Citation
Le Progressiste

Material Information

Title:
Le Progressiste organe du Parti progressiste martiniquais
Creator:
Parti progressiste martiniquais
Place of Publication:
[Fort-de-France]
Fort-de-France
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
weekly
completely irregular
Language:
French
Edition:
2000, March 15, no.1774
Physical Description:
v. : ill., ports. ; 38-45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )

Notes

General Note:
Description based on: No 1039 (25 Avril 1984); title from caption.
General Note:
subtitles varies

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
UF Latin American Collections
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
029299668 ( ALEPH )
14196110 ( OCLC )
87642378 ( LCCN )
Classification:
324.27298/206 ( ddc )
JL839 .A8 P767 ( lcc )

Full Text








a e a MartimVque c 's t ifU des Marti-igu-*se

S I\AA I R E


IFRAN;OIS VALLADE
P0L I T1QU E
5, Chirac'
CLAU5E U E AU CARIFORUM
LeI changes I'artiste
Aujourd'hui est donc arrive le temps de
etls echange s
after ga apres des annees de combats I iaupres de Cesaire; aujourd' hui c'est le g4 moment de l'unite dans la joie; aujourd'hui
c'est le moment de la fierte de partager leI ACTUALB success avec ceux qui rejoignent encore en
uneP db l'an 2000 le parti de Cesaire, preuve qu' il
I est encore bien vivant. Avec ceux qui viendront encore renforcer les rangs du Parti, nous poursuivrons notre objectif qui page 6 est la construction d'une Martinique
Iu autonome une fois 1'autonomie juridique ACIUALIT obtenue. Pour cela "le Rassemblement du
Ipsplus large contre le plus kroit" voulu par Vdesr- s Cesaire est encore, plus que jamais
d4' e! rPk"e d' actualit.
page Par Frangois Vallade
FRANCE
en Emmnuelff
"2On aet Atre en:
tWte dans la course
Tous les dimanches
ala croissance dans le cadre de l'emission
sans renoncer "Du Tac au Tac"
A la solidarity" De 11 b 4 12 h 30.











FRAN5OIS VALLADE


Jacqes CI rac :S"

'est l'un des plus grands scandales intel- unique", "Chirac: une evolution voire revolution et lectuels de cette fin de siecle auquel j'ai mime autonomiste"; le quotidien local de Hersant, assist6 le week-end dernier en Marti- qui n'est pas tint6 h gauche, qui titre: "Chirac ouvre la nique. L'artiste a cr66 une ceuvre formi- voie au statut sur mesure". Tout journaliste s6rieux dable, une beaut6 sublime. Le G6nie de sait tr6s bien que la voie du statut A la carte A 6t6 l'Elys6e a r6ussie une vaste entreprise de ouverte par Jospin et ce h la demande des 6lus procommunication politique digne des plus c6l6bres gressistes. Et ce n'est pas &tre A la remorque du gousophistes de l'antiquit6 grecque tels que Gorgias, vernement que dire l'id6e vient de nous. Il 6tait d6jh Polos et autre Callicles. En effet, ces professeurs de question de cela lors de la premiere visite de Jospin rh6torique nous enseignaient que la vertu consistait chez nous a la suite des 6lections pr6sidentielles, davantage a convaincre le plus grand nombre plut6t c'6tait A l'occasion de la rencontre de l'H6tel de ville qu'h chercher A dire la v6rit6. Le r6sultat, on le de Trinit6. Face h la revendication des 6lus et miliconnait, les partisans du sophisme ont r6ussi leur pri- tants de gauche qui 6taient IA, Jospin nous avait se de pouvoir A Athenes, mais ils ont aussi ruin6 en r6pondu que "vos demandes sont diffrrentes d'un tres peu de temps la c6lebre cit6 grecque. A ce cynis- ddpartement a l'autre : aux Antilles, vous poussez me assum6 et mme revendiqu6, notre ami Socrate plut6t vers un assemble unique, i la Rjunion c'est opposait une autre discipline la philosophie qui a la demande du double dipartement qui s'exprime. Je pour vertu la recherche de la v6rit6 qui troupe son crois que le moment est venu pour que la France cesfondement dans le principe (par le r6el, la logique ou
se d' avoir une vision uniforme et centralisee des
encore la raison) et non dans un simple vote du plus DOM et qu'il fault dsormais accompagner chacun grand nombre, car il existe des majorit6s "igno- selon leurs propres volont,,. S'il fallait fire une
rantes" a la merci de minorit6s "savantes". Le .
sophisme, dit encore le fondateur de la philosophie,pouvoir franais qui est est incapable de triompher face A un public de iA la remorque de nos 6lus et Yvon Pacquit avait bien ase-ns fait de titrer l'un de ces 6dito "la victoire de 1'initiaticialistes ou disons simplement face des connais- elce"
seurs. ye locale".
Est-ce a dire qu'en Martinique il n'y a pas de sp- Je vois dans cette plume de notre Secr6taire g6n6cialistes de la vie politique ? Est-ce a dire qu'il n'y a ral la signature d'un veritable autonomiste, ce que
pas de connaisseurs de la chose politique ? Je n'irai sont tous les 6lus progressistes en v6rit6.
pas jusqu'a pr6tendre que je sois le seul. Tout ceci pour dire quoi ? Jacques Chirac est en
Alors comment comprendre que des hommes campagne pr6sidentielle sur les ides de Jospin et
politiques et journalistes de notre pays trouvent tout qu'il faut rester tr6s r6serv6 et prudent quant A ses h fait naturel qu'un des barons du gaullisme-RPR d6clarations qui ne sont que des d6clarations. Etre vienne dans notre pays dire, A nous autres petits mar- d'accord avec tout le monde et faire en sorte que tout tiniquais incultes et ne retenant rien de l'histoire, le monde soit d'accord avec soi, c'est le meilleur qu'il est d'accord avec Marie-Jeanne mais aussi avec comportement qu'un candidat peut avoir dans les Claude Lise ; en Guyane qu'il d'accord avec Karam conditions qui sont les siennes avec la tactique qui mais aussi avec Lecantes; en Guadeloupe qu'il d'accord est la sienne. Je ne participerai donc pas i ce concert avec Michaux-Chevry mais aussi avec Lubeth. Bref, d'enthousiasmes de "haut vol". I faut plut6t s'occuper il est d'accord avec tout le monde de..l'extreme de choses plus concr6tes c'est-a-dire des 616ments de gauche t la droite extreme en passant p autono la loi d'orientation qu'il faut encore compl6ter, mistes et ind6pendantistes. Bref, on l'a dW la loi de amender et am6liorer. En 6ffet, un loi.va &tre vot6e et la sophistique c 'est le. rassemblement dius grand nous devdins agir avant qu'il soit trop tar-d. Puisque nombre centre la v6rit6. C'en est deven~ie'scien- nous sommes tous concerns et soumis aux lois,
ce politique" qui, du faith sa scientificit6d, garantissait voil l on.se trouve le concret.
les r6sultats observons les r6sultats jnlstement de Forc6ment c'est celui qui a le veritable ouvoir l'extr6me gauche a la droite extreme "Le president gouvernemental en main qui tranche, qui prend .des retablit l'quilibre", "Chirac, un modl' d'antholo- d6cisions, 'qui arbitre. Dans cette position, on ne se gie", "Chirac a compris", "Tout est possible avec fait pas que des amis car gouverner c'est faire des Chirac", "Un discours de Chirac qui fera date", choix et donc forc6ment des d6ceptions. C'est pourquoi "Chirac n'est pas fermi a une Martinique autono- Jospin ne peut pas se permettre de faire plaisir a tout me", "Avec .Chirac, on tourne le dos a la pens e le monde et dire "je suis d'accord avec vous tous de


2 Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000










quelque bord que vous soyez". Cela CLAUDE LISE AU CARIFORUM
eu 6t6 irresponsable mais surtout
impossible A tenir car ce serait ne
rien faire. Alors tant pis pour celui
qui a un "gro pwHl" parce que sa
fameuse declaration n'a pas l'objet
d'un choix positif.
Mais ce qui est surtout important
c'est toujours souligner et meme
matraquer sans cesse le triomphe de la
pens6e c6sairienne I'autonomne "c h flg
qui se concr6tise enfin dans le travail et la personne de notre camarade Claude Lise car l'essentiel de la ,
loi est porter par le rapport qu'il a Nous publions allocation
r6dig6, et l'essentiel de ce rapport de notre camarade Claude deloupe, la Guyane et A la Martivient de nous martiniquais. Proposer unique.
un Congres, c'est-A-dire le lieu oi lors du Cariforum qui a eu Elle vient confirmer, en meme
nous aurons nous-memes A d6cider lieu a Baie-Mahault en temps, la prise de conscience de l'int6de notre propre avenir, sans que les presence du President de rt d'une intensification des 6changes
jacobins parisiens puissent partici- la republique, Jacques entre les DFA et leurs voisins. Int6rt
per A notre decision, c'est IA une tres Chirac. pour les DFA, bien sflr, mais aussi pour
grande marque et frappe de la pen- 'ensemble des pays de la zone, pour la
s6e autonomiste. Bien suir Claude France et pour l'Europe.
Lise est un symbole car le m6rite Monsieur le Pr6sident de la R6pu- Dans le champ concem6 par 'inrevient d'abord a C6saire, mais aussi oblique Franqaise, tensification des changes, figure 6via tous les militants PPM sans excep- Monsieur le President du CARIFO- demment le domaine culturel et sportif tion qui par leur seule adh6sion au RUM, dont il me revient d'exposer brievePPM les engageaient activement Mesdames, Messieurs les Chefs ment quelques aspects, en introduction a
dans ce combat sans faiblesse pour d'Etat de la Communaut6 carib6enne, un d6bat qui va ensuite s'engager entre l'autonomie. Soyons donc fiers que Messieurs les Ministres, nous.
c'est 'un des n6tres, et pas d'h c6te, Mesdames, Messieurs les Ambassa- l sagit c du domaine o les popuqui transforme aujourd'hui l'essai deurs, lations, pr6c6dant gneralement les
autonomiste dans un jeu collectif oh Mesdames, Messieurs les Pale- responsables politiques, ont manifesto
chacun a bien jou6 son rble. metiele plus pr6cocement leur aspiration A
bie j-u so re mentaires' voir s'6tablir des relations d'6change.
Aujourd'hui est donc arrive le Madame, Messieurs les Pr6sidents sitaies esont donmt
temps de feter ga" apres des ann6es des Conseils R6gionaux et G6n6raux, Les enice s e a l'6poqutide combats aupres de C6saire; Messieurs les Repr6sentants de lamme A 16poque o
aujourd'hui c'est le moment de Commission Europ6enne, certaines m6tropoles et c'6tait le cas,
l'unit6 dans la joie; aujourd'hui Mesdames, Messieurs les Plus, en particular, de la France s'ing6c'est le moment de la fiert6 de parta- Mesdames, Messieurs, niaient a isoler leurs d6pendances
ger le succes avec ceux qui rejoi- Je tiens, tout d'abord, h vous dire situ6es dans la zone.
gnent encore en l'an 2000 le parti de combien je me sens honor6 de pouvoir I est possible actuellement de C6saire, preuve qu'il est encore bien partager avec vous ce moment de recenser un assez grand nombre d'acvivant. Avec ceux qui viendront r6flexion et d'6changes sur l'6volution tons significatives. Parmi celles-ci, et
encore renforcer les rangs du Parti, des relations entre les DFA et les pays pour m'en tenir a ce qui int6resse plus nous poursuivrons notre objectif qui du basin carib6en. particulierement la Martinique, je vais
est la construction d'une Martinique Vous me permettrez 6galement de me contender de citer: autonome une fois l'autonomie juri- saluer 'initiative rise par Monsieur le cells miss en cuvre par le dique obtenue. Pour cela "le Ras- Pr6sident de la R6publique franaise. Centre de Culture et des Arts de la semblement du plus large contre le Elle vient consacrer, avec une cer- Caraibe au sein du r6seau Latino Ameplus 6troit" voulu par csaire est taine solennit6, la reconnaissance par ricain et Carib6en de promoters cultuenor, lu qe sir es- an oentlarcnasac a rels (la Red), mais aussi du reseau
encore, plus que jamais d'actuali- la France de l'indiscutable dimension ren d s usi d ed
t6i~en qu ofrntasibe Carib6en des diffusions W art et de
carib6enne que conferent aussi bien spectacles (CARIBNET)
Franoisl'histoire que la geographic a la Gua- Celles mises en euvre par la


Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000 3











Direction des Archives D6partemen- qu'elles soient, ont l'inconv6nient F'un des grands artisans: "si l'Europe tales de la Martinique qui participe aux d'8tre disperses, d'avoir un caractere itait d refaire, il faudrait peut-etre travaux de association des historiens souvent ponctuel et de toucher un commencer par la culture". de la Caraibe et 6galement aux activi- public relativement limit. Nous disposons donc, dans ce qui
t6s de la CARBICA. I convient d6sormais d'8tre beau- s'affirme, depuis longtemps d6jit, com1 Dans le domaine musical, domai- coup plus ambitieux et beaucoup plus me un espace culturel carib6en, d'un ne oi la connaissance r6ciproque est efficace en matiere de cooperation cul- atout potentiel tres important. A nous peut-tre la plus pouss6e, les changes turelle et sportive. donc d'en tirer tout le parti possible
organis6s ne sont en r6alit6 pas tres fr- Cela correspond A une demande de pour le d6veloppement de nos diff6quents. Une importante initiative a plus en plus forte de nos diff6rents rents pays. cependant 6t6 prise pour tenter d'y peuples; h leur d6sir de plus en plus IL existe cependant, il ne faut pas le rem6dier: il s'agit des premieres ren- manifeste de d6couverte r6ciproque et cacher, d'importants freins au d6velopcontres caribdennes des auteurs com- de rapprochement. pement de la cooperation dans les
positeurs, qui se sont tenues h la Marti- Ces peuples sont conscients, en domaines culturels et sportifs. nique en d6cembre 1999 et auxquelles effet, de l'existence, entre eux, d'6vi- Quels sont ces reins? a particip6 une dizaine de pays de la dentes affinit6s culturelles et meme Caraibe. d'un fonds culturel commun. Certains sont communs A tous les
Dans le domaine 6ducatif, les Ce fonds, fagonne a partir de autres domains de cooperation.
6changes sont nombreux. Ce sont pour racines souvent identiques, par une his- C'est d'abord, la mauvaise articulal'essentiel des changes de coll6giens. toire qui partout comporte des traits tion des transports adriens et maritimes
Dans le domaine universitaire, des communs, est riche d'une grande pour les d6placements des personnes liens existent depuis longtemps entre diversity d'expression. d'iles en iles.
'Universit6 des WEST INDIES et Mais il offre au monde une indiscu- C'est 6galement la barriere des
'Universit6 des Antilles Guyane. Cette table unit, bien perceptible dans cer- langues qui tend, cependant, i s'amederniere s'ouvre de plus en plus A la tains c6mportements, dans certaines nuiser, les jeunes pratiquant plus souCaraibe. Elle a d'ailleurs cr66 un DESS pratiques sociales, dans L'art culinaire, vent au moins une autre langue A L'6coAffaires Carib6ennes et a adh6r6 i dans les rythmes musicaux, dans la le. l'UNICA. danse, dans certains modes d'expres- Mais c'est aussi le principe de la
Dans le domaine linguistique, il sion litt6raire, dans les arts plastiques, non r6ciprocit6 et des avantages pr6f6faut souligner l'action importante du dans les croyances, et, pourquoi ne pas rentiels douaniers accord6s par L'Union Groupe d'Etudes et de Recherches en le dire, dans une certaine fagon de Europ6enne aux pays ACP. Ce principe Espaces Cr6olophone et Francophone concevoir la vie et d'affronter la mort. a consid6rablement frein6 les 6changes qui apporte notamment une tres forte C'est ce qui fait de plus en plus par- de biens, dont les biens culturels.
contribution A l'6mergence d'un syste- ler .d'une sp6cificit6 culturelle de la Enfin, c'est la question des visas me unifi6 d'6criture des langues Caraibe, qu'il importe de pr6server de qui sera trait6e par mon collegue cr6oles. toutes les tentatives d'uniformisation LECANTE.
Dans le domaine de la formation culturelle dont on pergoit les sourdes IL existe par ailleurs des freins plus professionnelle, les.6changes tendent A menaces. sp6cifiques aux 6changes sportifs et
devenir de plus en plus frequents. I Mais il existe aujourd'hui une nou- culturels.
IL en est de meme dans le domaine velle raison de promouvoir la coopdra- Ainsi, concernant la culture, se sportif oi lon peut citer, par exemple, tion culturelle et sportive. C'est le fait pose le problem de la diversit6 des la participation de la Ligue de Tir de la que celle-ci constitue un incomparable statuts sociaux des artistes de la zone. Martinique A la COPA DEL CARIBE, moyen d'ouvrir la voie aux autres Cette diversit6 g8ne, en effet, consiet la participation des nageurs et des domaines de cooperation et, notam- d6rablement la mise en ouvre boxeurs antillais aux CARIFTA ment, A celui de la cooperation 6cono- d'6changes permanents.
GAMES. mique qui devient, on le sait, un imp6- Se pose 6galement le problem de
Mais la Martinique regoit aussi ratif majeur. l'harmonisation des l6gislations
des sportifs de la Caraibe lors de mani- Les 6changes de biens commer- concernant les droits d'auteur.
festations annuelles: le tour cycliste de la ciaux, de savoir faire, de technologies Mais l'un des freins les plus pr6ocMartinique, le championnat de volley- et meme de modules de d6veloppe- cupants se situe dans le domaine
ball,.je meeting international d'athl6- ment, s'operent d'autant mieux qu'ils audiovisuel et tient i la difficult de tisme du Conseil G6n6ral ou encore le se d6roulent entre gens qui se connais- proc6der A des 6changes suffisamment tournoi Carib6en d'Escrime. sent et se comprennent. importants et r6guliers d'images et de
IL faut cependant reconnaitre que On se souvient de la c6lebre phrase programmes.
toutes ces actions, pour int6ressantes de Jean MONNET, A propos de la Concernant le sport, le principal
construction europ6enne dont il fut probleme est celui de L'int6gration


4 Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000










meme des autorit6s sportives des DFA A cr6er un espace commun entre les politiques de cooperation r6gionale. dans les organisations sportives de la diff6rentes chaines de t6l6vision de la Elle leur donne notamment la possizone. zone. 11 aura pour avantage de promou- bilit6 de singer en tant que membres
Tous ces freins ne constituent n6an- voir une veritable grille de pro- associ6s, au sein des organismes intermoins pas des obstacles insurmon- grammes propre A la Caraibe. nationaux de la zone.
tables, des lors qu'il existe une volont6 Mais je ne saurais terminer sur ce C'est IA une avanc6e remarquable politique d'oeuvrer ensemble. point sans attirer l'attention sur la qui devrait permettre de lever certains
Dans la mesure o6 cette volont6 n6cessit6 d'envisager, dans ce domaine des freins que je viens d'6voquer.
politique parait devoir s'affirmer, per- comme dans d'autres, la revision du Voici donc les quelques proposimettez-moi maintenant de vous sou- principe de la non r6ciprocit6 dans les tions que je tenais A vous pr6senter et A mettre quelques propositions qui me futurs accords Europe ACP. C'est la mettre en d6bat. paraissent susceptibles de faire avan- une condition indispensable A l'am& Elles sont de nature, je le crois, a cer, de fagon significative, la coop6ra- lioration de la circulation des biens r6pondre aux attentes qui sont grandes tion dans les deux domaines qui nous culturels. dans deux domaines la culture et le
intdressent Deuximement, en ce qui sport oii le ddveloppement de la
Prmiremwnt en ce qui concerne le sport cooperation entre les DFA et les pays
concern la cultum de la Caraibe ne peut que contribuer i
o e- I me parait ncessaire de tra- renforcer la conscience identitaire cari- Il serait souhaitable, me semble-t-il vailler A la concr6tisation de la propo- b6ene.
de favoriser la cr6ation et la diffusion sition faite par I'A. E. C que soit cr66e Cette conscience identitaire, dont culturelle carib6enne en tant que telles une Fondation R6gionale du Sport des hommes comme R6my NAINainsi que la protection du patrimoine dans la Carafle. SOUTA, Eric WILLIAMS et Aim6
historique cariben. Une telle fondation permettrait CESAIRE ont, depuis longtemps,
il serait peut &tre utile de mener d'aplanir certaines difficult6s. saluer l'avenement, sera certainement une r6flexion sur l'harmonisation du Cependant, je voudrais d'ores et demain le meilleur ciment des solidaristatut des artistes dans la Caraibe. d6jA vous faire savoir combien le mon- t6s entre nos peuples confront6s A de
On pourrait envisager, 6galement, de sportif antillais et guyanais aurait communs ddfis.
de cr6er une manifestation caribenne appr6cid d'8tre pleinement int6gr6 A la Elle s'avdrera un atout pr6cieux culturelle annuelle t vocation mondia- CONCACAF et A la NACAC, et corn- dans les batailles engages pour le le. Ce pourrait etre la requalification et la bien nos athletes aimeraient concourir d6veloppement, pour la promotion des consolidation de CARIFESTA, qui aux jeux Panam6ricains. valeurs deocratiques et pour le plein
deviendrait une manifestation embl& La future loi d'orientation pour les 6panouissement des personnes.
matique de toute la Carafbe. DOM, je le dis plus particulierement a
Tout cela pourrait constituer autant l'attention des Responsables politiques de missions A confier A un Institut Cari- de la
ben de promotion culturelle charg6 de Caraibe
consolider l'identit6 carib6enne. ici pr6- LE TITIS DE LA SEMAINE
Par ailleurs, il faudrait tirer tout le s e n t s ,
parti possible de l'essor actuel des nou- pr6voit
velles technologies de l'information et u n e A! R~c $ i 4
de la communication. Grace A celles- implica- PAC E R C H A i
ci, l'insularit6 cessera bientbt d'&tre un tion poli- T CHIe
handicap! t i q u e
A cet effet, la Martinique a cr66 un plus forcomit6 de pilotage;:< Pilote de la Soci6ti de l'information ex6cutifs \
qui est dispos6 hinouer des relations d6parteavec tous les organismes carib6ens mentaux
int6ress6s. et r6gioS'agissant de 'audiovisuel, il me naux de
parait important de s;uligner tout l'in- Guadet6r&t que pr6sente le projet de T616vi- lo u p e, sion R6gionaloz. Satellite que Radio Guyane d>/
France OutreMr (RFO) s'apprete a et Marmettre en a ians la caraibe. tin ique LUCET TE C
Ce proje ste, pour 1'essentiel, dans les C T TH


Le Pregr.91ste Mercredi 15 mars 2000 5













EDOUARD DE LEPINE


Un debat n6cessaire

n'est pas nous qui prenons l' initiative de la publier NDLR : ce texte a 6t6 publi6 dans est affaire de discipline. C'est l'inverse. le n'1773 du 1-mars) C'est la discipline qui doit &tre affaire de
pouvant participer au Il me semble urgent d'ouvrir les colonnes conviction. le dbat loyal entire des camadernier comit6 national, du journal d un debat serein entre militants rades d'opinions diffirentes est le plus j'ai envoy au Secr6taire progressistes sur ce que les njo-autono- court chemin vers l'unt relle du part.
G6neral, cette lettre: mistes appellent les grands problemes du C'est le meilleur moyen de cooper court
mon cher Yvon: moment, probablement parce qu'ils n'au- aux affirmations approximatives et aux
J'ai regu cette apres-midi, lundi 28, une ront pas eu le temps de nous lire ni de se procs d'intention pace que c'est une &olettre de Jo Baltide, date du 08.02.2000. Il relire depuis vingt-cinq, trente ou quarante le de la rigueur et de la responsabil. me dit 'avoir envoy& au journal depuis ans. La publication de la lettre de Jo pour- Fraternellement. plusieurs jours. Elle circule en tout cas rait &tre l'occasion de lancer, d travers ce Ndouard." dans les salles de ridaction o elle pro- dibat, l indispensable campagne de clari- Pour contribute au dbat, i fault dire les voque sourires entendus, ricanements feu- fication des positions des uns et des autres. chooses come on les sent. tr&e et commentaires sarcastiques de gens C' est le silence qui crie la cacophonie et 11 y a dans la contribution du camarade qui ne sont pas tous nos amis. Je ne parta- porte en lui dimoralisation et demobilisa- Baltide au dbat sur la question du statute, ge aucun des points de vue developpes tion. L'expression de nos divergences une dangerous et inattendue petition de
dans cette lettre. je me propose d'ailleurs reelles ou imaginaires ne peut que conforter principle. Si je lai bien comprise, ii y aurait d'y ripondre tres amicalement, mais tres un parti comme le n6tre qui ne saurait tre aujourd'hui dans le pays, d'un c6t6 un profermement. Mais je trouverais dommage le parti de la pensie unique sans renier ses jet qui ne contiendrait que "des mots, des
que nos adversaires puissent en avoir origines. phrases et des incantations" et de l'autre
connaissance avant nos militants, si ce Chez nous, ce nest pas la conviction qui une scene sur laquelle se jouerait "un acted d6cisif pour l'avenir de la Martinique." il
-sagirait d'une part du Projet de Loi d'Orientation du LE TITIS DE LA SEMAINE Gouvernement socialiste,
largement inspir6 des preoc- S cupations mises A jour par
IT 656DSE / L A FA IA4 E ?0UV 1ik, des enquetes minutieuses
S A Rk, PLU S PETiT T ULEI HOY men6es sur le terrain, de
NTiLTRE g l'autre la declaration dite de
w D Basse-Terre, exprimant les
EST TOUT KIT 7,
intentions de trois Pr6sidents de Conseil Regional sans mandat de leurs assemblies.


Ne pas faire
A15 semblant

Ni le PPM, ni le pays n'ont int6ret A faire semblant de croirp que ce n'est pas en ces teres que se pose aujourd'hui le problem pour un' certain nombre de militants dont il n'est pas question de mettre en doute 4 4 la bonne foi, mais dont on ne
peut accepter les d6n6gations indign6es qu'ils opposent A la mQindre allusion A la convergence de certains propos avec les intentions de Basse Terre. "Comment,


6 igressiste Mercredi 15 mars 2000











icrit Baltide, n'avons-nous pas pu saisir chantier depuis plus de dix-huit mois, un aurait-il du recopier dans son rapport le l'occasion d'tre dans cette phase, que projet de loi s'inspirant tres largement programme de son parti ? Ce serait-il devel'histoire retiendra comme le point de entre autres, des recommandations faites nu subitement le porte-parole d'un gouverdepart d'un chantier dicisif, la locomotive, par une mission confine A deux parlemen- nement dont Marie-Jeanne serait le crile moteur, le leader d'une marche dans taires dont l'un des n6tres, le s6nateur tique inspire ? laquelle des giniraux agitent des ori- Claude lise. Militant depuis plus d'un flammes qui ne sont ni plus ni moins que quart de siecle de la cause autonomiste, Le combat de Marienos idees, notre ideal, notre combat ? conseiller g6ndral depuis pres de vingt ans,
Quelle occasion ? Quelle phase ? Quels ancien conseiller r6gional, ancien depute,
g6ndraux Quels oriflammes ? L'Histoire ancien premier vice-pr6sident du Conseil Cet strange proces a commenc6, on le
retiendrait donc comme le point de depart Gn6ral, adjoint au maire de la capitale, sait, A l'occasion de la visite h la Martidu chantier d6cisif de l'autonomie, non la president en exercice du Conseil G6n6ral nique du Premier Ministre Lionel Jospin, rupture historique de la Lettre A Maurice depuis huit ans, Claude Lise est l'un des apres la laceration en public du rapport Thorez (1956) avec l'assimilationnisme, ni hommes politique ayant accumuld le plus Lise-Tamaya. Peut-etre n'est-il pas sans la mise en place laborieuse du Parti qui en a d'exp6riences dans la gestion des affaires intdret de le rappeler. Je note dans le Figaro 6t6 le principal instrument, il y a quarante de ce pays, A tous les niveaux de responsa- du 29 octobre 1999 que le Pr6sident de la deux ans, mais le ralliement de Marie- bilit6. Rgion Alfred Marie-Jeanne "a riclami
Jeanne et de Michaux-Chevry A une A c6t6 d'un certain nombre de proposi- une minute de recueillement, puis dans
conception de l'autonomie que nous tions g6n6rales qui meritent d'etre amen- un geste rageur, dichiri le rapport qualifig devrions saluer comme 6tant la n6tre ? d6es pour une amelioration imm6diate de de I serait facile de r6pondre a Baltide sur notre situation au plan 6conomique et jetant les morceaux de papier sur une le ton qu'il emploie A l'6gard de ces mili- social, il a r6ussi A introduire dans le projet table en s'exclamant : qui veut porter tants qui ne se sentent ni moins "authen- de loi une ide qui est veritablement une qa A Jospin ?" tiques", ni moins "verticaux" que d'autres ide neuve, la seule veritablement neuve Moi, je veux porter ga non A Jospin qui parce qu'ils se font une autre ide de l'his- jamais prodvite dans la masse des pro- a d'autres chats A fouetter, mais A mes toire et du destin de ce pays, ni moins positions faites depuis la Convention camarades de parti et au peuple de notre
c6sairistes, bien entendu, qu'Alfred marie- autonomiste du Morne Rouge (1971), pays, sp6cialement A sa jeunesse et je leur
Jeanne ou Lucette Michaux-Chevry. pour une transformation 6ventuelle du statut dis : "avez-vous l'impression qu'un resEn l'6tat actuel de leurs declarations, de la Martinique : celle du Congres r6unis- ponsable politique qui se livre A un tel gespass6es et pr6sentes, je n'ai strictement sant les 6lus de nos deux assembl6es te puisse jamais porter un oriflamme sur
rien de commun avec les g6n6raux locales pour l'61aboration d'un projet assez lequel seraient inscrits nos id6es, notre
qu'6voque notre camarade, ni avec leurs consensuel pour ne satisfaire totalement idal, notre combat ? oriflammes, ni avec leurs preoccupations, personne, assez cr6dible pour permettre au D'autant que M. Marie-Jeanne a d6fini ni avec leurs iddes, ni avec leur idal. Je le dis gouvernement de suivre sans difficult, lui-meme son combat. je lis dans Le Monde une fois pour toutes, sans intention d'y assez claire pour permettre au peuple de se du 2 novembre 1999 que, pour le Prdsident revenir. prononcer en toute connaissance de cause. de la R6gion, le rapport Lise-Tamaya est
Le pire qui puisse nous arriver Comment un tel projet a-t-il pu devenir, "dicte d'en haut, dans ses limites comme
aujourd'hui, c'est de ceder a la fascina- sous la plume de Jo Baltide "un projet por- dans son contenu... que le Congres est auto tion de ce terrorisme de poche qui puise sa t6 par notre camarade Claude Lise", "un democratique, en ce sens qu'ilfavorise une force et son insolence dans les faiblesses dispositif engendr6 et subtilement impose derive alimentariste (???) puisque c'est le et les hesitations qu'il decele chez ceux par la technocratie parisienne" A l'6gard congress qui jugera de l'opportuniti d'indont il voudrait faire ses complices en duquel "nous avions un devoir de m6fiance terpeller le gouvernementfrangais sur une attendant d'en faire ses dupes. et de resistance" ? possible evolution statutaire" que le rapClaude Lise aurait-il cess6 d'etre un port est "un rapport dirobade, itrique a De quoi s'agit-il donc ? militant PPM en acceptant la mission du souhait, concoctipourfreiner le diclin des
A la demande des parlementaires gouvernement frangais ? Plus exactement, supp6ts inconditionnels du gouvernement
d'outre-Mer, le gouvernement met en pour continuer d'6tre un militant PPM que c'est pour cela qu'ilfaut le combattre.


Pour vous abonner Tarifs
Nom: ...... .................................... Destinations 1 an 6 mois 3 mois
Prenom : ........................................ Martinique : Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
A dres e : .....:.......................N................................. ......... ...... Abonnem ent de soutien 300 F 150 F
............ Guadeloupe et Guyane 240 F 130 F 70 F
Remplissez ce bulletin et retournez-Ie accompagn6 de votre regle- Caraibe 390 F 205 F 110 F
ment (cheque A I'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F
Parti Progressiste Martiniquais Ancien R6servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F
T61. 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 05 96 72 68 56


Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000 7












je prend le risque, ajoute-t-il, de gagner bis commodes pour masquer le flou des majority de blocage refuse d'y participer sur ce terrain." projets. On ne peut pas ne pas 6tre frapp6 mais k la condition que les partisans du
je suis d6cid6, et je crois que tout le d'ailleurs d'une maniere g6ndrale par la changement y soient assez forts pour proPPM devrait 8tre d6cidd, A lui faire perdre polarisation des d6bats sur le volet poli- poser une voie rdaliste pour sortir 16galece combat. Je refuse, quant a moi, de faire le tique du projet de loi du gouvemement ment d'une 6ventuelle impasse juridique. moindre geste, de prononcer la moindre comme sur la declaration d'intentions de Autrement dit, sauf A choisir une autre phrase qu'il puisse utiliser contre les "sup- Basse Terre. voie que celle de la d6mocratie repr6sentap6ts inconditionnels" du gouvemement Il y a une vingtaine d'anndes, des ind- tive, le congres est aujourd'hui la voie la
que nous serions devenus parce que nous pendantistes consdquents auraient saut6 plus 6conomique, la plus stire et la plus sommes en train de faire passer dans un sur la proposition du Congres pour en faire rapide pour parvenir A ce que nous voulons texte et dans les faits les moyens d'avancer le lieu par excellence de l'Information, de : un ex6cutif unique responsable devant un vers nos objectifs. C'est dire que si, avec l'Education, de la Mobilisation et de l'Or- pouvoir 16gislatif, dont il ne me parait pas tout le respect auquel il a droit, et toute ganisation des masses, selon la ligne evident qu'il doive s'exercer par une l'amiti6 que je lui porte, je n'entends pas IEMO. Ils l'auraient transform en un assemble unique plut6t que par deux considdrer Rodolphe D6sird comme un centre de haute pression permanente sur le assemblies. mais c'est une autre affaire.
ennemi, je suis tres loin de consider com- pouvoir en vue d'arracher le PAI (Protoco- C'est l'affaire du Congres. me une preuve de sa lucidity politique sa le d'Accession A l'Indipendance). Le problem du moment c'est de faire
contribution au combat de Marie-Jeanne. Aujourd'hui, ces ind6pendantistes qui en sorte que l'actuel projet regoive un avis
J'ai la faiblesse de me mefier davan- n'ont rien a proposer se replient frileuse- favorable de nos deux assemblies locales, tage de la fausse conversion de neo-auto- ment sur les positions qu'ils ont vigoureu- A une majority significative, telle que le nomistes que des intentions du gouver- sement combattues depuis un quart de gouvemement puisse le faire adopter par le
nement socialiste. Non seulement, je siecle, en se rdfugiant derriere l'un des pro- Parlement sans problem majeur. Alors et n'en rougis pas, mais je ne serais pas jets les plus rdactionnaires qui aient 6td alors seulement commenceront les vrais desesper6 de partager les ides de Lionel jamais 6t6 61abor6s par des autonomistes, d6bats sur l'6tendue des pouvoirs qu'il Jospin en matiere de decolonisation. tandis que des autonomistes "ddsesp6r6s", nous parait indispensables de domicilier ici
Dans ce domaine, il a fait ses preuves, "saisis d'un fol 6moi", soucieux de prendre pour faire face A nos problemes. lui. "de l'air par rapport aux impratifs du gou- Enfin, 6tant entendu que nous ne pouvernement qui ne sont pas forc6ment les vons pas attendre l'autonomie pour essayer Un project a amender n6tres" veulent trouver dans le projet de loi de trouver un commencement de solution A
gouvememental le programme de leur par- nos problemes dont, soit dit en passant, il Est-ce A dire que le projet gouverne- ti. Au fond, les uns et les autres souhaitent est vain de croire qu'il seront r6solus par la mental tel qu'il est nous satisfait pleine- que la loi fasse h leur place ce que le gou- magie d'un statut, je suis inquiet du peu de ment ? Jo Baltide sait bien que non. Nous vernement leur demande de faire eux- place qu'occupent dans nos d6bats les proavons propose un certain nombre d'amen- memes. blmes 6conomiques et sociaux tels qu'ils
dements dont tous n'ont pas 6t retenus. I sont abord6s aussi bien dans le projet goufaudra revenir h la charge et tAcher d'en vememental que dans la declaration 'infaie aserlepls ran nmbeenaynt N. pas se tromper de lol eeetlqedn l slrto 'n
faire passer le plus grand nombre, en ayant tention de Basse-Terre. C'est pourtant sur
cependant a l'esprit qu'un projet de loi Car bien entendu, ce n'est pas la loi ce sujet que je suis le plus fermement gouvememental dans un systeme d6mocra- d'orientation qui peut d6cider du contenu oppose aux intentions affichies dans la tique n'est pas un projet de d6lib6ration des propositions du Congres. C'est le declaration de Basse Terre et d6cid6 a prod'une assemble locale manipulable A Congres qui doit d6cider de ce que la loi poser un certain nombre d'amendements
volont6. devra dire, A un moment ou k un autre, si au projet gouvernemental,~ s'agissant
Exiger qu'on entende, imposer la prise nous nous mettons d'accord, A une majority notamment du rOle de l'investissement et en compte de nos revendications suppose significative, sur un projet de statut. La de la command publics, c'est-A-dire du moins un rapport de force avec le gouver- bataille pour l'autonomie ne s'inscrit pas rule de l'Etat et des collectivit6s locales nement qu'un rapport de forces au sein dans le projet de loi d'orientation qui se dans la bataille de l'emploi. meme de notre soci6td entre ceux qui veulent situe dans le cadre actuel. Sauf k en trahir Ce sujet mdrite i lui seul une contribution changer pour ameliorer le sort du plus l'esprit, elle ne peut pas s'y inscrire, sinon au particuliere. J'y reviendrai dans un progrand nombre et ceux qui veulent changer second degr6. Elle se situe au-delA de cette chain article. U pour accroitre leurs profits et leurs pou- loi dont l'un des objectifs c'est de fournir voirs. la passerelle pour sortir du cadre actuel si
Personne en France, ni A gauche,. c'est la volont6 de la majority.
bien entendu, mais pas davantage i Ce Congres peut s'6riger en veritable
droite, n'a envie de se battre pour gar- asseubl&e constituante, non parce qu'on der la Martinique francaise contre son l' enferm6 dans le carcan rigide d'une gri. Le pseudo jacobinisme du gouverne- mission unique qui signerait sa propre Ndouard de LUpine
ment, la peur du statut octroy6 sont des ali- condamnation A mort il suffirait qu'une le 10 mars 2000



S Lo Pregressiste Mercredi 15 mars 2000













ECHANGES DE LETTRE


Claude Use repond i Alfred


Marie-Janne

Nous reproduisons, D'abord parce que c'est pr6cis6ment
ci-dessous, la reponse de durant celle-ci que les Commission du compose d'6lus de chacune des deux
notre carnarade Conseil G6ndral vont proc6der a l'examen assembl6es. la mission de celle-ci serait de
Claude Lise a Alfred du projet de loi d'orientation pour l'outre- fixer le lieu, la date, l'ordre du jour de la
mer sur lequel d'Assembl6e ddpartementa- reunion que vous proposez ainsi que de le va se prononcer en pl6niere le 16 mars definir ses modalites organisation. 2000. Dans l'attente, je vous prie de recevoir,
D'autre fart, il m'apparait n6cessaire Monsieur le Pr6sident, l'assurance de mes de bien preparer une telle reunion. sentiments les meilleurs. 1
Aussi, je vous suggere la constitution, Claude Lise
sans plus attendre, d'un groupe de travail Le 2 mars 2000



LETIIS DE LA SEMAINE



Claude Uise a PL- r be U Pe
e Alfred Marie-Jeanne

Monsieur le Pr6sident, & IZ.M4D TI tDoNeIt.
J'ai pris bonne note de notre correspon- A LT A Q LRAP NA( L
dance du 23 mars 2000 dans laquelle vous P S N b A ki- LE tzA WO CON)UCA TOI,
souhaitiez que nos deux assemblies se &i6A L L RCL H
r6unissent pour d6battre de la creation d'une collectivity "Rgion d'Outre-Mer" au titre de l'article 72 de la Constitution. Z PET p PH -u
Je ne peux que souscrire a toute proposition visant a rdunir les deux assembl6es locales pour d6battre de questions concernant l'avenir institutionnel de la Martinique.
C'est d'ailleurs l'une des fonctions essentielles de l'instance que Michel Tamaya et moi meme avons propose dans notre rapport au Premier Ministre sous le nom de Congres.
Je me suis attach depuis A ce que ce Congres soit retenu dans le projet de loi d'orientation pour l'outre-mer et qu'il puisse etre mis en place des adoption de la loi.
Nous n'avons 6videmment pas besoin d'attendre le vote de cette loi pour cornmencer a travailler ensemble, sur quelque projet ifistitutionnel que ce soit et, en l'occurrence, sur celui que vous 6voquez.
Cependant, il ne m'est pas possible de
vous donner satisfaction sur la p6riode que M FAST LE ACQU
vous proposez.



Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000











HENRI EMMANUELLI


"On peut itre en tate dans Ia

course a Ia croissance sans


renoncer a la solidarte


Le depute des Landes du gouvernement. Ce dernier, selon socialisme, il faudrait remettre un peu
critique les lui, administre la preuve qu' "on peut d'6galit6 dans la vie. Ce qi reste la
"dogmatismes" itre en tite dans la course a la crois- sp6cificit6 de la pens6e socialiste, c'est
monetaires et preconise stance tout en faisant progressed la l'aspiration 6galitaire. Or on essaye de
des mesures fiscales qui solidarity". Par petites touches, il 6met, lui substituer une aspiration purement
beneficient au plus grand cependant, des reserves h l'6gard de morale et largement apolitique.
nombre de manages certains projets. 11 s'oppose notamment
ai toute baisse du taux superieur de
,-imptt sur le ru t prie de C'est une critique du gouvernement...
l'impot sur le revenu et pr6conise des -Oie o.Ojcieet io
mesures b6n6ficiant A tous les Gui et non. Objectivement, si on
manages, comme un all6gement de la regarde ce qui se passe en Europe, le fiscalit6 p6troliee. R6cusant le terme gouvernement frangais parait le plus A de "cagnotte", le president de la com- gauche... mission des finances d6plore que
"l'Assemblhe soit le plus souvent Parait ou est ? aveugle face au ministere des Non, est. Qu'on ne soit pas satisfinances". fait dans le d6tail, je le comprends. Je
Dans quel itat d'esprit revenez-vous t n'aime toujours pas Vilvorde. L'annual'Assemblie nationale, et notamment i lisation dans les 35 heures continue a la prisidence de la commission des me poser probkeme. Je regrette aussi finances ? que l'on ne se soit pas attaque h la

61u, mardi 29 f6vrier, Je reviens l'esprit tranquille, un r6forme de l'assiette des cotisations
la pr6sidence de la com- peu surpris par la f6brilit6 de la vie patronales.
mission des finances de politique et de la pression m6diatique. Mais, par rapport A ses engage'Assembl6e national, Sur le surplus de recettes fiscales, qui ments, le gouvernement fait la qu'il avait dfi quitter n'est pas une surprise, on est somm6 d6monstration essentielle et c'est apres sa condamnation de faire des commentaires avant que la remarquable que l'on n'est pas oblig6
dans l'affaire Urba, en d6cembre 1997, r6flexion n'ait eu lieu. I y a un d6cro- de renoncer i la solidarit6 pour etre en Henri Wmmanuelli pr6sente, dans un chage entre les rythmes de l'opinion bonne sant6 6conomique. Or le cceur entretic au Monde, les priorit6s qu'il m6diatique et ceux de l'opinion du credo lib6ral, depuis vingt ans, c'est entend '6fendre. Formulant un juge- publique. d'affirmer que, si l'on veut 6tre comp6ment te critique A l'encontre de la titif, il faut renoncer au social
politiqu. mondtaire conduite par la La gauche n'a-t-elle pas une responBanque centrale europ6enne, il d6cer- sabiliti ? Le gouvernement est-il responsable
ne, globalement, un satisfecit a I'action Si on veut faire battre le cceur du du retour de la croissance ?



Pour vous abonner Tarifs
N o m : ................................................................................................ D estinations I an 6 m ois 3 m ois
Prenom : .......................................................................................... M artinique : Abonnem ent sim ple 200 F 110 F 60 F
A dresse : ......................................................................................... A bonnem ent de soutien 300 F 150 F
..... ............................................................................................... G uadeloupe et G uyane 240 F 130 F 70 F
Rernm sez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre regle- Caraibe 390 F 205 F 110 F
ment A que A l'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F
Parti Progressiste Martiniquals Ancien R6servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F
T61. : 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 05 96 72 68 56


10 Le P gressiste Mercredi 15 mars 2000











C'est un peu comme dans une d'hui et les g6n6rations a venir, il ne jamais 6voqu6, mais dont il serait
regate: les barreurs ne font pas La mer, faudrait tout de meme pas que le parta- temps de se soucier, c'est La taxe int6mais La difference entre le gouverne- ge soit trop in6gal, A L'avantage des rieure sur les produits p6troliers. C'est ment pr6c6dent et celui-ci, c'est que le premiers et au d6triment des secondes. une veritable preoccupation, qui premier avait mis le bateau en travers concerne beaucoup plus de gens que La
de La vague, alors que celui-ci a su Quelle Iegon irez-vous, sur le plan question de La tranche sup6rieure de prendre le vent arriere. I fait cette des procedures budgitaires, de l'affaire l'imp6t sur le revenu. Le comported6monstration capitale, y comprise aux de Ia "cagnotte" ? ment des compagnies p6troei6res m6riyeux des autres sociaux-d6mocrates Je n'aime pas ce terme. J'ai 66 mission des finances y travaiLle actueleuro~ensque~ les compis d la cagntte"mteritn dles d'anestraaicie Lacomeeurop6ens, que Ia solidarity : La couver- d'accord, pour une fois, avec M. Tri- .
ture maladie universelle, ce nest pas chet quand il a dit qu'il n'y avait pas de .
,, veiller a un volet de d6penses pour les
rien; Ia loi contre les exclusions; les cagnotte' quand le d6ficit budgetaire se. .vcspbis:epo,6uain rien cotreservices publics :emploi, education, emplois jeunes; La reduction du temps d6passe 200 milliards. S'il y a une .
41 ~hopitaux..
de travail, ce sont des r6formes de "cagnotte", elle est relative. Cela 6tant, fond. c'est vrai qu'il y a un d6s6quilibre 6vident de pouvoir entre l'ex6cutif et le S'agissant des prikvements obliga- Le gouvernement ne cede donc pas au 16gislatif. Les institutions de 1958 ont toires, quelles sont les mesures les plus credo libiral.. 6t6 conques pour marginaliser le Parlement. Cela dure depuis quarante-deux urets
Pour l'essentiel, non. Il est peut- Ces mesures sont aussi h recher&tre aid6 par La croissance, mais il fait ans et cest totalement anachronique. cher du c6t6 de La CSG et des cotisaune d6monstration inverse. Apres, sur Aujourd'hui, l'assembl6e est le plus tions sociales. Si la priorit6 est l'emcertains sujets, il y a l'air du temps, La fouvent aveugle, face au minister des ploi, c'est La r6forme de l'assiette des pressing des marches, cell des finances. Dans le cas de va commission cotisations patronales qu'il faudrait preissin esmr 6,cee e des finances, elle n'a pas de vdritables eggrdugne
medias... moyens d'6valuation autonome. C'est
donc La legon principale que je tire de
Dans quels domaines ? cette affaire : mon pr6d6cesseur, $tes-vous hostile au diveloppe- Je ne suis toujours pas un fana- Augustin Bonrepaux, qui a fait un ment de l'ipargne salariale ?
tique des privatisations ou de La d6fis- excellent travail, a cherch6 h renforcer Je n'ai pas d'a priori. IL y a des calisation. Et je suis particulierement ces moyens d'6valuation. C'est cet pays ohi cela fonctionne. Je serai attentif pr6occup6 par le transfert croissant de effort qu'il faut poursuivre. ce que l'6pargne salariale ne devienne
pouvoirs h des organes, institutions, pas un moyen de d6fiscalisation pour
agences r6put6s ind6pendants et qui Mais, sur lefond, Cuel usage pre- les entreprises, ou que des systemes sont domin6s par La logique lib6rale. fd'6pargne longue ne se d6veloppent
On d6shabilLe la souverainet6 populai- conisez-vous pour cette "cagnot- pas au detriment des salaires. re au profit de technostructures. te'
Ma religion n'est pas faite. Je
crois, toutefois, que nous devons Ave de na seetV n
Approuvez-vous l'actuelle politique veiller A avoir La croissance La plus 61e- centre de l'actionnariat salary ? monitaire ? v6e possible. Si nous prenons des Je reste sceptique sur les pouvoirs
Les dogmatiques sont toujours LA. mesures fiscales, il faut donc que nous r6els des actionnaires minoritaires. Je On recommence i nous expliquer que pensions toujours h La demande et h la ne crois pas a La these selon laquelle, L'Europe doit se satisfaire de 3 % de consommation. Cela plaide pour des pour d6passer le capitalisme, il suffit croissance et que 'inflation menace, ce mesures fiscales qui concernent non de transformer tous les salaries en qui est faux. Mme le chef de l'Etat a seulement les m6nages modestes mais actionnaires. C'est Alice au pays des entonn6 ce couplet en assurant que le plus grand nombre de contribuables. merveilles... 'Europe a besoinfVune monnaie forte. Autrement dit, je ne vois pas l'interet d'une baisse du taux le plus 6lev6 de Quelle est votre position dans Ia Le ministre desfinances, lui-meme, L'imp6t sur le revenu, car cela ne b6n& controverse qui s'est ouverte a assure que l'euro a un potentiel d'ap- ficierait qu'a une couche minime de Ia la
-&i be' automine stir la fiscalite6 des
preciation... population, consommant deJa beau
-Je vous laisse co commentaire. Ce coup. I serait pref6rable. de prendre stock-options ?
que je sais, c'est que l'Europe a besoin des mesures de port6e plus g6n6rale. Je Le d6bat sur les stock-options y a d'une croissance. forte et d'un ch6mage pense a La taxe d'habitation ou a La. reprendre. 3" faible, non d'une orthodoxie mon6taire TVA, bien que, dans ce domaine, les Propos recueillis par Jean-Michel crisp6e. Entre les 6pargnants d'aujour- baisses ne sont pas forc6ment repercu- Bezat et Laurent Mauduit
t6es. IL y a aussi un imp6t qui nest Le Monde du her mars 2000


Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000














Un congres pour deux dignites


a position qui consisted opter qui se confesse de crime contre 1'hu- rest6s sans r6sultats satisfaisants de
manite commis A notre encontre. agriculture, de la p8che et autres micro
pour un congress A mission
unique, Des conditions 1a, indispensables secteurs dont la vie sans subvention de
doit fire l'objet d'une recon- d'une 6mancipation bien amorc6e et l'Etat et 'Europe demeure difficile.
si-raion I'git h du d'une autogestion exercable. Treve de pr6cipitation dans la breche
"pouvoir pour le pouvoir" car Ce tournant de notre histoire ouvrirait b6ante.
elle se proclame monopolaire. la voie de maniere capitale A un peuple Une minute de r6flexion s'avere
Le pouvoir pour qui ? fuse-t-il petit vers le d6senclavement. Et n6cessaire a une bonne n6gociation de
Nous ne pouvons concevoir des pr6- m~me la liberation des entraves pour l'avenir du pays.
rogatives au sein de nos espaces, laissdes laquelle il lutte depuis des siecles et qui a Pas d'envol6es inconsid6ries faisant arbitrairement entire les mains de ceux commence avec le "marronnage" de nos courir le risque d'impr6paration et d'asqui ne voient dans advancement de la anc~tres les esclaves arrives d'Afrique. phyxie dans une dignit6 ne tenant pas cause du pays qu'une ddl6gation de pou- Ne perdons pas la m6moire de 1848 A compte d'une 6conomie effective et un voir. 2000. Mao Ts6 Toung en dirait : "Une budget garanti.
Lepouvoir local ne pourra -tre qu'un longue marche qui a ressembli d une Deux dignit6s sont exigibles, cell de
instmuient au service du d6veloppement longue priere". l'6mancipation par le statut d'autonomie
g r de ci atnqie I n'y aura pas de dignit6 pour le d'une part, et celle de l'accomplissement
general de la society martmniquaise. P
L'instrument ne peut intervenor sans peuple s'il est accul6 A la p6nurie et au des besoins mat6riels, alimentaires et l'objet de son application. La finalit6 d6nuement. I faut un comportement res- sociaux d'autre part. n'6tant pas le statute, mais le d6veloppe- ponsable de la part de nos 6lus locaux. I faut savoir que le stofcisme sied meant durable de note soci6 au triple Ils doivent 8tre des garants pour ceux qui mal aux pr6sentes considerations. plan 6conomique, social et cultural. les ont mandat6s. Ils jouissent de ces Le premier degr6 en matiere de digni1l ne s'agit nullement pour nous, par faits, de leur confiance. t6 ne saura 8tre autre chose que la possiexemple, d'aller qu6mander au pouvoir il serait regrettable de se voir engag6 bilit6 pour les populations concern6es
central franqais loctroi d'un pouvoir de dans une impasse due A la prise d'un d'exercer leur droit naturel et inali6gestion du pays. mauvais d6part. Seraient ainsi r6duits a nable. Ceux que leur confere l'existence
L'orientation vers la seule pr6occupa- neant tous les int6rets 6conomiques, tout couts.
tion institutionnelle ne pose pas le pro- sociaux et moraux acquis. C'est-A-dire le droit A la subsistance,
bl6me du quotidien des populations A L'int6ret g6neral ne peut pas se limi- au logement, A la s6curit6, A l'emploi...
administer. Elle se faith source par sa ter aux seuls candidats administrateurs, Tout parametre lui autorisant un mainvolont6 d'exclusive statutaire, A la mais aussi prendre en consideration ceux tien humainement viable. demande populaire de plus d'humanit6, qu'ils se proposent d'administrer. Nous les partisans de la polycentricit6,
de plus de solidarit6. Certes, il est sage de pr6voir les res- un centre parmi les autres qui constituent
Est-il difficile de comprendre qu'il sources pour la mise en fonctionnement la communaut6 frangaise et europ6enne, y a une enorme difference entire, d'une du statut local actuellement en gestation. devrons avant tout assurer le fondamenpart, souffrir de besoins dans la dignity Le pays on le sait depuis longtemps ne tal de l'humain dans une perspective somme toute discutable, et d'autre possede quasiment aucune richesse na'tu- d'6mancipation. Et cela A l'acception la
part, obtenir la participation en struc- relle. I ne peut offrir que ses bras de plus large. L'autonomie que nous appeturation et financement de 1'&conomie, main d'ouvre et peut-etre des cerveaux lons donc de nos voux est a ce prix. N de la part d'un gouvernement partie qu'il faudrait r6mun6rer honorablement. Julien Pacquit
prenante de la cause autonomiste et On connait les probl6mes jusqu'ici 4 mars 2000



Pour vous abonner Tarifs
Nom: ..........................................Destinations 1 an. 6 mois 3 noms
Prenom : ........... ........... ................ Martinique : Abonnement simple 200 F 110 F 60 F.
Adresse : ............................ ...... ......... ............ .............. Abonnement de soutien 300 F 150 F
.... ... ... ... ....Guadeloupe et Guyane 24 -F130 F 7
... ........ .....: ........... -..... .................... .......... .... ....... ............... .. G a e o p t G y n 24 0 F -1 0 F 7
Remplissez ce bulletin et retournez-le accompagne de votre rbgle- Caraibe 390 F 205 F 110 F
ment (cheque ( l'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F
Parti Progressiste Martiniquais Ancien Reservoir France 320 F 170 F 90 F
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F
T6l.: 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 05 96 72 68 56


12 Le Progressiste Mercredi 15 mars 2000




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EXSL3POL0_IPPO51 INGEST_TIME 2017-04-12T20:39:42Z PACKAGE AA00053606_00261
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES