Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
July 9, 1937
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text




5 .CPLUS ANCIfl
D .
. :: . .: . . .


4) r QUOIDE FOD E U
" s V.W tu~ 4 '4.4 'S >rni : �4 . . . .
.~~~~~~~~ _: .cu . .-i �is--wa>a i*cw .�=��wuc~ ���-:_�:,�<��� . Ii P B�. ��


42�me. ANNE1


r -,- ,* *w


A UFIINCE CI IEE CHEZ LES UONN IES

INS PIAR L'ATTITUDE ACTUELLE ET LES

AITEENTS DIE LIEX RE CEEUR


Notre confr�re Hatlf).nal� dans son �ditorial
hier, apr�s avoir, toujourE
>ec cette pr�cision et cette art� qui le caract�risent t� les difficult�s auxquelles, st heurt� la Comnmiasson de brification des Comptes de x-reeeveur avant de pouir reprendre ses travaux terrompus par le fait de ce rnter, continue�tn ces ter.

Sur ces entrefaites, Mon. ,ur Chr�tien, au lieu de se ndre � l'appel de la ComIssion pour r�gler tout sim.ment ses comptes, s etait 're aux plus folles �quip�e� avait �crit des lettres inndiaires dans lesquelles il 1
ait accus� les deux Magisits int�ress�s, MM. Fr�d�lue Duvigneaud et Raphae: touard des pires m�fai,, 4 it fait publier ces lettres as forme de tracts, �es ait fait distribuer, dans le t �vident, en se livrant � ces ag�rations inouies et d'au�t plus grossi�res et ridiles, de scandaliser le Gournement qui lui avait fait bien, en lui donnant une ice qui lui rapportait quelefois jusqu'a $ 400 par
Vonsieur Chr�tien s'�tait it bonnement livr�, pr�tend pendant ces deux derniers is, .a des politiciens quti man:euvraient ostensible- I nt, n lui bourrant le c,'- I e .-.-gmflar.sespr�tenns. . d'avenir.
\Iais la question, ramen�e es vraies proportions, �tait uecoup plus simple, dans pinion saine des honn�tes iw. Il s'agissait pour lui de pr.senter devant la Comssion et de lui tenir le lanye suivant:
Messieurs, durant "lEcice., j'ai encaiss� la somde tant. Sur cette somme, i pay� tant, appert pi�ces ;tifiatiatives que voi . , La ance est de lant. est tout ce qu'on demanit,depuis plus de neuf mois, ~onsieur Chr�tien. Et c'�t bien pour lui la seule fa-,
1 normale et correcte de nr tirer, comme le font coua'rment tous les bons cais-1
.r
---N ww. . -e t�


OR~AU*PRINCg, A:I


i


Pourquoi donc, au lieu de cela a-t-il pr�f�r� tout le bruit, tout le vacarme, plut6t �trange, auquel il s'est livr� pendant quelque temps.
C'est affaire qui le regarde
Mais le public, le bon public qui observe tout, n'a pas �t� sans remarquer et sans se rappeler, � propos des derniers incidents, certains faits qui sont loin d'�tre � l'Pavan. tage de M. Chr�tien1o. M. Chr�tien, n� Fran�ais, de parents fran�ais. con. voqu� pour remplir son devoir militaire en 1914, partit pour la guerre. mais, au grand amusement de tout le monde, revint bient�t, via Jaeme], par le secteur inoffensif de Santo-Domingo, o� Il �tait descendu pour consulter un. dentiste. S'�tant ainsi embusqu� � Port-au-Prince, il s'attira un' communiqu� cinglant de la L�gation de France. comme d�serteur.
20o. Quelque temps aprs. M i Chr�tien devint ha�tien, h�-' las! Il jouit des faveurs du Gouvernement du P�sident Borno. Il occupa, pndant quel. :ques ana�es . ue bonne sin�cure au Minist�re des Finances, puis demanda et obtint la place envi�e et lucrative de Consul g�n�ral � Santiago de Cuba pendant la grande p� riode de '�migration.
A so T retour ici, il tenta de scandaliser le m�me Gouver. nement de 'Borno dont it devint l'ennemi,. en mani�re de reconn tai ssa nce
io. Sous le Gouvernement actuel, il obtint, il y a un peu plus de quatre ans, et aprBs force d�marches, la bonne charge de Receveur Coimmunal qu'il occupait jusqu'en ces derniers mois.
Et M. Chr�tien continue. Pomment se comportera-t il � l'avenir.
Un troisi�me Gouvernement sera-t-il plus heureux avec lui?.
1l y aurait certainement pour ce dernier de bonnes raisons de se m�fier. Mais, pas5ons.
Quoi qu'il en soit, on bon chr�tien que noup sommes, nous souhaitons qe Monsieur Chr�tien rende ses comptes et rentre tranquillement dans sa famille .
S .


I.I


VENDREDI 9 JUILLET 'r,:7


No, 14.I


-~~~r� ti h t ,.,.B. -I~ ffi'�7"'44


Danst les p.ys tropicasr, l'abattage de�s arbre d',it eenftittwr un crim de d~ t-atritd , car plus que tca s o4utre payi, h ont lbeeln de t s ares aux racine proiond:c, au trnm vig yux, aux l argesa r t a on pur eimpt' hr r '�r&.mon+ pour hvori-tun regain dJ, chr trih et provoquer h ptiles . Ui r,','t foLCut
est synonyme d dtrese,. Gardez-vots, eitoyenns, dr por�er ure main al rll�ge A os ul nntes. Pensez toujours ou ri i.arme du Pr�sident 4 rent, appuyez-le dans a carfpagra ,n dm rbisement, et voWU tunstrez un, vie plu pls,erine, muini' , - de mis�re et d'angr4se.


.--- . . 1_or .i -. .
| ,.,� -f,


PETE NA TIONALt'
FRAN�AISE
Mercredi prochain 14 Juillet sera l'anniversaire de la prise de la Bastille. Comme on l'admet, cette date fulminante, point de d�part d'unt" �re nouvelle pour la France et pour l'humanit�, est une des plus glorieuses, demeurera la plus belle preuve de la transcendance de l'esprit fran �ais. Elle est g�n�ratrice de la d�claration des Droits, deu l'Ind�pendance des peuples opprimns de l'Amirique, ant�rieure m�me � la naissance des courants civilisateurs qui impr�gnent le monde moder ne'
A l'occasion (le cet anniversaire, en souvenir aussi de sa ha ut signification; convaincus que nous sommes ue cette Grande F rance snnra toujours justifier Sun titre de Soldat du Christ et de l'd�al, nou: ormnons deles vceux pou: la pI)rosp�rit de la nation fran�aise et renouvelone au Ministre de France et Mmv. de Lens, l'expression de nosi sentiments les meilleut s.


INFORMATIONS
ADMINISTRATIVES

L'Administration Locale d. Port-au-Prince a entrepris d'importants travaux de voierie urbaine, aux rues Macajoux et des Pucelles; Ces art�res, p resqu'impraticables, vont �tre non sculeme�nt am�. lior�es, mais remises' en �tat selon les proc�d�s les plu: modernes d'urbanisme: d��clivit� normale d� la voic, revt tement de la chauss�e d'isphalte, 6gots, trottoirs, cani veaux et, le tout, bord� d'arbres appropri�s.
C'est � la D. G T.-P., quei l'Administration Locale a remis l'ex�cution de ces n�cessaires travaux.

Lire toutes les paysa du �Nouvelliste� ai vous no con-


- ---------------


$s- -- m_-ae-- - rr',rt -q-


fdre�". i l 1' 7 J
La Librairie Nouvelle, e ln Je.? t, rt t . "ue Ct1use de lr
deh 's de toute intention de v�rit�, cela n'e suffit largepol�mique, tient � pr�ciser mn'it comme homme public. pour sa nombreuse client�le, qu'aucune Librairie actuelle- Di.ecttlr t ('onfrre, ne ment instal�e en Haiti ne peut saltations distinguKs, se vanter de repr�senter ici Lue l)O SINVILLI
les Messageries Hachette, tant donn� que le service des t -irecteur ed �Ld'leure�. I lesageries Hachette ne fone .
tionne que pour la France et
les Colonies. Elle croit bon TOURNEEE D'INSPLECTION � dailleurs de rappeler qu'elle i est �tablie depuis cinq ans � Poursuivant sa tourn�e SPort-au-P rince, qu'elle a e�t d'inspeetion. I'ingenieur en 'la premi�re � organiser le Chef des Travaux Public :; commerce des livres et des re- laiss tirbs tt ce nmatin Poi-tvues sur- des bases vraiment de-Paix, a lija visit� (itrsmodernes, �ie par cons�- Morne, Pilate et v�d-fi� � che. quent, plus que tout autre, el- val 'Etude e de la variante de le peut rvendiquer l'honneur Source Coul�. Il sera � Plaid'avoir contribu� � une large sance ce soitr de retour ti diffusion de3 revues, jour- Port-afi-Ptcine, cette nuit. naux et livres fran�ais,et que, gr�ce �i l'exp�rience acquise, - -elle est a meme de donner pleine et enntire satisfaction Retenez bien cette date:
ses clients, en leur frtIsant Dimanche 11 Juillet 1937.
b�n�ficier des plus bas prix Grand Gala � 6 et O heures possibles. avec la Superproduction
Elle profite de l'occasion Le Secret de Polichinelle. pour nnoncer que dB; lundi . , 3 n.,
12 juillet courant, elle pour.va, gr�ce a la. baisse du franc. ire en �me- g Ela tlie de modifier avantagepusment ses, livres de la ibrarle Nou o. p rx l re.::.-: .e.::


MONDANITE pe, o� officia le E. P. Surget, w.e eia rater la rUe n qui
assist� de diacre et sous-dia- voS titresse. eudi 8 Juillet, �A 4 heures .cre- Ont tenu I'aumoniere une soir, eut lieu au Sacr�- :toute charmante qu�teuse, fn .ur de Turgeau, le mariage Mlle. Iderle C. F. Mitchell ac- E LA I LE
'il et religieux de la distin compagngn�e avec aisance d'un DE VOTRE .F �e Mlle- Rem�e J�r6mt unie moins Il�gant partenaire, le i i
notre charmant camarade, jeune Fr�d�ric Tovar. On eut :aymond JJol cSur. Le � remarquer le bon. ordre . . ,t- o.
Scouple a �t� conduit la discipline qui rgntrarent .
pied de lautel par ine tr�s aux abo rds et�. l'int�rieur de v*bt
gante et Ytoujours jeune PEise durant la c�r�monie ,� 4s pt ,
Irraine, Mme. Maurice Ch- et il convient d'en f�liciter la P&it snLUt&L4 tPMpu la"
: aux bras de notre ami, M. Police qui fit son devoir ave t ' r ir
mend Toar. dignit�, douceur et feqmet e r . p 'k l'�glise richement 'd�eo contre lesedurieux trop brn Sept par�e de ses atours de yantsoowId�licats:: ::: ': g riME
ande solenplt�, la er�o- *
religieuse se fit avec pon (Voe s a > e Sd DstrbWear per fcl.


INCENDIE


A a rue ?.,aglore Ambroi.c- tommnn�ment appel�e
�Dei-ri�re L'Exposition� le feu a �clat�, ce matin, vers une heure chez M. Levis Renaud. Les pompiers aleJrt� arriv�rent imm�diatement sur les lieux.
Il est A remar9uer que le quartie - est prive de bouche d'incendie. Donc pour paralyser l'action du fl�au les pormpiers durent 'alimenter au coin du Dr. Doond, pi-s de l'Ecole Normale d'lnstitutrices et � la rue (de la R�union pr�s de l'Hopital G�nral.-De par une activit� fi�vreuse et vraiment admirable ils purent circon cerire le champ du sinXs-tre~ La maison des ReRajUd et dux maisonnnettes ont brul� et la fac(ade Ebt de la maison de M. Georges Os wal!d Durand, carbonis�.e355 pieds de tuyau frent d�plPoy�s.
-1 �mnotion fut grainde. Aus si, le Chef de la Compagni des pompiers et ses hommes re�vrent-ils les f�licitations des . t'ants de l'endroitN*.:: y ?inons les n�tres.


A PRC, )S DES MESSA.

PE9RIES HACHETTE

EN IAITi


:4'- ::! : - :; :


: :#: :-.:: :::.:::� �:: : :: : ::.: .:.: : : . .- -: -.:::.
� ~ ~ ~ i 5 �>� :>����+��P� >��V����: � ���� �� �+��'
. . . . . .; :: . ::,i ::}: i . .



.
.


I


LE CAS DE

L'EX RECEVEUR

COMMUNAL
J. CHRETIEN

Monsieur le Directeur du Journal �Le Nouvelliste�

Mon cher Directeur et Con fr�re,
,J'ai observ�, t propos df: vu tre �ditorial dte Meruredli autour du casc (e fl'ex-lReceveur Communal J. Chr�tien, q i'il a deux points capitaux qui i. chappent, {arait-il, au yro� public, Cestque: 1ii en vertu de l'Art. 45 de la Constitution qui nous r�git les administra. lions communales ne sont pluiiform�es comme elles l'�taient autrefois. Par consd�qut ! : Ileceveur ('o:nmunal ,st I19o r�gi lui m�me par les z- r.-,- cig!ements, ia .os li �.-- temps pass& il n'a lotrie l�galement plus les m�ne's Douvoi rs, les mnimes
Air i I \titorit E \L u1ive puit, Sa us IiolalioUn aut-. cune, de la ('ontitutin, i pproulVer la revoat� , po r irr�v�rence, malversat"�1 on autre cause grave, d'un eIeur (C'ommunalqi. en exerc dc attribution s.
2o. en principe d'administ a ti ion puH ique aucun fonetioina i e, St qurlque ra ngt de la hirarchie qu'il a-ppa tienno n'n qualit� on droit d'arr.ter le rouage' administratif, paue q que Son up sp eur a i0. g'�e utile oi ncessaire de mettre fi n � s miission, alors nmme que ette mesure aurait �t� con sidtee, pa le dit fon'
-1': nl4 ia'e, C)nune 0et ' t ar'bitraire ou iilgle. E;n :nCIPw4 i cas, je e r�pte, on ne saurait 4-admettre dans le Monde entier, que le dit fonctionnair obstrue la marche de l'adminis Lation pubi(ioeCOirPil un a.Ni. . .re nr o r�s ini t � l'appel qui lui a �t�




PAOR28


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ." '. . . . .


conte
. 'AU TRE: FIGURE
DE FABRICE

(Voir le No. d'Hier)
-.- - --.---- -

Fressinet tout heureux de cette vive Ascension oublia l'affront; vivant � l'ombre e; sous la protection du pouvoir: il coulait douce sa vie en se. contentant des restes de la table d'amour de son illustre protecteur.
Sit�t arriv�e chez elle, Ninon �crivit deux lettres l'une pour le Ministre de l'Int�rieur, et l'autre pour Fressi-i net
L'amant arriva le premier.
Si t�t seule avec lui, elle.
enveloppa l'Officier de ses deux bras lascifs et lui imprima joliment ses l�vres sr les siennes.
- J'ai une bonne nouvelle � t'annoncer; Cinet, ch�ri, tu sais que je t'ai souvent dit combien je d�sirerais vivre seule avec toi?
Ce bonheur l� d�pend d'une condition: Je suis assez riche pour alter vivre en ta compagnie sous d'autres cieux: Je le ferai cette nuit m�me si acceptes � me d�barrasser d'un ennemi que je hais.
D�signe-le, s'�cria vivement Fressinet, et je l'ex�cute.
Tu mens. Jure que tu me donneras cette nouvel' l p ouve d amour?
- Me promets tu sinc�re. ment Ninon de fuir avec moi ce soir si je remplis tous tes d�sirs?
�Tu sais- que je nadore que toi, et que sans la crainte d'�tre fusill� j'aurais d�j� poignard� }on amant- Si to consens � sacrifier pour me plaire, mon �me et mon corps sont � ta disposition. 0 donne.
-- Je le jure, Cinet, �Quel est cet homme qui a le mal-. heur de te d�plaire?
SC'est Cinna, le favori de Fabrice.Tu dis? - Comment t h�sites?
Non, Ninon, tu sais que jc ne crains rien. Mais-que dira Fabrice demain quand il en saura, la nouvelle? Qu'est-ce que cela peut nous faire nous partons ce soir?
Pardon d'avoir h�site. Je pars ex�cuter tes ordres
ELOA
Cinna apr�s avoir erre sans but d�termin�, perdu qu'il & tait dans ses sombres pensees reprit enfin conscience de son existence.
Il avait vieilli de dix ans. En s'orientant pour prendre le chemi�i de sa villa, il s'aper�ut qu'il s'y trouvait juste-


L'esprit lui revenant, il pensa � sa ma�tresse qui peut �tre l'attendait, inqui�te de ne point le voirIl introduisit la clef dans la serrure de la porte de fer


et l'ouvrit.
En entrant il ne s'aper�ut pas qu'il �tait suivi par cinq ombres qui, le voyant entrer, se d�tach�rent de la muraille avec laquelle ils faisaien; corps.
Cinna dans sa pr�cipitation oublia de fermer la porteIl alla droit � cell� du boudoir, l'ouvrit et trouva la d�esse couch�e sur un canap�.
- �Depuis deux heures je t'attends Cinna, et je suis venue panser les plaies de ton ceur.�Notre amour, Cinna est frapp�� dans sa source. Bien-, t�t tu ne me verras plus. !:ii:::.i:i:::i:: .:


"r' LWA PHARMACIE
.A PHARMACIE:: Secon'd. 'Utiit-ublique par Arrt Prsidentieh. i
Por mk
CASTERA$st 1lQ lus grad EoeIque de Port-aukPri
ta c CX.a orgu ,ot Vi to u 11ve: a mileure >
T46hokW o lt xaverganael, discipline, 1hygine,
.sport .pordre et le travail; Maternelle pour tout petits 4 � 7 ans Pension pur enfants de 5� 12 ans M�thode e�,. � -et t. tANDr::: ii bellente pour les Cours Classiques de la 12e' � la PhIlo .
�-so GRAND LABO kATOL1tt P .
co4,*��S de. p1 iu O - phi� te. o M�thode rapide et s�re pour l'Etude des langues vivai.
1 Analys te ec, n .qu tes et ou d i cor Commtnerciaux deactylo, Steno, Correspon.dance Commerciale, Comptabil 6. > Anayses sioeimnuqe .Les Bacheliers dipl�ms .de 'Ecole font bonne. fiiure Ac mAsyses wekndustnes dans toutes les professions lib�rales et dans toutes le*
4Analyses agrneosv branches d'aetivit�.
Les 10 ann�es d'existence et de succes sont la garantie t�0 1 w Aie ,c p a r s a d i re c ti o n a v i s t , p r : " M " "" . � .
m par parsa dor R ep0tii on, af , > pOUr cent de Stno-Dactylo et de Comptabilit�.
dLu l n~-e et , par pri osi
- urateenp rapL Do S'adreser1 ', fuenLamarre. Phone 2891
.-uit sat , � M. Annexe Rue Capois. Tl�l�p hone 829. Direateur-Professear :
Aitonio Chevalier. ".
Ex-frivat Docent d c Bonna
Ex-Prvat Docent d Bon DONNE MOI OUELOQU E TE DONNERAI �
. CHO.SE POUR Lt RWOME OUE[LOUE ofo5E .e- i:!
Conseillers Techniques . $ O RP11�. DE SRMPERIU !CHOSE
Dr. Georges Castera, CFIPR
Ex-El�ve Institut Prophylactique de Paris,
Dr. Cl�ment Lanir,
Ex-El�ve Institut Pasteur
de Paris.


A LOUER


Une Halle de 12 m. environ situ�e rue Dant�s Destouches, Anciens atleiers du �NouvelCe-tte Halle situ�e dans la cour conviendrait � tout usage.
S'adresser � Madame Ch�raquit m�me adresse ou de 13 � 15 h. sonnez le no. 2731.


A VIS SEDICAL
CLINIQUE
du
Dr. LQUIS HIPPOLYTt Aniennmwe maison
P. Duvigeaud
(rrE des Casre)
Conulwtation;
a � 4 ,& 4,a


IL Y A LIQUEURS


A VENDRE


Deux propri�t�s dans les parages de St. Antoine, (Avenue Pouplard).S'adresser � M. Hermann P. Dumay au Bureau du Journal ou � l'Avenue Bouzon) No. 2, de6 heures h 9 heures A. M.,


A VIS MEDICAL


CLINIQUE
du
Or. FRAN�OIS DUVALIER
Rue du Dr. Aubry
No. 154
Consultations tous les jours
de 3 hres. � 6 hres.- p. m.


CABINET
de
Mes. MAURICE'R. ELIE et
MARCEAU DESINOR Rue du Centre No. 98.


OPTIQUE
POfa.�V.PRINc�IxN

3rland assortimebnt de verri, et de montures pour lunette de la meilleure quailt&
Gmfenf44 e


ET-LIQEURS.,
Les amateurs de bonnes
boi~asons qui d�sirent faire un
choix de v�ritables liqueurs surfines n'ont qu'� r�ciamer la marque d'�lite: Edouard J.
Benjamin.
Edouard J. Benjamin, quant � son assortiment de Cacao; Anisette,, Rummel, Nectar, Cherry-Brandy, P�ches Brandy et surtout son fameux. cocktail X-3S laisse toujours un goxit agr�able et merveilleux.
Reclamez done, chers amateurs, la marque: Edouard J. Benjamin chez ses d�positaires: Sipion Vieux, Epicerie du C�litre, Llio Bailly et vous serez nettement satisfaits.






Le Vapeur COLOMBIA: N B. Voy'. de retour. �des .ports Colombiens, de Cristobal C. Z-, de Kingston Ja, est attendu le 7 Juillet 1937, on route le m�me jour � 2heures de- l'apr�s.mdi pour .New-York via Cap Hatien, prenant frt, passagers et malle.


Port-au-Pinee, le 2

W . . BLEO,


Juillet


- w-


i




1 ,/


Dvraes votre prpr. Comptable n nvrwxa -a Compe do Ch�que la Bane Nationaledo is
E6aliu dh


- . vi . . . .


COLLEGE MODERNE
Directeur: rmat Aleindor
Avenue John Brown
�rternat-lnterna Conditions modious oInss riezjo~~o entants o
COLLEG M ODERNE,

�cot wmet l'enseignemei��n � port�e de toutLe les mburIse �colh. q! ne professe pas le lbourrage de cr�ne�, ecoe ~r�f�re nne tt.P uniquement �pleine� une te~~ t faite�
ecole qu) -,attache a solimiter et � d�velopper toujours le jugen�nt le '�Av�PV car, est La qu se Crouve recrute , coros prof~essears le ppl
e plus z��le
e plus Cnpe t , t le plus capable sr v,,t ntrain~ ore 'crnot Taction b*rin nv t construntripe


- - -t $ 4 ,-COnsakvAOt .FAUg � Ux. . R M ME A.BRONCHITES, ENRtOUEMEN
NFLUNZA, AFFECTIONS DLV POUMONS



1M., - . n -l a� 'li t






Doschous ) -iii: ::: 0 :�:, : :,:; :i:i-�l ie .


" . . . . '. :. : : .:: . : :::. :: :. . :. . " . ::: � . . . : :. . : ::. : . :. :. : :.: . . :. :. . :::: :.:.:. .:: :: . 4 : . . . . . . . . : :. . : . . -. ' 2 . . .
.


.' -, -





r " ,1t4


SECUJRIT�, COMMODIT
il est imprudent de garder � la matison, o� le feu et le vol peu nt vous causer dagsdommages 4rprles, voas police.
ofassuronces, hypoth�ques, titres, controts et outres documente pr�cleu. Un coffret de soretb 6 la Bonque Royale co�te peu et �vite tout sujet d'inqui�tude.
LA

BAN Q U E ROYALE
DU CANADA

N -"'--- j
--de M. .s-�'p



placedCe la Paga

aue courbe et Mue du MagasttuA m
aUCHiAT JYECAILLES DE CARET VIEIL OR, IA
, '8, PERLES ET PIERRES PR�CIEUSES VIEIL
iecES4JGENT ET OR,MONNAIE DE TOUTES
, uNALITES, A DES PRIX ABSOLUMENT AVAN

GRANDE LIQUIDATION DE LUNETTES ET VERRb
Lnetdles et Verres de tous num�ros
Montures en nickel inoxtdable �
Verras ovales au prix d< de $ 1.00 la paire.
LaiqUidatitdurern u qu'au 15 Novembre nta
ment
4. DE dATTEIS & Co


Voil� une nouvelle boisson qui vient d'�tre lanc�e par
. . . .








LA :.: BRSEI DE LA OURNN>.S.A

Essaye une boutele et vous adopterez evtte boisson








avec son ame fin et d�licieux. En vente � la Brasserie
ce;
COJURON E ?




Voil� une nouvelle bchspon qui vient d'�tre lan c�e par LA BRASSERIE DE LA COURONNE, S. A.
Essayez une bouteille et vous adopterez cette boiffln avec son aw0me fin et d�licieux. En vente � la Brasserie

de la Couronne en grandes et petites boutelles a parr de cnq d(ouzaines, �. .

,es autres boissor, COURONt d�j� tr�s connues et


appr�ei�es � Port-au-Prince et en province sont :


KOLA COURONNE en


grandes et


petites bou-


teilles


COCA COLA
JUS DE RAISIN
SODA
ROOT BEER
Buvez les Boions Courane et vous avez l'assurance de boire une boisson extrImement hygi�nique vu la m�thode efficace qu'emploie la Brasserie av-cl-aide de ses machines pour le hlavage de ses bou teilles,

.a


Coil. 'ge imo B var

ioeeSro a


eignemen Primaire et Secondaire
uassIgnenwm t.'lauqu et JModerne (Sectios AAC)
Internea et Extera
8, Rue Ma ray, 8
Lar�at de l'Alliance Fran�aise ( .:pusit�in fran�ate aux Examens du Baccalaur�at de Jr r t' et Concours de Diction fran�aise de Juin 19;5 et de Jtrn 1936).
1 succ�s aux Examens du Baccalaur�at (1�re e-t 2�me. parties).
Le Col�ge Simon Bolivar �~a~a e les �rrs et m�res de fa� mille que les inscriptions pour l'Exerece 1936-37 se re�oi. vent tous les jourt ouvrablesttpartir le 8 Hres. A. M.


t- -t,,


Le fai*t est IiRcontestable

iN RHttlI SARTHE
Le tee




c'est uintessence


eeure DESe cae
melilleures, var��t�s de cannes


d'un vaste territoire


runissant les meilleurs terroirs


C'est ce qui faitson arme


SGrOUTEZ ETCOMPAREZ
>:. i- .;T#rfm rr rw w % ~t,~ Mk42141~4


Lo tcrie Nationale

d'Ha�ti '

416, Rue Done Foi,

Phune 3358 GROS LOT:
DIX MILLE GOURDE


LE COUPON : DEUX MILLE


nla


LE ]BILLET A: Z Udes. SEULEMRNT


N'h�sitez -pas � risquer, dho que mois, cette modique vateur, C'est un genre 'd'epar. gne. Et puis .n'oulieb pas qu'il faut goutenir N'otre Loferie Nationale car elle rient en aide, de sot�tit� � beaucoup d'Oeutre d'Utilit� et de Bienfaisance Publiques i t Pour toutes tes rasons Ha�titus ou Etrangers, achelez donc votre coupon on ro-Ire billet$


(Suite)


car n�e d'une larme, je ne puib, s�emer que pleurs autour de :moi,
L' inant de f�licit� que j'avais d�rob� au temps est pr�s de s'�vanouir, mon ador� Je te

�Cinna quand je ne serai plus pr�s de toi, continue � aimer; oh! je t'en conjure, cette EIloa qui bientat ne sera qu une ombre dans tu vie.>
Que me chantes-tu al, s' eria colre Cinna? TuLI penses me quitter quaind je suis malheureux
M�chante; ,ourquoi me fuir quand tui sute naintenant compte dans rma vie?
Fuyons plut�t cette Ilaiti maudite.
J 11 n'est plus temps Cinnu. Fas-mo un C Olet de te, bras ador�s; prends-mli sur ton e v�U" ] t.' (M'V". liC' If t .uttifl!r e t tntendre du ui e
la c Ove-' s'Avanouit L Cinq OllbleS qui :at . rii tCinna arriv�rent deux us tard i C1 port
v,' t 1 - v,-t:: ).l- t


i qui se btiti/ r
* s eIn .a eux et a::

( uil v01t 'ava�t tonne vtent t re,. car le busuue uolvement qu'il fit oca . ni1 .a. c: Sger cra.iuemnent qu avait enPtendu du�e t itB rea -.
,ae notant eou;t, ;riI ka
dans �:e untL out ta t reste en r e-.Mais le couple s'tait �vanouiE. SMITH

(� Mivre).


POUR LE PA YS

Produits -astle

UTircrsellemet appricl�s

,Pasphl lasile-- Contre faiblesse le, ce rveau, pte de m ,xu e, Abilit(e gendrale:, dysp]p:ic:, posilaturie Basestyl Basiie. A base de viande de chevalt An�mies Tuberculoses, ete Pectoral Basil,: In�galabie, contre grippe, toux, hmnchites, eon9)uel tche,'D�pu;ratif Basile No 2: Cont-re M:ataj:es. *Iu >ang e"t de la punu. Thumatismes Neo-Quiniiumf Basile: Contire le Paludisme, An�mie Palustre, D�bilit�1101W) Toni D�puratif.-.
Dix fois superoiur a I'hui!e d foie de morue ou Emulsion


contre: Faiblesse. rachitisme., ez�mas, partt-s blanches, tmangeaisons
Hino.globine Basile. Vlu et Sirop. An�mies, grande 1ilI besseLes grandsyins Ba&ile, contre faiblesse g�n�rale, a mies, etc.,
Sempervirine fashe: le-: puissance sexueil, neura s. thenies.

LABORATOIRES BASILE,
132, Rue du Peuple, 132.
* - -V- -4

lachine � �crire Remington Machine � calculer Dalton , Rubans, papier earbes Faltes os achats e e
r ,i. GIAL


. . . .
. . . . . . P x "-e ,


. . . �. . . . :.


m


~c~~


rc


t




~::: :~ .--i . .::.:.:.:. .: . . . .: : : ::::::::
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .- -. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .:: ::.:.:.::::. . . . . . . . . . . . . . .


. . . . . . . . . . . . .


4$& NOUVELLI6$TIt>
�Ot "Pota. e NC flkphona�ss QUOTIV4 J'oN� EN UsNo
Par
BENRI CHAUVET A CHERAQUfT o.r. . . ro pr. .
EENEST O. CHAUVE?
Bamrer :Ma z

KLEBR EORGE84ACO .


MONDANITE
(Suite)

A la sortie de Fglise, et par un temps splendide, un: ongue file de voitures relu . santes et souples, toujour: dans 'ordre le plus parfait fit le tour du Champ-de-Mars remonta par la Rue Capois e: gagna la r�sidence priv�e d� M. et Mme. Edmond Toivar au Bois-de-Schultz o� eut lieu la r�ception.- Une assistance nombreuse et distingu�e avait r�pondu � l'invitation des amphitryons et ceux-ci firent, avec le bon go�t et la discr�tion courtoise qui les distinguent, un accueil cordial et. parfait aux invit�s parmii lesquels on remarquait deux Secr�taires d'Etat, toutes nos grandes personnalit�s mondaines et des amis venus des villes voisines apporter aunouveaux �poux leurs voux de bonheur et le t�moignage de leur amiti�. Au champagne, le parrain M. Edmnond Tovar, dans un speech co)ur. sobre et �l�gant, adressa i se. filleuls les compliments d'usage et ses souhaits person nels de parfait bonheur
La f�te continua rs tar' dans la nuit et fut � tla lueur des preffii�res �toiles que le jeune et heureux couple s'envola vers Mirago�ne o� l'attendait le nouveau nid pour la lune de miel traditionnelle.
P-au-Pee., 9 Juillet 987

Assistant.


REPROCHE-,


L�lia, ma ferveur, te vol--app�e- -�-la. barre en re_connaissance de nom par t, .
Seur de ton Ame, L�lia. Elle t'accuse de lui avoir rav.
son beau nom quisqueyen,.
Oh, dis lui donc que le tien ne.
d�flore point le sien, et qu'e.!le n'�n soit pas jalouse. dislui qu'Il est bien heureux, celui, qui, comme ton chantre � Toi, s'attache � la r�alit� absolue de la Po�sie dont parle Novalis. dis � son chantre.
Po�te, chacun de tes chantb r�v�le une manifestation d(h l'Ame �ternelle de l'Homme, de son Espoir �ternel, de son.
�ternelle puissance., puis apr�s, reviens �a nos amours,.
revenons � la Cantil�ne murmur�e � toif Ame hier. Douleur universelle . lmphissan
ceL l'Etre face � l'angoisse .
�I 'agonie d'autres lui-mm2 et son agonie personnelle.
La Mort! Ils meurent les palmiers, ils --s'affaissent avec un tressaillement p�n�trant, ces colonnes sublimes qui aigui.
sent la Foi de l'Artiste et la lancent vers le ciel dans 1
Confiteor de leurs flehe .
Au creuset de ton Coeur �mu, ma L�lia, je jette mon Ame tourment�e !. Devant et pour que viennent le calme et lumon, offrons �. ta Sur L�lia
u dHieuLUKY.-.
- IB'N,



.
- r



:Im e. , : o -


CHAMPION DR LA BOXCAvant-hier les Agences de
nOtiVelles transmettaIi t au m. .onde que la grandevedett�, de la boxe britannique, Ton' my Farr allait partir pour les .tats-Unis ou il rencontrerait en Aofit le nouveau champion I du monde, Soe Louis.
Champion du monde! Joe Louis t'est depuis -la nuit du 22 Juin dernier o� 11 disputa dans le match le plus sensationnel de l'histoire de la boxe am�ricaine le titre au g�ant blanc, Jim Braddock.C'est en pr�sence d'un public estim� � plusieurs centaines de milliers de personnes qu'au
--1adiumn -de Chicago se d�rou i�rent les 8 rounds de cette lutte violente. Les 2 premiers rounds donnaient l'avantage i Jim Braddock. Au 3�me round sur un coup violent de. Joe, Jimn perdit contenance pour se ressaisir au 4-eme. round. Toujours en belle for-. mine Braddock mena l'offensive et porta (le terribles coups � Louis dont l'adresse et 'a'vi lit� furent en la circonstance le seul atout. Joe ouvrit le S�me. roun.ci ' une action aisee.t a�rt1'e son adversaire dont tes trucs furent d�couverts et vite maitris�s. Au mil�eu du 6�me. round on pr�(lisait d�j� la victoire du boxeur n�gre. 7�me. round. Braddock pouvait � peine paver aux coups, tellement l'offensive de Joe se manifestait � n d�placements rapides et en
ngs adroits et directs.
Se. round. Magnifique de for ce, d'adresse, de r�sistance et de technique Joe Louis enlev , par Knout out � James ',,addock le titre de champion du monde de la boxe. Seulement quelques compagnies cin�matographiques avaient le privil�ge de filmer ce match. Le premier soin de la direction du Rex fut de tenter des d�marches pour an ohtenir une copie. C'est ainsi que ce soir les clients du Rex, jouiront du ptaisir de s'�mouvoir aux passionnantes p�rip�ties de la lutte qui opposait, ii v a h peine 15 jours, les deux plus grands techniciens de la boxe moderne, Jim Braddock, F le g�ant blanc de New-York .et Joe I,ouis, surnomm� �. 1 mitrailleur brun de Chicago>,
'b.
SUPREME E VIDENCE!

Grande discussion sur les cigarettes. Or, le vieux commer�ant retrait�, v�ritable ai.ateur, parla en ces termes:
--u . 0ssieurs, certains ont raison, mais d'autres ont tort. Pour une bonne cigarette, il faut deux conditions e. sentielles: le tabae et la frai


cheur. Or, que je sache,il n'est qu'une seule marque qui r�unisse ces conditions et c'est pourquoi je dis qu'elle est la meilleure. C'est la �Rex�. Je m'explique. Le tabac est excollent, puisqu'il vient d'una des plus grandes usines du monde et est unanimement, appr�ci�. Poir la fraicheur, elle se fait ser}tir longtemps, gr�ce aux petites feuilles d'�-. tain. Unique, vous dis-je, hA �Rex�!
Chacun approuva le vieux commer�ant dans sa sagesse et s'en fut qu�rir ces d�licie�ses cigarettes, pour vivre une. heure divine! .
i, f
DEPART
Par la Ligne- Hollandaise, le SS. Sp{y4esant, partant le 14 de -ce mois pour New-York at quelques places .disponibles pour passagers de 'lre classePour tows reaiseignements adressez-vouev4 C. F. Madsen, l Agent�G4n�ralt T�lb 3456


i n. .


Demain soir, � 8 heures 1 Paramount reprend, au prix populaire de 60> centimes, la be�leraation de Edward Sutherland : Lif Serpent Mantab. aeeC Charlie RugglsLionel Atwill et Kath feen Burke. pnt atmosph�re saisissante, utdrame otrange sur -lequel plane 'Pombre du crime, l'ombre du vrai criDimanch#, � 3 heurs 30 Johnny WIesmliler le plus bel athl�te am�ricain dans Tarzan, L'Homme-Singe. 6
lev� dans la jungle par des singe:, rIl.n'avait jamais vu une femme de race blanche, mais.
Et, � ses-deux soir�es de 6. et 9 heures, Paramount pr�sente Le Secret de Polchi. nelle d'apr�s la c�l�bre pi�ce de Pierre Wolff, r�alise par Berthomieu, avec Raimu, Fran�oise Rosay, Janine Cris pin et Alerme. ce film que nous conseillons � nos char. mants lecteurs d'aller voir vaut tant par l'interpr�tation qui est remarquable que par le sujet que nous connaisson.s et aimons.
t.
C f. e. ce soir qu'aura lieu au .ex la grande soir�e. En premi�re partie en donnera L'Amour a l'Am�ricaine jou� par: Spinelly et Andr Luguet, et ensuite le match fameux Joe LouisBraddoek. L'entr�e est de G. 2, 3 et 3.50. Les cartes primes sont valables pour cette soir�e.
Dimanche, une grande superproduction: La Bandera dapres le roman de Mac-Orian. interpr�t� par Jean Gabin, Annabella, le Vigan, Aimos.
Un chef-d'oeuvre dit toute la presse fran�aise.

JOSUE. A LA MANQUE
Mon hon, .frais d�barqu( des Barad�res, sait lire I heure. Ce matin, je lui demande:
�Arnous, qui l'heu li y�.
- Hier apr�s midi, quateheu' m'si�!
Comment? !
L� a r�t� oui.
Arnous a 16 ans! Dois-je lui apprendre aussi que nos in-vent .,maes pe en t
servir qu'� constater la marche inexorable du temps, et jamais � la contr�ler? Heureux Arnous! reste aussi insouciant et garde la conviction qu'en arr�tant ta montre hier � quatre heures tu as arr�t� l'approche de la vicillesse implacable.
Pour moi dont le pr�sent chevauche un pass� assez long et un avenir t�n�breusement>


et un avenir incertain, je nWa pour me r�jouir le coeur qui mes d�licieuses �Splendid�.

BERLINER HOF
Souhaite la bignvenue � son ainmable clien hle, � Pl'ocCasion de sa r�ouverture le Dimanche 11 Juillet 1937. Son cadre de verdure tropicale.
Sa cuisine r�put�e. Ses Sandwiches. Sa Choucroute garnie. Sa Bi�re.
Ses Glaces.,. Ses Cocktails.etc.


POUR KBNSCOFF
Il. est annonc� au publir sp� cialement aux clientg que David Loiseau a epri. s comme . les ancn�es p nte so
s. :".ervicede camion et d'a"to entre Port--au-Prince e t Renscoff. 1 tesiprie de bien' vouloir s'adress�r toujours au Garage Chrlsler Place Geffard, pour tout q a aux transpottr tnnt
T 1 o 3 - . . - . . . -


!:!,! iii.


Q


Peupl e iiMarche par Theodor Wolff - Les r�v�la-:
tions du plus grand journaliste allemand sur la
guerre, ses origines, ses. consquences., G. Poste 85 par Alain Boursin-Censur� pendant vingt
ans, ce livre r ve, ajourd'hul; les :mo ens dont disposait la T.: S. F. pour d�couvrir es moindrea actions de lP'ennemi. . . La Libert� de la Conception par Dr.Marchal600,00
lecteurs ont trouv� dans ce livre la solution � un ,probl�me angoissant . . Merbeilles d l'Exposition de 1937- par -Robert Lange.
Le livre par lequel vous aurez une id�e des prodiges r�alis�s par diff�rentes nations. C�sar Borgia (1475-1507) par Rafael Sabatini. L'Histoire n'a pas connu d'homme aux passions plus violentes . . . Bells et Fi�res Antilles par Marius - Ary Leblond.
Impression d'pn voyage f�erique et illustre. Mati�re et Lumi�re par Louis de Broglie. �.Il faut
aimer la Science parce qu'elle est une grande oeuvre de l'Esprit.� L. de Broglie. .


VENEZ VISITER NOTRE EXPOSITION DE LIVRES POUR DISTRIBUTION DE PRIX- VOUS EN TROUVEREZ POUR TOUTES LES CLASSES ET A DES PRIXl A VANTAGEUX.


Dnez-voeouss un sourpres esisai le

-des depnts reslendissuntes.


e e4cMmlndroudestin et p�o*tr4'uaemon ts sr opr rc
jq ue qu'on tst�prps re donatn do -s"
est por homme lo m.ent.ur, oaron :d succs dong . it
l ta pour to vie. tORndez vos nds plus r*sistants por


dr.nt Iactionrcalmont.at fortfloate entre on feu dontous las c L trdgtbslmninoffensi�etilNn prodtl*pva dc'- - s.~
a W e 4. 0to *eso10 p fl* tout , !r t, c
%:NOLL A�-G., LUDW1GSHAr. :.
PHARMACIE PUaH
. - DiatributarerHow.
15 . i!::--::-:.:: � .::� ' ' ':TM : : .,. � u :--:: ' ::i}!ii -'i-d
- :i: ._,::ii: : .i b �:;::;i%::i.:),( ,;!: : :1 '.; :? i,,, i :: i- ,: - . --I,: , ::


5,00


4,15 3,75 2,75


4,15 5,00


. . � �* . . _ " " _ : �__ " __. " :.-- . .:


* I4*4* RT I

I�bra�rie Non velle


UOTJDIfgNS PAPETERhIE -REU
CABINET DE LECTURE
COLLECTIONS A BON MARCH







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 3 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 4 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 7 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 7 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 8 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 8 missing
from source microfilm of this date




Full Text
xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103071datestamp 2008-11-10setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date July 9, 1937dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03071000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince