Citation
Samana et ses projets de cession; 1844-91: by A. de Dt.-Mérant, 142p, Paris,

Material Information

Title:
Samana et ses projets de cession; 1844-91: by A. de Dt.-Mérant, 142p, Paris,
Publisher:
Paris, Marchal et Billard, 1896

Notes

General Note:
5-multi-jur-1896

Record Information

Source Institution:
Yale University
Holding Location:
Yale University
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LLMC31803

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Yale Law School Lillian Goldman Library

..











S A M A NA-.
--------------ET



SES PROJECTS DE CESSION


1844-1891


Par A. de St-MtRANT


Malgrl tous. -7 1894 Art. 3. Les deux parties contractantes s*obligont a maintendr, do toute lour force, de tout lour pouvoir, Fint6grW de ]ours torriloires respectifs, ne c6der, compromettre ni a1i6ner en faveur d'ancune puissance 6trang6re, rd le tout, ni aucune parties de leurs torritoires, rd des iles adjacentes qui en d6pendent.
Elles s'engagent 6galement 4 ne solliciter ni consentir arcane annexion, ni domination 6trang6ro.
Traitd de paix, d'arniti6, etc., entre la Rep. d'Haiti et la Rep. Dominicaine (1874),




PARIS

IMPRIMERTH ET LIBRAIRIF G2NfBALE DE JURISPRUDENCE
MARCITAI[, ET DILLARD, Editeurs
LIBRARIES DR LA COUn DE CESSATION
Mason principle: Place Dauphine, 27
Succursale: Rue Soufflot, 7

1896
Tous droits rlserv&

..





























































Jr.

..















SAMANA
ET

SES PROJECTS DE CESSION (1844-1891)

..











SAMANA


ET



SES PROJECTS -DE CESSION"


1841-1891


Par A. de Slt-MERANT,,- -,


31algre tons. M94
Art. 3. Les doux parties contractantes s'obligent maintenir, do toute lour force, de tout lour pouvoir, 1'int6gritd de leurs territories; respectifs, ne c4der, compromettre ni a114ner on faveur d'aucune puissance 6trang6re, ni le tout, rd aucune partic de leurs torritoires, ni des iles adjacentes qui on d6pendent.
Elles s'engagent 4galement h no solliciter ni consentir aucune anncxion, ni domination dtrang6re.
TraM do paix, Wamiti6, etc., entre la Rdp. Wffaiti et la Rep. Dominicaine (1871).




PARIS

IMPRIMERIE ET LIBRAIRIE GnNRRALE DE JURISPRUDENCE
MARCHAI, ET DILLARD, Editeurs
LIBRARIES DE LA COUR DE GASSATION
Mason principle: Place Dauphine, 27
Succursale: ]Rue Soufflot, 7

1896
Tons droits reservJs

..












11 est inutile de faire pr6c6der cette Otude d'une introduction ou. d'une preface.
Tout le monde sait que Samana est une league de terre format une presqu'lle d'environ 1000 kilom6tres carr6s, de 85 kilorn6tres de longueur et de 10 A 14 de larger, et qu'elle se troupe, au. nord-est du territoire de la R6publique dominicaine. La plus grande parties de ses habitants (1) parent couramment le c)Yole haffien et un dialecte anglais, particularity 6tonnante qui contraste beaucoup avec les regions avoisinantes oA Fon ne s'exprime qu'en espagnol (2), et qui constitute un document vivant du passage des haffiens (1822-1844) et des anglo-am6ricains (1869-1873).
L'entr6e de la baie est tr6s 6vas6e. Mais ce qui
(1) La population g6n6rale du District maritime s'616ve seulement h 6.000 Ames. La ville de Samana n'a pas 2,000 babitants.
(2) A la fronti6re, A St-Jean, Neybe, Banica, Las-Alatas, Baraliona, A Lanavor, et m6me A San Cristobal pr6s do la ville de Santo-Domingo, on parle beaucoup le cr ole haitien.

..





6 SAMAINA
en facility la defense c'est que toute sa parties mdridionale est couverte d'un bajc d'edcueils qui m6nage une passe fort 6troite pr6s de PuntaBaland, -a, de sorte que, en fortifiant ce promontoire et I'llot Cayo-Levantado qui se troupe en f ace h une port6e de fusil, on rend impossible Facc6s du basin. Les vaisseaux qui s'y trouveraient seraient compl6tement d Fabri d'une surprise de la part de Fennemi, mais pas des coups de vent. En effet, un courant atmosph6rique, tr6s prononeO A cause du syst6me orographique de la contr6e, s'y eDgouffre et product solvent de violentes tempOtes ; les navies ne peuvent alors trouper un abri que clans le port m6me de la ville de Samana on clans la baie de Las-Pe)-las (appel6e aussi baie do St-Laurent), sitnOe presque en face de celtii-ci sur la c6te m6ridionale.
Santa-Barbara de Samana et Sanchez (LasCanitas) les deux ports de la presqu'ile ouverts an commerce du monde, sent les plus fr6quent6s de la Rdpublique dominicaine. Depuis quelque temps cependant Santa-Barbara de Samana est d6laiss6e pour Sanchez, qui prend beaucoup extension d cause du chemin do for (1) qui le
(1) Ce chemin do fer d'environ 100 kilomkres de IoDgueur,

..





ET SES PROJECTS DE CESSION 7
relie a la plane de la VOga. Les autres points dignes d'une mention sont: Sabana-!a-mar, oii se trouvent les grades plantations de figures bananas, appurtenant aux Am6ricains et Santa.Caj)uza, remarkable par ses bains de mer et ses cocotiers.
Les rumeurs de cession, en faveur des Am6ricains du nordr6pandues derni6rementnous ont p ort6 h 6tudier Phistoire de la presqu'ile. Cette Rude part de 1844. GrAce h nos relations, nous avons pu nous procurer plusieurs documents in6dits que nous livrons h la publ.icit6 et h la m6ditation des Haffiens dont Fautonomie est gravement compromise par la attendance on ne pent plus inarquOe du gouvernement de Santor Domingo, pas du people dominicain, A consentir des cessions de territoire h des puissances on a des syndicate strangers.

est I ouvra-e d'une companies 6cossaise qui en a obtenu la concession en 1880.

..


..








SAMANA

E'r SES PROJECTS DE CESSION, 1844-1891






(:1HAPITRE PREMIER

Propositions do cessio n fates A la France on 1841. Le consul franqais A Santo-Dornin-o. Ses actes. Son rappel

Boyer venait d'abdiquer, H6rard arrivait au pouvoir. Le parti de la x 116forme >>, avait essay, (18403) do concert avec les rdvolutionnaires du Cawp-Pdrin, de modifier A Santo-Domingo 1'6tat des chooses 6tabli. Cette tentative avort6e d'ind6pendance, ne fit que fortifier momentan6ment la puissance des autorit6s lialtiennes. Mais taildis que ces 6v6nements se passaient dans I'Est, les d6put6s Baez, J. X. Abreu, Delmonte, Valencia et Tejera se d6menaient au Port-au-

..




10 SAMANA
Prince dans le but de profited de I'anarchie pour amener une scission entre la parties espagnole et la parties franchise d'HaIti. Presque tons les d6put6s de I'Est partagealent ces id6es.
Ils virenL M. Levasseur, consul g6n6ral de France au Port-au-Prince et obtinrent de lui l'a promesse forinelle de les souvenir. Pour I'interesser, ils lui propos6rent la cession de Samana et ses environs.
Ils furent si imprudent que le government ne tarda pas A 6tre an courant de leurs men6es. Mais an. lieu d'agir avec vigueur, de demander le rappel d'un consul qui enfreignait si ouvertement les rMes du droit international, il donna le temps aux d6put6s s6paratistes de se saver et an consul Levasseur de disposer la France en faveur de la future scission.
11 (,tait bien facile, nous parait-il, de faire entendre au government fran ais que, s'il prOtait la main a un pareil acte, le service de l'indemnit6 de quatre-vingt-dix millions do francs strait suspended et les relations commercials interrompues : les parties politiques de I'Opoque sacriUrent l'int6r6t national a leur int6r6t personnel.
En vue des 6v6nements qui allaient se passer dans I'Est, le Ministre des affairs krang6res

..





CHAPITRE PREMIER if
de France envoy. A Santo-Domingo M. Juchereau de St-Denis en quality de consul. Le gouvernement haltien cornmitunenouvelle faute en lui accordant 1'exeqLiatur.
Le nouveau consul ne tarda pas A devenir le directeur des conspira:teurs. Tandis qu'il les poussait d la r6volte, il intimidate le fable g6n6ral Des-rottes, commandant du department de I'Ozama. 11 lui fit entrevoir que la resistance 6tait inutile, qu'Hafti, plong6e dans la plus grande anarchic, ne pouvait le souvenir: il so posa en Wddiatemr et regut le 28 f6vrier 1844 la capitulation de l' autorit6 haltienne (Voir h. I'appendice le document no 1).
La France cependant ne se d6cidait pas tout A fait en faveur du protectorat que les r6volutionnaires demandaient A grand cris, mais permettait h ses a(yents de prOter leur contours aux rebelled. Ainsi Pamiral Desmoges, chef de la station naval des Antilles, qui se trouvait en croisi6re pr6s des c6tes dominicaines, ayant appris qu'un navire de guerre haitien s'6tait empar6 des deux go6lettes dominicaines armies en guerre, << la Josefa x et << la Virgen de las Dolores x, s'empressa de concert avee le consul de StDenis do d6livrer les deux Witiments instirg6s.

..





12 SAMANA
AprOs cot exploit, I'amiral quitta ces parades laissant en station, h Santo-Domingo et A Samana, le brick << Euryale >> et la corvette < la NaIade x, dont nous venons de raconteur un fait d'armes. La << Ndr6ide >> et le x G6nie >> les relev6rentbient6t (1844-1845). On parlait alors, avec enthusiasm, d'annexer le pays h la France (Voir A Pappendice le document no 2' ).
L'Angleterre, cependant, vi L d'un mauvais ceil catte in(yerEffice dans le conflict dominicano-hai'tien. Son ambassador a Paris ne manqua point, d'ordre de S. M. B., de presenter an gouvernement franQais des observations sur cette intervention trop active et surtout trop matdrielle. Le cabinet de St-James Wagissait ainsi ni par sympathie pour les Haltiens, ni nAme d Finstigation de leur government, mais blen par la crainte de voir la France Winstaller A Samana. Les navires frangais furent done rappelds, le consul St-Denis d6savou6 et replaced par M. Victor Place. Celui-c! sans prendreune part active dans la guerre centre les HaItiens, procurait toujours aux. Dominicains tous les scours possibles. C'est vers cette 6poque quo M. Robert Schomburgk, le premier consul anglais, arrive d SantoDomingo.

..





CHAPITRE PREMIER 13
Les bateaux de guerre franqais ne cess rent point cependant de cruiser r6guli6rement dans les eaux dominicaines: la << Blonde )o, le x Hussard >>, le << Styx > d6barqu rent m6me, assuret-on, des armes sur les c6tes m6ridionales A Finsu de Fagent de S. M. B.
Sur ces entrefaites la Junte charge du pouvoir ex6cutif et pr6sid6e par Thomas Bobadilla. et Manuel Jim6nez, livrait le government au g6n6ral P. Santana, qui venait d'6tre proclaim President de ja R6publique (11 november 1844).

..








CHAPITRE II


Les missions dominicaines A Ntranger. Santana et les EtatsUnis. Secours donD6s. Rupture des nd-ociations domi nicaines relatives A la cession de Samana au. government am6ricain.

Tandis que les uns voulaient absolument Fannexion. ou le protectorate frangais, les autres Sollicitaient des scours aupr6s des autorit6s espagnoles en leur promettant de se placer de nouveau sous le giron de FEspagne. Lopez de Villanueva f6tt charge officieusement de cette derni6re mission. 11 vit tout d'abord le consul espagnol it Kingston (Jamalque), qui s'empressa de donner communication de ces projects an gdn6ral GOr6me VaWs, capitaine g6n6ral de Pile de Cuba. Celui-ci r6pondit au consul de ne faire aucune promesse formelleA 1'envoy6 dominicain, de Pentretenir cependant jusqu'A ce qu'iI eut le temps d'en informer la cour de Madrid et d'en recevoir les instructions. En attendant il lui enjoignait de s'efforcer d'avoir des nouvelles certaines sur les 6v6nements qui se passeraient A Santo-Domingo.
L'Espagne, trop occup6e chez elle, ne pouvait

..





CHAPITRE H 10
jeter les yeux vers son ancienne colonies. De plus le nouveau gouverneur de Cuba, le g6n6ral Uopold O'Donnel avait insinu6 d ]a reine Isabelle If qu'il ne lui convenait pas d'acqu6rir do nouvelles possessions en Am6rique.
Le government dominicain ne se d6couragea point. Santana envoy des agents (le 11 janvier 1845), au comte do Mirasol, capitaine g6n6ral do Puerto-Rico, qui s'empressa d'apprendre A la Cour de Madrid les dispositions d'esprit do ses ancient siijets. Le comte conseillait de ne pas enterrer la question d'annexion on de protectorat, de formuler tout au moins des r6serves aupr6s du gouverneinent frangais. Ce counsel fut suivi. M. Martinez do la Rosa, ambassador d'Espagne d Paris fut char-6 de les formuler.
Cette declaration diplomatique alarm le gouvernement des Etats-Unis dAm6rique. AT. Jos6 Maria Caminero se trouvait alors A Washington et travaillait A la reconnaissance de la ROpublique dominicaine. M. Calhoun, secr6taire d'Etat, insinua h M. Caldron de la Barca, ministry pl6nipotentiaire d'Espagne, que To cabinet de Madrid, la France et les Etats-Unis devraient reconnaitre le novel Rtat, afin de ne pas 6voiller Pesprit d'ind6pendance dans les autres colonies

..





16 SAAIANA
espagnoles des Antilles, ce qui arriverait infaillibleinent si la lutte se prolongeait ind6finiment entre les haltiens et les dominicains. Cette proposition fut repouss6e. Pen de temps apr6s, en effet, le gouverDeur de Puerto-Rico, le comte de Mirasol, le nouveau capitaine g6ndral de l'ile de Cuba, le comte d'AlcoY et le ministry Cald6ron de la Barca regurent Fordre former d'6conduire les parents dominicains et de ne plus s'occuper d e leurs propositions relatives au protectorat, A la cession de Samana, on h I'annexion (1846).
Inform de cette decision, Santana s'empressa de d6p6cher en Europe mie mission diplomatique compose de Buenaventura Ba6z, Jean Est6ban Aybar et Jos6 Maria Medrano. Elle se rendit d'abord en Espagne (fin de 1846). Les commissaires dominicains y rencontr&ent des difficult6s insurmountable quand ils firent savor que Fobjet de leur demarche 6tait de solliciter la protection du government espagnol dans la guerre qu'ils soutenaient centre les HaItiens. Un refus cat6(yoriquedeleur venirenaide les portah passer en France et de 1A en Angleterre qu6mander tout an moins la reconnaissance de la Rdpublique dominicaine, si ces deux puissances ne voulaient pas du protectorate on d'une cession quelconque

..





CHAPJTRE 11 17
de territoire (1847). Sur lour r6ponse negative, un a-ent dominicain partit immMiatement pour les Etats-Unis porter des instructions a Al. Caminero. C'est aux instances de celui-ci, que le gouverneinent des Etats-UDis confla, a Al. John Ho(Tan la mission Waller visitor la parties espagnole d'Hait. en rebellion centre I'autorit6 16gitime Rablie au Port an Prince et Won faire UD rapport d6taiII6. M. Hogan arrive h Santo-Domingo oft l'on s'empressa do lui fournir routes les donn6es n6cessaires.a son travail : son rapport fut tr6s favorable aux dominicains. Mais le President James Polk, A qui il fut pr6senW, no crut pas le pays assez riche et suffisamment peupl6 pour former un Rtat ind6pdndant: il refusa de le reconnaitre.
Depuis la mission de AT. Hogan, le gotivernement am6ricain 6tablit une croisi6re sur les c6tes dominicaines. Vers la fin de 1817 le brick de guerre << Purpose >>', commandant Porter, depuis admiral et ministry do la marine du Pr6sident Grant, vint stationery dans la baie d'Ocoa, ofi il 6leva m6me des retranchements pour repousser les troupes lialtienn es en cas d'attaque. Puis il explore routes les c6tes et la baie de Samana.
Cependant la France, mal(Tr6 sa r6ponse aux

..





16 SMIANA
commissaries dominicains et sa promesse au government haftion, admit lab ellig6rance des r6volt6s et m6me conclut avec eux un trait d'amitM, de commerce et do navigation (1848).
Sur ces entrefaites la guerre civil 6clata A Santo-Domingo, deux parties s'y disputaient le pouvoir : les amis du Pr6sident Santana et ceux du g6n6val Jim6tiez. Les premiers cherch6rent un appui dans le protectorat franpis malgr6 Finsucc6s de la mission de 1846, A Paris. Le consul franeais, M. Victor Place, admit la proposition et envoy A la Martinique son chandelier, M. Malespine, chercher I'amiral commandant la station des Antilles, qui refusason concours, convaincu que le protectorate ne strait point accept6 en France.
Les actes arbitraires du Pr6sident Santana lui ali6n6rent les sympathies do ses concitoyens. Voyant que les executions sommaires, qij'il out la faiblesse de permettre, allaient provoquer la guerre civil, il descendit du pouvoir. Jim6nez, son rival, fut Ou president (1848).
En cette ann6e (1848) arrive dans les eaux de Santa-Domingo la fr6gate << Raritan )), qui pr6c6da M. Green fils, arrive d la capital dominicaine vers le commencement de '1849. Il 6tait

..





CHAPITRE 11 1U
muni des plains pouvoirs pour trailer avec le government. L'objet do sa mission n'ajamais transpire. Si M. Green Went aucun succ6s, il faut en rendre grAce an consul anglais M. Schom.burgk.
Cependant Jim6nez ne resta pas long temps au pouvoir. Ayant W malheureux dans une attaque centre les Haltiens pr6s d'Azua, il fut accuse de trahison et constraint de s'embarquer pour Curaao. Espaillat fut alors nomm6 president. Ailais ayant donn6 s-a admission pen detours apr6s son installation, le g6n6ral Buenaventura Ba z fut 6lu premier magistrate de la R6publique ('1849).
L'ann6e suivante (1850), I'Angleterre signait le trait de commerce, d'amiti6 et de navigation propos6 depuis si longtemps par le government dominicain.
Le nouveau Pr6sident r6solut de demander Intervention diplomatique do I'Angleterre, de la France et des Rtats-Unis, dans le conflict don-iinicano-haitien. Elle cut lieu sans amener aucun r6sultat favorable aux scissionnaires de Yest.
Alors Ba z, voyant qu'aucune nation eurorop6enne, pas plus que les I Lats-Unis, ne voulait prot6ger efficacement la jeune 116publique, r6solut, apr6s entente avec le consul an-lais,

..





20 SAMANA
M. Schornburgk, de faire an government haltien des propositions avantageuses capable d'amener Haiti A composition. Le m6me consul fut charge de remplir cette mission pr6s le gouvernement de Soulouque. 11 se rendit au Port-auPrince et insinua au. Ministry des affairs 6trang6res que son government pourrait reconnaitre le novel Rtat qui lui c6derait en return les territoires comprenantles districts de St-Jean, de LasMatas, de Neybe et de Alontecristi (1852).
L'Empereur refuse: 11 continua la guerre.
Son mandate presidential ayant pris fin, Ba6z descendit du pouvoir, Santana lui succ6da (15 f6vrier 1853).
Sur les d6marches des agents de celui-ci, M. Marcy, seer6taire d'Rtat du Pr6sident Franklin Pierce, se d6cida A envoyer h Santo-Domingo (1853), le g6n6ral Cazeneau pour recevoir, moyennant une relevance annuelle, le bail ou la cession de Samana. Le government am6ricain pensait y 6tablir une station naval pour sa marine de guerre et un entrep6t pour son coinmerce.L'envoy6 am6ricain 6taitporteurd'uninillion de dollars pour payer les premieres ann uWs.
Le PrOsident Santana conc6da tout ce que Cazeneau lui demand. 11 permit au vaisseau. de

..




CHAPITRE 11 L' 1
guerre am6ricain << Columbia x commandant commodore Thomas Newton, de se rendre d Samana, ofi le g6n6ral Alac-Clellan pratiqua des sondages, reconnut les advantages qu'on pouvait tirer de cette magnifique baie et choisit les points qu'on devait occupier et fortifier. Un trait s'en suivit, dont on ignore le texte.
Le consul anglais, Al. Schomburgk, fittout son possible pour interrompre les negotiations. Son exaltation -acrna les officers du vaisseau do guerre anglais x I'Argus x qui 6tait en rade de Santo-Domingo, A tel point que des difficult6s s'en suivirent avec les marines am6ricains du navire << Louisa 'X. Des coups de- feu furent 6ch-ang6s sans r6sultat blen grave.
At. Schomburgk informal sans perte de temps le government de S. M. B. de ce qui se passait ik Santo-Domingo. Lord Clarendon fit part au government dominicain de la surprise que lui procurait cot acte de cession, selon lui, pr6judiciable aux. int6r6ts politiques et A l'ind6pendance de la jeune 116publique.
Comme le g6n6ral Santana avait obtenu pendant les negotiations do ladite cession la promesse que I es Rtats-Unis repousseraient toute protestation qui viendrait d'HaIti, de France,

..




22 SAMANA
d'An(yleterre ou. d'Espagne, relativement A 6amana, plusieurs navies de guerre am6ricains statioiinaient; sur les c6tes dominicaines.
Sur ces entrefaites le consul g6n6ral de France pr6s le gotivernement haltien, M. Maxime Raybaud, arrive A Santo-Domingo, s'unit an consul anglais, et protested centre le trait de cession dominicano-am6ricain. Santana, faiblement soutenu. par les Am6ricains, c6da aux efforts combines des deux agents : la convention fut annulde. Gette decision calma les esprits. Comprenant alors qu'il ne pouvait point computer sur les Yankees, il d6p6cha (d6cembre 1953) secr6tement en Espagne le general Mella avec la mi s sion sp6ciale do solliciter de nouveau le protectorat de la monarchie espagnole ou, A son d6faut, la reconnaissance de l'ind6pendance de la 116publique. Le 16 mars 1854, le secrRaire d'Etat des affairs 6tran(y6res espagnol informal son gouvernoment de la mission de Mella et insinua au President du counsel que non-seulement le government devait repousser tout project de protectorate, mais aussi la reconnaissance. de Phid6pendance du novel Etat. Le cointe de San Luis appuya cette declaration en concluant que Fune ou. Pautre decision indcontenterait

..




CHAPITRE 11 21
les Etats-Unis et surtout les Cubains esclavagistes, tr6s puissants h la cour. Par sa note du 9 rnal 1854, le government espagnol signifia A I'envoy6 do Santana la resolution royale. En quittant FEspagne, Mella essay, sans succ6s-, d'obtenir la nomination de siniples agents commerciaux.
Cependant Fann6e suivante (1855) d6barquait h Santo-Domingo, Al. S6,yovia, consul g6n6ral d'Espagne, qui accepta le project do. protectorate pr6c6demment pr6sent6 au government do Madrid. Maig le conr6s refuse de le ratifier. Un trait de paix, d'amiti6 et de navigation fut seulement conclu:
La cession de Samana en faveur des Am6ricains bien que rapportee et le project manqu6 de protectorate espagnol, surexcit6rent l'opinion publique centre le government. Plusieurs points de la 116publique prirent les armes, mais Santana eut raison de ces movements ; les ex6cutions sommaires et les proscriptions d6sol6rent le pays. Puis la pressing militaire devin L si forte et le recruitment des citovens distingu6s s'exerqa avec tant de violence A la capital que tout le monde court s'inscrire en masse aux consulats 6tranoers et surtout an consulate d'Espagne.

..




24 SAMANA
Santana s'effaca alors laissant le pouvoir an vice-pr6sident do la 116publique, R6gla Mota. Le pouvoir du nouveau chef d'Etat fut 6ph6m6re (1855-1856).
Ba ,z prit les armes et s"imposa (1856). Mais h peine Rait-il maltre du premier poste de la Dation, qu'il out A letter centre ses propres partisans. 11 finit par lour c6der le terrain et s'embarquer pour 1'6tranger (1858).
Jos6 Valverde lui succ6da. L'ann6e suivante (1859) une revolution 6clata.
Satana, pour la troisi6me fois, se faisait nommer dictateur (1859-1861).
D6s lors il travailla h Fannexion espagnole do concert avec le consul S6govia.
<< Pr6par6e on secret, dit J. G. Garcia, Coin>> cidencias hisloricas, Fannexion espagnole, >) comme oeuvre d'un parti politique .... eut, >> depuis le commencement jusqu'A la fin, le >> caract re (Fune )- vohttion officielle, exktil6e x par le personnel du government centre Fau>> tonomie national du pays qn'il 61ait appeal )) A sauvegarder. Les I)i-onunciawientos Varti>> rent des casernes et des bureaux de places ; ) quand les citoyens vinrent A se rendre compete >> de certaines rurneurs r6pandues, depuis long-

..





CHAPITRE 11 25
x temps, mais tonjours d6menties par Santana x et ses agents, qui se donnaient comme grants >> del'autonomiepolitique delanationdont Sanx tana aimait A se dire le IiWrateur, la R6publiY que dominicaine avait disparu du concert des x peuples libres ..... > (18 mars 1861).
En r6compense de sa trahison de 16se-patrie, 'Santana re utde la Cour de Madrid la croixd'Isabelle II et le nim-quisat de Las- Ca)-)-e;-as (1861).
Malmen6 plus tard par les Espagnols, il mourut de chagrin selon les uns et d'apr6s d'autres empoisonn6 par les agents de la m6tropole.
La mort de Santana fut le signal d'une insurrection g6n6rale cofitre I'autorit6 espagnole.
Ba z, Sanchez et plusieurs autres proscrits accoururent de Ntran(yer diriger le movement insurrectionnel. La ROpublique d'HaYti se montra g6n6reuse et aida puissamment, malgr6 les menaces de Fescadre espagnole stationnant en rade de Port-au-Prince, les patriots doininicains A d6truire la domination castillane. Apr6s des vicissitudes sano-lantes, le territoire fut 6vacu6 en 1865. La m6me annee Ba z fut On president. L'ann6e suivante le general Jos6 Maria Cabral se soulevait centre Ini et s'emparait du pouvoir qu'il conserve jusqu'au commencement de 1868.

..









CHAPITRE III


Cabral et Ba6z. Nouvelles n4-ociations relatives A la cession de Samana. Propositions d'annexion fates aux EtatsUnis. Opposition du gouvernement haltien. Le s6nateur Sumner an Congr&s am6ricain. Chute de Ba z.

Sous la pr6sidence du g6n6ral Cabral, le gouvernement dominicain renoua, avec les EtatsUnis, les n6oociations relatives d la reconnaissance de l'ind6pendance de la 116publique. Un trait d'amitM et de navigation, s'en suivit(1867). 'La m6me ann6e, le navire do guerre << Guesttisburg >> arrive au port de Santo-Domingo ame nant A son bord M. Fr6d6ric Sward, fils du socrOtaire d*Etat du m6me norn (1867).
Celui-ci charge M. Smith, consul des EtatsUnis A Santo-Domingo de presenter au gouvernement ses propositions relatives an bail de Samana pour une p6riode de cent ans moyennant cent mille dollars par an et d'insinuer que les cinq premieres annuit6s, soit cinq cent mille dollars 6taient A la. disposition de l.'Rtat.
Le Congr6s refuse do sanctionner cet acte de

..




CHAPITRE 111 27
cession ddauis6e et le Ministre de Ia Justice, M. J. G. Garcia, donna sa admission pour accentuer son opposition. Le government rejeta le project. D'aillours le president Cabral Wen voulait pas personnellement.
La tyrannic de Cabral ne tarda pas h indisposer le people centre son autorit6. Au mois d'octobre 1867 6clata une revolution formidable centre le government qui se trouvait d6pourvu de routes resources. Dans cette occurrence, il r6solut d'onvoyer A Washino-ton, malcyr6 l'opposition de pinieurs members du congr6s, le Alinistre des Finances, M. Pablo Puyol pour renouer les n6oociations interrompues de Ia. mis sion de M. Sward. Les 6v6nements politiques se succ6d6rent avec tant de rapidity qu'ils ne donn6rent point le temps h Fenvoy6 dominicain de n6gocier Ia cession do Samana. La r6volution triomphait le 30 janvier 1868 et son chef, le g6n6ral Ba6z, fut proclaim president.
11 est a remarquer qu'A cette 6poque les Am6ricains avaient en Dominicanie tr6s peu d'6tablissements et d'int6r6ts A sauvegarder et que leur commerce avec cette contr6e Otait tout h fait insi(nifflant.
En effet, ce West qu'au commencement do 1869

..





.:46 SAMANTA
quo le con crr s dominicain accord une concession A la mason Spoford Brothers de New-York pour I'Mablissement d'une ligno de bateaux h vapeur entre les Etats-Unis et les ports de la 116publique dominicaine.
En november de la m6me ann6c deux frigates am6ricaines << Albany >) et << Nantasket >> d6posaient A Santo-Domingo, trois commissaries am6ricains : M. Babcock (seer6taire particular du president Grant), Ingalls et Sacket.
Des commissaries dominicains furent choisis pour s'entendre avec eux. Une convention fut signed par laquelle la presqu'ile et la baie do Samana rest6rent atrerm6es au government am6ricain pour cent ans moyennant cent mille dollars par an. Le S6nat dominicain chambere unique de 1'6poque) ratifia cot acte do cession.
Des munitions de auerre furent donn6es en pavement de la premiere annuitO (2 d6cembre 18w).
En verLu. de cette convention le soir du mome jour, les commissaries am6ricains partirentpour Samana sur la frigate << Albany >>. Apr6s avoir reconnu. routes les c6tes m6ridionales et orientales de la -t6publique, ils arriv6rent le 1 d6cembre h la presqu'lle. Ce m6me jour a trois heures de

..





CHAPITRE In :&U
I'apr6s-midi, la, prise do possession out lieu : le drapeau amkicain fut arbor sur Fil6t Ccivenero et saW par la, fr6gate am6ricaine et par le fort de la ville.
L'opinion publique parut accepter de bon gre' ce qui venait de se passer.
Encourage parcetacquiescement tacite, legouvernement pr6para, Fannexion de la, 1116publique.
La guerre civil qui d6solait Haiti amena, une tr6ve entre le government haltien et les s6paratistes dominicains. Cependant celui-lArefusait obstin6ment de reconnaitre l'ind6pendance du novel Rtat. Les dominicains craignaient, va 1'6tat de p6nurie oft ils se trouvaient, do succomber dans une nouvelle guerre.
Le 16 f6vrier de Fan 1870 un d6cret du chef du pouvoir ex6cutif, qui s'kait fait d6corner le titre de g7-and citoyen, appelait le people a manifester par un plObiscite son d6sir de s'annexer anx Etats-UDis d'Am6rique. Toutes les measures. furent prises potir rendre valuable le r6sultat du plebiscite et annuler la volontO des opposants, qui pourraient contrarier les vues pr6sidentielles (Voir h l'appendice le document n" 3).
Le plObiscite s'efrectua : le people inconscient de ce qu'il faisait, vota Fannexion.

..





30 SAMANA
L'Espagne combattait alors la revolution qui venait d" 6clater h Cuba; I'Europe 6tait trop attentive h l'issue de la guerre franco-prussienne pour turner ses regards du c6t6 de I'Am6rique.
Haiti seule protest centre cette annexion. Elle fitsi bien queleCOD-r6s am6ricain se laissa persuader par 1'61oquent s6nateur Sumner et le d6put6 Carl Shurzt que I'annexion 6tait inutile aux Etats-Unis. Elle fut done rejet6e malgr6 les efforts que fit le president Grant pour amener Admission de Santo-Domingo dans la conf6d& ration 6toilde.
Cependant vers la fin de f6vrier, tandis que I'annexion se votait h Santo-Domingo, les AmOricains, avec I'autorisation du government doininicain, Otablissaient A S2amana une station naval et des entrep6ts pour la marine de guerre. En m6me temps I'amiral Poor, chef de Feseadre du Nord de I'Atlantique attache h la defense de la nouvelle station les vaisseaux de guerre le << Dietateur >>, le x Swatara x, le << Yantic x et le << Nantasket x.
La baip, de Samana fut depuls successivement visited par Famiral Lee et le commodore Green. Pendant un moment, on put croire que si Fan-

..





CHAPITBE 111 01
nexion 6tait repouss6e, les Etats-Unis gardaient au moins Samana.
1870 et 1871 s'6coulaient sans incident relatif h la presqu'ile, quand le 21 november le chef de la station re ut de Washington Fordre former d'amener les couleurs nationals qui floLtaient sur l'il6t Cavenei-o. depuis le 4 d6cembre 1869. Cet ordre s'ex6cuta en d6pit du government dominicain. La guerre ayant cess6 en Europe le government am6r!cain craignalt des complications avec 1'Esp gne, la France et surtout avec I'Angleterre. Et afln d'6pargner une atteinte A son or-ueil, il faisait de bonne grhce et de son propre movement ce que les Anglais auraient peut-Otre exig6 par la force.
Il en cofttait cependant t l'orgueil yankee de brAler ce qu'il avait ador6. Aussi le gouvernement f6d6ral, soit par scruple, soit pour tout autre motif, laissa A Samana le << Nantasket x gardant un poste qu'il avait officiellement abandonn6.
D'aucuns present que cette brusque decision du government de Washington fut en parties InotivOc par le rapport que fit la commission envoy6e A Samana pour 6tudier la contr6e.
En effet vers le commencement de 1871, le

..





Ij:& SAMANA
<< Tenessee >>, de la marine do guerre des EtaisUnis, se pr6senta dans la baie ayant h son bord une commission du congr6s des Etats-Unis compos6e de plusieurs (16put6s, de Al. Fr6d6ric Douglass et du s6nateur Weed qui la pr6sidait. Elle passa deux mois dans la 116publique Dominicaine, r6unit tons les renseignements possibles sur sa population, ses products, son commerce et sur la question de Pannexion. A son return aux Etats-Unis, elle pr6senta un rapport an Congr6s qui rejeta, comme nous l'avons vu, I'annexion proposOe et d6cida en outre le renvoi do touto autre affaire relative a Santo-Domingo.
Mais en d6pit du Congr6s f6d6ral qui ne voulait pas d'eux, le government dominicain et ses a(Tents n'attendaient que la premiere occasion pour recommencer lour sempiternelle question de cession.
Lour attente ne ffit pas longue. Vers le milieu du mois de f6vrier 1872 se pr6senta, dans ]a cap!tale de la R6publique, un certain docteur Howe, natif de Boston, muni des plains pouvoirs d'un syndicate financier Rabli dans cetLe ville. Le gouvernement dominicain accept sans discussion routes les propositions de celui-ci. Un contract, fut pass6 avec le syndicate, par sequel celui-ci

..





CHAPITBE 111 33
'ena(yeait A fonder A Samana un po;-t libre avee pavilion special : c'6tait 6riger la presqu'ile en une colonic am6ricaine, c'6tait en un mot le protectorate am6r!cain sous. tine nouvelle. forme.
La m6me ann6e (1872) le syndicate fut mis en possession de ses nouveaux domaines (Voir A I'appendice les documents no 4).
Une revolution 6clata sur ces entrefaites (novembre 1872), leg6n6ral Ignacio Gonzalez, gouverneur de Puerto-Plata, chef de la revolution, protest centre cette cession. Ba6z r6sista, il courut combattre les insure s. 11 fut vaincu. et obli-6 h s'embarquer pour l'O.traiiger. Arrive au pouvoir, Gonzalez fit tout son possible pour d6truire ce qu'il j ugeait, h j us te titre, attentatoire a Fin(16gendance de sa patrie. Le syndicate lui en fournit l'oecasion ; n'ayant pas pay6 A tenips Line annuity, le Pr6si(lent Gonzalez porta le congr6s A r6silier le bail de Samana. Le government dominicain rentra on possession de cette parties de son territoire, malgr6 les protestations du docteur Howe et des autres members du syndicat.
Vino-t ans se sent 6coul6s depuis. Les citoyens des Etats-Unis ont acquis pendant ce laps de
3

..





U SAMANA
temps de grand int6r6ts dans la Rdpublique t, 6"
Dorainicaine. Leurs usines A enore et autres Ra blissements sont nombreux. Nous en parlerons plus loin.

..









CHAPITBLE IV


Ch6rardy ot le president Heareaux. Leur entrevue A Samana. en 1890. Promesse do cession. Syndicat am6ricain et hypoth6que sur Jos douanes de la 1 16publique dominicaine.
Proposition du ministry am6ricain A Santo-Domingo. Correspondance du ebar-6 d'affaires dominicain A AVashiDgton. La cession de S anama an conseil des ministries. Protestation et ostracism du g6ndral Gonzalez, ministry des affairs 6trang6res. Prises d'armes.

On so Souvient des d6marches violentes de Pamiral Ch6rardy qui, rendu an Port-au-Prince avec une forte escadre, voulait obtenir, du gouvernement haltienla baie du M61e St-Nicolas (1) pour 6tablir une station naval (1890). On se rappolle, aussi 1'6nergique refus de M. Firmin, ministry des affairs krano,6res- Cot insucc6s valut h, M. Dou-1ass, ministry resident des EtatsUnis au Port-au-Prince, son rappel humddiat ot Faccusation de Wavoir pas su nous prendre ce quo son mandant semblait nous demande)- de bonne gpdce.
(1) La baie du ABle St-Nicolas forme un port natural de 5 kilom. de long et de 2 kilom. 1/2, de large. Le basin du cal-6 na,e, situ6 an nord de la viRe, est abrit6 et offre de grand avan tages: sa. longueur est de 1 kilom. 785 m. et sa larger de 591 m.

..





36 SAAIANA
En quittant le Port-au-Prince, Famiral Ch6rardy, d6sirant reconnaitre les c6tes de l'ile, en fit le tour. Arrive pr6s do Samana, il ne pout s'empocher de p6n6tror dans la baie. Etait-ce entente on simple hazard? Le fait est que le Pr6sident de la R6publique dominicaine s'y trouvait et qu'il fit en personnel les honneurs an marin yankee.
L'entrevue fut intime, cordiale. On se fit des processes r6ciproques. Sainana fut mise en avant: les 6v6nements ont proav6 depuis que la baie et la presqu'lle avaient R6 offertes an gouvernement am6ricain. Ch6rardy pouvait retourner h Washincyton fier do son suce6s. Si le Al6le St-Nicolas lui 6chappaitpour le u-iornent, il pourrait dans la suite une fois instaII6 a Samana, profited d'un moment favorable pour s'en emparer (voirle document no 4 bis).
Do part et d'autre, on se mit en champagne. Tandis que Fun apprenait h M. Blaine le r6sultat do sa n6gociation, Fautre pr6parait le terrain h Santo-Domingo (voir h Pappendice les documents 11- 5).
Le lecteur sait sans nul doute qu'en 1888 le government dominicain, pour unifier la dette int6rieure et cobbler un gros deficit, r6ussit a contractor en Hollande un omprunt do quatre

..




CHAPITBE IV J4
millions de dollars. Cet einprunt; n'am6liora pas ]a situation finance re de la R6publique, il ne fit que Paggraver. En 1890 une nouvelle combinaison financi6re amena Pemprunt de quatre millions et demi de dollars covert en Eu-rope. Le cabinet de POzama parla de chemins de fer, de routes carrossables, d'aqueducs et d'une infinW de travaux publics, auxquels ils Raient destin6s. Les quatre millions et demi arriv6rent A Santo-Domhigo et, eurent la jn6me destination que les premiers.
La mason hollandaise Westendorp, qui avait covert cet emprunt, obtint, pour garantir le service des int6rk et Famortissement partial de cette 6norme valour, tine hypoth6que r6guli6re sur tous les revenues des douanes de la R& publique dominicaine. Une convention fut; conclue A ce sujet en vertu de laquel Westendorp et Cie avaient le droit d'6tablir une Rigie h leur solde pour g6rer les douanes en question.
Sur ces entrefaites, des capitalists am6ricains (Tagn6s par les amis d'e Al. Blaine et surtout par le charge d'afraires dominicain A Washington (voir les documents 111, 5, V) entrant en n6gociation avec M. Westendorp pour obtenir le transfert de leur erdance sur les recettes de FEtat do-

..




,j Zi SAAIA',N'A
minicain. Ceux-ci s'adressent au government. de Santo-Domingo pour lui announce que leurs droits stir ses douanes vont 6tre transf6rds d un syndicate am6ricain de Now-York. Ils s'empressaient de so d6faire do lour cr6ance, sachant que les douanes de la jeune 116publique produisent A peine seize cent mille pesas moxicains par an et que cotte fable valour ne laisse pas assez de marge A Famortissement des neuf millions et demi de dollars qui lour Raient dus (voir les documents no 7, 11).
Cependant le Pr6sident Heureaux avait compW sans les Mections qui s'approchaient. Bien qu'il eAt d6clar6 ouvertement que son intention Rait do renter dans la vie priv6e, il se pr6parait h tout pour so faire r661ire.
L'affiah-e americaine ayant transpire, il vit tout le rnal qu'elle pouvait causer a sa candidature : il Pajourna.
11 fut done r6pondu A AIAL Westendorp et Cie que le transport 6tait illegal et ne pouvait s'effectuer, et le Pr6sident Heureaux, pour calmer Feffervesconce popular, lan a une proclamation ofi il se d6clarait pr6t; A s'opposer, A tout p) ojet des AmMe(tins conIve la Republique. Triste com6die! 11 voulait seulement garner du temps

..




CHAPITRE IV .39
et faire les elections. C'est en suivant la m me tactique qu'il journal an mois d'octobre 1'examen etla discussionde la proposition formelle de M. Durham, ministry am6ricain, relative ati bail o u cession do la presqu'lle do Saniana, (voir le document no 8), consequence inevitable des advances fates A l'amiral Ch6rardy, comme nous l'avons vu an commencement de ce -chapitre.
Qu'on ne perde pas de vue ces deux questions: d'une part des capitalists am6ricains, de concert avec le government de Washington, vont prendre la direction de administration des douanes dominicaines ; de l'autre, le ministry am6ricain, Al. Durham, demanded la cession de Samana pour y 6tablir une station naval.
Les elections fates et le Pr6sident Heureaux. r661u, les negotiations relatives A ces questions furent reprises. M. Durham revint de Port-auPrince A Santo-Domingo, h bord du navire de guerre << Atlanta x. On comment a par 1'alfairedu syndicate de New- York (v. le document no 5 bis).
Afin do saver les appearances, le gouvernement dominicain nomma une commission d'avocats pour examiner la 16-alit6 du transfer du contract Westendorp an syndicate sus-d6sign6 (voir le document no 10).

..




40 SAIIANA
La commission ne se fit pas prier : son verdict d6clara le transfer 16gal et 16gitime, contrairement A Fopinion 6mise par le m me gouvernement an mois d'aofit IS92.
Le syndicate am6ricain fat donc substitute& 'a MM.Westendorp etCleet aujourd'hui il ala i-nainmise sur totes les douanes de ]a Rdpublique et sur leurs revenues, en vertu de Particle 5 dudit contract, ainsi coneu. : << il sera cr66 h Santo-Do>> mingo une caisse de Ru4gie des douanes qui x restera charge d'effectuer la rentr e de tons P les droits d'importation et deportation dans >) tous les ports de la 1116publique qui sontactuel>> element ouverts, ainsi que dans ceux qui pourP raient s'ouvrir plus tard, comme, aussi tons x les autres droits de douane qui seront 6tablis x dans Pavenir. Cette caisse g6z&ale de R;gie >> sera administrde par des d6l6guOs nomm6s >> par Mill. Westendorp et Cie ou, leurs ayants x droit. >>
Le syndicate tient ainsi dans ses mains la bourse et par consequent existence du gouvernement. Il participate A la souverainet6 national : t i il nomme des fonctionnaires et 11 a le droit de refused et de faire r6voquer ceux que le gouvernenient vout nommer ou a d6jA choisis.

..





CHAPITRE IV 411
L'article 12, 20paragraphede lam 6meconvention, s'exprime ainsi h ce sujet : << quand il y a >) lieu de remplacer dans Fadministration doua>> ni6re un employed dominicain, le Di ,ecleuv >> de la caisse gdndivle de la R4gie devra We con-' x sult6 sur la nomination A faire. En. outre, I e >> government ne pourra refused la destitution >> propose par le dit Directeur de la ROgie de >> ceux des employs dominicains qu'il aurait >> signals conime infid6les on incapable.
Le government des Etats-Unis, a ainsi le pr6texte d'intekvenir a tout propose, dans les affaires de la R6publique dominicaine. A ce sujet citrons Fopinion du- journal am6ricain << NewYork H6rald >> qui d6voila daus le temps A ses lectures le but de cette combinaisQn financie,,re << Tout cela, dit-il, fait croire que lesyndicatam6> ricain n'est qu'un digttisem.ent on jw&e-nom x derri re loquel le gouvernementdes Etats-Unis >> se retranche pour s'implanter dans la R6pux oblique dominicaine et avoir ainsi la haute x main sur les affairs int6rieures et ext6rieures x de cc pays.
<< Gette companies deviendra ce que sont dex Venus, dans le nord del'ileBorneo, lacompagnie britannique, et le syndicate belge dans

..




42 SAMANA
x F.Rtat libre d?.( Congo (I). Les douanes dorni>> nicaines une fois prises, le reste (Fannexion) >> ne se fera pas attended >>.
Le << World x de New-York dans son edition du 13 september 1893, annonCait A ses lecteurs que << le Pr6sldent Heureaux autrefois rebelled aux x concessions, a totalement chaDg6 d'id6e grAce x aux capitaux am6ricains x. Puis il ajoute en forme do, commentaire: x et, comme il (le >> President Heureaux) devra. s'adresser encore >> aux resources am6ricalnes, des renseigne>> ments puis6s A bonne source nous permettent >, d'affirmer que Samana sera americain avant )> un an >.
A l'occasion do Farriv6e A Santo-Domingo du chateau de guerre << Atlanta >>, il y out des 6changes de politesse et des discourse prononc6s. Le President de la R6publique dit, entre autres chooses, aux officers de marine qui lui firent une visited an palais national: << Je d6s!re quo Famix tM r6ciproque de mon government et des x Rtats-Unis soit durable et que la I)rotection A
nos industries (11 s'a-it des industries domini(1) Ajoutons : et la compagnie anglaise aux Indes orientals.
-- On sait qu'elle procure au Royaume Uni Pimmense empire asiatique actual de la couronne d'Angleterre.

..




CHAPITRE 1V 4 3
>> canes) et hl'ijidJljeizdance)tationalesoitle lien x qui nous permeate de f -aterniser dans le si6x cle oh nous vivons x. On pourrait croire que ces paroles faisaient allusion au trait de r6ciprocit6 commercial qui venait d'6tre conclu. on ra-tifi6 en 1891 et par sequel un grand nombre d'articles de fabrication am6ricaine 6taient regus francs de droits on b6n6ficiaient d'une reduction de 25 0/0 dans tons les ports de la 116publique dominicaine (voir le document no 6).
Il Wen 6tait rien. 11 s'agissait tout implement de la cession d6 Samana. En effet, quelques jours apr6s le project fut soumis an counsel des secr6, tires Atat. Les chefs des departments des Relations Ext6rieures et des Finances refus6rent de le signer. Utait d6clarer la guerre an Pr6sident de la R6publique. Le premier fut obli-6de s'embarquer furtivement pour 6chapper A ses coups. De 1'6tranger, il d6non a ce qui allait se passer h Santo-Domingo.
<< Le hazard, dit-il, dans son manifesto au peux ple dominicain, me fit d6couvrir un secret du > chef de I'Rtat lors d'une visited faite an vapeur x de guerre am6ricain << Atlanta x. Le commanx dant, me croyant an courant de Palfaire, me x parla de la negotiation qu'avait entam6e le gd-

..




44 SAMATNA
x n6ral Heureaux relativenient a la cession de > Samana par Pentremise (Fun commissaire enx voy6 ad hoe A Washington (voir les documents >> no 5), n6gociation qui, me. dit-il, devait Otre un )> acheminernent h Fannexion de toute la R6pu>> oblique dominicaine. Cette trahison de Psex patrie me surprit d'autant plus que quelques >> mois auparavant, M. Dtrham, Alinistre r6si>) dent des E tats-Unis pr6s le government hal> tien et charg6 d'afraires pr s le government )9,- dominicain, avait officiellement fait une prox position relative au. bail. de Samana qui fut re>> pouss6e par le minist6re dontje faisais parties. x 11 est vrai que le Pr6sident Heureaux exi-ea > (afin qu'aucune preuve 6crite ne restAt, ce que >> personnel ne comprit alors) qu'une r6ponse >> verbal fut donn6e au Ministre arn6ricain >>.
Quand on pense que c'est le chef de PEtat luim6me qui provoqua la formation du syndicate am6ricain pour r6aliser des millions et qui pr'oi)osa la cession de Samana dans le mOme but, on se demanded vraiment si c'est un gouvernement digne d'6tre pris au s6rieux que celui qui fait de son pays, une merchandise susceptible d'achat. It n'a pas m6me le pr6texte qu'avaient les autres, invasion haitienne, comme on dit a

..





CIIAPITRE IV 45
Santo-Dominao. Tout on condamnant la conduite des Santana, des Ba6z et des autres annexionnistes do 1844, on petit 1'expliquer. Alais que dire d'un clief de nation qui, en pleine paix, par le soul d6sir d'entasser des 6cus, met aux* ench res publiques sa patrie et ses concitoyens
Alais laissons les commentaries aux lectures et continuous h analyser on a relater seulement les faits et les actes.
Quelques points de la 116publique prirent les armes, entre autres les cantons m6ridionaux (In district maritime de Alontecristi. Lemouveinent nienacait de devenir g6n6ral, dOjh Santiago et surtout Azua se* prOparalent a les souvenir. Cependant manquant de direction et do coh6sion, il fut facilement kouN. Les h6catombes suivirent de pr6s cette repression. A Azua on peut encore voir le chneWre que laissa le chet de FRtat de ceux qu'il fit fusiller sommairevnent.
Les puissances 6trangftes s'alarm6rent des agissements du cabinet de l'Ozama et des Am& ricains du nord. Tout d'abord elles protest6rent centre le trait do r6ciprocit6 commercial qui 16sait lour commerce deportation.
Voici cc quo rapport, ih ce sujet le << Matin x do

..




4b SAMANA
Paris dans son num6ro du 15 avril 1893 : << Un x des rares diplomates accrOdit6s A Berlin qui ne x craint pas de parlor haut A l'oecasion, est le )o Ministry des Rtats-Unis, M. Phelps.
x Ce qui vient de hii arrived explique jus>> qu'A un certain point le r6le plus effac6, pu x recent repr6sentatif quo se bornent jouer x ses coll6gues du corps diplomatique, lesquels x sont d6sireux avant tout de ne pas encourir x les foudres du Ministre des Affaires kran(T6x res et les attaques de la pressed. Au com x mencement de Fann6e surgit un conflict entre x I'Allemagne et la R6 oblique dominicaine.
0 p
x S'appuyant sur le trait de r6ciprocit6 qui lie x les Rtats-Unis A la R6publique dominicaine, >> I'Allema(Tne, on verta de la clause de la nation >> la plus favorWe t elle consented I)ar le gou>> government de Santo-Domingo, exigea de la >) petite Rdpublique des Antilles qu'elle lui ac> cordat le m6me treatment qu'aux R tats-Unis x (voir le trait en question, document no 6).
<< Le government dominicain r6sista long> temps, mais ..... il se r6signa finalement x ce qu'iI ne pouvait 6viter.
x C'est alors que le Ministre des Rtats-Unis, >> M. Phelps, intervint officiellewent. Dans une

..





CHAPURE IV
audience qu'il demand au sous-seer6taire d'Rtat aux Affaires 6trang6res, M. Marshall, il fit remarquer combine il 6tait peu g6n6reux de la part de la puissance Allemagne de con traindre la petite 116publique dominicaine 'a lui faire des concessions d6sastreuses. <( M. Marshall r6pondit s6chement qu'il ignorait queles 11 tats- Uniseussentacquisledroit de protectoiat sur la Re4publique de Santo-Domin o, et que d'ailleurs I'Allemagne s'6tait borne A faire valor des droits indiscu tables. L'affaire en est lh. Aujourd'hui la pressed applaudit A la bonne legon donn6e a.M. Phelps et esp re qu'il ne 'renouvellera pas son inso lente intervention.
< La Gazette de la Cioix, apr s avoir cons tat6 la mauvaise education des diplomates am6ricains, se f6licite que le. ministry des Affaires 6trang6res, ait montr6 assez de fa on cassante et ait su r6pondre sur le ton qui convenait.
<< L'Espagne no tarda pas A protester centre le contract du syndicate am6ricain. Voici, A ce propose, ce que disait le x New Times >>, dans son edition du 241- f6vrierIS93, sous la rubrique I'Espagne se prJpare d p-otester. Elle soap -

..




46 SAMANA
x conne lesAW6-icains de vouloiq- s'ewrm-e) de >> Santo-Domingo x.
<< Le Alinistre des Colonies a requ un 06>> o-ramme du capitaine -6n6ral de Cuba. AT. Ro>> driguez Arias, d'apr s sequel une grande ef>> fervescencer gneraith Santo-Domingo Acause >> des concessions fates a an syDdicat am6ri>> cain sur les douanes do la 116publique et sut>> une parties du lemiloi)-e national (Samana).
<< Le g6n6ral Heureaux, Pr6sident de la R6> publique dominicaine est vivement critique
par opinion publique et tout presage tine re>, volulion. Un navire de guorre espagnol a >> quiLt6 Cuba pour Santo-Domin(ro avec la mis>> sion de prot6ger les int6r6ts des Espagnols >> dans cette 116publique en cas do troubles.
<< Effervescence qui existed dans le people dox ininicain. est d'autant plus grande qu'on croit x h juste titre que le syndicate am6ricahi am nera >> Fannexion du pays aux Etats-Unis >>.
Leministrepl6ni otentiaire d'Espa(yne a Washington fut charge de demander des explications 1A-dessus au government ain6ricain.
cette 6poque un grand nombre de navies de guerre, tant des r6publiques du continentam6ricain quo des R tats europ6ens, vinrent stationery

..




CIIAPITRE IV 49
en rade de Santo-Dominao. Entre autres on remarquait les suivants arrives tous presque en m6me temps, le << Boussan x, cuirass6 italien ; la corvette br6silienne 15 << de Marco >> ; le a Gneisenau >>, frigate allemande venue pour' la question soulevOe par le trait am6ricain de r6ciprocit6 commercial dominicaine; les croiseurs et l'aviso franpis le << Jfagon >>, (( PAr& thuse )> et le x Hussard >> (1) ; la frigate et ]a canonni6re espagnole <<. Infant >> et x Magallan s >. Tous ces navies suivaient les mouvements des denx frigates amOricaines << Kea)-sage >> et << Atlanta x.
(1) Les navies de guerre frangais avaient en ontre la mission do prot6ger les citoyens franCais centre les vexations quo leur faisait le g6n6ral-Pr6sident: la banque franpise venait d'Mre pill6e et plusieurs franpis 6taient perskrit6s.

..








CHAPITRE V


r
Monopoles am6ricains : la 11-ne de navi.-ation Clyde et Cie, la brasserie, les concessions I chernins de fer, la loterie. I fndustrie ain6ricaino : les usines A sucre et les plantations do Saniana.

Devant ces manifestations nationals et dtrang6res, le government dominicain r6solut de renvoyer d d'autres temps la cession de Samana.
Cependant cola ne change pas de beaucoup la situation des Am6ricains. Ils sont aujourd'hui aussi pr6pond6rants dans la Wpubliqiie dominicaine qu'ils le sont dans les iles Hawal. Voyez avec nous :
Les donates sont entre leurs mains.
La mason Clyde de New-York a r6ussi en 1892 se faire renouveler la concession du monopole do navigation entre Santo-Domingo et lesEtats-Unis : pour unep6riodedevingtans, ses bateaux seront exempts de tous droits de tonnage, do port, de phares et autres. 11 est vrai qu'elle a d6pens6 environ soixante mille francs dans les negotiations qui ont about an renouvellement du monopole primitif, mais ces d6-

..





CHAPITRE V 151
hours ne soii t rien si Fon pense aux b6n6fices immense qu' elle r6alisera durant ce laps de temps.
Gen'estpas tout.Les Am6ricains ontaussi une brasserie A Santo-Domingo, qui lour a cofit6 cher (1). Leurs usines h sucre sont nombreuses A Macoris, h.Azua, A Santo Domingo. Des plantations immense h Samana (2) leur appartiennent. M6me il existed dans la capital une loterie am6ricaine au. capital do un million do dollars quo le chef de FEW a permits d'installer dans une de ses masons : M. Flatow en est le pr6sident. D'alicults pr6tendent qu'elle fait des tirages mensuels. Le fait est que personnel dans la 1116publique dominicaine petit dire avoir assist d un de ces tirages, m6me vu les billets qui se vendent r&,ulifteinent A New-York et auLres
(1) On dit que plus de 500.000 dollars y ont W. ernploy6s.
(2) Extrait du -fistin Diario, journal do Santo-Doiningo, no 1313 du 30 octobre 1893: <, On nous announce de Sarnana qu'A
Sabana-la-Mar (hour.- situ6 sur ]a c6te m6ridionale de la baie doSarnana) une cornpagnie arnericameau capital do 500.000fr.
cornmence A 6tablir irnrnonses plantation- do figues-bananes (guineos) dirig6es par Fintelligent Al. Hatton, dent la compkence en agriculture est bien connue, dans le pays.
(( Actuellement plus de 700 hornmes (presque Peffectif do Parm6e dorninicaine) travaillent A jeter bas une fork do 12.000 tar6as measuree a.-raire de Santo-Dornin.o) environ
762 hectares.

..





52 SA31ANA
villas amdricaines. Serait-ce un gi-ande latrocinium, que cette enterprise qui garde un myst re si obstin6 ?
Quant aux nombreuses concessions de chemins do fer, elles sont d'une consequence qui inerite un mot particular. Celle du chernin de fer de Sanchez A la V6ga seule apartment h des Ecossais, routes les autres sont aux Am6ricains, c'est-h-dire au Syndicat financier administrateur des douanes. La concession du chemin de fer de Puerto-Viejo (Azua) d la baie de Mancenille, donnOe par le Pouvoir ex6cutif le. IS mars 1893 et ratifi6e par le Congr6s dominicain est la plus important.
Les concession naires s'enga-ent h faire commencer les travaux dans 1'6space de deux ans et a terminer l'ceuvre dans dix, A partir dela publication de ladito concession dans la Ga.-elte officielle, sauf le cas de force majeure dfiment justified.
La. voic partira de Las-Calderas, passer par Azua, San-Juan, Sabaneta et aboutira A la baie de Mancenille. Elle aura plus de soixante lieues de parcours et, si Fon tient compete des travaux d'artqu'elle n6cessitera, elle cofttera fort clier. Les concessionnaires peuvent-ils computer sur

..




CHAPITRE V 53
L'importance du traffic pour une r6mun6ration suffisante des capitaux engages ? C'est plus que douteux.Ilestvraicependantqu'unint6r6tannueI de 6 0/0 sur cheque fraction de quatre cent mille dollars d6bours6s (art.7) estgaranti parle gouver nement dominicain, mais ils Wignorent point que cette garantie est illusoire, car le government de SanLo-Domingo dontles lourdes d6penses etla dette publique absorbent tons les revenues, peut A peine payer Plnt6rk des capitaux engages dans la construction du chemin de fer de Puerto-Plata A Bajabomico *(seize kilom.) ; il le peat d'autant moins que le trait de r6ciprocit6 commercial conclu avee les Etats-Unis a dirninud les recettes d'environ trois cent mille piastres par an.
On voit done que, consid6r6e au. point de vue commercial et industrial, cette concession do chemin de fer strait une mauvaise affaire pour les entrepreneurs. Aussi il faut se placer an point do vue politique pour la comprendre et 1'expliquer.
D'aucuns pr6tendent, et clest bien possible, que les concessionaires qui ont d6jA acquis d'immenses 6tendues de terre, dans la baie de Samana, agissen tau norn du syndicate am6ricain qui g6re les douanes dominicaines et le chernin de fer en construction a Puerto-Plata.

..




SAMANA
Il leur est accord par l'article 13, en toute propri6te, quatremillesearr6sde terrains parables par trongon de dix miles de voic construite, et sur cette terre devront s'6tablir des immigrants am6ricains.
Ils ont en outre la facult6 de mettre en exploitation (art. 28) une ligne de bateaux et de remorqueurs A vapeur, sous pavilion dominicain, destin6s au cabota(ye de la 116publique, sans computer le droit qui leur est reconnu de pouvoir cr6er de grades lines de navigation sous pavilion am6ricain (art. 26). La construction des docks, quais et autres outrages n6cessaires A Pusage du chemin de fer constitute un privilege exclusif (art. 35).
Le point de vue politique de Pentreprise est tr6s bien d6montr6 par Particle 28. 11 est 6vident qu'une ligne c6t!6re de bateaux A vapeur ne peut faire ses frais dans la 116publique dominicaine et qu'elle aurait besoin d'une forte subvention comme la ligne des bateaux haltiens. Or les concessionnaires Wont aucune subvention et savent de quelled fa on elle strait service si le government s'engageait Aleur en accorded une. Ils ont donc pass6 outre stir les considerations d'argent parce que leur but est de devenir mai-

..




CHAPITRE V 55
tres do ]a voie maritime An de pouvoir imposer leurs conditions h I'Etat dominicain en cas de guerre civil : ils refuseront ou. accorderont le service de leurs bateaux suivant que le gouvernement de Santo-Dominco favorisera ou atta.: quera lour politique annexionniste.
L'article 29, rejeW par le Congr6s, venait renforcer Farticle 28 : << le carbon de terre, y 6tait>> il dit, import des Etats-Unis par la compa>> gnie pour son usaoe, pourra 6tre vendu, h tout >> bateau qui, parn6cessW de combustible, tou)> chera dans les dits ports (d'Azua, de Las-Cal>> deras ou. de Alancenille). En aucun. cas, ce > carbon n'aura A payer aucun imp6t. >> (1)
Le Congr6s a vu dans Farticle 29 Fintention. d'accorder, sous le manteau de la. companies, le d6p6t de combustible tant d6sir6 aujourd'hui par le government des Etats-Unis pour sa marine de guerre.
Le pouvoir ex6cutif, qui a consent cette clause, pouvait-il se m6prendre sur sa port6e ?
Le rejet do cot article (29) carte momentan6ment le protectorat am6ricain tant redout6 des HaItiens, mais 1'6tablissement des docks et des
(1) 11 existed GjA tin d6p6t do houille A Samana appurtenant A la Compa-nie Clyde et Cie (de New-York).

..





56 SMIANA
douanes am6ricaines, dans la baie de Mancenille va cr6er pour leur government des dangers d'une autre nature. Leur commerce d'exportation sera gravement atteint : tous les caf6s (1) des districts avoisinan cette locality passeront la fronti6re, ce qui diMiDuera d'autant les recettes de leurs douanes.
Mais c'est lh un mal auquel ils pourront toujours rem6dier, soit en redoublant de vigilance soit en adoptant des mesni-es lib6rales en faveur des producers de cette f6ve. Les conflicts qu'engendrera cette concession sont d'une gravity dont on no se doute point en Haiti. Ainsi la companies, par les articles 24 et 30 a le droit d'amen er quantity d'6migrants sur la fronti6re. Le government dominicain vent par IA mettre 1'6tranger et surtout les Am6ricains du Nord (si r6fractaires a Passimilation) entre les deux Etats dominicain et haltien, afin d'int6resser ceux-ci dirdctement A la question des limits encore pendant, d'apr6s les Dominicains : les Etats-Unis d'Am6rique, dont les concessionnaires resteront les ressortissants, y trouveront

(1) Dans la Wpubliqae dominicaine Jes 100 lives de caf6 paint A 1'exportation 0 fr. 75 pour tout imp6t en 11afti la m6me quantity de cette denr6e acquitto A sa sortie 3 fr. 86 2/3 or am .

..




CHAP1TRE V 01
un pr6texte intervention A 1'6poque du r glement d6finitif du trac6 do la lighe de d6mareation qui spare les deux Rtats, de l'ile d'Halti. On connalt A Port-au-Prince l'opinion du Pr6sident Heureaux sur cette grave question des fronti6res.
Or d6jA les Am6ricains ont acquis des ayants droit de M. Jos6 Caminero p6re, une concession accord6e en 1890, en vertu de laquelle Hs x auront >, la facult6 (nous citrons le texte official) de navi>> guer sur le lac Enriquillo et sur I'Etang sau-, x jndtre(appei6 par les Dominicains Laguna dei >> Fondo), d'exploiter les richesses naturelles x qui se trouvent sur leurs rives et ce, pendant >> la dur6e de ladite concession (99 ans). Les x denr6es et autres products des 6tablissements >> agricoles ou industries A 6tablir dans ces >> localit6s, seront exon6r6s de tous les droits >> de douane et de tout octroi municipal (voir les x documents no 9). x
Le government dominicain n'a jamais exerc6 de j uridiction sur I'Py tany saunzdtre (1). De quel droit peut-il donc donner une pareille concession ? Lo silence du cabinet de Port-au-Prince
(1) Get Etan. se troupe en territoire haltien et a d6pendu toujours do la 116publique d'llafti.

..





.58 SAMANA
A ce sujet pourrait faire croire que les drolts du government HaYtieD sur ces regions sont contestables. 11 est temps do dissiper Perreur.
Les Haltiens peuvent accueillir les protestations d'amiti6 et de sympathies de leurs voisins, mais qu'ils n'oublient pas leurhistoire, nous. entendons cello de Samana.
C'est le cas de crier A tue-t6te an gouvernement patriots du Pr6sident Hippolyte : Caveant consoles !

..










APPENDICES


DOCUMENTS OFFICIALS INRDITS RELATIFS A SAMANX ETC.


No i. Capitulation.
Aujourd'hui 28 f6vrier 1844,an 41e de l'ind6pendance et 2e de ]a rd-6n6ration, par la mediation de AT. Eustache de Juchereau de St-Denis, consul de France (A Santo-Domingo), et en pr 6sence des members de la commission d6sign6e par la Junte cliargde du gouvernement et des Comiissaires, du -6D6ral Desgrottes, commandant de la place de Santo-Domingo et char-6 par inL6rim. du department, soussign6s, a W arrR6 la pr6sente capitulation :
ART. 1-. Les propri6t6s 16galement acquires pendant I'administration lialtienne soit par des Ilaitiens on par des Dominicains sent guaranties.
ART. 2. Les families seront respect6es et proWg6es.
ART. 3. Les officers et les fonctionnaires civil sortiront avec les honneurs de la -Lierre.
ART. 4. Les adieux des particuliers se front sans trouble l'ordre public.
ART. 55 On prompt r6ciproquement d'observer la franchise eL la loyaut6.

..





Ou SAMANA
ART. 6. Dix jours sont accords aux officers, aux fonctionnaires et aux simples citoyens qui voudraient quitter le pays. La Junte d6livra des sauf-conduits. Aux autres citovens et aux autorit6s militaries et civiles, il est accord un mois pour laisser ParrondissemeDt hL partir du 10 mars prochain.
ART. 7. Les armes des troupes composant la garnison de Santo-Domingo seront donn6es aa consul franais pour We remises aux regiments haftiens au moment de lour depart. Les officers militaries conserverout leurs armes : ils sont dispenses d'en faire la remise an consul francais.
ART. 8. La F orce et I'arsenal seront 6vacu6s iMM6diaternentapr6slasi.-nature(le lapr6sente capitulation.
ART. 9. Le tr6sor et les archives du government seront remis A ]a Junte, qui est charge aussi de recevoir les competes, donner d6charge, payer ]a solde arri6r6e h la troupe et les appointments dus aux fonctionnaires de tout ordre et les dettes qUe I'administration haftienne aurait contract6es.
ART. 10. Vu I'lieure avanc6e, il est convene de renvoyer, an lendemain 29 f6vrier, A huit heures, ]a remise de la place. I
Fait en douhle expedition A Santo-Domingo, les jour, mois et an, que dessus.
La commission nomm6e par le g6n6ral Desgrottes
Sign6 7 Ponthieux, Le Doyen Doucette, Wo 116rard, Paul Jean-Jacques, Auguste Bernier, L. A. Roy.

..






APPENDICES


La commission nomm6e par la Junte: .
Sign6 : Caminero, Cabral Bernal, Manuel Aybar, Vicente Celestino Duarte, Pedro Ramon Mena, Abren.
Approuv6: Le g6n6ral commandant la place SantoDomingo, charged par interim du department, signe' Desgrottes.
Approuv6 : La Junte de Gouvernement, si-n6: Ramon Mella, Francisco Sanchez, Joaquin Puello, Echavarria, Wenceslao de la Concha, Castro y Castro, Remigio del Castillo.
Yu et sceI16,
Le consul de-France, signd : E. de Juchereau de St-Denis.
N- 2.
Dieu. Patrie. Liberty.
R publique Dorninicaine.
Quarter g6n6ral de Bani, 14 avril 184i.
Le g6n6ral Santana an citoyen Tomas Bobadilla.
Tr6s cher ami,
Par ma IeLtre h la Junte executive dat6e du 14 vous verrez que les HaYtiens ont attaqu6 bier le Naniel et bien que jusqu'h present je Waie pas de nouvelles, je suppose qu'ils s'en sont empar6s. Yi-nore leurs projets, je thcherai de les p6ndtrer eL d'agir en cons6quence. On m'a arfirm6 qu'ils SOnt SUivis d'une foule de Dominicains.
Ces bourgs ou villas ayant tomb6 aux mains de 110-

..





bz SA31ANA
tiens, ils nous front la guerre 4 nos d6pens, tandis que nous nous ruinous 4 clever des retranchements qui demandent beaucoup de soins et de fatigues, travaux tr s p6nibles pour les n6tres qui n'y sont point accoutum6s. Amon humble avis, la victoire sera d'autant plus incertaine que la lutte se prolongera.
Si comme il a W solvent question, nous r6ussissons
nous procurer un appui A Fkranger
(1) ..... (vide
dans Foriginal).
Vous comprenez facilement mon allusion. It faut bien se p6n6trer, que de Ift depend notre triomplie. Je vous prie de me r6pondre relativement a cetLe question et A par hazard elle Wavance pas, faites-la abouLir par tons les moyeDS possibles : notre cause, le bien-6tre du people, tout y est subordonn6. Je demeure avec toute ma consideration.
Yotre d6vou6 ami.
Si'1116: PEDRO SANTANA.
Entin elle (I'histoire) dira que tu as W le seul
member de la Junte Centrale Ex6cutive qui, avec une honn6tet6 A toute 6preuve, s'est oppose h la cession de la presqu'lle de Samana, alors que tes ennemis par McheL6, bassesse et infamie voulaient sacrifier le bien do la Patric pour saver leur int6r6t personnel. L'opposition A I'ali6nationde la presqu'lle de Samana est le service le plus important que tu as
(1) Il vent parlor du project d'annexion ou du protecto)-tri fran(,ais dont il 6tait question cette 6poque.

..





APPENDICES 65
ren-du an pays et ;! ]a revolution )). (Parole de Juan Ysidro Perez h Duarte le 25 d6cembre 1845, extradites d'une brochure publi6e a Santo-Domingo en 1894 sous larubrique de (< Monumento 4 Duarte

No 3.
Dieu. Patrie. Liberty.
Republique Dominicaine.
BUENAVENTURA BAEZ.
Gin6ral de division, grand citoyen el President de la Ripublique.
Considdrant qiie les manifestations fates par les habitanLs de la R6publique dominicaine partiellement et sous routes les forme pour d6montrer leur ferme r solution de s'unir aux destinies de la grande 116publique de I'Am6rique du Nord, exigent quo to gouvernement dicte des measures l6gales pour s'assurer que leur d6sir dmane raiment de ]a volont6 national ;
Consid6rant que les municipes, Otant les repr6sentants 16gitimes des localit6s, sent appeals & recevoir le libre vote des citoyens, quand ceux-ci r6solvent par pMbiscite les hates questions desquelles depend Favenir de la nation;
Le conseil des seerdtaires d'Etat entendu etl'autorisation du Sdnat de la Wpublique obtenue; WCHtTE:
ART. ler. Ms la publication de ce d6cret, des comics

..





04 SAMANA
populaires seronL ouverts dans routes les provinces et communes do la r6publique, afin que les habitants puissent exprimer formellement lour volont6 de s'unir A la grande 116publique des Etats-Unis d'Am6rique et de s'incorporer dans ceLte conf6d6ration.
ART. 2. Les mares et juges de paix, repr6sentant leurs local it6s, ouvriron t dans cheque commune un reI
,,istre destiny a Finscription des noms et des prdnoms. des votants.
ART. 3. Le plebiscite termin6, les mares cL les uges, de paix certifieront dans les meilleures formes, quo les, noms appos6s aux registries par des individuals ne sachant 6crire, sont r6ellement les noms des citoyens qui ont pris part an plebiscite.
ART. 4. Les proc s-verbaux de rotation de chaque commune seronL faiLs dans les, formes reconnues par la loi et remis sansd6laiaux gouverneurs civil do chaque, province et district qui sent charges de les fairer parvenir an chef de FEW par l'interm6diaire du Alinistre de l'Int6rieur.
ART. 5. Les plis contenant les proc6s-verbaux susmentionn6s seront remis cachet6s des sceaux de la province et de la commune d'oU ils proviennent et ce afin d'6viter que I'authenticitd des pikes soit mise en doute.
ART. 6. Le present d6cret sera imprim6 et publi6, I'a dili-ence du Alinistre do Flnt6rieur.
Donn6 4 Santo-Domingo le 16 f6vrier 1870, an 26.

..





APPENDICES 65
de l'Ind6pendance, 7e de la Restauration et 3, de la R6g6n6ration. BUENAVENTURA BAiZ.

Par le Prdsident,
Le 31inistre de HnMrieur,
Sign6: MANUEL MARIA GAUTIER (1).
Le Hinistre de la Justice et de l'Instructionpublique,
Si-n6 : FftIX MARIA DELMONTE. Le illinistre des Finances et du Commerce,
Signd : RICARDO CURIEL.
Le 31inistre de la Guerre et de la 31arine,
SigD6: JOSt HUNGRIA. NOTA. Ce pl6biciste fut sanctionn6 par le S6nat de ]a 116publique le 47 mars 1870 (Voir lois et actes du joug dominicain, Garcia, 6diteur A Santo-Domingo).

No 4
Dieu. Fatrie. Libert6.
Republique Dominicaine.

BUENAVENTURA BAL-Z
Gindral de division, grand citoyen et Prisident
de la Npublique.

Au S6nat (( Consultdr )).
llonorables 16gislateurs, aux temps d'embarras pour (1) Le m6mo qui fut vice-pr6sident de la Wpublique en 1891, lors des ruineurs d,, cession de Samana.

..





0 SAIIANA
le government et d'an-oisse pour la R6publique, vous Yous 6tes occup6s d'une measure que les circonsLances paraissaient nous imposer comme soul moyen de salut (1), niesure que toute la population adopt 4 l'unanimit6, donnant ainsi une grande preuve de bon sens, de son amour pour la patrie et de Phonneur que lui inspire le sent souvenir du jou- ignominieux de FOccident (lisez Haiti) que vous avez d6truit avee tant do gloire.
Heureusement pour nous, notre situation a change, mais bien que la cause qui nous fit prendre une rdsolution supreme n'existe plus, le gouvernementattentif aux progr s des temps eL aux exigences de notre 6poque, a cru plus conform aux Wes d u people dominicain et a la civilisation de trailer avec une companies qu',)vee lo government, dela Upublique 6toil6e, avec une companies quicouvre de son. pavillonla presqu'ile et les iners avoisinantes, y r6pande l'or, cr6e des int6rks immense, 6tablisse des enterprises colossales et am6ne par ainsi dans notre pays la paix, Fabondance et le progr s.
Ce strait vous otrenser que vous expliquer le grand int6r t qLi'a pour nous ceLte convention et le zMe (lu'ont mis h la discuter les commissaries charges do I'6tudier : elle attend votre ratification et la sanction (In peuple.


(1) Allusion an d6cret d'annexion de 1870.

..





APPENDICES () I
Ugislat ours, I'heure a sonn6 oft la (( Primada de Colon )), hier encore inerte et ensanglant6e par Finvasion des vandals (lisez Haitiens) et par des guerres fratricides, doit remplir les glorieuses desLin6es qui lui sont d6volues. De votre decision et de celle du people ddpend notre sort. Quanta moi, j'esp6re que vous la jugerez, comme vous le fates toujours, avec votre impartialit6 accoutum6e.
J'ai Fhonneur, etc...
BUENAVENTURA BAEZ.

Palais du Gouvernement. Santo-DomiDgo, 2 janvier 1873.


Convention relative au hail ou cession de la presqu'ile et
de la baie de Samana, etc., etc.

Entre le government delall6publique dorninicaine repr6sent6 par Al. Manuel Maria Gauthier, seer6taire d'P Lat do l'Int6rieur, de ]a Police et do I'Agriculture, charge par int6rim des Relations Ext6rieuresson agent dAment et pleinement autoris6 a Feffet, d'une part ;
Et d'autre part, 111M. Samuel Samuels, T. ScoLt Stewart et Burton N. Ilarrisson, agents de la companies qui s'intitulera, A Favenir, Compagniede la baie de Samona de Santo-Domingo, 16,alenient autoris6s, a 6t6 convene et arrW ce qui suit :
ART. jer. La 116publique dominicaine, par la prO,

..





4)6 SA31ANA
sente convention, d6cr6te : que, dans le but d'augmenter le commerce de la R6publique, d'6tablir des communications maritime avee le monde ext6rieur, des cbemins de fer et autres travaux d'utilit6 publique et de procurer an moyen de immigration krang re un point d'appui an gouvernerrient dans le d6veloppement de I'agriculLure et du commerce etc. etc., pour de tels motors, AIM. Alden, B. Stockwelt, Samuel G. Howe, Paul N. Spoffort, Fr6d6rick Schuchardt, Samuel L. A]. Barlow, T. Scott Stewart, James P. Scott, George Ill. Pullman, C. K. Garrison, Samuel Samuels, John Sic-%vart, Henry Clews, Olivier Ames, 11. W. Gray et leurs co-associ6s, successeursou ayants droit, se constituent en un corps politique comme une communaW sous le nom de ((Compagnie dela baie de Samana de Santo-Domingo )). La dite companies aura sous cc titre une existence perpOuelleetun sceau unique pour seller tous ses actes. Elie poss6dera les m6mes droits, priviM-es eL pouvoirs qu'ont les corporations ou socik6s anODVmes aux Etats-Unis d'Am6rique. Le capital social sera de 800.000 piastres en monnaie amdricaine, divis6 en. 8.000 actions de 100 dollars chacune ; il est facultatif it la companies d'augmenter son capital et le nombre des actions. Elie a le droit, le pouvoir et Fautorit6 de fixer, selon importance de ses enterprises, la valour du capital converting concessions et en propri6t6s on d'6mettre des obli-ations on actions payables int6gralement ; toutefois apr s la premi re devaluation qui se

..






APPENDICES 69
fera, le capital Wexc6dera pas 20 millions de dollars et les actions 10 millions.
L'arLicle 11 compared (1) Forganisation de la compagnie : un director de 21 members, administer ses interks. Tout citoyen dominicain on am6ricain, tout ressortissant d'une nation 6Lrang6re peut We member du Directoire. Pour en faire parties, il suffit, d'6tre actionnaire. La companies s'organise int6ricurement selon ses lois on status. Les 21 directe6rs se divisenL en 3 groups de 7 members chacun. Le premier group sera Mu pour 3 ans, le second pour 2 ans et le troisi me pour un an. Le.tiers des members sortant est remplac6 au fur et & measure par un nombre 6gal. Le si6ge du Directoire peut 6tre dtabli h Samaria, 4 Santo-Domingo on dans one ville quelconque des Etats-Unis. Les 6lections se front an scrutiny de liste.
L'article III octroye a la compaguic plains pouvoirz pour acqn6rir toute esp6ce d'immeubles et de 2neubles. Elle pourra ni me faire des cessions de terrains, si bon lui semble, (t tout Etat ou personnel qui Itti en fera la demanded.
L'article IV accord A ]a com agnie on a ses ayantF, P.


(1) Nous r6sumons on citons les passages et les articles les plus important. On trouvera la convention, dans le Recueit des lois et actes de la R6publique dominicaine publj6 par Garcia A Santo -Domingo, tome 5, p. 292, ire 6dition offlcielle.

..






'10 SA31ANA
droit les m6mes privMges et advantages que la convention du 29 november 1869, relative a Samana, accordait an gouvernemenL des Etats-Unis, c'est-&-dire le droit de construire des outrages militaires de defense taut sur ]a terre ferme que sur les iles ou ilots de la baie.
L'article V dWgue A ]a dito companies les pouvoirs executif, legislative et judiciaire dans toute 1'6tendue de ses domains : les fODetionnaires que le Directoire viendrait h nommer sont done sous sa d6pendance immediate. Celui-ci pout avoir aussi A sa 'disposition une force armee, une police, it peut lever des limits,
-taxes et autres droits fiscaux.
L'article VI se rapport A la marine marchande et de guerre quo la companies peut entretenir.
L'article VII est relatif aux mines et A la concession faite A la mason Funhhouser de Now-York pour 1'6tablissement des lines des bateaux.
L'article VIII permit FRablissement des banquet d'6mission et autres 6tablissements financiers.
Les articles IX et X sont relatifs aux chemins de for, lines t6l6graphiques, canaux, etc. Toutes les proprietis de la conipagnie sont places sous le protectorat des Elats-Unis (textuel).
Les articles XI, XII et XIV ont pour objet la ratification de la convention et la solution des conflicts qui peuvent naRre entre les contractants.

..





APPENDICES 71
Les articles XIII et XV Wont rien d'int6ressanL.
Sign6: MANUEL MARIA GAUTIER, SAMUEL SAMUELS, T. SCOTT STEWART, BURTON, N. HARRISSON.
Pour copie conform : le Seeritaire d'Etat de l'In*Mrieur, de I'Agriculture et des Relations ExMrieures,
M. MANUEL MARIA GAUTIER. Santo-Domingo, 31 d4cembre 1872.
NOTA. Cette convention a W ratir6e par le S& Dat le 3 janvier 1873.Soumise au. referendum, le peuple la sanctionna.

Proclamation du pHsident Ba z.
Dominicains, en tTaitant en 1969 avec le pouvoir ex6cutif de ]a 116publique des EtatS-UDiS, votre concours ne me fit point d6faut. Je me souviendrai toujours, avec plaisir, que vous avez partag6 mon opinion
4 l'unanimit6.
GrAce A ]a Providence qui dirige si visiblement les destinies de notre Patrie, cette measure exWme (lisez Fannexion), que des circonstances nous imposaient alors, ne fut point consommee. GrAce 4 elle, au lieu de nous unir a un Etat, traitant aujourd'hui avec un syndicate de capitalists eL de banquiers am6ricains, nous pouvons converter la presqu'lle de Samana en un Centre commercial qui deviendra si riche et si productif, que Fabondance et la paix, le progr s et la. civilisation pour notre pays en seront le r&ultat.

..






14 SAMANA
Dominicains, il ne peut 6chapper 4 votre p6n6tration que Samana, si avidement convoit6 (1), est cependant presque inutile pour nous, people encore enfant, pauvre et batailleur par n6cessit6. En transplantant, d Samana, de grand intir4ts amOicains, nous forcerons par 14 la Ripublique jtoiMe et difendre le territoire oit ils se trouvent et, par suite, d protiger nos personnel, nos biens et le reste du territoire.
Ce but politique, bien plus que la perspective d'un avenir prosp6re, a port6 le government A consentir cette cession qui, ndanmoins, ne deviendra un fait accompli qu'apr s la ratification du people, le v6ritable souverain . .. .

Concitovens, voici ]a convention qui, selon le gouvernement, est appelde a rdsoudre imm6diatemenL le probl6me int6ressant de votre bien-6tre et de votre tranquilliL6 futures. P6n6trez-vous de son veritable esprit, des bons r6sultats qui en r6sulteront et.ju-ez-la avec calme ; que votre decision soit personnel, spontan6e et libre de toute pressing.
Ayez conflance dans le gouvernement, que vous vous kes donn6 pour vous mener au bonheur et maintenir la paix : votre dignitJ ne sera point amoindrie et notre territoire, d Cavenir, envahi (allusion 4 Haiti). Rappelez-vous que la pens e intime du gouver(1) Lisez (( si honteusement mis A Fencan )). En effet ce sont les Dorninicains qui ont toujours fait des offres do cession de territoire.

..






APPENDICES 73
nentent, a ete, de forcer par lei nos voisins (lisez les Haltiens) a respecter nos droits de people libre, arbitre de son sort et souverain primitif (?) de cc territoire, dont les tires irricusables (?), lui ont W 16-u6s par ses glorieux ancOtres.
Santo-DomiDgO, If f6vrier 1873, an 290 de l'Ind6pendance, go de la Restauration et 60 de la Wgdn6raration. BUENAVENTURA BAEZ.
IV
BUENAVENTURA BAEZ,
G6ndral de division, grand citoyen et Prisident de la 116publique.
Consid6rant quo par le plebiscite du 16 f6vrier 1870, routes les population de la 116publique manifest6rent solennellement leur forme volont6 de s'incorporer dans la conf6d6ration de I'Am6rique du Nord, proposition jouissanL alors d'une grande POPLIlarit6 eL d'une sympathies g6n6rale ;
Consid6rant que ]a circonstance extraordinaire qui nous a fait recourir h cette measure extreme Wexistant plus, il nous fauL cependanL pr6voir Favenir eL pt-6parer les moyens d'exploiter les richesses naturelles, pens6e qui a port6 le pouvoir ex6cutif h consentir le bail (lisez cession) de Samana it un syndicate de capitalistes et banquiers des Etats-Unis d'Am6rique ;
Consid6rant que, malgr6 les grades facult6s accord6es par Popinion naLionale (?) au government pour tout faire, celui-ci n'a pas voulu mettre a ex6-

..





'14 SAMANA
caution ladite convention syndicate tant que les populations, par un plebiscite r6gulier, ne Faient ratifi6e, bien qu'il s'agisse d'une companies particuli6re erke sous les auspices du government dominicain (1) et d6pourvue de tout caract re poliLique.
D CRtTE :
ARTICLE 1. Sont convoqu6s OL partir de cette date tous les babitants de la 116publique afin de se prononcer deviant Fautorit6 civil de leurs localit6s respectives pour ou centre la convention relative ati bail (lisez cession) de la baie eL de la presqu'fle de Samana, signed le 28 d6cembre de Yan pass6.
Les articles 11, 111, IV, V et YI d6terminent les formalit6s a remplir pour rendre r6gulier le pl6biscite.
Santo-Domin-o, le 4 f6vrier 1873, an 2ge de l'Ind6pendance, 9e de la Bestauration et 61, de la 116g6n6ration. BUENAVENTURA BAEZ.
Par le president.
Le Ministry de la Justice et de instruction publique,
Sign6: Fft1X 11ARIA DELMONTE..
Le Ministry de IYWrieur, de la Police, de I'Agriculture
et par int&im des Relations exMrieures,
Sign6: NIANUEL NIARIA GAUTIER.
Le 31inistre des Finances, du Commerce et par
int&bn de la Guerre et de la Marine,
Sign6 : RICARDO CURIEL.
(1) Erreur capital. Les articles I et 5 do la convention sont claims et dissent le contraire. Voir aussi la proclamation du Pr silent Ba z da 4 f6vrier 1873.

..






APPENDICES


No 4 bis.
Extrait de la Gazette officiellede Sto-Domingo du
11 juillet 1891, no 881, relatif A Samana.
Plusieursjournaux am6ricains (Etats-Unis d'Am.). et europ6ens, les premiers dans le but de server les int6r6ts de leurs nationaux, les seconds alarms et pouss6s par Fantagonisme, ont parM, comme d'un fait accompli, quand il etait a peine initi du bail do la baie de Samana on d'uDe autre parties du territoire dominicaiD dans ce district, an government des Etats-Unis de FAm6rique du Nord.
Pour produire telle affirmation, ils sont parties do I a negative du government d'HaIti d'affermer on do c6der le m6le St. Nicolas, qui, d'apr s ce qu'on dit, avait 06 promise (?) par le president Hyppolite avant d'avoir Rd constitutionnellement Mu cbef de I'Etat, et de la visited que fit hL la baie de Samana I'Amiral Gh6rardy et do Fentrevue qui s'ensuivit entre lui et le president Heureaux.
Ceux qui, en prOsence des difficult6s survenues dans les relations entre le government HaYtien et celui des Etats-Unis relativemeDt A la question du mOle St-Nicolas, ont cru prdf6rable, plus convenable, on plus commode et propre A la marine des EtatsUnis, un d6p6t dans la baie de Samana qu'au m6le St. Nicolas, soit par rapport a Fimportance de notre baie, soit parce qu'on nous croit plus ports an pro-

..






76 SAMANA

Z7'r s (?), plus civilis6s que les HaRiens (?), et moins preoccup6s centre Ntranger que nos voisins ont 6td guides par leur proprejugernent.
Et ceux qui, ayant pris comme point d'appui, Ventrevue do Famiral C116rardy et du president Ileureaux pour supposed une entente quelconque sur ceLte question, croient 6tre adroils, subtils, n'ont W qu'extr6moment 16-ers.
Ilest possible que I'amiralCii6rardyaitpumanifester et exprimer sa joie de la reception cordiale qui lui a W faite a Samana, oU se trouvait do passage pour Puerto Plata et pour Montecristi le Pr6sident Ileureaux... Nous sommes babiLu6s accueillir et A trailer convenablement, jusqu'oii nous le permettent nos forces, tons les strangers de distinction qui nous honorent de leurs visits.

Elle est fausse la nouvelle qui announce que le Gouvernement dominicain a fait des offers aux EtaLs-Unis relativement au bail on a la cession de la baie de Samana, on de toute autre parties du territoire, do mAme qu'elle est sans fondement Fassurance donn6e que. le Government des Etats-Unis a demand directement ou indirectement une station quelconque sur notre domain (?) (i)...


(1) Voir le docurnent w 8, dans ce m6me appendices.

..





APPENDICE


No 5.
I
Code teMgraphique confldentiel servant et la correspondance secHte du Prisident Heureaux avec son charge' d'alfaires et Washington dans la question de Samana et du syndicate am&icain (I (Traduit de Voriginal


espagnol). Abedul. Alroria. Almendro. Arnable.

Amador. Amadeo.


Arturo.

Antonio. Aurora. Amparo. Anibal. Anillo. Anteojo. Alicia.


Cession accord6e. Cession refuse. President Ileureaux. Alinistre des Finances dominicain,
At. F. Sanchez. Secr6taires d'Etat. Manuel de J. Galvan, ministry p16nipotentiaire dominicain A Washington et plus tard 4 Madrid.
M. Ilarrisson, president des EtatsUnis.
M. Blaine, seer6taire d'Etat. Congr6s dominicain. Government dominicain. Government des Etats-Unis. Syndicate am6ricain (de New-York. Baie de Samana. La pressed dominicaine.


(1) Ce document prove quo la cession ou le bail de Samana se r.6-ociait.

..





78
Ana. Bizcocho. Balandro. Bolero. Berengena. Binoclo. Arrayan. Cairnito.

Toronjil.

Guandul.

Cahuasa. Dividivi, BaLatas. 'Chicharos. INTaguey. Mangle. Javilla. Zhbila. Guasirna. Cajoil.
Guayaba.
Sapote. Catey.


SAMANA
La pressed am6ricaine (Etats-Unis). Fai donn6 caution. CoDgr s. $50.000. 8100.000. $150.000.
8200.000. Gouvernernent envoie authorization
pour organiser le syndicate.
Ministry des travaux publics (M. Alejandro Woos y Gil).
11 faut des fonds pour d6penses pr6liminaires.
8 10.000.
8,20.000. $25.000.
5 0/0. 100/10. 150/0.
200/0. 250/0.
lloitiL Troisi6me parties. Quatri6me parties. Le Con-r6s a ratified ]a concession. J'ai dpwonci mines de fer (expression
conventionnelle dont on n'a pu savoir la si-nification).

..






APPENDICES
Hajancha. J'ai d6zonc nines de carbon (m6me
remarque).
Pomarosa. An nom de qui faut-il demander la
concession definitive du syndicate. Feldespato. Government exige des modifications fondameDtales. Pizarra. GouvernemenL demanded des modifications peu importance. Cocuyo. Government am6ricain pr6te son
appui moral A 1'entreprise. Rabalo. Le syndicate est organism sous la direction de M. B... (Antonio). Manzanas. Pouvez-voos accorded aux co-associ6s... ?
Remolacha. 11 taut venir h Santo-DomiDgo avee
despleins pouvoirs pour trailer d6finitivement.
Platanos. T616graphiez la march des n6gociations.
Cabullas. Informed M. Manuel de J. Galvan do
Falfaire en question.
Garganta. Vous pouvez faire trite pour les
fonds pr6liminaires. Clavel. Envoyez-moi des plains po u voirs pour
kre it m6me de traiter... Jasmine. Imported que tout SOit fait seerkement.

..





z5u SAMANA
Rosa. Ma correspondence vous donnera
des 6claircissements.
SanLo-Domingo, 12juilleL 1891 (1).

11
Santo-Dorningo, 23 juillet 1891. M. FRANCESCO DE P. SUAREZ Charge d'alfaires dominicain d Washington (2).

Cher Monsieur et ami,
Depuis votre depart, c'est la premi re occasion qui so pr6sente pour pouvoir vous, donner des nouvelles de mes d6marches relatives A Faffaire donL on m'a ebar-6. En le faiSaDL aujourd'hui, j'ai la satisfaction de vous announcer quo nous pouvons computer sur I'acceptation de N1. Toronjil (lisez Alejandro Woos y Gil, ministry des Travaux publics), eL la coop6raLion active de M. Almendro (g6n6ral Ileureaux, Pr6sident de la 116publique dominicaine).
Dans une entrevue que nous trois avons eue chez moi quelques jours apr6s votre d6parL pour les t tats-Unis il futconvenu quevu certain articles publi6s dans(( las Novedades-)), journal de New-York et FaLtiLude de la

(1) L'original Wme porte cette date. Cet original ainsi que toute la, correspondence qui va, suivre sont an pouvoir de Fauteur.
(2) Nota. Traduit de I'ori.ginal.

..






APPENDICE 61
pressed de Santo-DoMiDgo, notre project restraint encore secret pour un on deux mois tant aux Etats-Unis qu'6 Santo-DomiDgO. Veuillez lire les articles marquis & Fence rouge des deux journaux que je vous exp6die.
Ce m6me jour il fut aussi convene eL arrW entre Dons stir ]a recommendation expressed deM. Almendro (lisez president Ileureaux), que pour le moment A Foxception de nous trois, personnel, absolument personnel, ne devra avoir reconnaissance de notre project, et aprcs, sa r6alisation, des -moyens employes pour sa Hussite. Au fur eL a measure, et en temps opportune, on informera, en ayanL-soin de les int6resser pecun? aireinent, les coll6gues do .1. Toronjil (lisez ministry des Travaux Publics), qui sont des personnel sur lesquelles nous pouvons d'avance computer. Nous somines certain d'avoir le vote favorable do grand corps (lisez le Congr s dominicain) pour la ratification do la concession, mais il faut que tout soit fait.avec diser6tion et habilet6.
Relativement aux modifications qu'iI faudra introduire, elleS DO sont pas nombreuses et importance. Je vous en parlerai daDS ma procaine letter.
11 convent quevous ayezpr6sent que, outrolenombre d'actions A partager entre les coopdrateurs, quand la concession sera octroy6e (1), it est indispensable de faire deux classes d'avances do fonds: ]a premiere comprendra les d6penses pr6liminaires pour faire face aux
(1) 11 s'a git de la concession du Syndicat. Voir le docunient n. 5 bis.

..






82 SAMANA
frais qu'entrainera les actes relatifs h la formation du syndicate et la second tons les d6bours A faire pour Fobtention de la ratification da Congr s. Les fonds pour Fune et Fautre cat6gorie de d6penses seront envoys en esp6ces sonnantes et en quantity respectable.
Si vous voulez avoir tout de suite I'autorisation pour constitute le Syndicat, it faut mettre h ma disposition le plus t6t possible les sommes destinies aux frais preliminaires. Je crois que Arrayan (lisez 8 200.000) suffront. It en fut question dans Fentrevue dont je vous parle au commencement.
Je vous pric de remarquer que vous recevrez cette leLtre d'ici 4 15 jours et que j'aurai voLre r6ponse seulement un mois, eL demi apr6s mon entrevue avec It. Almendro (lisez prOsident Ileureaux), c'est vous dire que s'il vous est possible d'envoyer par le courrier les fonds demands plus liaut, je pourrais, obtenir imm6diatement Fautorisation qui vous est ndeessaire it la formation dii syndicate. Youbliez pas de me dire, an nom. de qui je dois la demander. Envoyez-moi directement la valour arin d'6viter dans le public des commentaries fAcheux pour nous, .....
Alotre d6vou6 serviteur et ami,
X.
III
The Hoffman House. New- York, 23 juillet '1891.
Al. X, avocat a Sto Domingo.

Cher Alonsieur et ami. Je n'ai pas cru n6cessaire de

..





APPENDICES 66
LuIegraphier mon arrive, supposant que le chble annoncerait Fentr6e do F (( Awance )) h New-York.
J'ai 6crit & M. Manuel de J do Galvan (1) pour lui communique nos affairs. Je crois fermement que le suc6s couronnera notrb travail. Mais je ne puis rien faire taut que j e n'aie reu une copie du project laiss6 entre nos mains. Remain samedi, je pars pour Washington afin de presenter mes letters de er6ance an department d'Etat.
Votre d6vou6 serviteur,
FRANCISCO DE P. SUAREZ,
charge d'affaires.

ly
Sto Domingo, le 10 aoAt 1891.
M. FRANCISCO DE P. SUAREZ,
charge d'alfaires de Sto Domingo Washington.

Cher Monsieur et ami. J'ai eu le plaisir de recevoir votre estimable IeLtre du 23 do mois pass6, par laquelle j'apprends votre arrive h New-York el votre depart pour Wasbington, ofi vous device presenter vos let(1) Al. Galvan, ministry pl6nipotentiaire dominicain h Washington, 6tait parti cc mois pour Madrid. Assur6ment sa mission A Aladrid consistait h d6mentir les n6gociations avec les Am6ricains, relatives A la cession de Sainana, dans le cas ofi elles auraient transpire .

..





84 SA3IANA
tres de cr6ance comme charge d'affaires. Yesp6re quo vous obtiendrez un plein succ6s.
Me rapportant maintenance h notre project, je crois que ma letter du 23 du mois expire vous sera d6j& parvenue et son contend pris en consideration.
Depuisj'ai vu plusieurs fois M. Alniendro (lisez Pr6sident Heureaux) et M.Tovonjil (lisez Alejandroll'oos y Gil) (1). Dans notre derni6re entrevue ils ont r6solu de commencer le plus t6t possible A trailer Palfaire. Bient6t vous en recevrez des nouvelles et pourrez agir de votre cW.
Ce dont je puis vous assurer c'est que le project a W accueilli avec enthusiasm par les deux personnel susnomm6es et qu'iI continue toujours d 6tre tenu dans le plus grand secret, car de notre diser6tion d6pend lar6alisation.
Hier Al. Toronjil m'a dit de vous accuser reception de votre letLre. Je Yous remets sous ce pli la copie du project, que vous me demandez...
Alotre d6vou6 serviteur et ami.
x...
y
Washington, le 8 aoAt 1891.
M. X... avocat A Sto Domingo.

Cher Monsieur et ami ; ma letter dtait d6jA cachet6e quandj'ai re u votre int6ressante communication du
(1) Actuellement (1891-95) ehar-6 d'affaires do la R6publique dominicaine pr&s le government des Etats-Unis.

..





APPENDICES 60
22 du mois pass6. Par elle je constant avec grande satisfaction que nous pouvons computer avec le concours efficacy et actir 1) de M. A 1mendro (le Pr6sident de la Upublique dominicaine) et Toronjil (le ministry des travaux publics de celui-ci), concourse indispensa.: ble pour mener a bonne fin le project, dont, vous m'avez parM.
Votre recommendation d'6tre circonspect est inutile carje comprends que de pareilles negotiations demandent la plus grande reserve jusqu'a ce que la manvaiso impression produite dans le pays (Hpublique dominicaine) par des publications fates sur ladite cession de Samana ait R6 compl6tement d6truite. En attendant j'ai fait r6futer ces assertions par quelques articles publ'6s dans la, (( Novedades)) et la (( Tribune)) do New-York.
Je vous renouvelle ma demanded d'une copie dupro jet qui m'esL absolument n6cessaire. Je vous prie de me la faire tenir par le return du courier.
Comme vousje crois que, pour alter vile et r6ussir bien, it faut pouvoir disposer de ce qu'on appelle
promotion fonds )) et bien qu'hL premiere vuearrayan

(1) Remarquez cette tacti que : lePr6sident Heureaux envoie un ehargO d'affaires aux Etats-Unis pour proposer la cession de Samana et provoquer la formation du syndicate qui g6re anjourd'hui les douanes dominicaines, mais pour catcher son jeu pr6voyant que la correspondence pent 6tre connue un jour, il se fait 6crire sons le convert de X... comme si les propositions venaient des Etats-Unis.

..





00 SAMANA
(lisez 8 200.000) me paraisse.un pen trop, A moins que cechiffrenecomprenne touslesfraispreliminaires, je crois cependant pouvoir convaincre le monde quefai en perspective de la n6cessM do faire les d6bours en que tion.
Je dis implement ((je crois pour la raison que jo Waime 4 affirmed que ce dont je suis certain. Cependant les personnel A qui je pense proposer Valfaire sont intimes de M Antonio (lisez Blaine, secr6taire d'Etat) et si puissamment riches que pour elles arrayan (lisez 200.000) est une bagatelle, je r6ussirai, ,I les ftiire enter dans Valfaire avec Faide de M. Antonio (lisez Blaine), aide que je suis sfir d'obtenir (que estoy seguro de conseguir).
Vous me connaissez suffisamment pour savor que, si je ne suis pas trop intelligent, je suis par centre tenace, 6nergique et actif. It faut, par consequent, que les difficult6s soient -randes et nombreuses pour que mes n6-ociations ne soient pas couronn6es de succ6s.
Assur6ment I'appui moral du government est un auxiliaire tr6s puissant, mais vous savez aussi, cher ami, que tout le monde est popayan, comme disait le Coloinbien et qu'it me faut des resources pour frais de voyage et do representation . . . .
Votre d6vou6 serviteur,
FRANCISCO DE P. SUAREZ,
charge d'affaires de la Ripublique dominicaine et Washington.

..





APPENDICES


All
(Privee.) Washington (D. C.), 24 aoN 1891.
M. X.... avocat, A Sto Domingo.
Cher Monsieur et ami,
J'ai eu le plaisir de recevoir votre int6ressante lettre du 10 du courant, ainsi clue la copie certir6e du project (voir document n, 5 bis). J'apprends avec plaisir que le government dominicain est toujours dispose A accorded ce clue vous savez.
De mon c6t6je puis assurer que le suce6s sera complet si toutefois je ne suis point abandonn6 par le Pr6sident fleureaux an milieu des n6gociaLions.
Mais il ne faut point se hAter. It est indispensable de proc6der avec beaucoup de tact et do diser6tion afin quo nous ne trouvions point de difficult6s A surmonter dans l'int6rieur de la 116publique dominicaine, difficuWs clue pourraient nous susciter ceux qui veulent la mettre en coupe reglee (?).
Comme jo vous I'ai d6jh dit, 'dans une do mes pr6c6dentes, tout notre monde est absent pour le moment : les uns sont en vill6giature, d'autres aux bains de mer, la plupart on Europe. En attendant je vais traduire on aDglais la copie du projeL clue vous m'avez envoy6e .
Yotre d6vou6, etc.
FRANCISCO DE P. SUAREZ,
charjq d'affaires de la Ripublique doininicaine d Washington.

..





SAMANA


1711

Santo-Domingo, 28 september 1891.
M. FRANCISCO Dr P. SUARFZ, Charg d'affaires de la Republique dominicaine a Washington.

Cher Monsieur et ami,
Votre estimable letter du 14 du courant m'est bien parvenue et j'en ai pris bonne note . . . .
Je vous recommended de faire en sorte que tout le monde croie que Valfaire est une entrejoriseparticuli6re,. car vous savez combine ces populations-ci sont jalouses de leurs droits et de leur autonomic (y a salve Vd. to celoso que son estos pueblos en todo lo que se refiere, a sus derechos autonomicos) et que grande strait Fatteinte que le pays et surtout le government en ressentiraient, si une affaire (asunto), qui doiL kre purement priv e (?), apparaissait comme officielle !
Arrayan (S 200.000) pour aurora (le con-r6s dominicain) et Javilla (20 0,10) pour tons y comprise vous et Amadeo ministrye pl6nipotentiaire dominicain a Madrid), me paraissent des conditions accepLables.
Votre d6vou6 serviLeur,

..






APPENDICES


VIII
New- York, 23 november 1891.
Al. X... avocat A Sto DoMiD-O. Cher ami,
L'Ozama est arrive et De m'a apport6 aticune nouvelle de vous . .
Almendro (lisez le president) ne m'a.pas 6crit non plus ; mais sa derni6re letter est satisraisante. A crois que les aftires peuvent s'arranger selon nos d6sirs, si Gonzalez et Toronjil (lisez le Alinistre des Travaux publics) soutienn4nt le Pr6sident.
Une fois que les chooses seront bien disposes, je verrai .11. Blaine pou-r lui demander des recommandations pour ses meilleurs amis (1) . . . .
Votre d6vou6 serviteur,
FjIANCISCO DE P. SUAREZ, chm-,q d'alfaires de la Ripublique dominicaine t Washington.

(1) Apr s avoir In ces extracts, le lecteur ne conservera plus de doute sur la v6racit6 de tout ce qu'on a avarc6 en 1891-1892 sur la formation du syndicate arn6ricain et la cession de Samana.

..





SAAIANA


No 5 bis.
Bases pour la formation du syndicate au capital de 15 millions bt 20 millions de dollars (envoy6es le 10 aofit 1891 au cliarg6 d'affaires dominicaln A Washington).

PRIVIL GES.
Garantie do 6 0/0 sur le capital
Garantie pour FeDtreprise : les revenues des douanes de Montecristi, de Puerto-Plata, Sanchez, Samana et de routes collies qui seraient cr66es dans la baie de Samana;
Administration des douanes susmentionn6es sous inspection etla surveillance d'un comit6,composd de trois members hla nomination du government domi nicain, du government des Rtats-Unis et des mern bres ou actionnaires du syndicate ;
Privil ge exclusif pour la, construction du chemin de fer central, c'est-A-dire de Sto-Domingo 4 Santiago on h la V6ga et de lh a Montecristi, Puerto-Plata et Sanchez, on tout autre point situ6 dans ]a baie de Samana ; (le syndicate fera 6tudier la ligne A 6tabli r entre Sto-Domingo et Port-au-Prince et si elle est practicable au point de vue 6conomique, le gouvernemenL dominicain prOtera son appui moral L Fentreprise afin d'obtenir du government fla'ftien les concessions n6cessaires, pour mener a bonne fin I'exdcution et exploitation de la susdite ligne)
Cession do 300 hectares de terrains (4 caballerias

..





APPENDICES U I
de tierra) en toute propri6t6 absolute par cheque mille de chemin de fer en exploitation ;
Franchise L Fimportation de tout le materiel roulant etc., etc., des mat6riaux pour quais, ponts, magasins, usines A sucre, a caN, etc., etc., appartenanI au svndicat
Franchise pendant dix ans des mat6riaux de construction, masons routes fates, animaux, provisions etc., destin6s it l'usage des colons ; pass6 ce laps de temps, pavement de 50 0/0 des taxes actuelles sur les dits articles pendant q uinze an s; ;
Facult6 d'6tablir des lines. de bateaux A vapeur, tant pour le service de sabotage que pour le tragic international ; privMge exclusif pour la navigation dans ]a baie de Samana;
DroiL d'dtablir des quais, magasins, d6p6ts pour son usage particular et celui du public dans tous les ports do la R6publique . . ;
Privileges pour Ntablissement Wan cable direct entre Santo DOMiDgO et les Etats-Unis, des t6l6graphes daDS l'int6rieur do la 116publique ; etc., etc. et des t6l6pliones entre la capital et les chefs.-lieux des provinces .....
Concession, en toute propriW, des mines de charbon, de p6trole, de cuivre, d'or, d'argent et autres que le syndicate d6couvrira dans les terrains c6d6s par le government;
Exemption du service militaire accord6eauxouvriers

..






014 SA31ANA
natiODaux employs par le syndicate, except dans le cas de guerre trang re ;
Sournission de tout diff6rend survenu entre le syndicat et la 116publique dominicaine a un tribunal arbitral compos6 de trois j uges, dont deux seront nomm6s par le government dominicain et le government des Etats-Unis et le troisi6me par les deux premiers juges, on dans le cas de d6saccord par le Pr6sident da Br6sil, du Mexique, du Chili on de la Rdpublique Argentine ;
Durde de la convention : 99 ans (la garantie de Yint6rft cessera A partir de ]a 251 ann6e) ;
Concession an svndicat de tous les droits et privil ges accords a We;tendorp et Cie et aux entrepreneurs du chernin de fer de Sanchez h la V6ga, a exception de la 116-ie g6n6rale des douanes A laquelle est substitu6c I'administration IriPartite des douanes de Montecristi,-de Puerto-Plata, Sanchez et Samana et 6 0/0 d'int6rk annual ;
A 1'expiration des 99 ans, entr6e de I'Etat en possession des 6tablissements quelconques, chemins de fer, t6l6graphes, constrUctions etc., etc. sans frais, ni indemnity an syndicate qui, cependant, restera propri6taire de tons les immeubles fanciers et non fonciers, ainsi que des mines, sauf h partager les b6n6fices de celles-ci avec I'Etat ;
Exclusion de toute autre companies, sociR6, syndicat ou enterprise. A partager les privileges accords

..





APPENDICES U13
maintenancet an syndicate do New-York ; mais d'un autre cW, reconnaissance audit syndicate de tons autres advantages on privileges que les municipes ou le gouvernement viendraient A accorder A one autre compagnie;
Durant les vingt-cinq premi res ann6es, franchise accord6e an syndicate de tous les droits de timbre, d'eDregistrement, do paper timbr6 etc., etc.

OBLIGATIONS DU SYVDIGAT :

Racheter routes les dettes de la Mpublique provenant des emprunts converts par ]a mason Westendorp et Cie d'Amsterdain, etc., etc. (il est entendu qu'& partir de la publication de ]a prOsente convention, le government de &p-ublique dominicaine n'est plus responsable do service des int6r6ts et de I'amortissement des dits emprunts, etc.) ;
Construire les chemins de fer suivants
De Santo-Domingo a la V6ga ou A Santiago,
De la baie de Samana on
De Alontecristi Ou
De Puerto-Plata 1 Santiago
Faire son possible poor obtenir do government des Etats-Unis ]a franchise des drafts pour le tabac et le rhum dominicains;...
PrOter son contours efficacy an government dominicain en cas de crise 6conomique ; Cooperer moralement et nzateriellement en. cas d6

..





U4 SAMANA
guerre eIrang re avec une puissance jtrang6-e a la difense de Vautononzie de la Ripublique et au triomphe de tout droit alligui par le penple dominicain ;
Couvrir les emprunts sollicit6s par le government A 6 0/0 par an, avec la garantie des revenues des douanes de Santo-Domingo, de Macoris et d'Azua; Se constitute dans 1'espace d'un an, et commencer le chemin defer etc., dans 48 mois a partir de la date de ]a promulgation de la convention ;
Donner 8 200.000 pour garantir sa prompted constitution ;
Publier aux Etats-Unis un journal desLin6 t la propagation de tout ce qui est favorable an prestige et an progr6s de la R6publique doininicame.
NOTE DU RtDACTEUR OFFICIEL : ((L'auteurdu project fera tout son possible pour obtenir que Fintdrk de 6 0/0 par an soit garanti collectivement par les ELats-Unis el, la Upublique dominicaine, ou tout an moins que les ELats-Unis garantissent seuls un int6r6t annual de 3 0/0 sur le capital de 15 millions de dollars (1).

(1) Le syndicate arn6ricain a W purement et implement substitu6 A Westendorp dans la r6gie de routes les douanes doininicaines. Et les propositions dnum6r6es plus haut out fait I'objet Wan contract on concession de chernin de fer analyse an chapitre V.

..





APPENDICES


No 6.
TraR6 de r6ciprocit6 commercial avec les ttats-Unis.

Rtsumt.

Les products am6ricains sont divis6s en deux classes.
Les produitsde la premi6reentreront franesde tons droits dans la 116publique dominicaine ; ceux de la seconde, avec une reduction de 25 0/0.
Les derides dominicainessuivantesjonissent;kl'enWe aux Etats-Onis de touLes franchises: les sucres du no 1.0 an no 16 (qualifi6s d'apr6s la graduation hollandaise), les m6lasses, groups, etc., etc.
Le caf6;
Les peaux de toute nature et de toute quality, except6 les peaux de mouton avec poisons.

PRODUCTS AlItRICAINS.

Articles re us francs de droit dans les ports dominicains
Animaux vivants ; viandes de toute quality, except les viandes fumes; maYs en grain, marine de mais et amidon ; avoine, foment de toute esp6ce en grain et en marine ; foin et toute esp ce de fourrages arbres, plants, bouLures, semences, etc. ; huile de coton et pAtes de grains de coton ; suif de toute esp6ce eL huile

..





VO SAMANA
pour machines; r6sine, goudron, t6r6benthine; engrais. naturals et artificiels ; carbon mineral ; eaux min6raleS Daturelles on aftificielles ; -lace artificielle OU Daturelle ; toute esp6ce de machines y comprise les machines 4 vapeur et leurs ustensiles et accessories ; mat6riaux de construction et mat6riels de chemin de fer fer et ferrailles de tons genres ; zinc en tons genres cuivre en lingot, en clou, en planche, tube de cuivre ou de plomb ; briques de toute quality, cement, chaux, pierces artifleielles, marbles, carreaux A carreler et paver, moulins A vent ; fil de fer ou de cuivre ; fils W& graphiques de toute eslike ; bois de construction en tous genres ; articles de tonnellerie U objets similaires; mat6riaux pour la construction des navies ; cannot et
-icons ; mobiliers (1'6coles, y comprise livresjournaux, imprim6s, paper de toute espke et qualiI6 ; eDcres de Routes couleurs et de toute espke ; materiel d'impriinerie ; sacs vides a sucre ; monnaie d'or et d'argent, or et argent en lingot.
21 Categories.
Articles admis avec une r6ducLion de 25 0/0 sur tons, droits.
Viandes non comprises dans la ire cat6gorie et produits de toute esp6ce excepL6 la mant6gueou saindoux; beurre, fromage, lait condense ou autre ; poisons sa16s, sees, fum6s on autres ; fruits et 16gumes frais, sees on autres; machines en fer, acier, on autres non comprises dans Ia premi re cat6gorie ; tissues de coton,

..






APPENDICES 97
Lissus do coton et de fit (ou autre fibre) ; fit hL coudre, ou tout outrage on fil ; bottles et soldiers de tous genres ; paper fin et ordinaire, A cigarette, carton de tous genres ; fer-blanc enfeuilleettous articles en fer-blanc; agr6s pour vaisseaux, codes, cAbles de toute espke, rueubles et tous ustensiles en bois A usage dornestique bois manufactur6s pour masons.

NO 7.
Extrait du m6moire des ministries des Finances
et du Commerce (Recettes).

CAJA DE RECAUDACION (Caisse de r gie du syndicate .
Ila sido regular su movirniento en el transcurso del ano, y sus operations desde el dia 10 de Afarzo, fecha de que data su nueva instalacion, dan el siguiente resurnen :
Rentals recaudadas . . . 1.790.339.55
Valores entregados Servicio do los ernpr6stiLos de 1888 1 4890 . . . 463.378.11.
Id. del Presupuesto . . . 820.000.
Id. de la Caja do
Recaudacion . . 35.000.
Interests segun
contraLos . . 35.948.87

..






SAMANA


Descuento de pagar~s y cornision por traslado de sumas.
Entregas a Cosine Batlle a cuenta de S 80.000. .. .. .
Id. a cuenta de otro con trato...
Id. a la San Domingo Improvement et Ca a cuenta del con trato No 32 (Syndicat am~ricain)..
Id. del id. No 31.
Comision 1/2 0/0 por recaudacion -.
Id. sobre el pago del Cupon ....
Deuda Extrangera, en~re-as.
Por concesiones
id.
Derechos personales id.
Efectivo entreg-adole en pago de interds segun contratos No 33.....


33.540.30



48.604.15 20.000.





60.000. 193.567.93 8.951. 70 1 .426.35 45.358.96

46. 754.10

270.50


25.000.

..






APPENDICE


Sumas por entregar del servicio del Presupuesto:
En Pto.Plata 50.
1Moca. 49.05

Balance a s. c. segun cuenta desde el 10 de Marzo hiasla el 31 de Diciembre 1893. .. ..


99.05


2.637.63
51.815.438.60 8 1.815.438.60

..