Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


t

ae

YR


























os 7 QUOTIDIEN .
Ls PLUS ANCIEN D’HAITI

_ FONDE EN 1896

‘Directeur - Administrateur =
MAX CHAUVET

No 27.632

Le général Lazaro Cardenas

' Un grand Président du Mexique

Par Dr Louis G. LAMOTHE

Le Mexique peut s’énorgueil - de sa carriére militaire et politi

lir d’avoir 6t& dirigé par le Gé-
* néral Lazaso Cardenas, un des
plus grands mexicains encore vi
vants de ce pays. C’était un
chef d'état si extrémement mé-
thodique que sa vie entiére était
enfermée “& V’inérieur d’un pro
gramme irréductible: V’intégra -
tion des indiens & la nation, a
la civilisation. Ce programme
déterminait tous ses actes ausai
bien movaux que politiques. A
cété de Lazaro Cardenas,presque
tous les chefs d’état_ mexicains
paraissent minuscules. erde -
nag ,c’est le révolutionnaire par
excellence. C'est Vindien exem-
plaire. C’est l'une des plug for-
tes personnalités ‘que le Nou -
veaa Monde ait produites.
Cardenas n‘est pas de Mexico,
mais ‘du nord mexicain. I a vu
Je jour a Jiquilpan le 21 Avril
1897, Jiquilpan petit village de
la province de Michoacan encas-
tré dans sa campagne. Son pére
était un pur indien tarascan. La
tribu tarascane a été tellement
belliqueuse qu'elle n’a jamais é-
té soumise par les aztéques.
L’éducation de Cardenas fut
sommaire & cause de la pauvreté
de ses parents. Tout son physi-
que dénotait le gue-rier de la
révolution. Dans ses yeux, om-
bragés de sou.cils épais, brillait
le regard plein de bonhomie du
futur chef. ae
En 1910, éclate la révolution
Cardenas, alors 4gé de 13 ans
s’én-éle dans le’ camp des révo-
lutionnaires et ses exploits mili
taizes commencent & faire par -
ler de lui. Calonel en 1920, il
devint général de brigade. Carde
nas n’a eu qu’une passion: Le
Mexique et, A Vintérieur du Me
xique: Vindien. Ii se considé -
rait comme la conscience de son
pays, d'un pays A faire et, par-
ce quwil était le Mexique, il unis
sait le-passé par la mémoire, et
Yavenir par:la lutte. Parce qu'il
aymbolisait le Mexique, il était
& la fois Mexico et la campa -
gne. Simple comme sa. passion,
‘multiple comme son pays, le. Gé-
nérel Ca denas est une person-
nalié dominatrice et tout le long

que, le Mexitque était‘ derriére
lui et il n'est pas étonnant qu‘on
Vait considéré, au pouvoir com-
me le chef d’état le plus honnéte
de cette centurie. Pendant son
passage & Tampico, en qualité
de commandant de district, il re
gut un jour une enveloppe con-
tenant 25.000 pesos d’une com
pagnie pétroliére et la personne
déléguée A cette fin lui expliqua
que c’était Ia coutume de donner
cette somme av commandant du
district pour la protection des
établissements». Ce délégué fut
éconduit parce que le pétrole
appartenait au peuple mexicain
et depuis, il s’est méfié des com
pagriies pétrolidres. Jl devint
tour & tour. gouverneur du Mi
choacan, président du Parti puis

Ministre de lIntérieur. Aux 6 -
lectiong présidentielles de 1934,
le Général Galles, homme fort
depuis environ dix ans le choisit
parce que, pensait-il avec une
cpolitique de doublures, il serait
le vuai chef.

Le Général Calles s’était
trompé. Au départ,.il ne posa
aucun acte hostile au voeu du.
général; cependant il se débar -
rasseya au fur et A mesure de
son infuence pour s‘ériger en
chef effectif du pays, Il disait
toujours A ses amis: «Je doute
que le Congraég puisse refuser
dappuyer un président qui rem
plit ses obligations avec bonne
fois.

Ce qui frappe d’abord dans le

_* (Voir suite page 2)



INSERTION DEMANDEE

A propos des Travaux
d’embellissement
du Pare des Palmistes

PRECISIONS DE M. JUSTIN BERTRAND

Enfin; on finira par compren-
dre que pour moi aussi, mon
plus grand souci n‘a &té depuis
toujours que de voir l’epanouisse-
ment de notre belle Cité; aussi et
surtout , dans le cadre du pro-
gramme d’embellissement de la
Capitale préconisé par Son Excel-
lence te Docteur Frangois Duva-
lier notre Président & Vie, pre-
mier artisan de le reconstruction
nationale; encore c’est moi, fils
de la révolution Duvaliériste de
la premiére heure qui agis avec
patriotisme et loyauté a l’egard de
mon pays et de mon _ gouverne-
ment. .

Jamais je ne saurais agir avec
cette pensée innavouée de gioi-
res et de publicités; a l'instar’ de
certain personnage qui’ le fait,
en divulgant les réalisations qu'il

- écrivain. Leon Lalean

a Mesmin Gabriel —

“Lacoupe, ce 28 Aoiit 1968.
M. Meamin GABRIEL

Port-au-Prince.
Mon Cher Confreére,

C'est d'un pas mul aesuré que,
rardmenc wuuieurs, e@6 “Jumuls
longvemps, jarpente Atlee des
£ MiULvsU pes, pour enmeprunmer tt
Maurras, te 700 ture aun de se8
ocuux tres. ies counawsances,
en- ce domame, sont . mies.
plles exceacnt de peu le manuel
et ce que jai pu retenir des doc
tes legons' du vr Jd. C. Dorsanvil,
&-ma derniére année de Lycés,

- Si jai pu, béqullé par raguet
si injustement mis au rancart ces
jours-ci, comprendre Nietzche; sv
je'prutique Bergeon dont ba tan-
que harmonieuse a fait dla Phi-
losopiie de salvatrices:: transfu-

sions de poésie, exploit: que, plus’:

tard, dans les sept’ volumes de
ses SITUATIONS, devait, . en
sena contratre, réaliser sartre en
imjectant, des doses maasives de
. philosophic a:la Critique littéra
‘ra: si je suis, sans mi cssoufler,
une conférenee de mon jeune am





le£Docteur. Jean Claude;..et. j’at..

pi, comme il sied a tout €tre qui:
ge -cultive, minitier aux théorica

de’ Marz trop souvent adultérées ...
par des disciples abusife ou peu”
ot découvrir aveo quel-:

de allégresse on trahit! . chaque
jour, ce: que. Benda appe La
Trahison des Clercs; ou pren:re
_- plaisir, d Jean Grenier qui, de la,
” Vie Quotidienne, a tiré des réfle-
“gtons qué votsinent le Ciel; si, a
anes heures dé méditations, je dia
opie jet ce nest pas toujours fe
Gile; avec “Alain, Claude. Lévy -
‘Strauss, Teithard de Chardin, le
upe TEL QUEL * et quelques
‘autres, je niat pas’ osd, jusqu'ici,
ler. plus’ loin. L’éventall a hési-
rir, davantage, Quant
hy: lle mest titer-
mien remete - totalément


















“compte de OXFARM; Je

. courte ‘durée. Cependant, i
“ya-un autre Ingénieur



té impressionnante de votre tra-
vail, Vimposante diyersité de vo-
tre information et de vos inves-
tigations et Vincapacité ot je.auis
dexprimer un jugement motivé
aur votre oeuvre, ma demi-igno-
rance avait besoin de circonstan

» Saite page 4 col. 1)



Hier midi a pris lavion & des
tination des Etats Unis lIngé-
nieur Thomas A. Lawan, apécia-
liste en Dessalinisation de l’eau
de mer,

Cet Ingénieur qui travaille spé
cialement au Moyen Orient est
venu en Haiti a-leeuite des-et.-
forta:. de .-Eglise - Méthodis'
d’Haiti en vue: d'aider Jes popu!
tions des régions séches de I’Te
-de-la-Gonfve & trouver de i’cau
potable, .

Cette Bglise exécuie, avee la

coopération technique .du Dépar:,
= tement de l’Agriculture, un’ :pro- ~

jet de Réhabilitation Rurale sous

Aa, responsabilité. de l'Agronome

Gabriel ‘Nicolas; Conseiller Tech-
nique ay Département de l’Agzvi-
ceulture, ..: ne ee



potable @ ia. population, Cette vi-

terne est’ alimentée par'jes eaux ~

‘de plufe -recueillies des toits des
me@isons: €cole, clini
que, maisons’ d’habitation. Muis
dans “les “périodes de longues sc-
cheresses; cet élément fait dé
faut. Aussi !Ingénieur 1
est venu nous aider a soluticnne
ce probléme par installation d"

- ne station de dessalinisation.
2. Revenant: directement des pe-



tiles “Antilles of {1 exécule avec
sucets le m&me travail pour le





de VIngénieur Lawan a

euti




La Dessalinisation de ’Eau de Mer
- _ en Haiti




ih a 6t € construit —

_Déja,
me c 4 terme s‘de ; 140.000...
gallons ‘qui. ue I é au





aurait accomplies A une époque
‘de son administration.

Moi & l’exemple et sous les or-
dres de mon chef bien-aimé le
Docteur Francois Duvalier Prési-
dent & Vie de la République,
mon seul Juge et arbitre, je con-
tinueral A scrvir toujours avec le
méme désintéresseament et la mé-
me loyauté pour la continuité et
la permanence de notre Révolu-
tion,. la Révolution Duvaliériste.

A V’époque ot, le ¢Parc des
‘Palmistes») communément appelé
<«Simbi» et «Derniére Haite, rele-
vait de \'Office Nationa} du Tou
risme qui -avait alors. 4 sq direc-
tion Mr. Gérard de Catalogne,
j'ai sollicité un premier contrat et
les travaux d’embellissements com
mengaient depuis prés d'une an-
née déja quand ces Jieux pré-cités
furent repris de mes mains.

En Avril 1967, aprés avoir ob
tenu un contrat diment signé et
consenti entre 1’Admimistration
Gommunale de Port-au-Prince pré
sidée par M. Georges J. Figaro
et reconnu valide et aprés que
celui-ci et . refusé- ‘catégorique-
ment.de mettre les pieds dans ces
dits liéux me-faisant 1a déclara-
on. svivante:. point."mettre'-les pieds dans ce
‘bourbier, cés izes, .cette
plaie!“Tl_ efnvoya done le second
membre de Ja commission commu
nale de P-au Pce, Mr. Breton
Nazaire accompagné d’un avocat
de son Administration et en pré



sence de mon avocat me
donna concession des lieux et
livraison. de mon contrat dit

contrat & ferme, bail & ferme pour
une :durée de neuf années consé- '
. J’ai jugé bon par suite

Â¥



nite page 4, col. 6)

_—
=.

"

ick

montage de Vinstallation, le con-
tréle-de-son fonctionnement pen-
dant: quelque temps.-et la ‘prépa-
ration de techniciens haitiens.
Cette station pilote de dessa-
linisation de l’eau de mer permet
tra dlacquérir, Vexpérience néees

4; col.’8)



78me ANNEB

a





La Candidature de Wallace pourrait

compromettre les chances

de Ni

WASHINGTON. D. C.—
(Signé:; Bernard Ullmann)
L’apparition d'un — ¢troisiéme

hommes dans la derniére étape

de la course & la Maison Blanche -

fait planer une menace sur les
deux principaux candidats et leurs
Etats-Majors,’ .

En effet, avec la candidature
de M. George Wallace, ancien
Gouverneur de !'Alabama, connu
pour ses positions réuctionnaires
et ségrégationnistes, il se pour-
rait que ni le vice-présient Hu-
bert Humphrey, ni M. Richard Ni
xon wWobtiennent la majorité ab-
solue, du corps électoral aux élec-
tions présidentielles de Novem-
bre prochain,

Hi faudrait donc dans ce cas a- ;

voir recours 4 la Chambre des
Représentants pour les départa-
ger, suivant une procédure ar -
chaique et compliquée. Il faut re-
monter.4 1924 pour trouver un
précédent. La Chambre des Repré
sentants avait alors élu M. John
Adams, parmi les trois concur -
rents & la présidence.

En 1948, les candidatures de
M. Strom Thurmond, Précurseur
de M. George Wallace en tant
que Champion Sudiste des Droits
des Etats, et de M. Henri Walla-
ce, Chef de file de la gauche pro
gressiste, n’empéchérent pas .
Harry Truman d’obtenir une net
te majorité sur son adversaire ré
publicain. .

Comment pourrait - on aboutir
& cette impasse, par laquelle M.
Wallace espére dicter ses condi-
tions au futur président, 4 défaut
d’étre élu lui-méme a& la Maison

[XO



i Blangfie?
‘ Lés électeurs américains ne vo-
j tent pas directement pour le ‘Pré
j sident et les Vice-Président, maia
{ ils désignent des grands électeurs
j appartenant aux partis en présen-
Jee, Ceux-ci sont tenus- dans la
* pratique, de voter pour les candi-
3 dats de leur parti, mais sans qu’il
4 Sgisse pour autant d'une obliga -
x. tion légale. Chaque ‘état dispose

{Wun collége électoral, calenlé au ’

{ provata de sa population, et dont
‘le nombre correspondant & celui
4 des membres de la Chainbre des
i; Représentants, plus deux Séna -
~ teurs, que chacun d’eux envoie
; au Congrés, ,





"Dans la perspective d’une lutte
. trés serrée entre les deux ‘princi-
; paux Candidats, on peut aisé-
“ment concevoir que M. Wallace
‘s assure une proportion suffisan-
ste des 174 voix du Sud profond
(qui lui est pratiquement acquis
d’avance) et des Etats Margi-
aux, de Oklahoma a la Floride
“pour les empécher d@obtenir la
majorité requise de 270 voix(sur
un total de 538), :

Dans ce cas, M. Wallace pour-
rait libérer ses électeurs au pro-
fit de Pun ou l’autre Candidat,
en échange probablement d’as-
surances quant aux droits des E-
tats, A.un ralentissement de la
déségrégation dans le domaine
scolaire, etc. M. Humphrey a
annoncé & Vavance qu’il se refu
serait A tout marché de ce genre,
et M. Nixon pourrait difficile-
ment s’y préter sans risquer. de
s'aliéner une partie importante



~se prolonger. pendant

t d’Humphrey |

de Yopinion libérale.

La Constitution laiggerait a-

‘lors a Ja Chambre des Représen-

tants sortante le soin de dési-
gner le Président, chacun des 50
Etats de l'Union ayant droit a
une voix, Mais 14 encore d’au-
tres marchandages' sont possi-
bles, avant que tous les Repré-
sentants de chaque Etat ne se
mettent d’accord. On risque d’a-
boutir A une situation extraordi-
nairement. confuse,- qui pourrait

semaines. .

Pour éviter ce risque
Représentants, un Démocrate
et Vautre Républicain, _avaient
proposé que tous les Candidats
au Congrés s’engagent ii ’avance
& accorder leur voix a celui des
Candidats &@ Ia Présidence ayant
obtenu dang. le pays le plus
grand nombre de voix. Mais cet-
te suggestion, qui risquerait
@ailleurs d’étre jugée imconstitu
tionnelle par la Cour Supréme
n'a pas été retenue.

Tl est probable que le Congrés
sera saisi, au cours de la prochai
ne Législature, de projets d’a-
‘mendements tendant & modifier
cette procédure. Cette année, du

deux

‘fait de la campagne trés dynami

que ‘menée par M. Wallace, de
Yécho qu’il: semble rencontrer au-
prés de bon nombre d’électeurs
en dehors des Etatg du Sud, le
risque est réel. Il peut faire de
Yancien Gouverneur de ‘)’Alaba-
male personnage-clef d’une com-
pétiton électorale: dejé riche en

surprise et en coups de théatre. .



Les grands Travaux Hydrauliques
a Port-au-Prince

En compagnie du ‘Secrétaire
d‘Etat de la Santé Publique et
de la Population, Docteur Fritz
Audouin, du Directeur Géné-
ral de la CAMEP, J'Ingénieur
Eugéne Limousin, du Chef
dela Division dHygié-
ne Publique, le Dr. Dambreville,
nous avons mercredi visité divers
chantiers de la CAMEP en cette
Capitale, en vue d’informer nos
lecteurs, sur les imporfants tra-
vaux' hydrauliques qui s’effec -
tuent un peu partout A travers
la Capitale & un rythnie accélé-
tre de fagon & résoudre le problé-
me d’eau dans le plus bref déla
possible.

UN TRAVAIL METHODiIQUE

La nature des travaux est hau
tement technique et méthodique.
Tis visent a fournir aux usagers
de l'eau en, quantité suffisante
pour leurs besoins ct surtout a
leur servir une boisson saine, pu-
re traitée selon les méthodes les
plus modernes et ies plus adéqua-
tes, :

3.500.000 GALLONS
ADDITIONNELS

La captation de sources nou-
velies et Vemmagasinement de
Veau va accroitre de 3.500.000 gal
lona le volume d’eau actuellement
disponible. Selon les estimations
dea Services de la CAMEP cha-
que usager de la Capitale pour-
ra recevoir sur prise domiciliaire
une quantité d'eau journaliére de
175 gallons sans compter ce qui
sera disponible aux robinets des
fontaines publiques,
CINQ NOUVEAUX
RESERVOIRS

Cing nouveaux réservoirs ont
été conatruits pour recevoir cette
eau additionnelle, Celui de“ Tur-

‘ geau, d'une capacité de 300.000
gallons est déjA achevé ainsi que
ceux de Fréres pour 600.000 gal-
lons, de Plaine du Cul de Sac
pour 600.000 gallons aussi. Les
réservoirs de Carrefour - Feuilles
et de Bos-d’Ormes sont en cons-
truction. Leurgs superficies respec
tives seront de 1.500.000 et 760,-
000 gallons. .
DES CONDUITES SUR

12 KM.

Des tuyaux allant de 12 a 4
pouces sont établis sur des lignes
nouvelles sur une. -longueur, dé
passant 12 kilométres dans leg z0-
nes suivantes: Villages. Lamoth
Fontamarra, Pétionville, : Bolosse,
Bourdon, Lalie* ‘Deux conduites
maitresses partent de I'Aéroport &
la Rue Pavée et de Mahotiére &
Bizoton. ‘

TRAITEMENT DE L'EAU

Chaque réservoir est muni
d’une Chambre de Chioration et
quand c’est nécessaire I’eau est
traitée A partir de la source mé-
me, Ce sera le cas pour Mahotieé-
re, Desplumes, Téte de 1’Hau,
Fréres ov leau .est_distribuée -en
cours de route:.avant. d’atteindre
le réservoir. Dans‘ la.plupart des
cas il, s’agit. d'eau; aine
(sauf pour Plaine’ du° ‘Sac
o un puits a té foré). Une eau
saine au départ qui regoit seule-
ment un traitement. additionnel.

Ces importants travaux néces-
sitent, on Je congoit, la coopéra-





tion au niveau techniqueat jsani-: -
taire des organismes du Départe-" :

ment de la Santé Publique et de
ia GAMEP,

Le probléme d’une alimenta-
tion adéquate en..eau,potable po-
se également un ‘probléme de San
té ‘qui’ retient l’'attention de“l’ac

tif titulaire du Département de‘la





La portée du retrait des troupes

(Du’ Gorrespondant de AFP +
Jean Raffaelli)
gerement -infléchies,

MOSCOU, AFP.—

- Le retrait des:charg sovistiques
du ‘centre de trois grandes villes
Tchécoslovaques:-n/implique. nulle- .
mént wn’ assouplfesement de 1’U-
RSS a l’égard de Prague, ou une
remontée de l'influence d’éven -
tuels éléments modéraleurs au
Kremlin, pensent les observateurs.

Sur, le fond, eatiment-ils, rien
’ chang Hon -néga-
en.2.000
“mots ‘par: la: Prave Jes:-len-
teurs de Ja . normalisation reste
valable.” Mais’ tes: méthodes utill-
sées par le Kremlin pour attein-
dre ses buts se sont peut-Gtre 1é-
ment & mieux faire.
-seng:qui:















donné .au




_* Soviétiques de Prague

vant: Pour ‘’équipe Dubcek, te
plus facile a été fait. A un mo-
ment ot le plus difficile reste &
faire, a savoir Ja normalisation po
litique, le Kremlin effectue un
peste tactique d’apparente , déten-
te, qui est surtout un encourage-
ment & mieux faires,

.Maie en méme temps il place
’équipe Dubeck au pied du
rTaur.

Amorcé par la mission Kouz-
netsov a@ Prague, annoneé mardi
A_M.. Oldrich Cernik lors de. 2a
visite-éclair &-Moscou, le: retrait

des chars.soviétiques:du périmd:=*
tre: urbain-de ‘Prague-ouvre en’ef:

fet, pour ces observateurs, une
nouvelle phase ‘dela normalisa: -
tion,

Cette: phase semble devoir atre

considérée par les dirlgeanta sovié-
ti comme ,'la:-p
hase de la

“de “bonne vo-
wae a © a








normalisation






lus. importan- ..

Jonté timidement effectiés par
dirigeants tchécoslovaques pren -

nent Vallure.d’un simple préam- -
ule, oo . :

En méme ... temps, Moscou,-.s¢
donne le beau: réle: En’ rétablis:

sant I'équilibre faussé par un dé-

but de reprise.en main.dans. Une:
ville qui était encore: totalement
oecupee pat les tanks, ot en al-
lant au-devant des plaintes du nou
veau praesidium tchécoslovaque,
pour qui la présence de ces tanks,
loin de garantir la normalisation,
la freinailt.:



3 ,
rait donc pas avoir modifié sa.
fagon de® voir; “cetta’’ preitére™
contre ~ partie pourrait peut-étre
Jaisser supposer quielle a accepté
d'adapter sa aa que et ses mé-



de. laquelle .:»






ser, D’ail eurs, c'est pas Ja mer














mhéme'quta :
-comptat tellement.

Santé Publique, le Dr. Fritz “Au? .

douin.

_Aussi, tous les problémes d’hy-
giene connexes A ces travaux sont
ils examinés avec soin par les spé
cialistes du Département de la
Santé Publique, Ces. principaux

problémes sont la qualité de l'eau,
Vévacuation des eaux usées, et
éventuellement un nouveau

ré-









d A cet
égard, on ne peut que féliciter les

spécialistes dévoués et- compé -
tents que sont le Ministre Au-
douin, l’Ingénieur Limousin.
Nous notons avec satisfaction
que le Ministre Audouin poursuit
ses tournées d’inspection, contré-



— Moi, je veux bien, a condi-
tion que vous me denniez quel-
ques jdeés. ..

os Ta doles
me un effort. pour en

dobservation risque de s'unnyto-
Demain matin, & don-zé
Hton sien’ ouvrd Bien”
Je vaia



..Daubin , baisga.la_ yoix. et, prit.
-un-ton-cohfidentiel “pour iajouter::
— Le ronflement 3 Pascale.

haque foie,






En dépit de ses sautes d'hu-
ar, dalllenre toub paaibins
sibles ~- elle était & age ingrat,
période da lubies et de quintes —
Maya était d’un commerce assez
agréable. M. Daubin ct celle qu'il
0
. ti





«la








ats

ne
dans.Ja vie, de
M, le receveur. .
~— M, Daubin, je ne suis qu’un






plusieurs -






“Sew oreilles chatoui euses et déli
quelques-unes,- sinon™ ton esprit-~cates"eussent: été choquées dene;

eee

ie anol tol.

ne:
"yajaivatrals ‘abs

ne ici ne Je sait' : je croyais bé-
te







Feasts

Ja.peine,
Georges

| PORT-AU-PRINGE.

_ P.O. BOX

VENDREDI 13 SEPTEMBRE 1968

Au Compte Gonttes

+ par Raymond PHILOCTETE -

Corpulence d’athléte, téte de
viking, cheveux fauves de mais
‘mir, des yeux d‘animal de. proie,
un visage flaubertien, singuliére-
ment orné d’une .barbe poivre et
_sel, allure de: ¢cheval. d’avant’ =
jours: Caméra pour _, Franck
Etienne! co .

Jeune encore. (je douté fort
qu’il. ait déja lage du Christ),
Franck, de 1964.4 1967,.a. donné
cing récueils de vers: Temps», «La Marche», «Mon cé-
té gauches, «Vigie de verre»,
«Chevaux de YAvant-jour.> ~

Autant d’oeuvres valablesl:. ».

Mais la derniére, & tout’ pren-*
dre, marque une. -évolulion - par
rapport.aux autres. Beaucoup
plus de maturité; valeur d’enga-
gement plus accusée.

Un grand recueil. ©

Au.seuil, un — véritable ballet
cosmique.. Angoisse de l’homme.
Angoisse pascalienne de i‘hom--
me. Angoisse de l’homme devant
Yimmensité; oS

«A travers le bleu immense
épinglé de feux, planéles, ‘gala-
Xies et voie lactée roulent la
symphonie du silence en croche

or», - :

Angoisse suscitée par le vertige
du silence. Il est vrai qu’é la fin
Vhomme choisira de‘ parler, car

«toute pause trop longue irrite

la gorges

Parler! Oui. Mais aussi agir.
Agir, vu «le difficile A vivre.
Agir pour la transformation con- .
tinue de la réalité, : -

Débarrassé du mysticisme com
me d’un tampon de chloroforme,
Vhomme se jettera au coeur des.
problémes sociaux potr ‘soulever -
le monde. Engager ie corps &
corps. Et cette lutte, héroique,
fera de lui un titan, qui préside
aux grandes naissances,

Naitre! Théme cher & Franck
Etienne.

Quelque part, effectivement.,.,
Vauteur rappelle, en termes poé-
tiques, Ia thése scientifique de la
naissance de notre planete, la rai-
son dialectique des chgses vivan-
ites au sein desquell& homme
se meut avec seg peines et ses
. Joies, ses désespoirs et ses
rancés, 0 UST

«Sache qu’au mitan de chaqué-
spire le maitre-centre c’est toi,
homme vaillant de la douleur et
de la joie, croisant et décroisant
les huit dans le tournoiement du
Mondeo... 2. ae os

ae eat

Cohn Bendit recu _

(a



+1810



4

Maitre-centre, en effet, hom-
me -utilise les ressources que .
nature's mises & sa disposition,
Et il accouche de choses nouvel-
eB; .. \

«Tu réponds préaent & tout ac-
couchement au seuil obscur de la
naissances, : a

A partir de cette participation, | -
il accéde & la giloire, et 1€¢0if, a-
pothéose, le salut des astres.

Se griser? Non. Mais s’armer
de prudence, de patience...

Séducteur, il courtisera la Vie,
comme il ferait d'une femme.
Pour lui, d’ailleurs, pus de re-
poss

«La naissance est un jet qui
n’atténd guére strc le pas de la
grand’ porte». lo :

Mieux: i] gardera jalousement
Ses conquétes, organisera liement de tous les voyageurs d’a-
vant-jour>, appelés’.a aimer, ,
terrasser la nuit moribonde, . A
survivre. .

Et. que pourrait la désertion -
deg reptiles contre le jaillissement
de J‘aube?... .

Surtout, gare a la distraction,
Propre & nous faire oublier l’en-
vergure de la lutte. Avant tout,
il nous faut remplir notre jour-
née de. travail, pour que la douce
Haiti, «grain de beauté aux le

(Suite page 4, col. 4) :

@okfice .

ARIS tAKP)

Cohn Bendit, le leader, du mon
vement,du 22. Mars, qui, parti de
Ja Faculté des Lettres de Nantu:
re, fut & Vorigine des evenements ,
de Mai en France vient d’étre re

}





gu d’Office au Dipléme Universi ~

taire d'Etudes Littéraires, .

Les Professeur, qui l’ont quali
fié d’étudiant hors série, excep-
tionnellement intelligent, l'ont en
effct dispensé de toute nouvelle:
preuve, aprés étude de son dow
sier et de ses notes duranc Pan-
née derniére. ‘

De son cété, Jacques -Sauva-
geot, le Vice Président: de I’U-
nion Nationale des Htudiants de -

. Erayee, ape, ‘aux. cOtés de. .Cohn.
winc¥, ed “PARsin. Geismar, avait.
connu ta notoriété au-cours “de
ces” événements;--bénéficie.. ..c"un
sursis supplémentaire. d’incorpo-
ration afin de lui permettre de

_poursuivre ses. études.



JNDRES _ AFP —

Union Soviétique approche
1 parité avec les Etats
Unis dans le nombre des fusées
stratégiques intercontinentales
basées A terre. La supériorité a-
mézicaine se maintient dans le
domaine des fusées — balistiques
lancées par des sous-matins, la
doctrine stratégique soviétique é
volue vers la politique de la ri



p



vec une muette compassion le yi-
sage désolé de la mascott: Que

fallaitéifi tu reg





tendre : «Je suis indigne de ta
gratitude. Malgré. Vair modeste

maths
it et continue de faire pour
igi. 4 Me ate

oi, parlant de toi, les gens di-

7 Paasche

tervention, elle aurait croupi

as Corte ae. SRS

D. disconyiens pas, inais cela”





j'ai

Se









stonagle tah peu de n'avoir ja
mais connu la gloire dont j’eapé-
rais me couvrir. Tu ne lo sais
pas, Pascale ne le sait pas, per-

qu'il y avait de Yétoffe
pour faire un excellent

n.

'e regrette de vous faire'de’

mon garcon, m’avait dit.
Balynice, . pontife du

théatre, mais je crois sircd-ement
















"PURSS approche du niveau exis

- nentales soviétiques

aW

es de Yentrée en service d’une now
dae? Soathy elbows

~ pris la nouvelle ‘dela «graduation:
: 88-School de New ‘York.

le: Seerétariat Juridiquy ct. elle .
vient d’ayoir avec succts son pre

que: vous devriez tater d'un autre”: \e

Le Rapport de Institut des Etudes
Stratégiques de Londres ,

. nuclésice n'a été annoveé depuis ©

juin 1967 a été retardé par les
troubles politiques,
les principales conclusions de Yé *
dition 1968-1969 du rapport sur <
Véquilibre des forces. publié jeu- .
di par Pinstitut deg études strae -
tégiques & Londres.

Les forces alliées au Vietnam,
note en outre le rapport, sont
cing fois plus nombreuseg que
Jes forces communistes, et le ré-
‘armement des pays arabes par

tant avant la guerre
1967.

Les Etats Unis posstdent tou
urs le nombre ie plus élevé
i réguliers 3.500.000
contre 3.220.000 pour PURSS et
2.761.000 pour la Chine. Toute -
fois, dang le dOmaine nucléaire,
le nombre de fusées _interconti-
basé, & ter
re a presque doublé ‘pendant Tan
née écoulée et Von s'attend qu'il
atteindra & 1a fin de 19768 le
chiffre .@un millier, contre 1.054
aux Etats. Unis, Maig les améri-

2 by it ~ actuellement

de jain







ris “contre 1 ! .
viétiques maig le rapport da: for
ceg pourrait changer & la suite
ide

‘classe de sous - marins s0-
viétiques. dotés. comme les sous
pris Ei: ixicaits, de 16 fuses
réa aux polaris.

Par notre excellent ami André
Penne, son cousin: nous avoias ap

de Mile Mand. Rousseau & la Cha-
- Depuis. deux’ ans Maud ‘Studie -



Telleg sont ~ ‘

&


































































q—- Abréger
3— Biss. — ~ Saint normand
“=~ Caprice — Missives

On y prend des licences —






















‘pras,
Est souvent le fat d’un.









: A Auges;: As —
5. Errpr* —-..6. Inde — %, Roite-
: Sis Va; Roi — 9. Espé-






















Attention !

Le, Comité Directeur du Bu-

reau :Pohtiqae da Groupement
Duvaliénste de la Rue St. Martin
_Orpnelin, en. : e. avec: la nou
- "wele: Construction du nouveau lo-
cal: qui: va-loger les éléves de VE
tablssement Sainte Claire fondé
par.ce dit bureau grace ag grand
Leader de la Nation Haitienne le
Docteur. Frangois. DUVALIER
Président &.vie de‘la République.
Lee travaux en marche sont d’u-
ne .rapiditéexcept-onneile compo
sés: d'une équipe: @hommes tra -
vaillant nuit-et jour pour: -Vaché-
vement total de six.salles de clas
se8 pouvant contenir chacune deux
‘classes: et le Centre ce. . Santé
Francois DUVALIBR. pour: don-
- ner-les-aoins- nécessaires: aux: Peu-
, ples de catte zone, spéciajement.de-
ja Rue St. Marti” (OrpHelin et
de la Rue Tiremasse, du Beli,
Fort National etc... ‘ete... er une
Cantine:pour pouvoir distribeer
de: Ja: nourriture aux enfants da
quartier deux fois par jour (ma-
tin..midi).








Erine,

mo ent de maavaiss humour

_ S Sor un dipl6éme
9 Tilo ‘fils 8 de Jacob — On:
dit qu'il 'n’a pas de patrie
. 10 — Enonces — Aride — Diph
tongue. ‘
oe
VERTICALEMENT

1.— Petit vin eigrelet

Il — Foyer

Il] — Découpa en formes de
dents — Champion

IV — Démonstratif — Dans le

Gard.
Tew _— simon ee anonyme —
Lettres de «Gudret> —
Cacher.

VII — Dormira

VIIL — Attachera
' IX — Coule en Asie — Stupé-
ait

X — Diune cortaine couleur—
C'est 1’Etonie.

Solution du Prebleme: précédent

VERTI SO Ee L we. -
UI. Ne;

Réverie; Er — vill, ino; En-
trée — IX. Uchara — X.

Attention !

Pour_le Comi its,
SERVIUS DURAND
Président du Groupement

Duvaliériste

Rue St. Martin (Orphelm)
Servius DURAND

dente

Lua. Direction de l’Ecole Mixte:
Ste Claire de la Rue Saint M:
tin avise les Péres et. Méres “Ge
famille que les. inscriptions com-
mencent a partir du Lundi 23
Septembre A 8 Heures A. M, jus-
qu’a 4 heures P. M. de la 12éme-
au Certificat Etudes Piimai-

Notes. bien que cet établisse:-
ment dispose d’une canting pour
pouvoir distsibuer de la. nourri-
ture: aux éléves.: Deux fois par
jour, Matin et midi.

Servius DURAND
‘Président. et Fondateus
Groupement. Duvaliésiste
Rue -St. Martin (Orphelin)
Maitre fe urand



FACULTE. DES SCIENCES D'HAITI UNIVERSITE D’ETAT
A

Le Décanat de la Faculté des
Sciences avise lés: intéressés que
les inscriptions en vue du Con-
cours d’Admiss‘on seront ouver-
tes; au: e.dge de la Facuité, des
le-dundi 16 Septembre courant de
8 Heures a. m, & 11 heures a.m.
tous les jours. o les.

Pour s’inscrire, .l'intéressé doit

tre porteur des pidces snrvantes:

; 1). Dan Certificat.@’Etudes Se
4 9) De class’ ques. ne par

Drune 'e3 e Bon’ Ac-

ar “aun fan Certifi eat de bonne vie

at

du Tribunal. Civil-

4). d'une autorisation de 500
répondant s'il est mineur

5) de. se carte d-Identité. a’il
est maj jets

6) dian. Certificat de Santé. dé
livré par le: Service de la. Santé
Publique.

7) De “De deux photos.

La date de j-ouverture dn Con-
comrs. Sera, apres la pro-
elgmatioa des résultats do la. 2e
seasion des examene cu. Bacca-
lauréat.

Port-au-Prince, le 4 Septembre

et moeurs dél:vré par le Doyen 1968.








: in PLUS I DU










“== D'on muxiiiaire — Soutica _ Président “cardénas, crest unite

de la vie,'de la personne et du
programme: de Gouvernement.
Contrairement A certaing pays Ja
tino - américains, le probleme ‘du
Mexique nest pas celui de Vine
dien mais bien la terre a }'indien;
aussi- le Président Cardenoa se.
déploie-t-il, & résoudre co probie-
me, Pendant longtemps, 1’:nd.en
qui était considéré comme un in-
trus, un meuble a ‘trouvé en Car
denas sa providence; celui-ci te-
nait & faire de Jui un citoyen me
xicain, Ce qui je hantait sur
tout, c’était“unedistributton: mas >

sive de terre A son vrai proprié- -

tai-e, Pendant Vépoque coloniale,
la terre mexicaine apparterait &
la Couronne d'Espagne et les co-
lons espagnols n'étaient que de
simples usufruitiers. Pour régu-
jariser ce systame d’usufruit, une
«encomienda» fut instituée: Selon
Jes clauses de cette cencomiendar
de grandes quantités de terre pou
vaient étre accordées a vie aux
colons; plus tard ce gystame via
ger: ‘était devenu héréditaire et ce
ci donna lieu & la naissance des
latifundia et il arriva que certai
nes familles possédaient des lati
fundia beaucoup plus étendus
qu’Haiti. Ce: systéme de conces-
sion fut porté.& ses derniéres con
séquences par le Président Por-
firio Diaz, lequel avait distribué
plus de 134,000.00 d’acre ds ter
re A éss amis. On rapporte que
Yun d’eux avait obtenu un terri-
toire plus grand que la Caroline
du Sud.

Le Général Lazaro Cardenas,
invoquant l'article 27 de la Cons
titution révolutionnaire de 1917,
lequel prévoyait le partage des
grands domaines du pays fit u-
ne distribution massive de terre
aux indiens; tout individu ma-
jeur ayant vécu plus d’une an-

née dans telle ou telle commune du
pays, avait droit & quatre hecta-
res de terre irriguée. Pour proté
ger les intéréts de cette masse,
il se retrancha derriere la Cons
titution de 1917 qui disait:qu’au
cune expropriation ne pouviat é-
tre décrétée: contre une propriété
irriguée de moins de cent hecta-
res et qu’en cas d’expropriation
Yetait devait payer selon la va-
levr actuelle et non originelle de
la propriété, Au début de son ad
ministration, une ¢«Ejida] Bank»
s’installa & Mexico avec des suc-
cursales dans les principales com
munes. EHe avait pour mission
daccorder des: crédits aux nou-
veaux fermiers de. l'Etat. - De
1934 & 1940, il avait distribué
plus de trente millions d’Acres
de terre.
LE PRESIDENT CADENAS
ET LE PEUPLE MEXICAIN

L'article 27 de la constitution
de 1917 stipule que la nation: me
xicaine conserve la propriété de
toutes les’ terres et de toutes les
eaux tout le long du. territoire na

'



(Suite. de le are page)

, onal yz compris des droits sur
le" gous-sol, c'est a dire les mi-
nes e@ tiey..puiia de petrole. ur de
depuis le aeput de cevte cenurie,
ja Mexican Kagle Company, #0-
ciété a capital anglais, était pro

priétaire d’onviron 70 pour cent
de la procuction de. pétrole au
Mexique. Lille s’adonnait a l’ex-
ploiwation commerciale des ter-
rains pétroliteres, Ces compa-
gnies étrangere construisaient
des villes ga et "a déiendues par
leurs propres armées et pendant
le long régne de Porfirio Diaz,
elles étaient exonérées de tout im

pot, Le Général Calles corrobora

Jes alinéas..de- Varticle 27 de la
constitution de 1917 en Vampli-
fiant. D’aprés: une nouvelle dispo
sition,;.]e Gouvernement ne pou-
vait accorder que des concessions
et ces concessions ne pouvaient
atre octroyées qu’aux citoyers me
xicains ou aux étrangers qui s’en
gageraient & ne jamais recourir
a Ja protection de leurs gouverne
menta.en cas de litige avec le
Gouvernement. mexicain, Toutes
les compagnies: concessionnaires,
au nombre de 606 s’inclinérent de
vant la législation de Callas a
Yexception, de yingt deux dentre
elles. Quand en 1937 survinrent
des conflits réitérés entre les ou
yriers et les Compagnies de pé

‘tréle & propos d’une augment a-

uion de salaire. le Président Car
de nas ordonna qu'une enquéte
fut menée et comme les Compa-
gnies refusérent catégoriquement
de se soumetttre au rapport pré
senté par une Commission de V’OfF
fiee du Travail, le Président Car
denas, fort de Yarticle 27 de la
constitution de 1917, amendé e2
1936 par le Général Calles «dé-
eréta expropriation de dix sept
des vingt deux Compagnies et na
tionalisa leurs propriétés.>

Les Compagnies Americaines
acceptérent tant bien que mal i
étre dédommagées. Le Gouverne
ment anglais protesta énergique-
ment et menaca le Mexique de
boycotter son pétrole. Le Gouver
nement mexicain, de son cété, in
voqua larticle 27 de la Constitu-
tion ‘de 1917, modifié en 1936, le
quel disait que «La Mexican Eu
gle était une Compagnie soumise
a la loi du pays et que le gouver
nement britannique n'avait au-
cun droit d'intervenir dans le
conflit. Le Mexique paya et rap
pela son représentant d‘plomati-
que a Londres.

Le Gouvernement du Général
Lazaro Cardenas a multiplié les
centres d’enseignement et a’hyg'é
ne publique; I] a sillonné les moin
dres petits villages de routes .ct
daqueducs; fl a doté le pays d’é
coles et selon les statistiques il e@

construit plus d’écoles que tous

les autres gouvernements réunis
depu's 1911. I! distribua les four
nitures classiuues & pleines mains
Son activité s’étendit & toutes les

(LB NOUVELSISTE>

“pranchos dao - administration e

gans’s’én apercevoiril. a donné .
son. pays une atabilité poliuque ©
inconnue depuis ie regime ae rer ~
fix.o Uiaz sans pour cela contis-
quer les libertés politiques. De
1084 & 1940, il n'y a pas eu un
seul prisonnier politique. Pour
parvonir & ce stade de progrés,
i] s'est. débarrassaé de \iniluence
de i’armée, surtout dans les pro-
vinces, Sous sa prés.dence un
haut gradé ne ponvail passer que
douze mois-dans une province. a-
vee des officiers dont il ignorait +
l'apppaprtenance® politique. [ex
hauts gradés le détestaient mais
ne pouvaiont pas facilement cong
pirer contre Jui. ot ,
Ce Président qui travaillait
seize heures par jour, aimiait vrai
ment lés paysans; il restait par
fois des heures assis suns yarde
du corps au bord d'une route &
dialoguer avec eux; il ne se ser
tait heureux que lorsqu’il pouvait
se rendre seu) et sans arme & u-
ne réunion de gens lumbles. Il
répétait toujours : < faut que
le peuple sache que je vais’ a, Ini
sans aucune craintes, Au ‘cours
cune tournée présidentielle dans
le nord du Mexique, quelqu’un ti-




ra contre son train, Cardenas fit ©

stopper le véhieule, . descendit
reul ct sans arme, demanda A lin

dividu qui avait tiré pourquoi 4)

Aavec Cardenas,

V'indien. se trouve intégré nou
seulement & Ja civilisation . mats
aussi A la nation. Il a donné an
peuple mexicain en général le
goat de la vie et le sens du de-

venir de son pays. Il a -préparé
patiemment la masse afin qu’cile
puisse conserver le pouvoir et pré
venir le pillage et la destruction
des conquétes de son Gouverne-
ment et depuis, le Mexique est de
venu la grande fierté de l’Amé
rique Latine. Qui avait encore
tenté pareille entreprise au Me-
xiqae ?

On est étonné que "le Général
Sardenas ait pu prendre une cons
cience aussi nette, avesi profon-
de de son pays, dans le passé, le
présent et Vavenir. C’est grace a
Iui que le Mexique a su qui 41 &
tat, d’ot il venait et ot il allait.
Le contraste est frappant avec
‘certains autres pays hispano -
américains of Indien est encore
vefoulé. Le Général Cardenas qui
s'est réfugié sur sa propriété 4
Patzcuaro jouit d’un prestige iu
comparable non seulement au Me
xique mais dans tout le con i-
nent.

Offre @Emploi

La direction. de sLamarre Tra
vel Employment. Services sise a
la Rue Bonne Toi No 57 désire

avait agi ainsi.



employer une Secrétaire Bilingy: |

(anglais - francais)
Priére ae) radrenaer a PAgenea.
Himmied LOUISSAINT
Manager

OUNT .
18 Sept. & 8h ot 8h.

Entrée Gde 1,50. Rés.:2.50

Samedi 14 Sept. 1:6 h, et 8h, :
LA BATAILLE ARDENNES



v

VENDRED! 18 SEPTHMBRE 1068 |

CINE STADIUM
‘Vendredi..18 Sept.
En Petmanence)

aS
L'EMPREINTE. DE

FRANKENSTEIN :
Entrée: G.-0,60.

a 6 h et 8h 15 :
E CORNIAUD :

L
“Entrée -Gde 1,50 Rés, 2.50.

’ Samedi 14 Sept.
Yo) Partie: Li’ Ensembie










Entrée Gde 1.20. Rés.

CINE OLYMPIA
Vendredi 7 Sept. 1968 .
En Permanence .
CINQ GARS POUR SINGAPOUR
Entrée Gde 0.60

Samedi 14 ‘Sept. 1968
‘Permanence

L‘ESPION

Entrée Gde 1.00





ieee emteeinie bevotmaare

MAGIC CINE
Vendredi 6 aiGURTE 8 hres 15
Entrée de 1,20 et “Gdes 2,50
samedi séance unique a 6 h, 30
MY FAIR LADY
Entrée Gdes 2,00 et Gdes 4,00



«a

AVIS

Le Secrétariut de la Puculté de
MEDHCINKE et de PHARMACIE
avise les intéressés que les Ins-
ertptions pour |'Admiss.on en ¢
Cc. B. seront recues au Secréta-
riat de Ja Faculte, tous jes Joura
ouvrabies ce -& hres'a Midi, du
16 Septembre 1968 jusqu’au cer-
demain de la. proclamation des ré
suitais de la Session Exxiracrdinai
re du Baccalauréat. Le Secréta -
riat les informe en-outre que le
concours d’Admission, pour toutes
les Sections, prevu par les régie-
ments roulera sur ies matieres
suivanies, du programme de VEn
seignement. Seconda.

BOTANTQUE, PHY SIULOGI-
GIE, PHYSIQUE, CHIMIE (Ma
nérale et Organique) ZUULO-
GIE.

Au moment’ - de’ winscrice, le
postulant doit présenter les piéces
suivantes:

1) Sa carte dTdentité: s’ii est.

majeur et deux photos;

2) Une autor:sation signée de
son Représentant légal, a’il est

mineur;

3) Un certificat de Bonnes Vie
et Moeurs;:

4) Un certificat de Vaccination

contre les maladies infectieuses
(Variole, typhoide, . diphtérie)
etc.

5) Un certificat de Santé de
date récente;
6) Son acte de naissance, du &
défaut, un extrait des archives;
7) a) Le certificat complet dE

tudes Secondaires classiques, pour .

le «P. C. B.y (Section de Médeci-

ne).

. db) Le certificat d'Etudes Se-
condaires Classiques, lére Par-
tie pour les Sections de Pharma-
cic et de Technologie Médicale,
(Mais la priorité sera accordée
aux candidats. détenteurs: du’ certi
Cicat 2@me partie).

¢) (Le dipléme d’Infirmiére
pour la Section d’Obstétrique,
Dr. Raoul PIERRE. LOUIS,
: Doyen. *

"CINE UNION

Samedi 4 Sept, (En Permaneni
PA GUERRE DE TROIE
. Entréa; G, 0.60 ©

De Luxe Auto Ciné

(DELMAS)

Vendredi 18: & 7 hzes et 9 hres
OSS 117 —

ATOUT COEUR A TOKIO
Ent,ée 1 dollar par voiture

Samedi 14 Sept. & 7 et 9 hres
UN HOLD-UP’

see -UP
‘EXTRAORDINAIRE...
Entrée $.1.— Par voiture

CINE UNION
Vendredi 13 Sept. & 6 hn. 15 et 8
VEPEE ENCHANTES

_En Permanence —— Technicolor
: ‘Entrée G. v,60

Samedi 14 Sept. & 6 h. 16 ‘et Sh.

CIN: GARS POUR
SINGAPOUR

En permanence
Entrée Gde 1—

CINE ELDORADO.

‘ PLACKE-JEREMIE;
Vendredi 18 Sept. 4 6 h. et 8 h.

15

Ce Film s‘adresse au public averti
LES AMITIES
PARTICULIERES

(Interdit aux.moings de 18 ans) |
Entrée G. 1.50; Rés, Gdes 3.00

Samedi-14-Sept..a-6 bh. ot 8h. 15
-LE-VERDIC’

embreembre cmfhy sdré m mb
Enteée Gde 1.20— Rés. Gdes 2.00

MONTPARNASSE

Verdred: 13 Sept. a 6 a. -1Bict 8
hires 15
SUPER 7 APPELLE LE
SPHYNX
En Permanence — Technicolor

- Entrée Gde 6.60 .

Samedi 14 Sept. & 6 ures 15 et
8 Hres 15
NEW YORK. DANS LES.
TENEBRES
En Permanence
Entrée Gde 4. 60.

AIRPORT CINE

Vendredi 18 Sept. & 6 h.30 et
8 h. 30 (En permanence)
LA TEMPETE —
Entrée Gde 1.00. Rés. Gde 1.50

Samedi 14 Sept. a 6 Wf 80 et a 8
reg
NE NOUS FACHONS PAS

. Entrée Gde 0.60. Rés. Gde 1.00_ .

os - cuague Fors: Qos LA SOMME DE VOS ACHATS TOTALISERA cing. DOLLARS, VOUS: RECEVREZ‘UN BILLET NUMEROTE. vous. PERMETTANT
‘pe PARTICIPER A LA-LOTERIE MENGUELLE. VOUS WETES PAS OBLIGE D’ACHETER POUR CIN DOLLARS EN UNE. SEULE FOIS — VOUS N’AVEZ.QU
( CONSERVER: WOS FICRES D’ACHAT, ET DES ‘QUE LEUR TOTAL MONTERA A VOTRE BILLET DE PARTICIPATION VOUS SERA REMIS. CING DOLLARS,
REFRIGERATEUR JULIETTE DERNIER MODELE, LE ZENITH MARKET ET LE SUPER MARKET DE LALUE VOUS OFFRENT LA POSSIBILITE DI DE
BEALISER UNE: ECONOMEE SUBSTANTIELLE, IMMEDIATEMENT, EN ORGANISANT A VOTRE INTENTION =— |

& . ps ® + .
a: 3 3 wa 5
. 3

Jean-Baptiste,
20) Partie: NICK: CARTER vA.

TOUT “CASSER. "|
- Entrée Gdes 1.20



‘ETOILE z CINE

( PETIONVILLE)

: Vendredi 18, Sept. A 6 b.80 et 8. 30 {

OLX ‘D'ASSASSINS ©
TEneree G. 120° et 2,00°

Samedi 14 Sept... 6 ‘h. $0 et.8 h.

BANG BANG
Entrée _Gdes 1.60 et 2.50 ,

Drive in Ciné Delmas



~ Vendred? 13 Sept. ATH ot Oh,

Jour de, Familie
LE GRAND DEFI
Entrée: $ 1.00 par. voiture



Samedi 14 Sept-.a 7h. ot 9 hres

LE FACTEUR S'EN VA-T-EN
GUERRE
Entrée: $ 1.00 par voiture,

CRIC-CRAC CINE

Vendredi: 18 Sept. a 6 -h—8 h.15
NEW - YORK DANS
LES. TENEBRES

Entré Gde 0.50 — 1,00

Samedi 14 Sept. 6 h. — § h. 15
OPERATION GOLMAN

Entrée G. 1.00 —— 1.50 -

Dimaxche 15 Sept. 4.3 hres

. LE MYSTERE DE LA

CHAMBRE FORTE

Entés Gde 0.50. Rés. Gde 1.00:
‘Dimaache.15 Sept. & 5h. 7:h. et
9 Hres.

Entrée Gde 1,50 — ~ Res. G. 2.00

rein

CINE PALACE.

Vendredi 18 Sept. & 6 h et 8 bl5.
‘LA-MORT PAYE EN DOLLARS
oye. g, Entrée Gide -1.00

Samedi 14 4 6 hres 15 et 8h. 16°

L'ATTAQUE DE SAN. .

CRISTOBAL :
as. 7, Bnntrée Gde 1.00

FLASHMAN * a

Og

ty































t























K>
CD
Onn

Orne

ea aktres pour. demutw,

91- MARS AU 20 AVRIL (BE-
- LIER): Pas. d’engagements que
yous:ne soyer certain de tenir,
Une tendance & Voptimisme pour-
rait yous:mener au-deld des limi-
tes raisonnables,

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU-
REAU): Rejetez les suggestions
fondées sur une pensée fallacieu-
se méme si -elles sont habilement
présentées. Sachez choisir oxacte-
ment les véritables valeurs.

22.MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX): Troisiéme bonne jour
née consécutive. Recherches in-
tellectuelles et créatrices part.cu-
ligrement favorisées. Vous étes en
mesure ‘de tracer maintenant vo-
tre route personnelle.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Peu deide planétai
-ze- mais en employant voure ha-
bileté.et vos dong dans les sec-
teurs ov ils pourront se déployer,
vous ferez un travail de premier
ordre. Evitez avec soin les extré-
mes.

24 JUILLET AU 23. AOUT
(LION): Comme ceux du Tau -
reau, veillez & écarter des offres,
méme de brillan‘te epparence, qui,
a échéance éloignée, vous inc.te-
raient A choquer votre honnéte-
té ou & étre infidéle A vos grands
principes. .

24A0UT AU 23 SEPTEMBRE
(VIERGE): Mercure qui, comme
pour ceux des eaux, Vous est
favorable, encourage votre effort,
surtout dans les secteurs des arts
et des affaires. Occasions possi-
bles de briller,

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE): Situations
complexes: -Montrez- votre: excel-
lent jugement et votre ‘sens de
Yéquilibr. Ayez une juste perspec
tive des événements. et vous dé-
nouerez les problémes ies plus com
pliqués. - .

24 OCTOBRE AU 22
VEMBRE (SCORPION)

NO-
La

chance vous sourira ma's & con-
dition @‘avoir étudié de prés la
situation. N’allez pas au fond des
choses avant d’avoir sondé ee qui















NDREDI 18 SEPTEMBRE 1968



"HOROSCOPE

—. Par Frances Drake








‘Cherchet ld section corfespondant an jour de votre anniversaire
ndiszance et vom tronveres les perspectives

vous asignaten:

—Dpeit de | réprodupcion totale ou rartiel réveryé.
‘ ‘ «LE NOUVELLISTE>

SAMEDI 14 SEPTEMBRE 1968

se trouve au-dessous de la surfe-
ce. -

23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITAIRE): Quel
ques restrictions planétaires.

Prudence dans les operations fi /

nanciéres et contrélez vos réac -
tions, La situation exige de la di
plomatie.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-'
VIER (CAPRICORNE): Exécu-
tez le melleur travail possible

“mais, avant de démarrer, faites la

différence exacte entre ic bon em
ploi de la force et le gespillage
de votre puissance. Jugement avi
sé indispensable,

21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU): Lultes a
envisager mais votre habileté et
votre ambit.on en triompheront
sans peine, En fait, les situations
délicates yous donneront un plus
grand élan que ne feraent celles
auxquelles vous étes zénérale -
ment habitué,

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) : Ne vous arrétez
pas & des apperences brillantes
ni & des rumeurs. sensutionnelles,
surtout sur le plan financier. Gar-
dez un rythme égal ct vous ne
pouvez échouer. * .

SI VOUS ETES NE AU-
JOURD’HUI: Vous appartenez

au Signe de la Vierge qu: est, as- -

trologiquement parlant, celui des
individualités décidées ef -enthou-
siastes qui sont décidés & résou-

dre leurs problémes et A vaincre. ‘4

Vous suaisissez vite les possibili-
tés et avancez rapidement. Par-
fois, & Ia suite de certaines cir -
constances, les buts apparaitront
éloignés mais votre énergie sans
limites et votre confiance eli vos
buts bousculeront les arr‘éres.
Ne vous lancez pas toutefois dans
J'action sans mire réflexion, Les
résultats seront meilleurs si vous
travaillez dans la joie et le cal-
me. Vous aimez la peauté et avez
naturellement bon goit.~Dévelop-
pez au-maximum votre diversité.

ET

- LISEZ

a





Ré. 2208 P

2




























i

ADER & CO. |
DISTRIBUTEUR |
POUR HAITI

PRENEZ IMMEDIATEMENT UNE
DES FAMEUSES MONTRES CAMY
POUR HOMMES ET POUR FEMMES
EN PAYANT LA MOITIE CASH
ET LA BALANCE EN
DOUZE MENSUALITES.








‘ATTENTION ! !
ATTENTION ! !
Si vous désirez une manucure A domicile
Appelez au No. 7295

Pear



ae.




























! ues Microsillons a Partir de $2.00 |








Dimanche 15: a 6 h, 7 h'et 9 he

‘Les Bandes Dessinées du «Nouvellistes



Blondie



AU REX THEATRE

Ein Grand gala

‘ LA 23EME HEURE

(en cinémascope - couleurs) .

avec Anthony Quinn et Virna

Lisi ,
Une superp‘oduction convain-

: eante qui éc.it avec la douleur

une des pages les plus boulever
santes, jamais extraites des t is
tes annales de la deuxiéme guer
re mondiale.
LA 25EME HEURE .
! Une oeuvre qhistorique, d’un
i¥alisme pathétique, qui vous
précipitera dana un tumulte d’a
ventu.es émouvantes, déferlant
‘impétueusement la furie et la
souffrance, .
LA 25EM EHBURE .
Un film considérable de la
Metro Goldwyn Mayer produit.
par le célébre ‘metteur on scéne
Ca:lo Ponti, puissamment inter-

‘ preté par «le Monstte de Génie»

1,-- Par voi-ure
Anthony Quinn dont l'immense
popularité assurera A ce chef -

: d’oeuvre le plus colossal succés.
| LA 25EME HEURE

L’heure la plus terrible daris
lexistence d’un homme ou d‘une
nation .:.,. ETH 39...

) Entrée Gdes 2.50 et 4.00

xxxx

Auto de Luxe Ciné

Dimanche 15: & 7 h et 9 heures
Le 15 Septembre 1967 Le DE
LUXE AUTO CINE presentait,
en Grand Gala, une monumentale
superproduction: MADAME X.

Le 16 Septembre 1968, la di
vection de cette salle olfrira en
super - gala, une oeuvre immar -
cessible qu’un commun succés con
frondra dans la méme apothéose
LE RIDEAU DECHIRE
En Technicolor .

avec Paul Newman — Juli
Andrews — Tamara ‘Toumanou-
va

Un suspense a l’état pur. Une
production qui honore la signa -
ture d’Alfred Hitchcock! Une
eeuvre qui porte uné telle em -
preinte exige ]’admiration.

Un acteur dune personnalité
transcendante, Paul Newman,
dont l‘immense popularité demeu
re une garantie de succes.

Le Rideau de fer! Un cadre
d’enfer , qui donne & ce film in-
tense une vérité plus criante.

Un film qui vous fera frisson-
ner, ”~
Une mise en scéne méticuleuse
frappée du cachet inétallique
d’Hitcheock.

LE RIDEAU DECHIRE

Les immortels du cinénia ont
toujours ancerpreté aes roies dont
le souvenir ne s'est jamais estom-
pé dang la mémo.re Ués..specta..-

teu.s,en rendant inoubliables les
personnages qu’ils:incarnaient.

Jamais ne s’effacera- de votre
esprit ce jeune savant atomiste a-
Merica:n, Paul Newman parti en
croisiére avec sa fiancée vers les
pays Scandinaves.

Comment donc se trouveront -
ils-entrainés dans une serie d’a -
ventures, incroyables,saupoudrees
de mystére ct de momenis d‘an -
go.sse, derriére le rideau de fer...

Pourront - ils déchirer Je ri -
deau de la peur?

Viendront - ils & bout de tous
les. traquenards tendus sur leur
route? . : .

Vont-ils vous précipiter, . vous
aussi, dans le tumulte d‘aventu -

., Teg passionnantes,-qui déferieront

la bagarre,; la farie, les poursu: -

tes, les meurtres, les traquenarde,

malaxés: dans un cocktail insi -
dieux-de mystére et d’humour...

LE RIDEAU DECHIRE
Un tour de force Tréussi avec

maitrise.

Un récital d’angoisse et de ter

reur. .

Un film enlevé ot Je maitre
incontesté du suspense a retrouvé

. tout, son. punch, 2.”

Une mécanique bien huilée qui
ne tolére pas de ratés.

.. . Un suspense envofitant dont le
régne de séduction sur les specta-
teurs.n'aura pas de fin.

Hitchcock gagne toujours ....
C'est vous qui perdrez, si vous 0-
sez rater seulement un spectacle
d'une cons'stance dramatique aus
si: convaincante,

Ces. moments sublimes du ciné -

ma, ces sommets du suspense n’ap
partiennent quis Hitchcock

Un Gala d’Apothéose.
Entrée $ 0.50 par personne

rex

Magic Ciné

‘Sabiedi et ‘Dimanche:
PATROUILLE DE:
: COMMANDO AU VIETNAM

Raa

rahall Thonwon, Enrl:

| et nemo oe peg sent Seetenerepenanwar Searrenne ra ora aA ES RC A Aa TT A

DANS NOS SALLES Di: SPECTACLES —

Ce film dont le nom anglais
est est une histoire d’actualité, pu.s.

que nous ass.stons en spectateu-s

aux evénements qui se passent ac
tuellement au VIETNAM. C’est
la guerre telle qu’el.e se pratique
dang.ce pays de l'Asie, la guezre
de guerllas dans toute sun hor
reur et sa brutalicé et pas de quar

tier, .
Quelle est cette higtire qui va

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _










Une formidable organisation in
ternat onale. Les Koprus. veuc ven
ter un hold - up extraordinaire:
Dérober aux américains les mil -
lions de dollars destinés & /’achat
wo: et de pierfes precieuses er
Afrique du Nord au, profit de la
Chine communiste. Paul Finney
connu par ses adversaires comme
Upperseven, est un des meilleurs
agent de 'Intleligence Service.











tn Pete



y

mouvemen'ée3 . et vonvulsives
Créant une série imprévisible de _
coups de théitre surprenanis eL
fantastiques_& Londres, i Bey -
routh, dans le Proche Orient ...
FLASHMAN :
Le héros indomptable et in
domp.e, homme . aux capscités
extraord‘naires,va-t-il, exte minzr
seg redoutables adversaires - qui'
u sposent d'armes et de rnoyens

dang le cadre d’un super espionna

Grace & des pa:faits -masques 4trangée s? Trave-sera-il la bar-

‘en plastique,confectionnés par lui, riére de feu provoquéd par lexplo
Uppersevn se déguise en orfic:cr sion d’une raffineie de pétrole
de Marine, en vieil, humme d'af . Dour sauver la réduisante fille
fai-es, en directeur de banque, of @U plus riche maharadja du mon-
enfin nrend la place du chef me “de?

me de Yorganisntion Kobras! Ru-
sé, décidé,il désoriente, A chaque
pas, ses adversaires qui le pour-
chassent depuis des donner un visage 4 l'agent fanté
me,qui les traque.

ESPIONNAGE A CAPETOWN
Des aventures jamiis vues dans
un film d'espionnage, des
plans machiavéliques jamais con
devront pénétrer en plein terri- ¢us, des bagarres ine concep ~
toire Vietcongs, déjouant les em- tion étonnante, un film d’espion
buches et. les piéges tendus par nage de classe qui aura un grand
Jes -rouges. . succes.

Nous assistons ainsi & une lutte
sans merci entre VIETCONGS et
VIETNAMIENS. Dans cette lut-

vous tenir en haleinc prés de
deux heures.

C’est un récit plein d‘originalité.
avec de solides qualicds, bonne
condu te du récit, sobriété du jeu
des interprétes,avec des épisodes
de guerillas bien réglés, dans la
guerre d'usure qui oppose le VIET
NAM SUD AU VIETNAM
NORD depuis de longues années
avec un interméde sentimental,
Un médecin Sud Vietnamien a &
té contrait par fo.ce & suivre les
VIETCONGS ‘afin de signer un
de leur généreux blessé. Les Viet
namieng dé:éguent un commando
de sept hommes qui devront ré -
cupérer le médecin. Pour cela ils

&. oo
En‘rée Gdes 1.50 et 2.00



EXIGEZ LES —





Originaux
CADENAS-

Entrée: $ 0.50 par pe.sonne —

te acharnée aucun prisonnicr Cric-Crac-Cine
rest fait, tout est. balayé sur pla : 5
ce, hommes, fenmes, et enfants. Penn AN a 5h, 7h, eb 9h .
o

En fait, il faut conelure que
c'est un des films de guerre des
plus mouvementés, ob les actes-
d@héroisme, de bravoure, et les
moments de suspense, emménent
le spectateur dans une ronde
pleine d’imprévus. Ceci dit on
doit féliciter Pactrice Eurasienne
KIEU CHINH NAM pour | sa
beauté et son assurance. Un filth
trés mouvementé- qui ne laisse
pas de répit aux spectateurs.
Samedi 6 hres 15 et 8 hres 15
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Dimanche 3 heures —

Gdes 1.60 et 2.50
Dimanche 5 h, 7 hres et 9 hres
Gdes 2,50 et 4.00
| xxx
AIRPORT CINE

ALNe Vad Ulin Dreavike :
le uimancne 16: & 6 h 30 et 8
h 30
wis MUR DES ESPLUNS

km couleurs, un espionnage &
faire tvermbler une salle
avec : Mark Wendel Corey «:
Barvera Bouchet

_ (En Eastmancolor) :
avec Paul Stevens, Claude Lange,
Michaela Cendali

voici venir:
FLASHMAN

Le Héros des circonstances dif
ficiles ... Flasman arrive en trom
be ... Il court, il vole au _secours
des opprimés; en justicier, il pe
tolére aucun acte de bandit sme...
Tl devient la terreur @s gangs -

ers... .

FLASHMAN

Mystérieux, flegmatique, mas-
quart sa noble personnalilé sous
un déguisement ... Flashman est
aécidé A combattre Jorganisation
criminelle qui vient d'abattre un
grand chercheur pour s’appro -
prier une imnortante découverte
dans le domaine des cellvles épi-
théliales,

FLASHMAN .

Son apparition sensafionnel'e
erée la pdnique dans le camp des
gangsters aux abois ... Flashman
déclenche ses batteries et provo
que une déflagration d'actions

TRACTEUR DIESEL —






ge, i est des tims a‘action dunt
un suspense vrillant soutient tou-
te la structure des mouvements
et des aventures qui ponctuent
ces producuons agitées.
LÂ¥ MUR DES ESPiONS ~

Demeure implacablement un de ;
ces chets d’oeuvvre du genre qui. .
fagcine.ont les spectateurs’d' AIR. |
FORT CINE. Pourquoi’ seront-ils
subjugués? L'histoire d’un extra
ord naire compiot a fame trem -
bler le monde les intriguera ar
prime abord, les armes bactério-
logiques plus morteiles que | lee
giz asphyxiants de 1914 inven‘es
yar la chimie allemande, les puis-
sances mondiales veuient avoir Ja
suprématie de cette force destruc
tive de Ihumanité, et, alors Je
drame 3’engage dans la voie de Ja
viglence, la lutte inexorable s’ou-
vr. cruelle et sans merci contre |
lesipays qui détiennent l’arme ob
sole. La bataille humaine et zé
néreuse est livrée contre cette ten
tative cr'minelle de mettre la chi
mic au:service du crime... Choc,
affrontement, bagarres, escalad: *,
de’ furie, assassinats mystérieux, |
situations périlleuses, dangers de
mort, karaté, judos, prise de poi-
gnets, renversement de hanches,
agripage d’épaules voila le décor
tourmenté de ce drame infernal
quijse joue derrigre un paravent
‘monstrueux,tla:chimie moderne 3t
reg: inventions ‘sataniques. :
LE:-MUR DES ESPIONS

Un tilm chou, des mouvementa
ébranlants, un suspense colimo -
tion, une enquéte d'orage. L'A -
gent HARM: réussiract-il. a
franchir le mur. 3
et derrigre. Jean


























POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE Ԥ

LABOURAGE

HERSAGE, SILLONNAGE
_ SARCLAGE
. _ EXCLUSIVITES

MOTEUR DIESEL BROWN _

_ ROBUSTE — ECONOMIQUE. |








































ment. ion
Pour ne pas diminver
tant intérét de ce film h
most, i] ne vous sera: pag dévoill
les fillitres du scémario. :
’ Vous viendrez en foule voir’
suspense d'enfer A AIRPORT CI
NE nour percer Pinsondable
tére du mur-des espions.
Entrée Gdo 1,00 et 1.50






























































































Lettre. ae Veen nent
crivain Léon Laleau
alte)

tea atténuuntes et d'apuis. Je ne

sute qu'un Aomme de lettres. qui,
jadis, a. étudié le: Droit, rien que
pour avotr accds dla Curriére.

“Ge niést done ‘pas: sans’ effort



tre livre, Je dois, tout de sure,
témoigner que cet ouvrage - flew-
ve a semble, eutvant la: boutade
de. Paul: Morand,. parfaitement
aavigable au profane de bonné vo
lonté que je euts. :

. Vous projetezs de vives lueurs
aur des *spéculations slevées, et
. parfots brumeuces et vous evo-
“Wwez sane géne, parmi dea prodla
- loa -mettez, en outre, a la portés
‘ué tonte saine curiositdé. Et cet,
‘@dne embarras de style, dans wie
dangue lisse qui ne se bossdle, ja-

mais plos qu'il west utile, de cee

termos dits techniques qui font
les délicea des néophytes du style.

Crest qui faut un long temps, ct

une patience longue faite de tou-

te une serie de courtes imputien.
ces, pour arriver ad écrire me personne la langus de tout le

" mondes co qu'on a dit de Gide e!
de Chardonne 6t que l'on pourrart
affirmer aussi ge Richard Couns-
tant. ~ :
De tout cela, vous mériiez d'é-
tre loud at c’ert de tout coeur que

36 félictte [Péorivain scrupuleux

qua vous étes, C’est de «la belle

ouvrage> comme aimait i dire

Péguy, expression venwe en droite

ligne de ses origines paysannes

et qui suffisait a crier son. admix
ration. .. UBSETR

‘Quant & votre dédicace dont je
vous remercie amicalement, elle
atteste én tpeu de mots, que ni le
temps, ni vos soucis d’hommes
d'études n'ont pu—et ce n'est pas
courant — assécher, chez vos,
la mémoire du coeur.

Croyez, mon. cher Confrére, .%
toute ma. cordialité.* -



Léon LALEAU.



La Portée du retrait
des troupes
(SUTTB)

d’accélérer brutealement.

L'article - jalon publié diman-

che par ja Pravda était a la fois
un constat et un mode d’emploi:
La ‘normalisation progresse trop
Jentement, écrivait le journal. Ce
qu'il faut faire avant tout, c’est
démgsquer la contre-révolution et
Tui .asséner un coup décisif.

Le Kremlin a pu penser, esti-
. Me-t-on, qu’une timide contre-par
tie, faisant. écho & des premiéres
timides: mesures de nornialisation,
pou vait hater la reprise en mains
qu’il exige. La, ce serait, pour les
observateurs, une:victoire pour M.
Dubcek, mais la seule,

Car, pour une -majorité d’ob-
servateurs, la concession de princi
pe faite par les soviétiques n’est
qu’un repli tactique, qui place M.
Dubcek et son équipe devant la
nécessité immédiate de s’engaget
dans la phase pratique et concré-
te de la reprise en main du pays
selon les régles autoritaires en

vigueur ‘dans les Capitales ortho-

doxes. : :

Le choix auquel cette équipe>
doit. faire face depuis ‘qu’elle a~
contresigné les aecords de Mos-
cou: il y a dix-huit jours - s‘est,
dé ce fait rapproché aujourd’hui,
‘concluent les observateurs, selon
la facon dont.elle s’acquittera de
sa mission; ‘ellerisque un constat
d’impuissance ou Ja discrédita -
ction,

8



que.jiat pris connaissance de vo--

‘Un grand cltoyen disparait :



| Me Paracelse Pélissier

Hier,“&.6.h A. M,, la camarde

u frappé un grand citoych » des
Gonaives :: Me Paracelse Pélis-
sier. Son état de santé laissait &
désirer depuis deja quelque
temps. Néanmoins, on était lom
de penser qu‘i] touchait a sa fin
prochaine. Venu & la Capitae
pour consulter son médecin, il a
sueccombé &-une crise cardiaque
chez son fils Georges, 4 Bois Pa
tate. . :
Cette nouvelle n’a pas manqué
de jeter la consternation’ dans
tout le pays, principalement dans
sa Ville natale ot il a été un éle
ment de progres, un pionnier qui
avait & coeur d’aidcer la jeunesse.
La veille encore, il sharmait ses
intimes par sa conversation pre
nante, instructive, pleine de bon
sens, C’était sa maniére de for-
mer, d’indiquer la voie # suivre
& ceux qui lentouraient.

Talentueux avocat, grand juris
te, parlementaire remarquable,
Me Pélissier est une 'umiére qui
s’est éteinte. Ayant eravi gra-
duellement les étapes, il a rendu
des services signalés au pays i
plus d’un titre. Ainsi, personna
lité proéminente, la collectivité
perd en lui unde ses fils ‘es
plus méritants et il est fort re-
gretté dans son patelin. /

Ce citoyen notable fut tour 4
tour professeur de betes lettres
au Lycée Geffrard, aux Conuai-
res, Inspecteur des écoles, Mem-
bre de la Commission Communa-
Je, Commissaire du Gouvsrne-
ment et ensuite Préfet des Ar‘on
dissements des Gonaives e: de la
Marmelade.

Servi par une culture huma-
niste, il se fit remarquer a tous
ces postes par un tact, un loya-
lisme et un dévouement exemplai.
ves et son amour. de la justice.
Autant de qualités quill s‘était
efforcé d’insuftller & plusieurs @é
nérations .qu’il avait mis son stu
de et ses soins 4 former.



Yvette et Roseline
Piveteau a l'Institut

Fr

. Samedi 14 Septembre’ a& 20
heures s‘ouvrira la saison cultu
relle de l'Institut Frangais, avec
un concert public qui sera dor-
né par Yvette et Roseline PIVI
TEAU qui, profitant d’une tour
née & travers l’Amérique -Lati-
ne, seront de passag: a l’ort-au-
Prince.

Comme Alain MOTARD, Yvet
te PIVETEAU qui est pianiste,
a été Véléve de l’Académie Mar
guerite LONG. Roseline PIVE-
TEAU est violoniste. Aprés ses
études au Conservatoire d2 Pa-
Tis, elle a prété son. concourg au
quatuor Michéle MARGAND
Puig les deux soeurs ont formé
le DUO ~ PIVETEAU qui a oc-
cupé en bonne place les program
mes de différentes manifesta -
tions internationales, notam -
ment au Festivas d2 BAY, -
REUTH en 1964, °°)

Le concert comportera des. in
terprétations en solo et en duo:

Au programme:

La 8@me Sonate de Ludwig
Von Beethoven (piano - viclon),
- Jeux d’Eau de Maurice
Ravel (piano),

La Sonate de Claude Debussy
(piano ~ violon) :

Le Caprice de Paganini (vio-

—

on) .

Clair de Lune de Debussy (pia
no) . :
et Tzigane de Maurice —
(piano - violon).

Entrée Libre

Ravel.

Brillant -Ayocat, de grands, pro

eds lui furent contiés. Et c’est -

uyec science et conscience que,
dans le réglement de ces especes,
it donna satisfaction, a ses clients
Journaliste, j1 a collaboré, dans
un style correcl, plem de mor-
dant et d'une logique serrée, aux
journaux «La Griffes, nites, aux Gonaives, respective-
ment dirigés par feu Stéphen A-
lexis et Dr. Seymour Lasségue,
ct & «Maintenants ayant eu pour
directeur Mr Jean . Magloire &
Port-au-Prince, Et l'homme susci
ta admiration par ses articles
judicieux. :

Le rayonnement de sa p*.son-
nalité,; ayant dépasse les [mites
de sa ville natele, il fut Gu en
rlusicurs fois député. I] a appar
tenu A trois législatures. Ses col-
jégues trouvérent en lui un. con-
seiller et un guide sir. Ses in-
terventions, marquées au-coin du
Droit et de Ja Justice, furent tou
jours appréciées par ses pairs.

Couronnant une carriére bien
-emplie, il fut appelé a diriger
Jes Départements de VIn‘cricur
et de la Justice. A ces deux hauts
postes, il se montra un homine
ponderé, équilibré, et défendit a-
vee énergie les principes d2 hié-
rarchie et d’honnéteté. Et le pa-
triote fut égal au Juriste.

Né le 12 Septembre 1888, i. est °

mort le 12 Septembre 1968 A 80
anB. \

Me Pélissier laisse le souvenir |

d'un lutteur émérite et d’un hom
me de devoir. .
Nous nous inclinons bien res-
pectueusement devant sa dépouii
le mortelle et nous sommes cer-
tain que la ville des Gonaives va
faire cet anrés midi a Me Para-
celse Pélissier de magnifiques fu
nérailles, dignes de son mérite.
L. C. PH.



Le Rapport dé

- (Suite)
Le rapport souligne encore que
la capacité (le mégatonnage)

des russes soviétiques est plus
grande que celles de missiles a-
méricains mais TYURSS
ne dispose que dun pe -
tit nombre de f us ées
& carburant solide. L’URSS
maintient d’autre part sa supé-
riorié numérique dans le domai
ne des fusées moyennes et inter
médiaires, des bombardiers & ra-
yon d’action moyen et des sous-
marins classiques.

“xXxXxE

UInstitut des études stratégi-
ques confirme,. cette année enco
re, que les pays du Moyen O -
rient -consacrent & Ia défense
une proportion croissante — la
plus élevée du monde, & Vexcep-
tion des deux Vietnam et du
Laos ~—. de leur produit natio -
nz} brut alors que cette p opor
tion reste constante ou tend a
décroitne en Europe et que le
pourcentage pour les Etats Unis
et VURSS reste trés proche —
9,8 pour cent contre 9,6,



Messe de Prise
de Deuil

La famille de la regretté Eri-
na Mérisier fait chanter une mes
se de prise de deuil Je lundi 16
Septembre & 6 h 30 a.m. & la Ca
thédrale pour le repos de lame
de 1a ‘défunte.

Cet avis tient lieu d'invitation
aux parents et aux amis.



’

EEN NNINNAA NER UERERER AANA AN


















OR EXSKRKNWMK NNW MIM NINN NINH NMI NI MI MIE IIS TT IO OND

FILTRES A EAU POTABLE
ATADYN .

og (FABRICATION SUISSE)
Le Filtre KATADYN offre les Propriétés suivantes :
lo Il filtre, retient toutes les matiéres en suspension.
_ 20 11 stérilise, détrnit tous les germes dangereux.
"80 Ses imprégnations d’argent empéchent les bactéries de pénétrer le
~ filtré, assurant ainsi une eau exempte de germes dangereux.
40 1 6limine le gofit'et odeur du -chlore dans V’eau.





Aue













e Gouttes

Og (Bate)

yres de l’Amériques, et
la planche dans la piscine, blea-
- eiel du continents, devienne de
plis en plus e.

Dans joury, comme on s’en_ rend
compte: une lourde cargaison d'i-

OB... 2 :

Le podte ‘convie ses fréres &
s'interroger sur le sena de la vie.

Ne pas quitter la terre natale
o® ils -sont:les maitres véritables,
mais chercher, comme Manuel, la
bonne source «qui chuchote a plat
vente aux oreilles de la terre Ja
verte confidence des graminées».
| Chez Franck, done, pas de. pes
simisme, ,

‘Au contraire, notre poéte écla-
te d’optimisme.

Dans gon univers, un appel &
accepter la vie, malgré Ja longue
et pénible marche. Le réve n'est
it pas branché sur des kilomé-
tres de siécles>?

Soulignez J’association:

: Des kilométres de sidcles.

_ > Cela évoquerait cequ’on appel
te, dane la théorie de la rolati-
vité, le continuum espace-temps.,.

A notre avis, la forme, dans
«Chevaux de l’avant-jour>, se fon

" de surle spiralisme, vision coami-
que de la vie. Vision appropriée
au monde de la vitesse, dans le-
quel nous vivons,

Trouée dans espace. Eclate -
‘ment du temps: .

¢Ton ‘corps atteindra ‘la vites-
se de tes yeux»

Franck Etienne introduit, ti-
midement, certes, mais avec bon
heur, le spiralisme dans nos let-
res...

Le spiralisme , remarquez, cer
ne Vobjet dans.sa totalité, au ni-
veau des associations par les
mots, et des connexions histori ~
ques par les situations: Ii recons
titue objet dans son historicité,

Une telle association crée, dans
la poésie de. Franck, une musica-
lité, & partir des. phonémes uti-
lisés: ,

«Le chou-fleur en
déplie son
verts».

bourgeon
parapluie de pétales

«Tu sémes A la gor ze femelle
des iles sensuelles. Tu ‘ensorcelios
les conques violines jusqu’au bas
des mers en un tournant de

leu.

Et quelles images!

Materielles, chargées de mou-
vement — comme chez un René
Char — :

_ ¢Les bananiers © et les coco-
tiers... te font une verte ovation
de palmes»,

tout cela, joignons la cou-
leur locale,

Mais chez l’auteur des ¢«Che-
vaux J’avant-jours, elle n'est pas
superficielle. L'indigénisme de
Franck est plutét dynamique.
C'est comme une prospection A
Yintérieur de JV’objet, une re-
structuration d’un objet ou d’une
situation, la mise & nu des lignes
de force du réel haitien, .

Et quelle maitrise!

Dans <« exemple, un vertige débridé,
joe”
urd, au co i
se rded, ntraire, un vertige

Preuve de maturité!/

On pourrait reprdcher
Franck Etienne, et avec
ment, d’étre parfois tro;
Mais qui lui reprocherait de man
quer de talent et de culture?

Raymond PHILOCTETE,

a
fonde-



Erratum ¢

‘Les phrases suivante; faisant
partie intégrante du texte Lettre
Ouverte & Mr l’Abbé DEVEAN
parue dans Inotre édition d’hier 4
Propos des implications que cém
porte le caractére actuel d‘une
description faite par Charivvoix
rortant 'intitulé : Dépérisse-
ment entier de la Colonies ont
été omises par erreur. .

Imméciatement aprés «Dépéris
sement entier de la colonies on.
y lit toujeurs extrait de l’article
de Abbé Déjean ;

On s’étonne du caractére actuel
de la description, aprés 862 ans...

Ceci fait.

AVI

La rafle de la voiture Cor-
vair, Modéle 1962, immatriculée
au No. 6466 basée aur le ler
tirage de Septembre 1968 de la
Loterie de Uetat Haitien est ren
‘voyée au 2e tirage du m ,
tobre 19678, * ls d'de

Port au Prince, te 18-9-68
Anne Marie Laraque








nouveaux étudiants. qui dési-ent

gy



cérébral, . ..

ment au sein du Pacte que le sta

SON SNR CNRS NNN NN

Le Rond Point Night-Club
Samedi 14 Septembre
DINER DANSANT
Des 9 Heures P.M. oe
Tenue de ville de. rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

-LINSTITUT HAITIANO - AMERICAIN annonce & tous les

cou s du prochain: t‘tmestre qu’ils devront #e présenter pour des
examens d’admission’ Pun: deg jou.s suivants:

SAMEDI 14 ‘SEPTEMBRE :

SAMEDI 21 SEPTEMBRE



LE,PAPH ST. LA SITUATION: -
AU. MOYEN ORIENT
CITE DU VATICAN: (AFP)

_ Le Pape ‘Paul: VL .prendra-t-il
prochainement l'initiative . d’une
nouvelle médiation dans le conilit
Israélo - Arabe ?°Telle est Ja
question que l’on se pose & Rome
apres la yisite impromptue jeudi
aprés ‘midi: de M. Jacob Herzog,
Directeur’ Général de.la Peésiden

ce du Conseil d’Israel auprés de’,
Mgr Agostino. Casaroli, Ministre |

des. Affairse Btrangéres, du. Va-
tiean, O°

Au moment od Ja tension. s'est
raviyde,entre Israel et les ‘Fays-
Arabes, il ne fait aucun doute,

estiment.les observateurs, ‘que: le -

Saint Pére est vivement préoccu
pé: par les obstacles: que ‘les nou-
veaux épisodes du conflit ont
fait surgir sur la voie d'une. solu
tion pacifique. M8

La politique d’équilibre que‘le. .

Saint ‘Siége a toujours maintenue
dans cette affaire, en dépit de
seé.intéréts directs touchant les
lieux saints, a permis au Pape
Cintervenir & plusieurs reprises
en| faveur de négociations, par
Vintermédiaire de'son réseau di-
ylomatique, ; a

Le. prestige dont jouit le St-
Piye ‘auprés. des deux parties
pourrait done, selon Jes observa-
tears, lui permettre d'agir en mé
diateur, bien que le Pape ait tcu-
jours. considéré qu’ung telle- ac-
tion était avant tout du ressort
dés Nations Unies.

xxxx

APRES LA VISITE DU
PRESIDENT DU CHILI ~
AU BRESiL :
SAO PAULO (AFP) .
Mr Eduardo Frei,
du Chil, a quitté le Brésil jeudi
apres midi au terme d'une visite

ofgicielle.
. Selon Vensemble des observa- -

teurs, la visite officielle de Mr
Eduardo Frei aura marqué ure
date décizive pour l’organisation
de la Communauté Latino - Amé
ricaine. .

Le frésident Frei va méme jus
qu’& insinuer que rien n’cmpéche
denvisager dés maintenant ia
réintégration de Cuba dans la fa
mille Latino - Américaine. La
multiplication des pactes économi
ques bilatéraux et pluri-régio-
naux contribuera, selon ‘ui, A ac
eélérer la construction J’un Mar
ché Commun Latino - Américain
qui devra étre une ozyanisation
typiquement américuine, réglée
par des décisions Latino - Améri
caines,

1 De son cdté, le Chancelier bré
qilien M. Pino a fait écho & la

_thése des chiliens, selon laqueite
seule adoption d’ure politique é

trangére commune et d’une poli-
tique économique étroitement cour
donnée pourra donner au Conti.
nent Latino américain une pro-
jection internationa‘e valable.

. xxx
WALBANIE VEUT SE :
RETIRER DU PACTE '
DE VARSOVIE :
HELGKAvH (AFP) ‘

‘A la suite de la crise tchécos- .

ldvaque, i‘Albanie va se reurer
du Pacte «le Varsovie e¢ ne comp
té plus que sur ses 700 milliions

- @amis chinois pour la défendre

contre une éventuelle
des révisionnistes soviétiques
dé Jeurs valets.

‘C’est, selon Radio Tirana cap-
tée & Belgrade ce qu’a dit jeudi
M, Mehmed Chehou, Chef du gou
vernement albanais en proposant
& Assemblée Nationale albanai-
se‘ Pabrogation unilatérale du
Pacte. :

‘Le Pacte de Varsovie ne sert

agression
et

_ Plus le socialisme et la paix ni la

cause de la classe ouvriére et de
Yinternationalisme prolétarien, &
t-il déclaré, Il sert les intéréts
mesquins des grands pays, les. di-
rigeants soviétiques et de |]’A!-
liance contre - révolutionnaire A-
méricano - Soviétique pour la do
mination du. monde.

Depuis 1961, ’Albanie boycot-
te les réunions du Pacte de Var
sovie. Elle n’avait plus officielle-

















suivre' les cours d’Anglais au





De8ha oh
“Ou ded halo h
“DeS h AO h



Actualité Internationale

Président’










tutsthéorique »d’observateur, :
comme Jes’ chinois d’ailleurs,

C’est Ja premiére ‘fois. notent
“Jes' observateurs aA Belgrade, que
le .Gouvernenient albanaia expri-
me aussi nettement ses appréhen
sions quant A une éventuelle at-
taque ‘soviétique et: fait état d’u-
ne éventuelle riposte chinoise.

© Eig Kes

“AU. CONGRES | _ ee
“DE CARDIOLOGIE
ATHPNES — AFP.



ot









<< Uthypertension __ artérie
' Vinguffisance veardiaque.: au
cveau: cellulaire ont €t6examiné
au_cours ‘des -dernidres ‘séance
du :6eme Congiés eurbpéen
cardiologie. — m
L'épilogie et
Yhypertension artérielle
Vobjet d’un symposium, ..présidé,
par le professeur allémand E.-
,Wolleheim (Wurzburg) et au -°
quel: participaient les profes ~
peura F, H, Smirk (N,:Zélende),”
-HieUeda (Tokym) F. Gross (Hei:
detberg), LePippig (Wurzburg):
et A. F. Muller: (Genéve). Ces
spécialistes ont “abouti & la .con-.
‘ elusion qe hypertension ne:
‘doit. pas “étre envisagée comme
une maladie ‘en soi mais que l’on”
doit rechercher ses causes. Les:
hypertensiong & étiologie hormo-.
nale ont — été particulié.rement
‘examinées, notamment”. par. le
professeur .A. Muller, Tes no -
“tions thérapeutiques . -modernes
pour combattre Vhypertension:
Jorsqu’elle est provogquée par
deg neuropathies
de Vartére -yénale,: du: phéochro
‘mocytoma: etc. ont également é-
té développées. :
Dana un rapport qu'il a pré
senté devant une table ronde, le’
professeur A. M: Novi (Pise) a
exposé une nouvelle conception
de linsuffisance cardiaque du:
coeur hypertrophique ~ ,fondée
sur des observations au moyen
de microscope électyonique, M.
Novi -attrivue cette dégénéres...-
cence des cellules °& des causes
enzymiques et nond- l’anoxémie
de la cellule cardiaque comme il
est. .généralement admis. :



la pathoénie de:
a fait®

\

A

En voyage
d’agréement

Hier par Je vol 262 de la «Pan

American World Airways? @ lais ~

sé Haiti pour se rendre aux E-
tats Unis ensuite au Canada Ja

gracieues Rolande Vincent pour -

un séjour de 21 jours.

A l’Aéroport elle a été accom-
pagnée par nos amis Erick Théa
po et Arnoux Bernard, par 60.
fils «Rafor et aussi par de nom
breux parents et amis.

Nous lui souhaitons que son sé-
jour a Vétranger sdit des .. plus
agréables.

jamais qu'un obseur Ligurant, 8 il fe
pouvant, comme ‘je: le’ desirais.vi- me counsiyses mie

" ghetti. formidable :qu’elle 4 elle-









des ‘sténoses: _

je ne'.perds pas’ une occasion: de:

jouer ‘sur la -scéne. dé la view “yehine a s
“@hi- mais: entendu® parler.

Pascale a besoin de tor,

“LAMASCOTTE
mo (Bult)

Ne: prendre, mais il audrait que td



du ne sala’






da Jé. receveur, Je. crdis qu'elle. tudes de lu yértune, to... Quand:

veut te faire goiter. a.unspa- mon pere est’ mort, j’avais: douze

méme préparé, .

Un large -sourive .
visage de- Maya: le spaghetti é-
tait sor ets favori. Sous ie xe-
gard méditatif de -M;: Daubin, elle

auprés: de. Pascale.
CHAPITRE V

La main tavelée et osseuse 1e-
vait haut son cachet avent de
Papphquer necveusement sur i'en
veloppe. Toc ! Les lettres pullu-
laient. Toc ! Toe | Toc ! Cela

-ans. Ila laissé ma mére a la té
; te d'une scierie ‘en’ plein exssor.
{luxiina le° J’étais: comme:un ‘cog en. pate.
etti é-. Mon .avenir était ‘assuré. Ma mé-
re s'est reniariée, Mon’ beau-par a,
un mauvais .coucheur, a trichssé ~
quitta le bureau’ pour se rendre le fruit-de-la-sueur de mron- pére.: 7
: Un beau ujour; maman s'est trou ey
_ ‘wée sans un.sou -vaiilant, perduc SE
de dettes,: Elle.a-di vendre la ‘scie
rie; Ma mére vit encore. Elle a:
quatre-vingt-deux ans ‘et: olla est -
uveugle: Tu ne sais pas non plus, 9.
Maya, que:’homme que :j’allais
épouser est-mort prématurément,

n’en finissait pas. La. Puste est -heurté par un...>

Je lien de toutes les affaires: art,
argent, coeur, famille, L’apposi
tion des cachets, vraie toile de
-Pénélope, engloutissait. chaque
jour huil heures de la vie de Ma
demoiselle Ursule, Résultat : du’
‘pain pour le ventre et des duril-
Jons pour les paumes. -La: vieille
postiére ne se complaisait
dans la médiocrité, mais ‘clle esti
mait qu'il était trop tard pour
essayer d’en sortir. Impuigssante,
elle s’y enfoncait de plus. en 3 !us,
comme dans la vase.

— Ma parole, tu deviens muet
ee, ‘ .
— Au contraire, la langue me
démange, mais j’ai peur de vous
déranger. / :

— Me. déranger, moi 2? Mais
non, Maya, je te Vai dit cent
fois, c'est un travail mecanique
que je fais. Mes mains s‘agitent,
mais mon cerveau sv sclérose
dans V'inaction. Libre de toute
contrainte, mon imagination se
met & vagabonder et ne tarde pas
is me ramener des soucis qui m’us
sombrissent durant ‘des heures.
Aussi, suis-je contente que tu-
zois prés de moi, que tu me par-
les, que tu détournes mon esp: it~
vers deg pensées moins noires que
celies qu’il rumine ordina:rement.

A chacune de ses visites,
mascotte gratifiait- chaque ,
ployé de quelques miuures~de sa
réconfortante présence. La mis- .
cotte, ec’était le soleil qui, subite-
ment, inondait Ie bureau de pos-
te de la clarté bienfaisante des
la jeunesse, - . .

'— Mademoiselle Ursuie, -dois-je
comprendre geu vous étes pessi-
mizte ? . .

+ Hélas ! mon amie, je crains
que tu ne sois trop jeune, pour

.vomprendre pourquoi, assez sou-

vent, je me mets martel en ‘téte.
«A vrai dire, pensa Mademci-
see Ursule, tu pourmlis — com-

————————————————————————

A propos des travaux ...
(Bute)

Â¥

des communiqués émis par le Mai
re Kigaro qui semblaiy pacait-il
ignorer dans son premier commu-
niqué du Mardi 10 Scptembre
1968 paru dans le «Nouveau
Monde que j‘étais concessioniiai-
re des-heux et que. je ne.super-
visai point .
que Superviseur’ des travaux pu~.
;blics, Mon contrat pour une par-
faite édification du Public avait










été donc publié sur le
liste, Yun des plus grands _quo- -
Parc -

tidiens de la Capuitale. «Le
des Palmistes» la «Derniére Hal-
te> étaient alors dans un état d’in
salubrité totale, pas de voie de
pénétration, que des marécages
‘comme avait si bien déclaré le
Maire: Figaro: lui-méme: qui s’es











Septembre 1968

paru le jeudi 12 1968
de notre. con-.

aprés la publicat:
a
- existal { 2
Jubrité totale “de: @ 3
Pourtant encore une fois il ou-
blie ou fait semblant d'ignorer que
Yarticle 4) de mon contrat dié-
I







jet vi i
(8) mois au moins avant lexpi-
ration. de Bail (ce qui laisse sup-
poser. aU cas de mon exécution
des choses de ce dit contrat.).

* Si comme l'affirme le Maire Fi
garo dans son communique -du
12 Septembre 1968 paru dans
«Nouvexu Mondey j'aurai sollici-
: t@ deg concours, des fonds de
son administration ce qui expli -
querait mon impossibilité d’exé-
cuter les clauses de mon contrat



sen! plein g:
cer le 9 Mai 1967 par chéque au
No. 15, Gdes 1.50000 et méme
avant comme il l'affirme?
Car & sa demande de créer une
tration..qui, n’exi

bier, y er
propres termes et les travaux de
drainages, .canalisation etc, Ou
’ pourquoi depuis que ces dites zo-
nes relevaient de lui, pourquoi
dis-je n‘avait-il pas | véulisé ces.
,. dits travaux, pourquoi que depuis

bient6t aix.(6) ‘m t

ry us Ad




brusquemenit’ dans. deuxieme note’ |
















jhaire Figaro tient & donner des
déta.is susceptibles d’éciairer les
lanternes du public tout en omet~
tant ceux quik juge nécessaire’
d‘omettre pour lui.

Plus d'un le sait! je suis un:



_implacable, . artisan .de la, cause
~ ‘Dovaliériste ue je'n'aurdis j7
“mais sollici woique. ce

* ‘genepté un-contrat pour
exécuter les clauses pius tard,
Aussi et surtout je wWaurais ja-
mais-entrepris des travaux d’em-
bellissement si mes fonds ne’ me.
le permettaient pas quelque diffi-
cies que seraient ces dits tra-
vaux.

Maintenant je sais tous les hai
tiens autentiques ont un grand

Son ixeel.
Du









. s 3 €o
Le Disquaire des

jontiers de ces lieux
Routine dans le travail, routme
dans le langage, routine
Vexistence. Une vie prusaique, ra-
tée, qu’elle laiseait s‘écoule> & la
nerci du temps, des circonstan-
ces. Elle n'attendait pus r’en, si
non Vheure de tirer sa révérence,
au. bureau de poste, puis au moz




os enta
Aux Belles es *
us offre des sacs d’école et des Serviettes

Des sous Vétements divers: Culottes —
calecons et chemisettes d’enfants et les

— Si je le pouvais, Mademoisel =”

le Ursule, je passerais tutes. mes
journées avec vous. Comme ga, :.”
je vous empécherais Jétre: tris-

‘Il eft été difficile de ne pas

sympathiser avec. Maya, &: moins
Wétre totalement .indifférent -La
pas “jeune filie avait lart- de Toucou-
ler de ‘ces paroles qui vous ré-~
chaufient le courage, vous ‘galva
nisent, Le ton méme ‘de’ 8a: voix
subjuguait par ‘cette
qu’on ne peut demander qu’a T'al
locentrisme.

sincérité

— En rentrant. chez vous le

‘soir, Mademoiselle Ursule,- vous
devez: étre fourbue. :

— On nest jamais aussi ‘fxti-

gué qu’on le croit, tu sais.

Mademoiselle’ Ursule usait vo-
commuus.’

dans

ue. A tout prendre, elle eft préfé
ré claquer @ la peine: A sen: pos
te et. 4 la noste Un départ hono
reble. Au diable, ces visag2a zra-
‘es, lugubres, autour, des- agoni-
sants. : ~

- + Tu vas &'la messe chaque -
dimanche, Maya 2? ©

(A suivre) '



La Dessalinisation ©
(sunte)
saire en vue de résoudre le pro--
biéme d’eau potapie duns les ré-
gions cOweéres des zones séches du
pays. . ~
Avant de partir VIngénieur La
wan accompagné du kév.-N. on
Me Connell a été au Lépurtement
de PAgriculture ot ils eurent un
entretien avec le Directeur Gé-
néral, .’Agronome Jaurés Lévé-
que et le Chef du Servize de Mé- —

. téorologie -Nationalle, l'Ingémeur

Gouthier.°

Mr Lawan a promis tout son
concours en vue d’un .échange de
renseignements techniques qui ha
biliteront les techniciens haitiens
& construire de stations de des -
salinisation de Veaii-de mer. —







DECES “DU
SEPT. 1968

Evelyne Elizaire ......
Albert -Mathieu ..
Maria Jn-Philippe .
Marie Geffrard
Jn-René Alcin «..
Yvette Lubin ....







































, LE DISQUAIRE B’

DE LA RUE MACAJOUX.
























Full Text

PAGE 1

QUQ'l'IDIE _ N LE PLUS .,mbFEN D'HA.ITI FOND. BN 1896 Df~ Admfnfatrateur: JIAX CHAUVET ~ t _ ~'} f:,rl , . . #i 1 . . ,oaT"AU-PRiNcE ialln> , . _ _ . nom:s?•-2'2482 ' ':I/ _ . . P.-0.BOX: 18li MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERIOA,INE .DE PRESSE Le . g8n8ral Lazaro Cardenas Un arand President du Mexique Le Mexique peut s'enorgueil lir d'avolr tlte. dirige par le Ge neral Lau;~ Cardenaa, l'un des plus !rrands mexicaln1 encore vi vants de ce pays. C'etait un chef d'etat ai extrimement me thodiq11e que sa vie entiere etait enferm.!e a I'inerleur d'un pro gramme irrnductlble: l'integra tion des indiens a la . nation, a la civilisation. Ce programme detertnlllait tous see actee ausai _ bkm mo : aux que politiques. A cote de Luaro _ Cardenas,presque tous lea chef 11 d'etat me:deains par~is$ent minu.sciiles. a2!d'e nils ,c'est le revolutionnaire par excellence.. C'est l'indien exem plaire. c•est I'une des plus for tes personnalit& ' que le Nou veaa Monde alt produites. Cardenas n'est pas de Mexico, mais du nord mexicain. 11 a vu le jour a liquilpan le 21 Avril 1897. Jiquilpan petit village de la province de Michoacan encas tre dans sa campagne. Son pere etait un pur indien tarascan. La tribu taniscane a ete tellement belliqueuse qu'elle n'a jamaia te soumiae par lea azteques , L'education de Cardenas fut sommaire a cause de la pauvrete de ses parents. Tout son physi que denotait le gne . :rier de la revolution. Dans s~ yeux, o'm brages de sou , cils epais, brillait Je regard plein de bonhomie du futur chef. En 1910, eclate la revolution Cardenas, alors age de 13 ans s'en -ole dans le camp deo revo tutionnaires -et ses exploits mill tai.es commencent a faire par ler de lui. Calonel . -en 1920, ii devint general de brigade. Card. Ce delegue fut ~ondutt parce que le petrole appartenait au peuple 'rn-exicain et depuis, ii s'est mefie des com pagnlies S)l!troli<111'89. ,n devint tour a tour gouvemeur du Mi choacan, president du Part! puis INSERTION DEMANIJE;E , Ministre de l'Interieur. Aux e Jection 8 . prt\sidentielles de 193f, le General Calles, l'homme fort depuis environ dix ans le choislt parce qu~ P,ensait-il avec une cpolitique de doublu r e>, ii serait le vnai chef. Le G6rulral Calles' s'etait trompe. Au depart, ii ne posa aucwt acte hostil-e au vocu d11 . general; cependant ii se debar ~!~s%9tu!~.,.;;o:;. :,e'::::~re !: chef effect if du pays. -I I dlsalt toujours a sea amis : cJe doute que le Congri\s refuser d'appuyer un .president qui rem plit ses obligations avec bonne fob. Cc qui .frappe d'abord dans le (Voir suite page 2) A propos des Travaux d'embellissement du Pare des Palmistes PRECISIONS DE M . JUSTU. BERTRAND Enfia; on finira par compren dre que pour moi aussi, mon plus grand souci n'a ti~e depuis toujoura que de voir l'epanouisse ment de notre belle Cite; aussi et surtont , dans le cadre du pro granime d'embellissement de la Capitale preconise par Son Excel lence le Docteur Fran,;ois Duva lier notre President ii. Vie, pre mier artisan de la . . reconstruction nationale; encore C'est nioi, . fils de la rev.olution Duvalieriate de la premiere heure qui agis avec patrioti&me at loyaute a l'egard de moa pay, et de mon gouvarne ment. J amais je ne saurais agir aviic cette penaee innavouea _de gloi res et de publicites ; a l'insta-' de certain personnage qufl le fait, en divulgant les realisations qn'il 7Shle ANNEE La Candidature de Wallace pourrait comp~omettre les chances . de Nlxot d'Humphrey WASHINGTON . . D. C.V B!an e? d I' .. . . ' (Signe Bernard Ullmann) . L , . , . . "' opm,on l1berale. . . VEND RED I l3 . ~lEPTF.I,lBRE 1968 Corpulence d'athletc, i:ete de viking, cheveux fauves lie mais mUr, des yeux d'animal : de proie; un visage flaubertien, alngulieraI Maitre-centi:e, en effet, . fhom. ma . utilise _ lea reuourcea que la nature a a sa dlapoaitlon., Et ii accouclie de cholill5 DOUVel• L'apparition d'un •trolalemc l tent ele~t . cur1 nmer1ca1ns ne _voLa Constitution lalsJlerait ac hommo> dane la dernicre etape / sidenfe':: 1!rev~mPt ' J?: Camera pour .. Franck Etienne! Jeune ' encore. (je di!ute fort qu'il ait deja rage du Christ), Francli:, de 1964 a 1967, . a . donne cinq iecueils de ' vers : cAu fil du Temps>, , cMon cotE! gauche>, .. Vigie . verre>, Ohevaux de l'Avant:jour,> Autant d'oeuvrea ~lllablt'al , . . , dr~a;:a:;u!e:;;r~v:;u\'i!! : P~:; ' rapport . aux . autrea. Beaucoup plus de maturite; v11,leur d'enga" ge _ ment plua accus& . l1: . , .!~1td :cu:2;itable ballet cosmjque. _ Angoiue de l'bomme. !:~t::;o;!tsc;~ir.::mn?: J!':i l'immensite: cA travers le ble11 immenoe epingle de feux, planet.es, gala xies et voie ~ctee . roalent la symphQnie du silence en croche d'or>, naiua_nce>. . _ A parl:ir . de cette .participation, ii accede a la glq1re, aL i~it, potheou, le salut des ~rea. S'e griller? Non. Mau 1'anner de prudence, de patience ... ::leducteur, ii courtisera la Via, comme il ferait d'une femme,. :::~ }~i ., d ' aill"urs, pas de .., cLa nai1S&nce est un Jet qui n'attenJ guere lllr le Pl!8 d,a ' la grand' porte>. . M,eux: il gardera jalou-..nt ses conquiites, c0rganhera de ral,, Jiement de toa lee VOYllf111111"8 d'a vant-jouu, appelea a aimer. A terrasser la nuit mor1boude. . A surv1vre. Et. que pour~aitla deaertlon des repU!ea contre le jailliaMmant de J,'auQe7 ... _ Surtout, gare a la dialraetlon, propre a noua faire oubU.r vergure de la Jutte. Avant tout; ii nous faut rempltr nou-e jour~ti~ :~!.i:' /e 0 baa4:u '!~i: . (S111te _pap ', cal. 4) . Angoisse auacitee par le vertige du silence: Il est vrai qu'a la fin l'homme choisira de parler, car . ctoute pause trop longue imte ~a:f~~f 8 ~ui. Mais aussi agir, cd~1. 1111 ,, 1 Beadl _ __ . . t ree• . Agir, vu de difficile a vt"vre>. 1 Agir pour ' la con_ PABLS \A.FF) " tlnue dl!f la realite. Cohn Bendit, le leader du JDD'D. Debarras,e du mystic1&me com vement , du 22 Mars, qui, 'parti de 1)18 d'un ta~pon de chl0r0forme, la Faculte des Lettres de Nantu:1 homme _ se Je,ttera au coeur des. re, fut a l'origine des eorcnements problemes soc1a1I.X po~r aouleve~ de Mai en France vient d'etre re le mo nd e. . Engager 18 ~111 8 a ~u d'Office au Dipliime Un1veni -.. kiide c:teti::!~qu~e;~~d~ taj.re d'Etudes Lltteraires. aux grandes naissances. Les Professeur, qui l'ont _ quail Naitret Theme cher 8 Franck fie d'eludiant . hors serie, euep Etienne. tionnellement intelligent, ront en l' _ aut:!q!:P::~, . ~f e:'.::e~ ;~i::v! 8 :=: ~~~:~en::~ uq,ues, la theae 9Cientlfique de la •ier et . de sea notes dqran, l'anna1ssa~ce d!' notre planete, la rainee demiere. ' son d,alect!que des chg8eo vivanDe son ~ate, Jacques .Sauva;tes au sem desquell~ l'homme geot, le Vice President de l'Jfj~i:e':!s aJe'!.:O!n,P~':8:e_e~ nion Nation~e de~ Etudianta de . -~ ra~;tch~ q~'au~~rz~:;;; J~;~~~ ~ , , ~ J k . t~~m!e v~r1:rc3:~: d:~e:~~ ~~:~:vl!e!~;beneli:urs a~ de la joie, croiunt et decrolsant: sursie supplementairl! d'incorpo les huit dans le tournoioment du ration afin de Jui permettrc if,, . monde>, ... , . . i . , , ,. .,. , ,; :, c> . ,, .. . P?Dr,suivre RS ~tudes. i.. Raort 1de l'lutitat . 4" Etades . Strateattaes Ce Loiltll'ea

PAGE 2

cl.m NOUVIIWBTll, :'~~ , " J.e .,.,~ill ...... Q .. H , : ;: > ' " ' ; ... , Y ... ;4' , J;ir, 1 ' ~ ; .:.:.~ ... . PmWMt .. ~, •'~tl ... 16 . ~,:,:::a:-.::N..::,7-',., ' b,.._;;. J; .. ....,.;:u,. ; ~ t aro, O~\,tn , .ii r:.:~!!....~AI); --,9S~ u'!i ; ~~!a:' Jo.cob On i:o:a:\e~" d~I\ 17.:a::!:!~!e!~ ~:/::u:;:1~~=~/p::~:1/~tJ.; :~:;:~ u::~c:~~':fr.tt~!uf , r ' e 1 ; 60. R~2.50 ~:::ir:i~~i~E ' dlt qu'll n'a pas do palrio Contrntremcnt II ocrrams pays la depuis le aeout de co E(EDnE ' i~'I ~ 0 anI ' E eft'f c)_ -. lo) Pirtle:L'Eniienibie ' Neni~~ , c; Jt Jt Jt dlen mn'is bien In terro a l'lndlen; pru!talre d'onvlron 7ll pour cent 11!84 a lll4U, ii n 'y n p;,.a eu m1 .,. R .. _ Jean-Baptiste. . : , . auaal• le Pn\llidont Cardenua se dea torii a'cst debarrnssa de l-iniluencc ~~n~:~a 7 n!•:et. 1968 . De _ Lue Clae . ~tr4!e Gd _ .. 1 20 VERTICALEMENT II F9ycr qui etalt coll'.:lide~6 comme un Inrains p6troll1erea. Cea compnde i'nrmee, surtout clans lea proCINQ GARS P0UREntSr~~GGAdP 8 o 0 u_ 6 R 0 (DELK:AS) lU Decoupa en forme. de tri.J, un meuble a : trouve en Car gniea 6trangerea conatrulsaient viuccs. Sous sa pres.deuce un .,., dents Champion dcuas sa providence; celul-cl tedes vllles ;a et IA det'andues par haut grade ne ponvaiL passer que Vendredi ' 13; A 7 h:1es et 9 hres JV mmonatratlf Dans le 11ait ii faire de Jui un citoyen me leura propres a.nnees et pendant douze mois dans une province a, Samedi 14 sept. 1008 0SS 117 lll...i...;.L.;ait-1i...a _ ~ _ .--"-! ~D xicnin. Ce qui le hantait __ surle 111nr riitne de Pal.'firio Diaz, vec de-a _ offlci~rs _. dont ii ignora!t Permanence AT0UT COEUR A TOKIO RIZON'l'.'ALJCJiu:NT -'anpreWt anon)'llle tout, c'etaib'une ' dletl'ibutl111t -inas elles eta-\ent exonerees de tout im l'apppaprtennncn polllique. pe~ L'ESPION Ent.-ee 1dollar par voiture , \ o'---__:A;:~ ' .. :'. .sal~t nor~~anci T~:i!:.e~ cGti&Tllt> _ Five de terre A son vrai propri fut lnstituee; Selon i'tre octroyees qu'aux cltoyens me du corps au bord d'une route a Samedi seance unique a , 6 h. 80 -1~-it les clauses de cette cencomienda, . xiealna ou aux etrangera qui s'cn dialogucr nvec eux; il ne se scr, _ MY FAIR LADY , '.: ; n \ ~•tiH ' p~ ~ ' ...de grandes quantites de terre pou gageraient a ne jamais rccourir toit hP.ureux qUC' lorsqu'il potivait Entree Gdes .2,00 et C.des 4,00' HORIZ0NTALEMENT. 1. Sana• VER'l'ICALEl'tlENT. I. Spc• vaient . 6tre aceordees a vie aux 11 )a proteotion de le,urs gouverne se rendre seul et san& arme a u, torfll'IIL,;"--2. Prepolianc,a . _ 8. E. ken c... II. Ardu; Olea III. Ne; colons; plus tart! ce '.iysteme via menu, _ en cas de Utige o.vec le ne reunion de gens l,umbles. II AVIS . l), tohe , ;,..; .4,. Auge.;• Aa Gnei1e , . IV Apte; P6V. To; ger-etait dcvenu heredito.ire et ce Gouvernement ' mexicain. Toutcs rep,ltult toujours ; ell faut que s.'Er!llr ' -. 6. Inde 'i., RolteSeneve VJ. <>!~ L..VII : ci donna lieu a la naissance des leii compagnies concessionnalres, le peuple Roche que je vailf a. ll'i let ~ 8 : Sis; Va; Roi 9. EspetRJ~_rie;IXE.rU . -cha . :..rvd1I_l. IX. 00 t-~:, Jat;fundlil et ii arriva que certai au nomure de 606 s'indinerent clc Runs aueune crainte> . Au courA . Le Secretariat de la Fticulte de ur le Comit6.~equencea par le PriMdent Pnrvriera et lea Compagnies nies et na ment et d~pu1s, le Me,nque est dP. GI: e e rganique Samedi' 14 Sept.,A , : 6.K et-8'h. 16 vemtotal de six 8&llfos de cl.. -. _ aux 1nd iens; tout m vi u mation _ al!sa leure propriftes., ,enu la grande fierte de !'Amt\ A~ moment de r'ih-'Crlre, leLE '. VE'RDICU : ' ., povvant con~ ch.cuna deux ~otes bien qu. cet ctah ... jeur ayant v~cu plus d'une anriqne Latin~. Qui aV&it encore po,tulant doit prb.enter !es pieces embreembr~ cmfhy sdr6 m rub iinterdit aux moins de 18 ans) Entree G. 1.50. Res. Gde1 8.00 ~ et le Centre ~ -.. ment dbrJl(IM d'une cantin6 pour nl'e dans k;lle ou, teUe commune _ du Les Compagnies Atnttricaines tente pa1eille entreprise au :Me suivantes: Emree Gde 1.20-Res. Gciee 2.00 :~~~r;~_: =: . E:Ara:~;~~ ~~i:u~ ~ni~~~!:~ 00 :E:r ~~::~~~ira2:~h:=~ :~~:~~t:; -~i~~e:~; :i~onp~"p;.,":~}: u~:nce~:! m~))eut:t~~i: .. ~;!; ~~: 7 _ c f~esR!: ~r~O~el~ '!: i1 se ret~ncha d11tt:ere la Cons ment et mena~a le Mexique de eience aussi nctte, ~ussi profonson Representant legal, a'il elt ltJ :Jo~tc~~tfdi= G1:?J:~~~:.:. !~:::~~:p~~:!o:uin:i;::~~~~ 11 e~ ~~~:~~~=;~arn~r~~es:ri ciff}~ ~;.e~=n~o~t ~f::~nft 11 ~.!~t p;~:~ 1 : miaf u~ ce,tificat de Bonnee Vie de:la , :.="ta!:~'"enranta dll RM~~= w::n' ~;.:i!t~:or::., d~n;e:t::~t!. :i:!u~el'~~~;'.e;;di~7/:/r;:6: Jui que le Mexique n SU qui" 11 ,_ et 4) 0 u~rsJ~rtlficat de Vaccination ,~m1w1~ fois par jour (maDirecteur ):!~ar:. j~~t ;:~:•::r::~~at~': ifee\;1.:~t~n~u~o~:a:~:i;:;m!~ ~~r:~~~!~ 0 :l~::~i:!;~;!:} 0 ~~~ ~~;foi!~• i;!h~~t. '~r;~~~~fe; FAcuiLTE DES SCIENCES D 'HAlTI UNIVERSITE D'ETAT 1,e,r act~~U.e Aet udo~ oridginelle dde 11 la Joi dbu _pays et qu~, le gtouver amcricains ou l''ndien est encore 6) Un certificat de Sante de . a propn.,te. u eout e son a nement ntannique n a•,at nu- •efoule . Le General Cardena s oui date recente; Afll ministration; une cEjidal Banlc> cun droit d'intervenir d1111~ le s•e~t refu:i:ii, sur sa propri~t{ : 1 6) Son acte de naiBlllncc, ou a Le Dkanat de la Facalte dea du Tribunal Civil _ s'instaUa a Mexico avec des sueconflit. Le Mexique paya et rn;, Pat zcuaro jouit cl'un prestige iu defnut, un extrsit de, archives; Sciences aviae liis interessi:s que~) d'une autoriaadon de aon ,ursales clans les principales com 11eln son representant d'plomnti comparable non seu!ement au !lfo 7) a) Le certificat complet d'E ~:~d'l:Ui:-:!1 ::nt 0 uo= re'6>n'!:1\;'.uc::e ~tit.6 a'il ~~::;d:,ue~:a1~~r au~ie!~:~ CjU[e 8 ~~~:~-ement du Ganeral mais dallS tout le con Lif~~P. stB.:ts:cri:s~\u~J~~ tee; au a.ege de la F'\tuite, d~ eat majem --. veaux fennlers de : l'Ettit. De L&'Zaro Cardenas a multiplie Jes -----~"-----n15). > 1&-lundi 16 Septembre couram: de 6) d!un Certificat de Sante de 1984 a 1940, ii avnit distribue centres d'enselgnement et ci'hyg'i, b) Le certificat d'Etudcs ' Se8 Heures a. m. 11 11 be.urea a.m. livre par le Service de le Sant, plus de trente millions d'iicres ne publique; II a s11lonne Jes moi;, Oiire d''Emploi condaires Classiques, lere ParIIDMTP'41tl(ASSI V1iddred, 13 Sept. i\. 6 i:i.;frh:t 8 ht• 15 SUPER 7 APPELLE LE SPHYNX En Permanence Technicolor Entree Gde t.60 Samedl Ji Sept. a 6. t1res 15 et 8 Hree 16 NEW YORK DANS LES TENEBRES En Permanenci; Entree Gde 0.60 A'IRPORT CINE Samedi 14 Sept;_i\. . 6-h. :iO et _ 8 h •. 30 BANG BANG Entree _ Gde1 U,~ et 2 . 50 _, Drlve ,ln i Cille Delmas , Vendred: 13 Sept. a 7 11.et 9 h. Jour -de _ Famil!e LE GRAND DEFI Entree: $ 1.00 par . voiture Saniedl 14 Sept. ,n 7 h. _ et 9 hres LE FACTEUR S'EN VA:-T-EN GUERRE Entrec: $ 1.00 par voiture. CIUC-CRAC CINI Vendredi 13 Sept. A 6 h.-8 h.15 NEW YORK DANS LES TENEBRES Eotre Gde 0.50 1.00 Samedi 14 Sept. 6 h. 6 h. 15 OPERATION G0L.M..U, Entree G. _ 1.00 1.50 Inma,iche 15 Sept. a . 3 hrc• LE MYSTERE DE LA CHAMBRE FORTE Entee Gde 0 . 60. Res. Gde 1.00 Dima De dewc photo.. LE PRESIDENT CADENAS d'aqueducs; ii a dote le pays d',l ,•cl Employment Sel'vicc~ sise a cic et de Technologie Medicale, 8 h. 30 (En permanence) :Vendredi 13 S~pt. n 6 h et '8 . h.15 e'n _ _ f>'! _ ~~~d~ :!~ _ ~t; _ _ : c~~ te _ ~~df.. ET LE PEUPLE MEXICldN cotes et selon _ !es statistiquc:. ii " in Rue Bonne Foi No 57
PAGE 3

cLE RHUM BARBANCOtinT~ 'REIIUTFi .:. l)in~ ", ...,..;;;.1;....,._..,.......:....:"""" .... ....,....., ________ . ____ . , . . . .. . L' . ': : !. . . , ,.i . r ,/ :: . . 3otr• a11t1i,,.,.Hir, ~J::~~ ~ =~-• ,_ penJHffl11N '.""' . t>OtU n1..a1n1 ; ~t,;~~. ~-::~-:;::,.::~ di:t!~e:Lt:~ SAMEDI 14 . SEPTEMBRE 1968 21 MARS' Ati 20 A'v RlL (BEse trouv~ au-dessous de la surf a, LIER ' ,: Paa d'engagen1enl1 que ce. vou, ' ne soytt certain . de tenir, Une tendance a l'optlml,me pour rait vouameno, au-dell des )uni tes raioonnables, 21 AVRiL AU 21 MAI (TAU REA U) : Re,ietez Jes 6uggest!ons fondeea sur une pensee faUac1eu se meme si dies soat habilament present~s. Sachez .choisir oxacte ment les veri1:1bles valturs. 22.MAI AU 21 JUrtii (GE MEAUX): Troisieme bonnc , jour nee consecutive. Recherches in tellectuelles et creatrices part . cu lierement favoriaees. \' ,>US etea en mEsure ' de tracer maintenant vo trtoJoutE: personneUe. 22. .TUIN AU 23 JUILLET (CANCER): Peu d'aide plllnetai remals en employant vo~re ha bilete et vo, dons dan, Jes ..,c,. teurs OU ils poUrrOnt ' ,e deployer' vous . ferez un travail de prem;e, ordre. Evitez avec soin lea extr&24 JUILLET ' AU 23 AOUT (LION): Comme ceux du Tau reau, veillez a ecartcr des offres, meme de brillan~e apparence, qui, a echeance eloignee, VOU8 inc . Ul raient a choquer votre honnlt. te OU a etre infidele ' ll VO,, grimda prindpes. 24AOL"T AU 23 SEPTEMBRE (VIERGE): Mercure qui, comme pour ceux des Gemeaa.'<, vous est favorable, encourage votn> effort, surtout dans 1.,. aecteur;s des arts et des affaires. Occasions posai bles de briller. 24 SE'PTEMBRE Au 23 OC TOBRE (BALANCE): Situations complez:= Montnm - •~ eir,ce! lent jugement et volre sens de l'equilibr. Aye:. une juste persptc tive des evenements et vous d~ nouerez Jes probleme1 Jes plus r.om pliques. 24 OCTOBRE AU 22 NO VEMBRE (SCORPION) : La CbanCit VOUB ma~S 8. con• dltion d'avoir etudie de pre. la 23 NOVEMBRE AU 21 DE CEMBRE (SAGITAIRE): Que! ques restriction, planctah es. Prudence dans lea opcralions fi nanciereo ct controlez YOS reac tions. La situation exige de In di plomatie. 22 DECEMBRE AU 20 JAN, VIER (CAPRICORNE),: Execu tez le me . Ueur travail posaiblll mais, avant de deme.rrer, Iutca la difference exacte entre le bon em ploi de la force et le g:•.•pillage de votre puissance. Jugtmenl avi se indispensable. 21 JANVIER A1J 19 FE VRIER (VERSEAU): Lutles 11 envisager mais votre habilete et votre ambit , on en lriompheront •ans' peine. En fait, Jes si~uations d~licates vous donneronl un plus grand elaR que ne iera,ent celles auxquelles vous etes ;,lneralc ment habitue. 20 FEVRIER AU 2u MARS (POISSONS) : Ne vous arretez pas a dea apparences brillantes ni a des rumeurs sensutionnelles, B\lrtOUt sur le plan financi"-I, Gar dez un rythrne egal ct voas ne pouvez ~houer. ' SI VOUS ETES NE AU JOUkD'HUI: Vous appartenez au Signe de la Vierge qu, ~st, as}~\;fcit':.uJ:td&i~~~\t~~!h~: siaates qui sont decidfs n resou dre leun pr0blemes et n vaincre. Yous l!lliaiasez vite le, poa:,1bili ,tes et avaucez r,i.pidement. Par foi1, a la suite d'e certamea cir constances, lea buts apparaitront eloignea mais votre energie ,ans limitea et votre confiance ei1 vos buts .bousculeront les barr : eres. Ne vous lancez pas toutefois dans !'action sans mure reflexion. Ia reeultats seront rneilleurs sl vous travnilltz dana la joie et le cal me. VQ"5 aimez la i>eautc ec a,~z naturellement bon gout. 'Dllvelop pez au ;. maximum votre d1versite. situation. N'allez pas au fond des LISEZ NADER & CO. PRENEZ -IMMEDIATEMEN'r UNE DES FAMEUS'ES MONTRES CAMY POUR HOMMES ~T i:ouR FEMMES EN PAYANT LA MOITIE CASH ET LA BALANCE EN DOUZE MENSUALITES. ATTENTION!! ATTENTION ! ! Si vous desirez une manucure a domicile Appelez au No. 7295 choses avaiit d 1 avoir 1011da ee q11l --~--i ~---------~-~~-~~--~-----~----...-..~---------~ . ;: La Boit8 , a : llasique . UOULDBNII u-s? DANS NOS SALLES DE SPE~TACLES AU REX THEATRE Ce film dont le nom anglais Une :formidable i>rgani'5ation in mouverr,en' . e<.'J et conlulsives ... st ternat on,i.Je. Les Koo,as veuc .en Cr4ant une serie imprev';sible .::,, Dimanche 16: a 6 h, 7 h et 9 Ii e st une hi st0 're d'aduahte, pu,s tcr un hold up cxtraoid,riaire: 1•oups _ de theahe ;rurnrenants ~L fl ~;;~i;l;URE qu:u: 0 !~en~::~:~u~n.es'ii81t.:~t~~ :i,fa::i!:~.:~= ~e~.~ra~ fantaatiques_a Lon1lres, . U Bey . (en ciuem1,1scope couleurs) . iuellement au V~E'l'NA:M. ~•est u'o: ,et de ' piertes precicuses c11 r, 0 Llh8Hd:r~N 1 " Pro~he Orient Li:tc Antliony Quinn et Virna d~.~~:r~:;!leaii't1ti;";~~~':: Afrique du Nord au , profit de la Le heros indo'mpt..ble ct i~ . Une superp"Oduction convalnde guerJUa1 dnns toute sun hor Chine communiste. Pau . l 'Finney 1lomp,e, I nom1,,~ aux cap. cilf, cnnte qu , t I d 1 reur et ,a brutallw et pa, de quar connu par 8C\3 adversaires comme exfraord'naires,va-t-il, exte min?r un de I ec.J i:vec 1 a ou eur tier, , Upperseven, est un , des meilleurs •ea redoutables adversairee qui' sa~tes s j pag~s t P.~ 8 ';ute;~r Quelle est cette h,~4,ire qui va agent de J'Intleligence Service. ,t ~posent d'armes . et . de . moyeu, tes a~n rmadlS i': :;a ~e ea B vous tenir en haleinc pres de Grace a des pa : faits 'masques etrange s? Trave:sera-il la ,bar re mondi i' 8 euxi me guer deux heureo. . en plaatique,confectionnes par Jui, riere de feu provoquc.! pa, 1'e1tplo LA 26 .EMEe.HE'URE' C'est un recit plein , a'origlnahte Uppersevn se deguise en orfic,u sion_ d ' une ratCinei'i! de petTo!e , Une oeuvre 1 histh~e d'un avd de .sohdes. quali.cs, bo'!ne ue. Maril)e, ~n vieil, hlltnme d'af . ~our sau:ver la ,edui~ante fi_lle ,\tl?n Kohl-a-a! RuEn'ree Gdes 1 ~ 60 et 2.00 , \impetueusement la furte et la NAM SUD AU VIETNAM ae, dec1de,1_1 deso,r,ente, ,a chaque souffrance. NORD depuis de' longueo annees pn~, ses adve~sa1re,, q<11 le pourLA 26EM EBE URE . avec un . intermede tentimental chasse;it depu1s de; r nnl-es pour Un film considerable de la Un medecin Sud Vletnamien e donne~ un vif;age a !'agent fantc Metro Goldwyn Mayer prodult . te contrait par fo.ce A auiVN lee me , qm le3 traque. f;~\~e ;:~ttrep~!:iui:;e~r X;~!<;'g~~l:~:{1nbl~".t.vr.: ESPIONNAGE A CAPETOWN prete , par namiena deleguent un commando Des aventures jamn,:; vues d,;ns $ 1,Par vo1:ure . de sept homme, qui devront re un f i 1 m d'espionnage, des . Anthony Quinn dont !'immense cuperer lo meJecm. Pour cela jJs plans lnachiavelique~ Jama,s cou popularite aasurera a ce chef deyront penetrer en plein terri~us, des bagarres !'1 . ne conce" d'oeuvre le plus . colossal eucces. to1re Vief.congw, dejouant Jes emtion etonnante, ' un film d'esplon L"i;~!!!~a H~~trrlble ,fans fe~c!o~;/es piegea tendu, , par ":!;cfs~ classe qui aura un grand !'existence d'un homme ou d'une Nous aasi1tons A une lutte nation . : . ,. ETE 39... san, merei entre VIETCONGS et Entree: , $ . 0.60 par pe . son,ne VIETNA!IIII!.NS. Dan.5 ~ette Jut tt: acharnee aucun prlsonnier r.'est i'ait, tout est balaye sur pla ce, hommea, femll\eB, et enfam:;. Entree Gdes 2.50 et 4.00 xxxx En fait, il faut concl\11'8 que c'est un des films de guerre d,;s plus mouveinenles, ou !es acte,, Dimanche 16: a. 7 h et 9 heures d'heroisme, de bravoure, et Jes Le 16 Septelilbre 11167 Le DE moments de suspense, emmenent LUXE AUTO CINE prt.&entait, le speetabeur dans une ronde en Grand Gala, une monumentale pleine d'hnprevus. Ceci dit on superproduction: MADAJlelE X. rloit t'elic•ter J'actrice Eurasiennc Le 16 Septembre 11108, la di KIEU CHINH NAM pour sa ;:it~~ •~~~r~ 1 { ;;.:.,, beau ta et son assurance. Un film cessible qu'un commun succes con hes mouvemente , qui ne laisse frondra dana la meme apotheose pn 3 de repit aux spectateurs. LE RIDEAU DECHIRE Samedi 6 hres 16 et 8 hres 16 En Technicolor Entree Gdes 2.50 et 4,00 avee Paul Newman Julie Dimanche 3 henres Andrews Tamara 'foumanouGdes 1,60 et 2.60 va Diman~he 5 h, 7 hres et 9 h~~s Un_ suspans. a l'etat pur. Une Gdes 2,50 et 4.00 production qui honore la signa :r :r x t::vr:•~~f!or!i~~~~~he e'!n~ AJaPQM'l' &;IN~ preinte exige 1'admirat1on. Allu v.-J. t,u,:,,, pn,ocn,I! Un acteur d'une p"nonnalite le 111mancne 16: a 6 h 30 et Ii transcendante, Paul Newman, h 30 dont !'immense popularite demeu L,a,. ll'!U.lt DES ESl'WNS re une lf&rantie de au.."Ce•. l!:n couleurs, un esp1onnl'ge i. Le Rideau de fer! Un cadre faire t, . erobter une salle d'enfcr , qui _donne a ca film inavec : Mark Wendel Corey ct tenae un,e ver1t~ plus crlante. . Bu.ri,~,ra Bouchet Auto de Lue CIH Crlc-Crac-Cine Dimanche 15; a 6 h. 7 h, et 9 h FLA:c,HMAN , (En Eastmanco!mi avec Paul Stevens, Cl:rude Lange, Michaela Cendali voici ven'r: FLASHMA~ Le Heros des circonstam:l!s dif t'iciles .. : Flasmnn anive en trom be ... ' II court, ii YOlii au secours des oppr1mes; f?ri "just.icit!r", il jie tolere :tucun actc de bandit sme ... II devient ln terreur f,s gangs tcrs... F'LASHMAN , Mysteri,ux, flegmatjquc, ma,. -i,uant sa noble personhalite souutient tou... ...-.-, d'Hitchcock. te la structure des mouvements LE. RlDEAU DEOHlRJ;i; cb• des aventurE:R _q~i ponctuwt Les imm'ortel1 du ci-16rua ont <•et prodl/c• 10 n: ag:1tees. touJours ,ncerprcte aea rliJea don, L~ MUK DES E:s.PlONS le souvenir ne s'eat jamaiaestom. D"i:ri,eure 1mplacablement undo pe oiLABOURAGE mnltruc. gnets, remereement de hanchos, . , . , , : reu~~ recital d'angoisse et deterf!u1~e~/:r~~ead;:~! ~~r~:~!i HEI\SAGE; SILOONN_AGE . Un film enleve oil le maifre , Qu! i •e joue derrfei:e un paravent SARCLAGE du 1u1pen~ retrouve monstrueux,<'!a , chimie n\odorue at toU~e~e~:ic:~e b;~~ huilee qui fCI\: : inventions , 'i!ataniques . . ne tolere pa, de rates. LE MUR DES ESPIONS tfn , suspen~e. envoOtant dont Ill U~ l'ilm choc, des mouv~menta regne . d" seduction sur lea 1pecta. ebran)ants, un ~uspense coiumo teurs.n'aura pas de fin. tim,, une enquete d'orage. L'A ,Hitchcock gagne toujour, ... gent H.A .. R.~ : . C est vou, qui perdrez. 1I voua ofranchlr Je miif l •~z . rater ~eulament un spectacle et derrl~re il f \ /n, dramatlque aue . t'il? U~e exp!d' " Cea momenta . subllmaa du cine la miBllon acco ma, CBI . du 1Uapel)B8 n'ap mi•nt. . ,,, .. . "'' , ' PIL{}~~:r: 3,'i~o:~!~k ... l&1~ 0 l';te~~ti: c! 1 1lili~h;1~~nt ri i ~ mo,t, 11 ne voua aera pas dftiollt lH filllllrl!l! du :;clmar\o. . ' \\;, i:; Entrbe . 0.60 , ~•r _Pe~nne Vou11 . vieT1d~ en foule ,•ofr ,' " Puspe11ae d'onfer .. A AIRPORT C NE !'<>Ur percer l . 'insondabl . e ' t~re du mur cillll I esplone . . : Entl'ce (;do 1.no et l.110 EXCLUSIVlTES MOTEUR . ' BllOWN _ ,

PAGE 4

.., la , ~i;.it~ ' aouttes L .. . ,A . . . CtUk . ... u . L. te ... ' .. •/} ht .. .. . . ~ .\ t ... . . . vre,"~e " i'h6~~::r.~ cqul {alt '•' c,• . ~fl1! 0 t~=t>~ 1.:::. bl•:; LAEU , PMAOPY . EE , JllNT . OJR,AI EsNITTU~ TIQN ; tjit ; tll ~ rlque d'ol> ~~ Y.. ~;r, , } 9 #~ ; ;, jama .. is q . u ' u ... i? ~b s . c . u l r .. 1 .. . gu i:an . . t .. . . ti~ ua . li f o1to,o dll.ltlfan: Mt f' Pb.ieelie i'6U.)let ' , . 1t d'a~i,. Jf'itd ~•. . . Aomitii de lett.Na : qui, Hier, a . 6 . h A. M., l" can1ardu ., a. 'tudicl Ii, , Droit, ,;.,. que u frappe un grand cltoycb ., ,Ida oi,r avoi, acckd la Curriire. ! i :~.ILiJ~ri :taf:e~:~~~it:s:a1{ 18 A . ... Ce n.'ut done pas lia.us ' •!fort ,lesir ~ i depuia dt,jil quclque •. cc q1t'o1t a dit ru Gide ct des servkes . signales au pays i1 de Chtl.rdtmne lit que l'on pou,ra.ie plus d'un titre . Ainsi, r,crsonnn 't,~1'm" aus~ "" Richard Co11s-. ~!!d p!~e1~fe::• de 1:l!ti\fti, ]!! JJ~ lout cola., 11ous ~rit'l_z d ' cplus meritants ct ii e st fort r l> I.re Laue et c'e•t de tout ooeur que grette dans son patelin. . J• foliaiu . feariva.m BCnLrul.,.,:c Ce citoyen notable fut tou1• i, quo vous etes. C'eet de cla bel/o lour professeur de be Jes lettrcs Qi,vrage> c,m11me a . n1111it ,i dne nu Lycee Geffrard, aux Go11;,i .P tl g11.11, sxpressi<>11 ve > tw en droite " PS, Inspecteur des eroles , l\lemligne de ses origines payso . 1111cR bre de la CommiS'.Sion Cotnmuna et qui suf/i..~o . it a crie, son . admi•• le, Commissaire du Gou,r.m,e ration . . ' ' 1.;; ~ !16 ment et ensuite Pref et des A : on Quant a votre dedicoce don t . ' je clissements des Gonaives t~ rle la vow. reme, ,ne a . micalem,mf, el/e Marmelade. rr.ttute en tpeu de mots, qus 11i le Servi pur une cultun , huma temps, ni vos so, i cis d'h-0rrmefi niste, ii se fit remarqucr II tous d'etwies n'ont 7111.,-et ce n'est pas ces postes par un tact , un lnva courant .....:. a:;sicher, chez , vons, lisme et un devouement exemplni la memoire du colll6t. i es et son amour . de la justice. Croysz, ,ium. , clu,r Crm_frere, Autant de qunlites q0,il •~nit toutc 1110. cordialit,i. , rfforcc d'insufi'ler a plusieilrs "" !!:e ~dUant Ayoc11t, . ~e eran.da , pru '. ces . Jul furent confl6s. Et c'est uvec acienoo et conscience que, 1l11ns le reglemeut de ces espuces, i: donna sat.1slact i ou 1 8. ses cliouhi .Tournaliste , ii a collaborti, dan~ un style correct, plem de mor• dant: .,t dunc logique serree, aux jotirnaux cLa Griffe> , cl'Ar~lbo• hite>, aux Gonaives, respectlve ment dirig,ls . par feu Stephen l c, xls .it Dr ::leymr,ur Lassegul', l t a cMaintenanb ayant eil pour d i recteur Mr . Jean Magloire 11 Port-au-Prince; Et l'homine au-sci tu !'admiration par ses articles j udicieux, Le rayonnemont de sa p sc.n nolite,• ayant depassc lea . !;mites de s a ville natale, ii fub elu l'n rlusicurs fois depute. II a appht• tenu ii. trois legralatures. l:fos col Jegues trouverent en lul un con seiller et un guid~ sur. Sea in te rventions, marquee, au coin rlu Droit et de la Just i ce, 'ur~nt tou jours appreciees par sea pairs. Couronnant u ne carr:icre . hie,, emplie, ii fut appele a dit'1ger fos Depnrtemenls de l'lncrlcu1 r t de la Justice. A ces deu:hnuts postes, ii se ipontrn un h,,mmc ponderc, equilibre , et d{lfendit v e c energie les 11rlncipes d~ hi c rnrchie et d'honnetete. Et le pn tdote fut egal au Juriste. Ne le 12 Septembre 1888. i. c8t mort le 12 Septembre 19,68 11 80 n ne . \ M e P e lis si er l ais se I< suuvenir d'un lutteur emeritc et d'un hnm m e de devoir . Nous nous inclinom; bien r~s pectueusement devnnt sa depouii l ,a mortelle et nous sommes cer tain que la ville des Gonaives va faire cet ar>res midi a Me Paru e else . PQ!i~s ie r de mugnifiques fu nerailles, digne3 de son tnerite. L. C. PH. plut:! l>}~t.~i: de !'avant comme J es . chlnola d'aillelin, . . ' pouvant~ c com~e 'j11 / le a e 1h t .. 11 h , y i 7 joun, comme on s'on rend CITE DU VA 1:lCAN (AF P) . C'est la premiere fola no\~Jlt vement, mo11 ~ r , sur les pl:inche s , ~:~.~•: une lourde cari;al~on d'l. p,;:h!::!e,: 11 f,1nY!a:~ 11d r:.-J;:! i:s ;::;rr::~::rit t ~;:i;i:"i::~~l~ 16~:: :~{~ !f t!i~ }; c~~i~: Le poete convle sea frere, a nouyelle mediation dans le conilit me au11Bl. nettement ses apprehcn , Pascale a 1:ieaoin de . "to,; . nla 'i s e h'te nd s'lnterroger sur le 1en1 doi la vi•. larulo Arabe t '• Telle est la sions quant a , une eventuel!P. atda .le recevear. Je c fo i~ . 9u' . clle tudes : Jfo j ,. for Ne quitter la .terre nata)e que~tion que l'on 88 pC711e ii Roriui taque sovietlque et : . falt etat d ' uveut :te ]; i aire ; goii~er & un sp11 ~ mou pe ~ : est ~orl, J , . . ... dou~e ~i~sch~~h!;~ :~;::S.rJ:1:tl~~ aprea la ;v1site impromptue j~utli ue eventuelle riposte chinoise . ghetti i'ortnidable ; qu'elle a clle ans. ll ; , a.J~l~ , e ma ; ~ ere { ' la. ie, , bonne source qui chuchote a . plat t~~=:~~~d~~e:!i ::c1'tr~!;~d~ A~ 1 bONG~~ :r :I: \ "\;, , me~: r::::re~ourir . c ill~ritina Je ~ e t:i~n;oirii~ 1 :: i ~! ~ 1 ~ . e~m. ;:~\~~fld~~~~led~,d~r~~}~=/• co du Conaeil d'Israel auw:u4 de DELCARDIQ~OGIE . ,. :';;'_ : visage de Maya , : le spaghetti e s Monaveniretajt a~sure . .. :r.r . Chez Franck, done, pa, .de . pes Mgr A!foatim, Casaroli; . Minisfoi' :: t =P A~~ ~ lle et :': tait so t ~ucts favor L ~"u s .le l'ere s'eat renwi:iee ; Mon beo 1 unilllle. . . , des. Affalr9.e , , lll}~ane . er1ra , , ~ u,Y aUinauffl ~rditi;que ., ~u ni ~ t ga~d med1tatif de_ M. Dirnbm, ell.! un mauvais c?uche~r / ii. , fricoil ~ ~ . •Au ,contraire, riotre poete eclat l csn. . . . veau : ~llwali'e ont ~ " wmlne.i ;!, quitta le bureau pour se rcndre 1c . fruit d e . . la . !!U . e , ur . .. ir. . . : . . " .,. n . ' iie . .. ,.. y e . ' . r . . te d'optlmisme. . Au moment ou la tension 11'eat . au . . cours 'des . dernierei (: : sean~i :' au pres de . Pascale. Un . beau ujour; marilan "s'csl trou \,: Dano son unlven, un appel II ra"'.IY• , entre Israel et lea l'ays~ d\ L oeme ,Congr/ea . eu~peen di \ CHAPITU,E V •Vee sans un sou vaq,.nti ); Perilu~ : . tccep~~ 1 .'bllea myaler,chneta. lgree l~e!.1 . velonnfeuset Ar~bes, ii ne falt auc i m. dJute, c . ar~ol?gie: , /( ' . :;4 La main tavelee ' .. et oi, a eli~e I ,!de dettes, Elle a du ve'ntlre Ia -3cfc L est1ment !es observateurs que le L ep1log1e et la patho6me de h h d rie : MQ mere . vit llncora . . ,, Ellif ( a . l~efde ~ii~i~t: 1 sur .. a faif ~::P 11 ;J;r 8 ;:,;~::e:~~::~:~ 1 ,e! quatre~vingt-deux 1111s et olJe , ('.St Soullgnez l'association: , 116 par le~ obstaclea que . !es nou. 1 objet dun symp-0s1um, . . 'i pre1id6 .. veioppe . 'l'oc 1 . Les lettres pt.Huaveugle . Tu ne s'ais pas w>1 a;, plue, ,' , Des kilometres de aUdes. ;:~u:ur~~s':!:s 1:1!,of:"f.~~e . .. !f! . W~u!hei~ofcw:;bf:,m?tJ a.u E~ . l~ient. . :roe_ I '.l'oc 1 Toe ! .<.Jel.i :~~:~rq::t 1 :i~~"re~;t&ri~:!~riw le, ~e~:. er~q~i:~!!fOC~:u;:n :~f'!te1.~ t:on paclfique. . .. : : . . CJUel partlcipaient : lea . profes , n e~ fm,ssait pas. l.a . ~ 0 •~ " 8 t heurte par un .. . > o > ., .. 8 1 . L ,, rt! d'e ub . ,, 1 1111 urs F. H. Smirk {N. Zelande), Je hen de tou . tes .les . nffa,res. art, Si j 1 . M d 1 . el vit A ~o1~t~~~~.i.""fo~:;ten:J'~ S . 1 \ ; t 8 1 quet . . qw re . qt , r. H ;\ Ueda . (Tokym) F. Gros, (Hei argent, coeur, fam1lle. L ' apposi le Ursu'"le~j! !~~;e~=ia 1 ,:'ulc1:: 0 ni~s d Cehseu . vralue:x:,pdei r al'laiavmane . t . -Jvoiusiro>n,' d:n . n c ttge aff ~uJoura ';:1tt enr . delberg), L ; . ' ' : '. . Pip,pig (Wurzburg) . / ho1i des cachets, vrai.e ! oile di! journees a . vec vo . us. C~m m,;, . ,;a, s e 8 8 re, en P e et, A. Jr, MUiler (Geneva). Cea Penelope, engloutissait , chaque ' d sei . . Jn~rets directs to.uchant Jes speciali1tes orit ' abouti a la conj o ur huiL heures de la vie dE! alfa je vous . empilcherai~ J;e~ tri~ . i~e mo~J: J'!eia~tt!~se~PJ:~!ri:~ IJ~ux sainu;, 8 P 8 1'.111 1 6 au Pap~ . c~lon ,qtie Vh~ion ne ': detno i selle Ursule. ResJiltat : du te . iL e . ri . t tie rl'ifficile <1 . c . ne . ......... . . pas . . .. ".'. quel c, rterv11nlr a pluSi!u~s ry>pTtR~S , . doit pas etre envisagee comme pain pour le ventre et des dur 1 )Trouee dan, l'eapoce. Eclatc ~f rve::1 te nlgoci . ~ tio;a, pnr unemoladie en soi mais que l'on Ion s pour Jes paumes. La vieille ~r e 7:eat!::t:rei:::t~7ure'ej:!il! . m~~Ttodn~ ,:.ermp11psa:tteindra 'Ia vitesn erm a re e son r seau d1 doit rech,n-che: se~ : ca~scs. Le11 : postiere ne se compla l sa i t pa;, . . ~v 1•lomatlque,. . . . hypertensions !1 eti~logie . h?rmo~ dans la mediocrite, mais ' clle e s ti j c une I . iii~ avait !'art , de i"oucou ~ , , , se de tes yeuu 1 Le . prestige dont iouit le ~t. nale . ont , ete particulie.rement mait qu'il et.nit trop tard pour lcr de ces paroles qui v~us r~. Franck Etienne introduit, tiP~re . aup1-es des deux . parties . exammiees, . ~otammenti . : . par . le . essayer d'en sortir. Impuii!san t e ~hnuffent le courage , vous giilva. ' m1dement, certes, mais avec hon 1,ourr . ait done, selon .. Jes observa, professeur . 1!{uller . . ~s no elle s'y enfoncait de plus ,:,n , !u.' nis~pt . .. Le ton . rneme 'de sa vou. t::.i: le •Piralisme dans no, let~~~::~~~~i=~!tr: ::s::rai~nil~ . ::: ~:rii~!!ti'h~~~~:: ; comme dans ln vase . . . . ' .• , :~?~~~ell~~ur~:i::J~~r ;!1;tf.a~ ne t.:bj~{r~l!",.~e~ f~f,\i~e=~ :~ {?urs ,}~nsldere qu'unll telle . ac~,,raq~:~~~pattfero~: ~ ~ten!s:~ ,e-:Ma parole, tu dev1ens mu c, t loc~t1~m:~ntrant che~ . . vou~ le veau des associations par lea Nn~i!n!v~ii::.ut du ressoTt des l'arte,e ' renaie ,:.' du pheochro ' Au contraire, Iv. langue me s o i r, Mademoj.;e!le Ursule, voua mots, et des connexions hiatori _ 'lnocytoma etc. ont egnlement etlemange, mais j'ai peur d~ vous devez etre fourbue . f•~hj~~ , J!~~a!~~ns~,s~~,1~n.• xx xx te Dd:::liiiees . rapport qu'il a p ~ e-. deranger . On , nest jamai~ BllSSi hi-,;. Une . telle DIISOCiation cree. dans APR ES LA VISITE DU sente devant une table ronde, le ..,.\le . dcr a nb•r . . moi ? .!l lois g ue qu'on le croit, til sais, \? _ poes1e de ; Franck, une musicsPRESIDENT DU CHILl professeu ' r . A. M , Novi (Pise) ll ;!~• , ::s~a~,;eu-!:a\'i8i :i~can~q~~! 10 ,!:~:m;;,se~!: ' ' N;!~le ; 0 ~:u~.~~ ll !t 8 ~, 8 a part1r des phonemes utiAU BRE~lL expose une . nouvelte concep;t i on 11 " SAO PAULO (AFP) de l'lnsuffisanc~ cardlaque du que je fais. Mes ma i ns s ngitcnt, _ ,outine dan~ le tr avail, routine ~ chou-fleur en bourgeon Mr Eduardo ~'rei , President coeur hype . rtrophiqtui ,fond~ mais mon cerveau s~ sd&rose dans le langage, routine clans e:fl:: . aon parapluie OSte Un depart hono Fr!lla .. t1ol., , grande que celles de missiles a• vement comme chez un Rene Le !resident Frei ya nteine jus a VOyaae lei~• cqhU:cilunruemidenc s e"srclVli':'s a 1tre~~mcnt. r ,, ble . Au diable, ces visagaa 6'.riS mericains mais que . l'URSS Char : qu'a insinuer que rien n'cu1r,et•ht! d t a 'cs, lugubres, autour de s egonilieu~~e s\~rifaep1~ro:..'i:~n !u1: ~:~b:e qd: e f ~•u: 8 P: ; tie:.~~\e ~~1:i~n;:~~ v:~t~•~v!tfi~ d~! }: 'Blremell . . . . . ~:~~o~i: :i:1~~~!\n~~~~:: : e s ~ " ~~ 5 -Tu vas Ua messe chaque ::leco!:e~:n;~t•li~ a carburant sQlide. L'URSS de Aal;ne~>. I . . riiille Latino Amerkailw. I,a Hie_r par le vol 262 de, la cP11;n recont'otj;ante presl nce. LR m : ,sdimanche, Maya ? ne par Yvette et Roireline PIV.E maintient d'autre . part sa supeleur lo~~le .ce a, JOignons In coumultiplication cles pactes economi '\men~~n World Airways> a . ln1s c otte, c ' etait le soleil qui, suMte(A suivre) ' TEAU qui, profitant d'une tour r iorie numerique dens le domai Mais ch~z !'auteur des et aus-s1 par de . nom que tu ne soiii trop jeune , ,. pour pays. TEAU est violonisl:e. , \pres ses ques confi r me, . cette annee enco Et quelle m"a._...,• I ,, De s on cote, le ClrnncP.lier hre breux parents et amls. . comprendre pourquoi nssez ~nuetudes au .Conservatoile d2 Par e, que Jes pays du Moyen o . ..,. T M p ! 1 , Nous lui souhaitons que son sevent, je ine . mets m a'rtel cii t.;te Avant de , Partir l'Ini:-anieur La ris, elle a prete scm . concoura au rient . consacrent a la ' defenll8 Dans ci d emc de Davertige par :rn d . ~~f. 8 a t e chc, '' Ju j our a !'~tr.anger soit des . plus cA vrai dire, . pensa Maderilc,i~ wan aceompagne du kev . . N. , 0. , quatuor Michele MARGAND une p r oportion c:-oissante la exemple, un vertige debride.' . ~e l' es i ,en:J, seiou laqueJ!e agreables < elle Urs 1 tu Ai Mc Connell a: etc au Dep u rte111etit Puia les deux soeurs ont forme plus e levee du monde, a l'excep. Dana am(mcain une pro(Salte). . t e orologie . Nationalle, l'Ingcmeur ment au Feativas d -:, . BAY _ decroit:ie en Europe et que 1.. rated'' ienne, et avec fondej , ection internationa:~ valahle. Gouthier ; REUTH en 1964. ,J "ii,.. , pourcentage pour Jes Eta ts Unis ~:i.' qu~~~/::;tht:lt c:rebral. . x :x x des communiques emia par le Mai h.aire Figaro tient a donner dea i\E VARSOVIE Monda> que j'etai1 conceilsionliaiPlus d'un le snit!. je suis un ~o~S t r~tre de ~~~ions de des Les Jeux d'Eau de Maurice Messe de Prise ~~5 ~uivant~ ~ , faisant .!:l~L~a":utt! j:fit~rise tchec~sre des beux . et que . je ne . superimplacable . . , arj;uan' pe la, . cauiie , ~ !11mtsntrnll d e le _ ~!:i_de mer . . . ,, ~:~b::;:rt~~r~~~i~; ~ ::tt J;!~~~!i Claude Oebu,sy 'ta~~ de la regrette Erit:i:~~n~~:n~Ai~e tei;~~~~ ~:a:~~:e i.'.,! 1 t::~:vr: e!\:e:,~~1~; ,i:~~:'.si~t{~J;::\a; :;.;; . : ;~l~ 1 i4!i;~it~l~?!ttf! ;r* t cE J: : i :. ; E Ji lZ . . J i cou ;_ i) y a dix-huit jours . s'eat . Le Caprice de Pagan i r.i (viona M e risier fait chanter une mes J>arue dam lnotre edition d'hier 3 te plus que sur sea 700 millilon& fahe edification du J:'ubhc avait exec!'ter les clau~es ,P:us_ tard, SEPT . 1968 . , . . . . .. _' . , ~i; ,t . ~:nclu!::t1;?:i:~~t!~!~ nrd ,'!i~~ ' loncilair de Lune de Debussy (pia 1:P~::;;:\ d: ;~~ 1 a~:i . 1 :n: ~! propos des implications qua com ~:~:: i~!n~~eJ::~1., 111 a~e;;,:f:: fi!~e: 0 ~npd~iepi:: ;.:f 0 '.!i"':!= :uu.:;:,; ~ re;~ft:i!. Jtr~~=i~ 81 ci-.i!= t'~eM!!:i~:-e .. : :: •.' : : : :: ~::::. : . \~ la fa~n dont , elle s'acquittera de no) . thedra1e pour le repos de l'ame ~orte. 1 t car;cwre actuel d unc des revisionnistes sovicti,iucs et tidiens de la Cap,tale. cLe Pare belhss 3 men~ si mes fonds ne . me. Maria Jn-Phllippe .. .. ..... ..< 6 moill.; ' ,a mi19 : on ; ~ elle risque un constat et Tzigane de Maurice R a vel de la defunte . es~rapt 10 n , aite par Charl, voix de leurs valets. des Palmistes> la Dern i ere Hal1~ permetta1ent pas quclqu~ diffiMarie Geffrard . . ..... :/ 1 lllJIUI .' J!:puissance ou la discredita U'~f~~ iU::~on). Cet avis tient lieu d ' lnvi.tation ;~{nfn~nti~/nttuf; ~ol~!fe:' i ~,~~ C'est, selon Rad i o 'l'irana cnp!:iut~:;nt 0 ~~~~~ t':.1!" ~:;,~fed'!~ ;~:. que serwent .ces dits trac Jn-Rene ~in , . . . ; . . ,_ .'. . . 6 Jot1n '_; ;; nux parents et aux amie. cte omises par erreur . tee a Belgrade ce qu'n dit jt!udi penetration, que des marecages . Maintena':'t je 1ais tous Jes hl!i fu:;~~"nd~uiils-Ai;;;f::: .. ~ 6 8 J::i1!fi: •:: ' ..... ,.,..,..,.,..~,.,..,..~SSUU . ssssssssS9'!f semlm . enmteGe'ni.~t 1 .eemt ednet 1 a 8 prceosioncn 1 .ee>peroins : ; :1.e::i:i;::\~~::~~• e~hep~odpuos!onut . M~me .;.avait 1 . bi!'n ul:cl . are, lt J~~egn: _ au _ tenhques ont un &'rand _ . P i erre . Nacile ... ; .. , .. . , ..... ' pioill . ; _ FILTRES . ,t , E . A . u POTABI E Y ht touJ:urs extrait de l'articlaa l'Assemblee Nattonn!e albunni. b .. :-.:~.~:f~da~~%?1~e~~ ~re , Jen K::i~!tt~ 1 ~!'!: ~.-: . :::.: .. : 22st:: , . . . . ti'. .. . de !'Abbe Dejean : sr l !'abrogation unilat t\ rale du paru le i . eudi l2 c Septembre , 1968 ECES DU YENDREDI 18 . . . ;,.. . . . j On s'etonne du caractere actue1 Pa:{~e.Pacte de Var.ovie ne scrt :!t~' , !!u::Jr,:c~e dj~~~i\TEMB!?,E 1968 . i ) B . .•. . T . . . > D y N deci:Ct7:1~'.ptlon, apres 862 am... :!~:e)ed:~!~~1:/!~:rre: ~i ~: =:ft;t!::{ ~~ t;1;:;~ t :::,;;r\?: ~ ::: ::~:::-l :~E ? 0 ft ft .& awl l' i nternatiou.alisme proletari~u . r, blie ou fait semblant d'ignorer quo Justin BER'rltAND. f , ui! . r .. ein':::: ' :::::: ;; , s1 :! . l . ' ft ya t-n declare. II sert les inteTet.s 1' . articl . e 4) de DIOn .contrat du.,_, : ~F .UIUCA'llOII Sf/IS~ J Filtre . ~'l'~YN . oflre les Pro11rlete1 suivaates : 1? . n finre; retientu~1esma~ifres . ~n . suspension. 2oli , :9 terjlise, . det~it . ~u~ . l~s g~rmes dangereux . .. 3o ~~s , ; .. iip . re~atip ~ s d~a ? !8-~~ : ~ , ~ ~e ? hE!nt les bacteries de penetrer le .: J il ~f , assur _ a~~ / ~.f ~~ h~~ t ii,i ,'. ~i; m~te de germes dangereux. 4o : }l" ' ~liminele go li t ,' et j 'odeur i d h ( chlore dans l'eau. , , ' . ' ' ' . . . ,,• , , > ' , ; ''' ,, ,' . ~ ..• ~' l ! i ~~ '' ' :ltD y N ., ll.R0 , '.EEGE :: .: VOTRE . SANTE ' .I . ~ucAJ.iD& co. va~ ~!1~1e d~9~~. vf~~"tric~:~ ~=!~~\~e s ~~er::e~s :t~~ le~;1t me~t iign~ Pir , lr !'t co~ti mua.u No. 6466 basee sur le ler Hance contre revolulionnalre A, ~T1hfe~! ~!/1l:liiruai!~= t i rage de Septe'mbre 1968 de la mericano SovietiquE pour la do nouvelable , si l'une _ dee .. parLies ~i~ea:"2! 1 ~~:g~di! i e:oi!td~~ mi;:::~ 1~6t~~ibanie boycot~~:~=:h , ~~~.:~~e J!~ ' ;::t 8 ~9~~nce, le 18 _ 9 _ 68 te lea reunions du Pacte de Var 1 (~f"~!1:i:~!~sr<:::ri,:ri~ eov!e . Elle n ' avait 11luq ofi'iciel ! u ration . de Bail (ce qui laiase ,upAnne Marie Laraqua mcnt ilit sein du Patf.e que le eta poser . au ca, de mon execution Le Rond Point : Night-Club Samedl 14 leptembre DINER DAN$Atrr De~ 9 Heures '._ P '. M. Tenue de ville de rigueur ' . Admlisloa $ 2.00 Dollars L'IJ:liSTlTUT HAl'l'IANO AMERICAIN annonce a tou1 lea nouve a ux etudl1111t. qui ~ea \. ertt au l vr; n ea ,e fu ni d'Anglab, au cou s du prochalir t:rmestr~ qu'ils devr~rit se pr6sent11r pour ex11mene il'adml~alo~ ;. l'un . de 8 . Jou . a \ ui~an~ : SAMEDI i4 SEPTE,:bE : ' I}~ f , h a o h . . . . Ou'dell h a1o n , , SAM EDI 21 . SEl' . TEMBRiil ; '.• Dolf ti a o h .. . \, .... . ' ... . / .. f <>tidellhillOh S .-H!f~ L ?t ~P: ~ 'J/:MBRE , : -~ J:>e . 11 h h Oh . < ':;' ,: , ,s:,: , . •. ' J. o ~, . ~e 9 . h : ~ 10 . h SAMEDl l i OCTOBRE' i : t oe 8 h ; l < 9 .: b ,,, , . . . . , , ..... ' ... J" oJ de 11 :: :S: i'''"' .. i , )! i ~ q~, . h . choses de ,ce dit cont'rat.) . ' Si comma l'affirme le Maire Fi f:rse::!'::ii:n Nouveau Monda,; j'aurai ,ollicl ~ t ; ti'! des \:Oncoun, des fonds de eon atlmin1stration ce qui expli querait mon impoS1ibilit6 d'exe cuter les clauaes de mon contrat f . aux d'!JW-i:' aire I L . Ii con1entl de ple n &' I" cer ie Mal 1967 par cheque au No . 16, 1.600.00 et m&.me avant comma il l'affirma 7 C.r a Ila demando de ' cr6er une i~ , . ' .




t

ae

YR


























os 7 QUOTIDIEN .
Ls PLUS ANCIEN D’HAITI

_ FONDE EN 1896

‘Directeur - Administrateur =
MAX CHAUVET

No 27.632

Le général Lazaro Cardenas

' Un grand Président du Mexique

Par Dr Louis G. LAMOTHE

Le Mexique peut s’énorgueil - de sa carriére militaire et politi

lir d’avoir 6t& dirigé par le Gé-
* néral Lazaso Cardenas, un des
plus grands mexicains encore vi
vants de ce pays. C’était un
chef d'état si extrémement mé-
thodique que sa vie entiére était
enfermée “& V’inérieur d’un pro
gramme irréductible: V’intégra -
tion des indiens & la nation, a
la civilisation. Ce programme
déterminait tous ses actes ausai
bien movaux que politiques. A
cété de Lazaro Cardenas,presque
tous les chefs d’état_ mexicains
paraissent minuscules. erde -
nag ,c’est le révolutionnaire par
excellence. C'est Vindien exem-
plaire. C’est l'une des plug for-
tes personnalités ‘que le Nou -
veaa Monde ait produites.
Cardenas n‘est pas de Mexico,
mais ‘du nord mexicain. I a vu
Je jour a Jiquilpan le 21 Avril
1897, Jiquilpan petit village de
la province de Michoacan encas-
tré dans sa campagne. Son pére
était un pur indien tarascan. La
tribu tarascane a été tellement
belliqueuse qu'elle n’a jamais é-
té soumise par les aztéques.
L’éducation de Cardenas fut
sommaire & cause de la pauvreté
de ses parents. Tout son physi-
que dénotait le gue-rier de la
révolution. Dans ses yeux, om-
bragés de sou.cils épais, brillait
le regard plein de bonhomie du
futur chef. ae
En 1910, éclate la révolution
Cardenas, alors 4gé de 13 ans
s’én-éle dans le’ camp des révo-
lutionnaires et ses exploits mili
taizes commencent & faire par -
ler de lui. Calonel en 1920, il
devint général de brigade. Carde
nas n’a eu qu’une passion: Le
Mexique et, A Vintérieur du Me
xique: Vindien. Ii se considé -
rait comme la conscience de son
pays, d'un pays A faire et, par-
ce quwil était le Mexique, il unis
sait le-passé par la mémoire, et
Yavenir par:la lutte. Parce qu'il
aymbolisait le Mexique, il était
& la fois Mexico et la campa -
gne. Simple comme sa. passion,
‘multiple comme son pays, le. Gé-
nérel Ca denas est une person-
nalié dominatrice et tout le long

que, le Mexitque était‘ derriére
lui et il n'est pas étonnant qu‘on
Vait considéré, au pouvoir com-
me le chef d’état le plus honnéte
de cette centurie. Pendant son
passage & Tampico, en qualité
de commandant de district, il re
gut un jour une enveloppe con-
tenant 25.000 pesos d’une com
pagnie pétroliére et la personne
déléguée A cette fin lui expliqua
que c’était Ia coutume de donner
cette somme av commandant du
district pour la protection des
établissements». Ce délégué fut
éconduit parce que le pétrole
appartenait au peuple mexicain
et depuis, il s’est méfié des com
pagriies pétrolidres. Jl devint
tour & tour. gouverneur du Mi
choacan, président du Parti puis

Ministre de lIntérieur. Aux 6 -
lectiong présidentielles de 1934,
le Général Galles, homme fort
depuis environ dix ans le choisit
parce que, pensait-il avec une
cpolitique de doublures, il serait
le vuai chef.

Le Général Calles s’était
trompé. Au départ,.il ne posa
aucun acte hostile au voeu du.
général; cependant il se débar -
rasseya au fur et A mesure de
son infuence pour s‘ériger en
chef effectif du pays, Il disait
toujours A ses amis: «Je doute
que le Congraég puisse refuser
dappuyer un président qui rem
plit ses obligations avec bonne
fois.

Ce qui frappe d’abord dans le

_* (Voir suite page 2)



INSERTION DEMANDEE

A propos des Travaux
d’embellissement
du Pare des Palmistes

PRECISIONS DE M. JUSTIN BERTRAND

Enfin; on finira par compren-
dre que pour moi aussi, mon
plus grand souci n‘a &té depuis
toujours que de voir l’epanouisse-
ment de notre belle Cité; aussi et
surtout , dans le cadre du pro-
gramme d’embellissement de la
Capitale préconisé par Son Excel-
lence te Docteur Frangois Duva-
lier notre Président & Vie, pre-
mier artisan de le reconstruction
nationale; encore c’est moi, fils
de la révolution Duvaliériste de
la premiére heure qui agis avec
patriotisme et loyauté a l’egard de
mon pays et de mon _ gouverne-
ment. .

Jamais je ne saurais agir avec
cette pensée innavouée de gioi-
res et de publicités; a l'instar’ de
certain personnage qui’ le fait,
en divulgant les réalisations qu'il

- écrivain. Leon Lalean

a Mesmin Gabriel —

“Lacoupe, ce 28 Aoiit 1968.
M. Meamin GABRIEL

Port-au-Prince.
Mon Cher Confreére,

C'est d'un pas mul aesuré que,
rardmenc wuuieurs, e@6 “Jumuls
longvemps, jarpente Atlee des
£ MiULvsU pes, pour enmeprunmer tt
Maurras, te 700 ture aun de se8
ocuux tres. ies counawsances,
en- ce domame, sont . mies.
plles exceacnt de peu le manuel
et ce que jai pu retenir des doc
tes legons' du vr Jd. C. Dorsanvil,
&-ma derniére année de Lycés,

- Si jai pu, béqullé par raguet
si injustement mis au rancart ces
jours-ci, comprendre Nietzche; sv
je'prutique Bergeon dont ba tan-
que harmonieuse a fait dla Phi-
losopiie de salvatrices:: transfu-

sions de poésie, exploit: que, plus’:

tard, dans les sept’ volumes de
ses SITUATIONS, devait, . en
sena contratre, réaliser sartre en
imjectant, des doses maasives de
. philosophic a:la Critique littéra
‘ra: si je suis, sans mi cssoufler,
une conférenee de mon jeune am





le£Docteur. Jean Claude;..et. j’at..

pi, comme il sied a tout €tre qui:
ge -cultive, minitier aux théorica

de’ Marz trop souvent adultérées ...
par des disciples abusife ou peu”
ot découvrir aveo quel-:

de allégresse on trahit! . chaque
jour, ce: que. Benda appe La
Trahison des Clercs; ou pren:re
_- plaisir, d Jean Grenier qui, de la,
” Vie Quotidienne, a tiré des réfle-
“gtons qué votsinent le Ciel; si, a
anes heures dé méditations, je dia
opie jet ce nest pas toujours fe
Gile; avec “Alain, Claude. Lévy -
‘Strauss, Teithard de Chardin, le
upe TEL QUEL * et quelques
‘autres, je niat pas’ osd, jusqu'ici,
ler. plus’ loin. L’éventall a hési-
rir, davantage, Quant
hy: lle mest titer-
mien remete - totalément


















“compte de OXFARM; Je

. courte ‘durée. Cependant, i
“ya-un autre Ingénieur



té impressionnante de votre tra-
vail, Vimposante diyersité de vo-
tre information et de vos inves-
tigations et Vincapacité ot je.auis
dexprimer un jugement motivé
aur votre oeuvre, ma demi-igno-
rance avait besoin de circonstan

» Saite page 4 col. 1)



Hier midi a pris lavion & des
tination des Etats Unis lIngé-
nieur Thomas A. Lawan, apécia-
liste en Dessalinisation de l’eau
de mer,

Cet Ingénieur qui travaille spé
cialement au Moyen Orient est
venu en Haiti a-leeuite des-et.-
forta:. de .-Eglise - Méthodis'
d’Haiti en vue: d'aider Jes popu!
tions des régions séches de I’Te
-de-la-Gonfve & trouver de i’cau
potable, .

Cette Bglise exécuie, avee la

coopération technique .du Dépar:,
= tement de l’Agriculture, un’ :pro- ~

jet de Réhabilitation Rurale sous

Aa, responsabilité. de l'Agronome

Gabriel ‘Nicolas; Conseiller Tech-
nique ay Département de l’Agzvi-
ceulture, ..: ne ee



potable @ ia. population, Cette vi-

terne est’ alimentée par'jes eaux ~

‘de plufe -recueillies des toits des
me@isons: €cole, clini
que, maisons’ d’habitation. Muis
dans “les “périodes de longues sc-
cheresses; cet élément fait dé
faut. Aussi !Ingénieur 1
est venu nous aider a soluticnne
ce probléme par installation d"

- ne station de dessalinisation.
2. Revenant: directement des pe-



tiles “Antilles of {1 exécule avec
sucets le m&me travail pour le





de VIngénieur Lawan a

euti




La Dessalinisation de ’Eau de Mer
- _ en Haiti




ih a 6t € construit —

_Déja,
me c 4 terme s‘de ; 140.000...
gallons ‘qui. ue I é au





aurait accomplies A une époque
‘de son administration.

Moi & l’exemple et sous les or-
dres de mon chef bien-aimé le
Docteur Francois Duvalier Prési-
dent & Vie de la République,
mon seul Juge et arbitre, je con-
tinueral A scrvir toujours avec le
méme désintéresseament et la mé-
me loyauté pour la continuité et
la permanence de notre Révolu-
tion,. la Révolution Duvaliériste.

A V’époque ot, le ¢Parc des
‘Palmistes») communément appelé
<«Simbi» et «Derniére Haite, rele-
vait de \'Office Nationa} du Tou
risme qui -avait alors. 4 sq direc-
tion Mr. Gérard de Catalogne,
j'ai sollicité un premier contrat et
les travaux d’embellissements com
mengaient depuis prés d'une an-
née déja quand ces Jieux pré-cités
furent repris de mes mains.

En Avril 1967, aprés avoir ob
tenu un contrat diment signé et
consenti entre 1’Admimistration
Gommunale de Port-au-Prince pré
sidée par M. Georges J. Figaro
et reconnu valide et aprés que
celui-ci et . refusé- ‘catégorique-
ment.de mettre les pieds dans ces
dits liéux me-faisant 1a déclara-
on. svivante:. point."mettre'-les pieds dans ce
‘bourbier, cés izes, .cette
plaie!“Tl_ efnvoya done le second
membre de Ja commission commu
nale de P-au Pce, Mr. Breton
Nazaire accompagné d’un avocat
de son Administration et en pré



sence de mon avocat me
donna concession des lieux et
livraison. de mon contrat dit

contrat & ferme, bail & ferme pour
une :durée de neuf années consé- '
. J’ai jugé bon par suite

Â¥



nite page 4, col. 6)

_—
=.

"

ick

montage de Vinstallation, le con-
tréle-de-son fonctionnement pen-
dant: quelque temps.-et la ‘prépa-
ration de techniciens haitiens.
Cette station pilote de dessa-
linisation de l’eau de mer permet
tra dlacquérir, Vexpérience néees

4; col.’8)



78me ANNEB

a





La Candidature de Wallace pourrait

compromettre les chances

de Ni

WASHINGTON. D. C.—
(Signé:; Bernard Ullmann)
L’apparition d'un — ¢troisiéme

hommes dans la derniére étape

de la course & la Maison Blanche -

fait planer une menace sur les
deux principaux candidats et leurs
Etats-Majors,’ .

En effet, avec la candidature
de M. George Wallace, ancien
Gouverneur de !'Alabama, connu
pour ses positions réuctionnaires
et ségrégationnistes, il se pour-
rait que ni le vice-présient Hu-
bert Humphrey, ni M. Richard Ni
xon wWobtiennent la majorité ab-
solue, du corps électoral aux élec-
tions présidentielles de Novem-
bre prochain,

Hi faudrait donc dans ce cas a- ;

voir recours 4 la Chambre des
Représentants pour les départa-
ger, suivant une procédure ar -
chaique et compliquée. Il faut re-
monter.4 1924 pour trouver un
précédent. La Chambre des Repré
sentants avait alors élu M. John
Adams, parmi les trois concur -
rents & la présidence.

En 1948, les candidatures de
M. Strom Thurmond, Précurseur
de M. George Wallace en tant
que Champion Sudiste des Droits
des Etats, et de M. Henri Walla-
ce, Chef de file de la gauche pro
gressiste, n’empéchérent pas .
Harry Truman d’obtenir une net
te majorité sur son adversaire ré
publicain. .

Comment pourrait - on aboutir
& cette impasse, par laquelle M.
Wallace espére dicter ses condi-
tions au futur président, 4 défaut
d’étre élu lui-méme a& la Maison

[XO



i Blangfie?
‘ Lés électeurs américains ne vo-
j tent pas directement pour le ‘Pré
j sident et les Vice-Président, maia
{ ils désignent des grands électeurs
j appartenant aux partis en présen-
Jee, Ceux-ci sont tenus- dans la
* pratique, de voter pour les candi-
3 dats de leur parti, mais sans qu’il
4 Sgisse pour autant d'une obliga -
x. tion légale. Chaque ‘état dispose

{Wun collége électoral, calenlé au ’

{ provata de sa population, et dont
‘le nombre correspondant & celui
4 des membres de la Chainbre des
i; Représentants, plus deux Séna -
~ teurs, que chacun d’eux envoie
; au Congrés, ,





"Dans la perspective d’une lutte
. trés serrée entre les deux ‘princi-
; paux Candidats, on peut aisé-
“ment concevoir que M. Wallace
‘s assure une proportion suffisan-
ste des 174 voix du Sud profond
(qui lui est pratiquement acquis
d’avance) et des Etats Margi-
aux, de Oklahoma a la Floride
“pour les empécher d@obtenir la
majorité requise de 270 voix(sur
un total de 538), :

Dans ce cas, M. Wallace pour-
rait libérer ses électeurs au pro-
fit de Pun ou l’autre Candidat,
en échange probablement d’as-
surances quant aux droits des E-
tats, A.un ralentissement de la
déségrégation dans le domaine
scolaire, etc. M. Humphrey a
annoncé & Vavance qu’il se refu
serait A tout marché de ce genre,
et M. Nixon pourrait difficile-
ment s’y préter sans risquer. de
s'aliéner une partie importante



~se prolonger. pendant

t d’Humphrey |

de Yopinion libérale.

La Constitution laiggerait a-

‘lors a Ja Chambre des Représen-

tants sortante le soin de dési-
gner le Président, chacun des 50
Etats de l'Union ayant droit a
une voix, Mais 14 encore d’au-
tres marchandages' sont possi-
bles, avant que tous les Repré-
sentants de chaque Etat ne se
mettent d’accord. On risque d’a-
boutir A une situation extraordi-
nairement. confuse,- qui pourrait

semaines. .

Pour éviter ce risque
Représentants, un Démocrate
et Vautre Républicain, _avaient
proposé que tous les Candidats
au Congrés s’engagent ii ’avance
& accorder leur voix a celui des
Candidats &@ Ia Présidence ayant
obtenu dang. le pays le plus
grand nombre de voix. Mais cet-
te suggestion, qui risquerait
@ailleurs d’étre jugée imconstitu
tionnelle par la Cour Supréme
n'a pas été retenue.

Tl est probable que le Congrés
sera saisi, au cours de la prochai
ne Législature, de projets d’a-
‘mendements tendant & modifier
cette procédure. Cette année, du

deux

‘fait de la campagne trés dynami

que ‘menée par M. Wallace, de
Yécho qu’il: semble rencontrer au-
prés de bon nombre d’électeurs
en dehors des Etatg du Sud, le
risque est réel. Il peut faire de
Yancien Gouverneur de ‘)’Alaba-
male personnage-clef d’une com-
pétiton électorale: dejé riche en

surprise et en coups de théatre. .



Les grands Travaux Hydrauliques
a Port-au-Prince

En compagnie du ‘Secrétaire
d‘Etat de la Santé Publique et
de la Population, Docteur Fritz
Audouin, du Directeur Géné-
ral de la CAMEP, J'Ingénieur
Eugéne Limousin, du Chef
dela Division dHygié-
ne Publique, le Dr. Dambreville,
nous avons mercredi visité divers
chantiers de la CAMEP en cette
Capitale, en vue d’informer nos
lecteurs, sur les imporfants tra-
vaux' hydrauliques qui s’effec -
tuent un peu partout A travers
la Capitale & un rythnie accélé-
tre de fagon & résoudre le problé-
me d’eau dans le plus bref déla
possible.

UN TRAVAIL METHODiIQUE

La nature des travaux est hau
tement technique et méthodique.
Tis visent a fournir aux usagers
de l'eau en, quantité suffisante
pour leurs besoins ct surtout a
leur servir une boisson saine, pu-
re traitée selon les méthodes les
plus modernes et ies plus adéqua-
tes, :

3.500.000 GALLONS
ADDITIONNELS

La captation de sources nou-
velies et Vemmagasinement de
Veau va accroitre de 3.500.000 gal
lona le volume d’eau actuellement
disponible. Selon les estimations
dea Services de la CAMEP cha-
que usager de la Capitale pour-
ra recevoir sur prise domiciliaire
une quantité d'eau journaliére de
175 gallons sans compter ce qui
sera disponible aux robinets des
fontaines publiques,
CINQ NOUVEAUX
RESERVOIRS

Cing nouveaux réservoirs ont
été conatruits pour recevoir cette
eau additionnelle, Celui de“ Tur-

‘ geau, d'une capacité de 300.000
gallons est déjA achevé ainsi que
ceux de Fréres pour 600.000 gal-
lons, de Plaine du Cul de Sac
pour 600.000 gallons aussi. Les
réservoirs de Carrefour - Feuilles
et de Bos-d’Ormes sont en cons-
truction. Leurgs superficies respec
tives seront de 1.500.000 et 760,-
000 gallons. .
DES CONDUITES SUR

12 KM.

Des tuyaux allant de 12 a 4
pouces sont établis sur des lignes
nouvelles sur une. -longueur, dé
passant 12 kilométres dans leg z0-
nes suivantes: Villages. Lamoth
Fontamarra, Pétionville, : Bolosse,
Bourdon, Lalie* ‘Deux conduites
maitresses partent de I'Aéroport &
la Rue Pavée et de Mahotiére &
Bizoton. ‘

TRAITEMENT DE L'EAU

Chaque réservoir est muni
d’une Chambre de Chioration et
quand c’est nécessaire I’eau est
traitée A partir de la source mé-
me, Ce sera le cas pour Mahotieé-
re, Desplumes, Téte de 1’Hau,
Fréres ov leau .est_distribuée -en
cours de route:.avant. d’atteindre
le réservoir. Dans‘ la.plupart des
cas il, s’agit. d'eau; aine
(sauf pour Plaine’ du° ‘Sac
o un puits a té foré). Une eau
saine au départ qui regoit seule-
ment un traitement. additionnel.

Ces importants travaux néces-
sitent, on Je congoit, la coopéra-





tion au niveau techniqueat jsani-: -
taire des organismes du Départe-" :

ment de la Santé Publique et de
ia GAMEP,

Le probléme d’une alimenta-
tion adéquate en..eau,potable po-
se également un ‘probléme de San
té ‘qui’ retient l’'attention de“l’ac

tif titulaire du Département de‘la





La portée du retrait des troupes

(Du’ Gorrespondant de AFP +
Jean Raffaelli)
gerement -infléchies,

MOSCOU, AFP.—

- Le retrait des:charg sovistiques
du ‘centre de trois grandes villes
Tchécoslovaques:-n/implique. nulle- .
mént wn’ assouplfesement de 1’U-
RSS a l’égard de Prague, ou une
remontée de l'influence d’éven -
tuels éléments modéraleurs au
Kremlin, pensent les observateurs.

Sur, le fond, eatiment-ils, rien
’ chang Hon -néga-
en.2.000
“mots ‘par: la: Prave Jes:-len-
teurs de Ja . normalisation reste
valable.” Mais’ tes: méthodes utill-
sées par le Kremlin pour attein-
dre ses buts se sont peut-Gtre 1é-
ment & mieux faire.
-seng:qui:















donné .au




_* Soviétiques de Prague

vant: Pour ‘’équipe Dubcek, te
plus facile a été fait. A un mo-
ment ot le plus difficile reste &
faire, a savoir Ja normalisation po
litique, le Kremlin effectue un
peste tactique d’apparente , déten-
te, qui est surtout un encourage-
ment & mieux faires,

.Maie en méme temps il place
’équipe Dubeck au pied du
rTaur.

Amorcé par la mission Kouz-
netsov a@ Prague, annoneé mardi
A_M.. Oldrich Cernik lors de. 2a
visite-éclair &-Moscou, le: retrait

des chars.soviétiques:du périmd:=*
tre: urbain-de ‘Prague-ouvre en’ef:

fet, pour ces observateurs, une
nouvelle phase ‘dela normalisa: -
tion,

Cette: phase semble devoir atre

considérée par les dirlgeanta sovié-
ti comme ,'la:-p
hase de la

“de “bonne vo-
wae a © a








normalisation






lus. importan- ..

Jonté timidement effectiés par
dirigeants tchécoslovaques pren -

nent Vallure.d’un simple préam- -
ule, oo . :

En méme ... temps, Moscou,-.s¢
donne le beau: réle: En’ rétablis:

sant I'équilibre faussé par un dé-

but de reprise.en main.dans. Une:
ville qui était encore: totalement
oecupee pat les tanks, ot en al-
lant au-devant des plaintes du nou
veau praesidium tchécoslovaque,
pour qui la présence de ces tanks,
loin de garantir la normalisation,
la freinailt.:



3 ,
rait donc pas avoir modifié sa.
fagon de® voir; “cetta’’ preitére™
contre ~ partie pourrait peut-étre
Jaisser supposer quielle a accepté
d'adapter sa aa que et ses mé-



de. laquelle .:»






ser, D’ail eurs, c'est pas Ja mer














mhéme'quta :
-comptat tellement.

Santé Publique, le Dr. Fritz “Au? .

douin.

_Aussi, tous les problémes d’hy-
giene connexes A ces travaux sont
ils examinés avec soin par les spé
cialistes du Département de la
Santé Publique, Ces. principaux

problémes sont la qualité de l'eau,
Vévacuation des eaux usées, et
éventuellement un nouveau

ré-









d A cet
égard, on ne peut que féliciter les

spécialistes dévoués et- compé -
tents que sont le Ministre Au-
douin, l’Ingénieur Limousin.
Nous notons avec satisfaction
que le Ministre Audouin poursuit
ses tournées d’inspection, contré-



— Moi, je veux bien, a condi-
tion que vous me denniez quel-
ques jdeés. ..

os Ta doles
me un effort. pour en

dobservation risque de s'unnyto-
Demain matin, & don-zé
Hton sien’ ouvrd Bien”
Je vaia



..Daubin , baisga.la_ yoix. et, prit.
-un-ton-cohfidentiel “pour iajouter::
— Le ronflement 3 Pascale.

haque foie,






En dépit de ses sautes d'hu-
ar, dalllenre toub paaibins
sibles ~- elle était & age ingrat,
période da lubies et de quintes —
Maya était d’un commerce assez
agréable. M. Daubin ct celle qu'il
0
. ti





«la








ats

ne
dans.Ja vie, de
M, le receveur. .
~— M, Daubin, je ne suis qu’un






plusieurs -






“Sew oreilles chatoui euses et déli
quelques-unes,- sinon™ ton esprit-~cates"eussent: été choquées dene;

eee

ie anol tol.

ne:
"yajaivatrals ‘abs

ne ici ne Je sait' : je croyais bé-
te







Feasts

Ja.peine,
Georges

| PORT-AU-PRINGE.

_ P.O. BOX

VENDREDI 13 SEPTEMBRE 1968

Au Compte Gonttes

+ par Raymond PHILOCTETE -

Corpulence d’athléte, téte de
viking, cheveux fauves de mais
‘mir, des yeux d‘animal de. proie,
un visage flaubertien, singuliére-
ment orné d’une .barbe poivre et
_sel, allure de: ¢cheval. d’avant’ =
jours: Caméra pour _, Franck
Etienne! co .

Jeune encore. (je douté fort
qu’il. ait déja lage du Christ),
Franck, de 1964.4 1967,.a. donné
cing récueils de vers: Temps», «La Marche», «Mon cé-
té gauches, «Vigie de verre»,
«Chevaux de YAvant-jour.> ~

Autant d’oeuvres valablesl:. ».

Mais la derniére, & tout’ pren-*
dre, marque une. -évolulion - par
rapport.aux autres. Beaucoup
plus de maturité; valeur d’enga-
gement plus accusée.

Un grand recueil. ©

Au.seuil, un — véritable ballet
cosmique.. Angoisse de l’homme.
Angoisse pascalienne de i‘hom--
me. Angoisse de l’homme devant
Yimmensité; oS

«A travers le bleu immense
épinglé de feux, planéles, ‘gala-
Xies et voie lactée roulent la
symphonie du silence en croche

or», - :

Angoisse suscitée par le vertige
du silence. Il est vrai qu’é la fin
Vhomme choisira de‘ parler, car

«toute pause trop longue irrite

la gorges

Parler! Oui. Mais aussi agir.
Agir, vu «le difficile A vivre.
Agir pour la transformation con- .
tinue de la réalité, : -

Débarrassé du mysticisme com
me d’un tampon de chloroforme,
Vhomme se jettera au coeur des.
problémes sociaux potr ‘soulever -
le monde. Engager ie corps &
corps. Et cette lutte, héroique,
fera de lui un titan, qui préside
aux grandes naissances,

Naitre! Théme cher & Franck
Etienne.

Quelque part, effectivement.,.,
Vauteur rappelle, en termes poé-
tiques, Ia thése scientifique de la
naissance de notre planete, la rai-
son dialectique des chgses vivan-
ites au sein desquell& homme
se meut avec seg peines et ses
. Joies, ses désespoirs et ses
rancés, 0 UST

«Sache qu’au mitan de chaqué-
spire le maitre-centre c’est toi,
homme vaillant de la douleur et
de la joie, croisant et décroisant
les huit dans le tournoiement du
Mondeo... 2. ae os

ae eat

Cohn Bendit recu _

(a



+1810



4

Maitre-centre, en effet, hom-
me -utilise les ressources que .
nature's mises & sa disposition,
Et il accouche de choses nouvel-
eB; .. \

«Tu réponds préaent & tout ac-
couchement au seuil obscur de la
naissances, : a

A partir de cette participation, | -
il accéde & la giloire, et 1€¢0if, a-
pothéose, le salut des astres.

Se griser? Non. Mais s’armer
de prudence, de patience...

Séducteur, il courtisera la Vie,
comme il ferait d'une femme.
Pour lui, d’ailleurs, pus de re-
poss

«La naissance est un jet qui
n’atténd guére strc le pas de la
grand’ porte». lo :

Mieux: i] gardera jalousement
Ses conquétes, organisera liement de tous les voyageurs d’a-
vant-jour>, appelés’.a aimer, ,
terrasser la nuit moribonde, . A
survivre. .

Et. que pourrait la désertion -
deg reptiles contre le jaillissement
de J‘aube?... .

Surtout, gare a la distraction,
Propre & nous faire oublier l’en-
vergure de la lutte. Avant tout,
il nous faut remplir notre jour-
née de. travail, pour que la douce
Haiti, «grain de beauté aux le

(Suite page 4, col. 4) :

@okfice .

ARIS tAKP)

Cohn Bendit, le leader, du mon
vement,du 22. Mars, qui, parti de
Ja Faculté des Lettres de Nantu:
re, fut & Vorigine des evenements ,
de Mai en France vient d’étre re

}





gu d’Office au Dipléme Universi ~

taire d'Etudes Littéraires, .

Les Professeur, qui l’ont quali
fié d’étudiant hors série, excep-
tionnellement intelligent, l'ont en
effct dispensé de toute nouvelle:
preuve, aprés étude de son dow
sier et de ses notes duranc Pan-
née derniére. ‘

De son cété, Jacques -Sauva-
geot, le Vice Président: de I’U-
nion Nationale des Htudiants de -

. Erayee, ape, ‘aux. cOtés de. .Cohn.
winc¥, ed “PARsin. Geismar, avait.
connu ta notoriété au-cours “de
ces” événements;--bénéficie.. ..c"un
sursis supplémentaire. d’incorpo-
ration afin de lui permettre de

_poursuivre ses. études.



JNDRES _ AFP —

Union Soviétique approche
1 parité avec les Etats
Unis dans le nombre des fusées
stratégiques intercontinentales
basées A terre. La supériorité a-
mézicaine se maintient dans le
domaine des fusées — balistiques
lancées par des sous-matins, la
doctrine stratégique soviétique é
volue vers la politique de la ri



p



vec une muette compassion le yi-
sage désolé de la mascott: Que

fallaitéifi tu reg





tendre : «Je suis indigne de ta
gratitude. Malgré. Vair modeste

maths
it et continue de faire pour
igi. 4 Me ate

oi, parlant de toi, les gens di-

7 Paasche

tervention, elle aurait croupi

as Corte ae. SRS

D. disconyiens pas, inais cela”





j'ai

Se









stonagle tah peu de n'avoir ja
mais connu la gloire dont j’eapé-
rais me couvrir. Tu ne lo sais
pas, Pascale ne le sait pas, per-

qu'il y avait de Yétoffe
pour faire un excellent

n.

'e regrette de vous faire'de’

mon garcon, m’avait dit.
Balynice, . pontife du

théatre, mais je crois sircd-ement
















"PURSS approche du niveau exis

- nentales soviétiques

aW

es de Yentrée en service d’une now
dae? Soathy elbows

~ pris la nouvelle ‘dela «graduation:
: 88-School de New ‘York.

le: Seerétariat Juridiquy ct. elle .
vient d’ayoir avec succts son pre

que: vous devriez tater d'un autre”: \e

Le Rapport de Institut des Etudes
Stratégiques de Londres ,

. nuclésice n'a été annoveé depuis ©

juin 1967 a été retardé par les
troubles politiques,
les principales conclusions de Yé *
dition 1968-1969 du rapport sur <
Véquilibre des forces. publié jeu- .
di par Pinstitut deg études strae -
tégiques & Londres.

Les forces alliées au Vietnam,
note en outre le rapport, sont
cing fois plus nombreuseg que
Jes forces communistes, et le ré-
‘armement des pays arabes par

tant avant la guerre
1967.

Les Etats Unis posstdent tou
urs le nombre ie plus élevé
i réguliers 3.500.000
contre 3.220.000 pour PURSS et
2.761.000 pour la Chine. Toute -
fois, dang le dOmaine nucléaire,
le nombre de fusées _interconti-
basé, & ter
re a presque doublé ‘pendant Tan
née écoulée et Von s'attend qu'il
atteindra & 1a fin de 19768 le
chiffre .@un millier, contre 1.054
aux Etats. Unis, Maig les améri-

2 by it ~ actuellement

de jain







ris “contre 1 ! .
viétiques maig le rapport da: for
ceg pourrait changer & la suite
ide

‘classe de sous - marins s0-
viétiques. dotés. comme les sous
pris Ei: ixicaits, de 16 fuses
réa aux polaris.

Par notre excellent ami André
Penne, son cousin: nous avoias ap

de Mile Mand. Rousseau & la Cha-
- Depuis. deux’ ans Maud ‘Studie -



Telleg sont ~ ‘

&































































q—- Abréger
3— Biss. — ~ Saint normand
“=~ Caprice — Missives

On y prend des licences —






















‘pras,
Est souvent le fat d’un.









: A Auges;: As —
5. Errpr* —-..6. Inde — %, Roite-
: Sis Va; Roi — 9. Espé-






















Attention !

Le, Comité Directeur du Bu-

reau :Pohtiqae da Groupement
Duvaliénste de la Rue St. Martin
_Orpnelin, en. : e. avec: la nou
- "wele: Construction du nouveau lo-
cal: qui: va-loger les éléves de VE
tablssement Sainte Claire fondé
par.ce dit bureau grace ag grand
Leader de la Nation Haitienne le
Docteur. Frangois. DUVALIER
Président &.vie de‘la République.
Lee travaux en marche sont d’u-
ne .rapiditéexcept-onneile compo
sés: d'une équipe: @hommes tra -
vaillant nuit-et jour pour: -Vaché-
vement total de six.salles de clas
se8 pouvant contenir chacune deux
‘classes: et le Centre ce. . Santé
Francois DUVALIBR. pour: don-
- ner-les-aoins- nécessaires: aux: Peu-
, ples de catte zone, spéciajement.de-
ja Rue St. Marti” (OrpHelin et
de la Rue Tiremasse, du Beli,
Fort National etc... ‘ete... er une
Cantine:pour pouvoir distribeer
de: Ja: nourriture aux enfants da
quartier deux fois par jour (ma-
tin..midi).








Erine,

mo ent de maavaiss humour

_ S Sor un dipl6éme
9 Tilo ‘fils 8 de Jacob — On:
dit qu'il 'n’a pas de patrie
. 10 — Enonces — Aride — Diph
tongue. ‘
oe
VERTICALEMENT

1.— Petit vin eigrelet

Il — Foyer

Il] — Découpa en formes de
dents — Champion

IV — Démonstratif — Dans le

Gard.
Tew _— simon ee anonyme —
Lettres de «Gudret> —
Cacher.

VII — Dormira

VIIL — Attachera
' IX — Coule en Asie — Stupé-
ait

X — Diune cortaine couleur—
C'est 1’Etonie.

Solution du Prebleme: précédent

VERTI SO Ee L we. -
UI. Ne;

Réverie; Er — vill, ino; En-
trée — IX. Uchara — X.

Attention !

Pour_le Comi its,
SERVIUS DURAND
Président du Groupement

Duvaliériste

Rue St. Martin (Orphelm)
Servius DURAND

dente

Lua. Direction de l’Ecole Mixte:
Ste Claire de la Rue Saint M:
tin avise les Péres et. Méres “Ge
famille que les. inscriptions com-
mencent a partir du Lundi 23
Septembre A 8 Heures A. M, jus-
qu’a 4 heures P. M. de la 12éme-
au Certificat Etudes Piimai-

Notes. bien que cet établisse:-
ment dispose d’une canting pour
pouvoir distsibuer de la. nourri-
ture: aux éléves.: Deux fois par
jour, Matin et midi.

Servius DURAND
‘Président. et Fondateus
Groupement. Duvaliésiste
Rue -St. Martin (Orphelin)
Maitre fe urand



FACULTE. DES SCIENCES D'HAITI UNIVERSITE D’ETAT
A

Le Décanat de la Faculté des
Sciences avise lés: intéressés que
les inscriptions en vue du Con-
cours d’Admiss‘on seront ouver-
tes; au: e.dge de la Facuité, des
le-dundi 16 Septembre courant de
8 Heures a. m, & 11 heures a.m.
tous les jours. o les.

Pour s’inscrire, .l'intéressé doit

tre porteur des pidces snrvantes:

; 1). Dan Certificat.@’Etudes Se
4 9) De class’ ques. ne par

Drune 'e3 e Bon’ Ac-

ar “aun fan Certifi eat de bonne vie

at

du Tribunal. Civil-

4). d'une autorisation de 500
répondant s'il est mineur

5) de. se carte d-Identité. a’il
est maj jets

6) dian. Certificat de Santé. dé
livré par le: Service de la. Santé
Publique.

7) De “De deux photos.

La date de j-ouverture dn Con-
comrs. Sera, apres la pro-
elgmatioa des résultats do la. 2e
seasion des examene cu. Bacca-
lauréat.

Port-au-Prince, le 4 Septembre

et moeurs dél:vré par le Doyen 1968.








: in PLUS I DU










“== D'on muxiiiaire — Soutica _ Président “cardénas, crest unite

de la vie,'de la personne et du
programme: de Gouvernement.
Contrairement A certaing pays Ja
tino - américains, le probleme ‘du
Mexique nest pas celui de Vine
dien mais bien la terre a }'indien;
aussi- le Président Cardenoa se.
déploie-t-il, & résoudre co probie-
me, Pendant longtemps, 1’:nd.en
qui était considéré comme un in-
trus, un meuble a ‘trouvé en Car
denas sa providence; celui-ci te-
nait & faire de Jui un citoyen me
xicain, Ce qui je hantait sur
tout, c’était“unedistributton: mas >

sive de terre A son vrai proprié- -

tai-e, Pendant Vépoque coloniale,
la terre mexicaine apparterait &
la Couronne d'Espagne et les co-
lons espagnols n'étaient que de
simples usufruitiers. Pour régu-
jariser ce systame d’usufruit, une
«encomienda» fut instituée: Selon
Jes clauses de cette cencomiendar
de grandes quantités de terre pou
vaient étre accordées a vie aux
colons; plus tard ce gystame via
ger: ‘était devenu héréditaire et ce
ci donna lieu & la naissance des
latifundia et il arriva que certai
nes familles possédaient des lati
fundia beaucoup plus étendus
qu’Haiti. Ce: systéme de conces-
sion fut porté.& ses derniéres con
séquences par le Président Por-
firio Diaz, lequel avait distribué
plus de 134,000.00 d’acre ds ter
re A éss amis. On rapporte que
Yun d’eux avait obtenu un terri-
toire plus grand que la Caroline
du Sud.

Le Général Lazaro Cardenas,
invoquant l'article 27 de la Cons
titution révolutionnaire de 1917,
lequel prévoyait le partage des
grands domaines du pays fit u-
ne distribution massive de terre
aux indiens; tout individu ma-
jeur ayant vécu plus d’une an-

née dans telle ou telle commune du
pays, avait droit & quatre hecta-
res de terre irriguée. Pour proté
ger les intéréts de cette masse,
il se retrancha derriere la Cons
titution de 1917 qui disait:qu’au
cune expropriation ne pouviat é-
tre décrétée: contre une propriété
irriguée de moins de cent hecta-
res et qu’en cas d’expropriation
Yetait devait payer selon la va-
levr actuelle et non originelle de
la propriété, Au début de son ad
ministration, une ¢«Ejida] Bank»
s’installa & Mexico avec des suc-
cursales dans les principales com
munes. EHe avait pour mission
daccorder des: crédits aux nou-
veaux fermiers de. l'Etat. - De
1934 & 1940, il avait distribué
plus de trente millions d’Acres
de terre.
LE PRESIDENT CADENAS
ET LE PEUPLE MEXICAIN

L'article 27 de la constitution
de 1917 stipule que la nation: me
xicaine conserve la propriété de
toutes les’ terres et de toutes les
eaux tout le long du. territoire na

'



(Suite. de le are page)

, onal yz compris des droits sur
le" gous-sol, c'est a dire les mi-
nes e@ tiey..puiia de petrole. ur de
depuis le aeput de cevte cenurie,
ja Mexican Kagle Company, #0-
ciété a capital anglais, était pro

priétaire d’onviron 70 pour cent
de la procuction de. pétrole au
Mexique. Lille s’adonnait a l’ex-
ploiwation commerciale des ter-
rains pétroliteres, Ces compa-
gnies étrangere construisaient
des villes ga et "a déiendues par
leurs propres armées et pendant
le long régne de Porfirio Diaz,
elles étaient exonérées de tout im

pot, Le Général Calles corrobora

Jes alinéas..de- Varticle 27 de la
constitution de 1917 en Vampli-
fiant. D’aprés: une nouvelle dispo
sition,;.]e Gouvernement ne pou-
vait accorder que des concessions
et ces concessions ne pouvaient
atre octroyées qu’aux citoyers me
xicains ou aux étrangers qui s’en
gageraient & ne jamais recourir
a Ja protection de leurs gouverne
menta.en cas de litige avec le
Gouvernement. mexicain, Toutes
les compagnies: concessionnaires,
au nombre de 606 s’inclinérent de
vant la législation de Callas a
Yexception, de yingt deux dentre
elles. Quand en 1937 survinrent
des conflits réitérés entre les ou
yriers et les Compagnies de pé

‘tréle & propos d’une augment a-

uion de salaire. le Président Car
de nas ordonna qu'une enquéte
fut menée et comme les Compa-
gnies refusérent catégoriquement
de se soumetttre au rapport pré
senté par une Commission de V’OfF
fiee du Travail, le Président Car
denas, fort de Yarticle 27 de la
constitution de 1917, amendé e2
1936 par le Général Calles «dé-
eréta expropriation de dix sept
des vingt deux Compagnies et na
tionalisa leurs propriétés.>

Les Compagnies Americaines
acceptérent tant bien que mal i
étre dédommagées. Le Gouverne
ment anglais protesta énergique-
ment et menaca le Mexique de
boycotter son pétrole. Le Gouver
nement mexicain, de son cété, in
voqua larticle 27 de la Constitu-
tion ‘de 1917, modifié en 1936, le
quel disait que «La Mexican Eu
gle était une Compagnie soumise
a la loi du pays et que le gouver
nement britannique n'avait au-
cun droit d'intervenir dans le
conflit. Le Mexique paya et rap
pela son représentant d‘plomati-
que a Londres.

Le Gouvernement du Général
Lazaro Cardenas a multiplié les
centres d’enseignement et a’hyg'é
ne publique; I] a sillonné les moin
dres petits villages de routes .ct
daqueducs; fl a doté le pays d’é
coles et selon les statistiques il e@

construit plus d’écoles que tous

les autres gouvernements réunis
depu's 1911. I! distribua les four
nitures classiuues & pleines mains
Son activité s’étendit & toutes les

(LB NOUVELSISTE>

“pranchos dao - administration e

gans’s’én apercevoiril. a donné .
son. pays une atabilité poliuque ©
inconnue depuis ie regime ae rer ~
fix.o Uiaz sans pour cela contis-
quer les libertés politiques. De
1084 & 1940, il n'y a pas eu un
seul prisonnier politique. Pour
parvonir & ce stade de progrés,
i] s'est. débarrassaé de \iniluence
de i’armée, surtout dans les pro-
vinces, Sous sa prés.dence un
haut gradé ne ponvail passer que
douze mois-dans une province. a-
vee des officiers dont il ignorait +
l'apppaprtenance® politique. [ex
hauts gradés le détestaient mais
ne pouvaiont pas facilement cong
pirer contre Jui. ot ,
Ce Président qui travaillait
seize heures par jour, aimiait vrai
ment lés paysans; il restait par
fois des heures assis suns yarde
du corps au bord d'une route &
dialoguer avec eux; il ne se ser
tait heureux que lorsqu’il pouvait
se rendre seu) et sans arme & u-
ne réunion de gens lumbles. Il
répétait toujours : < faut que
le peuple sache que je vais’ a, Ini
sans aucune craintes, Au ‘cours
cune tournée présidentielle dans
le nord du Mexique, quelqu’un ti-




ra contre son train, Cardenas fit ©

stopper le véhieule, . descendit
reul ct sans arme, demanda A lin

dividu qui avait tiré pourquoi 4)

Aavec Cardenas,

V'indien. se trouve intégré nou
seulement & Ja civilisation . mats
aussi A la nation. Il a donné an
peuple mexicain en général le
goat de la vie et le sens du de-

venir de son pays. Il a -préparé
patiemment la masse afin qu’cile
puisse conserver le pouvoir et pré
venir le pillage et la destruction
des conquétes de son Gouverne-
ment et depuis, le Mexique est de
venu la grande fierté de l’Amé
rique Latine. Qui avait encore
tenté pareille entreprise au Me-
xiqae ?

On est étonné que "le Général
Sardenas ait pu prendre une cons
cience aussi nette, avesi profon-
de de son pays, dans le passé, le
présent et Vavenir. C’est grace a
Iui que le Mexique a su qui 41 &
tat, d’ot il venait et ot il allait.
Le contraste est frappant avec
‘certains autres pays hispano -
américains of Indien est encore
vefoulé. Le Général Cardenas qui
s'est réfugié sur sa propriété 4
Patzcuaro jouit d’un prestige iu
comparable non seulement au Me
xique mais dans tout le con i-
nent.

Offre @Emploi

La direction. de sLamarre Tra
vel Employment. Services sise a
la Rue Bonne Toi No 57 désire

avait agi ainsi.



employer une Secrétaire Bilingy: |

(anglais - francais)
Priére ae) radrenaer a PAgenea.
Himmied LOUISSAINT
Manager

OUNT .
18 Sept. & 8h ot 8h.

Entrée Gde 1,50. Rés.:2.50

Samedi 14 Sept. 1:6 h, et 8h, :
LA BATAILLE ARDENNES



v

VENDRED! 18 SEPTHMBRE 1068 |

CINE STADIUM
‘Vendredi..18 Sept.
En Petmanence)

aS
L'EMPREINTE. DE

FRANKENSTEIN :
Entrée: G.-0,60.

a 6 h et 8h 15 :
E CORNIAUD :

L
“Entrée -Gde 1,50 Rés, 2.50.

’ Samedi 14 Sept.
Yo) Partie: Li’ Ensembie










Entrée Gde 1.20. Rés.

CINE OLYMPIA
Vendredi 7 Sept. 1968 .
En Permanence .
CINQ GARS POUR SINGAPOUR
Entrée Gde 0.60

Samedi 14 ‘Sept. 1968
‘Permanence

L‘ESPION

Entrée Gde 1.00





ieee emteeinie bevotmaare

MAGIC CINE
Vendredi 6 aiGURTE 8 hres 15
Entrée de 1,20 et “Gdes 2,50
samedi séance unique a 6 h, 30
MY FAIR LADY
Entrée Gdes 2,00 et Gdes 4,00



«a

AVIS

Le Secrétariut de la Puculté de
MEDHCINKE et de PHARMACIE
avise les intéressés que les Ins-
ertptions pour |'Admiss.on en ¢
Cc. B. seront recues au Secréta-
riat de Ja Faculte, tous jes Joura
ouvrabies ce -& hres'a Midi, du
16 Septembre 1968 jusqu’au cer-
demain de la. proclamation des ré
suitais de la Session Exxiracrdinai
re du Baccalauréat. Le Secréta -
riat les informe en-outre que le
concours d’Admission, pour toutes
les Sections, prevu par les régie-
ments roulera sur ies matieres
suivanies, du programme de VEn
seignement. Seconda.

BOTANTQUE, PHY SIULOGI-
GIE, PHYSIQUE, CHIMIE (Ma
nérale et Organique) ZUULO-
GIE.

Au moment’ - de’ winscrice, le
postulant doit présenter les piéces
suivantes:

1) Sa carte dTdentité: s’ii est.

majeur et deux photos;

2) Une autor:sation signée de
son Représentant légal, a’il est

mineur;

3) Un certificat de Bonnes Vie
et Moeurs;:

4) Un certificat de Vaccination

contre les maladies infectieuses
(Variole, typhoide, . diphtérie)
etc.

5) Un certificat de Santé de
date récente;
6) Son acte de naissance, du &
défaut, un extrait des archives;
7) a) Le certificat complet dE

tudes Secondaires classiques, pour .

le «P. C. B.y (Section de Médeci-

ne).

. db) Le certificat d'Etudes Se-
condaires Classiques, lére Par-
tie pour les Sections de Pharma-
cic et de Technologie Médicale,
(Mais la priorité sera accordée
aux candidats. détenteurs: du’ certi
Cicat 2@me partie).

¢) (Le dipléme d’Infirmiére
pour la Section d’Obstétrique,
Dr. Raoul PIERRE. LOUIS,
: Doyen. *

"CINE UNION

Samedi 4 Sept, (En Permaneni
PA GUERRE DE TROIE
. Entréa; G, 0.60 ©

De Luxe Auto Ciné

(DELMAS)

Vendredi 18: & 7 hzes et 9 hres
OSS 117 —

ATOUT COEUR A TOKIO
Ent,ée 1 dollar par voiture

Samedi 14 Sept. & 7 et 9 hres
UN HOLD-UP’

see -UP
‘EXTRAORDINAIRE...
Entrée $.1.— Par voiture

CINE UNION
Vendredi 13 Sept. & 6 hn. 15 et 8
VEPEE ENCHANTES

_En Permanence —— Technicolor
: ‘Entrée G. v,60

Samedi 14 Sept. & 6 h. 16 ‘et Sh.

CIN: GARS POUR
SINGAPOUR

En permanence
Entrée Gde 1—

CINE ELDORADO.

‘ PLACKE-JEREMIE;
Vendredi 18 Sept. 4 6 h. et 8 h.

15

Ce Film s‘adresse au public averti
LES AMITIES
PARTICULIERES

(Interdit aux.moings de 18 ans) |
Entrée G. 1.50; Rés, Gdes 3.00

Samedi-14-Sept..a-6 bh. ot 8h. 15
-LE-VERDIC’

embreembre cmfhy sdré m mb
Enteée Gde 1.20— Rés. Gdes 2.00

MONTPARNASSE

Verdred: 13 Sept. a 6 a. -1Bict 8
hires 15
SUPER 7 APPELLE LE
SPHYNX
En Permanence — Technicolor

- Entrée Gde 6.60 .

Samedi 14 Sept. & 6 ures 15 et
8 Hres 15
NEW YORK. DANS LES.
TENEBRES
En Permanence
Entrée Gde 4. 60.

AIRPORT CINE

Vendredi 18 Sept. & 6 h.30 et
8 h. 30 (En permanence)
LA TEMPETE —
Entrée Gde 1.00. Rés. Gde 1.50

Samedi 14 Sept. a 6 Wf 80 et a 8
reg
NE NOUS FACHONS PAS

. Entrée Gde 0.60. Rés. Gde 1.00_ .

os - cuague Fors: Qos LA SOMME DE VOS ACHATS TOTALISERA cing. DOLLARS, VOUS: RECEVREZ‘UN BILLET NUMEROTE. vous. PERMETTANT
‘pe PARTICIPER A LA-LOTERIE MENGUELLE. VOUS WETES PAS OBLIGE D’ACHETER POUR CIN DOLLARS EN UNE. SEULE FOIS — VOUS N’AVEZ.QU
( CONSERVER: WOS FICRES D’ACHAT, ET DES ‘QUE LEUR TOTAL MONTERA A VOTRE BILLET DE PARTICIPATION VOUS SERA REMIS. CING DOLLARS,
REFRIGERATEUR JULIETTE DERNIER MODELE, LE ZENITH MARKET ET LE SUPER MARKET DE LALUE VOUS OFFRENT LA POSSIBILITE DI DE
BEALISER UNE: ECONOMEE SUBSTANTIELLE, IMMEDIATEMENT, EN ORGANISANT A VOTRE INTENTION =— |

& . ps ® + .
a: 3 3 wa 5
. 3

Jean-Baptiste,
20) Partie: NICK: CARTER vA.

TOUT “CASSER. "|
- Entrée Gdes 1.20



‘ETOILE z CINE

( PETIONVILLE)

: Vendredi 18, Sept. A 6 b.80 et 8. 30 {

OLX ‘D'ASSASSINS ©
TEneree G. 120° et 2,00°

Samedi 14 Sept... 6 ‘h. $0 et.8 h.

BANG BANG
Entrée _Gdes 1.60 et 2.50 ,

Drive in Ciné Delmas



~ Vendred? 13 Sept. ATH ot Oh,

Jour de, Familie
LE GRAND DEFI
Entrée: $ 1.00 par. voiture



Samedi 14 Sept-.a 7h. ot 9 hres

LE FACTEUR S'EN VA-T-EN
GUERRE
Entrée: $ 1.00 par voiture,

CRIC-CRAC CINE

Vendredi: 18 Sept. a 6 -h—8 h.15
NEW - YORK DANS
LES. TENEBRES

Entré Gde 0.50 — 1,00

Samedi 14 Sept. 6 h. — § h. 15
OPERATION GOLMAN

Entrée G. 1.00 —— 1.50 -

Dimaxche 15 Sept. 4.3 hres

. LE MYSTERE DE LA

CHAMBRE FORTE

Entés Gde 0.50. Rés. Gde 1.00:
‘Dimaache.15 Sept. & 5h. 7:h. et
9 Hres.

Entrée Gde 1,50 — ~ Res. G. 2.00

rein

CINE PALACE.

Vendredi 18 Sept. & 6 h et 8 bl5.
‘LA-MORT PAYE EN DOLLARS
oye. g, Entrée Gide -1.00

Samedi 14 4 6 hres 15 et 8h. 16°

L'ATTAQUE DE SAN. .

CRISTOBAL :
as. 7, Bnntrée Gde 1.00

FLASHMAN * a

Og

ty




























t























K>
CD
Onn

Orne

ea aktres pour. demutw,

91- MARS AU 20 AVRIL (BE-
- LIER): Pas. d’engagements que
yous:ne soyer certain de tenir,
Une tendance & Voptimisme pour-
rait yous:mener au-deld des limi-
tes raisonnables,

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU-
REAU): Rejetez les suggestions
fondées sur une pensée fallacieu-
se méme si -elles sont habilement
présentées. Sachez choisir oxacte-
ment les véritables valeurs.

22.MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX): Troisiéme bonne jour
née consécutive. Recherches in-
tellectuelles et créatrices part.cu-
ligrement favorisées. Vous étes en
mesure ‘de tracer maintenant vo-
tre route personnelle.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Peu deide planétai
-ze- mais en employant voure ha-
bileté.et vos dong dans les sec-
teurs ov ils pourront se déployer,
vous ferez un travail de premier
ordre. Evitez avec soin les extré-
mes.

24 JUILLET AU 23. AOUT
(LION): Comme ceux du Tau -
reau, veillez & écarter des offres,
méme de brillan‘te epparence, qui,
a échéance éloignée, vous inc.te-
raient A choquer votre honnéte-
té ou & étre infidéle A vos grands
principes. .

24A0UT AU 23 SEPTEMBRE
(VIERGE): Mercure qui, comme
pour ceux des eaux, Vous est
favorable, encourage votre effort,
surtout dans les secteurs des arts
et des affaires. Occasions possi-
bles de briller,

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE): Situations
complexes: -Montrez- votre: excel-
lent jugement et votre ‘sens de
Yéquilibr. Ayez une juste perspec
tive des événements. et vous dé-
nouerez les problémes ies plus com
pliqués. - .

24 OCTOBRE AU 22
VEMBRE (SCORPION)

NO-
La

chance vous sourira ma's & con-
dition @‘avoir étudié de prés la
situation. N’allez pas au fond des
choses avant d’avoir sondé ee qui















NDREDI 18 SEPTEMBRE 1968



"HOROSCOPE

—. Par Frances Drake








‘Cherchet ld section corfespondant an jour de votre anniversaire
ndiszance et vom tronveres les perspectives

vous asignaten:

—Dpeit de | réprodupcion totale ou rartiel réveryé.
‘ ‘ «LE NOUVELLISTE>

SAMEDI 14 SEPTEMBRE 1968

se trouve au-dessous de la surfe-
ce. -

23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITAIRE): Quel
ques restrictions planétaires.

Prudence dans les operations fi /

nanciéres et contrélez vos réac -
tions, La situation exige de la di
plomatie.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-'
VIER (CAPRICORNE): Exécu-
tez le melleur travail possible

“mais, avant de démarrer, faites la

différence exacte entre ic bon em
ploi de la force et le gespillage
de votre puissance. Jugement avi
sé indispensable,

21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU): Lultes a
envisager mais votre habileté et
votre ambit.on en triompheront
sans peine, En fait, les situations
délicates yous donneront un plus
grand élan que ne feraent celles
auxquelles vous étes zénérale -
ment habitué,

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) : Ne vous arrétez
pas & des apperences brillantes
ni & des rumeurs. sensutionnelles,
surtout sur le plan financier. Gar-
dez un rythme égal ct vous ne
pouvez échouer. * .

SI VOUS ETES NE AU-
JOURD’HUI: Vous appartenez

au Signe de la Vierge qu: est, as- -

trologiquement parlant, celui des
individualités décidées ef -enthou-
siastes qui sont décidés & résou-

dre leurs problémes et A vaincre. ‘4

Vous suaisissez vite les possibili-
tés et avancez rapidement. Par-
fois, & Ia suite de certaines cir -
constances, les buts apparaitront
éloignés mais votre énergie sans
limites et votre confiance eli vos
buts bousculeront les arr‘éres.
Ne vous lancez pas toutefois dans
J'action sans mire réflexion, Les
résultats seront meilleurs si vous
travaillez dans la joie et le cal-
me. Vous aimez la peauté et avez
naturellement bon goit.~Dévelop-
pez au-maximum votre diversité.

ET

- LISEZ

a





Ré. 2208 P

2




























i

ADER & CO. |
DISTRIBUTEUR |
POUR HAITI

PRENEZ IMMEDIATEMENT UNE
DES FAMEUSES MONTRES CAMY
POUR HOMMES ET POUR FEMMES
EN PAYANT LA MOITIE CASH
ET LA BALANCE EN
DOUZE MENSUALITES.








‘ATTENTION ! !
ATTENTION ! !
Si vous désirez une manucure A domicile
Appelez au No. 7295

Pear



ae.




























! ues Microsillons a Partir de $2.00 |








Dimanche 15: a 6 h, 7 h'et 9 he

‘Les Bandes Dessinées du «Nouvellistes



Blondie



AU REX THEATRE

Ein Grand gala

‘ LA 23EME HEURE

(en cinémascope - couleurs) .

avec Anthony Quinn et Virna

Lisi ,
Une superp‘oduction convain-

: eante qui éc.it avec la douleur

une des pages les plus boulever
santes, jamais extraites des t is
tes annales de la deuxiéme guer
re mondiale.
LA 25EME HEURE .
! Une oeuvre qhistorique, d’un
i¥alisme pathétique, qui vous
précipitera dana un tumulte d’a
ventu.es émouvantes, déferlant
‘impétueusement la furie et la
souffrance, .
LA 25EM EHBURE .
Un film considérable de la
Metro Goldwyn Mayer produit.
par le célébre ‘metteur on scéne
Ca:lo Ponti, puissamment inter-

‘ preté par «le Monstte de Génie»

1,-- Par voi-ure
Anthony Quinn dont l'immense
popularité assurera A ce chef -

: d’oeuvre le plus colossal succés.
| LA 25EME HEURE

L’heure la plus terrible daris
lexistence d’un homme ou d‘une
nation .:.,. ETH 39...

) Entrée Gdes 2.50 et 4.00

xxxx

Auto de Luxe Ciné

Dimanche 15: & 7 h et 9 heures
Le 15 Septembre 1967 Le DE
LUXE AUTO CINE presentait,
en Grand Gala, une monumentale
superproduction: MADAME X.

Le 16 Septembre 1968, la di
vection de cette salle olfrira en
super - gala, une oeuvre immar -
cessible qu’un commun succés con
frondra dans la méme apothéose
LE RIDEAU DECHIRE
En Technicolor .

avec Paul Newman — Juli
Andrews — Tamara ‘Toumanou-
va

Un suspense a l’état pur. Une
production qui honore la signa -
ture d’Alfred Hitchcock! Une
eeuvre qui porte uné telle em -
preinte exige ]’admiration.

Un acteur dune personnalité
transcendante, Paul Newman,
dont l‘immense popularité demeu
re une garantie de succes.

Le Rideau de fer! Un cadre
d’enfer , qui donne & ce film in-
tense une vérité plus criante.

Un film qui vous fera frisson-
ner, ”~
Une mise en scéne méticuleuse
frappée du cachet inétallique
d’Hitcheock.

LE RIDEAU DECHIRE

Les immortels du cinénia ont
toujours ancerpreté aes roies dont
le souvenir ne s'est jamais estom-
pé dang la mémo.re Ués..specta..-

teu.s,en rendant inoubliables les
personnages qu’ils:incarnaient.

Jamais ne s’effacera- de votre
esprit ce jeune savant atomiste a-
Merica:n, Paul Newman parti en
croisiére avec sa fiancée vers les
pays Scandinaves.

Comment donc se trouveront -
ils-entrainés dans une serie d’a -
ventures, incroyables,saupoudrees
de mystére ct de momenis d‘an -
go.sse, derriére le rideau de fer...

Pourront - ils déchirer Je ri -
deau de la peur?

Viendront - ils & bout de tous
les. traquenards tendus sur leur
route? . : .

Vont-ils vous précipiter, . vous
aussi, dans le tumulte d‘aventu -

., Teg passionnantes,-qui déferieront

la bagarre,; la farie, les poursu: -

tes, les meurtres, les traquenarde,

malaxés: dans un cocktail insi -
dieux-de mystére et d’humour...

LE RIDEAU DECHIRE
Un tour de force Tréussi avec

maitrise.

Un récital d’angoisse et de ter

reur. .

Un film enlevé ot Je maitre
incontesté du suspense a retrouvé

. tout, son. punch, 2.”

Une mécanique bien huilée qui
ne tolére pas de ratés.

.. . Un suspense envofitant dont le
régne de séduction sur les specta-
teurs.n'aura pas de fin.

Hitchcock gagne toujours ....
C'est vous qui perdrez, si vous 0-
sez rater seulement un spectacle
d'une cons'stance dramatique aus
si: convaincante,

Ces. moments sublimes du ciné -

ma, ces sommets du suspense n’ap
partiennent quis Hitchcock

Un Gala d’Apothéose.
Entrée $ 0.50 par personne

rex

Magic Ciné

‘Sabiedi et ‘Dimanche:
PATROUILLE DE:
: COMMANDO AU VIETNAM

Raa

rahall Thonwon, Enrl:

| et nemo oe peg sent Seetenerepenanwar Searrenne ra ora aA ES RC A Aa TT A

DANS NOS SALLES Di: SPECTACLES —

Ce film dont le nom anglais
est
est une histoire d’actualité, pu.s.

que nous ass.stons en spectateu-s

aux evénements qui se passent ac
tuellement au VIETNAM. C’est
la guerre telle qu’el.e se pratique
dang.ce pays de l'Asie, la guezre
de guerllas dans toute sun hor
reur et sa brutalicé et pas de quar

tier, .
Quelle est cette higtire qui va

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862 _










Une formidable organisation in
ternat onale. Les Koprus. veuc ven
ter un hold - up extraordinaire:
Dérober aux américains les mil -
lions de dollars destinés & /’achat
wo: et de pierfes precieuses er
Afrique du Nord au, profit de la
Chine communiste. Paul Finney
connu par ses adversaires comme
Upperseven, est un des meilleurs
agent de 'Intleligence Service.











tn Pete



y

mouvemen'ée3 . et vonvulsives
Créant une série imprévisible de _
coups de théitre surprenanis eL
fantastiques_& Londres, i Bey -
routh, dans le Proche Orient ...
FLASHMAN :
Le héros indomptable et in
domp.e, homme . aux capscités
extraord‘naires,va-t-il, exte minzr
seg redoutables adversaires - qui'
u sposent d'armes et de rnoyens

dang le cadre d’un super espionna

Grace & des pa:faits -masques 4trangée s? Trave-sera-il la bar-

‘en plastique,confectionnés par lui, riére de feu provoquéd par lexplo
Uppersevn se déguise en orfic:cr sion d’une raffineie de pétrole
de Marine, en vieil, humme d'af . Dour sauver la réduisante fille
fai-es, en directeur de banque, of @U plus riche maharadja du mon-
enfin nrend la place du chef me “de?

me de Yorganisntion Kobras! Ru-
sé, décidé,il désoriente, A chaque
pas, ses adversaires qui le pour-
chassent depuis des donner un visage 4 l'agent fanté
me,qui les traque.

ESPIONNAGE A CAPETOWN
Des aventures jamiis vues dans
un film d'espionnage, des
plans machiavéliques jamais con
devront pénétrer en plein terri- ¢us, des bagarres ine concep ~
toire Vietcongs, déjouant les em- tion étonnante, un film d’espion
buches et. les piéges tendus par nage de classe qui aura un grand
Jes -rouges. . succes.

Nous assistons ainsi & une lutte
sans merci entre VIETCONGS et
VIETNAMIENS. Dans cette lut-

vous tenir en haleinc prés de
deux heures.

C’est un récit plein d‘originalité.
avec de solides qualicds, bonne
condu te du récit, sobriété du jeu
des interprétes,avec des épisodes
de guerillas bien réglés, dans la
guerre d'usure qui oppose le VIET
NAM SUD AU VIETNAM
NORD depuis de longues années
avec un interméde sentimental,
Un médecin Sud Vietnamien a &
té contrait par fo.ce & suivre les
VIETCONGS ‘afin de signer un
de leur généreux blessé. Les Viet
namieng dé:éguent un commando
de sept hommes qui devront ré -
cupérer le médecin. Pour cela ils

&. oo
En‘rée Gdes 1.50 et 2.00



EXIGEZ LES —





Originaux
CADENAS-

Entrée: $ 0.50 par pe.sonne —

te acharnée aucun prisonnicr Cric-Crac-Cine
rest fait, tout est. balayé sur pla : 5
ce, hommes, fenmes, et enfants. Penn AN a 5h, 7h, eb 9h .
o

En fait, il faut conelure que
c'est un des films de guerre des
plus mouvementés, ob les actes-
d@héroisme, de bravoure, et les
moments de suspense, emménent
le spectateur dans une ronde
pleine d’imprévus. Ceci dit on
doit féliciter Pactrice Eurasienne
KIEU CHINH NAM pour | sa
beauté et son assurance. Un filth
trés mouvementé- qui ne laisse
pas de répit aux spectateurs.
Samedi 6 hres 15 et 8 hres 15
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Dimanche 3 heures —

Gdes 1.60 et 2.50
Dimanche 5 h, 7 hres et 9 hres
Gdes 2,50 et 4.00
| xxx
AIRPORT CINE

ALNe Vad Ulin Dreavike :
le uimancne 16: & 6 h 30 et 8
h 30
wis MUR DES ESPLUNS

km couleurs, un espionnage &
faire tvermbler une salle
avec : Mark Wendel Corey «:
Barvera Bouchet

_ (En Eastmancolor) :
avec Paul Stevens, Claude Lange,
Michaela Cendali

voici venir:
FLASHMAN

Le Héros des circonstances dif
ficiles ... Flasman arrive en trom
be ... Il court, il vole au _secours
des opprimés; en justicier, il pe
tolére aucun acte de bandit sme...
Tl devient la terreur @s gangs -

ers... .

FLASHMAN

Mystérieux, flegmatique, mas-
quart sa noble personnalilé sous
un déguisement ... Flashman est
aécidé A combattre Jorganisation
criminelle qui vient d'abattre un
grand chercheur pour s’appro -
prier une imnortante découverte
dans le domaine des cellvles épi-
théliales,

FLASHMAN .

Son apparition sensafionnel'e
erée la pdnique dans le camp des
gangsters aux abois ... Flashman
déclenche ses batteries et provo
que une déflagration d'actions

TRACTEUR DIESEL —






ge, i est des tims a‘action dunt
un suspense vrillant soutient tou-
te la structure des mouvements
et des aventures qui ponctuent
ces producuons agitées.
LÂ¥ MUR DES ESPiONS ~

Demeure implacablement un de ;
ces chets d’oeuvvre du genre qui. .
fagcine.ont les spectateurs’d' AIR. |
FORT CINE. Pourquoi’ seront-ils
subjugués? L'histoire d’un extra
ord naire compiot a fame trem -
bler le monde les intriguera ar
prime abord, les armes bactério-
logiques plus morteiles que | lee
giz asphyxiants de 1914 inven‘es
yar la chimie allemande, les puis-
sances mondiales veuient avoir Ja
suprématie de cette force destruc
tive de Ihumanité, et, alors Je
drame 3’engage dans la voie de Ja
viglence, la lutte inexorable s’ou-
vr. cruelle et sans merci contre |
lesipays qui détiennent l’arme ob
sole. La bataille humaine et zé
néreuse est livrée contre cette ten
tative cr'minelle de mettre la chi
mic au:service du crime... Choc,
affrontement, bagarres, escalad: *,
de’ furie, assassinats mystérieux, |
situations périlleuses, dangers de
mort, karaté, judos, prise de poi-
gnets, renversement de hanches,
agripage d’épaules voila le décor
tourmenté de ce drame infernal
quijse joue derrigre un paravent
‘monstrueux,tla:chimie moderne 3t
reg: inventions ‘sataniques. :
LE:-MUR DES ESPIONS

Un tilm chou, des mouvementa
ébranlants, un suspense colimo -
tion, une enquéte d'orage. L'A -
gent HARM: réussiract-il. a
franchir le mur. 3
et derrigre. Jean


























POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE Ԥ

LABOURAGE

HERSAGE, SILLONNAGE
_ SARCLAGE
. _ EXCLUSIVITES

MOTEUR DIESEL BROWN _

_ ROBUSTE — ECONOMIQUE. |








































ment. ion
Pour ne pas diminver
tant intérét de ce film h
most, i] ne vous sera: pag dévoill
les fillitres du scémario. :
’ Vous viendrez en foule voir’
suspense d'enfer A AIRPORT CI
NE nour percer Pinsondable
tére du mur-des espions.
Entrée Gdo 1,00 et 1.50



























































































Lettre. ae Veen nent
crivain Léon Laleau
alte)

tea atténuuntes et d'apuis. Je ne

sute qu'un Aomme de lettres. qui,
jadis, a. étudié le: Droit, rien que
pour avotr accds dla Curriére.

“Ge niést done ‘pas: sans’ effort



tre livre, Je dois, tout de sure,
témoigner que cet ouvrage - flew-
ve a semble, eutvant la: boutade
de. Paul: Morand,. parfaitement
aavigable au profane de bonné vo
lonté que je euts. :

. Vous projetezs de vives lueurs
aur des *spéculations slevées, et
. parfots brumeuces et vous evo-
“Wwez sane géne, parmi dea prodla
- loa -mettez, en outre, a la portés
‘ué tonte saine curiositdé. Et cet,
‘@dne embarras de style, dans wie
dangue lisse qui ne se bossdle, ja-

mais plos qu'il west utile, de cee

termos dits techniques qui font
les délicea des néophytes du style.

Crest qui faut un long temps, ct

une patience longue faite de tou-

te une serie de courtes imputien.
ces, pour arriver ad écrire me personne la langus de tout le

" mondes co qu'on a dit de Gide e!
de Chardonne 6t que l'on pourrart
affirmer aussi ge Richard Couns-
tant. ~ :
De tout cela, vous mériiez d'é-
tre loud at c’ert de tout coeur que

36 félictte [Péorivain scrupuleux

qua vous étes, C’est de «la belle

ouvrage> comme aimait i dire

Péguy, expression venwe en droite

ligne de ses origines paysannes

et qui suffisait a crier son. admix
ration. .. UBSETR

‘Quant & votre dédicace dont je
vous remercie amicalement, elle
atteste én tpeu de mots, que ni le
temps, ni vos soucis d’hommes
d'études n'ont pu—et ce n'est pas
courant — assécher, chez vos,
la mémoire du coeur.

Croyez, mon. cher Confrére, .%
toute ma. cordialité.* -



Léon LALEAU.



La Portée du retrait
des troupes
(SUTTB)

d’accélérer brutealement.

L'article - jalon publié diman-

che par ja Pravda était a la fois
un constat et un mode d’emploi:
La ‘normalisation progresse trop
Jentement, écrivait le journal. Ce
qu'il faut faire avant tout, c’est
démgsquer la contre-révolution et
Tui .asséner un coup décisif.

Le Kremlin a pu penser, esti-
. Me-t-on, qu’une timide contre-par
tie, faisant. écho & des premiéres
timides: mesures de nornialisation,
pou vait hater la reprise en mains
qu’il exige. La, ce serait, pour les
observateurs, une:victoire pour M.
Dubcek, mais la seule,

Car, pour une -majorité d’ob-
servateurs, la concession de princi
pe faite par les soviétiques n’est
qu’un repli tactique, qui place M.
Dubcek et son équipe devant la
nécessité immédiate de s’engaget
dans la phase pratique et concré-
te de la reprise en main du pays
selon les régles autoritaires en

vigueur ‘dans les Capitales ortho-

doxes. : :

Le choix auquel cette équipe>
doit. faire face depuis ‘qu’elle a~
contresigné les aecords de Mos-
cou: il y a dix-huit jours - s‘est,
dé ce fait rapproché aujourd’hui,
‘concluent les observateurs, selon
la facon dont.elle s’acquittera de
sa mission; ‘ellerisque un constat
d’impuissance ou Ja discrédita -
ction,

8



que.jiat pris connaissance de vo--

‘Un grand cltoyen disparait :



| Me Paracelse Pélissier

Hier,“&.6.h A. M,, la camarde

u frappé un grand citoych » des
Gonaives :: Me Paracelse Pélis-
sier. Son état de santé laissait &
désirer depuis deja quelque
temps. Néanmoins, on était lom
de penser qu‘i] touchait a sa fin
prochaine. Venu & la Capitae
pour consulter son médecin, il a
sueccombé &-une crise cardiaque
chez son fils Georges, 4 Bois Pa
tate. . :
Cette nouvelle n’a pas manqué
de jeter la consternation’ dans
tout le pays, principalement dans
sa Ville natale ot il a été un éle
ment de progres, un pionnier qui
avait & coeur d’aidcer la jeunesse.
La veille encore, il sharmait ses
intimes par sa conversation pre
nante, instructive, pleine de bon
sens, C’était sa maniére de for-
mer, d’indiquer la voie # suivre
& ceux qui lentouraient.

Talentueux avocat, grand juris
te, parlementaire remarquable,
Me Pélissier est une 'umiére qui
s’est éteinte. Ayant eravi gra-
duellement les étapes, il a rendu
des services signalés au pays i
plus d’un titre. Ainsi, personna
lité proéminente, la collectivité
perd en lui unde ses fils ‘es
plus méritants et il est fort re-
gretté dans son patelin. /

Ce citoyen notable fut tour 4
tour professeur de betes lettres
au Lycée Geffrard, aux Conuai-
res, Inspecteur des écoles, Mem-
bre de la Commission Communa-
Je, Commissaire du Gouvsrne-
ment et ensuite Préfet des Ar‘on
dissements des Gonaives e: de la
Marmelade.

Servi par une culture huma-
niste, il se fit remarquer a tous
ces postes par un tact, un loya-
lisme et un dévouement exemplai.
ves et son amour. de la justice.
Autant de qualités quill s‘était
efforcé d’insuftller & plusieurs @é
nérations .qu’il avait mis son stu
de et ses soins 4 former.



Yvette et Roseline
Piveteau a l'Institut

Fr

. Samedi 14 Septembre’ a& 20
heures s‘ouvrira la saison cultu
relle de l'Institut Frangais, avec
un concert public qui sera dor-
né par Yvette et Roseline PIVI
TEAU qui, profitant d’une tour
née & travers l’Amérique -Lati-
ne, seront de passag: a l’ort-au-
Prince.

Comme Alain MOTARD, Yvet
te PIVETEAU qui est pianiste,
a été Véléve de l’Académie Mar
guerite LONG. Roseline PIVE-
TEAU est violoniste. Aprés ses
études au Conservatoire d2 Pa-
Tis, elle a prété son. concourg au
quatuor Michéle MARGAND
Puig les deux soeurs ont formé
le DUO ~ PIVETEAU qui a oc-
cupé en bonne place les program
mes de différentes manifesta -
tions internationales, notam -
ment au Festivas d2 BAY, -
REUTH en 1964, °°)

Le concert comportera des. in
terprétations en solo et en duo:

Au programme:

La 8@me Sonate de Ludwig
Von Beethoven (piano - viclon),
- Jeux d’Eau de Maurice
Ravel (piano),

La Sonate de Claude Debussy
(piano ~ violon) :

Le Caprice de Paganini (vio-

—

on) .

Clair de Lune de Debussy (pia
no) . :
et Tzigane de Maurice —
(piano - violon).

Entrée Libre

Ravel.

Brillant -Ayocat, de grands, pro

eds lui furent contiés. Et c’est -

uyec science et conscience que,
dans le réglement de ces especes,
it donna satisfaction, a ses clients
Journaliste, j1 a collaboré, dans
un style correcl, plem de mor-
dant et d'une logique serrée, aux
journaux «La Griffes, nites, aux Gonaives, respective-
ment dirigés par feu Stéphen A-
lexis et Dr. Seymour Lasségue,
ct & «Maintenants ayant eu pour
directeur Mr Jean . Magloire &
Port-au-Prince, Et l'homme susci
ta admiration par ses articles
judicieux. :

Le rayonnement de sa p*.son-
nalité,; ayant dépasse les [mites
de sa ville natele, il fut Gu en
rlusicurs fois député. I] a appar
tenu A trois législatures. Ses col-
jégues trouvérent en lui un. con-
seiller et un guide sir. Ses in-
terventions, marquées au-coin du
Droit et de Ja Justice, furent tou
jours appréciées par ses pairs.

Couronnant une carriére bien
-emplie, il fut appelé a diriger
Jes Départements de VIn‘cricur
et de la Justice. A ces deux hauts
postes, il se montra un homine
ponderé, équilibré, et défendit a-
vee énergie les principes d2 hié-
rarchie et d’honnéteté. Et le pa-
triote fut égal au Juriste.

Né le 12 Septembre 1888, i. est °

mort le 12 Septembre 1968 A 80
anB. \

Me Pélissier laisse le souvenir |

d'un lutteur émérite et d’un hom
me de devoir. .
Nous nous inclinons bien res-
pectueusement devant sa dépouii
le mortelle et nous sommes cer-
tain que la ville des Gonaives va
faire cet anrés midi a Me Para-
celse Pélissier de magnifiques fu
nérailles, dignes de son mérite.
L. C. PH.



Le Rapport dé

- (Suite)
Le rapport souligne encore que
la capacité (le mégatonnage)

des russes soviétiques est plus
grande que celles de missiles a-
méricains mais TYURSS
ne dispose que dun pe -
tit nombre de f us ées
& carburant solide. L’URSS
maintient d’autre part sa supé-
riorié numérique dans le domai
ne des fusées moyennes et inter
médiaires, des bombardiers & ra-
yon d’action moyen et des sous-
marins classiques.

“xXxXxE

UInstitut des études stratégi-
ques confirme,. cette année enco
re, que les pays du Moyen O -
rient -consacrent & Ia défense
une proportion croissante — la
plus élevée du monde, & Vexcep-
tion des deux Vietnam et du
Laos ~—. de leur produit natio -
nz} brut alors que cette p opor
tion reste constante ou tend a
décroitne en Europe et que le
pourcentage pour les Etats Unis
et VURSS reste trés proche —
9,8 pour cent contre 9,6,



Messe de Prise
de Deuil

La famille de la regretté Eri-
na Mérisier fait chanter une mes
se de prise de deuil Je lundi 16
Septembre & 6 h 30 a.m. & la Ca
thédrale pour le repos de lame
de 1a ‘défunte.

Cet avis tient lieu d'invitation
aux parents et aux amis.



’

EEN NNINNAA NER UERERER AANA AN


















OR EXSKRKNWMK NNW MIM NINN NINH NMI NI MI MIE IIS TT IO OND

FILTRES A EAU POTABLE
ATADYN .

og (FABRICATION SUISSE)
Le Filtre KATADYN offre les Propriétés suivantes :
lo Il filtre, retient toutes les matiéres en suspension.
_ 20 11 stérilise, détrnit tous les germes dangereux.
"80 Ses imprégnations d’argent empéchent les bactéries de pénétrer le
~ filtré, assurant ainsi une eau exempte de germes dangereux.
40 1 6limine le gofit'et odeur du -chlore dans V’eau.





Aue













e Gouttes

Og (Bate)

yres de l’Amériques, et
la planche dans la piscine, blea-
- eiel du continents, devienne de
plis en plus e.

Dans joury, comme on s’en_ rend
compte: une lourde cargaison d'i-

OB... 2 :

Le podte ‘convie ses fréres &
s'interroger sur le sena de la vie.

Ne pas quitter la terre natale
o® ils -sont:les maitres véritables,
mais chercher, comme Manuel, la
bonne source «qui chuchote a plat
vente aux oreilles de la terre Ja
verte confidence des graminées».
| Chez Franck, done, pas de. pes
simisme, ,

‘Au contraire, notre poéte écla-
te d’optimisme.

Dans gon univers, un appel &
accepter la vie, malgré Ja longue
et pénible marche. Le réve n'est
it pas branché sur des kilomé-
tres de siécles>?

Soulignez J’association:

: Des kilométres de sidcles.

_ > Cela évoquerait cequ’on appel
te, dane la théorie de la rolati-
vité, le continuum espace-temps.,.

A notre avis, la forme, dans
«Chevaux de l’avant-jour>, se fon

" de surle spiralisme, vision coami-
que de la vie. Vision appropriée
au monde de la vitesse, dans le-
quel nous vivons,

Trouée dans espace. Eclate -
‘ment du temps: .

¢Ton ‘corps atteindra ‘la vites-
se de tes yeux»

Franck Etienne introduit, ti-
midement, certes, mais avec bon
heur, le spiralisme dans nos let-
res...

Le spiralisme , remarquez, cer
ne Vobjet dans.sa totalité, au ni-
veau des associations par les
mots, et des connexions histori ~
ques par les situations: Ii recons
titue objet dans son historicité,

Une telle association crée, dans
la poésie de. Franck, une musica-
lité, & partir des. phonémes uti-
lisés: ,

«Le chou-fleur en
déplie son
verts».

bourgeon
parapluie de pétales

«Tu sémes A la gor ze femelle
des iles sensuelles. Tu ‘ensorcelios
les conques violines jusqu’au bas
des mers en un tournant de

leu.

Et quelles images!

Materielles, chargées de mou-
vement — comme chez un René
Char — :

_ ¢Les bananiers © et les coco-
tiers... te font une verte ovation
de palmes»,

tout cela, joignons la cou-
leur locale,

Mais chez l’auteur des ¢«Che-
vaux J’avant-jours, elle n'est pas
superficielle. L'indigénisme de
Franck est plutét dynamique.
C'est comme une prospection A
Yintérieur de JV’objet, une re-
structuration d’un objet ou d’une
situation, la mise & nu des lignes
de force du réel haitien, .

Et quelle maitrise!

Dans <« exemple, un vertige débridé,
joe”
urd, au co i
se rded, ntraire, un vertige

Preuve de maturité!/

On pourrait reprdcher
Franck Etienne, et avec
ment, d’étre parfois tro;
Mais qui lui reprocherait de man
quer de talent et de culture?

Raymond PHILOCTETE,

a
fonde-



Erratum ¢

‘Les phrases suivante; faisant
partie intégrante du texte Lettre
Ouverte & Mr l’Abbé DEVEAN
parue dans Inotre édition d’hier 4
Propos des implications que cém
porte le caractére actuel d‘une
description faite par Charivvoix
rortant 'intitulé : Dépérisse-
ment entier de la Colonies ont
été omises par erreur. .

Imméciatement aprés «Dépéris
sement entier de la colonies on.
y lit toujeurs extrait de l’article
de Abbé Déjean ;

On s’étonne du caractére actuel
de la description, aprés 862 ans...

Ceci fait.

AVI

La rafle de la voiture Cor-
vair, Modéle 1962, immatriculée
au No. 6466 basée aur le ler
tirage de Septembre 1968 de la
Loterie de Uetat Haitien est ren
‘voyée au 2e tirage du m ,
tobre 19678, * ls d'de

Port au Prince, te 18-9-68
Anne Marie Laraque








nouveaux étudiants. qui dési-ent

gy



cérébral, . ..

ment au sein du Pacte que le sta

SON SNR CNRS NNN NN

Le Rond Point Night-Club
Samedi 14 Septembre
DINER DANSANT
Des 9 Heures P.M. oe
Tenue de ville de. rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

-LINSTITUT HAITIANO - AMERICAIN annonce & tous les

cou s du prochain: t‘tmestre qu’ils devront #e présenter pour des
examens d’admission’ Pun: deg jou.s suivants:

SAMEDI 14 ‘SEPTEMBRE :

SAMEDI 21 SEPTEMBRE



LE,PAPH ST. LA SITUATION: -
AU. MOYEN ORIENT
CITE DU VATICAN: (AFP)

_ Le Pape ‘Paul: VL .prendra-t-il
prochainement l'initiative . d’une
nouvelle médiation dans le conilit
Israélo - Arabe ?°Telle est Ja
question que l’on se pose & Rome
apres la yisite impromptue jeudi
aprés ‘midi: de M. Jacob Herzog,
Directeur’ Général de.la Peésiden

ce du Conseil d’Israel auprés de’,
Mgr Agostino. Casaroli, Ministre |

des. Affairse Btrangéres, du. Va-
tiean, O°

Au moment od Ja tension. s'est
raviyde,entre Israel et les ‘Fays-
Arabes, il ne fait aucun doute,

estiment.les observateurs, ‘que: le -

Saint Pére est vivement préoccu
pé: par les obstacles: que ‘les nou-
veaux épisodes du conflit ont
fait surgir sur la voie d'une. solu
tion pacifique. M8

La politique d’équilibre que‘le. .

Saint ‘Siége a toujours maintenue
dans cette affaire, en dépit de
seé.intéréts directs touchant les
lieux saints, a permis au Pape
Cintervenir & plusieurs reprises
en| faveur de négociations, par
Vintermédiaire de'son réseau di-
ylomatique, ; a

Le. prestige dont jouit le St-
Piye ‘auprés. des deux parties
pourrait done, selon Jes observa-
tears, lui permettre d'agir en mé
diateur, bien que le Pape ait tcu-
jours. considéré qu’ung telle- ac-
tion était avant tout du ressort
dés Nations Unies.

xxxx

APRES LA VISITE DU
PRESIDENT DU CHILI ~
AU BRESiL :
SAO PAULO (AFP) .
Mr Eduardo Frei,
du Chil, a quitté le Brésil jeudi
apres midi au terme d'une visite

ofgicielle.
. Selon Vensemble des observa- -

teurs, la visite officielle de Mr
Eduardo Frei aura marqué ure
date décizive pour l’organisation
de la Communauté Latino - Amé
ricaine. .

Le frésident Frei va méme jus
qu’& insinuer que rien n’cmpéche
denvisager dés maintenant ia
réintégration de Cuba dans la fa
mille Latino - Américaine. La
multiplication des pactes économi
ques bilatéraux et pluri-régio-
naux contribuera, selon ‘ui, A ac
eélérer la construction J’un Mar
ché Commun Latino - Américain
qui devra étre une ozyanisation
typiquement américuine, réglée
par des décisions Latino - Améri
caines,

1 De son cdté, le Chancelier bré
qilien M. Pino a fait écho & la

_thése des chiliens, selon laqueite
seule adoption d’ure politique é

trangére commune et d’une poli-
tique économique étroitement cour
donnée pourra donner au Conti.
nent Latino américain une pro-
jection internationa‘e valable.

. xxx
WALBANIE VEUT SE :
RETIRER DU PACTE '
DE VARSOVIE :
HELGKAvH (AFP) ‘

‘A la suite de la crise tchécos- .

ldvaque, i‘Albanie va se reurer
du Pacte «le Varsovie e¢ ne comp
té plus que sur ses 700 milliions

- @amis chinois pour la défendre

contre une éventuelle
des révisionnistes soviétiques
dé Jeurs valets.

‘C’est, selon Radio Tirana cap-
tée & Belgrade ce qu’a dit jeudi
M, Mehmed Chehou, Chef du gou
vernement albanais en proposant
& Assemblée Nationale albanai-
se‘ Pabrogation unilatérale du
Pacte. :

‘Le Pacte de Varsovie ne sert

agression
et

_ Plus le socialisme et la paix ni la

cause de la classe ouvriére et de
Yinternationalisme prolétarien, &
t-il déclaré, Il sert les intéréts
mesquins des grands pays, les. di-
rigeants soviétiques et de |]’A!-
liance contre - révolutionnaire A-
méricano - Soviétique pour la do
mination du. monde.

Depuis 1961, ’Albanie boycot-
te les réunions du Pacte de Var
sovie. Elle n’avait plus officielle-

















suivre' les cours d’Anglais au





De8ha oh
“Ou ded halo h
“DeS h AO h



Actualité Internationale

Président’










tutsthéorique »d’observateur, :
comme Jes’ chinois d’ailleurs,

C’est Ja premiére ‘fois. notent
“Jes' observateurs aA Belgrade, que
le .Gouvernenient albanaia expri-
me aussi nettement ses appréhen
sions quant A une éventuelle at-
taque ‘soviétique et: fait état d’u-
ne éventuelle riposte chinoise.

© Eig Kes

“AU. CONGRES | _ ee
“DE CARDIOLOGIE
ATHPNES — AFP.



ot









<< Uthypertension __ artérie
' Vinguffisance veardiaque.: au
cveau: cellulaire ont €t6examiné
au_cours ‘des -dernidres ‘séance
du :6eme Congiés eurbpéen
cardiologie. — m
L'épilogie et
Yhypertension artérielle
Vobjet d’un symposium, ..présidé,
par le professeur allémand E.-
,Wolleheim (Wurzburg) et au -°
quel: participaient les profes ~
peura F, H, Smirk (N,:Zélende),”
-HieUeda (Tokym) F. Gross (Hei:
detberg), LePippig (Wurzburg):
et A. F. Muller: (Genéve). Ces
spécialistes ont “abouti & la .con-.
‘ elusion qe hypertension ne:
‘doit. pas “étre envisagée comme
une maladie ‘en soi mais que l’on”
doit rechercher ses causes. Les:
hypertensiong & étiologie hormo-.
nale ont — été particulié.rement
‘examinées, notamment”. par. le
professeur .A. Muller, Tes no -
“tions thérapeutiques . -modernes
pour combattre Vhypertension:
Jorsqu’elle est provogquée par
deg neuropathies
de Vartére -yénale,: du: phéochro
‘mocytoma: etc. ont également é-
té développées. :
Dana un rapport qu'il a pré
senté devant une table ronde, le’
professeur A. M: Novi (Pise) a
exposé une nouvelle conception
de linsuffisance cardiaque du:
coeur hypertrophique ~ ,fondée
sur des observations au moyen
de microscope électyonique, M.
Novi -attrivue cette dégénéres...-
cence des cellules °& des causes
enzymiques et nond- l’anoxémie
de la cellule cardiaque comme il
est. .généralement admis. :



la pathoénie de:
a fait®

\

A

En voyage
d’agréement

Hier par Je vol 262 de la «Pan

American World Airways? @ lais ~

sé Haiti pour se rendre aux E-
tats Unis ensuite au Canada Ja

gracieues Rolande Vincent pour -

un séjour de 21 jours.

A l’Aéroport elle a été accom-
pagnée par nos amis Erick Théa
po et Arnoux Bernard, par 60.
fils «Rafor et aussi par de nom
breux parents et amis.

Nous lui souhaitons que son sé-
jour a Vétranger sdit des .. plus
agréables.

jamais qu'un obseur Ligurant, 8 il fe
pouvant, comme ‘je: le’ desirais.vi- me counsiyses mie

" ghetti. formidable :qu’elle 4 elle-









des ‘sténoses: _

je ne'.perds pas’ une occasion: de:

jouer ‘sur la -scéne. dé la view “yehine a s
“@hi- mais: entendu® parler.

Pascale a besoin de tor,

“LAMASCOTTE
mo (Bult)

Ne: prendre, mais il audrait que td



du ne sala’






da Jé. receveur, Je. crdis qu'elle. tudes de lu yértune, to... Quand:

veut te faire goiter. a.unspa- mon pere est’ mort, j’avais: douze

méme préparé, .

Un large -sourive .
visage de- Maya: le spaghetti é-
tait sor ets favori. Sous ie xe-
gard méditatif de -M;: Daubin, elle

auprés: de. Pascale.
CHAPITRE V

La main tavelée et osseuse 1e-
vait haut son cachet avent de
Papphquer necveusement sur i'en
veloppe. Toc ! Les lettres pullu-
laient. Toc ! Toe | Toc ! Cela

-ans. Ila laissé ma mére a la té
; te d'une scierie ‘en’ plein exssor.
{luxiina le° J’étais: comme:un ‘cog en. pate.
etti é-. Mon .avenir était ‘assuré. Ma mé-
re s'est reniariée, Mon’ beau-par a,
un mauvais .coucheur, a trichssé ~
quitta le bureau’ pour se rendre le fruit-de-la-sueur de mron- pére.: 7
: Un beau ujour; maman s'est trou ey
_ ‘wée sans un.sou -vaiilant, perduc SE
de dettes,: Elle.a-di vendre la ‘scie
rie; Ma mére vit encore. Elle a:
quatre-vingt-deux ans ‘et: olla est -
uveugle: Tu ne sais pas non plus, 9.
Maya, que:’homme que :j’allais
épouser est-mort prématurément,

n’en finissait pas. La. Puste est -heurté par un...>

Je lien de toutes les affaires: art,
argent, coeur, famille, L’apposi
tion des cachets, vraie toile de
-Pénélope, engloutissait. chaque
jour huil heures de la vie de Ma
demoiselle Ursule, Résultat : du’
‘pain pour le ventre et des duril-
Jons pour les paumes. -La: vieille
postiére ne se complaisait
dans la médiocrité, mais ‘clle esti
mait qu'il était trop tard pour
essayer d’en sortir. Impuigssante,
elle s’y enfoncait de plus. en 3 !us,
comme dans la vase.

— Ma parole, tu deviens muet
ee, ‘ .
— Au contraire, la langue me
démange, mais j’ai peur de vous
déranger. / :

— Me. déranger, moi 2? Mais
non, Maya, je te Vai dit cent
fois, c'est un travail mecanique
que je fais. Mes mains s‘agitent,
mais mon cerveau sv sclérose
dans V'inaction. Libre de toute
contrainte, mon imagination se
met & vagabonder et ne tarde pas
is me ramener des soucis qui m’us
sombrissent durant ‘des heures.
Aussi, suis-je contente que tu-
zois prés de moi, que tu me par-
les, que tu détournes mon esp: it~
vers deg pensées moins noires que
celies qu’il rumine ordina:rement.

A chacune de ses visites,
mascotte gratifiait- chaque ,
ployé de quelques miuures~de sa
réconfortante présence. La mis- .
cotte, ec’était le soleil qui, subite-
ment, inondait Ie bureau de pos-
te de la clarté bienfaisante des
la jeunesse, - . .

'— Mademoiselle Ursuie, -dois-je
comprendre geu vous étes pessi-
mizte ? . .

+ Hélas ! mon amie, je crains
que tu ne sois trop jeune, pour

.vomprendre pourquoi, assez sou-

vent, je me mets martel en ‘téte.
«A vrai dire, pensa Mademci-
see Ursule, tu pourmlis — com-

————————————————————————

A propos des travaux ...
(Bute)

Â¥

des communiqués émis par le Mai
re Kigaro qui semblaiy pacait-il
ignorer dans son premier commu-
niqué du Mardi 10 Scptembre
1968 paru dans le «Nouveau
Monde que j‘étais concessioniiai-
re des-heux et que. je ne.super-
visai point .
que Superviseur’ des travaux pu~.
;blics, Mon contrat pour une par-
faite édification du Public avait










été donc publié sur le
liste, Yun des plus grands _quo- -
Parc -

tidiens de la Capuitale. «Le
des Palmistes» la «Derniére Hal-
te> étaient alors dans un état d’in
salubrité totale, pas de voie de
pénétration, que des marécages
‘comme avait si bien déclaré le
Maire: Figaro: lui-méme: qui s’es











Septembre 1968

paru le jeudi 12 1968
de notre. con-.

aprés la publicat:
a
- existal { 2
Jubrité totale “de: @ 3
Pourtant encore une fois il ou-
blie ou fait semblant d'ignorer que
Yarticle 4) de mon contrat dié-
I







jet vi i
(8) mois au moins avant lexpi-
ration. de Bail (ce qui laisse sup-
poser. aU cas de mon exécution
des choses de ce dit contrat.).

* Si comme l'affirme le Maire Fi
garo dans son communique -du
12 Septembre 1968 paru dans
«Nouvexu Mondey j'aurai sollici-
: t@ deg concours, des fonds de
son administration ce qui expli -
querait mon impossibilité d’exé-
cuter les clauses de mon contrat



sen! plein g:
cer le 9 Mai 1967 par chéque au
No. 15, Gdes 1.50000 et méme
avant comme il l'affirme?
Car & sa demande de créer une
tration..qui, n’exi

bier, y er
propres termes et les travaux de
drainages, .canalisation etc, Ou
’ pourquoi depuis que ces dites zo-
nes relevaient de lui, pourquoi
dis-je n‘avait-il pas | véulisé ces.
,. dits travaux, pourquoi que depuis

bient6t aix.(6) ‘m t

ry us Ad




brusquemenit’ dans. deuxieme note’ |
















jhaire Figaro tient & donner des
déta.is susceptibles d’éciairer les
lanternes du public tout en omet~
tant ceux quik juge nécessaire’
d‘omettre pour lui.

Plus d'un le sait! je suis un:



_implacable, . artisan .de la, cause
~ ‘Dovaliériste ue je'n'aurdis j7
“mais sollici woique. ce

* ‘genepté un-contrat pour
exécuter les clauses pius tard,
Aussi et surtout je wWaurais ja-
mais-entrepris des travaux d’em-
bellissement si mes fonds ne’ me.
le permettaient pas quelque diffi-
cies que seraient ces dits tra-
vaux.

Maintenant je sais tous les hai
tiens autentiques ont un grand

Son ixeel.
Du









. s 3 €o
Le Disquaire des

jontiers de ces lieux
Routine dans le travail, routme
dans le langage, routine
Vexistence. Une vie prusaique, ra-
tée, qu’elle laiseait s‘écoule> & la
nerci du temps, des circonstan-
ces. Elle n'attendait pus r’en, si
non Vheure de tirer sa révérence,
au. bureau de poste, puis au moz




os enta
Aux Belles es *
us offre des sacs d’école et des Serviettes

Des sous Vétements divers: Culottes —
calecons et chemisettes d’enfants et les

— Si je le pouvais, Mademoisel =”

le Ursule, je passerais tutes. mes
journées avec vous. Comme ga, :.”
je vous empécherais Jétre: tris-

‘Il eft été difficile de ne pas

sympathiser avec. Maya, &: moins
Wétre totalement .indifférent -La
pas “jeune filie avait lart- de Toucou-
ler de ‘ces paroles qui vous ré-~
chaufient le courage, vous ‘galva
nisent, Le ton méme ‘de’ 8a: voix
subjuguait par ‘cette
qu’on ne peut demander qu’a T'al
locentrisme.

sincérité

— En rentrant. chez vous le

‘soir, Mademoiselle Ursule,- vous
devez: étre fourbue. :

— On nest jamais aussi ‘fxti-

gué qu’on le croit, tu sais.

Mademoiselle’ Ursule usait vo-
commuus.’

dans

ue. A tout prendre, elle eft préfé
ré claquer @ la peine: A sen: pos
te et. 4 la noste Un départ hono
reble. Au diable, ces visag2a zra-
‘es, lugubres, autour, des- agoni-
sants. : ~

- + Tu vas &'la messe chaque -
dimanche, Maya 2? ©

(A suivre) '



La Dessalinisation ©
(sunte)
saire en vue de résoudre le pro--
biéme d’eau potapie duns les ré-
gions cOweéres des zones séches du
pays. . ~
Avant de partir VIngénieur La
wan accompagné du kév.-N. on
Me Connell a été au Lépurtement
de PAgriculture ot ils eurent un
entretien avec le Directeur Gé-
néral, .’Agronome Jaurés Lévé-
que et le Chef du Servize de Mé- —

. téorologie -Nationalle, l'Ingémeur

Gouthier.°

Mr Lawan a promis tout son
concours en vue d’un .échange de
renseignements techniques qui ha
biliteront les techniciens haitiens
& construire de stations de des -
salinisation de Veaii-de mer. —







DECES “DU
SEPT. 1968

Evelyne Elizaire ......
Albert -Mathieu ..
Maria Jn-Philippe .
Marie Geffrard
Jn-René Alcin «..
Yvette Lubin ....







































, LE DISQUAIRE B’

DE LA RUE MACAJOUX.