Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Creation Date:
May 25, 1932
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item was contributed to the Digital Library of the Caribbean (dLOC) by the source institution listed in the metadata. This item may or may not be protected by copyright in the country where it was produced. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by applicable law, including any applicable international copyright treaty or fair use or fair dealing statutes, which dLOC partners have explicitly supported and endorsed. Any reuse of this item in excess of applicable copyright exceptions may require permission. dLOC would encourage users to contact the source institution directly or dloc@fiu.edu to request more information about copyright status or to provide additional information about the item.
Resource Identifier:
000471641 ( ALEPH )
12544054 ( OCLC )
ACN6482 ( NOTIS )

Full Text



. .W et





eANNEE- A4 ~ ~t -"~"
PQRT-AUJPRINCE, HAITI Er4RUREIJI ?$ MAI 1932

nt sur l qeo demvat rr D fEpu mq oIe io- uneven apt. ui
,. . -------. ,-.'.





.o a.n .abac. Nu .s la. pri.taires de. Radios t






#sm.@ a are ocumntat men qu'Ieler est impodsible Jusq'ki nous davons fall
1#eftadoe oftdeis e recevoir les transmissions, aucun travail Important,
"de~ndof#$ltidkt~krad iophoniques stir ondeklon. di t ThDpa Myge.
;Consid&ant qu'il y a Ie plus ge'
a nsOhfuntiOnl annuel le radinteret social a ce que Unh brit infernal jie MoiurlDpthMge
.cigar .es .dans L.a so. modif d'urgence le mo product t et jour ntra est PAge o ion ne raint








q et de ide.e recrutemenvt d- le entiremnent es eep. pas de dire la v rit, et franu90 am s;= a raison die diants des Ecole~ de Droit on >ons et 'Prive lea radiuphiles chemnent et crinement4 Quand kents : nxxvr, tes yontr- vue dtenrayer certains abus; dun plaisir de jonir die leurs il parle (Pl ne Ie fait pas sougon < percevwr pue I'Enseignernent sup4 postes achetbs aux prjx de vent, 11 est vrai) mais e'est $ouk.,a par an. neu r, pour 4tre aborde avec grands ascrifices et dahts Pu- pourt im~poser S vAre confu. -- -, - -. . :. . . ,C".F: . . . _. . . :. . .-_.- .-. . . . . -. .










i. .n premiere, profit, e.xige chez les.-postu. -.ue hut d'aporter peursion ces mots qui n.e souffrent.










r ~meurse note, na ja. lants une culture g#rabe de gaiety A noes seirees ai p~lirs pas de,rbptiques. Et ses colb Is attelut ta modid die ce d'un certain deert; tiesdtemoinotonie. sogues n'ont pu, hier, protes#rc; a ~.aendemnent portte Consid~rant qtuli convient Ce bruit est produit par le ter centre une -accusation
:-, .: .-< -.-.-.-------- ---. -- . . . . . . .. . . -. . .-. .--.:;:. .-.::! : : -.-.:: .: . .: -. . '.: :.






















jni;fnt dans Ia loX, ma! neanmoins de pausser les poste deT. S. de. POccupa- po--rtant ben grave: Je youdw,; aappiiquie, a tout femmes halt CYneS vers les 6- tioni: et an suppose q'pii ost -vous faire remarquer que Ludu. *. recettes out tudes superieures et qu'ih dP dun aux dtfectuosit&s du system& hientiot nous atteignons la tin
. . _. . . . . . . . . . . .,. . . + .- . . .- . -. . . . -.:._. . .: : -- :.- . .- .
























urni; da as dun tiers; faut do Iyce s on iftbis me do tvaranmis'ion ios mu- fu secon(I mois do la sayssion
rei1:c .cain est tout *mnts N'peciaux pr4parant l he de Ce postex oans que nonlS ayons fait neireux tY peter ee dternier w'its illes au bycalaure v Au nom de totI5 les plati can travail imnporianb.*
ares a .eptc dun change- e1cst juste d'ltablir pour ee tnants, m~rme amb~rica ins, le En effet constitutionnelleat ad n iaso; ii couvreC 1*-e 'e BSCOnditions (PdiB1 iervnL eefttorLlse corps liiai a ot la twa neesie pon qul un muis alle gera tcloturbe. A
nprit d Iloi n jamai 0 e pote do 7. F. d t. Mar peine temps ncessaire
d .exonor a a taxe a. . L ndidats d ti. soit plus une entrave pour I vision constitutiontabac apte Lu tre fume; xe aie no >n: asni~s earnm.: laz reception des__,atmets nelle. Mais alors et Ies trap .licat .on de a nouve.e etudiant Ec Dr.t .phon.ques outre vaux gslatifs: Ie udget
i :au :: . . . :.+ . .i.i !.i.@ b e J'~ i u ~ tC
















edu.les recettes s. l.e que m i ( Bu f.ai.ble que soit e montant voter, ls competes g6ne.rax













aedflueiteniono reat lereets me prte~ cQ d1es eppareils tie Radio ache- et d'autres lois urgentes*
4 . . . . '. . . . . . . . . . ". / ; !. : . . . . . .

















) .par.mois exe fnrin ucine ur a t n HMti. n.eonatie E le Dpute IMgie pense












uggestion: o r assure prodtluction il lure Bvnetr su- prodns un appoint pour Jle qu4e jusqu'lei los Reprcsenaxmunim .e perception d Ver-eur emntd. .c.l \o. te atmbricain. Pour .cet. tants du pd Ple Wint encor












x surI etabae, sanserer male on d tu: n h -'i t r -SOn, Je Coknel Little no ien fait ( I: . .;: : i . . ; . . . . . . . . . . . . . . -.- . . . .-.































~tt. Je Gouvevrnment Ai.,, Lin aene est nott U quatea f/hose die asrneux et qut soit
trait con.traiudre l pi.n.tV acre e a' V ct f'un ru on tale an pays qui attend
_+. . . . . . . . . .- . . . . . . + . . . . . . . . . . .P. .
:t +. + .pe~re~o q~e I. ~ g~e e++ s e+ postesache~s ux p~x e ve l e.r. es


















r d&I.la.erlaqv antite- -t- d> 1[t Itt't V ta des mandataires>>













stes quill aura repiqubes;' Vadmission1 qu'en Ious d'blu- L'OCCUTPATRSN A lions, Messieurs qu'avez- 4 bureau des Contributions ies, pour lesnems abordpems ABSORa ERs aOUTE A vousuripodre amvafrma!::@ ::.' .~~. : . . . . . -. -ii .- :. z -. . < !

















.toi m min pr obtenun ."ans t"ne Ui OR a OU ES LA dpioens de votre eo Igue M& o













@ri.er es declarations; 1 :ran gere do inngue fran a CH AMPDe MARS h
dtout Ie temps et la faee Cn nd r non-m ore -ntr Ioant,














rent pas faitt'. la ro eSa- 'eanr't go dief ussernent un.wes par Ta Brigade des MaC LE Mri INISTRIE LEGEt Je o i-e sun ta~--- le planatot C ~e ? ais et att estant ott Chm e M rs, oult LEi MINISTr E u.e second d.-.laration .idc tn aet r a candid ndInD N A O
e a quantit. d. plantes te u p.r et .cr c: 0- aiete -s Me' u. y est iM l~-es on coupes; xp lni utt e acs ue-tamn -a nttd 11 nnu ls est signal quthiern
t l.a rdaison de outei eLt Da tnu u-des F ui.c u e :e0 esol s re Istere des tatos-fair au Aport: tread Ienssejrinnon +nc es aaorldeC ue Dra i porie dBlaeschard eu nt etret ndewtpsdns a
tw%'. %A.%Hp1i d b etoev ienpn tse E ettn usitoe
p:~mo~en ereefir acbsi&.auxdiffxrdet'vent,-U ese de passerm(,sIinttrue.+ Poitesit a aire qus estic
par an.i el; pos kre ab.;rd e- -" ec i nsscirieet dbspourr +ps-,1 .,'e ou. -. .U .e t + . n -miA ] ] m A
++ p~~~~r~~itds }a lo~~-0_L 'ajaa s, l.ans uneantjpltjd j + PS.Ma+pin etep ~sar
ii +~o~~e~ d l~ataxeau. At t+Lege-neralae du c+den o it nos oirunes entr pourde, riionestiuti on|ietio tao-deV dr e r ain 5. ; nes- ,i~,it deononie., oti mt.gvux tist pu,-is:lerBudge
t- _,.f-nement or.-Consid fC-ebr l e e g t imotatle ter, co m t eeruaulo
; ~ut e t s s )ar1i a e. nemon lep ssr e .p-.t dT-S,-1 ie11auv- outat"e gav"4 Yu
:'.:.a~ ~ ~ ~ou femmr enviro or ~a enreet.2b [,- vrm l eu- e pael eRdoah-e 'ursli ret
-iro s .e tsx mnnqe.ur} . Hi-,i e 1rs tu0 tleD ugM~i ec
#etioe t asurOr prde;uptionrj*e}uP,,. (1, e- dp au d-, ecu poitpurs 'e ile, j u'es epr6on la
: ,m~nid n re tow, de rer mr( d +cicN + :.Ce pwt~re + ouis-ants d pip e n'aont faitoauiurielba, atl cie .u.I t ud tctk ,re a +t Auison. e h itoe.i Ctt airn< tv alidt

it 101 eootra dee pa z. orib i n d i" !'rt i nsXadis,.' ,No+ itivel au payp (Ie i. ae ro W a.idemae+ aqn t. e rfae URd_ fferetel .k, I de Passe r l. ++u-- wok N a sns irde ++--lic
qu +} aua r~D.Oq'CeS; + al daes pou r-+ . -+ '--g
ail Les C >I, to {; +P Cz -m.++ ,ip cie ] ll es BR.R++OT.L h. or eloturne .A
otenfie T.a.S. F. de St. blta. PAeIE emw D-"T Dt.s
Koner ties d If ar t.ion; l A e ds l gne fraqai- CHA PhIL A netraS .iio engitt
ap: t e tem ps R e af am ee-!ts. e--+ + + .
,t. it de- I,_-a nou Ch-I- d M rs, ouMel2"6:du es rcetpte u ., e Iin-'. -,cbae ueeto ale Y.nt oter, Es CMItesTgneRE
. .-.- ,a-u tr e+s- ue10*lie
[de~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~aynrih daqatt7d ln~ i a}re e~eo . o~ g .-: an e a d I I o s s in l uti r
ii~ltes o oup-esH n e ei- ii ls tui,
.I~ator d tut &ar I)a tn, -t Et le.D kpute" Megle peiubar Cie +.tx Miell)d tsma
'-~~M M S" 111. .it
port eehe eernn denesta ;~ qe +u, } :. .t< .s .i,: ,iester a hrd u ne noreienf des piue


.t 't tP10 es ,.atU can heures avec le Minstre L4C d-.e,. ., !- a desotl
.hi. me d pletes, t lires eImanant niv <( r a desor gert au Ministere des Relaibisim et derer rap. rang a n nia pour es LIons Extrielures. Coe ne sent
AiinldnAierm an etIancien
du planteur d"cIarant e HA. 4. A o- s amdcains, et J'ancien Ipas ies questions importantes
total e son tar see tanS to e uor, evienda le ui manquent t *oidre dur
ItA'Ceit rl t' Jo q-:i manquent A Portico: "'.t
raudra un Laiwr-Pasr Etudia1nt j t; s 0 + e ers jour entre ta chancenerie des
- lequel il ne devrani ne diplormes xN'ees A !art. I e Iixcepcn e Gairaud, Ittats-Unis et la ntre. M.
rpas vendve son tabac. les preuves crite cur chq- &L-i dorado, toute Dana Munro d(levant nous
iase.passer numrotp cune des tro r annee sent a g 1ise par les Ma- quitter dfinitivement en Seppagnera le tabac par- au noribr de detux une0 o itembre prochain, it serait it
Jusq3'" la fabrication fi -ant obtigatoxirerneti ;- lt 11 P4aiit 'Ue e plan dlu Co- ter prochfas e en sort t jusura hang aos drit civil et Fautre sir ue lone! Little est de rasserubler, souhaiter u'i fasse en sorte hangealors soulis kasmain office So- etle laisser Un souvenir impee der timbres de taxe. des attres mati-res du dot sa main officers et sol- slrisabie de son passage parmi
Oouvernement pourrait, gamme choisie par le rivage ra afin uidans desambulent snous, en rendant Iaiti aux pr+. t.p.a.ea.- "ort.r.yjfls (ans Tes rues, et sur- n~atn
t rit $.0temporair4 acte- au ArS IV,- Ls tudiants tout ainns les Caffs. Mlais cei ~~rt IV.- Les tu~tat ot
ourr 2 .mWions ac t- trouvant dans les conditions de i efera pas I'affaire de ces
a .'.tae~ A to0 cont~ite de I article pr@cdent pour. . co tr
a r grnie nt continuer leurs etudes de L'UTILITE DE
Sruneo aran aman'eresuvanteceux ENSEIGNEMENT
_de taxes sur ce tabac; qui natlront pas obtenu a UN NOUVEL ARRETE PROI'ESSIONNEL
I reau onri session ordinaire de ifn 'an- SUR LE CEREMONIAL
:.34ra-dsC ntr i la moy v pu tsd e U X GO EVE ,
na j aidpn rai e ln moyenne pour ls deux GOUVERNENENTAL Parmi les heureuses reali++v.-:-:: preuves kcrites con, idelrees
jaasP e prue citscniere 1pratqel Guen sations du Service National
krt temporaire rmit ensemble ne pourrmt se pi- en t vaprendr e Guvrn de l'Enseignement profesdans le delai de senter a Ia session compe- mour fixer d'nre un Arrt sionnel, place sus a comp.
.i:. .).: .mentaire d1Octobr. pour fixer &'une fiwon corn-itne0rcond M.H
r toutid i I seraient adms a repren-4piete le cer4monial Haitien tt &irttion de M. Herde mono le iont t serpent adme us tudes pendant n Nous croyons savoir qu'il e- mann Doret, if hous eat agr
draite m o ere. de uximes nn#a pend casntune ra prvu un ordre de prsen- able de signaler tes porte-Upluw

r certamns sent dfinitivement 4 i. militaires, e, etc. Cettee- pressantdnotre milieu. Les
toens honora- ns d e Ecolemecnu- s devenit iessaire, ear, families, titt particulirene.s ca. pu diare dehIvinittu n~ hasiin 2ar Actuell_-en on. Jo. .rouv &
a:iece pciale poure dnts d e d dans les crimonies gnale men doivent Pen remercier. ,
iter assides-l.ntrs;" Le. point depart de e mt
.,4 l ton q eloqu es c ihil.t :.-repo, -.
.POUPa Actualnt : troemlfuveLa


-AA%.'A&t+ +'-= -- ralson dGl centiune .pi1,.r6daction,"
tendance a occuper a place
qui ne lui appartient pas, -c- tnds quauparaeant, if Je suis d'accord ave us, sur S- 44 t-pu 15 centimes tin -i sentiment -quo vous ae:: -e xn'aurit au X Etat-Unis qu'u- .'D-O r .our se procurer. r:ite& t ce rop-,. 11 -st
en onjnup. reO~wnt Patuiais d
Svaler d 12 A 18. e li- li do ux ans est fx4 pre- ee vendnt rlemnt a a a
infler eare'cts Onv~it mettel'prion putbl",-u9 mlt vte iuls leDs gros planteur mier octbre .19311. iiA.On vo mete pinion publ
t a intermiaires bn6fi- --Art. V.- n La- psente lo if s-Lit ite c to partite courant desaffai, qs ui seiet des effets da droits pr> abroge toutesI-- loi ~o di-- utie itroduLte par -le ladent idevan tes tqu e hMtifH d'mportationle Ipe9 positions deoi -onU art. N. E. P naux, sous forme do chronic
ttentere~~e-at Iourtt !e qui lui. sontc raises. Ene. ore une fob nos compli. que Judieaire, pourvu. biek
phs arst t lmeats 1'actif Direteur extend, que l hroniqu
4ea ltousles HI TU
.z.f l~~. . T.- .
-. .-. -.-. .--:-


eaetera ainst efftl tirseAprijdeo1Qcs,; a lanters asidera tesmgrtore~* le peR ~

)#tr btlent parfoist
ts la livre por
/ '


'"-'i' --: :': ', :(i .:.: . . .i. .-.: .;.i i-? ; ?? .i.
: : ::. l[- ; :;i:;i :9 .!.-;:: .; .-' ., .:. : :. i i. i:: !-:;i- F: ;@ i : ii_:
. . . . . . . . '. . . '. ". "'. : '-. ". . ': .
---~~~~~~~~ ~~~ ~ . i:----. :!; ",-+. _.-. -i. ". ,: ;t. '::? .:" :.". : :.: : : "!. ." .: : .). :!. . .; . !:: i. :? : i
h :' ; . i ; '-: i' .- . . . ; ' '." i' i ':'i' ': '.' ':': .:" i = : :.'. -. --. _. -.
; : : : . . .- : : . .: .< . .:. .? .:? . .
. . . . . .-. .
N O*:12
.ffnnrfvfw i, lsnJ*W. i.
:y2


Nous avons it dt6jI amplm.ent, ce que selon nous, U y avait lieu de fare pour notre digne concitoyen Leon D6sire Paris, notre premier Aviateur. Le Gouvernement, ,en parfait accord avec 'opinion publique don't nous de la Presse avons traduit les sentiments, a nomm6 Paris Lieutenant de la Garde d'haiti. C'eat un acted, et c'est cc, que nous r6clamions. Sans doute, pour qui connait les difficutes de touted sorts que Pon- contrent e pouvoirs public haitiens, cette. reaIisatiaon a une r(elle importncV_, t -I (, ne saurait ia t rep apndt i r.
Mais il reste ,core beaucoup fare ])O1ur Ihsirv l'ai4, et (d'un et ( qlue 1(chot. aussi pour 1! tlnpa us son tidele aumi, s1on caIm rllIt' eprouve, M. Charh-teton qu, nul ne peut le nier ap bs to recit de l'incident d(e la Vivginie, fait par lParis lui-mb. me, a prouv6 qu'il n'est ptas un ennemi de notre race, et de notre Pays.
En effet, quel sentiment 6levd no fallait-il pas it C(harleton, b1ane, pour braver l a coleIre des sens au moment ou le Toussaint Louverture venait poser au milieu r d'une foule hostile, menata.te et proteger de sa per-sonn ie et! le do notre compatrIte A:4rt3?
L'on a assoie Charleton h totes les manifestations en I'honneur de Dbsir, 'West :res bi n! MaiN no conviendrait-it pas de liui marquer autremrent notr'e reconna sance, en Tle d(ecorant citoyn honvraire, et en privoyat opportunity d'utiliser ses aptitudes, au eas oi D&sire dfit tre employ ici?
La lecon de M. Charlet-n est tro) rare pour qu'efilparaisse rester i eoxhprise. 11 &est montre un ami de notre Pays ot do notre Race e. s'attachant ?u Pun de:: notro nous (lvons lui en temoigner notre gratitude.


L'OPINION PUBLIQUE


ET NOS TtRIBUNAUX Port-au-Prince, le 24 Mai 19


Monsieur Ernest Chauzet, Directeur Aun quotidien hLe Nouvelis-e >.
En Viil.
Monsieur le Directeur,
M'tant trorv4 A' la campagne, du samedi soir ;A lundi soir, je n'ai hu ique ce matiL, 24.du courliant, la lettre aunyme de votre ancien collaborateur, lettre qui forme l'6ditorial du numbro du sameinteressant journal, sous le di, 21 Mai, courant, de -vtre titre :< 1/Opinion publique et nos .Tribunaux. Et eette lettre eat suivie d'une note de ]a


,38

..





















mmsma

.m .
. . .-- . . --._ M -- .-. . . .v .-.--.- ., --.-.-.-.-. . . -. .-. .---. .--- .--.-".-::4. -. .-.--".






m M. .
> :: ; :. . :) .:-:. .:- : -.:: : : $ :- S O ( :-: i : .: : : .:. -:. . . . . : .:.-. -.:. .:. . .: .-.: .-.-.,. .-.: -. .:- .:: .::. .- .-.---- .-.-.: .: . .: .: :.-.- .--.-.- .--- :.-.--.".- .-.-.-. .-.-.". .-.-.(:
= ;. . . . -.- --.m m M .-. . . .-. X. m.- .;.: .; . . . .--. -.:.- . . ; .:. .-. . ; . .;. : ; ; . .: .-.: .-. . .-. .-. .-.-. . ., . . . .". --. .". . . .- .- . .: .- ; . -. . . . . .-. . .:. .: -w. ._. : ::--.
.: -: ------; --- . ._.> ._.: . .:. _.:4. .:~ -,7( _-.-.-.g:]-'.~ i g : ; ; ? 7 : : : [ : :: k ,g ; : -_._. .- ,., _._ .-. __. -._ .,._. .-_ ._ .-. -., .> . i-[ ii![ i i: i .:: I .:. .;;. .# .




. .n.t . . . M . ,A: :. . . .
-g r.Z; -- -. -- .-.

i >;- = i .-. .-. .

'fr. . . . .
. ",>+. i_ '.I. T _ --i- . . .ii. . .
.- ) ;__ : . . . . .




-z . . . .


: i : i : ; : '. . . . . . .


.---:' . . . . . . . .





'''.: 4 i


:. . .

: _. . :-.:. : .-- ,# .
. -- . . .



. .
.: .-2 % _-:,-


L'ASILE ST. FRANCOIS DE SALLE


.4,,;/ 4 4 .' : !

ji: /. : .--" .:.~i:" . ; .!K-.; '-' : ' -: _: 4"' -,. '

)i '.-j:d "' . :- .-._.:---. .: (: -i . - ".4

" 4 g : .4:- "::.:.i i -:_i


<<.4 :--- . . s i . ,. . .- . _>.-- . .


LA CiTA.T)L1


. 222L.2. .-5 . -. . . .7.

. .:.;.-. --. f- :' ; ~ -ui>Z . !]
-- i~f-.:- :. -$:.-.". .- -.

iJ ,- -) ; -.-. .-.


4 :


LA PLACE PEIOY


4.


4,":,. 4


7. .


Lit ViCYQYit '.4">7
4".-,


. .
7. -4-, :,i-,:-:;. . .:: :[' ],

.'.4 7. .,:: .:>. . ,-:. . . .


.4 ,i.;
._ : ,:4 : '. -:.' :_-."
i~_I ., ;-.v ,,' .
: ,, .' 4. -).4 . .-4 4,,




_.$ :4" % .




4 44"":i. .-- ;:.J ,'

:.: ,,:;!i!"4 i;id !: :' '- I









4, :ts"&-.


(iS 19194 DL >ABS


em .".:. .
. . . . . . .
m. ?
. .








W .-M

.
. .
. . . . . . . . .

.-- ---.----7 '' . . .
. . . . .-. . . . . .

_. _.:. '---::-- :" i-'':4" " : ". . " : 4-- 1


t. ._." j

4.-.a. .


I.-. .__ -


i ._: ._ ._: . . .M .

. . . ." -:. .: -. "


.- -:- .-. .-.-. _i . .: .; - .: . -. i:. :. -. .,< : . . . s: -: .- -- :7

,



.- .:."', ". ". . .






. . -. -. .


.


,k- W,- .


._OI .M.








c 42" """WO~i






SIR, :. _



. ------ ::.-.i
54;i'::_ .'










'. : 4-. 'k :: __-- 'g- : 7-:


:. A -: : !


j-


SERVICE D CIRcULAiON


, : ,. 244 -:.L k 'i ]


. .l.-. -. .
. : ;. ,.: .A'. ;s7


.~



4'

A



4 444~'


.,.
: .]4}-i
. .-.
.
-. :4-/,: ]
-.


' --7'-. -.-.-. "


.


. .:._.


. . . .

: . . .


. .-. .
. . . .


. . . . . .


. . . .


.


. . -: . . .


. . . . .


. . ii


. . . .-.

..


~;t .,% ~ ~, - - - - .44 ~ V4 442.- -- -----. .' . . . --% --- r g - --+ : -- --. . .2 ; . . . . . . . . . > - 4- /2 4 .4'': .'.':-- :' 'Yr -' '.4 4 . .-- - :.: : : .::- .::: .,Y: -- -- :- -.- -- ----' .- --" 4 4-.,-- -, -- --- ''. -.- -_ . . - ._ ": '. : "'" >'
-- -, -- 442- . .4
. ----. .--. .-. . . .
.
;4.!. . . . .
-. "/ -- !. . :: i::i :. :.!. ;}.!::! .!.:.::( & . . . . . . .-. .-.-. :_'.; !;::ii:;i~ ;# ]? i i:i !i: L ii ? 2 ::i .: .i~ .? ,. :#:? !. iii = g~ ~i = ii.:.: :: .: :;: : .:::;:.]. : : ::: :. .:. .:. .:. :] .:
mV_. .t.lt.tl$ T .ri ~
---- --- -- -. . .r, r w ~ 4a .t 4. 4
U Z 7 "i > . ;- ' ; .,, . ,+ _. ., ; : :-. :, : : . . . . f . -. . .- - -- - -. . .- .: . : : x : : : : : : . . . . . .- . . .: . . .:. .:. .: . f .: f : . .: .-. . : : :.-.:.:.--:.-._ _.-.-:._- :. M.E. ,


irrnlres -Nouveileszdu.Monde.entier.re 9ue. Ce.mR
2 :! ::i, ::::: .: . .--- : . :- . . .-.- --.- .7.- :. :.,. :. .-r. r: :.:. : .: .":: :. :, : : % :- :

-.': -:.: : P : :: : :i- 7 :j::" --:' -:"- --:: : :I-",- ": : " - :i - : :. . .-. T" : :. .-. - :-. 7.4:.",.-.) .i ::i-:-i?(-# :- :?
-:? -" '' i i1 i. . .I .



SdIa"Associated Press ":Via All :A .caCabl
.-.:." . ..

. . .


(EXIVLAWL;lat I) uNO17 VELLIS TX)


AaL~~C ,S6n~


d.erangement dane se ointreNew-York et Cuu priVe aujourd'hui de vice eguier de la, ciated PreE >b. Voici d:hnne les d6pehes qui pu nous arriver,
,r ZNNE 25 Mai 1932Lt officiellement declaqaucune censUre n'exisa.le Gouvernemnent Vien-


xxx


ARIS. 25 Mai 192.- Males compressions faites is ie budget, ]a Franc- a #ua ce que es trisors his tques ne s'ouffrent pas et le aget du Departement des oe est rest intact


PARIS, 25 Mai 1932.-- _1doyen des com siteurs Iran;ais Charies W idor a f4tison 884me anniversaire en jonant l'orgue de St. Sulpice qu'll tenait ii y a 60 an,
xx

HAV ANE, 25 Mai 1932.- Le ministre de l'Interieur Octa vie Jubizarrata a dbclar6 que les minicipaliths devalient vivre avec leurs pr6'rea fonds durant 1932-3.3


Xxx


VICTORIA DE LAS TIUMAS 25 Mai 1932.--- Quatre squelettes trouves au moment de- sfounlles ont ete identifies c :me ceux des premiers


morts pour l'Independanice Cubaine.
xxx
NNi NE, 25 Mai 193Z- Le Professeur Hans K rieg wvient U d'nrer de son voyage de 18 moist (tans le Sran Chaco et a rapport des collections extraordinaires de chases cu ieuses.

ex
WASHINGTON, 25 Ma5 198.
.Le problneme du course a


Vil'szriculture a Ate di'ns les debats sur


de 10i de taxation


introduit le projeu d'un bit-


lion de dollars qtuand le senuteur Gerald Nie offrit comine amendment au prujet de loi, tout le programme agri-


col, endose commine une -mesure separ6e par le President ivie-Nary, du Comit d'Agriculture du S6nat, y comprise trois point -tendant I fire obtenir a Figriculteur un prix de protection pour ses products.
m
\NEW-YORK, 25 Mai.- Le
Comit6 d'enqubte du Snat, est retourne a Wall Street cherchant des preuves nouvelles des manipulations de titres, afin de montrer comment des trafiquants frdnbtiques Sont dbcharge des titros ur le public, les profits montant h des millions de dollars. Leg. enqueteurs ont recu l'ordre de trouver Raleigh Curtis, un ancien erivain financier de


Wall Street, qui a gagn6 dix neuf mille dollars, un trafiquant ami ayant jou6 aur les titres en son nom. Curtis 4crivast des articles, louant les actions sur lesquels travainait le trafiquant.
xxx
LONDRES, 25 Mai 1932.L'aviatrice Americairne Amlia Earhart Putnam a passe des heures aujourd'hui a faire des emplettes, beaucoup de jolies robes chapeaux, chaussures, ete, montrant ainsi que malgre ]a virilit de son exploit, e1 a encore toute la coquetterie feminime, lle a decid6 de passer quelque temps 4en Iurope et assister Ia conf6ronce d es aviat eurs t ransoceanique qui se tiendra 8" Rome.


- . ----- naa."---m-.n---- --- ft ,., .
-- - - - -. . . . . . . . . . . . . . . .


. .- --. . . . .


Avis important

O# d4mire attermer une pro St~~de 30 a 40 earreaux de /t arros6s. Poor touted of S-$re.seze-vous i P. 0, Box 2---! --- 1 -.-.
3wt au Prine, avec les
itions auivantts claire
nprim~es : ILo e norm ;- e jours auxquel on a
s pendant lemois. 2o Le~ de commonteaton 3o. M prbx de la. ferme 4r. La ott estelle ultiv~e. 50.
ta popri4t4 a t elle ue naL o d. tbabi nation, .
Vi. ii:. .i .


Le Louvre
1628 Grand-Rue, 1628,
Offre a seq clients a des rix re suits, des co nplets de manufactures 6trangres des v us modernes, en csimir. en l wr:]iie. ete: Ies complets crash, de fit. anglais, de coU leur blanche. crAme; des corn plets en drill rmithonnaire, fil ( timsus anglai) ), ue Sieur Franzo fun des
associes,, directaur du maga sin offre crai cuseme*t es ser .e "


sent pour lee :oonfeetiots de routes sortes, en dri, en casimir etc, des soins particu iers seront apport-#dans les faqons qui seront confines i Un sp&'ialiste qgo dispose d'un outillage moderne. Le rnagasin I'honneur de pnrter 6galement a a eanuais sanee de sa clientele au'il vient de recevoir des itus de pre .ere qualitA Dril fil, drill aUIon, dril crash eTCre. ) anglais, pamheach de touted couleurs


ec: e'rr prix tres r6dit


ne


c rte au rn o mparaion, LE LOUVRE


Avis matrimonial


'-a9


Je soussignA, donne avis au public et au commerce en nr ticueier que je ne suis plus responsable des acts et ac tions da mon Apouse Madame Maurice c Maignan ne Marie Hue en attendant qu'une ac tion en divoree Ini oit intend


t e, ee Anse a


poureause trts grave, Veali le 23 1ti 1932.,


1AUaR ,C'


M 1 k IN


PANAMA RAILROAD
STEAMSHIP LINE


Panama Railroad Company
TLTjELETIN No. 923.
2.I. CRISTOBAL>s est att41 i Port.-ai-Prince Haiti ve('ll'ant de New-York le Dimanche 2 Mai, 1932. avee:
gers 43 sacs de corresp Onanc et partira dans Iapres-midi du m me jour di1oetmenft pour CristhaIl, CaI Zoze, pregnant fret r tIle

las C. VAN REED
Agent G'nral


._._._._ ---._.




ients hst S
?- ---- .---
t ofcouti'r iil l c


tne. te des
JEIX FLORAUX



ui se donnel, d anche Pro

th i 29 lco e.


UNSPECTACLE






don ta eauti exceptionnelle est garantie par tous ceux qui 'ont dja va, c'est la magnifique et supremement artisti ue superproduction en 12 pa ties et en couleur


L CHASON DU GI TANE


cvnsideree par les assistants A la represent tion de Dimanche comme le pi b eau film de

SElie sera redonnie Demain


JEUDII FTE DIEU j


C'e It spectacle qui vous offre le pluS de gareuntie le ra tez pas.


li.W iIW


,,


AGENT FASSURANCE

POS'AgPRINCEIMTI
. - . . . .4. .f.
-_.- . .x--: .a


~s~6~ ~~


--


lu.


su~T-m~p


.--.--


;t


." . . . ":. : .


_ J .


~ol


Buvez a


Bi re Nationale

..






'o.m.7ioDE E-18"td m oSuT" L
L4--MN:--' 24143,-- -d ) :-t -. Mr-: --rati'':o'n: 2' -:4


r PAil*ElN
u$nROrAUYET, OeRA
P. G. CHAUVET & t. DUVIGNAUP
ara'rene mch~Ertoed

axooL4&QRt n r s stiv u a .s r fat afjonram ten ssaJUman STr aOnHoKMa .at esrecnr na dipuet
.-.-._.: .: ._.-.-.-.--.:---:_.::
. : --/ + -.; .-.- 4 .:-.: .:. ---- : :-- > 5 -- _.q : ., ---. --- .










.tirntss nla princijndte t d'Wag t it son ttolv
Z r ine dlH ^i#9- qu. p. .






c. Lss3A1Ns 1Ca, nan rfr sutrfne as fiat kie 'A dans I
/ a a irovls:: ix Assn pie por emp~tcher ce
raona DAUPHIN Gnsares) Uefnh:,
: *:*"-"~~ ~~ .:- . . : .".-' .- . . .--" -' ----| ----: _- . : :. .
Fl.Pi-m a- . . . . . . . . . .- .: . . -. .i. . . . . . . . -. . - -.= -: : _. :.:: .













E.DSCASTRO (Cnyas) Qtp.nv@ !Juri
mm LIP ( tJeri e) pliqiue It Reprksentanit du
a meynjj (.eS:i.I) Peuple. lefeset theous
0. saIC (st. Mhe) gu'll eut t plus staple e
tpha I J ASMIN (P'etit-O4ve) pit e tcverIeort
xr ERENTANT EN EUJROPE:: t~i a4Iq~.JCetC
M ARGEAU DuPoNT ereire gantele a did trite suir
149 Rue Montmartre, Paris. Ian volets .1at ste encore!
REPRESENTANT EN AMZRIQUE 8. e DS
Ajients de pvbticild t4tu lhM *XJ#NZ,#
r'Etranr eUqueIsC ps a coup die oa rt
NEWELL AND) EMMET brn wtamiee" a
-E 34 Street craianfde to claque. EL. EL ESCOT .
New-York. t vol& .aC mb CRE T.AIR EDET D
Abonnemtent 1 DOLLAR par moisgy agag &LRTIEDtA Lhrs
a. pmblieit6 en Haiti so traite de t Lone les pon VOt I2&0*(U L6 NEIU TD taexl
gra a ree pearM f remede Use- AntREUtE D veil
Touted lea communicatios dient e rait boa qw cela soft fail ra- .LA J.USTICE 11.
adresies s Diecters d famnille Fran
Ernest CHAVET. fmpdmeur. r e p
._ .regol i n6 csdt is d it. N rd. .uest au cours a n uU. tne l














rectives. et qal ie pe, nat villegiature que fasait s.a me- a Pa EII q TYme sidle-denaregotadUsS eomt- re en eette petite ville. les j(
EDT RTprendre sowent pgrquoi el- A fait routes ses etudes au d
i :i: i!::i::,,: :i -:R:;! H T ::F U YI ~ t : it ,:: ::; ::.-.::.-.
















.e harl on a~~pp i .Cap-Haitien a ete Condis- u















El cel, await adeabl c*ieple de classe de Richard nu ce LE DEPUT E DEHOUJX oantagel IernsledpU- Constant, Henry Durand et q
tfr qa'effaroeke la tlaque de Pactuel Ministre des Tra.tET LE NICKEL Wxrimer Iism ih ire!- vaux Publics q)uoiqu il parais. Cram
U Gouenwrnnt meantt tears opinions, tandis se beaucoup plus Agk qufeux ment
eW ou m.n d a 1 ueteurso r.g qulfiU mai s ceux la ont une jeu- a.dit. .

















en 90, 105 1900 197,1908( tent garderaient dans leto nesse irritductible. Droit
emit an toal de G.0. ter kear tfales enors La hasard de la vie. vouhlut dural
de nickel a essay den xxx que la premiere charge u'i Fran
- - - - . . . . .
. . ' . i~ : :.:. .i : ;- ; :- -.- - - :: -.".
-_-, . . ,_ . A . S._ . __ .-.-. ~~
.,: . . . . . m q .Z.

















sm,
jt;," a- : A' . E .:t l :@: . .
VO VIDU!
. )'-E" SCA:S -"" T : . .R: :.
::. ~~-Y 'Z:a:: an daa .! 'u'



REPTRERENTANT EN AEROPP :.B ~ : .:

149 Rut Xota rt-m EM ET .:. S }._.i~ .-- .
REBE EN-TANT E.- AMER-. -ICRT-QR DEATU Ee
A po'; do . . .

40 rait 34Stee 4i do-uet fa; ia L,. s Ct0l
ToutLe te er d.mn~to~ deNen lar Ointr ._TA1R "TTA D i- t,, ''" 1
: ur- u p7uv --diibs I s 'n ~~- fatal1:! Frawln
gr itg .* Ii
,.n. :.c ~ v m ,. raU-nte, Co. sm fr a n e CAntil Is.n / a n o i e :
ad "9e .-----r d.,, .lis P-1-4.W e :h o : N r ue t) u to r nu e ._,,
'r~t Iss d'g itgaure vue fise am-e Fra
deo p __rwd _a r Cap-ttiswetie i L LOtI CniEres G. CHAU-V"T, a-rie-r mpe eelss e icad .w
vantage _: te -11 Cosat Mer )ran
e Gouernmen dieni:


et._ .ne1. p-euT vi l g,,rem -, ,a P ar


moyen de le faire disparaitre LE RJET D L U
re fu pas trouw. Les uns'
voulurent le jeter 6 La mer, les SENATEUR ZEPHIRIN atresle faire fondre; et a ce
sujet E.Mulhon &rivitan ar- I stagit du roet sur PEt ide inetrenVant untdMd ~ -%e Droft,. compared Puisque le nfeket e et bludte adtetesas els. I pas fondrew Finatim Imt premier exge des tuG. 1.000.000 rettA. ,frent dints du exe mawculin. e remis en ciretation. a rb rtdat. Dans notre :liEn 1919, fors de l riforme.gistation cela nexiste pas Dimontaire, le Gouvernement sons done le C. g. S. C. (1re promit dans I'accord du a et li parties).
retraiter eventellement Ie* pe dorderfIp pirift ideux nAck en eneaht P le tre Un Ie couronnement
Pikee de .50&e'est yearqfoi gI eyde des 4tdesondat&la fin du Retralt du papier re_, atr e,.e onnement monnate de Nickel dent le des trdet4es prin. Gouvernement prit la LoL du Si done on vent admettre u27 A vrit 1921 criant -e comp- ne e : fl a FEcole de te FonA de alia onnte 4k" Drtt, It Brevet supirieur Nickel don't la proviWion de- n'est nuraenent qualify i pour vait.l servir ia retfirer de la er- 1i en aecorder rentree. culation une quanfitfit de ie- L'artclek 2 prtvolt 'iquvakdt correspondante, laquelle lrsee "res dats qui
devrait Arctenue danm un ea- out d di dpne umveaus~d8 delay Banque Na irs rngere Mde langue tionale de la RipuaWique franja ui, arient U1 sudlaitipo -e44tl '# >gzoi n nexan special
eaovse emande. rtant exdVensetw.u e
La Ze de Criditn frangabea tetn quele
mentaire 2it st parter et terire allonait ase Dpla &uin t ie fo tenwent e Fr s. Finance uo somme. de G. C a -rtlm-ne ntrite ps Celetttk
100000t tfer as nike; kposl ict.
eulation 0G. 1115.000 Pus les udlants q u 8*) ds Budgetsaueasf 4 1924-25 is eole dedro it sans les di.19 9 roaent Macan te ve a article d

nun
M 1 Gh LOS.000 Seniors rnen portent aut Ie droit'
retfdu autre matUre
pour It etnItein MS 7ntj cin aist gue ron r t-iage as sort.'
SA37A5.0 desen ne grae daG.S 1,referent Faunndet
. . A. .X'. . : :.? : e ~ r ~ n ; e 2$. ts. .n t ~ee drt
I93#7 t.o at asl gal ar
-ecnpl da/6 aM Wk #iiiibttux


fa-" er
.
lo. :- -x ,:.i < .


occupa fut cellea dILterprete a la douine de Port-de-Paix dans ce Dhparteme:-it d u N t4 Ouest o ii prt nai_ ,.nc Fut 41u Depute du Borg-e, resta trois arnsa a Chambye come D.pute ii'fit voter une loi, prohibant a I'Importation I'oIlo-margarine crescentt produi: merieain, Iarce I e nocif. Ce produit, en effect, Aehieule 70 pour cent d'huile lourde de pitrole, malheu reusement cette loi n'a pas et vote par le Se"nat. II eut aiisisi a la Chambre, le geste al.truiste de demander A ses collb guess. (Ils 4taient A ee m.
-ment lt au nombre de cent) d'abandonner ehaque mois deux dollars de leurs indemnits, en faveur de I'Hopital militaire de Port-au-Prince, devenu dans la suite I'Hopital Gbneral, don't nous avons le droit d'&tre fiers
.Fut tour a tour Commissaire du Gouvernement ia Port-de-Paix-, Consul d'Haiti a Antilla( Cuba). C'est lui qui fit crier ce poste et un de-


Ssubir que les examens de passages privus.
Les sounmetre un examen prijudicie, ce serait leur arrather le bindifice d'un droit acquis.
o eqaa** .
Voill pourquaot nous esp. rons qut ee. project du S nateur Ziphirin, le Corps Ltgs. latf substituera un autre, plus ginral, plus complete, rglementant, dans le mwtme
-sens et d'une manre diAfnitive Forganimation de nos E. ioles de Droit. '


NECROLOGIE
Lundi pi-s -idi. ont enu Jicu les funrailles de

$gint M4er FORTIN

no Inbe condolancesi4s4


--"-'"'


ill -.I . .-.
> :/,4 /: : in. .-


OPUM


DEVINE .TTES .


REPONgtt
En quoi tn Curte. t-il a une citernet j .
Un cur6 ressembk at terne pare que 14 i 4trs curt.
xxx
Quelle difference palefremer et une A.
Entre un palefren r glace il y a la diffA" I a gl ace-reikhttsa
let le palefrenier
*
an
Quelle ressemblane. Sune femme et une serf
Entre une femnme


5our le eaf* haitien. 'serrure touts lea lar dizaines que les voi- des peines (phrie) cf argues de cafi pene- es (vis); nt dans ce port durant xxxe consul Lescot tait I Quelle difference la. c terre et une pipe?
assa prbs de cinq ans en n
ce, apres avoir resili e ne nter ine-tons de consul. Bpe ii y a Is differ Hie imp-nitent, acheta fume Is terre, pour ibrairie it la rue Monge, a f et pipe-ris, a No. 111 ol, tous la fumer, ris aU
ouis, les amis Haitiens xxxQeldf
naient -rendez-vous. Queue ediffrenee
nna.n:en., e-hfet-r et un .e. rtin Barrau a bien c nture tn gend t &ablissement qu'il fr ere tait assiduement gntre une ceint
oique avocat eCt ancient gendarme il y a i
u -G. -wrna ture srre I tait. m sait dseritcomme darme sert is Patri a: s't ait inserit comme xx. x
eur libre la Faculte de XXZ
de Paris, et, it suivit, Quelle difference nt tout son sejour en I et un clocher. c, eS course. et conferenui S'y donnaient. Esprit Entre un clocher ;. pprit la photogra- tre. 1 ya ette
e E.tienne (Bou- que i c'est la voy Bl anqui clocher c'est I-iA-4
n1 + en Haiti, deux ans (consonne).


cs., sie. Lescoc fut nomme at frribunal Civil de at--a x. (C'est a ce pos- -Ous .-,-ouvernement
- -no !! fut ap
.
ruldnutable function
t dFEtat de IIn
P ubi iquede I'AgriSur ~a_ du Travai. II pasas "pme r'o. mos a ce pnse. P ,one Gouvernement le
'n se< Amours, it Ia oshe co" mme Juge d'Ins-


t ton,
Le Pr&;ident Vincent, il y a quatre mrnois, le nuommait Comissaire du Gouvernement pries le Tribunal de Cassat ion de la Re'publique et le voilA, en ce moment, Secretaire d'Etat de l'Inthrieur et deIa Justice,Nous avons confiance dans la ferme volonte' du MinistreLet of de servir la cause nationale.
.


BOITE AUX LETTRES

P- au-Pee., le 25 Mai 1932. Monsieur Ernest G. Chauvet, Directeur Propridtaire du NouvelligteD


Mon Cher Chauvet,


eat


. 4-J:
t

M':"-


4 it-: : b.+.
:. : :


. . .:. .
-4p-V
a


xxx I
Quelle difference ent i danseuse et un bane


!. difference entre-4 suse et le Banquier,eva ,a danseuse Ive I.
Im
!e banquier Live*I
Quelle Jffirence ezt habit dfchir etnai seur?
Entre un habitdi
Iun homme raseur, il n y de difference, car j'unt tre out besoin de
xxx
Quelle different e
earreau de terre et IA 3arthe?


Entre un eaxa et le-- Rhum-- S difference que le pr un heetare sol idea xime eat une de.
in
Quelle differ voleur et m t
: ::------: -Entre an voleaw tre i existe la d le Pretre dit: Iki Dieu et le voleir 4 a P'honneur.
n a ._-:.


IDepuisquelque temps di i Quelle di je tue sds rendu contme que beurre fral lee rvice de 'Adminitr. ance? I on Cf mmunate .absorbe trap : de t an temps pur me pr4 Entre le
I ~p s P o u . pe r *
metire de participer a rre. ran .i.n effective ncdu aNou,4. du.
, h te .--,
7 I ion d -hierentmg. t u.rabonda m e. l d__.
tien s a l ep ifna r e.i_ .t.
desf~ate a.osde can~ Jr
Verraneetpersonnelle 41 ite u
aa M rm, ,v


ffgrenOa
s


4 mIole


. ._:-::! i .


diit


. . . :.-;


. . . .
. : .-.M 7 . : .


. .---.::T,$:
.

..



















fu arigdepatil*DANS LA RUE pour la faire conduire ott elle
Pour comprendre la viei. ouatdeFte
: -finn 4es ments pour: le expression tle haut dun pa- *Petit problem eA i6soudre.
ve> t aut savoir que nos Utn homme fait mouter uine rues n'ont die trottoirs que de- femnme en voiture. <*iax henres~ dvu **---'manageres occupait n creux Y' Mais alors, lorsque le v~hi4tc~i. a#tcn a jni; ceuntra! entre deux parties pa bcule est arrxt du e6t# droit, pIavrent sotw pU rt. vees qui se relevaxent en pen- e monsieur risque d'incomen tc douce, A droite et A wuchen 'moder a comnpagne en paste rdponseS a ues d-Dans ce ruisseau, les c evaux sanft devant elle.
~t~vrotdf &os tarpWetmaient en faisant jaillr; Les personnes trbs raffia tt es gouttes die fangF on de neaes, en ce cas, pbn~trent dants pddreWt des bouteles .graisse. Ceder A une femmne la voiture par 1'autre portibl Thaut du pavA, e'4tait la re. ),4de kida, dIes coupons preserver des &elaboussures, Waerie NatiWnafe, 4es ncfos jours, les autos et Soupe i IPoseilie paysunne' les lignes qui rasent les galeto de eigaretteS, '(es Pa- ries offrent des risques pres- *Lavez et mettez A fondre
.blabl d n dans un beurre quatre gros. .
















de ertkele, es ir e pagntse AtuteP femm ses poignbes d'oseille, Ajou,
isme, des paquetsdu quels que soient so g us tez i'eau nicessaire au potage,
~, surrecondition. orosdi du sel et faites cuire uine heutede 9 scr, tc ee' Un piston cutidotre. Dans la soupibre, coupez *done, orsqutil reneontre une ti es tranches die pain. Dans un
jen 'amsanlu~t a-femnm ne pas se soucier die bol casser deux jaunes d'asuf,
at s samuantnosa^pase adrote uA gatuche. yjoindre un cuiller out deux
~ euea a hacer- Lastl r1gl A bser et? crime, ou sinon uin deis coarent remchncedr- est elis ser libre I pate hol de lait, un myraeau de rg e trottoir qui longe ls fa a beurre. Jetez lcout mrru ilhns las . . . b. ._. ._;. . . . . . . i l t
i i i ~i i ~ ~ ~ i i! i i i i i 4 i i i ; i i i~ i i l :i :: : .: : / i ". . .: . .- . L : . . . . . . . .





















I:tAi llriv 1 P!fr vkr.l
.. .V
--- -- -- . --./. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .M. . . i i ." . . .
.-. .". . .'.'.'.
:.::;? i):f!::: :-.D::.: :. .:.? . . .:. .-.'. '. .
.:. . .
:. ._ ?:. . .
. .DA .A UBpo r .aie onu. i
:i" .'.-:,.,;.::'.:. . :. .'. : . .P u e m p n d e a e i - . .--.: -: :w
'' : ;' l~~i~lb ._. .-':' ." '." : : : i ' : "* . .
;---,,,-::::.-.-.::. .:.:-.:-.;.,-' -.-: ,. - .-. . . . a. .s av. r n.\.U n.e.f.m.t e r u n e
-- : i :- :. i. :.:. : i . .: . . . :. . . . .
: 2 ;: ;:: .i.!. .:. . .-3 : . . .
g S:{-i-:-"-i:: ::% ": :": : . . . .'. *
a ::,,--.',.- x :-; : : .:. .n en a n e d a ne. .i.c tt e. ie e
,_:. <,.::-:.:,. ::,:-: ~ ~ ~~. -.:. .-. n.r. pa.u n cr u x ai.a.r.s u e le v~ i
:-i:i- :}i. .i. . .:. . . :, -. ." .". ". *
!._:. ::: .:::. : :: : _;. . . . . .-. -'- -'
.-. .~e .e.s. . .e. .g. .de .a. m p.ne.as
R ._:. .D.e.,.ev ux s~n d v nt ete
i~l.-._.-.
dsgoAtS dL A R~g U d d-ui, nce.a, e roellrt
. .,. k. uh ahut u p v, c'tka t l re id ~ a a .e. . M.Mr.e. .r .s.-.
7W:,- PorCMrede] vil).
.~o d Dxe os Iours.,les autos p et Sueg '~ e sotude.
;. . P etit s Iignr bi ra ent it ate
.-. U w- hom rnrie .iofaet dsvrque ns. ae e ete onr e
-vermoAi, d ~l-rues e-bnabde tqotoivqe t e,-idans n ybeueuae o
d-,, omit-it tr uneargn toun afeme,. 8 et oignemseds i e ui~ ma, des pa d Ji: es, e ue set sn deus a -e'eunce ie(vptaenbc,%-w-k W" cntranehe leu pdtie uai Dnsit,
7. 6 d c
ken gam tu :. pa doee3r adrote et -Agauche. onr ncule udu
---.- ----- hs e}ie lbrapri o deIait, une enauasremb~ur"i de,5trottir dei Inge oIe ef sure.Je eetre-t6"t rns

. -e.,,, ig n e t1i,-,s,,t e ,ae -


monitant de leur uaun0ay, chaque soir, pre's
. . . . .

table en famille ther. . .
::.:de.i.e._.


des.


xxx


Dans les vfhicules publics, il etait d'usage d'autrefois que les hommes fissent aux femmes l'abandon des places


Srepvne. .x aSS eS
assises.
Norellte. Deux circonstances out ren- ~
du cette pratique difficile ac observer,
D'une part, les bouseulades kI
Wgl d savages dont certaires voi5-S-.tures de transport en commun Port au.P cc sont le th'Atre out transfomI les hommes et les femmes ftion daglu donei en adversaires. 11 faut du
S gi posing, des coudes, des hanches
rapid effectuee et du derriere Iivrer batailmement oar no ca le. Allez done, aprits cela, aipents telanti dan tou gir en seigneur A talons roup di tions de Port au ges!
do P6tion Ville. D'autre part. il est souvent
QLACIERS arrive qu'une pimbecte, inviatvo0s toujours en main tee A sasseoir, repondit avee
raes modes de glaz4 aigreur, confondant un acted
Sielr k partir de Or de courtoisie avee une galant I deus, "* n#able; teri&Pquivoque. Pure illusion
tacilit6s do pavement& d'ailleurs car, la plupart dui
4glcies ess plus sdrS temps, les pies-gri ehes qui I omique. ripostent de cette favn-la out
soBrlERE un visage et iune mis propres iW VoaS en vent* le der a lespr6server centre toute
AIles; dtie sorbetires galante atteinte.
l-- dime n & par; Cette attitude a d6courag4
Or 3.16 tt a dessue. la politesse. Cela se comITtEPO FRIGORIIQUE prend.
mbr frowies OUt 1t I1 n'en reste pas moins qu'
'mis .pint et un homme courtois ne doit 1.reeoir-- -nimpor te pas rester assis s'il voit, au.tit6 de viand p rs de lui, une femme ou bien
'*" e 14tff es, de agee, ou bien embarrassed par
at* un enfant, ou bien charge de
it codialment paquets, et si cette femme, a-Wte -rnotre usine et yant cherch6 des yeux un si.te. le ste gla ge vide s'est resignee visibleSsarbetres dans .ment A demeurer debout.
e de geate Mais que 'operation soit
Vm de la ga 'est aecomplie avec. promptitude,
def40oomle." .~sans regards prealables.

4 -ie dkouvrir et, tout de suite AVIS 4On doit, en faisant l'offre,
spis, me plus onsid rer ga. .L ISSIE lamment Ta b~n~ficiaire de la
GruId' ee 18anquette.
. xxx
U a saf-fidble eli Z Il y a dans i politesse des
AVoW-i dirig6 pendLn nuances qu i faut observer Is. e antlers dot Un jour epiun, e unbonme bor Ivin ot~~~- I dune jo femme sous uno
AS$5eprOi U ort l va franchir. II et b w-;- -- :: -_ ; -.--t _1 I R l Va ,--.,.--Iy
d ee, on faet 4. attend% lui, par me deo .Pent-il. -fl offira.-IAl dame de
h. .e clients Ien pger au Iea oCi elle
d asmsyinpathie t"e- t s rend? "

jb# EI.t-I ot W~ $'iI e hour af m a
:-': :: tS a 'voittir" et t.l-- chauffeur, i? ,::"::--::::::'::is di ,=aositiet-<4S --ette dame


soupe oullan-tvelen e cssa ass de remuer. Versez ensuie le m'lange sur le pain dans a soupiere.

Potage Saint-Germain a l'oseille

Faire euire avec un oignon epluche't un demni-live de pois tassels laves dans deux litres
-eau. Saler. Aprgs deux heures de cuisson, les passer. Fire revenir dans du beurre une poigne'e d'oseille. Lorsqun*elle est fondue, y mettre une cuiller de farine, laisser cuire une minute, et verser les pois et leur jus passes. Jeter dlans la soupe en Pbullition une poignee de riz blen lave. Laisser de nouveau euire un quart d'heure et verser dans la sou ire dans laquelle on a mis, comme pour les soupes pr6cIdentes, un petit morceau


de beurre frais. Pour ceux qui n'aiment pas '1 oseille, le potage Saint-Germain se fait de la mneme manere en supprimant l'oseille et le riz, et en les remplaant par des croutons frits an beurre et du cerfeuil. Ces soupes peuvent se preparer avee des, gros pois frais; en mai et juin.
Les soupes aux lentilles, aux haricots sees se font exactement comme le Saint-Germain.

Boulettes de marine de pain de

Pdques pour mettre dans le


bouillon.


. . .







-i- Lnt tlectri- ue iur-nr.
.- i .5. .Ar i W .
. . . . . . . . . .

.



A rn-nt.Alpotriup nui tan qfor


Cette muraille et tout ce qui rest de 'ancienne forteresse du Temple construct par Salomon et que brila Titus Iorsqu'il &empara de Ia vile, 'an 70 de a:fre chr tienne. Elle est forme -de blocs de pierre, d'und jongueur de 5 MIetres, hauts et larges en proportion,. superpose's sans ciment.
Les juits de tous les pays viennent s'y lamenter, d'on le nom de Mur des Lamentations, sur la gloire d6cchue de SJ6rusalem et la profanation du temple. Tourn6s contre le mur, is sent la pAr groups Ilus ou moins nombreux, ommes, femmes et infants, les premiers moderant leur douleur, les autres s'exprimant par des larmes et des cris. Les plus calmes lisent les Ecritures, murmure des prieres, ne s'arretant que pour baiser pieusement les grands blocs noireis par les sieles et Iuisants.
I 'I
i Le chien electrique
C'est une invention ing nieuse, tres amusante aus$i, qui derive, avec quelgues variantes dans 'application, de 'emploi de 1a cellule photo 6lectrique. Qu'on se figure un chien en boIs montd sur des roulettes et don't les deux yeux, sont pr6eisement. deux celhiles ayapn ehacune
an groupe ridentique d'orga nes.
Toute clarte h'rappant les


me permet au chien noe se deplacer -et d'aboyer. On n's qu'a brancher le fidle gardien sur le courant de Ia maison, dont il a la surveillance.

Pruderie
Welchinger raconte que, sous la R6volution, 'Impresario Leger ayant faith a fficher qu'il donnerait Amphi- *
tryon, comedies en vers libres de Moliere, la municipalitP de Pendroit, soudieuse de la bienseance, interdit Ia representation.

Pour cornmpter jusqu'd I
milliard
Combien de temps faut il pour compter jusqu' un mail200 11 faut a peu pres 1 miliard? Pour computer jusqu'A nute; jusqu' 2 millions il en faudra 10.000, soit pour un million 5000 minutes. Un milIliard etant legal a 1000 millHons, iI faudra 5 milIlions de minutes on 84.000 heures, ou 3.500 jours ou 9 ans et quelques mois. Et encore il n'et pas denu compte dc3a difficulties croissantes dans. l'ZPnonee des nombres.


Il faut fire du mal


Je lui ferais du mal bien volontiers.
--Mais, il ne vous en a jamin's ftAI
S 't "n que quel-


Cette recette juive est tres.4VU appr6ecie. .A
Pour deux cuillers a soupe
.de farine de pain azyme, ii1 ai et icotestable
faut une cuilter soupe de A R hE
rised'oie et ntcent entire, V E An' fmM
du sel, et pas e pore, un peu de clou de girotle si -on. A. Iaime.
Bien mlanger et faire a- e nnn-nwonnmn Aenc
Yet la main de petites boulet- -. qur.- t.C.en u
tes de la grosseur d'une noix. Les jeter un quart d'heure .res v etes e cannes R vaste
' dan -du bouillon houllant._ terroir.
Elles doivent gonflerr t- tre t e' it #h na e IBeieuS ter r$.
tr: s moelloeuses Le server.: das la soupiere avec oil- ,t Cqi ait son arome.
Ion.,
Si vous n'avez pas de graiss doie l e .ze.epeut se.rempl Om
Z er par:de-amoelle :deoeuf, G outez' t 1C
::mais ~ c: est bien.moins:fin*. -.;--:. .


L I


It

..





. . Z 1, .t I4 I I 1, , .-. d. . .2.y . . .'. %. -- - .- - .--- .T
!:!;: .= N o.I . --;,- ., Z:-" 4-- z , .-. I , .-, .- :. -- -- _I -1- -. m. . . . . . . . . . . -. M. m. . . . . . .,, _,, _. . . ., . :
:. ':.- . . >- g> f- '- .'- / > -/ --< . ---. .- -. . .r.-.-.- . . --. . .- .-. ." . -. .--.-. --. .--+ -- > -. .-. -.--. . ; . .-4I- .-_- .-_- ---. .-5 -.- :._,I .::z.- --- ,- --- -w w .k
x- .
-. . . -- . ." . ,
--- g "- . i A 7







., ifr ll" aia' -!t -o I I
.-IN, ,. . . K .n e n :.:.: ,.:, ---!-- -,








:--. :. - - - .
'I I . . . . % . . - - - . z
7Y. .;; I. ---- -- -- .- --D
.,Z M.: -- - .---,- ,- -'---l ---,
-.-.,,'-3,,,- ,'. ,? .- . '. m M-- .--.:- .--. ,- . .---l- --.- ." . .- -. .- .;. "- .- ---Ill .1 .". -.- .--f ;.:.


. -. i . .


Ge matin comme on s'y attendre la sean1Chambre promettat


ievait a evre


snteressante. On devait entendre les expications au .A.tre Leger sur Pappiic- don ili6gale de la Taxe pergue a Santiago de Cuba sur les emmigrants haitiens. Or, ie Ministre s'6tant presant6, et ayant donned les explications necessaires qui attestent que les faits denonc6s sont vrais, I'incident a 6t clos, puisque les mesures voulues ont 6t6 prises. Notre Consul sera maintenu jusqu'au rembour-, sement au moyen de ses appointements des valeurs indument perQues Puis ie Di#puce Thomas monte A la tribune pour demander au Ministre des Finiances Kernizan ce que le Louvernement coutmpte fair puw, le rapatriment des emmigres haitiens en detresse ft Cuba. M. Kernizan replique que d'accord avec le Conseil-


let r inancier il prendra des dispositions pour ie rapatriment par < petits groups >, redemande aux Dputtis s'is peuvent suggerer c autres' moyens, ear le nombre des emmigres haitiens a oua se chiffre a 40.000 environ et. les disponibilites cu _resot, haitien ne permettent pazs t rapatriment <>. Le Dpute Thomas propose que lEtat fasse savoir A.x compagnies de Washintom qu'elles peuvent prendre des, Cmmigr s independemment des lois sur immigration: Jusqu'ici la seance etait normale. Mais apris lecture des rapports sur la saisie-arret, et I'adoption d'une resolution du Deputy Laguei e denmiandant le d6grtvervent des graidukaA


teantion S


A


Et perfite de la presence du pas pu obtenir dtava~ae Ministre L ger pour iuiposer J cst qu un s est herte 'a l deux questions. Renseigaez 1v.sonte infliexible d une des nous dt-if sur ce que vousa-. pius grades puissances_ duti
-*: fat apres une ane de monde. (Applaudisseitumspuuvoir, et oP sont les nou- dans fauditoire). veaux accords promis. Ren-I Repondant a la dcuxxiame seignez nous encore sur ce que question concernant J occuipavous avez faith pour d6loger tion du territoire ha.tien p:w les dominicains qui occupant des dominiea n a fends. le: territoire haitien conn uappelle

Le Ministry Leger vsibleS-nent indigne de certaines alt utions deplacdes du DeputA 'iou, monte la Tribune pour :pondre aux question posAs, << Depuis quelque temps, :ommenilce le Ministre Leger, e personniie ie ou-emissaire du Gouvernement Tout ie qui est mal eest de moi s.


Repondant au Depute Estim6 ii dit je n'ai pas besoin de la police pour me proteger; je me protege avee ma conscience. Nous sommes encore lies d'amiti6,,dt-il a Estime, pourtant je constate que les D&put&s, des qu'ils sont ii sont galvanises par la fule et n'hesitent pas a des attaques contre nous.


Ces paroles sqpluvent un ormidable tumulte dans Yauditoire. Et le Prisident de l'Assembl'e menace de faire Avacuer la Salle. Lea ministry, alors, explique que le Gouvernement a beaucoup faith mais iI a voulu employer de Ia courtoisie, de la fermetA et de Ia volonth. Et, confondant tous les questionneurs dans un 4gal

entre Ies deux Pays. a n moins ourni des explica plausibles.
La seance est Ieven et representants passernt a



CE N'EST PAS VRAI LE MINISTRE KERNI


Depuis bier it est- fort

pointements des fonct onnmaires publics en vue d'dquili-


-brer le budget Nous somrnmes allis aux renseignements, et le Ministre nous a eponddu Q-ue ce n'est pas vrai.
II y aura des Compres.;
apprenons-nous. le budget est
-en deficit, mais les employees publics n'auront-pas a fair les fraig de ces reductions.



INC
(Ligne Colombienne)
Titlphone No. 2323.
Le vapeur 4BOGOTA:> Voy., 101, venant directement de


S. m mi j ]1 .'
B e. .
ne mleup IJer





So atnia I I'rix san s R.


Avis


S -La Pan.n~ a L rc ad Steanmship Lire a ]'avnt
les departs suivants de New-York pour Fort-a-i drectetmer, :haq.o ardi. Tou ses steamers sont
ft igorifique:
SDLPAWr DE NE'-YORtKA.Ri AGES A >ORT.
S.S. Guaysquil le 17 Mai 192 o 23
D t CistobIl Le 24 Mai
ZAN S.S. Buenaveptura le ler Juin
S.S. Arcon le 7 Juin t


SS.S. Guayaquil Ss. Crt Ndi
Bush navn


g4',


SM,


GuaCaquil
I/


1t 14 Juin le 21 Jin I1 28 JiIn le 6 Juilet le 12 Juillet


Aide a :


Al


JA e1
JA .H C V \it El
a t Gendral!i:


I:


SlUDri tC


.4
~*

(A' ~1cUi


La saleted est dang.rcw: 2 i z conical vpuretes qui menaccent]a 1a ,M c lvot. A 1 1 est done prudent d'achcter. to ur b V C blicMNIarigold. Sa no.us.e A-. v. .n n temps qu'clc ncttoic. P cI. a A e .w oO la salt6 se cache, lu 'i
Mariold aide a e raconseridr a de ve


nles1 Ue cTotn le De,,,Ute Esti. e"-iorn era ici, mara 1 g
., 9VU, I 'LeutO ,n vec couitoisie, volonte et ferme demand et obtient Ia pa- mete, qu'il e dise. couant, continuera le mine Maon,
role pour exprimer son tton- Et personne neIxge Cest jour pour les ports colomnement cars -par la pr -ens, Cristbal, C. Z, Kgsn done que JAssemblee est cons- ton et New-York.
ce dun corps de garden devant e
ce d'un corps de gard devant ciente .de Ieffort soutenu du Le Manifeste de ee vapeur --vt-.- .
SPalais Lgislatif. t a Gouvernement.t,a :.A .
sance orageuse commence reu par avion est a la dispoenc orgu Le Ministre Leger a expo- sition des clients dans nos bu-.
Le iatre Lescot repond M4 les difficult qu'il est ve- yeaux sis angle rues Egalit '.
que o'es.t e question de poli- nu trouver quand ia pris le et Danstks-Destouches. < -.ce g4nerale fate en dehors de Ministre, la.situation tait xxx $.
,'enceinte de lAssemblee et complique et grave t n'a Le vapeur MARTINI- ZQ ytr
qufrne regate que son Depar- pas fait la politique de vrio- QUE > Voy. 98, partira de .teient La Police est partout lenecmad : ,
mnt t. Poheie est partout lence commander par les New-York, le 27 courant, pour
drtLecot lcest une question Chambres d'alors pareequ'il tous les ports haitians. At
orre pu. e Deput Es- sait qu'une pareille altitude tendu ici le 4 juin prox., en
phque que lAssemhe aonduirait le pays a une ca- route pour les ports du Sud
I soUs l oeil menagant.I tastrophe. Si vous irulezfai- Sera de return Port-au- 5S. garde. re I4 contraire, prene le Pou- Prince ie 9 juin, prenant le
. . . .it. t ."
Etete Doeput Piou vit. oir. I d6lare avoir tou- fret, passagers et a m alle
Et comme in iisi: Ie2 si me jours dit ia vrri6 et travail- posir Cap-Haiien et New- I

.4'.'-.
"' 4 -. n r "4 4":4: : .
_nagan qu'il soft de la Pol-ce l ia eietouver eXpliqug letne York
stmpte eieapase e:-regoations get nt obti a mE BLEO
on oir. didur5An


or -9$,t 'V on h.aTA
. . .A g


Ar,~ .1k,- .
. ". . . . . .'- "
. . . : . . I---N N. 4. 44 4 -:-- ------_. -"4 t 4)--, --,-- .--b: . -. .- 0 .
.4-.--.. . ., a. :: : i.- : ;,,, -r . :. ?'. :;:;> ; i !. 5 2i


2"4 Ar


'iii





- :- .: :::'.-'-44'i

7.47--':


-. .- - - -. -. --.


1


C!-


II---.-. ~___


(0011CUrl


au AMOY.

..

















































.


r,*rflnu~wun~m t ~.' .' .ss.l Ll.i
















. . . .f. . .r. . . . . .






- ----













. . . . . . . . . . . . .

























































. CL" .




. . . . . . .



. . . . .'
























. . . . . . . . . m . . . . . . .


. . .








. . . . .






. . .







.


. .




. . . . . . .

-- -- -----.




.




. . . . . . . . . . . . . . . . .








. .




. . . . . . . . . .







.
. . . . . . .







.







.







.


$~


IC


4~44'43< 4&# 3 IAli~


TOMIBE-L D


it.x&A


FT ULTION


-------- .






























































































~ sr~J$(4 r At3Pa.4opmv


.t . .


.it. .4 . . ." .k .' .


1T,',E, PARTI DE TATOPTTAL U KITTEN


J&A~'3/


-1


K


I.:&AU4SD1)2 9 -E


/4






















.3 34.


LES CINQ MSNISTERES-


-3 S3. ., .4


. . . . .
. . . . . . . . . . .







.


. .


.







. . . .


. . . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. .

--- -- ---- -. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


-- '- - -, - :- -. -. :.- ,
. .















. . . .



--- -- ----. - )*((. *-4- --- ** .




- AWK~fw* -If Iff M.




. . . .
. . . . . . .







. . . . .





. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M m m .















. . . . . . . . . .







.















































S TII 'E j . . . . . .
. .































. . . . . . . . .


. .























. .















.
































.






















































































































































. . .













































































. .







.







































. .







. . .







. .























. .
















. . .


TNT OY 1,-', N -1-1 I'D I ';,;I N f"O F'r

..


i~i::ii7 :::;i/ : i~ i/ 7 F J : -<. .-' . -. . . . . . .< .-". . . .-. . ---------- . . . . . . . . . . . . . . .
[ I "'A .
. . , : . . . . . . . .-. . . . . _, : : : : . .-- -. ----------- -- . .---: ,. ,: ,: : . . :.: ,. . ,
-T -. . . .-. . . . .: : .-. :. < : : : : : :: > < : : : : . : ;i :
.n. .e.u ea.




.a. q u.


oenannoP uoitrn pm
Dj noasquXl~ 'N
. . . .::. . . .'." -:.:. L :L ':: .: .:' F :7 : : !ii S #ii i! i: ,. i i ?:i ; ;l: :,

. .,.,,. . . . . . . . ,. .".". . .


_~~ ~~ ~ ~ ~~ ~ ~ . . - : 3 I . :
W.4.m. .p w t.
toa 91?o /Ujjl tU'O-'~p
dun 4flmdlJW 00!~4
8$wtaQ u 0[ns. 7 q'


got.


.4_," :_:. 'N, :.


Bnft11131 8 Hfal6UB~lt~0


S IO ) Slt


~rlroa) I


4 'd


S0


ta


4r,.4


4y 4 A


~Uuoqn flap IJjj


"suo~p~onb sop-uaXoq: p oIu na .n a







nW .uao 'wwnofs 00A
-fl O L P4[Q WUf [G3 &D,




uu i p .a p aapp ap
OT 0 A .t.A1Q0







04 4 4A
.ea. anob ih a iuA o;) 0d 1iy 1nb goilsOTA




o OO a abp, "tU n. U pUS op
of~~ o 9A1 UP)oft U SurLL

*iuojjt $T aof of
",R. J fle- A

apuitqi UdR sd .t ll~zi ')P 1)





"rn/hp maw szn t'n .-5pu;), so
-ly p ttboAtx son O i[fou

~t~tUo Th 400LIMo) p aid






'UO!)~ tttOf)~aa Yoj)4U)Tt {{!.UJ3t 2A{, 3X tT1 U U
10l1O'"k.; d op
;o atu~~ p EMAIVDoy gA.An



xru~~~~~;1 tu_ qlxG IPL .4


S?3,) SddAU0 ) M,,j0u


4U<)l TIS3,dWs)'uI)~~dUI


as8 SjLIuIoALi Afl tihib


'as n1 zpanzallqq rub sno} sno "VOAV oa Z! enof us uvun sawqe[i du-san!u;r


d10 sas.ABO 9
pnpe 3 at: tar jru. UUO AJ 'S)BflPU 'SjM)UAH 'SMZNrOI tsui
P:. JP *e.3a a


sornerapa sap pIIQS up an~ gVU9A
.
. '.a n. s.n.suj xns nsd toasnpnp spa twue aa SpUo4



.i.
._.:.l ai lsbausl =aa

-::-: :O .
-i dm:2-4 a j ue anigaouoS2


ol aiP . Sf eve.4SV-11P Iiajnosm !a 4ol


*ar'vr.asodoid as
. . .

.ja. !I.!pu a

,:. . . . .
fii.-':.i.i. .,OU ffirA I A L T .1 1 : -:.---. .:' :


.A 1fl44: i t:uN e l
-. -- -. .:: .: "- : ~ ~ . . . .-.:- : .;: -; : : .- :-- :i):. : .-. i! .:! % #


. . . . ".-.". . .-. .--.'.:.: . .-: . :- . .-.:. .".".
. . . . .
. . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . .-. . . . . . . . . . . . . . . . .". . . . . . . .-. . . . . . .:. .
.
. . . . . . . . . . . . .-. . . .:
. . . . . . .
. . . .:l'.j '.: '.-i'~~.: ~~~~~
:_ : :::i.i:.:.:. . . . .'.2 . -.: -.-.-.-. . : :-. .: . . . . .-.,. . .. .!. . . . . :: . -:. .i . . .:: : ".::.::' :::.-. .".".:-.
. . . . .
_~ ~ ~ ~~~~. ." -.--. .": ._ . . . . . .:-. .:. .: .:.--.- .:::. ::. -_-i~i:;i:i:_::-:::-> -:; :d:_.-::-;P:;_ :. : i ._:._ -:;-; :--:'.%?. ;-.? -: -.-;;:: :. . . . . ._ : . . . . . .-- -- - . . - : : : : ; : : . -.: : : . .u:: : .:: : : . . . : - : : : :: : : : : 5 : : : ; : - - - --.-:- -:- -. 5 ------- -- - --- - Z Z : -Z : ;- : r ~ ,. : '; : , . . Z T P 7 ; . . O : ; ; X r ~ : '
- - - -
-- -- -- --- --- -- -----


-inbej[ ap l a! b- ? I sap if 1D
t pit m ? b1451Th sot!op sOtu
-S [utqqu np suos; so)
'.uIsuu O APP t)ru
-jvjd as uonb 4UiALMA1 If A1 s!oRSop sop saoo.d saf juau
-OAUOWa11 n4IIuassfl0 1101S
-udoad ?[ .3p sa!nfsg-1nu;j? Onb wOq4 sun suwa 1s[foad uorju,,q. [ap aunanp. iuw s xxa
-uouoad sed 4uowf4Ou, soouai
-UW1 1T2 JLIW)o1!t apuf aps uoi sop uopn
npua[)Ii 41i *l)Atlt}S zass 'Itan

-s-5uo,{ foi, "p st -.N a apa
-uOpwd U[ s$n 'o-b AO[Vt$ SnoA o[) 'AumULoLuZ t s~mad atu af 'apuwd. ot 1 wvuomuot oIauuosaod na srtd wtu ot fub Op '4a9wPt4 g1numIUa 4 "N ap Iwa np oaup aJ{tO{ROA SUES

,)agp p vAU 'saoulunes ft014 no xnep oapuoad fs-_uO$BJp ,'a'aauouosd s op UuRA., so
-d spf sop t taopqsoPSl uia;o 4s0f-Aapmta uf# qs".io
I .Nw08 ful J SW O.8.j jqf 0 "4.-,,



'.moab H--jsop sauaaoqSm p flW
'9 o .'m a i a .a ,. .'.' : . .-.



r.ljfl- sop::SUd apun --"siro"::: :"
j .u.-. . .i,. g.
-.i-: 0i, t 0'::::ag [': a ~ p::::_ . : ::. .:.:.
;~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~~~~~~~~. i.- n :.,0t.i ~: : ,i : p.i:- :! '.:. .:. .

i .-- . . . . .".


0i:' !: ii:. .: .4i -.1,0f.O.! !.i:!:i i i". :i. ~~i. .
-. .U.x.vo s.
n o d.M.t.q.
un~til) .J.B .#t. . 1 .up .
.48 0 . .A.#.1$. .
.p.d.o. .z.
.a.T.


~s~aam~8cdd~bs~b~


rr


JuOA


. .-.:. . . :. . . .
.
. . . . . . . . . .
. . . . . . . . .
. . . . . . . .
. :. . -. . . . . . . . . . . . . -. . : . . . . . .


=- -F I A 6


-" %


a, Otaa d


otb


saldl)lnur-


.1maillo


A&"%& ( &


ap


Sol S011101,


!!1:.:. r, 4 p


Ul 0111) Safjl,)jtll-,)AU


!1""""" "I" rrirttl


s [


11"5'aAllOll OF1


iP~f~L;317ilaS


f)t:


WitOtl

..