Citation
Le Progressiste

Material Information

Title:
Le Progressiste organe du Parti progressiste martiniquais
Creator:
Parti progressiste martiniquais
Place of Publication:
[Fort-de-France]
Fort-de-France
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
weekly
completely irregular
Language:
French
Edition:
2000, February 9, no.1770
Physical Description:
v. : ill., ports. ; 38-45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )

Notes

General Note:
Description based on: No 1039 (25 Avril 1984); title from caption.
General Note:
subtitles varies

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
UF Latin American Collections
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
029299668 ( ALEPH )
14196110 ( OCLC )
87642378 ( LCCN )
Classification:
324.27298/206 ( ddc )
JL839 .A8 P767 ( lcc )

Full Text















POLITKQUE DR ALIKERVICE-PRESIDENTD PM,

AGENcE DEPARTEMENTALE Le chemin de
D'INSERIOND as

responsabilit
recoquisScion Dr Aliker, les trois de Basse-Terre doivent
PQ9e fj aire acte de contrition et presenter leurs excuses EMPLOI et leurs regrets au Parti Pro gressiste MartiniI~assoluionsquais, qui de's son con gre s fondateur de 1958, a
dIsertin pour 2000 reclame la transformation du De~partement de la
Martinique en Region Martinique Autonome au sein de l'Etat de Droit quest la RepubliqueI IFran~aise. Option politique qu'ius ont toujours ptiofl combattue avec hargne,
violence et mime haine, non sans succes, nous freinant dans notre marche en i avant.
Par YDr Aliker
page 2


Tous les dimanches
dans le cadre de 1'niission
dans notre"Du Tac au Tac"
0 yr rencontre avec une personnalitel
economiemartiniqualse.
pageF10OFM De 11 bd12 b 30.
+L

















Le chemIn de Damas?




a declaration de Basse-Terre n6' de la voie que nous lui proposions la et la reunion de Madiana ont voie de la responsabilit6 et de la dignit6.
souleve' une enorme interroga- S 'us font ces deux actes de contrition, tion a la fois simple et capitale: alors uls pourront demander le ben6fice du
les conjur6s sont-ils sinc&res ? doute.
on-l, 'nsa e an-Si non, comme c'est infiniment proPaul, trouve'leur chemin de Damas ? bable, leur d6claration et leur reunion ne
Si oui, alors, ils' doivent presenter seront qu'une volte-face cynique, marqu6e
leurs excuses et leurs regrets au Parti Pro- au coin de la d6magogie populiste la plus gressiste Martiniquais, qui d&s son basse, avec pour seul objectif: le racolage congres fondateur de 1958, a re'clam6' la des voix ;avec pour seul but: arriver au
transformation du De'partement de la Mar- pouvoir.
tinique en RWgion Martinique Autonome Pourquoi faire ? Ils nWen savent rien
au sein de l'Etat de Droit qu'est la R6pu- eux-me~mes, leurs lignes politiques fondablique Franqaise. Option politique qu'ils mentales 6'tant divergentes sinon oppoont toujours combattue avec hargne, vio- s6es.
lence et me~me haine, non sans succ~s, A l'6vidence, ils veulent le pouvoir
nous freinant dans notre marche en avant. pour le pouvoir. Pour assouvir leurs app6Si oui, ils doivent a tits et leurs lubies.
genoux et battant leur /Le simple bon sens
coulpe, demander par->://& populaire se chargera de
don au peuple de la Mar- les arrter dans leur coutinique pour l'avoir pen-~ pable entreprise. m
dant si longtemps,DrAir
d~voye', l'avoir si long- Vice-President du Parti
temps tromp6 et detour- Progressiste martiniquais








2Le Progressiste Mercredi 9 fevrier 2000














A"[un espace de



responsab~lite reconquis


000*_- Claude Uise, le, compte tenu du statut ckpartemental
ercredi demier, Jean- Prtsident die des agences.
I RJack Queyranne a IDIDes dispositions particulhres en
pr~sent6 au Conseil Marlinique. faveur des agents contractuels en fonction
des Ministres un pro- dans ces nouveaux &ablissements publics
jet d'ordonnance sont privues afin de leur permettre de
relatif au statut des conserver defa~on d~rogatoire le b~ngfice de
Agences D6partementales d' nerton leur contrat d durie indgtermn~e, pour
Dor6navant, celles-ci sont des 6tablisse- tenir compte de la sp~cificitg des misments publics d~partementaux pr~sid~s sions qu'ius accomplissent au sein des
par les presidents de Conseils G6n6-aecs raux. Le personnel 6tant rattach6 au L2 gnes.bes rise biain
statut de La fonction Publique Territo- des anciens itablissements publics
riale. nationaux sont transfigrs aux
Ces r6sultats sont le fruit d'une nouveaux e9tablissements
longue bataille men6e depuis 1994 publics d~partementaux.
par notre camarade Claude UISE. Cr99s en juillet 1994, les
En effet, la Loi Perben, en cr6ant les normal et de les pr6parer A retrouver, dans agences d'insertion, &ablissements sp~ciADI, 6tablissements publics natibnaux, La mesure du possible, une activit6 profes- fiques aux DOM et places sous la tutelle du
avait recentralis6 Ia.comp~tence en mati~re sionnelle, le moment venu. Ci-apr~s, le Secretariat d'Etat i l'Outre-Mer, disposent d'insertion qui jusque La relevait des communiqu6 de Je an-Jack Queyranne d'un budget de pros de 1 milliard de Conseils G~n~raux comme pour tous les annonqant ce changement de statut. francs. Elles comptent environ 500 agents.
d~partements de l'Hexagone. "Jean-Jack Queyranne, Secrctaire dlE- Chaque annie, elle concluent pros de
Cette discrimination et ce coup port tat d l'Outre-Mer, a present le 2 frvrier 20000 contrats d'insertion d'activit avec La decentralisation ont 6t6 hi l'origine des 2000, devant le Conseil des Ministres, une les bcengficiaires du RMI."1 combats que Claude LISE a men6s sous les ordonnance modifiant le statut des gouvemements de droite comme de Agences d'Insertion des DOM.
gauche. Sa conviction est aussi que les L'ordonnance privoit que les agences Le Progre6ssiste
politiques d'insertion, pu teefficaces, d'insertion, ]usqu'd present T61,:semnt 05ie 9611 880
doivent &tre impulses et g~r~es au plus publics nationaux di caract~re administra- Fax. :05 96 72 68 56
pr~s du terrain. tif, auront d~sormais un statut d'6tabhisse- poi 1ppm~iwonoai doo.fr
Ce nouveau positionnement des ADI ment public d~partementaux. La pr~siden- Fondaeur! AiM6 C~saire,
doit donc favoriser La mise en oeuvre de ce du conseil d'administration sera exer- Eiteur Parti Prog!nessiste *
politiques d'insertion mieux adapt~es, c~e par le president du Conseil GMn~al, le Mwni~o artaisN728
notamnment dans les domaines de L'inser- repr~sentant de l'Eat devenant commis- Dire, ceur de la publication
tion par l'activit6 mais aussi par le loge- saire du gouvernement. Patrick FI6riag
metet autant que possible par l'6cono- Les dispositions statutaires applicables Potiponraeu Qato 7C 564
mique ; permettant ainsi de maintenir les aux personnels seront les r~gles de droit iiypnimer Didsormeaux -5030)30'
b6n~ficiaires du RMI dans un tissu social commun de la fonction publique territoria- -I _________ ___J


Pour vous abonner Tarifs.
*Nom: ........................................... ..... ..... ......Destinations 1 an 6 niols 3 molls
Pnm............... .... .............MNatinique :Abonnement simple 200 F 110 F 607F
Adresse : ............................................ Abonnement de soutien 300 F 150 F
.............................................Guade.....o..pe...et...Guyane..... 240lou eFt 130n 2 0FF 170F 0F
* Remplissez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre rbgle- Caraibe 390 F 205 F 110 F
ment (ch~que A l'ordre du PPM) au Reunion43F 20F 10F
Part Progressiste Martiniquals Ancien R6servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr6nelle 97200 Fort-de-France USA 445 F 235 F 130 F4
T61., 05 96 71 88 01 Europe et autres pay 575 F 300 F 160 F
Fax.: :05 967268 56
---------------------------------------------------------------------------Le Progrossiste Mercredi 9 f~vrier 20003










CONTRACEPTION


A vous de choisir
Le 11I janvier dernier, le ABYcnenn acnrcpine
gouvernement a lance une AUBRY dfci 'onmatL rotation e titn eccIVG seton rafge et le
campagne d'envergure ledficit d'isnor ays etn ren ce nombre d'IVG anterleur
su l contraception. EU doan e dparnts o -er pay se9 retrouve9an
s'agit de favoriser un dases dartemmentus re- me
acces egal pour tous 6 a e ris m eg qe les prntraepteo Guadeloupe :sur 49Q70 IGV
mafrtrise de Ia fecondlite.eitn urgr&eL otaeto 2831 cor-respondent uine lerelv
Aujourd-'hui, plus de deux dans les ddpartements de la Guadeloupe, 2 139 correspondent ai une 2' IVO
fem essu toisenre20 de Guyane, de Martinique et de La ou plus
femme as surtrisentre 20 Runion sont plus aigus qu'en m6tropo- EnMriqu: r234IV
eth4dahsoutrsetine, le. En4 Martisniqu ue su 234 IVG
metoecnrcpie Dans les DOM, la mauvaise copniais- 15947 correspondent a uine 2e IVG
mais le nombre sance des structures information et de 594 corspnet ue2IV
d'avortement ne decro~t consultation en mati~re de contraception a
pas (220 000 par an) et principalement pour consequences un En Guyane :sur 11410 IVG
les grossesses non nombre excessivement 6lev6 de gros- 715 correspondent a u ne 1I VG
desirees chez les sesses prdcoces chez des jeunes filles 425 correspondent a une 2e IVG
adolescentes restent mineures et un nombre alarmant d'JVG. ou plus
nombreuses (100 000 par La conjugaison des deux plidno- A] ~ao:sr47 V
an). Dotee d'un budget de m~nes aboutit at ce triste constat :dans A La cresondn Lu 32iVG
24 MF, un guide de poche les DOM, environ la moiti6 des gros- 316 corepndn l
de la contraception sera sesses ddclardes chez des mineures entre 1 208 correspondent Liune 2e
diffuse a 13 millions 12 et 17 ans se conclut par un avorte- lVci ou plus
d'exemplaires dont 5 ment.
millions aux ele6ves de Les grossesses prdcoces sont particutroisieme et au lyceennes li~rement frdquentes en Guyane oii 10 % Ces donndes justifient amplement
et lyceens. des accouchements concernment des que la campagne nationale d'information
mineures. sur la contraception ddcidde par le gouEn mati~re d'interroption volontaire vemnement concemne aussi les DOM. de grossesse, le pourcentage d'IVG rela- Aussi, c'est tout naturellement que orsdu anemet d L con- tivement aux accouchements atteint un s'est irnposde au Secrdtariat d'EtatA page ntioaled'ifora- niveau plus que prdoccupant en Guade- l'Outre- Mer la ndcessit6 de participer At
tion sur la contraception, loupe (72,8%) et ce pourcentage se situe Ai cette campagne nationale pilot~e par le Jean-Jack Queyranne, Secre'- un niveau 61ev6 (entre 30 et 35 %) dans minist~re de l'Emploi et de la Solidarit6 taire d'Etat l'Outre-Mer, a les trois autres DOM. et d'y contribuer de mani~re notable et
prononc6 une allocution pre'- Cette r6alit6 touche, on le voit, beau- sp~cifique.
sentant la situation dans les DOM. 11 y coup d'adolescentes, mais aussi des Notable, parce que la situation exige
d~crit une situation qui doit intereller femmes adultes, dont beaucoup se trou- un effort financier significatif : au total, chacun d'entre nous. vent d&As socialement, dans une situa- c'est une somme de 2, 2MF que le Secr6"La situation d6crite par Martine tion fragilis6e. tariat d'Etat ai l'Outre-Mer consacrera At


Nom:Pour vous abonner Tarifs 1an6ms3 ol
Pr6nomn ................................................................. Martinique :Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
Adrsse: .................................................................... Abonnemrent de soutien 300 F 150 F
....................... ....................Guade.....oupe....et...Guyane......240eloFe t130a e F0 70 F 7 F
Remplissez ce bulletin et retournez-le accompagn6 de votre r~gle- Caralbe 390 F 205 F 110 F
ment (ch~que A I'ordre du PPMV) au Reunion 430 F 230 F 120 F
I Part! Progressiste Martiniquals Ancien R6servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr~nelle 97200 Fort-de-France USA 445SF 235SF 130 F
T61.: 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F
Fax. : 05 96 7268 56


4 Le Progressiste Mercredi 9 f~vrier 20004










volontaire.
%~ d'IVG par rapport aux Par ailleurs, tout au long de l'ann6e Aide A ceux qui ont
naissances (1997) 2000, les associations concern~es en ce soufferts de LennyJ
Guadeloupe 72,80% domaine mettront en oeuvre diverses Le gouvernement a d( !idk
Martniqe 34, 40 atios decomuniatio enliasond'une enveloppe globale de Matiiqe 4~% avcn e commnictivtseTioile en ls l'ordre de 600MF dont 388 MF
Guyane 29,60%,vclsclecii10ertoilse e provenant du Fonds de secours
La Reunion 3 4,70%) services des DDASS et des D6l6gations du Secr6tariat dl'ttat 5 'Qutreaux droits des femnmes. Ces actions pour- Mer pour la r6paration des %France entire 27,400% ront prendre la formne d'affiches, de dommages provoqlu~s, en
R~prtiiondescenresconcours de slogans sur le th~me de la novernbre 1999, par le cyclone
R~patiton es cntrs, ontacepiondan leslyces t cll~gs, enn enGuadeloupe et en IVG entre 4tablissement co ncpo urn les tlc6esi et cole Martinique.
publics et 6tablissements dmiiipporatlvsonudeIrnm6diatement apr~s le
nfrivS(97 forums de discussions autour dlapassage de Lenny, l rme
r 197)contraception. Ministre avait fait savoir u
Publics Priv~s Enfin, une aide a 6t6 accord6e pour la Martiniquals et aux
Guadeloupe 4 7 rdalisation par le magazine JAIMES Guadeloup~ens que la
Martinique 3 (Journal associatif d'information multi- solidarit6 nationale jouerait en
Guyne 3forme pour l'6ducation sexuelle) d'un leur faveur de la m~me mani~re
Guae2 3num6ro sp6cial destin6 au public jeune qu'elle avait jou16 en faveur des
La R6union 5 2 srlsqetosles lcnrapin.d~partemnents du Sud de ia
sur es uestonsli~e ~tla cntrcepton.France touch6s par les % Fanc eni~r 40 36 Lensemble de ces actions propres inondations.
aux quatre DOM et i Mayotte viendra, Le montant de 1'enveloppe bien sfir, en complement des actions globale arr~t6e par le
cette campagne at destination des publics d6cid6es dans le cadre de la campagne gouvernemnent, apr~s evaluation concern6s dans les Dom et Ai Mayotte. nationale sous l'6gide du minist~re de des d6gas et examen de
Sp6cifique, parce que les actions l'emploi et de la solidarit6. 1l s'agira de L'ensrnbe ascdossieasemet d'information qui seront men6es devront l'envoi en grand nombre, comme en Cette enveloppe se r6partit a
autant que possible 8tre adapt6es aux m6tropole, d'un guide de poche ou "carte hauteur d'environ 417 MF pour contextes socioculturels particuliers des Z" qui renseigne notamment sur les dif- la Guadeloupe et de 175 MF soci6t6s d'outre-mer. f6rentes mdthodes de contraception. pour la Martinique.
Plusieurs types d'actions sont pr6vus D'autre part, dans les quatre DOM, Dans le montant dle lenveLoppe dans lesquelles se retrouveront c6te h des spots portant sur les th~mes. globale, les sommes destinies
c6te le milieu associatif, les services Un spot destin6 Ai la t6l6vision, cofi- financed les aides aux
d~ocet~sd 'Ea (DS, ~~g- nnc arl Sc~ara dEa ~ 'Ote particuliers, les entreprises; les
d~cocenr~sde 'Ett (DAS, D16g- nnce ar e Scr~arit dEta A 'Oure-agriculteurs et le secteur de la tions aux droits; des femnmes) et collecti- Mer et le Service d'Information du Gou- p&che, dlurement touches par vit6s locales. vernement, sera diffus6 'sur RFO. le cyclone, s'616vent i 55 MF
L'une de ces actions va consister A Le succ~s de cette campagne repose Les subventions. allou6es aux assurer dans chaque DOM le fonctionne- pour partie sur l'implication sur place collectivit6s locales pour la ment d'un service local d'accueil t616- des responsables associatifs. Ils doivent reconstruction de leurs r6seaux phonique durant la campagne pour ren- savoir qu'ils peuvent compter sur l'6cou- routiers, des rdseaux d'eaux, seigner et orienter les personnes en qu~te te attentive et la coop6ration des diff&-e d'ssaiisement dies 6erict d'infonnations. Ce service t6l6phonique rents services de 'Eta concerns, outre- de Vd'uieen dive sErn sera g6r6 par une association support mer. L~tat conisacrera pr~s de 150 MF
a la r~fection dle la voirie
Naissance en 1998 (le chiffre de 5,4% En Guyane: 8,7% pour national. Les entreprises
cbez tes jeunes indiqU6 dlans le les moirts de 18 ans et publiques ( France T6l6com),
femmes de mains dossier de presse L6,2% pour les momns quant a elles, ont d6j consacr6
de 20 ans et de correspond l'ann~e de 20 ans. plusieurs dizaines de millions
mains de 18 ans 1992). 2,7% pour le la remise en service de Leurs
r6seaux.
momns de 18 ans. A la R~union (19907): Ces indlemnisations compl~tent
En Guadeloupe : le 3,45%)" pour los momns los premiers secours d'extr~me
taux de naissances En Martinique:2 de L8 ans et 9,66% urgence attribu~s aux
chez les mineures pour los momns doe 18 pour les moi s dle 20 particuLiers pour le montant de
tourne autour de 3%A, ans, et de 5j,4 pour ans. 2 MF, inmm~d iatement apr~s le
ces dlerni~res ann~es les momns de 20 ans.psaedeLny



Le Progressiste Mercredi 9 f~vrier 20005













EMPLOY



Les solution neto



poul- 2000



e fonds pour l'emploi dans les est prdvue. Ils viendront compldter les tique At la dotation initiale de 1999.
ddpartements d'outre-mer et la 7 517 postes cr66s au cours des deux exer- D'une dur6e ddterminde, le CIA peut collectivity territorial de cices prdc~dents. 6tre conclu pour un minimum de trois mois
S aint-Pierre- &-Miquelon Pour les contrats emploi-solidarit6 pouvant Wte renouvel6 jusqu'a 24 mois et
(FEDOM) tel qu'il a 6t6 cr66 (CBS), qui reprdsentent un autre dispositif atitre exceptionnel, jusqu'a 36 mois pour par la loi du 25 juillet 1994 d'insertion significatif, ii est propose d'ac- les personnes en grande difficulty. Quelle pour permettre une meilleure coordination centuer l'effort r6alis6 au cours des deux que soit la nature des collectivitds ou des des actions men~es en mati~re d'insertion, demni~res ann6es et de mettre en place une personnes aupr~s desquelles uls sont mis a int~gre la gestion des contrats emploi- enveloppe globale de 35 000 conventions, disposition, les bdndficiaires d'un CIA ont consolid6, A cornpter de ce nouvel exercice soit la reconduction de l'enveloppe ouverte pour unique employeur l'agence d'inserbudg~taire. en 1998 et en 1999 (34 O00conventions) et tion.
En effet, il est apparu opportun de rat- une enveloppe suppldmentaire de 1 000 La solution d'insertion ax~e sur le secteur tacher au FEDOM la gestion du dispositif conventions. Les cr6dits affects au finan- marchand est le contrat d'acc~s A 1'emnCEC qui constitue une suite de parcours cement des CES s'6l6vent a 631,5 MF. ploi (CAB). Le cofit total des CAB sur
pour les CBS les plus en difficulty. Pour Les contrats emploi-consolide (CBC) lFexercice 2000 s'6l ve A 354 MF. lFexercice 2000, les credits ndcessaires a dont la gestion est ddsormais assure par le Le contrat d'acc~s a l'emploi est tine son financement ont donc 6t6 transf6r~s du secretariat d'Btat a l'Outre-Mer, visent a mesure sp6cifique aux DOM. 11 peut 6tre budget du minist6re de lIBrnploi et de la favoriser lFembauche de certains bdndfi- un contrat A durde determine (minimum Solidarit6, a celui du secr6tariat d'Btat A ciaires d'un CBS qui ne peuvent trouver un un an et maximum deux ans) ou A durde l'Outre-mer, sur le chapitre 44-03 du emploi ou une formation A l'issue de leur ind~termin6e. Pendant toute la durde du
FBDOM. CBS. contrat, l'employeur b6n6ficie de la mesure
Compte tenu de ce transfert, la loi de Bn 1999, plus de 7 200 personnes ont generale d'exon6ration des charges finances 2000 a dot6 le chapitre du 6t6 concernees par cette mesure dont pr~s sociales compl6t6e par le versement d'une
EDOM d'un credit global de 2101 ,7MF. de 2 400 au titre d'un contrat initial Pour prime dont le montant est d6sormais Bn 1999, la dotation en loi de finances initiale l'exercice 2000, il est pr6vu une enveloppe modul6e en fonction des diff6rents publics. (LFI) s'6tait 6levde a 1 808 MF. de 2 800 contrats nouveaux ce qui repr6- Bn effet, dans le cadre de la loi d'orienLa dotation ouverte en LFJ 2000 per- sente 400 contrats nouveaux suppl6men- tation de lutte contre les exclusions, il a 6t6 met de pr6voir 69 000 solutions d'inser- taires par rapport A 1999. ddcid6 de recentrer ce dispositif en faveur
tion. Ce chiffre est A comparer d'une part Bn ce qui conceme les contrats d'in- des publics les plus 6loignds de l'emploi A avec les provisions en LF 1999 (60 000 sertion par 1'activit6 (CIA), rdservds aux savoir les demandeurs d'emploi de tr~s solutions) et d'autre part avec le nombre de bdndficiaires du RMI, une dotation de longue durde, les Jeunes de momns de rdalisations en 1999 (69 434). 15 000 contrats est propose, chiffre idenLa mise en place en 1998 du dispositif
"nouveaux services nouveaux emplois"Rprtto padpaem ndsm su sd'n rin
cr66 par la loi n'97 940 dui 10 octobre 1997 patto prdpremndsmsu sd'srfn
a 6t6 applicable dans les DOM et A Saint- proposees pour 2000
Pierre-et-Miquelon en meme temps qu'en CES CEC CIA CAE Primes Emplois Total
m6tropole. La gestion de ces emplois- -- Jeunes ____jeunes cr66s par les collectivit~s territo- Gudlpe 40 86 350 154 25 87162
riales, les organismes de droit priv6 A but Gudope 490 86 350 154 25 87162
non lucratif (associations, fondations, Guyane 2 804 196 1050 444 4 195 4 693
soci6t6s .mutualistes, comit~s d'entre- Martinique 3 604 280 3 150 1 700 10 850 9 594
prises) et les organismes en charge d'une R6union 23 538 1 428 7 350 3 480 249 3 559 37604
mission de service public, jeunes a 6t6
St Pierre &
confi6e en 1998 au FEDOM, conformement aux dispositions du decret n097- Miquelon 154 10 -22 32 9 1227
1255 du 29 ddcembre 1997. Pour 2000, la Total 35 0001 2800 118 000 17 500 1500 13 000 163800
creation de 3 000 nouveaux emplois jeunes


6Le Progressiste Mercredi 9 f6vrier 2000










26 ans et les allocataires du RMI. Le verse- duction de celle de l'exercice 1999 corn- de nouvelle d'agr6ment ne pourra donc ment de la prime est done modul6 en fone- pl~te par une dotation complementaire de 6tre instruite au cours de l'exercice 2000. tion de ces diff6rents publics, alignant ainsi 500 contrats. Cependant, l'aide de l'Etat 6tant attribute
le dispositif des CAB sur celui des contrats Enfin en ce qui concemne les primes a pour une p~riode de 10 ans, les dossiers initiative emploi (CWI), applicables en la creation d'emplois attributes aux d6ja instruits et accept6s continueront hi m6tropole (d6cret n' 99-135 du 2, frvrier entreprises dont les activit6s sont toumn6es b6n6ficier de cette aide. Une dotation de 1999). vers les march6s ext6rieurs, le dispositif de 500 primes reste donc ouverte pour pouPour 2000, la dotation propos6e s'6l6ve demnande d'agr~ment avait W prorog6 jus- vonr honorer ces engagements.0 h 7 500 nouveaux contrats, soit la recon- qu'au 3 1 d6cembre 1999. Aucune demanLesm es esur de labanane

Concernant Vaide march en 19(.Stre, calcu1~es exceptionnell
cornpensatoire, le decmntau niveau destinies au
gouvernement avait La coordination dle ces de 1,63 F/kg, sont en d~sendettement des
annonc6i mesures a contribute (a cou de ri~mn exlottin
-c'une part, un ce que ces deux s1 sposii1 c'u rge nce, banani~res en
dispositif bancaire annonces, bUi ~I lui, a bien &t6 difficulty, ]a circulaire
c'urgence avec prise en compl~mentaires et confirm par le application vient
charge des frais simuttan~es, nWaient gouvernement et peut d'&tre sign~es du
financiers par P'Etat. il pas abouti de facon fair ';ob jet ctune Ministre de
perrnettait dle concomitante. application des la mh- l'Agriculture et pr~voit
completer les avances En effet, le 17 ja Oer 2000. 'affectation dle 50 MF
revues novembre 1999Q, alors Aisi ii pourrait pour les deux
bimestriellement de que les aspects concerner uine avarice d~partemnents de la
1,20 F/kg bi 1,03 F/kg, techniques du nationale relative au 6e Martinique et de
soit environ ]a moiti6 dispositif bancaire bimes -tre iqui nie fait OGtadeloupe. Ces
des sommes 6taient encore en pas l'ob jet ct'avanc'e credits seront mis en
pr-6visibles restant ~i discussion, sur r !'Europe) sur ]a place au terrne
percevoir au titre de propositiondu comit,6 basa de I1,63 F/kg et d'examens individuels
Aide compensatoire de gestion de La C ven.-tue11ement un de la situation des
1999. Les ressources banane, Ia Commission nouveau complement exploitations
n~cessaires, estim~es europ~enne a donned dl'avanece de port~e bananieres. I] est pr~vu
120 M F, devraient &tre une suite favorable la annuelle permettant de r~aliser uin grand
apport~es par le demande du t eindlre un niveau nombre d'audits qul
secteur bancaire sous gouvernement ce qui a d",' -nce de.1,98 F/kg seront soumnis ~
]a forme de pr~ts dont pennmis de porter le Qertainq es organisation.1'exarnen de la
les int&r&ts 6taient 6 la montant esavances deP ucteurs Cmiso
charge de 'Etat consenties pour les disposant, en propre et Departementale.
'autre part, une tiq rmirsr :-eureient a ces d'Orien 'tation d.
deaceintroduite bimestres 1999 1,63 r1~ es, d'un .~rclue e
par ]a France aupri's de F/kg. les so mes fl. c irnent u solde explolitants agricole du
]a com-nmission r~gular.is~es au titre c aide secteur de la banane
europ~enne tendant a des quatre premiers compensatoire, les frais.qu souhaitent acc~der
revoir le rythme et le bimestres ont 6t financiers aff~.rents cette mesure sont.
montant des avances versees aux pou- .,,,t &tre pris en engages .se
sur aide cornpensatoire organisations de cha ,rge par P'Etat dlans rapprocher de leur
dle fa~on producteurs le 10 ladede ce organisation de
exceptionnelle, cdrnpte d~cembre 1999. Les -,,,,ositif. producteurs.
.ten~u de la faiblesse du avances relatives au 5.e c,-ocernant Paide


Le Progressiste M6rcredi 9 f~vrier 20007












EMPLOI



Le reven u mi nimum



d ins'insrtion dans les DOM

1. L'evolution du nombre 2. Les depenses En 2000, le montant de la cr6ance de
de beneficlaires du. RMI d'allocations de RMI: proratisation s'&1ve Ai 861,58 MF.
D'un niveau 6lev6 d&s le ddbut (on Le bar~me du RMI applicable dans les 3.Lsr uta d
comptait 66 015 foyers d'allocataires d~s DOM est 6gal Ai 80%.du montant flx6 pour 3.Lsrslasd juin 1989), le nombre des bdndficiaires du la mdtropole. I'insertion:
RMI dans les DOM a augmented, avec des Depuis le l er janvier 1999, allocation Dans chacun des quatre DOM, l'6labofluctuations au fil des ann6es, pour se mensuelle de base pour une personne seule ration et le suivi des contrats d'insertion situer At 124 242 au 30 juin 1999, soit 15,9 % s'6l ve Ai 2 041,88 F. Allocation mensuel- sont assures par les agences d'insertion de la population active des DOM (contre le moyenne verse est de 1 780 F. (ADI). Officiellement mises en place le ler
3,3 % en mdtropole). L'dvolution des ddpenses d'allocation octobre 1995, conformdment Ai la loi du 25
47,7% des bdndficiaires du RMI dans de RMI a suivi celle des effectifs :d'un juillet 1 994, les agences d'insertion 6taient les DOM le sont depuis plus de 3 ans. montant de 1 029,9 MF en 1989, elles ont A l'origine des 6tablissements publics
Les allocataires isolds reprdsentent franchi le seuil des deux milliards de nationaux Ai caract~re administratif, places 51% du total, les familles monoparentales francs en 1994 pour s'6lever At 2 27 1,6 MF sous la tutelle du ministre charge de l'ou27,1 %, les couples avec ou sans enfants en 1998. tremer et copr6sidds par le prdfet et le pr&21,9 %. En compensation du taux infdrieur du sident du Conseil G~ndral.
EI faut toutefois noter que l'6volution RMI dans les DOM, l'Etat participe dans Elles ont Wt transformdes par la loi du nombre des bdn6ficiaires n'est pas iden- ces d6partements au financement d'actions d'orientation du 29 juiLlet 1998, relative hi tique dans Les quatre ddpartements. Ainsi, d'insertion au profit des bdn6ficiaires du la lutte contre les exclusions, en 6tablissesur un an (juin 98/juin 99), Les effectifs du RMI, en plus de celles de droit commun ments publics locaux. RMI ont augment de + 3,9 % en Guyane, de ddj finances. Ces credits, appelds creance Les agences d'insertion ont pour objec3,5 % en Martinique, de 11,7 % i la de proratisation du RMI, reprdsentent la tifs principaux:
Reunion et de 9,3 % en Guadeloupe. difference entre les allocations verses de favoriser la reprise d'activit6 des
Ces chiffres sont Ai mettre en parall~le dans Les DOM chaque annde et le montant bdndficiaires du RMI en -d~veloppant les avec les rdsultats diffdrencids, selon les qu'elles auraient atteint si le bar~me possibilities d'insertion professionnelle, DOM, des mesures pour l'emploi en mdtropolitain avait 6t6 applique. notamment par la cr6ation des Contrats
faveur des bdndficiaires du RMI : ainsi en Le montant de cette crdance s'est 6lev6 d'Insertion par l'Activit6 (C.I.A.) ;. 1998, le taux d'acc~s des bdndficiaires du en 1999 t 83 1,6 MF, se rdpartissant en d'amdliorer la definition et la mise en RMI Ai ces mesures s'6tablissait Ai 8% en deux volets :635 MF pour des actions dans ceuve d'une politique d'insertion couvrant Guyane, alors qu'il est de 19,9% h. la le domaine du logement social et 197,6 MF les diffdrents domaines de l'emploi, de la Reunion, la moyenne pour les quatre DOM pour des actions d'insertion mises en formation professionnelle, du Logement, de 6tant de 15,9%, alors qu'elle est de 20,2% ceuvre par les agences d'insertion dansoles la sant6, de lFaction sociale, de l'dducation et en mdtropole. DOM.

Le Conseil G~n~raI adopted entreprises de la Martinique doivent -Moratoire sur les charges sociales
*une motion. po.ur le soule jel. tr& particuli~rent soutenues et patronale des petites 'entreprises et ]a
des Tris petites entreprises$ que le d~couragement qi gagne les couverture sociale cdu travailleur ..
~Le coseiler g~~rax runi n resppnsables est une menace pour iid.6pendlant.
sac lneel edei28 janwier Vernploi. Gel des autortsations d'iimplantation
seacepl~i~e IvndrdiS'associent a la demnande form1U I epar de grandes Surfaces jUsqU'a La mise en
20sis is a aFdation despte nrpns cetto F6deration p-our que les mesures place &'un Schema d'Urbanisme daMair tini es nrpP~ d'urgences qui suivent, soient prises Comnmercial en tenan t compte de
C do a n artiiu to l filt par- le gouvernement, en attendant notre rat6 ecoriomique.
nonsid~lraent ra n siuton de fallt'application du nouveau dispositif....Mise en place~ d' .eCommission.
d Tentreprises et en particulier die daesuxentreprises: .- ueparternentale 'qient
petits entepriss. -arnRt des pousuites eng'ag'jes contre Commercial avec uine pari't6 de soco
peties entqeses.............les petites entreprises (visites professionnels etdcl6,us,"
Cnsreprt qu ecesetts ,e dhIuissie-S,.menaces de saisies... Motion votee a J'unan t 40 voi
enteprse qu rpr~enen~ 9% ds lans l'exercice dle leurs activities. pouF



8 Le Progressiste Mercredi 9 f6vrier 2000










de la lutte contre l'illettrisme. sont repr6sent6e-s par des Contrats d'inser- 10 % sur un an et de 40 % sur deux ans.
En 1998, 18 103 allocataires du RMI tion par l'activit6. Les ben~ficiaires du revenu minimum dWindans les DOM ont b~n6fici6 d'une mesure Le RMI s'6tend, en outre, hi la collectivity sertion et. leurs ayants droit repr~sentent d insertion, dont 11 107 At la Rdunion, 636. territoriale de St-Pierre-et-Miquelon. Le Jactuellement pr~s de 1 % de la population en Guyane, 3 266 Ai la Martinique et 3 094 en nombre de foyers allocataires s'y 6levait a jde l'archipel.0 Guadeloupe. Pr~s de 50 % de ces mesures 42 en 1998, soit une diminution d'environI


CLARION DES ACTEURS XCOt ,rO'~vHU1S
"La response ilit6 : o ,mcis..!1'
Aujourd'hui s'ouvre le Pheure est venue nous d. 'ons emprunter frilosit6 scI~rosante,
d6bat sur V'6volution c'assumer pleinemnent pour atteindre nos tout repli sur soi, toute
statutaire des nos responsabilit~s, cde objectis inquietude inju[stifi~e
D6partements d'Outre- rnettre fin a& Passistanat, Aussi, 1en esures quant 6 notre capacit6 Mer confortable certes, 6conomiquj~es pr6vues chimagination, de
La question ne laisse mais r~duisant peu bt clans le c-adre de la Loi cr~ativit6 et &'audace. personne indifferent peu notre dignity a d'orientation doivent Mail ii convient et les car chacun mesure qu'il n~ant. &tre 6targies et surtout politiques se doivent
s'agit de nos regions et Chacun sent p ses de I'exprimer
plus sp~cifiquement de confus6ment qu'une n Ur nature, clairement maintenant,
'avenir de La evolution dlans nos -4 r A fus milodalite's de ne jamais oublier
Martinique. rapports avec I'Etat est d _-~~emnent; que la revendlication de
Le rapport Lise-Tamaya devenue un passage ~ usd~lais de la responsabilit6
et la "D~claration de oblige Pour la prise en r~ c ~ euvre. implique des choix, des
Basse-Terre" ont mis en main de nos Iinx iut en effet un renoncements paifois,
evidence la volont-6 de d~partement d'outre,- r~ conomnique toujours des droits et nos &lus de prendre en mer. &C. Iiux, por-teur et des devoirs.
compte le souci En effet, s'iI revient -Ud r u: c'est Alors, les chefs
identitaire des l6gitinernent aux l'urge- -e n~cessit6! d'entreprise seront
populations et leurs politiques de r~fl~chir A a, < parce que les pr~ts ,s'inscrire aux aspirations la dignity. au cadre dlans lequet chef i ntreprises sont c6t~s des politiques MWme sites reactions elle pourrait s'inscrire cow ,_~tS tous les clans une demarche divergent, on peut en faisant inontre de jo & aralit6 des volontariste vers plus
affirmer qu'une tape perspective et chiLA P exigence de responsabilit6 pour
importante a 6t d'imagination, les chefs de P_ -ch~s, 6 la un vrai d6-veloppement
franchie, d'entreprises se compliion mnondiale, 6conomique, sociali et
Car, chacun sent bien doivent de faire T I __1itent que la cultureL I
que ne peuvent entendre leur voix! r l-i, a u jo urd'hu i
perdlurer Car, au centre de leurs o tese situe clans Marcel Osenat,
l'irresponsablt preoccupations, ]a t ~Ia m~thode, le President de l'APEM
g6ne~rate et dermeure le r& me et Ile Jean-~Claude Lubin,
naturellement d~vetloppemnent co r-us, et donc.....aieRn, PdesladntM
P'irresponsabilit6 economique, ftnalit,6 de -precipitation deie RoinUlRPMien
individUelle qui.. touL< 6vlto.i e de Serge Jean-Joseph,
s'instaurent petit Ils sont pleinement cojnsequences. President dju M~def
petit en.Martinique et conscients que P'heure Dans :et esprit, la Jean Rouyer, President qu.i condluisent......t venue d'assumer d~tnarche propose~ de I.AM4JP.
inexorablement une nos responsabilit6s...pa-rl raipport Lise~- Christian Cayol,
anarchie scI~rosante clans un choix de type .Tarnaya d'un congr, s.President de !a C'hambre pour notre- 6conomnie et de d~veloppement, de .pa rait souhaitable et des Metiers
dagereuse pour la type de soci~t6 que Id'efficacit6, Guy Ovide-Etienne,
d~m~~craie.nous voulons, un choix I. ts crivent.......Pr.~sident de la Chambre
Chacun sent bien que quant aux voles que ambi- _!1 contre toute d'Agriculture


Le Progressiste Mercredi 9 f~vrier 2000 9












CLAUDE CAYOIL LOIRS DES TROISIEME TROPHEES DU TOURISME



"Expique I' pact



dutounisme dans or



duon notr

Le tourisme est Ufl secteur Permettez-moi quelques instants de public 'ARDTM La Chambre de Corntr d oiemes trophee retracer le chemin parcouru depuis 1985, merce et d'Industrie l'Office D~parteLe annie de la creation par le Conseil R6gio- mental du Tourisme "Les rendez-vous de la
ont recompenses nal, d'une campagne de sensibilisation Martinique" dont les objectifs, outre la
les pro fessionnels intitulde "Les joumnes mnrtiniquaises du sensibilisation de notre population, sont
du tourisme. tourisme" et, dont l'organisation et le suivi de:
ont 6t confides a 'ARDTM. -permettre h tous les professionnels du
Tout au long de ces anndes, cette cam- tourisme de se reunir pour mieux se pagne dont nous commenqons A ressentir connaitre et travailler ensemble; les effets positifs a confirmn6 par les 6tudes -proposer aux Martiniquais et aux toumen~es par 'ARDTM dans le cadre du nistes un 6ventail d'animations mettant en Schdma de Ddveloppement et d'Am6nage- valeur notre patrimoine naturel et culturel.
ment Touristique (SDAT), s'est enrichie Du mois de novembre 1999 au mois de
tant dans son contenu que dans sa mise en janvier 2000, diff~rentes manifestations se oeuvre sur le terrain. sont tenues avec le concours de nombreux
En effet de nombreux acteurs tant insti- partenaires. C'est un moment privildgi6 de ous oii rdnis our la- tutionnels que priv6s ont soutenu, par leurs leur rendre un vibrant hommage sans

tive afin de c~ldbrer la initiatives, cette campagne afin de favori- oublier le personnel de 'ARDTM.
Trphes ser une meilleure prise de conscience de Les rendez-vous 1999 se sont articuk~s C~rdoniedes 'importance du tourisme dans l'6conomie autour de trois axes principaux:
quicltuen Le rndz- de notre ile. -la sensibilisation de la population A
vous de la Martinique, et Ainsi en 1995, sont n~s de la volont6 de travers les campagnes .m6diatiques et les
je vous remercie tout particuli~rement de trois institutions de travailler ensemble operations de valorisation du patrimoine votre presence anos c6t~s. dans le cadre d'un partenariat priv6 et naturel avec le concours des communes
fleuries et la realisation du livre vert ;
l'accueil des touristes dans le cadre
____________________________________________________ des operations Port et Adroport qui se sont
ddroul~es cette ann~e sur une p~riode plus
longue du mois de novembre 1999 au mois
de janvier 2000; ces operations ont requ le
soutien des Offices et Syndicats d'Initiatiye et des 6l6ves prdparant le BTS tourisme
loisirs qui ont fait ddcouvrir les diffrrents
produits aux touristes;
-l'information des professionnels sur
l'incitation A la qualit6 portant sur des
themes divers:
***les nouvelles technologies de l'information et de la communication lors des
rencontres professionnelles du mois de
novembre 1999 organises par la CCIM et le
colloque du mois de janvier 2000 pr~par6
par l'ARDTM;
FA# ***la sensibilisation A l'accueil en
faveur des propri~taires des gites ruraux de
la zone nord atlantique;


10 Le Progressist. Mercredi 9 f6vrier 2000











***la ddcouverte du patrimoine naturel l'amdlioration de notre produit et au dive- rats de cette edition 1999 ainsi que les difet culturel :organisation d'une randonnde Ai loppemnent de ce secteur touristique frrentes facettes de notre patrimoine ; des la caravelle, les visites guides de diff6- Cette annde, une innovation dans la artistes et des musiciens nous accomparents muses ; Musde ddpartemental d'ar- preparation de cette troisi~me edition des gneront tout au long de cette soiree.E chdologie, muse de la Pagerie, Musde trophies a consists : Claude Cayol
r6gional d'histoire et d'ethnographie, Maison Ai inviter le plus grand nombre de pro- President de 1'ARDTM
de la canne et l'Ecomusde; fessionnels t participer par une large
la visite de villes et communes touris- consultation par voie de presse. C'est ainsi tiques :les Anses d'Arlets et la ville de que de nombreux candidats ont prdsent Fort-de-France avec un 6clairage sur la leurs offres. Nous tenons i les fdliciter 3" trophee du tourisme
croisi~re au travers du projet "CAP sur la pour cette demarche ; tes Iaur~ats
Croisi~re" pris en charge par le Comit6 de i associer des partenaires dans le Cat~gorie Structure, action
pilotage de la croisi~re ; cadre d'un comnit6 technique et un jury innovantes et originates : La
et sans oublier les actions en direction compos6 de la CCIM, l'ODTM, la EMOT- Villa Creole
dssoarsavec le merveilleux spectacle de SI, la D6ldgation R~gionale au Tourisme et CtgreEepai~d
trois 6coles (de Briant, Baie des Tourelles 1'ARDTM pour la selection des candidats prccesaionsi offet6es
et l'IUFM) et tout le programme d'anima- sur dossiers. prabtation Cfement:
tion du mois de d~cembre 1999. Je remercie Mr Benoit LECESNE pour C'atgd station deemea
Ces diffdrentes manifestations sont la CCIM, MR Andr6 DYABOA pour tradition :Mus6e du rhum
6galement occasion pour 1'ARDTM de se l'ODTM, Mr Philippe CAYOT, D6ldgu6 Cat~gorie Action remnarquable
rapprocher des professionnels sur le ter- Rdgional au Tourisme, et l'6quipe tech- en 1999) en faveur des
rain; ceci nous permettant de mieux nique de ces memes organismes. touristes, de la population
connaitre les diffdrents acteurs et de les Ces dix laurdats que vous allez bient~t local :Office dle ]a culture du
aider dans la r6alisation de leurs projets d~couvrir vont recevoir un troph~e, pour Saint-Esprit
touristiques, toujours dans cet esprit de leur contribution au secteur du tourisme. Cat~gorie Action sp~cifique
partenariat. Notre presence, notre implica- Ce troph~e a 6t6 r6alis6 par Mine Joce- de comnmercialisation, de
tion quotidiennement, sont des gages de lyne Conseil plus connue sous son nom communication, de
confiance mutuelle donc de rdussite. d'artiste peintre "Joyce" qui a mis son Baontine :ms e]
L'objectif de cette campagne de sensi- talent Ai travailler la terre cuite patinae pour CaanoeVaoitond
bilisation est atteint, Ai en juger par l'af- nous proposer un objet refl~tant l'embl~me pat~rie Vasoisation Cup fluence aux diff6rentes manifestations. du SUCRIER de notre destination pos6 de Senne
Ainsi, la poursuite de ces actions est d6licatement sur un coquillage symboli- Cat~gorie Valorisation,
d6jAi pr6vue au budget 2000 de l'Agence sant la mer, le soleil et le logo de protection de
pour r6pondre aux prdconisations du 1'ARDTM en laissant At votre imagination l'environnemnent :Jardin de la
SDAT. Esp6rons que la R6gion nous suivra la liberty d'y ddcouvrir un autre message... Pel~e -pos
financi~rement dans nos propositions. Pour ma part, je suis d~j convaincu Cat6gorie Cr6ation d'em is
1l me parait extr~mement important de qu'il faut suivre cet oiseau dans son envol valoris;ation des ressources
rappeler le travail accompli (1 million de audacieux afin de faire du tourisme un sec- humnaines.: Pierre & Vacances visiteurs, 2,100 milliards de recettes en teur c16 de notre d6veloppement au plan Cat~gorie Initiative d'un
1998) et de rdaffirmer les efforts qu'il nous 6conomique et culturel tout en respectant particuilier en faveur du tourismie : Emmanuel Mariereste t entreprendre notamnment dans la notre identit6 et notre environnement. Luce,
mise en oeuvre du SDAT par son comit6 de Impliquons nous encore plus, nous
suivi et sa structure unique. Ceci exigera impulserons encore mieux. de chacun de nous une forte mobilisation Attachons nous A expliquer aux Marti- Concours commune
pour faire du tourisme un p~le d'excellen- niquais, l'impact 6conomique de l'activit6 flure : le plamares
ce pour la Martinique. touristique dans notre d~partement afin I" Prix: Case-Pilote
Utilisons tous les grands 6vdnements qu'ils deviennent au plus vite des acteurs ), Prix: Le Lorrain
sportifs, culturels et autres pour valoriser convaincus, s'impliquant jour apr~s jour a3t Prix* Anses d'Arlet notre destination et la maintenir pr6sente amdliorer l'image de notre destination. 4' Prix Mise en valour des
en permanence a travers le monde. Je ne saurais terminer sans souligner la hWtimnents publics;: RivicreMais ce soir, nous avons un rendez- beauty du d6cor de Mine SIMONI et Sal~e
vous particulier avec les professionnels du remercier la Direction de l'h~tel 5' prix belle entree dle bourg:
tourisme : il s'agit d'honorer et de r6com- CARAYOU qui nous accueille ce sor ex-aeciuo Fonds Saint-Penis
penser au cours de cette cdr6monie, les Merci donc de votre pr6sence et je lais- et Le Fran~ois
entreprises, les associations et les hommes se sans plus tarder, ]a place A nos anima- 612 Prix : Grand Riviere qui, par leurs initiatives, la recherche de la teurs Mine Annick CHARLEC et Mr Jean Prix de la participation:
quality de leurs prestations, ont contribute a Emmanuel EMILE. Tinite, Saint-Esprit, Saintevaloriser l'image de notre destination, A Ils vont nous ddvoiler les heureux lau- Luce


Le Progressiste Mercredi 9 f~vrier 2000 1













BODYBOARD










Nous cornptons desormais board ce que la Fifa est au foot. de sport un peu plus connu, et aussi de la
un champion du monde Ce titre de champion de la catdgorie a crddibilit6 sur le plan national qui a toude bodyboard : Xavier 6t6 acquis de haute lutte pour le socidtaire jours eu du mal hi &tre reconnu et donc resCanasson. du Surfing Club de Basse Pointe dans les pect6 par la F.F.S., m6me apr~s son preiles Hawai devant des bodyboarder confirms mier titre de vice-champion de France en tel Jacqky Buder, l'HawaYen champion~ du 1993.
monde en titre. Autre retombde non ndgligeable, le fait
ion vous disait bodyboard, 1l faut dire que ce troisi~me ddplace-, d'&tre un bon ambassadeur de la Martice mot, pour les profanes, ment a HawaY fut la *bonne car au lieu de nique, car lors de ses diffdrents ddplacen'aurait aucune signification. participer aux deux circuits masculins Pr6- ment en Europe, en Australie ou au Japon, ii Sachez que c'est un sport de ne et la Drop KNE Division, il a choisi, a pu apporter en plus t la plurality des cul"glisse" qui se pratique sur c ompte tenu du budget ndcessaire pour tures prdsentes sur la sc~ne professionnelle les vagues, avec une planche 6voluer sur les deux tours, de faire un parmi les Brdsiliens :et autres Sud-africains en mousse... ceci, pour les premiers fr6- choix. Et c'est tout naturellement qu'il a par exemple. Ce qui fait que l'image de la missements de ce sport. opt6 pour la position oii il est le plus Ai lai- Martinique, vue de l'ext~rieur, est tr~s
Ensuite, si l'idde vous en dit, avec un se, le DROP (position dites hawaienne, importante, quand on sait aussi que les pervrai boby board en poly~thyl~ne renforc6, c'est-A-dire A genoux) cela a pay6 et il faut formances sont compldmentaires. pour prendre part hi des compdtitions... croire qu'il a fait le bon choix. 1l ne reste plus qu'A souhaiter longue
vous pouvez intdgrer le cercle des pros. On attend de ce titre mondial des vie At cette june discipline qui n'a que 30
C'est le circuit qu'a rdalis6 le jeune retombdes tant m~diatique de la part d'une ans, et que cette discipline puisse continuer Xavier Canesson, bodyborder plusieurs presse locale qui a tendance un peu a nWen- h se ddvelopper. 0i
fois champion de Martinique, et r6cent senser que d'autres champions, rdgionaux Joel Bristol
finaliste des championnats OPEN 99.
Etait considdr6 sur la sc~ne intemnatio- ~~i
nale du circuit Global Organisation of 2.
Bodyboarding (G.O.B.) comme un rider ., .
des West Indies remarqu6 pour la fluidity et..4 la vdlocit6 de son style.
1.Deux ,saisons se sont 6couldes, depuis
,sa premiere experience en 1998 sur ce tour ~ ~ ;
professionnel mondial, ou il aura su repre- .. .
senter et placer la Martinique, comme une
veritable nation de la discipline parmi les <~'.
Brdsiliens, Australiens ou autres Japonais.
1l nous revient propuls6 au plus haut sommet avec ce titre de meilleur dropknee.....
rider du circuit G.OB. qui est au bodyPour vous abonner .Tarifs
Nom:.............................................................. ....... Destinations 1 an 6 mois 3 mois
Prenom:.................................................................. Martinique :Abonnement simple 200 F 110 F 60 F
Adresse:............................................. .......................-Abonnement de soutieni 300 F 150 F
...................................... :....Guade......upe....et...Guyane......240aelFpee130yneF40F700 F
Remplissez ce bulletin et retournez-le accomnpagn6 de votre rbgle- Caralibe 390 F 205 F 110 F
ment (ch~que (- l'ordre du PPM) au Reunion 430 F 230 F 120 F
Part! Progressiste Martiniquals Ancien R6servoir France 320 F 170 F 90 F
Tr~neIle -97200 Fort-de-France USA 445SF 235 F 130 F
Tel. 05 96 71 88 01 Europe et autres pays 575 F 300 F 160 F



1 2 Le Progrbssliste Mercredi 9lf6vriei 2000




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EDKL1B57Q_DI3ZCR INGEST_TIME 2017-04-12T20:53:22Z PACKAGE AA00053606_00257
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES