Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
July 3, 1937
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text









e -i� . . ��e m �.:


.4,-~ ~ ~ I A: i4% <~~ ~l4


li


oAuPNs �IrTI


SAMEDI


3 JUlLVET 1937:


.cC -a ttP.
a;J * twt t rt~.r. ~V--


i


No. I4.4


LE RESIDT ICAUR


IAi


-- * T -. � :


:hers �coliers hai tens,
Vous �tes-vous parfois dend� quelle est lutilit� des
res que Vous voyezrautott vous? Avez-vous jamaisc use � ce qui arriverait si is ces arbres venaient � disra�tre?
,es arbres, dont quelquess nous fournissent des fits savoureux, des dents, comme le caf�, le coton, cacao, la figuebanane, N otier, etc.,- qui onstint la seule fortune de nopays et �que, d'ailleurs, Is ne produ sons pas suffinment,- ces ::arbres, qui, is fournissent aussi des nches pour -nos maisons, ; bois pour nos meubles,,nos iot., nos 1voiliers, nos ca>uets, et bien d'autres utiis, ont. encore un r�le plu.s Dortant dans notre vi. 'ensez-vous que vous pour" vivre sans, par exemple, woir vous - d�salt�r�erl is jamais vous. laver?. tez-vous que ce sont les ar-. s qui permettent la convation de nos sources? Er t, lorsqu'il pleut, s'il n'y
tt pas d'arbres, l'eau couait tout de suite le long des ites et irait se jeter � la I r en faisant partout de ases crevasses. Mais, gr�mx feuilles etaux ri nes, te eau est arret�e, :erifonians le sol, alimente et vie ces sources: fra�ches et ;tallines si -n�tessaires � re vie�

e texte prcis, c-lair, a �t�, ait-"n tent� de le penser, rait c:rn de ces manuels
dans lesquels, le fess ioe1, .riv� : 'i�duca 1 des gen�rations montanSjette � -pleines mainsd is de sc.> mains g�n�reutout ce qu'au profit de la nessec � lui confi�e, sQn! Ir lui eommande de bien �me iii dicte de beau, son Illicence et son exp�rience inpirerpt d'utile. Et, l'ate, le vieillard, pour qui bancs du coll�ge ne son; s que de vagues souvenirs, t rprennent, en savourant te le�on, � regretter, une ivelle foia, r e bon vieux �ps, o� combien de jolies


choses sollicitaient leur enfance. Et puis,' naturellement, ainsi que l'on s'en trou+ve au contact de ,tout ce qui

r�prochable tenue de cette page, autant qu'6merveill� de la justes3e des formules qu'e!le exprime, l'on est curieux d'en connaitre le si averti aueur �.


as *


De ses br�ves paroles lanc�es � la tribune de l'Assermbl�e Nationale, lorsque le 18 Novembre 1930, il subtenciait le programme de son gouvernement, M. Vincent, � ce jour, a, souventes fois, gratifi� lI. pays l'�coutant avec une r�confortante attention, de nom t:reux discours o� le courage,la conviction, la franchise, la loyaut�, le civisme et le savoir ,- disputent la trame. Aussi, peut-on assurer, que, de ce c�t� aussi, il l�gue � sa Patr�e, une maevre colo . Cependant, dans ce gigantesque monument de la Pena�e, qui occupera sa place parmi les heureuses r�alisations de son prestigieux gouvernement, le Message du Pr�ident de la R�pupublique aux �coliers haitiens, sur la protection des < bres, constitue-ra 4une pelan d'un r�le capital dans l'�difice national restaur�. Elle en garantit les assises, ainsi qu'elle en �clairera le frontispice.
En pla�ant de ses mains valeureuses,: et dans la terre haitienne, abandonn�e, l'arbr de la r�novation du sol national, M. Vincent s'est propose en exemple a ses concit�y�ns, encore emus de cette, retentissante leon de chose. A leur tour, les instituteurs daitij.-aoir commenter. comhteilconvi�ent, le geste et la pens�e pr�sidentiels. , Et, ils ne manqueront pas 4e- faire ressortir poar lajeunesse � eux confi�e, que la main-qui a �crit ces lignes fortes et simles � son adresse, est celleSfaqui, aprs avoir redig� l'Acte de la Seconde lnd�pendance, r�veillait, symboiiquement, la semaine derni�re, dans les hauteur4 de Kenscof, la terre qu'elle a eu � li-. b�rer en 1934


r~~~~~~~.~~s ''f_'rs-. ~ ~ .~ .


PRESIDENT VINCEN
A PETIONVIUR


lier soir Son Excelle n
Isident de la R pub e inspecter les dernie.s tr x qui s'effe fuent $UI le Place �St�io Vinent �
on-Ville.
mpagS nduC MinistW he it�rieu: u:: Commanda la Gar dedu Majr:; A wd, du, Cap�taje Mer te de Ing�nfe�r Gard�i
nnenade sur la place, r tueu m t salu� par to




r. g ,*,,a r

+::++ : +i�h++.ii i


T



le
a '
a


NtNAUGURAIV4?N DU PAVILLON HA�'IEN

SC'est aujourdhui qu'a �t� inaugur�, coyons-nous, lePavilon alitien:� P'Exposi ton Internationale de Paris e Ce fit, d'hpr�s -une d�p�che renee m id un hrillantue-


1IL1


FETE ET CONFERENCE
C'est demain matin la conf�rence de M. Etzer Vilairele2 grand po�te J�r�mien, � Ha�tiana, d�s 10 heure. Ce sera Int�res;ant.

Le C. H. A. F. organise une f�te r�cr�ative (bal, comptoirs, etc.) Pas de surprises. I2 a f�te aura lieu le dimancher l Juillet, d�s 4 heures de l'apr�s-midi, i la Pension Suisse (Villa des Roses), Champde-Mars. .1
On aura une musique entrainante.
Ce sera une tr�s .belle fte.s Qu'on s� pr�pare-


MARIAGE


:la J ''" eudi a 1c c�l�br� �' Ste.
-. Annie lema Wge de
-- .- ----._ ' Mme. Edese Dubo

nt ::L'IND PNDANCE a M hNI VcN~-a::ar
r- : DES-TATS-UNIS Ils :ont u pour parrain e
: :, marrai e,'MDelormePomp; r: i:Demain 4 Juillet est .lani iris et Mme,. C~ tanb eaue verr de l pendance Bapitste
e- 'Fde�s Etat4Uni d'Am�rlque- :Nos compliments aux maScette occasi us reo r

le cain en notre pays toute noe tr yMpadthiesuGouvLire tout les a d
;f :ii: ;;ii: : ii' i::r no �!::i5:i;: � .: : �::;: � ::�: . : :
] , ::: ::i O :i:p ';e i': i: :f ":i::!!!,'!i !::'- ! ''' !::'!i!:iJ! :+i:!'�!L .!!f:! ?''!:'; ! : i:!!: iiii; ;::!


Me Chers Amis,
--e suis oun lier de 1 .belle. aiti, cette
�lle Prdestlni� selon lexpression heurus�et r�cente 'mun de nos conclt4tens mar .uant s.
J ai lu, comme atus, le cri 'alarme lanc� p p' Son Extlclence le Pr�sident de la R�publique: il s'ag�t d'arr�ter li d�bosement du pays et SLentreprendre une: vigoureui campagne pour son rebolstment, aimn de sauver en me me temps sa vie, sa richesse et

aime les Ha�tiens 'une affection si vraie et si tihiverselle, daigne-compter sur les �co!iers eux-memes, et pensant � l'avenir et au bonheur de la 'Nation. Quel honnreur pour nous. FPr�missons de hert� lorsque Son Excellence, d'un geste si paternel et si confiant, nous traite d�j� en � HOlM ES� capables de conprendre, nous aussi, les grave probl�mes actuels et la solution si simple et si juste pour laquelle on sollicite no. tre concours.
De tout coeur, Excellence, Merci! Nous voici, avec notre bo1ne volont�. tout nti�"re.
Chers camarades, c'est bien nous cqi avons les meilleur-s motif s de gratitude envers notre bon Pr�sident pour son grand geste de pr�voyance nxtionale. Nous sommes, en effet, la g�n�ration nouvelle; ce sera bient�t notre tour dec remplacer celle qui nous sat.r Voir suite en 6�me page)


Dans les Mours.

Dans ce domaine, I'�volu. tion est plus rapide qu'on ne saurait se l'imaginer. La polygamie qui est une coutume encr�e dan les moeurs de l'Afrique tend i disparaitre pour faire place �a la monogamie-L.es principaux membre.s de t'�lite intelleetfielle dont nous venons de faire �tat imitent spontan�ment la conduite du 3laitr, ;ionc. Miais pour c-e qui cor cerne la religion elleIrimet, . taut penser plut�t & u certain syncr6tisme. Ne'cmSpuche qu'il existe d'honorau~es exceptions. Et ce mouvement qui date de 1ft0 est d� � l'initiative d'une �me d'apotr-e M.ne. Jouvet�.- Mouvement qui suit une cou�be aset nsionnelle: l'Afrique noire :a- ,ant d�j� fourni dans les ortir-es plus de 130 pr�tres. L'�v�nement sensatonnel en l'an de gr�ce 1931, fut l'ordination � Notre Dame de Paria jp;ir le Caklinal Verdier du 'ore Joseph Fare, de La Congr�gation des Peres du Saints.sprit. Le R�v. P. Faye devant qui nous nous in�linoims respectueusement est un natif du S�n�gal.
Comme dans le domaine de la M�decine, le beau sexe ne se laissera nullement devancer. Ls Congr�gations f-�minines comptent un appr�ciable contingent de soeu-s indigi�n�-Nous sympath ions hautenepItr avec le Saint-Si�ge qui encourage chez le neigre le go�t du Sacerdoce. Et ici en'oere, pout appr�cier le com. portement de ce dernier dan' une carri�re si hautement me' rle, nous laissons la parole au oRv.- a�re Charles qui dns u Com un ica at*in � la
tine S d e Marfsil :l,: crit iNule rt la r biltationdes indig�nesn'aO� plu ~~~re que ~~: r.
ai port� tnu e no No

cet=$: -i-


LE NOIE FIIQUE

T A ELISITIOlN OLUEIREN




i:: iii :i:i
::i i :I:: ::�::i
-�
::-j::
-�
,:: :: i:
::
;-;:"-;":;""""'


~lf~~T-~
: rcmyr I_ siP ,/srii~irP~rs*rs-~Lrr i


Plusieurs motifs ont dieth
-::a rdaclt de ett tude: 10, Nous �vertuer tou>ouri

. . . . pspq


La musique
Ici, une distinction s'impose, M. Hardy nous met en gar(de de ne pas confondre la vraie musique n�gre avec le jazz d'inspiration plut�t am�ricaine. Celle-l� est plus ri. che de th�mes et de moyens
d'expresston. La musique vo-. cale est aussi en honneur chez nos cong�n�res. A la Cath�drale de Dakar pernant les c�r�monies( de la No�l, c'est un chantr, indig�ne qui fait re�percute: les vo�tes (u tenmple du solennel Minuit Chrlien. M4.Hardy qui, d�j� annonce la r�volution que e noir r�alisera dans les arts plastiques, s'enthousiasme de ses aptitudes musicales jusqu'� proph�tiser l'apparition d'un compositeur n�gre qui grati-fiera l'Europe d'une Symphonie suivant la norme traditionnelle.


conclusIons irr�futables s multiplient de plus e as depuis 15 ans smrtout, . ant � rvidence que le ao� est remarquablemetnt dm�, tr�s capable d'atteindre dans tous les domaines, le� m)me r�sultats que le Blanc, ourru que les chances soient �gales- Et M. Hardy d'ajouter: Nons aurons un our de �.
ques africaimn comme il y a des �*ues chbino . Le� t6 myStiq ~ de l'africain a touI jours' personnellement retenu notre attention. Aussi, ne strmn; -nous pas tr�s �tonn�s d'apprendre que dans P'A. O. I'. 43es religieux noirs ont en richi la foi catholique de la profmundur de leur spiritual ti� de provenance toute raciale. Leur foi catholique est capable dn fae 'e fa des sain et des maMartyrs- 4 s ie propo. M. Hardy cite l'auto- biographie d'une religieuse dahoim�enne, la s(eur Margueritte Squ'elle redigea avant sa mort 1et les lettres qu'une de ses compaqfnesla soeur Eug�nie a adressnes a sa sup�rieure le tout publi� en 1931, avec une pr�fa e de R. P. Opiati sous. e titre:
Une pagefl de la l�gende do. rde au Dahomag . On y saidt, mn-me en dehors de tout nt�rit r�ligieux un parfum de mystickune lleuat, une�o sion de sentiments nwuans et d'�mouvants accents, bien propres � f are ri�fl�chir sur les puissances de '�P&n ngre.
La probit� scientifique nous impo3 le devoir de relater lec quelques d�ficiences signal�e. par l'auteur lui fname dan cette tentative des noirs d'Afriue de s'int�grer dans la civilisation europeenne.
I imitation des t.raditiongz de .a vie moralded l'euPrti6 demrnure en un effort encore modeste. Le ourcentage des d�chets (ina apts, demi-cutltiv�,, d�racitns) pose un prt(bl�me devant la conscience dol'�ducateur. Mais . M ards apportera tout de suite la note de consolation en d�clarantt: c'est dI�j/ e pAine. m�ne blen as urat que dans une rigitn du mondr e ci la barbarie semblNat le plus anor�e qu'un tel progrje de Ih. manit� ait pa se produire en quelques ann�e&
Quant la du�thode de colonisation pronis�e patr la France, nous 'ious r�seryns de f'aborder tout en la comparant � celle en usage'dans es colonies britanniqu�s dans une prochaine not que nuacomptons adresser � La Lait, terne sur l'yolution des aoea relevant de i'empire coloniali anglai. .


:;I :: :�: i:::::


. r


:::::


::. ::::::::::::::::::::::::: :::::?z:y ::?::. ::::
.
.




ii:::::::::::::::: x :::


LA *CIVILISATIOA �




; -.: . :. * : :"; .: k . '. '. . . . . :
� renforcer chez 'haitien sa personnalit� .ethnique tout en 'harmonisant avec sa cons. cience nationale.
2o. Trouver lek�t�rmes de comparaison 4ans~ les d�mar ches morales des groupermenkt de m�me formation histrique afin de mieux pr�ciser noi. tre psychologie ,collective. Nous ne faisns, du: reste, qu'appliquetr la m thoedede lEcole d'Ethnographie de Paris telle qu'elle a �t� expos�e dans le M�moire de Louis Marin au 5e. Congr�s de l'Institut International d'Antrepologie.


Carence d'une conescience ethnique.

L'observation du milieu r�v�le que l'haitien m�me cultv� et sinc�re est afflig� du complexe d'inf�riorit� raciale.- L'un des i�tres un jour nous interpelle pour nous dire qu'il s'explique le sens de nos sp�culations soeiologi-. ques: comme lui, nous sommes bien convaincus de l'inf6riorit� de notre groupe ethnique, mais en pr�tendant le contraire nous prouvons notre souci de conf�rer � l'haitien le sentiment de sa personnalit� morale. Une notori�t�de -notre montde politique et intellectuel au cours d'une conversation �met cette r�flexion: Dans l'ordre v�g�tal comme dans I 'ordre aM imal ou humain, il t:::i',une �chelle de valeurs. Les urganismes-inf�rieurs occupent
- bas de J'�cehelle et les sup�rieurs le somsfi�t L'homme noir par je ne sais quelle fatalit� occupe dans l'ordre huimain le m�tne " itAng que les �tres infra-terestres. il n'est pas jusqu'ai t'orme abyssin passe r�cemment dans notre patois cr�ole; qui ne serve � designer tut type arri�r�%ou retardataiie.

Carence d'unie conscience nationale


Ttkphone 3777,
::' 4: . :.:! 4"": ' ' t"'4:7 . i: ' ""4':7 �




vhtnt coovsit.4 Dltt;iwt;s seeken1 techs
i e Mtta eh
. . . . . . . . . . .� . . . . . . . .




1< Ana1yiee tlirnqmese

.� Analyse-ocnimne>
t3> A�s1yhth dudirwled

rt lisut de rcherea. Ec horatoire st d'enhe one auwc rT � t dleution ais�, p4 "- :: .a" tu'v. l t . ':t 'rup let . :a r : ::::p:i .- ; �







tUt ide'aue et pu lrepri nouve i il imotui- t'n laini.
lirecteur-P'rofesseur :
An tono Chea ler.
Ex-Privat Docent de Bonn
Conseillers Techniques:
Dr. Georges Castera,
Ex-El�ve Institut Prophylactique de Paris,
Dr. Cl�ment Lanisi,
Ex-El�ve Institut Pasteur
de Pris


Le Vapeur HAITI S. B. Voy 79 parti de New-York le ler .Juillet 1i937. directement pour Port-au-Prince est attendu le 5 Juillet 1937, en route'k m�me jour � 4 heures de l'apr�s midi pour Kingston Ja., Puerto Colmbia, Cartagena et Cristobal C. Z., prenant fr�t, ,, ".''' 's et malle.

I \alpur CULOMBIA N. B. Vo;- 60 de retour des ports Colom" iens, de Cristobal C. Z. de King ton Ja., est atteniu le 7 Juillet 1937, en route
!e me jou .i heures de i'spi'-�i p ou r New-York vian Ca1 - Haien. renant fr�t, a_ ,ers et ma lille.
I ort-au-Prince, le 2 Juillet 198


Wm. E- BLEO, Agent G�n�ral.


K
3 s


OMME SINGE
eenOISuMian et
Net 1amilton.
e v&par des singes, vivant 'en dhors de toute civil sation, il ne connaissait que la loi de la jungle et regnait en seig.eur sur les fauves, mais .une fmme survint.


REX


Samnedi en soir�e populaire
Entr�e .60
Andr� Lefaur dans
L'ARISTO
Mise ent sc�ne de Berthomieux avec Josette Day, Andr�Roanne, Raymond Cordu, Parysis, et Marguerite Moreno.
Nous devons l'Aristo � l'ing�niosit� de Georges Dolley, et � Berthomieux son metteur en sc�ne. L'ARISTO est un film qui abonde en siuations originales, spirituelles et comiques. C'est un tr�s bon filmn fran�ais.


PIC-NIC
Dimanche 4 Juillet prochain un grand pie-nie sera organis� par un groupe de demoiselles � Mariani, de S heures du matin � 6 heures du soir, au son d'un jazz entrainant.
Par ailleurs il y aura des buffets garnis, des boissons 'afraichissantes, etc., etcA LOUER
Une Halle de 12 m. environ situ�e rue Dant�s Destouches, Anciens atleiers du �Nouvelliste�.
Cette Halle situ�e dans Ja cour conviendrait � tout usage.
S'adresser � adame Che.:,mi m�me ndrese ou ne 1 Slb5 h. sonnez le no. 2731.


PLACE GEFFRARD

va fonetionner, por lai premi�re is s en Ha ia h l rttir de Lundi-proch in 5 SiIlet


Ce service permettra au leetes et revues avec le meme que Lundi ses journaux, livr'-eur �inscrit� de trouver chuchoix et � peu pr�s au meme prix que dans utne librairie fran�aise.

Faites vous �inscrire� d�s maintenant pour profiter de ces avantages.
.
.7


Si tour vous impoente et vous irrite- Si la moindre contrarit� vous met sens dessus dessous - Si vous possez des nuits blanches, le dionost.- est adors bien simple: Vos nerfs suroxcit�s n'y tiennent pivs.
-D�p��hez-vous de parer � ce mal, pendant qu'il en est encore temps


1. ca}mn bien connu d'monde entier, est tout indiqu� pour vous appor*oer le repos, le s.ommeil, etoa bonne humeur que voue aviez perdus. Le ffet se fqropl dmen.sentir Le Bromurol est absolument inoffensif.
ENr tubes de 10 et 20 coprint6a densI tute Nes lpharoeIdes.
KNOLL A-G., LUDWIGSHAFEN-SUR-RHIN.


A cette honte de nos origines, il faut ajouter led�dain que l'haitien t�moigne � toutes les manifestatfots d'ordre national. Lhonn�te hommc de chez nous, qui professe le respect de lui-m�me ne lit pat les auteurs haitiens.- Un intellectuel de la. jeune G�n�ration a fait la confidence � un de-nos amis,qu'il vit en marge du mouvement litt6raire indig�ne a u Point d'ignorer l'existence de la technique dut vers-libre dans la litt�rature nouvelle.---, 'La pratiqe des Georges Ohuet et des Michel Zamaco�s occupe tout son l6isir.


Il nous fut aussi rapport
qu'un bien .: pensant de notr: milieu s'�tonne -que des gens
:s�rieux puissent c�nsacrer
leur temps�i l'�tude.du.cr�ole,
une mati�re si 'yulgaire! .
C'est de nos- jour* enfin, que
le go�t de l'haitien cominence a s accommoder des pro.
duits de lindustrie lodale. If les enveloppe dansce terme de
m�pris: �. bcgaille pays:.

Carence d'une onsce nce

Que ce oit en. effet, dans
sa vie priv�e .ip ubliqu;
l'haitien ne, se conforme auxprescriptions d'aucune norme sup�rieure. Sa conscience morale, veritable tabula re-.
e. de Yute s4 vide rsqu e ve v de toute ,notlen.de Ietmqfe

(voi ' : 4
4.9 . . . . . :.:4" .:4'i: ".: ,.i i: g :t::>: .: :? iii .:ii i� i-}:ii i i


,ranai dSSOrUmPeO3 'W vflrf et de montures, pour iunptt d' la meilleure qualite
Grand'Rue, en face r t
. rhn Wrwo)e


FLT


"vC�tourditpa
/, r' 1


- . ,-;T "

TmbnzfIusexdrece4 s MiWtesqvput os m, lie; t a


Pouaviblap, .'edu*. FtLT to vrlme�i:n e, et pourtours .taa.heas.No. biden faste Ibade acites s use ossts.


:.''.-" :2 ' E :::
. . ., . . 4.,., ,. .


T'


IL Y 4 LIQUEURS


ET LIQUEURS.
Les amateurs de bonnes boissons qui d�sirent faire un choix de v�yitables liqueurs surfines n'ont-.-qu'� r�ciamer la marque d'�lite: Edouard J. Benjamin.
Edouard J Benjamin.qua�' m ,:t., asor tinent de < aca, Anisette, Kummel, Nectar Cherry-Brandy, Pches� randy et surtout son meux
cocktail X-38 laisse toujours * "un go�it agr�able -et merveilleux.
R�clamez done, hers ama teurs, la marqu� : Edouard Jl Benjamin chez; d.px>sitaires : men ir icerie

dfait. t ' t-. a t


' f









Devoene crer"ro"on'Ip
c-mp. do ch \
- , _ : � :. . , . . . . .

h�.MW- M di .' - :

� .:: :, :L .A .J :. . "-.- .< ." '. . .:-:-a:. . . .


tncaluler Dalton
e . osah~at~ . ce N M .ac
::: g};: :;:7i:-i7:.: i.: :;:;.::}. rtb : .:. :i: ii : � >],i .: lk}:.}: 7: t-: . g i


� 1.:.:4::


t".'.: ::
-.,.


x C


.�


E $UVOVEL S "
r4 PARAMOUNT
�kED JUILSET 1937 0' %NNY YTSrLLER


i


�--


-.: :-




. . .:.e .: .::::.:. :.:: .'. .:: :: ::.:7::!:: : .:[. .::. . . ::.i .":. ::>: . : ;: : > ! :# . :. . .: . : . . : .:" i>.: i:)
,, ; . , s $ 4 1 f l , , 0 .'iil . .�. . . . .- :- . . . . . . : ;; e - '! . . . . !f !! -- -: !! !! !_ : ; �4 : ., :


, I -.4-w .


S�CURIT�, COMMODIT�
Sest hImnprudent de garder � la mison, o� le feu ver le vol peuvent vous causer des dommagesirr�porables vos polices d'assuronces, hypoth�ques, titres, Controts et outres documents pr�cdeux. Un coffret de s�ret � � la onque Royale coote peu e �vite tout suletdflnquitudeo�
LA
BANQUE ROYALE
DU CANADA


deedatteis t



Sue Courbe et BaeduAsa t'$de #at
ACHAT D'ECAILLES DE CARET, VIEIL OR DIA.
�&S, PERLES ET PIERRES PRECIEUSES, VIEIL.. u�CES ARGENT ET ORM MONNAIE DE TOUTES
�toNALITtS, A DES eIX ABSOLUMENT AVAN
.uUX.
GRANDE LIQUIDATION DE LULNETTES ET VE REA
Lunette. et Verres de tous numndroe
Montures en nickel inoxydable �
Verres ovales au prix de de$I00la paire.
La liquidation durera jusqu'au 15 Novembre inc tud 4. DE MATTEIS & Pet


4 ; .


.Connaiasse�zvous



j� la Citrnnade COUJRONNF '





Voil� une nouvelle boisson qui vient d'�tre lanc�e par LA BRASSERIE DE LA COURONNE, S. A.
Essayez une bouteille et vous adopterez cette boisson avec son arome fin et d�licieux. En vente � la Brasserie de la Couronne en grandes e t petites outeilles � partir de cinq douzaines,
Les autres boissons COURONNE d�j� tr�s connues et appr�ci�es � Port-au-Prince et en province sont
KOLA COURONNE on grandes et petites bouteilles
(OCA COLA
AUS DE RAISIN
SODA
ROOT BEER
Burez les Bz o lon Cournn' et vous avez aaeurane ldo boire une bisson extr�mement hygi�nique vu la m�thode efficace qu'emploie la Brasserie vec I>alde de ses machines pour le lavage de se bouteilles.


%,odege aimon eBolvar

Easignement Primore et Secondaire
edgrnese lasskmiqueetMlioderne� (Nectiore AB,C)
internaet xterna.

Laureat de l'Alliance Fran�aise (C u!iv4sition fran�*int aux Examens du Baccalaur�at de Ju' :et l:54 et Concoure .e Diction fran�aise de Juin 14t;5 et de Ju4n 1936). l1 succ�s aux Examens du Baccalaur�at (lere et 2�me parties>).
Le Lollege Simon Bel ir 4v>e les pereb et m�res de fa mille Que les inscriptions pour l'Exercice 193G-37 se re�l vent tous les jour? ouvrabies > det k de Hres A-M


'es laqutessence
DES


meille v ri�ts de cannes

d an va l
d'un #aste titofre


ruissant les. rs terro


'est ce qui fa�t son arome


GOUTEZ ET COMPAREZ

- . . .a.e. e w :�- r , . . , w ' -. f ~A. . ,


Phone 23358
GROS LOT�
DIX MILLE GOURDLS
LE (>O .I,( :
Devi � ,JI�LLE
LE BILETA:
DIX (,des. SE!L E.ELV T

Ah�sitez pas � risq�uer, cMa que mois, cette modique vateur. Cest un genre d'�parune. Et puis .n'ubtiez pas qu'il faut soutenir Notre Loterie Nationale, car elle rient en aide, de son cdt� � bteau. coup d'Ourre d'Utilit� et de( lienfaIsdnce Publiques 0 truvers toute la R�publique.Pour toutrs ces raisons Na�tkns ou Etrangers, ache. ter donc votre coupo on un.votre bietl.


&
FR{AN ( )18DUVALIER
llembres titulaires de ITas. titi!t International d'Arthropologie de Paris. Membres tiulaires de la Soci�t� d'Ethlograph, de tParin



(' . . . qa . st a R 'o ; ['. L,.' cri. Pr�fat- , I '" 1-, > .a' ''-', .


,%<'3/et>' ' i ':
prit, a t.
Jea n ROo t' e


A DAME F ROY
RIE1)
1)1ES D E L'HOTbJL


avise sa bienveillarte cientUle qu'eile a flLtVr't zo.n ntulier et qui]le Se t,-ont � $011 entia dis coutin piur tottravaux de couture qi lui s,.ront confi�s. M�mes soins, m me promptitude.


A VENDRE
Deux propri�t�s dans .les: Sparags di St., Antoine, (Avenue Pouplard.
S'adresser � M.IHernrann P. Dumay- au . Bureau du Jourhal ou ~� efu Bo uon) r No 2, '"de . heures �S u* res A, M >


L RHU -JN


-SABE


',i2 2 "


~'~u~87~~


.7p , - - U t��,Pc- 4�,OpisP� a �


L - e at�on ale

d'Hait�


LtE NOIR IAFlQlU@E T







r . . : . d re,. a .e.ai
tradition ele.e Oppprtuniste,
ayst�e, 'rgait
nc onseiertt, son atiude psyholo1gicque s modie au gr� ded ~~tmcostances favorables ou d�lavorables oU suivant l.tat de: se homeurs Enfin. pour tout dire; lav'le de l'haitien eontemnporain se rv�le aux yeux de P'observateur marqu�e au coin du ilus parfait naturaliame. Puisque pour eela'-tlsuiffit de se laiscr vivre (1), d s'abandonner au cours des choses, de ne pas c'ontrarier la loi d'inertie qui, d'delle m me, se r�alise en toul ce qui est Le type de chez OUS � QUI l'Un i ropose on effort dri-; Iune ou -l'autr: bt-anche e ctivit� humaine. vous r�pond incontinent Laisser grainnin- Cel vi I\ vouLs reproche arnemrement . consacrer vos veilles et v luisil:.- d�m�ler ds probl mnes inOext'i�.l:-: ('ed a joui � vivore.
Ce comportement social tient du m�me( CumlPext QUl a" handicap� l'�'volu tf, �u e� d :t' - . ci0ta(l e I 'Asru 'ique noire" m unque de rigueur d'tune prsonmaiti co lie (2 f
F( t �,.ttt s rot eron s pou r fi ni v. (Ud,'. i [2 :t re, cette com.pa.v" :," :2:r / " ., : mla 'a En'V
F t "F ' r, f plUs de sineC ri d LIs leurs tentatives (' s'int�grer dans la civilis a a>ce de.nae. Puce�1 e e a.



les et cournes cu nformeri F4:4' i dtemenlia, rt si i o'anr: dpE ntm~ t I >tt'_ dans les strati� t: �:t- M� i li - udi0a: su nc ac , tv � )"' : ou f.' l ronforruce

izt-,.). r-.u - rmuap 17-,tri France.


Le fait est incontestble





EtQt~ -~


�LE NOUVELLISTE�,
Re �rou No. 69
Sotte Pak No. 1f. T�l�phone zs2232 QUOTIDIEN FONDE EN tg189l$ Pse
UENRI CHAUVET & CERaQUIT
LIrvetur-Proprieatre
ERNEST G. CHAiUVEI
secretaire G�n�rai
MA DUVAL Adminitratetr :
KLEBES GEORGE 5-J ACO}


AUX ECOLIERS
HAITItENS


(Suitte)
ve aujourd'hui, mais qui s'use d'irs l'effort en avan�ant fatalement vers le pass�. 0test en pensant � nous, ai nous et i nos enfats, que MOnieu' St�nio Vincnt, aui coup d'oi si juste et si puiksant, � if.
fection si clairvoyante, lance son cri d'alarme et son mot d'ordre: �Prot�gez les arbres, existant�; �Aidez, d'une fa�on effective, � augmenter le
nombre des arbres-�
Haiti, mes amis, a d�j� tant
souffert.4Ia�ti a �t� affaiblie, humili�e. Gr�ce � vous.
Monsieur le Pr�sident de la R�publique, elle m rche aujourd'hui' la t�te haute et Ie coeur l�ger vers un avenir di,gne d Elle. Nous ne permettrous pas qu'elle retombe dans la mis�re et dans la honte.
Chers Ecoliers, ne restons Spas sourds � la grande et affectueuse voix de notre Cher Pr�sident. Lisons et relisons la belle proclamation que Son Excellence nous adresse et surtout disons-lui notre re.
connaissance de la mani�re qui le consolera, en aimant les plantes d'Haiti de tout notre coeur, comme nous aimons Haiti Elle-m�me et en nous assoacud sans retard pour les prot�ger et les multiplier.
Andr� DOMINIQUE,
El�ve de Philosophie
de l'Institution
Saint-Louli.de.G onzag ue.
�-e--- . - _-: / - -- .: ;


--DEMANDEZ
Lt OMMADE

�a laCordonnerie
M.��.Cargnl
HYPPOLITE JUDY
r' de::Ho ::.i: ':: :


LA FETE DE ST. PIERRE
A PETION-VILLE

C'est dimanche 4 Juillet que la f�te de Saint-Pierre sera c�l�br�e � P�tion-Ville. A ce:te occasion il y aura messe solennelle en I'Eglise de Sti'ierre 8 heiures pr�cises et ,~ n _ lil s- -. o � I a I' au�!�nau-, ,, .
, Pare Stcno Vincent�.
Le comit�e des �Th�rd-siennes� se d�pense sans compter pour la r�ussite de cette dounie ce�rmonie. Des comptoir, gen sarnis seront install�s � i < s:is'facti de gourmet ut 4, k_ att ractions diverses organ~s�es a joie des en.On aura le plaisir (dadmi. ,MVe. Zobotine, ' alon Bo chant; , [�:t)i >
_. - : - .: - -

BERLINER-HOEF
La Nouvelle Direction du Kerliner-Hof, est heureuse d'informer le Public de Portau-Prince qu'elle ouvrira sou, peu, le charmant �tabisse-'nent du Champ-de-Mars
De nouveaux amelnage ments pr�senteront a i'ama bie et td�le client�le une insallation moderne et attra. vante o� elle trouvera un, cuisine Fran�aise ou Ailemande ainsi que des boissons de choix.
Le Berliner ne saurait oublier sa r�putation d'�l�gart:: Deux terrasses au 1er �t'-q ge d�couvriront dans un cadre plus verdoyant l'admirable perspective du Champ-de. Mars.
Chacun peu �tre certain de trouver toujours au Berliner Hof ce qui en fit son excellen,te renomm�e.


POUVOIR IJARASSA
Depuis quel que temps le Gouvernement des principaux pays europ�ens est assure� par une dualit� de leaders parfois assez mal assortis. D�j�a le Reich et l'Italie ont Hitler Set Mussolini assist�s de leurs dauphins Goering et CianoLa France avait Blum avec Daladier comme dauphin. mais voici que le cour de' Blum se rajeunit et il est redevenu dauphin, le dauphit: de Chautemps. Petit jeu o�k k pass� se retrouve malgLkle proverbe.Petit jeu dangereux pour une nation On peut beaucoup plus facilement, retrouver le passe en fuxjant: Iiue <%SpIerdd-.
-- * . "" " " . .: " i :;
Achetez lez'
?P4eUe et batteriesa
.:" . . s F e d e r ah! :. .: ::. . - .-: .,. .;:::-.


PARAMOUNT


Di :NCHE 4 JUILLET or: .tatin�e � 3heures 30
liARRY BAUR
dans
CRIMINEL
une superproduction
�IForester-Paran�
c. Servis, Alcovu".
e, : re, Paul le
SCartwn ut Daniel Mendaile.
un drame profond�ment ernoutvant qui laisse un souver;t ineffa�able dans l'esprit de~ cCK2 oui I'auront SUIVI.

en sidr�e � 6 et 9 heures
LE CAVALIER
1 DE LA
VALLEE DE LA MORT une production Universal
u nlm hardi,es ar te�nt ons" t it.emouvant et
S e etIc2'lunt naw discntnia,.n' �iv,'. se di'un in�thrk,.
nu' t. c i .n ~fltttt
de p s en plus grandissant E. :v(ouient dans un rthn o inrnacw �nahle jusuu'au �(I.un sujet neuf,.-humnain. passionnant. un entrain pro digieux conf�re � lensemblK un attrait indiscutable.
.il v a dans �Le Cavalier de la Vall�e de la Mort� d�s im-g s magnifiques, de scnes de toute k aut�, des visions inoubliables. on souhaiteraitl que le spectacle fut moins tragique, mais bien vite on s'y int�resse tant les li�ments utilis�s par le metteur on sc�ne ont de pittoresque, d'impr�vu et de beaut�
.du beau, d� rai .
':


A VIS MEDICAL
'LINIQUE
d u
Dr. FRAN�OIS DUVALIEB
.(ue du Dir. Aubry
No.i54
.onsuitations tls les iour ie 3 hres. � hres. ). wI


CABINET
de
Mes. MAURICE R. ELIE
et
MARCEAU DESINOR
Rue du Centre No. 98. '
. , .

A VENDRE

Gande maison basse s : Avenue du :Pr�sident Trujil-! lo No 41L.

( j
. e scret de la bonne sant� une cuiller�e d'ENJTEROIflYL le enatn, jeu n m
-me temps qu ajim verr8
.- d '. - . � .: .: .-"�e-:a u::.: ;: W:& . .:: :- : . ::. .� < .


. . .: ::'. .: :: :: : :: �': ": "" . . . .". .�


LA KOUVELLE

iN STALLATION DE

MAD I.E BLOXCOUR

N :- :o-ns visite la nout, iation de Madame
BoP';. osition id�ale, e.
ie < - p-de-Mars. Une ai. tres spacieuse. Cee nda:t, cause du nombre �ro ~~~-. s demandes d'inscri;, ' I audra y ajouter
u: u. ten pi�ees Madar.ne I' u ' nouS a rtq(lit qu'el
- Constructions pendt ac ,ances. Et, en Oct e. . ou � appliquier integ . n p)rograimrn'


n e ne


gi cole, : e i -.t d�jai , est e, secondaire
jeune""i . F.- Iourtant elle eg'"- : aucune fa�on


Ear]t n : re, c de a al it lE s,:,. a ccc) Jt' t cultum tB loncen,


' " ., . c, . o u p e , c o u t ut Sconfiserie, tenue ,, etc.); elle dis'ni:. 'en eignement - sin, peinture
-:,.atY; enfin elle
oin sp�cial � la '. 1ue Monsieuv
.epare actuelle-


ment .n �.adium. Onu on reparler:
No. ulon' bien pr�.senter nos ~,eiieures f�licitations a M . -loncour, quila d�j� OO:S'' " nombreuse. annees -e � vie � l'�duc
de notre jounesse f�minine.


r-" _ -. pitale


SA MEDI !) JUILLET 1937
Grand tal organi3� par les jeunes fr�res Duroseau au Cham-du-Mars, � la- blan:hisserie Saint Jacques, sous ia direction du maestro Emmanuel L. Duroseau p�re.
NEO JAZ
Morceaux up to date






tat clom. -et ts sas
lt leu aaip VOasTo bl

aatn aitO lft


4�t1.qin tt ran tn , tre,� a t4
tI. 4oBo. CoAnek KItI trqe*


Seat Dt�itrbteur yu ah


-_a-�aU __--_--


REX
DIMANCHE 4 JUILLET A 3 Heurea 30
Armand Bernard dan-: Mon Oncle de Pekin
mise en sc�ne de Feket� avec ,Janine Merrey, Germa1 ne Charley, Claude May, Jean Dax et Pierre Brasseur.
.Un film avec Armand Bernard, est toujours amusant, dans Mon Oncle de P�kin les trouvailles de cet artiste mettrout petit et grands en joie, et tout le monde chantera ave;r1i. Elle a de jolies l�vres roses, Suzy, Suzy. A S Iferes 30
ifr. plus brillante reconstitution h ttrqi
LU('RI,'CE BORGIA
avec Edwigue Feuill�re, Gabrie Gabrio, Maurice Escande, Roger Karl et Josette Day.

A 8 heures 30
EN SUPERGALA
Greta Garbo et Fr�d�rie March dans
ANNA KARENINE
d'apr�s Tolstoi R�alisation de ('larence Brown
avec Freddie D"ti.lomwtw
Une m:se n sc�ne d'una technique inouie, Il faut rendre hommnage A tous lesinterpr'tes, pras une faute de tact ou de goat. Qihat � Garbo c'est une grande artiste, feme avant tout. Auna Karenine est vraiment une oeuvre ca-


Jean MARGUET (Petit Parisien)


LA SCIENCE
NOUS DIT
que l'Huile de Foie de Morue dans I'EMULSION SCOTT est de 4 �5 fois plus facile � dig�rer que l'huile de foiede morue ordinaite. C'est pourquoi l'EMULSION SCOT'donne des meillars r sultats que n'impon c quelle autor.forme d' le d foie de morue-


Exige .la16�gitime


LuEZ TOv T IMTATONi

Te=e 'hulide foi J odue M emmOUS tiployons. dansS lEMUISI t t SC trr7 d prtpa md ns Lbo:
atoiren Norv�g e m�nme o apis
tri splsets :.: " . : : ":" -� :' :" . .,. .:::::,
% i ii: :/ :t ::.17 .::. .::::�:
-A - . ' - w:. : ::.::.::- -


Ce clich� repr nte le Building de la �Pharmacie CASTERA�.- C'est une construction qui fait honneur � l'architecture nationale. Le dynamisme et le savoir faire des jeu. neu qui ont cr�� cette importante organisation ont su y mettre du go�t, de la science, de la m�thode- Nous recommendon � nos eeteurs de visiter les diff�rentes sections et dipartement de cette Pharmale, dont l'ouverture a marqu en noire Pays, tout comme 'inauguration de Rex et de Thorland, une �re nouvelle: Progr�s, Civilisation.


.i l .7 :' : " . : " !.F ! !; / i(!::: ::! ! ! ! :: !:!: :; :::: : :: : .:: . : ' :< : . . . . . . . . . . . . . . . . . i. . . . . . .


~


- ---- - �-


j--


QUOTIDI " - PAPETERIE - REVUES
CABINET DE LECTURE

COLLECTIONS A BON MARCHE:

Peuple en Marche par Theodor Wolff --tes t�v�laLions du plus graInd journal.iste allemand ur la
guerre, ses origies, ses consquence. G. 5,00 Poste 85 par Main Borsin--Censur� pendant vingt
ans, ce livre r�v�le aujourd'hui les moyens dont disposait la T. S F. pour d�couvrir les moindre: actions de ennem i. 4,15 La Libert de la Conception par Dr.M.archal.600,000
lecteurs ont trouv� dans ce livre la solution a un
probl�me angoissant, . 4. 3 Merveilles de l'Exposition de 1937 par Robert Lange.
Le livre par lequel vous aurez une id�e (les prodiges r�alis�s par diff�rentes nations . - . 2,75 C�sar Borgia (1475-1507) par Rafael Sabatini L'istoire n'a pas connu d'homme aux )assio s pl us
v ios le n te s . . . . 7 ,5 0 L'elles et Fi�res Antilles par Marius - Ai Le.!ond.
impression dpn voyage f�erique et illustre . 4,5 Mtire et Lumere pa Louis de Broglie. �.1 faut
aimer la Science parce qu'elle est une grande oeuvie de l'Esprit.> L. de Broglie . .-. 500

VE1 , E VISITER NOTRE EXPOSITION DE LIVRES POtl'k DISTRIBUTION DE PRIX- VOUS EN TROU.VE! EZ POUR TOUTES LES CLASSES ET A DES PRiE .1.AN.TAGEUX. -'r


------


----�x-


., ."=.' �.:5:. J"--:: . . . - .-:.:.�. . .: . . 'Z ;Z : : .-. . '-:'-







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 3 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 4 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 7 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 7 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 8 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 8 missing
from source microfilm of this date




Full Text
xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103066datestamp 2008-11-10setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date July 3, 1937dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03066000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince