Citation
Saint-Domingue a la veille de la revolution et la question de la representation coloniale aux Etats generaux, janvier 1788-7 juillet 1789

Material Information

Title:
Saint-Domingue a la veille de la revolution et la question de la representation coloniale aux Etats generaux, janvier 1788-7 juillet 1789
Alternate title:
Saint-Domingue à la veille de la révolution et la question de la représentation coloniale aux Etats généraux, janvier 1788-7 juillet 1789
Creator:
Boissonnade, P ( Prosper ), 1862-1935
Language:
French
Physical Description:
299 pages

Subjects

Subjects / Keywords:
To 1793 ( fast )
Political science ( fast )
History -- Haiti -- To 1791 ( lcsh )
Politics and government -- France -- 1774-1793 ( lcsh )
France ( fast )
Haiti ( fast )
Haïti -- Jusqu'à 1791 ( ram )
Politique et gouvernement -- France -- 1774-1792 ( ram )
Genre:
History ( fast )
bibliography ( marcgt )
non-fiction ( marcgt )
History ( fast )

Notes

Bibliography:
Includes bibliographical references (pages 290-294).
Citation/Reference:
Thacher,
System Details:
Master and use copy. Digital master created according to Benchmark for Faithful Digital Reproductions of Monographs and Serials, Version 1. Digital Library Federation, December 2002.
Statement of Responsibility:
par P. Boissonnade, professeur à l'Université de Poitiers.

Record Information

Source Institution:
From the collection of Wolfgang Windel
Rights Management:
Copyright Board of Trustees of the University of Florida
Resource Identifier:
645364050 ( OCLC )
ocn645364050
Classification:
F1921 .B67 ( lcc )
972.94 B684s ( ddc )

Downloads

This item has the following downloads:

00006.txt

00265.txt

00199.txt

00206.txt

00026.txt

00047.txt

00080.txt

00288.txt

00058.txt

00105.txt

00060.txt

00054.txt

00092.txt

00282.txt

00233.txt

00280.txt

00051.txt

00269.txt

00177.txt

00231.txt

00263.txt

00252.txt

00055.txt

00061.txt

00153.txt

00162.txt

00137.txt

00205.txt

00253.txt

00296.txt

00183.txt

00067.txt

00142.txt

00181.txt

00237.txt

00037.txt

00290.txt

00262.txt

00033.txt

00215.txt

00100.txt

00224.txt

00291.txt

00096.txt

00145.txt

00108.txt

00174.txt

00062.txt

00002.txt

00112.txt

00146.txt

00243.txt

00076.txt

00057.txt

00293.txt

00148.txt

00182.txt

00158.txt

00087.txt

00066.txt

00186.txt

00073.txt

00075.txt

00267.txt

00279.txt

00194.txt

00007.txt

00127.txt

00235.txt

00027.txt

00063.txt

00270.txt

00114.txt

00221.txt

00091.txt

00071.txt

00120.txt

00059.txt

00223.txt

00136.txt

00259.txt

00284.txt

00150.txt

00042.txt

00012.txt

00201.txt

00156.txt

00125.txt

00023.txt

00167.txt

00039.txt

00218.txt

00122.txt

00258.txt

00163.txt

00255.txt

00256.txt

00133.txt

00210.txt

00072.txt

00081.txt

00020.txt

00274.txt

00038.txt

00268.txt

00213.txt

00250.txt

00188.txt

00179.txt

00193.txt

00151.txt

00101.txt

00011.txt

00238.txt

00277.txt

00190.txt

00285.txt

00160.txt

00034.txt

00010.txt

00083.txt

00157.txt

00143.txt

00024.txt

00110.txt

00093.txt

00117.txt

00247.txt

00234.txt

00152.txt

00184.txt

00022.txt

00204.txt

00119.txt

00189.txt

ETRO3L08M_XCQHH1_xml.txt

00168.txt

00111.txt

00154.txt

00248.txt

00207.txt

00019.txt

00289.txt

00203.txt

00251.txt

00126.txt

00135.txt

00283.txt

00172.txt

00191.txt

00170.txt

00220.txt

00246.txt

00169.txt

00299.txt

00070.txt

00032.txt

00138.txt

00068.txt

00241.txt

00294.txt

00107.txt

00217.txt

00128.txt

00140.txt

00212.txt

00064.txt

00008.txt

00035.txt

00095.txt

00200.txt

00264.txt

00271.txt

00090.txt

00196.txt

00016.txt

00222.txt

00116.txt

00118.txt

00005.txt

00103.txt

00208.txt

00166.txt

00301.txt

00197.txt

00017.txt

00139.txt

00178.txt

00097.txt

00050.txt

00121.txt

00085.txt

00195.txt

00018.txt

00227.txt

00098.txt

00209.txt

00113.txt

00052.txt

00144.txt

00084.txt

00069.txt

00245.txt

00134.txt

00239.txt

00004.txt

00088.txt

00187.txt

00240.txt

00292.txt

00286.txt

00287.txt

00029.txt

00257.txt

00175.txt

00226.txt

00272.txt

00074.txt

00254.txt

00249.txt

00132.txt

00077.txt

00300.txt

00219.txt

00041.txt

00236.txt

00053.txt

00164.txt

00198.txt

00229.txt

00104.txt

00185.txt

00115.txt

00078.txt

00149.txt

00141.txt

00131.txt

00021.txt

00028.txt

00216.txt

00275.txt

00031.txt

00009.txt

00230.txt

00276.txt

00295.txt

00281.txt

00046.txt

00298.txt

00278.txt

00266.txt

00147.txt

00297.txt

00044.txt

00013.txt

00228.txt

00001.txt

00109.txt

00225.txt

00099.txt

00102.txt

00180.txt

00040.txt

00129.txt

00094.txt

00159.txt

00302.txt

00014.txt

00086.txt

00242.txt

00232.txt

00130.txt

00049.txt

00079.txt

00048.txt

00165.txt

00211.txt

00123.txt

00065.txt

00261.txt

00106.txt

00214.txt

00015.txt

00056.txt

00192.txt

00045.txt

00161.txt

00171.txt

00176.txt

00173.txt

00202.txt

00030.txt

00244.txt

00089.txt

00082.txt

00155.txt

00273.txt

00036.txt

00124.txt

00260.txt

00043.txt

00025.txt

00003.txt


Full Text


















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Collector Wolfgang Windel, Norderstedt,
Germany.

























SAINT-DOMINGUE
A LA VEILLE DE LA R8 VOLUTION

ET Lk QUESTION

DE LX REPRtSENTITION COLONULE AUX RTATS-GENnRAUX

(Janvier 1788 7 Juillet 1789)















SAINT-DOMINGUE


A Lk YEILLE DE LA REVOLUTION


ET LA QUESTION


DE LA REPRtSENTATION COLONIALE

AUX ] TATS GRAMAUX


(Janvier 1788 7 Juillet 1789)



PAR


P. BOISSONNADE
PROFESSFUR A L'UNIVEllsvrE DE POITiEns


Q)





PARIS
PAUL GEUTIENER, LIBRAIRE-RDITEUR
68, RUE MAZARINE, 08


NEW-YORK
LIBRAIRIE G.-E. STECHERT & C,

















SAINT-DOMINGUE
A LA VEILLE DE LA R EVOLUTIONN

ET LA QUESTION DE LA REPRtSENTATION COLONIAL, AUX LTATS GtNtRAUX
(Janvier 1788 7 Juillet 1789)








AVANT-PROPOS

Une 6tude sur Saint-Domingue h la veille de la 116volution et sur la question de la representation colonial aux Etats06n6raux semble 4 premi re vue no presenter que l'int6.rR qui s'attache h un probl6me do second ordre. 11 Wen est riell, et le travail auquel Dous nous sommes livr6 paralt d6montrer le contraire. Les difficult soulev6es A ce sujet par les colons et par leurs adversaries donn6rent le signal d'une des crises les plus graves de I'histoire de la civilisation. L'iniLiative prise 6tourdiment par un group de planters de Saint-Dorningue attire Fattention sur une s6rie de proWmes politiques, 6conomiques et sociaux de ]a plus grande port6e, et dont ]a R6voluhon ne put m me esquisser que des solutions provisoires. Elie provoqua la critique de tout le syst6me colonial del'anclen regime, des relations 6conorniques entrela m6tropoleetses possessions. Elie mith For-











SAINT- DOATINGUE
dre do jour, en quelquesorte, de l'opinion frangaise ]a questiondes droits de Fhomme de race inf6rieure en regard de ceux do Fhomme do race sup6rieure. L'abolition de la trite et de 1'esclavage se trouva pour Ia premi re fois soumise sans r6ticences Ma g6n6rosit6d'un grand people, et 1'6galit6 des races, ce proWme inqui6tant dont on entrevoit aujourd'hui 4 peine les multiples aspects, commence, A pr6occuper Fesprit d'une &6rafion qui, dans sa march vers la lumi6re et vers lajustice, semblait anticiper sur Favenir.



















CHAPITRE PREMIER

Les Planteurs de Saint-Domingue en 1788
et les Causes Politiques de leur agitation en
faveur de la representation colonial.

An moment oil la France enti re, agit6e jusque dans ses profondeurs par le connitaigu centre la monarchie absolute et les privil6gl6s, croyalt trouper dans, la convocation des Etats-Gkhaux Funiversel rem de aux maux don t elle souffrait, 11 semble quo les colonies eussent dCi 6cliapper h cetle fi vre. Saint-Domingue, en particular, avec sa. population d'un demi-million d'habitants., comptait a peine, d'apr6s le calcul du ministry de ]a marine La Luzerne, 25.000 blancs
citoyens majeurs et domIcili6s )), par consequent int6ress6s au. spectacle qu'ofTrait la m6re-patric (1). Le reste des planters, plusiours centaines, r6sidait dans la m6tropole, disperse entre les ports de mer, les provinces et la capital. 11 kalt difficile d'asshnifer une colonle, oii la masse des habitants se composait de inulatres et d'esclaves noirs, a une province franchise. Les institutions fundamentals et les conditions de la vie y diff6raient profond6menL do cells de la France. 11 fallout done tout un ensemble de circonstances d'ordre politique, 6conomique et social, pour sugg6rer

(1) NUm. A I'Ass. Nat. (4790), Arrh. parlem., XVI, 300,











SA I NT-DO31 IN GU E'
a une fraction des planes l'id6e de r6clamer une repr6sentation colonial.
Une parties des planters, ]a minority, semble-L-11, si l'on on juge par Feffectif r6duit des promoters de cette entreprise, 4.000 h pelne (1), 6taiL alors m6contente du syst me administratif dont Saint-Domingue 6tait depuis longtemps pourvu. La monarchle avait transport aux Antilles &s Forigine le r6gime centralisateur de la m6tropole. Elle Favait m me aggrav6 en donnant, dans ces pays noufs, aux gouverneurs militaries une auLorlt6 dont ils no jouissaient pas en France. Peut-Mre, cer6gime 6talt-11 d'ailleurs n6cessaire en un milieu turbulent, dans une sociW o se m0aient tous les 616ments, rn meles pires, et dont laformation se trouvait loin d'Atre achieve. L'autorit6 se partagealt entre le gouverneur g6n6ral, anclen officer de terre et de mer, qui commandait Yescadre et les milices, pr6sidait le Conseil sup6rieur, promulguait les lois, nommait h la plupart des emploisexerpit la police, distribualt les concessions de terre, et un intendant de justice, poli-ce et finances, qui avait dans ses attributions ['administration financi6re et 6conomique, avec une parties de Fadministration de la justice. Sous les orders du gouverneur g6n6ral 6taient places les officers et les soldats des deux regiments d'infanteric et du regiment d'artillerie d6lach6s dans I'lle, ceux de la mar6chauss6e et des milices, les commandants militaires et les majors dans les viltes., les commandants-de quarter et aides-majors dans les bourgs et. les campaigns, et les lieu Len an ts- g6n6raux de chaeune des trois provinces. L'intendant avait sous sa direction les ordonnateurs, ing6nieurs, carpenters, voters,

(1) Voir ci-des-kis, ellapitre IN'.











A LA VEILLE DE LA, REVOLUTION
comptables et autreS adminisirateurs civils. La pr6pond6rance appartenait au gouverneur g6n6ral, qui ne restart pas en functions plus de trois ans. En fait, depuis longtemps, des tiraillements se manifestaient entre ce haut fonctionnalre et l'intendant.
Nulle part n'existaient des municipalities. Dans les paroisses, des marguilliers, comme nos collecteurs, assumaient seulement la lev6e des taxes locales. La Martinique et la Guadeloupe avaient W dot6es d'Assembl6es colonials oii figuraient les repr6sentants des planters. Saint-Domingue n'en poss6daiL pas, bien qu'h 1'6poque de Choiseul on efit tent6 d'en accorded h cette colonies. Les seuls corps qui parussent repr senter les colons 6taient les Chambres mi-partie agriculture et de commerce institu6es en 1759 et 1761 au Cap Frangais eth Port-au-Prince. Cependant, malgr6 Fomnipotence du gouverneur g6n6ral et de l'intendant, FautoritiS faiblissait solvent, soit que ces deux d6l6gu6s du roi entrassent en conflict, soit que Fesprit frondeur des colons 6lud&t la rigueur des ordonnances. L'adminigtration sup6rieure avalt d'ailleurs bea'ucoup fait, surtout depuis le milieu du xviiie si6cle, pour am6liorer le regime 6conomique de File, pour y stimuler la production, pour y developer les moyens de circulation et dWhange, pour y organiser une bonne police, pour y r6gulariser la justice et I'administration des imp6ts. Dans les derni6res anniSes de Fanclen regime particuli recent, elle se montrait active et pr6voyante, probe autant que paternelle (1).
Le ministry de la marine, chef sup0me, apr s le rol, de l'administration colonial, 6tait h ce'moment un ancient gou(1) Cc tableau "t le T. SU1116 d'6tudes sp&iales qui paraitront ult6riearement.











9 SAINT-DOMINGUE
verneur de l'ile, M. de La Luzerne. Ce grand seigneur, qui
it pour Wres I'Wque-duc de Langres et I'ambassadeur de France en Angleterre, 6tait un esprit cultiv6 et liberal. Neveu de Malesherbes, it passait, au dire m6me de ceux qui furent, deux ans plus tard, ses pires d6tracteurs, pour un homme (( sage, klair6, ami de laiusLice )). Lieutenantg6n6ral depuls 4784, it Rait arrive dans I'lle en d6cembre 4785, et avait appris, en november 1787, d Port-au-Prince, que le roi venaiL de le designer deux mois auparavant pour le minist6re de la marine. Le public avait fait une d6testable plaisanterie au sujet de sa nomination : (( 11 y a assez
longtomps,.disait-on, que les Frangais mangent du foin; on est a116 leur chercher de la lucerne en Am6rique. )) Mais on lui attribualt (( infiniment de connaissances, et
particuli reLnent sur le commerce)). 11 devait montrer au minist6recomme dans son government, de la measure, de la douceur, et, suivant expression du temps, des lumi6res, mals aussi beaucoup d'irr6solution et de falblesse. Les planteurs, m6contents de lui en 1790, firent sourire quand its I'accus rent de tyrannic et pr6tendi rent lui attribuer les traits d'un dictateur. 11 avalt W pr6seW au rol h Versailles le 22 d6cembre 1788 et 11 prUa segment le lendemain (1). Son successor h Saint-Domingue 6tait un brave soldat, dont lacandidature Femportasurcelle de 15 concurrent, officers g6n6raux ou brigadiers. Marie-Charles du Chilleau, le nouveau gouverneur-g6n6ral, appartenait par ses origins au

(4) Almanach royal, 4790, p. 22.1; Correspondance secr0e, pp. Lescure, It, 185; M m. de Malouel, 1,294; Mercure de France, 5 jany.4788, p. 26; D6nonc. de Gouy d'Arsy centre La LuzeFDe, 4790; X16m. justify. de La Luzerne, Arch. Parl.,XVI, 278-310; Arch. Nat., D. XXIX, 98, 101; Discourse des d6p. des colons, 2o oct. 1790, p. 4; Vwu patriotique d'un Am6ricain (4788), pp. 3 et 4, collection Cam'-..











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTIONN 9
Poitou, ofi it poss6dait les marquisats du Chilleau et d'Airvault et la, baronnie de Mons-en-GAtine. It avait 6pous6 successivement deux demoiselles nobles de sa. province natale : Jeanne Barton de MODtbas (1761) et Floride de Montu]6. Capitaine au r6giment du roi-infanterie, guidon des gendarmes de la garde du rol, puls colonel du regiment de Gulenne, it avait servi avec La-Luzerne, pendant la guerre d'Am6rique, comme brigadier et mar6chal de camp, tandis que son fr6re le vicomte du Chilleau se distinguait par plusleurs actions d'6clat dans 1'escadre d'Estaing (1). Le marquis de son c6t6 participate t la victoire de la Dominique. Nomm6 gouverneur de cette fle (7 september 1777) conquise sur les Anglais, it avait W charge de conduire en France le gouverneur anglais, lord Macartney prisonnier, en m6me temps que d'y porter les drapeaux pris h ]a Grenade. Apr s Ia guerre, on le nommait commander de Saint-Louis, puis grand-croix. Le ministry de la. marine le &signait au choix du roi le 7 mars 1788 cornme (( le plus digne )) Toccuper les hates functions de gouverneur g6n6ral de Saint-Domingue et des lies franchises d'Am6rique sous-le-Vent (2). Le 8 mars, 11 6tait pr6sent6 au roi et(( avait l'bonneur, sul(( vant le c6r6monial, de lui faire ses remerciements )). Mais it n'arriva A Port-au-Prince qu'en d6cembre 1.788; it s'6tait embarqu6 a Rochefort dans 1'avant-derni re semaine Woetobre ; sa frigate avait failli somber hL la sortie du port (3). 11 semble avoir montr6 dans son government peu d'aptitudes ; 1*1 flotta, irr6solu entre les consells de l'intendant et

(1) B. Filleau, Dict. des Familles du Poiton, 11, 466. (2) Corresp. secr0e, 1, 2715-276; C opie du m6rnoire pr6sent6 au r0i par La Luzerne, 7 nuirs 17188, dans le Wmoirc do La Luzerne, 4790, Arch. Part., XV1, U8, z21 IX; 324. -(3) Hercare de France, 31 niars 17288, p. 182; Dov. 1788,p. 34.
2











10 SAINT-DOMINGUE
les inspirations des planters, et il ne parvint qu'Ll i-n6contenter tour h tour les uns et les autres (I
Le veritable maitre de la colonies 6tait alors depuis square ann6es l'intendant Francois Barb6 de Marbois. 11 avait 4-1 ans. Ce Lorrain de haute intelligence devaIL poursuivre, pen dant la R6volution, I'Empire et la Restauration, la plus brillante carri re, successivement maire de Metz, ambassadeur, d6puL6 de la Moselle aux. Anciens, conseiller d'Etat, Directeurfr6n6ralduTr6sor 1'rpr6sidentdelaCourdeslu'oi-Dptes, s6nateur, pair do France, ministry do la justice. Fils d'un Directeur do la monnale, Conseilter au Parlement des TrolsEvkh-6s, il 6tait devenu intendant de 'Saint-Domingue en 1785; 11 y faisait enregistrer ses pouvoirs le 9 november. Administrateur actif., probe, rigid, il y avait fait ex6cuter de grand travaux. d'utilit6 publique, mis fin, comme pr6sident du Conseil sup6rieur, h la lenteur des proct's, s6vi rudement centre les magistrates n6gligents et les comptables concussionnaires. La colonies avant son arrive',3 Malt endett6o; il Pavait retirement lib6r6e par l'ordre et 1'6conomie de son administration. 11 avait mis fin au syst me des anticipations, 6tabli le r6gime des palements au comptant, et il avait m me accumul6 plus d'un million do reserve darns les caisses publiques (2). 11 s'6tait d'ailleurs attir6 beaucoup d'inimiti6s parmi les solliciteurs de concessions 6v]nc6s, les fonctionnaires pr6varicateurs ou. incapables, la tourbe des gens de loi qui vivaient des vices de la procedure. Cot administrator excellent et s6v re pouvait m6riter I'appro(1) TV16m. justify de B. Marbois et de Du Chilleau, 4790. (2) Af6n-io4e do La Luzerne (1790), A rch. Parl., XVI, 330, Wm. j ustif. de B. Alarbois, 1790, pp. 1, 22, 26, 27 Notice stir Barb6 Marbois, 4834, in-8; Moreau do Saint-lWry, Loix, VI, 1). vu.











A LA NIMLLE DE IA REVOLUTION 41

nation du roi et des planters d'esprit rassis. II apparaissait aux yeux des autres comme une sorte de tyran qui m6ritait, affirrDaient-ils, 1'ex6cration g6n6r-alo.
Au re.ste, la haine des COIODS, parfois clairvoyanLe, e6t da s'adresser moins aux homes qu'au syst me administratif. En ( aucun pays, d6claraient de bons observateurs,
it D'y a autant d'abus qu'a Saint-Domingue )). Notre pays, disaient les colons en 1790, (( a CODStaMMent g6Mi SOUS IC
joug. Nulle Jol fixe ne le r6gissait. Les m1nistres de ]a marine le consid6raient comme leur patrimoine. Les g6n6raux et les intendans s'y abandonnaient h tous leurs Caprices )). Le gouverneur a (( la facult6 de faire des lois, de donner essor a sa volon[6 arbitraire et d'Mre avec le ministry le souverain arbitre )) de I'fle. 11 exerce un pouvoir (( monstrueux )), source de vexations infinies. (( En (( m6me temps chef de la justice et chef militaire )), il tient entre ses mains la vie et ]a fortune de tous. (( Les consells
do guerre, sWrient les colons, pr6cipitent nos concitoyens dans les prisons)). (, Les 6tals-majors se sont attribu6 des fonCtiODs arbitraires. L'6p6e, dans les cas de COD tl';.IVeD Lion aux lois prohibitive, commence par se saisir du d6linquant et presque toujours les officers, des amiraut6s ne font leurs poursuites que sur sa d6noncia[ion. )) Les officers de ces 6tats-majors (( sans moyens et Sans industries )), pr6occup6s du d6sir do ((faire fortune)) trafiquent des concessions, des surs6ances, des questions de propriW, d'usufruit ou do servitude, d6cident pour une foule de d6lits, se servant enfin du service do la malice comme d'un instrument de vexation pour les un s, de faveur pour les autres. Aux riches habitants des paroisses on donne le commandment des miliciens, avee la Croix de Saint-











12 SAINT-DOMINGUE
Louis comme bochets. Aux officers des r6gimeDtS, on reserve les places lucrative des 6tats-majors et des councils.
L'administration civil, d'apr6s les planieurs et les gens de loi, ne vaut pas mieux. Les fonctionnalres surabondent; ils violent, gaspillent et oppriment sans merei. L'intendant et son nombreux cort ge de commis, de chefs de bureau, d'ordonnateurs, d'arpenteurs et de voters, mulLiplie (( les attentats)) contrele colon, Les (( administrators interrompent le cours des lois les plus sacr6es, exigent une ob6issance aveugle pour le moindre de leurs caprices, traflquent des plus honteux privileges, pillent le tr6sor public et les fortunes particull6res )). (( Pour quelques pi ces (de monnaie), on fait fare un faux aux agents du fisc )). Pr6pos6s civils et militaires (( ont la toute-puissance des (( visors ) (1). Ainsi parent les colons, et s'lls exa&ent beaucoup, il faut convenir que sur blen des points les aveux des intendants et des observateurs contemporains ]cur donnent reason, La repression impitoyable dont 1'6nergique Barb6-Marbois prit Finitiative monte I-a profondeur de Ia corruption administrative et financl6re. Le regime des concessions, de ]cur attribution et de leur retreat, l'organisation. de la police, de la malice et des finances ouvraient la voie a une foule d'abus, aux plus graves de tous, ceux qui portent atteinte It la. personnel et h ]a fortune (2 Malouet ne convient-11 pas qu'h Saint-Domingue I'adrninisLration menace le droit de propriW (( par ses orders arbitraires

(1) Hilliard d'Auberteuil, 11, 350; Raynal, V, 247; Relation .1whentique, 9 awlt 1790, p: 72; L'Ass. de Ja parties franfaise do Saint-Domingue aux Fran ais (47 sept. 1790), p. 4; Nouvel Examen du rapport Barnave, 1). 85; Gr goire, Wrnoire surles gens do couleur, p. 6; Discours, 2 octobre f790, p. 4. -- (2) Wsuni6 d'un tableau &velopl)6 Wun outrage qui parnitra ul[6rieurernent.











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 43
le commerce et la culture (( par son Byst me de police milio taire (1) )) ? (( Des gouverneurs, des intendans, des 6tatsmajors et des milices nous ont d6sol6s pendant un sikle, disaient les colons, et ces quatre Naux r6unis )) 6loignent les planters de la colonies, quand ils ont fait fortune (2).
A ces vices trop r6els du regime administratif et militaire, les colons m6contents auraient pu ajouter ceux du syste'mejudiclaire : h savor le mativais recruitment des juges trop solvent pris parmi le rebut de !a magistrature, ou pis encore, hoists au hazard parml des commis, des marchands, des officers r6form6s ; la v6nalit6 des offices de judicature qui valaient h Saint-Domingue 15 h 40.000 fr. ; les lenteurs et les frais infinis de la procedure (3). Mais parmi les m6contents se trouvalent beaucoup de gens de loi, avocats et procurers, qui n'avaient garde de signaler ces vices dent ils vivalent. Au contraire, ils s'Insurgeaient centre les decisions qui avaient frapp6 des magistrats n6gligents et jetaient les hauls cris, parce que Fintendant venait de demander la d6mission d'un member du Conseil sup6rieur coupable d'Mre rest6 15 mois sans paraftre A son si ge (4). Le grand grief invoqu6 centre les administrators portait sur la r6forme des tribunaux d6crWe par Castries en mai 4187. Elle accordait aux s6nkbauss6es et amiraut6s de I'lle le droit de juger en dernier resort jusqu'A 6.000 1. et ordonnait la, reunion en un seut des deux Conseils sup6rieurs du Cap-Franeais et de Port-au-Prince. Les deux villes allaient Otre joints par une grande route et un service de messageries. L'utilit6 de deux Cours souveraines.,

(4) Malouet, Wrn., 1, 38. 2) Sources cit6cs page pr& dcnte. (3) MalouetIV,284,293.- (4) Sureette affaire, voir le GO chef de d6nonciationcontre La Luzerne et le Wraoire du ministry, 1790, Arch. parlem., XIN', 282, 311.











if SAINT-DOMINGUE
affirm6e par une parties des colons, ni6e par J'intendant et le gouv6rneur, 6tait-elle incontestable? On ne pout gu6re s'en rendre compete, a distance des 6v6nements (i). La measure l6salt certainement des intWts priv6s et Ia province du Nord, qui perdalt son'Conseil sup6rieur sl6geant au Cap, tandis que celui de Port-au-Prince, dans [a province de Forest., 6talt maintenu et accru, se juge,,t 16s6e, protest avec v6h6mence, pr6tendit qu'on voulalL punir Fesprit d'ind6pendance de ses magistrates et assurer (( h Favenir I'ex6cullon des volont6s despotiques)). Le pr6sideDt du nouveau Conseil sup6rieur, un P oltevin, Grellier du Fougerou, ne fut point attaqu6. Mals le procurer -6n6ral, M. de Lamardelle, fut accus6 d'Otre le valet complaisant du ministry et de.4 administrators (2).
A cW de ce programme n6gatif, form6 de critiques centre Administration, le parti des colons m6contents avait un programme positif, form6 de plans plus ou moins values de r6forme. Outrele r6tablissement de deux Conseils sup6rieurs, ce derniercontenalt des vues dont les unes 6taient 16gitimes et les autres singull6rement dangereuses. En premier lieu, le parti des planters opposants r6clamait pour I'lle Yautonomie politique et administrative sous la suzerainet6 de Ia m6tropole. Saint- Domi n gue, d'apr6s eux, West pas une colonle, mals plut6t un pays d'Etat, auquel on pourralt donner le nom de province franco-amdivcalne (3). Elie dolt Ure assimil6e aux provinces do France pourvues de ce r6gime et avoir par consequent le droit de se gouverner. Aussi devralt-on cr6er des municij)alil6s dans les paroisses et
(4) 60 chef ded6nonc. centre LaLuzerne, Arch. Parl., XVI, 282 et suiv.
- Morean de St-Wry, Consid r, p. 46. (2) Discours du marquis de Cocherel, 26 novembre (?) 4789, Arch. Parl., X, 266. (3) VoE u patriote d'Lin Ain&icain (1788), p. 4.











A LA VEILLE DE LA IlEvoixrTON 13

des AssemWesprovinciales dans chacune des trois grades divisions de VIle, le Nord, I'Ouest et le Sud. Ces assembl6es voleront I'Imp6t, discuteront et adopteront les lois qui seront soumises h la sanction du rol. 'De mAme qu'en France, les assembl6es provinciales auront pour les repr6senter aupr6s de I'administration des Commissions in term6dialres; les corps analo-ues qui seront cr66sh Saint-Dominguepourront kre repr6sent6sh Paris par un Com1t6 colonial. Cette commission (( toujours subsistante dans la capital sera a ]a caution du respect et do la fid6lit6 )) des colons (( h
remplir tours engagements )). Nos (( gouverneurs, nos <( intendants, dit une brochure de 1788, nos Conseils sup6rieurs n'en auront pas un caract re moins respectable; lour autorit6 ne perdra rien )). Le Comit6 colonial pr6sentera, h la sanction royale les decisions 16(rislatives des Assemblies colonials. Sur l'organisation du corps 6lectoral charge de nommer ces assembl6es, les colons formulent divers projects. Les uns proponent de le -composer des
communes et jurisdictions des douze cit6s de cheque province )) sans distinction d'ordres. Les autres present qu'it faut accorded 1'6galiL6 des suffrages h tous les.blancs, parce qu'h Saint-Domingue it n'y a pas de tiers 6tat ni de people libre., les c( enclaves remplaqant cette classes laborieuse )).
11 D'y a qu'un soul ordre de citoyens, les propri6taires planters, qui, sous ce rapport, sont 6gaux, tous soldats, tous officers et tous appeals par consequent A jouir des
privil6ges do la noblesse)).
Do m me, lorsque les Etats g6n6raux seront convoqu6s, les blanks souls auront la facult6 de d6l6guer leurs d6put6s h ceLte grande assemble : (( Nous y sommes, dira l.'un d'entre eux, M. de Cocherel, (( on 1789, cola doit vous











16 SAINT-DOMINGUE
suffice )). Pr6tention dangerous, pulsqu'elle soulevalt le probl6me des droits r6ciproques des races Rablies a SaintDomingue. D'autre part, comme les planters r6clamaient pour les propri6taires seuls les prlvil ges politiques, ils risqualent de provoquer les r6clamations des petits blanco, c'est-h-dire des gens de m6tier, artisans, commissionnaires, 6tablis dans les villas et bourgs, sans y possu'der des droits de propriW. En d6pit de values formulas de respect qui se trouvent encore en 1788 dans les 6crits des colons, ils songeaient aussi h r6foriner profond6ment Fancienne administration. La justice strait transf6r6e exclusivement aux tribunaux civils; quelques-uns parliament mArne de r6organiser Fordre judiciaire encore tr6s informed h Saint-Domingue, oa il n'y avait pas, h proprement parlerde magistrature, disalent-its. Oncr6eraitun Parlement sans inamovibilit6 A ]a place du Conseil superieur. Les pouvoirs civil seraient divis6s; le pouvoir militaire (( toujours entreprenant )) devra 6tre (( circonscrit )). Aux colons on r6serverait la plupart des functions administratives dans l'ile, avec droit h la noblesse apr6s quinze' ans d'exercice. On 6viterait ainsi hL la fois le despotism militaire et ]a mobility (( continuelle de vues ou. de condulte )) dans Administration qui avait jusque-lh caract6ris6 le gouvernement de la colonies (1). Enfin, parmi les planters r6sidants h Saint-Domingue comment aient A se fare jour des id6es s6paratistes. L'exemple des Etats-Unis voisins de l'ile ri'avait pas W perdu. Une brochure parue en aofit 1788 crut
(4) Vues expos6es dans le Vcca pairioliqae d'an Amdricain (aoflt 4785), pp. 4 A 12; I'Essai sur I'Adm. des Colonies el partic'd'ane parties de celle de Saint-Domingue, 1788, in-80, pp. 68 et suiv.; le discourse de Cocherel, Arch. Parl., X, 266; Monilear, 11,262; le Plan d'une convoy. des planters de SaintDomingue(nov.1788), leseahiersde Saint-DomiD' LtC,,1789,ci-dessous eit6s.











A LA VEILLE DE 1A REVOLUTION 47

devoir d6fendre les colons centre ce reproche (1). 11 est certain que les planters fix6s en France ne pouvaient Atre suspects h cot 6gard. Mais les planes kablis dans I'fle n'Raient pas tous exempts de ces tendances. L'6v6nement devait prouver que des homes aigris, do temphament irritable, comme les Larche0que Thibaut, les Rouvray, les Laborle, 61aient tout A fait capable, quand ils se croiraient 16s6s dans leurs int6r ts, do singer 6 rancher les liens qui unissalent la colonic A la m6re-patrie (2).
Les griefs politiques avaient done sans doute exerc6 une certain iDfluence sur lour attitude. Mals ce furent surtout des revendications d'ordre 6conomique et social qui d6termin rent I'agitation au sujet de la d6putation colonial. Les premiers n'auraient pas sufri h donDer h la champagne des colons I'ardeur et la pers6v6rance que lour inspir6rent Pappr6hension do leur fortune ou de leur caste menacks.


CHAPITRE 11
L'Agitation en faveur de la Repr6sentation
Colonial et les Griefs Economiques des Planteurs.

Les planters ne se jugeaient pas en effet seulement Ms6s par le syst6me politique et administratif que maintenait la. m6tropole. Ils supportaient avec plus d'impatience encore le regime 6conomique qu'elle lour imposait, bien que ce regime fAt, sur beaucoup de points, moins oppressif quo celui des colonies anglaises.
(1) Vwu patriot,, d'un Am6ricain, p. 42. (2) Wrnoire des d6put6s de Saint-Dorningue, s. 1. n. d. (fin 1789) Bibl. nat. Lk. 12/261.











18 SAINT-DOMINGUE
L'Etat avait conserve A Saint-Domingue la propri6t6 6minente du so]. Les colons auxquels des concessions 6taient accord6es par le gouverneur et l'intendant se plaignaient del'arbiLraireet dufavoritismequi inspiraient, pr6tendaientils.lesadminisirateurs. Ce fut l'un deschefs d'accusation les plus violent formul6s centre La Luzerne et Barb6-Marbois Leurs r6criminations 4 cet 6gard semblent avoir 616 exag6r6es, si l'on en juge par la r6ponse de ces derniers. Plus fond6s peut4tre 6taient les griefs auxquels donnaient lieu les ordonnances relatives aux d6cht, ances, aux limits, hl'6tendue, h l'irrigation des concessions. Elles ouvra-ient en effet ]a vole aux caprices et aux exc s dez le de I'administration,
-tuxproc6duresinfiniesetcoAteuses devantles tribunaux(l). Mais le motir le plus grave de dissentiments entre les colons el la m6tropole provenalt du regime commercial applique h Saint-Domingue. Les planters dominicains 61alent fiers du r6le capital que jouait le commerce de leur tie dans Vensemble des chances de la France. lis se consid6ralent volontiers comme les bienfalteurs de la m6tropole, comme les auteurs de sa fortune. Sal n t-DoMID gue, disaitpeu apr s 1789 unpamphl6taire a leur solde, Linguet, ((enLretient h la France mille vaisseaux )), lui procure (( line circulation annuelle de 200
Millions, consomme pour 150 millions de productions territoriales francRises et nourrit dans le sein du royaume 6 millions de ses plus industrieux habitants )). CerLains planters, en veine d'hyperbole, allaient jusqu'hL parlor de 8 millions de Fran als qui vivaient des relations avec la reine des Antilles. La r6alit6 dlGralt sans doute beaucoup de ces calculus exag6r6s. Etle n'en 6tait pas moins faite pour
(1) Voir les m6tnoires justificatifs de La Luzerne ct de IkIrb6-Marbois, ainsi que les chefs Wavcusation centre La Luzerne, cit4s ci-dessus.











A fA VEILLE DE LA RLVOLUTION 49

donner aux planters uno haute We do Finfluence 6conomique qu "Is exercaient.
Saint-Domingue devenu le plusgrand producteurde sucre du monde enter, Fun des principaux marches d'approvislonnement pour le caf6, le coton, I'indigo, les bois de teinture., les cuirs, important vers 1788, en France, environ 140 millions de francs de ces divers products, et achetait h la m6tropole pour 52 millions environ d'objets fabriqu6s et do merchandise ou denr6es do diverse nature. Son commerce entrant pour un quart dans Fensemble des transactions de ]a m6tropole. 11. paraissait d'autant plus lucratif qu'it alimentait d'autres traPics tr s avantageux. Gest ainsi qu'une bonne part des denr6escoloniales en provenance de Saint-Domingue 6taient r6exportoes et venues A beaux b6n6fices aux autres pays europ6ens. Notre commerce fournissait ainsi de sucre, de caf6, de coton et d'indigo une parties des march6s d'Europe, notamment ceux du Nord. On 6valualt h plus de 150 millions ia valeur de ces r6exporLattons pour Fensemble des products coloniaux, et comme ces vents 6taient tr6s sup6rieures aux chats faits sur ces march6s, on consid6rait comme un fait capital la diff6rence de 60 A 70 millions qui en r6sultait en notre faveur et qui se soldait en argent. De cette mani6re la France avait enlev6 A ses rivaux commerciaux, notamment aux Anglais, une source Importante do traic, et de plus ]a balance du commerce nous devenait avantageuse. (c S1 nous n'avions pas une semblable masse h livrer aux Europ6ens, disait Lin d6pu[6, h la ConstiLuante, it arriveralt que la valeur de nos exportations en articles du sol. et de Pindustrie de la France ne s'&verait pas h plus de 200 millions. L'ordre actual des changes subitement an6anti nous appau-











20 SAINT-DOMINGUE
vriralt de plus en plus, tant par un 6coulement continuel de notre num6raire que par la suppression des branches de travail qu'alimente le commerce des colonies )) En effet, le traffic avec Saint-Domingue contribute A faire vivre bon nombre de producers et de fabricants francais, une foule de commergants, de commissionnalres et de matelots, 3 millions, disaient les uns, 8 millions, affirmaient les colons. Les -igriculteurs de la m6tropole approvisionnaient la colonies de products alimentaires, marines de Moiss"IC de N6rac, de la Mothe-Sainte-Wraye, vins et eaux-devie de Guienne,' de Languedoc, d'Angoumois, jambons de Bayonne, lard, petit sal6, bce uf sa[6,beLirres de nos provinces maritime. La Provence lui exp6diait ses huiles et ses savons. Les amateurs de Dunkerque, de Saint-Mato, des Sablesd'Olonne, de Saint-Jean- de-Luz et de Bayonne lui fournissaient la morue et le salmon sal6. Saint-Domingue faisait venir de France jusqu'h ses mat6riaux de construction : pierres, briques, carreaux, ses bois de carpenter, ses bois merrains. Le Poitou, par Bordeaux et la Rochelle, la Bretagne, par Nantes, lui vendaient les feuillards et les cercles fournis par les chdtaigniers savages de leur sol.,Du Mirebalais, les planters tiralent les beaux anes reproducteurs n6cessaires pour maintenir leur troupeau de mules. A nos centres manufacturers, ils demandaient les draps, les soieries, les toilets, les colonnades, les mousselines, les mouchoirs, la lingerie, les chapeaux, les ebaussures, les modes, la mereerie, le paper, la cire etla vannerie, la chandelle, le brai, les cordages, les voiles, la falence, les cloux, la ferronnerie, la quincaillerie, I'argenterie, la bijouterie, jusqu'aux
pipes A fumer )), en un mot, tous les objets fabriqu6s indispensable Ala vie civilis6e.











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 1
Aux 50 millions provenantdeicesventes h Saint-Domingue, on ajoutait d'ordinaire les binifices que procurait la trailte des noirs dont la grande ile 6tait leo principal debouch4, et ceux que donnaient les transports par mer aliment6is par les diverses branches du commerce colonial. Pour subvenir a la traite, la France vendait en 1788 10 millions 1/2 de marchandises sur la c6te d'Afrique auxquels il fallait ajouter 6 millions 1/2 pour le fret. La traite elle-m~me, c'est-k dire la vente des ngres, cr6ait un mouvement de fonds 6valu6 h43ou44millions.Nos ports, Bordeaux en t~te,puis Marseille, Nantes, le Havre, Rouen, la Rochelle, Dunkerque, Honfleur, Saint-Malo, les Sables, Bayonne ne vivaientils pas de l'immense mouvement provoqu6 par ces divers changes? Sur 5500 navires franais occup6s au commerce de long cours, 677 transportaient constammentaux Antilles nos produits et en rapportaient ceuxde nos colonies, tandis que 105 autres faisaient la traite des nbgres, et sur les 677 du premiergroupe, 465 6taient employs au soul trafic avec Saint-Domingue. Le prix du fret s'dlevait alors entre 100 et 120 fr. par tonneau. Les b6n6fices resultant du transport de nos productions aux Antilles, de celles des Antilles en France et de la traite des nigres s'61evaient,croyait-on, a 40 millions 1/2 de francs. Si on y joignait ceux du commerce de circuit avec l'Afrique et des r6exportations de denrbes coloniales en Europe, on arrivait au total, 6norme pour le temps, de 76 millions. Ainsi vivaient 15.000 de nos marins et des centaines d'armateurs. Ainsi s'expliquaient la prodigieuse prosp6rit6 et le luxe de nos ports. Leur fortune 6tait en grande partie faite du magnifique essor de la production h Saint-Domingue. Les planteursjugeaient que le commerce francais jouissaiten 6goYste du fruit 'de leur travail, tandis











22 SAINT-DOMINGUE
que leg fabricants et log n6gociants da la m6tropole regardalent leg colons comme des brouillons et des ingrates (1).
Les principes du pacte colonial, appliqu6s d'ailleurs en France avec moins de rigueur que dans leg autres grand Etats colonisateurs, semblaient encore, h ce moment, audessus de touLe atLeinte. (( It convent, disalt le d6put6
de Nantes Mosneron de YAUDay, que la Dation fourDISSe eXClusivement leg colonies de tout ce qu'elle peut fournir et que leg reVeDUS de ces Colonies lul appartienneDt. )1 (( La destination de nos colonies, affirmait la Chambre de commerce de Bordeaux, est de consommer leg products de la m6tropole et de vendre A celle-ci exclu(i sivement leurs products. Le contract qui lie leg
COIODIeS h la m6tropole, d6clarait la Chbmbre de commerce de la Rochelle, leg a mises dans une telle correspondance d'int6rMs que, regard6es comme provinces de la m mc monarchie, elles doivent 61re prot6g6es comme parke du tout, lui rendre en denr6es ce qu'elles en recoivent en moyens de cultures et enfin s'enrichir l'une par Yautre. )) UELat admettait ces theories et leg appliqualt: (( Dans le royaume, disaienL leg instructions
donn6es aux gouverneurs de Saint-Domingue, le commerce n'est encourage qu'en faveur de la culture ; dans leg colonies, au contraire, la culture n'est encourage et kablie qu'en faveur du commerce. )) C'est pourquoi leg colons ne sonL pas admis h er6er des 6tablissements industrielssauf des ateliers de poterie, des briqueteries, des fours h chaux, des 9ttildiverles, ces dernl6res pour l'utilisation des m6lasses et r6sidus sucriers. Pendant IODgteMPS, it leur

(1) Ce tableauu est le r6s=6 d'une 6tude plus approfondie qui paraitra ult& rieurenient,











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 23
a 06 interdict de raffiner les sucres bruts, et st depuls 1722 iIs ont W autoris6s 4 preparer dans leurs ateliers le sucre jejv,6 ou cassonade, ce n'est pas sans de vives r6clarnations desraffineurs m6tropolitains. Leprivil ge defabrication des sucres rafrin6s est encore, en 1788, r6serv6 aux raffineries de France. Dem6ine que les plantours ne doiventpas enter on concurrence avec, l'industrie do la m6tropole, de rn me
no lour est pas permits de nuire aux intWls de I'agriculture rrancalse. Aussi, l'introduction du rhum est-elle limit6e et celle du tafia interdite, pour 6viter la rivalit6 do ces products avec les eaux-de-vie do France. Le fise juge-t-il h propose, pour empkher la contrebande, de prohiber Ia culture dii tabac dont la Ferme g6n6rale a le monopole de vente? Saint-DOMIDgue devra s'abstenir d'exporter le tabac, colonial, dont il avait fait autrefois un grand commerce.
Le traffic des denr6es colonials est r6serv6 aux n gociants franpis, ainsi que le transport des products do la m6tropole et de routes sorts d'autres merchandise dans la colonle. It est vral que peu-4-peu, par une s6rie d'arr6ts ou d'ordonnances, les denr6es colonlates, sucres, caf6s, cacaos, indigos, cottons, etc., ont b6n6666 du r6gime de 1'entrep6t en France et de faveurs douani6res importanLes, De in6me, l'interdiction absolute du commerce avec, les strangers n'existe plus. Elle n'avalt eu pour effet que de stimuler la contrebande. On avait donc cr66 un port franc en 1766 au Me Saint-Nicolas. Puis 6tait inter-, venu I'arrk du Conseil du 30 ao0t 1784, qui avait autoris6 les strangers h faire le commerce d'importahon et d'exportation limiL6 h certain articles eL h trols ports d'entrep6t : le Cap francals, les Cayes et Port-au-Prince. 11 lour 6tait permits do vendre aux colons des bols de toute esp6ce, du











24 SAINT-DOMINGUE
carbon de terre, de [a r6sine et du goudron, des cuirs verts, en poil ou tann6s, du b6tail vivant, du bcnufsal6, mais non du pore, de la morue, du poison sal6, du riz, du
'is et des 16gumes, bref des matl res preml6res et des products d'alimentation, pourvu qu'ils n'entrassent pas en concurrence avec ceux que ]a m6tropole fournissait abondamment. A leur tour, les colons pouvaient leurvendre des rhums, des sirops et des tafias products dans l'ile, et des merchandise d'origine franchise, vins, eaux-de-vie, builds, savons et draps. Les Anglais, les Am6ricains, les Hollandais et les Fspagnols avalent proW de cette tolerance. Ils avaient engage avec Saint-Domingue un trarc ostensible 6valu6, en 1788, h 7 millions pour les importations dans la colonies, h 3.700.000 fr. pour les exportations, mais la contrebande Wavait gu6re recu de ces derni-mesures qu'un novel encouragement.
Le government n'6talt parvenu ainsi qu'h m6contenter le commerce m6tropolitain sans satisfaire les planters. Les n6gociants d6fendaient ICUr monopole avec acharnement depuls le d6but du xviiie si6cle. (( Admettre Ntranger dans
nos colonies, disalt la Cbambre de commerce de la Rochelle, ce strait I'associer aux b6n6fices qu'elles procurent ; ce seralt leur accorded une parties des products d'6tablissements auxquels ils n'ont pas contribu6. )) Admk[re les colons h introduire en France leurs tafias, d6clarait la Chambre de commerce de Toulouse, (( seralt ruiner le cr6dit et la consommation des eaux-de-vie de France )). On a voulu autoriser le terrace des sucres, observant les n6gociants Rochelais. Qu'a-t-on obtenu ? (( La destruction de plus de 40 raffineries franpises qui. faisaient un movement annual de 40 millions. )) Le traffic direct des colons de Saint-Do-










A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 25

mingue avee les nations 6trang6res, m6me limit au sucre, au caf6 et au coton, n'aurait pour effet que d'enrichir Ams. terdam, Rotterdam, Hambourg et Londres des b6n6fices de notre commerce de r6exportation Toute porte ouverte, Wme restreinte A la franchise d'un port comme le Me Saint-Nicolas, permit aux strangers de nous ravir le fruit de nos efforts. (( 11 est indispensable, d6clare nettement la
Chambre de commerce de Bordeaux, d'interdire tout commerce stranger avec les fles. Les colonies appartiennent A la France ; elles sont fates pour la m6tropole. )) Aussil nos ports protestaient-ils avec v6h6mence centre t'arr6t da 30 aoAt 1784. Gest la Chambre do commerce du Havre qui signaled la perte ainsi cause h notre marine marchande.et qui ajoute : (( Ce que la m6tropole ne product (( pas, no doit pas moins Atre l'objet de son commerce direct )) avecles colons. ((L'arrOt qui a permits 1'entrep6t aux
colonies des merchandise 6trang6res, dissent les n6gociants do Bordeaux (1788), frappe I'agriculture, les manufactures, la navigation. On a sacrifi6 la France aux colonies ; it faut revenir aux principles et d6fendre le t( commerce aux strangers. )) La Chambre do commerce de la Rochelle monte de son cM le prejudice que cette measure cause au commerce frangais. Les 50.000 barriques de sucre que nous fournissions aux Etats-Unis y vont d6sormais en droiture sans passer par les ports de France. De m6me les sucres blanco et les car6s assent directement A Ostendeet h Hambourg, Vindigo en Angleterre. It ne reste plus (I nos amateurs que le transport peu. r6mun6rateur des sucres bruts. Ainsi, 1'6tranger s'approprie un b6n6fice qui devrait rester aux nationaux, ]a contrebande est encourage, Ja marine angtaise se d6veloppe aux d6pens de la n6tre. Les
3











26 SAINT-DOMINGUE
colons se plaignent A tort des pr6tentions du commerce de la m6tropole. Celui-cl invoque la 16gitime et exclusive
possession ob sont les Francais d'exploiter )) le traffic des colonies. Vainement, les planters all6gueraient-its I'exc6s du privil ge. Les provinces fran alses ne sont-elles pas soumises de leur c6t6 4 des r6-lements et A des entraves ? D'ailleurs. les colonies oubl eraient-elles les devoirs de la reconnaissance ? Le monopole commercial West que la juste rangon (( des frais de leur education et du maintain de leur prosp6rit,6 ),. En r6sum6, auraient dit volontiers les partisans du pacte colonial, p6rissent les, colonies plut6t que nos privUges I (( 11 vaudrait mieux pour la France, avouaient en eflet les amateurs de Bordeaux, abandonner une parties )) de notre Empire colonial, (( que d'entretenir hL
grand frais des kablissements qui ne serviraient qu'A 4( I'avantage de nos rivaux. ))
De leur cW, les planters supportaient avec impatience le joug 6conomique de la m6tropole, depuis que la production et le commerce de Sai nt-Domingue s'6taient d6velopp6s avec tant de vigueur. D6s 4751, le magistrate dominicain Saintard constatalt cette rivalit6 et d6clarait leurs int6rAts inconciliables. Depuis longtemps, les colons demandaient I'auLorisation de transporter les sucres blanco et terr6s, les caf6s, l'indigo, les coLons fil6s, les sirops et los tafias (guildives) h 1'6tranger, la facult6 de commerce directement avec la France, le droit d'i porter les approvisionnements en bois, marines, mores et poisons sal6s, bestiaux vivants, et les n gres de provenance 6trang6re. Ils constataient avec raison quele commerce metropolitan ne pouvait suffice A fournir h la population et aux cultures grandissantes de la colonies le bkail human eL les objets de premi re n6cessit6











A LA VEILLE DE LN REVOLUTION 2 7

qui lour talent indispensable. Its accusalent le n6goce de la mki-opole de routine ot d'apaLhie Nous sornmes morti i6s de vous dire, 6crivalent les colons (lux amateurs do France, que le commerce 6trancrer figit au commerce national dans les colonies ce qu'un marteau fait 4 une chenille ou h un clou. )) Its taxaient nos n6gociants do tyrannie. Le planters de Saint-Domingue n'6taient-ils pas oblig6s de payer h un prix exorbitant routes les marchandiscs que lour fournissait ]a m6tropole? Les commercants fran ais, maitres exclusifs du march, y font la lol, vendent par exempie 1/6 do plus quo les An-lais les n6gres de tralte, fixent arbitrairement. le prix des denr6es, des mati res premi .res et des objets manufactures qu'lls imporLent. D'autre part, commP its Wont a la c6te de Saint-Domingue qu'un nombre insuffisant do provisions on de navires, la colonic so troupe solvent expose h la d.isette. Le commerce metropolitan sp6cule encore sur les besoins des colons, laisse accumuler les denr6es coloniales pour les acheter a vil prix, au risque d'en amener lad6pr6ciation complMe ou ]a perte. 11 ne so pr6occupe nullement do proportionner 1'envoi de navies marchands ou l'importance des chats h celle de la production, qui se troupe ainsl parfois sup6rieure des deux tiers aux demands des n6gociants franpis. Les strangers, au. contraire, ach6tent solvent h un prix 6lev6 les denr6es colonials, sucres, caf6s, cottons, indigos, taias.
Nos amateurs en viennent h consider que le trafle des colonies dolt lour procurer les b6n6fices les plus 6lev6s. Celui du Nord de I'Europe est m6pris6; it no donne que 6 1/2 Oft Combien plus profitable la trite des n gres, qui donne 18 0/0, et le commerce des Iles, qui donne en











29 SAINT-DOMINGUE
moyenne 10 0/0. Au reste, h cW du revenue. normal du commerce, n'y a-t-it pas celui du cr6dit? Le n6goci ant francals eL son commissionaire jouent volontierg ft SajnLDomingue le r6le de fournisseurs h long terme et de banquiers. Les planters, dont les proc6d6s de culture sont cofiteux et dont les habitudes de vie large exigent de grosses d6penses, pratiquent dans une measure excessive les vents hterme. Ils traitent de pr6f6rence avec les masons de commerce qui leur ouvrent des competes illimit6s, et peu d peu le n6gociant leur fournit jusqu'd I'argent qu'ils d6-. pensent aux masons de jeu et en d6bauches. Les colons, conflants dans le d6veloppement de leurs plantations, escomptant quelque belle r6colte qui paiera en un an leurs dettes accumul6es, se trouvent ainsi peu A peu. amen6s hL timber dans la d6pendance 6troite du n6goce m6tropolitain. D'ailleurs, Cesten produiLs du sol qu'ils s'acquittent. Le traffic a conserve la forme 616mentaire du troc, soit parce que le planter pr6f6re ce mode de pavement dont les propri6taires fanciers ont gard6 le go5t, soit parce que la m6tropole ellem6me., dans FintWt de la balance de son commerce, pour emp cher la sortie du num6raire, impose d'autorit6, depuis 1'6poque de Colbert, le syWme des changes en denr6es et merchandise. It s'ensuit que le n6gociant en m6me temps cr6ancier du planter exige h Favance au prix qu'il veut ]a livralson de ]a r6colte future. Comme il n'a, d'autre part, aucun gage s6rjeux de ses cr6ances, puisque les plantations sont dans la pratique insaisissables h cause de la lenteur de la procedure, de l'impossibilit6 des saisiesbrandons et de la difficult des actions en d6guerpissement, il se d6dommage en n'accordant le cr6dit aux colons qu'A des intWts usurairesqui vontjusqu'h 15 0/0,et sur lesquels











A LA VEILLr DE LA RESOLUTION 29
it fait un rabbis d'1/5 quand I'acheteur so d6cide h payer comptant. Aussi les immense fortunes qui se ferment h Saint-Domingue fondent-elles aussi rapidement qu'elles ont W acquires. En 1788, les planters doivent, d'apr s les uns, 300, d'apr s les autres, 500 millions aux n6gociants. Certain ont engage d'avance tout le product de leurs plantations pour plusieurs ann6es ; d'autres ne pourraient sacquitter qu'en ali6nant leur propri6t6 tout enti re.
Telle est la condition d'un grand nombre do colons, et notamment des plus grand propri6taires. Uest pourquoi, tandis que les n6gociants les accusent de mauvalse fol et de friponnerie, les planLeurs ripostent par les accusations d'usure et de vol. (( ParLout, dit un contefDporain, on n'entend parlor que do paroles fusses, que de gens qui plaldent centre leur signature. ) Le commerce francais venait de prendre un parti h6rdique : 1*1 avait restraint le cr6dit et dfthain6 de formidable col res. Plus que jamais les planters parent se plaindre d'Otre plutOt les fermiers des commergants m6tropolitains que les propri6taires de leurs habitations )). Plus quo jamais, its parent pr6tendre que les n6gociants de France (( Youlaient recueillir sans semer dans les colonies, sans s'oecuper des moyens de les faire subsister (1) )).
Les plus hardis d'entre eux current trouper dans la r6union des Etats g6n6rauxles moyens de ruiner le monopole ou du moins d'en att6nuer les conditions on6reases et do donner h Saint-Domingue une certain autonomle dans ['ordre 6conomique comme dans l'ordre politique. De lh leurs efforts pour eirconvenir le gouverneur Du Chitleau et pour I'amener malgr6 l'intendant a ouvrir les ports de I'ile aux
(1) Cc tableau est Ic r6s=6 d'une kude spkiale en preparation.











30 SAINT-DOMINGUE
marines krang4es (I ). De 14 aussl leur champagne pour s'ouvrlr- Yacc s de la future assembi6e.Est-it admissible, disentils, qu'une coloni6 (( qui verse des tr6sors immense dans le
sein de la France, qui vivifie la marine, dont les productions r6parent en peu d'ann6es les pertes qu'entraine la guerre, ne puisse faire entendre ses dol6ances par la voix de ceux qui ont de si pulssants motifs pour la d6fendre?
Que de sages r6glements ne pourraient pas proposer les d6put6s des colonies dans I'assembi6e des Etats relativement au comniei ee, aux d6frichements, h la salubrit6 des fles, . h Pappiovisionnement des viwes, h la sqret6 des returns, enfin pour arr6ter les frauds des acqu6reurs et la mauvaise foi des grants (2) )) Ainsi apparaissent clairement les mobiles profound qui provoqu rent I'agitation parmi les colons m6contents, et, les int6rOts pratiques qui les dkermin rent A tenter Peffort, obst1n6 auquel ils durent d'obtenir une representation dans I'Assembl6eConstituante.


CHAPITRE III
L'Agitation en faveur de la Repr6sentation
Colonial et les Craintes des Colons
de Saint-Domingue au sujet des plans de Morme social.

De routes les causes qui provoq6rent la conduit des planters de Saint-Dominguela plus puissante toutefois fut certainement la crainte qu'lls concevaient, non sans raison, au sujet des plans de r6forme social agit6s en France.
(4) Sur ces dissentiments, acLe d'accus. centre La Luzerne ct m6m. just. de celui-ei, de B. Marbois et de Du Chilleau, 4790. Opinion de Tracy (1791), 1). 7. (2) Vopu patriotique d'uia Ani ricain (1-88), p. 13, 4 et 2.











A LA VEILLE DE LA RI EVOLUTION 31
Les blanks no formaient en effet dans Vile qu'une minority infime en presence des deux autres 616ments de la population, les muldtres ou n gres libres et les n6gres esclaves. Ils 6taient seulement au nombre de 33 h 40.000 individus de tout dge, tandis que Feffectif des homes de couleur libres 6tait 6valu6 entre 20 et 25.000 eL celui des n6gres entre 350.000 et 500.000. La race blanche manquait de fkondit6. On avait tent6, 4 diverse reprises, de hAter la colonisation en introdulsanL dans l1le la main-d'couvre europeenne (Acadiens, Allemands, journaliers Frangais engages). Mais ces essays n'avaient eu qu'un mediocre succ s. Dans la r6alit6, la population blanche, quoique compos6e d'616ments actifs, ne maintenalt son effedif quo par I'arriv6e incessanLe de sp6culateurs venus de la m6tropole pour tenter ]a fortune aux Antilles. Ces 616ments, d'ailleurs solvent 6nergiques, hardis et entreprenants, manquaient au fond de coh6sion. De profondes divergences s6paraient les uns des autres les brands planters, dont beaucoup r6sidaient h Paris ou dans les autres villas do la m6tropole, et les petits planters, les n6gociants ou. leurs commissionnaires cantonn6s dans les ports, les gens de loi, procurers, avocats, curatebrs aux successions vacates, clilrurgiens, m6decins, entrepreneurs, grants ou 6conomes de plantations, ouvriers ou petits cominerganLs, et enfin les pelts Manes, ramassis d'aventuriers vivant sur la c6Le de routes sorts de professions touches. IlyavaitdSaint-Domingue des repr6sentants de routes nos provinces, particuli6MeDt de celtes de I'Ouest, Normandie, Bretagne, Guienne, Gascogne, Warn, pays Basque. Le Poitou. et I'Angoumois kaient, represents notarnment, daDS Faristocratie des planteurs par les Rohan-Chabot, les Curzay, les Mondion, les











32 SAINT-DOMINGUE
Arnault de la Wnardl re, les La Rocheroucauld-Bayers, les Beauharnais, les du Chilleau, les Richard d'Abnour, les Dexmier d'Olbreuse, les d'Autichamp, les Lescure, les Perraud de Saint-Amand, les Saulnier de Pierre-Lev6e, les Descravayat de Belat, les Corliet de Coursac, les TerrasSOD de Verneuil, les Dupr6 de la Bourdonnaye, les Creuz6 des ChAtelliers, les Arnauld de Marsilly, les Dumoutier de La Fond. On rencontrait dans la bourgeoisie dominicaine bien des noms de families poitevines, angoumoisines, saintongealses, aunisiennes, comme- ceux des Garesch6, amateurs de la Rochelle, des Plorry, des Ingrand, des Rasseteau, des Polony, des Ducrocq. On en trouvait jusque parmi les ouvriers et les domestiques. Les grandes fortunes r6alis6es en peu. de temps aux. Antilles avaient valu aux families des planters des alliances avec ]a haute noblesse fran alse. Les S6gur, les NoaIlles, les Lameth, les Rohan-Montbazon, les Castellane, les Butler, les Gailifet, les ]a Ferronnays, bien d'autres encore 6taieDt grand propri6taires h SaIDt-Domingue. Beaucoup de ces planters d'occasion n'avaieDt jamais 6t6 aux colonies ou n'y faisaient que de courts sejours.
Entre eux et les propri6tairesr6sidantsanciens admlinistrateurs, anciens officers, cadets de famille qui dirigeaient eux-mgmes leurs exploitations, il y avait une rivalit6 source, de m me qu'entre les planters et les 4000 n6gociants des ports de Die, les gens de loi, la moyenne, la petite bourgeoisie locale et les aventuriers d6sign6s sous le nom de petits blancsde m me enfin qu'entre la population des villas et gros bourgs et celle des plantations ou des campaigns. Mais routes ces divergences s'effagalent deviant la communaut6 d'int6rMs cr6k par la situation d'inf6riorit6 num6ri-











A LA VEILLE DE LA M VOLUTION 33
que oii se trouvaient les blanks deviant les Muldtres et les D gres, ou deviant la communauL6 de sentiments Cr6k par l'orguell de race. On ne connaissait pas a Saint-Domingue la distinction des trois orders qui divisait les habitants de la m6tropole. La ijoblesse n'avait pu former de caste privIl6gi6e. Le clergy, compose de missionaries appartenaDt h diverse communauL6s religieuses, n'6tait pas assez nombreux ni assez riche pour singer h former une classes distincte. Rien qui rappeldt les distinctions profondes qu'on aperce-vait dans la m6re-paLrie enLre la bourgeoisie, I'arlstocraLie, le tiers-6tat et le people. Us n6cessit6s socials avaient oblige les blanks hL maintenir enLre eux une sorte d'6galit6. Le blanc le plus miserable se sentait et 6talt jug6 sup6rieur aux mulAtres ou aux ri gres. Une distance infinite s6parait Fhomme de race sup6rieure de Fhomme de race inf6rieure et 6levait le premier non seulement audessus du second, mais encore au-dessus de ]a condition parfois humble et pr6caire A laquelle le blanc pouvait se trouverplac6.Aussin'y avait-il en r6aliL6 h Saint-Domingue que deux classes ou. deux castes, netteMeDt S6parees par leur origine effinique : d'un c6t6 les blanks, de Fautre les noirs.
Pour mieux maintenir la puret6 et le prestige de la race, les colons blanco avaient commis Fimprudence de trailer les muldtres en pariahs, au lieu de chercher en eux un appui. Bien que le nombre des homes de couleur s'accrot rapidement, soit par le progr s des affranchissements, soit par les UDiODS clandestines de la caste sup6rieure avec la caste servile, soit par la meilleure adaptation et I'apLitude proer6atrice des muldires; bien que ceux-ci poss6dassenL un quurl de la propri6t6 forci6re et qu'lls rendissent hL la











3i SAINT-DOMINGUE
colonle de grand services par leur Industrie, leur activiL6, leur participation la mise en valour du sol, au service de la milice eL de la mar6chauss6e ; bien qu'lls formassent en un mot 1'616ment perfectible de la race inr6rietire et Fembryon d'une future classes moyenne ; depuls le premier tiers du xviiie sikle, le gouyernement et surtout les colons blanco, avaient multipli6 les measures de d6iance et de vexation centre eux. On les parqualt dans des quarters sp6ciaux. des viltes on les, avalt exclus de routes les charges civiles et militaires; on leur avalt interdit I'exercice des professions liberates et d'un certain nombre de m6hers ; on leur avait assign dans les Ileum publics des places districts; on avait m6me essay de les obliger au port d'un costume special. Enfin, on avait prohib6 les marriages entre eux et les blanco. Les pr6jug6s de ces derniers conLre les muldtres 6taient si enracin6s que la moindre trace de sang noir 6tait relev6e avec soin m me parmi les descendants 6loign6s des homes de couleur. En toute occasion, on s'ing6.niait h lesser leur van1t6 ou 4 contrarier leurs vcpux. On commettalt a leur 6gard sans scrupule routes sorts de d6nis de justice ou d'usurpations. On ne perdait aucune occasion de les trailer en ennemis. A ces homes qui (( portaient encore sur leur front, disait un colon, 1'empreinte de 1'esclavage )), it fallait rappeler sans cesse leur origIDe) (( en appesantissant sur eux. le m6pris et l'opprobre, (( en brisant les resorts de leur dme )) On leur refUsait le droit de 16gitime defense conLre tout repr6sentant de la race sup6rieure, taDdis qu'on r6clamalt pour celul-ci le droit de se fare justice sans forme de proc6s. Un magistrate au Conseil sup6rieur de I'lle osa m6me proposer de leur enlever le droit de propri6t6.











A LAVEILLE DE LA R&OLUTION 35
Si la force du pr6jug6 6tait si monstrueuse centre les homes de couleur, on s'explique facilement les sentiments de la plupart des blanco au sujet des n gres enclaves. Non que leur condition h Saint-Domingue fAt pire que dans les atitres colonies europ6ennes. Elie 6tait au contraire mellleure, et les planters Dominicains traltaient assur6ment beaucoup mieux leur b6tait human que leurs voisins de la Jamalque. Une parties des colons montraient pour leurs n gres une r6elle humanity, si beaticoup d'autres oubliaient trop, en presence de- ces malheureuxle respect da h une fraction d6sh6rit6e de 1'esp6ce humane. Mais A peu pr s tous les cAns estimaient qu'il fallait consider les n6gres comnie des enfants paresseux, immorauxet vicieux. Les meilleurs exercaient sur eux. une sorte de despotism patriarchal, et les pires en arrivaient h recourir centre ces malheureux aux treatments les plus barbares que puissent imaginer des tyrants domestiques. Tous regardaient I'esclave comme un instrument indispensable et l6gitime de travail. Quelques-uns m6nageaient ce capital human; beaucoup d'autres, avides de r6aliser une fortune en peu d e temps, sp6culaient sur les privations du n gre, abusaient de ses forces et le r6duisalent en peu de temps h Pkat de d6chet d'humanit6 : la perte annuelle en enclaves atteignait ainsl jusqu' k 10 0/0. Uesclavage pratIqu6 par la France cornme par les autres nations Europ6ennes 6taiL une des places honteuses que I'antiquit6 avait 16gu6es d la civilisalion moderne et que le sysL6me colonial avait raviv6es. Le commerce des enclaves, s'It enrichissalt les amateurs de Liverpool et de Bristol, de Bordeaux, de Nantes, de la Rochelle ou du Havre, d6peuplait prodigieusement I'Afrique k laquelle, en deux siWes et demi, on avait enlev6 8 A 9 mil-











36 SAINT-DOMINGUE
lions de ses habitants. Le government frangais 1'encourageait pourtant par des primes pour plaire aux amateurs et aux colons. Saint-Domingue recevait une part croissants de ces cargaisons humaines ; pr s d'un million d'esclaves y avaient W introduitsetles planters seplaignaient pourtant, soit de Yinsuffisance de Pimportation, soit du haut prix qu'lls devaien L payer pour les n6gresau reste les meilleurs de tous, qu'ils achetaient tous les ans. L'habitude qui mousse le sens moral et I'int6r t qui l'oblit6re contribuaient a faire illusion aux planters sur ]a 16gitimit6 de 1'esclavage. Ils y voyalent une institution justiNe par une tradition s6culaire, une n6cessit6 6conomlique etsociale r6gultant de Yinaptitude des blanco au travail manuel dans les climates tropicaux. Ils consid6raient comme aussi 16gitime que la propriW de leurs plantations ou de leurs comptoirs, celle du cheptel d'esclaves dont ils 6valualent ]a valour en capital A I milliard sur les 3 milliards auxquels, non sans exag6ration, s'Oevait, disaient-ils, 1'ensemble de la, fortune de SaintDomingue.
Aussi peut-on ais6ment imaginer 1'6moi profound que produlsit parmi eux ]a champagne men6e en Angleterre et en France centre la trite et centre Pesclavage des n6gres. Ce West pas que la, servitude des noirs Weat d6jA W Ntrie par des moralists ou des philosophes. Montesquieu &s 1748, Raynal Rs 1775, Turgot &s 1776, Condorcet d6s 1780, avaient signal l'injustice de cette institution. Mais on regardait volontiers ces attaques comme des paradoxes de beaux esprits; elles Ti'avaient pas de port6e pratique. Elles Wagissaient que lentement sur l'opinion d'une 61ite, sur 1'esprit seulement des homes 6clair6s que les gens d'affaires placenta volontiers au nombre des re^veurs quion











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 37
pout d6daigner. Mais, en 1788, le danger parut pour la premi re fois r6el, soit au commerce frangais, soit aux colons do Saint-Domingue. Le movement philanthropique, en faveur de 1'6mancipation des n6gres, propag6 aux EtatsUnis par John Woolman, Benezet et Warner iNliflin, ami de Brissot, avait about, grdee aux quakes, h des measures centre Fimportation des n6gres dans neuf de ces Etats et A t'6mancipation de tous les n6gres n6s depuis 1776 en Pennsylvanie. Le fondateur de la Soci6t6 franqaise des Amis des Noirs, Brissot, d6s 1'6t6 de 1785, avait nou, des relations d'amiti6 aveQ les abolitionnistes arn6ricains, Miflin et SaintJohn-Cr vecceur, qu'll venait de d6fendre centre les railleries de Chastellux. Pendant ses frequents s6joursh Londres, le c6l6bre journalist fran ais s'6tait 6galement H6 avec les philanthropes anglais, Ramsay, Grenville Sharp et surtout Clarkson, le jeune et enthouslaste professor de l'Universit6 de Cambridge. Une vigoureuse champagne commencait d6s la veille de la R6volution dans le monde anglo-saxon en vue de la repression de la trite et de Fabolition graduelle de Fesclavage. Aux Etats-Unis, 6tait cr66e (en 1788) ]a Sociad philanthropique de Philadelphie. A Londres, &s la fin de 1787, s'organisa la fameuse Socidti des Amis des Noirs, mod0e de routes cells qui se form6rent ult6rieurement. Son premier president fut Grenville Sharp, son publicist Clarkson, son avocat au Parlement britannique le c6l6bre ami do Pitt, Willberforce. Un grand nombre de members du clerg6 anglican, tels que t'6v que de Londres et les r6v. Ramsay, Gregory, Paley, Newton, Nicholls, se firent ses auxillaires. Manchester, Bristol, Yarmouth, Leicester eurent h lour tour des socl6t6s filiales. Les associations des amis des Noirs talent bient6t apres au nombre











38 SAINT-DOMINGUE
de 50, soit en Angleterre, solt aux Etats-Unis. Elles avaient recrut6 des milliersd'adh6rents et de, souscripteurs, surtout parmi les quakes, jusque parmi les members des deux Chambers et, parmi les ministries. Elles avaient r6pandu une multitude de brochures, organism un vaste p6titionnement, agIt6 Fopinion et obtenu que ]a question de la r6pression des abus de la traitor f6t discut6e au. Parlement d6s jUin 1788.
Cost h la solicitation du comit6 de Londres, comme Favoue Condorcet, que Brissot se r6solut h tenter la fondation do ]a SociW parisienne des Amis des Noirs. 11 Malt alors dans toute la force de I'dge et dans le feu. de I'enthousiasme pour les id6es de libert6. Sa carri re errant I'avalt mis en rapport avec les publicists des pays libres et I'avait affranchl de bien des pr6jug6s, sans rien lul enlever de son ardeur et de SeS ilIUSiODS. Dou6 d'une puissance d'assimilation peu commune, effieurant les sujets plus qu'll ne les 6tudialt, 6crivain improvisateur, r formateur actif et plein d'entrain, d6sint6ress6 et probe, esprit plus hardi que sOr, ce petit homme d la figure pdle, aux cheveux longs et plats sans poudre ni queue, avait I'air distrait d'un rAveur, s'6prenait de routes les causes g6n6reuses, et employalt h les server son infatigable activit6 do pol6miste et d'organisateur. En f6vrier 1788, 11 parvint h former A Paris un premier groupernent qui grandit peu. h peu, et qui recruta des adherents parmi les philosophes, les savants, les journalists, les grand seigneurs, les financiers. L'un des premiers et des plus parents promoteurs de I'association fut le Genevois Etienne Clavi6re, ami et collaborator de Brissot. Condorcet en r6digea les status et mit au service de cette oeuvre sa grande r6puta-











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 39
tion., ses liaisons avec le monde official, sa verve de po]6miste endiabl6 et cetLe pr6occupation du bien de I'humani[6 ul g6n6ralt chez lui en une v6riLable passion. La SociW des Amis des Noirs coniptait quelques members illustres ou connus par leur grande situation : Lavoisier, La Fayette, le mar6chal prince de Beauvau, ami de Necker, le duc Alexandre de la Rochefoucauld, fils de la duchess d'Anville, proLectrice de Turgot, dme g6n6reuse et exquise de grand seigneur phi lanthrope, Lac6p6de, Volney, Dietrich, Pont,6coulant, Yabb6 de Cournand, professor au coll6ge de France, des publicists d6jh c6l bres ou qui allaient le devenir, Mirabeau,' Bergasse, Si6y s, des parlementaires lib6raux, comme Le Pelletier de Saint-Fargeau. La SociW
.'6aea d'abord h 116tel de Lussan, rue Croix-des-PetitsChamps ; ce n'est -qu'en 1789, apr s la foundation du Patriote francs qu'elle s'installa dans les bureaux de ce journal, rue Favart.
Son action fut d'abord assez discrete. On y voyalt surtout, assure Mion, (( des bommes isol6s qui s'occupaient du bien dans le silence et l'obscurit6 )). Son fondateur, Brissot, 6tait d'ailleurs parti en mal 1788 pour les EtatsUnis et Wen revint que six mois apr s, h ]a nouvelle de la convocation procaine des Etats-G6n6raux. En son absence, c'est Condorcet qui dirigea la champagne. 11 public dans le courant de I'W de 1788,sous le pseudonym du docteur Schwartz, pasteur du saint Evangile h Bienne,, un opuscule qui eut un certain retentissement et ofi il faisait un tableau effrayant de la traite et de Vesclavage dans nos colo. nies. D'autres publicistes le secondaient, par example le pasLeur Frossard h Lyon, I'abb6 GenLy, professor au col16ge d'Orl6ans, secr6taire de I'Assembt6e provincial d'Or-











410 S AINT-DOMINGUE
16anals, le marquis de la Feuillade d'Aubusson. Les (( gens de blen, les esprits 6clair6s )) d6clare le Merctirp, se pronon aient en faveur des Aini-Y des NoIrs. Le chevalier de Bouffiers se faisait applaudir I'Acad6mie fran aise (29 d6cembre 1788) en ins6ranL dans son discourse de reception un morceau h effet sur Pesclavage des n gres. Parmi les journaux les plus r6pandus, le Mercure de France, dont le r6dacteurkalt un publicist de grandevaleur, Mallet-Dupan, ne cachait pas ses sympathies pour les philanthropes, si le Jowwal de Paris au contraire refusait d'ins6rer let irs communications. QUe les n6gres puissent npprendre, disait Mallet-Dupan, (( que parmi les blanco ils ont aujourd'hul
autant de d6renseurs qu'll existe Thommes vertueux.
Puissent-ils 6tre instructs que tous les d6positaires de Fautorlt6 publique en Europe, que tous les homes d'Etat se sont 6mus de leur infortune! Qu'lls sachent enfin qu'un sentiment nouveau de bienveillance et de piti6
anime tous les homes )).
C'est pr6cis6ment ce sentiment nouveau, cette propagande naissante qui effrayaient au plus haut point les colons de Saint-Domingue. Le programme de la Soci6t6 des Amis des Noirs n'allait pas jusqu'A Fabolition de Fesclavage. Les associ6s convenient que cette measure eOt ruin6 les colonies, sans am6liorer la condition des n6gres. Mals la Socik6 demandait Fabolition de la trite, la suppression des primes qui favorisaient cet horrible commerce, c'est-h-dire qu'elle pr6conisait les Tyioyens indirect qui auraient conduit graduellement A 1'extinction de la servitude. Elle demandait aussi au. government de favoriser les affranchissements et recommandait le recourse h la main-d'oeuvre libre. La question de Ngalit6 des mulAtres et des blanco ne deI











A LA VFILLE DE LA R EVOLUTION 4t
vait 6tre agit6e que plus tard, en 1789. Cette pol6mique ne semble pas avoir caus6 en France un 6moi tr s profound. Des questions d'un int6rk plus imm6diat accaparaient alors Pattention publique. Cependant, quelques publicists se firent les apologistes de la trite, notamment Duval-Sanadon, et un haut fonctionnalre, Malouet. Celui-cl, alors intendant de la marine h Toulon, 6tudiant le probl me esclavagiste en hommepratiquereleva, non sans timber luim6me dans Fexc6s de l'optimisme, les exag6rations commises par les Amis des noirs. 11 mit en lumi re les difficult6s d'ordre 6conomique et social qui s'opposaient A I'abolition de la traite et 4 la suppression de Fesclavage colonial, les dangers de measures qui porteraient atteinte au droit de propriW des colons, l'impossibilit6 de substitute la maind'oeuvre europ6enne hL la main-d'muvre n6gre, le p6ril d'une crise morLelle pour la production et pour le commerce des Antilles qui r6sulterait de toute measure pr6cipit6e (1).
La discussion avait gard6 en France une tournure assez calme. Mais dans nos colonies d'Am6rique elle provoqua une vive effervescence. Sur cette questions colonsfrangais, notamment ceux de Saint-Domingue, n'admettaient aucune transaction. La peinture des maux de 1'esclavage 6tait, d'apr6s eux, de pure fantaisie.L'int6rAt des maitres se trouvait Atre la meilleure garantie du sort des enclaves ; ces derniers n'avaient qu'h se louer de Fadministr ition paternelle des planteurs.Abolir la traite ou la restreindre leur paraissait une measure destine h consommer leur rulDe, en empkhant le recrutemeDt des travailleurs n6cessaires A la mise en valour des plantations. L'abolition de 1'esclavage portrait un coup irr6m6diable a une propfiW 16gitime.
(i) R6sum6 d'une 6tude spkiale en preparation.











42 SAINT-DOMINGUE
La colonies ne souffrirajamals, disaient-ils un peu plus tard, que ce yenre de propri0d soit compromis Ili q1t'it passe Utre... Elie le tient de la loi. ) La propaganda de la SociW des Amis des Noirs apparut aux planters, soit comme une manceuvre insidieuse des Anglais qui tendaient a ruiner nos colonies eL notre commerce, soit comme une invention derOveurs utopistes ou do publicistes affam6s de r6clame et asgoiff6s de vanity. L'exemple des colons de la JamaYque 6tait invoqu6 dans File voisine. On craignait. de voir A Saint-Domingue (( la fermentation )) se propager parmi les ri gres quand ils apprendraient la champagne men6e en lour faveur. On s'exag6rait le nombre et le cr dit des adherents de la SociW des Amis des Noirs. Moreau de Saint-Wry attested que les num6ros du Merettre arrives au Cap fran ais en mars et avril 1788, et ob parurent les premiers d6talls et r6flexions sur les discussions relatives h Fesclavage provoqu6es par les n6grophiles, (( produid sirent une grande sensation ), Les premieres alarms, dit-il, so ((r6pandirent A cause d'une discussion dont NOnement parut menace la vie et la propriW des colons.
Les Chambres agriculture (de File) s'occup6rent de m6moires dont le but 6tait de conjurer cet orage menaant et qui prit un aspect encore plus sinister, lorsqu'on
apprit qu'it s'6tait form6 une sociW des Amis des Noirs en France, A Paris m me (1) )) Les planters de la JamaYque awaient 6nergiquemeDt r6pondu A Vattaque en envoyant A Londres des agents pour d6fendre leur cause aupr6s du Parlement. Les planters de Saint-Domingue s'inspir6rentsemble-t-il, de cette tactiqueet les plus ardent
(4) ConsWrations pr6sent6es... par Moreau de Saint-Wry, Imp. z1a[,, 1791, pp. 4 et 17.











A LA VEILLE DE LN RtVOLUTION A
current trouper, non dans un recourse au government royal, mais dans une participation efficacy aux discussions des futures Etats 66n6raux les moyens d'6carter le grave p6ril qui meDagait leur pr6pond6rance 6conomique et social.


CHAPITRE IV
La Question de la Repr6sentation Coloniale
et les Divergences d'Opinion
parmi les Colons de Saint-Domingue

En effet, une parties restreinte des colons eut d'abord seule l'id6e d'obtenir une representation particuli re pour Saint-Domingue aux Etats-G6n6raux. L'unanimiL6 6tait loin d'exister sur ce point eDtre les planters et les autres habitants de la grande fle. De profondes divergences d"opinion existaient h eel 6gard non seulement parmi les grand propri6taires-t mais encore parmi les pet its planters et parmi les autres classes de la population libre de cette colonies.
Les partisans d'une representation aux Etats G6n6raux no furent qu'une minority, recrut6e surtout parmi les grand propri6taires r6sidant en France, parmi leurs adh6rents h Saint-Domingue appartenaDt comme eux h l'aristocratie, et enfin parmi leS D6gociants ou colons plac6s dans leur d6pendance. Ce noyau se grossit des homes de loi et de lour clientMe, ainsi que d'un petit nombre d'habitants des villas et bourgs de la colonies. Le premier acte de cette minority fut d'organiser un Comit6 colonial. Uinitiahve vint-elle des planters de France ou de ceux de SaintDomingue? La question reste obscure. En tout cas, vralZI)











44 SAINT-DOMINGUE
sernblablement c'est aux premiers rnois de 1788 que naquit Vid6e d'une agitation des planteurs en favear de la repr6sentation colonial. A la fin de mal, on connaissatit au Cap Frangais les premi6res d6marelies falles pour cet objet par un petit group de planters r6sidant en France (i). A cette 6poque, la convocation des Etats 156n6raux, demanded par le Parlement de Paris le 15juillet, avaiL W promise par le rol dans le [it de justice du 19 novernbre 1787, seulement pour 1792, mais on pouvait 6s lors pr6voiren presence de l'opposillon grandissante centre le minist re Brienne, que la r6union strait advance. D'apr6s les members du Com1t6 colonial de Paris, lacr6ahon de cc groupement fut due d une entente entre les planters fix6s dans la m6tropole et les proprikaires r6sidant h Saint-Domingue. (( Uenthousiasme patriotique )) lesaurait seuts anim6s. JApret6 avec laquelle ils d6fendirent les int6rAts particuliers de !a classes dominate de ht colonic indique assez que les mobiles auxquels ils c6d rent furent d'un ordre plus pratique et moins 46sint6ress6. Les promoters de cc movement, h savor les neuf commissaires dirigeants, provoqu6rent des reunions ou des signatures, parmi les grand propri6taires en residence 4 Paris, parmi les planteurs (( de tous les ports et de routes les provinces )) Une assemble g6n6rale cut lieu oii se trouv&rent (( un grand nombre de ceux )) de la capital et du reste de !a France. On y Mut une commission de neuf members, (( auxquels on donna pour instruction principle de procurer A Saint-Domingue une admission )) dans la

(1) Lettre des colons r6sidens A Saint-Domingue au Roi, 31 mai 1788 (la. daLe fait supposed tin intervalle de 2 mois, laps de temps n6cessaire pour recevoir A Saint- Domingue les nouvelles de France, dout on fait mention dans cc document). Arch. Nat., B. 111, 135, ras, I et suiv. Bibl. Nat., Lk. :12 1 223.











A LA VEILLE DE LA 119VOLUTION 4 5
procaine Assembi6e national (1). Uapr s ]a Chambre d'Agriculture du Capce sont les planters de I'lle qui enjoignirent (( a ceux de France )) de se r6unir et de nommer parmi eux des commissaries (( propres par leurs lumi res et leur rang Ch r6pondre h la mission flatteuse de repr6senter toute la colonies (2) )).
Ces indications suffisent pour montrer la veritable nature de la champagne orgaDis6e &s lors en vue d'obtenir une d6putation sp6ciale h Saint-Domingue. Cette champagne pr6sente tous les caract res d'une oeuvre de parti. Elie est le fait d'un6 portion assez 'minime des colons. En France, le C omit6 colonial rallia h ses vues quelques centaines d'adh6rents, soit 4 Paris (ofi se trouvaient parfois r6unis jusqu'h 7 ou 800 planters) (3), soiL dans les ports de mer, oil certalins n6gociants, comme les Nalirac, lesJournu, les Labedat h Bordeaux, les Garesch6 4 la Rochelle, 6taient aussi propri6taires, hL Saint-Domingue, de grosses plantations. Ces planters formaient une 611te aristocratique. La plupart ne connaissaient Vile que par les revenues qu'lls en braient ; its devaient leur fortune territor;ale dans Vile 6 leurs alliances matrimoniales oua des successions. De (( routes les personnel
qui component le ComIt6 colonial, dit un 6crit de ce temps, aucune n'a habW de suite A Saint-Domingue, et les Aux tiers n'y ont jamais W (4). )) L'absent6isme s6vissaiL eD effet parmi les graDds planteurs.Telles paroisses, comme

(4) Wnie document et request posl6ricures des colons. En outre, D6nonciation centre La Luzerne, 17190, Arch. Nat. D. XXIX,98. (2) Lettre du 31 mai 1788, pr6cit6e, et autres request. (3) En effet, ]a letter du 31 mai indique 3.000 sil-natures recuvillics dans la colonic, la requke du CorniL6 colonial, 31 aaa 4788, nov. 4788, etc., et les Chel's d'accusation centre La Luzerne en indiquent 4.000; la di&rence estrepr6sent c par les 1.000 signatures r6unies en France. (4) Ex. en 17191 (nmi), Corresp. secr&e, pp. Lescure, 11, 527.











46 SAINT-DOMINGUE
cells de la Petite-Anse et du Quartier-Morinn'avaient pas un propri6taire r6sidant; tous talent en France et se faisaient repr6senter ou par des 6conomes-g6rants ou par les n6gociants du Cap (1). Les neuf dixi6mes des blancs aspiraient h les miter, ne consid6rant la colonic que (( comme une
auberge )) oh its ne faisaient que passer et oil l1s.n'esp6raient pas mourir. Les planters privil6gi6s qui respirent I'air de la m re-patrie, et surtout celui de Paris et de Versailles, sont done des heureux qui n'ont qu'h jouir de leurs richesses. Its torment h la cour la brilliant coliorte du roi oil des princes, avec les S6gur, les Noallles, les Uvis, les La Rochefoucauld, les Rohan. Its competent m me parmi leurs amis (< un prince august )) (2), qui encourage les efforts du Comit6 colonial. C'est le due d'Orl6ans, LouisPhilippe-Joseph, dont le nom figure dans la premiere liste des members du Comit6.
Outre ces donn6es g6n6rales, on a des renseignements pr6cis sur la formation et la composition du Comit6 colonial de Paris. It ne s'organisa officiellement et d'unefa on definitive qu'au mois de juillet 1788, bien que ses promoters en eussent d6jh auparavant group quelques 616ments et fussent entr6s en relations avec les m6contents de Saint-Domingue. A la t6te du movement se trouvaient un grand propri6taire, le marquis de Paroy, et un ancient gouverneur par interim de la colonic, le comte de Reynaud. Munis des letters de la Chambre d'Agriculture du Cap et du manifesto des colons qui ]cur parvinrent le 30 juin et le 10juillet, its se pr6occup6rent do fonder une organisation
(1) Lettre d'un Ami des Noirs aux d6put6s des trois orders (1789), page 50, Bibl. Nat., Lk. 9 145 (2). Nouvel Examen du rapport Barnave (1791) (brochure coll. Carr6), p. 8, (3) Let(re d'un Ami des Noirs, pp. 46-52. (4) Lettres du 31 mai, 7 nov., 40 d6c. 4788, cit es ci-dessous.











A LA VEILLE DE L& R EVOLUTION 4-1
stable, et ils trouv6rent dans un grand seigneur rernuant, le marquis de Gouy d'Arsy, un auxiliaire plein de z le. Nsireux d'agir sur l'opinion publique, les trois meneurs de I'agitation r6unirent 6 Paris, le 15 juillet, une assemble A laquelle adh6r rent 56 planters, soit en lour nom, soit comme fond6s de pouvolirs. Le comte do Reynaud y expose les griefs du partl de la representation coloniale et rit part aux assistants des vmux des colons de Saint-Domingue. Un plan do champagne fut adopt h l'unanimit4, et la r6union d6cida de confer le soin de poursuivre les measures propres h en assurer la r6allsation h des d6l6gu6s d6sign6s sous le nom. de commissaries. Elle leurconf6ra des pouvoirs on vue (( de faire parvenir aux pieds du roi les diff6rentes
demands des habitants et particull6rement leurs vcBux, de substitute et de repr6senter)) I'assembl6e (( des planteurs dans routes les d6marches quo la prudence leur sugg6rerait, et m me de remplacerh la plurality des voix entre eux par des propri6taires pr6senLs en France ceux qui ne pourraient pas accepter la dite commission )). Les assistants address rent en mt me tenips une letter circulaire aux planters absents pour les engager 4 adhArer par lour signature au Comit6 colonial. En quinze jours, lls rkssirent ainsi h obtenir un certain nombre d'adh6sions, et le pr ao6L les commissaires acceptaienL ]a mission qui lour avait W confine (1).
La direction du Comit6 colonial appartint ainsi h de grand seigneurs, qu'on avait choisis pr6cis6ment en vue de mettre h Profit Finfluence q*u'ils exerc.aient. Les 9 com(4) Journal bistorique de routes les assemblies, etc., de la commission nomm6e par les colons r6sidants A Paris (15 juillet, 46 sept. 4788). Pouvoirs donn6spar I'Ass. du '15 juillet, copies, A rch. Aat., B. 111, 435, fl, 7 7 A 94.











48 SAINT-DO;MINGUE
missaires qui ferment to bureau (1) appartiennent en effet A la noblesse de cour ou. h. la noblesse parlementaire et ont W pris habilement parmi les divers parties. C'est d'abord le due Louis-C6sar de Choi seul-Pra sli n lieutenant-g6n6ral du roi dans les 6066s de Bretagne, a1116 des Beauvau, des Talleyrand-P6rigord et des Damas. It reside h Paris en son h6tel de la rue de Bourbon, au. faubourg Saint-Germain, pr6s de la rue du Bac, mals it poss6de aux Cayes, h SaintDomingue, une habitation et une sucrerie d'une valour de pr6s de 1 million et demi. A c6t6 de lui figure un des plus vieux repr6sentants de la noblesse provenple, le due de Brancas-Ureste, prince de Pizarre, comte de Forcalquier, chef de la branches aln6e de cette malison, lieutenant-g6n6ral des armies du rol depuis 1759, lieu tenant- g6n6ral du pays et comte de Provence, gouverneur des ville et chdteau de Nantes, grand d'Espagne, qui a son logement au Louvre et son h6tel rue Taitbout. C'est h sa femme Marie de Grand'homme de Giseux, d'une vieille famille Angevine, qu.'appartient une des grades sucreries de la Croix des Bouquets, pr s de Port-au-Prince, celle de Bonrepos, 6valu6e 1 .282.000 francs. Parmi les commissaires se trouvent aussi le chevalier Doug6, probablement le meme que le mar6chal de camp chevalier d'Oz6, de la promotion du 8 mars 1788, et le comte Franpis de Reynaud de Villevert, brigadier d'infanterie (peut-Atre celui qui figure hL I'Alnianach royal sous le nom de chevalier dans la promotion des mar6chaux de camp de 1788). Celui- ci, lieutenant-g6n6ral aux Iles frangaises d'Am6rique, et gouverneur g6n6rat par
(1) Leurs signatures se trouvent au bas des requ6tes des 31 ao6t 1788, 27 janv. 1789, etc., cities ei-dessous. Pouvoirs donn6s par Yasscmbl6e des planteurs A Paris, 15 juillet, cit6s ei-dessus. Journal historique des assemblies, etc., id.











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 49

interim de Saint-Domingue du 25 avrit 1780 au 28 j uillet 1781, avait, assurent les planters, une experience consomm6e des affairs colonials, un z6le et une activity infatigables qu'il mit au service des revendications des colons. Le comte Joan-Joseph de Peyrac, Fun des directetirs du Comit6, et sa femme, Louise Boisgautier-Desperri resSODt alli6s aux families de Grlpl6re de Laval, des comes de Gouvelle, de Lalaing d'Audenarde et du marquis Lepelletierde Saint-Fatgeau. Leur sucrerie, situ6eau Cut-de-Sac, dans la province de I'Ouest, vaut 2.580.000 francs. Le marquis de Magallon, qu'on rencontre au nombre des commissairesest sans doute Pi erre-J ose ph- Gabriel de Magallon Dumirail, de la famille provencale bien connue, dont une h6riti6re Aim6e Caroillon des Tilli6res devintsous ]a Restaurationcomtesse d'Osmond. Un planter de ce nom poss dait avant 1789, aux Gonaives, une cotonnerie et deux caf6teries d'une valour de 191 000 francs. Charlotte Le Baillif de Mesnager, comtesse de Magallon, avait do son c6t6 une caf6terie, une cotonnerie, des places h vivres, des masons A Port-au-Prince et 4 Uogane (1).
Plus connu encore estun autre des commissairesjorigine brelonne, Guy le Gentilde Paroy(n6 en 1728),6tabli en Brie, o i it avait acheL6, en 1752, pour 150.000 lives la terre de Paroyqu'llfit6riger enmarquisat(l 754). 11 y avait 6lev6 un chdLeauet6taitdevenu grand bal III d'6p6e des vi Iles etcomt6s de Provins et de Montereau, lieutenant-g6n6ral pour le roi des provinces de Champagne et Brie, iieulemint-&6ral des

(4) Ces renseignernents sont tir s des dossiers relatirs aux colons de SaintDomingue r6sum6s dans les 6 vol. in-4* des Etats d'indeniniLes (1828-1833); des Nobiliaires de Saint-Allnis et de La Chesnaye-des-Bois; -des Almanachs royaux de 1788 A 17190 (in-81); de FAInmijach de Paris 4785 et suiv.(in-32); de FEtat militaire de Roussel kin-12 annual 1785 et suiv.).











50 SAINT-DOMINGUE
armies navales et grand-croix de Saint-Louis. C'est ce grand seigneur, dont on a des Swevenirs fort curieux, qui mantra un d6vouement si touchant pour la famlile royale en 1789 et en 1792, et que la petite cour de Coblenz Put un moment I'id6e de nommer gouverneur de Saint-Domingue (1791), en dehors du choix do Louis XVI. I I avalt h Paris tin h6tel rue de Bourbon, 54, au. faubourg Saint-Germain.
Par son marriage avec Louise-L'Iisabeth do Vaudreuit (15 sept. 1749), alors Ag6e de 24 ans, fille du comte de Vaudreuil, lieutenant-&6ral des armies navales, it 61ait devenu. grand propri6taire dans I'lle. 11 y plaidaiten 1777 et 1778 centre un riche planter son volsin, Leclavier de Miniac, qui 6tait assist d'un avocat, I'historien bien connu Moreau de Saint-Wry. It y poss6dait deux sucreries et caf6teries dans la paroisse de Limonade, outre tine caf6terie dans celle du Trou, le tout valiant environ 3 .145.000 francs. 11 on en avalt attribu6 une part A son fils, le comte de Paroy, I'ami des Polignac et du comb, d'Artois, dont la vie aventureuse d'industriel, d'artiste amateur, do consp1rateur royallste ing6nieux est retrae6e dans les 1116moires qu'iI a 6crits, I'un des documents de ce genre les plus originaux qui existent pour 1'6poque r6volutionnaire (4). 11 n'est pas 6tonnant que le marquis de Paroy alt pris place dans ce Comit6 colonial charge de la defense des int6r6ts des grand plaDteurs.
11 y retrouvait d'ailleurs le comte Joseph-HyacintheFrancois de Paule de Vaudreuil, fils de son beau-p6re, le marquis de Vaudreuil, et l'un des favors de la Reine, I'ami

(4) AlcImes sources et de plus Memoires da comle de Paroy, pp. 11. Charavay, in-8o 1895. Introduction et lexle.- Souvenirs du marquis de Paroy, pp. Chenevi(-res, Rev. de la Rgv., 4883.











A LA VEILLE DE LA 119VOLUTION 51

des Polignae et du comte d'Artois. Ce gentilhomme, amateur Wart, spirituel, d'esprit fantasque, dont Besenval a JaIsS6 un portrait peu flaLL6, devait mourir mar6chal de France, pair et gouverneur du Louvre. 11 avalt en 1788 pr6s de 47 ans, partagealt son temps entre Versailles, Bagatelle et son h6tel de la rue' Bourbon au. noble faubourg, tandis que son p6re le marquis et son fils le vicomte avaientles leurs rue de Grenelle et rue Saint-Dominique. Une bonne part do ses revenues provenait non seulement de sa charge de grand fauconnier de France et des faveurs de la cour, mais encore de ses propri6t6s de SaintDomingue. 11 y 'e'tait propri6taire, solt seul, soit avec sa sceur Marie-Jos phe, comtesse de Durfort et de Duras, de deux sucreries, l'une au Cap Franqais, l'imtre h la Croixdes-Bouquets, avec une hatte (pour les cultures vivri6res) et des bois debut d'une valeur global de 2.231 .000 fr., sans computer une troisi6me sucrerie dans la plane du Cutde-Sac, au Figuier, pr6s de la Rivi6re Blanche, estim6e 352.000 francs. Vaudreuil pouvait done passer pour un des grand planters de Saint-Domingue (1).
Le marquis Charles-L60n deTailtevis de Perrignyavaitles rn mes drolts h cette quallO. It d6tenalt, avec sa femme Anne de Lataste, do nombreuses propri6t6s dans Pile, carkeries, cotonneries, indigoteries aux Cayes, aux Uteaux, dans le quarter de Mirebalais, 3 sucreries au quarter du Fond de I'lle A Vache et hL Torbeck dans la province du Sud. en tout pr s de 3 millions de francs de plantations. 11 est vrai qu'il 6talt pourvu. d'une famille assez nombreuse, six enfants, dont une7fille, qui deviant comtesse de Menou. La noblesse

(1) Sources indiqu6es plus baut. En outre, Wni. de Besenval, 11, 333.
- N16m. du conite de Paroy, Introd., p. X1.











5 2 SAINT-DOMINGUE
parlementaire 6tait repr6sent6e dans le bureau du Comit6 par Martin Simon, baron de Duplha, president au Parlement de Navarre ou de Pau, dont la femme, Marie-Louise de Charritte, appartenalt h une famille basque connue, et dont la. fille 6tait vicomtesse de Nay-Candau en B6arn. Ils ava ent au quarter Morin une plantation sucri re dont la valour n'6tait gu re inf6rieure h 3 millions (1). Enfin, au Comit6 directeur apparut plus tard (vers avril 1789) un autre parlementaire plus connu, Bodkin de Fitz-Gerald, conseiller en ]a 30 Chambre des Enqu tes du Parlement de Paris, et qui avait son h6tel rue Saint-Dominique, pr s de la rue d'Enfer. C'est peut4tre h lul qu'appartenaient une sucrerle h L6ogane, un magasin et deux emplacements avec constructions h Port-au-Prince, 6valu6s 850.000 fr. (2 ).
De tous les members de cette commission directrice, le plus actif fut certainernent le marquis Louis-Henri-Marthe de Gouy d'Arsy. Appartenant h la noblesse de Picardie, fils d'un lieutenant g6n6ral, 11 avait eu le Dauphin pour parraln. Apr6s avoir fait ses 6tudes au coll6ge d'Harcourt, h peine sorti de I'Ecole d'artillerie de Strasbourg, il devenait b 27 ans chevalier de Saint-Louis et colonel en second des dragons de la Reine. 11 6tait, en 1788, lieutenant-g6n6ral des armies du Roi depuis sept ans, colonel des cuirassiers du Rol h Aire, grand bailli d'6p6e au bailliage de Melun, lieutenint-g6n6ral de ]a province de I'lle de France. Possesseur d'UDe belle fortune, entam6e d'ailleurs ell parties par des detLes, 11 I'avalt encore accrue

(4) Sources indiqu( es plus baut. (2) Outre ces inkies sources, Annales de Sallier. Aulard, Soc. des Jacohins, 1, p. XLIX (le personage hidiqu( ccn me recnih e de IaSoci(46 n'(st pas, crime le pense Al. Aulard lord EdAard Fj(z-Gerald, mais bien le conseiller BodkiD Fitz-Gcrald; I'adresse donn e daris cetfe liste est celle du conseiller).











A LA VEILLE DE LA R9VOLUTION 53

en slint6ressant aux enterprises industrielles de son 6poque. 11 6tait, avec, P6rier et Dangirard, l'un des gros adlonnaires et des commissaries de ]a fameuse Compagnie des Eaux. Par son marriage J780) avec 116riti6re d'importantes plantations, Anne-Amable Hux de Bayeux, il prit place parmi les grand proprikalres de Saint-Domingue. Son beau-fr6re 6talt le baron de Wurmser, Allemand an servicede Francel et devenu. plustard service d'Autriche I'adversaire fameux et infortun6 de Bonaparte. Les families flux de Bayeux et Gouy d'Arsy, h6riti6res d'un autre grand planteur, S6bastien Lenormand'de Mky, d6tenaient, dans la grande fle, 4 sucreries au Limh6, h la Plaine du Nord, au Port-Margot, une caf6teric et une savage h Plaisance, le tout d'Une valour sup6rieure h 3.100.000 francs. Le marquis avait h Paris un h6tel au n' 57 de la Chauss6e d'Antin et un logement au Louvre. A la suite d'un proc6s retentissant, of-i sa cause avait W soutenue par le c6l6bre avocat Linguet, 11 6talt s6par6 de sa preml6re femme, dont 116tel particular se trouvait au no 25 de la rue Cassette. 11 se piquait d'6crire ; ses amis lut trouvaient m6me le talent d'un bon 6crivain. Remuant et m6me agit6, spirituel, hL la recherche de la popularity, aimant le bruit et l'intrigue, il s'6tait fait la reputation d'un orateur. (( C'dst en tout un
des plus grand diseurs de rien que je connaisse, disait de lul le Lorrain Adrien Duquesnoy. )) ((11 va sans fagon jusqu'A l'importunit6, ajoute I'auteur de la Galerie des Elats G6ndratix.: it pers6cute, 11 lasse, 11 exc6de, mais il Femporte. )) Aussi devait-il jouer dans [a champagne du Comit6 colonial un r6le capital, 6crivant des pamphlets, r6digeant les requkesportant la parole au nom des planteurs. Sa pers6v6rance et son ing6niosit6 devaient finir











SAINT-DOMINGUE
par leur ouvrir les portes de I'Assembl6e national I).
La composition du Comit6 semble avoir W 6clectique comme celle du bureau. A cW de partisans fanatiques de I'ancien regime, tels que les Vaudreuil et les Paroy, il comprenait un des amis des Fr6teau et des Duport, Bodkin Fitz-Gerald, d6jh fort connu par la part qu'il avalt prise avec eux et aupr6s de Duval d'Espr6menil aux 6v6nements de juillet et d'ao0t 1787, et qui devait Mre en 1789 l'un des premiers adherents du club des Amis de la Constitution ou des Jacobins. Le principal promoter du Comit6, Gouy d'Arsy, passait pour l'un des adeptes des id6es nouvelles. On le disait mesm6r]en, franc-ma on, o bon citoyen et patriots )), graDd admirateur de M. Necker. Montlosier devait le classer bient6t avee les Lameth, les Luynes, les Target, les Robespierre et les Saint-Fargeau parmi ceux qu'll appelle (, les democrats enrag6s et anarchistes (2)
Sous les orders de cet 6tat -major se troupe group6c, par la communaut6 des int6r6ts menac6s et des moyens de defense, I'aristocratie des grand propri6taires et des grand n6gociants, leurs alli6s, qui r6sidaient dans le royaume. On a deux lists des adherents du Comit6 colonial, dont l'une, dat6e du 15 juillet, compete 56 noms y comprise ceux des neuf commissaries, etdont Pautre se compose de 186 noms. Elles donnent la composition exact de ce groupement, et on y vo figure I'61ite des planters, les comes de No6, de Butter, de Cessel6s, d'Wricourt, de Poulpry, d'Auti(4) D; apr s les sources prk6dentes; do plus, Mercure de France, 45 roars 4788, suppl inent. Corda, Catalogue des Factums de la Bibl. nat., 11, 390. Galcrie des Etats G6n raux (1789), If, 72. Wrn. do Montlosier, 11, 404 JourDal historique des assembl6es du Cornit6 cR6 ci-dessus.
(2) Corresp. seerke pp. Lescure, 11, 304. Lettre do Linguet A Barnave, 10ruars 1791,in-80 (brochure coil. Carr ) etAnnalespair., p. 454.-Montlosier, 11, 404.











A LA VEILLE DE LA R8VOLUTION 55
cliamp, de Charritte, de Vergennes, de Puysignieux, de Bayeux, de Villeblanche, de Pardaillan, de Grandpr6, a oL6 des Walsh Serrant, des Macnemara, des vicomtes de Uaumont, d'Allemans, du Tour, des marquis de Massiae de Puymontbrun, de Chambellan, de Pomery et do la Ferronnays. Le due d'Orl6ans s'y troupe aupr6s de membres de la haute magistrature, tels que Duval d'Espr6meDil, d'avocats au Conseil, comme d'Augy, d'ancieDS Officiers des armies de terre ot de mer, tels que les deux Fournier de Bellevue et M. de Saint-Pol, de maltres des requAtes et de onseillers d'Etat, comme Poltevin de Maissemy et M. do Montholon. Un certain nombre de dames de la haute noblesse ont adh6r6; la marquise de Mondion (n6e de Chavanne), les countesses de Chambellan, de Pardieu, de Poulpry, la marquise de Pomery, la baronne de la Ferronnays, lacomtesse de Lentilhac de S6dlk6s, la vicomtesse de Choiseul-Meuse, ies marquises do Paymontbrun et de Geoffre.
Un petit nombre de noms roturiers so rencontrent au milieu de ces vocables aristocratiques qui font reassemble les subscriptions finales des assemblies du Comit6 A des pages d6tach6es de I'armorial. Les grand propri6taires r6sidant h Paris ferment la rnajorit6 (114 sur 186) des membres de ce Comi.6, du moins A I'origine. Le reste (72 membres) s e compose de planters r6sidant en province et de n6gociants des ports en relations avec Saint-Domingue. Au group des propri6taires provinclaux appartiennent, par example, les comes de Montigny, de Malet, de Grieu, de Laugardi6re, le marquis de Lys, le chevalier de Minl res, le vicomte Turpin de Criss6, les Fournier de Varenne, M-.'de ],a Villesgris, n6e de Cliampigny et sa sceur, Mu" Borne,











'A SAINT-DOMINGUE
]a marquise de Castelmoron, la comtesse Astier de Voultron, I'Intendant de la marine A Toulon, Malouet, le capitaine de vaisseau Buor de ]a Charouli re., Favocat au Parlement Cond6 fils, et I'abb6 Vogluzan. Au. second group se rattaclient les armateurs de nos grand ports de Marseille, de Bayonne, de Bordeaux, de la Rochelle, de Nantes, de Saint-Malo, du Hdvre et de Dunkerque, les Audibert, les Hugues, les Sollier, les Van Berchem, les Bertrand Matespine, les Straforello, les Peragallo, les Abeille, les Raymond, les Bortron, les Sicard, les Hermitte, les Albouy et les Vence, les L, that etles Saint-Macary (1).
Le fonctionnement du Comit6 colonial parisien n'est d'ailleurs connu que par un petit nombre de documents, dont ]a majeure parties se troupe h I'Mat de transcriptions aux Archives Nationales. SI les Assembl6es g6n6rales y Raient peu fr6quentes, en revanche les reunions du bureau furent nombreuses. Dans Fespace d'un mois et demi (ao0tseptembre 1788), il n'y en eut pas moins de neuf, o les commissaries adqt6rent la tactique qu']l convenaiL de suivre. Le bureau r6digea ou fit r6diger d'importants m6moires pour souvenir ses Wes aupr s du pouvoir, mit en circulation des brochures poor rendre l'opinion favorable h ses desseins, multiplia les d6marches aupr6s des personnages influents (2). On ignore si les members de ce groupernent s'61aient astreints A des cotisations, et on ne sait sur quels fonds furent assign6es les d6penses de cette champagne forc6ment coOteuse. 11 est probable que, pour ce travail d'6critures et de correspondences, le Comit6 eut des
(4) Listes et signatures plac6cs an bas des pouvoirs donn6s aux commissaires du Cornit6 colonial 15 juillet 1789, copies, Arch. Nal.,13. 111, 135 bis P94 ct 270. (2) Journal his(orique ct autres pi&cs transcripts auregistre B. 111, 135.










A LA VEILLE DE LA 11] EVOLUTION 5-1
employs et des seer6taires. 11 lui fallait aussi un local pour les Assembl6es g6n6rales des adherents, pour les reunions particull6res du bureau, pour le secr6tariat et les archives.
It est certain, d'apr s quelques details 6pars au milieu des pi ces in6dites, que le siege du Comit6 Rait fix6, au d6but de 1789, rue de Provence, au faubourg Montmartre (1). Les commissaries directeurs 6taient sans doute renouvel6s par tiers tous les trimestres ou. semestres, suivant Fusage qu'on retrouve en v*gueur dans les autres soci6t6s politiques du temps. Deux members nouveaux figurent en effet, au mois de janvier 1789 parmi eux. Vaudreuil et le president Duplha y remplacent Brancas et Peyrac (2). Le commissairerapporteur, sorte de secrkaire-g6n6ral, charge de la correspondaDee, de la r6daction des requ6tes et libelles, semble avoir W scul inamovible. Utait naturellement le marquis de Gouy d'Arsy (3). Le Comit6 avait ses archives et ses registries, oa it faisait transcribe les letters et autres 6crits qu'it transmettait ou recevait. Son activity est attest6e par 1'6tendue m me de ces registries qui formalent d6s janvier 1789 deux tomes, et. par le nombre de pi ces (333) d6pos6es a ce moment dans ses bureaux (4). Ces pikes disparurent, semble-t-11, pour la plupart. Le Comit6 n'6tait qu'un cor ps non official, bien qu'il e(IL pris le nom retentissant de Comdd colonial de France,(5), et les seuls vestiges qui resent de son activity sont les letters et m6moires qu'it jugea bon de communique aux Etats-06n6raux en juin 1789.
(1) Lettre du27janvier4789, Arch. Nat., B-38.-(2)Lettres des mernbres du bureau du Comit6 colonial, 31 aotlt 1788, 21 jaDvier 1789. Arch. Nat., B- 38. (3) Sa signature et son titre se trouvent au bas des diverse pikes cit6es et ei-dessous. -(4) Mention aubas des lettresdu M mai, 7 nov. 1788, 31 janv. 1789, et au bas des request de la Charnbre d'Agric. Clu Gil) cidessous cities, (5) Titre qu'il prend dans ces letters et requ tcs.
5











58 SAINT-DOMINGUE
D6s le d6but, il s'6talt mis on relation avee les planters m6contents de Saint-Domingue. 11 leur adressait le journal de ses d6marches tous les quinze jours it leur envoyait 1'expos6 do ses travaux et concertait avee eux ses plans de champagne. La correspondence en partle secrRe, 6chang6e entre eux, parvenait aux commissaires parisiens par 1'entremise de grand amateurs bordelais, Journu fr6res, qui avaient des commis h Port-au-Prince (1). It obtint aussi une consultation de quatre avocats parisiens, Godard, Sanson, de Blois et Lacroix en verLu do laquelle la colonle 6tait d6clar6e fondue h r6clamer une representation aux EtatsGWraux. C'est lui encore qui provoqua le p6titionnement parmi les planters r6sidant on France et qui fit r6pandre (( A profusion dans la colonies )) divers imprimes oa on le repr6sentait comme le mandataire official des colons charge de solliciter pour eux I'admission aux EtatsG6n6raux (2). A la cour, it cherchalt A garner des appuis aupr6s du roi et des ministries. La tactique no manquait pas d'habilet6. Ges grand planters comptaient que l'influence de la haute noblesse (( confondue dans l'opulence am6ricalne)) rendralt le pouvoir complaisant A leurs v(Eux.
Que ces homes 6lev6s en grades, en faveurs, disait une brochure d'ao6t 1788, destin6s par lour naissance A I'art des negotiations, que I'liabitude des affairs importantes a rendus plus habiles dans la discussion des grand int6r6ts, se montrent reconnaissants aux fles )) en mettant leurs relations et lour autorit6 au service des colons (3).
(1) Wrn. de Barr6 de Saint-Venant, mernbre de ]a Charnbre d'Agric. du Cap, 1788,Arch. Min. Colonies, C. 9, s6ric 2, carton 39. Journal historique et autres pi&es, Arch. Nat. B. 111,r35. (2) Pr6arnbule de Fordonnance des administrators de Saint-Dorningue (26 d6c. 1788, r6cit des faits ant6rieurs), ci-dessous cit6e. (3) Requke des colons arn6ricains 31 inai 4788 ci-dessus cit6e.- Vceu patriotique d'un Arn6ricain (brochure











A LA VEILLE DE LA R9VOLUTION 59
Cet aveu indique assez quels mobiles 6goistes guidaient la fraction des propri6taires de Saint-Domingue, allies du Comit6 colonial de France. Comme l'observent les administraLeurs, Barb6-Marbols, La Luzerne, Peynier, I'agitation dans Vile n'6tait provoqu6e que par une minority. Ni la formatio n des comit6s, ni les vceux 6mis au sujet de la repr6sent ation colonial, ni la nomination des d6put6s, affirmentils, ne ralli6rent la majeure part de la population libre (1). (( Le concourse g6n6ral des habitants fit d6faut )), jusqu'aux assembl6es locales de la second moiti6 de 178 (2). Si l'on en croyalt aift contraire les assertions du Comit6 colonial ou des d6put6s de Saint-Domingue, &s le mois d'avril 1788, les colons (( averts des dispositions announces par le roi de (f convoquer les Etats-G6n6raux avaient 6prouv6 un mouveu ment qui ne tarda pas A se propager dans la colonies. De
bons citoyens s'assembl6rent, illicitement peut-Atre, non ill6galement. Ils firent des r6flexions sages sur leur position. Les r6flexions circul6rent; des comit6s se form6rent, ils s'accrurent. Enfin, presque tous les propridtaires de la colonies r6clamant Punion de leurs compatriots r6sidant en France leur adress6rent des m6moires, des dol6ances et des pouvoirs tr s 6tendus A 1'effet de nommer des commigsaires qui pussent s'occuper efficacement de solliciter le souvenir du monarque et des letters de convocation pour les Etats-G6n6raux (3) )). L'expos6 du ministry de la marine La Luzerne est tout different. Uapr s lui, bien d'aok 1788 probablement due A Gouy d'Arsy) (manque A la BibL Nat.) (coil. Carr6), 1). 11. (4) Wni. justify. de La Luzerne (1790) Arch. Nat., DXXIX 98-104. Arch. Parlein., XVI, 30) fiK. Wm. de Barb6.-Marbois (1790), p. 46 tcoll. Carr6). (2) Rapport des administrateurs de SaintDorningue, 4er d6cernbre 4789, Arch. Mite. Colonies, C, 9, reg. 462.
(3) Nnonciation centre La Luzerne par les d6put6s de Saint-Domingue, 4er chef (1790). Arch. Aat., DXXIX, 98.











60 SAINT-DOMINGUE
que l'on eat appris aux Antilles la nouvelle de la convocation des Etats-06n6raux, les colons n'avalent manifeW aucunement l'intention d'y tre represents. Ni les AssemWes coloniales do la Martinique, de la Guadeloupe, de Tabago r6unies en janvier et f6vrier 1788, ni les Chambres agriculture do Port-au-Prince et duCap Frangaisn'avaient formula le moindre vceu bL ce sujet. La premi re demarche faite aupr s du Roi par les planters remonterait au 4 septembre de la m6me ann6e (1). De part et d'autre, it est permits de reliever des inexactitudes ou des exag6rations. Qu'aucune demarche officielle WaItW faite aupr6s des administrators avant ce moment, on peut I'admettre, mals que les planters soient rests jusque-la inertes, c'est ce que les documents d6mentent. Toutefols, la champagne en vue de la d6putation provoqu6e par les adversaries de I'administration resta bor116e & un cercle si kroll et fut tenue longlemps si seerke qu'on n'en troupe pas trace avant le dernier trimester de 1788 dans la correspondence de l'intendant Barb6-Marbois '2). Enfin, la quasi-unanimit6 de I'adh6sion des plantours invoqu6e par le ComIL6 colonial est une pure 16gende.
Sansdoute, ce Comit6 all6guefi&rementen1788, en 1789, en 1790 le mandate qui lui a W conf6r6 par 4.000 colons mais do ces 4.000 signatalres, il taut d6duire cells des que1ques centaines do planters r6sidant en France qui avalent donn6 leur consentement. Une letter de la Cliambre d'Agriculture du Cap r6duit en effet h 3000 le nombre des adherents r6sidants dans la colonle elle-m me (3). L'Inten(1) Wm. juslif. de La Luzerne, ci-dessus ci(6, Arch. Parl.,XVI, 300-301.
- (2) Voir ci-dessous chap. V, VI eL VII. (3) Lettres des members du Comit6 colonial 1788-89-Dt'monciation CODtre La Luzernejer chef (4790).
- Lettres et'requkes de la Ch. d'Agric. et des colons de Saint-Domingue (1788) ci-dessus et ci-dessous cit6s.











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 61
dant Barb6-Marbols assure qu'un tiers au plus des colons s'6tait rang6 du cW des promoters. du movement (1). La requAte du Comit6 colonial n'6manalt done que de 4.000 blanco sur les 12.000 r6sidants ounon'majeurs, qui avaient des int6rMs dans File. Les signatures avaient jn me W donn6es, soit par complaisance, soit par intimidation. L'assurance avec laquelle les chefs du parti de la repr6senLation colonial pr6sentaient comme vceux publics)) des opinions indi-viduelles avait intuit en erreur m6me (k des personages recommandables par ]cur rang et leurs lumi6res)>. Des signatures avaient W sollicit6es de routes parts (2). Comme Fobservait Brissot, 11 West pas 61onnant que, dans un pays oii presque tous les blanco savaient signer, les grand planters eussent entraM6 (( tous les gens qui avaient besoin d'eux,
des n6gociants, des ouvriers des grants, une foule d'hommes qui voulaient I'Mre (3) )). A Saint-Domingue, comme a Paris, c'6tait en effet la parties des grand propri6taires hostile h Fad mini strati on qui se placa A ]a We du movement. Mais elle r6ussit h. entrainer, outre sa client le, les homes de loi et une fraction des members des professions lib6rales et du baut n6goce.
11 n'est pas douteux que I'agitation dans I'lle n'ait eu un caract re aristocratique. 11 suffit, pour s'en convaincre, d'examiner quet est le corps qui la dirige, et quels sont les personages qui component, soit les Chambres d'agriculture, soit les Comit6s provinciaux. On y retrouve, comme dans le Comit6 colonial de Paris, surtout. de riches planters. La Chambre d'Agriculture du Cap,
(1) Wni. justificalif de 13. Alarbois (4-190), p. 46. (2) Expos6 des administrators de SaiDt-Doniingue dans le pr ajnbule de l'ordonnance du 26 SepteMbre 1-88, cit( e, ei-deSSOLIS, chap. VIL (3) Lettre d'un Ami des Noirs aux d6put6s des trois orders (1789), 1). 45.











62 SAINT-DOMINGUE
organis6e en 1759, et qui se mit Ii la t6te du parti d'opposition en 1788, comptait 8 members, tous cholsis parmi les habitants', c'est-h-dire les propri6taires. De ces huit membres, 11 en est deux, Millot et OdelLicq, dont on n'a pu reconstitute 1'6tat civil. Mais les cinq autres appartenaient h la haute sociR6 dominicaine. Le president, M. de Laborie, est un des futures d6put6s de le province du Nord, et Yun des principaux avocats du Cap. Belin de Villeneuve esL chevalier de l'ordre de Saint-Michel. GullI.aume-Timoth6e de Cockbrun et sa femme Marie de Lange ont des proprik6s, caf6y6res, fours h cliaux, a Marmelade et it Fort-Dauphin. M. de Lacombe est probablement le propri6taire d'une important caf6terie A Jacmel, valiant pr s de 200.000 fr. Le secr6taire de la Cha mbre peut Atre identir16 avec Louis-Constantin d'Augy qui, par lui-mAme ou par sa femme Julie Pigeot, d6tient A Plaisance une autre caf6terie importance encore sup6rieure,360.000 fr. de valour. Erifin, Aubert de Saint-Georges:du Petit-Thouars, qui appartenalt hL la famille an-evine et poitevine bien connue de cc nom, peut passer pour un des grand propri6taires de l'ile avec ses deux sucreries du Trou et du Limb6, qui repr6sentaient un capital de pr6s de 1.700.000 francs.
11 a W 6galement possible de reconstituerau moyen des documents, les noms des members des Comit6s du Cap, de Port-au-Prince et des Cayes, et ceux des d6l6gu6s des paroisses aux assembl6es 6lectorales de ces trois villas. Ceux du premier sont au nombre de 47. La liste du second compared 23 planters ; celle du troisi me (incomplMe

(4) Uapr6s la correspondence, les request de la Chambre d'a-riculture ci0i ci-dcssui et ci-dasioui et les dossiers des ancient cottons de SaintDomingue.
zn











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 63
former do 10 noms. A Fassembl6e du Cap figurent 17 repr6sentants des colons ; A cellede Cayes 18; h celle de Port-auPrince 19 (1). On a lh en quelque sorte FRat-major du parti de la representation colonial A Saint-Domingue. A 1'exception de quelques n6gociants, magistrats, avocats et m6decinsqui sont d'ailleurs aussi propri6tairescette 61itese compose en majority de grand planters, dont plusieurs figureront parmi les members de la d6putation, tels que Lenoir de Rouvray, les comes de Chabannes et O'Gorman, le marquis de Cocherel, Vincendon du Tour (2).
D'autres noms plus obscures semblent Atre ceux de personnages places dans la d6pendance de cette aristocratic de propri6taires. Mais la pluparL peuvent Lre classes au milieu de cette galerie des (( habitants )) influents. Cc sont notamment le comte de Buckley (oncle d'un Boisguillebert descendant de Nconomiste) et le comte do Beauney, cc dernier, copropri6Laire, avec, le comte de Bailleul, d'une importante sucrerie 4 I'Arcahaye, valiant plus de 600.000 fr. Franqoise Lehray, vicomtesse de Choiseul-Beaupr6, member du Comit6 du Cap, poss6de au Quartier-Morin une sucrerie plus considerable encore, d'une valour de 712.000 fr. M. de Caradeux ain6, qui apartment aussi h ce comit6, passe avec; MM. de Saint-Martin et de Rocheblanche pour le plus grand propri6taire de la plane de Port-au Prince. 11 y a laiss6une reputation 16gendaire. En lui se personified encore pour les n gres et mulAtres d'aujourd'hul Fancien planter franQais, fastueux, violent et dur. 11 devait jouer un r6le capital dans la R6volution comme capitaine g6n6ral do la garde national de Port- 116publicaln (I'ancien Port-au-Prince) el
(4) Actes, proc6s-verbaux, etc., relatifs A ces Cowit6s et asscmbl6cs cit6s ci-dessus ebapitres VII et VIII. (2) Voir ci-dessous, chapitre VIII.











64 SAINT-DOMINGUE

allermourir A Philadelphie. Ce personage, alli6 auxfamilles aristocratiques do France, aux comes de Sparre, de Montchal, de Lastic Saint-Jal, aux marquis de Grave et Rochambeau, avait au quarter de Bellevue une mignifique sucrerie valiant 1.470.080 fr., une caf6terie et une hatte h la Croix des Bouquets repr6sentant un capital de 210-000 francs. Ses files Ursule et Louise, marines, l'une au marquis Louis de Rocheblanche, I'autre h M. de Boissonni re do Mornay, avaient requ chacune une part de ses domains princiers; la premi re une sucrerie h la Croix des Bouquets, d'une valour de 3.800.000 fr. environ, outre une caf6terie peu important, la second deux sucreries 4 Bellevue et au Cul-de-Sac, part equivalent pr s de 2.700. 000 francs.
La famille Charrier de Bellevue, dont le chef participate au movement du Cap, et dont l'ure des files est revenue comtesse de Lyonne, a des caf6teries, des briqueteries, des places A vivres, h Limonade et A la Petite-Anse, pour une valour de pr s d'un million. Jean-B,,-Collas de Maigret, un autre des promoters de I'agitation, a1116 aux families de Verteuil, de Mondenard, do la Case, a sept masons au Port-de-Paix, trois caf6teries, deux indigoteries, des hates et bois-de-bout, des places hL vivres au m6me quarter, une habitation h l'ile de la Tortue, et sa fortune global foncl reapproclie de 4 millions 1/2. Au seul quarLier du Gros-Morne, Jean-Baptiste de Cressac, member de I'assembl6e du Cap, d6tient une indigoterie, deux caf6teries, une mason valiant pr s de 600. 000 fr. Le marquis BernardLouis Dumesnild'Aussign6,anciencornmandintde dragons, 6galement d616gu6 h cette assemble, est proprikaire do
(1) Sources: dossiers des ancient colonsactes eL proas-verbaux des comit6s et asscml)16cs aux Archives Coloniales ct Nationales.











A LA VETLLE DE LA RtVOLUTION 65

caf6teries estim6es 320.000 fr. dans les quarters de SaintLouis et de Plaisance.A la veuve ou. h la fille d'un autre d6l6gu6, Guillaumeau de Flaville, appartiennent une caf6terie et une cotonnerie au quarter de Baynet, dont le prix n'est pas inf6rieur h 30"0.000 fr. M. de L6aumont, M. des Rouadi res, M. de Laville, inembres du ComI16 du Sud, Bruhier do Warvilliers, Rousseau de la Gautrale, d6l6gu6s it Fassembl6e des Cayes, Hamon do Vaujoyeux, Garesch6 du Rocher, M. de Mondion, le comte Marlianimembres duCom it6 de Port-au-Prince, sont 6-alement do riches planters.
Nombre deroturiers dans cet kat major du parh d'opposition peuvent prendre place aupr6s ou non loin de cette aristocratic du nom et de la fortune. Tels sont, au Cap, le planter Bonamy, habitant de la Grande-Rivi re, qui, du chef de sa femme, exploited une sucrerie et une caf6terie d'une valeurde pr s de 500.000 fr.; Conegut, dont la veuve, alli6e aux Vandenbrecl de ChAteaubriand etaux Damas, est on possession d'une sucrerie, d'une caf6terie et d'une coton nerie valanL ensemble 545.000 fr. h Limonade ; Ch. Fr. David, oncle d'un richissime planter, Fournier de Bellevueet lui-m6me proprikaire d'une sucrerie et d'une caf6terie, c'est-A-dire possesseurdepr6s de I million defortune territorial ; Timolkn Grasset, donL les deux caffteries et Findigoteried Saint-Louis onLplusde 600.000 fr.devaleur: Pierre Collette, dont la fortune, consistent en 4 caf6teries, I hatteet I place 4 vivresun magasin au quarter de JeanRabel, deux masons h PorL-de-Paix, approach de I million ; Franpis Lavaud, alli6 des amateurs bordelais Nairar et Ducos, d6tenteur d'une sucrerie, de 3 caf6ter;es, de masons et de hates h Port-de-PaIx et au Borgne, pour un total vision de 2 millions ; Jean Lalanne, copropri6taire,











6 6 SAINT-DOMINGUE
avec Testard de Graval, de sucreries hL Ouanaminthe d'une valour voisine de 1.500. 000 fr. ; Armand-AndrA Roberjot Lartigue, dont ]a fille, revenue baronne Lallemand, apr s avoir 6pous6 le g6n6ral de ce noml'un des companions de Leclerc a Saint-Domingue en 1802, h6ritera des d6bris do la grosse fortune paternelle, consistent en sucreries, caf6teries, masons, d'unevaleursup6r]eure a millions 1/2 (1). Au reste,,Ia plupart de ces colons, members des Comit6s ou des assembl6es qui dirig6rent le movement, ont rarement moins d'un demi-million de blens, et les qualit6s qu'ils prennent de capitaines ou commandants de malice prouvent assez qu'ils figurent au nom bre des notables auxquels 6taient r6serv6s ces titres envi6s.
Un petit nombre de magistrates, d'avocats et de procureurs m6contents les secondent et lour donnent Pappui de la pl6be qLfi depend d'eux. (( Les sergens a appointments
et a gages du Cap Frangals, d6clare en effet le gouverneur de Peynier, ont eu la plus grande influence sur ce qui s'est fait)) (1), h Finstigation des gens de loi qui les font vivre.
On remarque sans surprise, parmi les chefs du mouvement, les members de I'ancien Conseil sup6rieur de la province du Nord : Bernard de Saint-Martin, doyen de ce corps ; Dalcours do Belzunce, conseiller honoraire ; Viau de Th6baudi6res, ex-procureur g6n6iral ; Labiche de Relgnefort, aussi conseiller en cette ville, tous d'ailleurs en mAme temps grand propri6taires et members do I'aristocratle des planters. Les Reignefort, par example, alli6s des families de Pardieu., de Caradeuc, de Lestre, de Lavergne,
(4) Wmes sources. En plus, Souvenirs de la baronne Lalleniand sur 1'exp6dition de Saint-DomiDguc (Nouv. Rev. Rglrosp., XVII, 002).
(2) Rapport de Peynier pr6ciL6, 12 nov.1789, Arch. Min. Colonies, C. 9, re-. 163.
C)











A LA WILLE DE LA R SOLUTION 6-1

ont, soit A Cavaillon, soit au Gros-Morne, pour pr s de 1 million de fr. de plantations. M. de Belzunce, de son c&6, apparent aux Flamen d'Assigny, aux Lemalre de Beaumarchais, et genre du comte de Broglie, se troupe coproprikaire de sucreries et de caf6teries Tune valour global sup6rieure m6me h ce chiffre. Les grand avocats du Cap, d'Augy, LarchevAque-Thibaut, Arnauld de Marsifly, Laborie, Moreau de Saint-Wry (1), ardent atissi de routes leurs forces h cette champagne ofi ils sont suivis par leurs amis les procureurstels que Jean Lormier-Lagraveh Fort-Dauphin, et Bourgeois A Jacmel (2).
La grande majority des habitants des villas ont W tenus en dehors du movement. a Ils Wont eu, dit I'avocat Chachereau, aucune part aux pouvoirs donn6s aux 6lecteurs et n'ont en aucune mani6re contribu6 A Ia nomination qui on a W faite. On n'a meme pas interro-6 ceux qui, par leurs propri6t6s, lour kat, leurs lumi6res devaient kre consults (3). )) On n'a fait exception que pour quelques members des professions lib6rales, comme les m6decins Polony et Gentillot, les chirurgions Soll6e et Corr6jolles, qui sont en mAme temps proprikaires. Le maltre enchirurgie Frangois Corr6jollespar exemplea une mason A Fort-Dauphin, une caf6terie et des bois debut Valli6re, le tout d6passant on valour 100.000 fr. Aux Cayes, le m6decinJean Grentillot, dont la fillIe6pouse un gentilhomme poitevin, M. de la Fressell6re, poss6do en emplacements, places
(4) Actes et proc6s-verbaux des Comit6s ct assemblies, d6cembre 4788, janv.-oct.4789 ci-dessous cit6s. Dossiers des liquidations des colons.
-Correspondance de B.-Marbois, 4788, ci-dessous ci(6c. (2) LormierLagrave poss6dait A Fort-Dauphin cL h Ouanamin(he Line sucrerie, 2 maisons, etc., le tout valiant 528.000 1r. (3) Examen rapid (In cashier de dol6ances de [a colonies, etc., par M. Chachereau (4779). Bibl. Nat., Lk. 12 1229, p. 5.











68 SAINT-DOMINGUE
4 vivres, caf6terie et plantation sucri re, un capital de plus de400.000 fr., et son con fr6re Pol on y, au. Cap Fran gals, n'a pas moins de six masons au eceur de la ville, rues SaintPierre, Saint- Dominiq ue, Co nflans, Bourbon et Saint-Louis, pour une valour de plus de 250.000 francs (1).
Une derni6re cat6gorie enfin d'auxilialres des grand planters m6contents est former d'une parties des gros n6gociants, members ancient ou. en exerclee de la Chambre de Commerce du Cap, ou habitants des autres ports, comme G6rard aux Cayes, Camfraneq h Port-au-Prince. Ils sont d'ailleurs eux-m mes propri6taires de plantations. Parmi les members des Comit6s et des assemb]6es 6lectorales, on voit done figurer des commergants, tels que JeanBaptiste Auvray et Etienne Lef6vre, retires des affalreset qui sontl'un planter A la Petite-Anse, I'autre copropri6taire d'une mason au. Cap et d'une grande sucrerie au TerrierRouge, le tout d'une valour de 2.207.000 fr. environ. Un autre, Pierre Bertrand, outre ses masons du Cap, estim6es 230.000 fr., a des propri6t6s au quarter de la Marnielade. Jacques Aubert, comme lul n6goclantau. Cap, et mM6 A ces 6v6nements, poss de au QuarLier-Morin une caf6terie de 830-000 fr. Un autrecommergant, qui joue hL Port-au-Prince un r6le acLif, Jean-Baptiste Camfraneq, d6tient, solt seul, solt avec ses associ6s les Th6san, des masons et des emplacements dans ]a capital de l'ile et une caf6terie a la Croix-des-BoLiquets, le tout pour une valour approximative de 700.000 fr. Son 6mule, Jean-Daniel Chaudruc, outre ses immeubles du Cap, est le maitre de tout ou parties d'une

(4) Dossier des in(ICMD46S accord6es allX COIODS. Actes et proc s-verbiux in6dits des comit6s et ass. cit6s ci-dessous-Nks Moreau Saint-Wry, (fonds Advielle nos i86-r9o. Bible d'Arras, Mss).











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION
caf6terie h I'Acul et d'une grande sucrerie h Ouanaminthe, le tout valiant pr s d'un million. Jean Lalanne, member de la Chambre de commerce du Cap, est sans doute le copropri6taire ou le seut possesseur de deux sucreries a Ouanaminthe, de deux caf6teries et d'une savage au quarter de Rabel, d'une valour global de 1.600.000 fr. environ (1) .
Telle 6tait la composition du part] de ]a representation colonial. Ces constat.ations suffisent pour montrer son v6ritable caract&re. Compose d'616ments divers, unis par un m6contentement common centre les pratiques ni me uhles de Fadministration ou du pouvoir central, 11 n'avait nullement ralli6 la masse des planLeurs ou des habitants. Ind6pendamment des n6gres enclaves, aUxquels nut ne songeait, les homes de couleur 6taient naturellement les adversaries de cette oligarchie former de leurs pires ennemis et qui allait d'ailleurs leur fournir par ses imprudentes d6marches un moyen puissant de revendicahons. Bien plus, les deux tiers des blanco ne pactisaient point avec les promoters du mouvemenL. Les fonctionnaires de tout ordre, officers, magistrates, commis, carpenters, en nombre considerable, connaissaient trop les vraies tendances du parti de la representation pour se solidariser avec des homes qui travaillaient centre eux, La plupart des habitants des villas, ces 4. 000 chefs de comptoirs, commissionnaires, artisans, que Faristocratie des planters m6prisait et dont les int6r6ts 6taient diGrents des siens, se tint ou fut tenue soigneusement A I'6cart. Enfin, la plupart des membres de la classes des planters, soit residents, soit non-r6sidents, d6sapprouvait Fagitation organis6e par la minority.

(1) Wmes sources; de plus, re(jukes de ]a Ch. de commerce du Cap Fran(;ais(1788), cities ci-dessous.











70 SAINT-DOMINGUE
It y avait, soit en France, soit dans la colonic, de grand propriftaires, tels que les marquis de Massiac, de Galliffet, de [a Rochejacquelin, de la Roche fo u cauld Bayers, les comes d'Argout et de La Borde, le vicomte du Chilleau, les Duval-Sanadon, futures organisateurs de la Socidtd coy-resl)ondante des colons franfais en juin 1789 (1), qui d6sapprouvaient la m6thode pr6conis6e par les planters du Comild colonial et qui voyalent dans l'octroi d'une representation colonial un present funeste pour la tranquillit6 de I'lle (2).
Quand le Comit6 colonial de Paris et ses adherents de Saint-Domingue essa&ent de provoquer un p6titionnement g6n6ral, la plupart des propri6taires montr rent peu d'empressement h accepter cette id6e. (( Un tr6s grand nombre refus6rent de signer )) les pouvoirs accord6s au comit6 de la rue de Provence. Une requAte revAtue d'un grand nombre de signatures fut mAme adress6e h l'intendant Barb6-Marbois. Les propri6taires ((y formalent des vceux
pout que le calme dont la colonle avalt joul jusque-lh ne fAt pas trouble. Its t6moignaient leurs alarms sur les maux auxquels elle pourralt Atre expose, s'il pouvait d6pendre d'un nombre d'individus quelconques d'adresser A deux mille lieues des representations h Sa MajeW t( au norn des colons )). Its d6niaient au Comit6 colonial et aux Chambres agriculture le droit die supposed aux habitants (( des vues, des d6sirs qu'ils n'avalent pas mani(( fest6s )), de solliciter a pour eux de pr6tendus advantages )) auxquels leur (( Moignement et la difference de regime leur

(1) Voir ci-dessous, dernier chapitre. (2) Rapport de B.-Maibois, nov. 1788, ci-dessus Wmoire de Duval-Sanadon (20 aofit 4789) lu A ]a soci6L6 Massiac, Arch. Nat., D XXV, 85.











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 71
interdisaient d'aspirer et qui pouvaient meme leur devenir funestes )). Us d6nonQalent les manceuvres du parti de la representation, qui, 4 I'aide de quelques consultations juridiques sur une question (f purement politique )), pr6lendait disposer du sort d'une immense colonle et se pr6sentait comme le mandataire de (( 25.000 citoyens libres )), dont it eOt W fort en peine de montrer les pouvoirs valuables. Its affirm-aient enfin que les pouvoirs dont le Comit6 colonial se targuait n'6manaient que de quelques individuals qui pr6sentaient comme v vceux publics )) des (( opinions particuRres (1) )). Plus clairvoyants que les partisans du mouvement., ces colons se seraient contents d'obtenir pour SaintDomingue des r6formes conc6d6es par vole administrative et la facult6 dont jouissait. hL Londres la colonle anglaise de la JamaYque, c'est-h-dire le droit d'avoir h Versailles une agency charge de d6fendre leurs int6r6ts auprbs du gouvernement m6tropolitain (2).
Comme I'affirme Barb6-Marbois, les deux tiers au moins qes blanco se trouvaient done en d6saccord avee le Comit6 colonial de Paris et ses adherents (3). Cette affirmation concorde avee celle que present rent A la fin de 1789 les colons propri6taires de Saint-Domingue par 1'entremise du GpW de Nantes, Blin. Its observaient que le plus grand nombre des blanco 6tait rest6 stranger hL toute cette agitation et que la plupart y avaient m me W countries. (( Uile,
disaient-ils, est peupl6e d'environ 25.000 blanco; nous estimons qu'en. mettant h Fkart les femmes et les nonmajeurs, environ 12.000 planters et auLres avaient le (4) Expos6 du pr6ambule de Yordonnance du 26 d6c. 4788. Rapports de B.-Marbois, 10 d6c. 1788, cit6s et analysis ci-dessus, chap. V11.
(2) Wmoire de Duval-Sanadon, eit6 ci-dessus. (3) IN16uioire justificatif de B.-Marbois (1790), p. 16.











72 SAINT-DOMINGUE
droit de voter en cette circonstance. De cc nombre 4.000 seulement paraissent avoir d6sir6 une repr6sentation et de manl6re ou d'autre fait le choix des d6put6s. )) Les promoters du movement De se composaient done que (( d'un hers des habitants )) ; et n'exprim rent (( ni le vceu g6n6ral ni le vcou pr6pond6rant en nombre (1) )).
Ainsi, le parti de la representation colonial n'6tait en r6alit6 qu'une oligarchic de grand propri6taires inquicts ou m6contents qui avalent su rallier dans le haut commerce et parml les members des professions lib6rales quelques auxilialres, 6tat-major dont la petite arm6e se composite de quelques millers de planes plac6s daDS la client6le et sous la d6pendance de Paristocratie des planters. Loin d'Otre, comme dans ]a m6tropole, &I A une pouss6e de la bourgeoisie et du people, seconds par une fraction des classes privil6gi6es, le movementt hL Saint-Domingue partait d'une ploutocratie d'habitants, seconds de leurs clients b6n6voles ou forces. En France, Ia masse de la nation se prononcait avec un 61an irr6sistible pour la reunion des Etats-Gkftaux., c'est-d-dire pour Pinstrument des r6formes profondes. A Saint-Domingue, une fable rninorit6 seule, revendiquait le droit de representation, comme une arme centre les atteinLes qu'elle redoutait pour ses privileges, sans se outer qu'elle allait ainsi porter h sa domination le coup motel.
(1) Win. de 300 coloDs de Saiut-Doniinguc lu par Blin, 26 nov. 1789. Arch. Parl.,V111, 265.











A LA VEtLLE DE LA R EVOLUTIONN 3'


CHAPITRE V
La Formation et le Programme du Parti
de la Reprdsentation Coloniale;
ses premieres Manceuvres, (mars-aofit 1788).

Lorsque le parti Topposition manifesta ouvertement ses vues dan' les derniers mois de 17881, I'admi nistration se trouva-prise au d6pourvu. Elle avait ignore jusqu'en septembre le travail souterrain accompli centre elle par le Comit6 colonial organism A Paris et par les Charribres d'agriculture, aid6es de leurs adherents secrets, dans 111e. La correspondence de Barb6-Marbols signaled sans doute, en mai et juin 1788 une certain (( fermentation h Saint-Domingue mais 11 la croit localis6e dans la province da Nord et limited 4 la question de la r6forme administrative. Rien dans ses letters ne laisse voir la moindre apprehension au sujet de la champagne occult men6e par les opposants en vue d'obtenir une d6putation aux Etats-Gh6raux, dont 1'6ch6ance paraissait d'ailleurs alors encore 6loign6e. Le gotivernement central ne semble pas non plus pr6occup6. Les colons, d'apr6s le ministre de la marine La Luzerne, n'ont fait encore aucune demarche aupr6s de lui (1). Dans les instructions qu'il address au nom du roi au gouverneur, le marquis du Chilleau, avant son depart (le' aoAL I "188) (2), et oii est trac6 un tableau d6taiII6 de [a situation de SaintDomingue, on ne troupe pas un mot, pas une allusion a la
(1) Wrn. justific. de La Luzerne (1790) pr&U6, Arch, Nat., D. XXIX, 98, Arch. Parl.,XVI, 300-301. (2).Wnioirc du roy pour serv. d'instr. au s. Do Cbilleau, 4er aodt 1788, Arch. Min. Colonies. G. 9, rew. 160.











71 SAINT-DOMINGUE
question de la representation colonial. L'agitation provoqu6e par les innovations administrative tent6es dans I'lle apparaR 6videmment comme superficlelle et sans port6e au pouvoir central. C'est cependant h Fabri de ces revendications que les opposants masquaient leur project. lis connaissalent ]a force de resistance dont Fadministration disposalt. Ils esp6raient sans doute la vaincre, en int6ressant
4 leur cause les futures Etats-Wnkaux.
Tandis qu'a Paris se constituait le Comit6 colonial et qu'il prenait FinitiaLive du p6titionnement des colons r6sidants dans la m6tropole, & SaiDt-Domingue la Chambre d'Agriculture du Cap provoquait un movement semblable aupr6s des planters et de leurs agents (1). Elie se pr6tendait h6riti re des anciens Conseils coloniaux composes des d6l6gu6s des planters et invested du droit de faire entendre les vo-ux des administers (2). C'est pourquoi, d6s le mois de mal 1788, elle dressait en quelque sorte le programme de leurs revendications. Elie Fa d6jh arrW ail moment oil elle ((a apprise la grande nouvelle dela procaine (( assemble des Mats-Wn6raux )) Ce programme est surtout expression des plaints et des rancunes particuli res des grand planters et de leurs auxiliaries momen tan6s, magistrates, gens de loi, grand n6gociants. Ills veulent, disent-ils ((faire entendre les r6clamations de leur (( experience pour le bien de ]a commune )). Mandataires d'une colonies qui a prouv6 sa vitatit6 et ofi quelques milfiers de Francals ont montr6 qu'ils 6taient capable (( 6 eux
seuls de cultiver 200 lieues de c6tes, de former des milliers de mateloLs et de faire, eirculer cheque ann6e plus
(4) Note A la fin de la requke du 31 mai 1788. (2) Lettres du 43 mai et du 10 &c. 1788, cities ci-dessous.











A LA VEILLE DE LA R SOLUTION 75
de deux cents millions d'un p6le h I'autre )), ils entendent qu'on cesse de les trailer en miners, places sous la tutelle administrative. Us se plaignent de l'instabilit6 et de Farbitraire de leur government. (( La colonies de Saint-Domingue a W assez malheureuse depuis 50 ans, pour avoir W gouvern6e par 24'gouvernants et par 16 intendants.
La plupart d'entre eux en arrivant ne connaissent rien au government de File, h sa culture, 4 ses usages.
Chacun d'eux a 6L6 rappel6 au moment oft 11 commengait h We instruct; avant de 1'6tre, chacun d'eux avait ordtnairement supprim6 routes les institutions de son pr6d6cesseur. De ce changement perp6tuet de syst6me, il est r6sult6 tant de maux que 1'existence de la colonies est une espke de probl6me. )) Le rem6de consisted h cr6er des Assemblies colonials p6riodiques, composers non de forictionnaires, mais de propriglaires, cholsis librement par les colons; ils serviraient de conseillers d6vou6s et iWgres aux gouverneurs on intendants, leur donneraient des (( avis salutaires ) et ils mettraient dans I'administration Fespri.t. de suite qui y fait default. Ainsi serait 6tabli une sorte de contr6le de I'aristocratie terrienne sur les ad mini strateurs. D'autre part, la Chambre d'Agricultur'e -soutenue par la majority des habitants de la province du Nord formula une 6nergique protestation cohtre les r6formes judiciaires inaugur6es dans I'lle et qui ont bless vivement les int6r6ts locaux ou particuliers. La fusion des deux Consells sup6rieurs en un seul, qui a W 6tabli h Port-au-Prince, est repr6sent6e comme une calamity. La prosp6rit6 et la s6curIt6 de la colonies exigent la protection de la loi, la presence de magistrates 6clair6s, et int6gres. Cet advantage que les colons goiltaient jadis est perdu pour eux depuis que les











SAINT-DOMINGUE
magisLrats du Cap, (( les patriarchs de la famille colonial sont disperses, depuis qu'un seul tribunal 6voque h lui les causes d'un grand Einpire et force tous les propri6Laires a quitter leurs manufactures, leurs enclaves, leurs femmes et leurs enfants pour entreprendre des voyages p6rilleux qui rulnent a la fois la fortune et la sanL6 des mallieureux )) obllig6s d'aller d6fendre leurs propri6t6s deviant la justice.
C'est en ces terms patli6tiques quesous le solell tropical, des imaginations surchauff6es d6noncent les perils d'un voyage du Cap-Frangais h Port-au-Prince. Le r6glement qui a uniI6 les Conseils sup6rieurs a provoqu6 (, des mallieurs affreux )) des pertes (( irr6parables et des vexations inou'fes )). Au contraire, la f6licit6 publique eL la r gne de la justice renaltrontsi,,au lieud'un seul tribunalon en cr6e trois en r6tablissant celui du Cap et en fondant le troisi6meConsell aux Cayes-Saint-Louis. Au lieu de magistrates de professsion, Faristocratle fournira les members de ces Cours. Les propri6taires (( ais6s, non sLipendi6s )), servant (( par honneur )), r gleront les proc s de plus en plus nombreux, sans passion et sans aucun frais. Ainsi, maltres de Fadministration et de la justice, les grand planters gouverneront c'est la conclusion qu'lls oublient de d6gager (1).
Ces deux points principaux. du programme de Faristocratie colonial sont accompagn6s d'autres re vendi cations. Les deux Conseils sup6rieurs de Saint-Domingue avaient la mission d'imposer, de r6partir, d'administrer les taxes municipales et d'en r6-lerl'emplol. Ces taxes 6taient destinies

(1) LeUre des colons de SaintDomingae, 31 mai 1788, copie manuscript, Arch. Alat. BUT 435fos 1 A 77; irnp.15 pages, Bibl. Nat. Lk. 12 123. Lettre de la Chambre d'Agr. du Cap, 10 sepL. (1788), cit6e ei-dessus.











A LA VEILLE DE LA RLWOLUTION 7 _7
A payer les pensions des cur6s, la solde des troupes do mar6chauss6e, h acquitter les d6penses des ports et 4 rembourser aux planters le prix des n gres ex6cut6.s ou tu6s A ]a chasse. Avant la reunion des Conseils, il y avait deux Calsses qui centralisalent les fonds municipaux. Aud6but do 1788, lorsque les Conseils eurent W r6unis en un seul, les magistrats du tribunal 5up6rieur du Port-au-Prince r6dig6rent un r element ordonnant la reunion des deux caisses municipales en une seule (13 mars), et la suppression des droits curiaux West-h-dire parhcull recent testiness au treatment des prkres) qui n'6talent pr6lev6s que dans la province du Nord. Une ordonnance de mai confirrna cet arrk qui 6tablissait des r glqf uniforms d'assiette, de percepLion et de comptabilit6. C'est centre cette r6forme que s'61evait la Chambre d'ariculture du Cap; elle pr6f6rait le return A Fancienne duality.
Elle protestait aussi au nom de la colonies centre le rel6yement du taux do la, capitation quo les planters payaient h I'Etatpour cheque n6grodeleur habitation. Cet irn p6tabaiss6 de 30 s. h 20 s. en 17 87, sur les r6qui sitions de Franqois de Neufchdteau, alors procurer g6n6ral au Conseil du Cap, avait W relev6 h 3 1. par le Conseil sup6rieur de Port-auPrince, le 14 mars 1788, pour la dur6e d'une ann6e seulement, en viie de souvenir aux d6penses qu'exigeaient des travaux publics urgent, h Faccroissement des forces de police rklam6 de tous c6t6s, et au d6ficit caus6 par la sup pression des droits curlaux dans la province du Nord (1). MOme momentan6, cot accroissement de taxes m6contentait
(1) Correspondance de Barb&Marbois, 4788 (Archiv. colon.) cit6e ci-des, sous. -MMioirejaglificatif da indine (1790) (coll. Carr6), p. 49; Bibl. Nat, Lk., 12/79.-Pamphteti nti tu]6 Confession g9n&ale por I'a ate ar Wan Af ot ti Voreille (1788, fiD, date probable), p. 12, Bibl.,Vat.Lk. 12 128.











18 SAINT-DOMINGUE
les grand planters qui, d6tenant des troupeaux de 4 h500 enclaves, se trouvaient obliges de payer une surcharge importante. Ils s'agit rent et, le procurer g6n6ral La Mardelle ayant overt des poursuites centre les marquilliers, notables des paroisses qui remplissaient les functions de collectors b. Saint-Domingue, on fit h Fadministration un grief des brutalit6s dont avaient fait preuve les troupes et les agents du pouvoir. Un planter du nom de La Faucherie, charge de la collected, avait., disait-OD,, W d6crW de prise de corps, saisi malgriS son kat maladif, empriSODn6 au Cap pour ri avolr pas vers6 37.000 fr., dont il 6tait responsible, malgr6 une caution de 10 millions qu'offrait la paroisse pour obtenir la mise on liberty de son marguillier (1).
Un m6contentement encore plus profound animait le parti Topposition conLre les modifications apport6es au regime 6conomique et social de la colonies. Le Conseil sup6rieur do I'lle avait abrogiS un r6glement de 1776 qui assurait aux concession naires la proprikiS de leurs plantations, pourvu qu'lls eussent rempli les formalit6s l6gales, fait carpenter leur terrain et form6 lour Rablissement, c'est-h-dire commenc6 1'exploitation. 11 avait eu l'id6e fAcheuse d'admettre le droit de pr6f6rence des ancient concessionaires sur les nouveaux, alors m6me que ces deniers s'6taient empress6s de mettre en valour les portions du domain public n6glig6es par les premiers. La Chambre agriculture du Cap protestait avec reason centre une measure favorable a la multiplication des proc6s, au grand profit des arpentours, qui colloquant plusieurs particuliers sur le mome terrain )) recornmen aient plus solvent leurs lucrative

(4) Confession gengrale, par Fauteur d'un Mot A Foreille, p. 43 (5e grief).











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION _79
operations, et au b6n6fiee de la chicane, dont les arpenteurs se faisaient les pourvoyeurs. (f Les inconv6nients )) de ces measures, avoue Barb6-Marbois, (, s'kalent multipli6s )), et il convenait qu'une r6forme urgent s'imposaiL a cet 6gard.
Non moins fondue 6tait la champagne des colons contre les abus (( des reunions )) On d6signait sous ce nom le return des concessions au domaine public prononc6 par le Tribunal tei,?-ie), er66 en -1766, qui se composite des administrators et de trois juges du Conseil sup6rieur. Edict6es en raison d'infractions aux ordonnances, pour d6faut de d6frichement dans les trois ans, pour omission de formatIL6s co. pliqu6es, pour n6gligence dans I'am6nagement des reserves en bois ou en cultures vivri6res, les reunions ouvraient en effet la voie h Farbitraire administratif. Les abus qui en proviennent, declare le gouverneurDuChilleau dans sa correspondence,,( font fr6mir)). lis mettent le (( d6sordre dans les families )). La crainte de la d6ch6ance oblige les planters h hdter Uvreusement Fexploitation, et les conduit h la ruine, parce qu'ils sont oblig6s d'acheter A un prix exorbitant les instruments de culture, notamment les n6gres, et de se procurer les capitaux A un taux usuraire. La r6vision du regime des ?,Mnions ou de la procedure des d6ch6ances entrant done pour une part dans le programme des planters (1) .
Ils y avaient 6galement introduit celle des r6glements commercial qui formaient dans leur ensemble le pacte

(1) M6m. de ]a Ch. d'agr, du Cap (relatif aux concessions), Jer aolit 1788, Arch. Colon. C. 9, 2e s6ric, carton 38. -Confession g n rale par I'auteur d'un Mot h Forcille, p. 18, Corresp. de Barb6-Marbois, 5 d6cembre 1788 et de Du Chilleau, 16 mars et 9 mai 1789, Arch. Minis. Colonies, C. 9, reg. 161-163.











80 SAINT-DOMINGUE
colonial. Ils se plaignaient du monopole accord au commerce metropolitan pour le transport de leurs products et pour la furniture des denr6es alimentaires ou des objets manufactures. Les n6gociants de France pressuraient les colons : ils pr6levaient, assuraient ceux-ci, pour le fret 25 0/0 de la valour du sucre, et tiraient de leurs navies jusqu'h 100 0/0 de b6n6fice annual, tandis que le planteur obtenait h peine 7 0/0 de exploitation du sol. De plus, la m6tropole drainalt ainsile num6raire de la colonies. Le &16gu6 de ]a Chambre d'agriculture du Cap r6clamait en consequence 1'6tablissement de paquebots ou transports subventionn6s par I'Etat qui seraient charges d'apporter a Saint-Domingue les denr6es ou approvisionnements de la colonies et qui pourraient recevoir en return le sucre, le caf6, l'indigo et le coton exp6di6s par les colons. Cette concurrence am nerait la baisse du fret. Les gabarres et fl6tes de la, marine royale, pourraient We employees au m6me objet (1). Plus vives encore 6taient les r6criminations tant de fois renouvel6es depuis un demi-si6cle centre la prohibition des marines 6trang6res, centre l'interdiction du libre commerce aver, les Am6ricains et les Anglais, centre la 16.gislation draconlenne qui frappait le n6goce interlope ou de contrebande (2). Comme le disait la Chambre d'agriculture du Cap, promotrice du movement, a le moment )) semblait venu. (( d'assurer au colon dans sa personnel et
dans ses biens cette llbert6 sous la loi et par la loi que la forme actuelle de leur government ne leur garantissait a pas assez; de proposer tout ce qui pouvait tenure A la
(1) Qorrespondance et m6moires de Barr6 de Saint-Venant, &16gu6 de la Ch. d'agr. du Gap. 4788, juin-juillet. Arch. Colonials, C. 9, 2e s6ric, carton 38. (2) Confession g n&ale par I'auteur d'an Mot et l'oreillepp. 4 Ot 9.











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 81
a perfection de leur culture et au juste 6quilibre des deux
esp6ces de commerce que leurs besoins et leurs productions appelaient (1). ))
Cette emancipation 6conomique fort avantageuse aux propri6laires Wentralneralt nullement Foctroi de NgallW ou de la liberty aux classes asservies. Au contraire, les planters entendaient maintenir rigoureusement leurs drolis de propri6t6 et leurs privileges de caste. Its ont Forgueil de race du blaric au point de se d6clarer tous nobles, et Its se garden bien de laisser supposed qu'h c6t6 d'eux se trouvent des homes libres, les mulAtres, qui revendiquent 1'6galit6. '
Its accusent Fadministration d'incurie parce qu'elle ne prWge pas avec assez de rigueur leurs biens. C'est ainsi qu'ils voudraient qu'on ex6cutAt sans piti6 les ordonnances. relatives aux vols de chevaux et de mules. Ces animaux, laiss6s libres dans les savanes et dont le prix A SaintDomingue 6tait tr s 6lev6,tentaient solvent la cupidity des voyeurs. Quand on prenait ceux-cl, it 6talt d'usage de leur infliger un chdtiment exemplaire. Ainsi, en 1782, pour vol (( d'un bourriquot )) un n gre et un muldtre. libre 6taieDt condamn6s au fouet, 4 la marque et 4 neuf ans de gal res. Barb6-Marbois et Lamardelle ayant en 1788 n6glig6 d'appliquercette p6nalit6 excessive h.desparticuliers soup onn6s, mais non convaincus d'un vol de ce genre commis sur les habitations Collet et d'Harcourtle parti d'opposition fl6trissalt leur faiblesse et d6clarait hautement qu'on ri gligeait d'assurer la s6curit6 des plantations (2).
(1) Lettre du 10 d6cembre 4188, cit6e ei-dessous. (2) Confession g6n9rale par I'anteur d'nn Not et I'oreillep. 47, d'apr s une leltre datee flu 6 sept. 1788 adress6c A M. G., president du GoDscil sup6rieur du Cap A Paris.











82 SAINT-DOMINGUE
Bien plus, les planters soupgonnaient I'administration royale de fdcheux desseins, parce qu'elle cherchait A restreindre Fautorit6 arbitraire des maltres sur leurs eselaves. D6jh, en vertu des ordonnances des 3 d6cembre 1784 et 24 d6cembre 1785, les administrators s'6taient effore6s d'introduire plus d'hurnanA6 dans le treatment iDflig6 A la population servile.Ils avaient iDterdit le travail des dimanches et fUes, prescrit pour les n gres aux jours ordinaires un repos de midi h deux heures, prohib6 le labour de nuit, ordonn6 un regime plus doux pour les n6gresses et pour les m6res de families et femmes enceintes. Dans cheque habitation, les n gres devaient recevoir des jardins en vue d'assurer une nourriture abondante & leur famille. Des Otements convenables, des h6pitaux en cas de maladies leur 6taient assigns. Enfin Vemploi du bdton, la mutilation, les s6vices entrainant la mort 6taient formellement d6fendus., et ]a peine du fouet r6duite 4 un maximum de cinquante coups (1). Ces prescriptions excellentes avalent W bien accileillies par une parties des blanks (( qui suivaient un regime assez semblable avant Pordonnance )) et n'avaient fait que (( le continuer depuis )). De concert avec eux, les administrators s'efTorgaient (( de mod6rer les rigueurs et d'emp6cher Finjustice des chAtiments )). Uordonnance (( Wkait pas un vain 6pouvantall )) ; elle avalt perms aux tribunaux (( de poursuivre des coupables : Fernbarras et Fincertitude des proc6dures se trouvaienL moindres, parce que la nature du d6lit 6tait mieux d6finic )). Mals un (( parti plus puissant encore )) opposite hL ces am6tiorations une vive r6sis(1) Ordonnances du 3 &c. 4784 et du 24 d6e. 1785, dans Moreau de Saint-Wry, Loix et Constil. de Saint- Dorn injite, VI, 655 et 918.











A LA VEILLE DE LA R9VOLUTION 83

tance (1), solt que bon nombre de propri6taires n'admissent aucune restriction h leur autorit6 sur leurs enclaves, soit que les babitudes de la vieille discipline servile convinssent mieux A leur nature ou h lour esprit de routine. En mars 1788, un planter du nom de Maguero ayant commis des atrocit6s inoules sur les n gres de son habitation, I'intendant voulut faire un example ((efficace et 6clatant (2) )). Il en avait d6jh fait quelques-uns. On le r6cusa, et, ajoutet-ill des crimes 6videmment prouv6s demeur rent impunis Une sorte do complicity unissail les planters les plus f6roces. (( 11 est, disait Barb6-Marbols, presque impossible de prouver la barbaric des maltres enters leurs enclaves, parce qu'lls n'ont d'autres t6moins que des blanco aussi coupables qu'eux ou des n6gres dont le cc t6moignage n'est pas regu en justice. )) Les administrateurs avaient alors recourse h un moyen de police arbitraire. Us embarquaient de force les coupables pour la France. Mais ils s'exposaient ainsi 5, (c des accusations d'injustice et de tyrannl'e (3) )). Sans doute, le parti d'opposition ne se composaitpas Ulliquement de propri6taires barbares ; 11 n'est gu6re douteux qu'il ne se trouvdt parmi eux des homes d'dme aussi g6n6reuse que parmi leurs adversaries. Mais ils 6taient soutenus par cette fraction des vieux colons qui entendalent ne pas laisser limiter lour autorit6 absolute, et eux-m mes allaient d6clarer h la Constituante que Vint6rk du maltre devait rester la seule garantie, de I'humanit6 enters 1'esclave.
Aux accusations dIrIg6es centre elle, I'administration

(1) Rapport de Barb6-Marbois Castries et A La Luzerne, 6 d6c. 4788, Arch. Colon., C. 9, 2e.s6rie, carton 38. (2) Rapport de B.-Alarbois, 20 mars 1788, Arch. Colon., C. 9, vol. 160. (3) Rapport du 6 d6c. 1788.











84 SAINT-DOMINGUE
opposite excellence des r6sultats qu'avaient obtenus ses r6formes, et en tout cas la droiture de ses intentions. Mats repr6sent6e aux Antilles par un homme d'esprit clairvoyant et de caract6re 6nergique, elle ne 1'6tait en France que par des bureaucrats tents et compasses dont to chef, La Luzerne, Wavait ni esprit de decision, ni autorit6. Au milieu des embarrass de la revolution enmarche, les ministries Brienne et Necker avaient d'ailleurs d'autres preoccupations que celles d'une revision des r6glements coloniaux.
Lour resource fut cello des governments fables : le syst6me des ajournements. Loin de satisfaire Saint-Domingue en lui octroyant au plus t6t des Assembl6es colonials, au moment ni me ofi le regime des Assembl6es provinciales 6tait g6n6ralistS en France, I'administration se borna h r6diger en silence divers projects qu'elle ne mit pas h ex6cution (1). Elle permit pr6s do deux ans 4 paperasser et h attended.
Ses meilleures measures furent mat interprWes. L'excellente gestion finance re de Barb6-Marbois, qui avait valu (a Saint-Domingue la millions de dettes,
1'6quilibre budg6taire, Iia creation d'un fonds de reserve de 1.500.000 fr., ]a publicity des contracts et des marches, 1'6tablissement d'une comptabilit6 s6v6re, lui avaient attir6 plus d'inimiti6s que de reconnaissance. 11 avait poursuivi des"comptables infid6les. Le public Paccu sait de raider et d'inflexibilit6. It s'kait permits de resister aux qu6mandeurs qui avaient pris la douce habitude de se fare consentir des prAts et aux fonctionnaires qui pr6Lendalent obtenir des advances sur les caisses publiques. 11 eut pour ennemis
(1) CorrespondancedeB.-Marbois etdeduChilleau, 1788-1789, Arch. Col., G. 9, reg, 160 A 163; C. 9, 2e s6ric, carton 38 projectss d'Ass. coloniale,











A LA VEILLE DE. LA RI EVOLUTION 85

publics ou secrets ceux qu'il avait ainsi froiss6s ou g6n6s. 11 excitait les plaints des homes qui profitaient auparavant du gaspillage. L'unificahon des caisses municipales Iiii fut reproch6e. L'arrestation du sieur. de La Faucherie, A laquelle, assurait-il, it 6tait rest6 stranger et qui 6tait sans doute I'oeuvre d'un subalterne trop z616, le fit passer pour un tyran. On oublia 'les am6liorations qu'on lui devait : la police double au Cap, cr6k h Fort-Dauphin et a Port-de-Paix ; les grand travaux d'utilit6 publique, embellissements, fontaines, chemins, routes, ponts, services de transports inaugur6s, pour ne se souvenir que d'une surcharge temporary de la capitation (1). Les admi-nistrateurs de Saint-Domingue signalaient A la, m6tropole I'urgence d'une r6forme du r6g[me des concessions et des reunions (2). On leur impuLa les retards apport6s a leurs requRes par le pouvoir central. 11 n'kait pas en leur pouvoir d'abroger le pacte colonial, dont ils 6taient tenus de faire ex6cuter les prescriptions, et dont ils essayaient d'att6nuer les fdcheux effects. C'est ainsi que BarM-Marhois, grdce au. fonds de reserve dont il avait pris initiative, put organiser au Cap et h Port-au-Prince des magasins oa il accumula en juillet 1789, au moment de la diskette, jusqu'h 300.000 fr. de marines achet6es h 132 et 150 livres, et qu'on revendit au. public 120 livres le quintal, de mani re h emp cher la chert6 du pain (3). Pas plus qu'en France, le public ne comprenait h Saint-Domingue ces measures administra(1) Rapport de Barb6-Nfarbois sur son administration, 3 d6cembre 1789, At-ch. Colon., C. 9, reg. 163. A16moire justificatif du rn me, 58 p. in-40 (1790), Bible Nat., Lk. :!2 179. (2) Notarnment letter de B.-Marbois, 5 d6cembre 088, Arch. Colon., C. 9, reg. 161. (3),Rapport... du 3 ddcembre 1789, pr6cit6.











86 SAINT-DOMINGUE
Lives, qui valurent seulement h l'intendant Faccusation. de favorlser Fagiotage.
Le principal grief du parti opposition, A savoirla fusion des deux Consells sup6rieurs, ne semble pas avoir eu. de fondement plus s6rieux. Sans doute, les planters de ]a province du Nord pouvaient soutenir qu'on avait ainsi 61oign6 la justice des justiciables (4) ; mais que penser de Argument tir6 des dangers d'un voyage du Cap a Port-auPrince pour les colons ? La reunion des Consoils avait W en r6alit6 accompagn6e d'une r6forme judiciaire qui 16sait des int6rAts particuliers, mais au b6n6rice de FintftR g6n6ral. Telle est du moins la th6se des administrateurs et Ils I'appuyaient par des faits. Le Conseil unique de Port-auPrince, astreint h plus de r6gularit6, jugeait dans le m6me intervalle autant de proc6s que les deux anciens r6unis. Le nombre des appeals Mait tomb6 en 1788 do 1900 h 600, par suite de Faccroissement de la compkence des s6n6chauss6es et tribunaux de Ve instance. La procedure 6tait revenue plus rapid et plus claire. Avec I'ancien syst me, certain proc6s trainaient depuis quarante ans. On avait coup6 court a ces abus, et diminu6 les frais 6normes du regime ant6rieur. Le procurer g6n6ral Lamardelle 6valuait A I million la reduction de ces frais (2). ( Les changements qui ont eu (( lieu, avoue Barb6-Marbois, ont m6content6 la parties du ((Nord)) ; il (( est natural que lesjusticiables regrettent Favantage d'avoir un tribunal souverain 4 leur port6e et s'affligent do ne Favoir plus (3) )). Mals, ajoute-t-11 dans un autre rapport, la r6forme judiciaire (( est un des plus beaux pr6(1) Rapports de Barb6-Marbois et de Lamardelle, 23 mai, Jer et 2 juin, 6 nov., 11 d6c. 4788, Arch. Colon., C. 9, reg. 160; et 2c s6rie, carton 38.
- (2) Lettre de B.-Marbois h Castries, 7 nov. 4788, Arch. Colon., C. 9, 2t, s6ric, carton 38.











A LA VEILLE DE LA R EVOLUTION 87
sents que le government ait pu faire A ses colonies. La justice est rendue promptement. La procedure est simpliUP A un point dont ne peuvent se fare une id6e ceux qui ont I'habitude de celle, du royaume, et cette simplification n'a pas nut h Finstruction )). On a pu venir h bout des lenteurs des procurers et avocats; la chicane a perdu bien du terrain, et le nombre des proc s a diminu6 de (( molti6 (I). ))
Les am6liorations detour ordre n'eurent d'autre effet que de enforcer le parti de ]a representation colonial. Ce parti fut le syndicate des m6contents de Saint-Domingue. Les grand planters, 16s6s dans leurs aspirations ou leurs int6rks, s'unirent aux n6gociants et aux gcms de loi pour mener la champagne centre I'administration. Le haut n6goc:e du Cap avait obtenu en 1761, pour les comer ants, la permission de s'assembler et de former une sorte de bourse de marchandises. 11 avait dejh demand auparavant Finsfitution d'une Chambre de commerce analogue hL celle des grades villas du royaume. 11 renouvela sa demanded en (1788) (mai), et on eut la maladresse de la rejeter (juillet) (2). D s lors, les chefs du grand commerce, les Chaudruc, les Gourjon, les Lalanne, les Plombard, les Auvray, firent cause commune avec, les promoters du movement hostile aux administrators, comme ils allaient le montrer en entrant dans le Comit6 secret form6 au mois de d6cembre. D'autre parties int6rMs locaux au Cap 6taient 16s6s par la suppression du Conseil sup6rieur; les plaideurs n'yaMuaient plus. De Ilt, une (( fermentation considerable )), dans cette
(1) Rapport de B.-Marbois, 6 nov. 1788, Arch. Colon,, C. 9,2e s6rie, carton 38. (2) Wm. des n6gociants du Cap, mai 1788, et decision du ministre, 17 juillet, Arch. Colon.,C. 9,20 s6rieearton 38- (3) Wmoires'prkit6s de B.-Marbois et tic Laniardelle, mai-j uin 1788.











88 SAINT-DOMINGUE
ville. L'administration se f6ficitait d'avoir karttS (( du cultivateur et du n6gociant la vermin judicialre ) par la r6forme des tribunaux et par la promulgation d'un tarif des frais justice (10 d6cembre 1788) que La Luzerne lui-m me avait pr6parL Aussit6t, les procurers protest6rent Le 20 avril, ceux du Cap pr6tendirent en obtenir la r6vision, parce qu'iI n'6tait ( proporLionn6, ni h leurs d6penses, ni A importance de leurs occupations )). Ils ne pardonn6rent pas hL Fadministration le rejet de leurs requ6tes (1). Les grand avocats du Cap, les d'Augy, les Larche0que-Thlbaut., les Laborie avalent vu. diminuer le nombre de leurs affairs. Ce fut sans doute un des motifs qui les amena 4 prendre part h Fagitation. Enfin, des ambitions particuli res se trouv6rent 16s6es et se ven&ent en fomentant Fopposition. Les anciens magistrats du Conseil du Cap, les Viau de Th6baudi res, les Dalcours de Belzunce, manifestaient ainsi leur m6contement centre la r6forme dont ils avaient souffert. D'autres, comme M. de Saint-Martin et Ruotte, nomm6s members du Conseil de Port-au-Prince, Wavaient pas pris stance pendant de longs mois. Le procureur g6n6ral, qui avait parfois la main lourde, se proposait de les arr6ter et de les embarquer, s'lls ne s'6taient rendus hL leur poste avant le Jr octobre 1788 (2). Barb6-Marbois se content, de faire admettre le premier h la retraite (3). 11 devalt le retrouver parmi les members du Comit6 et de Fassembl6e 6lectorale du Cap.
Mais le plus redoubtable des adversaries que cr6a h Fadministration la r6forme judicialre fut un homme de talent,

(1) Requ6te des procurers du Cap, 20 avril 4788, Arch. Colon., C. 9, reg. 460. (2) Minute de letter de Lamardelle, 18 juin 1788, Arch. Golon., C. 9, reg. 160. (3) Min. jaslijic. de B.-Harbois, 1790) p. 17.











A LA VEILLE DE LA REVOLUTION 89

dont le r6le estrest6]nsoupgonn6jusqu'icihLsavoir, Moreau de Saint-M&y- Le savant remarkable auquel on doit tant d'o uvres et de collections sur les Antilles frangaises avait alors 38 ans. It 6tait n6 h la Martinique, d'une famille originaire du Poitou, et it avaiLr6ussi en huit ann6es a se cr6er an barreau. du Cap, comme avocat, une des premi res places. Nomrfl6, sur la recommandahon de Barb6-Marbois, member du Conseil sup6rieur du Cap, Moreau s'6tait montr6 magistrat laborieux et instruct. Cet e'rudit infatigable avait rep du roi la mission de recueitlir les mat6riaux de son grand outrage sur les Lois el constitutions de Saint-Domingue, avec 12.000 francs de graLification. 11 avalt promise, dit l'Intendant, a de d6fendre ]a nouvelle 16gislation )) Mais it s'6tait flatt6 de 1'espoir de remplacer Frangois de Neufchdteau dans la charge de procurer g6n6ral au Conseil du Cap. La suppression de ce consent fit de lui un ennemi dangereux pour les administrators. It parcourut toute la colonies sous pr6texte de faire les recherches qu.'exigeait sa collection. En r6allt6, it y d6criait les r6formes ; it soulevalt les esprits. A peine arrive-t-it dans un quarter )) que s'abat sur l'intendance une pluie de m6moires et de r6clamations )). i( It s"est d6clar6 le champion de la vermin
judicialre dont 11 6tait si essentlet d'arr6ter les rapines
11 a soulev6 tous les quarters centre cette utile ordonnance, )) 6crit Barb6-Marbois le 1- juin (1). Le parLi de opposition commencait d6s lors, en effet, h d6ployer son activiM, soit h Saint-Domingue, soit en France.
Dans I'lle, Ia Chambre d'Agriculture du Cap, pregnant la direction des opposants, r6digeait une requRe au roi pour
(1) Rapport de B.-Marbois i Castries, J r juin 1788, Arch. Colon., C. 9, 21,'s6rie, carton 38.











00 SAINT-DOMINGUE
demander la cr6ation d'une Assembl6e colonial, le r6tablissement du Conseil sup6rieur de la province du Nord, la r6rorme judiciaire. Elle se mettait bien[Ot en rapports avoc le Comit6 colonial de Paris et, *le 31 mai lui transmettait revRue de 3.000 signatures une address qui le chargealt
-de demander au norn des colons de I'lle le droit d'onvoyer des d6puL6s, aux Etats-G6n6raux (1). Puis, elle continuity la champagne centre I'administration, la harcelant de ses revendications, r6clamant, tantOt le retreat do la nouvelle jurisprudence relative aux concessions (1- ao0t), tant6t Fabro-ation des arr6ts relaffs h Funiformit6 des caisses municipales (2). La resistance foment6e par la Chambre d'Agriculture se propageait dans les paroisses. Une parties de celles do la province du Nord se refus6rent A la lev6e des droits municipaux, tant que la legislation r6cente n'aurait. pas W abolie Septembere) 3). De leur c6t6, les procurers du Cap s'agitaient. Les n6gociants se groupalent pour r6clamer Foctroi des libert6s accord6es aux commergants, do la m6tropole. Un deluge de m6moires et de requ6tes pleuvait sur les bureaux de Fintendance (4).
Au milieu de cetLe population ardent, aux passions vives, encore surexcit6es par le climate 6nervant de la c6te, la pol6mique prenait UD caract6re inou*f de violence. Les lialnes, de Fopposition se d6ebainaient avec Apre16 centre le procurer g6n6ral Lamardelle repr6sent6 comme le promoter de la r6union des Conseils et de Fordonnance relative aux grants de plantations, bien que, d'apr s ses affirmations, il n'eOt rien fait pour h&ter Fadoption
(4) Lettre du 31 mai 4788 pr6cit6e. (2) M6m. du Jer aoAt 1788, Arch. Colon., C. 9, 2e s6rie, carton 38. (3) Lettre de B.-Marbois, I er ct 11 sept. 4788, Arch. Colon., C. 9, re-. 160. (4) Rapport de B.-Marbois,
2 mai 1788, prkit6.











A LA VEILLE DE LA R9VOLUTION 91

de ces deux r6formes projet6es depuis trois ans Cepena dant, dit-11 dans sa correspondence, tout le monde me (( jette, la pierre ; je suis vilipend6 et diffam6. )) Quant hL I'intendant Barb6-Marbois, il passa, aux yeux da parti des grand planters et des gens de loi, pour un tyran abominable, attentif h les tormenter. Dans une s6rie de letters Aress6es aux colons r6sidant en France, en aofit et septembre 1788, et r6dig6es, soit par des pamphl6taires anonyfnes, soit par M. de Laborie, president de la Chambre d'Agriculture, r6sum6es ensulte dans des brochures d'une race violence, le procurer gen6rat et l'intendant furent l'objet des pires accusations. On pr6lendait qu'ils s'6talent fait les protecteurs des voleurs de b6tail et qu'on les avait achet6s par (( des arguments irr6sistibles )), pour empocher 1'ex6cution des r elements de police qui sauvegardaient la propri&6 des colons. Un cyclone avait d6vasL6 Saint-DoMiDgue en aodt 1788, empAch6 les marriages de France et anien6 la diskette. Barb6-Marbois ne s'6tait pas cru autoris6 4 porter atteinte au pacte colonial en permettant eD CeLte occasion la liberty du commerce avec les Etats-Unis ; il De pouvait prendre sur lui de d6roger aux ordonnances du rol. 11 se content d'employer une part de ses reserves A reconstiLuer les approvisionnements par des chats officials au dehors et d'ouvrir h la population les magasins royaux oa talent conserves les vivres. On pr6tendit qu'll avait fait former les ports a la marine am6ricaine, pour favoriser ses speculations et afin (( de vendre hL 16 fr. le cent au comptant
les biscuits g&t6s des magasins du roi. Heureusement, affirmaient les pamphl6taires, des navies marchands ont fourDi du biscuit frais A un prix inf6rieur, el, l'intendant n'a pu faire. mourir de faim les habitants )) La liber[6











92 SAINT-DOMINGUE
Individuelle et les droits de 1'6quA6 sont constamment vlol6s, assurent-ils, par Fadministration despotique qui r ,zne aux colonies. On ne manque pas de rappeler Farrestation arbitraire de la Faucherie et FimpunittS dont profitent les officers d'6tat-major, m6me en cas de crime capital.
Les plus hauts magistrates sont des pr6varicateurs. Lamardelle leur donne 1'exemple (1). Le procurer g6n6ral avai L acquis dans File de grades propri6t6s ; une caf6y re A ]a N ouvelle-Tou rain e, pr s de Port-au-Prince, une belle plantation en cannes h sucre, dont les bAtiments en ruins subsistent encore a la Croix-des-Bouquets ; le tout valalt plus de 600,000 francs (2). On s'empressa, en 1788, de prkendre clu'll devait sa fortune A d'indignes manoeuvres. 11 avait W achet6 pour une somme de 100.000 francs, disait-on, par un riche planter, M. de Poid, accustS d'assassinat, et ce honteux traffic lui avait perms de devenir propri6taire. (( Que peut-on reprocher h M. de. Lamardelle, disaient ironiquement ses ennemis, n'a-t-il pas paytS avec de Fargent de poids (3) ? )) Intendant et procurer g6n6ral encouragement les faussaires et laissent violet le droit de propri6taire. GrAce A la 16gislation sur les concessions et les reunions, h la premi re occasion (( on d6pouille les planteurs de leur heritage )). Tel qui jouissait hier de 100. 000 6cus de revenue peut se trouper aujourd'hul r6duit h rien.
D6sormals, 6crivalt M. de Laborie, ni d6penses, ni jouissance, ni possession, ni ignorance des titres ant6rieurs ne pr6servent centre la production d'un titre p6rim6 ou. anti(4) Confession g6n6rale par Fauteur d'un Mot h I'Oreille (pamphlet de la 20 moiti6 de 4789.) Bibl. Nat. Lk 12 128. M m. de B. Marbois, 5 d cembre 1789, pr&46. (2) Dossiers des liquidations des indem. des colons de Siint-Domingue, 4829- (3) Confession g n6rale par I'auteur d'un Mot h l'oroille, P. 22.











A LA VEILLE DE LA RgVOLUTION 93

dat6. a Sans doute, insinualt-11, Lamardelte a de nouvelles concessions 4 antidater ou de vieilles concessions a faire valor (1) ))
Le contre-coup de cette champagne se faisait senLirjusque dans la, m6tropole, oii le Comit6 colonial de Paris propageait ces accusations et colportait les petitions des colons, faisant sooner bien haut le chiffre des signatures. La Charnbre agriculture du Cap avait ailleurs charge un de. ses members, Jean Barr6 de Saint-Venant, capitaine des milices de I'fle, d'une mission officielle aupr6s du roi et du ministre La Luzerne. Ce planter, dont la famille appartenait au Poitou, 6talt partiporteur d'une requ6te des habitants du Cap, le lot mai, et 61ait d6barqu6 h Bordeaux en juin. Ils s'6tait mis en rapports avec I'ancien intendant de I'lle.? M. de Lilancour., avec des grand amateurs de Bordeaux, les Bethman, et enfin avec le gouverneur d6sign6 de Saint-Domingue, le marquis Du Chilleau, son compatriote, qu'it avait sans doute renconti-6 dans ses propri6t6s de ]a GAtine, voisines de Niort, ville o i se trouvait, le 16 juillet, le d6l6gu6 des colons. 11 I'avait mis au courant de la situation de I'lle et I'avaiL entretenu. de ses plans. Le 15juillet, it donnait son adhesion au Comit6 colonial de Paris Pt aux pouvoirs confi6s aux commissaries. Enfin, it est probable qu'it fut admis A presenter au ministry les representations des habitants et de la Chambre d'agriculture du Cap au sujet de lar6union des Conseils et de Fordonnance de gestion des 6conomes ou des caisses mu nicipales (2).
C'est A la suite de cette mission, ou m6me ant6rieurement,
(1) Lettre de M. de Laborie A AI.R.-D. M., clievalier de Saint-Louis A Paris (du Cal), 10 aoCit 1788), ibid., 1). 48. (2) Wrnoires et corresp. de Barr6 de Saint-Venant (juin 16 juillet 1788), Arch. Colon., C. 9, 2e s6rie, carton 38. Pouvoirs donn6s aux conimissaires, 15 juilletArch, nat., B 111, 435.











04 SAINT-DOMINGUE
que les administrateurs apprirent h Saint-Domingue les men6es poursuivies centre eux dans la m6tropole. (( Fai rep des avis de France, 6crivait Lamardelle, que M. Du Chilleau est tr6s pr6venu centre moi (1). )) L'intendant et le procurer g6n6ral aflaient se trouper aux prises avec un adversaire plus redoubtable encore qtil devait travailler I'opinion hL Paris centre eux. C'6tait Moreau de Saint-Wry. Celui-ci 6tait partl h son tour le 1-juin, annon ant le dessein de faire r6tablir le Conseil sup6rieur du Cap : le bruit public court aussi qu'll allait revenir en octobre avec ]a charge de procurer g6n6ral. (( C'est un homme tr6s dangereux, mandate Lamardelle a M. de Castries it va sooner le tocsin )) en France (2). En raison du livre auquel 11 'travaille, krit de son c6t6 Barb6-Marbois, Moreau a acc6s aux bureaux des colonies. 11 en profitera. pour agir sur I'opinion. (( Le secret des operations du
government courra les rues. La fermentation continuera dans 1'esprit des Am6ricains qui sont en France et refluerajusqu'iel. Que devientalors le bon ordre (3)?)) Moreau de Saint-Wry De revint pas h Saint- Domingue, mais it se fit appr6cier de la cour et de la ville, fonda le Mus6e de la, rue Dauphine (1788) avec I'appui du roi, devint un des personages en vue de Paris, jusqu'au jour oft it fut pr6sidenL de I'Assembl6edes 6lecteurs Parisiens(14 juillet 1789) (4). It est peu douteux que ses liaisons avec le parti du tiers-6tat triumphant en 1789 Walent servi la cause des colonlaux hostiles h I'administration.
A tous les m6contents la, convocation des Etats-Gk6raux
(1) LeUxe de Larnardelle A Castries, 2 juin 1788. Arch. colon., C. 9, 2v s6rie, carton 38. (2) MOrne lettre. (3) Barb6-Marbois et Larnardelle A Castries et A La Luzerne, 4e, juiD, ibid. (4) Robiquet, le Personnel municipal de Paris pendant la R violation, in-8, p, 115.











A LA VEILLE DF LA RI EVOLUTION
offrit la perspective d'une revanche centre le despotism admillistratif. La demanded d'une representation colonial synth6tisa les aspirations des planters; elle leur permit de se grouper en vue d'une action commune pour la defense de leurs privil ges et pour le triomphe de leurs revendications. C'est avec une sorte d'enthouslasme quits frequent la. nouvelle de la reunion d'une assemble national. (( Votre Maa jest6, disaient-ils dans leur address du 31 mai 1788, s'est
montr6e jUsqu'ici trop attentive h procurer le bonheUr de ses peoples, pour que ceux qui sont le plus 6loign6s d'elle aient 6prouv6 ]a plus 16g re surprise en apprenant la. r6solution qu'el.le a manifested de s'entourer de ses sujets...
Vous allez, sire, appeler toute la France auteur de vous
d6jh la tro'mpette sonne, dejh son cri per ant a traverse les mers. Nos eceurs sont d vos pieds : nous sommes Francaisnous g6missons que l'Oc6an nous emp che d'arriver les premiers sur les degr6s de son tr6ne. )) Le rol va entendre Itt voix de son people, peser dans sa prudence les r6clamations de ses sujets, Wormer et restaurer I'Em. pire. (( Nous b6nirons avec transport notre p6re dans notre l6gislateur )). Mais A c6t6 de ces effusions lyriques, les colons de Saint-Domingue ne cachent pas leurs v6ritables desseins. S'lls demandent It occupier une place dans I'Assembl6e qui doit s'ouvrir, ce West pas en. sujets soumis. Gest en maitres imp6rieux, fiers de leur r6le dans 1' tat, qu'lls entendent y paraltre. (( Votre MajeW, disent-ils, ne
peut pas plus sepa.yser tie nous que nous ne pouvon s nous passer d'elle. .. Autrefois fables, aujourd'hul nous sommes forts et vigoureux; nous avons la force de I'adolescence.)) Saint-Domingue salt qu'elle est la plus apr6cieuse province de France )). Elie (( double les jouissances ))











96 SAINT-DOMINGUE
de la m6tropole etaugMeDte (( les revenues du monarque)). Elle veut Ure 6mancip6e d'une tutelle infol6rable. (( Elle n'a plus besoin de protection pour s'approcher du tr6ne n ; la (( plus grande )) de routes les colonies fran aises ne peut Mre exclude de I'assembl6e de la nation. Elle y a droit par les services qu'elle rend h la prosp6rit6 du royaume et par ceux qu'elle peut rendre encore.
La France a de grand besoins ; les colons am6ricains sont pr6ts A I'aider. (( Nous comm6ncerons par prouver que,
de routes les provinces, cells qu'on appelle colonies ont depuis le commencement du sikle contribu6 le plus aux besoins de I'Etat. Elles paieront encore h I'avenir la part que fixera le people fraD ais.)) Toutefoiselles entendent bien qu'on fasse droit A leurs griefs, en leur accordant les satisfactions qu'elles demandent, et en leur reconnaissant le droit de d6l6guer leurs mandataires aux futures Etats66n6raux. Saint-Domingue (( tremble de ne point se trouv6 ) repr6sent6e comme les provinces du continent. C'est pourquoi les colons se sont r6unis sans authorization, soit pour obtenir la permission de s'assembler 4 I'avenir, soit pour d6l6guer leurs pouvoirs sans restrictions aux planters r6sidant en France. Ceux-ci r6clameront au nom de tous les proprikaires de [a colonic une justice que le roi ne peut leur refused. Ne sont-ils pas ses enfants (( ni plus ni moins (( que les habitants de [a bonne ville de Paris )) ? Les commissaires du Comit6 colonial repr6sentants des colons domicill6s dans lam6tropole et des 3.000 planters demeu,rant a Saint-Domingue mettront (( aux pieds)) du souverain ,( les vmux et les respects de ce second royaume )) Ils se hdteront de transmettre les orders du rol ( pour la convocation d'une assemble colonial )) librement 6lue (( qui











A LA VEILLE DE LA R&OLUTION 97

Dommera les d6put6s de I'Ve aux Etats-Un6raux Six Mois suffiront: (( Nous esp6rons, disalent les colons, qu'avant ce temps Votre Majest6 n'aura pas encore r6uni les d6put6s de routes ses provinces. )) Cependant, si le souverain d6cidait d'avancer la convocation des Etats-Un& raux, (( nous remettons tous nos droits, ajoutalent les
planters, A I'assembl6e g6n6rale de nos fr6res r6sidant en France. Nous supplions V. M. de les r6unir et nous d6clarons d'avance, sans preJudicier h nos droits et sans consequence pour Favenir, que nous entendons, pour cette fol-T spulement, approuver et ratifier dans toute son 6tendue le choix qu'ils front de d6put6s pour nous repr6senter h I'Assembl6e Nationale)). Enfinet ce dernier Lralt ach6ve de mettre en relief le veritable caract6re du parti de la repr6gentation colonial, les colons entendent que leurs d6put6s si gent aux Etats parmi les gentilshommes. Ils sont en effet 6gaux, tous soldats et par consequent tous nobles. Saint-Domingue est le plus beau fief de I'Empire francais. (( Ceux qui Font conquis, d6frich6, f6cond6,
ceux dont Falliance n'a point W d6daign6e par les premi res masons de I'Etat ne doivent voter qu'au milieu de Pordre de la noblesse, avec laquelle ils ont tant d'actes
communes (I). ')

(1) Leare adress6e au Roi par les proprikaircs planteurs de la colonic de Saint-DomiDguc, 31 rnai 1788, Arch. Nat., reg. B., 111, fos 1 A 77.











98 SAINT-DOMINGUE



CHAPITRE VI
L'Action du Comit6 Colonial en France
auprbs du Ministbre, du Conseil du Rol et
de I'Assembl6e des Notables
(juillet-d6cembre 1788).

Les planters r6sidant en France re urent, le 30 juin, les premi6res missives dates d'avril et de mai ainsi que la letter au roi r6dig6e par leurs correspondents de SaintDomingue. Cette correspond ance 6tait adress6e au marquis de Paroy, qui se trouvait alors A Bordeaux, probablement aupr s de son genre le vicomte du Hamel. Malr6 toute la diligence qu)I mit a r6gler ses affairs en Guienne, Paroy ne fut de return a Paris que le 27 ao0t. Mais, dans Vintervalle, le comte de Reynaud, muni d6s le 10 juillet des pr6cieux documents provenant de la colonic, s'6tait mis en champagne avee I'actif marquis de Gouy &Arsy. Ils s'empress6rent de constituer officiellement le Comit6 colonial dans I'assembl6e g6n6rale du 15 juillet et de former son bureau. Les neuf commissaries se mirent aussit6t h I'ceuvre (1). Le mot d'ordre adopt unanimement fut I'admission des repr6sentants de la colonies aux Etats-G6n6raux. (( Le
despotism minist6riel ne tenant qu'A former aux sujets les avenues du tr6ne, les griefs des colons, quelque justes qu'ils fussent, observaient les commissaries, ne parviendraient jarriais peut-kre A l'oreille du souverain, Si Yon ne profitait avec empressement de I'linstant ofi la
(1) Journal hislorique de routes les assernbl6es, d6lib rations, d6marches, etc., du ConiiL6 colonial, juillet-sel)L. 17188, Arch. YVat B., 111, fos 77-0f.




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID ETRO3L08M_XCQHH1 INGEST_TIME 2014-08-26T19:29:15Z PACKAGE AA00021565_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES