Citation
Le Progressiste

Material Information

Title:
Le Progressiste organe du Parti progressiste martiniquais
Creator:
Parti progressiste martiniquais
Place of Publication:
[Fort-de-France]
Fort-de-France
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
weekly
completely irregular
Language:
French
Edition:
2000, June 2, no.1782
Physical Description:
v. : ill., ports. ; 38-45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
UF Latin American Collections
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
029299668 ( ALEPH )
14196110 ( OCLC )
87642378 ( LCCN )
Classification:
324.27298/206 ( ddc )
JL839 .A8 P767 ( lcc )

Full Text
S 0~ M A
0SO O*
~~s~!Io1II~LOUIS CRUSOL
iecnfkscilL'nadapt io eneu d mocratique I des r fex et politque II ~~t ,... 2 ,,, ar!.x 6nsa Ild'a uourd
Apr s un long silenDO M : I wiev accordee a
X :::ii : ....X,:.....
...! ..........: ":B Y
am6lioration de notre journal, Louis
I'emplo onCrusol, maire de
n il I Sain te -Lu ce,
iI conseiller Gndral, I I apporte son &clairaI ge de la situation politique du moment. Louis Crusol I
ARE Ipage 2 I Un 6 :conomiste L,,,,, ,,,,I-pour les
nati. onalitTous les dimanches
* 11 410 dans le cadre de 1'6mission "DuTacau.Tac"
De11 hd 12 hb30.
JL ... -- .




Le canfit socIa: enJ eu
d6mocratique et po itique
ous avons eu en deux jours ils ont aplani la difference entre les plus deux conflits qui ont trou- hauts et les plus bas salaires qui, dans les v6 une solution n6gocie. entreprises archafques, peuvent aller de 1 a
Nous ne pouvons que 10 entre employ6s et cadres.
saluer le caractbre court de A la Socomor, les ouvriers ont insist6
Sces conflits par rapport a sur 3 faits
ceux men6s dans la banane, chez Toyota 1) le manque d'informations sur la
ou chez Roger Albert. Nous avons eu une perte de leur emploi ;
rencontre avec les responsables du comit6 2) l'incapacit6 du comit6 d'entreprise a
de lutte de la Socomor. Si la d6termination jouer son r61e;
de ces ouvriers 6tait 6vidente, de nombreux 3) l'absence d'un syndicat fort a leurs
points d'ombre demeuraient. Malgr6 les c6t6s.
d6clarations faites par certains respon- Ceci explique le type d'organisation sables patronaux reconnaissant le manque qu'ils se sont donn6s. IIs se sont institu6s de communication et de dialogue dans l'en- en comit6 de lutte ind6pendant afin de treprise comme un facteur de conflit social, choisir leur syndicat et de faire pression de nombreux chefs d'entreprises conti- sur le comit6 d'entreprise. Il nous a sembl6 nuent cette pratique. Il est 6vident qu'a ce par contre que ces ouvriers ignoraient en jour, il y a deux types de chef d'entreprise : partie les enjeux et l'importance des proles archa'ques ct les modemes. Les blmes pos6s par la fili~re ananas. Avec archaYques n'ont pas voulu voir les 6volu- beaucoup d'intelligence et de bon sens, ils tions de la soci6t6 et appliquent les memes ont vite compris qu'il fallait que ce conflit m6thodes de management depuis 30 ans : s'arrete sinon ils risquaient de se trouver "Pourquoi changer puisque ga marche !". face a une coalition planteurs-usine. Nous Le management historique ne r6pond pas devons donc respecter les choix de forme aux besoins d'une soci6t6 modeme, mais il de lutte et de revendication de ces ouvriers est ax6 sur un calcul sp6culatif a court terme. qui ont montr6 un sens de la dignit6 et de la
Les modemes sont les chefs d'entre- responsabilit. Il appartient maintenant aux
prise plus jeunes qui ont voyag6 et qui ont responsables politiques de trouver des requ une autre formation. Ils mettent en solutions a la filibre ananas. Le conflit des avant la communication et le dialogue. Ils travailleurs ind6pendants est plus comsont capables de motiver leurs employ6s et plexe car plus politique. Si on ne peut de les r6mun6rer correctement, car souvent accepter cette forme de lutte qui est le bar2 Le Progressiste Mercredi 2 juin 2000




rage et le blocage de l'6conomie de l'File. Or, c'est l'aveu implicite et explicite que l'Etat ne peut accepter non plus l'attitude de l'Etat seul ne peut plus d6finir l'avenir 6conocar les sonnettes d'alarme ont 6t6 tir6es mique, politique et social des DOM. Le ch6depuis deux ans. Quand on fustige le blocage mage diminue en France et augmente en des routes, il faut fustiger vis-a-vis des pro- Martinique ! blames des travailleurs ind6pendants, le blo- C'est l'aveu 6clatant que l'instrument cage de l'Etat et des administrations centra- institutionnel, appel6 d6partementalisation, lis6es. La bonne volont6 d'un pr6fet ne peut ne r6pond plus aux besoins internes et gommer le manque structurel de d6centrali- externes des DOM. Mais c'est aussi l'aveu sation r6elle. Concrbtement, quand on for- persistant et derangeant des difficulties que mule des revendications au gouvernement, la France rencontre a se transformer en Etat celui-ci 6tudie d'abord le rapport dc forces modemrne d6centralis6 ct r6gional. ct cela les travailleurs ind6pendants l'ont Pour notre part, au PPM, nous condamcompris. Les bons dossiers sont pris en nons les politiques qui se contentent de compte quand vous etes dans la rue. La pr6- d6noncer les m6thodes de lutte des travention des conflits n'est pas une pratique vailleurs ind6pendants sans donner a la institutionnelle de centralisme jacobin. La population les causes de cette situation avec grande legon 'a tirer de cette lutte est qu'il des explications politiques. A force de youfaut un pouvoir local fort et c'est pour cette loir simplifier la r6alit6 ou de tout attendre raison que le PPM revendique l'autonomie. de l'autre, on frO1e l'incoh6rence. Nous Une autonomie qui 6tablit un nouveau type condamnons aussi certains socio-profesde relation entre le pouvoir central et le pou- sionnels qui sombrent dans la d6nonciation voir autonome. Une autonomie qui permet facile alors qu'ils sont trbs bien plac6s pour l'expression et l'6coute des travailleurs mar- connaltre les dessous des dossiers et les protiniquais quels qu'ils soient. En r6alit6, une blames soulev6s. Le PPM n'a pas choisi la autonomie qui permet l'expression de la voie de la facilit6 mais celle de la v~rit6. d6mocratie locale, de la participation des L'autonomie est en train de devenir une r6aMartiniquais aux choix, aux options de 1'1- lit6 possible. tat frangais quand cela nous conceme. Le La voie de la libert6 pour le peuple temps des d6cisions arbitraires, de l'absence martiniquais passe forc6ment par l'apprend'6coute, de la non-prise en compte des tissage, a tous les niveaux, de la d6mocratie, revendications locales est r6volu. Et c'est la vraie d6mocratie, celle qui permet a parce que l'Etat a compris qu'il ne mattrisait chaque individu de donner son maximum plus la situation 6conomique et sociale, et d'efforts et non pas une d6mocratie st6rile et que les solutions ne pouvaient plus venir dangereuse qui rave d'absorber et d'an~antir uniquement du pouvoir central, que le pro- l'individu dans l'Etat.n cessus de la loi d'orientation a 6t6 engag6.
- Eric Saint-Zeby La loi d'orientation n'est pas un cadeau,
Le Progressiste Mercredi 2 juin 2000 3




PAR LOUIS CRUSOL
Lnunadapta ton deos rflexions A a r6aitiud
LOUIS CRUSOL, en dehors ----- de la part de la droite d'Edouard De Lipine, c'est le
silence radio concernant le fonc- Rcemment, dans le Progressiste, tionnement de l'assemblde rigio- Claude Lise diclarait que, quelles nale n'appartient-il pas aux ilus que soient ses imperfections, le PPM d'informer les ilecteurs grace Congrbs offre aux Martiniquais auxquels ils ont td ilus ? Peut- ........... une mithode 16gale, ddmocratique et
tre qu'il n'y a rien a signaler, que transparente d'dvolution institutout va bien ? tionnelle.
Louis Crusol Le silence a la La preoccupation institutionnelle fois radio, t616 et journaux vient est avant tout une preoccupation essentiellement de la politique des d'intellectuels ou d'institutionnels. m6dias qui ne se forcent pas trop On ne la sent gubre dans les pour avoir l'avis des progressistes, conversations de tous les jours. Mais en tous cas, pas le mien. puisqu'un certain nombre d'entre nous croient que c'est un pralable
Sinon, quel est le point noir, la et une cl6 du d6veloppement 6conozone d'ombre en ce qui concerne Par insuffisance d'anticipation, mique et social, la proc6dure inscrite la ? dans laufiae loi 'orenttionestla eul la region? de nombreux jeunes n'auront pas les dans la loi d'orientation est la seule
II faudrait d'abord comparer les places qu'ils recherchent dans les qui puisse d6boucher juridiquement. promesses de l'ex6cutif actuel ses d61ais Les autres d6marches n'ont pas de actions quotldiennes. chemin dans le droit frangais. A mon
Nous nous attendions a une autre avis. id6e de la transparence et du contr61e Apris les deux annies de "co-gespuisque le reproche fait aux 6quipes tion" de la Rdgion par l'alliance Que pendez-vous des turbulences pr6c6dentes 6tait de distribuer de Droite-MIM et compte tenu de politiques que nous avons connu l'argent sans contr61e et sans pro- votre exprience, quelle difference ces derniers temps et de la dficulgramme! faites-vous en matibre de gestion td des hommes politiques & privildL'Adam, Association pour le entre la methode de Camille DARgier et utiliser ce qui est, qui pourrait
d6veloppement de l'aquaculture, SIERES, de CAPGRAS et celle satisf aire l'intir~t gindral, c' est-az6tait dans le collimateur du MIM d'ALFRED MARIE-JEANNE ? avant que son chef de file ne devien- La droite et les ind6pendantistes dire le consensus ? ne pr6sident du Conseil R6gional. jouent aujourd'hui un jeu dont on ne i ya eu de fortes gesticulations Elle regoit aujourd'hui toutes les comprend pas la finalit6. Quels sont qui cachaient diverses options il subventions qu'elle demande alors les objectifs de chacun9 n'est pas stir que les d6clarants de m~me que les justificatifs requit ne On a l'impression d'assister a un Basse-Terre aient les mmes ides sont pas foumis. march6 de dupe, chacun cherchant a en tete.
La politique de saupoudrage n'a doubler l'autre. La notion de consensus est trop jamais eu de si beaux jours et la poli- Quant a pr6tendre "travailler impr6cise pour constituer une option tique de construction de bitiments ensemble pour la Martinique", ga mthodologique. D6velopper la scolaire est simplement a la trarne me parait plut6t un alibi pour justi- Martinique suppose des choix, et les des b diff6rents partis en cause ne vont pas
s esoms. fier la recherche de postes a tout prix anonce au mme endroit. Il s'agit d'6noncer
4 Le Progressiste Mercredi 2 juin 2000




quelques lieux communs sur led6ve- difficult6s.J'ai une pr6f6rence pour Quel est le sujet qui vous semble le loppement local, la responsabilit6 ce type de combats. plus prdoccupant en ce qui locale, l'autosuffisance et la cr6ation concerne la situation politique de d'emplois, ce n'est difficile ni non .ocen lastainp
d'emplois, ce n'est difficile non La parity entre les hommes et les la Martinique? plus utile, puisque tout cela est
pu femmes fait la une de l'actualitd. L'inadaptation de nos r611exions connu.
Maisu vraruAvez-vous ddji rigl le problme a la r6alit6 d'aujourd'hui. Prenons
Mais voir clair sur les limites de
nos moyens d'action, sur les options Sainte-Luce ? l'exemple du statut de la Martinique. nos moyens d'action, sur les options
d'int6gration 6conomique, sur les Nous avons dans notre conseil Beaucoup de responsables voient d'int~gration 6conomique, sur les # choix de soci6t6, ne s'accomode pas municipal une proportion de dans le changement de statut la posde la confusion qui accompagne les femmes respectable par rapport aux sibilit6 de voter localement des lois consensus. anciennes pratiques. qui sont cens6es constituer des cl6s Nous mettrons en pratique la de d6veloppement. nouvelle loi sans r6ticence, car nous En r6alit6, le corps de lois qui Nous sommes & la veille des pro- croyons que c'est le bon moyen de nous sont applicables est passablechaines chances dlectorales. La faire rapidement une place aux ment incontournable droite, avec le soutien du MIM, femmes dans les spheres de d6cision Les lois frangaises ou euros'intiresse a votre commune. et de responsabilit6s. p6ennes doivent &8tre am6nag6es, Nianmoins vous affichez une dans certains cas, ajust6es.
Les transformer en lois tropicales
grande sdriniti : avez-vous le sen- Vous faites partie de ceux qui d'exception nous conduirait vite timent d'avoir rempli votre contrat considbrent le tourisme comme un vers une socit encore plus laxiste en tant que maire et commentpen- axe de ddveloppement fondamen- et, doucement, mais inexorablement, et, doucement, mais inexoralmn
sez-vous aborder les municipales ? tal pour la Martinique. Comment vers une dictature de rationnement
Sur les 6ventuels adversaires de avez-vous rdussi & dynamiser Voulons-nous un code des marnotre action, j'ai peu de commen- Sainte-Luce qui semble tre un ch6s pour servir nos amis, un code taires At faire II appartient aux 61ec- .
taires faire appartient aux lec- moddle & suivre en matiere de stra- des investissements pour livrer nos teurs d'6valuer les actions que ces tgie de dveloppement salari6s a la prcarit6 et notre patriadversaires ont pu r6ussir, le d6voue- g N
veruis onturet e doues I1 faut, pour enclencher le d6ve- moine a l'ext6rieur, un pouvoir ment qu'ils montrent en dehors des
m es mcoraen et dehgr e loppement 6conomique, cr6er de la r6gional pour distribuer, dans la 6ch6ances 61ectorales et de juger ce region, les transferts publics mroque nous avons fait en dix ans. Sain- valeur ajout6e et, pour ce faire, untransfertsubl moteur de croissance. politains ? te-Luce est pl~biscit6e pour son Propos recueillis d6veloppement 6conomique, social, L'agriculture est difficile et culturel. modemiser et diversifier, l'industrie par Patrick Fl~riag se heurte A de nombreux obstacles
de mise en oeuvre, d'autant plus qu'il
Concernant la loi sur la cumul des lui faut une demande solvable. mandats, quel sera votre choix C'est le r6le du tourisme de cr6er entre Conseil Rdgional, l'assem- cette demande et cette valeur ajoublie ddpartementale et votre muni- t6e, en faisant venir cipalit ? sur place les
Il me parait surprenant qu'un 61u consommateurs.
abandonne ses fonctions munici- Les investisseurs. pales qui constituent la substance existent dansce secmme de l'engagement politique teur, les op6rateurs C'est comme s'il prenait ses jambes se chargent eux hi son cou ou abandonnait la foule au m~mes d'amener la ki milieu du gu6 clientele. A partir de
Le Conseil G6n~ral est 6galement 1i, il s'agit d'entraiun lieu privil~gi de proximity c'est ner d'autres sec- ,. 12 M lu un lieu de corps t corps contre les teurs, avec le temps.... .. ....
Leo Pr'ogre$s$ust. Mercredu 25 mai 20005




AGRICULTURE
Na ssance du ple dm
rechercheagrnoniqu..u e.
a premiere pierre du au Lamentin, en pr6sence de trbs nomique et du d6veloppement
PO1e de Recherche nombreuses personnalit6s repr6- agricole.
Agronomique de la sentant le Ministbre de la Afin de rdpondre aux enjeux Martinique (PRAM) a Recherche, les organismes de de l'agriculture martiniquaise, les 6t6 officiellement pos6e a recherche constitutif du POle, la principales orientations scientila station du CIRAD & Petit Mome Chambre d'Agriculture, la Mairie fique du Po1e de Recherche Agrodu Lamentin, etc.
du Lamentin, etc. nomique de la Martinique sont: Fiiiemmn i-es et iiiiiimLe POle de Recherche Agrono- la diversification de la proSmique de la Martinique regroupe- duction agricole, Elles repr sentent 70%' ra ainsi, sur un site unique, vingt l'optimisation des cultures :j:.,!ii!i *l'*" ........... ....optim isation des c lu e
gdes 1300000 empoys duii chercheurs et cadres de quatre industrielles ili i~iiiii!industrielles
monde associati et Etablissements publics scienti- la r6duction de l'effet des
poant .. elles s..nt encore fiques frangais pratiques culturales sur 'envipratiques culturales sur1'ni
peu nombreus es -le CIRA (Centre de coop6ra- ronnement.
... ........ronnem ent.
occuper des postes a tion intemationale en recherche Les quipes de scientifiques du
responsabilitiuqu auoeiud Les 6quipes de scientifiusd
.......abiiti ai Sei agronomique pour le d6veloppe- Pe de Recherche Agronomique
ces m es associations. de Recherche Agroi
dment), de la Martinique devront conce-'IRD (Institut de recherche
changer avec appication voir pour l'avenir une agriculture
des mesures pr~conisies pour le d6veloppement), modeme diversifi6e, durable et los des assises nationales le Comagref (Institut de reproductible, c'est-&-dire garante
de 1999. recherche pour l'ing6nierie de du maintien de la fertiit des sols Ainsi, les conventions l'agriculture et de l'environneiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii~iet soucieuse de preserver l'enviconcues avec les ment) et ronnement. f.dirationis sportives l'INRA (Institut national de L'enjeu est aussi de maintenir
comprten d~J desla recherche agronomique).
clauses demandant ,o en Martinique une activit6 agricoPattribution des feimes Ces organismes, dj prsents le significative, r6mundratrice et de fonction de decision. en Martinique, interviennent dans d'une stabilit6 ,conomique, le domaine de la recherche agroUn 10boratoifre de des agents de la techniciens seront syst~matiques seront lanigue pour agents collectivith et des 45 forms tant & l'4crit qu'A effectu~s. 11 permettront et S1uS 61us. Lobjectif est de la pratique orale de ces de d6finir chaque Le Conseil g&ndral vient permnettre une meilleure langues. parcours de formation d'inaugurer, au 24 de la mattrise des langues par La formation se qul alliera multimedia, rue Lazare Carnot & Fort- les memnbres dui Conseil d~roulera en fonction internet, autode-France, un G~n~ral afin de des parcours et de la apprentissage assist, laboratoirede langue d~velopper la professionnalisation des regroupement de (anglais et espagnol) At cooperation dans notre stagiaires. Des bilans stagiatres avec un destination de la totality region. Les 61as et les linguistiques formateur et video.
6 Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000




sociale et culturelle. BANANE
Le P61e de Recherche Agrono- La Commission Europeenne mique de la Martinique a 6gale- v
ment pour ambition: vote Un complement d'aide
- de d6velopper un partenariat
scientifique actif avec l'Universi- e montant de l'aide com- communautaire et sur la n6cessit6 de t6 Antilles-Guyane, le P61e agroa- pensatoire pour perte de combler cet cart par un suppl6ment limentaire de la Martinique et le recette en 1999 a 6t6 fix6 d'aide en application des disposiP81e de biodiversit6 de la Guade- a 29,69 euros par 100 kg tions r6glementaires de l'Organisalepe(1947,54 francs par ton- tion Commune de March6 de la loupe ; ne), par le Comit6 de ges- banane.
- de contribuer la formation tion "banane" de l'Union europ6en- Au total, pour l'anne 1999, ce des techniciens, des chercheurs et ne r~uni & Bruxelles le 17 mai 2000. sont pres de 763 millions de francs des formateurs en relation avec Ce montant repr6sente une aug- qui sont verses aux producteurs par les organisations profession- mentation de l'aide compensatoire le budget communautaire, dont nelles, les organismes de forma- de 22 % par rapport celle de 1998. 46,6 millions de francs et 50,5 miltion, les 6tablissements d'ensei- Le Comit6 de gestion a, en outre, lions de francs respectivement pour gnement et l'universit6; d6cid6 d'accorder un compl6ment la Guadeloupe et la Martinique, au
- de proposer ses capacit6s d'aide pour les r6gions productrices titre du complement r6gional. Cette d'appui et d'expertise, de contri- frangaises, se montant respective- aide contribuera pallier les difficulbuer au transfert de comp6tences; ment 'a 8,45 euros par 100 kg (soit t6s de tr6sorerie des professionnels
- de prendre une part active la 554,28 francs par tonne) pour la victimes d'une forte d6gradation du coop6ration r6gionale. Guadeloupe et 2,99 euros par march6 en 1999.
Le bitiment qui va re ralis, 100kg (soit 196,13 francs par tonne) Le montant unitaire des avances
et int liva et ra pour la Martinique. pour la banane communautaire comet dont la livraison est pre~vue
Cette d6cision prend en compte mercialisee du ler janvier au 31 pour la fin 2001, aura une superfi- la demande recemment adressee par octobre 2000 s'61lve a 17,81 euros cie totale de 1 800 m2 dont 720 Jean GLAVANY, Ministre de par 100 kg (soit 1 168,26 francs par de laboratoires, 360 de bureaux et l'Agriculture et de la P8che, et Jean- tonne).l 720 de locaux communs (accueil, Jack QUEYRANNE, centre de documentation, etc.). Secr-taire d'Etat Son financement, pour un cofit l'Outre-Mer. total de 24 MF est assur6 par: Dans un courrier
- l'Union europ6enne (FEDER commun, les deux
12 millions de francs, 50%); ministres avaient attir6 f
- l'Etat (FIDOM, 11 millions l'attention de la de francs 46%) Commission euro- et le Cirad (1 million de p6enne, sur l'6cart francs, 4%). a significatif entre la recette moyenne de
vente de ces regions
et la recette moyenne
Pour vous abonner Tarifs
Nom : ......... .... ...................... Destinations 1 an 6 mois 3 mois
Prenom : ..................................... Martinique : Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
Adresse : .................. .Abonnement de soutien 300 F 150 F
Guadeloupe et Guyane 240 F 130 F 70 F Remplissez ce bulletin et retournez-le accompagn4 de votre rbgle- Caraibe 390 F 205 F 110 F ment (chbque A I'ordre du PPM) au Runion 430 F 230 F 120 F Parti Progressiste Martiniquais Ancien Reservoir France 320 F 170 F 90 F
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F
TeI. : 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 05 96 72 68 56
Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000 7




Format*on:
va or ser nces
Le travail lit6s de formation offertes aux l'organisation et la promotion des associations repose membres d'associations, et sur- des activits sportives, les dirisur celui de salaries tout, a leurs responsables ben6- geants occupant bn6volement et de benevoles. voles.
II est indispensable voles. des fonctions de gestion dans d'aider ces derniers L'Etat a augment6 les moyens une association pourraient obteSse former allou6s au Fonds national pour le nir un cong6 individuel de ford6veloppement de la vie associa- mation.
tive ; il les a port6s de 24 millions L'expience b6n6vole assode francs en 1998 40 millions de ciative constitue une 6tape francs en 1999, somme reconduite importante dans un parcours de en 2000. Une augmentation formation. Encore faut-il qu'elle onter un projet consacr6e pour l'essentiel au soit reconnue. C'est en partie associatif, g6rer fnancement des actions de forma- chose faite avec la mise en place son personnel, tion. Elles devront privil6gier les de la "licence professionnelle": effectuer des b6n6voles qu'ils soient 61us, res- les connaissances et aptitudes d 6 marches ponsables d'activit6s ou adh6rents acquises personnellement au traaupres des pou- appel6s prendre des responsabi- vers d'une activit6 b6n6vole voirs publics, tenir sa comptabilit6, lit6s associatives. Une priorit6 est seront prises en compte pour pour tout cela, la bonne volont6 donn6e aux projets concernant l'accbs ce dipl6me dis la renne suffit pas. C'est pourquoi dans l'acces des femmes et des jeunes tr6e 2000. Enfin, le projet r6forson soutien au d6veloppement aux postes a responsabilit6. mant la formation professionnella vie associative, le gouverne- Autre mesure, pr6vue dans le le inclura des dispositions en ment met l'accent sur les possibi- projet de loi en discussion sur faveur des b6n6voles. g
a S..Miart-2 elle lui semble parfaitement grandes maneuvre de l'&onomie et Saiint-Barrth614my envisageable. (...) Ce rapport a &t noire4 Un rapport officiel constate la command en vue de la transformation des deux ites en pr6paration du projet de loi Poltique et parit6 paradis fiscaux. "fnstej a vraig dire d'orientation sur I'outre-mer. Dans L'Assemblie nationale a approuvb qu'une sede hkgpothase plausible de so article 32, Ie texte propose le principe dune stricte alternance financemnent kocal de Pile de Saint-Martin~ quelques "mesurettes"~ fiscales, mnais homme-femme pour les blections c'est celle qf repose sur la crdation d'une non~ pas les actions de salubrit6 aux assemblies de Polyn~sfe, place financter offshoere". Ce constat que suggbre le br~lant constat du Wallis-et-Futuna et Nouvelleinqui~tant est celui de Francois rapporteurn Le projet est Cal6donie. ILe texte sur la parity SENERS, maitre des requbtes au aniourd'hui en discussion au dans les TOM complete un projet Conseil d'tat, dasu apr Parlement.11I devrait 6tre vote d'ici de l0i ordinaire sur l'6gal acchs des remis, en d&embre 1999, an A la fin de l'ann~e. A partir de hommnes et des femmes aux secretaire d'Etat A 'outre-mer. Le janvier 2002, SaintpMartin mandats 61ectoraux et aux rapporteur exclut "absolument" cet deviendra le seul espace fotin blectives d~finitivement hypoth~se A court terme.iEn' re nun t aro et au adopt le 5 mat par le Parlement. 11
8 Le Progressiste Mercredi 2 juin 2000




DO El
Anmwiiorat on de Iemnploi
e demier tableau de bord globalement dans les quatre DOM, du Gouvemrnement par Jean-Jack mensuel concemant la la baisse atteignant 13, 2 % en Gua- QUEYRANNE, fait de l'emploi sa situation de l'emploi dans deloupe, 13, 7 % en Guyane et priorit6. II prevoit, en particulier des les DOM confirme la ten- 12,6% en Martinique. Le mime ph6- mesures visant abaisser le cofit du dance a la baisse du nomine samorce 6galement & La travail pour les entreprises, des disnombre des demandeurs R6union (- 2, 3 %). positifs de nature a favoriser l'emd'emploi enregistr6 globalement Pour l'ensemble des quatre DOM, ploi et l'initiative des jeunes, ainsi depuis sept mois. de mars 1999 mars 2000, le que l'insertion. 1
Au 31 mars 2000, leur nombre a nombre de ch6meurs de longue diminu6 dans les quatre DOM de dur6e est en recul de 4, 1 %, la dimi2,8% par rapport au 31 mars 1999, nution 6tant nettement plus prononse stabilisant 'a 206 291 personnes. c6e en Guyane (- 23 %) et, dans une....... ........
Sur cette meme p6riode, la baisse a moindre mesure, a La Runion 6t6 plus forte en Martinique (- 7,3%). Le r T~ere1i AncinRsrorTeel
(- 3,5 %) et La R6union (- 3, 1 %); Cette baisse du nombre des 2ooea la tendance 't la baisse est un peu demandeurs d'emploi, constat6e sur TL :059671 88 1iii moins marqu6e en Guadeloupe la dur6e dans les quatre d6parte- atixpmwa n6d (- 1,8 %) et en Guyane (-2, 1 %) ments d'outre-mer, intervient alors 'odaeu:ii
L'am61ioration de la situation de que le projet de loi d'orientation pour Ei : Pari Progressiste 1'emploi est particulibrement signifi- l'outre-mer est actuellement en dis- commiss 72 cative en ce qui conceme les jeunes cussion au Parlement. Vot6 en prede moins de 25 ans et les ch6meurs miere lecture par l'Assembl6e natio- Prick Fig de longue dur6e. Sur douze mois, le nale le 11 mai, il sera d6battu au Conpisation ACP 8 6 nombre de demandeurs d'emploi de S6nat les 13 et 14 juin. pri soreaux 503 30 moins de 25 ans a diminu6 de 7, 1 % Ce projet de loi, pr6sent6 au nom
doit Stre examine une dernibre fois initiative de la France allait &tre Barbade. Des repr6sentants du par le S~nat, puis 'Assemb1~e "officialisie prochainement" et qu'elle Caricom (Communaut6 des Etats devrait 6tre appel~e & statuer en traduisait, apr s l'installation du de la Caralbe) et de l'OECE dernier ressort, a indiqud le CIFAD (Centre interminist~riel de (Organisation des Etats de la ministre de I1Int~rieur Jean4Pierre formation anti-drogue,~ base Caralbe de l'Est) ont particip6 & CHEVENEMENT. 6galement & Fort-de-France, cette conference qui s'est tenue I'intir~t de la France pour la lutte les 24 et 25 mai aux Trois-Ilets. Centre caribben de contre la drogue dans la Region. Cette conference s'inscrit dans le co0p ration matritimne L'ambassadeur de France & Sainte- cadre d'une s~rie de reunions L'ambassadeur de France & Sainte- Lucie a assure, durant deux jours, destinies & d~fmnir uin profitt d'accord Lucie, Henri VIDAL, a annonc6, en la pr~sidence de la conf6rence rdgional" de cooperationn maritime"' afin marge de la conference sub- subr~gionale maritime co-~ de mieux lutter contre le trafic rigionale maritime aux Trois-llets, organise par la France, le illicite de stup~fiants provenant que la Martinique allait accueillir programme des Nations4Unies d'Am~rique latine. un "centre cariblen die coopdration pour le contr81e international des Ce projet d'accord regional devrait maritime" contre Ia drogue. drogues (PNUCID) et le PMO &tre entirin& aui cours M. VIDAL a pr~cis6 que cette (Programm management office) de d'une conference diplomatique l'Union europ~enne, bas6 & la en 2001.
Le Progressiste -Mercredi 2 juin 20009




FETE
Hommage aumx amans
de canne pour gagner sa journm6e. foyer et de la famille.
A son retour a la case, nettoyage, C'est pour vous dire toutes ces repas apres avoir tout v6rifi6. Elle est v6rit6s, c'est pour faire reconnaitre la dernmire a se coucher. publiquement au nom de M. le Maire
es tris chores C'est vous dire et vous rappeler Aim6 C6saire, la place que vous mamans, chers amis, la place qu'occupe une occupez dans la famille, dans nos
j ai le trs grand honneur de mere dans la vie de la famille. quartiers, l'exemple que vous avez
j'ai le trbs grand honneur de
representer M. le Maire de la ville de Chbre maman, est-il besoin de apport6 en participant aux c6t6s de
Fort-de-France en ce jour m6mo- rappeler aussi votre place dans le notre 6dilit6, avec son aide combien Fort-de-France en ce jour memo-11a*. rable de la F8te des Mbres. monde, vous qui tes mbre de l'Hu- pr6cieuse pour assainir, a tracer, a
C'est en son nom, au nom du manit6. C'est sur vous que repose construire, nos quartiers dans un preConseil municipal et en mon nom une vraie soci6t6, car il faut recon- mier temps. Conseil municipal et en mon nom
naitre, vous etes la mbre 6ducatrice, Ensuite, a la transformation avec propre que je vous salue et vous souhaite la bienvenue en ce lieu et pour la celle qui conseille, qui guide, qui notre jeune, dynamique, passionn6
circonstance. dirige et qui forme toute soci6t6. et d6vou6 serviteur Serge Letchimy,
Chres mamans, c'est votre f&e. Chores mamans, nous reconnais- directeur de la Semaff, notre
Chores mamans, c'est votre fete.
Mais si nous sommes ici ensemble sons que vous 8tes indispensables et conseiller g6n6ral qui s'est engag6 rassembles, en laissant de c6t6 notre incontoumrnables, de part les effets franchement vis-a-vis de la populapetit train-train, nos petites occupa- d6mographiques que vous pouvez tion, a restructurer et r6nover notre tions particulieres, c'est tout simple- cr6er suivant les moyens de vos dis- quartier, commengant par l'6coulement pour vous rendre un t6moigna- ponibilit6s dans le pourcentage des ment des eaux us6es vers le tout-anaissances, nous procr6ez et multi- l'6gout, l'61argissement des voies, ge public comme il se doit et reconnaitre la place que vous occupez pliez. etc. dans la soci6t6, dans notre societ6. Vous influencez les pays et le Chbres mamans, nous sommes
Prenons comme exemple, un ins- monde, vous engendrez les peuples. convaincus que vous allez continuer
ta, nos mr d ant-er. Vous caract6risez les peuples sui- jouer a fond votre ro1e aux c6t6s de tant, nos mbres d'ayant-hier.
Chaque enfant, tout individu se vant certaines diff6rences des foyers notre conseiller g6n6ral et de notre rappelle le r6le de leur maire a la matrilocaux. maire. Je me joins a eux pour vous
maison. Son d~vouement de tout Tout ceci fait apparaitre et rappel- souhaiter encore bonne f&e. a instant : la premiere a 8tre devout le aussi le r81e pr~pond6rant que vous jouez dans l'organisation du Leon Arnolin dbs 4heure du matin pour aller puiser de l'eau a la source, pr6parer le
petit dejeuner, le repas du midi. Pr6parer les nombreux enfants pour Max Auglac qui vient de sortir une publication: "Connaitre l'6cole et enseuite aller achever la notre Caraile" sera au stage du PPM & Trdnelle, lundi 5 luin dure joum6e chez une patronne ou 2000, A 19 h. 11 animera une conference sur la cooperation. aux champs en faisant ses dix fagots Camarades et sympathisants, venez nombreux.
Pour vous abonner Tarifs
Nom : ............................. .............. Destinations 1 an 6 mois 3 mois
Pr~nom : .......................... .............. Martinique : Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
Adresse : .................. .Abonnement de soutien 300 F 150 F
Guadeloupe et Guyane 240 F 130 F 70 F
................... .... ............ ... ................... ...................... ........................ G a e o p ee.u an.4. 1 0 F 7
Remplissez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre rbgle- Caraibe 390 F 205 F 110 F ment (cheque A I'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F
Parti Progressiste Martiniquais Ancien Reservoir France 320 F 170 F 90 F
Tr~nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F
T61. : 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax : 05 96 72 68 56
10 Le Progressiste- Mercredi 2 juin 2000




EN LIBRAIRIE
n onalistes.
es nationalistes sont tris Frieclrich List, dbs la premire moinombreux la Marti- ti6 du XIXe sibcle, contre Smith et nique. Ceux d'entre eux Ricardo avait d6montr6 que toutes qui croient en ce qu'ils les nations ont int6r~t a d6velopper disent, revent d'un projet ua secteur industriel important. Il 6conomique qui permet- s'opposa de manibre farouche a la trait a la Martinique de sortir du fameuse th6orie des cofits comparasous-d6veloppement. tifs de Ricardo qui invitait certaines
S'il est parfois difficile de savoir nations a se sp6cialiser dans l'agrice que chacun entend pr6cis6ment culture, alors que d'autres se sp6ciapar l'expression "sous-diveloppe- liseraient dans l'industrie, au prtexte ment", grosso-modo, on considbre que, la logique avait d6montr6de
metgos-modo, on consid~re9
qu'une 6conomie est d6velopp6e manibre presque irr6futable que le lorsque les secteurs agricole, indus- commerce international organis6 sur triel et commercial sont en situation une telle base serait un jeu a somme d'interdependance et produisent suf- Christian Louise-Alexandrine positive, c'est 'a dire que tout le monfisamment de richesses pour finan- de y gagnerait. cer le fonctionnement des activit6s Avant Marx, List "savait" qu'il non marchandes (6ducation, sant6, rique. ne fellait pas confondre les choses arm6e, police, justice) et les princi- La victoire du lib6ralisme fut de la logique et la logique des pales infrastructures (routes, ports sans partage. Si on laisse de cOt6 la choses. a6roports) necessaires au bon fonc- parenth6se douloureuse oi l'aile la En th6orie, c'est vrai, on tionnement d'une 6conomie mon6- plus radicale de la gauche essaya de d6montre math6matiquement que la taire da production. mettre en place un mode da production sp6cialisation intemationale permet
En 6conomie, avec les mercanti- sovi6tique- I'Humanit6 vit sous le d'augmenter la richesse 6conomique listes et les physiocrates, on peut joug de la pens6e 6conomique lib6- mondiale consid6rer "en gros", mais vraiment rale depuis maintenant un peu plus Mais en pratique, les pays sp6cia"en gros" que les premiers th6ori- de deux sibcles. lis6s dans l'industrie deviendraient ciens en 6conomie politique 6taient La domination id6ologique du les maitres incontest6s du monde sur des nationalistes au sens oit leur lib6ralisme est telle, que des nationa- le plan politique. pr6cccupation principale 6taient de listes, parfois bien intentionn6s Or List qui s'int6resse a l'conotrouver les meilleures solutions pour reprennent de manibre la critique des mie politique (rien a voir avec la pr6enrichir leur nation.. poncifs les plus 6cul6s du discours tendue science 6conomique) ne veut
Dbs le XVfie sibcle avec Adam 6conomique dominant. pas que sa nation soit domin6e poliSmith, puis au cours du premier Ainsi, la 16gende selon laquelle le tiquement. I1 r6clame, pour elle aussi, quart du XIXe sibcle avec Ricardo et taux d'int6rt et la fiscalit6 seraient l'instauration et la consolidation
- dans une moindre mesure Jean- des variables pertinentes pour expli- d'un secteur industriel. Baptiste Say, la pens6e 6conomique quer l'incitation a investir dans le List est connu comme celui qui a nationaliste fut vaincue sur le plan secteur industriel par des entrepre- insist le plus sur une v6rit6 6 6menth6orique, ridiculis6e, puis ignor6e neurs potentiels. taire : pour d6velopper une industrie, totalement. Or en 6conomie, les nationalistes cette dernibre doit b6nficier d'un
Karl Marx fut de ceux qui contri- ont parfois des choses int6ressantes protectionnisme 6ducateur.
bubrent le plus a l'61imination de ce a dire. C'est-a-dire, qu'au d6but, cinq, courant de pens6e sur la scene th6o- Le plus prestigieux d'entre eux, dix, quinze ans,. cela d6pendra de la
Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000




branche d'activit6, des droits de bien des pays industrialis6s. peut se passer des services d'un saladouane sont indispensables pour for- Mais, -et c'est la raison pour ri6, il le fait alligrement. C'est sans tifier les industries naissantes et les laquelle il devrait mobiliser l'atten- aucune espece d'h6sitation que nos preparer at se positionner sur le march tion des nationalistes martiniquais- entrepreneurs feraient appel a des international, a armes 6gales avec les "List est toujours favorable a 1' ilar- boeufs ou a des chevaux pour r6aliser vieilles industries qui occupaient gissement de la consommation de le travail que font en ce moment les d6ja' le march6. masse dans laquelle il voit une prd- 8tres humains si c'6tait possible.
Car, il ne faut jamais l'oublier, condition ndcessaire ividente du Quand du point de vue des traList n'6tait pas de ceux qui sontpr8ts ddveloppemert industriel"'( Emma- vailleurs et des politiques les a gaspiller les deniers publics, abais- nuel Todd, pr6face du livre de List). emplois ne sont pas cr6es en quantit6 ser le niveau de vie des consomma- En cette annse 2000, il faut rap- suffisante, il faut constater que les teurs pour soutenir contre vents et peler cette v6rit6 6conomique 616- entrepreneurs priv6s n'ont pas de mar6es des chefs d'entreprises mentaire. raisons objectives de cr6er des incomp6tents. Oui aux subventions Ceux qui, plus ou moins de bon- emplois. pour aider un industriel A s'implan- ne foi, s'imaginent que le d6velop- Alors, les politiques doivent ter, se renforcer sur le march6 national pement industriel de la Martinique intervenir pour inciter le secteur priv6 et international. passe par une diminution de la a effectuer d nouveaux investisseNon a la distribution de l'argent consommation des masses popu- ments en esp6rant qu'ils seront cr6apublic a des entrepreneurs qui pren- laires se trompent tris lourdement. teurs d'emplois durables. nent le risque de sa lancer dans une Ceux qui, en plus, pr6tendent Quelles interventions? activit6 sans proc6der it des calculs r6duire les avantages sociaux des A la Martinique, il existe des 6conomiques 616mentaires pour salari6s peuvent etre consid6r6s besoins objectifs en criches, en savoir quelle quantit6 produire pour comme de vrais gredins, surtout s'ils lyc6es. Il y a des colleges, des 6coles 8tre viable, quelle autre pour 8tre sont d'origine populaire. at restaurer. Des routes nouvelles rentable. L'id6ologie lib6rale souffle telle- sont par endroit necessaires.
List n'a pas tout dit. 1 n'est pas le ment fort 't la Martinique en ce Dans la conjoncture actuelle, ilI d6tenteur d'une VLRITE cono- moment que l'on a vu des milliers faut surtout miser sur les investissemique quelconque d'entrepreneurs ind6pendants d6filer ment directs publics qui m6caniqueII a pratiquement tous les d6fauts dans les rues de la capitale au pr6tex- ment devraient entraminer des invesintellectuels de son 6poque. On peut te qu'ils seraient 6cras6s par les tissement indirects dans le priv6. comme pour changer d'air lire son excis de l'Etat providence. Encore faudrait-il encore que le Systhme national d'6conomie poli- C'est parce qu'ils paient trop secteur priv6 puisse miser sur l'existique, qui tout en 6tant de la premiere d'imp6ts, trop de cotisations sociales tence d'une demande solvable lemoiti6 du XIXe, et donc dat6 est que nos fameux travailleurs ind6- v~e et p6renne. souventtrbs instructif.. pendants seraient dans l'impossibilit~ C'est dire que tous ceux qui penCe qui gene le lecteur martini- de crier des emplois. Les pauvres sent qu'une 6ventuelle industrialisaquais de l'an 200, c'est que comme chdris. tion de la Martinique passe par une Engels, l'ami de Karl Marx, "il ne Depuis quand au sein d'une 6co- reduction de la consommation des reconnait pas le droit a l'existence nomie mon~taire de production, le masses n'ont pas vraiment de projet des petites nations". r61e des entrepreneurs priv~s serait-il industriel.
QUand on sait que par petites de cr6er des emplois ? A moins que, pour industrialiser nations, List faisait r6f6rence it des Le r61e des entrepreneurs est de la Martinique, ils trouvent quelque pays comme les Pays-Bas, le Dane- produire des biens et des services. pertinence it la mode de production mark et la Belgique, on peut tras Si pour ce faire ils embauchent sovi6tique ? ais6ment deviner ce qu'il penserait des hommes et des femmes, tant L C. L.-A.
de la pertinence d'une expression mieux pour les travailleurs et pour Le 29 mai 2000 comme "6conomie nationale marti- les responsables politiques qui, pour la niqUaise". plupart pr6firerait exercer leur rle List Friedrich Systme
Passons. Les plus grands esprits au sein d'une 6conomie de plein- nain. .c mi p t, sont toujours capables de profrer emlploi.
des sottises. Mais tout le monde sait que Paris, Gaiimard, Coil. Tel,
Le Danemark, et la Belgique sont chaque fois qu'un entrepreneur priv6
12 L progressiste Mercredi 2 juin 2000




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EHH3LBLLP_C89YOZ INGEST_TIME 2017-04-14T18:10:29Z PACKAGE AA00053606_00269
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES