Citation
Precis historique de la derniere expedition de Saint-Domingue

Material Information

Title:
Precis historique de la derniere expedition de Saint-Domingue depuis le depart de l'armee des cotes de France, jusqu'a l'evacuation de la colonie ; suivi des moyens de retablissement de cette colonie
Alternate title:
Précis historique de la dernière expédition de Saint-Domingue depuis le départ de l'armée des côtes de France, jusqu'á l'évacuation de la colonie ; suivi des moyens de rétablissement de cette colonie
Creator:
Laujon, A. P. M ( Alexandre P. M )
Place of Publication:
À Paris
A Paris
Publisher:
Chez Delafolie
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
1 online resource (iv, 257 pages) : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804 ( fast )
French -- Haiti ( lcsh )
Colonies ( fast )
French ( fast )
Français -- Haïti ( ram )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804 ( lcsh )
Colonies -- France -- America ( lcsh )
France ( fast )
Haiti ( fast )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution) ( ram )
Colonies -- France -- Amérique ( ram )
Genre:
History ( fast )
non-fiction ( marcgt )
History ( fast )

Notes

System Details:
Master and use copy. Digital master created according to Benchmark for Faithful Digital Reproductions of Monographs and Serials, Version 1. Digital Library Federation, December 2002.
Statement of Responsibility:
par A.P.M. Laujon.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
671673531 ( OCLC )
ocn671673531
Classification:
F1921 .L37 ( lcc )
972.9403 L374p ( ddc )

Downloads

This item has the following downloads:

E4PWGNDRR_79SQAA.xml

00006.txt

00199.txt

00206.txt

00026.txt

00047.txt

00080.txt

00058.txt

00105.txt

00060.txt

00054.txt

00092.txt

00233.txt

00051.txt

00177.txt

00231.txt

00252.txt

00055.txt

00061.txt

00153.txt

00162.txt

00137.txt

00205.txt

00253.txt

00183.txt

00067.txt

00142.txt

00181.txt

00237.txt

00037.txt

00033.txt

00215.txt

00100.txt

00224.txt

00096.txt

00145.txt

00108.txt

00174.txt

00062.txt

00002.txt

00112.txt

00146.txt

00243.txt

00076.txt

00057.txt

00148.txt

00182.txt

00158.txt

00087.txt

00066.txt

00186.txt

00073.txt

00075.txt

00194.txt

00007.txt

E4PWGNDRR_79SQAA_xml.txt

00127.txt

00235.txt

00027.txt

00063.txt

00114.txt

00221.txt

00091.txt

00071.txt

00120.txt

00059.txt

00223.txt

00136.txt

00259.txt

00150.txt

00042.txt

00012.txt

00201.txt

00156.txt

00125.txt

00023.txt

00167.txt

00039.txt

00218.txt

00122.txt

00258.txt

00163.txt

00255.txt

00256.txt

00133.txt

00210.txt

00072.txt

00081.txt

00020.txt

00038.txt

00213.txt

00250.txt

00188.txt

00179.txt

00193.txt

00151.txt

00101.txt

00011.txt

00238.txt

00190.txt

00160.txt

00034.txt

00010.txt

00083.txt

00157.txt

00143.txt

00024.txt

00110.txt

00093.txt

00117.txt

00247.txt

00234.txt

00152.txt

00184.txt

00022.txt

00204.txt

00119.txt

00189.txt

00168.txt

00111.txt

00154.txt

00248.txt

00207.txt

00019.txt

00203.txt

00251.txt

00126.txt

00135.txt

00172.txt

00191.txt

00170.txt

00220.txt

00246.txt

00169.txt

00070.txt

00032.txt

00138.txt

00068.txt

00241.txt

00107.txt

00217.txt

00128.txt

00140.txt

00212.txt

00064.txt

00008.txt

00035.txt

00095.txt

00200.txt

00090.txt

00196.txt

00016.txt

00222.txt

00116.txt

00118.txt

00005.txt

00103.txt

00208.txt

00166.txt

00197.txt

00017.txt

00139.txt

00178.txt

00097.txt

00050.txt

00121.txt

00085.txt

00195.txt

00018.txt

00227.txt

00098.txt

00209.txt

00113.txt

00052.txt

00144.txt

00084.txt

00069.txt

00245.txt

00134.txt

00239.txt

00004.txt

00088.txt

00187.txt

00240.txt

00029.txt

00257.txt

00175.txt

00226.txt

00074.txt

00254.txt

00249.txt

00132.txt

00077.txt

00219.txt

00041.txt

00236.txt

00053.txt

00164.txt

00198.txt

00229.txt

00104.txt

00185.txt

00115.txt

00078.txt

00149.txt

00141.txt

00131.txt

00021.txt

00028.txt

00216.txt

00031.txt

00009.txt

00230.txt

00046.txt

00147.txt

00044.txt

00013.txt

00228.txt

00001.txt

00109.txt

00225.txt

00099.txt

00102.txt

00180.txt

00040.txt

00129.txt

00094.txt

00159.txt

00014.txt

00086.txt

00242.txt

00232.txt

00130.txt

00049.txt

00079.txt

00048.txt

00165.txt

00211.txt

00123.txt

00065.txt

00261.txt

00106.txt

00214.txt

00015.txt

00056.txt

00192.txt

00045.txt

00161.txt

00171.txt

00176.txt

00173.txt

00202.txt

00030.txt

00244.txt

00089.txt

00082.txt

00155.txt

00036.txt

00124.txt

00260.txt

00043.txt

00025.txt

00003.txt


Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




lj



C! rip
PREC o jL ORIQUE
1A
D E

LA DERRIERE EXPEDITION'

D E

SAINT-DOMINGUE

Depults le depart de PArmh des CRes de
a e -t Colonie
France jusqu"' 1"vacuation de It
SUM des moy-ens de relablissement de
cette Colonie 4.

EN IDEUX PARTIES
,A
Par A. P. M. L AU I ON 2 Audeu kouseiller h sal'ot-DIO.wingue et en dernixer rieu Greffier en dief de la jurisdic. tion etde Nimivaute" da Port-au-Priu*vo






A PARIS
A
DELAFOLIE, Impritneur-Libraire) rue St-Martin,
nO. 76 prbs celle Jeau-'Robert,;
ClItz LE NOMANT, Imprimeur-Libraire rue des Pre-p
tres-St-Gertna'ii-I'AuxetroisIAuteur, rue Sto-Ifouoril v1s4t-vi4 celle St-Florentlin*







A SON ALTESSIEt IMPERIAL
MONSEIGNEUR LE PRINCELOLTIS,




MONSEIIWEUR j




VOTR, ALTESSE IMPERIAL n6 per-* mis de lui presenter un r'eit fi&Ie de expedition de Saint-Domingue, dont il ne paraft pas,, jusqua pre,&" sent que le public se; soit fait une jtiste idee. Te'moin et victim de- ces tristes evenemens c est pour moi un commencement de consolation' que de ponvoir en offrir le tableau'a un jc-une prince que la bonte de son







cceur int4bresse a tous les infortunes,
i, le lunai e*res qtfil
et sur qtil s i ne cessq
Xacquertir fixent &j A les.regards de tous les homes instructs.
Vous les encouragerez, Molism"m GNEUR et par votre example et par
A
votre accuLeito PUISSICZ-VOUS etre aussi heureux dans le choix de vos prot& ges, que )e le suis dans celui de mon protecteur'.
J -tai l'bonneur d!'tre avec le plus profound respect,

MONS]EIGTIEUR,

DeVOTRE ALTESS19 IMPiRIALE,

Le tre's humble ci tres
obeissatit serviteur,

A. L,&vjozi filso







F11,1CIS HISTORIOUB

ID .9

LA'DERNIERE EXPEDITION


SAINT-DOMINGUE,

ONI-N-11%) I%.A
PREMIERE RARTIE,

J'Al ecliappe' au massacre de Saint.-Das" 1111111vue: mon imagination est encore reniphe (Itt souvenir deebirant de routes les calainites que illont cesse' d'eProuver les, wallieureux francais qui ont aboard' dans cette ile. Xenew tends journellement tin grand nombre. de per&" sonnets tirer des consequences sur la"destinee fittale de. cetto colonies qu'ils Wont )amaig babit'e et parlor sans le moindre mellages" nient de ceu. dont !Is Wont" pu y -suivre, ni la cotidu46 ni les actions. Te"mo*ji de tout 1 esspere m6riter plus de foi. Je Wavais re-el. element pour but-, en me fivrant a* ce trawlil que de satisfalre Pinipatience et ]a curiosity







d'un grand nombre d'anu*s qui ont vl*vewent desire que je leur'donnasse des de"W18 pre'eis et exacts sur une expedition dont'jai, fait par.
tie, d'autant Plus qif un long sejour da'ns cette nf avait fait d'avance acqa'd r de colonies e 'I
connaissances particulleres sur le ot-tys, a ns que sur les homes, qui Phabitent; i-iiais en remplissant la t "a"' cbe que Vamitieo,
trove encore une v'ritable satisfaction a
prouver, par les faits comment les actions les moins connues sont 8ouvent les plus ca.
lomniefes et les meilleures intentions regard'es comme les plus criminelles, quand, par des circonstances iticalculables I evenement
contredit routes les probabilities,

La premiere idee a laquelle il faut remon..
ter et s'aftacher est'celle de bien faire con nature les dispositions de Toussaint enters I'armec franchise lorsqWelle s9est prtsenteFe deviant, Saint-Domingue', et de donner en Pen de mots une We de Porganisation de cette
colonies "a cette, epoque.

Cc ebef-noir y gouvernaftdespotiquemeiit:
il avait trouv' le moyea de reprimer, par la




L -W







3
force totis les parties qi1i s'(Itaient sttcceSg*,,* Vellient Cleves centre son despotisme et son autorite,- les honimes, de couleur (i) y jouisve sitient d"une assez haute, faveur quoiquil les ent cruellement poursuivis d ans la gaerre qut*l soutint centre -Rigaild, et les Wanes y e"taient dans Poppression. et Pavilissement. Leur nomwo bre consistait beaucoup moms en proprietaires qu'en negocians et c'ommercang Toussaint mrait avee soin e'earte' ces pi-edo niiers a., ge eralement divis' les pro prie'te's de la colonies entre les, chefs noirs et- mulatres qui lui en p,,w)-raient uiie fernie tres-modique 3 le peu de planes qui avaient ke' admis "a cc artaye et dont plusietirs ocetipaient des places dans Padniiiiistrailon Ioriiiaietit utie classes privile'gie'e distinguee par lui 'a raisou de services particuOn extend par hoi-iiwes de couleur, tous ceux qui sout d'une cotileur interm6dfi iire entre le ije,&i-e et le blanc. On les distitigue ensulle suivant leur difl-, rente teiii-te, et leur degre" do -prosiiuilte ou d'61biguenient avec cliacuiie de ces cla -,. ses I e grit e, 111(1I-I"tre, carteron et inistife; wais eti, genetat, on Ie& coin d tous sous le ilow 40 ILLI pren I'tres.







liers, ou de protections qu'ikaveent frouveet aupr s de ceux a qui, il accordait toute sa conflance oue1ques ancient habitats 6taient
X
ra6me nsi reutr6s en- possession de leurs
babitationso

it Son Propre hittxreft Int avait f,,tl't sejifir la
necessit6 de, porter toute son attention sur I& culture dont i'l avait e'te' distrait par les guerres qu'il eut a souvenir dans le sud et celles qui naqtiirent des divisions auxquelles la colonie fat long-tenips en proie avant que !son potivroir lu t aff'ern-d. TI falktit, pour v Y)arvenir exercer une autoriM ty-munique et abfs solue sur des homes naturellenient enelhis 'a la paresse et qu'il avait tant de fo's dertournes de leur veritable employ, pour les faire server a. -ses projets mflitaires; Dessalines fut charged ce soin etrecut de lui des ponvoirs sans bones pour retablir-la discipline dans les ateliers et forcer les ne-gres aux travaux.
p ar les chAtimens les plus cruel. Cette nils v15ion s'llecordait trop Wen avee les dispositions de ce dernier, pour qu'iI ne s'en acqtAtt6t pas p amaiteinent il remit eri effet en peu do tenips Pordre par la terreur 5 la peine de mort




_Wq"




lU etait devenu s* babituelle et n'aturelle a liger qL fil 'tak rare qu7*1 en pronouck dlautres*

Treize regimens de ligne, format au moins 81 000 homes i qoo "a i5oo de cavalerle servant de guides et a."Peumopre le m6me nombre en dragons ou gendarmes repartis dans routes les villes et bourgs composaient
,.exact des forces de Toussa c'est
-wee cc nombre de troupes qu'il fa*sait trembler toute la population de ce pays, et: qu'*l Varvint "a re'tabll*r les revenqa sur la Presque totality des habitations. Q uant au commerce. il ifen avait dotivert qu!avec les anglais et le8 ame'ricains et sur-tout avec ces deniers on pouvait quelquefois computer de 40 5o navires de leur nation dans chaeune des rades, des Cayes dit Cap et: du Port-au-Prince un grand -nombre de ne90'ekins des principles J",
-A
villeg du continent y Nrinrent fonder des maiSons de conimerce et s'y C"tablirent. On eu^t dit, aleur confidence dans' les affairs et aux credits considerable qif ils accordaientMulls se croyaient eternellement privilege's pour le commerce de cette He saus craiudre qull






(6)
dU^t'jamaisY avoir de terme 'a Pusurpation de ce chef-negre,

Dans, un pvtyg d'une aussi ,rande &endue ou les resources et les products du sol sout S1 Colisid6rables, peu. de twups devait suffice non pas pour ItA readre son premier decvr6 de splendeur inais pour r6tablir un tre'sgrand movement dans le con'inierce, -et par I"abondance des denr'es colonials qui coniao mencaient it sly re"colter et par Line grande circulation de nume"raire resultant de la q wite dobjeis d"echan
rri ge qui fondent Pin
dustrie. principal de cette colouie, et que son sol rend necessalres,

Le negre cultivateur, celui dont les sueurs et les veilles assure" nt la prosp'rit' de I IC e e ile
n7avait pourtatit pas change de sort; iu lieu d"e'tre leg escla, es des planes ils Petaient d'hon-imeg de leur couleur au lieu du f-b-tiet pour ch, lifinient, ils p'risgaient, ou sou8 le bAton ou. sous les baiotinettes ; le rouvoir mintaire e it
'ta" absolu et les Chefs de ce go-Livernement a qui rien ne de'vaitl-. ara,'tre plus doux. que de s'e troaver 'a fa place de Jeur








maitre, porter des epaulettes, remplir totites leg Placeg *v, re d ans affluence et jouir enfin du droit qu'ils SNtaient attribute, d'humm wilier les, blanco, et de leg sacrifier sous le m 0indre pr(-"texte n etaient occupy's que dee Setils moyens, de, maintenir une tranquillity dout ils recuvillaient tant de fruits,

Quelques anne'es d'un pouvoir absolu et sans trouble avaient mis "a la disposition de Totissaint de fortes, sommes, dont il se Proposait de fare en parties Ivemploi dans IlexCeution d'un project qui, en le rendant par Ia suite bienredoutable "a ses ennemis devait assurer sa domination. Ce project etait de
-traiter avec le government anglais pour introduction, "a Saint-Doniingued'unnombre considerable de negres, de choix quit efit ginereusement paye's dont il eftt augmented
U
Wn arm6e et reparti le reste ou sur ses nombteuses habitations, ou, sur cells de ses chefs les Ous affide"s. Solt que,,,Ie gouverne ment anglais n ait pasacce'de' h c'e pro-et., soit qu'il ait demand des; de"'lais pour se Consulter les etmissaires qui avaient 6t6 en. voy's "a la Jamaique revinrent au Cap sans








avoir pu obtenir le succ4s q0Ig esp&aient.
e f-ait, st noto*re et pourrait encore trouo V or pour appul aux yeux de ceux qui re-*
I
fusen'tient d"y croire ce qui vient preswa I'Instant de se passer 'a Saint-Domingueo

Le 3 janvier Oo4i, un agent 4angla*s f
dt' pekhe' de la Jamaique sur la fr '*gate la Tartare. pour all, r porter 'a Dessalines les
posit* ns d1un trait' dont. les bases talentt a-peu-pres semblables C-1 celles qu* avaieiit
conse'nties avee Toussaint: Dessalifles Cer! est, extract de 7a gazette o Ole de jondres, dit 2 3 j ut'n ) profit de cette occa.. Sion pour faire rev'vre d'anciennes deman"# des, non accord'es par le gour, eme meat anla t*te desquelles est celle de leur
ais a e91 1 1
fournir un nombre considerable de negres*

Je laisse ;I ju(yer si jamais avec de paft reffies vues Toussaint pensAtt 'a reme tre Ic-i colonies a* la France et it se d6pouiller Tolontairement de son autorite- il ciopit la pa W-lais impossime, OU. au moins
Ix avec les ang
recuiee a des epoques qui lul eussent laiss' le temps d accompfir ses intentions Qtielqtles







(9)
avant'notre arrivee il r4unif daw un t i
bois dependent dune de ses, babitati (appelie d"Ildricourt), un pefit nombre des PrWelpaux chefs sur la fid(AiV desquels 11 croNrait devoir le plus computer. Cefte assem.* bl 'e (rantropopliages if eut d7autre but, que de Slaccorder enir'eux sur Pex6cation de leurs PrO)ets criMineig ,qui ne souffrit de retard que parce que Tozissalnt u7imaginalt ja-* mais que la Frztnce pu^ t faire en llyver un arniement considerable con'tre Saint .Do" untiaue et qull se croyait de plag assured* que Parinistice ne faisait que couvrir des vues p6litiques de la part du gouv erneinent allglais qui ne tarderait pas h reprendreles hosfillt6s mais le massacre de tous les francais "a notrearrivee massacre qui ne S'est effecW6 qWen partly 6tait Wien- lerceu e s cherplu -Wit eAt h cceur d'accomplir et le premier sign arl qu* dAt,,. manifested sa revolte centre la, Franeet

j'ai cru, ces details necessal"res 'a faire con*"
pour gu(--t*rlr les esprits de la pre mention qui pourra't existed encore en fitwu'r deceAiefsaiigWaake auquetounederaan,"Ma i..i ..........




47, "74


to
4dait en &hanze des richesseg et des hon4o jaeurs dofit on voulait le cobbler que de se pr ker aux vues bienfaisantes, du gouverne4a Inent, etde. faire usage de., son pouvoir I pour
maintain de Pordre et de la Paix dans la
'Colonxe.

C"est le r t pluviose i8w, que les, trois
flottes, de Brest, de Rochefort et de I'Orientse Wunirent par le travers'du cap Samana, sous le comniandement du vice-amiral Villaret.
JOY, euse au nowbre de. quarante-sept bA 1li-O wens de guerre. Ce pol"ut, auquel tous les vaisseaux if etaient point encore arrives sera'i't de'rendez-vous "a Parm6e,

Le cap Samana depend de la parties espa.,
gnole'deShint-Domingue qui hous, appar"
fient aujo'rd!hui et qui touche 'a la parties ours pa es dans
francalse. Aprip's qtielques ss',
I es Iffferentes communications qu'e,larent en wer les g nel'raux de division avec le gefne 'ral rnf chef Joute Varmee out ordre de falre voile pour' Saint-Domingue et forma trois divisions; la prenilere, commander par le 9 neral en chef destine'e h s"emparer du







Q., P la capital du nord la second con,#& mand6e par le ge'neral Boudet destined th prendre le Port-au-Prince la.capitale cle I'ouest ]a troisieme commander par le
rral Rochambeau destine prendre le fort Dauphin, place principal dans la parties du jiord; aucune force ne fut envoy'e dans le sud. Nos troupes de debarquenient ne se niontaient pas "a plus de 12,ooo homes la division du general en chef, de 6ooo homess, Celle du ge"n6ral Boudet, de 4ooo et celle du
9 en6ra'I Rochambeau., dC 200041

Si routes leg forces qui composaient cette tl
expedition eussent Re' re'uniies,, le general Ledere Alat"ted'u 'e de pr" s de!25,ooo
e ne arme
homes eut trouv6 bien plus de facility' dans SCS en-trepriseQ; A n'eii est pas moins certain qu"aucune march aucune fiLtigue aucune difficult' ne ront arrefte' et que sa champagne A fait Pe'tonnem6nt de tous ceux qui, se trou" vant alors sur leg lieux, devaient naturelle-w ment prendre h ses actions un i iitere^ t bien Ott A personnel.

Eufui, ce gen'ral 6tait arrive' sur leg t6tes








de Saint Domi'ngue et C'est awee 12,000 bommes qWil allaft s'emparer d"un pays W m
immense herisse de hates montages, ou lels chemirls lie. sont praficables que pour, les noirs seuls ou, pour les colons qui y sont kaNis sans, parier ae I'air brAlant 'des ctim. Pagnes I 1101A phis que des rivieres, qu'unifis.. tant petit grossir en torreiis. Cest h travers ant d obstuaele et de daneyers qu'il I'LA tifflait chercher des entiemis sans nombre cax quoiclue les forces de Tomssaillt ne st'leom vasgent ptas tt plus, de ,s..Tooo soldats enre.4 0, Art
gime'ites, tout ce qui C fa*t n6tzre ni'le Ct k)t.Domingue kait 'a sa disposition, et de! me.. sures, C rises pour eu armer bea-acoup
au, beso'M

Noug devious saii3a (Ioute computer sur de ompts rentorts-, wais de notre debut dans la colante ctependaient nos succe's Ott 110S reIvers et cc qui 1),utt nous arrived de phis beureu x -pour e'viter dans Ie Prificipe" des nut
its oerands encore. que cetux. que nous avong eprouve's evst que plusleurs c.1 s marquans qui se rendiren. a vous cayant cru. notre ar-, nice t r o i s fois phis cunsi*d6rable qiCefle no







'lletait en effet se sol"ent hisses influence Vw
clans leur opinion par cette seule consmews ration*

Celui qui n'a pas voya se forme avele
ge
pelne Une idee des difficult's qu7oppose Solvent. la mer 'a 1"ex6cation des pro)ets les nuelux concerto's. Plusieu bfitimens, du fj I.
hombre de ceux qui se trouvaient re'unis sous Belle-Ile, A ]a grande lotte et qui firent voile tvec elle pour Saint-Dom'ngue ftiren't foreel pour cause- d'axr caries; de re-* I akher en Espagne apre'S av, oir ete dabord se"pares de mus par un coup de vent. Les au-tres etivdsions de Toulon Flesshigue le 11tivre lRotien qui faisa'ent particle de'la Ineme expeamon ne parent arrived que parw fiellement dwis la colonies, 4yant 6te Cgale-, ment empekbees de se re'unir a armee, par des occurrences majeures couture lesquelles les homes ne peuvent rien,

Uamiral Villaret, sentant la necessity' d'aw 11 voir des pilotes-c6tiers pour faire enter au Cap les,,-vaisseaux composant la division da 9 encral en chef, et p9want d'allleurs se proom






(14)
curer par eux des intelligence qui n!euvsseut PLI Mug t4re tfue tr*ls-profitables envo a la
y
fr gate. la S:pene a' Montecrist, pelk port dependent de ht parties espagnole le com** mandant etait un -homnie de c6ulcur, que
]a surp6se de voir une fregate franchise
autant que I'limpossibilite' de resister "a hj
deim ?de qui ltt* ltait faite de
Promptement "a sousevire aux orders de 11a..
miral. La fretTate la S ytwize rejo i
ignit ]a dIVII-4
sion dans la inafince d'ensuite el plusieurs pilots qu'elle porta-it, furent distributes stir vn certain nombre des prin6paux vaisseaux.

Oil petitimaginer les milliers de queAlons
qui leur fu rent fates et principale-ment sur la mai)ie're dont ils croyaient que I'arnice franchise strait accueillie. Celui qu* vint a bord du vaisseau sur sequel j'etals satisfit notre impatience par des responses parfao-tement d'accord avee nos desires, n'admettatit I)as le plus petit doute sur notre bonne r'cepv
tion; comme cc pilote C.ftift un blaw-, et qtte -Sa Couleur rendait sa cause commie avec la nuftre, nous le crimes: ceux 'taicat








Sjjr ks antres bAtimens, en, dl"rcnt atitant, V Oki Ce qu]*L fondai t leur opinion.
4,1
Toussaint int4resse' "a carterr tout soups con sur ses pro ets sanguinaires vouiatt con server, par la confidence, des bommes quit eussent pu epchapper "a la vengeance qu$iI Meditait centre eux. C'est dans cet te vue qWhistruit des bruits qni comniencaient a circuler sur ce qu"on faisai dans les ports de France les preparatits d'une expedition p our Saint Domingue. I I avait rendu uixe proclamation capable de rassturer les, habi"M tatis sur les craintes naturelles qtfifls pouda raient en concev oir et IM
pour preuve ati
thentique dc Pintenflon ou etait de n7opas
distance Parme'e fran
poser aucune re a c rai s e
et de s"entendre av cc le cbef de cette exp6w edition, pour le mahifien de Pordre dans la colonic, il avait ordonne que les 'tablissemens publics, tels que les eazernes, hA pitau-w- aram senaux, et jusqu'aux quais et aux rues de" ]a riffle du Cap, fussent repair's, ne'toye's, et mis enfin dans le.-meilleur', 'tat pour Parriv'e de fraiicais,, (Ces its sont nototres.)
.At
Ces details, que nous rendirent les pilots







(,16
mous firent partager 1'exreur-genftale nolls procurerent un premier soulagement en &artant nos craintes sur le soft de twit cle malhe-tireux, qu le la guerre cAt 1*31're's A tollte f c e I C
Aocit r des, n' gres 'a cette *d 'e douce et
4
consolante Se )Olgliait celle de ne ptts TO.
notre. return dans la colonic marqu6 par des )ours de deuil et d afflictlont mals par des PAtes qui nous eussent he' donnees, et dout nous sessions de si gran(I coeur partake les plaisirs avee, tous les babitins de I'lee La suUe va prouver conibien cette lieureuse illn
31011-fat de court duree,

Le 14 pluviose, la division 4a general en
chef se present deviant le Cap 3 cells Coln'' Mandees, par les g( neraux Boadet et Rojo chambeau., avaient d6ja' fdi*t vroile pour letirs destinations. Les rents ne permettant point a
Pamir-al de tenter l5entree. du port, quoiqtie a bord de tous les vaisseaux, les orders eu donn "s cet 'gard, et les pre'"m
ssent ete
ifis c&ctues
parati I envoya sa mouche (i)

(t) P etit ba'dwetit l6ger qui ite quite jamais le
waisseau admiral, ct va porter les ordres dans I'arxuoe* It






17
aree Un Officier, porter d'un parquet pour I* commandant de la ville. Cc parquet renfer-o 6 61ral en chef, et les mait utie letter da gen proclamations du government par les
quells les droits des negres et homes do couleur e'taient reconnus, et assures.

Christophe, negre anglais de nation,. inao .
telligent, fier, et Plus attache aux planes (au moins sul*v ant opinion a ale) que beaus" Colin de sa coulcur commandant la ville et les eiivirons du Cap quolqull ffit dans Pin-fililite avee Toussat'nt et -comme clief I a gent principal de routes les cruaut'efs qui devaient kre exerce'es sur nous il ne laissa pas que d etre ebranledans sa. resolution. Le nombre de vaisseaux qui se trouvaient a sa rue et qui lui laissment croire une arme_e bien plus forte, qtf elle ne P'tait r element Impression que cette eseadre venait de cau-M ser dans la ville olI Une parties des aticiens negres et mulftres Rbres s'e'taicnt oints awc blanks pour se livrer a une )oie immoderee, A S4
la conduit du maire de la, ville ancient negyre libre, qui fit tous ses efforts pour l, dedder 'a Wopposer aucune resistance 'a Pargo








Mee f .-Itneaige le def-ermiu rent a S a- steom wr potir I inslait d'anctin acte d'hostilites,
en colisc"quence tIU Iyeneral Leclerc quIl It, suppliait de saspendre d e trois joun; son entree au Cap pendant sequel temj)s
-t*-t evItt"' de pr 'venir Toussaint de Parom
ur, I I e
riv e dtr franca*4 7 outant que sil tavatit Pexpiration de ce terme nos vaissemix ve..natent a se presenter dans ]a pitisse, tous les
rts de la rade en d "fendra*ent Pentr'e. 11 o e I e
Terillit cette leffre h Pofficler qui retourna I division
d'ulie go"elte qu* po
el rtait quatre cfmmmise n y s C 61
shares V OA -alement par Christophe
-t-Wral Leclerc, pour le de'eider acc(!'w der "a sa dem'aude.

Que Pon observe bien que nous avions surpris nos ennemis en nous montrant alcurs yeux dans un moment ou' ils Wavaient au."
0 1? 1
cune wee (te nocre arrivee qae't", etait un av, Aage dont *1 "tait'bien im brt wit potir nous de proli-ter avant quils eussent pu Preactre les moyens de defense e le temps leur aurait-'stigger6s c que p,-ctr une mancetivre precipitee nous les niettions hors d"tat






19
(I exercersqur les btttbitaiis des cruna-iteS alm-, I'on devait naturellemimt crtaltl(dle z1fis Ict ctts, d'time deI'me dete''nflifiCe. CeS consicterations johiles 'I ecilles que devait avoir le. ge"n'ral en chef, pour ctirad C.re dont 11 C"tait reeveltt carat-tere qu A iie pou'val _4k
t compromettre en i o u s c, r ix.-am t6
des de'lais aussi Iiijuricti-x damvemix
dans ]a circonstauce) le dceicierejit it ordoa ijer 1'embarquement, des troupes sur les WJi Diens les plus ledgers de la divisimi, pour so porter daus ht nuil vers Peadroit de la cu" to mi le de'barqueniefit paraissait plus facile,

Le Cap est sittie' daus tin foad domiti., 13 tr 1:1,11e mmitagile fort clev('T, qui, lui ch"robe, 1,--t vae d'une i)v-,rde de la u-ter. Les vais(Aea-t-v--,- de iiolre divisioll Se frouvalA IOUjours ell CIT& sic"re devatit la ville dais 1--t matinee du Imew demaill., p--ouvaicrit aisemeat ue pas f 4,' re sutipcomier a Cia-islophe I'cxp'-ifkoa qui sl6tait faite et qu'une nuit bien obsen-re av"a; voilee. Le but du geue'rill en clicf ell
j
tuarit soa 6barquement dwis la nuit, C'fait de marcher caxec PrecipitcLtioll t Ou ri I v r 011 ,Ile et s'emparer de. ht v*11c la poluto






(120
du jour, par force, et par surprise, de ma. were a either 1"effusion. du sang dans 1"inteow rieur : un signal convene devait en'su* hb ite ire
connaitm, aux vaisseaux de la division la prise du'Cap par les francais, et 1 evacuation des forts*

11 e'tait d ifficile dimaginer un plan qui piat faire espefrer un--*succes plus prompt et plus
$iV
certaill mals it U111ait que les vents, qui sont en mer les mIcIti tres de nos destinies lie nous opposa.*.-- twnt pas de contrarieties en empe'" chant Peseadre legere d"aborder la ter"re dans la nuit e e recent que nous pouc'est "a cet "vr
voris attribute les niallieurs qui en bnt CPtl-' la suite*

Le ge' 'ral en chef fut non-seulement em Ptche' d"ope'rer dans la nuit un debarqu eWh ment, qui euA facility tous ses projects mais ne put m6me 1'exe* cuter que fort tard le jour suivant,

11 en result qu'une expedition, dont le secret pouvait seul garantir le success parut daus tout son jour aux yeux de nos ennClaus







J?
et nous en eumes la preuve convaincante Jorsque nous apperefimes de notre escadre qui n avalt pas quite sa croisiere le progress des flames et de Pincendie dans toute la Ville du Cap. Chaque ininute cheque instant le rendait plus c6tiside'rable routes les cam4M pkgnes adjacentes eurent Ic me'me sort pieces de cannes bAtimens et magasins de pendants de's sucreries tout etait en feu,

Cc spectacle s"accrut encore avec, horreur vers le milieu de la nuit lorsqu'un bruit sourd et terrible vint rapper nos oreilles, et rous fit voir dans une explosion 4e feu de flanimes et de fumee quun magasin de poudre devait avoir saute'. 'e'taft en effet la Patidriere

Ne doutant pas que les ne"gres, apres avoir Mis le feu "a la ville, et commis tous les cri-s mes qWun moment aussi af-reux pouvait fitirc augurer, ne Peussent e'vacue'e ne dou., tant pas 6galement que notre armfe ne fAt en march, par les de'charges d'artifflerie que iious aviofis entmidues il C"tait urgent que 1'escadre tardat le MO*Us possible 4 enter







roir y protege les
dans le Cap, afin de pow, e r
nicalheureux qui, dans un tel dc-!sordre, aual ralent pti khapper Ctla ffireur des ne"gres I et porter des scours 'a ceux que ron pouvitit eticore rappeler'a laxie.


vent favorable se'tant C'Iev6, "a deu-xhe-ures tous les vaisseaux de la di talentt
mouille's en rade Pilleendie etait encore dans toute sa force, la ville entie"re en Wtmines et les j:waheureux de. routes couleurs bomqm
femmes et enfaLis, co-tivkaient la haut tiles 0
trionta ne qui borde la mer et doillme la ville
9
C11ri"StOp7w SIRsalt empresser dleuvoyer plu'Sieurs couriers -a Toussaint qui etait dans la parties espagnole, lu* annoucant quIl obfta servant Pt-trinee franchise dont Parrivee s'a bite et les forces considerable en appaTelice.4 pouvctleiit donner lim de sa part a un chtLngement dV, dispositioll qu A attetidait Ses orders mals qtt'en cas d'attaque. A Se conformeralt "a ceux dout A se croyait deja instruct.
qulayant
C'est le lendemaia de cette letter)






C% IL

connamance dit debarquement de. nos frouft. pes, qui n'avrait pu s"effectaer dans la nuit, il, dontia sur-le-champ Pordre d'incendier et Miller la ville, cclui* d'e(Yorger n"y fat pas
JU*
compriS'S i a su gre' de ccAte restrictioll elle Wa Pu il est v, rai, empe'eher le wassacre de tong les blancs qui s'etaient refugit!s ea 9 rand nombre dans les planes mais ene a
la, vie et "a ceim
saUV, c qw ont pu garner,
Ic bord des navies america*ns alors eii rade
I
et a, ceux qui, ne s ecartant pas du Cap et ne verdant pas Pescadre de wie, s'etaient refu.% 9 i6s stir la montage; il ne p6rit dans la ville que ceux qui furent 6crase"s par la cho- t des masons occasiminee par Pexplosion do la Poudnere,

Le f6roce Tonssaint parut dans la nuit 'a entree d' laville a e la clart' dos flamess,
La faiblesse dp Chr*stophe en epargnant les blanco fut un crime a ses yeux et sa vens" geance sur notre cmileur Wen deviant qua plus terrible; mais la crainte des soldats fralical's dont il avait apprise le debarqueow Went 4) et centre lesquels il avait cependaut







(24)
envOY14 des detachemens de plusieurg corps de troupes, le (Wclda 4 la retraite,

Jai di't qWtin gand nombre (I#Ind* idus couvraient la batiste montage qui borde la Mer et doinine la ville ces malheureux n!,* twent pas hors des mains des assassins qui pouvalent les drober 'a notre defense. Va wiral Villaret., Joyetise 'a qui une Pa Ile
C"'IfleXion vait e'chapper, ordonna d'a. bord. Ilembossement de plusieurs vaisseaux t fr gates 'a I'elfet de canonner la Plaijue qII-I nous montrait un assez grand nombre de brig ands e'Pars et fit ensuit'le signal de debarquement de routes les -troupes de wa. rine "a bord des vaisseaux a Peffet de pro.
"fu 'sdes montages. Tous ceux t ger les re gic
qUI tenaient aux administrations eiviles et qui n'avai*ent pas suivi le g6ne'ral Leclerr, Se. Pr6cipitNrent dans des chaloupes airee les. Ades; je n trouvai de ce nowbre, et par tageai I'attendrissement qui etaitr6serv aux premiers debarque's*

A measure que nos chaloupes sl6loignaient








ties vw*sseaux pour garner la terre nous ions les rnalheureux. qui couvraient les
wontagnes se pr&lpiter et accourir A notre rencontre. Ils avaient presque tous un pa-w quet ou "a la main ou sur la tefte des femmes portaient des enfans-, des vieillards
se soutenaien. peine, et rassembla ent toute "'A
leur force pour eftre Wt aupres de nous. JO Woublierai ous direct fonad
jcvnais ce qwns
dant en larnies, lorsqu"ils nous abord'rent: rous t oy ez. ( n o ti s* moatrant quelque peu de linge) ce que nous sauvons de nos for.-* tunes vous voyez cette tille en cendres; A bien nous revoyons les ftancal's et nos maux sont oublids Nous parcourtanes avec MET la Ville et nous 116us laissAmes conduire "a eurs diff6rentes demeures pour chercher, ou a en arreler les flames ou a en saver quelques effetsqui Wen auraient pas e**t6 at-*,
tents eest ainst que, nous mimes pie
terre sur cette ile malheureuse OU' les pre0o
nii res jouissances da coeur furent pay6es
bien cher,

Je va.1viens "a la march de Parni6e; le. On
te"ral Leclerc Wavait troupe qtie peu d'obs
4




LM -






(26)
talela ans son debar pe-ment les forces uI
envoye 'tant routes
av lent es centre lu* 9"C
distrib-Lie'eS en embuseade dans les diOrens endroits o' Pon presumait que son arm devait passer,- mals Comnie le terrain Wof.. frait pas "a cet gard les, resources des mmo tagties et que les negres ne parent se placer' que daus des petits bois ou derri" re de ba tes haies d'o h I'm stit aise'nient les debusquer, ils nous firent- peu de mat, et ne dispute"rent reellement le terrain qtf au camp Lonise entre le bas Limb' i t PAeLd OU, AS Cove. percent le pont Vaudreuilg

Par-tout baltus et repousses Se sauvlbrent 6pars dans les planes fuyatit la fu reur de nos soldats, que rien iie. ptit mo" d6rer .et arr eAer lorsqWils appercurent Phorison en feu et les ilmnmes e'paisses qui se' Jevaient de dessus le Cap,'; on eut la plus
ande pehie a crarantir de leurs cou
timbre considerable de cultilvateurs qu* avraient e"te' cerne's Par I'arnie"e. Ces negres cherchant "a vacheter leur vie par des dellors de somnission d dobeissance vimmit. se eter aux pieds du general en chef qw, di-






27
rige' d'an cote par ses sentiments Ct de 1,autre, par'rutiflite' dow, il croyMit que dfit eftre alors Ite-veniple de la bienfaisance non-settlement accept la rendition de eette trotipe d'inswo laires mais les en re'(11ompensa par des bien., faits Partianiers,

Apres avoir traverse les. planes de Limbd
et de, I'Acul et divise' tine partic de son ar" J 10 'ZI
wee en diat!rens postes le n6ral en chef se relictit att Cap ou' il consiNra aree hor.' rear et setis'bill e les d 'sasItres, d'une ville, dont V'tendae considerable et les rests ra fea dun tre*,s-grand nombre de superbeg b5ttimens annoncaient qu"elle dev, al't fir aliser nos, plus belles villes de commerce do France, il y fixa,., pour Ic n:ioment soil qttafsfier-gene'ral et sloccupa des moyens d -4
'tabl'r des scours pour son arm'e, et &ea procurer aux malheureux babitans..

On petit ais, 4ment imaginer, d"aprC*'s les ac*tes d"hostilites qui avaient',,sigmaI6 la guerre dans le nord quelles, devaient C^tre les in4ft quie'tudes de cc getn-ral sur les deux departeniens do IOuest et du Sad lesforc'es do
4







rarmh rNfaient pas assez consid'rables Tour qWon efAt pu faire aucun envoi dant; le sud, et 4ooo h6mmes seulement COMPOAW
aient ]a division de Youesto

Le g n&al Boudet, qui la commandant,
Se pr6senta le 16 pluviose deviant le Port-au.
Prince, et envoy 'a terre' un officer avee des d6pekhes renfermant la proclamation du
premier consul et celle du general en chef.

Me"n de ce qu* Se issait dans le nord
n ava't pu transpired dans cette parties et
e e ant le V rt-ttti4ft
ce g&'ral s"tait pr6sentg dev 0
Prince presqu'en nicme-temps que le treneow
4
ral Leclerc de'.vant le Cap.

Le- commIndant de la ville "a qui 'Ce't Officler fut conduit e"tait un blane dans sequel
Toussai gran
wt av aft sans doute la plus de confiance., Mais qui U eAt Pas &6 charge' d'un
tel conimandement, s. ne se f e
11 Ut trouv'soug
k%
les orders do Des-salines qui command.ait tout le &-partement. 11 sentit I a la vue de 1'escadre, tout embarrass de sa situation et comme il ne paraissait nullewent, diso* 01
L4




LILL---








P ose a aurun acte d1hostibtets' enters leg francais if fut arre^te' par un no*nim La Mardniire, homme de couleur qui ertait "a la t6te d'un corps, de ne"gres fort consid6** rable; Poffiderenvoy6 par le, gen'ral Boudet le fut aussi.

Comwe I'enadre attendant impatienimelft le retour'de cet officer et qtiuu laps de temps infiniment plus* long que celui neeeso Fs
1P
saire a sa mission s, etait 6coule' son arres station fut pre'sum6e et le d6barquemejait, sur.le ebamp, ordonne.

0 n" potirrait' eftre surprise que les, nelgres inaitres du Port.,au-Trince comme ils I"Ift talent av ec. la certitude d'6tre promptenient attaqu6s Waient pas mis le feu 'a ]a ville apres avoir egorg' tous les babitans qu'elle renfermait mais il y a tout II*eu de pena ger que Lamarfini re qui y commanft*
ai*t alors croyait ses troupes en "tat de la (I eTe. n d r e Comptant- beaucoup sur la r*sisl Aj
tance d*un fort appeld le fort Bizoton, pres,. que regard comme impregnable par sa sittia"W tiou ddendu ar une forte garrison, et duat
P






30
il allait dc nccessitie que Ic- s francals 8 em* pakussent avtAnt d'arriver jusqu$ "a la, ville, 11 n"aurt-tit'd$ai'lletirs pas ose' entreprendre davatitagesug les orders expire's de Dessaoft Ibies, qui ne'tait elo*gne que de trente licues ir arrwe a son secot
et qtfil comptait vo r
bien I avant que le Port.-attow -L t t 71
Prince e' c le,
temps de timber en notre pqtivoir la seule measure qUe prit ce multi.tre vis-it-vis des blanco F t Wordonner q ic leslpatrou* 1cs carre'tassent dans les rues et (tans lesmalsons 4;
tous ceux que Von rouverait et qtf on les
conduh--t dans la plaine.

Cependtint, le, ge'ne'rcrd Bandet avait eff-ec..
tuef son debarquement dan ha nuit du 'lour OU 118 Rai presentedevantIe Port-au-Pdnce et il marebait sur cette ville ; le fort ]Bizotw I d*t I lub 01 rir
irait pu coinine je ai deja 1 1
de terrible diffi culteps et Pexposer a pp.rdre une. grande parties de ses troupes ttis cc
I
fort fttt rencIti s,-,tns 6tre attaqae, par 1"homme
-a rdef i le coniniandait qid de couleur L. qu
en ut prendre possession attx troupe f rtaflcalses et *oi(ytiit ensuite Ses Soldats h ceux
de rarni.co



i. A






3T
Cet ev&ement, le plus beureux que nous pussions jamals espe'rer sativa le Port-au_* Pr*nee). les blanco qui y talent caches des flammeg et du massacre et fut de'cislf pour la conservation intact du sud,

lamartiniare qui s'etalt, attend "a la plus vi oureuse resistmwee du fort Blzoton sur.% pris par les troupes franchises, qui parurent subitement deviant les fosses de, l"t ville no put resister long-tenips au courage impe'00 tuetux do nos soldtits; les nevres tie songeant par tout quala fuite se s attv'rent d e lav A le, s an s avoir le temps d'y' coannettre aticuns rairages, et se pre"cipiterent dans, les Iaifles et les bois Lamartiniere en rallia le plus qu'Il lui fut possible et se rendit 'a leur Ulle au bourg apple' la Croix -des-Bouquets a deux lieues de distance ou' il se joignit 4 Dessalines, qui arrivait avee des forces pour Vol T a son scours.

On voit que sans I -a rendition du fort -Bi dim zoton le Port-au-Prince secouru "a temps, n auralt etc pris par no-Lis qu'arec bien des difficulties que nous sessions considerable^





I+

Ment souffert, et que nos soldats Wy assent kntr,,s q-teau wilie' des flaniiiies et sur les cadavres famans des malheureux qui ne s!& talent &robe's 'a la, recherche,' des netgres, quen se cachant'dans leurs mwsons; car, I* I end*e decette v We C e nuer
inc I i eAt 't le pre
acte de vengeancee de Dessahnes en se
voyant oblige" de Pabandonner,

Al a-*s arrivait trop tard et 11 n'y avait
aucims moyens de r6parer tout ce qiii s'etait pass6 il ordonna sa retraite avec son arniee par les hautears, des Verretes et de IArt"ibollite, pour'se rendre au bourg de la Petite-Riviere "a vingt-cinq lieues de la', 6ft il avait fa't condufre une partied des planes de Saint.,Marc qui Wavaient pas 6te' gorges sur les lieux et dont il ne faisait que ream harder Pexe'cution.,; il n!avait quitt4 cette ville qif,,tprC.s routes ces measures prises et s etre ensuite procurer le plaisir de la. voir
consumer par les flames,
ft
Sur toute la route jusqu!ala Croix- desia
Bouquets il. donna les m ,mes orders de massacre et de destruction, Le beau quarter






33
de I'Archale Un des plus riches de tonte la
-Colollie et qu* avait donne' aux anghlis del- reventis si consid.'rables en sucre et eW, 'tout le tenips qieils en euretit la pot session fut ef g alenicut mis ell celldres etses habitats egor CIS

J at ait queLtiwartinil re avaitfait conduire CH plane tous leq.- blittues de la ville du Port an-mmee dont ses p,--Ltrouilles s'e'twent em4m F Arec*s; 11 lie 8 echappa que. ceu-.,-- qui se je.,
dans les mouhtaties Oft daus la crainte dl, e t recover epaisak
red' ts, As se tiamit dans
'111,1WHr des bois ne vdvant que dherbes ct do fetfillage.s jusqu'au moment Oul As pumit regagner la les autres fureut tous
egorgesl,

Enfin le. igveneral Boudet 6tait au Port-* au-prince et la ville 6tait conserve&

Le jour de son arrive'e, se pre'sente'a' Im tin negre officier jimme Caestin absent de"son reg*mmt par conge du g'116.ral Laphtme qui commatidait en chef tout le
apartmentt du Sad les services qu"il ent





Aft

off-Hr etant accepted's A, revolt rordre de par** tir "a Pitistatit pour announce a ce generate ia rise dtt Port- au-rrince par les franettis, et: lui porter la proclamatioti du premier cou. vil et celle da general L'ecle're.

Cet officer arriv e dans la nult aux Cay es
(i), fait reveller Laplume Ct 1111 Iremc Ses


uo que Toussain eAt 'usqu'id conscvv a Ce negre le conim andement de I C1 parti e d a sud, en reason de la parfait tranquilli te qu'il Wait u y maintenir, sou ettracte're de dou. ceur et de bonte" le desservait dans son es" prit: et dans les 6irconstance s difficiles ol't ]a col I eotait sur le point de se trouper, it redouttdt sa fi-iblesse pour Pexecution de ses projects.
001
Laplumv est done informed de 1"arrivee.
dans la colonies de la pr's
de, ancais i e du
s fr
Jort-au-Prince et de I'e-xpe'dition du general ell chef, dcaus le nord, l la t ete d'uiie artricC

(t) Caplitale dit d6parteutent du Sad.








Wen phts forte que cello d 'Narqti 'a dtans
0
L t letter qu'it enalt de. receVoir du enema ral -Botidet tie hil laissai*t it la rerite' au"a CtIne 111certitude sur son sort Mal's 11 se pr6 sentAt de crrwides difficultes qu"'l ne d6pendait pas de lui, de waincre, et centre lesquelles son pouvoir et sa volonte eussent en vain oposedes efforts ef-tait le rceu de ses troupes QLIOul'Ll'i'l fitt tres-ai'me' de tous leg 110111mes de couleur antlens 11bres de 6, colmie, (--lii tres-I-MUld nbnibre dans son do ".partenient, et, qu'il le fi t C'gf taletnent de tous leg officers Ilegres des troupes de 1.1", tie, 'l sav-ttit"qu"twe ivanJe parties, de ces dernienq 'tait pr6veIRIV des intentions de Towssabit S* les fwaliC 4 Se Presentaient ainiais dans la colon*e et craign- it wie propose
ILL fian qui s'accordi-ift si
PC u tw ec les devoirs qttlls s'J-ta1*ent engageli de rempfir cependant it n'he'site pas -Lia histatit dans sa determination et donne des orders pour re'unir chez lul 'a la pointe da lour tous les officers du corps tant d' Tigne que Hatio-onaux,
A
.L:Apres qu'il cut cherche a decouvrir Pima






36
4
pregsion que leur faisait epriouver ]a nouvelle, de la prise du Port-au-Prince et celle de nos forces, taut dans le nord que dans Pouest 1"I leur donna reconnaissance des proclamations qui assuraient les droits dwo oldat, de Phomme de, couleur et du ewavatelir leur fit le tala blean dusang qu allait inotider cettfA belle parties de la colonic, conserve'e intact par leurs soins et les siens leur parla des blaties dont ils recevaient journellement des temoi o garages de. bonte', et qti* seraient feurs- pre. nUeres victiMes; ellfIn leur repmsenta Pin..
drsordre et le carnage qui allaiefit succe'der h la plus douce tranquillity,

Cc, cuscours fit stir eux Pelfel qttll en aff-enda"t: leur accord fut unanime pour re tevoir les arm e8 I*rancaises *18 en firelit ]a Segment et se cliargerent de communIquer, les m6mes sentiments Feurs soldats dont
ils croyaient pouvroir refondre comme d'euxMenieso

Laphime, reassure par ce premier gucces ordonna que tous les corps fussent re'uni's 'a hastant sur la place, pour y entendre la








roclamatim du premier consill celle dn gelleral en clief ef peter emmite lear ser." ment de fid6lite et Xob& i s#srculce a' la F Xllce,

Lorsque les soldats, der)- "a prumius par les officien eurent tous enteiidu le discourse que leur fit le gene-rA Laphime., ecoute, les; pro clawations, qu"'on leur hit ef vu leurs clids
it la submission, 11 Wy, etit qd9wic voix parmi eux pour prefer le sernivait que Ion exi etlt*
Cest tine, observation a faire ht doelIfyle des n"gres la vomit, -* de
lite' av et e a e Mrs
upe"rieurs, On le's el'It exhortes au P*llaqe Pincetidie a to
aw massacre a us les, criines
I)ossibles enfin quon leur e it t depelats comme des devoirs, qu'ils les cussent exectltes, avec les m6mes traiisports!
Laphime ne fut -pas pluNA' sur de ses ttoupes qu'il de'pe*.cha d eux aideg-de-camp I'm 'a Acquiti, Pautre ati petit Gotwe pour
P Is
faire pre, vemr les, deux chefs de ces differells quarters de se reudre a instant "a Cavaillon, ou ii avait 'a les entretenir d'e v- enemens, de la Plus haute importance.








Alve'-s les avoir 1*uforme's de totit ce qtt*t IS etait passe, il lear parla de I't stiratice qu 1, livait de leurs sentimens et de ]a con.
I
uelle A Ctait qu,"il eat
ficance dims laq s ulmrat
leurs effortg tLux 8iens potir nilintenir, dans eon departement, une tranquillite' qui y r .7w YlIll't depuis loauy tcmps et dout ils reeueil hient toa4 les ours de s* grandis fruits qiTl 'L Cet effet leurs preinieres, d(Miarclies devaient .4
etre d"empkhv r qteaueunes troupes de 1"OllsSaIlit lie Se r'4mllassellt parim eux 2 ce qw Ar
pourrait tdSvillelit s execut-er ell allant S-' 'taMir avec un corps de troupes sur la lisiere
C." -irtement dit Sud d celtt' qui vtp --ire le d 'j),c e I
de 1!0-ttestl et eil defendtimit la conmunlea-tion
is que les emiemis se. prel'sentagsent PO'Llf
L -trer Cette mes-ure de s^ rete PrIse Laphime retourna a Cayeg envoy aa
elVral B--oudet sa soum'ssion et celle de sc '4 '[To ujvs et le pre'vhit de ses dispositions Potir f 4'rder le e(irdon ide lowest et du sud.,
li rest-ait blen' imporencare un quarter
tant"ht i s cc, department, et pour leque i
(21'tait pas satis hiquic'ftid-es c' "ta"l ech"
de fortes ralsolls PuLir






39
croire que le negre Donztige,, qui en Jtatt le commandant -ne traldra't Ix-ts Dessalhies el Temsstybdl $ d ont it avait et -11amitle, et ]it Confiance -0 la force et la crainte pouvaient settles' le detourife'r des, ni, -twv quld ltait en soil pouvoir de coninie-ttre,

Laphime ne permit pas un scul instant et,
f
prevent le general B owlet Wenvoyer sur-le champ des troupes par mer 'a Jeremie,, tan., dis que de son c6te il allait marcher centre Cette Ville, pour forcer Dollhige a se readre.;
0
a-loutant qu'll esperait Wautant plus d'une demarche aussi prompted que cc chef no pouvait avoir. auction communication avec Dessalines et Toussaint les, chooses reussirent en effet comme il Ilavait aillionce,

-Domage recut de Laphime les diOrentes proclamatiolls avec la notiv elle que routes le s troup,.?ts et les habitats du department S etaient Sounlis ttu gouvernement fran"em*8 il fat Cgalement ifit*ortne' que I'armee qui
8 etal"'t empam du Port au Prince beaucoup 1110ills forte encore que celle debax(Ittee, daws le nord. Tous ces rexISC19111elliGns






(40)
Wilits d'un co*te- 'a la surprise de voir Un
4
vitisk*,eau de anotis charge de troupes, muffler dans la rade de Je re et de
I", autre a assuvanee qu'iI av aft que Laphime attelickli, a Pat ee dls%-tanee sa d'eterminatioa ttv ee un assez grand nombre de forces le
decideIrent th se rendre.0

Voila dom la tatalite de la partly du sud
A
Soltalise et tous les chefs dans les inte'rets du' government pour le n1tainfien de la tranqUfflite. On cut Se faire une ide*e d e.
Je
Nnivortance de cette possession,, lorsque
puis affirmed que dans le sevil hrrondisse'de J'r'ui*e (qui if eu fornw qtetmo I) et 'it e parties A s'y recoltait de 2 5 'a 3o mil lions de liv res de caf6 par tin it cette e poqttek

Ya*outerai encore, que ce department
Wavait jamais ke expose aux troubles dei deux. autres Ie8 proprietaireg 'ta ent en
grande Partie des hoi-nnies de coulcur qW
sous le re.gne de R' -aud (i) ma I
hifilirctit le

(i) Ri aad, est un Chef mulaltre qui, a gouverno 14 Imig-temps tuut ce department,





oil
41
weilleur orlre dans les ateliers et ]a seule tliff6rence qull 6prouva. lorsqwn passa Sous la domination de Toussa m"t,, eest que Des* salineses, charge, comme je Pai dit, de surveil.* ler la culture, avait employs vis*.h,,v1s des negres non pas I& plus grande rigidity, mais la plus grande cruaute pour les forcer dan-sleurs travaux. La culture Wavait pu qu garner et cette parties de ]a 6olonie aurait, pu, a peu de chose pre's souffrir ]a comparison ae ce. qWelle Ctait Mors a cc qtfefle e-Ftait autrefo 0S.

Je reviews actuellement dans le nord O-h e aft n6 I en
le vais suivre les, op 'r ons du g4 ra thef.

Pendant le pen de tempg que d r rent les ev.nemens important ide l'ouest et du sud qm.1 MakM les circonstandes malheureuses dont ils parent accomp agn& pr6s4 entaient. cependant, un resultant fait pour offrir quelf* ques consolations, le gchihai Lecterd 8116tai Occupe au Cap de Cicatriser autant qu'il etait en son pouvoir le's pla'l'es des mallieu reux qui avaient surv6cu ih tous les d6sastr&*
f A


ism







(42
Ine notre presence avait occasionne's 01 avait ensuite apprise, avee la plus grande satis. faction que Paul Louvertuxe. negre com" mandant" 'a Santo-Doniijigo, e.t Clen'taut, vtulkre commandant "a Sant- Yrago, s' Went rendus dans la parties espagnole au general Nerverseam.

QIIO ique cette parties fat de bien moins grande importra n-. cc q-Lf aucune de cells com. 'Posant la parties frrancaise Citait tou)ours beaucoup de ne pas I'a:voir pour ennemie, Nous y gagnions, de plus, Xaffaiblir d'autant les forces nxilitaires, de .1 wissain.f., PLIIII Lonverture et Clerpaut ayatit chaeun. tul r giment qui leur restart fide".1c, et dont les soldats vont bient6t se re'unir aux no"Ares po-Ur faire la guerre aux aut-res chefs rebelled.

Le negre Lab- e Rn-ols, commandant d'un petit -quartier apple Limonade, ch pea do, distance *du- Cap, -avait aussi reconnu le-gouverDement; oil s e defendant avec courage centre les attaques d e Toussaint, et centre les e efforts que firent les negres de cc parti poarinemo 4ier les habitations et insu cr les ateficr$







(43-)
it 'Pendans de son arrondissenient; cest a*nso que nous vines se de'tacher, d'une coalition redoubtable ume parfie des chefs qui ]a corn., posrdent I et d'ont la r6union nous CAt Presente de bien grads obstacles 'a conquer1r.

Rc!Capittilaut le produl"t. do tous nos efforts danst la colonies, depuis,,-, le moment de notre arrive
De trois, de" partemens qui emp osent la partly fraticaise. de Saint-Dowin 'gue, nous 'tions en possession de celui du sud en entice, latttet dans toute son 6tendue dans les deux frititres des deux capitals et incipaux ports du nord.,
Quant Ch la parties espagiiole. dont yal' de''a pa-rle', et qui nous e egalement soumise'. quoique brute et presque, inculte, elle, ifen 'tait pas moins brien esmitielle pour nous a
'der; elle sera*t dans un temps de transom quillite, une source de nouvelle 11 fortune pour tous les concessionaires' et le soldat fran,40 cais qif on pourrait y fixer recuefflerait aise ment au, bout de que1ques ann'es, tra-Ift vaux, lei fruit de ses fatigues et de 'es peines.
6-*






44
VOat de la colonies (quoique sc*prisentant alors "a nos yeux de maniere a ce qw nous russions e'tablir sur elle une opinion plus ,fixe et plus dctemu*ne'e) nous laissait resp" rer avec moins de douleur, et meme entre.. voir sur Paveniir quelques e'spe'rances que inous croyions fondees; mals ce W&ai*t Das beaucoup pres, au point de ne pag voir les difficult s i nouies qu'il nous restart encore a surmonter..

Des deux principles villes du nord et de, l'ouest, dont nous 6tions en possession, Pune itait en'cendres i le fort Daupbin, dout s"e'.. tait empar le general -Rochambeau, ravait ite' aussi incendi. le port de Pa*x-, 0 COMM mandate un n gre nomme' Plaurepas, avait subi le m6me sort enfin "a reception du Mble et du Port-au-Prince, routes, les villes ports et bourgs dans foute Petendue de l'ouest et du nord, 6taient la proie des flames.

Quant aux planes et montages qieelles renfe rment nous Wavions que le petit qu a-- rtier de Lunonade dans le nord, la plane du







45
Culde-$ae et les montages d u Mirebalay et des Grands-Bois dans Pouest, dont les negres attaches la culture neussent pris aucune part au. soukvem 6ntcontre les blanks, Or ient signifier, pour que pouva immense
tendue de ces deux de'partemens, t "s pet* uArtiers, dans Jesquels on Wosait meAme se transporter qu'avec forte escorted, et dont les etiltivateurs talent plus occupy's de preserver les habitations .es, dangers, qu'elles couraient, que de se liver aux travaux quelles exila
0

Le gh&al en chef avait sans doute de terribles griefs centre Toussaint, qu'3'regardait avee raison comme le seul auteur de tons les Crinies qni s"etaient commis maos, le mal passe etait sans rem'de et ton't resentment a cet regard devait faire place an desir de faire oublier tant de de'sastres, par le return de Pordre. -Cette seule consider ration fixa*t Pattelition de ce ge'ne'ral, et le guidait dans ses determinations; A Wy avait pas de sacrifices qui balaneassent dans sozi I esprit Pavan-s tage inexprimable de rendre au plutoft, et par tous les woyms possibles, la colonic 'a







(4(
ses productions ordinalres. La France y re, couvrait une des branches, les plus lucratives de ses reveilus le malheureux habitant Un asile depuis si long-temps perdu pour lu.* et le. comuicreant, ruine' dans nos ports, une nouvelle- source dlespe'rances pour le r1ta.
0 ,
blissenient de sa fortune. La paix tut done
*d' 6 deviant conduire phis
oniz--wi eree comme
promptetileat au but que lon se proposait, qu'une guerre dont on ne pouvait gartntir leg result ats, quoique Parmee e t en general sur la nature de cette guerre une ide'e bien diMirente de celle que Pexpc'Tience. Jui on a donne' depuisw

Nous axpions emmene'de Franc'e les deux.' fils de Toussaint accompanies de M. Collct#w non, directeur de institution. des colonies A qui Peduciation en avitit e'te' confie'e.,

Cet homme respectable avait v, ole do eceur au devant des desires du premier consul dans 1'entreprise de ce voyage. ; son age, ses infirniites, et ses nombreuses occupations, COMIC chef d'une des premieres masons dinsfittilion de Paris x av alCut CAO' d'aucun e consi-







4 77
aerationn pour ren detourner on peut done
0
croire qWil accept avec plaisir et sans lcl piu legere re'llexion, la mission que lui donDa le "n "ral en clief de reconcluire ses deux pum
les letir pe.re Ig'-' 1'embarras et les
l a ma re
difficulties de le trouper a travers les bois et les niontagues, dans uji pt%vs covert d'en-o neviis*

Ils partirent tous les trols cou'rureat 'a dif-firentes occasions les plus gmads risque dont ils n'eebappe"rent qu'apres s'e*tre fait reconnaitre et arrive"rent enfin sur, une des ba' citations de Toussaint situe'e dans le canew ton, d'Ennery, "a plus de trente lieues du Ca!) ou* ifls n c trouve"Irent que sa fenime Parut- revoir ses enfans avec plaisir accueil-o lit honneftement, M. Couanon envoy diff-ft
Its mari de la residence
rens expre it son
duquel elle Wltait point certain et le vit enfin arrived au. bout de quelques heures.

La nature arracha 'a ce tigre tin mome" ment de tendresse et de sensibility en. voyant ses enfants; il les tint long:ienips gerres entre ses bras et-les rendit ensuite 'a Icur respect"






48)
tame, institute qui, ne laissant pas 66ap. per un niowent aussi favorable pour le suoit
te m* ssion dont. "I 6tait
ces de important 1 1 char-%
el lui present la letter que lui t le
9 ecrivai
premier consul et que le 'n6ral en chef Pa.* vait djargf de lu* remettre,

Toussaint la lut et relut av-rec la plus pro. fonde attention sans, r pondre'" un rnot qui pAt faire *uger de impression, qu'il en res... sentait, quoique sa, figure annoncht la satis* Action,

M. Coyarnon sadressant ensu'te aux deux enfans, leur dit <( Soyez aupres de votre v pere les, interpr6tes fid0es, du premier
consul et da *n'ral en dief de la coloft v we: qWil apprennede vous, coinbien les v, intentions, du vzouvernement en sa faved, V Wilt ditynes d'exciter sa reconnaissance! 0

L "un d'eux., nomm' Isaac rep6ta mot pour mot les paroles pleines de jboat du premier consul envers Toussaint, avant qu'ils quittassent Paris pour se rendre 'a Brest hd dit 6saemeut, comm e elles leur avaleUt






(49)
Nconfirme'eg par le g6n6ral en chef Leclerc;
tous leg moments 0 A il prit occasion de letirparler de Itti Ptin et Pautre se r4un*o* retit potir I'laviter, an nom de. la reconnais Stllice I don't leur coeur &ait encore. rempu et du salut, de la colonie, auqttei ilt potivait avoir tant de part, de se readre aupre*s du geiieral en chef et Waccepter la place de lieu,^ teimait au gouvernement qu'll Itti offrait, ]a Premiere apre's. celle qWil. occupant et qui Itti commit taut Woccasion's de. contribuer 'a IOUs lesetforts dece gelieral pour le re"tablisvo Sellient de Pordre "a Saint-Donihigue, JIS lui reP(4erent mille folk qtill Wetaifnullemelat accuse de tous les de' stores qui ava*ent sioa griviW I'arrive'e de Parm6e franociise et que tout strait d-Pailletirs, double pour ne singer qtfau bien q'i devait remplacer taut de maux. M. Comanoliplein de son d'v ouenieut, fttt jusqu'', lui offfir do rester en 'tage aveo les sielis jusqu'it ce qull et't acquis Ica pretiv e de la siuc'erite'. des offers qui lui itaient E(-tites) et tous ensemble elfin 11 eurent qu"two voix pour faire entendre leur supplication,

Alais Toussaint C'tait ine'branlable,* sl SOU






50
eprouva ne pewe celle, c"talt celle em lit it u Ir
avo ir ses pro efs dans, toute
de n't r pu accompi*
letir ken.due, et jamais le sentiment du re.
a luitle ses crimes. II pentirmesuce "da ce
if (?Wt Occup6 que du moyen de les augme
ter du'rant une conft--rence OU P011 faism tant d'elf'orts pour le ramener 'a des *ntenqw tions Pacifiques et se repalssait iuterieure..
ment de rid 'e de earwtge diont les deniers orders qu7i'lavaitdonne's devaieuL eAre sulvis,
Enfin, mir ses reftis I s, phis
e op nif"Ares de
se, rendre aupres da g ae'ral Leclere, M, Common le press deerire "a ce general. utie letter dans laquelle.. A lui en exposerait ies
anotifs il y acc'da, winoncant qu. le lend
main a la pointe du j our, il leur env errant un homme ch, rg' de sa response qui les accom.* pagneralt j asqtt't -i Cap ce aren't I i ses der..
nieres p arole. s *- il. ne s'oppostt pas am relour
de ses etifans les embrassa et Partite

De tres -bonne heure dans la matinee
d'ensuite, un M. Gramille arrive, Porteur
0
de la letter que Toussaint avait promise; cet habitat respectable dutTavatitage de cette,





AO







Mlsss*ion, qui mi st--ttiva -trie,-tuv sohis qu
't vus dans ha colonies d'uti dt4rru'er m6uit '-tv tinon et ses
de. Tousst, it. 11 re*o*gnI*'UNL (,t Y detm pupilleset-fireut tous easem-ble le voyag a du Gap*
AL C0111717on aujourdhui exishint datis Itt capital peat dire sous quells cottleurs Itti 1--ut Peint le caracteTo. de Tousstibit et quells confidences ho'rribles lui furent de'voiAll
it son egard ptir cc meme habiftatit, qui erut retiaAre au monde en 'cliap-ptant ala
barbttrie etc cc chef sauguitmire. Ils arri vermt tous ensemble au Cap, et rendirmt 01
conapte de leur 11-lisgion atl P.-Meral ell ebef, fri Itti resmettant lailettre de .7-10ussailit. Cette
01
LAttre C"'tait evasive sur les propositions, du g)'(1-I'val eil dief, et *1 denfandait e I -un d 11cii
Pour s y- sountettre. Q Liatre ours lui furent
-weord's et ses enfims expe'di's de nouveau Ivur lui en porter la nouve.1le les quatre j rurs se sont coupless et les enfans Wout repair,
Tel a e16 le r'sultat dUDe deniarebe. qui avait cm tant coAter "a hi- de'licatesse et 'r.,our laquelle le desir du bien 1"awtit scill euiporte' sur les sentiments de la plus. jtv- 4'a







v vengeance ne restitit plus irtu general ell dief qtea' Pexercer pa'r' tous leg moyens en
son TV 01r.

Je v ais donne r brievenient leg details de la
champagne d.ont les pr paratifs furent sur-le.0
tlawp ordonn6sa

Une d *,v ision commandeer par, le contre4t
1*4
=iirat Linom venait Wentrer au Cap, 0 e -iomwes
nous. av a-it rapport' pres de. 3ooo I
le gelieral en cbef en emoya i5oo., eow4m mandes par le gerli6ral Debelle, pour cont..
battle Ataitrepas qu* s'e tait retire". dians les auteurs du port de Paix apres avoir, C011111le je I ai (lit brWe ]a ville. 11 se mit eiiow suite a* la tete de 6ooo bommes et Ittissa le reste tant pour la garde du C a-p que celle de que1ques principaux posters dans les hauteurs les generaux de dik"'sion Hardy, Defourneaux et Dugiz ce dernier, chef de
'tat-major, Paccompagnaient.

A peu de distance du Cap, le ge'ne'ral en
dief ayant detach' I& geiierA Dqfimvietwx avecx 2oo homes, pour aller s'emparer des





53
montagnes de Plaisance -et redeseendre, elisuite par la coupe des Gonal-ves continti-a Aa route avec le reste de ses troupes pour parcourir les diff6rentes montages du Donaft don et de la Marmelaele, le canton d'Ennery', et Se rendre ensuite aux Gonalves oft il dev 't ope--rer sa )oncto C le
al ion ave general
D lournettzzx.

Cette espe"ce de guerre ne poulvlftit, a pro."
present parlor s"appeler qu"une battle; 11ous n w6ons pas dssez de forces pour g-varder I.es quarters que nous parcourions, et le but ne pouvaitkre que, de d'truire cc, que Port rencontrerait-de negres armes, pousser dans les Plaines de Pouest' ceux qu'on ne pourrait atteindre afin d'y engager avee eux ST 6ftuit possible, une affaire general, et Surtout aller s- einparer du fort de la Crefte-aw Pierrot e Pon savait d'fendu ar Des."
p
salhies avee un assez grand. nombre do
troupes,
TI,
Mais le fait eqt q-Lfapres avoir parcouru
bien. du Pays, barasse nos soldats en leur faisaut cProuver les fatigues et les besuhis,






54
nos ennernis cfiaietit Men peu dimnueso jig nous t1raien't et blessaleat etes bortinies dus cles embusoset les I oit ils pema"ent que leg
et V 'parisseur des bo*s les metta
ra'r mes e lent
41 r, abri do uos poursuite'S et quoiquo le courtage d t nos; troupes reimport tou 101114 sur les d*' cult's, et ou"elle, jamals ca S e preell-Aler dauA les endrolits d"otl piart(aieut les coups on catei, nal't raremerit les iwgres. Arriv;04-on d an s4, un boun-r, it ellait evacue et n'offraft que des- ceildres 'I 'r a V V r-on des habitat*011 e tes et Gk 4.*
series 10 Si qUe1ques viefflards femmes ou enfans Se niotitralcut a 110 yeux la cral"fite k8 Otait a nos pieds ils respectalent, djosaient-Ils les blanesi les regardaimt comme leurs maitres ef demmidaient la vie, quion
it pas Pin'terition de leur 'ter Les culfivateurs sams.;" armes, qai avalent su s c ber a Ja recherche. et "a Itt constraint des ne, res arm& mas teiiaient au8si language; xoila' la guerr"e de St.-Dommlue,
A
voil "a la nature du pCaYS OLzf il fallait rame ner la paix

E'dill le geacral Lcclerc arrive awx G c*ii,







va" 9 Nn des ports de la parole de
youest )7 o % it fait sa jonction. arce le gcnV'*!vtI
1, Je Wai pas besoin de rtp 'ter DOmweizi.x,
title cette ville e"tait en cendres, puisque jtti dit que routes cells du nord et de Ponest, C.XCepte le Port-au-Prince et Ic M le) avaient VAC incenctices.

Sur la nouvelle q0I y recoit que le ge'ne00 ral Debelle avait e'te' repousse', au Port-deov Paix dans ses diff-'erentes attaques centre Maurepas,, A envoie proniptement le general D ,Io*urneitux avec sa division pour lui porter des scours et il se disposait que1ques jours apres a Py, rejoindre Jui wenic avec son arat6c lorsque Alaurepas in-timid pax ses dispositions vient se rcudre a lui avec ses troupes.

TI donne alors l'ordre au g'ne'ral DefourYieaux d'aller reprendre position dans, les auteurs de Plaisance, afin d'empecher, ,wtant qu"il strait en son pouvoir tonte coni-a niunication cht-nord avec Touest rapplelle le gent"'ral Debelle avec une Partie de ses troupes pour Penvoyer combattre.Dessalinas






56
la Crefte-aA *errot; ordonne au general Hardy de se porter -sur la montage noire des Gova''ves, oft Pon avait aN s que S9 fta*ent r fugi*e s Toussaint et Christophe distribute les troupes de 3murepas dans les divIsioils DC-Iburneaux, Debelle et Rardy ; renvoie
-.51aurepas att Port-de-Paix pour prendre, It-A rommandement de la ville 0 et s7embarque des Gonaives pour le Port-a-u-Prihice ttvee le gen eral D it atta et les officers, de son RatImajor.

J'e gelicral Bothambeau qui s'e'ta*t en-110 pare' du fort Dauphin comme nous hv ottig dit avait recu ordre du general Leclerc, ,au dpart de Parn e du Cap, de se rendre dans la parties de Pouest, ou' Pon conside"rait que devait eftre le th'Atre de la guerre pu*S.A
-quell'on avait chere'lic (comme je Pai dA), en parcourant le'nord 'a y pousser routes Jes Borees enemies et que Pon savait d'alffletirs que Dessalines y e'tait retranche.

11 eut une march terrible a trav*e-rs les P plaiiies &Ouanaminte de la Grande-Rivierej ot la muntagne noire des Gonalves j arrive








dans les savannas, de, la Desoleie pr s les Ii-mites qat separent la parties du nord de celle de Pfmtest) A de'fit complefement till corps de la garde d"Itionneur de T oussallit.1 i axec sequel *11 eut un enawyenic it et *Pta
ensufte dans les hatites montages (Ile.3 Callhos, ou' il eut Ile boaheur de rallier un assswz -mid nombre de mallieu'reux blanco qui s"y tenaient eacbe's et qui eftaient pre"' ts 'a y expirer de. besoin. Faisant halte sur I'liabita."
tion Ailagnan 11 Y'fit la decouverte d'une
vats e renfermant de tres-grosses son-imes,
qu'il env, oya sous forte escorted ati PortA
au-princeavee ce emes habitats qu'il
avait d6livres.
Je reviens, ati g6n6ral Debelle. 11 ventait
d'aiuaquer sans sweet's le fort de la Crete-aPierrot il avait eu conside'rablement WhomIneS blesse's ii Pe'-fait tui-Inenie et avait C"ter
krce de faire retraite 'a Saint-Mare.
Le ge",n6ral Leclerc, histruit au Port-au
Prince de sa defaite donne ordre au g'n'ral Dugma de se rendre par mer "a Saint- Alare pour y prendre le conimandement des troupes, vt se retin ir "a Jui par les planes lde I'Artib o-bib-,






L8
in'teprts de la CreRe-h-Pierrot; il se met en.
Suiteavede gehiral Boudet, la t xte de 3000
homixtes pour se rendre dans cette m
plane, et pour -tbr "ger la, distance 11 troupe ayer une route tr
mo en de se ffi a avers Ies
niontagnes*
t%'te-" -Pierrot
Cctte second attaque de la C, C it
ne fut pas plus heureuse que la. premiere ; ce fbrt daus sequel Dessalines se defendant Rill a-pell-pre$ 1500 bomm es etait garni de'ne4pie'lees de canoes Wassez fort calibre., e Ullize
Putour' d'un foss de q pieds de proJ fondeur Stir douze de lar(ye et garnien
dehors d'i-me forte haile de bois d'ephie et de JP
campeche de pre' s de douze pieds d Clevc1Ar
tion ces difficWtesseralent peutopetre eonsiderees comme peu de chose pour une arni'e d'abord plus nom-reuse ensuite, dorit on pourrait h volonte' remplir le vuide mals Cc U etait pas Itt Ja facility que nous offrait im p -tys oft les bonimes transport's de dix-livit cents lieues de leursol natural. Solat Si pre'conserver le gc eral, ea clief
fit-il retired ses troupes et "suspe,ndre. I*acti(-)ti "'T
jusq a n c un, murder et de plasICUrs if ar *v'e d'





ALI







59
obuslers, qu-it eiivvrova chercher St.--Afav -*9 ftit rejoin dans Mtervalle par les deux di isions des'ge'n'raux Rochambeau, et flar.
les efforts do cc derwer pour d'eouvrir
retraite de Toussa ris
Int et Cli, t.ophe
avalent-A6 int* uctueuxt

Ces deux renforts de"termin'rent pronipte4ft Silent une troisi*eme affaque, dans laquelle le niortier et les obusiers, eurent grande part anos succ s les negres se voyant assaillis pt-tr autaftt de troupes et do tels moyens, se dc ide rent 'a e'vaeuer dans la utfit un grand 110nibre tomberen't en ftlyant %. -ous les cotips de nos sOldats.,

NOUS primes possession de ce fort, q'ue Vou de'molit et don't oii einporta les pieces (le canons.

Le g4n'rral Leclerc retourna au Port-aump Prince avee Ic general -Boudet, le general Ditgua et- tout son 6tat-niajor 3 le On' al Rochambeatt eut ordre de, se, rendre PU'Ur
ient 'Saint-Mare et le general Lfardy de retourlier au Cap,






(6o
Toussaint et Chrislophe n7ava"ent pzts
'Paru Pun et Pautre Ctaient passe's dans le nord. /Iristophe y ava*t ralli6 un assez grand nombre de negres et menacait
toutes'les nuits dvattaquer le Ca en cond.
nuant wincenctier les env, irons et inquietwit les avant-postes ; to'utes les troupes et les babitans de la ville, pendant Pre's d"tin mois, furent contilluellement sur pied : Toussabit 6t, vint "a
de son Co e plusieurs reprises attaquer le geiihal Deourneaux dans" les molift tagues de Plaisance et fut toujours comV%
pietement bcattu.
4i e
Ces deux he s n" gres instructs d i return
et e la division flard dans le'nord, se r unirent pour placer leurs troupes dans les enibuseades qui pouvaient nous C**Are les plus dangereuses, profitant "a cet 6gard &s avaiitages que leur donna"ent de tre"s-hautes moiiWb tagtiems presque generalement bo-sees, et
des routes etroites et tortueuse.s.

En effet malgr.* routes, les precautims
que pouvaient indiquer Part de la guerre, walgre" le sang-frold du ge'ne'ral Hardy et






61
jntre"pidite' de nog soldats cette divisloii avait considerablement perdu lorsqu'elle rentra au Cap.

Qtle Nit refle"chigse un instant sur Phorreur d'-une gtterre, oth le, soldat v ov ant Well Irarenient son ennemi, quoiqu'il en f6t atteint, C "dait "a son courage et se pr feipitait aveuAr
1 en-tent dans, les, bois aux risque de tom-w ber entre les niah-is de ces antropophages qui ne conservant pas de prisonniers, les re**"* servaient ensuite aux phis Areuses tortures,
Le. g "n'ral Leclerc, resta pett de temps au Port-au-Prince expedia le general Bou.4m det en mission stir les Iffes du Vent, donna au general Rochanibeatt le commandenient en ehvf de la partic de 1"'ouest et du sud et revhit au Gip dans les premiers jours de floreal apres sLx semaines a-peu-pres d'abLes ne%'21:res ttruies a-vant vu les derpartemens du Nord et de IOuest parcourus par quatre divisions difl-* reiites, aval"ent e"valuefnos forces bien au-dessus de ce qu"elles etaient 3 ils aval"ent acquis lit conviction que






(62
I ktr retraite sur le 8ommet des plug bates montagess ne leur servant pas d'abri centre la, poursuite deq I rancals ils les avaient v u gravir leurs mores et sle'lancer dans les ravines sans qu"aucuns dangers aucunes 14,i dliffi cults Pussent Jes arreker,; leur courage
se rallentit alors en proportion de ce que lettr crainte a-uguientait, et la voix de Toussaint, de. Dessalines et de Ckristophe, PoUvait settle
les rallied au combat.

Le ne"gre cultivateur avait d'un autre coke
recu une impression bien plus forte et bien
us favorable a nos interests tous ceux que
Pon av,,-ait rencontre's sans armei et sans attcunes marques mintaires avaien e e eptotrgne's nos soldats n7avaient maltrait' ni les fe111111cs ni les enfans. Les paroles qu'on leur
avait adresseles etaient I
Ple'nes de douceur
et de bonte' et portent assurance de leur Iiberte: des negres et homes de. couleur attaI leur avaient tradult les proh *s Parni'e
declamations en Creole et leur en avaient taisse des copies, pour qWelles servissent entre leurs
wains 'a de'tromper le, soldat 'gar'. Enfin beaucoup de ces cWtivateurs, qui lie connais







63
saient n1i la r'diesse n* les bonneurs qui wavaient fitit que clianger de maitives et 11 arrosaient pas moins de leursueur la teril)e qteils oultiv aient paraissaient ben*r notre return et pensaient que la domination de leurs chefs C'tait arrive "a son terme.

On voit par tous ces aetaiis que, quoi." que eette cauipagne fdt bien e'loigne'te de nous re'senter pour re'sultat la destruction de nos enlieMIS cependant il Ctait possible qu'elle ut contribute bien effleacement aux vues d"ordre et de r'tablissement que Pon se prom* posait.

Elle eut aussi le grand advantage
rer Popinion du general eii clief sur un pays dwit A n"avait auparavant aucune connaissance et de le mettre "a m"me de profited de ses observations pour diriger "a Pavenir m conduit et ses operations,

11 avait parcoura en parties Pimmen e efendue des dews-- depailtemens du Nord et de rDuest; A avait pu jtiger de la bien grande difficulter d'y faire la guerre "'a dei humwcs







(64)
I troxivalent dans le sol de quoi fourn*r a tous letters" besoins lorsqu"i'l notis ttal qu"impossible de nous y procurer les n6tres. i ivait observe, mi pays, qui, par sa attire donnalt- autatit d'a autage- a nos ei-memis J, que de fadlit'?
pour w is f iire du tw) I es POUr
a nos oursuites,
derober eusulte' P

La caimpagiie qu'"l venait de faire awut e f' ecrasante pour ses troupes beaucOUP y aVaient SUCCODIbe. 11 y av ait lieu d e croire ir en prouNre
lave'rit', que Paven" rait hib,
mals Ce Wkait qu'une esperance et )our le moment que restart il de nos efforts En quoi avalient As e'vid emmet proffiv IL hien de la colonies ?, Nos ennemis 'taient-ils
frt iment diminues que le wille IRS I ou telle
bre 11 en fitt plus 'a craindre ? La culture le seut but.que Pon e^t ef d Ut avoir en vue kait-elle retablie ?- Les habitations que imis av, ions parcourues etaient toujours dams- le,
w 6tat d abaa o. ; e& iii!gres,, ou port(Ideat leg -armes centre nous ou les'eaebaient dtlus Wpaisseur des bois et tells bones en Aet que pussent eftre OU devexiir jamais les 111.W stations du cultivateur, comment poulvait a







6*5
jeter ou rendre, ses armes, sortir de 'sa re4t trite cachue reg, aaner ademeurey6ber-o elwr un assjue 'a Pabri d.c la constraint lorsoft qtie V'6tendue du pays et la fidbl,,- denote ,-'Irillete otaient les moyens de lui assurer eette protection qui pouvait seWe, legarantir &s poursuites exerce'es centre lui

Quoique ces, renexions indiqua,3spnt blen au general en "Chef le remedy le lus certain et le plus prompt qu']*l y eut "a nos maux-, qWil sentit que nialgre' le refus ob8find do T'oussat*nt et son m6pris, j'oge dire, pour it r
ICS propositions geIle-Freuses qui lui avaient C el fates A strait avantageux pour le bien do la colonies que nous en vinssions aux acom commodemens avec lui Dessalines et
Chriwtophe, il devait cependant les nie'e.s regards "a ladignit' de son caracte"re et ne polivait re"unir tous ses efforts pour P exdaft caution de son project sur cc point, qu'en ca-0 chant bien ses intentions ensorte que les I f
'negres pussent considered un trite avec eux moins comme une chuse qui nous M ea.
ble que comme une faveur qui leur C"tait accordee*
9







(66)
Clervaut et Paid Lonve r1ure ar aient A apples au Cap; leurs rrgimens campes au tehors dans les posters qui leur avaient e'te' assignes kaient mis en avaut dans routes les et attaqualent axec tant de bravoure, et dlatrcpidite les troupes'de Tous. wint et de. Christophe, centre lesquelles nous avions des a aires cont nuelles que nos sol." dats awc lesquels, ils combattavent, ne poti Vaient "a cet 'gard revenir de leur surprise, et leur accorderent bientut la plus grande confiameS

Ch7istophe ifignorait rien de ce qui se pzasstdt parmimus A avait des espions qui tombaient solvent entre, nos mains il ell eut ni6me plusieurs qui furent trahis pa-r les sol. dats de Clervaut, qtfils cherchaient "a se-11 duire. Quoique la reddition de Laphime dans le sud dont le department s"tait co serve en partwe tratiquiM te fitt une circonstance bieu affligeatite pour son parti.1, et qu'll tie vit pas avec moins de peine la soti
-0 0
mission de Afaurepas, Labelino*s, Clemwa, et Paid Loiti-lerture. peut-Rre ne'aunloin's e6t-fl continue de persister daus cette guerra







67
eAt erti Pouvoir de'terminement oompter sur les gran,&8 resources que pouvait offrir ll homines l'ininiense e4endue des deux d6w partenieris, dit Nord et de VOLiest mals *11 craignait Ph-npression qu'avait ge"ne'ralemen-t fitit sur 10' cultivateur le passage de. I'armee a, travers les, c"anipagnes et regardait de plus comaic un ii:ial bien reel-et bien grand I'acaw croissement: de Parm6e franchise. 11 Wentrait pas, tin vaistwan au Cap quIl ne Papperc't
A
du baut des inontagnes ,, et ne er-ut le nombra de troupe's qull nous' apportait fort au-dessus de celui que nous recevions ; en effet cette
A' A
erreur paraitra bien naturelle quand on s,-tava que la moitie' du temps rious la partaA
,(,,jons nous-ineniess, quoique le de'barquement S. en fit presque sous nos yeux*

Je parle plus particulierement de Chrismphe en cc moment, que de, Tozis'swint et de Dessalines., par-cc que C'e'tait centre lui seut ju aient alors dirig'es les, attaques dans la plane du'nord, que Toussaint s'eAait retire' wt canton d'Ennery, 'a pres de trente lieues (I-ii Cap, sur une de ses habitations et que Dessalines Wavait pas quite la parties do
9







68
I'ottest. Le's espions que nous av ions trou'Ve le moyen d'entretenir dans la plaine, TIOU; donnaient cheque )our lien de penser que Christvhe se d&iderait blentok aux demarches, que nous desirions. Le general Leclerc Ztaift instruct d4 priv que soil amour-propre et sa v anftr nietta'ent "a la' liaute fiaveur dont jouissaient aupr s de hii et dans toute Par. Mee les chefs qui s'e'taient rendtis confirnies dans leurs grade et comblefs de tous les honA
neurs muitaires ils Wavalent d'autre. table qtte la sienne et cells de ses premiers generaux,

Ovistophe ne tarda pas en effet h confirIne'r, nos plus chere's esperances 3 un d e e officers eut en son nom une CD:trevue avec. 10 9 eiieral Frescinel commandant nos troupes au hatit du Cap cette premiere deniarelic fift suivie de routes cei que le. gene'ral Ievw dere crut n'cessaires pour, consider cette Important ne'goviation, qu'il terminal, par
4%
inne conf6renee de quelques heures avec ce
vt c. es son repe sa
fanie t bef d'Insurg ntir
Sounussion Passurance deson respect et de son de furent les premiers gages
'vouement
qtfil' offrit en te"moianage. de sa sinc'rite.







(69)
C"est vers le milieu de floral qteeut lien
r I
cet evenement d'autant plus desi qu'ou le conside'rait avec ral-son comme. deviant conduire promptement au m e"' m e re"sultat
Dessalines et Toussaint, Wetant pas presumable que Christophe e^t entame',,aumo cane negotiation avec nous sans les, en'tmoir imstruits. En effet, 11OUS Nimes peu de jours vtl)r s arr er au Cap deux personnel envoy' rtr Toussah7t; Punc etait son secretair', I'autre un des capitaines de ses gardens,

s trouve"rent aupre's du g'n'ral en chef Pace's qOls desiraient, et parent 'a plusicurs reprises et dans diff6rens voyages les por. teurs de paroles pour la 'conclusion d'un traA6 qui paraissait Wadmettre de diffit-mItes qtic dans le refus de Toussaint do, se rendre au Cap. Cet acte de submission cotltait a son amour-propre le souvenir de-sa gran. deur passed ajoutait 'a sa re'ptianance de se Presenter dans une ville oth habittic' depuis A long-te'mps "a faire une entree triomphante, 11 allait paraitre comme un crimitiel.

11 n7y avait cepejadant aucuns, moyens







070
d'arrantyemens stir cc point il &Ualt an
gouver lenient cette vengeance apparent
fallait que les negres sussent ef crussent que leur' chef allait y expier tin crime et recevoir un pardon A ne put done 'viter cette e 'y soumettre,.
mortification, et se r'solut 'a s
Je le vois encore au milieu clu corte de ses officers c "d'
nombreux r a
bruprinte musique et suivi de ses gardens, le Vois ses traits affreux, son air vieux et casse avec la bonte et le crime sur la figttre
je vois cet assemblage d'bommes odietrx
winistres des crtiautes de leur chef Es Wosent lever les yeux sur ce reste de'v'Ictimes echapPees a letur rtrige et traversent dangle silefice une vine encore fumante des feux qu9ils y otit allumes, qui n"otrreyar- tout que le spee tacle, dcTbiraut du ravage et de la destrue4o
tion
Le ge'ne'rA en chef dinait cc jour-la en rade ord dun des vaisseaux de Parniee ce. qui
oblige Toussabtt d attended son arr*N?*e
dans ses alvartemens,

Cc if 'tait pas ce n'gre Christophe ave.c



IA'o







7t
sequel le g 'n clere a rait trait' quel
quei jours avant, plein de sounussion, de
parlant q-L
respect ne ic de repentir et de
luoyens &Pexpiation. Toussaint d'un aborcl dur et fier et sans aucune forme ena tgeztnte, anlionca p o Ydans cette eirconstance le regret de la dc'marche "a laquelle il conseiitait ve le records de ses cronies. Cc chef alter et f roce e'tait encore enia de la ge""ne quIl venait d'eProuver en Passant en revue deviant des homes aux ye ux desquels. A av a-it, tion- AP.
seulement perdu ce caracte're de superiority (Itfil avait exerce'e si lono -temps, mitis pour qui A 6tait devenu un ob-*et Whorreur et de. mepris 3 A iie dissfinula done rien de ses sentimeas annoncant sa submission comrna line, C011trainte r tOWusant en fait de pouvoir et d1au trite' les offers qui lut etaient fates se rt,,,servant 'de rendre les articles de swi tmite Communs avec Des-sahnes et proRiettant d"cii remplir strictenient les coadift"
tiolis*

Tel est en peu de mots le resultat de sa conference avec le generc-il Leclere, apr6s laquelle il se retire.







72)
Peu de jours apres su*ivit la submission
de.Dessalines.

On doit bien g9rattendre aux engagement
q le g n "ral Leclerc fit contractor
Ue t? a cc$
trois ClIds.

Toussaint dealt envoyer au. Cap tous les
corps militaries attache's A sa Personne
joindre seulenient, au cas de besoin, ses ef1-brts "a e eux de D esm lin es et Ch ristoph e, pour faire rejutrer tous, les negres c-ultivateurs sur leurs habitations et opener le desarmement general dans les campaigns; je dis sculement en eas de besoin, parce qiie la prendem bilse de ses conwntions 6tait qu'il pAt se retired d e toute espke d'affaires, publiques pour S44
me rechercher que sa tranquillity'!.

C-Pe'tait donc Christophe pour le nord et
Dessalines pour l'ouest qui dev, aient eRre ch ro 6ls de ces deux conditions sl IMPOr'tantes a% remplir. Quant a ce qui pouva, it re-garder la parties militaire, tous les corl)s noirs entraient dts, le moment au service du gouvemement les officers talentt maintenus




4,


(73
dans leurs grades et les soldats rhis sur le ni(" me pied que les, n6tres.,
Tels furent les Principaux articles de ce traite. Dessalines mandef ensuite an Cap, eut de me'me quo Chdstophe, plusieurs conf6an wnees avec le g6n'ral en. chef, apres lesquelles I se rendirent "a leurs destinations respectives hu dans, le nord et Pautre dans Pow1st,
Le ge'ne'ral en ebef 'venait non-seulement d'accomplir le wen le plag eber que pussent foriner les colons et les =rdheureux babitans de cette colon Ole mais il etait parvenu a effeettier un point bien important I
'en ne laNstant
pas outer aux ne"gres dans toute 1'tendue (le Saint- Dominizue. que ]a rendition de Toussaint, Dessalines et ChriVophe, ne ffit un acte de constraint de leur part, dans le" quel. ils Wavaient fait que ceder it -la force et la Puissance do notre gouvernemeutt

Aussi, la joic que ripatidit ]a nouvelle de cette Paix fut-elle ge'ne'rale; on croyait y voir la fin de ses'longues pines, et on I ia re gardait comme la source d'une nonvelle pros Perite,
TO







74
Le moment e"tait enfin arrive' de firer la colonic de cef etat de trouble et de de'sordre pott-vwif -able dans sequel tant- de, crimes V.I.. Talent Plonge'ree

Le mil"taire ayant e"te'. considered' avve, raison COMMe 10 Setil, qui PUL agir dans 6 eirconstances o u nous nous trouvions -a a 'It v e impossible Worganiser auction parties de Administration civil on commeneir, done par se liver "a cette occupation, qui 'tait le prenner pa8 qui dut amioncer le relour de rordre en I tisant couna"'tre it routes les classes de ht 8oeWte, les lois qui devaimt les
'r, et sous la protection desquelles eba potivait librenient exereer son industries,

Nous n7ttvlons que des la'nies a donner disabless dont la
certain maux irreme re
)a-ration ne potivait eftre confie'e ni au temp Ali a Itt niain des homes les pertes con'S
cables qne nous avious flaftes daiis difle rens quarters nous metta ient-presque dcins Ja necessite d'y appeler -tine nouvelle po population il y en avait o U" Pon n aurait PU porter au-dessus de io a iq.., le lionibre des





10


intlividus de notre couleur 6ehapp 's an mas sacre*
Le geWral en chef cominandait *1 trois CLISSes C 16-ninies Sa'IIt-T)OIII* (rue IC's b 1,i a C S les homes, de fouleurs ancient Ii4w bites et les nec-res autrefols eschwes *e fais ce, distinctions, (Panciens libres t esdaves Parce qu elles Wont jamais ceise"' d'exister', et que dans que1que rano que fift sous le regne meme de Toussaint Un negre cau"trefois es,-* A
Clave Pancien fibre ne le crut janims son
A 1%
i es nous-nienies
al nous acqu^m" otre
11irrive"e la preuve bien U'vidente de celte differeace entrIeux dans 1'emliressenient clue i-alront tous les ancient fibres it abandonner le parti de Toussaint pow se rallied an n6 tre trialgre' Ies places qWils occupaient dans sSon crouvernemeat et les avtuitcages qu"Ils erefiraien't. Cette classes d'hoinimes dont les actionss ont tant 'nflue par la suite sur la des- JI, t:.
tiue'e malheureuse de Saint Domingue, ]a a cesse tout le temps qu9a ve"cu le ge' ti eral Leclerc de Iui donner les preuves, les plus signale'res de dcvouement et de soumiss 10110
10*






(76)
11 e'tait necessary que ce general inspiraft
la plus grande confiande aux nouveaux chefs q0l venait d"adjoindre a ses operations, et qui ponvaient si Puissaiument seconder ses rues dordie t de. r'tablissement *1 fallait qteil sfit Cearter par sa conduit ]a melange bien naturelle "a des negres, qti* dexraient craill-0
A
dre le ressent*leot sur leu rmidul'te passe,
0
consWrer les pouvoirs dont !Is avaient. *Oui comme utie wurpation, et celai dans leqtiel on les maiatena't comme ayant pour ob*et prmcipal de.,remplir, h Paide de leurs services, le seul but auquel nous aspirlons. 11 voulut done que le premier acte emanel de son auto..
rite', concourfit, par son importance, "a leur donner un t6moignage e"clatant de sa since"
rlt ; il voulut que les bases fundamentals de organisation de. la colonies resultassent des de'libe'rations d'une assemble'e "a I aquelle ils eussent par't, et ordonna 'a cet effet que dans les trois dePartemens du Nord de
VOtiest et du Stid, des depute's pris dans les diff6rentes classes de citoyens, se rendraient IV au Cap pour y composer un counsel presiae
par lui et deviant s'oecuper des lois orgafto
w(lucs de Saint-DomInPe.








As sals qWune, pareille measure a d u*k jf!
Well douloureuse pour tout t olon ou, habitant ex Saint-Domingue que Pesprit qui se ream porte toujours vers son but desire, sest appel"
avee peine stir PiWe que de tels 6mmes allaient eftre admis a un degr" de supe'r*0#M rite parmi nous lorsque les vrais inte e 'r ts de
]a C"olmile sembhuent si puissaniment s'OPPO ser it c e que Pon conservAt nic'me un sys teme
galit entre leur couleur et la tre
d 0 e
suis 'galement de cette opinion mais encore est-fl vrai que dans la position dans laquelle iiotis nous trouvions, 11 etait impossible que notre inclination ne Sit pas-combattue par la necessite' la plus absolute et que nous ne potivions sans injustice regarded comme un fitilt blamable ce qui n!e'tait commander' que par la plus saine politique, et les les inieux intentionnees.

Le general Leclere ayant sails cesse sous les yeux'les opefrartions qui devaient fixer toute son attention, savait que dans le nord Ch ristophe 6tait joint "a ClervautetAlaurepas pour rappeller le ne"gre cultivateur sur routes les habitations et reprendre les armes qui








leur a-vaient CW fourn* s tandis que Des&r..
A
lilies daiis la parties de Potiestavait la me'ale


Son desir dtt bien e deiitreprendrc. tine tourney daus ]a eplome, conline Ptl44'age 11 b I lis, s t tva tref6is Iov4;qutm iiouvefttU e eii chef venal en pretidre le eommandeniell't;
's a *taut II "ee s
ttlte' tt'll, Cap
Pur y S U e*t p...'rations d u mrd et
de Pottest'l il, Ike 1-1 01 0011 V VIA Ur ce 1)0111-1, et ell ar"g'ea dt, eei" O A Will
Ciiet de son ato-m

Je suis, mAtteinmt parventi &m s cet cen't aux,,,vpoq-Ltes oules, delai6 vont dev ur pour moi bien d(VIoureux h tracer. Comme allow cien habilatif-de Saitit-Domiligme is
je StIVa"
tte chaque curopefen devait imi tribute au efinit-it Solis sequel -nous novs trouNIODS et 'je Ilavals, Paye moi-meme peu deten es
-ips apr
mon premier debarquement dam la coloilie mais durmit Ves 'paeo ete otize atmeo de re'sidetice e. Wavais observe" quIl
It
ell I -too
t r'en 4 si failesste t atilmirer stir la uc
ture de Ica maladies que I on y eprotiv aft Je






J,
MIS Citer leg 'tie raux Lalw-etwe
011 1 _A0
P
Duchilletrit Pemer, ,_VI.titckehwtIe qui vlArf-mit tous stwcessivemejit pren(Ire ]*-,-A cow, mandeinent de cett,:! ite, et rettourtierelit ell Fratice, sails favo-i ut fegrretter la perte d'atiom cuns otficiers de leur suite les coi-timissaires Rvi'Me, Ahruech et St. -Leger, dont., Peti*% voi suece&t h celui des gouverneurs gelic*w rawx 11 eurent, pas un sort plus fitcheux les r("gimens d'Artois et do N ormwidle s aC,cliniateTent et fortuerent une partic de ]a popuUtion de ce pays; enfim M. -Mdotiville qui y fut eiivoN,,,-C du teiups da director revint apre's huit mois de residence avee les' D emes personiles qui Pav. aient suivi,
Uon ne devait donc pas pre'sumer que nos soldats pussent 'Atre expose's 'a de plus grand dangers quo ceux qu'avaient pr6celdeMment encouru tant de milliers d'europeens, don-t les iiialadies Wavaient en auctuies suites fa cheuses et il Wy av, ait pas de raison pour que nous dussions turner iios inquk4udes vers Tobjet qui se pre'setitait le mohis "a la. peu see comme un fleau A redouter, Les premiers chefs marquans que nous






(80)
perdimes an Cap dans. le cottrant de flor4al, ermix de div ion
furent les g6nf is' Debelle le
D( ,Yen et Hardy quolque ces, premieres
Pertes, ne fussent pas sans effects tant sur Vesprit du soldat, que stir celui de Phabitant, nous ne les considelrAines que comme Peffist dune maladies grave, que Pon pouvait aise"
ment attribuer a diff6rentes causes. Nos alrmes ii'atigment' ent que vers la fin dti Tntme mois lorsque plusieurs personnel
rurent 'galement sans avoir peine le temps d'appeler des scours; les bo"pitaux
conmiencaient alors a* se remplir; les remM
ordinaires "a kre administres sang effects, et les progress du mal tellement rapids del's
instaiA ou" ]a maJadie commencait-a sc:
manitester clue le malady semblait emporte" M par un torrent destructeur centre sequel
devaient s9c"puiser en vain tous les efforts
humans.

Aii milieu de ces, scenes affligeantes 10 nee' 'ral'en clief 'tait occup sans rel 4 lie
des travaux p6nibles qu'il avait aremplir nous iim-rionsl)oint d'ofliciers ge'neraux dans el C -de division''
le sud il Y eavoya le g 'n 'ral




WTI




Peburretim ttvee recomnitandation de s'en.. j
tenure avec Ltiplame dans routes, ses ope'ra' ti'ons. Persua& dapre"s la conduit de ce
ne"gile, que ses conseils ne pourraient jamais ten(,Ire qula_ la conservation de cette parties inte'ressante de. la colonj*e il 1"avait colifirme g6n&al de brigade, et consem' en


Je ne crois pas inutile de dire ici que1ques mots sur cc department,

Soil etendue, depuis la pointe la plus sud de 1, lie, )usqu a sa h8ie',-re a8rec la parties do Pottest est do 8o fieues ses rev., euus les plus
-conside'rables sont en- caf6. La depetidance de. J're'mie renfernic les quatr e quarters do P11"mouth du Cap, d"Almarie du Corail et (les Abriciots dont la r6colte annuelle All I poque de notre arrive vait monster "a
o millions de lives de caf6 un autre quairfier appeM le Roebelois donne aussi des reve#4 It
MIS conside"rables, datis cette denre. ceux connus sous les noms de Tiburon des frois, de I'Ancedeneaux du petit Trou re'unis sent a cette Plantation celle du coton et du








e 'n6pales Plaines en sucre pri I rie Sont
evIles des Cayes etde Torbee, qui, joints en.
S mble n en font a proprement Parler
qifune sleule ces deu-x planes presentent, sans interruption de suereries ufle etendue de quatorze, fie-ties de loug, sur une larger
a-pe-u-pr&s egale.
Nous avrons ensuite en yagnant l'ouest
les planes de Cavaillon, Saint-Lou*s et 8- ilit.
Michel qui sont 6galement cultivces en sucre, Aki 1111,118 betaueoup moins cons We tables en coft
ton; celle et'Aquti-i vs-t tr's ab mdaate ea eette, eidture Miragouane a atissi qttelqttes
e0tonerieso
Telssont les q quarters les plus important,
et la nature de leurs productions. Je suis eatre clans ces ledgers details, pour quoi'l pnisse j UI-ver des grads advantages qtie- deval"t refirer ],,t colonie de la conservation Intacte de ce delpaxtement e i- a
la culture Y "ta t d as tout C ma activite*0 et comme je Pai deJA dit, la parfait ranquillite et la plus strict discipline re
gnaient sur routes les habitations.

Les habitats blanes y etaient un peu, plus



L4








vowbreux que clans les deux antres detparte,* 111CUS attend qWune parties de ceux qui s y txquvaient epoque o ul Toussaint en. cbassa flus''aud) et qui, sous cc dernier chef, talentnt eii possi sslon de leurs habitati y avaient


En troupes de fitgnes uegres le nombrea, d'hon.imes Ctait de si'7%. D-Iffle" et a-peu-prN; autant en gardens nationals, comprise d'abord tous les planes ensuite les bommes de couew leur, et: les negres e tous anciem
libres.

Lorsque le gcn"vd Debtzrreamarriva atix Cayes, il y trouva en troupes, europelemies
a go". q qua
*JOO hmaimes de I tio le t-ailleral Dit wntdt de passer en revue v av ait h JOr'- Tj
mie pre,s de Soo homynes sous le command. dement de. Padjudwit Darbois, qui y avaient V C envoyes collinle je Pai dit, 'a Pepoque it Laphime les crut n"cessaires paur de'eider Donzage "t se rendre.

Le militaire de. tout grade y recut a -soa
I I I I I
le On ral
e e C
turiv 'e le weilleur accuel








Debimeam en particulier Wetit qtt'a se
louer des homes de routes les couletirs qtA lui donne"Tent les, plus grades, preuves de b, sinc&W de leurs gentimens enters le goll.
vehement. On petit mV#'me, it ce sujet, citer un trait qui n'eut jamais d'exemple dans Vancien regUlle et qui a d't eftre considered
comme bivin satisfaisant dans la Aw
tance Cest 1"assemblee qui eat fi*ett atvCayes en la mason du ge 'neral La ue;
le 't'ait compose te de tous les cl d'at?liers tant de. la plane que dies w(mA'tav*n-,A adjacentes qui viarent en corps I 4-'Iieite-r le Y6n6ral Deburreazt. sur son arrive Passurer
9
de leur respect, de leur deVolleftict, ut et de de leurs efforts confinuels pour maititenir le
phis grand ordre sur les lict stations a L't quelles ils appartewde at*

Pouvait-on ne pas pre'saoer une, tranquillite" sans fin dans un departeinetit oil la
ralite de ceux qui Babitent se faisait a*HSI
connai^tre

Je reviews dans le nord doivent se Pas
eer les evenemens les plus importanso








Apre's quP Ie4cre'tI('*raI en clief ent fait oec-nda per par nos troupes tones les villes- compridans les deux. d"Partemens du Nord et de llotlesfi et mis les garrisons les plus conssiam &'rablvs dans celles qu* 6taien't les phis re connues pour leur sLthibrite" 4elles que le A,11e ef Saint-Alare. ill fat 'passer qticklyes jours a I1"He de la Tortue Oth il accolnpagna jivadame ,eclere et revint ensul'te ott Gip (r). Cet intervalle- avait do-nn. le temps -tim reputations des d(-, 'partcmens tj'arrixver elks etttient composees comme je I'stti dit Whommes de totites les conleurs PrIS auttint que possible, dams lei deux classes de-I commerce et de Phabitant,

Cette tass;emble'e s'ouvrit a-pen-pres vers le in'I'llett de prairial le pretext C010111"al, Al. B e n e.,.,,et-k s* justement aime et estime de. tous 'les habitats, par les PrIIICIPC8 q I tWHOIlvait Wassista qwaux deux premieres

(i) Cette 'Ile de ht Tortue, qui est toute en tnontaolies It est qtt'a" dottze Hates du Cap, et sur tme g-trande patties de sa 1011crueltill, distant b, --utemetit de truls Vows de la cu'te do Saint-Damingue.






F6
seances, et que le respectable,
bef de justice, M. Desperoux, vietime de, Ce fleau, UArastateur, dont lesravages
devenaient de Jour en jour, plus menacans,

Cependant malgre la tristesse generzile "a la vue, du nombre eZrayant des nialheureuxjouriieflement atteints de cette affrouse ma. ladie le Cap par son commerce. SM MOUND.
cement la recoils traction. etc ses,, masons relevees comme par enellantement Offrait un spectacle digne d"inte'reA et d'admirafion.
I C zt 1 it
'Ite Ville s*tu fe la pointe de I'le reco" par cette raison dans son port une gratide P artie uks baamens qui arrivent d"Europe et de pltiss elle attire 'a elle tout le corlimerce de la co-'Ae et de l'interieur; grand nombre de pefites goit"Ie'nes et: embar nations ko res s resident de J"'r6 6rence, pour approvisiomier en luute espeee de conmiestibles et maretimid 1, e S e C 11 C-A les diGrens lieux dont elle
et (Iles ear*-Y;rt1*k:ons cle la plus hatae tainsi venOwes datis le
411u s 0 art d A ai. t-, 43 1-1.1 cltiarc, ent h 1'ette bord routes I c- s denrees coloiiiales qui se transpurtent ae p








des montages ; ces objets, reflects daws, les ,villes y deviennetit ensuite la iiiittleIV d till commerce tres-etenda et fOt*t ILIcratif pour routes les Personnes industrieuses qui s)y fivrent.

Dans les premiers temps de cette paix, noval vellement conclue avve Jos negres, les bAtinieus warchands quI s''taient hasardes des ports de. Francel au risque d"un vovatye dont le re'Sultat depenclait d ex7enen-tens qui leur Ottlelit ifIC01111US, firent cell ci ites affitires, tilautant plus que routes les denrt!es colonialism qui se trotivaient aniassees dans linterieur des terres ayant ete portees datis les vidles leur abondance le's y maintain long-teIIII)s a un tres-bas pri..v*

Soug appri"'mes alors dans les premier's )ours de inessik-lor, Parrestation de Toassaint et son arrive dans, la rade d-a Cap, sur la fre"gate 'a bord de laquelle il avait ete* enis" barque. Void cc qui a donne" 1'eu 'a cet cVCOM


Ce clief-iie"gre s''tait refire stir une de sea








litabiti s s*tu
ation i ee au canton dT nnery, Pres de I -a lissie"re. qui spare la parties du nord et Celle de 190tiest a 3o lieues, a-peu-pre's da Cal). Le general Lecleille instruct qu a peu de distance. de ce lieu, dans, la montage noire des -Gonai'Ves et eelle de la Bmide, des' negireg kaient encore armes par.,-tissat
se preparer pluto't 'a des vues d'hostiliti18 qu't"t des mesures lilt
de paix engage Toussiz a interposer son autorite et- user, de son Jhlfluence pour faire renter les rebcilles. Ce
negre profit de la 6reonstance, f Ct
bler un certain nombre de culfivateurs de, a qui il savttit encore des arwe, et les envoie dans les qua-rders des i
gesl sous le b-Lit suppose'. d'y re'tablir Pordre,
*j
mais Ce detaertement est arreRe' par le cbef de bataillon Pi quidoux qui conimancutit dans c e quarter un corps de,-- oo homes, connu sous le min de legion exp6diLtionntmL.
de Saint-Domingue. Cet officer recontial't Cos negres pour eRre des cultivateurs les de.0
rme et les renvoie. Cet 'v
element
nai e des soupeons sur Toussaint, et dolffla lieu h une observation sertipuleuse s ir sa
coudulte.

IA




MR1


89
4
Les chooses en reste'reat ant I e
re no tut (ju au bout de plusionrs jours lion i-titercepta un parquet qu'il adressm*t Cft U11 negre nomme lonlaine, son anc*en aide-de*"
ant en cette ni"me quality aupr
cami) serw e CS
Me -ermal
da'g'f 'ral en chef ce parquet renf deux letters hine au Cen. D. Vautre ratt commander do sa sucrerie sur Phabitatiou dlleri court. 1.1 dist-tit au, premier de conti" inter 'a trouper des moyens de. lui procurer des 1;irines C1 Iier sur-tout de s'asm mrer do la confiatice du generftd Leclerc 11U second de lui m6fiager des'ressources' dans les negres de son atelier, et do sarranger pour leur conserver le plus d",rarmes qu'A Jui strait possible. Ce. furent ces deux jettres officienement connues, &L imprimeres, dans la colonel qu* tes aux circonstances que j'ai prece'demaient exposes, donwrentlieu 'a Parrestation do Toussallit-Le general cle. division B rimet on exe"cuta Pordre avec. infiniment d'adresse, un jour que cc
i
chef-negre s'etalt rendu 'a Pinvitatiou quii lui avait faite de venir diner chez lui

n7a pas d'ldce de. Peffet que produisit







Yo)
Vette nouvelle: parvenue au continent ame.. rictain, elle Ncida dans une heure Ous de fanliffles a retourner 'a Saint-Domitigue que
4
routes les letters particuberes, n't-tvaient pu i le faire en un mois. On cann a-]*sqait gene 1. element le eavactere do ce iiegre on savait cc qtt'ixral*t Ut ItA coAter le sacrifice de sa ron craignait Vt
toute-Puissance et 6 u tard
les effects de son ressentimeni. Chaeun regard done cet evenement comme celui qui devait contribute le plus "a consider nos esp races et la oie que Pon en ressentit "a Saint-Dontingue, ne niatiqua cle forces pour &Iater, qtf e par le chagrin que nous fais-A,'it
)ours e"prouv r le tableau douloureux
mottalites que nous ne cessions a avoir devant les yeux.0

Xentends tons; les jours dire que cette ttr'A
tion a A Ja cause. de nos deniers mal" rest -a e e.
heurs. Cette opinion, qtf awun motif raisoti., nable ne peut fonder, fient a* la plus extrellie prevenflon.,,, Jl faudralt en supposant dibord que ces nw.nies, personnel ne voulitssejit appercevoir rien de nial &tejitio dans les le,-ares dont "e v*eas de rapporteur








content qule41es trouvassent ensale le" 1110 en de de'tromper les habitats sur 110 ow PI
nion qu'une trop longue et trop malheu., reuse experience leur a fitit si histement concevolr du caractere de ce chef. On disait en France que Tocussabit accuefflait tous les habitauss qui retouriumient it St. Domin ome lorsqu'il lies yardait prisoners 'a bord d es bhtimens, sur lesquels I"Is arr'vaient, qull leur defendant sous peine de mort de mettre p*ed h terre et qWil fallait les plus hates, recommaudatiomi attpre",s de Im poar adoucir la SeVeTitc de ces, orders! On disait qu'll rendait les biens tandis qd'il les conservait I)res qU ea iotalite'.1 On disait que Pon en C'tait trite avec de grand 6gairds, tandis que ht I)his' lcgere distraction cel.te enfin do ne pas mettre la phis grande promptitude a se ranger slneliner oAter respect aeusemeni '8011 chapeau, lursque lui4au ses principaux chiefs venaierit "a passer, attirait d'abord au de'linquant quelques coups de canne sur le liett m'me du de'lit et le forea't ensuite it fuir la coloni"e pour ne pas courirsous le mouldre prefexte risque de la vie! 1-1 iaudrait qua
A
Ces Illemes personnel cusscut vLL le nombre








dhommes sacrifice's a sa vengeance et a sa f6rocW pour assurer son pou'v oir qWefles etisseut pu llaj)percevoir, du pied des autels, Commettre les plus, grand crimes choisirv un dimanche le moment du Leveia*Dieu. ]pour le Sirmal de mort d'un assez grzmid nombre de malheureux blanks qui ass6ta"
la messe et qu'iI y a8raft rassemb'16s c(,t effet. 11 faudrait enfin que ces, mCDICS per. sonnets se fussent trouxr'es dans la colonies a 1, epoque. de notre arrixree e t que pour s e de" rober "a la furenr de ce figre, elles etissent err6 dans les bois sans refuge, sans scours,
p ,6es Oe toUS leg L premiersbesoitis -, alors elles, pourraient so persuader 'que la raison et la prudence sufficient seules pour niat Vopinlon general qui existait alors "a SaintDomill0lue quoique combattue aujourd"lixti Ipar ]a leur. Nous pensions tous qu'il ctait d 'flitile qu'un tel homme travaill't de botme 11 jrcartt.At poar la vie
f0i a sa propire raine. qu e tous proj ets anibitieux par lesquels il efit pu recytigner un pome et des honneurs dont 11 4'j
S etait detache a regret et qull mit enfin 'a C in et le
-"Ilablir notre pouvoir le m'ome so* II av ait mis affiermir fe, nicme plaisir qu' it








Au reste, quel eff-et a product cet fvj-nement lorsque la nouvelle en a 'te' gevnefkalement'connue 41 'it reverse' un edifice
de paix qui ne fidsait encore que 8 etablir?. A-t--il dertaeb les negres de nos in ere fait reprendre les armes, ou'vert tin nouveau ebamp, 'a' ]a guerre et C*t la devastation '' Rica de tout cela ce v est qu'au bout de trois Mois qu'une nouvelle insurrection s'est de"clarce e dirai plas, Parrestation do ce chef a sauv6 la vie a' tous ceux d'entre nous qui revoient aujourd'hui leur patrie. T1 West pas douteu-_v que le caract "ere froid et refle'dii de Toussaird, savrande audace et la confidence qWedt ins Pire' sa Pre'sence n eussent fait laterr la r volte, dans des temps ou" elle eAt pu nous deveDir bieii plus ftineste et oLh les autres thefs faute de Pavoir leur t' I
a nizAnque.reiit de courage et d'accord pour lever Petendttrt de la rebellion,

Je reviews a mon sUjet*

Les travaux du general en dief avee les deoputes qu'il s'e'tait adjoin s I t cont"nuaient avee
la ni eme activio te" tous les j o urs nou s vo"yiolls






(94
Il'tre de nouveaux arr't 's relat"S aux, dif. fe'rentes parties de Pad m**n*strati(-)n; les prill. cipaux regarclaient les, impoks sur le. coil,. merce our Pentree des m,--trehandises fran.
droits de. tax--c sur charun cases et les e
des denrlees coloniales qu* s'emportaient en echange.. d9autres concernaient les wavires 6twinifers ef ( fense qui lour e
& 'tttit faite
d'introduire dans la colonie- auctions obirlts qui pussent souffrir la concurrence avec nos
,treharldises europ' On fit revive a
lear e-rcyard les, anciennes ordonnances cette dermere measure dut prouver ]a soll-witude
-r,* ts du, commerce
de ce general pour les inte e de r4rcttice et combine A avait aCov.-ur de imsfifier aussi promptement que les circonstances pouvaient le lui permettre et par tous e MOY enen son pouvoir, la confia-tice qull hait attire sur son administration Ces parties ne furent pas les seules stir lesquelles son detention se fixa : A devait s'oem cuper causes de ces homes dont la consserwttioll"tu't ht plus important h la prosperity d e. notre colonie et saus lesquels tous nos efforts devaient tre saus, fruit le veUx Pader cles cult* atcurs; des lois 'a la fois







95
doweg et shares, firent accord' r letir 4 ard'
g*d*t6 deg dew" et la plus strict d*se il ri I I ir,;
plitie, aux, principes de )ustiee et d'humanite'.

Vnfin la parties. judiciaire fut celle qui ter.. mina les r-C- upations d ek, cette ctis semblee ou tous les. x,-wux des repre'sentans avaient ete reums pour prouver ah la. colonies Paccord pa.r.*: fitit qui regnait entre routes lc classes et routes les couleurs et fonder, autant sur ses trav aux qui en furent le refftiltat, qiie sur opinion publique qu'elle entrcllitiait la conm f-ktace si n6cessaire 'a fixer d ans ce mr,01imMIX pays oules circonstances nous faisaient selitir de plus en plus le besoin d'kablir la. tranqujuW par ]a paix, la doaceur et la perSuasion.

Oue Pon se plAt alors "a jeter un, coup dceil stir les campaigns 'a en. parcourir Pe'tendue On Yx"ovait dans la presque generality des quarters, les negres retourner paisibles sur leurs habitafions des habitails recevoir de letirs anciens es Iaves des te'muirmages de souluils, Sion de respect et d"'attalo'hement, )e VMS en 6ter plusicurs qui 6prou've"ront Celto







*96
satisfaction.,On commencalt "a se hasarder avee security au milieu des Plaines et des montages je, leg zti parcourues sans armes et me stus tru en sfireter ; rentrait-.011 d,,IIS les villas, on y voyait des ebariots charges de fusils, atr*ver journellement du del et'se deposer dans des mag4sins ; on ne sleft reposait pas settlement sttr les soinq de Dessalines, Clervaut, Chris/ophe et 31rm....
Jf
pour ope
repas rer le desarmemezit, MtI.IS
encore sur ceux de tous les commandaws des difforens qu, iers ,,charcy de cette measure $1 importatite A notre tmu."
4 q lit
U11 e

Quelle difr6rence de Pe'tat ou' IIOUS MUMS si rkemmentvu la colonie, avec cc qu'efle 'tait alors Que de raisons pour notis Mit e r, sur un si prompt thangement

Cependatit Pe,pidemie contititiait ses rava-* ges sur les nou'veaux debarque's et je quit tai le nordpour me transporter dans 11oueste ilavais entendu dire et je croyais en eAct que vincendie du Cap, ou s'etait consuniC Un gra-adnowbre de cadavres joi*ut "a tair mew




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID E4PWGNDRR_79SQAA INGEST_TIME 2014-08-27T21:26:09Z PACKAGE AA00021582_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES