Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
February 11, 1938
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Full Text












- i - n -.


4e ANE. - P AUPRU SAIll VENDREDI 11 PEVRIER 19,8


No. 1i489I


A A A A' JAL R iM)'$*A


SCIENCE T L GION

DE L'1NTERPRETATION DE LA BIBLE DANS
LATRADITION CATHOLIQUE

Par le Dr. Canile Lh n.


La ThO positive 6tudle dig~ Thdoloie po 1 U
rectement toutes le sources de Ia doctrine chr6tienne qui sont particulirement 'E rftue Sainte et tiuseignemet des Saints Pbres et
des Docteurs de lIghse.
La Th6ologie sp&6culative qui so Canfond avec la philosophie catholique, partant des v6rit.s 6tablies par la Th6plogie: positive, en tire des d6dueibns logiques en & eidant des donnes de a Science. A e point de vue, I'Eglise eat tr~sibrale et ceci explique que certaites doctrines catholiques se modiflent en fonetion des progr s ou des d6veloppements scientifiques.
La creation rcente de 1'Acad& mie Pontificale des Sciens et te ehoix fait par le Souverain Pontife des membres do cette Institution montrent bien toute la libert. qu'apporte 'Eglise dams la rec erthe de la Vkrit6.
Du point de vue de la Thologie positive, ii existe des rgles strictes d'interpreation de la Bible.Cette doctrine sdr 1'Ecriture Saintea et confirme par LEON XI dam son Encyeqide Providentissitus Des-% dtl 18 Novembre 1893. L'Egise, dit le Conciie du Vatican, tient la Bible pour Sacre et Canonique, parce que ayant 6t com.pose sous I'inspiration du Saint&prit. Mais ette inspiration, ne suppose par elle-mime aucune rev6ation divine, cL'inspiration, dit encore LEON XIII, exclut aussi ncessairement toute erreur, qu'il eat a.bessaire que Dieu, lI V6rith Supreme, ne soit l'auteur d'aucune Irreur.>i
De ce, il dcoule ute mconsa&quence d la plus haute importance: C'est que nous devons rejeter a priori toute interpratioa qui ferait affirmer k l'Ecriture Sainte, uZn fait dont la fausset serait-d'atre part 6tablie. Si a e chose que ron avait crue affirm6e par un passage de la Sainte Ecriture eat un jour reconnue comme fausse, nous dMons conclure sans hesitation aucune, que l'on avalt ral interpr t ce passage sauvant en c l la RUgle de Saint-Augustin.
1 est n&essafre de d6mgager Pen. seignement de crtaines superfi6tatmns qui se Want, A Ia lo ngeur des sl&s, greff6es sur lea textes biAu sujet des natitmres qui forment objet propre des Sciences .Physiques et Naturelles, Dieu n's a rie. enseign6 aux homes par Phitermnndlire des auteurs sacr6s, un pareil enseignenent ne pouvant 4tre d'aueune utility pour leur salt. Tel est en effet, le princlpe fonittal que proposeliNjON 11 bIque a'on cherehe A conciller le text des Llvres Saints avet les Ande -- et lea enseignerntnts vb '
6d8ue des Science (Physgaea et rls

tes. ill! saluti: proftur. rtaitnes .interpr6tat ions des i.es et des Docteura do fEglise stir in passages de I'Ecriture tou-. thant ux choses delay nature pevent d6pendre simplement des 0 $lionrs r6gnant A leur 4poque; angd WTs it Dent so fire aue ces


opinions ne se justifient plus aujourd'hul C'est pourquoi d'Uomme de Science est parfaitement a Paise pour stre en meme temps un honmmte de Fol, et que rien dans Je trsor de la Science moderne ne diminue la grandeur du Livre Sacrb&
Le Concile de Trente et le Conciie du Vatican avalent enseign6 que dana les questions de foi et de mmurs qui concernent edification de la doctrine chr6tienne, il n'est pas permis d'interpr*ter I'Eeriture Sainte contrairement A l'enseignement unanime des Pres.
Le 3 Octobre 1902, LEON XIII, institua une commission pontificale charge de promouvoir et de diriger 1'tude de FEcriture Sainte. Cette commission proctda A une vaste .enquete au cours de laquelle les pricipaux ex4getes du monde cathbique rurest appeals A donrer le-ur avis.
Des dqutes s'6tant blev&s sur la valeur des d6cisions de Ila Commission,PIE X, par son Motu proprio Praestantiae Scripturae Saerae, du 18 Novembre 1907, d6clara que ctous sont tenus par devoir de conscience de se soumettre aux d& cisiong pubbi e om A pugier par Ia Commission Bib"ique pontificale, de la meme manitre qW'aux ddcrets des sacrees congregations, relatifs A la doctrine et approuv6e par le Souverain Pontife, et que, par cons6quent, on ne peut d'aucune faqon combattre, par la parole on par "a plume, ces decisions sans encourir la note de dsbi 6isance et de t6t ritk, et par suite sans se rendre coupable de faute graves.
De nombreux dbcrets pontificaux furent promulgubs sur 'Interpr& tation Biblique, ces decrets d'apres le Droit Canon 4tant de nature A restreindre la liberty, sont de stricto interpretation. Ces decisions d& fendent de mettre en doute Jle earactre historique des faits rapport6s par la Bible qui touchent les fondements de la religion chretienne,
Tout religieux qui oserait censurer, critiquer ou nier 'opinion que la Commission Biblique a voulu laisser fibre, se rendrait coupable d'une grave irr6virence A l'kgard du Saint Siege d'une grave calomnie A 1'6dgard' des auteurs de cette opinion, sans computer le scandale qui pourrait en r6sulter, si par cetto conduite timbraire, il loignait de la religion des Hommes de Science, on exposait PEglise & des attaques injustes.

Dr Camille LHERISSON.


.



o .n�




*w4. P~. ear vn r.8st. r


Stip& Votri orflnkermn teiawhoAvo 'w M a soAttu. VoViw. to* 3 4 . Sor.o&s watt .it-.piti r.i W. I? " STITES PItrL, ALJ'PRU4.wur I* i. .9. . pouveiz. r no 4gasi I.US".mug d Di st1.adtit woa tt e VA . .
Eed~'. knlAtnI aww I


flIstaibutc


IAMBRE,

DES DEPUTES
(S6ance du Vedredi 11 Fvrier).

A In s~anc;c de ce matin, it a 6t6, aprs sanction Wun proces-verbal, lu un Message 4u Ministre des Finances envoyan4 A la Chambre les Comptes Gned~rx do in Republique.
L'Assembl6e 4 dcid que le MNinistre se pree4terait personnelJement your on fectuer le dbpbt, confornement v4 .tradition.
Puis le Ministre Lanoue donne lecture, de 'exp44 gndral de a


situation.
Une commission s;eciale a 4t formbe pour rdpohdre iiun Message du Pr6sident de la Rtpublique. Elle se compose des D6putds : Trh6art, Leroy, William, Lamothe et P6lissier.
Et obtenant ia parole, le D6put, I P61issier developph a demande de renseignements. Elle porte sur les points sAuivants: o10. le non fonetionnement du Comit6 des prix, Zo. les achats et reventes des produits indigenes de premibte ncessit4, tels que le pois, le riz, le mals, effectuts par des commergants importateurs et exportateurs an grand prejudice des revehdeuses et des consommateurs qui patissent deo cette sorte de monopok ralis&e au moyen de stokage. fl donne des exemples et cite certYines maisons gonaviennes se livrant A ces pratiques.
Atprts une intervention du Ministre Uugub qui explique pourquoi ce comite des prix n'a pu fonetionner jusqu'ici, une nutre du D& pute Moscosso qui estime que ce stokage des vivres effectu6 par les grandes rnaisons de commerce contribue A am0liorer les prix de ces products, le D6putd F. Duvigneaud, obtenant la parole, propose que Fon pense d'abord A modifier Ia composition de ce Comrit des prix si 'on veut qu'iWl forctionne. Car, ajoute-t-il, certaiffs de ses membres qui sont des magnats de l'Findustrie. ou qui out partie like avec certains commercants n'ont pas int6rt LA ce qu'il fonetionne.
Regagnant la Tribune, le Deputd Pelissier 6met le vceu que I'Ex&utif par une loi viennet combler ces laeunes. Ce vwu est appuy6 par le D6put& Andr6 Louis. Mis en discussion, puis aux voix, il est vote.
Et la seance est lev6e.


SENAT

(Siancee du 11 F6vrier)

10 hrea. Le quorum constant, !a seance est ouvert'e.
Le President Zphirin fait part A 'Assembl'e de l a mort de 'exS6nateur Moravia. Un quart d'heure de recueillement est observ6. Le Ministre Pierre-Louis donne lecture de 1'Expos6. de la situation.
Une Commission .sp4ciale eat form4e pour y r6pondre. Eile comprend les s6nateurs: Leconte, TItus, Carr6 et Lanoue.
Pais, plus rien, la sance eat Ie-


v6e,


- ODTO


EXCHLLENTR

A VENDUE ,


17 Collection du lonitr 1910 a 1917, reiM 6IWatde


S'adresser ae Bura d I ORMS,


I ier soir ia onzoe shares, Charles Moravia directcur du Dans le course de la vie i -faisaic toujours montre d une activity prodigieuse. San:s ces.A a la tche,. un espriit de- "i dominut tout ce qu'il cntreprenait et une sinerite invariab'le s'attMachait i ses moinmdres actes.
Lu. tour infatigabie, il ne recolait point devant sws difficulte.4 inherentes A sa mission. C'est pourquoi ii a pu s'attirer beaucoup d'admirateurs et aussi nombre d'amis.
Journaliste de talent, Charles Moravia out le grand mkrite d'avoir contribu6 L maintenir les traditions de la presse haitienne par le soin qu'il mettait L r&iger 4s editoriaux et par I'importance qu'ili attachait a une info:-rnation tou-


jours juste et morale, 1 fisait a guerre aux fltes iso rdtes et tenait l Ia meUretU
Pote, il a laisse ds .vre- qui figureront avec - da non b bliotheques.
Tout rtemnrn. t m-o ur de lat 1)ublique, i apprtait toujours son c~prit de .agesse da s les dceiibrations du Gand Corpl.-:
II n'y a pas lingtnemp, la mnaladie vint interromr, ! se" activity> Malgr6 les soins, le ma n, put trconiure. Et hier s,, a , grande surprise de aes amis . fatal mettait fin i se.i ar.
%IHaiti-Journa-, do! tn 1 fat le
directeur est attei- t avec 1i a Presse haitienne.
Les funodrailles a:- n ce apr&s-midi en I'Egi ftt SacrdCaur.
Nouos salons a-i ,se,'. t
memoire de cete toemo { te dont Ie souvenir restera imupissai.lt.
A ses enfants et a tut' so famille

(Lgende, sous bois)
Curieux: bois ancien, un detpremiers ayant servi a hi-Us trer un journal reproduit en 1566 dans une brochure sur Strnsbourg repr&sentanMt la naissance de quintuplettes.


(Ldgendc, sons quintupk.ittes I)ionne) -


La naissance simultane de cinq enfants. - quintupldes - eat une rarete scientifique, qdi ne e presente qu'une flois en 50.000.000 de naissances. Les chances que les quintuplettes survivettt leur naisgarice Iet vivenit A maturity sont si minimes que l'histoire ne rapporte aucan can pric6dent A cIlui deg qintuplettes canadiennes. les petites files Dioanne,. acttudleent


Sdans leur troisime annde et


qui :


sont en bonne santd et pleines d1 vigueur.
11 semble qu'iI nWy ait plus raison de craindre, que lea petites Dignne ne continuent . vivre, car elles ont ~ entourdes des imeilleour soins mdicaux, joints A une compete surveillance,. de Is part du

(voi suite en te page)


EllA LES ORAVIA [ST�lD


~~1~; mnnmnwnwnrmssas~ rr~r~8~ulxlxl


mo"UWWAW (


I~F~l~d~l~iP~;Pl~i~4gi~


019 hllr~


#
















le pouvoir de le gurir si par des pzres, des ognde? on do exorcimes, on arrivait A lesa dcder on A les obliger A le faire. Naturelement Cot traitements magques comportaent des exceptions. Une.
entorse, en-jambe case ou une plale saignante avaient trop de relations do cause A effet pour qu'o i n'ait ps applqu automatique
ment le traitement appropri6. mant mains, en parall ca, Popipion y-u ait qr ourt recours A ue am-u lette de valeur, partic t4irerent lorsqu'i s'agissait d'arriter i unhmorragie n
Cependant pour les maladies internes, on ttonnait sans rien connaitre des causes ni du traitement. On recourait alors aux oracles du temple d'Aselipies. Ocs oracles etalent g6nealeiment trs vague 4et lour traitement, qui oensistait a reciter d'innombrables pridres, 6tait rarement couronn de sueccs: on so 'explique aisrment.
Une des maladies les plus. redontes, et contre laquelie on recherchait en vain un medicament, tait le paludisme. Les ides qu'on se faisait concernant ce mystrieux fmau et les conseils qu'on donnait pour Ic comhattre relevaltent souvent d'une excellent intention. En voice deux exemples: pr endro le sung d'une tortue ou a fiente d'un crocodile, tel 6tait 1 remde consoille par cole einmpirique.- Dios coride conseillait plutt les aralgnees rapes et Galien pensait qu'il tait bienfaisant de porter oun collier de grains de jaspe.
11 manquait aux Anciens les deux arrmes les plus puissantes pour 6tudier ile paludissm et le combattre; le microscope et la quinine,
Aujourd'hui le traitement du paludisne eat an des plus grands triomphes de la mdetcine scientifique. Voici comment s'expr ime i ce sujet un savant mine:
iQuand on volt un m6decin A son travail, on oe sait c qu'on doit Ie plus admirer, do P1exactitude do ses reherches microscopiques sur les microbes du paludisme dans les globules rouges du sang, ou de Fin-' gunlosit6 de ceux qui ont tudi 16ivolution des microbes chez Phomme et chez le oustique ainsi quie le moinent pr6ecis oi ie microbe est le plus sensible aux efTets de la quinine. Chaque jour le m6decin examine une goutte de sang d'un palurobu et arrive an stae o i ica o uisnine pout he dbtruire.>
Le nmalade doit alors prendre pendant 5-7 jours, gr. 1 gr. 20 de quinine, comae le conseille la Commission dui Paludisme de la Soel~te des Nations. Co traitement mntne It une gubrison rapide et compile, sans Ia n4beessite do cures comply mntaires.
Pour la prophylaxie la Commission recommnande one dose quotidienne de 0 gr. 40 pendant tote Ina saison do paludisme.


Apr& s le spectacle, Ie rends,. yous est au
BRLINER BOF


AnTNTION I ATTENTION


aettes c.reA.sa.ombresent,1e, tcde Ia Provibee que Ce I& Capital ma ater-do bones cigaretteet'de boix tabas one prime de vit claq dollar*Mle etcoAwtt6k par des Mlletins awm rtot6w Plms dansa poa chettes de-sigr~ttes gRoyalet Rex3, et portent Ila isasture ;antegraph e"s Di.w eso i .

Mneor*e- #Rem*tRoyidt


Es~sy aRueBITl-TSM s, .
le aefleur liniment du monde.e.: ada m es.,:.:: :-:::

Messieurs,
,esemoiselle,

Avant d'aller ailleus pour vns rchaussures une visite s'imlose 5 a CORDONNERIE MONT.CAR., AEL, 4, vous trouvacre des artile suivants tells que sac d'4colier, he nise~~l parftmerie, etc. sans o ldier Ja fameuse pommade Nu-Nil n face de la Poste Grand'Rue No. 139.


Hyppolite JEu DY,
Propritair.


OLO SIAN'



Re T. E. L. JAMAICA S. B. Voy. 3 partira de New-York le 11 F&vzier 1938 directement pour Portau-Prince, oh il e ct attendu le 14 F rier 1938, en route le m&me jou: a 4 heures de 'apres-midi pour Kin;gs.ton Ja. Puerto Colombia, Cartagena et Cristobal C. Z., prenant fret, passagers et malle.



WM. E. BLEO ,

Agent Gnral.


Machine d crire Remington Machine f ealculer Dalton Rubans, papier carbon Faites cos achats chez
6 GILG.


*


Un pnqu inconnu :qui se vevnd A ba prix, ne vent ien dire. Mais uan pneu GOODYEAR qui s ,vend A has prix est pour :vous ue nouvelle source a 4conomie, et un placement avantagouxL

S Plus gros, plus tpais, plus soude, plus beau, le nouveau GOODYEAR gR-Io est le r6sultat de 20 anrmes de reenerche faite par les Ing6niers, GOODYEAR nour trouver un ia portbe de toutes let
bourses, et offrant toutes sortes de sarantie.
. .I.t. .Y.U. .

MERNEW
a -� I.
K-I.;o


F




IF

I


b-SI-IC -


Se0us Distributeurs poar Haiti:

&LIALLEBjRANCH. GENTIL. BOGAT & C~

Part-au-Prince, Haiti


I


A


LEMONS PARTICULIERES

Aux ~14ves on retard; legons .XEspagnol. conditions avantaget-es.
S'adresser i~ M. Wesner ThrasybVle, Avenue Bouzon No. 15.



80 DOLLARS SEULEMENT

Occasion unique r.io-phono 11 tubes, changements automatiques de disques. A P6tau neuf. Une centaine de dis.4ques. S'adressor an bureau du Journal.


A VENDRE

Pour cause de d part: mobilier i t salon, de salle " manger, de chambre; divers objets; ustensiles deo mnage; le tout l'4tat de neuf. Th36phoner No. 5175.


Aide Vos Reins
l : a iminer les acidesnocits vaO rein* ont 5.co.PSO cMonuit swfiutli nunqul uiu t i ensfi s. ngiitsene ni Par ruage 4. droneson tibls piuveut 6tMr tacause rt-eii4e meIa:i : wsia 4, 1* nsdoA eale, wte ttassu 4e reins,4rhumxttiOtv,



4.r0 at n f

fiaauI4.,19 .** #ts eQ o WAo" ps aWHO
""''" 3


- -t


SEULE PEPSODENT

CONTIENT DE L' IRIUM


OI


Contenant de IRIUM, Pepwodent confire un lustre clatant aux dents - rnfraichit la bouche stimule 'es gencivus et favorise la production de alive - et elie fait touts es choses avec la plus grartde sfirete jamais connue dans unv pAte a dent-.
Parce que VIRIUM - le nouvel ingrdient deatair patant -. enlve le film sans frottage dur ni grattare, i lai.-e tles surface d3nmai sans taches - rnis i1 les polit pour leur donner le lustre le plus bri lant que i-ous ayez jamais vu!


Achetez un tube de Pepsoden,' contonant de ririum. Commenccz dis maintennt iast-suivre cette nouvelle mr6thode qui donne it vos dets on lustre brilant, en too, te s'eurite.


A doph I


la


PATE A DENTS PEPSODENT
seuiv Clecontient de IRIUM


. MARVELA

Demandez I vote -cm donier MARVEL A
Ce produit change la roulcur de votre chaussure seton ,a robe quvous porter ou selon Ane costme: ToiStew les coulrs y compris or et argent.
1 ne craque pas 4 aisse un fiai inagnifique, ind bil tmis enc- re, fl'-tend le soulier pm i netuf si ttait fatiga&
Demanded MARVELA et vous
vOus habillerez ave tMTgance et harmonie sans avoir t* depenserpour 10 padres de .chaussures.
Une settle bone paire vous suf--fit grice h MARVELA.
En vente partout.

HYPPOLITE JEUDY Y

t.2stribter:


I


. . . . . . . .


--- ._


I


. .







e tonvcliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date


Page 3 missing
from source microfilm of this date







e tonvcliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date


Page 4 missing
from source microfilm of this date





; ;' -@ i i /;;;*i)-i . . . . .

. . r i. t . . i " . .



ri fts


I"=7 j *mB NOURIS Rmn. .m1.am.


. e .k; ,,,, ::,.,, ,,, =-;- . y),g ,4g ;,ty, ,,,,;;, ,;' *,-y"

ac o te a b l i !iiiii ''''.i.


SARTHE


i qntessence Seilleures variets de cannes d'un vast territoire


reunissant es eurs terro




C'estce q fason ar ome



GOUTEZ ET COMPARE


Pause.at the


familiar red cooler

.


Part-au-Prince Haiti


-ce que desi difu sr v s tnervtant, ctesuvcnt extinua, ritalAz, prit i jLcr cnu aprhi la ccgube? Et tomba-vous; . tvO de %4t0i:w L, e ,c . w Ia plus p, . n 1danon, Ja IgJVs, Vou.s vp,. pruids;t! (n osympt . constitu"nr . vIent i'idaicc par qu*4 la Nat'
utjt pa; sulmrnu flsserni0s

o e. a �.uss.d , revfle, ha

- ot- .ots "


ar force ie you; ne devez d'avoir ce qu'l pout fare pour COCOM ALT dnit rott ave- du lait, .ut chaud o. fro . . : di' en des bes < 1. ivre et u Inves a iupream desJ inemnpdries. On tor intenjr aveS p us de profit on !: .r.,. . 5 Ivres, ;.vre ordrInaire d vr- ax 6r> ta-ux.
Imo- .at. .Pr i re do ne pa< -. nfndro,. (OCOMALT ao c- proht; sin ar rs
s':nplernent arematises.


Devenez v Compte de


votre propre Comptable en ouvrant un e Chbque a Ia Banque Nationale de la
R6publique d'Haiti.


. M /. MI TA E


EMILE A. MAKIME,. Seat Zstoributnr post uif.


SCULAQEMENT IMMS DIAT b5ANSASTION
NWSL.E $VA L;FSTOMAC PA-R




2 a6 COMPF tS PAR s ouR
, LABORATOIRFS O.ROLLAND LYO France

4-> t t - ?eA . 0
9 ~ ~ ~ ~ a 5 tw< HJ :?f 0 te


VASCEINE nst 6gal-m ent indiqud dans le PALUDISME. Emegistr6 au Laboratoije du -.contrble des a.uikdcamMnt souBs le No. fZ8-5,
fE vente daw toutes le Ihonnes Pharmaces as ph .&� Ode. 0.10 lA sachet
: : � : . .~ ~~~~~~~~~~~. . . . . . . . . . . . ., ., , ,


-y


\,


~r~~c~c


.


.:.


.LE


.K.Hum










. . . .


-P. Ma.
Jamar&


Washt, mgan r.


Bowel (Capt),O Staines-Me Gur- Montgoraery-


Public des grand matebes. Soleil des grand matches. Temps: splendide, L :.a joueurs d'Apollo sont costauds et les notes parai. sent pour la plupart frappes d'an6mie.
Hymnes nationaux.
Le cuir est aux anglais. Les haitiens s'en emparent et durant toute la 16re-: mi-temp-, --ceera une darts Ia moiti6 de John Bull, rompue de temps a autre par des attaques classiques des avants d'Apollo.
Sutr un centre de Champagne Riamby, A droite fond sur le halIon, A cinq metres du but le coupe et le place, A contre pied du goalie LoeltcyeFdins tle coin drotll.
Sur une passe ia ras du sol de Champagne, Pasquet, dtigammnit score, en touchant la balle.
Une phnalit accord(e par I'arbitre est converti en but par Biamby; un quatribme but est marque par Verna.
En 2 me mi-temps les anglais montrent plus de maestria: la parlie parait gale et nous admirons la belle technique de ia ligne d'avants du croisear. C'est dommage, mais toutes leurs. attaques sont brises, parfois violemment par notre dfense.
Et, aprbs ure magnifique s6rie de passes de Ia ligne d'avants d l6Yquipe haitienne au centre, te seul beau jeu de TIaprks-midi, le gallon est pass en profondeur it Pasquet qui ' cinq mhtres du but fournit un de ses shoots canons: le ballon eat presque invisible en touchant le filet. La 2me mi-temps s'achive dans la monotemie des victoires faciles, sans piril et sans gloire.
Considrations.- Nous avons 6te
infiniment heureux de l'occasion qui nous a 4tt offerte de jauger notre selection.
Qu'est-ce qu'Apollo? Un eroiseur. Sea joueurs? Des marines qui occasionnellement touchent au ballon rond.
Hier nous Favons constat6, ji1 n'avaient aueun entrainement, Iearur ligne.dde idemis surtout joua mal et ne fut nullement ' ta hauteur de sa tAche. Aussi la ligne d'avants anglaise oh nous avons not6 des joueurs de classe, l'inter et I'ailier droit, le centre, ne tut-elle gubre servie. 11 reste pourtant 6tabli que Ia faiblesse des demis mise de c&t6, les anglais nous out t6 suprieurs par la technique et le calcul des attaques, et surtout le style.Leurs combinaisons de defense aurait dO nous inspirer.
Notre ligne d'attaque ne fournit aucun vrni cjeus, sauf au moment du but de Pasquet en 2eme. mi-temps; nous offrin.es plutSt des attaques-~-ntaisistes do de-ux A trois, joueurs, serves par la vitesse, la fougue et le .gros-counge. VoiIA un team que lea jamacains vont d6vorer A I'instar d'une canne crboAllons, moins de passion dans Ia ablection et plus de jnmthode dans


la pr4paration.Sans oa, garea la difaite.
Esper est ]an comme goalie, mais pour les; shoots. ras de sol' je pr6f~re Goico.
Ra nestpas on arrire international, .je .l prgf.re mile. fois cGros Guillaume,. Beauvoir eat rds bton.
A la:I demie, Mathont eat A sa .place i gauche. Au centre M. Pr& zehu montre tmi peu de faiblesse' je leremplaeratsnpr - Sadani Timer, J'aurais m me prtf6i6 Ia rervosit& de Tmer lerdear


Gouvernement canadien, au nomdro l 'Angletrre.,
If ye alque temps, A Strasbourg, cl'fllustrated Weeklyz' dcbuvrit la naissance en 1566 de quintuplettes, ainsi quune ancienne gravure sur. bois, iflustrant la venue au monde deg erfants. Audessous de Is gravure originale se trouvait ::un texte expliquant que1 ct v cement multiple et b6ni eut lieu dan Ia ville de Strasbourg et que elu4ei "6tant de nature si extraordiaire, oun artiste se prit A dessiner la scne de a chambre A coucher, qui fut imprimke et yenflue, autant que les journaux le ont aujourd'hui.
Le texte expliquait que Ia fernme se trouvant pres de la mbre tait la sage-femme et que la personne s'occupant a envelopper its bibbs de langes 6tait une appelee i, en vue du travail supplmentaire. Ce texte expliquait dgalement que Fun aprss I'autre les cinq rfants moururent et que le dernier rendit It dernicr soupjr moins d'un jour aSr s sa naissance.


La mre des quintuplettes du seizibme sicle n'avait pas A son Mrvice le Dr Dafce pt>r mettre en vigueur le savoir-faire medical et chirurgical n6cessaire au profit de sa fumille peu ordinaire. En ce temps-la, la pratique de ]a mddecine dtalt une combinaison de bon sens et de superstition. Un mbde. ein se flait A toutes scrtes de magies pour mettre des Stres humains au monde et pour lear prodiguer des soins, s'ils en avaient besoin e A ils vivalent.
Le texte de la gravure ancienne relatait, en detail, la naissance multiple et ra-r expliquait que ht mere avait, une f 'is auparavant donn6 le jour A.ipstriplettes.


Mettez en contraste cfl soins 1bdicaux orimNitif ave tCeux ad. ministrds auxeinq petites files les plus favoris6es du monde, c'est-Adire les quintuplettes canadiennes.
Ds le ddbut, sucune d'pense noe fut epargnee pour leur procurer tout ce dont eltes avalent besomn. Maintenant, clbres par leurs noms, elles sont 6levies dans une atmosphere de luxe, ce qui contribue A une croissance normale, jointo aux avantages d'une bonne dducation.
En comparant avec notre &poque plus avise, quelle chance avaient les premieres quintuplettes, lorsque tout cedi t&ait ncessaire pour sauver es quintuplettes canadienn6? Les quintuplettes sont nteessairement tres petites A lear naissance. Les canadtennes ayant 6t& mises au monde avant term 6taient tris ddlicatet; lear peau 4tait si sensible que seaul un tralte:ment pouvait leur &re administr6: huile d'olive.
Ot la m re"re, simp), paysanne de Strasbourg, aurait-:e trouve de huile d'olive?


* Lorsque es quin:ut tes canacIennefs furent pu fges at I me d'tre baignrWs, t:n savon do luxe A 1hule i'oie futl chfoisst pour e!!es: -Pafmalie . Pauvre mbre de Stir ; n'existait
pas de Pamoliv> de son temp>.
Les cinq petits canadiennes grandiroe n as sculement
pleines do s i ruchsses, Ct notv j t. cIa se Elles
deviendrt ucairb uLment be
les - ia bu t o t jLun joli teint communiqu i ute fernme: beauty et ch.rnet, quels que sownt see Ii:F ts.


L'ave I r U. s _p ri.' ;iettcs canadienntes a C J. n. briu ant


Fr*~


de Sada. A droite, Coby, trop jeune et trop inexp6rimenth ne peut faire que mauvaise figure, ce qui no conduira qu'A d courager un futur joueur de grande classes. SA i'avant, le vitkran Champagne, A gauche. a montr6 do quell poids pse I'exp4rience dans la balance sportive, surtout dans la balance. internationa4--.
Verna, bien qu'ayant baissd, est bien A sa place A Finter-gauche.-Pasquet a tris bien joub. J'aime sa rapidity et se shoots. Mais je te plucerais plut6t A i'inter-droit, sa place. Jo blackbouierais Biam by et Camar&, lea deux trop courts et sans poids, Biamby, pas trbs len forme et shootant tris mal, Camar4, jouant trop en retrait, et trop couard.
Au centre je mettrzis Duthiers et A P'aite droite, Liger, une riv61ation en Novembre 37 A cette place oi ii mene toujours des buts.
Une dernire remnarque: nous sommes pauvrcs, disons miskrables en shooteurs. Aussi la presence de Duthiers, Verna, Pasquet est indispensable. Voici done ma sI I
election:
Coicou, Guillaume-Beauvoir, Mathon-Timmer-Gaston, .L6ger-Pasquet-Duthiers-Verna-Champagne.
Remrnplaoants: ispemr, Natali, Sada, AM. Prezeau, Normil Zamor.
Wolley et Camoens.
Mort 6quipe, avec une defense d! poids, solide, deux arrireis giants,. un goalie intelligent, 6l6gan et ddvou, .p ossde une attaque rapide la plus rapide que nous puissions 4munir, des shooteurs 6mrritea et le s mellleurs,. des :ailiers experts, soutenus par use ligne brillante de demis exprimentU-.
AprM cela, les entrainements se-. ~rnt le. chico:. Car it faudra que IPhomoghnit6 et I confance soit obtenu e at ee nest pas aussi facile qu'on eroit. Et hous sommes d&ji aun 11 Fivrier. IEt Y 6quipe jamaicaine est: deidtbe it t iom.pher.
flxf.


UN TEI:AILE .CCIIDE.NT

Ce mat i, c du c6t dc Sarhe un des wagzns .e a ia:.co a heurt) violement K nmmt3 Augustin Lebeau qwui a peu Le; deux jambes par sultLe. co rCgrettable aecident, Co. malheureux a et6 imm diatemen t lr&nsportit & H'I6pita Gnbral.
11 est , noter que Lebeau est un cmployd Ce a HuIasco.


CHAMPIONNAT DE TENNIS DE THORLAND

Rsultat du Tirage au Sort et
Horaire des Matches


Samedi 12 Fivrier 1938 It. Roi-Queostel 4. h. P. ,M. F. Ludecke-Hirsh, 4 h. P. M. Van Evan-Olotfftion. 3 h. P. MAL Baker-H. Roy, 3 h. P. M. Cardozo-Lafontan:t. , i. P. M. W. Ludecke-Lousteau, 3 h. P. M. Brandt-Phipps, 4 h. P. M. Mathon-Coron~os, 4 h. P. .
N. B.- Les joueurs et le public
-ont informvis que le matches com.nenceront i 3 h. prcises le samedi 12 F eier 1938 ect so centinueront le dimanche 13 F&vrier J partir de 8 h. ',. A. M.
Comit6 d'Organtsation

A SAINTE ROSE DE LLIA
La Secrtaire de PAssociation des Anciennes Eleves rappelle aux soci6taires de l a Province et de la Capitale, que leis iexerices de leur Retraite annuelle commenceroant: Dirnanche 13 '&vriet, .5 heu-res. Lund, MardH.- Mercrodi, la SaintdMesse, suivie do sermon, spt 4ite : a s heures et lea instructions de rlaprs-midi autiront lie i 5 ho *it e.-C'est le R. PR Gor& Sup. du PetIt 84minaire Collgc qui seras It Pr. dicateur de la Retraite.
Le 9 FXvrier 1938
Mme. �ugne DECATREL.,


Blondeau - Propositins de PhIlsophite . Ungees - Les Grands timides. .
Dwelshauvers - Lea Mkaniams subeonscients ."
Dugas - Le timides dans la Ulittrature et Tart Geley- Ltresubonscient. Glran - Les oigines deja pens. Hubert - Le sens do rdl. . . . f-ri igny - Guide do PItudiant en psychologi. Sualon - Essai de philosophies gh~.rs.e l.mentaire. . Lonarit - La morale des affairs. . . Orsip-Lourid - L'arrivisme . . Cs. Richet Essai de psycholognie gfntle . . Bergson - Matiare et M.oire. . . . Foillie. Esquisse psychologique dft peuples europeens. Brtnschieg - De la connaissanc .e i., LA Da.tec - De homme Ia saCince. .
La Science 0ct la vie . . . . .
La lutto universelle . i. L, Bon - Psychoiogie des temp nouveaux .
L'6volution des forces.
Les opinions et les croya es .
Pincar II - La valeur de la sciene. . .
Gugnebert - Le Christianisme antique .
Le probl~me de Jbsus . . I.ewey - Comment nous pensons . P unhiol - La vie . . .
T - La vedes res .
1 .tkhovv0 - La Terre et noas. .
La Science dui bonheur . .
La Nature et ses merveil 'e.s .


LIBRAIRIE NOUVELLE

(Maison d conflance)

La Librairie la cioux assortle

Port-au-Prince - T416phone 2077.


A. DE MATTEIS & Co.


Phee de I Pail


Rue Courbe et Rue du Magasin de I'EtaL


ACHAT D'ECAILLES DE CARET, VIEIL OR, DIANAN**, P LES ET PIERRES PRECIEUSES, VIEILLES PIECES .sRGENT OR, MONNAIE DE TOUTES NATIONALITES, A DES PRIX"i SOLUMIENT AVANTAGEUX. GRANDE LIQUIDATION DE LUNETTES ET VERRES
Lunettes et Verrest de tous numr.os
Montures en nickel inoxydable A
Verres ovales an prix de $ 1.00 la paire.
La liquidation durera jusqu'au 15 Novembre dia ment.
A. DE MATTEIS

SdW- DECES


Ji trouwde e
K:



. �~ ~2 , ,
SFNSA4I'IO f5'


im genre om

Prepare suivant un nouveau prove 4d .tonnant. Si 14gre qu-elle titt 4.ano Pair. '; fine .la poadre cWe-i no getat: invisible sur le visage. Reiowure lot u d'un fin vmle de beaut. kPrsnne. s pourrait jamais supposed que vote propre beaut& fascinante eA'st trsabsolu. .me:i naturee Es4.Z i. . it. ouri hul =a-i me ]a nouveli a Pwdr Tdan ramr Wif . Travatns pat tontelasens

.ii.ant. Dnetout Ia n4-it votre teitx rsate tulab e4 chMniqVon d,.
ri Is teiat d'une beauty caps tivane t durable que seiM Ia Poldrei Tolcalon Outt donuet. St tous Viuts pas positAv-ernetephe d"e r~ultats, votre argent eat rembour6.
PAULE. AUXILA
Port-a-Prince Haiti
. Distributeter pour iattt


~j Eat. it mat4n

ill


dUc hier & 8 hbet Ganier fl4aire Ag6. de 27 ats.


Les fun4railles auront aprs-midl i 4 heures A PEg Anne.
Condoliances aux famI prouv&s.
xxx
SNous avons appris la tria velle de Is mort de
Mine Nicolas,
n6e Anna Jaboulh
Sea funbrailles autont lt aprks-midi.
Nos condolkances A sa



CONVOCATION Les membres de ItLoIle ). ne sont convoquis en a: traordinaire le dimanche 1 1938 A 10 heures prcises a ordinaire du Dr. Jeanty, BO na.
- - -.:.-


ue rendez-vous eat an
BERLINER)


"ggy


St--<




Full Text
xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103257datestamp 2008-11-10setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date February 11, 1938dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03257000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince