Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
April 14, 1936
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Full Text








" rm. . . .
� ._ . - ,. r - . . . . . .


aotre, mr&re se faisat
devoir, pendant les
tant, de nous rappeSvoix qu'elle savat salon notre diwsp simoment, douee ou sesages reeommanda'_autre Mater- plus to et plus riche en ing qV'est l'Eglise, le
de is Resurrectiofn dontlie dans toutes les cones, a de multiples States manfestations
p part des eatholiques.D letldemain du dimandes Rameaux, e'tait un et parfait recueilement
tueles families sans
icion de rang. Cette sei pour les petits (enSchoy~a de leursnpres et
ot ts samples domesti4s comportait deux jours, iet vendredi, ott les fauId quelque manihre qu'elnt commises et quelle fit l ur gravit, dtaient, wan, amist4es& Ctait, nous nous en souve.sbien, en memoire de Ia
e passion du Christ, part sous l'outrage, pasquit eut, eomme tous l vAe, son doulourenxx d&. idiknnt sur le Gibet2d1 Gol
pth. :
Eco e temps-l, on n'avait l soucti, on pourrait dire, siphratives prescriptions s leots de I'Hygi.ene, encore tse ne fit pas du nouveau mnous. Du vendredi saint t nsamedi de d'eau binitea, 4me on disait alors et comt on dit jusqu'& present, il it. bien s- garder, quoiolpfit arriver, de se balPr, les balais talent soiPasement remiss, on 6estait, avee d'infinies teutions, les meubles de la a, sans bruit, A cause de ipognante location qu'on
it, en soi-meme, des atro0s souffrances que connumt ree de ta Croix, avant
avoir rendu sa belle ame, a a li avait done.
n oii':,. . . ,.

tue de plaisirs qu'A ute ate poque, PEgioe nataf point eus en vue, it fin de. action, oui, combien de plai_r itaient d6fendus aus pcts4t mres catholiques, alimi 'k1leurs enfants, surtout etn


du venredisaint,nuit
epos et d'apaisement abDI, are qu e emorarveil duChrist et de rie mirauleuse d Tomo. i les barbaresavaent adr inteliarement son
. . .:._. . .:.a n d ,
am, au cours is la mespi rmes d aln, io aus.
nsis, 4a tto plus
e., qul d4bordit .des totait Ie d e qutiles . . .



a moind.r intention Ito.: d'fr MIII
":: ~ ~ ~ ~ ~ .8 v .n-v. AII,:l~~~i~ii!i~i~ ~


*


pur et frais, o' montait diji le parfum de leneens, brfilIe A Iccasion du gzand Mystkre, Alatalent de nombreux et inoffensifs coup de feu. Les tambotfrs resonnaient a etourdir les oreihles, les ldairons S4anaient lur. no stri dentes et, de partout, venient, a n'en plus fini., des cris de : KBon Dies levi! Bon Dieu.

Les enfants des deux sexes et de touted les conditions ase confondaient au bain qu'ils ptenaient en "ommun, realisint, par ainsi, A chaque retour de ce jour mrnmorable, le v u du divin Sacrifie: Les plus grand, eux, prer'aient leurs bats dans la mer, joyeux et rassures, raasures parce que forts de la croyance qui voulait oqu'en eea mnoments-la, les bites malfaisantes, les squales par exemple, qui peuplent le grand es.pace Iiquide, fussent retenues, enchainees par le Dieu ressus. cite, lui-meme.
Maintenant, eette vieiltle tradition a dispar, asos la pous le assez brItale de la Cisanon occidentale qui aqI'an se e dise bien - ses ons et szes mrnauvais c tes. Elie 'a disparu, emportant avec eleI I, routes les royvances qu'elle avait fait aitre dans les
- 5mes natives et dans les eceurs nnocents, trainant, apres eIe, toutes les belles I4gendes, sur oUni, elle cor ptaiz en vue deC la plus ongue perennite possile,
Et depuis, nous allons d'un pas mal assure. , ocus marchons, trebuchant, sur la route ongue et scaoreuse de la vie, Pesprit hant6 par routes ie chimes, avec au ceur, leI germe, sans cesse, renaissant de tous ces maux dont le
Christ-Roi eroyait avoir, pour toujours, gueri PHumanite par sa mort sans pa;otit appr& A cable et son inutile crucifiement <.
Adrien CARRENARD.


!

I

I











F.
j.-


TROIS JOURS
CHEZ LES VIVANTS
AU PARAMOUNT


Quand Frederie March pa-' rait dans un film, c'est le triomphe. C'est que depuis fr.- Jek et. Mr. Hyyd e S Sign Croi qu t
grand artiste-ia interprets si :magistralemen.t, son nom est devenupynomme de succs,et, Ot guz r auo b? re our ekei. :Vi : : presentaiL. POranwnt'hier soir a-:) vai atttir4 un( i ratoulIncarnant toujoiurs des r&le de ie nue, Frederic March
(vote::::::ii see!;.:.;: en-: as :as : 7 ; : -. '


18WAYRI 19$4


AU.- SONL.ELESYA
. . . --. - .



.,,- U NT LE.NEIE D.ANTAN7 .


- . . . . , . . : : : : . . : . . . . . . . .
No.13&848




VE .LFASE
. aw4 :: #::: 4%:: :i4 S :,

. C GREGA:.:::_ ::;.:. .� ITES


.d . . .nd . . A ril)


. . . . . . . . . . . . . .
. :. . . . . . . . . . .


1 .1 .t A . . . . .-.
. . . . . . .
ime I_.,.!.
qu 'et dbert dar l
'une impoans meson fidble dsgs prfs,
a meatri cmaW streste vivace dan esu.8pnle hai- 1 tien is tI t
cipaient t la th
rate 4 4 hure"sa suivit, to me DsAvions
dejA annoei, W rues Roux, du Centre4eP C-Aernes, Place Louverture, pout enfin dbou-. cher, vers cinq ltres du soir, sur la la mD allies, devant lea Tribu . Le ChristRoE, ports majstuouement pendant tout le Set per des1 centaines de bra a Ati expose suir le grand pa. des Tribuies, face au pu .
Le Pere de V 6Supirieur des Ridempto ea adr a Ia parole eat tloule silendeuse, attenti. ve exaltatht tles bienfaits d hristiaisme dans le monde, dreraand au people haitien conserver aintangible sa fC p Christ. 11 r4clama 4galemnt que dansI clhaque foyer le Cri soit rciti en commun chaque jour. - Pui; Son Excellence Mgr. P'Archev~que Le Coaze, en ter a6munants j remercia vive.mnbute les. personnes vi avwlaent contribue au success de la manifest, tution religiee et particu i> recent la D, G. . P. les autorits civiles et militaires qui Pont favorisee.
Le chant du Cr& et Tle Salut du Saint Sacrement cl6tuCerent tla c4re'moine, et la foule s'&oula lentement dans uIn p ieux recueillment
a-m.


ARRETE


STENIO VINCENT


Prtsdent de l InIpublique.


Vu Particle tu ion Vu I'Art. 2 Juillet 1926:


85 delIa Constde la Loi du 13


Considerant que selon les vaux exprirnm le 7 Mai 1930, par le Conseil die Union Panamerieainw, i convient que le Gouverne-.nent Haitien, membre de cet-ce Union, e6lebfd le Jour Panamericain pour commemorer la Souvei;inete des N -tions Americair. ,d '. . I ccnI An


Naus lisons dans la brochure tie ii.L. CI LtieMn P" &Eo de Por-tau-Pine Historiue.-organsaton. 8tatiqu parue en I&&,
'Imprimerie Amblard, les paasuivantes Zur nos Ecoles C"ongragametes :

fie'. .Ee datsnt do& ftrcadt C est sur la de-ninde de Mgr. Moretti, lgat du Pape h Portau-Prince, que. M. Dubois a aept de faire venir dans le pays les, Frres de Plnstruction Chritienne et les Sceurs de St. Joseph de Cluny. , La Convention organique I Concordat (Articl( e portait qu'un petit Semiinaire Sraft cree a Petion-Ville. Le futur Etablissement serait ouvtrt a toute la jeunessze haitienne d'apre, la (Conent1.;,tA de Juain. Ma so.0 < uLes Erres Ie mlestdueon Chritienne sont arrives, a. Port-au-Prince au nombr deI q atre, e vendredi, 1--. Mai 1564. La 1ere Ecole des Frer a ktt ouverte au milieu dne grande solennit6 Ie 8Octobre, dans une petite maison situ e i en loin de I'vagle Sud-Est d la Rue Pavee et de la Rue (fi l1ervoir. Vcici ': Ps fonda-


ae rur*grtivct' ruI-*> rz13tiY i I t zqspnIt-Z tursdegEct les es<
solidarite continentale et Los tours dis Ecoles .,s Ii'eres a " ~sentiments que nourrissent Fort-au-Prince: Fbre Athile Gouvernemert et le Peuple nodore, Superiour, element , LUNDI 13 AVRIL Haitiens a eard des Gouver- I Corentin et Hyacinthe.
En sire : nements et tiples des autres
EDW. G. ROBINSON R4publiques du Continent A- xXX
dana ' rnricain;
LE HARPON ROUGE Sur le rapport du Secrtai- <(Les Sceurs de St. Joseph ide
Ue suerpre H re d'Etat des Relations Exte- Cluny sont arriv&"es dans noHawks, de la Warwr Br . eures tre ville au nombre de quatre,
First National le 5 Juin 1864. Ce sont: la R.
avec Zita Johann, Richard Ar- ARRETE : Mre Louise, ancienne supelen. 1ieure principale de Ia Trinidad et suc,.a direction ]le-,
ART. ler.- Les Services dad, et sonu sa direction, los MARDI 14 AVRIL FPublies ch mcront le 14 Avril Sours Marie-Therese,Thbse
En sejir, & 8:15 r 1courant d4rmm6 n pr tp sera publi et excut6 la etite mason < 'lb les.ary O 'a l .a.dde dortoir , puis Te 9 fovirr
Youngt&ar ToddDonn4 au Palais National, a 1865, elles ouvirent un Penoung' himaod e -it'tintP.rPort-au-Prince, le 11 Avrnl sionnat I'angle N. 0 do ia COGN-Agg::8 1936, An 13%me. de I'Ind4pert- IRue du Rmservir et de la rue
an -. P_ nes dance. .Pavde, maison de M. Sauveur
Faubert4
r rlsatiOk de Louis Mera .Stkuio VINCENT tM. Damier, Ministre de

P- rA RAPr le Prsent : nona te jour, en faveur de
hri.ti VirIdo, Iritablissement, des paroles
to Morn- -e Secritaie d'Etat de I'In- bienveillantes, auxquelies rea -- " ' 1/- terioeur pt .
IWas(6&W de a
S1~ flOUfag,


La majorit tai n .zta taie la seance tQnhE ieas hi prisidence provisoire du Deputi Edouard Piou, sagit deo ses coll gues Aiten Neson etLmon Divot, er at - me. Sew critaires ad kee. 11 eat donnb lecture du proces-vrbal de la stance du 23 mars dent la redaction est adopt&, d'un message du Seu1t de la R4publique,d'une let tre de Madame Claude, des C*ayes,r4clamant des Pouvoirs publies I'allocation d'une subvention pour un #tablissement scolaire qu'elle irige, et d'u.e petition deH habitants de l'Anse-Rouge, sollicitant la refection des routes de l'endroit.Au 3eme. point, le Deput4 Edouard Piou lit les conclusions du rapport de la commission charge de rediger le projet de r4ponse au Deput6 Descartes Altert dimissiontaire; elle a pour president le d4puth Mgie jeune, et pour rapporteur le d4pute Edouard Piou.
Puis la s6anrce est levee.


PARAfOlNT


le mewmr .soctd

..












nte haute porte litt~raire et social. 11 exrepa& point de vae rhilosoph iqae un tableau de la situation morale et -po-V litique du pays de 1804 h 191& 11 analyse Ie fr aftsme die touW'F tes les activities t: en gdegge les causes: absenee md'une r& volutin, au sens prcis du terme, pour blouleverser les. institutions et imprimer a.n autre cours aix ereneints. i-i fallait a la te du pays un cerveau intelligent et agissant. H61as es m~ieres vMulaient gouver&ner -et: 1e Ibommes aptes leur facitaient les ave ues du p u. pour mieux k; ubuge. M~ais il exc C}hi: . e .% iomme aIIx ieS n> .

Cievees sui n
,rsre o .1 n .-.
!our a colTo



nn p .i!:
i nce des




A' L diU>~





41 u
ut lj u ii
e 'ce ' -'l


mrettre






'1
uh to a s
CotSO iU e. �t :! . * ''+' "








(Gapre E TatOire io

couemsr" a
Paso -4- ' -.
M.fuene L u*:' dr: .''
Jo ea Nazt ": I I. n 3F ' [ ' 7 n










&eur apoprne e- a V vopir satisfar lo j ttrateurs et. tot1 V bros piotec tour. 1' iF cause-ri: iun des uea tismie. 1 ':

tros ls sum ce one~ SPUle, ja ' Ssnit Ie
tour i e


tQcUes VIPSY' pinion Iu n 11,
saturu et (-u ' Ies e chtvp. "s- i '


Starde

nevt


snvi
*--!:!!!!!-::!!::!-!!:lt: w ' ! -w w
S li.f.:t:: . : ::. -. V i::: -::. .-.:


13 , Rue Lamare--T 291
-. 32 Admisionesx i a~au-a.
Rh&eriQesetF Aach
Annbes 191711
La easc ent doit se; suee sa ieia ee~rea
- i"--Te n puur -netits dr&t[S- ' %!.ssique .tbrml .
AOr r" r. 'u - d. � . abilt A g i sian& Ardd Pr¶aivn ai-rtl&4 t SLs ta ~sm t a.tit tn s c des homm fart a a s-o -nt om. ta.et co rage .
� .c .r f. .
. ' -t :u--.' - :.


Se SOnt- _s i's - - a nature? 1 ct c es t t n _ : ( ._lA

cherchent-iL " pagne, Ia slu . pour mieux '.i v
dans les youx I re la poP)1 et
Otez, diti, a Ia 1L scene l entire ture, elles i->.t-n A, - t se comprennllent -, . ,e "
c , P .-cnn
scur a d4poul l& P"- . de la rhetorique pour on or son verbe. De; K ros - -n.i- j cues traduiseir 1 enthous i-a mre de 'assemble i Yaditysm de cette langu musicale propre 'a Jean Nazaire,
Me. Antoine Innocent cltture cette seance par-'une interprtation de 4<,e Nazaren de Leconte de Lisle, La salke tremble sous les appladissments provoques par la diet:on i de lMi. A. Innocent. A 1 heunve de Iaprs-midi 4s membresfondateurs, adhi: rents et protecteurs so & . tent sous le aigne de la plus ( franche cordialit4.

G. BELLANTON, aVi.


A.Vi I CO rffERCIAL
1
. 7 .o .seid .est inform , pat: ie c e'tt date Mon-r
,ar ix Cain est charge 6 lajcup Aba k 6 nrale de ,;Avas e cominrciaes,
Se ler Avril

,,,I
4 flid AN'SONS'
. . . . . - .
A LA S sOULAN GERI

K SAiNt ETI BB&
. ~ ~~1.o. 4. . 4::.v ,.
RUE DU-P EflfE

Painsyb iseits pha
t(spain pour anw-.Livraison - diil ce


arcll ANNB
A, 0
4 1 Y. 4. " "L_ . . . . .4 'd 7 : . v . .: : . : . . " : "



nA4 14>1 t?
M o d . . . . . ,,




et::adx4Ji . t-r&.<
Or4
. . .-.a. .
� .a.s" ri e:.: -;:. ~:%? . m e%-::%:

. .o


U'EZ-YOUS PAYF

Por Votre 0ouvelle Voitte


1









.
,_ #)


Oe
isle


corn-


e pre Ont le s
de
p 6-


Le prix qui vous a 6t demandi, es.-il le m.me que eolui demand aux auCombien vez-vous pay pour la vented credit? Votri voiture a-t-elle une min a Ie construite dams na carrosserie on bien est-clie ajoltte? Votre voiture a-elle Intirieur Ca.A-t-elie u 80.0t
d'accessoires, P'endulet-e Plectrioms e:.
\OLU. I:. ,,RE FOR) V. 8, 193, PARCE QUE:


L


i-- Le p :i xe a rd e.t
oixe -.i. GU TOUS. . exempoe
LA TOW>N d
DOR, av le faisat
corr -s


Vd a


C -


e'rr2Z
oep Fat to
,, quo


.E N






-U,, I
.s -4
% "- : ::. - p: :-- .


- - nit~fflJr!r


4i - S ,


ta entniet i- h w "--, de Fer
deUP. C. S.


A.:

"Asse-"d:einas do 17P
V en c
ptpp-A -, ueCa O- I
-> ti-on t U0C
- ai s r i





dot-u Pjo ~ .8 vi
Lecture dui oroe5-verce iAssenmlce urechdenRapport dlu Gonseil
-dA U - .l-.L .r.a t -.: . ,.i ; -:,-. r +





3.- Election flu Conseil

4.- Affaires courantes. Port-au-Prince le 8 AvriI

Le Coneei d*Administration.
. . .


1155t0


P pu, ses Prix - POURQO)
SLi QUESTION, VOUS-I
. 0 TON _ES PRIX DE VENTE]
UNE _ T IF PO VOUS - ELLE :E
CHE D "-H A RI: LES PRIX DE VENTED
Svot r n atu- pourtre finance, les fraisda NANC t 1% FORD MOTOR Co. sont de8/o
peau pre a , n .Qi de c- vie charge la oncurren"
Les frai;.s I 7 na ,ces mZt partie du Prix de.rext
de votre voure.
.- La FORD . 8, 193I atu les accesires, qui put
briques u. ia ux de la FORD, qui t
Prem - -,
e_ cncuo renters n'nt qu'un ensue . iiiiere arriere, a.FORD-iat


MISEZ PL :'

Sur e7 -. 75.00.


I.71E FORED V.8 V/ (OflS ECO ('OV,,8 T?

iance u vs ~coromnsbez $:.
. -. .f- -.-.::?.:


atp5is cas davantage.Danms > .-.ur dIn Cf se et mie die cllesh
ts, LA R0TU: D V8, est la mell~ure A tow
pECnns 0uO e.
ECON n aehetant i NOUVELLE FORD
t vous a pius .ie v iture dnit les.-TROIS: C GORIES DE ux:


10OTEURS H l1TIENS &. A:




. ' . . : . . ".-. -. :. . -:. . . . . . .
(Haitian Motor, L.A.) . i
FM, n 1925




. . . . " " " - : : . . . . . . " " : :. ; :

i


F'


Com


is


son lube aluminium 4e 4 -comprimbsf.res


11R


. � . . : . . . . � �. . . . . . " . : . . . : .: . : . : : : : . : . : . : : . : : - : . . .: .
,~ ~ ~~~~~~~ ~~~~~ .:" -.-.::::::::: ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::.:::K :


: . . " . r . . . � . : - " =. . i.


. . . .


In-stitut


Tio


5T.0

..




I: .fl ' '!-k


-. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . � . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .-.�. . . . . . . . . . . . . .- - . . " ' " " ".-.".'.". .-.
P.i.C b. .h.
(SPCJ


'~
r ~ / A,. ~L
.444 s,,,
wruuuouvw
4%??' , ,
1k)


qO--'
7'!:!:::i : i:i ii::::i :.i.:


DFMANDfl pz:
ANVGLETHRRE
. :. :. . . . .
'At


. A4
- Selon tUe
- de Gentve, W ZEden, SecritareanFoOf fice, urait reu un rwme du Negus dans 4 ce. dernier informed dispose que de .500. si pour barrer aux trou. taliennes la route dA& :.ba. i demande en o 4j 1Angleterre prerme
* jItalie des measures fques.
0' -
INN ET HALIFAX


DE RETOUR


ONRES.- Eden et Lord gix sent rentrts ce mat Londres, venant de Pa-


-- MORT, D-4"
LA MORT DE


VON HOESCH


INDRES.- En expritles condoleances du Gouswraement Britannique au oueqrnement cdu Reich P 'ocidun dcdis de VAmbasour Von Hoesch, le Minis4Eden a dit que le Gouveramt Britannique a pu aper les grands merites cu ieluntetses immnenses efforts I our e bien de sa Patrie.

LA CAMPAGNE
ANTI-BRITANNIQUE
EN ITALIE

ROME.- Jarnaims encore dePIaI''ouverture des hostilit.s aoEthiopie le langage de la rsitalienne a 'endroit de I'Angleterre n-'a t& aussi viol t.Le Popolo d'Italia> repttte que 'Angleterre se Klasmaintenant a parlelr un age idealiste a l'InstituSenevoise, et dit qu'il ii s.t plus seyant de garder t' franc parlk de John Bull. 1Ugrand caricaturiste AmeBartoli, du journal ere, va publier un vointituk -Nos amis An-


itENPOVTS i(4YI1T&U%$ I
EN M$4iCPA$

TOKIO-- Wapyrel ral tNidhi Nichib, I4 Com. mandant en chef des troun a Sovi4tiques en Extr~me Orient, le Mar6chal Blucher,1 aurait demandi Moescou des renforts en troupes, des dip visions motorisees, une esea-s drille d'avions loics. gr, as cadrille d'avions 16gers, 6 es-K eadrilles d'avionu de recon. naissance, et 4'autres avions en nombre considbrablen- De plus il aurait soumis un plan de renforceme t de la base navale de Vladivostok par des contre-tor pillurs t r de sop ma rins,

L'AMBA SSA DEUR
ALLEM.AND A LONDRES
EST MORT
LONDRES.-- Les comrmentaires sur le dc -s de rAmbassadeur Allemand a Londres Von Hoesch sont tre&s sympathiques. Beauty. oup d'hommes! a' tat en vue ont lou6 ses ac:ntes diplomatiques si adroites et sa popularity dans !a soei6te londonnienne.-- Les journaux ont exprim6 leurs regrets de la disparition prematur6e d'un homme qui a tant fait pour itent-ente entre its 8 pays I'Angleterre, la France et I'Allemagne. Bien Que von Hoesc> fut. ce'libataiie, ii a beaucoup retu a son Ambassade, et ses manieres personnelles lui ont acquis un grand nombre d'amis parmi les anglais de marque. Selon le ,Daily Telegraph,, aucun Allemand n'C jo, un role aussi important que Von Hoesch clans les affaires d'aprs-guerre. Son tact inn6 et sa grande dign.it# Pont aide & surmonter les cultes dans, les situations trbs pr.caire'S. Se!on I&

pel & .se a pe . d. mah ".41u
eomme d la ore -- ar
Ire
eazer jounatuz A T
Ut gSirit, les journaux n'a. val itt gas patJ11me aiUa tombergur1idiian pois somnola. Tn pen plus tard, ii me, sonna encore une fois,- En arrivant, je lui trouvai le vib sage excessivement pAle.- 11 prit ma main ent me disant cloii . 'est ma 1id mci ta main, Hubert jai ue attaque cardiaque. Son ago. wie ne dura qu'une ademi-heu re, aprbs quofi i mourut. Informe de la mort de lAmbassadeur, de son Chateau de Windsor, le Roi Edouard VIII tdliphona imrmdiatement ses C&Inid0liAedflCs1 i a Charg dAi. fires de VAmbassade.x


LES ACTIVITES DU
COMITE DES 13

GENEVE.- Le Comit4 des 13 s'est ajourne jusqu'& jeudi Srochain. Mardi, en presence du President du Comit,4 Mr. Madariaga, des repreisentants de 'Abyssinie et de 'Italie, les negotiations com,,enceront pour ]a pacification de 1'Afrique Orientale.Or a demand au Baron Aloisi de prier M. Mussolini d'en-: voyer pour ce jour un negociateur avec les pouvoirs necessaires. Jetia lles 13 se riunit-ont pour entendre le rapport de M. Madariaga sur les r&sultats des conversations.De plus, le Pr6sident du Comite des 18, dit comit- des sanctions, M. Vaseoneellos, & mandera A ses membres de :e terir pr.ts pour une r"uSion eventuelle fix e A vendre64"

NOUVEL AMBJASSADEUR I ESPA GNOL A BERLIN
MADRID.- Selon les miiieux bien infovmis, le Ministre Espagnol > Bruxelles, M. Aguirre Career, strait nornSAmrnbassadeur d'Espagne a
Berlin. T A VANTI e.4VANTI!A VANTI!h


Gegal4 du Part towmmunisr e spagno1, 14 azarZy3i JQ L: Dis, a d kIhiaf;xI 1 Far Li Coxnmunate& len~a hien4tt an parlemeflt de nom. brdusea lois congues dana 1'es prit dl la Ligde Gn:raie de 'Internationale Communiste. Une de ees lois doit r'tglemen-Y >er lea activists de lEg ise Ca.A tholique en Espagne. AzAfin de maintonir, dit-il. ce que les r& v:vmz:.nnaires cnt *t4ia faut que le prgiriatea gnol cree sa garde rouge ar. uee, pour pouvoir surveill er les autoriths>>.
-
LA SANTE DE VALERA


ZUIP.CHI- Al. amon de Valera, premier minstre de
Firlande, qui est venu il y a qaeiques semaines dans cette ville pour subit une operation t eil, restera encore quelques jours en observation ici.
POUR LE SERVICE
MILITAIRE
OBLIGATOIRE
LONDRES.- Ltorgane du 1,ader Anglais Lord Rothermere, , rtvei-, que selon une communica"*on du Ministre de la D6fense Allemand, 83 o/o des jeunes t11emands sont aptes au service militaire. 11 n'en est pas ,ie meme, malheureusement, pcur I'Angleterre. Tandis que Hitler fait des allemands une nation ttltes, 1'hygiene, en Angleterre, est en regression. L'assertion que le servi-


o atithire obiigatoire engenr1 -1 t gub"rier t d veo~pe t.t &?agfreion est lon-easfS. 11 n'y a que les gets malsains, nerveux et poussifscki d~sirent la guerre' i'la.DI N., ni les pactes, nii awruni Covcnant au rmonde, conclut Porgane, ne sauront protger utne nation qui materiellemnent n'est pa3 ;& Ia haut Ur d" si t b: .

At PLAN ALLrJXANP REJETE


GENEVE.- Les Puasti
ces de Locarno, la GrandeSBretagne, l'Itiie, la France et la Belgique, son . u:ian es d' ,a-,ord h ir -\i pu er tuter qu&e JI {rtv-i itct .AI lemand, dans sa derniore note, <'a pas apport6 soL contnbution au retablisseen t de la cunflance indisurm les pourparlers du.n IU.eC.A Strait& de Loan t I o1u dWture de ngo:iations iindiates. >

HERRIOT (ONT'i K/.
LA DEVALUATION
PARISn---l tiei Bmier Edouard Her ith. - d iscours electoral i o n. a 4oucidnui'a Lvcu': ' wtciui ,u'i est contre la s(.Ivahtation du franc.


(voir suite en Ge paVe)


EAz ice uIt n ALIX RtO V


uw.wrsrw


il


-IS1


Le Savon- tion


ROME.-- Le Premier Musso ini a re<;u un tIgramme d eMaricha, Badoglio, installe clans son nouveau quartiergne'ral de Makal, lui disant que l'armee italienne ne s'arrAtera plus, jusqu'a" ee que cennemi soit completement vaincu. Selon un autre t6 t gramme, les italiens n'ont qu'un seul dsir, pousser en avant.

ON EVITE LA RUPTURE
A GENEVE


L'A N T I S E TIQU


PEPSODENT


est de 3 a, 1 fois nlus ouisant.-


i arr&tW . mauvalse haleine pour au moins 1 en plus.


Li 2 lie-u 2X:5-


L'Anti sept ue PEPSODENT pour le RinCag doie Ia Houthe repr6s,. une d6couverte remarquable dans le domaine de l'hygic- i:tecale.- Le devdloppement d'un nouvel aent-tute microbes rend 'Antiseptique Pepsuden de 3 a 11 -i - puissant qued'autres antiseptiques de marque pU 5 i-. ins de la bouche. Imm6diatement apri&s emploi, 98 o,o microbes sont dttruits dans la bouche.
PLUS EFFICACE. PLUS ECONOMIQUE.


. . . . . .-.- . . .:.
------------ .




.
.::::,:::.



. "-.�.-.


. I~i- : :. . : . . . . .". . . . . " . : " . .
equeo touteas le eurs, ceat la peau friche, sae le d'une -jolie emme., Vous la conserverez touti ve1 -4 vous empl:yes l aon de toilette . e

ip donne spa latpeauap suave des p6 ales e

.m.W B.A4 1KINN .
----distributea surHawt


LONDRES.- Ici on est, Pour tuer h microbes, il est r6cessaire que la plupart des
d'une maniere g4nerale, tre"s antiseptiques ponr lsoin de la bouche soient employs satisfait des resiultats des n&, dans leur force entiere.- Ausi le melange de tels antisepgociations des Puissances Lo- tiques A P'eau - ainsi que le fait presque tout le monde carniennes a Geneve. On con- signifie une p rte de temps et d'argent.- Mais I'Antiseptisidere comme un suees que que Pepsodent peut etre dilay6 dans jusqu'a deux parties M Eden ait p cnvainre es d'eau et encore tuera-t-fl lesmicrobes en moins de 10 se. Edn ait uUconvatn re -9 . o , .,
f.rangais que. . bilits c -ndes.-- Dfne, I'Antiseptique Pepsodent est de tro's foisUc n&gociation ne- sent pas plus avaxtae x et no vous cute qu'un tiers dans l'usage. enc�re - pU.is* Combattrt ra:. .avaise h a ine (Halitosis), les pellieuf lie i e l e g - : ::: . u : . ":: ' '. . . . . . - . . . . . .
fklicte la~
delicit.e qui . gts e, les affections du pied, vou iprot6ger contre les infeey .ee quire dtobtn Ac~4 ;:1s que produisent les e' es et igratignures, ne voil$\ ne leVn liait. ? te ds phu de-cinquante usages de et aetantinon dpubliquen ast vtts ct Septique remarquable.t e dces qu'~os- ue ProeurezA-vousaujourd'hui z.4me une bouteille d'Antisep. . . .:. . . . . . :. .
ni esoir d'u heureut tinue Pepsodent et prot4gevous & Paie-ce produit iUe en tto j~ou.o utionnaite.
LA ROLCIIV$ATIN. L/AN'I UTIUE PEPSODENT
,. .- E A A . : IE4EW A POUR L'HYGIENE DELA BOUCHE
.AD.I. ,W Le B.t.:.-i re . Po Fau b a de to O "tifrice Pesdent.


smam


waowa


-- -- --------------- ---------- ---


� :. � . -.ilK. ;=: .: 5".:


.


:::f:::~~~~~ ~~ ~ :.:.::.::.:.:.�. . -. .

..









sr

mem?


uauts s t
Q jj . -; -.--.
[.:. :+' :::i -:":'::::i~ ~ ~ ~ .':.:' .:" :.: .:.:.:.:.: ':. .









CIRONIQUE
SCEINTIFIQUE


Par le Dodeur Duch Ulne


Lutte anti-t ubereal .; *
I
Dans 'article pricdent, nous avons parl6 des prkehttions a prendre par les malaoes et leur entourage pour eNiter la disserrination de la tubereulose. On arriverait 'a peu de rtsultats si on ne. s'arrietait que lta dns la lutte ani.1-tuberculeusc.ll ne s'agit pas seulement de prevenir, iI faut aussi et surtout guerir. Est-ce pourquoi nous pensons qu'un depistage priYoce de la maladie est une de. conditions indispensables de la lutte.- La tubercutose "nest curable q'au debut, cst-A-dire quand les lesions sont peu avancees et que le sujet conserve encore ses forces.
Dans le but arriver a un diagnostic pr6ecoce, i1 importe dapprendre zu public a ne pas negligel. ul.e petite toux s'ehe, une leg~rc fievre le soir, (dL la perte des forces, un petit crochement de sang.- Ce sont (es signed tros ouvent revElCteurs de la redoutable mraladie. 1 e: encore temps. Le maladek doit voir son meClefn immediatment. Celui-ci .fera le plus scrupuleusement du monde un examen clinique, et si I'examen clinique ne donne aueune certitude il aurin recours h 'examen bact.er:ologique des crachats si son 1) ient a des expectorations o a Ia radiogiaphie si les nioyens de son client le lui permettent.
Erreur pouu erreur, mieux vaut consid6rev comme tuberculeux un individu qui ne I'est pas et faire le traitement (auqel cas le client ne peut que gagner) que de ineconnaitre Lne tuberculose existanteet puser le diagnostic passe-, partout de grippe, bronchiteU, en recommandant des badigeonnages A la trebenthine et des infusionsde fleurs ectorales. Le medecin ne gent commet dans ce eas un crime envoeys son client et envers la society qu'il a pour devoir de p rot ege .
Disons en passant que ce serait une excellente chose si les pc sonnes tant soit peu arises prenaient I'habitude de se, soumettre a un examen mtdical au moins deux fois par an en exigeant de leur midecin de famille un earnet de santA


dclan s lequel seraient consigns avee force details les r6sultats e chaque examen. Ainsi, chacun aurait une histoire de s. sEnt& qui clairerait le mde-: cin appeal fortuitement A son chevet pour un cas de maladie . Cela concourrait dans une certaine mesure h Ia h*tte antituberculeuse.
Les enfants des ioles so raient soumis h un. ex.en W' chaque rentr,&e surtout au point. e vue:. tuberee uose Au.-. moindre soupon -fnd-l ait les acheminer vers la radiograph i, ce qui permettrait de 46terminer des l4Mons tu1t culeuses meme minmes s 1l eni existe. Get euntaltt t . reeonnu nalade serailg


jell travail if Wit does intitntens soudeux, slus ou


. . . . . . .
oinf imbus de ces de. t ment important pour

zWrem sociale doit avoirtdes Qualitis de patience; de do-~ ceurE de persuasion, d'autorit6. Son rble est d'aller dans les families et principalement. rinanas families pauvres dont.r -des :conseils d'hygTne. &'assurer de i'tat de santi
des diffrents membres. Elle enseigne aux nourrices ,coM-ment alimenter leur beb., aux femmes6eteintes comment vivre pendant la dure de leur grossesse. S'il y a dans Iamai?on un cas de maladie infectueuse, elle enseigne aux parents ce qu'ii faut faire pour eviter 'infection.
Dans Ia lutte anti-tuberculeuse l'infirmibie sociale peut rendre de reis services en cuseignant aux families "a recourir A I'assistance medical. Quand la carmpagne anti-tu- berculeuse sera serieusement organisee, elle deviendra un auxiliaire pussant pour le nedecin et letat. C'est elle qui recrutera les cuherculeux Gui seront achemines verns le sarnatotium; car ne perdons pas ce point de vue, il faudra quand rme en Haiti un h6pital bien organism et specialement r&serve aux tuberculeux.,

Docteur DUCHEINE.
ow w, *mz.I. . 2 art , Vf


GLINIQUE DU
DOCTEUR DUCHEINE
Rue au Dr. Aubry , T phone 2287
SPlusieurs mbdecins s'occupant des diverses spcialitis Sdonnent des consultations. liphonez A n'importe quelle heure du jour on de la nuit, un n6decin r6pondra imm6diateWent a votre appel.
Consultations gratuitous mardi et jeudi.


Yee-ilde& ort.
I . . " U:V f to urgente tle
)dobhlgaton de sup
pimr mnt,1e Mardi1t4 Avril 1 ~ - du coin du chei4& de i-lles et -de Lalue
) e n% Pitio i e 5:3&
A. M. &t
de s, mer encore le cou-. ra~~nMere edi 15 Avril 18 dej '2barri're de M. Edmond. -Polynice A aBourdon jusqu'4 PFtion-Ville de 7:00 4.-M. & L.? A. ML e dans 1tais-mididu meme jour, de :0 P -' h5:a 0 P. M.
Ce. d'Edairage Electrique.
.-" ".' .-.


AVIS IMPORTANT


Monsieur F. u
Iropritaire 0 a
nmrq ue de ta ri < former a son
le que depuitsl
la cesse tout .t
pn tabac zA
consequence, (K
d&te date, tout
pour pipe, tou arettes port;t: MIRAL> ne s
sa fabrication. thier ayant . u u
seul le secret , aration. Done ii c" . otes rcsponsabilite. ws a " aux cigarettes tanc es A;I, r mareb4 par Morsieuv Robert Hessler, propr:t re de ]a Standard Tobac su, .usqu a .resent, s'ntitc ai;re de ja arque AMIRALA uan usage lciteo, en dip;:t d actes Mjudidaires -qu.ui oot e rgulirement sommis par les avocats de -Mr. Ga.biler. En outre monsieur E. Ganthier organize ;ctivement sa fabrique afin d'offrir A nouveau au publieles vraies cigarettes < AMIRAL * ou:
faisaient let; d.lices de tous les amateurs dtie bons tabacs. Sous peu sezs cigarettes seront rises en vent? et le nom de Monsieur G"uthier figurera sur les pochett es.


I


tours par


Ne courz pas le risque die rouler sur ide vieux pneus uh lie-08- montez le noUveaunx "G4-3" All-Weather. Non pouvons vos montrer des records ties empreintes de pneus "G3" rouhlant iri mame dans tette vile, empreint qui font prenve que e merveileux pne vem s fournira

7extnra kilomtrage et ihs au lmout, antitdrapt, sans qu'il
ven cofe ant eO s de plus


.LMaieoson . Petoaw aviie si el e n Nice en gnral quelel met en liquidat o i n
R cha~ssurees s 50 o/ de lor 5 valeut 1 Ces chaussures sont exposees sur ses vitines a chaque lot avec son prix.
fDbpichez-vous, ear bien que le lot soWtconside a-anmoins epuisable.
NE VOUS LAISSEZ PAS, NLEVER :LA .REl CASION QUE VOUS OFFRIE LA MAISON. DAN VISITES EN VILLE, PASSED VOUS MEMEsuq B. PETOIA, GRANIYD'RUE. CETTE VISITE S'J

TOUS (CHLUEZ

G 1.P 0C",A' G .
T. r.d.e
1 f. ::i:ji
a - :M. x


at


4~


IPOLJ" I f: LES AGES!.


D. [ E TOUTES LES BOUR


ifaus
. : et Jean Henry, pr&


S. .: :~ iq es de A.

.s o_"e texte, x t r e.R.HnG -des. 0 T)Ye H i. -, I " c do phe res, qui s'enlevent!.


Sra re-vusvelen

Liarie Nouvella


SPort-au-Prince.


& . t-4 .

. :. -.- 4.4
.t ' -. - . . .� ,
':: ( . :. J +4 , 4


_ . .4.z.=A.z'4'



PaR
rr
IM.-' - ,
aad nto
,. :. , -n- p.nt':u:-( :.::.-. . d e

. Not,

encore
mitre



U : A-.
Lces




HER-t.


SENEZ VOIYOR
IDENCE FOURNIE
DES E REINTS
einles de bands e ont typlques d'u'n mret aout it# fates G-3 month. .ur des anlwale+e.-apres avoir Srecrds de kiomi. ez qu'll y reste encore:. nt du dessin anidra une prenve qu'il y a des Milliers de ilos de s drdt6 .an
bandes de routl. M- meant,


a% Iowa
:2.-. . un s, l+a wsa:.;ii


. . . .


". . ' .: . :. .:. -. -. : :." ._. . . . . . .-. . �
adenr pho one roeit sr les pneus Goodyear qae sur tonc autr .i. I IrN ' AUTOMOBJJI"

.ailebrafnchte Gen�i o[au
8#tri'.er.de.la.R.publique.d.I.c


.rque.
warquc.
. . . . . . .:4


. . . . . . . . . . .:_ .


Les


J I de :. , I. I x


Pie le


Att-LWEATi

..







. . .



. . . .
e q m Penx Em st A or
* q.l.r e Laa .b.urre ge t CYoel

w pw w A une *eWL-ne 0w t pkitel tmics .&eLin
Angle: r et ohn Bron l
qtunesA.087

ple qui meataIeneigndjeut A otvtpde toujle our sta, ela qu~ ne profe.se. .as.le.:bou?.e :.:cr!e.,,
ggg:: %k�:Lh :[::i[[[ pr .r A . .ne t -<-"-: tead quem ent i spl .:e.;.i i.:~~i i.L-.E).-i~:-- .::.??i:-:i~.-7 ih~:i i iPi:: M n
g: g y,, i ? :�: ::'! i:;f., - : " =======================================================. ========== =========== s gal- .; -: t . tt ac. :i.:~ [:. .;: . i[i[h e A.:.f . ao(:% i d ter~ !iiiiii I[ ii.,iii!i: ::.i:!i[ et A develo .[pe r:::?:. :.::#?:.:li.:.i.:: ton .ours le.;:.:.[[? a.: ::.k.~~-i::~:i: iiii:,
g e n i e n t d e F== =========== = = === ======= === == = ======= ======= ====== ======= =============== = ============ ======= = == ==== === ===== === ==== ====== === == === ====== = = === ===v.e-,: . . -:i::: .: . .: .: - :: . . ::: -: _.


. . . .




!. . " .: . . .:;!::. - ,[[1
,f:." ":: .:-:. :!.


S1p7 :.o.
- - -DEMANDEZ LsA POMMAPSE
La.TmwStrlf

HYPPOITE 4,UDY care prtpartion de


X:. .


1g axque as tave resUo. b ear~zs dprofessetum ka rts
-b::rou 1m



4 oPlus capable$ aurtout, w strainer, par FzmlAPet s et et ructries


4


:Ty,
A BASC Do ( I . 7L. . . "'T
OUT AGERA -Coes,
CR hP t rM A" k .r.;
x, RMUME BRONC&HITL,; -r.N INFLUENZA, AFFECTNO . ;;
POPT. AU I) t-h W. . .


~.2.~.ZZ$.o-4PSWflj4)Ww9WN f-Ms rr~r r


FOVRNVITUr$S


DE CORDONNERIE
Les Maitres*Cordonnier, tent de la Capitale que de la Province, sont avisis qu'ils no:ront trouver & la Cordonnrv Miont-Carmel (Hyppz. t kedy, propritair~I tou e crnitures de cordonne- :raleinentfl uueC qut

AVIS MEDICAL
CLINIQUE
du
:. LOUIS HIPPOLYTE
Ancienne maison,
F i)uvigneaud
ue des Casernes)
C onsultation : 2 a 4 hs. / p. m. USm - lace- t


Port-au-Prince


4- --A


rr'~
A


V t


C-


a


La C FIASPRINA ne Qf iit Il UsCcUn ndispraitrc la doutcur, mais encore eilc reHkve Ic moral et
.2 nc .ation iCde caIb ct i x , ur. Absolumnent inoccnsIl.ve. ic oCut tr sprsel lI tOUt moment.
ille est excellence aussi contre les maux de tete, nevralgies, migrainesrhumes, rh unil iics., mux de dents ert d'oreille, etc.


QUAND


Fabrication do glace de aB YER
UJurg quality. .E.
LIVratsui} rapidet t.uc, R
t diermuement par nos c4-F1.1. 12h. points en Dane dan outes es directions de PortL-. Iu-Princeet d-PRtion-ViUe., GLACIERES o r
Nous avons toujours en a rmain ies derniers modules l
renmamersa fi .ac�ieres, el-n aeAer a parI u.,.
25.0 e au dessus, vendabies vv f facilite de paiement. eLes4glacieres.eapiuss /Sr

R. 6, 31,LACE E pr dut" t nouveau, a-i ne .-' -. .at en ien aux mell eurks -oP ,quc :a dea Pays id'Europe . -.no
nAm e,-que esoffert al-;- haitien par VlUsine .e n
- Puort-au-Prince. Got su0 : . . -
tez ca daileieuse creme, "a
-4, s C lrslrerezconvancus.
aites une agreable surpri.- tj-re aM.ie en apper.
tzirCt ItI ewGacee Sa
-)tritttve ) pour le destv - 4 .,at ots en raffollntL Pae dela Pai
.TREPOT


VOUS


s vouso e a z .% ! .-:-.- . .-grtntso s H0/r Chsques de v' Stoute succ .
e s soo n . C - . trouveiez c en
veMfont dans .:0s b,.-:s


Q U


C A >1;.


. . . . .I L . "


COLLEGE S140N BOL
aeignement Prinmair. Seconuar - &; :--Internat etf Exeran
1143, Rue Magny, 114-3
Tep oneI No. m'A i

:L~~ . P.- Sz,
ie t +C 4de & :--, CHALM
. - - h i ~simtsr aetr: Ct - a. CATALO YJ

eiPJanvier 1988, le Cohtg Simon fidim tr di mri1 ce 'ttantion de toutes les fail.s so:cieuu- s l. 1~ :aJne ir* ft, morale et iateltectuehlle ie lea �< ~dn fr:aa. 4Zounu Vingt trols suts omp'el-- . P l daBcca r*eat 2 s parties.) Cette anna I& rC> itconnlesi eman Br.o Sections A. B tt C et Twris Sucs Complets en e t7 fast d'ailleun Is la tee Eco[e Seondair de Porat-Q. k pKenter des 1ves aux tro is Sections du Bacalaurat eat tRsU tri ann s de suite des succs A a fois en Section A
qup) et nSectio , (Section M loderne).
solid d. I1'ZcIe.permet de prtvoir cde meilleurs auc-~ da lea ann oA ventr Le {orp! actuel de Profesie-as,
t sp6eiali, nur lutar efficacement, avec "aide des parlecture de t c ,a, centre toute tendanee A ila baist dh e tadas. Un &ve confide au College Simon tuBaliSte ui fte irtaa t de bonnes tude
MAC Prhnaires sent organs1es sur de noavelles bases at atieurs 4Ives tant A Ek: teignement Secondaire qu'k la vie int lea conditions. a', 4t envisages pour Y4dification . pemettant n b pn ire de servir tilement la Cole


WWn Rnfantines sent endultes par unoe dame entraiee#
s wlzpartluedie de chacus des enfants confibs au OoI*

st tres: 4flttres, s*ienes et LantIes VIvant~a
j.:.:.:.: . . . . . . ._:


:StdooDaetylographe, Uomptabfitt h. ".ar T a. - m. . . . . .


FRIGORIFIQb t
Nos charbres froides ont e rimm ent raises A point S uvent re-cevoir n'importe ie quantite de viande, dce a Lwstcns, de Iegumes,de

LeT Public est cordialement nte ~a visiter notre usine et In peterr nos mcdales de laceies et de sorbetiires ans notre salle de vente.
Cn4mm1r t Ia glate, est. faire de-e 1conomie.


e et t.ue oc Magasin de PL'Etat


k RLi I GENT PRIX A B-


D. ET, VIEIL 1 OR, DIA Ni, . tSES, VIELJA-ES . 'IEGR A'
.-_. DXI OUTES NATIONALISTS, A DF. ,4 ."VANTL.LEUX.


.?- -.n . IANETT'ES ET VERRES
_ :-t. - V,.--, lous num ros

rre. _ales au prix d o.00 a paire. La in d. i. u'au 15 Noem re nu

A. DE MATTEfS &


LA
BAN


.o- ~cri:r1tnItYrr"r-r' -, - C
-.
p


A L'OCCASION DES CO(U ,?SLS DES I)IMAN CILES C ET 12 AVRIL


Ef
� * . 7 '

GFFRE A SE 8CONNAISSJ URS UNE -JOLIE PR!MAT DANS CHAQUE CAISSE DE."
",,ac! ef
� . . . . ,-. . . . . .,
OQN VVERA IUN BILL I DU PROCHA IN

Grandwps
: DU JOCKEY CLUB D'HAITJ "DONT LE:TIRAGEAURA. LIEU.LE
SDIMANCH DEPA UES .
. . : -. . � :.: ~. . . . . , -. .: .
SPR V OTRE RHU SAR TH FT RE V; I::"
4 --DAM&O N
S . .-: ::: , .A-5 A-'t �- - .- . :-.


-a.n -:dbl li Or,


_A_ .l. . . . .
-forw~! i r ; lei:,i~ ~iii:;i; ;iiiiiii:ii~i;ii!iii'iii~i ,']i l!,li'[ii:i'!:iiii;i ~~~i,' i;i'!i: ' ~;;ii':,: '::ii !::, ::"i'::., : '' % ':ii'


Iz


M

..






4.nt le mandat prend fin soz NO CONGI*FGANJSTES *w
.F. .E.- -. Lah br.

Abrit, ce dert erntrle aes
.i.t. clement, est la lol du pays . .OTIDIENS qui le veut ainsr- les fonc GRNDEB
- . tons de Pr6sident t Conseil pndit R P. Pascal, Vicaiet de Prisideut tie Ta R~pu- re-G~n~raL L'ITALIE ET L'ETHJOPIE Ique. i INVITEES A NEGOCUBR LSGANDimSt rRse de 6ima) s'ouvritS
N ELe CLnb le b d COMAGNIfES xxc


ions-de P dSTEP.BEUVE - Cu'l GENE yE.- LaCox it6 des eS GeR t dES le Tr ai. 'KIPLING - he I Li
* A" tr .tCde Prsident A. aslViLVtTALIB ET L'ETHtOPIE 4i ' .e:Pensionnat de Lalue .INVITE A NEGOCIER --. :. (Ste. Rose de Lima) s'ouvrit
. - " " S TE, BEUTVE -GENEE.-- L C~mte es LES GRANDES le let Mni. 1865. 'I~N etv
. . .,. .'__ x _L . , =' ' r 1>A r V . ,'%~ .,- v Lo 1,ecor:,


13 dd la igue ues passe des instructions & son President, M. Salvador de Madariaga, pour qu'il demande a 'Italie et ka 'Ethiopie d'envoyer des ddlIgubs ici mardi, afin de commencer a n6goeier un armistice.

ACTES DE TERRORISM
A CUBA

SANTIAGO DE CUBA.
Deux grosses bombers ont fait explosion ici aujourd'hui, Vu-� ne devant le Consulat Arnmricain, qui a 6tt quelque peu endummage la seconde darts la uEison du Divecteur des Postss. M. Pelavo Recio. Elles n'ont pa fait de victimes.

L ABYSSINIE RECLAME
DES M/ESURES
IMMEDL4ATES A LA S. D. N.

AI)DIS-ABEBA.--- Un t 16-: gamime protestant contre Fetrne~ile temporisation dans; ce segment Ju conflit italo-abyssin a 6tL adress6 A ia Ligu e des Nations par I Emreur, Ha ,l lassiee. Apre.s
a-veid rappel qiue depuis le Ma s. le Coimit6 avait. invite Ies beiligerants A ouvrir des vQgciations imm6diates pour un armistice. ia d6ptehe ajout Nous ioTons que dei 5 se$maines, les nego-; utions i -:anibre effrovale bmbardant. journellment le vili.es 4 t-t les populat io:s ciVeeI a\Lc des ,gaz en ToisonaT s tlTtl ('f L ,4 ' . (( $ ' ( P crpti
N s protesto v ia ues
m.ent cont-re cei:. dlais conticS, et '.us dman'Ins que .s mnesures neiuates ient i p s.e. p .-r ,,, "-re fin a c 'et
:Rlt do (fho*&st

10 MILLIONS DE LIVRLFS
DE TIRESORS

LONDRES. . C.est avec ies f,]us grandes precautions q 4 ts precieuses mvres d'art
3tees par Ie Gouvernement Chinois pour etre exposes a . . ndres le mois dernier vont


,tre ramenees on Chine. Une forte garde surxeille leur em-, barquement a Tilbury, sur le vaisseau (San ure Ces tresors representent une valeurA de 10 millions de Iivres sterling. Le
LE dIINDENBURG)
SURBVOLERA LE
TERRITOIRE FRAN(AIS

BERLIN. - L'Ambassadeur Allemand h Paris a th chargP d'exprimer au Gouvernement Frangais les renirerciements -du, Gouvernement du Reich et surtout du Ministre Allemand de l'Avia., tion, le Gouvernement Fran, gais ayant permis au dirigeable Allemand <
LE PRESIDENT LETTON QUITTE LE POUVOIR


RIGA.- LePrtsident dd I
Inr. . . .- " Tttp4A4 ,"


CONTRE BORAH


DENVILLE.-Le S"nateur
Borah a r6v 61 aujourd'hui qu'un demi-million de dollars out ti depenses dans son 6tat pour faire &chec a sa ceandidature. 11 a declare que cet argent provenait des grandes compagnies arnmericaines.
LE VOYAGE

TRANSATLANTIQUE

D! HINDENBURG

LONI)R.ES.- Parlant du voyage transatiantique du Hindenburg,, le journal <.Daily Expres'- souligne les r-erites de ses commandants, oui firent la traverse de retour sans encombre, bien que 1'an des moteurs rfut rest hors de service penIdant un certain temps. < 4-


TROIS JOURS
CHEZ LES VIVANTS A U PARAMOUNT

(saggy


a trouv, une fois de plus, dans ce nouveau film, un roie la mesure de son talent.
Is mvstlres de lau-del5, ont toujours passionne topnion et leur vpr entation a t-ujours exerce u.n attrait indeniable sur le public. Lorigiralite du sujet do cTrois Jours chez les Vivantso qui ious transporte dans uin domaine peu connu du pubIic, celui de la fiction. n'a rcaen qu puisse cho ue, tant la mise ei scene est sore e "abile.I.a Mort s'accorde tros jours de vacances qu'Elle vient paser chez les vivants, pour chercher iFexplication, de la frayeur qu'Elle leur inspire. Mais que d'etranges perip&e ties n'ont pas priovoque- ces ti ois jours de conger?
aTrois Jours chez tles VirantsD est une ceuvre emouvante. qui s'41ve -jusqutau drame, et qui ne cesse de presenter un interft passionnant., Rien West plus justift'e quie 'immense sue::@s qui ]iI a fait accueil hier soir.


- Le vapeur COLOMBIA N. B. Voy. 59 de detour des Ports Colombiens, de Cristobal, C. Z. et Kingston (Ja.) est attendu "a Port-u-Prince, le 15 Avril 1936 at rontinuera a 5 heures P. M. le - m4me jour pur New-York, prenant fr&t, passageirs et malle (Via Caphaiten et Portde-Paix).


wr A; L
anmIn





x Xx


Ajoutons ici que les R. 1. P. P. du Saint Esprit et dKu Saint Cceur deI Marie, aa Ipel de Mgr. Testar du Coquer, note 1 Acevque e('.t &9requ - an len. '
e lablissem t de: ,2 F a 0 . e le 5 .s-. .jets destiL.'c Yr i(. i_ ,5 d'Haiti. Et { v el 1\72


nation de
vert a Pom caai de
Pontchateau 1:etion' S
#2te confle au yr'" deI Gr
gon de Mo
Les Pcrs SainT TET
nadministrc a Ie''
rent le CoLe '.I a;tald (I l'ort-au-Prin .r' renec e Ia vaste pta' ad P1 ionVille. Plus> . entre aux nt aumorn e ns pus Cieur Etablissee : e
Plus tar ' "" a- ' or ru Prince, I .b "11,
les Fies de Var u ger ' PEco L ie D uboi I Ix El orlesR.ren - . com mI e aUtres de i ads servIces aU
E llhat-"u. . pae .Ellis son an u eent, aunomabre do dix sent us~

Marie Christine, S U tie Li Mission.- Elle ' Ecoles a Port-au-, .-Cap-Haitien, L 1a a Jacme et A Pilate.

xxx
L annie derniere a 5' inaduite en Haiti, grace Ks r Fietta, Nonc Av t I A w1 et a S. FK Mgr.i\c'c
D.L Gouaze, I ao
- 7s Filles die Au 'Y x
. - . .-} "












iaa e, Satish.n dnn,(1 e Dorn Vo ae des Peres. s ies Etablifsements do an fgim N. 0. tde Ia vile t .n t aL)- Noa le - --ha n :t plus gran nds SeeC . I

xx-;
Nous comptons de nos jour cans tout c pays: 117 .Krers e DIstruction Chrtienne, A oilers et Frnres du St. EeP it et du Sair.t-Cceur die Maau 62 Sours de St. Joseph I3 CLay, 195 Lills de dIa Sa g;esse: 29 FilIes de Marie: o Seurs Salsiennes : 2 Peres. .aeie Pns.
xxx


MM. S. Vincent et L. C. Lh6r~sson out dit dns leur ouvrae de 734 pages: La ligislation de 1nstruetion Publique de nla Rpublique d'Haiti (180 1895), 4dit4 a Paris: <

urici
LEPHONE 2077 PAPETERIE BLIOTHEQUE DE LOCAI


A
'.ICiii::i


rrespondrnce G6ndrale. 'e de la jungle . . . livrede ta jungle


ai. ceci est tre h to e .
K li. vol .:. .
-Lez Bait csseurs de ponts .
GNE. G. BUREAU La uvyane nmeconnu. R. BAZIN . .- o ma vie' R. AURIA. . s NON FREID L 1/ O le STENDHAL. , vi . .
1IOSEMO1NDKLIZ- lin d RostaA.d
ROBERT BOVLI NetS de G G
-. EMARCO _ A t n .ta.

.LI. Z
LISL'Z +


LE CI.i .-'OTILLT, No.DE MARS
-,Le. )usCx ents Familles>)


- -.-a : qu iues fa les p
":ts .' . t i-1 France grace a leurs


A0$.-


le


17


on" A


,Do 'ecte


. .toplu


( - - " . . " .2-i< , .:. "'_; I: . . . .
., - . . as.
C,-' . .,0 555 . ., . . .4.I .
. '.- . +- ; . . -. "Hr ! f
- 5 y0


F 1'5 I II~~ '5
0
F. 55
lI' 51 5;~' :15!

~ Hg/s1.


I tip.

5.1 .1.56f4' .
'1 'F'It


7 ( I' ,.A : ; : , R E) "2.) "


SO



''':1.


Dr LoP.




--el 'VE-"IP'
S 'cu ne ' do lan
L a n 3 . de.
QQ ,Xpp 3, n - %
S i 'SeA Ut 0m I- . . I.' OU

1 ex ets. t x u

(AOS corud:rution at et-ionville.
. } > / ''ii''



Consuflat a. .tt ax al idis l macii 0 Q. m.h Clinique R-ue it (usars.


A VE )E Chexaux de urtses Lass Orphe an:) 3 p ix. Rob-Roy 8 . 1 iN T~ phonez . a. o. 3204.


ciation des c-orps
10 n e ,,lle oes du Corps
Enseignant ont bien fait
d es porter 'ordre du jour a Jeul rh tidu jeudi5"A-


certain,


plus ra


. .
, 5 &


.:ercredi
Le grand serial L'AIGLONN
(suite)


SIX MOIS DR MIh
EN FACE D ETATS-UNiJ
';rpar H. P. Sam En vente A'
Librairie Nouf
Prix: G.5


A VEND


Un bon pian PleyeI grand .d violon au com. S'9870er ):,.
tre, au No. i12 son.


Machines a cr Machine cakuP Pibans,. papier 0
FaitesVSahti


artiaa


. . . . .


x


U VE DANS 68 PA.


u b I.


I

..


Full Text
xml record header identifier oai:www.uflib.ufl.edu.ufdc:UF0000008102537datestamp 2008-06-13setSpec [UFDC_OAI_SET]metadata oai_dc:dc xmlns:oai_dc http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc xmlns:dc http:purl.orgdcelements1.1 xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.openarchives.orgOAI2.0oai_dc.xsd dc:title Le Nouvelliste.dc:subject Newspapers -- CaribbeanJournaux -- CaraïbesPeriódicos - CaribeCaribbeanCaraïbesCaribeNewspapers. -- HaitiNewspapers. -- Port-au-Prince (Haiti)dc:description "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces.dc:date 4/22/1936dc:type Newspaperdc:format v. ill.dc:identifier http://www.uflib.ufl.edu/ufdc/?b=UF00000081&v=02537000471641 (ALEPH)12544054 (OCLC)ACN6482 (NOTIS)dc:source University of Floridadc:language Frenchdc:coverage North America -- Haiti -- Department d'Ouest -- Port-au-Prince -- CaribbeanHaiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince.Caribbean