUES -
CERAMIQUES
Achetez & la SHEICA ou A la
TIPCO, Mosaiques, Céramiques
les plus jolis coloris.

- Cristal.



SE Oo OS



«LE NOUVELLISTE> ¥

(7)

Les tres les plus matheureux
nu monde sont ceux li qui par
un égocentrisme vraiment mali-
dif n’ont jamais appartenu a per
sonne (autres qu’n cux seuls

(8)

Trop souvent dans la vie la
médisance et la haine sont les
meilleures armes des faibles qui
doivent se venger de ceux-li
les dépassent.

(9)

Les plus grands hommes sont
les plus aimés et les plus détes -
tés.

~ (10)

Tous les étres humains — son‘
sensibles & Vattention qu’on leur
necorde, Le seeret de la sympa -
thie dont jouissent tous les grands
meneurs d’‘hommes réside = dans
Végzale attention qu’ils avecrdunt
& chacun de ceux li qui les ee-



Bijouterie

toient sans discrimination dape,
de race, de nationalité . ou de
range.

(11)

Vivre c'est se battire, sc détrui-
re, s'interpréter vl se Cranslor-
mer, Aussi la vie facile est i'uli
ment dont se nourissent les fai -
bles et les sots. Les étres forts au
contraire recherchent parcoul La
jutte c’est a dire lu vie réelle
puisque la vie n’est pus autre one
se que cela,

(22)

La société donne tout a lbom-
me méme ce que ce dernier »ppel-
Je la conscience morale qui sem-
ble étre individuelie.

(23)

Les difficultés sont & homme
ce que Veau est au poisson et Vair
aux poumons. Ne plus en avoir
west cesser de vivre.

(24).

La mort est une épidémie dont
la plarttte est frappéc. Quand el
le s’installe chez les autres, on

A

Â¥
. uu p: 1

‘vonditionne son

POO EDO LAID EDI DLL LD LOL L OODLE



Articles en cuir pour hommes.

“Par Pierre LAUVROIX

émotion ou sa
douieur. Quand elle {rappe & no
tre yerte nous sommes si boule
verses que, ceux JA qui ncus, ob-
servent en viennent & pense: que
nous nous croyons couverts par
je ne sais quelle immunité — na-
turelle.

7 (8B)

La colére et la vieillesse sont
des visages de la vie. La premié
re exprime Ia faiblesse et la deu
xiéme Jusure.

(26)

L'armonie est une alliance de
contrai.es. Si elle devient totale,
la vie cesse d’y participer.

(27)

‘Partout ot il n'y a pas chocs,
difficultés, problémes 4 résoudre,
jl n’y.a pas de vie.-

: “(17)

Ne demandez pas a un homme
en colére d’tre lacide et quict,
parce que la colére est la = mani-

’ festation la ‘p'us éloquente
de la faiblesse de ‘homme
qui perd) le contrdle du réel,

UKIAH CAAA ASA NNASAS NESSES ES ANNAN AXXO SCORN AES RARE,

SARLCO |

Un nom dans PEconomie du Pays

S A FIL C. 0.

Pius de § 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

SA FL C. 0.

Des milliere de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S.A FT. Cc. 0. |

a willivg de sacs de Sisal au service de ia Nation Haitienne

SA ELC. 0.

Une Industrie Natienale au service de la Nation Haitienne

SA FE GO.)

PDRARWEWE TESTE. SARA RANA RRA OIC III,

Verrerie

La Belle Creole

Snack - Bar

Kaience —

Gand Département de Jouets



a

MARQUES DU MONDE.





Cadeaux divers





:



J

SAMIDI 21, DIMANCHE 22 _ ET LUNDI 23 DECEMBRE 1968.

le potographe -

Lu: force se traduit toujours par
Je calme et la confiance en soi.
. (18)

1 .
Comprendre ceyx Ih auxquels
nous summes direclement lies est
ce quwil y a de pius difficile et -
de pls merveilieux ay monde
Cest ce qui exphque pourquoi
les. femmes pilus exigenies que
les hommes dans Jes raypo.ts hu
mains ne s’attachent desespére-

ment inconditionnellement qu’a
ceux IA qui tes comprennent, —
(19)

Qui seme lignorance récolte
la faiblesse. Aussi le Dieu des
croyants n’est-il pas responsable
de leur faiblesse. -

(20)

Conduire les hommes c’est les
comprendre, les @valuer, les défi
mir et ieS situer. C’est a ce prix
seulement qu’.ls‘ acceptent a sui;

vre ceux la a qui ils
donnent mandat de. voir et
de penser pour eux.

(28)-

Quand‘ on sange que le destin
d’un homme peut résumer
dang: ces trois mots: Taiure, Vi
_vre eb mourir on se trouve por
té ‘malgee soi partuis A consta-
ter compbien ce deslin est ridicu
le et injuste,

(29) :

Plus on force la nature, plus el-
le est genéreuse pour. lLnomme.
Par ¢ompte, elie fait toujours un
mauvais so.t 4 tous ceux-la 4 qui
eile a donné le maxin.un, corame
si elle aurait’voulu se venger de
leur ténecité,. Un trouvera la
Preuve de ces propos dans la bio

rv

graphie de presque tous jes hom
mes de génie. :
. (30) -:

Ce’ que ‘homme appelle inju
tice est la formulation 4 l’écnel *
le- sociale de la 10: de la seiec-
tion naturelle. . ‘
Pourquoi done l‘homme est-il cho
gue pas Vimjuscice en soi qui ~
_nest. autre: chose .. qu’un visage
de. la nature. ho

(81)

Plus on séjou-ne dans ia fou
le plus on est vulnérable.” La loi
des vases commun cants y trou-
ve sa pleine et entiére justifica (
tion. C’est ce qui explique peur
quoi les conducteurs d’hommes
que nous assimilons & des _ met-
teurs en scéne et les spectateurs
isolés sont moins accessibles aux -
grandes émotions qui secouent
certaines foules.

: ,

(32) Alurs que la
gloire d'une épouse éclipse la per
sonnaite d’un ma.i- obscur, la
gloire de ce dernier aur.ole au
contraire la personnalité d’‘une
femme obscure.

(33)
Les sots et: les envieux sont les
ennemis les, plus irréductibles et
les. plus dangereux de la culture.

(34)
L’Histoi.e a toujours été im
pitoyable pour les fuyards et les
vaincus.

‘

(35)
Dans les questions économiques
la femme . est umpitoyable pour
son pére, son frére et son mari.



‘Chez les étudiants du Centre de
J. B. Damier

L’un deg nétres qui a eu le
Plaisin: d’assistey- & une pe.te
féte de famille au Centre d’En
scignement Ménager' de J. B.
Damier est sorti tout simple-
ment émerve.llé de ce si beau
spectacle. L’oceasion Jui fut don
née de constater comment la Di-
rectrice du Centre, Madame ~Ana
eaona Déus Day, Spécialis:e at-
tachée au Déparement des Affaj-
res Sociales, met tout son
esprit
quelque cent cinquante jeunes
filles et dans les connaissances
qui leur sont nécessaires pour
étre utiles au foyer et pour ga-
ener leur vie.

Au départ les éléves du Cen-

tre se réunissaicnt péle - méle
dans une étroite chambre qui
servait de dépét a l’Ecole Profes
sionnelle. Maintenant, grace
& son savoir faire ec avec le con
cours du Ministre Max Antoine
la Directrice a pu effectuer d’im
portants travaux d’agrandisse-
ment et d’éménagement du Cen
tre, les éléves se. trouvent en me

Parfumerie

Atisanat

Lingerie

LT

aAaineulgquer 4a.

sure de travailler confortable-
ment sous la supe.vsion de spé

cialistes qualifiés en broderie,
couiu.e, coupe, artisanat, cu.sl-
ne, savoir-faire etc.

Hier aprés midi, ces étudiants
ont fété la Noel. Mme Anacaona
Day a dit justenient que Noel est
pour tous qu'il est en. tous, et
qu'il revient & chacun de trouver
Noel en soi, dans la paix du
coeur, Avec ses éléves elle a ex-
primé des voeux de bonheur pour
le’ Chef de l’Etat et sa famille,
et pour tout un chacun.

Des étudiants ont dit avec brio
des poémeg et’ exécute des chants
religieux et, patriotiques. Mlle,
Fanfan a fait le discours inau-
guzal, Miles Myrta André, Car-
melle Dévét, Marie Mercia Bor
des, Néhémie Célestin ete ont dit
des poémes et exécuté des chants
ge de cadeaux entre leg éléves et
une gentille petite réception pour
cléturer la féte. Tous nos félici-
tations A Mme Anacaona et A ses
dévouées collaboratrices.

yo.



artment Store >

: ’
oe rverorroreore - :
* OOO POPE L LOL LOLS. LP OOOO DOPOOIOD OOOO DD‘ OOOO DDD DDR OOOO OE. ;
+ POPPOOOCOPIOED










Bonnes sttaires . Pour vos Lunettes Blondie Oo os

le Commerce et Industrie |) — Voyez : can, tied pe Soe | (gE

ALEXANDRE 2?

ALEXANDRE

is i AST-IL AU BAL
OFFRE No. 1-68 : A ce sor?

KOENIG INTERNATIONAL ITD, 5 RU SSO . & Co.

IMITATION DE CUIR EN VINYVT.

. 25, RUE, BONNE Ful, 25
EXTENSIBLE E DE OUALITE SUPERIEURE

: 3294
Grand Choix de Coloris — Toute épaisseur — | Les meilleurs verres

Largeur 54° ow 135

Pour la Fabrication de : : “Les plus belles montures- Chronique de la vie P . lenne

. — reece =a — — Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»



Bottes 3 4 e ~~ ' . °
. 5 e Y . . . ’
i 5 ¢e > : | “4 ° at a Un ecolloque consacré & la econ sur la place de homme, du pot- et demi. considérations financitres, Vimpé
- Souliers Hommes et Femmes 5 our VOSs enfants I Maison dition “de la ‘poésie dans le mon- te dans le monde de la. technique.- - Cela ne signifie pas° que le ratit de rationalisation l’a empor
Sandales 3 | % de de la technique> a été inaugu : xxx partenaire italien, trois fois plus +é sur. les réflexes conservateurs

ré6_ ala Maison de la Radio & «La technique ce n’est pas seu-. grand, absorbe Citroen. II yaeu deg -nationalismes.

Sacs a main . : peut Vous fournir Sur place : Paris pour clére les manifesta - lement la technique industrielle, mariage parce que chacun des C’est bien le cadre juridique of

tions de l’année Baudelaire. Pier bien entendu, c’est ]’ensemble 'des partenaries apportait une~ dot fert par le Marché Commun qui a

j ss ~ re Emmanuel, de 1l'Académie techniques de communication par distincte. Pour fixer les idées, permis ce mariage, mais celui-ci

Coussins ae Qs . Francaise, Commissaire Général mi lesquelles on peut compter, disons.que Citroen dépore, dans we plus oin que ca cadrn. En ef

oo D4 o. Pp de cette commémoration natio - par exemple, les formes nouvelles ja corbeille de noces, un bureau fet, il postule en les c ~

Housses d’automohile des ver r es inéclatables. m@ onale, avait choisi ce théme car il qu’a prises la critique littéraire; de recherches et dés idées origi- tants, Vélaboration d’une Strate-

° ‘ 4 est trés manifeste que l'idée de mais il y a aussi bien entendu ia nales, et Fiat,,des structures de gie industrielle commune, ‘unique

; | Ameublement etc... ete... : : N progrés, plus exactement la trans radio, la télévision, le cinéma, i! production et un réseau commer ce que n’ont pas.encore fait les

Pp e § formation de la société en une y a le livre; aussi bien que la _ cial de dimension européenne, gouvernements ‘des pays mem -
SHecialied : SSC: % société industrielle rovoque science et la technique teller En raisonnant & court terme, bres

Et sur demande pour tout Usage Spécialis¢. ¥ a Z nous vol ' chez Baudelaire une Vive agressi. qu’on les entend généralement... on est en droit de penser que Sur le plan frangais, Ventente

vité. Pour Baudelaire la poésie ce qui est intéressant et qu’i}) Fiat avait moins besoin de Ci- Citroen - Fiat a donné un coup

z ; ae . yoni Vh ——n'ont rien a ga- faut espérer de ce coloque, c’est troen que Citroen n’avait besoin de fouet aux accordailles des fir-
Pour Echantillons, Prix, Renseignements, pour admi er les derni @ r meiZ homme “mont rien & ga faut gspérer de ce colo gens com de Fiat. La politique industrielle mes frangaises ‘Renault et Peu-

re E . : prennent ce mécanisme. 1] ne de Fiat est micux adaptée 4 la geot qui viennent de mettre en
Commande... S . que ia question demeure: toujowc s'agit pas du tout de partir en société d’aujourd’hui. Fiat pro - chantier, dans le Nord, une gran
; R | S 6essentielle. Voici les propos que guerre contre le monde de la tech duit tous les types de Mitures, de sine gute a jpartt de wits
reas \y . o , : nique; il es tla et nous y habi- de Ja 500 ¢ a la 2. produira les moteurs na e
Visitez LA MAISON YVES MORAILLE 8s nouveautes Pierre Emmanuel nous a confiés tons et nous en profitons et nous cmd. Ses filiales sont trés - Peugeot. y - . a © dPOUVONS Mémie T’assimiler 4 une diversifiées, dans la recher- ré le Président Directeur Géné -

7, Rue des Miracles en face de la B.N.R.H. 5

partie de notre univers intérieur, che et Vindustrie navale. aéro - raj de Renault, M. Pierre Drey- -
AVIS IMPORTANT mais ce qui est essentiel, c'est de nautique, spatiale et atomique. Ci fps union Renault - Peugeot
Le comité formé par Son Ex- montrer que cette activité spéci- troen, de son cété, misait sur un pourra relever tous les défis, eu-
Stes fetch sseaeg et hetceetstoteeetet th cellence, i’Honorable Docteur fique: la poésie qui est l'une des petit nombre de modéles origi - ropéens ou américains.» |
z apne.

Phone 3777



Frangois DUVALIBR, Président plus hautes activités de lesprit maux et dont Voriginalité juste- xEX
ODANONEAC HOI AOA EI, DEBARRE i Vie de la République a l’avan- peut étre comprise, non pas, com ment se payait var des délais Arme Sylvestre revient, Chan-
; ‘ Prepriétaires de camions, ha ‘ge et Je plaisir d’annoncer la me J’on dit, par un large public, ’amortissement atteignant jus- teuse typiquement francaise, elle
SEE SARA I, KHIM N INE HIN MEIN MIOM NONI AMI SY



tez-vous de réserver a «DEBAK parution depuis le 22 Novembre mais individuellement par des qu'a 20 ans, c'est A dire trop, compose et interpréte ses oeuvres

: sel 5 é qu'elle veut maintenant ‘un peu
. : RE» P 1908 du Tome II des fuvres gens de plus en plus nombreux.» | beaucoup trop dang une somété q
SIROP PECTORAL SEJOURNE /iiscace SSO SS § a

dh des prix atonnants : Présidence». xxx Mais a‘longue échéance, ni Ci- traites; gardant ses djstances

; A : troen ni Fiat n’auraient pu sépa’ mais découvrant des paysages in
Got agréable,.— Conservacion. 125 et dab oe i, tana 1, ce “magnifique ouviage de 619 TROEN eee cil ow trea, Tément, supporter la concurren- térieurs jusque 1A pares Sea
? - -

A bese de. CODEINE TOLU et EUCALYPTOL. de 180 chevaux, BMC 5,1 litre pages, revu, augmenté et corrigé, gais d’automobile, et de la socié- ce mondiale. entuce, eur mariage cransons He ‘sont " elle eat pat .

de 106 chevaux. transportera Je lecteur a travers té italienne FIAT, les construe- “8% =Y - -

5 . . t tri t tes. les éta- : Se ee c~ -ropéen, le pari de Ja concerta'« fois romantique, elle - n’ignore
Teux, Rhames, Brenchites Enrouements, Influenza, Prowiietoines Cpise, Fapidement) es oe nina Leader des teur dautomobites Ceurope, est tion et de la concentration des rien des finesses de humour ain

oy .
Affections. des. Poumens et 6D, » vous fourni masses nationales tant urbaines pour 50 ai Confme lorsqu'il ¥ + unités de production. Quek-que .si.qu’en témoigne cette chanson

ra a partir du mois de Décembre ue rurales & la triomphale vic-

soit, 4 Varriére plan, le poids.des franco - québecoise.
des différentiels, propeller shafts, toire aux urnes le 22 Septembre

git d’époux qui ont déjé un passé





“ : et possédent quelques biens, Ci -
starters, tétes de {vjindre, pom 1967. 1 troon et Fiat. ont passé un eon-
pes 4 injection vt des ressorts Pour le patriote, Vérudit, le . ore 1
LISEZ pour vos véhicules. * 2 trat de mariage qui préserve la

e
chercheur curieux et avide de sa- sonnalité et la fortune de che R tt; S pl
. : «DEBARRE>, Adresse : Rua voir, cet ouvrage, luxueusement an _ Et pourtant, c’est bien d’un ece eS im es
«LE NOUVELLISTE2 du Magasin de l'Etat

présenté, sera d’un préciewx con- . ) agi , ae
: P.O. Box 225 — Port-au-Brince. , . mariage qu'il s'agit, d’un maria

eo s- eo, Oo
ora Sn tin =~ de Cuisine Haiti
GQOGGG inunenanaunnapeniinessennmesenemeennteapeemmantamatel: MIA ALLAN SAALASLAMIA 9 MA cbté des textes dun sounfle Etapes f fost fioement e uisme al enne















est fort minutieusement
patriotique puissant et d’un réa- préyue par un accord basé sur

lisme parfois brutal, nous est 1¢- deux instances distinctes. CONSEILS PRELIMINAIRES.
tracée par le sortilége des 98 Premiere instance: un organis 2 Par Ninichs
clichés reproduisant tous lea as- me paritaire coordonncra progres EQUIVALENCES DE CHALEUR :

Gg pects d'une campagne riche en sivement les recherches, les pro - POIDS ET MESURES EN CUISINE:

‘ legons de civisme, l’incomparable grammes d'investissements et de / - .

(ff boussée d’une personnalité puis- production, lapprovisionnement Une cuillerée & soupe non dé: - Une tasse-mesure de riz pése

{i% sante comme le Bastion de Ver- et la vente. : bordante de liquide contient: 1/2 :7 onces

{ tiéres; Deuxieme instance: Citroen once et 2 cuillerées 4 café, ° Une tasse-mesure de pois rou-

{ L’Rsitien digne de ce nom s2 erée une société financiére fran- Une tasse-mesure contient ou ge pése 7 onces .

1 @ ‘oit a lui-méme da posséder un aise ou Fiat prendra une parti- 8 onces, ou 1/2 pint, ou 1G cuillee - Une tasae-mesure de café vert
el ouvrage. cipation de 15%. Réciproquement rées a soupe pése 6 1/2 onces .

‘ L’exemplaire relié’ est vendu Citroen peut devenir actionnairc Une tasse-mesure de gros sel Une tasse-mesure de mais mou

u prix de $ 10.00 au Comptoir chez Fiat. . pése 1/2 livre ou 8 onces lu pase 6 onces
e Vente des Oeuvres Essentiel- Les mariés ne sou nallement Une tasse-mesure de sucre en + Une tasse-mesure. de graisse

les (Presses Netionales,d'Haiti), égaux. Citroen produit environ poudre pese 1/2 livre ou 8 oncesi pése environ 7 6nces —
Comptoir de vente des Ueurres un demi million de voitures par Une tasse-mesure de farine pé- N. B. Les produits & mesurer
Fasenticlles an, Fiat en fabrique un million se 6 onces ne ‘doivent pas étre taszés.



SIIDIDA Sa IA ahs

NE SOYEZ PAS PARMI LES ENVIEUX...

MAIS PARMI CEUX QUE L'ON ENVIE...
AVEC es



fa Maguy Shop _
Rue des Miracles No. 66 .
La Coquetta Maguy Shop est fire d’annoncer a sa
distinguée clientéle Sa grande Vente Anniversaire
qui aura lieu. 3 a partir du 23 jusqu’au
" 28 Décembre 1968.

'.. LISTE DES ARTICLES:































Femmes _ Hommes go
Sacs/a:main. ee Porte-feuilles .
Toilés den obit: " Chemises, Cravates te
Valises é . Boutons de poignets e
Guipurgg,:- oo oo Maillots derniers-cris — |
Gants da férémenie,. ‘ Ban-Lon

Tissus lourds en Crépe (Manches courtes et longues)

—¢ toutes les couleurs) 2 Ceinturons

“
Hosicry

. Mosaasins -- Souliers

“ ete...











DERNIER CRI DE LA TECHNIQUE FORD, MONDIALEMENT cCrLEDRe "
DISTRIBU TEGR POUR HAITI

i






PROP POODP IPOD IODC OO OT OS
Garconnets et Fillettes
res _ Chaussures et un grand ="
choix d’articles.. . :





































CECA INIT

WASHINETON (AFP)
Le Dévartement. @Etat a ‘offi-
ciellement, annoncé: diman ir
que les 82,.membrés ‘de J’équipage
- du navire; espion amériéain’ Pue-
blo avaient été libérés.
Le Département, a@Etat a an-
noncé dimanche soir que pour ob
_ tenir la mise.en-liberté des 82






e

Le Tribunal Cjvil de Port-au-
Prince & la date du 12 Novem-
bre dernier a rendu un jugement
de divorce entre les époux Boro
mée Carl Dorsinville, I’épouse
née Marie Lucia Lamothe dont
le dispositif est ainsi congu :

Par ces nfotis le Tribunal aprés
examen, maintient le défaut pré
cédemnient octroyé contre le dé-
fendeur; Pour Ie profit, admet
divorce de la dame, née Marle
Lucia Lamothe d’avec son époux
le sieur Boromée Carl Dorsinvi!
Je; Prononce la nulljté du maria
ge ayant existé entre eux; Con-
fie A la‘ mére In garde de l’en-
fani issu) dn mariage, réserve
faite du droit pay la femme de
réclamer une pension alimentaire
pour Ventre’*ien du dit enfant,
cendamne JVépoux défendeur a
Cent Cinquante Dollars a titre
de provision ad litem; Or-
- donne qu'un extrait du pré-
sent jugement sera inséré
a la diligence de l’épouse deman
deresse qui a obtenu le divnrce
dan, l'un des quotidiens s’édi-
tant & Port au Prince sous peine
de dommages — intéréts envers
les tiers s'il y échet, sans préju-
dice deg autres formalités pré-
vues & Varticle 10 de la Loi du
6 Juin 1968, etc.

Ce jugement a été signifié le
15 Novembre 1968 par Vhuissier
Sylvestre Jean commis A cette
fin. Aucune - voie de recours
n’ayant éé exercé contre lui,
sommation a été faite a l’Offi-
cier d’Etat Civil de la Section
Est de la Capitale d’avoir a
transcrire le dispositif dans ses
registres apres qu’avis a été don
né par acte d’huissier & V’époux
défendeur. .

Cette formalité de transcrip
tion étant accomplie une expédi-
tion de Vacte portant le No. 34
a été remise a la dame Marie
Lucia Lamothe aux fins de droit.

Le présent avis est publié
dans Vintérét des ‘tiers en géné
ral.

P-au-Pce. le 23 Décembre 1968

EUGENE LEROY
: Avocat
IMBERT LEGROS.
_Avocat

Les Amants
tragigues a P-au-Pce
pour le Nouvel An

Inquiétante nouvelle et curieu-
se maniére de souhaiter la bonne
année ! Et cenendant, i) s'agit
dijune bonne, d’une grande, d'une
excellente nouvelle pour les ama-
teurs de bon cinéma. Le fameux
film d’Arthur Penn qui. a boule-
versé l’'Amérique, conqtis l’Eu-
rope, engendré des polémiques,
lancé une mode vestimentaire, ce
« tenant considéré comme un des
plus grands films de notre temps
est. arrivé. cette semaine. Les bo-
hines du film sont en tours ue
dédouanement, d’ores et déja la
direction. du Drive-In de Delmas
nm mesure d’annoncer que le
sera programmé le ler et le:
2 janvier. Un Bpectadle gu’ "ilgn nev
faydra manquer & aucun prix.



Dacbtereranec grat qcecececal ee Cie e Se eee

“=““LA MODE A VOS PIEDS |
- LE CHAT BOTTE

VOTRE BOTTIER PREFERE,
~ (em bas de Radie - Haiti)

S3SCSS NOE SH KACICACIC IONIC EIEN IE SORE IE NEIE SESE ICI GE IE SESE IESE SE I SEM EIS Me TOON IID eS

du «Pueblo»




“membres de l’équipage du Pueblo,
le ‘Repfésentant des Etats Unis
& Pan Mun Jom avaif accepté de
‘aigner officiellement une «confes
sion falsifiée par des nord - co-
réens,

Le Departement. d'Etat a pré-
cisé que les Etats Unis répu-
diaient la confession rédigée par
la Corée du Nord et que leur Re
prégentant avait répuciée a Va-
vance mais l'avait signée malgré
tout dans un but humanitaire.



Carnet Social

Dimanche 22 Décembre rame
nait l’anniversaire de la sympa-
thique dame Lily Rosemond fer-
vente lectrice du Journal.

En cette heureuse occasion
nous nous associons aux voeux
des parent. et amis pouy dire a
Lily: Bonne féte et ad multos
annos,

POCOOODODOwooooe
TONTON NOEL
sur son parcours a déposé
un fort Iot de Jouets
pour vos enfants

AU MONDE CHIC

De jolies boites de mouchoirs
«Suisses pour hommes
et dame, et A loccasion
‘du Jeiw de VAn
un grand assortiment
de broderies ex de jolis tissus
de toutes sortes
pour vos robes.
Et sans oublier pour
la fraficheur de votre peau
Votre Savon Citron Valoy,
Savon au suc de laitue.

AU MONDE CHIC

Rue du Magasin de |’Etat 89



Changement
d@’Adresse

LIINSTITUT HAITYT
PROMOTION DU CAFE br pes
DENREES D'EXPLOIT'ATION
avise Jes intéresség que le Bureau
Central de Cet Organisme logé
antérieurement a la Rue du Peu
ple, a été transféré, & l'ancien
local du Chalet de la Pan Ame
rican Airways — Chancerelles.

La Direction Générale
P-au-Pce. ce 23/12/68
oe





présente en exclusivité les marques suivantes
réputées dans toutes

les Capitales d’Europe et d’Amérique

Reg lement de l’affaire AU FIL DES JOURS...

suite

LES ETUDES DE Me. EBERLE
BEAUBRUN A PUERTO RICO

Vendredi matin est rentré
de San Juan, notre estimable ami,
Me. Eberle Beaubrun, Licencié
en droit, avocat,

Eberle, Redacteur en Chef au
Département de la'Santé Publi-
que et de la Population, était
parti en Janvier de celta année
comme boursier de l’OHA — pour
aller étudier la planification avec
spécialité en: planification écuno-
ae & l'Université de Puerto
Rico, au Campus de Rio Piedras.

li est revenu pour pusser Jes

fétes de fin d’année avec les
membres de sa famille. .
Nous lui souhaitons d’ugréa-

bles vacances.

. XXX
ENGOUEMENT POUR
LA JOCONDE

. La Joconde, c’est le nom

de la plus fameuse peinture du
monde, l'un des Chefs d’oeuvre
impérissables de Leonardo da
Vinci.

Cest ici le nom de Vun des
plus élégants magasins de la

Capitalc, nouvellement établi &
la Rue des Miracles.

Les Magasins La Joconde, que
viennent de créer Mmes Nicvle
Augustin Honorat et Ginette
Bourjolly Roy, ont été inaugurés
le Mardi 17 Décembre.

La curiosité avait attiré une
foule considérable ce jour-la et
‘ta satisfaction continue de faire
revenir tous ceux et toutes celles
qui y ont découvert les plus
beaux rayons de cadeaux pour
hommes, femmes et enfants, les
rayons les mieux pourvus de pro-
duits de tous genres pour les
deux sexes, car il y a tous les
produits de toilette de la meilleu-
re qualité; il y a aussi des bon-
bons des plus fameuses marques.

La Joconde attire comme un
Palais de Cadeaux.

. xxx
SUCCES DANS L’ESPRIT DE
NOEL AU DE LUXE
. Lesprit de Noel s’épanovit

& De Luxe Auto Ciné ott enfants
et adultes s’amusent avec le mé-
me élan du coeur qui se donne
A la joie. ~

Dimanche ce Ciné a connu un

‘ autre grand succés avec La Cu-

rée tirée du célébre roman d’E-
mile Zola,
xxXX
REVENUE POUR LES
FETES DE FIN D’ANNEE

.. Ce miid est rentrée de Ma-
drid Mile Anne Marie Bosquet,
jolie soeur du Député Mme Max
Adolphe.

Anne Marie qui a étudié pen-_
dant deux ans les langues et la
cosmétologie 4 Madrid est main-
tenant Secrétaire & l’Ambassade

"Haiti dans la Capitale de ’E's-
pagne.,

Elle a ev un accueil des plus
enthousiastes cet aprés midi de
la part du Secrétaire d’Etat ‘de

LILI NDP ED De

INSTANTANE
AUTO _ MATIC
C'EST KODAK ! 1!
CAMERA ET PROJECTEUR
APPAREIL A PHOTOGRAPHIER
PROJECTEUR POUR SLIDE
VIEW - MASTER
FILMS EN BLANC ET COULEUR
EN VENTE PARTOUT.

DON MOHR SALES co,
Distributeurs.

LLLLLLILAL DS LIDS SINS LA NSLS IL p
| AMA LI IAL LL A LAL S SALA



Pine-Sol”

3e Lot

TIRAGE SPECIAL PINE-SOL 196
A TELE-HAITI id

, Le Dimaneiic & Janvier 1969
au cours d’un programme spécial

PINE SOL TELEVISE

Ter Lot: $100.00Cash ~~”
ze Lo 50.00 Cash
25.00 Cash

Autres primes: plus de 600 flacons de PINE-SOL

Pour participer, simplement retournez votre
bouteille vide de PINE-SOL a votre Market.

ET SURTOUT RETENEZ BIEN LA DATE :
. DIMANCHE 5 JANVIER 1969
Pour plus de renseignements concernant

lgsprogramme complet que vous offre PINE-SOL,






»plaisir, a TELE-HAITI, le Dimanche
w 2b. Janvier 1969, suivez les annonces PINE-SOL
1a FLASH - PUBLICITE, MBC, a Radio-Caraibes,
ft sur les journaux Le Nouvelliste

7 et Le Nouveau-Monde.

Vii - SOL Nettoie mieux, Désinfecte a
Désodorise en méme temps

100%,

la Santé Publique et Mme Max
Adcsiphe, de leur jolie tille Maga
ly, du Député Denis Balthazar,
de sa gentille fille Carine, de Jeg
sy Fougy e tde M. Carl Alcin-
dor du Protocole.

Elle est rentrée de Madrid
pour les f&tes de fin d’année,

xxx
LE SUCCES DU SPECTACLE
AU BORD DE L’AUBE

».. Vendred soir, le Rex- Théa-
tre était rempli a craqu Une
foule considérable y tai, accou-
rue pour assister au spectacle Au
Bord de VAube (La Marche Aa
V'Etoile) qu‘allaient présenter le
Rallye de l’Effort du R. ‘P. Paddy

Poux et Lavinia Williams Yar-
borough.
On remarquait dans cette

foule, des officiels haitiens, |’Am-
bassadeur des Etats-Unis, ‘des re-
ligieuses et religieux.

Le spectacle justifiait ce dépla
cement, La mise en sctne était
bonne, les danseurs sortis de
VEcole de Danse de Lavinia
étaient excellents. Les membres
du Choeur étaient formidables.
Les voix de Mme Edouard Du-
pont et du Pére Paddy Poux se
firent entendre dans des commen-
taires bien faits.

Sil y a un reproche 4 adresser

& la mise en seéne, c’était Ia
longueur du spectacle.
Le public a applaudi chaleu-

reusement la partie
du spectacle.
Ce fut une excellente soirée.

folklorique

xxx
LA NOUVELLE EXPERIENCE
DE Me. YVES LEREBOURS

. Vendredi est rentré A Port-
au-Prince, Me. Yves Lerebours,
avocat comptable,

Sous-Chef du Service de Préts

4 l'Institut de Développement a-
gricole et Industiel (IDAI) était
parti, il y a vingt et un mois
comme boursier de !OBA. Pen.
dant ce laps de temps, il a étudié
& MInstituto de Planeamiento de
Lima, Pérou ot il a préparé bril-
Jamment son Master en planifica-

tion régionale et _urbaine,

A Hopital...

; (Suite)
tiong pour faire, dans
bref délai possible, l’acquisition
d’une nouvelle buanderie pour
remplacer celle existant actuelle
ment et qui a fait son temps.
Nous félicitens l‘Administration
de )H6pital de TUniversité
a’Etat pour ces ‘xcellentes
iniiidiat iv es d’jnscrivant
dans le vast e plan de relé-
vement aménagé par le Départe
ment de la Santé Publique, con-
formément aux instruction, de
S. E. le Président & Vie de la
République.

le plus

Si vous désirez acheter des
Sandales modéles «Apollo» de tou
tes beauté, et. de qualité pour les
fétes de fin d’Année; visitez le
Cordonnier bien connu MAXAN
MERAN a la Rue du Champ de
Marg au No. 82. Travail soigné,
prix modéré

Joyeux Noel, Heureuse Année
& tous ses Clients et. Amis.

A Noel
En tout

FSNANANANT SNE .

PLLILIIISS INS ASAD LAI AS

L’Exploit d @ Apollo - 8
Les trois hosmes” > continuent a
faire des découvertes auxquelles
personne ne s’attendait. Hs ont
ainsi constaté que les Etoiles
sont moins visibles que de la ter-
re, Frank Borman a déclaré qu'il
en apercevait moins que prévu
sang doute, a-t-il dit, en raison
de la réflexion de la lumiére so-
laire sur la terre. De son cdté
James Lovell, le navigateur du
groupe a déclaé que l’es-
pace autour de la Lune est
din bleu trés clair, aussi clair
que ce que nous voyons de la ter
re, jl n’est pas noir. La surprise
A ce sujet a été aussi graade
pour les trois hommes que pour
les spécialistes du Centre Saptia)
de Houston, qui s’attendaient
tous 4 ce que espace autour de
Tastre fut noir. Environ vers 22
heures GMT (Samedi soir) les
trois cosmonautes avaient pris
leur premier déjeuner.
Dans Vespace. Ils avaient man
gé du jambon, des giiteaux a la
svanille, des péches et du jus de
Pamplemousse. Auparavant ils a-
vaient oté leurs lourdes combi-
naisons spatiales. Is portent dé-
sormais leurs combinaisons de
vol, beaucoup moins lourdes, et
dans lesquelles ils ont des gestes
moins gauches et peuvent se re-
poser. Frank Borman a 6té6 le
premier & prendre place dans
Yun des deux sacs de couchage
fourreau qui se trouvent dans la
Cabine, Ses deux camarades vont
rester de quart ensemble, et le
réveilleront ce matin vers 07 heu
rese GMT afin de prendre a leur
tour leurs sept heures de repos.
Au cours de son observation de
la lune, James Lovell s’est éton-
né de ne pouvoir distinguer la
partie située dans l’ombre. Je cro
yais pouvoir la voir, s’est il écrié.
La partie visible est peur étre
trop brillamment éclairé, — a-t-il
dit encore avant d’ajouter en plai
santant : peut étre I’absorbtion
de la lumiére est elle due 3 la
présence d’atmosphére sur la lu-
ne
Apollo-8 est entré cet aprés-
midi dans le champ d’attraction
lunaire.

Les bureaux de
Naude Sales
Corporation

Nous avons recu la visite de
notre ami GEORGES NAUDE
qui nous a informés que seg bu-
reauy — NAUDE SALES COR
PORATION S.A. — de méme
que le CONSULAT DE BELGI-
QUE sont actuellement A léta-
ge du Building Naudé, a Ja Rue
Pavée méme adresse, ‘méme nu-
méro de Téléphone 3076.

Errata
Dans ¢Le Nouvellistey d'hier,
Page 2 (Billet au choniqueur

d’'Au Compte- Gouttes) lire en
8e colonne, 4e paragraphe, ligne
42: «...un grand nombre d’ar-
tistes... qui méme lorsque
plus tard ils se détacheront du
mouvement...» 5e colonne, ligne
5 :... ecette affirmation (quoique
interro-

exprimée s sous la forme
gative)>..



! Au Nouvel An

temps.

Les plus BELLES CHOSES .
s’achéten: 2ux BELLES CHOSES
353 Ave. Jean - Jacque: Dessalines.

REET LALAINIAN VARAMIEN WLW MMII AM MMII MISHA T IIOIEION
UOLGODIOCSOOOGI ESI IIe, 8

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN



' Rensefgnements et Inacriptions

inaugure en Janvier les

Cours asui-

vanta ;
Sténographie Frangalse Gregg

Dactylographie Gilingue

Comptabilité Américajne lére Année
et Cours Intensif de Junvier A Aoft
1969,

La Rentrée aura lieu les

5 et 6

Janvier.

tous les jours sauf Samedi et

Dimanche 4 'ECOLE DE“COMMERCE JULIEN CRAAN Ave-

nde Chrigtophe et “Rue:.6, ; *



LILA LIL SSSI,



“LA MODE A YOS-

CHRI
ae

‘GINO

Heureuse initiative
de la Firestone

La Virestoné internacional dis
tribue cette année de jolis Alma
nachs présentant deg vues de
toute beauté de différents pays.
Une de ces vues présente un coin
charmant de Ia Cité Dumarsais
ESTIME. Ces Almanachg de la
Firestone sont distribués dans le
monde entier.

Noug croyons savoir que ce
sont les démarches de lactif Ma
nager de la Firestone, notre ami
dohn Legis qui ont permis la
publication de cette photogra-
phie d’Haiti. .

Rappelong que depuis plus de
20 ans, ja Firestone poursuit Bes
acivités dans notre pay&

Excellent pour notre propagan
de touristique. Nous ‘félicivons

notre ami John Legis et la Fi- ¢

restone,

——z..24.
Snopping Flash

Numéros sortis au tirage. des
20 - 21 et 23 Décambre’ & I'é-

mission Réveil Musical Flash
~Pucticité suc ia Mus.c.

2439 8957 4218

4719 1626 59 |

2313 1370 1149

4062 2896 3034

3187 798 1521

4383

Les primes sont 4 réclamer au
bureau de Flash Publeité, 48, Rue
des Miracles.

un veau Mariage

Samedi 21 Décembre en cours
& 6 hrs. 30 p. m. a été célébré au.
Sacrc-Ceeur de Turgeau le ma-
“riage de la gracieuse et distin-
yuée Melle. Evelyne Maingrctte,
technicienne de Laboratoire et du
jeune Luckner St-Dic, agronome
chargé du District de Jacmel.

Le charmant couple a été con-
duit au pied de 'Autel par Mme.
Bernadotte Larosiliére et Mr. le
Dr Antonio Sénat. La cérémo-
nie nuptiale, célébrée par le Cu-
ré de la Paroisse, se déroula
imposante devant une assistance
nombreuse et recueillie.

Le célébrant fit une magnifi-
une homélie pour tracer aux
époux leurs devoirs.

A: Vissue de la cérémonie, une
belle réception fut offerte aux
invités par les parents qui se
dépensérent sans compter pour
étre agréables a leurs hétes et
pendant laquelle le parrain pro-
nonga un beau discours de cir-
constance,

Nous prenons plaisir & adres-
ser nos voeux de bonheur aux
époux et nos compliments & leurs
parents,





Décés de Joseph

Juste Fils

Un cable regu du Canada nous
apporte la triste nouvelle de la
mort du jeune artiste Joseph
Juste Fils, dit Boulou, survenue
le jeudi 19 Décemb.e au Canada
a la suite d’un accident de voitu-

“Le défunt qui fut Pun_deg plus
intéressant ‘éléments de la géné
ration, laisse un vide parmi ses
nombreux amis qui appréciaient
en lui Vhomme avenant, sympa-
hique qui élevait Vamitré a la
hauteur d’un culte.

Les funérailles ont eu lieu ce
matin ay Canada et une messe
de Requiem
24 -Décembre -& 5 Heures
am. a l’Eglise St Gérard pour le
repos de ame du regretté defunt

enlevé si cruellement 4 l’affection.

de ses parents & laquelle sont
invités parents et amis.
Nous présentons nos sincéres

condoléances 4 sa mére Mme Vve -

Joseph Juste, née Eugénie Ké-
breau qui, en moins de huit mois
vient d’étre, une nouvelle- fois,
frappée par la perte cruelle de
son second fils, & son épouse
Mme Vve Joseph Juste Fils, née
Esméralda Jean, & sa soeur Mme
Anna Juste et enfants, A son
oncle et tantes Mr et Mme Rev.
Pasteur Dantés Kébreau Mme née
Anna Romulus, Mme Francis
Erié née Emilienne Kébreau,
Mme Waldo Hippolyte née dréa Kéb.eau, Mme _ Laulouse
Juste, 4 son beau-pére et belle-
mére Mr et Mme Victor Jean, &
ses beaux-fréres Révérend Pére
Freud Jean actuellement au
Canada, au Docteur Schubert
Jean actuellement A Paris, 4 sa
belle-soeur Iderle Jean actuel-
lement & la Jamaique, asses
cousins et cousines et ainsi qu’aux
familles Juste, Kébreau, Errié,
Hippolyte, Pierre-Pierre, Jean,
Michel, Romulus, Pierre, et aux
autres parents et alliés que ce
deuil afflige.



Pharmacies assurant
le service cette nuit.

Lundj 28 Décembre 1968
VITAL HERNE
Rue Pavée
SAGn> COEUR
Lalue
Mardi 24 Décemi~a
SAINT RAPHAEL
Carrefour Feuilleg
MARIE CLAIRE

Rue des Front Forts
Mercredi 25 Décembre
PEROU
Rue des Césars
MATHURIN

Rue des Frontg Forts :

Réponses aux jeux

du «Neuvelliste.
CHAT ECHAUDE CRAIT
L'EAU FROIDE.—
(Chat - Ai - Chaud - Dé - Crin -
Lots - Frou - A - Deux).




. vous OFFRE : LES MIRACULEUX SERUMS: : HORMO-

DIOR
gi nae SOURDAN
. RESTIGIO
: DABAL, DE LIS

sera dite le mardi --
80 -

ALDROVANDI

place ont des prix que le. Dépa
tement du Commerce devait con-
trdler. Cette tendance & majorer
les prix des spécialités crée une .
situation dépiorable. Souvent les’

médecins presecivent des spéciali-

tés que les démunis ne peuvent

faire exécuier, parce que leur

situation économique ne le leur

permet pas.

Devant une telle situation, le
Ministre Adolphe suggéra le
retouc aux formules et aux pré-
parations magistrales et officina-
jes.

Les irrégularités proviennent
de ceux qui tolerent les
colporteu:s et les marchands
ambulants qui débitent des pru-
‘duits dangereusement falsifiés et
mettent endanger la vie des
gens. Ces colporteurs Yet mar-
chands ambulants forment de
véritables gangs et débitent dea
_produits falsifiés sous focme de
vitamunes et de péniciline. .

‘Le Ministre Max Adolphe

Wlicita alors la collaboration de
tous les pharmaciens conscients
pour l’aider & combattre — ces
gangs pour qu’en retouc les phar-
maciens reprennent leur prestige
@antan.

Ti faut considérer les problémes
du sous-développement et cevenir
aux préparations mag.strales et.
officnales dit le Ministre Adolphe.
Nous reconnaissons que le monde
doit marcher avec les progrés de
la science en faisant vas des spé-
cialités, mais les: médecins doivent
tenir compte de la situation
économique des geys et les’ phar-
maciens doivent se rappcler tout
le mérite qu’il y a a éxécuter une
prescription dans leur laboratoire.

Le Ministre Adolphe considéca
comme un point essentiel des
discussions, le préte-nom qui est
un danger pour la conscience pro-
fessionnelie du pharmacien.

Tl reconnut que Ja situation é&
conomique désastreuse du jeune
pharmacien en est souvent la
cause. Il se demanda alors est-ce
qu'on doit enseigner toutes ces
connaissances A la Faculté pour
que le Jeune pharmuacien, soit
ensuite exposé & Vexpio. tation de
certains hommes ‘d’affaires
commergants,

Dans ce gouvernement ott la
Justice sociale est a l’honneur,
dit-, i nous faut tout mettre
en oeuvre pour concrétiger . cotte,

. P RIX ©
SACROMONTE ©
MONACQ,
TORING
HELENA”
ORBI

macien sosthene Gerfrard. -



ul donna la-parole - au Phar-

Ce dernier insista sur le fait

& savoir que l’on doit faire obli-
gation aux phanmaciens de. ne
laisser la vente de certains pro-

deg produits

‘

duits & aucun profane. iy a
que seul le pnar -
macien est apte 4 manipuler.- *

Le Pharmacien Justin Castera

fit une brillante invervention

quand le Ministre Adophe lui
passa la parole.

dl parla des efforts a faire
pour redonner & la professian son‘
prestige, Membre important du
synaicat des pharmaciens, il sug-
ge.a la formation d’‘une com-
mission qui travainera avec le
Departement au relévement de

- cette protession qui est en train

et..2

philosophie. %

Il parla de
pharmacies face & la concurrence -

Ja situation des :

déloyale entre elles, du probléme _,

des prix fixés d’aprés la
du 19 Aojfit régissant le fonction~
nement des pharmacies. Cette loi
prévoit la création d’une section:
de contréle des narcotiques, l’ins-
titution d’un cahier de vente des:
produits qui doit &tre visé. par
le Service des contréles, ~~
Pour combattre les prescriptions:
falsifiées, il a été établi une | ste-
des signatures des médecins, aver

des fac simile, car i] a été relevé |

un nombre croissant de morph

parce qu’ils ont le vaudon.
Le Min‘stre Adolphe vient en-

suite & parler du..Service de nuit >

qui a été organisé pour les
d’ext: il. idé-



ATTENTION
ATTENTION

Dans une ambiance :
direct.on ‘de"V'Hatel SEI
offre & sa fidéle elieniale’

apcés,ol une musique entrainante
et une cuisine de cho'x douneront
& tous Voceasion de s*amuser
follement pour féter dns -une
joie délirante, l'année qui;s’en va
et celle qui vient,
Orchestre Les Schfeux- Schleux
24 Décembre 1968, grand
veillon — Buffet dangang
chandelles.
Entrée $ 3.00;
25 Décembre 1968
Buffet dangant
Entrée $ 3,00
26 Décembre 1968
Barbecue dansant:
Défilé de mannequins
31 Décembre 1968
Grand Bat de cléffure de
d’année
Entrée $ 3.00
2 Janvier 1969
Barbecue dansant,
Mannequi
Entrée ¢ 3.00

‘aux

fin

Défilé de



Ce?



"ans een: Be
rae nt Be passer “de drogues Q -

loi

n
une série de soirées indiquée ci- §'














tadio Philips yous
; coute seuicment $-19.50_

EN JUTRE VOUS TROUVEREZ.
23 AUTRES MODELES A VOTRE: CHOIX.

A LA CURACAC TRADING CO:

sna th

d’étre decri€e. it fit plusieurs
autres suggestions qui ont :etenu
Yattention du Ministre et de
ses contréres. Il dit au Ministre
Adolphe que c'est tout &.son hon-
neur de provoquer cctte réunion
pour dissiper un malentendu entre
tes pharmaciens et d'autres é-
léments responsables, :

Ii demeti.e certamn que cette
prise de contact appurtera la
solution du’ probléme.

Ba pense que Je service de nuit
est nécessaire, indispensable
quand if est bien dirige.

La lacune vient de notre cercle
enseignant,

Lui aussi s’est élevé contre les
intrus, les commerganta qui s’infil
trent dans la protession. 11 recon-
nat que le mal ambiant’ est le
situation acaomique.

Le Dr. Cicé.on Desmangles
que le Ministre Adolphe prenait
comme po.nt d’appui dans certai-
nes de ces declarations, félicita
Je Ministre de la Santé Publique
et de la Population, @avoxr mon-
tré ta bonge volonté de résoudre
un p.obléme qui intéresse A un
si haut point la communauté,

Aprés avoir analyeé ies points
discutés par le Mimsatre tels que
Je pourcentage. dans ces ventes
- des médicaments, le contréle des

narcotiques, le fac-simile, des si-
; ! gnatures! des™ miédecing, . il promit
* auzMinistce ‘toute sa‘ collaboration
pour arriver & trouver une solu-
tion aux problémes et redonner |
tout son p.estige a la profession.
de pharmacien,

Lejeune pharmacien Des-
maiigles’ ‘dé ‘Sciencia fit'remarquer
. au Ministre que la liste des pro-
= duits dont disposent lea pharma-
cies devraient étce renouvelée, .



7

Le’ Ministre Adolphe impres- ~

sionna l’assistance en prouvant
qu’il a fait revivre des formulai-
res qu'on croyait enfouis dens
Voubli.

La réunion prit fin sur la dé-
cision du Ministre Max Adolphe
de former une ion en: vue
d'une nouvelle lég-slation sur le

fonctionnement des pharmacies.














Bcoratif g-
muraux
8 écoratifa

EXPO 247
GEORGE RIZK, Prop.
“i. Ave. da-Jacques:

-PRINGE, HAITI
PHONE : 3788



: wPour: tout achat ;,
Ueagh | ‘au ‘magasin’
«QUALITEX»,
‘da fiche de vente
. donne droit a
da participation a
' un tirage dont
' Teujeu est un voyage
Port-au-Prince —
Puerto-Rico :
aller -, retour.
Le Virage aura lieu

le 31 Décembre.



































any