Citation
Fraternité de la parole

Material Information

Title:
Fraternité de la parole les voix (voies) de la narration dans lóeuvre romanesque DÁndrée Chedid
Creator:
Mann, Joan Debbie, 1955-
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
viii, 198 leaves : ; 28 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Animal loins ( jstor )
Dunes ( jstor )
Fraternities ( jstor )
Monologues ( jstor )
Narratives ( jstor )
Narratology ( jstor )
Polyphony ( jstor )
Sables ( jstor )
Scribes ( jstor )
Theater ( jstor )
Genre:
bibliography ( marcgt )
theses ( marcgt )
non-fiction ( marcgt )

Notes

Thesis:
Thesis (Ph. D.)--University of Florida, 1987.
Bibliography:
Includes bibliographical references (leaves 182-196).
General Note:
Typescript.
General Note:
Vita.
Statement of Responsibility:
by Joan Debbie Mann.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright [name of dissertation author]. Permission granted to the University of Florida to digitize, archive and distribute this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
021866527 ( ALEPH )
AER5456 ( NOTIS )
17203259 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text










FRATERNITE DE LA PAROLE: LES VOIX (VOIES) DE LA
NARRATION DANS L'OEUVRE ROMANESQUE
D'ANDREE CHEDID



By

JOAN DEBBIE MANN


A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF
THE UNIVERSITY OF FLORIDA
IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE
DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY










UNIVERSITY OF FLORIDA


1987






















Copyright 1987

by

Joan Debbie Mann






















To my parents












ACKNOWLEDGEMENTS


I would like to express my deep appreciation to Dr. Bernadette

Cailler, chairman of my committee, for the constant encouragement and

insightful advice she has offered throughout the preparation of this

dissertation. I would also like to thank the other members of my

committee, Dr. Raymond Gay-Crosier and Dr. Sheila Dickison, for their

cooperation and valuable suggestions. I am especially grateful to

Mme. Andree Chedid for the courtesy she has shown in granting me three

informative and inspiring interviews.

To my husband, Dr. Stephen Kerber, without whose patience and

support this dissertation could not have been written, I express my

most heartfelt gratitude. Special thanks also go to Effie and Charles

Mann and to Marie Kerber for their unwavering generosity and

understanding. Finally, I would like to convey my sincere

appreciation to the following individuals who have been a source of

help and encouragement during my undergraduate and graduate studies:

Dr. Albert B. Smith, Dr. George Diller, Dr. Carol Murphy, Dr. Read

Baker, Dr. Franher Jean-Baptiste, Mrs. Carolyn Snow, Ms. Walaya

Wiwatsorn, and Ms. Louise Lussier.












TABLE OF CONTENTS


ACKNOWLEDGEMENTS...............................................

KEY TO ABBREVIATIONS...........................................

ABSTRACT.......................................................

CHAPTERS

I L'OEUVRE D'ANDREE CHEDID: EPREUVES DU VIVANT............

Notes ...................................................

II LA VOIX NARRATIVE: VERS UNE METHOD CRITIQUE............

Notes ...................................................

III DU SOMMEIL DELIVRE AU SURVIVANT: ETAPES D'UNE
METAMORPHOSE............................................

Notes...................................................

IV DE L'AUTRE A LA MAISON SANS RACINES: MODALITES DE LA
PAROLE PARTAGEE.........................................

Notes ...................................................

V PERSONNAGE/NARRATEUR/NARRATAIRE: FRATERNITE DE
LA PAROLE................................. .......... ...

Notes...................................................

BIBLIOGRAPHY ..................................................

BIOGRAPHICAL SKETCH...........................................


Page

iv

vi

vii



1

21

23

48


50

109


110

166


168

181

182

197












KEY TO ABBREVIATIONS



SD Le Sommeil d61ivr6

J Jonathan

SJ Le Sixieme Jour

S Le Survivant

A L'Autre

CF La Cite fertile

N Nefertiti et le reve d'Akhnaton

MS Les Marches de sable

MR La Maison sans racines









Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the
University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for
the Degree of Doctor of Philosophy


FRATERNITE DE LA PAROLE: LES VOIX (VOIES) DE LA
NARRATION DANS L'OEUVRE ROMANESQUE
D'ANDREE CHEDID

by

Joan Debbie Mann

May 1987

Chairman: Bernadette Cailler
Department: Romance Languages and Literatures

This dissertation is a study of narrative voice in the novels of

Andr6e Chedid, a contemporary Egyptian-born author of French

expression whose literary production includes numerous collections of

poetry and several innovative plays as well as nine works of prose

fiction. Based primarily on the analytical method of Gerard Genette,

it adopts the critic's tripartite division of narrative content,

narrative text, and narrative act and examines the different

manifestations of the key concept of la parole partagee in each of

these categories.

The novels are divided into two groups corresponding to the

chronological order of their publication as well as to certain basic

similarities in narrative structure and technique. Within each group,

the omniscient third-person narrators are considered together in order

to determine their relative degree of perceptibility in the recounting

of the events of the story and in the reproduction of the dialogue and

silent thoughts of the characters. In Chedid's first four novels,

Le Sommeil d61livr6, Jonathan, Le Sixieme Jour, and Le Survivant, the







protagonists' spoken and unspoken words are gradually liberated from

the mediating voice and presence of the narrator. Through the

increasingly autonomous nature of their discourse, they come to be in

direct communication with the extra-fictional audience.

In the author's next two works, L'Autre and La Cite fertile, the

characters' interior discourse, almost entirely free of the mediation
of the third-person narrator, takes on a more and more narrative

quality. In Chedid's most recent novels, Nefertiti et le rave

d'Akhnaton, Les Marches de sable, and La Maison sans racines, all of

which are recounted entirely or in part by first-person narrators, the

notion of la parole partag6e finds concrete expression on the level of

the narrative act itself. These polyphonic works are thus examined in

order to establish the different ways the narrative voices alternate

and combine with one another in the transmission of the narrative and

extra-narrative message of la fraternity de la parole.


viii











CHAPITRE I

L'OEUVRE D'ANDREE CHEDID: EPREUVES DU VIVANT


J'ai tented de joindre ma terre, a la terre;
Les mots, a la trame du silence;
Le large, au chant voile.

Tente de dire la rencontre possible,
DOgager le lieu de la nasse des refuges*
Flichir la parole, jusqu'a la partager.1

Ainsi se d6finit une dimension fondamentale de la po6tique

d'Andr6e Chedid et telles sont les voix qui resonnent a travers toute

son oeuvre: fraternelles, assoiffees de communication, en qu6te d'une

communion avec les humans et avec la terre. Cette demarche est celle

d'un 6crivain a la fois porte, romanciere et dramaturge, et don't la

double appartenance au Proche-Orient et a 1'Occident, v6cue sans heurt

comme une "chance," come un "en plus," se traduit par la volont6

profonde d'exprimer une terre de partage, partage surtout de la

parole, grace auquel "le manque a vivre se met a vivre."2

Egyptienne d'origine libanaise, Andree Chedid naquit au Caire en

1920, passa son enfance dans cette ville et y retourna pour faire des

6tudes superieures de journalism a l'Universit6 Amdricaine. En 1942,

elle accompagna son mari au Liban oa ils firent un sejour de trois ans

durant lequel il se consacra a ses etudes de m6decine. Parisienne

depuis 1946 et naturalis6e frangaise, elle a deux enfants et quatre

petits-enfants.





-2-


11 faut dire que la France n'6tait pas du tout 6trangere a Andr6e

Chedid a l'6poque oO elle s'y install; elle y avait passe de nombreux

Wtis dans son enfance et y avait fait de longs sejours pendant son

adolescence. Elle fut 6levie en trois langues: l'arabe, don't elle ne

pratique vraiment que la langue parole, l'anglais, qu'elle choisit

pour son premier recueil de pokmes intitul6 On the Trails of My Fancy,

public au Caire en 1943, et le franqais, sa langue maternelle,

v6hicule de toute son oeuvre posterieure.

Andree Chedid a donc grand dans un certain brassage des

cultures, mais il semblerait que chez elle la fusion paisible et

fructueuse d'616ments culturels varies l'ait emport6 sur 1'6preuve

dechirante. Comme elle s'6tablit a Paris "par choix, par amour de

cette cite,"3 ayant acquis la langue de sa patrie d'adoption en meme

temps que la parole, elle ne devait pas ressentir l'exil geographique

et linguistique caract6ristique de tant d'6crivains africains de

langue frangaise. Pour elle le d6racinement et la diversity tres t6t

allaient 6tre source d'enrichissement plutot que de souffrance.

Alors qu'il existe, depuis toujours, tant de choses qui tendent a

s6parer les humans, Andr6e Chedid met 1'accent sur ce qui les unit.

Toute son oeuvre se caracterise par une ouverture d'esprit et une

tolerance qui revilent son desir de "voir les points de rencontre"

propres a "devoiler les traces d'une fraternitY."4 Elle declare: "Je

crois la communication possible; pas sans problimes, mais possible.

M'interesse par dessus tout: la recherche d'un lieu de convergence au

fond de l'homme, d'une source commune, d'une terre partag6e."5 Sa

confiance en existence de ce fond commun, sa croyance a la

possibility de la conciliation, son appel a la fraternity, toutes ces







choses s'expriment dans sa production romanesque, po6tique et

dramatique.

Son oeuvre, qui comprend neuf romans, vingt-quatre volumes de

posies et six pieces de theatre ainsi que deux recueils de nouvelles

et deux essais, a suscit6 un interet critique qui va croissant depuis

plus de vingt ans.6 Portant sur cette oeuvre une vue d'ensemble dans

le but d'en degager quelques-uns des motifs conducteurs, on constate

d'emblee qu'une demarche dialectique y figure au premier plan. Cet

6crivain chez qui on trouve allies la volont6 d'unir les extremes et

le respect, voire la valorisation de 1'altirit6, affirme qu'elle

revient tres souvent, presque malgr6 elle, aux mimes themes, toujours

ambivalents, qui se presentent come un "balancement des contraires:

obscur-clair, horreurs-beaut6, grisaille-souffles, puits-ailes,

dedans-dehors, chant-contre-chant. Double-Pays en apparence; mais que

la vie brasse ensemble, inepuisablement."7 Or, vue selon l'optique

chedidienne, existence, qui renferme tous ces contrastes, se trouve

elle-meme, dQs son premier instant, menacee par sa propre antithise,

le neant. Andree Chedid tente de sonder les deux ternnes de cette

antinomie fondamentale, cherchant a exprimer non seulement

l'opposition dialectique mais aussi l'alliance. "Je prononce

Thnebres / Pour mieux dire Hirondelle," declare-t-elle dans

"Discordances," un pobme de Visage premier.8 En partant de la duality

Vie/Mort il sera possible de faire ressortir d'autres sujets de

meditation chedidiens qui en sont les variantes et les 6chos.

Hant6e par la proximity de la mort, fort consciente de la nature

transitoire et 6phemere de notre presence sur la terre, Andr&e Chedid

nous parle d'une voix qui est marquee a la fois par la lucidity devant





-4-


la precarit6 de notre existence et la rbvolte centre cette issue

ineluctable a laquelle tout et tous sont condamnis. Cependant, pour

elle, la mort represente aussi une ouverture qui nous permet de

transcender l'emprise du temps. Si la mort est surtout separation,

barriire infranchissable et dernier obstacle a I'amour, capable d'en

triompher mais non pas de 1'abolir, elle peut 6tre 6galement force de

fusion. Malgr6 la fugacit6 de son existence, v6cue en proie a la

duree, 1'homme s'enracine dans cette dur6e, trouvant ses prolongements

dans "l'ancetre et le future" 9 Chedid nous rappelle non seulement les

liens de parents qui nous relient a nos semblables contemporains mais

aussi ceux qui nous situent aux "croisements de si'cles, d'ancitres,

d'histoire et de lieux" don't nous sommes le point de convergence.10

Ainsi, les disparus restent toujours avec nous et en nous et leurs

voix, surgies de terres lointaines et d'6poques revolues, r6sonnent a

travers les notres pour rejoindre celles des generations futures.

Donc, la mort, si destructrice et devastatrice qu'elle soit, revet

chez Chedid un aspect positif et constructif. Apres avoir fait face a

sa presence inevitable qui nous guette sans cesse, 1'6crivain nous

apprend a y chercher des reponses en nous incitant a goOter la vie

dans toute sa pl6nitude et toute sa saveur. Le bonheur qui se sait

menace fait mieux apprecier la valeur infinie des instants vecus et

incite l'homme a s'efforcer de sortir de "1'6troite peau" don't il est

prisonnier pour se crier une fternit6 dans tout moment pr6sent.11

Pourtant, si elle exalte la vie illumine par 1'amour, Andrie

Chedid le fait en gardant les yeux ouverts sur toutes les 6preuves que

existence apporte. D'autant plus belle et pr6cieuse, donn6 son

caractere fugitif, celle-ci est aussi marquee par les blessures de la







haine, de l'intol6rance et du fanatisme. Rigoureusement lucide, la

vision chedidienne ne se detourne pas de la r6alit6 sanglante de la

guerre, ni des ravages dechirants du temps et de la maladie, mais,

enfouies sous cette couche de tristesse, le poete d6couvre de grandes

fenetres d'espoir. La croyance a la vie et la confiance aussi bien

dans le triomphe de l'amour que dans la bont6 essentielle de 1'etre
human, principles qui p6nitrent toute son oeuvre, vont de pair avec un

appel a la fraternity. La certitude de la mort, cette ultime 6preuve

devant laquelle s'effondrent tous nos masques et, avec eux, les

differences qui nous separent, contribute & accentuer 1'intensit6 de la

vie mais devrait aussi "nous pousser a abolir nos frontiires,

reconnaTtre notre face commune, aider a la communication."12

Ainsi, selon la demarche dialectique qui caracterise l'oeuvre

chedidienne, la meditation sur la mort devient aussi affirmation de la

vie et c6l6bration des "grandes figures de l'amour et de 1'espoir" qui

1'6clairent malgr6 notre soif de domination et notre penchant & la

violence.13 Ce "visage premier" de l'homme qu'elle devine, mis a nu,

lav6 de tous ses artifices par la mort, Andr6e Chedid le cherche dans

la nudity de la naissance. Poete des geneses, elle chante non

seulement le surgissement de la vie qui s'incarne (Prendre corps), la

renaissance de 1'homme au monde (L'Autre) et la resurrection de la

femme par la maternity (Le Sommeil d6livr6), mais aussi l'apparition

de la parole dans l'enfantement du recit et dans le jaillissement de

l'image poetique. Elle 6crit: "Je te cerne, Parole / Te veux proie et
docile; / Tu mOris bleue et libre / Et m'invente a ton tour."14

Etant donn6 le r6alisme poignant de son evocation des r6alites

concretes et terrestres du monde d'aujourd'hui et d'hier, de







1'Occident come du Proche-Orient, il faut noter que l'oeuvre de

Chedid nous entraTne toujours, pourtant, au-dela. Chez el le

l'histoire la plus simple, la plus enracinee dans un cadre solidement

ancr6 dans l'espace et le temps telle que L'Autre ou Le Sixieme Jour

s'en 6chappe pour prendre valeur de mythe. Ainsi, on constate que le

movement dialectique qui sous-tend toute la production litt6raire de

Chedid se reproduit sous la forme d'un va-et-vient entire la reality et

la l1gende. Si fermement insdr6e qu'elle soit dans la vie

quotidienne, son oeuvre revet toutefois une dimension symbolique et

universelle. On retrouve ce dualisme dans Vassertion tire des

Gorgias de Platon, mise en exergue au Sixi6me Jour et aux Marches de

sable: "Ecoute .. Toi, tu penseras que c'est une fable, mais selon

moi c'est un recit. Je te dirai come une v6rit6 ce que je vais te

dire." Ce balancement entire le fait divers et le mythe se manifesto

d'une fagon particulibrement frappante dans Le Montreur. Au course de

ce jeu d'ombres qui se fait "jeu du destin"15 quatre pantins prennent

corps, s'enracinent dans notre duree pour jouer devant nous et avec

nous le drame de existence sous le regard impassible et 6nigmatique

du Montreur. Les personnages de cette piece, come ceux des deux

pr6c6dentes d'inspiration historique et biblique, existent bien dans

leur chair et dans leur sang et restent des individus profondement

humans, mais ils participent 6galement du domaine pique oD agissent

les grandes forces de 1'Histoire. Dans sa poesie, se servant des mots

du vocabulaire quotidien, Chedid vise a l'essentiel de notre

experience partagee mais r6fl6chit aussi sur ce qui la d6passe, sur

ses dimensions les plus myst6rieuses, les plus merveilleuses et les

plus caches.







Le dualisme fundamental de la demarche chedidienne s'applique

aussi A 1'&tre human. Par la mise en valeur de opposition

identit6/alt6rit6, 1'6crivain nous invite a connaltre 1'autre qui

existe en face de nous, et qui plus est, nous entraine a deceler sa

presence au fond de nous. En d6voilant ainsi nos ressemblances elle

lance un appel a la fraternity, et en accordant dans toute son oeuvre

une place privilgi6e a la communication elle exprime sa confiance en

la possibility de construire des points et des passerelles par le

partage de la parole. Malgr6 les differences d'age, de milieu et de

culture qui les separent, ses personnages romanesques reussissent a

trouver un language commun qui leur permet non seulement de communiquer

mais aussi de se comprendre et de s'entraider. Dans ses pieces de

theatre oi il s'agit plut6t d'un "dialogue a toute force poursuivi

entire l'individu et la multitude,'16 c'est l'acte de communication--la

volont6 d'6couter la voix de cette multitude ou le besoin de lui faire

parvenir quelque message--qui constitute un des resorts principaux de

chaque drame. Les jeunes hdroTnes de Berenice d'Egypte et des

Nombres, anim6es par une sympathie profonde pour leur people,

acceptent la charge de lui rendre ses droits et se m6tamorphosent,

passant de la passivity contemplative a l'action decisive a cause de

leur r6ceptivit &a ses voeux. Quant au personnage 6nigmatique et

anonyme qui a pret6 son nom au titre du Montreur, reduit au silence

par l'impossibilit6 de prononcer la parole contenant la reponse a

l'eternel "pourquoi" de la vie et de la mort, il monte jour apris jour

tout un spectacle par lequel il espire nous la transmettre.

Ainsi, chez Andr6e Chedid, c'est par la parole qui se fait pont

pour unir les extremes et devient passerelle pour abolir les distances







que les opposition convergent et que la duality se transform en

communion. Pour elle, c'est la poesie, visant a l'essentiel, qui est

surtout capable de crier la fraternity de la parole et de faire

ressortir la terre commune du coeur human. A la quete d'une voix

multiple, partagee, de portee universelle, elle declare: "Le Je de la

po6sie est a tous / Le Moi de la poesie est plusieurs / Le Tu de la

poesie est au pluriel."'17 Tout en celebrant la puissance de la parole

comme force de fusion, elle m6dite aussi sur sa naissance dans une

reflexion sur la creation du poeme qui s'6labore a travers le poeme

lui-m&me. Cependant, pour Andree Chedid, la poesie, ce labeur a la

fois 6puisant et exaltant qui fouille les mots et libere la parole du

carcan du language, ne repr6sente jamais l'exil du po6te enferm6 dans

sa propre oeuvre. Sa poesie chante la parole avant tout comme

vehicule d'un acte de communication qui sert a reduire 1'&cart entire

l'individu et son prochain, et aussi come lien qui est en meme temps

instrument de liberation.

Chez elle, l'exercice de la parole po6tique, cette croyance

absolue aux pouvoirs magiques des mots, va de pair avec un regard

lucide qui sonde les 6tres et les choses. Sa contemplation, de nature

meditative mais surtout interrogative, trouve son expression dans une

podsie qui souleve des questions fondamentales auxquelles les reponses

restent toujours en suspens. Dire la po6sie est un moyen de se mettre

en contact avec l'autre pour le connaTtre mais aussi de se mettre en

face des 6nigmes 6ternelles dans le but de se connaitre. Selon la

demarche poetique d'Andr6e Chedid tout demeure dans la quete: quete

d'une parole a partager avec tous, d'une terre commune qui ne nie pas

les differences mais les concilie, d'un mot indicible, epilogue qui





-9-


recile des reponses a l'amour, a la mort et a la vie. Ces reponses,

el e les cherche dans une poesie pleine de reserve, 6crite dans un

language epur6 et direct, enonc6e d'une voix sobre mais aussi familibre

et proche, une poesie ou abondent le tutoiement et l'apostrophe au

lecteur. Refusant la distanciation, elle opire plutot une

identification du sujet parlant avec son interlocuteur, identification

port6e a un si haut degrb que le moi et le toi se confondent: chez

Andree Chedid, si le je devient un autre c'est une preuve non pas

d'aliknation mais d'unit6. "Je dis," 6crit-elle, "Pour 8tre /

Ensemble."18 Elle affirme ainsi sa foi dans la puissance de la parole

qui "converge et nous relie,"19 cherchant toujours a exprimer la trame

secrete de la fraternity humaine. En posant des questions

fondamentales qui se font echo de poame en pokme, de po6sie en recit,

de roman en piece de theatre, elle nous appelle, en tant que temoins

et participants, a faire avec elle, a travers le texte, la decouverte

et l'exercice de la parole. Le porte nous initie au domaine du songe

perpetuel ou le rassemblement des contraires ne demeure pas toujours a

l'6tat virtuel et o5 il est possible d'6lever la vie, v6cue selon les

contraintes temporelles de l'anecdote, a l'intemporalit6 de la

16gende.

Les ouvrages dramatiques d'Andr6e Chedid sont la continuation et

le prolongement de sa meditation sur la parole. Dans ses deux

premieres pieces, Berenice d'Egypte et Les Nombres, qui rev6tent une

dimension mythique par l'6loignement historique et l'inspiration

biblique de leur action, c'est la parole partagee qui fait 1'objet de

sa reflexion. Polyphonique et multiple, la voix du people s'y fait

entendre, en contrepoint a celles des chefs politiques et militaires,




-10-


pour se lamenter sur les souffrances de la multitude et dans le but

d'imposer la volont6 de cette mime multitude. Des la quatrieme scene

de Berenice, les voix de quelques repr6sentants de cette multitude

exploit6e s'el&vent en sourdine, inaudible a tous sauf a la princess,

pour protester centre l'oppression don't les masses sont victims sous

le regne du roi tyrannique et deprave Ptol6mee Aulete. A la

difference de ces voix qui entonnent leurs plaintes dans 1'ombre,

comme en rave, le grondement de la foule citadine d'Alexandrie et des

masses campagnardes, rappelle au mauvais souverain qui avait trahi son

frare, Ptolemee de Chypre, le sort de leur demi-frere Ptol6m6e

Alexandre, massacre par ses sujets; effray6, il cide le pouvoir &

Berenice, sa fille ainee.

La jeune reine et son mari Archelaos, inaugurant un regne de

justice et de tolerance, desireux de demeurer & 1'6coute de leur

people, manifestent leur solidarity avec lui par le partage de la

parole et la creation "des rapports humans et simples" bases sur la

communication.20 Pourtant, cette communion tant souhait6e est vouee &

1'&chec par le retour de Ptol&m6e Aulete qui rentre en possession de

la couronne avec le concours des troupes romaines. De nouveau

baillonnie a la suite du triomphe militaire de ce pare qui scelle la

reprise de la souverainet6 par l'assassinat de sa fille, la voix du

people ne peut rien pour sauver les jeunes r6formateurs qui avaient

affirm, en lui accordant la parole, la dignity et la fraternity

humaines. Ce sera a NOchoude, l'homme-tronc qui parole tout le long de

la piece avec "la voix souterraine de tous," de quitter Alexandrie

pour repandre le message du "printemps perdu" don't il a Wte t6moin.21

Ainsi, 1'espoir, 1'amour et la concorde que symbolise le partage de la





-11-


parole se perp6tueront grace a sa voix et a celle de l'enfant qui

traversera avec lui "les pays, les saisons et les ages"22 pour

proclamer l'avenement d'une terre sans haine.

Dans le drame biblique intitule Les Nombres la voix de la

multitude s'1&.ve autour de Debora, juge et prophetesse, en faveur de

l'offensive men6e par Barak contre le chef ennemi Sisera pour delivrer

les Israelites du joug des Canan6ens. Debora, "6cartel6e entire les

voix contraires"23 de son people et de son coeur, eprouvant une

sympathie profonde pour toute cette masse d'humanit@ qui l'appelle a

son aide mais fort consciente des horreurs de la guerre, se laisse

entrainer a la tate de l'arme par la force des voix rassemblees de la

foule. Sous la plume de Chedid, la prophetesse, angoiss6e et

vulnerable, se voit accul6e a la violence qu'elle abhorre et ne

parvient pas a r6concilier la haine qui domine la r6alit6 don't el le

est entouree et l'id6al de paix et d'harmonie qu'elle voudrait tant

instaurer. La parole se partage entire la voix du people, exprimant a

l'unisson avec celles des grands le desir de domination et la soif de

vengeance, et la voix de son for interieur qui la pousse a insurerr

Dieu dans 'histoire."24

Les opposition qui abondent dans cette piece toute en antitheses

se manifestent sur le plan structure par la technique des voix en

contrepoint qui mettent ainsi en relief le principle de la duality,

voire de la plurality, sur lequel repose 1'essentiel du drame. Dans

la scene intitul6e "Les trois femmes" le plateau se d&coupe en trois

tableaux et la parole passe successivement a Debora et son entourage,

a Jail, mattresse de Sisera et a la mere de ce chef militaire, femmes

pour qui le Canan6en est respectivement adversaire redoutable,




-12-


amant/ennemi et fils ch&ri. Leurs voix se font entendre d'abord a

tour de r6le puis s'enchevgtrent pour evoquer image que chacune

s'est faite de lui. L'alternance et ensuite le chevauchement de leurs

paroles entrecroisees font ressortir la difficulty de trancher et

1'ambiguTt6 des apparences qui dechirent Debora, celle qui porte le

titre de juge. Le pendant de cette scene, scene 6galement

polyphonique et joule sur un dispositif a plusieurs plateaux, se

trouve dans la deuxieme parties de la pi6ce oO la r6alit6 se r6vile

tout a fait contraire a ce qu'avaient proclaim les voix feminines du

debut: Sisera, vaincu, n'est plus l'ennemi dangereux de Debora mais

plut6t l'alli6 le plus sir qui l'aidera a faire regner une paix

durable; Sisera, victorieux, couvert de gloire, n'existe que dans

l'imagination de sa mire qui ne le reconnait pas tel qu'il est;

Sisera, attend par Jal1, devient non pas son hnte mais plutot sa

victim.

La juxtaposition des voix met en lumi6re un des themes principaux

de la piece en soulignant par les monologues paralllles de deux

repr6sentants des camps ennemis la trag6die et l'ironie de la guerre.

Les propos des deux herauts qui se suivent et se r6pondent, proclamant

le mame message de victoire, d&clarant la mime volont6 d'6craser

]'adversaire, promettant la meme clemence a 1'ennemi vaincu,

constituent un partage de la parole qui est 1'antipode de la

communication. L'effet des voix, mais aussi des 6thiques, en

contrepoint, se cr6e 6galement par l'entrecroisement de deux

dialogues, ]'un entire Debora et Barak, l'autre entire deux archers de

1'armie de Sisera, chacun portant sur une question de vie ou de mort.

Les opposition qui informent Les Nombres se resument dans la scene





-13-


finale par la juxtaposition des voix exprimant le conflict entire le

reel et l'ideal. Le rave 6veill6 dans lequel Debora s'enfonce pour

raconter une scene d'amour entire Sisera et Jail, symbol d'une

alliance solide entire les deux camps auxquels ils appartiennent, se

heurte a la reality douloureuse: la narration de l'assassinat du

Canangen par sa mattresse israelite. Desesperee, ecoeuree par la

violence humaine, Debora tente d'abattre le palmier sous lequel elle

siege mais, solidaires, les voix et les mains de la foule la

retiennent et la reconcilient a l'espoir de changer les coeurs.

Dans Le Montreur ce n'est pas par la juxtaposition des voix mais

plut6t par celle de la parole et du silence que s'l1abore le reseau

structure qui renferme l'essentiel de la piece. Les propos mi-

prononces, mi-chantes, d'une voix off qui s'adresse fraternellement

aux spectateurs les inserent d'emblee dans l'univers du spectacle qui

se deroulera sur 1'6cran dress par le Montreur. Faisant echo a cette

citation de Platon qui sert d'6pigraphe a deux ouvrages romanesques de

Chedid, la voix invite le public "captif de la toile"25 a dechiffrer

le drame, a reconnaTtre la r6alite a travers la fable et a deceler

derriere les silhouettes des pantins le reflet de son propre visage.

A la difference du Montreur toujours silencieux qui suit l'action de

son regard impenetrable, la voix off, se servant de la puissance

creatrice de la parole, choisit les lettres A, G, N, Z d'oD

proviennent les prenoms de quatre marionnettes qui prennent corps

presque aussitOt et se m6tamorphosent en personnages de chair. Ainsi

transforms d'ombres muettes en protagonistes, Alef, Guim, Noun et

ZeTn, exhibant les traits les plus constants de la nature humaine, se




-14-


mettent a interpreter le jeu de la vie, delivres de l'&cran qui les

separait de leurs pendants parmi les spectateurs.

La dialectique silence/parole est surtout manifeste dans deux

scenes successives vers la fin de la piece, chacune consistent en la

representation simultanee de deux actions, l'une dialoguee et l'autre

mimee. L'expression ainsi partag6e, accordee en mnme temps a deux

couples distincts, rappelle le dispositif a trois plateaux employee

dans Les Nombres. Cependant, dans Le Montreur le partage de la parole

ne symbolise ni la fraternity, come dans Berenice, ni l'opposition

comme dans Les Nombres, oO meme si les voix s'entrecroisent la

communication est souvent absente, mais accentue plut6t la puissance

expressive du silence. Il arrive parfois que le silence soit plus

lourd de signification que ce qui trouve son expression par le verbe

et que les meditations les plus profondes demeurent muettes. Chaque

soir le Montreur monte son spectacle: en pregnant la parole ses

marionnettes deviennent des 6tres humans et une fois leur "jeu du

destin" accompli, elles la percent.26 Donc, si 1'exercice de la

parole va de pair avec la personnalit6 et tout ce qu'elle comporte--

l'amour, la volont6 de triompher du destin, la soif de domination et

la mort--le mutisme final souligne le retour au domaine des objets,

une fois tennin6 le jeu de la vie. Cependant, mime s'ils disposent

provisoirement de toutes les resources du language, les pantins n'ont

pas decouvert la Parole qui prolongerait leur jeu et lui donnerait un

sens. En effet, l'essentiel ne reside pas en ce qu'ils disent. Bien

qu'ils partagent momentaniment notre humanity en fin de compete ce ne

sont que des pantins figurant dans une representation qui constitute la

voie (voix?) don't se sert le Montreur pour communiquer avec nous. Ce





-15-


sont les paroles "vivantes" par lesquelles il s'efforce de nous

transmettre la Parole fondamentale qu'il d6tient. Incapable de la

prononcer, le Montreur retablit tout dans sa toile et prepare

1'6ternel recommencement du spectacle. Ii incarne le besoin de

communication qui nous habite tous et la volont6 de construire des

points meme quand les paroles resistent. Pourtant, le Montreur

reussira-t-il malgr6 les obstacles a faire passer son message? C'est

a nous de participer a son acte de communication, de dechiffrer son

6nigme et d'y trouver une reponse.

Etant donn6 1'importance th6matique de la parole partagee et la

diversity de ses expressions formelles dans l'oeuvre po6tique et

dramatique d'Andree Chedid, la pr6sente etude se propose d'adopter

cette notion comme point de depart de 1'analyse des romans, ceci par

le biais de la voix narrative. Cependant, il faut constater dQs le

debut existence de bien d'autres perspectives selon lesquelles il

serait possible d'orienter une etude de la production romanesque

chedidienne. Pour n'en signaler que trois, parmi les plus evidentes,

il suffira de reprendre les premiers mots de la notice biographique

qui sert de preambule a cet essai: Andrie Chedid, femme &crivain

d'origine 6gypto-libanaise d'expression frangaise.

Ainsi, pour ne parler d'abord que de la premiere perspective, on

pourrait sans doute 6tre amen6 a consid6rer les romans d'Andr6e Chedid

du point de vue de 1'&criture feminine, non pas principalement dans le

but d'en digager un c6t6 f6ministe d6peignant l'assujettissement de la

femme attache a revendiquer son Emancipation, mais plut6t pour teacher

de definir la "f6minitude" de l'auteur par 1'analyse de son discours

litteraire.27 Dans quelle measure la parole qu'Andree Chedid nous





-16-


invite a partager est-elle une "parole de femme?"28 En quoi son

rapport & l'Tcriture, au language, au texte et a la reality qui

s'exprime a travers silences et paroles traduit-il sa situation en

tant que femme? En outre, comment caractiriser la feminit6 d'une voix

poetique ou narrative? Que represente pour une femme l'acte de

prendre l'outil et l'arme de la parole? Y a-t-il une voix et une

mentality proprement f6minines qui se font sentir mime dans des recits

et des romans racont6s par des narrateurs masculins, anonymes ou

effaces? En effet, on devrait peut-6tre tenir compete du genre de la

voix narrative (ou de sa depersonnalisation) en analysant le choix du

contenu narratif, la faqon don't il est relate et les reactions

suscit6es chez les destinataires de l'acte de communication. Selon

Susan Lanser:

Gender-based distinctions have been influential in the
writing and reading of literature and also permeate
the structures of narrative; in an androcentric culture
male and female voices are not heard in the same way.
Surely the sex of a narrator is at least as significant a
factor in literary communication as the narrator's
grammatical person, the presence or absence of direct
address to a reader, or narrative temporality.

Quant aux protagonistes, il est plut6t question de determiner si

l'autonomie et la portee des voix f6minines sont comparable A celles

des voix masculines, car s'il imported de formuler une reponse aussi

complete que possible a la question "Qui parle?" il faut 6galement

consid6rer les implications du silence. Qui plus est, il convient de

se demander a quel degr6 le silence--les trous, les lacunes et les

parenthises--d'un discours f6minin constitute une modification du tissu

linguistique proprement masculin. Bien qu'il soit impossible de

definir carriment une pratique feminine de l'6criture il n'est pas du

tout sans int6ret de tenter de decouvrir comment l'ftat d'alterit6,





-17-


masculine ou feminine, s'exprime et se trouve mis en valeur a travers

le discours litteraire.

L'oeuvre d'Andrie Chedid, par ailleurs, s'ins&re non seulement

dans le context de l'6criture feminine mais 6galement dans celui de

la litterature proche-orientale d'expression frangaise. L'examen de

ses romans dans cette perspective pourrait surtout aboutir A une etude

comparative qui confronterait les techniques narratives et les themes

typiquement chedidiens avec ceux d'autres romanciers francophones

originaires de la vall6e du Nil.30 Une telle optique pourrait aussi

englober une extension de la conception occidentale de la voix

narrative ici marque par certaines formes traditionnelles et modernes

de la litterature d'expression arabe. Sans pouvoir dans cette

pr6sente 6tude vraiment examiner cette dimension, cherchant pourtant a

situer l'oeuvre romanesque d'Andree Chedid par rapport aux tendances

du roman frangais tel qu'il s'&crit depuis la deuxieme guerre

mondiale, il conviendra de considerer par quelles voies elle est

parvenue a contribuer au developpement des differentes potentialit6s

du recit.

C'est la notion de coexistence paisible et fructueuse, central a

toute son oeuvre, qui servira dans la pr6sente 6tude de point de

depart a la discussion de 'art romanesque chedidien. Or, le terme

"brassage" se rapporte non seulement a la diversity culturelle v6cue

par 'auteur mais peut s'appliquer aussi a sa technique narrative,

notamment a l'amalgame de differentes formes qui caract6rise la

composition de quelques-uns de ses romans. Certes, en examinant,

voire en parcourant, L'Autre, La Cit6 fertile et Nefertiti et le

rave d'Akhnaton, on constate que Chedid y incorpore parfois des




-18-


morceaux de po6sie, redige son texte sous forme de dialogues ou de

monologues de type dramatique ou le divise en sections don't les titres

suggerent, soit l'usage des panneaux ou d'une voix off, soit la

presence d'un meneur de jeu ou d'un choeur don't la function est de

signaler le nom de chaque scene au course d'une representation

theatrale. Ces marques, revilatrices d'un melange de genres qui ne

porte que sur les structures textuelles de surface, repondent a une

autre sorte de melange qui relive de la nature mime du discours

romanesque.

L'exploration d'une telle question amine la reconsideration des

distinctions fondamentales sur lesquelles repose la notion des genres

litt6raires. Si, comme on le sait, les cloisons qui les separent sont

loin d'etre 6tanches, en quoi consiste le caractere specifique de

chacun? Dans le cadre de la pr6sente 6tude nous n'aborderons cette

question 6norme que par le biais d'un seul concept, celui du mode

d'6nonciation 61abord par Gerard Genette dans son Introduction a

1'architexte.31 Sa discussion debute par observation que

]'attribution "aujourd'hui si r6pandue" de la tripartition des genres

a Aristote et a Platon tient a une erreur fondamentale qui subsiste de

longue date.32 11 precise que la division que font les th6oriciens

grecs ne constitute pas une diff6renciation proprement g6n6rique qui

aboutirait a la r6partition tripartite reconnue depuis des siacles

mais resort plut6t a la diversity des modes de representation ou

d'6nonciati on.

Pourtant, la trade qui se degage des discussions dans la

Poetique et au troisi me livre de La Republique, selon laquelle

1'6nonciation est soit riserv6e au porte, soit alternee, soit reserve





-19-


aux personnages n'est pas sans rapport avec la classification

"traditionnelle" des genres sous les 6tiquettes lyrique, pique ou

dramatique. En effet, la cat6gorie lyrique se caracterise par la voix

d'un porte qui constitutee le seul sujet d'enonciation, gardant le

monopole du discours sans jamais le c6der A aucun de ses

personnages."33 Quant au genre dramatique, par centre, celui des

dialogues thiAtraux, les seules voix qui se font entendre sont celles

des personnages. Le mode intermediaire, propre A l'epopee et A son

avatar "moderne," le roman, comporte le partage de la parole entire

'auteur (ou plut6t le narrateur) et ses personnages.

Etant donn6 que le roman se rattache a un mode de representation

mixte, il n'est pas inutile de reconsiderer la question du melange des

genres sous un jour different pour tenir compete d'un amalgame qui se

manifeste non seulement en superficie dans des romans renfermant

parfois des morceaux po6tiques ou dramatiques mais qui constitute

1'essence meme du discours romanesque. Certes, constater que le recit

ne consiste pas en un seul discours mais en recele au moins deux,

souvent plusieurs, se repartissant en texte(s) de narrateur(s) et

texte(s) de personnage(s) et que ces discours refletent la synthese du

mode d'6nonciation lyrique et du mode dramatique ne represente pas le

fruit d'une reflexion sur l'art romanesque proprement chedidien.34

Cependant, ces observations de portie generale sur le roman en tant

que genre litteraire, et qui mettent en lumiire la plurality

fondamentale des discours du r6cit, font ressortir 6galement celle de

la parole partagee et se pretent bien A l'analyse d'un des aspects les

plus int6ressants des romans de Chedid, celui de la voix narrative.

La production romanesque de cet 6crivain chez qui la communication





-20-


joue un rble capital offre un champ tres riche pour 1'Ttude de la

transmission du message narratif. Selon Bettina Knapp: "The voice

inhabiting Chedid's novels, poems, and dramas transcends geographic

boundaries; it bears the stamp of universality."35 Pourtant, si,

suivant Knapp, on constate que la voix qui mane des romans chedidiens

est capable d'abolir les distances, temporelles aussi bien que

spatiales, pour nous faire partager ses paroles de fraternity et

d'espoir, comment la caracteriser du point de vue de la technique

narrative? A qui cette voix appartient-elle? Compte tenu de la

notion de duality fecondante, a quel degr6 est-il possible de deceler

les traces d'une polyphonie?

Au chapitre suivant nous considdrerons la question de la voix

narrative sous le rapport de la theorie narratologique en s'appuyant

principalement sur le system d'analyse expos par Gerard Genette dans

Figures III. Cette methode, base en parties sur une mise au point

utile de quelques-uns des concepts essentiels a l'Ttude de la voix

narrative tels que les notions de personnel et de point de vue, se

prite non seulement a l'examen "macroscopique" du texte vu dans son

ensemble mais aussi a exploration "microscopique" de opposition

des discours respectifs de narrateur et de personnage laquelle se fait

sentir a l'6chelle de la phrase. Apres avoir traits quelques-uns des

problimes touchant a la question fondamentale, "Qui parle?" et a son

corollaire, "Qui 6coute?" nous entreprendrons l'examen des romans

d'Andree Chedid selon un groupement qui tiendra compete a la fois de

l'ordre chronologique de leur publication et de la complexity

croissante de leur structure narrative. En conclusion, ayant mis en

valeur le r6seau de voix qui se font entendre dans ces ouvrages, nous





-21-


6tudierons le rble du narrataire en tant que destinataire et temoin de

leurs discours.


Notes

1Andree Chedid, "Demarche I," Contre-Chant (Paris: Flammarion,
1968), p. 11.
2Charles Bertin, "Andree Chedid, prix Nessim Habif," Bulletin de
l'Academie Royale de Langue et de Litt6rature Frangaises, 53 (1975),
p. 17.
Andree Chedid, Les Marches de sable (Paris: Flammarion, 1981),
p. 149.

3"Huit questions poses a l'auteur," A la rencontre d'Andrge
Chedid (Paris: Flammarion, 1982), p. 1.

4"Huit questions poses a 1'auteur," p. 2.
Andr6e Chedid, Fraternit6 de la parole (Paris: Flammarion,
1976), jaquette du livre.

5"Huit questions poses A l'auteur," p. 2.

6Voir la bibliographie.

7Andree Chedid, "Chantier du poeme," Cavernes et soleils (Paris:
Flammarion, 1979), p. 29.

8Andree Chedid, "Discordances," Visage premier (Paris:
Flammarion, 1972), p. 40.
9Andr6e Chedid, "L'Ancgtre et le future Fraternite de la
parole, pp. 40-41.

10Andr6e Chedid, "Ta seule vie," Cerimoniale de la violence
(Paris: Flammarion, 1976), p. 43.
11"L'Etroite peau," titre donn6 par Chedid a son premier recueil
de nouvelles.
12Andr6e Chedid, Theatre I (Paris: Flammarion, 1981), p. 232.

13Chedid, Theatre I, p. 232.

14Andr6e Chedid, "Parole," Contre-Chant, p. 56.

15Chedid, Th6etre I, p. 233.

16Robert Abirached in Chedid, Theatre I, jaquette du livre.




-22-


17Chedid, Contre-Chant, p. 5.

18Andr6e Chedid, "Demarche II," Contre-Chant, p. 29.

19Chedid, Fraternit6 de la parole, jaquette du livre.

20Chedid, Theatre I, p. 8.

21Chedid, Theatre I, pp. 8, 110.

22Chedid, Theatre I, p. 113.
23Chedid, Th6atre I, pp. 121-22.

24Chedid, Theatre I, p. 122.

25Chedid, Theatre I, p. 240.

26Chedid, Theatre I, p. 233.

27Renee Linkhorn, "Andr6e Chedid: quote po6tique d'une
fraternity," French Review, 58 (1985), 560.

28Annie Leclerc, Parole de femme (Paris: Grasset, 1974).

29Susan Sniader Lanser, The Narrative Act: Point of View in
Prose Fiction (Princeton: Princeton Univ. Press, 1981), p. 47.

30Auguste Viatte, Histoire comparee des litteratures francophones
(Paris: Nathan, 1980), pp. 95-98.

31G6rard Genette, Introduction a l'architexte (Paris: Seuil,
1979).

32Genette, p. 11.

33Genette, pp. 39-40.

34"Texte(s) de narrateur, texte(s) de personnage(s)," voir Gerard
Genette, Nouveau Discours du recit (Paris: Seuil, 1983), p. 9, et
Lubomir Dolelel, Narrative Modes in Czech Literature (Toronto: Univ.
of Toronto Press, 1973), p. 4.

35Bettina L. Knapp, Andree Chedid (Amsterdam: Rodopi, 1984),
p. 9.













CHAPITRE II

LA VOIX NARRATIVE: VERS UNE METHOD CRITIQUE


Je te connais, Parole,
Si patiemment construite,
Avec tes arceaux
Plus tenaces que nos voix.

Je te salue, Parole,
D6livr6e d'etre dite,
Qui nous tire de nous-memes
Comme cerf hors des bois.

Je te cerne, Parole,
Te veux proie et docile;
Tu mOris bleue et libre
Et m'invente a ton tour.1

Par quelle(s) voie(s) le lecteur d'un roman regoit-il

information narrative? Par quelle(s) voix? Ces questions, des plus

importantes pour l'analyse des oeuvres romanesques, pr6occupent les

theoriciens et les critiques litteraires depuis Platon et Aristote.

Elles rel6vent des notions problematiques de mimesis et de point de

vue qui, certes, ont fait couler beaucoup d'encre au course des

siacles. Que ces concepts continent encore aujourd'hui a susciter un

vif interit se fait sentir dans les 6crits de narratologues de langue

frangaise, anglaise et allemande tels que Gerard Genette, Gerald

Prince, Seymour Chatman et Franz Stanzel, pour ne nommer que quelques-

uns.

Dans la consideration de tels problemes c'est 1'6tude du

narrateur et de ses masques qui s'impose d'emblee. Cependant, s'il


-23-




-24-


est essential de formuler une reponse & la question "Qui parole il

faut 6galement en trouver une a son corollaire, "Qui 6coute?" car le

texte content non seulement des traces de 1'emetteur, celui qui

assume 1'acte narratif, mais aussi des indices de son r6cepteur, le

narrataire. Ces deux interrogations, prises come point de depart,

servent a mettre en valeur la situation de communication qui sous-tend

la transmission du message narratif. Il est utile de rappeler le

schema de la communication verbale 61abor6 par Roman Jakobson:2


Contexte
Destinateur---------------Message---------------Destinataire
Contact
Code


La litterature, comme toute forme de communication verbale, implique

un rapport entire un destinateur et un destinataire, centre sur un

message (le texte) qui sert de champ a leur interaction. Pourtant, a

la difference du module jakobsonien, le roman abolit l'unicit6 des

rbles de 1'emetteur et du recepteur du discours. Vu la fragmentation

qui caract6rise les deux p8les, il convient de parler d'une sorte de

voie narrative et il s'impose d'identifier et de definir les

participants a cet acte de communication. Le r6le du destinateur se

partage entire l'auteur concrete, l'auteur implique et le narrateur.

Pareillement, il existe trois "images" du destinataire: le lecteur

concrete, le lecteur virtuel et le narrataire.3 Seymour Chatman

repr6sente ainsi la "chaTne" de relations inherentes a la

communication narrative:4




-25-


NARRATIVE TEXT

Real-----> Implied-->(Narrator)->(Narratee)-->Implied ------> Real
author author reader reader



Selon lui, le texte en tant que transaction narrative ne comprend que

deux roles obligatoires et immanents--I'auteur impliqu6 et son

pendant, le lecteur virtue, vehicules de la communication entire

l'auteur et le lecteur concrets. Dans son systbme le couple

narrateur-narrataire figure entire parentheses car il estime leur

presence facultative dans la transmission de information narrative.5

Alors qu'il ne va jamais jusqu'au point de nier leur existence (loin

de lI, il lui arrive de 1'affirmer carr6ment), il choisit,

paradoxalement, le terme "nonnarrated" pour indiquer la presence

minimal du narrateur dans son r6cit.6 Par consequent, si nous

adoptons ici le sch6ma propose par Chatman pour identification des

roles impliqu6s dans I'acte de communication narrative, c'est avec

quelque reserve quant au r6le de l'agent qui se charge de

I'6nonciation du message.

Suivant Gerard Genette, qui admet cette r6partition des r8les du

locuteur et du r6cepteur mais qui ne considered pas l'auteur impliqu6

comme une veritable instance narrative, nous adopterons dans la

pr6sente 6tude une definition plutbt negative de ce participant A la

transmission du message narratif, du moins en ce qui concern son r6le

en tant qu'bmetteur du r6cit. La notion de 1'auteur impliqu6,

formul6e par Wayne Booth et introduite dans The Rhetoric of Fiction,

d6signera surtout une sorte de projection litt6raire de 1'auteur

concrete. 11 s'agira donc d'une image de l'homme ou de la femme




-26-


reel(le) perque par le lecteur concrete a travers son experience du

texte. Autrement dit, l'auteur impliqu6 repr6sente dans un sens un

dedoublement de l'auteur reel qui se crie et se developpe dans son

oeuvre, mais don't le point de vue ideologique ne coTncide pas

forcement avec celui de l'individu qui s'efface devant lui.7 L'auteur

implique, construction mental fondue sur l'ensemble du texte, ne

s'6nonce jamais en tant que voix narrative. Comme ce participant a la

transaction narrative ne s'identifie ni a instance "rielle" qui est

l'auteur concrete, ni a& 'instance fictive qui est le narrateur,

Genette le juge "instance fant8me" et declare sans ambages: ". a

mon sens, la narratologie n'a pas a aller au delay de l'instance

narrative, et les instances de 1'implied author et de 1'implied reader

se situent clairement dans cet au-dela."8

Le lecteur virtuel est aussi une "image" plut6t qu'une instance.

Destinataire possible ou ideal envisage par le destinateur, le lecteur

virtuel est une structure textuelle don't la resemblance avec le

lecteur concrete serait tout a fait fortuite. Selon Wolfgang Iser,

"The concept of the implied reader designates a network of response-

inviting structures, which impel the reader to grasp the text."9 Ce

destinataire imagine par l'auteur devient donc, pour le lecteur reel,

un 616ment structurant de son acte de lecture. Bien qu'il ne soit pas

impossible que le lecteur virtuel se confonde avec le narrataire, il y

a une distinction essentielle qui les spare. Tous les deux regoivent

le discours du narrateur mais il n'y a que le narrataire qui arrive a

y faire s'insinuer ses reponses et ainsi sa presence. Le lecteur

virtuel reste toujours une construction mental, une sorte de r6le

offert au lecteur concrete dans son experience du texte qu'il peut




-27-


choisir d'assumer ou de rejeter, alors que le narrataire, au plus haut

degree d'individualisation, devient un personnage dot6 de parole.

Pourtant, mime s'il ne jouit pas d'un tel degree de relief, la voix du

narrataire--c'est-a-dire ses reactions, ses questions et ses

reponses--peut se faire entendre indirectement a travers les enonces

du narrateur.

Ainsi, le couple auteur concret-lecteur concrete representant des

instances extra-textuell es et celui constitu6 par leur reduplication

dans le texte--l'auteur impliqu6 et le lecteur virtuel--6tant des

instances fantimes, le champ des r6ponses possibles aux questions "Qui

parle?" et "Qui 6coute?" (ou plut6t, "Qui repond?") devient fort

restreint. N'y figurent que les deux instances textuelles
"veritables," narrateur et narrataire. Le noyau de l'acte de

communication narrative reside dans la relation je-tu qui les relie.

Dans cette etude, la consideration du r6le du narrateur, celui qui se

charge de l'acte narratif producteur du recit, et qui est, par

consequent, "toujours constitutif de tout recit"10 se basera

principalement sur la theorie narratologique de Gerard Genette,

expose dans son "Discours du recit," reexaminee et rievaluee dans son

Nouveau Discours du recit.11 Les remarques concernant le narrataire,

celui auquel s'adresse le narrateur, se fonderont sur les travaux de

Gerald Prince qui propose une m6thode servant a identification et a

la caract6risation de ce recepteur toujours impliqu6 dans le texte.12

Nous sommes parfaitement consciente qu'un chercheur tel que Paul

Ricoeur pourrait nous reprocher orientation purement formelle de la

presente 6tude. Pourtant, a notre avis, toute recherche sur les voix

narratives devrait mener le lecteur &a valuer plus precisement





-28-


1'importance accordee, dans I'oeuvre de Chedid, a la parole partagee,

et ce faisant, ouvrir la voie a l'interpretation.13

Avant d'entamer la discussion du narrateur, il convient de passer

en revue les bases de 1'analyse genettienne du discours narratif. Son

systime repose sur la distinction entire les trois l66ments constituent

ce qu'il appelle "la realit6 narrative": 1'histoire (le contenu

narratif), le r&cit (le texte narratif) et la narration (1'acte

narratif producteur du recit).14 Il examine les relations qui

s'6tablissent entire r&cit et histoire, entire r&cit et narration et

entire histoire et narration. Comme d'autres critiques structuralistes

tels que Roland Barthes et Tzvetan Todorov, c'est A la linguistique

que Genette puise ses notions de base pour 1'analyse litteraire. Il

divise son etude du discours narratif en trois categories emprunt6es a

la grammaire du verbe--le temps, le mode et la voix--paradigme

essentiellement m6taphorique qui met en relation les Mvenements de

l'histoire et le language de l'acte narratif. L'aspect de "la r6alit6

narrative" le plus pertinent A la presente 6tude est 6videmment celui

de la narration. L'analyse de la voix narrative dans les romans

d'Andr6e Chedid se fera donc selon les idees exposees dans les

discussions du mode et de la voix, categories qui dependent des

rapports entire recit et narration et entire narration et histoire. La

narration ne figure pas dans la categorie du temps, limited a la

consideration des relations temporelles entire recit et histoire.

Genette les organise sous les rubriques de 1'ordre (les diff6rentes

fonnes de discordance entire la chronologie de l'histoire et celle du

recit), de la duree (les effects de rythme narratif) et de la frequence

(les relations de r6petition entire l'histoire et le recit).





-29-


L'auteur du "Discours du r6cit" aborde le sujet probldmatique du

point de vue en distinguant nettement, alors que les theoriciens

precedents avaient n6glig6 de le faire, entire le concept de mode, qui

se rattache a la question "00 est le foyer de perception?" et celui de

voix qui fournit une r6ponse a la question toute diffdrente "Qui

parle?"15 En operant cette division il s'appuie sur le fait largement

reconnu que le personnage don't le point de vue determine la

perspective narrative ne s'identifie pas forcement avec celui qui

accomplit 1'acte narratif. Sous la categorie du mode il traite la

question de la "regulation de information narrative,"16 vue par les

biais de la perspective et de la distance. Dans sa r6flexion sur la

perspective Genette definit trois possibilities de focalisation: la

focalisation zero (non-focalisation) du narrateur omniscient, la

focalisation interne (fixe, variable ou multiple) du "recit a point de

vue" qui transmet les pensees et les sentiments d'un ou de plusieurs

personnage(s) don't la conscience filtre le reportage des Mvinements et

la focalisation externe, caracteristique du recit objectif qui

supprime les pensees et les sentiments pour ne rapporter que les

gestes des personnages.

Sous la rubrique de la distance Genette reexamine les notions

classiques de mimesis et de diegesis et celles, plus recentes, de

showing et de telling. Il les rejette, adoptant plut6t une

distinction entire le recit de paroles et le r&cit d'Mvenements, chacun

capable de produire une illusion de mimesis plus ou moins grande selon

le degr6 oD la voix et la presence mediatrice du narrateur restent

effac6es. Par consequent, la categorie du mode n'est pas sans

pertinence pour 1'etude de la voix narrative, car la notion de la




-30-


distance entraine une consideration de la question "Qui parole "

rapportie au niveau "microscopique" de la phrase. Les trois 6tats du

discours definis par Genette dans sa discussion du recit de paroles

mettent en lumiere une gradation progressive de l'autonomie des

6nonces des personnages par rapport a ceux du narrateur. "Le

discours" du recit se compose en effet d'une plurality de discours. Y

figurent non seulement le discours narratif qui provient du narrateur

mais aussi les paroles prononc6es ou pensees par les personnages et

cities par lui. Il imported donc d'examiner l'alternance,

1'enchalnement et 1'enchevetrement du discours du narrateur avec celui

des acteurs et de determiner quelles sortes de relations ces deux

categories du discours entretiennent dans le recit: s'agit-il d'un

effet d'harmonie, de enforcement, d'opposition ou de contradiction?

Bref, comment se combinent-ils pour transmettre le message narratif?

Ainsi, il est question d'une polyphonie non seulement dans le cas

d'un recit tiss6 des discours de plusieurs narrateurs situ6s au meme

niveau ontologique qui se font entendre en serie ou en alternance mais

encore dans le cas d'un r6cit a un seul narrateur qui peut choisir de

reproduire les discours des personnages et, ce faisant, se taire pour

passer la parole aux participants de l'histoire. Bien sOr, le

personnage (a moins qu'il n'entame une histoire au second degr6)

n'accede pas au statut du narrateur, mais toujours est-il que sa voix,

si 6mancipee qu'elle soit du discours du narrateur, peut contribuer a

la production d'un recit polyphonique--pas d'une polyphonie narrative,

mais polyphonique tout de meme.

La notion de la distance sera fondamentale a cette 6tude de la

voix narrative dans les romans de Chedid. Elle permettra de classer





-31-


les narrateurs qui conduisent leurs recits "a la troisieme personnel"

selon leur degree de perceptibility. A l'aide de ce concept il sera

possible de determiner & quel degree chacun d'entre eux se partage la

parole. Nous 6tudierons le discours du narrateur dans le but de

decouvrir s'il a tendance a y insurer un commentaire fait en son

propre nom et a function explicative ou id6ologique, ou s'il s'en

tient a sa seule function obligatoire de narration. II faudra

6galement mesurer jusqu'A quel point son discours s'oriente vers le

narrataire, assumant donc une function de communication, et a quel

degree il met en relief la function de r6gie, son r8le comme presence

organisatrice dans le r6cit. Par contre, s'il reste efface, quelles

seront les marques qui permettent au lecteur de deceler sa presence?

Par quels indices le jee du sujet parlant se revble-t-il? Quant a la

perspective adoptee, est-ce que le narrateur s'impose les restrictions

du champ impliqu6es par la focalisation rigoureusement interne ou

externe ou est-ce qu'il exerce le privilege de l'omniscience de la

non-focalisation? Combien de credibility est-ce que l'on peut

accorder au discours 6nonc6 par sa voix? Est-il digne de confiance?

En trouvant des reponses & ces questions et a d'autres qui se

formeront au course de l'analyse, l'on pourra 6baucher un portrait de

celui qui accomplit l'acte narratif producteur du recit.

Sous la catigorie de la voix Genette examine cet acte narratif du

point de vue du temps de la narration, des niveaux narratifs et des

relations de personnel. A l'aide des concepts exposes dans cette

discussion tripartite, le portrait du narrateur entam6 selon l'optique

microscopique sugg6r6e par la notion de distance se completera selon

une optique plut6t macroscopique, celle de la structure et de la




-32-


technique narratives du recit. Les critires se rattachant a la voix

s'appliquent a 1'6tude de toute situation narrative mais semblent

convenir surtout a la complexity des romans dans lesquels la narration

se fait a double ou a triple voix ou dans lesquels le narrateur semble

changer de statut par un changement de personnel. Pour bien preciser

les notions qui serviront de point de depart a la caracterisation de

la voix narrative et a examination de son emploi dans les romans

chedidiens, il est necessaire de consid6rer de plus pros les

distinctions proposees par Gerard Genette sous les rubriques de la

voix et du mode.

Le temps de la narration, premiere question abordee dans la

discussion de la voix, implique une conception de la distance

differente de celle introduite sous la categorie du mode. Le rapport

don't il s'agit n'est plus celui qui existe entire narration et r6cit

(le degr6 oD la voix du narrateur se fait dominant) mais concern

plut6t la relation tenporelle entire narration et histoire. Le plus

souvent, l'instance narrative est ult6rieure aux 6v6nements rapports

par le narrateur. Le degr6 de distance qui les spare, sans aucun

besoin d'etre specific, peut rester constant ou bien peut s'amenuiser

graduellement pour aboutir & un point de convergence. L'effet de

cette sorte d'isotopie temporelle se fait sentir, par example, dans

1'6pilogue au present d'un roman narr6 "a la troisieme personnel" et il

cree l'impression que le narrateur, si invisible et anonyme qu'il

soit, a "particip&" en tant que t6moin a l'action qu'il raconte. Un

tel narrateur qui se revele contemporain-concitoyen de ses personnages

fait flotter, fut-ce tres l6gerement, la frontiere entire 1'absence et

la presence du narrateur comme personnage de son histoire, ce qui




-33-


represente encore une autre manifestation de la "distance." Dans un

roman narr6 "a la premiere personnel" le meme effet de convergence

temporelle de r&cit et histoire se produit lorsque le je du

protagoniste vient rejoindre celui du narrateur et s'y confond.

L'6cart d'age, d'information et d'experience qui les separait s'abolit

pour conduire a la fusion des deux "personnages" de la premiere

personnel, le je-narrant et le je-narr6.

Si la narration ulterieure est de loin la forme la plus repandue,

celle qui precede les &vinements de l'histoire a connu un emploi bien

plus restreint. Appel6e par Genette la narration anterieure, elle est

le propre du recit predictif ou prophetique. Dans le cas de la

narration simultan6e, l'acte narratif est contemporain de l'action de

l'histoire. C'est la forme caracteristique du monologue int&rieur

d'un narrateur qui fait sa relation "a la premiere personnel Dans le

recit d'un narrateur qui parole "a la troisieme personnel" la presence

d'une narration simultan6e suggere, tout comme celle d'un .pilogue au

present, la participation du narrateur comme personnage-observateur de

l'action, meme si le jee du temoin ne se fait jamais entendre dans le

ricit.

Le quatrieme type de relation temporelle entire recit et

narration, celle de la narration intercalee, consiste en une

multiplicity d'instances narratives enchevitrees entire les moments de

l'action. Cette forme, don't l'exemple canonique est le roman

epistolaire, se distingue par sa complexity due au 16ger d6calage

temporel entire personnage et narrateur, 1'&venement et l'acte de le

narrer.




-34-


La distance temporelle n'est pas la seule qui puisse s6parer le

narrateur de l'action qu'il rapporte et des personnages qu'il d&crit.

Il est aussi question d'une distance spatiale (vis-A-vis des

Mvinements de 1'histoire), intellectuelle, morale ou ideologique (par

rapport aux personnages). Bien que de telles considerations n'entrent

pas en jeu dans le systeme rigoureusement technique l1abor6 par

Genette, il semble essential d'en tenir compete dans la pr6sente etude

pour bien cerner la question complex de la voix narrative.

A la difference de la categorie du temps qui repose sur la

relation entire narration et histoire, celle du niveau narratif

s'61abore suivant les rapports entire narration et recit. Genette

explique ainsi le fondement de son system: "Tout 6venement racont6

par un recit est a un niveau diegetique imm6diatement sup6rieur a

celui ob se situe l'acte narratif producteur de ce recit."17 Le

narrateur au niveau primaire, baptism "extradi6g6tique," raconte une

histoire qui figure au niveau "di6getique" ou "intradiegetique." S'il

arrive a un des acteurs de son histoire de prendre la parole pour se

faire narrateur a son tour, ce personnage devient narrateur

intradiegetique d'un r6cit "mitadi6g6tique" et peut avoir come

narrataire, par example dans le cas de des Grieux dans Manon Lescaut,

le narrateur extradi6g6tique, present come personnage dans le r6cit

qu'il narre. Pareillement, si, au course du recit qui se situe au

niveau metadi6getique, l'un des personnages entame une histoire au

troisi'me degr&, il assume le role du narrateur metadi'getique d'un

recit m6ta-m6tadi6getique, et ainsi de suite. Donc, les personnages a

chaque niveau sont des narrateurs virtuels, capable d'ajouter un

autre "ftage" A "1'6difice" narratif don't la "hauteur" est en principle




-35-


illimitee. A tout niveau de narration on trouve une reduplication de

la relation destinateur-destinataire car pour chaque narrateur il

existe un (ou des) narrataire(s) qui occupent le meme niveau

didgetique que lui.

Au sujet de cet embottement potentiellement infini de narrateurs

et de recits, ce sont les relations de subordination et de d6pendance

qui se creent entire les niveaux narratifs qu'il faut surtout examiner

dans le but de determiner leurs implications pour la voix narrative.

D'une tell hiWrarchisation des narrateurs s'ensuit une sorte de

filtrage des voix narratives qui se font entendre & tout niveau

"inser6," car le narrateur au degr6 inf6rieur a toujours la

possibility de presenter a sa guise le personnage auquel il va passer

la parole. Il jouit d'une position de domination et d'autorit6 par

rapport a celle occupee par le narrateur qu'il a "engendr&," car il

peut a tout moment intervenir pour reprendre le privilege narratif.

Qui plus est, il a la capacity de determiner non seulement la duree du

r6cit emboTt6 mais aussi la faqon don't ce recit sera regu par le

lecteur. Par sa caract6risation du locuteur en tant que personnage le

narrateur au niveau precedent est capable a un certain degree

d'&veiller chez le lecteur une reaction de sympathie, de scepticisme

ou meme de m6fiance envers celui a qui il a choisi de passer la

parole. Bref, il peut diminuer la puissance de cette voix toujours

subordonn6e qui resonne a travers la sienne en insinuant qu'elle n'est

pas digne de confiance.

La perspective purement narratologique de Gerard Genette exclut

la consideration de toute question touchant a la viracit6 du

narrateur. Cependant, une telle dimension semble s'imposer a la




-36-


presente etude de la voix narrative par son importance capital dans

la determination de la port6e de cette voix et de son efficacity dans

son rble de faire passer le message narratif. Selon Seymour Chatman,

"What makes a narrator unreliable is that his values diverge

strikingly from that [sic] of the implied author's [sic]; that is, the

rest of the narrative--'the norm of the work'--conflicts with the

narrator's presentation, and we become suspicious of his sincerity or

competence to tell the 'true version.'"'18 Plus pricisement, un

narrateur peut sembler indigne de notre confiance a cause d'une

deformation voulue de la v6rite ou bien parce qu'il ignore certain

aspects essentials de l'histoire. Donc, il finit par en presenter une

version defectueuse non pas par artifice, par example dans le but de

manipuler les reactions de son (ses) narrataire(s), mais plut6t par

megarde, a cause du caractere naTf ou incomplete de son information ou

de ses perceptions. Le degrd ou le narrateur est conscient de son

r6le de destinateur dans un acte de communication et conscient,

surtout, de la presence d'un auditoire peut aussi fournir une

indication de la cr6dibilit6 de son r6cit. Toute trace d'un narrateur

conscient de lui-m&me laisse deviner la possibility& qu'il opere, par

une composition bien orchestree, une perversion de la v6rite pour

produire dans son narrataire 1'effet qu'il desire.

La veracit6 du narrateur se trouve mise en question le plus

souvent dans le cas d'une narration conduite "a la premiere personnel "

Pourtant, quelle est la base theorique qui sous-tend l'emploi d'un

pronom de la premiere ou de la troisieme personnel? Ce sont justement

les relations de personnel qui constituent le troisieme aspect de la

voix consider par Genette. II rejette l'imprecision de la tendance




-37-


traditionnelle qui adopted toujours la personnel grammaticale come

critere de base pour la classification du narrateur. Selon lui, le

narrateur en tant que sujet de son 6nonciation est toujours present

dans son rdcit "a la premiere personnel Meme s'il choisit de ne pas

se le permettre, il est capable a tout instant d'y intervenir en se

designant par la forme je. Genette declare: "La vraie question est de

savoir si le narrateur a ou non I'occasion d'employer la premiere

personnel pour designer l'un de ses personnages."19 I1 cree une

nouvelle terminologie pour remplacer celle de la narration "A la

premiere" ou "a la troisieme personnel" qui implique une

diff6renciation illusoire car, come il dit, le narrateur "ne peut

6tre dans son recit, come tout sujet de 1'&nonciation dans son

6nonc6, qu'a la 'premiere personnel .,,20 I propose les terms

"hetirodi6gdtique" et "homodi6getique" pour d6crire, respectivement,

le narrateur absent come personnage de l'histoire qu'il raconte et

celui qui participe a 1'action en tant que t6moin ou personnage

secondaire. Il reserve la sous-categorie du narrateur
"autodidgetique" pour celui qui figure come protagoniste dans

1'histoire qu'il relate.

Se rattachent au statut du narrateur homodi6g6tique non seulement

la question de sa veracit6 mais aussi celle de la limitation de son

champ de perception et de connaissance. Le narrateur homodi6getique

ne peut exercer la focalisation interne que sur lui-mime. En parlant

des autres personnages il doit s'en tenir & la focalisation externe et

dans sa relation des 6venements il est oblige de se borner a ceux don't

il a t t6moin ou don't il a entendu parler. Par centre, le narrateur

het6rodi&getique peut choisir de renoncer a son omniscience en




-38-


s'imposant les restrictions qu'impliquent la focal isation interne fixe

ou la focalisation rigoureusement externe, mais toujours est-il que le

privilege de la non-focalisation lui est pleinement permis. Alors, il

n'existe aucune n6cessit6 pour lui de rendre compete des sources de son

information ou de limiter sa presentation des pensees et des

sentiments de ses personnages.

Dans le cas du narrateur homodiegetique (surtout autodi6getique),

don't I'acte narratif est ulterieur aux 6venements de 1'histoire, il

existe un 6cart--d'age, bien sir, mais aussi d'information et

d'expirience--entre le je-narrant et le je-narr6. Le narrateur n'est

plus ce qu'il dtait, et mime s'il decide pour les besoins esth6tiques

de son roman d'adopter entihrement la perspective du je-acteur, la

difference n'est pas abolie, elle est seulement masque. Ainsi

l'unit6 apparent, sugger6e par l'emploi du je pour designer ces deux
personnels," recele une duality fondamentale: dissimuld sous le je se

trouve un il subreptice.21 La mise en relief de cette notion aboutit

a la dissociation partielle du je-sujet de 1'6nonciation d'avec le je-

sujet de 1'6nonc6. Il s'agit d'une autre de ces situations

frontalieres qui suggerent une gradation progressive plut6t qu'une

demarcation absolue entire la narration homodiegetique et

h6terodiegitique, car le narrateur se d6signe tantit par je, tant8t

par il. Port6 a son plus haut degr6, la distanciation devient total:

dans une autobiographiese h6t6rodi6getique" telle que The Education

of Henry Adams, le narrateur parole de lui-mime (ou plutot, de cet 6tre

qu'il a Wt6 jadis) toujours A la troisieme personnel2 2 Parmi les

explications possibles de 'emploi d'un tel procede l'on a propose

que cette dissociation fictive entire narrateur et personnage est la




-39-


marque d'une distance ironique, par exemple dans le cas du livre de

Henry Adams, d'un immense orgueil comme dans les Commentarii de

bello gallico de CMsar oD l'auteur se voit avec la distance de

l'histoire, ou d'une humility profonde, celle des auteurs des mimoires

religieux anciens qui se nomnent "Serviteur de Dieu" en se consid6rant

avec la distance 6ternelle du regard du Seigneur.23 En ce qui

concern la categorie de romans tels que Les Marches de sable de

Chedid, La Route des Flandres de Claude Simon et The History of Henry

Esmond, Esq. de William Thackeray ou, au lieu de la suppression total

de la premiere personnel, il y a une alternance je/il, on doit teacher

de decouvrir jusqu'a quel point el le represente une "tension entire

l'identit6 et la difference."24 Pour determiner les implications qu'a

une telle alternance pour la voix narrative il sera n6cessaire

d'examiner les effects crees par le flottement entire narrateur et

personnage qui en resulte. Il faudra 6galement reconsiderer la

question de la polyphonie pour savoir si le changement de personnel

grammaticale peut signifier aussi un changement de sujet parlant.

Les notions de distance et d'identit6 s'appliquent non seulement

sur le plan des relations de personnel entire narrateur et personnage

mais aussi sur celui de leurs discours. Dans la section de son

"Discours du recit" consacr6e au mode, Genette 6tablit une distinction

entire le recit de paroles et le r6cit d'Mvenements qui decoule de son

assertion que ". la mimesis verbale ne peut etre que mimesis du

verbe."25 Alors que dans le recit d'Mvenements il ne peut y avoir

qu'une illusion de mimesis, portie a son plus haut degr@ par "un

maximum d'information et un minimum d'informateur,"26 dans le cas du

recit de paroles, capable de mimesis, il distingue trois modes de




-40-


reproduction du discours et de la pensee des personnages. La forme la

plus reductrice et, par consequent, la moins mimntique, s'appelle le

discours narrativise. Le narrateur fait entendre son propre discours

aux d&pens des paroles de ses personnages, interpreties, condensees et

transformies par lui en "evenement" rapport. Par un effet

d"'homogeneisation" le je du narrateur se fait dominant, meme s'il

s'abstient rigoureusement d'intervenir dans son recit pour parler en

son propre nom. Le discours narrativis6 qui represente le plus de

mediatisation du discours du personnage par le narrateur se situe donc

au pole diegetique. Selon Tzvetan Todorov, la source de ce mode

diegitique de la "narration" dans lequel le narrateur s'accorde le

monopole de la parole est la chronique.27

A mi-chemin entire la diegesis et la mimesis se trouve le discours

transpose dans lequel les paroles pensges ou prononcees du personnage

viennent s'infiltrer dans le discours du narrateur. Cette forme

mixte, marquee a un certain degr6 par la presence m6diatrice du

narrateur, permet au discours du personnage de ressortir avec un peu

plus de relief mais de fagon toujours indirecte. Cependant, rien ne

garantit que les paroles choisies par le narrateur pour le transmettre

soient celles "reellement" prononcees ou pensees par le personnage.

Le style indirect libre, variante du discours transpose, se

caract6rise par une capacity mimetique sup6rieure a celle de

l'indirect regi mais inf6rieure a celle de la citation directed. Bien

que la presence du narrateur se fasse moins 6vidente par la

suppression du verbe d&claratif et I'absence de la conjunction de

subordination que, qui introduisent le discours du personnage dans la

forme indirecte regie, elle est toujours sensible dans la syntaxe meme





-41-


de la phrase. Les pronoms de la troisiime personnel et la concordance

des temps (imparfait/present du conditionnel), marques de la

perspective syntactique du narrateur, indiquent qu'il opire une sorte

de filtrage du discours du personnage A travers sa propre

"grammai re."

Pourtant, le point de vue qui oriented le discours du personnage

est loin d'8tre supprim6. Le discours indirect libre approche de

l'autonomie de la citation directed par la possibility qu'il offre

d'une traduction plus fiddle de l'idiolecte du personnage, par

1'inversion des interrogatives, par la presence des traits expressifs

et interjectifs et par 1'emploi des deictiques se rapportant A la

situation spatiale et temporelle du personnage. Ainsi, cette forme

consiste en une sorte de "voix double" qui resulte de ce melange du

discours du narrateur avec celui du personnage.28 La duality,

manifestation d'une polyphonie subtile et delicate, si 1'on veut, peut

indiquer d'une part un haut degr6 d'identification et de sympathie

entire narrateur et personnage qui suggere non pas la "vision avec"

d'une perspective partagee mais plut6t une sorte de "pens6e avec." La

superposition, voire la fusion des deux discours represente la parole

vraiment et intimement partag6e entire un narrateur qui se revile par

la perspective syntactique qu'il impose et un personnage qui contribute

sa perspective subjective. D'autre part, l'emploi du style indirect

libre peut 6tre le v6hicule d'un commentaire ironique qui met en

relief la distance s6parant narrateur et personnage.

La veritable emancipation du discours du personnage ne se realise

que dans le discours rapport, liber6 de la presence mediatrice du

narrateur. Situ6 au pole mimetique, il consiste en la transcription




-42-


des paroles directed des personnages en forme de dialogue ou de

monologue prononc6 ou interieur. Selon Todorov, l'origine de ce mode

de reproduction narrative est le drame.29 L'autonomie de la citation

qui rappelle les proc6des de l'6criture th6atrale cree l'illusion que

le discours du personnage n'est mime pas "rapportV" mais perqu

"directement" par le lecteur. La mediatisation qui pendant longtemps

a Wte le propre du genre romanesque est absente. Le narrateur

s'efface, feint de disparaitre, pour ceder la parole a ses

personnages. Cependant, la presence des formules attributives indique

qu'il ne garde pas entierement le "silence." Or, meme ces dernieres

traces de sa function organisatrice sont abolies dans la forme que

Genette baptise "discours imm6diat," encore plus ressemblant a la

technique dramatique car il n'y reste plus aucune indication de

l'instance narrative.30 Dans le cas de ce discours direct libre la

parole passe d'emblie au personnage qui semble se substituer au

narrateur. Avec un tel degr6 d'6mancipation du discours du personnage

les frontieres--entre personnage et narrateur et entire genre

romanesque et genre draimatique--flottent et disparaissent.

Ayant passe en revue les trois 6tats du discours presents par

Genette, il est utile de consid6rer la question du degree de la

presence du narrateur d'une optique un peu moins restreinte, celle de

Seymour Chatman.31 Le thWoricien am6ricain d6crit cette presence (qui

implique aussi le degr6 ou la voix proprement narrative se fait

entendre dans le recit) comme minimal (nonnarrated), implicite

(covert) ou explicit (overt) et sp&cifie les caracteristiques

generales de chaque cat6gorie. Dans le r6cit qu'il a la tendance

malheureuse d'appeler "non-narr6," pour indiquer 1'effacement mais non




-43-


pas la disparition du narrateur, le role de ce dernier se limited A la

transmission du discours des personnages. Il devient le scribe ou le

redacteur qui se charge de recopier ce discours (exprim6 dans des

documents tels que lettres ou journaux intimes) ou de le transcrire

(quand il s'agit de paroles prononcees ou pens6es). Cependant, meme

s'il ne "parle" pas, ce narrateur est loin d'etre absent. Sa presence

peut se faire sentir dans la transcription meme du discours des

acteurs, car c'est lui qui impose les introductions declaratives, la

ponctuation et l'emploi de l'italique et des majuscules. Dans le

recit d'Mvenements, cette presence se reduit 6galement au strict

minimum mais ne va pas jusqu'a l'abdication de tout control suggerie

par la notion d'une cameraa." Le narrateur adopted la focalisation

externe en rapportant l'action dans un discours depouill6 autant que

possible des marques d'interpretation et d'6valuation. Pour reprendre

le concept genettien de mimesis, le recit d'evenements d'un narrateur

qui s'efface A un tel degree represente "un maximum d'information" et

"un minimum d'informateur."

La presence du narrateur implicite (covert), situ6 A mi-chemin

entire mim6sis et dieg6sis, se fait sentir par la transposition des

paroles du personnage au discours indirect regi ou A travers la "voix

double" du style indirect libre. La notion de la parole partag~e

ayant d6eja Wt abordee, nous passerons au p6le de la dieg6sis, domaine

du narrateur explicit (overt). Parmi les indices de sa presence

identifies par Chatman on trouve: 1) la description du cadre, 2) la

"presentation" d'un personnage qui entire en scene pour la premiere

fois, 3) le sommaire temporel qui r6v6le la m6diatisation de la

presence organisatrice du narrateur (A la difference de la scene,




-44-


surtout dialoguee, procede th&atral permettant un haut degree de

mimesis), et 4) le sommaire spatial, par example le panorama, qui met

en relief la position privilgiee qu'occupe le narrateur. Le

narrateur se met encore plus en evidence 5) par la transmission des

paroles qu'un personnage n'a pas prononcies ni pensees et 6) par les

diff6rentes formes de commentaire, implicite ou explicit, y compris
I'affirmation de la credibility de son histoire ou 'assertion de sa

propre v6racite comme narrateur, les jugements, les interpretations,

les g6neralisations et surtout le discours m6tanarratif, "discours

dans lequel le narrateur se prononce dans le r6cit sur le recit."32

Ce faisant le narrateur semble viser a la destruction de tout effet

mimitique pour mettre en valeur l'art et l'artifice de l'acte

narratif. Son emploi d'un discours metanarratif revele un haut degree

de conscience de son r8le comme sujet parlant, producteur du texte et

destinateur du message narratif. Aussi sa veracit6 come narrateur se

voit-elle remise en question et le r61le du narrataire, allocutaire

actif ou passif de son discours, assume-t-il une importance capital.

La presence d'au moins un narrataire est impliqu6e par tout acte

narratif car, selon Genette, ". un recit, comme tout discours,

s'adresse n6cessairement a quelqu'un, et content toujours en creux

l'appel au destinataire."33 Quant au statut textuel du narrataire, il

explique: "Comme le narrateur, le narrataire est un des el6ments de la

situation narrative, et il se place necessairement au meme niveau

diegetique; c'est-a-dire qu'il ne se confond pas plus a priori avec le

lecteur (meme virtuel) que le narrateur ne se confond necessairement

avec l'auteur."34 Ainsi la notion genettienne du destinataire,

adoptee ici sans reserve, exclut toute approche historique,




-45-


biographique ou sociologique concernant soit les lecteurs

sp&cifiquement vis6s par l'auteur concrete, soit le public contemporain

de cet auteur. Ni lecteur r6el, ni lecteur virtue, le narrataire

assume-t-il donc quelque role dans le monde de l'histoire? En effet,

il peut &tre un personnage qui possbde une voix bien perceptible,

come le marquis de Renoncourt dans Manon Lescaut, narrateur de ses

propres memoires et narrataire du recit de des Grieux. En revanche,

il peut aussi se manifester comme une presence en creux avec une voix

qui ne se fait entendre qu'indirectement, a travers les enonces du

narrateur, come celle de l'interlocuteur de Jean-Baptiste Clamence

dans La Chute.

Pareil au narrateur, le narrataire peut s'effacer a tel point que

la narration elle-meme represente presque la seule trace de sa

presence, ou bien, tout come lui, il peut avoir une "personnalitV"

fortement developpie et individualise. Qu'elle soit perceptible a un

tres haut degrd ou presque totalement effacee, par quels signes le

lecteur devine-t-il sa presence? Quelles en sont les marques? S'il

ne s'agit pas d'un narrataire-personnage, il faut les ddcouvrir dans

le discours du narrateur. Gerald Prince identified quelques indices

par lesquels s'implique la presence du narrataire.35 Parmi les
"signaux du narrataire" qui se degagent du discours du narrateur il

inclut: 1) les references directed ("lecteur," "mon ami" ou les

pronons et les forces verbales de la deuxieme personnel 2) les

pronoms inclusifs ou ind6finis ("nous," "on"), 3) les questions ou les

pseudo-questions adress6es au narrataire ou bien formulees par lui et

r6p6tees dans le discours de son locuteur, 4) les n6gations (en tant

que reponse aux questions du narrataire ou contradiction de ses




-46-


opinions, 5) les terms a valeur demonstrative qui renvoient non pas a

un le6ment ant6rieur ou ult6rieur du r6cit mais a un hors-texte connu

par le narrateur et son narrataire, 6) les comparisons et les

analogies (car elles fournissent des indications sur l'univers

familiar au narrataire) et 7) les "surjustifications," des

explications m6tanarratives adressees au narrataire d'oD se degage

quelque idee de sa personnalite, quoique de fagon assez indirecte.

Ces signaux servent non seulement a indiquer la presence du

narrataire mais encore a esquisser son portrait. Pour faciliter la

caracterisation des narrataires Prince d6finit un degree zero qui

permet de les d6crire tous en function des mimes categories et ainsi

de voir jusqu'a quel point l'un d'entre eux se conforme ou se

diff6rencie du module.36 Brievement, au degrb zero, du c6te positif,

le narrataire 1) connaTt la langue et le(s) langage(s) du narrateur,

ce qui implique la comprehension de la grammaire et des denotations

mais non pas celle des connotations, 2) poss6de certaines facultis de

raisonnement qui lui permnnettent de saisir les presuppositions et les

consequences d'une phrase ou d'une sdrie de phrases, 3) sait ce qui

constitute un recit et 4) peut retenir tout ce que le narrateur lui

fait savoir. Du c6te n6gatif, 5) il ne peut suivre le r6cit que dans

sa progression lineaire, 6) il n'a ni personnalite ni caracteristiques

sociales, 7) il ne connaTt ni les personnages ni les ev6nements

racontes, ni les conventions qui regnent dans le monde de 1'histoire

ou dans tout autre monde et 8) il n'a aucune connaissance d'autres

textes, aucune experience du monde, aucune capacity de discerner les

liens de causality implicite et aucune competence d'organiser le r6cit

selon les codes de lecture 6labores par Roland Barthes dans S/Z.




-47-


La notion de distance, le6ment essential dans l'6tude du

narrateur, convient aussi a celle du narrataire. Il est necessaire de

determiner quel le distance--morale, intellectuelle, spatiale aussi

bien que temporelle--le spare du narrateur, des personnages et de

l'histoire. Bien sir, il faut consid6rer non seulement le degr6 oD sa

presence se fait sentir dans le discours du narrateur mais encore les

diff6rentes functions que peut assumer cette presence.

Comme la notion de la voix narrative implique toujours

existence d'un narrateur, ce sera la consideration du rble de ce

participant a l'acte de communication narrative qui servira come

point de depart a la presente etude. A l'aide des concepts du mode et

de la voix l1abor6s par Gerard Genette il sera possible de determiner

a quel degree sa presence se manifesto dans son recit, la perspective

selon laquelle s'oriente ce r6cit et la distance qui spare le sujet

parlant de 1'histoire, des personnages et du narrataire. Nous

examinerons la question de la plurality et de la hierarchisation des

narrateurs et celle du degree ou le discours du personnage se libere de

celui du narrateur pour d6couvrir jusqu'a quel point s'applique la

notion de la parole partagee. Nous incorporerons une conception de la

distance tenant compete de la frontiere fixe ou flottante qui existe

non seulement entire les personnels" du narrateur homodiegetique et

entire narrateur et personnage mais aussi entire leurs discours.

L'analyse de ces deux discours fondamentaux, constitutifs de tout

recit, aboutira a la formulation d'une reponse a la question la plus

pertinente a 1'etude de la voix narrative: "Qui parle?"





-48-


Notes

1Andr6e Chedid, "Parole," Contre-Chant (Paris: Flammarion, 1968),
p. 56.

2Roman Jakobson, "Closing Statement: Linguistics and Poetics," in
Style in Language, ed. Thomas A. Sebeok (Cambridge Mass.: MIT Press,
1960), p. 353.
3Gerard Genette, Nouveau Discours du recit (Paris: Seuil, 1983),
pp. 94-104. Nous adopterons dans la prEsente etude les equivalents
genettiens de l'implied author (auteur impliqu6) et de l'implied
reader (lecteur virtuel.
4Seymour Chatman, Story and Discourse: Narrative Structure in
Fiction and Film (Ithaca, N.Y.: Cornell Univ. Press, 1978), p. 151.

5Chatman, pp. 31, 151.

6Chatman, pp. 146-47.

7Wayne C. Booth, The Rhetoric of Fiction (Chicago: Univ. of
Chicago Press, 1961), p. 73.

8Genette, Nouveau Discours du r6cit, pp. 100, 94.

9Wolfgang Iser, The Act of Reading: A Theory of Aesthetic
Response (Baltimore: The Johns Hopkins Univ. Press, 1978), p. 34.

10Jaap Lintvelt, Essai de typologie narrative: le "point de vue"
(Paris: Jos6 Corti, 1981), p. 26.

11Gerard Genette, "Discours du recit," in Figures III (Paris:
Seuil, 1972), pp. 66-273.
Gerard Genette, Nouveau Discours du recit (Paris: Seuil,
1983).

12Gerald Prince, "Notes Toward a Categorization of Fictional
'Narratees,'" Genre, 4, No. 1 (1971), 100-06.
Gerald PiT-ce, "On Readers and Listeners in Narrative,"
Neophilologus, 55, No. 2 (1971), 117-22.
Gerald Prince, "Introduction a 1'6tude du narrataire,"
Poitique, 14 (1973), pp. 177-96.
Gerald Prince, Narratology: The Form and Functioning of
Narrative (Berlin: Mouton, 1982), pp. 16-26.
13Voir Paul Ricoeur, Temps et recit, II (Paris: Seuil, 1984), pp.
84-88.

14Genette, Figures III, p. 72.

15Genette, Nouveau Discours du recit, p. 43.




-49-


16Genette, Figures III, p. 184.

17Genette, Figures III, p. 238.

18Chatman, p. 149.

19Genette, Figures III, p. 252.

20Genette, Figures III, p. 252.

21Jean Rousset, Narcisse romancier: essai sur la premiere
personnel dans le roman (Paris: Jos@ Corti, 1973), p. 23.
22Genette, Nouveau Discours du recit, p. 72.

23Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique (Paris: Seuil,
1975), pp. 16-17.

24Philippe Lejeune, Je est un autre: l'autobiographie de la
litterature aux m6dias (Paris: Seuil, 1980), p. 39.

25Genette, Figures III, pp. 185-86.

26Genette, Figures III, p. 187.

27Tzvetan Todorov, "Les Cat6gories du r6cit litteraire,"
Communications, 8 (1966), pp. 143-44.
28Roy Pascal, The Dual Voice: Free Indirect Speech and Its
Functioning in the Nineteenth-Century European Novel (Totowa, N.J.:
Rowman and Littlefield, 1977).

29Todorov, pp. 143-44.

30Genette, Figures III, pp. 193-94.

31Chatman, pp. 66-253.

32Lintvelt, pp. 61-62.

33Genette, Figures III, p. 266.

34Genette, Figures III, p. 265.

35Prince, "Introduction a l'6tude du narrataire," pp. 182-87.

36Prince, "Introduction a l'Ttude du narrataire," pp. 179-82.












CHAPITRE III

DU SOMMEIL DELIVRE AU SURVIVANT:
ETAPES D'UNE METAMORPHOSE


Si ton seuil est sans verrous
Perdant ta voix tu la retrouves

Tu parleras dans chaque visage
L'&cho traversera l'impasse
Et dissoudra tous les &crans.1

Le concept de 1'abolition des differentes formes de distance qui

tendent a separer les humans et son corollaire, la notion de la

parole partagee, s'6laborent a travers 1'oeuvre entire d'Andrie

Chedid. Dans ce chapitre et celui qui suit, consacris a 1'tude de la

production romanesque de 1'auteur, nous examinerons le d6veloppement

de ces id6es non pas seulement au niveau thematique mais aussi, et

surtout, au niveau de la technique narrative. A 1'aide des theories

formul6es par Gerard Genette et d'autres narratologues, nous nous

proposerons d'abord de d6terminer comment et jusqu'a quel point ces

deux aspects fondamentaux de 1'oeuvre chedidienne caract6risent la

dynamique et les ambiguTtis de la voix narrative dans Le Sommeil

delivr6, Jonathan, Le Sixieme Jour et Le Survivant. Suivant la

distinction genettienne des trois 616ments constituent "la r6alit&

narrative,"2 nous commencerons par 6tudier ces ouvrages sous l'angle

de la categorie de 1'histoire pour mettre brievement en relief la

lutte men6e par certain des participants pour franchir les barrieres

qui les isolent de leurs semblables et, avant tout, pour triompher de


-50-




-51-


cette ultime distance qui est la mort. En considirant les tentatives

de communication faites par les protagonistes des quatre romans nous

signalerons d'une part la diminution de la distance faisant obstacle a

la comprehension, a la communion et surtout A la communication entire

les personnages et d'autre part, la volont6 de plus en plus marque de

ces personnages de combattre la mort et de surmonter le silence

qu'elle implique.

Cependant, le propos de la presente 6tude n'est pas de r6fl6chir

sur les diverse expressions de la parole partag6e qui se manifestent

dans le contenu narratif mais plut6t de faire ressortir les

modulations de distance et le partage de la parole qui s'operent dans

le domaine du r6cit, designation genettienne du texte narratif. Comme

tout r6cit se compose de deux discours fondamentaux, intimement mal6s

et en proportions variables, d'une part celui du narrateur et de

1'autre celui qui content les paroles int6rieures ou prononc6es des

personnages, il est donc natural d'61argir application des notions

de distance et de parole partag6e afin de pouvoir tenir compete des

relations complexes qui s'6tablissent entire ces deux discours. Nous

consid6rerons surtout la distance qui depend du mode de reproduction

choisi par le narrateur pour transmettre les paroles des acteurs.

Ainsi, il sera possible de mettre en lumiere les divers rapports

d'interp6n6tration et de separation qui se cr6ent entire les deux

discours non pas seulement au course d'un seul r6cit mais aussi a

travers les quatre premiers romans de Chedid et de determiner jusqu'a

quel point la technique narrative de cet auteur reflete le partage de

la parole qui se produit sur le plan de 1'histoire.




-52-


Nous devons ajouter que pour bien explorer la question de la

distance entire narrateur et personnages il faut 6galement tenir compete

des diff6rentes modalit6s--intellectuelle, morale, spatiale et

temporelle--qui contribuent a susciter certaines reactions chez le

narrataire. Or, cette notion de distance aide non seulement a

caract6riser les rapports qui existent entire narrateur et personnages

et entire leurs discours respectifs mais sert aussi a 6lucider les

relations qu'entretiennent ces deux types de participants a la

transmission du message narratif avec le destinataire du recit. Quant

au personnage, cette distance relive surtout de la "frontiere mouvante

mais sacree entire deux mondes: celui oa 1'on raconte, celui que 1'on

raconte,"3 ce qui semble a premiere vue faire obstacle a tout acte de

communication directed avec le narrataire extradiegetique.

Cependant, la cloison qui les spare, loin d'etre 6tanche, s'abolit a

measure que le discours du personnage se libire de la presence

madiatrice de la voix du narrateur. Grace a 1'mancipation de son

discours de cette mediatisation, voire 6ventuellement des derni6res

marques de instance narrative, il arrive que le personnage accede

lui-mame au statut de narrateur. Toutefois, il ne devient pas

narrateur au niveau intradi6g6tique, narrateur qui lui est 6metteur

d'un discours subordonn6 a celui du narrateur extradiegetique et donc

ouvert a son intervention. Il acquiert plut6t tout le privilege que

d6tient le role de narrateur extradiegetique, y compris la possibility

d'une communication directed avec le narrataire extradi6g6tique.

Nous entreprendrons dans les pages qui suivent de mettre en

relief les diff6rentes tapes de cette evolutionn" qui s'opere chez

les protagonistes des quatre premiers romans d'Andrie Chedid. On




-53-


verra que la transformation graduelle et progressive de personnage en

narrateur extradi6getique aboutit a la prise de la parole par Al6fa,

heroTne de Le Cit6 fertile (1972). Des lors toute la production

romanesque chedidienne est marquee par la presence d'au moins une

voix homodiegetique charge de la transmission d'un recit primaire

et ainsi se caract6rise par la communication directed entire un
narrateur/personnage et le narrataire extradi6g6tique. Or, il faut

noter que dans les romans posterieurs a 1970, le privilege de conduire

un recit au niveau extradiegetique, de communiquer avec un auditoire

qui ne fait pas parties du monde de l'histoire et de lui transmettre le

message de la fraternity n'est pas seulement accord au narrateur

homodi6getique.4 La technique narrative de ces romans repose sur un

partage de la parole soit entire deux narrateurs homodiegetiques soit

entire un narrateur homodi6g6tique et un autre, h6terodi6g6tique, don't

les discours alternent et se complatent, paralleles et harmonieux,

mais essentiellement ind6pendants. Ainsi se degage une troisieme

dimension du concept de la parole partagee qui ne se rapporte ni a

1'histoire, ni au r6cit, mais plut6t a "1'acte narratif producteur du

r6cit,"5 definition de la narration, dernier 16ement de la realit6

narrative 6tudiee par Genette. Pourtant, donn6 la simplicity, ce qui

ne veut pas necessairement dire 1'homophonie, de la structure

narrative des quatre romans don't il est question ici, nous

n'aborderons que les deux premiers aspects de cette realit6

narrative--l'histoire et le recit--dans le but d'6lucider les

m6canismes de 1'abolition de la distance et du partage de la parole

qui caract6risent d'une part les rapports entire les acteurs et d'autre




-54-


part la relation entire narrateur et personnage et entire leurs

discours.

Il faudra reserver la discussion du troisieme 616ment de la

tripartition genettienne au chapitre suivant o6 nous entreprendrons

d'examiner les strategies de la narration polyphonique qui structurent

les romans chedidiens depuis les annies soixante-dix. C'est dans ces

ouvrages que Von constate le veritable 6panouissement de la notion de

la parole partagee car il s'agit non pas seulement de 1'6tablissement

de liens de communication et de fraternity entire les personnages mais

aussi de extension de la portie de ce concept sur le plan de la

technique narrative. Le partage de la parole ne se d6finit plus

uniquement en tant qu'identification entire narrateur heterodi6getique

et personnage, identification qui va jusqu'au point d'entraTner

1'interp6netration de leurs discours. Dans les romans de la maturity,

une nouvelle dimension, presente deja comme source d'une ambiguTt6

fecondante dans les romans du premier group, relivera non pas de la

confusion des voix dans un discours mixte mais sera plutot le produit

d'une alternance presque dialogique de propos et de silences. Cette

sorte de partage de la parole transcende 1'enchevitrement que

repr6sente la voix duelle du discours indirect libre et se manifesto

par 1'acte de c6der la parole a un autre locuteur en lui transmettant

sans aucune marque de subordination le privilege d'entamer un recit.

Par ailleurs, considerant l'oeuvre dans son ensemble, nous

devrons aussi tenir compete du r61e important que remplit le

narrataire, participant souvent silencieux a la transaction narrative,

destinataire du recit conduit par le narrateur heterodiegetique et

6ventuellement allocutaire direct d'un discours de personnage qui




-55-


s'6mancipe graduellement de toute mediatisation jusqu'au point de se

transformer en discours d'un narrateur homodiegetique. Au cinquiame

chapitre la discussion portera sur le caractere changeant de 1'acte de

communication entire narrateur et narrataire a travers la production

romanesque de Chedid et servira a faire ressortir une autre

manifestation de l'abolition progressive de distance qui sous-tend
1'oeuvre entire de cet auteur.

Le groupement adopt ici--oD nous 6tudions en premier lieu les

quatre premiers romans chedidiens--r6pond sans nul doute a 1'ordre

chronologique de leur publication ainsi qu'A certaines ressemblances

de nature thematique; mais de plus, on a pu noter la similitude de

leur structure narrative oD la predominance de la voix du narrateur

h6t6rodiegetique, bien qu'elle reste incontestee, diminue

graduellement par rapport a l'autonomie croissante du discours des

personnages. S'en tenant d'abord au plan de 1'histoire, nous mettrons

en relief non pas seulement les actes de communication entrepris par

les protagonistes du Sommeil delivr6, de Jonathan, du Sixieme Jour, et

du Survivant mais aussi la lutte acharn6e de ces personnages contre

1'isolation, le silence et l'ultime separation que represente la mort.

Pour Samya, heroTne du premier roman d'Andree Chedid, "le sommeil

delivr6" symbolise a la fois la renonciation definitive au d6sir de

communication et le refus tardif du carcan 6touffant de sa vie

quotidienne. L'auteur traite des 1952 une question don't la portee n'a

cess6 de s'6tendre au course de ces dernieres decennies, celle de la

condition feminine dans le monde arabe, vue dans le context de la

sociWte bourgeoise 6gyptienne de l'6poque. Pourtant, l'int6rit de

cet ouvrage ne se reduit ni a la dimension revendicative d'un




-56-


plaidoyer en faveur de 1'6mancipation de la femme ni a celle d'une

etude a orientation sociologique des moeurs familiales. Ces aspects

font parties integrante du roman; on aurait tort de nier leur existence

et leur importance, mais ce serait encore plus inexact de ne pas

reconnaltre qu'a travers cette histoire d'une femme brimee 1'crivain

blame tout ce qui fait obstacle a 1'6panouissement de l'individu et a

sa solidarity avec ses semblables. Dans Le Sommeil d6livr6 c'est le

reseau de barrieres, d'interdits et de prejug6s impose par le milieu

et par la sociWte en general avec son climate de suprimatie masculine

qui emprisonne la protagoniste et 6touffe son ame.

Orpheline de mere, 6duquee dans un pensionnat religieux et

enti6rement soumise a 1'autorit6 absolue d'un pare indifferent, Samya

devient a quinze ans la victim d'un marriage force. Epouse

malheureuse et docile de Boutros, homme de quarante-cinq ans,

conventionnel, insensible et meprisant, elle cherche l'amiti6 des

femmes du village avoisinant. Cependant, malgr6 la sympathie que ces

campagnardes lui t6moignent, ses efforts de nouer les liens durables

avec ces dernieres, efforts d6sapprouves par son maria, aboutissent

toujours a 1'6chec. Presum6e sterile, la jeune femme s'attire non pas

seulement le blame de Boutros mais 6galement la m6fiance des paysannes

et par consequent elle se laisse de plus en plus sombrer dans

l'engourdissement. Samya arrive enfin a s'en sortir grace a la

tendresse qu'elle 6prouve pour Ammal, une fillette du village, don't la

personnalit6 parvient a s'exprimer dans la creation artistique.

Apr6s huit annees de marriage Samya donne naissance a un enfant,

non pas 1'h6ritier male tant souhait6 par son maria mais une fille,

Mia. Avec la maternity elle retrouve le goOt de vivre. La jeune




-57-


femme connait enfin 1'amour, dimension tout a fait absente de sa

jeunesse et de sa vie conjugale, et elle donne libre course a ses

aspirations int6rieures si longtemps refoulies. Quand sa fille meurt

1'age de six ans par la faute de Boutros qui, refusant de croire A

la gravity de la typholde don't elle 6tait atteinte, avait trop attend

avant d'appeler le m6decin, Samya perd son unique raison d'etre. Peu

apris, victim d'une paralysie hysterique, elle s'enlise dans

l'immobilit6 et le silence. Boutros ne tarde pas a faire appel A sa

soeur Rachida qui vient s'installer dans la maison, religuant ainsi

Samya au statut d'un objet superflu et aggravant son isolement. Le

meurtre de son maria represente pour la jeune femme non pas

principalement l'affirmation de sa r&volte, une exteriorisation de sa

volont6 de se liberer de 1'engrenage qui la ligotait depuis sa

naissance, mais scelle plut6t sa renonciation definitive A tout

contact, a toute communication avec les individus de son entourage.

Avec ce meurtre la distance qui la spare et qui 1'a toujours separ6e

de toutes ces personnel devient infranchissable. Criminelle qui

encourt 1'ex6cration des villageois appel6s par les cris de Rachida,

Samya pourra enfin, une fois "le sommeil d6livr@," se transformer en

une "chose" morte-vivante et, pour tous, hors de port6e.

Samya est vaincue par les obstacles a la communication qui

marquent toutes les tapes de sa vie. Les distances restent toujours

trop grandes--la communion n6e d'un partage de la parole ne se realise

jamais, d'une part a cause de 1'attitude m6prisante envers la femme

qui caract6rise le comportement de son pare, de ses freres et de son

maria, et d'autre part, a cause de la barriere cr66e entire elle et les

villageoises par son education et par sa position come spouse du bey.




-58-


Apris son acte de refus Samya s'emmure dans un silence qui reflte une

solitude bien plus profonde que celle qu'elle avait connue auparavant.

II s'agit d'un 6tat d'isolement semblable a la mort et qui repr6sente

non pas seulement la fin de son contact avec le monde ambiant mais

aussi la dissociation d'avec tout son passe. Une fois ce seuil

franchi, pour Samya, meme la parole a perdu sa puissance. Ammal et la

vieille Om El Kher, accourues avec les autres, t6moins de la foule qui

crie vengeance, finissent par garder le silence. Malgr6 leur

sympathie a 1'&gard de Samya, ses amies comprennent que 1'abime entire

elles-mimes et la jeune femme est maintenant devenu insurmountable et

que meme la parole serait incapable de le combler.

Ainsi, dans le cadre de l'oeuvre romanesque chedidienne

consider6e sur le plan de l'histoire, Le Sommeil delivr6 repr6sente

l'6chec de la communication, c'est-a-dire la persistence voire le

redoublement des distances qui s6parent les personnages. Ce roman

depeint non pas la lutte centre la mort et la volont6 de la conjurer

par la puissance de la parole partag6e mais plut6t le triomphe de la

resignation silencieuse. Or, s'il est impossible d'abolir les

distances 6motionnelles, ideologiques et sociales s6parant pare et

fille, maria et femme, villageoises et spouse du bey, les distances

physiques sont pareillement infranchissables. L'immobilit6

caracterise toute la vie de Samya, et non pas seulement la periode qui

commence quand elle perd l'usage de ses jambes. A son marriage, apr6s

une enfance et une adolescence v6cues dans 1'ambiance cloltr6e du

pensionnat, l'autorit6 du mari se substitute a celle du pere; elle

passe ses journ6es enfermie dans la mason de Boutros, celui-ci lui

ayant d6fendu d'aller au village frayer avec les paysannes. Pourtant,




-59-


la derniire image du roman, celle d'Ammal qui court, laisse

transparaTtre une lueur d'espoir.6 La fillette trouve le courage de

faire ce don't Samya n'a jamais Wti capable--elle s'enfuit; anim6e par

l'61an cr6ateur et par la determination que la jeune femme avait su

encourager, elle pourra s'6panouir "loin de ce qui 6touffe et de cette

pourriture que devient la peur."7

Dans Jonathan, deuxieme roman d'Andr6e Chedid, public en

1956, on constate une l6gire diminution des distances separant les

personnages. S'ils n'ont qu'une capacity tris limited de s'entraider

par le partage de la parole, certain d'entre eux ont du moins la

volont6 de le faire. Certes, la mort triomphe a la fin de 1'histoire

mais ce n'est pas avant la rencontre momentan6e entire Jonathan et

Alexandre, li6s non pas par la fraternity de la parole mais plut6t par

une p6riode de silence qui les aide tous les deux a faire face au

destin. L'action se d6roule dans une grande ville du Proche-Orient et

commence au moment oD Jonathan quite l'Orphelinat pour devenir

sacristain dans 1'6glise du P6re Antoun. Certain de sa vocation, le

jeune home sensible et diligent connait une premiere p6riode de paix

et de bonheur dans la paroisse Sainte-Agnis. Puis, de plus en plus

impatient d'aider ses semblables mais ne disposant d'aucun moyen

concrete pour le faire, il est tiraill6 entire des aspirations

contradictoires vers la contemplation et vers 1'action. Il decide

enfin de se joindre au movement r6volutionnaire qui se prepare parmi

les jeunes gens de son pays sous la direction d'Alexandre. Tout come

le sacristain, ce jeune architect, vou6 a accomplir une r6forme a la

fois social et politique, est l'ancien e61ve du vieux Naghi. Le

mattre, qui s'explique les differences et les ressemblances entire




-60-


Jonathan et Alexandre en les comparant aux "deux cotes d'une mnme

mdaille,''8 comprend le long et difficile cheminement vers

engagement vecu par le sacristain, et se charge de le mettre en

contact avec celui qui doit mener l'insurrection. Cependant, le jour

meme oD les deux jeunes homes doivent se connaltre, la revolution

latee et Jonathan devient une de ses premieres victims, tu6 par la

violence gratuite d'un group d'adh6rents qui vient de faire irruption

dans son 6glise. Neanmoins, les derniers instants de la vie du

sacristain sont adoucis par la presence d'Alexandre. L'architecte les

partage, tout en r6flichissant sur le sens de sa propre action, mais

sans toutefois connaitre 1'identit6 du mourant. Ainsi se r6alise la

convergence des destinies de ces deux jeunes id6alistes, apparemment

tres dissemblables mais unis par "une meme inquietude, un meme regard

sur la vie," une meme soif de fraternity (J, jaquette du livre).

Pour Jonathan comme pour Samya, la communication est impossible

dans le monde 6troit de son milieu. Malgr6 la proximity physique des

paroissiens et du Pare Antoun les distances interieures qui separent

ces derniers du sacristain restent trop grandes pour permettre un

veritable partage de la parole. Pourtant, different de l'h6roTne du

Sommeil d6livr6, Jonathan a un ami, Naghi, qui 1'aide A trouver sa

voie. En franchissant la distance spatiale qui existe entire lui et

son ancien maTtre don't 1'6choppe se trouve a 1'autre bout de la ville,

le jeune homme arrive a surmonter sa solitude et 5 rompre son silence.

N6anmoins, les trois entretiens avec Naghi qui marquent les tapes de

la conversion a engagement ne representent pas pour Jonathan le

contact essential. Toute l'action de ce roman sobre et depouill6 se

resume dans la longue march vers 1'autre, le rapprochement des deux




-61-


jeunes homes a la fois si diff6rents et si semblables. Ainsi, mame

si la mort intervient pour faire obstacle A toute communication

verbale avec Alexandre, le sacristain connaIt enfin la communion tant

souhait6e.

L'action du troisieme roman d'Andr6e Chedid, intitule Le Sixihme

Jour (1960), se situe come celle des deux pr6c6dents dans la region

de son pays natal. C'est Le Caire et ses environs qui sert de cadre a

la lutte men6e par la vieille Saddika, dite Om Hassan, pour gu6rir son

petit-fils atteint par le cholera au course d'une 6pid6mie qui d6cime

la ville. Refusant de livrer l'enfant a l'ambulance qui emporte les

malades a des h8pitaux d'oU ils ne reviennent jamais, elle decide de

le conserver aupris d'elle pour le soigner en attendant le sixieme

jour, celui de la gu6rison et de l'espoir. Se croyant capable de

conjurer la mort par la seule force de son amour, elle se fie aux

paroles de l'instituteur du gargon qui lui avait assure que d'apres le

journal, au sixieme jour, crise decisive de la maladie, "ou bien on

meurt ou bien on ressuscite."9 Pour d6rober 1'enfant a la police

sanitaire, Om Hassan se r6fugie avec lui d'abord dans une buanderie et

ensuite a bord d'un chaland qui descend le Nil vers la mer. Sur le

fleuve come dans la ville la vieille femme se trouve en compagnie

d'Okkasionne, montreur de singe, qui tourne 1'6pidemie a son profit en

d6pistant les chol6riques pour les d6noncer aux autorites.

Au sixieme jour de 1'attente qui doit marquer la renaissance, le

petit gargon succombe. Om Hassan lit sa mort sur le visage du

montreur, celui qu'elle avait charge de lui annoncer la bonne nouvelle

esp6r6e. La grand-mere s'effondre, mourante, mais entend, au dernier

instant, les voix de tous ceux qui 1'entourent 1'assurant que 1'enfant




-62-


existe toujours et d6clarant qu'il verra la mer. Bien que la vieille

femme, qui n'a que sa foi tenace en la vie et le courage de son grand

amour maternel, n'arrive pas A vaincre la maladie, la mort et le

destin, les dernieres pages du roman relatent non pas son &chec mais

plutit son triomphe. Son espoir in6puisable se communique a tous ses

compagnons et par un partage de la parole qui va meme au delay de la

mort corporelle, ils proclament avec elle et pour elle la survive de

l'enfant dans leur coeur. De meme qu'Om Hassan parcourt une distance

spatiale a la recherche d'une cachette dans le but d'assurer la

guerison de son petit-fils, l'abolition de la distance 6motionnelle

qui resulte de son entretien avec le montreur la veille du sixieme

jour opere la survive du garcon sur le plan symbolique: affirmation de

la foi en l'amour et en la vie. Au sixieme jour, toutes les barrieres

s'&croulent, les distances sont combl6es et il n'y a plus besoin de

dissimulation. La victoire de la grand-mere et de 1'enfant reside

dans la fraternity qui anime les t6moins de leur drame et dans le

partage de la parole qui chante le miracle de 1'esperance.

Pareillement a la vieille 6gyptienne Om Hassan, Lana, l'heroTne

parisienne du quatrikme roman d'Andr6e Chedid intitule Le Survivant

(1963), se fie a la puissance d'un amour absolu et intarissable pour

venir a bout du destin. Elle part en Afrique pour se consacrer

infatigablement a la recherche de son maria Pierre qu'elle croit

englouti par le desert, seul rescap6 d'un accident d'avion en plein

Sahara. Sans aucune preuve materielle, la jeune femme reste

convaincue que les traces de pas qui se percent dans les sables a

partir d'un fauteuil 6ject6 loin de 1'6pave sont celles de son maria.

Au bout de deux ann6es de quote infructueuse, elle regagne la France




-63-


sans avoir trouv6 Pierre, mais sans toutefois l'avoir vraiment perdu.

Lana reprend sa vie resignee a la mort de son maria mais en mime temps

plus proche de lui que jamais, car au fond d'elle le "nous" former par

leurs deux 8tres survit toujours intact.

La protagoniste du Survivant franchit une distance spatiale

s6parant deux continents et comprenant 1'6tendue apparemment illimit~e
du desert. A ce movement physique y repond un autre sur le plan de

la reality interieure qui unit Lana non pas seulement a Pierre mais

igalement a quelques individus don't elle fait la connaissance pendant

son s6jour en Afrique. Par example, malgre leurs differences de

nationality, de langue et de culture, il y a une communion immediate

entire Lana et les femmes autochtones qui la secourent de leur presence

rassurante dans le train apris sa rencontre terrifiante avec l'homme

qu'elle avait pris pour son mari.10 Dans ce roman, les actes de

communication abondent: lettres, conversations, recits, les messages

passent en depit des barrieres linguistiques et de 1'6loignement

physique qui existent entire 6metteur et destinataire. Or, le partage

de la parole qui represente le triomphe symbolique sur le destin

s'effectue par 1'abolition, quoique imaginaire, de la cloison separant

Lana et Pierre. Plus elle envisage 1'eventualit6 de sa mort, plus

elle s'adresse intirieurement a son mari et lui invented un discours

dans un effort de trouver une reponse a la mort. C'est cette

communication qui fait ressortir 1'identit6 du vrai survivant--le
"nous" du couple qui resiste malgre tout & la fragmentation.

Adoptant maintenant une orientation plus precishment pertinente a

l'objet de la pr6sente etude, nous chercherons a determiner si

1'abolition progressive de distance qui s'opere grace au partage de la




-64-


parole et se manifesto dans les quatre premiers romans d'Andree Chedid

sur le plan de l'histoire se reproduit dans ces ouvrages sur le plan

du recit. C'est surtout en 6tudiant la relation qui s'6tablit entire

le texte des personnages et celui du narrateur que nous parviendrons a

deceler les traces d'une convergence ou d'une separation de leurs

voix. Pourtant, avant de confronter ces deux discours, il est utile

de caracteriser d'une fagon general les narrateurs qui conduisent les

recits en question. Comme les voix narratives qui se font entendre

dans Le Sommeil d6livr6, Jonathan, Le Sixieme Jour et Le Survivant se

ressemblent sur plusieurs points essentiels, nous les consid&rerons

ensemble pour esquisser les premieres lignes du portrait.

Conform6ment a la theorie genettienne, la discussion portera d'abord

sur les questions de temps, de niveau et de personnel qui sous-tendent

la cat6gorie de la voix. Cette description qui mettra en relief des

traits de caractere plutat "macroscopique" servira ensuite de point de

depart a l'analyse "microscopique" du discours de ces narrateurs.

Bien que la distance temporelle qui les spare du moment de

1'action ne soit jamais pr6cis6e, il est clair que pour ces narrateurs

qui minent leurs recits au pass6 sans age" du preterit,11 l'instance

narrative est ult6rieure aux Mvenements rapport6s. Cependant, come

une conparaison des quatre romans revele l'usage de plus en plus

r6pandu du present de narration, il convient de tenir compete des

implications de cette gradation. Le narrateur omniscient du Sommeil

delivr6 choisit ce temps pour raconter toute la dernimre section de

son r6cit qui figure come une sorte d'&pilogue a 1'histoire de Samya.

Dans les trois romans suivants, 1'emploi du present de narration ne se

limited pas a la fin du r6cit mais s'6tend & 1'ouvrage entier, se




-65-


substituant de plus en plus fr6quemment A celui des temps du passe.

Ce glissement est le plus marqu6 dans Le Survivant ou la proportion du

r&cit racontee au present prend de l'ampleur jusqu'au point d'6galer

celle qui est narrde au preterit.

Si dans Le Sommeil delivre la fin au present suggere non pas

seulement la possibility d'une convergence temporelle entire 1'histoire

et le moment de la narration mais aussi la presence du narrateur comme

temoin efface et passif de 1'action, dans les autres romans 1'usage de

plus en plus repandu de ce temps finit par detruire tout effet

d'isotopie temporelle et toute impression de 1'existence d'un

narrateur contemporain des personnages qui observe 1'action sans y

participer. Meme le narrateur h6terodieg6tique du Sommeil delivre,

donn6 son omniscience qui se manifesto nettement dans sa faqon de

raconter la scene finale, ne s'adapte pas vraiment au r6le d'un temoin

oculaire qui decrit les Mvenements selon son propre point de vue. Or,

dans ces quatre romans l'emploi du present, meme a la fin du r6cit, ne

constitute pas un signe que l'histoire vient rejoindre la narration

mais indique plut6t une sorte de convergence "psychologique" ou

"affective" entire narrateur et personnage, convergence transcendent

toutes les modalitis de distance qui les separent. Ainsi, on peut

dire d'une part que la narration ult6rieure parvient a 6tablir une

certain distance imprecise entire narrateur et histoire, entire

histoire et lecteur, et contribute donc a cr6er le climate mythique et

l'atmosph6re 16gendaire qui penetrent les romans chedidiens,

investissant l'histoire la plus simple d'une quality intemporelle.

D'autre part, l'emploi du present de narration sert a abolir la

distance entire narrateur, personnage et lecteur de telle sorte que




-66-


nous finissons par ressentir d'autant plus profondement les

ressemblances essentielles qui nous rapprochent de nos semblables

malgr6 les differences de milieu et de culture qui font parfois

obstacle a la communication.

Le niveau narratif constitute un deuxieme point de rencontre entire

les narrateurs omniscients des quatre premiers romans d'Andr6e Chedid.

Comme ils se situent tous au niveau extradi6getique, leurs voix ne

subissent aucun effet de subordination et nous parviennent donc

"directement," sans la mediation d'aucun autre narrateur. Pourtant,

alors que dans Jonathan, Le Sixieme Jour et Le Survivant le narrateur

extradiegetique seul detient le privilege de composer un r6cit, dans

Le Sommeil delivr6 on entend deux voix narratives situ6es a des

niveaux differents. Bien que ce ne soit pas sa voix qui ouvre le

roman, c'est Samya, en tant que narrateur intradi&getique, qui raconte

elle-meme 1'histoire de sa vie. Apres avoir rendu compete de la

periode situ6e imm6diatement avant et apr6s le crime, le narrateur

omniscient passe la parole a la jeune femme, transcrivant sans aucune

interruption les pensees qui constituent son recit int6rieur, et puis

reprend la parole dans une sorte d'6pilogue pour d6crire la scene qui

suit la decouverte du meurtre. Nous consid6rerons plus loin les

implications de cet encadrement aussi bien que la relation entire les

discours de ces deux narrateurs. L'absence de hiWrarchisation des

voix narratives dans les trois romans imm6diatement posterieurs au

Sommeil delivr6 n'est pas sans rapport avec la question de distance,

car a la difference de Samya, les autres narrateurs n'ont aucune

barri6re a franchir pour nous transmettre leur recit. Ils b6neficient

donc d'une "voie" plus directed pour faire parvenir leur message




-67-


narratif jusqu'au lecteur. Ainsi, pour determiner comment les voix

"independantes" de ces narrateurs percent graduellement leur

predominance, il faudra examiner la relation que ces voix

entretiennent avec le discours de plus en plus autonome des

personnages.

Vu selon la perspective de la personnel, troisieme sous-

categorie 6tablie par Genette dans sa discussion sur la voix, les

narrateurs extradi6getiques du Sommeil d6livr6, de Jonathan, du

Sixieme Jour et du Survivant ont tous le mnme rapport (celui de

l'absence) avec l'histoire qu'ils racontent. HMt6rodiegetique selon

la terminologie genettienne, chacun mane son recit "A la troisieme

personnel" et ne participe aux ev6nements relates ni en tant que

protagoniste ni en tant que t6moin. Dans ces romans le seul cas

d'identit6 de personnel entire un narrateur et l'un des personnages de

l'histoire se trouve chez Samya, narrateur autodiegetique d'un recit

au second degr6. Pour elle, la distance s6parant le je-narrant du je-

narr6, qui decoule d'un cart d'age, d'experience et d'information,

diminue graduellement au long du r6cit et se transform enfin en

convergence presque total entire narrateur et personnage. Le

conjunction n'est pas tout a fait complete, cependant, car Samya-

narrateur reussit grace a son recit int6rieur a se dissocier de 1'acte

qui l'a declench6. Ainsi, a la fin de ce recit y a-t-il identity

entire Samya-personnage et Samya-narrateur sauf sur un point essential

qui est la perpetration du crime.

Le passe deferle pour mettre une cloison 6tanche non pas

seulement entire la jeune femme et ceux qui peuplent son monde

quotidien mais aussi entire les deux Samya, personnage et narrateur.




-68-


En tant que narrateur elle se refugie dans ses souvenirs et finit pour

ainsi dire par s'y enfermer, ne permettant pas que le recit se d6roule

jusqu'au point de rejoindre 1'histoire. Samya-narrateur, "la

coupable," semble s'effacer devant Samya-personnage, pas encore

decidee a agir, et parait mime s'y confondre:

Mes derniers sursauts de revolte se fixaient autour de ces
minutes: la porte s'ouvrait et j'attendais, crisp&e, que les
lMvres brunes me touchent le front. Un jour, je ne pourrai
plus y tenir, je le sens bien. (SD, p. 222)

Samya-narrateur se laisse engloutir par son recit et devient alors la

"Samya de pierre" immobile et inaccessible vue par Ammal (SD, p. 225).

Le recit, refuge centre le present, constitute aussi un refus de ce

present et surtout une fagon de s'en distance. Or, s'il n'y a pas de

convergence absolue entire personnage et narrateur a la fin du recit,

c'est que Samya s'enferme dans le silence sans raconter l'unique acte

par lequel elle avait exprime sa revolte. Au lieu d'accentuer cette

action comme une sorte d'affirmation de sa propre existence, la jeune

femme en fait abstraction, s'identifiant plutot A 1'8tre soumis et

passif qu'elle avait toujours Wt6. Elle renonce A la fois au present

et A 1'avenir, refusant de franchir le seuil que repr6sente son acte

non pas par lachet6 mais plutot par lassitude. Quand elle dit "Je

suis morte a cette histoire, et tout se tait en moi," adoptant la

perspective de Samya-personnage (avant le meurtre de Boutros), la

jeune femme s'immobilise du point de vue psychologique aussi bien que

physique et abandonne d6finitivement ses efforts d'atteindre la

communication (SD, p. 222).

Chez les narrateurs het6rodiegetiques, par centre, la question de

distance ne relive pas de 1'identification ou de la dissociation entire




-69-


deux "rbles"--le je-narrant et le je-narrg--assumes par un seul

individu mais se rapporte plutot a la relation entire deux 8tres

distincts, narrateur et acteur. Selon le degree ou le narrateur

h6terodieg6tique met l'accent sur lui-meme au lieu de le mettre sur

1'histoire qu'il raconte, autrement dit, selon le degree ou la

personnalit6 de ce narrateur se revile a travers son discours, il est
plus ou moins difficile de preciser a quelle distance il se situe de

ses personnages et de son (ses) narrataire(s). Comme les narrateurs

extra-hetirodiegetiques des quatre premiers romans d'Andrie Chedid

nous donnent tres peu d'indications nettes qui serviront a les

caract6riser, il faudra examiner les nuances subtiles de leurs

discours pour determiner jusqu'a quel point ils se devoilent.

Les ressemblances entire les narrateurs du Sommeil d6livr6, de

Jonathan, du Sixi6me Jour et du Survivant (& exception de Samya) ne

se limitent pas aux categories du temps de la narration, du niveau

narratif et de la personnel qui aident a la description de leurs voix.

On constatera d'autres points de rencontre en les consid6rant selon

trois crit&res differents: 1'effacement relatif du sujet parlant, sa

credibility et son privilege cognitif. Ces narrateurs s'abstiennent

tous d'intervenir ouvertement dans leurs recits en se designant par un

pronom de la premiere personnel. 11s garden entierement I'anonymat et

minent leurs recits sans indiquer explicitement leurs attitudes envers

les Mvenements racontes ou les personnages d&crits. Cependant, m~me

si les marques les plus 6videntes de la presence du narrateur sont

absentes et si le lecteur manque de details precis qui lui

permettraient de se repr6senter son portrait physique ou

psychologique, le discours du narrateur est loin d'&tre tout a




-70-


fait impersonnel et objectif. Bien que les narrateurs extra-

h6tirodi6gitiques des romans en question s'en tiennent pour la plupart

A leur seule function obligatoire qui est celle de la narration, ils

incorporent dans leurs discours, a des degr6s differents, les

functions extra-narratives exposees par Genette. On trouve surtout un

commentaire sur 1'histoire sous forme d'observations de port~e

gen&rale qui revelent chez le narrateur une connaissance de mondes

autres que celui de ses personnages sans toutefois donner aucune

indication du r6le qu'il y tient. Le degr6 o6 ces narrateurs

introduisent dans leurs recits un discours extra-narratif plus ou

moins evident consistent principalement en reflexions philosophiques

et en interpretations des evenements de l'histoire fournira plus loin

un critere important pour la differenciation de leurs voix.

Pourtant, s'ils incorporent dans leurs recits une certain

proportion de commentaire sur 1'histoire, se gardant toujours de

porter des jugements explicites sur les personnages et les evenements,

les narrateurs extra-het6rodi6getiques du Sommeil delivr6, de

Jonathan, du Sixieme Jour et du Survivant excluent rigoureusement tout

commentaire sur la narration. Comme ces narrateurs n'ont pas tendance

a se prononcer "dans le recit sur le recit,"12 les functions extra-

narratives et metanarratives de r6gie et d'attestation ne s'infiltrent

que tres peu dans leur discours. Ils ne donnent l'impression d'8tre

conscients du r6le qu'ils remplissent ni en mettant en lumiere leur

function organisatrice dans le recit ni en affirmant leur propre

v6racit6 come narrateurs. Ils font abstraction non pas seulement des

motifs qui les incident a entamer leurs recits mais aussi de ce que

repr6sente pour eux 1'acte de raconter l'histoire. Etant donn6 que





-71-


leur discours ne revele aucune conscience de soi-meme, le lecteur ne

trouve aucune raison de soupqonner que ces narrateurs ne sont pas

dignes de confiance. On n'est donc ameni S mettre en question ni leur

sincerit6 ni la justesse de leurs perceptions et de leurs jugements.

La version de l'histoire qu'ils nous offrent ne semble jamais &tre le

r6sultat d'une deformation voulue de la verit6 par un narrateur visant

& susciter une certain reaction chez son narrataire.

Si 1'on ne d6cele dans le discours de ces narrateurs aucune

intention mensong&re, on n'y decouvre pas non plus une seule

indication de leur ignorance de certain aspects essentiels de

l'histoire. Loin de 1&, les narrateurs extra- ht6rodiegetiques des

quatre premiers romans d'Andrde Chedid sont tous omniscients, ayant

connaissance de tous les faits de l'histoire aussi bien que la

capacity de sonder 1'esprit des personnages pour lire et pour

transmettre leurs pensees. Ainsi, la perspective selon laquelle

s'orientent leurs r6cits se caracterise par le privilege de la

focalisation interne variable. Come il n'existe aucune restriction

du champ de leurs perceptions, ces narrateurs "entendent" non

seulement les paroles prononcees par les personnages, mais captent

6galement leurs discours int6rieurs. Ce sera justement la question

des "modes de reproductionn du discours et de la pens6e des

personnages"13 qui servira a mettre en relief la modality de la

distance la plus important pour cette 6tude--celle qui s'&tablit

entire le texte des acteurs et le texte du narrateur.

Or, les trois 6tats du discours de personnage developpes par

Gerard Genette dans sa discussion du r6cit de paroles sont l'indice et

expression d'une double distance. D'une part, lorsque Genette




-72-


identified le discours narrativis6 comme "1'etat le plus distant,"14 la

distance don't il parole est celle qui se cree entire le discours du

personnage et le lecteur. Etant aussi 1'6tat le plus reducteur, les

paroles du personnage subissent un haut degr6 de mediation par le

narrateur qui traite le discours come un evenement et le raconte

comme tel. Par consequent, les paroles que le personnage a
"reellement" pensees ou prononc6es se trouvent a une si grande

distance du lecteur qu'il ne peut que les imaginer. D'autre part, la

reduction et l'indirection de ces paroles representent, pour le

narrateur, une disparition pour ainsi dire total de la distance

s6parant son propre discours de celui du personnage. Le narrateur

interprete le discours de ce dernier et 1'incorpore dans le sien

jusqu'au point de "transformer" les paroles de l'acteur en un evenement

qui prend sa place parmi tous les autres don't se compose le recit. Il

existe donc une sorte de proportion inverse, qui s'applique a chacun

des 6tats du discours de personnage 6tudies par Genette, entire le

degree de distance qui spare ce discours, d'un cote du narrateur qui

le transmet, et de l'autre, du lecteur qui le recoit en lisant le

roman. Dans le cas du discours transpose et de sa variante le

discours indirect libre, les paroles du personnage se situent a mi-

chemin entire les deux poles car si elles emergent avec un peu plus de

relief du texte du narrateur et nous parviennent donc d'une manimre

plus distinct, elles restent neanmoins 6troitement ins6rees dans le

discours de ce narrateur et se transmettent par une sorte de filtrage

a travers sa grammaire. Le discours rapport et le discours direct

libre indiquent une separation bien plus nette entire le discours du

narrateur et celui du personnage. Par centre, 1'absence de mediation




-73-


que representent la citation du discours du personnage et 1'effacement

des dernidres traces de l'instance narrative, correspond a une

diminution sinon une abolition de la distance qui semble parfois

6touffer pour le lecteur les voix des acteurs.

Dans chacun des ouvrages en question, come c'est le cas dans

tout autre roman, le narrateur reproduit les paroles des personnages

selon les modes de representation exposes par Genette et les trois

6tats du discours se combinent en proportions tres variables. Or, on

peut 6tudier les gradations de distance entire les deux discours non

pas seulement A l'int6rieur d'une seule oeuvre d'un auteur mais aussi

a travers toute sa production romanesque. La consideration des romans

d'Andr6e Chedid sous cette optique, fondamentale A la description des

ambiguTtes de la voix narrative, revile une progression marquee vers

1'6mancipation du discours de personnage. Du Sommeil delivre a

L'Autre le narrateur s'efface de plus en plus, feignant de se taire

pour passer la parole aux personnages jusqu'au point oD, dans La Cite

fertile, roman dans lequel s'opere une separation tres nette des deux

discours, le monologue intirieur de la protagoniste alterne assez

regulibrement avec le texte du narrateur omniscient.

Pourtant, il n'est plus question de la subordination qui

caracterise le recit de Samya dans Le Sommeil delivre, car dans

La Cite fertile, la monologiste Al6fa et le narrateur het6rodiegetique

impersonnel se situent tous les deux au meme niveau. Ainsi, liber6 de

toute possibility de mediatisation par la voix du narrateur

omniscient, le discours du personnage parvient directement au

narrataire extradi6g6tique, destinataire des deux r6cits. On constate

dans l'oeuvre romanesque d'Andree Chedid une autonomie croissante du





-74-


discours des acteurs qui finit par faire flotter les frontieres non

pas seulement entire les niveaux narratifs mais egalement entire

narrateur et personnage. Si le personnage accede enfin au statut de

narrateur et finit par se trouver au mrme niveau narratif que le

narrateur h6terodieg6tique, c'est que son discours se libbre

graduellement de instance narrative originelle. Cette emancipation

progressive, qui ne se manifesto pas principalement a l'interieur d'un

seul ouvrage mais se developpe plut6t a travers les quatre premiers

romans chedidiens, englobe deux notions diff6rentes de la parole

partag6e. On remarque d'une part la predominance de la voix double du

style indirect libre representant un haut degr6 d'empathie et

d'identification entire narrateur et personnage et de 1'autre la

presence de plus en plus marque du style direct libre pr61ludant au

partage de la parole par deux narrateurs ind6pendants, une sorte de

"double voie" qui caracterise les romans posterieurs.

Une fois mises en lumiere les caract6ristiques g6nerales

partag6es par les narrateurs des quatre premiers romans d'Andr6e

Chedid, il convient maintenant de considerer ce qui les diffdrencie.

La presente etude se propose de confronter leurs recits sur deux plans

qui derivent de deux indices differents de la perceptibility du

narrateur: le degr6 o6 il intervient en son propre nom dans l'histoire

qu'il est en train de raconter et le degree d'autonomie qu'il accord

aux voix des personnages. De cette faqon il sera egalement possible

de tenir compete de la progression selon laquelle le discours de

personnage se degage graduellement de l'instance narrative originelle

pour se faire entendre "directement" par le narrataire





-75-


extradi6getique, sans toutefois que le personnage se transform

vraiment en narrateur autonome.

Le Sommeil delivr6 se distingue des autres ouvrages de la

production romanesque chedidienne par sa structure narrative. A la

difference de certaines des oeuvres posterieures qui s'expriment a

travers deux voix partageant la parole selon le principle de

l'alternance,15 le premier roman de Chedid se construct selon celui de

l'enchassement. La voix du narrateur het6rodiegetique raconte le

premier chapitre et le dernier, chapitres dans lesquels cette voix

rend compete de la p"riode situ6e immndiatement avant et apris le

meurtre de Boutros. Samya, en tant que narrateur autodi6gdtique, fait

un recit qui constitute presque la totality du roman dans lequel elle

se remimore sa vie depuis l'adolescence. Ses pensees, une sorte de

long monologue int6rieur, sont encadrees des "parentheses" formees par

le discours du narrateur extradi6g6tique qui d6crit les Wvenements de

son point de vue omniscient et exterieur au monde de l'histoire. Les

pensees de Samya se deroulent sans interruption de la part du

narrateur heterodi'getique mais nous parviennent tout de mime grace a

sa transcription.

Comme la voix du narrateur extra-heterodi&getique ne s'6leve que

dans des segments assez brefs qui servent d'introduction et d'epilogue

au recit de Samya, dans un sens ce narrateur accord a la voix du

personnage un tres haut degr6 d'autonomie, car dans la plus longue

parties du roman il change la function de raconter lui-meme l'histoire

pour celle de transcrire les pens6es d'autrui. Par son silence il

donne la parole, c'est-a-dire le droit de se faire entendre, a Samya

qui ne l'a jamais eue. Cependant, dans la structure narrative de ce




-76-


roman il est possible de trouver un reflet de 1'enfermement et de la

subordination qui caracterisent la vie de la protagoniste. De meme que

la jeune femme est d'abord soumise a l'autorit6 de son pere et vit

ensuite sous la tutelle de son maria, dans la hierarchie des niveaux

narratifs sa voix se trouve subordonn6e A celle du narrateur

extradiegetique.

Comme nous avons dejA consider le recit de Samya du point de vue

de 1'histoire, il faut maintenant preciser les implications de cette

subordination sur le plan de la technique narrative. Certes, le

narrateur extra-h6terodieg6tique n'intervient jamais dans le discours

de Samya, se gardant d'opposer sa perspective omnisciente A celle,

bien plus limitee, du narrateur autodiegetique. Pourtant, quel est

son degr6 de perceptibilit6 dans les sections racont6es par sa propre

voix? Exerce-t-il le privilege qui va de pair avec son statut

extradieg6tique pour r6duire ou meme pour d6truire la v6racit6 de la

jeune femme en tant que narrateur? A quelle distance morale se place-

t-il de Samya et des autres personnages principaux et quel degr6

d'autonomie accorde-t-il a leurs paroles?

Si le narrateur extra-h6t6rodiegetique garde le silence pour la

dur6e du r&cit emboTt6, sa voix se fait nettement dominant dans le

premier chapitre du roman et aussi dans le dernier. Son omniscience

lui permet de lire les pensees de Rachida aussi bien que celles de

Samya et il les transmet en discours narrativis6 ou, plus souvent, en

discours indirect libre. II raconte les Mvenements de la p6riode qui

pr6cede immediatement le meurtre de Boutros selon deux perspectives--

d'abord celle de Rachida et ensuite celle de Samya. C'est au lecteur

de d6cider lequel des deux points de vue sur l'histoire il veut





-77-


adopter: celui de Rachida qui crie au secours, prioccupee surtout de

proteger sa propre reputation et de faire taire les mauvaises langues

ou celui de Samya, qui, une fois son acte accompli, s'en dissocie pour

sombrer dans l'engourdissement total du "sommeil ddlivrL." Le

narrateur extra-ht6erodiegetique relate tout sans aucun commentaire

explicit sur les actes des personnages ou sur leurs pensees.

Cependant, il est loin d'etre complitement efface et objectif, car il

lui arrive de parler en son propre nom pour "pr6dire" la conduite de

Rachida. Par example, il declare: "Elle le dira, Rachida. Elle le

dira plus tard. Les gens sont parfois si mal intentionn6s. Elle

saura faire taire les mauvaises langues. Elle dira tout. Elle n'a

rien A cacher." Il continue plus loin: "Elle dira tout, Rachida.

Tout ce qu'elle a fait depuis V'instant ou Boutros a disparu derriere

l'angle de l'escalier. Tout cela, et le reste" (SD, pp. 14, 16).

Bien que le narrateur extradiegetique n'exprime pas ouvertement son

attitude envers la soeur de Boutros, la tonality ironique qu'il adopted

en parlant de 1'acte narratif qu'elle se prepare a entreprendre

represente une devalorisation assez claire de son point de vue.

Par centre, le narrateur extra-heterodiegetique ne dit rien qui

indique une attitude d'empathie ou de m6fiance a 1'6gard de Samya,

soit en tant que personnage soit en tant que narrateur autodiegetique.

11 opere un certain effet de distanciation en d6signant Samya le plus

souvent par "la femme" ce qui sert A mettre en relief lalienation

don't elle est victim. Or, si le narrateur extra-heterodi6getique

garde une neutrality marque concernant le sort de Samya et d&crit

avec une objectivity parfaite son acte criminal, toujours est-il qu'en

racontant les tristes consequences de cette vie gAch6e il finit par




-78-


laisser transparaitre une sympathie A l'&gard de la jeune femme,

sympathie qui devient presque une identification avec elle.

Pourtant, le signe de cette identification n'est pas un commentaire

fait par le narrateur parlant en son propre nom pour eveiller la

compassion du narrataire. I1 consiste plut6t en une sorte de

confusion de sa voix avec celle de la femme. Avant de passer a la

discussion de cet effet d'ambiguitt f6condante, qui represente une

tape important dans la transformation progressive du personnage en

narrateur extradi&gitique, il convient de consider le discours de

Samya et celui produit par les autres narrateurs des quatre premiers

romans chedidiens dans le but de determiner a quel point leurs voix

assument non pas seulement la function de relater le r6cit mais aussi

celle de le commenter.

A la difference de Rachida qui compose sa version de 1'histoire

en vue de la r6piter devant tout le monde pour condamner le crime de

sa belle-soeur et pour 6tablir sa propre innocence, 1'acte de

rememoration chez Samya ne comporte aucune tentative de susciter une

certain reaction chez un narrataire eventuel. Si la jeune femme fait

appel a ses souvenirs, s'enfermant ainsi encore plus 6troitement dans

la prison de son histoire personnelle, c'est que pour elle cet acte de

rem6moration represente l'unique moyen d'en sortir. Quoique la

perspective du je-narrant ne s'efface jamais completement devant celle

du je-narr6, le commentaire fait par la voix de Samya-narrateur se

limited pour la plupart a des observations de port6e g6n6rale et a des

interrogations qui revelent seulement un decalage d'experience et ne

contiennent aucun 16ment m6tanarratif qui puisse mettre en question

la cr6dibilit6 du recit.




-79-


Or, lorsqu'il s'agit d'un narrateur tout a fait inconscient

d'avoir un auditoire et don't le discours int6rieur est capt6 grace a

1 'omniscience d'un autre narrateur, il pourrait s'ensuivre que la

v6racit6 du premier soit detruite par la transmission de certaines

pensies qui trahissent chez lui une tentative de pervertir la verit6.

Inversement, il pourrait 6galement arriver que sa sincerity soit

attest6e par Vabsence de toute indication d'une intention mensongere.

Ainsi, chez Samya le manque d'un narrataire autre qu'elle-meme,

present ou virtuel, constitute a la fois son authenticity en tant que

narrateur et sa trag6die en tant que personnage. Si au moment de sa

mort symbolique Samya voit enfin clair disant par example, "Des cette

nuit-la j'aurais dO partir. Dire 'non' et m'en aller," jamais elle ne

pourra communiquer sa nouvelle perspective afin qu'une autre femme

puisse 6viter son sort (SD, p. 141). Tout comme la voix narrative de

Samya, son cri poignant reste enferm6 derriere le mur de silence qui

est devenu son refuge:

J'6tais seule. Ma raison de vivre, arrachee. Devant un mur
qui rejetait ou deformait ma propre voix. 11 faut me
comprendre. J'avais trente ans a peine, et quel espoir me
restait-il? Un horizon bouch6. D'autres, come moi, ont du
sentir leur vie s'effriter au long d'une existence sans
amour. Celles-la me comprendront. Si je crie, je crie un
peu pour elles. Et s'il n'y en a qu'une seule qui me
comprenne, c'est pour celle-la que je crie, que je crie au
fond de moi, aussi fort que je le peux. (SD, pp. 214-15)

La lucidity de la jeune femme 1'amene A formuler des reflexions tires

de ses 6preuves. Mais comme la proportion de cette forme de

commentaire est assez restreinte, elle ne contribute pas A crier une

impression d'artifice chez le narrateur. La sinc6rite et la

spontaneity de Samya ne sont jamais mises en question. Par

consequent, plus le narrateur revit ses souvenirs, surtout au temps





-80-


present, plus le lecteur est pouss6 a eprouver et a vivre avec le

personnage.

A la difference du narrateur extra-hiterodidgetique du Sommeil

d6livr&, celui de Jonathan s'abstient totalement de juger la conduite

de ses personnages mais cela ne veut pas dire que son recit est

depourvu de commentaire. Loin de la, ce narrateur y incorpore assez

souvent des observations de portee g6nerale et des interrogations

telles que celle-ci: "Que peut-on faire d'autre, pour ceux qui

agonisent, qu'attendre?--&tre ces compagnons attentifs de la derniare

heure, l'heure de l'obscur et difficile passage entire une vie et on ne

sait quoi?" (J, p. 137). Cependant, dans ce roman don't les

personnages principaux, surtout le protagoniste, s'interrogent et

r6flechissent eux-mimes sur le sens de la vie, de la mort, et de

l'action revolutionnaire, il existe une certain ambigu'it l'a gard

de l'identit6 du sujet parlant, car il est parfois difficile de

detenniner si les observations font parties du discours du narrateur ou

plut6t de celui du personnage. Par example, apres la description des

premiers mois de paix et de bonheur passes par Jonathan a l'6glise du

Pare Antoun, quand on lit une g6n6ralisation telle que "Aupres de

Dieu, l'angoisse se dissipe. A cause de Dieu, on peut s'attacher aux

homes, croire en eux," on ne sait pas s'il s'agit d'une r6flexion

faite par le narrateur ou par le sacristain lui-mime (J, p. 37).

Pareillement, il n'est pas du tout clair si ]'exclamation "Ce sont des

choses qu'on n'oublie pas!" a propos de 1'effort que fait Naghi pour

apprendre a lire au portier du batiment voisin, appartient au discours

du jeune home Said ou a celui du narrateur (J, p. 149).





-81-


Comme a la fin du premier chapitre du Sommeil delivr6, il semble

parfois dans Jonathan que le narrateur s'identifie a un tras haut

degree avec certain de ses personnages, partageant si completement

leur point de vue qu'il devient presque impossible de faire une

distinction entire leurs voix. Dans un sens cette ambiguTt6 va de pair

avec l'autonomie croissante du discours de personnage qui se fait

progressivement sentir dans les quatre premiers romans de Chedid.

D'une part, grace a cette confusion des voix, les paroles des acteurs

semblent se liberer a un certain degr6, non pas seulement des

introductions d&claratives, mais aussi des guillemets inseris par le

narrateur. De l'autre, a cause de 1'ambiguTte, la function extra-

narrative id6ologique semble marquer moins explicitement le discours

du narrateur, ce qui diminue par consequent la perceptibility de sa

voix.

Le Sixieme Jour content encore moins d'observations de portie

generale et d'interrogations qui appartiennent nettement au discours

du narrateur. Parmi celles qui se rangent dans cette cat6gorie on

trouve la question "Peut-on se comprendre a travers une vitre?" se

rapportant au regard echang6 devant l'6glise par Om Hassan et

l'infinniare Dana, ainsi que la reflexion "Tout s'apaise apres qu'on a

longtemps pleurG" dicrivant 1'6tat d'ame de la grand-mere qui se

laisse envahir par le disarroi et puis retrouve son courage et sa

certitude au course de la longue nuit pr6cidant l'aube du sixieme jour

(SJ, pp. 113, 157). En general, les questions posies par le narrateur

ne sont pas exprimees en son propre nom mais representent plut6t une

transposition du discours des personnages, come dans le cas

d'Okkasionne au moment decisif oO le visage de 1'enfant est d6voil:






-82-


"Va-t-il se mettre a croire, lui aussi?" (SJ, p. 181). Le narrateur

extra-h6tirodiegetique de ce roman se borne le plus souvent A sa seule

function obligatoire, celle de relater 1'histoire. S'il existe

parfois un degree d'ambiguTt6 quant A la source de certain 6nonces, on

constate que le plus souvent c'est la voix du personnage qui semble

s'6lever toute seule, sans aucune mediation, pour se faire entendre

directement du narrataire extradiegetique.

Dans Le Survivant la proportion de commentaire qui s'introduit

dans le discours du narrateur est encore plus restreinte que dans les

trois romans anterieurs. On ne trouve guere d'observations sur les

personnages, sur les Mvenements de l'histoire ou sur le monde en

general, observations qui soient formuldes par la voix du narrateur

parlant en son propre nom et inser6es dans la trame narrative du

r6cit. Comme la narration se fait tres souvent au present, il devient

d'autant plus difficile d'isoler la voix du narrateur dans ce roman et

de distinguer ses r6flexions et ses interrogations de celles des

personnages.

Ainsi, ayant consider brievement le discours du narrateur dans

les quatre premiers romans chedidiens afin d'identifier les intrusions

extra-narratives qui le caracterisent, on remarque que la quantity et

la perceptibility de ces intrusions diminuent progressivement dans

chaque ouvrage successif. Pourtant, si elles constituent la marque la

plus explicit de la presence du narrateur dans son recit, de telles

interventions sont loin d'&tre les seuls indices par lesquels on peut

mesurer son degree de perceptibility. Etant donn6 que les narrateurs

du Sommeil delivr6, de Jonathan, du Sixinme Jour et du Survivant n'ont

pas tendance A se servir du recit come vehicule d'un discours extra-




-83-


narratif, il convient donc de consider la question de leur

effacement relatif sous un jour un peu different en cherchant a

deceler les traces du jee du sujet parlant, ceci 1'aide des signaux

du narrateur proposes par Seymour Chatman et Gerald Prince. Autrement

dit, si les functions extra-narratives n'occupent qu'une place tres

limitee dans le recit, a quel point est-ce que la presence du
narrateur se revele d'une fagon plus implicite & travers son discours

proprement narratif? Or, dans ce mime domaine on constate que les

marques les plus nettes sont absentes des quatre premiers romans

chedidiens. Le discours du narrateur ne s'y caracterise ni par

1'emploi de deictiques se referant a la situation spatiale ou

temporelle du sujet parlant ni par un style modalisant par lequel le

locuteur donne une indication de la valeur de verit6 de son discours

en se servant par example d'expressions d'incertitude comme "peut-

8tre" et "sans doute" qui laissent transparaitre la "silhouette" d'un

je cache.

Le sommaire temporel qui relive de la function organisatrice

qu'exerce le narrateur en racontant son histoire et le sommaire

spatial qui met en relief la position privil6gi6e qu'il occupe

suggerent d'une maniere un peu moins 6vidente la presence d'un je-

narrant dans le r6cit. Chacun des narrateurs extra-ht6trodi6getiques

des romans en question, sauf celui du Sommeil delivr6, incorpore des

sommaires temporels dans son recit. Cependant, come la periode ainsi

resume est le plus souvent assez breve, et donned la concision qui

caracterise ces sommaires, ils ne retiennent guere attention du

lecteur et n'ont pas 1'effet de faire ressortir le r8le du narrateur

en tant qu'architecte du r6cit. Le temps qui s'6coule entire les




-84-


scenes est indiqu6 tres souvent par une simple ellipse. A la

difference du sommaire, 1'ellipse ne temoigne pas d'un effort par le

narrateur d'envisager les questions du narrataire et d'y repondre en

rendant compete des Mvenements non-narris. Ndanmoins, vu la

chronologie non-lineaire qui structure le premier chapitre du Sommeil

delivr6, la presence organisatrice du narrateur se fait sentir malgr6

l'absence de sommaires temporels par la fagon don't il cr6e le suspense

en juxtaposant les perspectives psychologiques et perceptives de

Rachida et de Samya. Le premier chapitre de ce roman content aussi

un example du sommaire spatial dans la description par le narrateur

omniscient des habitants du village qui accourent en entendant les

cris de Rachida. Cependant, ce procede narratif s'emploie d'une

manimre encore plus marquee dans le deuxibme roman de Chedid. Le

narrateur de Jonathan se transform pour ainsi dire en reporter pour

depeindre le desordre qui se propage dans la ville pendant les

premieres heures oD le bruit de la revolution court de quarter en

quarter (J, pp. 175-86). Il n'adopte la perspective visuelle d'aucun

de ses personnages, mettant plut6t 1'accent sur sa propre omniscience

et son omnipresence. Par contre, les narrateurs du Sixi6me Jour et du

Survivant s'abstiennent de la presentation panoramique de 1'action

pour s'en tenir le plus souvent au champ perceptif de leurs

personnages.

Au lieu de presenterr" les personnages qui entrent en scene pour

la premiere fois en donnant un portrait physique accompagn6 d'une

description de leur caract6re et de details sur leur vie passee, les

narrateurs extra-het6rodieg6tiques des quatre premiers romans de

Chedid se bornent a les nommer. Ainsi le lecteur a l'impression de






-85-


connaitre deja ces individus et de s'inserer "directement" dans leur

histoire sans la mndiatisation explicative et interpretative qui

mettent en valeur le rble du narrateur comme organisateur du recit.

Les narrateurs de ces romans evitent 6galement la description 6tendue

et detaillne du cadre, separee de la narration des ev6nements de

l'histoire et independante de la perspective visuelle d'un des

personnages. Le plus souvent le narrateur adopted une focalisation

interne variable qui lui permet de rester assez implicite en integrant

les descriptions du cadre dans I'action et en les rattachant au champ

de perception d'un des participants a l'histoire. La restriction du

champ perceptif, malgr6 son application assez large, contribute

neanmoins a maintenir l'effet de l'effacement du narrateur. Bien que

sa voix se fasse dominant, la perceptibilit6 de sa presence diminue

si la "vision" du monde qu'il nous offre est filtree a travers les

yeux d'un autre.

Ainsi, on constate que le discours "proprement narratif" dans

Le Sommeil delivr6, Jonathan, Le Sixieme Jour et Le Survivant ne

content pas beaucoup d'61ments qui accentuent la perceptibilite du

narrateur. C'est plutbt un aspect extra-narratif, a savoir

l'insertion d'une des formes de commentaire, le plus souvent

1'observation de portee g6nerale, qui constitute la marque la plus

explicit de sa presence dans les quatre premiers romans d'Andrie

Chedid. Comme il devient progressivement plus difficile de decider si

ces r6flexions devraient s'attribuer a sa voix ou a celle d'un des

personnages, on est amen6 a border la question "Qui parle?" pour

essayer d'y formuler une reponse qui puisse mettre en lumiere les

procedes du partage de la parole narrative. Or, si les narrateurs se





-86-


caracterisent par un assez haut degr6 d'effacement sur le plan des

functions extra-narratives et 6galement sur celui de leur discours

proprement narratif, il convient de chercher a determiner si cet

effacement se traduit en "silence" de la voix narrative quand il

s'agit de la transmission du discours des personnages ou si, par

centre, c'est dans la reproduction des paroles des acteurs que la

presence du narrateur se manifesto le plus ouvertement.

Le narrateur extra-hiterodi6getique du Sommeil delivr6 garde le

monopole de la parole dans la section qui precede le recit de Samya.

II transmet les pens6es de la jeune femme et celles de Rachida le plus

souvent par le discours narrativis6 ou par le discours indirect libre

et, a cause de cette mediatisation, on n'entend presque jamais tris

clairement les voix des personnages. Des la quatrieme page du roman

on remarque une sorte de glissement du r6cit entam6 par le narrateur a

celui labor6 par Rachida, transition qui s'opere par la repetition de

la phrase "C'6tait une fin d'apris-midi come les autres" (SO, p. 14).

Cependant, mnme quand il s'agit de la reconstitution des Mvenements

selon la perspective de la belle-soeur de Samya, ce ne sont pas ses

paroles directeds" qui nous parviennent mais plut6t la voix duelle du

discours indirect libre, ce qui permet un m61ange tres subtil du recit

du narrateur avec celui du personnage. Grace a l'homogen6itb qui

resulte de l'emploi invariable de la troisieme personnel il est

possible pour ce narrateur d'introduire son commentaire sur Rachida,

de d6crire le personnage de 1'exterieur suivant parfois ses movements

en focalisation externe, et d'incorporer des episodes revelateurs de

sa personnalit6 et de celle de son fr6re; tout cela sans se mettre

trop en evidence. Par centre, les jugements portes par Rachida sur sa





-87-


belle-soeur ressortent avec une nettet& presque gale a celle de la

citation directed:

11 fallait que ce fOt elle pour attraper une pareille
maladie. Cette Samya attirait les catastrophes. Les deux
jambes immobilisees. De quel pichd Dieu avait-il donc voulu
la punir?

11 fallait tenir son rang, garder ses distances. Rachida y
veillait. Pas come sa belle-soeur, cette Samya sans
fiert6. Avant la paralysie, c'6tait une femme qui ne
souhaitait qu'une chose: trainer dans le village, se mbler a
n'importe qui. Elle pr6tendait qu'elle y 6tait heureuse.
Boutros avait dO se fAcher A plusieurs reprises. (SD,
pp. 13, 14)

Neanmoins, come le discours indirect libre nous permet de suivre les

pensees du personnage et puis d'entendre la voix du narrateur sans

entraTner un changement brusque de personnel, les deux discours, voire

les deux recits s'entrelacent d'une fagon presque indissociable et a

cause de l'ambiguTt6 qui en resulte, le narrateur peut tres

subtilement introduire sa propre perspective, perceptive et surtout

psychologique. Malgr6 I'effet d'une superposition de deux discours,

d'une fusion de deux voix qui laisse une tres grande place a la

subjectivity du personnage, le point de vue "objectif" du narrateur,

quel que soit son degr6 d'effacement, intervient pour guider notre

r6ponse aux Mvenements et aux personnages de l'histoire.

La transition entire la perspective de Rachida et celle de Samya

se fait d'une manimre assez imperceptible, car elles s'expriment

toutes les deux a travers la voix du narrateur extra-h6t6rodiegetique.

Bien qu'il raconte objectivement l'acte criminal de la jeune femme, la

voix double du discours indirect libre nous fait partager le degoit et

le sursaut de r6volte qu'inspire a Samya le baiser quotidien de son

mari: "Les levres approcheraient, brunes, normnnes, avec de la salive

aux commissures. I1 s'inclinerait. On ne verrait plus que ses lvres





-88-


et la calotte 6carlate. Ce serait insupportable. II se baisserait

encore" (SD, p. 28). Si V'on finit donc par s'identifier avec la

meurtriire, a quel point la voix du narrateur ressort-elle pour

detruire ce lien affectif qui se cree entire le personnage et le

lecteur, effectuant ainsi une distanciation pareille a celle qui

caracterise la presentation du r6cit de Rachida? Or, loin d'indiquer

une telle distanciation, le commentaire du narrateur sur Rachida

semble se confondre avec les pensees de Samya produisant l'effet d'une

voix et d'une perspective partag6es. Les observations ne s'inscrivent

plus uniquement dans le texte du narrateur mais repr6sentent plut6t un

point de convergence possible entire son discours et celui de Samya,

t6moin de la reaction de sa belle-soeur a la mort de Boutros:

Elle devrait attendre, Rachida. Bientit, sa voix ne sera
plus qu'un souffle. Et la nuit venue, elle restera
cramponn6e a la balustrade. Seule avec Samya qui la
regardera jusqu'a ce qu'elle ne soit plus qu'une ombre.

Lorsqu'ils seront partout dans la chambre, Rachida pourra
s'affaisser. "Si j'avais su! Si j'avais su! .
repitera-t-elle. J'aurais abandonn6 ma promenade, j'aurais
laiss6 le veau, j'aurais laiss6 les poignees!" (SD, pp. 32,
35)

Au lieu d'etre le signe d'une separation entire le discours du

narrateur et celui du personnage, ces assertions "predictives"

constituent une marque de leur confusion.

Qui plus est, la transition de la narration het6rodi&g6tique au

r&cit autodiegitique de Samya manifesto une certain ambiguTt6 a

1'&gard de V'identit6 du sujet parlant. Les paragraphes oD s'opere le

passage de la parole d'une voix narrative a 1'autre creent

1'impression d'une veritable communion entire le narrateur extra-

h6tirodi6g6tique et la jeune femme qui entend la rumeur menaqante de

la foule qui s'engouffre dans la mason. Cette identification,




-89-


diametralement oppose a la distanciation du narrateur qui se fait

sporadiquement sentir par rapport au discours de Rachida, va meme

jusqu'a inviter la participation du lecteur a l'acte narratif de Samya

par l'emploi du pronom indefini "on":

Peut-etre oublieront-ils que la rampe n'est pas solide?
Peut-etre tomberont-ils dans la cage de 1'escalier?
Peut-etre qu'il n'y aura plus d'escalier, que Rachida
se lassera et qu'on pourra dormir.
Mais s'ils parviennent jusqu'a la chambre, on mettra
le passe come une cloison 6tanche entire eux et sa propre
vie. On appellera le pass& pour qu'il divale come les
paysages qui se poursuivent aux vitres des trains. Ce
passe, il faudrait le retrouver, se mettre derriere lui.
(SD, p. 35)

Ainsi, le recit du narrateur extra-h6terodiegetique devient

graduellement celui de Samya et ce glissement par lequel s'effectue la

transition contribute, d'une part, a l'effacement d'un locuteur anonyme

et omniscient qui s'impose le silence sans rien dire pour signaler

qu'il c6de la parole. De 1'autre, ce procede sert a la creation d'un

context favorable pour le r&cit de Samya en mettant en relief le haut

degr6 d'harmonie qui existe entire sa voix et celle de la v6rit6

"objective."

La voix du narrateur extra-hit6rodi6getique r6tablit sa

predominance dans le dernier chapitre du Sommeil d6livr6 oD ce

narrateur, ne s'en tenant plus aux perspectives de Rachida et de

Samya, reprend son recit et depeint la reaction des villageois au

crime. Malgr6 la presence un peu plus marquee du discours rapport,

il s'accorde un monopole presque total de la parole, d&crivant la

foule qui p6netre dans la mason de Boutros de son propre point de vue

omniscient. Quant a Samya, apr6s avoir passe toute sa vie emmurie

dans le silence, meme sa voix int6rieure s'est 6teinte. Sur le plan

de l'histoire c'est le r&cit a venir, celui de sa belle-soeur, qui




-90-


l'emportera, car "Rachida, elle, trouve tous ses mots. Au long des

jours qui viennent, elle dira tout!" (SD, p. 224). Sur le plan du

recit, c'est la voix du narrateur hiterodi&getique qui ressurgit,

fermant ainsi la parenthese qui enferme la voix de Samya au niveau

intradiegetique et faisant obstacle a sa communication directed avec le

narrataire extradi6g6tique. Pourtant, on verra que les cloisons sont

loin d'etre 6tanches. Apres avoir consider& les modes de reproduction

du discours des personnages dans Jonathan, Le Sixieme Jour et Le

Survivant, nous tenninerons cette discussion des voix narratives dans

les quatre premiers romans chedidiens par une remise en question de ce

qui constitute la permiabilit6 de ces voix au texte et au message de

1'Autre.

Dans Jonathan, la predominance du discours du narrateur continue

car le plus souvent les voix des personnages ne se font entendre qu'a

travers la sienne. Il arrive meme que le narrateur "s'approprie"

subtilement leur discours. Il substitute sa perspective omnisciente a

celle, bien plus limited, d'Alexandre et de Naghi au course de leur

entretien a propos de Liane (J, pp. 54-58). Il glisse sa relation de

la visit faite par la jeune fille a l'Orphelinat dans la conversation

des personnages, faisant abstraction de leurs paroles pour raconter

cet episode d'apres son propre point de vue. Cependant, le passage de

la parole se fait si imperceptiblement que seule 1'omniscience du

locuteur revile que c'est le narrateur qui s'est mis a parler a la

place des deux personnages. Apres ce segment intercalb, la

conversation entire Alexandre et Naghi se pursuit en discours rapport&

come si elle n'avait jamais Wti interrompue, ce qui contribute

d'autant plus a dissimnuler l'intrusion du narrateur.






-91-


L'emploi suivi du discours rapport pour reproduire les paroles

des personnages se limited en general aux dialogues qui rythment le

roman. Certes, on suit par bribes les pensees non-mediatis6es des

personnages mais les debats interieurs du protagoniste nous

parviennent le plus souvent a travers la voix duelle du discours

indirect libre. Le narrateur transmet le discours interieur des

personnages, transposant leurs paroles, assimilant leurs voix a la

sienne et formulant lui-meme leurs questions. S'il transcrit, par

contre, les propos changes au course des dialogues entire les

personnages, sa voix se fait n6anmoins entendre dans des passages qui

alternent avec leurs paroles directed pour d&crire leurs gestes ou

pour exprimer leurs reflexions. Comme le discours du narrateur

s'ins&re meme dans les passages "cites," le lecteur n'oublie jamais

que le discours des personnages lui parvient grace a son

intervention.

Pourtant, arrive-t-il parfois que les pens6es des personnages

s'6mancipent des marques de la presence du narrateur pour se faire

entendre sans aucune trace de mndiatisation, meme celle que

constituent les introductions declaratives et les guillemets? La

notion de la parole partagee s'exprime-t-elle non pas seulement par la

fraternity& que symbolisent les dialogues entire les personnages et par

la voix duelle du discours indirect libre mais aussi par la

communication directed entire personnage et narrataire extradiegetique?

Ou, en revanche, identification entire narrateur et personnage est-

elle portee a un si haut degr& que le narrateur, "oubliant" la

distance temporelle ou intellectuelle qui les spare, exprime la

volont6 et les incertitudes des acteurs en sa propre voix, sans aucune





-92-


transposition, donnant ainsi l'impression qu'elles sont aussi les

siennes? II est impossible de trancher, mais donn6 l'ambiguTt6 de

certain 6nonces, on discerne neanmoins une interpenetration selon

laquelle les paroles intdrieures des personnages "envahiraient" le

discours narratif et parviendraient donc directement au narrataire

extradi gitique.

Dans Le Sixieme Jour, les voix des personnages se libirent

davantage de celle du narrateur et cette emancipation se manifesto

surtout par une augmentation de la proportion de discours rapport.

Les conversations entire les acteurs sont plus nombreuses que dans

Jonathan et le narrateur feint plus souvent de se taire, donnant la

parole directement a ses personnages. Ainsi, dans ce roman,

1'autonomie du discours des personnages semble aller de pair avec

l'importance et 1'efficacit6 croissantes de 'acte de communication

sur le plan de l'histoire. Plus les acteurs se parent, plus leurs

voix nous parviennent sans la m6diatisation de celle du narrateur, car

une des "voies" de 1'emancipation du discours des personnages consiste

justement en la fraternity de la parole partagee. Cependant, cette

autonomie se manifeste-t-elle aussi dans le discours intirieur des

personnages? Leurs pensees nous parviennent-elles toujours

mndiatisees par la voix du narrateur ou plut6t directement, liberees

de sa presence intepretative? C'est surtout par cette "voie" que le

personnage se transformera en narrateur extra-autodiegetique et que se

produira la polyphonie qui r6sulte du partage de la parole narrative.

Le narrateur du Sixieme Jour, come celui de Jonathan, reproduit

les paroles interieures des personnages le plus souvent par le

discours transpose, surtout le discours indirect libre. Dans ce




Full Text

PAGE 2

)5$7(51,7( '( /$ 3$52/( /(6 92,; 92,(6f '( /$ 1$55$7,21 '$16 /n2(895( 520$1(648( 'n$1'5(( &+(',' %\ -2$1 '(%%,( 0$11 $ ',66(57$7,21 35(6(17(' 72 7+( *5$'8$7( 6&+22/ 2) 7+( 81,9(56,7< 2) )/25,'$ ,1 3$57,$/ )8/),//0(17 2) 7+( 5(48,5(0(176 )25 7+( '(*5(( 2) '2&725 2) 3+,/2623+< 81,9(56,7< 2) )/25,'$

PAGE 3

&RS\ULJKW E\ -RDQ 'HEELH 0DQQ

PAGE 5

$&.12:/('*(0(176 ZRXOG OLNH WR H[SUHVV P\ GHHS DSSUHFLDWLRQ WR 'U %HUQDGHWWH &DLOOHU FKDLUPDQ RI P\ FRPPLWWHH IRU WKH FRQVWDQW HQFRXUDJHPHQW DQG LQVLJKWIXO DGYLFH VKH KDV RIIHUHG WKURXJKRXW WKH SUHSDUDWLRQ RI WKLV GLVVHUWDWLRQ ZRXOG DOVR OLNH WR WKDQN WKH RWKHU PHPEHUV RI P\ FRPPLWWHH 'U 5D\PRQG *D\&URVLHU DQG 'U 6KHLOD 'LFNLVRQ IRU WKHLU FRRSHUDWLRQ DQG YDOXDEOH VXJJHVWLRQV DP HVSHFLDOO\ JUDWHIXO WR 0PH $QGUH &KHGLG IRU WKH FRXUWHV\ VKH KDV VKRZQ LQ JUDQWLQJ PH WKUHH LQIRUPDWLYH DQG LQVSLULQJ LQWHUYLHZV 7R P\ KXVEDQG 'U 6WHSKHQ .HUEHU ZLWKRXW ZKRVH SDWLHQFH DQG VXSSRUW WKLV GLVVHUWDWLRQ FRXOG QRW KDYH EHHQ ZULWWHQ H[SUHVV P\ PRVW KHDUWIHOW JUDWLWXGH 6SHFLDO WKDQNV DOVR JR WR (IILH DQG &KDUOHV 0DQQ DQG WR 0DULH .HUEHU IRU WKHLU XQZDYHULQJ JHQHURVLW\ DQG XQGHUVWDQGLQJ )LQDOO\ ZRXOG OLNH WR FRQYH\ P\ VLQFHUH DSSUHFLDWLRQ WR WKH IROORZLQJ LQGLYLGXDOV ZKR KDYH EHHQ D VRXUFH RI KHOS DQG HQFRXUDJHPHQW GXULQJ P\ XQGHUJUDGXDWH DQG JUDGXDWH VWXGLHV 'U $OEHUW % 6PLWK 'U *HRUJH 'LOOHU 'U &DURO 0XUSK\ 'U 5HDG %DNHU 'U )UDQKHU -HDQ%DSWLVWH 0UV &DURO\Q 6QRZ 0V :DOD\D :LZDWVRUQ DQG 0V /RXLVH /XVVLHU 79

PAGE 6

7$%/( 2) &217(176 3DJH $&.12:/('*(0(176 LY .(< 72 $%%5(9,$7,216 YL $%675$&7 YL L &+$37(56 ,/ n2(895( 'n$1'5(( &+(',' (35(89(6 '8 9,9$17 1RWHV ,,/$ 92,; 1$55$7,9( 9(56 81( 0(7+2'( &5,7,48( 1RWHV ,,,'8 6200( ,/ '(/,95( $8 6859,9$17 (7$3(6 'n81( 0(7$0253+26( 1RWHV ,9'( /n$875( $ /$ 0$,621 6$16 5$&,1(6 02'$/,7(6 '( /$ 3$52/( 3$57$*(( 1RWHV 93(56211$*(1$55$7(851$55$7$,5( )5$7(51,7( '( /$ 3$52/( 1RWHV %,%/,2*5$3+< %,2*5$3+,&$/ 6.(7&+ Y

PAGE 7

.(< 72 $%%5(9,$7,216 I 6' /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ 6/H 6L[LPH -RXU 6 /H 6XUYLYDQW $ /n$XWUH &) /D &LW IHUWLOH 1 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ 06 /HV 0DUFKHV GH VDEOH 05 /D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV 9,

PAGE 8

$EVWUDFW RI 'LVVHUWDWLRQ 3UHVHQWHG WR WKH *UDGXDWH 6FKRRO RI WKH 8QLYHUVLW\ RI )ORULGD LQ 3DUWLDO )XOILOOPHQW RI WKH 5HTXLUHPHQWV IRU WKH 'HJUHH RI 'RFWRU RI 3KLORVRSK\ )5$7(51,7( '( /$ 3$52/( /(6 92,; 92,(6f '( /$ 1$55$7,21 '$16 /n2(895( 520$1(648( 'n$1'5(( &+(',' E\ -RDQ 'HEELH 0DQQ 0D\ &KDLUPDQ %HUQDGHWWH &DLOOHU 'HSDUWPHQW 5RPDQFH /DQJXDJHV DQG /LWHUDWXUHV 7KLV GLVVHUWDWLRQ LV D VWXG\ RI QDUUDWLYH YRLFH LQ WKH QRYHOV RI $QGUH &KHGLG D FRQWHPSRUDU\ (J\SWLDQERUQ DXWKRU RI )UHQFK H[SUHVVLRQ ZKRVH OLWHUDU\ SURGXFWLRQ LQFOXGHV QXPHURXV FROOHFWLRQV RI SRHWU\ DQG VHYHUDO LQQRYDWLYH SOD\V DV ZHOO DV QLQH ZRUNV RI SURVH ILFWLRQ %DVHG SULPDULO\ RQ WKH DQDO\WLFDO PHWKRG RI *HUDUG *HQHWWH LW DGRSWV WKH FULWLFnV WULSDUWLWH GLYLVLRQ RI QDUUDWLYH FRQWHQW QDUUDWLYH WH[W DQG QDUUDWLYH DFW DQG H[DPLQHV WKH GLIIHUHQW PDQLIHVWDWLRQV RI WKH NH\ FRQFHSW RI OD SDUROH SDUWDJH LQ HDFK RI WKHVH FDWHJRULHV 7KH QRYHOV DUH GLYLGHG LQWR WZR JURXSV FRUUHVSRQGLQJ WR WKH FKURQRORJLFDO RUGHU RI WKHLU SXEOLFDWLRQ DV ZHOO DV WR FHUWDLQ EDVLF VLPLODULWLHV LQ QDUUDWLYH VWUXFWXUH DQG WHFKQLTXH :LWKLQ HDFK JURXS WKH RPQLVFLHQW WKLUGSHUVRQ QDUUDWRUV DUH FRQVLGHUHG WRJHWKHU LQ RUGHU WR GHWHUPLQH WKHLU UHODWLYH GHJUHH RI SHUFHSWLELOLW\ LQ WKH UHFRXQWLQJ RI WKH HYHQWV RI WKH VWRU\ DQG LQ WKH UHSURGXFWLRQ RI WKH GLDORJXH DQG VLOHQW WKRXJKWV RI WKH FKDUDFWHUV ,Q &KHGLGnV ILUVW IRXU QRYHOV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H6L[LHPH -RXU DQG /H 6XUYLYDQW WKH YL L

PAGE 9

SURWDJRQLVWVn VSRNHQ DQG XQVSRNHQ ZRUGV DUH JUDGXDOO\ OLEHUDWHG IURP WKH PHGLDWLQJ YRLFH DQG SUHVHQFH RI WKH QDUUDWRU 7KURXJK WKH LQFUHDVLQJO\ DXWRQRPRXV QDWXUH RI WKHLU GLVFRXUVH WKH\ FRPH WR EH LQ GLUHFW FRPPXQLFDWLRQ ZLWK WKH H[WUDILFWLRQDO DXGLHQFH ,Q WKH DXWKRUnV QH[W WZR ZRUNV /n$XWUH DQG /D &LW IHUWLOH WKH FKDUDFWHUVn LQWHULRU GLVFRXUVH DOPRVW HQWLUHO\ IUHH RI WKH PHGLDWLRQ RI WKH WKLUGSHUVRQ QDUUDWRU WDNHV RQ D PRUH DQG PRUH QDUUDWLYH TXDOLW\ ,Q &KHGLGnV PRVW UHFHQW QRYHOV 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ /HV 0DUFKHV GH VDEOH DQG /D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV DOO RI ZKLFK DUH UHFRXQWHG HQWLUHO\ RU LQ SDUW E\ ILUVWSHUVRQ QDUUDWRUV WKH QRWLRQ RI OD SDUROH SDUWDJH ILQGV FRQFUHWH H[SUHVVLRQ RQ WKH OHYHO RI WKH QDUUDWLYH DFW LWVHOI 7KHVH SRO\SKRQLF ZRUNV DUH WKXV H[DPLQHG LQ RUGHU WR HVWDEOLVK WKH GLIIHUHQW ZD\V WKH QDUUDWLYH YRLFHV DOWHUQDWH DQG FRPELQH ZLWK RQH DQRWKHU LQ WKH WUDQVPLVVLRQ RI WKH QDUUDWLYH DQG H[WUDQDUUDWLYH PHVVDJH RI OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH YL

PAGE 10

&+$3,75( / n2(895( 'n$1'5(( &+(',' (35(89(6 '8 9,9$17 -nDL WHQW GH MRLQGUH PD WHUUH D OD WHUUH /HV PRWV D OD WUDPH GX VLOHQFH /H ODUJH DX FKDQW YRLOH 7HQW GH GLUH OD UHQFRQWUH SRVVLEOH 'JDJHU OH OLHX GH OD QDVVH GHV UHIXJHV )OFKLU OD SDUROH MXVTXn£ OD SDUWDJHU $LQVL VH GIL QL W XQH GLPHQVLRQ IRQGDPHQWDOH GH OD SRWLTXH Gn$QGUH &KHGLG HW WHOOHV VRQW OHV YRL[ TXL UVRQQHQW D WUDYHUV WRXWH VRQ RHXYUH IUDWHUQHOOHV DVVRLIIHV GH FRPPXQLFDWLRQ HQ TXWH GnXQH FRPPXQLRQ DYHF OHV KXPDLQV HW DYHF OD WHUUH &HWWH GPDUFKH HVW FHOOH GnXQ FULYDLQ £ OD IRLV SRHWH URPDQFLUH HW GUDPDWXUJH HW GRQW OD GRXEOH DSSDUWHQDQFH DX 3URFKH2ULHQW HW D n2FFLGHQW YFXH VDQV KHXUW FRPPH XQH FKDQFH FRPPH XQ HQ SOXV VH WUDGXLW SDU OD YRORQW SURIRQGH GnH[SULPHU XQH WHUUH GH SDUWDJH SDUWDJH VXUWRXW GH OD SDUROH JUDFH DXTXHO OH PDQTXH D YLYUH VH PHW £ YLYUHA (J\SWLHQQH GnRULJLQH OLEDQDLVH $QGUH &KHGLG QDTXLW DX &DLUH HQ SDVVD VRQ HQIDQFH GDQV FHWWH YLO OH HW \ UHWRXUQD SRXU IDLUH GHV WXGHV VXSULHXUHV GH MRXUQDO LVPH D On8QLYHUVLW $PULFDLQH (Q HOOH DFFRPSDJQD VRQ LQDUL DX /LEDQ RX LOV I L UHQW XQ VMRXU GH WURLV DQV GXUDQW OHTXHO LO VH FRQVDFUD £ VHV WXGHV GH PGHFLQH 3DULVLHQQH GHSXLV HW QDWXUDOLVH IUDQJDLVH HOOH D GHX[ HQIDQWV HW TXDWUH SHWLWVHQIDQWV

PAGE 11

,, IDXW GLUH TXH OD )UDQFH QnWDLW SDV GX WRXW WUDQJUH £ $QGUH &KHGLG £ nSRTXH R HOOH Vn\ LQVWDOOD HOOH \ DYDLW SDVV GH QRPEUHX[ WV GDQV VRQ HQIDQFH HW \ DYDLW IDLW GH ORQJV VMRXUV SHQGDQW VRQ DGROHVFHQFH (OOH IXW OHYH HQ WURLV ODQJXHV OnDUDEH GRQW HOOH QH SUDWLTXH YUDLPHQW TXH OD ODQJXH SDUOH nDQJODLV TXnHOOH FKRLVLW SRXU VRQ SUHPLHU UHFXHLO GH SRPHV LQWLWXO 2Q WKH 7UDLOV RI 0\ )DQF\ SXEOL DX &DLUH HQ HW OH IUDQJDLV VD ODQJXH PDWHUQHOOH YKLFXOH GH WRXWH VRQ RHXYUH SRVWULHXUH $QGUH &KHGLG D GRQH JUDQGL GDQV XQ FHUWDLQ EUDVVDJH GHV FXOWXUHV PDLV LO VHPEOHUDLW TXH FKH] HOOH OD IXVLRQ SDLVLEOH HW IUXFWXHXVH GnOPHQWV FXOWXULV YDULV OnDLW HPSRUW VXU OnSUHXYH GFKLUDQWH &RPPH HOOH VnWDEOLW D 3DULV SDU FKRL[ SDU DPRXU GH 2 FHWWH FLW D\DQW DFTXLV OD ODQJXH GH VD SDWULH GfDGRSWLRQ HQ PPH WHPSV TXH OD SDUROH HOOH QH GHYDLW SDV UHVVHQWLU OnH[LO JRJUDSKLTXH HW OLQJXLVWLTXH FDUDFWULVWLTXH GH WDQW GnFULYDLQV DIULFDLQV GH ODQJXH IUDQJDLVH 3RXU HOOH OH GUDFLQHPHQW HW OD GLYHUVLW WUHV WW DOODLHQW WUH VRXUFH GnHQULFKLVVHPHQW SOXWRW TXH GH VRXIIUDQFH $ORUV TXnLO H[LVWH GHSXLV WRXMRXUV WDQW GH FKRVHV TXL WHQGHQW £ VSDUHU OHV KXPDLQV $QGUH &KHGLG PHW nDFFHQW VXU FH TXL OHV XQLW 7RXWH VRQ RHXYUH VH FDUDFWULVH SDU XQH RXYHUWXUH GnHVSULW HW XQH WROUDQFH TXL UYOHQW VRQ GVLU GH YRLU OHV SRLQWV GH UHQFRQWUH SURSUHV £ GYRLOHU OHV WUDFHV GnXQH IUDWHUQLW(OOH GFODUH -H FURLV OD FRPPXQLFDWLRQ SRVVLEOH SDV VDQV SUREOPHV PDLV SRVVLEOH 0nLQWUHVVH SDU GHVVXV WRXW OD UHFKHUFKH GnXQ OLHX GH FRQYHUJHQFH DX IRQG GH nKRLQPH GnXQH VRXUFH FRPPXQH GnXQH WHUUH SDUWDJHA 6D FRQILDQFH HQ nH[LVWHQFH GH FH IRQG FRPPXQ VD FUR\DQFH D OD SRVVLELOLW GH OD FRQFLOLDWLRQ VRQ DSSHO £ OD IUDWHUQLW WRXWHV FHV

PAGE 12

FKRVHV VnH[SULPHQW GDQV VD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH SRWLTXH HW GUDPDWLTXH 6RQ RHXYUH TXL FRPSUHQG QHXI URPDQV YLQJWTXDWUH YROXPHV GH SRHVLHV HW VL[ SLHFHV GH WK£WUH DLQVL TXH GHX[ UHFXHLOV GH QRXYHOOHV HW GHX[ HVVDLV D VXVFLW XQ LQWUW FULWLTXH TXL YD FURLVVDQW GHSXLV SOXV GH YLQJW DQV 3RUWDQW VXU FHWWH RHXYUH XQH YXH GnHQVHPEOH GDQV OH EXW GnHQ GJDJHU TXHOTXHVXQV GHV PRWLIV FRQGXFWHXUV RQ FRQVWDWH GnHPEOH TXnXQH GHPDUFKH GLDOHFWLTXH \ ILJXUH DX SUHPLHU SODQ &HW FULYDLQ FKH] TXL RQ WURXYH DOOLHV OD YRORQW GnXQLU OHV H[WUHPHV HW OH UHVSHFW YRLUH OD YDORULVDWLRQ GH OnDOWULW DIILUPH TXnHOOH UHYLHQW WUHV VRXYHQW SUHVTXH PDOJU HOOH DX[ PPHV WKHPHV WRXMRXUV DPELYDOHQWV TXL VH SUVHQWHQW FRPPH XQ EDODQFHPHQW GHV FRQWUDLUHV REVFXUFODLU KRUUHXUVEHDXW JULVDLOOHVRXIIOHV SXLWVDLOHV GHGDQVGHKRUV FKDQWFRQWUHFKDQW 'RXEOH3D\V HQ DSSDUHQFH PDLV TXH OD YLH EUDVVH HQVHPEOH LQSXLVDEOHPHQWA 2U YXH VHORQ OnRSWLTXH FKHGLGLHQQH OnH[LVWHQFH TXL UHQIHUPH WRXV FHV FRQWUDVWHV VH WURXYH HOOHPPH GHV VRQ SUHPLHU LQVWDQW PHQDFH SDU VD SURSUH DQWLWKVH OH QDQW $QGUH &KHGLG WHQWH GH VRQGHU OHV GHX[ WHUPHV GH FHWWH DQWLQRPLH IRQGDPHQWDOH FKHUFKDQW D H[SULPHU QRQ VHXOHPHQW nRSSRVLWLRQ GLDOHFWLTXH PDLV DXVVL nDOO L DQHH -H SURQRQFH 7QEUHV 3RXU PLHX[ GLUH +L URQ GHO H GFO DUHWHO OH GDQV 'LVFRUGDQFHV XQ SRPH GH 9LVDJH SUHPLHUA (Q SDUWDQW GH OD GXDO L W 9LH0RUW LO VHUD SRVVLEOH GH IDLUH UHVVRUWLU GnDXWUHV VXMHWV GH PHGLWDWLRQ FKHGLGLHQV TXL HQ VRQW OHV YDULDQWHV HW OHV FKRV +DQWH SDU OD SUR[LLQLW GH OD PRUW IRUW FRQVFLHQWH GH OD QDWXUH WUDQVWRLUH HW SKPUH GH QRWUH SUVHQFH VXU OD WHUUH $QGUH &KHGLG QRXV SDUOH GnXQH YRL[ TXL HVW PDUTXH £ OD IRLV SDU OD XFL GL W GHYDQW

PAGE 13

OD SUFDULW GH QRWUH H[LVWHQFH HW OD UYROWH FRQWUH FHWWH LVVXH LQHOXFWDEOH D ODTXHOOH WRXW HW WRXV VRQW FRQGDPQV &HSHQGDQW SRXU HOOH OD PRUW UHSUVHQWH DXVVL XQH RXYHUWXUH TXL QRXV SHQQHW GH WUDQVFHQGHU fHPSULVH GX WHPSV 6L OD PRUW HVW VXUWRXW VHSDUDWLRQ EDUULHUH LQIUDQFKLVVDEOH HW GHUQLHU REVWDFOH £ OnDPRXU FDSDEOH GnHQ WULRPSKHU PDLV QRQ SDV GH ODERO LU HOOH SHXW WUH JDOHPHQW IRUFH GH IXVLRQ 0DOJU OD IXJDFLW GH VRQ H[LVWHQFH YFXH HQ SURLH £ OD GXUH KRPPH VnHQUDFLQH GDQV FHWWH GXUH WURXYDQW VHV SURORQJHPHQWV GDQV OnDQFWUH HW OH IXWXU &KHGLG QRXV UDSSHO OH QRQ VHXOHPHQW OHV OLHQV GH S£UHQWH TXL QRXV UHOLHQW £ QRV VHUQEODEOHV FRQWHPSRUDLQV PDLV DXVVL FHX[ TXL QRXV VLWXHQW DX[ FURLVHPHQWV GH VLFOHV GnDQFWUHV GnKLVWRLUH HW GH OLHX[ GRQW QRXV VRPPHV OH SRLQW GH FRQYHUJHQFH $LQVL OHV GLVSDUXV UHVWHQW WRXMRXUV DYHF QRXV HW HQ QRXV HW OHXUV YRL[ VXUJLHV GH WHUUHV ORLQWDLQHV HW GnSRTXHV UYROXHV UVRQQHQW £ WUDYHUV OHV QWUHV SRXU UHMRLQGUH FHOO HV GHV JQUDWLRQV IXWXUHV 'RQH OD PRUW VL GHVWUXFWULFH HW GYDVWDWULFH TXnHOOH VRLW UHYW FKH] &KHGLG XQ DVSHFW SRVLWLI HW FRQVWUXFWLI $SUV DYRLU IDLW IDFH £ VD SUHVHQFH LQHYLWDEOH TXL QRXV JXHWWH VDQV FHVVH OnFULYDLQ QRXV DSSUHQG D \ FKHUFKHU GHV USRQVHV HQ QRXV LQFLWDQW D JRXWHU OD YLH GDQV WRXWH VD SOHQLWXGH HW WRXWH VD VDYHXU /H ERQKHXU TXL VH VDLW PHQDFH IDLW PLHX[ DSSUFLHU OD YDOHXU LQILQLH GHV LQVWDQWV YFXV HW LQFLWH nKRPPH £ VnHIIRUFHU GH VRUWLU GH OnWURLWH SHDX GRQW LO HVW SULVRQQLHU SRXU VH FUHHU XQH WHUQLW GDQV WRXW PRPHQW SUHVHQW 3RXUWDQW VL HOOH H[DOWH OD YLH LOOXPLQH SDU OnDPRXU $QGUH &KHGLG OH IDLW HQ JDUGDQW OHV \HX[ RXYHUWV VXU WRXWHV OHV SUHXYHV TXH OnH[LVWHQFH DSSRUWH 'nDXWDQW SOXV EHOOH HW SUFLHXVH GRQQ VRQ FDUDFWUH IXJLWLI FHOOHFL HVW DXVVL PDUTXHH SDU OHV EOHVVXUHV GH OD

PAGE 14

KDLQH GH nLQWROUDQFH HW GX IDQDWLVPH 5LJRXUHXVHPHQW OXFLGH OD YLVLRQ FKHGLGLHQQH QH VH GWRXUQH SDV GH OD UHDO L W VDQJODQWH GH OD JXHUUH QL GHV UDYDJHV GFKLUDQWV GX WHPSV HW GH OD PDODGLH PDLV HQIRXLHV VRXV FHWWH FRXFKH GH WULVWHVVH OH SRHWH GFRXYUH GH JUDQGHV IHQWUHV GnHVSRLU /D FUR\DQFH £ OD YLH HW OD FRQILDQFH DXVVL ELHQ GDQV OH WULRPSKH GH OnDPRXU TXH GDQV OD ERQW HVVHQWLHOOH GH OnWUH KXPDLQ SULQFLSHV TXL SQWUHQW WRXWH VRQ RHXYUH YRQW GH SDLU DYHF XQ DSSHO D OD IUDWHUQLW /D FHUWLWXGH GH OD PRUW FHWWH XOWLPH SUHXYH GHYDQW ODTXHOOH VnHIIRQGUHQW WRXV QRV PDVTXHV HW DYHF HX[ OHV GLIIHUHQFHV TXL QRXV VSDUHQW FRQWULEXH D DFFHQWXHU OnLQWHQVLW GH OD YLH PDLV GHYUDLW DXVVL QRXV SRXVVHU D DEROLU QRV IURQWLUHV UHFRQQDLWUH QRWUH IDFH FRPPXQH DLGHU £ OD FRPPXQLFDWLRQ $LQVL VHO RQ OD GHPDUFKH GLDOHFWLTXH TXL FDUDFWULVH nRHXYUH FKHGLGLHQQH OD PHGLWDWLRQ VXU OD PRUW GHYLHQW DXVVL DIILUPDWLRQ GH OD YLH HW FOEUDWLRQ GHV JUDQGHV ILJXUHV GH OnDPRXU HW GH OnHVSRLU TXL OnFODLUHQW PDOJU QRWUH VRLI GH GRPLQDWLRQ HW QRWUH SHQFKDQW £ OD YLROHQFH &H YLVDJH SUHPLHU GH OnKRQPH TXnHOOH GHYLQH PLV D QX ODY GH WRXV VHV DUWLILFHV SDU OD PRUW $QGUH &KHGLG OH FKHUFKH GDQV OD QXGLW GH OD QDLVVDQFH 3RHWH GHV JHQHVHV HOOH FKDQWH QRQ VHXOHPHQW OH VXUJLVVHPHQW GH OD YLH TXL VnLQFDUQH 3UHQGUH FRUSVf OD UHQDLVVDQFH GH OnKRPPH DX PRQGH /n$XWUHf HW OD UVXUUHFWLRQ GH OD IHPPH SDU OD PDWHUQLW /H 6RPPHLO GOLYUf PDLV DXVVL nDSSDULWLRQ GH OD SDUROH GDQV nHQIDQWHPHQW GX UFLW HW GDQV OH MDLO LVVHPHQW GH nLPDJH SRWLTXH (OOH FULW -H WH FHUQH 3DUROH 7H YHX[ SURLH HW GRFLOH 7X PULV EOHXH HW OLEUH (W PnLQYHQWH D WRQ WRXU (WDQW GRQQ OH UDOLVPH SRLJQDQW GH VRQ YRFDWLRQ GHV UDOLWV FRQFUHWHV HW WHUUHVWUHV GX PRQGH GnDXMRXUGnKXL HW GnKLHU GH

PAGE 15

n2FFLGHQW FRPPH GX 3URFKH2ULHQW LO IDXW QRWHU TXH 7RHXYUH GH &KHGLG QRXV HQWUD7QH WRXMRXUV SRXUWDQW DXGHOD &KH] HOOH fKLVWRLUH OD SOXV VLPSOH OD SOXV HQUDFLQH GDQV XQ FDGUH VROL GHPHQW DQFU GDQV OnHVSDFH HW OH WHPSV WHOOH TXH /n$XWUH RX /H 6L[LHUQH -RXU VnHQ FKDSSH SRXU SUHQGUH YDOHXU GH P\WKH $LQVL RQ FRQVWDWH TXH OH PRXYHPHQW GLDOHFWLTXH TXL VRXVWHQG WRXWH OD SURGXFWLRQ OLWWUDLUH GH &KHGLG VH UHSURGXLW VRXV OD IRUPH GnXQ YDHWYLHQW HQWUH OD UHDO L W HW OD OJHQGH 6L IHUPHPHQW LQVUH TXnHOOH VRLW GDQV OD YLH TXRWLGLHQQH VRQ RHXYUH UHYHW WRXWHIRLV XQH GLPHQVLRQ V\PEROLTXH HW XQL YHUVH OH 2Q UHWURXYH FH GXDOLVPH GDQV nDVVHUWLRQ WLUH GHV *RUJLDV GH 3ODWRQ PLVH HQ H[HUJXH DX 6L[LHPH -RXU HW DX[ 0DUFKHV GH VDE H (FRXWH 7RL WX SHQVHUDV TXH FnHVW XQH IDEOH PDLV VHORQ PRL FnHVW XQ UFLW -H WH GLUDL FRPPH XQH YULW FH TXH MH YDLV WH GL UH &H EDODQFHPHQW HQWUH OH IDLW GLYHUV HW OH P\WKH VH PDQLIHVW GnXQH IDJRQ SDUWLFXOLUHPHQW IUDSSDQWH GDQV /H 0RQWUHXU $X FRXUV GH FH MHX GnRPEUHV TXL VH IDLW MHX GX GHVWLQ TXDWUH SDQWLQV SUHQQHQW FRUSV VnHQUDFLQHQW GDQV QRWUH GXUH SRXU MRXHU GHYDQW QRXV HW DYHF QRXV OH GUDPH GH nH[LVWHQFH VRXV OH UHJDUG LPSDVVLEOH HW QLJPDWLTXH GX 0RQWUHXU /HV SHUVRQQDJHV GH FHWWH SLHFH FRPPH FHX[ GHV GHX[ SUHFHGHQWHV GnLQVSLUDWLRQ KLVWRULTXH HW ELEOLTXH H[LVWHQW ELHQ GDQV HXU FKDLU HW GDQV HXU VDQJ HW UHVWHQW GHV LQGLYLGXV SURIRQGPHQW KXPDLQV PDLV LOV SDUWLFLSHQW JDOHPHQW GX GRLQDLQH SLTXH R DJLVVHQW OHV JUDQGHV IRUFHV GH On+LVWRLUH 'DQV VD SRVLH VH VHUYDQW GHV PRWV GX YRFDEXODLUH TXRWLGLHQ &KHGLG YLVH D 7HVVHQWLHO GH QRWUH H[SULHQFH SDUWDJH PDLV UIOFKLW DXVVL VXU FH TXL OD GSDVVH VXU VHV GLPHQVLRQV OHV SOXV P\VWULHXVHV OHV SOXV UQHUYHL HXVHV HW OHV SOXV FDFKHV

PAGE 16

/H GXDOLVPH IRQGDPHQWDO GH OD GHPDUFKH FKHGLGLHQQH VnDSSOLTXH DXVVL £ OnWUH KXPDLQ 3DU OD PLVH HQ YDOHXU GH nRSSRVLWLRQ LGHQWLWDOWULW OnFULYDLQ QRXV LQYLWH £ FRQQDWUH nDXWUH TXL H[LVWH HQ IDFH GH QRXV HW TXL SOXV HVW QRXV HQWUDLQH £ GFHOHU VD SUHVHQFH DX IRQG GH QRXV (Q GYRLODQW DLQVL QRV UHVVHPEODQFHV HOOH ODQFH XQ DSSHO £ OD IUDWHUQLW HW HQ DFFRUGDQW GDQV WRXWH VRQ RHXYUH XQH SODFH SULYLOJLH £ OD FRPPXQLFDWLRQ HOOH H[SULPH VD FRQILDQFH HQ OD SRVVLELO L W GH FRQVWUXLU GHV SRQWV HW GHV SDVVHUHOOHV SDU OH SDUWDJH GH OD SDUROH 0DOJU OHV GLIIUHQFHV GnDJH GH PLOLHX HW GH FXOWXUH TXL OHV VSDUHQW VHV SHUVRQQDJHV URPDQHVTXHV UXVVLVVHQW D WURXYHU XQ ODQJDJH FRPPXQ TXL OHXU SHUPHW QRQ VHXOHUQHQW GH FRPPXQLTXHU PDLV DXVVL GH VH FRPSUHQGUH HW GH VnHQWUDLGHU 'DQV VHV SLHFHV GH WK£WUH R LO VnDJLW SOXWW GnXQ GLDORJXH D WRXWH IRUFH SRXUVXLYL HQWUH OnLQGLYLGX HW OD PXOWLWXGH FnHVW OnDFWH GH FRLUPXQLFDWLRQ f§ D YRORQW GnFRXWHU OD YRL[ GH FHWWH PXOWLWXGH RX OH EHVRLQ GH DL IDLUH SDUYHQLU TXHOTXH PHVVDJHf§TXL FRQVWLWXH XQ GHV UHVVRUWV SULQFLSDX[ GH FKDTX GUDPH /HV MHXQHV KUR7QHV GH %UQLFH Gn(J\SWH HW GHV 1RPEUHV DQLPHV SDU XQH V\PSDWKLH SURIRQGH SRXU OHXU SHXSOH DFFHSWHQW OD FKDUJH GH OXL UHQGUH VHV GURLWV HW VH PWDPRUSKRVHQW SDVVDQW GH OD SDVVLYLW FRQWHPSODWLYH £ OnDFWLRQ GHFLVLYH £ FDXVH GH OHXU UFHSWLYLW £ VHV YRHX[ 4XDQW DX SHUVRQQDJH QLJPDWLTXH HW DQRQ\PH TXL D SUW VRQ QRP DX WLWUH GX 0RQWUHXU UGXLW DX VLOHQFH SDU nLPSRVVLELOLW GH SURQRQFHU OD SDUROH FRQWHQDQW OD USRQVH D OnWHUQHO SRXUTXRL GH OD YLH HW GH OD LQRUW LO PRQWH MRXU DSUV MRXU WRXW XQ VSHFWDFOH SDU OHTXHO LO HVSHUH QRXV OD WUDQVPHWWUH $LQVL FKH] $QGUH &KHGLG FnHVW SDU OD SDUROH TXL VH IDLW SRQW SRXU XQLU OHV H[WUHPHV HW GHYLHQW SDVVHUHOOH SRXU DEROLU OHV GLVWDQFHV

PAGE 17

TXH OHV RSSRVLWLRQV FRQYHUJHQW HW TXH OD GXDO L W VH WUDQVIRUPH HQ FRPPXQLRQ 3RXU HOOH FnHVW OD SRVLH YLVDQW D 9HVVHQWLHO TXL HVW VXUWRXW FDSDEOH GH FUHHU OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH HW GH IDLUH UHVVRUWLU OD WHUUH FRPPXQH GX FRHXU KXPDLQ $ OD TXWH GnXQH YRL[ PXOWLSOH SDUWDJH GH SRUWH XQLYHUVHOOH HOOH GFODUH /H -HA GH OD SRVLH HVW D WRXV /H 0RL GH OD SRVLH HVW SOXVLHXUV /H 7XA GH OD SRVLH HVW DX SOXULHO 7RXW HQ FOEUDQW OD SXLVVDQFH GH OD SDUROH FRPPH IRUFH GH IXVLRQ HOOH PGLWH DXVVL VXU VD QDLVVDQFH GDQV XQH UIO H[LRQ VXU OD FUDWLRQ GX SRPH TXL VnO DERUH £ WUDYHUV OH SRPH OXLPPH &HSHQGDQW SRXU $QGUH &KHGLG OD SRVLH FH ODEHXU £ OD IRLV SXLVDQW HW H[DOWDQW TXL IRXLOOH OHV PRWV HW OLEUH OD SDUROH GX FDUHDQ GX ODQJDJH QH UHSUVHQWH MDPDLV OnH[LO GX SRHWH HQIHUP GDQV VD SURSUH RHXYUH 6D SRVLH FKDQWH OD SDUROH DYDQW WRXW FRPPH YKLFXOH GnXQ DFWH GH FRPPXQLFDWLRQ TXL VHUW D UGXLUH OnFDUW HQWUH OnLQGLYLGX HW VRQ SURFKDLQ HW DXVVL FRQPH OLHQ TXL HVW HQ PPH WHPSV LQVWUXPHQW GH OLEUDWLRQ &KH] HOOH OnH[HUFLFH GH OD SDUROH SRWLTXH FHWWH FUR\DQFH DEVROXH DX[ SRXYRLUV PDJLTXHV GHV PRWV YD GH SDLU DYHF XQ UHJDUG OXFLGH TXL VRQGH OHV WUHV HW OHV FKRVHV 6D FRQWHPSODWLRQ GH QDWXUH PGLWDWLYH PDLV VXUWRXW LQWHUURJDWLYH WURXYH VRQ H[SUHVVLRQ GDQV XQH SRVLH TXL VRXO YH GHV TXHVWLRQV IRQGDUQHQWDO HV DX[TXHOOHV OHV USRQVHV UHVWHQW WRXMRXUV HQ VXVSHQV 'LUH OD SRVLH HVW XQ PR\HQ GH VH LQHWWUH HQ FRQWDFW DYHF OnDXWUH SRXU OH FRQQDLWUH PDLV DXVVL GH VH PHWWUH HQ IDFH GHV QLJPHV WHUQHOOHV GDQV OH EXW GH Ve FRQQDLWUH 6HO RQ OD GPDUFKH SRWLTXH Gn$QGUH &KHGLG WRXW GHPHXUH GDQV OD TXWH TXWH GnXQH SDUROH £ SDUWDJHU DYHF WRXV GnXQH WHUUH FRLPXQH TXL QH QLH SDV OHV GLIIUHQFHV PDLV OHV FRQFLOLH GnXQ PRW LQGLFLEOH SL ORJXH TXL

PAGE 18

UHFOH GHV USRQVHV £ 7DPRXU £ OD PRUW HW £ D YLH &HV USRQVHV HOOH OHV FKHUFKH GDQV XQH SRVLH SOHLQH GH UVHUYH FULWH GDQV XQ ODQJDJH SXU HW GLUHFW QRQFH GnXQH YRL[ VREUH PDLV DXVVL IDPLOLUH HW SURFKH XQH SRVLH R DERQGHQW OH WXWRLHPHQW HW OnDSRVWURSKH DX OHFWHXU 5HIXVDQW OD GL VWDQFLDWL RQ HOOH RSHUH SO XWRW XQH LGHQWLILFDWLRQ GX VXMHW SDUODQW DYHF VRQ LQWHUORFXWHXU LGHQWLILFDWLRQ SRUWH D XQ VL KDXW GHJU TXH OH PRL HW OH WR L VH FRQIRQGHQW FKH] $QGUH &KHGLG VL OH H GHYLHQW XQ DXWUH FnHVW XQH SUHXYH QRQ SDV GnDOLQDWLRQ PDLV GnXQLW -H GLV FULWHOOH 3RXU WUH (QVHPEOHA (OOH DIILUPH DLQVL VD IRL GDQV OD SXLVVDQFH GH OD SDUROH TXL FRQYHUJH HW QRXV UHOLHA FKHUFKDQW WRXMRXUV £ H[SULPHU OD WUDPH VHFUHWH GH OD IUDWHUQLW KXPDLQH (Q SRVDQW GHV TXHVWLRQV IRQGDUQHQWDO HV TXL VH IRQW FKR GH SRPH HQ SRPH GH SRVLH HQ UFLW GH URPDQ HQ SLHFH GH WKDWUH HOOH QRXV DSSHOOH HQ WDQW TXH WPRLQV HW SDUWLFLSDQWV D IDLUH DYHF HOOH D WUDYHUV OH WH[WH OD GFRXYHUWH HW OnH[HUFLFH GH OD SDUROH /H SRHWH QRXV L QL WLH DX GRPDLQH GX VRQJH SHUSWXHO R OH UDVVHPEOHPHQW GHV FRQWUDLUHV QH GHPHXUH SDV WRXMRXUV D OnWDW YLUWXHO HW R LO HVW SRVVLEOH GnOHYHU OD YLH YFXH VHORQ OHV FRQWUDLQWHV WHPSRUHOOHV GH OnDQHFGRWH £ nLQWHPSRUDO L W GH OD OJHQGH /HV RXYUDJHV GUDPDWLTXHV Gn$QGUH &KHGLG VRQW OD FRQWLQXDWLRQ HW OH SURORQJHPHQW GH VD PHGLWDWLRQ VXU OD SDUROH 'DQV VHV GHX[ SUHPLHUHV SLHFHV %UQLFH Gn(J\SWH HW /HV 1RPEUHV TXL UHYWHQW XQH GLPHQVLRQ P\WKLTXH SDU nORLJQHPHQW KLVWRULTXH HW fLQVSLUDWLRQ ELEOLTXH GH OHXU DFWLRQ FnHVW OD SDUROH SDUWDJH TXL IDLW OnREMHW GH VD UIOH[LRQ 3RO\SKRQLTXH HW PXOWLSOH OD YRL[ GX SHXSOH Vn\ IDLW HQWHQGUH HQ FRQWUHSRLQW D FHOOHV GHV FKHIV SROL WLTXHV HW PLO L WDL UHV

PAGE 19

SRXU VH ODPHQWHU VXU OHV VRXIIUDQFHV GH OD PXOWLWXGH HW GDQV OH EXW GnLPSRVHU OD YRORQW GH FHWWH PPH PXOWLWXGH 'HV OD TXDWULPH VFHQH GH %HUHQLFH OHV YRL[ GH TXHOTXHV UHSUVHQWDQWV GH FHWWH PXOWLWXGH H[SORLWH VnOYHQW HQ VRXUGLQH LQDXGLEOH £ WRXV VDXI D OD SULQFHVVH SRXU SURWHVWHU FRQWUH OnRSSUHVVLRQ GRQW OHV PDVVHV VRQW YLFWLPHV VRXV OH UJQH GX URL W\UDQQLTXH HW GHSUDY 3WROPH $XOWH $ OD GLIIHUHQFH GH FHV YRL[ TXL HQWRQQHQW OHXUV SODLQWHV GDQV OnRPEUH FRPPH HQ UHYH OH JURQGHPHQW GH OD IRXOH FLWDGLQH Gn$OH[DQGULH HW GHV PDVVHV FDPSDJQDUGHV UDSSHOOH DX PDXYDLV VRXYHUDLQ TXL DYDLW WUDKL VRQ IUHUH 3WROPH GH &K\SUH OH VRUW GH OHXU GHPLIUUH 3WROPH $OH[DQGUH PDVVDFU SDU VHV VXMHWV HIIUD\ LO FHGH OH SRXYRLU £ %UQLFH VD ILOLH DLQH /D MHXQH UHLQH HW VRQ PDUL $UFKHODRV LQDXJXUDQW XQ UJQH GH MXVWLFH HW GH WROUDQFH GVLUHX[ GH GHPHXUHU D OnFRXWH GH OHXU SHXSOH PDQLIHVWHQW OHXU VROLGDULW DYHF XL SDU OH SDUWDJH GH OD SDUROH HW OD FUDWLRQ GHV UDSSRUWV KXPDLQV HW VLPSOHV EDVV VXU OD FRPPXQLFDWLRQ 3RXUWDQW FHWWH FRPPXQLRQ WDQW VRXKDLWH HVW YRXH £ OnFKHF SDU OH UHWRXU GH 3WROPH $XOWH TXL UHQWUH HQ SRVVHVVLRQ GH OD FRXURQQH DYHF OH FRQFRXUV GHV WURXSHV URPDLQHV 'H QRXYHDX EDLOORQQH £ OD VXLWH GX WULRPSKH PLO L WDL UH GH FH SUH TXL VFHOOH OD UHSULVH GH OD VRXYHUDLQHW SDU OnDVVDVVLQDW GH VD ILOLH OD YRL[ GX SHXSOH QH SHXW ULHQ SRXU VDXYHU OHV MHXQHV UIRUPDWHXUV TXL DYDLHQW DIILUP HQ XL DFFRUGDQW OD SDUROH OD GLJQLW HW OD IUDWHUQLW KXPDLQHV &H VHUD £ 1FKRXGH OnKRPPHWURQF TXL SDUOH WRXW OH ORQJ GH OD SLFH DYHF OD YRL[ VRXWHUUDLQH GH WRXV GH TXLWWHU $OH[DQGULH 2, SRXU USDQGUH OH PHVVDJH GX SULQWHPSV SHUGX GRQW LO D W WPRLQ $LQVL OnHVSRLU nDPRXU HW OD FRQFRUGH TXH V\PEROLVH OH SDUWDJH GH OD

PAGE 20

SDUROH VH SHUSWXHURQW JUDFH £ VD YRL[ HW £ FHOOH GH OnHQIDQW TXL WUDYHUVHUD DYHF OXL OHV SD\V OHV VDL VRQV HW OHV DJHV SRXU SURHODPHU OnDYQHPHQW GnXQH WHUUH VDQV KDLQH 'DQV OH GUDPH ELEOLTXH LQWLWXO /HV 1RPEUHV OD YRL[ GH OD PXOWLWXGH VnOYH DXWRXU GH 'HERUD MXJH HW SURSKWHVVH HQ IDYHXU GH OnRIIHQVLYH PHQH SDU %DUDN FRQWUH OH FKHI HQQHPL 6LVHUD SRXU GOLYUHU OHV ,VUDOLWHV GX MRXJ GHV &DQDQHQV 'HERUD FDUWHOH HQWUH OHV YRL[ FRQWUDLUHVA GH VRQ SHXSOH HW GH VRQ FRHXU SURXYDQW XQH V\PSDWKLH SURIRQGH SRXU WRXWH FHWWH PDVVH GnKXPDQLW TXL OnDSSHOOH D VRQ DLGH PDLV IRUW FRQVFLHQWH GHV KRUUHXUV GH OD JXHUUH VH ODLVVH HQWUDLQHU D OD WHWH GH OnDUPH SDU OD IRUFH GHV YRL[ UDVVHPEOHV GH OD IRXOH 6RXV OD SOXPH GH &KHGLG OD SURSKWHVVH DQJRLVVH HW YXOQUDEOH VH YRLW DFFXOH £ OD YLROHQFH TX HOOH DEKRUUH HW QH SDUYLHQW SDV D UFRQFLOLHU OD KDLQH TXL GRPLQH OD UDOLW GRQW HOOH HVW HQWRXUH HW OnLGDO GH SDL[ HW GnKDULQRQLH TXnHOOH YRXGUDLW WDQW LQVWDXUHU /D SDUROH VH SDUWDJH HQWUH OD YRL[ GX SHXSOH H[SULPDQW £ 7XQLVVRQ DYHF FHOO HV GHV JUDQGV OH GVLU GH GRPLQDWLRQ HW OD VRLI GH YHQJHDQFH HW OD YRL[ GH VRQ IRU LQWULHXU TXL OD SRXVVH D LQVUHU 'LHX GDQV nKLVWRLUHA /HV RSSRVLWLRQV TXL DERQGHQW GDQV FHWWH SLHFH WRXWH HQ DQWLWKHVHV VH PDQLIHVWHQW VXU OH SODQ VWUXFWXUHO SDU OD WHFKQLTXH GHV YRL[ HQ FRQWUHSRLQW TXL PHWWHQW DLQVL HQ UHOLHI OH SULQFLSH GH OD GXDO L W YRLUH GH OD SOXUDO L W VXU OHTXHO UHSRVH 7HVVHQWLHO GX GUDPH 'DQV OD VFHQH LQWLWXOH /HV WURLV IHPPHV OH SODWHDX VH GFRXSH HQ WURLV WDEOHDX[ HW OD SDUROH SDVVH VXFFHVVLYHPHQW £ 'HERUD HW VRQ HQWRXUDJH D -DO PDWUHVVH GH 6LVHUD HW D OD PHUH GH FH FKHI PLO L WDL UH IHPPHV SRXU TXL OH &DQDQHQ HVW UHVSHFWLYHPHQW DGYHUVDLUH UHGRXWDEOH

PAGE 21

DPDQWHQQHPL HW ILOV FKUL /HXUV YRL[ VH IRQW HQWHQGUH GnDERUG £ WRXU GH UROH SXLV VnHQFKHYWUHQW SRXU YRTXHU nLPDJH TXH FKDFXQH VnHVW IDLWH GH OXL /nDOWHUQDQFH HW HQVXLWH OH FKHYDXFKHPHQW GH OHXUV SDUROHV HQWUHFURLVHHV IRQW UHVVRUWLU OD GLIILFXOW GH WUDQFKHU HW 7DPELJXnLW GHV DSSDUHQFHV TXL GFKLUHQW 'HERUD FHOOH TXL SRUWH OH WLWUH GH MXJH /H SHQGDQW GH FHWWH VFHQH VFHQH JDOHPHQW SRO\SKRQLTXH HW MRXH VXU XQ GLVSRVLWLI £ SOXVLHXUV SODWHDX[ VH WURXYH GDQV OD GHX[LHPH SDUWLH GH OD SLHFH RX OD UHDO L W VH UYOH WRXW D IDLW FRQWUDLUH D FH TXnDYDLHQW SURFODP OHV YRL[ IHPLQLQHV GX GEXW 6LVHUD YDLQFX QnHVW SOXV ,nHQQHPL GDQJHUHX[ GH 'HERUD PDLV SOXWW OnDOOL OH SOXV VXU TXL OnDLGHUD £ IDLUH UJQHU XQH SDL[ GXUDEOH 6LVHUD YLFWRULHX[ FRXYHUW GH JORLUH QnH[LVWH TXH GDQV nLPDJLQDWLRQ GH VD PHUH TXL QH OH UHFRQQDLW SDV WHO TXnLO HVW 6LVHUD DWWHQGX SDU -DO GHYLHQW QRQ SDV VRQ KWH PDLV SOXWW VD YLFWLPH /D MX[WDSRVLWLRQ GHV YRL[ PHW HQ OXPLUH XQ GHV WKHPHV SULQFLSDX[ GH OD SLHFH HQ VRXOLJQDQW SDU OHV PRQRORJXHV SDUDO OHOHV GH GHX[ UHSUVHQWDQWV GHV FDPSV HQQHPLV OD WUDJGLH HW OnLURQLH GH OD JXHUUH /HV SURSRV GHV GHX[ KUDXWV TXL VH VXLYHQW HW VH USRQGHQW SURHODPDQW OH PPH PHVVDJH GH YLFWRLUH GFODUDQW OD PPH YRORQW GnFUDVHU nDGYHUVDLUH SURPHWWDQW OD PPH FOPHQFH D 7HQQHPL YDLQFX FRQVWLWXHQW XQ SDUWDJH GH OD SDUROH TXL HVW OnDQWLSRGH GH OD FRLUPXQLFDWLRQ /nHIIHW GHV YRL[ PDLV DXVVL GHV WKLTXHV HQ FRQWUHSRLQW VH FUH JDOHPHQW SDU nHQWUHFURLVHPHQW GH GHX[ GLDORJXHV XQ HQWUH 'HERUD HW %DUDN 7DXWUH HQWUH GHX[ DUFKHUV GH nDUPH GH 6LVHUD FKDFXQ SRUWDQW VXU XQH TXHVWLRQ GH YLH RX GH PRUW /HV RSSRVLWLRQV TXL LQIRUPHQW /HV 1RPEUHV VH UVXPHQW GDQV OD VFQH

PAGE 22

ILQDOH SDU OD MX[WDSRVLWLRQ GHV YRL[ H[SULPDQW OH FRQIOLW HQWUH OH UHHO HW nLGHDO /H UHYH YHLOO GDQV OHTXHO 'HERUD VnHQIRQFH SRXU UDFRQWHU XQH VFHQH GnDPRXU HQWUH 6LVHUD HW -DO V\PEROH GnXQH DOOLDQFH VROLGH HQWUH OHV GHX[ FDPSV DX[TXHOV LOV DSSDUWLHQQHQW VH KHXUWH £ OD UHDO L W GRXORXUHXVH OD QDUUDWLRQ GH OnDVVDVVLQDW GX &DQDQHQ SDU VD PD7WUHVVH LVUDOLWH 'VHVSUH FRHXUH SDU OD YLROHQFH KXPDLQH 'HERUD WHQWH GnDEDWWUH OH SDOPLHU VRXV OHTXHO HOOH VLHJH PDLV VROLGDLUHV OHV YRL[ HW OHV PDLQV GH OD IRXOH OD UHWLHQQHQW HW OD UFRQFLOLHQW £ nHVSRLU GH FKDQJHU OHV FRHXUV 'DQV /H 0RQWUHXU FH QnHVW SDV SDU OD MX[WDSRVLWLRQ GHV YRL[ PDLV SOXWRW SDU FHOOH GH OD SDUROH HW GX VLOHQFH TXH VnODERUH OH UVHDX VWUXFWXUHO TXL UHQIHUPH OnHVVHQWLHO GH OD SLHFH /HV SURSRV PL SURQRQFV PLFKDQWV GnXQH YRL[ RII TXL VnDGUHVVH IUDWHUQHO HPHQW DX[ VSHFWDWHXUV OHV LQVUHQW GnHPEOH GDQV nXQL YHUV GX VSHFWDFOH TXL VH GURXOHUD VXU OnFUDQ GUHVV SDU OH 0RQWUHXU )DLVDQW HFKR £ FHWWH FLWDWLRQ GH 3ODWRQ TXL VHUW GnSLJUDSKH £ GHX[ RXYUDJHV URPDQHVTXHV GH &KHGLG OD YRL[ LQYLWH OH SXEOLF FDSWLI GH OD WRLOHA D GFKLIIUHU OH GUDPH D UHFRQQDLWUH OD UDOLW D WUDYHUV OD IDEOH HW D GFHOHU GHUULUH OHV VLOKRXHWWHV GHV SDQWLQV OH UHIOHW GH VRQ SURSUH YLVDJH $ OD GLIIUHQFH GX 0RQWUHXU WRXMRXUV VLOHQFLHX[ TXL VXLW nDFWLRQ GH VRQ UHJDUG LPSQWUDEOH OD YRL[ RII VH VHUYDQW GH OD SXLVVDQFH FUDWULFH GH OD SDUROH FKRLVLW OHV OHWWUHV $ 1 = GnR SURYLHQQHQW OHV SUQRPV GH TXDWUH PDULRQQHWWHV TXL SUHQQHQW FRUSV SUHVTXH DXVVLWW HW VH PWDLQRUSKRVHQW HQ SHUVRQQDJHV GH FKDLU $LQVL WUDQVIRUPHV GnRPEUHV PXHWWHV HQ SURWDJRQLVWHV $OHI *XLP 1RXQ HW =HQ H[KLEDQW OHV WUDLWV OHV SOXV FRQVWDQWV GH OD QDWXUH KXPDLQH VH

PAGE 23

PHWWHQW £ LQWHUSUHWHU OH MHX GH OD YLH GOLYUV GH OnFUDQ TXL OHV VSDUDLW GH OHXUV SHQGDQWV SDUPL OHV VSHFWDWHXUV /D GLDOHFWLTXH VL HQFHSDUROH HVW VXUWRXW PDQLIHVW GDQV GHX[ VFHQHV VXFFHVVLYHV YHUV OD ILQ GH OD SLHFH FKDFXQH FRQVLVWDQW HQ OD UHSUHVHQWDWLRQ VLPXOWDQHH GH GHX[ DFWLRQV 7XQH GLDORJXH HW 7DXWUH PLPH /nH[SUHVVLRQ DLQVL SDUWDJH DFFRUGH HQ PPH WHPSV £ GHX[ FRXSOHV GLVWLQFWV UDSSHO OH OH GLVSRVLWLI £ WURLV SODWHDX[ HPSOR\H GDQV /HV 1RPEUHV &HSHQGDQW GDQV /H 0RQWUHXU OH SDUWDJH GH OD SDUROH QH V\PEROLVH QL OD IUDWHUQLW FRPPH GDQV %UQLFH QL 7RSSRVLWLRQ FRPPH GDQV /HV 1RPEUHV R PPH VL OHV YRL[ VnHQWUHFURLVHQW OD FRQPXQLFDWLRQ HVW VRXYHQW DEVHQWH PDLV DFFHQWXH SL XWRW OD SXLVVDQFH H[SUHVVLYH GX VLOHQFH ,, DUUL YH SDUIRLV TXH OH VLOHQFH VRLW SOXV ORXUG GH VLJQLILFDWLRQ TXH FH TXL WURXYH VRQ H[SUHVVLRQ SDU OH YHUEH HW TXH OHV PHGLWDWLRQV OHV SOXV SURIRQGHV GHUQHXUHQW PXHWWHV &KDTX VRLU OH 0RQWUHXU PRQWH VRQ VSHFWDFOH HQ SUHQDQW OD SDUROH VHV PDULRQQHWWHV GHYLHQQHQW GHV WUHV KXPDLQV HW XQH IRLV OHXU MHX GX GHVWLQ DFFRPSOL HO OHV OD SHUGHQWr 'RQH VL 7H[HUFLFH GH OD SDUROH YD GH SDLU DYHF OD SHUVRQQDO L WH HW WRXW FH TXnHOOH FRPSRUWHf§ 7DPRXU OD YRORQW GH WULRPSKHU GX GHVWLQ OD VRLI GH GRPLQDWLRQ HW OD PRUWOH PXWLVPH ILQDO VRXOLJQH OH UHWRXU DX GRPDLQH GHV REMHWV XQH IRLV WHUPLQ OH MHX GH OD YLH &HSHQGDQW PPH VnLOV GLVSRVHQW SURYLVRLUHPHQW GH WRXWHV OHV UHVVRXUFHV GX ODQJDJH OHV SDQWLQV QnRQW SDV GFRXYHUW OD 3DUROH TXL SURORQJHUDLW OHXU MHX HW OXL GRQQHUDLW XQ VHQV (Q HIIHW 9HVVHQWLHO QH UHVLGH SDV HQ FH TXnLOV GLVHQW %LHQ TXnLOV SDUWDJHQW PRPHQWDQPHQW QRWUH KXPDQLW HQ ILQ GH FRPSWH FH QH VRQW TXH GHV SDQWLQV ILJXUDQW GDQV XQH UHSUHVHQWDWLRQ TXL FRQVWLWXH OD YRLH YRL["f GRQW VH VHUW OH 0RQWUHXU SRXU FRPPXQLTXHU DYHF QRXV &H

PAGE 24

VRQW OHV SDUROHV YLYDQWHV SDU OHVTXHOOHV LO VnHIIRUFH GH QRXV WUDQVPHWWUH OD 3DUROH IRQGDPHQWDOH TXnLO GWLHQW ,QFDSDEOH GH OD SURQRQFHU OH 0RQWUHXU UWDEOLW WRXW GDQV VD WRL H HW SUHSDUH OnWHUQHO UHFRPPHQFHPHQW GX VSHFWDFOH ,, LQFDUQH OH EHVRLQ GH FRPPXQLFDWLRQ TXL QRXV KDELWH WRXV HW OD YRORQW GH FRQVWUXLU GHV SRQWV PPH TXDQG OHV SDUROHV UVLVWHQW 3RXUWDQW OH 0RQWUHXU UXVVLUDWL PDOJU OHV REVWDFOHV £ IDLUH SDVVHU VRQ PHVVDJH" &nHVW D QRXV GH SDUWLFLSHU £ VRQ DFWH GH FRPPXQLFDWLRQ GH GFKLIIUHU VRQ QLJPH HW Gn\ WURXYHU XQH USRQVH (WDQW GRQQ nLPSRUWDQFH WKPDWLTXH GH OD SDUROH SDUWDJH HW OD GLYHUVLW GH VHV H[SUHVVLRQV IRUPHOOHV GDQV OnRHXYUH SRWLTXH HW GUDPDWLTXH Gn$QGUH &KHGLG OD SUVHQWH WXGH VH SURSRVH GnDGRSWHU FHWWH QRWLRQ FRPPH SRLQW GH GSDUW GH nDQDO\VH GHV URPDQV FHFL SDU OH ELDLV GH OD YRL[ QDUUDWLYH &HSHQGDQW LO IDXW FRQVWDWHU GHV OH GEXW nH[LVWHQFH GH ELHQ GnDXWUHV SHUVSHFWLYHV VHO RQ OHVTXHOOHV LO VHUDLW SRVVLEOH GnRULHQWHU XQH WXGH GH OD SURGXFWLRQ URLQDQHVTXH FKHGLGLHQQH 3RXU QnHQ VLJQDOHU TXH WURLV SDUPL OHV SOXV HYLGHQWHV LO VXIILUD GH UHSUHQGUH OHV SUHPLHUV PRWV GH OD QRWLFH ELRJUDSKLTXH TXL VHUW GH SUDPEXOH D FHW HVVDL $QGUH &KHGLG IHPPH FULYDLQ GRULJLQH J\SWRLEDQDLVH GnH[SUHVVLRQ IUDQTDLVH $LQVL SRXU QH SDUOHU GnDERUG TXH GH OD SUHPLHUH SHUVSHFWLYH RQ SRXUUDLW VDQV GRXWH WUH DPHQ D FRQVLGUHU OHV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG GX SRLQW GH YXH GH OnFULWXUH IHPLQLQH QRQ SDV SULQFLSDOHPHQW GDQV OH EXW GnHQ GJDJHU XQ FW IPLQLVWH GSHLJQDQW nDVVXMHWWLVVHPHQW GH OD IHPPH DWWDFKH £ UHYHQGLTXHU VRQ HPDQFLSDWLRQ PDLV SL XWRW SRXU W£FKHU GH G ILQLU OD IPLQLWXGH GH OnDXWHXU SDU nDQDO\VH GH VRQ GLVFRXUV LWWUDLUHA 'DQV TXHOOH PHVXUH OD SDUROH TXn$QGUH &KHGLG QRXV

PAGE 25

LQYLWH £ SDUWDJHU HVWHOOH XQH SDUROH GH IHPLQH"A (Q TXRL VRQ UDSSRUW £ OnFULWXUH DX ODQJDJH DX WH[WH HW D OD UHDO L W TXL VnH[SULPH D WUDYHUV VLOHQFHV HW SDUROHV WUDGXLWLO VD VLWXDWLRQ HQ WDQW TXH IHPPH" (Q RXWUH FRPPHQW FDUDFWULVHU OD IPLQLW GnXQH YRL[ SRWLTXH RX QDUUDWLYH" 4XH UHSUVHQWH SRXU XQH IHPPH OnDFWH GH SUHQGUH OnRXWLO HW OnDUPH GH OD SDUROH" < DWLO XQH YRL[ HW XQH PHQWDOLW SURSUHPHQW IHPLQLQHV TXL VH IRQW VHQWLU PPH GDQV GHV UFLWV HW GHV URPDQV UDFRQWV SDU GHV QDUUDWHXUV PDVFXOLQV DQRQ\PHV RX HIIDFV" (Q HIIHW RQ GHYUDLW SHXWWUH WHLU FRPSWH GX JHQUH GH OD YRL[ QDUUDWLYH RX GH VD GSHUVRQQDOLVDWLRQf HQ DQDO\VDQW OH FKRL[ GX FRQWHQX QDUUDWLI OD IDJRQ GRQW LO HVW UHODW HW OHV UHDFWLRQV VXVFLWHV FKH] OHV GHVWLQDWDLUHV GH OnDFWH GH FRPPXQLFDWLRQ 6HO RQ 6XVDQ /DQVHU *HQGHUEDVHG GLVWLQFWLRQV KDYH EHHQ LQIOXHQWLDO LQ WKH ZULWLQJ DQG UHDGLQJ RI OLWHUDWXUH DQG DOVR SHUPHDWH WKH VWUXFWXUHV RI QDUUDWLYH LQ DQ DQGURFHQWULF FXOWXUH PDOH DQG IHPDOH YRLFHV DUH QRW KHDUG LQ WKH VDPH ZD\ 6XUHO\ WKH VH[ RI D QDUUDWRU LV DW OHDVW DV VLJQLILFDQW D IDFWRU LQ OLWHUDU\ FRPQXQLFDWLRQ DV WKH QDUUDWRUnV JUDPPDWLFDO SHUVRQ WKH SUHVHQFH RU DEVHQFH RI GLUHFW DGGUHVV WR D UHDGHU RU QDUUDWLYH WHPSRUDOLW\ 4XDQW DX[ SURWDJRQLVWHV LO HVW SL XWRW TXHVWLRQ GH GWHUPLQHU VL OnDXWRQRPLH HW OD SRUWH GHV YRL[ IHPLQLQHV VRQW FRPSDUDEOHV D FHO OHV GHV YRL[ PDVFXOLQHV FDU Vn L LPSRUWH GH IRUPXO HU XQH USRQVH DXVVL FRPSOWH TXH SRVVLEOH £ OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH" LO IDXW JDOHPHQW FRQVLGUHU OHV LPSOLFDWLRQV GX VLOHQFH 4XL SOXV HVW LO FRQYLHQW GH VH GHPDQGHU D TXHO GHJU OH VLOHQFHOHV WURXV OHV DFXQHV HW OHV SDUHQWKVHVGnXQ GL VFRXUV IUQLQLQ FRQVWLWXH XQH PRGLILFDWLRQ GX WLVVX OLQJXLVWLTXH SURSUHPHQW PDVFXOLQ %LHQ TXnLO VRLW LPSRVVLEOH GH GILQLU FDUUPHQW XQH SUDWLTXH IHPLQLQH GH OnFULWXUH LO QnHVW SDV GX WRXW VDQV LQWUW GH WHQWHU GH GFRXYULU FRPPHQW OnWDW GnDOWULW

PAGE 26

PDVFXOLQH RX IHPLQLQH VnH[SULPH HW VH WURXYH PLV HQ YDOHXU £ WUDYHUV OH GLVFRXUV OLWWUDLUH /nRHXYUH Gn$QGUH &KHGLG SDU DLOOHXUV VnLQVUH QRQ VHXOHPHQW GDQV OH FRQWH[WH GH OnFULWXUH IHPLQLQH PDLV JDOHPHQW GDQV FHOXL GH OD OLWWUDWXUH SURFKHRULHQWDOH GnH[SUHVVLRQ IUDQJDLVH /nH[DPHQ GH VHV URPDQV GDQV FHWWH SHUVSHFWLYH SRXUUDLW VXUWRXW DERXWLU D XQH WXGH FRPSDUDWLYH TXL FRQIURQWHUDLW OHV WHFKQLTXHV QDUUDWLYHV HW OHV WKHPHV W\SLTXHPHQW FKHGLGLHQV DYHF FHX[ GnDXWUHV URPDQFLHUV IUDQFRSKRQHV RULJLQDLUHV GH OD YDO OLH GX 1LOAr 8QH WHOOH RSWLTXH SRXUUDLW DXVVL HQJOREHU XQH H[WHQVLRQ GH OD FRQFHSWLRQ RFFLGHQWDOH GH OD YRL[ QDUUDWLYH LFL PDUTXHH SDU FHUWDLQHV IRUPHV WUDGLWLRQQHO HV HW PRGHUQHV GH OD OLWWUDWXUH GnH[SUHVVLRQ DUDEH 6DQV SRXYRLU GDQV FHWWH SUVHQWH WXGH YUDLPHQW H[DPLQHU FHWWH GLPHQVLRQ FKHUFKDQW SRXUWDQW £ VLWXHU OnRHXYUH URPDQHVTXH Gn$QGUH &KHGLG SDU UDSSRUW DX[ WHQGDQFHV GX URPDQ IUDQJDLV WHO TXnLO VnFULW GHSXLV OD GHX[LHPH JXHUUH PRQGLDOH LO FRQYLHQGUD GH FRQVLGUHU SDU TXHO OHV YRLHV HOOH HVW SDUYHQXH D FRQWULEXHU DX GYHORSSHPHQW GHV GLIIUHQWHV SRWHQWLDO L WV GX UFLW &nHVW OD QRWLRQ GH FRH[LVWHQFH SDLVLEOH HW IUXFWXHXVH FQWUDOH D WRXWH VRQ RHXYUH TXL VHUYLU£ GDQV OD SUVHQWH WXGH GH SRLQW GH GSDUW £ OD GLVFXVVLRQ GH OnDUW URPDQHVTXH FKHGLGLHQ 2U OH WHUPH EUDVVDJH VH UDSSRUWH QRQ VHXOHPHQW £ OD GLYHUVLW FXOWXUHOOH YFXH SDU nDXWHXU PDLV SHXW VnDSSOLTXHU DXVVL D VD WHFKQLTXH QDUUDWLYH QRWDQLQHQW £ 7DPDO JDPH GH GLIIUHQWHV IRUPHV TXL FDUDFWULVH OD FRPSRVLWLRQ GH TXHOTXHVXQV GH VHV URPDQV &HUWHV HQ H[DPLQDQW YRLUH HQ SDUFRXUDQW /n$XWUH /D &LW IHUWL H HW 1OHIHUWLWL HW OH UYH Gn$NKQDWRQ RQ FRQVWDWH TXH &KHGLG \ LQFRUSRUH SDUIRLV GHV

PAGE 27

PRUFHDX[ GH SRVLH UHGL JH VRQ WH[WH VRXV IRUPH GH GLDORJXHV RX GH PRQRORJXHV GH W\SH GUDPDWLTXH RX OH GLYLVH HQ VHFWLRQV GRQW OHV WLWUHV VXJJUHQW VRLW nXVDJH GHV SDQQHDX[ RX GnXQH YRL[ RII VRLW OD SUHVHQFH GnXQ PHQHXU GH MHX RX GnXQ FKRHXU GRQW OD IRQFWLRQ HVW GH VLJQDOHU OH QRP GH FKDTX VFHQH DX FRXUV GnXQH UHSUHVHQWDWLRQ WKDWUDOH &HV PDUTXHV UYODWULFHV GnXQ PHODQJH GH JHQUHV TXL QH SRUWH TXH VXU OHV VWUXFWXUHV WH[WXHOOHV GH VXUIDFH USRQGHQW D XQH DXWUH VRUWH GH PHODQJH TXL UHOHYH GH OD QDWXUH PLPH GX GL VFRXUV URPDQHVTXH /nH[SO RUDWLRQ GnXQH WHOOH TXHVWLRQ DLQQH OD UHFRQVLGHUDWLRQ GHV GLVWLQFWLRQV IRQGDPHQWDO HV VXU OHVTXHOOHV UHSRVH OD QRWLRQ GHV JHQUHV OLWWUDLUHV 6L FRPPH RQ OH VDLW OHV FORLVRQV TXL OHV VSDUHQW VRQW ORLQ GnHWUH WDQFKHV HQ TXRL FRQVLVWH OH FDUDFWUH VSFLILTXH GH FKDFXQ" 'DQV OH FDGUH GH OD SUVHQWH WXGH QRXV QnDERUGHURQV FHWWH TXHVWLRQ QRUPH TXH SDU OH ELDLV GnXQ VHXO FRQFHSW FHOXL GX PRGH GnQRQFLDWLRQ O DERU SDU *UDUG *HQHWWH GDQV VRQ ,QWURGXFWLRQ £ nDUFKLWH[WHA 6D GLVFXVVLRQ GEXWH SDU nREVHUYDWLRQ TXH OnDWWULEXWLRQ DXMRXUGnKXL VL USDQGXH GH OD WULSDUWLWLRQ GHV JHQUHV D $ULVWRWH HW D 3ODWRQ WLHQW D XQH HUUHXU IRQGDPHQWDOH TXL VXEVLVWH GH ORQJXH GDWHA ,, SUFLVH TXH OD GLYLVLRQ TXH IRQW OHV WKRULFLHQV JUHFV QH FRQVWLWXH SDV XQH GLIIUHQFLDWLRQ SURSUHPHQW JQULTXH TXL DERXWLUDLW D OD USDUWLWLRQ WULSDUWLWH UHFRQQXH GHSXLV GHV VLFOHV PDLV UHVVRUW SOXWRW D OD GLYHUVLW GHV PRGHV GH UHSUVHQWDWLRQ RX GnQRQFLDWLRQ 3RXUWDQW OD WULDGH TXL VH GJDJH GHV GLVFXVVLRQV GDQV OD 3RWLTXH HW DX WURLVLPH OLYUH GH /D 5SXEOLTXH VHO RQ DTXHO OH nQRQFLDWLRQ HVW VRLW UVHUYH DX SRHWH VRLW DOWHUQH VRLW UVHUYH

PAGE 28

DX[ SHUVRQQDJHV QnHVW SDV VDQV UDSSRUW DYHF OD FODVVLILFDWLRQ WUDGLWLRQQHO H GHV JHQUHV VRXV OHV WLTXHWWHV O\ULTXH SLTXH RX GUDPDWLTXH (Q HIIHW OD FDWJRULH O\ULTXH VH FDUDFWULVH SDU OD YRL[ GnXQ SRHWH TXL FRQVWLWXH OH VHXO VXMHW GnQRQFLDWLRQ JDUGDQW OH PRQRSROH GX GLVFRXUV VDQV MDPDLV OH FHGHU D DXFXQ GH VHV SHUVRQQDJHV4XDQW DX JHQUH GUDPDWLTXH SDU FRQWUH FHOXL GHV GLDORJXHV WKDWUDX[ OHV VHXOHV YRL[ TXL VH IRQW HQWHQGUH VRQW FHO OHV GHV SHUVRQQDJHV /H PRGH LQWHUPHGLDWH SURSUH D OnSRSH HW £ VRQ DYDWDU PRGHUQH OH URPDQ FRPSRUWH OH SDUWDJH GH OD SDUROH HQWUH nDXWHXU RX SLXWRW OH QDUUDWHXUf HW VHV SHUVRQQDJHV (WDQW GRQQ TXH OH URPDQ VH UDWWDFKH D XQ PRGH GH UHSUHVHQWDWLRQ PL[WH LO QnHVW SDV LQXWLOH GH UHFRQVLGUHU OD TXHVWLRQ GX PHODQJH GHV JHQUHV VRXV XQ MRXU GLIIHUHQW SRXU WHLU FRPSWH GnXQ DPDOJDPH TXL VH PDQLIHVW QRQ VHXOHPHQW HQ VXSHUILFLH GDQV GHV URPDQV UHQIHUPDQW SDUIRLV GHV PRUFHDX[ SRWLTXHV RX GUDPDWLTXHV PDLV TXL FRQVWLWXH nHVVHQFH PHUQH GX GLVFRXUV URPDQHVTXH &HUWHV FRQVWDWHU TXH OH UFLW QH FRQVLVWH SDV HQ XQ VHXO GLVFRXUV PDLV HQ UHFHOH DX PRLQV GHX[ VRXYHQW SOXVLHXUV VH USDUWLVVDQW HQ WH[WHVf GH QDUUDWHXUVf HW WH[WHVf GH SHUVRQQDJHVf HW TXH FHV GLVFRXUV UHIOWHQW OD V\QWKVH GX PRGH GnQRQFLDWLRQ O\ULTXH HW GX PRGH GUDPDWLTXH QH UHSUVHQWH SDV OH IUXLW GnXQH UIO H[LRQ VXU OnDUW URPDQHVTXH SURSUHPHQW FKHGLGLHQA &HSHQGDQW FHV REVHUYDWLRQV GH SRUWH JQUDOH VXU OH URPDQ HQ WDQW TXH JHQUH OLWWUDLUH HW TXL PHWWHQW HQ OXPLUH OD SOXUDO L W IRQGDPHQWDOH GHV GL VFRXUV GX UFLW IRQW UHVVRUWLU JDOHPHQW FHOOH GH OD SDUROH SDUWDJH HW VH SUWHQW ELHQ D OnDQDO\VH GnXQ GHV DVSHFWV OHV SOXV LQWUHVVDQWV GHV URPDQV GH &KHGLG FHOXL GH OD YRL[ QDUUDWLYH /D SURGXFWLRQ URPDQHVTXH GH FHW FULYDLQ FKH] TXL OD FRLPLXQLFDWLRQ

PAGE 29

MRXH XQ UROH FDSLWDO RIIUH XQ FKDPS WUHV ULFKH SRXU nWXGH GH OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI 6HO RQ %HWWL QD .QDSS 7KH YRLFH LQKDELWLQJ &KHGLGnV QRYHOV SRHPV DQG GUDPDV WUDQVFHQGV JHRJUDSKLF ERXQGDULHV LW EHDUV WKH VWDPS RI XQLYHUVDOLW\ 3RXUWDQW VL VXLYDQW .QDSS RQ FRQVWDWH TXH OD YRL[ TXL HPDQH GHV URPDQV FKHGLGLHQV HVW FDSDEOH GnDEROLU OHV GLVWDQFHV WHPSRUHOOHV DXVVL ELHQ TXH VSDWLDO HV SRXU QRXV IDLUH SDUWDJHU VHV SDUROHV GH IUDWHUQLW HW GnHVSRLU FRPPHQW OD FDUDFWULVHU GX SRLQW GH YXH GH OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH" $ TXL FHWWH YRL[ DSSDUWLHQWHO H" &RPSWH WHQX GH OD QRWLRQ GH GXDOLW IFRQGDQWH D TXHO GHJU HVWLO SRVVLEOH GH GFHOHU OHV WUDFHV GnXQH SRO\SKRQLH" $X FKDSLWUH VXLYDQW QRXV FRQVLGUHURQV OD TXHVWLRQ GH OD YRL[ QDUUDWLYH VRXV OH UDSSRUW GH OD WKRULH QDUUDWRORJLTXH HQ VnDSSX\DQW SULQFLSDOHPHQW VXU OH V\VWPH GnDQDO\VH H[SRV SDU *UDUG *HQHWWH GDQV )LJXUHV ,,, &HWWH PWKRGH EDVH HQ SDUWLH VXU XQH PLVH DX SRLQW XWLOH GH TXHOTXHVXQV GHV FRQFHSWV HVVHQWLHOV D OnWXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH WHOV TXH OHV QRWLRQV GH SHUVRQQH HW GH SRLQW GH YXH VH SUWH QRQ VHXO HPHQW D nH[DPHQ PDFURVFRSLTXH GX WH[WH YX GDQV VRQ HQVHPEOH PDLV DXVVL D nH[SORUDWLRQ PLFURVFRSLTXH GH nRSSRVLWLRQ GHV GL VFRXUV UHVSHFWLIV GH QDUUDWHXU HW GH SHUVRQQDJH DTXHO OH VH IDLW VHQWLU D nFKHOLH GH OD SKUDVH $SUV DYRLU WUDLW TXHOTXHVXQV GHV SUREOPHV WRXFKDQW £ OD TXHVWLRQ IRQGDPHQWDOH 4XL SDUOH" HW D VRQ FRUR DL UH 4XL FRXWH" QRXV HQWUHSUHQGURQV nH[DPHQ GHV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG VH ,RQ XQ JURXSHPHQW TXL WLHQGUD FRPSWH £ OD IRLV GH OnRUGUH FKURQRORJLTXH GH HXU SXEOLFDWLRQ HW GH OD FRPSOH[LW FURLVVDQWH GH OHXU VWUXFWXUH QDUUDWLYH (Q FRQFOXVLRQ D\DQW PLV HQ YDO HXU OH UVHDX GH YRL[ TXL VH IRQW HQWHQGUH GDQV FHV RXYUDJHV QRXV

PAGE 30

WXGLHURQV OH UROH GX QDUUDWDLUH HQ WDQW TXH GHVWLQDWDO UH HW WPRLQ GH OHXUV GLVFRXUV 1RWHV A$QGUH &KHGLG 'HPDUFKH &RQWUH&KDQW 3DULV )ODPPDULRQ f S A&KDUOHV %HUWLQ $QGUH &KHGLG SUL[ 1HVVLP +DELI %XO OHWLQ GH On$FDGPLH 5R\DOH GH /DQJXH HW GH /LWWUDWXUH )UDQTDLVHV f S $QGUH &KHGLG /HV 0DUFKHV GH VDEOH 3DULV )ODPPDULRQ f S A+XLW TXHVWLRQV SRVHHV D OnDXWHXU $ OD UHQFRQWUH Gn$QGUH &KHGLG 3DULV )ODQPDULRQ f Sa( +XLW TXHVWLRQV SRVHV £ OnDXWHXU S $QGUH &KHGLG )UDWHUQLW GH OD SDUROH 3DULV )ODPPDULRQ f MDTXHWWH GX OLYUH A+XLW TXHVWLRQV SRVHV £ OnDXWHXU S A9RLU OD ELEOLRJUDSKLH A$QGUH &KHGLG &KDQWLHU GX SRPH &DYHUQHV HW VROHLOV 3DULV )ODPPDULRQ f S A$QGUH &KHGLG 'LVFRUGDQFHV 9LVDJH SUHPLHU 3DULV )ODPPDULRQ f S $QGUH &KHGLG /n$QFWUH HW OH IXWXU )UDWHUQLW GH OD SDUROH SS A$QGUH &KHGLG 7D VHXOH YLH &UPRQLDOH GH OD YLROHQFH 3DULV )ODPQDULRQ f S A/n(WURLWH SHDX WLWUH GRQQ SDU &KHGLG D VRQ SUHPLHU UHFXHLO GH QRXYHOOHV $QGUH &KHGLG 7K£WUH 3DULV )ODPPDULRQ f S A&KHGLG 7K£WUH S $QGUH &KHGLG 3DUROH &RQWUH&KDQW S A&KHGLG 7K£WUH S 5REHUW $ELUDFKHG LQ &KHGLG 7K£WUH MDTXHWWH GX OLYUH

PAGE 31

A&KHGLG &RQWUH&KDQW S A$QGUH &KHGLG 'PDUFKH ,, &RQWUH&KDQW S &KHGLG )UDWHUPnW GH OD SDUROH MDTXHWWH GX OLYUH A&KHGLG 7KHDWUH S A&KHGLG 7KDWUH SS QR &KHGLG 7KDWUH 3 fA&KHGLG 7KDWUH SS &KHGLG 7KDWUH 3 A&KHGLG 7KDWUH 3 A&KHGLG 7KDWUH 3 A5HQH /LQNKRUQ $QGUH &KHGLG TXWH SRWLTXH GnXQH IUDWHUQLW )UHQFK 5HYLHZ f p$QQLH /HFOHUF 3DUROH GH IHPPH 3DULV *UDVVHW f bXVDQ 6QLDGHU /DQVHU 7KH 1DUUDWLYH $FW 3RLQW RI 9LHZ LQ 3URVH )LFWLRQ 3ULQFHWRQ 3ULQFHWRQ 8QLY 3UHVV f S $XJXVWH 9LDWWH +LVWRLUH FRPSDUH GHV OLWWUDWXUHV IUDQFRSKRQHV 3DULV 1DWKDQ f SS ‘A*UDUG *HQHWWH ,QWURGXFWLRQ D OnDUFKLWH[WH 3DULV 6HXLO f AA*HQHWWH S ‘A*HQHWWH SS A7H[WHVf GH QDUUDWHXU WH[WHVf GH SHUVRQQDJHVf YRLU *UDUG *HQHWWH 1RXYHDX 'LVFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f S HW /XERPLU 'ROH6HO 1DUUDWLYH 0RGHV LQ &]HFK /LWHUDWXUH 7RURQWR 8QLY RI 7RURQWR 3UHVV f S A%HWWLQD / .QDSS $QGUH &KHGLG $PVWHUGDP 5RGRSL f S

PAGE 32

&+$3,75( ,, /$ 92,; 1$55$7,9( 9(56 81( 0(7+2'( &5,7,48( -H WH FRQQDLV 3DUROH 6L SDWLHPLQHQW FRQVWUXWH $YHF WHV DUFHDX[ 3OXV WHQDFHV TXH QRV YRL[ -H WH VDOXH 3DUROH 'OLYUH GnHWUH GL WH 4XL QRXV WLUH GH QRXVPPHV &RPPH FHUI KRUV GHV ERLV -H WH FHUQH 3DUROH 7H YHX[ SURLH HW GRFLOH 7X PXULV EOHXH HW OLEUH (W PfLQYHQWH D WRQ WRXU 3DU TXHOOHVf YRLHVf OH OHFWHXU GnXQ URP£Q UHJRLWLO LQIRQQDWLRQ QDUUDWLYH" 3DU TXHOOHVf YRL[" &HV TXHVWLRQV GHV SOXV LPSRUWDQWHV SRXU nDQDO\VH GHV RHXYUHV URPDQHVTXHV SURFFXSHQW OHV WKRULFLHQV HW OHV FULWLTXHV OLWWUDLUHV GHSXLV 3ODWRQ HW $ULVWRWH (O OHV UH HYHQW GHV QRWLRQV SUREOPDWLTXHV GH PLPHVLV HW GH SRLQW GH YXH TXL FHUWHV RQW IDLW FRXOHU EHDXFRXS GnHQHUH DX FRXUV GHV VLFOHV 4XH FHV FRQFHSWV FRQWLQXHQW HQFRUH DXMRXUGnKXL £ VXVFLWHU XQ YLI LQWUHW VH IDLW VHQWLU GDQV OHV FULWV GH QDUUDWRORJXHV GH ODQJXH IUDQJDLVH DQJODLVH HW DOOHPDQGH WHOV TXH *UDUG *HQHWWH *HUDOG 3ULQFH 6H\PRXU &KDWPDQ HW )UDQ] 6WDQ]HO SRXU QH QRQUQHU TXH TXHOTXHV XQV 'DQV OD FRQVLGHUDWLRQ GH WHOV SUREOHUQHV HnHVW nWXGH GX QDUUDWHXU HW GH VHV PDVTXHV TXL VnLPSRVH GnHPEOH &HSHQGDQW VnLO

PAGE 33

HVW HVVHQWLHO GH IRUPXOHU XQH USRQVH £ OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH" LO IDXW JDOHUQHQW HQ WURXYHU XQH D VRQ FRUROODLUH 4XL FRXWH" FDU OH WH[WH FRQWLHQW QRQ VHXOHPHQW GHV WUDFHV GH OnPHWWHXU FHOXL TXL DVVXPH OnDFWH QDUUDWLI PDLV DXVVL GHV LQGLFHV GH VRQ UFHSWHXU OH QDUUDWDLUH &HV GHX[ LQWHUURJDWLRQV SULVHV FRPPH SRLQW GH GHSDUW VHUYHQW D PHWWUH HQ YDOHXU OD VLWXDWLRQ GH FRPPXQLFDWLRQ TXL VRXVWHQG OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI ,, HVW XWLOH GH UDSSHOHU OH VFKHPD GH OD FRPPXQLFDWLRQ YHUEDOH HODERU SDU 5RPDQ -DNREVRQA &RQWH[WH 'HVWL QDWHXU 0HVVDJH 'HVWL QDWDL UH &RQWDFW &RGH /D OLWWUDWXUH FRPWQH WRXWH IRUPH GH FRQPXQLFDWLRQ YHUEDOH LPSOLTXH XQ UDSSRUW HQWUH XQ GHVWLQDWHXU HW XQ GHVWLQDWDLUH FHQWU VXU XQ PHVVDJH OH WH[WHf TXL VHUW GH FKDPS £ OHXU LQWHUDFWLRQ 3RXUWDQW £ OD GLIIUHQFH GX PRGOH MDNREVRQLHQ OH URPDQ DERO LW OnXQLFLW GHV UROHV GH OnPHWWHXU HW GX UFHSWHXU GX GL VFRXUV 9X OD IUDJPHQWDWLRQ TXL FDUDFWULVH OHV GHX[ SROHV LO FRQYLHQW GH SDUOHU GnXQH VRUWH GH YRLH QDUUDWLYH HW LO VnLPSRVH GnLGHQWLILHU HW GH GILQLU OHV SDUWLFLSDQWV £ FHW DFWH GH FRPPXQLFDWLRQ /H UROH GX GHVWLQDWHXU VH SDUWDJH HQWUH 7DXWHXU FRQFUHW nDXWHXU LPSOLTX HW OH QDUUDWHXU 3DUHL HPHQW LO H[LVWH WURLV LPDJHV GX GHVWLQDWDLUH OH OHFWHXU 2 FRQFUHW OH OHFWHXU YLUWXHO HW OH QDUUDWDLUH 6H\PRXU &KDWPDQ UHSUVHQWH DLQVL OD FKD7QH GH UHODWLRQV LQKUHQWHV D OD FRQPXQLFDWLRQ QDUUDWLYHA

PAGE 34

1$55$7,9( 7(;7 5HDO DXWKRU ,PSO LHGf§!1DUUDWRUff§!1DUUDWHHff§!,PSO LHG DXWKRU UHDGHU 5HDO UHDGHU 6HO RQ OXL OH WH[WH HQ WDQW TXH WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH QH FRPSUHQG TXH GHX[ UROHV REOLJDWRLUHV HW LPQDQHQWVnDXWHXU LPSOLTX HW VRQ SHQGDQW OH OHFWHXU YLUWXH YKLFXOHV GH OD FRPPXQLFDWLRQ HQWUH nDXWHXU HW OH OHFWHXU FRQFUHWV 'DQV VRQ V\VWHPH OH FRXSOH QDUUDWHXUQDUUDWDLUH ILJXUH HQWUH SDUHQWKHVHV FDU LO HVWLPH OHXU SUHVHQFH IDFXOWDWLYH GDQV OD WUDQVPLVVLRQ GH nLQIRUPDWLRQ QDUUDWLYHA $ORUV TXnLO QH YD MDPDLV MXVTXnDX SRLQW GH QLHU OHXU H[LVWHQFH ORLQ GH OD LO OXL DUULYH GH OnDIILUPHU FDUUPHQWf LO FKRLVLW SDUDGR[DOHPHQW OH WHUPH QRQQDUUDWHG SRXU LQGLTXHU OD SUHVHQFH PLQLPDOH GX QDUUDWHXU GDQV VRQ UFLW 3DU FRQVHTXHQW VL QRXV DGRSWRQV LFL OH VFKHPD SURSRVH SDU &KDWPDQ SRXU 9LGHQWLILFDWLRQ GHV UROHV LPSOLTXHV GDQV nDFWH GH FRPPXQLFDWLRQ QDUUDWLYH FnHVW DYHF TXHO TXH UHVHUYH TXDQW DX UROH GH fDJHQW TXL VH FKDUJH GH nQRQFLDWLRQ GX PHVVDJH 6XLYDQW *HUDUG *HQHWWH TXL DGPHW FHWWH UHSDUWLWLRQ GHV UROHV GX RFXWHXU HW GX UFHSWHXU PDLV TXL QH FRQVLGHUH SDV nDXWHXU LPSOLTX FRPPH XQH YULWDEOH LQVWDQFH QDUUDWLYH QRXV DGRSWHURQV GDQV OD SUVHQWH WXGH XQH GILQLWLRQ SL XWRW QJDWLYH GH FH SDUWLFLSDQW £ OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI GX PRLQV HQ FH TXL FRQFHUQH VRQ UROH HQ WDQW TXnPHWWHXU GX UFLW /D QRWLRQ GH OnDXWHXU LPSOLTX IRUPXOH SDU :D\QH %RRWK HW LQWURGXLWH GDQV 7KH 5KHWRULF RI )LFWLRQ GVLJQHUD VXUWRXW XQH VRUWH GH SURMHFWLRQ OLWWUDLUH GH OnDXWHXU FRQFUHW ,O VnDJLUD GRQH GnXQH LPDJH GH OnKRPPH RX GH OD IHPPH

PAGE 35

UHOOHf SHUGXH SDU OH OHFWHXU FRQFUHW D WUDYHUV VRQ H[SHULHQFH GX WH[WH $XWUHPHQW GLW nDXWHXU LPSOLTX UHSUVHQWH GDQV XQ VHQV XQ GGRXEOHPHQW GH nDXWHXU UHO TXL VH FUH HW VH GYHORSSH GDQV VRQ RHXYUH PDLV GRQW OH SRLQW GH YXH LGRORJLTXH QH FRLQFLGH SDV IRUFPHQW DYHF FHOXL GH OnLQGLYLGX TXL VnHIIDFH GHYDQW XLA /nDXWHXU LPSOLTX FRQVWUXFWLRQ PHQWDOH IRQGH VXU nHQVHPEOH GX WH[WH QH VnQRQFH MDPDLV HQ WDQW TXH YRL[ QDUUDWLYH &RQLPH FH SDUWLFLSDQW D OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH QH VnLGHQWLILH QL D nLQVWDQFH UHOOH TXL HVW OnDXWHXU FRQFUHW QL D nLQVWDQFH ILFWLYH TXL HVW OH QDUUDWHXU *HQHWWH OH MXJH LQVWDQFH IDQW6PH HW GFODUH VDQV DPEDJHV D PRQ VHQV OD QDUUDWRORJLH QnD SDV £ DOOHU DX GOD GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH HW OHV LQVWDQFHV GH LPSOLHG DXWKRU HW GH nLPSLHG UHDGHU VH VLWXHQW FODLUHPHQW GDQV FHW DXGHOD /H OHFWHXU YLUWXHO HVW DXVVL XQH LPDJH SOXWW TXnXQH LQVWDQFH 'HVWLQDWDLUH SRVVLEOH RX LGDO HQYLVDJ SDU OH GHVWLQDWHXU OH OHFWHXU YLUWXHO HVW XQH VWUXFWXUH WH[WXHOOH GRQW OD UHVVHPEODQHH DYHF OH OHFWHXU FRQFUHW VHUDLW WRXW D IDLW IRUWXLWH 6HORQ :ROIJDQJ ,VHU 7KH FRQFHSW RI WKH LPSOLHG UHDGHU GHVLJQDWHV D QHWZRUN RI UHVSRQVH LQYLWLQJ VWUXFWXUHV ZKLFK LPSHO WKH UHDGHU WR JUDVS WKH WH[W &H GHVWLQDWDLUH LPDJLQ SDU OnDXWHXU GHYLHQW GRQH SRXU OH OHFWHXU UHO XQ OPHQW VWUXFWXUDQW GH VRQ DFWH GH OHFWXUH %LHQ TXnLO QH VRLW SDV LPSRVVLEOH TXH OH OHFWHXU YLUWXHO VH FRQIRQGH DYHF OH QDUUDWDLUH LO \ D XQH GLVWLQFWLRQ HVVHQWLHOOH TXL OHV VSDUH 7RXV OHV GHX[ UHJRLYHQW OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU PDLV LO Qn\ D TXH OH QDUUDWDLUH TXL DUULYH D \ IDLUH VnLQVLQXHU VHV USRQVHV HW DLQVL VD SUVHQFH /H OHFWHXU YLUWXHO UHVWH WRXMRXUV XQH FRQVWUXFWLRQ PHQWDOH XQH VRUWH GH UH RIIHUW DX OHFWHXU FRQFUHW GDQV VRQ H[SULHQFH GX WH[WH TXnLO SHXW

PAGE 36

FKRLVLU GnDVVXPHU RX GH UHMHWHU DORUV TXH OH QDUUDWDLUH DX SOXV KDXW GHJU GnLQGL YLGXDO LVDWLRQ GHYLHQW XQ SHUVRQQDJH GRW GH SDUROH 3RXUWDQW PHUQH VnLO QH MRXLW SDV GnXQ WHO GHJU GH UHOLHI OD YRL[ GX QDUUDWDLUHFnHVW£GLUH VHV UDFWLRQV VHV TXHVWLRQV HW VHV USRQVHVSHXW VH IDLUH HQWHQGUH LQGLUHFWHPHQW D WUDYHUV OHV QRQFV GX QDUUDWHXU $LQVL OH FRXSOH DXWHXU FRQFUHWOHFWHXU FRQFUHW UHSUVHQWDQW GHV LQVWDQFHV H[WUDWH[WXHO HV HW FHOXL FRQVWLWX SDU OHXU UGXSOLFDWLRQ GDQV OH WH[WHO nDXWHXU LPSOLTX HW OH OHFWHXU YLUWXHOf§WDQW GHV LQVWDQFHV IDQWRPHV OH FKDPS GHV USRQVHV SRVVLEOHV DX[ TXHVWLRQV 4XL SDUOH" HW 4XL FRXWH" RX SOXWRW 4XL USRQG"f GHYLHQW IRUW UHVWUHLQW 1n\ ILJXUHQW TXH OHV GHX[ LQVWDQFHV WH[WXHOOHV YULWDEOHV QDUUDWHXU HW QDUUDWDLUH /H QR\DX GH OnDFWH GH FRQPXQLFDWLRQ QDUUDWLYH UVLGH GDQV OD UHODWLRQ MHWX TXL OHV UHOLH 'DQV FHWWH WXGH OD FRQVLGUDWLRQ GX UROH GX QDUUDWHXU FHOXL TXL VH FKDUJH GH OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLW HW TXL HVW SDU FRQVTXHQW WRXMRXUV FRQVWLWXWLI GH WRXW UFLWA VH EDVHUD SULQFLSDO DQHQW VXU OD WKRULH QDUUDWRORJLTXH GH *UDUG *HQHWWH H[SRVH GDQV VRQ 'LVFRXUV GX UFLW UH[DPLQH HW UYDOXH GDQV VRQ 1RXYHDX 3L VFRXUV GX UFLWA /HV UHPDUTXHV FRQFHUQDQW OH QDUUDWDLUH FHOXL DXTXHO VnDGUHVVH OH QDUUDWHXU VH IRQGHURQW VXU OHV WUDYDX[ GH *HUDOG 3ULQFH TXL SURSRVH XQH PWKRGH VHUYDQW £ nLGHQWLILFDWLRQ HW D OD FDUDFWULVDWLRQ GH FH UFHSWHXU WRXMRXUV LPSOLTX GDQV OH WH[WHA 1RXV VRPPHV SDUIDLWHPHQW FRQVFLHQWH TXnXQ FKHUFKHXU WHO TXH 3DXO 5LFRHXU SRXUUDLW QRXV UHSURFKHU nRULHQWDWLRQ SXUHPHQW IRUPHOOH GH OD SUVHQWH WXGH 3RXUWDQW D QRWUH DYLV WRXWH UHFKHUFKH VXU OHV YRL[ QDUUDWLYHV GHYUDLW PHQHU OH OHFWHXU £ YDOXHU SOXV SUFLVPHQW

PAGE 37

nLPSRUWDQFH DFFRUGH GDQV nRHXYUH GH &KHGLG D OD SDUROH SDUWDJH HW FH IDLVDQW RXYULU OD YRLH £ n LQWHUSUWDWLRQ $YDQW GnHQWDPHU OD GLVFXVVLRQ GX QDUUDWHXU LO FRQYLHQW GH SDVVHU HQ UHYXH OHV EDVHV GH nDQDO\VH JHQHWWLHQQH GX GLVFRXUV QDUUDWLI 6RQ V\VWPH UHSRVH VXU OD GLVWLQFWLRQ HQWUH OHV WURLV HOHPHQWV FRQVWLWXDQW FH TXnLO DSSHOOH OD UHDO L W QDUUDWLYH KLVWRLUH OH FRQWHQX QDUUDWLIf OH UFLW OH WH[WH QDUUDWLIf HW OD QDUUDWLRQ nDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLWf ,, H[DPLQH OHV UHODWLRQV TXL VnWDEOLVVHQW HQWUH UFLW HW KLVWRLUH HQWUH UFLW HW QDUUDWLRQ HW HQWUH KLVWRLUH HW QDUUDWLRQ &RPPH GnDXWUHV FULWLTXHV VWUXFWXUDOLVWHV WHOV TXH 5RODQG %DUWKHV HW 7]YHWDQ 7RGRURY FnHVW £ OD OLQJXLVWLTXH TXH *HQHWWH SXLVH VHV QRWLRQV GH EDVH SRXU OnDQDO\VH OLWWUDLUH ,, GLYLVH VRQ WXGH GX GLVFRXUV QDUUDWLI HQ WURLV FDWHJRULHV HPSUXQWHV £ OD JUDPPDLUH GX YHUEHH WHPSV OH PRGH HW OD YRL[f§SDUDGLJPH HVVHQWLHOOHPHQW PWDSKRULTXH TXL PHW HQ UHODWLRQ OHV YQHPHQWV GH 9KLVWRLUH HW OH ODQJDJH GH OnDFWH QDUUDWLI /nDVSHFW GH OD UDOLW QDUUDWLYH OH SOXV SHUWLQHQW £ OD SUVHQWH WXGH HVW YLGHPQHQW FHOXL GH OD QDUUDWLRQ /nDQDO\VH GH OD YRL[ QDUUDWLYH GDQV OHV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG VH IHUD GRQH VHO RQ OHV LGHV H[SRVHV GDQV OHV GLVFXVVLRQV GX PRGH HW GH OD YRL[ FDWJRULHV TXL GSHQGHQW GHV UDSSRUWV HQWUH UFLW HW QDUUDWLRQ HW HQWUH QDUUDWLRQ HW KLVWRLUH /D QDUUDWLRQ QH ILJXUH SDV GDQV OD FDWJRULH GX WHPSV OLPLWH D OD FRQVLGUDWLRQ GHV UHODWLRQV WDQSRUHOOHV HQWUH UFLW HW KLVWRLUH *HQHWWH OHV RUJDQLVH VRXV OHV UXEULTXHV GH nRUGUH OHV GLIIUHQWHV IRUPHV GH GLVFRUGDQFH HQWUH OD FKURQRORJLH GH nKLVWRLUH HW FHOOH GX UFLWf GH OD GXUH OHV HIIHWV GH U\WKUQH QDUUDWLIf HW GH OD IUTXHQFH OHV UHODWLRQV GH USWLWLRQ HQWUH nKLVWRLUH HW OH UFLWf

PAGE 38

/DXWHXU GX 'LVFRXUV GX UFLW DERUGH OH VXMHW SUREOPDWLTXH GX SRLQW GH YXH HQ GLVWLQJXDQW QHWWHPHQW DORUV TXH OHV WKRULFLHQV SUHFHGHQWV DYDLHQW QJOLJ GH OH IDLUH HQWUH OH FRQFHSW GH PRGH TXL VH UDWWDFKH £ OD TXHVWLRQ 2 HVW OH IR\HU GH SHUFHSWLRQ" HW FHOXL GH YRL[ TXL IRXUQLW XQH USRQVH £ OD TXHVWLRQ WRXWH GLIIUHQWH 4XL SDUOH"A (Q RSUDQW FHWWH GLYLVLRQ LO VnDSSXLH VXU OH IDLW ODUJHPHQW UHFRQQX TXH OH SHUVRQQDJH GRQW OH SRLQW GH YXH GWHUPLQH OD SHUVSHFWLYH QDUUDWLYH QH VnLGHQWLILH SDV IRUFPHQW DYHF FHOXL TXL DFFRLQSOLW OnDFWH QDUUDWLI 6RXV OD FDWJRULH GX PRGH LO WUDLWH OD TXHVWLRQ GH OD UHJXODWLRQ GH nLQIRUPDWLRQ QDUUDWLYHYXH SDU OHV ELDLV GH OD SHUVSHFWLYH HW GH OD GLVWDQFH 'DQV VD UHIOH[LRQ VXU OD SHUVSHFWLYH *HQHWWH GILQLW WURLV SRVVLELO L WV GH IRFDO LVDWLRQ OD IRFDOLVDWLRQ ]HUR QRQIRFDOLVDWLRQf GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW OD IRFDO LVDWLRQ LQWHUQH IL[H YDULDEOH RX PXOWLSOHf GX UFLW £ SRLQW GH YXH TXL WUDQVPHW OHV SHQVHV HW OHV VHQWLPHQWV GnXQ RX GH SOXVLHXUV SHUVRQQDJHVf GRQW OD FRQVFLHQFH ILOWUH OH UHSRUWDJH GHV YQHPHQWV HW OD IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH FDUDFWULVWLTXH GX UFLW REMHFWLI TXL VXSSULPH OHV SHQVHV HW OHV VHQWLPHQWV SRXU QH UDSSRUWHU TXH OHV JHVWHV GHV SHUVRQQDJHV 6RXV OD UXEULTXH GH OD GLVWDQFH *HQHWWH UH[DPLQH OHV QRWLRQV FODVVLTXHV GH PLUQVLV HW GH GLJVLV HW FHOOHV SOXV UFHQWHV GH VKRZLQJ HW GH WHO LQJ ,, OHV UHMHWWH DGRSWDQW SO XWW XQH GLVWLQFWLRQ HQWUH OH UFLW GH SDUROHV HW OH UFLW GnYQHPHQWV FnQDFXQ FDSDEOH GH SURGXLUH XQH LOOXVLRQ GH PLUQVLV SOXV RX PRLQV JUDQGH VHO RQ OH GHJU R OD YRL[ HW OD SUVHQFH PGLDWULFH GX QDUUDWHXU UHVWHQW HIIDFHV 3DU FRQVTXHQW OD FDWJRULH GX PRGH QnHVW SDV VDQV SHUWLQHQFH SRXU nWXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH FDU OD QRWLRQ GH OD

PAGE 39

GLVWDQFH HQWUDLQH XQH FRQVLGHUDWLRQ GH OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH" UDSSRUWH DX QLYHDX PLFURVFRSLTXH GH OD SKUDVH /HV WURLV WDWV GX GLVFRXUV GHILQLV SDU *HQHWWH GDQV VD GLVFXVVLRQ GX UFLW GH SDUROHV PHWWHQW HQ OXPLUH XQH JUDGDWLRQ SURJUHVVLYH GH OnDXWRQRPLH GHV QRQFV GHV SHUVRQQDJHV SDU UDSSRUW £ FHX[ GX QDUUDWHXU /H GLVFRXUV GX UFLW VH FRPSRVH HQ HIIHW GnXQH SOXUDOLW GH GLVFRXUV < ILJXUHQW QRQ VHXOHPHQW OH GLVFRXUV QDUUDWLI TXL SURYLHQW GX QDUUDWHXU PDLV DXVVL OHV SDUROHV SURQRQFHV RX SHQVHV SDU OHV SHUVRQQDJHV HW FLWHV SDU OXL ,, LPSRUWH GRQH GnH[DPLQHU nDOWHUQDQFH HQFKDLQHPHQW HW n HQFKHYHWUHLQHQW GX GL VFRXUV GX QDUUDWHXU DYHF FHOXL GHV DFWHXUV HW GH GHWHUPLQHU TXHO OHV VRUWHV GH UHODWLRQV FHV GHX[ FDWHJRULHV GX GLVFRXUV HQWUHWLHQQHQW GDQV OH UFLW VnDJLWLO GnXQ HIIHW GnKDQQRQLH GH UHQIRUFHPHQW GnRSSRVLWLRQ RX GH FRQWUDGLFWLRQ" %UHI FRPPHQW VH FRPELQHQWLOV SRXU WUDQVPHWWUH OH PHVVDJH QDUUDWLI" $LQVL LO HVW TXHVWLRQ GnXQH SRO\SKRQLH QRQ VHXOHPHQW GDQV OH FDV GnXQ UFLW WLVV GHV GL VFRXUV GH SOXVLHXUV QDUUDWHXUV VLWHV DX PPH QLYHDX RQWRORJLTXH TXL VH IRQW HQWHQGUH HQ VULH RX HQ DOWHUQDQFH PDLV HQFRUH GDQV OH FDV GnXQ UFLW D XQ VHXO QDUUDWHXU TXL SHXW FKRLVLU GH UHSURGXLUH OHV GL VFRXUV GHV SHUVRQQDJHV HW FH IDLVDQW VH WDLUH SRXU SDVVHU OD SDUROH DX[ SDUWLFLSDQWV GH OnKLVWRLUH %LHQ VXU OH SHUVRQQDJH £ PRLQV TXnLO QnHQWDPH XQH KLVWRLUH DX VHFRQG GHJUf QnDFFHGH SDV DX VWDWXW GX QDUUDWHXU PDLV WRXMRXUV HVWLO TXH VD YRL[ VL PDQFLSH TXnHOOH VRLW GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU SHXW FRQWULEXHU D OD SURGXFWLRQ GnXQ UFLW SRO\SKRQLTXHSDV GnXQH SRO\SKRQLH QDUUDWLYH PDLV SRO\SKRQLTXH WRXW GH PPH /D QRWLRQ GH OD GLVWDQFH VHUD IRQGDLQHQWDOH D FHWWH WXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH GDQV OHV URPDQV GH &KHGLG (OOH SHUPHWWUD GH FODVVHU

PAGE 40

OHV QDUUDWHXUV TXL FRQGXLVHQW OHXUV UFLWV £ OD WURLVLPH SHUVRQQH VHO RQ OHXU GHJU GH SHUFHSWLELOLW $ OnDLGH GH FH FRQFHSW LO VHUD SRVVLEOH GH GHWHUPLQHU D TXHO GHJU FKDFXQ GHQWUH HX[ VH SDUWDJH OD SDUROH 1RXV WXGLHURQV OH GL VFRXUV GX QDUUDWHXU GDQV OH EXW GH GFRXYULU VnLO D WHQGDQFH £ \ LQVUHU XQ FRPPHQWDLUH IDLW HQ VRQ SURSUH QRP HW D IRQFWLRQ H[SOLFDWLYH RX LGRORJLTXH RX VnLO VnHQ WLHQW £ VD VHXOH IRQFWLRQ REOLJDWRLUH GH QDUUDWLRQ ,, IDXGUD JDOHPHQW PHVXUHU MXVTXn£ TXHO SRLQW VRQ GLVFRXUV VnRULHQWH YHUV OH QDUUDWDLUH DVVXPDQW GRQH XQH IRQFWLRQ GH FRPPXQLFDWLRQ HW D TXHO GHJU LO PHW HQ UHOLHI OD IRQFWLRQ GH UJLH VRQ UROH FRPPH SUVHQFH RUJDQLVDWULFH GDQV OH UFLW 3DU FRQWUH VnLO UHVWH HIIDFH TXHOOHV VHURQW OHV PDUTXHV TXL SHUPHWWHQW DX OHFWHXU GH GFHOHU VD SUVHQFH" 3DU TXHOV LQGLFHV OH GX VXMHW SDUODQW VH UYOHWLO" 4XDQW £ OD SHUVSHFWLYH DGRSWH HVWFH TXH OH QDUUDWHXU VnLPSRVH OHV UHVWULFWLRQV GX FKDPS LPSOLTXHV SDU OD IRFDOLVDWLRQ ULJRXUHXVHPHQW LQWHUQH RX H[WHUQH RX HVWFH TXnLO H[HUFH OH SULYLOHJH GH nRPQLVFLHQFH GH OD QRQIRFDOLVDWLRQ" &RPELHQ GH FUGLELOLW HVWFH TXH OnRQ SHXW DFFRUGHU DX GLVFRXUV QRQF SDU VD YRL[" (VWLO GLJQH GH FRQILDQFH" (Q WURXYDQW GHV USRQVHV D FHV TXHVWLRQV HW D GnDXWUHV TXL VH IRUPHURQW DX FRXUV GH nDQDO\VH OnRQ SRXUUD EDXFKHU XQ SRUWUDLW GH FHOXL TXL DFFRPSOLW OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLW 6RXV OD FDWJRULH GH OD YRL[ *HQHWWH H[DPLQH FHW DFWH QDUUDWLI GX SRLQW GH YXH GX WHPSV GH OD QDUUDWLRQ GHV QLYHDX[ QDUUDWLIV HW GHV UHODWLRQV GH SHUVRQQH $ OnDLGH GHV FRQFHSWV H[SRVV GDQV FHWWH GLVFXVVLRQ WULSDUWLWH OH SRUWUDLW GX QDUUDWHXU HQWDP VHO RQ nRSWLTXH PLFURVFRSLTXH VXJJUH SDU OD QRWLRQ GH GLVWDQFH VH FRPSOWHUD VHO RQ XQH RSWLTXH SOXWRW LQDFURVFRSLTXH FHOOH GH OD VWUXFWXUH HW GH OD

PAGE 41

WHFKQLTXH QDUUDWLYHV GX UFLW /HV FULWHUHV VH UDWWDFKDQW £ OD YRL[ VnDSSOLTXHQW D 7WXGH GH WRXWH VLWXDWLRQ QDUUDWLYH PDLV VHPEOHQW FRQYHQLU VXUWRXW £ OD FRPSOH[LW GHV URPDQV GDQV OHVTXHOV OD QDUUDWLRQ VH IDLW £ GRXEOH RX £ WULSOH YRL[ RX GDQV OHVTXHOV OH QDUUDWHXU VHPEOH FKDQJHU GH VWDWXW SDU XQ FKDQJHPHQW GH SHUVRQQH 3RXU ELHQ SUFLVHU OHV QRWLRQV TXL VHUYLURQW GH SRLQW GH GHSDUW D OD FDUDFWULVDWLRQ GH OD YRL[ QDUUDWLYH HW £ nH[DPLQDWLRQ GH VRQ HPSORL GDQV OHV URPDQV FKHGLGLHQV LO HVW QFHVVDLUH GH FRQVLGUHU GH SOXV SUV OHV GLVWLQFWLRQV SURSRVHV SDU *HUDUG *HQHWWH VRXV OHV UXEULTXHV GH OD YRL[ HW GX PRGH /H WHPSV GH OD QDUUDWLRQ SUHPLHUH TXHVWLRQ DERUGH GDQV OD GLVFXVVLRQ GH OD YRL[ LPSOLTXH XQH FRQFHSWLRQ GH OD GLVWDQFH GLIIUHQWH GH FHOOH LQWURGXLWH VRXV OD FDWJRULH GX PRGH /H UDSSRUW GRQW LO VnDJLW QnHVW SOXV FHOXL TXL H[LVWH HQWUH QDUUDWLRQ HW UFLW OH GHJU R OD YRL[ GX QDUUDWHXU VH IDLW GRPLQDQWHf PDLV FRQFHUQH SO XWW OD UHODWLRQ WDQSRUHOOH HQWUH QDUUDWLRQ HW KLVWRLUH /H SOXV VRXYHQW OnLQVWDQFH QDUUDWLYH HVW XOWULHXUH DX[ YQHPHQWV UDSSRUWV SDU OH QDUUDWHXU /H GHJU GH GLVWDQFH TXL OHV VSDUH VDQV DXFXQ EHVRLQ GnHWUH VSFLIL SHXW UHVWHU FRQVWDQW RX ELHQ SHXW VnDPHQXLVHU JUDGX HPHQW SRXU DERXWLU £ XQ SRLQW GH FRQYHUJHQFH /nHIIHW GH FHWWH VRUWH GnLVRWRSLH WHLQSRUHOOH VH IDLW VHQWLU SDU H[HPSOH GDQV OnSLORJXH DX SUVHQW GnXQ URPDQ QDUU D OD WURLVLPH SHUVRQQH HW LO FUH nLPSUHVVLRQ TXH OH QDUUDWHXU VL LQYLVLEOH HW DQRQ\PH TXnLO VRLW D SDUWLFLS HQ WDQW TXH WPRLQ £ 7DFWLRQ TXnLO UDFRQWH 8Q WHO QDUUDWHXU TXL VH UYOH FRQWHPSRUDLQFRQFLWR\HQ GH VHV SHUVRQQDJHV IDLW IORWWHU IXWFH WUHV OJUHPHQW OD IURQWLUH HQWUH 7DEVHQFH HW OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU FRPPH SHUVRQQDJH GH VRQ KLVWRLUH FH TXL

PAGE 42

UHSUVHQWH HQFRUH XQH DXWUH PDQLIHVWDWLRQ GH OD GLVWDQFH 'DQV XQ URPDQ QDUU D OD SUHPLHUH SHUVRQQH OH PPH HIIHW GH FRQYHUJHQFH WHPSRUHOOH GH UFLW HW KLVWRLUH VH SURGXLW ORUVTXH H MH GX SURWDJRQLVWH YLHQW UHMRLQGUH FHOXL GX QDUUDWHXU HW Vn\ FRQIRQG /nFDUW GnOJH GfLQIRUPDWLRQ HW GnH[SULHQFH TXL OHV VSDUDLW VnDEROLW SRXU FRQGXLUH D OD IXVLRQ GHV GHX[ SHUVRQQDJHV GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH OH MHQDUUDQW HW OH MHQDUU 6L OD QDUUDWLRQ XOWULHXUH HVW GH ORLQ OD IRUPH OD SOXV USDQGXH FHO OH TXL SUHFHGH OHV YQHPHQWV GH nKLVWRLUH D FRQQX XQ HPSORL ELHQ SOXV UHVWUHLQW $SSHOH SDU *HQHWWH OD QDUUDWLRQ DQWULHXUH HOOH HVW OH SURSUH GX UFLW SUGLFWLI RX SURSKWLTXH 'DQV OH FDV GH OD QDUUDWLRQ VLPXOWDQH OnDFWH QDUUDWLI HVW FRQWHPSRUDLQ GH nDFWLRQ GH nKLVWRLUH &nHVW OD IRUPH FDUDFWULVWLTXH GX PRQRORJXH LQWULHXU GnXQ QDUUDWHXU TXL IDLW VD UHODWLRQ D OD SUHPLHUH SHUVRQQH 'DQV OH UFLW GnXQ QDUUDWHXU TXL SDUOH D OD WURLVLPH SHUVRQQH OD SUVHQFH GnXQH QDUUDWLRQ VLPXOWDQH VXJJUH WRXW FRPPH FHOOH GnXQ SL ORJXH DX SUVHQW OD SDUWLFLSDWLRQ GX QDUUDWHXU FRPPH SHUVRQQDJHREVHUYDWHXU GH 7DFWLRQ PPH VL OH H GX WPRLQ QH VH IDLW MDPDLV HQWHQGUH GDQV OH UFLW /H TXDWULPH W\SH GH UHODWLRQ WHPSRUHOOH HQWUH UFLW HW QDUUDWLRQ FHOOH GH OD QDUUDWLRQ LQWHUFDOH FRQVLVWH HQ XQH PX WLS LFLW GnLQVWDQFHV QDUUDWLYHV HQFKHYHWUHV HQWUH OHV PRPHQWV GH 7DFWLRQ &HWWH IRUPH GRQW 7H[HPSOH FDQRQLTXH HVW OH URPDQ SLVWRODLUH VH GLVWLQJXH SDU VD FRPSOH[LW GXH DX OJHU GFDODJH WHPSRUHO HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU 7YQHPHQW HW OnDFWH GH OH QDUUHU

PAGE 43

/D GLVWDQFH WHPSRUH OH QnHVW SDV D VHXOH TXL SXLVVH VSDUHU OH QDUUDWHXU GH nDFWLRQ TXnLO UDSSRUWH HW GHV SHUVRQQDJHV TXnLO GFULW ,, HVW DXVVL TXHVWLRQ GnXQH GLVWDQFH VSDWLDOH YLV£YLV GHV YQHPHQWV GH OnKLVWRLUHf LQWHO HFWXHO H PRUDOH RX LGRORJLTXH SDU UDSSRUW DX[ SHUVRQQDJHVf %LHQ TXH GH WHO OHV FRQVLGHUDWLRQV QnHQWUHQW SDV HQ MHX GDQV OH V\VWHPH ULJRXUHXVHLQHQW WHFKQLTXH HODERU SDU *HQHWWH LO VHPEOH HVVHQWLHO GnHQ WHLU FRPSWH GDQV OD SUVHQWH WXGH SRXU ELHQ FHUQHU OD TXHVWLRQ FRPSOH[H GH OD YRL[ QDUUDWLYH $ OD GLIIHUHQFH GH OD FDWJRULH GX WHPSV TXL UHSRVH VXU OD UHODWLRQ HQWUH QDUUDWLRQ HW KLVWRLUH FHOOH GX QLYHDX QDUUDWLI VnODERUH VXLYDQW OHV UDSSRUWV HQWUH QDUUDWLRQ HW UFLW *HQHWWH H[SOLTXH DLQVL OH IRQGHPHQW GH VRQ V\VWHPH 7RXW YQHPHQW UDFRQW SDU XQ UFLW HVW D XQ QLYHDX GLJWLTXH LPPGLDWHPHQW VXSULHXU £ FHOXL R VH VLWX OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GH FH UFLW /H QDUUDWHXU DX QLYHDX SULPDLUH EDSWLV H[WUDGLJWLTXH UDFRQWH XQH KLVWRLUH TXL ILJXUH DX QLYHDX GLJWLTXH RX LQWUDGLJWLTXH 6nLO DUUL YH D XQ GHV DFWHXUV GH VRQ KLVWRLUH GH SUHQGUH OD SDUROH SRXU VH IDLUH QDUUDWHXU D VRQ WRXU FH SHUVRQQDJH GHYLHQW QDUUDWHXU LQWUDGLJWLTXH GnXQ UFLW PWDGLJWLTXH HW SHXW DYRLU FRPPH QDUUDWDLUH SDU H[HPSOH GDQV OH FDV GH GHV *ULHX[ GDQV 0DQRQ /HVFDXW OH QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH SUVHQW FRPPH SHUVRQQDJH GDQV OH UFLW TXnLO QDUUH 3DUHL HPHQW VL DX FRXUV GX UFLW TXL VH VLWX DX QLYHDX PWDGLJWLTXH OnXQ GHV SHUVRQQDJHV HQWDPH XQH KLVWRLUH DX WURLVLPH GHJU LO DVVXPH OH UROH GX QDUUDWHXU PWDGLJWLTXH GnXQ UFLW PWDPWDGLJWLTXH HW DLQVL GH VXLWH 'RQH OHV SHUVRQQDJHV £ FKDTX QLYHDX VRQW GHV QDUUDWHXUV YLUWXHV FDSDEOHV GnDMRXWHU XQ DXWUH WDJH D OnGLILFH QDUUDWLI GRQW OD KDXWHXU HVW HQ SULQFLSH

PAGE 44

LOO LPLWH $ WRXW QLYHDX GH QDUUDWLRQ RQ WURXYH XQH UHGXSOLFDWLRQ GH OD UHODWLRQ GHVWLQDWHXUGHVWLQDWDLUH FDU SRXU FKDTX QDUUDWHXU LO H[LVWH XQ RX GHVf QDUUDWDLUHVf TXL RFFXSHQW OH PHUQH QLYHDX GLJWLTXH TXH OXL $X VXMHW GH FHW HPERLWHUQHQW SRWHQWLHO HPHQW LQILQL GH QDUUDWHXUV HW GH UFLWV FH VRQW OHV UHODWLRQV GH VXERUGLQDWLRQ HW GH GSHQGDQFH TXL VH FUHQW HQWUH OHV QLYHDX[ QDUUDWLIV TXnLO IDXW VXUWRXW H[DPLQHU GDQV OH EXW GH GHWHUPLQHU OHXUV LPSOLFDWLRQV SRXU OD YRL[ QDUUDWLYH 'nXQH WHOOH KLUDUFKLVDWLRQ GHV QDUUDWHXUV VnHQVXLW XQH VRUWH GH IL WUDJH GHV YRL[ QDUUDWLYHV TXL VH IRQW HQWHQGUH D WRXW QLYHDX LQVU FDU OH QDUUDWHXU DX GHJU LQIULHXU D WRXMRXUV OD SRVVLELOLW GH SUHVHQWHU D VD JXLVH OH SHUVRQQDJH DXTXHO LO YD SDVVHU OD SDUROH ,O MRXLW GnXQH SRVLWLRQ GH GRPLQDWLRQ HW GnDXWRULW SDU UDSSRUW D FHOOH RFFXSH SDU OH QDUUDWHXU TXnLO D HQJHQGU FDU LO SHXW £ WRXW PRPHQW LQWHUYHQLU SRXU UHSUHQGUH OH SULYLOHJH QDUUDWLI 4XL SOXV HVW LO D OD FDSDFLW GH GWHUPLQHU QRQ VHXO HPHQW OD GXUH GX UFLW HPERW PDLV DXVVL OD IDRQ GRQW FH UFLW VHUD UHX SDU OH OHFWHXU 3DU VD FDUDFWULVDWLRQ GX ORFXWHXU HQ WDQW TXH SHUVRQQDJH OH QDUUDWHXU DX QLYHDX SUFGHQW HVW FDSDEOH £ XQ FHUWDLQ GHJU GnYHLOOHU FKH] OH OHFWHXU XQH UDFWLRQ GH V\PSDWKLH GH VFHSWLFLVPH RX PPH GH PILDQFH HQYHUV FHOXL £ TXL LO D FKRLVL GH SDVVHU OD SDUROH %UHI LO SHXW GLPLQXHU OD SXLVVDQFH GH FHWWH YRL[ WRXMRXUV VXERUGRQQH TXL UVRQQH D WUDYHUV OD VLHQQH HQ LQVLQXDQW TXnHOOH QnHVW SDV GLJQH GH FRQILDQFH /D SHUVSHFWLYH SXUHPHQW QDUUDWRORJLTXH GH *UDUG *HQHWWH H[FOXW OD FRQVLGUDWLRQ GH WRXWH TXHVWLRQ WRXFKDQW D OD YUDFLW GX QDUUDWHXU &HSHQGDQW XQH WHOOH GLPHQVLRQ VHPEOH VnLPSRVHU D OD

PAGE 45

SUVHQWH WXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH SDU VRQ LPSRUWDQFH FDS WDOH GDQV OD GHWHUPLQDWLRQ GH OD SRUWH GH FHWWH YRL[ HW GH VRQ HIILFDFLW GDQV VRQ UROH GH IDLUH SDVVHU OH PHVVDJH QDUUDWLI 6HO RQ 6H\PRXU &KDWPDQ :KDW PDNHV D QDUUDWRU XQUHOLDEOH LV WKDW KLV YDOXHV GLYHUJH VWULNLQJO\ IURP WKDW >VLF@ RI WKH LPSOLHG DXWKRUnV >VLF@ WKDW LV WKH UHVW RI WKH QDUUDWL YHnWKH QRUP RI WKH ZRUNnFRQIO LFWV ZLWK WKH QDUUDWRUnV SUHVHQWDWLRQ DQG ZH EHFRPH VXVSLFLRXV RI KLV VLQFHULW\ RU FRPSHWHQFH WR WHOO WKH nWUXH YHUVLRQnA 3OXV SUFLVPHQW XQ QDUUDWHXU SHXW VHPEOHU LQGLJQH GH QRWUH FRQILDQFH £ FDXVH GnXQH GIRUPDWLRQ YRXOXH GH OD YULW RX ELHQ SDUFH TXnLO LJQRUH FHUWDLQV DVSHFWV HVVHQWLHOV GH OnKLVWRLUH 'RQH LO ILQLW SDU HQ SUVHQWHU XQH YHUVLRQ GIHFWXHXVH QRQ SDV SDU DUWLILFH SDU H[HPSOH GDQV OH EXW GH PDQLSXOHU OHV UDFWLRQV GH VRQ VHVf QDUUDWDLUHVf PDLV SL XWRW SDU PJDUGH D FDXVH GX FDUDFWUH QDLI RX LQFRPSOHW GH VRQ LQIRUPDWLRQ RX GH VHV SHUFHSWLRQV /H GHJU R OH QDUUDWHXU HVW FRQVFLHQW GH VRQ UROH GH GHVWLQDWHXU GDQV XQ DFWH GH FRPPXQLFDWLRQ HW FRQVFLHQW VXUWRXW GH OD SUVHQFH GnXQ DXGLWRLUH SHXW DXVVL IRXUQLU XQH LQGLFDWLRQ GH OD FUGLELOLW GH VRQ UFLW 7RXWH WUDFH GnXQ QDUUDWHXU FRQVFLHQW GH OXLPPH ODLVVH GHYLQHU OD SRVVLELO L W TXnLO RSHUH SDU XQH FRPSRVLWLRQ ELHQ RUFKHVWUH XQH SHUYHUVLRQ GH OD YULW SRXU SURGXLUH GDQV VRQ QDUUDWDLUH OnHIIHW TXnLO GVLUH /D YUDFLW GX QDUUDWHXU VH WURXYH PLVH HQ TXHVWLRQ OH SOXV VRX YHQW GDQV OH FDV GnXQH QDUUDWLRQ FRQGXLWH D OD SUHPLHUH SHUVRQQH 3RXUWDQW TXHOOH HVW OD EDVH WKRULTXH TXL VRXVWHQG OnHPSORL GnXQ SURQRP GH OD SUHPLHUH RX GH OD WURLVLPH SHUVRQQH" &H VRQW MXVWHPHQW OHV UHODWLRQV GH SHUVRQQH TXL FRQVWLWXHQW OH WURLVLPH DVSHFW GH OD YRL[ FRQVLGU SDU *HQHWWH ,, UHMHWWH nLPSUFLVLRQ GH OD WHQGDQFH

PAGE 46

WUDGLWLRQQHOH TXL DGRSWH WRXMRXUV OD SHUVRQQH JUDPPDWLFDOH FRPPH FULWUH GH EDVH SRXU OD FODVVLILFDWLRQ GX QDUUDWHXU 6HO RQ OXL OH QDUUDWHXU HQ WDQW TXH VXMHW GH VRQ QRQFLDWLRQ HVW WRXMRXUV SUHVHQW GDQV VRQ UFLW £ OD SUHPLHUH SHUVRQQH 0PH VnLO FKRLVLW GH QH SDV VH OH SHQQHWWUH LO HVW FDSDEOH £ WRXW LQVWDQW Gn\ LQWHUYHQLU HQ VH GVLJQDQW SDU OD IRUPH MH *HQHWWH GHFODUH /D YUDLH TXHVWLRQ HVW GH VDYRLU VL OH QDUUDWHXU D RX QRQ 7RFFDVLRQ G HPSOR\HU OD SUHPLHUH SHUVRQQH SRXU GHVLJQHU 7XQ GH VHV SHUVRQQDJHVA ,, FUHH XQH QRXYHOOH WHUPLQRRJLH SRXU UHPSODFHU FHOOH GH OD QDUUDWLRQ £ OD SUHPLHUH RX £ OD WURLVLPH SHUVRQQH TXL LPSOLTXH XQH GLIIHUHQFLDO RQ LOOXVRLUH FDU FRPPH LO GLW OH QDUUDWHXU QH SHXW WUH GDQV VRQ UFLW FRPPH WRXW VXMHW GH 9QRQFLDWLRQ GDQV VRQ QRQF TXnD OD nSUHPLHUH SHUVRQQH A ,, SURSRVH OHV WHUPHV KWURGLJWLTXH HW KRPRGLJWLTXH SRXU GFULUH UHVSHFWLYHPHQW OH QDUUDWHXU DEVHQW FRPPH SHUVRQQDJH GH 9KLVWRLUH TXnLO UDFRQWH HW FHOXL TXL SDUWLFLSH D 7DFWLRQ HQ WDQW TXH WPRLQ RX SHUVRQQDJH VHFRQGDLUH ,, UHVHUYH OD VRXVFDWJRULH GX QDUUDWHXU DXWRGLJWLTXH SRXU FHOXL TXL ILJXUH FRUQPH SURWDJRQLVWH GDQV 7KLVWRLUH TXnLO UHODWH 6H UDWWDFKHQW DX VWDWXW GX QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH QRQ VHXOHPHQW OD TXHVWLRQ GH VD YUDFLW PDLV DXVVL FHOOH GH OD OLPLWDWLRQ GH VRQ FKDPS GH SHUFHSWLRQ HW GH FRQQDLVVDQFH /H QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH QH SHXW H[HUFHU OD IRFDOLVDWLRQ LQWHUQH TXH VXU OXLPPH (Q SDUDQW GHV DXWUHV SHUVRQQDJHV LO GRLW VnHQ WHLU £ OD IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH HW GDQV VD UHODWLRQ GHV YQHPHQWV LO HVW REOLJ GH VH ERUQHU £ FHX[ GRQW LO D W WPRLQ RX GRQW LO D HQWHQGX SDUOHU 3DU FRQWUH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH SHXW FKRLVLU GH UHQRQFHU £ VRQ RPQLVFLHQFH HQ

PAGE 47

VnLPSRVDQW OHV UHVWULFWLRQV TXnLPSO LTXHQW OD IRFDO LVDWLRQ LQWHUQH IL[H RX OD IRFDOLVDWLRQ ULJRXUHXVHPHQW H[WHUQH PDLV WRXMRXUV HVWLO TXH OH SULYLOHJH GH OD QRQIRFDO LVDWLRQ OXL HVW SOHLQHPHQW SHUPLV $ORUV LO QnH[LVWH DXFXQH QFHVVLW SRXU OXL GH UHQGUH FRPSWH GHV VRXUFHV GH VRQ LQIRUPDWLRQ RX GH OLPLWHU VD SUHVHQWDWLRQ GHV SHQVHV HW GHV VHQWLPHQWV GH VHV SHUVRQQDJHV 'DQV OH FDV GX QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH VXUWRXW DXWRGLJWLTXHf GRQW OnDFWH QDUUDWLI HVW XOWULHXU DX[ YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH LO H[LVWH XQ FDUWGnDJH ELHQ VXU PDLV DXVVL GnLQIRUPDWLRQ HW GnH[SULHQFHf§HQWUH OH MHQDUUDQW HW OH MHQDUU /H QDUUDWHXU QnHVW SOXV FH TXnLO WDLW HW PPH VnLO GHFLGH SRXU OHV EHVRLQV HVWKWLTXHV GH VRQ URPDQ GnDGRSWHU HQWLUHPHQW OD SHUVSHFWLYH GX MHDFWHXU OD GLIIHUHQFH QnHVW SDV DEROLH HOOH HVW VHXOHPHQW PDVTXH $LQVL OnXQLW DSSDUHQWH VXJJUH SDU 7HPSLRL GX MBH SRXU GHVLJQHU FHV GHX[ SHUVRQQHV UHFHOH XQH GXDOLW IRQGDPHQWDOH GLVVLPXO VRXV OH MH VH WURXYH XQ M0B VXEUHSWLFH /D PLVH HQ UHOLHI GH FHWWH QRWLRQ DERXWLW £ OD GLVVRFLDWLRQ SDUWLHOOH GX MHVXMHW GH 7QRQFLDWLRQ GnDYHF OH MH VXMHW GH 7QRQF ,O VnDJLW GnXQH DXWUH GH FHV VLWXDWLRQV IURQWDOLUHV TXL VXJJUHQW XQH JUDGDWLRQ SURJUHVVLYH SO XWW TXnXQH GHPDUFDWLRQ DEVROXH HQWUH OD QDUUDWLRQ KRPRGLJWLTXH HW KWURGLJWLTXH FDU OH QDUUDWHXU VH GVLJQH WDQWRW SDU MH" WDQWW SDU 3RUW D VRQ SOXV KDXW GHJU OD GLVWDQFLDWLRQ GHYLHQW WRWDOH GDQV XQH DXWRELRJUDSKLF KWURGLJWLTXH WHOOH TXH 7KH (GXFDWLRQ RI +HQU\ $GDPV OH QDUUDWHXU SDUOH GH OXLPPH RX SOXWRW GH FHW WUH TXnLO D W MDGLVf WRXMRXUV D OD WURLVLPH SHUVRQQH 3DUPL OHV H[SOLFDWLRQV SRVVLEOHV GH 7HPSL RL GnXQ WHO SURFG 7RQ D SURSRV TXH FHWWH GLVVRFLDWLRQ ILFWLYH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH HVW OD

PAGE 48

PDUTXH GnXQH GLVWDQFH LURQLTXH SDU H[DPSOH GDQV OH FDV GX OLYUH GH +HQU\ $GDPV GnXQ LPPHQVH RUJXHL FRPPH GDQV OHV &RPPHQWDULL GH EHO R JDO LFR GH &VDU R nDXWHXU VH YRLW DYHF OD GLVWDQFH GH OnKLVWRLUH RX GnXQH KXPLOLW SURIRQGH FHOOH GHV DXWHXUV GHV PPRLUHV UHOLJLHX[ DQFLHQV TXL VH QRPQHQW 6HUYLWHXU GH 'LHX HQ VH FRQVLGUDQW DYHF OD GLVWDQFH WHUQHOOH GX UHJDUG GX 6HLJQHXUA (Q FH TXL FRQFHUQH OD FDWJRULH GH URPDQV WHOV TXH /HV 0DUFKHV GH VDEOH GH &KHGLG /D 5RXWH GHV )ODQGUHV GH &ODXGH 6LPRQ HW 7KH +LVWRU\ RI +HQU\ (VPRQG (VT GH :LOOLDP 7KDFNHUD\ RX DX OLHX GH OD VXSSUHVVLRQ WRWDO H GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH LO \ D XQH DOWHUQDQFH MHL RQ GRLW WLFKHU GH GFRXYULU MXVTXnD TXHO SRLQW HOOH UHSUVHQWH XQH WHQVLRQ HQWUH OnLGHQWLW HW OD GLIIUHQFH 3RXU GWHUPLQHU OHV LPSOLFDWLRQV TXnD XQH WHOOH DOWHUQDQFH SRXU OD YRL[ QDUUDWLYH LO VHUD QFHVVDLUH GnH[DPLQHU OHV HIIHWV FUV SDU OH IORWWHPHQW HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH TXL HQ UVXOWH ,, IDXGUD JDOHPHQW UHFRQVLGUHU OD TXHVWLRQ GH OD SRO\SKRQLH SRXU VDYRLU VL OH FKDQJHPHQW GH SHUVRQQH JUDPPDWLFDOH SHXW VLJQLILHU DXVVL XQ FKDQJHPHQW GH VXMHW SDUODQW /HV QRWLRQV GH GLVWDQFH HW GnLGHQWLW VnDSSOLTXHQW QRQ VHXOHPHQW VXU OH SODQ GHV UHODWLRQV GH SHUVRQQH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH PDL V DXVVL VXU FHOXL GH OHXUV GL VFRXUV 'DQV OD VHFWLRQ GH VRQ 'LVFRXUV GX UFLW FRQVDFUH DX PRGH *HQHWWH WDEOLW XQH GLVWLQFWLRQ HQWUH OH UFLW GH SDUROHV HW OH UFLW GnYQHPHQWV TXL GFRXOH GH VRQ DVVHUWLRQ TXH OD PLPVLV YHUEDOH QH SHXW WUH TXH UQLPVLV GX R U YHUEH $ORUV TXH GDQV OH UFLW GnYQHPHQWV LO QH SHXW \ DYRLU TXnXQH LOOXVLRQ GH PLPVLV SRUWH D VRQ SOXV KDXW GHJU SDU XQ PD[LPXP GnLQIRUPDWLRQ HW XQ PLQLPXP GnLQIRUPDWHXUA GDQV OH FDV GX UFLW GH SDUROHV FDSDEOH GH PLPVLV LO GLVWLQJXH WURLV LQRGHV GH

PAGE 49

UHSURGXFWLRQ GX GL VFRXUV HW GH D SHQVH GHV SHUVRQQDJHV /D IRUPH OD SOXV UGXFWULFH HW SDU FRQVHTXHQW OD PRLQV PLLQWLTXH VnDSSHOOH OH GLVFRXUV QDUUDWLYLV /H QDUUDWHXU IDLW HQWHQGUH VRQ SURSUH GLVFRXUV DX[ GSHQV GHV SDUROHV GH VHV SHUVRQQDJHV LQWHUSUWHV FRQGHQVHV HW WUDQVIRUPHV SDU OXL HQ YQHPHQW UDSSRUW 3DU XQ HIIHW GOOOKRPRJQLVDWLRQ OH MHB GX QDUUDWHXU VH IDLW GRPLQDQW PPH VnLO VnDEVWLHQW ULJRXUHXVHPHQW GnLQWHUYHQLU GDQV VRQ UFLW SRXU SDUOHU HQ VRQ SURSUH QRP /H GL VFRXUV QDUUDWLYLV TXL UHSUVHQWH OH SOXV GH PGLDWLVDWLRQ GX GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH SDU OH QDUUDWHXU VH VLWX GRQH DX SROH GLJWLTXH 6HO RQ 7]YHWDQ 7RGRURY OD VRXUFH GH FH PRGH GLJWLTXH GH OD QDUUDWLRQ GDQV OHTXHO OH QDUUDWHXU VnDFFRUGH OH PRQRSROH GH OD SDUROH HVW OD FKURQLTXHA $ PLFKHPLQ HQWUH OD GLJVLV HW OD PLPVLV VH WURXYH OH GLVFRXUV WUDQVSRV GDQV OHTXHO OHV SDUROHV SHQVHV RX SURQRQFHV GX SHUVRQQDJH YLHQQHQW VnLQILOWUHU GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU &HWWH IRUPH PL[WH PDUTXH £ XQ FHUWDLQ GHJU SDU OD SUVHQFH PGLDWULFH GX QDUUDWHXU SHUPHW DX GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH GH UHVVRUWLU DYHF XQ SHX SOXV GH UHOLHI PDLV GH IDJRQ WRXMRXUV LQGLUHFWH &HSHQGDQW ULHQ QH JDUDQWLW TXH OHV SDUROHV FKRLVLHV SDU OH QDUUDWHXU SRXU OH WUDQVPHWWUH VRLHQW FHOOHV UHO HPHQW SURQRQFHV RX SHQVHV SDU OH SHUVRQQDJH /H VW\OH LQGLUHFW OLEUH YDULDQWH GX GLVFRXUV WUDQVSRV VH FDUDFWULVH SDU XQH FDSDFLW PLPWLTXH VXSULHXUH £ FHOOH GH OnLQGLUHFW UJL PDLV LQIULHXUH £ FHOOH GH OD FLWDWLRQ GLUHFWH %LHQ TXH OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU VH IDVVH PRLQV YL GHQWH SDU OD VXSSUHVVLRQ GX YHUEH GFODUDWLI HW OnDEVHQFH GH OD FRQMRQFWLRQ GH VXERUGLQDWLRQ TXH TXL LQWURGXLVHQW OH GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH GDQV OD IRUPH LQGLUHFWH UJLH HOOH HVW WRXMRXUV VHQVLEOH GDQV OD V\QWD[H PPH

PAGE 50

GH OD SKUDVH /HV SURQRPV GH OD WURLVLPH SHUVRQQH HW OD FRQFRUGDQFH GHV WHPSV LPSDUIDLWSUVHQW GX FRQGL WLRQQHOf PDUTXHV GH OD SHUVSHFWLYH V\QWDFWLTXH GX QDUUDWHXU LQGLTXHQW TXnLO RSHUH XQH VRUWH GH ILOWUDJH GX GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH £ WUDYHUV VD SURSUH JUDPQDLUH 3RXUWDQW OH SRLQW GH YXH TXL RULHQWH OH GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH HVW ORLQ GnHWUH VXSSULP /H GL VFRXUV LQGLUHFW OLEUH DSSURFKH GH OnDXWRQRPLH GH OD FLWDWLRQ GLUHFWH SDU OD SRVVLELO L W TXnLO RIIUH GnXQH WUDGXFWLRQ SOXV ILGOH GH OnLGLROHFWH GX SHUVRQQDJH SDU nLQYHUVLRQ GHV LQWHUURJDWLYHV SDU OD SUHVHQFH GHV WUDLWV H[SUHVVLIV HW LQWHUMHFWLIV HW SDU OnHPSORL GHV GHLFWLTXHV VH UDSSRUWDQW £ OD VLWXDWLRQ VSDWLDOH HW WHPSRUHOOH GX SHUVRQQDJH $LQVL FHWWH IRUPH FRQVLVWH HQ XQH VRUWH GH YRL[ GRXEOH TXL UHVXOWH GH FH PHODQJH GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU DYHF FHOXL GX SHUVRQQDJHA /D GXDOLW PDQLIHVWDWLRQ GnXQH SRO\SKRQLH VXEWLOH HW GHOLFDWH VL OnRQ YHXW SHXW LQGLTXHU GnXQH SDUW XQ KDXW GHJU GnLGHQWLILFDWLRQ HW GH V\PSDWKLH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH TXL VXJJUH QRQ SDV OD YLVLRQ DYHF GnXQH SHUVSHFWLYH SDUWDJH PDLV SOXWRW XQH VRUWH GH SHQVH DYHF /D VXSHUSRVLWLRQ YRLUH OD IXVLRQ GHV GHX[ GLVFRXUV UHSUVHQWH OD SDUROH YUDLLQHQW HW LQWLPHPHQW SDUWDJH HQWUH XQ QDUUDWHXU TXL VH UYOH SDU OD SHUVSHFWLYH V\QWDFWLTXH TXnLO LPSRVH HW XQ SHUVRQQDJH TXL FRQWULEXH VD SHUVSHFWLYH VXEMHFWLYH 'nDXWUH SDUW OnHPSORL GX VW\OH LQGLUHFW OLEUH SHXW WUH OH YKLFXOH GnXQ FRPPHQWDLUH LURQLTXH TXL PHW HQ UHOLHI OD GLVWDQFH VSDUDQW QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH /D YULWDEOH HPDQFLSDWLRQ GX GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH QH VH UDOLVH TXH GDQV OH GLVFRXUV UDSSRUW OLEU GH OD SUVHQFH PGLDWULFH GX QDUUDWHXU 6LWX DX SROH PLPWLTXH LO FRQVLVWH HQ OD WUDQVFULSWLRQ

PAGE 51

GHV SDUROHV GLUHFWHV GHV SHUVRQQDJHV HQ IRUPH GH GLDORJXH RX GH PRQRORJXH SURQRQF RX LQWULHXU 6HO RQ 7RGRURY OnRULJLQH GH FH PRGH GH UHSURGXFWLRQ QDUUDWL YH HVW OH GUDPHA /nDXWRQRPLH GH OD FLWDWLRQ TXL UDSSHO OH OHV SURFGV GH 7FULWXUH WKDWUDOH FUHH OnLOOXVLRQ TXH OH GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH QnHVW PPH SDV UDSSRUW PDLV SHUJX GLUHFWHPHQW SDU OH OHFWHXU /D PGLDWLVDWLRQ TXL SHQGDQW ORQJWHPSV D W OH SURSUH GX JHQUH URPDQHVTXH HVW DEVHQWH /H QDUUDWHXU VnHIIDFH IHLQW GH GLVSDUDWUH SRXU FGHU OD SDUROH £ VHV SHUVRQQDJHV &HSHQGDQW OD SUVHQFH GHV IRUPXOHV DWWULEXWLYHV LQGLTXH TXnLO QH JDUGH SDV HQWLUHPHQW OH VLOHQFH 2U PPH FHV GHUQLUHV WUDFHV GH VD IRQFWLRQ RUJDQLVDWULFH VRQW DEROLHV GDQV OD IRUPH TXH *HQHWWH EDSWLVH GLVFRXUV LPPGLDW HQFRUH SOXV UHVVHPEODQW D OD WHFKQLTXH GUDPDWLTXH FDU LO Qn\ UHVWH SOXV DXFXQH LQGLFDWLRQ GH nLQVWDQFH QDUUDWLYHA 'DQV OH FDV GH FH GL VFRXUV GLUHFW OLEUH OD SDUROH SDVVH GnHPEOH DX SHUVRQQDJH TXL VHPEOH VH VXEVWLWXHU DX QDUUDWHXU $YHF XQ WHO GHJU GnPDQFLSDWLRQ GX GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH OHV IURQWLUHVHQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU HW HQWUH JHQUH URPDQHVTXH HW JHQUH GUDPDWLTXHIORWWHQW HW GLVSDUDLVVHQW $\DQW SDVV HQ UHYXH OHV WURLV WDWV GX GL VFRXUV SUHVHQWHV SDU *HQHWWH LO HVW XWLOH GH FRQVLGUHU OD TXHVWLRQ GX GHJU GH OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU GnXQH RSWLTXH XQ SHX PRLQV UHVWUHLQWH FHOOH GH 2, 6H\PRXU &KDWPDQ /H WKRULFLHQ DPULFDLQ GFULW FHWWH SUVHQFH TXL LPSOLTXH DXVVL OH GHJU R OD YRL[ SURSUHPHQW QDUUDWLYH VH IDLW HQWHQGUH GDQV OH UFLWf FRPPH PLQLPDOH QRQQDUUDWHGf LPSOLFLWH FRYHUWf RX H[SOLFLWH RYHUWf HW VSFLILH OHV FDUDFWULVWLTXHV JQUDOHV GH FKDTX FDWJRULH 'DQV OH UFLW TXnLO D OD WHQGDQFH PDOKHXUHXVH GnDSSHOHU QRQQDUU SRXU LQGLTXHU nHIIDFHPHQW PDLV QRQ

PAGE 52

SDV OD GL VSDQnWL RQ GX QDUUDWHXU OH UROH GH FH GHUQLHU VH OLPLWH £ OD WUDQVPLVVLRQ GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV ,, GHYLHQW OH VFULEH RX OH UGDFWHXU TXL VH FKDUJH GH UHFRSLHU FH GL VFRXUV H[SULP GDQV GHV GRFXPHQWV WHOV TXH OHWWUHV RX MRXUQDX[ LQWLPHVf RX GH OH WUDQVFULUH TXDQG LO VnDJLW GH SDUROHV SURQRQFHV RX SHQVHVf &HSHQGDQW PPH VnLO QH SDUOH SDV FH QDUUDWHXU HVW ORLQ GnHWUH DEVHQW 6D SUHVHQFH SHXW VH IDLUH VHQWLU GDQV OD WUDQVFULSWLRQ PPH GX GL VFRXUV GHV DFWHXUV FDU FnHVW OXL TXL LPSRVH OHV LQWURGXFWLRQV GFO DUDWL YHV OD SRQFWXDWLRQ HW OnHPSORL GH OnLWDOLTXH HW GHV PDMXVFXOHV 'DQV OH UFLW GnYQHPHQWV FHWWH SUVHQFH VH UGXLW JDOHPHQW DX VWULFW PLQLPXP PDLV QH YD SDV MXVTXnD nDEGLFDWLRQ GH WRXW FRQWUROH VXJJUH SDU OD QRWLRQ GnXQH FDUQUD /H QDUUDWHXU DGRSWH OD IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH HQ UDSSRUWDQW 7DFWLRQ GDQV XQ GL VFRXUV GSRX L OL DXWDQW TXH SRVVLEOH GHV PDUTXHV GnLQWHUSUWDWLRQ HW GHYDOXDWLRQ 3RXU UHSUHQGUH OH FRQFHSW JHQHWWLHQ GH PLPVLV OH UFLW GnYQHPHQWV GnXQ QDUUDWHXU TXL VnHIIDFH D XQ WHO GHJU UHSUVHQWH XQ PD[LPXP GnLQIRUPDWLRQ HW XQ PLQLPXP GnLQIRUPDWHXU /D SUVHQFH GX QDUUDWHXU LPSOLFLWH FRYHUWf VLWX D PLFKHPLQ HQWUH PLPVLV HW GLJVLV VH IDLW VHQWLU SDU OD WUDQVSRVLWLRQ GHV SDUROHV GX SHUVRQQDJH DX GL VFRXUV LQGLUHFW UJL RX £ WUDYHUV OD YRL[ GRXEOH GX VW\OH LQGLUHFW OLEUH /D QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH D\DQW GMD W DERUGH QRXV SDVVHURQV DX SROH GH OD GLJVLV GRPDLQH GX QDUUDWHXU H[SO LFLWH RYHUWf 3DPLL OHV LQGLFHV GH VD SUVHQFH LGHQWLILV SDU &KDWPDQ RQ WURXYH f OD GHVFULSWLRQ GX FDGUH f OD SUVHQWDWLRQ GnXQ SHUVRQQDJH TXL HQWUH HQ VFHQH SRXU OD SUHPLHUH IRLV f OH VRPPDLUH WHPSRUHO TXL UYOH OD PGLDWLVDWLRQ GH OD SUVHQFH RUJDQLVDWULFH GX QDUUDWHXU D OD GLIIUHQFH GH OD VFHQH

PAGE 53

VXUWRXW GLDORJXH SURFHGH WKDWUDO SHULQHWWDQW XQ KDXW GHJU GH PLPHVLVf HW f OH VRPPDLUH VSDWLDO SDU H[HPSOH OH SDQRUDPD TXL PHW HQ UHOLHI OD SRVLWLRQ SULYLOJLH TXnRFFXSH OH QDUUDWHXU /H QDUUDWHXU VH PHW HQFRUH SOXV HQ HYLGHQFH f SDU OD WUDQVPLVVLRQ GHV SDUROHV TXnXQ SHUVRQQDJH QnD SDV SURQRQFHV QL SHQVHV HW f SDU OHV GLIIUHQWHV IRUPHV GH FRUQPHQWDLUH LPSO LFLWH RX H[SOLFLWH \ FRPSULV nDIILUPDWLRQ GH OD FUGLELOLW GH VRQ KLVWRLUH RX ,nDVVHUWLRQ GH VD SURSUH YUDFLW FRPPH QDUUDWHXU OHV MXJHPHQWV OHV LQWHUSUHWDWLRQV OHV JHQHUDOLVDWLRQV HW VXUWRXW OH GLVFRXUV PWDQDUUDWLI GLVFRXUV GDQV OHTXHO OH QDUUDWHXU VH SURQRQFH GDQV OH UFLW VXU OH UFLWAA &H IDLVDQW OH QDUUDWHXU VHPEOH YL VHU £ OD GHVWUXFWLRQ GH WRXW HIIHW PLPWLTXH SRXU PHWWUH HQ YDOHXU OnDUW HW OnDUWLILFH GH OnDFWH QDUUDWLI 6RQ HPSORL GnXQ GL VFRXUV PWDQDUUDWLI UHYHOH XQ KDXW GHJU GH FRQVFLHQFH GH VRQ UROH FRPPH VXMHW SDUODQW SURGXFWHXU GX WH[WH HW GHVWLQDWHXU GX PHVVDJH QDUUDWLI $XVVL VD YUDFLW FRPPH QDUUDWHXU VH YRLWHOOH UHPLVH HQ TXHVWLRQ HW OH UROH GX QDUUDWDLUH DOORFXWDLUH DFWLI RX SDVVLI GH VRQ GL VFRXUV DVVXPHWLO XQH LPSRUWDQFH FDSLWDOH /D SUVHQFH GnDX PRLQV XQ QDUUDWDLUH HVW LPSOLTXH SDU WRXW DFWH QDUUDWLI FDU VHO RQ *HQHWWH XQ UFLW FRPPH WRXW GL VFRXUV VnDGUHVVH QFHVVDLUHPHQW D TXHO TXnXQ HW FRQWLHQW WRXMRXUV HQ FUHX[ OnDSSHO DX GHVWLQDWDLUHA 4XDQW DX VWDWXW WH[WXHO GX QDUUDWDLUH LO H[SOLTXH &RPPH OH QDUUDWHXU OH QDUUDWDLUH HVW XQ GHV OPHQWV GH OD VLWXDWLRQ QDUUDWLYH HW LO VH SODFH QFHVVDLUHPHQW DX PPH QLYHDX GL J WL TXH FnHVWDGLUH TXnLO QH VH FRQIRQG SDV SOXV D SULRUL DYHF OH OHFWHXU PPH YLUWXHOf TXH OH QDUUDWHXU QH VH FRQIRQG QFHVVDLUHPHQW DYHF nDXWHXU $LQVL OD QRWLRQ JHQHWWLHQQH GX GHVWLQDWDLUH DGRSWH LFL VDQV UVHUYH H[FOXW WRXWH DSSURFKH KLVWRULTXH

PAGE 54

ELRJUDSKLTXH RX VRFLRORJLTXH FRQFHUQDQW VRLW OHV OHFWHXUV VSFLILTXHPHQW YLVHV SDU OnDXWHXU FRQFUHW VRLW OH SXEOLF FRQWHPSRUDLQ GH FHW DXWHXU 1L OHFWHXU UHHO QL OHFWHXU YLUWXHO OH QDUUDWDLUH DVVXPHWLO GRQH TXHO TXH UROH GDQV OH PRQGH GH OnKLVWRLUH" (Q HIIHW LO SHXW WUH XQ SHUVRQQDJH TXL SRVVGH XQH YRL[ ELHQ SHUFHSWLEOH FRPPH OH PDUTXLV GH 5HQRQFRXUW GDQV 0DQRQ /HVFDXW QDUUDWHXU GH VHV SURSUHV PPRLUHV HW QDUUDWDLUH GX UFLW GH GHV *ULHX[ (Q UHYDQFKH LO SHXW DXVVL VH PDQLIHVWHU FRPPH XQH SUHVHQFH HQ FUHX[ DYHF XQH YRL[ TXL QH VH IDLW HQWHQGUH TXnLQGLUHFWHPHQW D WUDYHUV OHV QRQFV GX QDUUDWHXU FRPPH FHOOH GH nLQWHUORFXWHXU GH -HDQ%DSWLVWH &ODPHQFH GDQV /D &KXWH 3DUHLO DX QDUUDWHXU OH QDUUDWDLUH SHXW VnHIIDFHU £ WHO SRLQW TXH OD QDUUDWLRQ HOOHPPH UHSUVHQWH SUHVTXH OD VHXOH WUDFH GH VD SUHVHQFH RX ELHQ WRXW FRPPH OXL LO SHXW DYRLU XQH SHUVRQQDOL W IRUWHPHQW GYHORSSH HW LQGLYLGXDO LVH 4XnHOOH VRLW SHUFHSWLEOH D XQ WUHV KDXW GHJU RX SUHVTXH WRWDOHPHQW HIIDFH SDU TXHOV VLJQHV OH OHFWHXU GHYLQHWLO VD SUVHQFH" 4XHO OHV HQ VRQW OHV PDUTXHV" 6nLO QH VnDJLW SDV GnXQ QDUUDWDLUHSHUVRQQDJH LO IDXW OHV GFRXYULU GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU *HUDOG 3ULQFH LGHQWLILH TXHOTXHV LQGLFHV SDU OHVTXHOV VnLPSOLTXH OD SUVHQFH GX QDUUDWDLUHA 3DUPL OHV VLJQDX[ GX QDUUDWDLUH TXL VH GJDJHQW GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU LO LQFOXW f OHV UIUHQFHV GLUHFWHV OHFWHXU PRQ DPL RX OHV SURQRPV HW OHV IRUPHV YHUEDOHV GH OD GHX[LHPH SHUVRQQHO f OHV SURQRPV LQFOXVLIV RX LQGILQLV QRXV RQf f OHV TXHVWLRQV RX OHV SVHXGRTXHVWLRQV DGUHVVHV DX QDUUDWDLUH RX ELHQ IRUPXOHV SDU OXL HW USWHV GDQV OH GLVFRXUV GH VRQ RFXWHXU f OHV QJDWLRQV HQ WDQW TXH USRQVH DX[ TXHVWLRQV GX QDUUDWDLUH RX FRQWUDGLFWLRQ GH VHV

PAGE 55

RSLQLRQV f OHV WHUPHV £ YDOHXU GHPRQVWUDWLYH TXL UHQYRLHQW QRQ SDV £ XQ HOHPHQW DQWULHXU RX XOWULHXU GX UFLW PDLV £ XQ KRUVWH[WH FRQQX SDU OH QDUUDWHXU HW VRQ QDUUDWDLUH f OHV FRPSDUDLVRQV HW OHV DQDORJLHV FDU HO OHV IRXUQLVVHQW GHV LQGLFDWLRQV VXU OnXQLYHUV IDPLOLHU DX QDUUDWDLUHf HW f OHV VXUMXVWLILFDWLRQV GHV H[SOLFDWLRQV PWDQDUUDWLYHV DGUHVVHV DX QDUUDWDLUH GnR VH GJDJH TXHOTXH LGHH GH VD SHUVRQQDOL W TXRLTXH GH IDRQ DVVH] LQGLUHFWH &HV VLJQDX[ VHUYHQW QRQ VHXOHPHQW D LQGLTXHU OD SUVHQFH GX QDUUDWDLUH PDLV HQFRUH £ HVTXLVVHU VRQ SRUWUDLW 3RXU IDFLOLWDU OD FDUDFWULVDWLRQ GHV QDUUDWDLUHV 3ULQFH GILQLW XQ GHJU ]UR TXL SHUPHW GH OHV GFULUH WRXV HQ IRQFWLRQ GHV PPHV FDWHJRULHV HW DLQVL GH YRLU MXVTXn£ TXHO SRLQW 7XQ GnHQWUH HX[ VH FRQIRUPH RX VH GLIIUHQFLH GX PRGHOHA %ULYHPHQW DX GHJU ]UR GX FW SRVLWLI OH QDUUDWDLUH f FRQQDW OD ODQJXH HW HVf ODQJDJHVf GX QDUUDWHXU FH TXL LPSOLTXH OD FRPSUKHQVLRQ GH OD JUDLPLDLUH HW GHV GQRWDWLRQV PDLV QRQ SDV FHOOH GHV FRQQRWDWLRQV f SRVVGH FHUWDLQHV IDFXOWV GH UDLVRQQHPHQW TXL XL SHUPHWWHQW GH VDL VLU OHV SUVXSSRVLWLRQV HW OHV FRQVTXHQFHV GnXQH SKUDVH RX GnXQH VHULH GH SKUDVHV f VDLW FH TXL FRQVWLWXH XQ UFLW HW f SHXW UHWHLU WRXW FH TXH OH QDUUDWHXU XL IDLW VDYRLU 'X FRW QJDWLI f LO QH SHXW VXLYUH OH UFLW TXH GDQV VD SURJUHVVLRQ OLQDLUH f LO QnD QL SHUVRQQDOL W QL FDUDFWULVWLTXHV VRFLDOHV f LO QH FRQQDW QL OHV SHUVRQQDJHV QL OHV YQHPHQWV UDFRQWV QL OHV FRQYHQWLRQV TXL UJQHQW GDQV OH PRQGH GH 7KLVWRLUH RX GDQV WRXW DXWUH PRQGH HW f LO QnD DXFXQH FRQQDLVVDQFH GnDXWUHV WH[WHV DXFXQH H[SULHQFH GX PRQGH DXFXQH FDSDFLW GH GLVFHUQHU OHV OLHQV GH FDXVDO L W LPSOLFLWH HW DXFXQH FRPSWHQFH GnRUJDQLVHU OH UFLW VHORQ OHV FRGHV GH OHFWXUH ODERUV SDU 5RODQG %DUWKHV GDQV 6=

PAGE 56

/D QRWLRQ GH GLVWDQFH HOHPHQW HVVHQWLHO GDQV nWXGH GX QDUUDWHXU FRQYLHQW DXVVL D FHOOH GX QDUUDWDLUH ,, HVW QFHVVDLUH GH GHWHUPLQHU TXHOOH GLVWDQFHPRUDOH LQWHO HFWXHO H VSDWLDOH DXVVL ELHQ TXH WHPSRUHO HOH VHSDUH GX QDUUDWHXU GHV SHUVRQQDJHV HW GH 7KLVWRLUH %LHQ VXU LO IDXW FRQVLGUHU QRQ VHXOHPHQW OH GHJU R VD SUHVHQFH VH IDLW VHQWLU GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU PDLV HQFRUH OHV GLIIUHQWHV IRQFWLRQV TXH SHXW DVVXPHU FHWWH SUHVHQFH &RPPH OD QRWLRQ GH OD YRL[ QDUUDWLYH LPSOLTXH WRXMRXUV nH[LVWHQFH GnXQ QDUUDWHXU FH VHUD OD FRQVLGUDWLRQ GX UROH GH FH SDUWLFLSDQW D OnDFWH GH FRPPXQLFDWLRQ QDUUDWLYH TXL VHUYLU£ FRPPH SRLQW GH GHSDUW D OD SUVHQWH WXGH $ OnDLGH GHV FRQFHSWV GX PRGH HW GH OD YRL[ ODERUV SDU *UDUG *HQHWWH LO VHUD SRVVLEOH GH GWHUPLQHU D TXHO GHJU VD SUVHQFH VH PDQLIHVW GDQV VRQ UFLW OD SHUVSHFWLYH VHO RQ DTXHO OH VnRULHQWH FH UFLW HW OD GLVWDQFH TXL VSDUH OH VXMHW SDUL DQW GH 7KLVWRLUH GHV SHUVRQQDJHV HW GX QDUUDWDLUH 1RXV H[DPLQHURQV OD TXHVWLRQ GH OD SOXUDO L W HW GH OD KLUDUFKLVDWLRQ GHV QDUUDWHXUV HW FHOOH GX GHJU R OH GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH VH OLEUH GH FHOXL GX QDUUDWHXU SRXU GFRXYULU MXVTXnD TXHO SRLQW VnDSSOLTXH OD QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH 1RXV LQFRUSRUHURQV XQH FRQFHSWLRQ GH OD GLVWDQFH WHQDQW FRPSWH GH OD IURQWLUH IL[H RX IORWWDQWH TXL H[LVWH QRQ VHXOHPHQW HQWUH OHV SHUVRQQHV GX QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH HW HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH PDLV DXVVL HQWUH OHXUV GL VFRXUV /nDQDO\VH GH FHV GHX[ GL VFRXUV IRQGDPHQWDX[ FRQVWLWXWHV GH WRXW UFLW DERXWLUD D OD IRUPXODWLRQ GnXQH USRQVH D OD TXHVWLRQ OD SOXV SHUWLQHQWH D OnWXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH 4XL SDUOH"

PAGE 57

1RWHV A$QGUH &KHGLG 3DUROH &RQWUH&KDQW 3DQfV )ODPPDULRQ f S 5RPDQ -DNREVRQ &ORVLQJ 6WDWHPHQW /LQJXLVWLFV DQG 3RHWLFV LQ 6W\OH LQ /DQJXDJH HG 7KRPDV $ 6HEHRN &DPEULGJH 0DVV 0,7 3UHVV Lf S A*UDUG *HQHWWH 1RXYHDX 'LVFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f SS 1RXV DGRSWHURQV GDQV OD SUHVHQWH HWXGH OHV HTXLYDOHQWV JHQHWWLHQV GH LPS LHG DXWKRU DXWHXU LPSOLTXf HW GH nLPSLHG UHDGHU OHFWHXU YLUWXHOf A6H\PRXU &KDWPDQ 6WRU\ DQG 'LVFRXUVH 1DUUDWLYH 6WUXFWXUH LQ )LFWLRQ DQG )LOP ,WKDFD 1< &RUQHOO 8QLY 3UHVV f S A&KDWPDQ SS A&KDWPDQ SS A:D\QH & %RRWK 7KH 5KHWRULF RI )LFWLRQ &KLFDJR 8QLY RI &KLFDJR 3UHVV f S A*HQHWWH 1RXYHDX 3L VFRXUV GX UFLW SS A:ROIJDQJ ,VHU 7KH $FW RI 5HDGLQJ $ 7KHRU\ RI $HVWKHWLF 5HVSRQVH %DOWLPRUH 7KH -RKQV +RSNLQV 8QLY 3UHVV f S Or-DDS /LQWYHOW (VVDL GH W\SRORJLH QDUUDWLYH H SRLQW GH YXH 3DULV -RV &RUWL f S A*HUDUG *HQHWWH 'LVFRXUV GX UFLW LQ )LJXUHV ,,, 3DULV 6HXLO f SS *UDUG *HQHWWH 1RXYHDX 'LVFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f A*HUDOG 3ULQFH 1RWHV 7RZDUG D &DWHJRUL]DWLRQ RI )LFWLRQDO n1DUUDWHHV *HQUH 1R f *HUDOG 3ULQFH 2Q 5HDGHUV DQG /LVWHQHUV LQ 1DUUDWLYH 1HRSKLORORJXV 1R f *HUDG 3ULQFH ,QWURGXFWLRQ D nWXGH GX QDUUDWDLUH 3RWLTXH f SS *HUDOG 3ULQFH 1DUUDWRORJ\ 7KH )RUP DQG )XQFWLRQLQJ RI 1DUUDWLYH %HUOLQ 0RXWRQ f SS A9RLU 3DXO 5LFRHXU 7HPSV HW UFLW ,, 3DULV 6HXLO f SS A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S A*HQHWWH 1RXYHDX 3L VFRXUV GX UFLW S

PAGE 58

A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S A&KDWPDQ S *HQHWWH )LJXUHV ,,, S Ar*HQHWWH )LJXUHV ,,, S A0HDQ 5RXVVHW 1DUFLVVH URPDQFLHU HVVDL VXU OD SUHPLHUH SHUVRQQH GDQV OH URPDQ 3DULV -RV &RUWL f S 22 F/*HQHWWH 1RXYHDX 3L VFRXUV GX UHFLW S A3KLOLSSH /HMHXQH /H 3DFWH DXWRELRJUDSKLTXH 3DULV 6HXLO f SS 3G A3KLOLSSH /HMHXQH -H HVW XQ DXWUH DXWRELRJUDSKLH GH OD OLWWUDWXUH DX[ PHGLDV 3DULV 6HXLO f S *HQHWWH )LJXUHV ,,, SS A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S 3, An7]YHWDQ 7RGRURY /HV &DWHJRULHV GX UFLW OLWWUDLUH &RPPXQLFDWLRQV f SS A5R\ 3DVFDO 7KH 'XDO 9RLFH )UHH ,QGLUHFW 6SHHFK DQG ,WV )XQFWLRQLQJ LQ WKH 1LQHWHHQWK&HQWXU\ (XURSHDQ 1RYHO 7RWRZD 15RZPDQ DQG /LWWOHILHOG f AMRGRURY SS *HQHWWH )LJXUHV ,,, SS ‘A&KDWPDQ SS /LQWYHOW SS *HQHWWH )LJXUHV ,,, S ‘A*HQHWWH )L JXUHV ,,, S 3ULQFH ,QWURGXFWLRQ D OnWXGH GX QDUUDWDLUH SS 3ULQFH ,QWURGXFWLRQ £ OnWXGH GX QDUUDWDLUH SS

PAGE 59

&+$3,75( ,,, '8 6200( ,/ '(/,95( $8 6859,9$17 (7$3(6 n81( 0(7$0253+26( 6L WRQ VHXLO HVW VDQV YHUURXV 3HUGDQW WD YRL[ WX OD UHWURXYHV 7X SDUOHUDV GDQV FKDTX YLVDJH /nFKR WUDYHUVHUD fLPSDVVH (W GLVVRXGUD WRXV OHV FUDQV /H FRQFHSW GH OnDEROLWLRQ GHV GLIIUHQWHV IRUPHV GH GLVWDQFH TXL WHQGHQW £ VSDUHU OHV KXPDLQV HW VRQ FRUROODLUH OD QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH VnODERUHQW D WUDYHUV OnRHXYUH HQWLUH Gn$QGUH &KHGLG 'DQV FH FKDSLWUH HW FHOXL TXL VXLW FRQVDFUV £ nWXGH GH OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH GH nDXWHXU QRXV H[DPLQHURQV OH GYHORSSHPHQW GH FHV LGHHV QRQ SDV VHXOHPHQW DX QLYHDX WKPDWLTXH PDLV DXVVL HW VXUWRXW DX QLYHDX GH OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH $ OnDLGH GHV WKHRULHV IRUPXOHV SDU *UDUG *HQHWWH HW GnDXWUHV QDUUDWRORJXHV QRXV QRXV SURSRVHURQV GnDERUG GH GHWHUPLQHU FRPPHQW HW MXVTXn£ TXHO SRLQW FHV GHX[ DVSHFWV IRQGDPHQWDX[ GH OnRHXYUH FKHGLGLHQQH FDUDFWULVHQW OD G\QDPLTXH HW OHV DPELJX7WV GH OD YRL[ QDUUDWLYH GDQV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW 6XLYDQW OD GLVWLQFWLRQ JHQHWWLHQQH GHV WURLV HOHPHQWV FRQVWLWXDQW OD UHDO L W QDUUDWLYHF QRXV FRPPHQFHURQV SDU WXGLHU FHV RXYUDJHV VRXV nDQJOH GH OD FDWJRULH GH OnKLVWRLUH SRXU PHWWUH EULYHPHQW HQ UHOLHI OD OXWWH PHQH SDU FHUWDLQV GHV SDUWLFLSDQWV SRXU IUDQFKLU OHV EDUULHUHV TXL OHV LVROHQW GH OHXUV VHPEODEOHV HW DYDQW WRXW SRXU WULRPSKHU GH

PAGE 60

FHWWH XOWLPH GLVWDQFH TXL HVW OD PRUW (Q FRQVLGUDQW OHV WHQWDWLYHV GH FRPPXQLFDWLRQ IDLWHV SDU OHV SURWDJRQLVWHV GHV TXDWUH URPDQV QRXV VLJQDOHURQV GnXQH SDUW OD GLPLQXWLRQ GH OD GLVWDQFH IDLVDQW REVWDFOH £ OD FRPSUKHQVLRQ D OD FRPPXQLRQ HW VXUWRXW £ OD FRPPXQLFDWLRQ HQWUH OHV SHUVRQQDJHV HW GnDXWUH SDUW OD YRORQW GH SOXV HQ SOXV PDUTXHH GH FHV SHUVRQQDJHV GH FRPEDWWUH OD PRUW HW GH VXUPRQWHU OH VLOHQFH TXnHOOH LPSOLTXH &HSHQGDQW OH SURSRV GH OD SUVHQWH WXGH QnHVW SDV GH UIOFKLU VXU OHV GLYHUVHV H[SUHVVLRQV GH OD SDUROH SDUWDJH TXL VH PDQLIHVWHQW GDQV OH FRQWHQX QDUUDWLI PDLV SOXWRW GH IDLUH UHVVRUWLU OHV PRGXODWLRQV GH GLVWDQFH HW OH SDUWDJH GH OD SDUROH TXL VnRSUHQW GDQV OH GRPDLQH GX UFLW GVLJQDWLRQ JHQHWWLHQQH GX WH[WH QDUUDWLI &RPPH WRXW UFLW VH FRPSRVH GH GHX[ GLVFRXUV IRQGDPHQWDX[ LQWLPHPHQW POV HW HQ SURSRUWLRQV YDULDEOHV GnXQH SDUW FHOXL GX QDUUDWHXU HW GH nDXWUH FHOXL TXL FRQWLHQW OHV SDUROHV LQWULHXUHV RX SURQRQFHV GHV SHUVRQQDJHV LO HVW GRQH QDWXUHO GnODUJLU nDSSOLFDWLRQ GHV QRWLRQV GH GLVWDQFH HW GH SDUROH SDUWDJH DILQ GH SRXYRLU WHLU FRPSWH GHV UHODWLRQV FRPSOH[HV TXL VWDEOLVVHQW HQWUH FHV GHX[ GLVFRXUV 1RXV FRQVLGUHURQV VXUWRXW OD GLVWDQFH TXL GSHQG GX PRGH GH UHSURGXFWLRQ FKRLVL SDU OH QDUUDWHXU SRXU WUDQVPHWWUH OHV SDUROHV GHV DFWHXUV $LQVL LO VHUD SRVVLEOH GH PHWWUH HQ OXPLUH OHV GLYHUV UDSSRUWV GLQWHUSQWUDWLRQ HW GH VSDUDWLRQ TXL VH FUHQW HQWUH OHV GHX[ GLVFRXUV QRQ SDV VHXOHPHQW DX FRXUV GnXQ VHXO UFLW PDLV DXVVL £ WUDYHUV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV GH &KHGLG HW GH GWHUPLQHU MXVTXnD TXHO SRLQW OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH GH FHW DXWHXU UHIOWH OH SDUWDJH GH OD SDUROH TXL VH SURGXLW VXU OH SODQ GH OnKLVWRLUH

PAGE 61

1RXV GHYRQV DMRXWHU TXH SRXU ELHQ H[SORUHU OD TXHVWLRQ GH OD GLVWDQFH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJHV LO IDXW JDOHPHQW WHLU FRPSWH GHV GLIIUHQWHV PRGDO L WV f§ LQWHOOHFWXHO OH PRUDOH VSDWLDOH HW WHPSRUHOHTXL FRQWULEXHQW £ VXVFLWHU FHUWDLQHV UHDFWLRQV FKH] OH QDUUDWDLUH 2U FHWWH QRWLRQ GH GLVWDQFH DLGH QRQ VHXOHPHQW £ FDUDFWULVHU OHV UDSSRUWV TXL H[LVWHQW HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJHV HW HQWUH OHXUV GLVFRXUV UHVSHFWLIV PDLV VHUW DXVVL £ OXFLGHU OHV UHODWLRQV TXnHQWUHWLHQQHQW FHV GHX[ W\SHV GH SDUWLFLSDQWV D OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI DYHF OH GHVWLQDWDLUH GX UFLW 4XDQW DX SHUVRQQDJH FHWWH GLVWDQFH UHOHYH VXUWRXW GH OD IURQWLUH PRXYDQWH PDLV VDFUH HQWUH GHX[ PRQGHV FHOXL RX OnRQ UDFRQWH FHOXL TXH RQ UDFRQWHA FH TXL VHPEOH D SUHPLHUH YXH IDLUH REVWDFOH £ WRXW DFWH GH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH &HSHQGDQW OD FORLVRQ TXL OHV VHSDUH ORLQ GnHWUH WDQFKH VnDEROLW £ PHVXUH TXH OH GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH VH OLEUH GH OD SUHVHQFH PGLDWULFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU *UDFH £ nHPDQFLSDWLRQ GH VRQ GLVFRXUV GH FHWWH PGLDWLVDWLRQ YRLUH YHQWXHOHPHQW GHV GHUQLUHV PDUTXHV GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH LO DUULYH TXH OH SHUVRQQDJH DFFHGH OXLPPH DX VWDWXW GH QDUUDWHXU 7RXWHIRLV LO QH GHYLHQW SDV QDUUDWHXU DX QLYHDX LQWUDGLJWLTXH QDUUDWHXU TXL OXL HVW PHWWHXU GnXQ GLVFRXUV VXERUGRQQ D FHOXL GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH HW GRQH RXYHUW D VRQ LQWHUYHQWLRQ DFTXLHUW SOXWRW WRXW OH SULYLOHJH TXH GWLHQW OH UROH GH QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH \ FRPSULV OD SRVVLELO L W GnXQH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 1RXV HQWUHSUHQGURQV GDQV OHV SDJHV TXL VXLYHQW GH PHWWUH HQ UHOLHI OHV GLIIUHQWHV WDSHV GH FHWWH YROXWLRQ TXL VnRSHUH FKH] OHV SURWDJRQLVWHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG 2Q

PAGE 62

YHUUD TXH OD WUDQVIRUPDWLRQ JUDGXHOOH HW SURJUHVVLYH GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH DERXWLW £ OD SULVH GH OD SDUROH SDU $OID KHURLQH GH /H &LW IHUWLOH f 'HV ORUV WRXWH OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH HVW PDUTXH SDU OD SUHVHQFH GnDX PRLQV XQH YRL[ KRPRGLJWLTXH FKDUJH GH OD WUDQVPLVVLRQ GnXQ UFLW SULPDLUH HW DLQVL VH FDUDFWULVH SDU OD FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH HQWUH XQ QDUUDWHXUSHUVRQQDJH HW OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 2U LO IDXW QRWHU TXH GDQV OHV URPDQV SRVWULHXUV £ OH SULYLOHJH GH FRQGXLUH XQ UFLW DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH GH FRPPXQLTXHU DYHF XQ DXGLWRLUH TXL QH IDLW SDV SDUWLH GX PRQGH GH OnKLVWRLUH HW GH OXL WUDQVPHWWUH OH PHVVDJH GH OD IUDWHUQLW QnHVW SDV VHXOHPHQW DFFRUG DX QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXHA /D WHFKQLTXH QDUUDWLYH GH FHV URUQDQV UHSRVH VXU XQ SDUWDJH GH OD SDUROH VRLW HQWUH GHX[ QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV VRLW HQWUH XQ QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH HW XQ DXWUH KWURGLJWLTXH GRQW OHV GLVFRXUV DOWHUQHQW HW VH FRPSOWHQW SDUDOOOHV HW KDUPRQLHX[ PDLV HVVHQWLHOHPHQW LQGSHQGDQWV $LQVL VH GJDJH XQH WURLVLPH GLPHQVLRQ GX FRQFHSW GH OD SDUROH SDUWDJH TXL QH VH UDSSRUWH QL D OnKLVWRLUH QL DX UFLW PDLV SOXWRW £ OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLW GILQLWLRQ GH OD QDUUDWLRQ GHUQLHU OPHQW GH OD UDOLW QDUUDWLYH WXGLH SDU *HQHWWH 3RXUWDQW GRQQ OD VLPSOLFLW FH TXL QH YHXW SDV QFHVVDLUHPHQW GL UH nKRPRSKRQLH GH OD VWUXFWXUH QDUUDWLYH GHV TXDWUH URPDQV GRQW LO HVW TXHVWLRQ LFL QRXV QnDERUGHURQV TXH OHV GHX[ SUHPLHUV DVSHFWV GH FHWWH UDOLW QDUUDWLYHO KLVWRLUH HW OH UFLWf§GDQV OH EXW GnOXFLGHU OHV PFDQLVPHV GH nDEROLWLRQ GH OD GLVWDQFH HW GX SDUWDJH GH OD SDUROH TXL FDUDFWULVHQW GnXQH SDUW OHV UDSSRUWV HQWUH OHV DFWHXUV HW GnDXWUH

PAGE 63

SDUW OD UHODWLRQ HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH HW HQWUH OHXUV GLVFRXUV ,, IDXGUD UVHUYHU OD GLVFXVVLRQ GX WURLVLHPH HOHPHQW GH OD WULSDUWLWLRQ JHQHWWLHQQH DX FKDSLWUH VXLYDQW RX QRXV HQWUHSUHQGURQV GnH[DPLQHU OHV VWUDWHJLHV GH OD QDUUDWLRQ SRO\SKRQLTXH TXL VWUXFWXUHQW OHV URPDQV FKHGLGLHQV GHSXLV OHV DQQHV VRL[DQWHGL[ &nHVW GDQV FHV RXYUDJHV TXH nRQ FRQVWDWH OH YHULWDEOH SDQRXLVVHPHQW GH OD QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH FDU LO VnDJLW QRQ SDV VHXOHPHQW GH rWDEOLVVHPHQW GH OLHQV GH FRPPXQLFDWLRQ HW GH IUDWHUQLW HQWUH OHV SHUVRQQDJHV PDLV DXVVL GH nH[WHQVLRQ GH OD SRUWH GH FH FRQFHSW VXU OH SODQ GH OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH /H SDUWDJH GH OD SDUROH QH VH GILQLW SOXV XQLTXHPHQW HQ WDQW TXLGHQWLILFDWLRQ HQWUH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH HW SHUVRQQDJH LGHQWLILFDWLRQ TXL YD MXVTXnDX SRLQW GnHQWUDLQHU LQWHUSQWUDWLRQ GH OHXUV GLVFRXUV 'DQV OHV URPDQV GH OD PDWXULW XQH QRXYHOOH GLPHQVLRQ SUVHQWH GMD FRPPH VRXUFH GnXQH DPELJX7W IFRQGDQWH GDQV OHV URPDQV GX SUHPLHU JURXSH UHOYHUD QRQ SDV GH OD FRQIXVLRQ GHV YRL[ GDQV XQ GLVFRXUV PL[WH PDLV VHUD SOXWW OH SURGXLW GnXQH DOWHUQDQFH SUHVTXH GLDORJLTXH GH SURSRV HW GH VLOHQFHV &HWWH VRUWH GH SDUWDJH GH OD SDUROH WUDQVFHQGH nHQFKHYWUHPHQW TXH UHSUVHQWH OD YRL[ GXHO OH GX GL VFRXUV LQGLUHFW OLEUH HW VH PDQLIHVW SDU OnDFWH GH FGHU OD SDUROH £ XQ DXWUH ORFXWHXU HQ OXL WUDQVPHWWDQW VDQV DXFXQH PDUTXH GH VXERUGLQDWLRQ OH SULYLOHJH GnHQWDPHU XQ UFLW 3DU DLOOHXUV FRQVLGUDQW nRHXYUH GDQV VRQ HQVHPEOH QRXV GHYURQV DXVVL WHLU FRPSWH GX UROH LPSRUWDQW TXH UHPSOLW OH QDUUDWDLUH SDUWLFLSDQW VRXYHQW VLOHQFLHX[ £ OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH GHVWLQDWDLUH GX UFLW FRQGXLW SDU OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH HW YHQWXHOOHPHQW DOORFXWDLUH GLUHFW GnXQ GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH TXL

PAGE 64

VnHPDQFLSH JUDGXHOOHPHQW GH WRXWH PGLDWLVDWLRQ MXVTXnDX SRLQW GH VH WUDQVIRUPHU HQ GLVFRXUV GnXQ QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH $X FLQTXLHPH FKDSLWUH OD GLVFXVVLRQ SRUWHUD VXU OH FDUDFWUH FKDQJHDQW GH OnDFWH GH FRPPXQLFDWLRQ HQWUH QDUUDWHXU HW QDUUDWDLUH D WUDYHUV OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH GH &KHGLG HW VHUYLU£ £ IDLUH UHVVRUWLU XQH DXWUH PDQLIHVWDWLRQ GH nDEROLWLRQ SURJUHVVLYH GH GLVWDQFH TXL VRXVWHQG nRHXYUH HQWLUH GH FHW DXWHXU /H JURXSHPHQW DGRSW LFLR QRXV WXGLRQV HQ SUHPLHU OLHX OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQVUSRQG VDQV QXO GRXWH £ OnRUGUH FKURQRORJLTXH GH OHXU SXEOLFDWLRQ DLQVL TXn£ FHUWDLQHV UHVVHPEODQHHV GH QDWXUH WKPDWLTXH PDLV GH SOXV RQ D SX QRWHU OD VLPLOLWXGH GH OHXU VWUXFWXUH QDUUDWLYH R OD SUHGRPLQDQFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH ELHQ TXnHOOH UHVWH LQFRQWHVWH GLPLQXH JUDGXHOOHPHQW SDU UDSSRUW £ OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV 6nHQ WHQDQW GnDERUG DX SODQ GH OnKLVWRLUH QRXV PHWWURQV HQ UHOLHI QRQ SDV VHXOHPHQW OHV DFWHV GH FRPPXQLFDWLRQ HQWUHSULV SDU OHV SURWDJRQLVWHV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW PDLV DXVVL OD OXWWH DFKDUQH GH FHV SHUVRQQDJHV FRQWUH OnLVRODWLRQ OH VLOHQFH HW OnXOWLPH VHSDUDWLRQ TXH UHSUVHQWH OD PRUW 3RXU 6DP\D KUR7QH GX SUHPLHU URP£Q Gn$QGUH &KHGLG OH VRPPHLO GOLYU V\PEROLVH D OD IRLV OD UHQRQFLDWLRQ GILQLWLYH DX GVLU GH FRPPXQLFDWLRQ HW OH UHIXV WDUGLI GX FDUHDQ WRXIIDQW GH VD YLH TXRWLGLHQQH /nDXWHXU WUDLWH GHV XQH TXHVWLRQ GRQW OD SRUWH QnD FHVV GH VnWHQGUH DX FRXUV GH FHV GHUQLUHV GFHQQLHV FHOOH GH OD FRQGLWLRQ IHPLQLQH GDQV OH PRQGH DUDEH YXH GDQV OH FRQWH[WH GH OD VRFLW ERXUJHRLVH J\SWLHQQH GH OnSRTXH 3RXUWDQW OnLQWUW GH FHW RXYUDJH QH VH UGXLW QL £ OD GLPHQVLRQ UHYHQGLFDWLYH GnXQ

PAGE 65

SO DL GR\HU HQ IDYHXU GH nPDQFLSDWLRQ GH OD IHPPH QL £ FHOOH GnXQH WXGH D RULHQWDWLRQ VRFLRORJLTXH GHV PRHXUV IDPLOLDO HV &HV DVSHFWV IRQW SDUWLH LQWHJUDQWH GX URPDQ RQ DXUDLW WRUW GH QLHU OHXU H[LVWHQFH HW OHXU LPSRUWDQFH PDLV FH VHUDLW HQFRUH SOXV LQH[DFW GH QH SDV UHFRQQDLWUH TXn£ WUDYHUV FHWWH KLVWRLUH GnXQH IHPPH EULPH OnFULYDLQ EODPH WRXW FH TXL IDLW REVWDFOH D nSDQRXLVVHPHQW GH OnLQGLYLGX HW D VD VROLGDULW DYHF VHV VHPEODEOHV 'DQV /H 6RPPHLO GOLYU FnHVW OH UVHDX GH EDUULHUHV GnLQWHUGLWV HW GH SUMXJV LPSRV SDU OH PLOLHX HW SDU OD VRFLW HQ JQUDO DYHF VRQ FOLPDW GH VXSUPDWLH PDVFXOLQH TXL HPSULVRQQH OD SURWDJRQLVWH HW WRXIIH VRQ DPH 2USKHOLQH GH PHUH GXTXH GDQV XQ SHQVLRQQDW UHOLJLHX[ HW HQWLUHPHQW VRXPLVH D OnDXWRULW DEVROXH GnXQ SUH LQGLIIUHQW 6DP\D GHYLHQW D TXLQ]H DQV OD YLFWLPH GnXQ PDULDJH IRUF (SRXVH PDOKHXUHXVH HW GRFLOH GH %RXWURV KRPPH GH TXDUDQWHFLQT DQV FRQYHQWLRQQHO LQVHQVLEOH HW PSULVDQW HOOH FKHUFKH OnDPLWL GHV IHPPHV GX YLOODJH DYRLVLQDQW &HSHQGDQW PDOJU OD V\PSDWKLH TXH FHV FDPSDJQDUGHV OXL WPRLJQHQW VHV HIIRUWV GH QRXHU OHV OLHQV GXUDEOHV DYHF FHV GHUQLUHV HIIRUWV GVDSSURXYV SDU VRQ PDUL DERXWLVVHQW WRXMRXUV £ OnFKHF 3UVXPH VWULOH OD MHXQH IHPPH VnDWWLUH QRQ SDV VHXOHPHQW OH EODPH GH %RXWURV PDLV JDOHPHQW OD PILDQFH GHV SD\VDQQHV HW SDU FRQVTXHQW HOOH VH ODLVVH GH SOXV HQ SOXV VRLQEUHU GDQV nHQJRXUGLVVHPHQW 6DP\D DUULYH HQILQ £ VnHQ VRUWLU JUDFH D OD WHQGUHVVH TXnHOOH SURXYH SRXU $PPDO XQH ILOOHWWH GX YLOODJH GRQW OD SHUVRQQDOLW SDUYLHQW £ VnH[SULPHU GDQV OD FUDWLRQ DUWLVWLTXH $SUV KXLW DQQHV GH PDULDJH 6DP\D GRQQH QDLVVDQFH D XQ HQIDQW QRQ SDV OnKULWLHU P£OH WDQW VRXKDLW SDU VRQ PDUL PDLV XQH ILOLH 0LD $YHF OD PDWHUQLW HOOH UHWURXYH OH JRW GH YLYUH /D MHXQH

PAGE 66

IHPPH FRQQDW HQILQ nDPRXU GLPHQVLRQ WRXW D IDLW DEVHQWH GH VD MHXQHVVH HW GH VD YLH FRQMJDOH HW HOOH GRQQH OLEUH FRXUV £ VHV DVSLUDWLRQV LQWULHXUHV VL ORQJWHPSV UHIRXOHV 4XDQG VD ILOLH PHXUW £ On£JH GH VL[ DQV SDU OD IDXWH GH %RXWURV TXL UHIXVDQW GH FURLUH D OD JUDYLW GH OD W\SKRLfGH GRQW HOOH WDLW DWWHLQWH DYDLW WURS DWWHQGX DYDQW GnDSSHOHU OH PGHFLQ 6DP\D SHUG VRQ XQLTXH UDLVRQ GnHWUH 3HX DSUV YLFWLPH GnXQH SDUDO\VLH K\VWULTXH HOOH VnHQOLVH GDQV OnLPPRELOLW HW OH VLOHQFH %RXWURV QH WDUGH SDV £ IDLUH DSSHO £ VD VRHXU 5DFKLGD TXL YLHQW VnLQVWDOOHU GDQV OD PDLVRQ UHOJXDQW DLQVL 6DP\D DX VWDWXW GnXQ REMHW VXSHUIOX HW DJJUDYDQW VRQ LVROHPHQW /H PHXUWUH GH VRQ PDUL UHSUVHQWH SRXU OD MHXQH IHPPH QRQ SDV SULQFLSDOHPHQW DIILUPDWLRQ GH VD UYROWH XQH H[WULRULVDWLRQ GH VD YRORQW GH VH OLEUHU GH OnHQJUHQDJH TXL OD OLJRWDLW GHSXLV VD QDLVVDQFH PDLV VFHOOH SOXWRW VD UHQRQFLDWLRQ GILQL WL YH D WRXW FRQWDFW D WRXWH FRPPXQLFDWLRQ DYHF OHV LQGLYLGXV GH VRQ HQWRXUDJH $YHF FH PHXUWUH OD GLVWDQFH TXL OD VSDUH HW TXL OnD WRXMRXUV VSDUH GH WRXWHV FHV SHUVRQQHV GHYLHQW LQIUDQFKLVVDEOH &ULPLQHOOH TXL HQFRXUW OnH[FUDWLRQ GHV YLOODJHRLV DSSHOV SDU OHV FULV GH 5DFKLGD 6DP\D SRXUUD HQILQ XQH IRLV OH VRPPHLO GOLYU VH WUDQVIRUPHU HQ XQH FKRVH PRUWHYLYDQWH HW SRXU WRXV KRUV GH SRUWH 6DP\D HVW YDLQFXH SDU OHV REVWDFOHV D OD FRPPXQLFDWLRQ TXL PDUTXHQW WRXWHV OHV WDSHV GH VD YLH /HV GLVWDQFHV UHVWHQW WRXMRXUV WURS JUDQGHVOD FRPPXQLRQ QH GnXQ SDUWDJH GH OD SDUROH QH VH UDOLVH MDPDLV GnXQH SDUW £ FDXVH GH nDWWLWXGH PSULVDQWH HQYHUV OD IHPPH TXL FDUDFWULVH OH FRPSRUWHPHQW GH VRQ SUH GH VHV IUHUHV HW GH VRQ PDUL HW GnDXWUH SDUW D FDXVH GH OD EDUULHUH FUH HQWUH HOOH HW OHV YLOODJHRLVHV SDU VRQ GXFDWLRQ HW SDU VD SRVLWLRQ FRPPH SRXVH GX EH\

PAGE 67

$SUV VRQ DFWH GH UHIXV 6DP\D VHQPXUH GDQV XQ VLOHQFH TXL UHIOWH XQH VROLWXGH ELHQ SOXV SURIRQGH TXH FHOOH TXnHOOH DYDLW FRQQXH DXSDUDYDQW ,, VnDJLW GnXQ WDW GnLVROHPHQW VHPEODEOH D OD PRUW HW TXL UHSUVHQWH QRQ SDV VHXOHPHQW OD ILQ GH VRQ FRQWDFW DYHF OH PRQGH DPELDQW PDLV DXVVL OD GLVVRFLDWLRQ GnDYHF WRXW VRQ SDVV 8QH IRLV FH VHXLO IUDQFKL SRXU 6DP\D PPH OD SDUROH D SHUGX VD SXLVVDQFH $QLPDO HW OD YLHLOOH 2P (O .KHU DFFRXUXHV DYHF OHV DXWUHV WPRLQV GH OD IRXOH TXL FULH YHQJHDQFH ILQLVVHQW SDU JDUGHU OH VLOHQFH 0DOJU OHXU V\PSDWKLH D OnJDUG GH 6DP\D VHV DPLHV FRPSUHQQHQW TXH OnDELPH HQWUH HOOHVPPHV HW OD MHXQH IHPPH HVW PDLQWHQDQW GHYHQX LQVXUPRQWDEOH HW TXH PPH OD SDUROH VHUDLW LQFDSDEOH GH OH FRPEOHU $LQVL GDQV OH FDGUH GH nRHXYUH URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH FRQVLGUH VXU OH SODQ GH OnKLVWRLUH /H 6RPPHLO GOLYU UHSUVHQWH OnFKHF GH OD FRPPXQLFDWLRQ FnHVWDGLUH OD SHUVLVWDQFH YRLUH OH UHGRXEOHPHQW GHV GLVWDQFHV TXL VSDUHQW OHV SHUVRQQDJHV &H URPDQ GSHLQW QRQ SDV OD OXWWH FRQWUH OD PRUW HW OD YRORQW GH OD FRQMXUHU SDU OD SXLVVDQFH GH OD SDUROH SDUWDJH PDLV SOXWW OH WULRPSKH GH OD UVLJQDWLRQ VLOHQFLHXVH 2U VnLO HVW LPSRVVLEOH GnDEROLU OHV GLVWDQFHV PRWLRQQHOOHV LGRORJLTXHV HW VRFLDOHV VSDUDQW SUH HW ILOLH PDUL HW IHPPH YLOODJHRLVHV HW SRXVH GX EH\ OHV GLVWDQFHV SK\VLTXHV VRQW SDUHLOOHPHQW LQIUDQFKLVVDEOHV /nLPPRELOLW FDUDFWULVH WRXWH OD YLH GH 6DP\D HW QRQ SDV VHXOHPHQW OD SULRGH TXL FRPPHQFH TXDQG HOOH SHUG OnXVDJH GH VHV MDPEHV $ VRQ PDULDJH DSUV XQH HQIDQFH HW XQH DGROHVFHQFH YFXHV GDQV OnDPELDQFH FORWUH GX SHQVLRQQDW OnDXWRULW GX PDUL VH VXEVWLWXH D FHOOH GX SUH HOOH SDVVH VHV MRXUQHV HQIHUPH GDQV OD PDLVRQ GH %RXWURV FHOXLFL OXL D\DQW GIHQGX GnDOOHU DX YLOODJH IUD\HU DYHF OHV SD\VDQQHV 3RXUWDQW

PAGE 68

OD GHUPnHUH LPDJH GX URPDQ FHOOH Gn$PPDO TXL FRXUW ODLVVH WUDQVSDUDLWUH XQH OXHXU GnHVSRLUp /D ILOOHWWH WURXYH OH FRXUDJH GH IDLUH FH GRQW 6DQL\D QnD MDPDLV W FDSDEOHHOOH VnHQIXLW DQLPH SDU nHODQ FUDWHXU HW SDU OD GHWHUPLQDWLRQ TXH OD MHXQH IHPPH DYDLW VX HQFRXUDJHU HOOH SRXUUD VnSDQRXLU ORLQ GH FH TXL WRXIIH HW GH FHWWH SRXUULWXUH TXH GHYLHQW OD SHXUA 'DQV -RQDWKDQ GHX[LHPH URPDQ Gn$QGUH &KHGLG SXEOL HQ RQ FRQVWDWH XQH OJUH GLPLQXWLRQ GHV GLVWDQFHV VSDUDQW OHV SHUVRQQDJHV 6nLOV QnRQW TXnXQH FDSDFLW WUHV OLPLWH GH VnHQWUDLGHU SDU OH SDUWDJH GH OD SDUROH FHUWDLQV GnHQWUH HX[ RQW GX PRLQV OD YRORQW GH OH IDLUH &HUWHV OD PRUW WULRPSKH D OD ILQ GH OnKLVWRLUH PDLV FH QnHVW SDV DYDQW OD UHQFRQWUH PRPHQWDQH HQWUH -RQDWKDQ HW $OH[DQGUH OLHV QRQ SDV SDU OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH PDLV SOXWRW SDU XQH SULRGH GH VLOHQFH TXL OHV DLGH WRXV OHV GHX[ D IDLUH IDFH DX GHVWLQ /nDFWLRQ VH GURXOH GDQV XQH JUDQGH YL OLH GX 3URFKH2ULHQW HW FRPPHQFH DX PRPHQW R -RQDWKDQ TXLWWH On2USKHOLQDW SRXU GHYHQLU VDFULVWDLQ GDQV OnJOLVH GX 3UH $QWRXQ &HUWDLQ GH VD YRFDWLRQ OH MHXQH KRPPH VHQVLEOH HW GLOLJHQW FRQQDLW XQH SUHPLHUH SULRGH GH SDL[ HW GH ERQKHXU GDQV OD SDURLVVH 6DLQWH$JQV 3XLV GH SOXV HQ SOXV LPSDWLHQW GnDLGHU VHV VHPEODEOHV PDLV QH GLVSRVDQW GnDXFXQ PR\HQ FRQFUHW SRXU OH IDLUH LO HVW WLUDLOO HQWUH GHV DVSLUDWLRQV FRQWUDGLFWRLUHV YHUV OD FRQWHPSODWLRQ HW YHUV OnDFWLRQ ,, GFLGH HQILQ GH VH MRLQGUH DX PRXYHPHQW UYROXWLRQQDLUH TXL VH SUSDUH SDUPL OHV MHXQHV JHQV GH VRQ SD\V VRXV OD GLUHFWLRQ Gn$OH[DQGUH 7RXW FRUUUQH OH VDFUL VWDLQ FH MHXQH DUFKLWHFWH YRX D DFFRPSOLU XQH UIRUPH D OD IRLV VRFLDOH HW SROLWLTXH HVW OnDQFLHQ OYH GX YLHX[ 1DJKL /H PDLWUH TXL VnH[SOLTXH OHV GLIIUHQFHV HW OHV UHVVHPEODQHHV HQWUH

PAGE 69

-RQDWKDQ HW $OH[DQGUH HQ OHV FRPSDUDQW DX[ fGHX[ FRWHV GnXQH PPH PGDLOOHp FRPSUHQG OH ORQJ HW GLIILFLOH FKHPLQHPHQW YHUV nHQJDJHPHQW YFX SDU OH VDFULVWDLQ HW VH FKDUJH GH OH PHWWUH HQ FRQWDFW DYHF FHOXL TXL GRLW PHQHU nLQVXUUHFWLRQ &HSHQGDQW OH MRXU PPH R OHV GHX[ MHXQHV KRPPHV GRLYHQW VH FRQQDLWUH OD UHYROXWLRQ FODWH HW -RQDWKDQ GHYLHQW XQH GH VHV SUHPLHUHV YLFWLPHV WX SDU OD YLROHQFH JUDWXLWH GnXQ JURXSH GnDGKUHQWV TXL YLHQW GH IDLUH LUUXSWLRQ GDQV VRQ JOLVH 1DQPRLQV OHV GHUQLHUV LQVWDQWV GH OD YLH GX VDFULVWDLQ VRQW DGRXFLV SDU OD SUVHQFH Gn$OH[DQGUH /nDUFKLWHFWH OHV SDUWDJH WRXW HQ UIOFKLVVDQW VXU OH VHQV GH VD SURSUH DFWLRQ UX£LV VDQV WRXWHIRLV FRQQDLWUH L GHQWL W GX PRXUDQW $LQVL VH UDOLVH OD FRQYHUJHQFH GHV GHVWLQHV GH FHV GHX[ MHXQHV LGDOLVWHV DSSDUHPPHQW WUHV GLVVHPEODEOHV PDLV XQLV SDU XQH PPH LQTXLHWXGH XQ PPH UHJDUG VXU OD YLH XQH PPH VRLI GH IUDWHUQLW MDTXHWWH GX OLYUHf 3RXU -RQDWKDQ FRPPH SRXU 6DP\D OD FRQPXQL FDWLRQ HVW LPSRVVLEOH GDQV OH PRQGH WURLW GH VRQ PLOLHX 0DOJU OD SUR[LPLW SK\VLTXH GHV SDURLVVLHQV HW GX 3UH $QWRXQ OHV GLVWDQFHV LQWULHXUHV TXL VSDUHQW FHV GHUQLHUV GX VDFULVWDLQ UHVWHQW WURS JUDQGHV SRXU SHUPHWWUH XQ YHULWDEOH SDUWDJH GH OD SDUROH 3RXUWDQW GLIIHUHQW GH nKHURLQH GX 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ D XQ DPL 1DJKL TXL nDL GH D WURXYHU VD YRLH (Q IUDQFKLVVDQW OD GLVWDQFH VSDWLDOH TXL H[LVWH HQWUH OXL HW VRQ DQFLHQ PDWUH GRQW OnFKRSSH VH WURXYH £ OnDXWUH ERXW GH OD YLO OH OH MHXQH KRPPH DUULYH £ VXUPRQWHU VD VROLWXGH HW £ URPSUH VRQ VLOHQFH 1DQPRLQV OHV WURLV HQWUHWLHQV DYHF 1DJKL TXL PDUTXHQW OHV WDSHV GH OD FRQYHUVLRQ £ nHQJDJHPHQW QH UHSUVHQWHQW SDV SRXU -RQDWKDQ OH FRQWDFW HVVHQWLHO 7RXWH nDFWLRQ GH FH URPDQ VREUH HW GSRXLOO VH UHVXPH GDQV OD ORQJXH PDUFKH YHUV OnDXWUH OH UDSSURFKHPHQW GHV GHX[

PAGE 70

MHXQHV KRPPHV £ OD IRLV VL GLIIUHQWV HW VL VHPEODEOHV $LQVL PPH VL OD PRUW LQWHUYLHQW SRXU IDLUH REVWDFOH D WRXWH FRPPXQLFDWLRQ YHUEDOH DYHF $OH[DQGUH OH VDFULVWDLQ FRQQDLW HQILQ OD FRPPXQLRQ WDQW VRXKDLWH /fDFWLRQ GX WURLVLPH URPDQ Gn$QGUH &KHGLG LQWLWXO /H 6L[LPH -RXU f VH VLWX FRPPH FHOOH GHV GHX[ SUHFHGHQWV GDQV OD UHJLRQ GH VRQ SD\V QDWDO &nHVW /H &DLUH HW VHV HQYLURQV TXL VHUW GH FDGUH D OD OXWWH PHQH SDU OD YLHLOOH 6DGGLND GL WH 2P +DVVDQ SRXU JXULU VRQ SHWLWILOV DWWHLQW SDU OH FKROUD DX FRXUV GnXQH SLGPLH TXL GFLPH OD YLO OH 5HIXVDQW GH OLYUHU OnHQIDQW D nDPEXODQFH TXL DPSRUWH OHV PDODGHV D GHV KSLWDX[ GnR LOV QH UHYLHQQHQW MDPDLV HOOH GFLGH GH OH FRQVHUYHU DXSUV GnHOOH SRXU OH VRLJQHU HQ DWWHQGDQW OH VL[LPH MRXU FHOXL GH OD JXULVRQ HW GH OnHVSRLU 6H FUR\DQW FDSDEOH GH FRQMXUHU OD PRUW SDU OD VHXOH IRUFH GH VRQ DPRXU HOOH VH ILH DX[ SDUROHV GH LQVWLWXWHXU GX JDUJRQ TXL OXL DYDLW DVVXU TXH GnDSUV OH MRXUQDO DX VL[LPH MRXU FULVH GHFLVLYH GH OD PDO DGL RX ELHQ RQ PHXUW RX ELHQ RQ UHVVXVFLWH 3RXU GUREHU OnHQIDQW D OD SROLFH VDQLWDLUH 2P +DVVDQ VH UIXJLH DYHF OXL GnDERUG GDQV XQH EXDQGHULH HW HQVXLWH £ ERUG GnXQ FKDODQG TXL GHVFHQG OH 0LO YHUV OD PHU 6XU OH IOHXYH FRPPH GDQV OD YL OLH OD YLHLOOH IHPPH VH WURXYH HQ FRPSDJQLH Gn2NNDVLRQQH PRQWUHXU GH VLQJH TXL WRXUQH nSLGPLH D VRQ SURILW HQ GSLVWDQW OHV FKROULTXHV SRXU OHV GQRQFHU DX[ DXWRULWV $X VL[LPH MRXU GH OnDWWHQWH TXL GRLW PDUTXHU OD UHQDLVVDQFH OH SHWLW JDUJRQ VXFFRPEH 2Q +DVVDQ OLW VD PRUW VXU OH YLVDJH GX PRQWUHXU FHOXL TXnHOOH DYDLW FKDUJ GH OXL DQQRQFHU OD ERQQH QRXYHOOH HVSUH /D JUDQGPUH VnHIIRQGUH PRXUDQWH PDLV HQWHQG DX GHUQLHU LQVWDQW OHV YRL[ GH WRXV FHX[ TXL OnHQWRXUHQW OnDVVXUDQW TXH OnHQIDQW

PAGE 71

H[LVWH WRXMRXUV HW GHFODUDQW TXnLO YHUUD OD PHU %LHQ TXH OD YLHLOOH IHPPH TXL QnD TXH VD IRL WHQDFH HQ OD YLH HW OH FRXUDJH GH VRQ JUDQG DPRXU PDWHUQHO QnDUULYH SDV £ YDLQFUH OD PDODGLH OD PRUW HW OH GHVWLQ OHV GHUQLUHV SDJHV GX URPDQ UHODWHQW QRQ SDV VRQ FKHF PDLV SOXWRW VRQ WULRPSKH 6RQ HVSRLU LQSXLVDEOH VH FRPPXQLTXH £ WRXV VHV FRPSDJQRQV HW SDU XQ SDUWDJH GH OD SDUROH TXL YD PPH DX GOD GH OD PRUW FRUSRUHOOH LOV SURHO DPHQW DYHF HOOH HW SRXU HOOH OD VXUYLH GH nHQIDQW GDQV OHXU FRHXU 'H PHPH TXn2P +DVVDQ SDUFRXUW XQH GLVWDQFH VSDWLDOH £ OD UHFKHUFKH GnXQH FDFKHWWH GDQV OH EXW GnDVVXUHU OD JXULVRQ GH VRQ SHWLWILOV fDEROLWLRQ GH OD GLVWDQFH PRWLRQQHOOH TXL UHVXOWH GH VRQ HQWUHWLHQ DYHF OH PRQWUHXU OD YHLOOH GX VL[LHPH MRXU RSHUH OD VXUYLH GX JDUJRQ VXU OH SODQ V\PEROLTXH DIILUPDWLRQ GH OD IRL HQ OnDPRXU HW HQ OD YLH $X VL[LHPH MRXU WRXWHV OHV EDUULHUHV VnFURXOHQW OHV GLVWDQFHV VRQW FRPELHV HW L Qn\ D SOXV EHVRLQ GH GLVVLPXODWLRQ /D YLFWRLUH GH OD JUDQGPUH HW GH OnHQIDQW UHVLGH GDQV OD IUDWHUQLW TXL DQLPH OHV WPRLQV GH OHXU GUDPH HW GDQV OH SDUWDJH GH OD SDUROH TXL FKDQWH OH PLUDFOH GH OnHVSUDQFH 3DUHLOOHPHQW £ OD YLHLOOH J\SWLHQQH 2P +DVVDQ /DQD nKUR7QH SDULVLHQQH GX TXDWULPH URPDQ Gn$QGUH &KHGLG LQWLWXO /H 6XUYLYDQW f VH ILH D OD SXLVVDQFH GnXQ DPRXU DEVROX HW LQWDULVVDEOH SRXU YHQLU D ERXW GX GHVWLQ (OOH SDUW HQ $IULTXH SRXU VH FRQVDFUHU LQIDWLJDEOHPHQW D OD UHFKHUFKH GH VRQ PDUL 3LHUUH TXnHOOH FURLW HQJORXWL SDU OH GVHUW VHXO UHVFDS GnXQ DFFLGHQW GnDYLRQ HQ SOHLQ 6DKDUD 6DQV DXFXQH SUHXYH PDWULHOOH OD MHXQH IHPPH UHVWH FRQYDLQFXH TXH OHV WUDFHV GH SDV TXL VH SHUGHQW GDQV OHV VDEOHV £ SDUWLU GnXQ IDXWHXLO MHFW ORLQ GH OnSDYH VRQW FHOO HV GH VRQ PDUL $X ERXW GH GHX[ DQQHV GH TXWH LQIUXFWXHXVH HOOH UHJDJQH OD )UDQFH

PAGE 72

VDQV DYRLU WURXY 3LHUUH PDLV VDQV WRXWHIRLV nDYRLU YUDLPHQW SHUGX /DQD UHSUHQG VD YLH UVLJQH D OD PRUW GH VRQ PDUL PDLV HQ PHPH WHPSV SOXV SURFKH GH OXL TXH MDPDLV FDU DX IRQG GnHOOH OH QRXV IRUP SDU OHXUV GHX[ WUHV VXUYLW WRXMRXUV LQWDFW /D SURWDJRQLVWH GX 6XUYLYDQW IUDQFKLW XQH GLVWDQFH VSDWLDOH VSDUDQW GHX[ FRQWLQHQWV HW FRPSUHQDQW OnWHQGXH DSSDUHPPHQW LOOLPLWH GX GHVHUW $ FH PRXYHPHQW SK\VLTXH \ USRQG XQ DXWUH VXU OH SODQ GH OD UHDO L W LQWULHXUH TXL XQLW /DQD QRQ SDV VHXOHPHQW D 3LHUUH PDLV JDOHPHQW D TXHOTXHV LQGLYLGXV GRQW HOOH IDLW OD FRQQDLVVDQFH SHQGDQW VRQ VMRXU HQ $IULTXH 3DU H[HPSOH PDOJU OHXUV GLIIUHQFHV GH QDWLRQDO L W GH ODQJXH HW GH FXOWXUH LO \ D XQH FRPPXQLRQ LPPGLDWH HQWUH /DQD HW OHV IHPPHV DXWRFKWRQHV TXL OD VHFRXUHQW GH OHXU SUVHQFH UDVVXUDQWH GDQV OH WUDLQ DSUV VD UHQFRQWUH WHUULILDQWH DYHF OnKRPPH TXnHOOH DYDLW SULV SRXU VRQ PDULA 'DQV FH URPDQ OHV DFWHV GH FRPPXQLFDWLRQ DERQGHQW OHWWUHV FRQYHUVDWLRQV UFLWV OHV PHVVDJHV SDVVHQW HQ GSLW GHV EDUULHUHV OLQJXLVWLTXHV HW GH OnORLJQHPHQW SK\VLTXH TXL H[LVWHQW HQWUH PHWWHXU HW GHVWLQDWDLUH 2U OH SDUWDJH GH OD SDUROH TXL UHSUVHQWH OH WULRPSKH V\PERO L TXH VXU OH GHVWLQ VnHIIHFWXH SDU nDERO L WL RQ TXRLTXH LPDJLQDLUH GH OD FORLVRQ VSDUDQW /DQD HW 3LHUUH 3OXV HOOH HQYLVDJH nYHQWXDOL W GH VD PRUW SOXV HOOH VnDGUHVVH LQWULHXUHPHQW D VRQ PDUL HW OXL LQYHQWH XQ GL VFRXUV GDQV XQ HIIRUW GH WURXYHU XQH USRQVH D OD PRUW &nHVW FHWWH FRPPXQLFDWLRQ TXL IDLW UHVVRUWLU L GHQWL W GX YUDL VXUYLYDQWOH QRXV GX FRXSOH TXL UHVLVWH PDOJU WRXW D OD IUDJPHQWDWLRQ $GRSWDQW PDLQWHQDQW XQH RULHQWDWLRQ SOXV SUFLVPHQW SHUWLQHQWH D OnREMHW GH OD SUVHQWH WXGH QRXV FKHUFKHURQV D GWHUPLQHU VL nDEROLWLRQ SURJUHVVLYH GH GLVWDQFH TXL VnRSHUH JUDFH DX SDUWDJH GH OD

PAGE 73

SDUROH HW VH PDQLIHVW GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG VXU OH SODQ GH OnKLVWRLUH VH UHSURGXLW GDQV FHV RXYUDJHV VXU OH SODQ GX UFLW &nHVW VXUWRXW HQ WXGLDQW OD UHODWLRQ TXL VnWDEOLW HQWUH OH WH[WH GHV SHUVRQQDJHV HW FHOXL GX QDUUDWHXU TXH QRXV SDUYLHQGURQV D GFHOHU OHV WUDFHV GnXQH FRQYHUJHQFH RX GnXQH VHSDUDWLRQ GH OHXUV YRL[ 3RXUWDQW DYDQW GH FRQIURQWHU FHV GHX[ GLVFRXUV LO HVW XWLOH GH FDUDFWULVHU GnXQH IDJRQ JHQUDOH OHV QDUUDWHXUV TXL FRQGXLVHQW OHV UFLWV HQ TXHVWLRQ &RPPH OHV YRL[ QDUUDWLYHV TXL VH IRQW HQWHQGUH GDQV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW VH UHVVHPEOHQW VXU SOXVLHXUV SRLQWV HVVHQWLHOV QRXV OHV FRQVLGUHURQV HQVHPEOH SRXU HVTXLVVHU OHV SUHPLHUHV OLJQHV GX SRUWUDLW &RQIRUPPHQW D OD WKRULH JHQHWWLHQQH OD GLVFXVVLRQ SRUWHUD GnDERUG VXU OHV TXHVWLRQV GH WHPSV GH QLYHDX HW GH SHUVRQQH TXL VRXVWHQGHQW OD FDWJRULH GH OD YRL[ &HWWH GHVFULSWLRQ TXL PHWWUD HQ UHOLHI GHV WUDLWV GH FDUDFWUH SOXWW PDFURVFRSLTXH VHUYLU£ HQVXLWH GH SRLQW GH GHSDUW D nDQDO\VH PLFURVFRSLTXH GX GLVFRXUV GH FHV QDUUDWHXUV %LHQ TXH OD GLVWDQFH WHPSRUHOOH TXL OHV VHSDUH GX PRPHQW GH OnDFWLRQ QH VRLW MDPDLV SUFLVH LO HVW FODLU TXH SRXU FHV QDUUDWHXUV TXL PQHQW OHXUV UFLWV DX SDVV VDQV DJH GX SUWULWA nLQVWDQFH QDUUDWLYH HVW XOWULHXUH DX[ YQHPHQWV UDSSRUWV &HSHQGDQW FRPPH XQH FRPSDUDLVRQ GHV TXDWUH URPDQV UHYHOH nXVDJH GH SOXV HQ SOXV USDQGX GX SUVHQW GH QDUUDWLRQ LO FRQYLHQW GH WHLU FRPSWH GHV LPSOLFDWLRQV GH FHWWH JUDGDWLRQ /H QDUUDWHXU RPQLVFLHQW GX 6RPPHLO GOLYU FKRLVLW FH WHPSV SRXU UDFRQWHU WRXWH OD GHUQLUH VHFWLRQ GH VRQ UFLW TXL ILJXUH FRPPH XQH VRUWH GnSLORJXH £ OnKLVWRLUH GH 6DP\D 'DQV OHV WURLV URPDQV VXLYDQWV OnHPSORL GX SUVHQW GH QDUUDWLRQ QH VH OLPLWH SDV £ OD ILQ GX UFLW PDLV VnWHQG £ OnRXYUDJH HQWLHU VH

PAGE 74

VXEVWLWXDQW GH SOXV HQ SOXV IUTXHQPHQW £ FHOXL GHV WHPSV GX SDVV &H JOLVVHPHQW HVW OH SOXV PDUTX GDQV /H 6XUYLYDQW R OD SURSRUWLRQ GX UFLW UDFRQWH DX SUHVHQW SUHQG GH OnDPSOHXU MXVTXnDX SRLQW GnJDOHU FHOOH TXL HVW QDUUH DX SUWULW 6L GDQV /H 6RPPHLO GOLYU OD ILQ DX SUHVHQW VXJJUH QRQ SDV VHXOHPHQW OD SRVVLELO L W GnXQH FRQYHUJHQFH WHQSRUHOOH HQWUH OnKLVWRLUH HW OH PRPHQW GH OD QDUUDWLRQ PDLV DXVVL OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU FRPPH WPRLQ HIIDF HW SDVVLI GH OnDFWLRQ GDQV OHV DXWUHV URPDQV OnXVDJH GH SOXV HQ SOXV USDQGX GH FH WHPSV ILQLW SDU GWUXLUH WRXW HIIHW GnLVRWRSLH WHPSRUHOOH HW WRXWH LPSUHVVLRQ GH OnH[LVWHQFH GnXQ QDUUDWHXU FRQWHPSRUDLQ GHV SHUVRQQDJHV TXL REVHUYH OnDFWLRQ VDQV \ SDUWLFLSHU 0PH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH GX 6RPPHLO GOLYU GRQQ VRQ RPQLVFLHQFH TXL VH PDQLIHVW QHWWHPHQW GDQV VD IDJRQ GH UDFRQWHU OD VFHQH ILQDOH QH VnDGDSWH SDV YUDLPHQW DX UROH GnXQ WPRLQ RFXODLUH TXL GFULW OHV YQHPHQWV VHO RQ VRQ SURSUH SRLQW GH YXH 2U GDQV FHV TXDWUH URPDQV OnHPSORL GX SUVHQW LQPH £ OD ILQ GX UFLW QH FRQVWLWXH SDV XQ VLJQH TXH OnKLVWRLUH YLHQW UHMRLQGUH OD QDUUDWLRQ PDLV LQGLTXH SOXWRW XQH VRUWH GH FRQYHUJHQFH SV\FKRORJLTXH RX DIIHFWLYH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH FRQYHUJHQFH WUDQVFHQGDQW WRXWHV OHV PRGDO L WV GH GLVWDQFH TXL OHV VSDUHQW $LQVL RQ SHXW GLUH GnXQH SDUW TXH OD QDUUDWLRQ XOWULHXUH SDUYLHQW £ WDEOLU XQH FHUWDLQH GLVWDQFH LPSUFLVH HQWUH QDUUDWHXU HW KLVWRLUH HQWUH KLVWRLUH HW OHFWHXU HW FRQWULEXH GRQH D FUHU OH FOLPDW P\WKLTXH HW nDWPRVSKHUH OJHQGDLUH TXL SQWUHQW OHV URPDQV FKHGLGLHQV LQYHVWLVVDQW OnKLVWRLUH OD SOXV VLPSOH GnXQH TXDOLW LQWHPSRUHOOH 'nDXWUH SDUW OnHPSORL GX SUVHQW GH QDUUDWLRQ VHUW D DEROLU OD GLVWDQFH HQWUH QDUUDWHXU SHUVRQQDJH HW OHFWHXU GH WHOOH VRUWH TXH

PAGE 75

QRXV ILQLVVRQV SDU UHVVHQWLU GnDXWDQW SOXV SURIRQGPHQW OHV UHVVHPEODQFHV HVVHQWLHOOHV TXL QRXV UDSSURFKHQW GH QRV VHPEODEOHV PDOJU OHV GLIIHUHQFHV GH PLOLHX HW GH FXOWXUH TXL IRQW SDUIRLV REVWDFOH £ OD FRPPXQLFDWLRQ /H QLYHDX QDUUDWLI FRQVWLWXH XQ GHX[LHPH SRLQW GH UHQFRQWUH HQWUH OHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG &RPPH LOV VH VLWXHQW WRXV DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH OHXUV YRL[ QH VXELVVHQW DXFXQ HIIHW GH VXERUGLQDWLRQ HW QRXV SDUYLHQQHQW GRQH GLUHFWHPHQW VDQV OD PHGLDWLRQ GnDXFXQ DXWUH QDUUDWHXU 3RXUWDQW DORUV TXH GDQV -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW OH QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH VHXO GWLHQW OH SULYLOHJH GH FRPSRVHU XQ UFLW GDQV /H 6RPPHLO GOLYU RQ HQWHQG GHX[ YRL[ QDUUDWLYHV VLWXHV D GHV QLYHDX[ GLIIUHQWV %LHQ TXH FH QH VRLW SDV VD YRL[ TXL RXYUH OH URPDQ FnHVW 6DP\D HQ WDQW TXH QDUUDWHXU LQWUDGLJWLTXH TXL UDFRQWH HOOHPPH OnKLVWRLUH GH VD YLH $SUV DYRLU UHQGX FRPSWH GH OD SULRGH VLWXH LPPGLDWHPHQW DYDQW HW DSUV OH FULPH OH QDUUDWHXU RPQLVFLHQW SDVVH OD SDUROH D OD MHXQH IHPPH WUDQVFULYDQW VDQV DXFXQH LQWHUUXSWLRQ OHV SHQVHV TXL FRQVWLWXHQW VRQ UFLW LQWULHXU HW SXLV UHSUHQG OD SDUROH GDQV XQH VRUWH GnSLORJXH SRXU GFULUH OD VFHQH TXL VXLW OD GFRXYHUWH GX PHXUWUH 1RXV FRQVLGUHURQV SOXV ORLQ OHV LPSOLFDWLRQV GH FHW HQFDGUHPHQW DXVVL ELHQ TXH OD UHODWLRQ HQWUH OHV GLVFRXUV GH FHV GHX[ QDUUDWHXUV /nDEVHQFH GH KLUDUFKLVDWLRQ GHV YRL[ QDUUDWLYHV GDQV OHV WURLV URPDQV LPPGLDWHPHQW SRVWULHXUV DX 6RPPHLO GOLYU QnHVW SDV VDQV UDSSRUW DYHF OD TXHVWLRQ GH GLVWDQFH FDU £ OD GLIIUHQFH GH 6DP\D OHV DXWUHV QDUUDWHXUV QnRQW DXFXQH EDUULHUH £ IUDQFKLU SRXU QRXV WUDQVPHWWUH OHXU UFLW OLV EQILFLHQW GRQH GnXQH YRLH SOXV GLUHFWH SRXU IDLUH SDUYHQLU OHXU PHVVDJH

PAGE 76

QDUUDWLI MXVTXnDX OHFWHXU $LQVL SRXU GHWHUPLQHU FRPPHQW OHV YRL[ LQGSHQGDQWHV GH FHV QDUUDWHXUV SHUGHQW JUDGXHOOHPHQW OHXU SUHGRPLQDQFH LO IDXGUD H[DPLQHU OD UHODWLRQ TXH FHV YRL[ HQWUHWLHQQHQW DYHF OH GLVFRXUV GH SOXV HQ SOXV DXWRQRPH GHV SHUVRQQDJHV 9X VHO RQ OD SHUVSHFWLYH GH OD SHUVRQQH WURLVLHPH VRXV FDWJRULH WDEOLH SDU *HQHWWH GDQV VD GLVFXVVLRQ VXU OD YRL[ OHV QDUUDWHXUV H[WUDGLJWLTXHV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LHPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW RQW WRXV OH PHPH UDSSRUW FHOXL GH nDEVHQFHf DYHF OnKLVWRLUH TXnLOV UDFRQWHQW +WURGLJWLTXH VHO RQ OD WHUPLQRORJLH JHQHWWLHQQH FKDFXQ UQHQH VRQ UFLW D OD WURLVLHPH SHUVRQQH HW QH SDUWLFLSH DX[ YQHPHQWV UHODWHV QL HQ WDQW TXH SURWDJRQLVWD QL HQ WDQW TXH WPRLQ 'DQV FHV URPDQV OH VHXO FDV GnLGHQWLW GH SHUVRQQH HQWUH XQ QDUUDWHXU HW OnXQ GHV SHUVRQQDJHV GH OnKLVWRLUH VH WURXYH FKH] 6DP\D QDUUDWHXU DXWRGLJWLTXH GnXQ UFLW DX VHFRQG GHJU 3RXU HOOH OD GLVWDQFH VSDUDQW OH MHQDUUDQW GX MH QDUU TXL GFRXOH GnXQ FDUW Gn£JH GnH[SULHQFH HW GnLQIRUPDWLRQ GLPLQXH JUDGXHOHPHQW DX ORQJ GX UFLW HW VH WUDQVIRUPH HQILQ HQ FRQYHUJHQFH SUHVTXH WRWDOH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH /H FRQMRQFWLRQ QnHVW SDV WRXW D IDLW FRPSOHWH FHSHQGDQW FDU 6DP\D QDUUDWHXU UXVVLW JUDFH £ VRQ UFLW LQWULHXU D VH GLVVRFLHU GH OnDFWH TXL OnD GFOHQFK $LQVL £ OD ILQ GH FH UFLW \ DWLO LGHQWLW HQWUH 6DP\DSHUVRQQDJH HW 6DP\DQDUUDWHXU VDXI VXU XQ SRLQW HVVHQWLHO TXL HVW OD SHUSWUDWLRQ GX FULPH /H SDVV GIHUOH SRXU PHWWUH XQH FORLVRQ WDQFKH QRQ SDV VHXOHPHQW HQWUH OD MHXQH IHPPH HW FHX[ TXL SHXSOHQW VRQ PRQGH TXRWLGLHQ PDLV DXVVL HQWUH OHV GHX[ 6DP\D SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU

PAGE 77

(Q WDQW TXH QDUUDWHXU HOOH VH UHIXJLH GDQV VHV VRXYHQLUV HW ILQLW SRXU DLQVL GLUH SDU Vn\ HQIHUPHU QH SHUPHWWDQW SDV TXH OH UFLW VH GURXOH MXVTXnDX SRLQW GH UHMRLQGUH OnKLVWRLUH 6DP\DQDUUDWHXU OD FRXSDEOH VHPEOH VnHIIDFHU GHYDQW 6DP\DSHUVRQQDJH SDV HQFRUH GFLGH £ DJLU HW SDUDLW PPH Vn\ FRQIRQGUH 0HV GHUQLHUV VXUVDXWV GH UYROWH VH IL[DLHQW DXWRXU GH FHV PLQXWHV OD SRUWH VnRXYUDLW HW MnDWWHQGDLV FULVSH TXH OHV OYUHV EUXHV PH WRXFKHQW OH IURQW 8Q MRXU MH QH SRXUUDL SOXV \ WHLU MH OH VHQV ELHQ 6' S f 6DP\DQDUUDWHXU VH ODLVVH HQJORXWLU SDU VRQ UFLW HW GHYLHQW DORUV OD 6DP\D GH SLHUUH LPPRELOH HW LQDFFHVVLEOH YXH SDU $PPDO 6' S f /H UFLW UHIXJH FRQWUH OH SUVHQW FRQVWLWXH DXVVL XQ UHIXV GH FH SUVHQW HW VXUWRXW XQH IDJRQ GH VnHQ GLVWDQFHU 2U VnLO Qn\ D SDV GH FRQYHUJHQFH DEVROXH HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU D OD ILQ GX UFLW FnHVW TXH 6DP\D VnHQIHUPH GDQV OH VLOHQFH VDQV UDFRQWHU nXQLTXH DFWH SDU OHTXHO HOOH DYDLW H[SULP VD UYROWH $X OLHX GnDFFHQWXHU FHWWH DFWLRQ FRPPH XQH VRUWH GnDIILUPDWLRQ GH VD SURSUH H[LVWHQFH OD MHXQH IHPPH HQ IDLW DEVWUDFWLRQ VnLGHQWLILDQW SOXWW D OnWUH VRXPLV HW SDVVLI TXnHOOH DYDLW WRXMRXUV W (OOH UHQRQFH £ OD IRLV DX SUVHQW HW D OnDYHQLU UHIXVDQW GH IUDQFKLU OH VHXLO TXH UHSUVHQWH VRQ DFWH QRQ SDV SDU DFKHW PDLV SOXWW SDU ODVVLWXGH 4XDQG HOOH GLW -H VXLV PRUWH £ FHWWH KLVWRLUH HW WRXW VH WDLW HQ PRL DGRSWDQW OD SHUVSHFWLYH GH 6DP\DSHUVRQQDJH DYDQW OH PHXUWUH GH %RXWURVf OD MHXQH IHPPH VnLPPRELOLVH GX SRLQW GH YXH SV\FKRORJLTXH DXVVL ELHQ TXH SK\VLTXH HW DEDQGRQQH GILQLWLYHPHQW VHV HIIRUWV GnDWWHLQGUH OD FRPPXQLFDWLRQ 6' S f &KH] OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV SDU FRQWUH OD TXHVWLRQ GH GLVWDQFH QH UHOHYH SDV GH nLGHQWLILFDWLRQ RX GH OD GLVVRFLDWLRQ HQWUH

PAGE 78

GHX[ UROHVOH MHQDUUDQW HW OH MHQDUUDVVXPV SDU XQ VHXO LQGLYLGX PDLV VH UDSSRUWH SOXWW D OD UHODWLRQ HQWUH GHX[ WUHV GLVWLQFWV QDUUDWHXU HW DFWHXU 6HORQ OH GHJU R OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH PHW nDFFHQW VXU OXLPPH DX OLHX GH OH PHWWUH VXU OnKLVWRLUH TXnLO UDFRQWH DXWUHPHQW GLW VHORQ OH GHJU R OD SHUVRQQDOLW GH FH QDUUDWHXU VH UHYHOH £ WUDYHUV VRQ GLVFRXUV LO HVW SOXV RX PRLQV GLIILFLOH GH SUFLVHU £ TXHOOH GLVWDQFH LO VH VLWX GH VHV SHUVRQQDJHV HW GH VRQ VHVf QDUUDWDLUHVf &RPPH OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG QRXV GRQQHQW WUHV SHX GnLQGLFDWLRQV QHWWHV TXL VHUYLURQW D OHV FDUDFWULVHU LO IDXGUD H[DPLQHU OHV QXDQFHV VXEWLOHV GH OHXUV GLVFRXUV SRXU GHWHUPLQHU MXVTXnD TXHO SRLQW LOV VH GYRLOHQW /HV UHVVHPEODQFHV HQWUH OHV QDUUDWHXUV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LHPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW D nH[FHSWLRQ GH 6DP\Df QH VH OLPLWHQW SDV DX[ FDWHJRULHV GX WHPSV GH OD QDUUDWLRQ GX QLYHDX QDUUDWLI HW GH OD SHUVRQQH TXL DLGHQW D OD GHVFULSWLRQ GH OHXUV YRL[ 2Q FRQVWDWHUD GnDXWUHV SRLQWV GH UHQFRQWUH HQ OHV FRQVLGUDQW VHORQ WURLV FULWUHV GLIIUHQWV OnHIIDFHPHQW UHODWLI GX VXMHW SDUODQW VD FUGLELOLW HW VRQ SULYLOHJH FRJQLWLI &HV QDUUDWHXUV VnDEVWLHQQHQW WRXV GLQWHUYHQLU RXYHUWHPHQW GDQV OHXUV UFLWV HQ VH GVLJQDQW SDU XQ SURQRP GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH ,OV JDUGHQW HQWLHUHPHQW OnDQRQ\PDW HW UQHQHQW OHXUV UFLWV VDQV LQGLTXHU H[SOLFLWHPHQW OHXUV DWWLWXGHV HQYHUV OHV YQHPHQWV UDFRQWV RX OHV SHUVRQQDJHV GFULWV &HSHQGDQW PPH VL OHV PDUTXHV OHV SOXV YLGHQWHV GH OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU VRQW DEVHQWHV HW VL OH OHFWHXU PDQTXH GH GWDLOV SUFLV TXL XL SHUPHWWUDLHQW GH VH UHSUVHQWHU VRQ SRUWUDLW SK\VLTXH RX SV\FKRORJLTXH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HVW ORLQ GnHWUH WRXW D

PAGE 79

IDLW LPSHUVRQQHO HW REMHFWLI %LHQ TXH OHV QDUUDWHXUV H[WUD KWURGLJWLTXHV GHV URPDQV HQ TXHVWLRQ VnHQ WLHQQHQW SRXU OD SOXSDUW £ OHXU VHXOH IRQFWLRQ REOLJDWRLUH TXL HVW FHOOH GH OD QDUUDWLRQ LOV LQFRUSRUHQW GDQV OHXUV GLVFRXUV D GHV GHJUV GLIIUHQWV OHV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV H[SRVHV SDU *HQHWWH 2Q WURXYH VXUWRXW XQ FRPPHQWDLUH VXU OnKLVWRLUH VRXV IRUPH GREVHUYDWLRQV GH SRUWH JHQUDOH TXL UYOHQW FKH] OH QDUUDWHXU XQH FRQQDLVVDQFH GH PRQGHV DXWUHV TXH FHOXL GH VHV SHUVRQQDJHV VDQV WRXWHIRLV GRQQHU DXFXQH LQGLFDWLRQ GX UROH TXnLO \ WLHQW /H GHJU RX FHV QDUUDWHXUV LQWURGXLVHQW GDQV OHXUV UFLWV XQ GL VFRXUV H[WUDQDUUDWLI SOXV RX PRLQV HYLGHQW FRQVLVWDQW SULQFLSDOHPHQW HQ UIOH[LRQV SKLORVRSKLTXHV HW HQ LQWHUSUWDWLRQV GHV YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH IRXUQLUD SOXV ORLQ XQ FULWUH LPSRUWDQW SRXU OD GLIIUHQFLDWLRQ GH OHXUV YRL[ 3RXUWDQW VnLOV LQFRUSRUHQW GDQV OHXUV UFLWV XQH FHUWDLQH SURSRUWLRQ GH FRPPHQWDLUH VXU OnKLVWRLUH VH JDUGDQW WRXMRXUV GH SRUWHU GHV MXJHPHQWV H[SOLFLWHV VXU OHV SHUVRQQDJHV HW OHV YQHPHQWV OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LHPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW H[FOXHQW ULJRXUHXVHPHQW WRXW FRPPHQWDLUH VXU OD QDUUDWLRQ &RLUDQH FHV QDUUDWHXUV QnRQW SDV WHQGDQFH D VH SURQRQFHU GDQV OH UFLW VXU OH UFLW OHV IRQFWLRQV H[WUD QDUUDWLYHV HW PWDQDUUDWLYHV GH UJLH HW GnDWWHVWDWLRQ QH VnLQILOWUHQW TXH WUHV SHX GDQV OHXU GLVFRXUV OLV QH GRQQHQW nLPSUHVVLRQ GnHWUH FRQVFLHQWV GX UROH TXnLOV UHUQSOLVVHQW QL HQ PHWWDQW HQ OXPLUH OHXU IRQFWLRQ RUJDQLVDWULFH GDQV OH UFLW QL HQ DIILUPDQW OHXU SURSUH YUDFLW FRPPH QDUUDWHXUV ,OV IRQW DEVWUDFWLRQ QRQ SDV VHXOHPHQW GHV PRWLIV TXL OHV LQFLWHQW D HQWDPHU OHXUV UFLWV PDLV DXVVL GH FH TXH UHSUVHQWH SRXU HX[ OnDFWH GH UDFRQWHU OnKLVWRLUH (WDQW GRQQ TXH

PAGE 80

OHXU GL VFRXUV QH UHYHOH DXFXQH FRQVFLHQFH GH VRLPPH OH OHFWHXU QH WURXYH DXFXQH UDLVRQ GH VRXSJRQQHU TXH FHV QDUUDWHXUV QH VRQW SDV GLJQHV GH FRQILDQFH 2Q QnHVW GRQH DPHQ D PHWWUH HQ TXHVWLRQ QL OHXU VLQFULW QL OD MXVWHVVH GH OHXUV SHUFHSWLRQV HW GH OHXUV MXJHPHQWV /D YHUVLRQ GH OnKLVWRLUH TXnLOV QRXV RIIUHQW QH VHPEOH MDPDLV WUH OH UVXOWDW GnXQH GHIRUPDWLRQ YRXO XH GH OD YHUL W SDU XQ QDUUDWHXU YLVDQW D VXVFLWHU XQH FHUWDLQH UHDFWLRQ FKH] VRQ QDUUDWDLUH 6L 7RQ QH GFOH GDQV OH GLVFRXUV GH FHV QDUUDWHXUV DXFXQH LQWHQWLRQ PHQVRQJUH RQ Qn\ GFRXYUH SDV QRQ SOXV XQH VHXOH LQGLFDWLRQ GH OHXU LJQRUDQFH GH FHUWDLQV DVSHFWV HVVHQWLHOV GH OnKLVWRLUH /RLQ GH OD OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG VRQW WRXV RPQLVFLHQWV D\DQW FRQQDLVVDQFH GH WRXV OHV IDLWV GH 7KLVWRLUH DXVVL ELHQ TXH OD FDSDFLW GH VRQGHU OnHVSULW GHV SHUVRQQDJHV SRXU OLUH HW SRXU WUDQVPHWWUH OHXUV SHQVHV $LQVL OD SHUVSHFWLYH VHO RQ DTXHO OH VnRULHQWHQW OHXUV UFLWV VH FDUDFWULVH SDU OH SULYLOHJH GH OD /RFDOLVDWLRQ LQWHUQH YDULDEOH &RPPH LO QnH[LVWH DXFXQH UHVWULFWLRQ GX FKDPS GH OHXUV SHUFHSWLRQV FHV QDUUDWHXUV HQWHQGHQW QRQ VHXOHPHQW OHV SDUROHV SURQRQFHV SDU OHV SHUVRQQDJHV PDLV FDSWHQW JDOHPHQW OHXUV GL VFRXUV LQWULHXUV &H VHUD MXVWHPHQW OD TXHVWLRQ GHV PRGHV GH UHSURGXFWLRQ GX GL VFRXUV HW GH OD SHQVH GHV SHUVRQQDJHVA TXL VHUYLU£ £ PHWWUH HQ UHOLHI OD PRGDO L W GH OD GLVWDQFH OD SOXV LPSRUWDQWH SRXU FHWWH WXGHf§FHOOH TXL VnWDEOLW HQWUH OH WH[WH GHV DFWHXUV HW OH WH[WH GX QDUUDWHXU 2U OHV WURLV WDWV GX GL VFRXUV GH SHUVRQQDJH GYHORSSV SDU *UDUG *HQHWWH GDQV VD GLVFXVVLRQ GX UFLW GH SDUROHV VRQW 9 LQGL FH HW nH[SUHVVLRQ GnXQH GRXEOH GLVWDQFH 'nXQH SDUW ORUVTXH *HQHWWH

PAGE 81

LGHQWL ILH OH GL VFRXUV QDUUDWLYLV FRPPH OnWDW OH SOXV GLVWDQW OD GLVWDQFH GRQW LO SDUOH HVW FHOOH TXL VH FUHH HQWUH OH GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH HW OH OHFWHXU (WDQW DXVVL OnWDW OH SOXV UGXFWHXU OHV SDUROHV GX SHUVRQQDJH VXELVVHQW XQ KDXW GHJU GH PHGLDWLRQ SDU OH QDUUDWHXU TXL WUDLWH OH GLVFRXUV FRPPH XQ YQHPHQW HW OH UDFRQWH FRPPH WHO 3DU FRQVHTXHQW OHV SDUROHV TXH OH SHUVRQQDJH D UHOOHPHQW SHQVHV RX SURQRQFHV VH WURXYHQW D XQH VL JUDQGH GLVWDQFH GX OHFWHXU TXnLO QH SHXW TXH OHV LPDJLQHU 'nDXWUH SDUW OD UHGXFWLRQ HW LQGLUHFWLRQ GH FHV SDUROHV UHSUVHQWHQW SRXU OH QDUUDWHXU XQH GLVSDULWLRQ SRXU DLQVL GL UH WRWDOH GH OD GLVWDQFH VSDUDQW VRQ SURSUH GLVFRXUV GH FHOXL GX SHUVRQQDJH /H QDUUDWHXU LQWHUSUHWH OH GLVFRXUV GH FH GHUQLHU HW nLQFRUSRUH GDQV OH VLHQ MXVTXnDX SRLQW GH WUDQVIRUPHU OHV SDUROHV GH OnDFWHXU HQ XQ YQHPHQW TXL SUHQG VD SODFH SDUPL WRXV OHV DXWUHV GRQW VH FRPSRVH OH UFLW ,, H[LVWH GRQH XQH VRUWH GH SURSRUWLRQ LQYHUVH TXL VnDSSOLTXH D FKDFXQ GHV WDWV GX GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH WXGLV SDU *HQHWWH HQWUH OH GHJU GH GLVWDQFH TXL VSDUH FH GLVFRXUV GnXQ FRW GX QDUUDWHXU TXL OH WUDQVPHW HW GH OnDXWUH GX OHFWHXU TXL OH UHJRLW HQ OLVDQW OH URPDQ 'DQV OH FDV GX GLVFRXUV WUDQVSRV HW GH VD YDULDQWH OH GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH OHV SDUROHV GX SHUVRQQDJH VH VLWXHQW D PL FKHPLQ HQWUH OHV GHX[ SROHV FDU VL HO OHV HPHUJHQW DYHF XQ SHX SOXV GH UHOLHI GX WH[WH GX QDUUDWHXU HW QRXV SDUYLHQQHQW GRQH GnXQH PDQLHUH SOXV GLVWLQFWH HO OHV UHVWHQW QDQPRLQV WURLWHPHQW LQVUHV GDQV OH GLVFRXUV GH FH QDUUDWHXU HW VH WUDQVLQHWWHQW SDU XQH VRUWH GH ILOWUDJH £ WUDYHUV VD JUDQPDLUH /H GLVFRXUV UDSSRUW HW OH GLVFRXUV GLUHFW OLEUH LQGLTXHQW XQH VSDUDWLRQ ELHQ SOXV QHWWH HQWUH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HW FHOXL GX SHUVRQQDJH 3DU FRQWUH nDEVHQFH GH PGLDWLRQ

PAGE 82

TXH UHSUVHQWHQW OD FLWDWLRQ GX GL VFRXUV GX SHUVRQQDJH HW OnHIIDFHPHQW GHV GHUQLUHV WUDFHV GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH FRUUHVSRQG £ XQH GLPLQXWLRQ VL QRQ XQH DEROLWLRQ GH OD GLVWDQFH TXL VHPEOH SDUIRLV WRXIIHU SRXU OH OHFWHXU OHV YRL[ GHV DFWHXUV 'DQV FKDFXQ GHV RXYUDJHV HQ TXHVWLRQ FRPPH FnHVW OH FDV GDQV WRXW DXWUH URPDQ OH QDUUDWHXU UHSURGXLW OHV SDUROHV GHV SHUVRQQDJHV VHO RQ OHV PRGHV GH UHSUHVHQWDWLRQ H[SRVV SDU *HQHWWH HW OHV WURLV WDWV GX GLVFRXUV VH FRPELQHQW HQ SURSRUWLRQV WUHV YDULDEOHV 2U RQ SHXW WXGLHU OHV JUDGDWLRQV GH GLVWDQFH HQWUH OHV GHX[ GLVFRXUV QRQ SDV VHXOHPHQW £ OnLQWULHXU GnXQH VHXOH RHXYUH GnXQ DXWHXU UQDLV DXVVL D WUDYHUV WRXWH VD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH /D FRQVLGHUDWLRQ GHV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG VRXV FHWWH RSWLTXH IRQGDPHQWDOH £ OD GHVFULSWLRQ GHV DPELJX7WV GH OD YRL[ QDUUDWLYH UHYHOH XQH SURJUHVVLRQ PDUTXH YHUV HPDQFLSDWLRQ GX GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH 'X 6RPPHLO GOLYU £ /n$XWUH OH QDUUDWHXU VnHIIDFH GH SOXV HQ SOXV IHLJQDQW GH VH WDLUH SRXU SDVVHU OD SDUROH DX[ SHUVRQQDJHV MXVTXnDX SRLQW RX GDQV /D &LW IHUWLOH URPDQ GDQV OHTXHO VnRSHUH XQH VSDUDWLRQ WUHV QHWWH GHV GHX[ GLVFRXUV OH PRQRORJXH LQWULHXU GH OD SURWDJRQLVWH DOWHUQH DVVH] UJXOLUHPHQW DYHF OH WH[WH GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW 3RXUWDQW LO QnHVW SOXV TXHVWLRQ GH OD VXERUGLQDWLRQ TXL FDUDFWULVH OH UFLW GH 6DP\D GDQV /H 6RPPHLO GOLYU FDU GDQV /D &LW IHUWLOH OD PRQRORJLVWH $OID HW OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH LPSHUVRQQHO VH VLWXHQW WRXV OHV GHX[ DX PHPH QLYHDX $LQVL OLEHU GH WRXWH SRVVLELO L W GH PGLDWLVDWLRQ SDU OD YRL[ GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW OH GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH SDUYLHQW GLUHFWHPHQW DX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH GHVWLQDWDLUH GHV GHX[ UFLWV 2Q FRQVWDWH GDQV OnRHXYUH URPDQHVTXH Gn$QGUH &KHGLG XQH DXWRQRPLH FURLVVDQWH GX

PAGE 83

GLVFRXUV GHV DFWHXUV TXL ILPnW SDU IDLUH IORWWHU OHV IURQWLUHV QRQ SDV VHXOHPHQW HQWUH OHV QLYHDX[ QDUUDWLIV PDLV JDOHUQHQW HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH 6L OH SHUVRQQDJH DFFHGH HQILQ DX VWDWXW GH QDUUDWHXU HW ILQLW SDU VH WURXYHU DX PHPH QLYHDX QDUUDWLI TXH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH FnHVW TXH VRQ GL VFRXUV VH OLEUH JUDGXHOHPHQW GH rLQVWDQFH QDUUDWLYH RULJLQHOOH &HWWH HPDQFLSDWLRQ SURJUHVVLYH TXL QH VH PDQLIHVW SDV SULQFLSDOHPHQW £ OnLQWULHXU GnXQ VHXO RXYUDJH PDLV VH GYHORSSH SOXWW D WUDYHUV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV HQJOREH GHX[ QRWLRQV GLIIUHQWHV GH OD SDUROH SDUWDJH 2Q UHPDUTXH GnXQH SDUW OD SUGRPLQDQFH GH OD YRL[ GRXEOH GX VW\OH LQGLUHFW OLEUH UHSUVHQWDQW XQ KDXW GHJU GnHPSDWKLH HW GnLGHQWLILFDWLRQ HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH HW GH nDXWUH OD SUHVHQFH GH SOXV HQ SOXV PDUTXHH GX VW\OH GLUHFW OLEUH SUOXGDQW DX SDUWDJH GH OD SDUROH SDU GHX[ QDUUDWHXUV LQGSHQGDQWV XQH VRUWH GH GRXEOH YRLH TXL FDUDFWULVH OHV URPDQV SRVWULHXUV 8QH IRLV PLVHV HQ OXPLUH OHV FDUDFWULVWLTXHV JQUDOHV SDUWDJHV SDU OHV QDUUDWHXUV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG LO FRQYLHQW PDLQWHQDQW GH FRQVLGUHU FH TXL OHV GLIIUHQFLH /D SUVHQWH WXGH VH SURSRVH GH FRQIURQWDU OHXUV UFLWV VXU GHX[ SODQV TXL GULYHQW GH GHX[ LQGLFHV GLIIUHQWV GH OD SHUFHSWLEL L W GX QDUUDWHXU OH GHJU R LO LQWHUYLHQW HQ VRQ SURSUH QRP GDQV OnKLVWRLUH TXnLO HVW HQ WUDLQ GH UDFRQWHU HW OH GHJU GnDXWRQRPLH TXnLO DFFRUGH DX[ YRL[ GHV SHUVRQQDJHV 'H FHWWH IDJRQ LO VHUD JDOHUQHQW SRVVLEOH GH WHLU FRPSWH GH OD SURJUHVVLRQ VHORQ ODTXHOOH OH GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH VH GJDJH JUDGXHOOHPHQW GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH RULJLQHOOH SRXU VH IDLUH HQWHQGUH GLUHFWHPHQW SDU OH QDUUDWDLUH

PAGE 84

H[WUDGLJWLTXH VDQV WRXWHIRLV TXH OH SHUVRQQDJH VH WUDQVIRUPH YUDLPHQW HQ QDUUDWHXU DXWRQRPH /H 6RPPHLO GOLYU VH GLVWLQJXH GHV DXWUHV RXYUDJHV GH OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH SDU VD VWUXFWXUH QDUUDWLYH $ OD GLIIHUHQFH GH FHUWDLQHV GHV RHXYUHV SRVWULHXUHV TXL VnH[SULPHQW £ WUDYHUV GHX[ YRL[ SDUWDJHDQW OD SDUROH VHORQ OH SULQFLSH GH OnDOWHUQDQFH OH SUHPLHU URPDQ GH &KHGLG VH FRQVWUXnW VHORQ FHOXL GH nHQFKDVVHPHQW /D YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH UDFRQWH OH SUHPLHU FKDSLWUH HW OH GHUQLHU FKDSLWUHV GDQV OHVTXHOV FHWWH YRL[ UHQG FRPSWH GH OD SULRGH VLWXH LPPGLDWHPHQW DYDQW HW DSUV OH PHXUWUH GH %RXWURV 6DP\D HQ WDQW TXH QDUUDWHXU DXWRGLJWLTXH IDLW XQ UFLW TXL FRQVWLWXH SUHVTXH OD WRWDO L W GX URPDQ GDQV OHTXHO HOOH VH UHPHPRUH VD YLH GHSXLV ODGROHVFHQFH 6HV SHQVHV XQH VRUWH GH ORQJ PRQRORJXH LQWULHXU VRQW HQFDGUHV GHV SDUHQWKHVHV IRUPHV SDU OH GL VFRXUV GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH TXL GFULW OHV YQHPHQWV GH VRQ SRLQW GH YXH RPQLVFLHQW HW H[WULHXU DX PRQGH GH OnKLVWRLUH /HV SHQVHV GH 6DP\D VH GURXOHQW VDQV LQWHUUXSWLRQ GH OD SDUW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH PDLV QRXV SDUYLHQQHQW WRXW GH PPH JUDFH D VD WUDQVFULSWLRQ &RPPH OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH QH VnOYH TXH GDQV GHV VHJPHQWV DVVH] EUHIV TXL VHUYHQW GLQWURGXFWLRQ HW GnSLORJXH DX UFLW GH 6DP\D GDQV XQ VHQV FH QDUUDWHXU DFFRUGH £ OD YRL[ GX SHUVRQQDJH XQ WUHV KDXW GHJU GnDXWRQRPLH FDU GDQV OD SOXV ORQJXH SDUWLH GX URPDQ LO FKDQJH OD IRQFWLRQ GH UDFRQWHU OXLPPH OnKLVWRLUH SRXU FHOOH GH WUDQVFULUH OHV SHQVHV GnDXWUXL 3DU VRQ VLOHQFH LO GRQQH OD SDUROH FnHVW£GLUH OH GURLW GH VH IDLUH HQWHQGUH £ 6DP\D TXL QH OnD MDPDLV HXH &HSHQGDQW GDQV OD VWUXFWXUH QDUUDWLYH GH FH

PAGE 85

URPDQ LO HVW SRVVLEOH GH WURXYHU XQ UHIOHW GH nHQIHUPHPHQW HW GH OD VXERUGLQDWLRQ TXL FDUDFWULVHQW OD YLH GH OD SURWDJRQLVWH 'H PPH TXH OD MHXQH IHPPH HVW GnDERUG VRXPLVH D OnDXWRULW GH VRQ SUH HW YLW HQVXLWH VRXV OD WXWHOOH GH VRQ PDUL GDQV OD KLUDUFKLH GHV QLYHDX[ QDUUDWLIV VD YRL[ VH WURXYH VXERUGRQQH £ FHO OH GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH &RPPH QRXV DYRQV GHMD FRQVLGHU OH UFLW GH 6DP\D GX SRLQW GH YXH GH OnKLVWRLUH LO IDXW PDLQWHQDQW SUFLVHU OHV LPSOLFDWLRQV GH FHWWH VXERUGLQDWLRQ VXU OH SODQ GH OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH &HUWHV OH QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH QnLQWHUYLHQW MDPDLV GDQV OH GL VFRXUV GH 6DP\D VH JDUGDQW GnRSSRVHU VD SHUVSHFWLYH RPQLVFLHQWH £ FHOOH ELHQ SOXV OLPLWH GX QDUUDWHXU DXWRGLJWLTXH 3RXUWDQW TXHO HVW VRQ GHJU GH SHUFHSWLEL L W GDQV OHV VHFWLRQV UDFRQWHV SDU VD SURSUH YRL[" ([HUFHWLO OH SULYLOHJH TXL YD GH SDLU DYHF VRQ VWDWXW H[WUDGLJWLTXH SRXU UGXLUH RX PPH SRXU GWUXLUH OD YUDFLW GH OD MHXQH IHPPH HQ WDQW TXH QDUUDWHXU" $ TXHOOH GLVWDQFH PRUDOH VH SODFH WLO GH 6DP\D HW GHV DXWUHV SHUVRQQDJHV SULQFLSDX[ HW TXHO GHJU GnDXWRQRPLH DFFRUGHWLO D OHXUV SDUROHV" 6L OH QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH JDUGH OH VLOHQFH SRXU OD GXUH GX UFLW HPERLW VD YRL[ VH IDLW QHWWHPHQW GRPLQDQWH GDQV OH SUHPLHU FKDSLWUH GX URPDQ HW DXVVL GDQV OH GHUQLHU 6RQ RPQLVFLHQFH OXL SHUPHW GH OLUH OHV SHQVHV GH 5DFKLGD DXVVL ELHQ TXH FHOO HV GH 6DP\D HW LO OHV WUDQVPHW HQ GLVFRXUV QDUUDWLYLV RX SOXV VRXYHQW HQ GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH UDFRQWH OHV YQHPHQWV GH OD SULRGH TXL SUFGH LPPGLDWHPHQW OH PHXUWUH GH %RXWURV VHO RQ GHX[ SHUVSHFWLYHV GnDERUG FHOOH GH 5DFKLGD HW HQVXLWH FHOOH GH 6DP\D &nHVW DX OHFWHXU GH GFLGHU OHTXHO GHV GHX[ SRLQWV GH YXH VXU OnKLVWRLUH LO YHXW

PAGE 86

DGRSWHU FHOXL GH 5DFKLGD TXL FULH DX VHFRXUV SURFFXSH VXUWRXW GH SURWHJHU VD SURSUH UHSXWDWLRQ HW GH IDLUH WDLUH OHV PDXYDLVHV ODQJXHV RX FHOXL GH 6DP\D TXL XQH IRLV VRQ DFWH DFFRPSOL VnHQ GLVVRFLH SRXU VRPEUHU GDQV nHQJRXUGLVVHPHQW WRWDO GX VRPPHLO GOLYU /H QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH UHODWH WRXW VDQV DXFXQ FRPPHQWDLUH H[SOLFLWH VXU OHV DFWHV GHV SHUVRQQDJHV RX VXU OHXUV SHQVHV &HSHQGDQW LO HVW ORLQ GnHWUH FRPSOWHPHQW HIIDF HW REMHFWLI FDU LO XL DUULYH GH SDUOHU HQ VRQ SURSUH QRP SRXU SUHGLUH OD FRQGXLWH GH 5DFKLGD 3DU H[HPSOH LO GHFODUH (OOH OH GLU£ 5DFKLGD (OOH OH GLU£ SOXV WDUG /HV JHQV VRQW SDUIRLV VL PDO LQWHQWLRQQV (OOH VDXUD IDLUH WDLUH OHV PDXYDLVHV ODQJXHV (OOH GLU£ WRXW (OOH QnD ULHQ £ FDFKHU ,O FRQWLQXH SOXV ORLQ (OOH GLU£ WRXW 5DFKLGD 7RXW FH TXnHOOH D IDLW GHSXLV nLQVWDQW R %RXWURV D GLVSDUX GHUULUH OnDQJOH GH OnHVFDOLHU 7RXW FHOD HW OH UHVWH 6' SS f %LHQ TXH OH QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH QnH[SULPH SDV RXYHUWHPHQW VRQ DWWLWXGH HQYHUV OD VRHXU GH %RXWURV OD WRQDO L W LURQLTXH TXnLO DGRSWH HQ SDUODQW GH OnDFWH QDUUDWLI TXnHOOH VH SUHSDUH D HQWUHSUHQGUH UHSUVHQWH XQH GYDORULVDWLRQ DVVH] HO DL UH GH VRQ SRLQW GH YXH 3DU FRQWUH OH QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH QH GLW ULHQ TXL LQGLTXH XQH DWWLWXGH GnHPSDWKLH RX GH PILDQFH D OnJDUG GH 6DP\D VRLW HQ WDQW TXH SHUVRQQDJH VRLW HQ WDQW TXH QDUUDWHXU DXWRGLJWLTXH ,, RSHUH XQ FHUWDLQ HIIHW GH GLVWDQFLDWLRQ HQ GVLJQDQW 6DP\D OH SOXV VRXYHQW SDU OD IHPPH FH TXL VHUW D LQHWWUH HQ UHOLHI O DOLHQDWLRQ GRQW HOOH HVW YLFWLPH 2U VL OH QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH JDUGH XQH QHXWUDO L W LQDUTXH FRQFHUQDQW OH VRUW GH 6DP\D HW GFULW DYHF XQH REMHFWLYLW SDUIDLWH VRQ DFWH FULPLQHO WRXMRXUV HVWLO TXnHQ UDFRQWDQW OHV WULVWHV FRQVTXHQFHV GH FHWWH YLH JDFKH LO ILQLW SDU

PAGE 87

ODLVVHU WUDQVSDUDWUH XQH V\PSDWKLH £ OnJDUG GH OD MHXQH IHPPH V\PSDWKLH TXL GHYLHQW SUHVTXH XQH LGHQWLILFDWLRQ DYHF HOOH 3RXUWDQW OH VLJQH GH FHWWH LGHQWLILFDWLRQ QnHVW SDV XQ FRQXQHQWDLUH IDLW SDU OH QDUUDWHXU SDUODQW HQ VRQ SURSUH QRP SRXU YHLOOHU OD FRPSDVVLRQ GX QDUUDWDLUH ,, FRQVLVWH SOXWW HQ XQH VRUWH GH FRQIXVLRQ GH VD YRL[ DYHF FHOOH GH OD IHPPH $YDQW GH SDVVHU £ OD GLVFXVVLRQ GH FHW HIIHW GDPELJW IFRQGDQWH TXL UHSUVHQWH XQH WDSH LPSRUWDQWH GDQV OD WUDQVIRUPDWLRQ SURJUHVVLYH GX SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH LO FRQYLHQW GH FRQVLGUHU OH GL VFRXUV GH 6DP\D HW FHOXL SURGXLW SDU OHV DXWUHV QDUUDWHXUV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV GDQV OH EXW GH GWHUPLQHU £ TXHO SRLQW OHXUV YRL[ DVVXPHQW QRQ SDV VHXOHPHQW OD IRQFWLRQ GH UHODWHU OH UFLW UQDLV DXVVL FHOOH GH OH FRPPHQWHU $ OD GLIIUHQFH GH 5DFKLGD TXL FRPSRVH VD YHUVLRQ GH OnKLVWRLUH HQ YXH GH OD USWHU GHYDQW WRXW OH PRQGH SRXU FRQGDUQQHU OH FULPH GH VD EHOOHVRHXU HW SRXU WDEOLU VD SURSUH LQQRFHQFH OnDFWH GH UHPPRUDWLRQ FKH] 6DP\D QH FRPSRUWH DXFXQH WHQWDWLYH GH VXVFLWHU XQH FHUWDLQH UHDFWLRQ FKH] XQ QDUUDWDLUH YHQWXHO 6L OD MHXQH IHPPH IDLW DSSHO D VHV VRXYHQLUV VnHQIHUPDQW DLQVL HQFRUH SOXV WURLWHPHQW GDQV OD SULVRQ GH VRQ KLVWRLUH SHUVRQQHO OH FnHVW TXH SRXU HOOH FHW DFWH GH UHPPRUDWLRQ UHSUVHQWH nXQLTXH PR\HQ GnHQ VRUWLU 4XRLTXH OD SHUVSHFWLYH GX MHQDUUDQW QH Vn HIIDFH MDPDLV FRUQSOWHPHQW GHYDQW FHOOH GX MHQDUU OH FRLUDQHQWDLUH IDLW SDU OD YRL[ GH 6DP\DQDUUDWHXU VH OLPLWH SRXU OD SOXSDUW D GHV REVHUYDWLRQV GH SRUWH JQUDOH HW £ GHV LQWHUURJDWLRQV TXL UYOHQW VHXOHPHQW XQ GFDODJH GnH[SULHQFH HW QH FRQWLHQQHQW DXFXQ OPHQW PWDQDUUDWLI TXL SXLVVH PHWWUH HQ TXHVWLRQ OD FUGLELOLW GX UFLW

PAGE 88

2U ORUVTXnLO VnDJLW GnXQ QDUUDWHXU WRXW £ IDLW LQFRQVFLHQW GnDYRLU XQ DXGLWRLUH HW GRQW OH GLVFRXUV LQWULHXU HVW FDSW JUDFH D RPQLVFLHQFH GnXQ DXWUH QDUUDWHXU LO SRXUUDLW VnHQVXLYUH TXH OD YUDFLW GX SUHPLHU VRLW GWUXLWH SDU OD WUDQVPLVVLRQ GH FHUWDLQHV SHQVHV TXL WUDKLVVHQW FKH] OXL XQH WHQWDWLYH GH SHUYHUWLU OD YULW ,QYHUVHPHQW LO SRXUUDLW JDOHPHQW DUULYHU TXH VD VLQFULW VRLW DWWHVWH SDU nDEVHQFH GH WRXWH LQGLFDWLRQ GnXQH LQWHQWLRQ PHQVRQJHUH $LQVL FKH] 6DP\D OH PDQTXH GnXQ QDUUDWDLUH DXWUH TXnHOOHPHPH SUHVHQW RX YLUWXH FRQVWLWXH £ OD IRLV VRQ DXWKHQWLFLW HQ WDQW TXH QDUUDWHXU HW VD WUDJGLH HQ WDQW TXH SHUVRQQDJH 6L DX PRPHQW GH VD PRUW V\PEROLTXH 6DP\D YRLW HQILQ FODLU GLVDQW SDU H[HPSOH 'HV FHWWH QXLWOD MnDXUDLV GX SDUWLU 'LUH nQRQn HW PnHQ DOOHU MDPDLV HOOH QH SRXUUD FRQPXQLTXHU VD QRXYHOOH SHUVSHFWLYH DILQ TXnXQH DXWUH IHPPH SXLVVH YLWHU VRQ VRUW 6' S f 7RXW FRPPH OD YRL[ QDUUDWLYH GH 6DP\D VRQ FUL SRLJQDQW UHVWH HQIHUP GHUULUH OH PXU GH VLOHQFH TXL HVW GHYHQX VRQ UHIXJH -nWDLV VHXOH 0D UDLVRQ GH YLYUH DUUDFKH 'HYDQW XQ PXU TXL UHMHWDLW RX GIRUPDLW PD SURSUH YRL[ ,, IDXW PH FRPSUHQGUH -nDYDLV WUHQWH DQV £ SHLQH HW TXHO HVSRLU PH UHVWDLWLO" 8Q KRUL]RQ ERXFK 'nDXWUHV FRPPH PRL RQW G* VHQWLU OHXU YLH VnHIIULWHU DX ORQJ GnXQH H[LVWHQFH VDQV DPRXU &HOO HVOD PH FRPSUHQGURQW 6L MH FULH MH FULH XQ SHX SRXU HOOHV (W VnLO Qn\ HQ D TXnXQH VHXOH TXL PH FRPSUHQQH FnHVW SRXU FHOOHOD TXH MH FULH TXH MH FULH DX IRQG GH PRL DXVVL IRUW TXH MH OH SHX[ 6' SS f /D FL GL W GH OD MHXQH IHPPH OnDPQH D IRUPXOHU GHV UIOH[LRQV WLUHV GH VHV SUHXYHV 0DLV FRPPH OD SURSRUWLRQ GH FHWWH IRUPH GH FRPPHQWDLUH HVW DVVH] UHVWUHLQWH HOOH QH FRQWULEXH SDV £ FUHU XQH LPSUHVVLRQ GnDUWLILFH FKH] OH QDUUDWHXU /D VLQFULW HW OD VSRQWDQLW GH 6DP\D QH VRQW MDPDLV PLVHV HQ TXHVWLRQ 3DU FRQVTXHQW SOXV OH QDUUDWHXU UHYLW VHV VRXYHQLUV VXUWRXW DX WHPSV

PAGE 89

SUVHQW SOXV OH OHFWHXU HVW SRXVV £ SURXYHU HW £ YLYUH DYHF OH SHUVRQQDJH $ OD GLIIUHQFH GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH GX 6RPPHL GOLYU FHOXL GH -RQDWKDQ VnDEVWLHQW WRWDOHPHQW GH MXJHU OD FRQGXLWH GH VHV SHUVRQQDJHV PDLV FHOD QH YHXW SDV GL UH TXH VRQ UFLW HVW GSRXUYX GH FRQPHQWDLUH /RLQ GH OD FH QDUUDWHXU \ LQFRUSRUH DVVH] VRXYHQW GHV REVHUYDWLRQV GH SRUWH JHQUDOH HW GHV LQWHUURJDWLRQV WHOOHV TXH FHOOHFL 4XH SHXWRQ IDLUH GnDXWUH SRXU FHX[ TXL DJRQLVHQW TXnDWWHQGUH"WUH FHV FRPSDJQRQV DWWHQWLIV GH OD GHUQLUH KHXUH OnKHXUH GH OnREVFXU HW GLIILFLOH SDVVDJH HQWUH XQH YLH HW RQ QH VDLW TXRL" S f &HSHQGDQW GDQV FH URPDQ GRQW OHV SHUVRQQDJHV SULQFLSDX[ VXUWRXW OH SURWDJRQLVWH VnLQWHUURJHQW HW UIOFKLVVHQW HX[PPHV VXU OH VHQV GH OD YLH GH OD PRUW HW GH nDFWLRQ UYRO XWLRQQDL UH LO H[LVWH XQH FHUWDLQH DPELJXnLW £ OnJDUG GH nL GHQWL W GX VXMHW SDUODQW FDU LO HVW SDUIRLV GLIILFLOH GH GWHQQLQHU VL OHV REVHUYDWLRQV IRQW SDUWLH GX GL VFRXUV GX QDUUDWHXU RX SOXWW GH FHOXL GX SHUVRQQDJH 3DU H[HUQSOH DSUV OD GHVFULSWLRQ GHV SUHPLHUV PRLV GH SDL[ HW GH ERQKHXU SDVVV SDU -RQDWKDQ £ OnJOLVH GX 3UH $QWRXQ TXDQG RQ OLW XQH JQUDOLVDWLRQ WHOOH TXH $XSUV GH 'LHX OnDQJRLVVH VH GLVVLSH $ FDXVH GH 'LHX RQ SHXW VnDWWDFKHU DX[ KRPPHV FURLUH HQ HX[ RQ QH VDLW SDV VnLO VnDJLW GnXQH UIOH[LRQ IDLWH SDU OH QDUUDWHXU RX SDU OH VDFULVWDLQ OXLPPH S f 3DUHLOOHPHQW LO QnHVW SDV GX WRXW FODLU VL H[FODPDWLRQ &H VRQW GHV FKRVHV TXnRQ QnRXEOLH SDV D SURSRV GH nHIIRUW TXH IDLW 1DJKL SRXU DSSUHQGUH £ OLUH DX SRUWLHU GX E£WLLQHQW YRLVLQ DSSDUWLHQW DX GL VFRXUV GX MHXQH KRPPH 6DLG RX D FHOXL GX QDUUDWHXU S f

PAGE 90

&RPPH D OD ILQ GX SUHPLHU FKDSLWUH GX 6RPPHLO GOLYU LO VHPEOH SDUIRLV GDQV -RQDWKDQ TXH OH QDUUDWHXU VnLGHQWLILH £ XQ WUHV KDXW GHJU DYHF FHUWDLQV GH VHV SHUVRQQDJHV SDUWDJHDQW VL FRPSOHWHPHQW OHXU SRLQW GH YXH TXnLO GHYLHQW SUHVTXH LPSRVVLEOH GH IDLUH XQH GLVWLQFWLRQ HQWUH OHXUV YRL[ 'DQV XQ VHQV FHWWH DPELJXW YD GH SDLU DYHF 9DXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH TXL VH IDLW SURJUHVVLYHPHQW VHQWLU GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV GH &KHGLG 'nXQH SDUW JUDFH £ FHWWH FRQIXVLRQ GHV YRL[ OHV SDUROHV GHV DFWHXUV VHPEOHQW VH OLEUHU £ XQ FHUWDLQ GHJU QRQ SDV VHXOHPHQW GHV LQWURGXFWLRQV GHFODUDWLYHV PDLV DXVVL GHV JXLOOHPHWV LQVUV SDU OH QDUUDWHXU 'H OnDXWUH £ FDXVH GH nDPELJX7W OD IRQFWLRQ H[WUDn QDUUDWLYH LGRORJLTXH VHPEOH PDUTXHU PRLQV H[SOLFLWHPHQW OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU FH TXL GLPLQXH SDU FRQVHTXHQW OD SHUFHSWLELOLW GH VD YRL[ /H 6L[LHUQH -RXU FRQWLHQW HQFRUH PRLQV GREVHUYDWLRQV GH SRUWH JQUDOH HW GnLQWHUURJDWLRQV TXL DSSDUWLHQQHQW QHWWHPHQW DX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU 3DUPL FHO OHV TXL VH UDQJHQW GDQV FHWWH FDWJRULH RQ WURXYH OD TXHVWLRQ 3HXWRQ VH FRPSUHQGUH D WUDYHUV XQH YLWUH" VH UDSSRUWDQW DX UHJDUG FKDQJ GHYDQW OnJOLVH SDU 2P +DVVDQ HW LQILQQLUH 'DQD DLQVL TXH OD UIOH[LRQ 7RXW VnDSDLVH DSUV TXnRQ D ORQJWHPSV SOHXU GFULYDQW nWDW Gn£PH GH OD JUDQGPUH TXL VH ODLVVH HQYDKLU SDU OH GVDUURL HW SXLV UHWURXYH VRQ FRXUDJH HW VD FHUWLWXGH DX FRXUV GH OD ORQJXH QXLW SUFGDQW OnDXEH GX VL[LPH MRXU 6SS f (Q JQUDO OHV TXHVWLRQV SRVHV SDU OH QDUUDWHXU QH VRQW SDV H[SULLQHV HQ VRQ SURSUH QRP PDLV UHSUVHQWHQW SOXWRW XQH WUDQVSRVLWLRQ GX GL VFRXUV GHV SHUVRQQDJHV FRPPH GDQV OH FDV Gn2NNDVLRQQH DX PRPHQW GFLVLI R OH YLVDJH GH nHQIDQW HVW GYRLO

PAGE 91

9DWLO VH PHWWUH £ FURLUH OX DXVVL" 6S f /H QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH GH FH URPDQ VH ERUQH OH SOXV VRXYHQW £ VD VHXOH IRQFWLRQ REOLJDWRLUH FHOOH GH UHODWHU OnKLVWRLUH 6nLO H[LVWH SDUIRLV XQ GHJU GnDPELJX7W TXDQW £ OD VRXUFH GH FHUWDLQV QRQFV RQ FRQVWDWH TXH OH SOXV VRXYHQW FnHVW OD YRL[ GX SHUVRQQDJH TXL VHPEOH VnOHYHU WRXWH VHXOH VDQV DXFXQH PHGLDWLRQ SRXU VH IDLUH HQWHQGUH GLUHFWHPHQW GX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 'DQV /H 6XUYLYDQW OD SURSRUWLRQ GH FRPPHQWDLUH TXL VnLQWURGXLW GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HVW HQFRUH SOXV UHVWUHLQWH TXH GDQV OHV WURLV URPDQV DQWULHXUV 2Q QH WURXYH JXHUH GnREVHUYDWLRQV VXU OHV SHUVRQQDJHV VXU OHV YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH RX VXU OH PRQGH HQ JQUDO REVHUYDWLRQV TXL VRLHQW IRUPXOHV SDU OD YRL[ GX QDUUDWHXU SDUODQW HQ VRQ SURSUH QRP HW LQVUHV GDQV OD WUDPH QDUUDWLYH GX UFLW &RPPH OD QDUUDWLRQ VH IDLW WUHV VRXYHQW DX SUVHQW LO GHYLHQW GnDXWDQW SOXV GLIILFLOH GnLVROHU OD YRL[ GX QDUUDWHXU GDQV FH URPDQ HW GH GLVWLQJXHU VHV UHIOH[LRQV HW VHV LQWHUURJDWLRQV GH FHOO HV GHV SHUVRQQDJHV $LQVL D\DQW FRQVLGHU EULYHPHQW OH GL VFRXUV GX QDUUDWHXU GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV DILQ GLGHQWLILHU OHV LQWUXVLRQV H[WUDQDUUDWLYHV TXL OH FDUDFWULVHQW RQ UHPDUTXH TXH OD TXDQWLW HW OD SHUFHSWLELOLW GH FHV LQWUXVLRQV GLPLQXHQW SURJUHVVLYHPHQW GDQV FKDTX RXYUDJH VXFFHVVLI 3RXUWDQW VL HOOHV FRQVWLWXHQW OD PDUTXH OD SOXV H[SOLFLWH GH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU GDQV VRQ UFLW GH WHOO HV LQWHUYHQWLRQV VRQW ORLQ GnHWUH OHV VHXOV LQGLFHV SDU OHVTXHOV RQ SHXW PHVXUHU VRQ GHJU GH SHUFHSWLELOLW (WDQW GRQQ TXH OHV QDUUDWHXUV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW QnRQW SDV WHQGDQFH D VH VHUYLU GX UFLW FRPPH YKLFXOH GnXQ GL VFRXUV H[WUD

PAGE 92

QDUUDWLI LO FRQYLHQW GRQH GH FRQVLGUHU OD TXHVWLRQ GH OHXU HIIDFHPHQW UHODWLI VRXV XQ MRXU XQ SHX GLIIUHQW HQ FKHUFKDQW D GFHOHU OHV WUDFHV GX MHB GX VXMHW SDUODQW FHFL £ OnDLGH GHV VLJQDX[ GX QDUUDWHXU SURSRVV SDU 6H\PRXU &KDWPDQ HW *HUDOG 3ULQFH $XWUHPHQW GLW VL OHV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV QnRFFXSHQW TXnXQH SODFH WUHV OLPLWH GDQV OH UFLW £ TXHO SRLQW HVWFH TXH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU VH UHYHOH GnXQH IDJRQ SOXV LPSOLFLWH £ WUDYHUV VRQ GLVFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI" 2U GDQV FH PPH GRPDLQH RQ FRQVWDWH TXH OHV PDUTXHV OHV SOXV QHWWHV VRQW DEVHQWHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV /H GLVFRXUV GX QDUUDWHXU QH Vn\ FDUDFWULVH QL SDU OnHPSORL GH GHLHWLTXHV VH UIUDQW £ OD VLWXDWLRQ VSDWLDOH RX WHLQSRUHOOH GX VXMHW SDUODQW QL SDU XQ VW\OH PRGDOLVDQW SDU OHTXHO OH ORFXWHXU GRQQH XQH LQGLFDWLRQ GH OD YDOHXU GH YHUL W GH VRQ GL VFRXUV HQ VH VHUYDQW SDU H[HPSOH GnH[SUHVVLRQV GnLQFHUWLWXGH FRPPH SHXW WUH HW VDQV GRXWH TXL ODLVVHQW WUDQVSDUDLWUH OD VLOKRXHWWH GnXQ MH FDFK /H VRPPDLUH WHPSRUHO TXL UHOHYH GH OD IRQFWLRQ RUJDQLVDWULFH TXnH[HUFH OH QDUUDWHXU HQ UDFRQWDQW VRQ KLVWRLUH HW OH VRPQDL UH VSDWLDO TXL PHW HQ UHOLHI OD SRVLWLRQ SULYLOJLH TXnLO RFFXSH VXJJUHQW GnXQH PDQLHUH XQ SHX PRLQV YLGHQWH OD SUVHQFH GnXQ MH QDUUDQW GDQV OH UFLW &KDFXQ GHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GHV URPDQV HQ TXHVWLRQ VDXI FHOXL GX 6RPPHLO GOLYU LQFRUSRUH GHV VRPPDLUHV WHPSRUHO V GDQV VRQ UFLW &HSHQGDQW FRPPH OD SULRGH DLQVL UVXPH HVW OH SOXV VRXYHQW DVVH] EUHYH HW GRQQ OD FRQFLVLRQ TXL FDUDFWULVH FHV VRPPDLUHV L V QH UHWLHQQHQW JXUH nDWWHQWLRQ GX OHFWHXU HW QnRQW SDV OnHIIHW GH IDLUH UHVVRUWLU OH UROH GX QDUUDWHXU HQ WDQW TXnDUFKLWHFWH GX UFLW /H WHPSV TXL VnFRXOH HQWUH OHV

PAGE 93

VFQHV HVW LQGLTX WUHV VRXYHQW SDU XQH VLPSOH HOOLSVH $ OD GLIIUHQFH GX VRPPDLUH nHOOLSVH QH WPRLJQH SDV GnXQ HIIRUW SDU OH QDUUDWHXU GnHQYLVDJHU OHV TXHVWLRQV GX QDUUDWDLUH HW Gn\ UHSRQGU HQ UHQGDQW FRPSWH GHV YQHPHQWV QRQQDUUV 1DQPRLQV YX OD FKURQRORJLH QRQOLQDLUH TXL VWUXFWXUH OH SUHPLHU FKDSLWUH GX 6RPPHL GOLYU OD SUHVHQFH RUJDQLVDWULFH GX QDUUDWHXU VH IDLW VHQWLU PDOJU nDEVHQFH GH VRQPDLUHV WHPSRUHOV SDU OD IDJRQ GRQW LO FUH OH VXVSHQVH HQ MX[WDSRVDQW OHV SHUVSHFWLYHV SV\FKRORJLTXHV HW SHUFHSWLYHV GH 5DFKLGD HW GH 6DP\D /H SUHPLHU FKDSLWUH GH FH URPDQ FRQWLHQW DXVVL XQ H[HLQSOH GX VRUQPDLUH VSDWLDO GDQV OD GHVFULSWLRQ SDU OH QDUUDWHXU RPQLVFLHQW GHV KDELWDQWV GX YLOODJH TXL DFFRXUHQW HQ HQWHQGDQW OHV FULV GH 5DFKLGD &HSHQGDQW FH SURFHGH QDUUDWLI VnHPSORLH GnXQH PDQLHUH HQFRUH SOXV PDUTXHH GDQV OH GHX[LPH URPDQ GH &KHGLG /H QDUUDWHXU GH -RQDWKDQ VH WUDQVIRUPH SRXU DLQVL GL UH HQ UHSRUWHU SRXU GSHLQGUH OH GVRUGUH TXL VH SURSDJH GDQV OD YL OLH SHQGDQW OHV SUHPLHUHV KHXUHV R OH EUXLW GH OD UHYROXWLRQ FRXUW GH TXDUWLHU HQ TXDUWLHU SS f ,, QnDGRSWH OD SHUVSHFWLYH YLVXHOOH GnDXFXQ GH VHV SHUVRQQDJHV PHWWDQW SOXWW nDFFHQW VXU VD SURSUH RPQLVFLHQFH HW VRQ RPQLSUHVHQFH 3DU FRQWUH OHV QDUUDWHXUV GX 6L[LPH -RXU HW GX 6XUYLYDQW VDEVWLHQQHQW GH OD SUHVHQWDWLRQ SDQRUDPLTXH GH nDFWLRQ SRXU VnHQ WHLU OH SOXV VRXYHQW DX FKDPS SHUFHSWLI GH OHXUV SHUVRQQDJHV $X OLHX GH SUHVHQWHU OHV SHUVRQQDJHV TXL HQWUHQW HQ VFHQH SRXU OD SUHPLHUH IRLV HQ GRQQDQW XQ SRUWUDLW SK\VLTXH DFFRPSDJQ GnXQH GHVFULSWLRQ GH OHXU FDUDFWUH HW GH GHWDLOV VXU OHXU YLH SDVVH OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV GH &KHGLG VH ERUQHQW £ OHV QRPPHU $LQVL OH OHFWHXU D nLPSUHVVLRQ GH

PAGE 94

FRQQDLWUH GHMD FHV LQGLYLGXV HW GH VnLQVUHU GLUHFWHPHQW GDQV OHXU KLVWRLUH VDQV OD PGLDWLVDWLRQ H[SOLFDWLYH HW LQWHUSUWDWLYH TXL PHWWHQW HQ YDOHXU OH UROH GX QDUUDWHXU FRUQPH RUJDQLVDWHXU GX UFLW /HV QDUUDWHXUV GH FHV URPDQV YLWHQW JDOHPHQW OD GHVFULSWLRQ WHQGXH HW GHWDLOOH GX FDGUH VSDUH GH OD QDUUDWLRQ GHV YQHPHQWV GH nKLVWRLUH HW LQGSHQGDQWH GH OD SHUVSHFWLYH YLVXHOOH GnXQ GHV SHUVRQQDJHV /H SOXV VRXYHQW OH QDUUDWHXU DGRSWH XQH IRFDOLVDWLRQ LQWHUQH YDULDEOH TXL OXL SHUPHW GH UHVWHU DVVH] LPSOLFLWH HQ LQWHJUDQW OHV GHVFULSWLRQV GX FDGUH GDQV 7DFWLRQ HW HQ OHV UDWWDFKDQW DX FKDPS GH SHUFHSWLRQ GnXQ GHV SDUWLFLSDQWV D 7KLVWRLUH /D UHVWULFWLRQ GX FKDPS SHUFHSWLI PDOJU VRQ DSSOLFDWLRQ DVVH] ODUJH FRQWULEXH QDQPRLQV £ PDLQWHQLU 7HIIHW GH 7HIIDFHUQHQW GX QDUUDWHXU %LHQ TXH VD YRL[ VH IDVVH GRPLQDQWH OD SHUFHSWLEL L W GH VD SUVHQFH GLPLQXH VL OD YLVLRQ GX PRQGH TXnLO QRXV RIIUH HVW ILOWUH £ WUDYHUV OHV \HX[ GnXQ DXWUH $LQVL RQ FRQVWDWH TXH OH GL VFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI GDQV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW QH FRQWLHQW SDV EHDXFRXS GnOPHQWV TXL DFFHQWXHQW OD SHUFHSWLELOLW GX QDUUDWHXU &nHVW SOXWRW XQ DVSHFW H[WUDQDUUDWLI D VDYRLU 7LQVHUWLRQ GnXQH GHV IRUPHV GH FRPPHQWDLUH OH SOXV VRXYHQW 7REVHUYDWLRQ GH SRUWH JQUDOH TXL FRQVWLWXH OD PDUTXH OD SOXV H[SOLFLWH GH VD SUVHQFH GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG &RQZH LO GHYLHQW SURJUHVVLYHPHQW SOXV GLIILFLOH GH GFLGHU VL FHV UIOH[LRQV GHYUDLHQW VnDWWULEXHU £ VD YRL[ RX D FHOOH GnXQ GHV SHUVRQQDJHV RQ HVW DPHQ D DERUGHU OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH" SRXU HVVD\HU Gn\ IRUPXOHU XQH USRQVH TXL SXLVVH PHWWUH HQ OXPLUH OHV SURFGV GX SDUWDJH GH OD SDUROH QDUUDWLYH 2U VL OHV QDUUDWHXUV VH

PAGE 95

FDUDFWULVHQW SDU XQ DVVH] KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW VXU OH SODQ GHV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV HW JDOHPHQW VXU FHOXL GH OHXU GLVFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI LO FRQYLHQW GH FKHUFKHU £ GHWHUPLQHU VL FHW HIIDFHPHQW VH WUDGXLW HQ VLOHQFH GH OD YRL[ QDUUDWLYH TXDQG LO VnDJLW GH OD WUDQVPLVVLRQ GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV RX VL SDU FRQWUH FnHVW GDQV OD UHSURGXFWLRQ GHV SDUROHV GHV DFWHXUV TXH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU VH PDQLIHVW OH SOXV RXYHUWHPHQW /H QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH GX 6RPPHLO GOLYU JDUGH OH PRQRSROH GH OD SDUROH GDQV OD VHFWLRQ TXL SUHFHGH OH UFLW GH 6DP\D ,, WUDQVPHW OHV SHQVHV GH OD MHXQH IHPPH HW FHOOHV GH 5DFKLGD OH SOXV VRXYHQW SDU OH GLVFRXUV QDUUDWLYLV RX SDU OH GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH HW £ FDXVH GH FHWWH PGLDWLVDWLRQ RQ QnHQWHQG SUHVTXH MDPDLV WUHV FODLUHPHQW OHV YRL[ GHV SHUVRQQDJHV 'HV OD TXDWULPH SDJH GX URPDQ RQ UHPDUTXH XQH VRUWH GH JOLVVHPHQW GX UFLW HQWDUQ SDU OH QDUUDWHXU D FHOXL HODERU SDU 5DFKLGD WUDQVLWLRQ TXL VnRSHUH SDU OD UHSHWLWLRQ GH OD SKUDVH &nWDLW XQH ILQ GnDSUVPLGL FRPPH OHV DXWUHV 6' S f &HSHQGDQW PPH TXDQG LO VnDJLW GH OD UHFRQVWLWXWLRQ GHV YQHPHQWV VHO RQ OD SHUVSHFWLYH GH OD EHOOHVRHXU GH 6DP\D FH QH VRQW SDV VHV SDUROHV GLUHFWHV TXL QRXV SDUYLHQQHQW PDLV SOXWW OD YRL[ GXHOOH GX GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH FH TXL SHUPHW XQ PODQJH WUHV VXEWLO GX UFLW GX QDUUDWHXU DYHF FHOXL GX SHUVRQQDJH *UDFH D OnKRPRJQLW TXL UVXOWH GH OnHPSORL LQYDULDEOH GH OD WURLVLPH SHUVRQQH LO HVW SRVVLEOH SRXU FH QDUUDWHXU GnLQWURGXLUH VRQ FRPQHQWDLUH VXU 5DFKLGD GH GFULUH OH SHUVRQQDJH GH OnH[WULHXU VXLYDQW SDUIRLV VHV PRXYHPHQWV HQ IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH HW GnLQFRUSRUHU GHV SLVRGHV UYODWHXUV GH VD SHUVRQQDOLW HW GH FHOOH GH VRQ IUUH WRXW FHOD VDQV VH PHWWUH WURS HQ HYLGHQFH 3DU FRQWUH OHV MXJHQHQWV SRUWHV SDU 5DFKLGD VXU VD

PAGE 96

EHOO HVRHXU UHVVRUWHQW DYHF XQH QHWWHW SUHVTXH JDOH £ FHOOH GH OD FLWDWLRQ GLUHFWH ,, IDOO DLW TXH FH IXW HOOH SRXU DWWUDSHU XQH SDUHLOOH PDO DGL &HWWH 6DP\D DWWLUDLW OHV FDWDVWURSKHV /HV GHX[ MDPEHV LPPRELOLVHV 'H TXHO SHFK 'LHX DYDLWLO GRQH YRXOX OD SXQLU" ,, IDO DLW WHLU VRQ UDQJ JDUGHU VHV GLVWDQFHV 5DFKLGD \ YHLOODLW 3DV FRPPH VD EHOHVRHXU FHWWH 6DP\D VDQV ILHUW $YDQW OD SDUDO\VLH FnWDLW XQH IHPPH TXL QH VRXKDLWDLW TXnXQH FKRVH WUDLQHU GDQV OH YLOODJH VH POHU D QnLPSRUWH TXL (OOH SUWHQGDLW TXnHOOH \ WDLW KHXUHXVH %RXWURV DYDLW G VH I£FKHU £ SOXVLHXUV UHSULVHV 6' SS f 1DQPRLQV FRPPH OH GL VFRXUV LQGLUHFW OLEUH QRXV SHUPHW GH VXLYUH OHV SHQVHV GX SHUVRQQDJH HW SXLV GnHQWHQGUH OD YRL[ GX QDUUDWHXU VDQV HQWUDQHU XQ FKDQJHPHQW EUXVTXH GH SHUVRQQH OHV GHX[ GL VFRXUV YRLUH OHV GHX[ UFLWV VnHQWUHODFHQW GnXQH IDJRQ SUHVTXH LQGLVVRFLDEOH HW D FDXVH GH nDPELJX7W TXL HQ UHVXOWH OH QDUUDWHXU SHXW WUHV VXEWLOHPHQW LQWURGXLUH VD SURSUH SHUVSHFWLYH SHUFHSWLYH HW VXUWRXW SV\FKRORJLTXH 0DOJU OnHIIHW GnXQH VXSHUSRVLWLRQ GH GHX[ GLVFRXUV GnXQH IXVLRQ GH GHX[ YRL[ TXL ODLVVH XQH WUHV JUDQGH SODFH D OD VXEMHFWLYLW GX SHUVRQQDJH OH SRLQW GH YXH REMHFWLI GX QDUUDWHXU TXHO TXH VRLW VRQ GHJU GnHIIDFHPHQW LQWHUYLHQW SRXU JXLGHU QRWUH USRQVH DX[ YQHPHQWV HW DX[ SHUVRQQDJHV GH OnQLVWRLUH /D WUDQVLWLRQ HQWUH OD SHUVSHFWLYH GH 5DFKLGD HW FHOOH GH 6DP\D VH IDLW GnXQH PDQLHUH DVVH] LPSHUFHSWLEOH FDU HOOHV VnH[SULPHQW WRXWHV OHV GHX[ D WUDYHUV OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH %LHQ TXnLO UDFRQWH REMHFWLYHLQHQW OnDFWH FULPLQDO GH OD MHXQH IHPPH OD YRL[ GRXEOH GX GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH QRXV IDLW SDUWDJHU OH GJRXW HW OH VXUVDXW GH UYROWH TXnLQVSLUH £ 6DP\D OH EDLVHU TXRWLGLHQ GH VRQ PDUL /HV OYUHV DSSURFKHUDLHQW EUXHV HQRUPHV DYHF GH OD VDOLYH DX[ FRPPLVVXUHV ,, VnLQHOLQHUDLW 2Q QH YHUUDLW SOXV TXH VHV OYUHV

PAGE 97

HW OD FDORWWH FDUODWH &H VHUDLW LQVXSSRUWDEOH ,, VH EDLVVHUDLW HQFRUH 6' S f 6L ORQ ILQLW GRQH SDU VnLGHQWLILHU DYHF OD PHXUWULUH D TXHO SRLQW OD YRL[ GX QDUUDWHXU UHVVRUWHOOH SRXU GWUXLUH FH OLHQ DIIHFWLI TXL VH FUH HQWUH OH SHUVRQQDJH HW OH OHFWHXU HIIHFWXDQW DLQVL XQH GLVWDQFLDWLRQ SDUHLOOH £ FHOOH TXL FDUDFWULVH OD SUHVHQWDWLRQ GX UFLW GH 5DFKLGD" 2U ORLQ GnLQGLTXHU XQH WHOOH GL VWDQFLDWLRQ OH FRPQHQWDLUH GX QDUUDWHXU VXU 5DFKLGD VHPEOH VH FRQIRQGUH DYHF OHV SHQVHV GH 6DP\D SURGXLVDQW OnHIIHW GnXQH YRL[ HW GnXQH SHUVSHFWLYH SDUWDJHV /HV REVHUYDWLRQV QH VnLQVFULYHQW SOXV XQLTXHPHQW GDQV OH WH[WH GX QDUUDWHXU PDLV UHSUVHQWHQW SOXWW XQ SRLQW GH FRQYHUJHQFH SRVVLEOH HQWUH VRQ GL VFRXUV HW FHOXL GH 6DP\D WPRLQ GH OD UHDFWLRQ GH VD EHOOHVRHXU £ OD PRUW GH %RXWURV (OOH GHYUDLW DWWHQGUH 5DFKLGD %LHQWW VD YRL[ QH VHUD SOXV TXnXQ VRXIIOH (W OD QXLW YHQXH HOOH UHVWHUD FUDPSRQQH £ OD EDOXVWUDGH 6HXOH DYHF 6DP\D TXL OD UHJDUGHUD MXVTXn£ FH TXnHOOH QH VRLW SOXV TXnXQH RPEUH /RUVTXnLOV VHURQW SDUWRXW GDQV OD FKDPEUH 5DFKLGD SRXUUD VnDIIDLVVHU 6L MDYDLV VX 6L MnDYDLV VX USWHUDWHOOH -nDXUDLV DEDQGRQQ PD SURPHQDGH MnDXUDLV ODLVV OH YHDX MnDXUDLV ODLVV OHV SRLJQHV 6' SS f $X OLHX GnHWUH OH VLJQH GnXQH VHSDUDWLRQ HQWUH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HW FHOXL GX SHUVRQQDJH FHV DVVHUWLRQV SUGLFWLYHV FRQVWLWXHQW XQH PDUTXH GH OHXU FRQIXVLRQ 4XL SOXV HVW OD WUDQVLWLRQ GH OD QDUUDWLRQ KWURGLJWLTXH DX UFLW DXWRGLJWLTXH GH 6DP\D PDQLIHVW XQH FHUWDLQH DPELJX7W £ OnJDUG GH nL GHQ WL W GX VXMHW SDUODQW /HV SDUDJUDSKHV R VnRSUH OH SDVVDJH GH OD SDUROH GnXQH YRL[ QDUUDWLYH £ OnDXWUH FUHQW nLPSUHVVLRQ GnXQH YULWDEOH FRPQXQLRQ HQWUH OH QDUUDWHXU H[WUD KWURGLJWLTXH HW OD MHXQH IHPPH TXL HQWHQG OD UXPHXU PHQDJDQWH GH OD IRXOH TXL VnHQJRXIIUH GDQV OD PDLVRQ &HWWH LGHQWLILFDWLRQ

PAGE 98

GLDPWUDOHPHQW RSSRVH £ OD GLVWDQFLDWLRQ GX QDUUDWHXU TXL VH IDLW VSRUDGLTXHUQHQW VHQWLU SDU UDSSRUW DX GL VFRXUV GH 5DFKLGD YD PPH MXVTXn£ LQYLWHU OD SDUWLFLSDWLRQ GX OHFWHXU £ OnDFWH QDUUDWLI GH 6DP\D SDU OnHPSORL GX SURQRP LQGILQL RQ 3HXWWUH RXEOLHURQWLOV TXH OD UDPSH QnHVW SDV VROLGH" 3HXWWUH WRPEHURQWLOV GDQV OD FDJH GH OnHVFDOLHU" 3HXWWUH TXnLO Qn\ DXUD SOXV GnHVFDOLHU TXH 5DFKLGD VH ODVVHUD HW TXnRQ SRXUUD GRUPLU 0DLV VnLOV SDUYLHQQHQW MXVTXn£ OD FKDPEUH RQ PHWWUD OH SDVV FRPPH XQH FORLVRQ WDQFKH HQWUH HX[ HW VD SURSUH YLH 2Q DSSHOOHUD OH SDVV SRXU TXnLO GYDOH FRPPH OHV SD\VDJHV TXL VH SRXUVXLYHQW DX[ YL WUHV GHV WUDLQV &H SDVV LO IDXGUDLW OH UHWURXYHU VH PHWWUH GHUULUH OXL 6' S f $LQVL OH UFLW GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH GHYLHQW JUDGXHOOHPHQW FHOXL GH 6DP\D HW FH JOLVVHPHQW SDU OHTXHO VnHIIHFWXH OD WUDQVLWLRQ FRQWULEXH GnXQH SDUW £ OnHIIDFHPHQW GnXQ ORFXWHXU DQRQ\PH HW RPQLVFLHQW TXL VnLPSRVH OH VLOHQFH VDQV ULHQ GLUH SRXU VLJQDOHU TXnLO FGH OD SDUROH 'H nDXWUH FH SURFHGH VHUW £ OD FUDWLRQ GnXQ FRQWH[WH IDYRUDEOH SRXU OH UFLW GH 6DP\D HQ PHWWDQW HQ UHOLHI OH KDXW GHJU GnKDUPRQLH TXL H[LVWH HQWUH VD YRL[ HW FHOOH GH OD YHUL W REMHFWLYH /D YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH UWDEOLW VD SUGRLQLQDQFH GDQV OH GHUQLHU FKDSLWUH GX 6RPPHLO GOLYU R' FH QDUUDWHXU QH VnHQ WHQDQW SOXV DX[ SHUVSHFWLYHV GH 5DFKLGD HW GH 6DP\D UHSUHQG VRQ UFLW HW GSHLQW OD UDFWLRQ GHV YLOODJHRLV DX FULPH 0DOJU OD SUVHQFH XQ SHX SOXV PDUTXH GX GLVFRXUV UDSSRUW LO VnDFFRUGH XQ PRQRSROH SUHVTXH WRWDO GH OD SDUROH GFULYDQW OD IRXOH TXL SQWUH GDQV OD PDLVRQ GH %RXWURV GH VRQ SURSUH SRLQW GH YXH RPQLVFLHQW 4XDQW £ 6DP\D DSUV DYRLU SDVV WRXWH VD YLH HLQQXUH GDQV OH VLOHQFH PPH VD YRL[ LQWULHXUH VnHVW WHLQWH 6XU OH SODQ GH OnKLVWRLUH FnHVW OH UFLW £ YHQLU FHOXL GH VD EHOOHVRHXU TXL

PAGE 99

OnHPSRUWHUD FDU 5DFKLGD HOOH WURXYH WRXV VHV PRWV $X ORQJ GHV MRXUV TXL YLHQQHQW HOOH GLU£ WRXW 6' S f 6XU OH SODQ GX UFLW FnHVW OD YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH TXL UHVVXUJLW IHUPDQW DLQVL OD SDUHQWKVH TXL HQIHUPH OD YRL[ GH 6DP\D DX QLYHDX LQWUDGLJWLTXH HW IDLVDQW REVWDFOH D VD FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 3RXUWDQW RQ YHUUD TXH OHV FORLVRQV VRQW ORLQ GnHWUH WDQFKHV $SUV DYRLU FRQVLGHU OHV PRGHV GH UHSURGXFWLRQ GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV GDQV -RQDWKDQ /H 6L[LHUQH -RXU HW /H 6XUYLYDQW QRXV WHQQLQHURQV FHWWH GLVFXVVLRQ GHV YRL[ QDUUDWLYHV GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV SDU XQH UHPLVH HQ TXHVWLRQ GH FH TXL FRQVWLWXH OD SHUPDELOLW GH FHV YRL[ DX WH[WH HW DX PHVVDJH GH n$XWUH 'DQV -RQDWKDQ OD SUHGRPLQDQFH GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU FRQWLQXH FDU OH SOXV VRXYHQW OHV YRL[ GHV SHUVRQQDJHV QH VH IRQW HQWHQGUH TXnD WUDYHUV OD VLHQQH ,, DUULYH PPH TXH OH QDUUDWHXU VnDSSURSULH VXEWLODQHQW OHXU GLVFRXUV ,, VXEVWLWXH VD SHUVSHFWLYH RPQLVFLHQWH £ FHOOH ELHQ SOXV OLPLWH Gn$OH[DQGUH HW GH ,-DJKL DX FRXUV GH OHXU HQWUHWLHQ D SURSRV GH /LDQH SS f ,, JOLVVH VD UHODWLRQ GH OD YLVLWH IDLWH SDU OD MHXQH ILOLH £ On2USKHOLQDW GDQV OD FRQYHUVDWLRQ GHV SHUVRQQDJHV IDLVDQW DEVWUDFWLRQ GH OHXUV SDUROHV SRXU UDFRQWHU FHW HSLVRGH GnDSUV VRQ SURSUH SRLQW GH YXH &HSHQGDQW OH SDVVDJH GH OD SDUROH VH IDLW VL LPSHUFHSWLEOHPHQW TXH VHXOH nRPQLVFLHQFH GX ORFXWHXU UYOH TXH FnHVW OH QDUUDWHXU TXL VnHVW PLV D SDUOHU D OD SODFH GHV GHX[ SHUVRQQDJHV $SUV FH VHJPHQW LQWHUFDO OD FRQYHUVDWLRQ HQWUH $OH[DQGUH HW 1DJKL VH SRXUVXLW HQ GLVFRXUV UDSSRUW FRPPH VL HOOH QnDYDLW MDPDLV W LQWHUURPSXH FH TXL FRQWULEXH GnDXWDQW SOXV D GLVVLPXOHU nLQWUXVLRQ GX QDUUDWHXU

PAGE 100

/nHPSORL VXLYL GX GLVFRXUV UDSSRUW SRXU UHSURGXLUH OHV SDUROHV GHV SHUVRQQDJHV VH OLPLWH HQ JHQHUDO DX[ GLDORJXHV TXL U\WKPHQW OH URLQDQ &HUWHV RQ VXLW SDU EULEHV OHV SHQVHV QRQPGLDWLVHV GHV SHUVRQQDJHV PDLV OHV GEDWV LQWULHXUV GX SURWDJRQLVWH QRXV SDUYLHQQHQW OH SOXV VRXYHQW D WUDYHUV OD YRL[ GXHOOH GX GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH /H QDUUDWHXU WUDQVPHW OH GLVFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV WUDQVSRVDQW OHXUV SDUROHV DVVLPLODQW OHXUV YRL[ D OD VLHQQH HW IRUPXODQW OXLPPH OHXUV TXHVWLRQV 6nLO WUDQVFULW SDU FRQWUH OHV SURSRV FKDQJV DX FRXUV GHV GLDORJXHV HQWUH OHV SHUVRQQDJHV VD YRL[ VH IDLW QDQPRLQV HQWHQGUH GDQV GHV SDVVDJHV TXL DOWHUQHQW DYHF OHXUV SDUROHV GLUHFWHV SRXU GFULUH OHXUV JHVWHV RX SRXU H[SULPHU OHXUV UIOH[LRQV &RPPH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU VnLQVUH PPH GDQV OHV SDVVDJHV FLWHV OH OHFWHXU QnRXEOLH MDPDLV TXH OH GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV XL SDUYLHQW JUDFH D VRQ LQWHUYHQWLRQ 3RXUWDQW DUULYHWLO SDUIRLV TXH OHV SHQVHV GHV SHUVRQQDJHV VnPDQFLSHQW GHV PDUTXHV GH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU SRXU VH IDLUH HQWHQGUH VDQV DXFXQH WUDFH GH PGLDWLVDWLRQ PPH FHOOH TXH FRQVWLWXHQW OHV LQWURGXFWLRQV GHFODUDWLYHV HW OHV JXLOOHPHWV" /D QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH VnH[SULPHWHOOH QRQ SDV VHXOHPHQW SDU OD IUDWHUQLW TXH V\PERO L VHQW OHV GLDORJXHV HQWUH OHV SHUVRQQDJHV HW SDU OD YRL[ GXHOOH GX GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH PDLV DXVVL SDU OD FRQQXQLFDWLRQ GLUHFWH HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH" 2X HQ UHYDQFKH nLGHQWLILFDWLRQ HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH HVW HOOH SRUWH D XQ VL KDXW GHJU TXH OH QDUUDWHXU RXEOLDQW OD GLVWDQFH WHPSRUHOOH RX LQWHOOHFWXHOOH TXL OHV VSDUH H[SULPH OD YRORQW HW OHV LQFHUWLWXGHV GHV DFWHXUV HQ VD SURSUH YRL[ VDQV DXFXQH

PAGE 101

WUDQVSRVLWLRQ GRUPDQW DLQVL LPSUHVVLRQ TXnHOOHV VRQW DXVVL OHV VLHQQHV" ,, HVW LPSRVVLEOH GH WUDQFKHU PDLV GRQQ nDPELJX7W GH FHUWDLQV QRQFV RQ GLVFHUQH QDQPRLQV XQH LQWHUSQWUDWLRQ VHO RQ ODTXHOOH OHV SDUROHV LQWULHXUHV GHV SHUVRQQDJHV HQYDKLUDLHQW OH GL VFRXUV QDUUDWLI HW SDUYLHQGUDLHQW GRQH GLUHFWHPHQW DX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWL TXH 'DQV /H 6L[LPH -RXU OHV YRL[ GHV SHUVRQQDJHV VH OLEUHQW GDYDQWDJH GH FHOOH GX QDUUDWHXU HW FHWWH HPDQFLSDWLRQ VH PDQLIHVW VXUWRXW SDU XQH DXJPHQWDWLRQ GH OD SURSRUWLRQ GH GLVFRXUV UDSSRUW /HV FRQYHUVDWLRQV HQWUH OHV DFWHXUV VRQW SOXV QRPEUHXVHV TXH GDQV -RQDWKDQ HW OH QDUUDWHXU IHLQW SOXV VRXYHQW GH VH WDLUH GRQQDQW OD SDUROH GLUHFWHPHQW D VHV SHUVRQQDJHV $LQVL GDQV FH URPDQ OnDXWRQRPLH GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV VHPEOH DOOHU GH SDLU DYHF nLPSRUWDQFH HW OnHIILFDFLW FURLVVDQWHV GH OnDFWH GH FRUPLXQL FDWLRQ VXU OH SODQ GH OnKLVWRLUH 3OXV OHV DFWHXUV VH SDUOHQW SOXV OHXUV YRL[ QRXV SDUYLHQQHQW VDQV OD PGLDWLVDWLRQ GH FHOOH GX QDUUDWHXU FDU XQH GHV YRLHV GH nHPDQFLSDWLRQ GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV FRQVLVWH MXVWDQHQW HQ OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH SDUWDJH &HSHQGDQW FHWWH DXWRQRPLH VH PDQLIHVWWHOH DXVVL GDQV OH GLVFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV" /HXUV SHQVHV QRXV SDUYLHQQHQWHO HV WRXMRXUV PGLDWLVHHV SDU OD YRL[ GX QDUUDWHXU RX SOXWW GLUHFWHPHQW OLEUHV GH VD SUHVHQFH LQWHSUWDWLYH" &nHVW VXUWRXW SDU FHWWH YRLH TXH OH SHUVRQQDJH VH WUDQVIRUPHUD HQ QDUUDWHXU H[WUDDXWRGLJWLTXH HW TXH VH SURGXLUD OD SRO\SKRQLH TXL UHVXOWH GX SDUWDJH GH OD SDUROH QDUUDWLYH /H QDUUDWHXU GX 6L[LPH -RXU FRPPH FHOXL GH -RQDWKDQ UHSURGXLW OHV SDUROHV LQWULHXUHV GHV SHUVRQQDJHV OH SOXV VRXYHQW SDU OH GLVFRXUV WUDQVSRV VXUWRXW OH GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH 'DQV FH

PAGE 102

WURLVLPH URPDQ FKHGLGLHQ DXVVL OD YRL[ GXHO OH LQGLTXH XQ KDXW GHJU GnHPSDWKLH FKH] OH QDUUDWHXU SUHVTXH XQH VRUWH GH SDUWLFLSDWLRQ £ OD OXWWH LQWULHXUH PHQH SDU OD SURWDJRQLVWH 0DOJU FHWWH VXSHUSRVLWLRQ GHV GL VFRXUV TXL IDLW UHVVRUWLU OD SHUVSHFWLYH VXEMHFWLYH GX SHUVRQQDJH FnHVW SDU OD YRL[ GX QDUUDWHXU HW £ WUDYHUV VD SHUVSHFWLYH V\QWDFWLTXH TXH VH IRQW HQWHQGUH OD SOXSDUW GHV SHQVHV GHV DFWHXUV 3RXUWDQW RQ FRQVWDWH GDQV /H 6L[LPH -RXU XQ HPSORL SOXV IUHTXHQW GH OD QDUUDWLRQ DX SUVHQW GRQW GFRXOH SDUIRLV XQH FRQIXVLRQ GH YRL[ TXL QH UHVLGH SDV VLPSOHPHQW GDQV XQH LQWHUSQWUDWLRQ GHV GL VFRXUV GH QDUUDWHXU HW GH SHUVRQQDJH PDLV HQWUDLQH SOXWW XQH YHULWDEOH DPELJXW D OnJDUG GH nL GHQWL W GX VXMHW SDUODQW 4XDQG OD QDUUDWLRQ VH IDLW DX SUVHQW OH FRQWUDVWH WHQSRUHO HQWUH OHV GHX[ GL VFRXUV GLVSDUDLW HW LO QH UHVWH SOXV TXH OD GVLJQDWLRQ GX SHUVRQQDJH SDU OD WURLVLPH SHUVRQQH SRXU OHV GLIIUHQFLHU (WDQW GRQQ OH KDXW GHJU GH V\PSDWKLH TXL H[LVWH HQWUH OH QDUUDWHXU HW OHV SHUVRQQDJHV VXUWRXW OH SURWDJRQLVWH LO DUULYH SDUIRLV TXH OH FRQWHQX GH OnQRQF QH UYOH SDV QRQ SOXV LGHQWLW GX ORFXWHXU HW DLQVL OD IURQWLUH TXL VSDUH OH GLVFRXUV GX SHUVRQQDJH HW FHOXL GX QDUUDWHXU GHYLHQW WUHV IORXH 3DU H[HPSOH DX FRXUV GH OD GHVFULSWLRQ GnXQ GHV FDXFKHPDUV TXL DVVDLOOHQW 2P +DVVDQ GXUDQW VD GHUQLUH MRXUQH GnDWWHQWH OH WH[WH GX QDUUDWHXU HW OHV SDUROHV LQWULHXUHV GH OD JUDQGPUH VHPEOHQW VH FRQIRQGUH QRQ SDV GDQV XQ PUQH GL VFRXUV PDLV SOXWRW HQ GHX[ GL VFRXUV LQWLPHPHQW HQWUHPOV (OOH DYDQFH PDLV HQ UDPSDQW FHWWH IRLV VnDLGDQW GH VHV SDXPHV HW fHQIDQW SHVH VXU VHV RPRSODWHV VXU VHV UHLQV ,, IDXW GH WRXWH IDRQ DYDQFHU FKDSSHU D FHWWH URXWH VH OLEUHU GH FH SRLGV FUDVDQW VnORLJQHU GH FHV SLHUUHV TXL YRXV GFKLUHQW OHV PDLQV OH YHQWUH IXLU FH FKHPLQ VDQV DUEUHV FH VROHLO VDQV FOPHQFH 8Q EUXLW GnHDX

PAGE 103

GDQV OH ORLQWDLQ (VWFH XQH VRXUFH O£EDV GDQV FHWWH URFKH GH JUDPnW" (VWFH XQ PLUDJH" 4X LPSRUWH" 6S f 3DUHLOOHPHQW £ OnDXEH GX VL[LHPH MRXU D\DQW UHWURXY VRQ FRXUDJH OD YLHLOOH IHPPH SUHQG XQH UVROXWLRQ TXL VHPEOH VXU OH SODQ GH OnQRQFLDWLRQ PDUTXHU XQ JOLVVHPHQW GX GL VFRXUV GX QDUUDWHXU £ FHOXL GX SHUVRQQDJH -DPDLV SOXV HOOH QH VH VRXYLHQGUD GH WRXW FHFL HOOH QH YRXGUD SDV VnHQ VRXYHQLU ,, QH IDXW SDV HQWUDLQHU OHV FDXFKHPDUV DYHF VRL QL FRXYULU GnRPEUHV OHV SDV GnXQ HQIDQW 6S f *UDFH £ OnDPELJXW HQJHQGUH SDU XQ FRQWH[WH QDUUDWLI DX SUHVHQW OD YRL[ LQWULHXUH GX SHUVRQQDJH VHPEOH DFTXULU XQ GHJU GnDXWRQRPLH TXL GSDVVH PPH FHOXL GX GL VFRXUV SURQRQFf UDSSRUW FDU ODEVHQFH GH JXLOOHPHWV LPSOLTXH nDERO L WL RQ GHV PRLQGUHV WUDFHV GH OD SUHVHQFH PGLDWULFH GX QDUUDWHXU 2Q FRQVWDWH GDQV /H 6XUYLYDQW XQH DXJPHQWDWLRQ PDUTXHH GH OD SURSRUWLRQ GH QDUUDWLRQ DX SUHVHQW HW GH GL VFRXUV UDSSRUW QRQ SDV VHXOHPHQW SURQRQF PDLV DXVVL LQWULHXU /H QDUUDWHXU VnHIIDFH FGDQW OD SDUROH D VHV SHUVRQQDJHV ELHQ SOXV VRXYHQW GDQV FH URPDQ TXH GDQV OHV WURLV RXYUDJHV DQWULHXUV /H 6XUYLYDQW FRQWLHQW XQ DVVH] JUDQG QRPEUH GH FRQYHUVDWLRQV HQWUH OHV SHUVRQQDJHV FRQYHUVDWLRQV TXL VH GURXOHQW VDQV TXH OD YRL[ GX QDUUDWHXU QH OHV LQWHUURPSH HW TXL UHYWHQW SDU FRQVTXHQW OHV FDUDFWULVWLTXHV GX GLDORJXH WKDWUDO $LQVL GH PPH TXH OD SUHVHQFH GX GL VFRXUV SURQRQFf UDSSRUW GHYLHQW SOXV USDQGXH LO \ D XQH DXJPHQWDWLRQ FRUUHVSRQGDQWH GH VD FRQWLQXLW FDU OH QDUUDWHXU VnDEVWLHQW GH SOXV HQ SOXV Gn\ LQWHUYHQLU SRXU GFULUH OHV JHVWHV RX OHV SHQVHV GHV SDUWLFLSDQWV (Q RXWUH OH QDUUDWHXU VnLPSRVH GHV VLOHQFHV DVVH] SURORQJV HQ FLWDQW GHV SDVVDJHV GH FHUWDLQHV OHWWUHV FULWHV £ /DQD SDU OHV SDUHQWV GnDXWUHV YLFWLPHV

PAGE 104

GH nDFFLGHQW RX YHQXHV GHV DOHQWRXUV SRXU OXL DQQRQFHU OD SUHVHQFH GnXQ WUDQJHU FHQV WUH VRQ PDUL 6 SS f %LHQ TXH OH QDUUDWHXU QH VH WDL VH SDV FRPSOWHPHQW FDU FnHVW OXL TXL WUDQVSRVH OHV SHQVHV GH 6HLI HW GFULW OHV VHQVDWLRQV GH /DQD FH QnHVW SDV VD YRL[ TXL SUHGRPLQH GDQV FHWWH VHFWLRQ &H VRQW SOXWW OHV SDUROHV GLUHFWHV GHV SHUVRQQDJHV IUDQFKLVVDQW OHV GLVWDQFHV VSDWLDOHV HW FXOWXUHOOHV TXL FRQVWLWXHQW OD VRXUFH GH LQIRUPDWLRQ QDUUDWLYH VDQV VXELU DXFXQH WUDQVIRUPDWLRQ GH OD SDUW GX QDUUDWHXU /D FRPSRVLWLRQ GX 6XUYLYDQW TXL GHSHQG HQ JUDQGH SDUWLH GH OD FLWDWLRQ GHV GLDORJXHV HQWUH OHV SHUVRQQDJHV DFFRUGH SDU FRQVHTXHQW XQ DVVH] KDXW GHJU GnDXWRQRPLH DX[ SURSRV TXnLOV FKDQJHQW &HUWHV LO DUULYH VRXYHQW TXH OHV YRL[ LQWULHXUHV GHV DFWHXUV V LQWHUFDOHQW DX[ SDUROHV TXnLOV SURQRQFHQW DX FRXUV GH OHXUV FRQYHUVDWLRQV 2U OH PRGH GH UHSURGXFWLRQ GH FHV SHQVHV PDUTXH XQH WDSH LPSRUWDQWH GH UHYROXWLRQ SURJUHVVLYH GHV SHUVRQQDJHV FKHGLGLHQV HQ QDUUDWHXUV H[WUDDXWRGLJWLTXHV 'DQV /H 6XUYLYDQW ELHQ TXH OH VW\OH LQGLUHFW OLEUH QH VRLW SDV GH OD WRXW DEDQGRQQ OH GLVFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV VXUWRXW GX SURWDJRQLVWH /DQD VH IDLW HQWHQGUH DVVH] VRXYHQW VDQV OD PGLDWLVDWLRQ GX QDUUDWHXU /HV VHXOHV WUDFHV GH OD SUVHQFH GH FH GHUQLHU VRQW DORUV OHV JXLOOHPHWV SDU OHVTXHOV LO VLJQDOH OD FLWDWLRQ $LQVL OHV SHQVHV SDVVDQW SDU OD WHWH GH /DQD DX FRXUV GH VD FRQYHUVDWLRQ DYHF OnKRWHVVH TXL OXL WOSKRQH SRXU OD SUHYHQLU GH fDFFLGHQW QRXV SDUYLHQQHQW GLUHFWHPHQW HQ GLVFRXUV UDSSRUW -H GLV UHVWH 1H SDUV SDV 5HPHWV D GHPDLQ 5HPHWV GnXQ VHXO MRXU ,, QH PnFRXWH SDV ,, VRXULW n$ TXRL YDVWX SHQVHU &nHVW ULGLFXOHn QH IDXW SDV VRXULUH 3LHUUH ,O QH IDXW SDV VH PRTXHU -H GRLV WH UHWHLU QnLPSRUWH

PAGE 105

FRPPHQW SDU GHV SOHXUV GHV FULV VnLO OH IDXW PDLV WX QH GRLV SDV SDUWLU 7RXW HVW HQFRUH SRVVLEOH VL MnDJLV YLWH WUHV YLWH 6 S f /H FDUDFWUH GLDORJLTXH GX GL VFRXUV LQWULHXU UDSSRUW GH /DQD UHVVRUW HQFRUH SOXV FODLUHPHQW GDQV OH SDVVDJH VXLYDQW 'HX[ DQV TXH MH WH FKHUFKH 3LHUUH HW WX WDLV VL SURFKH 'HX[ DQV TXH MH WLQYHQWH HW WX QnH[LVWDLV SOXV 5LHQ QnD FKDQJH /DQD MnWDLV GDQV OnDEVHQFH SRXUWDQW WX PnDV JDUG 7RQ DEVHQFH FnWDLW HQFRUH OD YLH 7X YLY£LV $XWUH SDUW ORLQ GH PRL 0DLV DX PRLQV WX YLY£LV 7X DV UDLVRQ /DQD FH QnHVW SDV SDUHLO -H QH YRXODLV SDV YLHLOOLU MH QH YRXODLV SDV PRXULU MH QnWDLV SDV SUHSDU £ FHV UHQRQFHPHQWV 3LHUUH PRQ HQIDQW FKUL VL MH SRXYDLV WH SRUWHU WnHPSRUWHU ORLQ GH OD QRUW 6 SS f /H MHA GX VXMHW SDUODQW DEVHQW GX GLVFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV GDQV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ HW /H 6L[LPH -RXU UHVVRUW GRQH DYHF EHDXFRXS GH UHOLHI GDQV /H 6XUYLYDQW SUSDUDQW OD QDUUDWLRQ DXWRGLJWLTXH TXL FDUDFWULVH OD SOXSDUW GHV URPDQV SRVWULHXUV /nPDQFLSDWLRQ GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV QH VH UYOH SDV XQLTXHPHQW SDU OD FLWDWLRQ GLUHFWH GH OHXUV SHQVHV 3DU H[HPSOH RQ YHUUD GDQV OH SDVVDJH VXLYDQW TXnDX OLHX GH UHSURGXLUH OHV SDUROHV LQWULHXUHV GH 6HLI HQ GLVFRXUV UDSSRUW OH QDUUDWHXU VHPEOH PRPHQWDQPHQW DEGLTXHU VD IRQFWLRQ PGLDWULFH VL ELHQ TXH OD YRL[ GX SHUVRQQDJH VH IDLW HQWHQGUH VDQV DXFXQH PDUTXH GH VRQ LQWHUYHQWLRQ &RPPH GDQV /H 6L[LPH -RXU OnHPSORL GX SUVHQW GH QDUUDWLRQ FRQWULEXH D FUHU XQ HIIHW GH JOLVVHPHQW HQWUH OH WH[WH GX QDUUDWHXU HW FHOXL GHV DFWHXUV $ FDXVH GH KRPRJQLW WHPSRUHOOH TXL VHUW D HVWRPSHU XQH GHV GLVWLQFWLRQV FDUDFWULVWLTXHV HQWUH OHV GHX[ GLVFRXUV OHV SHQVHV H[DFWHV GX SHUVRQQDJH VnHPPOHQW SUHVTXH LPSHUFHSWLEOHPHQW £ OHXU FRQWH[WH QDUUDWLI

PAGE 106

6HLI FRQWLQXH GH UHJDUGHU FHWWH IHPPH FRPPH MDPDLV LO QH VnWDLW SHUPLV GH OD UHJDUGHU 3RXUTXRL DWHOOH FH WRQ VL FDVVDQW TXDQG HOOH SDUOH £ OnLQJQLHXU" 4XDQG HOOH VnDGUHVVH £ OXL VD YRL[ HVW WRXMRXUV VXU OH SRLQW GH VH EULVHU 3RXUWDQW FHW KRPPH HVW ERQ 6HLI OH VDLW LO D ORQJWHUQSV YFX DXSUV GH OXL ELHQ DYDQW OnDUULYH Gn(OL]DEHWK 6 S f &HSHQGDQW OH WH[WH GX SHUVRQQDJH LQWHUSRO GDQV FHOXL GX QDUUDWHXU VDQV DXFXQH WUDQVLWLRQ YHUEDOH RX W\SRJUDSKLTXH SRXU VLJQDOHU OH SDVVDJH GH OD SDUROH \ UHVWH DVVH] WURLWHPHQW HQFDGU HW QH VHPEOH SDV SDU FRQVTXHQW YUDLPHQW VnPDQFLSHU GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH RULJLQHOOH 3DU FRQWUH GDQV OHV VHJPHQWV GX URPDQ R OD SDUROH SDVVH GnHPEOH £ XQ GHV SHUVRQQDJHV VDQV DXFXQH WUDFH GH OD IRQFWLRQ RUJDQLVDWULFH GX QDUUDWHXU HW VDQV DXFXQ VLJQH GH VXERUGLQDWLRQ £ VRQ GLVFRXUV OD YRL[ GH FH SHUVRQQDJH VHPEOH VH VXEVWLWXHU SOXV ORQJXHPHQW D FHOOH GX QDUUDWHXU &HUWHV LO QnHVW SDV HQFRUH TXHVWLRQ SRXU OH SHUVRQQDJH GnHQWDPHU VRQ SURSUH UFLW 1DQPRLQV VD YRL[ VnOYH LQGSHQGDPPHQW GH FHOOH GX QDUUDWHXU HW VRQ GLVFRXUV GLUHFW OLEUH SOXV FRKHUHQW GX SRLQW GH YXH GH OD V\QWD[H HW GH fLGHDWLRQ TXH OH FRXUDQW GH FRQVFLHQFH HW GnQDELWXGH PRLQV WHQGX TXH OH PRQRORJXH LQWULHXU FRQYHQWLRQQHO VHPEOH WUH OH VLJQH SUFXUVHXU GX SDUWDJH GH OD SDUROH QDUUDWLYH TXL FRQWULEXH D OD ULFKHVVH HW £ OD EHDXW GH /D &LW IHUWLOH GH 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ HW GH /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV 9X VHORQ OnRSWLTXH DGRSWH GDQV OD SUVHQWH WXGH XQH WHOOH OLEUDWLRQ UHSUVHQWH OH VWDGH OH SOXV GFLVLI GH OD OHQWH PWDPRUSKRVH GX SHUVRQQDJH FKHGLGLHQ HQ QDUUDWHXU H[WUD DXWRGLJWLTXH 2U LO QH VnDJLW SDV GX WRXW GH HPERLWHPHQW TXL FDUDFWULVH OD VWUXFWXUH QDUUDWLYH GX 6RPPHLO GOLYU VHORQ DTXHO OH OH GLVFRXUV LQWULHXU GH 6DP\D QRXV SDUYLHQW JUDFH D OD PGLDWLVDWLRQ GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH $ORUV TXH OH QDUUDWHXU GX 6RPPHL

PAGE 107

GOLYU FHGH OD SDUROH £ VRQ SURWDJRQLVWH HW SXLV OD UHSUHQG GDQV XQ UFLW R OHV IURQWLUHV QDUUDWLYHV UHVWHQW DVVH] ELHQ GILQLHV LO HVW SOXWRW TXHVWLRQ LFL GnXQ JOLVVHPHQW SDUIRLV WUHV VXEWLO GnXQ GLVFRXUV D DXWUH ,, IDXW VRXOLJQHU TXH nDPELJX7W VXU ODTXHOOH UHSRVH XQH WHOOH DOWHUQDQFH QnHVW MDPDLV WRWDOHPHQW DEROLH 6L FHWWH DPELJX7W DVVRXUGLW £ XQ FHUWDLQ GHJU OnHIIHW GH SRO\SKRQLH QDUUDWLYH TXL FRPPHQFH £ VH FUHHU GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV GH &KHGLG HOOH UHSUVHQWH WRXWHIRLV XQ OPHQW IFRQGDQW (OOH ODLVVH VRXVHQWHQGUH OnHIIDFHPHQW WRWDO GH OD GLVWDQFH HQWUH QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH DXVVL ELHQ TXnHQWUH OHXUV GLVFRXUV FDU JUDFH D OD MX[WDSRVLWLRQ TXL VRSHUH LO VHPEOH SDUIRLV TXH OH QDUUDWHXU H[SULPH GH VD SURSUH YRL[ OHV SHQVHV H[DFWHV GH OnDFWHXU VnLGHQWLILDQW D OXL £ WHO SRLQW TXH OHXUV PHQWDO L WV VH FRQIRQGHQW HW TXH VD YRL[ DX OLHX GH WUDQVIRUPHU OH GLVFRXUV GH On$XWUH ILQLW SDU Vn\ DEVRUEHU $LQVL D FDXVH GH FHWWH GLDOHFWLTXH FRQYHUJHQFHVSDUDWLRQ TXL VnWDEOLW HQWUH OHV GHX[ GLVFRXUV OHV IURQWLUHV HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU FRPPHQFHQW D IORWWHU /D SUVHQFH GH FH GLVFRXUV DPELYDOHQW VH IDLW VHQWLU DYHF GH SOXV HQ SOXV GH UHOLHI GDQV FKDTX RXYUDJH VXFFHVVLI &nHVW D OD ILQ GX 6RPPHL GLYU TXnRQ OH UHPDUTXH SRXU OD SUHPLHUH IRLV GDQV XQ SDVVDJH R OD YRL[ HW OH PHVVDJH GH 6DP\D VHPEOHQW UVRQQHU £ WUDYHUV OD FRXFKH GH VLOHQFH TXL OHV D HQJORXWLV 'DQV OH YHVWLEXOH LO Qn\ D SOXV TXn$PPDO ,, IDXW SDUWLU GnLFL $YHF GHV WUHV TXL QDLVVHQW GH YRV GRLJWV SOXV VHPEODEOHV DX[ YLYDQWV TXnHX[PPHV QH OH VHURQW MDPDLV RQ QnHVW SDV VHXOH ,, IDXW SDUWLU /RLQ GH FH TXL WRXIIH HW GH FHWWH SRXUULWXUH TXH GHYLHQW OD SHXU $PPDO YD MXVTXnDX[ PDUFKHV HW HOOH OHV UHJDUGH

PAGE 108

(OO H UHPRQWH VD UREH XQ SHX DXGHVVXV GHV JHQRX[ HW OD WLHQW GDQV FKDTX PDLQ (OOH DWWHQG HQFRUH SRXU UHFXHLOOLU WRXW VRQ VRXIIOH 3XLV HOOH VH PHW £ FRXULU $PPDO FRXUW 6' S f 6nDJLWLO GX PRQRORJXH LQWULHXU GH 6DP\D TXL SHQVH £ $PPDO HW YHXW GH WRXW VRQ FRHXU TXnHOOH VRLW VDXYH GnXQ GLVFRXUV LPPGLDW VnLQVUDQW GDQV OD WUDPH GX GLVFRXUV QDUUDWLI HW UHSUVHQWDQW FKH] OD MHXQH IHPPH OH WULRPSKH GX PRLQV VXU OH SODQ GX UFLW GH OD YRORQW GnDEROLU OHV FORLVRQV SRXU TXH OD FRPPXQLFDWLRQ VRLW SRVVLEOH" (VWL SOXWW TXHVWLRQ GHV SDUROHV GH 6DP\D UHPPRUHV SDU $PPDO RX GH OD YRL[ LQWULHXUH GnXQ GHV SHUVRQQDJHV VRLW FHOOH GH OD MHXQH ILOLH HO H PPH VRLW FHOOH GH OnDYHXJOH WPRLQV VLOHQFLHX[ GX GHQRXHPHQW GH OD WUDJGLH YFXH SDU OD IHPPH" (QILQ FHWWH H[KRUWDWLRQ IDLWHOOH SDUWLH GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU VRXGDLQ VL HQJDJH GDQV OnKLVWRLUH GH 6DP\D TXnLO DEDQGRQQH SURYLVRLUHPHQW VD IRQFWLRQ QDUUDWLYH SRXU VnDGUHVVHU £ XQ GHV SHUVRQQDJHV £ VD SODFH" (Q ILQ GX FRPSWH OD USRQVH £ OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH" GRLW UHVWHU HQ VXVSHQV ,, IDXW WRXW GH PPH FRQVWDWHU TXH OD YRL[ GH OD SURWDJRQLVWD VHPEOH GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH VH IUD\HU XQ SDVVDJH GH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 'DQV -RQDWKDQ OD SURSRUWLRQ GX GLVFRXUV PDQLIHVWDQW FHW HIIHW GH JOLVVHPHQW VnDFFURLW OJUHPHQW HW FRPPH GDQV /H 6RPPHLO GOLYU nDPELJX7W ORLQ GH GLPLQXHU OD SRUWH GH OD YRL[ HQ TXHVWLRQ D OnHIIHW GH UHGRXEOHU VD ULFKHVVH $ FDXVH GH OnDEVHQFH GH WUDQVLWLRQ FDUDFWULVWLTXH GX GLVFRXUV GLUHFW OLEUH OHV SHQVHV GX SHUVRQQDJH VHPEOHQW MXVTXnD XQ FHUWDLQ SRLQW WUH FHOOHV GnXQ QDUUDWHXU TXL YD HQFRUH SOXV ORLQ TXH nLGHQWLIL FDWLRQ TXnLPSOLTXH OH GLVFRXUV LQGLUHFW OLEUH HW IL QLW QRQ SDV VHXOHPHQW SDU DGRSWHU HQWLUHPHQW OH SRLQW GH

PAGE 109

YXH GH ,nDFWHXU PDLV DXVVL SDU VnH[SULPHU D WUDYHUV VRQ GLVFRXUV 'DQV OHV GHX[ SUHPLHUV H[HPSOHV LO VnDJLUD GH OD UHODWLRQ HQWUH OH GLVFRXUV GH -RQDWKDQ HW FHOXL GX QDUUDWHXU DORUV TXH GDQV OH WURLVLHPH LO VHUD TXHVWLRQ GX UDSSRUW HQWUH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HW FHOXL Gn$OH[DQGUH $OH[DQGUH GRLW WUH OD WRXW SURFKH D TXHOTXHV SDV IDXW YRLU $OH[DQGUH UHFRQQDLWUH $OH[DQGUH HW VXU VRQ YLVDJH nHVSHUDQFH GHV KRPPHV VDYRLU HQILQ TXnRQ QH VnHVW SDV WURPS 3RXUYX TXn$OH[DQGUH VH UDSSURFKH SRXUYX TXnLO QH SDVVH SDV VDQV VnDUUWHU ,O IDXW DWWHQGUH HVSUHU QH IDLUH TXH FHOD 2Q DSSURFKH %LHQWW LO YD IDOORLU VH OHYHU SUHQGUH DYHF VRL OHV DXWUHV HW UHSDUWLU LO UHVWH WDQW GH FKRVHV £ IDLUH WDQW GH FKRVHV £ FKDQJHU SS f /D SUHVHQFH GX QDUUDWHXU VHPEOH PRLQV YUDLVHPEODEOH GDQV GnDXWUHV VHJPHQWV GRQW OH FRQWHQX FRPSURPHWWUDLW VRLW VRQ RPQLVFLHQFH VRLW VD YUDFLW &HV VHJPHQWV VH UDSSRUWHQW GRQH ELHQ SOXV QDWXUHOHPHQW £ OD SHUVSHFWLYH OLPLWH GX SHUVRQQDJH 2Q D DLQVL rLPSUHVVLRQ TXH FH VRQW OHV SDUROHV LQWULHXUHV GX VDFULVWDLQ HW GH OnDUFKLWHFWH UHVSHFWLYHPHQW TXL VH JOLVVHQW GDQV OH WH[WH GX QDUUDWHXU VnLQWHUFDO DQW GDQV VRQ GLVFRXUV VDQV Vn\ LQWJUHU 3OXV ORLQ VnRXYUDLW nDXWUH YLH /nDXWUH YLH &KDTX MRXUQH VHUD XQH SLHUUH SRVHH VXU OH FKHPLQ ,, WUDYDLOOHUDLW SRXU OHV DXWUHV DYHF OHV DXWUHV ,, GRQQHUDLW OnQHUJLH GH VHV EUDV HW WRXW FH TXL OXL EUXODLW OH FRHXU $OH[DQGUH VDLW TXnLO HVW WURS WDUG PDLV LO QH SHXW SDV VnHQ DOOHU 3HQFK VXU -RQDWKDQ LO OXL VRXOYH OD WHWH 4XL HVW GRQH FH MHXQH KRPPH" 3RXUTXRL IDOODLWLO TXnLO IXW WX" 3RXUTXRL FH VDQJ WRXMRXUV FH VDQJ" /H GVLU GH GRPLQHU FH QnWDLW SDV FHOD TXL WDLW HQ MHX FRPPHQW QH OnRQWLOV SDV FRPSULV" 8QH DFFDEODQWH VRXIIUDQFH D YLHLOOL OHV WUDLWV Gn$OH[DQGUH MDPDLV VD ERXFKH QnD HX XQ SOL DXVVL DPHU LO OXL VHPEOH TXnRQ YLHQW GH MHWHU XQH SRLJQH GH VDEOH VXU VRQ FRHXU SS f

PAGE 110

'H -RQDWKDQ DX 6L[LHPH -RXU OH QRPEUH GnQRQFV HQ GLVFRXUV GLUHFW OLEUH VnDXJPHQWH QRWDEOHPHQW FH TXL VHPEOH DOOHU GH SDLU DYHF XQH DXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GLVFRXUV GHV SHUVRQQDJHV OLEUH SDUIRLV GH WRXWH WUDFH GH LQWHUYHQWLRQ GX QDUUDWHXU 3RXUWDQW LO H[LVWH WRXMRXUV OD SRVVLELOLW TXH FH VRLW OH QDUUDWHXU TXL GHYLHQQH GDQV XQH FHUWDLQH PHVXUH OH SRUWHSDUROH GX SHUVRQQDJH SDUWDJHDQW OHV SHQVHV GH FH GHUQLHU HW OHV H[SULPDQW GH VD SURSUH YRL[ VDQV DXFXQH DOWUDWLRQ 2Q IDLW VD YLH ,, IDXW YRXORLU VD YLH /D YRORQW GnDLPHU GH YLYUH HVW XQ DUEUH QDWXUHO YLJRXUHX[ TXL YRXV SRXVVH GDQV OH FRUSV /nH[LVWHQFH HVW FH TXnHOOH HVW /HV KRPPHV FH TXnLOV VRQW /H PLHX[ HVW WRXMRXUV TXHO TXH SDUW 'DQV OH VDEOH GDQV OH JUDQLW GDQV OH SORPE HQ QRXVPPHV /H GRQ GHV DUPHV OD JUDFH GHV DUPHV HVW WRXMRXUV TXHOTXH SDUW 6S f 'DQV OH SDVVDJH VXLYDQW FRLQPH GDQV FHOXL TXL SUFGH nDPELJX7W UHOHYH HQ SDUWLH GH OnDEVHQFH GH SURQRPV GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH TXL VHUYLUDLHQW D SUFLVHU nL GHQWL W GX ORFXWHXU 'nXQH SDUW RQ D nLPSUHVVLRQ TXnLO VnDJLW GHV SHQVHV H[DFWHV GX MHXQH KRPPH TXL VH IRQW HQWHQGUH KRUV GX FRQWUROH PGLDWLVDQW LPSRV SDU OH QDUUDWHXU HW TXL FRQVWLWXHQW GRQH OH YKLFXOH GnXQH FRPPXQLFDWLRQ SOXV GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH /D MHXQH ILOLH HQ NLPRQR QnWDLW SDV £ VRQ EDOFQ SRXUWDQW D FKDTX DOOH HW YHQXH LO DSHUFHYDLW 3HXWWUH XQ VRLU OXL IHUDLWLO VLJQH" 6LPSOHPHQW SRXU YRLU FH TXL DGYLHQGUDLW 0DLV ULHQ QH VH SDVVHUDLW LO HQ WDLW FHUWDLQ GfDYDQFH 5LHQ QH VH SDVVH LFL /HV MRXUV VnHQOLVHQW nXQ GDQV fDXWUH /D UYROWH YRXV VDLVLW FRPPH XQH JUDQGH FROUH SRXUSUH YRXV PRUG GnXQ VHXO FRXS HW VH UHFRXFKH DXVVLWW 6SS f 'H nDXWUH LO HVW SRVVLEOH GnDWWULEXHU FHV SDUROHV DX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HW GH OHV FRQVLGUHU FRPPH XQH VRUWH GnFKR YRLUH XQ SDUWDJH GX GLVFRXUV cQWULHXU GX SHUVRQQDJH RX SOXWW FRPPH XQH

PAGE 111

REVHUYDWLRQ IDLWH SDU OH QDUUDWHXU HQ VRQ SURSUH QRP TXL DXUDLW OnHIIHW GH OnDQFUHU VROL GHPHQW GDQV OH FDGUH GH VRQ KLVWRLUH /nDPELJXLWH TXL VnLQILOWUH GDQV OD GLFKRWRPLH GH OD FRQYHUJHQFH VHSDUDWLRQ GHV GHX[ GLVFRXUV GHYLHQW HQFRUH SOXV ORXUGH GH VLJQLILFDWLRQ TXDQG LO HVW TXHVWLRQ GnXQH DIILUPDWLRQ FRPPH FHOOHFL &HWWH FKDLU FHV RV UDVVHPEOV QH VRQW SDV YUDLPHQW +DVVDQ +DVVDQ HVW GHUULUH WRXW FHOD TXL YHLOOH /nHQIDQW XL PPH QH VHPEOH SDV WHOOHPHQW \ FURLUH £ VRQ SURSUH FRUSV 0DOJU FH FRUSV LO YD YLYUH /HV HQIDQWV GHV KRPPHV IRQW GH FHV PLUDFOHV SDV OHV SRXSHV +LHU QnDWLO SDV GHPDQG 2Q SDUW" VDLW TXnRQ VH GLULJH YHUV OD PHU ,O YHXW YRLU OD PHU ,O OD YHUUD 6S f &HWWH FHUWLWXGH RSWLPLVWH HQ OD YLFWRLUH GX SHWLW JDUOQ VXU OH FKROHUD VnH[SULPHUDLW QDWXUHOOHPHQW D WUDYHUV OH GLVFRXUV GH VD JUDQG PHUH PDLV SRXUUDLWHOOH DXVVL FDUDFWULVHU FHOXL GnXQ QDUUDWHXU HIIDFH HW RPQLVFLHQW" (VWL SRVVLEOH TXH FH QDUUDWHXU VH PHWWH £ FURLUH £ VRQ WRXU SDUWDJHDQW OD OXWWH Gn2P +DVVDQ £ WHO SRLQW TXnLO ILQLW SDU SDUWDJHU DXVVL VHV SHQVHV" 8QH WHOOH GFODUDWLRQ DX OLHX GH FRPSURPHWWUH OD FUGLELOLW GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU RX GH PHWWUH HQ TXHVWLRQ VRQ RPQLVFLHQFH UYOHWHOOH SOXWRW OD IXVLRQ PRPHQWDQH GH GHX[ YRORQWV nDEROLWLRQ SURYLVRLUH GH OD IURQWLUH HQWUH GHX[ GLVFRXUV" ,O HVW GLIILFLOH GH WUDQFKHU PDLV RQ SHXW QDQPRLQV FRQVWDWHU TXH GDQV FHUWDLQV SDVVDJHV GX 6L[LHPH -RXU OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU VHPEOH JUDGXHOHPHQW VnDEVRUEHU GDQV OH PRQRORJXH LQWULHXU HW LPPGLDWf GX SHUVRQQDJH HW SXLV HQ UHVVXUJLU VDQV DXFXQH LQGLFDWLRQ H[SOLFLWH GH OnDOWHUQDQFH GHV YRL[ $LQVL JUDFH DX[ IURQWLUHV IORXHV HW PRXYDQWHV TXL UHOHYHQW GH OD SUHVHQFH GX GLVFRXUV GLUHFW OLEUH OD SRUWH HW OnDXWRQRPLH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU VHPEOHQW WUH DSSURSULHV SDU OHV SHUVRQQDJHV VXUWRXW SDU OD SURWDJRQLVWH 2P +DVVDQ DX FRXUV GH VHV PRQRORJXHV LQWULHXUV

PAGE 112

/D QXLW D WRXW DEVRUE /D EDUTXH HVW VHXOH DX PRQGH 'HYDQW OH PXU RFUH GH OnFROH OnRXVWD] 6HOLP D GLW /H VL[LHUQH MRXU HVW XQH YHULWDEOH UHVXUUHFWLRQ &H QnWDLW SDV SRXU OXL TXnLO OH GLVDLW SXLVTXH OXLPHPH HVW PRUW &nHVW SRXU OnHQIDQW TXnLO OH GLVDLW /H MHXQH PDLWUH HVW PRUW 3RXUTXRL PHXUHQW OHV ERQV" 3RXUTXRL" ,, QH IDXW SDV WURS \ VRQJHU FH VRLU ,, QH IDXW SDV SHQVHU D SOXVLHXUV FKRVHV £ OD IRLV 3HQVHU D OnHQIDQW VXIILW ,, QH IDXW SHQVHU TXnD OnHQIDQW 4XHOTXHV SDUROHV FKDQJHV DLGHUDLHQW £ IDLUH JOLVVHU OHV KHXUHV 8Q YHQW XQ SHX YLI VnHVW OHY OH EDWHOLHU HW VRQ DLGH PDQLHQW OHV YRLOHV 2P +DVVDQ IL[H XQH IRLV HQFRUH OH PRQWUHXU 6S f 'DQV /H 6XUYLYDQW FH JHQUH GH JOLVVHPHQW HQWUH OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HW FHOXL GHV SHUVRQQDJHV GHYLHQW VL USDQGX TXnLO GLVWLQJXH OD WHFKQLTXH QDUUDWLYH GH FH URPDQ FKHGLGLHQ GH WRXV FHX[ TXL OH SUHFHGHQW 3DUIRLV LO QH VnDJLW TXH GnXQH EULEH GH OD SHQVH GnXQ GHV DFWHXUV OH SOXV VRXYHQW /DQD TXL QRXV SDUYLHQW HQ GLVFRXUV GLUHFW OLEUH HQFDGU GX WH[WH GX QDUUDWHXU RX GHV SDUROHV GnXQH FRQYHUVDWLRQ FLWH SDU XL /DQD VnDSSURFKH HIIOHXUH XQ ERXW GnDLOH IUROH OD FDUOLQJXH YD SOXV SUHV IDLW OH WRXU GH OD FDUFDVVH 3XLV VH GWRXUQDQW HOOH DYDQFH HQWUH OHV WHQWDFXOHV GH IHU VnLQWURGXLW VRXV XQH DUFDGH 6XUWRXW QH ULHQ WURXYHU LFL TXL DSSDUWLHQQH D 3LHUUH 8QH SODTXH GH WROH GFKLUH VD UREH VHV EDV VRQW WURXV DX[ JHQRX[ 9RXV QH PnDYH] VDQV GRXWH SDV FRPSULV PDGDLQH 0RUHW UHSUHQG OH GLUHFWHXU GnXQH YRL[ SOXV VRXUGH -H QnDL SDV SURQRQF GH QRP 'DQV OnWDW DFWXHO GHV FKRVHV LO HVW GnDLOOHXUV LPSRVVLEOH ,, IDXW GL UH HW UHGL UH 3LHUUH 4XH OH QRP VnDQFUH GDQV OH WHPSV GDQV OD WHWH GH FKDFXQ TXH OD FKDLU UHVVXVFLWH WRXW DXWRXU &nHVW 3LHUUH MnHQ VXLV FHUWDLQH 6 SS f 3RXUWDQW OHV SHQVHV GLUHFWHV GHV SHUVRQQDJHV TXL VfLQWHUFDOHQW GDQV OHV FRQYHUVDWLRQV UDSSRUWHV SDU OH QDUUDWHXU QH VH OLPLWHQW SDV WRXMRXUV D GHX[ RX WURLV SKUDVHV LVROHV (QWUH OHV SURSRV FKDQJV SDU /DQD HW -HDQQH =HOO OD YRL[ LQWULHXUH GH nKUR7QH VH IDLW

PAGE 113

HQWHQGUH SOXV ORQJXHPHQW HW QRXV SDUYLHQW VDQV OHV LQGLFDWLRQV W\SRJUDSKLHV TXL VLJQDOHQW OD SUVHQFH PGLDWULFH GX QDUUDWHXU %LHQWW FH SODIRQG FH VRO VH UHMRLQGURQW LO Qn\ DXUD SOXV OD SODFH GH ERXJHU GH UHVSLUHU ,, IDXGUD VnWHQGUH £ SODW YHQWUH VXU FH WDSLV VHQWLU FHWWH RGHXU GH UHQIHUP GDQV OHV QDULQHV HVSUHU TXH TXHOTXnXQ YLHQQH YLWH YRXV WLUHU GH OD (Q DWWHQGDQW VH ERXFKHU OHV RUHLOOHV SRXU QH SOXV HQWHQGUH FH URXFRXOHPHQW VRXIIUHWHX[ GHV SLJHRQV 6 S f ,, DUULYH PPH TXH FnHVW OD YRL[ LQWULHXUH GX SHUVRQQDJH TXL VnOYH OD SUHPLHUH DX GEXW GnXQ QRXYHDX VHJPHQW GX UFLW SUHQDQW DLQVL OD SDUROH SUHVTXH HQ FRQWUHSRLQW £ FHOOH GX QDUUDWHXU 4XH IDLUH" 2X DOOHU" &RPPHQW URLQSUH FHV GHX[ MRXUV TXL YRQW VXLYUH" /nDYHQXH HVW ORQJXH ORQJXH DYHF VHV FHQWDLQHV GH ERXWLTXHV VHV NLRVTXHV £ MRXUQDX[ VHV SDVVDQWV VHV PDUFKDQGHV GH IOHXUV VHV YLWULQHV 6XUWRXW QH SOXV VnHQWHQGUH QH SOXV VnFRXWHU WUDQFKHU OHV ODQJXHV GH OnK\GUH VnLQWURGXLUH GDQV XQ WHPSV QHXWUH VH ODLVVHU KDSSHU SDU OD IRXOH VH VRXPHWWUH £ VHV YDJXHV VnHQURXOHU GDQV VHV SL LV 'HYHQLU PXOWLWXGH VnHQOLVHU 1H SOXV ULHQ VDYRLU 6nHQIRQFHU GDQV OH WXQQHO OnWURLW SDVVDJH MXVTXnDX PRPHQW RX GH OnDXWUH FRWH PnDSSDUDLWUD WRQ YLVDJH 3LHUUH $ORUV VHXOHPHQW PnYHLOOHU 6 S f 2U FnHVW £ OD ILQ GH FH SDVVDJH TXH nRQ UHPDUTXH OH VLJQH OH SOXV H[SOLFLWH GH nHPDQFLSDWLRQ GX GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH &HWWH QRXYHOOH GLPHQVLRQ TXL GLVWLQJXH /H 6XUYLYDQW GHV URPDQV GH &KHGLG GHMD WXGLV HW DQQRQFH OD SRO\SKRQLH QDUUDWLYH FDUDFWULVWLTXH GH VD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH SRVWULHXUH FRQVLVWH HQ OD SUVHQFH GnXQ SURQRP GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH LQVU GDQV XQ GLVFRXUV TXL QnHVW QL QRQF QL PGLDWLV SDU OH QDUUDWHXU $LQVL WRXWH nDPELJX7W £ OnJDUG GH nL GHQWL W GX VXMHW SDUODQW VH UVRXW FnHVW OH SHUVRQQDJH TXL VnH[SULPH VD YRL[ VnOHYDQW DYHF OnDXWRQRPLH TXL FDUDFWULVH FHOOH GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH &HSHQGDQW RQ VH UHQG ELHQ FRPSWH TXH OD WUDQVIRUPDWLRQ GX SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU QnHVW SDV HQFRUH FRPSOHWH ,, UHVWH DX PRLQV

PAGE 114

XQH TXHVWLRQ LPSRUWDQWH £ H[SORUHU DYDQW GH SDVVHU D OD GLVFXVVLRQ GHV URPDQV FKHGLGLHQV SOXV UFHQWV ,, IDXW VXUWRXW HVVD\HU GH SURSRVHU XQH GLVWLQFWLRQ HQWUH OH GL VFRXUV GLUHFW OLEUH GH /DQD SDU H[HPSOH HW OH GLVFRXUV LQWULHXU Gn$OID SURWDJRQLVWH GH /D &LW IHUWLOH (QFDGUV WRXV OHV GHX[ GnXQ WH[WH TXL SURYLHQW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH L V UHVWHQW QDQPRLQV KRUV GH SRUWH GH FHWWH YRL[ PGLDWULFH 4XnHVWFH TXL IDLW GRQH TXH nXQ VH TXDOLILH VLPSOHPHQW GH PRQRORJXH LQWULHXU HW nDXWUH GH GLVFRXUV QDUUDWLI" 4XHO HVW FH VHXLO TXL GRLW WUH IUDQFKL SRXU TXH OHV SDUROHV GX SHUVRQQDJH OLEUHV GH WRXWH WUDFH GH VXERUGLQDWLRQ FRQVWLWXHQW OH GLVFRXUV GnXQ QDUUDWHXU H[WUDDXWRGLJWLTXH" $YDQW GH IRUPXOHU XQH USRQVH SRVVLEOH D FHV TXHVWLRQV LO QnHVW SDV LQXWLOH GH SDVVHU HQ UHYXH TXHOTXHVXQV GHV SRLQWV FRQVLGUV DX FRXUV GH FH FKDSLWUH 'DQV FHWWH DQDO\VH GHV YRL[ QDUUDWLYHV GDQV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW QRXV DYRQV WXGL OH UFLW FRPPH OH UVXOWDW GH OD FRQMXJDOnVRQ GH GHX[ GLVFRXUV FHOXL GX QDUUDWHXU HW FHOXL GHV SHUVRQQDJHV 1RXV DYRQV H[DPLQ OH PFDQLVPH GH nHQWUHFURLVHPHQW GHV YRL[ GRQW OH URPDQ HVW WLVV FKHUFKDQW £ LGHQWLILHU OHV SURFGV QDUUDWLIV TXL FRQWULEXHQW £ FUHU XQ HIIHW GH SRO\SKRQLH HW SDU OHVTXHOV VRSHUH OH SDUWDJH GH OD SDUROH QDUUDWLYH /D FRQVLGUDWLRQ GX GLVFRXUV GHV QDUUDWHXUV UYOH TXnLOV QH VH VLJQDOHQW QL HQ VH GVLJQDQW SDU MHA QL HQ VnDGUHVVDQW RXYHUWHPHQW DX[f QDUUDWDLUHVf 6nLOV LQWHUYLHQQHQW SDUIRLV GDQV OH FRXUV GX UFLW OHXUV LQWUXVLRQV VH LPL WHQW £ GHV REVHUYDWLRQV JQUDOHV HW FRPPH L V UIOFKLVVHQW VXU OHV PPHV VRUWHV GH TXHVWLRQV TXL SURFFXSHQW OHXUV SURWDJRQLVWHV OHXU FRPPHQWDLUH QnD SDV OnHIIHW

PAGE 115

GnDXJPHQWHU VHQVLEOHPHQW OHXU GHJU GH SHUFHSWLELOLW -DPDLV OHXU GL VFRXUV QH UHYHW XQ FDUDFWUH PWDQDUUDWLI TXL PHWWUDLW HQ UHOLHI FKH] HX[ XQH FRQVFLHQFH PDUTXHH GH OHXU UROH HQ WDQW TXH QDUUDWHXUV RX GH nLUUHDO L W GH FH TXnLOV UDFRQWHQW &HUWHV OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU VH IDLW VHQWLU SDU GnDXWUHV VLJQHV ELHQ SOXV VXEWLOV FRLQPH OnHPSORL GnDGYHUEHV HW GnDGMHFWLIV YDOXDWLIV HW PPH OH FKRL[ GHV VXEVWDQWLIV HW GHV YHUEHV UYODWHXUV £ XQ FHUWDLQ GHJU GHV MXJHPHQWV SRUWV SDU OH MHQDUUDQW VXU OHV SHUVRQQDJHV HW OHV YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH 3RXUWDQW OD SHUFHSWLELOLW GX QDUUDWHXU QH WLHQW SDV VHXOHPHQW DX[ MXJHPHQWV TXnLO H[SULPH H[SOLFLWHPHQW RX LPSOLFLWHPHQW VXU OHV JHVWHV GHV DFWHXUV FDU VnLO MXJH HW LQWHUSUHWH OHXUV DFWHV HQ OHV GFULYDQW LO LQWHUSUHWH DXVVL OHXUV SDUROHV HQ OHV WUDQVPHWWDQW ,, DUULYH DX QDUUDWHXU GnDVVXPHU MXVTXnD OD WUDQVPLVVLRQ GHV SHQVHV GH VHV SHUVRQQDJHV SDU VRQ SURSUH GL VFRXUV 'DQV OHV URPDQV FKHGLGLHQV HQ TXHVWLRQ LO VH GPDVTXH GRQH QRQ SDV SULQFLSDOHPHQW SDU VRQ FRPPHQWDLUH TXL UHVWH DVVH] GLVFUHW JUDFH D VD UHVVHPEODQFH D OD SHUVSHFWLYH LGRORJLTXH GHV DFWHXUV PDLV SOXWW SDU VD SULVH HQ FKDUJH GH OD SHQVH RX GH OD SDUROH GHV SHUVRQQDJHV ,, VnLQWURGXLW OLEUHPHQW GDQV nHVSULW GH FHV SHUVRQQDJHV VnLQWHUSRVDQW HQWUH HX[ HW HVf QDUUDWDLUHVf GX UFLW ,, UHfSURGXLW OHXU GLVFRXUV HQ \ DSSRUWDQW FHUWDLQHV PRGLILFDWLRQV JUDPPDWLFDO HV TXL OXL SHUPHWWHQW Gn\ JOLVVHU SDUIRLV VHV SURSUHV LQWHUSUWDWLRQV 2U OD FLWDWLRQ GHV SDUROHV SURQRQFHV RX LQWULHXUHV GHV SHUVRQQDJHV OLPLWH OH UROH GX QDUUDWHXU GDQV OD WUDQVPLVVLRQ GH OHXU GLVFRXUV £ FHOXL GnXQ WUDQVFULSWHXU &HSHQGDQW SDU VHV GHVFULSWLRQV GH OHXUV JHVWHV HW GH OHXU WDW PRWLRQQHO LQWURGXLWHV DX FRXUV GHV GLDORJXHV RX GHV

PAGE 116

PRQRORJXHV VD SUVHQFH VH IDLW FRQWLQXHOHPHQW VHQWLU (Q RXWUH PPH VnLO VXSSULPH SRXU XQ FHUWDLQ WHPSV WRXW VLJQH OLQJXLVWLTXH GH VRQ SURSUH GLVFRXUV LO UHVWH XQ VLJQH W\SRJUDSKLTXHf§OHV JXLOOHQHWVf§ SRXU WPRLJQHU GH VRQ LQWHUYHQWLRQ RUJDQLVDWULFH $ PHVXUH TXH nRQ DYDQFH GDQV OD VXFFHVVLRQ GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV OH PRQRORJXH LQWULHXU VH VXEVWLWXH GH SOXV HQ SOXV DX[ SDVVDJHV GnDQDO\VH SV\FKRORJLTXH SULV HQ FKDUJH SDU OH QDUUDWHXU HW OH GLDORJXH UHPSODFH SURJUHVVLYHPHQW OD QDUUDWLRQ /nH[SUHVVLRQ GLUHFWH GHV SHQVHV HW GHV HPRWLRQV TXH UHSUVHQWH OH PRQRORJXH HW OH PR\HQ GH FDUDFWULVDWLRQ HW GH QDUUDWLRQ TXH FRQVWLWXH SDUIRLV OH GLDORJXH VRQW GHV YKLFXOHV QDUUDWLIV SURYHQDQW GHV SHUVRQQDJHV TXL FKDSSHQW DX FRQWUOH GX QDUUDWHXU HW TXL GLPLQXHQW SDU FRQVHTXHQW OD SUHGRPLQDQFH GH VRQ GLVFRXUV 3OXV OH QDUUDWHXU ODLVVH PRQRORJXHU HW GLDORJXHU VHV SHUVRQQDJHV VDQV LQWHUYHQLU SOXV VD YRL[ FHGH OD SODFH DX[ OHXUV $LQVL GDQV OH V\VWPH QDUUDWLI TXL YROXH £ WUDYHUV /H 6RPPHLO GOLYU -RQDWKDQ /H 6L[LPH -RXU HW /H 6XUYLYDQW OH UFLW VHPEOH VH FRQVWLWXHU GH SOXV HQ SOXV GnXQ UVHDX GH YRL[ R FHOOH GX QDUUDWHXU SHUG JUDGXHOOHPHQW VRQ PRQRSROH GH OD SDUROH 6L OH QDUUDWHXU WHQG £ VnHIIDFHU SDVVDQW OD SDUROH DX[ SHUVRQQDJHV OD TXHVWLRQ GH GLVWDQFHOD FRQYHUJHQFH RX OD VHSDUDWLRQ GHV GHX[ GLVFRXUVORLQ GH SHUGUH VD SHUWLQHQFH GHYLHQW GnDXWDQW SOXV VLJQLILFDWLYH ,, VnDJLW GnXQH DEROLWLRQ SURJUHVVLYH GHV IURQWLUHV OLQJXLVWLTXHV HW W\SRJUDSKLTXHV TXL VHUYHQW £ PDUTXHU OHV WUDQVLWLRQV GnXQ GLVFRXUV D fDXWUH &HV IURQWLUHV GHYLHQQHQW SDUIRLV VL IORXHV HW VL PRXYDQWHV TXnLO \ D XQ JOLVVHPHQW SUHVTXH LPSHUFHSWLEOH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU D FHOOH GH OnDFWHXU /D GXDO L W VH WUDQVIRUPH GRQH HQ DPELJX7W FDU RQ QnDUULYH SOXV D GLVWLQJXHU OH GLVFRXUV GX

PAGE 117

QDUUDWHXU GH OD SDUROH GX SHUVRQQDJH $LQVL OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH TXnLPSOLTXH nH[SUHVVLRQ GH SOXV HQ SOXV GLUHFWH GH OD SHQVH GHV SHUVRQQDJHV YD GH SDLU DYHF FHW HIIHW GnDPELJXnLW IFRQGDQWH SRXU FUHHU XQ GLVFRXUV VXVSHQGX HQWUH OD YRL[ GX QDUUDWHXU HW FHOOH GX SHUVRQQDJH 3RXUWDQW VnLO DUULYH SDUIRLV TXH OH GLVFRXUV GnXQ SHUVRQQDJH VH VXEVWLWXH £ FHOXL GX QDUUDWHXU FH SHUVRQQDJH QH GHYLHQW SDV SRXU DXWDQW QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH ,, HVW £ UHPDUTXHU TXH GDQV OHV PRQRORJXHV GH SOXV HQ SOXV OLEUHV GH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU OH SHUVRQQDJH QH VnDGUHVVH SDV DX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH TXL FDSWH QDQPRLQV VHV SDUROHV HQ GLUHFW %LHQ TXH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH OHXU FHGH TXHOTXHIRLV OD FKDUJH GH WUDQVPHWWUH OH PHVVDJH QDUUDWLI OHV SHUVRQQDJHV UHVWHQW LQFRQVFLHQWV GX QRXYHDX UROH TXL OHXU HVW SURJUHVVLYHPHQW FRQIL 0PH GDQV /n$XWUH f URPDQ GDQV OHTXHO OD SUHGRPLQDQFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU FHGH HQ JUDQGH SDUWLH £ nH[SUHVVLRQ GLUHFWH GHV SDUROHV SURQRQFHV HW LQWULHXUHV GHV SHUVRQQDJHV FHV SHUVRQQDJHV VRQW GHV SDUWLFLSDQWV DFWLIV £ nDFWLRQ GH OnKLVWRLUH PDLV QRQ SDV D FHOOH GH OD QDUUDWLRQ SURSUHPHQW GL WH /nRULHQWDWLRQ GH OHXUV PRQRORJXHV UHVWH WRXUQH YHUV OnLQWULHXU DX OLHX GH YL VHU £ OD FRPPXQLFDWLRQOH SDUWDJH GH OD SDUROH f§DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH /nH[DPHQ GH /n$XWUH HW GH /D &LW IHUWLOH UYOHUD TXnLO VnDJLW GH URPDQV GH WUDQVLWLRQ HQWUH GHX[ V\VWPHV QDUUDWLIV (Q UHYDQFKH 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ /HV 0DUFKHV GH VDEOH HW /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV SHUPHWWURQW GH GJDJHU OH IRQFWLRQQHPHQW GHV GLIIUHQWV SURFGV GX SDUWDJH GH OD SDUROH VXU OHV SODQV GH OnKLVWRLUH GX UFLW HW GH OD QDUUDWLRQ

PAGE 118

1RWHV A$QGUH &KHGLG &RPPXPnTXHU 9LVDJH SUHPLHU 3DULV )ODPPDULRQ f S *UDUG *HQHWWH )LJXUHV ,,, 3DULV 6HXLO f S *HQHWWH )LJXUHV ,,, S ?HV 0DUFKHV GH VDEOH XQH VRUWH G DXWRELRJUDSKLF KWURGLJ WLTXH FRQVWLWXH XQ FDV VSHFLDO 1RXV WXGLHURQV OnHIIHW GH GGRXEOHPHQW TXL VH FUH FKH] VRQ QDUUDWHXU DX FKDSLWUH VXLYDQW *HQHWWH )LJXUHV ,,, S A$QQXDO HVSRLU 9RLU +GL $ %RXUDRXL /H 6RPPHLO GOLYU Gn$QGUH &KHGLG RX DYHXJOHPHQW GnXQH VRFLW /n$IULTXH /LWWHUDLUH HW $UWLVWLTXH f $QGUH &KHGLG /H 6RPPHLO GOLYU UGLWLRQ 3DULV )ODUPLDULRQ f S 'VRUPDLV HV UHIHUHQFHV £ FH URPDQ VHURQW LQGLTXHV GDQV OH WH[WH HQWUH SDUHQWKHVHV HW SUFGHV GH nDEUYLDWLRQ 6' ,, HQ VHUD IDLW GH PPH SRXU OHV DXWUHV URPDQV $QGUH &KHGLG -RQDWKDQ 3DULV 6HXLO f S 'VRUPDLV A$QGUH &KHGLG /H 6L[LPH -RXU UGLWLRQ 3DULV )ODPPDULRQ f S 'VRUPDLV 6A$QGUH &KHGLG /H 6XUYLYDQW 3DULV 5 -XOOLDUG f SS 'VRUPDLV 6 A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S -DDS /LQWYHOW (VVDL GH W\SRORJLH QDUUDWLYH OH SRLQW GH YXH 3DULV -RV &RUWL f SS A -*HUDUG *HQHWWH 1RXYHDX 'LVFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f S *HQHWWH )LJXUHV ,,, S /D &LW IHUWLOH 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ /HV 0DUFKHV GH VDEOH /D 0DLVRQ VDQV UDFPHV

PAGE 119

&+$3,75( ,9 '( /n$875( $ /$ 0$,621 6$16 5$&,1(6 02'$/,7(6 '( /$ 3$52/( 3$57$*(( 0OOH GnDQFOWUHV HW GH SUHVHQFH *RUJOH GH FKDQWV HW GH SHXUV /D 3DUROH %UXOH D WUDYHUV DJHV 6 DYHQWXUH (QVHPHQFH 6nDFFURLW HW UHWHQWLW &RQWUDLUHPHQW £ OD SUHGRPLQDQFH GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH TXL FDUDFWULVH OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV D SDUWLU GH /n$XWUH OD QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJOH UHYHW GH SOXV HQ SOXV XQH GLPHQVLRQ SURSUHPHQW QDUUDWLYH $SUV DYRLU VLJQDO OD OLEHUDWLRQ SURJUHVVLYH GX GLVFRXUV GHV DFWHXUV GH OD IRQFWLRQ PHGLDWULFH UHPSOLH SDU OH WH[WH GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW LO VnDJLUD PDLQWHQDQW GH VXLYUH OHV GHUQLUHV ,WDSHV GH OD WUDQVIRUPDWLRQ GH FH GLVFRXUV HQ XQ UOFLW LQGOSHQGDQW YOKLFXOH GnXQH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH /nH[DPHQ GHV FLQT RXYUDJHV URPDQHVTXHV OHV SOXV UFHQWV GH OnDXWHXU /n$XWUH /D &LW IHUWLOH 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ /HV 0DUFKHV GH VDEOH HW /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV VnRULHQWHUD FRPPH FHOXL GHV URPDQV DQWOULHXUV YHUV OHV WURLV DVSHFWV GH OD UDOLW QDUUDWLYH WXGLV SDU

PAGE 120

*HQHWWH OnKLVWRLUH OH UFLW HW OD QDUUDWLRQ $SUV DYRLU EULYHPHQW PLV HQ UHOLHI OHV GLIIUHQWHV PDQLIHVWDWLRQV GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH VXU OH SODQ GX FRQWHQX QDUUDWLI QRXV HQWDPHURQV OD GLVFXVVLRQ GX GLVFRXUV SDU XQH GHVFULSWLRQ JHQUDOH GHV VXMHWV SDUODQWV QDUUDWHXUV HW SURWDJRQLVWHVf £ OnDLGH GHV TXHVWLRQV GH WHPSV GH QLYHDX HW GH SHUVRQQH VH UDWWDFKDQW DX FRQFHSW JHQHWWLHQ GH OD YRL[ (Q RSUDQW GnHPEOH XQH GLVWLQFWLRQ HQWUH OHV ORFXWHXUV KWURGLJWLTXHV HW KRPRDXWRGLJWLTXHV QRXV SDUYLHQGURQV D PLHX[ IDLUH UHVVRUWLU OHV UHVVHPEODQHHV HW OHV GLIIHUHQFHV TXL H[LVWHQW QRQ SDV VHXOHPHQW £ OnLQWULHXU GH FKDTX FDWJRULH PDLV SOXV JHQHUDOHPHQW HQWUH OHV YRL[ GHV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV HW FHOO HV GHV VXMHWV SDUODQWV TXL SDUWLFLSHQW HQ WDQW TXH WPRLQ RX SURWDJRQLVWH DX[ YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH 6XLYDQW OD PPH GHPDUFKH DGRSWH DX FKDSLWUH SUHFHGHQW QRXV FDUDFWULVHURQV GnDERUG OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV HQ WHQDQW FRPSWH GX GHJU R OHXU SUVHQFH VH IDLW VHQWLU D WUDYHUV OHXU SURSUH GLVFRXUV QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLIf HW OH PRGH GH UHSURGXFWLRQ FKRLVL SRXU OHV SDUROHV SURQRQFHV HW LQWULHXUHVf GHV DFWHXUV (Q SUHQDQW FRPQH SRLQW GH GSDUW OH KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW HW OHV VLOHQFHV SURORQJV TXH VnLPSRVHQW FHV QDUUDWHXUV QRXV FRQVLGUHURQV HQVXLWH OHV SHUVRQQDJHV D TXL L V FGHQW OD SDUROH DILQ GH GWHUPLQHU GDQV TXHOOH PHVXUH HW GH TXHOOH IDTRQ LOV DVVXPHQW £ OHXU WRXU OD IRQFWLRQ QDUUDWLYH ,, VHUD GRQH SRVVLEOH GH GFULUH OHV GLIIUHQWHV IRUPHV TXH SUHQG OH SDUWDJH GH OD SDUROH VXU OH SODQ GH OD QDUUDWLRQ HW GH LQHWWUH HQ UHOLHI OHV HIIHWV SRO\SKRQLTXHV TXL HQ GFRXOHQW 2U DYDQW GnDERUGHU OD TXHVWLRQ GH OD G\QDPLTXH LQWHUQH FUH SDU OHV YRL[ HQ FRQWUHSRLQW LO FRQYLHQW GnH[DLQLQHU OH FRQWHQX QDUUDWLI GH FKDFXQ

PAGE 121

GHV FLQT URPDQV GDQV OH EXW GH VXLYUH nHODERUDWLRQ GX WKHPH GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH HW GH VLJQDOHU OHV DFWHV GH FRPPXQLFDWLRQ TXL HQ VRQW OH YKLFXOH HW OH IUXLW &HWWH SUPLVVHWKPH GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROHWURXYH XQH WUHV EHOOH H[SUHVVLRQ GDQV /n$XWUH f OH FLQTXLPH URPDQ Gn$QGUH &KHGLG 'DQV FHWWH KLVWRLUH TXL D SRXU FDGUH XQH ERXUJDGH VLWXH TXHOTXH SDUW DX 3URFKH2ULHQWf§OH SD\V QnHVW MDPDLV VSFLIL6LPP XQ YLHLO DXWRFKWRQH VnHIIRUFH GH VDXYHU XQ MHXQH WUDQJHU RFFLGHQWDO TXH OD WHUUH D HQVHYHOL D OD VXLWH GnXQ VLVPH &H MHXQH KRPPH OH YLHX[ 6LPP OnDYDLW YX VH SHQFKHU D OD IHQWUH GH VD FKDPEUH GnKRWHO SRXU JRWHU OnDLU GX PDWLQ HW OD EHDXW GX SD\VDJH MXVWH DYDQW OD SUHPLHUH VHFRXVVH OLV DYDLHQW HX D SHLQH DVVH] GH WHPSV SRXU VH VDOXHU SRXU FKDQJHU XQ UHJDUG XQ VRXULUH TXHOTXHV SDUROHV DLPDEOHV HW XQ JHVWH GH VDOXW 3XLV OH FDWDFO\VPH OHV D VXUSULV HW D GWUXLW OH YLOODJH GH IRQG HQ FRPEOH 6LPP TXL D DSHUJX OD FKXWH GX MHXQH KRPPH SHQGDQW nHIIRQGUHPHQW GH nKRWHO GHPHXUH FRQYDLQFX TXH VRQ QRXYHO DPL HVW YLYDQW HPPXU VRXV OHV GFRPEUHV HW LO VnDFKDUQH £ OH VDXYHU &HSHQGDQW LO QnDUULYH SDV D YDLQFUH nLQFUGXOL W GH OnTXLSH GH VDXYHWHXUV TXL IDXWH GH SUHXYHV GH nH[LVWHQFH HW GH OD VXUYLH GH nWUDQJHU UHIXVHQW GnHQWUHSUHQGUH OHV WUDYDX[ FRWHX[ HW GLIILFLOHV TXnLO IDXGUDLW SRXU OH VRUWLU OLV DEDQGRQQHQW WRXV OH OLHX PDLV OH YLHX[ 6LPP VnREVWLQH HW FRQWLQXH VD YHLO OH VROLWDLUH DX PLOLHX GHV UXLQHV 6RXUG DX[ DSSHOV HW DX[ UHPRQWUDQFHV GH VD IDPLOOH LO VnLPSODQWH £ OnHQGURLW TXnLO D UHSU SDUPL OHV GEULV HW VH SURFFXSH GH GJDJHU nRULILFH ,, SDWLHQWH LO FRXWH LO DSSHOOH HW HQILQ OD USRQVH YLHQW VXUJLH GX IRQG GH OD WHUUH GX IRQG GH OXLPPH VHPEOHWLO

PAGE 122

&HWWH IRLV DYHF nDLGH GH OD SHWLWH ILOLH $JD TXL nDYDLW UHMRLQW SHQGDQW OD QXLW HW DYDLW HQWHQGX OD YRL[ GH nDXWUH LO UXVVLW £ UDSSHOHU OHV VHFRXULVWHV /HV WUDYDX[ GH GOLYUDQFH GXUHQW SOXVLHXUV MRXUV HW SHQGDQW WRXWH FHWWH SULRGH OH YLHLO 2ULHQWDO VH VHUYDQW YRORQWLHUV GX PLFURSKRQH LQWURGXLW GDQV OnRXYHUWXUH UHVWH DX UDV GH OD WHUUH £ SDUOHU DX MHXQH WUDQJHU D nHQFRXUDJHU £ OXWWHU DYHF OXL FRQWUH OH GVHVSRLU HW OD PRUW &nHVW GRQH OD YRL[ GH 6LPP FDU OnHQVHYHOL QH YHXW FRPPXQLTXHU TXnDYHF OXLf§TXL £ WUDYHUV OHV WRQQHV GH JUDYDWV HQWUHWLHQW OD YLH GX MHXQH KRPPH ,, HYHLOOH FKH] OXL QRQ SDV VHXOHPHQW OD IRUFH GH YRXORLU YLYUH PDLV LO SDUYLHQW DXVVL £ WUDQVPHWWUH £ FHW 2FFLGHQWDO GVDEXV VRQ SURSUH HQWKRXVLDVPH SRXU OD YLH HW DLQVL OXL DSSUHQG £ OD FKULU HW OnDPQH £ VH UFRQFLOLHU DYHF HOOH /D UHODWLRQ GH IUDWHUQLW TXL OLH OHV GHX[ KRPPHV EDXFKH SDU OHV JHVWHV HW OHV SDUROHV GH VDOXW TXnLOV FnQDQJHQW DYDQW OH WUHPEOHPHQW GH WHUUH HW FLPHQWH SDU OHXU SUHXYH SDUWDJH GSDVVH OHV ERUQHV GH OHXU KLVWRLUH SDUWLFXOLUH (OOH UHYW XQH GLPHQVLRQ XQLYHUVHOOH FDU FHV GHX[ KRPPHV DEDQGRQQHQW OHXUV LGHQWLWV SHUVRQQHOOHV HW SUHQQHQW GHV QRPV LQYHQWHV HQ VH SDUODQW 3RXU nHQWHUU 6LPP GHYLHQW %HQ HW SRXU OXL OH MHXQH KRPPH VnDSSHOOH -HSK FDU FnHVW XQ QRP SRXU WUDQJHUV /RUVTXH OH UHVFDS HPHUJH HQILQ GHV HQWUDLOOHV GH OD WHUUH LO YHXW VXUWRXW WURXYHU FHOXL GRQW OD YRL[ OnD DUUDFK D OD PRUW 3RXUWDQW 6LPP VnFOLSVH HW VH WLHQW DX ORLQ UHIXVDQW GH USRQGUH DX QRP GnHPSUXQW TXH WRXW OH PRQGH LJQRUH VDXI OH MHXQH WUDQJHU ,, VnDJLW LFL QRQ SDV VHXOHPHQW GH GHX[ LQGLYLGXV PDLV HQFRUH GH GHX[ FLYLOLVDWLRQV HQ GLDORJXH (QWUH

PAGE 123

FHV KRPLQHV TXH WRXW VHSDUH VnWDEOLW JUDFH DX VHQWLPHQW GH OD IUDWHUQLW XQH YRLH GH FRPPXQLFDWLRQ TXL IDLW RHXYUH GH YLH /HV SDUROHV GH GHX[ ODQJXHV £ SHLQH SDUWDJHV XQLVVHQW FHV GHX[ HWUHV TXL GHYLHQQHQW HW GHPHXUHQW OnXQ SRXU nDXWUH VHXOHPHQW GHV YRL[ ,, \ D OD XQH FOEUDWLRQ GH OD IUDWHUQLW VDQV YLVDJH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH TXL UDPQH OnDXWUH £ OD YLH HW OXL DSSUHQG D OD VDYRXUHU (OOH VnH[SULPH D WUDYHUV FHV GHX[ KRQLQHV ORLJQV GDQV OnHVSDFH HW GDQV OH WHPSV 6LPP UHSUVHQWDQW OH SDVV HW OnDXWUH nDYHQLU TXL VH UDSSURFKHQW GDQV OnDIILUPDWLRQ GH OD YLH HW GH OnKRPPH 'H OD V\QWKVH GHV FRQFHSWV GH IUDWHUQLW HW GH FRPPXQLFDWLRQ GFRXOH FHOXL GH OD YRLH TXL VnRXYUH SRXU IDLUH SDVVHU OD SDUROH DYHF VRQ PHVVDJH GH YLH 'DQV /n$XWUH FHWWH YRLH FnHVW OH ILO GX PLFURSKRQH XQH VRUWH GH FRUGRQ RPELOLFDO PLV HQ SODFH JUDFH DX[ HIIRUWV REVWLQV GH 6LPP TXL WLHQW GH WRXWH VRQ DPH D OD VXUYLH GH FHW WUDQJHU VRQ IUUH &nHVW XQH YRLH TXL PQH MXVTXnDX[ SURIRQGHXUV GH OD WHUUH SRXU DPSOLILHU OHV SDUROHV TXL DLGHURQW OnDXWUH D SORQJHU GDQV OHV SURIRQGHXUV GH OXLPPH SRXU UHGFRXYULU XQ VHQV D OD YLH $ OD GLIIUHQFH GH /n$XWUH HW GH OD SOXSDUW GHV URPDQV FKHGLGLHQV DQWULHXUV GDQV /D &LW IHUWLOH f OnDFWLRQ QH VH VLWX SDV HQ (J\SWH RX GDQV XQ GHV SD\V DYRLVLQDQWV PDLV VH GURXOH SOXWW DX FRHXU GnXQH JLJDQWHVTXH YLOOH HXURSHQQH OD FDSLWDOH IUDQJDLVH 'DQV FHW XQLYHUV GH EWRQ HW GnDFLHU YDJDERQGH OH SHUVRQQDJH Gn$OID OD IHPPH ERXIIRQ 6DQV DJH GnXQ RSWLPLVPH LQEUDQODEOH HOOH YRTXH OHV GLIIUHQWV YLVDJHV GH FHWWH YLOOH GRQW OHV UXHV OXL VHUYHQW GH WKDWUH 'HYDQW VRQ SXEOLF GH SDVVDQWV GH FXULHX[ HW GnHQIDQWV $OID SDUOH PLPH HW GDQVH VnH[SULPDQW WDQWRW VHO RQ OD IDQWDLVLH GHV

PAGE 124

VSHFWDWHXUV WDQWW VHO RQ OD VLHQQH /D FRPHGLH KXPDLQH HW WRQV VHV SDUWLFLSDQWV DYHF OHXUV DPELWLRQV OHXUV HVSRLUV VHFUHWV HW OHXUV VRXIIUDQFV GLVVLPXOHV OD SDVVLRQQHQW 'nXQH V\PSDWKLH LQILQLH HOOH REVHUYH VHV VHPEODEOHV HW VnHIIRUFH SDUIRLV GH OHXU FRPPXQLTXHU VHV SURSUHV LQWHUURJDWLRQV GHYDQW OHV TXHVWLRQV HVVHQWLHOOHV GH nDPRXU GH OD YLH HW GH OD cQRUW $OID GHYLQH SDU H[HPSOH OD GHVXQLQ GnXQ MHXQH FRXSOH GH FRPGLHQV VHV DPLV 6LPRQ HW /LYLH &HWWH GHUQLUH VH ODVVH GH VD YLH GH ERKPH FDU HOOH SDUWDJH GH PRLQV HQ PRLQV LQVSLUDWLRQ TXL SRXVVH VRQ PDUL PDOJU VHV FKHFV D LQYHQWHU GH QRXYHDX[ VSHFWDFOHV $ OD GLIIUHQFH GH FHV LGDOLVWHV TXL VH VSDUHQW HW SXLV VH UHWURXYHQW 'HULF HW 1DWLD OH IUUH DLQ HW OD EHOOHVRHXU GH 6LPRQ QfRQW SDV DEDQGRQQ OH PLOLHX ERXUJHRLV GH OHXU HQIDQFH 3RXUWDQW ERXOHYHUV SDU OD PRUW UFHQWH GH VRQ PHLOOHXU DPL 'HULF VH YRLW DPHQ £ UHPHWWUH HQ TXHVWLRQ OH VHQV GH VD SURSUH H[LVWHQFH $OID HOOH DXVVL HVW DX[ SULVHV DYHF OD PRUW /D YLHLOOH IHPPH TXL YHXW JRPPHU OHV EDUULHUHV HQWUH OHV KXPDLQV VnHIIRUJDQW QRQ SDV VHXOHPHQW GH FRQQDIWUH VHV VHPEODEOHV PDLV DXVVL GH OHV DLGHU D VH FRQQDLWUH SUHVVHQW OnDSSURFKH GH VD SURSUH ILQ HW OnDFFXHLOOH DYHF VUQLW 7RXMRXUV DYLGH GH FRPPXQLTXHU GH VnH[SULLQHU SDU PLOOH YRL[ YRLHVf GLIIUHQWHV $OID TXLWWH VRQ SXEOLF HQ OXL RIIUDQW FHWWH GHUQLUH UHSUVHQWDWLRQ 'DQV /D &LW IHUWLOH OD FRPPXQLFDWLRQ VnHIIHFWXH QRQ SDV VHXOHPHQW JUDFH DX[ SURSRV FKDQJV PDLV DXVVL SDU GnDXWUHV YRLHV WHOOHV TXH OH FKDQW OD GDQVH HW PPH OH VLOHQFH 3RXU $OID OHV SDUROHV OHV SOXV LPSHUVRQQHO HV HW SURVDLTXHV GHV EULEHV WLUHV DX KDVDUG VHPEOHWLOf GX MRXUQDO HW GFODPHV GHYDQW GHV VSHFWDWHXUV

PAGE 125

UDVVHPEOV DX ERUG GH OD 6HLQH GHYLHQQHQW XQ YKLFXOH GH FRQPXQLFDWLRQ HQWUH HOOH HW VRQ DXGLWRLUH &KH] OD YLHLOOH IHPPH FRLQPH FKH] 6LPRQ HW VD WURXSH GH FRPGLHQV OD SDUROH SDUWDJH QnHVW SDV VHXOHPHQW OD FRPPXQLRQ DYHF DXWUXL (OOH GHYLHQW DXVVL HW SHXWHWUH VXUWRXWf XQ PR\HQ GnYHLOOHU XQ VHQWLPHQW GH IUDWHUQLW SDUPL OHV DXGLWHXUV FDU OHXUV VSHFWDFOHV EDVHV HQ SDUWLH VXU OD SDUWLFLSDWLRQ GH OnDXGLWRLUH VHUYHQW D LQFLWHU OHV DVVLVWDQWV D GHYLQHU OH IRQG FRPQXQ TXL OHV XQLW WRXV $LQVL GDQV FH URP£Q OH SDUWDJH GH OD SDUROH UHSUVHQWH XQH LQYLWDWLRQ £ FKHUFKHU HQVHPEOH GHV USRQVHV SRVVLEOHV DX[ TXHVWLRQV HVVHQWLHOOHV GH OnH[LVWHQFH 'nR DYRQVQRXV VXUJL" 2 YRQW QRV SDV 2 HW SRXUTXRL" $ DL GH GH SDUROHV YHQXHV GH ORLQ WUDQVPLVHV GH YRL[ HQ YRL[ GH VLJQHV HQ VLJQHV $OID DYHF VRQ DPRXU LQWDULVVDEOH HW OHV MHXQHV FRPGLHQV DYHF OHXU LGDOLVPH WHQDFH VnH[SULPHQW HW TXL SOXV HVW VnHIIRUFHQW GnH[SULPHU FH TXnLO \ D GH SOXV IRQGDPHQWDO D OKRPPH &) S f /H VHSWLPH URPDQ Gn$QGUH &KHGLG 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ f UHSORQJH OH OHFWHXU GDQV OnXQLYHUV GH On(J\SWH SKDUDRQLTXH SRXU YRTXHU 1HIHUWLWL HW VRQ VFULEH %RXEDVWRV £ TXL HOOH GLFWH VHV PPRLUHV 'DQV FH OLYUH TXL YHXW FKDSSHU D OD UHFRQVWLWXWLRQ KLVWRULTXH HW TXL VH YRXGUDLW D OD IRLV UHO HW 2 LPDJLQDLUH RQ DSSUHQG TXH 1HIHUWLWL HQ SURFKH S£UHQWH GH OD UHLQH 7L\ PHUH GX IXWXU SKDUDRQ $PQRSKLV ,9 DYDLW W GHVWLQH WRXWH MHXQH D WUH OnSRXVH GH FH SULQFH PDODGLI 5HQRQJDQW D OD FUR\DQFH SRO\WKLVWH GH VHV DQFWUHV SRXU DGRSWHU OH FXLWH GnXQ GLHX XQLTXH $WRQ $PQRSKLV DOO DLW SUHQGUH OH QRP GH FH GLHX UHSUVHQW SDU XQ VLPSOH GLVTXH VRO DL UH HW GHYHQLU OH SKDUDRQ UIRUPDWHXU $NKQDWRQ 6nOHYDQW FRQWUH nDPELWLRQ HW OD SXLVVDQFH GHV SUWUHV Gn$PRQ LO

PAGE 126

TXLWWHUD OD IDVWXHXVH DPELDQFH GH 7KHEHV FDSLWDOH GHSXLV YLQJW VLFOHV SRXU IRQGHU DYHF VRQ SRXVH XQH YLOOH HW XQH FDSLWDOH QRXYHOOHV OD &LW Gf+RUL]RQ VLWXH VXU OD ULYH RULQWDOH GX 1LO HQWUH 0HPSKLV OH &DLUHf HW 7KHEHV /RX[RUf $NKQDWRQ \ LQWURGXLUD QRQ SDV VHXOHPHQW OD SUDWLTXH GX PRQRWKLVPH PDLV DXVVL XQH UHIRUPH SROLWLTXH HW VRFLDOH 7RXW FRPPH LO DYDLW URPSX DYHF OnDGRUDWLRQ GX GLHX $PRQ HQWRXU GnXQ SDQWKHRQ GH GLHX[ PLQHXUV LO FRQFHYUD XQH QRXYHOOH SROLWLTXH UYROXWLRQQDLUH SRXU OnSRTXH EDVH VXU OD OLEHUW OD MXVWLFH OD SDL[ HW OD WROUDQFH YLVDQW £ fSDQRXLVVHPHQW PRUDO HW DUWLVWLTXH GH OnKRPPH $ SHLQH UDOLV OH UHYH GH FH SKDUDRQ YLVLRQQDLUH DOODLW VnFURXOHU $ OD PRUW P\VWULHXVH Gn$NKQDWRQ OH SRXYRLU SDVVD DX MHXQH 7RXWDQNKDPRQ VRQ GHPLIUUH 6HSW DQV SOXV WDUG VH GFKDLQHUDLW OD FRQWUHUIRUPH GX JQUDO +RUHPKHE TXL XQH IRLV GHYHQX SKDUDRQ ILW UDVHU OD &LW Gn+RUL]RQ SRXU DEROLU WRXWHV OHV WUDFHV GH OnRHXYUH Gn$NKQDWRQ 6nWDQW UIXJLV GDQV OH &KDWHDX 6HSWHQWULRQDO DX[ FRQILQV GH OD YL OLH VDFFDJH VHXOV 1HIHUWLWL HW VRQ VFULEH GHPHXUHQW SRXU YHLOOHU VXU OHV GFRPEUHV )DFH DX[ UXLQHV GH FH UYH TXnHOOH DYDLW DL G D FRQFUWLVHU 1HIHUWLWL VnHIIRUFH GH VXUPRQWHU VD WULVWHVVH GH UHSRXVVHU OH YLGH TXL OnHQWRXUH HW nDEVHQFH TXL OnHQYDKLW SRXU QDUUHU VD YLH £ VRQ VFULEH FDU LO UHYHQDLW D HOOH VHORQ OH GVLU GH VRQ PDUL GH IDLUH VXUYLYUH OD YLOOH TXnLOV DYDLHQW FUH /D IUDWHUQLW FRQVWLWXH OD SLHUUH DQJXODLUH GH WRXWH OD SKLORVRSKLH WRXW OH UYH Gn$NKQDWRQ OHTXHO WURXYH VRQ H[SUHVVLRQ GDQV OD IRQGDWLRQ GH OD &LW Gn+RUL]RQ 3RXU TXH FHWWH YLVLRQ FOEUDWLRQ GH OD IUDWHUQLW HW GH OD GLJQL W KXPDLQHV QH PHXUH SDV

PAGE 127

DYHF OX VD IHPPH TXL DYDLW SDUWLFLS £ WRXWHV OHV WDSHV GH VD QDLVVDQFH GRLW SUHQGUH OD SDUROH /H WLWUH GX URP£Q 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ VRXOLJQH QRQ SDV VHXOHPHQW OH UROH MRX SDU FHWWH IHPPH GDQV nH[HFXWLRQ GHV SURMHWV GH VRQ PDUL PDLV DXVVL HW SHXW WUH VXUWRXW VHV HIIRUWV DORUV TXnHOOH HVW DX[ SULVHV DYHF OH SRLGV WHUULEOH GH VD YLH SRXU VH PHWWUH HQ URXWH YHUV VRQ SDVV 1 S f (OOH GRLW VnHQIRQFHU GDQV XQH VRUWH GH UHYH YHLOO TXL OnXQLVVH £ VRQ PDUL HW OXL SHUPHWWH GH UHYLYUH OHXU DPRXU ,, IDXW JDOHPHQW TXnHOOH SDUYLHQQH D WUDGXLUH HQ SDUROHV FH TXnHOOH SURXYH HW FH TXnHOOH UHYRLW LO IDXW TXnHOOH SDUOH HW TXH VHV SDUROHV VRLHQW WUDQVFULEHV DILQ TXnHOOHV SXLVVHQW OXL VXUYLYUH &nHVW GDQV FHWWH OXWWH FRQWUH OH VLOHQFH SRXU IDLUH UHQDLWUH OH UHYH Gn$NKQDWRQ FHW HQIDQWHPHQW GRXORXUHX[ GnXQ UFLW TXH UHVLGH XQ GHV DVSHFWV OHV SOXV SDVVLRQQDQWV GH FH EHDX OLYUH %RXEDVWRV SUHWH D OD UHLQH WRXWH VRQ DLGH GDQV nDFFRPSOLVVHPHQW GH FHWWH WDFKH TXH OXL D FRQILH VRQ PDUL $XWUHIRLV DX VHUYLFH GX SKDUDRQ LO LQFDUQH OH SRQW TXL UHOLH 1HIHUWLWL D VRQ SDVV HW OD YRLH TXnHOOH GRLW VXLYUH DX SUVHQWHOD VHXOH TXL SXLVVH DUUDFKHU OH UHYH Gn$NKQDWRQ D OD GHVWUXFWLRQ HW TXL FRQGXLVH £ nDYHQLU %RXEDVWRV JXHWWH OHV SDUROHV GH 1HIHUWLWL WDQWRW VnHIIDJDQW MXVTXnDX SRLQW GH VH UGXLUH £ GHX[ GRLJWV VHUUV DXWRXU GnXQ URVHDX WDQWRW VH VHUYDQW GH VRQ GRQ LQQ SRXU OD FRFDVVHULH DLQVL HVSUHWLO GLYHUWLU OD UHLQH HW FKDVVHU OnREVFXULW TXL OnHQYDKLW 1 SS f /D IUDWHUQLW UHYH Gn$NKQDWRQ HW IRQGHPHQW GH VD &LW UHVVXVFLWH (OOH UDSSURFKH FHW KRPPH HW FHWWH IHPPH WRXW £ IDLW GLVVHPEODEOHV OD UHLQH EHOOH HW DIIOLJH HW VRQ VFULEH FRQWUHIDLW XQ SHX FRPLTXH DILQ TXnLOV SXLVVHQW GDQV XQ HIIRUW FRPPXQ VDXYHU OD &LW Gn+RUL]RQ

PAGE 128

GH OnRXEOL $LQVL nDSSHO D OD IUDWHUQLW QnHVW SDV VHXOHPHQW XQ GHV PHVVDJHV FRPPXQLTXHV SDU OH UFLW 8Q OLHQ IUDWHUQHO IXQGDPHQWDO £ OD JHQHUDWLRQ GH OD FKURQLTXH XQLW OD YRL[ 1HIHUWLWLf TXL GLFWH OHV PPRLUHV D OD YRLH OH VFULEH FKDUJH GH OHXU WUDQVFULSWLRQf TXL OHXU SHUPHWWUD GH WRXFKHU OHV KRLLPHV GHV VLFOHV £ YHQLU 1RXV FRQVLGUHURQV SOXV ORLQ OD G\QDPLTXH TXL VnWDEOLW HQWUH FHV GHX[ WUHV LQVSLUHV SDU OH VRXYHQLU Gn$NKQDWRQ GIXQW HW HQWUDLQV D SDUWDJHU OD SDUROH DILQ TXH OH UHYH GX SKDUDRQ VRLW GOLYU GH OD PRUW SDU OnFULW 1 S f &RPPH FDGUH GH VRQ KXLWLHPH URPDQ LQWLWXO /HV 0DUFKHV GH VDEOH f $QGUH &KHGLG FKRLVLW On(J\SWH DX[ HQYLURQV GX TXDWULHPH VLFOH DSUV -VXV&KULVW SD\V WLUDLOO HQWUH OHV WHQDQWV GH OD IRL FKUWLHQQH HW OHV GIHQVHXUV GHV GLHX[ DQFLHQV WHUUH GFKLUH SDU GHV OXWWHV UHOLJLHXVHV 6H GWDFKHQW VXU FH WDEOHDX GH YLROHQFH HW GH KDLQHV IDQDWLTXHV OHV ILJXUHV GH WURLV IHPQHV &\UH 0DULH HW $WKDQDVLD TXL VnH[LOHQW GDQV OH GVHUW FKDFXQH HQ TXWH GnXQH YULW SHUVRQQHOOH FKDFXQH SRXVVH WRXMRXUV HQ DYDQW SDU OnDPRXU &HV DQDFKRUWHV SULVHV GnDEVROX GnDJH HW GH PLOLHX WUHV GLIIUHQWV QH VH VHUDLHQW MDPDLV UHQFRQWUHV VL OH GHVWLQ HW OH GVHUW QH OHV DYDLHQW SDV UXQLHV &\UH SD\VDQQH GH WUHL]H DQV 0DULH DJH GH WUHQWHFLQT DQV DQFLHQQH FRXUWLVDQH D $OH[DQGULH HW $WKDQDVLD DJH GH VRL[DQWH DQV DXWUHIRLV SRXVH KHXUHXVH GnXQ PDJLVWUDW HW PHUH GYRXH GH GHX[ ILOV GFLGHQW GH IDLUH URXWH HQVHPEOH HW VH GLULJHQW YHUV nKDELWDWLRQ GH OnHUPLWH 0DF (O OHV OH WURXYHQW HQ FRPSDJQLH GH 7KPLV YLHLO KRPPH D SHX GH GLVWDQFH GH VD PRUW TXL IDLW XQH VRUWH GH UHWUDLWH DXSUV GH OnHUPLWH 06 S f (Q HIIHW 7KPLV VnHVW HQIRQF GDQV OH GVHUW D OD UHFKHUFKH Gn$WKDQDVLD DLPH GHSXLV

PAGE 129

ORQJ WHPSV GnXQ DPRXU LQDYRX HW HQILQ UHWURXYH SDU KDVDUG FKH] 0DF 3HQGDQW FH EUHI VMRXU FRPPXQ 7KPLV VnHQWUHWLHQW ORQJXHPHQW DYHF 0DULH HW SXLV DYHF $WKDQDVLD HW FnHVW SDU VRQ UFLW HQWDP WURLV DQV DSUV FHWWH UHQFRQWUH TXH OH OHFWHXU FRQQDLW OD VLQJXOLUH DYHQWXUH GHV WURLV IHPPHV OHV YQHPHQWV TXL DYDLHQW SURYRTX OHXU IXLWH GDQV OH GVHUW HW OHV TXWHV LQGLYLGHQ HV TXnHOOHV \ HQWUHSUHQQHQW &\UH TXL D IDLW YRHX GH VLOHQFH QH SHXW OH UHQVHLJQHU VXU VRQ SDVV PDLV SDU GnDXWUHV ERXFKHV LO VDLW TXnHOOH VnWDLW HQIXLH GnXQ FRXYHQW R RQ OD PDOWUDLWDLW HW DYDLW SQWU GDQV OH GVHUW GDQV OnHVSRLU GH WURXYHU XQH RDVLV XQH WDSH GH ERQKHXU HW GnDPRXU GDQV VRQ H[LVWHQFH MXVTXnDORUV PDOKHXUHXVH 7KPLV QRXV UDFRQWH TXH 0DULH EHOOH FXOWLYH DGRQQH DX[ SODLVLUV GH OD FKDLU DYDLW UHQRQF £ VD YLH GH FRXUWLVDQH SRXU VH IDLUH DQDFKRUWH FDU GH QDWXUH H[FHVVLYH HOOH QH SRXYDLW FRQFHYRLU DXFXQH DXWUH USRQVH £ OnDSSHO GX 6HLJQHXU TXnHOOH FUR\DLW DYRLU HQWHQGX 3HQGDQW VHV QHXI DQQHV GH VROLWXGH HOOH DYDLW HVVD\ GH PDWHU VRQ FRUSV HW GH OH UGXLUH HQ OnH[SRVDQW £ WRXV OHV UDYDJHV GX GVHUW YLVDQW £ XQ GSRXLOOHPHQW GH SOXV HQ SOXV WRWDO 3RXUWDQW HOOH VH VHQWDLW HQFRUH DWWDFKH £ OnWUH TXnHOOH DYDLW W HQ SURLH £ XQH GXDOLW TXL OD UHWHQDLW GDQV VD SRXUVXLWH GH nDEVROX GDQV OD IRL HW GDQV nDPRXU 'H PPH $WKDQDVLD DYDLW W HQWUDQH D VnHQIRQFHU GDQV OH GVHUW SDU DPRXU &HSHQGDQW FKH] HOOH LO VnDJLW GnXQ DPRXU WRXW D IDLW KXPDLQ TXRLTXH SRXVV FRPPH FHOXL GH 0DULH D VRQ SOXV KDXW GHJU /D PRUW GH VRQ ILOV FDGHW VXSSOLFL SDU GHV IDQDWLTXHV SDnLHQV DYDLW IDLW Gn$QWRLQH VRQ ILOV DLQ XQ WUH FRQVXP SDU OD KDLQH $QGURV VRQ PDUL DYDLW SULV OD GHFLVLRQ GnHQWUD7QHU nHQIDQW

PAGE 130

TXL OHXU UHVWDLW GDQV OH GHVHUW SRXU OH SURWHJHU GHV SHUVHFXWLRQV HQ FRXUV HW DXVVL GDQV OnHVSRLU GH YRLU GLPLQXHU VD VRLI GH YHQJHDQFH $WKDQDVLD TXDQW D HOOH DYDLW DFFHSW GH VH FORLWUHU GDQV XQ FRXYHQW D OnRUH GHV VDEOHV $X ERXW GH FLQT DQV HOOH WDLW SDUWLH £ OHXU UHFKHUFKH GJXLVH HQ KRPQH SRXU VH SUHVHUYHU GHV DWWDTXHV GHV EULJDQGV (OOH DYDLW UHWURXY VRQ PDUL SUHVTXH DYHXJOH TXL PHQDLW XQH YLH GH UHFXHLOOHPHQW HW GH SULUH 3RXU QH SDV GWUXLUH OD SDL[ TXH VD IRL OXL DYDLW GRQQH HOOH VnWDLW FRQWUDLQWH SDU DPRXU GH YLYUH FRWH D FRWH DYHF OXL SHQGDQW GHV DQQHV MXVTXnD VD LQRUW VDQV OXL UYOHU VD YULWDEOH LGHQWLW 0DOJU OH FDGUH RX SUGRPLQHQW OHV SHUVFXWLRQV UHOLJLHXVHV HW OHV KDLQHV IDQDWLTXHV FDUDFWULVWLTXHV GH FHWWH SRTXH WURXEOH &KHGLG PHW HQ HYLGHQFH FH TXL XQLW FHV WURLV IHPPHV $SSDUHPPHQW WUHV GLVVHPEODEOHV HOOHV VnHQWUDLGHQW £ FKHUFKDU OHXUV YRLHV GDQV OH GHVHUW HW GDQV OD YLH $X PRPHQW R OHXUV FKHPLQV VH FURLVHQW FKDFXQH GHOOHV HVW DUULYH D XQ WRXUQDQW GH VD YLH &\UH TXL DYDLW WRXMRXUV YFX VRXV OD WXWHOOH GHV DXWUHV VnHVW FKDSSH GH VRQ FRXYHQW SRXU FKHUFKHU DLOOHXUV OnDPRXU HW OH ERQKHXU TX HO OH QnDYDLW JXUH FRQQXV SHQGDQW VRQ HQIDQFH 0DULH D\DQW WRXW TXLWW SHQGDQW VHV QHXI DQQHV GnDVFVH GRLW GFLGHU VL HOOH HVW FDSDEOH GH SRXVVHU OD UXSWXUH MXVTXnDX SRLQW GnXQ UHQRQFHPHQW VDQV UHWRXUf§VH TXLWWHU SRXU GHYHQLU OnHVSDFH HW OH OLHX GX 6HLJQHXU 06 SS f $WKDQDVLD YLHQW GH SHUGUH VRQ PDUL $QGURV KRLLQH TXnHOOH DYDLW WHOOHPHQW DLP TXnHOOH DYDLW DFFHSW GH FURLUH SRXU OXL GH VH VSDUHU GH OXL HW nD\DQW UHWURXY GH YLYUH £ FW GH OXL GDQV XQH JURWWH GX GVHUW VDQV ULHQ OXL UYOHU SRXU QH SDV OH SULYHU GH VD SDL[ /HV YRLHV GH FHV WURLV (J\SWLHQQHV VnXQLVVHQW SHQGDQW TXHOTXHV MRXUV HW

PAGE 131

OHV PQHQW YHUV OD UHWUDLWH GH 7HUPLWH 0DF R GH PPH OHXUV YRL[ VH POHQW DX FRXUV GnXQH VXFFHVVLRQ GH UHQFRQWUHV HW GnHQWUHWLHQV TXL OHV DLGHQW £ VnDQDO\VHU HW VH FRQQDLWUH %LHQ TXH OHV KDLQHV HW OD YLROHQFH GH OHXU VLFOH DLHQW WRXII 7DSSHO D OD IUDWHUQLW HOOHV 7HQWHQGHQW HW \ USRQGHQW &RPPH GDQV OHV URPDQV FKHGLGLHQV GHMD WXGLV 7H[SUHVVLRQ GH OD IUDWHUQLW VH WURXYH GDQV OD SDUROH OD FRQPXQLFDWLRQ /H SDUWDJH GH OD SDUROH SDU FHV WURLV IHPPHV HVW GnDXWDQW SOXV FKDUJ GH VLJQLILFDWLRQ HW UHSUVHQWH XQH IUDWHUQLW GnDXWDQW SOXV SURIRQGH HW SUFLHXVH TXH WRXWHV OHV WURLV DYDLHQW W SULYHV GHSXLV GHV DQQHV GH OD FRQPXQLRQ TXH GRQQH OD YUDLH FRQPXQLFDWLRQ &\UH £ FDXVH GH VRQ YRHX GH VLOHQFH HW GH OD FUXDXW GH VHV FRPSDJQHV DX FRXYHQW 0DULH SDUFH TXnHOOH VnWDLW H[LOH GDQV OH GVHUW HW DYDLW SHUGX SDU FRQVTXHQW WRXW LQWHUORFXWHXU HW $WKDQDVLD TXL SRXU UHVSHFWHU OD GFLVLRQ SULVH SDU VRQ PDUL GH PHQHU XQH YLH GnDVFVH VnWDLW WXH SRXU DLQVL GLUH HQ SUVHQFH GH OD VHXOH SHUVRQQH GRQW OD SDUROH OXL DXUDLW DSSRUW TXHOTXH FRQVRODWLRQ &\UH SHWLWH SD\VDQQH £ 7LPH MR\HXVH DYDLW UHQRQF D SDUOHU HQ WPRLJQDJH GH VRQ DIIHFWLRQ SRXU XQ YLHLO HUPLWH VLOHQFLHX[ TXL DYDLW W OH VHXO D OXL PRQWUHU GH OD WHQGUHVVH KXPDLQH (OOH QH VnHQWUHWLHQW SDV DYHF 0DULH HW $WKDQDVLD FRPPH OH IRQW 7KPLV HW 0DF PDLV HOOH VH GOHFWH D FRXWHU OHV SURSRV TXH FHV GHUQLUHV FKDQJHQW OD QXLW GDQV OHXUV FHOOXOHV WDLOOHV GDQV OHV PXUV GX IRUWLQ &RPPH HOOH RFFXSH FHOOH GX PLOLHX &\UH HQWHQG OHXUV SDUROHV DOOHU HW YHQLU DX GHVVXV G HO OH 5HFXHLOODQW GHV EULEHV GH OD YLH GH VHV FRPSDJQHV TXL WUDYHUVHQW VD FHOOXOH HOOH VH WURXYH ELHQ (Q UHWRXU &\UH RIIUH D FHOOHVFL VRQ FKDQW SXU HW OLPSLGH 4XL SOXV HVW HOOH OHV DLGH D

PAGE 132

FKRLVLU HW £ VXLYUH OHV FKHPLQV TXL FRQGXLVHQW YHUV nDYHQLU /D SUHVHQFH GH FHWWH HQIDQW YHLOOH FKH] $WKDQDVLD OLQVWLQFW PDWHUQHO VL IRQGDPHQWDO D VD QDWXUH DLPDQWH HW HQ VnDWWDFKDQW £ OD SHWLWH ILOLH HOOH UDSSUHQG D YLYUH HOOH ILQLW SDU HWUH UDWWUDSH SDU OD YLH 4XDQG &\UH PHXUW GnXQH SLTXUH GH VFRUSLRQ SHX DSUV OHXU GHSDUW GH OD IRUWHUHVVH KDELWH SDU 0DF $WKDQDVLD SUWH £ VRPEUHU GDQV OH GVHVSRLU SDUYLHQW £ OnYLWHU HQ VH ODLVVDQW DGRSWHU SDU OHV HQIDQWV GnXQ YLOODJH 6L HOOH DLGH $WKDQDVLD £ UHYHQLU GH VD SHLQH HW D UHSUHQGUH FRQWDFW DYHF OH PRQGH &\UH PRXUDQWH PHW 0DULH GDQV OD YRLH TXL OXL SHUPHWWUD GnDOOHU MXVTXnDX UHQRQFHPHQW WRWDO HOOH DFFHSWH GH SDUOHU HQ FKDQJH GX VLOHQFH GH 0DULH HW HQ OXL HQOHYDQW OD SDUROH WDSH GH GSRXLOOHPHQW D DTXHO OH 0DULH QnDYDLW SDV SX SDUYHQLU WRXWH VHXOH &\UH OnDLGH £ VH FRQVDFUHU HQWLUHPHQW D OnFRXWH GH OD SDUROH GLYLQH /HV YRL[ GH FHV IHPPHV VH VXLYHQW VH UHMRLJQHQW HW VH GLVVLSHQW DX FRXUV GH OHXU VMRXU £ OD UHWUDLWH GH 7HUPLWH (OLHV VnO HYHQW GDQV GHV LQWHUURJDWLRQV HW IUDWHUQHOOHV HO OHV VH WDL VHQW SRXU FRXWHU HW SRXU FRPSUHQGUH &HV YRL[ VRQW OH VLJQH GnXQH YUDLH FRPPXQLRQ JUDFH £ ODTXHOOH OH PDQTXH D YLYUH VH PHW D YLYUH 06 S f $ OHXU GSDUW OHV YRLHV GH &\UH 0DULH HW $WKDQDVLD VH VSDUHQW HW HOOHV UHSUHQGURQW HQ PDLQ OHXUV GHVWLQV HQULFKLHV VHFRXUXHV HW FODLUHV SDU FHWWH WUDQJH LPSUHYLVLEOH UHQFRQWUH 06 SS f 1RQ PRLQV TXH GDQV /n$XWUH HW GDQV 1HIHUWLWL OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH RXYUH OD YRLH TXL UQHQH YHUV 7DYHQLU /nDFWLRQ GH /D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV f 7RHXYUH URPDQHVTXH OD SOXV UFHQWH GH &KHGLG VH GURXOH DX /LEDQ HQ SOHLQ W .DO\D HW VD SHWLWHILOOH 6\ELO TXL QH VH VRQW MDPDLV UHQFRQWUHV VH

PAGE 133

GRQQHQW UHQGH]YRXV £ %H\URXWK GDQV nLQWHQWLRQ GH SDVVHU TXHOTXHV VHPDLQHV HQVHPEOH DX SD\V GH OHXUV DQHHWUHV &HSHQGDQW OH PRPHQW QnHVW SDV SURSLFH £ GHV YDFDQFHV SDLVLEOHV /D JUDQGPHUH YHQXH GD 3DULV HW OD ILOOHWWH TXL YLW DX[ (WDWV8QLV QnFKDSSHQW SDV D OD WUDJGLH HW £ OD YLROHQFH GHV OXWWHV IUDWULFLGHV TXL FRPQHQFHQW £ GFKLUHU OD FDSLWDOH 2U OD UDOLW DIIOLJHDQWH GH FH VMRXU GDQV XQ /LEDQ R OH IDQDWLVPH IDLW FKDTX MRXU GH QRXYHOOHV YLFWLPHV LQQRFHQWHV HVW GLDPWUDOHPHQW RSSRVH £ OD VFXULW HW £ OD SDL[ FRQQXHV SDU .DO\D TXDUDQWHWURLV DQV DXSDUDYDQW HQ YLOOJLDWXUH £ OD PRQWDJQH DYHF VD SURSUH JUDQGPUH 1RX]D 6L OD IHPPH VH UHSORQJH GDQV VHV VRXYHQLUV FKHUFKDQW £ UHYLYUH OHV MRXUV KHXUHX[ SDVVHV HQ FRPSDJQLH GH 1RX]D HW GH TXHOTXHV DXWUHV PHUQEUHV GH OHXU IDPLOOH SDUSLOOH FHWWH PDLVRQ VDQV UDFLQHV FnHVW TXnHOOH VHPEOH HVVD\HU Gn\ WURXYHU OD IRUFH GfDIIURQWHU OHV SUHXYHV GX SUHVHQW (OOH DVVLVWH LLQSXLVVDQWH £ OD GHVWUXFWLRQ GX V\PEROH GH OD IUDWHUQLW TXL FRQVLVWH HQ OD PDUFKH VROHQQHOOH OnXQH YHUV nDXWUH GH GHX[ MHXQHV IHPPHV 0\ULDP FKUWLHQQH HW $PPDO PXVXOPDQH DPLHV GHSXLV OnHQIDQFHA $SUV OnFODWHPHQW VRXGDLQ GnXQ FRXS GH IHX TXL DWWHLQW OnXQH GHV /LEDQDLVHV.DO\D QH VDLW UQPH SDV DTXHO OH FDU KDELOOHV LGHQWLTXHPHQW HOOHV VRQW GHYHQXHV DX UHJDUG LQWHUFKDQJHDEOHVf§OD JUDQGPUH D VRQ WRXU WUDYHUVH OD SODFH R GHYDLW VH SURGXLUH OHXU UHQFRQWUH (OOH DYDQFH DX[ DJXHWV UHYROYHU DX SRLQJ GDQV OH EXW GH SUHYHQLU XQH GHX[LPH DWWDTXH WRXW HQ VH UHPPRUDQW OH ERQKHXU WUDQTXLOOH GH W SDVV DXSUV GH 1RX]D 8QH IRLV VRQ SDUFRXUV DFKHY WDQGLV TXnHOOH FURLW VHV DPLHV D OnDEUL GH WRXW GDQJHU .DO\D YRLW DEDWWUH GHX[ DXWUHV YLFWLPHV LQQRFHQWHV GH OD KDLQH 6\ELO FRXUDQW UHMRLQGUH VD JUDQGPUH HW OH YLHX[

PAGE 134

GRPHV WL TXH 6, LPDQH TXL VnO DQHH £ VD SRXUVXLWH VRQW IUDSSV SDU OHV EDLOHV GnXQ HPEXVTX YLVDQW £ SHUSWXHU XQH OXWWH IUDWULFLGH VXU ODTXHOOH OD GRXFHXU HW OnLQQRFHQFH LQFDUQHV SDU FHV GHX[ WUHV QnRQW SDV GH SULVH 'DQV FH URPDQ OH WKPH GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH QH WURXYH TXnXQH H[SUHVVLRQ DVVH] OLPLWH ,, VnDJLW SULQFLSDOHPHQW GHV OLHQV GH FRPPXQLFDWLRQ GH FRPSUHKHQVLRQ HW GH VROLGDQnW TXL XQLVVHQW GHV LQGLYLGXV VSDUV SDU XQH GLIIUHQFH GnDJH GH QDWLRQDO L W RX GH UHOLJLRQ WHO V TXH .DO\D HW 6\ELO 6\ELO HW OH ERXWLTXLHU $]L] 0\ULDP HW $PPDO /D PDQLIHVWDWLRQ GnXQH IUDWHUQLW SOXV JQUDOH SDU OH UDVVHPEOHPHQW TXL GHYDLW VXLYUH OD PDUFKH OD UHQFRQWUH HW OnFKDQJH GnXQ EDLVHU V\PEROLTXH SUYXV SDU OHV GHX[ DPLHV OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH TXL GHYDLW FRQWULEXHU £ PHWWUH ILQ DX[ KRVWLO L WV HQ IDFLOLWDQW OD FRQPXQLFDWLRQ HQWUH GHV LQGLYLGXV DSSDUWHQDQW £ GHV FDPSV DGYHUVHV HW OH SDUWDJH FROOHFWLI GH OD SDUROH SRXU H[LJHU GnXQH PPH YRL[ OD ILQ GHV WXHULHV HW GHV UHSUVDLOOHV WRXW FHOD ILQLU£ SDU GHPHXUHU HQ VXVSHQV /D IRXOH TXL GHYDLW UFODPHU OD ILQ LLQPGLDWH GH WRXWH GLVVHQVLRQ GH WRXWH YLROHQFH UHVWH SDUSLOOH HW VLOHQFLHXVHOD SXLVVDQFH GH OD SDUROH SDUWDJH YKLFXOH GH OD IUDWHUQLW HW DQWLGRWH FRQWUH nLQWROUDQFH QnD SDV OH WHPSV GnDJLU 9X OD GLVFRUGH TXL FRQWLQXH D GFKLUHU OH /LEDQ OD URPDQFLUH QnH[SULPH SDV GDQV /D 0DLVRQ XQ RSWLPLVPH TXL QH VDXUDLW WUH TXH IDX[ HW WUHV QDI /HV SDUROHV GH OD JUDQGPUH TXL GHFODUH D OD ILQ GH VD PDUFKH 7RXW YD ELHQ 7RXW YD ELHQ QH YLHQGURQW SDV £ ERXW GX GHVWLQ DX OLHX GH SURGXLUH OD FRPPXQLFDWLRQ HQWUH OHV PHPEUHV GHV FRPPXQDXWV KRVWLOHV TXL VHUYLUDLW £ HQJHQGUHU OD WROUDQFH HW OD FRPSUKHQVLRQ PXWXHOOHV QFHVVDLUHV SRXU PHWWUH ILQ £ OD YLROHQFH HW £ OD PRUW OH SURMHW GH

PAGE 135

0\ULDP HW $QPDO QnDERXWLW TXnD XQ VLOHQFH FULEO GH FRXSV GH IHX 05 S f 'DQV OnHQJUHQDJH GH PRUWV HW GH UHSUVDLOOHV OHV YRL[ TXL KRUV GHV DSSDUWHQDQFHV GHV FODQV GHV FDWFKLVPHV GHV IRGDOLWV GHV LGHRORJLHV YHLOOHUDLHQW FHO OHV GX VLOHQFH GLVVLSHUDLHQW OHV SHXUV FKDQJHUDLHQW FHV SDUROHV WXHV HQ XQH VHXOH SDUROH GH FRQFRUGH GH OLEHUW 8QH SDUROH SRXU WRXV QH SDUYLHQQHQW SDV £ VH IDLUH HQWHQGUH 05 S f 8QH IRLV PLVHV HQ UHOLHI OHV GLIIUHQWHV H[SUHVVLRQV WKPDWLTXHV GH OD QRWLRQ GX SDUWDJH GH OD SDUROH VXU OH SODQ GH OnKLVWRLUH LO FRQYLHQGUD PDLQWHQDQW GH VXLYUH OH GYHORSSHPHQW GH FH FRQFHSW DX QLYHDX GX UFLW 6L OD FRQVLGHUDWLRQ GH FH GHX[LPH DVSHFW GH OD UDOLW QDUUDWLYH VH SUVHQWH HVVHQWLHOOHPHQW FRPPH XQH GHVFULSWLRQ GH OD WUDQVIRUPDWLRQ JUDGXHOOH GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH LO IDXW WRXWHIRLV WHLU FRPSWH GH OD SUHVHQFH GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH HW GX UROH LPSRUWDQW TXnLO DVVXPH GDQV OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ (Q FDUDFWULVDQW OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GH FHV WURLV RXYUDJHV QRXV SUHQGURQV FRPPH SRLQW GH GSDUW OH SRUWUDLW GHV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV HW RPQLVFLHQWV HVTXLVV DX FKDSLWUH SUHFHGHQW $SUV DYRLU VRXOLJQ OHV WUDLWV SDUWDJV SDU WRXV OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GH OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH QRXV WHQWHURQV GH GWHUPLQHU VL OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GL VFRXUV GH SHUVRQQDJH YD GH SDLU DYHF XQH PRGLILFDWLRQ SOXV RX PRLQV IRQGDPHQWDOH GH OD GPDUFKH QDUUDWLYH GHV ORFXWHXUV TXL UDFRQWHQW OnKLVWRLUH GnXQH SHUVSHFWLYH H[WULHXUH HW REMHFWLYH 2U SDU UDSSRUW DX[ WURLV VRXV FDWJRULHV GH OD YRL[ H[SORUHV SDU *HQHWWHWHPSV QLYHDX HW SHUVRQQHf§RQ FRQVWDWH TXH OHV FDUDFWULVWLTXHV GHV QDUUDWHXUV

PAGE 136

KWURGLJWLTXHV TXL VH IRQW HQWHQGUH GDQV OHV URPDQV OHV SOXV UFHQWV FRUUHVSRQGHQW DVVH] H[DFWHPHQW D FHOO HV GHV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV GHMD WXGLV &HV QDUUDWHXUV TXL QH ILJXUHQW GDQV OnKLVWRLUH TXnLOV UDFRQWHQW QL HQ WDQW TXH SURWDJRQLVWH QL HQ WDQW TXH SHUVRQQDJH VHFRQGDLUH VH VLWXHQW WRXV DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH FDU OHXUV YRL[ QRXV SDUYLHQQHQW VDQV DXFXQH WUDFH GH PGLDWLVDWLRQ SDU OH GLVFRXUV GnXQ DXWUH VXMHW SDUODQW 3RXUWDQW PDOJU OnDEVHQFH GH WRXWH KLUDUFKLVDWLRQ OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH GX WH[WH GHV SHUVRQQDJHV QnHVW SDV VDQV LPSOLFDWLRQV SRXU OnDXWRULW GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ $ OD GLIIUHQFH GHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV GHV URPDQV DQWULHXUV LV QH UHSUVHQWHQW SDV nXQLTXH VRXUFH H[WUDGLJWLTXHf GnLQIRUPDWLRQ VXU OH PRQGH GH OnKLVWRLUH (Q FRQVLGUDQW OD TXHVWLRQ GH OHXU FUGLELOLW LO IDXGUD GRQH WHLU FRPSWH GX GLVFRXUV GH SOXV HQ SOXV QDUUDWLI GH FHUWDLQV DFWHXUV TXL YRTXHQW TXHOTXHVXQV GHV YQHPHQWV RX GHV SHUVRQQDJHV HQ TXHVWLRQ VHORQ XQH SHUVSHFWLYH PDUTXH SDU XQH SOXV JUDQGH SUR[LPLW &RPPH GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV GRQQ OnDEVHQFH WRWDOH GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH GH OnXQLYHUV GLJWLTXH OD GLVWDQFH VSDWLDOH HW WHPSRUHOOH TXL H[LVWH HQWUH FH QDUUDWHXU HW VHV SHUVRQQDJHV UHVWH SRXU DLQVL GL UH LQILQLH /nHPSORL WUHV USDQGX GX SUVHQW QDUUDWLI DX OLHX GH FUHU XQH LPSUHVVLRQ GnKRPRGLJWLFLW FKH] OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH LQGLTXH SOXWRW XQH DEROLWLRQ GH OD GLVWDQFH PRWLRQQHOOH TXL OH VSDUH GH VHV SHUVRQQDJHV GRQW GFRXOH XQ KDXW GHJU GnLGHQWLILFDWLRQ DYHF HX[ (Q HIIHW DX OLHX GnDXJPHQWHU OJUHPHQW OD SHUFHSWLELOLW GX QDUUDWHXU HQ OXL DWWULEXDQW OH UROH GnXQ WPRLQ TXL REVHUYH nDFWLRQ VDQV \ SDUWLFLSHU OnHPSORL GX nSUVHQW QDUUDWLIn £ YDOHXU GH SUWULWA FRQWULEXH

PAGE 137

SOXWW £ VRQ HIIDFHPHQW $LQVL TXH QRXV DYRQV VJQDOH DX FKDSWUH SUHFHGHQW XQ FRQWH[WH QDUUDWLI DX SUVHQW VHUW SDUIRLV £ IDUH IORWWHU OHV IURQWLUHV HQWUH OH WH[WH GX QDUUDWHXU HW FHOXL GX SHUVRQQDJH FUDQW XQH DPELJX7W IFRQGDQWH £ OnJDUG GH nL GHQWL W GX VXMHW SDUODQW HW UGXLVDQW GRQH OD SUHGRPLQDQFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH (Q RXWUH nXVDJH USDQGX HW SURORQJ GH FH WHXSV ILQLW SDU PDVTXHU HQ TXHOTXH VRUWH OD SUHVHQFH PHG DWULFH GX QDUUDWHXU SDU OD WUDQVIRUPDWLRQ GX OHFWHXU OXLPPH HQ XQ WPRLQ SDVVLI HW VLOHQFLHX[ GHV YQHPHQWV TXL VHPEOHQW VH GURXOHU GLUHFWHPHQW GHYDQW OXL IDLVDQW DLQVL DEVWUDFWLRQ GH WRXW FDUW WHPSRUHO QFHVVLWDQW nLQWHUYHQWLRQ GnXQ MHQDUUDQW 9X OnDPSOHXU TXH SUHQG OH SUVHQW QDUUDWLI GDQV /n$XWUH HW GDQV /D 0DLVRQ OnH[LVWHQFH GnXQH ILQ DX SUVHQW QH FRQVWLWXH SDV OD PDUTXH GnXQH LVRWRSLH WHPSRUHOOH HQWUH OnKLVWRLUH HW OD QDUUDWLRQ /D GLVWDQFH WHPSRUHOOH HQWUH OHV YQHPHQWV UDFRQWV HW OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLW ELHQ TXLQGWHUPLQH VHPEOH UHVWHU FRQVWDQWH /nHPSORL GX SDVV VXIILW D VLJQDOHU OD SRVWULRULW GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH SDU UDSSRUW £ OnDFWLRQ VDQV TXnLO \ DLW DXFXQH LQGLFDWLRQ GH OD GXUH TXL OHV VSDUH FDU PPH VL OnKLVWRLUH HVW GDWH FRPPH GDQV /D 0DLVRQf OD QDUUDWLRQ QH OnHVW SDV $LQVL JUDFH D OnHPSORL GX SUWULW DYHF VD YDOHXU GH SDVV VDQV £JHA PPH GHV YQHPHQWV WUDJLTXHV GHYHQXV SLXWRW TXRWLGLHQV SDU OD YRLH GX MRXUQDO HW GH OD WOYLVLRQ WHOV TXH OD GYDVWDWLRQ GHV VLVPHV HW OH FDUQDJH GHV OXWWHV IUDWULFLGHV UHYWHQW HQ TXHOTXH VRUWH XQH TXDOLW LQWHPSRUHOOH TXL QRXV SHQQHW GH OHV GUDFLQHU DILQ GH PLHX[ VDL VLU OD GLPHQVLRQ V\PEROLTXH HW XQLYHUVHOOH PLVH HQ YDOHXU SDU &KHGLG 2U D OD GLIIUHQFH GH OD QDUUDWLRQ XOWULHXUH FDUDFWULVWLTXH GH /n$XWUH GH

PAGE 138

/D 0DLVRQ HW GH WRXV OHV URPDQV FKHGLGLHQV FRQVLGHUHV MXVTXnLFL GDQV /D &LW OD QDUUDWLRQ VH IDLW SUHVTXH HQWLHUHPHQW DX SUHVHQW FH TXL VXJJUH GRQH OD FRLQFLGHQFH ULJRXUHXVH GH OnKLVWRLUH HW GH OD QDUUDWLRQ &HWWH VLPXOWDQLW VHPEOH WUH OD SOXV PDUTXHH GDQV OH PRQRORJXH LQWULHXU Gn$OID WH[WH R OH UFLW VnHIIDFH HQ JUDQGH SDUWLH GHYDQW OH GLVFRXUV 3DU FRQWUH GDQV OH UFLW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH R FH PRQRORJXH VH WURXYH LQVU OD QDUUDWLRQ DX SUHVHQW FRQVWLWXH SO XWW HQFRUH XQ DXWUH GHV SURFGV GRQW GFRXOHQW OHV HIIHWV GnLQWHPSRUDO L W HW GnHIIDFHPHQW GH 7LQVWDQFH QDUUDWLYH TXL FRQWULEXHQW D FUHU OH UHJLVWUH PLUDOLVWH PLOJHQGDLUH W\SLTXH GH OD SOXSDUW GHV URPDQV FKHGLGLHQV $\DQW EULYHPHQW FRQVLGU OHV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ VHO RQ OHV FDWHJRULHV TXL VRXVWHQGHQW OD QRWLRQ JHQHWWLHQQH GH OD YRL[ RQ FRQVWDWH TXnLOV QH VH GLVWLQJXHQW JXUH GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GHMD WXGLV 3DUHL HPHQW TXDQW £ OHXU GHJU GH SULYLOHJH FRJQLWLI WRXW FRPPH OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FHX[ TXL VH IRQW HQWHQGUH GDQV OHV RXYUDJHV SOXV UFHQWV VH FDUDFWULVHQW SDU nRPQLVFLHQFH 3RXUWDQW VnLOV RQW OD SRVVL ELOOnW GH VRQGHU nHVSULW GHV SHUVRQQDJHV HW GH QRXV UYOHU DLQVL OHXUV SHQVHV OHV SOXV LQWLPHV L V VnHQ WLHQQHQW WRXWHIRLV D XQ FKDPS DVVH] UHVWUHLQW D OnJDUG GH OD WUDQVPLVVLRQ GX GLVFRXUV LQWULHXU GH FHUWDLQV GH FHV DFWHXUV 'DQV /n$XWUH OHV SHQVHV GX MHXQH KRPPH QH VXELVVHQW MDPDLV DXFXQH PGLDWLRQ RX LQWHUSUWDWLRQ SDU OD YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH OD IRFDOLVDWLRQ LQWHUQH VXU FH SHUVRQQDJH WDQW UVHUYH H[FO XVL YHLQHQW DX[ SDVVDJHV R VRQ GL VFRXUV LQWULHXU SDUYLHQW GLUHFWHPHQW DX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH &KH] $OID VL OH

PAGE 139

QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH QH VnDEVWLHQW SDV HQWLUHPHQW GH OLUH OHV SHQVHV HW GH GFULUH OHV VHQVDWLRQV GH OD YLHLOOH IHPPH WRXMRXUV HVWLO TXH OH SOXV VRXYHQW LO QH OD SUVHQWH TXnHQ IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH 3DU FRQWUH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH GH /D 0DLVRQ LQFRUSRUH DVVH] IUTXHPPHQW OH GL VFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV \ FRPSULV FHOXL GH .DO\Df GDQV VRQ SURSUH UFLW GHV YQHPHQWV GH OnW &HSHQGDQW GDQV VD UHODWLRQ GH OD PDUFKH TXnHQWUHSUHQG OD JUDQGPUH LO IDLW SUHVTXH WRWDOHPHQW DEVWUDFWLRQ GH OnDFWH GH UHPPRUDWLRQ SDU OHTXHO HOOH DVVXPH D VRQ WRXU OH UROH GH QDUUDWHXU $LQVL GDQV FHV WURLV URPDQV OnDEVHQFH SOXV RX PRLQV PDUTXH GH LQWJUDWLRQ GX GL VFRXUV LQWULHXU GH FHUWDLQV SHUVRQQDJHV GDQV FHOXL GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW VHUW D DFFHQWXHU QRQ SDV VHXOHPHQW OnDXWRQRPLH GH OD YRL[ GH FHV DFWHXUV PDLV DXVVL HQ TXHOTXH VRUWH nLQGSHQGDQFH GH OHXU GL VFRXUV TXL VH MX[WDSRVH £ FHOXL GX QDUUDWHXU H[WUD KWURGLJWLTXH VDQV TXnLO DUULYH SRXU DXWDQW D FH GHUQLHU GnHQ UDFRQWHU OnDFWH GnQRQFLDWLRQ RX GnHQ WUDQVPHWWUH OH FRQWHQX 0DOJU FHWWH DXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GL VFRXUV GHV SHUVRQQDJHV OD YUDFLW GX UFLW UDFRQW SDU OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH QH VH WURXYH MDPDLV PLVH HQ TXHVWLRQ /RLQ GH GLPLQXHU VD HU GLEL L W OH PRQRORJXH LQWULHXU GHV DFWHXUV ILQLW SOXWRW SDU FRUURERUHU OD YHUVLRQ GHV YQHUQHQWV HW OD GHVFULSWLRQ GHV SHUVRQQDJHV LQFOXVHV GDQV VD UHODWLRQ /nDXWRULW TXH FRQIUH OH KDXW GHJU GH SULYLOHJH FRJQLWLI GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH UHVWH GRQH LQFRQWHVWH 4XL SOXV HVW WRXW FRUUDQH OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GHV TXDWUH SUHQLHUV URPDQV FKHGLGLHQV FHX[ GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ QH GRQQHQW SDV OnLPSUHVVLRQ GnHWUH FRQVFLHQWV GnHX[PPHV HQ WDQW TXnPHWWHXUV GnXQ UFLW 2Q QH WURXYH GDQV OHXUV WH[WHV DXFXQ FRPPHQWDLUH QL VXU OH

PAGE 140

GLVFRXUV QL VXU OD QDUUDWLRQ TXL WUDKLUDLW SHXWWUH XQH GHIRUPDWLRQ YRXOXH RX PPH LQFRQVFLHQWH GH OD YHUL W &RPSWH WHQX GH FHV UHVVHPEODQHHV IRQGDPHQWDOHV TXL H[LVWHQW HQWUH WRXV OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GH OnRHXYUH FKHGLGLHQQH QRXV QRXV SURSRVHURQV PDLQWHQDQW GH FRQVLGUHU OHV URPDQV HQ TXHVWLRQ VRXV XQH RSWLTXH XQ SHX GLIIUHQWH DILQ GH GHWHUPLQHU OH GHJU R OD SUHVHQFH GHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV VH IDLW VHQWLU £ WUDYHUV OHXU GL VFRXUV 2U GH PPH TXH GDQV OHV RXYUDJHV DQWULHXUV OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GDQV OHV GHUQLHUV URPDQV VnHQ WLHQQHQW SUHVTXH H[FOXVLYHPHQW D OHXU VHXOH IRQFWLRQ REOLJDWRLUH TXL HVW FHOOH GH QDUUHU 6nLOV VnDEVWLHQQHQW GnLQFRUSRUHU GDQV OHXUV UFLWV WRXW FRPPHQWDLUH VXU OH GLVFRXUV L V HQ H[FOXHQW JDOHPHQW OD SOXSDUW GHV GLIIUHQWHV IRUPHV GH FRLPHQWDLUH VXU OnKLVWRLUH /D GLPLQXWLRQ JUDGXHOOH GH OD SURSRUWLRQ GnREVHUYDWLRQV GH SRUWH JQUDOH TXL FDUDFWULVH OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FRQWLQXH GRQH £ WUDYHUV OHV RXYUDJHV SOXV UFHQWV GRQW LO VnDJLW LFL 'DQV /n$XWUH OHV JQUDOLVDWLRQV HW OHV LQWHUURJDWLRQV VH IRQW PPH SOXV UDUHV TXH GDQV /H 6XUYLYDQW HW HQ RXWUH LO HVW VRXYHQW GLIILFLOH VLQRQ LPSRVVLEOH GH VDYRLU VL HO OHV VnLQVHU YHQW GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU RX VL HO OHV UHSUVHQWHQW SDU FRQWUH XQH EULEH GHV SHQVHV GLUHFWHV GnXQ GHV SHUVRQQDJHV &HWWH VRUWH GnDPELJXW FDUDFWULVH SDU H[HPSOH OHV UIOH[LRQV VXLYDQWHV TXL SRXUUDLHQW VnLQVUHU VRLW GDQV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VRLW GDQV FHOXL GX SHUVRQQDJH 6LPP /nHVSRLU HVW SDUIRLV XQ PHQVRQJH &H TXL QnD SDV GH UDFLQH QnHVW TXLOOXVLRQ IDXW VnHQ VSDUHU PDUFKHU DOOHU GH OnDYDQW VnORLJQHU UDSLGHPHQW GnLFL

PAGE 141

/D YHQ OLH DX &DI GH OD SODFH OD ERLWH £ LPDJHV D WRXW GYHUV HQ YUDF FDWDFO\VPHV UHSUHVVLRQV WXHULHV JXHUUHV WRUQDGHV 1n\ DWLO ULHQ GnDXWUH £ DWWHQGUH GH OD WHUUH HW GHV KRPPHV" 8QH 8QH VHXOH SDUROH FRQWLHQW WRXWHV SDUROHV /D YLH Vn\ GLYHUVH /D YLH HVW GDQV FKDTX JUDLQ GDQV FKDTX PRW 6L VHXOHPHQW FKDTX IRLV RQ OH VDYDLW VL VHXODQHQW FKDTX IRLV RQ OH YRXODLW /HV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ YLWHQW PPH GH WHOO HV REVHUYDWLRQV VLWXHV VXU OD IURQWLUH IORWWDQWH HQWUH OHV WH[WHV GX QDUUDWHXU HW GH OnDFWHXU 2Q FRQVWDWH GX UHVWH TXnDXFXQ GHV WURLV QDUUDWHXUV QH SUHQG OD SDUROH HQ VRQ SURSUH QRP QL SRXU H[SOLTXHU VRQ KLVWRLUH QL SRXU SURQRQFHU XQ MXJHPHQW VXU OHV YQHPHQWV UDFRQWV RX VXU OHV SHUVRQQDJHV GFULWV /HV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV GH FRPPXQLFDWLRQ GH UJLH HW GDWWHVWDWLRQ QH WLHQQHQW SDV QRQ SOXV XQH SODFH LPSRUWDQWH GDQV OHV UFLWV GH FHV QDUUDWHXUV HIIDFV TXL VnDEVWLHQQHQW WRXMRXUV GnDGUHVVHU OD SDUROH GLUHFWHPHQW DX[f QDUUDWDLUHVf HW UHODWHQW OHXUV KLVWRLUHV UHVSHFWLYHV VDQV MDPDLV PHWWUH HQ UHOLHI OHXU UROH FRPPH SUVHQFH RUJDQLVDWULFH RX OHXU YUDFLW FRUQPH VRXUFH GH nLQIRUPDWLRQ QDUUDWLYH $LQVL VL RQ QH FRQVLGHUH TXH OHV VLJQHV OHV SOXV H[SOLFLWHV TXL VHUYHQW D DXJPHQWHU OD SHUFHSWLELOLW GX QDUUDWHXU RQ VH YRLW DPHQ D FRQVWDWHU TXH OnHIIDFHPHQW UHODWLI GHV QDUUDWHXUV H[WUD KWURGLJWLTXHV YD FURLVVDQW £ WUDYHUV WRXWH OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH 3DUHLHPHQW TXDQW DX GHJU R OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH VH IDLW VHQWLU GDQV VRQ GL VFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI LO FRQYLHQW GH VLJQDOHU TXH /n$XWUH /D &LW HW /D 0DLVRQ QnRIIUHQW TXH OHV PDUTXHV OHV PRLQV HYLGHQWHV GH OD IRQFWLRQ RUJDQLVDWULFH TXL YD GH SDLU DYHF OnDFWH GH UDFRQWHU XQH KLVWRLUH 6L

PAGE 142

HV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV GH FHV RXYUDJHV QH VH GVLJQHQW MDPDLV SDU MBH HW PQHQW GHV UFLWV FDUDFWULVV SDU XQH WUHV IDLEOH SURSRUWLRQ GH GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI LV VDEVWLHQQHQW JDOHPHQW GH PHWWUH nDFFHQW VXU OD VLWXDWLRQ WHPSRUHOOH RX VSDWLDOH GH OLQVWDQFH QDUUDWLYH HQ HPSOR\DQW GHV GHLFWLTXHV TXL Vn\ UIUHQW (Q RXWUH LOV QnDGRSWHQW SDV QRQ SOXV XQ VW\OH PRGDOLVDQW PDUTX SDU GHV H[SUHVVLRQV WHO OHV TXH SHXWWUH RX VDQV GRXWH TXL PDQLIHVWHQW FKH] OH ORFXWHXU XQH DSSUHFLDWLRQ GH OD YDOHXU GH YULW GH VRQ SURSUH GL VFRXUV /HV VRPPDLUHV WHPSRUHOV GHMD DVVH] UDUHV GDQV OHV URPDQV DQWULHXUV D /n$XWUH VRQW SUHVTXH DEVHQWV GHV UFLWV SOXV UFHQWV D QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH $X OLHX GH UHQVHLJQHU OH QDUUDWDLUH HW OH OHFWHXUf VXU OnDFWLRQ TXL VH SDVVH HQWUH OHV VFHQHV UDFRQWHV FHV QDUUDWHXUV HQ IRQW VLPSOHPHQW DEVWUDFWLRQ 4XL SOXV HVW OD SUVHQWDWLRQ GHV SHUVRQQDJHV DX PR\HQ GnXQ SRUWUDLW SK\VLTXH HW VXUWRXW SV\FKRORJLTXH QH IDLW SDV SDUWLH GX GLVFRXUV QDUUDWLI FRPPXQLTX SDU OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH /D 0DLVRQ &RPPH GDQV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VH ERUQH £ GRQQHU OHV QRPV GHV DFWHXUV HW WUHV SHX GH GWDLOV FRQFUHWV VXU OHXU DSSDUHQFH SK\VLTXH HW OHXUV KLVWRLUHV SHUVRQQHO OHV FUDQW DLQVL nLPSUHVVLRQ TXH OH QDUUDWDLUH RX OH OHFWHXUf FRQQDLW GMD FHV LQGLYLGXV HW QnD SDV EHVRLQ GH VRQ LQWHUYHQWLRQ SRXU VnLQVUHU GDQV OH PRQGH GH OnKLVWRLUH 4XDQW D OD GHVFULSWLRQ GX FDGUH PDOJU OHXU RPQLVFLHQFH OHV QDUUDWHXUV H[WUD KWURGLJWLTXHV VnHQ WLHQQHQW OH SOXV VRXYHQW D OD SHUVSHFWLYH OLPLWH GnXQ GHV SDUWLFLSDQWV £ OnDFWLRQ &HWWH WHFKQLTXH H[FOXW WRWDOHPHQW OnHPSORL GX VRPPDLUH VSDWLDO TXL GSHQG GnXQ FKDPS GH

PAGE 143

SHUFHSWLRQ ELHQ SOXV SULYLOHJL TXH FHOXL GRQW MRXLVVHQW OHV SHUVRQQDJHV GHV URPDQV HQ TXHVWLRQ 3RXUWDQW FRPPH FHV SDVVDJHV GHVFULSWLIV QH VRQW SDV WRXMRXUV LQWHJUHV £ OD UHODWLRQ GHV YQHPHQWV L V FRQVWLWXHQW SDU FRQVHTXHQW XQ DVVH] IDL EOH LQGLFH GH OD SUHVHQFH RUJDQLVDWULFH GX QDUUDWHXUr 'DQV /n$XWUH OH GL VFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI VH VHSDUH SDUIRLV WUHV QHWWHPHQW GH FHOXL GHV SHUVRQQDJHV FDU FHUWDLQHV VHFWLRQV GX URPDQ SUHQQHQW OD IRUPH GX VFHQDULR DYHF OHV LPDJHV VXU OD FRORQQH GH JDXFKH HW OHV GLDORJXHV VXU FHOOH GH GURLWH &HSHQGDQW DX OLHX GnDFFHQWXHU OD SHUFHSWLEL L W GX QDUUDWHXU FHWWH GLYLVLRQ GX UFLW IDLW VXUWRXW UHVVRUWLU OnDXWRQRPLH GX WH[WH GHV DFWHXUV TXL VHPEOH QRXV SDUYHQLU GLUHFWHPHQW VDQV DXFXQH WUDFH GH PGLDWLVDWLRQ 'DQV GnDXWUHV VHJPHQWV GX URPDQ WHOV TXH OH ORQJ GLDORJXH WKDWUDO SS f HW OHV QRPEUHX[ SDVVDJHV FRQVDFUV SUHVTXH H[FOXVLYHPHQW D OnFKDQJH GH SURSRV HQWUH OHV SHUVRQQDJHV LO DUULYH PPH TXH OD YRL[ QDUUDWLYH FHGH DVVH] ORQJXHPHQW OD SDUROH D FHOO HV GHV SDUWLFLSDQWV D OnKLVWRLUH (Q HIIHW OD SUGRPLQDQFH GX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU H[WUD KWURGLJWLTXH FRQWLQXH £ GLPLQXHU D WUDYHUV /n$XWUH /D &LW HW /D 0DLVRQ MXVTXnDX SRLQW R OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH GX WH[WH GHV SHUVRQQDJHV DERXWLW £ OD FUHDWLRQ GnXQH SRO\SKRQLH TXL VH IDLW SURJUHVVLYHPHQW SOXV QDUUDWLYH ,, FRQYLHQW GRQH £ SUVHQW GH FKHUFKHU D PHWWUH HQ OXPLUH OH PFDQLVPH GnXQH WHOOH WUDQVIRUPDWLRQ 2Q FRQVWDWH HQ SUHPLHU OLHX TXH FKDFXQ GHV WURLV URPDQV VXUWRXW /n$XWUH FRQWLHQW XQH DVVH] KDXWH SURSRUWLRQ GH SDUROHV SURQRQFHV WUDQVPLVHV SUHVTXH VDQV H[FHSWLRQ SDU OH GLVFRXUV UDSSRUW 3RXUWDQW VL OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV VnHQ WLHQQHQW HQ JQUDO DX PRGH GH UHSURGXFWLRQ OH SOXV PLPWLTXH WRXMRXUV HVWLO TXH OHV SURSRV

PAGE 144

FKDQJV SDU OHV DFWHXUV QH VH OLEUHQW SDV GX FDGUH GH nLQVWDQFH QDUUDWLYH RULJLQHOOH %LHQ TXH OH QDUUDWHXU RPQLVFLHQW VnLPSRVH GHV VLOHQFHV DVVH] SURORQJV OHV VLJQHV W\SRJUDSKLTXHV HW LQJXLVWLTXHV GH VD PHGLDWLRQ VRQW UDUHPHQW DERO LV 2Q YHUUD GRQH TXH FnHVW SOXWW OH GL VFRXUV LQWULHXU GHV SHUVRQQDJHV TXL FRQVWLWXH OD YRLH GfHPDQFLSDWLRQ DERXWLVVDQW £ OD SULVH GH OD SDUROH QDUUDWLYH /HV SHQVHV GHV DFWHXUV QRXV SDUYLHQQHQW WUHV VRXYHQW VDQV VXELU DXFXQH LQWHJUDWLRQ DX GLVFRXUV GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH (Q RXWUH TXDQG FH GLVFRXUV LQWULHXU VH IDLW HQWHQGUH GLUHFWHPHQW HPDQFLS GH WRXWH WUDFH GH OD IRQFWLRQ PGLDWULFH GX QDUUDWHXU nDPELJX7W TXDQW £ nL GHQWL W GX VXMHW SDUODQW TXL FDUDFWULVH OHV URPDQV DQWULHXUV ILQLW SDU VH GLVVLSHU 3DU H[HPSOH PDOJU OnDEVHQFH GnLQWURGXFWLRQV GFODUDWLYHV GH JXLOOHPHWV HW GH SURQRPV GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH OHV SDVVDJHV VXLYDQWV VHUQEOHQW V LQVHULU DVVH] QHWWHPHQW GDQV OH WH[WH GHV SHUVRQQDJHV UHVSHFWLIV -DLVf 4XDWWHQGLO nHPPXU" ,, QnRVH ULHQ PPH SDV PHWWUH XQ SLHG GHYDQW nDXWUH PPH SDV SURQRQFHU XQH SDUROH (W OHV DXWUHV $ OH UHJDUGHU FRPPH VnLOV WDLHQW WRXV IUDSSV GH SDUDO\VLH 2Q GLUDLW XQ IDQWPH TXL WLHQW FHWWH PXOWLWXGH VRXV VRQ HPSULVH $ S f /LYLHf (WUH ORLQ /RLQ 1H SOXV FKHUFKHU £ GLUH QL £ FRPSUHQGUH 6H UYHLOOHU ORLQ 7RXW DX IRQG GnXQ MDUGLQ GDQV OH YHQWUH GnXQH PDLVRQ OH UHQIRQFHPHQW GnXQH FKDPEUH OH FUHX[ GnXQ OLW &) S f .DO\Df 4XH VRQWHOOHV OHV UDFLQHV" 'HV DWWDFKHV ORLQWDLQHV RX GH FHO OHV TXL VH WLVVHQW £ WUDYHUV nH[LVWHQFH" &HOOHV GnXQ SD\V DQFHVWUDO UDUHPHQW YLVLW FHOOHV GnXQ SD\V YRLVLQ RX VnHVW GURXOH OnHQIDQFH RX ELHQ FHOOHV GnXQH FLW R OnRQ D YFX OHV SOXV ORQJXHV DQQHV" 05 S f &HSHQGDQW GH WHO OHV EULEHV DVVH] SDUSLOOHV QH UHSUVHQWHQW SDV OH VHXO LQGLFH GH OD PWDPRUSKRVH GX SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU TXL

PAGE 145

ODVn VnRSHUH £ WUDYHUV OHV WURLV URPDQV HQ TXHVWLRQ /H[DPHQ OH SOXV VXSHUILFLHO GH FHV RXYUDJHV UHYHOH TXH OHV SHQVHV GX MHXQH KRPPH HQVHYHOL Gn$OID HW GH .DO\D SUHQQHQW OD IRUPH GnXQ PRQRORJXH LQWULHXU TXL VH GFRXSH WUHV QHWWHPHQW VXU OH WH[WH GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH 4XL SOXV HVW GDQV /D &LW HW GDQV /D 0DLVRQ FHV PRQRORJXHV VH USDUWLVVHQW HQ GHV VHJPHQWV QXPHURWV LQGSHQGDPPHQW GHV DXWUHV VHFWLRQV GX UFLW DYHF OHVTXHOOHV L V DOWHUQHQW DVVH] UJXO LUHPHQW $LQVL LO DUULYH TXH OHV SDUROHV GLUHFWHV GHV SHUVRQQDJHV VH IDVVHQW HQWHQGUH HQ FRQWUHSRLQW £ OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH VDQV DXFXQH WUDFH GH VXERUGLQDWLRQ VRLW VXU OH SODQ GX QLYHDX QDUUDWLI VRLW VXU FHOXL GHV PRGHV GH UHfSURGXFWLRQ GH OHXU GL VFRXUV 2U FHV WURLV PRQRORJXHV LQWULHXUV QH UHSUVHQWHQW SDV OHV VHXOV GLVFRXUV PHQV D OD SUHPLHUH SHUVRQQH GDQV OHV FLQT URPDQV FKHGLGLHQV SRVWULHXUV DX 6XUYLYDQW /RLQ GH OD GDQV 1HIHUWLWL HW GDQV /HV 0DUFKHV OD UHODWLRQ GH OnKLVWRLUH VH IDLW H[FOXVLYHPHQW SDU OD YRL[ GHV QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV RX DXWRGLJWLTXHV %RXEDVWRV 1HIHUWLWL HW 7KPLV ,, IDXGUD GRQH FRQVLGUHU OHV WH[WHV SOXV RX PRLQV DXWRELRJUDSKLTXHV GH FHV ORFXWHXUV DXVVL ELHQ TXH OH GLVFRXUV GLUHFW OLEUH WHQX SDU OH MHXQH UHVFDS SDU $OID HW SDU .DO\D DILQ GH IDLUH UHVVRUWLU OHV GHUQLUHV WDSHV GH OD WUDQVIRUPDWLRQ GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH TXL VnHIIHFWXH D WUDYHUV OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH Gn$QGUH &KHGLG 3RXU FH IDLUH QRXV QRXV VHUYLURQV GnDERUG GHV PPHV FULWHUHV TXL VRXV WHQGHQW OD GHVFULSWLRQ GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV PDLV QRXV GHYRQV VLJQDOHU GHV OH GEXW TXH OnDGRSWLRQ GnXQH WHOOH GPDUFKH QH FRQVWLWXH SDV XQH LQGLFDWLRQ TXH WRXV OHV ORFXWHXUV HQ TXHVWLRQ DVVXLQHQW DX PPH GHJU OH UROH GH QDUUDWHXU %LHQ TXH OHV FDWJRULHV

PAGE 146

GH WHPSV GH QLYHDX HW GH SHUVRQQH SURSRVHV SDU *HQHWWH VHUYHQW D XQH FDUDFWULVDWLRQ WUHV SUHFLVH GH OD YRL[ QDUUDWLYH OH FULWLTXH QnH[DPLQH SDV HQ GWDLO HQ TXRL FRQVLVWH DX MXVWH OH VWDWXW GH QDUUDWHXU $LQVL RQ FRQVWDWHUD TXH OHV FRQFHSWV TXnLO IRUPXOH VH SUHWHQW VDQV GLIILFXOW £ OD GLVFXVVLRQ GX GLVFRXUV GH WRXV OHV FLQT SHUVRQQDJHV GRQW OHV YRL[ VRQW GLUHFWHPHQW HQWHQGXHV SDU HVf QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf VDQV WRXWHIRLV TXnLO VRLW WHQX FRPSWH GHV YDULDWLRQV GX GHJU R FHV SHUVRQQDJHV UHPSOLVVHQW OD VHXOH IRQFWLRQ REOLJDWRLUH GH QDUUDWHXU FHOOH TXL FRQVLVWH £ UDFRQWHU XQH KLVWRLUH 'RQH DSUV DYRLU HVTXLVV OH SRUWUDLW GH FHV VXMHWV SDUODQWV VHORQ OHV FDUDFWULVWLTXHV H[SRVHV SDU *HQHWWH DX OLHX GnLQVLVWHU VXU OHV LQGLFHV GH OHXU SHUFHSWLELOLW QRXV DGRSWHURQV XQH RULHQWDWLRQ XQ SHX GLIIUHQWH TXL SHUPHWWUD SOXWRW GH PHWWUH HQ OXPLUH OHV WDSHV GH OHXU SURJUHVVLRQ YHUV OD SULVH GH OD SDUROH QDUUDWLYH 4XDQW £ OD GLVWDQFH WHPSRUHOOH VSDUDQW OLQVWDQFH QDUUDWLYH GX PRPHQW GH nDFWLRQ £ OD GLIIHUHQFH GH n LLQSUF L VL RQ TXL FDUDFWULVH OHV DFWHV GH QDUUDWLRQ GHMD WXGLV FKH] OHV SHUVRQQDJHV HQ TXHVWLRQ LFL OD GXUH GH OD SULRGH FRXOH HVW DVVH] IDFLOH D GHWHUPLQHU 'DQV OH FDV GX MHXQH KRPPH HQVHYHOL LO VnDJLW GnXQH FRLQFLGHQFH ULJRXUHXVH HQWUH OnDFWH GH VHf SDUOHU HW OH GURXOHPHQW GH nKLVWRLUH 3DU FRQWUH FKH] $OID OD VLPXOWDQLW QH VHPEOH SDV HWUH DEVROXH GnXQH SDUW SDUFH TXnLO QnHVW SDV WRXMRXUV SRVVLEOH GH VLWXHU DYHF SUHFLVLRQ OD SURGXFWLRQ GH VRQ WH[WH SDU UDSSRUW DX GURXOHPHQW GH OnDFWLRQ GDQV OH UFLW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH HW GH nDXWUH £ FDXVH GH VD WHQGDQFH D LQFRUSRUHU GDQV VRQ GLVFRXUV UHYRFDWLRQ GH FHUWDLQV SLVRGHV GX SDVV 3RXUWDQW GDQV FHV GHX[

PAGE 147

PRQRORJXHV 7DFFHQW SRUWH OH SOXV VRXYHQW QRQ VHXOHPHQW VXU OH PRPHQW SUHVHQW PDLV DXVVL VXU OH GLVFRXUV /D IRQFWLRQ QDUUDWLYH HW VXUWRXW OD UHODWLRQ GnXQH YHUVLRQ GH OD PHPH KLVWRLUH UDFRQWH SDU OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VnHIIDFH GHYDQW XQH UHIOH[LRQ TXL VnRSSRVH QHWWHPHQW D OD QRWLRQ WUDGLWLRQQHOOH GX UFLW SURSUHPHQW GLW $ SDUWLU GH 1HIHUWLWL OD QDUUDWLRQ HVW LQFRQWHVWDEOHPHQW XOWULHXUH FDU GDQV FH URPDQ DXVVL ELHQ TXH GDQV OHV GHX[ DXWUHV TXL OH VXLYHQW LO HVW TXHVWLRQ GnXQ SRLQW GH YXH UWURVSHFWLI VXU OHV YQHPHQWV GH fKLVWRLUH &KH] %RXEDVWRV 1HIHUWLWL HW 7KPLV OH GFDODJH WHPSRUHO HQWUH OH PRPHQW R VH WHUPLQH OnDFWLRQ HW OD SULRGH LQGWHUPLQHf GH OnLQVWDQFH QDUUDWLYH VH UGXLW D GHX[ RX WURLV DQV DORUV TXH SRXU .DO\D LO VnDJLW GH UHPRQWHU OHV TXDWUH GFHQQLHV TXL OD VSDUHQW GH OnW SDLVLEOH SDVV DX /LEDQ HQ FRPSDJQLH GH 1RX]D £ OnDJH GH GRX]H DQV 2U VL OH SUHVHQW QDUUDWLI UHPSODFH DVVH] VRXYHQW OHV WHPSV GX SDVV GDQV OHV GL VFRXUV GH 1HIHUWLWL GH %RXEDVWRV GH 7KPLV HW D XQ PRLQGUH GHJU GDQV FHOXL GH .DO\D FnHVW TXH FHV ORFXWHXUV VHPEOHQW YRXORLU VH VXEPHUJHU GDQV OHXUV VRXYHQLUV DILQ GH UHWUDFHU YRLUH UHYLYUH OH SDVV WUDQVFHQGDQW DLQVL OHV EDUULHUHV WHPSRUHOOHV SDU nLQWHUPGLDLUH GH OnDFWH QDUUDWLI HW IDLVDQW IDFH £ OD VROLWXGH GX SUVHQW JUDFH £ OD SXLVVDQFH YRFDWULFH GH OD SDUROH $ OD GLIIUHQFH GX UFLW UWURVSHFWLI GH 6DP\D GL VFRXUV TXL VnHPERLWH GDQV OH WH[WH GnXQ QDUUDWHXU DQRQ\PH OHV VRXYHQLUV GH %RXEDVWRV HW GH 7KPLV VRQW DGUHVVV GLUHFWHPHQW DX[f QDUUDWDLUHLVf H[WUDGLJWLTXHVf 3DUHLOOHPHQW GDQV /n$XWUH GDQV /D &LW HW GDQV /D 0DL VRQ OH PRQRORJXH LQWULHXU GX SHUVRQQDJH VLWX DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH QH VXELW DXFXQH VXERUGLQDWLRQ D OD YRL[ GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW (Q UHYDQFKH FKH] 1HIHUWLWL RQ FRQVWDWH GnHPEOH

PAGE 148

nH[LVWHQFH GnXQH WHOOH KLUDUFKLVDWLRQ FDU OH UFLW GH OD UHLQH QH SDUYLHQW DX[f QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf TXH JUDFH £ OD PGLDWLVDWLRQ GX VFULEH %RXEDVWRV TXL OnHQFDGUH GH VHV SURSUHV REVHUYDWLRQV VXU OH UJQH Gn$NKQDWRQ HW VXU OD PLVH DX PRQGH GH OD FKURQLTXH (Q RXWUH VL OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH QnLQWHUURPSW MDPDLV OH PRQRORJXH GH 6DP\D IDLVDQW GRQH RXEOLHU VD IRQFWLRQ PGLDWULFH GDQV OD SOXV JUDQGH SDUWLH GX URPDQ GDQV 1HIHUWLWL fDOWHUQDQFH GHV VHJPHQWV UDFRQWV SDU %RXEDVWRV DYHF OHV SDVVDJHV QDUUHV SDU OD UHLQH PHW FRQVWDPPHQW HQ HYLGHQFH OH KDXW GHJU GH SULYLOHJH DFFRUG DX VFULEH HQ WDQW TXH QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH 3RXUWDQW DX OLHX GH IDLUH REVWDFOH £ OD FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH HQWUH 1HIHUWLWL HW VHV QDUUDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHVf GHV JHQHUDWLRQV £ YHQLU OD SUVHQFH PGLDWULFH GH %RXEDVWRV UHSUVHQWH SOXWW OD YRLH SDU ODTXHOOH OHV SDUROHV GH OD UHLQH VXUYLYURQW D nHPSULVH GX WHPSV $ OD GLIIHUHQFH GH fKHURLQH GX 6RPPHL GOLYU 1HIHUWLWL VnDGUHVVH D XQ QDUUDWDLUH DXWUH TXnHOOHPPH FKDUJH GH OD WUDQVFULSWLRQ GH VRQ GLVFRXUV $LQVL FRPPH OD UHLQH HQYLVDJH GnHPEOH OnH[LVWHQFH GnXQ DXGLWRLUH H[WULHXU DX PRQGH GH OnKLVWRLUH OH VFULEH DX OLHX GnHWUH OH YHULWDEOH GHVWLQDWDLUH GH VHV SDUROHV QnHVW TXnXQ LQWHUPGLDLUHf§ OH YKLFXOH SDU OHTXHO HOOH SRXUUD IDLUH UHWHQWLU VD YRL[ £ WUDYHUV OHV VLFOHV $ORUV TXH OHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV HW DQRQ\PHV GHV URPDQV FKHGLGLHQV VH FDUDFWULVHQW WRXV SDU OHXU DEVHQFH WRWDOH GH OnKLVWRLUH TXnLOV UHODWHQW OHV SHUVRQQDJHV D TnLOV FGHQW GH SOXV HQ SOXV OD SDUROH ILJXUHQW GDQV OHXUV SURSUHV UFLWV VRLW HQ WDQW TXH SURWDJRQLVWH VRLW HQ WDQW TXH WPRLQ GH nDFWLRQ UDFRQWH 6HO RQ OD W\SRORJLH GHV QDUUDWHXUV WDEOLH SDU *HQHWWH D SDUWLU GH OD QRWLRQ GH

PAGE 149

OD SHUVRQQH %RXEDVWRV HW 7KPLV VH FODVVHQW GDQV OD FDWJRULH GHV QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV FDU LOV DVVXPHQW OH UROH GnXQ REVHUYDWHXU UHWUDADQW SULQFLSDOHPHQW PDLV QRQ SDV H[FOXVLYHPHQW OHV H[SHULHQFHV GnDXWUXL 3DU FRQWUH OH MHXQH KRPPH HQVHYHOL TXL PRQRORJXH GDQV /n$XWUH $OID 1HIHUWLWL HW .DO\D VH FDUDFWULVHQW SOXWRW FRQWQH DXWRGLJWLTXHV £ FDXVH GH nDVSHFW SOXV RX PRLQV DXWRELRJUDSKLTXH GH OHXUV GLVFRXUV 9X OD YDULDWLRQ GX GFDODJH WHPSRUHO HQWUH OnKLVWRLUH HW OD QDUUDWLRQ TXL H[LVWH GDQV FHV URPDQV LO VnHQVXLW TXH OH GHJU GH GLVWDQFH VSDUDQW OH MHQDUUDQW GX MHQDUU YD GnXQH LGHQWLW SUHVTXH DEVROXH FKH] OH WRXULVWH RFFLGHQWDO GDQV /$XWUH D XQ FDUW GH[SHULHQFH HW GH SULYLOHJH FRJQLWLI UHVXOWDQW GH OnFRXOHPHQW GH TXDUDQWHWURLV DQV FKH] OD JUDQGPHUH .DO\D GDQV /D 0DL VRQ 2U VL OHV SHUVRQQDJHV UDFRQWHQW OHXU YHUVLRQ GH 7DFWLRQ VRLW HQ PRQRORJXH LQWULHXU .DO\Df VRLW GDQV XQ WH[WH FULW DGUHVV DX[ QDUUDWDLUHV YLUWXHOV GHV JHQHUDWLRQV £ YHQLU %RXEDVWRV HW 7KHPLVf VRLW SDU XQ UFLW RUDO 1HIHUWLWLf LOV DGRSWHQW WRXV XQH PPH SHUVSHFWLYH D OnJDUG GX FRQWHQX QDUUDWLI SHUVSHFWLYH PDUTXH SDU OH SULYLOHJH FRJQLWLI HW OD UHIOH[LRQ TXL YRQW GH SDLU DYHF OnFRXOHPHQW GX WHPSV 2Q FRQVWDWH FHSHQGDQW TXH OHV LQGLFHV OHV SOXV H[SOLFLWHV GH FH SULYLOHJH D VDYRLU OHV REVHUYDWLRQV GH SRUWH JQUDOH WLUHV GH OnH[SULHQFH SHUVRQQHOOH HW OH FRPQHQWDLUH LQWHUSUWDWLI VXU FHWWH H[SULHQFH GLPLQXHQW SURJUHVVLYHPHQW £ WUDYHUV OHV GHUQLHUV URPDQV FKHGLGLHQV MXVTXnDX SRLQW R GDQV /D 0DLVRQ OnDFWH GH UHPPRUDWLRQ IDLW SDU .DO\D H[FOXW SUHVTXH HQWLUHPHQW WRXW GL VFRXUV H[WUD QDUUDWLI /HV SHUVRQQDJHV GRQW LO VnDJLW LFL VH GLVWLQJXHQW OHV XQV GHV DXWUHV VXUWRXW SDU OH GHJU R LOV VRQW FRQVFLHQWV GH nH[LVWHQFH GnXQ

PAGE 150

DXGLWRLUH VLWX DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH 'nXQH SDUW LO \ D OHV PRQRORJLVWHV GDQV /n$XWUH HW GDQV /D 0DL VRQ TXL QH VnDGUHVVHQW TXnD HX[PPHV HW QH PDQLIHVWHQW DXFXQH LQWHQWLRQ H[SOLFLWH RX LPSL FLWH GH FRPPXQLTXHU TXHO TXH PHVVDJH QDUUDWLI D XQ QDUUDWDLUH SUHVHQW RX YLUWXHO 'nDXWUH SDUW 1HIHUWLWL HW 7KPLV DVVXPHQW WUHV RXYHUWHPHQW OD IRQFWLRQ GH WUDQVPHWWUH XQH KLVWRLUH HW QH VDEVWLHQQHQW SDV GH SDUOHU GLUHFWHPHQW DX[ GHVWLQDWDLUHV GH OHXUV UFLWV 3RXUWDQW PDOJU OHXU KDXW GHJU GH FRQVFLHQFH GnHX[PPHV HQ WDQW TXH QDUUDWHXUV OD VLQFULW GH FHV SHUVRQQDJHV QnHVW MDPDLV PLVH HQ TXHVWLRQ &HUWHV nLQWHQWLRQ PHQVRQJUH SHXW VH PDQLIHVWHU DXVVL ELHQ GDQV GHV GLVFRXUV LQWULHXUV TXH GDQV GHV UFLWV R OnPHWWHXU YLVH D VXVFLWHU XQH FHUWDLQH UDFWLRQ FKH] VRQ QDUUDWDLUH ,, Qn\ D WRXWHIRLV DXFXQ VLJQH TXH OnDFWH GH VH SDUOHU FRPSRUWH XQH GIRUPDWLRQ YRXOXH GH OD YULW (Q RXWUH OH FRQWH[WH QDUUDWLI SOXWRW REMHFWLI GDQV OHTXHO VnLQVUH SDUIRLV OH GLVFRXUV GH FHV SHUVRQQDJHV QH VHUW SDV GX WRXW D GLPLQXHU OHXU YUDFLW QL HQ OHV GSHLJQDQW VRXV XQ MRXU SOXV RX PRLQV GIDYRUDEOH QL HQ PHWWDQW nDFFHQW VXU OHV UHVWULFWLRQV GH OHXU FKDPS GH SHUFHSWLRQ RX OHV OLPLWDWLRQV GH OHXU GHJU GH SULYLOHJH FRJQLWLI 2U LO IDXW VLJQDOHU TXH OHV WH[WHV HQ FRQWUHSRLQW GDQV /n$XWUH GDQV /D &LW HW GDQV /D 0DLVRQ QH SRUWHQW TXnDVVH] UDUHPHQW VXU OHV PPHV YQHPHQWV DX QLYHDX GX FRQWHQX QDUUDWLI FH TXL UGXLW GRQH OD SRVVLELO L W GnXQH FRQWUDGLFWLRQ TXL SRXUUDLW PHWWUH HQ GRXWH OD YUDFLW GH OD YRL[ DXWRGLJWLTXH 3DU FRQWUH FKH] OD UHLQH HW VRQ VFULEH GDQV 1HIHUWLWL URPDQ R OD FRQPXQLFDWLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI UHSRVH HQ JUDQGH SDUWLH VXU nH[SUHVVLRQ GH GHX[ SHUVSHFWLYHV GLIIUHQWHV VXU nDFWLRQ LO VnDJLW SUHVTXH WRXMRXUV GnXQH WHOOH

PAGE 151

VXSHUSRVLWLRQ GH SRLQWV GH YXH &HSHQGDQW FRPPH RQ YHUUD SOXV ORLQ DX OLHX GH GLPLQXHU OD FUGLELOLW GH OnXQ RX PHUQH GHV GHX[ UFLWV OD MX[WDSRVLWLRQ GHV YRL[ ILQLW SOXWRW SDU UHGRXEOHU OHXU SRUWH $ OD GLIIUHQFH GHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV DYHF TXL LOV SDUWDJHQW GH SOXV HQ SOXV OD IRQFWLRQ QDUUDWLYH OHV SHUVRQQDJHV HQ TXHVWLRQ QH VRQW SDV FDSDEOHV GH FDSWHU HW GH WUDQVPHWWUH OH GLVFRXUV LQWULHXU GnDXWUXL 6XLYDQW *HQHWWH LO FRQYLHQW GH QRWHU TXH OH UHJLPH KRPR DXWRGLJWLTXH LPSOLTXH XQH VRUWH GH SUIRFDOLVDWLRQ VHORQ ODTXHOOH OH QDUUDWHXUSHUVRQQDJH QH SHXW H[HUFHU OD IRFDOLVDWLRQ LQWULHXUH TXH VXU OXLPHPH HW GRLW WRXMRXUV UHQGUH FRPSWH GHV VRXUFHV GnR LO WLHQW VRQ LQIRUPDWLRQ TXDQG LO OXL DUULYH GH UDFRQWHU GHV VFHQHV DX[TXHOOHV LO QnD SDV DVVLVW RX GH WUDQVPHWWUH GHV SHQVHV GnDXWUXL TXnLO QH VDXUDLW FRQQD7WUHA 2U GDQV /HV 0DUFKHV 7KPLV YLWH WRXWH LQIUDFWLRQ SDUDOHSVHfA D FH SULQFLSH GH SUIRFDO L VDWLRQ HQ DQQRQTDQW GHV OHV SUHPLHUHV SDJHV TXnLO O DERUH VRQ UFLW QRQ SDV VHXOHLQHQW D SDUWLU GH VHV SURSUHV REVHUYDWLRQV PDLV DXVVL HQ VnDSSX\DQW VRLW VXU OHV FRQILGHQFHV TXH 0DULH HW $WKDQDVLD OXL RQW IDLWHV DX FRXUV GH OHXU VMRXU FRPPXQ FKH] 0DF VRLW VXU OHV SDUROHV GnXQ WLHUV 3RXUWDQW VXUWRXW GDQV OHV SDVVDJHV FRQVDFUV D &\UH RQ D VRXYHQW nLPSUHVVLRQ TXnLO VnDJLW GnXQH LQYHQWLRQ DX OLHX GnXQH WUDQVFULSWLRQ FDU 0DULH OD VHXOH SHUVRQQH D TXL OD MHXQH ILOLH DXUDLW SX UHODWHU OHV SUHXYHV TXnHOOH DYDLW VXELHV DX FRXYHQW HW OHV SHQVHV TXnHOOH DYDLW HXHV GHSXLV VD IXLWH VnHVW HQIRQFH GH QRXYHDX GDQV OH GVHUW DSUV DYRLU UHQGX OD SDUROH D OnHQIDQW HQ FKDQJH GH VRQ SURSUH VLOHQFH 1RXV FRQVLGUHURQV SOXV ORLQ FHWWH TXHVWLRQ GH OD IURQWLUH IORWWDQWH HQWUH OD UDOLW HW OD ILFWLRQ FKH] 7KPLV DXVVL ELHQ TXH FHOOH GH OD SRO\SKRQLH VRXVMDFHQWH TXL YD GH SDLU DYHF OH FKDQJHPHQW GH

PAGE 152

SHUVRQQH QDUUDWLYH RSHU SDU OXL GDQV OHV VHFWLRQV GX UFLW SRUWDQW OHV QRPV GHV WURLV IHPPHV $\DQW EULYHPHQW FDUDFWULV OHV SHUVRQQDJHV GH /$XWUH GH /D &LW GH 1HIHUWLWL GHV 0DUFKHV HW GH /D 0DL VRQ GRQW OHV YRL[ VH OLEUHQW GH WRXWH PGLDWLVDWLRQ SDU OH GLVFRXUV GnXQ QDUUDWHXU H[WUD KWURGLJWLTXH QRXV QRXV SURSRVHURQV PDLQWHQDQW GH PRGLILHU OD GHPDUFKH VXLYLH MXVTXnLFL DILQ GH PLHX[ PHWWUH HQ UHOLHI OHV GHUQLUHV WDSHV GH OD PHWDPRUSKRVH GH OnDFWHXU HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH TXL VnHIIHFWXH D WUDYHUV OD SURGXFWLRQ URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH 1RXV SUHQGURQV FRPPH SRLQW GH GHSDUW OHV LQGLFHV GH SHUFHSWLEL L W TXL RQW GMD VHUYL £ nDQDO\VH GX WH[WH GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV PDLV DX OLHX GnLQVLVWHU SULQFLSDOHPHQW VXU OH GHJU R OD SUVHQFH GX QDUUDWHXU VH IDLW VHQWLU GDQV VRQ GLVFRXUV QRXV H[DPLQHURQV VXUWRXW OH GHJU R OH GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH UHPSOLW XQH IRQFWLRQ SURSUHPHQW QDUUDWLYH 'DQV VRQ WXGH LQWL WXOH 7UDQVSDUHQW 0LQGV FRQVDFUH D nDQDO\VH GHV GLIIUHQWV PRGHV GH UHSURGXFWLRQ GHV SDUROHV LQWULHXUHV FDUDFWULVWLTXHV GX JHQUH URPDQHVTXH 'RUULW &RKQ FRQVLGHUH OH GLVFRXUV GnXQ DVVH] JUDQG QRPEUH GH QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV RX DXWRGLJWLTXHV HW WDEOLW TXH DV LW DSSURDFKHV PRQRORJXH QDUUDWLRQ VKHGV LWV QDUUDWLYH FKDUDFWHULVWLFV HQ URXWH 2U SRXU FH TXL HVW GHV FLQT GHUQLHUV URPDQV GH OnRHXYUH FKHGLGLHQQH RQ YHUUD TXH GDQV FHV WH[WHV LO HVW SOXWRW TXHVWLRQ GH OD QDUUDWLYLVDWLRQ JUDGXHOOH GX GLVFRXUV GH SHUVRQQDJH GnXQH WUDQVIRUPDWLRQ GH PRQRORJXH LQWULHXU HQ UFLW LQGSHQGDQW FHFL DOODQW GH SDLU DYHF XQH FRQPXQLFDWLRQ GH SOXV HQ SOXV GLUHFWH DYHF OH QDUUDWDLUH H[WUDGLJWLTXH 6LWX DX SROH QRQQDUUDWLI OH GLVFRXUV GX MHXQH KRPPH GDQV /n$XWUH UHSUVHQWH XQH WDSH GH WUDQVLWLRQ HQWUH OHV SHQVHV

PAGE 153

GLUHFWHV GH /DQD OLEUHV GH OD PGLDWLVDWLRQ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH GX 6XUYLYDQW HW OH WH[WH GH OD YLHLOOH $OID GDQV /D &LW R RQ FRQVWDWH OHV SUHPLHUHV WUDFHV GnXQH RULHQWDWLRQ YHUV OnH[WULHXU /RLQ GH FRQVWLWXHU XQ YHULWDEOH UFLW OHV SDUROHV GX WRXULVWH RFFLGHQWDO TXL VH SDUOH £ OXLPPH DX VHLQ GH OD WHUUH IRUPHQW XQ GL VFRXUV IRUWHPHQW PDUTX SDU OHV WUDLWV GX PRQRORJXH LQWULHXU 2Q QH WURXYH DXFXQH LQGLFDWLRQ QL GH OnDFWH GH WUDQVFULSWLRQ RX GnQRQFLDWLRQf QL GH OD SUHVHQFH GH QDUUDWDLUHV IDLVDQW SDUWLH GX PRQGH GH OnKLVWRLUH ,, VnDJLW SOXWRW GnXQ GL VFRXUV WRXUQ HQWLUHPHQW YHUV OnLQWULHXU HW GSRXUYX GRQH GH WRXWH LQWHQWLRQ GH FRPPXQLFDWLRQ 'DQV FH WH[WH TXL SUHQG SDUIRLV OD IRUPH GnXQ GLDORJXH DOWHUQDQFH MHWX D OnHIIHW GnDFFHQWXHU nL GHQWL W TXL H[LVWH HQWUH OnPHWWHXU HW OH UFHSWHXU GHV SDUROHV PXHWWHV &HWWH LGHQWLW H[FOX OD QFHVVLW GnXQH H[SRVLWLRQ H[SOLFLWH TXL VHUYLUDLW D UHQVHLJQHU OHVf QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf VXU OHV YQHPHQWV GX SDVV RX VXU OD VLWXDWLRQ DFWXHOOH 3RXUWDQW JUDFH DX GLDORJXH OH OHFWHXU ILQLW SDU SDUWDJHU OnSUHXYH VXELH SDU OH ORFXWHXU SHQGDQW OHV SUHPLHUV MRXUV GH VD FODXVWUDWLRQ HW VH YRLW DPHQ D VnLGHQWLILHU DYHF XL 7X WRPEHV GDQV OH JRXIIUH OHV \HX[ RXYHUWV JD VH UDEDW VXU WD WHWH D H[SLVH WRXW DXWRXU -H QH YHX[ SOXV HQWHQGUH FHV KXUOHPHQWV GnFRUFKV -H QH YHX[ SOXV PnHQWHQGUH 1RQ HVVD\H HVVD\H IDLV XQ HIIRUW UDSSHO HWRL WX WnHV UHWURXY HPPXU VHXO 7X GFRXYUHV DX IRQG GH WD SRFKH XQ EULTXHW WX WnFODLUHV /H SODIRQG WH VHPEOH IUDJH LO ULVTXH GH VnHIIRQGUHU GnXQH VHFRQGH D nDXWUH WX HV FHUQ WX FKHUFKHV XQ SDVVDJH LO QnHQ H[LVWH SOXV $ S f 7RXW FRPPH 0ROO\ %ORRP GRQW OD ORQJXH UIOH[LRQ GDQV OD GHUQLUH VHFWLRQ Gn8O\VVH UHSUVHQWH XQ GHV H[HPSOHV FODVVLTXHV GX PRQRORJXH LQWULHXU OH MHXQH KRPPH HQVHYHOL VRXV GHV WRQQHV GH JUDYDWV VH

PAGE 154

WURXYH GDQV XQ WDW GnLVROHPHQW HW GLPPRELOL W SUHVTXH FRPSOHWHV /H FKDPS GH VHV SHUFHSWLRQV WDQW WUHV OLPLW ULHQ QH YLHQW WURXEOHU VRQ LQWURVSHFWLRQ /H FRQWHQX GH VRQ GLVFRXUV VH UGXLW GRQH HQ JUDQGH SDUWLH D VRQ DFWH GH PGLWDWLRQ 9X OH FRQWH[WH GDQV OHTXHO VnLQVUH VRQ PRQRORJXH DX OLHX Gn\ LQWURGXLUH XQH GLPHQVLRQ QDUUDWLYH OD GHVFULSWLRQ TXH IDLW OH MHXQH KRPPH GH VHV SURSUHV JHVWHV VHPEOH SOXWRW DOOHU GH SDLU DYHF nDIILUPDWLRQ GH VD VXUYLH 3DU UDSSRUW D ,QYRFDWLRQ GX SDVV RQ QRWHUD TXH OD UHPPRUDWLRQ GX GVDVWUH VHO RQ OnRUGUH FKURQRORJLTXH GHV YQHPHQWV FHGH ELHQWRW £ XQ GURXOHPHQW ELHQ SOXV OLEUH GH VHV SHQVHV &RPPH OHV VRXYHQLUV GX UHVFDS VnLQWHUFDOHQW OH SOXV VRXYHQW GDQV GHV REVHUYDWLRQV HW GHV LQWHUURJDWLRQV LQWHPSRUHOOHV HnHVW FHW DVSHFW UIOH[LI TXL ILQLW WRXMRXUV SDU nHPSRUWHU VXU OD QDUUDWLRQ SURSUHPHQW GLWH 'RQH LO VnHQVXLW TXH VL OnHPSORL GX SUVHQW DERQGH GDQV OH PRQRORJXH GX MHXQH KRPPH FH QnHVW QL OH SUVHQW QDUUDWLI DYHF VD YDOHXU GH SUWULW QL OH SUVHQW SRQFWXHO PDUTXDQW OD VLPXOWDQLW GH nH[SUHVVLRQ HW GH OnH[SULHQFH TXL SUGRPLQH PDLV SOXWRW OH SUVHQW DWHPSRUHO GH OD UIOH[LRQ GRQW GFRXOH OH FDUDFWUH QRQQDUUDWLI GH VRQ GL VFRXUV 4XH OD IRUPXODWLRQ HW OD WUDQVPLVVLRQ GnXQ FHUWDLQ PHVVDJH DGUHVV D XQ QDUUDWDLUH DXWUH TXH OXLPPH QH VRLHQW SDV SDUPL OHV PRWLIV TXL LQFLWHQW OH MHXQH KRPPH HQVHYHOL D SUHQGUH OD SDUROH FHFL VH IDLW VHQWLU JDOHPHQW SDU OD SUVHQFH DVVH] USDQGXH GnXQH V\QWD[H H[FODPDWLYH &HOOH TXH MnDL OH SOXV DLPH 4XnHVWFH TXnLO SHXW \ FRPSUHQGUH (W PRL TXnHVWFH TXH MnHQ VDLV ,, IDXGUDLW GHV MRXUV GHV VHPDLQHV GHV DQQHV SRXU VH GFKLIIUHU HW HQFRUH 7URS VLPSOH SRXU PH FRPSUHQGUH FH %HQ 7RXW GnXQ EORF WRXW HQ VHQWLPHQWV FRPPH L V OH VRQW VRXYHQW GDQV FHV SD\V 3RXU HQ UHYHQLU DX[

PAGE 155

IHPPHV FH QnHVW SDV GDQV FHV FRQWUHV TXnHOOHV ,nRQW WURXY OHXU SDUDGLV &RLPLHQW FRPPXQLTXHU" $ SS f &ODVVH SDUPL OHV QRQFRPPXQLFDWLYH ODQJXDJH SDWWHUQV SDVVHV HQ UHYXH SDU &RKQ OnH[FODPDWLRQ UHSUVHQWH VHORQ HOOH WKH IRUP RI GLVFRXUVH WKDW UHTXLUHV QR UHSO\ WR ZKLFK WKHUH MMV QR UHSO\ WKH VHOIVXIILFLHQW VHOILQYROYHG ODQJXDJH JHVWXUH SDU H[FHOOHQFH 3DUHLOOHPHQW OHV TXHVWLRQV IRUPXOHV SDU nHPPXU QnLQGLTXHQW SDV QRQ SOXV nLQWHQWLRQ GH FRPQXQLTXHU DYHF DXWUXL PDLV UHIOWHQW SOXWRW XQH LQWHUURJDWLRQ HQWLHUHPHQW LQWURVSHFWLYH JUDFH D ODTXHOOH LO SDUYLHQW JUDGXHOHPHQW £ VH UFRQFLOLHU DYHF OXLPPH HW DYHF OD YLH (QYL IROLH GH YLYUH WRXW GnXQ FRXS 'H SOXV HQ SOXV 'HKRUV VRXYHQW FnWDLW OH FRQWUDLUH ,, \ DYDLW GHV MRXUV RX MH VRXKDLWDLV HQ ILQLU /nDLU GX WHPSV WDLW D OD GULVLRQ 7RQ DLU 4XH FKHUFK£LVWX YUDLPHQW" 4XH YRXODLVWX YUDLPHQW" $LPDLVWX FHWWH YLH TXH WX UFODPHV" 6L SHX $ SS f 6nL FRQYLHQW GRQH GH VLWXHU OH WH[WH GX MHXQH KRPPH HQVHYHOL DX SROH GX PRQRORJXH LQWULHXU RQ YHUUD TXH FKH] $OID OH GL VFRXUV DXWRQRPH VH WURXYH XQ SHX SOXV SUV GH FHOXL GX UFLW 2U ELHQ TXH VRQ GLVFRXUV QH VnHQFKDVVH SDV DXVVL WURLWHPHQW GDQV OD UHODWLRQ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH TXH FHOXL GX MHXQH KRPPH LO QH VH FDUDFWULVH SDV WRXWHIRLV SDU XQH LQGSHQGDQFH FRPSOHWH D OnJDUG GX FRQWH[WH QDUUDWLI 2Q FRQVWDWH TXH OH PRQRORJXH Gn$OID VH FRQIRUPH DVVH] VWULFWHLQHQW £ OD VWUXFWXUH WDQSRUHOOH GX WH[WH TXL OnHQFDGUH 3RXUWDQW VL OH SUVHQW SRQFWXHO GDQV OH GLVFRXUV LPPGLDW GH OnDFWHXU VH UDSSRUWH SUHVTXH VDQV H[FHSWLRQ £ nDFWLRQ UHODWH SDU OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH WRXMRXUV HVWLO TXnD OD GLIIUHQFH GHV SDUROHV PXHWWHV GX WRXULVWH RFFLGHQWDO GDQV /n$XWUH FHOOHV GH OD YLHLOOH IHPPH QH VHPEOHQW SUHVTXH MDPDLV VH UDWWDFKHU GLUHFWHPHQW DX[

PAGE 156

YQHPHQWV RX DX[ SURSRV UDSSRUWV GDQV OHV VHFWLRQV GX UFLW SUFGDQW LLQPGLDWHPHQW VRQ SURSUH WH[WH $LQVL TXRLTXH GDQV /D &LW OH PRQRORJXH GX SHUVRQQDJH VH GURXOH VHO RQ OH U\WKPH GX UFLW UDFRQW SDU OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH FHWWH RHXYUH UHSUVHQWH QDQPRLQV XQH WDSH FUXFLDOH GH OD WUDQVIRUPDWLRQ GnDFWHXU HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH /H GLVFRXUV LQWULHXU Gn$OID DX OLHX GH VnLQWJUHU WUHV WURLWHPHQW GDQV OH GURXOHPHQW GX UFLW GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW FRLQPH FHOXL GHV SHUVRQQDJHV GDQV OHV URPDQV DQWULHXUV FRQVWLWXH SOXWW XQH GHX[LPH WUDPH GH OnKLVWRLUH TXL VH MX[WDSRVH £ OD UHODWLRQ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VDQV \ WUH VXERUGRQQH /H SDUWDJH SUHVTXH JDO GH OD SDUROH HQWUH SHUVRQQDJH HW QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH TXL HQ UVXOWH YD GH SDLU GnXQH SDUW DYHF OD SUHVHQFH GH FHUWDLQV OPHQWV QDUUDWLIV GDQV OH GLVFRXUV Gn$OID HW GH OnDXWUH DYHF XQH WHQGDQFH PDUTXH FKH] OD YLHLOOH IHPPH GnLQFRUSRUHU GDQV VRQ PRQRORJXH XQ DFWH GH FRPQXQLFDWLRQ DGUHVV £ GHV QDUUDWDLUHV YLUWXHOV 0DOJU nDEVHQFH GH WRXWH WUDFH GH WUDQVPLVVLRQ FULWH RX UDOH GHV SURSRV GX SHUVRQQDJH HW GH WRXW QDUUDWDL UH DSSDUWHQDQW DX PRQGH GH OnKLVWRLUH DXWUH TXH OD ORFXWULFH HOOHPPHf LO H[LVWH VXUWRXW DX GEXW GX PRQRORJXH Gn$OID GHV SDVVDJHV GnH[SRVLWLRQ DVVH] H[SOLFLWHV TXL VHUYHQW D SUVHQWHU FH SHUVRQQDJH HQ H[SOLTXDQW VD GPDUFKH VLQJXOLUH 8Q MRXU MnDL GFLG GH SUHQGUH OH ODUJH FRPPH D VDQV TXLWWHU PD FLW &HOD PnD SULVXQ PDWLQ XQ VRLU MH QH VDLV SOXVXQH EUODQWH HQYLH GH PnRIIULU PD YLO OH GH OD SDOSHU GnHQ H[WUDLUH OH VXH GH OD UHVVHQWLU GDQV WRXWHV VHV ILEUHV GnRXYULU OnRHLO £ SHUWH GH YXH 'H OD UHFRQQDLWUH PD YLO OH GDQV XQH SLHUUH XQ WURQF GnDUEUH XQ YLVDJH GH OD

PAGE 157

QRLLPHU HQ FKDFXQ HW SDUWRXW 'H PnDWWDFKHU £ FH SDVVDQW RX £ FHW DXWUH GnDOOHU XQ PRPHQW GDQV OHXUV SDV 'HSXLV MH PDUFKH OH UHJDUG £ UDV GH WHUUH RX ELHQ D KDXWHXU Gn\HX[ RX ELHQ SDUGHVVXV OHV WRLWV 6HORQ PRQ GVLU 9RLO£ M DL GHFLGH MH OnDUSHQWHUDL VDQV ILQ PD YLO OH MXVTXn£ FH TXH PRUW PH VDLVLVVH &) S f 3OXV ORLQ £ FDXVH GH OnHPSORL DVVH] USDQGX GX SUVHQW KDELWXHO DX OLHX GnHWUH WRXUQ H[FOXVLYHPHQW YHUV OnLQWULHXU OH GLVFRXUV Gn$OID SUHQG OD IRUPH GnXQH VRUWH GnDXWRSRUWUDLW JUDFH DXTXHO OD ORFXWULFH VnHIIRUFH QRQ SDV VHXOHPHQW GH VH FRQQDLWUH PDLV DXVVL HW SHXWHWUH VXUWRXW GH VH IDLUH FRQQD7WUH SDU VHV VHPEODEOHV (Q JHQHUDO TXDQG HOOH UDFRQWH XQH VFHQH DX SUVHQW DX OLHX GnLQGLTXHU OD VLPXOWDQLW DEVROXH GHV YQHPHQWV GFULWV HW GH OnDFWH GH OHV UHODWHU FH WHPSV UHYW SOXWW XQH GLPHQVLRQ LWHUDWLYH TXL VLWX OH GLVFRXUV Gn$OID D PLFKHPLQ HQWUH OD UIOH[LRQ HW OD QDUUDWLRQ -nDL OH FXLWH GX PRXYDQHQW OH JRXW GHV WUHV HW GHV FLWV OLV VRQW PRQ IDLEOH PD ILEUH PHV IDEOHV PRQ IRUW 6RXGDLQ UXHV LPSDVVHV ERXOHYDUGV PnDVSLUHQW PnLQVSLUHQW -H OHV SDUFRXUV -H OHV KXPH HVVHQFH FRPSULVH -H OHV KDQWH MH OHV UHPRQWH MH OHV UHGHVFHQGV 3RXU TXnXQH YRL[ USRQGH D OD PLHQQH MH GHPDQGH £ XQ SDVVDQW XQH DGUHVVH £ ODTXHOOH MH QH PH UHQGUDL SDV -H SDUOH DX[ YLHLOODUGV DX[ YLHLOOHV GRQW OH WHPSV QH FRPSWH SOXV PDLV DX[TXHOV UHVWH VL SHX GH WHPSV -nDGRSWH SDU EUDVVHV OD IRXOH HW VD MHXQHVVH VYHOWH EDUEXH FKHYHOXH RX ELHQ FHOOH TXL MRXH DX[ ERQ]HV FUDQHV FKDXYHV SRXGUV GH EODQF -H SORQJH GDQV OHV PDUFKV DX[ KHXUHV GnDIIOXHQFH 'DQV OD UXHOOH SOHLQH D FUDTXHU XQH YRLWXUH VnHQJRXIIUH DJUHVVLYH HOOH VH WDLO OH XQ FKHPLQ -H FDUHVVH VRQ PXVHDX MH nDSSULYRLVH VHV URQIOHPHQWV VnDVVRXUGLVVHQW HOOH PH OLYUH SDVVDJH -H SDVVH &) SS f 2U FRPSWH WHQX GH OD SUGRPLQDQFH GX SUVHQW KDELWXHO RQ FRQVWDWH TXH OH PRQRORJXH Gn$OID FRQWLHQW DXVVL XQH SOXV KDXWH SURSRUWLRQ GX SUVHQW SRQFWXHO HW GX SUVHQW QDUUDWLI TXH OH GLVFRXUV GLUHFW GX MHXQH KRPPH TXL VH SDUOH D OXLPPH GDQV /r$XWUH 6L OD QDUUDWLRQ

PAGE 158

VLPXOWDQH HW OD UHPPRUDWLRQ VH VXEVWLWXHQW GRQH GDQV XQH FHUWDLQH PHVXUH DX SUHVHQW LQWHPSRUHO TXL FDUDFWULVH OH PRQRORJXH LQWULHXU GH FH GHUQLHU RQ QH WURXYH WRXWHIRLV DXFXQH WUDFH FKH] $OID GnXQ HIIRUW GnLLQSRVHU XQH RUJDQLVDWLRQ FKURQRORJLTXH VXU VHV VRXYHQLUV (Q RXWUH LO HVW SDUIRLV DVVH] GLIILFLOH GH GHWHUPLQHU VnLO HVW TXHVWLRQ GnXQH YRFDWLRQ GX SDVV RX VnLO VnDJLW SDU FRQWUH GnXQH QDUUDWLRQ VLPXOWDQH -H UHPRQWH OD UX TXL PQH DX JUDQG 7KHDWUH 'HV JHQV YHQXV GH SDUWRXW QnHQ UHYLHQQHQW SDV GH VnDERUGHU 8Q UHVWDXUDWHXU DX VHXLO GH VRQ FDI PnRIIUH JUDWLV XQ YHUUH GH OLPRQDGH 3OXV ORLQ MH PnDJJOXWLQH D OD IRXOH &) S f ,, HVW SRVVLEOH QDQPRLQV GH GLVWLQJXHU SOXVLHXUV SDVVDJHV FRPPH FHOXL TXL VXLW PDUTXV SDU nL VRWRS LH WHQSRUHOOH HQWUH nQRQFLDWLRQ HW nDFWLRQ HW VHUYDQW £ UDWWDFKHU OH PRQRORJXH GH OD YLHLOOH IHPPH DX FDGUH FRQVWLWX SDU OH UFLW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH FH TXL QRXV SHUPHW GRQH GH VLWXHU nLQVWDQFH QDUUDWLYH Gn$OID SDU UDSSRUW DX[ YQHPHQWV GH OnKLVWRLUH &HSHQGDQW FHV VHJPHQWV UDFRQWV DX SUVHQW SRQFWXHO QH VRQW QL DVVH] ORQJV QL DVVH] USDQGXV SRXU GRUPHU DX WH[WH GDQV OHTXHO LV VnLQVUHQW XQ FDUDFWUH QHWWHPHQW QDUUDWLI -H URGH GHSXLV FH PDWLQ DXWRXU GH OD PDLVRQ GH 'HULF HVVD\DQW GnDSHUFHYRLU /LYLH ,, IDXW TXH MH XL SDUOH (OOH HVW FORVH FHWWH PDLVRQ VHUUH FRPPH XQ SRLQJ $YHF PRQ DOOXUH LV QH PnRXYULURQW MDPDLV -nHPSOLV PHV SRXPRQV GnDLU MH UDVVHPEOH PRQ FRXUDJH MnDYDQFH GDQV nHQWUH GH PDUEUH YLWDQW GH SDVVHU WURS SUHV GH OD ORJH GX FRQFLHUJH -H VRQQH DX UH]GHFKDXVVH -nHQWHQGV GHV SDV GH nDXWUH FRW GH OD SRUWH TXHOTXnXQ PnREVHUYH D WUDYHUV OnRHLOOUH MH SUHQGV PRQ DLU OH SOXV LQQRFHQW /nH[DPHQ QH PnHVW SDV IDYRUDEOH RQ QH PH UHFHYUD SDV -H EDLVVH OD WHWH SRXU TXnDSSDUDLVVHQW PHV FKHYHX[ EODQFV HW TXH FHX[FL OHV UDVVXUHQW 5LHQ /HV SDV VnORLJQHQW &) S f 2U GDQV OHV GHX[ GHUQLHUV VHJPHQWV GX URPDQ RX OD YLHLOOH IHPPH UDFRQWH OnDSSURFKH GH VD SURSUH PRUW OD QDUUDWLRQ VLPXOWDQH VH VLWX

PAGE 159

KRUV GX FDGUH WHPSRUH GHOLPLW GDQV OH UFLW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH $LQVL £ OD GLIIUHQFH GH WRXV OHV URPDQV DQWULHXUV GH &KHGLG £ OD ILQ GH /D &LW OD YRL[ GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VH UGXLW DX VLOHQFH HW FnHVW XQ GHV SHUVRQQDJHV TXL DFTXLHUW SDU FRQVTXHQW OH PRQRSROH GH OD SDUROH FRPPXQLTXDQW GLUHFWHPHQW DX QDUUDWDLUH H[WUDGLJWL TXH XQ GL VFRXUV LQWULHXU PDUTX VHPEOHWLO SDU OD UVROXWLRQ GH UDFRQWHU OD YLH HW OD PRUWf DX OLHX Gn\ UIOFKLU 0PH TXDQG LO VnDJLW GHV QRPEUHX[ SDVVDJHV GH GL VFRXUV QHWWHPHQW H[WUDQDUUDWLIf§OHV U IOH[LRQV IDLWHV SDU $OID VXU OD QDWXUH KXPDLQH HW VXUWRXW VXU OnDPRXUOD ORFXWULFH VHPEOH DGUHVVHU VHV LQWHUURJDWLRQV QRQ SDV VHXOHPHQW D HOOHPPH PDLV JDOHPHQW £ XQ DXGLWRLUH YLUWXHO VLWX DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH $LQVL OHV TXHVWLRQV IRQGDPHQWDOHV TXnHOOH SRVH DX[ SHUVRQQDJHV GH OnXQLYHUV GLJWLTXH D OnDLGH GH VHV JHVWHV HW GH VHV SDUROHV SURQRQFHV HOOH QRXV OHV SRVH DXVVL D WUDYHUV VRQ PRQRORJXH LQWULHXU 0PH VL WRXW WRXMRXUV VH GHJUDGH HW TXH OHV KDLQHV OnHPSRUWHQW GnDXWUHV FODUWV QRXV VDXYHURQW -H PnLPSUJQH GH FHWWH FRQILDQFH VLQRQ SRXUTXRL HW FRPPHQW YLYUH" &) S f 'DQV 1HIHUWLWL FHWWH VRUWH GH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH DYHF HVf QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf DXVVL ELHQ TXH OD IRQFWLRQ SURSUHPHQW QDUUDWLYH GHYLHQQHQW FHQWUDOHV £ RULHQWDWLRQ GX WH[WH GHV SHUVRQQDJHV /H GL VFRXUV GH %RXEDVWRV HW FHOXL GH OD UHLQH DX OLHX GnWUH FRPSOWHPHQW LQWULHXUV FRPPH OHV PRQRORJXHV GMD WXGLV SUHQQHQW SOXWW OD IRUPH GnXQH FKURQLTXH FULWH O DERUH SDU GHX[ LQGLYLGXV WUHV FRQVFLHQWV GH OHXU UROH FRPPH DUFKLWHFWHV GnXQ UFLW HW GH OD SUVHQFH YLUWXHOOH GnXQ DXGLWRLUH (Q nDEVHQFH GH WRXW QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH OHV SHUVRQQDJHV MRXLVVHQW GnXQ PRQRSROH GH

PAGE 160

OD SDUROH HW FnHVW OH VFULEH %RXEDVWRV TXL DVVXPH SRXU DLQVL GLUH OH PPH UROH UHPSOL SDU OHV ORFXWHXUV DQRQ\PHV HW RPQLVFLHQWV GHV GHX[ URPDQV SUFGHQWV FDU VRQ WH[WH VHUW GH FDGUH DX[ SURSRV GH 1HIHUWLWL VXU OHV GHX[ SODQV GH OD QDUUDWLRQ HW GH OnKLVWRLUH 'nXQH SDUW OH VFULEH WDEOLW OH FRQWH[WH QRQ SDV VHXOHPHQW WHPSRUH HW VSDWLDO PDLV VXUWRXW PRWLRQQHO GX GLVFRXUV TXnLO HVW FKDUJH GH WUDQVFULUH HQ GFULYDQW OD OXWWH LQWULHXUH PHQH SDU OD UHLQH SRXU VH PHWWUH HQ URXWH YHUV VRQ SDVV 1 S f 'H nDXWUH LO UHQVHLJQH VHV QDUUDWDLUHV VXU GHV DVSHFWV GH FH SDVV TXL QH ILJXUHQW SDV GDQV OHV VRXYHQLUV TXH 1HIHUWLWL OXL GLFWH &HSHQGDQW D OD GLIIUHQFH GX GL VFRXUV GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV GDQV /n$XWUH HW GDQV /D &LW FHOXL GH %RXEDVWRV QH VH FDUDFWULVH QL SDU XQH SHUVSHFWLYH VWULFWHPHQW REMHFWLYH QL SDU OnHIIDFHPHQW ULJRXUHX[ GX VXMHW SDUODQW /H VFULEH QRXV RIIUH XQH YHUVLRQ WUHV SHUVRQQHO OH GH OnKLVWRLUH HW GH On+LVWRLUHf PDUTXH SDU XQH DVVH] KDXWH SURSRUWLRQ GH FRPPHQWDLUH H[SOLFLWH HW SDU XQH WHQGDQFH D LQWHUFDOHU FHUWDLQV SLVRGHV GH VD SURSUH YLH GDQV VHV PPRLUHV GX UJQH Gn$NKQDWRQ 4XL SOXV HVW LO QH VnDEVWLHQW SDV GH VnDGUHVVHU GLUHFWHPHQW £ VHV QDUUDWDLUHV GHV VLFOHV D YHQLU FKH] TXL LO HVSHUH IDLUH UHYLYUH OH UHYH GX SKDUDRQ UIRUPDWHXU -nFULV SRXU TXnD WUDYHUV PRL £ WUDYHUV GnDXWUHV HW SXLV GnDXWUHV HQFRUH FHWWH DYHQWXUH FDSWH XQ MRXU WRQ RHLO OHFWHXU PRQ IUUH SRXU TXnHOOH IUDSSH £ WRQ FRHXU DPL GnXQ DXWUH WHPSV 1 S f 1HIHUWLWL TXDQW D HOOH VnHIIRUFH D VRQ WRXU GH FRPPXQLTXHU VHV VRXYHQLUV SRXU TXH OH UHYH GH VRQ PDUL VRLW GOLYU GH OD PRUW SDU OnFULW 1 S f (OOH VnHQ WLHQW GRQH HQ JUDQGH SDUWLH £ OD QDUUDWLRQ SURSUHPHQW GL WH VDULV WRXWHIRLV IDLUH WRWDO HPHQW DEVWUDFWLRQ

PAGE 161

GnXQ GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI D\DQW XQH IRQFWLRQ HVVHQWLHOOHPHQW LGRORJLTXH RX VHUYDQW £ HQWUHWHQLU XQH VRUWH GH GLDORJXH DYHF OH VFULEH TXL VH FKDUJH GH UHFXHLOOLU VHV SURSRV 3DU H[HPSOH LO OXL DUULYH SDUIRLV GnLQWHUURPSUH OH GURXOHPHQW GH VRQ UFLW SRXU PHWWUH OnDFFHQW VXU VRQ WDW GnDPH DFWXHO RX SRXU VnDGUHVVHU GLUHFWHPHQW £ VRQ QDUUDWDLUH %RXEDVWRV -nDL WUDYHUVH WDQW GnKRUUHXUV PDLV DXVVL GHV DYHQXHV UDGLHXVHV -nDL YFX GH WHOV GFKLUHPHQWV PDLV DXVVL WDQW GnDPRXU 1RXV DYRQV VRXIIHUW GH WUDKLVRQV GH PDOYHLOODQFHV GH UDQFXQHV PDLV QRXV DYRQV W WPRLQV GnDFWHV LQQRPEUDEOHV TXL UFRQFLOLHQW DYHF OH[LVWHQFH DYHF OD YLH $ FDXVH GH FHOD PRQ VFULEHHW ELHQ TXH QRWUH SURSUH DYHQWXUH VRLW VDFFDJH HW PRUWHLO PnDUULYH GH UHWURXYHU IRL HQ XQ SOXV ORLQ TXL QRXV FKDSSH HQ GnDXWUHV WHPSV HQ GnDXWUHV YLHV 1 SS f 3RXUWDQW VL 1HIHUWLWL VH ODLVVH VXEPHUJHU OH SOXV VRXYHQW SDU VRQ DFWH GH UHPPRUDWLRQ YRTXDQW YRLUH UHYLYDQW OH SDVV HQ SUHVHQFH GH VRQ VFULEH LO UHYLHQW £ FH VFULEH WPRLQ QRQ SDV VHXOHPHQW GH OnDFWH GQRQFLDWLRQ DFFRPSOL SDU OD UHLQH PDLV JDOHPHQW GH OD SOXSDUW GHV YQHPHQWV UDFRQWV GH JUHIIHU VXU OD UHODWLRQ TXnLO WUDQVPHW GHV HOHPHQWV QDUUDWLIV HW H[WUDQDUUDWLIV TXL ODUJLURQW OD SRUWH GHV SDUROHV TXnLO HVW HQ WUDLQ GH UHFXHLOOLU &HUWHV LO QH VnHIIDFH SDV FRUQQH RQ SRXUUDLW Vn\ DWWHQGUH VL RQ OLPLWH OD FRQFHSWLRQ GX UROH GnXQ VFULEH D OD WUDQVFULSWLRQ GH FH TXH nRQ OXL GLFWH DXVVL FRQYLHQWLO PDLQWHQDQW GH SUFLVHU OH FDUDFWUH GH VD FRQWULEXWLRQ DX UFLW GH 1HIHUWLWL 3UHPLHUHPHQW n LQWHUSRO DWLRQ GH VRQ SURSUH GL VFRXUV VHUW D LQVUHU OH UJQH Gn$NKQDWRQ GDQV VRQ FDGUH KLVWRULTXH HW UHOLJLHX[ (Q GUHVVDQW XQ FDWDORJXH GHV D7HX[ GH FH SKDUDRQ UHEHOOH HW GH OHXUV GLHX[ %RXEDVWRV IDLW UHVVRUWLU GnHPEOH OD QDWXUH UYROXWLRQQDLUH GH

PAGE 162

VD SKLORVRSKLF SHUVRQQHO OH HW SROLWLTXH (Q GHX[LPH OLHX OH UFLW GX VFULEH DLGH £ UHPSOLU OHV DFXQHV GDQV FHOXL GH 1HIHUWLWL TXL LQVLVWH OH SOXV VRXYHQW VXU OnDVSHFW LQWLPH HW DIIHFWLI GX SDVV %RXEDVWRV VH FKDUJH QRQ SDV GH FRUULJHU OH UFLW TXnHOOH XL GLFWH PDLV SOXWW GH OnWRIIHU HQ \ DMRXWDQW XQ SRLQW GH YXH TXL VnRULHQWH YHUV OH FRQFUHW SRXU YRTXHU OHV GFRUV HW OHV JHVWHV /H VFULEH QRXV H[SOL TXH 4XDQG OD UHLQH VH WDLW MH PnHIIRUFH GH GFULUH OHV FKRVHV SDU OH GHKRUV ,, IDXW TXH OH GFRU WLHQQH -nHQ SURXYH OD QFHVVLW -nHVVD\H GH FHUQHU OH SDVV GH PDLQWHQLU 7LPDJH HQWUH GHV DUHWHV SUFLVHV GnHWUH XQ SHX OnDUFKLWHFWH GH FH UFLW /H WHPSV HIIDFH RX GFRORUH 4XH UHVWHUDWLO GH QRXV VL MH PnFDUWH WURS GHV DSSDUHQFHV" ,, PH VHPEOH SDUIRLV TXH OHV SDUROHV GH 1HIHUWLWL VH FHQWUHQW YHUV OH GHGDQV TXH SDU PRPHQWV HOOHV UGXLVHQW OHV DSSDUHQFHV HQ FHQGUHV SRXU TXH QH VXUYLYH TXH OH IHX GHV SURIRQGHXUV $ORUV MH UHPDQLH FH WH[WH MH PnDSSXLH VXU PHV VRXYHQLUV MH SRVH £ OD UHLQH GnDXWUHV TXHVWLRQV -H PDWWDFKH £ FH TXL VH YRLW £ FH TXL VH SDOSH -H PnDWWDUGH VXU XQ GWDLO MH PnHQUDFLQH 1 SS f (Q WURLVLPH OLHX OH VFULEH SUHQG OD SDUROH SRXU UDFRQWHU VHV SURSUHV VRXYHQLUV TXDQG 1HIHUWLWL QnDUULYH SDV D FRPQXQLTXHU OHV VLHQV (QILQ OH UFLW GH %RXEDVWRV HVW SDUVHP GnREVHUYDWLRQV VXU OWDW GnDPH GH 1HIHUWLWL TXL UHQVHLJQHQW OH OHFWHXU VXU VD OXWWH FRQWUH OH VLOHQFH HW OH YLGH SRXU DFKHYHU VHV PPRLUHV ,, H[LVWH GRQH XQH VRUWH GH OLYUH GDQV OH OLYUH GDQV OHTXHO OH VFULEH HQ VD TXDOLW GH WPRLQ HW GH SDUWLFLSDQW UHQG FRPSWH GH OD FRPSRVLWLRQ GH OD FKURQLTXH 1 MDTXHWWH GX OLYUHf (Q GFULYDQW OnHQIDQWHPHQW GRXORXUHX[ GX UFLW FRPSRV GHV VRXYHQLUV GH OD UHLQH %RXEDVWRV UXVVLW £ DIILUPHU QRQ SDV VHXOHPHQW OD VLQFULW GH 1HIHUWLWL HQ WDQW TXH QDUUDWHXU PDLV DXVVL VD UDOLW HQ WDQW TXH SHUVRQQDJH IDLVDQW UHVVRUWLU OHV UHVVHPEODQHHV IRQGDPHQWDOHV TXL OD UHOLHQW DX[

PAGE 163

QDUUDWDLUHV GHV SRTXHV IXWXUHV D TXL HOOH YRXGUDLW WUDQVPHWWUH VRQ PHVVDJH QDUUDWLI *ULFH D FHV SDVVDJHV HQ IRFDOLVDWLRQ H[WHUQH 1HIHUWLWL GHYLHQW SRXU QRXV SOXV TXnXQH YRL[ ORLQWDLQH HW LVROHHOOH VnLQFDUQH HW WRXW HQ SHUGDQW XQH FHUWDLQH TXDOLW P\WKLTXH HOOH DFTXLHUW XQH UDOLW WUHV FRQFUHWH TXL UHGRXEOH OH SRLGV GH VHV SDUROHV 'DQV /HV 0DUFKHV OD VHXOH YRL[ TXL VH IDLW HQWHQGUH GLUHFWHPHQW SDU OHVf QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf HVW FHOXL GX SHUVRQQDJH WPRLQ 7KPLV $X OLHX GH WHLU XQ GLVFRXUV HQWLUHPHQW LQWURVSHFWLI R OD UHIOH[LRQ OnHPSRUWH VXU OD IRQFWLRQ QDUUDWLYH LO DVVXPH FRQVFLHPPHQW OH UROH GH QDUUDWHXU GnXQ UFLW LQGSHQGDQW ,, VnDJLW FKH] OXL QRQ SDV GnXQ PRQRORJXH WRXW D IDLW LQWULHXU PDLV SLXWRW GnXQ WH[WH FULW GRQW OD UHGDFWLRQ IDLW OnREMHW GnXQ FRPPHQWDLUH LQVU DX GHEXW HW VXUWRXW D OD ILQ GH OD UHODWLRQ &RPPH %RXEDVWRV HW 1HIHUWLWL LO DUULYH D 7KPLV GH VnDGUHVVHU RXYHUWHPHQW D VHV QDUUDWDLUHV YLUWXHOV GDQV OH EXW GH OHXU IDLUH SDUW GH FH TXL nLQFLWH D SUHQGUH OD SDUROH 6nLO DFFRUGH XQ KDXW GHJU GnLPSRUWDQFH £ OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI FnHVW TXnLO VnHIIRUFH GH UHFRQVWLWXHU OnKLVWRLUH GHV WURLV IHPPHV DILQ GH FRPPXQLTXHU OD UDOLW GH OHXU WUDQJH LPSUHYLVLEOH UHQFRQWUH DX[ GHVWLQDWDLUHV GH VD SURSUH SRTXH WURXEOH HW £ FHX[ GHV JQUDWLRQV D YHQLU 06 S f 3RXUWDQW 7KHPLV QH VH VLWX SDV WRXMRXUV DX PPH GHJU GH GLVWDQFH GHV YQHPHQWV TXnLO UDFRQWH ,O FKRLVLW GnRSUHU XQH GLVVRFLDWLRQ HQWUH 7KUQLVSHUVRQQDJH HW 7KPLVQDUUDWHXU GDQV FHUWDLQHV VHFWLRQV GX UFLW VH GVLJQDQW SDU OD WURLVLPH SHUVRQQH DX OLHX GH OD SUHPLHUH HW SDUODQW GH OXLLQPH £ GLVWDQFH FRPPH GnXQ WUDQJHU GnXQ WPRLQ SDUIRLV PHO £ nDFWLRQ 06 S f (Q

PAGE 164

DGRSWDQW SULRGLTXHPHQW OD SHUVSHFWLYH GnXQ QDUUDWHXU H[WUD KWURGLJWLTXH 7KPLV ILQLW SDU GRQQHU £ VRQ WH[WH XQH FRPSRVLWLRQ TXL UDSSHOOH TXRLTXH VXSHUILFLHOOHPHQWf OD MX[WDSRVLWLRQ GX FRQWH[WH QDUUDWLI SOXV RX PRLQV REMHFWLI DX GL VFRXUV GnXQ GHV SURWDJRQLVWHV GH OnKLVWRLUH SURFHGH FDUDFWULVWLTXH GH OD VWUXFWXUH QDUUDWLYH GH /n$XWUH GH /D &LW HW GH 1HIHUWLWL 7KPLV UHWUDFH HQ SDUWLH OHV YLHV GH &\UH GH 0DULH HW Gn$WKDQDVLD VRLW HQ VD TXDOLW GH SDUWLFLSDQW SRXU OD SULRGH GH OHXU VMRXU FRPPXQ FKH] 0DFf VRLW HQ VH ILDQW DX[ VRXYHQLUV GnDXWUHV REVHUYDWHXUV RX ELHQ HQ VH UIUDQW DX[ FRQILGHQFHV TXnLO D UHJXHV GHV IHPPHV HOOHVPPHV 6D UHODWLRQ VH GLYLVH HQ QHXI VHFWLRQV FKDFXQH SRUWDQW HVf QRPVf GH FHOXL RX GH FHOOHVf GHV SHUVRQQDJHV TXL Vn\ SUVHQWHQW /HV TXDWUH SDUWLHV VXU QHXI UDFRQWHV SDU 7KPLV HQ WDQW TXH QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH FRQWLHQQHQW XQH DVVH] KDXWH SURSRUWLRQ GH GL VFRXUV H[WUDQDUUDWLI VRXV IRUPH GH FRURQHQWDLUH D IRQFWLRQ LGRORJLTXH HW WHVWLPRQDOH FDU LO \ HVW TXHVWLRQ QRQ SDV VHXOHPHQW GH OnYRFDWLRQ GH VD UHQFRQWUH DYHF OHV WURLV IHLUHQHV PDLV DXVVL GH VHV UIOH[LRQV VXU VRQ SRTXH HW GH VHV REVHUYDWLRQV VXU OD QDWXUH KXPDLQH 'RJPHV HUUHXUV HW YULWV WDQW GH IRLV UHSURGXLWHV VLPXODFUHV RX USWLWLRQV WRXV FHV SLVRGHV LOOXPLQV WRXWHV FHV FKURQLTXHV VDQJODQWHV MnHQ VRXULUDLV VL QRV FRQGXLWHV PRXWRQQLUHV QH QRXV WUDQVIRUPDLHQW SDUIRLV HQ K\QHV VHUYLWHXUV GFKDQV GH WRXWHV OHV YLROHQFHV $ORUV FRPPHQW VRXULUH" 0DOJU XQ UHJDUG QDUTXRLV RX GWDFK TXH nRQ SRUWH VRXYHQW VXU FH PRQGH SKPUH TXH QRXV VRIUHQHV WRXMRXUV VXU OH SRLQW GH TXLWWHU FRPPHQW VH GIHQGUH GnDYRLU OH FRHXU URQJ 7LPH DYHXJOH" 06 S f 'DQV OHV VHFWLRQV TXL VnLQWLWXOHQW 7KPLV LO VnDJLW GRQH GHV VRXYHQLUV GX QDUUDWHXUWRXW FH TXL GULYH GH VD SURSUH H[SULHQFH (Q UHYDQFKH FH TXH 7KPLV UDFRQWH GDQV OHV VHJPHQWV LQWLWXOHV &\UH

PAGE 165

0DULH HW $WKDQDVLD D OnH[FHSWLRQ GX PDUW\UH GX ILOV Gn$WKDQDVLD DXTXHO LO D DVVLVWf LO OH WLHQW GnDXWUHV SHUVRQQHV VRLW GnXQH GHV SURWDJRQLVWHV VRLW GnXQ WLHUV &HV FLQT VHJPHQWV SRUWHQW VXU OHV WURLV IHPPHV RX ELHQ LQGL YL GXHOOHPHQW FRPPH DX GHEXW ORUVTXH FKDFXQH GnHOOHV WRXWH VHXOH VH WURXYH WUH DX[ SULVHV DYHF VRQ SDVVH DEVRUEH SDU VHV VRXYHQLUV RX ELHQ HQVHPEOH SRXU LQGLTXHU OH OLHQ GH IUDWHUQLW TXL VH IRUPH £ OD UHWUDLWH GH 7HUPLWH HW FRQWLQXH £ OHV XQLU DSUHV OHXU GSDUW 0DUTXHHV SDU OD GLVVRFLDWLRQ MHQDUUDQWMH QDUU HW UDFRQWHV VHO RQ OH SRLQW GH YXH GnXQ QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH OHV VHFWLRQV HQ TXHVWLRQ VH FDUDFWULVHQW SDU 7DEVHQFH SUHVTXH WRWDOH GH FRPQHQWDLUH HW TXL SOXV HVW GH WRXWH IRUPH GH GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI 'RQH 7KPLV FRQIRUPPHQW £ VD GHFLVLRQ GH SDUOHU GH OXLPHPH FRPPH GnXQ WUDQJHU SDVVH GH OD SUHPLHUH SHUVRQQH D OD WURLVLHPH DEDQGRQQDQW OH MHB TXL DSSDUWLHQW £ VRQ VWDWXW GH QDUUDWHXU SRXU VH GHVLJQHU SDU MM HW VXSSULPDQW DLQVL XQH GHV PDUTXHV OHV SOXV HYLGHQWHV GH VD SUHVHQFH HQ WDQW TXH VXMHW SDUODQW 3DUHLOOHPHQW LO IDLW SUHVTXH FRPSO HWDQHQW DEVWUDFWLRQ GX GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI FDUDFWULVWLTXH GHV VHFWLRQV KRPRGLJWLTXHV GH VRQ UFLW TXL VHUYLUDLW £ DXJPHQWHU VD SHUFHSWLEL L W HQ WDQW TXH QDUUDWHXU (Q FKHUFKDQW D IRUPXOHU XQH LQWHUSUWDWLRQ SRVVLEOH GH FH KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW RQ FRQVWDWH GnDERUG TXH 7KPLV £ OD GLIIUHQFH GH %RXEDVWRV LQFRUSRUH GDQV VRQ UFLW XQ DVVH] JUDQG QRPEUH GH VFHQHV GRQW LO QnD SDV W WPRLQ HW WUDQVPHW WUHV VRXYHQW GHV SHQVHV GnDXWUXL TXnLO QH VDXUDLW FRQQDWUH 2U 7DOWHUQDQFH MHLO OXL SHQQHW GnHQIUHLQGUH OHV QRUPHV TXL VH UDWWDFKHQW £ OD QRWLRQ GH SHUVRQQH VDQV WRXWHIRLV GLPLQXHU VD FUGLELOLW HQ WDQW TXH QDUUDWHXU

PAGE 166

*UDFH £ nOLPL QDWLRQ GHV LQWHUYHQWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV HW D OD GLVWDQFLDWLRQ HQWUH OH MHQDUUDQW HW OH MHQDUU HIIHFWXH SDU OD GVLJQDWLRQ GH 7KPLVSHUVRQQDJH SDU OD WURLVLPH SHUVRQQH RQ IL QLW SDU RXEOLHU OHV OLPLWDWLRQV GX FKDPS FRJQLWLI GX QDUUDWHXU DXVVL ELHQ TXH OD SDUWLFLSDWLRQ GH FH GHUQLHU D FHUWDLQV GHV YQHPHQWV UDFRQWV DFFRUGDQW £ VHV SDUROHV OnDXWRULW TXL YD GH SDLU DYHF nRPQLVFLHQFH HW REMHFWLYLW GX VXMHW SDUODQW 3RXUWDQW OD GLVVRFLDWLRQ QDUUDWHXUSHUVRQQDJH QH FRQVWLWXH SDV VHXOHPHQW XQ SURFG SOXV RX PRLQV DUWLILFLHO SDU OHTXHO 7KPLV UXVVLW £ LQVUHU GDQV VRQ UFLW XQH FHUWDLQH FDWJRULH GLQIRUPDWLRQ QDUUDWLYH LQFRPSDWLEOH DYHF VRQ VWDWXW KRPRGLJWLTXH VDQV WURS YHLOOHU OD PILDQFH GH VHV OHFWHXUV /RLQ GH OD DOWHUQDQFH MHLO RSUH SDU 7KPLV UHSUVHQWH SOXWRW XQH WUDFH GH OD SRO\SKRQLH VRXV MDFHQWH VXU ODTXHOOH UHSRVH OD FRPSRVLWLRQ GH VRQ WH[WH ,, DYRXH VDQV DPEDJHV TXnLO VnDSSXLH QRQ SDV VHXOHPHQW VXU VHV SURSUHV VRXYHQLUV PDLV DXVVL VXU OHV SURSRV GnDXWUHV LQGLYLGXV SURWDJRQLVWHV RX WPRLQV GH OnDFWLRQ HQ UGLJHDQW VRQ UFLW -nDMRXWHUDL D FH TXnHOOHV PnRQW GLW WRXW FH TXH MnDL SX HQVXLWH SDWLHPPHQW UHFRQVWLWXHU $ WUDYHUV HO OHV SOXV WDUG D WUDYHUV GnDXWUHV MnDL UHFRPSRV OHXUV H[LVWHQFHV 0DLV SHXWRQ SQWUHU OHV HVSULWV HW OHV FRHXUV HW QH VLQILOWUHWRQ SDV VRLPPH GDQV OD VXEVWDQFH GnDXWUXL" 06 SS f 2U SDU XQH VRUWH GH PWDOHSVH VHO RQ OD WHQQLQRORJLH JHQHWWLHQQH LO \ LQVUH FH TXnLO WLHQW GnDXWUXL VDQV WRXMRXUV VLJQDOHU OHV UFLWV LQWHUUQGLDLUHV JUDFH DX[TXHOV LO VnHVW UHQVHLJQ &nHVW VXUWRXW SDU nDOWHUQDQFH MHLO TXnLO PHW HQ YDOHXU OnDOWULW GHV YRL[ TXL VH IRQW HQWHQGUH £ WUDYHUV OD VLHQQH (Q VH GVLJQDQW SDU OD WURLVLPH SHUVRQQH 7KPLV DGRSWH HQ TXHOTXH VRUWH OD SHUVSHFWLYH GH FHOXL RX GH

PAGE 167

FHOO H TXL OXL D UDFRQW OD VFHQH TXnLO HVW HQ WUDLQ GH GFULUH 3DU (OLPLQDWLRQ V\VWPDWLTXH GX MH HW GHV UHIOH[LRQV SHUVRQQHOOHV GDQV OHV VHFWLRQV EDVHV VXU OHV SURSRV GH 0DULH Gn$WKDQDVLD RX GnXQ REVHUYDWHXU DXWUH TXH OXLPPH LO ODLVVH GHYLQHU GDQV VRQ UFLW XQ FHUWDLQ PHODQJH GH YRL[ 'DQV OHV VHFWLRQV TXL SRUWHQW OHV QRPV GHV WURLV IHPPHV R 7KPLV VH GHVLJQH SDU OD WURLVLHPH SHUVRQQHO LO QH SDUOH SDV HQ WDQW TXH WPRLQ FDU ORUVTXnLO SUHQG OD SDUROH HQ VRQ SURSUH QRP LO QH VnDEVWLHQW SDV GH GLUH H /HV VRXUFHV GH VRQ UFLW GHPHXUHQW SRXU OD SOXSDUW LPSOLFLWHV PDLV PPH VnLO HQ IDLW SUHVTXH WRXMRXUV DEVWUDFWLRQ OHV HFKRV GH FHV DXWUHV YRL[ VXUWRXW FHOOHV GH &\UH GH 0DULH HW Gn$WKDQDVLD H[LVWHQW HW UVRQQHQW £ WUDYHUV OD VLHQQH 'RQH 7KPLV WRXW HQ VH UVHUYDQW HQWLUHPHQW OH SULYLOHJH QDUUDWLI SDVVH GX BMH GX QDUUDWHXU DX GX SHUVRQQDJH 2U VL 7KPLV VnDSSURSULH SRXU DLQVL GLUH OHV SDUROHV UHFXHLOOLHV VXU OHVTXHOOHV LO VH EDVH SRXU ODERUHU VRQ UFLW LO OXL DUULYH JDOHPHQW GnLQYHQWHU OH GLVFRXUV GH VHV SHUVRQQDJHV ORUVTXH VHV VRXUFHV GnLQIRUPDWLRQ OXL IRQW GIDXW (Q UDFRQWDQW OnKLVWRLUH GH &\UH LO UXVVLW D DOOLHU SUHVTXH LQH[WULFDEOHPHQW OD UDOLW OHV VFHQHV TXnLO WLHQW GnDXWUXLf HW OD ILFWLRQ VRLW OD UHFRQVWLWXWLRQ GH FHUWDLQV SLVRGHV GH OD YLH GH OD MHXQH ILOLH WHOV VD IXLWH GX FRXYHQW HW VHV MRXUV GH VROLWXGH GDQV OH GVHUW VRLW OD WUDQVPLVVLRQ GH VHV SHQVHVf $LQVL HQ DVVXPDQW OH UROH GH QDUUDWHXU 7KPLV IDLW DSSHO QRQ SDV VHXOHPHQW £ VHV REVHUYDWLRQV DX[ VRXYHQLUV GnDXWUHV WPRLQV HW DX[ SDUROHV PPHV GHV SURWDJRQLVWHV GH VRQ KLVWRLUH PDLV DXVVL D VD SURSUH LPDJLQDWLRQ &RPPH 1HIHUWLWL HW %RXEDVWRV VRQ UFLW HVW OH UVXOWDW GnXQ DFWH GH UHPPRUDWLRQ HW OnKLVWRLUH GRQW LO OH WLUH UHSUVHQWH SRXU OXL XQ DVSHFW GH n+LVWRLUH GH VRQ SRTXH &HSHQGDQW

PAGE 168

£ OD GLIIHUHQFH GHV QDUUDWHXUV GX UHYH Gn$NKQDWRQ FKH] 7KPLV LO QH VnDJLW SDV XQLTXHPHQW GH SDUWDJHU VHV VRXYHQLUV DYHF GHV QDUUDWDLUHV YLUWXHOV DYDQW TXH OD PRUW QH UGXLVH VD YRL[ DX VLOHQFH 3RXU OXL OH SULYLOHJH QDUUDWLI FRPSRUWH QRQ SDV VHXOHPHQW OH UROH GnDUFKLWHFWH GH VRQ SURSUH UFLW HW GnKLVWRULHQ IL GOH GX SDVV PDLV DXVVL FHOXL GnLQYHQWHXU GH FHUWDLQV DVSHFWV GH FH SDVV TXL GHYLHQQHQW SRXU QRXV VHV OHFWHXUV OD UHDO L W 2U D OD ILQ GH VRQ UFLW OH JOLVVHPHQW HQWUH OD UDOLW HW fLQYHQWLRQ TXL FDUDFWULVH VRQ YRFDWLRQ GX SDVV VXUWRXW OD YLH GH &\UHf ILQLW SDU LQIOXHU VXU VD UHODWLRQ GX PRPHQW SUVHQW &HFL IDLWLO SDUWLH GH PRQ UFLW" /nLPDJLQDLUH DWLO SULV OH GHVVXV RX ELHQ FHOD VH SDVVHWLO YUDLPHQW LFL GDQV FHW LQVWDQW" -H QH VDLV SOXV 6RXGDLQ MH QH VDLV SOXV OD IURQWLUH HQWUH OnH[LVWHQFH HW OH UHYH VnHVW GLVVRXWH SHXW WUH WLHQQHQWLOV GnXQH PPH UDOLW SHXWWUH QH FHVVRQV QRXV MDPDLV GnLPDJLQHU" 06 S f $LQVL GDQV OH FDV GH 7KPLV OH UROH GH QDUUDWHXU UHSRVH QRQ SDV VHXOHPHQW VXU OD UHFRQVWLWXWLRQ IL GOH GH OD UDOLW SUVHQWH RX SDVVHf PDLV DXVVL VXU OD SXLVVDQFH FUDWULFH GH nLPDJLQDWLRQ HW GX YHUEH 'DQV /D 0DLVRQ RQ UHWURXYH OnDOWHUQDQFH GHV YRL[ DXWR HW KWURGLJWLTXHV FDUDFWULVWLTXH GH /D &LW PDLV D OD GLIIUHQFH GH FHW RXYUDJH DQWULHXU OH WH[WH GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW HW OH GL VFRXUV LQWULHXU GH OD SURWDJRQLVWH IRUPHQW GHV UFLWV LQGSHQGDQWV GULYV GH GHX[ KLVWRLUHV GLIIUHQWHV $LQVL ODFWLRQ VHPEOH VH GURXOHU VLPXOWDQPHQW VXU GHX[ SODQV WHPSRUHOV MX[WDSRVV /H QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH UHODWH OHV YQHLQHQWV GH MXLOOHWDRXW HW GDQV XQH VRUWH GH PRQRORJXH DXWRELRJUDSKLTXHA .DO\D VH UDFRQWH XQH VXLWH GnSLVRGHV GH VD MHXQHVVH YRTXDQW VXUWRXW W SDVV DX /LEDQ DXSUV GH VD JUDQGPUH 1RX]D &RPSOHOHPHQW DEVRUEH SDU VHV

PAGE 169

VRXYHQLUV OD IHPPH IDLW DEVWUDFWLRQ GH WRXWH UHIHUHQFH £ OD UHDO L W DPELDQWH 7RXW HQ JDUGDQW OD SHUVSHFWLYH SULYLOJLH TXH OXL FRQIUH On£JH OH WHQSV HW nH[SHULHQFH .DO\D VnHQ WLHQW SUHVTXH H[FOXVLYHPHQW D OD IRQFWLRQ SURSUHPHQW QDUUDWLYH /H GLVFRXUV H[WUD QDUUDWLI TXL FRQVWLWXH HQ JUDQGH SDUWLH OH WH[WH GX MHXQH KRPPH HQVHYHOL DXVVL ELHQ TXH FHOXL Gn$OID HW PDUTXH DVVH] IRUWHPHQW OHV UHODWLRQV IDLWHV SDU %RXEDVWRV SDU 1HIHUWLWL HW SDU 7KHPLV HVW D SHX SUHV DEVHQW GH VRQ UFLW /HV LQWHUYHQWLRQV GX MHQDUUDQW TXL VH ERUQHQW £ GHV REVHUYDWLRQV WHO OHV TXH -H OD UHYRLV -nHQ JDUGH XQ VRXYHQLU PLYUH HW -H QH PH VRXYLHQV SOXV IRQW UHVVRUWLU OnFDUW WHPSRUHO VSDUDQW .DO\DSHUVRQQDJH GH .DO\D QDUUDWHXU PDLV LV QH FRPSRUWHQW WRXWHIRLV DXFXQ FRPPHQWDLUH VRLW VXU OnKLVWRLUH VRLW VXU OH GLVFRXUV 05 SS f 9X OH FDUDFWUH HVVHQWLHOOHPHQW QDUUDWLI GX WH[WH GH .DO\D LO HVW SRVVLEOH GH FRQVWDWHU FKH] HOOH fDERXWLVVHPHQW GH OD WUDQVIRUPDWLRQ GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH QRQ SDV VXU OH SODQ GH OD UHODWLRQ FULWH PDLV SOXWRW VXU FHOXL GX PRQRORJXH LQWULHXU &RQQH 6DUQ\D SURWDJRQLVWH GX 6RPPHLO GOLYU OD JUDQGPHUH WURXYH XQ UHIXJH FRQWUH OD WUDJGLH GX PRPHQW SUHVHQW GDQV XQ DFWH GH UHPPRUDWLRQ UHWUDJDQW FHUWDLQV SLVRGHV GH VD YLH DQWULHXUH 3RXUWDQW D OD GLIIHUHQFH GH nKUR7QH GX SUHPLHU URPDQ FKHGLGLHQ VD YRL[ QRXV SDUYLHQW VDQV DXFXQH VXERUGLQDWLRQ DX WH[WH GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH DYHF TXL HOOH SDUWDJH OD SDUROH QDUUDWLYH 'DQV /D 0DL VRQ OH PRQRORJXH LQWULHXU GX SHUVRQQDJH FRQVWLWXH GRQH XQ UFLW FDSW VDQV PGLDWLVDWLRQ SDU HVf QDUUDWDLUHVf HW OHV OHFWHXUVf VLWXV DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH

PAGE 170

&HSHQGDQW OHV WH[WHV HQWUHODFHV PDLV LQGSHQGDQWV GHV QDUUDWHXUV DXWR HW KWURGLJWLTXHV FRQVLGHUHV LQGL YL GXHO HPHQW RX HQVHPEOH QH UHQIHUPHQW SDV OnHVVHQWLHO GH FH URPDQ /H QRHXG VH WURXYH SO XWRW GDQV XQ WURLVLPH UFLW USDUWL HQ GL[ VHJPHQWV DVVH] EUHIV R OH PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLIf VH WUDQVPHW JUDFH £ XQ SDUWDJH WUHV LQWLPH GH OD SDUROH &HV SDVVDJHV GDQV OHVTXHOV VH GURXOH HQ UDOHQWL OD PDUFKH GH .DO\D D WUDYHUV FHW HVSDFH UHQIHUP FRPPH XQ SLJH R OD PRUW HVW DX[ DJXHWV IRUPHQW SRXU DLQVL GL UH XQH VHTXHQFH GH FLQHPD R OD VFHQH FUXFLDOH SOXVLHXUV IRLV UHSURGXLWH REVHGH FRPPH XQH UHQJDLQH 05 MDTXHWWH GX OLYUH S f 2U FHWWH VFHQH FUXFLDOH FRQVWLWXH HIIHFWLYHPHQW OH ILO SULQFLSDO GH nKLVWRLUHXQH VRUWH GH QR\DX VXU OHTXHO VH JUHIIHQW OHV VFHQHV GX SDVV WUHV UHFHQW HW DVVH] ORLQWDLQ UDFRQWHV SDU OHV YRL[ QDUUDWLYHV GH .DO\D HW GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW /H WHQSV GH FH UFLW VHPEOH VH GLODWHU ODLVVDQW DSHUFHYRLU £ WUDYHUV OH PRPHQW SUHVHQW DSSDUHPPHQW LQWHUPLQDEOH GHV EULEHV GX SDVV TXL DLGHQW OH OHFWHXU £ FRPSUHQGUH FH TXL LQFLWH OHV WURLV IHPPHV £ IUDQFnQLU OD GLVWDQFH TXL OHV VSDUH $LQVL WRXW HQ FRQVWLWXDQW GHV UHODWLRQV LQGSHQGDQWHV HW DXWRQRPHV OHV WH[WHV UHVSHFWLIV GH .DO\D HW GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VHUYHQW D WRIIHU HQ TXHOTXH VRUWH OD WUDPH FQWUDOH GH nKLVWRLUH FRQWHQXH GDQV OnYRFDWLRQ GH OD FRXUVH DFFRPSOLH SDU OD JUDQGPUH &H ILO IUDJPHQW TXL UXQLW FHUWDLQV OPHQWV GX FRQWHQX QDUUDWLI GHV GHX[ UHODWLRQV LQWHUFDOHV UHSUVHQWH GRQH XQH VRUWH GH V\QWKVH QRQ SDV VHXO HPHQW VXU OH SODQ GH nKLVWRL UH LQDLV DXVVL HW SHXWWUH VXUWRXW VXU FHOXL GX GL VFRXUV /HV YRL[ GHV GHX[ QDUUDWHXUV Vn\ FRQIRQGHQW SRXU FRPPXQLTXHU OH PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLI SDU XQ SDUWDJH GH OD SDUROH TXL

PAGE 171

UDSSHOOH nDPELJX7W IFRQGDQWH GHV SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV (Q OLVDQW FH UFLW RQ D SDUIRLV ,LPSUHVVLRQ TXH OH GL VFRXUV GH .DO\D VnLQILOWUH GDQV FHOXL GX QDUUDWHXU DQRQ\PH VDQV DXFXQH WUDFH GH WUDQVLWLRQ RX GH VXERUGLQDWLRQ $LQVL £ FDXVH GH FH JOLVVHPHQW LO VHPEOH TXH OH QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH DGRSWH OD SHUVSHFWLYH SV\FKRORJLTXH GH OD JUDQGPUH HW TXH VD SURSUH RPQLVFLHQFH ILQLW GRQH SDU VnHIIDFHU GHYDQW LQFHUWLWXGH HW OnHVSUDQFH UHVVHQWLHV SDU HOOH GXUDQW VRQ SDUFRXUV /DTXHOOH YLHQW GnHWUH WRXFKH SDU XQ SURMHFWLOH SDUWL RQ QH VDLW GnR" /DTXHOOH GHV GHX[f§YWXHV GH MDXQH K£ELO OHHV GHV PHPHV UREHV FRLIIHV GHV PPHV IRXODUGV FKDXVVHV GHV PPHV HVSDGULOOHVYLHQW GnHWUH DEDWWXH FRPPH GX JLELHU" /DTXHOOH HVW FRXFKH VXU OH VRO EOHVVH £ PRUW SHXWWUH" /DTXHOOH VH WLHQW D FDO LIRXUFKRQ MDPEHV HW JHQRX[ HQVHUUDQW OHV KDQFKHV GH OD YLFWLPH" /DTXHOOH SHQFKH DX GHVVXV GH VD FRPSDJQH OXL VRXOYH OH EXVWH VnHIIRUFH GH OD UDSSHOHU D OD YLH" /D TXHVWLRQ QnD SUHVTXH SDV GnLPSRUWDQFH &H PDWLQ HOOHV VRQW XQH LGHQWLTXHV 3HXWWUH TXH OH WXHXU HVW HQFRUH D OnDIIW HPEXVTX £ nDQJOH GnXQH E£WLVVH" $UP SDU GnDXWUHV PDLQV" 2X DWWHQGDQW VRQ ERQ SODLVLU FHOXL GX FKDVVHXU LQIDWX GH VRQ IXVLO TXL IHUD TXDQG LO OH GFLGHUD XQ FDUWRQ VXU FH TXL ERXJH" 3RXUWDQW FH PDWLQ WRXW GHYDLW VH UHQRXHU ,, QnHVW SHXW WUH SDV WURS WDUG 0DO JU OHV YLROHQFHV GH FHWWH GHUQLUH VHPDLQH OD SDL[ SHXW HQFRUH WUH VDXYH 5LHQ QnHVW HQFRUH GLW /HV FROUHV SHXYHQW HQFRUH VnWHLQGUH /H MRXU SHXW HQFRUH VnFODLUHU DYDQW TXH OD YLOOH VH VFLQGH DYDQW TXH OH GHUQLHU SDVVDJH VH EORTXH DYDQW TXH OHV RWDJHV VHUYHQW GH PRQQDLH GnFKDQJH DYDQW PHXUWUHV HW WDOLRQ DYDQW TXH OHV PLOLFHV ULYDOHV HVVDLPHQW HW VH FRPEDWWHQW 3HXWWUH TXH nDXWUH QnHVW TXH OJUHPHQW EOHVVH" /HV IHQWUHV VnRXYULURQW nDPEXODQFH DUULYHUD 7RXW QnHVW SDV HQFRUH GLW 05 SS f 3DUHLHPHQW HQ FH TXL FRQFHUQH OH GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI IDXWH GH VLJQHV W\SRJUDSKLTXHV HW LQJXLVWLTXHV LQGL TXDQW nL GHQWL W GX VXMHW

PAGE 172

SDUODQW LO HVW VRXYHQW GLIILFLOH GH UHSRQGU DYHF FHUWLWXGH £ OD TXHVWLRQ OD SOXV IRQGDPHQWDOH SRXU nWXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH 4XL SDUOH" &H GLVFRXUV VH VLWX SDU FRQVHTXHQW VXU OD IURQWLUH IORWWDQWH HQWUH OHV WH[WHV GHV GHX[ QDUUDWHXUV TXL VHPEOHQW DEDQGRQQHU OH KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW FDUDFWULVWLTXH GH OHXUV YRL[ GDQV OD SOXV JUDQGH SDUWLH GX URPDQ SRXU DVVXPHU HQVHPEOH OD IRQFWLRQ LGRORJLTXH /nWURLWH PDLQ GX WHPSV HQVHUUH OHV YLHV SXLV GH OHV GYHUVH GDQV OD PPH SRXVVLUH 3RXUTXRL DEUJHU FHWWH WLQFHOOH HQWUH GHX[ JRXIIUHV SRXUTXRL GHYDQFHU OnRHXYUH GH PRUW" &RPPHQW DUUDFKHU FHV UDFLQHV TXL VSDUHQW GLYLVHQW DORUV TXnHOOHV GHYUDLHQW HQULFKLU GH OHXUV VYHV OH FKDQW GH WRXV" 4XnHVWFH TXL FRPSRVH OD FKDLU GH OnKRPPH OD WH[WXUH GH VRQ DPH OD GHQVLW GH VRQ FRHXU" 6RXV WDQW GH PRWV GnDFWHV GnFDLOOHV R UHVSLUH OD YLH" 05 SS f $LQVL GDQV /D 0DLVRQ OH SDUWDJH GH OD SDUROH YD ELHQ SOXV ORLQ TXH OD MX[WDSRVLWLRQ GHV GL VFRXUV GH GHX[ QDUUDWHXUV H[WUDGLJWLTXHV ,, VnDJLW SOXWW GnXQ DSSHO D OD IUDWHUQLW WUDQVPLV QRQ SDV VHXOHPHQW £ WUDYHUV OH FRQWHQX QDUUDWLI GH OHXUV UFLWV UHVSHFWLIV PDLV DXVVL HW SHXWWUH VXUWRXW SDU OD IXVLRQ GH OHXUV YRL[ GDQV XQ GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI DGUHVV DX[f QDUUDWDLUHVf YLUWXHOVf GH OHXUV KLVWRLUHV 'HPDLQ nDSRFDO\SVH OnRFDQ GHV GPHQFHV" 'HPDLQ OD SDL[" 05 S f (Q FRQFOXVLRQ LO QRXV VHPEOH XWLOH GH SDVVHU EULYHPHQW HQ UHYXH OHV HIIHWV GH SRO\SKRQLH TXL GFRXOHQW GX SDUWDJH GH OD SDUROH QDUUDWLYH GDQV OHV URPDQV OHV SOXV UFHQWV GH OnRHXYUH FKHGLGLHQQH 'RQQ OD SUHGRPLQDQFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH GDQV /n$XWUH HW D XQ PRLQGUH GHJU GDQV /D &LW QRXV FRQVLGUHURQV FHV RXYUDJHV FRQUQH GHV URPDQV GH WUDQVLWLRQ HW QRXV WHQWHURQV GH GLVWLQJXHU GDQV /D 0DLVRQ GDQV 1HIHUWLWL HW GDQV /HV 0DUFKHV OHV GLIIUHQWHV H[SUHVVLRQV GX FRQFHSW GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH VXU OH SODQ GH OnDFWH QDUUDWLI SURGXFWHXU GX UFLW &RPPH QRXV YHQRQV GH OH

PAGE 173

VLJQDOHU GDQV /D 0DL VRQ OnHVVHQWLHO QH FRQVLVWH SDV HQ nDXWRQRPLH FRPSOHWH GHV WH[WHV UHVSHFWLIV GHV QDUUDWHXUV DXWR HW KWURGLJWLTXHV GRQW OD MX[WDSRVLWLRQ DERXWLW D OD QDUUDWLRQ GH GHX[ KLVWRLUHV HQWUHDFHV PDLV GLVWLQFWHV /D QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH VH PDQLIHVW VXUWRXW GDQV OHV VHFWLRQV GX URPDQ RX nDPELJX7W £ OnJDUG GH OnLGHQWLW GX VXMHW SDUODQW HVW OD SOXV PDUTXH £ VDYRLU OD UHODWLRQ GH OD PDUFKH HQWUHSULVH SDU .DO\D DILQ GH VDXYHU OnHVSUDQFH HW OD WROHUDQFH LQFDUQHV SDU VHV MHXQHV DPLHV OLEDQDLVHV $ FDXVH GX JOLVVHPHQW TXL VnRSUH HQWUH OHXUV WH[WHV OHV YRL[ GHV GHX[ QDUUDWHXUV VHPEOHQW VH IDLUH HQWHQGUH QRQ SDV HQ FRQWUHSRLQW FRPPH FnHVW OH FDV GDQV OHXUV GL VFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLIV PDLV SOXWRW £ OnXQLVVRQ SRXU WUDQVPHWWUH £ OHXUVf QDUUDWDLUHVf XQ PHPH PHVVDJH H[WUDQDUUDWLI FHOOH GH OD IUDWHUQLW 'DQV 1HIHUWLWL LO VnDJLW SDU FRQWUH GH GHX[ YRL[ HQ FRQWUHSRLQW VH FnQDUJHDQW GH QDUUHU XQH VHXOH KLVWRLUH &nHVW £ WUDYHUV OHV GL VFRXUV GH %RXEDVWRV HW GH OD UHLQH TXL VH VXLYHQW HW VH USRQGHQW HW JUDFH £ FHWWH FRRSHUDWLRQ UHSUVHQWH SDU OnFKDQJH GH OD SDUROH TXH VnDFFRPSOLW OD UHVXUUHFWLRQ GX UHYH Gn$NKQDWRQ /HV GHX[ YRL[ GH FH URPDQ SRO\SKRQLTXH VH UHQIRUFHQW FDU GHX[ YRL[ SRUWHQW SOXV ORLQ TXnXQH VHXOH (Q SOXV HOOHV VH VRXWLHQQHQW 'DQV VD FRPSRVLWLRQ 1HIHUWL WLn UHVVHPEOH D XQ ORQJ GLDORJXH SOXWRW TXn£ GHX[ PRQRORJXHV LQGSHQGDQWV /D UHLQH VnDGUHVVH £ VRQ VFULEH FRPPH D XQ DPL LQWLPH D TXL HOOH FRQILH OD WUDQVPLVVLRQ GX UHYH GH VRQ PDUL $ VRQ WRXU %RXEDVWRV OXL OLW VHV UHIOH[LRQV VXU OHVTXHOOHV HOOH VHPEOH SDUIRLV VnDSSX\HU SRXU SUHVHQWHU OHV VLHQQHV 'H PPH OH VFULEH SUHQG OHV SDUROHV GH 1HIHUWLWL FRPPH SRLQW GH GHSDUW SRXU VHV LQWHUSRODWLRQV R GRPLQH OH FRQFUHW 3RXUWDQW FH GLDORJXH TXL VnWDEOLW HQWUH OD UHLQH

PAGE 174

HW VRQ VFULEH £ WUDYHUV OHXUV UFLWV LQGLYLGXLV QnHVW SDV OH VHXO £ VH IDLUH HQWHQGUH GDQV FH URPDQ 8Q DXWUH VnEDXFKH HQWUH %RXEDVWRV HW VHV DPL V GnXQ DXWUH WHPSV GDQV OHTXHO LO UHQG FRPSWH GX SURJUV GH VD FKURQLTXH HW SDUWDJH VHV REVHUYDWLRQV VXU OD YLH HW VXU OnFULWXUH 1 S f 'H FHWWH IDJRQ OH OLHQ GH IUDWHUQLW TXnHVW OH GLDORJXH VH SURORQJH GH OD UHLQH 1HIHUWLWL £ VRQ VFULEH %RXEDVWRV HW GH FH VFULEH MXVTXn£ QRXV 'DQV /HV 0DUFKHV OD SRO\SKRQLH QDUUDWLYH HVW £ OD IRLV PRLQV HYLGHQWH HW SOXV ULFKH TXH FHOOH TXL UVXOWHUDLW GnXQH VXLWH GH UFLWV £ OD SUHPLHUH SHUVRQQH /HV VHFWLRQV SRUWDQW VXU OHV WURLV IHPPHV UYOHQW XQ SDUWDJH GH OD SDUROH FRPSOH[H HW SOXWW VRXVMDFHQWH TXH 7RQ SHXW FRPSDUHU D XQ FKDQW D SOXVLHXUV SDUWLHV VH VXLYDQW VnHPPHODQW HW VnHQWUHFURLVDQW SRXU FRPSRVHU OnKLVWRLUH RX D HQWUHODFHPHQW GHV ILOV GnXQH WDSLVVHULH /D YRL[ GH 7KHPLV TXL VH FKDUJH GH UDFFRUGHU FHV ILOV GHYLHQW HQ TXHOTXH VRUWH XQH YRLH QDUUDWLYH SDUWDJH SDU WRXV 2Q SHXW PPH DOOHU MXVTXnD GLUH TXH GDQV OHV VHFWLRQV TXL SRUWHQW OHV QRPV GHV WURLV IHPPHV LO UHVWLWXH £ &\UH TXL HVW PRUWH £ 0DULH TXL D IDLW YRHX GH VLOHQFH HW D $WKDQDVLD TXnLO DLPH OHXUV SURSUHV YRL[ 2U DSUHV DYRLU VXLYL OD WUDQVIRUPDWLRQ GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH TXL VnHIIHFWXH D WUDYHUV OHV URPDQV FKHGLGLHQV GX 6RPPHLO GOLYU D /D 0DL VRQ LO QH IDXW SDV RXEOLHU TXH FHWWH PWDPRUSKRVH UHSUVHQWH VXUWRXW OH YKLFXOH GnXQH FRPPXQLFDWLRQ GLUHFWH HQWUH DFWHXU HW QDUUDWDLUHVf H[WUDGLJWLTXHVf $XVVL GDQV OD FRQFOXVLRQ £ OD SUVHQWH WXGH QRXV SURSRVHURQVQRXV GnDERUG GnHVTXLVVHU OH SRUWUDLW GH FHVf QDUUDWDLUHVf HW GH SUFLVHU FRPPH QRXV DYRQV HVVD\ GH OH IDLUH SRXU OHV QDUUDWHXUV OHXU GHJU GH

PAGE 175

SUVHQFH GDQV OHV QHXI WH[WHV HQ TXHVWLRQ (Q ILQ GH FRQFOXVLRQ QRXV FRQVLGUHURQV OnRHXYUH URPDQHVTXH Gn$QGUH &KHGLG GDQV VRQ HQVHPEOH DILQ GH PHWWUH HQ OXPLUH OHV LPSOLFDWLRQV GnXQH WHOOH WUDQVIRUPDWLRQ SRXU OD FRPPXQLFDWLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLI FHOXL GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH SDUWDJH 1RWHV r $QGUH &KHGLG 3DUROHV GH WHUUH (SUHXYHV GX YLYDQW 3DULV )ODPPDULRQ f SS A$QGUH &KHGLG /D &LW IHUWLOH 3DULV )ODPPDULRQ f S 'VRUPDLV &) A$QGUH &KHGLG 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ 3DULV )ODQPDULRQ f MDTXHWWH GX OLYUH 'VRUPDLV 1 A$QGUH &KHGLG /HV 0DUFKHV GH VDEOH 3DULV )ODPPDULRQ f S 'VRUPDLV 06 9RLU DXVVL OH UFLW FKHGLGLHQ LQWLWXO 8Q MRXU nHQQHPLH GDQV /HV &RUSV HW OH WHPSV 3DULV )ODPPDULRQ f SS RX LO VnDJLW GHV PPHV FLUFRQVWDQFHV YQHPHQWV HW SURWDJRQLVWHV A$QGUH &KHGLG /D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV 3DULV )ODPPDULRQ f S 'VRUPDLV 05 A*UDUG *HQHWWH )LJXUHV ,,, 3DULV 6HXLO f S QO *HQHWWH )LJXUHV ,,, S A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S rr9RLU SDU H[HPSOH /D &LW IHUWLOH SS A$QGUH &KHGLG /n$XWUH 3DULV )ODPPDULRQ f SS 'VRUPDLV $ 9RLU SDU H[HPSOH OHV SUHPLHUHV SDJHV GH /D &LWH IHUWLOH A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S /H FULWLTXH VH ERUQH D VLJQDOHU OD IRQFWLRQ SURSUHPHQW QDUUDWLYH GRQW DXFXQ QDUUDWHXU QH SHXW VH GWRXUQHU VDQV SHUGUH HQ PHPH WHPSV VD TXDOLW GH QDUUDWHXU *UDUG *HQHWWH 1RXYHDX 'LVFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f S

PAGE 176

A*HQHWWH )LJXUHV ,,, S 'RUULW &RKQ 7UDQVSDUHQW 0LQGV 1DUUDWLYH 0RGHV IRU 3UHVHQWLQJ &RQVFLRXVQHVV LQ )LFWLRQ 3ULQFHWRQ 3ULQFHWRQ 8QLY 3UHVV f G LU" *HQHWWH )LJXUHV ,,, S 6HORQ *HQHWWH OH WHUPH UFLW UHQIHUPH WURLV QRWLRQV GLVWLQFWHV GRQW OD SOXV FRXUDQWH GHVLJQH OnQRQF QDUUDWLI OH GLVFRXUV RUDO RX FULW TXL DVVXPH OD UHODWLRQ GnXQ YQHPHQW RX GnXQH VHULH GYQHPHQWV A&RKQ FKDSLWUHV &RKQ S *HQHWWH )LJXUHV ,,, SS A&RKQ S

PAGE 177

&+$3,75( 9 3(56201$*(1$55$7(851$55$7$,5( )5$7(50,7( '( /$ 3$52/( 3DU OHV PRWV TXL VnHQJHQGUHQW 3DU FHWWH SDUROH WUDQJOH 3DU OnDYDQWVFQH GX SUVHQW 3DU YHQWV GnWHUQLW 3DU FHWWH QDLVVDQFH TXL QRXV GFHUQH OH PRQGH 3DU FHWWH PRUW TXL nHVFDPRWH 3DU FHWWH YLH 3OXV EUXLVVDQWH TXH WRXW nLPDJLQ 72, 4XL TXH WX VRLV -H WH VXLV ELHQ SOXV SURFKH TXWUDQJHUr 8QH IRLV PLVHV HQ OXPLUH OHV GLIIUHQWHV WDSHV GH OD WUDQVIRUPDWLRQ JUDGXHOOH GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH TXL VnHIIHFWXH D WUDYHUV nRHXYUH URPDQHVTXH Gn$QGUH &KHGLG QRXV QRXV SURSRVHURQV PDLQWHQDQW GH FRQVLGUHU OHV LPSOLFDWLRQV GH FHWWH PHWDPRUSKRVH SRXU OH SDUWDJH GH OD SDUROH LQKHUHQW D OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI $X OLHX GH SUHQGUH FRURQH SRLQW GH GHSDUW OD TXHVWLRQ 4XL SDUOH"LQWHUURJDWLRQ TXL D VHUYL GH EDVH D OnWXGH GX QDUUDWHXUQRXV PHWWURQV 7DFFHQW SOXWRW VXU VRQ FRUROODLUH 4XL FRXWH" GDQV OH EXW GnHVTXLVVHU OH SRUWUDLW GX QDUUDWDLUH FHW DXWUH SDUWLFLSDQW WH[WXHO D OnDFWH GH FRLQQXQLFDWLRQ QDUUDWLYH &RQIRUPPHQW £ OD QRWLRQ GX QDUUDWDLUH H[SRVH SDU *UDUG *HQHWWH HW DSSURIRQGLH

PAGE 178

A 2 SDU OH QDUUDWRORJXH DPHULFDLQ *HUDOG 3ULQFH QRXV IHURQV DEVWUDFWLRQ GH WRXWH FRQVLGHUDWLRQ ELRJUDSKLTXH VRFLRORJLTXH RX KLVWRULTXH SRUWDQW VXU 9 LGHQWLILFDWLRQ RX VXU OD GHVFULSWLRQ GX SXEOLF LGHDO RX UHHO DXTXHO VnDGUHVVH OnDXWHXU FRQFUHW $ OD GLIIHUHQFH GX OHFWHXU LPSOLTX HW GX OHFWHXU UHHO TXL VRQW JDOHPHQW GHV UFHSWHXUV GH LQIRUPDWLRQ QDUUDWLYH OH QDUUDWDLUH VH FDUDFWULVH VXUWRXW SDU VRQ VWDWXW WH[WXHO JUDFH DXTXHO LO XL HVW SRVVLEOH GnDVVXUQHU XQ GHV GLVFRXUV GX UFLW 2U ELHQ TXH OD SUHVHQFH GX QDUUDWDLUH FRQVWLWXH XQ OPHQW IRQGDPHQWDO GH OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH FHWWH SUHVHQFH UHVWH DVVH] VRXYHQW LPSOLFLWH 'LIIUHQW GX GHVWLQDWHXU OH GHVWLQDWDLUH GX UFLW QnHVW SDV WRXMRXUV SUVHQW GDQV OD VLWXDWLRQ GnQRQFLDWLRQ RX GnFULWXUH HW PPH VnLO HVW WPRLQ GH OnDFWH QDUUDWLI LO SHXW FKRLVLU GH UHFHYRLU OH GLVFRXUV TXL XL HVW DGUHVV VDQV MDPDLV SUHQGUH OD SDUROH SRXU \ USRQGUH 3RXUWDQW PDOJU VRQ VLOHQFH LO HVW SRVVLEOH GH GFHOHU nH[LVWHQFH GX QDUUDWDLUH HW GH OH FDUDFWULVHU DYHF SOXV RX PRLQV GH SUFLVLRQ HQ H[DPLQDQW OHV VLJQDX[ GH VD SUVHQFH TXL QRXV SDUYLHQQHQW £ WUDYHUV OH WH[WH GH VRQ LQWHUORFXWHXU 6XLYDQW OD GPDUFKH DGRSWH SRXU OD GHVFULSWLRQ GHV QDUUDWHXUV QRXV WHQWHURQV GnDERUG GH GWHQQLQHU OH GHJU GH SHUFHSWLELOLW GX UFHSWHXU WH[WXHO GH FKDTX UFLW HQ WHQDQW FRPSWH GHV LQGLFHV LPSOLFLWHV HW H[SOLFLWHV SDU OHVTXHOV VD SUVHQFH VH IDLW VHQWLU /nWXGH GH FHV VLJQDX[ SHUPHWWUD GnWDEOLU GDQV TXHOOH PHVXUH FH GHVWLQDWDLUH VH GLIIUHQFLH GX GHJU ]UR GX QDUUDWDLUH GILQL SDU *HUDOG 3ULQFH HW DFTXLHUW SDU FRQVTXHQW XQH LGHQWLW SOXV RX PRLQV SUFLVH TXL OH VLWX D XQH FHUWDLQH GLVWDQFH GX QDUUDWHXU GHV SHUVRQQDJHV HW GX OHFWHXU FRQFUHW

PAGE 179

1RXV DERUGHURQV GRQH OD TXHVWLRQ GHV VLJQDX[ GX QDUUDWDLUH HQ DGRSWDQW FH GRXEOH EXW GH GHWHUPLQHU OH GHJU RX OD SUHVHQFH GX GHVWLQDWDLUH HVW YRTXH GDQV OH UFLW HW GH FDUDFWULVHU FH SDUWLFLSDQW £ OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH VHORQ OHV DVSHFWV GH VD SHUVRQQDOLW TXL UHVVRUWHQW £ WUDYHUV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU 0DLV DYDQW GH SDVVHU EULHYHPHQW HQ UHYXH OHV LQGLFHV GX QDUUDWDLUH H[SRVV SDU 3ULQFH LO FRQYLHQGUD GnRSUHU XQH SUHPLHUH GLVWLQFWLRQ HQWUH OHV GHVWLQDWDLUHV HQ VH UIUDQW DX[ FDWHJRULHV GH QLYHDX HW GH SHUVRQQH TXL IRQW SDUWLH GX FRQFHSW JHQHWWLHQ GH OD YRL[ &RPPH OH UFHSWHXU WH[WXHO GnXQ UFLW GRLW WRXMRXUV VH SODFHU DX PPH QLYHDX QDUUDWLI TXH VRQ LQWHUORFXWHXU GDQV nRHXYUH URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH OD SLXSDUW GHV QDUUDWDLUHV VRQW H[WUDGLJWLTXHV /HV GHX[ H[FHSWLRQV OHV SOXV QHWWHV 6DQL\D QDUUDWDLUH GH VRQ SURSUH GLVFRXUV HW %RXEDVWRV GHVWLQDWDLUH GHV VRXYHQLUV UDFRQWV SDU OD UHLQH VH VLWXHQW DX QLYHDX LQWUDGLJWLTXH &HSHQGDQW LO IDXW DXVVL WHLU FRPSWH GX UROH SOXWW LPSOLFLWH DVVXPH SDU 7KPLV HQ WDQW TXH QDUUDWDLUH LQWUDGLJWLTXH GHV UFLWV UHODWV VRLW SDU GnDXWUHV WPRLQV GH nDYHQWXUH LQGLYLGXHOOH RX FROOHFWLYHf GH &\UH GH 0DULH HW Gn$WKDQDVLD VRLW SDU OHV SURWDJRQLVWHV HOOHVPPHV GLVFRXUV VXU OHVTXHOV LO VnDSSXLH SRXU FRPSRVHU VD SURSUH YHUVLRQ GH OnKLVWRLUH GHV WURLV IHPPHV $ OD GLIIUHQFH GH 6DP\D GRQW OH PRQRORJXH DXWRELRJUDSKLTXH VnHPERLWH GDQV OH WH[WH GX QDUUDWHXU DQRQ\PH HW RPQLVFLHQW %RXEDVWRV HW 7KPLV GHYLHQQHQW £ OHXU WRXU GHV QDUUDWHXUV H[WUDGLJWLTXHV HQ LQWJUDQW OLQIRUPDWLRQ QDUUDWLYH TXnLOV WLHQQHQW GnDXWUXL GDQV OHXUV GLVFRXUV UHVSHFWLIV &HWWH LQWJUDWLRQ VnHIIHFWXH DX PR\HQ GH OD FLWDWLRQ SURFG DGRSW SDU OH VFULEH TXL WUDQVFULW HQWUH JXLOOHPHQWV OHV SURSRV GH OD UHLQH HW SDU LQWDOHSVH FRPPH

PAGE 180

FKH] 7KPLV TXL LQFRUSRUH SDUIRLV OHV UFLWV GH VHV LQWHUORFXWHXUV GDQV OH VLHQ VnDSSURSULDQW DLQVL OHV YRL[ GH FHV LQGLYLGXV GRQW LO WUDQVPHW OHV SDUROHV VDQV VLJQDOHU OH FKDQJHPHQW GH QLYHDX QDUUDWLI 2U 6DP\D %RXEDVWRV HW 7KPLV QH VH GLIIUHQFLHQW SDV VHXOHPHQW GH OD SOXSDUW GHV DXWUHV QDUUDWDLUHV HQ TXHVWLRQ SDU OHXU VWDWXW LQWUDGLJWLTXH HW SDU OHXU SULVH GH OD SDUROH QDUUDWLYH OLV VH GLVWLQJXHQW JDOHPHQW SDU OHXU SUHVHQFH HQ WDQW TXH SHUVRQQDJHV GDQV OH PRQGH GH OnKLVWRLUH 3RXUWDQW LOV QH VRQW SDV OHV VHXOV D DVVXPHU FHWWH WULSOH IRQFWLRQ 'DQV /D &LW IHUWLOH HW GDQV /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV $OID HW .DO\D ILJXUHQW GnXQH SDUW HQ WDQW TXH GHVWLQDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHV GH OHXUV SURSUHV PRQRORJXHV HW GH fDXWUH HQ WDQW TXH SURWDJRQLVWHV GH nDFWLRQ UDFRQWH VRLW GDQV FHV PPHV GL VFRXUV LQWULHXUV VRLW GDQV OHV UFLWV GHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV DYHF TXL HOOHV SDUWDJHQW OD SDUROH (Q UHYDQFKH OHV DXWUHV QDUUDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHV GHVWLQDWDLUHV GHV UFLWV TXL SURYLHQQHQW GHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV GX 6RPPHLO GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LPH -RXU GX 6XUYLYDQW GH /n$XWUH GH /D &LW IHUWLOH HW GH /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV DXVVL ELHQ TXH GHV QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV GH 1HIHUWLWL HW GHV 0DUFKHV GH VDEOH VH FDUDFWULVHQW SOXWW SDU OHXU DEVHQFH WRWDOH GH OnXQLYHUV GH OnKLVWRLUH HW SDUIRLV SDU OHXU ORLJQHPHQW WHQSRUHO VLQRQ VSDWLDO GHV YQHPHQWV UHODWV $ILQ GH SRXYRLU GFULUH FHV QDUUDWDLUHV LQYLVLEOHV HW VLOHQFLHX[ LO IDXGUD GRQH VnHQ WHLU HVVHQWLHOOHPHQW DX[ WUDFHV GH OHXU SUVHQFH TXL VH IRQW VHQWLU D WUDYHUV OH GL VFRXUV QDUUDWLI HW VXUWRXW H[WUDQDUUDWLI GX QDUUDWHXU 3RXU FRLPHQFHU LO QnHVW SDV LQXWLOH GH VLJQDOHU OD UHODWLRQ WURLWH TXL H[LVWH GDQV WRXV OHV URPDQV FKHGLGLHQV HQWUH OD

PAGE 181

SHUFHSWLEL L W GX QDUUDWDLUH HW OH GHJU GH FRQVFLHQFH GH VRLPPH DYHF OHTXHO OH QDUUDWHXU UHPSOLW OHV UROHV GnDUFKLWHFWH HW GnPHWWHXU GnXQ UFLW $XWUHPHQW GLW SOXV OH QDUUDWHXU LQFRUSRUH OHV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV GnDWWHVWDWLRQ GH FRPPXQLFDWLRQ GnLGRORJLH HW GH UHJLH GDQV VRQ GL VFRXUV SOXV LO HYRTXH GH IDJRQ GLUHFWH RX LQGLUHFWH OH GHVWLQDWDLUH GH VHV SDUROHV $LQVL OD SUHVHQFH GH %RXEDVWRV QDUUDWDLUH LQWUDGLJWLTXH UHVVRUW DYHF XQ KDXW GHJU GH UHOLHI QRQ SDV VHXOHPHQW SDUFH TXnLO HVW JDOHPHQW QDUUDWHXU HW SHUVRQQDJH PDLV DXVVL D FDXVH GH VRQ UROH HQ WDQW TXH VFULEH FKDUJ GH OD WUDQVFULSWLRQ GHV SURSRV GLFWV SDU OD UHLQH 1HIHUWLWL TXDQW D HOOH UHPSOLW WUHV FRQVFLHPPHQW OD IRQFWLRQ GH QDUUDWHXU VnHIIRUJDQW GH UDFRQWHU VHV VRXYHQLUV DILQ GH IDLUH UHYLYUH FKH] OHV OHFWHXUV GHV JQUDWLRQV D YHQLU OH UHYH GH VRQ PDUL GIXQW 6L HOOH ILQLW VRXYHQW SDU VnDEVRUEHU HQWLUHPHQW GDQV VRQ DFWH GH UHUQPRUDWLRQ HOOH QnRXEOLH SDV SRXU DXWDQW OD SUVHQFH GX VHXO LQWHUORFXWHXU TXL XL UHVWH VRQ FRPSDJQRQ ILGOH %RXEDVWRV -H UHSRXVVH HQFRUH ORLQ GH PRL OH VRXYHQLU GHV GHUQLHUV MRXUV Gn$NKQDWRQ SRXUWDQW %RXEDVWRV LO PnDUULYH DXVVL GH OHV DSSHOHU $X PRLQV GXUDQW FHV MRXUV LO WDLW OD -H SRXYDLV XL SDUOHU OH VHQWLU 1 S f 3RXUWDQW ELHQ TXH OD UHLQH VnDGUHVVH SDUIRLV GLUHFWHPHQW £ VRQ VFULEH HOOH HQYLVDJH D WUDYHUV XL nH[LVWHQFH GnXQ DXGLWRLUH LQQRPEUDEOH ORLJQ GDQV OnHVSDFH HW GDQV OH WHPSV 7UDQVFULSWHXU PDLV QRQ SDV OH YULWDEOH GHVWLQDWDLUH GX UFLW GH 1HIHUWLWL %RXEDVWRV UHSUVHQWH SRXU HOOH QRQ SDV VHXOHPHQW XQH VRUWH GH SRQW UHOLDQW OH SDVV D nDYHQLU PDLV DXVVL HW SHXWWUH VXUWRXW XQ UHDLV HW FnHVW HQ VnDSSURSULDQW D VRQ WRXU OH SULYLOHJH QDUUDWLI TXH OH VFULEH FRQWULEXH £ DVVXUHU OD VXUYLH GX PHVVDJH TXnHOOH XL FRQILH

PAGE 182

'DQV /H 6RPPHLO GOLYU GDQV /D &LW IHUWLOH HW GDQV /D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV XQH WHOOH WHQWDWLYH GH FRPPXQLFDWLRQ VHPEOH WRXW £ IDLW WUDQJUH D nRULHQWDWLRQ LQWULHXUH GHV DFWHV GH UHIOH[LRQ HW GH UHPPRUDWLRQ IDLWV SDU OHV PRQRORJLVWHV 6DP\D $OID HW .DO\D TXL VRQW £ OD IRLV GHVWLQDWHXUV HW GHVWLQDWDLUHV GH OHXUV SURSUHV GLVFRXUV &HSHQGDQW OD IDJRQ GRQW HO OHV YRTXHQW OHV YQHPHQWV HW GFULYHQW OHV SHUVRQQDJHV GH OHXU YLH DQWULHXUH RX DFWXHOOH UHYHOH FKH] FHV WURLV IHPPHV XQH FHUWDLQH WHQGDQFH £ VH SDUOHU FRPPH VL HO OHV WDLHQW HQ SUHVHQFH GnXQ DXGLWRLUH TXL QnDYDLW DXFXQH FRQQDLVVDQFH GH OHXUV KLVWRLUHV SHUVRQQHOOHV (Q VH UDFRQWDQW GHV IDLWV TXnHOOHV FRQQDLVVHQW SDUIDLWHPHQW OHV WURLV IHPPHV VHPEOHQW VnDGUHVVHU QH IWFH TXH WUHV LPSOLFLWHPHQW £ XQ DXGLWRLUH H[WUDGLJWLTXH DXWUH TXnHO HVPPHV 3DU H[HPSOH HQ SOXV GH OnH[SRVLWLRQ WUHV H[SOLFLWH SDU ODTXHOOH .DO\D RXYUH VD UHODWLRQ HOOH \ LQFRUSRUH GHV SRUWUDLWV GH FHUWDLQV PHPEUHV GH OD PDLVRQ VDQV UDFLQHV £ ODTXHOOH HOOH DSSDUWLHQW GRQQDQW DLQVL D VRQ GL VFRXUV XQH RULHQWDWLRQ OJUHPHQW H[WULHXUH 0HV SDUHQWV VH VRQW HPEDUTXV VXU (VSULD GHSXLV OH SRUW Gn$OH[DQGULH OLV GEDUTXHURQW D 0DUVHLOOH OLV PnRQW FRQILH £ PD JUDQGPHUH -H YLHQV GnDYRLU GRX]H DQV &HW W HVW OH WURLVLPH TXH QRXV SDVVRQV HQVHPEOH 7\UDQQLTXH HW EURXLOORQ LUDVFLEOH HW VHQWLPHQWDO MRXHXU LQYWU SDVVDQW GX SRNHU DX EDFFDUD £ OD URXOHWWH DX[ FRXUVHV FRXYUDQW VRQ LQWHUORFXWHXU GnLQMXUHV RX OH ORXDQW DYHF H[FV )DULG VH PRXYDLW VHORQ VHV FRQYHQDQFHV GDQV OH GURLW ILO GHV WUDGLWLRQV IDPLOLDO HV RX VXU OHV HVFDUSHPHQWV GH OD SOXV H[SORVLYH IDQWDLVLH 2USKHOLQ HW VDQV IRUWXQH 0L WU\ DYDLW WRXMRXUV W KEHUJ DYHF nDFFRUG GH 1RX]D SDU PRQ JUDQGSUH 1LFRODV $ SHWLWV SDV D SHWLWV JHVWHV D YRL[ EDVVH LO YLHLOOLVVDLW £ OHXU RPEUH 0DOJU VD GLVFUWLRQ LO GHYDLW SURIRQGPHQW PDUTXHU OHXUV H[LVWHQFHV 05 SS f

PAGE 183

$LQVL DX OLHX GnHWUH WRXUQV HQWLUHPHQW YHUV OnLQWULHXU OHV PRQRORJXHV DXWRELRJUDSKLTXHV HW GDQV XQH FHUWDLQH PHVXUH UIOH[LIV GH 6DP\D Gn$OID HW GH .DO\D UHFOHQW XQH LQYLWDWLRQ £ GHV QDUUDWDLUHV DQRQ\PHV HW YLUWXHOV GH FKHUFKHU DYHF FHV WURLV IHPPHV GHV USRQVHV SRVVLEOHV DX[ TXHVWLRQV IRQGDPHQWDOHV GH OnDPRXU GH OD PRUW HW GH OD YLH (WDQW GRQQ OH KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW W\SLTXH GH WRXV OHV QDUUDWHXUV H[WUDKWURGLJWLTXHV GH OnRHXYUH URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH OH UROH GHV QDUUDWDLUHV GH OHXUV UFLWV QH UHVVRUW SDV QRQ SOXV DYHF EHDXFRXS GH UHOLHI 1L SHUVRQQDJHV GH OnKLVWRLUH QL WPRLQV SUHVHQWV GDQV OD VLWXDWLRQ GQRQFLDWLRQ RX GnFULWXUH OHV GHVWLQDWDLUHV GHV UHODWLRQV IDLWHV SDU OHV QDUUDWHXUV DQRQ\PHV HW RPQLVFLHQWV GX 6RPPHL GOLYU GH -RQDWKDQ GX 6L[LPH -RXU GX 6XUYLYDQW GH /n$XWUH GH /D &LW IHUWLOH HW GH /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV FRQVWLWXHQW SOXWRW GHV UFHSWHXUV GRQW OD SDUWLFLSDWLRQ D OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH UHVWH WRXMRXUV LPSOLFLWH 3DUPL OHV VLJQDX[ GH OHXU SUHVHQFH RQ QH FRQVWDWH DXFXQ LQGLFH H[SOLFLWH WHO TXH OD GHVLJQDWLRQ GX QDUUDWDLUH SDU XQ SURQRP RX XQH IRUPH YHUEDOH GH OD GHX[LPH SHUVRQQH RX nLQVHUWLRQ GnXQH UHIHUHQFH GLUHFWH FRPPH SDU H[HPSOH OHFWHXU RX PRQ DPL TXL VHUYLUDLW £ PHWWUH HQ OXPLUH VD IRQFWLRQ HQ WDQW TXH GHVWL QDWDLUH GX PHVVDJH QDUUDWLI 3DUHLOOHPHQW OD YRL[ GX QDUUDWDLUH QH VH IDLW MDPDLV HQWHQGUH QL RXYHUWHPHQW HQ FRQWUHSRLQW £ FHOOH GX QDUUDWHXU QL LQGLUHFWHPHQW £ WUDYHUV OHV USRQVHV LQFRUSRUHV SDU FH GHUQLHU GDQV VRQ SURSUH GLVFRXUV &H QH VRQW SDV QRQ SOXV OHV WUDFHV PRLQV HYLGHQWHV QXPUHV SDU 3ULQFH WHOO HV TXH OHV SURQRQV LQGILQLV RX LQFOXVLIV OHV WHUPHV D YDOHXU GHPRQVWUDWLYH UHQYR\DQW £ XQ KRUVWH[WH FRQQX SDU OH QDUUDWHXU

PAGE 184

HW VRQ QDUUDWDLUH RX OHV FRPSDUDLVRQV HW OHV DQDORJLHV LQGLFDWLYHV GH OnXQLYHUV IDPLOLHU D FHV GHUQLHUV TXL VLJQDOHQW OH SOXV QHWWHPHQW nH[LVWHQFH GX GHVWLQDWDLUH 'DQV OHV URPDQV FKHGLGLHQV HQ TXHVWLRQ OHV VLJQDX[ OHV SOXV H[SOLFLWHV GH VD SUHVHQFH VH WURXYHQW QRQ SDV SULQFLSDOHPHQW GDQV OH GLVFRXUV SURSUHPHQW QDUUDWLI PDLV SOXWRW GDQV OHV UDUHV SDVVDJHV GH FRPPHQWDLUH VRXV IRUPH GH JQUDOLVDWLRQV GnREVHUYDWLRQV SHUVRQQHOOHV HW GnLQWHUURJDWLRQV RX OH MHB LPSOLFLWH GX VXMHW SDUL DQW VH IDLW OH SOXV VHQWLU 'RQH VL OHV QDUUDWHXUV KWURGLJWLTXHV VnDEVWLHQQHQW ULJRXUHXVHPHQW GH GHVLJQHU OHXUV QDUUDWDLUHV SDU GHV UHIHUHQFHV GLUHFWHV HW GH OHXU SDUOHU RXYHUWHPHQW £ WUDYHUV XQ GLVFRXUV PWDQDUUDWLI LOV OHXU DGUHVVHQW SDU FRQWUH GH EUHYHV UHIOH[LRQV SUHVTXH DSKRULVWLTXHV TXL FRQVWLWXHQW GDQV XQ VHQV DIILUPDWLRQ GnXQ IRQG FRQUQXQ UDSSURFKDQW SHUVRQQDJH QDUUDWHXU HW QDUUDWDLUH (Q SODJDQW OnDFFHQW VXU FHV UHVVHPEODQFHV HVVHQWLHOOHV XQ WHO GLVFRXUV H[WUDQDUUDWLI FRQWULEXH GRQH £ DEROLU OHV GLVWDQFHV VSDWLDOHV WHPSRUHOOHV HW PPH PRWLRQQHO OHV VSDUDQW OHV SDUWLFLSDQWV £ OnDFWH GH FRPQXQL FDWLRQ QDUUDWLYH 2U £ OD GLIIHUHQFH GH OnHIIDFHPHQW UHODWLI GHV QDUUDWHXUV RPQLVFLHQWV HW DQRQ\PHV OHV QDUUDWHXUV KRPRGLJWLTXHV %RXEDVWRV HW 7KPLV DVVXPHQW WUHV RVWHQVLEOHPHQW OD IRQFWLRQ GnPHWWHXU GnXQ UFLW 3DU FRQVHTXHQW OH UROH GX GHVWLQDWDLUH KWURGLJWLTXH GH OHXUV SDUROHV VH WURXYH SDUHLHPHQW PLV HQ UHOLHI (Q SOXV GHV REVHUYDWLRQV VXU OHXU SRTXH HW GHV UHIOH[LRQV VXU OD QDWXUH KXPDLQH LOV LQFRUSRUHQW GDQV OHXUV WH[WHV UHVSHFWLIV GHV UHIHUHQFHV £ OnDFWH QDUUDWLI TXL PHWWHQW HQ HYLGHQFH OHXU FRQVFLHQFH QRQ SDV VHXOHPHQW GX UROH TXnLOV UHPSOLVVHQW HQ WDQW TXH QDUUDWHXUV PDLV DXVVL GH nH[LVWHQFH YHQWXHOOH GnXQ DXGLWRLUH ORLQWDLQ TXL UHFHYUD OHXU PHVVDJH GH IUDWHUQLW HW GnHVSRLU

PAGE 185

%RXEDVWRV YD PPH MXVTXnD VnDGUHVVHU GLUHFWHPHQW D FHV DPL>V@ GnXQ DXWUH WHPSV FLPHQWDQW DLQVL OH OLHQ GH FRPPXQLFDWLRQ TXL XQLW OD UHLQH D VRQ VFULEH HW FH VFULEH DX[ OHFWHXUV GHV JHQHUDWLRQV £ YHQLU 1 S f &RPSWH WHQX GX KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW FDUDFWULVWLTXH GH OD SOXSDUW GHV QDUUDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHV HQ TXHVWLRQ LFL LO IDXW £ SUHVHQW H[DPLQHU OHV VLJQDX[ GH OHXU SUHVHQFH TXL VH GJDJHQW £ WUDYHUV OH GL VFRXUV GX QDUUDWHXU DILQ GH PHWWUH HQ OXPLUH GHV WUDLWV VSFLILTXHV JUDFH DX[TXHOV LO VHUD SRVVLEOH GnEDXFKHU OH SRUWUDLW GH FHV GHVWLQDWDLUHV VLOHQFLHX[ HW LQYLVLEOHV $ FDXVH GH OD SURSRUWLRQ DVVH] IDLEOH GfLQGLFHV LQJXLVWLTXHV GH OnH[LVWHQFH GX QDUUDWDLUH OD GHVFULSWLRQ GH FH SDUWLFLSDQW SDVVLI £ OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH QH SRXUUD FRQVWLWXHU TXnXQH HVTXLVVH WUHV JHQUDOH HW SDU FRQVHTXHQW DVVH] LQFRPSOHWH 3RXUWDQW ORLQ GH IDLUH REVWDFOH D OD FRPQXQLFDWLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLI FHWWH LPSUHFLVLRQ W\SLTXH GH nHYRFDWLRQ GX QDUUDWDLUH UHSUVHQWH SOXWW XQ DVSHFW IRQGDPHQWDO GH OD QRWLRQ GH OD SDUROH SDUWDJH TXL VnH[SULPH D WUDYHUV nRHXYUH HQWLUH Gn$QGUH &KHGLG /HV GHVWLQDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHV GHV UFLWV FRQVLGUV GDQV OD SUVHQWH WXGH VH FRQIRUPHQW DVVH] WURLWHPHQW DX GHJU ]UR GX QDUUDWDLUH SURSRV SDU *HUDOG 3ULQFH 6nLOV QH VH GLIIUHQFLHQW JXUH GH FH PRGOH FnHVW TXnLOV SRVVGHQW GnXQ FRW WRXWHV OHV FDSDFLWV LQWHOOHFWXHOOHV HW VXUWRXW LQJXLVWLTXHVf QFHVVDLUHV SRXU OLUH HW SRXU FRPSUHQGUH OHV WH[WHV HQ TXHVWLRQ HW GH nDXWUH LV VRQW GSRXUYXV GH FDUDFWULVWLTXHV SDUWLFXOL HUHV TXL VHUYLUDLHQW D OHXU LQGLYLGXDOLVDWLRQ &HV QDUUDWDLUHV QH FRQQDLVVHQW QL OH QDUUDWHXU OXLPPH QL OHV YQHPHQWV QL OHV SHUVRQQDJHV YRTXV GDQV VRQ KLVWRLUH HW L V

PAGE 186

GRLYHQW SDU FRQVHTXHQW VXLYUH OHV UFLWV TXL OHXU VRQW FRUUPXQLTXV VDQV DYRLU UHFRXUV £ XQH FRQQDLVVDQFH DQWULHXUH GH OnDFWLRQ (Q RXWUH OHV QDUUDWHXUV QnDWWULEXHQW DX[ GHVWLQDWDLUHV GH OHXUV GLVFRXUV TXnXQH FRQQDLVVDQFH DVVH] VXSHUILFLHOOH GHV PLOLHX[ GX 3URFKH2ULHQW VHUYDQW GH FDGUH £ OD SOXSDUW GHV UHODWLRQV &HSHQGDQW VnLOV QH SUVXPHQW SDV GH UHVVHPEODQHHV FXOWXUHOOHV HQWUH OHV GHVWLQDWDLUHV GH OHXUV SDUROHV HW OHV SHUVRQQDJHV GH OnKLVWRLUH TXnLOV UDFRQWHQW OHV QDUUDWHXUV GHV URPDQV FKHGLGLHQV QnLQFRUSRUHQW SDV QRQ SOXV GDQV OHXUV UFLWV GH SDVVDJHV GnH[SOLFDWLRQ RX GH GHVFULSWLRQ GHVWLQHV VXUWRXW £ SUVHQWHU DX QDUUDWDLUH FHUWDLQV DVSHFWV GnXQH FLYLOLVDWLRQ WUDQJUH 3OXV DWWDFKHV D FH TXL UDSSURFKH OHV KXPDLQV TXnD FH TXL OHV VHSDUH FHV QDUUDWHXUV IRQW JQUDOHPHQW DEVWUDFWLRQ GHV REVHUYDWLRQV TXL VHUYLUDLHQW D SUWHU £ OHXUV QDUUDWDLUHV XQH FHUWDLQH LGHQWLW VRFLDOH KLVWRULTXH RX FXOWXUHOOH $LQVL LO QH VnDJLW SDV GH GSHLQGUH OD SHUVRQQDOLW HW OHV FDUDFWULVWLTXHV SDUWLFXOLUHV GH FHV GHUQLHUV DYHF XQ VL KDXW GHJU GH SUHFLVLRQ TXnHOOHV VnRSSRVHUDLHQW SHXWWUH £ FHO OHV GX OHFWHXU FRQFUHW HW HPSFKHUDLHQW SDU FRQVHTXHQW VRQ LGHQWLILFDWLRQ DYHF OH GHVWLQDWDLUH WH[WXHO GX UFLW 'DQV WRXV OHV RXYUDJHV HQ TXHVWLRQ OH SRUWUDLW GX GHVWLQDWDLUH TXL VnEDXFKH D WUDYHUV OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU HVW VL JQUDO TXH OH OHFWHXU YLUWXHO HW PHUQH SDU H[WHQVLRQ OH OHFWHXU FRQFUHW ILQLVVHQW SDU VH FRQIRQGUH VDQV GLIILFXOW DYHF FH SDUWLFLSDQW DQRQ\PH D OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH &H IORWWHPHQW GHV IURQWLUHV HQWUH OHV WURLV LPDJHV GX GHVWLQDWDLUH UHSUVHQWH QRQ SDV VHXOHPHQW OH YKLFXOH GnXQH SDUWLFLSDWLRQ SOXV DFWLYH GH OD SDUW GX OHFWHXU £ OnDFWH GH FRPPXQLFDWLRQ TXL HVW OD QDUUDWLRQ PDLV DXVVL HW SHXWWUH VXUWRXW XQ

PAGE 187

SURORQJHPHQW GH OD YRLH SDU ODTXHOOH VnHIIHFWXHQW OH SDUWDJH HW OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH 0DOJU OH KDXW GHJU GnHIIDFHPHQW TXL FDUDFWULVH OH SOXV VRXYHQW OH FRXSOH QDUUDWHXUQDUUDWDLUH DX QLYHDX H[WUDGLJWLTXH OH UFLW FRPPH WRXW DXWUH PHVVDJH SURYLHQW GnXQ BMH HW VnDGUHVVH £ XQ WXB 2U LO YD VDQV GLUH TXH OD SUHVHQFH GH FH H VH IDLW OH SOXV VHQWLU GDQV OHV URPDQV £ QDUUDWHXU KRPRGLJWLTXH RX DXWRGLJWLTXH PPH VL OD WUDQVIRUPDWLRQ GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH DERXWLW £ nH[FOXVLRQ SUHVTXH WRWDOH GHV IRQFWLRQV H[WUDQDUUDWLYHV TXL PHWWUDLHQW HQ OXPLUH OD SHUVRQQH GX MHQDUUDQW 2U DYDQW GH FRQVLGUHU OHV LPSOLFDWLRQV GH FHWWH PWDPRUSKRVH SRXU OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLI GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH SDUWDJH LO VHUD XWLOH GH SDVVHU EULYHPHQW HQ UHYXH OHV SULQFLSDOHV WDSHV GH OnDXWRQRPLH FURLVVDQWH GX GLVFRXUV SURQRQF HW LQWULHXU GHV DFWHXUV SDU OHVTXHOOHV HOOH VnHIIHFWXH 6L QRXV QRXV VRPPHV SURSRV HVVHQWLHOHPHQW GnOXFLGHU OHV UHODWLRQV TXL H[LVWHQW HQWUH OHV YRL[ GH QDUUDWHXU HW GH SHUVRQQDJH FnHVW TXH nRSSRVLWLRQ HQWUH OHV WH[WHV GH FHV VXMHWV SDUODQWV FRQVWLWXH XQH EDVH HIILFDFH SRXU OD IRUPXODWLRQ GnXQH USRQVH DXVVL FRPSOHWH TXH SRVVLEOH D OD TXHVWLRQ IRQGDPHQWDOH GH OnWXGH GH OD YRL[ QDUUDWLYH 4XL SDUOH" (Q SUHQDQW FHWWH RSSRVLWLRQ FRPPH SRLQW GH GHSDUW QRXV DYRQV HVVD\ GH PHWWUH HQ UHOLHI OD SURJUHVVLRQ JUDGXHOOH SDU ODTXHOOH OD SUGRPLQDQFH GH OD YRL[ GX QDUUDWHXU H[WUDKWURGLJWLTXH FHGH D OnDXWRQRPLH GHV SDUROHV SURQRQFHV HW VXUWRXW LQWULHXUHV GHV SHUVRQQDJHV /nPDQFLSDWLRQ WRWDOH GX WH[WH GH OnDFWHXU GH OD IRQFWLRQ PGLDWULFH TXH UHPSOLW OD YRL[ GX QDUUDWHXU RPQLVFLHQW VnDFFRPSOLW £ WUDYHUV OHV TXDWUH SUHPLHUV URPDQV FKHGLGLHQV SDU XQ JOLVVHPHQW GH

PAGE 188

SOXV HQ SOXV IUHTXHQW HQWUH OHV GL VFRXUV UHVSHFWLIV GH FHV ORFXWHXUV 'DQV FHV RXYUDJHV nDPELJX7W IFRQGDQWH £ OnJDUG GH OnLGHQWLW GX VXMHW SDUODQW GFRXOH GH OD SRO\SKRPnH WUHV LQWLPH TXL VH IDLW HQWHQGUH £ WUDYHUV XQ GL VFRXUV VXVSHQGX HQWUH OD YRL[ GX QDUUDWHXU HW FHOOH GX SHUVRQQDJH 2U FnHVW MXVWHPHQW FHWWH VRUWH GH FRQIXVLRQ TXL VLJQDOH OD SUVHQFH GX GL VFRXUV GLUHFW OLEUH OD YRLH SDU DTXHO OH VnHIIHFWXHUD OD WUDQVIRUPDWLRQ GH SHUVRQQDJH HQ QDUUDWHXU H[WUDGLJWLTXH /$XWUH HW /D &LW IHUWLOH UHSUVHQWHQW £ FHW JDUG GHV URPDQV GH WUDQVLWLRQ FDU GDQV FHV RXYUDJHV OH PRQRORJXH LQWULHXU GH OnDFWHXU DOWHUQH DYHF OH GLVFRXUV GX QDUUDWHXU KWURGLJWLTXH VDQV WRXWHIRLV TXH OHV SHUVRQQDJHV HQ TXHVWLRQ DVVXPHQW D XQ WUHV KDXW GHJU OD IRQFWLRQ GH QDUUDWLRQ 4XL SOXV HVW TXHOOH TXH VRLW OnWHQGXH GH VRQ GLVFRXUV DXWRQRPH OH SHUVRQQDJH VHPEOH LJQRUHU TXnLO SDUWLFLSH £ HODERUDWLRQ GnXQ UFLW HW SDU FRQVHTXHQW VD FRQWULEXWLRQ UHVWH HVVHQWLHOOHPHQW LQYRORQWDLUH $LQVL OD SRO\SKRQLH TXL UHVXOWH GHV YRL[ HQ FRQWUHSRLQW QH SURYLHQWHOOH SDV GnXQH FRRSHUDWLRQ FRQVFLHQWH HQWUH OHV GHX[ ORFXWHXUV FRRSHUDWLRQ TXL FRQVWLWXHUDLW OnH[SUHVVLRQ FRQFUWH GH OD IUDWHUQLW GH OD SDUROH VXU OH SODQ GH OD QDUUDWLRQ $ OD GLIIHUHQFH GH FHV GHX[ RXYUDJHV DQWULHXUV OH URPDQ FKHGLGLHQ OH SOXV UFHQW /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV VH FDUDFWULVH SDU OD FRQYHUJHQFH GH OD YRL[ GH OD PRQRORJLVWH DYHF FHOOH GX QDUUDWHXU DQRQ\PH &HSHQGDQW VL FHV GHX[ QDUUDWHXUV H[WUDGLJWLTXHV VnH[SULPHQW SDUIRLV D OnXQLVVRQ FH QnHVW SDV GDQV OH EXW GH WUDQVPHWWUH HQVHPEOH XQ FHUWDLQ PHVVDJH SURSUHPHQW QDUUDWLI PDLV SOXWRW DILQ GH FRLQQXQLTXHU OH PHVVDJH H[WUDQDUUDWLI GH OD WROHUDQFH

PAGE 189

'DQV 1HIHUWLWL HW GDQV /HV 0DUFKHV GH VDEOH OD QDUUDWLRQ VH IDLW H[FOXVLYHPHQW SDU OHV SHUVRQQDJHV $X OLHX GH PHQHU XQ GLVFRXUV WRXUQ HVVHQWLHOHPHQW YHUV OnLQWULHXU LOV VnDGUHVVHQW RXYHUWHPHQW DX[ QDUUDWDLUHV H[WUDGLJWLTXHV DX[ OHFWHXUV YLUWXHOV HW SDU H[WHQVLRQ DX[ OHFWHXUV UHHOV GHV VLFOHV £ YHQLU HQ OHV LQYLWDQW £ SDUWLFLSHU £ OD WUDQVDFWLRQ QDUUDWLYH 2U HQ FH TXL FRQFHUQH OnDFWH QDUUDWLI OXLPPH OH SDUWDJH GH OD SDUROH UHPSOLW XQ UROH FHQWUDO £ OD JHQVH GH FKDFXQ GH FHV URPDQV 4XnLO VnDJLVVH GH OD GLPHQVLRQ SUHVTXH GLDORJLTXH GH OD SRO\SKRQLH GHV YRL[ TXL VH VXLYHQW HW VH USRQGHQW GDQV 1HIHUWLWL RX GH OD SRO\SKRQLH SOXWW LPSOLFLWH TXL VRXVWHQG OD FRPSRVLWLRQ GX UFLW GH 7KPLV WRXMRXUV HVWLO TXH OD WUDQVPLVVLRQ GX PHVVDJH QDUUDWLI HW H[WUDQDUUDWLI VnRSHUH JUDFH £ OD SDUROH SDUWDJH /D SXLVVDQFH GH FHV GHX[ RXYUDJHV OHV SOXV EHDX[ GH nRHXYUH URPDQHVTXH FKHGLGLHQQH WLHQW GRQH QRQ SDV VHXOHPHQW £ OD ULFKHVVH GH fH[SUHVVLRQ WKPDWLTXH GH FHWWH QRWLRQ PDLV DXVVL HW SHXWWUH VXUWRXW £ nHODERUDWLRQ TXH WURXYH FH PHPH FRQFHSW DX QLYHDX GH OD QDUUDWLRQ nXQLRQ GH SHUVRQQDJH GH QDUUDWHXU HW GH QDUUDWDLUH OHFWHXU SDU XQH YRLH GH FRQPXQLFDWLRQ TXL IUDQFKLW OHV GLVWDQFHV HW FRQVWLWXH XQ DSSHO D OD IUDWHUQLW $UULYH DX WHUPH GH FHW RXYUDJH GnDQDO\VH WH[WXHOOH GWDLOOH QRXV SRXYRQV FHUWHV HQ HQYLVDJHU nDOO L DQHH D GHV WXGHV FRLQSO PHQWDLUHV R Vn SDQRXLUDL W HQFRUH SOXV OH WKPH GH OD SDUROH HQ VHV GLPHQVLRQV VDQV GRXWH FXOWXUHOOHV PDLV WUHV FHUWDLQHPHQW DXVVL H[LVWHQWLHO HV 0DOJU QRV HQFORV QRV %DEHOV QRV UDYDJHV TXHO TXH SDUW OD SDUROH FRQYHUJH HW QRXV UHLH

PAGE 190

1RWHV A$QGUH &KHGLG 7RL0RL 9LVDJH SUHPLHU 3DULV )ODPPDULRQ f SS *UDUG *HQHWWH )LJXUHV ,,, 3DULV 6HXLO f SS *UDUG *HQHWWH 1RXYHDX 3L VFRXUV GX UFLW 3DULV 6HXLO f SS *HUDOG 3ULQFH ,QWURGXFWLRQ £ 7WXGH GX QDUUDWDLUH 3RWLTXH f -$QGUHH &KHGLG )UDWHUQLWH GH OD SDUROH 3DULV )ODPPDULRQ f MDTXHWWH GX OLYUH

PAGE 191

,%/,*5$3+,( 2HXYUHV Gn$QGUH &KHGLG 3RVLH 7H[WHV SRXU XQH ILJXUH 3DQnV (GLWLRQV GX 3U DX[ &OHURV 7H[WHV SRXU XQ SRHUQH 3DULV *X\ /YLV 0DQR 7H[WHV SRXU H YLYDQW 3DULV */0 7H[WHV SRXU OD WHUUH DLPH 3DULV */0 7HUUH HW SRVLH 3DULV */0 7HUUH UHJDUGH 3DULV */0 6HO OH YLVDJH 3DULV */0 /XELHV 3DULV */0 UGLWLRQ /n(FROH GHV /RLVLUV 'RXEOH3D\V 3DULV */0 &RQWUH&KDQW 3DULV ),DPQDULRQ 9LVDJH SUHPLHU VXLYL GH 7HUUH HW SRVLH 3DULV )ODPPDULRQ )HWHV HW OXELHV SHWLWV SRPHV SRXU OHV VDQVDJH 3DULV )ODPPDULRQ 3UHQGUH FRUSV 3DULV */0 9RL[ PXOWLSOHV $VQLHUHV (GLWLRQV &RPPXQH 0HVXUH &UPRQLDO GH OD YLROHQFH 3DULV )ODPPDULRQ )UDWHUQLW GH OD SDUROH 3DULV )ODPPDULRQ /H &RHXU HW OH WHPSV SRPHV SRXU OHV HQIDQWV 3DULV (GLWLRQV GH On(FROH *UDQGHV RUHLOOHV WRXW RUHLOOHV 3DULV 5 /DIIRQW

PAGE 192

&DGHQFHV GH nXQLYHUV VL[ SRPHV RUQHV GH VL[ JUDYXUHV 3LHUUHSRQW 9RGDLQH 6RPPHLO FRQWUDGLFWRLUH IUDJPHQWV GnXQ SDUFRXUV 'LMRQ %UDQGHV &DYHUQHV HW VROHLOV 3DULV ),DPPDULRQ (SUHXYHV GX YLYDQW 3DULV )ODLPQDULRQ 6HSW SODQWHV SRXU XQ KHUELHU 5RPLOO (GLWLRQV )ROLH $YRLQH *UDPPDLUH HQ IHWH 5RPLOO (GLWLRQV )ROLH $YRLQH ,, 5RPDQV /H 6RPPHLO GOLYU 3DULV 6WRFN UGLWLRQ )ODPPDULRQ -RQDWKDQ 3DULV 6HLLLO /H 6L[LHUQH -RXU 3DULV 5 -XOOLDUG UGLWLRQ )ODPPDULRQ /LYUH GH 3RFKH /H 6XUYLYDQW 3DULV 5 -XOOLDUG UGLWLRQ )ODPPDULRQ /$XWUH 3DULV )ODPPDULRQ /D &LW IHUWLOH 3DULV )ODPPDULRQ 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ 3DULV )ODPPDULRQ /HV 0DUFKHV GH VDEOH 3DULV )ODPPDULRQ /D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV 3DULV )ODQPDULRQ ,,, 7KOWUH %UQLFH Gn(J\SWH 3DULV 6HXLO /HV 1RPEUHV 3DULV 6HXLO /H 3HUVRQQDJH /n$YDQW6FQH GX 7KDWUH 1R DYULO f SS /H 0RQWUHXU 3DULV 6HXLO /H 'HUQLHU FDQGLGDW /n$YDQW6FQH GX 7KDWUH 1R ,HU DYULO f SS

PAGE 193

7K£WUH 3DULV ),DPPDULRQ (FKHF £ OD UHLQH 3DULV ),DPPDULRQ ,9 1RXYHOOHV /n(WURLWH SHDX 3DULV 5 -XOOLDUG /HV &RUSV HW OH WHPSV VXLYL GH /n(WURLWH SHDX 3DULV ),DLQQDULRQ ()7(Q /H &RHXU VXVSHQGX 3DULV &DVWHUPDQ 0RQ HQQHPL PRQ IUUH 3DULV &DVWHUPDQ /n(WUDQJH 0DULH 3DULV (GLWLRQV GX 6RUELHU 'HUULUH OHV YLVDJHV 3DULV )ODPQDULRQ 9 (VVDLV /LEDQ 3DULV 6HXLO &ROOHFWLRQ 0LFURFRVPH 3HWLWH 3ODQWH f UGLWLRQ 6HXLO *X\ /YLV 0DQR 3DULV 6HJKHUV 3RHWHV GnDXMRXUGnQXL f DYHF 3LHUUH 7RUUHLOOHVf (WXGHV 7KRULTXHV HW &ULWLTXHV /LYUHV $OWHU 5REHUW 3DUWLDO 0DJLF 7KH 1RYHO DV D 6HOI&RQVFLRXV *HQUH %HUNHOH\ 8QLY RI &DOLIRUQLD 3UHVV %DNKWLQ 0LNKDLO 3UREOHPV RI 'RVWRHYVN\nV 3RHWLFV 7UDQV &DU\O (PHUVRQ 0LQQHDSROLV 8QLY RI 0LQQHVRWD 3UHVV %DO 0L HNH 1DUUDWRORJLH HVVDLV VXU OD VLJQLILFDWLRQ QDUUDWLYH GDQV TXDWUH URQLDQV PRGHUQHV 3DULV .OLQFNVLHFN %DQILHOG $QQ 8QVSHDNDEOH 6HQWHQFHV 1DUUDWLRQ DQG 5HSUHVHQWDWLRQ LQ WKH /DQJXDJH RI )LFWLRQA %RVWRQ 5RXWOHGJH DQG .HJDQ 3DXO %HQYHQLVWH (PLOH 3UREOPHV GH OLQJXLVWLTXH JHQUDOH 3DULV *DOOLPDUG

PAGE 194

%RRWK :D\QH & 7KH 5KHWRULF RI )LFWLRQ &KLFDJR 8QLY RI &KLFDJR 3UHVV &KDWPDQ 6H\PRXU 6WRU\ DQG 'LVFRXUVH 1DUUDWLYH 6WUXFWXUH LQ )LFWLRQ DQG )LOP ,WKDFD 1< &RUQHOO 8QLY 3UHVV &RKQ 'RUULW 7UDQVSDUHQW 0LQGV 1DUUDWLYH 0RGHV IRU 3UHVHQWLQJ &RQVFLRXVQHVV LQ )LFWLRQ 3ULQFHWRQ 3ULQFHWRQ 8QLY 3UHVV 'ROH]HO /XERPLU 1DUUDWLYH 0RGHV LQ &]HFK /LWHUDWXUH 7RURQWR 8QLY RI 7RURQWR 3UHVV )RUVWHU (0 $VSHFWV RI WKH 1RYHO 1HZ
PAGE 195

5LFRHXU 3DXO 7HPSV HW UFLW 9RO ,, 3DQnV 6HXLO 5LPPRQ.HQDQ 6KORPLWK 1DUUDWLYH )LFWLRQ &RQWHPSRUDU\ 3RHWLFV 1HZ
PAGE 196

%D[WLQ 0L[DLO 'LVFRXUVH 7\SRORJ\ LQ 3URVH ,Q 5HDGLQJV LQ 5XVVLDQ 3RHWLFV )RUPDOLVW DQG 6WUXFWXUDOLVW 9LHZV (G /DGLVODY 0DWHMND DQG .U\VW\QD 3RPRUVND &DPEULGJH 0DVV 0,7 3UHVV SS %RRWK :D\QH & 'LVWDQFH DQG 3RLQWRI9LHZ $Q (VVD\ LQ &ODVVLILFDn WLRQ ,Q 7KH 7KHRU\ RI WKH 1RYHO (G 3KLOLS 6WHYLFN 1HZ
PAGE 197

3ULQFH *HUDOG 2Q 5HDGHUV DQG /LVWHQHUV LQ 1DUUDWLYH 1HR SKL ORORJXV 1R f ,QWURGXFWLRQ £ OnWXGH GX QDUUDWDLUH 3RWLTXH f /H 'L VFRXUV DWWULEXWLI HW OH UFLW 3RWLTXH f 5RQ 0RVKH )UHH ,QGLUHFW 'LVFRXUVH 0LPHWLF /DQJXDJH *DPHV DQG WKH 6XEMHFW RI )LFWLRQ 3RHWLFV 7RGD\ 1R f 5RVV 'RQDOG -U :KRnV 7DONLQJ" +RZ &KDUDFWHUV %HFRPH 1DUUDWRUV LQ )LFWLRQ 0RGHUQ /DQJXDJH 1RWHV 1R f 5\DQ 0DULH/DXUH :KHQ n-H ,V n8Q $XWUHn )LFWLRQ 4XRWDWLRQ DQG WKH 3HUIRUPDWLYH $QDO\VLV 3RHWLFV 7RGD\ 1R f 6WDQ]HO )UDQ] 6HFRQG 7KRXJKWV RQ 1DUUDWLYH 6LWXDWLRQV LQ WKH 1RYHO 7RZDUGV D n*UDPPDU RI )LFWLRQn 1RYHO 1R f A 7HOOHU&KDUDFWHUV DQG 5HIOHFWRU&KDUDFWHUV LQ 1DUUDWLYH 7KHRU\ 3RHWLFV 7RGD\ 1R f 7RGRURY 7]YHWDQ /HV &DWHJRULHV GX UFLW OLWWUDLUH &RPPXQLFDWLRQV f /DQJXDJH DQG /LWHUDWXUH ,Q 7KH /DQJXDJHV RI &ULWLFLVP DQG WKH 6FLHQFHV RI 0DQ 7KH 6WUXFWXUDOLVW &RQWURYHUV\ (G 5LFKDUG 0DFNVH\ DQG (XJHQLR 'RQDWR %DOWLPRUH 7KH -RKQV +RSNLQV 8QLY 3UHVV SS 9DQ GHQ +HXYHO 3LHUUH /H 'LVFRXUV UDSSRUW 1HRSKLORORJXV 1R f 9DQ 5RVVXP*X\RQ )UDQJRLVH 3RLQW GH YXH RX SHUVSHFWLYH QDUUDWLYH WKRULHV HW FRQFHSWV FULWLTXHV 3RWLTXH f 9LWRX[ 3LHUUH /H MHX GH OD IRFDOLVDWLRQ 3RWLTXH f 9RORVLQRY 91 5HSRUWHG 6SHHFK ,Q 5HDGLQJV LQ 5XVVLDQ 3RHWLFV )RUPDOLVW DQG 6WUXFWXUDOLVW 9LHZV (G /DGLVLDY 0DWHMND DQG .U\VW\QD 3RPRUVND &DPEULGJH 0DVV 0,7 3UHVV SS
PAGE 198

2XYUDJHV HW $UWLFOHV &RQVDFUV £ n2HXYUH Gn$QGUH &KHGLG /LYUHV ,]RDUG -DFTXHV $QGUH &KHGLG 3DULV 6HJKHUV 3RHWHV GfDXMRXUGnKXL f .QDSS %HWWLQD / $QGUH &KHGLG $PVWHUGDP 5RGRSL &ROOHFWLRQ 0RQRJUDSKLTXH 5RGRSL HQ /LWWUDWXUH )UDQJDLVH &RQWDQSRUDLQHf 1DZDU $LGD < 9LVLRQ FRVPLTXH Gn$QGUH &KHGLG SRXU XQH DSSURFKH VHPLRWLTXH GH /D &LW IHUWLOH 'LVV 8QLY RI 0DVVDFKXVHWWV ,, $UWLFOHV $ELUDFKHG 5REHUW $QGUH &KHGLG /n$YDQW6FQH GX 7K£WUH 1RV DYULO f S $FFDG (YHO\QH )UDWHUQLW GH OD SDUROH :RUOG /LWHUDWXUH 7RGD\ f (QWUHWLHQ DYHF $QGUH &KHGLG DRXW f 3UVHQFH )UDQFRSKRQH f $KPHG .DWHOO 9LVDJHV Gn$QGUH &KHGLG >&DWDORJXH GH nH[SRVLWLRQ@ 5HQQHV %LEOLRWKTXH 0XQLFLSDOH $ OnKRQQHXU $QGUH &KHGLG 3UVHQFH )UDQFRSKRQH f $O\Q 0DUF $QGUH &KHGLG RX OH VXUYRO GnXQ YLVDJH >9LVDJH SUHPLHU@ /H )LJDUR /LWWUDLUH 1R DRXW f S (QFRUH OHV IHPPHV /H )LJDUR /LWWUDLUH 1R QRY f S $QGUH &KHGLG ,Q 'LFWLRQQDLUH GH OLWWUDWXUH IUDQTDLVH FRQWHPSRUDLQH (G &ODXGH %RQQHIR\ 7RQ\ &DUWDQR DQG 'DQLHO 2VWHU 3DULV -HDQ3LHUUH 'HODUJH SS $QGUH &KHGLG FULW SRXU OH WKDWUH $FWXDO L W /LWWUDLUH 1R PDLMXLQ f S $QGUH &KHGLG SRHUQHV SRXU OH /LEDQ >FUPRQLDO GH OD YLROHQFH@ /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R QRY f S /f$UELWUH 4XL SDUOH" 4XL USRQG" 4XL FKHUFKH" /D 9RL[ GHV 3RHWHV 1R PDLMXLOO f SS $UQROG -DFTXHV /HV 0DUFKHV GH VDEOH /H &HUIYRODQW H HW WULP f

PAGE 199

f/n$XWUH Gn$QGUH &KHGLG /HV &DKLHUV /LWWUDLUHV GH On257) 1R PDUV DYULO f S %DUMRQ /RXLV /n(WURLWH SHDX KLVWRLUH GnXQ ERQKHXU (WXGHV VHSW f %HQ -HOORXQ 7DKDU /HV 9RL[ GH OD WHUUH HW GX FLHO /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R ,HU MXLOO f S %UQLFH Gn(J\SWH SDU $QGUH &KHGLG 0DJD]LQH /LWWUDLUH 1R DYULO f S %HUWLQ &KDUOHV $QGUH &KHGLG SUL[ 1HVVLP +DELI %XOOHWLQ GH Gn$FDGPLH 5R\DOH GH /DQJXH HW GH /LWWUDWXUH )UDQTDLVHV f %RVTXHW $ODLQ 'X URUQDQ DX[ SRPHV $QGUH &KHGLG ILOLH GH OD YDOOH GX 1LO >/H 6RPPHLO GOLYU )UDWHUQLW GH OD SDUROH@ /H 0RQGH >GHV /LYUHV1R DYULO f SS 8Q PRLV GH SRPHV OHV ODSLGDLUHV HW OHV LQWHPSUDQWV /D 1RXYHOOH 5HYXH )UDQTDLVH 1R DYULO f SS /H PRLV SRWLTXH -DPHV 6DFU *UDUG 3UYRW $QGUH &KHGLG /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R PDUV f S /HV 3RPHV Gn$QGUH &KHGLG >'RXEOH3D\V@ /H 0RQGH 1R GF f S /D 5YROWH FRQWUH OH WHPSV &RQWUH&KDQW Gn$QGUH &KHGLG /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R GF f S %RXGHW 5REHUW $QGUH &KHGLG RX OD SDVVLRQ WUDQTXLOOH %LEOLRWKTXH GH 7UDYDLO 1R RFW f SS %RXUDRXL +GL $ )WHV HW OXELHV SHWLWV SRPHV SRXU OHV VDQVOJH )UHQFK 5HYLHZ f /H 6RPPHLO GOLYU Gn$QGUH &KHGLG RX OnDYHXJOHPHQW GnXQH VRFLWff / $IULTXH /LWWUDLUH HW $UWLVWLTXH i WULP f %RXUJHRLV 0LFKHO (QWUH OH IDLW GLYHUV HW OH P\WKH >/D &LW IHUWLOH@ /D 4XLQ]DLQH /LWWUDLUH 1R RFW f SS %URQQH &DULR $QGUH &KHGLG /D &LW IHUWLOH 0DUJLQDOHV 1R GF f SS %UXQKRII 0DULH&ODLUH GH 8Q KURV D nDQWLTXH >/n$XWUH@ /D 4XLQ]DLQH /LWWUDLUH 1R MXLQ f S %XHE )UDQFLV $QGUH &KHGLG OD YLH QH SHXW SDV WUH XQH IHWH 0DJD]LQH /LWWUDLUH 1R DRW f SS

PAGE 200

&KDYDUGHV 0DXULFH &ULWLTXHV >/H 6XUYLYDQW@ 6LJQHV GX WHPSV 1R QRY f S &KHDWKDP *ZHQGRO\Q $QGUH &KHGLG HW OHV RSWLRQV YLWDOHV GDQV -RQDWKDQ )UDQFLW 1R KLYHU f S &KHGLG $QGUH /D 3DUROH HVW FDSWLYH > DYHF FRPPHQWDLUH SRVLH SRXU YLYUH@ &UHDWLRQ f 7RXWH XQH YLH >SRPH LQGLW SUVHQWH SDU &KULVWLDQ 'HVFDPSV@ /H 0RQGH >'LPDQFKH@ 1R DRXW f S LL &KRQH] &ODXGLQH 1RWH GH OHFWXUH $QGUH &KHGLG /H 6L[LHPH -RXU /HV /HWWUHV )UDQJDLVHV 1R PDUV f S &ODQFLHU *HRUJHV(PPDQXHO /HV 0DUFKHV GH VDEOH $FWXDO L W /LWWUDLUH 1R PDUVDYULO f &OXQ\ &ODXGH0LFKHO 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ 0DJD]LQH /LWWUDLUH 1R RFW f S 1RWH GH OHFWXUH /HV /HWWUHV )UDQTDLVHV 1R PDUV f S &RVDODV *DE 'FRXYHUWH GH &KHGLG 6\QWKHVHV 1RV DYULOMXLOO f &RXUQRW 0LFKHO /D 0HU KDELWH SDUWRXW >/D &LW IHUWLOH @ /H 1RXYHO 2EVHUYDWHXU 1R RFW f SS 'DXEHQWRQ $QQLH /HV &RUSV HW OH WHPSV /HV 1RXYHOOHV /LWWUDLUHV 1R MXLOO f S 'HWUH] &RQUDG /H &KHPLQ GX GVHUW >/HV 0DUFKHV GH VDEOH@ 0DJD]LQH /LWWUDLUH 1R VHSW f S /HV 'HX[ YHUVDQWV Gn$QGUH &KHGLG XQH YRL[ OLPSLGH GH f2ULHQW /H 0RQGH 1R DYULO f S 'RE]\QVNL &KDUOHV &UPRQLDO GH OD YLROHQFH (XURSH 1R PDL f SS A 'URXJXHW %UXQR 8QH JUDQGH YRL[ GX YLQJWLPH $QGUH &KHGLG (FULWXUHV f 'XPD\HW 3LHUUH $QGUH &KHGLG /HV &RUSV HW OH WHPSV )ODPPDULRQ $FWXDOLW 1R MXLQMXLOO f S 'XPRQW -HDQ/RXLV /HV 1RPEUHV %RRNV $EURDG f (FKRV HW QRXYHOOHV /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R MXLQ f S

PAGE 201

(O +DNLP =DNL $QGUH &KHGLG OH OLYUH GnRU GH OD FXOWXUH IUDQJDLVHf&XOWXUH )UDQJDLVH 1R f (O NDnLP%RO LQJHU 5HQH 'HX[ IHPPHV VXU OD WHUUH OLEDQDLVH >/D 0DL VRQ VDQV UDFLQHV@ 0DJD]LQH /LWWUDLUH RFW f (VWDQJ /XF $QGUH &KHGLG >/n$XWUH@ /H )LJDUR /LWWUDLUH 1R ,HU VHSW f S )YULHU 3DXO 9LVDJH Gn$QGUH &KHGLG 0DUJLQDOHV DYULO f )ROFK -DFTXHV /H 6RPPHLO GOLYU /LEHUW 1R PDLMXLQ f )UDQFLV 5D\PRQG ,VNDQGDU $ nWXGH Gn$QGUH &KHGLG URPDQFLHUH 5HYXH GH n2FFLGHQW 0XVXOP£Q HW GH OD 0GLWHUUDQH 1RV HU VHPHVWUH f SS *DPDUUD 3LHUUH /HV /LYUHV QRXYHDX[ >/H 6L[LHPH -RXU@ (XURSH 1R RFW f SS /HV /LYUHV QRXYHDX[ >/D &LW IHUWLOH@ (XURSH 1R MDQY f SS *DUFLQ -UPH &KDQWDO &KDZDI HW $QGUH &KHGLG >/HV 0DUFKHV GH VDEOH@ 1RXYHOOHV /LWWUDLUHV 1R DYULO f S *HUPDLQ $QQH &RPPHQW SHXWRQ WUH IHPPH GH OHWWUHV" /HV 1RXYHOOHV /LWWUDLUHV 1R DRXW f S *RUH] -HDQ $QGUH &KHGLG /HV &RUSV HW OH WHPSV HW /n(WURLWH SHDX %XOOHWLQ GHV /HWWUHV 1R IYU f S *UDQMRQ 0DULH&KULVWLQH /H 6RPPHLO GOLYU SDU $QGUH &KHGLG 5DLVRQ 3UVHQWH 1R MXLVHSW f SS *ULVROLD 0LFKHO $QGUH &KHGLG FURLW DX PLUDFOH >/H 6L[LHPH -RXU 9LVDJH SUHPLHU@ 0DJD]LQH /LWWUDLUH PDUV f /D &LW IHUWLOH SURSRV UHFXHLOOLV 0DJD]LQH /LWWUDLUH QRY f +HUPH\ &DUO : HG $QGUH &KHGLG ,Q KLV &RQWHPSRUDU\ )UHQFK :RPHQ 3RHWV $ %LOLQJXDO DQG &ULWLFDO $QWKRORJ\ QG HG 9DQ 1X\V &D 3HULYDOH 3UHVV SS +XLW TXHVWLRQV SRVHV £ OnDXWHXU ,Q $OD UHQFRQWUH Gn$QGUH &KHGLG 3DULV )ODPPDULRQ SS

PAGE 202

-XLQ +XEHUW 'X FRW GH nHYLGHQFH /HV /HWWUHV )UDQTDLVHV 1R IYU f SS .DQWHUV 5REHUW 7RQ UHYH HVW XQH (J\SWH HW WRL FnHVW OD PRPLH >1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ@ /H )LJDUR /LWWUDLUH 1R VHSW f SS .KDODI 6DKHU $QGUH &KHGLG ,Q KLV /LWWUDWXUH OLEDQDLVH GH ODQJXH IUDQTDLVH 6KHUEURRNH 1DDPDQ SS .LHIIHU 5RVHPDULH /n2HXYUH OLWWUDLUH Gn$QGUH &KHGLG /HV 3DJHV GH OD 6RFLW GHV (FULYDLQV /X[HPERXUJHRLV GH /DQJXH )UDQTDLVH f .OHFNHU 1LF 7URLV SRWHVVHV 'U\DGH 1R DXWRPQH f SS .QDSS %HWWLQD / /D &LW IHUWLOH )UHQFK 5HYLHZ f $Q ,QWHUYLHZ ZLWK $QGUH &KHGLG >7KH 2WKHU 7KH )HUWLOH &LW\a_ 'UDPD DQG 7KHDWUH 1R 6SULQJ f $QGUH &KHGLGnV %LEOLFDO 'UDPD 7KH 0XOWLWXGH 'UDPD DQG 7KHDWUH 1R 6SULQJ f 1HIHUWLWL HW OH UHYH Gn$NKQDWRQ )UHQFK 5HYLHZ f $QGUH &KHGLG ,Q KHU )UHQFK 1RYHOLVWV 6SHDN 2XW 7UR\ 1< :KLWVWRQ 3XEOLVKLQJ &RPSDQ\ SS &UPRQLDO GH OD YLROHQFH :RUOG /LWHUDWXUH 7RGD\ f a77 /HV 0DUFKHV GH VDEOH :RUOG /LWHUDWXUH 7RGD\ f $QGUH &KHGLG (FKHF D OD UHLQH :RUOG /LWHUDWXUH 7RGD\ 1R f ,QWHUYLHZ DYHF $QGUH &KHGLG )UHQFK 5HYLHZ 1R f /DFRWH 5HQ $QGUH &KHGLG 0LFKHO 'HJX\ -DFTXHV &KDWDLQ /HV /HWWUHV )UDQTDLVHV 1R RFW f S /DXGH $QGU 7UDQVSDUHQFH Gn$QGUH &KHGLG /HV 1RXYHOOHV /LWWUDLUHV 1R DYULO f S A /DXGH &RULQQH 6L OnHVSRLU PHXUW >%UQLFH Gn(J\SWH@ /D 4XLQ]DLQH /LWWUDLUH 1R PDUV f S

PAGE 203

/LQNKRUQ 5HQH $QGUH &KHGLG /HV 0DUFKHV GH VDEOH )UHQFK 5HYLHZ 1R f $QGUH &KHGLG TXWH SRWLTXH GnXQH IUDWHUQLW )UHQHQ 5HYLHZ f 0DOULHX -HDQ 9LVDJH SUHPLHU SDU $QGUH &KHGLG 6XG 1R f S 0DXJLV +HQUL /H 6L[LPH -RXU /HV +XPDQLWV &ODVVHV GH /HWWUHV 6HFWLRQV 0RGHUQHV QR MRLQ f 0DXOSRL[ -0 $QGUH &KHGLG >&DYHUQHV HW VROHLOV@ /D 4XLQ]DLQH /LWWUDLUH 1R HU MXLQ f S 0D[ 6WHIDQ /$XWUH )UHQFK 5HYLHZ f 0OLN 5RXEHQ 5REHUW 0DOOHW$QGUH &KHGLG (XURSH 1RV PDLMXLQ f SS 0HONRQLDQ 0DUWLQ /n(WDW PLJUDWHXU >/D 0DLVRQ VDQV UDFLQHV@ /D 4XLQ]DLQH /LWWUDLUH 1R HU QRY f S 0QDUG 5HQ 9LYUH GH nDPRXU GH YLYUH >'RXEOH3D\V 7HUUH HW SRVLH@ &ULWLTXH 1R IYU f 0LFKHORXG 3LHUUHWWH 'H TXHOTXHV UHFXHLOV GH SRPHV /D 9RL[ GHV 3RHWHV 1R MDQYPDUV f SS 0RXVVDOO\ $GQDQ /D &LW IHUWLOH 3UVHQFH )UDQFRSKRQH SULQWHPSV f 1RULQ /XF $QGUH &KHGLG >/$XWUH@ 6\QWKHVHV 1R GF f SS $QGUH &KHGLG SRHWH GH OD FLW 5HYXH JQUDOH 1R DYULO f SS 3DSDGRSRXOR $OH[DQGUH /H 6L[LPH -RXU /D 5HYXH GX &DLUH f 3URQFHO+XJR] -3 /H UHWRXU DX GVHUW Gn$QGUH &KHGLG >/HV 0DUFKHV GH VDEOH@ /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R PDL f S 3LDWLHU -DFTXHOLQH 9HUWX GH OD VLPSO LFLW /n$XWUH Gn$QGUH &KHGLGn /H 0RQGH >GHV /RLVLUV@ 1R MXLOO f SS &KULVWLQH $UQRWK\ $QGUH &KHGLG *ORULD $O FRUWD WURLV IHQWQHV YHQXHV GnDLOOHXUV /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R DRW f SS

PAGE 204

3L HUDUG -HDQ /n$XWUH /n(WKQLH )UDQJDLVH MXLOODRW f SS 3OHVV\ %HUQDUG 'HX[ URPDQV HJ\SWLHQV >$QGUH &KHGLG 1HIHUWLWL 0LFKHO /DUQHXLO /H 'LHX DVVDVVLQ@ %XOOHWLQ GHV /HWWUHV 1R RFW f SS /H 3UL[ /RXLVH /DE £ $QGUH &KHGLG /H 0RQGH 1R MXLQ f S 3XHO $QGUH &KHGLG 3DUOHU KLYHU f 5LYLHUH $QQH DQG ;DYLUH *DXWKLHU 'HV IHPQHV HW OHXUV RHXYUHV 0DJD]LQH /LWWUDLUH 1R f SS 5RO LQ *DEULHOOH 'H OD PXVLTXH DYDQW WRXWH FKRVH /D &LW IHUWLOH Gn$QGUH &KHGLG /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R VHSW f S 5RVER 3DWULFN GH 8QH UHVSLUDWLRQ GLIILFLOHPHQW UDSSULVH >/n$XWUH@ /HV /HWWUHV )UDQTDLVHV 1R PDL f SS $LPHU WRXW nDPRXU GX PRQGH >/D &LW IHUWLOH@ /HV /HWWUHV )UDQTDLVHV 1R RFW f S 5RXG\ 3 9LH HW PRUW GDQV OHV URPDQV Gn$QGUH &KHGLG 3UHXYHV 1R IYU f SS 6LPRQ 3LHUUH +HQUL /H 6HLJQHXU GX IOHXYH GH %HUQDUG &ODYHO /H 6L[LHPH -RXU Gn$QGUH &KHGLG /H 0RQGH >GHV /LYUHV@ 1R IYU f S 6XDUHV *X\ &RPPHQW WH QRPPHU /LEDQ" >&UPRQLDO GH OD YLROHQFH RX OH GHXLO GnDPRXU@ /H )LJDUR /LWWUDLUH 1R MDQY f S 6XJLHU &OPHQFH /H 6L[LPH -RXU E\ &KHGLG $WODV 1R -XO\ f 7URLV SRHWHV D OnFRXWH GH QRWUH SUVHQFH DX PRQGH $FWXDOLW /LWWUDLUH 1R DYULO f SS 9 -/ GH OD (FULWXUHVDFHUGRFH &URL[ 1R DYULO f S 9DQGHUFDPPHQ (GPRQG &D\HUQHV HW VROHLOV 0DUJLQDOHV 1R MXLQDRXW f SS 9LDWWH $XJXVWH &RQWUH&KDQW &XOWXUH )UDQTDLVH 1R f /H &RUSV HW VRQ GSDVVHPHQW GDQV fRHXYUH Gn$QGUH &KHGLG 3UVHQFH )UDQFRSKRQH SULQWHPSV f

PAGE 205

9LUGX]]R )UDQFLQH 6FULWWRUH DUDEL LQ OLQJXD IUDQFHVH 7HPSR SUHVHQWH 1R QRY f SS

PAGE 206

%,2*5$3+,&$/ 6.(7&+ -RDQ 'HEELH 0DQQ ZDV ERUQ 6HSWHPEHU LQ /DNHODQG )ORULGD 6KH UHFHLYHG KHU SULPDU\ HGXFDWLRQ LQ WKH SXEOLF VFKRROV RI /DNHODQG DQG JUDGXDWHG IURP 6DQWD )H +LJK 6FKRRO DV 6DOXWDWRULDQ RI WKH FODVV RI 6KH WKHQ DFFHSWHG D )UHVKPDQ 6FKRODUVKLS DW %HUU\ &ROOHJH LQ 0W %HUU\ *HRUJLD $ VWXGHQW DW %HUU\ IURP VKH ZDV WKH UHFLSLHQW RI D 'DQD 6FKRODUVKLS f DQG ZDV LQGXFWHG LQWR WKH KRQRU VRFLHW\ RI $OSKD &KL 6KH JUDGXDWHG LQ 0D\ DV 9DOHGLFWRULDQ RI KHU FODVV ZLWK D %DFKHORU RI $UWV GHJUHH LQ )UHQFK ,Q WKH IDOO RI VKH EHJDQ KHU JUDGXDWH VWXGLHV DW WKH 8QLYHUVLW\ RI )ORULGD 8SRQ WKH FRPSOHWLRQ RI KHU WKHVLV HQWLWOHG *DODQWHULH DQG *ORLUH LQ 6L[ 7UDJHGLHV E\ 7KRPDV &RUQHLOOH VKH UHFHLYHG WKH 0DVWHU RI $UWV GHJUHH LQ )UHQFK LQ 'HFHPEHU DQG ZDV HOHFWHG WR WKH KRQRU VRFLHW\ RI 3KL .DSSD 3KL 6KH LPPHGLDWHO\ HPEDUNHG XSRQ D GRFWRUDO SURJUDP 'XULQJ WKH DFDGHPLF \HDU VKH ZDV WKH UHFLSLHQW RI D )UHQFK *RYHUQPHQW 6FKRODUVKLS 7KLV DZDUG HQDEOHG KHU WR VWXG\ DW WKH 8QLYHUVLW GH %RUGHDX[ ,,, ZKHUH VKH DWWHQGHG FODVVHV RQ WKH IUDQFRSKRQH OLWHUDWXUHV RI :HVW $IULFD WKH 0DJKUHE DQG WKH &DULEEHDQ ,Q $SULO VKH ZDV FKRVHQ WR UHFHLYH WKH 2XWVWDQGLQJ *UDGXDWH 7HDFKLQJ $VVLVWDQW $ZDUG JLYHQ DQQXDOO\ E\ WKH 8QLYHUVLW\ RI )ORULGD *UDGXDWH 6FKRRO 7KURXJKRXW KHU VWXGLHV DW

PAGE 207

WKH 8QLYHUVLW\ RI )ORULGD VKH KDV EHHQ HPSOR\HG DV D *UDGXDWH 7HDFKLQJ $VVLVWDQW f DQG *UDGXDWH 5HVHDUFK $VVRFLDWH f LQ WKH 'HSDUWPHQW RI 5RPDQFH /DQJXDJHV DQG /LWHUDWXUHV

PAGE 208

, FHUWLI\ WKDW KDYH UHDG WKLV VWXG\ DQG WKDW LQ P\ RSLQLRQ LW FRQIRUPV WR DFFHSWDEOH VWDQGDUGV RI VFKRODUO\ SUHVHQWDWLRQ DQG LV IXOO\ DGHTXDWH LQ VFRSH DQG TXDOLW\ DV D GLVVHUWDWLRQ IRU WKH GHJUHH RI 'RFWRU RI 3KLORVRSK\ c0HO %HUQDGHWWH &DL +HU &KDL PDQ $VVRFLDWH 3URIHVVRU RI 5RPDQFH /DQJXDJHV DQG /LWHUDWXUHV FHUWLI\ WKDW KDYH UHDG WKLV VWXG\ DQG WKDW LQ P\ RSLQLRQ LW FRQIRUPV WR DFFHSWDEOH VWDQGDUGV RI VFKRODUO\ SUHVHQWDWLRQ DQG LV IXOO\ DGHTXDWH LQ VFRSH DQG TXDOLW\ DV D GLVVHUWDWLRQ IRU WKH GHJUHH RI 'RFWRU RI 3KLORVRSK\ 3URIHVVRU RI 5RPDQFH /DQJXDJHV DQG /LWHUDWXUHV FHUWLI\ WKDW KDYH UHDG WKLV VWXG\ DQG WKDW LQ P\ RSLQLRQ LW FRQIRUPV WR DFFHSWDEOH VWDQGDUGV RI VFKRODUO\ SUHVHQWDWLRQ DQG LV IXOO\ DGHTXDWH LQ VFRSH DQG TXDOLW\ DV D GLVVHUWDWLRQ IRU WKH GHJUHH RI 'RFWRU RI 3KLORVRSK\ 6KHLOD 'LFNLVRQ $VVRFLDWH 3URIHVVRU RI &ODVVLFV 7KLV GLVVHUWDWLRQ ZDV VXEPLWWHG WR WKH *UDGXDWH )DFXOW\ RI WKH 'HSDUWPHQW RI 5RPDQFH /DQJXDJHV DQG /LWHUDWXUHV LQ WKH &ROOHJH RI /LEHUDO $UWV DQG 6FLHQFHV DQG WR WKH *UDGXDWH 6FKRRO DQG ZDV DFFHSWHG DV SDUWLDO IXOILOOPHQW RI WKH UHTXLUHPHQWV IRU WKH GHJUHH RI 'RFWRU RI 3KLORVRSK\ 0D\ 'HDQ *UDGXDWH 6FKRRO

PAGE 209

81,9(56,7< 2) )/25,'$



FRATERNITE DE LA PAROLE: LES VOIX (VOIES) DE LA
NARRATION DANS L'OEUVRE ROMANESQUE
D'ANDREE CHEDID
By
JOAN DEBBIE MANN
A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF
THE UNIVERSITY OF FLORIDA
IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE
DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY
UNIVERSITY OF FLORIDA

Copyright 1987
by
Joan Debbie Mann


ACKNOWLEDGEMENTS
I would like to express my deep appreciation to Dr. Bernadette
Cailler, chairman of my committee, for the constant encouragement and
insightful advice she has offered throughout the preparation of this
dissertation. I would also like to thank the other members of my
committee, Dr. Raymond Gay-Crosier and Dr. Sheila Dickison, for their
cooperation and valuable suggestions. I am especially grateful to
Mme. Andrée Chedid for the courtesy she has shown in granting me three
informative and inspiring interviews.
To my husband, Dr. Stephen Kerber, without whose patience and
support this dissertation could not have been written, I express my
most heartfelt gratitude. Special thanks also go to Effie and Charles
Mann and to Marie Kerber for their unwavering generosity and
understanding. Finally, I would like to convey my sincere
appreciation to the following individuals who have been a source of
help and encouragement during my undergraduate and graduate studies:
Dr. Albert B. Smith, Dr. George Diller, Dr. Carol Murphy, Dr. Read
Baker, Dr. Franher Jean-Baptiste, Mrs. Carolyn Snow, Ms. Walaya
Wiwatsorn, and Ms. Louise Lussier.
TV

TABLE OF CONTENTS
Page
ACKNOWLEDGEMENTS iv
KEY TO ABBREVIATIONS vi
ABSTRACT vi i
CHAPTERS
IL 'OEUVRE D'ANDREE CHEDID: EPREUVES DU VIVANT 1
Notes 21
IILA VOIX NARRATIVE: VERS UNE METHODE CRITIQUE 23
Notes 48
IIIDU SOMME IL DELIVRE AU SURVIVANT: ETAPES D'UNE
METAMORPHOSE 50
Notes 109
IVDE L'AUTRE A LA MAISON SANS RACINES: MODALITES DE LA
PAROLE PARTAGEE 110
Notes 166
VPERSONNAGE/NARRATEUR/NARRATAIRE: FRATERNITE DE
LA PAROLE 168
Notes 181
BIBLIOGRAPHY 182
BIOGRAPHICAL SKETCH 197
v

KEY TO ABBREVIATIONS
â–º
f
SD Le Sommeil délivré
J Jonathan .
SJ Le Sixiéme Jour >
S Le Survivant
A L'Autre (
CF La Cité fertile
N Nefertiti et le reve d'Akhnaton
MS Les Marches de sable
MR La Mai son sans racines
VI

Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the
University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for
the Degree of Doctor of Philosophy
FRATERNITE DE LA PAROLE: LES VOIX (VOIES) DE LA
NARRATION DANS L'OEUVRE ROMANESQUE
D'ANDREE CHEDID
by
Joan Debbie Mann
May 1987
Chairman: Bernadette Cailler
Department: Romance Languages and Literatures
This dissertation is a study of narrative voice in the novels of
Andrée Chedid, a contemporary Egyptian-born author of French
expression whose literary production includes numerous collections of
poetry and several innovative plays as well as nine works of prose
fiction. Based primarily on the analytical method of Gerard Genette,
it adopts the critic's tripartite division of narrative content,
narrative text, and narrative act and examines the different
manifestations of the key concept of la parole partagée in each of
these categories.
The novels are divided into two groups corresponding to the
chronological order of their publication as well as to certain basic
similarities in narrative structure and technique. Within each group,
the omniscient third-person narrators are considered together in order
to determine their relative degree of perceptibility in the recounting
of the events of the story and in the reproduction of the dialogue and
silent thoughts of the characters. In Chedid's first four novels,
Le Sommeil délivré, Jonathan, LeSixieme Jour, and Le Survivant, the
vi i

protagonists' spoken and unspoken words are gradually liberated from
the mediating voice and presence of the narrator. Through the
increasingly autonomous nature of their discourse, they come to be in
direct communication with the extra-fictional audience.
In the author's next two works, L'Autre and La Cité fertile, the
characters' interior discourse, almost entirely free of the mediation
of the third-person narrator, takes on a more and more narrative
quality. In Chedid's most recent novels, Nefertiti et le reve
d'Akhnaton, Les Marches de sable, and La Mai son sans racines, all of
which are recounted entirely or in part by first-person narrators, the
notion of la parole partagée finds concrete expression on the level of
the narrative act itself. These polyphonic works are thus examined in
order to establish the different ways the narrative voices alternate
and combine with one another in the transmission of the narrative and
extra-narrative message of la fraternité de la parole.
vi 11

CHAPITRE I
L 'OEUVRE D'ANDREE CHEDID: EPREUVES DU VIVANT
J'ai tenté de joindre ma terre, a la terre;
Les mots, a la trame du silence;
Le large, au chant voile.
Tenté de dire la rencontre possible,
Dégager le lieu de la nasse des refuges:
Fléchir la parole, jusqu'á la partager.1
Ainsi se défi ni t une dimension fondamentale de la poétique
d'Andrée Chedid et telles sont les voix qui résonnent a travers toute
son oeuvre: fraternelles, assoiffées de communication, en quéte d'une
communion avec les humains et avec la terre. Cette démarche est celle
d'un écrivain á la fois poete, romanciére et dramaturge, et dont la
double appartenance au Proche-Orient et á 1'Occident, vécue sans heurt
comme une "chance," comme un "en plus," se traduit par la volonté
profonde d'exprimer une terre de partage, partage surtout de la
parole, grace auquel "le manque a vivre se met á vivre."^
Egyptienne d'origine libanaise, Andrée Chedid naquit au Caire en
1920, passa son enfance dans cette vil le et y retourna pour faire des
études supérieures de journal isme a l'Université Américaine. En 1942,
elle accompagna son inari au Liban ou ils fi rent un séjour de trois ans
durant lequel il se consacra á ses études de médecine. Parisienne
depuis 1946 et naturalisée frangaise, elle a deux enfants et quatre
petits-enfants.
-1-

-2-
II faut dire que la France n'était pas du tout étrangére á Andrée
Chedid á 1'époque oü elle s'y installa; elle y avait passé de nombreux
étés dans son enfance et y avait fait de longs séjours pendant son
adolescence. Elle fut élevée en trois langues: l'arabe, dont elle ne
pratique vraiment que la langue parlée, 1'anglais, qu'elle choisit
pour son premier recueil de poémes intitulé On the Trails of My Fancy,
publié au Caire en 1943, et le frangais, sa langue maternelle,
véhicule de toute son oeuvre postérieure.
Andrée Chedid a done grandi dans un certain brassage des
cultures, mais il semblerait que chez elle la fusion paisible et
fructueuse d'éléments culturéis variés 1'ait emporté sur l'épreuve
déchirante. Comme elle s'établit a Paris "par choix, par amour de
O
cette cité,"0 ayant acquis la langue de sa patrie d‘adoption en méme
temps que la parole, elle ne devait pas ressentir l'exil géographique
et linguistique caractéristique de tant d'écrivains africains de
langue frangaise. Pour elle le déracinement et la diversité tres tót
allaient étre source d'enrichissement plutot que de souffrance.
Alors qu'il existe, depuis toujours, tant de choses qui tendent á
séparer les humains, Andrée Chedid met 1'accent sur ce qui les unit.
Toute son oeuvre se caractérise par une ouverture d'esprit et une
tolérance qui révélent son désir de "voir les points de rencontre"
propres á "dévoiler les traces d'une fraternité.Elle déclare: "Je
crois la communication possible; pas sans problémes, mais possible.
M'intéresse par dessus tout: la recherche d'un lieu de convergence au
fond de 1'hoinme, d'une source commune, d'une terre partagée."^ Sa
confiance en 1'existence de ce fond commun, sa croyance a la
possibilité de la conciliation, son appel á la fraternité, toutes ces

-3-
choses s'expriment dans sa production romanesque, poétique et
dramatique.
Son oeuvre, qui comprend neuf romans, vingt-quatre volumes de
poesies et six pieces de théátre ainsi que deux recueils de nouvelles
et deux essais, a suscité un intérét critique qui va croissant depuis
plus de vingt ans.6 Portant sur cette oeuvre une vue d'ensemble dans
le but d'en dégager quelques-uns des motifs conducteurs, on constate
d'emblée qu'une demarche dialectique y figure au premier plan. Cet
écrivain chez qui on trouve allies la volonté d'unir les extremes et
le respect, voire la valorisation de l'altérité, affirme qu'elle
revient tres souvent, presque malgré elle, aux mémes themes, toujours
ambivalents, qui se présentent comme un "balancement des contraires:
obscur-clair, horreurs-beauté, grisaille-souffles, puits-ailes,
dedans-dehors, chant-contre-chant. Double-Pays en apparence; mais que
la vie brasse ensemble, inépuisablement."^ Or, vue selon l'optique
chedidienne, l'existence, qui renferme tous ces contrastes, se trouve
elle-méme, des son premier instant, menacée par sa propre antithése,
le néant. Andrée Chedid tente de sonder les deux termes de cette
antinomie fondamentale, cherchant a exprimer non seulement
1'opposition dialectique mais aussi 1'all i anee. "Je prononce
Ténébres / Pour mieux dire Hi ron del 1 e,11 décl are-t-el le dans
"Discordances," un poéme de Visage premier.1^ En partant de la dual i té
Vie/Mort il sera possible de faire ressortir d'autres sujets de
meditation chedidiens qui en sont les variantes et les échos.
Hantée par la proxiinité de la mort, fort consciente de la nature
transitoire et éphémére de notre présence sur la terre, Andrée Chedid
nous parle d'une voix qui est marquée á la fois par la 1uci di té devant

-4-
la précarité de notre existence et la révolte contre cette issue
ineluctable a laquelle tout et tous sont condamnés. Cependant, pour
elle, la mort représente aussi une ouverture qui nous pennet de
transcender 1‘emprise du temps. Si la mort est surtout separation,
barriere infranchissable et dernier obstacle á l'amour, capable d'en
triompher mais non pas de l1abol ir, elle peut étre également force de
fusion. Malgré la fugacité de son existence, vécue en proie á la
durée, 11homme s'enracine dans cette durée, trouvant ses prolongements
dans "l'ancétre et le futur."0 Chedid nous rappel le non seulement les
liens de párente qui nous relient á nos sernblables contemporains mais
aussi ceux qui nous situent aux "croisements de siécles, d'ancétres,
d'histoire et de lieux" dont nous sommes le point de convergence.10
Ainsi, les disparus restent toujours avec nous et en nous et leurs
voix, surgies de terres lointaines et d'époques révolues, résonnent á
travers les nótres pour rejoindre cell es des generations futures.
Done, la mort, si destructrice et dévastatrice qu'elle soit, revét
chez Chedid un aspect positif et constructif. Aprés avoir fait face á
sa presence inevitable qui nous guette sans cesse, l'écrivain nous
apprend a y chercher des réponses en nous incitant á gouter la vie
dans toute sa plenitude et toute sa saveur. Le bonheur qui se sait
menace fait mieux apprécier la valeur infinie des instants vécus et
incite 1'homme á s'efforcer de sortir de "l'étroite peau" dont il est
prisonnier pour se creer une éternité dans tout moment present.11
Pourtant, si elle exalte la vie illuminée par l'amour, Andrée
Chedid le fait en gardant les yeux ouverts sur toutes les épreuves que
l'existence apporte. D'autant plus belle et précieuse, donné son
caractére fugitif, celle-ci est aussi marquee par les blessures de la

-5-
haine, de 1'intolérance et du fanatisme. Rigoureusement lucide, la
vision chedidienne ne se détourne pas de la real i té sanglante de la
guerre, ni des ravages déchirants du temps et de la maladie, mais,
enfouies sous cette couche de tristesse, le poete découvre de grandes
fenétres d'espoir. La croyance á la vie et la confiance aussi bien
dans le triomphe de l'amour que dans la bonté essentielle de l'étre
humain, principes qui pénétrent toute son oeuvre, vont de pair avec un
appel á la fraternité. La certitude de la mort, cette ultime épreuve
devant laquelle s'effondrent tous nos masques et, avec eux, les
differences qui nous séparent, contribue a accentuer l'intensité de la
vie mais devrait aussi "nous pousser a abolir nos frontiéres,
reconnaitre notre face commune, aider á la communication."13
Ainsi, sel on la demarche dialectique qui caractérise 1'oeuvre
chedidienne, la meditation sur la mort devient aussi affirmation de la
vie et célébration des "grandes figures de l'amour et de l'espoir" qui
l'éclairent malgré notre soif de domination et notre penchant á la
violence.13 Ce "visage premier" de l'homme qu'elle devine, mis a nu,
lavé de tous ses artifices par la mort, Andrée Chedid le cherche dans
la nudité de la naissance. Poete des geneses, elle chante non
seulement le surgissement de la vie qui s'incarne (Prendre corps), la
renaissance de l'homme au monde (L'Autre) et la résurrection de la
femme par la maternité (Le Sommeil délivré), mais aussi 1'apparition
de la parole dans 1'enfantement du récit et dans le jail 1issement de
1'image poétique. Elle écrit: "Je te cerne, Parole / Te veux proie et
docile; / Tu müris bleue et libre / Et m'invente á ton tour."14
Etant donné le réalisme poignant de son évocation des réalités
concretes et terrestres du monde d'aujourd'hui et d'hier, de

-6-
1'Occident comme du Proche-Orient, il faut noter que Toeuvre de
Chedid nous entraTne toujours, pourtant, au-dela. Chez elle
1‘histoire la plus simple, la plus enracinée dans un cadre soli dement
ancré dans l'espace et le temps telle que L'Autre ou Le Sixierne Jour
s'en échappe pour prendre valeur de mythe. Ainsi, on constate que le
mouvement dialectique qui sous-tend toute la production littéraire de
Chedid se reproduit sous la forme d'un va-et-vient entre la real i té et
la légende. Si fermement insérée qu'elle soit dans la vie
quotidienne, son oeuvre revet toutefois une dimension symbolique et
uni verse! le. On retrouve ce dualisme dans 1'assertion tirée des
Gorgias de Platon, mise en exergue au Sixieme Jour et aux Marches de
sab 1 e: "Ecoute . . . Toi, tu penseras que c'est une fable, mais selon
moi c'est un récit. Je te dirai comme une vérité ce que je vais te
di re." Ce balancement entre le fait divers et le mythe se manifesté
d'une fagon particul iéreinent frappante dans Le Montreur. Au cours de
ce jeu d'ombres qui se fait "jeu du destin"15 quatre pantins prennent
corps, s'enracinent dans notre durée pour jouer devant nous et avec
nous le drame de 1'existence sous le regard impassible et énigmatique
du Montreur. Les personnages de cette piece, comme ceux des deux
precedentes d'inspiration historique et biblique, existent bien dans
1eur chair et dans 1 eur sang et restent des individus profondément
humains, mais ils participent également du doinaine épique oü agissent
les grandes forces de l'Histoire. Dans sa poésie, se servant des mots
du vocabulaire quotidien, Chedid vise a Tessentiel de notre
expérience partagée mais réfléchit aussi sur ce qui la dépasse, sur
ses dimensions les plus mystérieuses, les plus rnervei 1 1 euses et les
plus cachées.

-7-
Le dualisme fondamental de la demarche chedidienne s'applique
aussi á l'etre humain. Par la mise en valeur de Vopposition
identité/altérité, l'écrivain nous invite á connaítre l1autre qui
existe en face de nous, et qui plus est, nous entraine á déceler sa
presence au fond de nous. En dévoilant ainsi nos ressemblances elle
lance un appel á la fraternité, et en accordant dans toute son oeuvre
une place privilégiée á la communication elle exprime sa confiance en
la possibil i té de construiré des ponts et des passerelles par le
partage de la parole. Malgré les différences d'age, de milieu et de
culture qui les séparent, ses personnages romanesques réussissent a
trouver un langage commun qui leur permet non seulernent de communiquer
mais aussi de se comprendre et de s'entraider. Dans ses pieces de
théátre oü il s'agit plutót d'un "dialogue a toute force poursuivi
entre l'individu et la multitude,"16 c'est l'acte de coirmunication — 1 a
volonté d'écouter la voix de cette multitude ou le besoin de lui faire
parvenir quelque message—qui constitue un des ressorts principaux de
chaqué drame. Les jeunes héroTnes de Bérénice d'Egypte et des
Nombres, animées par une sympathie profonde pour leur peuple,
acceptent la charge de lui rendre ses droits et se métamorphosent,
passant de la passivité contemplative á 1'action decisive á cause de
leur réceptivité á ses voeux. Quant au personnage énigmatique et
anonyme qui a prété son nom au titre du Montreur, réduit au silence
par 1'impossibilité de prononcer la parole contenant la réponse a
l'éternel "pourquoi" de la vie et de la inort, il monte jour aprés jour
tout un spectacle par lequel il espere nous la transmettre.
Ainsi, chez Andrée Chedid, c'est par la parole qui se fait pont
pour unir les extremes et devient passerelle pour abolir les distances

-8-
que les oppositions convergent et que la dual i té se transforme en
communion. Pour elle, c'est la poésie, visant a Vessentiel, qui est
surtout capable de creer la fraternité de la parole et de faire
ressortir la terre commune du coeur humain. A la quéte d'une voix
multiple, partagée, de portée universelle, elle déclare: "Le Je^ de la
poésie est a tous / Le Moi de la poésie est plusieurs / Le Tu^ de la
poésie est au pluriel."17 Tout en célébrant la puissance de la parole
comme force de fusion, elle médite aussi sur sa naissance dans une
réfl exion sur la création du poéme qui s'él abore á travers le poéme
lui-méme. Cependant, pour Andrée Chedid, la poésie, ce labeur á la
fois épuisant et exaltant qui fouille les mots et libére la parole du
carean du langage, ne représente jamais l'exil du poete enfermé dans
sa propre oeuvre. Sa poésie chante la parole avant tout comme
véhicule d'un acte de communication qui sert a réduire l'écart entre
l'individu et son prochain, et aussi conme lien qui est en méme temps
instrument de libération.
Chez elle, l'exercice de la parole poétique, cette croyance
absolue aux pouvoirs magiques des mots, va de pair avec un regard
lucide qui sonde les étres et les choses. Sa contemplation, de nature
méditative mais surtout interrogative, trouve son expression dans une
poésie qui soul é ve des questions fondarnental es auxquelles les réponses
restent toujours en suspens. Dire la poésie est un moyen de se inettre
en contact avec l'autre pour le connaitre mais aussi de se mettre en
face des énigmes éternelles dans le but de s£ connaitre. Sel on la
démarche poétique d'Andrée Chedid tout demeure dans la quéte: quéte
d'une parole á partager avec tous, d'une terre coimune qui ne nie pas
les différences mais les concilie, d'un mot indicible, épi logue qui

-9-
recéle des réponses á Tamour, á la mort et á 1 a vie. Ces réponses,
elle les cherche dans une poésie pleine de réserve, écrite dans un
langage épuré et direct, énoncée d'une voix sobre mais aussi familiére
et proche, une poésie oü abondent le tutoiement et l'apostrophe au
lecteur. Refusant la di stanciati on, elle opere pl utot une
identification du sujet parlant avec son interlocuteur, identification
portée a un si haut degré que le moi et le to i se confondent: chez
Andrée Chedid, si le ¿e devient un autre c'est une preuve non pas
d'aliénation mais d'unité. "Je dis," écrit-elle, "Pour étre /
Ensemble."1^ Elle affirme ainsi sa foi dans la puissance de la parole
qui "converge et nous relie,"1^ cherchant toujours á exprimer la trame
secrete de la fraternité humaine. En posant des questions
fondarnental es qui se font écho de poéme en poéme, de poésie en récit,
de roman en piece de théatre, elle nous appelle, en tant que témoins
et participants, a faire avec elle, a travers le texte, la découverte
et l'exercice de la parole. Le poete nous i ni tie au domaine du songe
perpétuel oü le rassemblement des contraires ne demeure pas toujours a
l'état virtuel et oü il est possible d'élever la vie, vécue selon les
contraintes temporelles de 1'anecdote, á 1 'intemporal i té de la
légende.
Les ouvrages dramatiques d'Andrée Chedid sont la continuation et
le prolongement de sa meditation sur la parole. Dans ses deux
premieres pieces, Bérénice d'Egypte et Les Nombres, qui revétent une
dimension mythique par 1'éloignement historique et 1‘inspiration
biblique de leur action, c'est la parole partagée qui fait l'objet de
sa réflexion. Polyphonique et multiple, la voix du peuple s'y fait
entendre, en contrepoint a celles des chefs poli tiques et mil i tai res,

-10-
pour se lamenter sur les souffrances de la multitude et dans le but
d'imposer la volonté de cette méme multitude. Des la quatriéme scene
de Berenice, les voix de quelques représentants de cette multitude
exploitée s'élévent en sourdine, inaudible á tous sauf a la princesse,
pour protester contre l'oppression dont les masses sont victimes sous
le régne du roi tyrannique et depravé Ptolémée Auléte. A la
difference de ces voix qui entonnent leurs plaintes dans l'ombre,
comme en reve, le grondement de la foule citadine d'Alexandrie et des
masses campagnardes, rappelle au mauvais souverain qui avait trahi son
frere, Ptolémée de Chypre, le sort de leur demi-frére Ptolémée
Alexandre, massacré par ses sujets; effrayé, il cede le pouvoir á
Bérénice, sa filie aTnée.
La jeune reine et son mari Archelaos, inaugurant un régne de
justice et de tolérance, désireux de demeurer á l'écoute de leur
peuple, manifestent leur solidarité avec 1ui par le partage de la
parole et la création "des rapports humains et simples" basés sur la
communication.20 Pourtant, cette communion tant souhaitée est vouée á
l'échec par le retour de Ptolémée Auléte qui rentre en possession de
la couronne avec le concours des troupes romaines. De nouveau
baillonnée á la suite du triomphe mil i tai re de ce pére qui scelle la
reprise de la souveraineté par l'assassinat de sa filie, la voix du
peuple ne peut rien pour sauver les jeunes réformateurs qui avaient
affirmé, en 1ui accordant la parole, la dignité et la fraternité
humaines. Ce sera á Néchoude, l'homme-tronc qui parle tout le long de
la piéce avec "la voix souterraine de tous," de quitter Alexandrie
OI
pour répandre le message du "printemps perdu" dont il a été témoin.
Ainsi, l'espoir, 1'amour et la concorde que symbolise le partage de la

-11-
parole se perpétueront grace á sa voix et á celle de l'enfant qui
traversera avec lui "les pays, les sai sons et les ages"22 pour
proelamer l'avénement d'une terre sans haine.
Dans le drame biblique intitulé Les Nombres la voix de la
multitude s'éléve autour de Debora, juge et prophétesse, en faveur de
l'offensive menée par Barak contre le chef ennemi Sisera pour délivrer
les Israélites du joug des Cananéens. Debora, "écartelée entre les
voix contraires"2^ de son peuple et de son coeur, éprouvant une
sympathie profonde pour toute cette masse d'humanité qui l'appelle a
son aide mais fort consciente des horreurs de la guerre, se laisse
entrainer a la tete de l'armée par la force des voix rassemblées de la
foule. Sous la plume de Chedid, la prophétesse, angoissée et
vulnérable, se voit acculée á la violence qu1 elle abhorre et ne
parvient pas a réconcilier la haine qui domine la réalité dont elle
est entourée et l'idéal de paix et d'harinonie qu'elle voudrait tant
instaurer. La parole se partage entre la voix du peuple, exprimant a
Tunisson avec cell es des grands le désir de domination et la soif de
vengeance, et la voix de son for intérieur qui la pousse a "insérer
Dieu dans 1'histoire."2^
Les oppositions qui abondent dans cette piece toute en antitheses
se manifestent sur le plan structurel par la technique des voix en
contrepoint qui mettent ainsi en relief le principe de la dual i té,
voire de la plural i té, sur lequel repose Tessentiel du drame. Dans
la scene intitulée "Les trois femmes" le plateau se découpe en trois
tableaux et la parole passe successivement á Debora et son entourage,
a Jaél, maítresse de Sisera et a la mere de ce chef mil i tai re, femmes
pour qui le Cananéen est respectivement adversaire redoutable,

-12-
amant/ennemi et fils chéri. Leurs voix se font entendre d'abord á
tour de role puis s'enchevétrent pour évoquer 1'image que chacune
s'est faite de lui. L'alternance et ensuite le chevauchement de leurs
paroles entrecroisees font ressortir la difficulté de trancher et
Tambiguíté des apparences qui déchirent Debora, celle qui porte le
titre de juge. Le pendant de cette scene, scene également
polyphonique et jouée sur un dispositif a plusieurs plateaux, se
trouve dans la deuxieme partie de la piece oü la real i té se révéle
tout a fait contraire a ce qu'avaient proclamé les voix feminines du
début: Sisera, vaincu, n'est plus I'ennemi dangereux de Debora mais
plutót l'allié le plus sur qui l'aidera á faire régner une paix
durable; Sisera, victorieux, couvert de gloire, n'existe que dans
1'imagination de sa mere qui ne le reconnait pas tel qu'il est;
Sisera, attendu par Jaél, devient non pas son hóte mais plutót sa
victime.
La juxtaposition des voix met en lumiére un des themes principaux
de la piece en soulignant par les monologues paral leles de deux
représentants des camps ennemis la tragédie et l'ironie de la guerre.
Les propos des deux hérauts qui se suivent et se répondent, proelamant
le méme message de victoire, déclarant la méme volonté d'écraser
1 'adversaire, promettant la méme clémence a Tennemi vaincu,
constituent un partage de la parole qui est l'antipode de la
coirmunication. L'effet des voix, mais aussi des éthiques, en
contrepoint, se crée également par 1'entrecroisement de deux
dialogues, 11 un entre Debora et Barak, Tautre entre deux archers de
1'armée de Sisera, chacun portant sur une question de vie ou de mort.
Les oppositions qui infonnent Les Nombres se résument dans la scéne

-13-
finale par la juxtaposition des voix exprimant le conflit entre le
reel et 1'ideal. Le reve éveillé dans lequel Debora s'enfonce pour
raconter une scene d'amour entre Sisera et Jaél, symbole d'une
alliance solide entre les deux camps auxquels ils appartiennent, se
heurte á la real i té douloureuse: la narration de l'assassinat du
Cananéen par sa maítresse israélite. Désespérée, écoeurée par la
violence humaine, Debora tente d'abattre le palmier sous lequel elle
siege mais, solidaires, les voix et les mains de la foule la
retiennent et la réconcilient á 1'espoir de changer les coeurs.
Dans Le Montreur ce n'est pas par la juxtaposition des voix mais
plutot par celle de la parole et du silence que s'élabore le réseau
structurel qui renferme l'essentiel de la piece. Les propos mi-
prononcés, mi-chantés, d'une voix off qui s'adresse fraternel 1 ement
aux spectateurs les insérent d'emblée dans 1'uni vers du spectacle qui
se déroulera sur l'écran dressé par le Montreur. Faisant echo á cette
citation de Platon qui sert d'épigraphe á deux ouvrages romanesques de
Chedid, la voix invite le public "captif de la toile"2^ a déchiffrer
le drame, a reconnaitre la réalité a travers la fable et á déceler
derriére les silhouettes des pantins le reflet de son propre visage.
A la difference du Montreur toujours silencieux qui suit 1'action de
son regard impénétrable, la voix off, se servant de la puissance
créatrice de la parole, choisit les lettres A, G, N, Z d'oü
proviennent les prénoms de quatre marionnettes qui prennent corps
presque aussitót et se métainorphosent en personnages de chair. Ainsi
transformes d'ombres muettes en protagonistes, Alef, Guim, Noun et
Zeín, exhibant les traits les plus constants de la nature humaine, se

-14-
mettent á interpreter le jeu de la vie, délivrés de l'écran qui les
séparait de leurs pendants parmi les spectateurs.
La dialectique si 1ence/parole est surtout manifesté dans deux
scenes successives vers la fin de la piece, chacune consistant en la
representation simultanee de deux actions, Tune dialoguée et Tautre
mimée. L'expression ainsi partagée, accordée en méme temps á deux
couples distincts, rappel le le dispositif á trois plateaux employe
dans Les Nombres. Cependant, dans Le Montreur le partage de la parole
ne symbolise ni la fraternité, comme dans Bérénice, ni Topposition
comme dans Les Nombres, oü méme si les voix s'entrecroisent la
conmunication est souvent absente, mais accentue pl utót la puissance
expressive du silence. II arri ve parfois que le silence soit plus
lourd de signification que ce qui trouve son expression par le verbe
et que les meditations les plus profondes derneurent muettes. Chaqué
soir le Montreur monte son spectacle: en prenant la parole ses
marionnettes deviennent des etres humains et une fois leur "jeu du
destin" accompli, el les la perdent.2° Done, si Texercice de la
parole va de pair avec la personnal i té et tout ce qu'elle comporte—
Tamour, la volonté de triompher du destin, la soif de domination et
la mort--le mutisme final souligne le retour au domaine des objets,
une fois terminé le jeu de la vie. Cependant, méme s'ils disposent
provisoirement de toutes les ressources du langage, les pantins n'ont
pas découvert la Parole qui prolongerait leur jeu et lui donnerait un
sens. En effet, Vessentiel ne reside pas en ce qu'ils disent. Bien
qu'ils partagent momentanément notre humanité, en fin de compte ce ne
sont que des pantins figurant dans une representation qui constitue la
voie (voix?) dont se sert le Montreur pour communiquer avec nous. Ce

-15-
sont les paroles "vivantes" par lesquelles il s'efforce de nous
transmettre la Parole fondamentale qu'il détient. Incapable de la
prononcer, le Montreur rétablit tout dans sa toi 1e et prepare
l'éternel recommencement du spectacle. II incarne le besoin de
communication qui nous habite tous et la volonté de construiré des
ponts méme quand les paroles résistent. Pourtant, le Montreur
réussira-t-i1 malgré les obstacles á faire passer son message? C'est
a nous de participer á son acte de communication, de déchiffrer son
énigme et d'y trouver une réponse.
Etant donné 1'importance thématique de la parole partagée et la
diversité de ses expressions formelles dans l'oeuvre poétique et
dramatique d'Andrée Chedid, la présente étude se propose d'adopter
cette notion comme point de départ de l'analyse des romans, ceci par
le biais de la voix narrative. Cependant, il faut constater des le
début 1'existence de bien d'autres perspectives sel on lesquelles il
serait possible d'orienter une étude de la production roinanesque
chedidienne. Pour n'en signaler que trois, parmi les plus evidentes,
il suffira de reprendre les premiers mots de la notice biographique
qui sert de préambule a cet essai: Andrée Chedid, femme écrivain
d1origine égypto-1ibanaise d'expression franqaise.
Ainsi, pour ne parler d'abord que de la premiere perspective, on
pourrait sans doute étre amené a considérer les romans d'Andrée Chedid
du point de vue de l'écriture feminine, non pas principalement dans le
but d'en dégager un cóté féministe dépeignant 1'assujettissement de la
femme attachée á revendiquer son emancipation, mais pi utot pour tácher
de dé finir la "féminitude" de l'auteur par l'analyse de son discours
1 ittéraire.^ Dans quelle mesure la parole qu'Andrée Chedid nous

-16-
invite á partager est-elle une "parole de femine?"^ En quoi son
rapport á l'écriture, au langage, au texte et a la real i té qui
s'exprime a travers silences et paroles traduit-il sa situation en
tant que femme? En outre, comment caractériser la féminité d'une voix
poétique ou narrative? Que représente pour une femme l'acte de
prendre l'outil et l'arme de la parole? Y a-t-il une voix et une
mentalité proprement feminines qui se font sentir méme dans des récits
et des romans racontés par des narrateurs masculins, anonymes ou
effaces? En effet, on devrait peut-étre teñir compte du genre de la
voix narrative (ou de sa dépersonnalisation) en analysant le choix du
contenu narratif, la fagon dont il est relate et les reactions
suscitées chez les destinatai res de l'acte de communication. Sel on
Susan Lanser:
Gender-based distinctions have been influential in the
writing and reading of literature and ... also permeate
the structures of narrative; in an androcentric culture
male and female voices are not heard in the same way.
Surely the sex of a narrator is at least as significant a
factor in literary coiiriunication as the narrator's
grammatical person, the presence or absence of direct
address to a reader, or narrative temporality.
Quant aux protagonistes, il est pi utot question de determiner si
l'autonomie et la portée des voix feminines sont comparables a cel les
des voix masculines, car s' i 1 importe de formul er une réponse aussi
compléte que possible á la question "Qui parle?" il faut également
considérer les implications du silence. Qui plus est, il convient de
se demander a quel degré le silence--les trous, les 1 acunes et les
parenthéses--d'un di scours férninin constitue une modification du tissu
linguistique proprement masculin. Bien qu'il soit impossible de
définir carrément une pratique feminine de l'écriture il n'est pas du
tout sans intérét de tenter de découvrir comment l'état d'altérité,

-17-
masculine ou feminine, s'exprime et se trouve mis en valeur a travers
le discours littéraire.
L'oeuvre d'Andrée Chedid, par ailleurs, s'insére non seulement
dans le contexte de l'écriture feminine mais également dans celui de
la littérature proche-orientale d'expression frangaise. L'examen de
ses romans dans cette perspective pourrait surtout aboutir a une étude
comparative qui confronterait les techniques narratives et les themes
typiquement chedidiens avec ceux d'autres romanciers francophones
originaires de la vallée du Nil.^° Une telle optique pourrait aussi
englober une extension de la conception occidentale de la voix
narrative ici marquee par certaines formes traditionnel 1 es et modernes
de la littérature d'expression arabe. Sans pouvoir dans cette
présente étude vraiment examiner cette dimension, cherchant pourtant á
situer l'oeuvre romanesque d'Andrée Chedid par rapport aux tendances
du roman frangais tel qu'il s'écrit depuis la deuxieme guerre
mondiale, il conviendra de considérer par quel les voies elle est
parvenue a contribuer au développement des différentes potential i tés
du récit.
C'est la notion de coexistence paisible et fructueuse, céntrale á
toute son oeuvre, qui servirá dans la présente étude de point de
départ á la discussion de l'art romanesque chedidien. Or, le terme
"brassage" se rapporte non seulement á la diversité culturelle vécue
par 1'auteur mais peut s'appliquer aussi a sa technique narrative,
notaninent á Tamal game de différentes formes qui caractérise la
composition de quelques-uns de ses romans. Certes, en examinant,
voire en parcourant, L'Autre, La Cité ferti 1 e et Nlefertiti et le
reve d'Akhnaton, on constate que Chedid y incorpore parfois des

-18-
morceaux de poésie, redi ge son texte sous forme de dialogues ou de
monologues de type dramatique ou le divise en sections dont les titres
suggérent, soit 1'usage des panneaux ou d'une voix off, soit la
presence d'un rneneur de jeu ou d'un choeur dont la fonction est de
signaler le nom de chaqué scene au cours d'une representation
théatrale. Ces marques, révélatrices d'un melange de genres qui ne
porte que sur les structures textuelles de surface, répondent a une
autre sorte de melange qui releve de la nature mime du di scours
romanesque.
L'expl oration d'une telle question ainéne la reconsideration des
distinctions fondamental es sur lesquelles repose la notion des genres
littéraires. Si, comme on le sait, les cloisons qui les séparent sont
loin d'etre étanches, en quoi consiste le caractére spécifique de
chacun? Dans le cadre de la présente étude nous n'aborderons cette
question énorme que par le biais d'un seul concept, celui du mode
d'énonciation él aboré par Gérard Genette dans son Introduction á
1 'architexte.Sa discussion débute par 1'observation que
Vattribution "aujourd'hui si répandue" de la tripartition des genres
a Aristote et a Platon tient a une erreur fondamentale qui subsiste de
longue date.^ II précise que la division que font les théoriciens
grecs ne constitue pas une différenciation proprement générique qui
aboutirait a la répartition tripartite reconnue depuis des siécles
mais ressort plutot a la diversité des modes de représentation ou
d'énonciation.
Pourtant, la triade qui se dégage des discussions dans la
Poétique et au troisiéme livre de La République, sel on 1 aquel le
l'énonciation est soit réservée au poete, soit alternée, soit réservée

-19-
aux personnages n'est pas sans rapport avec la classification
"traditionnel 1e" des genres sous les étiquettes lyrique, épique ou
dramatique. En effet, la catégorie lyrique se caractérise par la voix
d'un poete qui "constitue le seul sujet d'énonciation, gardant le
monopole du discours sans jamais le ceder a aucun de ses
personnages.Quant au genre dramatique, par contre, celui des
dialogues théatraux, les seules voix qui se font entendre sont cel les
des personnages. Le mode intermediate, propre a l'épopée et á son
avatar "moderne," le roman, comporte le partage de la parole entre
1'auteur (ou piutot le narrateur) et ses personnages.
Etant donné que le roman se rattache a un mode de representation
mixte, il n'est pas inutile de reconsidérer la question du melange des
genres sous un jour different pour teñir compte d'un amalgame qui se
manifesté non seulement en superficie dans des romans renfermant
parfois des morceaux poétiques ou dramatiques mais qui constitue
1'essence merne du discours romanesque. Certes, constater que le récit
ne consiste pas en un seul discours mais en recele au moins deux,
souvent plusieurs, se répartissant en texte(s) de narrateur(s) et
texte(s) de personnage(s) et que ces discours reflétent la synthése du
mode d'énonciation lyrique et du mode dramatique ne représente pas le
fruit d'une réfl exion sur l'art romanesque proprement chedidien.3^
Cependant, ces observations de portée générale sur le roman en tant
que genre littéraire, et qui mettent en lumiére la plural i té
fondamentale des di scours du récit, font ressortir également celle de
la parole partagée et se prétent bien a l'analyse d'un des aspects les
plus intéressants des romans de Chedid, celui de la voix narrative.
La production romanesque de cet écrivain chez qui la coimiunication

-20-
joue un role capital offre un champ tres riche pour 1'étude de la
transmission du message narratif. Sel on Betti na Knapp: "The voice
inhabiting Chedid's novels, poems, and dramas transcends geographic
boundaries; it bears the stamp of universality."35 Pourtant, si,
suivant Knapp, on constate que la voix qui emane des romans chedidiens
est capable d'abolir les distances, temporelles aussi bien que
spatial es, pour nous faire partager ses paroles de fraternité et
d'espoir, comment la caractériser du point de vue de la technique
narrative? A qui cette voix appartient-el 1e? Compte tenu de la
notion de dualité fécondante, a quel degré est-il possible de déceler
les traces d'une polyphonie?
Au chapitre suivant nous considérerons la question de la voix
narrative sous le rapport de la théorie narratologique en s'appuyant
principalement sur le systéme d'analyse exposé par Gérard Genette dans
Figures III. Cette méthode, basée en partie sur une mise au point
utile de quelques-uns des concepts essentiels a l'étude de la voix
narrative tels que les notions de personne et de point de vue, se
préte non seul ement a 1'examen "macroscopique" du texte vu dans son
ensemble mais aussi a 1 'exploration "microscopique" de 1'opposition
des di scours respectifs de narrateur et de personnage 1 aquel le se fait
sentir a 1 'échelie de la phrase. Aprés avoir traité quelques-uns des
problémes touchant á la question fondamentale, "Qui parle?" et a son
coro!1 ai re, "Qui écoute?" nous entreprendrons 1'examen des romans
d'Andrée Chedid se Ion un groupement qui tiendra compte á la fois de
l'ordre chronologique de 1 eur publication et de la complexité
croissante de leur structure narrative. En conclusion, ayant mis en
val eur le réseau de voix qui se font entendre dans ces ouvrages, nous

-21-
étudierons le role du narrataire en tant que destinatal re et témoin de
leurs discours.
Notes
^Andrée Chedid, "Démarche I," Contre-Chant (Paris: Flammarion,
1968), p. 11.
^Charles Bertin, "Andrée Chedid, prix Nessim Habif," Bul letin de
l'Académie Royale de Langue et de Littérature Franqaises, 53 (1975),
p. 17.
Andrée Chedid, Les Marches de sable (Paris: Flammarion, 1981),
p. 149.
^"Huit questions posées a l'auteur," A la rencontre d'Andrée
Chedid . . . (Paris: Flanmarion, 1982), p.~E
4"Huit questions posées á l'auteur," p. 2.
Andrée Chedid, Fraternité de la parole (Paris: F1ammarion,
1976), jaquette du livre.
^"Huit questions posées á l'auteur," p. 2.
^Voir la bibliographie.
^Andrée Chedid, "Chantier du poéme," Cavernes et soleils (Paris:
Flammarion, 1979), p. 29.
^Andrée Chedid, "Discordances," Visage premier (Paris:
Flammarion, 1972), p. 40.
9Andrée Chedid, "L'Ancétre et le futur," Fraternité de la
parole, pp. 40-41.
^Andrée Chedid, "Ta seule vie," Cérémoniale de la violence
(Paris: Flamnarion, 1976), p. 43.
^"L'Etroite peau," titre donné par Chedid á son premier recueil
de nouvelles.
12Andrée Chedid, Théátre I (Paris: Flammarion, 1981), p. 232.
^Chedid, Théátre I, p. 232.
14Andrée Chedid, "Parole," Contre-Chant, p. 56.
^Chedid, Théátre I, p. 233.
16Robert Abirached in Chedid, Théátre I, jaquette du livre.

-22-
^Chedid, Contre-Chant, p. 5.
^Andrée Chedid, "Démarche II," Contre-Chant, p. 29.
19Chedid, Fraterm'té de la parole, jaquette du livre.
^Chedid, Theatre I, p. 8.
“^Chedid, Théatre
I,
pp.
8, no.
22Chedid, Théatre
I,
P-
113.
“^Chedid, Théatre
I,
pp.
121-22.
24Chedid, Théatre
I,
P-
122.
2^Chedid, Théatre
I,
P-
240.
2^Chedid, Théatre
I,
P-
233.
^Renée Linkhorn, "Andrée Chedid: quéte poétique d'une
fraternité," French Review, 58 (1985), 560.
2®Annie Leclerc, Parole de femme (Paris: Grasset, 1974).
2%usan Sniader Lanser, The Narrative Act: Point of View in
Prose Fiction (Princeton: Princeton Univ. Press, 1981), p. 47.
30Auguste Viatte, Histoire comparée des littératures francophones
(Paris: Nathan, 1980), pp. 95-98.
■^Gérard Genette, Introduction a l'architexte (Paris: Seuil,
1979).
^^Genette, p. 11.
â– ^Genette, pp. 39-40.
3^"Texte(s) de narrateur, texte(s) de personnage(s)," voir Gérard
Genette, Nouveau Discours du récit (Paris: Seuil, 1983), p. 9, et
Lubomir DoleSel, Narrative Modes in Czech Literature (Toronto: Univ.
of Toronto Press, 1973), p. 4.
^5Bettina L. Knapp, Andrée Chedid (Amsterdam: Rodopi, 1984),
p. 9.

CHAPITRE II
LA VOIX NARRATIVE: VERS UNE METHODE CRITIQUE
Je te connais, Parole,
Si patieminent construí"te,
Avec tes arceaux
Plus tenaces que nos voix.
Je te salue, Parole,
Délivrée d'etre di te,
Qui nous tire de nous-mémes
Comme cerf hors des bois.
Je te cerne, Parole,
Te veux proie et docile;
Tu muris bleue et libre
Et m‘invente a ton tour.
Par quelle(s) voie(s) le lecteur d'un román regoit-il
11 information narrative? Par quelle(s) voix? Ces questions, des plus
importantes pour 1'analyse des oeuvres romanesques, préoccupent les
théoriciens et les critiques littéraires depuis Platon et Aristote.
El les reí event des notions problématiques de mimesis et de point de
vue qui, certes, ont fait couler beaucoup d'enere au cours des
siécles. Que ces concepts continuent encore aujourd'hui á susciter un
vif intéret se fait sentir dans les écrits de narratologues de langue
frangaise, anglaise et allemande tels que Gérard Genette, Gerald
Prince, Seymour Chatman et Franz Stanzel, pour ne nomner que quelques-
uns.
Dans la consideration de tels problernes e'est 1'étude du
narrateur et de ses masques qui s'impose d'emblée. Cependant, s'il
-23-

-24-
est essentiel de formuler une réponse á la question "Qui parle?" il
faut égalernent en trouver une a son corollaire, "Qui écoute?" car le
texte contient non seulement des traces de Témetteur, celui qui
assume l'acte narratif, mais aussi des indices de son récepteur, le
narrataire. Ces deux interrogations, prises comme point de depart,
servent a mettre en valeur la situation de communication qui sous-tend
la transmission du message narratif. II est utile de rappeler le
schema de la communication verbale elaboré par Roman Jakobson:^
Contexte
Desti nateur Message Desti natai re
Contact
Code
La littérature, comtne toute forme de conmunication verbale, implique
un rapport entre un destinateur et un destinataire, centré sur un
message (le texte) qui sert de champ á leur interaction. Pourtant, á
la différence du modéle jakobsonien, le roman abol it l'unicité des
roles de Témetteur et du récepteur du di scours. Vu la fragmentation
qui caractérise les deux poles, il convient de parler d'une sorte de
voie narrative et il s'impose d'identifier et de définir les
participants á cet acte de communication. Le role du destinateur se
partage entre Tauteur concret, Tauteur impliqué et le narrateur.
Parei 1 1ement, il existe trois "images" du destinataire: le lecteur
O
concret, le lecteur virtuel et le narrataire. Seymour Chatman
représente ainsi la "chaTne" de relations inhérentes a la
conmunication narrative:^

-25-
NARRATIVE TEXT
Real >
author
Impl ied—>(Narrator)—>(Narratee)—>Impl ied
author reader
> Real
reader
Sel on lui, le texte en tant que transaction narrative ne comprend que
deux roles obligatoires et imnanents--1'auteur impliqué et son
pendant, le lecteur virtue!, véhicules de la communication entre
1'auteur et le lecteur concrets. Dans son systeme le couple
narrateur-narrataire figure entre parentheses car il estime leur
presence facultative dans la transmission de 1'information narrative.^
Alors qu'il ne va jamais jusqu'au point de nier leur existence (loin
de la, il lui arrive de l'affirmer carrément), il choisit,
paradoxalement, le terme "nonnarrated" pour indiquer la presence
minimale du narrateur dans son récit. Par consequent, si nous
adoptons ici le schema propose par Chatman pour Videntification des
roles impliques dans Tacte de communication narrative, c'est avec
quel que reserve quant au role de 1‘agent qui se charge de
1'énonciation du message.
Suivant Gerard Genette, qui admet cette repartition des roles du
1ocuteur et du récepteur mais qui ne considere pas 1'auteur impliqué
comme une véritable instance narrative, nous adopterons dans la
présente étude une définition pi utot négative de ce participant á la
transmission du message narratif, du moins en ce qui concerne son role
en tant qu'émetteur du récit. La notion de l'auteur impliqué,
formulée par Wayne Booth et introduite dans The Rhetoric of Fiction,
désignera surtout une sorte de projection littéraire de l'auteur
concret. Il s'agira done d'une image de l'homme ou de la femme

-26-
réel(le) perdue par le lecteur concret a travers son experience du
texte. Autrement dit, 1'auteur impliqué représente dans un sens un
dédoublement de 1'auteur réel qui se crée et se développe dans son
oeuvre, mais dont le point de vue idéologique ne coincide pas
forcément avec celui de l'individu qui s'efface devant 1ui.^ L'auteur
impliqué, construction mentale fondée sur 1'ensemble du texte, ne
s'énonce jamais en tant que voix narrative. Conime ce participant a la
transaction narrative ne s'identifie ni a 1'instance "réelle" qui est
l'auteur concret, ni a 1'instance fictive qui est le narrateur,
Genette le juge "instance fantSme" et déclare sans ambages: "... a
mon sens, la narratologie n'a pas á aller au déla de 1'instance
narrative, et les instances de 11 implied author et de 1'imp!ied reader
se situent clairement dans cet au-dela."8
Le lecteur virtuel est aussi une "image" plutót qu'une instance.
Destinataire possible ou idéal envisagé par le destinateur, le lecteur
virtuel est une structure textuelle dont la ressemblanee avec le
lecteur concret serait tout a fait fortuite. Sel on Wolfgang Iser,
"The concept of the implied reader designates a network of response-
inviting structures, which impel the reader to grasp the text."9 Ce
destinataire imaginé par l'auteur devient done, pour le lecteur réel,
un élément structurant de son acte de lecture. Bien qu'il ne soit pas
impossible que le lecteur virtuel se confonde avec le narrataire, il y
a une distinction essentielle qui les sépare. Tous les deux regoivent
le discours du narrateur mais il n'y a que le narrataire qui arrive a
y faire s'insinuer ses réponses et ainsi sa présence. Le lecteur
virtuel reste toujours une construction mentale, une sorte de r51e
offert au lecteur concret dans son expérience du texte qu'il peut

-27-
choisir d'assumer ou de rejeter, alors que le narrataire, au plus haut
degré d'indi vidual isation, devient un personnage doté de parole.
Pourtant, merne s'il ne jouit pas d'un tel degré de relief, la voix du
narrataire--c'est-á-dire ses réactions, ses questions et ses
réponses--peut se faire entendre indirectement a travers les énoncés
du narrateur.
Ainsi, le couple auteur concret-lecteur concret représentant des
instances extra-textuel1 es et celui const!tué par leur réduplication
dans le texte--l 'auteur impliqué et le lecteur virtuel—étant des
instances fantomes, le champ des réponses possibles aux questions "Qui
parle?" et "Qui écoute?" (ou plutot, "Qui répond?") devient fort
restreint. N'y figurent que les deux instances textuelles
"véritables," narrateur et narrataire. Le noyau de l'acte de
conmunication narrative réside dans la relation je-tu qui les relie.
Dans cette étude, la considération du role du narrateur, celui qui se
charge de l'acte narratif producteur du récit, et qui est, par
conséquent, "toujours constitutif de tout récit"1^ se basera
principal anent sur la théorie narratologique de Gérard Genette,
exposée dans son "Discours du récit," réexaminée et réévaluée dans son
Nouveau Pi scours du récit.^ Les remarques concernant le narrataire,
celui auquel s'adresse le narrateur, se fonderont sur les travaux de
Gerald Prince qui propose une méthode servant á 1'identification et a
la caractérisation de ce récepteur toujours impliqué dans le texte.^
Nous sommes parfaitement consciente qu'un chercheur tel que Paul
Ricoeur pourrait nous reprocher 1'orientation purement formelle de la
présente étude. Pourtant, a notre avis, toute recherche sur les voix
narratives devrait mener le lecteur á évaluer plus précisément

-28-
1'importance accordée, dans 1'oeuvre de Chedid, á la parole partagée,
et ce faisant, ouvrir la voie á 1'interpretation.^
Avant d'entamer la discussion du narrateur, il convient de passer
en revue les bases de 1'analyse genettienne du discours narratif. Son
systéme repose sur la distinction entre les trois elements constituant
ce qu'il appelle "la real i té narrative": 11histoire (le contenu
narratif), le récit (le texte narratif) et la narration (1'acte
narratif producteur du récit).14 II examine les relations qui
s'établissent entre récit et histoire, entre récit et narration et
entre histoire et narration. Comme d'autres critiques structuralistes
tels que Roland Barthes et Tzvetan Todorov, c'est á la linguistique
que Genette puise ses notions de base pour l'analyse littéraire. II
divise son étude du discours narratif en trois categories empruntées á
la grammaire du verbe--1e temps, le mode et la voix—paradigme
essentiellement métaphorique qui met en relation les événements de
Thistoire et le langage de l'acte narratif. L1aspect de "la réalité
narrative" le plus pertinent á la présente étude est évidemment celui
de la narration. L'analyse de la voix narrative dans les romans
d'Andrée Chedid se fera done sel on les idées exposées dans les
discussions du mode et de la voix, catégories qui dépendent des
rapports entre récit et narration et entre narration et histoire. La
narration ne figure pas dans la catégorie du temps, limitée a la
considération des relations ta^porelles entre récit et histoire.
Genette les organise sous les rubriques de 1'ordre (les différentes
formes de discordance entre la chronologie de 1'histoire et celle du
récit), de la durée (les effets de rythrne narratif) et de la fréquence
(les relations de répétition entre 1'histoire et le récit).

-29-
L1auteur du "Discours du récit" aborde le sujet problématique du
point de vue en distinguant nettement, alors que les théoriciens
precedents avaient négligé de le faire, entre le concept de mode, qui
se rattache á la question "Oü est le foyer de perception?" et celui de
voix qui fournit une réponse á la question toute différente "Qui
parle?"^ En opérant cette division il s'appuie sur le fait largement
reconnu que le personnage dont le point de vue détermine la
perspective narrative ne s'identifie pas forcément avec celui qui
accoinplit l'acte narratif. Sous la catégorie du mode il traite la
question de la "regulation de 1'information narrative,vue par les
biais de la perspective et de la distance. Dans sa reflexion sur la
perspective Genette définit trois possibil i tés de focal isation: la
focalisation zero (non-focalisation) du narrateur omniscient, la
focal isation interne (fixe, variable ou multiple) du "récit a point de
vue" qui transmet les pensées et les sentiments d'un ou de plusieurs
personnage(s) dont la conscience filtre le reportage des événements et
la focalisation externe, caractéristique du récit objectif qui
supprime les pensées et les sentiments pour ne rapporter que les
gestes des personnages.
Sous la rubrique de la distance Genette réexamine les notions
classiques de mirnésis et de diégésis et celles, plus récentes, de
showing et de tel 1 ing. II les rejette, adoptant pl utot une
distinction entre le récit de paroles et le récit d'événements, c'nacun
capable de produire une illusion de mirnésis plus ou moins grande sel on
le degré ou la voix et la présence médiatrice du narrateur restent
effacées. Par conséquent, la catégorie du mode n'est pas sans
pertinence pour 1'étude de la voix narrative, car la notion de la

-30-
distance entraine une consideration de la question "Qui parle?"
rapportée au niveau "microscopique" de la phrase. Les trois états du
discours definis par Genette dans sa discussion du récit de paroles
mettent en lumiére une gradation progressive de l'autonomie des
énoncés des personnages par rapport á ceux du narrateur. "Le
discours" du récit se compose en effet d'une pluralité de discours. Y
figurent non seulement le discours narratif qui provient du narrateur
mais aussi les paroles prononcées ou pensées par les personnages et
citées par lui. II importe done d'examiner 1'alternance,
11 enchainement et 1'enchevetreinent du discours du narrateur avec celui
des acteurs et de determiner quel les sortes de relations ces deux
categories du discours entretiennent dans le récit: s'agit-il d'un
effet d'harinonie, de renforcement, d'opposition ou de contradiction?
Bref, comment se combinent-ils pour transmettre le message narratif?
Ainsi, il est question d'une polyphonie non seulement dans le cas
d'un récit tissé des discours de plusieurs narrateurs sitúes au méme
niveau ontologique qui se font entendre en série ou en alternance mais
encore dans le cas d'un récit a un seul narrateur qui peut choisir de
reproduire les discours des personnages et, ce faisant, se taire pour
passer la parole aux participants de l'histoire. Bien sur, le
personnage (á moins qu'il n'entame une histoire au second degré)
n'accede pas au statut du narrateur, mais toujours est-il que sa voix,
si émancipée qu'elle soit du discours du narrateur, peut contribuer a
la production d'un récit polyphonique--pas d'une polyphonie narrative,
mais polyphonique tout de méme.
La notion de la distance sera fondainentale a cette étude de la
voix narrative dans les romans de Chedid. Elle perrnettra de classer

-31-
les narrateurs qui conduisent leurs récits "á la troisiéme personne"
sel on leur degré de perceptibilité. A l'aide de ce concept il sera
possible de determiner a quel degré chacun d1entre eux se partage la
parole. Nous étudierons le di scours du narrateur dans le but de
découvrir s'il a tendance á y insérer un commentaire fait en son
propre nom et a fonction explicative ou idéologique, ou s'il s'en
tient á sa seule fonction obligatoire de narration. II faudra
également mesurer jusqu'á quel point son discours s'oriente vers le
narrataire, assumant done une fonction de communication, et a quel
degré il met en relief la fonction de régie, son role comme présence
organisatrice dans le récit. Par contre, s'il reste efface, quelles
seront les marques qui permettent au lecteur de déceler sa présence?
Par quels indices le je^ du sujet parlant se révéle-t-il? Quant á la
perspective adoptée, est-ce que le narrateur s'impose les restrictions
du champ impliquées par la focalisation rigoureusement interne ou
externe ou est-ce qu'il exerce le privilege de 1'omniscience de la
non-focalisation? Combien de crédibilité est-ce que l'on peut
accorder au discours énoncé par sa voix? Est-il digne de confiance?
En trouvant des réponses a ces questions et a d'autres qui se
formeront au cours de 1'analyse, l'on pourra ébaucher un portrait de
celui qui accomplit l'acte narratif producteur du récit.
Sous la catégorie de la voix Genette examine cet acte narratif du
point de vue du temps de la narration, des niveaux narratifs et des
relations de "personne." A l'aide des concepts exposés dans cette
discussion tripartite, le portrait du narrateur entamé sel on 1'optique
microscopique suggérée par la notion de distance se complétera sel on
une optique plutot inacroscopique, celle de la structure et de la

-32-
technique narratives du récit. Les criteres se rattachant á la voix
s'appliquent a l'étude de toute situation narrative mais semblent
convenir surtout á la complexité des romans dans lesquels la narration
se fait á double ou á triple voix ou dans lesquels le narrateur semble
changer de statut par un changement de "personne." Pour bien préciser
les notions qui serviront de point de depart a la caractérisation de
la voix narrative et á 1'examination de son emploi dans les romans
chedidiens, il est nécessaire de considérer de plus prés les
distinctions proposées par Gerard Genette sous les rubriques de la
voix et du mode.
Le temps de la narration, premiere question abordée dans la
discussion de la voix, implique une conception de la distance
différente de celle introduite sous la catégorie du mode. Le rapport
dont il s'agit n'est plus cel ui qui existe entre narration et récit
(le degré oü la voix du narrateur se fait dominante) mais concerne
pl utót la relation tanporelle entre narration et histoire. Le plus
souvent, l'instance narrative est ultérieure aux événements rapportés
par le narrateur. Le degré de distance qui les sépare, sans aucun
besoin d'etre spécifié, peut rester constant ou bien peut s'amenuiser
gradué! 1 ement pour aboutir á un point de convergence. L'effet de
cette sorte d'isotopie teinporelle se fait sentir, par exemple, dans
l'épilogue au présent d'un roman narré "a la troisiéme personne" et il
crée 1'impression que le narrateur, si invisible et anonyme qu'il
soit, a "participé" en tant que témoin á Taction qu'il raconte. Un
tel narrateur qui se révéle contemporain-concitoyen de ses personnages
fait flotter, fut-ce tres légérement, la frontiére entre Tabsence et
la présence du narrateur comme personnage de son histoire, ce qui

-33-
représente encore une autre manifestation de la "distance." Dans un
roman narré "a la premiere personne" le méme effet de convergence
temporelle de récit et histoire se produit lorsque 1e je du
protagoniste vient rejoindre celui du narrateur et s'y confond.
L'écart d'áge, d‘information et d'expérience qui les séparait s'abolit
pour conduire a la fusion des deux "personnages" de la premiere
personne, le je-narrant et le je-narré.
Si la narration ultérieure est de loin la forme la plus répandue,
cel le qui precede les événements de 1'histoire a connu un emploi bien
plus restreint. Appelée par Genette la narration antérieure, elle est
le propre du récit prédictif ou prophétique. Dans le cas de la
narration simultanée, l'acte narratif est contemporain de 1'action de
1'histoire. C'est la forme caractéristique du monologue intérieur
d'un narrateur qui fait sa relation "a la premiere personne." Dans le
récit d'un narrateur qui parle "a la troisiéme personne" la présence
d'une narration simultanée suggére, tout comme celle d'un épi logue au
présent, la participation du narrateur comme personnage-observateur de
Taction, méme si le ¿e du témoin ne se fait jamais entendre dans le
récit.
Le quatriéme type de relation temporelle entre récit et
narration, celle de la narration intercalée, consiste en une
muí tip1 icité d'instances narratives enchevetrées entre les moments de
Taction. Cette forme, dont Texemple canonique est le roman
épistolaire, se distingue par sa complexité due au léger décalage
temporel entre personnage et narrateur, Tévénement et l'acte de le
narrer.

-34-
La distance tempore! le n'est pas !a seule qui puisse séparer le
narrateur de 1'action qu'il rapporte et des personnages qu'il décrit.
II est aussi question d'une distance spatiale (vis-a-vis des
événements de l'histoire), intel 1 ectuel 1 e, morale ou idéologique (par
rapport aux personnages). Bien que de tel les considerations n'entrent
pas en jeu dans le systeme rigoureuseinent technique elaboré par
Genette, il semble essentiel d'en teñir compte dans la présente étude
pour bien cerner la question complexe de la voix narrative.
A la difference de la catégorie du temps qui repose sur la
relation entre narration et histoire, celle du niveau narratif
s'élabore suivant les rapports entre narration et récit. Genette
explique ainsi le fondement de son systeme: "Tout événement raconté
par un récit est a un niveau diégétique immédiatement supérieur á
celui oü se situé l'acte narratif producteur de ce récit."17 Le
narrateur au niveau primaire, baptisé "extradiégétique," raconte une
histoire qui figure au niveau "diégétique" ou "intradiégétique." S'il
arri ve a un des acteurs de son histoire de prendre la parole pour se
faire narrateur a son tour, ce personnage devient narrateur
intradiégétique d'un récit "métadiégétique" et peut avoir comme
narrataire, par exemple dans le cas de des Grieux dans Manon Lescaut,
le narrateur extradiégétique, présent comme personnage dans le récit
qu'il narre. Parei 11ement, si, au cours du récit qui se situé au
niveau métadiégétique, l'un des personnages entame une histoire au
troisiéme degré, il assume le role du narrateur métadiégétique d'un
récit méta-métadiégétique, et ainsi de suite. Done, les personnages á
chaqué niveau sont des narrateurs virtue!s, capables d'ajouter un
autre "étage" a "l'édifice" narratif dont la "hauteur" est en principe

-35-
ill imitée. A tout niveau de narration on trouve une reduplication de
la relation destinateur-destinataire car pour chaqué narrateur il
existe un (ou des) narrataire(s) qui occupent le merne niveau
diégétique que lui.
Au sujet de cet ernboiternent potentiel 1 ement infini de narrateurs
et de récits, ce sont les relations de subordination et de dépendance
qui se créent entre les niveaux narratifs qu'il faut surtout examiner
dans le but de determiner leurs implications pour la voix narrative.
D'une telle hiérarchisation des narrateurs s'ensuit une sorte de
fi 1trage des voix narratives qui se font entendre a tout niveau
"inséré," car le narrateur au degré inférieur a toujours la
possibilité de presenter á sa guise le personnage auquel il va passer
la parole. Il jouit d'une position de domination et d'autorité par
rapport á celle occupée par le narrateur qu'il a "engendré," car il
peut á tout moment intervenir pour reprendre le privilege narratif.
Qui plus est, il a la capacité de déterminer non seul ement la durée du
récit emboíté mais aussi la fa$on dont ce récit sera re$u par le
lecteur. Par sa caractérisation du locuteur en tant que personnage le
narrateur au niveau précédent est capable á un certain degré
d'éveiller chez le lecteur une réaction de sympathie, de scepticisme
ou méme de méfiance envers celui á qui il a choisi de passer la
parole. Bref, il peut diminuer la puissance de cette voix toujours
subordonnée qui résonne a travers la sienne en insinuant qu'elle n'est
pas digne de confiance.
La perspective purement narratologique de Gérard Genette exclut
la considération de toute question touchant a la véracité du
narrateur. Cependant, une telle dimension semble s'imposer a la

-36-
présente étude de la voix narrative par son importance capí tale dans
la determination de la portée de cette voix et de son efficacité dans
son role de faire passer le message narratif. Sel on Seymour Chatman,
"What makes a narrator unreliable is that his values diverge
strikingly from that [sic] of the implied author's [sic]; that is, the
rest of the narrati ve--'the norm of the work'--confl icts with the
narrator's presentation, and we become suspicious of his sincerity or
competence to tell the 'true version.'"^ Plus précisément, un
narrateur peut sembler indigne de notre confiance á cause d'une
déformation voulue de la vérité ou bien parce qu'il ignore certains
aspects essentiels de l'histoire. Done, il finit par en présenter une
version défectueuse non pas par artifice, par exemple dans le but de
manipuler les réactions de son (ses) narrataire(s), mais pi utot par
mégarde, a cause du caractére naif ou incomplet de son information ou
de ses perceptions. Le degré oü le narrateur est conscient de son
role de destinateur dans un acte de communication et conscient,
surtout, de la présence d'un auditoire peut aussi fournir une
indication de la crédibilité de son récit. Toute trace d'un narrateur
conscient de lui-méme laisse deviner la possibil i té qu'il opere, par
une composition bien orchestrée, une perversion de la vérité pour
produire dans son narrataire l'effet qu'il désire.
La véracité du narrateur se trouve mise en question le plus
sou vent dans le cas d'une narration conduite "a la premiere personne."
Pourtant, quelle est la base théorique qui sous-tend l'emploi d'un
pronom de la premiere ou de la troisiéme personne? Ce sont justement
les relations de "personne" qui constituent le troisiéme aspect de la
voix considéré par Genette. II rejette 1 'imprécision de la tendance

-37-
traditionnel1e qui adopte toujours la personne grammaticale comme
critére de base pour la classification du narrateur. Sel on lui, le
narrateur en tant que sujet de son énonciation est toujours present
dans son récit "á la premiere personne." Méme s'il choisit de ne pas
se le pennettre, il est capable a tout instant d'y intervenir en se
désignant par la forme je. Genette declare: "La vraie question est de
savoir si le narrateur a ou non Toccasion d1 employer la premiere
personne pour designer Tun de ses personnages."^ II cree une
nouvelle termino!ogie pour remplacer celle de la narration "á la
premiere" ou "á la troisiéme personne" qui implique une
differencial on illusoire car, comme il dit, le narrateur "ne peut
étre dans son récit, comme tout sujet de Vénonciation dans son
énoncé, qu'a la 'premiere personne1. . . ."^ II propose les termes
"hétérodiégétique" et "homodiégétique" pour décrire, respectivement,
le narrateur absent comme personnage de Vhistoire qu'il raconte et
celui qui participe a Taction en tant que témoin ou personnage
secondaire. II reserve la sous-catégorie du narrateur
"autodiégétique" pour celui qui figure comme protagoniste dans
Thistoire qu'il relate.
Se rattachent au statut du narrateur homodiégétique non seulement
la question de sa véracité mais aussi celle de la limitation de son
champ de perception et de connaissance. Le narrateur homodiégétique
ne peut exercer la focalisation interne que sur lui-méme. En paríant
des autres personnages il doit s'en teñir á la focalisation externe et
dans sa relation des événements il est obligé de se borner á ceux dont
il a été témoin ou dont il a entendu parler. Par contre, le narrateur
hétérodiégétique peut choisir de renoncer á son omniscience en

-38-
s'imposant les restrictions qu'impl iquent la focal isation interne fixe
ou la focalisation rigoureusement externe, mais toujours est-il que le
privilege de la non-focal isation lui est pleinement pennis. Alors, il
n'existe aucune nécessité pour lui de rendre compte des sources de son
information ou de limiter sa presentation des pensées et des
sentiments de ses personnages.
Dans le cas du narrateur homodiégétique (surtout autodiégétique),
dont l'acte narratif est ultérieur aux événements de l'histoire, il
existe un écart--d'age, bien sur, mais aussi d'information et
d'expérience—entre le je-narrant et le je-narré. Le narrateur n'est
plus ce qu'il était, et méme s'il decide pour les besoins esthétiques
de son roman d'adopter entiérement la perspective du je-acteur, la
difference n'est pas abolie, elle est seulement masquée. Ainsi
l'unité apparente, suggérée par Tempioi du j_e pour designer ces deux
"personnes," recele une dualité fondamentale: dissimulé sous le je se
trouve un _ij_ subreptice.21 La mise en relief de cette notion aboutit
á la dissociation partielle du je-sujet de Ténonciation d'avec le je-
sujet de Ténoncé. Il s'agit d'une autre de ces situations
frontaliéres qui suggérent une gradation progressive pl utót qu'une
demarcation absolue entre la narration homodiégétique et
hétérodiégétique, car le narrateur se désigne tantot par je, tantót
par _il_. Porté a son plus haut degré, la distanciation devient totale:
dans une "autobiographic hétérodiégétique" telle que The Education
of Henry Adams, le narrateur parle de lui-méme (ou plutot, de cet étre
qu'il a été jadis) toujours a la troisiéme personne.22 Parmi les
explications possibles de Tempi oi d'un tel procédé Ton a proposé
que cette dissociation fictive entre narrateur et personnage est la

marque d'une distance ironique, par example dans le cas du livre de
Henry Adams, d'un immense orguei 1 comme dans les Commentarii de
bel 1 o gal 1 ico de César oü 1'auteur se voit avec la distance de
l'histoire, ou d'une humilité profonde, celle des auteurs des mémoires
religieux anciens qui se nomnent "Serviteur de Dieu" en se considérant
avec la distance éternelle du regard du Seigneur.^ En ce qui
concerne la catégorie de romans tels que Les Marches de sable de
Chedid, La Route des Flandres de Claude Simon et The History of Henry
Esmond, Esq, de William Thackeray ou, au lieu de la suppression total e
de la premiere personne, il y a une alternance je/i 1, on doit ticher
de découvrir jusqu'a quel point elle représente une "tension entre
l'identité et la différence."24 Pour déterminer les implications qu'a
une telle alternance pour la voix narrative il sera nécessaire
d'examiner les effets créés par le flottement entre narrateur et
personnage qui en résulte. II faudra également reconsidérer la
question de la polyphonie pour savoir si le changement de personne
grammaticale peut signifier aussi un changement de sujet parlant.
Les notions de distance et d'identité s'appliquent non seulement
sur le plan des relations de "personne" entre narrateur et personnage
mai s aussi sur celui de leurs di scours. Dans la section de son
"Discours du récit" consacrée au mode, Genette établit une distinction
entre le récit de paroles et le récit d'événements qui découle de son
assertion que ". . . la mimésis verbale ne peut étre que rnimésis du
o r
verbe." Alors que dans le récit d'événements il ne peut y avoir
qu'une illusion de mimésis, portée a son plus haut degré par "un
maximum d'information et un minimum d'informateur,"^ dans le cas du
récit de paroles, capable de mimésis, il distingue trois inodes de

-40-
reproduction du di scours et de 1 a pensée des personnages. La forme la
plus réductrice et, par consequent, la moins miinétique, s'appelle le
discours narrativisé. Le narrateur fait entendre son propre discours
aux dépens des paroles de ses personnages, interprétées, condensées et
transformées par lui en "événement" rapporté. Par un effet
dlllhomogénéisation11 le du narrateur se fait dominant, méme s'il
s'abstient rigoureusement d'intervenir dans son récit pour parler en
son propre nom. Le di scours narrativisé qui représente le plus de
médiatisation du di scours du personnage par le narrateur se situé done
au péle diégétique. Sel on Tzvetan Todorov, la source de ce mode
diégétique de la "narration" dans lequel le narrateur s'accorde le
monopole de la parole est la chronique.^
A mi-chemin entre la diégésis et la mimésis se trouve le discours
transposé dans lequel les paroles pensées ou prononcées du personnage
viennent s'infiltrer dans le discours du narrateur. Cette forme
mixte, marquée á un certain degré par la présence médiatrice du
narrateur, permet au di scours du personnage de ressortir avec un peu
plus de relief mais de fagon toujours indirecte. Cependant, rien ne
garantit que les paroles choisies par le narrateur pour le transmettre
soient celles "réel 1ement" prononcées ou pensées par le personnage.
Le style indirect libre, variante du discours transposé, se
caractérise par une capacité mimétique supérieure a celle de
l'indirect régi mais inférieure á celle de la citation directe. Bien
que la présence du narrateur se fasse moins évi dente par la
suppression du verbe déclaratif et l'absence de la conjonction de
subordination que, qui introduisent le discours du personnage dans la
forme indirecte régie, elle est toujours sensible dans la syntaxe méme

-41-
de la phrase. Les pronoms de la troisiéme personne et la concordance
des temps (imparfait/présent du condi tionnel), marques de la
perspective syntactique du narrateur, indiquent qu'il opere une sorte
de filtrage du di scours du personnage á travers sa propre
"gramnaire."
Pourtant, le point de vue qui oriente le di scours du personnage
est loin d'etre supprimé. Le di scours indirect libre approche de
l'autonomie de la citation directe par la possibil i té qu'il offre
d'une traduction plus fidéle de l'idiolecte du personnage, par
1'inversion des interrogatives, par la presence des traits expressifs
et interjectifs et par l'emploi des deictiques se rapportant á la
situation spatiale et temporelle du personnage. Ainsi, cette forme
consiste en une sorte de "voix double" qui resulte de ce melange du
discours du narrateur avec celui du personnage.^ La dualité,
manifestation d'une polyphonie subtile et delicate, si l'on veut, peut
indiquer d'une part un haut degré d'identification et de sympathie
entre narrateur et personnage qui suggére non pas la "vision avec"
d'une perspective partagée mais plutot une sorte de "pensée avec." La
superposition, voire la fusion des deux discours représente la parole
vraiinent et intimement partagée entre un narrateur qui se révéle par
la perspective syntactique qu'il impose et un personnage qui contribue
sa perspective subjective. D'autre part, l'emploi du style indirect
libre peut étre le véhicule d'un commentaire ironique qui met en
relief la distance séparant narrateur et personnage.
La véritable emancipation du discours du personnage ne se réalise
que dans le discours rapporté, libéré de la présence médiatrice du
narrateur. Situé au pole mimétique, il consiste en la transcription

-42-
des paroles directes des personnages en forme de dialogue ou de
monologue prononcé ou intérieur. Sel on Todorov, l'origine de ce mode
de reproduction narrati ve est le drame.^ L'autonomie de la citation
qui rappel le les procédés de Técriture théltrale cree l'illusion que
le di scours du personnage n'est méme pas "rapporté" mais pergu
"directement" par le lecteur. La médiatisation qui pendant longtemps
a été le propre du genre romanesque est absente. Le narrateur
s'efface, feint de disparaitre, pour ceder la parole á ses
personnages. Cependant, la présence des formules attributives indique
qu'il ne garde pas entiérement le "silence." Or, méme ces derniéres
traces de sa fonction organisatrice sont abolies dans la forme que
Genette baptise "discours immédiat," encore plus ressemblant á la
technique dramatique car il n'y reste plus aucune indication de
1'instance narrative.^ Dans le cas de ce di scours direct libre la
parole passe d'emblée au personnage qui semble se substituer au
narrateur. Avec un tel degré d'émancipation du di scours du personnage
les frontiéres--entre personnage et narrateur et entre genre
romanesque et genre dramatique--flottent et disparaissent.
Ayant passé en revue les trois états du discours presentes par
Genette, il est utile de considérer la question du degré de la
présence du narrateur d'une optique un peu moins restreinte, celle de
OI
Seymour Chatman. 1 Le théoricien américain décrit cette présence (qui
implique aussi le degré oü la voix proprement narrative se fait
entendre dans le récit) comme minimale (nonnarrated), implicite
(covert) ou explicite (overt) et spécifie les caractéristiques
générales de chaqué catégorie. Dans le récit qu'il a la tendance
malheureuse d'appeler "non-narré," pour indiquer 1 'effacement mais non

-43-
pas la di span'ti on du narrateur, le role de ce dernier se limite á la
transmission du discours des personnages. II devient le scribe ou le
rédacteur qui se charge de recopier ce di scours (exprimé dans des
documents tels que lettres ou journaux intimes) ou de le transcrire
(quand il s'agit de paroles prononcées ou pensées). Cependant, méme
s'il ne "parle" pas, ce narrateur est loin d'etre absent. Sa presence
peut se faire sentir dans la transcription méme du di scours des
acteurs, car c'est lui qui impose les introductions décl arati ves, la
ponctuation et l'emploi de l'italique et des majuscules. Dans le
récit d'événements, cette présence se réduit également au strict
minimum mais ne va pas jusqu'a 1'abdication de tout controle suggérée
par la notion d'une "carnéra." Le narrateur adopte la focalisation
externe en rapportant Taction dans un di scours dépouillé autant que
possible des marques d'interprétation et devaluation. Pour reprendre
le concept genettien de mimésis, le récit d'événements d'un narrateur
qui s'efface a un tel degré représente "un maximum d'information" et
"un minimum d'informateur."
La présence du narrateur implicite (covert), situé a mi-chemin
entre mimésis et diégésis, se fait sentir par la transposition des
paroles du personnage au di scours indirect régi ou á travers la "voix
double" du style indirect libre. La notion de la parole partagée
ayant déja été abordée, nous passerons au pole de la diégésis, domaine
du narrateur expl icite (overt). Pamii les indices de sa présence
identifiés par Chatman on trouve: 1) la description du cadre, 2) la
"présentation" d'un personnage qui entre en scene pour la premiere
fois, 3) le sommaire temporel qui révéle la médiatisation de la
présence organisatrice du narrateur (a la différence de la scene,

-44-
surtout dialoguée, procede théátral perinettant un haut degré de
mimesis), et 4) le sommaire spatial, par exemple le panorama, qui met
en relief la position privilégiée qu'occupe le narrateur. Le
narrateur se met encore plus en evidence 5) par la transmission des
paroles qu'un personnage n'a pas prononcées ni pensées et 6) par les
différentes formes de cornmentaire, impl icite ou explicite, y compris
1'affirmation de la crédibilité de son histoire ou I'assertion de sa
propre véracité comme narrateur, les jugements, les interpretations,
les generalisations et surtout le discours métanarratif, "discours
dans lequel le narrateur se prononce dans le récit sur le récit."^^
Ce faisant le narrateur semble vi ser á la destruction de tout effet
mimétique pour mettre en valeur l'art et l'artifice de l'acte
narratif. Son emploi d'un di scours métanarratif revele un haut degré
de conscience de son role comme sujet parlant, producteur du texte et
destinateur du message narratif. Aussi sa véracité comme narrateur se
voit-elle remise en question et le role du narrataire, allocutaire
actif ou passif de son di scours, assume-t-il une importance capitale.
La présence d'au moins un narrataire est impliquée par tout acte
narratif car, sel on Genette, . . un récit, comme tout di scours,
s'adresse nécessairement a quel qu'un, et contient toujours en creux
l'appel au destinataire."^^ Quant au statut textuel du narrataire, il
explique: "Comme le narrateur, le narrataire est un des éléments de la
situation narrative, et il se place nécessairement au méme niveau
diégétique; c'est-a-dire qu'il ne se confond pas plus a priori avec le
lecteur (méme virtuel) que le narrateur ne se confond nécessairement
avec 1'auteur."34 Ainsi la notion genettienne du destinataire,
adoptée ici sans réserve, exclut toute approche historique,

-45-
biographique ou sociologique concernant soit les lecteurs
spécifiquement vises par l'auteur concret, soit le public contemporain
de cet auteur. Ni lecteur reel, ni lecteur virtuel, le narrataire
assume-t-il done quel que role dans le monde de l'histoire? En effet,
il peut étre un personnage qui posséde une voix bien perceptible,
comme le marquis de Renoncourt dans Manon Lescaut, narrateur de ses
propres mémoires et narrataire du récit de des Grieux. En revanche,
il peut aussi se manifester comme une presence en creux avec une voix
qui ne se fait entendre qu'indirectement, a travers les énoncés du
narrateur, comme celle de 1'interlocuteur de Jean-Baptiste Clamence
dans La Chute.
Pareil au narrateur, le narrataire peut s'effacer á tel point que
la narration elle-méme représente presque la seule trace de sa
presence, ou bien, tout comme lui, il peut avoir une "personnali té"
fortement développée et individual isée. Qu1 elle soit perceptible a un
tres haut degré ou presque totalement effacée, par quels signes le
lecteur devine-t-il sa présence? Quel les en sont les marques? S'il
ne s'agit pas d'un narrataire-personnage, il faut les découvrir dans
le discours du narrateur. Gerald Prince identifie quelques indices
par lesquels s'implique la présence du narrataire.^ Parmi les
"signaux du narrataire" qui se dégagent du discours du narrateur il
inclut: 1) les références directes ("lecteur," "mon ami" ou les
pronoms et les formes verbales de la deuxieme personnel, 2) les
pronoms inclusifs ou indéfinis ("nous," "on"), 3) les questions ou les
pseudo-questions adressées au narrataire ou bien formulées par lui et
répétées dans le discours de son 1ocuteur, 4) les négations (en tant
que réponse aux questions du narrataire ou contradiction de ses

-46-
opinions, 5) les termes á valeur demonstrative qui renvoient non pas á
un element antérieur ou ultérieur du récit mais á un hors-texte connu
par le narrateur et son narrataire, 6) les comparaisons et les
analogies (car el les fournissent des indications sur l'univers
familier au narrataire) et 7) les "surjustifications," des
explications métanarratives adressées au narrataire d'oü se dégage
quelque idee de sa personnali té, quoique de fa$on assez indirecte.
Ces signaux servent non seulement a indiquer la présence du
narrataire mais encore á esquisser son portrait. Pour facilitar la
caractérisation des narrataires Prince définit un degré zéro qui
permet de les décrire tous en fonction des mémes categories et ainsi
de voir jusqu'a quel point Tun d'entre eux se conforme ou se
différencie du modele.^ Briévement, au degré zéro, du cóté positif,
le narrataire 1) connaít la langue et 1e(s) langage(s) du narrateur,
ce qui implique la compréhension de la graimiaire et des dénotations
mais non pas celle des connotations, 2) posséde certaines facultés de
raisonnement qui 1 ui permettent de sai sir les présuppositions et les
conséquences d'une phrase ou d'une serie de phrases, 3) sait ce qui
constitue un récit et 4) peut reteñir tout ce que le narrateur 1 ui
fait savoir. Du coté négatif, 5) il ne peut suivre le récit que dans
sa progression linéaire, 6) il n'a ni personnali té ni caractéristiques
sociales, 7) il ne connait ni les personnages ni les événements
racontés, ni les conventions qui régnent dans le monde de Thistoire
ou dans tout autre monde et 8) il n'a aucune connaissance d'autres
textes, aucune expérience du monde, aucune capacité de discerner les
liens de causal i té implicite et aucune compétence d'organiser le récit
selon les codes de lecture élaborés par Roland Barthes dans S/1.

-47-
La notion de distance, element essentiel dans 1'étude du
narrateur, convient aussi a celle du narrataire. II est nécessaire de
determiner quelle distance--morale, intel 1ectuel 1 e, spatiale aussi
bien que temporel 1 e--le separe du narrateur, des personnages et de
Thistoire. Bien sur, il faut considérer non seulement le degré oü sa
presence se fait sentir dans le discours du narrateur mais encore les
différentes fonctions que peut assumer cette presence.
Comme la notion de la voix narrative implique toujours
1'existence d'un narrateur, ce sera la considération du role de ce
participant a l'acte de communication narrative qui servirá comme
point de depart a la présente étude. A Tai de des concepts du mode et
de la voix élaborés par Gérard Genette il sera possible de déterminer
a quel degré sa présence se manifesté dans son récit, la perspective
sel on 1 aquel le s'oriente ce récit et la distance qui sépare le sujet
pari ant de Thistoire, des personnages et du narrataire. Nous
examinerons la question de la plural i té et de la hiérarchisation des
narrateurs et celle du degré oü le di scours du personnage se libére de
celui du narrateur pour découvrir jusqu'a quel point s'applique la
notion de la parole partagée. Nous incorporerons une conception de la
distance tenant compte de la frontiére fixe ou flottante qui existe
non seulement entre les "personnes" du narrateur homodiégétique et
entre narrateur et personnage mais aussi entre leurs di scours.
L'analyse de ces deux di scours fondamentaux, constitutes de tout
récit, aboutira a la formulation d'une réponse a la question la plus
pertinente a l'étude de la voix narrative: "Qui parle?"

-48-
Notes
^Andrée Chedid, "Parole," Contre-Chant (Pan’s: Flammarion, 1968),
p. 56.
2Roman Jakobson, "Closing Statement: Linguistics and Poetics," in
Style in Language, ed. Thomas A. Sebeok (Cambridge Mass.: MIT Press,
i960), p. 353.
^Gérard Genette, Nouveau Discours du récit (Paris: Seuil, 1983),
pp. 94-104. Nous adopterons dans la presente etude les equivalents
genettiens de 11 imp 1ied author (auteur impliqué) et de 1'imp!ied
reader (lecteur virtuel).
^Seymour Chatman, Story and Discourse: Narrative Structure in
Fiction and Film (Ithaca, N.Y.: Cornell Univ. Press, 1978), p. 151.
^Chatman, pp. 31, 151.
^Chatman, pp. 146-47.
^Wayne C. Booth, The Rhetoric of Fiction (Chicago: Univ. of
Chicago Press, 1951), p. 73.
^Genette, Nouveau Pi scours du récit, pp. 100, 94.
^Wolfgang Iser, The Act of Reading: A Theory of Aesthetic
Response (Baltimore: The Johns Hopkins Univ. Press, 1978), p. 34.
l°Jaap Lintvelt, Essai de typologie narrative: 1e "point de vue"
(Paris: José Corti, 1981), p. 26.
^Gerard Genette, "Discours du récit," in Figures III (Paris:
Seuil, 1972), pp. 66-273.
Gérard Genette, Nouveau Discours du récit (Paris: Seuil,
1983).
^Gerald Prince, "Notes Toward a Categorization of Fictional
'Narratees,1" Genre, 4, No. 1 (1971), 100-06.
Gerald Prince, "On Readers and Listeners in Narrative,"
Neophilologus, 55, No. 2 (1971), 117-22.
Gera!d Prince, "Introduction a 1'étude du narrataire,"
Poétique, 14 (1973), pp. 177-96.
Gerald Prince, Narratology: The Form and Functioning of
Narrative (Berlin: Mouton, 1982), pp. 16-26.
^Voir Paul Ricoeur, Temps et récit, II (Paris: Seuil, 1984), pp.
84-88.
^Genette, Figures III, p. 72.
^Genette, Nouveau Pi scours du récit, p. 43.

-49-
^Genette, Figures III, p. 184.
^Genette, Figures III, p. 238.
^Chatman, p. 149.
19Genette, Figures III, p. 252.
20Genette, Figures III, p. 252.
01 .
^Mean Rousset, Narcisse romancier: essai sur la premiere
personne dans le roman (Paris: José Corti, 1973), p. 23.
OO .
c 23Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique (Paris: Seuil,
1975), pp. 16-17.
Pd
^Philippe Lejeune, Je est un autre: 1 autobiographie de la
littérature aux medias (Paris: Seuil, 1980), p. 39.
25Genette, Figures III, pp. 185-86.
^Genette, Figures III, p. 187.
PI
^'Tzvetan Todorov, "Les Categories du récit littéraire,"
Communications, 8 (1966), pp. 143-44.
23Roy Pascal, The Dual Voice: Free Indirect Speech and Its
Functioning in the Nineteenth-Century European Novel (Totowa, N.J.
Rowman and Littlefield, 1977 ).
29Todorov, pp. 143-44.
30Genette, Figures III, pp. 193-94.
â– ^Chatman, pp. 66-253.
32Lintvelt, pp. 61-62.
33Genette, Figures III, p. 266.
â– ^Genette, Fi gures III, p. 265.
35Prince, "Introduction a l'étude du narrataire," pp. 182-87.
36Prince, "Introduction á l'étude du narrataire," pp. 179-82.

CHAPITRE III
DU SOMME IL DELIVRE AU SURVIVANT:
ETAPES D 'UNE METAMORPHOSE
Si ton seuil est sans verrous
Perdant ta voix tu la retrouves
Tu parleras dans chaqué visage
L'écho traversera 1‘impasse
Et dissoudra tous les écrans.
Le concept de l'abolition des différentes formes de distance qui
tendent á séparer les humains et son corollaire, la notion de la
parole partagée, s'élaborent a travers l'oeuvre entiére d'Andrée
Chedid. Dans ce chapitre et celui qui suit, consacrés á 1'étude de la
production romanesque de 1'auteur, nous examinerons le développement
de ces idees non pas seulement au niveau thématique mais aussi, et
surtout, au niveau de la technique narrative. A l'aide des theories
formulées par Gérard Genette et d'autres narratologues, nous nous
proposerons d'abord de determiner comment et jusqu'á quel point ces
deux aspects fondamentaux de l'oeuvre chedidienne caractérisent la
dynamique et les ambiguTtés de la voix narrative dans Le Sommeil
délivré, Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant. Suivant la
distinction genettienne des trois elements constituant "la real i té
narrative,"c nous commencerons par étudier ces ouvrages sous 1'angle
de la catégorie de l'histoire pour mettre briévement en relief la
lutte menée par certains des participants pour franchir les barrieres
qui les isolent de leurs semblables et, avant tout, pour triompher de
-50-

-51-
cette ultime distance qui est la mort. En considérant les tentatives
de communication faites par les protagonistes des quatre romans nous
signalerons d'une part la diminution de la distance faisant obstacle á
la compréhension, á la communion et surtout á la communication entre
les personnages et d'autre part, la volonté de plus en plus marquée de
ces personnages de combattre la mort et de surmonter le silence
qu'elle implique.
Cependant, le propos de la présente étude n'est pas de réfléchir
sur les diverses expressions de la parole partagée qui se manifestent
dans le contenu narratif mais plutot de faire ressortir les
modulations de distance et le partage de la parole qui s'opérent dans
le domaine du récit, désignation genettienne du texte narratif. Comme
tout récit se compose de deux discours fondamentaux, intimement mélés
et en proportions variables, d'une part celui du narrateur et de
1'autre celui qui contient les paroles intérieures ou prononcées des
personnages, il est done naturel d'élargir 1'application des notions
de distance et de parole partagée afin de pouvoir teñir compte des
relations complexes qui s1établissent entre ces deux discours. Nous
considérerons surtout la distance qui dépend du mode de reproduction
choisi par le narrateur pour transmettre les paroles des acteurs.
Ainsi, il sera possible de mettre en lumiére les divers rapports
d1interpénétration et de séparation qui se créent entre les deux
discours non pas seulement au cours d'un seul récit mais aussi á
travers les quatre premiers romans de Chedid et de déterminer jusqu'a
quel point la technique narrative de cet auteur refléte le partage de
la parole qui se produit sur le plan de l'histoire.

-52-
Nous devons ajouter que pour bien explorer la question de la
distance entre narrateur et personnages il faut également teñir compte
des différentes modal i tés — intellectuel le, morale, spatiale et
temporel1e--qui contribuent á susciter certaines reactions chez le
narrataire. Or, cette notion de distance aide non seulement á
caractériser les rapports qui existent entre narrateur et personnages
et entre leurs discours respectifs mais sert aussi á élucider les
relations qu'entretiennent ces deux types de participants a la
transmission du message narratif avec le destinataire du récit. Quant
au personnage, cette distance releve surtout de la "frontiére mouvante
mais sacrée entre deux mondes: celui ou l'on raconte, celui que 11 on
raconte,"^ ce qui semble a premiere vue faire obstacle á tout acte de
communication "directe" avec le narrataire extradiégétique.
Cependant, la cloison qui les separe, loin d'etre étanche, s'abolit á
mesure que le discours du personnage se libére de la presence
médiatrice de la voix du narrateur. Grace a 1'emancipation de son
discours de cette médiatisation, voire éventuel1ement des derniéres
marques de 1'instance narrative, il arrive que le personnage accede
lui-méme au statut de narrateur. Toutefois, il ne devient pas
narrateur au niveau intradiégétique, narrateur qui lui est émetteur
d'un discours subordonné a celui du narrateur extradiégétique et done
ouvert a son intervention. 11 acquiert plutot tout le privilege que
détient le role de narrateur extradiégétique, y compris la possibil i té
d'une communication directe avec le narrataire extradiégétique.
Nous entreprendrons dans les pages qui suivent de mettre en
relief les différentes étapes de cette "évolution" qui s'opere chez
les protagonistes des quatre premiers romans d'Andrée Chedid. On

-53-
verra que la transformation graduelle et progressive de personnage en
narrateur extradiégétique aboutit a la prise de la parole par Aléfa,
heroine de Le Cité fertile (1972). Des lors toute la production
romanesque chedidienne est marquée par la presence d'au moins une
voix homodiégétique chargée de la transmission d'un récit primaire
et ainsi se caractérise par la communication directe entre un
narrateur/personnage et le narrataire extradiégétique. Or, il faut
noter que dans les romans postérieurs á 1970, le privilege de conduire
un récit au niveau extradiégétique, de communiquer avec un auditoire
qui ne fait pas partie du monde de l'histoire et de lui transmettre le
message de la fraternité n'est pas seulement accordé au narrateur
homodiégétique.^ La technique narrative de ces rornans repose sur un
partage de la parole soit entre deux narrateurs homodiégétiques soit
entre un narrateur homodiégétique et un autre, hétérodiégétique, dont
les discours alternent et se complétent, paralléles et harmonieux,
mais essentiel1ement indépendants. Ainsi se dégage une troisiéme
dimension du concept de la parole partagée qui ne se rapporte ni a
l'histoire, ni au récit, mais plutót á "l'acte narratif producteur du
récit,définition de la narration, dernier élément de la réalité
narrative étudiée par Genette. Pourtant, donné la simplicité, ce qui
ne veut pas nécessairement di re 1'homophonie, de la structure
narrative des quatre romans dont il est question ici, nous
n'aborderons que les deux premiers aspects de cette réalité
narrative--l1 histoire et le récit--dans le but d'élucider les
mécanismes de 1'abolition de la distance et du partage de la parole
qui caractérisent d'une part les rapports entre les acteurs et d'autre

-54-
part la relation entre narrateur et personnage et entre leurs
discours.
II faudra réserver la discussion du troisieme element de la
tripartition genettienne au chapitre suivant ou nous entreprendrons
d'examiner les strategies de la narration polyphonique qui structurent
les romans chedidiens depuis les années soixante-dix. C'est dans ces
ouvrages que 1'on constate le veritable épanouissement de la notion de
la parole partagée car il s'agit non pas seulement de 1 *établissement
de liens de communication et de fraternité entre les personnages mais
aussi de 1'extension de la portée de ce concept sur le plan de la
technique narrative. Le partage de la parole ne se définit plus
uniquement en tant qu'identification entre narrateur hétérodiégétique
et personnage, identification qui va jusqu'au point d'entrainer
11 interpenetration de leurs discours. Dans les romans de la maturité,
une nouvelle dimension, présente déja comme source d'une ambiguTté
fécondante dans les romans du premier groupe, relévera non pas de la
confusion des voix dans un discours mixte mais sera plutot le produit
d'une alternance presque dialogique de propos et de silences. Cette
sorte de partage de la parole transcende 1'enchevétrement que
représente la voix duel le du di scours indirect libre et se manifesté
par l'acte de céder la parole á un autre locuteur en lui transmettant
sans aucune marque de subordination le privilege d'entamer un récit.
Par ailleurs, considérant 1'oeuvre dans son ensemble, nous
devrons aussi teñir compte du role important que remplit le
narrataire, participant souvent silencieux á la transaction narrative,
destinataire du récit conduit par le narrateur hétérodiégétique et
éventuellement allocutaire direct d'un discours de personnage qui

-55-
s‘emancipe graduellement de toute médiatisation jusqu'au point de se
transformer en discours d'un narrateur homodiégétique. Au cinquieme
chapitre la discussion portera sur le caractére changeant de l'acte de
communication entre narrateur et narrataire a travers la production
romanesque de Chedid et servirá á faire ressortir une autre
manifestation de 1'abolition progressive de distance qui sous-tend
1'oeuvre entiére de cet auteur.
Le groupement adopté ici--oü nous étudions en premier lieu les
quatre premiers romans chedidiens--répond sans nul doute á l'ordre
chronologique de leur publication ainsi qu'á certaines ressemblanees
de nature thématique; mais de plus, on a pu noter la similitude de
leur structure narrative oú la predominance de la voix du narrateur
hétérodiégétique, bien qu'elle reste incontestée, diminue
graduellement par rapport á l'autonomie croissante du discours des
personnages. S'en tenant d'abord au plan de l'histoire, nous mettrons
en relief non pas seulement les actes de communication entrepris par
les protagonistes du Sommeil délivré, de Jonathan, du Sixiéme Jour, et
du Survivant mais aussi la lutte acharnée de ces personnages contre
l'isolation, le silence et l'ultime separation que représente la mort.
Pour Samya, héroTne du premier román d'Andrée Chedid, "le sommeil
délivré" symbolise a la fois la renonciation définitive au désir de
communication et le refus tardif du carean étouffant de sa vie
quotidienne. L'auteur traite des 1952 une question dont la portée n'a
cessé de s'étendre au cours de ces derniéres décennies, celle de la
condition féminine dans le monde arabe, vue dans le contexte de la
société bourgeoise égyptienne de l'époque. Pourtant, l'intérét de
cet ouvrage ne se réduit ni á la dimension revendicative d'un

-56-
pl ai doyer en faveur de 1'émancipation de la femme ni á celle d'une
étude a orientation sociologique des moeurs familial es. Ces aspects
font partie integrante du roman; on aurait tort de nier leur existence
et leur importance, mais ce serait encore plus inexact de ne pas
reconnaitre qu'á travers cette histoire d'une femme brimée l'écrivain
blame tout ce qui fait obstacle á 1'épanouissement de l'individu et a
sa solidante avec ses semblables. Dans Le Sommeil délivré c'est le
réseau de barrieres, d'interdits et de préjugés imposé par le milieu
et par la société en général avec son climat de suprématie masculine
qui emprisonne la protagoniste et étouffe son ame.
Orpheline de mere, éduquée dans un pensionnat religieux et
entiérement soumise a l'autorité absolue d'un pére indifférent, Samya
devient á quinze ans la victime d'un mariage forcé. Epouse
malheureuse et docile de Boutros, homme de quarante-cinq ans,
conventionnel, insensible et méprisant, elle cherche l'amitié des
femmes du village avoisinant. Cependant, malgré la sympathie que ces
campagnardes lui témoignent, ses efforts de nouer les liens durables
avec ces derniéres, efforts désapprouvés par son mari, aboutissent
toujours á l'échec. Présumée stérile, la jeune femme s'attire non pas
seulement le blame de Boutros mais également la méfiance des paysannes
et par conséquent elle se laisse de plus en plus soinbrer dans
1'engourdissement. Samya arrive enfin á s'en sortir grace a la
tendresse qu'elle éprouve pour Ammal, une fillette du village, dont la
personnalité parvient á s'exprimer dans la création artistique.
Aprés huit années de mariage Samya donne naissance a un enfant,
non pas 1'héritier male tant souhaité par son mari mais une filie,
Mia. Avec la maternité elle retrouve le gout de vivre. La jeune

-57-
femme connaít enfin 1'amour, dimension tout á fait absente de sa
jeunesse et de sa vie conjúgale, et elle donne libre cours á ses
aspirations intérieures si longtemps refoulées. Quand sa filie meurt
á l'áge de six ans par la faute de Boutros qui, refusant de croire a
la gravité de la typhoi’de dont elle était atteinte, avait trop attendu
avant d'appeler le médecin, Samya perd son unique raison d'etre. Peu
aprés, victime d'une paralysie hystérique, elle s'enlise dans
l'immobilité et le silence. Boutros ne tarde pas á faire appel á sa
soeur Rachida qui vient s'installer dans la maison, reléguant ainsi
Samya au statut d'un objet superflu et aggravant son isolement. Le
meurtre de son mari représente pour la jeune femme non pas
principalement 11affirmation de sa révolte, une extériorisation de sa
volonté de se libérer de l'engrenage qui la ligotait depuis sa
naissance, mais scelle plutot sa renonciation défini ti ve a tout
contact, a toute communication avec les individus de son entourage.
Avec ce meurtre la distance qui la sépare et qui l'a toujours séparée
de toutes ces personnes devient infranchissable. Criminelle qui
encourt l'exécration des villageois appelés par les cris de Rachida,
Samya pourra enfin, une fois "le sommeil délivré," se transformer en
une "chose" morte-vivante et, pour tous, hors de portée.
Samya est vaincue par les obstacles a la communication qui
marquent toutes les étapes de sa vie. Les distances restent toujours
trop grandes--la communion née d'un partage de la parole ne se réalise
jamais, d'une part á cause de 1'attitude méprisante envers la femme
qui caractérise le comportement de son pére, de ses freres et de son
mari, et d'autre part, a cause de la barriere créée entre elle et les
villageoises par son éducation et par sa position comme épouse du bey.

-58-
Aprés son acte de refus Samya s1enmure dans un silence qui refléte une
solitude bien plus profonde que celle qu'elle avait connue auparavant.
II s'agit d'un état d'isolement semblable a la mort et qui représente
non pas seulement la fin de son contact avec le monde ambiant mais
aussi la dissociation d'avec tout son passé. Une fois ce seuil
franchi, pour Samya, méme la parole a perdu sa puissance. Animal et la
vieille Om El Kher, accourues avec les autres, témoins de la foule qui
crie vengeance, finissent par garder le silence. Malgré leur
sympathie a l'égard de Samya, ses amies comprennent que l'abime entre
elles-mémes et la jeune femme est maintenant devenu insurmontable et
que méme la parole serait incapable de le combler.
Ainsi, dans le cadre de 1'oeuvre romanesque chedidienne
considérée sur le plan de l'histoire, Le Sommeil délivré représente
l'échec de la communication, c'est-a-dire la persistance voire le
redoublement des distances qui séparent les personnages. Ce roman
dépeint non pas la lutte contre la mort et la volonté de la conjurer
par la puissance de la parole partagée mais plutót le triomphe de la
résignation silencieuse. Or, s'il est impossible d'abolir les
distances émotionnelles, idéologiques et sociales séparant pére et
filie, mari et femme, villageoises et épouse du bey, les distances
physiques sont pareillement infranchissables. L'immobilité
caractérise toute la vie de Samya, et non pas seulement la période qui
commence quand elle perd l'usage de ses jambes. A son mariage, aprés
une enfance et une adolescence vécues dans l'ambiance cloítrée du
pensionnat, l'autorité du mari se substitue a celle du pére; elle
passe ses journées enfermée dans la maison de Boutros, celui-ci lui
ayant défendu d'aller au village frayer avec les paysannes. Pourtant,

-59-
la derm'ere image du roman, celle d'Ammal qui court, laisse
transparaitre une lueur d'espoir.^ La fillette trouve le courage de
faire ce dont Saniya n'a jamais été capable--elle s'enfuit; animée par
1'elan créateur et par la determination que la jeune femme avait su
encourager, elle pourra s'épanouir "loin de ce qui étouffe et de cette
pourriture que devient la peur."^
Dans Jonathan, deuxieme roman d'Andrée Chedid, publié en
1956, on constate une légére diminution des distances séparant les
personnages. S'ils n'ont qu'une capacité tres limitée de s'entraider
par le partage de la parole, certains d'entre eux ont du moins la
volonté de le faire. Certes, la mort triomphe a la fin de l'histoire
mais ce n'est pas avant la rencontre momentanée entre Jonathan et
Alexandre, liés non pas par la fraternité de la parole mais plutot par
une période de silence qui les aide tous les deux a faire face au
destin. L'action se déroule dans une grande vi lie du Proche-Orient et
commence au moment oü Jonathan quitte l'Orphelinat pour devenir
sacristain dans l'église du Pére Antoun. Certain de sa vocation, le
jeune homme sensible et diligent connait une premiere période de paix
et de bonheur dans la paroisse Sainte-Agnés. Puis, de plus en plus
impatient d'aider ses semblables mais ne disposant d'aucun moyen
concret pour le faire, il est tiraillé entre des aspirations
contradictoires vers la contemplation et vers l'action. II décide
enfin de se joindre au mouvement révolutionnaire qui se prépare parmi
les jeunes gens de son pays sous la direction d'Alexandre. Tout corme
le sacri stain, ce jeune architecte, voué a accomplir une réforme a la
fois sociale et politique, est l'ancien éléve du vieux Naghi. Le
maitre, qui s'explique les différences et les ressemblanees entre

-60-
Jonathan et Alexandre en les comparant aux “deux cotes d'une méme
médaille,"^ comprend le long et difficile cheminement vers
1'engagement vécu par le sacristain, et se charge de le mettre en
contact avec celui qui doit mener 1'insurrection. Cependant, le jour
méme oü les deux jeunes hommes doivent se connaitre, la revolution
éclate et Jonathan devient une de ses premieres victimes, tué par la
violence gratuite d'un groupe d'adhérents qui vient de faire irruption
dans son église. Néanmoins, les derniers instants de la vie du
sacristain sont adoucis par la presence d'Alexandre. L'architecte les
partage, tout en réfléchissant sur le sens de sa propre action, ruáis
sans toutefois connaitre 11 i denti té du mourant. Ainsi se réalise la
convergence des destinées de ces deux jeunes idéalistes, apparemment
tres dissemblables mais unis par "une méme inquietude, un méme regard
sur la vie," une méme soif de fraternité (J, jaquette du livre).
Pour Jonathan comme pour Samya, la conmuni cation est impossible
dans le monde étroit de son milieu. Malgré la proximité physique des
paroissiens et du Pére Antoun les distances intérieures qui séparent
ces derniers du sacristain restent trop grandes pour permettre un
veritable partage de la parole. Pourtant, different de l'héro'fne du
Sommeil délivré, Jonathan a un ami, Naghi, qui 11 ai de a trouver sa
voie. En franchissant la distance spatiale qui existe entre lui et
son ancien maitre dont l'échoppe se trouve á l'autre bout de la vil le,
le jeune homme arrive a surmonter sa solitude et á rompre son silence.
Néanmoins, les trois entretiens avec Naghi qui marquent les étapes de
la conversion á 1'engagement ne représentent pas pour Jonathan le
contact essentiel. Toute 1'action de ce roman sobre et dépouillé se
resume dans la longue marche vers l'autre, le rapprochement des deux

-61-
jeunes hommes á la fois si différents et si semblables. Ainsi, méme
si la mort intervient pour faire obstacle a toute communication
verbale avec Alexandre, le sacristain connait enfin la communion tant
souhaitée.
L‘action du troisiéme roman d'Andrée Chedid, intitulé Le Sixiéme
Jour (1960), se situé comme celle des deux precedents dans la region
de son pays natal. C'est Le Caire et ses environs qui sert de cadre a
la lutte menée par la vieille Saddika, di te Om Hassan, pour guérir son
petit-fils atteint par le choléra au cours d'une épidémie qui décime
la vil le. Refusant de livrer l'enfant a 1'ambulance qui amporte les
malades á des hópitaux d'oü ils ne reviennent jamais, elle décide de
le conserver auprés d'elle pour le soigner en attendant le sixiéme
jour, celui de la guérison et de l'espoir. Se croyant capable de
conjurer la mort par la seule force de son amour, elle se fie aux
paroles de 11instituteur du gargon qui lui avait assuré que d'aprés le
journal, au sixiéme jour, crise decisive de la mal adié, "ou bien on
meurt ou bien on ressuscite."9 Pour dérober l'enfant a la police
sanitaire, Om Hassan se réfugie avec lui d'abord dans une buanderie et
ensuite á bord d'un chaland qui descend le Mil vers la mer. Sur le
fleuve comme dans la vi lie la vieille femme se trouve en compagnie
d'Okkasionne, montreur de singe, qui tourne 1'épidémie a son profit en
dépistant les cholériques pour les dénoncer aux autorités.
Au sixiéme jour de l'attente qui doit marquer la renaissance, le
petit gargon succombe. On Hassan lit sa mort sur le visage du
montreur, celui qu'elle avait chargé de lui annoncer la bonne nouvelle
espérée. La grand-mére s'effondre, mourante, mais entend, au dernier
instant, les voix de tous ceux qui l'entourent l'assurant que l'enfant

-62-
existe toujours et declarant qu'il verra la mer. Bien que la vieille
femme, qui n'a que sa foi tenace en la vie et le courage de son grand
amour maternel, n'arrive pas á vaincre la maladie, la mort et le
destin, les derniéres pages du roman relatent non pas son échec mais
plutot son triomphe. Son espoir inépuisable se communique á tous ses
compagnons et par un partage de la parole qui va méme au déla de la
mort corporelle, ils proel ament avec elle et pour elle la survie de
1'enfant dans leur coeur. De meme qu'Om Hassan parcourt une distance
spatiale á la recherche d'une cachette dans le but d'assurer la
guérison de son petit-fils, 1‘abolition de la distance émotionnelle
qui resulte de son entretien avec le montreur la veille du sixieme
jour opere la survie du gargon sur le plan symbolique: affirmation de
la foi en l'amour et en la vie. Au sixieme jour, toutes les barrieres
s'écroulent, les distances sont combiées et i 1 n'y a plus besoin de
dissimulation. La victoire de la grand-mére et de l'enfant reside
dans la fraternité qui anime les témoins de leur drame et dans le
partage de la parole qui chante le miracle de l'espérance.
Pareillement á la vieille égyptienne Om Hassan, Lana, 1'héroTne
parisienne du quatriéme roman d'Andrée Chedid intitulé Le Survivant
(1963), se fie a la puissance d'un amour absolu et intarissable pour
venir a bout du destin. Elle part en Afrique pour se consacrer
infatigablement a la recherche de son mari Pierre qu'elle croit
englouti par le désert, seul rescapé d'un accident d'avion en plein
Sahara. Sans aucune preuve matérielle, la jeune femme reste
convaincue que les traces de pas qui se perdent dans les sables á
partir d'un fauteuil éjecté loin de l'épave sont cell es de son mari.
Au bout de deux années de quéte infructueuse, elle regagne la France

-63-
sans avoir trouvé Pierre, mais sans toutefois 1'avoir vraiment perdu.
Lana reprend sa vie résignée a la mort de son mari mais en rneme temps
plus proche de lui que jamais, car au fond d'elle le "nous" formé par
leurs deux étres survit toujours intact.
La protagoniste du Survivant franchit une distance spatiale
séparant deux continents et comprenant l'étendue apparemment illimitée
du desert. A ce mouvement physique y répond un autre sur le plan de
la real i té intérieure qui unit Lana non pas seulement a Pierre mais
également a quelques individus dont elle fait la connaissance pendant
son séjour en Afrique. Par exemple, malgré leurs differences de
national i té, de langue et de culture, il y a une communion immédiate
entre Lana et les femmes autochtones qui la secourent de leur présence
rassurante dans le train aprés sa rencontre terrifiante avec l'homme
qu'elle avait pris pour son mari.^ Dans ce roman, les actes de
communication abondent: lettres, conversations, récits, les messages
passent en dépit des barrieres linguistiques et de l'éloignement
physique qui existent entre émetteur et destinataire. Or, le partage
de la parole qui représente le triomphe symbol i que sur le destin
s'effectue par 1'abol i ti on, quoique imaginaire, de la cloison séparant
Lana et Pierre. Plus elle envisage 1'éventuali té de sa mort, plus
elle s'adresse intérieurement á son mari et lui invente un di scours
dans un effort de trouver une réponse a la mort. C'est cette
communication qui fait ressortir 11 i denti té du vrai survivant--le
"nous" du couple qui résiste malgré tout a la fragmentation.
Adoptant maintenant une orientation plus précisément pertinente a
l'objet de la présente étude, nous chercherons a déterminer si
1‘abolition progressive de distance qui s'opere grace au partage de la

-64-
parole et se manifesté dans les quatre premiers romans d'Andrée Chedid
sur le plan de l'histoire se reproduit dans ces ouvrages sur le plan
du récit. C'est surtout en étudiant la relation qui s'établit entre
le texte des personnages et celui du narrateur que nous parviendrons a
déceler les traces d'une convergence ou d'une separation de leurs
voix. Pourtant, avant de confronter ces deux discours, il est utile
de caractériser d'une fagon genérale les narrateurs qui conduisent les
récits en question. Comme les voix narratives qui se font entendre
dans Le Sommeil délivré, Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant se
ressemblent sur plusieurs points essentiels, nous les considérerons
ensemble pour esquisser les premieres lignes du portrait.
Conformément a la théorie genettienne, la discussion portera d'abord
sur les questions de temps, de niveau et de personne qui sous-tendent
la catégorie de la voix. Cette description qui mettra en relief des
traits de caractére plutót "macroscopique" servirá ensuite de point de
depart a 1'analyse "microscopique" du discours de ces narrateurs.
Bien que la distance temporelle qui les separe du moment de
1'action ne soit jamais précisée, il est clair que pour ces narrateurs
qui ménent leurs récits au "passé sans age" du prétérit,^ 1'instance
narrative est ultérieure aux événements rapportés. Cependant, comme
une comparaison des quatre romans revele 1'usage de plus en plus
répandu du présent de narration, il convient de teñir compte des
implications de cette gradation. Le narrateur omniscient du Sommeil
délivré choisit ce temps pour raconter toute la derniére section de
son récit qui figure comme une sorte d'épilogue á l'histoire de Samya.
Dans les trois romans suivants, l'emploi du présent de narration ne se
limite pas á la fin du récit mais s'étend á l'ouvrage entier, se

-65-
substituant de plus en plus fréquenment á celui des temps du passé.
Ce glissement est le plus marqué dans Le Survivant ou la proportion du
récit racontée au present prend de l'ampleur jusqu'au point d'égaler
celle qui est narrée au prétérit.
Si dans Le Sommeil délivré la fin au present suggére non pas
seulement la possibil i té d'une convergence tenporelle entre l'histoire
et le moment de la narration mais aussi la présence du narrateur comme
témoin effacé et passif de l'action, dans les autres romans l'usage de
plus en plus répandu de ce temps finit par détruire tout effet
d'isotopie temporelle et toute impression de l'existence d'un
narrateur contemporain des personnages qui observe l'action sans y
participer. Méme le narrateur hétérodiégétique du Sommeil délivré,
donné son omniscience qui se manifesté nettement dans sa faqon de
raconter la scene finale, ne s'adapte pas vraiment au role d'un témoin
oculaire qui décrit les événements sel on son propre point de vue. Or,
dans ces quatre romans l'emploi du présent, inéme á la fin du récit, ne
constitue pas un signe que l'histoire vient rejoindre la narration
mais indique plutot une sorte de convergence "psychologique" ou
"affective" entre narrateur et personnage, convergence transcendant
toutes les modal i tés de distance qui les séparent. Ainsi, on peut
dire d'une part que la narration ultérieure parvient á établir une
certaine distance imprécise entre narrateur et histoire, entre
histoire et lecteur, et contribue done a créer le climat mythique et
1'atmosphere légendaire qui pénétrent les romans chedidiens,
investissant l'histoire la plus simple d'une qualité intemporelle.
D'autre part, l'emploi du présent de narration sert a abolir la
distance entre narrateur, personnage et lecteur de telle sorte que

-66-
nous finissons par ressentir d'autant plus profondément lss
ressemblances essentielles qui nous rapprochent de nos semblables
malgré les differences de milieu et de culture qui font parfois
obstacle á la communication.
Le niveau narratif constitue un deuxieme point de rencontre entre
les narrateurs omniscients des quatre premiers romans d'Andrée Chedid.
Comme ils se situent tous au niveau extradiégétique, leurs voix ne
subissent aucun effet de subordination et nous parviennent done
"directement," sans la mediation d'aucun autre narrateur. Pourtant,
alors que dans Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant le narrateur
extradiégétique seul détient le privilege de composer un récit, dans
Le Sommeil délivré on entend deux voix narratives situées a des
niveaux différents. Bien que ce ne soit pas sa voix qui ouvre le
roman, c'est Samya, en tant que narrateur intradiégétique, qui raconte
elle-méme l'histoire de sa vie. Aprés avoir rendu compte de la
période située immédiatement avant et aprés le crime, le narrateur
omniscient passe la parole a la jeune femme, transcrivant sans aucune
interruption les pensées qui constituent son récit intérieur, et puis
reprend la parole dans une sorte d'épilogue pour décrire la scene qui
suit la découverte du meurtre. Nous considérerons plus loin les
implications de cet encadrement aussi bien que la relation entre les
discours de ces deux narrateurs. L'absence de hiérarchisation des
voix narratives dans les trois romans immédiatement postérieurs au
Sommeil délivré n'est pas sans rapport avec la question de distance,
car a la différence de Samya, les autres narrateurs n'ont aucune
barriere á franchir pour nous transmettre leur récit. lis bénéficient
done d'une "voie" plus directe pour faire parvenir leur message

-67-
narratif jusqu'au lecteur. Ainsi, pour determiner comment les voix
"indépendantes" de ces narrateurs perdent graduel lement leur
predominance, il faudra examiner la relation que ces voix
entretiennent avec le discours de plus en plus autonome des
personnages.
Vu sel on la perspective de la "personne," troisieme sous-
catégorie établie par Genette dans sa discussion sur la voix, les
narrateurs extradiégétiques du Sommeil délivré, de Jonathan, du
Sixieme Jour et du Survivant ont tous le mime rapport (celui de
l1absence) avec 1‘histoire qu'ils racontent. Hétérodiégétique sel on
la terminologie genettienne, chacun mene son rlcit "a la troisieme
personne" et ne participe aux événeinents relates ni en tant que
protagonista ni en tant que témoin. Dans ces romans le seul cas
d'i denti té de personne entre un narrateur et l'un des personnages de
l'histoire se trouve chez Samya, narrateur autodiégétique d'un récit
au second degré. Pour elle, la distance séparant le je-narrant du je-
narré, qui découle d'un écart d'age, d'expérience et d'information,
diminue graduel1ement au long du récit et se transforme enfin en
convergence presque totale entre narrateur et personnage. Le
conjonction n'est pas tout a fait complete, cependant, car Samya-
narrateur réussit grace a son récit intérieur a se dissocier de l'acte
qui l'a déclenché. Ainsi, á la fin de ce récit y a-t-il identité
entre Samya-personnage et Samya-narrateur sauf sur un point essentiel
qui est la perpétration du crime.
Le passé déferle pour mettre une cloison étanche non pas
seulement entre la jeune femme et ceux qui peuplent son monde
quotidien mais aussi entre les deux Samya, personnage et narrateur.

-68-
En tant que narrateur elle se refugie dans ses souvenirs et finit pour
ainsi dire par s'y enfermer, ne permettant pas que le récit se déroule
jusqu'au point de rejoindre l'histoire. Samya-narrateur, "la
coupable," semble s'effacer devant Samya-personnage, pas encore
décidée á agir, et parait méme s'y confondre:
Mes derniers sursauts de révolte se fixaient autour de ces
minutes: la porte s'ouvrait et j'attendais, crispée, que les
lévres bruñes me touchent le front. Un jour, je ne pourrai
plus y teñir, je le sens bien. (SD, p. 222)
Samya-narrateur se laisse engloutir par son récit et devient alors la
"Samya de pierre" immobile et inaccessible vue par Ammal (SD, p. 225).
Le récit, refuge contre le présent, constitue aussi un refus de ce
présent et surtout une fagon de s'en distancer. Or, s'il n'y a pas de
convergence absolue entre personnage et narrateur a la fin du récit,
c'est que Samya s'enferme dans le silence sans raconter 1'unique acte
par lequel elle avait exprimé sa révolte. Au lieu d'accentuer cette
action comme une sorte d'affirmation de sa propre existence, la jeune
femme en fait abstraction, s'identifiant plutót a l'étre soumis et
passif qu'elle avait toujours été. Elle renonce á la fois au présent
et a l'avenir, refusant de franchir le seuil que représente son acte
non pas par 1 acheté mais plutót par lassitude. Quand elle dit "Je
suis morte á cette histoire, et tout se tait en moi," adoptant la
perspective de Samya-personnage (avant le meurtre de Boutros), la
jeune femme s'immobilise du point de vue psychologique aussi bien que
physique et abandonne définitivement ses efforts d'atteindre la
communication (SD, p. 222).
Chez les narrateurs hétérodiégétiques, par contre, la question de
distance ne releve pas de 1'identification ou de la dissociation entre

-69-
deux "roles"--le je-narrant et le je-narré--assumés par un seul
individu mais se rapporte plutót a la relation entre deux étres
distincts, narrateur et acteur. Selon le degré oü le narrateur
hétérodiégétique met 1'accent sur lui-méme au lieu de le mettre sur
l'histoire qu'il raconte, autrement dit, selon le degré oü la
personnalité de ce narrateur se revele á travers son discours, il est
plus ou moins difficile de préciser á quelle distance il se situé de
ses personnages et de son (ses) narrataire(s). Comme les narrateurs
extra-hétérodiégétiques des quatre premiers romans d'Andrée Chedid
nous donnent tres peu d'indications nettes qui serviront a les
caractériser, il faudra examiner les nuances subtiles de leurs
discours pour determiner jusqu'a quel point ils se dévoilent.
Les ressemblances entre les narrateurs du Sommeil délivré, de
Jonathan, du Sixieme Jour et du Survivant (a 1'exception de Samya) ne
se limitent pas aux categories du temps de la narration, du niveau
narratif et de la personne qui aident a la description de leurs voix.
On constatera d'autres points de rencontre en les considérant selon
trois critéres différents: l'effacement relatif du sujet parlant, sa
crédibilité et son privilege cognitif. Ces narrateurs s'abstiennent
tous d1intervenir ouvertement dans leurs récits en se désignant par un
pronom de la premiere personne. Ils gardent entierement l'anonymat et
rnenent leurs récits sans indiquer explicitement leurs attitudes envers
les événements racontés ou les personnages décrits. Cependant, méme
si les marques les plus évidentes de la présence du narrateur sont
absentes et si le lecteur manque de détails précis qui 1ui
permettraient de se représenter son portrait physique ou
psychologique, le discours du narrateur est loin d'etre tout a

-70-
fait impersonnel et objectif. Bien que les narrateurs extra-
hétérodiégétiques des romans en question s'en tiennent pour la plupart
á leur seule fonction obligatoire qui est celle de la narration, ils
incorporent dans leurs discours, a des degrés différents, les
fonctions extra-narratives exposées par Genette. On trouve surtout un
commentaire sur l'histoire sous forme d1observations de portée
genérale qui révélent chez le narrateur une connaissance de mondes
autres que celui de ses personnages sans toutefois donner aucune
indication du role qu'il y tient. Le degré ou ces narrateurs
introduisent dans leurs récits un di scours extra-narratif plus ou
moins evident consistant principalement en réflexions philosophiques
et en interprétations des événements de l'histoire fournira plus loin
un critére important pour la différenciation de leurs voix.
Pourtant, s'ils incorporent dans leurs récits une certaine
proportion de commentaire sur l'histoire, se gardant toujours de
porter des jugements explicites sur les personnages et les événements,
les narrateurs extra-hétérodiégétiques du Sommeil délivré, de
Jonathan, du Sixieme Jour et du Survivant excluent rigoureusement tout
commentaire sur la narration. Coirane ces narrateurs n'ont pas tendance
a se prononcer "dans le récit sur le récit,"12 les fonctions extra-
narratives et métanarratives de régie et d'attestation ne s'infiltrent
que tres peu dans leur discours. lis ne donnent 1'impression d'etre
conscients du role qu'ils rernplissent ni en mettant en lumiére leur
fonction organisatrice dans le récit ni en affirmant leur propre
véracité comme narrateurs. Ils font abstraction non pas seulement des
motifs qui les incitent a entamer leurs récits mais aussi de ce que
représente pour eux l'acte de raconter l'histoire. Etant donné que

-71-
1eur di scours ne revele aucune conscience de soi-meme, le lecteur ne
trouve aucune raison de soupgonner que ces narrateurs ne sont pas
dignes de confiance. On n'est done amené a mettre en question ni leur
sincérité ni la justesse de leurs perceptions et de leurs jugements.
La version de l'histoire qu'ils nous offrent ne semble jamais étre le
résultat d'une deformation voul ue de la veri té par un narrateur visant
a susciter une certaine reaction chez son narrataire.
Si Ton ne décéle dans le discours de ces narrateurs aucune
intention mensongére, on n'y découvre pas non plus une seule
indication de leur ignorance de certains aspects essentiels de
l'histoire. Loin de la, les narrateurs extra-hétérodiégétiques des
quatre premiers romans d'Andrée Chedid sont tous omniscients, ayant
connaissance de tous les faits de Thistoire aussi bien que la
capacité de sonder l'esprit des personnages pour lire et pour
transmettre leurs pensées. Ainsi, la perspective sel on 1 aquel le
s'orientent leurs récits se caractérise par le privilege de la
Localisation interne variable. Comme il n'existe aucune restriction
du champ de leurs perceptions, ces narrateurs "entendent" non
seulement les paroles prononcées par les personnages, mais captent
également leurs di scours intérieurs. Ce sera justement la question
des "modes de (reproduction du di scours et de la pensée des
personnages"13 qui servirá á mettre en relief la modal i té de la
distance la plus importante pour cette étude—celle qui s'établit
entre le texte des acteurs et le texte du narrateur.
Or, les trois états du di scours de personnage développés par
Gérard Genette dans sa discussion du récit de paroles sont V indi ce et
1'expression d'une double distance. D'une part, lorsque Genette

-72-
identi fie le di scours narrativisé comme "l'état le plus distant,"14 la
distance dont il parle est celle qui se cree entre le discours du
personnage et le lecteur. Etant aussi l'état le plus réducteur, les
paroles du personnage subissent un haut degré de mediation par le
narrateur qui traite le discours comme un événement et le raconte
comme tel. Par consequent, les paroles que le personnage a
"réellement" pensées ou prononcées se trouvent a une si grande
distance du lecteur qu'il ne peut que les imaginer. D'autre part, la
reduction et 11 indirection de ces paroles représentent, pour le
narrateur, une disparition pour ainsi di re totale de la distance
séparant son propre discours de celui du personnage. Le narrateur
interprete le discours de ce dernier et 1'incorpore dans le sien
jusqu'au point de "transformer" les paroles de l'acteur en un événement
qui prend sa place parmi tous les autres dont se compose le récit. II
existe done une sorte de proportion inverse, qui s'applique a chacun
des états du discours de personnage étudiés par Genette, entre le
degré de distance qui sépare ce discours, d'un coté du narrateur qui
le transmet, et de 1‘autre, du lecteur qui le regoit en lisant le
roman. Dans le cas du discours transposé et de sa variante le
discours indirect libre, les paroles du personnage se situent a mi-
chemin entre les deux poles car si el les emergent avec un peu plus de
relief du texte du narrateur et nous parviennent done d'une maniere
plus distincte, el les restent néanmoins étroitement insérées dans le
discours de ce narrateur et se transinettent par une sorte de filtrage
a travers sa granmaire. Le discours rapporté et le discours direct
libre indiquent une séparation bien plus nette entre le discours du
narrateur et celui du personnage. Par contre, 1'absence de médiation

-73-
que représentent la citation du di scours du personnage et l'effacement
des derniéres traces de 1'instance narrative, correspond á une
diminution si non une abolition de la distance qui semble parfois
étouffer pour le lecteur les voix des acteurs.
Dans chacun des ouvrages en question, comme c'est le cas dans
tout autre roman, le narrateur reproduit les paroles des personnages
sel on les modes de representation exposés par Genette et les trois
états du discours se combinent en proportions tres variables. Or, on
peut étudier les gradations de distance entre les deux discours non
pas seulement á l'intérieur d'une seule oeuvre d'un auteur rnais aussi
á travers toute sa production romanesque. La consideration des romans
d'Andrée Chedid sous cette optique, fondamentale á la description des
ambiguítés de la voix narrative, revele une progression marquée vers
11 emancipation du discours de personnage. Du Sommeil délivré á
L'Autre le narrateur s'efface de plus en plus, feignant de se taire
pour passer la parole aux personnages jusqu'au point oü, dans La Cité
fertile, roman dans lequel s'opere une séparation tres nette des deux
discours, le monologue intérieur de la protagoniste alterne assez
réguliérement avec le texte du narrateur omniscient.
Pourtant, il n'est plus question de la subordination qui
caractérise le récit de Samya dans Le Sommeil délivré, car dans
La Cité fertile, la monologiste Aléfa et le narrateur hétérodiégétique
impersonnel se situent tous les deux au meme niveau. Ainsi, liberé de
toute possibil i té de médiatisation par la voix du narrateur
omniscient, le discours du personnage parvient directement au
narrataire extradiégétique, destinataire des deux récits. On constate
dans l'oeuvre romanesque d'Andrée Chedid une autonomie croissante du

-74-
discours des acteurs qui ft nit par faire flotter les frontiéres non
pas seulement entre les niveaux narratifs mais égalernent entre
narrateur et personnage. Si le personnage accede enfin au statut de
narrateur et finit par se trouver au meme niveau narratif que le
narrateur hétérodiégétique, c'est que son di scours se libére
graduel1ement de 1'instance narrative originelle. Cette emancipation
progressive, qui ne se manifesté pas principalement á l'intérieur d'un
seul ouvrage mais se développe plutót a travers les quatre premiers
romans chedidiens, englobe deux notions différentes de la parole
partagée. On remarque d'une part la prédominance de la voix double du
style indirect libre représentant un haut degré d'empathie et
d'identification entre narrateur et personnage et de 1'autre la
presence de plus en plus marquee du style direct libre préludant au
partage de la parole par deux narrateurs indépendants, une sorte de
"double voie" qui caractérise les romans postérieurs.
Une fois mises en lumiére les caractéristiques générales
partagées par les narrateurs des quatre premiers romans d'Andrée
Chedid, il convient maintenant de considérer ce qui les différencie.
La présente étude se propose de confrontar leurs récits sur deux plans
qui dérivent de deux indices différents de la perceptibi1 i té du
narrateur: le degré oü il intervient en son propre nom dans l'histoire
qu'il est en train de raconter et le degré d'autonomie qu'il accorde
aux voix des personnages. De cette fagon il sera égalernent possible
de teñir compte de la progression selon laquelle le discours de
personnage se dégage graduellement de 1'instance narrative originelle
pour se faire entendre "directement" par le narrataire

-75-
extradiégétique, sans toutefois que le personnage se transforme
vraiment en narrateur autonome.
Le Sommeil délivré se distingue des autres ouvrages de la
production romanesque chedidienne par sa structure narrative. A la
difference de certaines des oeuvres postérieures qui s'expriment á
travers deux voix partageant la parole selon le principe de
l'alternance,15 le premier roman de Chedid se construí't selon celui de
1'enchassement. La voix du narrateur hétérodiégétique raconte le
premier chapitre et le dernier, chapitres dans lesquels cette voix
rend compte de la période située immédiatement avant et aprés le
meurtre de Boutros. Samya, en tant que narrateur autodiégétique, fait
un récit qui constitue presque la total i té du roman dans lequel elle
se rememore sa vie depuis l1adolescence. Ses pensées, une sorte de
long monologue intérieur, sont encadrées des "parentheses" formées par
le di scours du narrateur extradiégétique qui décrit les événements de
son point de vue omniscient et extérieur au monde de l'histoire. Les
pensées de Samya se déroulent sans interruption de la part du
narrateur hétérodiégétique mais nous parviennent tout de méme grace á
sa transcription.
Comme la voix du narrateur extra-hétérodiégétique ne s'éléve que
dans des segments assez brefs qui servent d1introduction et d'épilogue
au récit de Samya, dans un sens ce narrateur accorde á la voix du
personnage un tres haut degré d'autonomie, car dans la plus longue
partie du roman il échange la fonction de raconter lui-méme l'histoire
pour celle de transcrire les pensées d'autrui. Par son silence il
donne la parole, c'est-á-dire le droit de se faire entendre, á Samya
qui ne l'a jamais eue. Cependant, dans la structure narrative de ce

-76-
roman il est possible de trouver un reflet de 1'enfermement et de la
subordination qui caractérisent la vie de la protagoniste. De méme que
la jeune femme est d'abord soumise a l'autorité de son pére et vit
ensuite sous la tutelle de son mari, dans la hiérarchie des niveaux
narratifs sa voix se trouve subordonnée á cel le du narrateur
extradiégétique.
Comme nous avons deja consideré le récit de Samya du point de vue
de l'histoire, il faut maintenant préciser les implications de cette
subordination sur le plan de la technique narrative. Certes, le
narrateur extra-hétérodiégétique n'intervient jamais dans le di scours
de Samya, se gardant d'opposer sa perspective omnisciente á celle,
bien plus limitée, du narrateur autodiégétique. Pourtant, quel est
son degré de perceptibi1 i té dans les sections racontées par sa propre
voix? Exerce-t-il le privilege qui va de pair avec son statut
extradiégétique pour réduire ou méme pour détruire la véracité de la
jeune femme en tant que narrateur? A quelle distance morale se place-
t-il de Samya et des autres personnages principaux et quel degré
d'autonomie accorde-t-il a leurs paroles?
Si le narrateur extra-hétérodiégétique garde le silence pour la
durée du récit emboité, sa voix se fait nettement dominante dans le
premier chapitre du roman et aussi dans le dernier. Son omniscience
lui permet de lire les pensées de Rachida aussi bien que cell es de
Samya et il les transmet en discours narrativisé ou, plus souvent, en
discours indirect libre. 11 raconte les événements de la période qui
précéde immédiatement le meurtre de Boutros sel on deux perspectives--
d'abord celle de Rachida et ensuite celle de Samya. C'est au lecteur
de décider lequel des deux points de vue sur l'histoire il veut

-77-
adopter: celui de Rachida qui crie au secours, préoccupée surtout de
proteger sa propre reputation et de faire taire les mauvaises langues
ou celui de Samya, qui, une fois son acte accompli, s'en dissocie pour
sombrer dans 1'engourdissement total du "sommeil délivré." Le
narrateur extra-hétérodiégétique relate tout sans aucun commentaire
explicite sur les actes des personnages ou sur leurs pensées.
Cependant, il est loin d'etre complétement effacé et objectif, car il
1ui arrive de parler en son propre nom pour "predire" la conduite de
Rachida. Par exemple, il declare: "Elle le dirá, Rachida. Elle le
dirá plus tard. Les gens sont parfois si mal intentionnés. Elle
saura faire taire les mauvaises langues. Elle dirá tout. Elle n'a
rien á cacher." Il continue plus loin: "Elle dirá tout, Rachida.
Tout ce qu'elle a fait depuis 1'instant oü Boutros a disparu derriére
l'angle de l'escalier. Tout cela, et le reste" (SD, pp. 14, 16).
Bien que le narrateur extradiégétique n'exprime pas ouvertement son
attitude envers la soeur de Boutros, la tonal i té ironique qu'il adopte
en parlant de l'acte narratif qu'elle se prepare a entreprendre
représente une déval ori sation assez el ai re de son point de vue.
Par contre, le narrateur extra-hétérodiégétique ne dit rien qui
indique une attitude d'empathie ou de méfiance a l'égard de Samya,
soit en tant que personnage soit en tant que narrateur autodiégétique.
II opere un certain effet de distanciation en désignant Samya le plus
souvent par "la femme" ce qui sert a inettre en relief l1 alienation
dont elle est victime. Or, si le narrateur extra-hétérodiégétique
garde une neutral i té inarquée concernant le sort de Samya et décrit
avec une objectivité parfaite son acte criminel, toujours est-il qu'en
racontant les tristes conséquences de cette vie gachée il finit par

-78-
laisser transparaitre une sympathie á l'égard de la jeune femme,
sympathie qui devient presque une identification avec elle.
Pourtant, le signe de cette identification n'est pas un cominentaire
fait par le narrateur parlant en son propre nom pour éveiller la
compassion du narrataire. II consiste plutót en une sorte de
confusion de sa voix avec celle de la femme. Avant de passer á la
discussion de cet effet d'ambiguTté fécondante, qui représente une
étape importante dans la transformation progressive du personnage en
narrateur extradiégétique, il convient de considérer le di scours de
Samya et celui produit par les autres narrateurs des quatre premiers
romans chedidiens dans le but de déterminer á quel point leurs voix
assument non pas seulement la fonction de relater le récit rnais aussi
celle de le commenter.
A la difference de Rachida qui compose sa version de l'nistoire
en vue de la répéter devant tout le monde pour condarnner le crime de
sa belle-soeur et pour établir sa propre innocence, l'acte de
remémoration chez Samya ne comporte aucune tentative de susciter une
certaine reaction chez un narrataire éventuel. Si la jeune femme fait
appel á ses souvenirs, s'enfermant ainsi encore plus étroitement dans
la prison de son histoire personnel le, c'est que pour elle cet acte de
remémoration représente 1'unique moyen d'en sortir. Quoique la
perspective du je-narrant ne s' efface jamais cornplétement devant celle
du je-narré, le coiranentaire fait par la voix de Samya-narrateur se
limite pour la plupart a des observations de portée générale et á des
interrogations qui révélent seulement un décalage d'expérience et ne
contiennent aucun élément métanarratif qui puisse mettre en question
la crédibilité du récit.

-79-
Or, lorsqu'il s'agit d'un narrateur tout á fait inconscient
d'avoir un auditoire et dont le discours intérieur est capté grace a
11omniscience d'un autre narrateur, il pourrait s'ensuivre que la
véracité du premier soit détruite par la transmission de certaines
pensées qui trahissent chez lui une tentative de pervertir la vérité.
Inversement, il pourrait également arriver que sa sincérité soit
attestée par 1'absence de toute indication d'une intention mensongere.
Ainsi, chez Samya le manque d'un narrataire autre qu'elle-meme,
present ou virtue!, constitue á la fois son authenticité en tant que
narrateur et sa tragédie en tant que personnage. Si au moment de sa
mort symbolique Samya voit enfin clair disant par exemple, "Des cette
nuit-la j'aurais du partir. Dire 'non' et m'en aller," jamais elle ne
pourra conmuniquer sa nouvelle perspective afin qu'une autre femme
puisse éviter son sort (SD, p. 141). Tout comme la voix narrative de
Samya, son cri poignant reste enfermé derriére le mur de silence qui
est devenu son refuge:
J'étais seule. Ma raison de vivre, arrachée. Devant un mur
qui rejetait ou déformait ma propre voix. II faut me
comprendre. J'avais trente ans á peine, et quel espoir me
restait-il? Un horizon bouché. D'autres, comme moi, ont dQ
sentir leur vie s'effriter au long d'une existence sans
amour. Celles-lá me comprendront. Si je crie, je crie un
peu pour elles. Et s'il n'y en a qu'une seule qui me
comprenne, c'est pour celle-la que je crie, que je crie au
fond de moi, aussi fort que je le peux. (SD, pp. 214-15)
La 1uci di té de la jeune femme l'améne á formuler des réflexions tirées
de ses épreuves. Mais comme la proportion de cette forme de
conunentai re est assez restreinte, elle ne contribue pas á créer une
impression d'artifice chez le narrateur. La sincérité et la
spontanéité de Samya ne sont jamais mises en question. Par
conséquent, plus le narrateur revit ses souvenirs, surtout au temps

-80-
présent, plus le lecteur est poussé á éprouver et á vivre avec le
personnage.
A la différence du narrateur extra-hétérodiégétique du Sommei1
délivré, celui de Jonathan s'abstient totalement de juger la conduite
de ses personnages mais cela ne veut pas di re que son récit est
dépourvu de conmentaire. Loin de la, ce narrateur y incorpore assez
souvent des observations de portée genérale et des interrogations
telles que celle-ci: "Que peut-on faire d'autre, pour ceux qui
agonisent, qu'attendre?--étre ces compagnons attentifs de la derniére
heure, l'heure de l'obscur et difficile passage entre une vie et on ne
sait quoi?" (J, p. 137). Cependant, dans ce roman dont les
personnages principaux, surtout le protagoniste, s'interrogent et
réfléchissent eux-mémes sur le sens de la vie, de la mort, et de
1'action révol utionnai re, il existe une certaine ambigu'ité á l'égard
de 1'i denti té du sujet parlant, car il est parfois difficile de
détenniner si les observations font partie du di scours du narrateur ou
plutét de celui du personnage. Par exernple, aprés la description des
premiers mois de paix et de bonheur passés par Jonathan á l'église du
Pére Antoun, quand on lit une généralisation telle que "Auprés de
Dieu, l'angoisse se dissipe. A cause de Dieu, on peut s'attacher aux
hommes, croire en eux," on ne sait pas s'il s'agit d'une réflexion
faite par le narrateur ou par le sacristain lui-méme (J, p. 37).
Pareillement, il n'est pas du tout clair si 11exclamation "Ce sont des
choses qu'on n'oublie pas!" a propos de 1'effort que fait Naghi pour
apprendre á lire au portier du bátiinent voisin, appartient au di scours
du jeune homme Said ou a celui du narrateur (J, p. 149).

-81-
Comme a la fin du premier chapitre du Sommeil délivré, il semble
parfois dans Jonathan que le narrateur s'identifie á un tres haut
degré avec certains de ses personnages, partageant si completement
leur point de vue qu'il devient presque impossible de faire une
distinction entre leurs voix. Dans un sens cette ambiguíté va de pair
avec l'autonomie croissante du discours de personnage qui se fait
progressivement sentir dans les quatre premiers romans de Chedid.
D'une part, grace á cette confusion des voix, les paroles des acteurs
semblent se libérer á un certain degré, non pas seulement des
introductions declaratives, mais aussi des guillemets insérés par le
narrateur. De l'autre, á cause de 1'ambiguTté, la fonction extra¬
narrative idéologique semble marquer moins explicitement le discours
du narrateur, ce qui diminue par consequent la perceptibilité de sa
voix.
Le Sixierne Jour contient encore moins d1observations de portée
générale et d'interrogations qui appartiennent nettement au discours
du narrateur. Parmi cel les qui se rangent dans cette catégorie on
trouve la question "Peut-on se comprendre a travers une vitre?" se
rapportant au regard échangé devant l'église par Om Hassan et
11 infinniére Dana, ainsi que la réflexion "Tout s'apaise aprés qu'on a
longtemps pleuré" décrivant 1'état d'áme de la grand-mére qui se
laisse envahir par le désarroi et puis retrouve son courage et sa
certitude au cours de la longue nuit précédant l'aube du sixiéme jour
(SJ, pp. 113, 157). En général, les questions posées par le narrateur
ne sont pas expriinées en son propre nom mais représentent plutot une
transposition du di scours des personnages, comme dans le cas
d'Okkasionne au moment décisif oü le visage de 1'enfant est dévoilé:

-82-
"Va-t-il se mettre á croire, luí aussi?" (SJ, p. 181). Le narrateur
extra-hétérodiégétique de ce roman se borne le plus souvent á sa seule
fonction obligatoire, celle de relater l'histoire. S'il existe
parfois un degré d'ambiguTté quant á la source de certains énoncés, on
constate que le plus souvent c'est la voix du personnage qui semble
s'élever toute seule, sans aucune mediation, pour se faire entendre
directement du narrataire extradiégétique.
Dans Le Survivant la proportion de commentaire qui s'introduit
dans le discours du narrateur est encore plus restreinte que dans les
trois romans antérieurs. On ne trouve guere d'observations sur les
personnages, sur les événements de l'histoire ou sur le monde en
général, observations qui soient formulées par la voix du narrateur
parlant en son propre nom et insérées dans la trame narrative du
récit. Comme la narration se fait tres souvent au présent, il devient
d'autant plus difficile d'isoler la voix du narrateur dans ce roman et
de distinguer ses reflexions et ses interrogations de cell es des
personnages.
Ainsi, ayant consideré briévement le di scours du narrateur dans
les quatre premiers romans chedidiens afin d1identifier les intrusions
extra-narratives qui le caractérisent, on remarque que la quantité et
la perceptibilité de ces intrusions diminuent progressivement dans
chaqué ouvrage successif. Pourtant, si elles constituent la marque la
plus explicite de la presence du narrateur dans son récit, de tell es
interventions sont loin d'etre les seuls indices par lesquels on peut
mesurer son degré de perceptibilité. Etant donné que les narrateurs
du Sommeil délivré, de Jonathan, du Sixiéme Jour et du Survivant n'ont
pas tendance a se servir du récit comme véhicule d'un di scours extra-

-83-
narratif, il convient done de considérer la question de leur
effacement relatif sous un jour un peu différent en cherchant a
déceler les traces du je_ du sujet parlant, ceci á l'aide des signaux
du narrateur proposés par Seymour Chatman et Gerald Prince. Autrement
dit, si les fonctions extra-narratives n'occupent qu'une place tres
limitée dans le récit, á quel point est-ce que la presence du
narrateur se revele d'une fagon plus implicite a travers son discours
proprement narratif? Or, dans ce méme domaine on constate que les
marques les plus nettes sont absentes des quatre premiers romans
chedidiens. Le discours du narrateur ne s'y caractérise ni par
Tempioi de deietiques se référant á la situation spatiale ou
teinporelle du sujet parlant ni par un style modalisant par lequel le
locuteur donne une indication de la valeur de veri té de son di scours
en se servant par exemple d'expressions d'incertitude comme "peut-
étre" et "sans doute" qui laissent transparaitre la "silhouette" d'un
je caché.
Le sommaire temporel qui releve de la fonction organisatrice
qu'exerce le narrateur en racontant son histoire et le somnai re
spatial qui met en relief la position privilégiée qu'il occupe
suggérent d'une maniere un peu moins évidente la présence d'un je-
narrant dans le récit. Chacun des narrateurs extra-hétérodiégétiques
des romans en question, sauf celui du Sommeil délivré, incorpore des
sommaires temporel s dans son récit. Cependant, comme la période ainsi
résumée est le plus souvent assez breve, et donné la concision qui
caractérise ces sommaires, i 1s ne retiennent guére Tattention du
lecteur et n'ont pas l'effet de faire ressortir le role du narrateur
en tant qu'architecte du récit. Le temps qui s'écoule entre les

-84-
scénes est indiqué tres souvent par une simple ellipse. A la
différence du sommaire, 1 'ellipse ne témoigne pas d'un effort par le
narrateur d'envisager les questions du narrataire et d'y repondré en
rendant compte des événements non-narrés. Néanmoins, vu la
chronologie non-linéaire qui structure le premier chapitre du Sommei!
délivré, la presence organisatrice du narrateur se fait sentir malgré
1'absence de sonmaires temporels par la fagon dont il crée le suspense
en juxtaposant les perspectives psychologiques et perceptives de
Rachida et de Samya. Le premier chapitre de ce roman contient aussi
un exeinple du sornmaire spatial dans la description par le narrateur
omniscient des habitants du village qui accourent en entendant les
cris de Rachida. Cependant, ce procede narratif s'emploie d'une
maniere encore plus marquee dans le deuxiéme roman de Chedid. Le
narrateur de Jonathan se transforme pour ainsi di re en reporter pour
dépeindre le désordre qui se propage dans la vi lie pendant les
premieres heures oü le bruit de la revolution court de quartier en
quartier (J, pp. 175-86). II n'adopte la perspective visuelle d'aucun
de ses personnages, mettant plutót 1'accent sur sa propre omniscience
et son omnipresence. Par contre, les narrateurs du Sixiéme Jour et du
Survivant s1abstiennent de la presentation panoramique de 1'action
pour s'en teñir le plus souvent au champ perceptif de leurs
personnages.
Au lieu de "presenter" les personnages qui entrent en scene pour
la premiere fois en donnant un portrait physique accompagné d'une
description de leur caractére et de details sur leur vie passée, les
narrateurs extra-hétérodiégétiques des quatre premiers romans de
Chedid se bornent á les nommer. Ainsi le lecteur a 1'impression de

-85-
connaitre deja ces individus et de s'insérer "directement" dans leur
histoire sans la médiatisation explicative et interprétative qui
mettent en valeur le role du narrateur cornme organisateur du récit.
Les narrateurs de ces romans évitent également la description étendue
et detaillée du cadre, séparée de la narration des événements de
1'histoire et indépendante de la perspective visuelle d'un des
personnages. Le plus souvent le narrateur adopte une focalisation
interne variable qui lui permet de rester assez implicite en integrant
les descriptions du cadre dans Taction et en les rattachant au champ
de perception d'un des participants a Thistoire. La restriction du
champ perceptif, malgré son application assez large, contribue
néanmoins á maintenir Teffet de Teffacernent du narrateur. Bien que
sa voix se fasse dominante, la perceptibi1 i té de sa présence diminue
si la "vision" du monde qu'il nous offre est filtrée á travers les
yeux d'un autre.
Ainsi, on constate que le di scours "proprement narratif" dans
Le Sommeil délivré, Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant ne
contient pas beaucoup d'éléments qui accentuent la perceptibilité du
narrateur. C'est plutot un aspect extra-narratif, a savoir
V insertion d'une des formes de commentaire, le plus souvent
1'observation de portée générale, qui constitue la marque la plus
explicite de sa présence dans les quatre premiers romans d'Andrée
Chedid. Conwe il devient progressivement plus difficile de décider si
ces réflexions devraient s'attribuer á sa voix ou a celle d'un des
personnages, on est amené a aborder la question "Qui parle?" pour
essayer d'y formuler une réponse qui puisse mettre en lumiére les
procédés du partage de la parole narrative. Or, si les narrateurs se

-86-
caractérisent par un assez haut degré d'effacement sur le plan des
fonctions extra-narratives et également sur celui de leur discours
proprement narratif, il convient de chercher á determiner si cet
effacement se traduit en "silence" de la voix narrative quand il
s'agit de la transmission du discours des personnages ou si, par
contre, c'est dans la reproduction des paroles des acteurs que la
presence du narrateur se manifesté le plus ouvertement.
Le narrateur extra-hétérodiégétique du Sommeil délivré garde le
monopole de la parole dans la section qui precede le récit de Samya.
II transmet les pensées de la jeune femme et celles de Rachida le plus
souvent par le discours narrativisé ou par le discours indirect libre
et, á cause de cette médiatisation, on n'entend presque jamais tres
clairement les voix des personnages. Des la quatriéme page du roman
on remarque une sorte de glissement du récit entarné par le narrateur a
celui elaboré par Rachida, transition qui s1opere par la repetition de
la phrase "C'était une fin d'aprés-midi comme les autres" (SD, p. 14).
Cependant, méme quand il s'agit de la reconstitution des événements
sel on la perspective de la belle-soeur de Samya, ce ne sont pas ses
paroles "directes" qui nous parviennent mais plutót la voix duelle du
discours indirect libre, ce qui permet un mélange tres subtil du récit
du narrateur avec celui du personnage. Grace a l'homogénéité qui
résulte de l'emploi invariable de la troisiéme personne il est
possible pour ce narrateur d'introduire son comnentaire sur Rachida,
de décrire le personnage de l'extérieur suivant parfois ses mouvements
en focalisation externe, et d'incorporer des épisodes révélateurs de
sa personnalité et de celle de son frére; tout cela sans se mettre
trop en evidence. Par contre, les jugenents portes par Rachida sur sa

-87-
bell e-soeur ressortent avec une netteté presque égale á celle de la
citation directe:
II fall ait que ce fut elle pour attraper une pareille
mal adié. Cette Samya attirait les catastrophes. Les deux
jambes immobilisées. De quel peché Dieu avait-il done voulu
la punir?
II fal 1 ait teñir son rang, garder ses distances. Rachida y
veillait. Pas comme sa bel!e-soeur, cette Samya sans
fierté. Avant la paralysie, c'était une femme qui ne
souhaitait qu'une chose: trainer dans le village, se méler a
n'importe qui. Elle prétendait qu'elle y était heureuse.
Boutros avait dü se fácher á plusieurs reprises. (SD,
pp. 13, 14)
Néanmoins, comme le di scours indirect libre nous permet de suivre les
pensées du personnage et puis d'entendre la voix du narrateur sans
entraíner un changement brusque de personne, les deux di scours, voire
les deux récits s'entrelacent d'une fagon presque indissociable et a
cause de 1'ambiguTté qui en résulte, le narrateur peut tres
subtilement introduire sa propre perspective, perceptive et surtout
psychologique. Malgré l'effet d'une superposition de deux discours,
d'une fusion de deux voix qui laisse une tres grande place a la
subjectivité du personnage, le point de vue "objectif" du narrateur,
quel que soit son degré d'effacement, intervient pour guider notre
réponse aux événements et aux personnages de l'nistoire.
La transition entre la perspective de Rachida et celle de Samya
se fait d'une maniere assez imperceptible, car elles s'expriment
toutes les deux a travers la voix du narrateur extra-hétérodiégétique.
Bien qu'il raconte objectiveinent l'acte criminel de la jeune femme, la
voix double du discours indirect libre nous fait partager le dégout et
le sursaut de révolte qu'inspire á Samya le baiser quotidien de son
mari: "Les lévres approcheraient, bruñes, enormes, avec de la salive
aux commissures. II s'inelinerait. On ne verrait plus que ses lévres

-88-
et la calotte écarlate. Ce serait insupportable. II se baisserait
encore" (SD, p. 28). Si l1on finit done par s'identifier avec la
meurtriére, á quel point la voix du narrateur ressort-elle pour
détruire ce lien affectif qui se crée entre le personnage et le
lecteur, effectuant ainsi une distanciation pareille á celle qui
caractérise la presentation du récit de Rachida? Or, loin d'indiquer
une telle distanciation, le comnentaire du narrateur sur Rachida
semble se confondre avec les pensées de Samya produisant l'effet d'une
voix et d'une perspective partagées. Les observations ne s'inscrivent
plus uniquement dans le texte du narrateur mais représentent plutót un
point de convergence possible entre son di scours et celui de Samya,
témoin de la reaction de sa belle-soeur á la mort de Boutros:
Elle devrait attendre, Rachida. Bientót, sa voix ne sera
plus qu'un souffle. Et la nuit venue, elle restera
cramponnée á la balustrade. Seule avec Samya qui la
regardera jusqu'a ce qu'elle ne soit plus qu'une ombre.
Lorsqu'ils seront partout dans la chambre, Rachida pourra
s'affaisser. "Si j1avais su! ... Si j'avais su! . . .
répétera-t-elle. J'aurais abandonné ma promenade, j'aurais
laissé le veau, j'aurais laissé les poignées!" (SD, pp. 32,
35)
Au lieu d'etre le signe d'une separation entre le discours du
narrateur et celui du personnage, ces assertions "prédictives"
constituent une marque de leur confusion.
Qui plus est, la transition de la narration hétérodiégétique au
récit autodiégétique de Samya manifesté une certaine ambiguTté á
l'égard de 1'i denti té du sujet parlant. Les paragraphes oü s'opére le
passage de la parole d'une voix narrative á l'autre créent
1'impression d'une véritable comnunion entre le narrateur extra-
hétérodiégétique et la jeune femme qui entend la rumeur menagante de
la foule qui s'engouffre dans la maison. Cette identification,

-89-
diamétralement opposée á la distanciation du narrateur qui se fait
sporadiquernent sentir par rapport au di scours de Rachida, va méme
jusqu'á inviter la participation du lecteur á l'acte narratif de Samya
par l'emploi du pronom indéfini "on":
Peut-étre oublieront-ils que la rampe n'est pas solide?
Peut-étre tomberont-ils dans la cage de l'escalier?
Peut-étre qu'il n'y aura plus d'escalier, que Rachida
se lassera et qu'on pourra dormir.
Mais s'ils parviennent jusqu'á la chambre, on mettra
le passé comme une cloison étanche entre eux et sa propre
vie. On appellera le passé pour qu'il dévale comme les
paysages qui se poursuivent aux vi tres des trains. Ce
passé, il faudrait le retrouver, se mettre derriére lui.
(SD, p. 35)
Ainsi, le récit du narrateur extra-hétérodiégétique devient
graduellement celui de Samya et ce glissement par lequel s'effectue la
transition contribue, d'une part, á l'effacement d'un locuteur anonyme
et omniscient qui s'impose le silence sans rien dire pour signaler
qu'il céde la parole. De 1'autre, ce procede sert á la création d'un
contexte favorable pour le récit de Samya en mettant en relief le haut
degré d'harmonie qui existe entre sa voix et celle de la veri té
"objective."
La voix du narrateur extra-hétérodiégétique rétablit sa
prédoininance dans le dernier chapitre du Sommeil délivré oD ce
narrateur, ne s'en tenant plus aux perspectives de Rachida et de
Samya, reprend son récit et dépeint la réaction des villageois au
crime. Malgré la présence un peu plus marquée du discours rapporté,
il s'accorde un monopole presque total de la parole, décrivant la
foule qui pénétre dans la maison de Boutros de son propre point de vue
omniscient. Quant á Samya, aprés avoir passé toute sa vie einnurée
dans le silence, méme sa voix intérieure s'est éteinte. Sur le plan
de l'histoire c'est le récit á venir, celui de sa belle-soeur, qui

-90-
l'emportera, car "Rachida, elle, trouve tous ses mots. Au long des
jours qui viennent, elle dirá tout!" (SD, p. 224). Sur le plan du
récit, c'est la voix du narrateur hétérodiégétique qui ressurgit,
fermant ainsi la parenthése qui enferme la voix de Samya au niveau
intradiégétique et faisant obstacle a sa communication directe avec le
narrataire extradiégétique. Pourtant, on verra que les cloisons sont
loin d'etre étanches. Aprés avoir consideré les modes de reproduction
du discours des personnages dans Jonathan, Le Sixierne Jour et Le
Survivant, nous tenninerons cette discussion des voix narratives dans
les quatre premiers romans chedidiens par une remise en question de ce
qui constitue la perméabilité de ces voix au texte et au message de
1'Autre.
Dans Jonathan, la predominance du discours du narrateur continue
car le plus souvent les voix des personnages ne se font entendre qu'a
travers la sienne. II arrive méme que le narrateur "s'approprie"
subtilanent leur discours. II substitue sa perspective omnisciente á
celle, bien plus limitée, d'Alexandre et de IJaghi au cours de leur
entretien a propos de Liane (J, pp. 54-58). II glisse sa relation de
la visite faite par la jeune filie á l'Orphelinat dans la conversation
des personnages, faisant abstraction de leurs paroles pour raconter
cet episode d'aprés son propre point de vue. Cependant, le passage de
la parole se fait si imperceptiblement que seule 1'omniscience du
locuteur révéle que c'est le narrateur qui s'est mis á parler a la
place des deux personnages. Aprés ce segment intercalé, la
conversation entre Alexandre et Naghi se poursuit en discours rapporté
comme si elle n'avait jamais été interrompue, ce qui contribue
d'autant plus a dissimuler 1'intrusion du narrateur.

-91-
L'emploi suivi du discours rapporté pour reproduire les paroles
des personnages se limite en general aux dialogues qui rythment le
roinan. Certes, on suit par bribes les pensées non-médiatisées des
personnages mais les débats intérieurs du protagoniste nous
parviennent le plus souvent á travers la voix duelle du discours
indirect libre. Le narrateur transmet le discours intérieur des
personnages, transposant leurs paroles, assimilant leurs voix a la
sienne et formulant lui-méme leurs questions. S'il transcrit, par
contre, les propos échangés au cours des dialogues entre les
personnages, sa voix se fait néanmoins entendre dans des passages qui
alternent avec leurs paroles directes pour décrire leurs gestes ou
pour exprimer leurs réflexions. Comme le discours du narrateur
s'insére méme dans les passages "cites," le lecteur n'oublie jamais
que le discours des personnages lui parvient grace a son
intervention.
Pourtant, arrive-t-il parfois que les pensées des personnages
s'émancipent des marques de la presence du narrateur pour se faire
entendre sans aucune trace de médiatisation, méme celle que
constituent les introductions declaratives et les guillemets? La
notion de la parole partagée s'exprime-t-elle non pas seulement par la
fraternité que symbol i sent les dialogues entre les personnages et par
la voix duelle du discours indirect libre mais aussi par la
connunication directe entre personnage et narrataire extradiégétique?
Ou, en revanche, 1'identification entre narrateur et personnage est-
elle portée a un si haut degré que le narrateur, "oubliant" la
distance temporelle ou intellectuelle qui les sépare, exprime la
volonté et les incertitudes des acteurs en sa propre voix, sans aucune

-92-
transposition, donnant ainsi 11 impression qu'elles sont aussi les
siennes? II est impossible de trancher, mais donné 1'ambiguTté de
certains énoncés, on discerne néanmoins une interpénétration sel on
laquelle les paroles intérieures des personnages "envahiraient" le
di scours narratif et parviendraient done directement au narrataire
extradiégéti que.
Dans Le Sixiéme Jour, les voix des personnages se libérent
davantage de celle du narrateur et cette emancipation se manifesté
surtout par une augmentation de la proportion de discours rapporté.
Les conversations entre les acteurs sont plus nombreuses que dans
Jonathan et le narrateur feint plus souvent de se taire, donnant la
parole directement a ses personnages. Ainsi, dans ce roman,
l'autonomie du discours des personnages semble aller de pair avec
1'importance et l'efficacité croissantes de l'acte de conmunication
sur le plan de l'histoire. Plus les acteurs se parlent, plus leurs
voix nous parviennent sans la médiatisation de celle du narrateur, car
une des "voies" de 1'emancipation du discours des personnages consiste
justanent en la fraternité de la parole partagée. Cependant, cette
autonomie se manifesté-t-el1e aussi dans le discours intérieur des
personnages? Leurs pensées nous parviennent-el1 es toujours
médiatisees par la voix du narrateur ou plutót directement, libérées
de sa presence inteprétative? C'est surtout par cette "voie" que le
personnage se transformera en narrateur extra-autodiégétique et que se
produira la polyphonie qui resulte du partage de la parole narrative.
Le narrateur du Sixiéme Jour, comme celui de Jonathan, reproduit
les paroles intérieures des personnages le plus souvent par le
discours transposé, surtout le discours indirect libre. Dans ce

-93-
troisiéme roman chedidien aussi, la voix duel le indique un haut degré
d'empathie chez le narrateur, presque une sorte de participation á la
lutte intérieure menée par la protagoniste. Malgré cette
superposition des di scours qui fait ressortir la perspective
subjective du personnage, c'est par la voix du narrateur et á travers
sa perspective syntactique que se font entendre la plupart des pensées
des acteurs. Pourtant, on constate dans Le Sixiéme Jour un emploi
plus frequent de la narration au présent dont découle parfois une
confusion de voix qui ne reside pas simplement dans une
interpénétration des di scours de narrateur et de personnage mais
entraine plutót une veritable ambiguíté a l'égard de 1'i denti té du
sujet parlant. Quand la narration se fait au présent le contraste
tenporel entre les deux di scours disparait et il ne reste plus que la
désignation du personnage par la troisiéme personne pour les
différencier. Etant donné le haut degré de sympathie qui existe entre
le narrateur et les personnages, surtout le protagoniste, il arrive
parfois que le contenu de l'énoncé ne révéle pas non plus 11 identité
du locuteur et ainsi la frontiére qui sépare le discours du personnage
et celui du narrateur devient tres floue. Par exemple, au cours de la
description d'un des cauchemars qui assaillent Om Hassan durant sa
derniére journée d'attente, le texte du narrateur et les paroles
intérieures de la grand-mére semblent se confondre, non pas dans un
mérne di scours, mais plutot en deux di scours intimement entremélés:
Elle avance, mais en rampant cette fois, s'aidant de ses
paumes, et 1'enfant pese sur ses omoplates, sur ses
reins. ... II faut de toute fa$on avancer, échapper á
cette route, se libérer de ce poids écrasant, s'éloigner de
ces pierres qui vous déchirent les mains, le ventre, fuir ce
chemin sans arbres, ce soleil sans clémence. Un bruit d'eau

-94-
dans le lointain. . . . Est-ce une source lá-bas, dans cette
roche de gram't? Est-ce un mirage? Qu1 importe? ... (SJ,
p. 154)
Pareillement, á l'aube du sixieme jour, ayant retrouvé son courage, la
vieille femme prend une résolution qui semble, sur le plan de
l'énonciation, marquer un glissement du di scours du narrateur á celui
du personnage: "Jamais plus elle ne se souviendra de tout ceci; elle
ne voudra pas s'en souvenir. II ne faut pas entrainer les cauchemars
avec soi, ni couvrir d'ombres les pas d'un enfant" (SJ, p. 178).
Grace á l'ambiguíté engendrée par un contexte narratif au present, la
voix intérieure du personnage semble acquérir un degré d'autonomie qui
dépasse méme celui du discours (prononcé) rapporté, car l'absence de
guillemets implique 1'abol i ti on des moindres traces de la presence
médiatrice du narrateur.
On constate dans Le Survivant une augmentation marquee de la
proportion de narration au present et de discours rapporté, non pas
seulement prononcé mais aussi intérieur. Le narrateur s'efface,
cédant la parole a ses personnages bien plus souvent dans ce roman que
dans les trois ouvrages antérieurs. Le Survivant contient un assez
grand nombre de conversations entre les personnages, conversations
qui se déroulent sans que la voix du narrateur ne les interrompe et qui
revétent par conséquent les caractéristiques du dialogue théatral.
Ainsi, de méme que la presence du discours (prononcé) rapporté devient
plus répandue, il y a une augmentation correspondante de sa
continuité, car le narrateur s'abstient de plus en plus d'y intervenir
pour décrire les gestes ou les pensées des participants. En outre, le
narrateur s'impose des silences assez prolongés en citant des passages
de certaines lettres écrites á Lana par les parents d'autres victimes

-95-
de l'accident ou venues des alentours pour lui annoncer la presence
d'un étranger censé étre son mari (S, pp. 135-43). Bien que le
narrateur ne se tai se pas complétement, car c'est lui qui transpose
les pensées de Seif et décrit les sensations de Lana, ce n'est pas sa
voix qui predomine dans cette section. Ce sont plutót les paroles
directes des personnages, franchissant les distances spatiales et
culturelles, qui constituent la source de 11 information narrative sans
subir aucune transformation de la part du narrateur.
La composition du Survivant, qui depend en grande partie de la
citation des dialogues entre les personnages, accorde par consequent
un assez haut degré d'autonomie aux propos qu'ils échangent. Certes,
il arrive souvent que les voix intérieures des acteurs s1 intercalent
aux paroles qu'ils prononcent au cours de leurs conversations. Or, le
mode de reproduction de ces pensées marque une étape importante de
revolution progressive des personnages chedidiens en narrateurs
extra-autodiégétiques. Dans Le Survivant, bien que le style indirect
libre ne soit pas de la tout abandonné, le discours intérieur des
personnages, surtout du protagoniste Lana, se fait entendre assez
souvent sans la médiatisation du narrateur. Les seules traces de la
présence de ce dernier sont alors les guillemets par lesquels il
signale la citation. Ainsi, les pensées passant par la tete de Lana
au cours de sa conversation avec l'hotesse qui lui téléphone pour la
prevenir de l'accident nous parviennent directement, en discours
rapporté:
"Je dis: reste. Ne pars pas. Remets a demain. Remets d'un
seul jour. II ne m'écoute pas. II sourit: 'A quoi vas-tu
penser! C'est ridicule.' 11 ne faut pas sourire, Pierre.
Il ne faut pas se moquer. Je dois te reteñir, n'importe

-96-
comment, par des pleurs, des cris, s'il le faut, mais tu ne
dois pas partir. Tout est encore possible, si j'agis vite,
tres vite." (S, p. 15)
Le caractére dialogique du di scours intérieur rapporté de Lana ressort
encore plus clairement dans le passage suivant:
"Deux ans que je te cherche, Pierre, et tu étais si proche.
Deux ans que je t1invente, et tu n'existais plus." "Rien
n'a change, Lana, j'étais dans l'absence, pourtant tu m'as
gardé." "Ton absence, c'était encore la vie. Tu viváis.
Autre part, loin de moi. Mais au moins tu viváis." "Tu as
raison, Lana, ce n'est pas pareil. Je ne voulais pas
vieillir, je ne voulais pas mourir, je n'étais pas preparé á
ces renoncements." "Pierre, mon enfant chéri, si je pouvais
te porter, t'emporter loin de la nort. ..." (S, pp. 180-
81)
Le je^ du sujet parlant, absent du discours intérieur des personnages
dans Le Sommeil délivré, Jonathan et Le Sixiéme Jour ressort done avec
beaucoup de relief dans Le Survivant, préparant la narration
autodiégétique qui caractérise la plupart des romans postérieurs.
L'émancipation du discours des personnages ne se révéle pas
uniquement par la citation directe de leurs pensées. Par exemple, on
verra dans le passage suivant qu'au lieu de reproduire les paroles
intérieures de Seif en discours rapporté, le narrateur semble
momentanément abdiquer sa fonction médiatrice si bien que la voix du
personnage se fait entendre sans aucune marque de son intervention.
Comme dans Le Sixiéme Jour, l'emploi du présent de narration contribue
a créer un effet de glissement entre le texte du narrateur et celui
des acteurs. A cause de 11homogénéité temporelle qui sert a estomper
une des distinctions caractéristiques entre les deux discours, les
pensées exactes du personnage s'emmélent presque imperceptiblement á
leur contexte narratif:

-97-
Seif continue de regarder cette femme comme jamais il ne
s'était permis de la regarder. Pourquoi a-t-elle ce ton si
cassant quand elle parle á l'ingénieur? Quand elle
s'adresse á lui, sa voix est toujours sur le point de se
briser. Pourtant cet homme est bon, Seif le sait; il a
longternps vécu auprés de lui, bien avant l'arrivée
d'Elizabeth. (S, p. 138)
Cependant, le texte du personnage, interpolé dans celui du narrateur
sans aucune transition verbale ou typographique pour signaler le
passage de la parole, y reste assez étroitement encadré et ne semble
pas, par conséquent, vraiment s'émanciper de 1'instance narrative
originelle. Par contre, dans les segments du roman oü la parole passe
d'emblée a un des personnages sans aucune trace de la fonction
organisatrice du narrateur et sans aucun signe de subordination á son
discours, la voix de ce personnage semble se substituer plus
longuement a celle du narrateur. Certes, il n'est pas encore question
pour le personnage d'entamer son propre récit. Néanmoins, sa voix
s'éléve indépendamment de celle du narrateur et son discours direct
libre, plus coherent du point de vue de la syntaxe et de 1’ideation
que le "courant de conscience" et d'nabitude moins étendu que le
monologue intérieur conventionnel, semble étre le signe précurseur du
partage de la parole narrative qui contribue a la richesse et á la
beauté de La Cité fertile, de Nefertiti et le reve d'Akhnaton et de
La Maison sans racines. Vu selon l'optique adoptée dans la présente
étude, une telle libération représente le stade le plus décisif de
la lente métamorphose du personnage chedidien en narrateur extra-
autodiégétique. Or, il ne s'agit pas du tout de 11emboitement qui
caractérise la structure narrative du Sommeil délivré selon 1 aquel le
le discours intérieur de Samya nous parvient grace a la médiatisation
du narrateur extradiégétique. Alors que le narrateur du Sommei 1

-98-
délivré cede la parole a son protagoniste et puis la reprend dans un
récit oü les frontiéres narratives restent assez bien définies, il est
plutot question ici d'un glissement parfois tres subtil d'un discours
a 11 autre.
II faut souligner que 1'ambiguTté sur laquelle repose une telle
alternance n'est jamais totalement abolie. Si cette ambiguTté
assourdit a un certain degré l'effet de polyphonie narrative qui
commence á se creer dans les quatre premiers romans de Chedid, elle
représente toutefois un élément fécondant. Elle laisse sous-entendre
l'effacement total de la distance entre narrateur et personnage aussi
bien qu'entre leurs discours car grace a la juxtaposition qui s1opere,
il semble parfois que le narrateur exprime de sa propre voix les
pensées exactes de l'acteur, s'identifiant á lui á tel point que leurs
mental i tés se confondent et que sa voix, au lieu de transformer le
discours de l'Autre, finit par s'y absorber. Ainsi, a cause de cette
dialectique convergence/séparation qui s'établit entre les deux
discours, les frontiéres entre personnage et narrateur commencent a
flotter.
La présence de ce discours ambivalent se fait sentir avec de plus
en plus de relief dans chaqué ouvrage successif. C'est a la fin du
Sommei 1 dé1ivré qu'on le remarque pour la premiere fois, dans un
passage oü la voix et le message de Samya semblent résonner á travers
la couche de silence qui les a engloutis:
Dans le vestibule, il n'y a plus qu'Ammal.
II faut partir d'ici. Avec des étres qui naissent de vos
doigts, plus semblables aux vivants qu'eux-mémes ne le
seront jamais, on n'est pas seule. II faut partir. Loin de
ce qui étouffe et de cette pourriture que devient la peur.
Ammal va jusqu'aux marches, et elle les regarde.

-99-
Ell e remonte sa robe un peu au-dessus des genoux et la
tient dans chaqué main.
Elle attend encore, pour recueillir tout son souffle.
Puis, elle se met á courir.
Ammal court. (SD, p. 226)
S'agit-il du monologue intérieur de Samya qui pense á Ammal et veut de
tout son coeur qu'elle soit sauvée, d'un discours immédiat s'insérant
dans la trame du discours narratif et représentant chez la jeune femme
le triomphe, du moins sur le plan du récit, de la volonté d'abolir les
cloisons pour que la communication soit possible? Est-il plutót
question des paroles de Samya, remémorées par Ammal ou de la voix
intérieure d'un des personnages, soit celle de la jeune filie el 1e-
meme, soit celle de l'aveugle, témoins silencieux du denouement de la
tragédie vécue par la femme? Enfin, cette exhortation fait-elle
partie du discours du narrateur, soudain si "engage" dans l'histoire
de Samya qu'il abandonne provisoirement sa fonction narrative pour
s'adresser á un des personnages á sa place? En fin du compte la
réponse á la question "Qui parle?" doit rester en suspens. II faut
tout de meme constater que la voix de la protagonista semble, dans le
discours du narrateur extradiégétique, se frayer un passage de
communication "directe" avec le narrataire extradiégétique.
Dans Jonathan la proportion du discours manifestant cet effet de
glissement s'accroit légérement, et comme dans Le Sommeil délivré,
1'ambiguTté, loin de diminuer la portée de la voix en question, a
l'effet de redoubler sa richesse. A cause de 1'absence de transition
caractéristique du discours direct libre, les pensées du personnage
semblent jusqu'a un certain point étre celles d'un narrateur qui va
encore plus loin que 1'identifi cation qu'implique le discours indirect
libre et fi nit non pas seulement par adopter entiérement le point de

-100-
vue de I'acteur mais aussi par s'exprimer a travers son discours.
Dans les deux premiers exemples il s'agira de la relation entre le
discours de Jonathan et celui du narrateur alors que dans le
troisieme, il sera question du rapport entre le discours du narrateur
et celui d'Alexandre:
Alexandre doit étre la, tout proche, a quelques pas. 11
faut voir Alexandre, reconnaitre Alexandre et sur son visage
1'esperance des hommes, savoir enfin qu'on ne s'est pas
trompé.
Pourvu qu'Alexandre se rapproche, pourvu qu'il ne passe pas
sans s'arréter. . . . Il faut attendre, espérer; ne faire
que cela.
On approche. . . .
Bientót il va falloir se lever, prendre avec soi les autres,
et repartir; il reste tant de choses á faire, tant de choses
á changer. (J, pp. 202, 203, 206)
La "presence" du narrateur semble moins vraisemblable dans d'autres
segments dont le contenu compromettrait soit son omniscience soit sa
véracité. Ces segments se rapportent done bien plus naturel1ement á
la perspective limitée du personnage. On a ainsi 1*impression que ce
sont les paroles intérieures du sacristain et de l'architecte
respectivement qui se glissent dans le texte du narrateur,
s'intercal ant dans son discours sans s'y intégrer:
Plus loin, s'ouvrait 1'autre vie. "L'autre vie! . . ."
Chaqué journée sera une pierre posee sur le chemin. II
travaillerait pour les autres, avec les autres. II
donnerait l'énergie de ses bras et tout ce qui lui brulait
le coeur.
Alexandre sait qu'il est trop tard, mais il ne peut pas s'en
aller. Penché sur Jonathan, il lui souléve la tete. Qui
est done ce jeune homme? Pourquoi fallait-il qu'il fut tué?
Pourquoi ce sang, toujours ce sang? Le désir de dominer, ce
n'était pas cela qui était en jeu; comment ne l'ont-ils pas
compris? Une accablante souffrance a vieilli les traits
d'Alexandre, jamais sa bouche n'a eu un pli aussi amer; il
lui semble qu'on vient de jeter une poignée de sable sur son
coeur. (J, pp. 187, 205)

-101-
De Jonathan au Sixieme Jour le nombre d'énoncés en discours
direct libre s'augmente notablement, ce qui semble aller de pair avec
une autonomie croissante du discours des personnages, libére parfois
de toute trace de 1'intervention du narrateur. Pourtant, il existe
toujours la possibilité que ce soit le narrateur qui devienne dans une
certaine mesure le porte-parole du personnage, partageant les pensées
de ce dernier et les exprimant de sa propre voix sans aucune
altération:
On fait sa vie. II faut vouloir sa vie. La volonté
d'aimer, de vivre, est un arbre naturel, vigoureux, qui vous
pousse dans le corps. L'existence est ce qu'elle est. Les
hommes ce qu'ils sont. Le mieux est toujours quel que part.
Dans le sable, dans le granit, dans le plomb, en nous-mémes.
Le don des 1 armes, la grace des 1 armes est toujours quelque
part. (SJ, p. 156)
Dans le passage suivant coinme dans celui qui précéde, 1'ambiguTté
releve en partie de l'absence de pronoms de la premiere personne qui
serviraient á préciser 1'i denti té du locuteur. D'une part, on a
1'impression qu'il s'agit des pensées exactes du jeune homme qui se
font entendre hors du controle médiatisant imposé par le narrateur et
qui constituent done le véhicule d'une communication plus directe avec
le narrataire extradiégétique:
La jeune filie en kimono n'était pas á son balcón; pourtant
a chaqué allée et venue il 11apercevait. . . . Peut-étre, un
soir, lui ferait-il signe? Simplement pour voir ce qui
adviendrait. Mais rien ne se passerait; il en était certain
d‘avance. Rien ne se passe ici. Les jours s'enlisent, 1'un
dans 1‘autre. La révolte vous saisit comme une grande
colére pourpre, vous mord d'un seul coup et se recouche
aussitót. (SJ, pp. 71-72)
De 1'autre, il est possible d'attribuer ces paroles au discours du
narrateur et de les considérer comme une sorte d'écho, voire un
partage, du discours ¡ntérieur du personnage ou plutót comme une

-102-
observation faite par le narrateur en son propre nom qui aurait
l'effet de l'ancrer soli dement dans le cadre de son histoire.
L'ambiguite qui s'infiltre dans la dichotomie de la convergence/
separation des deux discours devient encore plus lourde de
signification quand il est question d'une affirmation comme celle-ci:
Cette chair, ces os rassemblés ne sont pas vraiment Hassan.
Hassan est derriére tout cela, qui veille. L'enfant lui-
méme, ne semble pas tellement y croire, á son propre corps.
Malgré ce corps, il va vivre. Les enfants des hommes font
de ces miracles; pas les poupées. Hier, n'a-t-il pas
demandé: "On part? . . ." 11 sait qu'on se dirige vers la
mer. 11 veut voir la mer. Il la verra. (SJ, p. 157)
Cette certitude optimiste en la victoire du petit gargon sur le
cholera s'exprimerait naturellement a travers le discours de sa grand-
mere, mais pourrait-elle aussi caractériser celui d'un narrateur
efface et omniscient? Est-i1 possible que ce narrateur se mette á
croire, á son tour, partageant la lutte d'Om Hassan á tel point qu'il
finit par partager aussi ses pensées? Une telle déclaration, au lieu
de compromettre la crédibilité de la voix du narrateur ou de mettre en
question son omniscience révéle-t-elle plutot la fusion momentanée de
deux volontés, l1abolition provisoire de la frontiére entre deux
discours? Il est difficile de trancher, mais on peut néanmoins
constater que, dans certains passages du Sixieme Jour, le discours du
narrateur semble graduel1ement s'absorber dans le monologue intérieur
(et immédiat) du personnage et puis en ressurgir sans aucune
indication explicite de l'alternance des voix. Ainsi, grace aux
frontiéres floues et mouvantes qui relevent de la presence du discours
direct libre, la portée et l'autonomie de la voix du narrateur
semblent étre appropriées par les personnages, surtout par la
protagoniste Om Hassan au cours de ses monologues intérieurs:

-103-
La nuit a tout absorbé. La barque est seule au monde.
Devant le mur ocre de l'école, l'oustaz Selim a dit: "Le
sixierne jour est une veritable resurrection." Ce n'était
pas pour lui qu'il le disait, puisque lui-meme est mort.
C'est pour l'enfant qu'il le disait. . . . Le jeune maitre
est mort. Pourquoi meurent les bons? . . . Pourquoi? . . .
II ne faut pas trop y songer ce soir. II ne faut pas penser
a plusieurs choses á la fois. Penser a l'enfant suffit. II
ne faut penser qu'a l'enfant.
Quelques paroles échangées aideraient á faire glisser les
heures. Un vent un peu vif s'est levé, le batelier et son
aide manient les voiles. Om Hassan fixe une fois encore le
montreur. (SJ, p. 172)
Dans Le Survivant, ce genre de glissement entre le discours du
narrateur et celui des personnages devient si répandu qu'il distingue
la technique narrative de ce roman chedidien de tous ceux qui le
precedent. Parfois il ne s'agit que d'une bribe de la pensée d'un des
acteurs, le plus souvent Lana, qui nous parvient en discours direct
libre, encadré du texte du narrateur ou des paroles d'une conversation
citée par 1ui:
Lana s'approche, effleure un bout d'aile, frole la
carlingue, va plus pres, fait le tour de la carcasse. . . .
Puis se détournant, elle avance entre les tentacules de fer,
s'introduit sous une arcade. . . . Surtout ne rien trouver
ici qui appartienne a Pierre. Une plaque de tole déchire sa
robe, ses bas sont troués aux genoux.
--Vous ne m'avez sans doute pas compris, madame Moret,
reprend le directeur d'une voix plus sourde. Je n'ai pas
prononcé de nom. Dans l'état actuel des choses, il est
d'ailleurs impossible. . . .
II faut di re et redi re: "Pierre." Que le nom s'ancre
dans le temps, dans la tete de chacun, que la chair
ressuscite tout autour.
--C'est Pierre, j'en suis certaine. (S, pp. 110-11, 50)
Pourtant, les pensées "directes" des personnages qui s‘intercalent
dans les conversations rapportées par le narrateur ne se limitent pas
toujours a deux ou trois phrases isolées. Entre les propos échangés
par Lana et Jeanne Zell la voix intérieure de 1'héroTne se fait

-104-
entendre plus longuement et nous parvient sans les indications
typographies qui signalent la présence médiatrice du narrateur:
Bientót ce plafond, ce sol se rejoindront, il n'y aura plus
la place de bouger, de respirer. II faudra s'étendre á plat
ventre sur ce tapis, sentir cette odeur de renfermé dans les
narines, espérer que quelqu'un vienne vite vous tirer de la.
En attendant, se boucher les oreilles pour ne plus entendre
ce roucoulement souffreteux des pigeons. (S, p. 85)
II arrive méme que c'est la voix intérieure du personnage qui s'éléve
la premiere au début d'un nouveau segment du récit, prenant ainsi la
parole presque en contrepoint á celle du narrateur:
Que faire? Ou aller? Comment roinpre ces deux jours qui
vont suivre? L'avenue est longue, longue, avec ses
centaines de boutiques, ses kiosques á journaux, ses
passants, ses marchandes de fleurs, ses vitrines. Surtout
ne plus s'entendre, ne plus s'écouter, trancher les langues
de l'hydre, s'introduire dans un temps neutre, se laisser
happer par la foule, se soumettre á ses vagues, s'enrouler
dans ses pi is. Devenir multitude, s'enliser. Ne plus rien
savoir. S'enfoncer dans le tunnel, l'étroit passage,
jusqu'au moment ou, de l'autre cote, m'apparaitra ton
visage: "Pierre."
Alors, seulement, m'éveiller. (S, p. 57)
Or, c'est á la fin de ce passage que 1'on remarque le signe le plus
explicite de 1'emancipation du discours de personnage. Cette nouvelle
dimension, qui distingue Le Survivant des romans de Chedid deja
étudiés et annonce la polyphonie narrative caractéristique de sa
production romanesque postérieure, consiste en la présence d'un pronom
de la premiere personne, inséré dans un discours qui n'est ni énoncé
ni médiatisé par le narrateur. Ainsi, toute 1'ambiguTté á l'égard de
1'i denti té du sujet parlant se résout: c'est le personnage qui
s'exprime, sa voix s'élevant avec l'autonomie qui caractérise celle du
narrateur extradiégétique.
Cependant, on se rend bien compte que la transformation du
personnage en narrateur n'est pas encore complete. II reste au moins

-105-
une question importante á explorer avant de passer a la discussion des
romans chedidiens plus récents. II faut surtout essayer de proposer
une distinction entre le di scours direct libre de Lana, par exemple,
et le discours intérieur d'Aléfa, protagoniste de La Cité fertile.
Encadrés tous les deux d'un texte qui provient du narrateur
hétérodiégétique, i 1s restent néanmoins hors de portée de cette voix
médiatrice. Qu'est-ce qui fait done que 1'un se qualifie simplement
de monologue intérieur et 1'autre de discours narratif? Quel est ce
seuil qui doit étre franchi pour que les paroles du personnage, libres
de toute trace de subordination, constituent le discours d'un
narrateur extra-autodiégétique?
Avant de formuler une réponse possible a ces questions il n'est
pas inutile de passer en revue quelques-uns des points considérés au
cours de ce chapitre. Dans cette analyse des voix narratives dans
Le Sommeil délivré, Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant nous
avons étudié le récit comme le résultat de la conjugal'son de deux
discours, celui du narrateur et celui des personnages. Nous avons
examiné le mécanisme de 1'entrecroisement des voix dont le roman est
tissé, cherchant á identifier les procédés narratifs qui contribuent á
créer un effet de polyphonie et par lesquels s1opere le partage de la
parole narrative.
La considération du discours des narrateurs révéle qu'ils ne se
signalent ni en se désignant par je^ ni en s'adressant ouvertement
au(x) narrataire(s). S'ils interviennent parfois dans le cours du
récit, leurs intrusions se 1 imi tent á des observations générales et
comme i 1s réfléchissent sur les mémes sortes de questions qui
préoccupent leurs protagonistes, leur commentaire n'a pas l'effet

-106-
d'augmenter sensiblement leur degré de perceptibilité. Jamais leur
di scours ne revet un caractére métanarratif qui mettrait en relief
chez eux une conscience marquee de leur role en tant que narrateurs ou
de 1'irreal i té de ce qu'ils racontent. Certes, la presence du
narrateur se fait sentir par d'autres signes bien plus subtils, coinme
l'emploi d'adverbes et d'adjectifs évaluatifs et méme le choix des
substantifs et des verbes, révélateurs á un certain degré des
jugements portés par le je-narrant sur les personnages et les
événements de l'histoire. Pourtant, la perceptibilité du narrateur ne
tient pas seulement aux jugements qu'il exprime explicitement ou
implicitement sur les gestes des acteurs, car s'il juge et interprete
leurs actes en les décrivant, il interprete aussi leurs paroles en les
transmettant.
II arrive au narrateur d'assumer jusqu'a la transmission des
pensées de ses personnages par son propre di scours. Dans les romans
chedidiens en question il se démasque done non pas principalement par
son commentaire, qui reste assez discret grace a sa ressemblance a la
perspective idéologique des acteurs, mais plutét par sa prise en
charge de la pensée ou de la parole des personnages. II s'introduit
librement dans 1'esprit de ces personnages, s'interposant entre eux et
1e(s) narrataire(s) du récit. II (re)produit leur discours en y
apportant certaines modifications grammaticales qui lui permettent d'y
glisser parfois ses propres interprétations. Or, la citation des
paroles prononcées ou intérieures des personnages limite le role du
narrateur dans la transmission de leur discours á celui d'un
transcripteur. Cependant, par ses descriptions de leurs gestes et de
leur état émotionnel, introduites au cours des dialogues ou des

-107-
monologues, sa présence se fait continue!lement sentir. En outre,
méme s'il supprime pour un certain temps tout signe linguistique de
son propre discours, il reste un signe typographique—les guillenets—
pour témoigner de son intervention organisatrice.
A mesure que 1'on avance dans la succession des quatre premiers
romans chedidiens, le monologue intérieur se substitue de plus en plus
aux passages d'analyse psychologique pris en charge par le narrateur
et le dialogue remplace progressivement la narration. L'expression
directe des pensées et des emotions que représente le monologue et le
moyen de caractérisation et de narration que constitue parfois le
dialogue sont des véhicules narratifs provenant des personnages qui
échappent au contróle du narrateur et qui diminuent par consequent la
predominance de son di scours. Plus le narrateur laisse monologuer et
dialoguer ses personnages sans intervenir, plus sa voix cede la place
aux leurs. Ainsi, dans le systéme narratif qui évolue á travers
Le Sommeil délivré, Jonathan, Le Sixiéme Jour et Le Survivant, le
récit semble se constituer de plus en plus d'un réseau de voix oü
celle du narrateur perd graduellement son monopole de la parole.
Si le narrateur tend á s'effacer, passant la parole aux
personnages, la question de distance--la convergence ou la separation
des deux discours--loin de perdre sa pertinence, devient d'autant plus
significative. II s'agit d'une abolition progressive des frontiéres
linguistiques et typographiques qui servent á marquer les transitions
d'un di scours a 1‘autre. Ces frontiéres deviennent parfois si floues
et si mouvantes qu'il y a un glissement presque imperceptible de la
voix du narrateur á celle de l'acteur. La dual i té se transforme done
en ambiguTté, car on n'arrive plus a distinguer le discours du

-108-
narrateur de la parole du personnage. Ainsi, l'autonomie croissante
qu'implique 1'expression de plus en plus directe de la pensée des
personnages va de pair avec cet effet d'ambigu'ité fécondante pour
creer un discours suspendu entre la voix du narrateur et celle du
personnage.
Pourtant, s'il arrive parfois que le discours d'un personnage se
substitue á celui du narrateur, ce personnage ne devient pas pour
autant narrateur extradiégétique. II est á remarquer que dans les
monologues de plus en plus libres de la presence du narrateur, le
personnage ne s'adresse pas au narrataire extradiégétique qui capte,
néanmoins, ses paroles "en direct." Bien que le narrateur
hétérodiégétique leur cede quelquefois la charge de transmettre le
message narratif, les personnages restent inconscients du nouveau role
qui leur est progressivement confié. Méme dans L'Autre (1969), roman
dans lequel la predominance de la voix du narrateur cede en grande
partie á 1'expression directe des paroles prononcées et intérieures
des personnages, ces personnages sont des participants actifs á
1'action de l'histoire mais non pas a celle de la narration proprement
di te. L'orientation de leurs monologues reste tournée vers
l'intérieur au lieu de vi ser á la communication--le partage de la
parole —avec le narrataire extradiégétique.
L'examen de L'Autre et de La Cité fertile révélera qu'il s'agit
de romans de transition entre deux systémes narratifs. En revanche,
Nefertiti et le reve d'Akhnaton, Les Marches de sable et La Maison
sans racines permettront de dégager le fonctionnement des différents
procédés du partage de la parole sur les plans de l'histoire, du récit
et de la narration.

-109-
Notes
^Andrée Chedid, "Commum'quer I," Visage premier (Paris:
Flammarion, 1972), p. 42.
2Gérard Genette, Figures III (Paris: Seuil, 1972), p. 72.
8Genette, Figures III, p. 245.
\es Marches de sable, une sorte "d1 autobiographic hétérodiéqé-
tique," constitue un cas special. Nous étudierons l'effet de
dédoublement qui se crée chez son narrateur au chapitre suivant.
5Genette, Figures III, p. 72.
^Animal = espoir. Voir Hédi A. Bouraoui, 11 Le Sommeil délivré
d'Andrée Chedid, ou 11aveuglement d'une société," L'Afrique Litteraire
et Artistique, 41 (1976), 40.
7Andrée Chedid, Le Sommeil délivré (1952; réédition Paris:
Flarranarion, 1976), p. 226. Désormais 1es références á ce roman seront
indiquées dans le texte entre parentheses et précédées de
1'abréviation SD. II en sera fait de méme pour les autres romans.
8Andrée Chedid, Jonathan (Paris: Seuil, 1955), p. 49. Désormais:
J.
^Andrée Chedid, Le Sixiéme Jour (1960; réédition Paris:
Flammarion, 1971), p. 33. Désormais: SJ.
^Andrée Chedid, Le Survivant (Paris: R. Julliard, 1963), pp.
164-76. Désormais: S.
^Genette, Figures III, p. 232.
19
Jaap Lintvelt, Essai de typologie narrative: le "point de vue"
(Paris: José Corti, 1981), pp. 61-62.
10 ^
1JGerard Genette, Nouveau Discours du récit (Paris: Seuil, 1983),
p. 34.
14Genette, Figures III, p. 191.
18La Cité fertile, Nefertiti et le reve d'Akhnaton, Les Marches
de sable, La Maison sans racmes.

CHAPITRE IV
DE L'AUTRE A LA MAISON SANS RACINES:
MODALITES DE LA PAROLE PARTAGEE
Mélle d'ancltres et de presence
Gorgle de chants et de peurs
La Parole
Brule a travers ages
S1 aventure
Ensemence
S'accroit
et retentit!1
Contrairement á la predominance du discours du narrateur
extra-hétérodiégétique qui caractérise les quatre premiers romans
chedidiens, a partir de L'Autre la notion de la parole partagle revet
de plus en plus une dimension proprement narrative. Aprés avoir
signal! la liberation progressive du discours des acteurs de la
fonction mediatrice remplie par le texte du narrateur omniscient, il
s'agira maintenant de suivre les derniéres Itapes de la transformation
de ce discours en un rlcit indlpendant, vlhicule d'une communication
directe entre personnage et narrataire extradiégétique. L'examen des
cinq ouvrages romanesques les plus récents de l'auteur, L'Autre,
La Cité fertile, Nefertiti et le reve d'Akhnaton, Les Marches de
sable et La Maison sans racines, s'orientera comme celui des romans
antlrieurs vers les trois aspects de la réalité narrative étudiés par
-110-

-111-
Genette: l'histoire, le récit et la narration. Aprés avoir briévement
mis en relief les différentes manifestations de la fraternité de la
parole sur le plan du contenu narratif, nous entamerons la discussion
du discours par une description genérale des sujets parlants
(narrateurs et protagonistes) á l'aide des questions de temps, de
niveau et de personne se rattachant au concept genettien de la voix.
En opérant d'emblée une distinction entre les locuteurs
hétérodiégétiques et homo-/autodiégétiques, nous parviendrons a mieux
faire ressortir les ressemblanees et les differences qui existent non
pas seulement á l'intérieur de chaqué catégorie mais, plus
generalement, entre les voix des narrateurs anonymes et cell es des
sujets parlants qui participent en tant que témoin ou protagoniste aux
événements de l'histoire.
Suivant la méme demarche adoptée au chapitre precedent, nous
caractériserons d'abord les narrateurs hétérodiégétiques en tenant
compte du degré oü leur présence se fait sentir a travers leur propre
discours (narratif et extra-narratif) et le mode de reproduction
choisi pour les paroles (prononcées et intérieures) des acteurs. En
prenant corone point de départ le haut degré d'effacement et les
silences prolongés que s'imposent ces narrateurs, nous considérerons
ensuite les personnages a qui i 1 s cédent la parole afin de déterminer
dans quelle mesure et de quelle faqon ils assument á leur tour la
fonction narrative. II sera done possible de décrire les différentes
formes que prend le partage de la parole sur le plan de la narration
et de inettre en relief les effets polyphoniques qui en découlent. Or,
avant d'aborder la question de la dynamique interne créée par les voix
en contrepoint, il convient d'exaininer le contenu narratif de chacun

-112-
des cinq romans dans le but de suivre 1'elaboration du theme de la
fraternité de la parole et de signaler les actes de communication qui
en sont le véhicule et le fruit.
Cette prémisse--théme de la fraternité de la parole--trouve une
tres belle expression dans L'Autre (1969), le cinquiéme roman d'Andrée
Chedid. Dans cette histoire qui a pour cadre une bourgade située
quelque part au Proche-Orient—le pays n'est jamais spécifié--Simm, un
vieil autochtone s'efforce de sauver un jeune étranger occidental que
la terre a enseveli a la suite d'un séisme. Ce jeune homme, le vieux
Simm l'avait vu se pencher a la fenétre de sa chambre d'hotel pour
goúter l'air du matin et la beauté du paysage juste avant la premiere
secousse. lis avaient eu a peine assez de temps pour se saluer, pour
échanger un regard, un sourire, quelques paroles aimables et un geste
de salut. Puis, le cataclysme les a surpris et a détruit le village
de fond en comble.
Simm, qui a apergu la chute du jeune homme pendant 1'effondrement
de 1'hotel, demeure convaincu que son nouvel aini est vivant, emmuré
sous les décombres et il s'acharne á le sauver. Cependant, il
n'arrive pas a vaincre 1'incréduli té de l'équipe de sauveteurs qui,
faute de preuves de 1'existence et de la survie de 1'étranger,
refusent d'entreprendre les travaux coúteux et difficiles qu'il
faudrait pour le sortir. lis abandonnent tous le lieu mais le vieux
Simm s'obstine et continue sa veil le solitaire au milieu des ruines.
Sourd aux appels et aux remontrances de sa famille, il s'implante á
l'endroit qu'il a repéré parmi les débris et se préoccupe de dégager
1'orifice. II patiente, il écoute, il appelle et enfin la réponse
vient, surgie du fond de la terre, du fond de lui-méme, semble-t-il.

-113-
Cette fois, avec l'aide de la petite filie Aga qui 1'avait
rejoint pendant la nuit et avait entendu la voix de 1'autre, il
réussit á rappeler les secouristes. Les travaux de délivrance durent
plusieurs jours et pendant toute cette période le vieil Oriental, se
servant volontiers du microphone introduit dans l'ouverture, reste au
ras de la terre á parler au jeune étranger, a 1'encourager, á lutter
avec lui contre le désespoir et la mort. C'est done la voix de Simm--
car l'enseveli ne veut communiquer qu'avec lui—qui, á travers les
tonnes de gravats, entretient la vie du jeune homme. II eveille chez
lui non pas seulement la force de vouloir vivre mais il parvient aussi
á transmettre á cet Occidental désabusé son propre enthousiasme pour
la vie et ainsi lui apprend á la chérir et l'améne á se réconcilier
avec elle.
La relation de fraternité qui lie les deux hommes, ébauchée par
les gestes et les paroles de salut qu'ils éc'nangent avant le
tremblement de terre et cimentée par leur épreuve partagée, dépasse
les bornes de leur histoire particuliére. Elle revét une dimension
universelle, car ces deux hommes abandonnent leurs identités
personnelles et prennent des noms inventes en se parlant. Pour
1'enterré, Simm devient "Ben" et pour lui, le jeune homme s'appelle
"Jeph," car c'est un nom pour étrangers. Lorsque le rescapé emerge
enfin des entrailles de la terre, il veut surtout trouver celui dont
la voix l'a arraché a la mort. Pourtant, Simm s'éclipse et se tient
au loin, refusant de répondre au nom d'emprunt que tout le monde
ignore, sauf le jeune étranger. II s'agit ici non pas seulement de
deux individus mais encore de deux civilisations en dialogue. Entre

-114-
ces homines que tout separe s'établit, grace au sentiment de la
fraternité, une voie de communication qui fait oeuvre de vie.
Les paroles de deux langues á peine partagées unissent ces deux
etres qui deviennent et demeurent l'un pour 1'autre seulement des
voix. II y a la une célébration de la fraternité sans visage, la
fraternité de la parole qui raméne l'autre a la vie et lui apprend a
la savourer. Elle s'exprime a travers ces deux hoimies éloignés dans
l'espace et dans le temps, Simm représentant le passé et l'autre,
1'avenir, qui se rapprochent dans l'affirmation de la vie et de
l'homme. De la synthése des concepts de fraternité et de
communication découle celui de la voie qui s'ouvre pour faire passer
la parole, avec son message de vie. Dans L'Autre, cette voie c'est le
fil du microphone, une sorte de cordon ombilical, mis en place grace
aux efforts obstinés de Simm qui tient de toute son ame a la survie de
cet étranger, son frére. C'est une voie qui méne jusqu'aux
profondeurs de la terre pour amplifier les paroles qui aideront
l'autre a plonger dans les profondeurs de lui-méme pour redécouvrir un
sens a la vie.
A la différence de L'Autre et de la plupart des romans chedidiens
antérieurs, dans La Cité fertile (1972) l'action ne se situé pas en
Egypte ou dans un des pays avoisinants mais se déroule plutót au coeur
d'une gigantesque ville européenne, la capitale frangaise. Dans cet
univers de béton et d'acier vagabonde le personnage d'Aléfa, la femme-
bouffon. Sans age, d'un optimisme inébranlable, elle évoque les
différents visages de cette ville dont les rues lui servent de
théatre. Devant son public de passants, de curieux et d'enfants,
Aléfa parle, mime et danse, s'exprimant tantot sel on la fantaisie des

-115-
spectateurs tantót sel on la sienne. La comedie humaine et tons ses
participants avec leurs ambitions, leurs espoirs secrets et leurs
souffrancés dissimulées la passionnent. D'une sympathie infinie, elle
observe ses semblables et s'efforce parfois de leur communiquer ses
propres interrogations devant les questions essentielles de 1'amour,
de la vie et de la ¡nort.
Aléfa devine, par exemple, la desunión d'un jeune couple de
comédiens, ses amis Simon et Livie. Cette derniére se lasse de sa vie
de bohéme, car elle partage de moins en moins 11 inspiration qui pousse
son mari, malgré ses échecs, á inventer de nouveaux spectacles. A la
différence de ces idéalistes qui se séparent et puis se retrouvent,
Deric et Natia, le frére ainé et la belle-soeur de Simon, n’ont pas
abandonné le milieu bourgeois de leur enfance. Pourtant, bouleversé
par la mort récente de son meilleur ami, Deric se voit amené á
remettre en question le sens de sa propre existence. Aléfa, elle
aussi, est aux prises avec la mort. La vieille femme qui veut gommer
les barrieres entre les humains, s'efforgant non pas seulement de
connaftre ses semblables mais aussi de les aider a se connaitre,
pressent l'approche de sa propre fin et l'accueille avec sérénité.
Toujours avide de communiquer, de s'expriiner par mille voix (voies)
différentes, Aléfa quitte son public en lui offrant cette derniére
représentation.
Dans La Cité fertile, la communication s'effectue non pas
seulement grace aux propos échangés mais aussi par d'autres voies
telles que le chant, la danse et méme le silence. Pour Aléfa les
paroles les plus impersonnel1 es et prosaiques, des bribes tirées au
hasard (semble-t-il) du journal et déclamées devant des spectateurs

-116-
rassemblés au bord de la Seine deviennent un véhicule de conmunication
entre elle et son auditoire. Chez la vieille femme coinme chez Simon
et sa troupe de comédiens, la parole partagée n'est pas seulement la
communion avec autrui. Elle devient aussi (et peut-etre surtout) un
moyen d'éveiller un sentiment de fraternité parmi les auditeurs car
leurs spectacles, bases en partie sur la participation de l'auditoire,
servent a inciter les assistants a deviner le fond comnun qui les unit
tous. Ainsi, dans ce román, le partage de la parole représente une
invitation á chercher ensemble des réponses possibles aux questions
essentielles de l'existence: "D'oü avons-nous surgi? Oü vont nos pas,
O
et pourquoi? A 11 ai de de paroles "venues de loin, transmises de
voix en voix, de signes en signes," Aléfa, avec son amour
intarissable, et les jeunes comédiens, avec leur idéalisme tenace,
s'expriment et, qui plus est, s'efforcent d'exprimer ce qu'il y a de
plus fondamental a l1homme (CF, p. 64).
Le septiéme roman d'Andrée Chedid, Nefertiti et le reve
d'Akhnaton (1974), replonge le lecteur dans l'univers de l'Egypte
pharaonique pour évoquer Nefertiti et son scribe Boubastos á qui elle
dicte ses mémoires. Dans ce livre qui "veut échapper a la
reconstitution historique" et qui "se voudrait, a la fois, réel et
O
imaginaire,"0 on apprend que Nefertiti, en proche párente de la reine
Tiy, mere du futur pharaon Aménophis IV, avait été destinée toute
jeune a étre l'épouse de ce prince maladif. Renongant a la croyance
polythéiste de ses ancétres pour adopter le cuite d'un dieu unique,
Aton, Aménophis all ait prendre le nom de ce dieu représenté par un
simple disque sol ai re et devenir le pharaon réformateur Akhnaton.
S'élevant contre l'ambition et la puissance des prétres d'Amon, il

-117-
quittera la fastueuse ambiance de Thebes, capitale depuis vingt
siécles, pour fonder, avec son épouse, une ville et une capitale
nouvelles, la Cité d‘Horizon, située sur la rive oriéntale du Nil
entre Memphis (le Caire) et Thebes (Louxor). Akhnaton y introduira
non pas seulement la pratique du monothéisme mais aussi une reforme
politique et sociale. Tout comme il avait rompu avec l'adoration du
dieu Amon entouré d'un pantheon de dieux mineurs, il concevra une
nouvelle politique, révolutionnaire pour l'époque, basée sur la
liberté, la justice, la paix et la tolérance, visant a
1‘épanouissement moral et artistique de l'homme.
A peine réalisé, le reve de ce pharaon visionnaire allait
s'écrouler. A la mort mystérieuse d'Akhnaton le pouvoir passa au
jeune Toutankhamon son demi-frére. Sept ans plus tard se déchainerait
la contre-réforme du général Horemheb qui, une fois devenu pharaon,
fit raser la Cité d'Horizon pour abolir toutes les traces de l'oeuvre
d'Akhnaton. S'étant réfugiés dans le Chateau Septentrional aux
confins de la vi lie saccagée, seuls Nefertiti et son scribe demeurent
pour veiller sur les décombres. Face aux ruines de ce réve qu'elle
avait ai dé a concrétiser, Nefertiti s'efforce de surmonter sa
tristesse, de repousser le vide qui l'entoure et 1'absence qui
l'envahit pour narrer sa vie á son scribe; car il revenait a elle,
selon le désir de son mari, de faire survivre la ville qu'ils avaient
créée.
La fraternité constitue la pierre angulaire de toute la
philosophie, tout le réve d'Akhnaton, lequel trouve son expression
dans la fondation de la Cité d'Horizon. Pour que cette vision,
célébration de la fraternité et de la digni té humaines, ne meure pas

-118-
avec luí, sa femme, qui avait participé á toutes les étapes de sa
naissance, doit prendre la parole. Le titre du román, Nefertiti et
le reve d'Akhnaton, souligne non pas seulement le role joué par cette
femme dans l'exécution des projets de son mari mais aussi, et peut-
étre surtout, ses efforts, alors qu'elle est aux prises avec le poids
terrible de sa vie, pour "se mettre en route vers son passé" (N, p.
12). Elle doit s'enfoncer dans une sorte de reve éveillé qui l'unisse
á son mari et lui permette de revivre leur amour. II faut également
qu'elle parvienne a traduire en paroles ce qu'elle éprouve et ce
qu'elle revoit: il faut qu'elle parle et que ses paroles soient
transcribes afin qu'elles puissent lui survivre. C'est dans cette
lutte contre le silence pour faire renaitre le reve d'Akhnaton, cet
enfantement douloureux d'un récit, que reside un des aspects les plus
passionnants de ce beau livre.
Boubastos préte a la reine toute son aide dans 1'accomplissement
de cette tache que lui a confiée son mari. Autrefois au service du
pharaon, il incarne le pont qui relie Nefertiti a son passé et la voie
qu'elle doit suivre au présentela seule qui puisse arracher le reve
d'Akhnaton a la destruction et qui conduise á 1'avenir. Boubastos
guette les paroles de Nefertiti, tantot s'effagant jusqu'au point de
se réduire á "deux doigts serrés autour d'un roseau," tantot se
servant de son don inné pour la cocasserie; ainsi espére-t-il divertir
la reine et "chasser l'obscurité qui l'envahit" (N, pp. 10, 11). La
fraternité, reve d'Akhnaton et fondement de sa Cité, ressuscite. Elle
rapproche cet homme et cette femme tout á fait dissemblables, la
reine, belle et affligée, et son scribe, contrefait, un peu comique,
afin qu'ils puissent, dans un effort commun, sauver la Cité d'Horizon

-119-
de l'oubli. Ainsi, 1'appel a la fraternité n'est pas seulement un des
messages communiques par le récit. Un lien fraternel, fundamental á
la generation de la chronique, unit la voix (Nefertiti) qui dicte les
mémoires a la voie (le scribe charge de leur transcription) qui leur
permettra de toucher les hoiimes des siécles á venir. Nous
considérerons plus loin la dynamique qui s'établit entre ces deux
étres inspires par le souvenir d'Akhnaton défunt, et entrainés a
partager la parole afin que le reve du pharaon "soit délivré de la
mort par l'écrit" (N, p. 13).
Comme cadre de son huitieme roman, intitulé Les Marches de sable
(1981), Andrée Chedid choisit l'Egypte aux environs du quatriéme
siécle aprés Jésus-Christ, pays tiraillé entre les tenants de la foi
chrétienne et les défenseurs des dieux anciens, terre déchirée par des
luttes religieuses. Se détachent sur ce tableau de violence et de
haines fanatiques les figures de trois femnes, Cyre, Marie et
Athanasia, qui s'exilent dans le désert, chacune en quéte d'une vérité
personnelle, chacune poussée toujours en avant par l'amour. Ces
"anachorétes éprises d'absolu,"4 d'age et de milieu tres différents,
ne se seraient jamais rencontrées si le destin et le désert ne les
avaient pas réunies. Cyre, paysanne de treize ans, Marie, agée de
trente-cinq ans, ancienne courtisane a Alexandrie et Athanasia, agée
de soixante ans, autrefois épouse heureuse d'un magistrat et mere
dévouée de deux fils, décident de faire route ensemble et se dirigent
vers 1'habitation de l'ermite Macé. El les le trouvent en compagnie de
Thémis, "vieil homme a peu de distance de sa mort" qui fait une sorte
de retraite auprés de l'ermite (MS, p. 11). En effet, Thémis s'est
enfoncé dans le désert á la recherche d'Athanasia, aimée depuis

-120-
longtemps d'un amour inavoué et enfin retrouvée par hasard chez
Macé.
Pendant ce bref séjour commun, Thémis s'entretient longuement
avec Marie et puis avec Athanasia et c'est par son récit, entamé trois
ans aprés cette rencontre, que le lecteur connait la singuliére
aventure des trois femmes, les événements qui avaient provoqué leur
fuite dans le désert et les quétes individúen es qu'elles y
entreprennent. Cyre, qui a fait voeu de silence, ne peut le
renseigner sur son passé mais par d'autres bouches il sait qu'elle
s'était enfuie d'un couvent oü on la maltraitait et avait pénétré dans
le désert dans l'espoir de trouver une oasis, une étape de bonheur et
d'amour dans son existence jusqu'alors malheureuse. Thémis nous
raconte que Marie, belle, cultivée, adonnée aux plaisirs de la chair,
avait renoncé á sa vie de courtisane pour se faire anachoréte car, de
nature excessive, elle ne pouvait concevoir aucune autre réponse á
l'appel du Seigneur qu'elle croyait avoir entendu. Pendant ses neuf
années de solitude elle avait essayé de mater son corps et de le
réduire en l'exposant á tous les ravages du désert, visant á un
dépouillement de plus en plus total. Pourtant, elle se sentait encore
attachée á l'étre qu'elle avait été, en proie á une dualité qui la
retenait dans sa poursuite de 1'absolu, dans la foi, et dans 1'amour.
De méme, Athanasia avait été entrainée a s'enfoncer dans le
désert par amour. Cependant, chez elle il s'agit d'un amour tout a
fait humain quoique poussé, comme celui de Marie, a son plus haut
degré. La mort de son fils cadet, supplicié par des fanatiques
pa'iens, avait fait d'Antoine, son fils ainé, un étre consumé par la
haine. Andros, son mari, avait pris la decision d'entraTner 1'enfant

-121-
qui leur restait dans le desert pour le proteger des persecutions en
cours, et aussi dans l'espoir de voir diminuer sa soif de vengeance.
Athanasia, quant a elle, avait accepté de se cloitrer dans un couvent
a l'orée des sables. Au bout de cinq ans elle était partie á leur
recherche, déguisée en homne pour se preserver des attaques des
brigands. Elle avait retrouvé son mari, presque aveugle, qui menait
une vie de recueillement et de priére. Pour ne pas détruire la paix
que sa foi lui avait donnée elle s'était contrainte, par amour, de
vivre cote á cote avec lui pendant des années, jusqu'a sa inort, sans
lui révéler sa véritable identité.
Malgré le cadre ou prédominent les persécutions religieuses et
les haines fanatiques caractéristiques de cette époque troublée,
Chedid met en evidence ce qui unit ces trois femmes. Apparemment tres
dissemblables, elles s'entraident á cherchar leurs voies dans le
desert et dans la vie. Au moment oü leurs chemins se croisent chacune
d1elles est arrivée a un tournant de sa vie. Cyre, qui avait toujours
vécu sous la tutelle des autres, s'est échappée de son couvent pour
chercher ailleurs l'amour et le bonheur qu1 el le n'avait guére connus
pendant son enfance. Marie, ayant tout quitté pendant ses neuf années
d'ascése, doit décider si elle est capable de pousser la rupture
jusqu'au point d'un "renoncement sans retour"—se quitter "pour
devenir l'espace et le lieu du Seigneur" (MS, pp. 230, 239).
Athanasia vient de perdre son mari Andros, 1 1homne qu'elle avait
tellement aimé qu'elle avait accepté de croire pour lui, de se séparer
de lui et, 1'ayant retrouvé, de vivre á cóté de lui dans une grotte du
désert, sans rien lui révéler, pour ne pas le priver de sa paix. Les
voies de ces trois Egyptiennes s'unissent pendant quelques jours et

-122-
les ménent vers la retraite de Termite Macé oü de méme, leurs voix se
mélent au cours d'une succession de rencontres et d'entretiens qui les
aident á s'analyser et se connaitre. Bien que les haines et la
violence de leur siécle aient étouffé Tappel a la fraternité, elles
Tentendent et y répondent.
Comme dans les romans chedidiens deja étudiés, Texpression de la
fraternité se trouve dans la parole, la comnunication. Le partage de
la parole par ces trois femmes est d'autant plus chargé de
signification et représente une fraternité d'autant plus profonde et
précieuse que toutes les trois avaient été privées depuis des années
de la conmunion que donne la vraie communication: Cyre, á cause de son
voeu de silence et de la cruauté de ses compagnes au couvent; Marie,
parce qu'elle s'était exilée dans le désert et avait perdu, par
conséquent, tout interlocuteur; et Athanasia, qui pour respecter la
décision prise par son mari de mener une vie d'ascése, s'était tue,
pour ainsi dire, en présence de la seule personne dont la parole lui
aurait apporté quelque consolation.
Cyre, petite paysanne á Tame joyeuse, avait renoncé a parler en
témoignage de son affection pour un vieil ermite silencieux qui avait
été le seul a lui montrer de la tendresse humaine. Elle ne
s'entretient pas avec Marie et Athanasia comme le font Thémis et Macé
mais elle se délecte a écouter les propos que ces derniéres échangent
la nuit dans leurs cellules taillées dans les murs du fortin. Comme
elle occupe celle du milieu, Cyre entend leurs paroles aller et venir
au dessus d1 el le. Recueillant des bribes de la vie de ses compagnes
qui traversent sa cellule, elle se trouve bien. En retour Cyre offre
a celles-ci son chant pur et limpide. Qui plus est, elle les aide á

-123-
choisir et á suivre les chemins qui conduisent vers 1'avenir. La
presence de cette enfant éveille chez Athanasia l1instinct maternel si
fondamental a sa nature aimante et en s'attachant á la petite filie,
elle réapprend a vivre, elle finit par etre rattrapée par la vie.
Quand Cyre meurt d'une piqure de scorpion peu aprés leur depart de la
forteresse habitée par Macé, Athanasia, préte á sombrer dans le
désespoir, parvient á l'éviter en se laissant adopter par les enfants
d'un village. Si elle aide Athanasia á revenir de sa peine et a
reprendre contact avec le monde, Cyre, mourante, met Marie dans la
voie qui lui permettra d'aller jusqu'au renoncement total: elle
accepte de parler en échange du silence de Marie et en lui enlevant la
parole, étape de dépouillement a 1 aquel le Marie n'avait pas pu
parvenir toute seule, Cyre 11 ai de á se consacrer entiérement a
l'écoute de la parole divine.
Les voix de ces femmes se suivent, se rejoignent et se dissipent
au cours de leur séjour á la retraite de Termite. Elies s'él event
dans des interrogations et, fraternelles, el les se tai sent pour
écouter et pour comprendre. Ces voix sont le signe d'une vraie
communion grace á laquelle "le manque a vivre se met a vivre" (MS, p.
149). A leur départ les voies de Cyre, Marie et Athanasia se séparent
et elles "reprendront en main leurs destins" enrichies, secourues et
éclairées par cette "étrange, imprevisible rencontre" (MS, pp. 148,
12). Non moins que dans L'Autre et dans Nefertiti, la fraternité de
la parole ouvre la voie qui rnene vers Tavenir.
L'action de La Mai son sans racines (1985), Toeuvre romanesque la
plus récente de Chedid, se déroule au Liban en plein été 1975. Kalya
et sa petite-fille Sybil, qui ne se sont jamais rencontrées, se

-124-
donnent rendez-vous á Beyrouth dans 1'intention de passer quelques
semaines ensemble au pays de leurs aneetres. Cependant, le moment
n'est pas propice á des vacances paisibles. La grand-mere, venue de
Paris, et la fillette, qui vit aux Etats-Unis, n'échappent pas a la
tragédie et á la violence des luttes fratricides qui comnencent á
déchirer la capitale. Or, la réalité affligeante de ce séjour dans un
Liban oü le fanatisme fait chaqué jour de nouvelles victimes
innocentes est diamétralement opposée á la sécurité et á la paix
connues par Kalya quarante-trois ans auparavant en villégiature á la
montagne avec sa propre grand-mére Nouza. Si la femme se replonge
dans ses souvenirs, cherchant á revivre les jours heureux passes en
compagnie de Nouza et de quelques autres metnbres de leur famille
éparpillée, cette "maison sans racines," c'est qu'elle semble essayer
d'y trouver la force d‘affronter les épreuves du present.
Elle assiste, iinpuissante, á la destruction du symbole de la
fraternité qui consiste en la marche solennelle, l'une vers 1'autre,
de deux jeunes femmes, Myriam, chrétienne et Ammal, musulmane, amies
depuis l'enfance.^ Aprés l'éclatement soudain d'un coup de feu qui
atteint l'une des Libanaises--Kalya ne sait rnéme pas 1 aquel le car,
habillées identiquement, elles sont devenues, au regard,
interchangeables—la grand-mére, a son tour, traverse la place oü
devait se produire leur rencontre. Elle avance, aux aguets, revolver
au poing, dans le but de prevenir une deuxiéme attaque, tout en se
remémorant le bonheur tranquille de 11été 1932 passé auprés de Nouza.
Une fois son parcours achevé, tandis qu'elle croit ses amies a l'abri
de tout danger, Kalya voit abattre deux autres victimes innocentes de
la haine. Sybil, courant rejoindre sa grand-mére, et le vieux

-125-
domestique SI imane qui s'él anee á sa poursuite, sont frappés par les
bailes d'un embusqué visant á perpétuer une lutte fratricide sur
laquelle la douceur et l'innocence incarnées par ces deux étres n'ont
pas de prise.
Dans ce roman le theme de la fraternité de la parole ne trouve
qu'une expression assez limitée. II s'agit principalement des liens
de communication, de comprehension et de solidan'té qui unissent des
individus séparés par une différence d'age, de national i té ou de
religion tel s que Kalya et Sybil, Sybil et le boutiquier Aziz, Myriam
et Ammal. La manifestation d'une fraternité plus générale par le
rassemblement qui devait suivre la marche, la rencontre et l'échange
d'un baiser symbolique prévus par les deux amies, la fraternité de la
parole qui devait contribuer á mettre fin aux hostil i tés en facilitant
la conmunication entre des individus appartenant á des camps adverses
et le partage collectif de la parole pour exiger d'une méme voix la
fin des tueries et des représailles, tout cela finirá par demeurer en
suspens. La foule qui devait réclamer "la fin iinmédiate de toute
dissension, de toute violence" reste éparpillée et silencieuse--la
puissance de la parole partagée, véhicule de la fraternité et antidote
contre 1'intolérance, n'a pas le temps d'agir.6 Vu la discorde qui
continue a déchirer le Liban, la romanciére n'exprime pas dans
La Maison un optimisme qui ne saurait étre que faux et tres nai'f. Les
paroles de la grand-mére qui declare a la fin de sa marche "Tout va
bien. Tout va bien!" ne viendront pas á bout du destin: au lieu de
produire la communication entre les membres des communautés hostiles
qui servirait á engendrer la tolérance et la compréhension mutuelles
nécessaires pour mettre fin á la violence et á la mort, le projet de

-126-
Myriam et Anmal n'aboutit qu'a un silence criblé de coups de feu (MR,
p. 229). Dans l'engrenage de morts et de représailles, les voix qui
"hors des appartenances, des clans, des catéchismes, des féodalités,
des ideologies, . . . éveilleraient cel les du silence, dissiperaient
les peurs, changeraient ces paroles tues en une seule parole de
concorde, de liberté. . . . Une parole pour tous" ne parviennent pas á
se faire entendre (MR, p. 209).
Une fois mises en relief les différentes expressions thématiques
de la notion du partage de la parole sur le plan de l'histoire, il
conviendra maintenant de suivre le développement de ce concept au
niveau du récit. Si la consideration de ce deuxiéme aspect de la
réalité narrative se présente essentiellement comme une description
de la transformation graduelle de personnage en narrateur
extradiégétique, il faut toutefois teñir compte de la presence du
narrateur hétérodiégétique et du role important qu'il assume dans la
transmission du message narratif de L'Autre, de La Cité et de
La Maison. En caractérisant les narrateurs hétérodiégétiques de ces
trois ouvrages, nous prendrons comme point de départ le portrait des
narrateurs anonymes et omniscients esquissé au chapitre precedent.
Aprés avoir souligné les traits partagés par tous les narrateurs
hétérodiégétiques de la production romanesque chedidienne, nous
tenterons de déterminer si l'autonomie croissante du di scours de
personnage va de pair avec une modification plus ou moins fondamentale
de la démarche narrative des locuteurs qui racontent l'histoire d'une
perspective extérieure et objective. Or, par rapport aux trois sous-
catégories de la voix explorées par Genette--temps, niveau et
personne—on constate que les caractéristiques des narrateurs

-127-
hétérodiégétiques qui se font entendre dans les romans les plus
récents correspondent assez exactement a cell es des narrateurs
anonymes deja étudiés. Ces narrateurs qui ne figurent dans l'histoire
qu'ils racontent ni en tant que protagoniste ni en tant que personnage
secondaire se situent tous au niveau extradiégétique, car leurs voix
nous parviennent sans aucune trace de médiatisation par le discours
d'un autre sujet parlant. Pourtant, malgré l'absence de toute
hiérarchisation, l'autonomie croissante du texte des personnages n'est
pas sans implications pour l'autorité des narrateurs hétérodiégétiques
de L'Autre, de La Cité et de La Maison. A la différence des
narrateurs omniscients des romans antérieurs, i1s ne représentent pas
1'unique source (extradiégétique) d'information sur le monde de
l'histoire. En considérant la question de leur crédibilité, il faudra
done teñir compte du discours de plus en plus narratif de certains
acteurs qui évoquent quelques-uns des événements ou des personnages en
question selon une perspective marquée par une plus grande proximité.
Comme dans les quatre premiers romans, donné l'absence totale du
narrateur hétérodiégétique de l'univers diégétique, la distance
spatiale et temporelle qui existe entre ce narrateur et ses
personnages reste pour ainsi di re infinie. L'emploi tres répandu du
présent narratif, au lieu de créer une impression d'homodiégéticité
chez le narrateur hétérodiégétique, indique plutot une abolition de la
distance émotionnelle qui le sépare de ses personnages, dont découle
un haut degré d'identification avec eux. En effet, au lieu
d'augmenter légérement la perceptibilité du narrateur en lui
attribuant le role d'un témoin qui observe 1'action sans y participer,
l'emploi du "'présent narratif' á valeur de prétérit"^ contribue

-128-
plutót á son effacement. Ainsi que nous avons sígnale au chapítre
precedent, un contexte narratif au présent sert parfois á faíre
flotter les frontiéres entre le texte du narrateur et celui du
personnage, créant une ambiguTté fécondante á l'égard de 1'i denti té du
sujet parlant et réduisant done la predominance de la voix du
narrateur hétérodiégétique. En outre, 1'usage répandu et prolongé de
ce teups finit par masquer en quelque sorte la presence medí atrice du
narrateur par la transformation du lecteur lui-méme en un témoin
passif et silencieux des événements qui semblent se dérouler
"directement" devant lui, faisant ainsi abstraction de tout écart
temporel nécessitant 1'intervention d'un je-narrant.
Vu l'ampleur que prend le présent narratif dans L'Autre et dans
La Maison, l'existence d'une fin au présent ne constitue pas la marque
d'une isotopie temporelle entre l'histoire et la narration. La
distance temporelle entre les événements racontés et l'acte narratif
producteur du récit, bien qu1indéterminée, semble rester constante.
L'emploi du passé suffit á signaler la postériorité de 1'instance
narrative par rapport á l'action sans qu'il y ait aucune indication de
la durée qui les sépare car méme si l'histoire est datée (comme dans
La Maison) la narration ne l'est pas. Ainsi, grace a l'emploi du
prétérit avec sa valeur de "passé sans age,"® méme des événements
tragiques devenus piutot quotidiens par la voie du journal et de la
télévision, tels que la dévastation des séismes et le carnage des
luttes fratricides, revétent en quelque sorte une qualité intemporelle
qui nous pennet de les "déraciner" afin de mieux sai sir la dimension
symbolique et universelle mise en valeur par Chedid. Or, a la
différence de la narration ultérieure caractéristique de L'Autre, de

-129-
La Maison et de tous les romans chedidiens consideres jusqu'ici, dans
La Cité la narration se fait presque entierement au present, ce qui
suggére done la "coincidence rigoureuse de l'histoire et de la
narration."9 Cette simultanéité semble étre la plus marquee dans le
monologue intérieur d'Aléfa, texte oü le récit s'efface en grande
partie devant le discours. Par contre, dans le récit du narrateur
hétérodiégétique oü ce monologue se trouve inséré, la narration au
present constitue pl utót encore un autre des procédés dont découlent
les effets d'intemporal i té et d'effacement de Tinstance narrative qui
contribuent a créer le registre mi-réaliste, mi-légendaire typique de
la plupart des romans chedidiens.
Ayant briévement considéré les narrateurs anonymes de L'Autre, de
La Cité et de La Maison sel on les categories qui sous-tendent la
notion genettienne de la voix, on constate qu'ils ne se distinguent
guére des narrateurs hétérodiégétiques deja étudiés. Parei 11 ement,
quant á leur degré de privilege cognitif, tout comme les narrateurs
hétérodiégétiques des quatre premiers romans, ceux qui se font
entendre dans les ouvrages plus récents se caractérisent par
1'omniscience. Pourtant, s'ils ont la possi bill'té de sonder 1'esprit
des personnages et de nous révéler ainsi leurs pensées les plus
intimes, i 1s s'en tiennent toutefois a un champ assez restreint a
l'égard de la transmission du discours intérieur de certains de ces
acteurs. Dans L'Autre les pensées du jeune homme ne subissent jamais
aucune médiation ou interprétation par la voix du narrateur
hétérodiégétique, la Localisation interne sur ce personnage étant
réservée excl usi veinent aux passages oü son di scours intérieur parvient
"directement" au narrataire extradiégétique. Chez Aléfa, si le

-130-
narrateur hétérodiégétique ne s'abstient pas entiérement de lire les
pensées et de décrire les sensations de la vieille femme,10 toujours
est-il que le plus souvent il ne la présente qu'en focalisation
externe. Par contre, le narrateur hétérodiégétique de La Maison
incorpore assez fréquemment le di scours intérieur des personnages (y
compris celui de Kalya) dans son propre récit des événements de l'été
1975. Cependant, dans sa relation de la marche qu'entreprend la
grand-mére, il fait presque totalement abstraction de l'acte de
remémoration par lequel elle assume a son tour le role de narrateur.
Ainsi, dans ces trois romans l'absence plus ou moins marquée de
11intégration du di scours intérieur de certains personnages dans celui
du narrateur omniscient sert a accentuer non pas seulement l'autonomie
de la voix de ces acteurs mais aussi en quelque sorte 1'indépendance
de leur di scours qui se juxtapose á celui du narrateur extra-
hétérodiégétique sans qu'il arrive pour autant a ce dernier d'en
raconter l'acte d'énonciation ou d'en transmettre le contenu.
Malgré cette autonomie croissante du di scours des personnages, la
véracité du récit raconté par le narrateur hétérodiégétique ne se
trouve jamais mise en question. Loin de diminuer sa eré dibi1 i té, le
monologue intérieur des acteurs finit plutot par corroborer la version
des événernents et la description des personnages incluses dans sa
relation. L'autorité que confére le haut degré de privilege cognitif
du narrateur hétérodiégétique reste done incontestée. Qui plus est,
tout corrane les narrateurs hétérodiégétiques des quatre preniers romans
chedidiens, ceux de L'Autre, de La Cité et de La Maison ne donnent pas
l'impression d'etre conscients d'eux-mémes en tant qu'émetteurs d'un
récit. On ne trouve dans leurs textes aucun commentaire ni sur le

-131-
discours ni sur la narration qui trahirait peut-étre une deformation
voulue ou méme inconsciente de la veri té.
Compte tenu de ces ressemblanees fondamentales qui existent entre
tous les narrateurs extra-hétérodiégétiques de l'oeuvre chedidienne,
nous nous proposerons maintenant de considérer les romans en question
sous une optique un peu différente afin de determiner le degré oü la
presence des narrateurs omniscients se fait sentir á travers leur
di scours. Or, de méme que dans les ouvrages antérieurs, les
narrateurs extra-hétérodiégétiques, dans les derniers romans, s'en
tiennent presque exclusivement a leur seule fonction obligatoire qui
est celle de narrer. S'ils s'abstiennent d'incorporer dans leurs
récits tout commentaire sur le discours, i 1s en excluent également la
plupart des différentes formes de coimentaire sur l'histoire. La
diminution graduelle de la proportion d'observations de portée
générale qui caractérise les quatre premiers romans continue done á
travers les ouvrages plus récents dont il s'agit ici. Dans L'Autre,
les généralisations et les interrogations se font méme plus rares que
dans Le Survivant et, en outre, il est souvent difficile sinon
impossible de savoir si el les s'inserí vent dans le discours du
narrateur ou si el les représentent par contre une bribe des pensées
directes d'un des personnages. Cette sorte d'ambiguíté caractérise
par exemple les réflexions suivantes qui pourraient s'insérer soit
dans le discours du narrateur hétérodiégétique soit dans celui du
personnage Simm:
L'espoir est parfois un mensonge. Ce qui n'a pas de racine
n'est qu1illusion! 11 faut s'en séparer, marcher, aller de
l'avant, s'éloigner rapidement d'ici.

-132-
La ven lie, au Café de la place, la boíte á images a tout
déversé en vrac: cataclysmes, repressions, tueries, guerres,
tornades. N'y a-t-il rien d'autre á attendre de la terre
et des hommes?
Une. Une seule parole contient toutes paroles. La vie s'y
diverse. La vie est dans chaqué grain, dans chaqué
mot. ... Si seulement, chaqué fois. on le savait; si
seulanent chaqué fois on le voulait.
Les narrateurs hétérodiégétiques de La Cité et de La Maison évitent
méme de tell es observations situées sur la frontiére flottante entre
les textes du narrateur et de l'acteur. On constate du reste qu'aucun
des trois narrateurs ne prend la parole en son propre nom ni pour
"expliquer" son histoire ni pour prononcer un jugement sur les
événements racontés ou sur les personnages décrits. Les fonctions
extra-narratives de communication, de régie et d1attestation ne
tiennent pas non plus une place importante dans les récits de ces
narrateurs effacés qui s'abstiennent toujours d'adresser la parole
directement au(x) narrataire(s) et relatent leurs histoires
respectives sans jamais mettre en relief leur role comme présence
organisatrice ou leur véracité cornme source de 1'information
narrative.
Ainsi, si 11 on ne considere que les signes les plus explicites
qui servent a augmenter la perceptibilité du narrateur, on se voit
amené a constater que l'effacement relatif des narrateurs extra-
hétérodiégétiques va croissant á travers toute la production
romanesque chedidienne. Parei11ement, quant au degré oü la présence
du narrateur extra-hétérodiégétique se fait sentir dans son di scours
proprement narratif, il convient de signaler que L'Autre, La Cité et
La Maison n'offrent que les marques les moins evidentes de la fonction
organisatrice qui va de pair avec l'acte de raconter une histoire. Si

-133-
1 es narrateurs anonymes de ces ouvrages ne se désignent jamais par j_e
et ménent des récits caractérisés par une tres faible proportion de
discours extra-narratif, i1s s1abstiennent également de mettre
1'accent sur la situation temporelle ou spatiale de l1instance
narrative en employant des deictiques qui s'y référent. En outre, ils
n'adoptent pas non plus un style modalisant marqué par des expressions
tel les que "peut-étre" ou "sans doute" qui manifestent chez le
locuteur une appreciation de la valeur de vérité de son propre
di scours.
Les sommaires temporels, deja assez rares dans les romans
antérieurs a L'Autre, sont presque absents des récits plus récents a
narrateur hétérodiégétique. Au lieu de renseigner le narrataire (et
le lecteur) sur l'action qui se passe entre les scenes racontées, ces
narrateurs en font simplement abstraction. Qui plus est, la
"présentation" des personnages au moyen d'un portrait physique et
surtout psychologique ne fait pas partie du discours narratif
communiqué par les narrateurs hétérodiégétiques de L'Autre, de La Cité
et de La Maison. Comme dans les quatre premiers romans chedidiens, le
narrateur hétérodiégétique se borne á donner les noms des acteurs et
tres peu de détails concrets sur leur apparence physique et leurs
histoires personnel les, créant ainsi 1'impression que le narrataire
(ou le lecteur) connait déja ces individus et n'a pas besoin de son
intervention pour s'insérer dans le monde de l'histoire. Quant a la
description du cadre, malgré leur omniscience, les narrateurs extra-
hétérodiégétiques s'en tiennent le plus souvent a la perspective
limitée d'un des participants á l'action. Cette technique exclut
totalement l'emploi du sommaire spatial qui dépend d'un champ de

-134-
perception bien plus privilegié que celui dont jouissent les
personnages des romans en question. Pourtant, comme ces passages
descriptifs ne sont pas toujours integres á la relation des
événements, i 1s constituent par consequent un assez faible indice de
la presence organisatrice du narrateur.*2
Dans L'Autre, le di scours proprement narratif se separe parfois
tres nettement de celui des personnages car certaines sections du
roman prennent la forme du scenario avec les images sur la colonne de
gauche et les dialogues sur celle de droite. Cependant, au lieu
d'accentuer la perceptibi1 i té du narrateur, cette division du récit
fait surtout ressortir l'autonomie du texte des acteurs qui semble
nous parvenir directement sans aucune trace de médiatisation. Dans
d'autres segments du roman tels que le long dialogue théatral (pp.
126-138) et les nombreux passages consacrés presque exclusivement a
l'échange de propos entre les personnages, il arrive méme que la voix
narrative cede assez longuement la parole á cell es des participants a
l'histoire. En effet, la prédominance du discours du narrateur extra-
hétérodiégétique continue a diminuer a travers L'Autre, La Cité et
La Maison jusqu'au point oü l'autonomie croissante du texte des
personnages aboutit á la creation d'une polyphonie qui se fait
progressivement plus "narrative." II convient done á présent de
chercher a mettre en lumiére le mécanisme d'une telle transformation.
On constate en premier lieu que chacun des trois romans, surtout
L'Autre, contient une assez haute proportion de paroles prononcées,
transmises presque sans exception par le discours rapporté. Pourtant,
si les narrateurs extra-hétérodiégétiques s'en tiennent en général au
mode de reproduction le plus mimétique, toujours est-il que les propos

-135-
échangés par les acteurs ne se libérent pas du cadre de 1'instance
narrative originelle. Bien que le narrateur omniscient s'impose des
silences assez prolongés, les signes typographiques et 1 inguistiques
de sa mediation sont rarement abol is. On verra done que c'est plutót
le di scours intérieur des personnages qui constitue la voie
d‘emancipation aboutissant a la prise de la parole narrative. Les
pensées des acteurs nous parviennent tres souvent sans subir aucune
integration au discours du narrateur hétérodiégétique. En outre,
quand ce discours intérieur se fait entendre "directement,11 emancipé
de toute trace de la fonction médiatrice du narrateur, 1'ambiguTté
quant á 1'i denti té du sujet parlant qui caractérise les romans
antérieurs finit par se dissiper. Par exemple, malgré l'absence
d'introductions déclaratives, de guillemets et de pronoms de la
premiere personne, les passages suivants sernblent s1 inseriré assez
nettement dans le texte des personnages respectifs:
(Jais) Qu1attend-il, 1'emmuré? II n'ose rien, méme pas
mettre un pied devant 1'autre, méme pas prononcer une
parole. Et les autres! A le regarder comme s'ils
étaient tous frappés de paralysie! ... On dirait
un fantóme qui tient cette multitude sous son
emprise. ... (A, p. 204)
(Livie) Etre loin. Loin. Ne plus chercher á dire, ni á
comprendre. Se réveiller, loin. Tout au fond d'un
jardin, dans le ventre d'une maison, le renfoncement
d'une chambre, le creux d'un lit. . . . (CF, p. 56)
(Kalya) Que sont-elles, les racines? Des attaches lointaines
ou de cel les qui se tissent á travers 1'existence?
Celles d'un pays ancestral rarement visité, celles d'un
pays voisin ou s'est déroulée l'enfance, ou bien celles
d'une cité oü l'on a vécu les plus longues années?
(MR, p. 79)
Cependant, de tel les bribes assez éparpillées ne représentent pas
le seul indice de la métamorphose du personnage en narrateur qui

-las¬
s'opere á travers les trois romans en question. L1examen le plus
superficiel de ces ouvrages revele que les pensées du jeune homme
enseveli, d'Aléfa et de Kalya prennent la forme d'un monologue
intérieur qui se découpe tres nettement sur le texte du narrateur
hétérodiégétique. Qui plus est, dans La Cité et dans La Maison ces
monologues se répartissent en des segments numerotés indépendamment
des autres sections du récit avec lesquelles i 1s alternent assez
régul iérement. Ainsi, il arrive que les paroles directes des
personnages se fassent entendre en contrepoint á la voix du narrateur
extra-hétérodiégétique sans aucune trace de subordination, soit sur le
plan du niveau narratif, soit sur celui des modes de (re)production de
leur di scours. Or, ces trois monologues intérieurs ne représentent
pas les seuls discours menés "a la premiere personne" dans les cinq
romans chedidiens postérieurs au Survivant. Loin de la, dans
Nefertiti et dans Les Marches la relation de l'histoire se fait
exclusivement par la voix des narrateurs homodiégétiques ou
autodiégétiques Boubastos, Nefertiti et Thémis. II faudra done
considérer les textes plus ou moins autobiographiques de ces locuteurs
aussi bien que le discours direct libre tenu par le jeune rescapé, par
Aléfa et par Kalya afin de faire ressortir les derniéres étapes de la
transformation de personnage en narrateur extradiégétique qui
s'effectue a travers la production romanesque d'Andrée Chedid. Pour
ce faire, nous nous servirons d'abord des mémes criteres qui sous-
tendent la description des narrateurs hétérodiégétiques mais nous
devons signaler des le début que l'adoption d'une telle démarche ne
constitue pas une indication que tous les locuteurs en question
assuinent au méme degré le role de narrateur. Bien que les catégories

-137-
de temps, de niveau et de personne proposées par Genette servent a une
caractérisation tres precise de la voix narrative, le critique
n'examine pas en détail en quoi consiste au juste le statut de
narrateur.13 Ainsi, on constatera que les concepts qu'il formule se
pretent sans difficulté á la discussion du discours de tous les cinq
personnages dont les voix sont directement entendues par 1e(s)
narrataire(s) extradiégétique(s) sans toutefois qu'il soit tenu compte
des variations du degré oü ces personnages remplissent la seule
fonction obligatoire de narrateur: celle qui consiste á raconter une
histoire. Done, aprés avoir esquissé le portrait de ces sujets
parlants selon les caractéristiques exposées par Genette, au lieu
d'insister sur les indices de leur perceptibilité, nous adopterons une
orientation un peu différente qui permettra plutot de mettre en
lumiére les étapes de leur progression vers la prise de la parole
narrative.
Quant á la distance temporelle séparant l1instance narrative du
moment de 1'action, á la difference de 1' iinpréc i si on qui caractérise
les actes de narration deja étudiés, chez les personnages en question
ici la durée de la période écoulée est assez facile a determiner.
Dans le cas du jeune homme enseveli il s'agit d'une coincidence
rigoureuse entre l'acte de (se) parler et le déroulement de
1'histoire. Par contre, chez Aléfa la simultanéité ne semble pas etre
absolue d'une part parce qu'il n'est pas toujours possible de situer
avec precision la production de son texte par rapport au déroulement
de l'action dans le récit du narrateur hétérodiégétique, et de
1'autre, á cause de sa tendance a incorporer dans son discours
revocation de certains épisodes du passé. Pourtant, dans ces deux

-133-
monologues Taccent porte le plus souvent non seulement sur le moment
present mais aussi sur le discours. La fonction narrative et surtout
la relation d'une version de la méme histoire racontée par le
narrateur hétérodiégétique s'efface devant une reflexion qui s'oppose
nettement a la notion traditionnelle du récit proprement dit. A
partir de Nefertiti, la narration est incontestablement ultérieure car
dans ce roman, aussi bien que dans les deux autres qui le suivent, il
est question d'un point de vue rétrospectif sur les événements de
1‘histoire. Chez Boubastos, Nefertiti et Thémis le décalage temporel
entre le moment oü se termine 1‘action et la période (indéterminée) de
l'instance narrative se réduit a deux ou trois ans alors que pour
Kalya il s'agit de remonter les quatre décennies qui la séparent de
l'été paisible passé au Liban en compagnie de Nouza á l'age de douze
ans. Or, si le present narratif remplace assez souvent les temps du
passé dans les di scours de Nefertiti, de Boubastos, de Thémis et, a un
moindre degré, dans celui de Kalya, c'est que ces locuteurs semblent
vouloir se submerger dans leurs souvenirs afin de retracer, voire
revivre, le passé, transcendant ainsi les barrieres temporelles par
1'intermédiaire de l'acte narratif et faisant face á la solitude du
présent grace á la puissance évocatrice de la parole.
A la différence du récit rétrospectif de Samya, di scours qui
s'emboTte dans le texte d'un narrateur anonyme, les souvenirs de
Boubastos et de Thémis sont adressés directement au(x) narrataireis)
extradiégétique(s). Pareillement, dans L'Autre, dans La Cité et dans
La Mai son, le monologue intérieur du personnage, situé au niveau
extradiégétique, ne subit aucune subordination a la voix du narrateur
omniscient. En revanche, chez Nefertiti on constate d'emblée

-139-
1'existence d'une telle hiérarchisation car le récit de la reine ne
parvient au(x) narrataire(s) extradiégétique(s) que grace á la
médiatisation du scribe Boubastos qui l'encadre de ses propres
observations sur le régne d'Akhnaton et sur la mise au monde de la
chronique. En outre, si la voix du narrateur extradiégétique
n'interrompt jamais le monologue de Samya, faisant done oublier sa
fonction médiatrice dans la plus grande partie du roman, dans
Nefertiti 1‘alternance des segments racontés par Boubastos avec les
passages narres par la reine met constamment en evidence le haut degré
de privilege accordé au scribe en tant que narrateur extradiégétique.
Pourtant, au lieu de faire obstacle a la communication directe entre
Nefertiti et ses narrataires (extradiégétiques) des generations á
venir, la présence médiatrice de Boubastos représente plutót la voie
par laquelle les paroles de la reine survivront a 1'emprise du temps.
A la difference de 1‘heroine du Sommei1 délivré, Nefertiti s'adresse a
un narrataire autre qu'elle-méme charge de la transcription de son
di scours. Ainsi, comme la reine envisage d'emblée 1'existence d'un
auditoire extérieur au monde de l'histoire, le scribe, au lieu d'etre
le veritable destinataire de ses paroles, n'est qu'un intermédiaire—
le véhicule par lequel elle pourra faire retentir sa voix á travers
les siécles.
Alors que les narrateurs omniscients et anonymes des romans
chedidiens se caractérisent tous par leur absence totale de l'histoire
qu'ils relatent, les personnages á q'ils cédent de plus en plus la
parole figurent dans leurs propres récits soit en tant que
protagoniste soit en tant que témoin de 1'action racontée. Sel on la
typologie des narrateurs établie par Genette a partir de la notion de

-140-
la personne, Boubastos et Thémis se classent dans la catégorie des
narrateurs homodiégétiques, car ils assument le role d'un observateur
retra^ant principalement, mais non pas exclusivement, les experiences
d'autrui. Par contre, le jeune homme enseveli qui monologue dans
L'Autre, Aléfa, Nefertiti et Kalya se caractérisent plutot contne
autodiégétiques á cause de 1'aspect plus ou moins autobiographique de
leurs discours. Vu la variation du décalage temporel entre l'histoire
et la narration qui existe dans ces romans, il s'ensuit que le degré
de distance séparant le je-narrant du je-narré va d'une identité
presque absolue chez le touriste occidental dans L1Autre a un écart
d1experience et de privilege cognitif resultant de l'écoulement de
quarante-trois ans chez la grand-mere Kalya dans La Mai son. Or, si
les personnages racontent leur version de Taction soit en monologue
intérieur (Kalya), soit dans un texte écrit adressé aux narrataires
virtuels des generations á venir (Boubastos et Themis), soit par un
récit oral (Nefertiti), ils adoptent tous une méme perspective a
l'égard du contenu narratif, perspective marquee par le privilege
cognitif et la reflexion qui vont de pair avec l'écoulement du temps.
On constate cependant que les indices les plus explicites de ce
privilege, a savoir les observations de portée générale tirées de
l'expérience personnelle et le comnentaire interprétatif sur cette
expérience, diminuent progressivement a travers les derniers romans
chedidiens jusqu'au point oü, dans La Maison, l'acte de remémoration
fait par Kalya exclut presque entiérement tout di scours extra-
narratif.
Les personnages dont il s'agit ici se distinguent les uns des
autres surtout par le degré oü ils sont conscients de 1'existence d'un

-141-
auditoire situé au niveau extradiégétique. D'une part, il y a les
monologistes dans L‘Autre et dans La Mai son qui ne s'adressent qu'á
eux-mémes et ne manifestent aucune intention explicite ou imp!i cite de
communiquer quel que message narratif a un narrataire present ou
virtuel. D'autre part, Nefertiti et Thémis assument tres ouvertement
la fonction de transmettre une histoire et ne s1abstiennent pas de
parler directement aux destinataires de leurs récits. Pourtant,
malgré leur haut degré de conscience d'eux-mémes en tant que
narrateurs, la sincérité de ces personnages n'est jamais mise en
question. Certes, 1'intention mensongére peut se manifester aussi
bien dans des discours intérieurs que dans des récits oü l'émetteur
vise a susciter une certaine réaction chez son narrataire. II n'y a
toutefois aucun signe que l'acte de se parler comporte une déformation
voulue de la vérité. En outre, le contexte narratif plutót objectif
dans lequel s'insére parfois le discours de ces personnages ne sert
pas du tout a diminuer leur véracité, ni en les dépeignant sous un
jour plus ou moins défavorable ni en mettant 1'accent sur les
restrictions de leur champ de perception ou les limitations de leur
degré de privilege cognitif.
Or, il faut signaler que les textes en contrepoint dans L'Autre,
dans La Cité et dans La Maison ne portent qu'assez rarement sur les
mémes événements au niveau du contenu narratif, ce qui réduit done la
possibil i té d'une contradiction qui pourrait mettre en doute la
véracité de la voix autodiégétique. Par contre, chez la reine et son
scribe dans Nefertiti, roman oü la conmunication du message narratif
repose en grande partie sur 1'expression de deux perspectives
différentes sur 1'action, il s'agit presque toujours d'une telle

-142-
superposition de points de vue. Cependant, comme on verra plus loin,
au lieu de diminuer la crédibilité de l'un ou merne des deux récits, la
juxtaposition des voix finit plutot par redoubler leur portée.
A la différence des narrateurs omniscients avec qui ils partagent
de plus en plus la fonction narrative, les personnages en question ne
sont pas capables de capter et de transmettre le discours intérieur
d'autrui. Suivant Genette, il convient de noter que le regime homo-/
autodiégétique implique une sorte de "préfocalisation" selon laquelle
le narrateur/personnage ne peut exercer la focalisation intérieure que
sur lui-meme et doit toujours rendre compte des sources d'oü il tient
son information quand il lui arrive de raconter des scenes auxquelles
il n'a pas assisté ou de transmettre des pensées d'autrui qu'il ne
saurait connaTtre.^ Or, dans Les Marches, Thémis évite toute
infraction (paralepse)^ a ce principe de préfocal i sation en annonqant
des les premieres pages qu'il él abore son récit non pas seuleinent a
partir de ses propres observations mais aussi en s'appuyant soit sur
les confidences que Marie et Athanasia lui ont faites au cours de leur
séjour commun chez Macé soit sur les paroles d'un tiers. Pourtant,
surtout dans les passages consacrés a Cyre, on a souvent 1'impression
qu'il s'agit d'une invention au lieu d'une transcription car Marie, la
seule personne a qui la jeune filie aurait pu relater les épreuves
qu'elle avait subies au couvent et les pensées qu'elle avait eues
depuis sa fuite, s'est enfoncée de nouveau dans le désert aprés avoir
rendu la parole a l'enfant en échange de son propre silence. Nous
considérerons plus loin cette question de la frontiére flottante entre
la réalité et la fiction chez Thémis aussi bien que celle de la
polyphonie sous-jacente qui va de pair avec le changement de

-143-
"personne" narrative operé par lui dans les sections du récit portant
les noms des trois femmes.
Ayant briévement caractérisé les personnages de L1Autre, de
La Cité, de Nefertiti, des Marches et de La Mai son dont les voix se
libérent de toute médiatisation par le discours d'un narrateur extra-
hétérodiégétique, nous nous proposerons maintenant de modifier la
demarche suivie jusqu'ici afin de mieux mettre en relief les derniéres
étapes de la metamorphose de l'acteur en narrateur extradiégétique qui
s'effectue a travers la production romanesque chedidienne. Nous
prendrons comme point de depart les indices de perceptibi1 i té qui ont
déja servi á 1'analyse du texte des narrateurs hétérodiégétiques, mais
au lieu d'insister principalement sur le degré oü la présence du
narrateur se fait sentir dans son discours, nous examinerons surtout
le degré oü le discours de personnage remplit une fonction proprement
narrative. Dans son étude inti tulée Transparent Minds, consacrée á
1'analyse des différents modes de reproduction des paroles intérieures
caractéristiques du genre romanesque, Dorrit Cohn considere le
discours d'un assez grand nombre de narrateurs homodiégétiques ou
autodiégétiques et établit que "as it approaches monologue, narration
sheds its narrative characteristics en route. Or, pour ce qui est
des cinq derniers romans de l'oeuvre chedidienne, on verra que dans
ces textes il est plutot question de la "narrativisation" graduelle du
discours de personnage, d'une transformation de monologue intérieur en
récit indépendant, ceci allant de pair avec une conrnunication de plus
en plus directe avec le narrataire extradiégétique.
Situé au pole "non-narratif," le discours du jeune homme dans
L'Autre représente une étape de transition entre les pensées

-144-
"directes" de Lana, libérées de la médiatisation du narrateur
hétérodiégétique du Survivant et le texte de la vieille Aléfa dans
La Cité oú 11 on constate les premieres traces d'une orientation vers
l'extérieur. Loin de constituer un veritable récit,17 les paroles du
touriste occidental qui se parle á lui-méme au sein de la terre
forment un di scours fortement marqué par les traits du monologue
intérieur.18 On ne trouve aucune indication ni de l'acte de
transcription (ou d'énonciation) ni de la presence de narrataires
faisant partie du monde de l'histoire. II s'agit plutot d'un di scours
tourné entiérement vers l'intérieur et dépourvu done de toute
intention de communication. Dans ce texte qui prend parfois la forme
d'un dialogue, 11 alternance je-tu a l'effet d'accentuer 1'i denti té qui
existe entre l'émetteur et le récepteur des paroles muettes. Cette
identité excluí la nécessité d'une exposition explicite qui servirait
a renseigner le(s) narrataire(s) extradiégétiqueís) sur les événements
du passé ou sur la situation actuelle. Pourtant, grace au dialogue,
le lecteur finit par partager l'épreuve subie par le locuteur pendant
les premiers jours de sa claustration et se voit amené a s'identifier
avec 1ui:
Tu tombes dans le gouffre, les yeux ouverts . . . ga se
rabat sur ta tete, ga expióse tout autour. Je ne veux plus
entendre ces hurlements d'écorchés. Je ne veux plus
m'entendre. . . . Non, essaye, essaye, fais un effort,
rappel 1e-toi, tu t'es retrouvé emmuré, seul. . . .
Tu découvres au fond de ta poche un briquet, tu
t'éclaires. ... Le plafond te semble fragüe, il risque de
s'effondrer d'une seconde a 1'autre ... tu es cerné, tu
cherches un passage, il n'en existe plus. ... (A, p. 123)
Tout comme Molly Bloom, dont la longue réflexion dans la derniére
section d'Ulysse représente un des exemples classiques du monologue
intérieur, le jeune homme enseveli sous des tonnes de gravats se

-145-
trouve dans un état d'isolement et d1immobili té presque completes. Le
champ de ses perceptions étant tres limité, rien ne vient troubler son
introspection. Le contenu de son discours se réduit done en grande
partie a son acte de méditation. Vu le contexte dans lequel s'insére
son monologue, au lieu d'y introduire une dimension narrative, la
description que fait le jeune homme de ses propres gestes semble
plutot aller de pair avec 1'affirmation de sa survie. Par rapport a
Invocation du passé, on notera que la remémoration du désastre sel on
l'ordre chronologique des événements cede bientot á un déroulement
bien plus libre de ses pensées. Comme les souvenirs du rescapé
s'intercalent le plus souvent dans des observations et des
interrogations intemporelles, e'est cet aspect réflexif qui finit
toujours par 1'emporter sur la narration proprement dite. Done, il
s'ensuit que si l'emploi du présent abonde dans le monologue du jeune
homme, ce n'est ni le présent narratif avec sa valeur de prétérit ni
le présent ponctuel marquant la simultanéité de 1'expression et de
l'expérience qui prédomine mais plutot le présent atemporel de la
réflexion dont découle le caractére non-narratif de son di scours. Que
la formulation et la transmission d'un certain message adressé a un
narrataire autre que lui-méme ne soient pas parmi les motifs qui
incitent le jeune homme enseveli a prendre la parole, ceci se fait
sentir également par la présence assez répandue d'une syntaxe
exclamative:
Celle que j1 ai le plus aimée! . . . Qu'est-ce qu'il peut y
comprendre! Et moi, qu'est-ce que j'en sais! ... II
faudrait des jours, des semaines, des années pour se
déchiffrer . . . et encore. Trop simple pour me comprendre,
ce Ben! Tout d'un bloc . . . tout en sentiments, comme i 1 s
le sont souvent dans ces pays. . . . Pour en revenir aux

-146-
femmes, ce n'est pas dans ces contrées qu'elles I'ont
trouvé, leur paradis! . . . Connient communiquer? (A,
pp. 148-49)
Classée parmi les "non-communicative language patterns" passes en
revue par Cohn, l'exclamation représente, selon elle, "the form of
discourse that requires no reply, to which there jjs no reply . . . the
self-sufficient self-involved language gesture par excellence."19
Pareillement, les questions formulées par 1'emmuré n'indiquent pas non
plus 1'intention de comnuniquer avec autrui mais reflétent plutot une
interrogation entierement introspective grace a laquelle il parvient
graduel1ement á se réconcilier avec lui-méme et avec la vie:
Envié, folie de vivre tout d'un coup. De plus en plus.
Dehors, souvent, c'était le contraire. II y avait des
jours ou je souhaitais en finir. L'air du temps était
a la dérision. Ton air. Que chercháis-tu vraiment?
Que voulais-tu vraiment? Aimais-tu cette vie que tu
réclames? ... Si peu! (A, pp. 136-37)
S'i 1 convient done de situer le texte du jeune homme enseveli au
pole du monologue intérieur, on verra que chez Aléfa le di scours
autonome se trouve un peu plus prés de celui du récit. Or, bien que
son discours ne s'enchasse pas aussi étroitement dans la relation du
narrateur hétérodiégétique que celui du jeune homme, il ne se
caractérise pas toutefois par une indépendance complete a l'égard du
contexte narratif. On constate que le monologue d'Aléfa se conforme
assez stricteinent á la structure tamporelle du texte qui l'encadre.
Pourtant, si le présent ponctuel dans le discours immédiat de l'acteur
se rapporte presque sans exception á 1'action relatée par le narrateur
hétérodiégétique, toujours est-il qu'a la différence des paroles
muettes du touriste occidental dans L'Autre, celles de la vieille
femme ne semblent presque jamais se rattacher directement aux

-147-
événements ou aux propos rapportés dans les sections du récit
précédant iinmédiateinent son propre texte. Ainsi, quoique dans La Cité
le monologue du personnage se déroule sel on le rythme du récit raconté
par le narrateur hétérodiégétique, cette oeuvre représente néanmoins
une étape cruciale de la transformation d'acteur en narrateur
extradiégétique. Le discours intérieur d'Aléfa, au lieu de s'intégrer
tres étroitement dans le déroulement du récit du narrateur omniscient
coinme celui des personnages dans les romans antérieurs, constitue
plutót une deuxiéme trame de l'histoire qui se juxtapose á la relation
du narrateur hétérodiégétique sans y étre subordonnée. Le partage
presque égal de la parole entre personnage et narrateur
hétérodiégétique qui en résulte va de pair d'une part avec la presence
de certains éléments narratifs dans le discours d'Aléfa et de l'autre,
avec une tendance marquée chez la vieille femme d'incorporer dans son
monologue un acte de comnunication adressé á des narrataires
virtuels.
Malgré 1'absence de toute trace de transmission écrite ou órale
des propos du personnage et de tout narratai re appartenant au monde de
l'histoire (autre que la locutrice elle-méme), il existe, surtout au
début du monologue d'Aléfa, des passages d'exposition assez explicites
qui servent a "présenter" ce personnage en expliquant sa démarche
singuliére:
Un jour j'ai décidé de prendre le large; comme ga, sans
quitter ma cité.
Cela m'a pris--un matin, un soir, je ne sais plus--une
brülante envie de m'offrir ma vil le, de la palper, d'en
extraire le sue, de la ressentir dans toutes ses fibres,
d'ouvrir l'oeil a perte de vue. De la reconnaitre, ma
vil le, dans une pierre, un tronc d'arbre, un visage; de la

-148-
noiifner en chacun et partout. De m'attacher á ce passant, ou
á cet autre; d'aller un moment dans leurs pas.
Depuis, je marche, le regard á ras de terre, ou bien a
hauteur d'yeux, ou bien par-dessus les toits. Selon mon
désir.
Voilá, j1 ai decide: je l'arpenterai sans fin ma vil le
jusqu'á ce que mort me saisisse! (CF, p. 21)
Plus loin, á cause de l'emploi assez répandu du présent habituel, au
lieu d'etre tourné exclusivement vers l'intérieur, le discours d'Aléfa
prend la forme d'une sorte d'autoportrait grace auquel la locutrice
s'efforce non pas seulement de se connaitre mais aussi, et peut-etre
surtout, de se faire connaTtre par ses semblables. En general, quand
elle raconte une scene au présent, au lieu d'indiquer la simultanéité
absolue des événements décrits et de l'acte de les relater, ce temps
revét plutót une dimension iterative qui situé le discours d'Aléfa a
mi-chemin entre la réflexion et la narration:
J'ai le cuite du mouvanent, le gout des étres et des
cités. lis sont mon faible, ma fibre, mes fables, mon fort!
Soudain, rues, impasses, boulevards, m'aspirent,
m'inspirent. Je les parcours. Je les hume, essence
comprise. Je les hante, je les remonte, je les redescends.
Pour qu'une voix réponde á la mienne, je demande á un
passant une adresse á laquelle je ne me rendrai pas. Je
parle aux vieillards, aux vieilles, dont le temps ne compte
plus mais auxquels reste si peu de temps. J'adopte par
brassées la foule et sa jeunesse: svelte, barbue, chevelue;
ou bien celle qui joue aux bonzes, cranes chauves poudrés de
blanc.
Je plonge dans les marchés aux heures d'affluence. Dans
la ruelle pleine a craquer, une voiture s'engouffre;
agressive, elle se tail le un chemin. Je caresse son museau,
je 1'apprivoise; ses ronflements s'assourdissent, elle me
livre passage.
Je passe. . . . (CF, pp. 25-26)
Or, compte tenu de la prédominance du présent habituel, on constate
que le monologue d'Aléfa contient aussi une plus haute proportion du
présent ponctuel et du présent narratif que le discours direct du
jeune homme qui se parle a lui-méine dans L*Autre. Si la narration

-149-
simultanée et la remémoration se substituent done dans une certaine
mesure au present intemporel qui caractérise le monologue intérieur de
ce dernier, on ne trouve toutefois aucune trace chez Aléfa d'un effort
d'iinposer une organisation chronologique sur ses souvenirs. En outre,
il est parfois assez difficile de determiner s'il est question d'une
¿vocation du passé ou s'il s'agit par contre d'une narration
simultanée:
Je remonte la rué qui méne au grand Theatre. Des gens venus
de partout n'en reviennent pas de s'aborder. Un
restaurateur au seuil de son café m'offre, gratis, un verre
de limonade. Plus loin, je m'agglutine a la foule. (CF,
p. 120)
II est possible néanmoins de distinguer plusieurs passages comme celui
qui suit, marqués par 1'i sotop ie tenporelle entre 1'énonciation et
1'action et servant á rattacher le monologue de la vieille femme au
cadre constitué par le récit du narrateur hétérodiégétique, ce qui
nous permet done de situer 1'instance narrative d'Aléfa par rapport
aux événements de l'histoire. Cependant, ces segments racontés au
présent ponctuel ne sont ni assez longs ni assez répandus pour dormer
au texte dans lequel i1s s'insérent un caractére nettement narratif:
Je rode depuis ce matin autour de la maison de Deric,
essayant d'apercevoir Livie. II faut que je 1 ui parle.
Elle est close cette maison, serrée comme un poing. Avec
mon allure i1s ne m'ouvriront jamais.
J'emplis mes poumons d'air, je rassemble mon courage,
j'avance dans 1'entrée de marbre, évitant de passer trop
pres de la loge du concierge. Je sonne au rez-de-chaussée.
J'entends des pas, de 1'autre coté de la porte quelqu'un
m'observe a travers l'oeillére; je prends mon air le plus
innocent.
L'examen ne m'est pas favorable; on ne me recevra pas.
Je baisse la tete pour qu'apparaissent mes cheveux blancs
et que ceux-ci les rassurent. Rien. Les pas s'éloignent.
(CF, p. 145)
Or, dans les deux derniers segments du roman ou la vieille femme
raconte l'approche de sa propre mort, la narration simultanée se situé

-150-
hors du cadre tempore 1 delimité dans le récit du narrateur
hétérodiégétique. Ainsi, á la différence de tous les romans
antérieurs de Chedid, á la fin de La Cité la voix du narrateur
hétérodiégétique se réduit au silence et c'est un des personnages qui
acquiert par conséquent le monopole de la parole, communiquant
directement au narrataire extradiégéti que un di scours intérieur
marqué, semble-t-il, par la résolution de raconter la vie (et la mort)
au lieu d'y réfléchir. Méme quand il s'agit des nombreux passages de
di scours nettement extra-narratif—les ré flexions faites par Aléfa sur
la nature humaine et surtout sur l'amour--la locutrice semble adresser
ses interrogations non pas seulement a elle-méme, mais également á un
auditoire virtuel situé au niveau extradiégétique. Ainsi, les
questions fondamentales qu'elle pose aux personnages de l'univers
diégétique a 11 ai de de ses gestes et de ses paroles prononcées, elle
nous les pose aussi a travers son monologue intérieur: "Méme si tout,
toujours, se degrade et que les haines l'emportent, d'autres clartés
nous sauveront. Je m'imprégne de cette confiance, sinon pourquoi et
comment vivre?" (CF, p. 124).
Dans Nefertiti, cette sorte de communication directe avec 1e(s)
narrataire(s) extradiégétique(s), aussi bien que la fonction
proprement narrative, deviennent centrales á 11 orientation du texte
des personnages. Le di scours de Boubastos et celui de la reine, au
lieu d'étre complétement intérieurs comme les monologues déja étudiés,
prennent plutót la forme d'une chronique écrite, él aborée par deux
individus tres conscients de leur role comme architectes d'un récit et
de la présence virtuelle d'un auditoire. En 1'absence de tout
narrateur hétérodiégétique, les personnages jouissent d'un monopole de

-151-
la parole et c'est le scribe Boubastos qui assume pour ainsi dire le
méme role rempli par les locuteurs anonymes et omniscients des deux
romans précédents car son texte sert de cadre aux propos de Nefertiti
sur les deux plans de la narration et de l'histoire. D'une part, le
scribe établit le contexte non pas seulement tempore! et spatial mais
surtout émotionnel du discours qu'il est charge de transcrire en
décrivant la lutte intérieure menée par la reine pour "se mettre en
route vers son passé" (N, p. 12). De 1'autre, il renseigne ses
narrataires sur des aspects de ce passé qui ne figurent pas dans les
souvenirs que Nefertiti lui dicte. Cependant, a la différence du
di scours des narrateurs hétérodiégétiques dans L'Autre et dans
La Cité, celui de Boubastos ne se caractérise ni par une perspective
strictement objective ni par l'effacement rigoureux du sujet parlant.
Le scribe nous offre une version tres personnel le de l'histoire (et de
l'Histoire) marquée par une assez haute proportion de commentaire
explicite et par une tendance a intercaler certains épisodes de sa
propre vie dans ses mémoires du régne d'Akhnaton. Qui plus est, il ne
s'abstient pas de s'adresser directement á ses narrataires des siécles
a venir chez qui il espere faire revivre le reve du pharaon
réformateur: "J'écris, pour qu'a travers moi, á travers d'autres, et
puis d'autres encore, cette aventure capte un jour ton oeil, lecteur
mon frére; pour qu'elle frappe á ton coeur, ami d'un autre temps" (N,
p. 10).
Nefertiti, quant a elle, s'efforce a son tour de communiquer ses
souvenirs pour que le reve de son mari "soit délivré de la mort par
l'écrit" (N, p. 13). Elle s'en tient done en grande partie á la
narration proprement di te saris toutefois faire total ement abstraction

-152-
d'un discours extra-narratif ayant une fonction essentiellement
idéologique ou servant a entretenir une sorte de dialogue avec le
scribe qui se charge de recueillir ses propos. Par exemple, il lui
arrive parfois d'interrompre le déroulement de son récit pour mettre
l'accent sur son état d'ame actuel ou pour s'adresser directement á
son narrataire Boubastos:
J'ai traverse tant d'horreurs, mais aussi des avenues
radieuses. J'ai vécu de tels déchirements, mais aussi tant
d'amour. Nous avons souffert de trahisons, de
malveillances, de rancunes; mais nous avons été témoins
d'actes innombrables, qui réconcilient avec l1existence,
avec la vie.
A cause de cela, mon scribe--et bien que notre propre
aventure soit saccagée et morte--il m'arrive de retrouver
foi en un plus loin qui nous échappe; en d'autres temps, en
d'autres vies. ... (N, pp. 159-60)
Pourtant, si Nefertiti se laisse submerger le plus souvent par son
acte de remémoration, évoquant, voire revivant, le passé en presence
de son scribe, il revient á ce scribe, témoin non pas seulement de
l'acte d1énonciation accompli par la reine mais également de la
plupart des événements racontés, de greffer sur la relation qu'il
transmet des elements narratifs et extra-narratifs qui élargiront la
portée des paroles qu'il est en train de recueillir. Certes, il ne
s'efface pas cornne on pourrait s'y attendre si on limite la conception
du role d'un scribe a la transcription de ce que 1'on lui dicte; aussi
convient-il maintenant de préciser le caractére de sa contribution au
récit de Nefertiti.
Premierement, 1 ' interpol ation de son propre di scours sert a
insérer le régne d'Akhnaton dans son cadre historique et religieux.
En dressant un catalogue des aTeux de ce pharaon rebelle et de leurs
dieux, Boubastos fait ressortir d'emblée la nature révolutionnaire de

-153-
sa philosophie personnel le et politique. En deuxiéme lieu, le récit
du scribe aide á remplir les 1 acunes dans celui de Nefertiti qui
insiste le plus souvent sur l'aspect intime et affectif du passé.
Boubastos se charge non pas de corriger le récit qu'elle 1ui dicte
mais plutót de l'étoffer en y ajoutant un point de vue qui s'oriente
vers le concret pour évoquer les décors et les gestes. Le scribe nous
expli que:
Quand la reine se tait, je m'efforce de décrire les
choses par le dehors. II faut que le décor tienne. J'en
éprouve la nécessité. J'essaye de cerner le passé, de
maintenir Timage entre des aretes précises, d'etre un peu
l'architecte de ce récit. Le temps efface ou décolore. Que
restera-t-il de nous, si je m'écarte trop des apparences?
II me semble, parfois, que les paroles de Nefertiti se
centrent vers le dedans; que par moments elles réduisent les
apparences en cendres, pour que ne survive que le feu des
profondeurs.
Alors, je remanie ce texte; je m'appuie sur mes
souvenirs, je pose á la reine d'autres questions. Je
m1attache á ce qui se voit, á ce qui se palpe. Je m'attarde
sur un détail, je m'enracine. (N, pp. 52-53)
En troisiéme lieu, le scribe prend la parole pour raconter ses propres
souvenirs quand Nefertiti n'arrive pas a comnuniquer les siens.
Enfin, le récit de Boubastos est parseiné d'observations sur l1 état
d'ame de Nefertiti qui renseignent le lecteur sur sa lutte contre le
silence et le vide pour achever ses mémoires. II existe done une
sorte de "livre dans le livre" dans lequel le scribe, en sa qualité de
témoin et de participant, rend compte de la composition de la
chronique (N, jaquette du livre). En décrivant l'enfantement
douloureux du récit composé des souvenirs de la reine, Boubastos
réussit á affirmer non pas seulement la sincérité de Nefertiti en tant
que narrateur mais aussi sa "réalité" en tant que personnage, faisant
ressortir les ressemblanees fondamentales qui la relient aux

-154-
narrataires des époques futures a qui elle voudrait transmettre son
message narratif. Grace á ces passages en focalisation externe,
Nefertiti devient pour nous plus qu'une voix lointaine et isolée--elle
s'incarne et tout en perdant une certaine qualité mythique elle
acquiert une réalité tres concrete qui redouble le poids de ses
paroles.
Dans Les Marches la seule voix qui se fait entendre directement
par 1e(s) narrataire(s) extradiégétique(s) est celui du personnage/
témoin Thémis. Au lieu de teñir un di scours entierement introspectif
ou la reflexion l'emporte sur la fonction narrative, il assume
consciemment le role de narrateur d'un récit indépendant. II s'agit
chez lui non pas d'un monologue tout á fait intérieur, mais piutot
d'un texte écrit dont la redaction fait l'objet d'un commentaire
inséré au debut et surtout á la fin de la relation. Comme Boubastos
et Nefertiti, il arrive á Thémis de s'adresser ouvertement a ses
narrataires virtuels dans le but de leur faire part de ce qui 1'incite
a prendre la parole. S'il accorde un haut degré d'importance á la
transmission du message narratif, c'est qu'il s'efforce de
reconstituer l'histoire des trois femmes afin de communiquer la
"réalité" de leur "étrange, imprevisible rencontre" aux destinataires
de sa propre époque troublée et a ceux des générations a venir (MS, p.
12). Pourtant, Themis ne se situé pas toujours au méme degré de
distance des événements qu'il raconte. Il choisit d'opérer une
dissociation entre Thérnis/personnage et Thémis/narrateur dans
certaines sections du récit, se désignant par la troisiéme personne au
lieu de la premiere et parlant de lui-inéme "á distance, comme d'un
étranger, d'un témoin, parfois melé á 1'action" (MS, p. 12). En

-155-
adoptant périodiquement la perspective d'un narrateur extra-
hétérodiégétique, Thémis finit par donner á son texte une composition
qui rappelle (quoique superficiellement) la juxtaposition du contexte
narratif plus ou moins objectif au di scours d'un des protagonistes de
l'histoire, procede caractéristique de la structure narrative de
L'Autre, de La Cité et de Nefertiti.
Thémis retrace, en partie, les vies de Cyre, de Marie et
d'Athanasia soit en sa qualité de participant (pour la période de leur
séjour commun chez Macé) soit en se fiant aux souvenirs d'autres
observateurs, ou bien en se référant aux confidences qu'il a regues
des femmes elles-mémes. Sa relation se divise en neuf sections,
chacune portant 1 e(s) nom(s) de celui ou de celle(s) des personnages
qui s'y présentent. Les quatre parties sur neuf racontées par Thémis
en tant que narrateur homodiégétique contiennent une assez haute
proportion de di scours extra-narratif sous forme de coronentaire a
fonction idéologique et testimoníale car il y est question non pas
seulement de l'évocation de sa rencontre avec les trois feirenes mais
aussi de ses réflexions sur son époque et de ses observations sur la
nature humaine:
Dogmes, erreurs et vérités tant de fois reproduites,
simulacres ou répétitions, tous ces épisodes illuminés,
toutes ces chroniques sanglantes, j'en sourirais si nos
conduites moutonniéres ne nous transformaient parfois en
hyénes, serviteurs déchaínés de toutes les violences!
Alors, comment sourire?
Malgré un regard narquois ou détaché que 1'on porte
souvent sur ce monde éphémére que nous sofrenes toujours sur
le point de quitter, comment se défendre d'avoir le coeur
rongé, l'ame aveuglée? (MS, p. 100)
Dans les sections qui s'intitulent "Thémis" il s'agit done des
souvenirs du narrateur--tout ce qui dérive de sa propre expérience.
En revanche, ce que Thémis raconte dans les segments intitules "Cyre,"

-156-
"Marie" et "Athanasia" (a l'exception du martyre du fils d'Athanasia
auquel il a assisté), il le tient d'autres personnes, soit d'une des
protagonistes soit d'un tiers. Ces cinq segments portent sur les
trois femmes ou bien indi vi duellement comme au debut lorsque chacune
d'elles, toute seule, se trouve étre aux prises avec son passe,
absorbée par ses souvenirs, ou bien ensemble pour indiquer le lien de
fraternité qui se forme á la retraite de Termite et continue á les
unir apres leur départ. Marquees par la dissociation je-narrant/je-
narré et racontées sel on le point de vue d'un narrateur
hétérodiégétique, les sections en question se caractérisent par
Tabsence presque totale de comnentaire et, qui plus est, de toute
forme de discours extra-narratif.
Done, Thémis, conformément á sa decision de parler de lui-meme
"comme d'un étranger," passe de la premiere personne a la troisieme,
abandonnant le je_ qui appartient á son statut de narrateur pour se
designer par Y\_ et supprimant ainsi une des marques les plus evidentes
de sa presence en tant que sujet parlant. Pareillement, il fait
presque compl etanent abstraction du discours extra-narratif,
caractéristique des sections "homodiégétiques" de son récit, qui
servirait á augmenter sa perceptibi1 i té en tant que narrateur. En
cherchant a formuler une interprétation possible de ce haut degré
d'effacement, on constate d'abord que Thémis, á la différence de
Boubastos, incorpore dans son récit un assez grand nombre de scenes
dont il n'a pas été témoin et transmet tres souvent des pensées
d'autrui qu'il ne saurait connaitre. Or, Talternance je/il lui
pennet d'enfreindre les normes qui se rattachent á la notion de
personne sans toutefois diminuer sa crédibilité en tant que narrateur.

-157-
Grace á 1'élimi nation des interventions extra-narratives et a la
distanciation entre le je-narrant et le je-narré effectuée par la
désignation de Thémis/personnage par la troisiéme personne, on fi nit
par oublier les limitations du champ cognitif du narrateur aussi bien
que la participation de ce dernier a certains des événements racontés,
accordant a ses paroles l'autorité qui va de pair avec 1'omniscience
et 11objectivité du sujet parlant.
Pourtant, la dissociation narrateur/personnage ne constitue pas
seulement un procédé plus ou moins artificiel par lequel Thémis
réussit á insérer dans son récit une certaine catégorie d1information
narrative incompatible avec son statut homodiégétique sans trop
éveiller la méfiance de ses lecteurs. Loin de la, 11 alternance je/il
opérée par Thémis représente plutot une trace de la polyphonie sous-
jacente sur laquelle repose la composition de son texte. II avoue
sans ambages qu'il s'appuie non pas seulement sur ses propres
souvenirs mais aussi sur les propos d'autres individus, protagonistes
ou témoins de l'action, en rédigeant son récit:
J'ajouterai a ce qu'elles m'ont dit tout ce que j'ai pu
ensuite, patiemrnent, reconstituer.
A travers el les, plus tard a travers d'autres, j'ai
recomposé leurs existences. Mais peut-on pénétrer les
esprits et les coeurs, et ne s1infiltre-t-on pas soi-méme
dans la substance d'autrui? (MS, pp. 12, 103)
Or, par une sorte de métalepse, sel on la tenninologie genettienne,20
il y insére ce qu'il tient d'autrui sans toujours signaler les récits
interrnédiaires grace auxquels il s'est renseigné. C'est surtout par
1'alternance je/il qu'il met en valeur l'altérité des voix qui se font
entendre á travers la sienne. En se désignant par la troisiéme
personne Thémis adopte en quelque sorte la perspective de celui ou de

-158-
cell e qui lui a raconté la scene qu'il est en train de décrire. Par
1 Elimination systématique du je et des reflexions personnelles dans
les sections basées sur les propos de Marie, d'Athanasia ou d'un
observateur autre que lui-méme, il laisse deviner dans son récit un
certain melange de voix. Dans les sections qui portent les noms des
trois femmes (oü Thémis se designe par la troisieme personnel il ne
parle pas en tant que témoin car lorsqu'il prend la parole en son
propre nom il ne s'abstient pas de dire ¿e. Les sources de son récit
demeurent pour la plupart implicites mais méme s'il en fait presque
toujours abstraction, les echos de ces autres voix, surtout celles de
Cyre, de Marie et d'Athanasia, existent et résonnent á travers la
sienne. Done, Thémis, tout en se réservant entiérement le privilege
narratif, passe du _je du narrateur au du personnage.
Or, si Thémis s'approprie pour ainsi dire les paroles recueillies
sur lesquelles il se base pour élaborer son récit, il lui arrive
également d'inventer le discours de ses personnages lorsque ses
sources d'information lui font défaut. En racontant l'histoire de
Cyre, il réussit a allier presque inextricablement la réalité (les
scenes qu'il tient d'autrui) et la fiction (soit la reconstitution de
certains épisodes de la vie de la jeune filie tels sa fuite du couvent
et ses jours de solitude dans le désert, soit la transmission de ses
pensées). Ainsi, en assumant le role de narrateur, Thémis fait appel
non pas seulement á ses observations, aux souvenirs d'autres témoins
et aux paroles mémes des protagonistes de son histoire, mais aussi a
sa propre imagination. Comme Nefertiti et Boubastos, son récit est le
résultat d'un acte de remémoration et l'histoire dont il le tire
représente pour lui un aspect de 1'Histoire de son époque. Cependant,

-159-
á la difference des narrateurs du reve d'Akhnaton, chez Thémis il ne
s'agit pas uniquement de partager ses souvenirs avec des narrataires
virtuels avant que la mort ne réduise sa voix au silence. Pour lui,
le privilege narratif comporte non pas seulement le role d'architecte
de son propre récit et d'historien fi déle du passé mais aussi celui
d'inventeur de certains aspects de ce passé qui deviennent pour nous,
ses lecteurs, la real i té. Or, a la fin de son récit, le glissement
entre la réalité et 1‘invention qui caractérise son évocation du passé
(surtout la vie de Cyre) finit par influer sur sa relation du moment
présent:
Ceci fait-il partie de mon récit? L'imaginaire a-t-il pris
le dessus, ou bien cela se passe-t-il vraiment, ici, dans
cet instant? Je ne sais plus. Soudain je ne sais plus, la
frontiére entre l'existence et le reve s'est dissoute; peut-
étre tiennent-ils d'une méme réalité, peut-étre ne cessons-
nous jamais d1imaginar? (MS, p. 250)
Ainsi, dans le cas de Thémis, le role de narrateur repose non pas
seulement sur la reconstitution fi déle de la réalité (présente ou
passée) mais aussi sur la puissance créatrice de 1'imagination et du
verbe.
Dans La Maison on retrouve l'alternance des voix auto- et
hétérodiégétiques caractéristique de La Cité, mais a la différence de
cet ouvrage antérieur, le texte du narrateur omniscient et le di scours
intérieur de la protagoniste forment des récits indépendants, dérivés
de deux histoires différentes. Ainsi, l1action semble se dérouler
simultanément sur deux plans temporels juxtaposés. Le narrateur
hétérodiégétique relate les événeinents de juillet-aout 1975 et, dans
une sorte de "monologue autobiographique,"^ Kalya se raconte une
suite d'épisodes de sa jeunesse, évoquant surtout 11été 1932 passé au
Liban auprés de sa grand-mére Nouza. Complelement absorbée par ses

-160-
souvenirs, la femme fait abstraction de toute reference á la real i té
ambiante. Tout en gardant la perspective privilégiée que lui confére
l'áge, le tenps et 1'experience, Kalya s'en tient presque
exclusivement a la fonction proprement narrative. Le discours extra-
narratif qui constitue en grande partie le texte du jeune homme
enseveli aussi bien que celui d'Aléfa et marque assez fortement les
relations faites par Boubastos, par Nefertiti et par Themis est á peu
pres absent de son récit. Les interventions du je-narrant, qui se
bornent á des observations tel les que "Je la revois . . . ," "J'en
garde un souvenir miévre" et "Je ne me souviens plus . . . ," font
ressortir l'écart temporel séparant Kalya/personnage de Kalya/
narrateur mais i1s ne comportent toutefois aucun commentaire soit sur
l'histoire soit sur le discours (MR, pp. 70, 86, 106). Vu le
caractére essentiellement narratif du texte de Kalya, il est possible
de constater chez elle 1‘aboutissement de la transformation de
personnage en narrateur extradiégétique non pas sur le plan de la
relation écrite mais plutot sur celui du monologue intérieur. Coime
Sarnya, protagoniste du Sommeil délivré, la grand-mere trouve un refuge
contre la tragédie du moment present dans un acte de remémoration
retragant certains épisodes de sa vie antérieure. Pourtant, a la
difference de 1'heroine du premier roman chedidien, sa voix
nous parvient sans aucune subordination au texte du narrateur
hétérodiégétique avec qui elle partage la parole narrative. Dans
La Mai son le monologue intérieur du personnage constitue done un récit
capté, sans médiatisation, par 1e(s) narrataireís) (et les lecteurs)
situés au niveau extradiégétique.

-161-
Cependant, les textes entrelaces mais indépendants des narrateurs
auto- et hétérodiégétiques, consideres indi vi duel 1 ement ou ensemble,
ne renferment pas l'essentiel de ce roman. Le noeud se trouve pl utot
dans un troisiéme récit, réparti en dix segments assez brefs, oü le
message narratif (et extra-narratif) se transmet grace á un partage
tres intime de la parole. Ces passages dans lesquels se déroule, en
ralenti, la marche de Kalya a travers "cet espace renfermé comme un
piége oü la mort est aux aguets" forment pour ainsi di re "une sequence
de cinema, oü la scene cruciale, plusieurs fois reproduite, obsede
comme une rengaine (MR, jaquette du livre, p. 77). Or, cette "scene
cruciale" constitue effectivement le fil principal de 1'histoire--une
sorte de "noyau" sur lequel se greffent les scenes du passé tres
recent et assez lointain racontées par les voix narratives de Kalya et
du narrateur omniscient. Le tenps de ce récit semble se dilater,
laissant apercevoir á travers le moment present, apparemment
interminable, des bribes du passé qui aident le lecteur á comprendre
ce qui incite les trois femmes á franc'nir la distance qui les sépare.
Ainsi, tout en constituant des relations indépendantes et autonomes,
les textes respectifs de Kalya et du narrateur hétérodiégétique
servent a étoffer en quelque sorte la trame céntrale de 1'histoire
contenue dans l'évocation de la course accomplie par la grand-mére.
Ce fil fragmenté qui réunit certains éléments du contenu narratif des
deux relations intercalées représente done une sorte de synthése non
pas seul ement sur le plan de 1' histoi re inais aussi, et peut-étre
surtout, sur celui du di scours.
Les voix des deux narrateurs s'y confondent pour communiquer le
message narratif et extra-narratif par un partage de la parole qui

-162-
rappelle 1'ambiguTté fécondante des premiers romans chedidiens. En
lisant ce récit on a parfois I1impression que le di scours de Kalya
s'infiltre dans celui du narrateur anonyme sans aucune trace de
transition ou de subordination. Ainsi, á cause de ce glissement, il
semble que le narrateur hétérodiégétique adopte la perspective
psychologique de la grand-mére et que sa propre omniscience finit done
par s'effacer devant 11incertitude et l'espérance ressenties par elle
durant son parcours:
Laquelle vient d'etre touchée par un projectile parti on
ne sait d'oü? Laquelle des deux—vétues de jaune, hábil lees
des memes robes, coiffées des mémes foulards, chaussées des
mémes espadrilles--vient d'etre abattue corone du gibier?
Laquelle est couchée sur le sol, blessée á mort peut-étre?
Laquelle se tient a cal ifourchon, jambes et genoux
enserrant les hanches de la victime? Laquelle, penchée au-
dessus de sa compagne, lui souléve le buste, s'efforce de la
rappeler a la vie? La question n'a presque pas
d'importance. Ce matin, elles sont une, identiques.
Peut-étre que le tueur est encore a l'affüt, embusqué á
1'angle d'une batisse? Armé par d'autres mains? Ou
attendant son bon plaisir, celui du chasseur infatué de son
fusil qui fera, quand il le décidera, un carton sur ce qui
bouge?
Pourtant, ce matin, tout devait se renouer. II n'est peut-
étre pas trop tard. Mal gré les violences de cette derniére
semaine, la paix peut encore étre sauvée.
Rien n'est encore dit. Les coléres peuvent encore
s'éteindre. Le jour peut encore s'éclairer.
. . . avant que la ville se scinde avant que le dernier
passage se bloque avant que les otages servent de monnaie
d'échange avant meurtres et talion avant que les milices
rivales essaiment et se combattent. . . .
Peut-étre que 1'autre n'est que légérement blessée?
Les fenétres s'ouvriront, 1'ambulance arrivera. Tout
n'est pas encore dit. . . . (MR, pp. 14, 93, 29, 117, 215,
226)
Parei11ement, en ce qui concerne le discours extra-narratif, faute de
signes typographiques et 1inguistiques indi quant 1'i denti té du sujet

-163-
parlant, il est souvent difficile de repondré avec certitude á la
question la plus fondamentale pour 1'étude de la voix narrative, "Qui
parle?" Ce discours se situé par consequent sur la frontiére
flottante entre les textes des deux narrateurs qui semblent abandonner
le haut degré d'effacement caractéristique de leurs voix dans la plus
grande partie du roman pour assumer ensemble la fonction idéologique:
L'étroite main du temps enserre les vies, puis de les
déverse dans la méme poussiére. Pourquoi abréger cette
étincelle entre deux gouffres, pourquoi devancer l'oeuvre de
mort? Comment arracher ces racines qui séparent, divisent
alors qu'elles devraient enrichir de leurs séves le chant de
tous? Qu'est-ce qui compose la chair de l'homme, la texture
de son ame, la densité de son coeur? Sous tant de mots,
d'actes, d'écailles, oü respire la vie? (MR, pp. 225-26)
Ainsi, dans La Maison le partage de la parole va bien plus loin
que la juxtaposition des discours de deux narrateurs extradiégétiques.
II s'agit plutót d'un appel a la fraternité transmis non pas seulement
á travers le contenu narratif de leurs récits respectifs mais aussi,
et peut-étre surtout, par la fusion de leurs voix dans un discours
extra-narratif adressé au(x) narrataire(s) virtuel(s) de leurs
histoires: "Demain, 1'apocalypse, l'océan des démences? Demain, la
paix?" (MR, p. 248).
En conclusion, il nous semble utile de passer briévement en revue
les effets de polyphonie qui découlent du partage de la parole
narrative dans les romans les plus récents de l'oeuvre chedidienne.
Donné la predominance de la voix du narrateur extra-hétérodiégétique
dans L'Autre et, a un moindre degré, dans La Cité, nous considérerons
ces ouvrages conrne des romans de transition et nous tenterons de
distinguer dans La Maison, dans Nefertiti et dans Les Marches les
différentes expressions du concept de la fraternité de la parole sur le
plan de l'acte narratif producteur du récit. Comme nous venons de le

-164-
signaler, dans La Mai son l'essentiel ne consiste pas en 1'autonomie
complete des textes respectifs des narrateurs auto- et
hétérodiégétiques dont la juxtaposition aboutit a la narration de deux
histoires entrelacées mais distinctes. La notion de la parole
partagée se manifesté surtout dans les sections du roman ou
1'ambiguTté á l'égard de l'identité du sujet parlant est la plus
marquée, á savoir la relation de la marche entreprise par Kalya afin
de sauver l'espérance et la tolerance incarnées par ses jeunes amies
libanaises. A cause du glissement qui s'opére entre leurs textes, les
voix des deux narrateurs semblent se faire entendre non pas en
contrepoint comme c'est le cas dans leurs di scours proprement
narratifs, mais plutot á l'unisson pour transmettre á leur(s)
narrataire(s) un meme message extra-narratif, celle de la fraternité.
Dans Nefertiti il s'agit par contre de deux voix en contrepoint
se c'nargeant de narrer une seule histoire. C'est á travers les
di scours de Boubastos et de la reine qui se suivent et se répondent et
grace á cette cooperation représentée par l'échange de la parole que
s'accomplit la resurrection du reve d'Akhnaton. Les deux voix de ce
roman polyphonique se renforcent car deux voix portent plus loin
qu'une seule. En plus, elles se soutiennent. Dans sa composition
Neferti ti' ressemble a un long dialogue plutot qu'á deux monologues
indépendants. La reine s'adresse á son scribe comme a un ami intime a
qui elle confie la transmission du reve de son mari. A son tour
Boubastos lui lit ses reflexions sur lesquelles elle semble parfois
s'appuyer pour presenter les siennes. De méme, le scribe prend les
paroles de Nefertiti comme point de depart pour ses interpolations oü
domine le concret. Pourtant, ce dialogue qui s'établit entre la reine

-165-
et son scribe á travers leurs récits individuéis n'est pas le seul á
se faire entendre dans ce roman. Un autre s'ébauche entre Boubastos
et ses "ami s d'un autre temps" dans lequel il rend compte du progrés
de sa chronique et partage ses observations sur la vie et sur
l'écriture (N, p. 10). De cette fagon, le lien de fraternité qu'est
le dialogue se prolonge de la reine Nefertiti á son scribe Boubastos
et de ce scribe jusqu'á nous.
Dans Les Marches la polyphonie narrative est á la fois moins
evidente et plus riche que celle qui résulterait d'une suite de récits
á la premiere personne. Les sections portant sur les trois femmes
révélent un partage de la parole complexe et plutót sous-jacente que
Ton peut comparer a un chant a plusieurs parties, se suivant,
s'emmelant et s'entrecroisant pour composer l'histoire, ou a
11entrelacement des fils d'une tapisserie. La voix de Themis qui se
charge de raccorder ces fils devient en quelque sorte une voie
narrative partagée par tous. On peut méme aller jusqu'a dire que
dans les sections qui portent les noms des trois femmes il restitue á
Cyre, qui est morte, á Marie, qui a fait voeu de silence et a
Athanasia qu'il aime, leurs propres voix.
Or, apres avoir suivi la transformation de personnage en
narrateur extradiégétique qui s'effectue a travers les romans
chedidiens du Sommeil délivré a La Mai son, il ne faut pas oublier que
cette métamorphose représente surtout le véhicule d'une communication
directe entre acteur et narrataire(s) extradiégétique(s). Aussi, dans
la conclusion á la présente étude, nous proposerons-nous d'abord
d'esquisser le portrait de ce(s) narrataireís) et de préciser, comme
nous avons essayé de le faire pour les narrateurs, leur degré de

-166-
présence dans les neuf textes en question. En fin de conclusion nous
considérerons 1'oeuvre romanesque d'Andrée Chedid dans son ensemble
afin de mettre en lumiére les implications d'une telle transformation
pour la communication du message narratif et extra-narratif: celui de
la fraternité de la parole partagée.
Notes
* Andrée Chedid, "Paroles de terre," Epreuves du vivant (Paris:
Flammarion, 1983), pp. 33-34.
^Andrée Chedid, La Cité fertile (Paris: Flammarion, 1972), p. 23.
Désormais: CF.
^Andrée Chedid, Nefertiti et le reve d'Akhnaton (Paris:
Flanmarion, 1974), jaquette du livre. Désormais: N.
^Andrée Chedid, Les Marches de sable (Paris: Flammarion, 1981),
p. 12. Désormais: MS.
8Voir aussi le récit chedidien intitulé "Un jour, 1'ennemie . . .
dans Les Corps et 1e temps (Paris: Flammarion, 1978), pp. 9-30, ou il
s'agit des mémes circonstances, événements et protagonistes.
^Andrée Chedid, La Mai son sans racines (Paris: Flammarion, 1985),
p. 58. Désormais: MR.
^Gérard Genette, Figures III (Paris: Seuil, 1972), p. 228, n.l.
8Genette, Figures III, p. 232.
^Genette, Figures III, p. 230.
^Voir par exernple La Cité fertile, pp. 38-42.
^Andrée Chedid, L'Autre (Paris: Flammarion, 1969), pp. 68, 167,
177. Désormais: A.
1 ?
Voir par exernple les premieres pages de La Cite fertile.
^Genette, Figures III, p. 261. Le critique se borne a signaler
"la fonction proprement narrative, dont aucun narrateur ne peut se
détourner sans perdre en meme temps sa qualité de narrateur. . . ."
14Gérard Genette, Nouveau Discours du récit (Paris: Seuil,
1983), p. 52.

-167-
^5Genette, Figures III, p. 213.
16Dorrit Cohn, Transparent Minds: Narrative Modes for Presenting
Consciousness in Fiction (Princeton: Princeton Univ. Press. 1978). d.
ir?:
17Genette, Figures III, p. 71. Selon Genette, le terme "récit"
renfenne trois notions distinctes dont la plus courante designe
"l'énoncé narratif, le discours oral ou écrit qui assume la relation
d'un événement ou d'une serie d1événements. ..."
^Cohn, chapitres 5-6.
19Cohn, p. 225.
20Genette, Figures III, pp. 243-46.
^Cohn, p. 181.

CHAPITRE V
PERSOMNAGE/NARRATEUR/NARRATAIRE: FRATERMITE
DE LA PAROLE
Par les mots qui s'engendrent
Par cette parole étranglée
Par l'avant-scéne du présent
Par vents d'éternité
Par cette naissance qui nous décerne le monde
Par cette mort qui 1'escamote
Par cette vie
Plus bruissante que tout 1'imaginé
TOI
Qui que tu sois!
Je te suis bien plus proche qu1étranger.*
Une fois mises en lumiére les différentes étapes de la
transformation graduelle de personnage en narrateur extradiégétique
qui s'effectue a travers 1'oeuvre romanesque d'Andrée Chedid, nous
nous proposerons maintenant de considérer les implications de cette
metamorphose pour le partage de la parole inherent a la transmission
du message narratif. Au lieu de prendre corone point de depart la
question "Qui parle?"--interrogation qui a servi de base a l'étude du
narrateur--nous mettrons 1‘accent plutot sur son corollaire, "Qui
écoute?" dans le but d'esquisser le portrait du narrataire, cet autre
participant textuel a l'acte de coinnunication narrative. Conformément
á la notion du narrataire exposée par Gérard Genette et approfondie
-168-

-169-
^ O
par le narratologue americain Gerald Prince, nous ferons abstraction
de toute consideration biographique, sociologique ou historique
portant sur V identification ou sur la description du public ideal ou
reel auquel s'adresse l'auteur concret. A la difference du lecteur
impliqué et du lecteur reel qui sont également des récepteurs de
11 information narrative, le narrataire se caractérise surtout par son
statut textuel grace auquel il 1 ui est possible d'assurner un des
discours du récit.
Or, bien que la presence du narrataire constitue un élément
fondamental de la transaction narrative, cette presence reste assez
souvent implicite. Différent du destinateur, le destinataire du récit
n'est pas toujours présent dans la situation d1énonciation ou
d'écriture et méme s'il est témoin de l'acte narratif, il peut choisir
de recevoir le discours qui lui est adressé sans jamais prendre la
parole pour y repondré. Pourtant, malgré son silence, il est possible
de déceler 1'existence du narrataire et de le caractériser avec plus
ou moins de précision en examinant les signaux de sa présence qui nous
parviennent á travers le texte de son interlocuteur. Suivant la
démarche adoptée pour la description des narrateurs, nous tenterons
d'abord de détenniner le degré de perceptibilité du récepteur textuel
de chaqué récit en tenant compte des indices implicites et explicites
par lesquels sa présence se fait sentir. L'étude de ces signaux
permettra d'établir dans quelle mesure ce destinataire se différencie
du degré zéro du narrataire défini par Gerald Prince et "acquiert,"
par conséquent, une identité plus ou moins précise qui le situé a une
certaine distance du narrateur, des personnages et du lecteur concret.

-170-
Nous aborderons done la question des signaux du narrataire en
adoptant ce double but de determiner le degré ou la presence du
destinataire est évoquée dans le récit et de caractériser ce
participant á la transaction narrative selon les aspects de sa
personnalité qui ressortent á travers le discours du narrateur. Mais
avant de passer brievement en revue les indices du narrataire exposés
par Prince, il conviendra d'opérer une premiere distinction entre les
destinataires en se référant aux categories de "niveau" et de
"personne" qui font partie du concept genettien de la voix. Comme le
récepteur textuel d'un récit doit toujours se placer au méme niveau
narratif que son interlocuteur, dans 1'oeuvre romanesque chedidienne,
la piupart des narrataires sont extradiégétiques. Les deux exceptions
les plus nettes, Saniya, narrataire de son propre discours, et
Boubastos, destinataire des souvenirs racontés par la reine, se
situent au niveau intradiégétique. Cependant, il faut aussi teñir
compte du role plutót implicite assumé par Thémis en tant que
narrataire intradiégétique des récits relatés soit par d'autres
témoins de 1'aventure (individuelle ou collective) de Cyre, de Marie
et d'Athanasia, soit par les protagonistes elles-mémes, discours sur
lesquels il s'appuie pour composer sa propre version de l'histoire des
trois femmes. A la différence de Samya, dont le monologue
autobiographique s'emboite dans le texte du narrateur anonyme et
omniscient, Boubastos et Thémis deviennent á leur tour des narrateurs
extradiégétiques en intégrant 1'information narrative qu'ils tiennent
d'autrui dans leurs discours respectifs. Cette intégration s'effectue
au moyen de la citation, procédé adopté par le scribe qui transcrit,
entre guillements, les propos de la reine, et par inétalepse, comme

-171-
chez Thémis qui incorpore parfois les récits de ses interlocuteurs
dans le sien, s'appropriant ainsi les "voix" de ces individus dont il
transmet les paroles sans signaler le changement de niveau narratif.
Or, Samya, Boubastos et Thémis ne se différencient pas seulement
de la plupart des autres narrataires en question par leur statut
intradiégétique et par leur prise de la parole narrative. lis se
distinguent également par leur presence en tant que personnages dans
le monde de l'histoire. Pourtant, ils ne sont pas les seuls a assumer
cette triple fonction. Dans La Cité fertile et dans La Maison sans
racines, Aléfa et Kalya figurent d'une part en tant que destinataires
extradiégétiques de leurs propres monologues et de 1‘autre en tant que
protagonistes de 1'action racontée soit dans ces mémes di scours
intérieurs soit dans les récits des narrateurs hétérodiégétiques avec
qui elles partagent la parole. En revanche, les autres narrataires
extradiégétiques, destinataires des récits qui proviennent des
narrateurs omniscients du Sommeil délivré, de Jonathan, du Sixiéme
Jour, du Survivant, de L'Autre, de La Cité fertile et de La Maison
sans racines aussi bien que des narrateurs homodiégétiques de
Nefertiti et des Marches de sable se caractérisent plutót par leur
absence totale de l'univers de l'histoire et, parfois, par leur
éloignement tenporel sinon spatial des événements relatés. Afin de
pouvoir décrire ces narrataires invisibles et silencieux, il faudra
done s'en teñir essentiellement aux traces de leur présence qui se
font sentir a travers le di scours narratif et surtout extra-narratif
du narrateur.
Pour connencer, il n'est pas inutile de signaler la relation
étroite qui existe dans tous les romans chedidiens entre la

-172-
perceptibi1 i té du narrataire et le degré de conscience de soi-méme
avec lequel le narrateur remplit les roles d'architecte et d'émetteur
d'un récit. Autrement dit, plus le narrateur incorpore les fonctions
extra-narratives d'attestation, de communication, d'idéologie et de
regie dans son di scours, plus il evoque de fagon directe ou indirecte
le destinataire de ses paroles. Ainsi, la presence de Boubastos,
narrataire intradiégétique, ressort avec un haut degré de relief non
pas seulement parce qu'il est également narrateur et personnage, mais
aussi a cause de son role en tant que scribe chargé de la
transcription des propos dictés par la reine. Nefertiti, quant a
elle, remplit tres consciemment la fonction de narrateur, s'efforgant
de raconter ses souvenirs afin de faire revivre chez les lecteurs des
générations a venir le reve de son mari défunt. Si elle finit souvent
par s'absorber entiérement dans son acte de remémoration, elle
n'oublie pas pour autant la présence du seul interlocuteur qui 1ui
reste, son compagnon fidéle Boubastos: "Je repousse encore, loin de
moi, le souvenir des derniers jours d'Akhnaton; pourtant, Boubastos,
il m'arrive aussi de les appeler. Au moins, durant ces jours, il
était la. Je pouvais 1ui parler, le sentir" (N, p. 203). Pourtant,
bien que la reine s'adresse parfois directement á son scribe, elle
envisage, a travers 1 ui, l'existence d'un auditoire innombrable,
éloigné dans l'espace et dans le temps. Transcripteur mais non pas le
véritable destinataire du récit de Nefertiti, Boubastos représente
pour elle non pas seulement une sorte de pont reliant le passé a
1'avenir mais aussi et peut-étre surtout un reíais et c'est en
s'appropriant a son tour le privilege narratif que le scribe contribue
á assurer la survie du message qu'elle 1ui confie.

-173-
Dans Le Sommeil délivré, dans La Cité fertile et dans La Mai son
sans racines une telle tentative de communication semble tout á fait
étrangére á 1'orientation intérieure des actes de reflexion et de
remémoration faits par les monologistes Samya, Aléfa et Kalya qui sont
á la fois destinateurs et destinataires de leurs propres discours.
Cependant, la fagon dont el les évoquent les événements et décrivent
les "personnages" de leur vie antérieure ou actuelle revele chez ces
trois femmes une certaine tendance á se parler comme si el les étaient
en presence d'un auditoire qui n'avait aucune connaissance de leurs
histoires personnelles. En se racontant des faits qu'elles
connaissent parfaitement, les trois femmes semblent s'adresser, ne
füt-ce que tres implicitement, á un auditoire extradiégétique autre
qu'elles-mémes. Par exemple, en plus de l'exposition tres explicite
par laquelle Kalya ouvre sa relation, elle y incorpore des portraits
de certains membres de "la maison sans racines" á laquelle elle
appartient, donnant ainsi a son di scours une orientation légérement
extérieure:
Mes parents se sont embarqués sur 11Espéria depuis le port
d'Alexandrie. lis débarqueront á Marseille. ... lis m'ont
confiée á ma grand-mere. Je viens d'avoir douze ans. Cet
été 1932 est le troisiéme que nous passons ensemble.
Tyrannique et brouillon, irascible et sentimental, joueur
invetére, passant du poker au baccara, á la roulette, aux
courses, couvrant son interlocuteur d'injures ou le louant
avec excés, Farid se mouvait selon ses convenances, dans le
droit fil des traditions familial es ou sur les escarpements
de la plus explosive fantaisie.
Orphelin et sans fortune, Mi try avait toujours été hébergé,
avec 1'accord de Nouza, par mon grand-pére Nicolas. A
petits pas, a petits gestes, a voix basse, il vieillissait á
leur ombre. Malgré sa discrétion, il devait profondément
marquer leurs existences. (MR, pp. 31, 41, 83)

-174-
Ainsi, au lieu d'etre tournés entiérement vers l'intérieur, les
monologues autobiographiques et, dans une certaine mesure, réflexifs
de Samya, d'Aléfa et de Kalya recélent une invitation á des
narrataires anonymes et virtuels de chercher avec ces trois femmes des
réponses possibles aux questions fondamentales de l'amour, de la mort
et de la vie.
Etant donné le haut degré d'effacement typique de tous les
narrateurs extra-hétérodiégétiques de l'oeuvre romanesque chedidienne,
le role des narrataires de leurs récits ne ressort pas non plus avec
beaucoup de relief. Ni personnages de l'histoire, ni témoins presents
dans la situation d1énonciation ou d'écriture, les destinataires des
relations faites par les narrateurs anonymes et omniscients du
Sommei 1 délivré, de Jonathan, du Sixiéme Jour, du Survivant, de
L'Autre, de La Cité fertile et de La Maison sans racines constituent
plutot des récepteurs dont la participation a la transaction narrative
reste toujours implicite. Parmi les signaux de leur presence on ne
constate aucun indice explicite tel que la designation du narrataire
par un pronom ou une forme verbale de la deuxiéme personne ou
1'insertion d'une reference directe, comme, par exemple, "lecteur" ou
"mon ami," qui servirait á mettre en lumiére sa fonction en tant que
desti nataire du message narratif. Pareillement, la voix du narrataire
ne se fait jamais entendre ni ouvertement en contrepoint á celle du
narrateur, ni indirectement á travers les réponses incorporées par ce
dernier dans son propre discours.
Ce ne sont pas non plus les traces moins evidentes énumérées par
Prince talles que les pronons indéfinis ou inclusifs, les termes a
valeur demonstrative renvoyant á un hors-texte connu par le narrateur

-175-
et son narrataire, ou les comparaisons et les analogies indicatives de
l'univers familier á ces derniers qui signalent le plus nettement
1'existence du destinataire. Dans les romans chedidiens en question,
les signaux les plus explicites de sa presence se trouvent non pas
principalement dans le discours proprement narratif, mais plutot dans
les rares passages de commentaire sous forme de généralisations,
d'observations personnelles et d'interrogations ou le je_ implicite du
sujet pari ant se fait le plus sentir. Done, si les narrateurs
hétérodiégétiques s'abstiennent rigoureusement de designer leurs
narrataires par des references directes et de leur parler ouvertement
á travers un discours métanarratif, ils leur adressent par contre de
breves reflexions presque aphoristiques qui constituent dans un sens
11affirmation d'un fond commun rapprochant personnage, narrateur et
narrataire. En plagant l'accent sur ces ressemblances essentielles,
un tel discours extra-narratif contribue done á abolir les distances
spatiales, temporelles et méme émotionnelles séparant les participants
á l'acte de conmunication narrative. Or, á la différence de
l'effacement relatif des narrateurs omniscients et anonymes, les
narrateurs homodiégétiques Boubastos et Thémis assument tres
ostensiblement la fonction d'émetteur d'un récit. Par consequent, le
role du destinataire "hétérodiégétique" de leurs paroles se trouve
parei11ement mis en relief. En plus des observations sur leur époque
et des reflexions sur la nature humaine, ils incorporent dans leurs
textes respectifs des references á l'acte narratif qui mettent en
evidence leur conscience non pas seulement du role qu'ils remplissent
en tant que narrateurs, mais aussi de 1'existence éventuelle d'un
auditoire lointain qui recevra leur message de fraternité et d'espoir.

-176-
Boubastos va méme jusqu'a s'adresser directement a ces "ami[s] d'un
autre temps," cimentant ainsi le lien de communication qui unit la
reine a son scribe et ce scribe aux lecteurs des generations á venir
(N, p. 10).
Compte tenu du haut degré d'effacement caractéristique de la
plupart des narrataires extradiégétiques en question ici, il faut á
present examiner les signaux de leur presence qui se dégagent á
travers le di scours du narrateur afin de mettre en lumiére des traits
spécifiques grace auxquels il sera possible d'ébaucher le portrait de
ces destinataires silencieux et invisibles. A cause de la proportion
assez faible d‘indices 1inguistiques de l'existence du narrataire, la
description de ce participant passif á la transaction narrative ne
pourra constituer qu'une esquí'sse tres genérale et, par consequent,
assez incomplete. Pourtant, loin de faire obstacle a la comnunication
du message narratif et extra-narratif, cette imprecision typique de
1'evocation du narrataire représente plutót un aspect fondamental de
la notion de la parole partagée qui s'exprime a travers 1'oeuvre
entiére d'Andrée Chedid. Les destinataires extradiégétiques des
récits considérés dans la présente étude se conforment assez
étroitement au degré zéro du narrataire proposé par Gerald Prince.
S'ils ne se différencient guére de ce modéle c'est qu'ils possédent,
d'un coté, toutes les capacités intellectuelles (et surtout
1inguistiques) nécessaires pour lire et pour comprendre les textes en
question, et, de 1'autre, i1s sont dépourvus de caractéristiques
particuli eres qui serviraient a leur individualisation.
Ces narrataires ne connaissent ni le narrateur lui-méme, ni les
événements, ni les personnages évoqués dans son histoire et i 1s

-177-
doivent, par consequent, suivre les récits qui leur sont corrmum'qués
sans avoir recours á une connaissance antérieure de l'action. En
outre, les narrateurs n'attribuent aux destinataires de leurs discours
qu'une connaissance assez superficielle des milieux du Proche-Orient
servant de cadre á la plupart des relations. Cependant, s'ils ne
présument pas de ressemblanees culturelles entre les destinataires de
leurs paroles et les personnages de l'histoire qu'ils racontent, les
narrateurs des romans chedidiens n'incorporent pas non plus dans leurs
récits de passages d'explication ou de description destines surtout á
présenter au narrataire certains aspects d'une civilisation étrangére.
Plus attaches a ce qui rapproche les humains qu'a ce qui les separe,
ces narrateurs font généralement abstraction des observations qui
serviraient a préter á leurs narrataires une certaine identité
sociale, historique ou culturelle. Ainsi, il ne s'agit pas de
dépeindre la personnalité et les caractéristiques particuliéres de ces
derniers avec un si haut degré de precision qu'elles s'opposeraient
peut-étre á cel les du lecteur concret et empécheraient par consequent
son identification avec le destinataire textuel du récit. Dans tous
les ouvrages en question, le portrait du destinataire qui s'ébauche a
travers le discours du narrateur est si général que le lecteur virtuel
et, merne, par extension, le lecteur concret, finissent par se
confondre sans difficult! avec ce participant anonyme a la transaction
narrative. Ce flottement des frontiéres entre les trois images du
destinataire représente non pas seulement le véhicule d'une
participation plus active de la part du lecteur á l'acte de
communication qui est la narration mais aussi et peut-étre surtout un

-178-
prolongement de la voie par laquelle s'effectuent le partage et la
fraternité de la parole.
Malgré le haut degré d'effacement qui caractérise le plus souvent
le couple narrateur-narrataire au niveau extradiégétique, le récit,
comme tout autre message, provient d'un je^ et s'adresse á un tu_. Or,
il va sans dire que la presence de ce ¿e se fait le plus sentir dans
les romans á narrateur homodiégétique ou autodiégétique méme si la
transformation de personnage en narrateur extradiégétique aboutit á
1'exclusion presque totale des fonctions extra-narratives qui
mettraient en lumiére la "personne" du je-narrant. Or, avant de
considérer les implications de cette métamorphose pour la transmission
du message narratif et extra-narratif de la fraternité de la parole
partagée, il sera utile de passer briévement en revue les principales
étapes de l'autonomie croissante du discours prononcé et intérieur des
acteurs par lesquelles elle s'effectue. Si nous nous sommes proposé
essentiel1ement d'élucider les relations qui existent entre les voix
de narrateur et de personnage, c'est que 1'opposition entre les textes
de ces sujets parlants constitue une base efficace pour la formulation
d'une réponse aussi complete que possible a la question fondamentale
de l'étude de la voix narrative, "Qui parle?" En prenant cette
opposition comme point de depart nous avons essayé de mettre en relief
la progression graduelle par laquelle la prédominance de la voix du
narrateur extra-hétérodiégétique cede a l'autonomie des paroles
prononcées et surtout intérieures des personnages.
L'émancipation totale du texte de l'acteur de la fonction
médiatrice que remplit la voix du narrateur omniscient s'accomplit á
travers les quatre premiers romans chedidiens par un glissement de

-179-
plus en plus frequent entre les di scours respectifs de ces locuteurs.
Dans ces ouvrages, 1'ambiguTté fécondante a l'égard de l'identité du
sujet parlant découle de la polyphom'e tres intime qui se fait
entendre á travers un di scours suspendu entre la voix du narrateur et
celle du personnage. Or, c'est justement cette sorte de confusion qui
signale la présence du di scours direct libre, la "voie" par 1 aquel le
s'effectuera la transformation de personnage en narrateur
extradiégétique. L1Autre et La Cité fertile représentent á cet égard
des romans de transition car dans ces ouvrages le monologue intérieur
de l'acteur alterne avec le discours du narrateur hétérodiégétique
sans toutefois que les personnages en question assument a un tres haut
degré la fonction de narration. Qui plus est, quelle que soit
l'étendue de son discours autonome, le personnage semble ignorer qu'il
participe á 11 elaboration d'un récit et, par consequent, sa
contribution reste essentiellement involontaire. Ainsi, la polyphonie
qui resulte des voix en contrepoint ne provient-elle pas d'une
cooperation consciente entre les deux locuteurs, cooperation qui
constituerait l'expression concréte de la fraternité de la parole sur
le plan de la narration. A la difference de ces deux ouvrages
antérieurs, le roman chedidien le plus récent, La Maison sans racines,
se caractérise par la convergence de la voix de la monologiste avec
celle du narrateur anonyme. Cependant, si ces deux narrateurs
extradiégétiques s'expriment parfois a l'unisson, ce n'est pas dans le
but de transmettre ensemble un certain message proprement narratif,
mais plutot afin de coirmuniquer le message extra-narratif de la
tolerance.

-180-
Dans Nefertiti et dans Les Marches de sable la narration se fait
exclusivement par les personnages. Au lieu de mener un discours
tourné essentiel1ement vers l'intérieur, ils s'adressent ouvertement
aux narrataires extradiégétiques, aux lecteurs virtuels et, par
extension, aux lecteurs reels des siécles á venir en les invitant á
participer á la transaction narrative. Or, en ce qui concerne l'acte
narratif lui-méme, le partage de la parole remplit un role central a
la genése de chacun de ces romans. Qu'il s'agisse de la dimension
presque dialogique de la polyphonie des voix qui se suivent et se
répondent dans Nefertiti ou de la polyphonie plutót implicite qui
sous-tend la composition du récit de Thémis, toujours est-il que la
transmission du message narratif et extra-narratif s'opere grace á la
parole partagée. La puissance de ces deux ouvrages, les plus beaux de
1'oeuvre romanesque chedidienne, tient done non pas seulement á la
richesse de 1‘expression thématique de cette notion mais aussi et
peut-étre surtout á 1'elaboration que trouve ce meme concept au niveau
de la narration: 1'union de personnage, de narrateur et de narrataire/
lecteur par une voie de conmunication qui franchit les distances et
constitue un appel á la fraternité. Arrivée au terme de cet ouvrage
d'analyse textuelle détaillée, nous pouvons, certes, en envisager
1'all i anee a des études coinpl émentaires oü s'épanouirai t encore
plus le théme de la parole, en ses dimensions sans doute culturelles,
mais tres certainement aussi, existentielles: "Malgré nos enclos,
nos Babels, nos ravages, quel que part la parole converge et nous
reíie.
3

-181-
Notes
^Andrée Chedid, “Toi-Moi," Visage premier (Paris: Flammarion,
1972), pp. 45-46.
2Gérard Genette, Figures III (Paris: Seuil, 1972), pp. 265-67.
Gérard Genette, Nouveau Pi scours du récit (Paris: Seuil, 1983),
pp. 90-93.
Gerald Prince, “Introduction á l'étude du narrataire," Poétique
14 (1973), 179-87.
JAndree Chedid, Fraternite de la parole (Paris: Flammarion,
1976), jaquette du livre.

8IBLI0GRAPHIE
Oeuvres d'Andrée Chedid
I. Poésie
Textes pour une figure. Paris: Editions du Pré aux Cleros, 1948.
Textes pour un poerne. Paris: Guy Lévis Mano, 1950.
Textes pour 1e vivant. Paris: G.L.M., 1953.
Textes pour la terre aimée. Paris: G.L.M., 1955.
Terre et poésie. Paris: G.L.M., 1956.
Terre regardée. Paris: G.L.M., 1957.
Seúl, le visage. Paris: G.L.M., 1960.
Lubies. Paris: G.L.M., 1962; réédition L'Ecole des Loisirs, 1979.
Double-Pays. Paris: G.L.M., 1965.
Contre-Chant. Paris: FIamnarion, 1968.
Visage premier, suivi de Terre et poésie. Paris: Flammarion, 1972.
Fetes et lubies: petits poémes pour les sans-age. Paris: Flammarion,
1973.
Prendre corps. Paris: G.L.M., 1973.
Voix multiples. Asnieres: Editions Commune Mesure, 1974.
Cérémonial de la violence. Paris: Flammarion, 1976.
Fraternité de la parole. Paris: Flammarion, 1976.
Le Coeur et le temps: poémes pour les enfants. Paris: Editions de
l'Ecole, 1977.
Grandes oreilles, tout oreilles. Paris: R. Laffont, 1977.
-182-

-183-
Cadences de 1'univers: six poémes ornes de six gravures. Pierrepont:
Vodaine, 1978.
Sommeil contradictoire: fragments d'un parcours. Dijon: Brandes,
1978.
Cavernes et soleils. Paris: FIammarion, 1979.
Epreuves du vivant. Paris: Flaimnarion, 1983.
Sept plantes pour un herbier. Romillé: Editions Folie Avoine, 1983.
Grammaire en fete. Romillé: Editions Folie Avoine, 1984.
II. Romans
Le Sommeil délivré. Paris: Stock, 1952; réédition Flammarion, 1976.
Jonathan. Paris: Seuil, 1955.
Le Sixierne Jour. Paris: R. Julliard, 1960; réédition Flammarion,
1971; Livre de Poche, 1976.
Le Survivant. Paris: R. Julliard, 1963; réédition Flammarion, 1982.
L1Autre. Paris: Flammarion, 1969.
La Cité fertile. Paris: Flammarion, 1972.
Nefertiti et le reve d'Akhnaton. Paris: Flammarion, 1974.
Les Marches de sable. Paris: Flammarion, 1981.
La Maison sans racines. Paris: Flanuiarion, 1985.
III. Théltre
Bérénice d'Egypte. Paris: Seuil, 1968.
Les Nombres. Paris: Seuil, 1968.
Le Personnage. L'Avant-Scéne du Théatre, No. 401 (15 avril 1968), pp.
31-35.
Le Montreur. Paris: Seuil, 1969.
Le Dernier candidat. L'Avant-Scéne du Théatre, No. 515 (Ier avril
1973), pp. 39-47.

-184-
Théátre I. Paris: FIammarion , 1981.
Echec á la reine. Paris: FIammarion, 1984.
IV. Nouvelles
L'Etroite peau. Paris: R. Julliard, 1965.
Les Corps et le temps, suivi de L'Etroite peau. Paris: FIainnarion,
EFTEn
Le Coeur suspendu. Paris: Casterman, 1981.
Mon ennemi, mon frére. Paris: Casterman, 1982.
L'Etrange Mariée. Paris: Editions du Sorbier, 1983.
Derriére les visages. Paris: Flanwarion, 1984.
V. Essais
Liban. Paris: Seuil (Collection Microcosme Petite Planéte, 39), 1969;
réédition Seuil, 1972.
Guy Lévis Mano. Paris: Seghers (Poetes d'aujourd'hui, 218), 1974
(avec Pierre Torreilles).
Etudes Théoriques et Critiques
I. Livres
Alter, Robert. Partial Magic: The Novel as a Self-Conscious Genre.
Berkeley: Univ. of California Press, 1975.
Bakhtin, Mikhail. Problems of Dostoevsky's Poetics. Trans. Caryl
Emerson. Minneapolis: Univ. of Minnesota Press, 1984.
Bal, Mi eke. Nlarratologie: essais sur la signification narrative dans
quatre ronians modernes. Paris: Klincksieck, 1977.
Banfield, Ann. Unspeakable Sentences: Narration and Representation in
the Language of Fiction^ Boston: Routledge and Kegan Paul, 1982.
Benveniste, Emile. Problémes de linguistique genérale. Paris:
Gallimard, 1966.

-185-
Booth, Wayne C. The Rhetoric of Fiction. Chicago: Univ. of Chicago
Press, 1961.
Chatman, Seymour. Story and Discourse: Narrative Structure in Fiction
and Film. Ithaca, N.Y.: Cornell Univ. Press, 1978.
Cohn, Dorrit. Transparent Minds: Narrative Modes for Presenting
Consciousness in Fiction. Princeton: Princeton Univ. Press,
1978.
Dolezel, Lubomir. Narrative Modes in Czech Literature. Toronto:
Univ. of Toronto Press, 1973.
Forster, E.M. Aspects of the Novel. New York: Harcourt, Brace and
Co., 1927.
Genette, Gérard. Figures III. Paris: Seuil, 1972.
. Introduction á 11architexte. Paris: Seuil, 1979.
Nouveau Pi scours du récit. Paris: Seuil, 1983.
Iser, Wolfgang. The Act of Reading: A Theory of Aesthetic Response.
Baltimore: The Johns Hopkins Univ. Press, 1978.
Lanser, Susan Sniader. The Narrative Act: Point of View in Prose
Fiction. Princeton: Princeton Univ. Press, 1981.
Leclerc, Annie. Parole de femme. Paris: Grasset, 1974.
Lejeune, Philippe. Le Pacte autobiographique. Paris: Seuil, 1975.
. Je est un autre: 11autobiographie de la littérature aux
médias. Paris: Seuil, 1980.
Lintvelt, Jaap. Essai de typologie narrative: le "point de vue."
Paris: José Corti, 1981.
Lubbock, Percy. The Craft of Fiction. 1921; rpt. New York: Viking
Press, 1957.
Martin, Wallace. Recent Theories of Narrative. Ithaca, N.Y.: Cornell
Univ. Press, 1986.
Mendilow, A.A. Time and the Novel. 1952; rpt. New York: Humanities
Press, 1965.
Pascal, Roy. The Dual Voice: Free Indirect Speech and Its Functioning
in the Nineteenth-Century European Novel. Totowa, N.J.: Rowman
and Littlefield, 1977.
Prince, Gerald. Narratology: The Form and Functioning of Narrative.
Berlin: Mouton, 1982.

-186-
Ricoeur, Paul. Temps et récit. Vol. II. Paris: Seuil, 1984.
Rimmon-Kenan, Shlomith. Narrative Fiction: Contemporary Poetics. New
York: Methuen, 1983.
Romberg, Bertil. Studies in the Narrative Technique of the First-
Person Novel. Stockholm: Almqvist andWiksell, 1962.
Rousset, Jean. Narcisse romancier: essai sur la premiere personne
dans le romafü Paris: José Corti, 1973.
Scholes, Robert, and Robert Kellogg. The Nature of Narrative. 1966;
rpt. London: Oxford Univ. Press, 1975.
Stanzel , Franz. Narrative Situations in the Novel: Tom Jones, Moby-
Dick, The Ambassadors, Ulysses. Trans. James P. Pusack.
Bloomington: Indiana Univ. Press, 1971.
A Theory of Narrative. Trans. Charlotte Goedsche.
Cambridge: Cambridge Univ. Press, 1984.
Todorov, Tzvetan. Les Genres du discours. Paris: Seuil, 1978.
Uspensky, Boris. A Poetics of Composition: The Structure of the
Artistic Text~and Typology of a Compositional Form. Trans.
Valentina Zavarin and Susan Wittig. Berkeley: Univ. of
California Press, 1973.
Viatte, Auguste. Histoire comparée des littératures francophones.
Paris: Nathan, 1980.
II. Articles
Bal, Mieke. "Notes on Narrative Embedding." Poetics Today, 2, No. 2
(1981), 41-59.
Banfield, Ann. "Narrative Style and the Grammar of Direct and
Indirect Speech." Foundations of Language, 10, No. 1 (1973),
1-39.
“Reflective and Non-Reflective Consciousness in the
Language of Fiction." Poetics Today, 2, No. 2 (1981), 61-76.
Barthes, Roland. "Introduction a l'analyse structurale des récits."
Communications, 8 (1966), 1-27.
“To Write: An Intransitive Verb?" In The Languages of
Criticism and the Sciences of Man: The Structuralist Controversy.
Ed. Richard Macksey and Eugenio Donato. Baltimore: The Johns
Hopkins Univ. Press, 1970, pp. 134-56.

-187-
Baxtin, Mixail. "Discourse Typology in Prose." In Readings in
Russian Poetics: Formalist and Structuralist Views. Ed. Ladislav
Matejka and Krystyna Pomorska. Cambridge, Mass.: MIT Press,
1971, pp. 176-96.
Booth, Wayne C. "Distance and Point-of-View: An Essay in Classifica¬
tion." In The Theory of the Novel. Ed. Philip Stevick. New
York: The Free Press, 1967, pp. 87-107.
Bronzwaer, W.J.M. "Implied Author, Extradiegetic Narrator and Public
Reader: Gerard Genette's Narratological Model and the Reading
Version of Great Expectations." Neophilologus, 62, No. 1 (1978),
1-18.
Chatman, Seymour. "The Structure of Narrative Transmission." In
Style and Structure in Literature. Ed. Roger Fowler. Ithaca,
N.Y.: Cornell Univ. Press, 1975, pp. 213-57.
Dolezel, Lubomir. "The Typology of the Narrator: Point of View in
Fiction." In To Honor Roman Jakobson: Essays on the Occasion of
His Seventieth Brithday 11 October 1966. Vol. I. Berlin:
Mouton, 1967, pp. 541-52.
Friedman, Norman. "Point of View in Fiction: The Development of a
Critical Concept." PMLA, 70 (1955), 1160-84.
Gibson, Walker. "Authors, Speakers, Readers, and Mock Readers."
College English, 11 (1950), 265-69.
Hernadi, Paul. "Dual Perspective: Free Indirect Discourse and Related
Techniques." Comparative Literature, 24 (1972), 32-43.
Jakobson, Roman. "Closing Statement: Linguistics and Poetics." In
Style in Language. Ed. Thomas A. Sebeok. Cambridge, Mass.: MIT
Press, 1960, pp. 350-77.
Jost, Franqois. "Le Je a la recherche de son identité." Poétique, 24
(1975), 479-87.
Kayser, Wolfgang. "Qui raconte le roman?" Poétique, 4 (1970), 498-
510.
Ong, Walter J. "The Writer's Audience Is Always a Fiction." PMLA, 90
(1975), 9-21.
Piwowarczyk, Mary Ann. "The Narratee and the Situation of
Enunciation: A Reconsideration of Prince's Theory." Genre, 9,
No. 2 (1976), 161-77.
Prince, Gerald. "Notes Tov/ard a Categorization of Fictional
'Narratees.'" Genre, 4, No. 1 (1971), 100-06.

-188-
Prince, Gerald. "On Readers and Listeners in Narrative." Neo-
phi lologus, 55, No. 2 (1971), 117-22.
. "Introduction á l'étude du narrataire." Poétique, 14
(1973), 177-96.
"Le Di scours attributif et le récit." Poétique, 35 (1978),
305-13.
Ron, Moshe. "Free Indirect Discourse, Mimetic Language Games and the
Subject of Fiction." Poetics Today, 2, No. 2 (1931), 17-39.
Ross, Donald, Jr. "Who's Talking? How Characters Become Narrators in
Fiction." Modern Language Notes, 9, No. 6 (1976), 1222-42.
Ryan, Marie-Laure. "When 1Je1 Is 'Un Autre': Fiction, Quotation, and
the Performative Analysis." Poetics Today, 2, No. 2 (1981), 127-
55.
Stanzel, Franz. "Second Thoughts on Narrative Situations in the
Novel: Towards a 'Grammar of Fiction.'" Novel, 11, No. 3 (1978),
247^04.
. "Teller-Characters and Reflector-Characters in Narrative
Theory." Poetics Today, 2, No. 2 (1981), 5-15.
Todorov, Tzvetan. "Les Categories du récit littéraire."
Communications, 8 (1966), 125-51.
"Language and Literature." In The Languages of Criticism
and the Sciences of Man: The Structuralist Controversy. Ed.
Richard Macksey and Eugenio Donato. Baltimore: The Johns Hopkins
Univ. Press, 1970, pp. 125-33.
Van den Heuvel, Pierre. "Le Discours rapporté." Neophilologus, 62,
No. 1 (1978), 19-38.
Van Rossum-Guyon, Frangoise. "Point de vue ou perspective narrative:
théories et concepts critiques." Poétique, 4 (1970), 476-97.
Vitoux, Pierre. "Le jeu de la focalisation." Poétique, 51 (1982),
359-68.
Volosinov, V.N. "Reported Speech." In Readings in Russian Poetics:
Formalist and Structuralist Views. Ed. Ladisiav Matejka and
Krystyna Pomorska. Cambridge, Mass.: MIT Press, 1971, pp. 149-
75.
Yacobi, Tamar. "Fictional Reliability as a Communicative Problem.
Poetics Today, 2, No. 2 (1981), 113-26.

-189-
Ouvrages et Articles Consacrés á 1'Oeuvre d'Andrée Chedid
I. Livres
Izoard, Jacques. Andrée Chedid. Paris: Seghers (Poetes
d‘aujourd'hui, 232), 1977.
Knapp, Bettina L. Andrée Chedid. Amsterdam: Rodopi (Collection
Monographique Rodopi en Littérature Frangaise Contanporaine),
1984.
Nawar, Aida Y. Vision cosmique d'Andrée Chedid: pour une approche
semiotique de La Cité fertile. Diss. Univ. of Massachusetts
1984.
II. Articles
Abirached, Robert. "Andrée Chedid." L'Avant-Scéne du Théátre, Nos.
469-470 (1-15 avril 1971), p. 44.
Accad, Evelyne. "Fraternité de la parole." World Literature Today,
51 (1977), 57.
"Entretien avec Andrée Chedid (5 aout 1981)." Présence
Francophone, 24 (1982), 157-74.
Ahmed, Katell. "Visages d'Andrée Chedid." [Catalogue de 1'exposition]
Rennes: Bibliothéque Municipale, 1983.
"A l'honneur: Andrée Chedid." Présence Francophone, 5 (1972), 92.
Alyn, Marc. "Andrée Chedid ou le survol d'un visage." [Visage
premier] Le Figaro Littéraire, No. 1370 (19 aout 1972), p. 10.
"Encore les femmes." Le Figaro Littéraire, No. 1020 (4
nov. 1965), p. 6.
"Andrée Chedid." In Dictionnaire de littérature franqaise
contemporaine. Ed. Claude Bonnefoy, Tony Cartano, and Daniel
Oster. Paris: Jean-Pierre Delarge, 1977, pp. 97-98.
"Andrée Chedid écrit pour le théatre." Actual i té Littéraire, No. 32
(mai-juin 1981), p. 8.
"Andrée Chedid: poernes pour le Liban." [cérémonial de la violence]
Le Monde [des Livres], No. 9891 (12 nov. 1976), p. 7.
L‘Arbitre. "Qui parle? Qui répond? Qui cherche?" La Voix des
Poetes, No. 28 (mai-juill. 1966), pp. 84-86.
Arnold, Jacques. "Les Marches de sable." Le Cerf-volant, 113 (3e et
4é trim. 1981), 105-06.

-190-
"L'Autre d'Andrée Chedid." Les Cahiers Littéraires de l'O.R.T.F., No.
13 (30 mars-26 avril 1969), p. 52.
Barjon, Louis. "L'Etroite peau: histoire d'un bonheur." Etudes. 323
(sept. 1965), 255-64.
Ben Jelloun, Tahar. "Les Voix de la terre et du ciel." Le Monde [des
Livres], No. 11951 (Ier juill. 1983), p. 18.
"Bérénice d'Egypte par Andrée Chedid." Magazine Littéraire, No. 17
(avril 1968), p. 50.
Bertin, Charles. "Andrée Chedid, prix Nessim Habif." Bulletin de
d'Académie Royale de Langue et de Littérature Franqaises, 53
(1975), 12-18.
Bosquet, Alain. "Du rornan aux poémes: Andrée Chedid, filie de la
vallée du Nil." [Le Sommeil délivré, Fraternité de la parole]
Le Monde [des LivresJ, No. 9702 (2 avril 1976), pp. 11-12.
"Un mois de poémes: les lapidaires et les intempérants."
La Nouvelle Revue Franqaise, No. 232 (avril 1972), pp. 77-80.
"Le mois poétique: James Sacré, Gérard Prévot, Andrée
Chedid." Le Monde [des Livres], No. 8464 (31 mars 1972), p. 12.
"Les Poémes d'Andrée Chedid." [Double-Pays] Le Monde, No.
6498 (4 déc. 1965), p. 13.
"La Révolte contre le temps: Contre-Chant d'Andrée Chedid."
Le Monde [des Livres], No. 7434 (7 déc. 1968), p. 1.
Boudet, Robert. "Andrée Chedid ou la passion tranquille."
Bibliothéque de Travail, No. 156 (5 oct. 1983), pp. 1-32.
Bouraoui, Hédi A. "Fétes et lubies: petits poémes pour les sans-lge."
French Review, 48 (1974-75), 659-60.
"Le Sommeil délivré d'Andrée Chedid, ou l'aveuglement d'une
société’7’ L1 Afrique Littéraire et Artistique, 41 (3§ trim.
1976), 36-41.
Bourgeois, Michel. "Entre le fait divers et le mythe." [La Cité
fertile] La Quinzaine Littéraire, No. 159 (16 oct. 1972), pp.
11-12.
Bronne, Cario. "Andrée Chedid: La Cité fertile." Marginales, No. 150
(déc. 1972), pp. 70-71.
Brunhoff, Marie-Claire de. "Un héros a 1'antique." [L'Autre]
La Quinzaine Littéraire, No. 75 (16 juin 1969), p. 8.
Bueb, Francis. "Andrée Chedid: la vie ne peut pas étre une fete."
Magazine Littéraire, No. 31 (aoüt 1969), pp. 42-43.

-191-
Chavardes, Maurice. "Critiques." [Le Survivant] Signes du temps,
No. 2 (nov. 1963), p. 41.
Cheatham, Gwendolyn. "Andrée Chedid et les options vitales dans
Jonathan." Francité, No. 1 (hiver 1972), p. 105.
Chedid, Andrée. "La Parole est captive." [ avec commentaire: poésie
pour vivre] Création, 3 (1972), 35-40.
"Toute une vie." [poéme inédit présente par Christian
Descamps] Le Monde [Dimanche], No. 11989 (14 aout 1983), p. ii.
Chonez, Claudine. "Note de lecture. Andrée Chedid: Le Sixieme Jour."
Les Lettres Frangaises, No. 1426 (8-14 mars 1972), p. 13.
Clancier, Georges-Emmanuel. "Les Marches de sable." Actual i té
Littéraire, No. 31 (mars-avril 1931), 2-3.
Cluny, Claude-Michel. "Nefertiti et le reve d'Akhnaton." Magazine
Littéraire, No. 93 (oct. 1974), p. 36.
"Note de lecture." Les Lettres Franqaises, No. 1274 (13-18
mars 1969), p. 9.
Cosíalas, Gab. "Découverte de Chedid." Syntheses, 15, Nos. 167-170
(avril-juill . 1960), 91-95.
Cournot, Michel. "La Mer habite partout." [La Cité fertile ]
Le Nouvel Observateur, No. 412 (2-8 oct. 1972), pp. 70-71.
Daubenton, Annie. "Les Corps et le temps." Les Nouvelles
Littéraires, No. 2645 (20 juill. 1978), p. 23.
Detrez, Conrad. "Le Chemin du désert." [Les Marches de sable]
Magazine Littéraire, No. 175 (sept. 1931), p. 73.
"Les Deux versants d'Andrée Chedid: une voix limpide de l'Orient."
Le Monde, No. 10012 (8 avril 1977), p. 1.
Dobzynski, Charles. "Cérémonial de la violence." Europe, No. 577
(mai 1977), pp.
Drouguet, Bruno. "Une grande voix du vingtiéme: Andrée Chedid."
Ecritures, 66 (1966), 63-66.
Dumayet, Pierre. "Andrée Chedid: Les Corps et le temps." Flammarion
Actualité, No. 11 (juin-juill. 1978), p. 9.
Dumont, Jean-Louis. "Les Nombres." Books Abroad, 42 (1968), 632.
"Echos et nouvelles." Le Monde [des Livres], No. 9467 (23 juin 1975),
p. 18.

-192-
El -Hakim, Zaki. "Andrée Chedid (le livre d'or de la culture
frangaise)Culture Frangaise, 14, No. 5 (1965), 3-5.
Elka'im-Bol1inger, Renée. "Deux femmes sur la terre libanaise." [La
Mai son sans raci'nes] Magazine Littéraire, 223 (oct. 1985), 82.
Estang, Luc. "Andrée Chedid." [L'Autre] Le Figaro Littéraire, No.
1215 (Ier sept. 1969), p. 25.
Février, Paul. "Visage d'Andrée Chedid." Marginales, 106 (avril
1966), 73-75.
Folch, Jacques. "Le Sommeil délivré." Liberté, 18, No. 105 (mai-juin
1976), 86-88.
Francis, Raymond Iskandar. "A 1'étude d'Andrée Chedid, romanciere."
Revue de 1'Occident Musulmán et de la Méditerranée, Nos. 13-14
(1er semestre 1973), pp. 343-56.
Gamarra, Pierre. "Les Livres nouveaux." [Le Sixieme Jour] Europe,
No. 522 (oct. 1972), pp. 202-04.
"Les Livres nouveaux." [La Cité fertile] Europe, No. 525
(janv. 1973), pp. 302-05.
Garcin, Jéréme. "Chantal Chawaf et Andrée Chedid." [Les Marches de
sable] Nouvelles Littéraires, No. 2783 (16-23 avril 1981),
p. 37.
Germain, Anne. "Comment peut-on étre femme de lettres?" Les
Nouvelles Littéraires, No. 1930 (27 aout 1964), p. 8.
Gorez, Jean. "Andrée Chedid: Les Corps et le temps et L'Etroite
peau." Bulletin des Lettres, No. 405 (févr. 1979), p. 53.
Granjon, Marie-Christine. "Le Sommeil délivré par Andrée Chedid."
Raison Présente, No. 39 (jui11.-sept. 1976), pp. 122-24.
Grisolia, Michel. "Andrée Chedid croit au miracle." [Le Sixieme
Jour, Visage premier] Magazine Littéraire, 62 (mars 1972), 44-
45.
"La Cité fertile, propos recueillis." Magazine Littéraire,
70 (nov. 1972), 48.
Hermey, Carl W., ed. "Andrée Chedid." In his Contemporary French
Women Poets: A Bilingual and Critical Anthology. 2nd ed. Van
Nuys, Ca.: Perivale Press, 1978, pp. 2-43.
"Huit questions posées á l'auteur." In Ala rencontre d'Andrée
Chedid. . . . Paris: Flammarion, 1982, pp. 1-5.

-193-
Juin, Hubert. "Du coté de 1'evidence." Les Lettres Franqaises, No.
1423 (16-22 févr. 1972), pp. 3-4.
Kanters, Robert. "Ton reve est une Egypte et toi, c'est la momie."
[Nefertiti et le reve d'Akhnaton] Le Figaro Littéraire, No. 1479
(21 sept. 1974), pp. 13, 15.
Khalaf, Saher. "Andrée Chedid." In his Littérature libanaise de
langue franqaise. Sherbrooke: Naaman, 1974, pp. 81-84.
Kieffer, Rosemarie. "L'Oeuvre littéraire d'Andrée Chedid." Les
Pages de la Société des Ecrivains Luxembourgeois de Langue
Franqaise, 17 (1971), 97-101.
Klecker, Nic. "Trois poétesses." Dryade, No. 83 (automne 1975), pp.
93-95.
Knapp, Bettina L. "La Cité fertile." French Review, 47 (1973-74),
1016-17.
"An Interview with Andrée Chedid." [The Other, The Fertile
City~| Drama and Theatre, 12, No. 2 (Spring 1975), 121-24.
"Andrée Chedid's Biblical Drama The Multitude." Drama and
Theatre, 12, No. 2 (Spring 1975), 116-121.
"Nefertiti et le reve d'Akhnaton." French Review, 49
(1975-76), 441-42.
"Andrée Chedid." In her French Novelists Speak Out. Troy,
N.Y.: Whitston Publishing Company, 1976, pp. 57-64.
"Cérémonial de la violence." World Literature Today, 52
(1978) ,~TT.
"Les Marches de sable." World Literature Today, 56 (1982),
297-98.
"Andrée Chedid: Echec a la reine." World Literature Today,
58, No. 4 (1984), 564-65.
"Interview avec Andrée Chedid." French Review, 57, No. 4
(1984), 517-23.
Lacote, René. "Andrée Chedid, Michel Deguy, Jacques Chatain." Les
Lettres Franqaises, No. 1251 (2-3 oct. 1968), p. 8.
Laude, André. "Transparence d'Andrée Chedid." Les Nouvelles
Littéraires, No. 2581 (21 avril 1977), p. 5^
Laude, Corinne. "Si l'espoir meurt." [Bérénice d'Egypte] La
Quinzaine Littéraire, No. 46 (1-15 mars 1968), p. 13.

-194-
Linkhorn, Renée. "Andrée Chedid: Les Marches de sable." French
Review, 55, No. 6 (1982), 922.
"Andrée Chedid: quéte poétique d'une fraternité." Frenen
Review, 58 (1985), 559-65.
Malrieu, Jean. "Visage premier par Andrée Chedid." Sud, No. 8
(1972), p. 159.
Maugis, Henri. "Le Sixiéme Jour." Les Humanités: Classes de
Lettres, Sections Modernes, 4, no. 9 (juin 1961), 22-29.
Maulpoix, J.-M. "Andrée Chedid." [Cavernes et soleils] La Quinzaine
Littéraire, No. 303 (1er juin 1979), p. 17.
Max, Stefan. "L1Autre." French Review, 43 (1969-70), 727-28.
Mélik, Rouben. "Robert Mallet--Andrée Chedid." Europe, Nos. 517-18
(mai-juin 1972), pp. 250-53.
Melkonian, Martin. "L'Etat migrateur." [La Maison sans racines] La
Quinzaine Littéraire, No. 450 (1er nov. 1935), p. 13.
Ménard, René. "Vivre de 1'amour de vivre." [Double-Pays, Terre et
poésie] C riti que, 23, No. 237 (févr. 1967), 293-301.
Micheloud, Pierrette. "De quelques recueils de poémes." La Voix des
Poetes, No. 27 (janv.-mars 1966), pp. 88-89.
Moussally, Adnan. "La Cité fertile." Présence Francophone, 6
(printemps 1973), 166-66.
Norin, Luc. "Andrée Chedid." [L1Autre] Syntheses, No. 282 (déc.
1969), pp. 76-77.
"Andrée Chedid, poete de la cité." Revue générale, No. 111
(4 avril 1975), pp. 33-40.
Papadopoulo, Alexandre. "Le Sixiéme Jour." La Revue du Caire, 45
(1960), 294-302.
Péroncel-Hugoz, J.-P. "Le retour au désert d'Andrée Chedid." [Les
Marches de sable] Le Monde [des Livres], No. 11287 (15 mai
1981), p. 19.
Piatier, Jacqueline. "Vertu de la simpl icité: L'Autre d'Andrée
Chedid.' Le Monde [des Loisirs], No. 7630 (26 juill . 1969), pp.
1, 3.
"Christine Arnothy, Andrée Chedid, Gloria Al corta: trois
fentnes venues d'ailleurs." Le Monde [des Livres] , No. 10423 (4
aout 1978), pp. 11, 14.

-195-
Pi erard, Jean. "L'Autre." L'Ethnie Frangaise (juill.-aoüt 1971), pp
39-40.
Plessy, Bernard. "Deux romans egyptiens." [Andrée Chedid: Nefertiti
Michel Larneuil: Le Dieu assassiné] Bulletin des Lettres, No.
361 (15 oct. 1974), pp. 337-40.
"Le Prix Louise Labé á Andrée Chedid." Le Monde, No. 6656 (8 juin
1966), p. 12.
Puel, G. "Andrée Chedid." Parler, 10 (hiver 1960), 37-44.
Riviere, Anne, and Xaviére Gauthier. "Des femnes et leurs oeuvres."
Magazine Littéraire, No. 180 (1982), pp. 36-41.
Rol in, Gabrielle. "De la musique avant toute chose: La Cité fertile
d'Andrée Chedid." Le Monde [des Livres], No. 8612 (22 sept.
1972), p. 16.
Rosbo, Patrick de. "Une respiration difficilement réapprise."
[L'Autre] Les Lettres Frangaises, No. 1284 (21 mai 1969), pp.
4-5.
"Aimer tout 1'amour du monde." [La Cité fertile] Les
Lettres Franqaises, No. 1454 (4 oct. 1972), p. 6.
Roudy, P. "Vie et mort dans les romans d'Andrée Chedid." Preuves,
No. 156 (févr. 1964), pp. 87-89.
Simon, Pierre Henri. "Le Seigneur du fleuve de Bernard Clavel, Le
Sixieme Jour d'Andrée Chedid." Le Monde [des Livres], No. 8416
(4 févr. 1972), p. 11.
Suares, Guy. "Comment te nommer Liban?" [Cérémonial de la violence
ou le deuil d'amour] Le Figaro Littéraire, No. 1602 (29 janv.
1977), p. 14.
Sugier, Clémence. "Le Sixiéme Jour, by Chedid." Atlas, 2, No. 1
(July 1961), 78:
"Trois poetes a l'écoute de notre présence au monde." Actualité
Littéraire, No. 18 (avril 1979), pp. 8-9.
V., J.-L. de la. "Ecriture-sacerdoce." Croix, No. 30456 (23 avril
1983), p. 22.
Vandercammen, Edmond. "Cayernes et soleils." Marginales, No. 189
(juin-aout 1979), pp. 60-61.
Viatte, Auguste. "Contre-Chant." Culture Frangaise, 17, No. 4
(1968), 35-36.
"Le Corps et son dépassement dans 1‘oeuvre d'Andrée
Chedid." Présence Francophone, 18 (printemps 1979), 29-39.

-196-
Virduzzo, Francine. "Scrittore arabi in lingua francese." Tempo
presente, No. 11 (nov. 1961), pp. 805-808.
—

BIOGRAPHICAL SKETCH
Joan Debbie Mann was born September 19, 1955, in Lakeland,
Florida. She received her primary education in the public schools of
Lakeland and graduated from Santa Fe High School as Salutatorian of
the class of 1973. She then accepted a Freshman Scholarship at Berry
College in Mt. Berry, Georgia.
A student at Berry from 1973-75, she was the recipient of a Dana
Scholarship (1974-76) and was inducted into the honor society of Alpha
Chi. She graduated in May 1976 as Valedictorian of her class with a
Bachelor of Arts degree in French.
In the fall of 1976 she began her graduate studies at the
University of Florida. Upon the completion of her thesis entitled
"Galanterie and Gloire in Six Tragedies by Thomas Corneille," she
received the Master of Arts degree in French in December 1978 and was
elected to the honor society of Phi Kappa Phi. She immediately
embarked upon a doctoral program. During the academic year 1980-81
she was the recipient of a French Government Scholarship. This award
enabled her to study at the Université de Bordeaux III where she
attended classes on the francophone literatures of West Africa, the
Maghreb, and the Caribbean. In April 1983, she was chosen to receive
the Outstanding Graduate Teaching Assistant Award given annually by
the University of Florida Graduate School. Throughout her studies at
-197-

-198-
the University of Florida she has been employed as a Graduate Teaching
Assistant (1976-85) and Graduate Research Associate (1985-87) in the
Department of Romance Languages and Literatures.

I certify that I have read this study and that in my opinion it
conforms to acceptable standards of scholarly presentation and is
fully adequate, in scope and quality, as a dissertation for the degree
of Doctor of Philosophy.
(¡¿¿¡-Mel
Bernadette Cai Her, Chai man
Associate Professor of Romance Languages
and Literatures
I certify that I have read this study and that in my opinion it
conforms to acceptable standards of scholarly presentation and is
fully adequate, in scope and quality, as a dissertation for the degree
of Doctor of Philosophy.
Professor of Romance Languages and
Literatures
I certify that I have read this study and that in my opinion it
conforms to acceptable standards of scholarly presentation and is
fully adequate, in scope and quality, as a dissertation for the degree
of Doctor of Philosophy.
Sheila Dickison
Associate Professor of Classics
This dissertation was submitted to the Graduate Faculty of the
Department of Romance Languages and Literatures in the College of
Liberal Arts and Sciences and to the Graduate School and was accepted
as partial fulfillment of the requirements for the degree of Doctor of
Philosophy.
May 1987
Dean, Graduate School

UNIVERSITY OF FLORIDA
3 1262 08553 7594




xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EVAX0MPWW_FRVRBW INGEST_TIME 2017-07-12T20:59:02Z PACKAGE AA00003374_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES