Citation
Le Progressiste

Material Information

Title:
Le Progressiste organe du Parti progressiste martiniquais
Creator:
Parti progressiste martiniquais
Place of Publication:
[Fort-de-France]
Fort-de-France
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
weekly
completely irregular
Language:
French
Edition:
2000, May 25, no.1781
Physical Description:
v. : ill., ports. ; 38-45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )

Notes

General Note:
Description based on: No 1039 (25 Avril 1984); title from caption.
General Note:
subtitles varies

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
UF Latin American Collections
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
029299668 ( ALEPH )
14196110 ( OCLC )
87642378 ( LCCN )
Classification:
324.27298/206 ( ddc )
JL839 .A8 P767 ( lcc )

Full Text
La 9 l n c4 ee Martiniquec s e ta a'
S A ^A R E
I /6
~~1UI~ke1 YVON PACQUIT FRANOI S VALLADE fl Faut-il discuter
avi-aneJeanne 7 6"
meqpme y u
. .... ..... ran ..M
Dans 1' editorial, notre Secrdtaire G neral ...Yvon+ Pacquit rappelle pourquoi votre A s au ....leader, Aime cesaiA prps de re, a eu raison,. en lic 3:MM I 971 derappeler caile ,Darsieres I comment la comme. expiqu Des I morationdu 22mai rasn dela tait +importante+
r~tiencepour la construction
page 6ii~i~i+ d e nore avenr.
~I!
L vo -Pacquit 9vec Aims CF~saire.
Hommage+.... -. Tous les dimanches
r ichadPilibert dans le cadre de l'mission
*n Uqitt6 ..Du Tac au Tac"
-- i0jiiio6.8 De11b!12h3O'L++ +5




II/falait quan d mi me
qu'iI un 22 mal
e 22 mai 1971, Aim6 tionnistes frangais et parmi eux, celle C6saire et le PPM toute particuliere du grand abolitionconviaient le peuple niste et humaniste Victor Schoelcher. martiniquais a se r6ap- Dans le meme temps, les forces proprier et surtout, t r6actionnaires et esclavagistes se comm6morer plus large- sont appliquees, bien apres l'6manciment, plus massivement, l'important pation, 'a v6hiculer une vision n6gatiepisode de notre histoire que consti- ve et devalorisante des ev6nements tuent les 6v6nements du 22 mai du 22 mai 1848, en mettant notam1848. ment l'accent sur les 6pisodes les
1971, c'est-h'-dire, faut-il le rap- plus dramatiques et sanglants de cetpeler, une epoque out la r6volte des te r volte.
esclaves qui a amen6 le gouvemeur C'est pourquoi il est fondamenRostoland 'a proclamer l'abolition tal pour nous PPM, de nous souvenir anticip6e, le 23 mai 1848, n'occupait que la libert6 est aussi survenue de la qu'une fort d6termination, de modeste place l'audace, de dans notre m6moi- celles et de ceux re collective. qui, en MartiEt c'est un nique, 6taient
fait que pendant -d6cid~s en finir tr~s longtemps, avec 1l'intol6rable pendant plus d'un / n6gation de leur
si~cle, nous humanit6.
n' avons collecti- ..De leur refus vement retenu de se satisfaire pour l'essentiel, d'une libert6 simparmi les facteurs plement octroy6e, conduisant a du refus aussi de l' abolition, que s 'en remettre at un l'action des aboli- hypoth~tique et
Yvon Pacquit avec
Aim6. C .saire" le 22 mal,
une n~cessitM.
2 Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000




d6finitif triomphe de la R6volution I Frangaise de frvrier 1848. 22,MAI 2000
Ce que r6sume fort pertinem- Le PPM a Tr6nelle
ment ce mot d'Aim6 C6saire que Ce 22 mai 2000 n'a Aim6 C6saire et Pierrei "Malgre" le d&ret du 4 mars, malgre pas failli a la tradition. Aliker se sont attach6si Autour d'une foule de a* rappeler aux Promilitants et de sympa- gressistes leurs orien-i meme qu' il y eut un 22 mai~t ,,
q thisants, le comit6 tations premieres.
Toutefois, ce devoir de memoi- national au grand Pour le Dr Aliker, il re, d6sormais inscrit dans notre complet a assist6 a* la nous faut aller jusqu a conscience collective, doit pouvoir messe c6l6bree a la l'autonomie, il nousI trouver son prolongement naturel cat6drale de Fort-de- faut nous mobiliser France des 8 h. afin que nous prenionsi mergence d evoir A 9 h, un cort6ge dense nos affaires en mains. tif, tout aussi essentiel le devoir a converg6 vers la pla- Et c'est seulement d'esp6rance. ce du 22 mai aux quand nous serons
Une necessit6 fondamentale. Terres-Sainville. aux commandes, que Celle qui doit nous amener a: Place du 22 mai, une les choses changeront prendre encore davantage conscien- gerbe a d6pose vraiment.
par Aim6 C6saire, Aim6 C6saire s'est lui ce de 'existence dun peuple arti- pre-fondateur du Par- attach6 a rappeler que niquais, d'une nation martiniquaise ti progressiste Martini- si I'Afrique est le point avec son identit6, son droit a l'auto- quais, accompagn6 de d6part, nous d6termination et a faire valoir ses pour occasion par le devons, sans l'oublier, int~rets propres. Dr Pierre Aliker. nous tourner vers D'ns leurs allocutions, d'autres esp6rances. Et cela, pour nous Progres- Selon lui, il est sistes, passe aujourd'hui, faut-il le n6cessaire de se rappeler, par l'accession de notre I souvenir pouri Martinique a un statut d'autonomie, I savoir d'oii nous dans le cadre de l'Etat de droit qu'est i eos pour i mieux tracer
la R~publique fran~aise, mais 6gale- I norsilnfti ment dans l'ensemble que constitue I etl dvird l'Europe, r6paration vienEt soyons convaincus que c'est dra de nouspar notre d6termination, notre pers&-mme v6rance, notre travail, notre audace, bref, par notre imagination et notre i capacity d'invention que nous pour- i rons cr6er les conditions du meilleur iLe Symbole de 6panouissement de la Nation marti- I' nlore lutte, niquaise, u Yvon Pacquit j! hokho phaqu
Secr~taire General du Parti J annae honoree a ITrnelle.
Progressiste Martiniquais I ..
Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000 3




PAR FRAN;OIS VALLADE
Faut-i discuter
avec Marile-Jeanne?
ous nous sommes nationale du peuple martiniquais), les autres forces de l'autonomie
oppos6s ai toute discus- c 'est &re sinon un nationaliste, en puis remonter tape aprs tape aux sion avec Marie-Jean- tout cas un fervent d6fenseur de la elements les plus complexes qui ne parce que Marie- nation martiniquaise, c'est ne pas nous divisent ; et enfin considrer Jeanne s'est dabord etre "un godillot" de tout gouveme- mutuellement que la r6solution de oppose a toute discus- ment socialiste mais seulement un chaque 6tape est un acquis d6finitif sion avec nous. II l'a fait spectacu- ami critique, cest mettre en priority qui nous unit. lairement en d6chirant avec des propos l'int6r& gtn6ral martiniquais plut6t I1 faut donc n6cessairement envimeprisants, le rapport Lise/Tamaya, que des consid6rations d'ambitions sager une discussion avec A.M.J., en supprimant avec propos insul- personnelles aussi nobles soient- mais discussion n'est pas alliance tants "le Congres" au moment du elles, c'est etre autonomiste. Bref, il immediate. Rappelons qu'il faut vote 'a la R6gion, et enfin en d6non- faut tre cesairien pur sucre. Tant consid6rer un processus de dialogue, 9ant 'a la tribune de l'assemblee que tout successeur potentiel n'aura pour ne pas dire dialectique, et que nationale le projet de loi ceci pas fait la preuve de ces valeurs, la methode a son importance. I1 faut accompagne traditionnellement de C6saire devra rester 1a oii il est (fer- poser les vraies questions quel est quelques propos insultants 'a 16gard mons la parenth~se). l'objectif de chacun ? Quels sont les de Martiniquais : "btards, thurife- Pour revenir 'a la question posee 616ments simples convergents, et les raires outre-mer, marionnettes". en titre, apres avoir dit tout ce que je 6l6ments divergents ? Jusqu'oii Disons au passage que C6saire n'a pense 'a l'egard d'A.M.J., je congois peut-on envisager de faire un "bout jamais fait 9a: aller devant un "papa qu'on ne peut garder la meme attitu- de chemin ensemble" pour faire blanc" lui tenir des insultes sur ses de une fois la loi d'orientation vot6e. avancer la Martinique ? Y a-t-il une propres compatriotes. Cest hI la res- I1 y une distinction 'a faire entre garantie de part et d'autre de stabilit6 semblance avec le comportement avant et apres le vote de la loi. Des- et d'honnetet6 intellectuelle pour ne dun ren~gat, auquel cas c 'est cartes disait, dans le Discours de la pas fausser le processus en cours de indigne. mdthode, que "le bon sens est la cho- route ? S'il sagit, en effet, de tirer
Ceux qui affirment que C~saire se au monde la mieux partag~e". Je dans des sens diam6tralement oppoest d6pass6 pour pr~tendre lui succ&- reprendrai cette formule pour dire s~s, de remettre sans cesse en cause der ne sont pas hi la hauteur ni de que le "bon sens est ce que les les acquis de la discussion, ou de l'homnme ni de sa sagesse. La Marti- hommes ont le plus en commun au- contester en cours de route la m6thonique sera assur~ment orpheline de delh de leurs divergences aussi fron- de utilise depuis le d6but, il est bien ce grand homme s'il venait t tales soient-elles. C'est parce que 6vident que cela ne nous emmbnera prendre sa retraite politique. Je crois nous avons le bon sens en commun nulle part. pour ma part qu'il devra rempiler que l'espoir est reel" espoir de trouver Cela 6tant, le PPM ne peut pas encore une fois hi la t~te de la capita- une solution, une synth~se ou un prendre ce pr6alable comme pr~texte le si les conditions de dignit6 ne sont compromis i nos divergences. Cest dun refus i priori denvisager une pas garanties. Ce que j'appelle "les une affaire de m~thode (d'oii le titre de discussion avec A.M.J. et toutes les conditions de dignitY" cest avoir une cet oeuvre grandiose de ce grand phi- forces plus ou moins autonomistes sagesse personnelle et philoso- losophe). Se dire "qu'on ne peut de la Martinique. Mais avant d'enviphique, cest &re un homme de cultu- gagner tout seul" c'est pr~cis6ment sager une d6marche unitaire extemne re qui a d~jhi ceuvr6 pour la Marti- ob~ir hi notre bon sens. Quelle serait avec A.M.J. et les autres, il faut comnique (produire des oeuvres 6crites la m~thode ? Ce serait par exemple mencer par envisager une d6marche en histoire, litt6rature ou philosophic partir des 616ments les plus simples unitaire interne. Certains 6voquent la qui ont fait avancer la conscience qui nous accordent avec A.M.J. et n~cessit6 d'une convention s'il
4 Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000




sagit de trouver une synthese d'unit6 HOMMAGE c'est excellent. D'autres 6voquent
un Congres de la clart6 : cest aussi Phlibert nous a quitt bon. Mettons surtout le texte du
manifeste en discussion au sein du vo sa silhouette 11 a fait du Centre Cultur parti. En effaqant une ligne, deux fin&, fragile, certains mots et trois virgules (un amende- auraient pu douter de Marie Serrault, un lieu d'accueil de ment mineur), je pense que nous la force que portait tout d6sespoir main la recherche pouvons tous le signer. Laissons pas- en lui notre ami main, d'une voix, d'une 6coute... ser le vote d6finitif de la loi d'orien- Richard. Cette force Mais, il en a aussi fait un lieu initiatation afin de ne pas tre pris en por- commande par la bontW, la soif de tique d'expression de tous et des te-a-faux des divisions %" venir servir, d'tre a la disposition de tous et u ads.. d u Un acteur du
(internes comme extemes) a ce sujet. surtout des plus humbles, il l'a mise au d veloppement culturel et Ensuite le Secretaire general, avec service de la culture, d'une tradition, social du Sermac est tomb
l'esprit d'autorit6 et d'autonomie qui du combat pour l'identit6. I1 l'a c em am en chemin
le caract6rise, doit s'entretenir en consacr6e A une population, "a une tte-h-tte avec Camille Darsieres communaut6, celle de Dillon pour faire le point et repartir sur des Une chaleur humaine rique du 22 mai, Richard a fait le pari (reussi) avec ses amnis, qcet bonnes bases. I1 faut travailler avec vient de s'eteindre date soit 6galement c61Ibrc e
Camille Darsires, premier signatai- Au-dela de Dillon, cette grandeur Dillon. re du manifeste et les camarades qui d'ame, impliqu6e dans la vie de son I1 nous a quitt6 en plein Mai de
lui sont proches, autrement le PPM pays, s'est investie dans la lutte pour va dans un mur. que se maintien Ient les fragiles Dillon, comme si le sort li e
Renforce par ce principe dunit6 racines culturelles 'qui nous relient a d6de ux mlans auxisacrifils interne, le Secr6taire gen6ral pourra notre histoire et h notre passe, comaussit6t envisager d'6crire A.M.J. et me membre du "vdhicule identitai- qui, en l'espace d'une vie, ont su faire don de soi, souvent au d6triment
les autres forces d'autonomie pour re", qu'est la musique traditionnelle. une premiere prise de contact tout a Un "danse 1'" des siens. fait formelle sans en venir au fond nous a quitti Militant progressiste d6vou6.
Dillon a perdu un fils ; laMati
histoire de fixer un calendrier et de Homme simple, au sourire ter- illon a per us ; not d6blayer un peu le terrain. Une d1l- nel, Richard, fidle aux valeurs nique, un de ses acteurs ; nous avons gation unie, digne et responsible, inculqu6es par Ainm6 C~saire, t su r perdu un ami. conduite par Yvon Pacquit, et com- allier action cuiturelle et action SeoeepiCer Letchimy pos6e des sensibilit6s, pourra mener sociale, mettant l'une au service de Fort-dc-France, le 22 mai 2000 et aboutir ce travail avec rigueur et
determination,
Que le Congr~s soit adopt, alors il faudra bien trouver en son sein un ... large consensus pour laccession h l'autonomie de notre pays ; que le Congrbs soit rejet6, il sera d'autant plus n~cessaire de d~gager une
majorit6 transcendante dans le pays
pour proposer un projet "d'autonomie" au gouvemement. En tout 6tat
de cause, on ne pourra pas faire
l'6conomie d'un dialogue ouvert
dans le pays. UI
Franjois VALLADE 102 IIJQQ '
Le Progressiste -Mercredi 25 mai 2000 5




CAMILLE DARSIERES A PROPOS DE L'ARTICLE 39
Les reasons
do ma rq ticence
a solidarity avec un gou- remettre h la presse ; et, en l'occu- l'Assemblee unique le Conseil vemement ne saurait rence, a ce qu'a ecrit le journal constitutionnel en dcida autresignifier all~geance, h "Le Monde", la date du 6 avril ment.
tout prix, l'ami v6ritable demier: I1 ne faut pas commettre les etant celui qui n'hsite "La religation en fin de texte memes erreurs ; car, le vote d'un pas aviser de ce qu'il des mesures d'ordre institutionnel texte aussi politique mis & nant pense tre une erreur. Alors je rdpond au souci de Monsieur sans appel, drmobilise les veux dire pourquoi la redaction Queyranne de ne pas focaliser le citoyens et reporte toute avanc e actuelle de article 39 du projet d~bat> sur la question statuaire. aux calendes. Depuis 18 ans, de loi d'orientation me semble Elle correspond aussi au fait que l'Assemble unique vit, outredevoir etre abandonnee. la principale disposition de ce mer, en tant que fantasme. Qu'il
Bien entendu, je suis de ceux volet, de loin le plus sensible, a n'en soit pas ainsi de la ncessaire qui applaudissent la rencontre re~u, jeudi 30 mars, un avis nega- et urgente rencontre des deux colde deux collectivit6s coexistant tifdu conseil d'Etat (...)" lectivit~s territoriales de l'outreoutre-mer sur un meme territoire. Des lors ma reserve. mer. Elles doivent se rencontrer, non J'appartiens cette g6neration Ne comptez pas sur moi pour pas comme cela, a l'origine, avait qui vecut, en novembre 1982, la enumerer ce que je crois pouvoir et6 prevu, pour parler de tout et de grande deception de la disparition tre des failles de l'article 39 et rien, mais pour mettre a plat le dans la trappe de l'Assemble alimenter les adversaires. Par probleme institutionnel et, unique. Alors aussi, suite h une contre, cherchant are construensemble, 6noncer une perspecti- consultation du Conseil d'Etat, le tif, j'ai fait une contre-proposive sous forme d'un avis sou- gouvernement avait cru la par- tion, dont je parierais gros qu'elle mettre & consultation populaire. faite consti- n'a ni t comprise ni peut &tre
Le projet de loi d'orientation tutionna- mame 6t objectivement lue par envisage la reunion des deux lit6 de les politiques. Cette contre propoassembl6es locales en Congr~s, sition fait le choix entre deux ce & quoi de prime abord, j'ai fa~ons de provoquer la rencontre totalement adhr6, en v6hiculant des assembl6es: l'id~e sans reserve. Puis le ou bien la rencontre se fait Conseil d'Etat a donn6 un avis. dans une structure sp~cifique et
Quel est cet avis, C'est l'Arl6- elle courra le risque d'&tre d~finie sienne. Or, ce qui caract~rise troisibme assemble, pr&ant le l'Arl6sienne, c'est que tout un fianc h l'inconstitutionnalit6 ; chacun peut La d6crire & son gr6, ou bien la rencontre a puisque, par d6finition, elle ne se lieu dans le cadre de l'orgamontre jamais. Cette cachotterie nisation d'un lieu comdu Conseil d'Etat est regrettable, mun et l'id~e mame car son avis aurait 6t6 du plus d'une troisibme assemgrand int6ret pour 597 d~put6s, bl6e sera 6vacu6e. outre les s6nateurs.
Je ne peux donc que m 'en Camille Darsi~res
6 Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000




Le texte faisant le choix de la VISITE
simple organisation d'un travail Li commun, si les responsables de LaSocopma visite la SECI ce choix avaient des comptes a oixante agriculteurs de la en fonction des besoins de la culrendre aux peuples d'outre-mer, Socopm cooperative de ture. En outre, une presentation auraient dfi ere la base d'une maraichers, ont visit6 la Sta- du materiel d'irrigation automatiremise a plat de l'id~e. tion d'Essais en Culture frriguee se, des asperseurs, et d'irigation
Je ne dis pas que ce texte aurait (SECI) du Conseil General, installee localisee a eu lieu.
di &re en tout point repris, mais Sainte-Anne; Cette rencontre entre dans le c'est lui qui aurait fait l'objet Cette visite etait menee par cadre des mission de la SECI qui d'amendements, par le motif, Olga Delbois, 4e vice-president portent sur l'exp~rimentation et la necessaire et suffisant, que c'est du Conseil Gen ral, et par Garcin diffusion des r sultats aux agnlui qui s'carte le plus, par d6fini- Malsa, conseiller general et maire culteurs dans le domaine de l'irrition meme, de l'ventuelle censu- de Sainte-Anne;Les adh6rents de gation en appui au dveloppere du conseil consittutionnel. la Socopma Itaient accompa- ment agricole du primtre irriJ'ai maintenu ma contre-pro- gnesde Philippe Pinceau-Cluser, gu6 du Sud-Est de la Martinique. position, car c'est, pour moi un responsable technique de la Cette visite entre 6galement devoir de conscience. cooperative. dans le cadre des activits de la
Je souhaite profond~ment que Les participants ont visit l'en- Socopma dont les attributions ce qui sortira des d~bats soit semble des parcelles d'essai en principales sont la distribution de effectivement viable ; et garantisse cour et ont et6 inform6s sur le produits maraichers et le soutien que Conseil General et Conseil r6le des facteurs climatologiques technique aux agriculteurs adh6Regional en Guadeloupe, en et le calcul des doses d'irrigation rents.E Guyane et 'a la Martinique, soient
en mesure de se rencontrer; que
toutes les ides puissent s'affronter- ; qu'il en sorte pour mon
malheureux pays une perspective
positive et durable.
J'y euvrerai vous le savez, R pour que l'61u d'outre-mer, choisi et contr61 par les peuples, se voit "l reconnaitre le droit de g~rer l'in-4 t6gralit6 des affaires propres et sp~cifiques ht son territoire. C'est
d'Autonmie qu' il s' agit. De l'Autonomie dans le cadre de la R~pu- )'F )t6 blique fran~aise, Etat de droit.uI1
Camille Darsieres
Pour vous abonner tTarifs
P M tiiu:A onm n sipe20F 10F6Nom : .................................................iDestinations 1 an 6 mois 3 mois
Guaelup etGyn 240 F 130 F 70 F IRemplissez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre r~gle- Carib 39 0 1 __________________________ment (cheque & I'ordre du PPM) au Ruin430 F 230 F 120 F I Parti Progressiste Martiniquals Ancien R~servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr~nelle 97200 Fort-de-France UA445 F 235SF 130 F
Tel. : 05 96 71 88 01 1Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 0596 7268 56
~~Le Progressiste Mercredi 25 mai 2000 ,




Le tourisme dants le Nor d
A 'hon neur
ans le cadre de ses d'offrir aux visiteurs des provisites de terrain duits de qualit6. En cours au m e n s u e e s Carbet: le projet coeur de yule I'ARDTM s'est ren- qui devrait dynamiser les seedue le jeudi 18 mai teurs du commerce et de l'artisadans les communes nat, les visites guid6es, les points de Carbet et Case-Pilote. Menee d'information et points de vue, par Claude Cayol, President de le fleurissement et la restauration I'ARDTM, la d61egation etait de sites culturels et un projet pricomposee de M. Buisson pour le ve de parc "Aqualand". Conseil regional, de M. Clouet, A Case-Pilote, l'am6nagepour le Conseil general, de ment du calvaire et un projet Mine Dulys pour le deput6- ambitieux de parc historique maire Pierre Petit, de Mme avec mise en valeur des sites, Coursil pour la CCIMM, reconstitttions et spectacles de M. Coppet pour la impliquant toute la population FMOTSI, de M. Volny-Anne Pilotine. pour le CAUE, de M. Conrad Sur le terrain, la d6l6gation pour I'ODTM, de M. Vin- Claude Cayol, Pr6sident de l'Agence s'est rendue au Carbet, t l'Habicent pour le PNRM, de M. Tesson Rgionale de D6veloppement tation Dariste, Nt l'Habitation pour 'ONF. Elle a pu rencontrer Tourisme de la Marinique: Anse Latouche et au restaurant les maires M. Lecurieux-Laffer- pointer les efforts 6 faire pour L'mru A as ronnay, maire du Carbet et M. p r le e repr6sentants du Maire ont pr6Varsier, maire de Case-Pilote et sent le site du Calvaire et celui leurs adjoints respectifs M. d 'fi ed o rs e Fedronic et M. Ducros, la Pr6si- notamment porter sur les projets dEnOfied tournisme.6,1s dente de l'OT de Case-Pilote, dammenagement et d'animation E ot ovvai6 ls Mine Sainte-Rose et M. Jean- touristique des communes, sur les mnstitutionnels et professionnels ont pu poursuivre le dialogue sur Michel, President du SI du Car- efforts i consentir pour rattraper le terrain de fa~on t mieux faire bet et les professionnels du touris- le deficit de la c6te Cara'ibe en cnateluspoesrsetf me de ces deux communes. mati~re de d~veloppement touris- donte d eeloppem ets rsptiques
Le d6bat qui s'est instaur6 a tique et la volont des communes
'Pour vous abonner Tarifs
SNom:" Destinations 1 an 6 mois 3 mois Prenom : .............................................. Martinique Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
Adresse Abonnement de soutien 300 F 150 F
Guadeloupe et Guyane 240 F 130 F 70 F IRemplissez ce bulletin et retournez-Ie accompagn6 de votre r~gle- Caraibe 390 F 205 F 110 F ment (cheque & l'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F Parti Progressiste Martiniquas Ancien R6servor France 320 F 170 F 90 F
Tr~nelle 97200 Fort-de-France USA 445SF 235SF 130F
Tel. :05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160F
~~Fax. : 0596 7268 56
8 Le Progressiste Mercredi 1:3 mai 2000




Paroles d'im ages
h le cinema, la belle Loin de toutes analuses socio-- Va-t-on au cinema comme l'on
invention Si nous logiques, de toutes critiques posi- va dans une grande surface? Si remontons le tives ou negative, tragons c'est le cas, le cinema n'estplus temps, dison au ensemble un panorama du cinema qu'un paquet de lessive et je me debut du siecle der- actuel, plus precisement de la dif- refuse a cette idle, j'avoue je nier, nos encetres fusion, car elle a une repercussion suis un peu dure il est important les gaulois y allais pour se diver- non negligeable sur celui-ci., de le dire. tir, pour les actualit~s et d~couvrir Bien au-del des genres et des I1 ne s'agit pas de mettre cin&le reste du monde, c'6tait le ren- styles, la diffusiont se partage en phile et cinephage dans le mmre dez-vous des privilegies d'une deux groupes biens distincts, le sac. Toutefois, vous serrez d'acsoci&t6 loin de soup~onner ce rseau commercial et le rseau art cord avec moi si je vous dis que qu'est devenu le cinema aujour- et aissi (l'autre cinema). le cinema nous le rend ien, je d'hui. En un siecle, voila' un art, l
le sptimequia 6olu et Le reseau commercial se dis- m'explique: le septi~me, qui a e volu:6 et '% contribue i l' mancipation des tingue par des films a grand spec- "I1 est tout fait normpal que peuples en dveloppant des tacle, realisateur connus et vivant dans un monde oii les nougenres et des styles qui font rover acteurs de renoms, velles technologies rythment tous les hommes de notre planete. Ce reseau de diffusion est notre vie 'a la cadence de 24
Evidemment, c'est un soupcon construit et se base sur le model images par seconde, 1i oi notre de m~lancolie et le vent en poupe americain, haut lieu de la r-alit6 passe n'appartient plus
qui me pousse 'a vous parler du consommation et du diversitte- qu'at nos raves, 1a ou notre vie cin6ma, de mon cinema, de celui ment a* tout va, i'estauration et n'est plus que fiction, oui, il est
que l'on va voir pour se divertir autres font de ces lieux un point devenu normal de voir les buluniquement ou les seules nourri- de rencontre inte9,g"n~ration et ding exploser, de voir les avions tures stimulantes pour mes familial. se scratcher et les hommes s'enpapilles sont les images et les Ce qui est un point fort pour la tretuer pour un quelconque pousons qui vont mettre d6vers diffusion de films d'auteurs, je ne voir illusoire. nous sommes tellegrands flots par les r~alisateurs et parle pas essentiellement de films ment conditions par ce cinema, acteurs que nous aimons tant. pr~tentieux qui ont pour but de que lorsque l'on nous montre un refaire le monde, je parle de films film parlant de notre vie quotioii les seules actions sont les mires et dienne et tout simplement des les pleures. autre, et bien, 1ii, nous fuyons.
Oh miracles !! I arrive de Force de voir que nos acteurs pr&temps en temps que nous puis- f~r~s n'y sont pas, nous prenonS Lesions voir un film different dans nos pop-corn notre cou et nous
TM.:056718 ~ce r~seau, ce qui est une bonne- d~tallons dans la salle la plus Fo.:097286chose, mais pas assez, h~las proche, 1 ou il fait bon vivre parpcri~pm~~ndoofrI1 est vrai que le cinema se veut mi les explosions et les cadaves
Edieur Pati rogesssteavant tout ludique,i mais au-deli par centaine i la minute.
Matiiq~sde cette d~finition simpliste qui Vous n' avez pas tort, mais
Conssin P~itireN 7886n'est qu'un faux pr~texte afin de vous n'avez pas raison non plus !
Parik ~ragd~velopper un cinemna de quality Un effort, soyez courageux,
Coneptonr~dsatonCP 58558moyenne et base uniquement sur affrontez la tate haute la vie je Impimer;Nsomeax-50330le m'as-tu-vu, faute de scenario vous comprends il est difficile coherent, de manger des pop-corn aux
'11 I1'1 I I ''1'III II I I I! L e P r o g r e s s is te M e rc re d i 2 5 m a i 2 0 0 0 9




rythmes du "Barbier de Siberie" d'accord sur cette definition, au Meme ludique, nous savons ou de "Tout sur ma mere". Lais- risque de dsplaire : apparemment, dgja ce que nous attendons d'un sons por une fois la nourriture ter- nous aimons les memes films, pas film en fonction de son genre et restre de c6t6, et laissons-nous tous les films et pas de la meme de son auteur, du mois, on en a attendrir par ces hommes qui ont maniere. Donc, 'a chacun son l'impression. et cette vision peut tant A nous donner 'a travers leurs cinema. parfois tre rgductrice, car on ne films qui nous transportent dans Oui, vraiment, j'ai envie de s'abandonne pas au film, la surle passe. Et dans notre vie de tout vous faire partager mon cinema 'a prise n'existe plus, notre regard les jours, rendons leur hommage, moi. I1 n'est pas loi du v6tre. je d'enfant s'est attrofi6 au dtriils le meritent! vais voir les memes films que ment de notre connaissance techCela me donne envi de vous vous. Cependant, pour moi, le nique.
faire partager une de mes exp6- cinema, c'est un puissant moyen Donc, en voyant une scene h riences qui tient d'avantage de la de d6couverte, d' changes, com- grand spectacle ou tout autre effet dgcouverte. pletement interactif. Vous vous visuel, on a tendance t dire "pas
Comme beaucoup,. d'entre demandez comment regarder un mal", "peut mieux faire". Ainsi, vous, je suis all voir le film Star- film et y apporter quelque chose ? on ne se livre plus corps et me, wars. Voila' un film faisant appel La demarche ne consiste pas 'a on cherche 'a dgnouer avant la fin, beaucoup de technologies, les devenir critique, mais tout sim- a voir la diff6rence entre la rgalitg dernires et les plus pointues. En plement 'a porter son propre et le virtuel, dgcidgment, nous ne somme, on en a eu pour notre regard, ne plus tre un consom- connaissons rien au rave. I argent, plein la vue et plein les mateur passif, mais actif face a J.-M. Dorival tympans. l'cran en s'appropriant les
Mevoila' assis dans la salle, le images, les sont et les messages film commence. Je m'accroche que veulent faire passer le realisamon siege car je sais que Lucas teur.
ferra tout pour m'en faire voir et
entendre de toutes les couleurs.
Au bout de six minutes, je me Challenge 22 me suppermatie. Pour Les yoles r suis mis fire car malgr toue la Lt il tt et frn ie technologie mise en oeuvre par rasnl uestotqsinde nefsdeps Lucas, il en est une qu'il ne mai- gad oced otrI tt edmn 'pev trise pas le pop-corn surround ylsrgtn nr 'at~ rc e pin que le cingphage actuel a invent. Fa~i.Uedu olse a gad utse e il s'agit d'un son persistant qui se vntied oe nsieotani cniin caractgrise par "crac crac tin rsne. pri 'egegr cintqe tin crac!" qui vient renforcer les Pu e ~osqe qeqe on or nefti~lsae graves et les scenes les plus spec- snloeth ~e danlo~ e nvn ~uird taculaires du film. enGinloeti clseesenue fre3
Je pense que nous sommes tatecofrrIa dchlngfil.JB il
'Pour vous abonner Tarifs
i Noma : ................................................. Destinations 1 an 6 mois 3 mois
Prenom.: Martinique :Abonnement simple 200 F 110 F 60 F Adresse Abonnement de soutien 300 F 150 F I I
-GuadeloUpe et Guyane 240 F 130 F 70 F
IRemplissez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre r~gle- Caraibe 390 F 205 F 110 F.........................I
ment (cheque & l'ordre du PPM) au Re!union 430 F 230 F 120 F PriProgressiste Martiniquais -Ancien R~servoir France 320 F 170 F 90F
II
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445SF 235SF 130 F
ITe. :05 96 71 880O1 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
t ~Fax. : 0596 7268 56
| 0 Le Progressiste Mercredi 25 mal; 2000




EN LIBRAIRIE
Deux. Iires passionnants
eux livres assez dif- rages complementaires sur la
frents, mais avec nature du capitalisme tel qu'il PHILIPPE LABAHE un point commun fonctionne reellement en France IFRNAID MARI
passionnant. Les et dans le monde.'
deux ouvrages nous Messieurs Calvi et Pfister sont proposent des 6clai- precis et convaincants pour nous faire mieux comprendre comment
"L pa s des faves : le coOteux on devient un c4pitaine d'indusami e Chirac, les obligations trie en France. contestes du groupe Pinault, la Les fameu entrepreneurs LA GRANGE MANIPILATIUN c&ite des socialistes, l'art de Iouer savent s'y prendre pour socialiser .. PITS AETIUNNADE avec les chiffres, les coulisses des des pertes provoIuIes assez soucasinos du Lyonnais'
Par Fabrizio Calvi et Thiery Pfister vent par des erreurs de gestion. Aux Edifions Albin Michel. Le cas du Credit Lyonnais est trait6 dans le d6tail. Leur activit6
FABRIZIO CALVI principale est bien sir de privati- A NC THIERRY PFISTER ser les b6nefices 4ue g6n~rent tout lE ICEl de meme une economie prospere.
P-S Messieurs Labarde et Mars "a Bourse ou la vie:Iagrnde
LE RE que nos lecteurs connaissent ont manipulationdespeis entrepris de faire tomber un cer- actionnaires" Par PhilipAe DE tain nombre d'illusions chez ceux et Bernard Maris.
que fascinent la Bourse, la nou-Mh velle 6conomie, 0' est4i-dire l'enrichissement facile pour les Ces livres sont encore une mieux inform6s iet les plus rou- preuve que la pens~e critique est blards,. en train de relever la tate en FranLes m~faits des fonds de pen- ce et qu'elle fournit des armes [,m i sions qui imposent aux entre- t~ rq e epu npu fQ
prse idutrelesun lgiue tees i tous ceux qui, lucidement, l,] [q1d g financi~re du court terme sont tr~s veulent contribuer i faire naitre bien expliqu~s. une autre 6conomie. i
LePtrsit-Mrrd 5mi20 1




PROCHAINS SCRUTINS
Les chanceS de Ia gauche
sont I I
n ce moment, tous 1is drier electoral. gine mal Philippe Seguin qui sera 6tats-majors politiques Le dernier tiers temps qui sera fortement soutenu par tous les ennemis sont compl~tement enga- normalement consacr6 aux lgisla- de Chirac, qui sont a droite, ne passe ges dans la preparation tives, ne pourra qu' tre la confirma- mettre en campagne pour son propre
minutieuse de l'lection tion des r6sultats du second. C'est compte. Et contre Chirac.
presidentielle qui, norma- un peu la regle sous la Ve R6pu- D'oi l'importance, pour la
lement, devrait se tenir en 2002. blique. gauche, des 6lections dans les autres
On sait que cette pr6sidentielle se On voit donc l'importance cru- communes qu'elle aborde dans des jouera en trois tiers temps. ciale de l'6lection 't Paris, oui, r6p- conditions optimales.
Le premier tiers sera consacr6 tons-le, on se dirige vers un affronte- Le renvoi des ministres du gouaux 6lections municipales de 2001, ment classique droite/gauche au vemement jospin 1 qui semblaient en particulier 't celle concemant la second tour. avoir requ pour mission de d mobilimairie de Paris. Si pour la droite, une victoire de ser les militants de gauche est un
Les rodomontades de Pasqua, les la gauche 't Paris signifie la d6faite atout important entre les mains du
gesticulations de Bayrou et de certaine de Chirac au prochain scrutin deuxieme gouvemement qui aura Madelin ont pour l'instant une seule presidentiel, la conservation de la davantage besoin du soutien des fonction" faire monter les enchres mairie de Paris avec Seguin t sa tate militants que de celui des marches pour en d6finitive soutenir tr~s forte- laissera les chances de la gauche financiers. B ment Seguin qui a 6t6 nomme, comme entire pour 2002, puisque l'on imapr6vu, candidat unique de la droite contre Delanoe.
Pr~enieu mispasfoslesdi.. swr une affaire Mexne Jacques Chirac, dtinsultes
Pr6tentieux mais pas fous, les diffentes composantes de la droite du momet gaulliste patent sest et dinjures savent maintenant que leur interet cmrd rn&i uor~hi ec ~a asnte bien compris est de tout faire pour Viaepr ~ngueeetfa~i as utu eatd que la mairie de Paris n'6chappe pas po1m ev uq' vqe e rsdn eI ein au RPR.phlspipoiiu: mtqujai ain Ledexpsiesde Au cas, assez probable, oii la l atnqevtue tbu ~~edn cletvtssopsn~ gauche mporterait ce premier tiers proed osnu oaatdtr rnaenn.Cmet temps, la d~faite de la droite sera fod enaTote mnainCesuecoprnecte sans doute assure lors du d~roule- modesdacod sttinaspr det otaito?
ment du deuxi~me round en 2002, si porluonmeeMatnqetsn' AxEdtnsTreds les fameux strat~ges politiques des potqummesiy prcdndasos Id.Envnen diff~rents partis respectent le calen- dsvratsdn a rltosae aFac irii,4
!. Pour vous abonner Tarifs
i II SPr6nom :........................................................... Martinique: Abonnement simple 200 F 110 F 60F
SAdresse:................Abonnement de soutien 300 F 150 F [
'Guadeloupe et Guyane 240 F 130 F 70 F
,ment (cheque & l'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F I
Parti Progressiste Martiniquais Ancien R~servoir France 320 F 170 F 90 F II Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445SF 235SF 130 F jil
, ~T61,. 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F..I
, Fax. :05 96 72 68 56
12 Le Progressiste Mercredi-25 mai 2000 ii




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EQKOLFG3N_7QKZSJ INGEST_TIME 2017-04-14T18:16:02Z PACKAGE AA00053606_00268
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES