Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
June 18, 1937
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text








~j. -


QJOTIDIEN FONDE EN I


No. ii 4.193


I;s rapports bienveillants is a savoir-vivre, la triSiducation sociale, civique Spolitique consolident ferieent toute soci�t� huEn dehors des pr�ceptes qui t blissent la vie, o�u lamour Ifdfirme le plus largement posible, l'homme �prouve isensible et r�pugnante d�[idation morale. Livr� a ses; propres ressources, ob�issant ay caprices d'un instinct. voisin de l'h�b�tude, tel Roinson Cruso� isol� dans son iie, il s'affaiblit, perd la notonde 1id�al et ses efforts r�. S mais vains se r�sument ~ t:::-onnements p�nibles eti prilleuxNagu�re, les relations de peuple � peuple �taient moins stives- De nos jours, les voies sont �largies et les distanes -vaincues, la grande famillehumaine se touche et se coudoie avec plus de foi et de io nflance. Elle ouvre de plus Ms plus les bras � la Fraternit% Celle-ci en retour, raffrlit merveilleusement les : is intellectuels et �conom eiqu .es et donne le branle aux �pirations qui stabilisent les d:: lterses volutions.
Lorsque la Fraternit� dans on sens large, collectif et soidal rayonne dans le sein d'une communaut�, celle-ci tout iurellement, p r o g r e ss e, gandit et marche vaillamment dans le chemin sans terme qui m�ne � l'ordre, � la paix, au travail. Elle incite ~oute heureuse m�tamorphoso profitable � la Soci�t�, virifie le; i�mes d�courag�es etJ tous son �gide chaque g�n�ration consciente, pose une pierre:en vue d'am�liorations positives, heureuses et bienfaiantes. Car, elle ne cessera jamais de faire appel aux Pands coeurs et � tous les no. . . .


A VIS
La Secr�tairerie d'Etat de Ilnt�rieur rappelle aux �trast irs soumis aux formalit�s , perntmis de as�jou, y conps ceux r�sidant depuis plus taii�nq ans sur le territoire, e le d�lai impafti dans l'aei publielle 1er Avril dermier Proid fin le 1er Juillet 1937. iort-au-Prince, le 17 Juin
ie Secretaire d'Etat de

- DUVIGNEAUD. ) : 5. ,


bles et robustes ouvriers de: la grande famille humaine.
En outre, mouvement naturel des �mes bien tremp�es, la Fraternit� d�veloppe les sentiments de patrie et fortifie les sympathies r�ciproques. Elle entretient sans cesse une atmosph�re de paix joyeuse et confiante, fait entrevoir l'avenir avec le fanati;me de l'esp�rance et indique la route assur�e et v�ritable du bonheur. Ennemie de la haine qu'elle repousse ouvertement, source limpide d'in�puisables confidences, la Fraerrnite r�unit autour d'elle, avec le m�me sourire, les heureux, les satisfaits aussi bien ulie les humbles, les d�laiss s t-t les souffrants d'ici-bas.
Nos P�res, imbus de la
noblesse et de la gran,deur de ce sentiment a; Allons � la Fraternit� douce et belle, comme la travailleuse abeille � la rose fraiche �close. - Elle saura nous assurer la paix dans les coeur, la paix dans les esprits. Et avec Delorme dont le patriotisme et la raison unt toujours convi� le peuple haitien � l'entente, l'union et la fraternit�, concluons : �Rien n'est perdu, rien ne sera perdu, tant qu'il nous restera la source, la ressource infaillible de vouloir vivre en paix et de nous entendre.

Constantin DUMERVE.


C'EST LUNDI 1.

N'oubliez pas que c'est le lundi 21 du courant que Mlle. Carmen Lahens, de retour de Ciudad-Trujillo o� elle connut un v�ritable triomphe, offre son exhibition de danses classiques et modernesA cette occasion, le Rex passera sur son �cran: Chourinette. Prix: 1,10 et 2,20A L'ATTENTION DES AUTEURS HAITIENS


NCROLes auteurs haitiens qui
.RO. veulent se faire connaitre en
Miereredi de cette semaine Belgique peuvent adresser1 it� cl�br�es, � l'Eglis , leurs ouvrages � notre collaissiale de Saint Joseph, borateur Max Rose, 245, Bou obseques d'un homme de levard Emile Bockstael, 245,' 1~ et d'un travailleur �m&, Bruxelles Il qui on fera le
,nous nommons: . compte-rendu dans des revues
Atf:. Vill Louitsa belges
1e d�funt avait travaill� La e� .
ad'un demi si�cle la Ma~ Barbaneourt, assi: est-il ---- ? ;
~mementregrett�
ts pr�sentons nios vives DES TOL�S A ACHETER S4eires condol�ances aux
1 atteintes par ce deu-l On demande des t�les er- bon
etiirement � notre con- �tat.
lo Louissa , int, e. Dir . Prire de adadreser au bude

FRATERNITE


SUR LA HUTTE


Ce matin a commenc� 5 la: C(hapelle du Perp�tuel Secours, la neuvaine pr�paratoire � la f�te de Notre-Daime du Perp�tuel Secours, qui sera c�l�br�e le Dimanche 27 prochain,. Nombreux sont les fid�les qui ont gravi la butte ce matin-


ANNIVERSAIRE


La Royad Ncelherlands
Steanmship Company.


Cinquante heureuses et fructueuses ann�eis marquent l'entr�e de cette Ligne Hollandaise en Haiti. S'int�re sant d'une fa�on sp�ciale au trafic haitien, la Compagnie s'est toujours efforc�e de nous assurer les paquebots les plus confortables et les plus rapide. . L'accueil aimae qui en. toute tout passager est synonyme de Souvenirs, car i'on se sent vraiment chez soi. A l'occasion de ce cinquan. tenaire dont nous partageons : joie, noui, renouvelonio s I M. L. Vente, le symnpathique Agen:t de la Ligne, toute notre ,achrniation avec espoir quti la � Royd Neetherland Steamship Covmpany� intensilfera sa b une Csautile en I-lt


~s.M 4p i


PROPOS LT .FIS

DIVERS.


Dans toutes les r�gions du pays o� les derni�res averses ont provoqu� Il'�tablissement de nouveaux chantiers, il r�gne beaucoup d'ainmation, et les travaux s'effectuent avec un entrin admirableLe nomm� Antoine Anglade, prI�venu d'avoir au .ois-Verna, le mardi 8 Juin, 1-rvof�r� des injures et de; ia:ots obsc�nes, fut arr�t� t-t d�f�r� � la Section Nord o� �i Juge le condamna � 2 gdes. d'amendeEt le 13 Juin, pour les m�mes motifs, Marie Joseph et G;eorgina Georges ont �t� arutis paur le garde Paul Eel 0 t conduites � la Section Es.Le Radio-T�1�phone que vient d'installer chez nous i t Nous filons � un rythme vraiment a:cc�l�r�:


DU MOLE

Avec les pluies, la verdure intense a repris dans les r�gions du Mole et. de Jean-Rabel. D'ici Aout les vivres alimentaires seront � point. -D'autre part, les planteurs de figues-bananes sout en pleine activitl et le- exp�ditions se maintiennent. Tant mieux!
- ' "


C'est dernain que se joueras le match decisif pour i'attr-i lation (le !a CouPe en dv ii:n 11, entre a V iiu l e t, i Il :ie Hnit-ienne

ie le mth RaCing-\vd;ett j ,e la Di-is i.n ' par uan! cincwidence is �lt 'mmes came\,,-',. La Peit ie \ snit dul raincre IEtole IlI pol lui ravir Je T'itre, car : o' arjs que It \'iolette IfaS it match nul avec le Baccardeit . \ 'erdait uin point, i'h toile, vaincu ce derSnier par I buts i 1. En suipposnt m�me la Vietaie de la Pet te \.' uitil ,t te denain sur i'Etoil, iitant 5 eru : i ,ntrer le acin�:1 I S�famed: prochain, i : i:tut \vaincre ia ou:, ,ea�uV t , car EEutcil' : ,a:gnlI le R.aeing par 2 u. a O. On se rend MIc c-m1pte d l'inter�t du nmat:ch de demai' et nul doute que le public S'aill�en foule apptludi efforts de nos< tout-jeune,VOLLE Y-BALL

Ce sport qui �tait detlais depui quelques te:nps -a repris ces jours-ei grace a quel- 1 ques jeune s ns qui s'entrai. re�nt a ctivemenlelt pou>r ui E exhibition i la journ�e du 27
i, de C'oubertin, rcnovateur


fNE H TIST�OIRE

INT[BRESSANTE


A la suite de son abdieCatioun (-n )ceembV'e de l'ann�e derni�re pour �pouser la ce�i�br�-e divorc�e amri�cane Mrs.Walli\ Warfield, l'ex-monarque l>iitiannique Edo~Aouad- Vlil �tait n1arti pour l'Autir ichw o' i! s�journa 5> moi- au chateau de Enzesfeld. A cuelques milles de ce chatetu une vi'�ll demeuret dresse ses .urtl Cesenel�s qui suintent lo mystbet le dtrame. Un matin du �oi,le F�v rier', une partie de footing conduisit lanioureux original et r�solu dans les ja rtis de cette �lemin u. Il lIt? fut eont. ,tp>ore-t-on, da> sts mo(tdres dtails la t rgag die impl)'iate q(ui s cuonsn'aa tiu fold d ce bois lorLei1 iLux. lx'est ainsi que le if'lLc (la~$' .t bleue WaItlis� fri

. i. t a ti '!i.



a m naitresse tt se suicida� ensuit i � ses cts. L'istoi;v n :. ci: c)i t : ,;'e, 1 :, } nous d:ra, peut--t ire. un j ot r
; : nc,s faiites par I :S' u t u:, : ua, , in , e t rta st L'

: ur l li~tj~ e lit oInS i " s , du w'n, g de 'rhd '. et s ' a troublant , mna e- -ta n
x, Mayteng o la trag�die di: HabQsbo u's e:it a l'af. b't.it is , ut lie -st im0 t 1.2)0 :Ip!Is t : :: - '-e,: S t-uit ;t nrv asi tntatse sounr 0mn'ou Jux periptile� de ('e �' amUe ,,qu: alliait la majest� et la soumpti.os1.i4- d'une (.'iny, jadis la plus b:-rtty-ante, a IGtXocattio" d'un t eompe:euent plus origiuni qt'" libbriu!l dans es vue, n .it .iq u . �. , iu s a inl .iui'

( 'ir nie en feme page)


QUE TU ES 1ELLE,,
l, i., iine lK i, tu me

HYetsse incunnUt'- I -.es maote c�n ltnt de les vl'es cmne u i. Et su r mon c(eutr er :ur moan ime, tu Doses avec ouc-'uri ta fine image.
Les amours chantent par mille voix. Voix du vent, voix des feuillages, voix des 1: 'l. voix des tambours ;. t t ,-'I' par la <, ixis-t , ~,, .el , divie L.-


d u (pl Js, O t{L J ,U �tlUUr t2 lI I i :
A VIS IMPOTANT : nuire as-tu ravi ta beut
Comme suite � l'Avis p aru. e c(le ce soir, ton souffle parfuans leJounaux conernan CATEGORIE SCOLAIRE !i'. te: volupt�s fr�missandans lei Journaux concernant
les travaux de dynamitage ie u aii -Lont St:n.,?'captiqui s'effectuent sur la route Hier au Pare-Leonte: S t
Ptionville-Kenscoff, la Di- Louis de (onzague s'est qua- R�ponds, Amour inconnu rection G�n�rale des Travaux fifi pIour jouer la finale en je ic t'ai jamais vue tel.
lie s'empresse de re battant le Lyvc�e P�tion uar 3 Que tu es belle, Ilia
� bls s'nnaempresse de porter buts 1 1--- Les trois buts ont -- Ce soir, l'N, tu parfuqu en vue de privenir tout ac- �t� marqu�s par le mime mes ma chamb'e d'tleurs eijent, l'acc�s de cette route joueur: le jeune Georges nouvelles C'est mieux que le
t 'a ct Beauvoir cinnamone. Fambre et '-c
est enti�rement ferm� aux c uev�hieules de 9 heures A. M. eacia, ct, ,i'" " '
3 heures P. M., jusqu'a nlou- t tu ds -ri Lns
vel ordre. i .ca t,
En.dehors des heur�es-c's . 1 Ut ntt
dessus mentiones, acreu- Lire toutes les pa.gen d~. ces heures. d�liie.s d'intd�mus meneotn 's, lacirmit� " " 'Vc
lation est tibre. , ouvellte� si -ous te .o- mit� ente t suave .
li e rlez:pas rater la rit note q:m
17Juin: 1unn ous int�resse. W .N.


Dans les Sports.


FOOT-HALL


-.-.I. . -rc -, -CT -w----'-- : . -














.


'.- r- *- 7 - -
ville, ces derni�res au nom bre de 17, f��rent tous achemi n�s vers L�ogine par la rou : tede Madame Joinville et im pitoyablement massacrs :i Cabaret,-Cadre :dans la nut de dimanche � lundi 7 D� cembre 18(07. (M�moires :pa ges 183-188) .�
Il ne nous est pas certaine nient possible d'indiquer cd'u ne mani�re pr�cise, vers quel le heure de la journ�e ces-ial heureux commenc�rent leui calvaire, mais il est certair que ce fut assez tard. Selor toutes les probabilit�s, il y eut d�lib�ration � Pasq;ue (cet autre jardin des oliviers), s'il faut tenir compte de ce demi-mot . to u isorien Ardouin (Vol. VII, p. I?2 et udr.i.) cit� pr , Bonne (pa: 187 des Mrmorre.�).
Apr�s avoir a.ftta�� que G.�deon etll�~ n:a A Jaemi lui, Ardouin cnin ,: u: .�G surv�nt de la rtidr t rites, une de at m-res<: n , io SaUtU ti' izpiJ t( i blame ' sverement. . XDes citoyens inoffensifs des corrmer�ants paisibile. freon accuses d'�tre i e. comeies de Magloire, de !i t avoir our ni de I argent Pour arl'nai'�t a ses ufins: et .outt i sa,preuves n uue's: ex ' d'entre ru: e ni a.reek li�s ensemble, ' un d
tachement de y.h;';pe co1'mman1 d� par Laeve.'prdut. 1�pne n etire conduits, mi au-Prince o ut .:eLient so

Nous Uoton1- d&v i-t � personnali t 1 J , .f furent aj�out' ,
de Magio ,. .
m in� ve . < t - . (' d�part n'a plu se r;i i (ie is miti au iplut tot

�Ils t ve witz , ail t o
[louragan les l nce . T:iaurtt une temits t edeC
L'Univers vivanLt et p [ontn No les apergott pas Iu< l'
lbrouilards s-n ba born: . ii plasent dan la nuit corn[rne des faces mornes
Qui paraissent et quii s'en [vont.
(lferi, L�g, des Si�etles)
Christophe, dans le Si&>e de Jaemel , en 180., . I ::~n r 1 e ~ l 3 Ao�t 1883, furent les 'eul. qui aient plongc notre ville dans une telle consternation! �Et l'on entendait dans Rama des cris, des pleurs et de longs geisements, c'etait tachel pleurant sur ses enfants, ut qui ne pouvait se consoler parce qu'ils n'�taient plus�
O) brumie s�pdilctale de Ca-


baret-Cadre, tu ne savais pas qu'un jour arriverait o� la coup d'�clair le plus inattendu viendrait te d�chirer pour permettre d'entrevoir, entin, le spectre g�ant du Cal. Magloire Ambroise, vIsitant tristement son grand batailion dtX fant�mes �pars dans la for�t! Non, tu ne le savais pas Chers et distingu�s auditu rs, revenons vite � notre sujet car il s'agit plut�t'dun: point d'h stoir.� diss�qt~y, h analys�r; de d�ceer la v�rite dans les mmeitoes qu'un chef militaire. a r�dig�s S our, tout en la laissant Ientrevoir, e-8 : ayer tout de mme dc d�naturer les faits iet faire nt i: au moins la repoi abilit dm illustre Pr4sident P�tion j-


ton Ja4, Puerto Colombia, 'artagena et Cr~istobal C Z preiant �fr�t, passagers e mae


Wm. E.: BLEO


Agent G�n�ral.


COMPAGNIE GENERALE
TRANSATLANTIQUE

Le SS. �St. Domingue� attendu � Port-au-Prince le 5 Juillet partira le m�me jour prenant des passagers en pre�i�re classe ainsti qu'en classe touriste � des conditions speidcs en trafisbordement � an' Juan de Porto Rico sur i --quebot Bretagne� le 10 iiZ.ii qui arrivera au Hai'e k 22 Juillet au matin soit 'rvnC en 16 jours. ;>uri tous reneignements, .deser l'Agence de la or .pa-ne, Rue Roux. T61p.ione 2691-


Port-au-Prince, le 14 Juin I 0 -:'


I. B VITAL, Agent.


4 VIS MEDICAL
CLINIQUE
du
". LOUIS HIPPOLYTE
".ncienne mason

Rue des Caserneail
Consultation : Si 4 a ha p. m


A LOUER
Une HalleL e 12 in- environr itu�e rue Dantes Destouches, .neIns atieters du �NouvelCette Halle situ�e dans la
cour conviendrait � tout usa- f

S'adresser Madame Ch:setuit m�me adresse ou de 13 i i5 . sonnez le no. 2781.


'TAche p�nible entre toutes et q{ue de tr�s �minents histo.ns n'ont malheureusement ipas d�couverte dans la suite. Vous a llz voir si le G�n�ral G( ,J. Bontnet �tait de taille � la ronpilir, 1 l avoue lui-m�me 1 uapres la tr-ag�die de Cabaret-Cadre, G�d�on et Laverdure, revenus � Jacmel avec leurs troupes, vinrent sac cager les seules maisons des victimes, qu'il tenta vainemenit de s'y opposer, mais dut v consentir pour au moins deux heures; vu que Laverdure et G�d�on �taient nan-, tis d'instructions �crites du
Prsident P�tion.,
�Apr�s l'affreux, l'immonde.�
C'est sans doute pourquoi Monsieur Beaubrun Ardouin � erit que tous ces hommes d'�lite n'ont :te assassin�s que par cupidit�, qu'on pensait iu'ils �taient porteurs, de fortes valeuri.
�Mais dan l'Pun et l'autre cas, c'�tait bien triste, e. ef-n fet, de. voir des hommes qui eceupanint un rang si �lev� dans le .Gouvernement, tant: dan s l'ordre politiquei qu n 'ordr:: I: social, se livrer
l� cet acte inf�me�: Tout cet consomm�; les p*i unitrs massacrs, le sac


4 1) AnalytnehtuliS�


4: nailyes agitcolts
> :: nat-~"B tM ide xt9re(ce.


ce: ::boratoire set d'ernmhle ne r f rolu un par sa rect on a @eeo, par SoX mat�riel complet, pur a�s posd ti da S3 et par l'espr;t nouveau qu'i implante on Ha�ti.
Directeur.Professeur :
Antonio Chevallier,
Ex-Privat Docent dt Bonn
Conseillers Techniques :
Dr. Georges Castera,
Ex-El�ve Institut Prophylactique de e Paris,
Dr. Cl�ment Lanist,
Ex-El�ve Institut Pasteur
de Paris


iL Y A LIQUEURS


ET LIQUEURS.


Les amateurs de bonnes tois-ons qui desirent faire un choix de v�ri tables liqueurs sur1ines n'ont qui'a reciamer la marque d'�lite: Edouard J. Benjamin. I
Edouard J. Bejamin, quant a son assortiment de Cacao, Anisette, Kummel, Nectar, Cherry-Brandy, P�ches Brandy et surtout son fameux .cktail X-83 laisse toujours un go�t agr�able et merveilleux.
R�clamez donc, chers amateurs, la marque: Edouard J. Benjamin chez ses d�positaires: Simon Vieux, Epicerie du Centre, L�lio Baily et vous serez nettement satisfaits.


A VIS


La sou3ssign�e, Madame Joseph Joachim, n�e Roum�lia M�ron�, d�clare au public et au commerce en particulier,
qu'elle n'est plus _responsable des actes et actions de son epoux, Joseph Joachim, Cultivateur sur l'habitation Banique, d�pendant de la com-mune de Saint-Mare; en attendant qu'une action eni divorce lui soit intent�e.
Saint-Marc, le 14 Juin 1937.

Madame Rom�li�a Mirone.


AVIS MEDICAL


CLINIQUE


ci


I Voil� une nouvelle bol


qui vient d'�tre


LA BRASERIE DE LAA C'QONNE, S. A
Essayez une bouteille et vous adopter ez tett bE boi avec son arome fin et d�licieux. En vente lta :Bras de la Couronne er, grandes et petites bouteilleai tir de cinq douzains.

'.es autres boissons COURONNE d�j� tr�s conn e pp:�ci�es � Fort-au-Prince et en province sont:: KOLA COURONNE on grandes et petites
teillest


O)CA COLA .' i, DE RAISIN 80DT BEER
R�OT BEER


Buver s BoissonM Couronne et vous avez l'assur� de Ib.uire une boisson extr�mement hygi�nique vu l m�thode efficace qu'emiploie la Brasserie avec is d de ses Wfchines pour le lavage de ses bouteilles.


't 44i


INSTITUT TI PPENUA UER


Reconnu d'Utilit� Publique par Arr�t� Pr�sidentiel
Est la plus grande EcoRelaique de Port-au-Prince. C'est la itehx organis�e, O� l'on n trouve: la meilleure. pen, sion scolaire avec � sa base: la dic pline, 'thygi ne, le. sport, Pordre et le travail; Matere l�-pour tout ptits de 4 � 7 ans;. Pension pour enfants de 5 12 ans M�1hede,: cellenfe pour les Cours Classiques de la 12eao. phie.
M�Ithode rapide et s�re pour l'Etude des langues vivates et des cours Commerciaux de Dactylo, St�no, Correspoi-i (lance ,.erciale, Comptabilit�.
Les �i4seters dipl�m�sde 'lEeole font bonne figure dans li:s les profeosions lib�rales et (dans toutes les b.rane es. a' activit.
Les it, an�es d'existence et e "ccs sui la garardl d fanmih:e. Cette ann�e energ$5 pour cent des �l�ves r�*ssissah�In ;avec brio aux 'examens officiels du Baecalaur�at et 99 ,put oent de-Stkn-Dacetylo et de Comptabilit�. :::::
S adresser 1537,Ase L ,mare. Phone 28 91Annexe Rse Capi�Os. T�P ne f .


du
Dr. FRAN�OIS DUVALIER
Rue du Dr.- Aubry.
No. 154
Consultations tous les iours
de 3hres, a 6 hres. p. m.


OPTUIQO


PORT-AU -PRINuCIEA Ns

erand assortmnent de verre et de montureas por inett~de la miflleure qualit�.
Grand'Rue, n face :d. :
i oh R WOll


CABINET
de
Me. MAURICE R. ELIE et
MARCEAU DE$�NQR lC� du Centre No. $A"
i:.i!!M , A R:iEIRIEI?;
!: !!(',:i�!i R �iAUiiiDES i : R i !'


-


.4


E


i
I


i




., :. :. . . .: . . . . . . . :. . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . � . . . . . . . . . . . . . . . . .


DENTS PLUS BLAUNCHES, HALEINE ODORANTE.


.une bouche plus belle et plus saine, gr�ce � la n�thode Colgate de brossage des dents.


coffret de s�ret�6 a Banque Royale cotepeu et�vitet t sdletdn lqul�tude.
LA

BAN Q U E ROYALE




- ---------------Directeur: Artut Alcindor



COLLEGE MODERNE,

l6eole qui ne professe pas le �bourrage de eran
Abien faten, e O


F�tle qui pr� �re � une t�te uiquement jugement de l'�l�ve.


C'est l� que se trouve recrut� le corps de
homeg�ne,
le plus z�l�e,
fe plus comp�tent, et le plus capable, surtout, d entrainer 'action bonn�tye et constructrice.


A. dp Matteis


Plac tre t Par1


aue ouroe et aue du 41ag�,in de lElta
ittAj 1tcALLts lt CAELT, VIEIL UR, U�Ai o, rYIRLES ET PIEJ�XtES PRECIEUbES, t VIEaL_EiAS ARGeNT E'T OR MONNAIE DE TOUTES �,ALITES, A DE gIik ABSOLUME:NT AVAN

titA DE LIQIDATION DE LUNETTES ET VERRES
Lunettes et Verres de tous numBros
Montures en nickel inoxydable �
Verres ovaale au prix e de $ LI.0 la pairen
La tquWaUon durera usuf� Lu I Novembre mi y>

A, DE MATTEIS & Ce
. ifd -�,=, . W . 4� L Pl DtnrinrS. ~ ww--'-


Vous pouvez donner une plus grand. bfhlanhour et un plus bel attrait qu jamaIn; aux dents tunes. Vous poouvez �vier les odeurs de la bouche et vou aCssurer qu,' votre haleine gst toujours douce et ogr&'ble!
Vous bn�fiCierez de ces rFjhlats I vous brosse vos dents suivant la m�thode Colgate. Colgate nettoie les dents. les embellit, par ce qu'il contient le rmene ingr6dient de pobasasg que les dentistes enploient
La m�thode Colgate compren uns masage s.3timulant des gendives pour lcs remdre plus frmace, �plw saine et pls$ roses, ,Le particuls de nourriture ent re ls dents, la cause a pus comniiane de la mauvaise hine sort enkl e~. - vtre' baleint e toojouri,
i;A METHODE COLGATE�
Ma et en, brousez-voui siytU'i4Steftmnt te dents avec de la crtme � dee. Co lput ; les dents sup�rieures de haIt n ebab, Le dents inf�rieures d& has n. haut, rosesTe




aBz weo desl cr eVugitatr dari .o vr bon-chfe Riticz d o u.! e nou r' ' ,''r� dai;,. cII't tofl.


!i ? - t - T s


t- -t- :: . -


professeurs le plus par f'exemple, &


m CENV YAY&G?O loubliez pas la





Elle combt les douleurs inttendues et peristantes


t duouvnmt.


I L ait st incontestable




IE RHIM SARTHE


. -.-' r" "
�:"~iam� ,"."
L50


-t,


S Sli r - VA iSIROP
Deschiens
: . .:: :: :. ;: :: : : . . . � , t, �
� k)6112n ~~rU4g4s4 E~rt,~t~~ iratfl4SL~
i futcra#u zg ~Pg~i rr trrulXtWOZs 4~l.


meilleures "arie"
ei var decannes


d'un vaste ter ritoire


r�unissant les meilleurs terroirs.


C'est ce qui faci son aome


GOUTEZ ET COMPARE


MAGLOIREi AMBROISE
W'ESTIL SUICIDE.;
Ou , AT-IL ETV �UE?




de Jaemel achev�, les familles dans la consternation. -L'on chuchote � voix basse :
Deux ?
Oui, ils s nt seulement deux exempts.
Lesquels?
Le G�n�ral Jean-Claude Michel que le G�n�ral Marion, commandant de L�ogane, est venu tout expr�s sauSer, et le fiameux Borno D�l�are, chef de l'Etat-Major de
1 Magloire 1
Mlu'esce que Borno D�l�a1-e v
Je me suis permis , Mesdames, Mesdemoiselles, Meslieurs, de composer ici le dialoguG i iti d� fairf tle tour de la ville de Jacmel, i'apr�s-midi du 7 DE-embre, apr�s la antastrophe. Je me le permets parce que, s'il �tait facile de sexpliquer le salut du G(;�nrai Michiel, beau-p�re de MIaMion, persone au monde ne peut' dire comment le (l� ,arno itre, le Chef d'Etat-Major de Magloir, ait pu se trouver c�te-a-cote avec le premier, cach� dans lti chambre de l'illustre G�~srai uy-, oph Bonnet, ven u pr pr�parer la chandelle -. ,l' p~ iete mment donn�. e,,

C el � t ilai qsuelle ocCaio I. . u 'j l.)0ar . e U tut DIlO � .

Maic i! a mieux.

t'Etrat-Major (ide Magloire est I ;i Frt-a-I rince a sfn i,,t,
i n Unet nonn� (.'mmandant t. kt-i-e sjourne i 'otPic l s s raison avo
ut \('ikt qUCe es dou;~ x i ils t't (o. V igUonnairt ponitiquts, pou" s'enti-eamf'iri de politio]it. sent ,obi d' ms ci employer S-iii .i, t i -- , u lance" i v-,i.tife , ,' icoia nuance ' n Coloncl ta Garde d'ttai.'rty sentrften '.r avec M. e kPretet le Port-au-Prince, no le peut qe par correspondance; 11 lv a don te iua, u un

i rt len. Est-ci OU i 'r�sident It in . Est-ce au (, n�rai M3agkire, super�.wr hi�rarSque de Brno D�l�are? Et

I)6ja, t's dbhouvrons ici

.� ~' -% P , Il sl~"~~a~0~8-oe


~dl~pLi~,�~2~UP~'~iS~d~ i~l~~i Ij~;Y�IC*I~I?;-dW--~It~?dr3~f;Z~m~Mqy;I= *: ~ X I~~)ISi~ I~I~E-I)-~RL~PP~- V4~

�%� �f


c'est la quintessence




1 i:-:i-i, i :I:::: :;i-�;:~:i�~a::~~i:-;,~-. :84------ --- ----;--'-:-r-~-a-;L:ii:I: : N:i iLL: I$T::: ::-U'E HISTOIRE :l:::
RtefProu No.a *4
e e,�iPasth o as�. rb fnph-IL TERSSANTI ?
QUOTIDIWN FONDE EN 18fl

mfrneer-Proprusi ta
ERZNEST O. CIAUVET


MAX DUVAL Aqminrristrtr :
KLEBER GEORGES4ACOB




PARAMOUNT

le meilleur spectacle de
Port.au-Prince

DIMANCHE 20 JUIN 1937
En Grand Gala
� et 9 heures P. M.
SI 'A VAIS UN MILLION une superproduction
Paramount
r�alis�e par 7 Metteurs en sc�ne, sous la direction de Ernst Lubitsh avec 15 Vedettes
Gary Cooper, Georges Raft. Wynne Gibson, Charle Laugton, Jack Oakie, Francr Dee. Charlie Ruggles, AIisun: Skipworth, W. C. Fields, Mtry Boland, Roscoe Kar�s. May Robson, G�ne Raymond, Lucien Littlefield, Richard Bennett.
.vous aurez l'impression d'�tre sept fois millionnair en suivant les amusantes p�-ripeties de ce Ghof-d' :,krn dans ?eque,)a jo$e, }'am- n"~�-� me, 'ironie, le cIsesp I'. -i . fantasis aternent ptir !,
us grandi plasi�r t-tu t:Cteur.




DTIMANCHE 2� JUIN A .'
A la demande de ieseteilr t dem oiselles
LAC AUX DAMES
mise n sc�ne de Marc- Ai, It-eav'ec Simone Simon, Jean Pierre Aiumont, Ruo .Un po�me de ,beau, "i ICjeunesse et d'amour

A 3 heures 30.
Reprise du Chef-d'Oeuvr.,
MAYERLING
(La trag�die des Hatrboutrq)
avec Charles Boyer et Dan ielle Dar'rieux.
,Je ne sais rien de plus (mou vant que ce film. Maie. i-odiolphe.,. Ils se sont promis � peine au bonheur, que d�j ils le go�tent enivres " cn mourir, et ils eni meuren pour n'en pas connaitre la d�esillusion,.

A 8 Heures 30
PATHE NATAN
pr�sente
Mary Marquet, de la Com�die Francaise, dans
SAPHO
d aires le chef-d'eauvre ui'AI phonse Daudet R�alis� et adapt� par Lon-ice Perret


avec Fran�ois Rozet, Camille Bert, Lucien Brul�, Marcell:Praince, Marguerite Ducouret, et Nadia Sibirshaia.
Le drame poignant d'un amour. Un coeur d�chir� entre deux amours. Une femme. SAPHO. La Musique de Raynaldo Hahm, souligne toutes les beaut�s de ce grand film. Sapho c'est une ceuvre imposante et riche en nuances psychologiques._. Mary Marquet est tout simplement prodigieuse de puissance et d'�motion dans SAPHO.
- 4,


L'archiduc, comme il arrive encore de nos jours, n'ai pas la femme que les exigen:es de la politique imp�riale ji avaient choisi. Elle �tait
timide, trop ing�nue pour cet iomme habitu�e courit les rmusi 3cs-hatll et tles caboulots dans l'ivresse des parfums des courtisanes viennoises. Deux ans d'une union conjugale t peine. un beau soir une jolie femme p�n�tra poutir y rester jus(qu'a la mort, dans le e~ tir du prince. L'amour 'e cette femme, sa ferme e-l
*.minatin de la garder iour tuit ou s l S eS c�t�s, le.s ,;gws ., des( officiels de la Cour Imperiale pour l'en s�Sixare-, bouleverserent profon!,ene:t l'archiduc jusqu'� atSeindre son moral. Fuir les mbt-ch:es et soustraire la jeiu c,:tes: aux remontran, e a f aid iei , : ', t.ie est la
t uti ., domine Et � t.
r d_'u nuit il s se sauv renit au Chateau de M ayerSg tout p r�s de la (apitale, i i ccnnurent dians cette soni'i ,e les jourS de vrai bonQr car Rodolphe semblai:
r ju ~"t u l a passiiln S; u lU.'le conqu�te. L'idylle
f TCnt, e terv, ine


1. t-(ne tuLa n ai d'u flr ha!- t
',dait au lit i'amour, et P a desespoir so suicia
outes apres.
rprt6 avc un brio fini

.,ni t r: tou)'JOVu.r. api�laui les .UQperIoductionS., Mayerling '.:, a . pLo inm. d.[e 've r aisia.ion 't. n"iqt ue ct etudes psy.l.iques, un des plus eclaBantc >uccs du Je:. Daniel1: i) 'viux 1an:2 1 0 le : it e(h l taitl Vesse doi 'tci(ue a fait ni!. Ttr ' ae e t et d'une finesse e\xt'aordiniir. MaXcilerig esti un in (tiui Connafl tra le sucSv, de- <2 (;nmins, ie la Eh 'me. de la Chanson de I'Adieu�. Puisqui'on annonce :our dimanche soir Sapho J hef it'euvre d'Al phonse Dau. 'et, il semble que le Rex ne ,nse.u. gale'n . e son public. t'.tt ni tout cas une bonne .' reoccupation.



COFERENCE

SNous p prenons avoc pla,ce de Mme. Suzanne Syivaii ('ombhaire sera prononc�e !e nmercredi, 23 Juin courant, au Cerele Port-au-Princien.
(Ctte. cfrnfee cqui proiet d'ietre t'ui int r'essante a
our titr: l.,es influces ndienrs dans le folilor:,w iaitien� et sera donn�e au


Ce soir .S he �n. prog ramme
le joli film L l4ndres qui
tous les:: n tremblaient pl ou personne n s�ret�, ou chaq tes tombaient
ret tranchant Guillotine. Jeu
tion par Leslie belle Merle 0 fera la joie du amateur de be
Samedi.- L tir�e (le la c�l Meilhac et 1al (ONSTANTI
Ros;ay, L�on 'f ne Gael, Claud valisent de tai plaire. Un joli1 tai, o I'a:mour ug�s et (hi l'a pas.
Dimanche i 5 r-it-, ;
r' .MWayerling,

('Ai rt . l 8 J , Mar guIet, (

D dt:. S'4: l Plj


crtL&.t.(�-:


9 o
BV~ADAi-,a:�p ;4
r
. - .�. . - . ,
� � , . , , . . . . �


.: 1
4�. i
J ma


Profit des Ecoles du Soir d e la Ligue d'Action F�minine
Entr�e G�n�rale: C. 1.



DECES

Hier apr�B-midi � 3 houres, est morte
Mme. Eug�ne Kerby,
n�e Clotilde Armand
Ses fun�railles auront lieu ce soir � 4 heures � la Cath�drale:.
Maison mortuaire: Coin de I.Avenue Dueoste,
Nos condol�ances � son �poux Me. Euig�ne Kerby, et a ses soeurs et fr�res Mlles Iris, Am�lie Armand, Mes,
Em. B- Armand et Benoit Armand et aux �poux Simon Desmangles.


DE VOTRE FOISans calcineI. et vous sautersz du
lit e maCtin "eP bdivorces"
















condlir. tout autre que no ,
t re o -e rcar lui, i'l connai









onvo �ne fin de concilia


S n,. ie. X. Celle-ci,
r catastro phique













i. '-,gn et de sa m�re,
tule. .ue-.rl m-al.het- ur tal









') "u abilat son gueux. JJPID 11?,1 ET ItEMEIE

il J',� I:. - !iur e actuelle. n " r a.-d dimvorces
ren ' .i, . tninut a e qpue notre do er car lui, il connait
ta:te ir. .tt
Il :v: pa-s longtemps, ii

tin, r : me- X. Celle-ci,
Civ,.- catastrophique,
�tai' : "::r i a:gn�e de sa m�re ui e ' heue la maiheu}.'er:-:. '\/*'c billta son gueux





: t:I eu nouveau voyage
- 'elle-maman out u'r rt u voleur et tout
r-'Y i o sirit, voulez. Rien n'y

Le lYet-, sioiriant, me conc es laissai seuls avec, n::: e la conversation, ni ut de �Splendid�-


s.- .


.- - - -*


Lundi, Juin, c'est la f�te patronale do l'Institution St. Louis-de- onzague, La Meese Solenn: Je aura lieu� 8 h. a: rm. Lss pa:' uts des �l�ves; les: amis de - .re et surtout:les membres -.a l'Assodation dea: Ancien&s .:� - des Fr�res y sent cordha emeant iVtLi: .


La Direction.


'4�ur itou rdips
il t�E1


a


uers lesi : e



mouches aui lirt i er. Bientt,
eles recouvrrnt CuT aiist . Pot votre skcrirte, eip r 1' L', r. FLIr tue vraiment les ins�ir er.,. et pour toujoursl N tach. pas, Noin vwau parfm agr:tisle. Exiges le bidonjaaunc bande noire et soldat.:
UNE NOUVEAUti� L poidre traciddcrf 't fait antrvcille , o tfe femmer . ifnrtvk rtwi4
a.~ Xucroftit ls puctr




MEI1: LLEURE


pour pr�venir l rnachitisdme avant lao naitance. Tot femme sncne dvraitprr�udt ilEMULSION sc OT dHt ~-u de Foie de Moru avnt la n~; sance du b em b; es vitamint qu'ellecontient sont n�essaires pouri ds os drotd, des dents sais, une croissance gulitt~ ainsi quea pour donner d:e la r�sIstance pKut combatmtrel

. .00lO�" -R--M E TOUE IMosiTTIO
Tout� l'huile&

~tt**I c vts*MIr4 qs'de i dbbkytnlt. rlu en �4


~I~rP~a"C'P~"~IP* ~~��-�I~-*IiP~94ri


ures::: : :: : :au Rex, eu 'Arqll .01.::::1e. .
iuG i: LO ' bI:ra:i: N
av

e trouble o' T$L$l W

es de Franc: QUOTID IENS - PArse1
mur teur t�te. ' L �
e se sentait er CARINET DB LecTr
rue jour des tsous le coupe- COLLECTIONS A BONMA l C
de Madame . : .::::::::
,� � la perfec- A. Thibaudet - Histoire de la litt�rature franaxisbHIowa�rd et la H. Montherlant Les Jeus filles :. . )bernl' , ce film A Violis -- Indochine S.O.S. -.-. public dlica. . Comte Sforza - Synth�se de 'Europe--: .- i aux films. Salazar-- Une r�volution dans lapai . a fine comAdie K S. S. Chandan - Conflits europfns - -. lIbre pi�c de i Ch. Maurras - Le Chemin idu paradis evy: L'ABBE Ch. Maurras -- L'avenir de FIntelHgence .-. i Vt Fi-anoi .� Cl. aurras - Les arants Ce Venise . Ilie, Joe-Cl' wh. Maurras-- Napolon avec ou contre la Franc � 75 e Dauph ri- inv ile -- Hi~stoire de France. . ent pour vou -I ainvile --- Napoleon . . :i:;
filmt sentimen- itainville --- Histoire de 2 peuples (coitinu��e "u- st: rit des pr�- qu'a Hitler) . . . .-I-rcnt ne ; ni s:invile - Les dictateurs-.
b.dr Rep�-'r- weig --- Fou�ch�--.-------.---.---------' so th I�se eig --- Marie Antoinette,.--, -.- 750 iapoth�ose dt'iti Erasme . ----. .---Siiwi fil m w C (onbat avec le d�mon., 5,
ieure :ii Mn .Fouch'� (2 volunes). .
le la Coma tu�die e' l(11 Napol�on -. - - --. y.-- -.
1ean a.x dan- l'a�i- La Contre Rvtiolution sous la r�volution 7,:
o A. . l , n La France du Directoire . - .
O �inl ,.a France e 'Empire . . s
-ur te. H�l�ne (2 volumes). . 7
i Roi e Rome. . . 4,15
S;Uxote - Histoire de Louis XV --- -i4i -: axiat,t: La R�volution fran�aise .:. 415
iL H! ,: t . - Ilonarchie Fran�aise (2 volumes. 625 -r A, tI r- -- Richelie-u 3,75
L :'n. Th.er , .
,wetoanairie anelogiqule . 1 t M:�.-il -s dfe ~~exposition -937 .-. . 2.% , t .- fr Lette t Jour: Carren. J/omme CUinconr. - 0-


I


I




r
I
r .
r
i
i


Pour







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 3 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 3 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 4 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 4 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 7 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 7 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 8 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 8 missing
from source microfilm of this date




Full Text


xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103053datestamp 2008-11-16setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date June 18, 1937dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03053000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince