Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
June 25, 1937
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text



















iimatin, dans le .adre ique de Kenscoff s'est e, imposante et simt a fois, la c�rmonrnie ale du reboisement montagnes- Son Exle Chef ::de l'Etat, mpagnaient le Secr�Etat de l'Int�rieiur le la Garde, l'Agronome , le Directeur de P'En. lent Rural, les Pr�si-' . S�nat et de la ChamD�put�s, pr�sidait � file manifestation orpar le S. N. P. A.ignificatif, qui t�moi. haut int�r�t que le nt de la R�publique � cette entreprise de � imm�diate. 'igoureuse campagne d�clanch�e en faveur d�me et dont lialtis'est fait l'�cho, char, d�montre avec �lole p�ril qui menace griculture si nous ne ons a temps cette �ro;ensive et continue de 'nes. Et c'est contre ce iminent que le Chef de on a voulu mettre en es paysans de Kensde tKrcy dans l'�lo.illocution qu'Il leur an notre patois expre;avoureux et une mriaiment �mouvante fut i pench� vers ila ter -. Sl'attitude classique , tivateur, Son Excelfixa de ses mains, trois
uts d'eucalyptus pr�e ar la Fernme-Ecole de T. Geste combien g�qui connut les acclaenthousiastes de l'assymbolique que tous a ceur d'imiter- E tsi que le Ministre Dud, le Colonel Calixte, 4 isidents Z�phirin et et les repr�sentants


Dl A %.l"lnl 11 A V

de la Presse, tous d� ricratiquement, plant�rent, eux aussi, qui leur sapin, qui leur eitronnelle, qui leur v�tivert ou leur eucalyptus.
A l'issue de cette c�r�monie d'un charme bucolique, Son Excellence se rendit � la Ferm-Ecole de Kenscoff o� ellc 1 inspecta les centaines de p�pini�res pr�par�es par le jeune Agronome Pierre G. Sylvain, Chef de la Station exp�rimentale de reboisement � Kenscoff.
Puis une r�ception intime en la coquette villa du Pr�sident, r�unissait autour du Chef de l'Etat les personnalit�s civiles et militaires, les membres du S. N. P. A. et E. R. et les journalistes. Au cocktail. dont Il leur honora,l Pr�sident, en une de ces intprovisations qui tombent de I ses l�vres comme par enchanterment, demanda � ses confr�res de la Prease� de le s econder dans la campagne que mene Ha�ti. Journal, contre le d�boe~ment de nos montagnes et en faveur de leur reboisement et leur culture.
Il �tait midi quand Son Excellence et nous repi�mes la route, vers P�tionville et Port-au-Prince, emportant avec nous le souvenir impetissable de cette �f�te de dl'arbre�.
Nous remercions � nouveau Son Excellence St�nio Vincent qui, � chaque fois que nous confrontons une situation p�rilleuse intervient � te mp s, miet. tant toujours a contribution son intelligence clairvoyante, ce patriotisme sincere, cet amour profond de ses concitoyens, qtalit�s �minemment �lev�es qui l'aur�olent, !'immortalisent d�j� dans la renomm�e et dans la gloire.


iMARi A en r


rION SPORTIVE 11 a �t� c�l�br� hier soir au
Sacr�-Coeur de Turgeau, le E DIMANCHE mariage de
Mle. Frida ieon
pronostics pour di- avec
sont qu'on peut s'at M. Charles S~tvenir n.
1 une grande manifes- . portive o� des records ils �taient accompagn�s &� 3 pourront �tre �tablis l'autel par M. Afthur Stines
us. et Mme. Chiller Ambroise.
ite en l'honneur de M. Nous pr�sentons tous nos n Pierre de Coubertin compliments au jeune couple ronn�e par notre Chef S. E. le Pr�sident Stg cent, Pr�sident d'Hon- L'ADMINISTRATION la R�union- M. le Se L
, d'Etat de l'Instruc LOCLE D
tblique, M. Auguste L
r en est le Pr�ident. PORT-AU-PRINCE ete compte au .nombre . ' organisateurs de nom- Int res,', ,'�
personnalitka . parAme
.les n:. .:.C nr! pazir de la date du 5: Juillet les nots avons note roehain,
:mile Vital; M Bau�- p aln le entregrendra
.ymour. Pradel, Char-'' .::r e tr tes sit r i
jui�re, Colonel . . � �,,, tion des astretes i
SColonel Cler fi�es en vue du recouvrement
Lava::::ud L ::::sa ::des taxes communales pour
_Lavaud,: :F: L.:i: saaiii 1'Ex 6-37.3 Elliot, Marcel' Villard,':i
'assagnol, Mesdames C 24 Juin 1937
on, Rodt Barrau, Abel 'Paul Salomon, Ginette. le et tous les direeteursq diff�rentes f�drationsi. Co urses du Jockey Club pour ut PorteauPrince se- admirer plus de 200 athl�tes ranche au Champ*de. inscritswau programme. r'


BUTTE LES OEUVRES DU C. H. A. F.


DIVERS


La diversification de la production �tant � l'ordre du jour. L'Ing�nieur Agronome Monfils a, dans une r�cente circulaire, recommand� � l'attention de nos exportateurs la culture du manioc qui est, comme on le sait, a;sez ancienne et tres appr�ci�e de nos paysans. Les r�gions de lrort-Libertd, de Ouanaminthe, la Gonave offriraient, seton les exp�riences du S. N. P.A. Beaucoup de possibilit�s � l'extension de cette culture.

Parmi les produits haitien; susceptibles (d'intresse]r les Industriels et C'ommer�ants de la Guadeloupe, M, Rallion'. Consul G�n�ral d'Haiti, dans une lettre � la Chambre de Commerce d'Haiti, �num�re les suivants: Miel pur, Cire d'Abeilles, Coton � Matelas, i Bois d'Eb�niterie, Acajou, Ch�ne, Mahogany, Pite-envbres, ma�s en grtns, Cair � Semelles.
*
Petit.-Gove est actuellenient en pleine morte saisonCependant il a re�u 47 tonnes� lde marchandises diverses ei Avril, et 26,90 en Mai, debar qu�es par les navires de 1.' Colombian Line et de la Ligne tHollandaise.

L'exportation, pour le mois. de Mai, a atteint; au PetitGoave, 2675 sacs de caf�, pliu; de 200 sacs de cacao et 260 k. de cire pour New-York.

En vue de faciliter la bonne pr�sentation de notre miel � l'Etranger, le Gouvernement, tou jours soucieux de promouvoir notr(e exportation, vient de prendre, le 21 Mai dernier, un d�cret-loi d�gr�vant l'entr�e chez nous des barils destin�s � contenir notre miel d'exportationLa rue Mgr. Guilloux s'em.Lellit davantage.- La d�molition des devantures des maison; est en bonne voie- Voil� qui va donner un aspect agr�able a cette grande art�re, la deuxi�me apr�s l'Avenue du Pr�sident Trujillo.

Le 'iron�on de route conmpri entre D)rouillard et la Crdix-des-Bouquets offre un as�pect magnifique. Apr�s le remerciements � S E- St�nii Vincent, le grand inspirateur, il y a lieu de f�liciter le D�partement des Travaux Publics, la D. G. T. P. et meme les humble; travailleurs, en-


tr'autres, MM- Gabriel et Myrtil, puisqu'ils demeurent tous, ces travailleurs, l'objet ,de ta pr�occupation du 'Pr�sident de la R�publique.

Les trois terrains::du Tennis Club sont chaque apr�smidi occup par d'habiles sport-men qui se disputent vi::


Dimanche prochain, sera cel�br�ea at �fe du Perp�tuelSeours.- - L'Administ ation Locale se diiense, on vue de la russite parf:ite de cette manifestationii
Sur la !hutte, des �quipes de la Commune travaillent fi�vreuserment A I 'am�lioration dtes voies principales quii donnent aces's Tla Chapelle; et, ainsi, ils sont nombreux, les blocs qyi seront entam�s par ces utiles travaux. De nimnme, les prncpales Avenuesl de la r�gion snt ri train d'�tre d�cor�es o ir les soins de l'Ediilit qu, cette ann�e, r�alise 'illumination ext�rieure de la Ch1 pelle, qu'on aura l'occasion de contempler, da ee soir,


'Ofplifa OU anX Aidministrateurs ocaux, et, tout le mond, at Bel-Air!


'- -


JADIS.
r Ed~�dulard,


Jadis, L li:a, mon cceur d'enfant ne vibrlit qt eaux ac-ords multplid s d'une orgue d'Klise, 'cepen a l ieas uncrsi 'eus inaeu et gltudux �t,


eegesi e 'i it T


ltia, cepen die gr�si]latu





bos, (� :: j .,i: 1iisCi cel,
monles ailet et s d'or, �tiine,
lantes de o huti'e :es h �e �
leur cheve:-ui-t-, l 1lturs encouices et aux lu nds-Negs lts,
quand, :d ,:;ci l ! s aiu-devant des g, mon t: t'remailblotanc et les Sans poitrine etd�ps�s
sur la nappe slanche ndait ndauxe bos, u ira 'te t�n�brs deuse u monies paillet Ellores invoquaientes de pieux lel brchues
se.
leur che, Llia, cl'�tursit encor adreis et !s poignets,
quaind enanti que au-dans evant vles te sbave de inotre LUpos
KY, s e� hme ; yeux et
sur la nge mysappe banche otendue il a sor tee dle t�s profonb-euds
pau Groils Mapou.-v Elles invoto




ecuaient lesa Nuieux de la, enebrous pse. Myst�e. judis-.!











oluirtes suavtes ce notre Li KY, se prlcise � mes ux et ulen moi ce complea vre note qui it essore des chants profonds




secouant la eeitnoire, cveIlppe de Mys�t es.




Lire dansoute Ch ampionnat d voas int�resse.



classement Bi i qUea ptlus d''. ne trentaine de matc-es a lnt d�j: en :lieu, les teinis-nr et les, . . � ( t . belles venentro. en pespece tive
o s Chamilon; Baker et Roy joueront mardi,


Le Conseil d'Administr"ation du Comiut� Haitikn de l'Alliance Franaise 'est occuii� samedi (des cont�rences sur l'Education, du Congr�s du 16 18 Aoit, tdes belles familets paystanlne ts hi orn .nisees et dont plusieurs imlen.bres savent lire et �crire, d sa Correspondance, etc.
Tous les d,.ssiers sur les f:imilles paysannes ont �t� comuniqu�s. Quatre sont diclar�es laur�ates, avee mrention, sp�ciale., Ce sont les familles cie C('mnunets dle l3ahiet, P'tion-Ville, la dail�e de Jaenwl et L�og�ne
I ,cI-sietr interne l'Ecle A des Ar ts et Ml.ic s dtir.
e ' a:rL le- S!alsiain.s est t t e:frant ds m orne-l ule sas de.
ris-(ri. IS:ainet. 1 e;t age (dle 12 ans. L'est le jeune HuS\ugus:t lne an no, Las de il --ris, (Bainet), Alesxantire orno (Les ('ades, ttion-Ville), Jin-i-arie La, oche (La Valide de Jacnmel e" Mlontc r :,: 0 .bita(Lacinca v.t�'': un Souvenir t �tcra ptgrfaphi.
S. u itn, nu f .ce nubt y-te d Ciiance firan�aise
soit imite Nous adressons toutes neos flicitationls A Ca beiiies ai p ayan ne
is oub li r t.' :asti'urs desarneS fuIt
d�voumn iI,:t: b apport11 sera pubb
L te ons-i d'Administration a vote uer iu fetu (bal, art 'trac ons d iversesetc.) au profit de ses (Oeuvres humanitaires. Elle aura lieu 1l1t Juillet. A plus tard d'au . tres de;ils.


A V 1 S
a,; Secret ai �'"rie d'Etat d:' IlVnt-r�eu�i'ur fl- ux rtran gers soumis aux formlitks du plwrmis de s�jour, y comp'i�� ceux r�sidant depuis Iplu de cinq ans sur le ter'itaire qule le �lai imiparti dans Ir-. vis publi le 1ri- Avril dernitr p enl ir le 1er Juillet 1937.
Port-au-Prince, le 17 Jui

Le Secr�taire d'lEtat de I n 'i fl rti




VEILLEZ LA BILE
DE VOTRE FOIESans alome-et vous sauterez du
uit H leAt M "gonEfl� bo
S I tltttilfC i tbe uttir. re c.'re u j-our i t titde bie dar~.l' q ttin. i t*.,t bie au tivr rw it.l
.& t V< ft-itt ts, - i e:.:. -. � . ''trn' t l e.
PYTEflTt Pls.ui - t-,; s't: u --'w :,'i.:f: , .- , POfE ont te pourrit d'rn�at 'r h 'ri, -. "allay

� ble t5 - n./- k } P�, 'i: fi. tir: � tf. .

S Pistrneur o l: :i


:: i i+ilii i iii i ii
---- �f


v �


- Mi*i


.~. �irt--~�hi





























Une auto le frappe; il toibe sur la route. Personne ne s'en approche, ce n'est qu'un va-nu-pieds. Leipassant continue sans m�me le regarder; le passant continue vers ses plaisirs qui s'estomapent au gr� des cr�puscules; et l'abandonne seul A son agonie, ce n'est 4u'un va-nu-pieds.
Tout pr�s, l�, dans un cercle d'amis, la conversation s'�panouit au souffle d'insouciantes gait�sA peine si l'on entend l'ultimne soupir du va-nu-pieds.
L'�gratignure du riche co.sterne tous les eceurs, l'indiff�rence mine la ronde autour du va-nu-pieds qui git.-


Joseph -Justin MONTAS.


ir T 1 IV --j, w4 j,


Regards �namour�s


de syl[phide,


Paysages ensoleill�s, Sem�s du parfum des fleurs [sauvages.
Un coup de sifflet. Le bateau fume, Le navire glisse, ivre de vi[tesse.
Bient�t plus rien, Rien que les blanches vagues; L�chant le quai de leur ryth[me cadenc��
Anne de CONTRESTAN.


SOLITUDE.
Pour C. N


Seul, je pensais � toi. Et je voyais ton ombre Errer aupr�s de moi. Comme une vague sombre.


A LOUER


Une Halle de 12 m. environ situ�e rue Dant�s Destouches, Anclens atlqiers du �Nouvel-. liste>�
Cette Halle situ�e dans la cour conviendrait � tout usage.,\
S'adresser � Madame Ch&raquit m�me adresse ou de 13 � 15 h. sonnez le no. 2731.


A VIS MEDICAL
C4INIQUE
du
Lr. LOUIS HIPPOLYTE Ancienne maison
F. Duvigneaud .
(Rue des Casernes
Consultation : Il �4 ha. >&p. m


AVIS MEDICAL
CLINIQUE
du
Or, FRAN�OIS DUVALIER
Rue d Dri Aubry
No, 104
Consultations tous les Jours
de 3 hres.� 6 hres. p. m.


IL Y A LIQUEURS

ET LIQUEURS.
Les amateurs de bonnes boissons qui d�sirent faire un choix de v�ritables liqueurs surfines n'ont qu'a r�ciamer la marque d'�lite: Edouard J. Benjamin.
Edouard J. B�njamin, quant a son assortiment de Cacao, Anisette, Kummel, Nectar, Cherry-Brandy, P�ches Brandy et surtout son fameux cocktail X-33 laisse toujours un go�t agr�able et merveil[eux.
R�clamez donc, chers amateurs, la marque: Edouard J Benjamin chez ses d�positaires; Simon Vieux, Epicerie du Centre, L�lio Bailly et vous serez nettement satisfaits.


OPTIQUR
POIT-A U-PRINCIEINNAh
3rand assortiment de verreet de montures pour iunette dela meilleure qualit�.
Grand'Rue, en face de
John K. Woolley.


CABINET
de
Mes. MAURICE R. ELIE et
MARCEAU DESINOR Rue du Centre No. 9s.


den. cehi
7058$


UhSfl n: mdi mL.


i ou.


' solon Prtnoliv garde eaut de otre tisage - pour.;?, relE de taot i v tre Eorpe? Plmr iveus, fait d'huite. <' a;:, * t .r pnant, gardJ toute vtre peau bel t e r�Jiuv;t'. l '4::!e r: t tatsk nitn. r�coatma-nd�s par SO,ODB eXrrts en beaut tc
mou- - :X fi


n :: et soir, masziz tous les , t . du vitage et du cou arec la mousse riche d� Pal ' uiYve. Rincez bien,, estsye
.t vote' peau et d i(iuv. 4uce et belle.
. . . . .: . . . . . . �; i i' :


Donnez-venv� vhaaue otemne Appliquez a rmoq:,' r 1 'aIbien t as&chez -dPpti tetmet, Vo\s cheveu \es tn d eux, et vivitte.


W4 t U


DEPART. � Mile. M, Mat hurin.


: : : - :::


'i




* . .*. * I l . ."d.R :i;::. . ; 7: 7 7 7 . . . . I


P: ::


O:: iz : ii :. :.Z : .:i. : : i: : Z :? . . Z. : s : "


RES N ce matin i


0. . . DU. . .

par C�ble, Radio et Correspondance A�renne

(STATIONS HH2S, HHH, etc.) . -.


EN CAS IUNE
AGRESSION ALLEMANDE
VALENCE.- a�LEspagne est pr�te � r�pondre � toute attaque de la flotte de guerre allemande� a d�clar� M. GW, ral, Ministre r�publicain espagnol des Affaires Etrang-. res. Ce rapport a �t� fait �a !a
suite d'une r�union de cabinet tandis que les rapports de l'Etranger disaient possible une attaque allem�andpe contre Valence, cons�quence de l'incident du �Leipzig�. Il a �t� demand� � Giral ce qu. compte faire le gouv&rnementc dans l'�ventualit� d'une pareille attaque, ce dernier a r�pondu: <�le gouvernement saura comment r�pondre, car menant une politique pacifiste avec tout le monde �tranger, il est pr�t � se d�fendre lui m�me�. Il lui a �t� demand� �quelle action le gouvernement envisage dans le cas d'u-ne d�monstration de la flotte aliemande dans les eaux espagnoles?� Le diplomate d�clare �si cette d�monstration consiste simplement iun une parade de navires d,-, guerre en vue de notre port, je suppose que nous demeurerons simplement dans le calme�. Mais pourquoi l'Alemangne voudrait d'une paeil�d�monstration? Pour ne pas laisser sans doute dans l'inconnu sa flotte m�diterran�enne. No'us la connaisson1s d�ji r�pond le Ministre.Par ailleurs, il a �t� indiqu� sans ambages ici � la suite de la r�union du cabinet que le gouvernement de Valence est dispos� � ne plus tol�rer d'autres bombardements par les puissances �trang�res. Comme on demanda � Monsieur Giral �quelles formes p'rendraient les contre mesures du gouvernement� le diplo-. mate r�pond: �attendez pour voir ce qui adviendra.�,

INTER VIEW DONNEE PAR UN OFFICIL
ITALIEN
ROME. �Le drapeau ita-


lien sera prot�g� dans les
eaux espagnoles� a d�clar� un officiel italien au cours d'une interview. Bien qu'il ait indiqu� que des navires pourraient �tre retir�s de la flotte du contr�le des qgux espagnols, il a ajout� que ceci ne veut pas dire que l'Italie envisage de ne pas avoir de navires dans ces eaux.
QUESTION-- Les navires italien permettraient-ils d'ar r�ter les navires transportant des munitions aux gouvernementaux espagnols?
REPONSE.-- Je ne sai s quelle action ils prendraient, mais les navires italiens auraient �leur libert� d'action�.
QUESTION- L'Italie accepterait-elle une extension du contr�le par la France et l'Angleterre comme pour corn pl�ter le cercle autour de l'Espagne?
REPONSE.-- L'Italie s'y
opposerait, car le principe du contr�le implique un syst�me g�n�ral qui ne pourrait produire d'effet par l'action d'une ou 2 puissances. � QUESTION- �La position maritime pr�sente de l'Italie dans les eaux espagnoles pourrait-elle �tre consid�r�e comme un contr�le de facto? REPONSE.- L'officiel a
d'abord r�pondu �oui�, puis il d�clare: �>e pr�f�re ne pas en faire des conmminentaires�. a ensuite d�menti les rumeurs circulant et (lisant que 5i.00f) volontaires venaient de laisser Civil Avacchia pour !'Espagne et qu'une autre division a �t� mobilis�e. L'italie demeura dans le comit� de non-intervention pour cette raison. Elle continuera sa politique de non-intervention. i


'-44W .~t.4 Y ~ t t. t,


La situation a oblig� l'Italie et l'Allemagne � se retirer du syst�me de contr�le, main nous ne sommes pas respon sables de ce fait�.

POUR LA PROTECTION DES INTERETS
ALLEMANDS
BERLIN--- Un officiel a
annonc� que le navire de po. che �Graf Spee� est partii et apr�s-midi pour 1'Espagne �pour prot�ger les intGrits allemands�.

LA TENSION EN EUROPE
PARIS.-- Les officiel fran�ais ont d�clar� que laI France et la Grande Bretugne seraient fo-c�es de d�fendre leurs int�r�ts dans la M�dietrran�e si l'Allemagne e; l'Italie font un usage puissant te leurs navires de gtrre dans les e aux espagnolt , Ils ont ensuite ajout�: utoute tentative d'action des ita liens et des allemands sous la forme de patrouille sur les cotes espagnoles, sans autorisation du comi t de non-lntorvention, serait consid�rk comme un blocus et partant comme un acte de guerre contre l'Espagne, puisque ces 2 puissances se sont retir�es tlu contr�le�- Les-,officiels ont not� que Paris et Londres ene peuvent pas demeurer indiffe�rentes en face d'une parefi-


le situation --- L'Ambassadeunr labritannique Berlin, M. Neville H-nderson est atten(du pourv extl-'iiquer un pa'e! ploint de vite nM i Ministre Von Neurath et proposer V'tabi isse�et d'un contr�le (le neutirlite t (le patrouille suri toutes les Cetes espagnoles par l ,e flottes anglaise et fran�ais-, l s ont en out re d(ltard qup slreue lil France -, 'AntLo. 'r, t-ent i le d(roit (d' S te ('rt i p quisit ionner i r 1 nitib:>s� -; eni ca i' I'Italic c IAl'AInmagn e t participe';. F i cS. a Ili- tole. Mais puique RtPinncue et 3erlin sont enC'o'Fe mimbrti (s du comite de nieutralit, I: France et i Angleter 'e n 'tendraient a leur coI ntF sans approbation i-taIa-a, >.mande.

1).\ S IL,i PRESSE

L ' N U1n quotidi all eman1 - f eit concernanla piresent e.~" -se europeenne
-L'italit tl Reich atten
dent Ii'n tides honn�tes gea -i3 .-uni dan,- la main, clI ;ei< t t,'t" g.a leur lier' d'acti�o c l tte hai;':hw- -1d�veiop t . l les natlonit piu - . d'attend�e tes consid:r.nt o1n inutilemetln com ]iqu ,<.t - ,t les �gards 'rai " eux d Mon.ieuF IE , les Ce 'lf'M i ro' ;"L a' ;'"i n' e" . o." r' one" .< to


te
-- t-- J


Detee votre prdpre Comptable on uve tt nn Compte ds Ch�que la Banque Nationwa's e . b
R.pubhque diLRa1


0


SOIIIIp S 1



pas se


DOUBLLE F.iGLE

Est le mnilleur pneu du monde et aussi le plus 1,eau

20,000 MILLES )E SER'IC('E

tIROYABLE. CEPENDANT C'EST' TOT1' CIE QUIi A DE PLUS VRAI GAGNEZ $ 500.00en �quipant votre voiturc ave tdes pneus

�GOODYEAR DOUBLE EAGIE�.*


SEULS DISTRIBUTEURS POUR HAITI :

SOCIETE HAITIENNE D'A UT 011dILES

Mallebranche, Gentil, Bogat & lo.,

ort.u-Prince , auil,


lever la main contre les a!lemands-� 'Cornmentant le commentaire officiel sur le motif des meisures allemnande qu'il seri't plus oppoptnii d'adopter, soit �pour les f.uissances d'assumer la pr tec. tion de leur. inrtt�r:ts comme c'est normalement i usage, It, Deusrche Allgmeine Zeidung
�crit:
dm. � n c t' , in i : 1i d c-l lia sii- - t n . it'






















A �
nI ,: du MIn'.i f; r< i ~~n! ' 1 sne Nation:t~ l Zi tun- l ut que le ncpe ondaven t n a :it. , t - '- � e do<.it d nd tre F trop





F: - j t'dt'o













-r - " ton


riteinen, sur




A V I.J.SIPORTAI
PR i':n l k I nsofla ~ r D












r tctin iGen�rale des T adrtser au Pasteur M Pho. dite,( esenne o u au Pus leur BVUptispVie.












ciden, 'acei t de, Ltte route est ent1i�remnent fnermi atu vlicules de P heures A. i h heures P , jusqt'a notdessus mentionnsco.l, la circu !ation neibe re s a lat ion :est libre,


Ahe-tez ies
Pnieus et batteries


~a ~ ~ ;U. . . .P~


I


:� :�.: : :7::
. . . 7


lie


Un


Il �,


e e


Pei-


peuvent


tronriper






















joyeux concert, sonnaient pour lAscension; egrenant leurs notes sonores dans 'air, qui vibrait sous la chaude haleine du soleil levant; le ciel

lonn6 d'hirondelles, :s.'y :croisant� heureuses et contentes, ouvrant becs goulus pour attrapper les mou'cherons qui, trop contents de la vibrante: nature pretnaient aussi leurs �bats dans 'air: les fleurs eclatantes des tropiques, humect�es de ros�e s'�panouissaient, sous la dodce chaleur de l'astre du jour, comme l'opulente chair des cr�oles des Antilles; voluptueuses dans leur beaut�, enivrantes dans leur parfum; epandant dans l'air la douce joie de vivre, donnant l'envie d'�treindre le bonheur dans un spasme supr�me et violent de voiupt continue- Les rues regorgeaient d'une foule endimmanch�e. Les canons du Fort.
�Tim� tonnaient sans rel�che, irrisant le sommet de la forteresse d'un bouquet de vaS peur.
La salle d'attente du pa
lais de la Pr�sidence r�gorgenit d'habits eharmar�s: Les
Commandants d'Arrondissements coudoyaient les Ministres et des dames �l�gantes; mais, l'habit noir faisait grise mine au milieu de tant d
dorure.
Le Pr�sident s'habillait, les
valets s'empressaient ains; que les intimes; pour le satisfaire dans ses moindres d�sirs; malgr� cela, le pli' soucieux qui barrait son vil
sage ne se dissipait point.
Ceux qui ont lu la descriptio� --des, fastueux levers des rois d'autrefois peuvent se faire une id�e de ce que re-!
pr�sentait la galerie du pa.
lais et la chambre du lPr�sident ce jour I�; c'�tait une � vraie cotir: De lpr partout aux k�pis, aux e aulettes et aux poignets; des goussets s'�chappaient comme des serpents d'or des cha�nes massives attach�es � des montre,horloge de m�me. m6tal.
Des solitaires brillaient
S aux doigts des femmes et rxvirees:de perle en cascade desCendaient sur leur poitrine
:: nue et opulente.
: Des r"res s'�chappaient en fuas�e dominant le froufou des
;i robes de soie.
Les dents dans les faces
Iblondes ::et noires avaient des r eflets jaunes; car, ces heu;:.reux s'talent fait oter leurs
saine denture pour la remplacer par c:ette fau ve majes.-n On le voulait par tou t. ce



.-.-.-.: :: i:iii:: :: i ;i: ii ii : ;i :; : :i :


lLeComit� Haitien de l'Aliance Fran�aise offre unes& rie de conf�rences, les diinanches 7 Juin; 4 11, 18 et 2,

par MM. L. C ,Lh�risson, Etser Vifire, r Aug. Magloire,



$aI l itiana ?
:3,ft,l::�::: ::: ::. -.". . . . ============================= ====:


A S heures 30
Le c�l�bre roman de A!phonse Daudet
SA PHO
avec Mary Marquet, Fran�ois Itozet, Charpin, Camille Bert. et Jean aMx.
Le drame poignant d'un amour. Sapho est une oexvre, imposante et riche en nuances psychologiques, MaI'ry iarquet est prodigieuse de puissance et d'�motion.
A 8 Heures 30
t ne �vocation saisissante d une �poque c�l�bre de la Renaissance Italienne.
LUCRECE BORGIA
lviN on sc�ne d'Abel Gance ave e dwiige Feu ill�re, Gabriel CGabrio, Maurice Escandire, Josette Day, Aime Clarions, Philippe Herriat et. Gaston Modot. Vous participerez au triste destin de Lucr�ce Borgia ame sinc�re et g�n�reuse qui so d�bat au nilieu de pasions d hain es. . .


DIMANCHE 27 JUIN 1937 PARAMOUNT
pr�sente
en soir�e � 6 et 9 heures Edmund Lowe et WynnL Gibson dans
CONDUITS PAR SA TAN Un Filmn Paramount
avec James Gleason, Lois W� !son, Dickie Moore et Allan Diwhart.
.un drame d'action m�l� d'int rigue, qui nous fait p�nu�r-r dans les cououlisses de la police d'Etat am'ricaine et Ious eitI;nc dans un incroya'ble tourbillon d'aventures.
-.combien �mouvant est le reit en iages d. la vie de ces �Voleurs d'�Autos�. vie cont�e avec un- relief saisissant. une violence m�l�e de dEtals , une v�rit� telle que !e spctOu:r est entrain mnalgr�L lui dans un ourbillo mortel.


N'OUBLIEZ PAS LE
GALA DU
SPORT HAITIEN


Dimanche � 2 heures :t de 'apres-mid. SEntr�e G. 1.00. Enfants 0. 0.50.


NA
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Sdui 1�gsv


S�LA METHODE COLGATE� ltin et sir, bTosez-.voue soi~gfneusement h;s dents avec de la cr�me � dent rColate;
" n' .� sup�rieures de haut en bas, la
i, ?inrieures de bas en haut. Brossee, ; enhaynt de dents aven un mauvemcent tcirtaire.
.etez uie attite t pou de Colgate eur v,tre langue et -prenez une gorg�e d'eou. Faites passer cette, eau puualeurs at arL voe VOs d eatsn l'ugit�nt danln votr lche! Rincez dc nouveait � l'eaut eir. "st tot.
c. :.


vi.


. bwK I-.
Cnrrdg .4wus .d
12at bch


L'AN


. . . 4. . .


t T


�1 a.:


4111


'i


nou Fo


3358


JOUER A LA LOTERIE NATIONALE, C'EST SE PAYER PEUT-ETRE UNE MAISON, UNE AUTO, LE CONFORT CHEZ SOI, OU -RE A MEME E PRENDRE UNE ASS'URANCE, ETC.

TOUTES CHOSES DELICIESES ET UTILES. - NPENSZ-Y.
MAIS JOUER A CETTE LOT fERIE, C'EST AUSSI 9ONNER UN REPAS A DE NOMBREUSES PETITES SBOUCHES DES ECOLES, SOULAGER N TAS D iERE UX QU'UNE MAIN DISCRETE ATTEINT RE-' GULIEREMENT, INTERVENIR INDIRECTEMENT DANS LES BUDGETS DE BEAUCOUP D'ADMINISTRATIONS, C'EST-A-DIRDE FAMILLES.
'. A . O S T , R D �.�:8 " " �. . . '' ' . . .)'' i� LE; ' . i: : : : '' .: : :�;':. : '':-.:'.:.;::: : :. :::: : ;:il:. r a u d i o s e s,::;.ii:? . :. . . . ; . :: . !. . .; : .:;. .i i.:;! .:; . :::; .: . . : !. ;: : . : :::;


tou


r doit uer TIONALE


. . .


Rue I


Pour ces ra SOlis le p)euple en i enti


LOTERIE,
. s . :: . :: : . : .::: ?;;;::.7 . i: ��. ? . :7 ; ;!;;;2 :!!!;! !; :�:;! !;. .; :;; ; ;!;;;


*:- " = "? �- > ~ - '- , . . . . r_ _ . . . . 2 . . . . . . - . . . . . . . . . i: . . . . .- . ., , .: - '" " " " . . . . .
._�_ .�_ _ � . . . . . . . . . - -.- .1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . A . . .: . . .: - :m
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: :::. .::.: : ::.: ::.:: ::.::.-:. .::.: : : ::. .: :: : : : : :: : : : :: : : : : :: : : : : : : : : :: :: : ::.: : : : ::.: : : :: .: : : :: : ::.:-:. .::.:.: : : : : : : : : : : :: : : : : :: : : ::. . . . . . . . .: :: -: : : :: : .: : :: : : : . . . . .: : . . . .� . . . . . . . : :. . . : :: : . - . . - . . . . . . . : . -:. . . . . . . . . :


-i ---- -. . . . . . . . . .
w� . I


ai
:k::: i:::?::!!!!.
:: : .; E . g ;z z7; . . .: . zi zzKZ7 ::x.
:??:i# :i # J .:J .:. : :: :::::::* :::;: : : .: :. ! :;


. . . . . . . . . . .


1 I


. . . . . . . . . .





la.-"""""" """ NW b """ " PA


S�CURIT�, COMMODIT�
Il est imprudent de garder In moison, o� le feu e tle vol peuvent vout couser desdommoges rrrabtes, vos polices d>iouronces, hypothwques, fitres, controts et outres documents pr&)ceu. iUn coffret de soret�6 10 Bonque Royo�e co�te peu et �vie tout sujet d'irui6�i
LA

BAN Q U ROYALE


DU CANADA


-. <-; - C


COLLEGE MODERNB
Directeur: Lrnt Aidnder
Avenue John Brown
Kxternat-lnlternat : (;ondition. madi;
inacrtvez vos cs nf ats au :
COLLEGE MODERNE,

i4tle qui met l'enseignement � port�e de toutes les boursea rfole qui ne professe pas le ebourrage de cr�ne�, r�ole qui pr�f�re � une t�te uniquement �pleIne� une t te bien faite�,
Tkole qui s'attache solliciter et � d�velopper toujours le jugeent e t e l'�l�ve.

test l� que se trouve recr�t� le corps de professeurs le plus homog�ne,
le pa us z�l�,
f lus comp�tent, - .
t� plus capable, sutout, d'entrainer, par l'exemple, �� tieon bonn�tye et constructrice.




.de ie atteis & Co

Place de

Rue Courbe etl Rie du Mogasin de t Eta
&CHAT D'ECAILLES DE CARET, VIEIL Oit, DIA ' PS, PERLES ET PIERRES PRECIEUSES, VIEiL. tiCESARGENT E OR MONNAIE DE DE TOUTES
a4�UNALITES, A DES PJRI* ABSOLUMENT AVAN 4tI4UX,


Connaissez-vo us



d�j� la Citron ae
lui 77







Voil� une nouvelle boisson qui vient d'itre lanc�e par LA BRASSERIE DE LA COURONNE S. A.
Essayez une bouteille et vous ardoptei'ez cette boisson avec son arome fin et d�licieux. En vente i ii rasserle de la Couronne :o grancdsit� tt pti mlkl.s vt pa tir de cinq douzaines.

Les autres boissons COURONNKE dbE tirs o;ucnnS et appr&i�es h Fort-au-Prince et en province sont :
KOLA COURONNE en grandes ot petites bouteilles

COCA COLA
JUS DE RAISIN
SODA
ROOT BEER

Buvez les Boissons Couronne et vous: :ivez tsurann de boire une boisson extr�mement hygi�nique vu la


m�thode efficace qu'emploie In Brasserie avec Lai(de de ses maclines pour le lavage de ses .ot:ueilie.


* sf-f-z-


Coll�,ge Sion Bolivar

Ensei nemenn Prralre et Secondairet
EBi nignn deea tuQ e ' queet Moderne ( cwns A ,C)
Interna t iet1'ternt
8, Ruef Mgny, 8
Laurmat de l'Alliance Fran�aise (C- ':.fn fran�ais aux Examens du Baccalaur�at de , iJu - et o-4ncout
de Diction fran�aise de Juin 1985 et de Jui i 1936). 41 sur� e aux Examens du Baccalaur�at (1�re et 2�mea parties).
Le Gall�ge Simon Bolivar avise les p�er �, t m�res de fa. mille que ies inscriptions pour l'Exercice 193G-37 se re�oi. vent tois les jours ouvrables I partir de 8 Hres. A. M.
La Direction.


(suite)


diabolique m�tal. Il synth�tisait tout: le luxe, la splendeur, le faste auxquels P'homme puisse aspirer sur ce glo.be maudit fOu le- genre hu main tend h oublier l'Esprit pour i'adorer que la mati�re surtout deux ctb tur :' et la science,
C -Inn�i e t-pil point en. co'e arrive, demianda Son EucelIence?
La r�ponse fut n�gative11 s'affaissa en une m�ditation profonde.
La l utte avoc sa penscee s r .ti t.' sur son vis;age, on
sint:Uit "ut



I
d"j t r i .


I pass un doul ouriu Sou -t a irmurai pt1n ut






' in nCv - .e on ace? Pou t
J- -'-s puniHoureet ntaison -atns. ii' ( t quu to acte n





















N ic l fil- n
'.ctvx-.tc a t-n s.i i
c iis iU i~, ,.

t-s e : teti e t~,. Ce S\j -� ';' �Vtn, (

'''t'' n u u t>tIe :m'e.





ia tcette t Lite ata 'le, quel

t et -'Ltan t n epru












� pt-rt-un 'hnourt du palai-.


RIANDE LIQUIDATION DE LUNETTES ET r::nettes et Verres de tous num�ros Montureo en nickel inhoxydable � Verres ovales au prix de dde $ tJ la paire. La liquidation durera jusa'au 15 Novembre
east


VERREI inetbwas


r < .SL - r


Le fait est incontestable


A. DE MATTEIS & CO.


c'est la quitessence

DES


i t- --'- _ p'
n f '-�4 f
if4t* .nf.- a-.-


-t


paa~


mie, g Si
A BASU de 4'@Q811" . TOLU et 8VCAM�PTOL t
I, --f


.IPLUENZA, A.EC110NS Es POIUMONS


meilleures vari�ts de cannes


d'un vaste territoire


r�unissant les meilleurs terroirs.


C'est ce qui o a


GOUTEZ ET:COMPAREZ


.b~~WrIJA-IL4.fldu**4 ,tt�4 5&


V ,'


i


'.


LE


RHUM


SARTIHE


�.rL


ii


a~,gy,�~;~p�~~,~*,f'-, ~,"-~"p""""P~L~sc~p~


�- I


v


i


9


- ---~- --


: :

,:::;: ,,-: :::


i::
~-:::: I:-:: i::-:


RB,


Y


1


sm-~����� T


S


'"i 'd NOT::N -.l ::LLIS �,


1


1



























Ce clich� repr�sente le Building de la �Pharmacie CASTERA'�.- ("est une construetion qui fait honneur � l'architecture nationale. Le dynamisme et Ie savoir faire des jen ne qui ont cr�d cette imporiante organisation ont su y mettre du go�t, de la science, dE la mithode- Nous recommandons �i nos lecteurs de visiter les diffiJentes sections et d�partement de cette Pharmace, dont l'ouverture a marque n no;re Pays, tout comme l'inauguration de Rex et de Thorland, une �re nouvelle : Progr�s, Cirilisation.


�LE NOUVELLISTE�
Rue F�ron No. 69
o~~e Postae No. 135. T�l�phone 2Z2 QUOTIDIEN FONDE EN 1898 Par
HENRI CHAUVET & CH-IERAQUI
ircteaur-Progri� aire
ERNEST G, CHAUVET
Secrdtaire G�ndral :
MAX DUVAL Administrateur :
KLEBER GEORGES-JACOIi




EVE EST BIEN NEE

D'ADAM


La Genese nou a nouri: qu IE e sortitL d sein i'A dam- Que de plaisanteri b zarres n 'avons-nou pa o v�es pour cel c elt er: chL se qu, nous paralsb: t .phsihtile! Or ila Sci:: <. mr e, nous reserv A .
d:es surprises. Ai.n n ci' d'op�6 tn ,rer un bon i csi-o xante cin ans in e ,trneley au ventre,--- la fame.e e: CF di'Ad m. et cette tu Cu. i,valt u n ,u.rt�, les membes e uhn ceiveau, mais p, 1i.e TIfuit cojnme Eve
Notez qu'il ne s'agit pi;r i tout d'accuser un nir a orme d'�tre vicieux. Ie ima cheureux a bien engendr� . tout seul. la confirmation le 1:, genese du genre humain E; c'es:t bien dommage, car e'e avec plaisir que je vous atrais cont� des d�tails croust ilants que vous auriez savour�s en fumant une aSplendid.


AMICALE DU SEMINAIRE

A l'occasion dte la SaintMartial, il sera chant� en I Chapelle du PTetit-S�ninaire une Messe solennelle le Mer credi 30 Juin, � 7 h. 45 a. im.
Le Bureau dte l'Association Amicale de St-Martial s'eurtpresse de transmettre � ses Coll�gues et a leurs familles 'aimable invitation a y assister qui leur est faite pa le R P. Sup�rieur du Coll�ge St Martial. Il serait, tr�s het.reux que l'on y rponue eui plus grand nombre possible.

Le Secr�taire-G�n�ral,

Louid E. ROY.



DES TOLES A ACHETER

Onz demande des t�les er bon �tat.,
Pri�re de s adresser au bureau dcu journal-


V ENTE PAR VOIE PAREE


On fait savoi ai qui I appartiendha QU'e, vertu c uni, ol ig ation hy pti�eaire enii date dcu huit mai mii nei cent trente quatre, enregistriee, sou-scrite par le sieur t Nexfort Moise, dlemeurant aux Gonaives, a iet�ur Bruns\wi:k Becnier, pioprietair,. e nuv''ant n la mnme ville., p t:en au No, 711 pour Ie-Xl - ice -ours, i'mellC reP
,r ' inte 11ret". ln comitian._.,vent .n e. date

ru armede la vent.' i.' 4 iF '. " "tf pLus eivant et
'i n'. (�ch u - en lite t pr: 5;le inistere de
i ,J l � Dbrusse.
a-~. u O n atlVeS, rue
i -. Jrtu.re, le vendred; qui I-'le d(eux juillet prochain. a.>s i\ heu,'es du matin, d'uavson �see on cette ville
l:(nnive-, rue Libert�, i : anile Est de cette rue, im. No t 5 pour 'exer- F�i e:' Co,(u 's, te !a contenance
-ne ,t piet .de fa�ade .:.fi o r . . ent six pieds de fu'onldcur, born�e au Nord sar les heritiers cIe feu Mafiame Mulatire, au Sud, par Ro.Lr:t Th�baud et pa' Ma. Marcel�ne Damier, 1 'Est, Ipa: ,l- hb�ritiers te feu Saint-Hu>ert Denis, et I i'Ouest. pr la dite rue Ltetiet:�, suivant proces-vcrbal l'arpentage en dlate tu seize avril mil huit cent cuatre vingt dlouze, enregistr� Ainsi (que cet imr�euble se poursuit, comporte et s'�tend sans aucune exception ni r�serve.


L.a dite vente aura lieu sur la mise � prix de Sept mille ceunt soixante treize gourdes quarante centimes. G. 7.173.f0, montant en principal, int�r�t.s et honoraires d'avocat, [non compris les frais dce procetdu-re .et non eompris les charges de l'ench�re.
Aux requ�te poursuite et diligences du sieur Brunswick Hernier, propri�taire, demeurant et domicili� aux Gonaixes, ayant pour avocat Me. Lys Latortue, patent� au No. 97, avec �lection de domicile au cabinet de i'avocat constitu�,& sis aux Gonaves, 51, 53, rue Clerveaux. Contre le sieur Nexfort Moise, d�biteur hypoth�caire. Sdemeurant aux Gonaives. "Le, Notaire charg�: de la vente .et 'favocate soussigne,


Certais iasectcicid.is trdGttissent le mouches au lieu de les uer. BientSt, lttes recouvrent leurst ailes. Pour wvtre s�curit�, exigez FLt f. FLIf tue vraiment les insects., et pour toujours Ne tache pas. Nou ve.au parfum agr�able. Exigez le bidon jaune � banra m lir' fet sordat.


UNE NOUVEAUT-1 La pop audc iercid E I. I it xuervt'i' r .�itri Pa'naicr. Caf.rd, rEO.tn�s.
r. &


f .


.F---- -----

RE !RCIEMENTS

ET P. PT C.

Avant le partir pour I'Eu r, pe, M. et Mrne. Pier�r i'" Elie 'enpresse die renxmrier bien SIIi(efreient tes , mi tant de i-ort au-Prince u e '! la P'rovinc.e qui leuiIr ". tmnoign des mnarques < le vy: pathie a l'occasion du d�(c, de leuir fr�re et beau-fv�:'e
Jean F. Elie,
survenu � New-York ie II Juin 1937, et les pri:ent d. croire 5 leur profonde econlnaissance.
Port-au-Prinee, le 2,4-6-37


donneront totis les I'enseigne. inents cleessaires.
Gonaives, le 23 Juin 1937.

Lys LATORTUE.


A. Thibaudet -Histoire de la litt�rature frangis G. 7>5 . lontherlant -"Les J' ne fill ,'ies .4. . T ~ . ; :I ochine.S. S:~a. :: . "
Ln 1,e M 'orza -! Sy nth�se de l' Europe !.:. 1I: : i
Saiazar --: U>ne rivolution dans la paix . ': . 4,50 K. S, Chandan - Conflits eutop ns . ., 5L 1 Maurras - Le Chemin du paradis . .
LJi. Maurras -- L'avenir de lntelligence . aoo C h. Maurras - Les amants de Veise . ,
ih Maurras - Napol�on avec ou contre la France? 2,75 i;ainvie - Histoire de France . .2. i
i;ainville - Napol�on . 4,1
t>ainvile - Histoire de 2 peuples (continu�e jus.
qu'� l itler) . . :
i.ainvile -- Les dictateurs .,.,3 .0. 4,051) (';eig -- Fouch� . . . Ssweig - Marie Antoinette .:::. 751 iveig -- Erasme . . . . . . . . . . . 5,0 :::
teig C- ombat avec le d�mon. 5.~.2 Madezin - Fouche (2 volunes). .,.* 10 Madeiin - Napol�on . . . 3. l5 Madtelin -- La Contre R�volution sous la r�volution 7,50 adelin - La France du Directoire .3 75: ;iciin .-. La France de l'Empire . 3,75 Aukiv Ste. H�l�ne (2 volumes) . 7,0:
Acbr Le Roi de Rome. . . . . 415 uiaxoUe. -- Histoire de Louis XV . .4,15: uax< e - La R�volution fran�aise .41.1. , Ch ibe nis:.-I -- Monarchie Fran�aise (2 volumes . 6,25
Lecon, Thiers .37 5
uDictionnaire anvlog;que . . 12,00 M�erve1iles dre l'exposition 1937 . 2.75 Le Livre au Jour: (arrel.L'homme Cet inconnu. 5,00

i - ___. __. ---~-------------- - n
. INSTITUT TIPPENHA UER
Reco~,~n u d'Uti�ite Publique par Arret� Pr�sidentiel
Est la Ilus grande Ecole la�que de Port-au-Prince. ("est lairmux organis�e, o� l'on trouve: la meilleure pen. ston sco:irte avec � sa base: la discipline, l'hygi�re, le pot, i:.'ed: et le travail; Miaternelle pour tout petits de a 7 ans; Pension pour enfants de 5 � 12 ans M�thode ex. releri 'ur les Cour Clasiques de la 12e � la Philoso.
chie
.;fli t ra pide et s�re pour l'Etude des langues vivantes et ieo ,ors Commerciaux de Dactylo, St�no, Corresponlance Con' arciale, Comptabilit�.
Les 1kv-.':ic ers dipl�m�s de l'Ecole font bonne figure dans tou, es professions lib�rales et dans toutes les branch& e' tivit�.
Lee ' C anires d'existence et de succ�s sont la ggrantie de. famit ,, ette ann�e encore85 pour cent des elves ru�t aissaiei . avec brio aux examens officils du Baccalaurbat et 99 ; "y cent de St�no-Dactylo et de Comptabilit�.
S ; rsser I527, Rue Lrtmarre. Phone 28914 ,nexe Rue Capoi. T�l�phone 3296.
-:-: :--


Dt Biu FAIBLESSE


Dschiens
H.>:J~olIonbts. - asnratuatrs rBan qprn t par r 'litt�e k suprieur a in viande erue t aux terrugineux. -A S ,aRas Sa sitau dl Ptrkt
~OBEE~ILi:.:.:.:~


tEN VOYAGE?


r-r iv- -N'u4o pas I


E d FIASPRIE


Elle combat ts doulersii Inttendeas ett .pnlstafltt


taa~QlgLBI


_1-


__I


)
1


3


ir


-"~~csurdi)pas
~6"1~/
Q


r
ibP;~�,
�''~c -~ ~j


arr~ ~s a?~i~i'







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 7 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 7 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 8 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 8 missing
from source microfilm of this date




Full Text
xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103059datestamp 2008-11-16setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date June 25, 1937dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03059000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince