<%BANNER%>

Exposé général de la situation de la République d'Haïti

HIDE
 Front Cover
 Message
 Relations exterieures
 Finances
 Commerce
 Interieur
 Agriculture et travaux publics
 Instruction publique
 Justice
 Cultes
 
MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00011

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00011

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Message
        Page 3
        Page 4
    Relations exterieures
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    Finances
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Commerce
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Interieur
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Agriculture et travaux publics
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
    Instruction publique
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Justice
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Cultes
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
Full Text














lAll
IS
OR;AU

2 T




















i .'f]n ,I I.I. U Ii II II l I I'

liI..rULIQUE IJ'II.\iTI


P['ril-au-Prinpe, le I 1 Avril 1920,an I 17e. de I'lndpPndlncpe.


DARTIGL'ENAVE
PRESIDENT DE LA REPIBIT Q '1:

Message

.1' CONSEIL D'ETVT.

BMossiurs los Consoillers d'Elat,
Selon le %,u de la Con*lilulion, je vous presence. par ce tMeIsage,
I'Expose Gendral de la Silualion de la Republique.
En pregnant communication des diff6renls rapports qui le composenl,
vous serez suremenl frappes de la continuili des elTorts que faith le Goi-
vernemeni en vue do repondre aux higilimes aspirations du Pays. II ne Ini
esi sans double pas encore permits de realiser dans lous les champs de 'ae-
tivile nalionale ce; ameliorations necessaires, attendues de lous et appehleri
a apporler un peu plu- de bien-6ire dans nns buyers: il est le premier .A le
reconnaltre. Mlais, armn de celle bonne volonit el de celle patience doni
1tmoigne le moindre de se. acles, il lulle sans IrWe, assure, du suces.
Des circonslances mulliples. \ou, le savez, ont prevalu conire ses previ-
sions. Vous les Irouvere, menlionnies ilan, leS exposes iue m'ont adress4s
bMesieurs les Secie la.re, dJ'Elal ,ur la marche ,l. leur DIparlemenI respectif
at oi noire situation inlerleure et ext ricure esl envisngie ka ous les points
de vue.


B/BL Io THEOUE MA TioHALE
POR T-AU-PRINCE
(HAiTi.)






-4-


oI iimmeunCl cri de dtolresse Iraverse le I ,niiiiile iJ-iis la lin de la grade
;urrre. Le eiil de la %ie s'accruil dan, des proportions inqui6lannes, remel-
I.Inl en queilion la phill.rt des jiiolillnu l.; i:,rillomhiiuei s qiion avail cr'u
riqolus JuIqi'ici, : lt iLreinil rlch z L-iul,, I raiiuiis in pri iund malaise.
C rnmme il I'allair 'v alt'inlre, en veilu il I.I s-liil.iinli qIui nnil lous les
pieuples, nous i.n re'ssr nluns iC.i],' i cuitlre-couul-. -
.Vestlce pas, en effe., a celte silualion g ;nciale le plueo devons atlri-
buer l insuftiance de rno re:;noi: i :.j t l'ajnurnemeral .deA bienfails que
nous attendons si anxieusement du Trait6 du 16 Septembre 1915 entre les
Eldas-lnis i d Nord et la Rpuiilique d'Halti?
El si, i cla, 'n eul Ibw-n aiuorter les d6sprdres tlri urne purlie i.t Pays
e-ol allligte depuis Ihi. l, i'nine annee du fail te filqueli ue.; ,garbs sans foi 1ii
lIi, ni coniriencel' ile Inrls qu'ils S' friil 'i eur\-mllme. et i eur Palrie, ne
'- \pliqur- I- n ll I1 1I- I 0, tliilirneI. ent ,il l i'' ,hlii 11~ I i .' -i prJ ocicup r-r
iT f, ir i, ue.'s liLiill ,il I ,,i i .-,1Sa e .-I;,, ltill ,. ,l' ,in rct* lisa 0lioa ill-
liimdiale ?
En pr'cseice d'ulie situialin dunt tols les haitiens connaissent Ia dilica-
le.Ice el les dillicullts, ii'auvoin-ons pas pour devoir de complex surloul
-ur nous-mn'mes el de Iratailler de tout notre camur a la r e.unslruclion de
la Palrie ?
II n'et pas besoin, je crois, de rip6ter san< ce;se que inus devons pren-
drc la resululion virile do nous assagir, de maniire a tranL'mnllre aui g6n&-
riliuns qui dunent nous remplacer une Haiti int6grale, r-,; oeree, guirie
de se-. discordes civilei, v'oluant enfin dans une almosphtre de paix, de
prisperie el de liberlit ordonnee.
Le problme se pose neltemienl devant claeun de nous ; nous snnmmes-
niius icsign,.;is.' d tcenir un pIe ple d'llutes, niipris de I'opihiion universelle,
-iin un people tier, ris':ilu ]i lirer des nlm:lleurs qui l'oni I'rapp6 des lemons
dte coiiurage, ie voloniit el d'abunigaliorn '
Le Gouverneien s'elloirce, pour sa pearl, de cooperer dans la plus large
measure i I',ieutre de sauvegarde nalionale doni la responsabilile income a
lous les liailiens de ea-ur, heureux de I'assenli.ieni que lui apporleni les
uns, mais dtplorani amrerinet la folii qpii emporle les aulres.
Je suis persuadlt que cellel nouvelle se.inii dte vo, l' .\-semblee, au ours
de laquelle vous aurez .i accoinplir le .grand acle die I ralificalion du Traile
de Paix signed ii Versailles le 28 Juin I11 ), sera ausi Iriclueuese que les
preoedenles, el que vous nellrez a 1'tlude des prole- quii vous seronl sou-
mis loules vos lumiires el loul v~lre palrioli-me.
Dans celle assurance, je vous renourelle, Messieurs les Conseillers d'Elat,
les expressions de me-' s-enlimouls de bhauIe r(insidraliou.

D.APTIGI'ENAVE


A







EXPOSE GENERAL


DE LA SITUATION

DE LA REPUBLIQUE D'HAITI.



RELATIONS EXTERIEL'RES.


Monsieur le Pr6sident,
Le 17 Octobre dernier, Votre Excellence nm'i fail lionneur
de me confer la direction du Ministere des Helations Exte-
rieures et j'fprouve une vive satisfaction do declare avoir
rencontre dans les differents services de cc Dtparlement une
organisation satisfaisante.
L'Arrl16 devenu loi pris par Volre Excellence le 17 Aoiit
1917 est le corollaire de L'ArrMt6 touchant les conditions d'ad-
mission et d'avancement dans la carrier diplomatique et con-
sulaire.
Par celle loi Votre Excellence a voulu, A just raison, orga-
niser la carriere diplomalique dans noire administration en
fixant dMlinitiverent les rigles sages qui assurent le recrule-
ment de nos Representants a f'Etranger et aussi du Personnel
du D1parlement des Relations Exterieures.
Les fails qui ont marque la p6riode ecoulee d'Avril a ce
jour sont d'ordre general ou special : d'ordre general inltres-
sant nos relations politiques el autres avec I'Etranger, et
d'ordre special se rapporlant I'fadlninislralion interne du D,-
parlement des Relations Exterieures.

Le Trail de Paix
I)Das le deCier Ila apport de ce DIpurleimIeuI, imou predeces-
seur entrelenail Volre Excellence de noire declaration de
guerre a l'Allemagne, de i'armislice du 11 Novembre 1918 qui
avait marquI la cess:ilion des liostilitls et de la convocation,
a Paris, de la Conference de la Paix A laqnelle nous avons







eiL represenles par notre Envovy Exlraordinaire et Ministre
Pl3nipotentiaire, Mr. TERTULIEN GUILBAUD.
Apres de laborieuses negociations el des travaux qui ont
dure plus de sept mois, le Trailt de Paix a el1 signed A Ver-
sailles le 28 Juin 1919. II a t61 raliflk par plusieurs Eats :
I'Angleterre, la France, I'llalie, le Japon, Cuba,etc etc. L'Alle-
magne I'a aussi ratifi.
Depuis le 11 Janvier de cetle annbe, apres I'6change ofliciel
des ratifications qui a eu lieu a Versailles, le Trait~ est enlre
en application conform6ment i son article 140. Cet article
disposait que :

.. Un premier proces-verhal de dpp6t des ratifications sera
dressed d6s que le Traitl aura 6i1 ratifit par I'A!lemagne,
d'une part, et par Irois des Principales Puissances allies et
I associees d'aulre part
DWs la date de ce premier procfb-verbal le Traile entlrera
e rn vigueur entire Ic S H-ilt's Parties Conlraclanies qui I'au-
j'ont ainsi ralilie.

Le Traite de Pdix c3nlieit un clapitre nouveau de Droit
International : celui relatif Ina creation et aux pr6rogalives
de la SociWte des Nations qui ouvre de vastes horizons sur
L'organisation future du Monde
De nouvelles conceptions plus pr6cises et plus fermes des
droits et des devoirsdespeuples devraient forcement nailre de
la tin des hostilit6s Taut de d&sastres n'ont pas ete accumulks,
tant de sang verse pour qiie l'humanild, si profond6ment alleinte
dans ses plus chers intLeris, retomblt dans une situation iden-
tique A 1'lat de choses antirieur et propice aux comp6litions
ct aux violence.
On a pensd qu'il etait n6cessaire de crder uii organism
puissant pour a d&velopper la cooperation entire les Nations
et pour leur garantir la pais el la securilt., La Sociit1 des
Nnlions don't le pncte est pulli tout on d6hut du Traite de
I'aix, realise Ie vc eu souvent exprinml d'une alliance gtniiirale
en vue d'assurer I'observance des Conventions internationales
elt d'empcher les abus de la force, la nit connaissance des
principles de droit et de justice qui doivent pr6sider lnu rap-
lporls entire pcuplea.
II clt cxpre~cnment declare, diil 'A I. 11 du Pacle, que loule
uu.rre ou menace de guerre, qu'elle affclte directement ou
non I'un des Membres de la Sociel6, interesse la Soci6tL toute
enlibre et que celle-ci doilt prendre les measures propres A
u .s.tuvegarder efficacement la Paix des Nations.





-I-

Ainsi se trouve formde une InsLilution don't la haule neces-
sitl politique est julifiee par les evenements m6mes qui 'ont
inspiree. Elle lemoigne de la part des Puissances qui ont
vaincu et andantii le mililarisme prussien un desir bien evident
de rapprochement et tie solid:rile.
Lorsque le Trailr sera ralili par le Pouvoir LMgislatif, mon
Deparlement prendra loiules les measures n6cessaires pour se
conformer aux disposilions revues.
11 y aura lieu en verlu de 1' rt. 296 de deposer un project
de loi relalilt' la creation d'un Oflice charge du riglement
des Iiens et inl~rdls centre sujels allies et ennemis. 11 sera nd-
cessaire d'insiluer Ie Tribunal Arbitral prevu 'i 'article 30-.
II sera urgent ;ussi de Ifire diligence pour la reprise des
relations diplomatiques et commercials avec l'Allenagne.
Mon Deparlement Mludie routes ces questions alin de pouvoir
leur apporter au moment oppor-lun la solution utile.

Visills iamicales.

Dans ces derniers mois nous avons eu la visite cordiale de
deux croiseurs Argentin et Suddois Le dimanche 4 Janvier
dernier, le croiseur a 9 Dr .It J1o pril mouillage dans noire
port Mr. Ic Capliliine de la Fuente etait venu de la part de
Son Excellence Monsieur le President de la RBpublique Ar-
gentine, saluer le Goivuernement Haitien et lui exprimer le
d6sir du Gouvernement Argenlin de voir s Lablir entire les
deux Pays des relations plus actives el plus cordiales plant au
point de vue diplomatique qu'au point de vue commercial.
Le 19) Janvier, nous eimes nussi I'honneur de recevoir la
visit du croiseur .a FLYGIA I, de la Marine de Suede. D1s le 17
Novembre 191,, fine lellre dui Consulat Ioval a Port-au-Prince
nous avissiit qiue par c bllogrammnce de Son Excellence Mon-
sieur le Ministre des ATl'aires Eitrani'res du loyaumre, il avail
diC inforniL td I' irrivLe prochaine en Haitiu u dit croiseur.
Nous avons cordialement accuellli I'Elat-Major des deux
haleaux qui onlt cmportLe une agreable impression de Icur
pass-age en Haili.

( ulirij S l' 1 Ct onfereIi'I_ s.

Par une !elire dui 1 Aout 19!J', Ia I egallon des Eltas-Luis
en celle ri'sidence nous transinellait I'invitalion de prendre
part a a (.aonl'rence annuelle du Travail qui a t61 tenue a
Washinglon le 'l2 Oclobre dernier, conform6ment aux slipu-
Intions de la Section XIII du Traite de Versailles. Mr. CHARLES
Aloin.m I, Envoy' Extraordinaire et Ministre Plnipotentiaire





m~i -


d'Ha'li A Washingl )n ful charge dte representer le Pays A cetle
Confereence.
Le Gouvernement a eu Ie plaisir de recevoir de la part du
(iouvernemeut des Etats-Unis d'Am6rique l'invitation de par-
liciper a la Seconle Coinflrence Financiere Pan.\mericaine
(qui :I i1 It-nue it Washington le 19 Janvier dernier pour exa-
miinci, sur la buse des Negocialioins entreprises et des RWsolu-
lions votes A Buenos Aifes en 1916, certaines-questions finan-
ciires, ,conomiquies et commercials, entire autres celle de la
lelire de change, celle de I'augmentation des facilit&s ban-
caires. de la facilitL des transports, etc.
Le Gouvernemenl a r6pondu A ce haut t6moignage de sym-
paihie parIl'envoi d'une D6l&gation de trois Membres compo-
s'c de MM. Fleury F6quiere, Secr6taire d'Etat des Finances et
du Commerce, Horace Etheart, Inspecteur General, de I'Ins-
truction publique et Fernand Dennis, Chef de Division au De-
partement des Relations Exterieures.
La Dl66gation qui est de retour apres avoir accompli sa
mission dltposer incessamment son Rapport.
11 a e64 6galement tenu A Kansas City, Missouri Ies 25 26
et 27 Septembre 1919 un Congres International des Fermes
alquel sajontait une exposition des products du sol. Le Gou-
vernemenl app;'cia h:iutcment 1'utilit6 et 1'int&ret de ce Con-
ct's el de celle Exposillun, mais regrette de n'avoir pu repon-
(dre a l;a lgacieise ii\ilalion que le Gouvernement Amnricain
lui address le temps materiel nrccssaire pour l'envoi d'une
l)lug;ilion nous ayant manqul .
Du ler. au 17 .lirs Ir 121 s'est tenue A MoiiUi'\ ido la pre-
iiLer Exposition l'auAm6ricaine d'Architecture. Invit6e
prend:re part A cette Exposition, le Gouvernement d6cida d'y
envoyer les plans de nosdivers monumnenis et nos principles
constructions en vue de donner une id6e d'ensemble du d&ve-
loppemiiit de I'Architecture en Haiti
D)'iaulre part la L6gation de la iLpl)ulIlique Fr;anlaise en cette
residence a eu A nous transmettre deux invitations, l'une de-
niuilaiit au Gouvernement de se fire representer A la Con-
fIreuce gei'irale du Froid qui a ete tenue A Paris le 15 Dd-
cembre dernier, l'autre exprimant le Ic ',ir de nous voir par-
liciper hi Ia Coionlreince qui a eu lieu dans la mnite ville le
1:3 Octobre cn \vtc ile la creation d'nn Bureau Central pour
'cexamen le I cnrLgistlrcemnldes demands de Brevets d'in-
venlion.
Le (.outvernencenl ne put participer A la Conference du
Froid. Le I)Dlpiartemen e' 22 Novembre, exprima les regrets
tlu Gou\Mierinemeit de ne pouvoir prendml part A la Confirence
parce qu'il n'avait pas le temps necessaire pour designer 1un







Represenlant et souhaita le plus complete succs aux Iravaux
qui devaient itre entrepris.
La Conference projet6e s'est r unie a Paris en )Decembre
el a--tlahore un project de (oinivnioirci ;iint un Inslilut In-
ternational dlu Froid Il y a interet pour le Gouvernemeut l d'y
adherer, car le but de la Conference est de conlribuer, par
I'emploi generalise des basses temperatures, au perfeclionne-
mient de l'oulillage industrial, a une meilleure ulilisalion des
resources alimenilaires et A l'essor mondial de In production;
de plus, parmi les applications du Froid, il en est une qui,
A cette heure de disette mondiale domine les 6tudes el les
prdoccupalions des membres de la Conference: C'est celle
"Je la coneervalion et du transport A de grandes distances,
i~es denrees necessaires i I'alimentation. Une nouvelle Confe-
Srence doit se lenir i Paris le 21 Juin prochain, le Gouverne-
mnent s'y fera reprisenter.
A la second invitation, relative b la creation d'un Bureau
Central pour I'examen et l'enregistrement des denindes de
Brevets d'invention, le Gouvernement repondit en dtsignant
Mr. TEnTULTEN GUILBAUD, Envoyd Extraordinaire et linislre
Plenipotentiaire d'Haiti A Paiis pour nous representer,
Versla fin du mois d'Octopre dernier, une reunion a &t6
tenue i Londres par la Commission Internationale Electro-
Technique. La L6gation de Sa Majest6 Britannique en faisant
parvenir au D6partement les Statuts rdvises de cette Com-
mission, nous transmit 1'inv;tation de prendre part aux tra-
vaux qui ont idl prdpards a la reunion d'Octobre.
Le Gouvernement a regrettl de n'avoir pu s'y fire reprd-
scnler vu Ic peu de temps qui nous s6parait de l'ouverture
des travaux de la Commission.

Trails et Conventions.

Sous le covert de sa lettre au 23 Aout dernier, la L6ga-
tion des Etats-Unis d'Amerique en cette residence nous a fait
parvenir le project d'une Convention pr'voyant l'6tablisse-
ment d'un Fonds en Or de Compensation Internationale. Ce
project a did 6tabli par le Comitd Central Executif de la Haute
Commission Internationale, sidgeant i Washington, en vue,
dte slahiliser I' -:hiage'et de faciliter le paiement des balances
de comil)tL.. considdrant que l'expericnce a d6montr6 que les
reglemeiils a fire, par suite de transactions commercials et
linanciiies, sont souvent retards par des circonstances qui
peuvent lrendre difficile ou temporairefment impraticable le
transport de I'or d'un pays a un autre pays.
Le ltcte du project nous avant 6t6 agr6able, le D)partement


--9




- 10 -


a envoyv A notre Ministre les pleins pouvoirs 1'habilitant a
signer la dite .onvention.
Le Gonvernement est aussi dispose A signer la Convention
regularisant la licence des vovageurs de cL,.nmnerce. Le projel
de celle Convention a tle I'ransinis au Dep.itrement par une
lellre de la LU'galion Aminricaine du 10 ()ctobre 1919

Exeetil ion (1; la Coiienlioi.n d(1 16 Sepltembre '1913.

L'Arlicle XII du Traile s'exprime ain-si:.< L e Gouverne-
Sment H-laili en cunvient de signer a\ec les Etals-L'nis on
(c prolocole pour le rlgiement par arbitrage ou aulremeni, de
at oules les reclamations p6cuniaires pendantes entire les
o Corporations, Compagnies, Citoyens ou sujels Itrangers en
SHaiti I).
Au moment de la mise en vigueur de la Colnlenlion, bea.n
coup de reclainalions diplomaliq tii s elaienl pendantes D'au-
Ires dernandes s'y sont ajoulOes depuis. 11 esl assurdment op-
portun el le l)hpartement no le perl pas de vue d'exa-
miner et de solulionner ces diveises reclIinalions don't les
dossiers ont leP prepni es. en allntenl int le ini ment d'appli-
quer a cc stjel le Traite du Ii Seplenibre

Oiuestlions d'Ad iniii isl al tion.

I dilre'. lulenlcs ddlivures et E.requaturs accord's

Des l.eltres Palenles out 6tk dtli\ res 'i :

Mlessicurs
FREITErS RooQ's, Con;ul I ll'A orirc de la Repuiblique d'Haili
A Grand Turk ( lies Turuques ), 11 Mars 1919 :
EDnroxM Gn.u(;. .\ent Consulair'e it Guinianam)i. (Cubl)). 7
Juin 1919 ;
.IA\ Bu.LLi.\N), A-- ent (Consulaire I ll.uioire ia San Pedro
de Macoris ( 116piiublique Domninicaiine ), 22 .Inillel 1919 ;
LUox IHOUIrLIRD, Consul Ill"orutire QICueIec ( Ca.lnid ),
26 Juillel 1919 ,
ELIE Lrscor., Agent Consuildire I-ulloraire it Anlilla (C.Aih),
13 Aotit 1919 :
ROBERT MARTHOYE, COIISIIl IlonorailrCi A\nvers ( Belgique),
26 Seplembre 1919 ;
W. L RONALDSON, Vice-Consul I-lonoi:aire it Porl-Allthur
( Texas, E. U. A ).





-- 11 -


HENRY Roux, Consul General Honorairte Paris, 24 No-
vembre 1919 ;
THOMAS PURGOLD, Vice-Consul Honoraire A Liverpool ( An-
glelerre ), 26 Decembre 1919 ;
GEORGES GRAY, Consul IIa:il.)ire a Belfast ( Irlande ), 19
Janvier 1920:
UGO BONINO, Consul Honoraire A Genes, en remplncement
de Mr. V. Massa, d6c6de.

Ex6qualur a 6el dlivrc A Monsieur
RALPH. A BIERNSTEIN, coinlie Vice-Consul des Elals-('nis
d'Am6rique a Port-au-Prince, le 17 Janvier dernier.

Letlres de Notifleation.
I)u '!9 Mars de 1'annee dernierc ;1 ce jour, les Ilelres aulo-
graphes suivantes ont e01 adressees it Volre Excellence par
I'intermndiaire du D6parlement des Ielations Exterieures :
Nolificalion de 1',leclion de S. E. Monsieur. BELISARIO
POHRAs a la Supr6me Magistralure de Panama en qualile de
Premier Remplaaant designed pour exercer le Pouvoir Exe-
culif ;
Celle par laquelle S. E Monsieur DELFIN MOREIR.A COSTA
RIB:IRO fail connaitre que le President des Etats-Unis du
Br6siln'ayant pu, pour raisonde santl, prendre possession de
ses haules fonctions, il a diO assume temporairement I'exer-
cice de la Premienre Magislralure de la dile 3Rpublique ;
Celle par laquelle S. E. Monsieur JoR;E MEL.ENDEZ rail part
de son election A la Presidence de la Republique du Salva-
dor;
Celle par laquelle S. E. Monsieur EPir.AC n.\ SILA\. PESSOA
announce son election A la Presidence de ln Republique des
Etals L'nis du Br6sil.
Sons le covert d'une lltre du 9 Seplemibre dernier, nolre
I.egalion i Washington a faith parvenir an I)eparlemenii. an
nom du PrCsident de la Ipllpublique Cori'enne ce en celui du
I'Psidenl de la Commission Cordenne nux Etals-Unis. la
< Proclamanlion et P6lilion en faveur de I'Independance
'C Perp6tuelle de la Nalion Coreenne ,.

Deplacements t ~i rc'eepliolis dip-loniialiques

Monsieur RENE DELAGE qui a dirig6 la Legation de la Re-
publique Francaiseencelte residence esl parti,sa mission ayant
pris fin par I'arriv\e i Port-au-Prince dc Monsieur J. LIcCIDE





- 12


AGEL, accrdditi come Envoy6 Extraordinaire et Ministre
Plinipotentiaire ;
Monsieur R. N. KOH.AN, Chargi d'Affaires, a i. de Sa Ma-
jestl Britannique est part en cong6 laissant la direction de
la Legation i Monsieur EDM. WATT en quality de Charge d'Af-
faires a. i :
Son Excellence Monseigneur FRANCISCO CHIRUBIN[ qui, de-
puis Ie 6 Mars 1816 a represent ie Saint Siege A Porl-au-
Prince d'abord en qualil6 de DL)&Sgu6 Apostolique puis, par
ine gracieuselt de Sa Sainte[t BENOIT XV A laquelle le
Gouver;ement Haitien esl demeurt tIrs sensible, en quality
de Nonce, vient d'etre appelk A occuper le post de Belgrade.
Les quelques anntes que I'mninent Prelat a reside A Port-au-
Prince ont permis it ce Deparlement d'apprecier la noblesse
de son caraclre et I'6l.evalion d'esprit qu'il n'a cesst de por-
ter I'accomplissement de sa haute mission ; aussi, tout en
nous rejouissant de I'avncement mrnril6 que lui ont value
sa rare distinction et son zele apostolique, ne voyons-nous
pas sans regret s'bloigner de notre Pays tn Prelat de la va-
leur de Son, Excellence Monseigneur F. CitEBInuN ;
En allendant qu'il nit pourvu a In vacance de ce post,
I'lniernoncialure est g&ree par S. G. Monseigneur FIORETTI,
en qualilte ie Charge d'Affaires.
Son Excellence Monsieur le Minisire A. BAIL.LY-BLANCHARD
s'est rendu aux Etals-Unis en conger. Monsieur PenRRY BELDEN,
Secr6laire, dirige la Legalion en quality de Charge d'Affaires
a i.
Male'riel tie nos Lgqalioiis el. Consulals.

Cette question est l'une decelles qui m'ont pr6oecup6 des
que j'ai pu me rendre compile de 1'elat de nos representa-
lions A 1'Etranger au point te vue de leur installation. II est
urgent de mellre nos Agents en measure de se procurer un
mobilier convenable. Or certaines Legations et certain Con-
sulals e lient compltenient depourvus des articles neces-
saires i la marche du service. Come dans le Budget ac-
luel il est porle une valeur dee c chet, j'ai envoy& des tonds
pour achals de mobilier a nos reprisentalions suivantes :
Legation i la Havane,
i.lonsutlat G6neral an Havre.
%( iA a New-York,
Legation de Londres,
<< Rome
Consulate de Kingston,
C K Bordeaux.






13 -

en attendant qu'il soil possible d'Olendre la mzsure a tous
nos LUgations el Consulats, ce qui se fera selon nos disponi-
bilites.
En vue d'augmenltr les 'ressoLvres (du Tresor, le DWparle-
ment prepare un projcl de loi qui sera soumis au Conseil
d'Etat pour modifier I'arlicle 33de la loi du 17 Aoft 1912 sur
le Service Consulaire et le tariff des actes de Chancellerie y
annext.
Tels sont les fails qui ont nnrque I'activilt du Dbparte-
nmnt d'.\vril 1')19 c:tIInur.
J. BAR.A'.










FINANCES.


Monsieur le Presideni,
La Situation financibre et econoniqne du pays nu'st pas en-
core monte au dceri, de prosp6ritt vo\olu par le Gouverne-
nient, el vers lequel ii Init converter ses plus pers6ev(ranis f'-
fo rl s.
Nous voulons apporltr i un ordre de chose re2onnu man\ais
A tous agards, des amnelioralions don't la necessile urgenle et
imp6rieuse nest plus A dminontrer. Sur ce point, tout le monde
est d'accord : nous devons liquider un passe que 1'exp6rience
condamne, assurer le present t preparer I'avenir. Et ce pro-
blmrne de si haute importance,la solution doll en Ltre cherchee.
cumbinee el obtenue dans de lelles conditions d'elfective sla-
hilil,. que les resullals realises soient en puissance de resister
desormais it lout ieurL, a toutle alteinle.
La question, en soi, est d'une tres grande complexity, si
nous I'envisageons an senl point de vue de lous les elements
qui en consliluenl les composants indispensables Elle est
certes plus complexes encore, du cliel'de la situation mondiale
creie par la recente guerre europbenne don't nous subirons,
pour longlemps encore peut-etre, les in6vitables contre-coups.
Tout de mmnie deux consid6ralions sont de nature A fortifier
notre courage en presence de routes les difficultls que nous
rencontrerons A chaque pas. C'est d'abord que nous avons
l'inebranlable volontC d'anfronler ces difficult et de les vain-
cre. C'esi ensuite que notre pays encore inexploite dans le
sens nmethodique et rationnel, recele des possibilities multiples
et diverscs, plus que suffisantes pour offrir In plus large relri-
bttion A tout efTort sdrieux, A loute depensc d'honncle activity.



Le point de depart. la condition prealable de la rClornne que
nous poursuivons, devail etre n6cessairement le Relrail iniW-
gral du papier-monnuie 11 'allail non sculement retraiter, non
seulement fire disparaitre ce signe de nos desordres passes,
mais encore marquer sans le moindre doute possible la ferme
et inebranlable volonte du Gouvernement de r6pudier A tout
jamais ui expedient anti-economique, dangereux el ruineux.







- 15 -


Le papier-ulonnaie en lui-immne, 1'usage abusif qu'on en a
fail, les combinaisons lonches auxquelles il a servi, les spCeu-
lations sur la misire du people don't il a 616 I'aliinent princi-
pal sinon unique,- ont la plus grande part de responsabilile
dans la deplorable situation polilique, social et econonmique
que nous avons eu i sibir ces lemps derniers.
Le Gouvernement a done pris a cceur de realiser un deside-
raluin oil se renconlraient fi In fois loules les opinions et tous
les int6rtls. Depuis sa fondalion, la Banque Nalionale de la
Hlpublique d'Huiti, s'appuyant sur I'arlicle 12 de son Contral,
r6clamail le relrail ;i cors et A cris. Le Gotivernement de son
c616 etail conscient de I'enigemenet formel qui ressorlait pour
lui de cl anrlicle 12. Et de plis. I'inter61l evidentt di people
haitien commandait le relrail.
La Convention dlu 12 Avril 191u, sanclillnnee par la loi du
2 Mai suivant, rnple les conditions du retail en inmne temps
(qu'elle prv'oit la r6forme monetaire, telle du moins que cellte
reform pouvail 6tre enlreprise aux lemps actuels.
L'ideal efit le e en fel, confornmcinnl t I'article 12 de nolre
control dt 9 Seplembre 1!.10 avec la Banque. de de-
c'rler la fra)ppe d line I;ioi:niie d'or ihailienne. Mais I'expe-
rience conomique a deimonllre, en Hlaii come en divers au-
Ires payfs d nilleurs,-- qui'il e siillit pas de dcr6ler et de frap-
per n ndennai de bon aloi ; qu'il auil encore pouvoir la re-
lenir, el que cc re I'sullt no pen t tlre oblenn qu'1i la faveur
l'une 'orle proldulion alimenrlant un tralic don't la balance,
en progression conslanle. soil loujounrs en faveur du travail
national. Or nouls n'en soinmes pas encore la, et en attendant
I''poqie, prochaiine, esp rolns-le,- oil nailra pour nous une
lelle prosp6ril6,-- nolre ilntilrC bien enlendu n'est point de
Irapper line ionmn ic (1'or lialliennl e (lui serait vile exporlee
pour solder le decoi\verl de niolre commerce d'importation.
(:'est le I .\n'it I'.ll119 (le les operations du Relrail ont M16
iillagillre e n conlbormil 6 de I'arlicle 3 de la Convenlion. A
rclle 6poque, la circulation etait encombr6e de vieux billels
riduils en haillons par I'usure, el qui de plus donnaient lieu
sur le marcli depuis fin 1918. a une Ires forle speculation. Au
m6pris de la disposilion porlee dans I'arlicle 3 de la Conven-
lion. el qui fixe le change sur I'or annricain i Cinq gorrdes
piour Un Dollhrs,-- les sp6culateurs faisaient osciller le laux
le taux entlr 121l et l;.d o o el c'etnient les petils porleurs:
employs publics, salaries tie oules categories, paysan-pro-
ductleur,- q(lii perdaient In dillerence.
DWs le debut du relrail, le Deparlement d nc Finances donna
pour instructions it la Ianque et la Commission de Controle
du Retrail, de relirer d'abord de la circulation, el pr6feren-






- III -


tiellemeni, les billels en man vais Olat; A part la ni&essil de
soulager de ces hillels note circulation, il !allail aussi laisser
circuler les billels en bon Oiat, pour fire face anx forces dc.
mandes de Goutrdes (qie provoqueait nla livraison tie la rccolle
du cale, d-Octobre 199l in Firrier 1!'21
Mainlenant que ces deux ojectils onlt lI remplis, ii IIn a
plus de raison pour ne pas procl'der avec aI plus grande cele-
rite au retrail inld gral. Dailleurs, I: circulation telle qu'elle est
actuellement, et lelle qu'elle ser:i dlns les iiois q(li vnnl suivre,
est largenient suflisante pour ripoindre aux besoins tdl manrche.
(:elle circiiullion esl en effel ni :1l) M1;rsI 1919) de (i. san\ ir :

Bill ... .. ......... ('. 2 1..00(1
N ickel ............ 7.1001 00

Billcis provisoire tie Bl aiue :

Emission 1917.. ... .. G. 2.000.1)10
Convention du 12 Avril 191'J,
article 17... ( .).0UUO.0(l)
Convention du 24 ()clol. 191),
articles unique .. .5.001.00(1 G. 12.000.000

Billets definitifs de la BL.in[u'i',
valeur rerue le 27 F&vrier 1920 2 300.000

G-. 21.745.000

La Convention du 21 Ocolbre I !' atlorisnit la Ilnquc ;i
6mellre .)5 O00.O1) de billels provisoires, el evenluellenenI, surI
insuffisance dmionlr6e des 12000.001 que formeraient ces
5.000.000 ajouls aux 7.000.000 de la Convention du 12 Avril,
lrois noluieaux millions pour Iu'mission desquels il sufirait
d'un simple Arrtle d(I President de la RWpublique.
Mais le Gouvernement a estim6, avec just raison, que ces
Trois noiuveauti MillionI n'elaient point n eessaires, alors sur-
tout qu'allaient aboulir les demarches entreprises par le D6par-
temenl des Finances et le Conseiller Financicrie l'efTel de hiler
la preparation et 1'emission des billels drfinitifs.
Sur le nontant tolal des billets du Gouvernementi retraiter,
soit ............. ... ........... ..... ... .. ... ................. G 8.877.972,00








11 a i(! reliraiLe savoir:
Brilenmeni du mnis d'Aofit 1919 G. 159 000
c R. de Sept. 174.100
a c u d'Oclb"- 170.000
a ( ft a 1 Xe. 807 O).110

.. -' \:; I2; 1 .11111
i M a.rs .. .. 82'1 l .111111
Tolal an 30 Mars 1920 G.2.341.000
11 resale done Ai retraiter in'e s'iUmme e GliP .'36.972.00

Nonobstanl le rlril '.mine niolalule proportion des hilleol
dtelrior,, efefl'eclt dan Ics les riiiiers nois de 1'll!) (G.1.-18:3l.(01i
an 30 I)Wcembre) la speculnlion sc pir-lilpinil encore sur le
miarclh1, rentdani illusoire In 4aranlic du clhange ;i .' pour" 1, et
hlisant baisser le laux, come in 1918, tie 120 ;i 450 /0,.
Responsible vis-A-vis du pcuple hailien en gnenral et idu
Commerce en parliculier, dee c change i .3 pour I formelle-
ment elsolennellemenil aranli p)r naConveinlion dii 12Avri 919,
le Gouvernement intervint opportiunii6ent le 2 Decembre 1919
pour mellre tn lerme A une situation deventue intolerable, et
qui ne pouvail plus -lurer dnvanlage. II donna an dollar am&-
ricain la puissance liberaloire illimilee, en decidant du mdme
coup que les achals, rPglemenls el Iransaclions gfnerlalement
quelconques stipulesen (;o'ure's peulvenl de'sorniai; tre sold's
en or Oanmlicrin a 3 pour 1, el r;ciproqucmtn'cl.
Nous ne pouvons cie inos f'liciter n'avoir edicle une pa-
reille measure Ses conskliuences lhelrcuses ont I immediales:
depuis le 2 D)cembre 1919, la spcnullion a cesst come par
enclianlenient, et In slabilisation du change ;' Cin', GoCrdes
pour I'n Dollar est devenue ne ne videnle realil.
La puissance liberaloire illimilee donnee an dollar anmeri-
cain est la inise a exiculion pure et simple des articles 2 de,
lois du 2 Mai 1919 e tdu 7 Novembre e la meme annCe, sane
tionnant respectivement les elcux Conventions des 12 Avril e
24 Oclobre 1919 Mais le GoCiverncment ne s'en liendra pas lit
el le Departement tdes Finances prepare un project de.loi conlir',
la speculation, qui sera soumis aux delib6ralions dii Conseil
d'Etat, dans le course de la session ordinaire de celle annee

La Rflforme MonOlaire ellle qcelle rcssorl ides provisions de
la Convention du 12 Avril 1919, pouvalt etre consid6rne d&s
maiulenant come un faith accompli, il resale que nous devons,






- IS -


de toules aucons, allirer cliez nous les capitaux eitrangers pour
la mise en valeur te toules les possibilities du sol ha'alien.
La premiere condition eligible dans un milieu ofi le besoin
de capilaux se faith sentir, c'est In s1cutriti qiue ce milieu peut
leur olTrir, et hors laquelle ii n'v a pas it compiler sur leur venue.
Alais celle s6curite est desormais che. nous uin fait accompli:
grAce aux efforts combinCs de 'Occupation el de la Gendar-
merie, les troubles civils ne sont plus Ai craindre en Haiti; et
les quelques acles de brigandage accomplish ces temps derniers
dans certaines parties do nos plnines, conmme il s'en observe
d'ailleurs forl soiivenl :nns divers atlres pays, ne sont pas
de nature i afll'ecler la stcuril6 plubliliie ([uii au surplus est
parfaile dans Inules les parties du leri iluire.
DLeji d'ailleiirs, les canilaux traniigers, solliciles par nolre
sol si fertile, et toules les anlres conditions du success assure,
ont commence ii se diriger vers nos centres agricoles, et leurs
debuts sont as. z promelleuri pour que nous sovons fond.s A
en tirer argument en far'eur de cc beau movement. Nous
pouvons ciler a;vec avanlage I'Hlaytian Americnn Sugar CO, et
les belles pinnt:lions de la L'I'I rE \\'EST INDIES CoonPOnRArl
dans la plane de Saint-Michel et ii HON l rieos pris Port-au-
Prince, ( Verretles Plantations Incoi portion, o, la ( SociCle
Commercial td'-laiti o
Le Gouvernement doit encourage un tel movement el
pousser de toules ses forces ia sa plus grande extension, car
la est le salul. Sanscapilaux, inv eslis dans degrandes entreprises
agricoles,industrielles, comnmercialeset bancaires, le vase pro-
gramme 6conoinique que le (;ouivernement vcut execuler res-
tera inexecutable. ()r ii n'est ipas jiuste d demander I'iinp6t
au conlribuable snns lui rien tlnner eni relour, sans poser
les fondements de son lutur bien-ire inlalriel, moral et in-
tellectuel. Dans eel ordre d'id6es et ie Iproccupalions, nos
besoins sont multiples et divers, el i finut des capilaux pour
pouvoir les r6aliser, el cela dans de felles conditions que ces
r6alisations viennent ii leur lour rLtribuer largement les efforts
et les d6bours
Dans une lelle consideration, IrouvenI place necessairement
les questions suivantes don't I'imporlance capital est dispense
de toute demonstration.
GrandsTravauix publics: Canalisalion e end iguement,Routes,
Constructions de Wharfs el Qiuis. Constructions de certain
difices publics indispensable.
Fermes-6coles, ecoles professionnelles, ecoles normales,
constructions de maisons d'6coles.
Multiplication des en reprisesde momnienatnrequela H.A.S.C0
et la a United West Indies Corporation, ) etc.






- 19 -


Preoccupe coimm il I'esl de notre situation sous ses aspects
kconomique et financier, le Gouvernement ne pouvait rester
indifferent L I'un des co6ts les plus interessants de la question,
L savoir notre Delle Publiquip.
Si tous nos services publics fonclirnrnent *. quelques r-serves
pres oil apparaissent Il pliiparl de no is deiriderala A satisfaire.
il y a que depuis cinq annre:,, In double Detle Publique Exte-
riLure et Intlrieure, snhil un temps d'arrMt Le moratoire lait
de droit pendanl la guerre euiropl'enne. Mll;s la paix est reve-
venue, el hien, q(ue, pour lai pluparl ir .-, pnys qu'Celle alffech si
pirolindiiimenl t el ties points si divers.- I'& uiililbre des mioyens
ct des responsanllills ne soil pns encore retlanli,-nous sonmnes
lout tie mni'me obllies de considtlrer la necessilt de reprendre
le Service de noire Detle Nous devons montrer A nos crean-
ciers que la confiance qu'ils nous ont accordee n'elait pas mal
placee. Et d'ailleurs, puisque nous voulon reliever notre credit,
edifier une situation stable el desormais place A 'abri de
tous alas, noire premier devoir est de dtsinltresser les por-
leurs te nos )Delles.
A ce propos, le DIparlemnoii des Finances el Monsieur John
3Ic llheiny, Conseiller Financier se sont mis d'accord, apres
avoir miurement elutdi ensemille In question, sur la necessitl
d'entreprendre des dtennrclhes a I'ellel de contracler sur le
march am ricain un Empruni qui nous pernellra:
a) de racheter les Irois Delles 1875, 1896 et 1910;
Ib) tie fare lous re-lemenns que de droil el de justice sur
les litres de la Delle Int6ricure :
c) d'employer le solde disponiile dans les Grands Travaux
Publics les plus urgenls.
I Me Illienny est pnrli pour Ne\-York en Octobre 1919.
muui tie )leins ptouvoirs en lonne et due forme du Gouver-
nement, ii I'el'el de nl mission special qui lui a 61e confi6e
par nous. Revenue fin Dtcemlre pour conl'erer avec le Depnr-
lement des Finances, il est reparti en Janvier dernier. Ses
demarches conlinuent activement. Elles n'ont pas about jus-
qu'ici, parce que en raison dte la situation mondiale actuelle,
ne de la guerre, le monde des preleurs, sollicilt de parlout
A la fois. ne se decide qu'i, bon escient ct aprecs mures r6flec-
lions. Nous avons tout de nine de bonnes raisons d'esp&rer
que la question Emprunt recevra I)ient6t sa solution, et que
dans le course de la session legislative ordinaire qui va s'ou-
vrir bienl6t, le D;parlement des Finances aura A demander
au Conseil d'Etat de ratilier les conditions de ce Emprunt.
Voicile Tableau deno reDe le Publique au 30Septembrcl919.







DETTE Ex-rr.Elrtnr:.
Emprunt 1875, dit DO.MINGUE
6ch6ances des coupons :
ler Janvier, ler. .uillet.
Au ler. Mars 1920, il y a en circulation:
53.658 obligations A Fes 300. 16.097.400
52.581; Ions ie cons ns Fes 60. 3 155 160
Les annuilds ii scrvirjiusqi'au ler. 1J.232.j36
Alars 1920, par Ic iouyernement est
de Fcs. 4.353.-181.13, comme suit:
cchcancedii *1'.. an'. 1916 F'".481.314
S ilJ. ( ( a 481.31 1
4 .. Janv.1917 < 481.314
ii ,' ,fuil. (< a 481.314
i Janv.1918 < 481.314
<< Juil. < k ( 481.314
a Janyv1919 481.314
c i Juil, S a a Janv.1920 a 481.314
4.331.826


Commission 1/2 o/o, sui-
vnnt le control d'emprunt ...


21.659.13
F. 23,606.045.13


Emprunt 1896. dit de Fcs. 50.000 I000
eclieances des coupons:
30 Juin, 31 D6cenlire
Au ler Mars 1920, il y a en cir-
culation: 75.277 obligations a Fcs.
500... ... 37.638500
Les annuilts a servir, jusqu'au
ler. Mars 1920, par le Gouverne-
ment est de Fes. 10.187.806, com-
me suit :
ech6ancesdu31 D6c.1915F.I.129.155 I
'a 30Juin 1916 ((1.129.155
3 a 31D c. a'< 1.129.155
S a 30Juin 1917 a 1.129.155
a a 31 Dec. a a 1.129.153
A a 30Juin 1918 a 1.129.155
a 31 Dec. a a 1.129.155
a a 30.1uin 1919 1.129.155
a a 31 Dec. a a 1.129.155
10.162.400






- 21 -


Commission 111 olo sur chaque
Achdance, conformdment aux ter-
mes du contract d'emprun .............
Empruni de Fcs. 65.000.00(1, dit
5olo or 1910dela R6publiqu (I'Hallli.
dclihances des coupons:
15 Mai, 15 Novembre
Au ler. Mars 1920, il v a en cir-
culation: 128.042 Olligationsii Fes.
50(0...... ...
Les coupons tclius depuis Ie 15
Novembre 1915 inclus reslentl e
souffrance. Ils sc delailleni comnme
suil .

echdance du 15Nov. 1915 F.1.ljiJioo.52
< a 15 Mai 1916 ( 1.600.523
r 15 Nov. ( (r 1.600.525
S 5<15Mai 1917 (< 1.600.525
a 15Nov. ( <( 1.600.523
15 Mai 1918 < 1.600 525
S15Nov. < 1 6i 0.525
c 15 Mai 1919 a 1.600.525
x < 15 Nov. (( (< 1600 525

Commission 1/4 olo, sur claque
echdance,conformemenl auxlernes
du contract .


23.406 a 47.826 306






6-1.021.000













14.4-101.725


36.011.81


F.78.461.736,81
Tolal de la Dette Ext6rieure ..............................Fcs.149.894.087.94


RECAPITULATION


SOLDES.


: S/Capital Int. & Coin.


Tolaux


Emprunt 1875 .
1896 <
S5l00 Or
1910 de la R. H.


19.252.560 4.353. AX.13 23.01i0 (1S.13
39.6f38. .- oi) 10.187 X0sil 47.826.:;30

64.021 000 11 440 7:6.81 78.461.736.81
120.912.060 28 982.027.94 149..94 0S7.94


Dif.iII LUIBS.








D)ETTE INTERIEUIE.


SOLD ES


lE I IITEL'lls.


.A1 31 Muar I i21.) SC. rr .At. I~ r. ud- 'To r. A

Delle InlW rieu e 1913 74,l 5 172.11. 121_.61,1.O11 7l8.1'3.lti
. 1'.'12 2 i.3i',. -0.235.01 'It i.i'U2. .i
I I i A'. 14 A.. 11.-.-).. 21 l i.. 13..il toI1 0 1iO I.40
S ,. 1, I. ".2 .-2l. 1l5. 1')ii. -2(i i' i.180..2 i
S C JJ1 .' i.. 2. !10.3li 1.: I 4 -22.333.; ,i

2.-263.226.3.5 6 4.5_3..8 -.Il8.0,0.33


DIlle Fullankr, fh.
0'e. O urn.

Consolidee 1-114
Creance de la Banque
Irrigation Plaine d-,
Caves -. .. .
Creance Fouhard
March des Ca' ~
Cie. F,:ee. ds l:;blei
CalhiJ rale dii C,,i,-
Ilailien ..
Archecichl elh'
.Ill e de Jacin.l _. ....
Ollipatioens de Ij Cie
II. de C
Valeurs accephlt. par
a Commission Fequiere,
Mexile el Pressoii
Arriere di la Ce..
Elaiiieunne dii \\liharl r
Porl-au rinciie


Dell, Flllil' h. (', .'
'le uliri'd '%

I.I lr llin lz. rn l' I IIr.f
el Merile el Pi e...oir
"'"Arr:ere di, a la Cie
lailienne du Wharffl,
I'0o l-aiv-l'rince


P, I A L\r. L


1.111.2-4.11
1 7::1. 1 :i NT



i. 120i l. i
:I',. l.' ,l .
I i i t .i.i

Ji...!i j.S.I.


I I I .I. II l.).J

.'31 : 3.11 .


35q.'.,133.3


92.':7 1.'. ;i i.


I.N r Lt TOTAL. X


4 1. 31 .513 1..-28.015.fi|
Ic. ,'sJ.'d.i I 8,'.89 .138-Xl

11.7,101.81 3.6I7 .21
7 217..i i 4l. l.7
Nsi. xj. t-2.I I

I I .1 ,'.i I.
-il.:jm~r(>H


9 I1.3 7 I. .'<


I i UI. 1 ..O3

3:136.000


;3.,.833.31


7.',03l.8
-.i : t. 77.2.>


I1.'II'\! I\T* ' AI. \L .%



2.' 8. 2. obS.9y.2 2



2. 10i6. 20 .6 2. 103 208'.67


---~---





- 23 -


Bien que noire negoce en general ne soil pas encore revenue
au degr6 d'aclive prosperity des beaux temps d'autrefois ( p&-
riodes 1885 1888- 1890/'1895 ). il reste evident toutefois
qu'une sensible nmalioralion se dessine d6ja de ce c61t-la.
Nos receltes douani(.res pour I'Exercice 1918/1919, accusent
les chiffres suivants. savoir :


Port-au-Prince . .
Cap-Haitien .... .
Gonaives .. .
Porl-de-Paix
Caves .
Jacmel .......
Saint-Manrc
Jreinie .
Petil-GoCiive
Miragoine
Aquin ..
Forl-Liberle
Mole-St-Nicolas
Ouanamintihe .
Glore ..
Bellad&re

Si a ce total nous ajoulons
celui des Recellcs Diverses.se
decomposant come suit pi r
arrondissemcnl financier:
Pelit-Go.ive -.
Port-au-Prince.
Cap-lHatien
Caves
.acinel
.l'rem iie _.
Saint-Martc
(lonaives
PIort-de-Paix
Miragoainc
Aquin.
Fort-LibertlL
Mole-SI-Nicolas.


OR ,\MEIRICAIN
P. 2 047.597,08
,* 726.000,52'
313.633.81
<, 201 057,55
, 399 839,02
, (114.548.701
,. 152,731.12
, 239.6i(i8.0.
295.28.21
,, 78.769,76
*< 31.871,59!
,, 15.559.36

, 1.757.23
,6, 4t 1

P. 5.1-18 871,48


P. 2.3713,00
S 8(it. 130,01
7.914,47
, 16 53ih,28
2 576,73
1 20)3,72
2.666,2:5
,, .95.7,13
S 8 677.71
3N 1.64

150.00
,, 75,00


MONNAIE NALE.
G. 1 698 919,95
, 410 099,76
cc 157.593,35
S 100 483,82
,( 271.919,96
151 693,1:
S 82.969,15
,, 75.7-19.30
,, 1004-76,29
19.235,17
3 569,17
S 6.600,65

S 3.505,8-
,, 14,35

G. 3.082.619,71


13.323.80
420.378,47
27.198,71
13.931,51
26.033,83
7.872,37
9.623,18
29.858,05
6 220,72
-(.i i. V.5
4.998,31
4.281,50
1.502.62


'nous iuri.,ns un In.ial '. ae' l I'1, P. 5.283.9153,47 G. 3.052.4i0,0ti

qui mis en comparison avec celti de 1'Exercice 1917-1918,




204 -
soil P. .3.39.906 1i 1/2 el G. 2 104.534A.3 fail ressorlir en fa-
veur de 1918-1919 une plus value de :
P. 1.J'i'.0'7,0612 G 1.2' 92,5,63
Les chiffres des 4 premiers mois de I'Exercice 1919 1920
sont aussi des plus encourageants dans le mrme ordre d'idees.
Si biea que sans fire monlre d'un oplimisme injuslilie, nous
pouvons des mainlenani prt'voir que la progression ascen-
dante sera maintenue dans I'celle dti notre fiscalil. Voici
le releve des recelles d Oclobre 1!i19) it Ja1invier 1920 inclisi-
vement :

IMPORTATION EXPORTATION
MONNAIE NALL. Oi \M11.HIC. MONNi EL NA .1. On A, E' iC.
G. 1 809 383,28 P. 1.1171.256,99 (;. 3.180,83 P. 1.069.170(1,16

Dans les Recelles Diverses soul comprises celles provenant
de la venle du pa pier limber, ties limbres-posle, limbres-
mobiles, caries postles, cheIques limbres el limbrage de livres
de Commerce. Celle branch imporlante du service public,
don't le fonctionnement laiisas ii lanl i La desirer autlrefois, accuse
depuis pen une progression salislaisanle qui esit de bon 1au-
gure pour l'avenir,
A ce propose. le-,, deux rapports suivails de la lBanque Na-
lionale de la Republique d'llaili, el qui se refe'rent respecli-
vement aux Exercices 1917-1918 el 1918-1919, sont fort uliles
A consuller, parce que des plus edilianls. C'esl pourquoi je
trouve opporlun de leur donner place dans le present Expose.

'Tlm' NnE 21. I'It I--il-lI'li i ,. h' 1 lit i',l bin I',l,'11 .

IBA QL I \ N. J IONALLE L LA HIiI'L'iBLIIQL I)'A11 I1.

.Il S.'T ih'' liii'L'r d'Ehltl ds Fim neAi 1' l V ti C(TI in e, rc',

EIn son hliel.
MonSiictiur IC StIrL'liirL tilTl til,

Nou. i avons I' inniIctr tIe otis remellc r, sous cc pli :
to.- Helev6 des Recelles de
i'ann6e 1917-1918 pour vente de
timbres G. 27-1.201,05 P. 3.320,17
2o.-- Relevev des Depenses 4 21 25),69 j 315,.59





- 2 -


30. Silualion au 30 De-
cembre 1918 descarles posta-
les G.....
4o. Siluation an 3i0 )e-
ceinmre 1919 des Timbres-
posle Or
des Timbres Taxes Or
5o. -- Siluation au 3U l)e-
cembre 1918 des Tinlbres
mobiles 1903 (Or).
io. Situation an .ll I )W-
cernbre 1918 des. Timli es-
poste G..
ties Timbres Taxes .
70. Silnalion au 30 I)k-
cembre 1918 des Eslanipil-
les
So. Silualion an 30 DI(-
cembre 1918 des Timbres
mobiles 1903 -
9o. Situation ant 30 Dk-
c'-mbre !118 des Timbres
mobiles 18801
10o. -Sitlation au 310 D)-
cenibre I !8 des Papiers
limbr6s ct pernmis .
Ilo. Ln eint rebsuti :


3.172.82 Or 3.403.47


Q 4.56.799.39
o 30.657.22


1.019.302 65


51.3-13 12
2. .S i ..5.5


1.722.819.'1 0


1.043.(J07.45


21 1.6020.48


370.71J.5. 1


liecelles. Les Recelies du present Exercice ont laisse sur
1916,1917 une plus value de. G. 50.611 61 el Or. 76.27.
,iclenci';s Ces auxiliaires ont beauicoup aid tIl I'ecoule-
ment des limbres de loiles categories que nous a\ions en
stock 'est grzice a eux q(tie Ics recelles dii Service du Tim-
bre ont alleinil u1 chifl're atssi i'lev 11 y a de brands avan-
lages pour I'Elnt i les uliliser.d'abord 1parce (ile leeurs achals
lie se font qLu'nu complaint ensnile iprce quie les limbres
qu'ils n'arriveni pas 'i pI:l.er restenl :'i leur charge.
La renis.' del Ia "/,, faile A lous les vendeurs de limbres s'est
1Ievde ai : t 22.91,8.88 (Or. 286. 39 pour toule la Fde-
i)uli(lu t; i coIibeI Sse .raienlt ele\'S s I frais du Service de
la renie des lillmhre i I Ll:II. sipprinmant les auxiliaires li-
cenci's., -:onlidiicii Id l \a t vile dt limlbrI s i's des fonclionnaires
special ..
Fonclionnaireie licencics. --N Nous savons du resale les pines
qu'il a fall depenser avanl de rentrer dans les avances. en
timbres que nous avons failes depuis 1913, et pourlant lous




- 26 -


les compiles datant de celte 6poque ne sont pas enlierement
r1glIs. Plusieurs de ces ddhileurs sont inorts laissant une suc-
cession obdre: d'aulres, quioique vivants, ne rtglent pas,
d'ofi perle pour F'Etal.
II v a done lieu de supprimer entli&rement les credils lout
en laissant IIux fonclionnaires designs dans I'Arret6 le be-
nefice de In remise de 1U o o sur leurs achals au cGinptant.
Timbre'.-po.is.- Quoiqu'on dise, I'id6e qu'a cue le Gouver-
nement de tr:insformer en types de G 0.01 et 0.02 et Or 0.02
les limbres qui ilaienl sans emploi et qui encombraient en-
li.remenl nolre stock a et1 heureuse. Ces Iranstormations
nous ont permits d'ecouler prolilablementl pour I'Etat plus de
800 000 timbres qui lui ont rapport G. 10 (103. 10 e Or. 2.688
landis qu'ils n'avaieni coillI que G. 8.001) que serait-il adve-
nu si I'Eltl, Ifisaniit I alliire ldes philaltllces, avail plutol
commander ?
lo. Les limbres non siurclIairL' s seraient reskcls invendus el
finiraient p)r toml)er en i)ourrituire on scriient mangts par
des vermines et I'Elnt peLrdraiit G 8.000 : 2o I'Etat aurail
paye a Iheure acuelle les nouvaux nouau all moins 1 1,2
centime la pi-ce ; ce (qui (ccanicnnerait tine sortie de Ifnds
de G. 12 0011. En suivant nos suiioestions I'Elal a done sauve
ces (. S.(00 ct rtalise un benelice de G. 2.003.4(0 et Or 2.688.
et s'est en oulre dispeinse d 'une ddpense de G 12.000.
Commandle.- Mais hienl6t tout le stockde timbres in tiles se-
ra Cpuis' ect I'Enat devra dresser tine conmmande i l'Elranger.
Le prides linilres est augmenie a New-York et en France,
I'Etat va-t-il payer ces limlbres A G. 0.01 el dcmi pour re.
prendre une cerfaiie quantity a G. 0.01 ? Nous ne le crovons
guiere. Pour ne pas perdre, il lui faudrait done augmenter la
laxe poslale.
Ta.re posuale. -- II est certain que la loi d'augmentation dti
celte taxe fera pousser des cris i plus d'rn. inmis si I'on se
donne la pine d'etudier le liril' postal des aultres Pluissan-
ces, I'on verra quie celle ,auLmenlation est ndcessaire. En eflel,
en comp)arant le (quantlum ques aulres Nalions nous voyons conmbien nons avons Iou -
jours elC hleureix. II West done pas trop It6 de demander a
tous d'elre g,.n rrelnx a Ilt'r luImr
En general, la taxe intlerieme ties lettres est l c~ale Hau 2 .
de la taxes payee pour I'Etrnnger. en Iliili elle es tie 2 25
seulement. Notre laxe int3lrieure represent le 1'5 de ce
qu'elle est en Anglleerre ; les 2 1.ide cee qi'elle est en France,
aux Etats-Unis, en Italie.
L'Elat d'Haili esl-il plus prosper que ceu\x d'Ang!elerre,
des ELats-Unis, de la France, de I'Ilalic "






II v aurail donc lieu de porter la laxe interieure A G. 0.05
ouI 0.10.
Une auire raison de celle augmenlalion est le chilTre du
Budget duL Service des Posies ,qui s'ilkve A G. 137.001 et
Or. 8.000 Par suite d'une :lugmnenlation rationnelle de la
Iaxe, le produit de la vente des limbres-poste pourrait cou-
vrir le monlant des valeurs allouies h ce service Pendant
I'aunme 1917-18,1eproduil a ete de G. 19.1-11 85e Or. 9.212.18 ;
sans voucher a la taxe extericure, la seule augmentation de la
laxe inlerieure i G. 0.115 donnerait G. 100.000 a G. 200.000.
Veuiillez aigrer, Monsieur le Secrieaire d'Etat, I'assurance
de nolle hale consideration.
(S) Cni lF'.\~C liUJ(Y, O. SCARPA.


Timlbre No. 57. Port-au.Prince, le 2'i IF' ier 1920.

UANJL.': NArTION. \.l : U I A IlP LLQLI D'Il.rITI.

A it SecrWlaire d Elu(t ds .'FiiinceS el dl Contmnerc'
En son t111el.

Monsieur lc SecrLlaiire d'Etal.

Nous avons l'honneur de vous remeltre, sous ce covert:
lo.- 5 6tats relalifs i la silualion des stocks de limbres an
30 Septembre 19!19.
2o.- 0 ctals relatilr t ces mneimes stocks nu 30 Decembre
1919.

Erercicet 1918-19!,- Les recelles pour cec exercise se sont
clevees a :
G. 272 U1ill,71 I P. i .i5,.1'.,31
colitre 271.20-l.!15 :. 320,17 pr. I'E 17-18
d'ou 11iL' 11uiillo-
\alue de . . G. 1,3 ,
el ine )lus-value
ti. ..................... P. 13.631,13

Si nous ieuniisons Ie tout en une monnaie unique, la plus-
value sera de :
P. 13.387.09 on G 66.935,45






- 28 -


Remise.- Le monlant de la remnise devaiil cire de :

G. 27.296,97 P. 1.6935,13
il n'a ii- uie . 22 15 ,81 1 i i16.88
d'ou uine econo-
mie tie. ...... . ..111.16 P. 78,55
Fruis.-- Lrs f'rlis pour 1917-1918 onit el de :
G. 1 2( 1.81 P. (i3 20
pour el Ex. de. I :12 S,(;1 2-J.!'2
G. 63,83 IF 3',2
d'oui une economic de ... . . 22.51

Piieport.- Nous avons, du leI. ()Oclo)re a :;I Decenibre
1919, vendu environ : 15.736 passeports de G. 4 et 334 de G. 13.
Ces chiffres sont assez 6loquents et laissent comprendre les
depliacemi-nls d'hommes qui se font entire Haiti et les Antilles,
entre -H.ili et I'Am6rique et 1'Europe.
II est presque certain que la plupart de ceux qui sont par-
lis pour I'Aminrique et 1'Europe sont revenues au Pays ; il y a
tes doules pour ceux qui sont all6s aux Antilles et principale-
ment A A:ul)a.
Le cliifnre de passeports de G. 4 vendus, indique a pen pres
le chiffre de I'6migration. En estimant A 20 o0o le nombre des
limbres eml)loy6s par les tribunaux ou non emlployes. el ce-
lui des einigianls rentrds, nous pouvons dire qu'approxiima-
livement 12 )()0 hommes ont laiss6 le pays de Septembre 1918
A Decenibre 1919,
Tilmbrps effJts.- Du ler. Octobre au 31 D6cembre 1919, le
monlant des timbres pour effects de commerce vendus repr6-
scnie :
G 47.015,90
d o0i nous dtiduisons en-
viron . . . ... 15.000,00 cmpllo~ -s A d'autres fins
(3ord. tie tlouinecs. or-
donn:'ulces . . ... G. 32 015,90
el non emlplo&es.
Si nous accordous auix alfaires sur place 30 olo des limbres
employ',-;. nous pout\ons approximativement 6tablir que pour
les 3 mois
G. 9.60l1,75 de limbn). ounl l dppliqufs s( G. ,"8.4191.080 d'elT-is
" 22 411,15 .' ". -14.822.260 "
et qu'en ce qui cancerne a moius . . G 83 211.3'0
d'affaires la oi a ld appliquee.







-- 29 --


Comnandm tie T7imlrl'is-po.le'.- Nous nous permellons d'al-
lirer voire attention sur les stocks des timbres-poste en dol-
lars et en gourdes qui soni presque epuises Tant bien que
mal on a pu tenir la main en transformant les timbres forts
el ceux invendables. Mainlenant que nous n'avons plus de
limbres A transformer, il v a lieu de faire acliver la conmande
laneee A I'&tranger. Nous ne saurions trop reconmander A
votre Deparlement d' eiter d'a;oir en slock des timbres de
lot oitls types n I'Lcouleloinoii esl s presque nul.
(:'min)llltnIrde d,- ptlpie(' liimll',. Nolre derniere command
de paper timbre a ;1 pui Ie sock de paper a filagramme en
d&pot an MaL;nsin Ceinlral de 1'Elnl. ominme le paper limbre
ecouIle rapidemuni, if y '. lioe tid I nicer iimmn .lialement utine
conimande de papier f Ne\\-YNorIk.
l.a dern iOre comimanude IL' 53)5.i li.0 fteilles de 17 x 22 pouces,
donnant 1.070 0UU) feuilles a et rescue le 1-1 .Jian ier 1919 et n'a
dur6 quii'une ann.e
Celte comqnLltde ui avait coili '[l 'C 'Elal I. or 5.588 ,835 aura
rappoirte G. 121.250 pour les 882.5.i)n 'euilles doubles qui au-
ront t61 limbrets.
Nous sommes hetiieux de conslaler Cque d'annie en annie
le service du limbre acquiert plus d'imporlance et devient
une source certain de revenues pour I'Etat.
I.orsque I'observalion de la loi sur le limbre sera stride,
les produils en seront considlerables et I Etal pourra, -t bon
droit, computer sur celle branclie de recelets dans collaboration
de son budget
Noire Etajlissement s'est loiijOurs fail le devoir de se con-
former z celte loi, el n'a jaun:iis cess de rclamer de aes
clients, [ant fi I'ort-ati-Prilnce qu'en province, sa rigoureutse
observation.
Bien que ce service lui cofile cher et occasionne beaucoup
d'ennuis, notre Banque, qui est Ioujours heureuse de preter
son concours au (Gouv'crnement. pounrsuivra cinergiqueient
la ltiche (u'elle a assumi6 de fire du Service dti Timbre ine
branch inmporanrle de revenues et une base pour la stalislique.
Veuillez agree. Monsieur le Secrdtaire d'Elat. I'assurance
de notre haute consideration.

(S) CHS. FA.NCK ROY (S) W. II. WILLIAMS

La loi du 6 Aofit 1919 reorg.inisant I'Adminislration poslale,
est en pleine application, et d&jii les lieureux effels des dispo-
sitions de celle loi se fonl sentir au bend'ice de cetle branch
importance de 1'Administration publique.
I'Administration gencralc des Posies d6ploie d'ailleurs Line







- 30 -


louable activity e de constants efforts dans la direction de ce
service. El les resullnls ohlenus nons permeltent d'esp6rer que
le tenps n'est pas loign& oi Ia Posle ihalienne non seule-
ment pourra fire ses frais et n'tre plus line charge pour le
Trtsor, mais encore deviendra une des sources consid(rables
de notre Budget des Voies el .Moyens.
C'est pour nous un but fi poursuivre avec perseverance el
continuity, et nous devons nous v consacrer r6solunient de
lelle sorte que nous ayons, avant longlemps, Is salishfction
de voiir le succs couronner nos ellorls. El ce (ii. tle ce che'f,
est vrai du Service Postal, 1'est n isi an mniin.iel dgrtie h Iis
les services publics sans en exceptlcr liictun.
A la loi postal du 6 AoCt 1919 est anniexic tin lnrifl qu(i m1o-
difie les anciennes taxes, et qui cree ):irp stile de nouvelles
quotites de timbres.
Une command de timbres-poste, conform6ment a ce laril,
a 6t6 confide A 1'American Bank Note Co., par 1'entremise
obligeanle du Conseiller Financier.
Par le Steamer Gen. H. F. HoDGES,de la Panama Line, arri-
v6 de New-York le 28 Mars 6coulM, nous avons re.u Ll pll'-
mier envoi de .1 000 000 de timbres a valoir sur la comimande.
Les envois se suivront r6guliBrement dt(sormais, el nous espt-
rons &tre en possession, avant longtemps,de I'intlgralilt de la
command qui doit comporter au total : 7.00l))0.000 de lini)res
divers.
Par suite de la p6nurie de timbres de consommation cou-
ranle, I'Ad ministration Postale se voynit oblige, depuis assez
longlemps tdailleurs, de changer constamment par surcharge
la quolil des limbres exislants. A la verile, c'elait le seul mo-
yen d'&couler des timbres de haute quotit6, qui n'&taient gunre
employs, el qui encombraient,sans utility aucune,les coffres-
forts de Ia Banque.
Je me plais i Vous rmettre sous les yeux, Monsieur le Pre-
sident, quelques extraits de l'important rapport en dale du 29
Mars 1920 que le Departement des Finances a recu de Mon-
sieir Lamiell, Inspecleur de r'Administration poslale. Votre
Excellence y verra quie, comme il est dit plus haul, cetle Ad-
ministration sc defense de facon remarqutable pour I'amelio-
ration constante de ce Service.

Monsieur le Secr6taire d'Etat,
q L'Administration Genrale des Postes a 'lionneur de vous
v soumellre le Rapport succinct suivant concernant 'annie
a fiscal 1918/1919
a Le total des receltes rdalisees au move des operations de










venic et du produil des casiers s'slt clev' ploulr I'ann6e bud-
( g6laire perimee au 10 Septembre 1919, a G. 90 708,99, con-
a Ire G. 69 48,253 anuxquels se chilTraient les recelels g6nrra-
a les de 1'Exercice precedeint.- soil une angmentation de 30
t( ,.o, appert tableau ci-dlessous indiquani le monlant des
a recetles encaissc.es pour les six annees anltrieures, c'est-A-
i dire de 1913 A 1919 :

(;l'Rfnir () ,ARONNEMENTS C.ASIERS
(lOL'HI)FS
Ex. 1913 1I 1- ") ).i. ; .21 .il..ul..NN


S 1916 17 14.-ii38.52 x.,.35.21
S 191718 19.498,.05 9..2916,J11 2..5(J
S1918 19 29 910,39 )10.885.86 6.338,80

Pour I'anni6e dernimre, les ees chpenss 'eleviient Ai G.
a 119.89?,62 d'ou il z'esulle 1ln dtlcikit de '6 29.18,363. A ce de-
f icil, nous pouvons encore a.jouter les frais de Iransil nnari-
, lime, noire part conliriotive dtans les Irais communs du
( Bureau InlernI ilionnil, le coil d'iinpression des timbres uli-
I. liss pendant I'exercice.-- values ensemble I (. 3l.000O,-
a soil un lolal delicilairc d'environ G. ;6O.I00 pour I'anne e.
, Cependant les recelles de I'an passe onl ele plus elev\es que
a cells encaissees duranl Ils six dernieres annees: les seules
" qui soient dignes d'etre notes si-pariment sont affCrenles i
SI'nnnn6e 1913-191 1 pour laquelle elles s'Xlevaient a G.85.095,68.
L'augmnentalion de recclles conslalee est due a Irois cau-
<, ses principals. savoir : lo.--- les facililes apporltes dans
It noire Service dI'change inlerieur par la fr6quence des expb-
a dilions:- 2o. la conliance idu public revenue dans le ser-
a vice;- 3o. I amelioration risullant lanl pour le lari' exte-
f rieur que pour le tarii interne de la cessation des hostility s,
a nolamment it daler de la signatures e de armislice signed en
* aulomnede I'annne 1918.
( Duranl le course de 1 Exercice Ibtdgelaire i)rimrn,beaucoup
a de projels ontl ele lablorLs pour l'amelioralion du service,
, doni le plus important est I'adoption d'une loi organique
a sur la Posle qui. sanclionin'e le 3 Aotil 1919, a 6it mise en
( vigueur le ler Oclobre suivant. 11 esl certain que celte loi
< renferme encore plus d'un point d&l'ectueux, mais elle n'en
,, constitute pas moins une base pour tous les changements i
( adopter dans la conduile du service. L'exprience ne man-
( quera point, Ieureusenient, de nous sugg6rer l'idee des oc,







*1 ,.'2_


(C casions favorables 'l I'application dce InesilCes a'vanlfageLOses
a pour le service en general.
La plus urgent revision qu'il convient de fire dans cetle
a loi organique a trail fi la question de larif Avec la taxe in-
Ilrieure de 5 cls. de gourde par 15 grs. ou fraclion de 15 grs.
v applicable aux objels de corre:pondaince de 1&re. classes.
( I'Administration se Irowve il:in: I ni-possibilite de r aliser
,i des recelles su'fflsnfles poiur c i Im ih es dt penrses It-.ilimecs
Elle se verra toujours cn I1.1:'.- l 11 dIlicitl ;ipprI ialle el
a don't le moindre d .s effels sera de coiitrarier de plus en plus
v le d veloppement diu servic-. P.ar exemple, les depenses
a pour le Iralic intl rieiir ilurintnI ]anne, p.isstv se chilfiraient ;'
G. l0)l.l(00 en viiron I es r i'elts ;' pie-;i prt's ;i (G. 37.11)l1. -
v En alpi )lltluanil 1i noni veill l\'\l li\i't.'1\ 'il- le Iioiirde. on
a peut estimer les recettes pour Ie sIriel iulerne ii (G. li7.0AIl,
a et il en r6sultera tout'de m6me iin ldelicil de G 33.00(, ni)-
piroxinaliv\ementl.
E Etant donnee la modicitR des salaires accords aux pos-
a tiers, il y a urgence de leur consentir Line augmentation
q annuelle, en vue de les rendre plus attaclies it leurs devoirs:
a aulrcment. ils dteerteront I'Administration pour profiler de
la premiere occasion offrant I'avantage d'une situation meil-
o leure. II y a lieu de remarquer que si beaucoup plus d'arne-
a lioration.s n'ont encore Ct6 notes dans le fonclionnement
a de la genCralit des )Offices postaux, cela est dfi surlout Ai
a 'insurfisance intellectuelle des agents employs. II importe,
a en consequence. que cc personnel peu convenable soil eli-
Smrine el remplac6 par un autre compose de meilleurs ele-
a ments U(r bien que ce resultat ne doive tre oblenu qu'avec
( le temps, il serait bon de pr6voir d&s mainlenant des salai-
res conforines aux cliangeinents rev6s, A noler aussi le de-
r veloppement des imoyens de transportation necessiles par
SIl'augmentation graduelle du volume des correspondances.
, Les depenses (i y consacrer iront s'augmenlant sans cesse,
v puisqu'il faudra que I'on prenne en consideration ce service
ai de transport dans iun degr6 proportionnel ii I'intl6et gran-
a dissent qu'il presence. Nous en dirons plus long dans une
( autre parlie de cc rapport. )

(;olis PosltnlI.- Sci ice Intlllltieur.

a En verlu des dispositions ti la nouvelle loi, un service
d'expedition de colis pour I'inlericur a elt organism. Le public
aussi bien que I'Administration n'a trouvC jusqu'ici occasion
que de se felicilcr de son Ionclionnement; I'un A cause du
bien-6tre qu'il en lire it peu de frais ; I'autre, en consideration






3J. -

du movement des recelles. Cependant. faule de movens de
transmission bien assures pour ces colis, il a fall les grouper
en deux categories distinctes ceux admis au poids de 2.500
grms.pour pouvoir etre expedies par courriers i des localitls
non desservies par bateau ou par voie ferree, el ceux admis
jusqu'd 5.500 grins. par ce que pouvant jonir de ces facilities
de transport
a Relativemelnt A I'change des colis postaux pour 1'elranger.
cc Office n'a conclu de convenlions concernani ce service
qu'avec la France, I'Allemagne el les Elals-lnis d'Anrurique.
I.e service avec I'Allcmagne nI.'; p:is I'l'iT lr'tI repris, p]ar rapport
aIx conditions exislanles entire le.' denx Dlais. Les conven-
lions en vigueul entire Haiti el la France et entire Hlilii el I'Alle-
magne prevoient lun service d'echanie plulot restlcint II serait
bon, si possible, de les ( modernissr, c'est-a-dire les rendre
pareilles i celle passic entire ia liepublique d'Haiti el les
Etats-Unis.
t Depuis quelques annees, les coils provenant de I'etranger
sont retenus par la Douane des l'arrivee des navires, aux fins
de contr6le et pour tlre ensuile livres direclenient anx avants-
droit. En conformilt des regleinents poslaux sur la niatiire,
cetle Administralion a dli dilelguer 'un de ses inembres au-
pris de la Donane pour une verilicalion collective des envois
a Durant I'annie dernii're, une entntete a e1 conclude entire
cet Ofice de la oe I I)o pour I'npplicalion d'une taxe de 5 cls.
or, sur chaque colis ii liver, indleendammen dtes droils a'-
I'rents aux marchandises conlenues dans s les colis,- ce, con-
iormniment aux rglemeneis regissant ce service. An moven de
celle laxe additionnelle, tine encaisse a pu tire oblenue d'en-
viron G. 1.500 par an verses au tIrsor public.
II arrive i chaque occasion iune grande quanlilt de pa-
quets originaires de I'Adminislration Irancnise, qui sont de-
nominms ( Echanlillons n el expidics come tels quand, en
r-alil., ils renferment des marclhandises passibles de droils
de douane Sil6t recus, ils sont dinienl livres A l'Administra-
lion douaniere pour control. Ce service rapporle un b6ne-
lice de plusieurs milliers de gourdes annuellement, car nous
savons que pour un seul arrivage il est fort possible d'encais-
ser plus de G. 400. o,
Transporlat ion

a Le project de transportation pour I'rtranger combine pour
I'inttrieur est le point le plus important du service, celui qui
conslitue, par consequent, mieux qu'aucune aulre parlie du
service, le but principal des efforts deploys.






34 -
Une leltre originaire te n'imporle o(i, silt6 rescue, esl re-
mise A destination presqru'au mneme instant; il a 'allu des jours,
des semaines, voire des mois pour sa transmission Celle-ci
pour etre lenle ou rapid n'a depend que du hasard de la
voie de transport, bonne on mauvaise. et de la distance du
Irajet A parcourir Le service postal d'un pays ne peut pas
valoir mienx que le moe de le transportation d_.nt ce pays dis-
pose. S'il y a des chemins de ter. ils peuvent dIre utilis6s a d6-
I'atl de voie ferree, si l'un Irouve de bonnes routes reliCes
par des points deaesaitom1obiles pourront ilre encore utilises
avantageusement. A.lis dans les endroils oil il taut franchir
les rivieres a ue. il i importe niLcessairemiet que le service
s'opre an moycn des bWtes de charge ou de simple pi6lons.
En un mol. Ic service postal min: rohe en raison direcle du
mode de transportation nilis:ible .lusqu' t celle dale le ser-
vice de transp jrt A dos d'animinau est le plus en usage dans
le traffic postal du pays.
SEn vue d'.irriver lu meillecir riisullil possible, in question
de transportation a led I'objel de nolre part du plus scrupu-
leux inlerel, qu'il s'agisse du service extirieur on du service
interne. Une lignre dd lcange direct a el etablic entire In lie-
publique et Crislobal, C. Z.- Celle ville est ulilisee come
point inlermi6dinire enlre Hlaili, I'Aimrique Cenlrale et I'Ame-
rique du Sud.
Tous les motuvenmenis de bl)teaux se rtllaclant au ports
haitiens sont libhlituellement suivis avec allention el, quand ii
v a expedition, les males sont tenIues ouverles au public jus-
qu'au dernier moment. anin de lui laisser ioule latitude pour
profiler de I'occasion.Les mallesapportes de I'exltrieur sont
classes en toule diligence ct les inldress's n'ont A souffrir
'aiicun delai normal impose A a Idistribution des envois.
Lne deplorable condition entrave les relations d'echange
enlre les Republique d'llaiti et Dominicaine. A cause du man-
que de bateaux. ce service est accompli par courier lerrestre.
11 existail deux points sur lesquels I'dehange pouvail facile-
ment seffecluer: Dajabon et Commendador. Mais I'Adminis-
Lration a el I'orcee de suspendre lout service avec ce dernier
bureau, par le faith des brigandages qui se commellaient dans
na region de 1'Esl. La seule voie d'echange qui soil resthe ou-
verle aux deux pays c'est celle de Dajabon \' la longueur
de la distance a parcourir. en suivant cel itineraire, pour ar-
river A Sanlo-Domingo, ii y a lieu de con.iderer ce service
d'change come tout-a-fail paralyse Atissi, I'Administralion
fait-elle lous ses ellorts pour pouvoir retahlir des communi-
cations plus frdquenles entire les deux IH'publiques. "
Les d6penses publiques de l'Exercice 1918.1919 ont et6 or-







- 35 -


doinnes sur la base des
I'ordre suivant :


douziemes budhdltaires arr-Oles dans

On AMfIT.IC.AN NIONNAIE NATIONAL.


Octobre 1918
Novcmbre ". ..
Decembre ".._.
Janvier 1919 .
Fevrier "
Mars "
Avril
Mai
Juin _
Juillet
Aoit "
Seplembre '


.i.


151.6916.97 1,3
168.604 856
160 591.43
139.516 83
1 8.).38; 7.ti1 2 :1
i.-l5.lili69.l09 2 3
153.311.9 1 2!3:
lli). I l09 2 23
1 19 28.18 2 3
150.1335.93 2;'3
2414.463 ,.3 1 3
16i9.392.51 2 ,i
2.011Ui. 139.:39


G. 358.838 50
" 333.795.78
" 318.285.11
" 315.645.11
** 315.465.11
" 31: .565.11
** 315.750 11
" :315.365.11
* 315.281.83
" 315.533.15
328 720 81
312.070.15
G. 3.8 10.316 18


Ccs douzimnes
apres-


out eilt acquilles dans les proportions ci-

On AMI'Rnic.N MoNN,\r: NATIONALs.


Relations Extlrieures
Finances et Commerce
Intlrieur, etc
Travaux Publics .. .
Agriculture
Instruction Publique
Justice .. .
Cultes
Pensions


82.213 70
253.028 28
132 018.011
14 615 01
10.452.1;4
38.918 ..53
31.(689.20
)0.527.1 1
2.925 00
616.41 9.6u1


19 87i.07
524.751 8!
136.81(i 8'
126.7-13.21
38.927 02
1 154.382.06
831.083.89
13 188.07
310.246.04
3 856.016 06


A ces d6penses alimenltes par Ics douziiumes budgtinires,
s'ajoutent celles provenant des Credits Extraordinaires arre-
t6s par Votre Excellence dans I'ordre suivnin :

MONNAIE NATION.\LE OR .\Minl.Ai,'.


Loi du 30 Oclobre
5 Flvrier
". 21 "
Ai rt6 "' 19 Mars
Loi 16 Juilelel
6" 30 "
4 1( i. 6
66 k I 66


1918 G.
1919
4* 4,


3 897.00


S 9 948 95
. 77.080 80
* 21.521.33


-" 5.000.00
2 471.00
2.000 00
1.250 00
S486.396.00
" 106.822 11









NMoNIr. NA. IONALE On AMJLRIC.AI
Arreld 6 Septembre -- 3 25.000 00
** 9 250 00 2.000 00
". .. !i.000.00
S." 855.88
.. 110 .. 3.000.00
' & L 745 50
G. 172.7 4.US $. ti41.5339.49

Le Bureau des Airciives die Ina r'pubillique. mnlloge dans un
local qui n'est iiilleimeii approplrie i la grniide importance
d'un pareil sert ice. a meril6 come il itait de n6cessilt ab-
solue, I'allenlict ties D,)p:irlemeniiis es Finances el des Tra-
vanx Publics.
Saisi tie la question, I'annne dernicre, le Conseil des Secri-
taires d'Elnt a dicide que le Ibiliment coislnrit en 1906 an
Posle-Marclhaind pour servir tie mn:irchie public, et qui d'ail-
Icurs n'a jamais 6OL ulilise, sernit appropri de e laon conve-
nable pour longer Ie u reai dties A.rchves
L'nc valeur de $ 7.1)111 I'lt inscrile i celle lin au Budgel
des Travaux PuIlblics. Exercice I1'. 192112. Le travail est en
voie d'execulion, el avant loiinlemps les important documents
confies a ce ILucrean. scroniU pi)l s danis in1 local convenable-
mien aminnag pour leur parnlaile conservation. El il scra des
lors necessiire de prevoir pour ce service ine nouvelle orga-
nisation plus en harmonies avec son incontestable importance.
Dans I'espoir que le present Expose aura I'honneur de
m6riter Volie hauled appreciation, j'en prends occasion pour
Vous renonuveler. Monsieur Ic IPr'sidenl. I'lomninage de mon
respeclueuix dthvotneniem t.
FI[ 1Nv FEQUIEIEH.


p











COMMERCE



Monsieur le President.

Notre Commerce national se ressent encore des fortes se-
cousses que la guerre europennea provoquees un peu parlout
dans les affairs en general On avait pu esp6rer que sit6t la
paix revenue. les transactions auraient repris, sinon dans les
conditions de normal slabilile d'avant Aotl 191-1, mais au
moins dans une note sutfisante pour allttnuer en peu de temps
les durs effects de la guerre.
Mais ces effels etaient a plus longue porlee (qu'on ne pouvait
le supposed. lls se sont manifestis, dans presque tous les pays
de la vieille Europe, par des Iouleversements profonds, des
secousses sans nombre, el qui prennent continuellement en
default la pr6voyance la plus entendue et la mieux avisee.
Ces bouleversements el ces secousses ne pouvaient manquer
d'avoir leur repercussion chez tous les peuples entretenant des
relations de commerce et autres avec I'Europe. Et necessai-
rement. les moins bien arms d'entre coux-la qlui devaient
offrir une moindre resistance i celte perturbation general.
11 v a la une lecon A retenir. et qui ne doil pas Mire perdue
pour nous: c'est cue dans la lulle Cconomique mondiale, toules
les circonstances, normales ou non, font advantage plutt61
ceux qui sont les moins ouitill&s pour en tirer parli. Cela est
d'obseryation courante, cans la plupart des pays silulis non
loin de nous, aux Elals-Unis (I'A,\meique notamment.
La guerre avait provoquii chez les belligierants des besoins
cqu'il fallait satisfaire quand m0nme el it tout prix: les Etals-
Unis avaient des products en grand nombre it offrir'it 1'echange
et cela leur a permis de drainer chez eux presque tout I'or de
I'Europe. Dans cc mnlee order e de faits economiques, Cuba a
beneficiC aussi, dans une mnesure remairquable, de la situation
cri6e par la guerre : 'exportation de son siire lii n rapj)n rln I
ld'normes benflices.
Nos relations avoc l'Europe represenlent jusqu'ici tun minii-
nmum danls Ie tableau de nos importations gcnerales pendant
I'exercice budgtlaire 1918-191. Le tonnage continue A fire
sensiblement default entire la France, I'Anglelerre et nous, et
les marchandises que nous recevons de ces deux provenances,
nous arrivent plutot en transit via New-York.






38 -

Par centre nos transactions avec les Etals-Unis d'AmCrique
accusent une tendance Iris prononc6e A augmenter de facon
conslante. El celle augmentation se manifesle aussi bien dans
le chilTre du tonnage que dans la valeur des marchandises
importees
Sous le rapport du tonnage, le pavilion animricain tient la
Ilie par le noml)re des baleaux, la frequence des voyages el le
monlant du Iralic. Vienl ensuil e e pavilion hollandais. lais
les Ibleaux de cell nallioinlil v\oyagent plulo6 entire New-
York el nos diffrenls ports el Ires rarernent entre Haili el
Amislerdam. )Depuis peu, nous recevons de temps en temps un
cargo de la Malle lloyale anglaise.
Iour ce qui esl (li pavilion francais, nous le voyons dans
nos eaux une oIis lous les deux ou trois mois et c'est bien
dommage, au double point de vue traffic marchandises et traffic
passengers Le tableau suivant donne le monlant total, par mois
el provenances. de nos imporlations pendant I'exercice bud-
gAIt.iire 1918-1919.

St(lisli(iuc Iimpiorition 1918-1919.

P i' ii..i\E I''iI-(Ini i1 Fraiimee lli.ntlerre A itres pays
M,,is.-- iil,.r', '.i,:.,.' i ,sI l,.71A97 ;3'.! .11.41-.43 21.022.72
v brll.re I 12" i2'l. l ii 10. IT. 11I 70.721i.21 9.290 4.07
S I..ircembi v. ,llI .01l.'. 10.L.i '2. 12.6%84 10 120. 177.3:1
.lm i,,r I :3'8~..2.:'- i-i.7liC.34 7&8.~81. J2 47.347.48
I"',1 r .i. I 1. 2:. l.:.; :11 .1'92.A l 7.843.68
l r 1 .2.,'.7.:., ; ,i i l I1 .1 .1 2.11 15.271.02
A.vril, 11.ii 1,- .Inin i.779. 17 ., 1.4 77.347.9l1 1:12.676..-27 23.478.54
Ani., Anul el S.-Il. ,.(.1 8. 11 I :..1 'i 129.29 9.09 3 32.27-.i.97
V'alriir I.ir il'il i .ll 17 i..:-3.i 325.268.12 b)::9.A0.75 265.739.83
\'alecur t'e 1 I'iiii,111 lalilni. r l .1IIal Oi .... 18 114.813.14.

Dans ces P. or IS I'.81i3.'lJ', la provenance americaine a
elle s ule iguire I)our une some global de P. or 17.01i.30'.7i4,
soil plus de ~1 olo ldi chil'lre total. (.elle provenance n'avail
fourni que pour u 223. 16l,23 en 1917-1918, el P. or 7 369.318.18
en 191li-1917 Ces cliil''Tiee dLmiontrent, de facton ievidenle, que
noire iniportalion de marchandises americaines ne fail qu'aug-
menter depuis quel(ques lips deji. que cetle augmentation
accuse une continuile soulenue, et cque cerlainement il n'y
aura plus aucune raison pour que ce movement se ralentisse.
Au point de viie global, la meme constatation est a faire, les
chiffres sona les suivants;








- 39 -


1918-1919
1917 1918
1916-1917 .


SP. or 18.144 813.44
9.03:1.3486.23
a. 7.369.138.18


Nolre importation a plus que double dans l'espace de deux
ans,
Comme suite an tableau de la valeur des importations, il
n'est pas sans ulilite de publier aussi le tableau des articles
divers que noire commerce d imporlation a recus des Elats-
L'nis d'Amerique en 1818-1919.

I'rincipau.u prltodils d'ori!iine a(iericaine inporles enI Haili
'pendlnl lh's quntirc trinme.sil'es de I'E.rercicr 1918-1919.


D ECEM BRE


I I '


II I.VIIL, I. .'L [i i \1.U1. ,ACi ; \LI.LES


Mhiir le. .. 11 .1. 1', 1
''a l_ .. .' .,t7. 1,i.
Sa\ lun .... I li 1.77:2
Hit.. . .. Di3.uli
Mlanlue ..
ieurre
Ilaren s saurs. .
Ilarenrs en saumwnur
Pure .-
Pomnmets de tleie.
Poissons sales. ...
R .rul .. ..... .
Faline . . ..
I';les alimnellair.s
Alumelle- .


Iluili de co' lio. -
,lanirLb.ns -- .
IConserve_ .
'roil .G-e
Su:ire ; ilil
USicq iream
k*ruIIIII ii .
Tai us d en ...... .
Ti us di els ...... -... "- ''


3 llt
i-i Iii


9! :





1 .; i l


13-J
1..331U


-- -- as
187 .



712 1/2 *

457 3/4
i17 .
fil .781









I''
i. .I .







I9
980


IC I I. ;IL I, Ni )VElIHli "E











1019


-.- 44) -

JANVIER


LIVI.Fs C IM'ES AniARILS


M noile : 1..1)1
''bae .. l).." i
Saiji .
F i . :1.. ,, .'i :1







.a inl ii s. .
ll.i'en. .111".- "
'" t illllllll r_1
n .. .. .



l'arine .. .
Pales alimenlairest ...............
A llu m ettes ............... .....................
B biscuits . .......................... ...... ..
Oignons. ....... .......
Huile de colon. ................... "
Jambons ........... ...................
Con-erne,
Frorage l
airr t \
.atuere, a11
M.illlllill
Ki'l.itillln


T'i u.-u. divel


.\AVll


M,',I uP..



Manl-i Je.
!le .nie.


.[ 1111
P ., ... .. . . .
Pommes de terre
Poissons sales
BFrl ..... .. .
fariue ..,.


I.ihvl, CAISSES BARILS SACS
3'.".. .i.13 .
217i.'j01 "
S 13.318
Il I, i ,N7 ", '' '
S 6.368 70 1|2
1.6i29 14
S 12.483
2.681
".. 1.465 112
667 225z
2" T1 3 112
3271 12
"t 133.87G


FV\'RIER


.i.:;i. 112

s.L' I
I
Ii



,23



2.342
5.485
381
43
304
21-2
384
2.',2
37


50

50
1.637


r.7




-.. ,.,I I
3-7

112

42









42
it



42
'1


MARS

S.\C B.4LE-S







*,






" 8.861 :


il i (
1. i t(
16 i.
i. .(



,


t i i
( i it,


*i ''-
ii ii
cc |i-I.


J 'IN


LALLES




i.

a'
.t






1 1


I _


I: l'










910 V\RIL MAI J.UIN
LIvnE, CA ISi:s BABnI.s SAIS BALLrS
Pales alimenlaires .9. 87 ".
Allum elles .... ... I
Bieuils ___ "i i 3 .
Ilii ous1 .. u "I I It I : I'
Illlie de f ,'1 %1 )
I l u l l e ,l l i e " : i '2 .. '
.linmbons 112 ".
C er-ies i'
Fronmat' 313
Sucre ..... .1 112 201i
Maquelrei aux. .
Saumnn .. 31
hPeosi .e .... . . 32.
Bacon .. 1 "
Beurre de bible :
Tiissis diers .. ...... .110


I.l .1LILLET ,\OUT SEPTEMBRE
L .k ii -EB- lnIL.S .ia(. BALI.E-

Min' . I .. .101. 1 1 1
Ta ac .. .. -iO.t ..
Savii II -. x.'i
iii . til.t .. ..i
Mlaui iil le ...... ..... .. "." '.'1.l2 l-'>
Heurre .. 1 331. .
Harengs sa us 5.3 -2
en sauinure 18
Huile ,l'ulive .. b., 1 .
Polc 2** "" I' *"
Poinines Je lerle .. '" -.i0 *0
Poissons sal-s r O l1
Rir ll .... .. ." 3 11 .
Farine ... :0. iI
Piles alinienluires' Il1
lluiiuneites 2.U:;1

ainsi (Ilic Ie tonnage general pendant le mni e exercise.









Qutalili de Tonnes de Marlhandises iimporlces en Huili
pendani I'E.crcice 1918-1919.


t" Trimerire.--










2t. Trimestre. -










3e. 'Irimesire. -










4r. Trin.lmre. -


Porl.au-Pril e. ....
Cap-lra ili n. . ..........

avni e ...... ............

rI'ti.i.e ...............



Alpiin ...............
SMiragone v .... ...........
Port-au-Prince .............
Port-au-Prince. . . . . . . .
Cap-Hailien ................
Cayes .......................
Jacm el........ .............
Gonaives ...................
Jer6m ie ...... ...... .
Port-de-Paix............
Saint-Marc ..............
Petil-Gobve ........ ....
A quin............... ......
MiragoAne.. ......... ....
Port-au-Prince ...........
Cap-Hailien.................
Cayes.......... .........
.acm el.............. .......
Gonaives............... .
.16rem ie ....................
Port-de-Paix..... ... ..
Saint-Marc ..................
Petit-GoAve............. ..
Aquin................ ..
niragoAne .................
Port-au-Prince..............
Cap-Hai'ien .................
Cayes.............. ....
Jacm el ........... .......
Gonaives ............... ....
.l1i Tm ie .......... .....
Purl-de-Pal\ .. .. .... ......
Saint-Mare........... ... .
Pelit-Goa\e ..... ..... ... .
Aquin ....... ... ..........
Miragoane ...............


;.i.3n.70
470.3:.l
3iS'.j-i
2i1.327

T.' ,-:1



8.54 6. 1 9.94
8,636.27
1.756. 11
1 .11 i11'. I .
'i"21.04
547.12
2 1.012
I.l .1..11)
405.55
327.61

s,3.... 1 .009.411
12.637.27
2.306.60
2.280.68
1.344.68

.>i4.Aj
974.95
765.31

*29.-i's
231.74 22.883.66
7.979.02
1.431.40
1.698.34
N 1. 1
803.23
47'I. I'
421.68
631.13
747.56
466i.86
158.79 15.209.24
b9.654.25 T
II-








Le tonnage accuse une augmentation de 41C,77 olo sur celui
de 1917-1918 (35.328.64 tonnes).
Si le tonnage A l'imporlation et la valeur des marchandises
imporltes out augmentl comme il est d&montri par les ta-
bleaux ci-dessus, cest la preuve qu'il v a dans nos affaires en
gCneral une reprise digne d'ilre nolte. II serait infinineut d&-
sirable que la meime progression [ilt observe dans le mouve-
ment de I'exportalion. Car, il fault bien insisted sur ce point:
notre situation financiiee el &conomique ne sera de tons points
salisfaisante que quand nolre balance commercial sera en
faveur de notre expo talion.

Yoici le lableau de I'E.portluion peildanl f1E.. 1918-1919 :


Caf& .. ...

Cale triage
Cafe brisures.
Campiche. ..
Cacao. . ....
Colon ....
Graines de cotton
Fertilizer.. -.
Ricin .-
Mas .. ..
Gaiac
Dividivi ...
Bayahonde.
Ecorces de manglier.
Sirop. ..........
F er ......... .
P ile ...
Peaux de clivres..
Petit Mil ..
Rapadoux. .. .
Chadec.
Palates.
Extrail de camp che
I'eaux de b ertlfs
Vieux cuivre.
Produits divers
( ire .... . . .. .
M iel. ..
Huile de cotton .......
Ecailles ... .
Sucre _.. .1..... ---


.. .... 88.898.568 lives


9.814 737
316.550
69.636.353
5.158.268
7 5.19 724
686.7'5
2.1i21.336
3 873.0.)6
795.775
5.239.575
2.281
8.000
361.992
150
153.6501
394.652
441.399
254
575
2.430
2 430
247.386
533 803
27.262
728.967
.44.067
1.826.025
448.054
2.831
. 8.473.964








Coco macaqu .. .. 12 lives
Acajou... .... 88.339 pieds
Fuslic._ .. 32.000 lives
Coprah 5.857 "
Cornes .30-'
Manlgue 125.625
Fioles \ides_.. 2.169 "
Comnme de nain' 2.018 -
Palma christi 152 788
Sablier 2.328 *
Noix ie coco. 6.020
N oix de palm ier ........ ................... h6
Ecorces d'oranges....... .............. 82. .-2 "
P lom b ....... ............... ........... ......... .... 267 "
R h u m .... .............. .......... ....................... 6

.fonldhi des droils l'Exporiation duranl I'E.xrrc 1918- '99 :

Or am6ricain $ or 3.315 205.19 Gourdes G. 7 379 45

Certaincs dthmarches out 6t6 entreprises nLuprls du Deparle-
ment du Commerce, A I'effet d'obtenir I'auorisalion d'impor-
ler des marclandises d'Allemagne. Mais Ic )Dpartement n'a
pas pu accorder cette autorisation, il ne le pourra d'ailleurs
rqu'apr)s quc le Conseil d'Etat aura ratified Ie Traitl de paix de
Versailles ; que les relations auront. t6 reprises entire I'Alle-
magne et nonus, et que par suite des consuls ct agents consu-
laires auront ele accrdit6s par nous dans Ics ports allemands,
el reciproquement.
Vers le mois d'Avril 1919, le D6partement fut appele a Iran-
cher Line question soulev6e par I'Office du Receveur Gtneral
et la douane relativement A la parity qui pouvail exisler entire
na livre el le kilo.
L'Lsage avait consacr6 dans nos douanes la livre de 506
grammes, en accord avec la mention suivante port6e i I'ap-
pendice du Inlifdouanier en vigueur, ( page 85 ) sous la rubri-
que a poids el inesures en usage,. -- a La livre frangaise de .3001
grammes estl dlo)plec dans les douanes. D
CependanI dans la courante pratique du pesage ; l'impoirla-
lion, pour convertir la livre anglaise de (0 k .153,5 ). on dilni-
nue le poids anglais de 8 o o, ce qui elablit la livre i' 0.489.73,
savoir: .. .. . .. 0 k 453,.10
8 o,'o .. ..... ......... ....... ..... ........... ........... 36,28 0 1 89.78

landis qu'a I'exportation les pesees elaient faites au kilo, et Ic







- 45 -


kilo valant 2 lives dle 50) grammes, il en r6sulle une diffe-
rence d'a peu pros 10 o/o savoir: 0.453,5
10 oo. ... .. 45,35
0.498,85

V\rilablement, ii n'a jamais exisle de livre franqaise de 500
grarmmes A\ni I'adopltion du system metrique,on connais-
sail I'ancienne livre francaiie qui a I'equivalence de 0 k 489.5
Lors done que In note du larit' parole de livre franqaise, cela
ne peui s'enlendre que des anciens poids, car dans les pays
oil le svslcme mlrique esl en usage, 1'unitl det poids est le
kilo el non la livre.
D'ailleurs les taxes douanieres soil loules prevues par livre
et non par kilo. pour les articles tarilcs au poids. II faut re-
marquer, an surplus, liue la mention porl6e en appendice
dans le recucil de la loi douaniere de 1905, poids et mesu-
res en usage. In livre francnise dte 500 grammes est adopt6e
dans les douanes. celle rnenlion ne tail parties d'aucun texle
de loi, ct que parlant elle n'emane pas du 1igislaleur,
D'aulre part, 1'arlicle 119 de la loi douaniere du I Seplem-
lre 1905 est ainsi concu : q Le tonneau leal esl de deux mil-
liers j peasants on -12 pieds cubes, measure franchise n, Or le
miller ancient poids francais, 0quivaul i 489 k 50. Done deux
milliers peasants valent 979 kilos,d oil la juslificalion de la livre
de 0 k 489 50
11 devenait urgent d'tlablir Iuniformilt de poids dans les
douanes. Nous ne pouvions pascontinuer, en ef'et, A laisser
subsisler dans notre service dounnier deux regimes de poids
l'un A l'imporlation, de 489 gr 50. et I'autre i I'exportation, de
500 grammes. Dans l'espece il fallait adopter le poids consa-
cre a Ia fois par I'usage, les dMinilions consaerCes et les dis-
positions de la loi dounniere ( art. 119). Le D6parlement s'est
arret6 A celui de 489 gr. 51., parce que c'est celui-la qui rem-
plit les conditions les plus probantes. Et c'est ainsi qu'il a don-
n6 son approbation i la majoration A 2 olo du poids de 500
grammes, unifnant ainsi d sormais Ic poids en usage dans nos
douanes, A I'imporlalion el it I'exporlation.
Le bien fondo tie cetie decision a Cl1 contest par la sociCt6
Commercial dl'Haili, li a inlenti unL process t I'Elal, en res-
lilulion de ce qu'elle eslime avoir pav de Irop sur ses ex-
porlalions L.'Taire esl par devant le Tribuianl de premiere
Instance de Port-au-Prince.
En Mai dernier, le coul de la marine avait atteint nn prix
exorbitant sur le maiche des Caves. La population aux prises
avec de fortes exigences de In part des delenteurs de l'article,







- 46 -


porta A ce propos ses dolbances devant les principles auto-
riles de la ville, qui s'en firent lesichos atpres du Gouverne-
ment. Le D&parlement de I'lnltrieur el des Finances, inler-
vinrent opportuncment en remellant en vigueur, pour I'Ar-
rondissement des Cayes, le Communique du 15 Janvier 1918
qui fixait le prix de vente de la marine au prix de revient ma-
jore de 10 olo.
Descontestations s'etaient elevte-s. enlre la Douane el cer-
tains exporlaleurs, A l'occasion de Iapplicltion des droils de
slatistique porles ai Taril No I de In loi douanii-re. Ia tdona-
ne voulail prOlever en or, in verlu de la loi biudglaire; les
exporlateurs reclamaient le bIenelice des lois des 4 Seplembre
1905 et 23 Aofit 1907, qui prevoynient les miimies taxes en
gourdes.
Pour nietlre fin A celte divergence, el considerant d'ailleurs
que lous les droits A l'exportalion sonl exigibles en or, A I'ex-
ceplion de la Vigie et du pilotage. le Departemnent sounit "'i
1'approbation du Conseil des Secrelaires d'Elal, puis aux deli-
btr'aions du (onseil d'Etat, le project qui devint la loi du 4
.luin 1919, en verllu die laquelle tous les droils de statislique
sont exigibles en or amnricain.
Nous avons ele inflrmes, en Mai dernier, par notre Consul
A Bordeaux, qu'en \ue d'accroitre importance cominerciale
el economique de celle ville, it y serait ouvert dans le course
de 'annee 1920 une exposition permanent d'echantillons et
que loules les dispositions elaient prises pour assurer le suc-
ces de celle entreprise. Le Consul faisait ressorlir en meme
temps au DUparlemeint du Commerce combien il v aurail uti-
lilt pour le Gouvernement i tfaire exposer au Consulat meme
des specimen des produits de notre sol.
Lne pareille idWe Mtait de cells auxquelles I'approbation du
Deparlement devait Itre acquise sans aucune reserve.Car c'est
bien nolre iintret de fire coinnaire et apprecier de loules fa-
cons nos produils au dehors, de solliciter parlout la clientele
en iii monlrant combien il peut 6tre avanlageux de trafiquer
avec nous
Pour ous Ipays. le negoce ne s'elend el ne prospere que
moyenant Line forte reclame, beaucoup de publicity, line pre-
senlalion heureuse mellant en relief et en faveur le produit, la
merchandise en 'aveur de laquelle on Iiclie de conquerir un
march
L'initialive de nolre Consul a Bordeaux est done des plus
heureuses, elle merite d'tlre louee, el si tons nos agents A I'E-
tranger en faisaient autant, il n'est pas douleux qu'a la longue
il en ressortirail une notable extension de noire commerce
d'exportation.







- 47 -


Le I)tparlement du Commerce s'adressa a celui de I'Agri-
culture pour avoir de nos divers centres des specimens de
bois d'*benislerie, et des 6chantillons de la plupart des pro-
duils du sol haitien. Ces specimens et chanlillons furent mis
A notre disposition avec nn louable empre's6ment. Nous
avons ainsi recu des villes suivantes :

savoir :

(;onaives )Deux Mcllaniillons de l'industrie locale;
B3ainet Des echantillors de bois cabrit, chine
blanc, bois rose, acajou blanc, laurier,
bois marbre, cliene noir, canmpeche, co-
ma jaune, coma blanc, bresillelle. gaiac
noir, galac jaune, cedre. bois Dame-Ma-
rie, bois blanc, labac en feuilles, labac
enduit, etc. etc ;
Port-au-Prince Eclanlillons de cilf et de colon fournis
par Monsieur N. Lemoyne, conimersant
exporlaleur ;
Pelit-Goive !Une caisse clihanlillons de products agri-
coles, foresliers el industries;
Marmelade .. LUne caisse contenant divers ichanlillons
de produils de I'endroil;
Cayes .... ....... Une boile et deux paquels contenant des
echanlillons de products agricoles et in-
dustriels;
Terre-Neuve Des echantillons de produils agricoles et
iiiduslriels de 'endroil ;
Cayes,Cap-Hail ien
et Ouanaminthe Trois paquels tclianlillons provenant de
ces Irois communes:
Pet.-Trou-de-Nippes Un sac echanlillons ;
Port-Sal t ....... Un paquetl chanlillons.

La Chambre de Commerce de Port-au-Prince avail L6moignC
aussi le d6sir d'avoir dea eclianlillons de bois precicux pour
etre places dans in Musee (qu'elle compile crier, alin de pou-
voir montrer dans son local meme les produits que la Repu-'
blique d'Haiti est en measure d'offrir i la consommniaion exti-
rieure, et pour Lre expedies A la Chambre de Commerce de
la Nouvelle Orleans qui lui en avail fail la demand dans
un mmnie but.
Les cliantillons envoys onl 6le, au rur et A mnesure de leur
reception, adresses a la Chambre de Commerce de Port-au-
Prince qui les emballa avec soin en deux colis qui ont t1t






- 4; -


expedies ce mois ci par un steamer de la Panama Line au Con-
sul General A New-York, A qui le Departement donna instruc-
tion de les acheminer : I'un au Consul d'Haiti A Bordeaux,
Y'autre A la Chambre de Commerce de la Nouvelle Orleans.
Par suite de la forte secheresse qui a sevi I'an dernier dans
presque routes les regions du pays, il se produisit une sensible
moins value dans nolre production vivrie're. La canne Ai sucre
aussi, se trouve a un moment donned. en grande insuflisance
par rapport aux besoins des produirleurs du sticre et d'alcool.
Pour l'alcool, les consqiineiines e aIn penurie tie canine -e
traduisircnt par ine hiaisse qui alleignil des proportions in-
connues jisque-li,. Celle hiausise dure encore, et ne parait pas
pr-s de s'arreler, la cause qui la gouverne persistent loujour's.
Du resle, it y a lieu de considered ici un ficleur nouveau,
I'HaNian American Sugar Co." qui absorbe la majeure parlie
de la canne produile dans la Plaine du Cul-de-Sac et celle de
Leogane.
Pour le sucre, il vinl un moment oi le march en fut com-
plklement depourvn, et le prix de I'arlicle haussa de facon
vertigineuse. Come le sucre, au point de vue de la consom-
ination ginerale, esl un objet de loule premiere n6cessite,- le
Gouvernement ne resia pas indifferent A la situation nee du
manque presque compllet de ce product, et de I'augmentation
exagerlc des prix II demandai an Conseil d'Etat de lever la
prohibition qui frappait le sucre brult l'importation. Ce fur
I'objet de la loi du 31 Octobre 1919. El de plus, pour protlger
le consommateur contre la tendance des vendeirs a exa-
g6rer leurs prix. le prix du sucre brut import fut fix6 a P. or
16.50 les cent lives, et G. 1,- i ne gourde la livre au dbeail.
Pour les products alimentaires et fruits divers, le Departe-
ment eut soin de se renseigner minulieusement aupres des
Magistrals Communaux, sur la situation et les possibilities de
leurs regions respeclives, au point de vue de production. La
note dominant dans les rapports rec.is, c'est qu'en g6n6ral
cette production Mtait plutlt dnficitaire, et que par consquent,
il 3 avail necessity de former temporairement la porte a I'ex-
portation de nos vivres et de nos fruits.
L'opinion d'i Gouvernement, en cette maliere delicate, c'est
.que nous ne devons apporter aucune entrave A la sortie des
products de noire sol, el qu'au contraire, notre intertL vital et
evident. c'est de pousser a ce qu'ils s'exportent dans la plus
large measure possible et sans la moindre limitation. 'n pays
ne s'enrichit que par la force de sa production; et le profit
qu'il retire de cette production, la richesse qui en est pour lui
la r6sultanle, est en raison directed des facilities d'ecoulenent
qu'il peut trouver sur les marches extdrieurs.







- 49 -


Cependant la situation creee I'annee derniere par le manque
de pluie et la pCnurie consecutive de nos vivres alimentaires,
obligerent le Gouvernement. a un moment donned. a interdire
lemporairemeni I exportation des produils alimentaires de pro-
venance indigene. A ce moment hi, d'ailleurs, In greve des
dockers A New-York avail paralyse presque completement le
service des bateaux mellant nos pnrtlsen communication avec
le grand port americain, et cela oompliquait considbrablement
notre p6nurie vivriere.
La prohibition decrelee n'exclul pas loulelois Ia facull que le
Gouvernemenl s'est rdserv&e, t accorderdes licences d'exporta-
lion chaque fois qu'apres enquele locale. il lui esl dinmontr
que cela pelt se fire sans nuire ii la consommation interieure.
El de fair, plisieurs exporlaleurs out pu oblenir cell licence.
La pinible situation provenant de la forte sclheresse tie
1919 met en grande evidence, une fois de plus, In ntcessild
urgent d'enlereprendre sans plus larder les travaux de cana-
lisation qui permeltront I'irrignlion te nos plains.
Certain contribualles elrangers. commner(anis, indusli iels,
pour ne pns payer inltralement leI monlant de leur licence,
avaient contract I'liabitudl 'Ie ne faire it 'Adininislralion
communal la declaration privue par I'artlcle ler.de la Loi dii
20 Octobre 1876, sur In Rdgiedes Impositions directes.que dans
le deuxirme, quelqucs-uns mIme dans-le troisikme trimestre
de l'exercice budgelaire.L'Elal 6lail de la sorte f'ruslre d'une no-
table parliedesdroilsde licence.Le DLpat temen du Commerce,
qui s'6lait rendu couple de celle manceuvre. fi1 les diligences
ndcessaires pour sauvegarder les inldidts du rise, et en cela,
il rut puissamment aide par les Magistrats commiinaux.
Du ler.Octobre 1918 au 30 Septembre 1919, le Deparlement
duCommerce avail enregistre 812 demandes'de licence, et les
droils y aflTrents 6taient months a P.or 26.618.02,comnme suit:


Port-au-Prince.. .
Cap-Hailien
Petil-Goave ...
Cayes .......
Gonaives .....
Saint-Marc
Port-de-Paix'..
Jacmel .. .. .
J rJ& mie ..-. ....
MiragoAne ....
Aquin -
Fort-Liberl ~
M61e-Sl-Nicolas_ ....


353
19
61
51
35
38
45
29
23
. 14
7
/
5
>2


dem


812 den
Or, du ler. Octobre 1919 au 2


andes P. or 11.673.25
S ...... 4.799.78
.... . t 1.930.50
S( 1.500.00
a ..... 1.453.00
a .. ', ( 1.381.75
.. a 1.132.50
.. ia ( 959.62
S c 894.25
( ~a 397 00
( ", c 240.00
S .. .. a 179.37
S ., ( (( 75.00
landes P. :or 26.618 02 '
35 Afars 1920', les dtiandes de' A. f


'i-i. *r*,





- 50 -


licence enrerislries montent d&jih a 877 et les droits encaiss6s
A P. or 31.3(6.2i. Celle anunientalion est assez eloquente pour
relenir I'allention. Elle altesle une fois tie plus, d'un cole que
Ie droit de licence est plus riligieusement payv, de I'autre
que les allaires en general sont en augmenlalion.
La loi du 9 Juin I1911. sur les marques de Fabrique et de
Commerce est en pleine application. Le vole de celle loi a
rtpondu: I unbesoin reel de sa )primul:ilgion au :31 NMars 1920,
la Chambre e de Commerce de Port-au-Priince a enregislre 99
Marques el In recelle provenant tie ces 9'. enregistrcements est
Ide (Goird s hi S8.-. nll. Pair dill TrL-sor .11i o o G. 3.127 50.
Une coiinl niiui lin, de I M.. Ilutilin i;el & Struller, commis-
sioiinliires a Nc\--Yorl, : t.l Irailmi.Se eni Janvier de celte
annee iau Deparlement du CommerceI par celii des Relations
Exlerieures an si jet (d \is:a.le.s d ctl iime ls d'eimbarquement
ai destination des Elas-L'nis d'\Amellique, dans les porls hai-
liens des (ivc.s, de Pclil-Go( ic, lourt-de-lP ix,M le-Sl-Nicolas.
Mira goime. Aquiii, Jeromiie it iicmel, o;: n'exisient pas d'A-
genls consulaiies americains
Messieurs Ilutllinger & Struller informaient le Departement
tes Relanions Exlrieures que. Ie I)epaitement ie I'\Agricul-
Q lure des ElaIs-Lnis dl'Amn.riiqiie refuse d'accepter que les cer-
I tifieals rcliime. s pour chrquaie elledtilion tie pejux fi desli-
( nation de ce panys soieni s.iLne's par le Magnistrat Communal,
<, le Receveur des douanes el IL ML-lecin du port en I'absence
,, du Consul des Elals-Unis. .
Le Department du Commerce a eslimi que la meilleure
solution qui puisse salisfaire lous les intCr&ts en pareille ma-
liere ce sera d'entreprendre des tdemarches auprts de la Lt-
galion Americiine ii Port-au-Prince a Iefetb que celle Lega-
lion veuille bien saisir de la question le (;ouvernement des
Eals-L'nis d'Amerique et lui faire ressortir I'uilile d'accrtdi-
ler donsulires es ges cos sports aliens oti il n'y en
a pas. Le Dtparlcment s'adr's-isa cn consequence it celui des
Ielalions Extlrieurcs qui lui promilt ie porter la question de-
vant la L galion Americaine.Nous esperonsque ces d&marches
abouliront heuretisement, loules difficulls cesseraient dela sor-
te,sans complex que nos relations commercialesavec la Grande
Hepublique Etoile ne pourraient qu'y gagner apres lout.
Telle est Monsieur le P'resident, la situation gendrale du Dt-
parlement du Commerce: lels sont les fails les plus marquants
qui ont sollicile pendant I'annee qui \ient de finir, I'allenlion
de cc Dtparlement.
Dans I'espoir que eel expos sera honor-e de Votre Haule
approbation, j'en prends occasion pour vous renouveler I'as-
surance de non profound et respeclueux devouement.

FLEUlRY FEQLTURE.
B/iL/DTIH E T'A TiO/ALE
PORT-AU-PRINCE
(HAiTI..)












INTERIEL'IR


Monsieur le President,
Sous le Iallacieux prblexle de combattre pour lInd6pen-
dince, des bandes armees, en Seplembre 1918, arborerent,
s -us l conduit de CIA.\LENIM.\N.: PlLn.Lrc. dans les monla-
gnes de I'Arlibonile e dans les arronmlisseenlns de M.irebalais,
Lascaliobls et Hinche, I'etendard de la revolle ct de I'anar-
chie. Avec la con plicilte de queilques meneurs, elles se r6pan-
dirent bienl6 dans les plaines du Nord, saccageant et bl'rilant
tout sur leur passage, faisant ainsi de ces regions, nagu re si
prosperes, des lieux de d&solalion el de ruines. Le vol, I'as-
sassinal, I'incendie blaient les criminals moyens auxquels ces
handits avaient reccurs pour terroriser les paisibles poplna-
lions ct les dciterminer :' elmbrasser clur cause imiili i l;i-
quelle, copendainl, ils senilil.iit ill \ii uloir i iinnt'r un1n :lipl)|I -
iencc dte lull pour hi I.iburlt.
Volciurs tie brands chelnins, ils s'emnilltluquaienit dains les
carrefours pour surpclrendle, assaillii le voyacur all ard l, Ic
devaliser et le tier, )prcls it s'enlfuir dinns lcs bois, a la pre-
mikre alerle, avec le fruit de leurs rapines.
Connaissant bien les lieux, infornies des moindres el plus
secrets refuges, ils lirent avec avanlage la guerre de partisan,
I la guerilla n toule de nIouvement et de surprises, allaquant
les posies isoles et de ablee garnison. jelant Ia lerreur et 'el-
froi dans les bourgades eloignes oi loul sccours tlait dilficile.
Emues de tels acles, de pur bandilisme, sans aucuin carac-
Ibre polilique, mais inquietanls par leur frqluence,les autori-
Lis s'empresserenl de prendre les mesuies les plus &nergiques
pour juguler ces dCsordres, arreler ces crimes, el. si I'aclion
des bandits a )pu durer assez longlemps c'est qu'elle Mtail fa-
voriste par les lieux memes et les conditions speciales dans
lesquelles elle se faisait.
Exasp6eres des exaclions don't elles elaient viclinte., les
populations des regions inleslees, il taut le dire i leur louange,
se dresserent alors conlre les bandits el, se joignant aux forces
militaires qui operaient centre ceux-ci, les pourchasserent
sans treve ni merci, apportant ainsi un puissant concourse A
la pacification.
Cest ainsi qu'inslruits des lieux oil se lenait Charlemagne








Peralle, quelques gendarmes, sous la conduite de deux ofli-
ciers americains, par un coup d'audace et de folle bravourc,
p6net~rrent, une nuit, dans son propre camp, aux environs
de la Grande Riviire, I'altaquerent au milieu des siens et le
tuerent avec bon nonibre de ses partisans, meltant le reste en
deroule. La lutte, alors, change de face : les t Cacoso, puis-
qu'ainsi on les denomme. decourages, comprirent la necessity
de mellre has Its alrmes el de renlrrr d:ins I'ordre. Plusieurs
ie leurs chels ilrent ;::Ansilut lelrl lIonl mission el, en pen de
leInpb, gruce a I'i'ctivite el a I'habilete des autorites du Nord,
ces regions furent paciliees.
Cependant,dans les mornes de IArtibonite, les brigands te-
naient toujours et leur chef, BENOIT BATRAVILLE, poussa 1'au-
dace jusqu'a se pr6seneir an sein de In Capitale, i la t6le de
trois cents honimes, dans l'intention insens6e de s'emparer de
la ville. Cette 1irmeraire venture leur cofila cher. Combaltus
et repousses, ils perdirent la moilie des leurs et, a la hAle, se
jeltrent dans la plaine, allumant, dans leur fuite, un incendie
au pied du Bel-Air, acte criininel et inutile, puisque, sans
profit pour eux, il augmenlait la misere de nombreuses ta-
milles. de.j dans le plus complete dtinfiment.
Comprenant enfin leur erreur et convaincus de l'impossi-
bililt de continue une lutte impie et inegale, les brigands
loni, chaque jour, h I'aulorile, des olTres de souniission el,
sans se tromper, l'on pent affirmer que, sous peu, la pacifica-
lion sera compllee.
Celte r6volle a t16 malheureuse, elle a, encore une fois, se-
mn la ruine el la desolation dans le Pays, sans parler du dis-
credit qu'elle lui a inflig6 a I'Elranger, en inquietant, par
crainte d'insecuriti le Capital, dejj si limide. Elle a portit
un coup funeste I'Agriculture don't, peut-6tre, pour long-
temps le d6veloppement est ainsi relardC. (Euvre ndfasle sur
laquelle 1'Hisloire se prononcera un jour. Impartiale, celle-ci
fixera les responsabililt's, fera la part de limpriudence qui a
pu provoquer ces 6v6nemnents, mais clouera, cerles, au pilori
les faux et anti-patrioles qui, moralement ou maleriellement,
les ont encourages el soulenus, dans le but criminal de satis-
faire leurs passions el leurs ambitions.
Soucieux de son devoir, le Gouvernement n'est pas reslt
indifferent a ce penible etat de choses et chacun a present
encore a a m6moire F'admirable el patriotique Message de
Paix que Volre Excellence adressa a nos malheureux frbres
dgards, leur offrant toute protection et garantie pour leur vie
ct leur liberty s'ils voulaient reconnaiire leurs erreurs et en
avoir un sincere repentir.


--. At ..







- 53 -


Votre grande voix ne fut, malheureusement, pas enlendue.
C'est regrettable :
C'est ici pour nous I'occasion de rappelera nos zoncitoyens
cette parole pleine de profondeur, de juslesse et de sagesse
d'un publiciste francais :
a fI est sage de ne point se f'Acherdevant les outrances ins-
t linctives ou voulues. S'irriter est d'ailleurs le nioyen de
< commeltre quelque erreur grave et, en voulant 6touffer des
a sottises, on risque d'affaiblir, en meme temps, quelque nou-
a velle aurore. u
Ces vneinemntsfurent d'autant plus malheureux que le Pays
entier Mlail a la paix et au trrvail ainsi qu'il en resulte des
rapports qui,de partout,nous parviennent. Las de nos memes
erreurs, de nos anciennes faules, avertideleurs funestes erfels
don't il subit encore Ics lourdes consequences le people veut
rompre A jamais avec ce passe de luttes intestines et stWriles et
s'orienter vers un nouvel avenir de prosperity et de progress.
Dans les villes, dans les campagnes se manifesle la plus
grande aclivile. El, sans les conditions exceptionnelles dans
lesquelles nous vivons, conditions dues a la Grande Guerre
el communes au nionde entier, nous pourrions esp6rer une
situation meilleure. La crise financiere que nous traversons,
accrue de la cherl[ de la vie qui en est la consequence natu-
relle, bien que contrariant nos efforts, loin de nous abaltre,
stimiile notre 6nergie : il faut vivre.
Le Departement, voulant entrelenir cel elat d'esprit et en-
courager le mouvement qui se dessine vers I'Industrie et
I'Agriculture, favorite routes les initiatives privies et leur fa-
cilile les voies de succes.
Par la creation de routes nouvelles, la rapidile des commu-
nications, les affaires prennent, chaque jour, une plus grande
extension. Les Communes qui, les premieres, benficient de
cet heureux 6tat de choses,se development rapidement el, par
une administration intlgre et severe, un contr6le minutieux
de leurs depenses, ont su, avec leurs'seules resources, faire
face a routes leurs obligations, quelques-unes d'entre elles
accusant mine, ce qui est A la louange de leurs Conseils, un
excedent de recetles a la fin de I'exercice budge1aire NMan-
moins, leur sort n'est pas encore ce qu'il aurait di i.tre, la loi
qui les regit paralysant, souvenir, lcurs eflbrts et contrariant
leur evolution.
C'esl le iioimiet pour le Deparlcmcniit d e iapelcr I'oppor-
lunitl qu'il signalait a Votre Excellence, dans son dernier
Expose, de la revision de la loi du 6 Octobre 1881 sur les
Conseils Communaux, actuellement en vigueur, come ng






- 54 -


repondant plus, en cerlaines de ses parties, aux circonslances
pr'sentes et aux besoins des municipnlites el de relenir son
attention sur les suggestions qu'il avail I'honneur de lui fire
A celte occasion.
Le nombre trop considerable des Communes demand a
elre restreint.l-'usieurs d'entre elles. dues des combinaisons
politiques cqiii n'ont plus leur reason d'Otre, sont incapables de
s'adminislrer par insulrisance de recelles el d'cl'ments direc-
leurs. Ne serail-il pas prel'erable. pour le bien mine de leur
populallon,de les adjoinlre `i des Communles plus imnporlantes
qui, gCrarl leurs inlter0s, feraient valoir leurs resources, en
creeraient de nouvelle.sI et les mellraient ainsi i mOme de rI-
pondre i leurs I esoins les lirant de la situation penible qui
les Cireint el on elies ne rInt que \egN ler.
Le DUparlenent ne sanuail trop insisler sur la necessile de
reviser cclle loi qui, disule. nuit i I'essor des municipaliles
el serail heunrelux qu'il lui ful permis de reprendre le project
qu'il avail elaborce a celle tin.
Apres une annee d'experience,il a CIC reconnu que le pour-
cenlage accord aux Miagistrals Conimunaux pour I'Office de
I'Elal Civil.bien qutiiingmiente par la loi ldu 2 Juin 1919, modi-
fiant celle du 2 Oclobre 1918 en ses articles 13 et 14I,est insuf-
fisant pour couvrir Ies dIpenses de ce Service.
Le Deparlemenl recoil a cesujel de conslanles relIamalions
de la part des Magistrats Communaux qui se plaignenl,a jusle
lilre,que ces inouvelles I'oncitiols.dans lesconditions o(l ils les
excrcent,constliuent lll InoIirle charge pour leurs administra-
lions, en irevant leurs budgels, dcjt si dil'liciles i equilibrer.
En I'occurrence, le )ep;rtement eslime qu'il serait sage de
prendre en consideration leurs doleances et d'aviser aux mo-
yens de leur donrer salis'aclion.
Au course de celle annee, le IDparleentet a eu i auloriser
plusieurs Conseils Lomnniunaux i prendre des Arr-les de cre-
dils Suppleinentaires et Etiaordinaires pour insufrisance de
previshons budgelaires el couveriure de dipenses i nIprvues,
d'urgenle necessilc.
En g'-n rai l if eclt i reAii;irqfier que, par suite d'iune geslion
plus aieieuseel mien x avcrli. dileur' inlerelts,lc Coinmines
devienne ti, clianquie io r. plus prosperes.Tl' oules au Iravail et
A la Paix elles I'ont tllq a per.iser llans cello hleureuse voice
pour oblenir, sou-, pull, la r6compcnse de leurs inlelligenls
ellorls.
C'est ainsi rin, Ic Il .l,in\icr de celle annee les elections
coimuniales, Sous le regime de la loi du 4 Aofil 1919, onl eu
lieu dans le plus grand came dans loute la lHpublique. Le
rdaultal en a eCe pebliC daus le Moniteur Otficiel.







55

Cependant, par suite d'irregulariles ou de non elections, le
Gouvernernent a d former dix-neuf Commissions Communa-
les pour g6rer les interets des Communes des Anglais,Jacmel,
alrigol, C6tes de Fer, Grand-Goilve, Anse-d'Hainault, Bara-
deres, Pelite-Riviere de Nippes, St.-Louis du Nord. Anse-A-
Foleur, Bellad&re, Acul-du-Nord. Acul Samedi, Sainle Su-
zanne, Caracol, Carice, Cerca la Source, Gros Morne,Grande
Saline.
Le Conseil Communal de la B:ie de Henne ayant en a remel-
tre sa admission, une Commission a t tormee pour admi-
nistrer celle Commune. Ce qui donne, jusqu'a cette dale, un
total de \ingt Commissions Communales
Les dernieres op6ralions de Recensement n'ayann pas donned
de r6sultats salisfaisauls.le L)Dparlement couple les reprendre
et inviter les Administrations Communales i fire le neces-
saire A cette fin. 11 double, cependant,du succes,car,A son avis,
ces depenses sont si ,leves tlu'il crain que les Communes ne
puissent les dt'raver avec leurs seules resources. De plus,
les operalionsde Recensement,pour 'tre bien menees, exigent
cerlaines connnissances qu il s'inquiele de ne pas trouverchez
certain recenseurs communaux.En pareille mali're,la honne
volontI ne suflit pas. Tnl que I'Eit ne prendra a sa charge
ce travail important, if est it craindre que tous les rdsultals
ne soient n6galifs.
Insliludes par ln loi du LI 3 Octobre 1918, les Prefeclures n'ont
pu, jusqu'A celte d lte. vu l'insuffisance des recelles de I'Elaf,
tre installees dllinilivemenl. Nealnmoins, devanl I'imporlance
de ces fonclions et leur ur.gente nccessit&, le Gcouvernement dut
recourir aux bons ollices des Administraleurs des Finances et
les charge, A litre provisoire, par depiiche de Votre Excellence,
en Fdvrier 1919, du service de la Pr feclure. Tous les Arron-
dissements de la Republique.a 1'exceplion de ceux de la Grande-
Riviere du Nord, du Linmb el de Hinche, onit leur Ille un
Prefel Provisoire.
Ce nouveau rouge adminislralif, par les services qu'il rend,
s'impose, chaque jour, davantage, et il est A regretter que les
disponibilil sdii Trt'sor ine permellent pas eUloallir,d'unre facon
delinilive,cel office,ce qui assurerai son parl'ila foinclionnieienlt.
Par les s appors r~guliers qu'ils adrelsent au Dp:irlenicnl,
les Prefets tiennent celui-ci au courant de la march de toules
les administrations don't In loi leur a assume le control, I'in-
forme de loules difficulles qui peuvent surgir entire elles et,
souvent, par d'heureuses suggestions le mellent a meme de
solutionner, an mieux des interests des parties en cause, le dif-
ferend qui lui est soumis. Inlormateurs avises, ils le renseignent
sur routes les questions d'ordre general, qui interessent leurs






56 -

arrondissements, lui signalent les r6formes qu'ils.estiment n6-
cessaires a telle branch d'Administration placee sous leur sur-
veillance et les measures qu'ils preconisenl en I'occurrence
Depuis plus d'un an que ce Service fonclionne le DNparte-
ment n'a que ties eloges a dresser ALSx Prefels Provisoires qui,
malgiri les lourdes responsablililes qui leur incomlent come
Adminislrateurs des Finances, ont su. par leur zele, leur acli-
vil. et leur d\eouement, lui facililer In lIche. en bien des oc-
casions, el ne lui ont jamais marchandi leur efilcace concourse.
II est heureux de pouvoir leur en exprimer ici ses plus vives
f6licilations.
Une des questions qui a le plus sollicile l'allenlion du D&-
parlement est celle des Prisons, de leur entretien el des con-
ditions des d6tenus. Des rapports qui nous sont parvenus, il
resulte que par les soins de la Gendarmerie qui en a la direc-
tion et la surveillance, routes les maisons d'arrel de la R.pu-
blique sont en bon latl el reunissent les conditions voulues
d'Hygiene. L'alimlenation y est saine et suflisanle, les prison-
niers bien entrelenus.
Elles ne sont plus des lieux de mis&re el de souffrances physi-
ques el morales ou le delenu 'lail sonmis aux pires trailements;
mais de verilables penilenciers oil, sans bruit, une oeuvre de
rtge6nration social s'accomplit, chaque jour.
Astreint, selon ses aplitudes. a tes travaux manuels qui sont
relribuis, le prisonnier. a I'expi'ation de sa peine, muni
d'une certain valeur, pent. ev\ilant le vagbondage, sc metire
en quele d'un travail honnule el remunerateur.
L'impression que nous avons eprouv6e,lors de notre ricenle
visible de la Prison de Port-au-Prince, est des plus favorables.
Tous les lieureux clangemenis que nous y avions signals
dans noire dernier Expose G6neral onl encore 6le amelior6s.
De nnuveaux amf nanemenit, plus appropl'ris nux besoins quo-
lidiens, ont Wl elleclues, de nouvelles constructions ont 616
erig6es. spacieuses et ~arees, lelles. par example, la grande
salle alleclce aux Gendarmes et qui leur serf de haraquement.
Les ateliers de couture, de cordolnnerie et d'Mbenisterie et de
c:urrosserie fonclionnent rigulieremeni ce rapporlent des re-
cetles it an Prison. Les travaux qui y soul executes soul soign6s
et appreciis du public.
Sounmis A Line conslanie el allenIlive surveillance, le prison-
nier ne resale janmais oisif. Comnprei'nali qu'il 'aut au delenu un
moment d'apaisement el de saine distraction pour pr6venir
chez lui toule fitcheuse depression )physique. Itole pernicieuse
tendance, In Direelion, certain soirs.' lui ol're des repiesenla-
tions cinematographiques, Ai films moraux et inslruclifs. Vou-
lant, en oulre, reliever le moral de la majeure parties des inal-






57 -

heureux don't elle a la garde el qui croupissent dans la plus
complete ignorance, elle a forme Ic project d'inaugurer A leur
profit, des course d'enseignement primaire.
Devant les progr&s realises et le bien incontestable apporlt
au regime penipotentiaire en Haiti par la Gendarmerie, le D&-
partement a pour devoir de signaler ce corps d'blite a la haute
et bienveillanle allention de Votre Excellence et de lui expri-
mer ici loute la salisraclion qu'il cprouve de I'usage intelligent
et avise qu'il a fail des differents credits que, dans le course de
celle annee, il eut a lui ouvrir.
Ces crCdits s'elevent A:
CREDIT SUPPIE.MENTAIRE 9 AOLIT 1919:


Enlretien des Prisons de la Republ.


CREDITS EXTR.AORDINAIRES
Travaux d'amelioralion I'faire dans
la Prison de la Capitale,9Aoit 1919 Or 1.662,00
Renboursement h la Gendarmerie des
dep. files a la prison, 10 Sept. 1919. 2.0(10,00
soil ensemble


Or 7.000,00


3.652,00
Or 10.662,00


En outre de ces credits qui ont une alTeclation speciale, il
a encore tle ouvert au Deparlement :
CREDITS SLIPPLIMENTAIRES 9 AOLTr 1919


Frais de 116egrammes .... Or 420,00
Achats de paper a Journal pour
Imprimerie Nationale 1.152,11
ClRDITS EXTRR\ORDINAIRES AOLIT 1919


Celebration de la Fde d F e la Signa-
lure de la Paix . ..
Installation et ornementalion du nou-
veau Palais. ... . 98,00
Achatde mei blesPalais
Depcnses extraord 187 75


G. 1.095,75
CREDIT EXTRAORD.
Dep.Extraord. 10 Sept.
Soil Gourdes 1.095.75
A reporter G. 1 095 75


)r 750,00

911i,25
7.500,01
7.012.56
S)r.


Or 1.572,11


16.178,81


5.000,00
Or 22.750.92
Or 22 750.92


q


C







- 00 -


Report G. 1.005.75 Or 22,750 92
Si nous ajoulons 'I ce
chiffre cclui alloui aux
Prisons 10.C62,00
nous avons un total de G. 1.095.7.) r 33.412,92

Le plus grand propri laire foncier, I'Elat, a pouL premier
devoir de connailre excitement Ieltendue de ses biens, leur
nature el leur rendement. Son indispensable instrument A ces
fins est le Cadastre. Tan! qu'il ne 1'aurt' pas dresstil ne pourra
oblenir que des donnies approximatives et sommaires, insuf-
fisantes au but qu'il se propose: I'atingmenl:lion tie ses res-
sources par la fixation rationnelle et equitable d'un lmp6o
Foncier.
Des deux minthodes qui se presenlent.le Cadastre par a masse
de culture impalrait et primilif el le Cadastre .. parcellaire o
descriplit' elt valuatil de routes les paicelles du sol, en tenant
couple tis dillerences de culture et de terrain, le second esl,
cerles, preferable. II est regrettable que I'on ne puisse computer
pour I'exeuetion rapid de ce travail sur les administrateurs
des Finances, car, malgre leur bonne volonlC et leur souci de
bien fire, I'ltal de leurs archives, en mauvais arroi, par suite
d'incendie et de pillage, les met dans I'impossibilile mania rielle
de r6pondre ai ces fins. Par I'action seule de Commissions Ca-
dasirales, composees avec soin et bien r6munerees, I'on peul
ohlenir des resullals satisfaisants C'esl dans cetle pensee que
le D)parlenlnt espere que la prochaine session Idgislative, par
des credits importanis, le mettra i ni&nie d'entreprendre ces
operations tl'urnenie necessity et de tout profit pour I'Etat.
Comprenant, neanmnoins, I'opportuniie de fire rentrer dans
le Domaine les biens don! I'E'at avail ei6 indfiment frustrs, le
D6partement, en attendant I'aide efficace du Tr6sor, a, par ses
seuls moyens, inslilue des Commissions Cadastrales dans les
Arrondissements de I'Artibonile, St Mlnrc et du Nord. Com-
missions, qui par leurs inlelligents el detvoui s ellorls, ont en
le meilleuir succs.
C'est ainsi qu'il nous a ele permis d'allernier ai diverse so-
ciel1s agricoles d'imnienses elendues de terrain
C'est i-i pour nous I'ocension de revenir sur la proposition
que nous avions failed ia Votre Excellence, dans nos prece-
dents Exposes. de reviser la loi domaniale du 21 .-Act 1908
et de recommander it Volre bienveillante et plus serieuse
altention les suggestions que nous faisions a eel regard nolain-
ment la modification du tnril'qui est faible el dterisoire Le
UDparteinent estime celle mesur e de oue premiere necessity,








Mlant, acluellement assailli de demands de fermes pour de
vastes et riches habitations.
Dans le course te ces derniers mois, il a ete sollicit6 du D6-
partement la soumission de Six Mille Carreaux de lerre des-
quels onl le alTferms aI
La Sociel6 Commerciale d'Haili.... 2.786 carreaux
La Verrelle Plantation .. ..... 862
Divers' ............ .... 146 r
Des aulorisations d'arpenlage ont el1. en outre. accordees
ii ces Socite.s et a d'autres soumissionnaires, en vue d'autres
lerres A affermer.
Des concessions on el~ t'ailes, pour cause d'ulilil publique,
A I'Eglise Baptiste de Jacniel. a la Mission Orlhodoxe Aposlo-
lique d'Haiti, au Service d'Hygiene a Jacmel. aux Communes
du Cap-Haitien et de la Petite Riviere de I'Artibonite.
L'echange d'un terrain, sis. i Pelion-Ville. rue Louverlure
conlre un terrain, situ6 a la Ravine Berlhe, en la nmeine com-
mune, a 61i consent it Mr. H. PRILE.
Les redevances domaniales onl ele pour cel exercise: Or
275.00 el Gourdes 36.835,20.
Si le project de loi elabore par le D6partement sur le Domai-
ne pouvait etre admis et applique, I'Etat en lirerait un reel
profit, ce project repondant, le plus possible, aux circonstan-
ces el besoins acluels.
Dans le but d'inlensiner la culture el de porler les soumis-
sionnaires i entreprendre, au plus t6t, I'exploilalion de leurs
lermes, le D&partement t1ait include dans les beaux, entire au-
tres clauses, celle qui, sous pine de resilialion, leur fixe un
d&lni maximum de deux annces pour la mise en culture de
leurs lerres.
II serait utile, entre temps, de r6viser le Code Rural, don't
les articles desuels. sont souvent une entrave pour I'Agricul-
lure, nolamment en ce qui concern les Conseillers d'Agricul-
lure, leur role et leurs atlribulions.
Un project de loi en ce sens est acluellement a 1'61ude.
L'on se plaint souvent de I'Emigration, cause principal,
selon cerlains, de 1'lat inculte de nos planes du Sud, aban-
don nees i elles-mimes par marque debras. Sans contester cellte
assertion qui exprime 1'elTel pour la cause, ne convient-il pas
de rechercher les r6els molifs de 1'exode vers Cuba el s'effor-
cer de I'cnrayer par application de sages el opportunes me-
sures. Ces iiolifs sont connus : 'absence de capital pour
la mise en culture de nos champs, le prix derisoire de la
main d'ceuvre en raison du col de la vie, le systmie defec-
tueux d'irrigation de nos planes, la difficulle des transport;






60 -

a l'inltrieur par manque de voles de communication et, il
faut le dire, l'insacuril[ des campagnes par de6aul d'une bon-
ne police rurale Remediez i ce fiicheux elat de choses el
vous conslalerez que de lui-memre le paysan, trouvani chez
lui les avanlages qu il va chercher i 1'Elranger, gardera son
foyer el cullivera ses terres
C'est pourquoi le D6parlement. tout en pregnant les measures
propres i reslreindre I'Emigration. sans porler alleinle, ce-
pendant, i la liberal individuelle, encourage e de ous ses mo-
yens le movement agricole et fail droil, auiant qu'il est en
son pouvoir, t routes les soumissions de fermes que lui adres-
sent de riches el importantes Soci6els tliangeres. esperant
ainsi allirer el relenir le Capital en Haiti. Ses efforts n'ont
pas ;le infruclueux. car, it est notoire que dans les Deparle-
ments du Nord et tie '.\rlibonite deux grades companies
agricoles soul en pleine exploilalion.
Son but acluel est de determiner les capilalistes a turner
leur attention vers les planes du Sud, si ferliles, el concourir
par leur action it leur complete developpement.
Le jour oil ces tins seront iralis&es et oil I'Etal, par la cr6a-
lion de nouvelles routes, l'inauiguraliorn de Iravaux publics,
sera it m6me d'organiser le travail, l'Einiration aura vecu. Le
pays lirera, alors. les avanlages de cet exode : le travailleur
hailien, astreint dans les usines sucrieres de Cuba i une disci-
pline serieuse, au courant des procedes modernes de culture
et des meilleurs metlodes d'exploilation saura. par 1'applica-
lion de ses nouvelles connaissances et I experience acquise,
donner plus de valeur it ses champs et les reudre prosperes.
En allendant cet heureux evenement, le D&partement. sou-
cieux de la protection qu'il doil a nos compatriots emigrant
i Cuba el vuulant leur otfrir cerlaines garanlies, a labor% un
projel de loi pour riglemenler I'Emigration.
Ce project, encore i Il'examen, n a pu tlre sonmisa la sanction
du Corps Legislalif.
Le DIparlement a le sincere regrel de n'avoir pu Ifaire pour
la MAISON CE(NTHAL: I)ES ANiTs rET MllriE:HS tout cc qu'il aurait
voulu pour meltre eel intiress:nt e6ablissenenll sur uin pied
convenable. Les circonstances lui out ele conlraires.
Cepenilant, par les inlelligents efforts de son Direcleur, le
dvouement de son personnel, 'aide constanite du UMpartement,
1Ecole a pu surmnonler bien des obstacles ct rIpondre ii son
objel.
InslituLe pour recevoir les enfanis de la classes indigente, les
soustraire a I'oisivete et au vagabondage, en leur donnant uine
dducalion professionnelle, la Maison Centrale des Arts elt M-







- 61 -


tiers compete, aujourd'hui, deux cent soixanle-quinze iulernes
a qui elle consacre ses soins et qu'elle arnie pour la vie.
Malheureusement son oulillage esl des plus soinmaires pour
ne pas dire inexislant. L'usure d'un labeur ininterrompu de
longues annees a presque mis hors d'etat ses meilleures ma-
chines el, bien souvent, sans le bon vouloir des contre-mailres
qui, gracieusement, mellent leurs outils a la disposition de
te I''lablissement. les course seraient impossible.
II est Ibsoluiinen urgent, si 1'Etal veul conserve cet Elablis-
sement humanitaire et lui garder son caracltre,de pourvoir a
sa parfaile restauralion, i son complete management. Tout lui
fail dfaint, les oulils. les mnalires el mat6riaux ntcessaires A
I'exsculion des travaux qu'il est appel ai execuler, les credits
indispensablesn son dtveloppemenl.
L'allocation annuelle qui lui est accordee pour I'enlrelien des
enfants est insu'lisante. Fix .e a une epoque oi la vie n'etail
pas aussi coftleuse, elle ne repond plus aux circonslances pr&-
sentes. II est h se demander coninient fail la direction pour
subvenir aux besoins de ses pensionnaires et leur servir, com-
me elle le fail, une noutrriture saine el copieuse, Irois repas
par jour, lorsqu'on pense qu'il ne lui esl allout que donze cen-
limes or par jour et par enfant. Elle touche actuellement, noins
que par le passe et a un plus grand nombre d'inlernes.
Sauf I'infirmerie, recenmment restaurne et assez bien ainna-
gee, I'immeuble entier ntcessite de grandes reparations.
La court vaste el parlant diflicile A survciller exige une bonne
cloture.
Le personnel restreint est trop parcimonieusemnut rl6ribu6
el, il est a craindre. vu la rarete actuelle de bons ouvriers, que
I'[lablissement ne perde, sous peu,ses ineilleurs contre-maitres.
si les appointments de ces derniers ne sont augnentes de fa-
con ralionnelle.
Le D&partement estime que I'Elat ne saurait faire Irop de
sacrifices pour sauver cel elablissement de la ruine, elablisse-
ment unique en Haiti et de haute nioralile.
L'(Luvre est trop belle pour que, ben6volement, on la laisse
disparailre. L'Etat, d'ailleurs, oulre la lourde responsibility
qui lui income, en I'occurrence, au point de vue social, a tout
interest a venir en aide i la Maison Centrale des Arts el M&-
tiers, car, bien organise, munie d'un outillage noderne con-
venable, elle peul-etre pour lui une source important de re-
venus. Votre Excellence voudra done perneltre au Deparle-
ment d'attirer Sa bienveillante attention sur cet utile Etablis-
sement qui peniclite, chaque annee, fate de moyens, malgre
les devoues efforts de son Directeur.
Le m6me cri d'alarme est jeet pour I'IMPRMIERIE NATIONALE.






- c.2-


Son materiel est compl.tement us6. Les caracltres d'impression,
encore en usage. sont insullisants aux besoins du Service qui
ne fonl que s'accroilre. Les presses sont antiques et fonction-
nent mal. Un teablissement de ce genre, la seule Imprimerie
Nalionale que nous nyons en Haili, ne devrait-il pas avoir un
materiel moderne el perfeclionne, propre A lous les travaux
d'impression el de rapid execution ?
Les difficulties que, souveil, nous 6prouvons da retard ap-
porlt dans la publication dc certaines pieces officielles. ne se
presenteraient pas si I'Imprimerie elail convenablement ou-
till6e. Mals livree A ses seuls movens. ses caracleres bloquds,
son personnel insuiitsani, elle se irouve dans I'iipossililit t de
repondre aux nombrcuses demands qui lui sonl tales,
II est de toule nicessild pour I'Etal de rem6dier ii ce filcheux
atLl de choses. En mellant I'lmprimerie Nationale sur iun pied
convenable, en lui fournissant les machines et presses neces-
saires, le mn teriel indispensable, I'Etat realise une appreciable
economic tie temps el d'argent Hesiler est m-econnaitre ses
intreits el se preparer de grades deconvenues. Aussi le D-
parlement recommande-t-il, de lfaon loite particuliere, la
reorganisation el I'amenaigeenicl moderne de eel imporiani
6Iablissement
De plus, le local est iimpropre, il elt Iroo ) iroi el e surlou
trop sombre. Les sales de tylpographie sonl insuflisamment
a&rees el manquent de comfort et de lumire. La salle de re-
daction, depourvue d( maieriel le plus 0lnmentaire, n'a de son
objet que le nom.
Une question imporlante el sur laquelle, le Departement.
dans son pr&cident Exposc, avail appele I'altention de Voire
Excellence el qu'il serait hetireux de voir soluilionner, est celle
des salaires. Le personnel de I'lmprimerie Nationale compre-
nant des Empllovys et des Ouivriers, ne pourrail-on,pour donner
salislaclion it ces derniers, leur accorder un traiternent tie fa-
veur, en les payant. comme ouvriers el come cela se fail
dans les tires imprimeries, A la semaine el non nu mois ?
Par ces temps tie vie chere, Vous apporleriez, en agrCant celle
suggestion, une notable amdlioration au sort pinible de celte
classes inleressante de fonctionnaires.
Au course de celle annee, le Deparlement a en le regret de
perdre le dislinigu6 Direcleur du Monileurl,Mr. PAuL LOC-IHAD.
Ce n'est ni le moment ni le lieu de faire I'apologie de ce grand
citoyen. Mahis Vous nous permellrez. Excellence.d'adresser ici
un souvenir 6mu a lan m6noire du fonclionnaire module, du
palriote sincere qu'Mtait Mr. PAUL LOCHARD.
Par commission de Votre Excellence, Monsieur WILLIAM





- 63 -


SA.\AIN,collaboraleur de Mr. LOCHARD duran dte longues an-
nees, le rem placa A la direction du Monileur.



Consacre officiellement par la loi du 21 Fevrier 1919, le
Service National d'Hygiene Publique a pu 6lendre, ayant plus
tie moyens,sa bien'aisante action sur loule la RBpublique. La
publication des reglements par Arre l du 12 Avril 1919 lui a
permis de prendre lnutes les m'csures propres A assurer le plus
parlaiit ,tat sanilaire tdals s l illes el dans les campagnes.Les
ralpporls lqui nous par'\ienlnentl soil ut aniiines a ce sujel.
An commencement tie celle anne,l'adjonction Al ce service
de hiui c'ffiers de la marine ami ricainea facr liti sa tclihe et
1'a mis a mcme d'ilablir, sous la direction d'un O'licier Sani-
laire, la surveillance el le conlr6le tes princilpa:ux ports de la
Rtpublique. Celle measure a en les plus heureux resiultals.
Dans les cliniques et lh pitanx inslallds parlout of le besoin
s'en fail senior, ties soins mdtlicaux sont donnes I la classes in-
digenle. El,pour mieux repondre aux besoins des populations,
la direction (.Id Service d'HyIgyine a d(i entreprendre, aulant
qu'il lui elail possible, la restauration de ces Mtablissements
d'assistance publique et leur fournir le materiel et les mndi-
caments nccessaires. II lui I'alut minme, devant I'affluence
croissanle des maladies louer un immeuble particulier pour
I'installation d'un dispensaire
L'Htpital GenCral de Port-au-Prince,plac sous In direction
special d'un m6decin du Service ld'lygiene, nmdecin qui lui
consacre lout son temps, est sur un tei pied qu'on peut avoir
loule confiance en ses services.
Notre derniere nous en laisse la meilleure impression. Les
sales de maladies, surtout dans les nouveau batiments. sont
spacieuses et bien aerees, d'une proprele irreprochable, elles
ont tout le confort voulu. La sille d'oprralion,un peu Itroile,
est bien 6clairee et convenablement amt'naCge. Des anciennes
constructions, la Direction a lir, le meilleur parti possible,en
les restaurant compllemenl
Neanmoins,celt lablissement,tel qlu'il se comporte,ne repond
pas entierement Ai son objet : hospitalisant les malades indi-
gents de toute la Republique, donnant gratuilement ses soins
a lous les blesses, victims d'accidents. il est Irop petit, aussi
le Service d'Hygiene a-t-il le proiel de I'agrandir el inmme de
construire A celle fin,sui le vaste terrain qui lui est affecle, un
spacieux edilice avec loules ses dppendances et approprie au
but propose.
Trenle-cinq infirmieres sont altachees a I'lHpital General,







-- 34 -


all6nuant par leurs soins devoues el intelligent les souffran-
ces des maladies.
L'Ecole des infirmieres fonclionne r6gulierement el voil
s'accroilre, clique jLourI le nombre de ses eleves.
Par I'Arrel1 du 17 )Dcembre 1919,les rgqlemenls du Service
de Quarantaine, Ibuss sur la loi du 21 Fevrier 1919, ataient
public el enlraiill en viguCer. La n6cessil6 de ces reglemenls
se fit surlout sentir lors de I'npparilion de la Pesle A la Nou-
velle Orleans, en \uie des measures prophylactiques A prendre
a celle occasion.
Malgri les imporlanies am.inlioralions qu'il a effectlutes, le
Service National d'Hygiine Puhlique n'n pu malheurersement
realiser tout son programme 11 a, cependanlj',espoir de pon-
voir entreprendre dans le course de celle anne :
lo la vaccination n gc6n6rale.
2u. la construction d'hli6plaux notveaux et I'ltablissement
d'assislances mn dicales graluites, tie dispensaires, etc.,
3o. 1'6rection et I'aninagemieni de maisons de sanl6, de
lbproserie, d'asiles de Quaranlaine,
lo. L'ne nleilleutrcreparlitiondu Service Sanitaire engeneral.
Le D6parlement a constant avec un r6el plaisir les divers
Iravaux executes par le Service Nalional d'Hygiene Publique
et a nolt avecsatisfaclion les rtsultals obtenus 11 lui en adresse
ses plus vives felicilalions.
Le Jury M~dical a 6le reconslilui dans les principaux porls
de la R6publique, sous la direction du Jury lMdical Central,
Siegeant A Port-au-Prince.
Deux violenls incendies ont eclate a la Capilale durant celle
annee, I'un allumin par les a Cacos a au pied du Bel-Air, lors
de leur fuile precipilee, plus haul mentionn&e et I'autre. plus
considerable, a la Place Geffrard.Ce dernier di A la malveil-
lance, consume deux blocs entier de maisons et causa de tries
forts dommages.
La contuite de la Compagnie des Pompiers Libres de la Ca-
pitale,en ces deux circonslances,notanimmen lors de l'incendie
du Bel-Air, ou elle comballit hiroiquement le Ileau, sous les
balles des o Cacos a fut digne te touns dloges,comme d'ailleurs
Voire Excellence eut a le lui dire dans la depeche qu'Elle lui
adressa A celte occasion.
La Commune de Port-au Prince, 6mue d'un tel d6vouement
et voulanl donner A ce Corps d'61ile, en la personnel de son
Commandant, un gage de sa profonde gratitude et de sa vive
admiration,d6cerna a cee courageux Otficier une nimdaille d'or
qui lui ful remise dans le course d'une belle el touchanie ma-
nifestation en son honneur.





65 -

Le Gouvernement ne saurail rester indifferent i laI sittiation
critique.qui est faite h la Compagnie des Pompiers Libres de
Port-au-Prince qui menace de disparaitre si aucun secours
s rieux ne lui est apporle. Celle ceuvre se recommande trop
d'elle-meme pour qu'il soil ulile de la prOner.
Connaissant Votre souci du bien public, le D6parlement est
conv;incu que Votre Excellence ne lui rel'Iseri pnas son pr -
cieux et eflfiace concours pour In rIorganisnlion el Ie mainlien
tie celle cu\ re de premiere ulilitl .
11 se plail,en I'occurrence,a lui rappeler le projel qu'il avail
eu I'honneur de soumellre a cette fin i Sn Haule approlalion,
dans son dernier Expose.
En exprimant le voen quecerapport oblienne la sanction de
Volre Excellence,je vous prie d'ngraer. Monsieur le I'rsident,
I'liommage de mes respeclueux sentiments et de mon entier
devoiemeent.
B. DARTIGUENAVE.










AGRICULTURE ET TRAVA.UX PUBLICS.



Monsieur le Pr'sidenl.
.\ I'heuire icluelle, un pluenomine I(AmnmiqLie se consulate
,'neralemicnt dans i \ ie inlernaionnle.
Plus que jailliiis. les grands Pays producleurs se preoccu-
pent de plus large developpement de leur agricullure el de
leur industrie el sonl Iravailles d'un .gnal '.Lsir d'expansion
commercial. Les Puissances. immltlialement iprouv&es par
na derniere guerre, demandeni aux energies lerriennes el in-
dustrielles on effort plu. intense pour recouvrer la pleine
produclivilt de leurs regions snccagees, restaurer leurs finan-
ces, relablir la pnrili des valcurs on payer I'indluctable ran-
con de la ddaile ; cells qiu'une heurense fo tune preserva des
horreurs de na formidable nmelte se livrent a la plus intense
exploilation de leurs resources fonciires el s'elforcent de
maintenir sinon d'augmenter les nvnntages acquis iendant
les hostililts. dans les cenlres exltricurs tie consommalion.
Des Melropoles adressent die pressants appels a leurs colonies
don't elles prolegent le commerce par des lois n&cessaires,
pfin de s'approvisionner en maitiueres premieres et de supplier
i I'insufilsance e e ceraines denries. Des charles fondamen-
tales sont &labories oil, saiuvegardant leur inle rilt lerritoriale
et polilique et assurant le libre jeu de leurs forces economi-
lqes, des Etals se solidarisent et juguleni un ennemi common,
induslrieux el hard, persuades que I audace, I'liabilleI, le
sens du negoce :urvivenil A la clule des empires et A I'6crou-
lement des trones Des Irail's commerciaux, reconnus caducs.
sonu ecarles on revises. Des r6Lseaux de voles ferrees sont re-
construils el augmenles. Des lignes tie navigation marchande
s'itendent, d'imporlanles institutions de credit accroissent le
nombre de leurs agencies, la propaganda economique s'orga-
nise avec plus d'anpleur
Trailts nouveaux, extension de voices de communication et
des moyens de transport, placement des capitaux, fires, mu-
sees agricoles et industries sont les divers modes d'une acti-
vile internalionale, aiguillonnee par les necessilts de i'ali-
mentation locale, inquiele de In concurrence, soucieuse de
dominer les course des narch6s. Elle produit a oulrance. raf-
fine la malere en oeuvre, sollicile le consommateur,s'emploie





67 -

it se fraver des dcbouchls et a s'assurcr In plus haule cole.
Mais elle s'applique parliculierement A la culture intensive
du sol qu'elle Iraile avec constance, regle el science. Opinia-
Irement, elle cherche surtout f realiser dans leur plenitude
les multiples virtualites de I'Agriculture. Remembrement des
lerres, ulilisation rationnelle des engrais, accommodation mi-
Ilodique des eaux aix espcces cullivi&es, machinerie agricole,
outillage rural de plus en plus perfectionni y aident. L.e t ler-
rien ,, pour eIre plreftrr ia tots les genies politiques, ne doit
plus obtenir deux cpis au lieu d'un, selon le d(sir exprime
jadis par un monarque. 11 f aut iquc Ic rendiemer dic son la-
'heur, sans cesse multiplied, soil I'inebranlable fondemeni de
la sirete el de la prospritC de I'Elat. Preoccupation univer-
selle, allest6e par le mouvemen die la production gCnerale.
mneme dans les Pays d'ordre secondaire.
En 1917, le Chili a exporlc dans la settle Grande Brelagne.
pour 13.222.619 lives sterling. En 1918, I'exportation de la
(:olombie s'est levee A 37.728 559 dollars el son importation
a 22.03-1.00:3 dollars, d'ou A I'export un excedent de 15 mil-
lions 694 556 dollars, el le Gonvernement Colombien s'alten-
dail A ce que I'exportation rlteignit en 1919, 0lil.000 00. Pen-
danm I'annee liscale 1918-1919. I'ile \oisine, Cuba. a vu son
commerce eiranger monler ai 794 242.578 dollars donl 315 mil-
lions 587.167 dollars i I'import et 477.226.363 dollars a
I'export.
L'.\gricullure nalionale a-l-elle C1ci slinmulee el alive par
le nemme souci ? Les plus importantes degrees de la RIpubli-
que sont-elles assures, par le nomnbre el la quality, de bene-
licier en lous temps des prix les plus avantageux sur les places
etrangrres ? Doulotireux points d'interrogalion !

Dcenures.
Pendant la guerre el durant I'arnislicc, les mnlrclhds des
grandes nations belligCranles furent de vastes champs d'ecou-
lement. Pour leur constant approvisionnement ou le ravitail.
lenient des forces adverse, reduiles A merci, elles durenl ac-
cumuler des sltcks consid.rables de produils dans leurs en-
Irep6ls.
A la faveur d'une lelle conjonclure, tes cultures qui, jus-
qu'alors 6tnient plul6l nCgligees dans nolre Pays recurent
line pouss6e vraiment nouvelle. Le ricin, hautement cole aux
Elats-Unis d'AmCrique, ftul plante dans toules nos regions.
En tine ann6e,de MIai 1917 A Mali 1918. 2 142 carreaux de terre
y furent affectIs par utn seul speculaleur. Des denrCes, don't
la plus grosse part A bien considered, n'avait jamais servi
qu'aux besoins de la consommation indigene, eurenl une for.






- iu: -


Itine inesp'erc. Haricols, iniis, igln nies. palales, b)ananes,
noix de coco, sirop de cannes, I'ru1it, l'urent expedies i I'ex-
terieur. Des usines s'instaliieent qui exploilkrent svstWmali-
quement les huiles de colon et de ricin. Des essences de nos
fortis furent mises it profit : 4:;,S.52:) livres d'extrait de cam-
peclie IroLu\vrent nI delhoirs, un plinccnmint remIunIrateur.
IEn celle period. I'une die Icos, r.colles tie cial, pul elre esli-
inee at :!.l00(i.I(( .) tie li[res. M:ln t d CC mimi ni -lia. il n' alnil pas
Irop de la production inli4egr:le du mond'e pour le soulien in-
delecliblie d'une lulle et le Iriomphe dClinitif d'nne cause de
lilerle, de droil et tie justice, nuxqcuelles les deux continents
etaient meles. )e cet Ulai de guerre, planteurs, intustriels,
exportaleurs dtu iPas onl tire. Cn p rli plus on moins equiva-
lent ;i I'effort ;' I'Lnceri.i," el i l'adresse qu'ils out deplloy,'s.
Mairntcnanl I.I pii c conclue. Au-dessus des pactes inter-
nalionaoui subsist se le Ic.dei infrangible et indeniable ie clhaque
Puissance d uii, tde ses moy ens propres, afin de ldefendre ses
intirels essenliels dins In concurrence economique. La n16pu-
blique d Hnili nie sturnil :itvoir une directive diff6rente, d'nu-
iant plus que I'ecaoulciment ties denr6es qui lui ont toujours
rapporlt ses p lui clairs reveinus doit in6vitablement la mielre
aux prises vecc des conlrees autrement organisees et miieux
oulillkes.
Cafe.
En 1918, les cnieis diu 1-r6sil ont rendu 17.0(0.110 ).ll de sacs
pour ine production on mndiale de 22,000.000 de sacs. Celle
culture y a pris un lel detcloppement qu'il \ est envisage,
avec une reelle apprehension, une crise 6ventuelle de surpro-
duction ealfiere don lan consequence immediate serait na li-
vraison tes stocks i Ia ioindre cote. II est vrni qu'uin fort
courant d'opinion y pinrsisterait A supputer le benelice des
monopolies te caefs en France. En tout cas, la plus sage pre-
voyance comnmande qI'ntn soin de plus en plus rigounreux soil
apporle a I'espece nalionale, de facon A en garanlir nl valour
marchande.
(Colon.
Les besoins des lilatures et des lissages, en colons bruls,
resent encore Ires grands. .La nouvelle activitfc de I'indusirie
colonniere en Angleterre et des manufactures namricaines pri-
ve i'Europe d'une bonne partic de ce textile, necessnire .i son
approvisionnement. Le lrafic de la France, A cet ngard, s'en
ressent particulierement. Elle ne penu gu~re adresser de grosses
commander aux Elals-Lnis oi la r6colte colonniere, deja coin-
promise, en 1918-1919, par une 6pid6mie de charanqons, a







do -

grandement pati des pluies abondanles el s'est accuse fran-
chement deficilaire en 1919-1921). Les dernieres groves, en re-
tardant I'exp6dilion du lextile brut an H1ivre. lui ont ete pa-
reillement pr&judiciables. II en cst resulle sur cette place,
nolamment an miois de Novembre de I'annee derni6re, une
hausse des course qui a surlout prolilI aux colons bresiliens
peruviens et hailiens. Le colon de Jacmel s'est vendu 525 francs
les 50 kilos, ceux tes Gonaives el de St. Marc tie 5010 A 480
francs Ces colations sort lemporaires et ne laissent pas moins
les exportateurs, exposes aux tlucluations du march II y a
1a neanmoins des indications tries nettles don't nos cullivaleurs
doivent lirer un utile enseigneemnt.
Le colon hailien est estime el apprecie. des industries, A
cause de ses fibres soyeuses el longues. Nettlovy convenable-
ment, il trouvera de nomlireux acquereurs. L'inlerel est done
immndiial i ce qu'une plus large extension soil doniie a celle
culture ue le c I)parlement a tenn d'alilleturs i prol&ger centre
toule contamination susceptible di'ei enlraver I'evolulion pro-
gressive. L'un de ses reglements prescrit en effel que les grai-
nes de colon e;trang;er ne seront imporltes dans le Pays qu'en
vertu d'un permnis spL'ial elt qu'A la condition express que
celui qui le sollicile indique son nom et son adresse, le norn
et I'adresse de la personnel on di I'etablissemient en Iaili par
lequel ces sentences scronl commandies, le nom et I'adresse
de la personnel on tie la Alaison tde Commerce, A l'exltrieur
par I enlremise de qui elles seront expediies, le nom du lieu
tiC la production, le tout aecompagnii' d'un certifical du Con-
seil federal tl'Horiculture du Dtpna'ltenient de I'Agriculture ties
Elats-Unis.
Cependant, il convient que nos cullivateurs ne s'abusent
point. La France lend. clihque jouri davantage, A uliliser la
production cotonniere de ses colonies, en les incilant A I'aug-
menter de plus en plus. D.jit le Souda,n, la Cote d'lvoire, le
)ahomcv. le Togo lui fournissent un contingent de colon doni
il esl hon de tenir compl)e.


De plus vastes cacao\Vres ne constilueraieni pas un apporl
moins precieux it I accroissement de la fortune publique. .\u
inois t'()ilobie deriier les 530 kilos te notre produit elaient
achlels it 170-l19. francs, tandis que le cacao de \'0nzuela
Cactupano oblenail 270 291.J. Irancs.
L'ecart est considt ralle. En I'annee fiscal 1918-1919, le
Pays en a exporlct 4.584 166 lives. Ce n'est guere, si I'on songe
ii 'importance accortde a exploitation de cetlle fve par le
Brisll, le Guatemala, I'Equateur, la Trinidad el la Grenade.







70 -

En Colombie, dans la seule province de TuLmnaco, on complex
1.303.409 cacaovers en plein rapport. Recemment encore, du
port de Guayaquil une cargaison de 6-1 )0 000 sacs de
cacao a 6tl expt'die an Havre. Uine impulsion non moins re-
marquable esl donnee i cellecullure d::ns I'Afrique occidentale.
En 1916, elle rapporlait Ii la Gold i;oasl 6.7-12.898 lives slerling.
One ne s nuril e paI reconnaitre que jusqu't celle date elle
n'est entreprise chez nous que par les peliles fermes. PourtanI,
cerlaines de nos regions v sont mer\eilleusement propices
Elles rTunissenl loules les condilionsl almospheriques el geolo-
giques iinispelsabls i son pleiin epanlouissement Les regions
de Jermie, de l)name-,MNlrie. 'Tiburon, Corail, Baraderes, Bor-
gne, Plaisance convientlraieiil aisiment i tie Ires grades ca-
caoveres. De serieut\ elloris orienlisdans celle voie ne seraient
pas vains. En a;llenia;int. l iimpurlt que la qu'lilt tie nolre
produil soil s oiin iis i lediocre.


1)'une recenlc c(nquitle menieC par le I)r(palemlicn.il ressorl
que les seules L'sines slcl ieres qui lonclionnent presenlementi
dans le Pavs sont les (enlrales dle la lHuvlian American Sugar
Company, les Lraincs d'O'(~o'ormanii el celiles de Chaleanblond.
D'autre part, nl stalislilue a eval u t. i S.113 39.) lives de noire
sucre brult export p)enilant le dernier exercise. Ces chilres it-
moignent de I'acon incoimleslable du progres realis' dans celle
industrie locale. Avec la H. A. S. C () elle est appel.e ui se
d&velopper davanlage. Le rendenieni n'en sera jamlis Irop
dtcicple, lorsque I'on considered que Cuba est dans celle bran-
che une redoulable concurrence Sn a icolle acluelle de sucre
alleindra 1..5()) (j()(I lonnes
II n'est pas ;i cr"indlre que nolre sure ne Irouve A s'ecouler
avanilaIgeusenmenlI Longlenlip. encore, ce piroduil I'era besoin
i l;i consonmiInaiion dlu Monde el principalenleiit de In France.
Is grinds ce ilrcs ctie p0roduclioll sulcriere de I'Europe,
serolnt di rnlllt i Jlusiellr.s ill nnuc dan. Ijmpl)osaibille d'y pour-
v,)ir. Les planes le plus ferliles tde T llemagne, de I'Aii-
Iriche, de la I onllrie, soul au piou\ oirl de pays appauvris.
IropI pr'iv\s de dtenrcslillentnires ali epur penser ai line rsex-
porlationl. I es Irgions belleravilarcs doe I li Fra'i e mises '1 sac,
larderont a elie reconstruites, a recoiv\rer leur fteconditd, A
cause tie la dimniillnion de la ma in-d'ouvre el de la rarely des.
enirl'is II s'unsuil qCue cls sucres tie Cubli, Id Ji\va, des cola-
iles anglaises, aulani que les granulds des Etals-Unis et du
Canada, dtja en faveur r sr les niarchi s durant la guerre,
continueront a former la plus grosse part de 'approvisioU-
.. .. . .... . . o v .s ... .







,-r- I, -

nement francais. Mais il y a lieu de noler que la Convention
de Bruxelles Mtant devenue iioperante, la suppression des
droils prolibiili's don't elle rrappait les sucres de cerlaines
provenances'a laisse I la France le champ libre pour prele-
ver l'imporlation une surlaxe de 19 frs. 50 a 20 frs. sur les
sucres d'origine etrangere II n'inporte. Une telle measure ne
saurait all6rer en rien I'opporlunile de donner A notre indus-
trie sucriere une plus large propulsion.
La maliere premiere n'y mitnque pas Elle pent mnime tdre
trouvee en abondance La canne a sucre couvre une superficie
deS5.000carreaux de terre de la Republique environ, la ferlilile
exceplionnelle de notre Iterroir permit de la multiplier A
l'infini. lais il est necessaire que I'Etat inlervienne pour pro-
tlger le producleur, dininuer ses charges fiscales et oblenir
entr'autres avanlages que notre sucre, come la OIsodlet Cu-
haine, en 1903 beneficie d'une diminution sur les droils a I'en-
tree aux Etats-Unis. En elTet, en 1903, a la suite d'une active
propaganda pourprovoqur pro r enlre les Elats-Unis el Cuba des
concessions reciproques sur les larifs, le Congres Americain
approuva un Iraile en vertu duquel les Eluls-LUnis assuraient i
(uba tine reduclion de 20,, *" sur lous les droits d'importation;
Ciba de son cole acceptait de reduire de 20, J.3. -10 ',. les ta-
ris de cerlaines categories de produils ainmricains. 11 est vrai
de dire qu'en 190-. confolrmnieent a un nouveau lraitl, un
imp6t additionnel vint lever I-s tarifs cubains a 25, 30 .Mais
le Conseil du Gouverne nent de file eslime de plus en plus
que les relations conmmerciales entire les deux Hipubliques
doivent tire aneliorees. An miois d'Avril de I'annde derriere.
Monsieur le Docteur Eugenio Sanchez Agramonte, Secr6laire
d'Elat de I'Agriculture, disait en propres terms: ( Demander
la revision de noire Trailt de rfciprocite avec les Etats-Unis,
alin d'obtenir une plus grande reciprocity pour notre sucre
serait une prelenlion 6gitime,juslilide par I'augmentalion ex-
Iraordinaire qu'ont acquise dans noire Pays ses exportalions
qui de 4 23.000.000 de dollars en 1903 se son[t levies en 1917
i la fabuleuse some de s 186 000.000 de dollars. v
La Convention du 17 Septembre 1915 justilierait suffisam-
ment le desir de la lHepublique d'Hatli de prCtendre a un pareil
l)p iv\il&ge, si surtoul, coinie Ie bruit i 'n a inqul ild l I nairclli,
les exportaleurs ide sucre de Jaiv; auraient I'intention de cons-
lituer des trusts )pour maintenir les prix. II me parul utile
d'adresser une suggestion dans ce sens, i noire Conseil de
Gouvernenment.
En fail, Monsieur ie President. noire rendenment cultural et
induslriel est insuffisant. Pendant Ie deruier exercise nodtcu-
r6es ont eWt exporl6es dans la proportion s.ivaiate










D)ENIIEES AGIICOLES.


Cafe
Caf6 triage
Cal' bristire _
Cacao.
Colon
Chadclques
Ecorce Mahnii
Gominne (;Giimc
Graines de colon-
I. pilm isle
Palales
Pelit-Mil
Pile
Hicin
(raines de sallier
Ma's
Noix de coco
Fce tilizer.


Acajou
Bavahonde
Canipeclie
Fer .
Fustic
Ganac


... ... 83.372.027 lives
8.839.564 ,
184 009 a
1.581.166 a
4.9:33.3835
2 430 <(
91.931 a
1.139 ,
2.819.909 ,
566 a,
2.430 ,
234 a
......... 301 938 ,
2.434 832 ,
2.328 ,
389.773 (
6.020 a
2.615.041 1


[.)l. lI'LS FoRfESTll:II-S.
88.339
8 000
51 047.370
153.650
S:.. 364.000
3.718.865
D)ENFiEES INDL STRIELLFS.


Cire .. 21.812 f
Coco Macaques 12 v
Huile de colon ...333.59
M iel .. .. 1. l.l .105 (
Peaux de It-iuls 236.324 a
U j clih vres .... 254.867 (
liapadoux\ 575 <
Sirop fi.004
Sucre b)rul 8.4 1:3 3!1!
Manleguc 123 025
Cornes ....... 6.30-1
Ecailles .... 1.195
Produils divers .. .. 328 170
II est a remarquer qu'une cerlaine quantile de nos d.enrees
alimentaires s'est.place a I'exterieuar. Mais ce drainage ne s'est







- 7'3 -


pas effeclu6 sans influence d6favorablement I'alimentation in-
terieure rendu dejij tlrs malaise par In forte secheresse qui
svit I'an passe dans le Iays. Or, le regime economique d'un
people est singulierement prinaiie quand les interels primor-
diaux du fise ne peuvent etre sau\vegardes tqu'at prejudice de
la consommation collective.
II est done necessaire qu'une plus grantle dtpense d'energie
et d'initialive f'conde soil deploy;e dans loulcs les branches
d'aclivile pratique.
Susciler la plus value e de I'agricullture et de I'iid tustrie natio-
nales dans leur elat acluel, 1euLr ouvrir des debonchcs nouveaux
par la propaganda, mentionner les r&sultals oblenus, doivent
solliciler tous les soins dti Pouvoir, en meme temps que se
poursuivra '1appllication des measures profondes et ladicales
par quoi le cultivaleunr hailien sera poturvu' de connaissances
techniques suffisantes, les planes de la Republique seront
preimunies par uine irrigation conslanle contre les jours inal-
tendus de sehieiesse, les moyens de Iransport seront rendus
plus nonmbeutx et les arnleres de communications rurales se-
ront plus reellement approprices .i I'ecoulcment des products.
Le Deparlement s'cn est sutie.

Proi)Hiiandll Ectrionmiillue Ilxlm)si(ions A(gricoles
el I ndusltrielles. FoAires 0Commerciales.

La f'oitune d'inc nation s'acquiert en proportion directed de
son pouvoir de venles el d'achals et de I'elendue de ses rela-
lions commerciales. Plus sa clientlre cst grande, mieux est
assurL le developDecmenl de son b)ien-etre general: el son prin-
cipal moyen de I'altirer est de fI'ire valoir son prodnit n6go-
ciable. A quoi se rnamine'ruit I'utlil marchande d'une denree
ignore? Est-elle loin d'Lire ni ative el ne peut-elle itre con-
siderie coimme improduclive, f just litre. I activile laborieuse
donit le fruit demeure isole el inconnu? Seule est vraiment
Iienraisante elt Ileinement productive, l'energie qui, dans la
sphere des realisations praliques, se manifeste de fa:on a ce
que ses rsultnlals b n6Clicient Inl colleclivilt.
l)s lo;'s, les specimens tde notre production agricole ct in-
duslrielle, les echannillons de nos essences foresliircs d'une
)poussee si abonilnte et si varice doivent etre presents a
l'appr6ci:ilion de I'acquereur1I el il faul qu'une propaganda
intelligeimc en tasse estimer In qualityt. appelle le consomma-
teur, amorce les capilaux de grande exploitation. Elle gagnera
en efficacile, si son aclion s'exerce fI I'inl&rieur combine a I'ex-
-erieur. L'inilialive individuelle devrn s'y employer antant que
les soins propres du Pouvoir.







-. 74 ,-


Ainsi entendue, la propaganda n'a pas 616 I'un des facleurs
les moins actifs qui aient cree a I'.Anglelerre, entire autres
Pays, la situation avantageuse don't jouit son commerce dans
1'Amnlrique ilaine. De nombreux agents y' ont concouru Foires
industrielles, NMusees de specimens Wdarticle; d'utilisation quo-
tidienne, allaches commerciaux, Mission economique comnme
celle de -Bunsen en 191.S, I.inilues commercials ont totijours
tendu a un but communn: aider i I'ecoulement de la marchan-
dise made in England ", meltre en rappoit Ie productenr
anglais avec le client.

Exlposiliolls aLJriclcs i el inIluslricllcs.
Dans la pensee dtl Gouivernement, les expositions agricoles
et industrielles du ler. Mai 1919. dans les diverse Comnluies
de la RHeuliique, n'avairnt pas un objet hien dilTerent. Elles
elaient appelees a donner a clhacune de nos circonscriplions
I'exacle notion tie la nature du laiberi qu'ellea acconmpli pen-
dant Line anlnee, i eilallir Line liaison plus tlroile entre les
populations rurales el uirlaiiieS, "i sliinuler Le I avail regional,
A permtllre an DIeparlemenl de se rendre coimple des possi-
bililes de I'Agricullure el tie Iinii.lislrie nalionales et a susci-
ter, en memne temps, un imouv'ement d'interel nu profit de la
production locale. Faule de ressources pIcunliaires siufisanles,
elles n'ont pas reussi pileinement, a I'exceplion de celles des
Caves, de Poir-de aideix,de .Ierimie. des (onaives, de LeogAine
et de la Capitale qui f'urent assez re.-mnau'quahles Neanmoins.
des primes d'encouragement ont ele delivrtes aux cullivaleurs
les plus merilants. A I'aide de 1'allocalion pr'vue au budget
de eel exercise pourlan celebration de la fle du ler Mai pro-
chain el d'une contribution en especes moins modique, de la
part de nos arrondissements, ces iilanifestations rev'liront
probablement un plus grand cltal.
Mais le grand d.sir du IXparlemnent est d'organiser i la Ca-
pitale meme line exposition nalionale. Celte Imanifestation en
concentranl en un sel lieu les ineillcurs specimens de nos
prodiits. auran el ell'et de m.eltre le Ie Pouoir central en me-
sure d'avoir uine idle pins coiiilrite e I'i\volulion generale idu
Pays dans I'ordre agricole el inldiislriel. II sel' plus ais ai
Gouvernement d'apprdcier elt I estimer lal l In lild des resutltals
obtenus par 1'energie collective. Le DIparltemcnt tie I'Agricul-
ture sera mieux renseigne sur 1'elat reel des Communes et
pourra scieninient aviser a I'amiliorer, ain de realiser les
conditions indispensable A leur activile productrice
En effet, A la date ou aurail lieu l'Exposition, les Maires des
diverges Circonscriptions de la Republique se rendraient a









Port-au-Prince oh ils se reuniraient pour Cchanger leurs vues.
Dans un rapport, ils consigneraienl leurs observations sur les
besoins de leurs regions, en suggerant des measures d'une iii
conlestable opportunity. Hendement agricole, routes, irriga-
tion, outillage rural, police des campagnes,mouvemenL indus-
triel, en un mot tous les Iacleurs qui constituent la substruc-
lion de la vie communule arrteraient de flcon parliculiere
Icur examen individual De la sore, le Gouvernement posst-
derail une piece plus documnenlte et plus circonstanciee que
les rapports habiluels des Magistrals Communaux. Elle con-
tiendrait des inlormations premises sur la situation de cha-
cune de nos Communes et lui permeltrait de prendre les d6-
cisions necessaires au developpement materiel et moral de la
Republique.
La haute porlke economique l'une telle exposition n'est que
trop 6vidente. Afin d'y pourvoir, j'aurais quelque satisfaction
i voir augmenter le credit prevu pour la celebration de la
fele du ler. Mai.

FAires aI n\ t
II imporlerail par dessus lout (u utn plus large courant d'af-
faires soil elabli en notre faveur sur les places etrangires. Au
mois de Janvier 1919, notre Consul general h Bordeaux fit
ressortirau Gouvernemet les avaninges immnenses qui seraient
suse:plibles de rIsuller pour Haili de sa participation a la
foire aux echanlillons don't l'ouverlure v aurait lieu prochai-
nement. 11 ne manqua pas de specifier que dans le cas oni nos
denrees n'y seraient pas arrivees i temps, un compartment
special leur scrait reserve dans le local mmnie de sa residence
ou cles seraieit exposes et constammeni tenues I Ia dispo-
sition des visiteurs.
L'occasion etait particulierement opportune: le Deparle-
ne negligea point d en profiter. 11 s'empressa d'inviler les Ma-
gistrats Communaux a lui envover, dans le plus curt delai
possible les echantillons des products agricoles forestiers et
industries de leurs regions respective. le ne sanrais ne pas
rendre un public hoimmage aux Communes de Bainet, Petit-
GoAve, Marmelade. Saint-RaphaOl, Dondon, Cayes, 1Terre-
Neuve, O lniamintlie, Plaine du Nord, Petite-Riviire de Nip-
pes, Port-Salut etc pour le zele qu'elles apporterent A lui en
faire pnrveunir en quantity convenable. Une parties de ces e-
clantillons ful expedice a Bordeaux; I'autre A la Chambre
du Commerce de Port-au-Prince qui avait form le project d'or-
ganiser un Musee cow:n'ercia!. Its se dCcompasent comme
suit :






- 76 -


ChLne.
Bois calbril
Bois roses
Acajou
Capable ... -
Laurier
Bois I'huile
Taberne
Malrodlnme
Bois june.
Figuier_.-
Dainc-Marie
Bois blanc .
(C.Jdre
Bois du Sud
Bre-sillelle
Coima
Canipclihe
Bois marlbir
Gaia?.
Pois rouge. ..
i june
( ftrance.
0 inconnu....
chicane
couleurs
Miel
Pile
Racine de V1tiverl.
Cafel
Amidnlon
Graines de Millel
1 piUlmier
d'a uLl)ergine
de riz
(( I'OUCOtL
c c roucou
i a colon
S ,Ii pistache
S c I'ici -.
gOl111)0
a rabilque
hoholi -. .
masllS
cacao
,a arbre A pin
choux.....


15 pieces

2 ((

1


I
1 A
1


1 1
1



1 ,
1 .<




3 sachets
1




1 cc
1





1 "
2 lacos
11
3 sachels




3 c
1 0

1 .
1
















11 tc
2 Ilacons
2 paquels
1 sachet
10
. . 1 c

2
1
1 o

1
5







1 .





-- -'


Graines de blanc 3 sachels
y congo 1 I
(( sucrin . 1 (
Safran ,3
Taibac 12
Iluile de ricin 2 lacons
S CCoco
Sirop tie cannes .. 2
Ecorce d'acajou 1 paquel
Colon .... 21 sachets
Cire jaune 5 gAleaux
Cuirs lann ... .. 1 morcenu
Manioc ..... 1 Q

(:Cete tentative etnit vraime:nt nouvelle et d'une porlte eco-
nomique peu commune. Elle leait destinee i. rtveler aux im-
porialeuIrs et nanufacturier strangers quelques Lines de nos
innombrables resources foncieres don't on pent dire en som-
mie tiu'elles sont inexploilkes : Fibres de corderie et de lissage,
Smatieres grasses et linctoriales. grains alimentaires pour bes-
linux, hois de construction. d'ameublement, de chaullfage, si
divers, si nombreux, d'une quality, sans conleste inestimable.
Elle devail surtout. par I'indication du lieu de provenance el di
noni du producleur. facililer les commander direcles,et en con-
sequence,supprimier 'inlermn6diaire entrecelui-ci el le client. ()On
ne souhailera jainais Irop que Ions nos consulals s'emploient
a la mneme action et insistent. en meme temps, aupres des
companies de navigation, alin de les inleresser de plus en
plus au frdl hailien.
L'heure y est grandement propice. Elles sont entierement
disposes ai Mtendre davantage leurs lines et i augmenter !eur
lonnage pour un service plus frequent el plus regulier. Les
paroles expresses de Monsieur E. V. Hurley, President U. S.
Shipping Board en itemoignent : i Nous construisons rapide-
ment les 616ments qui nous permeltront d'Wlablir des lines de
navigation tout aulour du monde. Les transports rapides pour
troupes seront converlis en bateaux mixtes pour passagers el
marchandises et mis en service pour le Centre-Am rique.
L'Amrnrique du Suid, le Pacilique, les Colonies Britanniques.
Si en 1919-1920 nous construisons le tonnage envisage dans
nos programmes, nous serons en siluaiion d lahblir un service
hebdomadaire de passages entire New-York et Ilio de Janeiro,
Montevideo, Buenos-Aires et Caracas sur la cole oriental et
un service hebdomadaire entire la Colomblie. 'Equateur, le
Perou et Valparaiso, sur la cOte du Pacifique.u
La perspective que le Departement a volonliers ici envisa-





- 78 -


nee au point de vue du developpement evenluel de notre ex-
portation rend encore plus urgent la diffusion des connais-
sances techniques indispensables parmi la population des
campagnes.
Enseignemenl Agricole pr.alique
FERME-ECOLE OF. TlRn FEnME-ECOLE DE VILLE-BONIIEL'n.
L'immense population diss6mini e dans les bourgs, les plai-
nes el les mornes de noire territoire n'est pas encore transfor-
mee par le soul ile regenerateur du progrts. Elle est loutjours
la masse borne don't I'lori/on intellectual ne s'est par elargi.
Patiente, elle cullive son champ; elle accomplit chaque jour
le labeur accoulume ; son dssir est d'nugmenler son gain,
mnis elle n'a pas acquis In connaissance de ces moves intail-
libles qui le lui faciliteraient et don't seules savent user les
intelligence ordonntes et averties. Elle est Ina oule passive,
rouliniere. miserable, grev6e d'imp6ts, exploilee h merci, on
les mauvais mergers et les comp6titeurs audacieux leverent
des partisans Iaciles pour des causes malfaisantes et stMriles
et oil les employers et les traliquants vont recruler ces jour-
naliers qui, metconnaissant leurs v6ritables profis, se laissant
entrainer vers des regions inhospitalikres, abandonment volon-
tiers la glebe nourriciere.
Quoi qu'il y en nit, elle est la couche profonde de l'agregat
national. Elle est na classes terrienne, c'est-A-dire celle qui, sous
tous les climals, a toujours ei 1l'assise sur laquelle s'eiail la
t.it. L'invcstir de la noblesse de l'id6e, la penetrer de pensees,
g6neralrices d'eftort et de vertus civiques, lui dispenser cette
aptitude special qui procede d'une instruction rationnelle et
par quoi elle pourra mieux poss6der les multiples avantages
de son int. I'eclairer sur ses inl6rPs. luIi apprendre a ccope-
rer laI sauvegarde de ses hicns, c'est accomplir la L che es-
senlielle el hautement civilisatrice.
Un mode d'enseignement et d'education destine A y aider ne
serail pas une tentative vaine. Mais pour etre d'une efficacile
inmmdiate, il lui aIndrail se ranmeuer uniquemenl atis notions
classiques el agronomniqLues qui peuvent etre aisrment assimi-
16es. La plus large part y serait faite A I'application des prin-
cipes scienllilques.

Felrme Ecole de Thor.

Tel esl le caracltre que le DCparlement s'est efforc6 de don-
ner le plus possible a I'enseigment de I'Ecole Nationale d'A-
gricullure.




- 79 -


"Les h1cglenicnts de cette Insitiution l'indiquent n.'llement.
11 v est specilih, en clTel, que Ienseignement y est A la rois
liassique et agricole. L'enseignement classique y complete uni-
quement les etudes primaires. 11 comprend les matiires du
programme des Ecolcs secondaires speciales. mais allg6es,
,dulcorees simplifies. choisies de manire it concourir au
(ours d'Agriculture et i' en rendre plus lacile la comprlien-
sion. Une place exceplionnelle y cst accordee la morale
civique et it linstriiclion reliiente. A cette occasion, il m'est
extrememeni agi"&alle d'exprimner la gratitude du (Gouverne-
inent an Clerge, principalemnent ii Sa Grandeur MNonseigneur
Ic (:oadjiiteiir J. S. PicinoN qui, it litre gracieux a hien voulu
charger de ce dernier course Monsieur le Curt Eug. i3ROCHARD
tie In paroisse die Carreflour
Mais,cornme ii convenait, 1'enseigneient agricole predomine.
II se raimene A des notions thloriques indispensables, A des
exercices praliques, elleclues dans une Ferme annexee A 1'Eta-
hlissement.Le luxe superllu de la speculation pure en est banni.
Les lecons sont rigoureusement positives et demonlrees par le
fait. Arpentage, assolement, nivellement, drainage, ulilisalion
ties engrais, selection des semences, elevage, reproduction,
maladies et soins des animaux, apicullure, insecticides, indus-
tries de la Ferme, outillage rural devront en Otre I'cbjet. Elles
s'appliqueront toujours a la culture et In la fane tropical et
surtout seront envisagees au point de dve te 'amelioration
q(i'elles apporteront an regime agricole du Pays. Les course
durent trois ans a la Ferme-Ecole de Thor Des examens tri-
ieslriels et gendraux y out lieu qni permettent ie se rendre
compete du progrcs des lc1ves. A I'achlivement des Ctudes, un
dipl6me de capacilC sera dCli\rCei a ceux d'entre eux qui auront
s:ilisfails aux conditions d'un examen special
Les bienfails d'une telle Inslitulion seraient trop restraints,
sils se limilnient i In seule ville de Port-au-Prince. 11 fauit que
son fonctionnement puisse avoir 1ot on lard une heureuse rC-
iercussion;sur noire agriculture entieie. Aussi,aulant qu'il m'a
el permits, ai-je Ificlih e recruiter sa clienlele scolaire dans
plusieurs Departements. Elle se compose actuellement d'un
ellectli de dix huit internes. Cinq d'entre eux sont enlrelenus
par les Communes de Port-au-Prince, du Cap-Haitien, de la
Grande-Riviere du Nord, de Hincne el de Mirebalais.
Cet example vaut d'etre suivi. Sous celle forme, I'apport
ties Magistrats Communnux de la R1publique sera une contri-
Ibuion, si modest soit-elle A une (euvre de relevernen rural.
Le travail de leurs regions propres en ressentira Ie salutaire
contre-coup, car, plus le nombre de sujets forms sera releve,
plus certain el constant sera leur prise de contact avec le








cultivaleur, et plus decisive sera leur action relalivement i
l'amelioralion tie notre mode de culture, d6suel el obsline-
ment pratiqui.
II est just de le reconnnitre tout de suite, Ecole Nationale
d'Agricullure n'a pas encore recu cette organisation qui con-
vienne i ti n elahlissemlent de cel ordre. Le Dparlemnent 'oii-
trail meltre tous se., soins it I; completcr.
lni glacis poti; seTi;iLge des prod its.uine chlinmbre tie filliii-
galion,une elible e el tl ic, ucuirls" vonlt y Itre cons'truils. T'rois
nouvelles inches lali iiOres on lelterheltesetn joutees anuxs qi ilre
autres de la section de I'levalge. L:ne biblliothleq tie e en voie
de formation; des lives de references pour les professeurs
sont dejli cominanrds. Des cunf'irences sur des matieres de
I'enseignement ngricole comnmenceront hienl6t; elles seront
i)rononcCes par des sp,-cialisles et ser\iront de lecon compl'-
inentailet. Pendant les vacnnces tie Paques.les elud'innis feront
un sCjour 0 d'ltdes dans des champs d'exploilation agricole en
pleine actliilte oi its pourront parl iire leur instruction prn-
lique et apprendre surlout it manipuler les instrument araloi-
res du dernier modele. Monsieur lDa\is,que je ne saurais trop
remercier en celle occurrence, nma prelt ses hons offices avec
un reel empressement el a mis a ma disposition 1'une te ses
proprieles situts it St. Michel.
Dnutres mesur.'s egalenient importanles sont i, prendre.
Ellesconsistent i" aLirandir le terrain alTecle 1 la Fermine, adviser
a I'arrosage rncguIlier des plantalions. at ncquerir des animaux
reproductenurs el nil oulillange stll'lisani, a amena.ger enliere-
ment le local principal. ; Olever une chapelle ia 'usage des
ecoliers et dies nmailres et a nugimenter le personnel. Elles
inirilent a plus haut point 'nattenlion du Potuvoir el il me
plaitl i penser que j'obliendrai un credit raisonnable, sans
lequel elles ne sa::raienl etre realii' es.
FtelIll(e-l.'4U'.Ile ti lille- olihe iir

Un einlilissemenl pIeslque similn ire avail 1te inslitui A Ville-
lionheur ent 1'lS. La direction en I'ut conliee LA Monsieur le
Docleur Emmanuel .lennot. conl'ormemen tl i une Convention
passee entire lui el Ie 1)pnareiment. A\uL terms de cele Con-
venlion, I'Elat pirenil i t sa clharie, nl nomination et la rnemu-
nrralionde'is professeurs de IlF.cole.soblli.geait en meme lemps
a avancer aux conliractlnt trois cents dollars pour tous les
frais de construction et d'amnna;emnent de son Institution. )e
son cole, Monsieur Ie )octeur .lennnot s'engagenaiti procurer
les terrains necessaires,ii les culliver, fi enseigner I'Agricullure
pratique, a entrelenir a ses fiais des boursiers qui seraient


- SOl -




- 81 -


recruls parmi les enfants des regions dloignis, A rembourser
les trois cents dollars dans un delai d'un an en versant un
quart de bhnefices nets de son exploitation et A conlinuer,dans
la mime proportion, les versements A la Caisse de l'Univer-
site du DNpartement de l'Inslruction Publique II a fail retour
A I'Etat de f'avance qui lui avail ele consenlie Nanmoins,
les prevarications violenles el les incursions homicides et ter-
rifiantes don't plusieurs points du Pays patient recemmenL
ont emp)chl la fTrquentation normal de eel alablissement
qui. en somme,n'a pas encore porle Ie fruit auquel s'allendait
le Gouvernemeut.
II n'est pas moins vrais que la Ferme-Ecole, ainsi con-
cue, olTre le type d'enseignement le plus urgent A adopter,
adequate a I'ltat actuel de nos nmeurs rurales,susceptibles d'a-
\oir tout son eftet stir la population des campagnes par I'uli-
lisation intelligence el opportune des praliciens qu'il aura
prepares, propre A modifier levieux fonds regressif du paysan
haitien et a le changer en un producteur avis6 II vulgarisera
les rudiments A I'aide desquels les haules deudes agricoles se-
ront plus accessible Sa bientlisance se manifestera A coup
siir, si, inslaure pleinement, il continue ces lecons d'Agricul-
lure auxquelles tine sage decision du Deparlement de I'Ins-
Iruclion Publique vient de fire une place plus grande dans
nos ecoles primaires.
Cinq aulres elablisssements agricoles sont en voie de forma-
lion sous I'intelligenle et activedireclion du Docteur Jeannot..
De sirieux encouragements et un concourse etfectif sont dus
aux effortsde ce compatriotedont le patriolisme esl laborieux
Irrifjation.

La seule instruction technique de la classes terrienne suflfra-
t-elle A d6lerminer la culture intlgrale tie nos 'erres arables el
et A susciler celle surproduclion de choix don't I'abondance
comblera les besoins alimenlaires A I'inltrieur et salisfera A
ia fois les demands d'une clientele plus nombreuse a I'exle-
rieur?
L'liomme rural n'est pas un facteur independanl. Sa capa-
cite de rendement est conditionnee par la modalite du sol.
Son experience professionnelle, son adresse, son opinigtrele
ne peuvent se passer des agents chimiques el des 6elments
constilulifs qui, combines dans In just proportion, fertilisent
le terrain cullive. Bien plus. il lui est indispensable que leur
occulle gestation soil incessanle. Si l'un d'eux manque ou
n'est pas venu s'ajouter i temps, en quantilt suffisante, au
champ exploilt, 'espece cillurale h s'enressent nianifestement.





- 82 -


Malgre la Itnacilt du planleur. elle est dl'une poussCe pInible
et rare, lorsqu'elle ne deperit pas dans toule son elendue.
Les consequences d'un lel faith sont immense el affecleni la
Collectivile entire, quand il est general el prCjudicie a loute
I'Agriculture d'un Pays. A certain moments, il cause un ma-
laise tconomique que traduisent hnulement les lIgitimes do-
leances d'une population an\ieisc. Iesee par le sondain suren-
cherissement des vi\'es de iince..sile quttidienne Naguere
encore, le problem de I, vie chere se posa avec line telle
acuile dans quelque regions de la Hepublique que, sur la
demand de mnn college an Departements des Finances
et dti Commerce je dus ouvrir tine enqute ainn d'en
rechercher les causes. D'apres les rapporls que les MNagislrals
Communanx m'ndressereni n cet ei;gard,elles etlient mulliples.
A cole de d dimint e la main-d ac\nv\re agricole provo-
qune par 1'imigralion, A cote de I'exporallion de nouvelles
categories de nus denr'es alimenanires. la forle seicheresse qui
pendant I'annOe derniere compromit nl recolte de plusieurs
Communes n'laiit pas la moindre. 11 a\vait done surli d'une
perlurbation dans noire regime des pluies, pour que notre
production vivriere fut rnmenee a In portion congrue et allei-
gnit un course plus eleven sur le mamrche national.
Ce ph6nomene n detit ipas nouveau. Le volunie des eaux de
nos rivirres et de nos sources eut permits d'v obvier. Mais un
sysltme ralionel d'irrigation qui leI etl intelralement ulilisees
nest pas etabli dans routes les planes de In lPi'pun liquie.
En allendant, le Bnssin general et le Canal d'Aveznc conli-
nuent a desser\ir line parilie de la Plaine du c-il de Sac el
de la Plaine des Caves. Des amelioralions oil ele apporlees
an barrage tdu premier ouvrage, anin d'essayer d'nugmnenler le
volume l'eau relenu.Sous in direction de Monsieurllnuennieur,
Mathew\s, tdu service technique des Travaux Publics, des ctu--
des preliminaires ont l ell electuiees: prsentement aclevees,
elles seronl suivies sans delai, de s&rienses reparations au
barrage du Canal d'Avezae. Des Iravaux dte canalisatioin A Pi-
vcrt sont pareillement a l'lude.
II est done manifesto que 'airrosage constant des propriites
rurales est I'une des plus graves preoccupations du Pouvoir.
Cependant. la lache ne saurail revenir a ses seuls soins. Les
soci6l.s solidement organisees sont cells on la collectivite
concourt de facon positive a la realisation du bien public.Les
democracies fortement consliluees sont cells ou I'Elan et les
individus considtres isolement ont le reel souci de remplir
leurs charges et d'observer leirs devoirs respectirs. Leur evo-
lution pourra0tre lente, mais elles disposeront d'un moyen
str de developpement progressif, des le moment oi leur vie




- 83 -


civil et politique s'inspirera toujours de ce principle de soli-
tarite et de mutuel change.
Les charges de la population terrienne en I'occurence, con--
sistent A payer reguli&rement la laxe d'irrigation. Les redeva-
bles de la Plaine du Cul de Sac el de la Plaine des Cayes ont
eu quelque mauvais vouloir i l'acquiller, conornmement-A.la
loi du 26 Aofit 1913 II etnit ld'illeirs mUlais naui agents q ii
y sonl prOpos4s de la percevoir. Les donnees client peu cer-
taines,relativenienl la designation des habitations dessevies
par les deux services de distribution d'eau, a la quantile des
machines et des moulins qui y fonctionnent et au norn des
proprietaires. A I'heure acluelle, ii exisle, ii cet egard, un
cadastre,h peu pres achieve dressed par le personnel des Tra-
vanx Publics et appele i re compile npll e plusen piLls par tin
bureau qui. recemmnent inslill ii Ia (Croix-des- 13) iquels.a pour
objetde recueillir les renseignements propres a ddterminerlous
les proprielaires p.rcellaires el A perinellre d tvaluer exacte-
mentla taxe a laquelle ils sont obliges.De ce fait.la perception
de cel inmpt s'est elTeclueedans des conditions moinsdiiliciles,
pendnnt les annees liscales 1918)-l1919 el 1919-1920 Je me per-
suade volontiers que desormiis, elle aura lieu aisement.
La question ne manque pas d'etre tres importance, car le
Legislaleur de 1913 a formellement stipule que le product de
celte taxe servira de voices et moynens aux defenses d'admi-
nistralion, d entrelien et de perteclionnemnent du service hy-
draulique agricole.,
D'autres bureau analogues seront inslituCs pour les planes
de I'Arcahaie, des Cayes, de Leogane, de 1'Arlibonite et du
Nord.
11 faut I'avouer pourtanl, nos planes les plus rerliles, nos
terres irrigables, arrosees continuellemecnt et selon une mC-
thode rationnelle, cultivees par un agriculleiurexpert, actli et
industrieux, rendronl. sans doute.une plue value maraichere
el vivrierequ'ellesn'auront pas encore donnee:niaisen some,
elle ne se ranimnera, en majeure parties. qu'au rendemient des
petiles fernies qui,jusqu'i celle dale constituent noire regime
rural ; elle sera toujours limitle a une certain quantitl de
production. L'apport seul de gros capilaux par I'inlroduction
d'importantes cumpagnies,rendra possible l'exploitation inten-
sive de note domaine rural.

lnslitinlion de C4.1-flit.

En dehors de l'aide pecuniaire, necessaire an planleur liai-
lien, generalement pei raise, il conviendril que fussent ins-
talles dans le Pays de serieuses Inslitutions de credit qui y




- 84 -


commandileraient te grades alfaires d'Agriculture el d'indus-
trie el don't les operations favoriscraient I'exCcution de travaux
d utilile publique,indispensables an libre jeu de notre activity
&conomique.
L'une de nos Instilulions de credit sera extremement utile
a nos propri6taires lerriens. La Banque Royale du Canada.
dont la constitution est Ires ancienne el d'une solidity univer-
sellement admise.tait.enlre autres objets el aux terms memes
de ses Slaluts,des pr&lsn an pelit cullivaleur , des prets *
au localaire, proprielaire. occupant de lerre pour achat de
grains de semences. le son cote le Gouvernement couple
soumetire A I'examen du Conseil Legislatif un project de Con-
vention avec Line Banque agricole apres que, cependant, des
modifications necessnires auront elt apportes A noire Legisla-
lion relative atx gages el nux hIpolheques.
D'aulre part. des Soci6les sont nouvellement formies qui
auront probaleinent lne cerlaine part dans I'essor de la Re-
publique. La SociOle commercial d'Haili. l'Haylian American
Sugar Compatny, la West Indies Company, La Haylian Tra-
ding Company. L H1-ayian Really Company, la United West
Indies Corporation. In Havlian products Company, avec des
buts plus ou moins dilTerents aideront toules en quelque pro-
portion. an developpement de I'Agriculture et de I'lndustrie
nationals el a expansion de notre Commerce.
Mais nos routes ? Le Deparlement des Travaux Publics a
commence la refection des grades arlCres de communications
deparlementales el communales.
El les petites voies rurales don't le nombre est infini ? Se-
lon la saison, elles sont tour a tour bossuees, cahoteuses ou
crevassCes, ddfoncees boueuses,dil'iciles d'acces. Le transport
y est malaise, penible, et quelquefois impossible. A quel mo-
ment nos finances les auiront-elles ameliorees toules ? Et I'a-
m6nagement de nos ports?
Les avantages seraient immenses pour la Nation, si elle
arrival A exciter I'intlert de I'une de ces formidables organi-
sations qui ont pour sphere d'action le champ international,
comme la fameuse Ameirican International Incorporation. Elle
possede nn capital de 230 millions. Plusieurs trade-banks lui
sont afliliees. Elle finance des af'aires considerables,dirige on
aide des enlreprises induslrielles et commercials, en lear
laissant toule leur individually su' le march oil elles s'exer-
cent. Celle corporation est si influence qu'elle a provoquee un
syndicate des manulacturiers de machines oulils, de machines
pour sucrerie. de machines pour travaux publics. II ne serait
pas inutile que la 1.gation d'Haiti A Washington engageAt des
conversations A ce point de vue.








Monsieur le President, In position geographique de notre
lie, la fertility de son terroir,l'abondance et la diversity de ses
resources naturelles sont autant de conditions favorables A
son evolution materielle et a son expansion economique.L'eu-
vre de progres agricoleet industrial est enlam6e.Elle est lente
a s'accomplir. Cependant elle se pursuit. II fault qu'elle se
poursuive sans relAche, si le Pays ne veut 6tre evinc6 'des
places Mtrangeres oni s'ecoulent ses products et devenir la proic
facile des convoilises. L'ordre. la security, et surteul la pro-
tection effective des personnel et des biens du petit cultivaleur
par une police rurale completement constituee,doivent la sau-
vegarder. Le Tresor public ne mettra jamais irop le Deparle-
ment de 1'Agriculture en inesure d'y cooperer dans sa spere
d'activile propre.


THAVAUX PUBLICS.


II ne faut pas moins que soient augmentees les allocations
al'ectees aux travaux d'interit gfenral. S'il en est qui condi-
lion.nent 6eroileneut notre essor a.ricole, industrial el com-
mercial, d'autres servent a assurer le fonctionnement des ser-
vices d'Etat. Construction et r6fection des routes, des wharfs,
des 6difices, des voies ferries, des reseaux lhydrauliilue et Le-
1~graphique sont autant d'elnments favorables a I6volulion
d'un groupement ethnique. Elles facilitent les transactions de
commerce ou ajoutent au confort public. A ces divers tires,
elles meritent au plus haut degree les soins du Pouvoir diri-
geant.
Le DNparlement des Travaux Publics, sp6cialement pr6po-
se a leur execution, s'y est employee consciencieusement, en
utilisant avec un reel esprit d cconomie ses dispanibilitls bud-
g6taires beaucoup trop modestes.
Les travaux urgent 6taient nombreux et devaient elre ef-
fectu6s dans toutes les circonscriptions de la lRpublique. Le
Personnel technique,tel qu'il tlait comups,.y aurail su'ii in i-
liis lment. Le cadre en filt reuorganisiL' cet 'lrgi.

Seir\ ie Technliiui(le.

La formation d un pareil corps emportera loule son utilile,
si elle procede de la notion exacte des basoins du milieu el
reunil des aptitudes diverse. Les techniciens, appeles a en
fire parties, soat sans doute obliges d'etre pourvus des coQ-


. --85 -







S6 -

naissances gCenrales rallachles a leur profession propre; ils
n'en sont pas moins lenus A cette sp&cialisation qui permit a
l'ouvrier de reussir pairlailement un ordre e IAches determi-
nees.Archilecles el ingOnieurs du Gouv'ernement doivent,pou-
voir au cas echannt, supplier A I'insuflisance du nombre par
i'information de leur science et une experience averlie.
Celle consideration a grandemeni preside au choix du der-
nier contingent du Service technique II s'est recrul parmi
les laurCals de I'Ecole des Sciences Appliquees. 11 ltalit d'ail-
leurs agreableau l)epa rlenient de fournir unt emploi Ai des
jeunes gens de tmrit. ictlifs et laborieux.
Cetll decision clait -ex\lrll cl enl opporlune. Ellc lendail A
resoutdre 1'une de11 (d llici lites ql'pro tuvi il I'organe central A
appliquer, ;ans de;ii (i siecle d'adminik irl Il n s est ecoule. dans lne si volontaire mc-
connaissance dis nlcessit ls nalionales qu'aux provinces de li
HRpubllique n'a p;s ele dispense la i|ln-niltude des bienfails
maldriels qui eussent entraini revolution deparlementale el
le progress general tiu l ;I \s.
Les travaUlx inill)l L;iinls eslc it, e e ellet. mulliples qui sont
A entreprendre anns nins ri. ions indistinclement. Oril en es.
parmni celles-ci, (qui snnt nbnez eloignees de la Capitale. 11 n'e-
tait pas lou.iours snae ie se liCr aveuglement aux rapports et
aux estimalions dsc Magiislials Cmmnnnalux ou des Commis-
sions locales, denuiis oluvenl dle toule valeur oil conception
technique. II Iallail. alcrs. deleguer sur les lieux. pour les t-
tudes p)reliinnaircs, IIn in ntgnieur ou un architecle qui n'y ar-
rivail ordinairemenl quiplIhIs tn ioyage pniblle par ces che-
nins accidents D)e cc lull. un lemps precicux clait perdu.
Ce grand incolvnient i st detsormais nltenui. sinon entiere-
ment coniiiri. L.'chlrisuenti 1 lu n cadre dui Service technique
a rendu possible I'ei lilisYecnent de qua(lre Bureaux annexes,
dirigts resplecliveient par un Ingenieur. L'un siege dans les
Depaileniert du Nori ct du Nord'Ouest. I'autre dans I'Arlibo-
nile, le troisiemic dans I'.\rrndi-ssIement de Nippes el le qua-
tiLme nux (:a)es. (:haque Hiienu constitue une e zone tech-
nique. 1I sera adjoinl a chiaue in'geinleur de la Convention,
chef de I'une de ces /ones, tn iing..-ie ir hailien (qui, le cas
echeant, devia lui e-li suliliue da:> n irectioni el In res-
ponsabilidt de il Section. Cclle nmc-.ure permeltra d'ailleurs
de faire face plus lard iN I'evenluailt die remplacer delinili-
vement le personnel technique americain II m'est agreable
de Vous signaler, Monsieur Ie Pretsident, que dans le Corps
technique iegne celle hrnmonic.bans laquelle I'efforl commuu
st rait- s rile.
Cependant, il est just que les Meembres en soieat convena-








blement r'tribu6s, et il est regrettable que la loi, portant or-
ganisation de la Direction Generale des Travaux Publics, n'ait
pu etre appliquee. Par les conditions d'avancemen t el' chelle
des emoluments, elle cree une carrier aux ing6nieurs, aux
archilcctes et a la fois aux praliciens de chantiers exp6rinien-
tls et habiles dans 1 art. de construire. Je ne saurais trop
souhaiter qu'elle entire bient6l en vigueur. En attendant, ces
fonctionnaires apportent toujours le m me zeie a executer
les travaux qui lenr sont conriOs.

Edlilices PI'nbIlics.

II n'a 61e donni au Departement que de reparer les edifices
don't le mauvais elat necessitait des reparations ou de n'v ef-.
fecluer que des travaux d'nmenagement pour les affecter a
des services autrcs que ceux auxquels ils Ctaient primitive-
ment destines II n'en pouvait tire autrement: les faibles res-
sources du Deparlemenl ne lui pernettaient de pourvoir A l'e-
xecution d'aucuin grand projel. Les travaux qu'il a ex6cul6s
dans la stride nesure des disponibililt de son Budget, com-
preenen la construction des Archives G ;nrales. I'Ecole des
FLrcres du Cap-Hallien, I'Ecole de 1'Anse-a-Veau, etc.

Palais Nalional.

A 'lieure acluelle, ce sant les Iravaux d'aminagement qui
s'&exculcnt au Palais National en mmne lemps que la parties
decorative se poursuil aclivement, car les entrepreneurs en-
lendent achever complelement I'kdifice au course de cette an-
nec.
n e.
Voices de Co(immniicalion

Les travaux d'oidre economique ont elC menes et se pour-
suivent encore avec une veritable ardeur. L'aclivit6 du De-
parlement s'est volontiers appliquee A refaire nos routes, A en
amnliorer I'elat on A en career de nouvelles Celle prtoccupa-
lion n'est que trop legilime Les routes publiques constituent
exaclemen! les arteries de eel organism complete quest une
Nation moderne. Elles sont I'un des facleurs, 3inon le facleur
initial dol loul d&veloppement moral et matlrie!. Elles 'faci-
litlcn la diffusion des idtes, I'assimilation des mueurs, le jou
des operations de n6goce inlerdepartemenlal et 'action de
police qui garantisse la suirele individuelle et la sccurite col-
lective. EUes assurent la cohesion des divisions territoriales.
bans elles, la rigueur des demarcations constitutionnelles fe-
rail de chaque section de chaque quarter, de cbaque ville,


- 87 -








une unilt lerrienne qui, par son isolement mnme, serail inac-
cessible a loute influence civilisatrice el ne conlribuerait nul-
lement au bien- Ire general. 11 faut qu'elles existent, pour
qu'aient liet ces changes bienfaisanls par quoi les agglome-
rations humaines subsislent el prosperenl. Ricn ne saurait
mieux monlrer la haute utility des rules que les paroles sui-
vanles prononcees recemment par I'Amiral SNOWDEN Gouver-
neur de la Dominicanie: La principle poliliqlue dil-il, est
( que chaque section ai aiau moins uine cole el un chemin.
* Les 6coles et les chemins prodliisent la riclesse, et celle-ci
a paiera la justice sans laquelle il n'y a pas de stability so-
ciale. 0
Dss lors, ne convene tit-il pas que le Service technique des
Travaux Publics efit le reel souci de restaurer les n6tres qui,
en majeure parlie, n'claient guere praticables el creaient de
verilables obstacles n la libre aclivile des populations inte-
rieures. I.e D6parlement y lient d'aulaii plus que le soin de
ces travaux, naguere conlie ii la Gendarmerie, iii Meail revenue,
d&s le mois de Juin de I'aiiine derni&re.
II envisagea inmmdialement I'achevement ou I'amrlioralion
de la route de Mirebalais i' Lascahobas. en utilisant le Credit
de 5.000 dollars ouvert nu Deparlement par un Arrete de Votre
Excellence. Vers le mois de Novembre 1919, pregnant en consi-
d6ration le sort des populations d'Ennery, de Saint-Michel et
de Hinche, il suggra l'ide d'ouvrir. dans ces diverse regions,
de vastes chantiers de construction de routes, ali de fournir
du travail aux indivitlus qui, I'ule de movens d'exislence,
pourraient caller s'enr6ler sous In b-inniere des bandes de pil-
lards don't les environs de ces locallits elaient infests. 11 ob-
tint alors un credit de F'rente inille dollars poi:r la construc-
tion de la route reliant Ennery a llinche par Maissade et St.-
Michel par Crele-Sale D)Le'uis, cs travaux s'execulent metlio-
diquemcnt et avec un entrain admirable.
Au mois de l)ceimbre,les fonds mis A la disposition du D6-
parlement avant tyn 1 rconiius insil'lrisanis, un Arrdle ful pris
pour pernimere : lo. I'aclivemenl des travaux en voice d'ex&-
ciition dans ces parages el 2). nl reconstruction de la Houle
national reliant les Caves a Mirago.ine en passant par Aquin.'
Les travaux de celle granle oe oe nalionale partages en 3
grandcs sections de travail, out ete enltrepris serieusement.
Chaque section est sous le contrlle d'un jeune ingenieur hai-
tien relevant du Bureau elabli aux Caves De grades diffcul-
tls ont ele rencontrbes au debut dans I'organisation des chan-
tiers. II a fallu instruire uni personnel, adviser au moven de
transporter le materiel, sans le concours des proprielaires
.regionata devenus mal obligeut.s dains certain points, fire






80 -

venir des Cayes les betei nkcessaire au cliarroi des outils de
MiragoAne a St.-Michel, lulter contre I'influence des assauts de
1'dmigration. Les travaux ont et6 elTeiclus au debut avec 3, 6,
9 homnmes Actuellement plus de 2 0 hIii nes se sont enr6les
dans la section Virgil-.quin.
Si organisationn a tdi penible, les dliTicutlls, cependant, ont
pn e6tre vaincus et il y a lieu d aviir pleine conriance clue les
travaux se poursiiivant a:livemnl.'t. seroit acheves dans un
court delai et que la route ini ue, pendant la saison pluvieuse,
sera en eat dea supporter le tragic. Uii crainte domine les
preoccupalions du Service technique,c'est que i'argent ne fasse
d6faul sous peu et ne nous contraigne a laisser relourner dans
leurs foyers ces hommes qai ont ete embauches avec plant de
peine.
Cet ordre de Iravaux doit ,tre continue sais relAche. Aussi,
A nmon dernier voyage dans I'.rtionite, ai-je demand" au Ser-
vice technique d'entamer les etudes de la Route national qui
anmiie des Gonaives a Gros*M~,rne, de la A Porl-de-Paix. Ce
dernier travail est des plus urgents, car les populations du
Nord'Ouest commnuniquent diflicileinent avec les autres parties
du pays.
Les difn6rentes passes de la Ri'vire dies ii THOIS RIVI:RES ))
seront evitees auatnt que possible, afin que soil eliminee la
construction de points dif'liiles et coriteux. Par AU'BERT BAL-
LANDE P, la ravine des a GARONS 1, on aboutira A BAss:N-
BLETU A ce point ]a route sera prise pour arriver au Gros-
Morne. Elle sera la reconstruction d'une ancienne route colo-
niale presque inlacte, A cette here, sauf du co6t de ( Balade)
oi ties eboulements eurent lieu en 1909. a la suite d'un grand
cyclone Une route interieure de Port-au-Prince au Cap-Hal-
lien en passant par Mireb:ilais, Lascaholas. Thoinonde, Saint-
Haphael, Dondon, Granie-Riviere, constituent un circuit com-
p)let avec l'artere passant par Plaisance-Gonaives, une route
permetllant de se rendre a Jacmel par Trouin. longeant la ri-
viere ( acheCE u, en restaurant la role ancienne dite K des
commiss.ires )) et I'etablissenient d'une route reliant les Caves
i I'Anse-a-Veau en longeant le lilloral, sont des projels actUel-
lement a I'etudc.
La nmarclhe des (lifferents clanliers ouverts Lun pen parlout
a loujours ele normal. Cependant, vers le mois d'Octohre
dernier, leur fermeture au moins monientanee fut envisagee,
a cause des raids qu'y accomplissaient certaines bandes armies.
Mais les excellentes dispositions prises par I'Occupation et la
Gendarmerie pour les meltre la raison readirent inutile cette
mesure.








Whanrfs


II imporlait tgalement d'aviser aux travaux susceplibles
d'assurer une plus grande frequenlalion de nos ports de com-
merce. I inconmmodil de certain ports ct le nmuvais tlal des
wharfs de plusieurs villes marchandes de la Republique em-
pechent les navires de iort tonnage d'y prendre mnouillage
aisemenl et creent de reelles difl'icultes pour I'embarquement
el le d6barquement des marlchlndises. Le inegoce de ces cen-
tres de production et de consommation s'er, ressenl. Etablis-
sement et reparalion die lhart's. ame-nagcment de nos rades
valaient d'allirer I)rticulic remenl I attention du l)eparlemenl.
Aussi, des liides scriciuses sonl-elles menees I celle fin par
le 3iBureau lechlnique. A l egtird de la rade du port des Caves,
un svsleme de bouees pour I'avant porl et le passage du Sud.
I'installalion de deux phares don't I un i flen rouge el a eclairs
et I'aulitre feu lixe et it secleurs rouges et verls, deux feux de
reperes, In construction d'une jelee et d 'un dock sont recom-
mandes. Neanmoins, des ameliorations onl ete apportees an
wharf exislant don't les piliers actuels ont besoin d'ltre pro-
1;ges par un rcvilement die Ilfon. D'un autire cole, un petit
wharf mnirile d Cere constrii anu port tie Miragoine ; le wharf
d'Aquin necessile des reparations. La rade de I'Anse-a-Veau a
besoin d'etre aminagee. A cel ilg:rd les 'tudes se poursuivent.
II est ai desirer que soient enlames rapidement les grands
travaux du Lwharl' de Saint-Mare pour lequel un projie tie con-
trat vient d'ltre solnmis nu Gouveriinemen. Ce type inedit du
wharf pourra etr oe adop0 pour l.s porls ties Cavyes, de Jtre-
mie, des Gonaives. de Port-de-lPaix et du Cap-laitlien.

I rri(atlioln.

Des 1tudes d'irrigalion n'elaieni pas dt'une moindre inipor-
tance dans !a Plaine du Cul-de-Sac. Elles ont pris fin it ma
satisfaction Desormais, il sern facile de fournir des renseigne-
ments precis sur < le volume d'eau qui peut itre recueilli,
x I'etendue du Bassin d'alimentation el de revenue el des indi-
c cations tres seriouses sur Ie morcellement des habilations de
r celte \'-le plane. ., A celle question. je ne sauiais ne pas
signaler d'une imaniere exceplionnelle qiieliques projels tde
travaux d'irrigation qui mn'ont et Iransmis par le Servi re tech-
nique.
Sur la requIte de Mr. E. R. iGayler. IngTnieur, Chef du Ser-
vice technique, Mr. W\. L Rockwell, dligue pal le a Bureau
of Public Roads U S.A. Department of Agriculture, o aprIs
avoir mantrd les imperfections et les inconv\nients du Bassia-








Genbral,6labora,pour I'arrosage proportionnel et ininierrompu
des lerres irrigables de la Plaine du Cul-de-Sac, un important
project qui fait ressorlir les avantages qu'aurait le Pays a sou-
meitre toute celte region au regime de distribution d'eau d'un
reseau hydraulique moderne. Ce systeme comprendrait des
( canaux principaux, des canaux latiraux principaux et auxi-
lisiresen lerre avec ouvrages d'art ganeralement en maconne-
rie de pierre et de beton ou de canaux entlirement paves avec
ouvrages d'art gieneralement en maconnerie. La construction
d'un pareil outrage cofilera In Million Qiumlr Ceni Mille dol-
lars(1.400.000O) qui seront couverlspar une taxe sp6ciale. Mlon-
sieur Rockwell a pr senate en nmeme temps A l approbation du
I)parlement et l I'adoption d(u G(ouvernement un conlrat, uine
loi et des reglements relatifs aux droits d'eau, ii I'acquittement
de la laxe, a la distribution et i !a livraison de I'eau. Je ne
manquerai pas de soumelire ces projel -t I'exanen du Conseil
d'Elat.
L'aclivit. du DWparlement des Travaux publics ne devait
pas, i ce point de vue, se horner i la seule Plaine du Cul-de-
Sac. Les brigades de lechniciens ont egalement opere dans la
Plaine de Leogane, et ils avaient peine fini qu'il enamnerent
la Plaine de I'Arcahaie, en elenlant leur action A St.-Marc oil le
Department vient d'entreprendre des travaux de canalisation
a Piverl.
A I'Arcahaie les travaux de reconstruction de la digue des
Mahlieux destine it arroser 1.400 carreaux de terre environ
ont 616 entrepris. .'est li une depense de rapport pour l'Etat,
car les habitations irriguees par In digue devront payer la taxe
prevue par la loi du 26 Aoiil 1913.
Monsieur le Presidenl, il sera malaise de pourvoir i I'irriga-
lion integrale des proprIeles rurales avec les fonds prevus.
A quel moment, un tel Ibu sera-t-il atteint si I'on considire
la modicite des disponibilitls du Departement ii cet egard? Les
resources du Tresor permeltront encore an moins d'entamer
I'execulion immediate di project labor& par Monsieur Rockwell
ou de projects gigantesques analogues el par quoi des syslmres
hvdrauliques plus Mtendus. plus modernes, plus durables, d'un
enlretien peu coCileux. viendraient remplacer le mode de dis-
tribution d'eau adoplte ant dans la Plaine du Cul de-Sac que
dans la Plaine des Cayes on I career dans les planes de 1'Ar-
tibonite.
Cependant il est d'une necessity absolue que des ruesures
meme Iransitoires soient prises qui raciliteraient la mise en
valeur de terres insurisammnent arrosecs et d6termineraient un
plus grand rendement du labeur agricole du Pays, une large
utilisation de puits arl6siens ou autres v aiderail grandemeit.






-,- 9, -.

A ce propos, il est un example assez concluant. Le forage
d'un puits sur I'Habitation Dessources einporle toute son efi-
cacite. L'enu. jaillissant en gerbes par des luvaux de douze a
quatorze pouces de dianmtrre.est recteilliedans un bassin d'oO,
an move de vannes,elle est conduile dans In direction voulue.
)jtja un seul de ces puils n permits i'arrosage de 60 iA 80 car-
reaux de terre. II est aise de suplposer le hien qui serait realism,
si des ouvrages analogues claient cnmplovys dans les regions
de la Republique on lai sOiceres-sc est d'ordinaire plus forte.
A cetle fin. il conviendrait (LIu'unI credit de $ 53.000 dollars
soil ouveri au )Dparlement Cetle valeur servirail a I'achat
des appareils necessaires au forage de pupils et an salaire (du
personnel.
Ca dalesl '.

Un releve complex des lerres irrigables ct irriguees est le
corrollaire indispensable de lout arrosage continue de nos
planes L'idde de preparer le cadastre des biens de la Repu-
blique est deja vieille et \'olre Excellence pourrail se rejouir,
a bon droit, d'a\oir prns I'A\rrei diu 16 Fevrier 1920 qu i est
venu career anu Dpartement un Bulreatu de contr6le, de sur-
veillance et d'enlrelien des digues et canaux d'irrigalion,charge.
6galement d'tablir la c6le de chaque propri&.1. C'est un ache-
minement vers la realisalion d'un propel qui. depuis plant d'aii-
nees, a lente et preoccup6 encore e I)ep:rlement.
Les grandes habilations de la Plaine -du Cul-de-Sac ont des
d6limitalions qui ie sont trIs certainement qu'approxiniative-
ment connues ou fixes. Celle impricision rend tres iiindcises
les limiles et la contenance des petiles propri6cls enclavCes
provenant de morcellemenls divers.
En I'absence de Ious documents, proc&-s-verbaux, plans d'ar-
penlage. disparus du Bureaux des Domaines, par suile de
I'incendie de Juillel 1888, il fallail arriver par Ltll moyen pra-
lique de reconsliluer ces Archives..Au mois de Novembre 191!,
j'avais aulorise le Service technique A ouvrir un bureau a la
Croix-des-Bouquets oi il a let employ\ 2 on 3 arpenleurs.
Ces arpenleurs onl pour mission dese s eltire en relation avec
les pelits proprietaires de claqu e grande habilation.de virifier,
de collalionner les plans et finalenintc de les enregistrer.
Ce travail s'esi ex cute ,l).t.lation par lihabitation, et, au 'ir
et A measure, les petites pioprietes ont ete ainsi inscrites sur
le grand plan dejA dressed. On peut done v6rilier I'exactitude
des parcelles doni la conlenance doit etre la menc que celle
de I'habitation en vdrificalion.
Bientot, ii sera etabli a Thoniazeau, a Ganthier, aux Caves,
a l'.Lrcalaie et un peu partout, des Bureaux identiques,abso-






lumcnt necessaires pour (6aliblir juslement el correctement les
taxes d'irrigation.
Mais, s'il y a un onvrage auquel il convent de penser s6-
rieusement, c'est la confection des caries topographique et
geologique de la Republique d'Haili. A cel 6gard, MMI. le pro-
fesseur T. Wa'land et le Lieutenant-Colonel Smith ont fail
des propositions que Monsieur E. R. Gayler, Ingenieur, Chef
du Service technique, m'a communique es.
Les renseignements suivants out ele fournis dans un rap-
port de Monsieur E. R. Ga\lcr:

a Avant d'arriver a In confection de la carte lopographique
d la R6publiqie d'Haili, il y a un premier Iravail indis-
pensable a entreprendre, c'est I'elablissemenl d'une chain
x de stations de conlrole geographique, a Iravers tout le ter-
t riloire d'Haili, de facon i fixer par la latitude et longitude
a lous les sommels des monlagnes. les villes, villages et en
g general tous les endroits d'importance. Les points ainsi d&-
SLerinines sur le territoire de la Republique serviront de
reperes fixes auxquels ponrront etire relies tous les plans
Sd'iarpentage des proprikles.
2o. II sera etabli des bo'rnes-reperes d'alliintrie pour les
nivellements it entreprendre parlout oil cela sera jugi n6-
a cessaire et indique par le Bureau technique.
3o. ( Des stations d'orientation seront ltablies aux endroits
A designer par le Bureau technique pour la verification des
o Boussoles te ou des donnees seront fournies aux arpenteurs
publics pour Mlablir I'uniformite nicessaire des operations
( oulev6s ia la boussole sur tout le terriloire de la Republique.
4o. < La chaine des stations de control servira A localiser
a les etudes goologiques de la R6pullique d'l-aiti
5o. (( Des I'achevemnenl de la triangulation des stations de
o contr6le, on pourra tout de suite commencer la care topo-
a graphique.
60. ( Tout le haul personnel technique sera nommi par la
e U. S. Geological Survey iA I'exception de la main d'oeuvre.
a Dans la formation des brigades, il sera ulilis6 un certain
a nombre de personnes.a litre d'aidcs. ce qui permettra d'em-
Splover des halliens possedtkn une certain education tech-
unique et disireix d'acqueiri rdel'exp'rience en topogra phie. u...

La care geologique sera egalement pricedee d'6ludes preli-
minaires Ces 6tudes pour les cartes -gologique et geogra-
pliique sont tdja enilamees.


.- ,) -





- 94 -


Service HI)ydr'auliqiie.

S'il income au Gouvernement de pourvoir A I'irrigalion
ralionnelle des proprieles rurales, ii n'est pas moins inipor-
tant qu'il donne une complete organisation aux services hv-
drnuliqcies urbains.
L'Adminisltalion du Service hivdraulique tie Port-au-Prince
et Pelion-Ville relieve du Deparlemenl de puis le nois d'Avril
de I'annee derniere. I.e Personnel se tdpense avec un de-
vouement rare dans I'inleret de ce service public. Sans doute.
il a et6 donn&- il quelques-uns I'occasion de se plaindre de
l'insuffisance de I'eau qui leur etait fournie. Si I'Administra-
lion ne petit loujours se justifier des reproches et r6clama-
tions du contribuable, elle tie peut, cependnnt, tLre rendue
responsible d'un tail normal cque la nature a cause Car ii
est indeniable qu'une grande scheresse come celle qui s'est
fail sentir dlans lout le pays, product loujours tn elTet desas-
treux sur le regime des eaiix dots le debit diminue dans tine
proportion notable.
Aussi. pour awimenter le volume de I'eau qui sert i I'ali-
nienlatinn de In ville de Porl-au-Prince et pouvoir la fournir
toujours en quanlite sufiisante aux besoins de la population,
vous av%/ hien voiilu prendre un Arr&le mettant A la disposi-
lion du LDparlement une valeur de 36.000 dollars pour la
captation des sources i MoRIN et DIQLuII N.
Le Deparlement nourrit l'espoir que ces travaux, ine fois
achevs, permeltront a l'Administralion du Service hydrai-
lique de donner une cerlaine satisfaction au public, en atten-
dant lue des travaux plus important de captation, de cons-
truction de reservoirs et de transformation soient executes.

Rhsw'au T('lt"-ai'pl)hiilue Teirreslre.

Le IRseu tdlgraltirolique Lerresire, (ui est place aux lermes
d'un Accord de 116i, sous la direction de l'Inginieur prvu i
'article XilI de la Convention, functionne r1gulierement, grace
aux ameliornlions (ui y ont etC apporltes. II reste cependant
beaucoup i tlaire pour en assurer de plus en plus la bonne
march.
La rcfection complete des lines ni'a pas pu 'tre entreprise
comme l'aurait voulu le Deparlement. En d6pit de tout, le
zele que deploienl, dans I'accomplissement de leurs devoirs
respeclits, les divers membres de son personnel, mCrite d'dtre
signal ia votre haule attention.
Le Dparteleent s'est Irouve dans l'impossibilite, a son re-
grel,de meltre a execution le project qu'il avail conqu de rem-





- 95 -


placer les poleaux disgracieux en bois de cc service, par des
pylones en belon armed. De nim e la conslruclion ie locanx
speciaus apparlenan i I'Etat pour ses divers bureaux na pas
pu eire envisagee, taule de resources n6cessaires. Seul, le
bureau du Cap-Hailien. comme je vous I'apprenais dans le
dernier Expose, a en depuis 1'annee derni~re i hbene&icier de
cette niesure : un local convenahle.
GrAice it la odi d 23 Aofil 1918 qui fixe un nouveau larif de
perception, les recelles du Reseau se sont accruies cGnsid6ra-
blement.
En dehors des receltes ordinaires que le Reseau r6alise
chaque mois du service intlrieur et du service d'echanges in-
lernationaux qu'alinientent les Cibles Sous-Marins, une nou-
velle source tie revenues esl venue s'y adapter. .I'entends par-
ler -de la iadio-tle6graphie don't le Irafic tant at Port-au-Prince
qu'en province, est assure par le Telegraphle terresire qui
touche en retour* cinq cenlimr, or par mot.
Volre Excellence n'a qu'A jeler un coup d'ceil sur le tableau
ci-apres pour se rendre complex de la proportion danslaquelle
les receltes tie celle imporlanne branclc dui service public ont
augmented :
191S RELCETTES BECETTES

(.OLURDES OR
Oclobre ..- 8.025,55 2.060,07
Novenmbre .... ... 8.3 1.593.00
I)cembre 11.100.10 2 476,86
1191
Janvier _.. .. . 9.537,85 1.436,51
Fevr'ier 8 852.(10 1.847,90
Mars 8.19320 1.516,83
Avril .... 8.778,25 2.102,89
Mai .. .. .160,0) 1.451,40
Jui .. 5.022,45 1.391,31
Juillet. 5.221,60 1.160,74
Aoil 5.407,25 630,52
September ... 6.195,00 704.87
Totaux 91.842,80 18.372,90

En vue de slimuler le zele des agents du R.seau. le Depar-
lement a cru devoir, d'accord avec I'lngenieur du Goiiverne-
ment, ai partir du ler. Octobre 1919, v career line v\rilable
hierarchie, en formant quatre classes distincles de ses nom-
breux posies, come ii cst indique ci-apres :




S- no -


1lre. lasse. -- Cap-Hla'ien. Caves. GonaTves. Las Laias.
;ncr. classe.- Aquin, Jaemel, Jrremie, Pelit-Goive, Port-de-
Paix, MiragoAne. Saint-Marc.
3&me. classe.- Anse-A-Veau, Arcahaie. Baraderes, Dame-
Marie, Grand-Godve. L6ogane, Mirebalais,
Mole Saint-Nicolas, Saint-Michel, Plaisance.
.tmir. chlsse.- Abricots. Anse d'Haynnult, Anse-a-Pitre, Rai-
nel. Bellad're. Cavaillon, Corail, Cotes-de-
Fer, Croix-des-Bouquels, Ennery. Ganlhler,
Grand-Gosier, Gros-Morne. Lascahlobas, Lim-
Ihe. Marigot, Mont-Rouis, PIlite Riviere-de-
Nippes, Petil Trou-de-Nippes, Peslel, Saint-
lIouis du Suld, Saltrou, Thomazeani, Trou du
Nord
2o. Fixer en consequence les appoinlemenis come suit :

lere. classes . .1S) gourdes
2nme. 110l
3 ie. ** 90
4eine. 7 "
3o. Prtvuoir des appointments mensuels en faveur des agents
snivants :
Inspecleur ..... 135 gourdes
Employo de lere.classe 90 "
.' 2eme. 75 "
". 3eme. 70
Surveillants 50
Facleur de lere.classe 30 "
S. 2eme. 25
.' 36me. 20
Le Dieparlement envisage la crealion de nouveaux poses it
Saint-Louis du Nord. Tiburon. Culeaux, IPort-l-Piiiient el
Pilate. Cependanl, ii est just de convenir que les appointe-
ments accords aux agents du Service Itelgraphique sont trop
faibles el merilent d'etre augments.

Service Tetlplioniinue.

Le Service eleplionique ([l'i litre d'essai, le D6parlement
a souch6 ar RIseau Tletgrapliique. fonctionne bien. Le'nom-
bre de ses abonnes qui elail de 40 I'annee derniere, se chiffre
mainlenant A plus de cent. 11 facilile aux ius et aux aulres les
communications Lant avec I'inlerieur de la ville qu'avec la
province au besoin.





97 -
-9-1

Un Service analogue a 16 eMabli A Petil-Goave Des dispo-
sitions seroni prises pour en career d'autres dans les princi-
paux centres du Pays, nolamment A Saint-Marc, aux Cayes,
a JMr emie, ni Cap-I-nilien, clt.
Monsieur E R. (i.\A i i., linP -niCir tll (Giiiverncin il, q i a
in direction el le conlr6le dc c--.s wr'. irC,. :1 inl'orimi l)e )par-
enment qu'il se propose d meilre d:iis Co-' \illes d li i-
bleaux ilelphoniques pour los l 'ire l cInelici'r (i'e lous les
vantages d une installation absolument moderne.
Les recelles du Reseau .tMl6graphique et telephonique se
chilfrent come suil pour les cinq premiers mois de cel
Exercice *
1919 RECETTES GOUnDES. RECETI IS OR.
Oclobre. 7.979,95 909,18
November ..... 7 693, -1 1 I79,70
Decembre ........ .... 9.228,75 961,50
1920
Janvier ........ ... 7.835,5 1.171,83
Fevrie r 7.529,40 1.639,55
Ians ces recelles, il n'est pas tenu couple des 161igrammnes
ofliciels qui, s'ils avaient ~e1 taxes, auraient tourni les rende-
ments suivanis:
1919
Octobre... ......... Got. RDES o s 16.-113,1.
Novembre .... 16.768.70
DIcembre .. 1661,75
1920
Janvier.. 17.9)0,35
Fevrier .. 17 659,50

Comiipal nie d'Eclairage Eleelrique.

Un zMle non moins grand a ele employvt a veiller a hben
fonctionnement des Compagnies of les inlirets de 'Etat sont
en jeu et A I'observance par les Concessionnaires, de leurs
obligations conlractuelles.
Rien de bien parliculier n'est A signaler sur la situation de
la Compagnie d'Eclairage ileclrique des Gonaives el de celle
de Port-au-Prince et du Cap-Hnitien dont la march est nor-
male. Aucun chiangement n'est survenu dans leurs relations
avec FEtal.






-. 9S -


Sur sa demand. In Compagnie d'Eclairage 6lectrique de
Porl-au-Prince a 6ee auloris&e par le lepartement A rempla-
cer ses lampes a arc par des lanpes al incandescence de mille
bougies. Cependant, les reserves les plis formelles ont 0tI
formulies, relativement anx autres questions pendantes entire
elle et I'Etat, en attendant qu'uine convention inlervienne en-
tre les deux parties contractantes.
Celte transformation ne modilie aucunement les conditions
prevues A I'arlicle 13 du contract de concession, et la plus
grande diligence sera apporlee pour amener la conclusion de
la convention plus haul mentionnee, car il est temps que la
question de franchise de mnnltriel que recoil cette Compagnie
soil solutionnee.
Plia'es.

11 m'est agrnbible d'informer Votre Excellence qu'au mois
de Jiin prochain, le concessionaire des Phares, conforme-
nent an voen de son contlrt avec I'Elnt, devra remeltre ce
service au Goucernement. Le projel sern de demolir. alors le
Phare du Forl-Islel qui ne sert plus it rien el de 'eriger i la
poinle du Rochielois. l)Dja le Service technique prend des dis-
positions pour le conlr6le, I. surveillance el 1'entrelien des
Phares.
Chlliniis (1i F r.

COMPANIES N.TI)ONALE DES CHEMINS DE FER D HAITI.

La situation de celle Compagnie vis-A-vis de I'Elat n'a-pas
change. La sentence arbitrale de Monsieur le Conseiller Fi-
nancier sur le difftrend exislant enr ele et I'Etat n'a pas 616
rendue. Le LDparlement ne saurail trop deplorer cette situa-
lion qui fail tchapper a tout control depuis plus de cinq ans
un service public aussi important que la Compagnie des Che-
mins de fer d laili, alors que I'Etat n'a jamais cesse de recon-
naitre A cetle Compagnie une garantie d'int&rtt de pres de
125.000 dollars par semeslre. espiere fermement que les dif-
ficultls seront r esolues de fIt on que In collectivilt puisse en
lirer le meilleur part possible
A cel 6gard, il n'est pas sans ilr&l que je Vous communi-
que la correspondence echangee a ce sujet entire mon Colle-
gue des Relations Exlerieures et moi, persuade qu'elle lemoi-
gnera aux yeux de Votre Excellence des efforts fails par le
Deparletnent des Travaux Publics prur rggler celle question
dans un sens equitable.




,1
99 /

Port-au-Prince, le 14 Mars 1919.

No. 13.

A. u Seeretaire d'Elat des Re'laloris E.'cterieiles.
E. S. H.
Monsieur le Secritaire d'Etat.
Depuis prs de cinq ans. les relatlion tin ce e dil'e\itler ente I'Elat ol la
Compagnie Nalionale des Chemins tie Fer d'Hlani.i
Coi'me vous le save,. I'accord cuonilu enti r nalre anrien MinisIre ii \as-
hilnton, feu Me. Soloq MIrns el Mlonsieim Farnh.iin ia remls e11 diifTrenil- :I
I'.rhilrage de Monsieur le Conseiller Vin.ini';ir iii nri e-i pl.i eni. c're pro-
nonce sur cell imnporlarne allaire.
En attendant. la CompagInInie 'iinliniue son Inrali, siIn ain: i conitrIle le la
part du Gouvernemenl, ce qIi con.tilnl-. .i n'en ijas -.liler, nn pelit elaL
dans I'Elal.
Je vous saurai gre de vouloir bien me faire atoir qnehilu.es renseignementl
a ce sujel, car je cruis le moment venu die nous occuper sinun de la garantie
d'inlerels du moins du nouveau trace de Saint-Marc i Balhon lint les parties'
liiiganles onl deji conmenu erire elles.
Agreez, Monsieur le Secretl'ire il'Elat. i'a,'or.lanle II' in m hI tl.' nnli l-ra-
lion.
Si.,,H li .n, .i. <0 \ .


Pilrt-an-Princc, le 15 Mars 1919.

A u Se'-.itairet d'Etnl It., Travarn r Publi, s.

Monsieur le Seerrlaire d'Elal *
le suis en posses-ion de vnire lelire il i de ce muio relative i la Corn
pagnie Nalionale des chemins de fer d' 'Haiili.
Vous rappelez a mon Deparleeninl qu'en veril de I'ac'nrd signed entre no-
Ire ancien Minislre A \Va-hinglon el Mr. F'.I, NH \, Ie litige eislanl enlre Ia
Compagnie el le Gouverneinent avail tle s ,iniis a I'arliilirale Inu Conseiller
Financier.- Mr. Ru.AN a eu en s. p[,,,eusioi ltus lIes diocuments netessaire;,
dossier el nminoires, pour examiner la ci'ntetlalion, mais il ne s'est pas pro-
none6.
En sorte que la question resale en I'elat ji5usqui nouvelle division.
Votre Deparlement est d'opinion de donner -uite Ai I'accord inlervenu en-
Ire les parties quant au nouveau i'raCe ie Saint-Marc i Balon. N'est-il pas
preferable d'allendre la sentence a1 inlerienir r sur le points soumis a I'arbi
trage, de maniere ii regler une foihs pour lou les le diverse questions pen-
dantes entire la Cie. el le Gouvernenieni, que-,iions derivanl des trois chefs
de demande qui suivenl :






110 -

In I'Arlicle 13 du caiier des charges :
2,i Frais de tran prpnr, irq-luill mii', ellpriiulli d'lulls
3o Perles que la Cie. prelend advL'u sul,'- dIe Ju;n 1911 i Juillel 1915.

1I me semble qli'il y a li.1 lIuaInl a preceil Ile faire liiiule- nos reserves en
ce qui esl du Iralic que a a ru lde Ivir reprendie en delroi, du
Gouvernernent el ans- conl 61i e I'I? pal I.
Veuillez agreer. Nuloni ieur le Se.rlrl.l iir' il'Ella, I.S assurances Ie ma con-
sideralion di-linguee.
I Si:ne ) CoI:,1 i\r T BENOIT, ati,.


['orl-;ii, I n'' ,, Ie 2is luillet 1919.

No. 75.

.ln Srcr'ttir,: i 'Ei d 't i it li,, E ii' i,', ,,'i .
E. S. H

Monsieur le Sec:l ljaie d'Ei1 l,

Le 14 Mars de celle anner e, I'.tllira.:. a.rle ,lle ntii n -ur I'dc'i:ud Conclu
entro noire ancien linisli .1 \\'.isliin-lin. I.J, MIl S'oLuN MNINO,; el Monsieur
FAnNHAM, reinellintl i's diulli'renils .,1 '.11rliilr.ra'- e M i.n-siiir le Curiseiller FI-
nancier qui juque 1. ie n 'el il p[.s p.'" iil.nin. III' .eile inlJp rlarile allaire.
Je vous dlenandais en mrn'-me lei'ps IJ in ILr'e aI ilr iliil.ules renseigne-
ments i ce su Iel, eliimant l i morn-nint rteni lit n.lui cI:Iuiper sinon de la
garanlie d'inlerl I du ninins du noiueJu Ir.ira: I 'le Sain1 lMarlc a Iahli:i dl.nt les
parties oni dela convenu e riie olles.
En riponse a relcle conirlfl niijllllilii \.liII a'e; bi'i \ iouilu par \ilre lelre
du 15 Mars me suggr'er I lee -. ,i llndllJr,. a ; .enilten- a; ini errvenir sir les
c points soumis a I'arbl lrage, de ni iii)r :i run lr I ne fiii piur iLoules les
a diverse questions prnladnte entle I. LConipagnii el le iGulvernenient, ques-
a lions dernant de rs Ir s hel., ile deam nde ilui uietil

to Article 13 du calier des liicarge.,
2o Frais de tranporlt, riquviitori, emprult dI'oulls ;
30 Peries que la Cie. plrlend aiioir subies de lurn 191 I i Juillel 1915.

J'aimerais bien sa\oir si depuii, aucunc, c.omunicaiillun n, \ous a ele
failed a ce sujel. El dans Ir ca.e II la n.j g.ilhi'', je \illi pri: ile laire le neces-
saire pour que celle alTaire dioni Iinpirlian ,' r,' pa, a deli intirer soil enlin
suliionu Ie, le lGuuver nllneil ll.ili.n a .i\ ni J |,l1 1. l Illee i ses rtrservea
quani au Iralic que la Cinpagnie a :lu deiir I eprenlre en dehliurs de lui el
sans son contrl6e.
Veuillez agree, Mr. le Secretaire l'Elal, I'as-urance dr mi hauled cons;-
deration.
( S) Luui, ROY.







Purl-au-Prince. le *25 Seplembre 1919.
No. 78.

A Secr.'taire d'Llot il- i Fiinrcs el duii Cominierec.
E. S. H.
Monsieur le Secrelaire l'Elal,
J'ai I'avanlage de vous nimmuniquer, sll. n ce pli, copies d'une correspon-
dance behangee entire ce Deparieinnil 1t ,'elui des Relilions Extleeures, au
siije de la situation anormale ou se tr.u\e I'Eat Hauitin vis-5-vis de la Cie.
Nalionale des clhenins lie fer d'Hadii.
Ainsi rlue vuus le 'errez, en prenant lecture de In lIaepche de noire Col-
1 gue des Ihelaliiii Extlfrieures. 1 ii taiural lii iltl'i tlejtir, la sentence a
i nlerven sur le' t It's penll t. s OIIIs a f a I't lial'.
C'e4l un poini de vue iqie je nr. piarlage pas, eianl dnnn que le principle
de l'arbilrage a t l admis p.t' le, parlis en cause iii sonl obligees de 'y
soumellre, en verni de I'ac.ord intervenu enlle I Deparplement d'Etat el nutre
Legalion a Washingtln.
De sorle que I' at Il utien p )jirail l'i.re- el til'i' reprendre son droil de
conirole sur celle Cominpagnie elt d rnietre en d,-meure d'e\ecuter son Con-
tral, car, celle iltualion a assez i.ur .
D'ailleurs, il eq InI deolir du Gouuornpnieni d'inltrvenir serieusemenl, vu
li proleclion qui 'l diil au public: ec sum rle e'" i-c tr,'leir de l'exploilation.
Veuillez agreer, Mr. le Se(rtlaire d'Elat, I assurance e ma haule conside-
ralion.
(Signt ) LOLUIS ROY.


Purl-au Pf'inc,, le 19 Novembre 1919.
No. 79.
Au Secri'taire d'El des Relatlions El'tricures.
E. S. H.
Monsieur le Secr~laire d'Elat,
J'ai en ma possession voltre dipihclie du I; Novembre courant par laquelle
vous me transmleltz7 cipie die la communicilion que vous a faile la Legalion
Americaine en celle residence, relativemeni A I'arbitrage convenu entire I'E-
Idl Hailien el la Comip.i',ne Nation.,le de-i chemiiins de fer.
Le DL'parlemnent iles 'ravau\ Publie pensie que e'est Ie Conseiiler Finan-
cier et non le p:ersii'' e c-i, ,pant la loiin lion, quii .1 eih cOliiis (i.inine r-
bilre.
Mon opinion esl qu'a I'heure acluelle, cest Mr. Me ILHEnNY le nouveau
Conseiller Financiec,, qui dull se prinoncer sur le dilThrend en question.
Veuillez agree, Mon.i:eur le Secretaire d'Etat, I'assurance de ma haute
consideration
( Sign6 ) Louis ROY.


- 101 -