Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
June 12, 1938
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text





ihrtctrr ~
i r
4,*-.*4trnmbr.wr.*wrmwflrrr


LA QUEREI


par Juten Benda.,


- Il-


ya un mot qui fait tr�s
II 7axir Panta onisme de1
�n�rations dans: ordre ous tient.- Les jeunes disent couramment - et on les comprend ! qu'il
sortir�. Or nous n'ajamais dit cela, parce ous n'avions pas a �en , le monde o� nous
mes n�s �tant fort sup. wtble, voire assez conforbl& On con�oit que ceux qui t a< II est un point sur lequel Ifppposition des deux g�n�ratins. est particuli�rement frppante: c'est la question e a v�rit�. Ce que l'ancien.eg�n�ration respectait, respMte toujours, c'est la v�rit� �isint�ress�e, la v�rit� qui Dese soucie que d'�tre vraie et e s'occupe pas de ses cons�-' Menees pratiques. Renan, el de Coulanges, Gaston Paris ont fait � ce sujet des proclamations e�l�bres. Dans a le�on d'ouverture au Colli ge de France, en d�cembre 9i0 (�poque o� un fran�ais avait quelque m�rite � honorer la v�rit� hor de toute .onsidration nationale), Gaston Paris d�clarait: �Je professe absolument et sans r�serve que la scienee n'a d'autre objet que la v�rit� pour elle-m�me, sans souci des consiquences, bonnes ou mauvains, regrettables ou heureuses,
que cette v�rit� pourrait avoir dans la pratique.� Il ajoutait que celui qui, pour quelque raison que ce soit, pa. triotique, sociale, morale, se permet la moindre alt�ration dela v�rit� n'a- pas place dans. le temple de l'esprit. La G�n�ration actuelle, au contrain, a horreur de la v�rit� d�stitress�e. Nos jeunes gens entendent que la v�rit� serve leur action, Beaucoup protes, teront que j'alt�re leur pene, qu'ils ne respectent l'esPrit qu'� la recherche du vrai, quet e'est toute la doctrine de Iurs ma�tres. Ils omettent 'aaouter que, pour eux, le vrai est justement la soci�t� quils souhaitent et que leur originalit est de proclamer rais, au m�me titre q ue les lois de la pesanteur ou e 'op.
tique, des principes qui, fasaistes ou communistes, ne. sent que des pr�f�rences. i-en qu'elle n'en convienne. P.s toujours, on peut dire que toute la jeunesse est. :Sragmatiste�.
. : encore, les choses s'ex. >ijquent: une G�n�ration qui 'Vt dans des cadres �tablis, et qu�elle croit ltre pour tr�s lontemps,p�eut W'oftrir le 1u-


'd'imer lav�rit�pu le
Yi*e�e etisans s3e soucier de ses effets; une g�n6ration qui a etr�er son habitat ne le peut ,t doit partir en guerre tefntre ceux qui exaltent cet
---p-rit non uquement prati

Onmedl: dit principei
Sla1tr ar esa


SAMEDI 12 JUIN 1917


E GT.SUEDOIS

LE GOU VRNEMEINT
HAITIEN


li
�
021


Droits de l'homme n'�taient C'est avec plaisir que noua J aussi que des pr�f�rences, des publions la pi�ce ci-dessous d commandements, de votre par laquelle le Ministre de la
sir.ea;m a nos es- D�fense de Su�de remercie le a sir. Certes; mais nous les
avons toujours donns come Gouvernement haitien des atavons toujours donn�s COIi tentions qu'il a eues pour I in tels, non pour des v t Cadet (lu Gotland qui, grave �scientifiques�. (Je parle desCd penseurs, non des docteurs de ment malade, fut intern� gr?. meetins). A ce propos, o cieusement, � l'pital Gn- E
pourrait observer que l'an- ral, selon instructions du Pr�- r cienne g4ndration voulait que sident de la R�publique, et op�r� par le Docteur Elie
la politique f�t impr�gnee Vilard. lu d'une certaine morale, de cer- aM tains verdicts a priori de i Stockholm, le 19 Mai 1937 g conscience, d'id�alisme, tan- Son Excellence i
dis que nos jeunes gens pro- Le Ministre de la D�fense. clament qu'elle doit ne se fon- Republique d'Haiti, der que sur les �faits�, sur Portau-Prince, g
I' t 'lu 1Port-au-Prince, �'experience�, etre exclusivement �r�aliste�. Notons qu'en LeCapitaine de fr�gater v�rit� la politique brandie Stromback, ancien Comman-r par eux, qu'ils soient de gau- dant du Croiseur porte-avion che ou de droite, ne repose Gotland a rapport� aux autonullement sur le strict exa- ti�s navales de Su�de que 'men des faits, mais fort bien live de 'cole navale Erieson, sur un id�al � imposer auxn faits: pour les premiers, la pendant on s�jour � Portau-Prince,'a �t� 'is � l'H�pi�justice sociale�; pour les se- tal o� il a �t� soign� de la maconds, l'�ordre�. Oserai-je di- ni�re la plus louable. Le Comre que leur pr�tention � une mandant du Croiseur a cru politique purement r�aliste devoir insister sur le d�voue- i me semble tenir beaucoup ment dont le docteur Villarcd i
moins, cette fois, � leur be- a fait preuve dans les soins a soin de fonder (l'id�alisme est donner au malade considr� peut-�tre le grand fondateur Ericson vient de rentrer en en histoire, contrairement � Su�de on parfaite voie de1 ce que tant se figurent) qu'� gu ison. la manie que leur a legu�e le J'ai en outre appris que le XIXe. si�cele de ne vouloir Gouvernement haitien a acconna�tre que des faits en un cord� � cet �l�ve la gratuit� r domaine ou comptent au de son s�jour � l'H�pital. moins autant les sentiments, Pour Ctte grande bienveilles aspirations, et surtout de lance et pour l'amabilit� qui ne point comprendre -- par fut ainsi montr�e en faveur crainte d'�tre eux-m�mes des de l'��ve Ericson, que je consentimewntaux ! - qu'en hi- ,d 'lv rcoi u ecn
sentimentaux! - qu'en bis- sid�re comme une marque de toire les sentiments sont des tpolitesse envers la Su�de, j'ai faits et peut-�tre les plus a- 'honneur, en ma qualit� de gissants. Je d�nonce parfois, Ministre de la D�fense de moi aussi, le �stupide XIXe. Su�de, d'exprimer au Gousi�cle�. vernement haitien ma proL'attachement des anciens fonde gratitude.
� la D�claration des Droits de Je lui demanderais de bien l'homme m'am�ne encore � vouloir, s'il le trouve conveposer qu'ils admettaient des nable, transmettre au m�deprincipes transcendants aux cin-chef de l'H�pital mes bien partis et dont ils acceptaient, vifs remerciementsdu moins en th�orie, que le Veuillez agr�er, Votre Exleur, en tant que parti, p�t se cellence, les expressions de trouver g�n�. Tandis que les ma tr�s haute consid�ration. jeunes exaltent des principes
qui sont faits pour un parti (S): Ministre de la D�Iense. et pour lui seul. Les vieux
souerivaient � la formule
d'Aristote: �L'Etat ne doit
jamais �tre une faction orga- ANNIVERSAIRE
ris�e�. L'Etat que proposent LA MORT DE
les jeunes, que leur extrem" i LOUIS DIAQUOI soit de droite ou de gauche,
n'est gu�re autre chose, les Aujourd'hui est 'Anniverint�r�ts de la faction, d�ela- saire de la mort de Louis Diarent-ils naturellement, se con- quoi. On se souviendra tonSendent avec ceux de la so- jours de ce cher camarade en cit�o. .ob�dience a all�, emport� trop t�t par la
Toujours par obdence au cmarde, et on pleme vigueur document de 89, les vieux pla- intellectuelle' ailent au sommet des valeurs �Le Nouvelliste� of il ap la libert� individuelle. Les portait son intelligente colla-, jeunes, au contraire, et quei boration et son patriotisme que soit leur bord, semblent �prouv� ne le regrettera a. . adh�rer � la doctrine Saint- mais assez, ce jeune homre de $i :imonieane,.pourlaquelle ka 2 ans qui mettait tant d'en-.: '::v. :libert�:n'est:qu'unevaleur ne- .thousiasme :dans: la.� d�fense


gativeb qui d it etre
gtvequidit�tre bannie .des droits de son pays.
d'une v�ritable organisaion.
S:social . D'aillurs, leur pret occupation parait surtiut DESTOL AAC 'TR
claie, Ialors que elle do leur; DES TOLESA'A0 (71ETER a�, �aiput po litque On demade de3 toles etr. bo
ai mbst at phiai t tpio u 0.e�-- : '
s Dans chaque partie de la deeu- �a dsdrbt. t.

. (voeir tuae n e'.pago): r ~;e u joun a b


PETITES NOUVELLES


Jacceus Milfort pour a' �trtvr�, � la Croix-des-Bossale. des voies de fait sur la peronne de la nomm�e Auline oseph, fut arr�t� par le gare Justin Sainclair et d�f�r� la Section Nord, o� l fut ondamrn� � 25 gourdes d'.anende et � 25 jours de pri. on.

Corges Blong et Muracia lis sont des personnes sans etenue et d'humeur grivoise. 'our avoir prof�r� des inures � la Grand' Rue, le 31 Mai. ils furent arr�t�s par le arde Clovis Th�odore et conuits � la Section Nord. Et le uge, en mani�re d'tiun cour e morale, les condamna � 2 'ourdes d'amende.
***
Joseph Louis, Justin Guerer, Roberit Vital et G�n�lus 4onplaisir sont des indivilus, ne se livrant i aucun tra. ail r�gfulier, ne poss�dant ucun moyen d'existence, n't'ant pas de domicile fixe, erant a travers les rues de In Capitale � la recherche de n�faits � commettre et de�biant sur lu voie publique des njures et des mots ob'c�nes \ ntees (our vagabond 'ge Is furent df�r�- au T i enal d lri:s, Section Nord o es deux �r':niers furent con d.a n�sa - yo .,}id'(es J'amend�
t renvoy�, es deux autres.

Alphonse D�sir e;t un Monsieur iracle et agressif. Pour n'avoi1' pas su mak riseru ses nrfs et eommis des voiL.: de fait sur la personne de Andadale lrvolus, il fut d�f�r� a la Section Nord o� il r�ut une condamnation de 5 gourde d'ann(dam e et (e 5 jours de prisen.


LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CONTINUE
DE VISITER
LES ('lANTIERS

Ce umatin, de bonne heure, Son Excellentce le Pr�sident Vineent a inspect� les travaux de drainage et de refeetion dec routes de P�tionVille et de Kenscoff. Comme toujours, Son E.cellence a re�u l'ovation affectueuse et ent housiaste des travailleurs et paysans accouru: en hite.


ECHOS


Il sera �l'.br� demain matin au Bois Bad�res la f�te d e St. Antoine. Il y aura tomb& la, comptoirs, etc,

Lundi matin commerera le p�lerinage de Eco�es � No. trei-Dame du Perptuel Secou rs
lcs Ecol:s Isidore Boisrond, Pierre Faubert, Alhbert lochard inaugurernt cette semaine pieuse et( de recueillement.
La ChoaI'lt sera tenue par les �l�ves de. l'Eole .iore Boisrond


A la Cathidrae conmncent. mnardi matin les exanens pour l'obtention du Certificat de Cat�chisme. Le mardi en huit seront examin�s le3 candidats au Brevet.
Nous souhaitons du succ. � tous les postu1ants.


AUDIENCE CRIMINELLE
Mercredi de cette emain, en audieunce cim nele ten sans assistance dtu ,Jury, Sous la pr sidence du Juge Lanoue, le nonme IVsi rs harles r�pondait de i'accusation, grave, de vol avec efrractions commis an prjudice dle M. Camille Philius.
Le Substitut B. Desgrottes remplissait la fonction de Minist�re Publi, et Me. Fernand Magi W re assumait la t�che de pr�senter la d�fense de I 'cse.
A la suite ,du p laidoyer de Mie. Maglriire, le Tribunal a ordonn� le d�pt dtes pi�ces, en vue du jugemnent a rendre Ai huitaine.


REVUE DE LA SOCI"TE
IYHISTOIRE ET DE GEOGRAPHIE D'HAITI


Nous av(ls re�u Ie derniier lnula'O de t 1q En vente � la Librairie Nouveile et chez M Laurent (Angle

M. F. ROOSEVELT' LA I
NOUS VISITE
M. F. Roosevet Commis ieroir,'L eu S aonl lieu a la Stasa-ie Gnral de l "xposition tion de la radio HR1K., une inaiore Cz�net>azc d� 1xpos�t�O . � .
de New-York de 1939 est ar- tressante causeri� sur les .iv� iei, jeudi, palr avion. Ae(- travaux durbanismie reals compagm de M Fintle il a �t� p Administr atiotn Loae reu, hier matin, par MM. U( - Port-au-Prince L.ger et A- Tov ir, Secr�- - --�-.-. .
taires d'Etatdes Relations Ext�rieures et du Commerce ERRATUM .
Puis il .eut une assez lngu
entrevue a.v.aec ., s.t .Dans le commantao Ii . :pr c�d la: R�publique--. Mon - dant l'article, de M Julien sieur. F. foosevet compte nda sur 'La Quere:le des
visiter tu: les Etats du (o- . G�n�rations, paru hier, li. tinent Am�ricain, 'fisant re: que nos lecteurs purconr ainsi ne bonne propagande .ront au lieu de: prrimreront. on vue d'enuager t's pny�
� particier la future Ex ^ '
positionde New-York 1Il par thre en 6e,. page la list de� Il. drmain pour Cludad-Trujillo r k de la Libratrie NonwUtle


j


HAM :












(suate)


vise semble �tre: tEconomique d'abord>>. Inutile de dia que chacun condamne 1:4 .moindre atteinte � la libert� et devient subitement d'un fougueux lib�ralisme si cettc atteinte le g�ne et fait le jeu de l'adversaire.D�cid�e � l'action, la jeune g�n�ration pratique apparemment plus que son a�n�e le culte de l'�nergie et du sacrifice. Renan soutient quelque part qu'il y a une sorte d'opposition entre la religion d,, ces valeurs et celle (le 'intellectualisme et que, d'une mani�re g�n�rale, une �poque intellectuelle est d'ordinaire peu morale et r�eciproquement. Comme toutes les sym�tries de ce genre, celle-ci est souvent caduque et 1, XVIIe, si�cle fran�ais a bien trouv� moyen de pr�senter la fois le. deux vertus qu'on p)r�tend s'exclure. On peuti pourtant adnettre que 'antienne g�n�ration a �t� principalement intellec'ualie ut que celle d aujourId'hui, (lu moins en tant ,ue lerveni dles valeurs que je viens de dire, est plutot nmorale. J'�i os� montrer, dans un recent ouvrage, qu'on nous elevait au lyc�e, vers 185. beaucoup moins dclans le respect de 'dnergie que Au sujet de la morale, toutefois, en:en(dez-nous. E comporte e e respect die ton,: cui 1 S Cfl�O.'05 uar nergie et le sac.i:c-. Or ce@. autre moral , b.'ueup - . no0S jeune,: g,. t an. to . les partis, semblent nci. s ' s'en affranchir, ~ w c leu affranchissemunt . nalI faUti promuig on 2
leurs g"rand s -pi-to .on nous E u s eiu,~ n mi
porte quel sacrifice et mnt au besoin � pratique�r tout e qui est possible:, ruses, artfice, m�thodes ill�gal e; pret' � taire et � dissimuler ce est la v�rit�; bref, c'uest ee,; int�r�ts de la lutte de as que nous d�duisons la mnraie-� (L�nine, Sur La Religion, page 73.) D'autres �ditent le m�me code, prtqum dans les m�mes termes, pour le r�tablissement d'un ordre qu'ils estiment le salut de la societ�- ici la morale de .n(ojeunes gens, comme tout i� l'heure leur conception de 1:j v�rit�, est nettement pragm. tiste. Mais l� encore on se de mande s'ils n'adoptent pas l'esprit n�cessaire pour fai ue face aux difficult�s qui les s-. saillent et si la morale d�sint�ress�e ne serait pas un luxe que peuvent seuls s'offrir ceuX chez qui les besoins primordiaux du vouloir-vivre sont


satisfaits. (1).

(1) Le pragmatisme existait chez une nombreuse jeunesse avant la guerre. Voir la trilogle de M- Abel Hermant �D'une guerre � l'autre�.


A LOUER

Une Halle de 12 m. environ situ�e rue-.Dant�s Destouches, Anciens atlelers du �NouvelIste� ' :
Cette Halle situ�e dans la cour conviendrait � :tout usage.
S'adresser . Madame. Ch�-. raquit m�me adresse ou de 13 � 15h sonnez. le .oi2731.


tait a perdre le soutlit nu paternel, je remar la rougeur de son bra qu'u le gu�pe avit piq amie Je lui prodigua les consolations; je m�me comprendre qu'e rant ainsi, il ne lui r plus de larmes pour f un jmur, son innocen due ou la mort de son reux et que mieux va core la piquire d'une laquelle piqfire n'est irr�in�diable.
Et, pour qu'elle sc pieurs, je lui allumai garette �REX, ce qu sourire incontinent!


�COMITE OLYMPI
HAITIEN


(ommuniqu�.


Liste des �preuves :'{,union du Dimanche 1937
(,Journi�e Pierre de lin).
N. B.-- Les engag seront re�us au Bur Jockey Club d'Haiti ji 20 Juin � 5 heures p. i
Le Comit� d�cernera p10me � tous les vain de la journ�e.
Atid�tisme- 100 (plat) -- Saut en bau Sut en longueur --ut du disque Tir a olley-Ball.- Cou c N-N. (Match dam a(_s> ). \
H sket-Balll- D�m
t i,�oo (Dames-Hommes)
lHippisme.- Coupe
-ntielle.-e Epreuve i .n s (enlemren Ridl chevaux du pays. Dist urlongs.
Fanion Olympique.wn'en Riders, chevas obs 1)istance 6 furlo
of.-- ('Coupe du Uiympique Haitien.cours de drives.
Football- Coupe A Turnier.- Concours d bmings ---- Jet du Ba Coup d'envoi --- Shoot
.-Gaidien (le butNumie�ros Amusansse de Bourriques. 300


r --


EXPOSITION-VE]

Le 1-iamnedi 12 Juin � (e Z heures de Papr�sle )ui.nanche 13 toute l n�e, tune Expositior
dI'ou vr.ages, organisce (omit� Noeliste de P Prince au profit de des Vocations Sacer I-laitienne, aura lieu a l)byt�re du Sacr�-Cceur
En dehors d'attr�w toutes sortes on y t des articles de prem cessit6 et des objets des pi'ix tr�s mod6r�s. bic y est cordialement
- - *'.

AVIS IMPORTAJ

Le soussign�, donne commerce et au public n6ral, que d'un comn cord avec la Maison N Reiher son associati( la dite maison a cess6� ter depuis le Ter Juin qu'il ouvrira son maga cette place dans les p jours de Juildt, avec ce de la fameuse mai Radio Generai Electrl
Port-au-Prince, ce 1937.
. .Valerio C


ai renw
10 blonc
sanglo-, I(nencoun � '.
e . Deve i. mnt.t oC C aU'r
tar*n t do nt d: VC C
uaApce4c hatquen tes het
ue mon' os dia o- e * a
toutes queto esan p ote.
Uni fis tant is sont senties 3 SOUS n pleu. - les crconstances de 'x e sterait Qe leur vie vierin �tre r)lerer clV�e qui aent Commis 1lC pleurer, " j sa et m
ce per- ioma dcc qns t go7Aque 4Pe
amou abus� des plaiss de toutes sortes,
lait en- qu*Ils aient � faire face � un srgu�pe, menage m�me mromentan�, que
point., certains soucis lesas;aillent edn
qu'ils soient tenus a vivre sous ir, cimat chaud. et tout de suite eu une ci- foie r�agit violemment.les mettant
une i- Et ces r�percussions des influences ext�rieures suriatenuedufoi e ne sont pas seulement sensibles chez les grands h�patiques, masS IQUE les h�patiques en puissance. tous
ceux qu'aucun sympt8me pr�cis n'a pas encore alert�s lessubisent �galement � un degr� mouidre,
bien entendu.
Parmi ces derniers, beaucoup
sont des h�r6do-S�patiques d'origimle arthritique. Rapidemern fatiguas, d'Un caracru assez tompour li bre. ils ont en gen�ral le teint
27 Juin jaune, la peau fragile faciement
irrit�e; fr#quemment, ils p�Cobr sentent des trouhsnr mstro.ir.s;
oluert�naux l�gers qui se traduisent par un; langue sale, une bouchc
ements amere au r6vei, qduspsn
reau du teurs gastiques de la r
ulsqu'aE ton aicernerct pure;s a:ec un ,eu
m. de diarrh�e. de: tides souvent
un di- d�color�es et m1 odarans Touqueurs jours l�gaernn oed
de t�te, de du erratiques;
mt reS leurs urihes ou -ioodantes int teur souvent charg .
Lance- Lorsque ces epea iqu:q ,e s
'arc, sont contra:nts a cuexces quelpe du conque. qu'is a: surpo-'r
es-hor- une maladie necticuse comm la
grippe. tour ui' t""'-ear Y? cbord� ne suifs p -sS ache
onstra- et sils ne ;u vienen. r:vc!eme:te
en aide. ils ne tardent Pzs� Pr�si- pr�senter la pluart des sympouverte t�nes du grand h�patise
crs~ ~~� sur C c r iors desn:scds
ers sur digestions p�nibles vec ur
6 der. renvoi; profonds, econnament, des selles f�t;de; avec
- Gent- alternance de diarrh�e et ce c'nsix hai- tipation. L'auzo-intoxicauon ciu
ngs, s'est rapidement isranl{ proCornte voque des migraines tenaces. di
-Con-d&-mangeaisons insus.portames a
peau dcvien terreuse, le me aeest incapaHe du mondrc JSrc. tugustc' son caract�re s'assombri et C le clrib- s'inqui�te, � juste titre, da fleurs. lion - De toute �-iideece, le �prumo c
au but aer u ptt �aiqe du

m�tes la mesure du possible. C�'e--r
metresles excc's deroutes sorc;s g-o'
surm�nent son foie d�ja de�ftcent
- - ou tout au moins fragile. Minis \'TE ce dehors de cette nie.m;a de
NTErestriction qui n'est psas touyours
realisable, d'ailleurs, il lui i�uz
-partir encre soulae son foie ea d�scimidl etL'Ent�'robyl. r�alisera v.rf�ite.a JOui - ment ccs desiderata. Pr�t chaque n-Vente roat�n, � la dose de 2 � 4 cMicir�es
par le � caf� dans un peu d'eau st e. :! 'ort-au- stimule b cellule h�patique draue


eVe b J' vre c t ro 't une
dotales nbondante arriv�e de
l'ie-sun, c�truit lu:' r. aube -:
Sre putrides qui pullulent.
- Des le d�but du tralter o', i
tion de eons s'amliorent. r p,.i
rouveran re-vient, te troubles gast -int. i�re n�. tinaux dispara�ssent I. CS d'art � 1au dsnect et ou t
L P de 'afflux biliair.e, le st r:J. Le PuL Pu viwnt normales , 1to .int: .<
t invit�. cation disparat et avc iler
migraines, fes .douteurs plus dispos, il retrouve son acti. avis au vit� , sa bonne humeur, Il supporte en g sans peine 'exc�s momentan� de
u - tatigue. l'�cart de r�gimo qui tu a
mun a �t�impos�, tagrippe qi l' surpris. �ud� & ' Ainsi donc. 'EEnt�roby), sauveon avee garde du foie sous tes Cimts �exls- chaud,,,, * d'exis- chauds, snimpose aussi ben aux 197, et grand. q'atx petits h�p:iques,
stsu naux rns i perme tra de . $porter remiVS.-- lesrmeagm aorner.tan en cit mpose !tur.o.gan, fragcie, >
].'Arav-i
I'Agett- LTEnt�roby! se ven4 dam~ tcut.xs.
e . ment :� mc~e jai .rn�ois
9 Jin du docc .r V. M hu e. & Pe
.�auPince. r s. n ;ac�euseANE".: .i.ratuZ ct u�.nantd
V \N E Z i, i" : : " . :.':: . .:. ,


'4
I


omp#ne votreppa luma p comp e ch no ' to la l
posjtign4a


" onrh WaUoni.b)


BASgdeC ODEL T&LU et nUCA .ivL c
C OUT AGE4ABDJ~CONR' AVTION PARFAITE
RHUMESBRONCHITES, ENROUEMLNn INFLUENZA, AFFECTIONS DEs POUMONS.
POPT-AUJ PRIN., HLr A lit, ET LE. PROVt SC .:


7
#�Afl &*Z$M>C
J
~ ?�t.? -~ 4 -~


OL !lAN

Mev Vipeur HAITI S, B. Vov. 1,' ,;pa�rti de New-York le 10 .Juin i., directement pour Po(t-Lu-Pr:nce est attendu le 14 Juin 1937, en route le m�ine jour � 4 heures de l'apr�smnidi pour Kingston Ja., Puerto Colombia, Cartagena et Cristobal C. Z., prenant fr�t, passagers et malle.
Le Vapeur COLOMBIA N. B. Vov. 79i de retour des ports Colombiens, de Cristobal C.Z., de Kingston Ja., est attendu le 16 Juin 1937, en route le mime jour � 2 heures de l'apries- di pour New-York via Port-dle-Paix et Cap-Haitien, prenant f^t, passagers et malle,.
Le 'i ur PASTORES S. B- i. partira de New.Yor. w " Juin 1937, directement p r Port-au-Prince o� ie rndu le 21 Juin 1937, en rI e m�me jour � 4 heure d I riS-midi pour King ton a. iueto CoIlombia, Cart.a ': t Cristobal C. Z., pren -t �et, passagers et malle.

min. E. BLEO,

A. ent G�n�ral.


A VIS

Le Berliner Hof quitte Port-au-Prince pour les Etats Unis et ferme le 17 June
Il remercie sinc�rement ses aimables clients et leur dit seulement
Auf Wiedrschen-


DEMANDEZ
LA POMMADE
La-Em-Strait
� la Cordonnerie
Mont-Carmel
HYPPOLITE JEUDY c�l�bre pr�paration de
Ho-Ro-Co.
139, Av. Truffllo.
Phone 2182


A VIS MEDICAL
dLINIQtE1R
du
Dr. LOUIS HIPPOLYT Ancjenne maison �
F. Duvigneaud
(Rue des Casernes)
Consultation :
� 4 h. � p.m.


A VIS MEDICAL
CLINIQUE

Dr. FRAN�OIS DUVALIER
Rue du Dr. Aibry
No. 154
Consultations tous les jou r
de 3 hres. a 6 bres. p.m,.
.:.:C


Achetez les
Pneus et batteries



A VIS


Bonr occasion pour cause de d�p salon, s a Man
gr, vi.t ne, lit complet." T lpho:er Pierre Elle, 303 .
4. . . .

medcaux:. to cas ce taieulr. t'adrne. tits pr4prateur .d Deu: ;ydocteur ei pharmacie, 66 rue Nationale, Ltte (France>.


~u~rwrRn~ aiarAru~u*uak*.rrn~uriar~ p~,


- P -P�i�i 4�ps *n~Y ~CY(rl~Rr~




a:.: : aLE NOUVELLISTRw """"" ""' * ". a. Pr:. p 84g


onnaissez-vous


do attre la den�reemain
AN� LABORATOIRt
4 ade tsecuoh

.1) AnayeS cliniques
g> Analyses bihitiquea
3) AMalYSO Industnmiles
4) ArnalYse htrlo
.) Institut de reehcrche ,
g oeet dembi�e une r�n par sa direction avis6e, par in't0 r i cOMulet. par 'a posh adale4 et par r'esprlt nouveau el.ijmplul�te en flaitit. reurPr Antonio Chevallier.
Ex.Privat Docent d Bonn
�i0llers Techniques :
Dr. Georges Castera,
SEx-El�ve Institut Prophylactique de Paris,
Dr. Cl�ment Lanier,
Ex-El�ve Institut Pasteur
de Paris


I Y.A LIQUEURS
ET LIQUEURS.

Les amateurs de bonnes ssons qui d�sirent faire un bi de v�ritables liqueurs aines n'ont qu'� r�clamer marque d'�lite: Edouard J. be jamin.
iouard J. Benjamin, quant i son assortiment de tcao, Anisette, Kummel, et�ar,
jerry-Brandy, P�ches Brandy et surtout son fameux ocktail X-33 laisse toujoups a goi�t agr�able et merveillex.
R�clamez donc, chers amaeurs, la marque: Edouard J. Beijamin chez ses d�positaires; Simon Vieux, Epicerie du Centre, L�lio Bailly et vous serez nettement satisfaits.


!achine � �crire Remington lachine � calculer Dalton Rubans, papier carbon Faites vos achats chez
G. GILG.


CABINET
de
Mes. MAURWE R. ELlE
ht
MARCEAU DESINOR Rue du Centre No. 98.


dej a.l 1 tronnaDe


COURONNE7


Voil� une nouveile boisson qui vient d'�tre lanc�e par LA BRASSERIE DE LA COURONNE, S. A.
Essayez une bout .;i le .t v n., s adopte tez cette bUta nI avec son aroune fin et d�lic-�k x. ,n vente i:n Brasserie de la Couronne en grancde et petites bouteilles � partir de cinq douzaines.

Les autres boissms COUR NE' d t conj��nues et
appr�ci�es A 1-ort-au-P inu:,U e rt en pr itue sont


KOLA COURO("NNE 0:
teilles


grande:s et


�t ites


COCA COLA JUS DE RAfSIN SODA
ROTI BEELI


Buvez les Boissons Couronne et vouns avez lassurance de boire une boisson ext .me.t hygi�nique m�thode efficace eu'emlie ia Bt rasserie avec l'aide de ses machines pour le avage de ses bouteilles.


s:%t4. t~


INSTITUT TIPPENHA"ER
R&c'oniou Wl iliiu lio tu WL Arnee lr hǾ t el
Est la l]ui grand I colu n:i,, :I ful-au-i'iince, (C'est la mieux or/alin, i ln t Yu d:r4a meillure pension scolaire ~ec a M:se :a . - i e,. ",'.gne, 0j sport, l'ordre et li travail; luernelle pur tout petits de 4 �� 7 ans; Pe�sion poutr enfants de 5 ( 12 ans M�thode ex. cellente pour ic (Oburs Classiques �e la 12e � la Philosophlaie.
MIhode rapide ci surt t,<,r ElEtude iu' < ma:g:(Ie5 vvnntes et as cours (ow)au < xtau1 e Dactvi, S . .' Er re'spn.dance o n t ;isie. l nIta:ltee. Les Iiacheiers dip!dits de IT'oole fo:: Von ne figure cdans tOutes l)oie-"innt ',s Ii. t-raies et ains toutes les branches d'activit
Les 10 ann�es d'existence et de succ�s sont la garantie des familles. Cette an e -encore 85 pour cent des �l�ves r�ussissaient avenc brio meuxexamens officiels du Baccalaurkt et 99 pour cent de' St�no-Dactylo et (le Comptabilit�.
S'adrenbcr 1537, ue Lamarre. Phone 2891
Annexe Rue (apois. T�l�phone 3296.


SLe fait est inco�eia


d; domac o r t ar ct,imn r v; srmare m w b ' s& r e dr. , cs::u. eires o,,
p eu
cofAi R4 dA LrovE 6 ic e
coompuewom nu ,.
LA
BAN QU E RO YALE ,

DU CANADA

-W
L--


COLLEGE 1Db�A E
Directeur: Arn't Alcindor
Avenue John Brown
Externat-lnternat : 'onditions modiques
Inscrivez vos cfants au :
COLLEGE MtODERNE,


cRole qui rmet Iln::ivnmn- E' tourses,
l�cole qui ne professe pas ie -,oAilrage de cr�ne� 'cole Eu.i pr�f�re a une t�te i,.ernent �pleine� une C'�cole qui s'attache solicit'" . d�velopper toujours le
jugeinen de l'�l�ve. car,
C'est l que t tfraive recrut� Le corps de professeurs le plus
homog? n e,
le plus z�l�,
e plus comp tent, et le plus capable, surtout, d'entrainer, par 'exemple,� Paction honn-tye et constructrice.


.4*

de v&a e &C

l'tace de la Plaix

Rue t.'urte et leu du .$Iogusin de l'Etut

ACHAT DIECA!i.LEs Di (A ET, \IM1L OR, DIAv s 'S.R, L.s E'IS t'uPliER'ES PRECIt USES, VIE1L.
-1 S ARGENT ET OR,MONNAIE D)E TOUTES
- 1UNAiT I'ES, A DES PIIX ABSOLUMENT AVAN


GRANDE LIQUlD.ITION DLE LUXETTES ET
Lunettes et Verres de tous num�ros
Montures en nickel iroxdable i�
Verre orales au prix de de $ 1.00 la paire.
La liquidation durera Jusqu'au 15 ,o'embre
mn.


meilleures varietes de cannes


d'un vaste territoire


reunissant les m��lleurs te oir s.
C'est ce ui fi s




OIEJ1OAZ -E
GOUT TC PARE

, . , . . x - me ome r . . -- .:


VERRES


inclumsivt,


A. DE MATTEIS & Ca


Coll�ge Simon Butvar

nsMztnement Primaire et Secondaire
Enset gnefmem C'lassique et Mloderne (Sections ,RC Internal et Externat
8, Rue Magny, 8
Laur�at de VAillance Fran�aise (Composition fran�aise aux Examens du Baccalaur�at de .'uilet 19 4 et Concoura de Diction fran�aise de Juin 1935 et de Juin 1936). t) sc es aux Examens du Iaccalaur�at (1�re et 2�me. parties).
[Le ollpe Simon Holivor �t b ber' e t rnres de fa. mille que les insc: ,w t ns p u 'Exercie 9:: se re�oi. vent tous les 3or. ouvrables a partir de-8 lires, A. M.


La Direction,


LE RHUM


c'es a quintessence


DES


Q~B8~i~


1,


SAR




kt1t },ii% l','i%%ii% ,i': i,

- } :} :?i:!: :.:? 'i:i !: !?;:::i!:i :i !:i::):: !::i .:!?i:.i:;!;:. :i::: -:i: : : j'i!!:!


:E:i :,:l :. 'NOUVELLIStI7


LaUL


TBLMPMONR Sr/2


qUoTIDIENS - PAMTERIE - Ag
CABINET DE LECTURE

COLLECTIONS A BON MARC


te ie Lai ding de la �Pharmacie ('ASTERA�.- (" st une construer � l'architectu'e nationale. Le dynanisme et le savoir faire de� jeu. te imploHunlIc organisation ont su g nettre du go�t, de la science, dv r:com: Vdons a nos lecteurs de visiter les diff�rentes sections et d�Pharmavt r, dont l'ouverture a marqu� en notre Pays, tout comme


ex '1 dv T


�LE 7OU VELL1ST 1'�
ond Yo-ah' No. 12h. no'Vp:w. 2: QUOTu.DIFN ms 'i- ,:

JENRI ('HAUL~ , a . '. I.
.nirem u.r.' .p:,'. :.
ERNEST a. C iA.Vr;�
MA.X I VAI.





SON EXUELLL.E E L. PRESIDENIT DE r i 1.FLIQUE ET' LE ;
DE L'E. S. S I

� lA ( �1'i : '': 3

Le ( d t / u&% I

du Pr�sident U it 11
19vtauPrrince!i


Au Pr�sident d' :
Parc Lecornte.

Monsieur le lF

Selon les inStI'i; '' : Monsieur le Presi: k' : Replublique, j'ai a- . vous informer q{ue. 1: ,.: Vneent x ur l& (' nat d'Haim de FoI. la disposition de 1.I Soci�t�s Sporti ie I nes.
Son Excellence
que cette importanto tition sportive ait un . I'i: llnt SuccueS in: e aionnat de Port-au-> i tl detoule daiis ce n ' ' . p'it d'ordre < (.t � qui fait lionneut Conseil.
Recevez, Monieur le I dent, avec Ies co mlimon � w .1 Son Excellence pour vou I�. vOs devoues colia o l'assurance de me renli, lu sentiments.
(S): Julio Jn.-t-AlI)A N


U.S S.I.- F. ".A

Port-au-Prince, le 11 Jui 1937.

Monsieur le Chef de Cabinet

J'ai l'honneur de vous nt cuser r ception de votre lettr du 9 Juin courant, par l quelle, �seLon les instructior de Monsieur le Pr�sident d la R�publique�, j'in 1'extr�rr plaisir d'apprendre que �t Coupe Vincent pour le Chat pionnat d'Haiti de Footha est i la disposition de Pi nion des Soci�t�s Sportiv Haitiennes�.
Je suis heureux de reme cier Son Excellence pour beau geste s 'ajoutant � bie


'horlnd, une �re nouvelle :
Progpr�s, (ivilisation.


tifTO.'R DE LA
.l, T DC1' GENERAL
IL GLOR' AMBROISE uO LaGLO Vc�U ttRVC l]a.n exernplaire soigneuse.
it l ei de i substantie!c onf'r('ce prononcee le 21 . tt,, par Monsieur Fer,d Arnmvwie, a la Soci�te
--e et de G�ographje

j' t L�1e G�ndraI Mam w-i'se ai e ite d�& m'norci de ia v�rit�
pa, u he sur les
de Histoire
'tt.:ent <1nous pupf :n !ar ifeuilletons cette
iuSeie pour ceux de
. ours qui n'ont pas p"'
. r.itc;-, n.ou.� r'emer'cions ,,.,E1' f.'c nd Ambrose : n acieux envoi et lu:
.-_ n :-n no, .incer'es feli>ns


CADLOGRAMME

FU.NEBRE

1.ki>. is annonc� hier l. nIuveile de la mort
nuet New-York de
. Jean P r�d�ric Ete,
, t our de la Succursale do
li etait tres Cunnu et apveci a tans tous te.s milieux Le Aouvelliste sente . '- \ , 8I Ses enfants et aux
a umenl mb'-t're de la famille : i.,v,.: (' et in'c.'eeS condo: ( nce(.(s.


a





.

1 ,
'"f


O





je
f r
e.p
,.


-t tl nobles u�t prie d'affirmier ia :, sii ! l 'r�s.ident que le t lrseil 71< .'[ S S. H-F [1 A f uit tons se:s efforts pou r
uo "'importante comp�ti0ion .portive < -n Ei"ff. de ia Coupe Vincens,
- e d�orule dans cet espri; Pour les �compliments� que Son Excellence a daign� m'adresser -. ainsi qu'� mes �d�vou�s eollaborateurs�,-veuillez, Monsieur le Chef de Cahinet, Lui exprimer la vive ratitude du Conseil, et. agr�er mes salutations les pi us dist�nguees.
Pros;er (hrisphonte Fils,
Pr�sident
de l'U.S.H.-F-F.A,
Monsieur le Cief du . Cabinet Particulier De Son Excellence le Pr�sident de la R�publique
- Palais National-


P[ At'Ra MOQ UNT '


SA E' 2 N 1937
Norma Sh,�eart'r et Clark G hife dans


MI3ES LDIRES avec Lionel Bar, vmore et }ie Howard.
.un film :,cnnoul'-. m i omm on n en v on voit souven .


.,e


(t i


l)iM AN CHI r; I J LN 19037 � 6 et 9 hEIres P. J1.
EunId tI , t Shirlev (Uret d: .
LA MALLE )E BOMBALY ule Production �Ulniversal�
avec Onslow Stvens, Rai ph I:,.IbeS, (Pe eSL�, l)avidsor, Ceurges Enave et Hledda ot per.

en matin�e a 3 heures 30 CELLE QUE L'ON ACCUSE
unt film Paramount
interpr�t� par
Nancy Car'o-l La Femme. Gary Grant i Homme John Hali da v I'Accusateur'


A. Thibaudet .- Histoire de la litt�rature ftran�ahse �.7 H� Montherlant - Les Jeunes filles . .-:--:
A Viollis '- Indochine S.OS.
Comte Sforza - Synth�se de l'Europe . ::�
Salazar . Une r�volution dansla paix .
K. S. Chandan -. Conflits europ�ens ".
Ch- Maurras-- Le Chemin du paradis .
Ch. Maurras -- L'avenir de lIlntelligence.
Ch, Maurras . Les amants de Venise .
Ch Maurras - Napol�on avec ou contre la France?:.
Bainville -. Histoire de France . . ,.
Bainville . Napol�on .
Bainvilk - Histoire de 2 peuples continu�e
qu'� Hitler) . .
Bainville - Les dictateurs. .
Z w eig - F ou ch 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .;
Zweig -. Marie Antoinette . .
Zweig - Erasme .
Zweig -- Combat avec le d�mon.
Madelin . Fouch� (2 volumes). .
. ladlin-- Napoleon .
Madelin - La Contre R�volution sous la r�voluton :iadelin - La France du Directoire . . a- Madelin -- La France de l'Empire .,
Au. Ste H�l�ne (2 volumes).
Au,, .- Le Roi de Rome. .
(ia e .- Histoire de Louis XV .
Gax e ---. La R�volution francaise .


. : : : .


Ch � Benoist - Monarchie Fran�aise (2 volumes . 6, Ste. A ulaire -- R ichelieu . . 3,75 Leco te - Thiers . . 3,75;
:ictionnaire analogique . . . 12,00 Merveilles de l'exposition 1937 . . 2.75' Le Livre au Jour: Carrel.L'homme Cet Inconnu. 5,OO

((E QUE LES MERES DOIVENT SAVOIR).
-/
ALI PEuhLNIS CAILONS

IL FAUT LES ELEMENTS RECONSTITUANTS
DE CETTE APPETISSANTE CEREALE.


IRE X


Samedi 12 Juin 1937 a 8 h. 13
En soir�e populaire
LA HELLE DE NUIT
cd' rei� in e!ebre piQce de B.

inte rp�'1te1 par: \cra Worn'n, Aimd (ihtrione et Jacques )nmesnilDimancht 13 Juin i� 3 h. 30
.Jo n ('atwford dans lIVRE ET AIMER
n 'e V ; irnuct Tone tR G�ne

A 5 Heiures .;0.
L :, RI OWA RD

LE 'HE/VA ILER
1)E LO NDRES a-o-c ?\k ( >ero, Raymondo l e 'I Nigel Bruce;

. 8 H 'ures 30.
I'n (til Extraordinire ('h-a Ile (Bove r et Dain iSI
1arux dan�s
MA YERLING
(La Trag�die de� Habsbourg.
d'apr�s le roman de Claude Anet,
D�coupage de Joseph Ie:-. sel et W- Cube avec Marthe Reigner et Yolande Laffon, Suzy Priim, Assia, Naine Cermon, Jean Dax, Debucourt, Andr� I)ubose, Bergeron, Andr� Fouch� e;. Ledoux (do la Com�die Fran�aise) et Gabrielle Dorziat
R�alisation d'Anatole Lityak.


Achetez les
Pneus et batterie


.,t. . . . . .


'S IlFF.A .


"ommuniqu�


Din: ;. -e 13: C�r�monie de run l'- anions.
I n champion lere et 2�nen . 'ori, s 1935-36.
( ,o Moderne: Champio) n a-ci 1�re et 2,me ca. t�go i. 193.-35
Iii n'Iini�festationl atura lien O-u. i- Pr,�sidence d'Honneur du �fotur Rulx L�on, Pr�s:i nt du Comit� National tes S! p's.
iat h Louverture.Red Star
les pi' Xst :
Adtes: Gdes. 0,50
nfa n t : . 0,25
Voitures:"- 0,50
Pelouse: . 0,50
T r i b u n e s : . . . . . . . . 0 2 5 Ce scra la premi�re c�r�monie du genre. Nous vous y convions tous, en foule. N. B.-- Les cartes de pelouses sont on vente les samedis de 3 h. � B b- P. M. les dimanches (le ,; heures � 11 heures a. m
lierre DUSSEK, Ing.
,secrtaire.G�n�ral,:


Fume: 1es 'iarettes
� LUKY :
pr�pwri�es aecdfih dies feulks de TUdnes Turqus et Virgpine .


A VIS IMPORTANT


En vue des travaux impor tants ce dynamitage quiex�cutent sur la route Poi*W Ville Kenscot�, la Direction
G�n�rale des Travaux ?Pu bIles invite les usagers de ct te route � la franchir ave. prudence et de tenir eompt4 de toutes recommandations qui pourront leur �tre faites par les agents responsables plae6s aux endroits dangereux. Des mesures ont �t� toui tefois prises pour que les arr rets so ent de tr�s courte dur�e.
En cas d'inobservance de ee; presentes dispositiof.j :.:: tra�nant accidents, la Direc. tion G4n�rale des Travaut. Publics d�cline toutes r'e: ponsabilit�s:


Ce clich� reprsen tion qui fait honneu nes qui out cr�e cel la m�thode.- Nou.s parlement de celle l'inauguration de R


-::~I;i:~::::::::::,:I:::;::::::,:I:::i: : : :


-~ �- ---�Li-il�~-�-n-rr~r~xa~rmrmnxrxri~x,;,.


- -~8aara r


I


r*fi


�Ti�s~







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 3 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 4 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896



Page 7 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 7 missing
from source microfilm of this date







e uudlI stc
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 8 �tait absente
du microfilm de cette date


Page 8 missing
from source microfilm of this date




Full Text


xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008103048datestamp 2008-11-16setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le NouvellisteNouvelliste.dc:creator Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)dc:subject Newspapers -- Haiti ( lcsh )Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )dc:description b Additional Physical Form Electronic reproduction of copy from George A. Smathers Libraries, University of Florida also available."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."dc:date June 12, 1937dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=03048000471641 (ALEPH)ACN6482 (LTUF)0012544054 (OCLC)12544054 (OCLC)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince