Citation
Code de procédure civile

Material Information

Title:
Code de procédure civile annoté, avec commentaires, jurisprudence et formules
Uniform Title:
Code de procédure civile (1836)
Added title page title:
Codes haïtiens
Creator:
Haiti
Morpeau, Moravia
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
l'Abeille
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
1 online resource (<2> v.) : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Civil procedure -- Haiti ( lcsh )
Procédure civile -- Codes -- Haïti ( ram )
Genre:
legislation ( marcgt )
non-fiction ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Feb. 10, 2011)
General Note:
"Cette édition comprends trois volumes."--v. 1, p. 7. Vol. 3 never published?
General Note:
Vol. 2, fasc. 1 published: Port-au-Prince : V. Pierre-Néol.
Statement of Responsibility:
par M. Morpeau.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
701362995 ( OCLC )

Full Text























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress










LES CODES HAITIENS







CODE

DE


PROCEDURE CIVILE

ANNOY T1'

AVEC COMMINENTAIRES, JURISPRUDENCE ET FOII\MILES

PA R

M. MORPEAU,
AVOCAT,
Ancien Instituteur. Ancien Conmissaire du Gouvernement pr s les Tribunaux
Civils de ,lacew et des Cayes,
Ancien B.-tmniier de I'Oi'dre des Avocats de cette deini~re juridiction.
Ancien Membre du Conseil d'Agriculture de la Commune des Cayes,
Ancien Administrateur des Finances de Petit -GoAve,
Membre de diverses associations, Planteur,
DEPuri DU i'EUPLE.











PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE L'ABEILLE. - RUE HOUX


1909









rv













DIDICACE







A MON PEtRE


A MA MftRE Timoignage de filial amour et de pieuse reconnaissance

M. MORPEAU


















AVANT-PROPOS


Je livre a la publicity utne addition du Code de Procddure civile haitien.
Les commentaires, qui s'y trouvent, forment le rdsuing des lemons, que fai donndes a mon ills aind, dtudiant en droil. (I)
Cette addition cornprend trois volumes.
Le premier volume renferme les dldmentsi, les ddfinitions de la Procddure, une Notice historique sur l'origine des Institutions judiciaires en Haiti, la Procddure devant les Tribunaux de paix et les /ormules.
Les deux autres contiennent la Proceddure devant les Tribunaux civils.
Ces trois volumes possedent les articles du Code de Procddure civile avec les modifications, qui y ont dtd introduites, la jurisprudence du Tribunal de Cassation, 'opinion des jurisconsultes haitiens et celle des auteurs strangers sur les matiMre de droit, qui y sont

(1) Licencl& en droit, JI. Emmanuel 3forpeau a tte commissionnd avocat du barreau des Cayes depuis Aoit et apr-t6 serpent en ,Septembre 1908.








AVANT-PROPOS


Irailtes. la conference des articles du Code haitien et da Code frangais.
It petl se glisser beaucoup d'erreurs dans mon outrage. Mais qize l'on se souvienne de la maxime.
Errare humanum est.
L'homme n'dtanl pas par/ai, ses mruvres ne peuvenj ltre (pe perfectibles.
J'ai eu en vue d'inculquer mon fils le peta de notions que /'ai du droil.
Je me suis dit que si ces no/ions peuvent ire de qaelqU'utilild aux atires, its s'en servironi. ('est an champ oit j 'o/fre . glaner aux amateurs da droit. Je demande que loin d'elre sevelre. on se montre in dalgen et te'nl eux pour le xemear, parce qu'il est de bone volonti.
Cayes, le 15 Aoit 1903.
M. MOIIPEA U,
A vocat.









A
/ , al /, Port aa-Prince.


('he,., rolitl , .

into;res,' e ;/0 1",i+ 0con/ust /II 11 . . 1":'I,':::


puo' ol.s io l: est Simpl/e, /)P , /
les/'o~mu/, I -&., Ji,, ,, } /('s f/o 1'ui s lw/(~o 14 lais, etc. C e. tlilt, 1,.,t ll Cm :, : plus !/,and o uit.
Il fllC/'ite (/l/f( 7:c: '/ viens faive (I opel a' -)i1 1-m publication c'aim 5i Iul tI
Salui coll/ralv'i


wr ale de notre u're cicile, sera

, un guide str V11,1,_La division en
y ro ite toules
ION (Ic le.i du Paexri WcCt avec le

/ou/fl cela que je I conucoutrs a cell


)OMINIQUE.


Messieurs le /oi
de pail'de la C,
Tribunaux.


I/: d(
4i11:c,


lionorabl/s col/i /. o,
Je violns ill. )'I0 , 1} // l/ s'a!/it du /o(1 d, p/ ocl,(b amuiol, etc.
i (o1is es,/ / di/i), anI bon vado iflc bar'reau cl vn .,; !/ /,
C'est moi,. ,i: tpl,/, / so'Iscil'l ez 4 cll o ' ,
vices. El/e cotitie l:s woo tes judiciair.s el Ion s'e, profession.
Merci pout volre ,oui('?ij
Salut afil'echitix .,


,nviel 1910.
A
p/,, /('s libuna'ux /jfitls, ete., pl' s ces


rV' foi c d, Ho 11il. Morpeau,

/o piluis de vue. C'est
, , itticicl'/s du petit

a'u p. Colisez-vous,
,, 1ra do goands ser/1,w/i111les de lous les acfil (u 1 INI , ncessai'es it notre

'iolD U
J. 1'. DOMI.NIQUE.


Ale.ssear.x 1"s at,6

















llIb '(tit Ico,/ 0e 16i AoOii 1910.


A
Mr le Secvelaire dlIa( u1v' tinart(t, do Ia J(tuslice.

En celle cillte. Monsietur le Serrlt're 0 ELital,


N TOUS (lr'Ofl 0/I / /u;i: du 8 M Jfm 1910 cel I", A' 1799. ouow rIiwo monsieot ,Ioonivl i b r
/Vous i(,-"vis ((ppi)] : "l(Oi l/I j 1 11io l

Ole / lir, il 1h, 111 J1, (U/oleosi/ab to.
wmtHlliqllpi. I/oPH' wdr Cm/ (oJ11~ , (I-mliol
Lat l~hlle (/(, tCAt!!:I (ai/ /I//t/i/o unlt:' / I mw iine! ile ( IrI/10 (itS ro ,il ihlio l.
lec le ioh t ( , t1wl t , r
W/ri

/uM do t(b, ' 1 'lit 1os ep4ches
I~~~ UnI ii~epi4e au
I: (at:iul l t I'ouclafe de lit / I t lrtcdhwt civile. , t// I al//llion, le ineilit,' I'mis. oo)7: hiell vOillu 11O1ts /,. 1olts Wire, ali ourd'hlui, Molmt:, (s.l d'tme Wlild, inliti ( lltt /01,1i01d/ae taisomie, (bI' ciil .ouvraje

o erra iloter� itne /'ic lild, (OiUl/ ,/Ui se 1iv/Int r Idlude

Ile1" pritlti ss, oeIair l ou par it/ il /'(t. ai., oil par des ruden oe, doomn unU base am-








pie *1 laqe t ceut, qui c!,/nIie mebrasser la carriere


dui Droit.
D'aatre part, do nomn? avec Ic.3' iodi/l,ion lam / dure civile depa / 1813, r facon pratique Ies mcso procdure civileP
Le rode A/ pro(Ia'tro c/ al sa place ((SSt/i 0. /on s ques a' iennes. ii//' pii Ldgisla/ions qui 16 u/c I
A i/Ssi, /1011 vo !tl i Socreilaire d'Ela, 1ue conditions poli) alli'i / ,
Vettille ayeer, Alo!,.sie. pression de nos mei//eIeu.


a'e1 / iS fectues, en rapport :,-,, dl(s wibre Code de proceI ,eoo v'fcer, fixer dane I S(I e ( CC CoM's de

4f, iW ftraria Morpeau
S'In's les bib61ioI/i/ Il ioJt s'intresse aux '1In bil t)Iancais. /,, ,' Perm,;ds, Monsieur IC i ovvol '+le 1'd6t11il tottlex [es

i/e oI air'e dElal, 1'ex-


ENOcKi DESERT, J B3 N. VALEMBRUN.



Le Pr'siden eb, /i Cowii, ,ion (de.ram-n, IL [,1"LII JAU).



















A U di


11 [/8,


Avcant loi, a

par Son / i'! ?lOZICCO?/,J /:( :[(/. rabilia. J ,

estimables I!f 1
?Ynjable :t:ilo: do / doJl its I'od oldI:m



de /a Ju1lir, AO ecl outtrawjoe ' {'pFI) il:f sje d'holwwtol" .Iisl/
Je iprdseU/ Lu t ; a/fec/u cllx I(s ad sutlles vlui, 01/i'1 ) 's// :/ un Bapport /(10 a t/ a races, .011s Ofbr/i / M" J. L. Po:.m/tiiii~e d(,


r // (I


it


I Mtf

z, o


i, rues remnerb Cclvi qui, 1,v el /a ii de
itfniul]Lt m-ni-


lot/ ro m o /o.S cheers et /: /: \ : (/: (:ininunes el le

oh de f m pat, QU1
1/ o 11pt / r' ::/:' hr ri/i par tlly's UP H)0/9, /iler
N , (t)-Oie d 1 at
/b i r!llvl liver


VOW I /C .,; /)1U5
/'~e s, ,:w.: plw: ls ] il'scoll(120 Sl on s aire S, en ,<( ' orle, mres espeI I U I://f, 6/ /'vIrent/ am-Ii, fel )ft le dcoitemienl, aUi ne s'esi








jamu.s (llneni, t (1( lie P N&, (uli 'iobl c'aciere di erai tPIor-mu Prnien. J Woub/ierai /)(/.y nou plus
!'ionnele l/pograp/ip. 11 M. Clp,'in, qui If'a aidj a' /aire parailre Ce ir'e.
A ei'. toit., je pro)o.P /o Iedmoi/yaJa de mon eniere g? al/lode. Je 1oott) Si le 1(ilbe (/ (lit qu'um i ,ele dr(0t dunne an son nomn xert recompo/l,' (tit ur /uple, combien est tlrande [tt reco Un(i'.\IUCe (lit plies petit dr sex servieitrs, ,/uand il ro(,rit One /aveu,.

MI OR{ PIEAU,
A local.











ERRATA


Pages

16
27 33

:39 43 43 62 66 70 72 78 79 82 96
97 111 115 125 129 135 136 1:37 I 41 14.3
152 152 153 176 179 183

198 200 218 220 220 222


Lignss .u lieu do

4 sessions 36 1110 30 rriimnaux militoires

'2 l1erriev 11 Quilize
2 1899 2"2 appel et entendu 23 1006 16 d(iitc 48 fa talit6 39 jl,(qu'au 14 19 15 sagc.se 20 dernier 27 .,e i)oLuvoil 30 ii'(tant
9 Jeall centre 4 11tigeantes 29 5
22 par I dOfaut
2 3003 i2 pi otatis 2I 'a ant 16 8
1 saii 11 (o-ihidivisarie
3 annale, des Uathu'in
1 s:ti ;ie 37 Pass
4 v, ie- de preuve. L'article
23 (1LI'eI1e 41 question 13 25
2 adresses 12 patente 9 Dautant


Lire

I too 1ribunallx criminels
ot militaires Fer rier, etc. Quatorze
1819

d i reo ('I toe aq ,I t 6
9
Z, ess e premier ;O I)oLurvoil' n1,6tait

litigantes 20
par d~faut
--()0 3
iprolbatis I ya lit
3 L
saisibae
ciidivisai re annale des Matiturin


Vocs de preuve, i'article elle
que-tion 45
ad vesaires i)atellt~e
Dantant









Lignes An lieu de


Pagae
237
237
248 151 256 Q69
269 381 335
336


(0 B
lui sermlt h pro- V?-Ver)al,
po~ition tous detx rz1lO l'ter roqu0tos
requdrant.


(I'ai


337 25 351 11 401 8
9
402 3 40 26
31
409 3 414 10 421 35 427 11.
16
433 1, 433 11 4.33 24.

41 16 445 39 451 10 46 It 18 465 20



32
466 30 472 20 479 20


a ssist, du 1I 1 - v 1) a I it l exploit



c - i t I I ( U An 1( . Ae exploit

MYNA A . . . . avec


assiste de Ivoc{ s verhl

copi.e e onl ONI\ploit



it
la reqlufranto qluaiml au gi effe desistement par oN y
W(it
doinliciio aver lb tifli
aww at coiistitue demale qlUi co fia rsanlt (,oiUaG e rstituer
pareillo ensemble quo
mnagi.4trat d, ycli,


I(j (' io
aigi'trat


K
lui-.-n le at
pr O-, -verbal d'appohmw - I Ps !etux



I'1 ( U l I tI r1 ts'i it rtO .il EJt Pi-tOnt oi compar, ete. comme h la forrmuie N" 195. lWOte, F(Alet t ( ii wssurer l'tat

XIV


-,mand, qui ndamlnOll( A restituer Ml101


Faeto ou I'djet

xt a' I v-e ta XVI V


(i < I "




















CODE DE PROCEDURE CIVILE





TOME 1




, Faisons qne la Justice, cette ,Justice immantente q ui vient d'en-laut, . claire le itonde, le peupil-)e halftien, enpartieulier et save ce peuple, par une sage application des lois.
MORPEAU

-Beati q~ti esm-rint et sitimit Justitiam, qnoniam, ipsi 5atutrubmitur.
Sermon sur la montagne.


















LA PROCEDURE CIVILE





CHAPITRE PREMIER.


he 1( Proce'lIre.

La P'oc6duie est, en g6nr'al, la forme (ju'emploient les ,justiciables et les juge- pout', les uns, avoir justice et, les autres. rendre jugement.
Elle est ciiminelle ou civile.
Dans ie premier eas, il s'agit d'un fait clue ]a lmi declare punissable, soit au point de vue de l'int6rot g6n6ral, soit au point de vue des lpaIticuliers. Alors le Code d'Instruction criminelle 6tablit les voie3 i suivwe.
Elle est civile, quand l'inte' ret des pailiculiers, au point de re civil, est en jeu.
L es fogies de la Proc~dul'e civil sont tr0s-6tendues.
Ie 10gislateur a eu pour but, dans toutos les actions et At routes les plhases de la pursuit judiciaire, de primunir lesjusticiables aussi bien clue les M~agistrats contre l'erreu ret les su rprises. C'est pourquoi il a eu soin de mettre sous les yeux et d'empecher lesabus et ]a fraude. II leur donne les moyens de cher.her ia v~rit6 et, par IA, il rend








LES CODES HAITIENS


lesjugesvigilants centre les embiches de a mauvaise foi.
L'ensemble des"dispositions aini prises par lui forme le Code de Procddue civile.
,, La perfection do ce Co(d , dit CtAUVEAU, Coll, siste h cairer la mntrchi de la justice, sans
l'embar 'a s er. ni la retarded: ne rien pesc ire qui ne soit utilo, tie ri(n omettre de ce qui est ( nocessaire, t 1 V '1 nt e bass. Don. ne r Ies m oyo de 1 prcvenir, d- ns le moins de
tomps et avec le 11)1fins de t+rais possible, i la dxcouverte de ce qui est vrai et juste, tl en est
le but. ,,
Do tout tem!p , los 1 lat urs de. peuples anciens et ceux des nations mnod1nes ont eu en vue, en matiere de procddure, i rapidity dans I'instr'uction et ! conomic dm)- les frais.
lls ont plus ou m1oins m us~i Aussi, la loi en Haiti, quand il s'agit (1e la procedure, se rev6t-elle de ces forrme,; simples, 'apides. plus convenables A un peuple jeune.
Quoil ue le I&gisla teur haitien ait beaueou p i m it6 le Code franc,-w-k et y Lit puk- lns 5lV6ments du Code de Pi-oc(,duie civile haltien, iH ne l'a pas copied servilement. I1 s'est approprie ce qui lui a paru le plus conforme aux usages et aux besoins de sou pays.
L'utilit6 de ]a Procedure ost incontestable et c'est de la facility avec laquelle on pout en abuser quo viont la nkcessite' de I'>tudier ot de l'approfondir.
L'6tude des questions de forme, jointe ft lapratique des affaimes judiciaires, donne la conaissance raisonne de la ProCddurLe. Cette connaissance de la forme est si necessaire que souvent elle r~sout les pro~es, selon ce vieil adage : La forme ('emporte sur le fond !








LES CODES HAITIENS


CHAPITRE IL.

Notice hislorique sur /e Code de Procedure civile.

A proprement parler. avant ia confection et la mise h execution du Code de procedure civile en 1836, il n'y avait dans la justice dI-a'iti qu'uno fo'me transitoire. basee sur les ;minciennes ordonnances cMtablies dan, In Colonie francaise de SaintDomingue, entre autres, celle do 1779 et l0s coutumes Suivies danQ cetto partie. Depuis i'Indpendance du pays. en 180i, jusqu'en Janvier 1836, le Code de Procedure (,tait inconnu dons les Tribunaux. Cependant celui de 1825 fut redige et promulgu6 ; anis le Gouvernement d'Hfl-ti ne tarda pas A. en 'econnaitie les ddfectuosit�s et, apr~s l'avoir rernani6, le fit pulblier et mettre en vigueur. I1 est calque sul le Code de Procdure civile frangais etadnpt- aux be:oiits du pay. Sur ceitains points, il difftre beaucoup du Code francais. I1 applique en certaines mtiVres une forine plus rapide et plus exp6ditive clue celui de In France. Par exem ple, en vertu d l'a rt. 25 de note Code, les juges de paix connaissent de l'execulion des jugements qu'ils prononcent en dernier 'essort, tandis cue c'est en 1878 seulement clu'une semblable disposition fut introduite dan6 le Code de Procdure francais.
En France, on a suivi longtemps le droit 6crit, le droit non kcrit et particuli recent l'ordonnanre de 1667.
Certaines provinces suivaient le droit ,crit, d'autres mettaient en pratique I0 droit ecoutumier. De cette fa-on, la France tait divise sur lV mode d'ad ministration do la justice. La revolution fran-


13.









LES CODES ItAITIENS


caise lui a rendu un service signal, en mettant la main a I'muvre de la codification et do l'unification de ses lois. Le gouvernement consulaire a eu la gloire de lui donneravec les autres Codes, celui de la Proc~dure civile. Cs Codes forment un monument admirable, qui fera passer i la post~rit la plus recui 16e le nor et l'esprit francais. Us font, a n'en pas douter, plus dhonneuP aLu gon vernement iSSI (InI 18 bi'nL m ire, qUe les )atailles rang6es qu'il a gagn Ses, sous los auspices du Grand Homme, qui I'a p!-( sid,.
Do 1801 it 1825, le gou vernement d'Haiti a effectu6 d'uti!es efforts pour e>tablir sur des bases solides la Pro.(dure devant les Tribunaux. Celui du President Jean-Pierre Boyer, par sa longue dur~e, par la paix et lord'e qu'il a introduits clans la lhepubliquJe, a Mt6 plus en measure de codifier les lois qu'il nous ai transnises. en les appropriant A nos beoin., at nos mootirs, en les basant sur les ncessits 0soi-les, ls progves accom pl is. Certes, diverses am6liorations ;ort iIdispetIsal)les dans nos Codes ; mais il n'en est pas mois vrai que leur applicationi a contriLu6 4 d6velopper d'une mafni re sensible note milieu social, preuve que nos lgislateurs so sont inspires plutot de l'tat, des n~eessitds etde l'aveni-de notrejeune scci6t6.
Aussi M. leyer, dans I'introduction A son traits admirable des illstitutiols judiciaires, a 6mis une vcni-t6, incontestable, en affirmant quo l'on chercherait vainenieiit dans I'histoire 'exernple d'une nation qui, sans nvoir perdu son ind6pendance et son existence nationales, ait adopt la Proc& dure d'un autre peuple et que si I'Europe entire a longtemps ob~i atux lois civiles des Romnains, si plusieurs peoples les suivent encore, il n'en est aucun qui ait emprunt leur Procdure.








LES CODES HAITIEN6


CHAPITRE III.


Plan du Code de Procddlre civile.

Le lIgislateur haftien a rang(6' en premi,' line ]a forme de procde' (levant les Tribunaux de paix, par ]a Ioi No 1, qui se divise en onze titres.
La loi No 2 traite des Tribunaux civils et est diviste en vingt-trois titres.
La loi No 3 6tablit les voies A suivre, pour obtenir la retractation de curtains jugements devant les tribunaux qui les ont rendus et contre les.juges et le ministhre public, pour manquement aux dovoirs de leurs charges. Elle se divise en trois titres. Le premier titre 6tablit ia voie de Ia tierceopposition contre lesjugements ; le second celle de la requte civile ; le troisi~me celle de ]a prise A partie.
La loi No 4 comprend quinze titres.
La loi No 5 traite des Proc~dures diverses et forme douze titres.
Le premier titre embrasse la Procedure des offresde paiement etde la consignation ; le second, cell de la saisie-gagerie et de Ia saisie-foraine le troisime, cell de la saisie-revendication; le quatri~me, la surench6re sur alination volontaire; lecinqui~me, les voices A prendre pour avoir expedition ou copie d'un acted ou pour le fire rformer.
Le sixi6me traite de quelques dispositions relatives A l'envoi en possession des biens d'un absent ; le septi~me, de l'autorisation de la femme









LES CODES HAITIENS


marine ; le huiti~me. des s(parations de biens; le neuvi(me, du divorce ; le dixi(rme, des avis de parents; le onzime, de Finterdiction ; le douzi~me, du b6n6fice de cessions.
La loi No 6, se divise en dix titres
Le premier trace les voies 'a prendre pour 'apposition des scell6s aprs d6es.
Le second a trait auix opppsitions A la lev~e des scell6s.
Li. troisime cOn lprend ]a lev6e des scell6s.
Le quatrii ie, l'invenlaire.
Le cini ui, e. Ia velte du mobilier.
Le sixi me, lalination des biens immeubles.
Le septirne, les partages et limitations.
Le huitiee, l( b( nMice d'inventaire.
Le neuvilme, ia renonciation A la communaut6,
la succession.
Le dixi6ine, los successions vacantes.
La loi No 7, fornIe un titre unique: celui des arbitrages.
ra loi No S edicte les formalits du pourvoi en cassation et so com)ose de cinq titles.
Le titre premier a trait aux ouverture, en cassat ion.
Le second, au dc.lai pourse pourvoir.
Le troisieme, a a t one du pourvoi.
Le quatric oe, au mode de proce6deret de l'arret.
Le cinquiemo, a celui de procder h l'instruction et au jugement de la prise A partie. La loi No 9. corn prend les dispositions gen6rales qui terminent le Code de pioc6dure. Tout ce que le Code de proc(Sdure civile a 6dicte contient I'expos6 des r('gles (\ suivre, dune part, pour obtenir daus claque tribunal la decision d'un proc~s civil et, d'autre part, pour' pour'suivre l'ex6cution des decisions judiciaires de quelque









LES CODES UIAITIENS


autorit6 elles 6manent. Les dispositions, que tenferment ces difftrents tires, forment routes les rc gles de la Procgduro.
gelon ]a definition do POTIER" La Procedure (, civile est la forme suivant laquelle on doit intenter les demnndes en justice, y d~fendre, instruire. juger. se pourvoir contr les jugements
et les fire ex6cuter'. ,
Pour se bion rendre compte do Ia mnarche de Ia procCdure, il est urgent qu'on 6tudie le Code dans I'ordrce solon sequel les matieres y sont classes, qu'on 61ablisse les rapports d'analogie ou la difference qu'ont entree elles les dispositions appropries A chaque triblunal, pour les ratlacher auxdivisions aceept6es par Ia doctrine ou In jurisprudence.
Cette marche, qui renferme toutes les i'gles A suiv'e, A l'occasion d'une nflai'e (ontentieuse depuis introduction de i'action jusqu'a l'ex~cution dii jugement, se nomme procedure judiciaire, en ce sons quo tous les, ncies qu'elle continent sont effectu~s en presence du juge ou par son autorit6.
On la distingue ainsi d'une autre esp~ce de proc~dure, qui s'appelle extra judiciaire
En effet, celte sorte de procdue ne suppose point essentiellemrent un d~bat en justice. C'est plut6t un prliminaire pour parvenir, s'il y a lieu, Atce d~bat.
Les dispositions gdndrales, par lesquelles se termine le Code de Proc~dure civile, ont pour but d'arr~ter A temps les abus qui pour'aient naitre de l'interprtation ou de I'application vicieusede la loi et d'Mtablit In stricte excution d'un nombre considerable de dispositions particulires par des r ges absolueset invariables, dont les pal-ties, les officiers rninist~riels et les juges ne peuvent se passer.









LES CODES HAITIENS


CHAPITRE IV.
BMgles gynerales de C'interpretalion el de application des lois. - Leurs rapports avec celles qui rglent la Procdure civile.
L'interpre'tation d'une loi est I'art, le faith de I'expliquer, d'en rendre le sens plus clair que les expressions qui la forment et encore d'une mani re plus conforme iA 'esprit du l gislateur, qui l'a dicte'e.
11 y a deux sortes d'interpr nations : l'interpr6tation par voie d'autonit6 et i'interpr6tation par voice de doctrine.
L'interpre'tation par voie d'autorite' appartient au l(gislateur, parce qu'il ne peut d(pendre que de celui, qui a confectionne' ]a loi, d'en traduire le vrai sens, selon cette maxime du droit romain ((Ejus est legem interpretari cijus est leg em condere,,.
Donc, l'interpr~tation par vole d'autorit6 est la solution que donne a puissance legislative aux" difflcultis, qui se pr(sentent A son examen. Elle donne d'ordinaire cotte solution sous ]a forme d'une Ioi.
Noussavons bien qu'en Haiti, la puissance l6gislatives'exerce par la Chambre des Reprtsentants des Communes et par le S(nat, sur la proposition de l'une ou I'autre branche du Corps 16gislatifou sur celle du Pouvoir exdcutif. D'apr~s la Constitution imp6riale de 1805, c'6tait l'Empereur, qui confectionnait la loi. Sous la premire Constitution r(publicaine, qui date de 1806, ]a Ioi 6tait vot e par le S(nat sur ]a proposition de t'un ou plusieurs de ses inembres ou sur un expose du Pouvoir exe'cutif. II n'y avait pas alors de Chainbre des D6putts. Selon celle de 1816, elie 6tait vote par le S~nat et par la Chambre des Corn1 mune,, cr66e A cette 6poque, sur la proposition








LES CODES HAITIENS


exclusive du Pouvoir extcutif, avec cette difftrence que le vote des dispositions ayant trait aux finances de ia RBpublique 6tait effectu6 au pr(alable par la Chambre des Reprtsentants.
Depuis, selon les diverses Constitutions qui ont W votes et ]a constitution actuelle, I'initiative des lois appartient indiff(remment A I'une ou l'autre desdeux branches du Corps 1gislatif, qui peut aussi les adopter sur la proposition du Pouvoir ex~cutif, sauf toutefoisles lois de finances qui passent, en premier lieu pales filires de la Chambre.
La loi interpretative est ex6(&utoire mme pour le passe; car le sens q'i'elle interprte est celui de la loi ant(rieure, dont l'ambiguit6 aura k6 relev6e, puisque 'erreur ne fait jamais lot.
L'interpr(tation par vote de doctrine est celle qui se donne par les juges, par les administrateurs, par les jurisconsultes. Elle a pour but d'tablir le sens veritable de la loi ou d'y supplier, en cas de silence ou d'insuffisawce de ses dispositions.
Lorsque le Magistrat interpr te ]a loi, sa d(cision constitue un jugenient obligatoire pour ceux seulement entre lesquels elle est prononc(e; car il ne peut juger par voie de dispositions g~nrales ou r(glementaires.
L'interprdtation donn(e par l'administrateur peut, selon les circonstances, devenir loi pour tous les adinnistr(s, surtout Iorsqu'eIle vient de l'Administration superieure ou qu'elle est approuv(e par elle.
L'interpr(tation du jurisconsulte consiste d asseoir ]a conviction du Magistrat sur ]a sentence qu'il doit rendre, selon sa conscience bien 6clair(e. Dans toute loi, deux choses doivent tre consid(r(es:
10 Les expressions dans lesquelles elle est conue ;
2o Les motifs qui l'ont dict,6e,








LES CODES HAITIENS


De Ia, deux regles particuli(res s'imposent : , 10 Il est n6cessaire que les termes en soient. consid(r6s dans leur sens propi e et nature, non selon ]'etymologie granimaticale, mais selon I'usage 6tabli ; sauf des motifs suffisants pour y donner un sens particulier ;
20 Lorsque les expressions de ]a loi sont tout autres, dans la langue du droit, c'est au sens 16gal que i'on doit s'attacher.
Aussi, lorsque ]a loi ne distingue point, 1'on ne. doit point distinguer.
Par motifs le ]a loi, on dolt entendre les consi- , durations de droit et d'6quit6, qui ont conduit le ',6gislateur A ]a confectionner. �
De cequ'il est permis d'interpr~ter la loi A I'aide de ses motifs, il n'est pas dit qu'on peut, par parit6 de raison, Mtendre la disposition d'une loi rendue, d'un objet a un autre, si cette extension n'est. ni dans les termes, ni dans i'intention du I6gisla-, teur. Ainsi, )a maxime (( ubi eadem ratio, idernjus ), doit se restreindre dans les cas oOf l'on peut, avec raison, admettre que le 16gislateur a eu pour but de tatuerji I'gard d'une cause qu'il n'a pas ex-. primde, comme b l'6gard de celle dans laquelle ii a eu plut6t h d6cider.
I n'est pas permis i un Magistrat de substituer au texte pr6cis d'une loi, qui commande impdrativement, son opinion sur l'esprit de cette loi. C'est donc d tort qu'on emploie la maxime (, qu'il faut consulter I'esprit de ]a loi quand la lettre tue o s'il est d6montr! que la disposition en est claire, formelle et imperieuse. Alors il taut penser d I'autre maxime'. (( Dura lex, sed lex.
La rgle g6n6rale de l'interpr6tation des lois tavorables est parfaitement admissible. Celle, qui a trait A I'interpretation restrictive des lois rigoureuses, s'explique par plusieurs autres r~gles applicables aux lois de la procedure, qui sont, A. quelque exception pros, des lois rigoureuses.







LES CODES HAITIENS


11 est de jurisprudence qu'en toute disposition penale les Tribunaux doivent appliquer I'interprdtation la plus doucd et, dans le doute, cette interpretation se donne en faveur du ddfendeur. 11 n'est pas permis d'6tendre les dispositions des lo s rigoureuses au-delA du cas qu'elles expriment; sinon pour tirer la consequence d.u moins du plus dans le mrnme genre. Ainsi, quoiqu'iI soit stipuI que la femme, separee de biens par Contratde marriage, conserve l'enti~re administration de ses propritds mobili~res, .de ses immeubles et la jouissance libre de ses revenues, il n'est pas dit pour eela qu'elle peut les ali(ner, sans le consentement sp(cia de son marl ou A son refus sans I'autorisation de justice
En ce qui a trait aux formalit(s indispensables pour rendre valables, soit les actes judiciaires, soit les actes extra-judiciaires, on ne peut exiger ce qui n'est pas formellement prescrit.
Enfin; ce qui n'est pas admis par le droit commun ne saurait 6tre accept par analogie, quand it n'y a point de similitude.
Pour les cas d'interpr(tation, il est bon qu'on ait recours aux lois anterieures et aux r~glements faits A ce propos et m(me A la loi sur le tarif, sans oublierles discussions faites aux assem bldes l(dgislatives. Ainsi, lorsque le sens de ]a lo; est parfaitement 6tabli, soit par la precision du texte, soit par l'interprdtation taite d'aprds les r~gles, il n'y a plus lieu que de I'appliquer.
Les r~gles d'interprdtation connues, ii est bon que l'on se rende compte des principes d'application.
L'application des lois ne doit s'effectuer qu'aux hoses auxquelles elles ont trait. On ne pout pas., les appliquer aux cas qui en different. Ainsil'on n'a pas ledroit de mettre en pratique. en mati~re criminelle, les dispositions du code de procddurecivile, ( Argument de l'arrt du 16 mars 1846,








LES CODES HAITIENS


du tribunal de Cassation de ia R(publique) A moins de doute sur l'application des lois de i'Instruction criminelle, en des cas analogues, ou encore du silence de ce code, quand il s'agit de r(gler des int6re ts civils, par rapport A la poursuite en mati6re criminelle, dans laquelle figure une partie civile.
Lorsqu'on se trouve en presence de deux lois absolunient opposes ou contradictoires, c'est la plus r(cente qu'il faut appliquer suivant la r6gle de droit. ,, Posteriores leges prioribus ddrogant,.
Lorsque la contradiction existe entre deux dispositions de ]a rrnme loi et qu'elle n'est pas tout At faitabsolue. on doit, en les appliquant, fire que chacune d'elles ait. s'il est possible, un effet qui ne soit pas lui-m6me contradictoire et, si I'on ne peut parvenir A ce r~sultat. on est oblige . d'avoir recours A I'interpretation, dc maniere que la disposition, qui semble 6tre la plus conforme A ]a mati~re et A l'intention du lgislateur, puisse Atre admise.
Lorsqu'il ya doute sur l'existence d'un fait, sur la culpability d'une personne ou Iorsqu'une nullit6 propose ne peut 6tre prou"(e en vertu de la disposition d'unn loi rigoureuse, on doit consid(rer qu'il y a dans ces cas une pr(somption I6gale en faveur du dlfendeur contre le demandeur.
A propos d'exploits ou d'actes de procedure, l'on doitse souvenir qu'en these g6n(rale les nullitds sont de droit 6troit et ne peuvent tre supplies (arguments de l'article 951 c. p. c.) Ainsi. ia disposition rigoureuse ou p(nale de ]a loi ne saurait 6tre applique (1). D'ofi ces maximes: ,, actore non probante i eusabsolvitur , Probare debet qui dicit ,, (Toulliers.)

(1) A moins qu'on ne se frouve en presence dune onision do. formalits essentielles.






LES CODES HAITIENS


CHAPITRE V,
Des actions en g9ndral. - De leur exetcice.

L'action est la faculty, le droit que 'on a de demander, de solliciter en justice ce qui est A sol. ou ce qui est dOi. Elle est dans ia nature m~me des droits, dont elle a la revendication pour objet sensible. Les principes, qui la rdgissent, sont 6crits dans le code civil, dans le code pdnal et aussi bien dans le code de commerce.
La demande est l'exercice de I'action. Ces deux mots ;sont tellement synonymes qu'on les emploie indiffdremment dans le langage du palais.
L'origine de l'action est tant6t civile, tant6t criminelle, privde ou publique.
L'action estcivile, lorsqu'elle a trait aux int6rbts prives dos citoyens.
Elle est criminelle, lorsque 'intdrt de la soci6td command au fonctionnaire prdpos6 A son exercice de mettre )a vindicte publique en mouvement. Elle est aussi appele action publique, parce qu'elle a pour but d'appliquer la loi pdnale au fait r6put6 criminel et d'obtenir ia reparation du prejudice caus6 i la socikt6 entire.
Elle est exercde devant lajuridiction criminelle; tandis que, quoique le particulier ait la faculty de demander le redressement du tort, qui lui est caus6, incidemment deviant la m~me juridiction, I'action civile s'exerce au principal devant les juges civils.
Ainsi dit l'article premier du code d'instruction criminelle. ,, L'action pour lIapplication des peines n'appartient qu'au fonctionnaire auquel elle est confle par la loi. L'action en reparation du dommage caus6 par un crime, par un d6lit,







LES CODES HAITIENS


par une contravention, peut tre exercee par tous ceux, qui ont souffert de ce dommage,,.
L'Article 3 exprime que ,,['action civile peut tre poursuivie en m(nme temi-s et devant les memes juges que I'action publique. Elile peut aussi I'6tre separement.))
L'action civile ou privde n'a pour objet que I'int(r t civil ou priv6 du demandeur. Elle est toujours introduite devant le tribunal civil, d moins qu'elle ne soit fondue sur un tort r(sultant d'un fait punissable. (voir Chauveau, Boitard, D. Jn. Joseph, Mullery. etc.)
Toute action dpend de ia nature du droit, dont on exerce la revendication. Ainsi il y a autant d'actions civiles qu'il ya de droits civils.
Les droits civils sont personnels ou r(els.
Les droits personnels ressortent de l'obligation 16gale ou contractuelle d'une personne et encore de son (at civil. Us donnent lieu pour la dernitre cat(gorie aux actions, qui rtsultent de la question d'6tat.
Les droits r6els sont ceux, qui ont trait A IA proprit6 d'une chose, ind(pendamrent du contrat de l'individu, cjui la possde. Par cons(quent I'action personnelle est celle, clu'on introduit contre ia personne oblig e ou ses h(ritiers et I'action r6elle estcelle, qui se forme Contre tout d(tenteur de la chose, clue l'on revendique par un droit r(el.
L'action est appelke mixte quand elle tient A )a fois A la personne et a la chose qu'elle d(tient.
Parmi lesactions, les unes sont motili(ires, im-'I mobili~res, possessoi res, p~titoircs, hypothecaires, rddhibitoires, conservatoires, les autres principales, incidentes, subsidiaires, reconventionnelles prejudicielles, rescisoires, ordinaires, sommaires, extraordinaires, etc. Ces dinorninations nes'excluent pas tout a fait.







LES CODES HAIfIENS


CHAPITRE VI.


Des conditions cle 'Ac/ion.

La prudence veut qu'avant d'introduire une action en justice, on ait ]a certitude qu'on, ne s expose pas A la voir rejeter, soit par suite d'une fin de non-recevoir, soit m6me par des conclusions au fond.
De !IA, quatre conditions sont indispensables pour l'exercicc de toute action en justice:
10 Un droit,
2 Un intdrt
3o Une quality
4o Une capacity
Un droit. - On a le droit d'agir en justice, lorsque ]'Action repose soit sur une cr6ance, soit sur un titre de proprikt6 ou de d~membrement de la propit6, ou bien encore sur une succession ou toute autre manifestation du droit.
Los obligations purement naturelles nedonnent acc~s A aucune action en justice. 11 en est de m me de celles, qui ne reposent pointsur ]a loi positive, telles que les dettes de jeu et de pari.
Souvent le droitd'agir est 6teint pat' prescriplion ou par transaction, comme aussi par I'une ou l'autre des diff rentes mani~res, dont s'dteighent les obligations, telles que le pavement, ia mutation, ia delegation, etc.
I1 arrive des cas oO l'exercice de ]'action est suspendu par une condition ou par un terme.
Ce soot autant de circonstances, comme bien,







LES CODES HAITIENS


d'autres, qui se prdsenteront dans le cours de ]a procedure, qu'on a intdret.A bien examiner, pour 6viter de compromettre sa demande. 2� Un int(rt.- On ditavec raison que I'int(r& est la mesure de I'action. En effet, I'intention du demandeur 6tant d'obtenir soit un b6nifice, soit le redressement d'un tort, il est evident qu'il ne peut agir qu'en vue de ce rdsultat. Or, s'il ressort de sbn action plut6t un prejudice, sans aucun avantage I6gal pour iui, elle doit 6tre n(cessairement rejet(e et il s'expose A des condamnations en dommages-int6r(ts et aux frais en faveur du d6fendeur.
En g6n6ral l'int(r~t doit tre n6 et actuel. inh(rent h la personne, qui agit, d moins qu'elle ne repr~sente la partie, en qui l'int(r~t reside (Bioche, tome 1"r, actions N� 66. )
3" Une qualit6.- La quality du" demandeur est n(cessaire pour rendre 1'action recevable. Par exemple, l'hi'itier, qui veut revendiquer la propriWL6 d'un bien contre un ddtenteur illgitime, doit prouver comment il a W subrogd au droit du v~ritable propri(taire: le fills, en exhibant son actede reconnaissance, qui 6tablit sa flliation pour lui permettre d'opposer comme preuve du droit, les titres qu'ildttient, le i6gataireb titre singuiier ou universel le testament qui lui a transmis le droit A la dite proprit6, ainsi de suite.
4 Une capacity. -En effet, la capacity d'ester en justice est I'une des conditions sine qua non de la recevabilitd de toute action en justice. Le mineur, l'interdit, ia femme marine, le failli, le liquid6 et toutes autres personnes, qui nont pas I'administration entire de leurs affaires, ne peuvent introduire par eux-memes une action en justice. Pour cela ils doivent etre assists de la personne appel!e .A les couvrir, par exemple, le mineur de







LES CODES HAITIENS


son tuteur, la femme de son marl, le liquid de son liquidateur, le failli du syndic de ]a faillite. De I'incapacitd de l'une des parties r(sulte soit en laveur de la personne capable, soit aussi quelquetois en faveur de l'incapable lui-mme,uneexception, qui ferait declarer la demande irrecevable jusqu'A ce que l'incapable ait I'assistance de son repr(sentant lhgal.
Les incapacit(s sont absolues, ou relatives.
Les incapacit(s absolues rOsultent de I'ordre public, sans 6gard it la personnel. Chaque fois qu'ellesse prtsentent devant le tribunal, lesjuges, le Minist(re public, sans attendre Ia personne l ide, sont arms du droit de les soulever d'office.
Les incapacit(s relatives n'existent que dans l'intrt priv6 de la personne, comme l'incapacit6 de la femme marine, par exemple.
Dans le premiercas, la fin de non-recevoir peut 6tre pr(serit(e en tout Mat de cause, c'est-A-dire in limine litis, au milieu de la procedure, comme, la fin des plaidoiries, en tous cas, avant le d(p6t des pieces au Minist(re public, par l'une on I'autre des parties contendantes, par le mnime ministate public et par le tribunal aujugement de la cause.
Dans le second cas. elle peut I'dtre par l'incapable ou ceux qui le repr(sentent ; mais non par ]a partie qui aurait volontairement procd6 contre lui (voir Chauveau Adolphe, tome ler, page XXXV N' 75 ).
Lorsque le demandeur a fait tout ce qui d.pendait de lui, pour dviter les fins de non-recevoir, qui sont, selon I'expression 6nergique de Boncennes,
arietes ut infringunt , des barrieres qui arretent, il a encore une autre obligation, c'est de justifier sa demande par des preuves au fond, en conformity de l'article 11 "0 du code civil. La maxime : (( Onus probandi incumbit actori P lui est toujours applicable.
La preuve des faits doit tre administrde, soit








LES CODES HAITIENS


par titres, soit par t(moins, soit par les pr'isomptions admises par les lois, conform(mentd l'ins-, tructionjudiciaire, par le serment ddfdre'ou r(fdr6I'aveu de ]a partie, l'intertrogatoire sur faits et ar tiles, 'expertise, enfin par tous les autres genres de preuves pr(vus par ie code.
II est bon que l'on observe qu'aucun titre authentiquc ou priv6 ne peut 6tre soumis en justice s'il n'est timber! et enregistr. (Voir ]a loi sun le timbre du 10 avril 1826,celle sur l'enregistrement du 28juillet 1828, la loi modificative de celle sur le timbre du 20 juillet 1904).





CHAPITRE VII

De la iuridiction decant laquelle (action
doil 4/re introduite.

Les juridictions sont d'ordre public, par cons(quent, le demandeur a pour devoir, apr(s s'6tre assure du bien fond de sademande, de n'introduire son action que devant le tribunal competent.
Le mot com p(tence vient du verbe latin "competere, qui veut dire: appartenir, revenircompter. Ce mot, quand il concern les questions judiciaires, indique l'attribution accord(e A. un tribunal plut6tqu'a tel autrode d(cider d. propos d'une contestation judiciaire. Cette attribution est dtablie soit en vuedela nature de l'action,soit du territoire dans lajuridiction duquel un tribunal exerce sa fonction d'une manire absolue. Elle i'est en vue de la nature de l'action, quand le hgislateur a








LES 6ODES HAITIENS


dict, par exemple, selon l'article 69 du code de procedure civile, que tels tribunaux jugeront telles affaires. Elle l'est en raison du territoire, quand le m(me hgislatcur indique qu'entre les tribunaux habiles h connaitre d'une action ledemandeur devra la diriger soit A celui du domicile du d(fendeur, soit A celui de Ia situation de l'objet litigieux. A ce point de vue, l'Mtude et l'application de l'article 69 du code de procedure civile sont tr(s-utiles A celui qui s'occupe du droit. Lorsque donc l'affaire. introduite devant un tribunal, est de celles don't ]a lot lui attribue ]a connaissance en raison de ia mature. on dit qu'il est comp tent rational material. Si cette connaissance lui est aussi attributed en raison de la personne, il l'est aussi ration personal. Si par contre, le tribunal Mtaitincomp(tenten raison de ]a mati~re, cette incom petence, qui est d'ordre public, serait absolue et 'exception d'incom pitence pourrait tre soulev(e en tout tat de cause, tant par les parties int(ress(es que par le minist~re public et le tribunal lui-m6me. Par exemple, un commerqant estassign6 par un autre commereant au tribunal civil en ses attributions civiles pour le paiement d'une dette commerciale. L'un et 'autre peuvent, en tout Mtat de cause, soulever l'incomptence de ce tribunal, en raison de la mature,
L'incompdtence rationm person, au contraire, peut etre couverte par toute defense au fond. Par exemple, un 6poux a son domicile dans une juridiction. 11 va cependant demeurer dans une autre. Son spouse ne l'y suit pas. 11 lui intente un pro s en divorce devant le tribunal de la nouvelle juridiction, sans avoir fait aucune d~clara-tion de changement de domicile ni an tribunal de. paix de son ancien domicile ni A celui du nouveau. Ledernier tribunal civil est competent en reason de Ia mat.i(re; mais ii ne I'est pas en rat-., son de ]a personne. Si Ia partie assign(e compa-








LES CODES HAITIENS


rait et se dMfend au fond, elle couvre l'incomp6& tence rationxpersonx de ce tribunal et sera d6boutee, si elle ]a soul~ve apr(s coup.
Le lIgislateur, en vue de sauvegarder les int& rbts des justiciables, a 6tabli divers degr~s de juridiction, une hirarchie dans 'organisation judiciaire.
D'abord il a institu6 les Justices de Paix, pour faciliter les affaires dc peu d'importance et dont le jugement ne peut subir de retard. 11 leur a donn6 une double compkence: Une competence endernier ressortet une competence en premier ressort ou A charge d'appel. Lesjustices de paix ont non seulement la connaissance des affaires civiles et commerciales, scion l'tendue des attributions qu'il leur cont~re; mais encore ia connaissance des affaires de simple police. Toutes ces mati res 6tablissent leurjuridiction contentieuse. Elles ont aussi leur juridiction gracieuse, par exemple: le pr(liminaire de la conciliation; quoique ce ne soit plus obligatoire pour les parties.
Lorsqu'un juge de paix est appelI dans les affaires d(lictueuses ou criminelles, il ne peutd6.orrnais agir que comme officier de la police judiciaire, auxiliaire du minist~re public.
Le ligislateur a 6galement institu6 les tribunaux Civils, les tribunaux de Commerce, les tril)udaux d'Appel, le tribunal de Cassation et les :,rbitres. Outre ces difflrentes juridictions, il a i",tabli les tribunaux militaires. Chaque commune possede au moins un tribunal de naix. Le Prdsi(lent de la R~publique est arm6- du droit d'en instituer dans les quartierset autres endroits oi ia n cessite' s'en fait sentir.
Le tribunal Civil est~tabli pour un ou plusieurs arrondissements et prend le nom du chef-lieu oCi il reside. Le tribunal de Cassation existe pour toute Ia R(publique et si(ge A la capitale. C'est Is Tribunal Supreme.








LES CODES HAITIENS


Le tribunal arbitral est au choix des parties, lorsque la loi permet qu'elles substituent des juges volontaires d. la place de ceux qu'elle a institutes.
Tous ces tribunauy tonctionnent selon la loi de leur institution. Cependant les tribunaux d'appel ont W abolis par ]a Constitution de 1816. Quoique r6tablis en principe dans toutes les Constitutions post(rieures, ils n'ont jamais fonctionn6 et n'ont pas, par consequent de loi propre. C'est une lactine A combler, en cc moment of le pays fourmille d'hommes de loi.
Les tribunaux civils connaissent en leurs attributions restreintes d'appel des jugements rendus en premier ressort par les justices de paix. Aucune loi particuliSre ne rigle d'une manidre precise la forme de l'appel et l'6tendue ddtermin(e de cette juridiction, i ce n'est quelques articles du code de procedure civile, entre autres les articles 20, 21, 22, la jurisprudence de la Cour de Cassation d'HaYti et celle de la France en mati(re d'appel. C'est encore une lacune d combler.
Parmi les diff~rents tribunaux, il faut distingue." ceux qui ont la juridiction ordinaire etceux, qui ne poss(dent que lajuridiction extraordinaire ou d'exception.
La juridiction ordinaire comprend toutes les affaires contentieuses, en exceptant celles qui sont sp(cialement affect(es a certains tribunaux.
La juridiction extraordinaire ou d'exception, comprend toutes les mati~res d6fdrdes aux tribunaux sp(ciaux.
La juridiction ordinaire est d~volue aux tribunaux civils, appeals aussi tribunaux de droit commun.
L'autre embrasse les justices de Paix et les tribunaux de Commerce. De lI deux principes importants se d(gagent :
lo Le tribunal, dans sa juridiction ordinaire








LES GODES HAITIENS


juge toutes les affaires de .roit commun. Sa cornp6tence n'a do borne qu'une disposition de loi attributive d'un autre tribunal, lu moins sa cornp6tence ne s'arrte que iA ofi commence celle d'un autre. Au contraire, le tribunal d'exceoption est strictement oblige de juger dans le cercle de sa comptence restreinte ;
20 La force de la juridiction ordinaire est de permetire au tribunal, qiii a jug6, de contraindre ,I 1'execution de son jugement et de connaitre A la fois des difficults relatives Acette execution ; tandis que les tribunaux d'exception n'ont point le pouvoir de connaitre de ces difficultYs, ce qui vault. en 'aveur des juges ordinaires I'application de la maxime du droit domain (, jwisdctionen propriM dictam et imperium ,. Cependant, par exception, les juges de paix connaissent des difficult6s relatives h leur jugernent rendu en dernier resS ort.






CHAPITRE VIII

De.v Justices de Pair.

Les justices de paix constituent le premier degr de l'6chelle, de la hi6rarchie judiciaire.'Elles ont 6t6 6tablies pour les aftaires, qui tiennent plut t au fait qu'au droit, sans exclure cells qui ont rapport a ce dernier. Elles ne connaissent point des mati ,res r6elles, immobilires, mais ellas .ugent sp6eialement les actions possessomes.
En mati~repersonnelle elles connaissent de.







LES CODES HAITIENS


actions depuis une gourde juscju'h cent gourdes en dernier ressort et ii charge d'appel ou en premier ressort depuis cent une jusqu"i cent cinquante gourdes. Ellesgardent 6galement la mn0ine comptence en matiere commercial. L'appel des jugements rendus par elles h charge d'appel en natire commorciale ne s'introduit point au tribunal de Commerce; mais bien au tribunal Civil en ses attributions d'appcl.
En matibire civile le tribunal ie paix connait 1" des actions pour dorn ages faits aux champs, fruits et r coltes, soit par des personnes, soit par des animaux ; 2o des mcines actions pour dcplacements de l)orneS, usurpations de terre, arbres, haies, foss~s et autres cl6tures, commis dans l'an11e; pou eItreprises suL' les cours d'eau et Cgalcment de routes les actions posse ssoires; 30d cells pour reparations locatives des nitisons et 1termes A la charge des locataireset fermiers; 4� de cells pour indemnit~s reclamoes par les fermiers ou locataires pour' non-jouissance, lorsque lo droit n'est pas contest ot, pour degradation allVgude par le propridtaire ; 50 do celles en paienent des salairesde dgens de travail, des domestiques et en execution des engagements obligatoires des mait'es et des gens do journees, engagements qui peu.,ent con-inencer et finirle II CM jouL ; 6 de celles p)ur injures verbales, rixes et voices de fait pour lesquelles les parties no so sont p:is pourvues par la voice criminelle.
Pour los actions possessoires et les affaires A charge d'appel le tribunal de paix d(1,ide SOIus 1,1 prCsidence d'un seul juge avec l'assistance do greffier. Quand il juge en dernie' ressort Ic t'ibunal de paix est alors pr.sid par le jIuge titulai,re ou celui qui I replace, assist6 d'un supplant. Nous avons conslat! que pour les atffaires personnelles Ia comptenceestfixde sur le taux de la demande et non sur la valeur adjug6o. -- k Toir








LES (ODES HA1TIENS


I'ari't dii 2t octobre 1857 du Tribunal de Cassation d l;I l{6publique ainsi concu:

D';ipi's Farticle 32 do I loi organique, lorsque
,,j uge de paix .j uge en dera ier ressort, il est ten u do s'ndjoindre uni suppl6aii ; mais d le'gard ties causes siitjCils i I'a: pel, hi pIresence de cc ma, gistat, ;issilc de sUn gre-,flier, StIfht pour In compoteice. ) ., [a cump tiice pour loe premiero(1 le dcrnier reS zort ,e (ietermine non pI ha valour adi f~I, 'le.1u(.e" flin iS J l 1o (MIX de la de-.
i ilcle - et il estdo 1)!'i ilcile (JI 'llf1 jLIg-supp6I 1nt le )W'li tC0 COuIril' avec VOiX ,oI61)CatiVe aux jU,ene it, (l Ue (hIllS le ctS i) s')n COfl(COtli's devien t cce ] i e HP( U IC or1 pCHte nce,
(Ctte l'clflui sur- hi coIpetc'nce, stir 10 taux (o c('tt( comi , ic( etnc dto 1ileiu x de paix n'est l.Is MIIOM, l~ t l'Ck 1iV(' ;'I1leIII' jl~l l -ioll, 0110 ('St gill ~ ~ 111 - 10.,- ohcflise rusisH)ILbuax. Aiiisi
tne ( illtltk (il ('1 iiell t it d'tne !-oimie de cent :-);NM10 ,, 11'( i " IttI' e elflpi , no seiait de la :0111 1(LI' C iu 'il u-nild d(he C10 iix ni en premier, Ii
(1) i IJ-n ;cic . ;e0l1 eSt )1-ut)t 1Iela com petencc lu Ilhnind i civil : (polies de V'/w/flitale ad
,,j',1ri.\(//( / i i ] p/'l le uilur, seWper qlua fln m ,, / lur q110'rem'-11m Ms, non cuanlum (lebeattur ))
(vo il' ('l1IN1\eau A(1Iol1l1C, tome I!"- illtroductionl 1;, Ii i oceduIIiC, page XL).
L0, ll , (10: Iaix, ;Il i)- t . 6n['olIC11i (.l0 jUridiction c tellto u-(,, (z jumole cmia'ili;ateui'. ii conciliC les lo'tics (l i n'o 'senteil t volontairement devarit , i, lw inio ,lue fair e se petit. S'il y paivient, il faith dicssi irocCs verbal coiistalait l'accoi'd des I)artics. Au Cs conr'airo, mention sommaire est lhi te\j u 'CiIeS n'ont f)I s'cntendlie.
A pat ect achct e h I juridiction gracieuse du judge de paix, ii fait diesier les actes de notoit6 .pour v(a 'ifi'e 'adir.ement des titles perdus et la







LES CODES HAITIENS


possession des p)Ioprietnaire- sur louts bions imneu bles, l)Our pIertetre In c6librationl dies Inainlages en llavoie (los personnes, qii ont perdu leurs notes do 0;isnee oi0 (1e r'o1in li-slnece. 11 prside les consciis (e [imille ta it pour l10 noininatiolsl e 1tic CI I 'iU S aLiX Ilitletl's Ot 01X intoer1ditA quo po ur I't:nmizcip tLimil (lc:.; init,; Chn . (j it fot lUe1 I;t ['Cullion ies C0 l eils( fdo i ille est ncCessnli '0, le .utg,, d 1 ie l iix cu 1l .up1)i l t qui 1c replace, In pt'-ode.
II pr()6-d i't lpp Sitio: 0 t t A la IC\e'O (les scel16s apr',s d, et tait tolls actes C't co c-koitifs. Outre ces3 diver.-'es ntt'ibUl I ole.1ge do plix ePt juge de police. 11 iil-e o illg.:Pd"ppe oil ell (leinier ressort los iff;lires de simnpIe police.
Dans routes Ies iffircs (lui elt'ailletlt en-plisonnenment ol (1011t ls estitu ti 1, 1n11e(l0s ou
ii l 1g"0, toljouI'S i Cln0rgc (l*;1j)olCv (urt. 1 '8 C.i i)t" ci111; ) il o'.t i11ciinbrel do la p)licc jtalicinlire et con ne tl, il eSt :1Iiili i-0 d lliliSt 3ie P-tO blic. 11 concou t c l'tcomnplissement do cer'tni :tsotes presents pmi loi, tois (iLo tloll ellUi e i)01-' tOS, enl C; IS d(~IC ic0\C l n j (il1 Iz J)jn du condoinn( --ont foin(3e-, l'entr'o de la inis.on, el Cns dO cont i[ito p, ' V(0)1. c .
Lejuge (10 l);Iix est le iw, ie' ilnOgilF ' t de la 61.63. L,1 1l~1:,10 l't hI niul-tip)'i~itel d1 SOS I'llctiOlls; IC font S,Iu'1iS:1tM 1110111 eiilrlueV. QIoi lutl lJo )1'3li m ini i e dle 1 ,1 (o + < iln1 i( :I le s o~i, p hl . 0,~ i a loire, elon) h IljlodiliC(;1tito l)o'ht o I. 'I 1'ar'i,'c 57 dl code do i)',c(Il uIe civil, lVs plties ont Cpenldinlt ia faculI. de c Imnp)t'itr'e volontoir'men eil ecolcili i 1) lev;lit l 1i. Co lm;lgist't 0 'st (loll l)iell plhce il)liCo hlllile en 'I) teil iel' (o tollt( o.s .(lil'licultu"s qlti lputivewt su 'air' eillt'e le'SjJSliI'i;1lhleS. I,'i +\'(:it hIieo ll Stl 10 gll (211 de sos l~ triuildc
lio)n.s et Ve lire -nlOllo (l'il pol to, il .oj llit de grades p ' ugatives de l1 ptall dU IcgiSlZtCtI'. 11








LES CODES HATTIENS


est, pour ainsi dire, come le lord-maire en Angleterre.
Mallieu rousement, soit parcel quo lesjuges de paix no se sont pas tous montr6s Ai In hautour de Jour mission, soit parcequ'ils ont t6 souvent victimes d'exc6s do pouvoir, ils ne sont pas entour s du respect et de la v6n ration auxquels leurs titres letirs donnent droit.
L'institution desjustices de paix a pris naissance A I'aurore de notre Inddpendance nationale. L'article 46 de Ia Constitution impdriale ctu 20 Mai 1805, s'exprimnit ainsi :

Art. 46. - 11 y aura un judge do paix dons chaque Commune; il ne pourra connaitre d'une affairo s'6evant au dolA do cent gourdes; ot Iors(jlle les parties ne pourront so concilier h ",son Iribimnl, elles so pourvoiront par devant "( los t'iunanix do leurs ressorts respectifs ,,.

Ln loi organique dU 7 Juin 1805 6tablit les attributi)ns des juges df paix. Plus tard vint cell du 2. Aofit 1808. qui les d6finit d'une mnni(re plus contori-ne aux besoins du temps. Diverses modiflications apportes it ces attrit)utions furent constat(es par des lois postrieures. Enfin la loi sur l'orgnnisation des tribunaux du 9Juin 1835, le code (Io pIod6duro civile fix6rent sur des bases i PC( pro:s dfinitives les fonctions des juges de I)dix.
Depuis les modifications servenues dans Ie code. de proddure civil, les lois de 1817, 1859, 1877, les tI.iunnux de paix fonctionnent d'une mnaniire' riguliere.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE IX


Des Tribunaux Civils.

Les tribunaux civils, commun~ment appo s tribunaux de premiere instance ou do droit commun, comprennent un ou plusiours arrondissoments et forment diverses juridictions selon les lois 6tablies. Ils connaissent de routes les affairs personnelles et irnmobili ros au de1ft, do cent cinquanto gourdes, des affaires r~elles, immobili~res, des affaires personnelles ou mixtes. Ils connaissent de I'ex6cution do lours jugoments, de ceux des tribunaux do Commerce ot de Paix ih charge d'appel. Ils jugent 6galerent toutes les demanded ind(termincos, on!in totes les affaires de droit commun.

Le Ddpartement de I'Ouest eomprend tris tibunaux: 1 Celui do Port-au-Prince, qui rdunit les arrondissements de Port-au-Prince, de Mirebalais, de Lascahobas et renferme les tribunaux de paix de in capitale, section Nord, section Sud, ceux de Ption ville, Arcalmaie, Croix-des-Bouquets, Thornonde, Grand-Bois, Mirebalais, L'imcalhobas, Thornazeau, Ganthier et Bellade,,re;
2o Celui de Jacmel, qui contient J'ar'ondissement de ce nor ot Ia ligno do Saltrou au GrandGosier et qui donne les Justices de paix do Jancmel, Bainet, C6tes-de fer, Marigot, Saltrou et Grand-Gosier. C'est une urgent n~cessit6 pour le Gouvernement d'ftablir unejustice de paix aux Anses-A-Pitre, en raison do la population de l'endroit et de son 6loignement de Grand-Gosier;








LES CODES IIAITIENS


." COlU il0 PC I 't C',o. (11ji CTr Ill)iof I irAndis.-etnenl (e I(,,g'1 i ,,' t los C(millm l e.s do PetilG(ive, de L,a 1e, e Gt'i l-(,,O ye. Le i'ge do cette juridictioii iiotivelle ist mil 1Ptit-Go*ve.
Le Do',pa; temnt (IM Sud so cOnpl)Oze do, Cfnat'e ti'il)uiNit!X CiVils otl ju!'idictic,'ns :

10 Cel ni (es C(ayes cOmN loi les airrondisseMenHIs d(S C ys Ot deS CWo1Nx, lOs j Si CS do paix des Cnyes, do ''oroleck, (1o 1'tltone- do-I Port, do Port S:fltit, l.cb .otwotx., is (di Cadoimi6rlc's, do, l' i'-i-l'iini01tet dc- Aiiglais. lo u irl:'ier dii C,11p1I) P01'i 1 ' 1 d it ( '1 ii ne ' 11 st110 iCO do paix.
20 (> ,oi dou OW Oi0. rni-nerm lo aT'ni(ondissCnlnt. dc Ia G' d'-Anzo et do 'Tibur(n. les iustices p )8ix, do .r'dmie, lPestcl, Coiail, d.s Abricots, d( l'Aii-;o-d tilimidlt, do Tiburon, dc DromeNI;; Pio. o(l ie (do iniot no.
3' Clti ('A(wlinl forme 1'i irom(olis. nmoll (o cc nora, et los Justices do paix d'A(Iiii, (o Cavaillon C t (10 S aint lo u i.s (ii t (d I .
4.V C'11i do IA nso-m-Vea COIpronfll l',1rrond is-eIN t, (I 0 NipoS et Ilos j tIs io.s 1e p ix do I'Anse-it-Ve:i, do Ni'agoiiHIP o etit-T'rou do Niippo,-. de i lIetite-Ilivi,'e, des Baraddros et do l'Asile

Ie I)'parioeno t du Nord riSnit doux jurilictions :
10 t,- lle du Cap-Hai Clien compared trente-trois ju -li,.eS (1l paiN qi son : Cap-Hnftien, GrandceRivii'e, Pelite-Antso, 'Irou, Acul-du-Nord, 'lainedItu-Nor]d, V fllid,'o, ltmiquitto, Ci'ice, Ter'rierRotr, I, l e), Ilignon, lilot, (ua i- - orin, PerclIes, Ill; i-+ince, Saint-RbaphaOl, Port-Plargot, Petit-Boug do Port-Mi1l'got, Caracol, Limonade, Dondon, Pilate, Borgne, Anse-Ai-Foleur, Cerca-La-







LES CODES HAiTIENS


Source, Sainte-Suzn n , Grand-Bissin, baie-desMoustiques, Mornbin Crochu, Teorlier.
Cette juridiction embrna,o nont l arronlissements. Elle est Iop ten111e. I1 faut n m1oSiS qu'elle soit divisd, en deux.
20 lajuridiction dc Foit-Libertt continent I'arrondissement do co nom et les justices do paix dont Ia nomenclatt r est, potlle dnns la ] i vote par le Corps LUgislatif en 1901. Le chef-lieu cn est au Fort Libert6.
Le D, partemont du Nord-Ouest roniformo, in tribunal civil c-lii t(wie six,justices de p ix : Port(ic Paix, Saint- Loui dtu No,'d, M1oe Saint. Nicolas, Jean- Ra l)ei, Bo m bido, BI, ie-de-fl e nw. Et Ic D~pa rtem ot (10 l'Ai'ti bon ito r'on t'i'i no(Ionde x juridictions
le Celle dos Gonnfves pons(,o comne rju-tices do p ix" Gona vs, Terre -Noit oe. 1ou-I Iy. Ia'melaile, Hinclie, S:iot- Micll1 de ,\V tlAIN , ilafssade. Gros-Morne�
20 Cello do Soint M;iir cmnlio nt les justices d pnix do Saint-NIlnc., tios Voer'olLet, Ct one-Sliii, Petite-B ivi~ro (10 I'Artiloiito, l)os-;lizios, La Chapelle.
Ces di(fe1t 1ut idrt tion o1n.-,i on derlie' ressort do ton{,u s .le- atfores civile s, corninerciales, mariliolos, 0eo tio iello1'e,.o criiinelles, nux terms d I'aiticle 1-6 do l~i Ii orgnique et de I'nppol do >ontolwos des u"es do paix rendues en 10romi(r' resort. Cest p;rt' exception q u'el Son ntendonIt les arfaires comn merci os ; car t no i oi oispile a inslitu6 les tribunaux CIsu lairos. ( est (lo e (iuai1d il ny on a pfis dans le ressort (Fun tribunal civil, que celui-ci peut les .juger. Indpendamnrent des difTrentes attrilbutions des tribunaux civils, il y a des dispositions du Code civil et du Code do procedure civil cIui r6clament sur divers points de juridiction non con-







1,E. (.ODES HAITIENS


tentieuse des decisions d'un tribunal entier et souvent cells du uoyen soul. Ainsi, lorsque le marl refuse (l'atitoriser sa femme i passer un acted, la femme pout it cet effet faire citer son ma'i directement deviant le tribunal du domicile commun, nux termes d l'article 203 du Code civil. Quand il s'ngit du refus diu manr do l'autoriser A ester en jugement, l'autorisation du doyen suffit. Intervention (IIl doyen seul ost ne:cessai ie pour les rfr6Vzs, les (leman(les en correclion paternelle ou mateinelle coilre ls infants ;nineurs, pow- Vl'otiverture des te'tments (logra phes et des test aments mystius, ot pour ]a legalisation i don ner ii la signature do certain officiors Publics, etc.



CLIA1ITRE X.


Des Juridiclions Consulires.

Les tibunaux d Commerce sont des juridictions dexception etablies par le lVgislateur, pour col laitre des affairs entre commerants soit de teIi(, SUzit do 1eor. Lou rs diffdrentes attributions sont d 4inies dans le code do Commerce. Cos jil 'di: tions corn prennent, cliacune, I'Mtendue d'un triunal civil. Elles connaissent de toutes les affaires conimerciales et maritirnes au-dessu3 de cent cirlquante gourds. Elles ne connaissent point do 1execution do lour's jugements. Les parties peuvent par elles m(mies y presenter leers affaires ou s'y fire reprdsenter par un mandataire nenti d'un p,)u\oir ou constitu6 it 'audience.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE XI.


Des Tribinaux d'appel.

Les tribunaux (l'appel avaieut t institu6s par Ia Ioi inpdriale du 7Juin 1805, organikant los tribunlaux do l'empive I'Hafti. C'6tainnt plui6t ls juges des ib'hunLaux civils. qui avaiOnt et6 transformes on juges d'appol des jugernonts des trbunaux voisins, sel0o) les dispositions des articles 1, 2, 3 du titre 5 de cetto loi.
Plus tard Ihi loi du 2i Ao'it 1808 Orablit deux tribunaux d'appel ; I'un au Port-au-t'rince comprenant le d6partement do l'Ouest et lautre aux Cayes, embrassant le d6partement du Sud. Corn me lepays etait en guerre civile, cette loi repul)licaine n'a pu s'Mtendre aux autres d6partements. Ces tribunaux fonctionn~rent selon les dispositions du litre IV de la dite loi, jusqu'au 15 Alai 1819 o0 ils furent abolis par la loi organique publi6e A cette date.
L'article ler de cette loi est ainsi con-tie
(< L'ordre judiciaire former trois Laegrs. La justice sera rendue dans ]a R1publique par des Judges do pai.%, des tribunaux civils et par le tribunal de Cassation.,
Depuis, les constitutions do 1843, 1867, 1879 ot 1889 ont vainement institul des tribunaux d'appel, qui jusqu'ici ne peuvent fonctionner. Aucune lol spiciale n'a d'ailleurs ftabli leur organisation et leurs attributions.
Les trihutiaux civils connaissent de I'appel des jugements rendus par les juges de p'iix en preier ressort. Quoique la procedure, d cette oc-








LES CODES, IIAITIENS


ca-ion, no suit pas clorrn'minee par une loi spociale, on suit les l_',malit6. du c, e do proce lure civile et la jurispul(lence dial)lic.



CIIAPITIIE XI[.


D)t Tribtnal ,le Cassution.

L0 t'il)unaI do Casat.iMn a dt{' inStitu o pour annuler, casse*r, rcfl I'ml' les (1 c'isions des premi iers juges entaeoi(es de vice do, former, (lexcos dc pouvoir, d'incom6ptenlce, de violation, do raiisse application, d fausso intep'l'tation de la loi. II ne connait pas du tond des afbuires. Quand il casse un jugement, il renvoic eli general la cause et les parties au nietne et sembllable ftat qiavant lejugement cas 6, devant un tribunal voisin do celui qui a rendu la decision annu lde. Cependant dans tine mcme a ffaire et su rn second recours l e 'i binal de Cassation, on vertu de lI Con-tittution en vigucur et do li 1i (l., son orgnisation, 'etient Ia cause Ct dhcide souverainement de la contestation, tint en la former qu'au fond, sans renvoi ot par conskjnont d'uno m ian;e're, ddi nilive. La lorme A observe' devantl lo 'ilunal de Cassation est prfaitemeni d'finie d'Wins la loi No 8 du code de procedure civile.
Le tribunal d CT-.sation do la Rdpublique a 6t fonda par ht Constitulion de 1816. Les lois organiques du 28 Jtuillot 1817 et 15 Mai 1819 en ont 6tabli los attributions. Le code de procedure civile, dans In loi No 8, a dotermin6 la forme d'y pl'oc~der. Celle on vignIeur jusqu',. ce jour et qui date du 23 Ddcembre 1867 en a fix6 definitive-







LES CODES HAITIENS


ment les ait'ibutions. Avant 1816 Ia GonstituIion d 1806 avait at I ibu6 au Sannt de n In 1(puhliquio les functions du Tribunal Supr(*mC ct i loi organique en date di 21 Aofit 1808, en determimant ces attributions, avait prescritL le mode do proc& der devant le S~nat.
Le Tribunal de Ca'usation est divis en deux sections : Ia section civile el In section criminellc. Un roulement fix' p-tr In loi se fait i dies Opocues d6termiunes entre les juges de I'ule -t l'a:tr- seetioii. 11 se comlpse ile qd inze e. pap 1'miceduels, 50 ti liVe1nt tiII pr silent et un vice' pr(' -ident. Cliacnn ('eiix p'6.sidle les sections selon ls rouleinents i';is. Lit section civile connnit de Otilc. los afh'e iviles e In section criminelle do loutes les afla'ire.s correctionnelles et crimickel les
Les Iccisions d u1 Ti i hau I Su prme on t ies noms d(ar'T(s ; celles des t1il)InlL.\x c'ivils rt do conmteo ciix (I- .junii ion ts et cellos iles iStices do. paix et des a-bi tics se iolcieiotcices.
La I(i dui 15 i\ai 1899 su' I'oi'ganisaiion ul tr'ibunall dh! CIssitiun laisait l'ohli ;LAion -Lu (leman'!eur d pr'ster jirnlableient au prsident (Ie cc ti'ii )I-nl U10 o 'req ,'nte qnti. 1p' ]ni 6iail, remiso a vec lcs pieces il lapf)1I i i Ln j uge -ra ppotour nomnrn6 c. ce n'dtait qu'apres lp'a(lmission do ia requ',te que le denandeLur po)Ovit tlr'e 6c00to et Si lit 1'e( n6te t ait 'ejet6e, le pea r'voi n61,1it pas adunis. Mais le code do proccdurecivile. en la loi No 8, a rendn In p roC I rc en Cassat ion plus simple en abiogeant In reqnUte pr6alable.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE X1ii


Des Arbitres
Les arbitres sont des individus -i qui plusieurs parties ou en certains cas, Iesjuges conferent ]a mission de decider sur les contestations, en vertu de dispositions p:-6vues par ]a loi:
Quand ils sont choisis par les parties, on los appelle das arbitrcs volontai-es.
Choisis comme arbitres forces, ils dlcident par exemple entre associ6s A I'occasion d'une socit6 de Commerce. La comp~len-e de ces deux catdgories d'arbitres, eu 6gard aux contestations qui leur sont d6f~r6es, est limit% par 1'acte qui les institue.



CHAPITRE XIV


De la Science de la I'rocddure

Des raisons '(Iluite et ds considerations d'ordre public ont constamment gui(C le Idgislateur (hns 'Mtablissement des r~gles et de ]a forme de proc der devant los tribunaux. A'est ha mani~re de les appliquer ou du moins I'enseigncment des raisons et des motifs de ces r~gles, qui forme la theorie des lois de ]a procedure. La connaissance raisonn~e de cette th~orie. cell de la loi positive et des decisions judiciaires rendues en divers genres constituent la Jurisprudence.








LES CODES [IAITIEKS


Toutes les applications diverses des lois, les opinions des ju'isconsultes bases sur les textes des lois, ljterl'prtation des tribunaux fondues sui' I'esprit des lois ct la Jurisprudence admise contribuent i 6tablir la science de la procdure.
A c6t de Ia scice de lh proc~du'e que l'on peut appeler a tlicoiie du droit, on est oblige de possdder In pratiClue, (ui consiste i mettre t ex6cution les p'ncipes dc li science, it appliques cc clue la loi presn'it, cC gui est communment enseign6 conforim~ment di 1a 1oi et au dioit, pour. parvenir a un rcsulfat satisfaisant en justice.
C'est pourguoi on appelle la pratique In trilure du barren u ( Iriltira ori). Ainsi In pratique possode ses igles g~nf 'les. qui servent ntcessairement de guide aux offlciers rninist6riels. Elles sont inseparables ties principes du droit et en foment corrme Ic complment.
Dans la langue dU droit, on nomme acte, tout 6crit fait, soit par des p'articuliers, soit pardes olflcier's publics. En droit roinain, il s'appelle instrument du mot insirumentltm et relate ce qui a exists.
Les actes effectu~s par tin simple particulieri prennent le titre d'actes p-ivds. Ceux fait par des officiers publics ont In nomination d'actes publics. Les actes de procedure sont des actes publics et sort par ailleurs authentiques, parcequ'ils sont fait par des officiers publics. Mbrne qu'ilssoient bAtis pa' un particulier, ilsdeviennent publics of authentiques pai la signature de I'officier riinist&iel qui y intervient, en conformity des articles 1902 et 1107 du code civil.
L'acte de procddur'e est tout 6crit, existant depuis In demande,jusqu'A l'ex6cution dujugement. C'est I'ensemble des actes r~digs pendant le proces, qui se nomine procedure. Quand on dit qu'une proc6durc est nulle, frustratoire, on met en evidence une sdrie d'actesjudiciaires faits dans








LES CODES HAITIENS


['int rvalle do la dem:ande au jugeniont ou it I'cxdcut ion.
En term pratique. on appelle dresse 1. formaflun, lo redaction des acte.; solon les r'gles usit6es. 11 n'y a point dO fr-mile Iacr'anentelle. Pourvu (pi, les lo'nialit6s d 1a loi sn iiouvent (lns un adoe, on) Ila Ims h)Csoi (lox ig-er q m1el los (ieltnu ColnmecImellt, anI niilieu on i Iia fiul (1dei. Cepend;mnt il est 1bo:. pCi'on so serve (e10 termes t ee do Ia loi, onl au mains do termes 6qu iV'lents dnIS lecIns on elle aura10 i don6 ) eertaines expr'essions un setIs autre (le celui (10 I'lusage ordimai'e.
Les form ules sont dl'un puissant secou's poIm r 1'1o1ne do (Iroit ; ca', en les conSltalint, on :i le, moyen do so rendre coinpto si les lois quo 'on vent anppli(ue. ,'y Irouvent. Pour ce motif, quoi(li'Ion lie soit pis oblige a uo fLineome Sacrain lenI(lie, les no1l(le.z ni lent puissanimment.
La date des nctes d procedure 'onstit.ue une formmiali3 essOniielle, dont l'inobs,valion en entraine lI plus souvent la nullilt. La dlate est ,)Jne la demominintio de. jou's, mois et (n uxqumel. un a le a 6t( 'idig. ( Voir les a articles 6 et 71 du code (1, proc6due. )
La d~signtion do l'lheoure n'est ps aussi essenlielle qlUe cell do It (ite ct t'est exigiblo que dans des c;is d iernins pmr ia Ioi. (Voir entre a utres article 501 du code de procedure civile. EllI est enco'e necessair' planss les opera lioni dinlst uctio . a es-,tC do I'lieu e petit se fi'io entire., p'a ex\,-pl lorsju'il s'fgit lobleni poiur ill ad3e ]in Irio'it,' I'olllogiSll'mll-ilt. L';o.te lit otre sighn6 par I'officier pul)'ic', qui le dres.se, oi le signilie et l'omission (lecette signature en emporle nIllite. ; paive lium aole non sign e stimnparii et est i 16tat do pro jet. Chest done Ina signature clu'il lui faut. Une c:'oix misc par la parties elle-m me dans un acto ne peut tre d'aucune Considevation,







LES CODES HAITIENS


encore moins si cle est mise par officerr public. Si la partie no sait Signer, il faut que dans I'acte public iH soit coastat pni Ioffiliir c elle nC Io sait do cc interpeli1(0. Lecture doit Iu i Otto pralablement donn6e. Cette sionature est exigible dans Jos renvois. l)'ordi ie une simple paraple do l'officier public Gu (V Ia lartie, qui sail signer, suffit. Quant :iux j 'l irs, il importe (ju'Cuele s.4ient couistontes. Dnilleu 's consta eS ou 11011 elles sont hlulles. 1)an les actes publics on11 '6crit jamais on abreviation ka date. los noms propres ; ils en fornient los plies essentielles.
La copio d'u n eXplh)i t (it dttrc colfornle A toIiginal et les vices ie In copies entrane in6vitablement IM auli t6 do I'original, dsq uoI'elle ostjdina ndoe, ot vice viersa.
L'cxloit est un ace d u ministo d'lIissier. 11 est ,'6gi eil g01 'al par les fo nmalit6s des articles G. 9, 7, 73, 7 1., 76, 77. 78, 79, 80 du code dc piocedurc civile. P1 usieuis aril'ts du tribunal de Cassntion veulent en erintormit6 do la ioi que les vices de tormae de Ia topic d'un exploit en enti'iinent la nuI1lit6. Enle aitiies (-elui du 23 Mars 1835 s'exprime ainsi : 10 I.es copies d'exploits laiss6es a Ux parties, ]eu r lien non t lieu d'origi nalI et les vices de foirme qui nur'tiel pta nnnuler I'exl)loit, s'ils avaieat 6t6 dans l'oi'igi nalI, I'ann ulent incontestablemeul, quioiqu'ils nce so Iouvent que dans la copie. ( Arr't dua 29 Mlr-s 18:35 ).
6)� Les Co1pies d'exl)loit laises aix parties lou r liennel)t liel (l'oliginal. Or, lorsque Ia C,,lpie de Vex ploit sig:i i ike par Ia pnitic demanderesse en Cassat ion aux LeIme d I'artiele 929 du code do procedure ci vile "I Ih d6ende'esse 1o continent Pas In date (IL jour do 11 significaition, tin tel acte 6rant nul tie pout e.'Oviri rIgler le(16:,i prescrit par la Ioi. ( Art dui 22Septembe 1836 ).
On soutieiit (ILIe si I COpiO (10 l'exploit eszt 16guli re, landisque I'original en se ait irrgu lier,








LES CODES HA1TIENS


Io ddfendeur serait sans int6ret -i en demander la nullit6. I1 n'aurait qu',a demander communication do cet orginal, pour que la nullit6 prouv6e puisse 6tre declare par le juge; puisque la copie ne pout tre quo la reproduction fiddle de 'original. Une contradiction existent, en effet, entre la copie et I'original d'un exploit sur une formaIit essentielle doit entrainer la nullit6 de i'un et de Iautre. En vain on opposerait que la copies r6gulibre 6tant en la possession de Il'une des parties, elle ne peut valablement demanded commucation do l'original. Dbs (iu'une pice est produite en justice, elle devient commune aux parties et la communication no saurait en 6tre rfus~e aux termes d I'artikle 189 (Lu code lde procdure civile. ( Voir Garconnet. nit. 188 corre-;pondant :4 l'article '189 di code do procedure haitien; et aux roots: exploits d'huissier, arrts r~cents du Tribunal Supreme WHa'it, sous I'art. 189). It n'en est pas do m6me des actes non r6dig6s par t'huissier, dont il ne Uit que notilier la copies. Cette copie non conform 'i 1a minute no peUt entrainer Ia nullit6 do son exploit. Ainsi le vice d'irrdguIarit6 no poiirrait en trainer la nullitd de son exploit que s'it existait dans la copie de Iexploit, mvre de l'liuissier lIi ni(ine. Maintenant, on n'a pas besoin (ue l'explnit soit 6crit en entier de la main de I'uissier, pour qlU'il devionne son oeuvre; pour vuqu'it l signe, il en endosse la responsabili t6.
,, Les articles 71, 78 et 80 du code do procedure dit Line jurisprudence du Tribunal Suprme, n'exigent point lIue actede d'un lbuissier soit dcrit en entier de sa propre n Itn. 1l suffit que lexploitcontienne touts les formalitds essentielles et qu'iI soit signu6 de l'officier ministdriel qui en a Uhit la signification pour qu'il soit cru jup'qu'd at inscription do faux. Arrt du 29 Aofit 1853.,,








LES CODES HAITIENS


CHAPiTRE XV.


Des (lelais (e Procedure.

On appelle rdlai de procedure la mesure du temps que la loi, le jugc et la convention d6trminent pour l'accompli-sement d'une chose. Les ddlais sont fixds par la loi, par ceux de la citalicn, d l'ajournement, de Ia pdremption, de certains jugnements et do plusiour's procedures, etc. Quand ils sont tablis par le juge, les jugements qu'il prononce les renferment. Quand c'est par une obligation, ils no lie-t quo les parties, sans engager I'autorite du juge.
L'inobservation des d6lais entraine plus ou moins nullit6 ou ddch6ance. Ainsi quelqu'un est assign A comparaitre au tribunal civil dans une affaire de droit commun A un delai moindre que Ia huitaine. S'il y comparait, il n'obtiend'a pas valablement Ni nullit6 do I'assignation pour inobservation du (16lai. Tout ce qu'il peut ite, c'est de demander i jouir du bcndfice du dM!ai. MAlis si actede ne comportait pns de0 (leai, il strait d droit nul. Cela s'explique: article 71 du code de procddu'e civ~ie prescrit, a pine de nullit6, un ddai pour comparaitre ; mais il ne 'a p-as d6termin6; de sort que si le demnandeur fixed le dMlai de trois, de six jours a comparaitre et que le d6fendeur se prtsente h l'expiration, il ne lui est pas facile d'obtenir ]a nullit6 (e 'assignation.
L'article 82 du mrnme code, qui Uait connaitre le dMlai, qui est (10 huitaine franche pour les personnes domiciliesen Ha'iti, n'est pas prescrit A peine de nullit6 et 1'art. 951 ddtend de supplier les nullitds non spdcialement prononcdes pat' ia









LES CODES HALTIENS


loi. Done la nullit6 d'un ajournement qui comporterait un dlai moindre que celui de l'article 8? ne serait pas admise. Cependant si contre un jugement par d6faut le difendeur faisait opposition et soulevait la nullit6, des auteurs sont d'avis qu'il obtiendrait et ]a nullit6 de l'ajournement et, par h fortioii, celle du jugement.
D'autre paint, le juge, par example, prescrit par un jugement quo dans, tel dMlai, une chose devra s'effectuer, sous peine de ddchance. Si la chose, ]a preuve ordonneo ne so r~alisait pas, la partie encourrait la d~ehcance. Un autre example : Une pavtie s'engage envers une autre, accomplir telle chose, un entrepreneur a. construire un 6difice, une maison dans tel de'lai, sous peine de dommages-int6rts. Le dMlai pdrim6, s'il est reconnu en taute, il no peut 6viter ]a condamnation aux dommages-intrvts. Mais il faut qu'il soit mis en demeure. Dans les d6lais il faut tenir compte des termes extrfmes. Quand on dit, par exemple, dans I'ajournement que le d6fendeur comparaltra a huitaine, dans la huitaine franche, et dans les citations qu'il se prvsentera ai un jour franc, le premierjour, qui so nomme dies a quo ne compte pas, ni le dernier, dies ad quem" cc qui veut dire dix jours pleins pour l'ajournement et trois jours pout' la citation.
Pour ces sorts d'assignation, il faut ajouter le d6lai do distance, qui est d'un jour par cinq lieues.
Les ddlais ne se comptent pasd'ordinaire d'heure Ai houl'e ; mais de jour Ai jour. Lorsque le premier et le dernier jour du dMai ne comptent pas, on dit que cc ddlai est franc. I1 y a des cas o0 le premier jour du ddlai, le (lies a quo, ne compte pas. C'cst dans les cas ofi l'on constate les locutions h computer de, A dater de, depuis, dans, d'oOi la r gle: Dies termini non computatur in termino.
AinSi l'articlo 28 du code de procedure civile







LES CODES HAIFIENS


dii que opposition au jugement par d~faut des tribunaux de paix sera form~e dans les trois jours.
Cela exprime clue lejugement signifi le preinier Juillet, palr exemple, 'opposition a cc jugement sera signifi6e le quatre an plus tard. Do mtme I'article 160 du code suscit6 declare quo ]'opposition d unjugementpard6faut, rendu cmtre tine parties ayant d~fenseur, ne sera recevable que pendant huitaine A computer du jour de ]a signification h d~fenseur. Cet article exclut l'id~e de touted franchise du d6lai.
Pour certains actes, oO le jour f6ri6 ne compte pas, si le ddlai expirait ce jour, il n'y strait pas compris. Ainsi un acte est signifi6 le premier Juillet. On a jusclu'au cinq pour le pr6senter i( l'enregistrement, parcel que le d6lai de troisjours est franc. Si le cinq etait cependant un jour f6ri6, palr exeinple, un dimanche, il ne compterait pas et l'acte se'ait valablement enregistr6 le six, conform~ment ii I'article 123 de la loi sur I'enriegistrement.
Le jour bissextil est 6galement compt6 soulement dans les d6lais fixes par jour et flon par mois. En vertu de l'article 95i diu code do proc~dure civile, Ic dlai est toujours augm ent5 pour les actes faits i personneot domicile. Et cette augmentatio so compete par in jou-r pour cinq lieues dn distance.
Cette disposition est exceptionnelle ; elle no doit pas sXtendrc it d'autres cas. Quand il y a copendant voyage, envoi et retour, cette augmentation sera double sel.,)n le m~me article.
La prorogation d'un dMlai d~termin6 par ha Ioi ne pout 6tr'e ordonn6e quo dans les cii'constances prescrites par elle et en vertuj d'ordonnance ou de jugement, sur tine denmande do 'une des parties pr'sente avant 1'expiration du dMlai. (Voir les articles 268, 280, 281, etc. du code do proc6dure civile.)








LES CODES HAITIENS


I'abr'viation du dM1ai ne pout tre accord6e par le juge qu'autant que ]a loi 'autorise formellement. Lorsqu'un jugernent accord un d6lai pour une operation quelconque, cc d6ai ne comment e (lu',q pfa'tir de la signi-fication du jugement, que cc jugement soit contradictoire ou par d6faut, article 258 c. p. c.
Parni les (l61ais que les tibunaux pouvent accorder se troupe cOlui de grice, qui n'est fix6 qu'en faveur d0 Ia parties condamn6e, afin qu'elle putisse satisfaire au jugement, dont l'ex6cution est pour cc fait suspended. Cc d6lai no commence que du jour de ha pr ononciation si lejugement e!t contradictoire et d celui do Ia signification par un huissier commis, s'il est par d6'aut. (Voir articles 129, 130 du code de procedure civile ). Pour que le dMlai coure par rapport au jugement par d6rnut, il faut ha cormisc d'un Ihuissier, soit par le jugement, soit par l'ordonnance du juge competent. Autrement cette signification neserail pas nulic ; inais elle no ferait pas courir le d6li. Cc d61ai, d'ailleurs, ne suspend que l'ex6cution forc6oe sur la personnel ou sur les biens du condan) ; il n'empche nullement ies acts conservatoires faits par le ci-6ancier, aux terms de l'article 132 du mrme code.
Nous venons do voir los difforents d6lais pendant lesq nels uno pa. tie no pout rien effectuer. Maintenant il y a des .jours o0t il ne lui est pas permis d'agil, i mots d'un cas urgent et encore en vertu do l'ordonnance du juge. C'est pendantles jours do foes 16gales ou constitutionnelles et pendant la nuit, aux terines des articles 73, 6S1,958 etc, du code de procedure civile. Les jours de fates 16gales ou constitutionnelles sont: le premier janvier et le premier mal. Toutes lessignifications faiites cesjours, A momhs durgence et d'ordonnance du juge, sont nulles d'une nullit6 d'ordre public.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE XVI


Des peines altachies a l'inobservalion des formalild
des actes, a' 'inaccomplissernent des obligations imposes aux pa lies ou (tux of/iciers minisidriels.

Aucune des nullit6s, d6ch6ances et amendes prononc~es dnns le code de procedure civil, dit I'article 950, n'cst comminatoire, ce qui veut dire que les prescriptions de co code ne sont 6crites pout- rien, que leur inobservation entrance une sanction inevitable, soit la nullit des acts fails en contravention hi ces menires dispositions, soit une amende, -oit tine d~chance. On dit qu'un ade est nul, quand il contient une infraction .t la loi, qui le faith considerer comme inexistant, ou Lin vice qui 1'ernp~cho de produire effect. Dans cc cas il est r~put6 non aventi et ne pout 6tre I'ob.jet d'aucune consideration. Cependant cette nullit6 ne pout etre admise que lorsqu'elle est formellement prononc~e, article 951 c. p. c. Nous avons Vu qu'elle doit 6tre prononee do droit quand elle est absolute, c'est-A-dire d'ordre public. Si elle n'est que relative, il faut qu'on la demand pour qu'elle soit accord6e.
Lorsque la nullit6 tlint a la substance m6me do i'acte, le juge pout, en certains cas, la prononcer, (luoiqu'elle ne soit pas formellement 6crite dans la loi. Par exemple, toute saisie-ex~culion, ind6pendamment de la signature do l'huissier, doit 6tre signed tant dans original cue dans la copie par, deux t6moins haltiens et majeurs. Quoique l'arti-. le 506 du code de procedure civile n'exprime pas. formellement la nullit6 pour d6faut de signatur&








ILES CODES H,AITIENS


des t~moins, dI moins 10 dfaut do cottc signature entr'nine In nullit6 do la saisie, sur In dernande de ]a partie ,-aisie.
La dcheance est la pere ou la privation d'un droit, (ILii noUs etait 6cdu. Faute d'avoir rempli les conditions prdvues soit pour l'exercer, soit pour le conserver. Ainsi la Rtic, (ui ne s'est pas pourvue en Appel ou en Cassation dans le d61;li de trente jours do la signification contre un jugementen premier ,essort d u ttibu nal de paix ou contre celui du Tribunal Civil, est dchuc du b6n6fiee de I'appel ou do ]a Cassation. La decli6ance prend ]a denomination do forclusion (forum, barre-n, excludre, exchure ) lorsqu'elle est la pine dune n6gligence cornmise par Line parties fi produire dans un proces, en vertu d'un dMlai fIx6 soit par le juge, soit par la loi. Cependant ul no so forclot soi-mtme. Tout d6lai, ne courant qu',i partir de la signification d'un jugementou d'un acte, est plut6t en favour do la partie, qui a fait cette signification. Toutefois co principle n'est pas applicable au d6lai pour commencer une enqueSto. L'orticle 57 du code do proc6dure civil et los sui\ants sont formels.
Lorsque les nullites ou los d6ch6ances sont pronone6es, c'est toujouis sans pr0.:udice du droit qu'ont les parties victims de ces nullit6s ou de ces dch6ances do fair prononcer des condamnations soit aux frais, soit aux domrnages-int6re'ts contre les officers minist6riels, qui on seraient cause.
A c6t6 de ces pinee, il y a cello de I'amende qui formeune measure fiscal, 6dict6e au profit du tr6sor public soit contre la partie, soit contre l'officier minist6riel. Ainsi une personnel so pourvoit en Cassation contre un jugement et n'a pas la precaution de (1lposer la valour do cinq gourdes prescrite pour rendre le pourvoi reevable. Elle encourra d'emble ]a d6ch6ance et la condamnation A I'amende. Lorsqu'il est prouv, qu'une






LES CODES HAITIENS 55'

omission ou une contravention est l'wuvre d'un officier minist6riel, surtout quand la loi n'a pas prescrit la nulIit6, cet officer minist6riel est condamn6 A I'amende, apres avoir W pr6alablement mis en cause. Les formalit6s don t nous venons de parler sont cellos (fu'on appelle intrinseques ; parcequ'elles tiennent au fond, A. la substance des actes.
Les formalities extrins&Iues tiennent plut6t d ]a forme ou h l'ext6rieur des actes Telles sont les formalit(s du timbre et do l'enregistrement des actes.



CHAPITRE XVII.


Des citations. - Des cedules. - Des ajourteients.

La procedure en justice de paix former la promire partie du Code. C'eOt un abr~go de c lie ih suivre devant los autres tribunaux. Simple, concise. elle a pour but d'6viteraux parties le plus de frais possible et d'6tablir un moyen rapide, pour parvenir h toutjugement. C'est on vue de la simplicity, de la rapidit de la proc6dure et de l'6conomie des frais que le 1gislateur, dans l'artitle 26 du code de procedure, a consacr6, sans doute, que le minist~re de l'avocat n'est pas admis devant les tribunaux de paix, nyime sous la qualit6 de fond6 de pouvoir, ce qui ne veutpasdire que, comme particulien, il lui est interdit d'y plaider ses affaires personnelles, cells de son 6pouse et de ses pupilles.
I1 est de r~gle qu'aucune partie ne pout 6tre condamn6e, sans avoir 6 mise en rnesure de se







LES CODES HAITIENS


d6fendre. Cest i le but de tout acte introductif d'instance. C'est pourquoi aucun jugement. de-vant n'importo (11101 tribunal, ne peut condam ner iine partie, sans 1'exhibition de cot acte. 11 se nomme citation ou c6dule au tribunal de paix, assignation ou ajournement devant les autres tribunaux. Ces mets sont parfaitement synonymes.
Ainsi In citation est ]'exploit par le(iel une partie clue I'on nomme deman(Ieresse pr'Osente devant le tribunal de paix une demande ou y introduit une action contre une autre, qui est d6fenderesse, aux fins d'oblenir centre elle tine condamnalion ou Lin avantage quelconque; tandis que l'ajournement est 'exploit introductif d'une instance dans le m.3me but devant un tribunal civil,de commerce ou autres. Les articles6, 7, 8 et 9 font savoir cc que a citation doit ronfermer, comment et pCrqui elle estsignifi0e, devant quell juge de paix il faut citel, le jour et l'heure de Ia compariution,b pine do nullit6. La citation correspond i lancienne forrnalit6 des Romains :in js vocaoio. La citation prend le titre d'exploit, parcc qu'il est do I'essence do cet acted d'ete signified par un huissier. C'est comme pout, l'ajournement. La citation devant le tribunal do paix n'est pas toujours indispensable, parceq uc les parties peuvent y comparaitre volontairement. Alors le juge a pour obligation do faire constater par ufn proces-verbal la volont6 expresse des parties, de fair juger lour differed sans la formality de la citalion, art. 12 du code de procedure civile.
Cependant le 16gislateur, en vue do simplifier la procedure devant les tribunaux de paix, a 6tabli 'a forme simple de ]a cdule.
La cdule est done. un erit sign, du juge sue un timbre do cinq centimes, pour appeler une partie d~fenderesse devant son tribunal sur la sollicitation d'un demandeur pour une valeur, qui n'exe6dera pas trente piastres aux termes de






LES CODES HAITIENS 57

l'article 2 du code de procedure. Au deld do trente piastres, ]a citation est obligatoire. Les articles 69, 70, 71, 73, 74. 78, 79 et 80 du Code de proc~durc civil traitentdes ajournements, des mati~res qu'ils contiennent et des formalit~s qui y sont inh~rentes.














CODE
DE


PROCEDURE CIVILE






SUR LE MODE DE PROCI!DER
A LA JUSTICE DE PAIX

Chamibre des Communes, ' Juillet 183 f, Scnat, 17 Juillel. Promulge le I 18 Juillet. Abrogde acec le Code de 1834 par ddcrel dii qooucernement provisoire du 22 Mai 1843. Remise en vitiem' par le ronseil d'Etat le 4 Aotil 1845. Modifite en divers articles par des lois postdrieures: 17 Noeembre 1876, 26 Seplembre 1895, 20 AoNt 1897, I 1 Aoit 1907.


TITRE PREMIER

Des Cidtles

ARTICLE PREMIER.- En mati're purnment
personnellc ou rnobilicre, lorsque la cause n'exc6dera pas Line sornme ou valeur de cinquante piastres, s'il n'y a point de titre. le demandeur se pr6sentera en personne par devant le juge de









LES CODES HAITIENS


paix, pour expliquer 1'objet de la demande.
(Pr. civ. 15, 26. )
S'il y a tire, le dernandeur pourra se faire reprsenter par un fond6 de pouvoirs. ( C. civ: art. 1748,1749, 1751,1753. )

Cet article, qui est extrait de la loi du 17 Novembre 1876, a modifi6 I'ancien article ler du code de procedure civile. On voit par les dispositions de l'article que Iorsque la demande, introduite au tribunal de paix, n'excOxde pas cinquante piastres, il appartient au demandeur d'aller expliquer lui-mOme devant le juge de paix l'objet de sa demande, sil n'y a pas de titre. Mais s'il a un titre, il lui est loisible de se faire representer par un fond6 de pouvoir. Cette prescription du premier paragraphe de l'article lerforme une exception A'. la r.gle g(nirale: car il est perlnis A toutes parties, demanderesse ou d fenderesse, de se faire representer en justice. Le fond6 de pouvoir, commuriument appel6 mandataire, praticien en droit, est l'individu nanti de la confiance et de la procuration authentique d'une partie pour la representer soit en justice, soit devant toute autoritt ou officer public et partout oil ses int~rgts peuvent se trouver en jeu. I1 peut 6tre constitu6 A l'audience soit par son mandant en personne, soit par une simple lettre, ou un 6crit sous seing priv6 enregistr6, ou un mandat notario.
On a essay6 plus d'une fois d'6tablir des lois de r6glementation des fondds de pouvoirs. On n'y a r~ussi jusqu'ici.
Un projet de loi pr~sent6 sous le gouvernement du g6n6ral Salomon fut vot6 par la Chambre des Communes et ajourn6 au S6nat. Sous celui du g~n*ral Hyppolite, ce projet fut de nouveau pr~sent6 au St!nat. II n'a pas eu un meilleur sort. En attendant c'est la loi N' 8 du code civil sur le mandat, qui dtablit les obligations et les droits respectifs des mandataires et de leurs mandants. La prafiqne des affaires judiciaires a 6levd la qualit6 de fond6 de pouvoirs A la hauteur d'une institution semi-publique. Aussi a-t-on vui plus d'une fois des juges de paix suspendre des fondus de pouvoirs en leur interdisant pour un temps d6termin6 le droit de reprolsenter les parties devant leurs tribunaux. ( Voir D. Jean-Joseph, inst. jud : page 189, Mlullery, Manuel de la justice de paix, page 86. )

ART. 2. - Si le d6fendeur ne comparait pas de lui-mme, et (u'il s'agrisse d'une somme ou valeur qui n'exc~de pas trente piastres, le juge de paix lui enverra une c6dule. Cette c6dule indiquera lejour et I'lieure de I'audience, les nomsdu demandeur et ceux du d~fendeur, ainsi que l'objet de ]a de-









IES CODES HAITIENS


mande; elle se'a reprise par un Ihomme de police au d~fendeur, ou laiss6c au lieu de sa residence actuelle; (pr. civ. 5, 11, 12. Tarif art. ler)

C'Gest en raison de ]a niodicit6 de la demande, en vue de implifier ]a procdure devant la justice de paix et de la rendre moins digpendieuse que le 16gislateur a institu ]a c6dule en .Justice de paix. La partie, qui ne iemploieait pas, en faveur dle ]a citation, ne verrait point annuler celle-ei ni, par cons(!quent, rejeter sa demande;seuleiment les frais de cette citation ne passeraient pas en taxe, c'est-A-dire ne seraient pas P la charge du d6fendeur. qui r6clamerait. On voit que les formalit(s indispensables de ]a c6dule sout:
1' L'indication des jour et heure de la comparution;
2' Les nora et prnoih du denmandeur et ceux du d6fendeur;
3' L'objet de ]a denande.
ELe exige done moins de formalit6s que la citation. La remise de ]a cdule par un home de police, qui n'en garde pas original, d'autant plus qu'il n'est pas asserment6, pourrait exposer 1e demandeur A une veritable chicane et mime A une inscription en faux, si Ia cdule n'tait sign6e du juge de paix,qui, ipsofacto, en aftirne, par cons6quent, 1'existence et l'envoi.
La c~dule est faite sur timbre de cinq centimes, et expddi6e aprils avoir 6t6 sign~e du juge, au d(fendeur Fans frais A la diligence du greffe. En vertu de 'article 73, 8� do la loi sur I'enregistremeit, elle est exempte de la formalit6 de 1'enregistrement.
La cddule pent Atre 1crite par le juge de paix, par le greffier. ou par le demandeur lui-muime. L'indispensable est qu'elle soit signed.

AR. 3. - Si, au joulr et h\ l'lheure indiqu~s. Ic (IfendeV ne compaait pas, le juge, apr~s avoir entendu Ic demandeur, lii adjugera ses conclusions, Si cites parPaissentjustes et hien fond'es. (P'. c. 5, 9,10, 27, 28, 29. )
Si c'est le dernandeur, qui ne compa'ait pas, le juge donne,'a congo contre lui.
Dans ces cas les fo'malit~s r'equises contre les jugenients par d~faut seront les mnes que celles prescrites aux titre IV de la prlsante Iol. (Pr. civ. 6, 9. 30).

Les-formalit~s de l'aricle sont trgs-simples. Le premier devoir du d~fendeur est de comparidtre a I'appel de la justice.








LES CODES HAITIENS


Cest en reason de eettecousidration que nul ne peut 6tre jug6 et condamnns, s'di n'a 0t4alppe16 et entendu. Le demandeur n'eat iiullement tenu de I'attendre une fois le dlai expire et encore Thoins le I ribnnal; d'autant plus que la cdule est donn~e pour comparaltre ai jour et hvmure fixes. S'il ne coiip-tratt pas, le tribunal ace.)rdera d lfaut c )tre lui. D'- llrne , Si c'est le demandeur qui necom)aralt p.s it son tour et ne presente aucune excuse 1.-itiim , le j-i'e donnera eng'5 centre lui et renvwrra le dzfendeur de la demuide. Pourque laffaire puisse ktre intro.lIite au tribunal de paix, iI fatU l prlalable qu'elle ait 6t6, m'se an r6le, appele et retenue.
La loi tur le tarif des fraist p)rcevoir dans les tribunaux n'en l)rvoit au3 in 1)o1r la lnis au r6le an tribunal de paix.
No 1 - Aux termesde l'article 3, 2c alinCasusvis6 du code do procdure civile, ii est prescrit que si c'est Ie demandeu vqui ne comp ,rait pas, lejuge donnera conga control lui. II est constat6 par to jugement quo Stil Fleu'imont et Pharnas Brutus, demandeu'S el 01 ppel, ont fmit dOfaut, cc qui fait suppose.', dit Ie jugement, une renonciation A leur acre dkppel du 19 Dcembre 1903. Dans cc CaS le tribl il n'letait pas saisi do leur demanded. En donnant defaut contre eux et leur avocat, apr s sommaition at en renvoyant purernent et simplement P'oplmi4tc Jean de l'appel in. terjet6, Ics juges ont sainement applique I'art. 3, 2me alinki dII code de p 'oceduro civil et 'ont pu cormettre ni exc6S de l)OUVoiP, ni violation des articles 22 et 17, p'ocedl'e civile. Par ces motifk le tribunal rejette etc., (arr't du 6 Fdvrier 1908. - Gaz. 1j' MAIi 1908.)
ART. 4. - Si les doux parties, cornparaissent, elles ser)nt respectivement entendues dans le dveloppement do len rs moyens et 1e juge prononcera audience tenante. ( Pr. civ. 5, 10, 1'_, 13, 14, 15, 16, 17.)
ART. 5. - Dnus les cas pr'dvus aux articles 2, 3 et 4 ci dessus, ii sera fait mention du tout au proqs-vorhal d'aud ience.










LES CODES HA1TIENS


TITRE 1I

Des Citations

ART. 6. Toutecitation devantlejugede paix con- C.p.C. tiendra ]a date des jour, mois et an ; les noms, F.
profession et demeutre du demandeur, les norns, Art. ler domicile de l'huissier'; les noms et demeure du ddfendeur; elle 6noncera sornmaierement l'objet et les moyens de Ia demande, et indiquera le juge do paix qui doit en connaltre et lo jour et l'hcure do la corn parution, le loul pine de nullilt. La nullit6 ne pourra Ortie prononcoe que par le juge do paix sur la demnnde du dfendeur, ( Pr. civ. : 7, 8, 9 10, 11, 13, 14, 71.78. 79, 81, 174, 951, 954. T. 20. 21, 22, 2:3, c. c. 91.)

Cet article (fablit la forine de la citation. 11 comprend sept fornialit~s distinctes :
La premiiIre a trait A la date de ]a citation. Cette date est indispensable. Elle fait savoir si l'exploit a Otl signifiM en temps utile, A un jour qui nest pas nne fete lPgale, et si le dolai A comparaltre a W observ6 par Ia fixation (in jour, A partir duquel le d&fendeur est mis en deneure de se dfendre an tribunal. I! nest pas ncessaire qu'on ajoute dans 1'exploit lheure A laquelle il est signifi.
La seconde fornialit; comprend les prdnom et noin du demandeur. 11 faut que le dfendeur connaisse lien, sans do,,te, celui qui le met en cause, afin cue, s'il est oblig6 envers lui, il puisse se libdrer, en cvitant les chances d'un procts. 11 faut encore quil sache si son adversaire a le dr(it de l'amener en justice. Enfin il doittreen unesurede se renseigner sur la persotne contre qui il est "pl)e! A diriger ses defenses, s'il est oblig6 de rl)Oldre A l'actiou.
La profession du dernandeur est encore indispensable ; elle oontribue A le faire connaftre.
Jug6 qu'il suffit qu'on insure dans ]a citation ]a quality de proprictaire, considr6e colnne une veritable profession, pour qu'elle puisse valider.
La troisibme fornialitN veat que lhuissier soit (lesi nd par 3es prdnom et noln, et son domicile, afin qu'on sacho s'il a competence, pour instrumenter dans le lieu de la citation et











64 LES CODES HAITIENS

quo la partie citde puisse au besoin s'adresser A cet officer ministdriel, si elle ne le veut faire au demandeur.
La quatribme est 6dictde, afin qu'il n'y ait pas de doute sur ]a personne du ddfendeur. On ne peut pas, A la rigneur, exiger son pr6nom, A moins qu'il n'y ait plusieurs individus portant le m6ine nom que lui, auquel cas le prdnom du ddfendeur merait indispensable.
Le demandeur n'est pas tenu de connaltre le domicile du difendeur. C est pourquoi le lMgislateur n'exige que sa deineure, qui 6quivaut alors a sa residence, A son domicile. On nest pas tenu d'insdrer dans la citation la profession du ddfendenr. L'article 6 ne 1'exige pas ; c'est ]a preuve qu'elle West pas nWcessaire.
La cinquime rdclalne l'expos6 sommaire de l'objet et des inoyens de ]a deniande. Ce libell est indispensable ; ii permet au d6fendeur de savoir pourquoi it est appel6 en justice et de prdvenir le procis, s'il reconnait le bien fond de la demande, oh de preparer sa dfense, au cas oft it conteste cette demande. L'expos6 doit Otre clair, concis et simple. Le vague d'une domande serait cause de ]a nullit6 d'une citation.
A laudieuce, apris l'Ovocation de ]a cause par lhuissier de service et la retenue de cette cause par l'une on l'autre partie, le demandeur, soit par lui numie, soit par son fond6 de pouvoir, s'il en a constitu1, i)rsente sa demande, par ]a lecture de la citation. 11 pent la ddvelopper, ]a modifier, en augmenter m6ime les moycns dans les termues de ]a comnpstence du txibunal. Mais it ne peut y introduire une demande nouvelle, qui naurait pas t, comprise dans ]a citation. Cest pourquoi si la demande est (lune somine (largent. it faut que la citation en flxe le quantum, car toute demande inddterminde est de la competence du tribunal de droit common, c'est-A-dire du tribunal civil. Si c'est un objet corporel on l'*ovalue. S'il s'agit d'une action possessoire, d'une usurpation de terre, d'un troul)Ie de droit ou de faith A ]a possession, il est encore utile que ]a citation donne ]a designation de la situation et de la'nature du terrain ou de l'h6ritage. afin qe le ddfendeur puisse pr6senter sa ddfensp en connaissance de cause.
11 est ndcessaire au surplus que si le demandeur agit en vertu d'un titre, d'une convention, d'un fait, d'un article de loi quelconque, tout cela soit sommairement exprimu6.
La sixiMe comprend indication du juge de paix qui dolt connaitre de la demande. Cette formality ne veut pas dire qu'on est oblige d'ins6rer dans ]a citation le non du juge, qui doit juger ; car A dfaut du titulaire un supplant de juge do paix peut connaitre de la demande. 11 suffit qu'il soit mis dans ]a citation : ,A comparaltre an tribunal de paix do. et pardevant Monsieur le juge alors en sifge. - De cette faon le but de ]a loi est atteint.
Cette indication est tile, afin de permettre au ddfendeur de savoir si le juge est colnptent pour connaltre de la demande, s'il n'y a pas en sa personne matikre a recusation et si encore il est celui que la loi ddsigne.









IES CODES IIAITIENS 67)

La septiniue et derni~re formality: de la citation conbite dans l'indication du jour et de l'hnure de la comparution, ce qui veut dire que ]a citation doit btre done At jour flxe et t heure fixe.
L'expression vague, A, comparaitre dans le d6la4 de la loi, que l'on insrerait dins une citation en lieu et place du jour tihe entraine la nullit6 de l'exploit.
On a vi m6me un i ribunal de paix annuler uine citation qni contenait. au lieu du jour fixe. l'expression ZI comparaltre t in jour franc, dlai de la loi.
II est A remarquer que Particle 6 contient cette expression fortolle que ne contient pas article frantais correspondent : , le tout it peine de nullit, itA prononcer par le juge de paix, sur la demandedu d6fendeur.
Done 'omission d'une seule de ces formalit&s, quand elle est prouv~e, doit faire annuler l'exploit.
Les formalits contenues dans cet article se noinment intrins~ques et tiennent At la substance mnie tie Fexploit. Cells. qni consistent dans l'emploi tin timbre n(cescaire ' l'exploit, dans Fenregistrement et le cofit L y insurer, se nomment extrinsiques.
Ces derni~res formalit~s, sauf I'enregistrement, ne sont pas prescrites it peine de nu]litO. 11 y a une amenle centre le contrevenant pour dl'faut on insuffisance du timbre prescrit et une amende 6ogalement pour Ihuissier qui aurait oins de mettre le cofit de l'acte au l)as de I'original et de ]a copie.
La citation devant les juges de paix, dit Bioche, est, en gn6ral, dans les causes de sa comp Itence. souinise aux mines r gIes que lajournement Les mmes motifs les ont faith 6tablir, satif qn-lqnes mo(lifications qni tiennent A itIa nature spciale de lindtitution des justices die paix. Ainsi ]a iiodicitI des int6rlts, le pen (e difieuolt6s des questions (lui s'agitent en g'nral, (levant cette juridietion, rlclamaient des formes plis simples, plus rapides. lioiwis lispendieuses (le cells qui sent exig(es devant les tribunaux ordinaires et une execution moins rigoureuse des prescriptions de lIa loi. ( voir Chanvean Adolphe, tome ler, page 3; Boitard, tome ler, pagcs 5:5, 586, code de procednre ciile franf-ais. 1). Jean Joseph, pages 1612, 113, des institutions judiciaires en Haiti, Mullery, Manuel de lajustice de paix en Haiti. pages 27, 28, 29. Quoique la. itation soit At jour et At here fixes, on pr6voit dans la pratique qu'aux jour et heure indiqus pour li eoiiparution, l'affaire pent ne pas (tre entendu, soit par lit ,multiplicit6 les causes djA an r6le, s)it par manque d'audience Alors. aprl's avoir Iix6 les jour et lienre de la coinparti ion, tam ajoute : ,, d~faut audience au jour et heure fix6s, on tautc de voir appeler laffaire an tribunal, it snir'e les audiences ul tdrieures du mnie tribunal toujoursh . here d . j nsq u. vocationin dtinitive de la cause. D'autre fois, en vue (lvite,tine surprise, si lon voit que laffaire ne peut passer an triitunal au jour indiqu6, on tlemande et on obtient tine reii.e -t








ES CODES ttAITIENS


jouir fixe, le dlfendenr et le delnandeur presents ou I'n d'eux dfiment averti.
l)e cette fa on la citation n'est plus considdre come inopdrante ;parce que l'affaire n'aurait pas (M6 entendue aux here et jour fix6s.
A ce sujet, nons renvoyons sous article 71 du code de proe6dnre, A une eirculaire du Gralid Juige provisoire, Voltair% concernant les ajonrnemlents rdit6 &sl par suite de lieh6ance du dtlai de cOm)aruition, sans que laffaire, qni a dounnI inatire A l'assignation. ait pass au tribunal. Cette circulaire date d 13 J min 1839, N 14C)$ du recueil des lois et actes de feu Linstant Sadin es.
10 - orsque dvaRt le jLnge de paix et i apropos d'nne (ont( t1tiion relaliv, t uile operation d'arpenag, (Ins l aquelle la res-ponsilhilit6 de 1'arpeto es-I t e,ga. celtif-ci intervient volonta i er iont, s.Ms citation pra hi ble ci prend des ('oWICliSiollS. il a( VHa L \fI itenandI' en appel in ituli (ILI 1ug nll (II tli)uL 1i d0 lMix, qui le eoiidamiiie pou allf'rlctionI ALIX tC'- ( e sa profcssion ot cola sou l 1) idtexte cnjil ninaurait pas 616 t(Ltii emerit a)pel6. At. io ca'-5ii(ovn du 23 Ji) 1106, (fZ. (Ies ttiIunaUnN, l'"Septl~uG p. 316.)
Le judge I, do qui allnnule l citation A CO~)nlxtt'nit (levallt li, (I0111C' nit de(fendenir, est dosnai-i de Ia do idlde ct no peut phis I'examin101' -I1US CXC'"S (it 1)Otl Oi'.
,e IugemetIt (1Ut. Lv I'appel (4 ]a decision rond ne cvotr8 mentionn a cc pri nci pe. confine cette dciion) v lie los nregie de la col ptence et COIN met Un 1t (xc C d( o)0t( VO I' (A1'A. d L 1 Avril 1905. Gaz dos tribunaux, le" fdv. 1906, ). 11 )
:1v I I e (1s at icl 6, 71 I e78 p I. civ. que llUissier n'est ten IIe ncittiionner dans l'exploit d'ajoinemea lu in q(ali t6 de Ia porso nne i qui il a reinis la copies pour ]a persoijne absente de son domicile et c'exl ressi n des rapports qui en '-snultI nt. 11 (t in Ltile de mentionner le nor de In personne, qlui a reeu In topic do l'exploit.
Loc tribunal civil die . n pourtant annu,,I une citation dolnnCc hi 'cffet d- rider uille opposition A








LES CODES IIAITIIENS


arpenilnge, sous le pi-texte que lliuk:sier n'n pas signn nomiaitivement lo ills dc la person citee auquel 'opie a 6110 hhisske pour elle. Ell [iisailt d(1 cette d(,_ai)nJ lion l condition essenliell (1e l v aliditO de Facte, les judge - du tribunal ont exckc' lou's li voi:S, 'soinlnt iiitciprct1c et fausseeninIta1])iqlu6 les a'tiies ci-dessLIs Vi>(,s du code dC p'ockulre civil.
L.arti,ile 25 de la oi sur 'airpenltaoge, el (lis lIt. qu Ila itl opl)o.sante sia oblige d fiairo videor ie litigoe (hIlls le d(elni (te jOulilor tlls, id' l-as prescit to d61i (do huliuinio do l'article 8 pr. civ. pour Cc, fire, i pilot do forclsion. l,1 dcldaranIt done quo hl VaWtio Op)l)OSiotIe pout l ( exorelCer Ic (liruit (itle l1w (eon1e' l'aitieto sus-\iv&} parico
qu'ellc auiait inirodunit sol aoionll a-rpis to d01,li indiltii, 1u . ltribunal civil do. a stlb iti5 sl ' on to f2I cello de Ia loi.
I1 o 1 .e.illo till dt-' S d l Oi' 1Oi '1 p 1- f tSso ill10i'proll !el, l au.zS ' ,Ippq~lli(' iioil do I',ii'ticle -25 do laloisur l'r')Otnage. - (A irrt du 16 JalViol, 19,). Gaz. des 'Iiibunux, 15 Ja vier 1907, page 6
An-r. 7. En ilatiei'0 pU rolnieit per1sonnl(t1 OL C. P. inohlili , ioi, cltiol l sora (lolill e dovant to F; (Iud oiliicil e ( 1 ( tI)d uLiI;siII It pa (I (1 ) 1i1i ilo, Art. 2. devoant .iugo do sa i&sidoiio. (1 -,. civ. S. 9, 12, 59, 69, 79, 5o. - 9 . 4 ,30 431, e., 919, .
Atl. S. Elle to scl do vOi l le jtigo do hi situa.- C.P.C. tion do I o)jot lit igieu , 'uiscju'il S�gi a6 F.Art. 3.
1- Desactions pou 'doll mI ages b" i is au x ch i ps fruits et i'6colle.ssuit Ipal des .S -nnnes, , -oit p-1r desaninaix. Pr. civ 6, 9, 71, 95i., c. c 1996, 1 97, 1169, 1170, 1171 ;(0o10 lu 'a I -, 7(-Od 1, ,. 31, 32, 33,3 1. 31 :5.36, 41., i7, 48. 16- na1365.366. 367, 368, 3!i9, 370
2- Des deplacenents de hornes, des usurpations de tore, nirbre5s, haie.;, fosd6s e( auires cl6-










LES CODES HAITIENS


lures, comhis dans I'anne ; des entreprises sur les cours dean, commises pareillenent dans
l'ann~e et de routes autres actions. ( Pr. c. 31, 32, 33, 34, 3.5; c. c. 518, 519, 521, 522, 523, 5214, 525, 5W0, 541, 542, 1496, 1497. 1538. 1996, 1997; c. p6n.
375, 376; code rural. 10, 11, 12, 14, 18. )
30 Des reparations locatives des maisons, ainsi
que des fermes ou habitations rurales. ( Pr. civ.
9, 717. 718, 719, 720 ; e. c. 1523, 1524, 1525, 1526,
1869; c. r. 27. 28, 29.)
40 Des indemnites prdtendues par ie fermiev
ou locataire pour non jouissance, lorsque ie droit no sera pas contest, et des degradations all6gu~es par le propritaire. ( c. c. 1 i2. 1483, 1490, 1491, 1492, 1493, 1491. 1496, 1497, 1498. 14P9, 1500,
150(1, 1502. 1503. 1506. 1512, 1539, 151.3.


Le heg'islateur, en 6dietant cet article, qui est comme une exs
ception AI l'article l)r(ocdent, n'a eu en vu que l'int~r&t de parties. En effet, quel juge est plus h meme do juger avec connaissanie de cause que celui de l'objet litigioux ?. D'abord, A proximity des lieux, 0'tant cens6 mieux les connaltre, ilest plus en mnesure (ie rendre mime decision C-quitable. conforme au droit.
Ensuite il y a 6conomie de frais pour les parties, de sorte que 'le t linstitntion des justices de paix, qui vent Ia prompted expeditions des affaires et 1'6conowie dans les frais, se trouve ninsi atteint. A ce propose nous citons volontiers quelques passa-es de Chauvean Adolplhe, tome 1, page 16, sous article 3 dii 0ode de )roe(dure eivile franis: , Ces diverses dispositions
,tablissent autant (l'exce)tions a la mnaxime rappel~e sur le l)rc((lent article: A ctormequ forv n rei ; et commne lui elles
. ont elles-mimes pour motif lint@rOt des parties.
Les affaires (lout il s'agit 1)envent, en effet, exiger de lapart , du ju gdes comna issances locales, pour qu'il vdrifie la situation
de lobjet litigieux, afin de d~cider plus 6quitablement. Or les ,,parties seraient (,videmient exposes A des frais beancoup plus
Scoulsi(l(,ral)les, si la loi leur donait pour juge celui dii domicile " de 1'nu d'elles. NCaanmoins la disposition du denxiine paragraphe n'est pas une exception A cell (le l'article pr6c6dent ; puisqu'elle s'applique A des actions qui ne sont ni purement
personnelles, ni nabili res. ,
Lorsque le terrain litigieux se trouve situ( dans le ressort de�
deux justices de paix, le demandeur peut citer le d6fendeur levant le juge de son choix, conime en matiRre personnelle.(voir lBoitard, tome 1, section 8, sexies.)







LES CODES HAITIENS


S- Los juges dc paix no connaissent que des actions porsonnelles ot mobilires do leur conp~tence: - cello porteo devant to tribunal do paix do. ayant en pour objet la remise d'un immeu1ie constituait une action irnnobili6re de la cornp(tence des tribunaux civil" - on la jugeant co tribunal estsorti de ]a limited de sa compotenee. (Ar. 8 Juin 1886. Bull. A. BourjolIy, page 93, No 5:3.) 2 - En attribuant exclusivement aux 'uges do paix la connaissance dos actions possossoires, article 8 du c. p. civ. et de cellos on nullit, (1 operation d'arpentage, a'ticli 40(d 1 a loi sur I'arpen tage, le legislature los a soustraites a 11juridition ordinaire, et alors ii no peut pas Cdro perMiis aLx parties de franchir la ligne (1 dermai cation qu'il a ainsi trace. Dins tons los ca., ['incomnptence, a raison do la mati( re, est dans co cas absolue, puisqu'olle tiont essentiollement it l'ordre public, lo jugye ftatoblig6 de d6clarer d'ol'fice son inconpdtence, art. 17t du code de proc~dro civil.
Dans 'espkco it s'agissait centre les parties d'une action on nullit6 d'opdrations darentage, qui auraient port le trouble dans la possession des dites parties, qui demandaient i 6tre maintenues dans cette possession avec dommages-intfr ts. Cetto action ainsi form est essentiellennt pos. sessoire, et si, pour appuyer leurs droits a la possession qu'elles disent avoir, elles ont excip6 (10 teurs droits de propriet, cela no pourrait en rion changer la nature do F'action possessoire, qui est de ]a comptence du juge de paix, 6tant donn6 Ie droit pour les parties de so pourvoir au p(titoirO a pres le jugement do I'action possessoire. Lo tribunal civil de I'Anse-A-Veau, devant lequel cette action a 6t6 portde, aurait dc0 d'offlce so d~clarer incomptent, art. 171 du codo de procedure civile, et, pour no 'avoir pas fait, it a vioI les r6gles de la comptence, ce pourquoi son jugement est nul. ( Arret 19 Avril 1904; - Gaz. 1e Juin 1904. )









LES CODES tAI.NIIFNS


C.P.C. A w'i l I. - - ln c iliotn . era nolife, l),r 1L'huisF . 'i e r d e Ia j u sfi e d, ja ix d ( l k fl d eu r ; en C as Art. 4, (1elnm[)eclelilenl. j)81" cedtii qui :-cl' ()nmrllis par
Io jitge co)ie on sl isso 'I In phlie; s'il ne
2 1 c p)irs(olflf2 CII son l dili 1('. Ila copie Sera
I;i-s'sCe. S\Ivoin: d l s ville. oil ho)lio',i-Z. 1"OI ('icr. (o police ot, (fillS Ios sctiolni le.-, ' l'ot'Ic))ier a!o In l),alik (III cllitOl io(Il \isoi'ollt ('O'igill lI lis f'i)ii( " ('1i Col ' 81( n,*t01tc('Illellt, A (ILli (i[i i Col , Zi IIIInii 0t l'l1uss1er
fernl' m liil li (( I O' e l i l (, c' (-' l(lli Inl cil'ttioll 4'-iui'a
('i) '(,liso.(Prl. ('i\.6 1 0li. I1, . 78. 7!. S , 8:3, 15h 1,
952, 95 ., 958. C. (c. -2, 9A, , ,; T.(), 21, 22
i.:} _2 L, 1 5 )18, I G1


1 hisi('ride l t jnsti,'e de lIx 110 )Oara illStrtinenter ni
)Oi lii Occict'i ses parents en ligle (lr()ite,. ses frr.l'es, so(irs et allis aniu ltlde la isIteur, (ii j)-,i-iVanlt hi notification do la citatihti par uil hnissier. a vouili laisser A la justi(,e la ertit l( (1 la cpie e (eSt p)nat-vnle ali dihfendeur, plisqiu ,i ho issier est Oin oflicier v.srmenO( qni, en vertu de ]a li. a (1Onll)cteeli icotir sigiiier les acres (le soni n'n'stre
da ls IF(tend eti soa juriictiol t Iclea
Etart cri jiisqii' iliseription d1 o aux, il ,.t colise avoir reInis IJa cif tion, 1o1(1 ie dans I xlphcit se tr()ve ]a preuve que les fo()ncIit(ls exices pour sa validity ont cti' replies. En disant qi'elle sera revise par lhnissier dot la justice de paix du domicile (1n ddfeiideur, la loi fit it ressortir piar cous(quent que si le (lefericlenr n'haitait pas le in ie (omicile que le (lefian(lellr el iii ci ne pourrait pas eiiiplover lhtlissier de son propre
domicile. A iliois d'exposer scrn aete A itle annul
Ailisi (liehllU'un (lelielre aux C(ayes et ' eut faire citer un
in(ividli clomuicili( ,i ]crt-Salut at tribunal (le 1)aix des Cayes, il lie pourrna se servir (1i'nn hisier des Cave, (S (ui est ineoinp6tent : iis bieii (l'un huissier(lii tribual de paix de Port-Salut.
S il v a eiipceieeiit, ciit lartihle 9. ]a citation sera notified
par n hiiissier (cilmiis par le juge de paix. Par exenple, les deiix llissiers de la justice de paix des (ayes so tronvent dans 'illilmcssi )i lit( de signifier un eXploit de lI juridietion de ce tri l)imil, ha pa rtie iit,(ressdo ia, (ln'1i pr('seiiter lile requ,te jl .*lcpe de ptix qui eoillet i cet effet in liuissier ciu trilbuuial civil et celii ci, (ii vertu de ]a cedule de conitnise du juge, fera
dis aotes valables
La citation sera laiss(e A la partie trouv(e en son donicile,
M]i ailleurs pourvu que Ihiuissier soit sir que c'est efle-iij6me.
S'il ne trouve pas ]a personne en son douici'e, il la remettra �A 1'un (lees parents ou serviteurs, niais au domicile et non all









LE5 CODE S IIITIENS


leurs. Au cas ofi ii n'y rencontre personne. il iissera cette copie dans les villes on bourgrs 't l'officier de police, dans les sections rurales au chef de Ia section, on fi celui qui reiiplacera Fun ou l'autre, lesqnels viseront, continue l'article, originall sans frais et mention sera faite par Ilhiissier de la, prsotinne A qui la citation aura 6t:l revise. On voit hien par LI qie (luant & ]a citation point, West besoin pour ilhuissier de s'adresser au voisin, au cas oft il ne trouve personne an domicile. L'huissier ne doit point pour ute bone reason instrumeiter ni po'ir ni contre ses parents an degr( prohihW. La loi a pour but d'6viter les faiblesses qn'entraine i'affection entre parents et les inimitids (l'engen(irent les pros dans les families. Nous constatons qu'il y a tine difference lnarqu(le etre l'article 9 du code (te procedure civile haYtien et l'article 4 correspondant (hi code (eI proc(lure civile frau(ais. Celui-.i ntkablit la prohilition que pour les parents, (t qui laisse entendre que ilhuissier pent instrumentor contre eux.


Ai1T. 10. - II aur till jOUP 'M llnoins ol e C.P.C. celui de ia citation et lejour ifldi(lj potin la Coin- F.
partition, si lIa pattie i e1 1W t donicil(e (lars ]a Art. 5. distance de cinq lietes. Pr . civ. 60 61, 82, 95i,
c. c. 91, 92.)
Si clie est domic"iice aua deli de cette distance, it sera ajouti Ufl ju- l()Ul' Ci l(I lieuCs. (Pr. (;iv. 11, 7 2, 8,. 83, 8 At, 15 1.
Dans le cas OIl leS d1a iS 1a U nllt l)vi t ec observds, si le (dffel-deu' no CIIpaia it Pa-:, 10 .juge ordon acra u'il so'a r(I .ssicnlG et I(a- fratis de la
pren-i(iio (citati lr ](At at Ia cliCa' i du dcinaldeui'. Pi'. civ. .3, 27, 76,. T. 168.

Le l6gislateor, en disar(t q 1il y aura au its iill 0jo1r entro ]a citation et la colmi)aruti1, entel un jour franc, c'est f(lire trois jonrs. Ainsi te jour de ha oigiiiflcation lo (lies a quo et celui de l'.ehlance le (lies m ( uenn e eomptent pas. La citation est donnce le cincj a. ecomparaitre le sept. Si le ddfendeur deineure A la distance do einq liemes du si'e du tribunal, le dlai est conipris dins le jor franc. I)ono qitil tenilre dans le lieu oft sifge le tribunal ou dans ha distance de cinq licues, le dtlai est toujours le mne et le demandeur ie peut l'iilmiger qu'en vertu d'une ordonnance du juge die deaix.
* Lorsque le ddfendenr demueure au dei de einq lienes de distance dni siege (In tribunal, ou dn lieu oft il est appeal, par exemple, dans uno deseente ordonn(e par jugement, A une operationn d'arpentago, ce d6lai doit dtre auglnent6 d'un jour










L.E, CODES IIAI'l INS


par imlq lios do distance. Si cette distance nest, pas de cinq lieucsc, elle devra toujoiirs 6tre considft~e conme Celle de cinq
]leies et devra comprendroe un jour.
Quoiue cet article ne pale pas de fraction de lieue. il est de
sane jurislrden e que tonte traction de heue doit Wtre suppute l)n l~e lietie et qne touted pe ,-onne apl)elle e11 justice d(it 1no1 seilelient avoirl o temlps indispensable pour comparaitre, Iais encore pour 6tre en desnre 1e e d c'eildre, la d6f1015e Ot:mt de droit nature.
La, citation peut 6toe (1011n(e I un (11ai p1 us long que celni
tix6 par la loi. L: bri?'vetf : (:u tlii ]Iet 3tablie quen faveur du demandear. Le mot moins do tartiele 11) t'exiriule surabolidammnent: Hi e pout lat donner At un d~lai pis court. S'il le faisait ct que le (Ifendeir ne eompiArft pats, le jiige ordonnerit Io r&oasigmii purement et silidemelt, (,t les frais de lai premnlhie citation resteraienat-i a charge du demanldeur lii1I1( 11 ,4 5.111f s roil i olll ii onti- FIII is slh , sit y a lieu 1 uX terIlios (etis articles 9 1 '" et 952 du Ciod det pr' l ,d re civil.
Si N, 'le -deur O11rala it au tribI ,i u' [I P 1lai trop
olllt, !e I-,iitII 110 eSen pLas 0doli( 1)r(1 e (,'1 autra covert pmr sa 1r(senee linformalit( de lI citaitiol mais le juge I)bM-ia ae('ord r Ine rullis, sil ' a, 11,u, sur la demande du
d~felldeut%
[ol',qUo J1 dflCIdlClr aura (ta tiOtiV0 an 11ieu o0i sie UC le tribiunalt, le d(lai no0 sera ips pour eola rtaceo(rei. Si le dfendeur Illtit it, det!J de dix lieiies, le itolai dte distance devwit tro observw1 dans la citation; car il Iourrait bien avoil l)esoin do se relre chez lui pour consultlt sei5 titles oi te reeourir aux
]uini0res dimtri, touted hoses q ui nIcos,,iteIlI dti temps.
U1 6ame ijurispriiudence a eo~ll"Ier, que les articles 83 et 81
du code (I,, procedure civil bontapplieables en justice do paix.
Lorsqu'il y aura plusieurs d6fndeurs eitns il divers d01ai ,
le juge nenitendra Iaffaire qu'a texpiration du plus long, argumeat de larticle 151 du( code de procedure civile.

C. P.C. Aa. 11. DaIs Ies (n S 1] rge Its, Ile uge oe101]a1Cf
F. t0 CfL('dCle lpout ZdJVcgOr les d~lais, et pourr'a Art. 6. pei hottre ie cter rmine dans le jour et i lheure
I Ed q: s. ( t. C. 6, 10. 37,73, 8*, Li. (p15, 958. T. 1.)

Le hgislateur a bien faith d'avoir perliis au juge de paix
dabr(ger, en ews durgence, le d~lai de ha citation ; car une personne pent (tro expose A voir ds int~rts srieiux bien eoimtrcmis. si elle est oblige do subir le d'lai de ha citation.
Par example, un ( bjet vendu est kur le point de p~rir, Sans que l'acqu(reur, qii la pay(t en soit mis en possession. I1 peut lierle vendeur ce ant le jige avant ]a perte, par une citation A bref dMlai PVauties motifs d'urgence sont susceptibles de se pr(senter. Le juge, qui est le seul appr~ciateur, des cas d'urgence, a la fatalit6 d'abrgeI ou uon le dMlai deJa citation. S11








LES CODES IIAITIENS


reconnait 1'urgence, il accord ine c(dul? ou ordonnance broviative de dgdai. i1 la petit donner inexne pour un jour fNriW, Art. 13, c. p. c. ) et A hieure fixe
La cldule est dispens e de a formalitl do lenregistroeient. Le d~fendeur l)ptt contester lurgence de la cdule, demander un stirsis. Le j o'e peut m~nie la r(tracter. !I n'a pas besoin d'crire ]ui m6ine Ia cdule. pourvn qa'il Ia signe. Elic eht ac,ord(e sutreq uAtea lA ;ulidesscle par le deluandeur. I est de jurisprudence. (lit Mullerv. que le juge ne peut perinettre d'abrtger que le dlai ordinai te (1e la eoniparution et non ce'ui de distance. A moins qne le (hefendeur ne se trove sir les lieux. (Voir MSultery, Hlatuel de Jutice dle paix' pn~re 131. )

10 Le juge de paiN. dans los cas urgents, qu'il apjv.cie pleinemenit, est aulorise, quaI(d ii en est requis, A dlivver une cCdule poural)reger lesd6lais, aticle 11 procedure civile. Dans l'espdce, en deliviant uiie cedule pour appeler ledefendeur quoqu'il se ft ag; d'une valeur n1'excedalt pas trente gourdes, e juge de paix des Gonalves a us d'un droit que lii accorde ]a loi et n'-i point, par consequent, commis I'exces do pouvoir, clui lui est reprochM. (Arr.t 26 Mars 1906. Gaz. des tribunaux, lcrJuin 1909, page 38.

ART. 12 Les parties pourront toujours se pr-- C.P.F. senter volontairement devant un juge de paix F.
auquel cas, ilijugeraorle diffdrend, soit en dler- Art. 7. nier ressort, si le- lois et les parties I'y autorisent, soit it In charge de l'appel, encore qu'il ne soit le juge natural des parties, ni i reason du domicile du dffendeur, ni i raison de la situation de l'oh)jet litigieux. ( Pr-. Civ. 7. 8, 17, 18, 57, 8U1, 892. C. C. 925, 1810, 1811, 1812. )

La declaration des Imrties (jii demanderotut jugement sera signie par elles, ou nmetion sera faite si elles ne stvent ou ne peuvent signer. (12.)
Chauvean Adolphe, page26, tome ler c. 1). c. ft. s'expriine ainsi stir Ia prorogatiom de juridiction des juges (1e paix:
- Si la cor, parttion en justice de paix a presque totijotirs lieu en ex~cntion Inne citation notifide, n~anmnoins un tel ' ete nest pasabsolument nfcessaire plour introduire Faction. II devieit inutile et frustratoire ds lors que les desex parties-










ILES CODES IIAITIENS


n se prdsentent simultaninent an juige et Ii attestent qu'elles a consentent A, lIi sotimettre leur contestation; tn'is, en ce a cas, il faut que le juge on son -rellier reoive sur le champ a et par (crit cette d(claration, qui reitiplace en queque sorte 1 lacitation et plans laqelle )tar consk(qnet t il convient d'in* s6rer ]a tlrte du jour ot" (lie est rev;ue; les ilis, professions,
et domiciles des deun parties, l6nonciation sommaire de " lobjet et des movetts de la demaittle.
a Ainsi constat~e, hi d ci'tration aix teties de article cou" vre de droit I'incomriteice rattiow ((j)r.e, f. , si elle existe; a c'est-A,-dire qu'elle rend leI jn e ix coi (ptent pouriiger a le diff(rend, encore qu'il ii, wit ]tas leir iig-e nature. Bien a plus la disposition de' ia t)i actuclle plus ktendtle que ne F ltait celle de la ioi doi 1790. qu I tie !a voy:tit w tint le ca s ofl a les pa rties-c)sentit-ait it (i tro jitig,'s ei uder ider i'essort, les a antorise A. )roro'er sll ce t'al)l)irt Ia jridiction diu juge.
* On a 1)ens5 que les affi i'es de Ia cotmtiptentce du jilge de paix (taut trop cunsiditabtles t, e gira , cei*res, il ne suffisait 1as tde dotuiit' an x pa ties Ia faculty de s'adresser au juge tie lmix, en qui ells nuraint 1)lu1s do i'onfiance ; mais . qu'iI fallait encore lO)U e ItVi'ir Ii(0e1( pIid"P)les, qu'elles a fussent iires de rettolcI'wr A so 1ourvoir de Ia sorte. a
Sur la question do sa voir si les parties peuvent souinettre A un juge de paix tine action wersminellce, (In; exicdcrait le tanx de sa compu teiice, iuiae en lirei'er rpssiiit, Chanvean r6pond que a le juge de pa ix a uriIctiil deijnriictio)l en lmitit re per. sonnelle et moiilit,'re it. p' ('olts(qunt sa juridiction est " toujours prorogeab'e , Mais cette q iestion est controvers(e ( voir Chain-oau. tomte lee, I)ig' 27. a t 7 c. 1P. c. fr. )MBioche dont 'opinion 1iiito l'tre al)1)'ei e. s'expr'imc ainsi:
a Le juge d ia ix . devwut lequel les parties eoiiparaissent Sstir un simple billet d'avertissement, peut dresser procibsa ver)al des conditions de haren igemtent intervene, liii's mme
que les parties ie szavent signer. Jugn toutetiis, ajoute t-il, a que le juge de paix saisi (d'une doicatide de ,sa c'ump(tence , n'a pas capacity pour 'otstter seI, sans la signature des
)parties, larrangement fait centre el.' en sa presence. (Liiioa ges, lei Juin 1817.)
, Lorsque les parties pi'orogeint, la juridiction d juge de paix, leur con'ieitiuetit dit tire expras et constat( par a 6crit. il lie pent sitduire (t sileiute des parties et de Ia noAIIination d'exhierts. ( C ass. () M 's 1857, 5 hianvier 1858.)
a La (chLr'atioi (ties tparties (111i COut) 1 rais1siut voioiitairea meit ef deniaudent tti 'giltent dioi t designer (i'tne mania re " claire et pr~cisp hobjet de lour litige. ((1iriear. 13 Aoflt 1828.)
,, Elle est sig-'n c l.t elles ( w] pat'I iil s i'oil(hs de povoi r a special, Cari'6 et (Ahauveau N, 31,) )ii mention est faite si a elles nepen vent signer. Le ju e mie fois saisi d'nie affaire, " constate seul les aveux et recoinmtissances des parties.a
La coinp('tence du jug-e de paix pent (tre lirorog~e au delA du taux sur letuel ce juge pout stauer. ( rJib. Besan;oi, 21 Juin 1844. ( voir Bioche, tome 4, pa@es.718, 719, tome V, proro-







LES CODES IJAITIENS


gation de juridition. pages 582, 583, etc., Boitard, tome ler, art. 7, page 598 ,'t suiv. : 1). Teaii-.Josephinstitutionjiiudiciairez, pages 182, 183, Mullery, Manuel deS jutStices (10 paiX, pages 32 et 33. )

10 LI coInI paItion volontaie, m61n r6gulI;61mont faite, tie saurait donner' attribution au j*ugc de paix clans (les dnotieies oft son in3competence est d'ordre public. (Aret d-125 Ma's 190, Bul. des arr6ts. D. J. Joseph. No 14.

2o Le j ugetueit attacILu6 ne d isant 'ien dabord qui monte que lIa cotnparu tiol des parties a 6 volontaire etsans ciltion prealable, vise seulement, dans l'unumeration des pieces ((Je consentement (es parties, dit-il, d'tre jug(es par nous en dernier resso't.
Dans tous les cas. le juge de paix, il est vrai, proedant sais citation p(,alAl)le, est tenu de suivre lts formalitds de Fai'ticle 12 du code do proc6dure eivile ; mais l'inobservation de cet article A 1'gard de la signature on de la mention qui remplac,! ]a signature des parties au bas do leui' d6elaration pour anutoriser I juge 'a d6cider en dernier ressort, cette inobservation constituera une violations do ]a Ioi ou vice do forme, tant un dfaut do CornimlitL' ou de mention, une omission de constater, i redresser en appel A [occasion, mais ne donnant pas ouve'ture i cessation, au sens de Varticle918.
D'autre part, do cc quo 1o jugemolit mentionnant l'assistance d'un ,reftier ad hoc no dit pis sil a oui ou non pr'Ut segment, le minister public 616ve un motif dO cassntion 'eprocliant an (litjUgement, non papvrcisftent d'zivoir 6t6 rcndu avoc lassistanco d'un gretfier, adho, (lui n'a Ipes pr~t6 le sermont exige, manis bien do no pas fournir la preuve do l'accomplissement de cette formalit6. C'est eneure lI un d~fautde mention dans ]a relation des foirmalitds, un vice de forme, une viola-








LES CODES HAITIENS


tion de la loi, qui pourrait t'tre rolev6 en appel et non en cessation ; il r~sulte done de tout ce qui pr6cde, (u'il n' a dans l'Ospec aucune des deux seules ouvertures do canssation autorises contre les sentences des juges de paix. ( Arr6t 13 Mai 1890, Bul. des arrts, I). J. Joseph, No 33.
k 3 - Le juge de paix, saisi dans ses attributions
de police ne petit pas, shinscitation r~guli6re pr6aiable, se transformer en judge civil et d~cider m~nme avec I'approbation ou le consenteinent des parties, mrme en 6cartant etr6servant le fait qu'il reconnait justiciablee du tribunal correctionnel, attendu, d6clare-t-il. (Iue cette allaire pr6sente un double chef. Dans lo cas meme oLI une question pr6judicielle do droit de proprikt6 aurait 6t soulev6e, l'instance civil no pouvait 6tre valablement lioe que pair une citation devant lejuge civil ou une comparution volontairie dOment consentie et constat6e. 11 y a done exces de pouvoir dans la sentence du .jtie de paix de Port-A-Pimnent. dont est pr6sentement pou'voi. ( Arrt du 8 Juillet 1890, Bul. des ai'irts, D. J. Joseph, No 50. )

4.- L'actedu 16 Octobre 1891, improprement appel proces-verbal do conciliation, n'est ni plus ni moins qu'un jugement sur comparution volontaire et ce, eu egard aux circonstances dans lesquelles il est intervene. Cornme jugementsur comparution volontaire, il devait contenir, pour justifier le consentement des parties, la signature d'icelles ou la mention qu'elles no saventou no peuvent signer. Contra-iremei.t A ,-e que soutiennent les demandeurs en (cassation, le jugement attaqu6 d6clare formellement quo l'exp6dition de l'acte du 16 Octobre 1891, qui a pass sous les yeux des juges, ne contenait pas la signature do lIa dame Dvoltine Paul, ni aucune mention y relative; elle n'a done pas donn6 sou







LES CODES IIAIT1ENS


consentement au dit acted qui, dos lors, ne pout lIi 6tre oppose ; d'o il sUit lue ie tribunal civil des Cayes, en prononc ant, dans ces conditions, la nullit6 dc l'acte du 16 Octobro 1'391, n'a viol6 ni faussoment interprM'IO aucun text do loi.
C'est en vertu de ]a promesse de vente du 10 F6,vrier 1890 et non sur tine opposition -i une opration d'arpentage que le tl'ibunal civil des Cayes a ordonn6 I'arpentage critiqu6 et dcsignc- un arpentour pour le faire. 11 no pout done pas tre reproch au jugoment atta1u6 d'avoir viol6 les articles 25 et 4 de la loi si' 'arpentage et faith naitre, par rapport au .jugement lu tribunal de paiX del C1teaux, q1i a statu stIr I'opposition i uno operation (larpenlage, une contrarit6 do jugements" il n'y a lone (de cc chef ni incomp6lence: ni excs do pouvoir. ( Cass : Art 22 Mars 189*2. Voir R6.quisitoirc, Ed. HIratIx, No 10.




TITRE I11

Des awlicfwes (1t /,190 de p)aix el de 1l rolmpar-ition des parlies.

Awr. 13. Les jtLges de paix jugeront tous les C.P.C. joturs, mgrme los dimanclhes et f0tes. ( ['l'. civ. 14, F#
1., 73. Art. 8.
lls pourrontdonneraudience rlhezeux, en tenant los j)ortes ,tIVO'rtes. ( P'. civ. 10. 15, 16, 18. Tarif 11, 12.
Le but du hSgislateur est de fncilite' les 'jnsticiables. La prenve, V.est qu'il oblige les ju-Pg de paix Ai lem' aceorder an- dience tous les ours, imi ije les dimanches et fates. C'est dire suffisamment que lesjuges (ie pIix doivent s'efforcer, eui res-










LES CODES HIAITIEN-'


tant dans leur r~le, de diatribuer le pain (e la j justice avec empressement, dvouement, sans laisser soifrir les int&r6ts des justiciables. Ainsi, il n'y a pas de vacancies pour les tribunaux de paix. Cela s'explique. Le peu d'importanee des affaires, le pen de frais qu'elles occasionnent et la c(lrit avee laquelle elles doivent 6tre jug6es, font qu"a cbt4 de l'int6r~t des parties, les juges de paix intelligents les r6solvent tout de suite, d'autant plus que les jlaidoiries qui se font devant eux, sont circonsorites et ne les obligent pas aux tudes approfondies qu'exigeut des triblmuanx civils les affairs de longue haleine.
La disposition do Partiele 13, qui vent que les juges de pail jugent les dilnanchos et f6tes, est onne en ce sens que curtains justiciables, (loi'gns des villas, lpenvet bien, aprs avoi assist5 aux ceremonies relig'ieuses, aller rtgler letors diffrends aux tribunaux de paix. Cependant il fant avouer que beaucoup d'entre eux, reteus A bon escient par un scrupule religieux, n'en 1)roitent pas.
Pour faciliter les justiciables, le deuxi~lne alinda de l'article 13 perinet aux juges de leur donner audience chez eux en tenantles portes ouvertes. Cet article fait voir l'int(rCt du lgislateur en leur faver; mais il n tserait pas lbon de le prendre d'une manire trop dsolue. Ce nest done qu'accidentelleient, c'est-A-dire tians les eas urgents que Yon devra en user. Par ailleurs, il conviendrait que les parties ne soient lies tievant un tribunal de paix (1(le pour les jours ordinaires.
Lorsque les juges de paix domneront audience chez eux, ils devront teni" les portes ouvertes. La publicit(P des audiences des tribunaux est non seulement prescrite par l'ariicle 143 de la Constitution, niais encore elles forinent en quelque sorte des dcoles de droit et de morale ott chacun est en ]uesure d'appr6cier si les juges rendent bonne justice. I)e marine lorsqu'une affaire aura 6tI nuauvaise et que le partic~ilier, qui aura assistO aux plaidoiries, constatera dle quelle facon i1 en aura 6t6 faith justice, il en tirera profit pour l'aveni.i. C'est seuleenot en inatire civil que le jtoe de paix peut dinner audience chez lui; juugeant en uati~re de simple police, il ne peut singer atr pLrt jusq'auit tribunal. ( D. Jn Joseph, des institutions judiciaires; page 187. Circnlaire du grand juge 1resnel aux juges de Paix de la R6publique; Etant inform que plusieurs justices (1e paix de ]a R6publique se trouvent presque toujours fernu6es, pace que les juges qti y sont titulaires pa'aissent s'oecuipr incessam]ment de leurs affairs personnelles. au pr-Ijndice du service ossentiel qui leur est couui6, pr6venons en consequence, les dits juges de paix que les bureaux qn'ils tiennent, doivent atra ouverts tous les jours de la senaine et notamnment les sainedis et les dimanches, jours ofl les habitants de lacampagne viennent dans les communes pour y faire leurs affaires, depuis huit heures du matin, jusqu'a onze et depuis deux heures jusqu'i cinq de ]'aprts-midi.
Faisons savoir express.ient aux dits juges de paix que s'ils









LECS coDLs IIAIfIEN 79

ndgligeaient de -e conftormer aux disl)osition ci-dessus et que des plaiits fussent portdes contre etx relativement aux obligations de leur charge, ils seraient coiisid(r~s eomme avoir don. n(5 leur d6iission et ils seraient en outre peisomielleliient responsables et poirsuivis, suivant lexigence des cas, avec toute ]a rigueur de ]a loi. Les eitoyens (qui srmont dans le eas de souffrir de ]a ngligence d s dits jugesde paix. sont invites A nous adresser leurs plaintes. ( ilecueil des lois de Linstant Pradines, tome Il. V818-1623, N ' Z63. ;

ART. 1 it. Au jouL' fix 1),p1r ht citation, ou convenu C. p.C. entire les parties, elles comparaitront en personae, F.
ou par Iu vs [ ndie de pou vOirs. sans qu'clles Art. 9.
puissent faire Sinifiel' a1LInes (cfenses. ( Pr. Civ. 6, 19. 12, ,26, 63, 93, c. c. 1449, 1751), 1751, 1755, 1756, 1757. )

Au jour fix par la citation, les parties se 1)r(senteit A l'audience, soit par elles i~mnes suit par lenrs fonds de pouvoirs et at Ilheure rg'lementai, e, determine dans !a citation, devant l juge de paix en iige, assisti o1 non du sUl))p6ant-juge de service, selon que lallaire est en dernier ou en premier ressort, mais toujours du greflier. Quoiqu'il ii'y ait pas d'huissier audiencier en justice de paix, il est usage que le juge inette de service un huisier Pt tour de r6le. L'audience s'ouvre par la declaration solennelle qu'en fait lhuissier d'ordre du juge, aprisqu'il eft pris sii ge.
L'huissier de service, aPelpe a maintenir l'ordre I la'udience sur la rdqiiisition dii magistrat, faith l'appel des causes inscrites au r6le. 11 n'est rien paye pour cette nise au r0le Comne dans les tribunaux eivils.
11 est facultatif aux parties de ie pas eonll)araitre en personne. Alors dies choiissent des persoumes de confiance, a qui elles doiient pouvoir de les ieprcseuter. Le poUvoir peut-6tre donn6 soit sous former anthentique, soit sous seing privSq, sous forme de simple lettre, mlenle verbalenient t l'audience, le mandant alors present; sauf le dernier eas, le anandat doit 6tre enregistr6.
Donn6 sous seing priv6, sous forme de lettre, it n'a pas besoin d'6tre timbrO. 11 est r pg6 par la loi N' 28 stir le mnndat. Lorsque le pouvoir est sous seing privi, le niandataire doit le certifier vdritable, afin de garantir Ia sinc6rit I de lacte et la vdrit6 de Ia signature.
Lecture est doimne de la citation. La partie deilanderesse pose ses conclusions verbales ou 6crites, d6veloppe ou explique sa demande,
La partie d~fenderesse, par elle-mlnie ou par son fond de pouvoir, pr6sente sa defense verbale on 6crite. Bien que les parties ne puissent se signifier aucune conclusion on. defense,









LES CODES HAITIENS


il ne leur est pas n6anmoins d6fendu de faire valoir Iaudience des llmovens merits et de reinettre au juge des notes et min~me des nililoires.
D'ailleurs, I a senle sanction itL la prohibition de signifier des conclusions oi d Ifeuses consiste dans le rejet de la taxe. Cette i)rohi)ition s'expliq ue par 1intrft que le 10gislateur porte aux parties, qui doivent- faire le moins de frais possible en justice (IV paix.
Le jugo (le paix, dans 4- but de s'(elairer, peut ordonner ]a cohmpar[it ioll Iersonnelle (1une partie. Si cette partie ne comparait pas, alors qu'elle posse 1] fon(16 de p)uavoirs plaidant pour elle. le ju-euent A intervenir est toujotirs contlradietoire, sauf an juze i tire telie induction que de droit de 1a ddsobeissance de la l)artie.

1 - ,o'.Sque existence (u mandat d'un fond do pouvoil's n'a pas 6t6 disCetn e par les parties, los Juges C' declarent CO proCureU'1sans mandate, commettent une fausse interpretation do I'article 14 du code do proc6dure civile.
La pa'Irlie intiress6e, qui figure en 7oi1 nOl-i individuel dans les qualits d'une cause on elle ost repr6sentec pal un foiO0 (le )OlVOir OU mandataire, ne viole pas Ia mnxime (( nul ne plaide par procureur. ,, Le jugemnenl du ti'lblunal de paix (1C l'At'cahaie. en date du 12 )oioht'e 1895, conlient dans ses qualites et son dispoit~f, la J1)'eL Ve non equivoque qu'il a 616 rendu entire parties int6ressees, individuellement notlnlnhes. Lots done que sur l'appel interjete do cc jugement, les juges le (leclarent nul pour avoir t, irregulierement rendu entre les parties par proctireur, iuscommettent in exc~s do pouvoir, par Ia violation dui pr'inCipO de linidividualit6 Pas plus devant le tribunal do paix dol'Arcahaie, cu'en appel devant le tribunal Civil de Por.t-anu-Prince, Ia question de savor si Dalzon jeune, qui repr~sentait comme fond(5 do pouvoir, en vertu de I'article 14 sus vis6, la dame Elisabeth Imbert, 6tait ou non porteur d'une pr'ocuration quelcO1ncuo, n'a W agitse, Dalzon jeune ii'avait donle pas A justifier do son mandate, puisque son existence n'avait pas t discutde. Cepon-







LES CODES IIAITIENS


dant les judges d'appel, po-mr 6tablir quo Ic jugoment du tribunal do paix de 'Arcalinio avait 6t6 ir,6gulieroment rendu entre les parties par procureur, ont dclcar6 quc cc procureur 6tait sans mandat, ce, en quoi ils ont fau. semntinterpv(t5 i'article 14. ( Cass. 5 Mai 1896. Gaz. 15 Juillet 1896.)

Art. 15.- Les parties sc out tenueSo d, s'expli- 6E.P.C . queravec moderation devant le. Iuge, etdo gardoir, F. en tout, Io respect qui est dOi -t la justice; si ells Art. 10 y manquent, lejuge les y rappellern d'abord par un avertisscment; en cas do r~cidive, elles pourront 6trc condamnes iA uin emprisonnomont quli n'exc~dera pas vingt-quatre lieures; elles sermt revues daIs la a- itson d'arlid, S sr u n silliple ()Idre du juge do paix ; i en sera fait menioll sur ]a feuille d'audience. ( Pr. Civ. i ', 17, 9i., 95, 9t6, 97, 681, Ills. crim. ",91, 305, C. p6n. 183, 181., 185.)

10 L'emprisonnement ftit on vertu de I'a iiicle 15. Pr. civ. n'est Ipes arbiti-airc et illegal ot ne petit, par suite, ;ervir do fandei nt ;i u n7, piise ;' parlie control le juge do pa ix, qui I'a or(Ionhe1. (Cass. Arret du 8 Mars 1892. Pr. civ. J. N. Lcger.)

Art. '16. - Dans !e cas 'insiilte ou irr('vrence C.P C. grave envers I . i, , il en diesse'o procCs verbal F. Ct pourra condalner 't un cnjl)isonnement (10 Ar, 1ros jCours 111 plus. ( 11r. CiV. 15, 17, 91, 9., 97, Ins. crime. 117, 157. C. pon. 183. 1S'., 183.

11 egt de tonte n&essitW que la justice soit entoure du respect qui lui est dO. Lorsqu'un citoven est revAtu de la fonction de inagistrat. est arin du droit de juger, it Wiest plus un simple individual. Quand le inagistrat rend ]a justice. ii est 1'homme de la loi On peut dire plus : ii semble mine quit tiern 3 la place de Dieu dans son tribunal. Tous les j uiticiables doivenit AY ,on caract~re Mlev6 la d~forence, la soumission. le respect. Si quehlu'un soublie jusqW'O. manquer aux devoirs preserts Oar les deutx articles suseit(s, et qui soi t d'ailleurs










IAEs CODE,' I]AITIENS


de bonne Olucation, ]a lol arme le juge des moyens de punir
le d6linquant
Quand le magistrat de paix prend une decision as(e sur les
articles 15 et 16, elle est sans recours et ex6cutoire sur le champ. C'est done aux parties t prendre leur precaution pour 6viter d'tre sous le coup de ces articles, A moins que le juge (Jill, ag'issant sans raison, li'aurait pas dress6 proes-verba1 do l'irr6v-rence grave pr6vue par le dernier article, ne s'expose a la prise t 1iartie pour vexation et alms de pouvoir dlinent
prouv6s.
Aussi le inagistrat, convert par la loi de si grau&s iminunitl6s,
doit-il avoir cette douceur dle caractMre, cette urbanity, cette patience. cet amour de ses coneitoyens tj ui, joints A sa feruiletd, h ]'exeml)Ie du respect que lui tout le premier il doit donner de la justice, de la libert individUelle, A la sagese d6 sa ,o otuite, A la connaissance des droits et des devoirs de sm charge, font de lui le modle des citoyens et (les inagistrats.
Ell sOLII, il doit toujotrs, dans tous les actes de sa vie publitue, se rappeler ces paroles sentencieuses : Les jug-es seront
ellx-m ne jug(s.

--1 Le juge paix ne peut prononcer les peines
portees par ces articles (15 et 16, Code. haitien) qu'autant qua les fits se passent it audience.
J. N. LUger, C. pr. cir. page 11, art. 1G.)

2 - Mais 'art. 50i C. inst. crime. (394 C. laltien)
lautorise 6galemen ita prolol)cer de plano des con(lamnlations dans tOUS les cas oid il proc~de publiquell ent it un acte dle sa jurisdiction, loco cilato.

C[.C. Art. 17.- L'emprisonnement, dans les cas prt'F. vus par les pr6 dents articles, sera ex~cute' sur Ar$.12 le-chanip, en vertu du piroces-verbal qui devra
'aire mention de la condamnation. ( Pr. civ. 15,
16, 22. )

Copic e l'ordre d'enprisonnement doit ,tre doun6e au
condamn et transcription on (t1e faite sur le registre dirgardien de la mnaison (I arrt. (Art. 14 de ]a (Constitution 1889, art.
446, C. Inst. Crime. Muller', page :35. Manuel des justices. de
1aix. )
Si le fait n'est pas une simple insulte on irrv~rence grave,
s'iI prend le caract~re (Ioutrage, qui inculpe l'honneur ou' la-:
delicatesse du inagistrat, si ce sont, par exemple, des gestes
ou menaces, le fait 6tant un delit correationnel puni par lesarticles 183 et 181 du code p6nal, le juge devra eh dreSs6r












procLs-verbal et exl)dier l'affaire au uiinistre public (liais les trois jours au plus tard, (art. It et 12 c. inst. crime. Mullery, loco citato.)
Sont applicables en justice de paix les articles 94 et suivants du code de procedure civile (D. Jn-Joseph, page 191.


Art. IS.- Les parties ou leur. foi6s do poli- .
voirs seront entendus c'.ntradictoirement. La -"
cause. sera j ugC'e Stir le c1amP o a la premierC Ar'.I 3 iiudience ; le juge, sil 10 cr'oit nICessaire, se fe,'a remettrc les pices. ( P'. ciV. 4, 12, 1i, 15, 27, C. C. 1749, 1753, 1755, Ioi 2G Septembre 1895,
art. 1'.

Lbrsque plusieurs causes sont eno'ag'es devant le tribunal a une audience dfterniin~e et que le juge ne pent les entendre touts, it a a faculty de renvoyer celles qu'il nie )ent solutionner le mine jour, mais it est obligi de fixer l'audience de renvoi. En droit la citation devant 6tre i jotir fixe, elle tomberait sans cette fixation. I1 est vrai tpue, dans la pratique, la citation, tout en fixant les jour et heure de la comparution, dit qu'fi diifaut daudienee ou d'6vocation de l'affaire, au jour lix6, on devra suivre les audiences suhs6quentes. ( Voir Chauveati tome ter, pages 52, 53, questions 51, 52.) Lorsque ies parties auront plaid( contradictoireinent, 1c juge dielare les ddbats clo ', sil est sutfisamnillent clair&. I I rend le jugeiiient, stance tenante. Si les parties out faith dtat de pieces dout i'exalion est utile, pour elairer la religion tlit juge, on bien, s'il nest pas bien couvaincU, de uiauii-e qn'il
-it A rfltchir, dli)h rer, il renvoie le l)rononeC( A Ln jour lu'iI fixe. I1 est vrai que l'article 18 dit A la premiRre aUdience, mais nous ne pensions pas tiue s'il prononcait sa sentence un jour post(rieurft ]a preiidire audience fixde. iI serait cause (t la nullit6 de sa sentence. Nous erovons que cette fixation a pour but, seloui le W.-istateur, de ne its laisser trop longteinps les parties dians I incertitude sur le sort de leur litige Si I'af'aire est eui dernier ressort, ii faut pour le prou n n6 dtt jugenient accord d juge e- de son suppltiant. Aucas coiltraire, ii devra te renduI juigemiieuit constatant le partaige d'opinion et alipelant un autre supp~lant it les d(pirtager, (voir Particle ,32 le Ia loi organique. ) L'affaire sera d nouveau plaide (art, 124 c. p. c.) L'existence hWgale du jugenlent date do jour dL pronono,'. Avant cela, nume apr's d*lil)6r6, il est A i'dtat de projet. 11 est, par consequent, susceptible de modifi-ations. Rendu A l'audience publique, ii devient la irt.print6 des parties et ne peut tre l'objet d'aucun changelnent, d'aueune addition.
Le tribunal, qui y ajouterait ou v retraucherait, comet


tLE;S COI)I,, II,\ITIENS










LES CODES HAITIENS


trait un veritable exc~s de pouvoir. Cependant on convient que, sur les demandes des parties, il pourrait, lors du prononc, y faire une simple rectification (voir D. Jn-Joseph
page 193.)


CR. Art. 19.-- Lorsqu'une des parties deilarera
ArL'4 vouloir s'insciire en f'Iux, d(niera 1'ecrituv'e ou
dclarer,' ne pas la connaitre, lej uge lui en donnera acte; i I pai aphera In piece et ren ve'ra I'incident devant les juges qui doivent en connaitre.
(Pr. civ. 194, 195. 196, 215, 216, 217, C. C. 1102, 110t3, 1101, 1105, 1107, 1108, 1109, 1890, C. Com.
639. T. 1.


S'inscrire en faux, c'est declarer judiciairenent qu'une pioce
est fausse et qu'on entend prouver cett- fausset6.
DWnier l'Lcriture ou la signature d'une piOce. c'est affirmer
que cette 6criture ou cette signature n'est pas de celui dont le
d6tenteur dit qu'elle (Inane.
Quand une partie s'inscrit en faux contre un acte ou en d6nie l'1criture ou declare ne pas la connaitre, le juge de paix lui enl donne acte. I1 vise Ia pibce et renvoie la cause devant les juges conip~tents. L'article entend assurdment le jugement de incident et non de la cause principale au fond.
Apr~s le jugement do inscription en faux ou de la dndgation d'(criture par le tribunal coinpdtent, celui de paix connait de la cause princi pale au fond.
Le jugelnent, 1)ar lequel le tribunal donne acte de linscription en faux et reuvoie les parties, par devant qui de droit, est susceptible d'appel, mcme que le juge serait en measure de prononcer en dernier ressort sur le fond de ]a contestation.
Si le juge de paix a, sur le fond, d'autres moyens de preuve,
il n'emt pas tenu de renvoyer la cause sur incident devant les juges colnp(tents. I1 le rejette purement et simplement et connait imln~diatement du fond, en y ordonnant les plaidoiries.
Par argument de article 216 du code de procdure civile,
celui qui veut s'inscrire en faux, somine l'adversaire par acte d'huissier de d6clarer s'il veut ou non se servir de la piece, avec declaration que dans le cas oft il s'en servirait, il s'inscrirait en faux. Mais en justice de paix cette sommation peut s'effectuer A audience et de vive voix, ainsi que la ddclaration de ladvermaire, si les parties sont en presence.
D'ordinaire la declaration est signde par la partie sur la
feuille d'audience, par le ddfendeur A l'insoription, le juge et
le greffier.









IES CODE , IIAITIENS


Art. 20. - )mi. le cas oo un inte'lociloicC au- c.p.c. rait W ordonne, la cause sera jug(e (IfinliivC- F.
-17 A rt15
ment, au llus tnid. danis le dMlai de deox mois,
du jour (ILl jugenient inter'locutOi'o ; apI' Ce (I .
lai, instance sera p6rim c do d'oit; le jugemet qui serait rendu sur Ic fond sera sujet A I'appel, m~me dans les mati~res dont le juge de paix connait en dernier 'essort, et sem annual sur la
r6quisition de la parties int~rcssde. ( Pr. civ. 21, 2?, 398, 401.)

11 est bon qu'on fasse la distinction entre les jugemcnts interlocutoires et les prparatoires. D'apr~s Particle 452 du code de procedure civile fran .ais, dont fous n'avons pas dana notre code haltien l'nrticle correspondant, sont rlptutls interloentoires les jugeinents rendus lorsque le tribunal ordonno, avantdire-droit, une preuve, une vcriflcation, line instruction, qui pr~juge le fond ; tandis que sont rputs prdparatoires ceux qui sont rendus pour l'instruction de la cause et qui tendent A mettre le prochs en 6tat de recevoir jugement d(finitif. Ainsi lorsqu'une partie se ddclure victine d'un trouble de fait, que cette partie demande une descente des lieux litigieux, le jugement A prononcer est ncessairement un interlocutoire, parce qu'il faith d6pendre, en quielque sorte, le jugeument d~finitif de ]a preuve A effectuer.
Au contraire, quand leI juge rend tn jugeinent qui renvoie la cause A one audience d~terinin(e, soit pour perunettre de r~gulariser cette procedure, soit pour accorder la f'cult6 h une partie de presenter ses moyens de defense, on l)eut dire qu'un pareil jugenient est prdparatoire. Cependant l'interlocutoire ne lie pas le juge. 11 a le loisir, quand il trouve d'autres moyens de preuve, de ne pas tenir compte de l'interlocutoire, pour rendre son jugeient d~iinitif. 11 n'en est pas moins vrai, qu'il pett, lorsque l'interlocutoire a t ex(cut6, relater dans le jugemnent d~finitif qu'il tire telle induction que de droit des moyens que pr~sente l'interlocutoire rendu. Donc, selon Boncenne, le jugenient 1)r(pqratoire n'a d'autre but que d'instruire ]a cause ; il r~glo ia procedure et lachemine vers issue de cette cause. Rien n'y faith entrevoir ]a tendance de l'opinion du juge sur le droit litigieux. P-r contre, le jugeuient interlocutoire laisse entrevoir cette tendance, Ja plupart dii tenps, en lattachant a un point dccisif qu'il veut Oclaircir. Cette distinction est n6cessaire par rapport A 'article 20 sus-cit6. Quoique la pfremption en justice de paix ait lieu de plein droit, elle n'est pas pour cela d'ordre public. Ecrite dans l'article 20 pour sauvegarder l'int6rdt des parties, elle peut 6tre couverte de leur propre consentement. En dimant qtie l'intance sera pdrim~e de droit, le










LES CODES IIAITIENS


Idgislateur nientend pas exprimer que c'est au jtige a procla. mer li p reuipti'i. 11 fatit bien que la partie iut6resse FinVOqueO pour lobteilir.
It y a cette diffreiie qu'a l'eicontro ie article 394 c. p. eiv. qui veat qvielle soit deniande par repik;te d'avocat a avocat oil par exploit A 1lersonle o( domicile, oti oppose SOMiS for,,ie doXCel)tion contre los actes qui Seraient 'iltdrieremeut fits. La l)l've, c'est qne tout juiiement,, (Ii serait prononcl contraireiient A cette excep)ion, on1e (tue ]a Iatitre fHit en del'nier resort, serait am1ul0 en appel, sur ]a demande dos parties int(I-ress~es.
Les jui-gements interloetitoires (It les juieinients pr6paratoires, ialgir( la dilflrence. quii les distiig-ute (hans leur su btance. se noinlI i 'ut " iava lt fai re-droit oil avanlt dire l dt. ,
L'artiele 21) exprime en son dernier paragraphe que si Finstanoe est l)(ri 111e par la fatite du .ii-e, il Sra passi)le des doniiia~ges iut~rts. (es doimaa os it t~rts ne peutveit 6ire olitenis (Ii1e par la voie l)r alt)le (le ia, prise A, partie.
It est jig- en doctrine et en jurisplrudeiee que si ce nest poit par la fauite dI demandleur qi1e Iinterlocuitoire na pu Atre 6vaeu(,u (111s le di lai die deix inois, Ia p iremption n'a pas lieu. Par exemple, le d(fenleur. nialgi'i( le dhlai de linterlocutoire. pr(sente (ies proeddtires ehieani l'es et vexatoires qui eUip(elihent soni advers;iire dag-ir. Celi ei fait d- son ijeux pour ex Thter I'iuiteor, itoire et n'y parvient pas dans le dilai. Oin lie SM'1uait lIuii iuI)Luter aieuiu retan et le d(fendeur chicanier ne saurait it bon droit lii opposer l'exeeption de la pdremption, selon eette maxiile : nul ne peut )rofiter de son propro (1,

Alt. 2t - L'a,'I)e (1',S j ug emoats (12 la ,j justice de jmix, i'endil- colltra-fictotreilt-omfl, 1o ser'at pats recovalle pi)e : los trente *ji)fs. i dater du jou r
do a Sign ii c-tiOl) t'ot0 I)' lltlisieSS o ie la jUsliCe lie la ix, oil to 1 a 're cot lni , pm. 10 ,juge. ( Pr. (2iv.
6. 9, 20, 39, 71, 78, 7-, so, i0l, ,_.)

11 y a quatre voies pour attaquer les jugeiulents des tribunaux de paix :
V L'appel,
2, L'opposition,
3' La tierce opposition,
4" La Cassation.
11 y a une cinquitiie vole sur laquelle les auteurs ne sont pas tous accord ; c'est cell de la requfte civile. L'appel est un 1ode, par sequel on recourt a un tribunal supt rieur pour demander la reformation des decisions d'un tri. bunal infirieur.
L'appel des jugements des tribunaux civils existait autrefois









IE> (01)ES IIAITIIENS


en Haiti par ime loi din Sinat, 0o)1me nions lax ons p,6 36deumment t abli ; tis . : o" nyait it' )/ab , il lie o os 0e.4e qLia I'app I (1s nsrI l t d, tii'iI. i b t' ' P Li' le i bunal civil conp~tent en sos attril)ntions rest-reirites (I ppel. Depuis, dans routes nosconstirtitions it commencer par cello de 1843, jusqa'A ]a constitution de 1 9 aetnielleient ell vi-Ileir. le principe de 'appol des j tg-enents des t, ibonaux oivils a '-tO admis :mais ancune loi nest venue en r 'leienter la mati ire,
Pour celni des tribunaux do paix, it n'y et que les seils articles 21, 2, 401, 40, 4081 ot siv, (Il (ode de proceIdure civile et la jurisprudence de la (ouir snpr n sur ces articles.
L'opposition, come Iappel, est e voie orlinaire de r)formation des sentences rendties, par (d(faut ceintre one o pilsieurs parties, avec cette tiTlrence qUe 1o)1position dolt (tre prlseiIt o devant le tribunal do paix qoi a rendu e1 j(1 ol'elnient, tandis que l appel doit 0tre introdnit devait 1e tri)tiail sil)frieur do lt jnrilietion di ri bioinal de paix.
Lorsqu'on est dans lo ti lai de opposition, e'est .1 tort qu'on interjette appel (le la sentence ti tribunal de paix. La voie do 'opposition, 6tait a plus ie(-lteetuense, doit 6tre suivie.
Lorsque la partie est (b)' t te stir 1op)1ositio1. elle interiette A% la fois a1)pl tie. j ,-enients par detant et de d:,oat 1101)position.
Elle petit iml eh appeler (ili jW'einont de 4 boote opposition senli; pilisque si elle el obtienit la format ion, le ju(goineit par dOfaut, qili faisit corps(oriui avee mi. sino ip .so fw,.wo al I I.
La tierce-oelposition est line voie extra ordinaire pan laquelle une partic, qaii aurait (t re app l e a j ugclent qui pr~jldicie -t sos droits, en delaide 1'annlaitioi devant le i ine tribunal, (lii I'a rendn.
On ne )ent so potirvoir en cassation centre les .iugenents des tribtinaux (1e paix qye pour doix causes : Ine,)tl)'t(ie, excs d poUvoir, et eiwore quand it s'agit des tnteees diliitives reiid tes en dernir ressort par le tribunal de paix. ]Pour les sentences (16finitivt t tort qtalifiees At charge d'appel. on n'a pas A tenii' eoimpto de cette fausse qualification. C'est ia vole de la cassation quil faut prendre, quantd on v d6couvro un exc's de potvoir on imne inoomp)toneo.
Quant t ]a vole de la requCto tivile, les auteurs ne sont 1)as d'accord en ee (lit a trait au x tribanaux de 1)aix. I1 semble q(1e lesarticles 416. 42)3 eonibin6s du Code de procOdire s'y opposent par la raison Lien simple q'e niatire eivile il n'y a pas de niinist0re publicc an tribunal de paix.
Cependant Mullery oonseiile cette voie. ( Voir Manuel de la Justice de paix, pag'e 89, chap. 2.
Ce n'est pas ia qualification donni'e par le juge do paix. qtUi rend recevable o1 non l'appel de ses sentences. Ce qlii le rend recevable, c'est la iati~re rnmie, 1)r,sent~e an jugeinent. Aiisi toute action possessoire doit, Otre jtg 6e A, charge d'appel, do m4ne que toute demande exe.dant cent gourds jtasmlit' cent einquante gourdes. inel usiveinent. .LoTsqr'& ulie demande dlterjuin4e se joint une demande-ac-










88 LES CODLS IlAITIENS

cessoire en doiniages-int(rWts, ott les r6unit et si elles ne sont pas mioins de cent line gourdes et au delA de cent cinquante gourdes, le jugentent est toujorrs A charge d'appel. IDe inilne tine deimande coi plexe pr(entde en justice de paix. Dans ces sortes de cas, iiOie que le juge (Jitalilie arbitrairement sa decision de dernier ressort, lappel en est toujours recevable parce q(tie Ia itatitre le comntande. 11 a 6t0 d(cidP que 'al)pel peut ,tre valablement interjet6; avant la signification dI jugement, ainsi que opposition au jugement par ,1 taut.
L'appel. sig'niii apr es cs frente jours de la notification r6guliINe (lue -entence. nest pas recevable, ce qui veut dire que le jour de la signification ne compte pas. ('est le dies a quo. Le (lies ad quet cmt)te, c'est-h dire que le (l6lai de I'appel nest pms franc. Ainsi Tin jug,,inent signifi6 le vingt-six Jnillet, par exemle, dolit (ti( fvi)p) l'appel le vingtcinq Aofit suivant. Le vingt six. l'alq el serait irrecevable. II n'v a pas tl'atigtncitatio en raiso'-, (]it chii de distance. Si le jugement est par d(6ittit et (pie le di' i de I'01)1)osition soit expire, il est pitleit. vi le silence dela loi qie Ion suppte le dai de loq)ositin avet celii de l'a))el, (le maniore que l'appel soit intjetO dis les trente jours (le lI signitication du dit juge,,ient.
Si cette signification (tat irr(giliere, on pourrait en demander la iu1lit6. et ensitite s*pl)l)ser an jugenient.
Si lejugenent vetnit t ,tre riguliormieit signifi6. on devrait 8'y (t)lposer (ins lc dP'ai si ce n'( taitl pas (1ji4 faith avant Ia signification et on eit interjetterait i)pel, si on n' tait plus dans le (I(Iai de l'oltpotition.
Si on interje'te aililel d'un jtigetcnt, stir Ttle signification nulle quon prend pouir l)oint de (IVpart de son appel, on en convre la ,illit' ,t si I apl)el "tv-it ult6 fait xn~ue tn. jour apr"s le d(lni do. cel te signification ntinsi nccel)t(e, on aurait encoUNtI (l(ch'ance.
Le deonandetr ivent, comue lc dfenicneur, interjeter appel de la -eitence (Iuii lii faith grief. L'aittelant peut appeler de tout on Ipartie (In jugement di tribunal de Imix.
L'acte d'al)l l doit contenir assimation AL coit)araitre au tribtmal civil de Ia jutidiction du tribal de paix. en ses attributions d'a)pel. avoc t,,utes les formality's de I'ajournement, sous )eine de nullitfi, contformdnineut aux articles 71 , 78 et 80 du Code tICe )rocdure civile. Les jugements purement pr~paratoires tIc sont pas stscej)tibles d'appel.

1 lst n-n re,'evnble JC IPCCOUI'S ell Ca"S~atiOl)
contre le jugcment du tribunal de paix susceptiWe d'etre pIo'l(d en appel. Attendu que le jugement attaqu6 a ,-tatu6 sLIr une demande en acceptation de caution pIJsentee par l dame Julie Jules Andrd et sur une demand do G. 150 de







LES CODES IIAITIENS


dommages-intr6ts produite contre elle par le g~n6ral Jeanty, son d6biteuLI condatnn6; que le jugement est done bien h propos qualifi6 en premier ressort; qu'6tant ainsi rendu A charge d'appel, c'est bien Ia voice de i'appcl qui devrait ktre suivie dans les trento jours A dater do sa signification et non cell do la cassation, d'oii ]a non recevabilit6 du pourvoi. ( Cas. 20 D~combre 1900. Bulletin d'arrts, Bourjolly, No 70, page 111.
2 - Est irrecevable l'appel foi m6 lo trente et uni~me jour do la signifcaiion d'un jugernent de justice paix. Le tribunal d'appel, qui le rejette en cc sens, ne commet ni violation de l'article 21 C. Pr. Civ. ni exc s de pouvoii> Pour declarer nul i'acte d'appel du Sieur Isma Jean pour n'avoir pas tl signifl dans le d0lai 1Igal, le tribunal sest d'abord interiog6 sur les conclusions principales do I'appelant et ensuite sur los conclusions exceptionnelles de Fintim6. bans ce cas, il n'avait pas A se prononcer sur tous les chefs de demande ; qu'il dvait se borner, cornme il ]'a faith, A raisonner sur le rejet, de I'acto d'appel, qui, aux termes do I'article 21 Pr. Civ. ne pouvait etre recevable, apr s les trente jours de la signification du jugernent do Ia justice de paix de I'Acul du-Nord. c0 jugement ayant t6 signifi6 le 13 Janvier !9(0 ot I'appel interjet6 le 13 FHv'ier do la nienio ann6e, c'est-i-dire le 31ne jour. Les articles 951 et 954 Proc. Civ. n'6taient donc d'aucune application, en p, sence des termes formels du dit art. 21. II s'ensuit que lejugement attaqu6 n'a fait aucune fausse application de 'a't. 21, ni violation des dispositions de, articles 951 et 951 Pr'. Civ., ni commis exc~s de pouvoiravec violation de l'art. 148 du dit Code, rejette. ( Cass. 19 D6cembre 1901. Gaz des Tiribunaux, ler Mai, 1902, page 35. )
3 Le pourvoi en cessation ne peut 6tre utile-










ment exerc6 quo conlre les jugements dffinitifs, art. 917 P'. Civ. Los jugerments rendus par les tribunaux do paix, A charge d',ippel, n'ont pas cc caract6re, tant quo ha vole de i'appol n'est pa.s ferm ,i leu' hgard ; ils ne sont done pas susceptibles de pourvoi en cassation. Le jugement con' tre lequel est pourvoi a 0iV rendu A charge d'appel; il a 6t6 signifh(' le 30 cembro 1901. Le pourvoi dont il a 6t, I'objet a M6 dclai'6 le 25 Janvier 1902, avai.t l'expiration du d6lai do I'appel ; cc pourvoi est done non recevable. (Cass.
26 Juin 1902. Bulletin des arrts, ann@e 1902, No44.:
page 94.

4 - II estde rdgle qu'unjugement n'a force de
chose jug6e quo lorsqu'il est devenu ddfinitif, soit par 1'expi'ation des dlais, soit par un acquiescement ; tant que la signification du jugement n'a pas lieu, les dl1aiz no courent pas.
L'appel d'un jugement non signifi6 est recevable.quelque d6lai qui se soit 6coulc', du jour du jugement. En raisonnant et en ddcidant contral.
rement A ces r >gles juridiques, le tribunal a, en effet, faussemr nt interpret et faussement appliqu6 les articles du Code civil invoqU6s dans cc
moyen, qui est fond(6.
Par ees motifs, le tribunal casse, etc. ( Arre't dui
22 Novembre 1906, Gaz. du li F6vrier 1908.)

G. Art. 22.-- Les jugements 6mn inds des justices F.n
Art.17 de paix seront sans appel s'ils l)rononcent sur
une demanded de cent piastres et au-dessous. (Pr.
Civ. 25, 27, 48. 49, 51, 918.)
Us seront soumis A lippel, s'il s'agit d'une demande excedant cent piastres jusqu'A-t cent cinquante piastres. (Pr. Civ. 20, 21, 39, 46, 47, 504) - �
Les dispositions ci-dessus seront applicables,.
soit qu'il s'agisse d'affai res purement civiles,, soit


L+ES CODES ttAITIENS









IES CODES IAIFIENS 91

'il s'agisso d'affaires commorciales. (C. com. 62,1.)
Dans les causes sujottes 'I l'appel, les juges do paix pourront ordonner 1'exdcution provisoire do leuys jugements, mais A charge de donner caution. (Pr. Civ. 1i2, lii., 158, ii2, 738, 746.)

Cet article collportP, quant i la eoip'tence, des forinalit6s s~rieuses qii, si elles (taient oinies. ,e permettraient pas de distinguer entre les sentences susceptildes d'appel et celles qui entrainent pi t6t le reeours en (1iss~ation.
Quand tne deinande se pr,sente ai t ril)unal de l)i., oil nell dolt considlrei (lie In quotit'. Si ells est de ceiit-vingt piastres, le jugeiient A rendre ne peu" tre qu'A charge d'appel, que le tribunal 'adjuge on la retduise an dessous de cent gourdes , paree que c'est la some demand(le et non ha valeur adjug-e, qui dItermine la coipteIIee en )remier ou en (lernir lessort.
iorsquA' nue deiande au principal d'une sonme se joint celle aceessoire en dooiaesintlrts, on rlunit les deux valeurs Si ldpassant cent I)instres, ces valeurs rrunies ne s'61vent pas atu dielh de cent cinquante piastres, le jugeient est nDecessaireient, a charge d'appel. Si elles dpassaient centcinquante gourdes, le tribunal de jaix serait d dtroit inconip6tent.
Si A une action en paielient de quatre-viiigts p)iastres forn6e par le demnantlenr, le d(fendeur li oppose une deinande reconventionnelle en paiement de cent quarante piastres. le jp-. geinent A, prononeer est ndcessairement Pt charge dappel.
Si, an contraire, la deimi de recoiventionnlie se trouvait 6tre de cent soixante pinstres, Ie jmgc aurait ]a faculty ou de juger Ia demand dIe sa competence en ordonnant la disjonelion de la reconvention et en la renvoyant par deviant ui de droit, ou, en laissant les causes jointes. de se declarer Meoiuptent sur le tout. Sur ce sujet, ii v a en France un article de Ioi formel, que nous le posdons ias en Haiti et dont la reproduction est n6eessaire iei : ,, Art. 8 de la loi du 25 Mai 188 Lorsque ehacuine des def iiiandes principales, reconventionnelles ou1, el compensation, " ser dans les liiiites de la eOm)tence (1L1 juge de paix en t dernier ressort, it prononera saii qu'il y ait lieu A appel. Si l'une de ces denandes n'est susceptible d'tre jng6e qu'k charge d'appel. le jug'e de paix ne prononcera sur toutes qu'en p:einier ressort. Si la demande reconventionnelle ou ell compensation exctde les limites de sa comp6tence, it pourra, soit retenir le jugement de ia demande principal. soit renvover sur le tout les parties A se pourvoir devant le tribunal de prenire instance, sans pr6liininaire de conciij atio.a-, .









LES CODES HAITIENS


" L'une des conditions de l'appel est de suspendre l'exdcution du jugement du tribunal de paix. C'est pourquoi l'on dit que 'appel est suspensif.
Mais pour qtie cette execution soit suspendue, il faut qu'il y ait appel. Ces. donc l'appel effectu6, qui arr~te l'ex6cution du jugement et non le d6lai de 'appel.

1 - Aux terms do I'article 22 du code de proc@dure civile, modifi6 par la loi du 17 Novembre 1876, les jugements 6man6s des justices de paix seront sans appel, s'ils prononcent sur une demande de cent piatres et au-dessous ; ils seront soumis a 1'appel, s'il s'agit d'une demande exc6dant cent piastre. Jusqu' a cent cinquante piastr s. C'est ]a quotit6 do ]a somme demand6c et non la quotit6 de la somme adjug( e, qui d6tormine ia comp6tence en premier ou en dernier ressort. II appert des conclusions ins~rdes dans lejugement attaqu quo les d6fendeurs en cassation demandaient au tribunal de paix de condamner le sieur Auguste Cany Nicolas h payer 10 Ia somme de cinquante-cinq piastios, cinquante-cinq centimes, montant de in saisie-arrMt op6r6e entre ses mains sur le tiers des appointments du sieur Fortunat Victor : 20 cello de cinquapte piastres h titre de dommages-int6Pts et 3o celle de cinq piastres pour chaque jour de retard, soit d6j'a une som o totale de cent cinq piastres et cinquanteein - 6ntimes. Bien que letribunal de paix n'ait condamn6 le sieur Auguste Nicolas Cany qu'A ia some de soixante-cinq piastres et cinqu'mtecinq centimes. cc jugoment ne devrait, tre rendu qu'h charge d'appel. I1 est, par consequent, mal . propos qualiriM en dornier ressort.
I1 est de principe qu'on ne pout recouri- A la voice extraordinaire do ]a cassation qu'apr s avoir 6puis6 les moyens ordinaires de reformation desjugements. Lejugement d6nonc6, signifi6 le f Aoit 1882, ne pouvaii etre, le premier Septembre suivant, lors de la declaration de pourvoi,







LES CODES HAITIENS


attaqu6 que par la voice do t'appel devant le tribunal civil, rejette. ( Cass. 10 Juin 1881. Bulletin d'arr~ts 1881. Imp. Ath. Laforest. )

2- La loi prescrit ot la jurisprudence consacre qpe c'est le principal de la demande, qui d6termine desjusticesde paixc la comptence desjuges. Sournis A cette doctrine, le juge do paix nest pas habile t qualifier indiffremment, son jugement comme rcndu tant6t i charge d'appol, (ant6t en dernier ressort, faussant ain-"i l'ordre et les r6gles de la competence. Dans l'espce, le juge de paix a indOment qualifi6 le jugement attaqu6, en disant qu'il jugeait i charge d'appel, quand sa decision 6tait en dernier ressort ce qui est 6tabli manifestement et par la quotite qui faisait I'objet (e Ia -ontestation et par Ih composition do son tribunal dans lnquelle il n'tait pas assisted de son supplant, casse. ( Cass. Arrkt 2 Septembre 1886. Bull. 1886. Bourjolly, No 69, page 197. )

3 - Aux tcrmes de I'art. 2? du Code de proc6dure civil, comneent ot appuy6 des lois modificatives qui s'ensuivent, il est de l'esprit de vet article comme de notre jurisprudence tablie par une ancienne pratique quo c'est la quotit6 do la demande principle qui determine In comp6tence du juge d paix et classes les deux degrts de juridiction qui lui sont attribues, premier et dernier ressort.
l)ans l'espce, s'agissant d'une valeur do quatre vingt-diN piastres r6clarme et pour laquelle condamnation tait demanded contre le Conseil Communal, le jugement, qui en est sorti, n'est point sujet ii 'appel, 6tant du dernier ressort; en cela il n'y avait point i consider les donm]mages-int~rbts demands pour en fire sowmme avee Ie principal, d'ou il r6sultcrait alo's Line compdtence contraire aux faits de ha cause ,




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EOE5KBZK0_VSL0UE INGEST_TIME 2011-06-01T18:02:49Z PACKAGE AA00001047_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES