pirre une agitationtt mCntaec cpche de ksI, e cn lre. ire
1 Enfln, le'jirk'fient rfime les dlffrenttes nuefli'0u; la focit rappoite l'arrt qui chlffait, CIriPe e' fou fein et d'cidc qu'elle s'ocCullera data 1,a fane du 23 pivfe de la dil' nffon d crimes du gouvCnement Bitanuique.
La fance efi leve .ib heures.

Socit des amis-de la Dclaration desdroitis'e .Honnme et:d Citoyen dite Club de Co


; de'lttrs.


Sauce du 22 ivr'se.


Monoro monte la ttibune, il rend edripte de la dctraire f'ance des Jacobinla, dvelopped'sprt Rabefpierr ire longUe cfrie de cimes dit, geU Vea nement Anglais.
Nous foranes environnes de tratres, dill' etur ;ils .onaU su milieu de nous, ils font y Jc0. bi as auys CCordelies ; la Convention et dns li difftens 'coiaits qui en dpeadint. Ils fontefle. ment confsrts dans l'ait de tromper 1qq'il el iuofiblC de les rec nnitrr. Couvrita di mifqn du patriotiltn'e ils fout plus patr:ote- qpie les patriotes eu -,umes D'acor avec nos e nntt5a, ils leur do'unt tonaiffanice dClnOs oprritnm let
_1la fecrtea ll leur Conluuiqnt 'tats ltinipe dattaque, nos rffotrces et nos lntetoa I O a encore pu coipait qhune chofe, c'ef'quil exi fls des tatres bicaitont la Couvenion-doit faire'ta rapport fur cette coifpiratio ; 'le'nous ikdiqera la route qu'il faudra tenir et l'a de de certaires donnes,'Ci a -pr.iPcipauxuteurs lontli [ii 'dnafqus", ils celrront d'tie daLgcreux.
UM6noro lit etaftite u".arrre que la focitfl'avait charg de fdiger. Il ptste' en fibftaiteJ que Pil. lippeaux. Boudon de l'-Ofe, obre d'Eglantinsct Camille Defmioulihs opt peidu la cuti d h
focit. L'arrat tablit une g tsnd diffrenee entra Camille et les uutts cris. Dei'otilins n' iPeti que moWencnrnnt/L confiance dle -ifretes Catdhlcrs ; il [,cut lurec'uvreren dfvount fe't rfies rvolutionneirg ti e) nomnmaut-Ieittes qu'il peut, odninrc.''arnille a fervi l'ati ';t" lans le favois; Ciomille- tenait la 1lume, et les lailocrates li3taielt,g Cant ilC.eient catit uinpsittt
',-. i ", i , 1" i' des'
,ontrc-jvohtionnar% ; e'pensdait, i l "p d, arncs" tetrible aux e sni s du iedu 'puil'. li ordehiets patriotes-~~prs, favtut'avo'uer ri stIIi Ct les rparer.
purt embe fe plaint de ce que les ritst
An du. Pegple, qui ont fOrt tfic lolid la puitbliac patmi m ,iloue,, rtt, etft'
et ; ignor n tarr jute-t-il, ael"^gi ftt les ler'r une amop:le ioiffos d'gloire imais ilne leurs, apa la cff dl aot.' Il fesait t ler p bliq
', . . . et OUC l'cdf en a.
on ft riprnmes Ces ouvriges, et l .a
get' la Consucntion fonferite pour un tels grtti noisb re d',: : et que le n f1ic d l u':
tion f t abndonul aux paens de Matat.
Hcbert et Monoro 'font chargs de t. dg.t ujet une p ti iq la Couventioa 3latign1e- : '



CONVENTION NKTI)NAL'lC

Pridence de Da ?i4.

-8afpp uiwJatuaom"du: ide fil '
R lef/,ieru, duans la Jiiatce du823
fitaalion' de l'ormi4 des Pyrinc. Orit tie,
Citoyens, flon les dpches tes pyrCOi'CS Oti!: tales, Ici troupes de la rpubiqt4 fe fgt rail


it









ide in"





ivlre qt






lui demi
ilaiIn
at fi









qui ac l\ ia q

















4u aligli s Lad,




























'aipi


e.! l't,
ail .pr'e I


vh ha ) h'r
.it. aoli id la+'


) 'iunr~ qui ett(
"la"gor



uh, t ,m,


tilts' "
lP.:eia; !-= 'ie, t 'leue.o






Il'eIfi








lagihe la )tuae L4 iz II*

..








j e la vcto;re T ' n u.n Ilni les ,, lt y io bu ii. rensij r .C d.is, Pti

;,?n t~1flOe qu i pra:e tlifSizvlif *i
fgltI., ;vaqiiC>,. t'C %.n 9t. 1 <.t:,i.,, b,,,
li rpond *Id, dcete m 4oins ,,fvr'
t: i8ea__. q.' t e>e r pr nivis' "Pii
le eu1ts 'cis tip Touu
~~~~~~ OU Moins" -) ,l 3 < t, ,

SnO.,es pfi es nuous cOufmre l f" -*,, ,fie r-.,'. C, : ;'
i" t: U6fe iolIegu.e llab,, dc "l FIernaT .'Ls

'.-' -i a ile iil u de is plus di. Me jei,
riupdt Cleii f s' ifs d. Eefenr .
ai a-, lIOC pre brilait rQui lant n t du faiet a m otur dl.ePatsi S w couinge izsmlpde balana lorig1 ic 'ili ncedtsgue de la lr"iont qui4
:yrn-, 0 rientales iFlblcit combatttre poir la "pfe tStyisi 4ii il ral.a p utietut5 fou les foldas.
S p btJr blhue, il s c'init A t victox e u s "n e'Iha m n 4: pefilhea lec plus lAite l je uM dt P'upte -Fsa,ai uI I -j sturxais ca
tenit inutile ce gnreux devoaeut. Fbre
te voult point furvivre aux nsaux dont il 'ait le *meir ,,il vottit 0 pofsr sdcs. poitges d'hrifiute
dc,'tscs de l iee (t de if lrteffe iaandonuxIi
d Inges. ef de ,ipse e. 41 foutint feul r qtquelCie bma'vis font ',ilrt de Tennemi
q pr leorbr,, i4 ,sa perc de aUtlie
gi eet gn hlQiotohrulsC5eglQiU5I'c pcjnens qti aura;ent coini avantagc'cmin 1c ftijet de fa douleur ciyLqP il U'a pas t le tmoin du trioohilie de lu R,Pn'duqbe'' mais Pl. na pas Via 5sa.i plus la lutte.
'it>1%?gcg de.l'inurigi coutie la libert et contre la

On ou, prs d'une'buttyie ql'il drepdit
e dernier, *fo Pcot;ps dchhl'i ; tmolgiuage faiglt ut
t la le _blabric dis atdlhs cqe" la tyratie
ui part0ut r!ceonnaiffent aifi 'la grnroi fouvent iupo"i'n de nos braves d, fnlenrs. Sa defline q9 eigqv d'nvie ;-il P honQr blCrOent tetil)ue une Pl.l i tjf arre; il e J i ,e n adoru ,a linm de la gloire
tide la vertu.
Plieurs reprfentans da PupIe ont onrls'atn
,hrt A la tte des: l"gioper'publicnes
.lficurs ont nonti le lem'is de la victoiri I : vi'rpd' guer;ier slquis Fabre fiF le premier
qui a tti'flross
rsnlb.suit; ?,P qui duyt b'psv lr Ici j cs
iem~np quitle 'r~Iles puoirir de fs
I" itcs'rdpsh''cei-n'el" pour euxu q,:i ont li ,
h1i'n nuons!c b e noire'saauunive e, l
gieP? 'Les'premiers l.g flateurs de lu France l'ont i' vrt ibtiui, tai;e.ns natcistx.eilas par le chuslataI ? i4 'et poftiti. A la iyf ie ;' vous y ae Ippd le(vrtes.rn,'e e&, et utilF sI la Palie. Pr di ", i,'0fJ*C,hiroL lue ft plaeQ a ct du nie
tri v .'o', 1 . lismontte'; p r Vous un n Deu!i 0 d0
,rruc 3 i ) le i obl 'de ue'lacle g,sssse I t.l'folet-,e ariltoc#.tii l'an i.t ondaflsn ,4sbist le hl'u.eurs p fque advi 'sqe I'intrigne dt' itli4i ;jt, :'p0os l: itgue que lorgueil.r'.iili rt. p gu e ',o sq l i osu s' at-'et nus l'o p p r e-f
i' l; h.latd dnsa les f,,mnIh s des Ris v,i atea- i z
glaire et l ,ponpe tUiFplale dans les fat!is gces,; v'itS avyc O pl u r le truorlcl'l C.
t 5ntl vst'te"mTuer' pauvie et vcrtout qdt i'n: la smne clhan m\iee, a "lev datiues lh t(,s digues 4s] frl qu'ils -ont rt U :quelle dlici6f'
ft3ml t. du pli t1cr, tlus l escuis itruleh.
Avec. qi l 'teif ile t. la jkxmselJ e. Jra.n#, e
l, ee l s fettii atqs drftiuc:,
H digtse v, [t S,'' :d'huouoier lufi.la
Iibmelite ulp vertmux reprt* ntars que la".tie tireome. Vous pouvez t'uu "balnss es .lui aecotde

? vtisvoproOpoOns de 4iyxJr ce IU ., '

,,FVttltufu .A F.abre, eprefeita,t fidel ,.', k
t PC- u et ,.jt t cowbatt: et QtliU a

per~ppoy m deiflii m e puble et lepr'
Pfa t dert fen, envbs, t,,Ute les salml l'a, i d esPyrnaes oricuarIte s'dna 'be "i doi de: ejjig ii Jila
(le. ftc, dope.aiines a lait

t. s v4 ec ic ct De e ntsl .

fr." les ttes coupabUfs des conspjaii
.til de tratre, et ,tue-la rvnlotion prlilie
'PI.oIrs; s rs.le biut fi .lir par-Ie. liuscref
.!isde la Patrie lu int~veill.scie ,tuai aboi maisi
~t: fousle 'ucte cUsslese tnvtlfl-nv ie'Con; i Cn sefl'orOes 1eCtis et crinincles orurip'sbleait, 'CI pgxf 4",coi-.lltrs ,24t 'i'tg ilde' a l 'ii t,usIrt, ,les ,egar, s
'SeRvrs ls: fources fri:ondis de la f,,lliinc 1utbli lgtagte1 qi;e voue. avez dnig'iif est i_.t la. Isianiere dn5 les anstres nl)srcuic 0cl u!gm'sil

lgne eeprenat et inDsfibe l le st;e d,
la'libe t, a i;,t.nt 'le uilset r 'des defptoli .la loi liauaise du 'i ut., lordte jiui 3ciablit d lusa 'lesflua ,s la tbu alailltt u-hnse dca IsuciF:es', fisaples :et urif, us ,l'u,,ir ''et ladesst(lit dans 'les recettes ttt l'. dprife' ,' ;s': eoncers? qcsuit;l.giI)trtlts 'fip ; is' le' enet is e 'e'et int .ibbles 'dht nonvel otdr :de chofc.h qui sl tabl. vearit de tenter un' noivi,6,"s moyen de trit:bles et d' A dLfO, es qu a exci, la fuiveillance de votre comit ;. il itois propdfc d'y aliltorter un reruede -p:romnpt et efficace.
Prelh lu flie.iC ioque des roi m rGu :ih'f fubits tient ft't! ,fetr' dassu les 'quate nantufsCties dans lelqueller le 'fab)ique le papier"'afligit ; 'l pt'blceiun du -nouveau 'chlsindrier feriW de pr'eute ',les onvres tint pays par mois et ilPnu teva:llaje t pis les d :l,,:!tles et ftels ; nous leur prp.'mes de ne pteede de repos que les 'd* c:di de"ch.qtle, Mois, et les. elttepreueirs Itur offirtnt rf t5C s d'agIo eurtpio t puse chaque Jour de trvail ils i'y refoi,en.'
A Courialin utl ouvrier ordonna la eeFlntior iu Iravail, et le ravail tUft iUterro:ntp ; riJ A3qsa. tui)e ordre filt disui.' et ex, cule. Pori r e.elr+ dans fa 'Oute un mal dort lrs' fuitea pouvaient dcveni fusuelles l Rpuhlqn l otsrtr, pretnlerlnottur de-I efrectiois t--a i t'cunduht dans le, prilorss ce C-ulsssis pets eleptemit aplls trois suties au Ma ai5s, potur le me dlit-,.ont aIltfi t mis en etat d'arrefl ti l ; lits dansats deties nouvetniets fint)co- lrfoci:tques quj fptpt eves dias le dritriCt dC Conloliee ils ont t mis eu 1 bert.
Ces prerieres eucelles fefaiet't e.in re nn emslr4r irrist total. l s .unviiers xa'r4icsit leurs prtentionls.
Les Urs difaitut Nou ne fommes plus l;bres depuis q, nous a uis c teq ihliron ; d'atrel 'vov.laletit parir IqOtr, le&i fotee>ac at t, s demandaicni ue augmentation de fgul.ire. Nnu< s oqs louaxe, fuit ,siefepe, les lats de 'paimeus ;,il en ci remnh qu' s l .- ila ree ti en t 32 lous par Jour et q'aiijnu, d t im ils fot payes 3 liv.15 f. Vou4 vo) z que le rfi a:mu.sar ne les a p; aiteints, peslqu'au serime de ctte loi ils ne dviaient a'voir ,ue 48 'u,; w.
M di il exflr, un g rand vice dns le rgime des PaI'cr!,s qule vous, evcz anantir, pour ne la;fIr fulface de la lAnbllquae anleus s vefli du
de?otfic, C'Ft a tospo attoi ds u qrto'. qui
;s)Olufetyetl entt or, des f:gce. des rgu des
,irj.-gs et des lois fusrallies a la tratu slb 4 et la;rrlptitdes telics.'

"ls 'impo0en itr eux- des amendescu'ifidrables quand n de- lnrs eur,,a' 's' ne veut pa% 'edrar das une, c-u'tiun ; fi un elieprcneu le'Cl fait'des ,iee hes" fnr.l.ur' inconduie : il e ',-nine
u1'i of - use forwuie trs-luite ; .'lCe1ft> de ces' amtiudes efl oetfcrtaas, en deb'j' ist (Yl'ssddSntlcprcnieur oui falrictsnt fu brouille ave: les o.' iers k. tfnatsulctnure .eft suife eh iiterdirt, l&; 'o'tvrers 11",b .'rdooneutt.,'lt ":celu' q'i f, rait 'aff l ,d'i pour' ituuvaller daish hni us 'antfkutsie enterdite ; fr p:0fz
$. l4si-mner,,,et- ns- prit oltn'ir =d5ouavruge laits pus}tI.tlt| fofe >.c-r. O 11 a Vu ds il rnauuaures i nstii'dbriin es eftr 'd'A Oet' trot, i L its ouivritrs mt :leIs.ltrept,et 'hl d et'i5 mille L
uoi'-'n oblie .s Iv. L -'
Uti uttage nn moirisprjudicable 'u profj&s'des arts et l'imutltloil ,- eoll que lcs'enfauai ls des Dplpetiis peuvent fnccitler leur prie, vu it'i :sn co,te des fontltes conltdhrab es auk ute'tittoy'tns poltr applendre cette ptufetflo : :
Dans un i n t .'s'i bu prpa(i des iumierce ei4e une granude fabi aon, t s'ri lc iegcrade e''onfouirniiu. d ppieir ,. voir .iflli cunsuJ"" dot
s'q ecte,' finr de iabliltesu nt ni iutea'ias ;el 4uf mi) bsgbtln lf ro.rt looir qu e un yrsp 'e-eyz, l'rude ci rt1. ouU& "uuces'e'z ",sUe btaralbe de .crnnasce qui +n,[.perifectoniuess eTt !aIeJiorant, sunts metra dat s "e 'do rnavoi,i)lus, recsu*, ; nos voilirs. tu, ,e lO'i ce qui e ehj i+de luxe 'e', cette patie :un rgteiriine d+fif'i 'dd }>nvur groCis e xS, uui, antifactuti4ers ui le d'lltsgscuoi d1uqsq Oet at fi"'stiile aux fcienctas ,' fet e tieLI6 feiwir l'Anglais otsueileutx ct l'ec oue I-l" ia' d-'is P qu'u r euple s i4 qui a rcnvil ie t6tc
'di dc- lifoae.et lUeil je st;hAties ,'Ft plus fit, 'psqer tte ta fi.rvile ixaijtateui des cfdlaves de la tyi]ibnie> 'Voici c l rjete cA-'dcret que vos o Ultca popot : .i,.
]LW Convention malio'nalpr, sr" 'oirentenIu le rADjoru fa, aau lsru lcd Cour'oats de lst 1.i c' et des flgnite et moninare ,- lece 1 .tl
eArer. Les enurrprenenrs et',ossveiers de: manf4st;tres cit ,psistulhcs darCt istoe la Re ptiblsque1 fnt mis ci)i qw'Ci ion porl'eur dce deltur f -ions, et pour le leitVce dcfires m ncu.
Il. Les ttltrepet.tr des n.,r,,factnr:s'dc pa pi'fr dtilreront,daqs les toisju3rs de la publi't'in d'u prlen't d Jcrct, "Itat eclee noms pUrno.s, 1e et litude t)lffutcc dei ouvriers qui travaillent ,tass ij atislhit usils e.VerOut tces' e'ai ftifc par lu ritepairl ou Comt,d fre viltane 'admioiffiatigia ,1u1diftcit cis, qi 'arlrtf. l'ra a la Courallann des f'ublliauces et ,pprovil'ion,"qtuis rt Cil fcra palier tcoic au Comit ds ,tifg'uats ait Inu.tluato


14. S,,r la dem",4 dr heed,$ pren s di ts t,
;tsifaectis, dan(tailelqa ules f "fbilique. le papier-<
,fig'tist, n mnine tgitli;ne par' les re* rifeui'lis dtt Peuple puls Iefdie ns,ntifieciirel la Corfi ftil .,is, fiuhll/arsees,' et tiopuovlaoasaletsl -fera ttil
di reqtsiniu rclins is autres palpterit# le itoti.' bre d'ouvriei4ufliftat polir le fctvice defdites ,siJsuULctures.: -,''. ",. .
l',. Lail e re'q iaitstot aura liencu U f-seur de'lo isatufaoilre dna laquelle f .fibuiquele1papier qui doit f.irvir aur ulleiu -de la*- gomytlgaiou( des loite JC eut prenear reia certlfir fa elnstsd> sri ls nuanici p.t dmiileiuI.Il l'adr llera l'sci.milflAttubh ,u diliiet ,qui la fCa palier la cortitiflioli des fbf.t tares et. 1 1)i, ,l iOnlsseuint -.
V. Les co.ditisit itre o uvrlefs des diurrte. manufactures, ',pur c,it ou par ilf'e5 .podt provoquer la ee!Taioru du iraval-, 'roiit segnide* cosamme 'des atteits s la trzqaiqiCt qui d&Alill'e'e dau) lsaelier'. Clqe ottvrier'poiira itidividuelk tentent, diteffer fis pltul)tes et foies i.s delausdes I mais il ne pourra ,enaucun uias ecffer le travail fiousa pour caufe de tiistaa'e. OUr Iitrsil due menr corflite. s
VI. Les umentdes entre ouvriers ,,:llesnifes pas' eu for les eti tepreneurs., ferout o(Qnfid':rel et pilnles 'oinme-fiiple vol, Les pofciptiens. d. f:nf'e et Cottexd.iiions Cuonniiei fO ss le nom lIe dam,,atiop', felolit regrd.es rcoimle des atteties port'es 'r la proprit es entrpc'leiseg', ceuctla feront tnus de dnonr a lagnt national I(e l'admitlllrian du difliit, les attenrs o iilis. teirs de ce d0li, qui feront tais fur-le-chlamp en tat ila:',flution. .
Vil. Nil .uvrier pa'per ne, pourra q,itter lt'. r lies dans lequl il tiavaille- fais etsavir prvenu, l'ent'pren, us devant deux tcinobts' .liq leresaines d'avane ; et celili-ciS .e pourra condier usouuovrier 'faits les mmes formalits", finoi pourt c,'e-de t 41;genice 'uu i.nnduie dmeut cosiltate pa la a t tI~i traiti di ellI. N 1I osuviler ne pourra t'Iffer d'tie tioaljia facture A 'antie ufaits in plfeji$o 'it pi>ar es s.pr. leiaUn (ii eu pc prs I ',\i ts mansuc'cuies dna' letqie1 s Ce' br;qne e p'pe- iffi, a, ,ci dans' les aures par la m ,ciplit :et vile ier s'adminiftra'tion du dtbier.
IX. Les e sr'enenrs de p or' lnlj em
:ployer liuthillln tet-iit tolis le- c i's qu'il julgeo1r propus t au freice de leurS ,,!ie,-s. Ils tit insv;s former dca l.ves oan ap.)rcut', ",qui icroit atuli p'uis indillciet i Iarrl'ls cLa, de tous
lis cit.yens. 'u
Les ouvier ne pouisrotse f s 2e95 pIeteule x 'i dtfpcnfeir'4 leur 'aonter.leur iietter, ; le, doeitfus d'apprexilaLe'se r feront ,aX .fr ais d .s p;reusi dei*dits eleves ou 'a',piet)si au pofit de5 ouvulers", et ie pourront Jexcee 50 liv. |,a-r an.
X, .'Tonte5 les coiefi t'.ie, qiti pu'ea'euta s'lever
dau lieflies it atlufctiites e ue les et' eprerue.ra" os't ls Ouvuier. 'f.ont rutee p.,r les adusniftrauions Ae diirict ,quausd il n'y aura pas de reprfentst do P:uple. .; ,

Ce doret ci adopt. .
Uic Aepusstion des cttyens de Goneffe dnonei" les l, erc.Iuiiol s ,xerces otie les puirsotesde :e dRric *par .e meruges, que le repreu tunt dia. Peuple ,'L vaffttur avait fAtiteitre en etat d'atief'tation et q'e d'aure teptfcutans dont il a furprisitA:re'egiolo ont'elualiteeis Cil ct., et replde' la lte de l'adiniiiiliation do dAltict de

Sur la .proofron de Lev:ffTcr, la Conveniona ou ldone I ,rrrtfl alioi t Vesieagea.
AJen d Viil Je dIl-uait )de que le Comit de 'tnet gtnral tsnle d ici i drniti jiiflce deux aUdtlttiflattres du dparteaieni de Seiue et .O.l: iujrflem''tnt de esu.tu,

Cetteppot efi dcert
l'IC rappos') de G flt,u ar nom de% c,1is ,
1 d fdlutpublic, (le La gl',,tae et a s l tc $# La Convention nationale aprs avoir e:utei da Atu-coitiLc u ri I, g: ele, catf,',tqte esc. s'Far1ies uaittonaiix lce iti, pic ialii ,e, ont '-ti {ll tlf uea pl))is pour tn d't fitt ded lcipri .e,qi'il$ aDtrt repaie depil par ntsc bLa Uit conduite dettet {que c, s gsnduunis font c h.bt! it ,, et C' iOsit in"corpors fins dlai pur le i.is lie de lu gulierr daits les dfferrter, dus ifiul ap avi juullsfie de
leul,.civifs e'. La oi du. ,. t-ltive ulces iilitarcs, cli rapporite.
)Lt CQsaLcu6ntjos nationale apr avoir entendu, Ces tou,ts e lalut public, de la guette et de flutusenca dcrete t
Art. Ie. Il fera coslRrulh, laits le plias curt dlai, cent Coitures fulpnuesil et couverte ,Pour le tranp.rt des milttaitcsirlitldes et blIdfes au

I Ces vohmures feront u3tencolse)tsfostraes au nodele isuven par le citoyen Guizot ittfle et au procs-vebal d'exp ile duQ 8 batiuu a ,i prouv pur, les n.cmbres (lu Crudte de {ait et a5l s l rie h'rt. L'adjuiiatiOnu fera publique -,al |ilt asi Alas,.

..


-r.' ,,- ~ r- r
* r


"qu., l[ tiToreie "a:oalc vts nmillion la difpofition ueI -


iedra, 'l tet i, du minilire de la


La Convento Mainiltn a prs atoir ente*sdu, ifoii Conaite de, la gerre, 'pufidraot que dans quelque#s Communes I e(fimanitionCs Chevaux def-. .,iu, au fev;c de la puibiqu -a t porte r n pis -,ttelff, tandis que partant' lleurs cet abus i'a pas eu lieu, qu'il cil urgent d' i ter la Copidi de ,cetainA vendeurs qui f f nt carte des 'ffages: usuures, pri'es par les reprfentanodu Peuple, ,our la 6fixation du 'pix des chevaux de le love extraordiuaire ; '
ConSd4rat e ot$ qu'un dcret n'accorde que lkiit centi liv. l'ftiois di cavalerie qui perd fpn cheval dans une action et que ce c. ,pourrait tre que" par une faulfe interprtation donne'il'article ViI de la 'loi dua7 vendimiaire,. que le trfor u.
-ignal fe:'Irovera t gav s'il n'y'4 tait apport un prompt remede, dcre:
Art. e'. Le "pri des chexaux deQins-au ier-vice de la Rpublique buit l leve cfl rdonne Iarlalui du ,17 vendmniaite n'excdera pas mille 1. par chiv.l, taille de cavalit; neuf cents liv. j tuIlle d dtagu.S ; huit cents liv.1, taille de chatfeurs ou hff"1' r, et mille liv. pour le cheval
;.,popre l'artillerie et aux charris.
Il. Les eheviix dont il continuera d'tre fait "cquifihion pour remplir les cntingens ordonns Xpar la li, fetortr elims, A dire d'exprts, fons les conitions ci-deffos pre'rites. liI1. Les citoyens en vertu de la loi du 17 vendmiaire ont livr des chevaux pour le, fcrvsc de la Rpublique u-dffus du prix ci.'deffut dicermin, font tenus d'en 'rtablir fur le champ l'ex. clent dans les caiffes de d:frict(, et les officiers
-dinfanterie et autres militaires dfig par la loi auli 6 bicimaite dans ir s a;ifesdes payeuas des .amits, fas les peines portes-par laloi du 29 le ptemrbre. r
'Lem tffciers municpaux des lieux ainfi que les ,comniitfaires des geres en poor-fuiviont les au-eors chacu oen ce qui le concerne, et ce Ions .leur relie onFabilit.
IV. Les Cantons 'n municipalits qui n'ont pas encore fourni leur contingent en chevaux ), armeruent et equlpement, fowt teuus d'y fatisfsre dans les vitgt jours qui fuivwont la publication du pri"'ent d'cret. "
V. Ce -dlai expir, les officiers municipaux eu
-retard'qti re pouront pas j.11!ifier de leur diliRence terontdcllitus et les ditcctoites de difiict ainfi que-' le agens propofes cet effet par les reprfentans du Peuple ferout remplir les contin. gens aux fiais de ces officiers municipaux ou par Jeurs Oununes ,n'ils fout inligens.
VI. Les corps admiuiflratils, les agens nomms. par les. eprfentans du Puple dans les divifions tiendront la main la' prnispte czcution du prifent deet.
'La Convention nationale s'en rapporte galement au rpublicanirafe Is 'ociits populaires. 'samel propofe et l'Affen blc .adopte le dcret %nsivat : "

-La convention nationale, apts avor entenflnU le ssp- ,t de 'fou Comit des finances, dctete c' qui luit:
Arr. Ire. Les fonctions atti ibues aux fin auienes receveurs de Pari pour faire le recouvrement de l"arri, dcq couttburions aut,ieures l'anne 1791 (vieux Rlylc), et de la cor i:"ti"on patiutique Iir proroges jufques c l'poque du 3o fl,)ral ] r' chaiu,
il. Ces prpofis remettrontleur compte dfinitif le prenier snRudl'.or pToehiu, et s'il relait des fmnc r ceconvrer, ils eu fourniront un tat part;ller appuy des pecr u'Ift'fieatives des d;ligentes f. 'rr coue les conuribuables pour les con. t,i*i Ic au a pi, ruent.
III. Si dans le rombbtesdes alticles recouvrer il seu trouve que:ques-ids qui foicat dus pai la Nition cohatc'tant la charge drs bien, par elle. 1;ufle d, Ici rcet4urs enverront chacun pour ce ,pi I a occrnc" lavts et la mention de la furslc, lu riic du dr it d'cnregl reme t. C l ,ci
luittr.oians basIle certticat comre elle ec rn
fletio'u des bleus aponhqus l'acquit des tr'buirn'. 'Ce eifica'i a reu pour eomptant"
la tlote i nationalr. Les rcceveuts ne 1,tie lLide rerif,: fur. les filaimes (luc ces cestificas

JV. Les fi qn-icls receveurs de lPri ncaverfont i
krans |ii fiOjotrs de |:b prd'i;atio!i du pricut dcret, GlJix 4 .ctious de Paris cu tat patiulict pour raeou.e d'cl.'ea d's 'itoyeas dmiclis dams leur


arroselffieoeent 'On rtsrd'de payer'lCs eotstr'abraiott
arritta, atie la mention des fpnates dues.
Les Sectiou de Paria ttoleront 14 jout dea chaque dcade leur -afemtle terlate, *la lectur publique de. l'tat fourni. tu excution' l'article prcdent ees ltWnvtsrout et excittrofnt les citoyens allet a:qulitter la dette l'acte des contributions. m '
VI.tl lea fait temofe +par 'ti'reeveufrt, eux Sections de' Paria, pour tet appliqu& s, des a it de bienftir.lce en 'faveur da p4uvres, laeif denters' 0oiOr livre fur- les foimes qui front opayes ' compter de ce jour, pIar lI prticuliet de leur arous iffeuaeut, jnr !arrir des cotitWUiooUa n.triOres 1791 et pour la contribution ptintique.
VlI. Le pfeut dcret ne fera point itnprn i fera, pour fi publication, iufi au Bulletin et des exemplairue 'n feront envoys dans-les R4 heures', par le miniftre des contribptioga publique.,a aux fin anciens rceveurt dc Iaris et aux tuatiutc-huit' Section. '/' .
Merlin, 'de Thionvallc fait ,dopt le -dcret fuivant: ,.- "' ."1 1
La bJonvention nationsle fur la prOpOfition d'un membre ,.cref; :
Art, lOt. Les 'fourniff eOrs, pour le compte 4e.l Rpubique, des chevaux de cavalerie de toutes les armes et de tous les fervices, feront tenus de reflet ,en Il municipalit du lieu du dpt, au apoment de l'arrive defdits chevaux. '1.Il. Le lendemain dc l'arrive le commiffaire des guerres -charg de la rceptionet du fignale'ient defdits chevaux, fera tenu d'y procder affin d'un. mrebsi vtrinaire et d'unoflier municipaLh
III. Les chevaux qui ne feront point reus rele-tont la ch.rge dca fourniffeur; tout fonctionnaire qui donnera pour eux des : bousde fourrage, tous pipofs des vivres qui leur foofnirotdes rations, feront perfnnellement r4fponfibles defdites fourni. turceset dclitui de leur enploi.
IV., Tous le% chevaux des diffrens fervices de la Rpublique qui auront fabi la riforme aprs les revues qui feront paffes .comme de coutrma aux poquet indiques par les lois anrieures ,- et ce duruant asec i'4fillunce d'un officier mucipal, demeureront t la charge des entrepreneurs ;-tls ne pourront ex:ger pour eux des rations de fourrag,, et lesaven dela Rpublique ne pourront leur en accorder ,fous les mmes peines.
Daoid. C'efi la Convention, fondatrice d'une :Rpubliquc qui a pour bore l'galit et la libert; c'eff aux lrepr'entans d'un' Peuple qui ne teconnna : d'autre difiincti0t que celle des vertus et dei :ta SAns e enoouvager les 'artifies qu copfacrent leurs taleusA, perptuer-le fouvenir des affaffl:ao des royalifles, +,
Les ctoyens Ricart et Devantx ont degi les iabl riux de Peuetier et *arat d'api 4 les oigirnaux que j'avais peiits. Je d:mande qu'il foit fait mouion honoable dans votre prpcs-verbaj de l'ouv,rts= Je ces artifles; je denande aufra qle 14Convetion approuve le Cho; fait par notre collegue Batelier du citoyen Ricart pour directeur de$ ateliers de peinture et de la manufacture nationale de porcelaine i Sves.
Ces propofitions font dettdes.
Clanaci fait pluficurs propofitions que la Couvenlin ad opte. en ces termes:
La Convention naiionale ot le rapport de fou Comit de fu:veillance firles ivrc, labillcumeni et clxIrrois.militaire# dcrete qu'elle pae t l'ordre du jorefn, la demande du citoye, Th.baut ' fin
re prorogation du dlai preferit par W Ulcret dtu 99 brumaire pour la remife deb pieces de comipte .qu'il doit' rendre devant les comm'rffiute uomam, par la trfetetie nationale.
La convention nationale, $prs avoir Iendu le rapDrt de fou Comit de fuyeillaascc des mer,cha fabftftauce,, habillement et harroib de l'aailedcre I
Art. 11". Barr noclsnt deuterant Paris,, rme des Singe'., n fera', traduit au tibra.,l
tvolutionnaire pur y tC jug cnformment aux lois.
\ Il. Les fuelles appofs chez lui, feront lev,
- fa, takcha.difes propres aux troupes. dt la Repu. blhqur', vielfea L l'ad.tilriou dc l'habillement,
'la diigi e du Codun t+ivolulaittCo de la Secti,)a de I Hu me-Arm e. Letat en fera dstff pt
odmmiLraios pour le prix 't eipaye qii de droit. Aprs cette extiactioO, les ftljll /erout


tptfh la#


e ttt


1smeu\la '1 e#t lt

( La f u dersaL ',


i. Amer, tan nom d Comit de fure iiitle, a,e mnnc que le Conait avait fait atrt. ette uit Fable dl glantines repventant da' Pe -parie que d',pss let delarsios fit' ,
p tl &aunay d 'A.ng u il fr trouve ie lp d i la mme affaire,, 'pour laquelle ce dernier r1l

fSr fa propoiton, la Convention, a eoultrmailea.,ro a partri
Va lier a lait part d'une Ittre de Chboip laquelle e deu,t prie la Convention de lui accorde la facult de voir fa merc, ge de 3 an.i

Li CoUvention a accord cetd, permiflo.


ARTS.
& A VI i t 58.,

Portrait de , P. Maras di forme ovole,' fe(&DN fuite i la collection des grands hommes, peint par Garnerey et grav par P. M. Alil.
Ce portrait cil d'une p allaite cfcution, et tili. ,elfemblant. 1l deat p rire dans les premierjou de novembre 1793 (vieux flyle ); mais une idif'o[ Slinon grave furvenue au cttorn AliX, a t la' caufe du retard qu'ont prouv, jufqu' ce jour( ,c amateursp itdotes, et dont ils peuvent fa ddoum1' mntger ujjourd'hui.


S P E CT AC L ES.
Opera national. Dent. Le Sige de r4ionuille: le ballet de l/ma que, et l'uu Thtre 'de POpra Coin. National, rue Favaut,' .Amnbroife et Paul. et Virginie.
En aitend. la i c repr. do l Prife de Toulona sr les Fra1naiS cou. en ,un acte mle darilto.


' Thrie. de l Rvuu>,lique re de la Loi; Le rartu.ft fliv. de la Vraie Bavoure.
EtUitend. la 1 rept. du .M.uveau Rveil ffpi
mnid fuiv. d'ne Fite civique fur la pril'e de Toutlei.
- Thtre de la rue-Feydeau. 7, lipano, opra, et les Deux Hermiies q
Eu attend. la lee repr. de la Prif de Toulos, et la 1ere du Compere Lue.
Tjhetre mi'n noid, ru d la Loi et le Lovo;,i La 40 reprf. d'Mjlelle 4 opra eu 3 tacoo, orn +de tout fou fpct., pr. de Jeun.Jacqsa.H0." au Paras l, +. .
Inceffammeuf' la Journe de lAmour, .,divert.
Thitre.de la Montau.e au Jardin de l'EgsliJ' Eujiaclie chez lui I ls Folies amoureufes, et le, Dos Jfuteaux de Bergame.
S+htre des Sin.,-Culottes ci-d-.mt Molis,,
l"Hesure'ufe ?Aouvelle ou la Reprife e roulce, pilr, de Guillaume 2"eil.
Thtre lyrique des Amis de la Patrie, cidc#srt de la rue de Louvois. Le Corps de garde ptriotiqr4 le Bts Pet et les Deux Vieilles.
Thti du Vaudoyille. Cafandre oculifle; ks Rt. tour, et le Faucon.
Doen. 4rleqii Jofeph.
Thgtre de la Cit+Varlta. Les Cent Lois t Dragons et les Bndictines ; les Daouls sen eititOM neftt,: et Midas au Parsaqi.
Thttre du Lyce des Ar au Jardin de l'E lii,,
RelcAa.
Thtte Franais-enmique et lyr., rue dcI%10cd-. la Premiere Riqui]tion ou Tlodore et paulng, prU4 'du Retour de ta'iece- et ees Paraas runis.

DU 24 de ivfe.
'"rAEzuUS N DES RY'r OS L'i L.E-VIt Lr aDIrAttw


VPortion de 8 sho;s ni Jouis de 1793- Toutes lettleg.
Nomiides Faye# rr.
4" .DefeJapelles perptuel et viager. Q,p 3. Marfollier ,PCp. et viag. .Qarlidi' t. Rouillardr vitg.,et toiat. pcrp . Lallcmaut. ptrprtuel. :. O t'ttdi' 0. Tauscl vag. et perptuel. Otsrtrdi.


L'abnurrelheat pour ) I uitl du t4 teur fi Itt Pt.ris s-aS> des Poitvanta, ne al. i ftU dCe1*fle, lI lCttrer et l'argent tane de port, :u cit. tuber, directeur dt e ouerl ? O 18-l .ou 'ip 01 ,dz 8 trv. pour trois mois; $5 tV. four tx mois, et de la liv. peut i'nn; et iouxr les d p rtarens, dei liv. pour troi moi, 41tlv'. V"o'" 1t
p :r d.,.'ri Lo t' '- ii. u',tj cOi-r.a'e reret de chaque ots. Oa (ouft aui hcucl tous 1 libraire i rarais et l rertvrl dca V5flCi. il ta v trian le .
I Li.21 q cu 'f raa t' o gtie a .lid. et d'e u aietm chir aufI le port. ,
t Oitte et 'c d'vis, ,a rruc., M."mres, Oi iionv politiques et auttes objets, puveut te *nftrts dn dea Supplitens pirnl'ers, d'rlS'v deurt-t. ai;Ue mlm f0rnt
r ili nt p.tt. L: prix 1 t'it- t t2ipt t rtc af. pat lirni 15 Iv; tolonne et 7liv. pour le bupplment ,ntti ".
il aun .'.hdt' jout cot Objet, ci puor tout c qui o,.rae tla rdact!n tk la Feuille su t fijatu ,i rue du Jardiner ,tr;i--,is ele de l'EpVeron ctcpri anatrieurrs du ltnurc d t'itr.


UaD s. M~~si'tog.8a lj U Mo1Et uNafrr dcleu(ils, e 'i&.


+ \ t -+


* '~


I

..


,1


GAZETTE NATIONALE no.:LE MONITEUR UNVL.


Xq Cid, & V' Vse,"" lan2 .de euhe" .ra eet litl7 ( anvr 94, viux stile.

L I t' E.c e ein di rte lil5Pjt '.ri pas od.oats le poids de la publiqte une et in
.4IticVl4e pos-ver qu" i E f ell geno viblc ,'amuqsCn qui c lr t l fut de leurs .nte le ,, ,'f s e,- , eba, qui" <"<,( pb< 'Ce revar. t. qei les F a ll ohr+ ft uI tl ffo Le ot rnl ent angla is ou!ttient p9 :1 't' ; 1 l'roypllS mont det+r++O aace; et r po rifc lc'(lt l uti;i
,. #+:, v+:.'.:''. V plius vau e, ++ av ? + .,.nouv .# e.d d, dre"Y'.,. des observ ,Pl ieaue. t 6bliaf' e fn m qnui fajf.ieta'+ 'celt a'.s ftt itmnibrabl'cs et cOa gs dan .
dr,~'.+ >,. .s v 4esJi:.s a 4I ,f force.* .,vs ql Monde ethitr ; il vient eundecrnie Ide<
Sg'f. H A . ,N c : l I a e : ,, t u r e # a n s a c t i v i t e t d e s
7" : + b!ure c a flour nia ida COI
: : ,,l i . k.: ies I le uns das l rs coM .I
j + hyeantre 4eploueum Pit ne #pet ",La.:ay'le 3 iatwier', r cai4n3wtV j le, ,uties dans leurs Uie,
p, 't e opc 'e .d's'ott psr de mot if fr
a Ntin rar' air 13 taIagotp4mpeux dnpa
- e lis ~ l
lui fr beucouP 't le d'ex rc t oe c te. a rea ph Ie ua ftss, ledSC dc i utr a u. Dps ce c liht de, m oto etcnsst e r pu bit,ssa !l ifetipitsti des iaui qtlC, cOittp65 .lle CO.nC55Cir la lp, triulpa d+ii. calanaut encvo., re prlpa,I, des chances 'n
:Ihftlt. Leslords Hood ,.Hcrve 'ceMalgr've, vrance de Landau. t - ,xra4r et'erue ori co- poraautca asot' rvolution. Sinous vouols dg ts, toisdc Tojeouln, Je po.urIl at leeooo.r iwrn IaCou'. Lepapliotes 'FLeiotdais.f rjouifftst maurer encote q.uclqe is ~&l0Yoaia on't.lait p ouLvr aux roupes ce terre chane. C itc fairauct feemablet 1 e. l 'faixt qe les .reonlbanees e'igerna' ans de gands
.-mer, fuir le iiont uioas fe, t sequi a e ui f I is hcuzs'd .elfor J g.lJ sre unelqoes plqnes et un peu d'enct e
'ue4Y o : u a !pp el s e eux an p a le we t, leu r p ys.U tme herdat U tec l w9s1 C ro su ifile p ou o ve xn t cq P eu p le q a a bo p ho in ie de u ap4 t au oe rend res 'co p e de 1'im pofi bi1it de L yde R u t ed a ,H a le ,D o rd ec at e toute la croire, hb ,fl q a, c fl co urb e ous le jo ug du def r P iic: les ran sis' dans le rabut. ; maism il Nod-liliaude rtelnnt .e cs ns'ui b, ftls e u' p&tllUe Je e t, s .perfide; mois .a la ,aic, ne tiiom it ue e d c'ni f la ta on-qastAtter geueral i; d ii de 'plntr l br e e la pIht, p htl< ff z poauplement fur des imagillations top
: iat lt il autail lev avec faitt les-olfilaleh ',: 1 let n meuil tjqui a faifils lthaedtee,s op en t+ s pourrat cipchr cent mille b,a es peuat mettre 'Cod retour ici. a pisduaelr la- fiicU trtupc d. es houIL S q(.i Sns.Cu/otte, Fran:is. de .4ivasn1 ls dcrst>tioreuettres teites de la Flandlre avicur plus compte i lfor ls;t;iujionrlcs O lAprrc our boUlevctfer tOUle la coalitiu des
eJ'te oaaltenu du prriv de Bruges _jed fai,'e .ie; c ."qu efu-les talenJu mme d gcit leuera lfa l n.>
psitid r fur le 'Cham IcLcalades' et les bleiis Hohealthe et toutes .|es foce; poir furprendr $'n nnl t ub . . 'n. 'e e+ .
ai qui a '- '. Ltod'a + ,V". I 1 ." e nd ie t I+tois-C ,ance prononcent *+lticcR.ive
ti quifont ;a"V ietse vilL 4 Tlemont, a .u. Le .eprt fa1 -cuidn ru
de aits'vlil,;sc; on ffa'it en'eonfiq)ence .[rodige. Lateareur(qumep.iac i ant de lu ,ce deux dikQurs for le neme fjet ;tu fotitm
.difpofn o ss cla tv4 +er t iras fi al n on tour e les yeux las moyans d ,J rilo ra u c en ordo. e. l'. -prefion au" m ili u d aplus vis
tiv fii, dotle, q ille +n, fi dtermie,'daus 4e la Gr4ndc-Brctagl.e, os Pitt, ce prcepteur des apPlaudiOeeu'.
isfifd rigoieut 14 dPsa ,. n ai. d'un mahlre, -dit gmir, accabl e,flaa du lcaet difcours inpositan.
la*s leo, ii'dsCneeit de cette cmvag'' Ici dj clbtc d' I-sCo.vactontinaoale d sc Lal-vr r qu. o ae ent
IU 'sa p 4ttant 'en Fr& sce voil at e l affier qui le ,lae e n ,lemi de 1'tJLmai i t. difcou sa
I' ., '.' but mrit l'imipremfon mais Il8 ne me ptia ira .n
ux- r*yasliRes dot ila c'mpuieut s'aider, Les gaetts Je q- p81 is c midal ent enlta onta'i.".,.ai. n
+ . _+ , ,+ L+ . pas l r e esle but vi ,itable '; c cfi-J-dise l1:S
10 It ritie arms poda- le royalife t en faveur terleur qui pne le'no e tour. L'impudnc atec: p ,dirigs er |.hii+V l'. E co'lfqueasce ,iis avaient obtenu la,titcll a y olore l es de aftrs d o a coa'ttie "lic$ dit ouv e mt-t anglls. Dans un r.o. t
--- <. -.+ les pat-iotea J Ecoffe oe fat re ns Ct ilsl oaveat -i,,/lCs trahiains dela Vend-e ; de Tui. ett'rurtout retaaerqiable par les eott.iuas 3d la pl u.
ea Ih,.rangues 'lesL :uilles les painqoe ts. e u t.ior nstionale ; dansn noment o P;tt fait geler
tl ls ra |icl dence qu'oy n e-lose ,rcvetir l auda)ce Im us
w foi des ud tii leg'tdes ggila tlu des amiraux, fta te et l laiiiee. (C e n eseo lb ditut.Ila ans le, cachot. les ra cbrs les plus A l de cet te f r. dcp's pour des e pes,orups a .sap u cdla 'ue nonve"ton .cen dalis la floit lesJicohites qu'il
'tdoict e f-i cr d u'tous d s Pe les uom s :tlii a ,cio e tValdiZ
0|le ttOnl fqs da a Cet P\aa. neP, .P vud convien de aontier au Peuple Anglais que la coif.
pitn, jufqu'idei. Jqti,< ,Lat.ga, chef lfite pls b;-o .tt pour un Peipe q .ui spP.,r +trtofl ilvicieulfe, etque ion gouv'ernereuat auda
.'t'pl, T t avaientcritauxr;yal. quon le trpe. ,s ia uo-.lta r"etasa .i cou- cieux et tyrutnique anantit totalement cette coufa+i it e 'ait pdur lent caufe que l' oncoombat eoure un psixpont la Seoytieveui la -France, .'iio en dont le Peuple f i. eniht aft. Les )4 , purfidie n a dur que pendant le'tgasqusele ,aitter deLeyle ne pcu-aie chapper au dei- t -'n.r.
Cin ct r i t toit- copu. -hn 1otlacobina doivent tonner cette trihLa contre let
ad.s aig. cru e 0- tir de l'bn. ir.- d'auu ts inhrtis 'ete eott uliitatioate, dmontrer


Le',#,gsndal -Woin'er -a rpandu dernitemeni
qi l pattiL de l'Alface qu'il a occUpe', des -dl*lsoatio, dans Iefquells, fans pasler en aucune 1irt4e ai dt.sotyalifs ni de Louis XVII, il
'W,1e'les 'abifaus de cette'provitce frateroifeiIl rtnieus compatriotes les Alleusands, eta f tspplet. is aient autrefois les fuje'i fiie.lles de
itainfi iltsy a plas dformais de nyflere,
li i anoncent ouvertemnetnt que le bu'de la
fie t i'ggraad ffement ds rois 'coalifs en
Mueutens q. u l'afervffemen. de la france.
in'ell pias fas alarie fau ,aos ctes, d'aps
te s D ppris des prpatatifs imtnlenfee qui le
i Breft l5 vaiffeaux de ligue n'attendent
qsl'e#ignsl de leur fostie. -En confquenee, -itre de l'amiral How reu ordre de remettre a mete lepls tt-poflible et cependant on a *dt l uersr batimens de guetrs pour ebfctver
Ili uve0nen de l'ennemi dates la Manche.
ILs paptr miiftiels difentl qui les derniers
Itrf it dia tomte de'Moya Gturnefey portent
Mo eut approch o il fer* fscile de reprendre'
Fyojetfe dfcet')e A Port-Mlo. '
C- ,.%at oncd ble. certain que les ;oyailes
uSaitntt pomis de.tnir un port fiaanis l
v ti o e ds toupes qui devaient tuntr la deC.
'ifltt [!! ,ont euqtirementdtruits ; et lue fans leur ".tttl,+ on ne pcttI rc"Mpci fur le mohudse tiare ; i 5s ec projet h6aste la vanit de Pitt, rLI1pan10rquioi Oa n'annooce pas qu'il elt dfutoaiss
- t f9dcrer-,d l'amiral Macbrdde a prodigieufement
f*fl mld W r lsade do Gverneley et dan$fon r! *rct les tranfport out t vivement Iar, '49.pgr desvcorfaires fr ais qui croifret pvc ,dhablyiu ede harditeffe autour de Guet,e# tOrfsires9 ont tent d'enlever quelques tranl'
1r du.Coivoi'," mefre qu'ils fortaient de la)pOur tetOurner Port souh; et-'ta frayeur 18t1gr qui taient bord n'eR pas encore i,4 L lrigis difeu. aujourd'hi-i qnil faut
sala *deux mois pour reprendre lo pojet de
et d'il ferit seut-Itre mieux ,de cou.
':trn d iitaquetci moyena de dfeufe pur
d gletereS, tant- ils paraiflent craindre
tel. r ,nblicinsL ne c portent > prendre It vdint contre MU. Pit. Que de dque de ,onufuion, que de lchet dans
r ,uf.s et les confeils de ceh-miniflre kt de
Il dt4ill trrivent de tous. et fur le dfaflro
e;l T.i il ne hous msanque plus q ti I i du 4 g a e tt t d e la C o u r fu ,i ce ob jet ,

a llire que ce AAila lu alex ou


RPUBLIQUE FRANAISE.

Socit des- Ami's de'a Liibert t-de l'Egahit e,
sfante aux 7acauins de Paris. Prsidence
de 7ay-,Yain.eCroix.

Sance du .3 fivf,'.
L'ordre dis joure appelait la dtfciui on tu lo vices du gouvernement Anglais.
Butieau. Une grande- difeufilon ira nons ocuper. celui qui an'auta p. foutait qu'an par.graphc ,.Qu mme nue fcale ph;alc la charte d A Peuples
-n'aura pas perdu fa peine.
Il y i a qtullqoeteri qu'iaa voyait ici un fafeeau form 'dcs coolcur fcanaifes., amnraines et auglaifes. Cette focit croyait alors ,la VFrtu des Anglais c'cAl .-dire, leur atuour pour la"lbert; tsais ils n'ont :raore pu' donner carriere_' levir mergie. La foule erreur oninrife fi 'On peut dire que c'en foi une', a t de 2n'avoir pal %affez bien calcul la pfidie -du gouvernemtenast Anglais. Comme un lbomtne de probit cli raernent osJusoni x, ,n letP!g'.-e-' r'eux et magsansim. croit avec pein n 'uue Nation neicre tveuille, savlir. ,
- La rvolution franaite. pofe for l'es Lafer iramstables et facres ide la nature a produit des effets hors de la porte de tnot-comblnaifon. Aufi a-t-on-vaS la dipiomatie perdre l'on -plomb ts potentats ditveisar fous ou imbciles, et bien des gens clati-.,1*putr's bons avolutinira res'en+ 1789 '+ 1790 et 179t pour avoirr vonr lu Mler leunrs affaicL particuliers aiti grands tft de la Naiion uFan.
,aife tre pricrits ou aller la gu;lliie ea u11 70.
Pour tout homise qui marine fur taott e ad th tre rgnraietr, l'gd'ssu lui vaudts latochse Tarpelensse. r "- "Ce qve je viens de djre n'cgl pas i tratugeai q La hite de fripon qui, en France eut fo 1


."


qr'ell: n'admet as l'galit aceffaire dans la repr,.
feutito et que fi 'ce 'm'nflrueu iaffemablage de
l,is parait promettre an Peuple quelques avantges
le gouver1se eut actuel er chetclie qu' les arsan' ir. C'a de cette m.nicre que vous eclairerez la Cuaivention' nationale d jcoffe., que la t te e Pitt torbera et quc la rvolution fera. confolide et Angleterre.
Coll/ot-d'Hrboi. Ntbis fo'nmes entrs aujourd'hul
ans la confcience de Pit-t dans ce voica i qui
- voait tous les crimes ; nous avons traverf cette
lave mostifere et peiieatielle. Allons mainte*ntsn ft le eratere du volcan; je veuxpaler du gouvernemelt auglais,: fi ce gouvesneruee n'tait pas mauvas, Ptt ne l-.ait pas fi abominable ,vous .ta, vertie1 pas les certis es deuil et l'huujanit g. isiffaute, dplarer fes cimes multiplis, Il t'ell pas nceffaire de.voua.faire envilagr le gorvernemnt dc la Grandc.Bretgue dct par le complies de 'es peifidiep -; il n'el pas nceffire de vbas trhnfpoter aex_ ides d*Hieres, 'pour voir les lihes et feroces Anglais dlibraus, pour favoir s'ils ue jet.raient pas la mer les tratres Totlonnais, qu'ils avaieat avec e+ex afin de 'emparer Je leor ri. .nlselffs ; il s'agt de voir ce goverr enlit caimnaCiae. Je ne veux pas le mettre en co'uparaifqit avec celui de'lla France; de ferait r'apVgoher l'excs rtdc ton. les'vices avec laffeiliblage de toutesc le vertui. Un gouvernement, qui c1t entre les maiUs le Pift, n'a rin, de comparable avec celui donu le centre et Cla.rcoofrence agecnt et fe correfpoutident dans le 'mre, moment, avec- un gouveriea9ent-enhfi tel que le eiel aurait d 'le donner toute la nsture5
.Le premer tc11 vicieux par l'abfence je tonte, ici vertus ,que voqs 'ealimez et eP8r la -prfence
de 'tout ce qte.von uipilez. La'.richtffe y cl en hs6nncurs us fanatiftue intoltant en fait li Lafe. +- + +
jean.Jc*quei Rouffeun a dit s' Les A"&iss aiment Sdire 'is frt, 'd'un o -natunrd. et que leur 0aa. e, ns "'nu fl h ma. ; tais perjen, ie le e repet+
epres c4I. ,. .
l4;nglai eff rMiedur golle 1 inhmaia t: Les crivains ont tuj, .rs dpeint avec '1ce caractcre (je ne veux paui, que dcsAnglis amis etjaloux. du goaveement actuel). 11 lotit jaloux de li Chaffe, ce psivilege honteux qtus leur a fait coa'ervcw leutrs ducs, leurs mirqUis., leurs barons et tarn jd[qu, leursbaronuet 'lpece de hobleatn incoaansu dans la msnagclie de., yanF. "
Une chambre-haute s et'cre pour fout nit a e obsles Ici t)oyens de fontenir la tyravuse et Ictirs vexations. Une bha,brt hffe (daomisat.ou avi"
lidicte qui ne deRtait pas ss tolte par Av Peuple>

..










destai. tre lefpoi de 4: libert&- mai. U sy ttu-ve des homtns achetbs et couverts (ie dhoun xieur, parmi les lkom4l Cg vert.nncnu qui y fu mi
petit noisbe. ,
QM, au,!,oui proceule ' lctiour thes mebres de
"ett, chambre -baffe, ,c 'ss'e f pas 'la veiln 'ue J'ois attend la noenuaton Cux qui" veulent tre
i"toms. "ut foiu de cdlculr te qu'ils doivent , sdr'de~ lems couctovs, et ilsue' rogitffet jas 'C fervir leurs ice I plus. bs O er afaire

Voil Cumoulent re' coimpofel nue r ep4e9aon
hag~e -de veiller ux ,ntrets d fi a trre ,Ivoi
yourquci la chalimbre? b1sfDe n'a p', d'F d !o6t e fitt le dpt que a NatiOn Al'"eaf a+a't. ngls 'ans es mains. Le bbu.heur d ti pe 'p ul, , fq-,lre, et, le mn itfire La t agir le' 'd gsSPsu.plc ap profit d la tyrannie.
-Mourefqnie qui a tci un des pluls grands
poiogit ls du' guaersement g ala 'dit'que les An.gais devaiet' tre, gouvernes pus par lcurs paffi o s quI apar l verti s t 'la: rvifb '; ell fup pofer q n'ils fortt pe efpec d'hommes incapables de louterir lent lIbert.
Le gonvernentl'angis a commis descrim, in.o,.b.bles; dl d t le O& iue ls .Anglais ont le plus ag4'ulnqci 't'fili par devenir lou ;'preuve incontefable .qIecc gouvernement 'Clk, e crable puifq,t'i' ettgendie, le dfefplj)bir et labfolie. Le peu de bien que ce gouvesiiementa. a, fait, avait pour ititahle"motit"des paihoas pairticulieres. C'clt l'or de Pi,tqi,ia fomefit toutes 1i' smfiuteligcee rsqui -ont rgn ,' Ct qui '-reug.eut encore parmi;les patnionc.,'
Je demande que 1e tacnbins 'ouin o n S'o. de oecuper, de ce -grand objet, et de recherer avec toin tout ce qui eut fervitC exciter une-indignation profonde contre le gouve'rnement actuel de i'An-gcerre. ( Oit'applaudit. ) ,.'.

Ue dputation d laL ciet' ds 'Cordeliers fait prt' d'un arrt qu'elle a pris telativemernt FIosdon de l'Oifa., Canil Deimouhis et .ahred'Eglantine. t
Sance leve 10 heures. .

i]mU'NAL CRIMJNEL R1VOLUTIQNNAIRZ'.

Dit 19 n fe." 'e",

J. J. Durand .natif de Montpellier ag de 35 an cs-pielilent de la ci-devant cour dis aides et chaubnhe des cImptes, cx-maire, es-.prefldena du coiit contre-rvolutionnaire-, dit comit cutral de, cette ville, y derneuiant, convaincu d'avoir'da complicit raver Briflot Vergniaud et autres fdralifles, coufpir' contre l'uni et l'indivifibijit de'la Rpu-.
blique et d'avoir aticni latranquillit et cfuret du Peuple' Fman,,i3s, s condanmn la peine de mort.
'Du 3,.IJean d: Coircham'p, g de g5 ans,
Oatif' dc" Pais 'fits d'on' fubtltut du proureurdu. roi de la chml6r. des cotupte .' de l|dtie ville dlabord employ comme lecttaire' de la comdie Marfeillc, t cruit-A Paris dans' l'adinltetatiOn des biens nationaux enfin adjudant gnl des canonuseus de 'la garde nationale Paris ,y 'deuneurant rue dC E Etsles qon'aincu" d'avoir mchan:n ut paticip aunx Complots et-cozafpirntions 'forrn par le dernier tyran-dcs Franais fa fai,ll et ceut qil les entouraient, temid'nt trouler l'Etat par une guerre civile delquel complots et cunfipiritions de Corchsup avait patfaite con-. ssadt.oe, le 9 at't 179 puifqu'il a l-annonce ledljour qu'il .taitdifpoe fLire feuLftfo le Peuple, a i'con.dann \la peie d. uort.' .
,i 24. J. F. Venance cuugados natif.e Car. cal'ine depaiternent de 1'Aude- 'de 3o anr, ei-devant euPora 'et profefleur d'lotuenee poefie et d'ii'l oire emcurant Perpignan, conVaicu d'avoir counI'ir contre l'Iuite t l'ndivfi. tilit Il Rpublique la fure' -et la traiquillit da Pcu.le Cauia, 'et- d'avoir protg la fuite de l'infme Bi ote,', ex-dpur liu Couveouron mis .n arieftatioua Paris a t condma la peine de mort.
Bernard-Auguflin d'At-zac n dan le dpartedelaDrdogo de is, ex-noble,
enciCI cpi aiLlc au tt clielseut d'hfahteii ,,c4evaut M nuie convai- o d'avoir entretenu- des core fposdaucc s,4et i telligescet avec les nuertiss xtxrieurs dle l RpdblI, re-. tendanes faciliter par tous lem' mo\-'e la ,pof5blCe leur entre dans les dpendansce. de" l'E' pire Funai leur' li.rer, des villes fortereffps poit, vaifebux, ags et arfeusaux Uppartehans a France. A len fournrai des fecoure or Lla'ta. en arget ; favorifer les 'progr1s de lenrs aliaes, fur le- territoire fr sis, et branler la fihirlt des oic:s foldat et dI0s autres .loyem~cuv l~ers la Nation. Friail', a j "cntd-nsn
dila peine de uneo't.
Ilh ont fubi hi, r leur j.igeucuns.
Sur le' rqufiroiie de l'acciufateur public, le
tribunal a fulpenit jtnqua 87 du prtfcnt mois, 4bs dbats commtnis dilpuis trois jQuKisdisAS la


Il
t






















C
p


p








ta




ti














ti
p

b


-Procdure Nte - n.ir vingt CeUfPIAd e 4:C-. .t. f rit f bol,'ai.-;
sapn~odin~ s 4I9rtde [cs f i il ie lent pfrie e s
tO'i aCtCi, lop de fa ,dkteItion t la Goucieagerac 'v5Intes, ,tai* qu'i l Iffnt n- AS, fih

l'effet d'ivoi denouveauxt r fel&u sircpet eclr-, de ct arnc ement il sele a ue longue" difejuili e t Cambo ui 10'co , amn or futent la combattit .cepe. .
etfern ns 'kl* X4r 1 ,rque i-fr rl ct eFnder4ut '
g . :: cntlrqs ~l 6 e s n fe cruffenV aumord. A
GO NIVE N T QSA NALE. xre n c2ns o4 aNton 'lvni1
perdre la. rtui'tt ot4 va partie de leurs capion

Pdreter leou tf'u i 'tasen, x1te. n la N
SULT A'CLn SC uv, yr. uc r stl
dc e1Indcs ne fuffiraient pas pour i46ia i;i
Coupaiedopter 'les crets fuCcous- nerfutop "
La ConventiOn n s o enstendu, esieayd ydil ,i te !
le "4.6on. ' 4 n ,t ,m*n lon ige ,idig.l detet,:le PtAi font
le tcpot Les' r. sjmtedaguLFe" f difeti.: 1g" . "de suewlr de' .nili i
rendLonte'i, t g ,' ntflre l'inri r" da lrs fnsapl fas addition, et faut dans e .1[ ,ue Utig es a:-J ', :
l-il 4ela2loi qi ehargel'gs ai t'- cCPt 'l'article Il o i quelu lignes &Vct
m.ors e' cr les ter.es d c lcik p'ar G.ambon ,-parce; qtt'ilyv. id s eir .r
c ip u l e s d e f a r e t h e r flou: e r l s e e ~ l'. . i . . ,,3j e t s u . .
d:fenfeurs de 1 I arie 'ls nllseL
,1. Leson uncip4 i:s qui ni fr t i-' l Ie Jferia dudcre Il fut.lft
pe quelque partic es rr.le g t, eeunay d Augcrs Cambono ilsa n ce Cj sme
ll Aun deffoa d la ,'figuatUre d, Ramel ,,,_ly
eut'avait ue au crayon' qui e l prefqc'ef4r
penum 'erferctxe~,icqerrent- tous> jed cultiva. il Le ,- ., .- ntemais qPfl e ar le ist irazC t i a "
touirs de" leur Gesuarnun et ux .dts Comfmunes rraL.qts prlstauaq~ elst 9no 1 dre glantmteil.', ) '' '-' ,,1 r
rsorriins ' le' l/prim rochain. : C'tait-'lA le dlret qui devaitte r, emis eVufg, -plc > . lr 'rr tCue'pour'y afpofer l'epdiatur et de l p'ffcr1aa
I lit out hivateir'qume fj pott labburt' aie' pfCilu'
et en era' ".,er us;terrain1 .dcrt 'caufe, des' btireau des ptocs-v'tbnuX. R in de toute celan'a t
ivage,d la guer'e, aura' droit Le. fair' payer fa it;bo ul'gual dudbcretft delientre, Stide par' le propritair ou le ferfiers, lesdevx ties de Cabot Dclaunay ouFabr dEgganiuts. la rher, la femeuce .prleve e ,. r p- Aujo d'lui f orstths"oauv au bas d ges2,.e t
feu"et pedionne un mois avant la moil n pour .addition.s.faitfs.ayon, qui attercn de l
. . : . " ,' ,' loi et en chugutlesdfn fu n le C ., ,
teclamer la recoh c elle -li apparttctrdra tOute lo et .n btgent .s di, fiirs elle 'utdue ,tSc. i,ae'Il to tre de Fabre et gneet par lui.
t onenera.de. .cl.- Ce nlt'pas ut: on :fit une copie dp ett1I uIo r
mer a feuncue q'il aurait empl'oy'e, et ftit do ',.od:l.e a .e et ,linai la igit t e .
de'foe - ou prfenterent au tecretaire qui lenvoya auk proct,
de fo liibour cvtoyaauv'ou fire;. rvtIe1laf.rmu .xpe.iaiur lis
quelqs dfenfesne dC la Patrie, fa vecuve ou ets ipre. et emep dr : lo.,
eufans, aura' bien lrit de fon fr're et de f[oenetu et tmp Xmeeet e ,'
etd rfte des faits qe j lev[ene d'expo'fer qU'ioa'
payi ,ci a''bonne action frl' roclzne daui fon t' '" . p""" "
tontonl. L cs'a s r' rsdu .. ,"'t
'Le Comit d'agcntvre prfentera fous' trois 1" L'origal du decre a t fal. '
jouis unt. projt'dc .lrt: tendant, .sifisi"er i con,. "'b 'd. La rcd'acti9t. a a il chsan&., qtlasu',
feivaiona 'desgr it connusfous 1 un0 de 'l d od '''k'
iars t d'or'je ,u. ati. L'ltraion de -la; lol poetw-, fur deux obje,
La. .atnlear oi ,tdu (Ghaque mutation des tr- sfeAstait fujette pliple
SLa"Convetion.gaticale 'aprs avois entendu f(aou t; aus la copie d'u dcrt ,iqu Col;i d'agriculture, dcre: ) proc,,.vecbaux, on a ijoutces motsis Sra1,.
A ir. Les 'autorits''conftis font tenueSl isrjs faits ieu fraude ce qu ,eft countraiec. u d'employer toln Ici moyens qui tout, e etr pou- voulu fairel Couvention et ce q'el voir, dans les Goiumuucs'o la ci1turede la poeiteSous> et "p'o"la loi i de' terre ne ferait prs e'ncorie tabli1lepour cigager. Le drce p(rtaita encore que les' ce lir0, tqu t les pltivateurs qui ICS: ,.,pf't .pla, tr naioaux pourfuivraient le recouv remensde chacin flon leur facult',unc' potion de leur ter- tait du la Natios par la compagnie dindes; raisa en pQrtucs dC terre. .ci on a aou dans lesarticles cxp dies, qul.t
Il Les/,agens atiooausx9 s dl cts o'la pou 0e des objeLs apparenans ctc compagnie sl il dl tcre ncJ'erat pas encore' en ufage, fontt tenus fuiranrt es flfuts et. fcs rglemeqp. d'en,-docneravis dins le mois, la Cou mifion des Voil Citoyeas,ce. qui a changi msl fabilauces, et' 4e loi faire conuatri leurs beksini, dcret. Nons avons pria fur cet objetde eu(eigonl pour les plantatons de ce lgume. sems deCambon et de Ramel Iils nous ot del
TLI, Le Gomine d'agiculture rdi g.ru. ,n u. formele n eut que le dcret rpibli, cutme loi, IOt, t'on fur la culture, les feces et let 'ag e la ps c'lui qn'ils avaient-figu, et qqe futeti1uto$

Pomme de tcrie .Pont tre' r prid e dans- les d. ils avaie appf les fignatures ,il n'y avi; jas f artemens., "' 'r additionsqui y-o1nt.t faites au crayon. '
La Convention nationale, -prs a one t d "o d'E lCit4 fis .le Comait a a- t pcri'6ad afque 4b
omnit d'sgrieartt>sr, decrete avoir ertid for. atrp, d
co 'oriutpe, d, '' r 0d'Egiditie n'avait pu> qu'treguid par del iui9a ~ ~ ~ ~ ~ in .o-r" , tIOn rminelire s et comme ceulx qltist mli
Les dnimraei ons des dpartemneus qui ont t .n$ cm ls "n c 'i "it i|
le thtre de 'la gt re de la Veriu i to:t e Ues danscette mme afaire taient djtou t t" .s.von.l. e trnd.c1
de faiq'erdiget un relev exact e>terres acques d'inflaion.,nonsavonse devoir',rri 'la NaloI par W deliutictlon d:s rbelles, et de m., f. ldeib .
envoyr a ni-nif l'intrieuren ruce un examen lus appotot. je
,- ~ ~ ~ ~ ~ ~ d ,4. cinc}a eVO alandler 'la coufism ationd a"
rl'entera le tableau Ala:osu'entitounat odele pour cg de v e l -' l
c 14r dti'oacp incLure prife par Je Comit do furete gnsta :" ., Y lland. Je demande la parole pour. rapporter
IIILqT -au 'now du Corrzil "'urqe- irl. u Iidn'napsP
S de "gersraie un Lit dont u'a pas parl le rapporteur. Le joure
,toYc.s,je v.cnsgremplir 'un devoir 'bien p.-ible, la 'Cvt'on porta 'le dcret doti' ls'agit(m '" n voua edant compte dos' meures de tigecur -Gbmpagnic des Inds', 'l'amCudenent de'Pa que le, Comit de 1uet, gnrale A prifes. cette d'Eglantine, et le fout-amendernent de Cambhn suit l'gard dc fabre d'Egautine. Voici les motif, donuerent liu une vivc difctuufin, et ptas ', l{', ui l'opt dteimipr faire arrter ce reprfentant du ings dbats la Convention,'renvoya la ridItl0. 1 triple. ,D 4f. ri e1. o quatre risrfc tu.s du de cet article hl Commiail o. dem finances.' Dtl t iullY Peuple fout, impliqus', 0nous avons eu vrifier d ,gers fut le rpporteur de cet arulele ,'q ;spt'.
diverfes i:cle& relativementa'ux inculations d'ago q .ques dbats fut adopt pt la ConventvuiOCommO tage et dl cortuipton qu'ils Le fefaient les 'uns aux lcrtaire, e demanda le dcrct ' Delaunay d'Amt' aue.e. 1 "eIs; il ne me Ltpoint remis, et lorfquejflus,.tj
c bot Baziro -et Deladnay daugers dtenus' -o,"Iverbar de la-4a ncc Ost il avatt id0p s su Luxgnssbouig :ont td ilt 5gFio.s. D es dlara. je fis obh'ervere et 'on doit s'eu pp ler qeJ .
tinsG t: par u v:lA 'rs dfltJ et. t : a l' u {
ons .s pa P.; g, i .qq'il ne pouvais le lire, parce qu'il ne m'avai p. .
eva, le trOuvc, une: prc .lfeniele parmitfes remis; il' fut remis nfuite fans doute futla dt papirs mis for le fcell ,' qui devait taire con- .ande. ii des cofms do burau dc.ptOteS" li itte le vrai o ipable,, Il requit le odai ,l r ie d c k-. _-,ta moi "'
lever les f ells pous trouver cette pi. c. je ais v iux1, uais ce nu fut pa s A VOlS en h eidre t cl odtec r Loe. e fut moi qui iets le deet dont -., g1 ,,;
vo . vonsrappeler que e- il s e'fut rcmis par ybc-d'EglfitiuC' et DDl5u,, .i.oyes, dnt.,y . iors q d'Aregrs i je le ; gua' l'u examimut o,.l -'VA 1e
oanIy dAnvge'rs' i i ti-atc
dnonia les compaguies ne finances, et vous pro ,'
pfapluliirs eus de fare ceffer l'agio age, Vadier. Je vais dire, qne[qCs m or t, Ul' ,ortailq, fiat noulme pour-sgocctuper dc de l'affaire de Chabot,,Iasite, > l tJu'ien. 4t obet. Bict&t cee Co.,wil on vous popofa L confpi.ato,,, dnroce par o os a urn pr olet de ds rt', d est les pkiiipafcs i!pol ~dj -Co titnie depuis trois mouffl'c coftrli~ sons taient dobliger la compagnie, Ode c l pouvranter les compagties C 4 ,fina.ces:pat die P.sy-,r cd' qu'llle dvit la Nation et de >ominer ,ans; d'abord anre- baifle leurs ,tiof5 Aqui ti,: commillaies pour futveiller la.vente de"tous airculai, nt et' les acheter pendant la .s,'ife I,> effets apprramn C elte compagnie. e 'prO- le u r-hqjnlfer ,tffnie nu de traudveles en,
t le d crt excita dU' vifs dbts'q d ns l' lh-. 1evendra alOrs cele. q 'l'on lart aCJiet tl'
o e;ou y 5| do amud.msns e* fo'u-amen4st- Vous oycr lque par l 05 on n ait pus 0t
i6 l'sg Qtage, e qu! ps .QS'FuO ',.


ficoas




,.4t









t


I


k

..


'~: '~ ~


/, 4,
la, t i.J

j ~ 4' dr dlol:'vou, faie, fe',i+ Vqii'V ~ ~difpoitoV)> trhtt ui. tf'lh fr'uJ
r o la loL. a X elt sue ,ei
istWk aUnk ciroid'utint,
',, ite r la L il d a /t
L~~I "oni iutiitle iotre dcret eu ioi

v a.iidaIifn dela eo pgdlaguie desIUde
,' fes 'k-gleilit.,La toi a donc i
ou lit double" poiut 4e .vue; le, faux,
1:,if-t. rGa W dt V fi te_-Por vu s
mer la' mfi; piife par votre Gcotit,
'le I V .
: c~r~;lu qatrei d'I il qi

d:nala lc aAudi lant'i'L
olt ,,d 'f, ptr o liv.'lut fft upa teper <1ai fei '4 1 f r a P ac . '4 uffi tO, t la Co ai- d s !
irkril lcd sctOliletdita ceuxi quiCs avaleut
tssgd u veiaditpl4u d'action ug 'e t la N 4t;O i z1 iu ,
C fou$ pop,. iO1.livre.s.quGll deva,
9v .sf~'d~sonck a l om. iffi0(1 des liuas'sce,
&hiiuda, fi la I'ni:'!tdu.7'OUt aitap}lica.
Sarl ~nsftrs:'j ifb,u.ius i'atfirmative et; je
)squi tvaht. vendu des trausferts.
er tlroi 'd mutation, avaient encouru la

sactjm tres argumentaient aiftii : sou avo's les ulnsfcrts et nou &navous pa enfreint
lfoi qui n'oblige payer le doit de mutation
.t qui%vcndeit e ff i au porteur. -No
Ses fophi'fme; b ou fentea quec' e (Il'f; epti feptai"t les 'ngeuns ;le's aetioluaes frtpt dbolits. ai tCoit des Cuci'cee. Cei' du
',al chcb.areit 's'tayee: de la publicit
J'iurs Idlibratio6is et de' la notorite" de ,la 4fw qtiils;laaicnt pife. Ll' loi du ij7 vatid.
.W1'l,60pni1t an,'triplc droit d'nexre gilement.
q"tonu's le's transfrts tai4i t ffraud- '
'ppida Ott's a ajoute la 'lo ces mots
iMt ; ce qui ,fait rtvie eles, ptentions
I4nattes ; ce .qui va contre le txte 'dc
fn tutaIIo.mwssffln des finln"CC5 'foe onvention deeLstre lde laocomfaditsds pa lllme:sa lcide lnomnrnr e
:re pou, fu ,1,iie la 'liqidaion. FIabre
.propofade dcrter qre la veine 'ferait
e 'is c9i)siairs. eC -tunmiees.-Aprs une
ifffirop (i s-ientemct'futadppi contre
j ptopofai' nu 'Ion s-npwcn'let ,.t' pour, 4vRr 'I daug tcs q e. ne. puaffait 'cniaar la
1' c auabreI1 'Eglaui, Il funt dopt.,
atdle ,. dig, dans le m mae. iens i.'iI
r.4i errdt&usf lutent >prfcots A la Iiguatu'r
,tsc de le' Cmm s ioj, e je les Aiga ;
4ni la fditejn a lait A la'.loi des udditions jUei point iotlntie" 'qe i.e m'ai, point vues.
e ce Ot'lll. faIlii.-Ui t rmil u u ojours aps que le dcret ts Os cette iie copid, il y-a lufeurd tle;ii't1 t ltiiuc corrctions i jamais ellei n'a t -vuetiii
Ji n par la Coduim fion.
MsaN, Ls ,faiig qo u je vaio espolcr ne for&ti zlt tlvAqli ,l'a dfcu fonqui 'tacf ouverte.
va:otnmeucemont& dc .lt fasce ou'on dilcuta
S17, vndaniair, j'tais tltsrr" d'aVis que ed la Co-mmuiox tait tiop'iiarur .
J'*t js fu tout G ainbo n qui rgutiiutait d l'cae.
lit'lOlnrlge'dIs Qcto a., llrioique fous une velle fore, et qu. foutetnait -qut la' loi de Mui' _.t avaCt'tu poli. jet npXicpa de rpiner.
clge,v : la lus,cett loi :ije v$u alors le voeu du a$4IeOr bien 'prin ; 'i'v Vis que, nOu-fe ulcnt ~ tyOnlt piirer l'agiotage ,'mais encole fai'k
la Nation .d',la peine juliemeut ,,ue aux
lar. (.e vo1'i de l'a p)at de v:euir qui l'avaent ueJht talit dsnc nasficflt :j'cibralfai l'opinion de nU.hJ fuis blcr crtati d ce lat, et ceft dans

tI i tfo rapport,
1ktti'n9gea telsivrtiet axoU cncieni dts, "'IW4F blo iL'aYenderut tde lIabrc

li4 etion fat faite. Elle-.fut ligne, comme P' l'a dit. Tout 'et * 0 e vois-de plus et,
Ollttieir A ccla, i 'el itIkln-cnt i neonuu. fhlrlier, le -ne ,et/iendrai ps, fur le *s ; ils itn .pisvjs. Je p'are' contre le projet des
ti. l rtse femble'qu'inle flfit pas, dsna tie0nflnuce,-d'une mefCure de furet gne4~i',iUe rdevons' t ',tadexe mpd la Ntion.
' 0 font'connus. je d'dmaude le
rien "rnr 'fleor ni
a1~dtsltrlCsaculs .parce 'qu'e l'affaird' eft flOt< .II e Wn uct on l'aj!leurs ,. il, cl, i porqa t
a' q:ufc' d nc if imlal,. Les lfptuta t . t iY a . .


t4. % pspie d dVatnues 'n!ras, t dli 5.L
tipg9tetiti n r creeulles.diPie.,i v .uIli qu& otphation. l d Iluv.ZIl,
Y44P Po il-, a4 e' s ft.r. le, foui olu.nndoiu plus plantr tur telou :,tis
isil.pre t vidu ,l glaivedo la ioi doit frapper l al'oiPssu
,p enlrl ,,ljateOll Ir'tltyllii nt"d s tt. Il tnu ,,'U >p ort e(ii v iOi'dutl IlIl
'.M it Cte'e,Adotner i'la ck- an iii 4'es de 'l.,Ji 't"ut ""n "app a it rsrlfutr,4w 1,
ledi ,pbendr ; t n'e:lt pas,gs il 0 uksi -iel,. Cndonl,':,n d, l.(ise coi.i.tottli a"
cf ,' leM k"zq 'ilie1 '
exYatfiner *sil nie fsle:riut*gub "r tuier if.lstiius v de 'ctte .hiribe .'conIIratio:i ;, ./~lc. .~p" l, ~r'aiio. '4,rpMtd C blabolg,,nla ,',pubhsque :CL noustl .I tioaUl ignore. je retire mu pa pfi tiou .fat.a l'' j / .: je rce loufa, ,u1, fun ,
'.'. Jdetd,{it ,ghitrale. cquil*bcett.unc pariilc di
r 'C o en/i'j J m'efbI 'm tlQ t,r0sque leusa veilles. urir toa lsjils ,dc c'e
jere'c Ocup" onrst'nUits-' .On a fli ,,
.e.jur ct si tqu *e; qu i tSlelu sapportattiri':qn'ils le.p lvrdirt
. La,L uatio4.polit; ne d'lia lti 1e n ".
Vett l ui atire d e id rBillaud. Yar one4st init dlai pour f'are Co
eriteN peivekt -lhii etre'd 'vl 1 146 ar r.da e Les fi 0 DO iit ti'l rangller .cette affai're ,I aqlutIIc ot ,! 1P. .pof'ceutpar- 'laruier. Vdoitj ddg CpubhutteD l%
S: la cof'rudnce, mte' furet' gen que 'des repreutanJ du PplU )Ifnt'lcul p*& caie a:ben agi citstl t o l d la Ifo6 t5ut(ds qdighnes' du truraiee donn tls etaicHls
sin homme oon|aise' "ci:luuabii; "2uas":consuela' r'Cv tu Malllur t5 'lti.qu' a.e a 'cite d'e bre t Ci'nyetiou aa pis des travaux qui oIlongct fel ls d et qti cit Ucoi'ef.' a pe i tiy'om e faices, p'oatrquoi' ne l'e shaseraitel pas de' la les me illls5 patriors. 1e .Ydesitiidc quon ai recherche d cbOpbles ? R dotts jui ce'au Peu- au Comit"le msten de deFouvrlr "toutc, ctte ttawo
pie pourquoi les accufs neLfeqichi-u ipas ara- ucxiwiail. I
dUtits la barre pou' J' s5e .liq'1s ; "ap, que' le' Cofite de furet g u'erale aura 'pra les que ues 'A '.ar. I. Comit'ne peut Pas re au( de convenables poir qu'aucun coups'ile' n'nhappe gl, f i', a i qu'aulsfil de l'iitrigue ne le f erd? 'Utl, dcect bmztsu. oCi.ntenllmU l' a it d'acculer le CI d'acculatios a -t proola 'anu principe q u mit e je lui rends juLicc. j'avoue ; Isais p>uvtz-vods-voloiil 'iitrdire axu
tre..1,nt1'en us ,. ,' 'ott 1 -'Aiar .Le t oiit travilleJ'oUt et hnit ;mais
acculs la facult d'r oendus. co doute il . C i Jc et r
peut le, i des ce o. al.ce o iePeuple lO. it 'otln te ta' obl rv' B;llnu t cette trame ''tup aslait
preffde 'do pur ,pu ni oc.irc, att ledroi d et lesf'leetl e c-c plae ne p-ofcnt P as.,sshlS ,iaidersun Icl,at 'qui veut pcrdi'c la libert. m "snde 'inq P ou: is, .p tnnes esis dans
BrifTot et sce ois "ne pouvaTCnt tre entendus ; ccl .
'ils 'taient lj cundahns ; la libert h rncnae '*On demande l'odr du jonr.-u' lei adopt, d'e top pis ; mas' l,m qi'on vou dvoil des
". .' ". . "A o j./. e denan e e t e pro'tt id,- dd cret
turpitudes, un agiotigel, des. corruptions ; ort'- vue j q Pe J d d
'qi'oi ii l'. .l. cipaux :fils .d.r.te li''ntrigue falie par Fabe d'Elh, utiie, fait dc' noueau pi lofqu'on ous. dnonce cUI4 faux qu' peut,'rie fent a la ConventiQn. dlavou et ttribts maie ain trangese',' pdouquoi 'Ctte propofitio eft n' enterdrlous-pous pas,'et qu 1s.zceule ".
LiJ .t .m:anl 'ue l. Coi .t.,:.i. r s,._ 'a, Vadier."Le prfideult i'e 'remet nne lettre tl :atin de Falu -d'Egl' :-" que le . t Qkabut par laqatieli il pie la cOuentiOn du-' la l ll u D : 1l12g IHlle que te Lorn te .e. 1 ,: .1
ftret gnrale peun toutes les melures qu*i fevlnt accorder' la ptr'sliffi6u de voir fa nsc ," lilnris ncriffaires, ,C ls lqsetfuite le"s 'pI'euus icu't t,,-' fge de plus de 8o ans; il er ava it lait la denans'dn dt'it's A la brie afin qa'ils loient jugsl devaut au Comit de furet gnrale ,q i le 14 avsit' 'ctout Il Peuple e'iqusl con'n eiue'ex qi ,m,lent cid. je demande qu l'Alfteblc approuve cet encore on eit,le.' Ma, piopofittinu u'lt pas toi,. egard la JIibcrar'oli de f.onComit. 'tr aire il ccl du 1uioiit ; je. demarsnde qu'elle foi,ta La a pprfve1,ouve 'arrt du C'mit de adopte. -9t.ett4.Vadier., 'Les principes du. 'p-:,p,. '_. 'Tlbudeau. le viens ajo rlhul rclamer lsjlUa; 'raict iela cottftzrbtion A .-degx qacc ord.iet,,unie- 'c -de lu Co'antot -pour' 'Ilibaunleau ditectcur,' isviolabilit abfqlue uk r peferita" d P"uple. and ndcffagrries.tun. leque ll
On, vous demaiAe da 'faire juger ll eprvenus par ',ia'tveutioa .rndnn c :ar cquc
la Convention. Pour uoi Sitigriit-ele en tribunal ? renvoie tue lettre crite Psorryl, fou Ctit
P.t A e coi"ai Irt de pa. dcIrt ,utac, pout camiut4 la conduite do
tfiotifmue Ians vert u fats ptrbit. On a dit a qduil Thibaude4. e'agflit ici de turpttude pcurlire 'c'efl bien"Pl '.us, Eneni' di rte dit'cuflio n prfonle et par' L confpiretion qsse noua vous avons, dsione,eut dleatelfe, je e vouus point y, repondre ,elusl l un y,nie :ffenx de core-r*,ivutioi, : l'homue que le Comte rendrait jullice mou frste. L. bici dont il .eft ici' quefl;ot i le piemier1 pnfinmaare de Citoyen'u tia mois f'e f'ot 'couls 'ans >que Pi1s, Pit;,' ci Iu ptincipal tferilmiltenait diria e n ietct votte deciet ait dpole cett mains les printi paus- fs de la tene 'criimlielle-, lettrel a, lieux 'ar aller l'adtuiliiatiorides ourdie cos r la. llbert1 ;-ilvoal.it arisedr les ctho- poe proque '' Co.itdo
-laq4s'1 cotre lesproedlta s, et alleilrt pas'l l !'"'gecale a jts' ette "_duinlraiiou de gucrie civile. D'x-reuf' peroQnes, ost 6 aric rni-'p'con.onieer qu'il u'uit di l cette' allaile. Il our cet ol{jet.cef aux rilbunanx 'quc' vus. devez ,hommen ,torur'.slaErill de .p.ocurer une ellles renvoyec; e'cile .chiffaud qpe ipeils conftr te,.ue ente .Piorty c.i l. :d''itui1laubliait piactir! "d len tstller' ocetnon labarre de la Coi- d'une aiif.rable querll perfosiielle qs i n tiait p nS G' n N've-vous pas codun 'o'is n ftitep our occuper la diil lt d la onventou Jo
'.ie i 'Il -v ;s ) 8 on q i.> 't'.allu en- JPg ; ; '
tenrde 'es diatribes? Voulz.vons faire 'le plols iefulir prt tous rapp ochemns ;ta as fait ,ls'l la -.volidu 3 suai ?q 1 (.ls ap, ,fn'fense .) de$, dmia'chea, elles onlt itl r ilUfeS. Pouri Jfe tionvesa ici des honasmes A toute n,uvell tation, 1etere .fin une f,mblofble < dilc t!flos je de,nia grund iormbire uw4ohcque la ouveuson dc iet q e Pirelty
Qui oi sere 't fim nhatu m eni o ,r d fi m b . .,1G"_".- q,
de, memi.bre. oy', tvoiliL to'utl-la Vrit. je fera ett de dpofcs, fous troi ijours ,le piceo.s n.4 point' lo.ucrc'c je n'a- -q celle d. cor et qu'il pet, avoir contre Tl;,bdtd.au, *et que ivre. du fent n. Je demande'roidredu jour furI Comit( le fuet gsrale lut ,itf,.ll rapposttie
tj n U'cette affaire.
'Cette propofition lt-dcrte.
Bil aud-Vaares l'otsr 'ensbatre la propofitionQ . Vd .-,it" ,
de l)n'.n. ili t.llitle dbirer l aoile qi couvre arer. je certie a tuvcnts que les faS
. avancs f F t a dex ont vrai|s etque ce, e t i.,
l'es tipitudesqu'ou vosa vdl,es, et 'ce'tgard' a 'pa ,,d ott "a, et'q e t.',. .,, -u e "f.ait = pa8 de la fautetci ce df .tc 0na pis erre hrmintde ,
jai u fait important a rapporter ; tec l queltion4, fi a n e
feulement il exifle des pheuvs matiles. d'n P o ti. j'ai dpOTdes coies vidimes. faux, mais cuztrc IOueo,coo liv. avaient t'.dpof tms La feance ci leve 4 lies. pour prix, de ce faux. Cli',bot a remis' lui-mme
cette folisineCuite IdC mains di' Cruit. .lldagt di,'e s'ft AN C u ) U2 r S V'oE.
la Conventon 'qui'lar n eh ,,o .-. ;.,t ;L ., ,as,* dpt ,-. l ,
l rfq l e s T t'c r 1 c 'l., D B ',vous favez que les troupes de
fomnelo 'l le lI 'ici ecomplseeL la R publique furedti long-tdffis ebasdplus1 lui.
oi te ,arril 3, ilatr, ici partce qU-'el' fit ,, ? ; ,". ^
t t. par. ge l fa-t. lies brds de'"la suire .et dug au ldgokit et ,I
qui taient fa chargre,-'avaent pas "r allez la ral"ou ';' vous favez qu'ut peliJie clatante prouvs nais 'il yA rfl pouirtralel1t Ane nou- ,. ,. .' 's, 'A-,ric.je-,e, velle lopiration la outi nationl .: livra',leis lgnes dieWffmbon g .t 'utriche., et
"r ,' i 'l.-i j ue lefloi de,la Jilert tas, byrlllt e t n c/ e n fllrl, perdie', f' ele ne nous avait pas permis de, ue' le.o la l t t i e r d d en
"t " " *< : "lC5el .depUi Lan.;laUs juf'qU Sfrasbnrsrg, d e lxs le,
des melues ((l 'rigueur co Idse les grands conpa- o -'. fr. ,e L, p t. s h "
bIes. Uu rapport gnral vatre lait, alors nois ,auIas lu'taverneIL IDuiliOu des tratts$ 'cotnnaitrous tous ,les coupables ,l' hache de la loi ct.l.g la Libcrte'donu enr pour 'l Nous -felemri t dcirer que troupes une attitude militaitr qui Fofa la borac,4fs, les frap,ea. Noria devotus 'lesfuccsditl'enne i;ladivii 4t J '' r.dola
ct rApport foit fait le pltispmt mest poffiblet Mue; t l d re de ]' tc, Ca
afiu que rions foyous 4barrafl' des.coquins I qu oitbale pir fer.le f0goiges deSs arue de cda" le t'odlve l daiss le fein'"de la COlneinon ,et qu .es l $ .:.ourf'ijJ .C. les a nic p raiffet lfervir la Rpublique" que pour mieux t .s' .1 part ouverent conr"
i rhr Vif&- applaidiQemnn.') "tusd oxele, ,psUlnovrctci.;
lm' -2 ,bin, ils furent battuslur c point ct ur tos'.le. ;La: Conveu tioja 'coulirnie 1'a:rcaon-dc 'Fab. urA' jolqua' la Wtiiztia pr l'atire a -A .d.a d' g;nd. : _t ] Pkegj, o,

..


r J


Hdh+-r'oe o1ff.r -- a- te f , de u
'er fi pceiion (far S verne ,.iit a 'td ti'Opaktr d ,fot-' de ;,eche, et eriri( S8+'des' i es cette 9cait' 'fi de la plu x,r*ai ti, ielo's'e +-lr,&pye d'intelligentes ; uais +l OnaRusl'igge
[ ,,;if 1,. fforts d +l.a ,r'.hilu. ,,'pt il clu!,
L.sr fl Oi romiti, les a 'nses e eics e ti e fgent
.i'apl qt' &+ otarcdsus'is.n'&t dk-dfeafe-ipotare
a4 io-t .ee ratctutt'l, i;gne ,fdopnis Haaen'ejd.
'. -+u'- L et' ReislioffenJ ca4 it. feau q'.iasute *,,comlituea de+ l'jrt;miltaire ce 4 1;,iion jlcj
r'i, latuuedeA I h oele lIe : oslci ordre genral lehcht,,I avit lrmnh les digacsde, lSlte, baitull ,PrtilnsA: Blicallel .,etfHorabach',dhlivre BIteli e c,e 1ruul .ick, qdB+ea iaac utf+po{ttios de,'Pyr.
- :a b a te u s p o u r le 1c e} 4it { 'ar K 'a i L tt-k [ te r'u t ." :
L'attitre Fr aizs tafcts de "i' ipgrer de:' t
p -lace +(it d-t r ulLanrdau 't it t.hivr et
Pei&nat prIs 'dlu msde cq n p. t' Cie que la
f' dV plas' a enx- ci pre ivi ,tt i q'5e
t. t a d 4me,,x eobb*s4t dans Jae ier
utite, 'tait ffemle fur.c pipt, et les orce t ila' Puffe e.aiage -dele df.aedre taienit oi fid.
ralk. Ma'gr' Inst d'obflscle, a atfetfaUte,,n eut r
=en. r,li'lei or Iaes di .bual eullnt t.cot'".
K.Ikrcuth, qui y fut-b'cff dangereufement, a
d.depuis N wrl4di, que trois fois.il ut. foe le paoiati de dotier- l'ordre d la retraite. L'ame 1mau:,ile fit ses prodiges dc valeur-pen,!0iat -l'ois
-joui confcultf I,artilIe lgere "frloUt",-s'y
s'oaupotta avec' un hr6faee ltans exetplte' mais: l'inqriti de q.ielqu.es gnraux en fous, ordre.
la c4,i1 de t i c oottre, la dilieult du CC rr.aj ,tet ustclha nmcut de cafes 54hMlcnoi6ntstilcs ia Cnt q,'oi te pot J-uj ais parvnli'f,itt'e itt.qut g rdl- ; la aroiti de'l'a,e ,'pluss It'ait to oitvemtt; la prcfiatu anqnsa; une COn.
Ic.rir iatjon tple' 'de munitioias d'artillerie fit craide pour la fonruture .du parc, et il failt csaangcr, de plan. Le #officlen ti gliges ou incalahica foreut delittus', Ic. pertes up arics et 'de illuveUll+ poftios replifc's avec rde'C et eirit.
'. Doze bata;l'eus de L'armiae de l'a Mofelle filcient
,fut elie du Rh'n, et tout fepr4para pour exetiou
dc.uuvellea'errtrprfea :c'tait te li frimaire.>
SDepns ce ur j jufqe'au 5 uivf *otiu ffme l'onvct sourvieutes d'impatinc fut la letteur et la dt''ood'lauce desa louveme. a d'alors ;-tous les jour Jlaf'ikotion tait prif pour une attaque gnrale'r et tous les jou.ts unconbat partiel et ruineux c tait las 'fte e c'eil dans uue de cei affaires d-out:u $qu'e legu, hBu. cy'. char!ant la te de fa ,'iu fit hche fuus.nOs, y uk GsudernlLofer, .p1 .s voir CIepor# une redoute, l'ennemi. Il W l 'aoi e rpJb0icau. Son dvoauen mstite le fou.
irc, Jide la Pa tie.
Depuis long-tenis nous tion au milieu denos
re' dtiime ils no'us, difaieta faseceffe que l'ijti.:tiou' tait PoUr eux pire que la mort ; et loti' 9 e no s pielio,s quelqties-uas do nos gnirajl r de'.ithe du- m eeule promptes et. dcithves a
ihV o'uparhlent de difficults. A les en croire
l'e' f'oldat'fiaiaxs '. '
'A cctt p'oque 'n u gn&ral de divifion, au lieu
,'rbii ause odresqui lui avaient t donns pour
agir. te tint en rictve fous le ptexte ternel dt diifficults. Qbo;que fou pitri0til.no ft connu anous l'avncs d ftitu f et fait ariter. Ex-ept queltleratatiaes poifes, tout fe paffa en'conidta550ou5 etei deiberatios aceater jufquhan g nivfe.
Nt.n firme de la Moelle fe reianit celle du Rhin- ; les foldats de la Rpublique emportent les 1ejdoutestcrr lbc de Rheihboffen, prennent 16 canon$ .' l'erjrtni' le mttcnt can:deutite, et cette vicoiue entrane lvacuation de to iisvit avec aou,p d'ardeur mais peu fectbnd '4'autFrcpart,,le patfit de la droute ne fnt ps auni opl ,t-'q irl pi l"Ire."
,L de* acarnes de laRepublique msrchant en.*
e h l ml ge des divifions nD: fupp0itant plus
'la diffrecce des coimnan enn la ivs4it ceenyxsenaac a-,pren*dac, la confufion arrivart. Landaou tait j.tr" ut il alaiait no:mouvement' unique ci tci'li' por 'le dlivrer.; Hochti ou_ parut propte *rcut nou snous luir e.olfermea le omaande.
trient -de den'x armes du lRhiin et dc la Moiele, Cete samicfttle tait hardie, mais elle tasi imp.
-ieufe ; il n'y aa qu1unli re1min pour aller ,.Ln.
dlau ; sItua 'g, id' potvaiut tnouis pegde ; le ,flut d'c Id Patie 'oranisdait., btaue latre cofidration fat rnt1 ,'et le nia/ fernomm. detx joitr'airs la b.tail -C 'deGisbrg mit le comnbli-aux fusces de
lit n ptgnc. "
Lajurn't+ dn, abeg, le 6 naiv'ofe, fut Oull eu oio.ue que gittudceicnt excntie ;. l nntensi
fut attaqpe datas' uatte cndtoit. diffrens r; plus de de hiitdlce et batt fut lsouales points.
ue divieis de l'aarmie de- la Mofelie ittaquait les Prufli-ns Kibclbcrgt unc aotre- dans' les goiges de uft.ui et dAveiler, taudis que le ep de' l'aime
Jiv4ait lia auXc Autrichiena au Gtiitltrg


.1


. 7, "


r r
J -s


< U46 J
-: ekl i15S 0il0t ,psft rdtl'airb! bunt tt uflc;:
et delat. :,vuI:sionl' t ,e i.4n.upu! fauff. eira1 r irclittkeut.uc-artC ';a les-j l rulsila.n Wu $ Ultll a1 CO5it 4UiO U j eu .I r, elui d. Ci 4.a'iyOt'liWi tl] hle, du p#s'de clhaoge deci
.at l' toit dan s lcq ,ois de ticbe ls

''sh*giipeent 4uii l| "Jvi ;la unttit., etlc1anei
Cosn et quaante pleesJdeeanoall lusaieU-Il'.t. n' n flit + > ie, la nassalarie yO>ise il e avait

'suit. obi ges 'd diffre r la prifa ic, W'
fer'sstgjs~11;e'lidCUai He *e ,a~~~n


j preidr1eLataegbriurg et' l#P" pcll ,d'fuembssshi
lk 1, n, ouel ranalle penf;t1

>ui JLe 't u x LSC< 11e : 'BeOt d airn d i.
qeuntio lg dansl taii ltcjou'de |VLi ce les aaiat-pollei i -'d i'arme,et d' neamnirsL_ politiblI' e I uM ;, mois ppt'enantdiaqtepas t fuite jrtipite,ils "arriveruct cafmh'W i L udat ,tu milieu.des troupes lgercs qui taitint allc la dcou eoe. Les g.c'i-' "rauX vinren:t entite, et les eprefcptaur dit Pcuple o.dodaereht, de ottct avcc le gntal uche pourlt,e', les saonquaes.
yerseaieicn ,+ ce piotl fimportant pinr- la eouf .:.a ion de L d u, fut' 'le tit noua; S oime+ Neniladt Kaifcrniuete Cacutelt Frankea4,at
:et" Worm,, tom'b icrast'galema~uin a uvoir des otpes de l t upublique. I; y avait ' Vtti eu cent mille hcs de r'its, u, quantit prodieut- 'de> cuir elleoccu.penti ajourd'hui toutes ce places uiveii aux dpe.s de'j'ennecni, o r'ument desa xuagliis pdui des'ouveles eutrcpriies.
n ut avoc,,ta ato,0.ction 'd ous apprendai
qn'on maomt"t'd notre d'part les bayes publi_cains,.'Venaient dc battreLe. ]Praulfes Oppu1"m -quatre lieues de Mtycnc -et fe asaiutinai "i
avec fermet dans la crmanlce de l, vielite. + '" -." +
.Les fscls des aimes .fraaaifes le'long des rives di "Rhin ,font aulli importans ous ,Jle ripport des ftsbfilaes Ct. de l'efprit public que fbus xelei de la d'livrance .dAe places de la Rpubliqc. N$ pri'eac eti furnittes"de touac'.t'l)acCs fouti inmetafe,, et l'migr*tira 'des deux. tiera d'es habi. tans du Bas-Rhin 'ajoute beaucoup p61re bonlhir. Il li impolfible ii us exprimer le 'degr de (snatlfe' et de.p'rjugs allemands qui fouillent et b eau-terhirt.-+ ' veu la jiii. eiatio.I
aeux qui ontfui ontprveun la jflieu l
ci les Sa.Ctbttcsqqu i 1tv-ef' l ang pois tblir la taifotp cia eux; pcolie'ose de leur 'dji"'ille angaaud arimage'de ceue\foutiere de la l p ts b iq u e ,
Apr:s taut djornies glorietates vous atten4na de 1nous le rcit dc quelques actions plu pMtticnilirement clataote, La confufioa des camps nous a empchs de le recu'eilir jsoutes, On cll+cup+ en L ce 'n onent cette -trcberche auffi imporln pour rcompenfet l dvoment que pour tracir l'hiloire. 4 attendant' que ce tableau vous ;i prfert 'voici quelqus traits pris an hafard ui vous fIroit jger des autres. q: i
A Kaiel'sla 'tern ous les canonniers attlcs au fervice d'unepiece, ont tu',' except un cul celui l contiCue le' U isavec la m me vivacit et dmonte la b. Ule Au Gisberg,' uboulet de canon ennemi .cmporte quiuae bosneneso'de file dans nlu de nos' bataiilon ; pas ,Un fcul' volontaire ne fronce le fotiicil les rangt (c rffcrren a On crtie vengtanee'e #1 viva"a Rpublife A l'innlant le pas de cheyge .et la.bayoinettc qnt payer de mille morts <'ec. nemi la per;e de qsi.aa tpublheains *nulevs au milieu' de lenls'reet. J us li mme journe du Gci5lerg', l'arbilcFi voia'ute luiffe approcher liscava. ,Ieni nnlde poste de pialolet forine ts bataillon autrrAvec fes pieces ct fit tun car'nug ff oyablc d'Xou. ci de h,4vaus. Ce trait' e braiou,, et'de I 'fsig-ftoid n P:, l, fa 'l de l'artillerie volante;e lle I
"el
s'Llomporte partout avec une bravoure et une I

sabiter tt s. r' C A- L~s~d gc.p nt d le bluf s Kle ocierge du 'cl+ohere voit .a~btfa. 'difuts', continu te destariicr la mac u1 e 4 Iletinemi-ce c foup lan#,cdien-, parer du, utit. ,la place' "et cli i'v l idLiqe !imn'i
Lc ~ e ber~ictdsIuffiards le 34' gimen 'de
dig4tisa, le 4t bnt.lo .n 'du ta-tiscle an b, itail. loti du 55c ckgimeut d'infanterie le font pas ticulingeVous, nous avec chargs de digribuer dcs rc4sm. pedfe cq rti ot fait des actions reaa sbc. mais lorfqri une aoO*c de 40o- I. horua: es fe' bat pendant4 fi heure aa pas. de charge et fans relche, quel 'clt'celui qui'9. le mieux itt? quel ei celui qui obtietha le saloina. itureufel .'t. qui.
> .m.nl ckritude quiV'
nous a etuggis ,le rcompenDfr tous. Lemalhberrs .ht%vitables 4e la guerre nons Ount fait f -recueillir les derniers toupihs de os fa te, ; 418


patie. Mg it -IC
L" ** ,, .'.Itlr ' ": j. Q






~ l'~I41*ait.p t i r.he -v

fu ds ief b sc lu# Vie icu~<

:etnrje dRnliciu etr e &ta fI e I v.,'je L- a porp eee.





vUj 1 otrue

paos u le f;p purItOSO( tO mn.m'te ; e, nteu+ Vu 'arme.$. ., t fii ,,
duc+- 'Ot '" go% te II| )i +*
tt ,il ,e' 1 -- .++ +--L'i)i+


.c lOtre pr ,nii e, t itiU di a
4lir~tl.ea ol ,l* l ,k t e ,ll, ._, i i .c r e fi -ptf esP u fmlenst t I f o .



V^Qn$u e por. / rt' ljl01i
atae n tto us avens 'itau-4 .' d t + "e a . t uee ptsIfit
quesnou' uom s -it uf lte e.,t:_ 7at j't acfnvoress 'p i r l st re f a as d P t




,I~pu.t. ieueretl V a fueieui6d'. de vitirs q'll "+ "+ i d" :r .r. RjpLtipIca i, azlavcd faite val deoir. '











(L fu ue nt.
L+,Co++.,. u o, +., nogv,;+






Oi- G a at.Ot, l. Mta M .a o


L'ht aur 'ii tu I e b'icai'u , ,oit Je Eni:cli d ta ,':, de'g 1dP rp e Isip










les Fani1so, co(. m on _/ e, t leiiu.
Thmkre fie laRpubliqu ,lru r.d L'jpdin'e run ou. laoau ut ,1











Laow tepd. .la tC7 'rept. du Nouveau, Rb4' d'diflsnjde f 't iv. d une Fte civique fisr la prift de 170009.
Thcde, l ri. Pe> dean p&t Fa rgd opra et) a Ctes.
RIIl aaecnd. Je 1e epte ,de l4 Frifk de 7QUmr
a I d L u. .,du mpe.re L ,"
Tlitre idajioial j 'ru* dc l Loi eot e kouwoif'

l>cna peeal#dltadler MJffantrp i r ci& l(a laquelle I Wci. o -ieusplta lee rd'Mt1, fiV , idlag4eref imprvue.

Thtre de la ontagne ,'aitjardin e c sitiL'e Sculper +'~l D+~fefpoir de J'ijme, et Efice jl

Thitreades Suas Culottes ,ci-dt.vu Mo iet1s1 .J3e.

















Thtre1lytiq Ie des Amis de l Patrie i-de vi c dc la uedc} Lovos Relc .


















-Thatt du VOdvile. iMita fe t;emntrfelict 4t'd fr t, et Co -bine "mannleqi. Thtre de ! Cit -Vari ts. Le Dfne r dot Ci-dzt f, illeureti Qeuipro pua $-et le Marsage ptrOirbt
Th-tre ed Lycecde Arts arin, de'glit 'Adele de, r Sacy', anro e1n3 aces dt l'- ,htri de Lon. : h. .tre lrsi co iu .~. .i,: oief/Gi




















la Premiere Rq qfiAion u l adore et 'PaUinetf -'. Retour 'do la noc e. et des Par n 'r uin.is.
LAmpiIrtt d'&RM y maur b cou.
















t tlur d. 5 lctwes lep dele prcie e cit

reconi svee f ilslev s et l "' fs olar i ftLlD<

et exsercices d'qtrc acon et d'mulationde d Thintu e, d'f f hr lr fes chemiqux, avec ,den ( o ;en

ilnd.nn d Ce tods I' o>llige d 0$
lesatib o udr l'un eti'.autrefex 'a : j'


Du y .v Dfd;
PAtU5StS 011 UIffTE, Ui L'Iti-D LI-VILLE os g.01.8
Peitlon: de S iots t jOurs d t7Sy5. Toitel tItU
pm oi PaYrj.
5. Canchy, tout. perp. et viag. 14. NaU, fils, viager tout. perpt. ogidh+ 23. Le gas',--vageret perptuel. il 0.1:N
Santtutc ;perptuel et"viager. u, s 31. Leroy de tarilly, fermes et gsb110
U' ntts dl'offa

..







GAZETTE NATIONALE, ou lE MONTEUR UNIVERSEL.


at t'






















fInte fl i


Ou a propof l'empereur d'envoyer dans le
et autres enatol et le trouvent des rarisa


t '+ ,o a iels i an als les cc e lfi fli l u es n o n alletu e
Vie ne, /" dscembre. 'ts qui for ici 'l; la majcfi_.a accueilh crtte picufe
."propofit ,et a proia.-ces pres fa gractieufe ',f t'apeller fans di,;ute, toUa as fforts que protection. .
h' At,,1ea f tsl'nnC dernicre pour, + V,-2a-_=.
d('ns:tuielrc a l' tlnn deurPSr L'empereur a adreffle de'ce mis,
.-' % n, a p t f l au oll|ctl aulique de Igncrre un oidre, par'lequl
c,pere de conftctre dont le ofl'iandcr ont a" o, ld.-el t l
deW la Cour et les' papcri ,ptibl a eajlllc reotaatia que I illUe de la ea:-:
t1lujue 5t.O asptobil rdygur 'npagned eteane*asafteilluarquilbil qu'leu.
On'es d paea n'a oubli le i tur *a gca da 'na ri ,devait ,aprs .ie.;tre attribue lase condltte la cnioutle le betfd'aY&eiii des boit>- ', ,+ .,t+ .
Ille" ke e'v' d, it gLori eUl di e l'es ar lnes ordonne qu'il 'it'
e (en te vi e ct ali)tcunrs su.rs poaced1's fi, niaiuour de pricees pour en remercier le Tbutt,,4i lrtaI a ,. n n '. pu an i t et que le onica crive iad sem es, poa ts.Ir
< pof. Oet ri pubic.l avec (les ,>jnt:cs ler l ifaction- (de fa asjefi pour
tdi tmolignaes dg ta resuonaffaace -ac
~, ' es. victoites-et avantages inpOrtast qu'elle. o t
pr Ri'se n'a qu'temqm u obtenius pendant' cette caspagn;t et poita les
'a t u," la u n a n.terr i s rcctusls a s tent dc. toate fa b.envrillance
enifi h lulstit) un as ut:, qiar con- '+ale
." cr Cl 5atibus onict-illes de no,. aAmes ; B
,diges pt'des tmaiaas plus idelles laP A Y $ B'A 3.
'qtu, la 'Veii."
Ir atnifne .aufli vieux que, a maifon Du 29 dcembre.
pe, lqasacptmpagn d'une& titreli et u u p'na
"' atiloenneu c e qu'elle t 5et "prufit 'a l' t ne parat plas' qu'il foit quefion du voyage de ttou d ] peuples : des 7, Leant potar des .l'cnpcnr dans les Pays-Bas' ; ce clialrgeiest de
(Ului et,, dem'pti ls ubli qtcs olottd rfol.t;on tient i une pitudenice (lU OU',de doit pas
-ra., ce qti dute 'orenaarei -il relie fculcremet le retter les rts
Ure gratte nous fbique un triosanh t alItz -d rablel qtsori avait ,)rodi,us pour bien dcets dea aetioas 'dcglce et lc l Pple dl'tfpof ,re 91na'.gr t'agetlon illc devant' tant de lit a- les prleti uaencqIe agit. ap,s.de fi long troubles
ny entend lieu, un clerg fi fattt t fi puaf)isa ; ure oblcife non
lr 'de ce altreh t ia "f'a' aoe e dot moins Intligilite Plis f'ucptllle ; enbn des
'.' t )e d3 fuffe 10dite, dont Ordres .
j(ts>1z 4n1 d8ffs ans nos h'If'e , et loins 'E.t maagr le mlang, de. adres, i a fall.
gt e qui ontleurs cuivas iisas cadtce i grgtcr des f#ie' du rirs ,tout et;
g aotlus&iaa e 'na+d" ggt


,ares dans ces Vitics et ir''pys vObfiaia, qu'ils y mpnnt uu plia rxecflf>,r et -que le Peuple un voit pas li-tna bearrcoap d,.lario et d'iuspatieuc, eulcv.rdes |' bfiqcuces qui liai msnqeut pour ,ts fournir les flottes esl ff+:rtntcptl'nces coalhfes, dOtnt le f.S mj'i1e ne le ddOmaSecrait j.maiu de la dtrelffe qbAi" .prouve.
L'odie"rit! Malte, c' donne beaucoup de nonsve, ment potr ;aire lin nprunt. Le pape avait prorais. Ao- nile cus, luis il ne pet rnempli; fa prorscl{'e tant lui-mrne dats une grande paud'e

R PUBLIQUE FRANAISE.

Givetl f7 tiiv6e.
L tyran d'Amricse et t'es dignes gens ont ana"' ga usa moyeu .de nous combattre vraiment qua4 logue A leut coarsgc rils cheichenit rpanuhtede Ndteffcst ,ou pluti desibxhotatous a l1 rev'olt t ils.y t4blilisst que lc oficagca de nos arna*es n'tant pas t, bles', et nos ollats pas ftarrs fous lebton + il 'cli vidcamner't impqtfible que nos trotpes rO4r1 pdrte,'at des'vicloitae. Les ha'ut, ( curl, chhlaats de txabaasce. de-paques, les antoroates redort.' iqu'ils cotxaS3tdent, fuiclt cepcindant. A tout.sjatubeil devant les Sanss-Culottes Ces faits de toui le' jours no I ,,ilfcnt pas, que derpoudre d'une oanicta tio + aphaute l ces fublinses raiiencuaes
Perpignan le 10 nlise.
LA iFpagos ne fitnt. plus aucu mouvement; !o
OUi tabli at quarier, getal Cret, et tout uhbnct qu'ils le dilpofeut .pendte leurs qunttiti d'iycritisais anus bsycs foldatt brLuset d0 v# tf.


, l 1


v 71 /f 8- T.T lir


: n .A r V in

prtr I on .* qu, "l p c +', cl 'rai s u dc nea ie p'ratquer d'apri un bon pln de T.qt
'l"n .or r le'C Wr a 3 ctp t pa tiffe, mdnpc if 1dt'. uif 6n A* uAih
't'l det Von ronu, esCnfl ps pp a e nt d t
ld grs (le narre t j.r f,. 4,4 4" l leyio bi,,le te$,,s, ei .te : que, ($ncr#u ,, lin', ic i.s pon-le ,S Iub9ks'de anp
d10: l h n+'s++,nhi t "I 'es: I, q nt K J*It ayapt 'llu de p,+tpdi Uin+,
; <" .<" nupeteffe, l r|rt+ leur aMt.ddnue il+ulrj'uate. ten .~asi'purpye ~ atl
"[i(~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~e ttt+uo]4. P ''+ "r+ . + + + cudibfi c+ +pour p8yCf cet article pi;t u44+
1'.,' J "~c~ 'q i "-'aorir
qM i lli tr e entit pit e
t. .,. t +"*cva n -].
let, avq tislest riai4ed qu it le .% i -T"lt A L I E.
;]fetr,, Les la olithfIc lO' fuit han ge en Il6e tive,,avec'tous "
ittldh'f ohV !)es b' l itS9 ditaret;, cer lpour- de in. Les dre font' encore moins fatiSfCi.q
+S r' k gevla':nfnI':lraie core tpe*[r, f gaSlque forte, a c du fes +finelcls qui les avsient prcde. S'i n*
i.s v lt( fdu'+eigit da niIt # an la, 'tiinmaf i d c al+pudait.que des Aglai qui pr&endtiit domitn f tbt 16, r ,qu% ,"i cae :iut- se selleC ;qoutuliJc on$ ei p yrmcrait beaucoup nns quun op
u\rci'rrr-lNaOn' *1 aIcle. fait;d eplorer l'ereur oie n grand-duc .'eR l.if
t eu t.'q x tr l 't N tai t e-opa, k:l ,ril elIihus ;i mbu:t i' +l. a eoati6o e n eci,ut+*'a"vittralit.Ce n'tetps
if 1 lq1te. Le problme de L'ae deaniere fl les paoir lea c,,fes* de top'loi'n que de 'Ptef'gi:
g.,"ci( ",' "'d la r'n puilse.e ",
tfes elleaxi qui '0' lnils, d.aifena aisaime !'eut'mnu p tartou fCe.lua nej.ooat d gad h iialhe6irs au.conatierce de ltalie iti, fuit, ajoutabtfinitowii, on hiles ples.
les plus, netle l'ntd erntt a,oratqe de ts' p rtsees,
iur/-Ooamo ~ue f r etablh suifai fr lir 'i d 1agea chletcrai4tlt r r'A e faala r de' la't4Iit 'elcllomtne ainemnet'ds poiiqucshabitus aux cotbitasiodti )-.f tiit ond itep rl)lir t le r 0t 'xcuter le parti que le gradl ,tr les frl aetis du capitaa pa'cla p ir n e oud9te +articplier et dirgetedpas leir otdinires v6utai e l dPropretAreudre duc a pis par la econfid'rti; n ar' P.bt.
'S oif4v4el"c fPaitentdu Ihan a,'t i) 'n*" li$,n
on.rertousde', 'ttacnt fr 'Ns rN, iptdoncs ,dnp)n,giaqde per- Icet vonnlla d'ap)rs rit plan feer.i ct m A:hiive
.Les, regars et ies voux',s'antacuei tu, plexitr'Le rieres n'6velles d'A.,uglcterre oet q.n,, bAicr.,d tous -cas le peiest gm'sal que fa p.Aotion', fa:' valcur t f rugent la dfi1uce fur la aldlt dela P nffe ea eu,es, p)u, la fureta te '[talie en gnsal + Loie feaptr uc AJe la iffa a fctmdh tal 0 tiltO!nLjb
sppe{kice .rcndfe'"d'grads 'race cot'fii l'mpinin d.'ils Isqutl ' eh'a toujore t u .l.an. .fh, loitqu'e orla bonne foi'dL' rtrlce de' Rue. O, ptiu'ni
rffcsdi, Rs lii-Eff.(iR:, f ditlnguIe auf dans hd' fction tinivItable de la Pr fle ou lit venu a lvvuc ,entre les cabiasti de laeoaultio idel cg illri par de1 talers aictens ,chaig t:Q OUVet Cour athlon ea a'nt Icbq a dl'alit
+ t es Iow'er fi on lnatture :Aen'A qui : -atd I'tl .
meatt de lw poiique il y dw+oppe. ,iCtit, Cette Cour que les to:s utime 55cCOi a aL. lni par esxc pIc, que la Replebliqe de Venif*e ffaIne +d'autaird ,sa 1I Ioiante, (a ': tnptit'te. Voi'X pour les pniffances, dela coaliti,.n. Il f ai'-li q ;cIlle de Graes, gardeiaieni l ncu.r+slitc'1;rae< lis fots du Cuaillaainople qu IPour alicr- eui d'autes chofes'd des.+uples 4Ilvta d,+ que laaunes puitfa'n.es eat, eraient qat la a ' -" fous do'ldminati'on des tli s. li : cette ftupptAifinimprobable etRnailfLle
:. Nota 'ap'reaous par la voie +de nos r rea, C~~~ t'eJi,t incme foire aux mrns sres+dc la coalitio4 Bu t C% Pularit fs d c Pays1.cion en + t . + . "", '. Il
., i on ,peu 'lida nt dans les 'Cours du Noid I qu'il, exaie u h.,'nncur qteils-ne p;aitlrn poi; z m.tate que
ttelC'p.i ,, ., .'ytablir de ce ct UUnouveau fujet d'i rquitnde ,qu'on a dtjpoUer dIs plans. coribaaes o.il 'y a que des
it ,ncore tns ea k ; ) e ," d'abord; lvoir ', celui di l l utrahte de p ffo a vid.cntes, et de vqir une marche fubor.
cyrL a che!'.aI.e agouy enttefet ler a ae-? la ij de et dt' Da;nfemaick deuxI 'puflauces (qui do.ne' d'es. pritsjes,' qel onq- es ,l. asi les
ufsle [ !fon t i N l fr 1 UK rd . . i b ,l:i :ni- t,+ 'I.
tattea les pe i~1I. ce .e ler doivent peut-e't't a.catrrads catiacnus du js le ]eermeats n'attc.Ient q;e -tlaatuc futeur et perirg + f[ct ut pcL;ud d nue, ralirt, i uable. ', fid -.
s particu,,larits r lattCs ce ip'eticle 1 ru e dc mre du "Ki dla- Porte.Otoa. I .
tro cisco.se, r aa1q 0,s'es.Le faur Miu, L'Alet Ige.) cri Allemu d, cta *en, ce ttc q.ahte '' ,rc'c'eil| encoa e tciilible Ira ,p:fi'tie Uc de la Cour de a s9,ons a te a:lIaorta ," des V, L1,< a.a 1a1. oi) s la proteetloua 1 l rtsat fteon ltatperial, S t int mes ,indig,,e indri.t'ite des de ha a,,, d'< s :" ouI.a+ni tr douter ds vkci'ant h tatendn itve, cet teatger et osa ol. A deu- heults-du'Canoilaat Et a'Rt)lie 'd'out '+ri. naiil' prrite tte confirm-de maerice repanda i'anbeg., et dans la feulepaffable.qui' aaffadtur laoadl'ho; Con .',o . dans l'.utlata tr f une tereur pruforde. :p'ar'dpnO Faa,+. Odie auit dcM. ,lin- fant ct des a-liatenrs .' plt'ages peut.it., il 'ci D'b rut. Le 'bit de larepifc de To,,n n'a pas L oen fortlr ; +ds*ait au ndis fa tru e; notoit.c que atiherine Il n'a point oLteuia le patfgs pluli ' -c n'fiter[n, q'e ds cories'ott t 'ex.,'gn M e'd un e t ue(tde tule dans ,la ld isrrrne, p:ffage' *pdis oae la Cour du "grdod duc, Qcllc lfir0utcn s'occr le moinsB, et ils deviennent 'i i+ v'i d peut tt r la ,, C criqac va fglfar'l'1il, Li-iere Le cabiua
pev+ertC. 1'.t aR us .o.M tl'iat!cxuonc 'l'cfprt fsllacitax n sajcaratdef la -vtrr dca' napolitain va donc e piet fa tihe dcfectiotl en1vCtk es A llem itln s. il c b ', .rk r
+. +^ re. .-la, N.1ton '1-, '1 a t, iel -hlou me-.'lueC le roi.,do
Cce .'ou ve P '. "bl avec la V alent.dit-on,i denvoyer.fereetmelit enSf N e.' qi, apravoir pisdces engag'enens Culaida guuvernenaenrt tu.rc l'ar le tetritoc un rO'zmm de'i!lc, parce qu'oLt doit y teuter dcesI preffs"avtc [s Fanais veIins 1 dans le port u tno rpit banfii'eut tp ursjjg r. '. h-of:s qu'il ne faut r nu'uneq,'ffu n ce avoase.,Le fa a o affurer fa ate r llon n e e, d : a v Ir n ,r t'u p t n e o r d o n n e . ,e i.rf ,:1rt "et -r 1- 'd e f a c a p ita le p o u rn- t e f e'Meu,~atl'n luI d'i de 'de ui quel l'ol at. e.ltlot'A d ce , mauqae eouta-co .a la promelle et paatj'a e Mahieu qtu+s'tzt&' a(l' aus lui, d ru. qu inu. '. n_is. enarncoupant tout comntace de -lenies d, pretticte corne une c'atiLf,nne pa'une fittiffie dont fon
il.'. de fou fece tFanais. e s- nctflh, -n'a point rpondu .ux afp -ance- de fort va ,ieJ,;d.e. L',arifoc Ste Acton a voulu.prras lC
'ifen cette offen e.abfurde d'un atulieon F rous l bim aiad. La, neutalt des Cant0oars a ', ecoulvuis de Pua; il cd detia ct fuivre la +',fp.cte ,,pas ti-mr'. Mais. le got.- t C aeffet une pierre d'ach'ppemelt.t plats d'uu i'ue., nt, irfoam,di cette atteiute es droits p l't illa'e'eaver 1 'ar e. Mais les plais sldoires 'I c'410 >'a irifeallemand,' et. ordonine tuggeflioss n'ayant point rnlfi auprs de la Nation, Florence i leieranvier. tsandans l.sF9ai, ,ont ,e, cocrdes o.tac.lI que de foucvcr l'indignation d'tn .puple lmie. portent que. le., vivrcs devi tariit de plus i plus

..






l t Tecs qu t tralahiron feul t phrptOcttv aux a ordes. efelve., Ca nVl tealaiffeouStm0pread Vtu" plice Ci mile dues l'tat de dfem .X plus, eelpeetable. .,'6 n:vr-e.

t*o. ,cit de 8 logne en .losud et a'coUinu faile voileLpoIr'fa 'dlaio.' + '" ,

Six biniens fou entrs ces jours-ci dns le port
-de Calail t ciu fonsi clig- de bl, et le fkieme de

O t saide de Lille, le ,nivaife, que1la terreur
h-de uouvetu l'ordre'di jour Bttarrellcs : On y 'epretd avec activit les mtmes travaux auxlqeee Os s'y tait livr aprs la leve"du bircrs de Ms.beuge, e'cfi-n-dire qu'ors y enbhl ; et voil eClcore" prelque teste la ville. fur le point du
d p a rt 1 '1" .," _- '" Il
Ou rt de la mme Cmuue"n date d' igO di ce mois que dans la.nu,t du.19 %, un incemuiJe
s'ell manifcf Ihpitai gne'al de cett plac; ou lue conait pas etncose, le caufes de ce malheurux vnerrrUt. Les feccues les pius piompts ont t
ppafils ont te d autant plus icaiecce, d ,r-te la iti, tlesalairemes qIUopouvait concevoiril nD'y a

tDes lettres de Mei, annot ent qut'on a'ftfdre V;enae tasse le prince Jerii Lichrisfleis y tik a'rrrve





'Lit fane des patriote$ a coul : le reprifeu+tant dit
Iepe h-e l pui vitt t re vaffeucri. Sla tt,'c to'be qu'au "eytime coup sPosar le tourcir et ev .ferldae dfndomeio, ils l'o t aitctdavoerfe retci--ilIe en plin joutr tambour battant ;i out
.r d'holhndais quii e tquve i en quartier l v", an dempanre1 gce -polnt l rivc td
tyraule-hiur a ieffe et tUat le mondc.,Late b breq'Lenfare;lc a volete frapper dosrlesini;rcsi- de Vh3rit avit uu irn dl e, i l'ot aiccet talkeu
$et dit de plerifous d Veier baatr alirau upplce.r aTdeigs p e pasrd' ie de la. %riIkffe ql
reg ,,e CI.' "- '
tyra ldl)iciur rrfe jbu, t 'tou prteuode et.
tetre L e iraie at ontr r'atpte. uE:efi s ',noils-lQmne i- d 4s b,'astet tan$ jatmbea.,:
P.tS. Jpu apirds paut deLige.que oirirbtail, tos defecuadids, prioseai, eufoit puris por lAnllerdan,'o de t pauds d& ouveaens -fa nt .uliS; qe l'envoy de l'empereur -Liige y,de tncu r-let 4 inil otis de f-,tins de ce pys .Sen p pt ; que fur lit pufe dLde g que d'aprs Jle p a que leneoo filorins fait ourgA Lg, de

la retraite des' Franais de ce pays, outre o0 mill fnys- par les bourgeois chappes aur pillage ,f aiffe ealt vide cetenvoy +d.r -atnda l'argenteri des qgll'eb. De fi hautes pt-tentiotrs 'xcitcat dt
muirantest

COMMUNE DE PAR S.

Conseil gnral. -- Du 2 Aiv .rise.
l.A-8c.tion de Guillaume Tel! annonce au couf'i
tqu'lle a paff i:ouhe du jour l'ur l'accepati'o qui Jni a t demande t.u membre nor.m et ,r, mp'ace iert de Donouy dont ell regarde, l'e
elhtifon-comme ilgale; elle invite le conteil
co',voquer les Stc',ona pour leur communius h
rtotifs qui l'ont engag rejeter DUnDoUy:


lie onfeui; is ajoutent que dei 1wttlgans,,40 i egtsa 4qgi ,&st &s t4ad0s dansle Cnmist svo. lutiauat, l' to -de la ceilqte faite pair te corril etlet le dtfp.dte daus cette Secto. .
a .meatt obferve -que depmis quelque. e 'i
ul*e f4ctiu sffutganifatrice dans cet Section erx$b1e vr-r-~l mis4f+ale014 i'@ la loi eu ,uois de eptilubte, 'rIur Ici l srs ivolutionss "a.
Le conel e,.ste q e le prkfi nt t le CFei4t tire de +la, Section ?espinno.ste apputriOtI detsna
leur eagflic n -qu'il puiff4pteodre Du 23. Le pifident et le lfea'-tat de, l Sectuion de Pcpi.,coufnt' r t eprs' r'ie lon-ue dirfin r, enil- cOnid6* ract qe es der arrts de ,rullPtS t ti '

court tenrnt nrphe! 1' i.( de le. lo# et ' a irali le'.autoritsconflitu e+s ;qil i f l e fO.s d'voir et de fa iliAncLl e d'irplouver ci -i sr--t prinr ,et les cx,s d pu 'iscalteet atrourll es dcnx egrta et slaage l'agtnt patioutl 'deC ,les el
dnoncr au Ccsrtt de furet gnlrfr ++avec ttS r les p.tqis uYpon,,a Cnt avoir pp"''t.

--Un citoyen-vientapnu rqltlope, membh du ,'oeleil a' te a et'icat que ccp+'.t- ut n u'a rien trov qu de ts r'iotque dans
Ca papiers. . ,
U adm:tirlrtenr depolieobfe'rvc qu'il faut a'e.r
Iappo;tq au C'i[mit d lrt ger-ral,.* fstout.
d'aprs les lois dp g0uves titc+.rvonutire.
agen satieeali L" "riin "" *point
encore toin a tait pAff: ;;il.'y a ettore qunlqus1 Iomnmes e petit u0nobre iluit w'.ai qui tirirchet fur leurs teaCr. Mlgt cla, il ne fausi tiin traindre ,ace nue la Conveutin urtionale ci jifle, prm;ce que le tilb'unal rvluitnatte cwjr- lot. J'ap:uite
lordre du jour fur l'arre ljtion de 1 ll.e ; a
leurs ce, ciroyen 'Cil) 'c.re de piniier Iocits p0pul.iresqui te rclameront s'il el t-iuOeUt-r t Le conufeil adopte l'ordre du jour.
Le cosmrarndtst geral infiruit le coufeil qnrll
c xulte-Dut feicion ete lesgsdarms ,(es ribInauxi il dervaude quils loiert aatorifcs s'puter
eu.-mesrtei. r'.
Une dfeuifion s'kleve fir cetobjet;, ,'gent na tional petife que la Cenfure deg, uilitaircsfcide la
competence du rein lire de la guerre. .
Le conftil, apres avoir entendn Icture d 'a"r.ticle VIII du titre 11 die la loi fur "l'ogf'anfation du gouvernement rvlnitiannir e, paffe lodre d r joiur fur l'obfevat dc l'agent naional' et. rte',
I que la' 1,ommon ,chrge d'epurer'les canonniers et l'urine rvolutionnaire, alfiltera l'puration de
la gendamctie des tribunaux.


le


Plhleurts mmmbres dmandent.l'ordre du jour.
H/eri. La loi veut que nul fonctiotunaire ptiblie ne luit dcflitn que pour fotfditure'juge ; mais danr u terni+de voluti,*, vous 'avezn le doit de vous purer vousmmes. je crois ,donc querle conrel doit paffer +oidee dtu jour ainti motiv.
Cotte propoli)ion i rrlrudptve.

Le criftril, figt la prtoofitien de-l'agent n. tional, onfi,14raut que s'ilicfi -de 'tfferuee de-otit o gouveliemeut de refl'ctor chaque t utorit dans ,ccle t.L Il doit '1 setnfermtr: il n'tit pi.s !moi. ncffaixe de loi doiner tote ,la latitude qui lui apa /ratie.n s;;, /
Cnouflt.rraut qu'il doit y avoir une co*imunict. tion itnnmdiM cntre la r4unicipalit et les Sectiocis 4e la Cu mtunic
Arrte que le tinAre de l'intrieur efR invit eruvouer les dc rets eu quantit fuffifante' la munici pali pqur Itr adeeffs, faos"dlai, tux Sectiors.

Des merhes du Comit rvohnt;onnire de. Scetltcu Po1iurn't n.dntnorcent au c6nfeil qI l'atfcu, bite teruerale de cee S :tiir s tj ns rucnbre du Co'-r',e'evoluriounaire, uom,.s par le Couit cie- 4utet glssale,, ut ajeuti cua x o anss l)r


CONVENTION NATIONALE.

Prsidence de D-avid.
SUI'E tI L& S>1ANCE DU1 5 NIVSE.
Un fecrta4re lit les tites foivantes
Lesrvfenans du Peuple au i nce-i l-ordeux -la
Conteis i naioun aie. rd*an, e 0 livifJ.
Nus oos faifo>spall'er, Citoycns collegues,~ deux arrts que 11ou avons ptia pour drjOuCr une mouvelle tawCe ds conpiratusa dc ce pays. qui voulaieit par ue ailiite ftauduhetlfe, ot.rCs< nul mouvement dont iltt ' prouctiaieut faits doute de grande. I'uets. Nous croyouS hi avoir don,s, car depuis la publication dg notre artt; prfque tous -le4 bilans dpofs ont t. retirs, et .ot ncutced plus parler de failites. Nois- vout prions de donner vot approbation. ces arrts, afin que cette refoje qui, nous le croyons, *afi'u jeta le cOmtnerc de la RepuLliqse n'prouve aucun retard, -ni anscure couiadictson.
L'efpsit public prend tot les jours Bordeaux rig nouvrte force 1 Cli orm'ffoa milie .s tomnber les tstcs des cnIpir*tctrs ;le C omit cde iurv'.'iIlsc fait arter "o $s les inhomes ftifpects ; elui ds +uhifidurrs piocure du pain en, abon. dance ; la focit poplic faittremblcr les feullans et it xnodkrsnous P ; fi,, nos pouvout die, iqe l+Bordeaux l'e rgucre tons lcs jolrs, et qu'avec du coutage Ou poIs'rAc parvenir a rendre entirctuu cette cit la ruyt des princpes rj.' b ,icsinr.,i
Salut et ftatertit:, TLLIr?.
C. N. flearsvis. reps if,,tsart, du Peuple prs l'arnl
d'llalie, art Citoyen plr/idtni de la C#nvteltiou natiot 'le. -M1feill-qe i8 nirlv/te, l'an 2 de la Rept.
briqu'e FrarsatJpune in4vn'bl ci irnpr f,4Jble.
La joie a donc anifi flsrs exci, et fes effets funettes ommes la douleur je viens de l'prouvmr. Arral par' l valcut de uns brave, fretes d'Aime,
lioqttcurs d~ l' ctabilo ville de

rtr-*nes ptlecttonsde felL perie't, habis t ra des puiffinces coalif~u, t ~ qie. t ++ rea rvtiet 1cni& libJert e(li d'ni utlrc
bhcuti de la' r <
ItotS Ire j'hi ouOi et cormse -:.y- udivitn ; rais l1'4'etiu rxu ti < d a t ju n'a t nuerible'; aj't visVii tioteau I' .lde 'eC.liied l C t~o na tlt aia

d'un ou deux mois -p u rsablir les vie, altre jnfqee ds les prisicipes fond 4*i qiCe levCttXL t 4di uruavftcuu&0"

tt
e e ta C4 unnr Pta pt lle oi It4 lr +

e, ' clet, 1wil i pu*cr dans tnus li ti )r obtuea les cit nceo . la C0 Ivent:ou qi ( l"'.'
la h4ute.r tic scs +,vi,4s. qu. ,"P oi)r 4 plein de ctte nergie VrtRilut prtp 'li rit, rvolutionnaire qui,- fait ,la bate de I'Irit nblj- 0su dUit animer tout iudidu auai La a bien voulu couvri rma famille de- it:sj.0j 1 tl 1 'li1. n | -tl: l t I oncA j? I l rdois- le n I rf t on mor *
l Jui voue toute eCltrere.
$.i que la Gotrveurnora foieconinue.fa cots"fiIr2 prs Je.# arrs8 ,. Ot dud'ius quel qe dip3rltn." fuit -qr'ee et t '. p t 0t.
f oIre" sta c rtne., ctje les eX-.ctsr tv r+ppcc. J'ai ss.rprs- td nU le rpcl't.l4 rprie,
isuar int3rt.4t, talcgue enlev Co0-'tu-- aL -le petSfcusin par le fuccs 4e ttis sr,,t.Nous nous o S ,ut t l'raterti BEAUV .IS, .
Le g n.ra de di,,i].Oin rosifr.ire, pe rt au eli, jr ,fir e n de la tinri tan (t rquaie' ,Idrgnral itr ,' le 7 i r-,J'ans de lasi41 l
une et iI'i *tbsd r
je te fait' prc d& l'arreaion de l'e.iDi,.-A Til'uont de 'Perat, h, ancien mato.r du coPs rysl et comniandant Iu ehef i'srtill*rie lri tb'cillts, de Boargon pocueul gnitail ydic du iparte. incut d'r Calvados ;'dc ;tq a'utre eli'# darqute ;+ Cte tr ,es l'adludant gnta e!di let' Putea t', gnral +des iforges de Ilonger;s il tf nsmmse P.,tad de ila Meli.iereq,'La pltupat od lcevoy m lur anesu Prite ternl:: je letr .ii dO
cettC puliffrotlt ; et- -i me ils 'savtlap lcrfit (tut d'une obole pour le paffgl durt,.rY%, ji -et ai 'retenu -24 000- lvies +qe j'ai difiribste, . o'rdre du citoyens Einu-Lsvallu ,'i l ird ed'ile de la Ban;cle qui a strt ltc-plitlt)de Tambut *,fort eu;fiier et BOutOeto iitc q' {tildrs+qui compofcst ,I diV4La tre j roel.

Les dioyens de la B zoht quif'fciisl0, poAies avancs ,defitraiept q'i It tilri' "d'euxr au Bulletin; ce font de ,g.-clauds pitr iptiqui fervent bIien. Je-fttis tis-ouent d'eux. Nous cfons dveA prifes sous les jouia *r nge'dtumions la horde iifcrnalc des Cirrus: 3'leptt, citoyen pfid-nt.tarnc,$Vcer leur delta tiere. Salut et fraternit. "Siin BAUFO tr i P. S. Je t'euoi 5o* livres donn tes.p t ltv' ,. frais de, la guerfe par le citoyen DMto,1'4 ):"++ taille de la compagnie cdes :anuntuiti ldu.0du SoLial de Pdt,. '
,Un fecrtaire fait lecture de lh coretrpodndtI des rpublicains du-depasiement de ta Mciartil' tnugn:nt la ,Cosvetiion qu'il Ont recui' 'l1-5 mares" d'asgent poveunout de l'agceit 4 glifes.
L'agent s;naioal d 'difr;ct de VillirhMOa". tegne-crit l'Affemble que la vente des bieltdts migrs s'opere dsiis ce, diilict avec'la pls guida :, activit l'ut de ces bif ris, elid o90,000 livi, s t vendu plus de fjoOoo l v.
Le citoyen Lecoinre, notie A Palis fait 1091A mage a la Cotrvetiiols nationale d'ut uviagc fulr liquidtiou des offices de notaires. '
L'Atfeble eU de rte la mention lrdnoria';tlt 'tr le renvoi les Comit, de fiaautes et de rlqidiiIQ runis.
Bezard propofe et Convention adopte le dl4cr luivauti.

La Convention t;onleIaprso avoir ,etindo rapport de, fou Comit d'infiretion publiqote dcrete .:. + .,te ,,'
':A,,. Icc. L'-cole dite ,de, eirfa.,de '.ari:. ?"
b'ie Liaouris, dipsrtenscut d l'O1e, rr-9 tit : ' '- "itoi faet lr1991
tIne plrovifoitement ,jui l'qu sgantff t les Icort ptoms. ,.
l,. La paye de-chaque leve e ra portt afrpar jOlrr au lieu de go fous eet l' rrivr fterPa pyt Itr cc pied.
Sur e rapport de Rivicre, 1 dcret fuisant ,1t te lidu
rprrs avoir en'ne If
r- Lu Contvertion PtlOgtle, pres avo ./'-c rappOtt 'dde fou C,,it de fuivrlan'ce l' etf,Ces mir rhi, t,lhrncrs .*.habiltetttrus e cbstitl iiiitSr-. ,d
b'rcretce que cerlo4reO C'trpVCOu
% '" 't wlI il| le lq
.t0t r mrt.taer- et P ob I ,dt I.1 v lr dit die N cnt.fr-r'irnc, fe qualiiot tic tttntlu d.


IL- _


--


' r pp
iSn














'ilifls











t1e bcil


tirelire ~ t
lir
'lapa,

..









.'''_%5, tte. des eonipgs;es Mottais,.Cero'tt'
i' ,mibinal tv1i.4a"01uaitePFb0 y &rejugii

lt o'ait sau le etCuvas

"l susionaun faite paf l' focit popuIslam StahpSareliv ,bn, 'et dariges et' qui te fout levis de.u k.a 'uicipsltil de ce di(ict fus pittsute
mU re,:t.intbnx- et 9 orbre dofllcrs aluni
9 f s. Int ei tharpe',"'0o.7u ventio nsationale dicret le renvoi de la
_.ssai' a.,t, Gn's.is#, dq 4tibt ,paslsli, O eCtsx
-'4 fk tembe' qui iauv Sdine ur lCl cefi e : fou vit
eft. 1 fid .stt i .oO&F puiffe preinter ''l tst5 u rapport"gqia4 fut tout ce qti et
1 utm r
!, l l~~itxr dicre.O .e outCe P'',fci.
m: |lttn.d pi f. ne d zm. .
~fkce ei1 leve A 4 heusace. + "

p' 5! 4es enes lv la rus

eu 0o0s dq: il+aSection leis Piques ,'une
td n +erbs+i cie I,.Co'vestua por
tune Ot cisique que ,cette Section cjebre,
s ,j~i"0hainr. eu 'houneur, des maratyr de la

Uts de ces jeure gn 3etaitc une chantons pa'" totic de fa compofiOu.
jie. demD4' C 'infertion a Bulleti' 'dt :.Adirel 8' cr 'ena s et d' leur ehaufou.
ua-lulln mde la Conven.ion ss'e{'punet du
$'.ut ddtmne h prter ds vers dan- la 1lpubiqne'
di bonnellois rviges eu bonne pote. Un ,' 4~e~.:, ,d'ailltews. ,ordonae l'x'sateo prliaminais
-4 comt ,'iit d'iuluctou publique pour tout ce 'qu ,/'t C >:C*eetier les arts et h'educaiou. Je demsande
sIre v .envol au Comit.
WbAalel. Rien ne(l plus propre que de/ hymne
s"' 48. cbaltia pataotiques- lectnifet les amie p"blifaiel*s. J'ai t te;'oin de l'effet prodigieux itti(tue prodfeuiIt lov de rua niion dans le '~iliaFatCnem NUits t(r$iyio. toujour, les fapace dgti cop eonittus et des focits populaire e .tOici des,1ytnses ; et I'euil)ouss afioe des cm '.' : .>i .a".t dei. fject,t<5 en tait la fuite iur.ianquablh y4 ppuit i l'jUCttio de l'hymne au Bllttin.
DeMian' l ue faut pas invoquer des principes qu
:+i#u r ainbai'T's tous pour en tirer des conf<
"etack fackifes. Sans doute les hymne patliotiqus l~5L.pOpOs. e' ninitmier A leetriler lnetgi e pulheaine ; mais qui do vos en c et, tat dt pr sllnet '4 li+don pub le e lus tise.nutle,
NlCli;.*'eneoiut f les aile et les jeunes talent tssn'sott" point fond me Rpuij;que 'de Vif
m~ aps. l'avoir folidament conflsite il auid
kit s'occtuper ,de lo dcorer t mai$ dans les petit 'itcftnomguee dans les giaAdet la Convent ou n
j cmii prendre de dtermintati jndifcette,
s 'e rtavoi ta Coit d'inrftetion publique i

'-'Du qitoyennes adnifes Al la barr, prfeste l r 'a01"tUe le Piou fils, une ptition par loquel
.'irclae de la Convention lm conuist&ou lit#tUs qu'elles poffedaient fur l'acadrriie de pei
l e 1 d 't f c lpt, e ' >

: 4 ptiitsseli renvoye au Comit de liqi

f" I propolrton de Roame, la Conventi dogse l levs des fcll8s spposa lutr l'a .
lict kldmil, et dtrete que le Comit des finance
lplc n ]t rappolfur les moyesl, de lie tend

Dssii; 1 mi Ano pIds Comits de fIlui pbli# oai

: ag. n elluce daes votre propre', feus, ga :;ihittia~escilebres des s jui. et 3 otobre,
ft it prede .qelque' iclure pour cm,
,+rI'l:e .g'iiat, daisa lr reprfenaatiu nations
40iut;'4 .-0si, non dcigues d cle. 'O'el da
pttefim s~lic qu'*a t rendis votre di

'h la onvesauQu qui dans les diva foit co me fon
.: tty1 p -li r f o r o e c i |Q1y C gt $" c o n tr e 'I
.:: : esd: 31 mai leteCt 2 loi n. on q1 levoic
d. avO r prise part iux mefures liberticir
"adminiftioni tdealit. ne feront 1,tfiat adm
,; f# ne u le vl Fanais.t Ge dcitt appel
iut ri fi ; Il l ; a (Ille
r. ces delmta-u "",o vnsfigr'
poque rcnl'eigi on propres
lit qt n'lt Pas cncou 'ci excloufin pronai

gt: i Populaire deTanalcoo tipart


",W


Sdes liooetes4dp RI;4n* 'iit pet attexid met pour vota, d;oduter erryd, ,neeitadiuitlur 1a dil dufluc t. .'l<, v l & pi qu'il tait vobu coMMue fOupVlant de Ba'arOux l e 1leer dai)# cette eh,
ceinte quiqta', Iat f nt tur tl drs V-is actijls davis it caue ituPe ts fdqalie e 4 elie a aceil
-$enard d'voir |:rt un feraent cotit-iVOltto2i er de s'tre aiufi clr *l'e ucmu de la Patrie;
Il te d, n ,'e l t, tj:nt l'extrait
d'un a%t que l'ad i, <(ra.ica du diftlict aait plis le 97 jina deycir, vicUf y It le ; c r i uhic qtu' Ltott gertiard et fltiseQIlgi.e. juevrtct de qe plus reconnatre les dcrts's retdu, par I I> PCUV tiOn hatoai l, ,depuis le .3 tral ," ju fqn-le mi n eut o la libert lui lerit rtiuc ltsa 1 ii iar&?WIU. .Mais en arevautle ils ti e ,ent ad';fio u anif Al de Marleit etau p ti da- tibuual poppair _de
tta t rmsse.
'Vivcmet tap1 ri de s circon fpuces la Conver' taion iucipi l (~d. Il iriiformeinclt, 0 pvoir g A, 1 te et il fousiint n*'aVOI"ir n prc
Cent i qus a lartk ar 1s s'qaadlefeign'ent,
eutlleu, : ,
YVii, odoas'es 'alors qu'il ferait 'sris esa arSelitiou'- voUa v nutes Ce.cor f e rgilr du diftlict ft appo0t au Go4ist de, futte

Les, d. tlIion s de ce dcret 'o4t t". replies
et ioas lo0r esauoud'hi-en tfurc de vous
tendre cout de it t des haies."
l, tl certain" d'.,bord que I'arSt ex;fle fur l1 regifirers, que le .ious de Bernar tle' -tOt4Ve 4 dils le,Prab aule que fa fignueu|e cil is lelt 4 qUil a figue ci qualit deoeftria-c acu1plcemeut.
,I,+ J'obfere ai rele que cet arrt! fetroueen .i marge
et prcifUlgett clt d'un' autre date du 6, qui cpsntenait le mec fertrent,_fatalfqu'l ly tait pau : quftiou di tibuual popnr's.
L'arrt du si6 u'eft pas fig,, pat liard.
Nou vous devons compte actutllmeut des eutres
ntius que- pretfute ce regiItie. D jdeptls le Sois de a 'ada "i i dit dlldct i.pja t
s gra.ds cris les mots de ralinctt qu'une faction crp Pin ,Cll e ift d'empi.yt:r. Les. nouvewcns in" fparblcs ,d'auc graude rvolutiOn qui a att4qu
tou's les abus ', taiusraux yeux de ce dsllici a' le, bouicycrlaneut le plus complet de toouto rdre focial. ,. r
Il calait A l'anarcbhe la dllosgsnifatiOn A :
gu rre civile, Les quaifcations de f4ci6c x, d'agi.
lateurs taient prodigufs aux pattites ,-dce la pai e dfquils ons'sttetdai fans doute ue, llassc -vigoureufe dtas J'enicutioa, des complots trams q- leI Le rj',n le pacte fdratif .eh eonfenti entre s- l'ad ruiltaio de Tarafcn et les hut comsoilste
das 3 Steiouas de Msrfatire.'liie dclare que c'Ca suw' liaciers et aux feio'ra dip gces 3W b ccs OuS qu n le dparreisut de n Bot'h4t-lo.Rh' ':i sla Rp lc blique usme-devront leur falut,par la:ccil iou d ce l'anarchle et le retot r' des lois.t Bicntt la-ligue 'des 'fdrAlifies:dvint aiffanlrc la Dans Tarafconu, les patriutes fc-,viett oppritefs Les S i tons fe 'tumezest Ci per4s'utic, ; et, dan fi- i'obJet de dominer au ec plus d'audace ', les toneunr ra l'e cotcerte|ra a pome fubilitu du p onu.ur-ly.' foutoit a
preuve de ce fit.',
c zr fut le -refaltat ic es mau ntv. e? Vou a le l'ppendre pasunte lettre 91 t e .ditlril ne adrcfa le 14 a:i dprtceen't. k.s y coiubl il e d'slige les huit cummiffain de Mafeillae, fur I
de' la'eJe et 'le Sie qu'ils, d prycrenlpour le be i- pubic. Oit y dit qu'enli,, le f,teux ont i
te sfl's lar la parfaite runionV es bous cloye
qui-le font levs en tole. %t qu., ipsaes t4o tant gmi fous unt joug de'f-ng et de. fir, ont rer ,vefQtouse les complots; que lufius de C'Ci ft, tiuat font isfuite 'et qu'o les poiruait ; qu'la
't, fait nu ,dls' memrent g l;: que' le maie ces deux oliciers +mnucpaux, le proeurcur4yodic t he *litfre$s a ti citoyeront t re'nfrosdd lins de
farea et autres mailon, d att ; qu'enfin le club -te ferm e 'eb "d~i1s;c a'ttitbue' le sIablis ues de lPoad're et d ut la t"al, uIlitt .
, i lLes rl ,uo i u0 n." -l5s,euCltiJ iOeu$S fhct
'_ av.c la fatisfettoni g-tirale et n l'a'vhnge de or le es wietudat le ie aim i'efsc les l pli 'l S ce,,illtt. sIL cil a propos d'ubfese q;ic Bernard l- ehcure un des figna'ri ds de cette lurre. MasCc ,' l'stit pas sffe; pour les tontre-rvi ltiouatfrco d ers a de gner depfpotts c ur les pttrote
c- de cette Commoie, les commns- envson l's npnst's:", celle d .Ioutsse' lurtout, devinrent l j ci cnu le tar ptef'ct.t :n.
les" O,,clqee citoyensne qitjes de cette Com uns's
mis et a la tte dliqisels a ii On t.pplant la Coille venttdu, taumine Leblascs,- qul ige depuis ho' !se- jouraun rpilcti ti .u,, sta ti ipsonoiet ire '5 l .~ tO"i1 CC nalltemLle,ttir qtt
on- itsa gintitavaictt imag'pour di.if'er la Rpu.
les comn tfl cr s le Mr'ille .les Section
cr je Taxsagu st le dt ict ara fout iusbmea il


Aw-


ordonsne'qlfute q e" acsqitte comfltes d Mat4 ftille et lisi aebbte du, difltic f e endrot0t Mosr;s rla de dffiper les auardrilke ett lafxc-tienx; ou me leur difpo impolibe e. ils font roils t 'eqrqu-ir lt gendatntrie et les gardes nationales des Coun',sutes VoiSinte. On Domin e contiff ite du diflnlct ui doit ptcider 'A cette expdition. Cre sffutn t*i djolue ' Bctn.rd, et B raard l'accripte. atre jours ap4.s, et le el juiu, il "rend compte au difluict de ce qu'il a fait avec +le c iatres c tmif.laises ; leur cenduite' cl appbouv oun 'aplu capable dedtruire l'"nachie qui signastt dilait' on dai la Commune' de Mouri;s. Nous regret totis de ne pouvoir vous dire 6i Benad ss'a lign cet irnt ;Is fignatures taient appoleeaa bas"de'la page',':t la page n't ptlus pticl e oar fui' le deu'x,,dern;eies lignes il y a u sn 'qute dea papierd'environ deux pouces de loig. fur rU de-large ', et-bie eds prfomptioni n0us porte. ra et crotire, que cet' veiie'meut ite pas le fruit de la mpile ou de Iauflcs'ou '
I taporte cepen dit de te fizer 'fur la eonduiie
-qte 'criar(t a tenuefA Mottisca; on-u ntrouve les tuil dans des',dciaauts atlictquets euies .ts nos imais. l en tlute qic, tos les pqtiQoses de Morlis:fuiuent inatcrs ou mis en lite. L'un d'eua vulut rclaser eOntr"-for d-'arnmenient. Les coirtoiif'ires de M tille rt'poiI'dirent se pas en avirdonn 'odge. lpeinard, 'croyant que ce latw'age ft 'Celui de l lerreul, lepr tlIt :- I.lt t. 'allez,' onj' avz la force a4 Is armes t;'ale les djpot.",s; quan, d ils .Jrol asi *t, e 's, mote La figue de la Libit en fut r.Ce par:Bat" .
Ou lui reptohe etdbre d'nvoir rommis'des vexautis zlcs le cityen Leblanc, d'asoir onttg la : fatiill de lui avoir enlev Les papiers;- et ette6
itue-, Lebbs i irait e late psOur le leuya-,ire
la Vengeance des fdraliti's qui ric lui patSdoanuiest ',pas d'avoir d( .buf' q1uelqt1s auite$ p triotes lurl ame oare-rcvOlutiocatre qal S'ouril-diti,,i dans le. Mdi. :'
A6s avoir opprim les pattroes de Mours.
-ttallait e.core er, aIfe. ceux dt la Communt d'Arles t'tait l'objet d'un airt dis 2c jotui. ,1i mttai t rnu reqtifi:ion la fonce arme de Toa'cOn et de SSainit-Resni pour tre 'aux ot'd-$ des conrmnillaies
de Maeille Voil i Coy"e s ,' l tabletn ivrai et naturel de t la eoqduitde politique de Bernrd, depuis Iinllnt C O le fdral'me h'aita avec tant de force danp a quelques diprte'ens. 'tut-on egirder coname
xcsu cable telu qui a opprime le p"tnotifae vit e diffoulte de lfgf,'oid les ocits populaires, ahuri. s t 1 la Cutseti6n ,.reconnu .n tribuial lef at
il ds psatriotiet tadhr A-ce h ia ifefe qui n'etai c quecle tocfin d'uns-dchircmetu. la faveur doquti 1- l'OlT'e flattat de rtablir l'yrannie.?
b'ie canar'd itvoque les prinipes civiques j, quts'il
s'. aye dii fuffrage de deu:x os iros focea popu" laites :qui palent eu a faveur certcs il.ne p,'-s viendra Jamais A pefu der qu'une coudnite ,ia:.udo pa, ne Pfiule de fait6 cont-,vuluuionsairau,'tf{o r ere negard cmuse pratotique. e .- iauxt fa se'cl,thu daus-les pifons de M'ate feti. pendant quiuze vPigt j'l ] t,,, elle nrdffce as
!s 'tclIe qta'il s'et( isp1ins . Si' dni les dceitq jtior3 de jaillt il a" t Bt par les f'ci rliltcs a 1Mat, illais t e ef o vovzt alois les avnnt se
la chance le prouooc er vers la Rpublique, il X q auta peut-tre qt'elque, variatiqu d'idce. qui dt t lui ati":r'cette
c Vos consits de lsjtua_nb'e et de furet gnrale, la ont envilage la qillon-actuellel'fous tu mifs cara,n a ports arcc i''nttrt lclai vuluioi. Vows aveZl t dclar fe.enuclIri'unt que rtott.citoyen qi auait ri 3 ,rrtcll Foutre les vnrcns des $3 ni i5 etq ir juins ors"qui aurait prs.pari la cunfpir;ton da n. fdrtlf'n e u e ourrait Liae partie de la ne i ej.r c- at;'.i nationale. Gm'meMIty admettrte Cu t ela a qai l'aurait mecernaue, iotrage? Le a#Vcnrc do
dput, de uand '1te tid Pcupl: ponrait-il l' fixer adatIs laperionnc de celui- iile qui 'crl &l'eve i contre'le Peuple qui& ttaqu la ltbett et fa fouvea ranet P lernard, dont le cinse tii nxa'ricllerusir
" Ltabli, i'a 'donc pul dc lrerrer, t., du Peule;1 il vous telle .faire i foqi gard l'apflicatiotl e d'u'ne lbi-que 'iti i publi a dicte. C 4l.it cela f ai lt p a 1 loi a sifetv de fhIr*
. potsnvriIcpar les voics lIgalesle les cseas et ilrfligs,
t.tt dcg troubles ; la pat active que Bernard a fiI 'Yrife'dans la rblIioT> dparteuent'le lJ mo t dans
le fas U'tre radtsit,devaut ls *rbutsaoa, Vous devez veeoalce au ahriotine qti'il a pourlui i
avec f'ireuit. Uta f'nctionnaie pt blc' qpi a oubl Lous Ces dtvosrs pour fai'e tiotuphrr la canft du et dcfpotifm'e . n'a pas des dI'o iti n l'uug 'nce. JJ
q'iJ a cmptrotuia les mot ts de f0 P ir eil d .'titue Icfpoiifsble. Les lervices qu'il aut ircndtis la chufe publique ne l ui tiltu pst 'ipi, car aira il fe louerait de la loi mle. Voici le F sojct de dccet. '" .
e La Convertirst p'atiowale ,itps's avoir cenec.ld Ie i tappogit de le, Cittes de aleat public 'et d(l e'irct is peorale runis, d la' que Mt c-Antiue tertiard ; ls du dipattraiut st ulse-dusRkau, ,a le5s da

..








teii sfo e' i, 'e fret'c!e prff' : r
A1t, 1Ie Le decet dq.,,gp anu deruie., re|atif, i

d'A;,t , ,tio,,y. ,
IL' L'a ![,us,.',to. c'etc que B3en'aed ler terp. d.,t .ibsnal rvoluUit1tarCqe. pur y .Ote jsst
p% Vt l1. Iis et qu" eIt ,iects( de coivitiq;u Ic'uo t. ic ella erur lt atd, tff ~'~e 1 4c u atetr public.,
CI. eh l 011 1 o'mit'. dci dil:sctb d'appele de luie un fapplant.
-C dciet efl adopt.""'o'p dle 10'fe dmndi e t la Conve,,iu natio c t!c te que le Curnite "ajgicul,usce ci so.
c:,teranvc le Comit des doniaies et ferafous lhuitaine un appot ('ni la nccflrt ct, les s1pyen# di
r %t4e e' ,cohlt'%re les ,terailsvguacq et inutiles qui {'l trouvent comptii dans les boi et pnrc e la
.idev';njl:fle civile ct dci m'rgi,, aili "que]'ur
un sxsillet uf''geil f:ire d ceux u qui 5plosenujardins anghi et parcs. d'sa' uus
1 On,litlc ,l ettres iaivalates .

3 .q earuic;ialit: de Lasdsu,, e la Co,vc ',.nAn salion' .sle
Lalidau, le eti iitefi, se asieRe de 1 Rbli

p.f ntans du Peiuple, ious, avons reti votre. dcr e t du ;2 courant, poiant 4ue nous avons. 'So, mrtit. ifi P.trie. il fcrat f',pefin devous palhe' aie u,uC'joe ; nos entia nri, qui fout l'efct" dt p'-neips de notre ilibei fi saaiurll a.l'l .u ont tque flatt ; i g n'O t .pG si ras iri
Parc'c noe n os n',vons fit .q.c uatre 4eoir 1c que d'ailleurs nous 'rJptmro l it nontrrmus. toujours' . face de no, e, que: ust
conn4iflots que la libet, l'gnlt la
"lo, ft'uation., il i vrai, a t pnible; nous avons-fouffert be ucoup mais la sfolutioa dc confervcr i la,Rpubliue -un boulevard qui fair partie defa force, la Ofiance dans Id courage de Maos fieres d'armes la coviction que vous pren.' dier des meftres "ne pps nous laffer dans labudon nons ont dtermins des faer "fite' qui n'Ont
tre ontns e paramour ialte .
nous aurons fins cef e pour l'iitrt dela Patrie". Vocie dcret -n'efi'-donc p.as un ncouragcint, car nous n'en avons pas cfohi,; tni n, '
'v.e "e qui a unous rtndre lajmi'ftje A iaqall' vous avions et frons ttsps jaloux davuir Aes droits. .
"Vous demaurdtz 'A connattrele noumdu chtoyen qr,, jaun le bojsfrrdeb ,, a.vu brlf' .f a, VU
mA'if fans abandonner o le; ce Ioyen ,
eo.uinin.dale C tout gard nlpar 1ou caacteecvrair publicaia et lar in exu ,,mplr
fes fonuctiop's *le nom'e 9c otges-JaCe Ke aarde-clocher., La a . Son ourg n'a ,pas t
brarle lofqu'il a, va fmaOa qui faif.'at ot fa fortune, f' rdt,i en< 'cendres il a petC'ev 'et i'a pas inme montrles'apparences desctergeti que t'iuit,l ne fa't que dgniler, raremen, e i. tes', prejugs Ue rendent qne plus e la I nat au can Oitnier dottvous citez un trait d'udn ail. I louable, nots ne le cosnailfdps pas. SQn c'i'on n'a pas eu lieu prs de Landau. ou'du moi s U'et 'yas "parvcnue juiqn' ,nous. Les r p'fefltas du Pcuple ou graux 4'srmne n mn'r.tnqeont pas fans doute de, vou's le'itet couahite.,' '1. Sig1 les ,'aie et officiers nmlicipaux, et membres u 'cWffl ,i',i.al de la 'om ,.'e d'e Lauda,.

Ieure de repre'entans du Petle prs l' orms des
p.t'.,"es Occidentale, et les dparter nlcs C'el'il'ruus
date de Jayonne le 15 11i f.

Par' notre' dernitre du ier de cemois nots
'ous avons fait paffer quelques .ffndes du' patriot;if1ecu'e favent diet braves dfet('curs de la P tricr
4 liv. eunO udaraie 4es chaffeurs de -Ta#bcs-': a3 liv. ou cnviron eti aumlaire uW d'ou, jeune
ciEtu de fept ans fils du citoyen Ducos dirCeleur du par 'd'artillerie de ctte- ville : ces deux fot'utcs- 'eliiipes pourle foldatiqni cntreaih IC re-mier tats 'r:,ulouu,, ct 342 liv. eo'affigu-ts, d'rine Conarune Bs'qn srmmeeG' G.rri pour les familles' tic; Ftruaais' ,otti datns la Ve-die'.
' a v'us fiftnt paffer ces- divers doui tious,
6us aviu,'pis dc vouloir les faie 'iutrcr dans It'ttillctpn; nous craignons que cela n'ait" t ou. llie, estl nous ne l'y avon s'Ps' vU : veuillta doue fume ,rsrer cet oubli'; vetbillez y faire' n cittii lenieni la capture dont nous vous pTliUms -dani ir ntn lette e, de cr5,,1.navhes ,:l'un .Afiulais ';ct l'aute Hollandais chargs de.rit dc fr, chie' tabacs, rtoilcs .' allnt en El'pagne ,Lfaitc 'pir


,' "47 i

:dns bia*es 't&i u; ls out eilvs 'i+. barbe &, lf'iagiil'.; "' '
'Les 0i'c i'i~' dt fat'dt petit h pia i fii ,e t d So9ie l doht*l I atto1i0tfiC 'et Ar. loIns pstersel's e',V 03l te drees d ies c' d tsil font gsj
d'loge, .,viennenit dpofeL 't t aifli
.dq btjd 213 liv,s reperfutani'la vleuilr d tl4rs r, pzs It're' dcfiti;" par eux crilad l dt, flrablables pour slas braves foltsuts ,.entuite livres qu' nbIu vous dreffots de leu< park: p'6ir lv vl,,eux ,epnbh ais qui ont eIcv.''oulot aux fattlitei dtesdcfporc Nous vhbs/pVies ga IinWn, tde faire inirer 'ccte o'and' dat sl Bulletini.
Noie potor -ef pen' pres la mee' t-tv1 lnou fpig on9o; s p s devant et des p1),
litiOnlfietres qui les ont tons. ,Lent a.iItette ,i leturs Mrl'ets ibrit toujous beauioIp dlu not1u faire de ml ; et n<" fondat for itellement ,ac -'' mins A-leui,'bombes, qu'ils l'es' oi cnt ,mber 1 leurs cles Le 'x 'i fago'. rna fs'dlotxte &l'aI dc Toso ~ f.'tpeUt. rre e ds anall c:
tss-adaolqncs i r,s'lstes d eis m de teod t mt' di Maidid qu'.ila avaient Jei4 t*S tntotre teri toire, dait 'sefqle Ist les dfenf s;de la Libe t'< taient rprfentri cdmme des. rg'iesr, des hrtiques des impiesl'et o le1 bons F arais tlell invits firec"to'me 'l'il ille de Totlrn, (e rjnir 'fois 'Ies draptauX de'ce fantne de: Louis XVII efp,nt, difonails, que ces Ran:(di.s lui" araitut mnag qtuelques tra,,es tuons parut vouloir engager une affaite geraoIe;, il fotitt d'e fou camp eu force, et fe'difiriBufit tonu les points de nos poites aVius' il ct'nMa' par l:er notre droite ; mais no eiou' A ,ainrfi q.e uelqhes pieces dartillerie ; obs les ,'tmesi' fi vertement, et nos cauonniers lies faiuerent ave tant de juallt'e qu'ils ftuent bientt -ctlbtitse"t, chaffi:. Ce accueil ,publicain-'ue lut pas du 'li: go t; 'etr clic i des traies q"els'leur' ut Lauffi reoncereut-ils A une -atq,,e gq i rai', et' p'deument ils rutrerendans leur atnp' ils ont b'atu.1 Coup fo.iferi tdans re'petite affaitte',t nous avn' li5 enijger par les longues tic,'.de 'fan- qu'il, ont laff,es opres eta Ceu i dtitaUt. Nous avOl s fait part par'le ontrler 'dernier, au Comit de faill public,, de ett action et oous' lui 2vons elwoy' les naitfcefs "WS Oiasls et Guillaumei pou.r lefquels nos braves foldatsont,, tnoigs 'aniatde mpris' qme 'd'-i a:lton i et
poir rpoudl fcla;ourtofie fpaguble " iouvlle; ,e 'ltpife deTotlo, tant.af V d dansle mni inl .snt -o ces. plats libeles furetai utsil, is en:. voye,nt7 dans le camp en n 'la ,elion' chrtiltl'nte de la tduction d cette ville Ttblle.
'ain ui fusteitit~ Fir a an' et MON [STlIa R, du Puy-d&-Dm ''
te mnfre de-la guerreI pr.,vient la Conv antou q ie les deux ,compagie 1 de lreraits-gndaroes4
ft,ns1 1 "
i : v a t a roi .u !, e t q t t i l
tin etr eu lewc
nent d1 ra rppeles. pour c6ot~in,u er feric 'auprs'de l a. ovention arivont' ,Pari le'

Blval ; replfentaet du 'penpl'e dans les dpar. terriens de lal, ue-Vienre .et de l Coirrz.e ,'e4vl W, emife faije par le* citoyen, LonardMi'dro d fou traitemente de juge de dilriet.' 'j
Mention ,bo arable.
'Loiard.Rerdr La Conventilon 'renvoy 'l foni Comit des ici:ours la popoiio'-que je lui fis de 'dcicr que tou' Wla elfets' d"uiae'-caleur' u. d4'flous de 5 livres, st au Mont-d-Pit par le citoyclts indgens 'leur' fra ,eu rendus l'ans aucu- rcmboun' menj. Je dcmande 'que la Con:
vention ft'ffe faire ce rappot-foua'trois jors.
Cette p ropolirion ci1 dcree.
Sur la propofition de tatos'4 I. dcret fivalat Cl rendu


i"am ib1m titi bArt .ijt ll~l
un s'ie ledht .tud1i5e (f' .aiti Ce a 'preiad,., ii les maions tn ;ona1es 'eti lie c sfoe niaut t au delir de l'iti'p.ete rUgbaral de if.u1
Jiar l' Vu et apka ouv.

de 1( Lafl4#1 dema5p~

'A'i
(;odl e ft rs'meir, st e du t;mt de P4m. r



licptila i'dc Comt bl' UPt i fo "-veIipU",'fr, "e r ", , ,0,.;,,,;

rLes,. lhice "d0{vent% tre .,'ele de la vert et 4cS mers ; 'direcieteurs aCtetts font't 2:' tf le, "de.t abu s qt.i e te e i la feis, ,' ,
Le, .th're .,dit-d 'l r Cat, s' eat | 'psi,eip invariab/l.,L Comnit a slap el dih fea fe',? 'les directeur- ocieuirs et sautce, ti l' n polent ;et aprs .le ' ,v'oirdaimnel c
plus fver ,il a urov iteuept,. ; ard an.COmuitC Nicolet directeur, et l Ccitoyen R loiiit'4e'ur pTncpalCmct coupabIes., l'un da'oi rier un d aetreq, {s les
phis flls "bretijrs', t' l l'au~ ,, '" d. 'l" aV
'tolre ; le Comit en a fur le clanlp h1uit li Cfo, it de 'furet r :,' 'al' ide" h Cnve, itj' '
Sit',' ,Geloi, M ' rslmi



Drlr ltre .Ont.'iaN t Fru'a i t .D ue .i, <'e' u 'ne ,'0|',re iie 'd 'u .
t Lts.r.'



" ~ sPi.Gt A ,; 're d S. 4i i
p un cte'b a,,lt
l:OpIt. a n t na1. ,D,. vtOte 'la .
patioiqu.e .ujv. 4rn d il;,ee4 .,Sl.
Thatre de. l'Qprq Cou. Na,,osl, rue Itvat,. L oiska ou les'$S rage,. '- der,
Ei attnd.,l ,er tep. de la' P d rif ritlon1 les, F'am4ss ,r ,o._ es. un. acte, ,mle diiicrtt58. :

T1'htre db" 'l1 ue eblqne oiue' de 'hLoL" L e "Djftipafesr,' fti, dis Deuil pr'ma fus ."' ""
uE,, atend, la xc'c ',eps'. du ilvem, lvtild'CRi. mnids laniv. 'umtar#e.civuqhe''r !P pf1(' 4e .'utau,
,Thitre da l r'ue Fydeau. L lub dej$Ss, e ciFsa ;'Plr a HetJr, 'et lt Pape/ e'a iY. d a riatteod la. ierceepr. de lt iVie de 2li,'






et' 'ilt l e rv iis j.e cu8
e tiere di Compere Luc." 'i
Ti, cire national rue de la Loi et dc l'.nvoi,
jor-Speesclc10 de,'and, leMfnre, torn,
da laq.ull letcii'. Mol 'emplira l l'M /J.,
I' Itntameit lajor de.l'Anoardit L

TItr deIa.Mo utge; au J ftdn de l'Elit.

'Th& t'dnes Sas, pCulottes s i-devasi,' lii, Reldthe.

4Thite lyr6qe.des Ams de la Psri eideat 'de la ,rue d e, Lo'b Vois. La #sDer< Vieilles,. vrudeuille,
et Mt'hel C er aaes op. ens 3 a tes i grnd'pc,.
"Th.frtra. dit VaUde ill,' Le P vedier et le in'aci e' Enirci.
Tht,re de la Cit- V.arita.Le Couf,, d tot:rt t potade ; les Dre rt et le .liidiim ; les1Dragsl 'Lu' eamjoozsremest et le. .l3as,[trsnite. k' =. ''Th ,,r:,, d'., Ly. 'd, Ares', h' jr'ri.'n de ''tgi Lh L s Calpiciis "a,, P.b,tieres ;: pa ntor.' ''p';rt.:: du' c ar 'Isane et, de Au ftctur. . .
rhare IPi;ua,.i a ol2,ue et iyr. ,'ru-e dcllosd. .Ni'coddme d~'mj ta 1,,n e ce 'en 3 actes i f'prcitt'; prr. des Pareus rhauis. :.:


Ampbitlitre d'Afllcy lfauuxbonrt d"t Aujourl. 5 heures t demie prcifs :s taR'coni avec fsi ilves i les enfaus o Ces axereccS 4'iquttion iet d'mtaon, nmdnege. d'ufe fur'fa chtvaux', aVec pltfitu,


Temple, nt;utti t0u '


et cuir actes amusans.
La Couveiitibn nationale apt i, vor entdu ldone le .t cd r oittO
le" rappot d, (e. Co its des infpcctens 4e ta ? ml dtie fs poulr h0et l'an t doxc. f(ale et de, lexamen des comptes,, aisfi que de l'a,,td4 Cogit des ifiiantces dcrete ce qui .' < -.
fuie: [ "" . ': D 26 dc Nivfe.'
:il fera, reruij Ja difpofition du Dnu;fe 'ddiH. li'ur o la fourme de '71,OOo. v. poqr acquitter IEENS ts 'it4'i' Uk L',sTE.t-vILai 01a'5 mitrem:It e, d fiinqitIi ,e rit le- prix -des oUV ages et' fournitures aits | an bumeaude eom p,,bili,, fuivat Prtiom ai 8 mois ai jours de ,17S.Toutes 1tti. les m en o u ce .dd s O U ', e t f u l'i e rs r ,s t ', r d "
v ii .' 1 ', . . m a s P rL
rrfi5 .-l'qulle-" ,,'ome ,.de. '71,, lhv. 0jointe (llc le yosieot1 psy e, en vertu 4u. r' cet O 6u Devis de Sennevlle, vig. et rrp., 2o mas dern cr ,.tomsae eC!e de 89.qoolm., felfant .~'. 'efayS, .viager, ct pcrptsel .5t, le total-de('dita omvwrgas et Ipurnitvrt,a ,Q cellede 24. Defplafcsi, tOnt. pp. et offites vag, S 5,Qoo liv. ,, lauselle fret eMploye completX 33. HurI I puel et viager .


r'


L'abosunment pour la feuille du omlteur f'ftt' "Pn l, tie des *n'otelhr, 5n aS Il tant udreff'r les l,.s ,t l'asa; fr a .ort .to ur, q;rtcteu" t 'c u' r'' to u lesjours. Le prix eft, pour Patin, de 1t8 iv. pour tois t6$ ;36 liv pour fix muiS, t I72et l p. ua,,e our de '.p. teien a .i. .po r irtrois O 4 Otlv p re ii mtilois
liv. p 'ersnie ,fraoc de pre.tL'on ne''atue u.o' de : tlus 1110,. Ou oufctitaui t csa tout.le llbtpfres rauco et lcs directeut des po(wa. t 'faut avtis(nudc'm
les lettres qui renferment des afllignats, et d'en a frachir, ufli le 6rt.


1osute cfpce d'Avis Annonces, Mmbires, OpI'ious p1litir s et autre' objets, mvnt Atrr infte ' A? dAsi ties Suppl4iefi ari c'lrio, 'une deni-feulile, m l torsit ti le Moiste, ,'r ft; rfot partie. Le prix' de l'iteitin c ili .e 6c f. par ligne, i2b liv. pomr une rlonci .t 155 liv' pont la Snpptmeteenicr. "a.
Il faut alreffcr pour let objt, et poun $ou t ce qui onctne la dtldtioa d,, da Paje au"' Rdsctceu, te du Jardiete. via-a-viscelle de Eperon dpui neuf heures r ,J lkeurea (u foir.


. D,'L'IMl'RiMu M;NT~tg ,c dcs I'oi/dvins, n *3


j


4


"A

~ au
k' 1t~
r ~

r, ~




pIeu

u~s
'~. 'poil
~t I
'v
'lit'


fs~a

k''


'o


.~rtl

roi Cm hu~o lait


m~tiil i'~st tplmc


1iel ~rill





~i~k








'r.
r",




'c'
-k'

k''


k'
'r' "t' s
1'


J, I

..






-AZETTE. NATIONALE, OULE MONITEUR UNIVESEL.

'l JI
jOtrnau~-174'ayor voulu179-4,cr d*nzlcpr alVn
d a nl t I tq o .u,' y. d ,des Abis de la Iihert,!et'de l'Ega!i ,
': "g s d ,e#ttc Sc tiu. ;. -'~ ~ ,,~ile auxjac !nncpi s de i .-,
,rL'orateur ipor p ver 'i fentimnens r u* ,. : C;
cir -our pu rs
r*f 3.' : .,a iC't t9us J's 'Iimbsg de cai oJeit dohu3 e lii'sr. jur ?a Jiukil poiJi :e de la R.p,:li
ltef:tc 4dus psOce.-verbal dont lu l,ot.ite Ctle :.Fiu,,ije fr '/roi doentt tu ta,$. p3'o o)L4
.". l t ct au, icti que des par' D.beis ura. , a ja' 23 uiou;e.
d doi v & t c e tt e l t l n 6 m v 6 r l ) u ,,> p ) e t a %, o i r to u t a u r) ni3
L~e s~eu ~ i)Oi lt'i i2'ue"or l edaci 1.'M'' ,c ,pbiuF1f i r
f! it: les jn 1 tudes C-.t tous VoUs Le pf(ident itcrfolupt' l1d1eur '|ifulte-dca Rpubiuc Fau iIe ne ,e,icrdcnt de .itt; j',t
'dg' d*,a d, s hce goaivert, lie,,t. t cenht
d p sI r La piilde Ca; in!errg ti s qu'il lOi.fii "ltre"ce' IpIc# eibIl r" .
tj31brdre,'ncs la',nede. Cette cf 'o e 'u l i.t fe qu'an fort des ases la dFexl{'e clcu l.f orae'une siei uOud1
t e 4 crit ; i ,uploit . r tl d Le uti | P 0fier z lo fq da le fto
Slls .er d! -utouti du ;- anaJ t ,d l1v ctoire, T'ente louve*
J.D p o u"ctlu ti et iaeo;Y, ctU r t, i t d ,;,,flet; J 't i t
rw -: p l, i l .o 1. u' "- t:t s tit,-,foliiti, n
core -pls t,ni (.e d& fu f1is pouraieutles-egOrei t l hr ?.' le-u pi out tionv(s l br-a"ales trcpide. .xalgi-+ Ies
nent tull., La\> dco'vrte qui etIpes. le. ieL pw t rhi-tl >ats.de, par.eis a :us-, tuf l!ni de l'intetint et celles lie d os caries
4 bue. d's. irri lot ala.unaut 'on iaes que des citops d'1un g fl tendr 'e'I bous avinsu et baut nons fi;rioui devetn u,.tet
--ucoup de (le tliei ceqiir nruv vent pufer les prcduir elcaeus d'une botine eau ru ,.c les tosiade t ces del.Jta faiett pent-t'e
dtP Al e quu; .c t:t. ". ttrj. s 'er .'
ura'dcd f les pif1a9 1e5 q Le confeil paffe Tordre du Jour a .# v fur -'ici le caracterc qui dif.itigue le rpub!icat.
1 1 ;- i 1t -, n 1 r otI L be concine lm'ife tjou I r , L , u h o't b ie sal calcul ces ylats mo.lhqeies q e.
li 1Cdi oJhmeg qui d eti tavec tt noirs cuir t u [,rli tg Uls nle,hr; u
,, p .qu -tVl av. l jeunes itoyc s doivent s'.ducffcr au jrna -t
a avt gun .tu .u gra s re, .de- .ile, ,pour rpaor-lSa erreus St non cia confc1 n avon tous quitsu teriune l de la iert
; c fi tablc par lcr lofiuio& ; favoi ', Catal ". petites pe i1s qui fenbTetut 0ous aghtcr ne tu"
te.- paaife.ti moi quedes ies tcdn l ap,teA
I ia Ld&etle d'Ehstnll .m, lu eute.ant- -q"tlaCo-edele d4c Ruduosk)li dise d-c F otir, aodenpolc rifu p- .dmo lfgi lt dts gands pohdqucs de I E,%ope; ils
le ru tn t~ff u e Sgtscul la uc u n Iec retne :Ot fr-le citoyen T lbo t ienmbre 'dg 'co nfc o 1s .o' em uen s tarce a e fiergLue d
ntom un gj ou rnonadi r e i'ot-era, d.c'lue d y a quelque teins -pour slieus f atis d u- ttcue liei en C 1 ar le hoc ,iceuees iter&ttir, i doMflques Ci. d volxbte de citoyens tivifme Ct des propo., lancs eonta-c Marat. Il e "r- privs, e u iblesous divife: ; ah n"etl-il pls toujouis
diff.1otitesseatfffCulte que lc comit rvoluton"rare -c la {'oci t ute u st fil de ralliemeut contre le uel cho
.on 8laffept.',. poil ,dire de.la. .
rupopulare de la Sectn du Teusptle ont dClaT quC tout le schiavlifme s Pitt et du les adhtts. d eil'Ires paeauv,r du dlit t_d'l:eoir de T.lbot avait perdu leur confiance. la Republiq e.
rtI1Le 'il -r'lc "u. .6. . -D'ailleurs la mflc du Peuiple gg;g, te-t-lle pour
i i icew ts par l'a VCtu r tu. e rpportnr1 paufe ueafite des ohfervations ai ed P l .o
0 liu, dleupt fumer que l'impu trie dQ Reli)fie ,f.eu o iut' vu individu? Au coen ce ment de la
D p la feule tte coustnou's qui ait 1citr f .lg.f.i.tu. .der.e uae grande di.cu(.iot politique rat dcouvte, lquelle tendait Une dr fll"ult dit-il, s' lprfe. e"'scclle s'eva dais vole feirt ; elle claira l'uiopt Bitit
gtr lonles lespei't tos attadschs au gouveusue- (cefav ir fi d'aprs les lois du gonvein [lient svu-fut dnu
%l.it ;ul, en- oamtoiatu p rle rlgent lui- nnaire le Confeil gnial peut f e dans les gitondins frant uarqu dui ecaus de aiproba:yi donc 'par qul heu l'iuf le diq'il avait auparavant d 'eper lui-ssms. ion qui lesis toudons a 'uchcfdud.
hniae.scudsmvt fotoer une allionce avec Le Corps Mntlicioal n'a'ydut rien vDilu prendre fuir Si quc e~ iraniii!aut a of tenter de s'empirer de
;.Ct tes re de ne elle dclerait lui,.1Charg leuiavec l';nii- rn n
i /,et quels'-prfetis de :tirri,:elle dett; d larartt
sanoaue ri sil vai lemaleurd poulct une iflicuieurde police,'de !'e tranftiritr asu Co)iii d iuspillatuble du euPleue a iedeto g,o .av;it 'le .matheurf 10d) eo tepout u iclepa une,:r
Ilsfiederdette mifo"n *t;ffe falupbli 1pourli drmQpdcr la [oltitisdedette ataquez de loue la conlprausn extirpez-eus les
Q'*lqie6 joul1s tvant qu'on clatt entre les coif- quefl on importante : le CoMit. de filui Publie a di- racies-,ftifons fleurir l'sbsc de la Libert lUt les ?lst s un ordre.dit vgetavai djs fait (adir ii!e quse le dpftementic Pi' tait 4uus une cadavres descoaslpi s2peifosnpes q'o'ott "'efl tappe avoij lign le de-r'-clafle paicu'lieve et que'la loi qui avait alitotife les Le tens ',i nou. Ifoinl trop voWasgra litirgit:de paix avec la Rl'.the, n euvs nt dont reprefettrns do Peuple* purCu lsautuits ennui- coujoraions du trdri;uaueimple ou mixle, pur les 1tu ua u oier l'itention, pufquil n ues&IIdivers peen neet s*'s-ir ectp
point dtnii'-i'veil.ux gens qu'u ua.t de plustau- td ,l ovenjton n'y a )uarge Mais avez in
4idi, lijli IddOtila eie a t uit eas tre tsaseges aucun de (' ne.rubgrde ceette 1 1liion.- lecross psi;t l avicz 'vet's en juin dentier ,que Je quafLud cousiplo: g aubli. d'didquele gauad Ii eent edua31 ,i avait t sarvi qu-'tti'on
fnd du totdloi' giial. don
voil eertes un motif OuIveat etties-puiffanit, eif'i guq a lela Cnssune de Pari'cruait avait ciulr deti mzouere faretournet contre le
.l1seuut de gard r, oiais de i heiir la ne tsra- le dnot des'euuaer lni-r ise,.l lui-'xue les efforts qu'on avait prfum'r
;i'i fde clnvaitre deEplus en plus qu l'amiti eo ice 'l'dmisui -Ion de'police croit qu'il kulait fise PoUr intensrr fa libeut ? lires~tLets~uisgn ete e ovcrsnel!d -n'oa is C letle ,tioafec 'donner fort avis frJ 'ynTai- vous bien 'oivaitiuts quef jalmaas il ance n'a t
qee u segiie entre le-gouv e rnCon-ntl dpfuo de -atVer
i e tablie furl',e bales de la pohluIcsJa plus bot et elle ptnie que le con'i s1 d os p dla rC qu' dette-p cieaprs la
fafss q p~ cVl 1.1 tlaplu ~uInen Uvltuo1su41r'de Paide oit lerj ete rdevicterlue ?j'
i Rp i c on leq u a ,t s I l u a ",it ifig. ,o
fou fiI. Je i ouvre l!s jnrnax(l de ce teris 'et j'y vois que
AI A N".A Lles idees taie.t cxcoulctites dats Its vcntnc'nes qui
A NCrn, Legrand et plniurs autres me-bies Te- ef p.ff*Jiet. Pais.
"i 0 .r. prfententtqne:dansles dnonciationsdiiigsicontire Cepeui odt une irfernale coalition ait foumne
-rancfqrt ,la-terjanvizir. Talbot rfFif nt la haine et I n gea) u aSc eusl-xnt"";nina ea t nn eR

.-i 'e'sfl s femnent la craiate, t'efl la ter- tion du Temple e lre dnonciateur "Xintt i'ont f la loi e pour liuitce. Bordeaux Montpeilier
pi 'e 'repa d. La ren or sce des ls cs dc 'dontiauine pnc trr ue des fuitnu aticul ans la"'dn'n-- N es.cs Ianelle, Ax Lyoun avaient fonu, l0 ,)~a c ouat leub e aesphur uoase tAlleuagus. cuaion; que Talbou a t noim trois fois membre toLfis de Lu irvolte ; lI dpartement, des Alpes et gerur t voir suvvr a' claqnue nirantas Ic a du conifeilgneral, et qu'il u'e'f.cspoble me deb P'rnies avaieut tpt 'e cal lugubre tIt:,t
c., o' P rn e v iu ' 't i o u t ,i t.
lit ut titi'Rhi uits 1 . & croyon le porte la drunciatiou que ce citoveu nun'air Faml als phl pai n Ai ,ichienslesAnglais, ,.?urumaus de la--3 o( l/ et du lRb:m. Nouai les croyns ' a, i 'P, c iioti le u'ilin lsAgas
ii yai'Ut la confiauc de cette Section ; enfn, TIlbot tes E! ,.agu-is, les factieux de 1, L,:zer lls .etselle'
.y nee;ous les cayons danis nosmuD'rs$tmai
bon a la nieiee de CuC.ine ct Tou frmit csexe0pt cu appaPene de toute rfpete darbiuipu, de la Vende ; tuois almes dens le Midi allaient ce Ut .dpt poit des co:'quties que thet o s'i composttu lnon 'te homme et en bon pti de faisl oli lu fer des drautres ; 40 dpartdnes
8 .e Cotne ,erdesdes c6:,tl; 40s que thd*cheut
hvjour bng'le Fianais' t', ven'geanlce. Il leur cttoytui. esaient pr:s subi l. jruiu, ;. aauaotes'uains lnt.
rt reltl MayencaFiasfoatil et les Un em bre eprandsmoles; et penduat que Bruiwswk et, Cobourg au, Ma ot s Un autre metbref ifngue par 1r grands ient ffoc nos b'riares du 'Nd, 'ue foule i0U, ','it les .ionnitioas que les Prulfleas y ont VO- oI.jes qu'enbrffe f Ptmotion ntrgiqneuet espdu
~paabliqe. ume'e Il diulinigue les patriote. en ti# cluffes cx brale de vcofpirateurs du Midi maitchat fur ls
psi art l l infignes q l'ah9fonde17ue"-. .7le Ilponell,-e- cadavresedesleepublicint' dvait venir derei:l ll
r a foutfes det pueni s' 7 p9 dc 79 et'd 793. donne lpre-, aPais cette hoifible tragde.
ii alatuet s t frece au prmes. eus qui ne n vnus Voil le fout qui Vous menait il y a flx mois
i5te glace 0'tl'oi les lyruni et leaursi "e- qu'ap,s cette poque ceux-des "deux drniere
epluc.l Lelpitti dcsallis n'tf pas oins ierrifi couves font pour la plupart, fuivant lui des et, qui avce' un uitncel de lus tut peut tre
id du n e i v p g c ei lt n i ie d.s ld.en g lu t i la n s v ,l el c d te r ; t q a d v u
saacone datr le r-volutionnairesqui fe font mls pari l englouti la Rrpuiue. eped'ant vtp av'z t a4iiid'nu ecidau '~t et ,luf acrs'rC ui ssu'ti le d*(nur mois fans v taUs etsdouter ; et quand voua
,iiS al l l'" ;oiq t-ecide et il coude foutenu 'e ais paiotes et qui, plus mots en lJt. uu' ,- l'av z coatlu e s cete co u t i,.tion elle alit d.
la ptt ules Puufieus, leibi, avoairicula coaliiI1u en raifouinemet, n'en ont pas moius cle,4u( u' 'potavtfte dotnt les accs ne fonto Pas la "ch porter partout l'c'prit de d fvilion. C'elfl i1 jon e ; ruais. les elemin lu fifleo t e t $ast cr e, t atullg d1* itair, &tS.,. fuitant lii, le principe d'bfrvtiott qui -devrait wlP pitt-tre libjet qui mrite le plus vtue asP A-f B A j,ervir de b,'e tous ls ferutiu purjt. Je vous diclare que 11 vous "laff.,z renouveler
H-ent propbfe que l'on paffe il'ordue .du r l atUre to ns avo:i flui daus l'dptniolp
-ele ai'r1111equ'il ley 'apuiot de fats pzv-s blique ces hommes, aibcit ou eo fote.ua, fani
contre T.lbot2, et 'Ur ce quela Sectiona du Temple a qu'une loi ait prononc Iexlhrdatro i politique des b irfiast .adett4 Udine d ceCitoyen parirrtfsurrus qui' out ctnuidirectement ou iudili le d r Coqil(tiolf4utatrois ?5o5intit f rctcment au fdrtilme vos verreS ces tines
et Jq )i nsn l eut tt V1lai, le unair de Punis s'oppofe A cette derniere hourluaea qui danls ce tn oatet arailfc.-t les p!us
umlu e heuises l'I."ly5orl y a dchatqut p a i: 'd['a|,. eo cc 'que ce n'elf-point le vSil ,volutiouaiaires dans les dpauteseuu capter Iri
IJtrfof u-e d0qfluidoioa qui avaient t foreces d'stse Sectionqui doit isflitencer la dcifion dos fuffrsges dis P'ctp!c le faite aornrner f teptr'

,'' lrdcutt caPI .: .ouifiil ,nc c'e fa confcence qusi doit le diter- fcntaus., c alors il n'y auIa pt l de breicre
A miuer, et d'autant plut q.e ls membres du eonfeil oppoler leur ven,,carce ; C:r les l flttu-s s'enuBiEFR N E. 'appartie uent int ltuleoutelleSectionmais teudauat avec les 'uiifh,,tcos les dpumens : E ~ E A R bien l la Comtmuant C 1untier. la cottre ro!utiou le fea i u ne'rit de la lui,et
NI Nitiu u- )u rdapropofiiunli tl'ordre les tt des plis zls df '.Cfsirs de la R, pub1iID E.toque tnberoant l s prcnsicses fua hhache d ']];. "~lu j tir,-put et firuple off adopt no.iv fuir ebra.
='x, ti e a. Du i,e. bu tiare. adefit l'pea d l o.nca
', 4A].'s' u> u olu efis 'puid adan P*ut-ure le Peisple ne ls;fferait pas cosfraas tr
lU la e tiots conure Tailrot. dc fi guamadu tutass ; pectte fou aue.gc fiaiscait"'
.''!lstues e la Patrie, de la Secuion mits Arcis,
Plande htl'uuolsu.a drieCotl Wisdre ea ariclirsoIupntlenceudlpaell ecoe nedosru lsfepui uon e em
,I .as uita d'Itittsau 1sails t et cutcs fsupe. doute sausc pas ; usais clt-il f.il,s [C-d htuuand det




's

..










coulage et de f vaee P Goiunuincez donc pas
s-ypcr de moit ,ivile toit$ I |l.-diallcs i vos
fit <.affer, les n ube de tont4 esle armi,
U.ri ,fectez d' mme toutes Its admi filratdous et t peettez :se vil3 iirtigans oauite foir de
rdon ;je dit aucun : la fvritnil ce gs eRut
*Scte de jfi e, j'oi d{re d'iussmbit.
M MAs M.' dh,-t'.r, *,le tiblies fufpe ,p 'touit dauocs incarcrs ; 'on vou* romope
idans pli:ficurs piteetss, d4as' une foule de wuatcpialitLt les modkris ont conferv leur influence, -lh en ont d'autant-plus qu'ils oni pris le. mafjue
du jour vour pctrFcuter ls patriotes.
Ce Iout cuti qt,"ont en gaud partie Orgauif,
cosupaf les fociits populaires les comits rvo"l;tiunnhres ;tci voil 'av.z, ici ulre que trop de preuves de Ce faits pour que rvous doutiez des manx qu'ilh peuvet t aulLt dans les dpartomeus. OccOfez-vous 'dnc des moyens de cou aire, de hiir, cr0s pttendutsconvrti du 31 fias gser tersAdie e t asns reltie ces ausphibuios d la qofu.
eion ; 'ils ont nue foi t uai la Rpubliquc, ils ne peivenet pluss fse diau's de l fetvit i fuyons la fQi juies .cctivcr es ;l'oyOUs fans miircodc pour les istigmus et scndqtis aux patriotes le droit de tefltier' l'air d. la libett ; cfi eux fas qu'il
epp.rtienst.
En vous dveloppant ces piucipes ,'je parcours la
ligne deb cime de Pitt. Stmblbl . nue diviuit tnf.i-fante, iivifible pour nons$, Pitt efi partoat; il influe dani nos admiuiflrations dans n.s tribubaux dans nos focits potpul&res ct particilieres 41 a des agens dans les' cafs dans les goupes
et j.;fque dans nos cabinets.
Cl.v'CiI Fr:u(e, il avait tuli tous les vices
qn'.faut it le defi tiluap ; n'a ,u qne des cotr.
.ufsnet comme euS. il iO:;ssa cu frivoles ingizas, ufoucian ; il avait f>n,] fur ce ftine la favcsio.
51et Un gomvetnrm."1t Iqqel il atpt.it. G'ui dj t iiafjic qu la Fance rch;uff dans' fou
rin. ) D'a8,etl fyflme il n'a pas cru notre tvolutioi ce mouthsc puuvsia-il f conoaitre cen SVernu
M'is que nous importe fou afluce criminelle,
le mouve et qu'il do&e aux puiffances tragCres, l'or et la comtupli,on qa il fait circuler dans les interficss de uotre gouveruernest; tout n'eft-il pas dit, fi ous parvenons purer la mffe de toua les grmes
iufcci, q'il a.poduits ?
Le gniel plua fertile en atrocits fe laffe et
$uccoube fous le poids de fes popires effort#; Pitt en cU l. Il doit maintenant compte fa Na,iq u de tant de crimes juotles., del'pprobre donc :l l' cuvs re. r fi le Pt.pleAnglai0 n'a pa. perdu le fesintent (e fou te.; fi la cotuptou u'a pas topff dans fon coeur tout germe de fociabilit, rappOrius-nons-ne lii ; n'y eft il qu'un homme fer cc i4,e dans les troie royaumes, il fLut quc Put ptiffc., fition tout tI avili tout Ca coinplice du delpotifme dans ce pays. Et alors,Fraanais au nom le l'humanit entierc, jurons la perte
de l'Aoulgteiee.,
Qji'ils fichtnt, ces fiers infulaires que nous poffdons plus que leurs tlors ; que nous fommes en tat de les aller chercher dank Londlies; que quel.
que part o l'ou tente une defecute, nous avons la conneifTauee exac:e de leurs ctes celle mme de leur i rtitoite et qu'il n'y a pas n clieiin,. pas t i hniean pas un, ruiffeau pas une polition off'.,five ce. dfeufive dont nous n'ayons l'etat dtaill.
Lc defpotifme a en auffi fes projets; il avait pris
,cn Fiance dle gandes metfurea pour obteuir des lucces ; l'intrigue ics a fLit chouer : mais leb mmoires le% cartes nous relient, ett la libert ou:rage l'aur 1bic.nfi oh l'y foice tomupre les obQacrs qui 'op.
pofcraient I o t ioa le.
Pit ,'el ps; le feul qui doive fixer votre tten.
fou1; il 'efl que le chef de l'infme cabale qui vous* poufuit ; c'rit pr telle qu'il ten4.eu France t6mtie les ramificstuns imperceptibles de fa pertidici ce fout les D.auL, les DtipOrt, les Lamet et ioas nos infi'.es ,nigrg qui lui psocurcts parmi nous les agen
de fa fct-aec.
CGioyens. fi les ennemis de la libert avaient pu
tigmspher t ,u patliute ne trouverait p.s en Europe une liere pour reptfer fa tte ; criminel de Zdefr iajejl, il Lait polcit.dsal tous les, gstlvUruc.
,ictj3s tel tait1c tode des tytasa. POurqun.i aurions,
nous plus d .aiad pour des eitmaissels de lfe-nsatioti
J'ous drs moulres qui u'ont fui leur Patrit' que pour la dehi:er? Les , igrs fo nr fpifab'.es de tout le fang qui a coul; ils lont l'lus criniiscla que lel in.
bciltes tyans dont ils out agit les paffions les efflave mme de ces dcfpotes oui t victimes de
le-,d f ctiols.
Demandons vengeance au nom de f'lumanit
enticu et que la Gonvention' nationale dclare -ces rois que les Fianait ne mettront bas les armes que quand is taontpurg leurs Etaa dclaos mnigls 4>'il illent i putef auxi reqtsiti l'empire des mers, ci qu'ils laitent refpilcr l'cfpt.< humaine qu'ils ou
tant outagt ?,
Qmut note fituation intrienre n'ayant p.,
sre, depis deux mois, qu'obfe.viteur, je ne tontial i', le hl moi denos agitation politiques; .ai:'j'a V q iqtte les pattiotes eux-maeoiOt, 'aitS le v l|oir
.ost,ibu p'rologer nos dangcrs 1 j:rce que, re.
hclahCsnt l pattivtfmt et le talcus pouxr rcimpae


l'llilocati, ils p'oot fovent rert'outr qte l'ustrigue t il fotit(e l'bbligatio n O l'oti s lt trouv 'e de tesuplir- ia fois ue foule de lifkt imaoitsus, s Ah il faut bien la CIn que toutes les a iflocra. tics s'humlielnt le rgse de l'galit u'e R pas celui de la coufufion du langues,; il ,faut que,-tOus les homme& intp ilu s's 't faiS verst comme Jails
'.j
mdye' eux-mnnes s'ato u velet
p qeC P4 leJ faff iiliCe. Nous' avoua

atere I royalitie li',ifl.ctatit u0biliaite., le tnapatue ; florU psinfnivon. le dsalif'n, l'ariflo'tt*ii b' u:ge tel'que dans, teurs der ics reuran. chemensa. N faiious ps plu1 de grce la baffeffe et l'itrigue iho allez impudCnt poui folliciter, pvur ateeptrr.le fonction qu'il te pentitemplir c ear celui-l trahit autfi la Rpublique qui la pille on la (etr mil.
.uauit ,aux goites que la peur comprime pour qui le mouvemneut rvototiouaie tnle hurs ilitre ; quant cette fcUe de modrs qui Fant appartenir l, aneon fy-flme, aucun'des fils du gouvernement 'tiencsu fecetne. aie rgime, et le bonnet -rojge en tte attenfent fa
rfutrectioli comme les juifs atteudeut le ieflis. je leur diraia :n wvyez-vous pis que le vWmil*eau de' la Rpsbljqno batt par des teunptCs changeant chaque jour de pilote ,,a ril ' tous les cueils par fouitiidellrtuctibilit. Le Peuple,imtiuobile etfans pelt-nt mais fier du tccouvrcuicent de fes droits c dc fa dignit ,a vaincu par la ma:ffe de l'opiuion tous les prjugs, tous les vices ; il a mpri ,ouep les lsintrigues ; ne tiomphe. t-if pas mme chiqu jour de la railere factice dans laquelle revient de i'enfevelir les vampires gorgs de fts bieufils ?
Hommes fiibleIs et opinitres quai voulez 'lutter Conte cette n ife de vertus publiques countre ce rocher inexpulgable, que vous relie-t-il faire, maintenant? Ves voulitc unt roi defpote.vous l'avez condduit au fupplce. Vous vuliez confesvert des riceheffes eMl caquifea. des diflinetiows tfurpees. tous vos projetsa tchou; et vous'perdrez tout, parce qtie vous se fave pis faire A la juftice le facS;i, fi de vos fse uges.
Alez la VsiMde ,allez i Commnne-Afftenchie, allez TouloIn, voir e qu'ont gagn,vos pareils flatter tus felvit les ernempis dc la rvolution. A o urd'hui plus cauteleux vous teutez d'emptutiter le saurfqtie %du pstriotifaie pour cxagurer les ides de libCrt', et 'Confondre tous lee lmeus de l'orgnifationa festlal, ; eh bien frmifez d're reconnus car vous irez la place de la Rvotdion. C'elt l que la hache vcnglreffe' des, droits ternels du Peuple vous apprendra le -nant dc vos prtieuiona. A rz voir ce que font devenus Ica
Briffot ,les Baitly les Btrnave les Cufiire les HOuhard. cherchez fur le pav les traces encore fanglantes-de la punition'de leurs pcr4dies ,et
rendez hommage aux principes.
Si dans votre delire vous croyez honorer voire
mmoire,en Montrant pour la caufe de vos prjugs, ouvrez l'Iifloire celle mie c sommaude par ls 'tyrans et dites-moi fi ce fout les fils dc tutus ou leur perc que la ppflrit a contacrs
la ircounsiffite publique.
IEi-ce G'uillaome TeIl ou le duc d'Albe qui vil dans notre mirqire ?
Serafford et Siuney font morts far l'chsafaud l'un fervait le Peuple et l'aune uu tyran ; dcnsadez lux Anglais-, quoique courbs -fous le joug du 5 royalifue+ quel ci celui des deu qui con' iv t leur flit r.
Fianais Rpublicains, il efl paff pour nous ce tmrsa ds convenanges et des coufi tins particulieues ; h libstit ,i egslii voil nos dieux et nos a femctns ; le Pti i estier l'a jur ; cette eaufe feole C ci glorirqfe, et c d:lt poUr elle feule qu'il en beau'
tic vivre oq1 di monrir.


r CONVENTION NATIONALE.

Prisidene de David.

c SuiTe A LA sTA4NgE DU 96 NWVL.
Piie, aum nOi du Comit des demai s+Les lois rela. tivts a l'aliuton dea doiaints uatiiOaux les fup. 8 pofent toits appartenir en cstici dviltamceut la
Rpubliiquie et elle; n'ont rieu pronoluc 4 l'gard de ceusx de ces bieis doat la propril pouvait tre t jnadivife e.tue la Nation et les citusycs ; il ce ci cependant dans ce rcs et le filence de la toi ,t s ftj,:t a dtermn dts directoires de dpartoent,
dtas les armondilfe'reni defq.uels il lec t ouve (les becims de rete iliture ai ordonsner aux difiticts d'eru l, f1.entre la vente.-Vous feutrft Ctsveia. qu'il cil, i res-itmpostani de pslenur ltar ce pioiut, ces ad' oraiaiilratio.u, sui bafc qui piocaze la 1rte dc crise


ftpe:f en centre laquelt on r ieaI <, b en

Il ci tie Une loi qui peut parfaitenet rlit l'objet ep quelion% C'ele i de ,,,t du 13 1.emeh1 dert'is< Jvieux flyle 1" t,' lt ,
Il porte At. VII Les proprits indivif,, avec les mugrs, teconnues nou la'thigcabm s i digeetoire du 'd fct feront vedt-) a la qsot'i pour laqtell, Ia droit d' hiplaircOa. nuillratcrqui e nt;ula t faite par l. direcloire
IX. Les bilets ime paxtageables 'poTd, p '
indivis ,ave des sigr don les co.piop'its. ti'asr ot pas produit au dfiIct les titres qui fcurent la quotit qui leur appartcint dans la delti'd'1 assois sa la publicatin des pirfrntei, fer ) vendue et utotalit ; 1,i'aretr al era ;u r psitaie le ptitt t\atlf a quotil pIur laquell il aura fait reonnatre es droits par le dieetoit, d dilct . J.1. teis
X. La qootit d.e teote qui auront produit leur tires dans le delai ci-delfua fera ditltire'ait?'d: arbitres, nommes inconlnent par le d'tict, qui 'eront tenus de dterminer leur oputration et et te. suete le pror s-vebal au di.eetoire du. diflic, dans la quinzaine de leur r!oMint on ; s'l ae font. pas d accord. le datictuire nu1m01 sian 3e expet pour les dpartager.
Il faut tenidie les fages d;fpofltious pr;f'i pt, les biens des smigls feulement, tons i:sdonlsier, iahoniuau idivi fans cxcepxion ca aoutant s ,que les fiais de la divifiou feront fuppotutst les co-partagersin, proportion de leurs dro(Ite, Alois ,ieu'n'artscra plus la vente de et domaineti, qu'il convient de ne pas eader davantage;rt sien e doerue"a plus tuatiesc la plus lg a difficu.
Voici le projet da dcret.
La Coaveulion nationale aprs avale entende le rapport de 'onC omit d'aliisatiou, des donsi. $ ru'nis :delare communes tous les biens nastii. etaux 'dontla proprit indivife appQrtielit A W Rpubhliqe et des citoyens les difpoitios ilit art. VIII, IX et X du dcret du 13 fcptembte dre. uier ( vieu.x ltyle) ,rendu relativement aux biens des emigrs. dont l proprit fi tuti itdivifeav1e des citoyens, et qie daus tous les cas de paug les frais de la di.lfion feront-fuppolis par ei. partageans poportion de leurs diois.
Ce projet de dcret ci adopt.
P':ele, au nom des CetnWi ds Jizances A'ulination ci et donaines ri,ni."Les aticles IV, V et VI de la loi
-d'a feptenbre 179-2 reltive a l ventedes bien& des cmigrid, portent : '
ss Les dattet de chaque migr feront trqishel autant naumoints qUe les biens confifqus pouriais fttflie. ,,
is Pour 'fixer pralablement toute alination Ics droits, fouit exigibles foui evcntutls, dont eus ba pourraicnt tre gtvs ,la cotfifcation fera proclimile par trois affiches et publications fucceffve l 06 la Municipalit de la fituation des biens meuble$ et immeubles de l'migr. ai il Tont cisncter ou ayant.droit quelque piue que ce psiffe tro pourra faire pendaut le !a de deux mois, compter de la plemier afiti, l(
dehigration iet le dpt de fes titas juf.fic4ifs, d au fetuiriat de l'adaiitiration du dilirict (lu destiit domiile conn de l'mtig,, lequAl feraindiqupt les aflicbies ; et ce dlai p4ff, faute de dicla, tiau il fera dits. ,
Il eli dit enfin, par un autre dcret du 5juillet dernier :>, ,s QjUc tous les cranciers des wigss,s fans excePlion (lui ont fait les dclrAtioua et dpta srdouili par les lois. des 2 fepcrtebre 1792 ct 3Bjtnvir dernier feront tenus di fc reude dans ls qaualt nois du Iei novembre an 1 i9 taiS, ,(Vweuxlyle} i i venitfe proclhaiu.,,foit pemloinellut>ti foit par leur fond de 'pouvoir, su clsef-lieu du difillr dans lequel aura t fix le donicile de leur di.' biteur par la iilUi gnrale d.t citte m mmel
* commuande la foration lef-lieu de dilict ci i'on' recevia l-s dclataions et alitlimalions d eranciers qui fe feront, cotiforinks aux lois,e t ci l'on rcmeitra aux autres'lntus uies. ai 'I C deet mintieni done Ia dchentln pO1lS
par la Ioi du 2fepteabrer79 di os.irrne .5' celle du 3o octobre d aueri auee aune, qi ptlat
geait cepetidaut d'un usois le dlai accoue. Vous voyck 'Cltoye's quo d'apri8s ces loin, l coufilcatioti dl$rs biens des migs devait tre pi. clam e par tirbis ff iches ci ptblirtionts ef' fic l a e, d a s nle s mU a r lc i p a l t s d e la_ ,itu it o a d i biens confifilues, et que ce, iicies devaint tre itndicatives dis dernier dosild coau d'

Et C'.IR confquemn t et, fuepppfa ou qe l
adminiirsioris -de didlier e 'Pli t lois ptontoiiceist la e fur laq I
miens Appelcr l'ate aiun de ils' CoVCuuo" "

Etg bic-ae. i el tje unic;alits o l'un n'5p
-. f cl ; il en rfi u l in fi n it '(il n s o rs a slge il oit vA-i uais os les fficl a' dltser

Tir
',;s' & eI




,.,i,ti







i l-fime !icfi







l tlefiu





Jiu$ 1,i
Prute

lie





&vit tt : ,irrt




















qu l a0




a "loildu


ude


' tfuit
sutimes .l tn tel e r-

4safiia













*t et






roitI




I:
'he %lat
Lattist



























lq < liet 1 fillsi
asti0at ri t feaim pasiie di
qu'il a Alii ;, fitt I
laloiels

..








.1< ,a ik,, et te vitsble dattie dons+t;le (e
fcf'r , parce Vju'n ne le thatuaillait ps et (l
i rfu la par, de plufiepra dflritut de recevoir
'dclrirtioPs et les Jdp8ts odoos
'd'affaies des tgr,"s dans les cam, aiena feula" qui puflet dotner des
fgig t'cW .ertans A cet gard ; meais heaucoup puqil' st relatio' qu'avec, des lecraires ou
l:.laa s. itagorietat vraicut le lieu de la
efidace de tidx dont ils feilaieat les
fir t daucotpd'autres autl pleins de atts'
,fe ,,olr, s'efi'erent de donner les indications,
,s le p4textc de la nitsie igmorance .
Gito;its, vousa-ne pouvtz pas avoir le moindre cIt e .fj 'pp,s vos. eounitsfa es partiiees; mais s'il vois enrrqfatit la liflc gaide de, imigrs ., dont .us avonsj dt se. plufieuis
,ileJs.i leve,i tous. Cette lite ta le proiuit
imes particulCrs' de tous les ditticts de la
:ll. Et Permettez -qat je vous le demande
lent"n ledl de're vous- qui n'y a pas reconnu
'doyices effentiels ? Et-il 'un feul d'entre vous
101 i & p lis d'maigre repete fix. dix
viit 'fois et pluns, nmais fans prnoms tua a 4sAtis u ft maiq fanis It furtionts que
aiigres potagent fous lefqusels ilh taient connfil(afa# les dilinctions nceffaies, abfolupri nceffaires, pour que le crancier de chacun
iat reOtonntre le dbiteur vis--vis duquel il
,,t conferv er (e d roits. '
Mais fuivant la loi du 25 juillet derrier les
lns aciers des migrs doivent fe rendre pour l'affirritiOa;'dc leurs erances an chef4lieu du dilhrict dans lqhel auira t fixi leedomicile de" leurs dbiteus, atl lUle gnrale, dont cette mme loi odonuc la

L'article 111du paoagraplhe Il de cette loi porte
Oc1 la l'le gnrale fera imprime et envoye au plais tard au er novembre 1793, ,.Ilrectemeut aux dititoiro s d dirict et ceuw de ,'-atme t ; qu' 1'inlaot Ide la rception les' dire. toes de difilict t :edwnewo*nt, par voie d'affiche et de proclamation, li$ toutes les municipalits de-leur reffort et les -. Aiuedtont que tout citoyen pourr i prendie t cqMonunicatiot au fecrtariat de difitet 1 enfin, que i. atifficheset procLmations feront renouveles par

tri fos, de huitainre en huitainie.
E bien, cette hifle gnrale qui a t faite par
'partie dans les diflriets qui'y a t rectifie autant q.'il a' t poflible, et pluficurs reprifes, d'apts tt:tOanhiffMcecs que les affiches mme avaient poxttrcs i; cette lile, dont on a feat la nceffit pout coanatre tous les migrs pour en donner con:a11sace ton les:citoyens, afin quils puffent danrr erlelis droitsi cette h Ie enfin, n'e1 pas 1cfto tte;et, comme vous lIavez prvu lors de laloi'du'15 juillet, elle Contient des noms des prbams faurnoms, et des nonciations de domicile
,tnc que ceux que poitaient les affiches parce suedeit erreurs qu'on y avait comuaifes ont t pour
p:ttis. rconutaes et rpares.
Xi Lut ncel'airemnent revenir fur ce qui s'eft paff
-cefujet, puifqu'il a eux l'et eur pour bafc; parce
11VOuS nevoulez pas que des citoyens on fuient
'VitiuMes.
'; Il faut donc que cette Ule gnrale ferve aujour.
'bati de bouffole toutes les oprations relatives .tstr'nciers qui dpof-cont leurs titres, affr\.ctoDit leurs crances, et fe runiront pour leur COi4trat d'union, dans les lieux qu'elle indique et ].aa le nouveau dlai. que vous vous tciez'efIimcnt
lain'devoir de leur accorder.
'Alors Citoyens ces cranciers pour lerquels
ltheat les cornriffaites de l'adnmiuillratiou des
bais nationaux de la Commune de Paris, et beau'asp de dparteme.s, u'auront pas le plaindre que r'on 1lazmtient contre eux une loi dfaitteufe qu'il
ne lent a past .poftible d'excuter.
'Cttnsa, vos Comits des domaines et des finant,, dont je fuis ici l'organe, faut intimement 94niiincus de la jullice de la rclamation que je
rl'tte la Convention nationale ; et c'cf au nom
h fcetie Pfe dont elle ne cefle d'couter la voix
ttiu nom de l'humanit que je la fupplie de .ittads e copfidratiou une foule de, circoifilanccs qi tilt mis une gr.nd c pas tic dcs cranciers des mi<1 r dins 'impofibiit- de faire les dclarations et
,:S8I pacfcrit ; de prendre en confidraion la I&(IOTi ssallheuteufe das laqetle te tiouveraient lOt i ultitude de citoyens; au nombre pour Paris
le i t"us de fix mille fur lel'qiels frappe
ftIOn de la loi du liptmbrc 1792 contre
Ir .ltelt on sllaDe de toutes parts.
8'e que- fot-is es citoyens pour lefquels ma ss'l~~Cve ? eux qui.ont le plus de beloins ceux
C0 n,;quent ont eF ,lus de droit la bien.
V'ilnut ct s 'DFne la jffice de la Convention eitale, nco ce faut pour l Pa L.p
de! pares famille mais ipus des ouvriers, dIe ,koarniffeur et des dorsefiquc. Vos Comits font >dont afftsque la Couvepion uatiosiale donura
C Citoyens un nouveau ddlai pour latisaire aux
5in2lit peeferites, et je compte d'autnt plus luCette ufi;c
t j fucefur cette audilgeuse de fa part, en
des Casuciers des migrs qic c -Affera(l!l Conflituaan' et lgiflativo ont pr.alutag deux
fai le dlai fatal pourla production des ttre ; et
l'gad, descranciers de I Etat qui avast
t de droit pe'.-atac n bienfait en ce fen ,
Us otiU!ai, l.lgioser l'agent devaut lceuel ils


v. a te f fonrvoir tu iiquidahtibn ; tabdis qties crancicrs drs migrs, n'ont, t averisn-que 'par uu frule loi bn'out tbnuqu'us d lai de dettik Mois, prorog fenleneut l'uo mois pon prfenter l6titi tites et enfia iui t', potr l p2a ,.eti dans leurs dbienrs, fur
les domn;ilea de ces dbiteurs, par l'se-rcctkon ties tIfiches l'impetfectios et- la Contr8tas' que les adrtintilhatdont a apportes dans lh fsmsaton de leurs ltes. Il it donc d'une ullice rigomeufe qu'une nolivelle *oi viernne au fecours des citeutiers dei riiigis en leur accitdnt le nouveau dlai qu'ils folliciteut.
Le rapporteur lit tn projet d dceet qui tfl adopt eu ces termes "
.La Conveutsas nationale ,Rpr ivoir euteridu le rappot de les Const (les n'nces ; 'd'alioaion et domaines runis fur des Pltiriots pi 'reistrs pia des Cranciers a'mgrtb ,.afai' d obtenir Urne prolos-, gatioan de dlai pour faite te,rs declsra'iosn et' l ,pt de leurs tnires de cian, aux Fe'retaa4aus des diflrictA, dans le reffot defqfqels latifle g,rale fixera les deifrers dondicile. de leurs dbicur, dlicrete ce qui fuit;
Art. Ier. Les dlais accords ruk. cria,,ciers des migrs par les lois du 9 fepternbre 1799 '3o etobrC de la mme anne et 13 jaruaier dtouier pnr faire lefdites dclarations et dpts, fout proru""s jufq.'au pemier gem.inal prochain.
Il. Eu confqueuce lefdits cri.anciers d'mira feront tenus d fnirc les dclaratioas et nflirmations de leurs erances, le dpt de lurs titres et de ce runir pour leur contrat d'union, pour ledit jour preiier germinal paochaiu 'A peine de dchance.
111. Le prfeut dcret ferainfr au Bulletin.
Un citoyen adrcffe la Convention.une bouieilTi qu'il a fabiiqu'c au milieu dea camps dans u fosr, de verrerie qu'il a lev cet efft.
Un u'etrmbre. J'obfe n' que ce citoyen a rendu Iie plus' grands Lervices. Les dfenfeuis de la Rpublique manquaient de bidons., parce qu.'on ie peut (e procurer du fer-blauc. l a fabriqu des bouteilles qui fQnt les fonctions du bidon, et qui sc cotent'que I 8 fous Chacune Utaudis que chaque bidon en cote 18. Je demande le renvoi de la bouteille qu'il vous prfenc, au Comit de la
guerre, qui examinera fi l'ori ne pourrait pas ainfi remplacer les bidons.
Le renvoi Cil dcrt& Il fera fait au Bulletin une mention bouorable de l'Adrcfl'b et de l'offrande.
Pajou le fils fe prfnte la barre avec p!ufi.'urs veuves d'artific qui rclameut le paienpnt des penliois qu'elles percevaient fur les fonds de la cidevant acadmie, de peinture fulpture et architectore.
Le p,fident leur promet que le regne,de la libert ne lailfera pas fans re'ourcee les familles de ceux qui forent utiles leur pays.,
Bezard au non du CQmil1alte l1gfilein. La Convesation a charg-le Comit di legflation de lui prfcntee les articles additionnels qui doivent compIcttef la loi fur le partage des biens communaux. Le grnd nombre de ptnions qui lui foua journorle, ment Ienvoyes l'out empch de 's'occuper de cet objet. Cependant il a paru urgeat, de rfoude nune queflion importante, qui s'oit leve fur le partage des bois coups qui appartenientt aux communes. On demasade s'ils feront partags par tte aux tersea de la loi. VoireC Gomit popofe l'odre du jour motiv fur l'exi(ience dc la loi.
Thtriol. Il re parat plus convenable d'noncer fur cet objet la dif;aofition mme de la loi.
La Convtlntioa dcrete que les bois a,ctuellement coup% qui sppartieieant aux Gonmunes, feront partags par tte, conformraut -la loi du 10 juin deruier. ) .

Betard. La feconde queflion q.e le Comit propofe de refondre, a pour objet un autt pris pat Coutiier dans le difllict dEtariapes, a irt qui s'excure dans plurficas parties de la Rpublique. La loi du 1qjuin porte devant dcs arbintes les nombreux obltacles qu'oppofent a x ,partages des comnunax, niotamment les hommcs d'affaie des ci-devant feigneurs. L'arrt de Couturier oume' tes dferetds aux tribu[taux et aix coummiffaires nationaux. Lajnfljce doit S'adminiftier filfortitule rut fur soute la fuiface de la Rpnbhtquc. G'eli d'apls ce pincipc que le'Comit a nudig le projet de dccet luivant.
La Convention naftionule, aprs avitrent-endu le rappot de fou Cotait delgilation, fur l'ait du cprfeutant du Peuple Couturiers du 3 fiimaite dernier,
Dclare nulCrr comme non avenu ledit arrt eia ce que. contre les d;flpolitiunus de la 1-i du Iojuin dettier il atiribue au commilisire natioubl pris le tributai dia dfitiet d'Etamipes, et au triburitl luim-nime, la ,oonifl.'rce dcs contcflatious rlui peuvent s'tlcier lr les bie!1s comminarilux ent, la couluiie de Chamagdc'c t le i-devant f eige t e rcivoi, ,quant au fi plus, fot c omit d'alination et des
do t aisies.
Le prefcnst dcret ne fera point imprm il fera' envo e aniufctit uaa ttbanal du dftict d'E.'ampcs.
Ce' Icrct4 0l adopt.
La fiate ci lcvee 4 119nrei-


Jd ete da g5 ii J.
La ioventoU natiotnalo spils avoir ttlt l 4 rapport de 1es COtits de falut public et des fai J)CeCtura de la Iaile, dcetc
A-rIeLte comit des ifpec'tenrs de la falle t chsig par lon ;liltjiititon de l'approviionucmeur des papiers nQerllaires au fttvj':e de la Cosaveuetioni el galiaent charg de l' pprovifineeit du ouveau papier dcrt par la loi du X4 frimai-e, ,pou l'impreflio des lois.
11. L* .asuit des iufpectenrs donner a toub le ordres niceffaites pour le choiR, l'tblilfetiient des msanufacture et pour la pils puiiopte fabrication de ce papier cosufu'tiauenae, -l'iart. IV tic la pre.
miere lection de la lfiadate.
11I. ce papier aura 55 centimetres de hauteur.
fui 39 de, largeur.
IV. Il portera en filigi-arse le fceau de la' p nbliqic, et la feuille pice en bIuit cas prfentera l'ens. prtiute au milrieu,de chaque aitrfice,
V. Le Comit cil Cus o.te-aurorif ajohter c filigai tel 'attre ligue qu'il jugera le plus pis pa& empcherla falflfication da.it papier1
VL Il Lera plac, fur la prtcntation di, Comit des itlpecteurs un, comnfite prie hors dis feili de la Convention aupres dets i, uu-actore oui pa. perictes chargcs de ia fabrication (le ce papier ifia de l'accilcr et fautvei[lcr et d'empchect taute diflraction lequel cummif[sie r-Cadra eolaspt au Comit de fe4.operatious roai, lei deadi.
Vil. Le Comit pourra lo fqa'il le jugera util au, fervice publie, evoyer auprs de{ditra rasuie factue, un de fes inrrbres pour fiarviller l'eaee cution de l'artictecideffus j lequel membre ne pous, rellcr poile fixe.

9 ANCE DU 1 N V 6 S t.

DaVd, du ion du COi:nil el'infiuctioiri .,liqs.e. Dani mors rapport pour la ftipp lion de la Goutuffiott du Muleuna, et fur l'itabliffcmc ntd'un Coulervanoite actif do ce piecieux dpt je vouas i cxpo' avec quelques dtails les motifs qui appuyaient cettd double profiition.
Je vous ai indiqu les vices des cIsoix qui avaient t Lits, et pour en pLpaieet (le ineilleitn je vus ai prfcnt au nois du Comit u'inflaiictioa publique des atilles la phupaif victimes del'orguei acadmique. La lilte a cl imprime, et chacund vous a lu peltt le meite des candidats. A iumtfn que le jugement des arts fera plosa fotivcut et plu immdiatement xeitclpar le Pcupl e P le Pepe
faura mieux apprcier les arties il fixera fea ida
fur le murite de .:eacsfn d'ent il ffigtira ILimme les rangs avec cette irapaitiale et f-vce quit qui le catactiife ; le Peuple n'oubliera jamais Ici artifcle qui travaillent pont la libet, fa tecounnaiffance garakitil fa jufluce.
Au muonent la lslolutlon cortimeriee t s'tablir dans les arts, et promit la Rpublique dt4 thirfs-d'aeuvre digues d'elle, il impote que tous les emplois que peut ofHl'; cette carriciue, plus honorable que lucrative foitt de pi frence diin,us et des taletus dillingus qui ont iubjugu l'opinion et - ceux que a tut diocilt acade mnque hounorat encore de les ddaias cet repouff.it lous de ces Fan'e asil .
Il a fimlu, dans le cho;x qui votri a t four)J0, avoir igard l'objet des travaux dii Conferva tic7"qt vous a t. piopof :.ce fout ces diverfea. e nfid,'.taLions runies qui ont dtermin votre Canait d'isnf'trisction PuLli:ac daus la fori,ation de la fille dci arti.cs citoyens prpo er l a garde de no chtfs-d'oevre; auffi a-t-oncru devoir wouvcr cha.s

cus des choix ,afia que l'cnl-mble pt devetair'l'ou-' vrage de la Couvcntion nationale et l'exprtflion d fa .volont.
S'il cl un attifle, s'il efi un hommie talent qui prnfe avoir fc plaindre le te pas voir foui nom infcrit fur cette lifle ioaslui dirons:Tu et artifle nous n'avons pas en la penfe de te fermer la carrsc4 Si tu n'es point admis tl'emploi haotio-' rable de garder Ies plus belles produetioas des arts nu n'es point exclu de l'hotneur d'bn augmenter le Lombre.
S'il c i parmi le membres de l'asncecn Coi'milfion <(lu Mlni u homme qui voye nu inajrdlice (aits lin e CRliun nots lui dirons : Ta es lornic talent, venger-tui pas- tes o.vtfiges 1 enir.llia 'le Mulnanm, rcnctres-y par des chefs-. d'oesvrr
Loielue je vous ni fait mron rapport fur cette atcienue Contflion,. j'avais orlais ui 1,rlii,inaire ia.dilpenfabLe par vous figement ari, afin do ae pas prosonccr lsgescnc't ane selle d'jcesfc.
L'conorie uliore lessra.pa,ta.s du Peuple la atuclor public lit le f,tait de le' fucuis et de ces victoires. Poutisait-il tre ,drtiw*iI, avec ue cira cotfpection trop fevrre P Au fif Lur l'obfcmrvoios s.o C abon, et d'atesp votre decret, de concert avec le comit-dinflisction publique je re fuie retir ait Cnnriit deb fisuces et la par la r.jfc'uLqon te quelquis artices s elatiL tant I. tprsft rqa.' l'Ol)j-t ie I'.tab!ife1Dcnt, le p ojet s'/ ,ff'ti fur Ir% baies, ci a trcu yelaucis mod fi' aiors dcm Jo dois vous teuilie comptt. D-uzce ieniies dai's
ce prijct Iorfs-aaint le CilIvatoise est y coen. pice,-nt ulaI fcrtaire, houme de lettrrs. Le drfir d', .Aahcj. la p,doiace 'ua fial dauls ba

..


-~ w


-,"ul d: rCivhs qui sl'sest le nsr.of er avai dr-r r-iil ! au Vsrtlert tirs pLu Ir ,oeirb des
iseeyrb bta ; ,aC'tOlirio tiI sju tis zfIl ifr pour d9s-"
tuer' a '5.0 t rta!1frrincut dcs foi tines Itbres et trIe r'uen la tbe nid(bt3 c ibt., tC a
hriotn,. .5 i ''"
Le C'ruUit dqs fcoates I u rr'p s'arter de
Ce i i. ripe, a vat deli aisunc r ttiors danis ce , e so,, ,ons i t le l>,cifice du. c'el tais-e as. n'ui dots uiriibre:s pour mat b a usie,eoetirsues Xse t n1iUn t lsar a. Le CoalesvatoRle ferai donc c'li;i a m o cibres, pour ce qui' coucmctcla t itnoe ,1la fcutjrtute la' clii::urC et toirs lts Iii 'ffa ir.1ir ,1tl1r 1 u MlenssI oCorils ios tonj rer>' l iourtiir des reciri essifntll ar u orps sdrfi a u C.iD, tL s ttsl publique -et ai lut tilltr del iriSs r toi)jiJsi actl. v polsr uie itre cri orre et ianger dates m ni-sI .'.litrable tous les li rd ivlc 51-5e Ici slig ei Ue1 9 uIifitaieit crel o'i! ou l ai9s lu Nation i d oilgne der.r fdu que' capable de ,les


Art lies de 3o0o liv. qune votre Comi d'intflructiwon pb lique vous avait d'abold po.o"s,, une iuiet 4muit de 24'>o liv. a paru n liti Corsit e riasices ,IfslLute pour cinscus tiu e tla c eivlicus; il cu par c'tte lruisle f tunir.,jg> etrt eIlogn d'utlie p trinoi c m.slrit.'udue, et d'utIc prrdigrslit- prejudiciable aux fiaises. Une tu,rime de 24ooo liv. ferait Cii Conl'qtaence fifecice aise rictuphe du Cotfrvatoie, et nue foirne de -Xe oos liv,,aux dpenles matriclles du M afsus, *
14 charge pas leConifetvatoire de rendre compte aiu XnitilLre de i'icur de l' plui de $e I tP000 liv.
511 qui i orqera un fondi de 6.oo 1i. loudi snr
di,:e vul'iisportanlcedef loi) un1 ,lt
Ne v.u y trompez pas Critoyrs, le Ma:u'nM
n'ett point -un vii r,,l'l4 bleecn d'objets de luxe et de frivolit il fut qu'il devienne une co'e iispoitaite. Les iurlituteurs y co'>duirneti leurs jennes lves, le pere y asencra fou fil le jesaue li.mme, la vue des pi9utuctilns du r'eie fendra l,tre en lui le genre d'art ou (le Ici, nce rsqeil l'appe te la Nature. Il ce cil ters, LeifiLeuus, arrtez l'ignorace an Mi iu de La coute ; esuclenez es inlis lalrvcz le Mufum, fetnez des productions qu'u foiflle prut anatir, et qtee la N4atnre avare
lie septoduirait prut-tre jamais.
Uset nggence coupable a port d.s coups luanefit: aux uoninleris de l'arc ; je ne prtedris pua -vous rolfiie ici l'numration complctte des del.fles lu'ils ont effuys: Iro dtosrnesitz vos regars de ce f ceux tabicau de Rrph,l, que l's. pas caint dr pif,.er une'main lourde et barbare; eantirese.t retouch, il a perdu t ut e qui le ditinguit, sseoureulerent.de's atittesc aites de fon cole mais de Rafhoal lui u:rc : j'totera, s fou coloris fublinse.
Vous ne recousahrtz pins l'Authiope, les gacis
les deni-eio;ti e cu on mot, tout ce qai cacratrife pf, i :lirncntot le Gostge, et le met fi fort audh if5 les plus g' snds peintres, tout a difpaici. La
Vi- e du G11(e ( vulgairement apprlie la Coufecuf}
Ira lJoini Li i,:etdtt C, mais trie'.
'kis chefulicsc le M fe f,,ulani aux pieds la
cuotne de P;aaon t:&.teautableau du peintre pliittlphe dis Ponifir etvous ne trLtev,:z c : liLt q.u'tue toile abruc do toufe et de noie, perdue de
reflaurattoou.
Lc portde, Mzfline ce clhef-d'oevre d'harmore
et le bi:ile deClIule Loarin lablourl'itt h s egards
na'offte plus qu'une coraleur tcrue de bti.'Ine, et pcird par cont'quent tout ce larie cette nigie qil iaticuuent exclulciestntit clsu eLotea.i. Sia Lillarit ounrage cil degr,.d tel pZiut, qu'il ie trfle plus-que la gavue pour nous oituio!ce de f
Perte'
Je vous parlerai d Vernet. Les baubaces Iils l'ont
dej cru allez aucien lour le gter ; tOits fe pints 1tsableasix de lcrihe di.te) tont dj teuioils, belles. couvers tous la caffc d'un vteni3 qui drobe aux yeuK.le mrite que les amateurs te.hlerelieit
ului.
l Je rouiriais de vous citer une foule de talblesr-X 'tals f,,us choix et copjitne pour iululte s u parblic tableaux alsibus auxplus gauds msailts et q:i
'cr flti que des coptes.
C'eti fiiliq,'ons accable les Poufin, les Doninirquia Rarh l aMmee de rjt t e 1roluctio;is t1tci tic lniteu pas de voir le j Ur ,t tac /ervcnt qu' propager le nuauv.is got r
l'erreur.
Je ie dis rien d'un petit nombre de vafes r 'uf,|ues
et de qurqu, bulles d'unc gande beaut qu'on a
-cceths lous des tables et daus rIes licu o',fcnr.,
4'cirible qu'on leur ait nepoch us nl'f'able .fite u trin du MuIfeum o ils tont plus caches rr'.x
piufs ; maisL et, i'cit litice ii O. !


Vo s goe Ctovens ,vot igqoreei *,et otrit ee toit le ,)rg, miet qui ne les 8i janaie pu V'o ir vous igit rez: toys" que ja R lprJbliqtsi polfede usr
t.; 'n ce e i deo de dfi f ns hlitiSl gandta illai t ,'O. Eh bien, A peit fi ,o, Ittt t i bl u ,. C. rchs dans les pot t'[eil tle e v1 vle ,ft'pei <1i tro e ts en aveieutue:oi cquli l.gcsde, e'ell
eus ltalit qu'il tilait alles appreudce i les.tasgrs M:ne qu'ils 4xilleigt eu Fa.ct. O l s hlrobail aivec i qtietudo e x IC?55' 5, Idds ,ti.ei, tc du

Peurle .'Comm e f l'un e t craint que-Cil fublicits eosscious des ga0ds hommes n'tuffe tl ri lif de puiffauice avec i gnie fi jaloux 4 a def'potes. Pour rrvcuir cea lunels abus poe placer tpot fi01% l'oe l vivtfi st du e, 'etchirer chaque objet de la publicit et de la potion d gloire /ri'il peut itIaer 'ploltt tulir tssls due le Mufetres nn oidre di!nie de choies qu'il renferme, tne ng5'geonu rien,'Cjtoyets colegUes, et n'ouhblions p ique la cil!1 re des arts e t"uts soyen de plus d'en itnprfer nos enu1ent1. "Lotfqunu a nilie' d'es ntAqfettus isfparables de la hbt.te azis ti: Rleptbltqe ns lT.:e ou vitlit porter dats vOS 51e5 et fur vqs *flurs la oe que djiveut lu ipiter tes icioies de 'n'i aes tur toutes nos fi o 'itetee, et les iiormphiss Lde ros lgious coiule tous ls'defpote8 coalifs.; vos regards rlons lemb!ent.t' porte avec oomp!aifa ce fur les beanx sits, galemnt faite pour enbellir la paix et dcorer les poopes t IOttrph5eS. Dans les movemenes expu ilia etl'es civiqes affections qui vous pns. t cTit, vous le tez que de granis vsettes doivent beiffer naturellement d'imort!s o fouveCiis et par conlq'etlt des monurrnens qui at'e:lcnt l'U,ivers et la poNrih la g'randur du :Peuple Fiaei is ; vous urouititez dans .s c Ilns hsiretix rpaurle tur tout l'clat (e tinl victniaes, et totkt cbtI!ir des, foyons d,.la. $9oie et du bonheur. E|i bien i!e'cfi tojours I'e cette htstetr que vous devez confidrer le domaine des arts pur isuprster A. toutes vos lois dans ett)e paii an rirad carsetere qi aille fou tour i:fpirer des victoires ; c'el dates ce fublrme alouvement que vous avez voulu dcerner qaatoze armes la fois et en un nenme jour les h;neots d'unt tiomphe rc it dont le Peuple tait esni me tenis l'oruement et l'objt ; c'eri lois qu la libert fourit A, vos efforts et au zele ardeut de tovs les rjublic&ins qui dfendent le territoire de la France.
Reflonis, Citovens la hauteur de ces buillans 1fccs rempliffons niAs deffines marchous de uouveaux triomphes nos guerriers le veulent ainsfi.
Un heutret:x mouvement femable ae lui-mme faire avancer l char de liq victoire t( dc el rvolution, continuons de le diigr ; que nos ennemis tousbeur et que le Peuple nous snitIe. Pleins de ces idcs et abandonnant-les procs- veibsnu et les dtails ceux qui croint que les compilations font des annales crivons la maniere des asnciens fotre hiloire dans des monumefis ; qu'ils fient grands et immortels cumule la Rpublique que
nous avor l'onde : et que le gnie des arts,
conrvatrur des nvr4gea fsIblhssaes c'qe nous po&'. ,frdous luit ei srrrme-'ems un guie cr.ateur et eufante de nouveaux chef-l'oeuvres.
David lit un pojt dc dcret quielt adopt en ces telroiCi
La Convention ratortlale, aprs 'avo.:r entendu le tai,tpoit de ies Comits d'lnirc.tion publique et des 'ances dcrete
Ast. Ier, La Comui'flion du Mofum ef fappisma ce.
1I. La garde du Mufuni fera corfie ue Confer. vator r.
111. Il fera compof'de citoyens do'it-la lifle ait anne e ait i-tfctst dcret.
IV. Eu cas de vacance d'une des places, il fera pourvu ait renmpacencnt paf le corps legifiatiL
V. Le Cotrf.svatoire du Mufus- des atis leta divir es quatre fections favoir : peinture, fculpture achi Cweu: a it:qui.
VI. Le Couresvat,.tire du Milfum des arts fca pour l'aJsmiuilrasiou fournmt au itnuifilc de l'intrieur ; et p( Ur la dirfetiou, fots la furvcillasce du Comit d'rnlhuct:oo pb!iqtc.
VII. Il ftra tenu d'excuter tous'les dcrets telatf, au lutinla atxq'els il n'cfl pas drog par la pilrrc lui.
VIII. La Comtuifln fupprirne par le prfeut dctt, rendhacomtc de fois admiriflration al
inrede linttie.
IX. Elle scroettrd a x membres dlu Confcervatoise tous ,it i, lnvenirc catalogttes, del'eiptons m moi,ci, nestes et retfires des "dlibera.iOiCi .o tiensut les toaux qui lui taient Cfohias.


rX Il fcla ttrit)O A claeutn dle m ;h id Goisleivurtiv une idcseatt naclle d : ao li, et le lCgetaIjoIt.
XI. Douce illte lise. IcroUti e'faces t x d i. pe&i's anaell's et raat'Mieles, du Mofeut0 c'lar;e, d'eu ter.i,re coitpte aue risilhe~ de 'i,

XII. Es ex:c:tion des dense1 (:idles P"eddn lai trlOs eue isajuesle \jiiudr', l ,r;,' tLOll dt reit' y e de l'intieur% ,l'a eoft ede 3 nuile Il ,r
Li[le des r a irb,e' qui tloivC coierpucer l'eMu l'us des' ,ssles : peitiate ,' Fregonard B0'nvoii Lefusenr ," Pcanh. ,,< 8auhprure :.ard Dupsfquier. .,
Ai'chicnte ,Liuvi'd Lesoi ,.Latnoy.r :Antiquite W iss, Vanis.' :
r.r. ( La faite rler irs. ) r'




~ ~ F A V Ul R E S', :

Tsbleaux. gavs des prittcilsanx vnesuen, d,, Il'' rvolution Fr sirfe" depsi l'.ffemblc des notable eu r7S7 ; 3s" lie.rrilosn : lcix G liv.
-Oas fsuf'eit i Paris our cet puvrage Cousspa( do gravurqs a~itp1q:Cele fcj' tit jaos ilet difcotis "upi caifa, cez les citoyciss lI pirse et Niqust; g"sveut i enue dlt 1l'sbonart Sainrt.acjres n ci, ct itz prei.passe. rnaatsds d'ellnu pet ct libiaires de la Rpubliqme qui fctout palier leurs avis feane' uh p M.


S P E C T A C L ES.


Opra national. Ai. Toute la erie, table> patri.tiqlc fui'. d'Ai nide.
Tht-tre de l'Opra Com. National, rtue Fvr. L'Intrieur d'un elage rpub:icai'z cof. nouv' et. Gnilausne Tel!.
Enl acteid, la 1ere repr. de la Prife de 7odolpar les- Franais coin. en un actem, le d'aierrer.
Th,-ro dt- d) :l Rpsubliqne ,rue de la 1.0i L'E\Pulfion des Tarqtdns ou la Royant abliet, rg., et le Fonx Savant.
En, atend. la 1ere repr. dt Aonveau Rveil d'Etj. mdnile fiv. d'une Fite citviu4 fur la piife de Toulon.
Thre de la rue Fe\ dcau, elIhre.
Dent. Paill et l'irgi'ie.
En e iend. la er:e repr. de la PJrfe de 70uulos et la Ier -du Comle,.e Luc.
Th;t'e n"tion'al tue de la 1 oi et de Lo'woie. La Par' ite Egalit ; la. o iui a Coliafitliple,
et la Fte civique.
lincelframmeut la journe de l'Amour divert.
Thtre de 'la Monta"ne au Jardin de l'Etizlt.
L'Eccle des Maris ; les Bonnes Gens ,et Encore uM
Car,

Tlitvs' 'les Sais- Culottes ci- !nnt Mollerg. L'lH'reiufe 'ot'velle ou la ReWilfe de Toulon, pc. de E,,cre an TCr.
T!itie lyrique des Amisi de la Patrie cdCva.t
de la tre de Louvois. )loa upra en 3 actes et la R e vil! rfeo.i '
Th;tro du Vmedeville. Le Pe'it Scrijlail ; Ile Sa. velier et le Fiancier et le Faucon.
T"htre "e la Cit-Varits. La Veuve ou l'7e1fig e fecre'te ; les Deux Frrier et la Ice rep. des Petlit Molonlt'gnalds ounra e 3 actes.
Th.trc du Lyce de Arts, ai Jardits di''Egtliti

Thtre Franais eomiqne et lvr., rue de BonAdi 7ficodme -dans laLn, piece en 3 actes fpectacle prc. des Pareils runis.


Dit 27 de Nivefe.
PAIMUZI5 DES E iT DJ L' DTL-tIl-VlLE DIt AtIl
Portion die 8 mois 2t joues de l293. Toutes leIttti,
)oms des Payenis.
7. CourmoIt, viager et perpnuel Septil 16. Lessoir perptuel et vi4r eptidi. e'5. Vieillard, tourt. pcrp. U. vag .Sedi 34. Fauveau perpt. et viag Scptidi'


.'sbo n nruent pour la feuW du M oiltee (r te. t s t'ritf tu c1lt Po4trv:, n fl Il f u idse fen les 1itt ,e et l't gantu tr cli de port. an ci. ates, lub rI re telr se to !, q.a lit P.rrt Iol tas or Le prix ., u l 'ieu de 1 t t1l it Chut L; ; Si lv. urr Si mol t de ? xv. piou 'et*e7'-* pt vuOut t llt dpartement de a-i liv. pouttirois rol 4i, liv. ,so,,r I '50 ot r
l'V. pour l'aume, lta d eport.' il ne 'D l ie i "9' -u ,' r l da haqua mois. On iouii t i i h z tous lf rei ie de 1Fratane te hs tirec turs dei oi;ts Il fa .i l it Je C lis ttre5 equie -etekisent des affignats, et d'en atia'ti]ilr ufi le port.
l'oute efIece d',vis, Annonces Mmoires, opi r;Ol pritiques et lutte obts,* pesvrlt n de SOpplImenB prticulier u d e t e Moniteul
1j, il unt p rtie. Le prix ,e l'infertien att de tf. pr igt t5 liv. 1 .eecolonne, et7,., liv. pour l e buppl enrt i e tir.
II faut s'ndieife pour et objet, ot>Du tout ce qui concerne la rdacttcu d.: la Feuille au tddacteur tue d-lu Jardiact, vt-v celle de l'Eperon dclutinsta, heuret du mena si' R IUres riEU deil.

I)~ i.' I B! PtM1LJI IiF O Ijit E rd!,lue des 'o:to,, n $t


lotp
'Couv ,-jp' t










ni Non !t Fr;
-W ff:





'le ,lti


t ils -a

P .gru "









'mn 14B t tv pet ile leus. et













l loit (a
_.ii.p,I ,;OR,5a











6 Sea r, t fint j at et
* tllfi, ep















sa lil,


qu 'n e tahlai dlu 'iOUver t C -Rtryo


BIt fi


'ghffU i4 rin ebm!s





fAde ',tm bi: l lite


liltr<1 dL 'I* f




Cet fOil jus t si.Ch, J' egt qa'il'.!

..




'i


p-dehid P+ s~.~ patintpou, quois et 2 jots,
,i' u ,5 lois et .0jourt, 34 liv. -'Pour 41 pla+i' t Su j.surs, 7O lk[ "
;+ Nous ra Preudroi flus d'abonnement tonte 'det. l devront tOLjours conmenaccr.du 1et d'un


'jh0{q1ieI o.que ; et motis ,s'itrons l 'i de tharger. Ife lvti c:s qui refe.rocnt des affignats.


SUISSE.

Lausan le janvier.


S ouvell de ta pr;fe dt Toolo par les Frari.
*,fait daos la Su ife la plus vive ertPatior on
,Waiagiut pa lq J'O ont tc les cfllrts iis niigr.pour Ca lalre donte rions bicutt leur propie e< fteritou ca a pr'suv la vrit. Les prtrers f'sri c, ri faut d'autant plus do'o.rculement a{tes ,qne'. ch.il' sic partout caule de leur fpit
4x'tttiniioe et de doc::u,. i- il le vaient, par s t vtcguemt exclu$ 4e l'Itaie, leur deincre rcf4 mive. ils-ne fout pas enf IaCtr eu Pimout ,o le eil Me ncontent Il' regarde ,rvtc.horreur. D'ailleurs. e pays- puit'ce et lduit la deuicre mifere, . u rlpelqe.tts defeuteusa.

kRPUBLiQUE FRANAISE.

C O M'MU N E D E PA RIS.

i,onsi gnral. Du e6 nivse.
Vl" 9iit'tS les, obfcrv"tions que fait paffer le choyenl
jis. adjoint an mi &t l.: gde la erre, uir l'ai rOt eomnt que les grm cedes tribu,,tx q, Ss'epute
Iit t'O pfeice d'une. Co,nuiffo iouue i cet
relFc, !onfcil gnial-,apprte ledit arr>t.
U dputation de la focit populai.re de la.' |tiorn des Mrchs dsone la cisidit des larth&uds de porcs, qui vont au-devant des fo.
In '. et prerreCtr 'des arragnleu frauduleux
tilt te plaint al d ce qu le" cliircuitiersl"duet la liailu rvcmsr en venadant lu laid ib.mouill et
eouvert de ici.
Lavoy l'adminiflration des ftbftilance.
.:t6 dputation de 'la $ection de Bon Confeil
iesnde 'ierprtat. d(e l'arrt qui ordboue Ssiusaitslhards e ferrmter leurs boutiques lesjours ;dtdcadc. Elle obferve que dans le terni o le nltifs 1 -.,ar notre crdulit, tierait tout fon' .pire, les masrchands de comeflibles tels que .1er cbsrrt tiers piciers c. n taierst pua h .i8l4 lbfervatteur.s des lgltnens elle fa'tI remsI .qt combien les marhands che, clieit g-uer la 'tlaffa indiente du Peupla quoi il, r-uW]iffent
~ItaCmut ; car beaucoup de S'us-Cuelottcs font obligs d'attcndg e ce jour Pour sire lelss petites

R 'rdy.ohfrve qu'il nt'exife pas d'arrt qui dfeide tqtivir les boutiques les jours de decade, ii, wi ,n qi en dfend la fermeture les jours it S dimatche et fte, et qui laffe la libert 4 le, i rt r fItnccb ou oklve rt1 I, ajours te dcade t 1"orfquesac, il rclacati l'ordre du jour.
,'Atop,. .

lrtetl s dtaill d'admifratiou occupent le'rfle
la '

al s Am's de la'libert et de l'Ega i ,
nte aux 7acibins d'Paris.- Pr.>tdence
deYyaine.C, oix.

Sance du 26 nivfv.
Cclte fsne commence par l'pitrement' dc qel I V depi; Vaux, Beville, Bcrger

prouirice an dilfcours qui peut tre
i=; Osu l'introduction un fccod qu'il lc
g .iouncer ta les critaes du couver-


.i'-' II Au II t4.Vr L tt ,b *' ,I,+I+ g ""e J rirje,


Uue' dputation de la Coomine de Tonerre occupe qtluIe teint la foe'ut cri faveur de Chcret. Ruffeli, &e. Apq 'ue -ge -difcuffion', fur' les piopofiuitls de Boirs et de Flix' le Pelletier, 1 l tci palfe "'brd c du joui -mntive fut ce ,q"e theret tait figuataire d'une ndsiife au dernier tytan, des F. ati;s.
fimnos,, 'Je propofe que la foeit arrte, et dclire dans oo journal de la Montagne que depuis nos deniets foccs et la mort des grands coufpirteurs, tous ls < leufeurs officieux des royalifles fdialifies intrigans', ou fignataires d'adreffeg ineiviquea, contre les ptinct'pea de la rvoluioh lu" (e' vrais .dfnfui., fe trouvant pujourd'?ini dans les limons de la Loire ou au-dela des brouillar.ds du Rhin, elle regardera co'tue fufpects tous e,x qui( follictraieut o Ce ,}itRgelaient de riri'ou en lei'.r f.veur r,tpra de la iocit ; et qu'elle les dnoncerait au ,Comit deluret gnrale.
Le tems de la"focit n'appartient pas aux intrigars, qui n'ott d'autre but que celui de nous diflraire et dont l'bjet Ce trouve rempli, quand ils nous ont fait perdre une detii-lieture ou plus en murnures ou par un fins; rapport. itt eft totJouits trioeiphaut( ds que le ceins c*i perdu.
Il faut donc conduire de cette tribune par la crainte ceux qui ne coanaillenlplus decbnlcicnee ni de pudeur.
t La nffl'tse que je propofe me parat d'autant plus nceffaire et urgente qui fi elle et t employe plus it, lions aurions fans doute t exempts. d'une multitude d dbats qui dans pluficusa de nos l'c, c.f s ont fat;gu tUs bons citoyeus et mis bes dliw ratcus ix:delloai des rnbj cts majeurs que les Wrconl.c d jour, ut iue l'itrigne lespaflou, particulieres et la uiZttvaif foi paivenut s te utlacer par de nlf'ralles qd:'rdlfs dont le plus graudiutlt tait de louillc, tos fiancts.
Lt-i prcporition de Simon el adopte.
Les jtteunes citoyens de la S:tcnon, des Piqtem viennent icuouvtller'la derumande d'dne dipuuaiio pour fe trvcer A linaogoratiou des-butles de la libert. il ebanient eu cloer des couple,;a pat!io. iq,ic" pattLi lelqimehl ils ben trouve troi Ca l'ionrieur de la focit.
La dputation el accorde.
Ut dput de la focit de Linderniu re-' mercie au nom de l'es concitoyens, la focit des Jacobitu d'avoir pris la defcute des patuiotes oppraus.

Or lit les lettres fuivantes:.
Le gnral Rojignal aux citoyens com[ofini lafecit de.c+
J'coLias. Au quartier g-nral.de Retites le 15 ni4iOJe, l'art n de la Rcpublique 'raiaf ire uet
indioiil.

C;toyens c'ell vous que je u'adreffe. Je dmande juflice. Vous av(z t comflatrmeui les df'eufcllt8 des opprims et ls deffructeurs de, ts'ti's. Je ne veux point de grce. Le glaive'de la loi doit tomber fur la tte de tots ceNt qui out irali leur Patrie. S'il tait vrai qua je fiffe de ce nombre, il n'y aurait plus sien de commun entre Vlus ct \Xoi,
M. Patrie a t facijfic:je fais nn'hCsnrne charg de tous les vices poflibles. Il n'y a jmnais eu for la terre de fcelaat tel que moi. Et la France me garde dans lots rin et la France rie aiff la t,e de les armcs !.*. O tes-vousdont, patriotes quiavez dju tant de confpiratcuis? N'tes-vous plus ces Ybircs leutiuellesi du Peuple que toute la Terre adtire? Seicz-vous epablcs de coufever dau vor.e l'it feus le manteau 4'uue protection 'criminelle ,Iuelquu'iidividu qui Fe f.'rvraii de voire cottfisane pour mieux trahir ls iit, ts de la Rpubliqut ?
Non, ,non; le wiutaiOt tombe, i, et la libert s'aflcrnsiua par fa cliie, Les intliaDs ont rais. la calomnie l'ordre.oijou; mat vous ferez toujours femblables vons-mmesa, et tels que je vous ai vus ci 1789.
Vous avez nomm une commiffiot de fix membres pour xaminer les fi it dont on um'accufr. Sats doute elle ne tardera pis fi'.e f,,t lapport. Si j'ai trahi mon pays, bas ma ktt; tuais fi la $alszaajit reliait


f


J. Roux c;-devant prtre. a paru ajo.rdl'hui an tribunal de police corretionetl. ,rilb.'al i avoir examinl 'accutation 'intcuite cont,.c lui. ,d.chr lui) uompeteice et a renvoye l .,f par devant le tribunal ivolhiounairc pour .re tl tue ce que de iloit. Auffi-tt aprs le prortou,:e .e loti jugment, Jacques Roux a tir titi couteu de fi poche et s'en chi frapp de cinq coups. Le coecaa el dpof tu greffe du tribunal dp police corict. tioonelle s les fecours de l'art ont t donts 1ac' clif, et il a t condwt Bictre poVy tre foigti l'infirmerie.
Du .26 C. Holier, ig de 39 ans,,tut;fde Sente, difirict de Samt-Jesn-d l+Ofue tfidant Bjdeaux lors de 1fon arrei 'lion vicaic de l'v que_- .cflitu. tionntl-; Jacqucs-Lou;s Dlurmel e de 33 ans natif de Par's., imprimeur BouTleasx ; MarinCharles Leuefle g de Gfsan', ngociant iBr. deaux ; J. P. Thcilla,d ,gs de 40 ais, natif de Rien) et lieutenant dc la garde lentiou"c iBordeaux ; PiercsJlges Ddou .og (le 76 ,tus, naiE deBordeaux. ci-levafit avocat gcuisal,pe Ftis prouurct-gnial du c-devauit dpatcirm'tjt deC Guycntc ; Jacques-Ph.dppe Gtriy !! de 39 ani natif de Paris ci devant direc, utr des donsscs i o Pere Ducourne.u ge( de 3o ns natif dr Do. dcanux ,.o& il cxer it les folctig d hbomte do
-li j David Srticrc Zigd e 42 u3 n dmhs
"A e


GAZETTE NATION-AL., ou LE MONITEUR UNIVERSEL.


j vs', ran d &a Reublique FraitcaIse gne et indivisib .( 8 Janvier i 794,vieux stile.)

-f te t e uanglais otlutrvice$ dflth con ftuti0n bri- : impunie qbi nous rpondrsit de iaihffcuel
i :.+ "::' ",' + V I .,. ta ,ti ue. ,[ . ". ]de.-la R t, ublque ?LP f, a ltpaff, t_.hje ta p !
il.tote, lk& portes pour qi'htCn1)1 j;;iic et ci:e 4
oT ,$uP ripte0,j ,4qiidot I aboutiement exire u Nous ferons eoul atre ce dirconts, dont la fociit rb c3 ule rotsd hmeot totH1
'rt" er0ohliai,( viCiX lly' ort prevenus arr,te l'isptrfton. + f At ouvrir.
r i e fleu outrsi tif u
e u' ;' -a.Y!. 1 .iile P Il!rler lu 4 (ucee,4 J, tribune, t J tte d d la le juq Al d
a rc ,l s i T C tu cr ou < l e g em p it 1 r
: da .i is srqrt les dix p.'niers jours prononce us difcours ftur le mea t. Li l on Quel qu'l oi je le recevi ti t l)la lit+ r. en ai
*~k~~i e4& dnit forut ~r nu ',qisua, i fa. pOsefj~ 'mrflnQe uile foucj eTcv l ~' l r teai
i en fidgalom ecteo ne licde Tra changer de Ca,'Lt e ; il lt celui
.e, ,, 2 ,9it et_20
& .ueci Uy qu e mqis et egao t d'on patriote qui 1aua mour u a fun "iofle ci
Il, I de ,oi mois d rots et Uts citoyen propofc, ptr e nr O fuqement 'i u craint pas l'eitud qjllq t eff ts quo .G. uo.ss, *tf de u 5o1 ct a t,e connatre tout te qui 1Cru.ritapus ce f11jetcatte Phitippeaux pon vl'y conduire.
p et!r' au; 'd.'u., d n, u ; fculotte que les Soul-. i4aportaht,jii utes for les bol-daec la Tamife ,.de Saint et fraternit. ROSItO L.
tIcuCa des' dparemcs tairont i payes pour t taire traduire oti les dIfcours lub 8 liv. :- ; f. 6 dtti. --. Pour natiere ,en l ang ue ine an., .ilet. i diivitet cet effet' RlJ fe i l'auteur d'un itnpri qui eJt tomb eutre ta,
u 0 >9 c; 0 J i, f. ,' i ,t.e. Pae le. onIt. ,,; ta pubi. fcliter cette oprahion. mains, lou le tt'e de Rspor, lat bt (otr
io k g o n+ 1. 3 lite ,- 0 f. 6 A C n. A .d e n .,e4 tu b lie ,p a r ? i P j p p eu rep xf u ,i t dit
,,iiiiier.5.lade i.- i. le"u. --


t
s
S
i


1
i
t
I


3'

s
)


't


Je yiens de voir nu-imprime dans fequel T;ituek efipeint tel ql'i.l doit-l'ti,; j'eu ai trouve afir

pnr le ie'.dte cOualle aux', eox de la Naton qui racccufe. je fais de belles v'rtt ,t'. uai i ts il n'en fini j davantage. L c C'ell ni tep,fentant du Peuple' qui en'atta qte ; je n 'fais point rpondre des perl*ouna. lits mupifables; mats quand tu dis que j'ai tiahi tion pays, que, j'ai lhvt dei c,,nons aux rebtlles je publie la fice de la Nation, que tu en us menuti.
Moi trahir ma Patrie Il y a fur le haut de la Mantagne des h, ,,uc qui iavent mieux nie co'sua ,equet oi coitulke-le's, et ils te' ditont que je fbis t1'utionnale depuis le 13 juillet, et snmu [,Us dyuits le o aot, jour fi tinorable o j'ai l'ai mon devoir comme partout ailleur. La Conifllo'a des Ji, bins asuta nous apprecier l'un et l'uit,,"ij',ttetls fou rapport; quel qu'il foit ,je lan.ai n'y contourmer, et (tirtout qud la maffcd i Peuple ana piononi, tais non un in uv,'s.
RossilC ,,o .

La focit nrrte l'ofcrtion de.ces deux lettres at journal de la Mo,,tagne.

Brilcmcrnt d'assignats.

Le g5.nivfe. o heures du matin il a t brl .1dans l'ancien local de, ci devant Capucines, la Iomme de 3o mitilon cil alglgiatus lefqucla joinuts au milliard 3 mulli uss dja Irls fe'r, t celle d'tuuilliad 3 miluons l te tout prof vatit de la vente des dotuines nationaux.

TRIBUNAL CRIMINEL Rl.VOLUTIONNAIRE.
Sance du 25 nitife.
Nicnlas Jandel,; J. B. Salle, ci-deant maire t F. S. Pofminds Afichrsmunicipal ;-R. Poirot, etti, coultitiuiionul; N. F. A. P-pigni, ci-devauuit dit tribunal d(e dilrct-r ; Ji Mu cli e-dv.,uujge ara rmene ttibuil adl;nfo Il(,ur ctu e (le emmu[adie ; C. Auibert j! gv anlu'me tiibutial N;N. T. P.pgoy ci' devait avott, et H. Routix, ci-ivart d euar 'r SlintMange, tous dcact'ans i la Comruin: de Mirecouit, dptlicmuent dei Volgea, accufs le complots et conlpiratious .tenaut toubh-r l'Etat par tre guerre civi:e, oit t acquit,s et n;s en hibert I inlmut la chag- d l reprfenter eu Comit de 1inlve'.llance de Mirecuurt qui prendra les welures que fa fagife et l'a ptudece liti dictetout.
Guillet tait leur dtcfenifcur.

..






S. ,, 47


l dpaixtenant du Gjrd fabricant de gnetras fous- lieteralit dts ecrsaliurs. A BDrdcaux, coTheilla d, Ddcouu'uet Holier, couvaineus dune oulpiration foifflse, par la faction fdtalil dut Lemefle et Dudoont.ce acqnitts ; Ils feront tnferms-co rie fufpectsjufqlt'A ll paix.
Sertire Gelcy et t acqcrtte, et
uhis ct libe te..
:jeatiJoleph l lixn 'natif de Veitife, dpartmer de la Miti,,,,he, g"de 4u as, ;,Chef de .rigad t ,4, sgiient dinfanttie, prs lariue d la Pc.Iel ; avant la rvolution rer lientaIant colonel iu"rgiutut de la Matimique ,accule d'a'voir trali l"fa u s de la RpubIlue(fans les dfrssPofle, qui lui. ont W. confiea at acquitt et mlis 'if' tant cis libert.
9D '27. Cath.crile Vitgon, fes,,Me .ie Jean Fqueier, gee de 48 ans native 'dc Murat dans le Cantat ,c et demeurant Paris re de la VanjJetn-rptdfl Baffet, de a8 ans, atufi natijf. cle mai a, pereuquiet 'P,,is, rue de la Caleadle, nu 44"
Jeau Foutnier. natif de Mur&,, g de1 ;4 ans fila de la femme Fousnirr.
Bfi;e-Anue Bo.,:,evllle, ge de 3o ans, natve thc Vilieicuve-fur, Yonne detucuraut ::ris che d la Vannerie n 16.
Fi auoi-Avgutll~ Diclos ,picier, a de2uans, n .lit de Liaueourt, d pattercenrt de 'ilfe, demeuitant :Tai8 rut Sahtk jacque.s de la Boudieie, no . .
ptc,tc-Jean u,e,'ct pi3er, g (le 8 tins na if de Charonne rie dc7lt P.!,chec-Mibray.
Guillaun e Lemille, Cernnuir unatif de BerMcay departereat d e U'er et Eilibcth Lvigne fa felilc, dcuneurapt Palis tb de la Vannel i e u n o 3 .
Mathuin. Cujas naiouvrier -g de 53 ans, nat:f de la Suutra ne, dpatetrent de la Ccuze rue de la hucherie.
Jean Thst.as maon g de 44 ans, n i vO,'cie-[oe'i, "dpatcemeiut de>la Creuze-, rue la Tachierie.
Etslne Acmillon ferturier de 5onsus, n "Berou, dpaitCernent dri Puy-de-Dme rue de la Verrrie t, j t.
Jc;u-B pnfl Lftb':re, perruquier, g de 02. a s oa'id d'Ars.
Pic'cre Bot)diu chaircuitier g de 3G ans. natif de S:ti&.-N;goie dpattrmut de la Manche, lue de la PSnehc-Mibray.
pirrrHlaire Duealhori pernuquier g de 19 ans, natif de Chaumont, zue de la VanEtLune Thcic'frt P tlffier g de 41 aus rue Saiutjacq i e a-Bouch,-rie, natil" de Ctaye"- dpai-. euent de Seine et MNcte.
Pirete- lbvsncerffc, peitre g de 40 ans, matif lellet;in, dpaitemeut de La Cicuze, tue de Il V.,nerie.
Ilepl Lacrobx natif de Colroy dpartement S'as-Rci lcti ru eue de la Vnmelie.
Pi-',l ,ci.de-ant palferider d CScuties du
d-diotit toi, g de 33 ans, li Gainbes, 'dpareene iet de Seile et Oife nalchand de vin rue 5aji,,_.lqiCt,.Juteiec tso CC5.
Cldii Co (.tue,. ooufe de Mattleu, cieur aux v:t1(s et elle limo.aire lut du la Caleudie ,,e ,e.38 ans,
.IcC l"echit, dit Colas tapeur dte tabac,g de t .t1s, catil de Murat deuitorant Patis tue de l V,ir t
'[ronr accntf4.
C,,itiene cirgon femmees Fournier; Baffet, Le11,ilic t Ile ftncce c-ouvail!clus d'avoir, dans le moie t Ftebc dc riiter corfpi coutre 1'tncit et l i liifi lit de Il Rpublique la tranquillit et ,cte iiiieu e de la Rpublique eu forcnt des ronipc ctendant cxcitcr li guette civil: pount drobet 1 w:vCu' CCalet ati chltiimicnt de fetrii e t prvo'4uer au rtabhlffetenttdelatoyaut, oui tv t,iidiaiis la peine de nloit.
eat Fousnier convainculdo d lit, iais, attendu qu",il'a que t4 c*t a t condinn " io ans de dteitzi .
MI rlth h Cnjt et Jcati Tlhonas ont t acqnitt-aet ris cia luiet.
Les autres Ont t 'alcemcot ,acquitts mais ih fesujt dtclub conite c ilpets jufqu't la paix.
Du sc,,, jour.
Tos lTdnt-Jean Duplefli,-Grenedaia, ci -devant noble Lie ,:, ,Il i de Vauinte>, capitai.ge du vIcau de Lt P, publhque ,a ppel -de,vat, la Ca,'e-t'Or, tjoui h, il lt Mini g l, Atoin-tonut V.ti c nil, u i e de 3o ans naif de Blee '. ri-,tl at c.vi;tiiia de a i.e, eilsi fou -.chef d'a diiiillt'tiou fur le vailfcau de la Nollnagl
J f apliM tie otucnpiUf, ". de 36 ias, natif

de Mrta:nx, c.ciulc di v-illau ie Jear Bac1, ionvirlleit d i'Icllieua' avt:c les iiusis cXt.i


* 'j"
's


eicetrs de- laRptublique, teudantei A p:otger un. convoi ollinduis de plus dc Pt,oit, etd'flin pour 'le ports d'E'pnect'' P ta I
lites l'entro des euCnlis fur le territoire batndis e,, l iii ali, 'i s 's4iffeaWfx 3 p* d, aftl a Ct arfenanx uppartenians la Firance, ont tr on4 damns, p la" .i de mort. .;
Clanle- Mrie Lebourg, g de, i ln saitde
Brei. lieutenant du vaifi'cau, le ourvlle, ini2litqis d6i's ir et 6 fi ire a et acquiltt. i
Jacqui'.ll,dis'i'Brneuil, g de- e-atis, ci-devant clerc de notaire actuelleaent,, ftrgeni Celit 3e .couapsagiedu. "~Qe bataillon de ,l1 ptemier, r iuiition d ,14, ection de la Ill!t qx-bils c, ectvaincu d'avoir ficiument joiff tad l'r[ sifg, et avec des intentions cnitre-rvolu.lounair'es, dans nue maifou d la omc ,,te de Siat-L, ,train de" propos tndanta lavihfllement de la riprfeuta. sion isatioi alc, des. 4utorntes cdnfiitntte et .au rtabliffemett de la reyaut, a t condaimu l ela e, f'dc mort., .


Le Coni? df:alit itiblic de la Cpsvenit;o srf'atioirale
a 1loieces eates'psrrsr rfars'urier, re 4s Virdll's
cileeies aio 5o F.

Les abus ,qti ontefjit, des fous-marchs faits, dans les entreprifs da affQts ont dtermin le Comitde faluit publjc pendre deLs iefores telles que peifonne tee puitfi paffer-de fou-marchs, i' un prix infti-u celui donneptIr l(" Rpublique,! et pour C la il a pris le partir, ue paler des iarches tous ceux qui ie fontprfents, et d'en paffer ind' fennent. i '
Si les fots-marchs qu mu as ptiffs' font auX
prix que la Rpubliqu e de, ceux qui ont
paff ces fous-marehs fonte das le ca de la loi qui, dclare f'ufpect quicpaque: tue s plit par les conditiots du ruafch qu'il a fouleit, pourles,

Si les ouvriers dont tu pales ont fait avec toi des eonsventious paiticulierer qui portent leursbtifices l'gal .de ceux qu'ils auraient obtelns de la Rpubliqie eu traitant directej.e avec elle, eti ce cas la loi leur cf encore rplcible, et a'ils i respliffe'nt pas, les eCuventios ils font dans la ,lair'e des hostra fpecss.
Si les fuu -uaebe que ntu as piffs font del prix iafricters tux que donne la RapubliUe, la circftsa cetchanatlge. 'Il haut que les otv'liets qe, Mt1 psff des tuc-ra'tchei travailleut a x t.' Ils peuveut y travaillerjeu ipaffint unmarmh avec l'adrminiiratio;a cenitale, au tpix quela Rptiblqne accorde. Dans ce cas, ils doivent jouir dela libeit, qu'ont tous les citoyens et tu ne peuxlos forcer remplir tes eigagemens un prix infrcesu puilfque, la Rpublique accorde davantage qu'aueuctm citoyen l'.df privilgi pour paiffer des matlc Cs .et qu'il cil conte tous principes cl'cecapaer des luam (hes pour l-s-faite excuter un prix infrieur h,rfque la Rpublique'les porte un plus iatict paix.
Sign les memibres dt Coaii de fa!ut pub/ic.
Pour copie cotfotme, J H. HASSaiNFRATZ
co;esifsi: du. Coi t.


N ~C 0 OL 0 G lI E.

Le22 nivfe, efl mort Ptls, Georges Ferfler ge de 39 au. Sot patriotifie ,tes tale (ce
VItD DUt casactere doux et tendre lost'rendu 'alemisent cher la rvolution aux lettres et l'e Initie.
Il tit n libre dans la ci-devant Rpublique de Datz'ck fils'd'cua cur protefteut. A l'ge de douze ans il pefna Ca Angleetre et il 'avaht pas encore atteirtrfa dix-neuveme anune lorlqil s'embarqua avec Gook, pontle ierodvoyage atotre du Monde qu'cnttepit ce fameux navigateur. De retotir de cette expdition qui dura pis de 4 ans, Fc'lier cil publia le rcit est anglais et enc allemand et .l 'liti bin que lhif oire de fois voyage deviut un ouvrage clafltlie dans les deux langues fait qu'o> le confidere par rapport au lyle oit qu'on le confidere par rapport a la gographi cet aux cotsna4faimc e8i ntureles.
1 n'y eut que le lliniflere alglais qui tolva cet ouvrage niuUvais, fit parce que l'Ume naive de l'iteur s'tait mout c t rrcp incetcie dan le rcit de certais f its q,.il irportait l'ranirsat c!e cacher foit q(u'oss eu vo:,lft Ffler pouri nu crit politique dans lequel le g>nverucensr ut britanuique ( t, ouve caiactrif avec foree et vei,.
Cette dif,,cc obligea lFottler de quitter l'Angletere c, de le retirer eu Fiance o il fut accueilli par Btcffon et Datibeucoca qui fe plurentt A piaf!ter de uouvmllcs cotnnailfances dasat un fi lithe tersain.
Sa3 s fortune, Forfier le vit oblig d'accepter ntse plac e i!e proe frur d'hlloire hiattelle l'iiulivcrfit de Cati ; t:ts le: frenes consinutelles dt ls r voltant ticfpot' Il %'u~'t d( oynau o d'en foti lorfqt


le r.u t de P11;Ioite lt, i des of f e 1, ,. . l'uuivelit de Vills. ul :es,, fecoUits littraires dont il avait, befoin *1 t q'i et fi ,ifficile de fe procurer ,.par i les ouics de 1, .O6Ig6e F'O tr ibe' pouvaitpasb le plaire lo tr i ads nu pays inOiti baibare t', t' a li e'
expiraiet 'fous lt;s "'tiiu'stit de la ae e a Rtuf .- .
' Ledert d'eef foun.'llii, ce fpectacle indigne, "lu fit gd ce s't l s prop lti 6u 'de Gatle tiun io n


'a lo m"m ai' feic ui
Mais il'V'tai pas dansla"ef le de *o fli"'
i'efltil n ter otahe Mute d F. ie ehr long- trtS 'Di dleeus tts dont il
etisdtit fucfll.'eimen-'hilsi it.,re'le et la it rct>a;'e le litent ;afez Counilzl"tie ; et l'lecteur de iMjaence-, ilbus nu accs de jl(hice, prit 'aaeaua d'honorer le mrite et de mettre Folier la tte L'unJverf'ii de Mayeie. Il y tai loqse les ligions vitorinules de la Rpublique s'eu eipatrti'ut.
FuLficr,qui avait vu l'hommew p e Le premier il arbora le dirapea tieClro eni Allernugnie. "La CoovenCou iatioceale, de Mayenmc le dputa vers celle le France, pour la truin. Le fit-e et la pril' de Mtayeuce furvn ect petdznt fou four Paris. Il avait perdu toute fa fortuute infqu' 'es me.nucrits dont le pine de P. uff s'Cil emtapar foigietfectaent, fans doute pour cri doriner unte clitioi'con,plette aite rQfi des tcnfatis dudefont,, auxquels ilne laiffe que fa bonne reomrnie. Uue lievre fcorbtitique, fitre de la
la:r quelques clsgtns domnefliques et rs travaux, lent enlev asuhilieu de fa courte. Rien n'a bvaitl loin amour ardetnt de la rvolution; fes terhlcbs vox out t pur la Rpublique et pet les cil',te,.
Il le ,parait pour l'tude ds langues Oricgtafes i faire un voyage dans le Thibet et daa Ihdolca', aufitt que la rvolution aurait pris ci c illiite tract quille. Pastuis 'Cs c etages il en ,al un fit tout qui mrite d'tre connu enFritane pur une bone traduction. C'eft celui qui a pour titine Acflsn coUp-d'oeil. Ce foat les Tftltais6 ittefaits d'un voyage particulier qui'il fit en 1790 en Angltterre Cu Hollande et en Brabait .t o1 il fut olte de juger les effets et Jet cassa de deux rvolutions tuanques.


CONVENTION NATIONALE,

Prsidence de David.
SUITE Dz L& SIANCE Dt 27 NI'VES.
Borrdon de l'Oifr. Vous avez dcrt q11l'actt t:anger ne pouvit fliger dos le fta dela tpc' feutat'on Iatiouale: eceUdant on y voit caclcs un homme couvert de crimes un trile 0 lt
patrie, le perfcurteur des patriotes les plus irdets. Je vous dnonce ce minifire protellant qui t'stl enferm dans Ladau , rpt pour y exercer t0tlitS fbotes de vexation. On ei petit e t 'e nf e i1 idb des horrors coummiles par cet tranger.ls dcM. titu les adminifiriteuts it ne lui plaifaiinet UtO il a lait stttet les ofliers 'bptriotes ;, il a is le colonel du bataillon de la Cortire dus nse cage de fer de trois pieds de large invente" Ft les delpotes pour punit les plus vais fclisl.Je demande que ce mtonhlrc foit diaff de la rpfetn" tation nationale paece qu'il ti 'ranget Alit cortImie tfpcct et traduit au tibunal rvoltiutIi5 b'il y a lieu.
.bat,,o,. A ne coufolter qse la jeflice ntiOal la propolition de Bourdon doit tre adptcn le faits qu'il a articnl3 coitre Dentzel font grsvtlt s'il ct coupable1, comme j'incline l1,ctoe .19 Cntvcrtioti te le bornera pas ' le cl,1fft. tdt ce ri,,, ,ai, ielleIe trdira atn itib"l rvolntito,[, Mais fiuivons uue marche fage qui nous mette tl ,, dts elettis.
Je demis>Je que ItS Comits de falut publicet de frct gnrale
Botrilide IC 0JLt. J'adopte le tempicrmitent PsoP[c par Dautotn. je eue fuis t jnfqu' ce .IC5 ar q ,e ic s'uai pas les picees a l'appui d nis dn ciatote Elles foutt msintcutifnt cntre ni e 5 .
Cc Dentzel cli dix comt de Linges' dt qu'on appslle le fouvoeain nous fait la gt.cere.
R/ul. Il cA iucontelhble que Deimzecl 'Cenl,"C pays rager ;il ci du <,it de Liisseg' (dut le priice @1 arm Goutte nOus.o IqOstrupe' oi


ae


"t t,


-Witte




d*t sami ,!,l:pt i




'Ladid di0t C osl






"sl'p it







fi9)




j r' /
!lH c












;



taille l' "lisia cb



lits 'VetS i i,
unsainso















Z f u m ID iOn O.i rao 'olIi[e )



Slrateurg.















i oe




I
,l'offre d 1*f vender liS bien d 7 '1 mille li Ut plulle ut




.4tr+fa pro


Ont ren Qisarles Lt 1* hiOtluit Rs/lyeul
a ,Cosseir 1e poil li a,[t

'.'4'Lte est


1 2 nouv fflafn, d~ tlaEeeS de 'abundsns
tolie

lha que. f \Vengeut a

..








da e CC r etY v m.pqfat de s enntri4.I
briitnrit'
I a'. uitA i'."l pm -6",n+e ,




de cette ville. je t ,,. t lf if t-2 lii++lt' re-J h ttL e



"dn in e ift tn' t h '.n. :


4,*flut' ubl f ic-;t p.ldta jeill J e- faire
# {iR 'J+a qbi.';ir d,' uWa 'e qutc f rrl,,, eo'tt'



s ipfft ps de j0ur O Denrzel ne vnri folli'dte'I
Aat 01 > ou e. I m *du_ Ffut et,

I ci'i l d i 1 "'
',jqp45olio t d ilelu nm

,I- '+ j'l'obtH !1tgps et 4rc la+ Got,"e1ai,ja quiJ
~~. rs:.,,,.,ijot1aice; potr +aller ot gauder .c d/.
;r + .+ + 'di,^ -l- 1 ' ,r) .
'( St J9 ta-. toic n, auea.s4jeu.a -on,
if(i i .

Le difcuffla0n' fl-fermeae. ,,' .

i'o .t, eete que Dezel l fr nais CIa
et rsntqte lt deno nciatin den , (I oes lis dfalu- pnlie et i, 4lui

1,-'U, feirtaire fait le'ue de la lettre fui-!


'Eliititl ftiptfeillatOt t .Peue ,Ie j i es aries dul
Rlii: i e in Msfe lle t /a Cor ivntonaolsmnrio;iale. r'
l/ Lg[bk',}$ nivfe i'ait '2""Wc'l Keuliie ;
I + u jntitis+++fibe.+ + .

l, prit lcai,ne pendant n

pe lius |laureuie dca nmiOtels. Des circolssaces 1l- r titi fl i'ont "ri,,'ce' trefoc; fa man apparti trt
ujt'rehni un amfitri plus lienehi qu'eil .i .Nus:'
,'ioijs :itmorus encore coirme fier et Joel. Elle a'
gtid~ aCiS :pbrs-'it ,u aisn'a"die-atello,ne ,lui a.
,pas permisdo g--der unu.nonte avec rare:ltaci.'
tla'mourt porte fots ihifl.e, je'la garderai. ,Chaque
mir te. appeileia, i h l'lir>rnie sue poqIe, de|Ou
odnheur et tl devoir ati citoyen. ,
1 'O}le haa cah'e 'or ta prfent de Pits As '
aarcie, la pirs conlante la plus fille dc
l i'. la [aRulAhlrse Frarnai'e, +st s
Siiki e 1 RNN I ," t /+MtIt dk xon'd&artor


ots'dr i~encofe Pa rts qunl iuid ,re oau coia d 3 pet ;fh j-e lestrouve je
le sferai enterrer dats. le cretlft natbioial. '
-Vullatdannonce que les cadavca ci-deffus fot

' ,nnL.'itefs l4 .drete, la mention t sonuabla de
.h'offre td'Eharr, tn.-"

.neM- b.errs'des n nnigs,' mande tou+-ue Be fan on,
i- vcndent erre.mirix que les biens r,.irouur
W bien de cette, nature 'el lev la vte ''47 mill :lvit', quu'il 'lauct t ettime'que
'7 tmille liv.
s'eitly laa de Nevers font pafferG6oo chjeuisife
tr ptllfe nur dois p ur ie fervice des tiathtaites.
,t !p, gf.real de brigade Laroque, crit de la rnafnn
'+rnet'dt l'Abbaye; il mtci ous les yeux de l'A.erSble luicues faits tcnians, i la jul'icatioir. RIrrcl tl tite'pltie'frs iautres l'rvUinge du Laiojne, et .fgtfa p r p6fitioon, l'Alfemble cange loit Consitc dfuel g rale de faire ur rapport tut cetc

-Ott relvoie a, Comit de foret gnraleet eu on ordote l'infeion. au Bulletin d'utrne lettre de e,! ,hrls Lacroix et. 1uf\l-. .dans laquelle ilI ,Ct, ond- 4 att ytinculpatiota irigees cotie eraIx fur
hotDllUiCqu'ils ont tenve reletvcent .a VeirameRBRyeul l'un des dputs en arreflation, crit de
la ,o sciergcsie que dtenu depuis qInattc ois
?F ,'' point touch fou itderunite (le npoj' ie "b ai c.l ahtfolurment fats' foitae., il rclar-, pour
.t,pur f#s collegia ctqi le titvet d cJais lP
>4i5e cau, ce qui peut le nt lie d. Cette de'ade
av,+riie Cu nrmioionl cli dcilc.
''L eqftell gnral de- la Corarriaune de Caflir ,nttit t ntre Conmune n'a jamais czlettl ILs l.,iie ; ; i u tipublicains Plvierretaut les l cjoriatnr.
.A& l'otfltvcllc.de. la mrtur de Beauvais, i le tor u

uln nolveau bataillon ,guil par Andrapiea llit 'lIlnil ou iIt : le Peuple de Tat coul les 4llin de BcePuvais. Plus de 13 familles or, foi lie'4de l'-.bflnce de leus Chefs, par (L f hcouts
4buandsn: a-P etie l'Eti,aruol fouilla-t il le tliitoite'dIe 1 Ri' 1 "subliq que le civ Ilbjon n
dmts d'or et d'ai"gent furent etaila Pr,,, n e ou'de oot,.,,ires Cheval fut, ve.
,.t jour de la eb r05ation de la fte le Toulon
isque farile dls volontaires du batailtu le
ic 50 oIivtCs ; nos citoyens Ott ci.viy Sluflctar's tuau de fol e rs dr ballots
n--ni i -


qi h et de char ie, 4o0 clemafel Ot 1l o couad d sant .airg'e'n,

sy.tm at eq-ie. ci'arhes,. l idtpole cn aj.
m.,:r+deux *ntures,1J.A ,prntS 't Icihliqtr i ie font pis qu' une Qe fm e; ils factifient eufeiablale dan, le t'ai ld' l'i 'ifo I'tsrateur

La Coiturrune de BonlRg-C.fur-Met flicite l'Arfc'ra xl,;e rt. ) ',, ynd, cs 4rteI'rgs j dli a pril:s e qui 01t hrarq,.,5e, clgie prhlique ;. le ptfrnte 'tat dcs dona s dtof& fur IVrI d, I 4patrie, qui c'ortja~ nt~riu) a ria fer, 6j1lbits t autres fetdi +d h.Ihic L,,L',1,. 'a. ,rcic dc l es s d tte
Cornaiuce a t.nvoyee la.mouTrai. .
t1Ri'io !a7pporteir des .itbit.s de la gqcerrp et 3defrc,,a1 i:,6+ n>p ,, raoi, f.,it + cpdre, p uheur,,e.cr'et.qti a,corflet plcs fec.or. rnvifcs a dilEr!ens riji .+ jes, acll8 d. 11 1'ci atm,es pr.opolk
,4'arc o,dr nooiJ[iatc 'de.fecours la veuve d'un .,lritaie qt i cil eto(lt l'bp (al. t t, dcrtcr u I
lve verav. esi q aJ'sdest'i, Itaciq,ta J a h.:i+; qp+i.e,,,ronaave.tdo.'a ies di.,d lj,!ies 4ts
ficintie puf9rt ,dLiit la tioi.tda lseours ct
pe.fiins accnard Clr ier 'et lu rq r mnelabre c'abatterit cette piopolltiO rl eu ftit qui 3 les iciou:rs doivent re egattx ,' en co*rfequeucr ils dewariet I'ienprcdlou ut lalOufueme t nu piojet du Cnnit, et qu'il'-fot 'aqcd',tin nutcou'rs pitvilftire de 500 liv. 'le nJ&O t- du rallee mort, lhoptal. 0' .<;te E q opofiiiou eft dcrtei.

Utn fic:'utn 1af icc-ord ibue femme dont le ma ri h 't' cdi'i aa' 'ia, peie lde -moi,'t ciles bien' ont t cotitqus ; l'Affeirble clage lun Comte qe lui prLlei)ter un rapport furr hlec,ours a accorde): ddUt tirilll,'8dl ludividus dbut les biens auont ir coiililfqdi;: .+

M.nI!iua n'fat uiun rappot-,fur dte pritioi pr.fente, .'p'le corps lectoral de Paris. TPlulieurs meurbc'a olbfervcrt qu'il re, peti lr de cpsi. -lectora3 qu cu 'veit d'n ddcre't,et que d:ns,_ce,.moneut il re 'peut ,txiflri de corps iectoral Paria ; il rclaimnct l'ordre dujour .
L'Aifcu.bhe ,fie l'ordre dit jour.

Mea'lin de Douai; organe du Cant de lrflatioui-.pltutc.tan rapport luir la dnonacianiot, baite par le citoyen.Mbri'n accuifieur p,,51lic d'un jugete'nlt di i buLtA' militaire du poLi. central de l'aitre' du-Naord, qui muet eu libet le nomine ,,raliarde:nu g'tde. tnag:fi a.
Il expuole que le irrourral riltaire ne pouvait le: perriet:tede donner la libelt Collaideau .il avait tea,rt conuu luipect ;,il rerad c ortplc c-r 1ule de la coilduite rcrre par n r omn De pi z conamiffaire des gueirces, qui a donni deux crtificj'% coutadictoits, et ciL prvenu de tux tA la fuite de 'ce rapport il a fait dctter
-1 La wnllit, d: j ngenaent m6litaire en date du 28 venratraroire ;
o .,c Ci:,llaidean ferai mis eu'tat d'arreflition et t s fcel(s.a pof fu.r fes papier-s 3o (ue le acrrihiflaire de gu'ere Defprez fera nis en tat d'arrcilation et tiaduit doant le directeur du jury du tribunal d'Arias o fou proor lui fera'lait commrDe prveuru de faux tnmoi gi ag.

Le aihrnflatent dnn d;firiet de Sait-Orner -arportent 6"lco marcs d'ar.ieutcnie provntcni dcs dpouilles du faiatifnre faor y couilren'dre lhs ielresies et 'les d anrus ,ddolt le montant rae l ps vlui. Il ru' fi pat une Conantiane dc ce dilLtict qut tle fe fuit ciplaicffec de: le thfire de [es ho+tlat ieligeuix. 1,es ciro[yerr, ont donn 5 mille cheiifes des foujirs, dla bas' des cotivetne les gutcS habits bonnctb & et 5oo liv.Cea ffiu7ats. Les adt.rfiatets aposnen1t 8 ilille iit, e nrutln'raire qui lontlt lu piodlt de qn,:Jque dons patniotlqtes et Ii foui g neln le lqueques crrig, et de poires. Il' air r cc; t 1 qe les b.ies d'riigts cliu. 333S56 liv. ont -t ven;uIs 88o.o55 liv. ils ie.vit, rt 'a CInn- cntior a reflet Ion pole.

Le cittiveur Jo-eph Dl'on coltinlffiire des reptfetint:s du Pe. p'e 'p, le- d, pa, teiisci du l)oiubs u. jiri a et dt: S.ne ct Lnie iiilit rue la Conceutite, que le di rict dle GLrol.:s a %ais beanconi de-t di, dr s la auiuntnite des clie'auxc e la rniuvile 1 cv "e CGc p tii nil},ict, a es avoir tourint pourt b fneiIre iCqifi ton I 6elicva)x a ton; dans uloui vil .,C dit Is .oyneS d'ch fouruir pour li leco.tde lin un.laibre prfnjie i gal.
Le coni'eil !:tir+l de la Counanc de Sdnt(r ut ia -finae la C tIvttrotl qii S'A e I pteif de merle tciiliia la J du 3 _c iecirier (%,; iex tlyle ) relativ laeint l'ermprat foi. Cette nirnutir preletit la Nation 'ue foatte

MahUc,;tuc.abte de la GConvention, r clugu datas


le deputteaent ( d l'Y,.nlse, *, rit, dr'Artere que uquiqle,'l-a muiblotr lie-'ettiud p ist lat ercora de lit ataleiie ,il bc peut ,tefret au- plailrr drti, noeucer qe doas, ce (eul dlpartemiet la let ce de& clitvait et' a produlit 3477, ujue dan pet, il y tu, aura 40O de bll el'ece et qpe les fouiageCaqut lni tpaet abonasa, font dliilribues avic euJlwotac pourr rtu nosirg liaimI fler esicuire plciu ldm, d l'suvcriure de la catpgne iprochaine.
L'aduiniflration du difliet de Rounnittes aunouce qr'il vient d'tre ',ih ; la nifl',gerie de Paris den: ra'ifft'eirone-aaii, 89 smatrs d'argeit provenant 'do la dpouille ,desaeglfes. ,

Oulit iane lette de la Commune de Rofay, eniudOnuila s, 1 l ehev'c des diiIiculte relatives aux cpoques de s arthes qtue dca VI lagus rie 'veuhl'pas f rendre ces unalchs r l tes pourtvonirde imarchaudiqf lesoourr de dcade que drautines r tuifecit diy poiter Itiars dttehiI quand le 'ur cti ousbe oua ditranclie que ceeudaut ou a pas ltion dca niai cIres ea+ahhaiiques r c aais des uta ch l e ib h a ms. C 'e e L i anm u rravrle la Conivetitiou .jeteriniter les joura de ta.r flh,'f'i'vant le uoauc alr.raite.
Cette ptition convcttie ri motin 'par RamiI n ,
rI c nvoye au Cori"itl' gfi c 'lh6re et de coisrie, tce. ,:
Lettre des ofdicers uiicinanfum e lit Cou:ae de Vrolfy> Le 3 1 i Je n
ke:f fcla t s +arrivenert dans cette Co',maer algus de ftsre 1,1 flAits et ,.lprgirli a nvtc des
-cOr cs qui lails dt ne, devaient t u" felvitr dans la ttit pour go(g r et vlcei n c qn ltivaeir a c tuuan e il cil ri ht tn.allhcu e ue i ent 'rriv l'anne- deiuitie-, deux d. ,.cet'h gnd etalno t lcval p ccedt [iles eit a rtiz ; p eine la 1o(itd or I-r le La ii cn f -t inrlitce que gt nde ,eji ie d tle u ctaibie Joi ts at C o it de fuve i!lnja, e v leln-c t :ri fi c c uys de la Commune de 'C o., : u feni.l de ces
'otoeplS a pli r't [tU-ir' ,, et Ca hulit autre nt .t coidu;d. D ou uoe rt {Ir, gaL m lu Ucururruaal
le L-ai ny. .

Les rantriipu obfer'-c t daas i enn d, c ho ne ces vito!euis fon ,ur, lits dou-te, patii ,le la [s, ide qui pille deputi 1q ile tens 'les e.virone de Palib.
La Crnvenstia dc:ete la mieuivon lioino:,.ble dci Zile d'e la focietc ppulsre et ti. C s i l n, iu I lance de la Clonuue de Lnigey et l'iscnieots .rau Bulle in.
Oit lit ue letce de la Coinutie de P nit qui inilotice que eOnOOO nv, cil co oui tlrou. vecs caclic es dans Lrnaailon du ci-devant i,rrnce

.]". .a. la dcouvete de 5oo o -o liv. faite dans le dmaijne du' e-,!cvant p:,tc X-tici, ne iffe, atucun ioute fir f,' 1nenlin.; mcle du tra:, il a au mois (le lv, rter i79t l, u le fi-l de lu, lc t leis de a l mti r len urjils ril t ,i. a l'ade 'un n i tcetilfcat mie ,ii llec qu'il s'it bit d,.li r et S4xe, o il 1 prue.dndit uir fou dil'uce, il a liu pris lu l n o .i c lo i des a d miuill r i e urr u ul ,,r lenmaint tc l'Aube et Onl,/h que l'es b leu ti Olei.t prl,1'1I la lit dl en igns Je i ,uniilO en cotifciieunce que la Ci u'uliiin o ,lc trs'Qye a .io Comit de fui, n gnul I, poire jrenndTr: les iinfoInmatioau inccfaire, e lui far rira prompt rappo, tqui la elett ;I lisrnue de proio'neer ct Mettre lotis la irsuto de la Nation les ntnsaie ientimi.ers que Xnvitir uilde dzutO I etcudue du dipartement de 'Abc.
Ie rneuvoi cil dcit.
Bi;ez, au tioni des Conmts de la guerre et des fucoura publics, IUili fait rcne le drci fuinvat.
La Convention naionrIuale apts avori entndu le rapoirc de les Cos t,.s de li guerre et dce ','n-cus p,,bics ,clrais f, liu pitirion dia ci yent Daqu'ins licuteani dans la 3 cuinp,,?ie d'attillette du P,ns-de GCais,,'cliui de trous cfitnas en bas ge ; qui, apucs avoi, i blillf "lhI,nvijla l'uue tiauniie qui l'a mis ho es d'elat d eir dans l'arti:lcrie, s'cfl riacor c dillinrgu au fi. ge de Dutuketque, o/ xl n'cb} jaint fcs ieics d'atnties pou r tepo.nffer Ilennemi et ciil n -fi'ty ira icoup de feu au bras ga trile .qoi l'a cafle en ios cildroi!s et qui lelIlasde CI tre cucote r'uipltyc arr feuvice de la Rpublique dans un poie edcuraeiic dcretc :
At. lr Le atitliflie de la guerre ci charg de ponivoir le titoyen Dqntqi de la preruriere place de garde-usagfii d'atrilrrie, ou autris de ce gtnle qui viendra vaquer d'is le dl 'pi tenit iti Pa' de-C lait ou dans le dpatemei e duNl,,d ; il lia lut accordera avec le brevet de capi[dure d'artilltile r et es appoint neus ait ch a ce g -dc.
Il. Jn ,s +cele t p que. le ci o o a qiu jouira des a1! -ee atte+ltes ilou gradc actiel de lieu.

ll<' ticl'oerie inationile payera pi ctoyea
fur la pi!,'eriatiun du tictrit dr te tt .la
.nc do trois cents liv'res titre dc 'eouls


t, ,n -

..








proviroire iotr lui et fles trois e tans, et ttnd,,tqu'il folt pouivu de la llace attentiouune dans
V'articl Jee.
Cha, lier deumandle 'quc le Comit.des fecours rafle
un ,appoit gh er.,l lur I'adiuilhatio0 des
fecon ptgpiblc. Ie fel'cours' partielp ,,e rm'llil'at u,. 1:tceu d la Cou-tcatieu. If demande ut? ki'otpt

te proporition e1 dcrie.
,:Pc;.rd. j'appe!te I'Xetontion de la Ooe'veuion.:f'r
,,+,, nullhcur'ui( qu i, ap,-el quatre rois et, demi
te dltntion, ont tz acquitts par le tribuenal rvoliit:o,naire. Ils taient accufs d'avoir renvcrf 1'xbc de la liber, ,et l'on sead que cete aCcufriou avsit t intente 'par nu cur. le 'demade
r uc ces qt't te peres de fam ille qui Ont i6 e ufi2s
quoique le plu, g n'ai pt quarante ans et q i tn ,tennirt dans' leurs,'air;nles ont trouv leurs
fcmmes ueuridunt et leurs e canlinanquant de tout
tul tititeLilun ieconus povfui'i de 400 lives itactn, I'n'ontl jou i dcla mouffon *i de la
v.est dange.
71t'hri0 Il cle difficile de t peo evor eor ment niti
Isommutt qui apu fFeirC incarcer iu{lemcn tquatre peres (le famille 'cll pas lui-mme taduit de-vant le ,,ibiaua ; (nis 'ans dute 1.f loi fera spp,[que.
En atcu:aut ilv a un c-.e de jultic nul'rcer,
et vos nen Iaiffetr ias chappe, l'cecafios:.4ex-k la N.;tion qui 1'raye la penlioa ou le traitement du cul, deutouciateur ,je demande qu'elle la paye provi- foiierteutt :.auti quaie familles inlotnCl ; cc-l n':empclo, point que le fecocurs propof ne leur toit aIc r. Pour le cur ,'-l g'mita dans le fers comune
il le ,n,,re.

1hz1td. Aucune peuve authentique ne counatte
ia dlationdu cur.
Thuiot denarl.e rle.envoie de fa propofit;n ain
G,,i;t cle lgiflation qui s'ffatra du tait t fera
a rcpF0 t.
C:ne ploporition ePs adopte ainfi que le projet
do Itezardl.
La f .nCe en l.t,,0 4 heures.
S
Uae dputation de la Commune des Arts, arlnie
la barre p.fem e cite ptition par laquelle, fe lc;tatt la Couvention fur es travaux et fui es triotphos dont ils 'lort fnivis ces artifles 'invient poltluivre fou d:ffeti de potgcr les-fiences et les arts, faire achever le Palais national et ouvrir tu concours aux artiflea q-i voudront tl.);er les iaita d'hr(ufmne et de ve-ta qui ont ilinflr.
la cauefe de la ibert.
L0 Pfi cs ul la it tio:. Les arts vont reprendre
tolite ,t, ,i,, S. ri.S le fe proflituzronk plus .i c&!b,er leqtyrd';. l, N.uior les co,lacre irumora}ltl lb. ,f:e de no, lcgoaS rpublicaiues. Voua lie LfT :ircz pns. vous qui cultivez lca arts, que l:i,,,ig:c, et'ne arr,tc vos Drogt-'s ou fixr de- liti'e% a l'cl'f,'( de votre gn lc I L'intrigue a tmi, c. let ruens fLUls l'ont teties.Employet les a tiilr les triouph:s de la vertu, les bicufaits di- la Lioct. 'La C-.vctios prendra votre ptiti)t et conld,atioln; elle vous invite aux lon_,I ,1'le 1 fance. (-O applaudit. )
L. u-tio,:atire5 traveifeut la falle au milieu des
tpi vts .t1,pl ttdild'tsit5

a i ,ux'ntou dcrete l'nfrtion de la ptition
ta ti et ler envoi au Comit d'inflstctiona

c.'. a'eft une vrit que l'exprience acon, rtu. que routes les fois qu'unPeuple le livtant
Fitut1'uloutn d' cironltauces, on guid par le
,gr,,e5 dca lultuire' prend les armes pour con.
r;t-Ai ou puir.,intetair la libert, il s'lev , cit6 de cet eh otafme fubliie titi efprit rertAble et dtftlructif de tout ce qui peui-rendre la fo1t, plus aiiable : cet cfpuit l Rceluide i'arif.
tocratie qui cheche toujours- ( veger-dcs tion1r iit, P-u1I le par les salheuts dont elle voudrait 'les fie i$u;vre. Ccli lui ,c'el cet efprit dvalateutr -qui a u ca avtt cette erreur fusneil, que les icietace e4 les arts font le fl,u de l'humanii. Il ,tait Tfcit l la Rp'ublique franaife de prouver qtue parmi l''s g lir Ux. dfenfours et fes mageniatI rLuv, (lff du gnie ferait fecord,
i,,.-<"1+ ,ten'du par l'eifor de la libert. Il iltit ,.rv cette 'Nl-iou de prouver que 1a libert ,e.'',rfle v,iableuetI que l ou la vertu 'rcl nf. .J pc;ce, les lois/lricteme tex4cutrc, les fcionces et


? 480)

le arts 'uhivh. fes tifes vou* oiff, et jeu vaes, fecoUd. a-le, de votre pou,oir. je dpunabd qua le Oois dln4tr pulliquie
loir eb4r d1 uerun' p1 fW- me, de toitce,s e'es tourlts arenfs", puIe immotwtifet et Ci aetlo, ve~e s:uc i et 'tJtt ce qui Pu.4I OIptI 'amot de la libgrr' < de l kg htc.


trunm ikya fait iulifter 144' deXc d&r
Citation
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, Port-au-Prince copy

Material Information

Title:
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, Port-au-Prince copy
Abbreviated Title:
(20 reels, digitized at NBS from U.FL microfilm; UF/LLMC split costs)
Publication Date:
Language:
French

Subjects

Genre:
serial ( sobekcm )

Notes

General Note:
4-per-1789-
General Note:
U. Fl. Microfilm

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LLMC31773

Full Text
















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library

..



dom


AM" m &


d




THE


-9mmbh

..








GAZETTE NATIONALE, ou LE MONVTEUR UNIVERSEL,


o. Duodi, 2 JWoie, l'an de la Ib liquc Franaise, tte et indiviible. (it:avier 79:t vieux style.)


DAL U RIE.

DA AMNN E M A RC IL.


Copenhague, le i o dcembre.

comte de Bertflorf e':gnalement eflm
toutle Dinoem erck. Sa eonduite fage et ferme
,all fiit reliat'luer de toute l'Europe dats la criue
.,ilqg o JiMonde pourrait-on dire, le trouve
if
,'-'dlm il, n 0; t un phtlofoph ctLnttator
gUMllie der'plue grands vriem)eus. Lei citoyens
l e plus 'Iabilts de la Rpubliquo Ftaiatif'e lui tienoeteO,'Dpte fans doute de l'a profonde prudence
tls ue poque o il eflt t paudonuable un ,huma itvag 'o:gn que lui des faits, de mal juge, deh svohnariota t'taraift. Mats c'tcfli ru'tout dans lon p.optre pays que M. Pr'floff'i e' appici. Ses
a cltcutistudienfes pour le coil-,eree lni out m it,!
,nt'oignageticatalttde la part des ngocians dacis
zunis falIcnible' gnrale.
pla prit hier imprime la note folvante pour
lir qmtutlCtCe du Nord. Cet acte efi ligne du muinule,
S Frtiiai8 actuellement dans ecLtte rifiderce.
et t ieni du Peuple eigeait que la Convention
ni "ln'ale fixt uit Maxtiieilum pour le pii, d- vivres et

le' objets de premiere licefli : il exige:!,( ncore qu'ile dfendit la fortie d'ule tu'anle quathe de irMtandif'es. Lu mauvaile vol,,t, i liche c interptitatisns fiuifre- contre la Rp 'li.1 ue F, l,aife,
; il' fuaie uit inauvis tifac'e de ces m l'uts de el .1 pouir dtourner 1Bn gocians des Nations
n tc.ede containe. leurs 'oprations de eon'nerce iduis les Ports' de France. On pouvait leur faire
t' qu'il ne fera;t pas en leur pouvoir de Ce
dtfaitc des marehandi'es qu'ils auraient appouees
un priii qui ffit de leur 'conva ance ; et, d'tii
llulili ct qu'il leur feri;t insp,,ffuble de le pro-4itc danse ports de France des calg4ifuns tu ilotlr et que cet iicouvenient doiineusn un tuesguatrd difavqiuage leurs entrepif:.
c ds pritgs ieaient galeisieut fatx et nuifitles :
tui:oanx or ftalnel etive,' les Pe:,l ," iLIT cie Ics h', l;mite, un p,,n lpie fi;,dmo dle
Q a&P0lbiqse Franafe. Seb reprfrntaa bleu l,,u tIi .di vouloir l le occupent fans l lic iei't'eiie de pins en plus le lius que les ;iut'lts iefpleelfs di la Futiae et des Nations com,,n,erli'alrs uniffent. L'iutrt des Ntions ueurea el
i1 VeprieDie objet de fon atteuion et de les
fois.s
Pur accorder cet iutlLt avec les suifaie qs'exiKe
lie' biet patticulier des divers pays, le Cuetiti dle 'falsi public vient tout nouvetleuie',it pir eLi. ou don'ia'Ust du 17 'bunai, c de cierrniner c qui cil a
olaferuer dani le articles fluivais
iii. Les capitaines qui on, .ppeit des mxvtes ou
de daicsandl'cs de pelicre ltec vyendlre Aleurgi auni agelis du ,oi,",ruoi? qui I'a Mlt'alu8 dans ciaquc port uL peu' e.t ,'poIir la R.r i. r iC f oui lcqocle ils foiil et trai , chilr tri, vivieset de marelialudifei de Fiance p. ur former
tin caugailotu ei reuou.
l as e+pitailes qui ont ai)olt des vlves o(1
Sc&VIilhlitidies le ptebiiere nceft pueuvent aulfi
lcudte Ies uaegociatis feloti 1eiu bon plaifir
01 Ic 4 '.9 o ils ie convieildrient pas du pliu.
lnt lalibcrt de remuporter leur caug ,irot jSais
Duu cas, ilne leur flea permis de le rir de vvesa ou d'empoler des mdidiatradifes

s',ueune exportation pour le NMbrd ne peutavoir i' lfil des ports des drpartemeie de la Siue infW l ui'autant qioit auratrou v le moyc ne d'taaib ed heree "ld'cliassge contre des graius et do tr retident les liaifous dLs neocians

lu Rpublique Fratiaile bien p;us et is avaiag'c'es uu'Cllr e li o:t j.llal AL'iite dc 1, Rptubliuque Fre, ,lc cbag
P leins pouvoir. , Dauneisarl s'cl enitfle cet avis aux t,,iociaps de CopeI'Sl] I~lr'j fdimic ,'la fecnde anue de la
lbhqui Gsoo avuLnL.

s. &ile 01%Wcrcement voit avec, uu'1i inquieutude
te $ d"marchcs catitelesfes, tt* llipu'a'i de Jlfie qsii, d u .Mme tclos -quelld'ri iPte'Pologac d'titi sfdtgu1Ird,i 5' lno k, r0,: auiagc' d'anu lu do'. g'Laido-'
44' i c ll u Pi-nia iffe de S exe". pnodi .e ,'matiiO ,Dt n 't t le fis. pbrkjsoidsel'ii. dans le
ViPl l'envi> d'o e tgoaatranr ruIl- chauge,
rp of PassLUi!On dione fi +le du' ,grenud.dneu'c ailkitr 4c SdelJi Le.' a/mstcdexelb
tel ,il+ l '; . .
ti t h t i ', c .,p ro j e .ll i;u'ft re N o u .
-. t' a t, +aIriscot4j cces: l 'a,ith 8usssdoffCu +
jl .dfq ar ei't ,x ,eqilbie I; lpeuive ,, itt6ue Crui't"

le, l!t ra t fd:tt deffeins 1,ffd r ,l le
J 1"t: et '1s O ts,,uiw, foi, d ic +,ti"
!t,illjrMt, :;df,rfiet,.d',.viJt, le Notdi


A LILE MA G N E.

Frali cfort, le i er d enbre.
LEs 9uouvicl3 de Berln nous arrivent fal;fiee. Il fatt tellir cil g'ardLe fu 1 l dult. Ceiutbinct doit "lettre le plusgaid iuitr,t ne pas lailfer douter de tes fe'ie8eititentious l'gard des allis. Les iaifons qu'il aulit le l'c dtacher d'eux font de iaturo ue o;it p'.rrer dans les bureaux les plus pe i,les de la diplomatie extropatie, tant la julice y Il il,.ugec.
On a publi der;retment que Frdrie-Guillaunie ilvait de 'ne: a l'.un21etec re di'sl fojets d'iquitud'e. et (qie P(t l'ret d'e la dfection de ce roi lui avait cvuy': ,,i fbil uga.eateur dans la petfoi d, trd M,'rcesbirg. Les chaudes inqu,tudc: lis' la Ui'r de Sat-J1a:1es ic psc aaiffet poift avoir de Ul'l int. Les t.'ean (e la coalitiu uile liiiintirti eliici Civii. Leur horrible iitt clt trop le n.'1,e et les mtules ,,ices de caiactere les ietiieuIclit unis. Ce qui a pu doamer lie] ces bruits vicut de q'ie'q'es hlttres de Beilino, i, il efl parl d'une ut oou iu daus lem 'ie.lleeNI M.Aflevt:bei fe tioLiva.'t pre mi er x.-inlre et Pifciaotwelder '(-tart dilgrn'ie. Ces lettres rtolitio,>uiree\ )ortu lus Join linio t'i Etice des vi iffi,,es de la'lsie r, pililf qu'eih s a niocent que le toi W'sie evelle iitat'ej%. Ne voilh-t-il past* pour !es Fran-i, dLce.pilians motifs de croire l'omendeecient d'unel Cour qui vieu+ de vicr une part;e de la Pologne et qui ,jt!f'qi' prt[hut fernble n'irc entree dans le complot rqial rote la Rpublique F'unnsiie q.e p,)nr piciler plis fon aile dles longujet lidI.s d,, 6 des e'alheueux Polonais !Aucun roi de la coalii,' n'efl digne d'y renoncer. L'efpoir de la paix llide tout entier daus la valeur admirable dos epublicaius de France. li ilotle rnoians' ces goreuit Fran;D s que la coisltiou le divil qa'il ie leur ti co) vnable de voir Ce fo:ncer dais le Nord la c ore-t coalition, qui tt ou sopi doit s'y foinier. Les l;la i .is veulent pouvoir eflinuer ou combattre : il femble qu'ils ule connairent 'paint de milie*. Q+ie les rois et les auties ,as qui ne fe fot pulut
eencore fauilt des. intragnes dcs allis bellige'ran),1 le lStent de faite relpecter-,lesa plitiipes eterne!s de jutlce etc d'humanit pour lel'quels tout Franais tit devenu foldat! La Rpublique Franaife hfiue nme la neutralit de ceux qui deora'eu cyri.battre avec elle. qIe ne fera t-elle poit : l'eg rd de Peuples qui s'armeront pour fa catufe Le
r e u e d e s fe it in ien s n a tu re ls c Ou ) r .ei c e e n il e les N ti os J. "," Qaut aCili cotiailice d Ce Part ci I la Cotr di 'Viiine le fort des arluc aclievtra de prononcer ietre leur ft-eL: et les vcrt.a IpiabicaJtes. --_Dans les dernieres nouvelles quiz no l siveCl, ou a bue.ucoup rabattu de la ,rf/ di l e c.'au. N376 .pies avoir continu de la o uittie 1, i tdilir mi Irochlnc de cetle faitccffe, ou nlit.lltlll,'!i" preuIt d'ailleurs les perte' cofiltabs ti les lil ont boi.litted tias des affaics np1orla:esi. O i os apprend encore que le pfiiee royal de Piiiffe e: le uinele Liii, fi [ -e. fout parts pou lttoixI,e a 13eflt avec title vitle que le poids dcb laulies tic pyuira ralentir.
Parmi les plu, 5abftirties calonusies rpandues eu Allemagene coutte<' la Nado vi'rranai:e, il ci e'l une qui'trompe'l'iuenot dei venleus. En effet our eipliqler l. voleu.r tanaife qui fli! asliJc 'hui l'adira'tion (leI U1i'ses 1ou dbile que din la nourriture dea foldc's de la Ppubliqoe , I uile le jus d'une ceria:ne piaue qui.eiteiailuber, : voil comme l'cfclava e r ignlirnit fuii l'nque canle du vtitbte fi, oifie laou ' d4 a Pate Le I'olila Facku pois n.1 l0'11f pie de ces ailtccle PcIPplie librce. et farntcix par la paole aittfi que par les armes Montrer ifcs curemis touns de fon cotrage, la'c 1l-suuirionu'. vel!e et 'es lois,. difant : foil tout le p'eJihe '
Des lettles de -laluclu ,' S ,le ce ioslA ,ppirllseuat que Ie geuranel Grl S111 itu liave le rotps de Coud .a t tri dats tare Suutious.
Oli prend le. melures lesg ps vicouretifel pour faire dust'le Pal'iitat fli fotse leve dt itlles, mais les bras manquent dji W' la terie c d-Yl ce paYs qui cil htois d'tat de fourrnir des homiles.
Le toi de Peiffe a oirdon'n'la leve le o mille' rectuceO dans fes uouvelles ptaifflous et' Plogne1, e qui y.caufe beaucoup de l -ntu rute
M~dykn, ld I 12 dtinmbre,

Ut ,v;lle imp'rIale de 'Vornm a envoy den tdvre
011Peitlele Vssr l7q rcmu,troup.ea pt'ent uns. Oua peut joliet e e eu c ;[Den$ constenusset,, lalettue di d4t Klkfl, i c iit Ce al'Jic'tr . tt' lui + # 'rc l su ,
ce, il te tlteepeod'it a, psobblc 'de le lui col3u
tttt, t. IJ t" '', L I + '
. Ii4 o,,', Ie 4- d?,+ cm'.

Ouviit u' ic e eor'inider pour. lat ee tuIs i' "' uI if.di i t' t i viei vh s ,] arlle'i. vi,+ |lnte' ,Ps )'oj;'tte d t tr l ua utu'5liis d ptoti"


uiers et les efeadtons de drugoue' t:j' 71015oIso -llee tut cette niei.tre il faut.c Is ltnes et le pay# ca cil vifibleumet tpuif.

P k U S S. i

Peirfili l e dcatubre.

LE rti en vernir de Potsa le e d e tb6s pour donner 'audience au comte (de Lehrbei qui cli avriv ici de Vienne e nualit d'envoy extfaordinaire.
Le prince Rewi, envoy de l'ewpereur el rernst ici de 'arnlie,: On renuhrque une profonde ttillellc empeeinte fr le viage de tous les dnvoye,.

TA LI E.

elic, Il3 *Icc', re.
Lr.s der i;eresqlett, es venues Je uim, porte ilst qe lu notv lht .e 'a d:cl.aiou de gi etr de ce' ese gence I, F,.uce 'ia aucun ton Jeu,,nti, q',e le byli uiaaifell: au conitri';i 'i, tei ,n la plus -csni dt coufiserv utn exacte tastitiali .
Les A,,gla:s ont tent d'u t'iir, le p ape ,t'itout. net Un etl,,iuit de l. t ic I l, de l' it,loi de d 5o ",ile ecus n ais ia ,hlmibr e apaltolique a ihLc.,u0 nt xc f c e Liaranic.
La co.luite pleine de hailer que ticun':nt iei'lhs A v.lis iet la t'iEinic ,t u'v ci"rc e leur'g,,-i i ve nelelint, y eilceit '.ontre e':x la piitu #gr:,d la;ie. Le Peuple n'y d .,,,le pas les veux po iure p.haifi e ticii.
E C OS S E.

Diba s -de la Contvntio Eoufaifc.
Sance d u C etiubre. ( a)e le, 1>,iiies i.cdeiteg dais le A1oiiI'ur .u t i oc j'.)
LES dpots de l'A',gt re ir d l'Ec, f'b io.c proinis la pl.s fi' utc :o' aln oie oucai au Mond q u'ils font trc lu t, ,i o,'lo e.r o. Ic n l ylne ; ui pa-venh inui tdeux t oijts impo taul 'i' les on tuiafemb les.
f La m otion faite dajs la fn ce d i s,. p '- Sincl ii'. de do'nne, a c'lt'enjnl e l ( "e ,!.ei n io'i 't iq,,e dcs d ls uc di2 Ptiipe 'o ,, ,'.T; r il t ,'i veIjl de' uot ev cIc le/ l ,ivi!,iuel ii:,iia'l d: j, alttIil a a Ciec adopee a luannite.

?AYSS-BAS.
B,'1nxclk.s le i 5 deccsa ibre.

i Nots nous appercevous bien ici que l' eimbarsas le la tii. ilon Ai itiic ; zii, ic lect et pou les ,'oio ns etPolit le ls i t P l ci l l e finanices. L cbinctett le rcor e tVcile {'ite c~lC:lC h eil's in nu j:ui -.ueU,'I l''" h euipeden'. Piilicurs otrhI iou t r et[s : lC"e[
ter dca es ,p'sllt dup e il '-' , '. il 'Ut15, qa'ou r acihla I ppe r c "',dp 'er, c, r.,: le .lotiu da Ks &e. Le 1 s il i ci a i',I:t
'lc ilo v 'les aLi:i b i. t fl lit. i i cuirs lir la bot r i,,j j j a
cili qu .yart ci,'- lu 'u t iotj:1e cI i aul c euLi pal, cr-mou :, Jeu ,. ',, l.'u' ,, a ,l e '6 Uu liDI de flOl i, cil tdei 'e i_ 'qeja ;',n2si cetie fetde 1ic ,,ie ci et; ore dain lh' lureeuqx pile1cht[upoint de l'allur piendrce 4' c LhJ, de
leur or.,1,- C, qui fe pafTe,;' t cios veix diu l e!lorhu s ', col.imc allez les n ive les qui uoi vl.'et le l c.aplt le de l'A.itrilie. O.)icoit I1 u, 'c:),1 e'ur a, pria 3 foU cou3ptei t'.ni pif du flC'-tIuk: de notue ville et I l ne doute point qu' !ar ,ae. cul iu ptopre avantage datas cettE.alre. -- i,L 2'1'11 pacil objet Je i a:ce:i n p, u eliiai iii.)i plus - tOiu les yeux ,. itl: aic ee .lu ,,. qu'elle tic bleblfforait icertriiq i"arAs, ,la'1i(nt i de I'Elile ; mai, le belon "d ai,'eut, I, faitf tal ;l collcl uce 'eut bien aveugel la vanit. Qiue q'uil' ien 'lit .(-'I teuIit qli 'ot -4egl tlic a'ti' (ce nr, e tufpuiite 'd ,e r,., r lIc fpertacles. ci que il' lt '- s i l'ine tot des rca d'ti le l lte de rcotrm id a s./.Jl l'cv7eftnta lui-J 'C.j 1 ic -prath iute t il aII:al, 1rt do4tg 1 +plauodr. ,~ ',:uaitCi' c l'l+'r un-,p < u plail e q 'il.fuii.'c fiijc' a l ieF psets Mais fi Ti';an0ol, tprqtss le

c Iu( Pjq l. ot 015 "srp l a des 'Ir que lel Iu2'nc elJ";C ' f. , d
lliplt."I," Ils: h Il s 1
iiu'esisl1' ?Lp~k~pt9~s~it isJclai r S g, des tis rV 1 s., sYge Il 1 r i li ca 9i,,'ui"
de vn ge,,e dql pt, t, al,. e tf, Onia,,
trle ,a pas, pour wppt qtu a el"'1-C iafl l| t> r e "x.; 1 v'i intrire. a t il uas- tj j t le ri] u t "e Sl > l V ;1'1't i 9 ', ,
tlc tsr' l e 1l .tls Les l) q'epLCttl5 a he .g'if.


'J'

..











ve1mo IeWattes de l1uu. ,lot tqte
do cette Nationt, ti eu ordre de quitter Vies est les tats de lit siafon dAutriche sue unusoliess

IgPUBL cQUI iA NA45 .






La prfiadt donna retore au eofeil gural de t'ordre de 'Is tuarche et ds difpofitions de la cresnuie civique. .u l'honneur du triomphe des armes de la Rpublique Toulon.
Oi ob(eve que dans les crmonies publiquesi quel oes cttoyes fe font permis de faire mettre ou $terle chapeau an fpectatens.
Le eonfeil voulant prvenir tout ce qui pouriait dtfiraire la Joie des patriotes, arrte que le commandant. gnral fea invit donner des ordres pour que les citoyens fuient eatisemeut libres d faire sont Co qui ne troubleesit pa la fte0, et de f mettre comme bon leur femblasa.
Dar'j3ssu, admiulrair des travatm bries. Ua de veos as,ts oblige les propritaires des mnaifons de Parie tablir des t,,yau: qui condtoifant les eanu de pluie jnfqu'an bas pouffent viter an citoyens le defagment des gouttieres. Ces conduits e tout ordinairement en fer ou en plomb : fi
votre art tait mis eXcutiou il en rfalterait 'une grande coufommation de ce smatieres doqt nous avons befoin pour la dfenfe de la Rpublique, et en outre des dpenfes confidrablce pour les maifons 1. partenant la municipalit.
Un Messbrie. Il faunt inviter les propritaires faire employer pour cet objet des tuyaux de terre cuite et d'argile.
Cette propofition eni combsittue e't le eonfili iufpent fo tafi qui apprini les goutticres.
Plulieurs lettres des autorits conflitues du dpartement de la Nievre dmenten les imputations (,sites Chaumette de s'itre enrichi et d'avoir acquis des poffefions dans ce dpartement. D'aprs tous les lenfeigesnr et les vrifications, les prtendues richefcs de Chaumette fa bornent la rabane paternelle.
L eonfeil applaudit, et dclare que, malgr les ntrigant et les divifeurs,, Chaumette n'a janiais ceff de mrites fa confiance.
La fRance du 9 a t occupe pi'r des dtaih d'adminiflretion peu important.

T'IBUINAL.CRIMINEL RIVOLUTIONNAIRE.
D2s 9 nivfe.
IE trin'rl acquitt Aune -JoCeph Cruan "' R de 36 ailts, natif de Rennes dpartement de lIlle et Vilaioc copitaitre de eanonniers repu. blicans BreRt accule d'avoir particip aut smaooeuvre endantes branler la fidlit des citoyens, rvilir la ,eprlereatr;on nationale &e. Lelit Gruau confidt comme fufpect refteta dtenu ju.lqu' la pain.
Briement d'assigsaats.
L g u i".'e 10 heures du astin, *il a ir6 brl dans l'ancien local des ci-devant .saueince. la fomme de 14 millions en Dfllignats, I#quelle ,jiute an Q86 millions dj brles, forme elle d'ul nmillUard. Il selle encore 3o millions., dont 4 proveirant de la vente des domaines natrona e et 26 des changes.


CONVENTION NATIONALE.

Prsidence de outhon.


Le etoye lt lecuuilt f hairgee de Vou les f tr l palierV et d'ensvoyer ltfdit$ itoyetn* ptvuiCtC 11 I
fous bonue et Mit gayde .t Coutrauwres, aiuf! lac le cstoyen Dcvaifnes qui clitenu ua plut granad ecret d en prifon. je reois l'iuflitt les ordres pour conduire ce bataillou Cueeu, o il fera cafecri. je vous deinonderai pour lui des attca et des toulicrs; ils ,Ci maniqaeut tous ; il psoemetteut tous de nous obir ea vrais spublicans, etfe flattent que leur bonne cotduite vous dcidera crire en leur faveur la Couvoution et 'enager leurpar-fi donner,
J'aurai l'honneur de vous inflruire, citoyen reprfentant, de tout ce qui le paffera dans ce bataillon.
L'on me dnonce actuellement le cspitaine et on me nomme le caposal qui a mis le piftolet fur le corps du commandant temp.aire de Caentau. Je viens d'enI mire faire la wcherche et il n'a pgs pari de la iourne 1 fa compagnie c'eft un ancien auteur duVludcvillc tfi6&t que je l'aurai trouv .je le ferai arrter (iQrrA' champ e et conduite coutances.
,Airfi le eoeurOpt ,9 du veve, da citoyen d'r1 lgifiateur, peut re pirer; AUr 8Ot accufs 4'-fot t deligus de l'eaamen fvere de la juice nationale ; et la Rpublique, mets d'efans gassi compte auffs moins d'enfans infidelles.
L'arrt du Comit de falot public cl dj excut. Partout le lO hataillon a donn des preuves de repentir et de patridtifme fur touns les lieux de fou prlfage, mme dans le lieu du dlit ; il reu
des preuvcs da fraternit, et il a fa les mriter. En voici quelques preuves. Libert. Egalit. her&rorg, le 28 btmairt, tan 2
de la Rpublique Franearfe sncet sndiui blc.
Arr dus conffil de guerre.
Nous comrnadant" Clherbourg. certifions que1 le 5iI bitaillon de la premiere cquilition de Paris, aziv en cette ville le26 de ce mois ,et partelt. aujourd'hui pour 'Valogne s'y tli bien comport, et qu'il ne u',wa a t port aucune plainte Contse lui.
Le commandant de la place et prfieit du corifeil.
S,-g, LKTELLIER.
Pour le eonfeil de guerre. Sign PPEc cA ,ficrtaire.
NoUs maire et oflcier manic;paue de la ville de Careutmn certifions que le t il bataillon de Paris. arriv hier en cette ville, y a reu l'tape et le iogeMent, qu'il s'y een aifaitemuent bien comport,; qu'il ne nous e11 rien sarenu de dfavorable fur fou compte et qu'il a tmoigtn le plus vif repentir du patt.
A la Maifon-Commbl.i oc, le Io brumaire l'an u de la, Rpublique une et Jisdivillble.
Signt, BONNET, PoIusEvsN, JOU5tt naire;
LUsAtE. Par lei ,toY#ei ,,air eta ojjU, m,.,,.spasos.

Slga, HOUEST.
Vo par nous, adwniiflrateurs (u directoire du dihlrict de Carentan, eseflons-que le 11 bataillon adonn des marques du plut ffucece repentir die la fre qui a cil lieu en cette ville et qu'il a tmoign le delir d'effacer p'ai la conduite qu'il va teusr lesfaures qu'il a faites.
En derniere lance.publiqne et permanente le 3o breumaire l'au 2 de la Rpubiqne une et indivfible.
Si&nd, LcAes, VIOLETTEec& DusoNs.
Pour copie conforiaUC, l'original LAPLANCUa.
Le iie bataillon l dans ce moment cafern dans la citadelle d'Atras., Il faut laiffer rapporter les dtails de cette punition militaire par un des voJut mmie$ imr de ce bataillon ; fea earpreflon
"K pls touctantes q e tt a eque l'orateur peut dire.

Eirait d'ani lettre d'at volonlaire du i te lataillor, de Paris. Arras, le as frimatre.


Suite dt,;,appo'tfr 'ffsire du t le Msthillon de la PrO. Nora foumme arrips hier eps midi.-for les
tr copie d#r(& Lmftre que. m'i crirte le ciloyen Seginsg. tarto dasuis-une aafent,; perfoene lie fort; le
us 'ai narmrrpror4friremea tummanda t du e pont-levis cil baffe. CL pre garde ci l pour non,
1 asasllon des ileries. garder.
Nous fommes couebp fut la paille ei fans feu
Cit(yeia teptfentanrt, jeremets au citoyen beau- petfosue n'a, mutmla Au contsaire, lorfque l'ad'fOrt Cojmmatant-gatttl ,cnatn dant Vire deuk miniflrsteur a p rih ifrat kcon f'lenaie>' p
dsti tio eje fuir enu ier ra cf qu'il eut fini, les Cris 8,e vivet la I?4rs.liqroe et'J4 enussq, Pon-HLbd*t, de deu fegeur et de deir Montan do batailon dots vous m'ava itnfi apporter di painegt la .it s'e priffe trq-tran.
-l eb ssstsandtmrtst prtvifOire coutre un gaipitaitr" quilement. Il ef vtsiifmblabtle que noua: ne fori et un fonr.lientesat de 'ce bataillon, qui- fout re tirons que lorfquo l a lonvt'io ur 4Prononc. 'onnus pourr ivoir ettCLtnu la fdition et la 'd Oun appla4t.):. lob:ffanb e : qn i le fou&t n, 'Ci t 'relu lors V sOurge, jeunes rprelieah te, vosj tes Al'eoi
de leur an age j "lsl,'Wt auitt' fortir du qui fait des citoyens fidtele et, des 4o(lIa difeiiaag et remiss la garde d'n'lergen et de fik fnf. plius itou's tes 'cole de li4fotnne, bientt liera, et il ot cips'ti sirli A la tte du batsllot la ConventionVous tndri la Rpublique, quand jn(que dans cette ulrle O"j,' ls Ai dpofs en vous vout Cs t a'ricddu -dgic en loignant pri*'o'i. vous mer de votre feu I4homxunea incivique,
il en avait t fat hlicr ue couiCle1- citoen g) g'on d" or' .p. inci.
'Victor, lieterant 'dele a" S ipa qui 'ai P e au mthu de la at,on.


s prror*s deI Rtes ; il faut utrdonneleur tian. atioti Arrt, a ils fcseouit jug,ous h stuie i du bataillonunpaile t.ibt1t. le'i, o dltti cette ville. L ur dlit cil tfe fut des d. nouriation dont les, actes ferot 'eUvoYts rtprdfiutant du P&uple aceal'eu, ;ut'i l
Aras. Le fpectacle de L'iufUborditaou punit ta uce.ffaire,
Q aant Ou bataillon, le Comit a ecsm, t les divels chefs d'accufatio,. Le premier qui cof, li avoir c aut des paroles royalities, celui qui devu"t frappei d'abord les ctgards des oratines fells, qui ont fuia prir, le 21 jaivier le tyran deIls lFI'Ou ce, a t examinI vlemetit.
S ns doute fi les paroles Riclard Iron fsi qui futret long-tenu le tignasl des c rgtet, di1
ariftocrates of[s et lches qui cherchent fLire des coltre -rvolutions avec dea ariette, et des meutes dasa les fpectucles fans doute fi ces je. frains f3crileges avaient t chauts par (les homme%armtus pour la putrie, et sevitus des coulents de libert t il faudait donner ,n ;grand tacm.plep au altsesetune forte leon aux ,eqrifitionns souvelq, et ces jeunes mufc-ditis qui devraient t m.t'
*heureu 'ie ce que la Rpla iqu vcout 'ben'' .
cuper de leur ducation civique et railisine, eu le .ap. pelat l'honneur d'avoir et de dfendre,,ue patrie.
Mais cet air-ittfne : e Richard, J saon roi, la pas t entendu. Si le procu rcr ral.frde de
Gacu a imput ce dlit trois jeun-is cit Q
a cru atre du iic bataion de Pari,1et qu'il a Tetitcortrs dans la rue, entrant dans re.Caf, le foir mrae de l'arrive de ce bat,illos Ctt. Le procuteug.g4 sal fyndic a sifill :e hnderria la revue de ce bataile. ; il les a etaminsindividuel. blssent, et i'en a reconnu ancu'.
Toute preuve s'vanouir, quand on chetolie ce dlit et fe, pitrndus a tia -,rs et fi la faute- eail 5, le procuaeu- gfral-'lynd cc a eu tort de E'tvoir pas airr lni-ume ou Iidt arster fur le chalpJa'5ts la rue ou r:ans le cale les chanteurs corstee.it5v. lrsiionniiiret. r
Ce fait ne peut donc entrer duns le nombre dit chefs d'accnfatiots. Ajoutez ce fait e lentiel l.t declaration du xi bat iillon dporie dans la oci6 populie de Pent-.ademer, tors de fou palfge dat' cette Commune.
1 s Dclare que jamais p reille chsnfon n'i Id
chante dans le bataillon o 1l'on 'etend su, traite qe les hymnea facres de la libert.
t Dclame qu'aucun "'olontaire n'a eonnaiffinc' qu 'en ler individu du btaillon nt jamats chitt'. cette chanfon.
is Dclare que fi un pareil coopable exillait s'ril tait connu le bataillon n' ttendrait pas qu'il ft Ivr aux tibunanux mtns qu'il en ferait li-ma fur le thamp iji;ce comme d'un rnonif dont ou re antalit pfager trop tt le ffi de la iibtrt.tr
.1.n Dclare, enfia qu'il a pliudit avec tia,,Ipout & la dmacshe vrais.eut rpnbilcaiae des tioisSeeria fe feisitait de tenir le jour de pareniqui, i .r leur exemple, viennent de pro:ve l'Univerqrr* la Rpubique eflirnlr):tel e, et de faire e dfftftgai des iyrans coaltej cortre QOiels fo2t donc les dlits dont le tlebatil10e ecetlb les auteurs et les usgtenrs dangertux lI Comit a vu dans fa conduite un grand Lit l'infubo, diustiorn militaire, des actes rpts et vI5Q letrs de dfobiffance au commandant de CsrentrI des actes de mpris fortrl des lois et la rfif tance i'exetnion des ordres donns par If0 o iotits conflitues. Mais ce dlit cil afftz gravetitOr lgitimer des rechercher utiles et des aiguetrs c,9
(aires.
Aiul tout le bataillon n'e R pas coupablei' .plt fleurs vlontaires qui le compofent font lescht{l ou les attleurs ou les isnfipteuit .Rprfeutsns du Peuple vous devez vet[Iwt, ce que la diftipline miliraire f[ forme et fe ni15 tienne : vous le.devez furout dans ut pys9 1.A dfenfe b!igeodavoir '5 araea fisc pied fur ?it frontierezs et dans l'iugtic e o6i l'eutOcit pnbhl.us
doit rglt fen ceffe l'autorit militeireet dttriht tous les projctt de puiffance arme. Ils aivaient penf A l'tablir, ee. gouver1lCttt de& Mas:ci.Js, cer ie i
penf, quelqucs itbdet' plus 5nbitCleii rqt
rpublesns, plius ioenfs .qu copables .' &g que vous devez ramener fans :f'ffc 'atotitns, tionale-, gopsle devez et vous " 'feegouvermail que 1la conven5tion, drue) e1e

49l lit RPublique, apprecudouts iltCf lesf4

-ns. l0p bliqu irdpenda_ t et lmm | 1
par la, ifgs fa fart dos pt mes co e pn, et fC5es troupes, (e eOspOfcnt dsitni .,.d

bhique. . r' i



LeCgi4apuQ'utalstaclS l


4

..
















































4



t I te
a;


Citjex parrtif'anseis de la libert, depuis
5titr~tau. ous faasroasaprs elle fans pi lu raser pfr gel motif elle nOus fut rnaie ; jloux ed'eles ordres da misifire ns 13noui enstiont Do ft ilslos avait bfign : uous itrons Ici, fi erq ntrat I Aunices nouS ferions i fams et consJoduzs avec de' tils efL,,vca. n~45h~ilens A-:des. t'tpblsca:ins f juger 'qncflc.iuriP'ns teufe fitun uo e parille reeeptiob: flta'bis;es, l'ans muaemurea. N *nlt i :rous qUl ele l ffistlt des erretre, & 'i.erut' l, ppes notre al et s.ras--lef eonhra ,, e 'aie ,'peruleu 110i u O coeurs ses loient jamais rendus GOur5~etlae actiona- pu te interpiere notre
.il fr,bra de vous la aettre fous les ycux


sgertido les rc'ell'fe enosaiceut les envitt, citeah-deoir ' i ttp rit b, lans tons du wt,.te#.onrle benew +la Rptblique ,ovs

a, la rl eP.i'si9,a ie psr le ,r,,,ifl,
li,,ie ,ttrsd dau, uotre
5 p ti i t } Nou tt '* f projets e empcher la Stoui ,enti os du mo:ns nous t n ftemopt pnf fans.'

?"iU in f r. . i de l
e.c' part de uns sairons au maire de
l3[os uras le lmes atc l'ardeur dnue jentt l.tmnj ll rPPhaftaii le devoirle plus fnr.rd ri
h ent patriote celui d abien fvJ la
Y"i It aiQ., q'o a peut-tre clonsesnms pt' la tiaje-n ttt saio d 9uiO -e7rferi
a jolies aQi 'uOes~eao


Robelpireeet adopt par 'alonventionnuationale, 'tonteinait zot asticls.
Le eiuqulierne a t fupprim dans Vexpdition qui a t delivue t an t ittiFre de fa r'flice.
Cet aticle isOtit dtente tous qffr sn civils et militaires de la Rpublique de violer le titsaire des Criatous uil'es on des pays 'qui lui fSnit unis p,r des' raits d'alliance ou 'da co-bourLa fupp"(ion de cet article, corru dans tonlte itSiffe par la voic de joucoaux, y ptodi*rait nn effet d'austaut plus flreux, que la dirpofition, qa en ci l'objet, cai celle qui inteffe le lui les Caotouas. Les mralveillans afil'eCtnic,t d rpandre+ le lbait qe noans tllious rins emparer de 14 fouveiainct de Neuf,.bti, de l'Ergusl de la prvt. de Moutitr Giairdval et outres p's atricO-hourgoifie avec les Cantons. Toute la SuSife ;ai'2, ce fujet d*ns lespits vives alarmes. L'artieW V V du dcret lCs fhifait ceffer. Si ceti attitc t'iit' pas stabli, on le croirait plus (oud qu'ansaivaot. craindre l'exicttion des projets qu nos ennemis nouslupp0t aient.
gLe niOlre ctoit donc devoir propofer an Corir de 1;dut Public d'en demander lu ,'tlliffemat la Cotsveotion. 's
:/)et rendat la fuite de t''tpr.
La Convestionn ationale codt l'!fttque attictcle V da de ,redu !:pa, elle le 8)b,+at ,,r,, fe:trouve 'ni 4errUcs dans ,pditiO du 4J ctItt s. t dtvrec an suit+:t:.l +tiaCe.
O t l e r a p p o r t d e 'oe Cot'o m it d e a lo t p b l ie ,

elle ordoupe qu'il, fra fait oue nouvelle expedition 'dis dcret d- l9bfrimaire et que Attici V fera rt lbli Cas cs termes
s El letir df(cnd psrtiealir ttift de violer le territoire dc5 Gautot.s 'Juile"'nou des pays qui lui ltiot .fis jn3t's iligue1ou dc
Co .boti9#.


+ : 411 J

*~rf~s~po~ata~ltei t eiOrexlt 'inr cut ipables ltafh1reutt. C)ra dr VOUS endlr comlpe de nffir' lstlne batailout dc :P ris ,et 'i lalluit obiflar ~L>Ct r biqur it. q u'unadu er de plus u dats tne aut e uoij, *fi nouas 'qfiora pe, que
Ji Cll t'cAl puleicrot obetffaut et luire- le bien de notre P.trie l'tlcigeait.
etditltpi dec n. nCitOYcnD, voil notr eoaduitq; puna fferouo, iitle
Incutveu a O pirtr ['honneurefervlr cl criuisselle, mais aufli rendez-nous;naotre Libert
e publiqae, les jeunes citoyens du onXierne fi nous fomut.es iauoceqa; aeu&z-aouos,nos armes btailloi l ne declateut an'par avatat qlJs hue' et qu'eu Iei employat pour aflufrr le bonheur de
OIlfti eu. lo tt insiviques, fcdtienx, tarbu' tre Patie nous raiffiorss faire rougir no calatm:ns r tj~eau i dci ordre publi e t de la Lelle c afe rttur, Voil la feule veugeance que nous voulons lb fout pel.s . dfeadre. trer. Vive la ?rautliir, !! prifetai les yrirasl
jY laitespublicltas vous allez dire la vrit Suivent les fignatulet. a
'0us lila t4voilet les coupables; que les pallions D ruriersfie l e airet, que les dlations iudivi- D le bataillon de l, Hallcau-B a expi fa para lfaute.Il a t transfr de Chelbouig la citadelle
D '0faiput 'pas lalplaccde l. d,io.nciagor
zdet q\n d'Amiens il a t dfa.rn en trrivan. Soumis i il
ut i edtsinagernens iaduflliux tc attend les ordues de la Conve otl.
Cnouveau la Patrie ; montrecz votie- (rae da Ct;r.
fiels<+" llesva is e ;imont a- C'cal dans le dcet que ions oves- rendu pour
t le aof uthl'crieur fSut le reta ; ncorpqree la penires quifition ?an' les anciens
-fut, l'cvice ded l' oerer f di corps ;delit 'n-es que les deux batailIons e Paris
loti l('efuci e l:;rqe ts ,ci dtis de n'lmcin-lro$ tu-u t e eu/preutrc iii,
f.AlC ( teiia q ii organes, qls inlnrie rmln qu'ils trouveront J'exemple d'une difcila ii; ral endil fa'eo pat, o et sque la Scctiota piu orflanc et d'sn attachem enlt :boooc aux
. la ibCrt; la Convnti1 l et la del'enfe de le Rpublique. Ccff au milieu
d aihlr tri tt de votre vracit, ele invoque 1e cea franes folars que les jeu,c srpublicains
e l rptCCL ydi rep.ndrcz ifou iront fe retremper de liberi, et bieubt les Sections
yo: preprre sasogtaag,, aoddes Tuileries, des Champs Elyfes' et ne la iile ail aduc B', fieres d'avoir donn de braves dif:nfeurs la

pa isOviets et par l'agt iqtu'lill ait de la vie- Patrie, viendront applaudir cete mme barre les
t-vicea e nr l'cs, ge qu'i txsttales la vi ,
i alG.&'1'p&tti uaa Mlahon, les foldats du def-. its glorieu ect les victrires auxueh, uront par* i utt t fefai et m aque u toutes les ticip des nfans qui n'eure t Lbc oin q 'soju tia de
Aucunt fd tt nqu on t donn' dans I.a fermet de leurs pees, et des regarda des rep,raicsduvin Aurahon de u reti m qii ont erlan fentans do Peuple. Voici coa confquenG;e ce que nous 1tlt du Vin m'atra I'hoasnur de msoter la tars
it Ci r le gi'al,'- Le foldat Fia aais fut fobre, vou propolons ,tMshop fat prils. La Convention siatioaale aprs avoi entendu le
L Conventiou auriossale vo'us interroge au onom rapport de fou Comit de faIal public, dcretce:
flad'e la '.Patrie, et bieu t I les tatres les Art. let. Tous les citoyens compofasns le tjc balh~tetIts fditieux feront cornus ; ,l bataslosa taillor de premiere sqtrifitionu, dt des Taa cics it Tuilerie doit tre comnpof que de ripn- demeurerost dans la citadelle d'Arrao, et ne pourti~iait vous me pouvez fervr ha Pattie qu'en rone Iervir la Rpublique jufqu ee qs'il a,et dvrttantimt dignes de l'tre. La julice des clar quels font les chefs auteas et, illigateurs
lon In hereV p.s crer des coupables, elle de cette irfubordinaton.
PtILes punr ; elle appelle les stres citoyens .IL Les chefs, auteurs et infl;gateurs de ces actes
bl' lnas'd ladtendre. "d'iafbordination, feront jugs par le tibunal
C a tI'atciL etms le gouvernement d'un feul militaire form a Atras et punis fclou la rigueur turs ai n cette tarfe la inl'e botte et des lois. prvrsit oasrauxcommiflonas mnilaitas arifiocrati- III. Lea 'citoyens Hochot Vially, Vietor et Des 1, tme:; sas-is un gouvernement drocra- vaifue dtenus Rennes ;'feront truduits fans delai
evchavrg de veiller for les nouars, for les Arias. En coftquetice les diverfes pacces qui
itloi itle t pjugs n, fr le courage mme de ,,at entre les mains des repsftntans du Peuple duar ftdftif, fait placer a ct des maux, les moyens le Calvados lerot envoyes l'eerufatenr public s i, gai". du t.ibunalmiliraire tabli dans ctrte ville.
J'eI a ptine parl d Va eaftion dirige contre 'IV.Le batailion de la premiere riqiftion ,dit de la 14 hstsislen dit de la Hale-aunx-Bls, pte 1la Halie a0tik bls, 't le I te batailon.elit des Toileite c a t ligere, qu'elle a t bienttavdue oica, feront -icorpors laus dlai dans les anciens
la r41'; ils ot obi ils ont t ablous d'avance bataillons de la Ru5llique, co rn t at au dcret rtttliftutant du Peuple, lent condaite-n 'a e rendt par la ,onveton. '. .
'M.uti dd diiecaraettes de rvolte et d'incivif" c' Fp hle l ,lpunition naiorale. Peut-tre uffita- Ra)port .fi dans la janct da 5 niv se,
d4 lte lfa lttre, pour copuate en mme tenas "rr!
hft jafa'rc.-paratio. La 'oici l rere. Citoyens, vous vos rappelez l'e eellent raipotiaque R.belpiere sa f,it fur not,e tat politique L, T t G A L i T avec les Peuples de lEurope, mais je dois appeler
,,ntiiaujourd'hui ,'oe euora tr une na)ifn dauas lJfk2 < &,'ail'oadl a n dalle Prs e t dc re irumire. o ,cettrlieuanils reltions
4,,itai, dJiWdfa iblie. De la citadelle dAm*ns, de l Repubhnque Fr:'n.ife avec les baurea ocites
t. k 7 intlri, n' 2 ,de 4 R'it qre tente et im- politqaeb.
>trjfhe. ce dcrct, tel qu'il a t propor par le citoyen


Le 'mi de salut psbl rix d / a'ttum. a
s9 Les lgiflatineu ont rtfoudui la itue de la loai. pour impriae le furules evolationui aires.
a.& defectufita qui tenaiett aux erreur p plut&t anx crimes des F enies'a osvriers, lot uteffcees ; ilais tout ce uil y avait de troi's puis C41 coulfetv ; lJ inatie n o'a pas t brile, elle s'a t que remanie. Eu portant une main ferme fur le vices de l'admiaifiratiou la Covention 'efl propofc auffi de remettre et,'vleur.ponr la Rt. publiqu routes lesvertas des dminifltuteurs. j.
Ils ne poualert,?lcs dvelopper nteuestii, avait t la actqlse bfltit-le d etux qui Cou rpirent contre les lois dans leur IauctuatC mme que les tefforts de la niselitae politique 'asricnt t combins de maniere cen paralyfer ou eu btifer le jeu.t
Les premiers lgiflates atvaient jet, dans arn ordre appuitet ,leb germes d'un dforrdre futur;ils avalent infuf, pour aitfi direL ks prineipes d'u fdralifme dans 4'organifia mme des autorits dei!ities le combattre uts ju,.
Les grande'rmiffet d'adrnilraiora .places le 'diflauec en dillnte, dev.iett peucher pr hfIctir compofition. vers ln fyfl.tase d'ifolement, de refiftance ou d'inertie; n'ayant qu'une comraini, ication faible, interromplue, avec les extrmits et le ccntre, elles en taicntr dtache 5 iris par l' (lfort des
ioniames que par celui de la chloefequi les pteffait et Ies attirait ca leus caontiite.
Ce m'eut pis aflc.z : le'cuion de la loi fU trouvart r 'Actiz et neutalite cru piffanut et en b'rriftaat fucceffivcaasent fur elhaqtae asue ,u de l, c}iat lae:tzrchique des a ,I mluaflraaiors. Le cable t .o n to nuire am;nci en quelque forlle daus cette lOngne filiere, n'avait plus deorfifhanee tandis qu'il doit re lanc avec violence ; et, touchaut en un idlant les extrmi.es au moitdre ligne d lg.fliteur, lie -, rattacher lort fortement au centre du gouvenen.ent.
Tles ont t les cales q,,i ou appel fur la
viciolit de l'nciuenne orgaaifiation la main reformatrice.
L'i leenfit rnvoltstiouna're se peut 's'etiercer que dans nu libre cfpacevoil pourquoi le lgifitetr icartefar fa rotre tout ce qui n'dti point guide tout cc qui e'l oblitile.
Vous feez donc un facr;fice aile &-la chofe panblique et vous-.nes -n rt-jettaust de vos luetio n uto u t e quai rue p o u vat sux e cer q 'at id riment de la Patrie Contre elle ,, c' par cbttfqucnt contre Vos.
]tfq',,ci ou a pt les hommes ,il reliait purer les ciofes.
Vous 'dzvez vous .torer d'avoir donner la raiet-pa'tie. OQru( des homres vutngaies, que des atts rtrcies plus occupes de la phre tfoit i r;.npent lenta pe,,fe que dcs va.li intits du filut public ne voyentla qu'uae pente de pou'. voit-, que ce* etfsus de l'ambition ne fe deff iffent qu'eu' pleurant du hochet qu'ils carteffiiet ; citai %'onu rpublicains a.e voyez dans le Pouv4 qu'nr i. lttuLtut (It uc laile" ne pl'chI.i plus, il fint le poler on le targer. alhtleur celui qui dans rita polle lev, n'a p- 0l'ane plus leve encore et qui dcfceudu fe trOcv moins gtasn4 qra' rtparavarra ] Vous l'vtra appret d'ailleurs et vos anies ptitrs de cette veaite fiororbu la pratiutser. Les botrmes ne font lite), la patrie feule ClP tout ; elle co.,mande cbifftz. Qrel'haime pout ri objet idoa btt rr'eft point 1"t i torU t r ererodre .4 fort soiDsrc finne i!. Homms .bres fi la R publ'1ue a Routes vos f1 nction, ; fi vous la p,rttz dats votie coeur ce jour era pour vos le plus beau de votre vie pu;fqnie vous feverez l'innrert publie or 'les debris de vos' popres ioterts et de vos faibliffei mme ,fSoppole que vos cfprits gnaeusa puihnI en cotnccv-isr.
IL fuez I'illeurs la carriere nouvelle qui a'ouvtd devi't vous; elle offrea ceux qui ne peuvent dpoSe' lcbefoin dc trsvaiiila un bo,,heur de leurs oncui-. toyens, -un champ bien large encore.
Les liens de la focir tout ce qui la fonsient tout ce qui l'enrichit et l'embellit font confi, vos.fuoitu. Votre elfence premiuere tendait' vous (parer des autres membres du corps polhitiq e; vous y tes ramenset plus fortement ott-chs que jamais psr vos fonctions nouvelles. Rappeler, loue la furveillenne et d'aprs l'impualfion des aautotits fsr'cues aue {onrees -pubi ques la- dette duicitocun envera l'Eit qui iai confete ce ttre 614 lui en affure les glorietufes psrogaei'es aferai ainfi lem nuui national ; 'porte#, un -oei1 asddi:t1ur ise
-tous, les moyenos d'a nsadoritieno tracer fq -. ,r ,c merce des route, noihvelets itri donner inrcstfsc tere':4ationl r talui tmprimaut ide la gransleor ,.et en le tirant de la (ange mecrautile dani laquelle s'agietit les vices les plus dgadans et les plus cnncmis. de, la libcrti; f(crtifer.'lc fol, asgmctr fCe produit s faciliter S'es dbouch$- jouter a ir ptfet.-do -la nture les bteufaits de uaduflie ;t doubler eu quelque fuste citt derireuie ,'t augj'
menter alors +la tomme du bonheur ; faire fuortir
du travail les moeurs et s'cXtirpatlotr de la tsendicit i, quifcil nue efpece de dnonciation vivaunto contre la, gouveement ; tre' cn un mot, les ouvy;veu's d'l Profpkrit publique; telle clkla male imptfann da vos devoirs.
~ fu~ins 'Wt4,en us qsquo foire, d'or"


. : : : -. _. . . . .l


j





















Y

..











dre, dd',dirt,1slon tote i emtte t. de psi% 4r ,ip"eut t 'trblubles 1 e iattaveis t lal futiitltee des lois ivoluitiouinairt v us et t.

Ges dreit attributions tpyuk-utt, S'carteut t (Ont incompatibles par e4ffuc:':
Le gtie dei luio rvo!uation nires.tft do plafer 'funt tre talid dais l 'oa effor: il et t rnceir rapide en au'htipliaut les cercles autour de Iii.
ces coffdvationi ont dict les articles V et VI de la trA'ieme fecion du dcre ci endete du q4

TC1r-o X 'lI,

V. 'Les tdminiflratiotit d :ldpartement reient .fpecialetment chatg 'e de la ripartition des co.tsiinitions entre les cifiticts de 'nabliffcmenst dis lnsalifirres ;dei grandes oute et (les casi:ux pnblic. de la furveillancri des doaaintes nationaux;4 tout ce qui ci relatifauxr lois rvolutionnuairsa et etex on efatres de gouveruem et t do ltdte. public, n'eUt plus de lotir t|foit.
Eu 44ferec se 41i herarcldu qu pTatit les dir.
tr ets, les tuiierpalitus O toute atutre autunlit, feila la d.&pe'eance dcs dpartetneus, cil fuppsiea 7iour ce qui co;cerrhe les lej. svlutioensie:etmilhates et4is mel(tres.-de gouvernement a de flut p.licer 'de hset M tiale.
VL Les conufels gnraux, les prfidaen et le.'
p rocm.seurs g'rtraux 'yndic des dpxt&mens, font .aloru'ns fupiltns. L'exeecice tien fonctiontn de asifi, etlt fera altenaratif entre les ianenbres du di,x ctsi e; t sle p,,ura durer plus d'un ,nois"'le .tfilesnt a chea, de la.corefpondance et de jao r1uitoa et (urveillance p8rticuliere dians la Irarrie.d'eiacution coufie an: ditcctoirts de dpate,atujt. / i
Li loidoit ere promulgue dansle 04 heures q i suivent la Ctcept io i. ':"1
El!c doit t. eU.cull e dans le dlai d troisjours , compter de la publication dua deiee.
i-ci Le miosre l'intenton du lgfltenr :-et nefl o sb rffTtz d'avoir ttror' le topiqe .il feat l'ppli-' 9 L fut le hamp ; il veut- rtaltier dana iplus ettrgi;t 'at lou cette petfe : s Le Peuple a dit, que Il iOi ,l[ne et la loi eriPa. Ii Il vent etfi que 'la rao.:sclle ciait f>iLle foite en Ut lclin ,'oe.l ,u hao's :que lui fauAsil pour cela? fa v6loilt* toute 'Pu farine.
V<,tr't Iphete ele d'terrriae, parcourez-la TeligieueCnic;t.; hors dc U tit nabyame eti ouvert, o touibent S CeCtx qti reetulcnt ou qui 'e p:ripi'ttnt.
Les ainiae" V[. -.XVII XXI de 1' toifieme fe:tioalite alicts Xi et XtI rIre la feco.ede fectiort, &Uarq1trt ovo llmites.
V:iw c autour pour le bien p ilie fdffi'ait pour ves ,Conrbut fase, ces oln'gatinsts ime ie'afcs.
Po'.r nous *,CitoyeUt no s aions croire que de' vrais te1*uibli. nos (c d ircun n tr oina par I.,
wijC. t la peit qu fuit l'i a tHorque pot celle ,dis bien public q",,rtfutte de l'obcff.,ncc aux lui Sdlbuc t l'sffn-r s,
Sailt etla *rr-ieD.
Sign I.ou ;ejEar_ Bi.LAuD.VAtrNNS. CARNOT, C. sl.P kt a, B. BAjLkar', L. LIN uE et Cour"ioN.

S-AN CF DU 1 1lN1V SE.

Lacofle Ba:rdot ,rcprifstant dit P pre ,prs les armes
du t Rhn t l de la Ai e' tle a ,', t, oi)e;titiSta :ltoitalle. rp--w JJe r.o,;rg le 7 navje, fl'ans 2 de la liiprbliqu,


La trahifoi avait livt. les lignes de Weiffenbonrg Jl'entrcmi ; ia valeur les a retudues la Rpubliqtie. L,.s troupes frniaifer s fn lot enptees. ce matin La vill de Lauetbonig a t a-ttaiue tu trie 4*rss m et emporte de inme. On 'a pris dam celae dcerere place 14 piecce d'aiti ltie, une glande quanite d munittons de i:ueric et des mangains. Le pouie itprtatit d'flgenbsclh, tr aviaut de L,utertron*rg lfl t11 aen u",tre pouvoir. Les AntriCI te.;s ke loat retisi udnis leur cattrp dic B.lbetotte d'ut il roele lahpdloter pcur aritver Landau.
-s ela l.ourtie d'hicr Iaieu de 2 picces de tatetun, il y en a eu 4,.tifes o20,000 cartouches u ile t sooo pour es canons. .
It'ecterui en fe retirant de Wcifembourg, a aill.-15oo fufils, des ,atseaades et blclf,4 eu grand M'guibre, et oo de tts fo-rcaqui avaict t fis Iprtfri tiiicts cas diffctentes dreulances. S'Nqtus iveons de -prendstails la rtIt8itc, 2 picces dici'till .4 vo1Motes de fuanrges, ,une voiture dn foulies-s,4C et.tos masrons.
Utao-cesnagulc toute enlleitt 0 dosl{erlte trie;


r 1(411>

et let ttaves itenttst de ta Rpublique blflit de combattre.
Sign LAcdSTiE et VA0OT.
f.le $' qneres zpplaudiffemnent ont iuttteotupu la ,lectuie de, cettte lette,
Les pthsoorarte font entendus.
La pvlfidnst, Le iniire dg la juflict dteaSude I pitt, lt.
L'AIfem ble la lui accorde,
Le imniuj/lre. Reprfeutals du Peuple ratunlisA voue yoye41devant vous celui qui a rifoit inttrcil votie jkiice et votie humakite, Caidoit, ecitoyen dont la lite a tk pendi|at prs de 24 heu l'a pas n,s'e l'ereur dt, juges caiidrnt ;-nais e ci Iotfqu 'ua ioyeu h.jnstelr n accul d 'ecapa. tensenl, d r la puiffance naieoaler abforar une copemniuorr nOftc'ietitteeC, que les vrais acspasenKs doivent, tcmt.uler.
JouiWcz digres teprfenrtas d' ua ( p 'sipl, rg-


cIra'e dw'oute pIltfer d'-aitOr fisnv :'in',0cerce, d'avoir rldU un ptrc.-' uat. lfimille, intttelfaute, et la patrie-un Gensdon e.Ilprl'sntsns du Pi ple Fani;asg voIu voyez a'kut, vous un ptre de, fa iie cratiat de 1'a t;fatue- il vi'ef: *Ltls ren'rc g4.e de lui avoir' orferv laI vie et l 0Quun pus/cher Cucore au:cXer d'utt vrai rpeliair,' "
Mi I';pht3ni'.- ',Jgoinent fatal. au r;aog d'.; "Vila t:c;lrais l tfi CJrt f4rles iualhu trs'publics,
j'allais frtir fupplice dt4 lenurs crime:. Ma mmore '-e' t cu eecleao' pareis most eo iti;3ens; la douleur, la lo tc la mifere et leasdfetpor, voil le fiCul iegitage qu j aa la}f '; mr- trif lc euic alis!I mais'i peisle .t1miuie' e la jfI ice a-t-il sppe vos resaidf [ oissn foit sue Il.Ji votre frzeff ptrn4oc as Iaifi laA.julie *nie man c.,,. la 'ric de l'huanani-tetit, nu fo nf de'

,-o'i tS(. Vouvsvos'tone leze 1 vOuS vle atvz.d'v,t4t du; arornf, prt soribet fur mna ttea, et c -our Ce jaue alfreaax qui d'writ tre le der1nicr.de".' mejo,'s, tI devynus. le plus be,, jour de ma ie. ( Ote

Mo1ti. innecence i reconnue; les fers au-dr"vant defqecls je rnr'tirs vo|uairlt (le iAS tiaitat.'je vis, je uils librc je fuis au (cin de la nrasaie.
Qnei aie dasiasea despv olcs csp;Lbles n'cpriimer lu je qie seif.r- -1l rrcoana:ffan:e dont ni/rtt er cil ptgnetiei
M',. eu['iap ueilfez vous A nii; unifflez va, voixr li nsiesmne b4tiffou ( s e0e.,c LIe not legl iteurs: que vqs cttf.Lii *que les gazes, futures appreiueut1 de vois les bttis 1 ca voirs rendant Votre pera ils (-,tnt dveuis les stes. .Oaapplaudis,
P.:elai.eus-les io fauveus,1 fnot pcre5, bitnt6t-la,' ae atae Cutiere dont ils uftirent le bonheur par des lois foudet fu la' libert e l'galit. les anomsmerales peras de h Patie. ViventLeQ 1iiflaturs I ive la lprl'lqre { Vifs eapplanrditeuecs. ]
le 1trefident. citoyenr. l'ide feule qu'un innocent pouvatitro tre p? par la loi a faisl iffonner la Cooverion itioLiale et le beau mouvement qui a fu liCu1 duS cette enceinte ton'o' e ;afion ,pond toutes, 16s calomnuies de PIt et de f agets quai n ut ceff de rpandre que la juflice et l'liutja.l'a iii tc en arilsc' t eoeur des reprfeuitans dit leu, o Fran:ris. Ah i potsuoi mous lk6 P'uielcs dc la Terie n'ont-ils pu afifler. cette lanct n iritiofble oit l'oe vit taras les itt'brcs de la ctG',nvctiiei, ap,xssart u'nue '16-i0 nal';coueue poeva tutti la 'vie A1 n1u citoyen' h'otinte, C lever f*loniartalent, dcrter le ifil, et fe pi! cpier enlfti cla fouilt l'ur iOual posrebi il nri claendre qtafu rang 'vrl,n'l't,' La j,,flie
des legrets 4tticls".-poor proessn, krflc.nt 's le dcret et arietr dc ceuri msi' J'gl'aive ptit frapper. Voii 'de Westrains par lefq oicl t oaa d6t jug(r de iefprit d 'une:gtande Aifeubal et d caructrer, d'uir Peuple. .
D;pn-u. qit'yra(., la Cn,;titio.a is4,i,,e: esuir, de, plu 41 s. le' folet de ta crtndiiinia'ai" et l difpofition de l loi qui l'avaitdicte; E-. sa ,ecou u it5o.cet.t et cr t'appi.tiendaa d'avoir


e4a nu ir*'e' flottvztIafl ti' fen1- ;j'" .
t'a dfiaiti'vement ,tcudu la libert. Ta fute l grassde y tu, ,riot,ph,, ,,,Ue sil cnP e, .
Le luillleur dcvieut velt pour t -il'h a me de 'bie
ueionicc intarigfhit de jouifa e
eh eu .''

(:t fur ton auo t., -lt., a cade ur et a P'<)U o.,
p et o,
pelittaS. .Va lOis hbret ll'Ong-remS ori elle -.aiate setl tr a abl.ts t ea i "Ce: font-l l lts Vrlte q Cotlljlhtiet le vstj

Et toi, mx-kflie jufle et humai0 qi a u
prfeater ton irci et, ut ep ,t a s u f teois ic8 jufili rucmeruuh de I,, l ou e :
n iional "c. . oiil
sons la d 'tdinlnatIOn cOntre nature d'unIci,j toi : ni le brave IoustflC n'eusfiez t entrI.;. lt oijt du m thenrcux-;n'eut jrns, le drot d'l.
iv er j efq 'au lo ae le i ;t e fe u l y Vd t sn ,, Mais fors Ib g v le re, nt rencetere pour tou Inrs lanba de Ie ,d"4,' tce etire Iles ai.* du a verU ( Ou aplad t' phuficurs rpW'.] .-


G ndoa et fa ia'snle .etaei ans la falk' su te des applaudifmeunjtrdL.
-('L4 jeile dem"' "


s P C T AC, ES.

OPcra ht.0 L A nj Miada~Mo ptri lGOfrud< ad.4 .Il LibesJl et uic IialIqt d, .l, ., 'L e[s I):at,iL C8 ud ewC i :n r a li t t P ,'1 talo.:0l autopst drot a elle 4efglr.
Th.Erd de l'Opra tuou. Notoodal rpe lVavarr, >a Sa teprrf. i tri 'r:de la NYcion opi su3.
u~r~ r~.cC~rfpet. prc. de Es~.s etCqi
c.A&_ # ,rpUb1iqVC ru< e lW Li.Le 1Dezix Petis vcair, elt A/exis a Jfli.e., eThttre'de la tsu cydei Lita'. etia ~~; et Us VrijiI.idines. ,'- '
M'a atend, la -tet trept. de Prul ei iYrin

Trbit.e oncatial, tue de la toi e de 1, outis, Les Motg&gnrards, et'les EPaNux nme ersle.
Tlitr'd la Mnnrare ail Jardit, de l'g vift. Le Snor, rAl Prnieit.nt V'emdi, n et la Saiie Oel14
"hldtrr dcq Sans,' ulots ci-devar Muhre.t .Let C, imns de /~ Xala 't14 f" lre. d l' Sen.ld

*"h-trV de la me de, Louvoie. F1'a, ori t
3 actes.
Thtre du- V3sfl-ville. la Bttre Abaine, 14
Rcva 'ce f, re ,et 'Her )r qde. .

T l ltr< de a Ch-Vatits. L Ejprit des, Pririsoo la Perfrtio des Fra,tii en L jpage ; Ricco ; et l, Voui et Toi.
- Thtro du Lydeilca Arts'., aJ d" l!gdli Les Amours de Piaill)', la ManIe de Ya(l< t Adele de Sary. ,1,
Thtre Fratncai comique et 1v.r "e de d8l la Ptremiire Rk4uifsiFo ou ,rIs6dore etljdtdifl<, des P r rliniLS.
,Amphi:h tie d'Afiley ,faumbonig d rMp!s, jturd.:8. rsheures.t dcsxic prcilet :!Ot Fraincui avec les 1ea e b, fes enfaus ttdUSI les maeres, equtiudn .4.ensrat fl 00t d
nfl'ge -: dee fuil,f, s.ch'evasx', I' piuioS '
"eu r' t t
etIle de voltige'10
Il doau.fes leons d * uieati.on e: dc volhige O0 te& e tius pourl'uu et l'atttrC fCtO. '"


M . i,:,-


'il l Vt





Ul, pel
r' nd'"


L'*bountment pbur la feuill at Moalteur' f it t ll rni des n otdvaIs" ti 18, Il l u't autitr't' i | tt igitj ci dJ.' . i.':, f'ou 3.tIifi
lenjj a I a petit et, pour'tvuis, d 3nt sr*;6 Vil. four fix loisg, et 4 h7 liv Or.u p;t,* ,,4 ; '
.,t'. mo t-Ir etl e ,francdepor, L'on ne t'cb nt clUomcentc,',ent dc taciua e mois, On fouticet auf bicgs0 I4kau'Y:1hlmr# r:s dd s f :i d'.dooio ettres .qui r-nfcrentdes alignata, et d'en fanCh1ie aui t port t r
'oute fie C 'Ais ;Antoics M' mo|ren, Op lnIo 0ltq Ce et utres obett xt e t tr e s k. n i # : des /:9 .
qAt/ ', Pal, e't de ; I*r, t ,_ deun-1 Ume
a6 rt ae ligne, t t' I tofru, Si $t0qu. iuu eoZ 1' tt 3hpde, *U 9, 'ti e p L '"
.i, ,

S,;, .D'E t t, u, M ott ', .i, : dm;" se ot ,,jn. .-n .jl '


'5-.t.


1 1


i

fi




Il A
-




s


/ t.

..





GAZET''E NATIONALE o LE MONITEUR UNIVERSEL.


T3~,'i,, o 1, t 'N,3 7 1an dc la Le7ubhiue Franaise ne t iurlvsib ( 2 jqtnvier 179 4,/u vieux stit7. ] .:- ,, ", u ;: , ,


'e
~ ~y~iL ~ "F~i Q, U E,
uli 't ~ 'a ~ -


: c O S U E .


J


L4as de.4a C:nseueltiau JBia'aique.

~,se di ~4~gS~4vmure_ -.P'ejideice 41c L Br'own,

due vendredi', il- s'le-va, d apr.es m, n, de NeWuo%,. des dbats fut les opinions 4ii;f"s; _qui a poit tisn ienbre proo la C9venlion de n'adniettre acoue molion :odai i i itl'i des-difsttuflil'ls fur: cet objet;
cette dcI'aere niotion, a t cr;e par 1ordre d ki.f cc:, r U lr a reu Onve tion poti"ait
ctt'rC.UO'tjltdr- l,'-i Oblets qmu taeaftan tamss


.'" n 4. 0 ri, d ol,5l,'i3 le u'ite tei la motionde #Sioclsir il- eltb a'et 'do te comme il


runis pour obteuir l,utiveralit de's fut' ., et le pqruati t asuic, 'ouafidrant l'op1fjjou .'lqtdlie grient les fretes d'lrland,
et l'ace de la dlk'aier' f ion du parlement de ce ;Pyaum t ll oq'iitQ aIe'; conlidrant encore
le' tCkipt; itlandc. L 'dpouill des dioit
quenos,0 1ires svuaient tcets ui taient conui)rs et garantis par
? gtilde, charte de nette libert;
qt+lgesmeewbrea patrioies de la focit
et alslit itte ia lrlapdis rortisi, ferbnt admis j'votr drite la' ,nvGaaion, d'aprs le plan adopt
I :.Gcvtt),o::, n iovelcR lectoi on
dc cet"-oiJet l rafte de l fCauce.
SDu 9(.On lot, le rapport du Comit du Bulletin. La difetlffito o' ngsga v nlttite fut la.vnotiot que fit A. :caJlt .p, q,'en_ss que; le r4iiilire, ou tptit antie 1-3re'de la chambre des comrmnsiC y propofut un
femb, la5l1 celui qui ,'uvit pale en lrl ,
' e p'at" Peuple l."droie S'affetublcr
droit qu'l yait" acqtis par la ivolitin il en (trit Lnn ai' ux tp'rFeutana des fociets refpeelives 4i ft x+4Piraraicni fur le cttamp en Consrltion poui foutenit leurs doita.
Li plus gran de partie de-s nenbres ayant parl
cet, les dbais fuient trs-loigb et la Coh-v5entin s'ajons~rti h cdnd uin faus i'e dcid-er. -:.rcg du trierd g+7"- PrJdicc + MealbaRer+ K. Ouieptia ha elifenflion lu la 'notiutrIe C ]l'asnde,
osa idcd' enfin' qse c pr.iJet eonfuhcrait ta'-+
ferhle fur lits dene qteeIIu.,, futvntes t
ICI; La: Cvavutioapprouve-t-cite le ieus de la 'lto rtIe 'alleiuder ?' Vt. Ei approuve-t-e'll la rdaction ?
Ls plemiere +a ti dcide pour l:ffirmative, et
lh fecond, pour la ng.tive'.
On forma alois un Cossit compof de l'auteur
de eite propt{tiin lie.ahct.i'qii Iavait a)tuyi
' E 'a 'de tous ceu qui y -aviet fait quelques aae ,; on les clta*rea de prl'uter une rnolio onu dans les tertttes qui ,eut paratraient .sa ~ljis 'on~Venable, et la foumcttrc cutuite, la rdeifto0d de 'la Convention.

t ,,e Coiit du BMletir' ayant fini fou rapport
'le prflldest invita le membres de la Convciutou i ,recottandcer le,oes coull'tiu'ais de folitenir ce ~tpier 'par foufripiion et d*ea t'aeiliaer la ditsiUtio de tois leurs pouvorts.

RIPUBLIQUE FRANAIS.E.

Paris, 2i i tv s.
1 Dii lettres pnrticunicres, de Londres, qui; s cCdrdent svec les, rcufignemen reus par le mi' nifit de, la matrne ; potent ql'ii l'e foimue ci) t Aagietttti une arme de g,'oo hommes fous,
3 t!il e d'd me d la Convention d la Grande-Bretagne,
"l +'on4ucuir la Libirs et que quinze feize des
." tl nt'-' arrts ; ce >qui eacite nue g:ande "+ tten'ation parmi le Peuple contre le"parti dis r aaaaltre. '' r
Anthsrtfis C[o.te et Thomass Payi,+ ont ti mis
iad t e'attion, et lcs.fcells aapors f'r leurs


M M miN l D P'A a113.
COns.el gn,al. '- Du 1, iJNivose.

,, L'^ct riationai a'levle contre*la u'Jgeoee d1e
"" t des mmbr s du Conl'eil ,qui e rdent
l qte jacas lenr pofl", e lauflet pefer la l'f* lIilfur 'le petit nombre de leus c4lhgice
pil ; et remplir leurs fonctions.
,,diOn 'occupe e'fiite de diflviffions fil$ Ie cartes .t icti, 4, -.t;V'e;illance'dtes h5pit-u-t, et Antre
Objeti d'admiufl'ation,


Les i.oyensConftp et BI deroarm, ex- drlsnifias J te.r i ds ftnlsltuce dn, itle oupcomp.devieut tie examins le zo nivole, ape de lo1gi d ba de comptence ur leur titife ce.lhbert tout retnvoys au Coite de farcte gtlce,
Le citoyen Minier dontue lectbre 4e 'l lettre fuivante, qui lui ct adrelle par t i de les amis de
-N a ntes.
Riv# droite dtla Loire.
Mn ii, je t'auuo nce avec bien du, phifir, que les, bigands font enfin dtruilt,;Ilesgnraux lts seprfeutans et l'aime qui, ,raicnt loir poifuite doivelt rentrer aujourdbhui en;ille Le nombre des big.ds qu'on a ames ici depns huuit jours tai incalculable ; il ci srvite totit moment. La guillotine tant trop lerse q comme pi Ic fotillat., ce, f auffi trop.-loug ,, et q'uotsu e de la poudre et des ,balles_, o1 f,' ta parti de e ime ei certeju ombtc, dateir dgranrds bateaix de les condui-e au ziiu de la rivide dettilieue de la 'ville, et l on coule le bttau fond cette optati'on e ait contiiuellrment.
On a asen idi, les caifftms tlts rations qt reflaient encore aux bigands ; iouOI.les chts font pefqpe. tus ; il ne retlera pes 'un f ul ubiigand, car ou ine fat g,ce auctf5 Il y a en-core quelquen dtac[,e nenadde nos trouIpes qui touilleut tous laZ villages aux enviross de Sivenay pIrce-que l'on tetrouve encore et des aies et quelques bsigands qai Ce font cathes dans les maifons ;-mais il y er a peu', cIr il i'en eit aeuttre pas happe fix" ceota, qu'on repe dma A Angers.
Ancet:si, Saint-Florent et adtr.s ndrois ,"font pleivs de pri-lonni s ; mais ii n'y r lecronit pas loug-tems 'icar aq, doute ils aurontaulll b ptme patrttqn t.

P. S. Les bigauds font abfo!ument aux. abois dif[us pris extemins ; il. n'n rele plus qu'une peuite poilgne Noiruttier, "qu'ou doit clrati ainjod'lthri ; tue toi, Nitimoutier e tnotre pqavoir ," et qui ne p(oAit te long, une battuet, comme fit le chaffe aux loups, ians l'i+trieur di, l", Vende, et tout le piny' cia eniicmticntdlivx'e de cette face exiciable.
Les citoyens Btrle et Allier agpns de la Consmillion dca f (lauces t apprv]fioanemeus tir la Rpuibli 1ue-, c n t ti,. du1ve-Matat qu'ils viennent.
dt faite l'acquiI!in uaniu t cofidtable de fncres cils t bacs ,:indigos +, pcrlaffe po,fsil, "hnifo de bdleii', de lfperin'a-ceti, cotons t sairs objets de premiers peeffiteU, p'ts n Hv,' v"v 'dsr7r de. .t i.a 1 ". : . sq -.t. .
ttiontdle. (.AppaudiiflcinGa. Meution cidqe'itx Afiches.
Du12. Le prifi4cnt de la Comrnifion d_sapptovtfionnerrsi,s -de la Rpublique t anuonce t'ative A Paris de z64,47P livta 4e favon.

Socit-des Amis de la Libtrt de lVEgali sante aux Jacobins de Pari s. -M--lrsidcnce
de Buquier.
Sance du S nivef.

LA citos'ennC Cotufin hbitue des tribunes
donne pluficurs paquets de charpie, fruit des lofits de les petits cn'aus dont le plus. g a treite
anrs.
Le mati de-cetteeitovcnne ajoute ce don efrui
de fa meilleure paire d'e foulicts. Mention civique.
Bctt'alolle dlnonce un citoyen de Strasbourg,
de laofecie juive, venu potr' folliciter la rvocation d'un jufenment dit tribnul rvolutioriuaire., et quifCe
torsve dans le fein de cette focit
il dernatd r que ce citoyen dpofe for diplme fur
le bueau et q' foit ehvoy aux Comit, de. luiet
gnrale.
Cette propofitidn et1 srtte,- Leclerc, adjudant gnral fe prfente la tribtlue et fait nui rapport des traits brila's dit- cou1 rage tpubiicait de, nos guertiesi 1 la prif -de Toul n.
e O.sinze jouti avant la p;Ce ri port de la Montagne 1 le nitre fb;rger de l'afeu/ pendant htxc jouts confcotifs ,, s'c i ,cps : tranfporter {eIAoutils hors de la ville. Chaque jour, il les emportait daRj une baftide et quand tat- y fut .tranfpor , il vinsi nos avat:t-poltes, nous c rinflruire a te gnral Lpoype ffrit cet homme ailre rcomnpenfC ,il
repoudit qu'il n'avait fait que foi dvoir.
A la reprife di'la batt'crie de la Convention dci .volontairei de l'aru,-e porternt jsfeuat quartier g net al le gnnral iars lCr1), etia d lo st cent ltl i ces volontasies a les ,i'.,)r la genttlt riromlp' uf&s ceux ci 'les
efufcreit tai cii:nt q'ic Jes t-ubliicios, rt r Tendant fertcC h launia, t Sc faa.itt qe leur
de-oir, t ne cccvai!P3 as d'agesnt 'pour p o dP e S cot .( . . .


Leviffeur d e c e qui M;irrt a q(Ique part das la pEile de Touisa puafque *'efl lui qui a d'endt Dt',omltiei *,et qui l'a plac au Poe t1,'il Occu1 puit; Dttgommisiei ps'ell Copo Cosurseu un htos ce filge.
Leclere dclae qxtl R,)bcfl iirre y a cuontribu galemeur,, puit 'lq;1il' a deudult coite les tiasnui' liateurs Bardas c Vro et Lp.oype qui ont lauvi le Midi.
Laveaux demande qu'on horme ma-sflaehes qti euit l'np4deuce de calott)ier ces iu yins la tribine d t. cobins foit rochecli et pti.
Il ij 'an t$e cet irnpleuitfut appu' par Hbert qui c JauaCea ce qu'il vuit de dite ri alftivaut que des lettre du Midi atlrouieut la tune iole.
Uc membre pieed que' Laeaaa confe'cu iHbert avec Cellier, et ac ce cederujps q cui Confirma le raupo-t de l'homme moulIZ<. c.
La fOei.t'paffe lordre 4u jou,,

Drtifourry." Les grands, et.nombrenx fucetss q tious avons eus, ce l-Ci 'out dts 'n Cotitt, dt falot publie; mais'il' en lterit pas vuu 'uit s'il ne s'tait entour de gens , Les poudres' et fa.ptres, qui fontt aulfi de fune reffoit lont partueu irerneut occupe. Autretois les falptrices n'es1ploit ient que les mtires qtti leur rsp4portaert (ra bnictr; aujouiriiti, la Nation veut que tout ce qui peut cOn, poica ces
ruatiercil, fuit prcieufemeut recueilli; car dformi ait la Nation coufiumrnerr phs de.l':tte, mete en terni de, paix, qu'autiefois 'en teins de guette.
Voici la proclamati9n faite nos l'rcres a
Adreffe aux citoyens patne' l'extraction de tout le 'f!pre.
Azx armes aux armes, la libert efl ei pril! des Seaneis au cdehors des rebelles* au ididlans !
T.l fo'nt les cris/que jettent de toutes parts les ardens auais dc. la libert.
Aux armes, Cioyens aux armes !
Auffilt ls forges, les atteliers 'levcnt cl tois licix -lfout la lbe1rt tout vit tout s'ag.aijd;tt; le coutelier fit des fabres:, l'horloer dQ'C h' icl'ineq \'de vuere; les ufils naiffeut par soilliers, le toi de la libert, fe Convertit C Dmtatn, tytantIIiles'a la terre < eclenge ett Fi'r, le fer et) atier, et l;,scicr eu l ,l mes et en'ianc t 'tiut leIhtoonredcsc'rcpceano ret les' [oeles, trs de etCju-er udvaic iteui l1 f'odie, foudroyent cl!ea.r,'nec les brigauds et les tyrans ',leurs ecrables cic,. ,
Hommes Ibres.! dont le bouillmsot counrige prefere aux trop lentes-vol'tiou d'une fluide tactiie l'attsqtic db .ininte homer de ct ri ps c,,:p,s l'atme blaicbe inl1r, biei frs qu'oti Sn Culotte crafli toujouis un efcave n voua te fi pioliguci mie vole I-ang, nous, nots e ntantr uvare nous qui u')a.rion, tcnl e invulnrablca cetii qtti nous lerverit le boucliera. ]lani il 'aut.*'et les lo;-u rjoi. nous proclimo.g l'odcet ient que tous les coutg-c que toutes les forces e dveloppent; il f,ut aufli qute lotis l'moeu fle cusulet, Oui, C'.lftrop peu du, fer-, il -tIe en fou 1en bietufi'atit pour forter et mnaittenir votre libertt- ide fort eufiainteent Il zeimre les machines, ltctrifez la.foudre mme ; elrutiniez/les delirnctetsru de l'hntiuit,aili.
Ciloyeas, au isom du geure-hUmai'n rrvoutit doint le bonheur Cl dtol dans lel'Aphtie nous Vvoi i r iftr votre patrioutue,
cr'mecucilaat julqu'au dernier at:re .je tte-pt. cienfe tatere ; de tic paoint vutln i re.p<,cr fir l'activit des falptriera, quik'expluitet que lci ter'es et mltictres les l,plus ru hi" o,'ir :i re lir 'eusmmes le vSu de la loi que vos&aller lire eti ,,. diter vous ne uanqnu ritz fanus doute i d'i, flructiona, nid'av:s ni de irri(l anee.
Les inf{luctiou et Ils avis vous los troraveret dans l'i lauction que le Cor cit le f.,t public a apulie, et dani c0lle que.les r gfleurs gce, aux des poudres, de la Rpublique vous d(netoutt leur buteau iarfciul.
Les moyrans de furveillance feront tablis fans doute par le z.a des S' Ci t;era, les tyrans dirent a La guire Cn'ffe avec le dernier cu. Le- ipibliaits rfondert : Gtitra le tylria, avec la deruite gotntie de let l'atg, ture libre ou mourir! Mais vous, vous ajoutetez t

..


jImm


1414)"'


Le falot +du genre.hum+;n+ cil pet.+ftte dlats 'la' det-f
,aieYre livre du falptre que ricel ma demeure.Qae je fais heureux d'en faire une offiaude la Libert,
,e de le 'faire Pinflant
Alerte, Citoyens., ana armes! aux armes. c'O aoadut
tout crier aux Jalfitres. aux poudres?7

L'hommc -libre. L. P. DeouP.NY, prfi;kjt du
dlJpartetrI de Paris.
Ce placard fera appliqu demaiu fur toutes les
'murailles de cette it. Je vy5 engage Cioyenas d'appelee chem vous des gens de l'art pour voir dans vos Caves, partout c i e trouve cette m,iere priceufe., dont le moindre atme doit te eofelv. Je laC vous engagerai pas da eats.ge, ce ferait rappeler
qlne vout letz.
Danton qui tjoute aux raifons qu'onvient de
dveltkppcr, fur la nitelfit d'augnmrc ter prolapterient lafomme de nos poudres et fp,res, et d'enVoyer partout ette invitation,. demande suffl que le
procd pour l'extraire foit joint l'invitation.
On obferve qn.'osa dcret porte cette difpoflition.
t La focit pasffe l'purement de tes membres.
Anberton cli appel-t paffe fans rclastion.
Dubois Crand. De la m'niere 'dont fe fait le ,fertain il n'y-a vitablement d'pur que les anciens membres. Les hommes itcmnnus paffent faus difficuit, et il ne faut que n'tre connu de erfoune
pour r n'prouverlnucune rclamation.
Je voudrais que 'la foci autorift fou prfi J
'det 'faire cette queflion l'homme qui fe pr-.
'('otes pour tre pur Q: ('astu .fait fotur tre
fi" la cinre-rvolution, arrivait ? ( On
applaudir. )
JP demande atil qu'on imprime la lifte desmembres
de la focit, afinque chaun puiffe connaitre les noms de ceux qui font purs, et ce qu'il y a dire
fur leur compte.
Dtfouri. je crains qu'e relativement ces lifles
o les noms des purs tet de-ceux quine le font pas
feront confondus les dern.iers ne fe-larguent dans r
rs dpartetens de 'la propii de ces liile, pour fefaire p,(ffer' pour purs et fe donner un btvet dc
,patriotifon e.,,
'Romme demande que chaque candidat foit appuy
par des pariares cous
Un membre obferve que ces mefures font infuffi'fautes', et qu'elles tendent faire recomnsncer-le farutin puratoire. bafayette et Mi;abeau.auraient pi
+dire auff ce qu'ils avaienrfait pour: tre pendus,
La foc;tl palfe l'odre u jour fur ces dilffrentes
propolltioaa. .

Louis Roux tfl almis. Il. revient de.dCpsrtement
de l'Aifue, o il retourne et-demande dite ut mot fur ce dpartement', dansrequel'il tait envoy pour les f itnccs Elles fout maintenant au air.
De pins il a fait rendre aux pretres et aux ailocrate;s de ce pa.s-li tout ce qu'ils avaient pill au + Peuple. Une effez grande-.quantit d'gentatiecA dej arve A la -nvention ; il en arrivera encore d'autre. il a artt que fi dans une Cmmune de

ce dpaitcemet il fe manif:-fiait quelques troubles .
le pttre qui- 'y trouverait, Ct qui ri'aurait pas -ude la taliere la plus exemplaire ferait '4d.
cit le chdf du asouvemient -contre-rvolutionnaire, et, comme tel, mis provifoitement ca tat d'aite['r tation, ( Ou applaudit.)
fuo parait ,et la focit l'accueille.
LP4foirny. Je dchire que je n'ai rien allguer
contie ce luemlite ; mais ,lont l'caempl j je voudrais qu'on deasantt a ifore, qui Ci Cultivateur
te qu'il a fait pour l'exemple des laboureurs de
ci cnton.
'Cel.t.dkIls-oir. J'appuie la prcpofstion de Dufourny. 1i lfait dftiretqu'o ,d:a=ndt 1&chaq'r.
membre ce qu'il a lait d4ss fiss mttier pot l+trvi 1 patrie ; car n amiliere, par cxcmple qui asrrat eglige de faire des armes ne tferait pas digue
'd'tte admis dans lWhtoci. ( Apl,laai.
Siannd fait lecture d'une unarat reruife aux cantous suiffes par'le oitilre i' seol)Otntioire de fa rcajeiti Britannique pour *r les 13 cautrtn
contre la France. -1
Les dhclimations virulentet que contient cette
Ipece contre la Convention, e nocafionucut l'intc;tsptiors.
Robefpierre. Jc tuis tonn de ce que l'on refife
d'euteudre la lecture de cette licce intime. Un vaembre vient de diteque cette lccture cfl iridigne d'un Franais. Je rponds que c;tte rflexion c(l diune d'un Autrichien. Il y a des hommes er Fiance qtane veuleut ps entendre les crimes der sois', qni ne vctplent pas que nous confervioas la haine des Tois qi doit bientt leur donner la mort, et la, libett aux Peuples. Il en ri qui vl: veulent pas enc Lours onnaidolis la flupide tcltateffe d(e ,Georges et de fes miu'i s.re Je demande que la f-cit ne faflf pas attention san murmures et que
la lecture l it continue. (Applaudi.)
slmond coti;nue et la focit tmDigie le piu
_Profond+ upr$ pour cette piece ridicule.


-Un membre fait la motiola d rponir cette piece, infme eu plaantdans le frin de la lciEt le hulle de Gqillaum Tell. L
La focit arrte cette pirpotioa avec1 laenn dement de envoi du protss-vesbal" aux cantons Suiffes." .o

Qptlques membresinvi ent lesdputs faire une motion fcsmblable ", la tvetti'

Sinond annonce que la foct de Gdes llui o crie pour folliciter l'affiliation ;jil invite la fo'it s'en occuper.
Plfieur membres fout obfetvr qu'on s'en occupe au Comit.
La focit. prs quelques ,icfexions plne L'ord.e du jotir.
Boulanger, *ificlhet et quelques ontresinutibs font admis.
Milceent' *dteur du journal intitul: Le trWo'e Patriote *,cil. ldn6on*'pour avoir prtfa pluthe au'x brilotins. Il rpond qU'il dora le premier Btiffot et fa clique.
Robefperre lui reproche, d'avoir travaill avec Fauchet au :'-Bulletin aritlocratique, dit drs amis. de la vrit. Il cRi exclu-.
Maffosd, d4 diibunll rvolutionnaire, efn dnonc
comme fytitle. Plners faits fnt Ii,fe tcs charge et dcharge. Lu focit,. aprs une mre difcufflion,, juge que Maffon mrite-d'tre admis asu nombre" de Ces membres.
Sance du 9 a':vfe.

La fatbee efl totalement confecre l'pnrement des nmbres de la fQcit. Il n'offre aucune cigconftance remarquable. -t
Un fumi membre li rejet, c'ef Paul Bonjour, employ aux bureaux de la marine. utisicr cil ajourn.
Robefperre j.4eUi donne des dtails fur la ptife de Toulon. Ces dtails font la plupart connus, Il en ajoute d'autres trop intreffars pour tr pauffs fous fileuce.
Les Anglais s'taient empars d'tae hauteur vaiment inacceffible raifon de tes tedoutes ; mais lien ue rfitie ,f aleur rpublicaine. Les homames lbres voulufe+tt a en cmarer et les hommes libres s'eu emparerent. Odtatre reprfentans d tUcuple fe mitent dans les rangs comba'ttitet avec les foldats'et chaffetrnt l'etinnpil de tousc(ts ; Les An'glais ne fle onucent pas la peine de monter a leurs vaiffeau.,x ils 'e prcipitere.ut dans la ei. CUtii.qui kt+ien+ A la tte de, colonnea etkq'i frirgis bIclcu.' ,prrptic+rs dlifaicut aux reprieautansd CdPeuple'. AIlzfts nous., alle vte, arrivez; d'ttercea, qui d'abord c'taient crus hors, de corabat ,en s''lO!gnant 'de .redoute, feutant leurs d3tv1eIrs diminuer, { fe1tea nr rapporter aima combat Oit en reneotrait qui blcffs, denanldaient aux epfn' tans di ]eu'ple.: L edoute -lieprfe Oui-, ca-,m, rudes ,repondions"ous. E/r bien, tart mieux, reprsiient-ils t'ivC la'lpabliqae !


4Cr;tte titi eml1oyk d la nrsrime, pasr du 1-lvre l+ull< an, once qu't esissha arriv de Rotterdam a rapport. qut'cL ( des habipatus de ctte ville taiertdifpr.] les Provinces.Uuiee font fatigues de la go mec hAllaudlea' V de retour, o
'bien tign e dg la guerre, et danSl+intcni pas rcaommencer.La Sance elt leve ,4 heure.



CONVEINTION LNATI;O

Prs idmen de Couthon:

SunTa A LA SANGZ Du il-tvIS


nal ehltt le labttrt tie de tif ALf '


t'


Des 'citoyens le prfentent la barre, ei's'aoa. cent comne porours" du voeu de l'uf'emblc ltici. rae du dpartrment dC Paris.
Bourdon, de i:OIP, Up'e loi formelle dfendu rsn cops lcctoraux de dl rer. Si les ptitiuOn;rtq fc, prfentest,, comme "is le dafent, au nom.-xda corps lectral de Paris, je demande qu'ils ne foient'. point entendus. Il faut cunti al ralliei' aux pria. cipes. ,.
JY. Je- demnde que les ptitionnaires -faint admis aux honneurs de lafance.
Bourdon, de lOi'e. Non-feulementl .pitiionnr, ne doivent point tre enteunlas, mai' e m'ppIf ce que les honneurs de la fance leur jict accords; ne fouff,'tz janai? que des autoits cxi'. tantes 'coutre le voeu de la loi s'offietit comme telles devant vous. Si-l'or pouvait ure-vons acculerd, tolrer, pas votre fience la violation dI(c t loit bientt la libert n'exifierait plus. Je demande jUa les ptitiouaires ne oi t point adtaais,
dUi des ptitionnaires. Nouna igntionis qu'un dcret dfendt aux!corps lectoraux de prdenter des pti. tiopn ;-mais comme ou nous affure qu'il cule., nuou offrons de figner inUividUellement celle que nous' vous prfentons. '
Morrmajau, Les lois font formeler. Quand nus corp lectoral'a fi 'fes lections, il eft diffoui par+'e rdroit et par le fait et fon, exifieuce prolonge cil une motliruott dans l'ordre politique, en ueft' tents qu'elle c une violation ouverte de la loi. Ji. demande la queftion pralable ,fur l'adm;ilua nres p titionnamires. .'

Cette propoitLion flenadopte.
SSurt lapropOfiio de Rivicse, le dcret faivant
ci rendu.
La Convention nationale o. le r:pport de (on Comit de furvcillano. fur les Vivt'es habillemeaasrt' charois militaires; confidtant que la coudamnatiton prononce pai 1un jugement du tribunal rerolttion, naire, contre- Dancourt agent comptable de Cou.pery, ci-devant entrepreneur dest harrois des armCes ,met ce dernier dausimpoffibilit de prodnit

les pieces de fou comptl dans le dlai fix par t dcret du 29 bruaaire, dcrete


Un oldat, continue Rbcfpiere, voulait atoiir -A. Icr-- Le dli fi par le dcret do 29 r fois argent avant le coanbat ; iln'tait pas arriv ire aux. entrepreneurs et rgiffturs s ft la polte ; il vint Ioa cmander aux reprfentans dun rvices des cari .l=._=fr. (mapprir.us pour h Peupt. Pourquoi, ctnrrade rP-.- Parce que je veux i pi. .d eu c p s -'i del
, #, eUmlt (les, pieees de tenir compte s main,
latlgcr mon arlent avant de roaurir. Il 'y et' a iel i .s cet efft par la 'rfOrte pas. ami. Eh bien ence cas la je me nr uationle, cil prorog je qu'au 3o niv'fe eri fov"t
douuez-lc aux pauvres.--.;Tu Qe mourras eas C du citoyen Coupry, l'un deldits etrcp e-etil. ton argent fera doubl.Nous n'avons pas vu 1a, oyn u juy ent renu pr le taibuonl
.~~~ IL A . ^.zu o v en u ju gem ent rendu p a
dopuis ce brave ho'amc ; je fuis parti .r p tt po.P u revolutionnaise contre Dancourt,'agent c0multabltdo favoir ce qui lui cttliv. Notas avons ion nuln et ,ouPcry etde la rgie des charrois m iairc lequel le n0 de t'un :giaaent.
je vous a!aierai 'u Iectatte horriblement beauc uspotte cofWcuationu des bie'ns dudit DancOuit,ijiepal f'ous nos yeuxR j'aurais vouslu avw Ir'egt ut ationxt prs le dpartceent de Patio dce mes ctsle citoyen Dividpour rendre avec ion -rri chardectoirm tiiitm
more ce,~t puva l ,~uaNaa ivcrS :onpe:y q cbvrs la rgie
pinceau immortell. cet povantab Rleuleau., i-res, ail Co eque ledit Daucour va't Ittr
"a e".e i t ct. .'decei ui redre; et lctcut, ildemeure autolif ret't!
"I pen+ ''e h COrU-ergerie les pices comptu"I.ca aLitLl
fion ct-! +lt. qtltitc lt- es la rondeet e l ,- fg +, P
t i,. .h ro. e etDaucourt y a apportes.
ft, tdlmtt tout 0et Ctis'te de terrain malgr la nuit
l'txploLdan de desax fiegtes ,tlhaes de poudre et Eulart propofe et l'Affembtc adopte le dre db)ultcts daugra,l'ee les selennaus du Peuple fuivatit 1'ont ch-pp q n leur grattde proximit du La Convention nationale aprs avoir enndca lieu de l'cxplofio, ; les boulets pff'ertant pardeffus l'es Contts de la gueire et det finatces,1 h li ent gtes. -rclamation des accufatepts militaires et offlcieeS
Robcfpiert, rdilare ,que l'cfptit publie cil ti tl- e. police de l'arme, interprtaut l'Brticle
mauvais dans Toulon quc itini qu'il refla u 1'loi dit 1 6 aot, portant que le traitement de, 5Atglas un L'fpagnol t f,,t nate de la place. officiers di'iibuaraux militaires leur fera p3y1 Un hiftiriqu+e antus r.us- j; qe rvoltant fera celui dater du a, feptelnlbro et que ceux nomme u des CrustUctl qu'ott e- W4 ou v-,eulu exercer nos n0mwmer O'a'ront droit ce traitement que du Paot ennemis fur let patri( -s hBeauvais Prau peut o ils font entrs dans l'exercice dc leurs toritiOnh donner tienlrs d' ,,mlcsgsbeeu pieux ; on dcrote s .
verra jnf'q u'* qm'?fil, ttaietit les fupplices Art. Ier. Les aceafateurs et autres des qu'on pou uvait fr.ie f.alii n homme avatt de le tist Mt mr t%L il ne Co monta pas tibunax umihitaites qui Ont te nolS at.fnt d m
ferme qtl' laurait .l l'rte t il lfat ipouvaut de njetfept- re r dernier t qui fur l -rtCdotnd l'image d toh qa'n i prprait. La mort .re fotrendus avant cette poque trct
l'mg + r.-'u uipip-re L o t ement qui -leur a t 6xeJ'ont .ctafs .
tie Myfe Bnyle I ,fX.va, quoique celui-ci ne foit o c t trtv
poittimit 1 t-,(n.ilUn en faut pasmoinsau fervice compter du jour o ils (font mmlv.
pitmort"u uz cchlaftdl P' Aat on leur dellination, et recevront leur trsitee "
attuibuer fa lutort v*- c nrcmu puifque ce futet les vieune cxe, s fut les pt'bianicrs qui abr- compter de ce jour. gercut la vie. .IL Les accunateurs et autres oficiers des tri"
atUx militaires qui, ars leur. notaiiati et trstUn citoyen fait I turc d'un Dlffage 'ptr lettre de f rcidre /r leur dcilination0, tat Ct CO?]o

..







(%'4,i;,


j n, l tlre "& la'gucre
1" ' l t.t. orCti ton dtt i o
P .++,Om + j+u icngedgt


e '. l'es y e que les: brigands de t'faitesL de leu biens avaat le eouxltir:v0ti fouis dlares nulles;
f 5xs le mode, etl'poque de+l'ex+C"'tit,
*i jcl a ComnMff' dc L 'igtls et ,a
lZ&iti pt r Cii' fain le, rapport fious
SP d'n la C +nvcitio
alC dfr.et que, la fo rI n dc 6,56i liv. if. ,
(entre'l os saains dw.'itoyen !ucroify 'retse dons. patrotiques, PfS 'la ouvcntion
;.LIe etdelilue p AFr s dopatcurs fogotrir Vuj0 et les enfau, des vyinqueurs de To'uo.
r J, il!fi que celles q3si pourront tre offertes
l trforerie national, qui edlcuure,
hl,,.tIe faire parvolir leur, de ination
far upitat G feta fourni par le Mnilte de l

,drdfld=. 'offer qui s apport la 'n'ouvelle' hd leprif, de, liguas de Wgiffewbourg d e'ade

L Citoyen I gilatirps. les seprfeutans
pl,'e t pr-s t'arme du Rii Lacofle et Biudot
m!nn cha Plple pPorter la, Co up l'agrable
e gutvli ede l/ reprife d Wcitlcbourg par les
ioupes do la,'R Wpublique., et de vous 0utiner quelM5 ldtaih6fur cette affaire glotieufe pour les loldats
L, s LaattaqTs avaient commenc le 2 ; le polie
Ish,,tdootabie de l'n1leri tait ' Hagic-au.
Lt:;il asail lev l.curs redoutes dfendus par
cI1 paMi6ad's et137 bitgicr.
'rme d',lu Mfelle qui formpiti la cotonne
,la Idroit toura' le pofle de Hag.uuCan, etil fat eippot moinus ,d+ troi., h-ues. L'ennemi le-wit> fir les haeurs~ de flord ; ls'y retrancha it,tou le* moyins que l'atmilitaire peut fourfir.' Le 'grand coup devait .,tKe pot lc 6. La Y lle'rcprfentis' du Peuple reurent la nou. tel l de ,1t repti'e: de Touloi ;ils l'anon'ceret lrlt. ltarmee, . l'air reteptit des ris e miw 5f0'la:WCi ott Nos freres ont t a "Todon s'ctlWix d! .totutes parts ; Iiens irons La.ndau. ( Onf

llette b ufe nouvelle accrut l'audace des rpu:IliaiuLs. 'Le ., de'grand maria l'attaque com:umli L'rme fut1nt une vi.e cailonnade de Iiuewi qidi dura juflu' neheure. Nos foldatsi imp uinu demandent qu'on loanc la cfarge t 3
4 isanda 'A mirt lfer {ur Landau et il ci a croire eat tnsville cli' mainten ttt dbloqur. On a pptuldisr) .

Le plfident rpond au pitiounaire que la vo!ott
d. rptblicnin eft pont lui le li-,n de la victoire, t
i'&ti.at1x lhojneurs de la (tance.

LI Sction de Giillame-Tell rient dioo1 eti1pus, quji n t* prifetS es la Con 'i l' ue enfaveur des, onnais, et.l'4utr
enmvutW ,des hommes dteuus ce'l, fufpcct,.
uI dt4 de cces' p ttito comiaus--.-nue msatsuvre
par des 9utre.rvolotiontaireb deguifes
'tee, tleI rter l t mar iche de l vtltion eu
,itlaaCnveutlon fe des hommiies jultemelt
ete Ele iuvi to onvmntion coufetle faferstcti fot qnergie. .
Lt rifilnt rpoid aux p.ttionnares qu'une
1Jiltelfere 'lide'ra toujours les rcpf<'ntan's du'
,'Pt ,isdiitrs de-la Rpublique ,,et les adset
Slainheuf de la faunce.
id poofe su nom du Comit (e Ilgiflatie ptrjet de loi que la Canve-uaon adopte
tut tftmea :
C0nuVntio ntionsle aprs avoir entendu
10ithk' di lgllation dcte :
*iI, T.t citoyen qui aura t tnn ien
Y'i49 Jtt4re e cathit u de tout1',nuj;re, ordre
1rliiFr'e< on de jgiement cinenlms .anttreurs
11 i!It 1789 lo'fqun. par 'effet de la revi4, raita e sbalu poorra fe pourvoir au ie0 aton, dans les trois mois qui fuiMI la hPtiblication du )rfent dciet, contre tousa ttui ,deier-reffot ou du Eoufeil,'+trcdutaIt0tu ila peine i laq'utille il a t cond6ui1,
te o e i P ont mis dan Il'inmpoliibilit d1 fol: des lettres d'e telie de-laps-de
"ttIlt"rut I'ittlllationdti tribunal dc cafatiou
ttI OS i'oftpas CtIO le di-i de deu M ois R
tI aOltut iitena ire tu libert 'oit flou itgenent
't il)h lati9n du tribunal.
le Cas prefeutCe nu tribunal de ciffation
c tas prsl par 'article ICe fera port la




'il e'tuetu dcamnrit ot-s


doivent 1lmi r
UtOI r Cl r e t t e"t e ajiors ,
. t, C* en etA, a alonu.
'L,1 "l u ,q. ibuqal. de calattion eclter qt 'd
flO1Veit iet 4aa. :.,v, ,+ .p : ms,q re;qu'te''cl! ,.s tl,,etsveria
h0, :,1Ot',?d e difltit ;celni qui avait enii'"de .l.tatir cspreire rrluuce, peurry choUirC, conl'tnFn[cur a 9 li 'f .u 94 auot179 a'fitr l'orgaui' f'attPt lW't;aite naj dca triburauX, d'' 'l', lequel
Plufieuts pirtiunnires f' *ftsccaileut, t,:la Larre,
tDes colonk lb Sa't-l ,nseute'qili fe trouvrnt i 1 s l'e font rniils pour venir iur 1W4RePnblije un' hnui stabde. Amis 'la b aIr" c 'l relopdpet'), les' catfei>s ds 'd l+l4tre$' ui' Outidr! St3iit'.Dl)rfiigue" lt' riee *t'tO ndnt A la
+ .nfl ni- l lerqidsu a" I cefiive(ne t t li t i ir le 6'taj,p o ts d es O oli)ties F ian-' .aifes ay-c la France, ils euan'eut ovenC0n qui 8'cil f it, udn- ,6or de onfacret tos le! ilhiucipea vrais ei'files la foe' de; ne ,r as' iseglgrer de co'ntact.tretcni lois ceux qui'eonferverqnt tsie Colo,,ic importine -et l 'ss'ld5oan il'clat"ci l rfpsqu'on n',a Ft li ,ilc. qepkt
*'N.'u jiirons,'difent les colons u sn attaclsenl n( hiviolable la Rpubliquc.un1e et indivilible 'e't ti' IrIte Oui J ieo Ous voulionsvivre fibres 'o mounir. O 6)n applaudit. .
Les ptitionnaires demandent un prompt rap'.' port -fut le relations qui doivcnt exiler ntre' la Faic et les C olonies. Ils demandent encore que "S tho iax 'Polverel et Delpeh .loieutm tis hwo de la -loi, et ue leurs actes foient formelieni

L- prfidentt,.dans fa tp'n f exprme lea.le qtui anime.la Convention pour tompre les liens die Fransis quedo teltert d ,edu r' il l'eflavage :-le Monde priri dii-i'l avilt .q,'ui leul Fianai de ienne rclave,. ( vifs app.ndillcmnena.) "

La Convention renvoie la ptition aux. Comits runis de falut pblie de insafiue et des Colosniea.
Jourdan te p:'fcne t' a bar. Il offre 'quelquC rolanations, que la Couvctton rnoie les Comits.
Goupilleau',' de Montaigu f;fit cette occation pour tendre hommage au patithtifine de Jourdan. l ciel in fait :Jurdan 'cfl A aVi n la ter, cr, ces ariflocrates. Envoy pour t'equrir Il rtmt' 'des chevaux, C luihIeu le.clicigea de i'exciilion de fe4 -pouvoir A cet "id et'en moins de quinze jours au, ptix du imaxi i Il lui procura 333 bons chevaux.
Lourd Bourdon obfcrye 11ile premier nirnto il p opofe de le fouii tire fur le c a mp 1 a4t eo l.on; il cli prt -rpotidr aux obfervations q #' l'on puurrait faire. Ou lui ,eptfeuf que la fane off, deline aux petitiounaires. Des citoyens de Communne-Affranchie viennent coriib'ttre la ptition qui fut i,te duns une-des dern;eses faucer, par+ des citoyens qu'ils affurent

tre dcs coUtre.t"vplutonnsi es. Ils demaudett qu'il n'yait point dC 'oce poUr lts ebellcs dont toete, 's action; attcltelt' dis deffein, libetticides t que la onventio'u fe ''afle laite un r,,ipot fi, le mode d.c pa'ttage dcs biens de rebellcs aux Sars-Culottes.
Rcivoy ti Cormit de.falut public.
L fiance al leve 4 heures.

SANCE bW 1 2 IVSE.

Barert au nom du Cotitil defalt bublic. Citoyens le cti de la victoire a retenti des Ibds du Va-r aue bords du Rhin;I e'ell dei.audan que le gnral Hoche vient de dater fes nouveaux fuccs ; '.c'el Lndau que lesi rcprl'cytana du Peuple', S-titt-JulA t Lebas,f out entrs trionsphatrsrs latte dis colonnes rpuhlicaiue:. Aiufi les triomples de la libert paia;lieut a la fois aux portes de l'Itulie e de l'AIlerniagne ; aitrfi la Rpubliqne prend des forces au "Nord et au Midi comme clO a'affcrtuit au centre tur les ruines de la Vende.
Il n'Ya qu'un jour qu' cette tribune nous fat- c lons couaiie nu Nord les victoires du Midi, maina-I tenart nous allons apprendra aux-'islfcfcurs de sa Py,tses les victoires' de l'arm4e4c de la. Moftelle et !t du Rhin .ef u eux s'en rendre dignes. Encore d
nI:r nous en reevitins l'hetreux prage dans le 'r roit de ladjudant gl,orgl de largye de la Mofelle.- t
Drns ,I nuit d.s S au 6 nivofe, uons a-t-il dit c la nouvelle de la ptife do Toulon a t annonce b uii. ames de la Mofelle et du ,Rhiu ; ''ait au f milieu de la nuit ; la droite de 'larrie de la Mo- e flle t'it camapmrchatt rfor Lauserbonrg le VI ',ctrC fnt les hauteurs de Hanfpah; la gauche v l'aIrme do Rhu for les lautls eis- leai de l. Rinl.'fld; la, 9 roite de larme de la Mofelle 1' cuoclat la gauche dc eCelle du Riti et canpce ur les haostcdrs Ca f cc de Rott o 'taitcamp t l'e tan cati e am ouona
Uu e voix feriae rveille le camp l; Toulon a ti etia l'gCjistsol e l'Anglais Liiat comie tics [


feh es t aufitt les foldatl re fo tItis Pi' WP]tl&I4 Pui'quc no'fiers foui entrs Toulol noesnvnloja mllet . Liantsu' tet ils partenr.-E-- lc LindtUn na plus d'ennemi 'es portes. 'Une imctoyable circulati'on d vittoire s'fef tnblie. cntvedtes s~riam de la Iptbhlque 'alt silicu dc glaces et des feilnatats cSuur itfiue d J'h;vr. Non la'tibert ut iag n o'tc uhiiit niLelim at-- t ltI ii0,,s elle tic ompto pas les tuetis, elle gcllait que les.,

e 1 'Autrichiens ont-t completement battus ;,les IPIU Etles taicnt' fi elhbres cc troupes formesipar "Fd,ie la victoire, couduttea I bonu nt:.par 'Guilaume fur nos froutices, et prod;gues fi in'u,leuR'est par Bruwi .ck et.peqdat. des bataillons. tpltle exercmlec ont battues lc s taient lfi 'rtieisl tacticiennescesa a,'m de Piul'e ; elles taiii fiagcl'iesL ces hboups rutri. chitnues et celspndat ce qu'ils applIA-de:' ciImakesaleil et tes, etrdruuites-, et l1es dut "'Iaffesdc la R.iibliqlo cosmmsedes. hordes eth btigands et des ba-d s1e voleurs! .
Qu'ils: appreanent donc connatre t l vuleursf horeum'e's l~la:res 'a,'tvigueurtet 'les relu.ona d'ntE grand Peuple don Lidsmouvetnenis .et1c; arruee eprennir dans .chaque/.pVatie des frouticres tomihe dans littricur le eracter' qui. leur appartient.
Vjil la vritable tactique : AU t,-centre -' Unts guerie. d'extrmnination contre les inflruiaent dfs gerres ciailes ; fur les f:ontieres fepten.trionalts, un courage froid et imp'erturbable ; dans Ics, ta.ions mridionales une cltatio) de courage qoi lie onnat ni bornes ni obtacle. La victoire, de Toulon ePil'cffet de l'enthuufiilnse du courage. La victbite e Landau li l'effet de la confiance, ce dit 'l'ipidit la plus foutrent .
A "foulon le climat ddommageait les fuldats en adtsciffaunt les ,ftigues de la guerre d'hiver. A' Landau, c'fi au'ni'uiliea des ncges c'eli'Vfr les glaces du Nord que la heletir des comats l'e dl'ployait. "
Dans Je Midi la victoire aiTtmile aux ploduotios ilui climat, a fiapp l'Elpagnol et l'Anglais comtbne la foudre frappe ha paais inutile et iu.

,Datis le Nord, la victoire, tpfEmile aux labo. Xoltions leutes, sniais vigoufeuies de la Nattnre ,7n's. ouvert for fin qu' tavail conflant des trutipes, leur pattientti: igablei ' leur courage spt" blicain.
on dit que les Franpais 'outqnc le moment de l'iiasptub.lit. Les litorieeu de-la.m'onalrchc d'a qs lqnes c ivains ditalie aln.t).u lilt*
R~ biquepren-ent -donc 'leur brrit et qu'ils' gi'aven pour la 1oflit les' traits de courage et 'd 'confiaccqui ", pendant un' mois ci demi o0-t fignal la reprife de la fiontiere 'du Rlhiu l'a chiaffe hoiteu''e des tomes qu ont la rputation la 1l1tsbelliqiteufe d l'Europe, et qu'ils ditent que le Franc ais rqpu4icatutlcli capablo et dou de cette gi3ande peivrance militaire qu.i fei:blait trel'a a-, liage cxcliififdes automates Prc ie.s.
Les armes du Midi nrttcrit de la poflie dans leur triomphe ; les arnes du Nord'luipaifent tout: l'ai 'dos n-eraux, et s'levent 'in dcffas dce t'fites, les "t ctiqnc "' ''
L'atmce devant Touhon a fiapp' lin gr'nd coup# elle a t fnbiitetit victoricile. Les aimes de- la. Motlle et du Rhin fe fontCoufituces en victoire' pe nisa ente.
Elleslotnt A Landan elles pourftivernt l'enncmi .' elles prennent fon artillerie, fe muniions et le vxvies. L'es lthes ils voulaient nious donner.des, lois, et ils nec favcut que fuir1 etils 0ublient,.mme, qu'ils furent 0ilirsiiis !
Eu marchant s'crs'Landau., on voulait diflibuet' du pain aux ba.eillont. i-Nous n'en 'voulor que orique nons l'eferons aerivs Landau. is Et, elnttitt

dans la'ville oi a remarqu de l'aiodre, de la di(ci. pline, pas un homme qu'on puifc accufer de di-
tordie ou de pillage.
Un c8nonnier ptuflien allait mettre lefeu ne piece de neuf; n rpublicain l'appcroit t:our an. canonnier, lut tranche la tte et s'c.nparc de la. picce. Voil du fang t4 hblsin parg ; et u1 acte 'a brav'ourc qui honore le 3e rgiment de huffards, dont le c1onrl Boudhote, fiuotte ualifls de la guerre, avaif'rPubl"anif les meurs tle couragC4 .
Londres et Madrid Ontu d canCuler hier ls rfulBts de la prife de Toulou. C'ellaux cours de Vient'* t de Ijerliu lentir aujoturd'hui ils effets du d-. bloqtnemncit de Laudtui. L'snflocc de ce Ionveaii riccs doit frapper lci petits princes d'Alleriaeue t les villesa contingent, Comme lfplife de Tou. ou a d fiapper les pctits princes d1thle et fe$ 'di-erfes Republiques. GCc une commotion, ariltlire et ,iolitiqueqtii doit fe 1airc.feutir vcts le deux cts de +Euaope.
Il tait tems que le reffort de la Rpublique top loig-tnst otprim par les Irahisfons dis gstax et des tats-i,josa, par le tedralifma dminifiratlif et I'illtif, par le faux patriotifme, tani un fanatifaime islurpatsur des coulur& de las


4 .

..











libert ,ptel'in tol&gglce mkm e r hins tbi 61~.dtns~ dt~
*% 'uen je c$' c.

excs d'aine+philarshropie' dipOssi5lqoe il tait rom la' juru. t ,. u.'fe. >''r+ q1' 'ti
'quele re t re uttb l atl +piepir e et aulstot j ,. ue""* d'' .e ly'o r fuae vous' l'avl'z vis, dansIla fi0Lnecul ep la irsOtio?C,5(l < 1bltsliltJbipet e de' Nasare Pa' ~is rpOS. retiasifnt laf seles ,tt lait ";'.itfuit %. .to.i .
at coali Ps .ex siaut 1a tI . ue .piitales. a t fits'de uies t e's' et'deiio tons
'te la a tit i' ai ,e .fitst ds es 1 ao. u e8 + ,,lleai. l aii e
d u ft a t ifin t e p t d5ssx p l>sor p hbqu Q : ,b P q1ba n , . clles s r 'e s c i t s s e o r sq s r a t 'f e s h o t t e s ., p u n i l r a ) H, i c e .l'a r rm' e e n n e m i e q u l i t .O p O l' t S les ebelles ;tanliffult Ust g o:ub v esn e icut pr J ." c , .s du Palatinat. 'l un gouvernement nouveau" da"s I'ltfloire de.,,eet. " .Kirmtpic.i ehl, ,.t ,h eu. i l to djs e ,C'e ttl- e j out pits etd ko isvolttionss ,' le ouvc tuc mest des tm ,- ,'.hain C< s que j t ,, pee., cette ,u pes tpo itiqnts .All'srycuxai < g rflxe ei ftst.ot tis"v i l4c' as ftl'uiii'ieit litJrm e+,qlitle' cl:Qyt icn r n i e s e- d e la V e nd e 'f u r l e s d b r i sd t d i a ltsc r n I ifs r i- e ,'. e d a f in e l t -: e t. s u e
efuy les VictoirC esfrortecs pIo'ls .aes di-la-!gs1sa c cc'f ds cu umes pr ls tellS Rpublique. dt S lA' 14suaOt C i t ; ,t ".
V o ic i lea' l e tt e . I & ltr a es 'c So r ti o u s 'il s' fi rca r de d d ig u e t(Y 'l
Le l/r ~ a~c gueeu rerfnait, '?hdpt du G. +- do , I n I t nl. .J "- ,
nssre dus C um ul' de rf4na> . ''t ' d. 31)" rhlsnu 'd'luffsrds, a: om ti:t chg
memresdtComtd# (u, pbh .'+ ues, 1'l'esnneus avc" fO'iatnofi orluasJe) un d'stre
niv ef lais de la RjsiqeFi i fU'l~ uf.dcsairxg, qdi ' s astiil
q ",ittit p ft i tr e ir le e a une picede a, lui
Je, >sa envoie Lbtoyeu' copie de lalettred(l 'll (ondt ella,re e ,a pc'
Pih u, fl'r elle . dat du 8, d Lan .dauj en Rl. CR i 'Les rc1e*fenti aa1d eu le v ou 8 ceupCl couen~.4~psuic; i cnaasdat laredu ,lsn I. nare l'efpirit qui segue 'dans cati ville. et avir
/lorfqu'lie a emport Lauterbourg et ls .feue OW le$- taait
p .ces O c canons ;il com mrndai listtalit . la Salut et fraterait. sign, MO. e RGOIN.
Jourbe dite lde- 'rst,, lc t et s'e tstaufpott' .Ble le 7 f l'an. 2le la lPubliqtie Fraqauffik lui-mme dans ce pont-l. Tutes' les oprations.
peuvcnt f'e regarder tomme indivifes r t i u' i.,.c'.
Vautre arme out des droits la reconnaiffauCe pu Citoyet u .,tRe: l apnblq e' bainse ,v.' bliquo; de. .odevoir ,d'appeler votrtte- s'level rajeittnut lta hauteur de fas,4l ue def.
tios furW la veru et uetle rpu ifmede t
fp e e q 'l a fit;lofqu'il a-c.p udant lesapoints, sba dors. u en lt il'd' e l I c d p rtefait beiucorp de bicln. eu dus. ,. leur futta
L'on 'a pas le tz onfai I4 la fituatiol o il terreur et l'pouvaute L'ode du jour dans le 'e pris le conmandtnioatde l'arme du Rhits, ir- B't fgaw et fur le sxiv, 'dit Diube.
ueon nomubredtiaqeeengrandepartie ; La nouvelle. de la prfe, + fOIq S ftartou Pc p it ti. co. o bo. qAe. a,,om ii. .e 'iqt' .ru ", / ,
l'efpni pub|i dtendu, et dans-un pays o. la yles moes Que le Corne de f.lq ptbl4 em.lio, rvoluton avait bien ds nuesmis la conl'ine font 'ioenome.t dit u.'etran'et., t f d, c la cosfet fou coarage au milieu de ces' mbaj a c-R une tesatilo des, . alveilause. Ce co u c iu'd ca ter"hole bien reaarqusbltk il a fallu tout, rtablir tat les migrs ; ils 6tot erraus par l s cheuntiis7 et dfesde les gorget de Saverne ; oit a livr, saille les bois > t esl clotins fsgiit,le fats l'ts lfle da ,
petls ombati eu attendant les renfotts de la Mo- fontsretenir les' atlrA ,de husr bltl+h1,1mes contlcun (10,qui ont peruis d tuen e treprendre de .plus "D'eu d s r e nL .' .vengeur .u.i n u o "
fsieux. S vous vuluz, faire elatir l'aide-de-camp sufe, ri. frappe lercettcb-tc'c 'e ntaique au po t
de Pichegru, il vous donnera di -dtails qui tic q:'elle va devenir l' oncratin dt g e Is ustsi
pourront que vous la,'sire. '. et tremarque du, ceeat;de la ptofcrptiun et de
Maurice, thef dc brigade du f2tikgilsent la malldictiW$ ternelle.'
cavalerie, et, Lettros chef de bataillon de Seined O'u entend dire partout, citoyen wipipfle, quo et 'Marne drs t," t de Latidu. avec des d"pch'es ,eveti la plus grnde partie des_ trotic. LeasaI'es ils d Sign, BOUCrOT'r. temcns d, Doubs,? Pouirquoi n tcurjonr.aous p toutes ces forc+esfur" le Hutt-Rbinu? Le btae g,Eandna, le S ulcrer' 5793, l' i dc l R'sL.liq' t n&r-al Selserer cli suifs ioftt qu'e'Urep'ensut; a
.tUiou ; J,,+i.o, eL .i:!4'lCb, D'ciusert.de ls osii- i. 1e>y"ele' +. nCt"M fr e.L Victoire l Vive la RPntbliq u- u fgpper 'un d gad coup,' qe la dOsnie; e hetie: sie
0'.esssissses CIg mr bcille enfilkur de grenouilles, qui 'e tr'ouv affus
O i-s mi, es fcers ralgut ,rgnra* . . -i
lente'de la-pofleri entlier#l l Patie e taivke l' e tase des' C-aisa*.a.foiC.
~~~~~~~~- L.e Penple 'teO Y aefilu-;)#)d af
eourc nae fois. Vivent la Rpuli'e et la Sans. e PUpl t ours fpenrfitcu'i 'e'rde la lAta cu!6tterie Landau ei dbloqu; nou fomes lle.com .ncement de celle o les
esotr clav fini. O, et nos>man vont entrer, marqus par de f ans
fa.eurs .fnt ic , el ivt.e rgne ici ,e faisvelneas cosme d'u fi'e augure et les
I-,:fl, "mo. .a.o.tu'.fauv.),1 .: P.tp s+,res qui,'e iFui rzffurer. les payfais." vperdeut
lafes d'arm Cn pane fa i fiuuen tve m' eu jazr.Nous vions annonc fraimernelleent aux
'armer cette place fi imo.nte la u hens qu nous sion tr le Rh et fi
bique. Nows avons brav le bombaauement et les e. ,.,.tf.
"vaiues menaces e ces aa ociisx nyrns coalifs. Les le C o .it de .Alu.t publicp *. paer in, '00 porteurs vous eu appDfomero'ni av ue. j'tttds O ., .ommes i d'ienf rice t Io00 lo mres'de k'uwslep ei t o u tre t 1 c e p a u'a g le c e l a 'u l 1 0 u o u t o
oqr4es por voler disais vos buas, pour- vous apren- . n l o f
dre le bonheur des Ihan Lais et la dltaite totale des gie, par bill, t4i nvitationqu'oub enverVr au tyraus. Auttrhiens. Cominme pour atitLer unbliaI que la
-Le "'uekr feuLtarnt d '. s J 'rs a Rn du Ra Rpublique Ftangiife dosaeta pour lev faiie danfer'
pJe fie' c Landau. Sign'. F. Dr'z L. la Cxrmagi oc. ur.
Signi B.cusris jde emie
Landau le 8nivfe.d Rpubliquc Fraesta' cn 8riJe. -


e profite 1b courier pont te dire'un fcl'nt ot taous nous battons; suais le" terAs ci cuvett de seid. je t'criai demain. HOCH.
Landau, 8 nivofe midi.
Citoyen xiniire, j leMipreffe de t'annoncer. qae Landau cl dbloqu; j'y fis depuis ue.
heure. Le gal'Hoch te doucra dcs dails.
Salut t 'fatrnit. $ig,i PcurcOGU.
LaSiltu, le 9 'ivfe l'.I Q de ; ,Rpublique FranaUlf:
i. e ci iWdtvffiblc.
Citoyen minifire, tive la R4&l4iqU.c les aii.s de la ,Ibert 'nos.brs'e frcrs d'armes vieu'nsit rie remponucr ne victoire compiettc fur les doPotes coalifs contre nous, psrbout ls out t reponffs. licer rnidi nous aV6ua et1la doucelouuiffance dl'em. ,raes nus braves fieres daimes de Landau t dc les Tentdre laibert. Qu'il tenait difficile dete donaner une id4e du courage et de l'intrpidit avec laquelie


Citoyens, 1voil le tflat du c'urg des armes voil le prix de vos travaux. Le Foir.3ubal tfi bloqu,1 la tyrbnnie tacle dDshoto'rera piS' isg. teis : mais fatifons fortir de ces faits glorieux une penfe cosarageufe pour le lgiflateur un coup de foudre pouar les ntrg.ns et ni tableau eonl'ol-. teur pour la Rpublique.
Quelle- non'snClature de fucl:s le C omit de 'lt't pulie -t:il vou' p,fentet Otee la Conveniionpout tenir fDttCieat les neties dd pouvoir asti&nal dont elle s'el. enfin teffaifie, n'loigne jamais fes, regards du rcchfelien de fes ttava" c du' tabitau d f rues., .,
Lyou rr~~flle, reb lle, ipuqie de fes risea ;' Toulon ven#le, amglo.efpsoguole, maiefrappe de' la foudre nationale Dink qne, etoare de fductions, cufeite Sloeu

fls'm d'Italk~ie ispie de %I>s e l


1t dans t et hbrt
gaice coutr4 ltst ul.'ais', lae lcondj?1
n i c, tit la /cel ,
ic d L t __, ,'e l lArt1 L
rouit "qS r plis 1,tmtsi, uos .P'lu. V?'.' :, ja1orsgBe tdlo1lCt, l'oucwsy, V nienu viciosietifs ; ca{uit:4 Gc+tvi le trt c".: t, e lie>]a V,lee., et.)e; l)riaucl A.u is u .,.05 / .,
L'a[tFre'de Gan'illc a te tO peu cd b", c, ,UnO des plut iupst' xt. Esa.-il paffer fe>Ist fil'enet Ic trv,'O, tes ds -.;, r + 'i 'i"
oar cie laItoi-t ?'c5&I A' a qu lAug, .ee .'t ;. m
iif,n dise d.c''Y ic v, ouii'leur tsue lootis
O ) ,4+ t+ t erePue-t-i ,f 1' la Rpulalique ?. lai
afjncli tles Pvronbtt', o u ublilt-.vitt i" de Rbuceeausc et" le' lg. dt.' Baxcelonet, ef (l1, 'ciafier le di{'cit'" Co0bur "'de V.l'encieuneq,jd
Cond 'eet' du;>02'coni ,et lui domaev+ enuomje'ous Be'lgiq e. t. '," < .
, frapper et punir Lspjtes cc ceste eCithi
gu i illc'e ba)qpi. te ,; ,i)t,,chu d ,, x+ini * ,t ,r.aie, qui d:kvue l Moude t rs,,.ie lcq, mer opprime 1E'uIope et avilit la inrle sdle

1rict le t bl t r fomansr eic rsa !tpir' e
vo!iuq'+u' fu2ccs "de Lautdusu. Q+,'d' ehi dc+tu os l++ Cov il,on de ,,'s'idqe sp u,'cic pi1m',t
d,cerner aux arm.cs. .is' +aller da: c d''crl q Iss armes 'de hI bM ''du0le et du Rhiis niont bitl sni,' di la 11rtii; ( L'Af"blee. fe'hevie rit mnouv, c fpontane et dcute la piooiiedj 4asrcn u milicu l'es '.ccnlssr'aos.' ), eqi;dsig., couspeufes ntioua j'rli.t douu es+ 'aitq
d' la'Pruife et de+ l'A rid?. La gol.'sa!e usatie+ nalc pour desronhcs fijtusls ; o;u ''iei" !': milhitdes ti4'ilsliti:ns ce qui r' Iff'eit l ldifi. t), ae:f 'us l'es loi* p.sales-, c i u, e i'seiiuuh ,'ue'tire de, la jesC'tffafhns :toles psio,'irs O'ef !e t3:spport 'b ila i , I qi ljc1"l-1 s couhir'cu til;.+ wit ail X> coiit1sflis pt l tice et iui d!t tA NatilI l eo'-d -n e fr2 r ctati lssc cmp C' + / + !. ',
fnrtout for >'cu&ttr. ,'r:essf r'2I'flou 4e -Ls,sWl ('i:' le Coait s ct48d' 'voir al, lr vos gd.
ucav dnt pd ts ttenni .aLaudotssergs
el- luintmn'C sp il ilp foNsdc qitarle mois ,Yi, umros< ce ue la vAleur fFtr*ile mduta t 4 ou la dii. vlancc im'agilez combiuen' de crrdianc elle-,il. uivoik, de' qnel cotu aie cl' 'a d stmer tosles jO iai, clic a le s gentes -de cotr'upoi0. E *c ricn ' vou ,+ ' firc de fol;cfitons ,'trt g1luer ' -meco taere le '*,ral et 1t.sisniir e t.cf qc i lui lt di+c'u. lle.det 1b rpoife deLonhl'd,.r et de l Issiif ; aux g.tu saliS!,Preibel ;. -:- .1.'., c d e cn&o 3ep d
rptblicahns.
LefIue du prince dea l n u nral coqw=eV
de I 1 vlde cf js' r/ ,e Laudacu, en ,dote 4e
Walssirn,, l de-ccelb 1793. Mon :tneal ,.ayant fervi la 1 a c t Lt t'f
e pblsaui vous qui sie fente Iiapoflbil4t de tcondsyirc rdes cassons et de5 troupei lpar d.s ch wit deveus nprtnicahbles depuis le mauvais :tS, quziued mme il n'y aurait pas deux aitaikf qqi ,mont a~ u ie' gtaei e diflrc edeno, le u it qicapususaoop, nt. e ousfl it ent cri co.f49" MOU enrl~ svoyer dis PC formnes digns de
votre co eol'Ic pourtra'iter givr aec ioe ginl qui R' oin' de VlOffet tsoublr, ou dtruire Vol, pus p e nel l the et -vous cii) afrtre hjo .'
li'au e* 'ible et, plocut er V, e\blifersevt dg l'ordre ftp n lequel il ne P-etit qxle de bhtilte et dc~e-,'able libCrt. Vous f4vez colmosi'5 taon gnral, qre dl'poqe laquelle un fait va ocap{tolaion re risf.n.ceflai'enieat-fur les ctlf' tions que v leshabitnt;ec i6rgsifou pesfit




Voj ru et.-ubee csobifo e le
Rro.'uiffr-x, ,jie ons prie, mon j g in~f ouivestuic, la Lraenrife et loyaut Ld'un't qui ' >Lit, pin .i.aque La Vrit,. qui a fait l ecietes aru's dans votre partie dort;ui(t e olu't perdu e'foutir e t il fera llijoll
ail flssqa'murfl eprofiter eC51li
oCCalsia i'4 to de iic'des Piettveo l rnt e, mns tie uev6tus lii aJca ini-pits ; '55500 glnioh Votre tl 3.hmus'nble et ses-ohulfant jeilitfesr.
Le prniCe de FlosENLO&f
(La Jtte

L'botnement pour la feuille du Moitetur fe fait ,'vParis, rue des r'oitevin,, i i. il faut sdr lesau !rac.e., au -t- le
baits les jours. Le px x cil, pour P.jxrs, de tg lv. pour ttois mois; 36 liv. Pour fix I i, et 7 iv td.v.pour tr uis Toutcfpeee d'Avis Anonces, M moirrs, Opinins 0ohltiqxes et utres objets, >euveat tre nfrdp ns .pl en P t Iru j te !
lu ftnt pat.te.'te prix de 'infet tion Cil t,- 6f. par ligue ,125 liv. -po t ri )ctolonne t 7 S .lv. p de e Supp i n e uden a r.i Il tuut W.drea ll pur cet objet, etpour tout ce qui couerne Is rdactioa d e eu|.e su Ridactcu.; t duardnet -ai !
beurcs du fier.] PI -net) v 5 -Rvts cee de l'Eperon dopuis 'OIf heuret Cw L U s+

N)Ir .' Ml t1r 1- ? M I rq 'Lti R. nie (es Poit,:vins, n 3.

..








GAZETTE N ATIONALE, Ou LE MONITEUR UNiVERSEL.


0 o4. artidi, 14 X,'v's, tan 2 de la Rpubliqu-Franaise ue et indivisible. ( 3janvi r i794, vie sx tile.)


R LI RAI RIE.
un d'on cabinet de livres trs-eonfidrable
S i. Cfe (ou 4 janvier 1794, veux ftyle) ,i'sst.Jacques, aillon du eitoycn Beln liblaire,

c. cabinet contient les ouvrages les plus pr; aanglais italieus; livres d'eftzimpea,
li re atu elle .ulur ins o # tous le
idos; Acadimie des fciences des iufcrptions,
%, E uvre* de 3uffon, in-4,, dition de Porsu;
t. u#taii, dition de Hollande, figures enlumi.' fsiperbe. exempaire ; Voyages de Naphs et d $jgile,par Sint-Non, ; uenyc pdie par ode deugI5s pi ptsper d'Hollande 56o livra'ifona iemp ii taique; la mime, 35 volumes in-folio ey de Vjlaire 7 0 Volussas i su-o ; Antiquitb.
1, d Heteulauatid et plufi eu milliers ka fts atticlt.q't5*Ot@ peut duiill:r ici. trts ces
*II5.IgC font relis.
*Lg"b*g du,' catalogne fe trouve chez le citoyen tiaqsw 'impriminr 'tue dt Ciamctiie-Saint-Andad' a, Arcs.


R~>~ L i T


u E:


S ,COSSE.

Dbatr de la Convention Britannique.
,. 'l*# dudjead gi novembre 1793. Sous la prfiience du citoyen Raylor.
#i tluir Citoyen pfident, votre Comit chag
ufe an rapport la Conyentioa fur la motion
de Celleudest, va fonmettre fou examen cet objet ~nspt;art.-Il n'efl pas befoin de votas dire qu'il 'm fie toute notre attention puifque dans cette
ifsit-otle figeffe doit dcider ce que notre intgrit doit foutnir. Ce rpport long-tews dilctt
arr ifelionn psr plufieurs amendeemens, a paf l'urnili dans un Comit gnral fom e cxpl Fout t'en octuper L'Affemihle s'efi-reforme ca Coietion fous Ie rnom de delatation et. t'folunlion'b, mais'la dcifion ptife par vous quc le "dtr.,'latice demeurerait tri. les c egiflres des debti,
ne nots permet lias de l'y tanfcrite avatut la fin de
iraie fefgon.

Un Comit ferret a t charg de fixer le lieu des
-/f>uci de la Conveution dans le cas o les crcoufAbbt ciel.deffrnmeutionutiea la rappelltraient amp. i/Jement l'on .ofte.
404. du vendredi 9. -- sous la prfide,,e 'du

-Cette face a rotild'abord for la nca-fiti et les
oyens de 'lonnuer des cosnaiffances potitiqu.ea aux, iaultagnards d'lctff, dont 13 courage, dirig par I., luieres, es fera plus propre achever le grand
ouvl a>de la rgnration.
Lalecture det lettres d'envoi de pluGeurs-'dons
.lUiotiquesa bccup le sefle do'teiMs.
$are.e du farred 3o,
Affealble voulant qu'il ptrt fosis l jours un
ouilisal de fa- dbats a. tabli un Comit de trois ,*rsbres de la sdaction du Bulletin de la" Condciti dusn. s Mndcembre,-Soas la P desce de
r J (d/arr. c '

IL' e artrt fo' la motion du citoyen Margirt
9 1 avait eu le premier l'honneur de prfider cette "lgufle' a'iernle, que' le fecttilre crirait tonte les fcits d putntes afine d leu fait e donner la fi de eh(qui fe.ffio leur fonction pr 'rit b 't0ues tesmfutes qui eluraint t a'dopties,'tn leur fafaut l( !Pfvrnit le proea-ve.bal /de l'examen. de.s dl'tbaons de l> t repgfcrataus. Neus prouverons patl membre que nous e e rames pe)nt
ieombls, oto'me on ndns le reproce snfo n fa> *tIl nous.'avous encore des c on ftiians ; nous

.Putvtrons qus'n grand nombre decitoyens nous 't dligu leur. pouvoir$ f jaaut moi. je d-'
qe0!a focii de Liandrea qte"j'ai l'honneur
q -4q %rfenie, i'infi que mn colleue, (e monte IS5' ti 3 ille irtivdu;," celle de Sl-lelid lO
t t celle de ]NoWile 3 mille. Ce nombre,
Jointt i det Eroffa dcore plus coitrIble
igilt ufe nt je rtrin les mptifables caIOMI8iil de nos cntis., et' doit lur apprendre
s : deda er :cette uffenMble.
Cove"tion s'tant divifi en fictons 'ajourn
n.t'uude,sin,
-. : T'AL IE. .
--":'r : JLiziournci, 8s,cer.&r,."

siieanat danois et fndois' chargspour a de nes, qe lesA i avaie.t&;owt iil'ecet, tviellnttt d'tre rcelht.


i


L'rhniral Cosbi r 'parti d'ici avec la divifion ." mais au lie it pas la toute qu'il a tenue.
On nous mande que la conlefuatiop regne
Turin. Il elt enjobita:ix dames Pimoatfes'de donner tous leus bijoux pour fouriri aux frai, de la gunerre.

RPUBLIQUE FRANAISE.

Paris, 13J'vse.
DEs lettres de Bate ,en date do" 3o frimaire, nons aursoncent que- le iniftre anglais Fizgeraltd a quitt cette ville. On prfnue que c'ta de .dpit du mauvais effwt qq'a pioduit la notc'injurlieufe qu'il avait remile cott la Fratice : il efsi cettuaiti qu'elle n'a feivt qu' li rendae4idicule aux yeux' de" uns, et odieux aux autres.
L'adjoint du ,,i,;lerie dre l *1ari e ait rdacteur du
Moniteur. Paris, le j%1Jei, a t."6'
Le minilire te prie, Citoyen* d'itfrt daut ton prochain nuiro la note fuivante. :
Salut et fraterni, CrtAPrAT'I.
Pal mi .les traits multiplis de. dvQmeut htoique . la cani de la Libert qui onutinr la lte1uMlique ds fa naiffance, auicun ne. dit plus 'exciter l'admaiation que celui-ci:
Les Anglais avaient amen i1 ya'lfcau franiis tg Scipion dans la rade de Livourne, D's pa.iotels .
-dtenus bor ont pris lh coruteilfe efolariiirr de benfevelir 4dans les flats avec l-us pe1fi le, ennemis. Ils ont'mis le feu ce v.iffcar', qui a bi au milieu de la rade. Un matelot, chapp l'incendie rapporte qu'il y a pei cviorli 1tois ceots hommes. L'efcadre aglaCe a vit lt-cormm niCatuou eu coupant.fes cableu.TRIBUNAL CRIMINEL RUVOLUTIONNAIJU.
Du i msiv/e.

Charle -Msrie Br1, g de 8'ana n Hors, dpautemen de la Mayenne, o-devant rccveur des aides et depuis du diiict 'de" Laffy Couvaincu d't;e l'ln de scomplices d'une onlfpirstion qui a exill contre l'unit et l'i.idivifibilit de la rLpnlblique', la l'rrset et la illet du Peuple Frsn iais ;
Picire-Fraroi.,Rrn Eolzr. g de 27 ans, n Poidicis eX-n oble dourrcili i Vendcn're ,,.cou vaincu d't:e' l'un ties auteurs des maneuvaes-qui ont t pratiqies dar.8 ce lic et autresetivlronnaus, pour glilanler la fir,'lite des of!ieiers et foldats et; f3voriLk i ale s r ,.4e4 4anus den tebellt*- die l Vende, ont et conclanis, la peine de
mort.


C ONVENTION NATION'ALE.

Priiidnue de Couthon.

SUITE A Lis SEANC U-19 NtIVrE.

Suite du raport de Barerert'fur les fucs des"armes du Rmn et d# la M:jelle.
Rlponfe faite kle 5 dcembre s7g3 J'an e de la Republique Par le gi&ral Larrba lcre c, cirvnztdatat Cii rlief Lndau-, ' la ltt,'r lui adrei e par lI
iaice Hobenlohe, li 14 du mme mois.
Monfieur le gnral mon aide de camp ne m'a pas laiff ignorer le dernier, entretien qu'il eut l'hunelr d'avoir avec vous ; 'il lui paui, que vous coufi'cntiticz donnr un paffcport une pcrfones digne de _ma cnfiance pour aller jttqus dans voire arne. J'ai cru devoir d'autant moins acepter cette offre que d'opis le rapport mase d'nu de vos deterieurs Je me fuis convaincua que je ne m'tais point tromp fr le motif qui l'a dtermine ; ce
-qui 'en ruel ta tfant rejeter m'a dipenf de vous eu tmoiguer ma leconnaiffance. Je me fuis d'autanot plus apfleudi'de n'en avoir pas profit, que tous nos ftetes d'armet oqnt au, A l'unauimit', la mime opinion que moi. D'ailleurs des nouvelles plus promptes nous raifsncttent, depuis quelques junt, f e, juccs de nos narmes,.
Ds que vous avr fait vos premihies armes-en Fratce et que vous avcz ten gaitf'ion Landais, voas devez avoir conferr dt Fraoais et de ccte place cette opnioti qui jullifie de sell' notre longue refi(lanc", armi les bravus defenfeurs de cette fortelcitle, il n'eu cil pas un qui "-fOit ckvaicu i, l poffbat dt; droduire des toupes, et je$ canons prrtQot-o les 'utrts de la Republique'les appellent. Vous avtz comme nous, la facult dienli:dre le bruit de cette ieroiere arme ; i ne iffc aucun doute fur nos cojectures, isi or les 'ne\valles qui rio. feparent dc nos armes c:tte dcr litre Ciconfilance, je vous l'aoen, M, le genral redouble ii oxlenmet fui l'e renoivllcmeUtid'uindemande tui li aus dc piopOa qu'iautiltc, quand .b a mime !i


la certitude ditaltpprc|tlenut de ns fr'ie d'ames n'exillerait pas ".:
Ne vou abufes pas monieur le gniral flr le fort de la place dclaudau et cr;oyez.en ias traclife et ma loyaut. Soyez donc ccita t)% ql'arg
setffonrea 'd'inertie que vous avez dl11ti trouver eri vote tents ,elle en ajore d'autres qui luriiU'citl l'es braves dui [elcuis de pouiffans mioyens de liffelrvotri purfvrant sas inu tile atibinti la tre ce bortoe montrer l'Univers entier que nous tloas dgnies de la coufltce nationale e|e a semis ce nos ,maus ce dept fi ptcicux : otre tlilince toit notte gloite ; elle captive ql'ljate publique irlne la v6tre.
Cefftz donc., ronfieur le gnral d me parler de Capitulatibn et de tiait il n'en exie aucun entre le devoir et le dshonV -. D'un oeil fersirn et tranquille, je conteinale l's fr ances trofpeules dont vouas vous berces. Je d!zen'ls la ,caule de t lia-" manit entieres, vous dfendez celle tdes rois q l1W mienne prpare le benheur t'lu globe-; 1'tre eu a toujours fait 4le tourtnrut :-qui de vous deuxi a le plus d droit 1 des, luccs ? Si vou rt; i, s jadis des marques d'e confidratioi'. ci d'e'isae de inl
Patrie, accordez.ni potr toute reconradfane. de ne jamais l'entretenir dans vos corrcfpo,daces,
-que d'aprs l'honeur dont'vous faites pioflcfitu. et qui vous captive Maon eiiirue.
Il y a encora Lauddu trois plifonners prulfiens qu.'je D'ai pa UvouS renvoyer vce les quatre autres palce qu'il. ,fent alors trs' malades iA lpi1 s mais aujourd'hui qt'ils e p.ialit miirx -je vors ptopote de les echauger contre lrs tni.o Fsnir q.i oit dnomr s d ju l'tat ci.jrint ; fi ois li ;. propos de les fais. verir VoLtvoudre t bie e
prevcni' 'de- IcqIr airivee *pour que l 'cbailge puilf 'ope.
Poi copie co)f.ltne t l'original. l. M. LAUBAoEiZ,' comm4>dant it chef de la place.
Copie te la lettre de M. !e bauror de Knobelsdorf,
gnral e' f lu corps piafljie, dev'a; L Lacad' au.v jldats fra dais de la KriaJn de ;ctie Plcce. At
qufrtier grseral de Liecdrgen le 1i dccetil i793.
Mreinrs, fos aleffe le prince de H :eiloliie l cotamuuique dans l'ilitlant la lettre qu'il ait d i gnral, Laubate ,. avec la propofit:on d'eharrgr de quelques prifonnirs. Cette letre cll conue d.i des tcrmes,et coutisst des exprcffios fi catraordinaires, Gf cotrraies aux bienfeuece s et aux uages ,cus entre des Nations polices, ttie je ne puis fuppofer quel. garnitfo de Landau l'nit approuve aiusis je nre vois oblig, farsa ntes e:splications de rca40oucer toute correfpondince avec le gnral. Mas comme cette conduite ne me p tirait pas devoir
-s,4l|r, fr les motifQa uni noul onf: ait 'coillslit r l'change des pritonn ia, vous voiirez bien Laite choix de 'elles pefonues que vout jiige,,: ltirer votre confiance, auxquelles je puiiLi.' :is m'adreffer porr les changs et aistres relations i'df. perlfables, et Vtm'en faire pat, vous rOilur-'ut d'ailleurs que je faurai tou*r'r-. i[tingier les prcdcr d'ua paticulier de <'wx duaie gariilto. entitere que je ciois incCep de iucunire les gards 'que l'hou. niete prelcrit u e epoe des ernesesnis. J'ai l'honneur d'ie, c.
Le Airt'de' K NOcLuOauRF.
Copie de la lettre des foldats rpublicains franais, dfinJ,'ur de t,;,idere d M. le bwro ,de X'.bd'rf.
LauIan' 'le 9 dcembre i793, ,l'ai 2 ede ta Rpfublique Frant,fe une et" ildrU/b!e et epremier
de la conjJitutisetpQulaire.
Monifieur le gnral les foldate Franais.conpo. f'nt la garnifon de Landau ont trop de coufrance dans le gnra LaLubadece, leur chef, qui de concert avec 1e eprfetitaot du Peuple n'a ceff d ariter leurchine pour accorder d'ntres qu'i eux un emilai .que les loi; leur donnen.'Pour lent Patrie et pour la Libert ils feront toi.jours ptits A faeriler leurs, intlts les plus churs et leurs chefs n'auront pas la douleur de n'tre pas couts touteIC le fois qu'ils lent paslerbnt e lois de patrie, de lbllji et de g!oire. 1
ceffce, donc .,Mornlicur le gnral de vouloir enrretenr avec les foldats, dteufeurs de Lindau -, ine corefpoudance qui ire doit ni ne pet.r avoir tieu puifqne par les. lumierce dont leurs Chefs (e font entours5ils fatlont mis i lMane de |il f.he applaudir rontte# les dmarches qu'ils ont faites. Il ferait d'-ailleurs trpdfiigrable pour euse d le, voir obligs :de refaqoyelr vos lettres fans y rpondre i cependant leur devoir les y obligerait fi vous Continuiez Iknur crire. __ Signe, teS fol.'atis rpublicaisi, dfaiftiersi e Lgi4ds.
Dartre. Landau a rfiut au bombardement avo "inue uergi' qui mrite d'treecite dans ihiltoire. Landau a rt u 25,ooo bombes. ,I! y a trois l tniain que la -garui1on a vcu de ,-hevaua m t de chais; rots.s cCJnts 4r15

'i r














-t





A





































-~ I

..








$e;l e#nacte, nt-ils rpondu avee nergie, d'aoir
fait nte devirs.J
l'ai cru devoir vous tiasfrettte cette rponfe; elh peint le foldat Frauais, mais 'Landau n'en pas lt borUe pote nos fues. L'artm rpublicaine pourffit les efelaves-; elle eftpeut-itre A 8spire et ;uersnechenr dau ce moment. Il ,faut enfin' u Vienne si, Berlin reeniffcnt de qos victoiresile attendant que .lqs ri' du .peuple Allemand et Pruf il' maffyi 4ns cette horrible guerre faite'l la ibe't, retntitent autepr de leurs raues uftarpa, ttur. a cCfe les tyrs et les juge Conme le dornier des Capet.
J'avais eide rsifoP d'appeler vos regards fur la1garrifon et fut les citoyens de la ville do Landau.
'l, core une 4flexion infpire par les irconflanees; la manie des rois,, c'efl la conqaite ; l'inttl d'uqe grande RpubliqVeo, c'oit la Conferva4in. Les pys irvmeufes nis. scorps c i'mpite ag mentent le fpectacle de la magnifieence romaine. L'expulfion des" ordes-Otrangeres l'abattement dei tri nes ,la confxvatioua iu trritoire de la R]publique lranaife voil la vraie puiffaoe ; elle cof parti qu'elle fli. G'di Anous de raviver, "de foutenir cet orgueil natioaaj ; cet efprit confervateur'ds Rpubliques qui veut tablir la libert fur iotte grand territoire la libert dans.toup ta latitud et ne la donner aux autres Peuples que par-le fpectacle dc: notre borhearl eedu tuainfien du dkroit de l'homme.et du citoyen.
\ e vaiitermiter e e.apportpa un'trait de gnao? t rp ub licain e. '2 I +'1 1
Pendant le ,bomberdenent', -up citoyen 'de Landiu', e boulanger, avait t requis pour teinde le feu l'atfenal. Ati moment mme qu'iltravaillait l'teindre,, une bombe iet le feu fa mai'on. On vint l'en uvettrr, il rpond, fans fe d-' ranger 'de les atrvaux as Ma muaifon n'ef qu'une proprit partituliere ; je me dois tout entier la publique, et.je ne quitterai point' mon pole; je dois dfendr les proprits de la Nation. ,l Combien une telle rpotife accufe le citadins, les propritaires de Valencinnes et les gofles. de nos cits,!1.i Do forten cependant ces exemples ? Du Peuple feul des art'ans-, de ces hommes quiaiment la libert comme ils la dfendent avec dvoment et ]pour elle-msuse.' "
('eR aux- Xeprfentans du Pcnple rcompenfer une belle action avec la monnaie de l'opinion ,en attendant que la Rpublique itdemnife ce citoyen', ainfi 'que tops Ceux de Landau qu i.ont prouv des pertes dans 'ct horrible bombardement et ,danqes dvaflationu gnmmifes par les brigands royaliftes du nord de l'Europe.
Laiffoas lt royact le 'fl&u des detructians 'et des bombardemuens ; ce n'efl qu' la Rpubliqu qu'il" appartient do fconder et'de confiruire. Le& tyrans fo tlus tloioans dvalateuts d'MondCe ; ils n'ont que des-ruines et desitopabeaux et des riimes lpfestter au Monde. Lus 'Rppbliques tots les rivieres viv fiantes de la poitique; elles pe prfenuent que ds campaguer fertiles des. cits profpetes cet des t:,rresc cltives. Il n'appartient qu' la libert dechauger la face da Moide, et de renUdr heureufe ie'fpete hutmaiue.
Voici le projetde dcret.
La Cotvcnrtion nutioale, aprs avoir entendu le rapport du Col de falut public, dcrete : Aot rLcs stiues de la Mofelle et du Rhin et la gaifon et' les citoyens de LaAdau ont bien mrit de la Patrie.
II. Les repife)ntans du Peuple envoys"pi& es armes de la Mufillo et du Rhin, font chargs de recueillir les traits de 'courage, et 'de bravoure qti ,out figua,cette victoite et d. les tratqflettse incef-' farmuent la Convensonrntiohale.
'111. lis font autorifs 'dcerher des tcom-' ;penfes civiques, au nots dc la Rpublique, Aux braves rpublicains qui fe fonnqdifliuges' dans ctte campagne parde actions clatantes. 'IV. Les ieptfentans du Peuple font chargs, :faire fans dla le ltableau des pertealqu 6neffuye' les patriotes, foit donsIe bombardement, de .anda, foit par l'entre des brigan4s roya, e de lAutriche etde la Pruffe fut'le tertitoire a,pu-' )slique. ' "+: V.,Il enverront k la Qonentiou s'lnom du .citoyen de Landau, 'qui',a vu brile fa. rmaifon faisi abandonner fou poia, 'arfe nl ainfi que le nom du foldt qui'a eoup l tte d anonnier pruflien et s'ef e par,dueanon.
VI. Le pifent dciei fera envoy par ce Couriers emtruotdinaires dans les dprtscmens etauxa"rmcea la Rpublique. '
'Le projet de dcret cli adop tr' milieu des ,u p p l a u d i ff e u . ' . .i ,
La Coaventionordonne l'Imprciffon du rappOrt de liarere etl'ativoi aux imiis.
'Barre que les applaudffement de IAffemble avaient conmdut Ip,tribunI ,tn rcdefcend au rUlt de nouvelles acclaniaatl les twoguuges rpts de lafaissction- de rAfmb'l Jarir'. Le ncitoyens 'dli. 'ont apportles, dpeches
'c Lundau, vousdasalmeula hpure.


UD fi der. Ce (ont des fldats d la grni(40 de Landau qui, hnoos de lu confaice des, reprfcu,tafl di P puple, tat t dputs iers vous pour vous apporter les heurcufes nouvelles que vous venea d entendr,L ".
La ville de Landau ehl abfolgment dlivr, lec efelavea ont ii coartie d chet .raufit 9ud'ils ont t attaque avec-la vigueur qui elt ordinaireaun 'oldat de la, ,publique ; ils onut lch pied' fans tirer un feul coup de canon, ils ont abandonn leurs redoutes et lerars pieces d'artillesi. Nos btavri les pourf'iveut la bayonuett' dans les reis, et leur prouvent que les aachince des rois doivent flchit'devanut les foldate de la libert.>: Nos armgfs 'ferout toujours nictorieuf s ; nOas maichons; for Spire, dans peu nons ferons dans cette 'ille ;" ,nou pouffirons nos conqutes jtfqu'au de-l de Mayetice; nous nousemparerns' de tous les magafins ; nous tenlevero(s soutes les fobiflauces et nous reViendros nous fitifier du ct de Spire. Je dis que nos arrhes feront tonjour victurieuffes ;)car cn palant . Wtifemuborg on' nous rapporta que oud avatitt : La .Fance 'vf lus 'rahie, pi fm.res f,. (, atpplaudist.) : I ."
'e n'ai 'ie i ajoraer A ce qu'a dit le citoyen Batere fut Lstadau. 'Quant, A le qui 'erelaif
l'arme, je n'en fuie pas infiruit, pare que J'tai! ehfeirm dans Landau*; mais mon cawarade va vous donner qan lqU' dtails.
aUn autre Cfcier. Depuie-la grande attaque du 6, les foldats rublica'ins ne demandaient plus qu' pourfuiVie les brigands Lontiens de la tyranni e; il n'y avais qu'un cri dans toute l'arme. Marchons difait-on fur les'felrais :'que leurs corps fument le territoire Fanait. L'aine n'attendait pas .4be les gnraux enflent trac leurs plans elle ne' voulait qu'aller lVcanmi. Rien n11l'irrtrit ni le mauva a sess, ni la fatigu.r, ni :fes:befoini. Tois les jours l'ennini levait de 'nouvelles 'rdeutea ;' elle n'y voyait que de nouveaux lauliers cucillir.'tea foldais n'avaient.pas de fouliers ; les commandant 'leur difxeat-: Nous allons en faire difiribuer.- Des rt pblicains n'ont pas befoiza d'tre chauffs pour fe bien' battre. 1 1 P
'Barre vous a.d'j dit que les Loldatu refuferent df pain 6ifqu'ils mriasaioa ,fur Landau. Eti rpoudi rn e, lo'i'qu'on lceur-eu ffiit: Nous fotmes en chemin'; marchons ; nous en avons encore dans
nos poches d'ailleurs il y a des ponitntesde terre.
Citoyens rel)rfenan8, tant qe. les foldat's auxont des San-eCulottes leur tte +ils vainpont ils obfervetout la difciplhne', on en fera tout ce qu'on voudra. '
En entrant dans' laguenan, les foldats-ont
ferv le 'plus grand oidre.'Les ennemis lsetnai cependant d'te des pilards. Eh bien, les cfclaves ont eux-ames tout pill,; except les'axiflocrates noua, itons avoua mme, refpoct les propnitsde ces derniers, parc 'que nonp a vons dit: Elles ap., partiennent At tl Nation. (Onapplaudit.). '
Il faudrait tout le papier de Paris pour recoeillir tous les trais d'hrofme qute je pourrais vous citer. ('On applrludit, ) -- .
Les tiailleurs ennemis et les ntres f battaient. Un de'-,nos cmaAdes bleff tait tomb etre les deux fux. .On en avertit un -feigent du lktaillon' de l'Aiu. Il,'c .prcipite entre les deux (eux harge, le bleff'fur, fou, dos ; maie atteint lui-mme.d'4ucue balle la culie .,' il ei obliv d'abandohner coluil qu'il postit, et n'chappe qu'avec'peine '- la mort q'il avais Il pursgeofement brave.- ,
Ou vousa parl des ,edoutes dc"l'ennemi. L'art y avait dploy toutes les reffourees. Le foldat les voyait s'lever'chaqmse jOUt', et chaque jour on lui difaitt 11 ,faut y aller. Nous 'les 'dlogerons-; nous les f. dans le Rhin. On, attaque et les rpublicains iionaphent. Vingt pi ces de canon refleni en leur pouvoir. avec' 6,o prifoniers. '( On pplandit.)
Le prfident. Soldats del Rpublique ,les applau.
- diff'emenq qiea: voue a donns la Con.vttion j'ont d vouse faire connatre L'iutt't qu'elle a pis iu rcit que "ous- venez de lui faire. Lei armc,. du Rhiu' et de la Molelle osit vaincu ; ,'eft, aiufi qu'elles ont prouv qu'ellqs combattaient' punt larlibertL Alkl foldats de Ala Rpublique,, reptez vos, frets' da'rmes qu'ils ont bien mrit de la Patrie. i
Moyfe ftayle. je dernsando que le, prfideni dotase le, la sfcrfraterntl, es btves gun.
Cette nmoiou cil accueillie avec ebthonfiafmc, et le,, b!ifcr de la fraterniti cli donn au milieu des pius vifs applaudiffemens. .,' :, : ,;:
RsbeJpir'e te ne. l' '1 e n a'pparttnt Ps 'il' M fetat i impoffible de'vous donner une JuflA i du grand v nement qui a tonn l'oavcrs, prife de Toulon." Vous Lae que' ls foidat: as la Rpubliqu o'nt excut ce qu toutes les arme exerces de l5Eu.'ou n'oint' pu,,sa'er 'la prie de la r edott e ~ailf' 'a dcid pUiffn!el"
'oa Ile. 'di ulta" "
iUvd| hTln qtroqfintooit'e e fore
rel,a n'avai pas paru. 'a pmffanteaux elves* ces nipait avaient pa quatre mods Le foitifiel +fa+Un i hauteur, oit ils avaneut emplo, toteslei 'retInaar's' i/ [n;e et de lta qu'ide l clffcx4d 6lt .' 'Ii


biet des wi uhie e oas e u et eu la vohnt s'en i font em pars' un n iraftant. Les re i;ent d, u Peuple difiribus d1s le ediffrentesclkuu d t tmoins de l' rofn1e i,.foldats frana'ns, +rencOttrions dCI bleffs qui enous parlaicutd, leurs bleffures que pohr 'f glorifier d.hle av tiques dans lPittaqtue de la, redoute.nglaife. i "nous dii'aient :, vancz ; uoue forntrci lem wa" La prmiere queltiote qu'ou nous fefait tait ce4 e 1' La redoute ti.-cll9 nous "
Ces rsits doivent vous donner une' grande ie des armres de la Rpublique ; celle de TaI. n'eff pas '-la foule qui ait vaincu. jedois voUs do celle de l'Italie .,' o vous m'aviez envoy.Touas Ici jours lle e cu dei redoutes ' p d
. p, -, : dr% ( f
partout, d pis fix moi ,elle toujouis-' v, torleutf VIt '
,Les eunehk'1iavaieit conu l projet' dttirt' eu Fran'c par Eurcvvx ; ils l'avaient fato a~ nifefl, depuii que le fige de Toulon'tit mn. Lmenc ; ils devaient fa t'approcher du V"< etnoue couper le palfage.N.qis -n favous mainresant' qu trop les. Tdi etait l'.tai 'de cette partie de la frontieie ,i y' a deux mois. 'C'effl Jarme d'Italie, dont' i'il gauche tait commande par DUgommier. quiaL dtourn les 'fitie (tansles de la trahlfon de Kel-.' lermann. C'eft elle qui ta louteuu Gillet un corbit" violent dont on a trop peu parl mille Frainla y oui repouif 4,000 hoimnmes et fait $o prifo
ufilra" (Vifs'applaudiffemens. ) Dans un'Po ne' m.portant, ioo Fremais ont ftouenu l'attaque 'd ',nooo efclavet.- La valeur de ,nos foldaui,,a dcili la victoire tfiL-ntrC ver, et cet avanraga jet le dfefpir dans le Piron et l'Autriche' runesi .
Ce' n'ei pas retout* l'arme d'Italie a.uue. ment vaincul'euamerai 'qui l'attaquait en face, uais elle a cffuy-un flau plus terible. Deao.rfala", m'pandus dans fr lignes, loi portaient des tops q'U'ell ne, pouvaitt repouffer pare qu'elle ne pouvait les plvoir. Des affaffius vtu's eu payfa ef: rpandns dans la campagne tuaieu les dfenfers de la Patrie lorfqu'il fetrouaieu,t ifol. Ciroyos, il en a plus pri par l'affaflinat que' dans les rIca.> bats; ( Un mouvement d'indignation fLe manifefte dalle toute lAffemble. ),1,. J 'J'ajoute Citoyens queI l'arme d'talie tait campe fur, des' toliers au milicu des regel loin"des bois fans aaac; on y a vu des compagaits, e' grenadiers qui navaient pas t relevet-dpui deux jours ,'netas vouloir l'tre, et reilr let pofle.
Il. M ferait imnpoflible de vous d4t31ilr t0nt ceqe cett aime a ait de glorieux. Une partie ens i:dtacl pour aller Toulon ct s'y'efl cond1te avec; le plus grand' courage. ,"Je vous demande, eu confquence, de dcete .que l'arme d'itlie, qui a toujours t victorienfc, et qu na prouv d'chec-que par latilahifonde BErnnet a bien mrit de la Patrie.
Cette propofition ifi dcrte.,

U ie dputation de la Commune de Charne
reMet des-fomcs tonfdirables qui ont t trou-:, ves enfouies 'dai 'arondiffement de Ctte Goau'
-une. Les lti iotnaires demandent des fecOer pour leurs pauvres. il l fera fait au ll u htf5kJ
mention honorable de' patiotlfme 'des citoyen de.
*lhrtres,'La 'ptition et erenvoye au 'Comit d

Or lit la ltte fuvaute '
Aludr: rDumorI repr/frrtant dU" PeUpi. da,1s les d4tr'
'. e a~m du Pas 1 # t el'!
,n,4 .$,nivfe, .ta, g dc la .Rplb'Nque 'asse t iraiiJi., : i uit.t.

titoyees collt&gnes+ depuis un oi,'Js voyaS s' lever iutour de,noi n nuage. pais .de nied et d'rat'ociti contre' tous les-rpublcain.; j'hi bien feuti d'o' partait le coup r:.atifoet*" trsaffe ,et le fanatifme nexpirant fon.'Mi5oi A l'ide deLquelques. malveillass, vouloir 'fcouel
.e. 'r.
randon d'it '6uveIle guerre 'civile; des irrp, ms hoeeblis furent 'aflichs prs dArrs ,O*
"" calions"au.' Teirenti;,,
tenaient des provoca 'n utfi
"pliie 'deTletttme'annyrs ao at pat as
recours8pr tXtc, d .qe de e,,",R5l,! 'pour dier ux 'ar t ;. les -pftfes. .I q a ialen; dptrif ,' rep.irent hr tleur ,
tic ; ils Le fondaient,' difaientiT fur ledit, ui avait t rc'tdu ,a.at la vigoi'ar_fe et taire rposfc q a f ai e depuies e e.f.iY 'U. muiloneffraynt f de faux aUigiits teit Cot
unule mobiles deil no'tlJOvt tram. Dans le m,s jour, et. por uinfi dire a mene 'tc
quai tous les ,ilitres ;' et, eu ce motuett, je eto +
do'~ ~ gt lt somfu"eicr, que Ile atm
pouvoir yous ire tt
Mn l o et es difilicts de "- au g i et Bouloe fot fniuvi,' Une t. r'< fu
fi no.u ,t l< tie.-n .
cls&s~tqUt C ,, s ci toues Co '~a4s U

..



Il


dtjJl& Des ,ntrigant at t t1vexaient
loi otsblitatit t bu g ran de pa tie ons
en ih r t e, lst l'union g krlc de, P.S. l'hfeux rfultar de latreQation de
li0O '%-, 1 ,.86 '0
Ii-qul Vscnt "Ulmls divifer, d
bsll elgils bien a,nA font, depuis un
e tinq f nviot 8o femmes qu'ils fuifaient 4u fset* c. aufe defquelles il arrivait
o :-r deS ferms. Le gildiuate
Sb;,lyc corps qp,'i of infiant de t ,,
ms quatre 'collgua ont Vous
r ;.Abbeville les fblbillauces avaient agit'; j'y

I uAM,, ,, le cah et la g aiet <' >
A MgBt gne.fur4V!sr, I focit rpublicaine
illi de deQx cents membtes elle nie pltes que
4. BetC Il ny a plus d'life et l s 'toyens iq Un-feul'oeu, la publique ou la uort.
tI~ sntes ~~.~yent t brlscnu rjouiffatuce
I pife du port de I eMontaue. J
Bo u,logte quatre 'divdu su iaentout bon.
ki s'taigt per', s *mil icoreur,. J'en a
ls 'i rawe'. et lacharictte en amena deux qui tini: malverfe; {l'iaheillit des deux autres ft pufe d lsu/Pard.t'lCtt OpratiOn faite au milieu
de fin*alle BIuloiais ue je.haranguai-deux fois
:lltSoilS"celix q.e la malvelanc avtitdivifs au Mqnuedoinne parla focit populai e, laplautatin
iP' hu,btF de l'union. "
. clcbre et trs incomprkenble la trsrhinte Vicrge qoire, que les Anglais n'avaient pu
et,' fut, deus la plbs belle-fte qui fe peut ll bcr, jetee dans le bucher et rduite en cou"SU smiaclts.' Tout Boulogoe ;hos les dte t ho ,?nes femmes et nfau's, tous crisrogs
pivg'laMistsgne! et fe jurerent union ternelle.
,aI tfe tell'e, qne la nuit te paffa u tu als ft ,trouvieflt tons les cit5ycun. On me d4eianda hc hangement dunom de Boulogne-fur-Mer
V ies vieillards et les jeunes gens teUs me Te1axflsmn 'comme leur fauveurr, 'afiurerent' que e',tit s jour le plus beau de lo'r vie. ln effet, jtmi&l. e pubhacaifne i nfo pronona ,mieux -et jamai'atllgreffe ne fut porte ln pl s-haut point.
.ocl1glie fit',.-il y-%, 7 mois, le repaire de r'ati6.o* tx't il ef ajourd'hui Ie 'tetuple de la libcrt.
Si't n te.les l omdoinues taient la mme hauteur
i'qBoUlog e, je dirais lln'y a plus d'ennemis
l Rpubliqu.e.
je vaissereumner d'ici lN6yon. je fuis comme
IlMislonraire puhlicin, je pche paitot l'aS rde-la, pattie et, quelques intrigans prs,
t t ,les pirrrci et nobles je ciois,. 'e'vir-tout
nvtis.Salt:N'onbliez pas la ouvelle nommiat* sua Boulognoe on Poil d'l U.,sg,.

$Mr .le rapport d'un tembre J a CoUcentiou r r I

"LConventioi datitonale ,aprs avoit entendu le
.lpp,t de fol'. Comit de lgiflation et la lkete
'd la lettr des reprfeutaUs du Peuple/ Lcquia;o
i tLaielot h'rel.aive l'envoi 1- faire. aux tribu0 rex Volntinires, 'des lois qui les concernent i'leavie un mnifltrede la jufice 'jufqu' l'orgavifa-,
.tio-du gouvertneuent proviiuirc Concernant l'envoi
Le prfeut dcret ne fera pas imprims ,il fera
: aaBisjetin.-j :,,I
.'e lettes anuoncent que lavente desbieu$ dqps
4:igra fi fait partont auplus grand avanagedi
'Rpumliqu. -ub la 4ditiie eo Saint-C&r,iq niun e 1imn 13,745 .j a t -vendu .55, 135 fiv.
(Plsus ures admini;tratins envoient le tab:ean dt blies 'euds et daos touts, leprix d ladj 'di, jon- furp,ff' de pltu dce moiti le mOntAuc
'd'e I'elhmsatiOrs.

Le gO"ve'rntn'eni'provif0tr que vous venez, de -. ttt ,tcrit, la focite p p'ulai're de C ir ,u 'n, i:ipiriemnti de la Haut-Gsronne a encore une li, ijbu les intriguesde Piti. Nous l'acct-ptois 1 e e untboufiafie. : ,f.
roiil.e'd l mrin eraoie l'tat niatdes
10 uomS de Seint.Donn' qui sclment des fecours; ., ble.omtd ces' mheuetf'es victies cl'conlidc-'
bl.Rtnvoy-a Comit des f curs' ,
a utre meTi5 o tbo sl,.uoue quA n nmeilit o O a,.
." 5. d" la kpublique entraient,dans L-ndau'
nehmijvani.le fort Vauban. (.O'napplaudit.)
"Oft Noiue lectur de densa uX tcrei 1c Ga, uiet. d,
,.a. *re,- nt ntr.da Pcuple ; dans la ptetis)re il ir4inte l'tat malheureux 'des' habians do la
,Jce Ju qai.lres aybIa, t raya ges' deux fois psr
'"ci :lt. i afds de la Vetde ,"nt .p c t c.t ce qu'ils tlie1t, hori leur ,,sosur pprrla airi., c.%u
igu alemt teriblcs., lA famine et .Ia pee
S ttr5t eurtpg 3a g-s.fur- ces htfstuns hlibitans.
i dat si a fit'tot ce qoi itait eh ufo,
.ir pont leur p'ocie*,, dcs fecours il pie
llll J'sndr es' cfliu.,
L~ i eftI nd lcttre le, mme ep.fautiat lu
di ravgcl dea brigand. li ,:a'n +'C-Y oyo, de' prompts fecvurs on fubj fic r$ .a'
, 2W


Ces doux lettre# font renvoyes it Comait de
feInt pub1ic.
Le minifle de la juflice dnonce l'Affeme un crime d'un rtouveau genre. Trois femmes dans le departenleut du Nord ont fem de l'ivae dans une pice de' terre mife en cultuse. Le n ilre demande devant quel tribunal ces femmes doivent tre tradpite8.
Renvoy abx Comit8 de Hgiflation et.de faht public. a d ,.,
,Lesr membres du Comit rvolutionnaire de la Section de la Fraternit, fout paf'er l'tat dt dont que leurs citoygns ont dpofs tu Lattel de laPatrre: ils confinent en fo .(temifes, '27 .paires de foulier -76 paires de bas, et beaucoup d'aues effets d'quipement.
Le .minilie'de la guerre infltqit l'Aflembe d e la conduite qu'il a tenue pour l'excution des'Ilois relatives aux fecours accords aux deuteuts de la Patrie'-, le foldat blfi obtieist'a peution de, retraite qne la loi lui accorde,-lufqu'il prfeute les ieces nceffaires ; s'iln'Ct puni quo d'un billet d'hpital, la fubfidlauce lui, sl aiff, e ,il en A de mme 'des veuves et ophelifsa'des dfeufeuuts de la Patrie; ils font traits avec ous' les 'gards ils mritent.
Renvoy'aux Comits-, de la guerre et 'de falot publie.
Les SausCul4ttes d,c Villefrauche Dnnoncent qu'il a. t tlQuv chez un'"arillotrate des environs une coriefvondanc qui f' tiraene la guillotine. Il a '.t trouv chcz le mme cinq cents n louis' et
pluficur: mares d'ar Un adminilhrateur du dpartement de la Dt&ne envoie la quittance d'une fomme dequbtre meia:iq cents livrer qs1'il a v:ls daur. el'emrunt vO'lo,taire ; il deiaude que cette fmnae fuit convertie eu un contrat de rente vag,u au. profit d'un militaire qui ania t mnis hors d'tat :dc tavaler, au figede Toulon.
Mention honorale et ifertion au Bulletin.'
La Commune de ireccuot ,anrnonce u'clle '. demand au reprfentwnt du Peuple qui f trouve datis fou feira, la facult d'tablis une taxe de cintquaute mille livres fur les riches goltes, ,l's clibataires et les contre-[volutioulita3 ,l, I'ffet ,d1 tifaire aux b.efoins preffaus de la Commune. La bau, 'l nUfhsus labourer& Sans.Culottes du dparsetaicut du loirct ont t impof dctpxes rvolltionuaires qu'ils, font hors d'tat de p. ayer. Je demande,.qu l'Affeanblei charge fou Comt des finantes de lui pr{:iater uD projet 'de loi fur le ,mode de percevoir l'es taxes rvolusionsaird.

Ma!laru. Parmi 'les, haabitns des c' mpagnes, il y en a beauoup d'a,iocrates et d'gtnilea iudignes du, b;ersait de la rvolution. Laiffous agirfous la' furveillance detes epifeutrs du Peuple et Icsi: anto. rit con'iirues les Saut-Culottes des Cdmits rvolutiirmnaircs', 'qui .avrent bien dilitiguer les arif. tocrates etles Cgoe ls. ne ont eux qu'il faut as:eidrej; Je demande l'drdre du jour for la propo. fi'tisn, .de Tliibasutr. .

hilbaiil. Comme-le propinani, je fois de l'avis d'impofer les aaiflocates et les info'tcians tet je ne ,reclme qu'en f.veur des vrsif Sans-Culpttes.
Aprs qeqnes d 1s, l'Affcnble renvoie au Comit de falot. pubc-'les diaverfes propolitious :ailra ainfi que l demaude d lai Cohisaute de :Mie ourt.
La focit popnlare de Ru(qum fort 'rnnonee'qu'elle a mont et qr1ipi plrfiu'sn cavwliets. Ccll de SintjGermuain fait paffrpluhcurs tr'Omscs troUnvcs dans la mifon de *'mi.r Carr ci-devant hanne
Rouer.
Les qommunes de Merinville et D,kuechy. d.
-pofent ur l'autel de la Patrie quantit 'd'objets d'qipMmeut pour le frvicc des volontaires et l'argeutrie de. leurs' glifes.
R firre jeune. Les ,eprfe.ptans 'du Pup;e Beauvais et Bayle aprs avoir ,ffuy les plus fan glan outra rCs A Ton[ou furct, esfetrms dani se tfo.t de la Mlqur' ; c'i dans ce fort, qtsc les ccfaves de Pitt fe rffcrnblaient pour dlibrer fur le pente d1e oUpptuice qu'ils feraient fubir anx patriotes Fanai1 les un propafaicnt do.leur arracher la langue dautes de laur faireceuler du ,'plotb foda dans les veines, et d'autres s 'ticits encore pluascrochles. .
>Ces coneTftioous faent entendues par nstre colle' gue Bayle ;, il voulut l'e f(,unlraire <,s e, doanut, la mart au fort qui l'attendait., et piofika ,.o, l e poigoarder, thtottat o l3eauvais < enoin wc l' q+ue repo__. ,,, ,.'


'Cet vnement affreux doit trp uttribui aux Moufires, qui ont livr Toulon ; car ce font eux qui. ont vritablement affatlin Biyle.
Nous avons trouv eauvais affibli par le iin-, quietudes.et l'horreut de fon cachot. je crois que le rcit do fou-hifloite fera frwus lhumanit; et sl v-ut, comme .il le doit, donner cet me.itant' de fa vit le caractete convenaLle, il rendra Ut grand fervice la 15.larie, en wPiaut dns le cSur de, tous les Franais la plus grande horreur pour les Anglais qui.fout peut-tre trop isgs par nos foldats. Il fLut que Beauvas le .r 'dife toute la vrit, et:les leur moutreQcaptbles dcetous ls crisat:s, d'aprs ce qu'il en peut rappoter.
Serge I. 'I rfulhe du rapport qui vitis d'tre fait par -Rubefpierre jeune que notre collegue Beylo s'el fouIlrait par une mort ouTaeufe ais fort igno+, utinieux que lui deflinaient les froces Anglais., La mar de Bayle Cl plus gloriecfe que 3il et fuccomb A la tte de nus armes. Je demande qu'il loit tis au du mbre des martyrs de la libet ;. quand on fe rappellera.des noms glorieuxe de Lepelleiei t d lasat, on fe fouviendta de Baylel et notre haine contr les Anglais ne fera qu'augmentcr. La propoftti.n de Sergent cli renvoye au Comit d'inllueton publique. ,.Il Charlie, wu nom. d'u 'Comit des iarhs, fait un rapport fur*L'adginifLeation de l'habillcmert;.il expofe anx regards de-l'Aflemb n'le capote deftin'e A fervir pour l'siver aux dfcnfeurs de la Rtpqblique4. l'teffa non-feuleinra trs-lget, ec encore mauvaif +et elle Cil double d',ite toile e1'eballage. 1l moutre iufi *des bas donns aux troupe,, et qui peuvent peine l'ervir nue fois. Sur f propofiton, la Convention dcrete d'accufation les fourniffeurs qui f +four rendus coupables de la-diapidatioa que le Comit des marctis a dcovri,.
Billaud- Vqreines. Je demand, dans le ca3 t, le ,ibousal trouverait ces tforuniffenrs eoupables et les cor'lal',ncrs'ak qu'ils f.ieiit enCvoys l'ane pour etue e.eeutm.~~ti .j pe4cart et qu'ils foient trans au fuppiice, cuvtts di leurs cspotes.
+Bonrdon,, de l'oie. le ne m'"ppoti pas i I- propatin on de Bilaxud au c0utraire ,je l'-ppnie. ,S-. Ciuy;.es., il Cil te tus enfir que Ia ref onfabt miuiW iellie nYe foit plus 'un vai; mot, (ont us le j uA vceC ind Je dj:rpdse que do,iavait, tout gnralcodamnu -par 'le tribunal rvolutionnaire "bit excu l. te de l'arme qu'il aura comniind. Cette propofitinu cl adopte.
Robejp.irre.+ La joie qtue vos victoires. veuictl e faite clater da s le tAin de etteAffenble ic doit oireto tre trouL'e'p4r' l'iO: : qu'un patriote a t perfcut pr vous.( YS' c' if de. aire traduire au tribunal rvolutionnJi ',. xlne Zl pour ta Rpublique, un onr)i ,ht/lt nom rappelle des fetvices fignals rendus la 'Patrie, et qui .' dans er ma-oment,, ii le eop d'eatr id 'Comit de falit
public, 'etqui dirige prfque i'eul les oprations militaires;,'je veux pa er de flaubigny., Vous avez d vous apercevoir, "Cit yeps, los de fa nomination,, ouilienDa.ubgn ',av ait d'ennemis. Par qVelle fataht'. un paniotCe di 1 . l 1 6
d'auXcun i ntx) t ; mas 1q 'is uil ie tIt i faps untr nanr es ap, en4 fuaf, un+r aumfe quelor.q,e
de citoyent ,.'t dqrr1 cte .rslV#"f t oavcut 'ds patriotes q ',fP'e farc pSti sexr, er, Je demande qvi Id C ivcnrto uatiunle reprettte
1" o .1, + r
le eascter dedgfsitc q lu ConQViqnt, et iu
dpessdmnct du rappot rai 'Aubigny ,le
coJnia de lalut pnlslc f ffe un rapport fur, ts melos prtielles prilesl ufq .ce jour, et fut l 't10 a 1 '11,'- f '. '


-: . - ': *+


Ur+ -i -+

..


M ~


l oudo,, de rif. Si l'adjoint du mliutue charg uorveillet l'habillement de nos troupes Ail pas *oche qui ci dffoS le peouve, 'efl1 avec, raifon 48'il en taduIt au tribunal rvolutionaire. Ou me 0at9 que c'efl l'admini{tretion de l'habillerqeut qui Aeps, u ue'gere difcuffion, les propeofitios de
Robefpitre fou adoptes.
La tinace ci'leve i 4 hceu ,.'rs.
SLANCE DU 133 IuV8t.
's fe aire'fait le u r < i's invantes. .B. Ls e ci Baudet, repref4nway du Peuple trs les armes de la Mojc4le e tdu- Rhin, 'la Convenato, na w*otre. - Guerme 'shdem, le 9 nivfe, l'a? 2 de
ula Rpusblique Frar'aik1 un e -indivifite, .
Les focces desarmes de la Mofelle et du Rhin,
thers aoillgues, fourtonnans .et.Jeurs marclaes'ies-j gplus rapides. Elles 'e font empares hier matin du pofie imporiant'dGerinersheim lui couvre Laudau,atfutc la'ofrrvation des lign es de la Queidee et ouvre la -p te du Palatinat. Aufli nos irir pids difenieurs font-ils en ce moment A. une lied. de 3pire, et on nous affure que les troupes lgeres y .f'ont entres. On nousaffur uaill que les Prufliens tt les Aurricbiens, en e fparant fe" fopt fait 'leors' adieux-, la ortie de la petite ville de BergaIbvrn, coups de fabres et de fnfil, Les premiers le font ratirs fur Neufldu etMayence,; .As autres ont repsfe le Rhie fut trois diffrens ponts qu'ils avaient .en la bonne prcaution d'y faire conflluire. Il tait cems ,'car s'l$ .u'enet point fui tooteo jambes jpendant plulleurs jours et plufieurs nuits ,'ils taient

Les routes font couvertes de prifoqniers et de"
dfertenrs. La courgeufe perfvrance' des armes qui ont dlivre Landau, et de la garnifo qui l'a
*'oufetv', doit.leur mriter les mmes -houneursqn' l'arme qui s'fait le fige d Toulon. Nous cro*Ons .que 'fi pTticiper vos intenions que de la dema.a,
Jce exprrffmett.
La batile 'do Keisberg a prouv aux ennemis
qu'ils 'ont que leur deflrnction totale A attendre des dfenlturs de' la Rpublique. Pendant plus de quatre heues 'de pastde charge tous un feu ter arble et continuel, tpas un foldat n'a foiti des angs.
et l'on voyait les 'trtnenrs courir toutes'janbIl s pour aller partager la, gloire de leurs brave freres': auf la victoire fut elle complette ; elle a alur le triomphe de la Rpublique.
L'euemi nous aiaiff des magafins onfidrables
i Lauterborg, et particuliremnent un magafiu .
poudre auquel il avait mis une mche qu'il a allume avant. d'tre fosti'de la place ." on. et parvenu l'teindre. au moment o elle allait faire fauter la ville, et tonte la l1artie de notre asne qpr
'oc'eupait.
Le* Autrichiens on mis 'le feu l pltfieurs de
leurs s. afits dans leur fuite. Ils nous ont cpendent li beaucoup de fafils Gcrsmetheim, de
--l'avoine ,deslgrmes fe,, es farines des grains,
-ndp endammtn.je Soo,oorations de feurrages

peymlertcim, et 3O c overiures. Nous partons demain pour nous rendreI Spire.
Salut et fraternel J. LAcOsTE et tUDOT.
La ' ,Mrrfrille, lu $- oio4fe.

oili le uiomphse la Rpublique et la honte
des tyras .ouronns. LA- pie.de Toulon, li *e
de$s' victoitesles. plus tao rablhs ,grces A UoIk
ili3r4ux et i nos rcprfentans qui, par leur on.
.iagc dontcreu A toute notre *rric Cette force s-i n conus't d'aut.es borne# que eeii de tcrtr fonutoent"i. 'Quelle prudence dans ,nos braves $an.Cnlottes! Mai cs de Toulon, ils ont laiffet Isiffent encore ,iqter l'tendard de nos ennemis fur les"renparts et toutes les places fortes. Aufi les
-aiffeana qui apportaient les fecoursaux Anglais, Ef.agnols, e t.' a prenent 'ux flest; 'lt arrivent
tisinlemenr, et etr furp ie de fe voir-au poutoitdes rpublicains, .les rend tout flup4faits.
*'eft'>i que, pndant quelquetes, I hameori
fsa rentrer dans notre cher. vile de Toulon des prifes , I .bous ddorrmigeroat en patic. On a trouv dans Touton' o,000 charges de bl et sutres articles msimporanr. Efin-, les liches,, ils ont |sib e_.fuyant jufqn' leur trifor; et depuis qu'ils eutt quitt la rade, nu vent de' plus orageux mtt coup ftt Ier [otte dani le casde faire naufrage er nos ct'ess ou 'fu le golfe de Lyoti. Une des batterie]s ,des" Miiiloi, A quelque d'fiaance du 4 lAtsu d'Il, canonna, hier uubi'iment efaguol;
dcx- eorfa'rres 'ont ;aet ujo a ij urja le port-de Marftill. je'l'ai .vuentre 4 et 5$. heurts
41ufoie. 111
l)r Nore-asu-laGaremeus avons diaitugui,
'inn ,vailleata' riglais etue frgate dmtts; fi Jle
vent. eungiauueia inrntyi afil


14#1)

Sur l propofiton de Lonard Bourdo'n, le dscet foivant efi rendu :

La Couvention nationale dctete que les numros du Recueil des actions hroiqt-es et.civiques de# rpibllcins 1Franais feront envoys, en platards et en cahiets, tet municipalits, aux armecs aux foeitS papulsires- et toutes les coles de la Rpublique; qu'ils feront lo ipubliquement les jout de dcade et que les inlltuteurs feront tenus de les faire apprendre leurs lves. ,
Teulhsd", au tom, du .mitd Ii dlirgi gnrle.
Citoyens ,'un certain ,noffbte de citoyens, tous vrais Sans-Culottes erais dont la plupart ont perdu leur tat et leut fortune A l, rvolution, qu'ils ne cffcnt pas d'aime'r, et qu'ils, n'sbndonneront jamais ; ces citoyonp, disje, ,( font prfncrs d'aborr i votre Comit de '(ret ghrale;.V6us les avez vus enukie venir commv.pitionnlflSitt Votre balre rclamer le jufle falare 'une furveillance active laquelle dqnsnun motherttde cire,"ils on't appels pour l'ib-:.rt de laRpubliquo pa'r un igintn invfii des Pouvoirs du Comit de eret gnlali,' et avou par le Comit de falot publie. Vous ave renvoy i votre condt de furet
gnrale le foin d'examiner cette ptitiou ; vts lui aveu impof le devoir d'en vrifier la jfRice. et de voOs rendtre compte du rfutat de -feu tra-' vail,' que je fuis charg do 0ons mettle fous les yux. ,' ''
Vous vous rappelez 'tous" Citoyens que dans les premiers jours 'd moi" d'aolt dernier ( vieux elye :), la tranquil'it .de Pa.is parut te f'ieufement menace. Les fatellites dsdefotes eoalifs avaient fait quelques progrs fur le territoire, franSais que la trahifon leur avait lchement vert le cmp -'de Cfr avait t tratreufesuent lev ; oncraignait pour la plac'e de Cambrai ; les'emis de la Rpuniique qui s'vanoniffcnt Iotfque fes armes font vietosieufes, pour dvoter, dans le fecret, et fans dangers un chagrin qu'ils ne peuvent pas .difllmuler- fe montraient partout avec audace ; ils levaient cffrontment la tte, ils ne pouvaient pas contenir losr joie iniolente '"ils afficherut fasa pudeur les plus audacieufes efprances on les trouvait rpandus .partout, dans,les gropes, dans tons les lieux publics ,'et jufques dans les atecmbles des Section o ils offufquaient tous les bons 'iioyefli. ":
Un agiotage Cff n menaait plus que jamais'le crdit pubjic ou fo per.mettait de rcfufer n paiement les '"afignats-1 la baile de.c! pa pier aionsae tait effioyante. Le alai ; dit de I Egalit tait devenu le repaire de tous' les marchands d'argent; chaffs do lieu. owddtie de leur infme trafic, ls av aient tteuv un aille dans les apparteupns 'occups par let filles ptubliques; lens et les autres laifaient de leur idutrie cri nle ut ommerce fcandaerx queles- bones mcers; ne pca ert pas tolrer 'dans .une" Rpublique.
Les offiierr d a divers tats'mjors de nos armes les avaient abaudonnes pour fe icudre e Paris ; ils fe permettaiint -les propos les pl.s induifcrets. Cuix de l'.arme du Nord annonait le projet de vouloir 'former un parti on faveur du tratre Cufline ils'prenaienf 'eutemet fa dfeue, et parlaient .an refpect du dcret qui avait.mit ce"grnril confpira. teur'eu tat'-deccu aion et l'avait traduitDau tribunal- rvolutionnaire occup dans ce mon ut de 'infiructon de fuprocs. ''" ,1L
Les commiffaires des affembles p smaires', honors de. la reprlentation immdiate di Peuple appels i P#ie poux y mtre ften voeu' fur l'acceltation !de la couflitutign,, taient ativi i Paris pour concourir la fte mmorable du zo aot. Ceua quine voyaient cette fte qu'avec la plus grande peine et qui au aient bien voulu l'empcher, n'ayant plus, aprs .'arrive d4-*dputs, aucun mo'yen de ruWir cherc'ert A s'emparer de Ces'manlataites du Peuple, chargs .de fon voeu"-, polur leur perfuader qu'ils potuvaient former une Affemble delibrante qui aurait fini par rivaliftavec, la Convention. Les intrigans fo 'fatlffnt de' tout, Ils abufent des meilleures choies pour-rulfir dans lents pojets ambitieux et biterticdes ,;qi ne les quittent jamais'. [i ne fallim que dnone rcette manSoeuvre coutse-tvollitionnaire pnr la djouer, et pour tenir en garde ceux qu'on avait ima ,n pouvoirfurprendr. Un dcret tendu le 6.aot, "hargea fpcialement votre Comit de furct-gprle de furveiller ceux des comriffaires dputs.4u it rcnterat'it d'engager leurs collgues des dmarche.'contraires au ecandat qi leur avait t dcerni par lI affesl,ies primaites, la 0harge d'en rendre compte A la (o'oto. Cette fagemefure fut reue avec enthounarme 'par la ptefque"'totalit" d te s les dputs' des affembles primaires; elle dconcerta les nilveil. lan, qui, ds ce moment, fc voyant fous 1 actie ftveillauce de votre Comit de' Iriet t&gnrale renoncetret leur prjet, t sc efuiit plus dangereux.!'- ;
A pes prs dans le mnme lrem, le befoin de nos trtes' 'avait exig qte,tous .lea chevaux de uufeu"mi n, s en itrit de-rquifitien et la dit" pofitioa du minilire de la ggere 'xcution de ce dcrttde cilconflan'ceimperieufs prouvait chtqpe jour 'de dificO ts qui ie rendaiedt illufoire. L ariflocrates les goler et f.rtour les- p Iriotes au. jour In laot'ne trouvaiet l .moyen de fou traire leurs clhevaux A la loi qtsi lesl rHan1ail |


Conti de furet, gnrale futInvit par lt ee dit Comit de falut public-,U do ftveiler i'txrtu tion de cette loi et furrtun C et ceux IiLifsil des obliaclespour l'luder. uiiit nate
Telletait Citoyens, la fituation de Pai. lorfte otre Comit 'de furet gngae eert avec le Comt de falot public pen-i tIait de fou evoir de prendre des amesru 'omptes et efficaces, pour d 9jouer les mapoeuvres dti cOtte. rvolutionnaires. Le Comit jets le *,eux f'u cittyen, mis aujourd'hii 'en tat d'arteflstioa p
111 I ai- q .i p t
un dcret, miii qui, ti l'poque ci il fut i:n.:. de la confiance du Crmiti. avait plus d'Un_ ttl qui pouvait faire croire qu'il en tait digne,4e pa'le du citoyen Maillaird.
Le Comit, par ne arrt dont je vais vous
rendre 'compte, le chargea de 'fe traufporter, dn'$ toutes les Sections de jatis9 et lieux enviro5ans d'y placer des obfervateurs pour dcouvtir les d matches de toutes les perfonnes fufpectes et file geres qui travaillaient lourdement troublcerlordre publie et rendre ilh(bives les dcrets les plus auiles 6ma: 6'.de 'otre fageffe. '
Les hommes dont Maillard s'en fervi pour rem. plir Ii--importantes mif#ions qui lui ient, eofio font ceux qui viennent rclatiler le j falaire ds journes qu'ils ont employes furveilll'es manoeuvres de nosennemie 1 ce falaire cfi lfi livres par jour. L'tat dt employs, etifip
ply p f p::
Maillard, examin par votre Comit, prfeatilua tableau de e8 citoyens, qui rclament i ue laquelle voire Comit a cru devoir retirer iMail
lard les pouvoirsil'dont il tait invenli ; ceeuxc de itoyens qui agiqaient fous fes ordres ont d refiq leurs fonctions fubahterues t mais comme ils-dn t perdu beaucoup'de teins pour tablir leur ttid fesvice, et -faire arrter leurs comptes',, votre C mit a penf que'quinte jours d'indemniti pouvaient tre' accords des hommes qui ont feti la Rpublique, et qui ,font pour la plupart de bbis perce defamille bom citoyens /ea tous vraisSnsCulottes peu fortuns comme 'le font tous cuax 'qui font fiucrement dvou*s' la Rpublique.
Voici le-projet de dcret que je fuis chsrt e vous prfeuter r au noin de votre. Comit de urci gutrali.


La Convention nationale, aprs avoir 1entendt
le rapport 4e fon Comit de furet gnrale.,db crete qu'il fera mis fa difpolition une foumi de s,oo9 liv., pour payer le montant des jrurrr'c employes par is citoyens qui ious les 4rdie de' M. ilad., en 'axcution de l'arrt du Cornt de furet gnale, du-4 aot dernier ( vieux ft3) est t placs comme' obfervatenurs Paris et dan Ir lieux envronnants pour y, dcouvrit et djouer. les manoatvres des perfon es fufpectes et ittli geres qui travilleret fourd ment troubler rodr' et la tranquillit publique.
Ce dcret CRI ailopt. r. A


l La jate ema m.j SPECTACLES.


Opra niatonal. Anj. Armide ; opra en 3 acts, prc. de gfferande la Libert.' 1
-Eu attend. la 1erorepr. de Toute la Grc ou ci lut POut la Libert, tableau pattiot. eu un sts. Thtre do l'Opra Coe. National, rue Fvtt. Mart dans le fouterr'ai, et la Fefe Magie.
Dem., la' iero reprf. do l'Itrieur d'ut Mnag Rpublicair., coe. en un acte. L Thtee 'de la Rpubliqne rue deIlaLot Lt Malade, flsfrgnairg\, pre. des Trois COaJ, I
Demain la le sepr. des Conde.r.vtstlotiMisor jugs ar esr'mles counuQn .
Tha&re ie la rub Feyde'au. Ls Vitandines, pre de Allons, a va'
Eu attend, la ile reprf. de Pauld ai Fir!i op. en:$ actes.
Thtre nitioal u ue de la ,Loi et de l r011.

Aa premier jour, $lico ou IoN'eCr, opF @tt de tout fou-fpecs.
Thtre eo la Montagne aardin de l'elith. 'Inglque il Filmar; I'Heureuff Decade, et r i ,dos Poleriarei".
Thtr dit salis' culottes, ci-d4ant M0liit

Thtre de la rue de touvois. lor, ot5<.
3 acte's, fuiv. de la Rwft oillageoife.
ThMtr' du' Vaudeville. Le. CogMridea Mitt Dia;lUs ; le Falor, et fcoe i 'Curd.
Dem. Ar/crin.Jofepl"
Thtr de la Cii-Vgrits. jL Curiufi; hJrM .uiproque, et le Petit Orphe.
Thtre du Lye des rtsafardin de La reprife de Marie Ckriftmne ou la OM79 c., de JilaBj'cue, et un ballet.
Th itre Franris oumiqnue 65 lyr. the de la, Pr'eriere, Rjuliiiorsou 2~,ese gti~ rt de; Pargu;ui i;


lit.
N
4'



r'

"I

4





'd




''j,
sl "et 'tpe dt
1,
roi

'p~t cri 'tir

Pt titi '4:
lu'

'a

n ru sur 's pI


y: '15'

'te

't'



lp
b 'c'


''i Uit

..







GAZETTE NA, Ou LE MONITEUR UNIVERSEL.

,5 Qintidi, 15 iVivse, 'an 2 de la Pe'bique Franai n et indivisible.( 4Ja1vieJ" 1794, vi u .tle.,] Me tu *tri uc, et anvuy la Gommifflo,
"l T iUou tar eu fai& 1u ,appor. ENION -10


.,ri oL LA N ,b E-l,

La I,4jyt ,e S dceimbre.
S. pl thl'andsis efn micOtietit de la guerre. t P,, plc boree au earalareur, qduAlt qui Ie,
gadeOt, lI les . Aet ica 1upesche:'

"P as el tni glojr ,,apes is av-oir vbes marc otfaun hloiaU nt. cbntte le voeu public. Auf1i lit. i ,! ip .e<4 du prodigieux decontagoutent
imes fel ;Jii 6rtrCnt -oxi quartier d'hiver
p '.rils tuc d'uiit drosate 'te.claerttictt ds
iu$I. 1aubtcsai -1ufils' ne vouuffcut plus en+
p piterde toaiue 4C 4l nus o. i qui ufu'tatrn:, l'anne dea la rputatiou de Vilciai qat dea les Fran p itajieta cquife- L'etpit 'publi c efrapp de
t rtiitst1; '49ill qui &'opgre de a hie ar';
pce* de a lique 'Ianaile. ',. L'psitaeiat,
dI oo fcil gibrl il ne lui. e.anqtue tout l,$p.Pq l.e, et e de l'argtuat pour pour,foie.lesdtffcins dans lefqucls 1elle lt ic ngage; ,f .ijtrigitet lourdes ont da., la coalition, p ,lpRi la-voie. aux d.'a[ae qui arivea:. La pain,
tfi d'Oaugeu Cicifent, n.du segret, ( car il pi ''qgk que du bor:lhcur ou du uallihur .dc [-lH-' Isi,) 'sja du dpit Veice qu. joli orgu ,l oil' .~pofonddrlt aaliuur. L'euxp.runi, flsseux /qu'ellc
ouraveri 'pour fceoutir les Capeltiras -maudits f'U) ire ci entre lel m itav s eue de feu ban' ul'(CUIAmG0aiT m..Nos patLioi'Cs hollandais,artAfles*t.nat. parmi notus, un pas nua t

:icin des itwyer. par lefqsel. l'Uttc: de la Cont t ospl tteu tnt djouce. I-y ont tiouv quolu ti e facilit eu ce que les
la 4iloil d'Oange Vont.stlop ouveteuxs'dWonrae uncifoule 'i.atel privs*. Ou cite qtlkues-outs d'te t, elei r d.q patrio triae volraJai3
r de -, d Uc t .e dea' prauf es ligci,, Ot le
pipi eu u I rilifer ics.reioucts liarhoudAl eff flceLUde rU r ici qu.0h Rpusiahque rai~eia j eC1qu' l'attachem1a Lratefncl des trs qui on tente quelques efforts eu faveur de linf 0aoffusaement pls~ 1uit ethd la gsandenr'
ip", de' p"ltiqVe .t l mealc qi'ele psoL 0' ct o pt t bienveillsase'fuc'ee et tutU.gt d. dcs atrtydu delpotllwe, tanti-hiob.,
4 u l hl .>., 1. ,.
iiriqnsautrir. hilu.
,PAit2ke l'uqe tll:fe aquitt Totusayeal si Aarorot'e porter lu lalandre;que ls ;on-: ,vricuues, tot aufii ca,,tonusep 'lsht le'long des ftostaieres; jvelas 'ha,'nagivoc i l de nouvau la pil.ncipaut de Cltiu.y qu'ils +Q les pOies varc 5, .der Ata ichtkr ps du.
,I T il- ie ,'e'reti:r piis tulc pte afivz:

: d'v~York1k-na le op. di.lrlulik des
mld 4er.rnes d lCoalitnIotCo0 3le s- Fr',uU eS.
ai giars. I ru- I o tbeqp, de l, es de, D ni.
Q# l nit e te s's! le pqir ja;aaisJtr un,


.FUBLtQuE NRANAISE.

'j ~ ~ '-es* 4YQe.
.dC'fi i cl d. la plus grande.
gnraru aliait, dit-ts tuamnllca
j lQe!mpeeur de pafef fort quartier d'hiyer 1 l ;mai il '> ompao plus : il ft vacuer tl~. t41!:'1- agafans taIporter le ba~$I arillricadel, d '-Risr :tOi f's Oi ,
,1 soni t e'extarnse caxalsias or il" efi de
f retraite ;fcs troupes., dffai e data
t5a ient tout le dangerqu'eikcs cOSurC9!
ife .aP.>te rtuoues leur d\otag ent
'i 'taJrsuCf, protse!Ire, que le guer.il pao
let s orpu detf lanutlaute' e ,''

ell ,.,+nmb,og ,, qp q e dfitt: de .de Fr 'rscc ~ e, poOt :xqh qUis itn%rc!l Ies:'fabies:eur,+-lefUf
~ ~, 14 oidtas W gaeqt VtP?!5ii, u!,Tg s! l. il. l de 'gr, g-fre ild a i tpt fiaerq rp.L fir i lrspo Cs ) ;, FI'ars

ri rd'rapi ua'lc 4coi; 4de aticn5u;+ fsnt
P~~qi co"l),-,
a grand&mptfion et fixeat Ics ,idcs. Ura Jke


,' eit& I lji1bti'tl a, de l 'rgahit +



:' SSng du '1s1
i t hornnuge i la. focr 1lt st1fi- uf U 9l l'ac d'un f1 tct,,


Le coluel Joueau. ,dAvig.on dmauande lat riditi u dan la f4lle.Elle lut cil zaCd. Il parai' a la tbune.
Cito'yens dit-il, e ;'iens cotifindre des calorsli 8, qu'on rpandues montie toi. n n'a pilt
Comc un co4enr de It et +u mangetir d'entaus. J'ai Mu e. ti(re, puu r avoit %oulu rnit la mere- Coug'nu un p.sys iVrWenfc qui tiait fesW, le joug du ptre.de R.ue.
"Loratuiir'fait eufuite l'hiflor'que de fCe bteaii il fait celui de-fis nia!heus. Fait pifonsii,, il .eut 'des. liottres le tout geur& faff+i+.GC 'rai 'P s e(lez de le menacer tous igjours de l'clsafa:d; on -4Oait dti'villts vofiiet pour le vair ; ao01 i te clleaut coutre une muaille,'on 'hi ttlviiz' la tle d'xilu ip ide poing aio dif.aa- Vi! daanc le faine x .Jouia ldaM al'ots, e'l'ns I ie t ie fi t d

Il pcit- fa onl4ance folf'ir toutes ces i-. digu.
La fo'i l'applaudit, et lui vote bai fer fta-( ternl qu'il rcoit du 1,efideat.
Le fo6it paffe / lporemeut de les mctkabes et admet fns riclsanatios.les citoyens Gi,aid Bo.t ,tc ,.Lcrivau, afinffiati, Gry et l lcl le jeune.-'
Mou:ge eft interpell au fijet d'us ousa erigxay.
Uu membre pren.l' que la focit avait nomm: unte.Cowtulffios pour examiner cte a[fire,
Mone rpo-ad que cette affaire rie le concerne pas ; que Pitigruy fui inculp et non lui', tr Red;ril. Je rclame aufli !a Commyfirnu. Si Mon.t eft ianorcrut, comme je u'et doute pali, il fortisa plis pur du creulet. Il devrait flliciter luir4u cet c7xaau) : d'ailleurs il n' cfl xfl qu'elqrte louche fiat Mi ls'cl Ct'slii de graudes faus tfous'
fou ni.utiniRie. O 1dit qui'elles e. povcnaeant pas de
lu :a bflr ,d t- t-ieut icsa 1 ,, Monge t.; tul. Mii u'ab0rd otg ne rfie pas das ue place au!l, taa icne, quan,1Jol, y cl r,; ta feco d u iu., ,on doe.cp n o q ui nons nt airjji, la main haut t e }X'4i 4Ita all, par.lsut Monge ait ieno.oc 1' bpiIfotiaa t: Mftg. Nonfeutcnt if ie+ seft, faitr 4lcule faa iel
fcus ,U' riiriflere mai 'le croig que c'll' a 1a.proo fidas e c't'itei Slu'dl a le. &CuL.C de 't qui 5f,1 flt d'a Iigles o,1 et l'apopos 'dc me f0i0i case fbfifiancex que le Midi 4oit l'a ale 'dc ai'te,
pasle C u
,J'ajoute qua Ici b ar s'de
tut t ose cinuttcaraieait e tout.' Je I lesr.oaa pr noa i danlhou, rie posvara, hs te'r sts
lesttr cabale.a. Je, douuati la M ntagne C ligual d'ah4rme, cti quattant lq m,fl tsi j' ivQ4utl d tnogu:ge de toutes Ie. f6cit populaacs d'e, e l'av r de f0 i r a'o,, quc JC r fui do's.n


prjidenee de Couthn.
Su 'rE A S a, aut O 3 NtVz.
Clarctl4, au foia dse Comits Pktis de la guerre et de furvsillantfuseJr les vivres. hbIu:tenaur q charreis mtiitares. Ctoyeu il eaille 'dtls l'ad uuittiitraiuu des dihetqauic 4Is ames., uit tiage prjutdiciib'. t la Rpublique: vos Comits runits de l guerre et de tutvr'illauie, fur IiS vivres, ,ehalt'urean e chi 'trois 'oitaiires. vous plup arlfaat Il he dttuirc.
Le lcvaux "'uoini.tuiital hl$ de fervico pour cauife de maladie .ou de fatigut fejouilient au. 'iilieu des artes., is en devoreut prefque fasss,-tnit les ftbfiflacets ; is y Occupent ds l'as qui l'raieic pl.usotilcantn: Cwpl4h, la dfdi' de hs Rpubliq e.
Iudepndausmeut de (tes ineronv4niens ,, lsct cicvaux atttdites au fervice de chailoii et de l'autille, te Cu tencuore 3 livrS 10 fouspar jouir de folde.
Pour .concevoir qutl d:trianrnt caulfe cet age. rappelezvouls q i"' lat Rpubliituc itetriit cuviron deux cnt 4itq'uaiste nill evaux, et qu'il +cl dmontt qu'ct' n'adiet az4t 5u4.cuot vetactent extraordinaire le disiclue de ces cvaitaux doit tie rusa iafirrricu.
Vos cutii vois propo'ut d'ter ces clievasic dc vos arises, de vetx dr', dans tn court dlai c4aua. qui font areiratsb iladie, ou de bleffu:es graves; ,1 rbpartir d,r;? de' jAaces de l'inricurlIce jturs et Clux dortles :s nalaies ou bciluse 'faorie jiges 'puvbir r.e gurits' d'ans te disi de trit mis > t de c.ufiet des agicuteurs euYu qui n'tait qu fatigus, peuvent tr'e rceii ps ua e usourruic convenable et par un travail doux, tei que celui du labour. "
Aiufi vous cbdwhd(l l'ez vosatmes pour chaque jous ,au moins vittgt.-cinq ille ra#,ols de turrages, lui y Ont ean t e e a grtr$ liais; ,ous leur rendrez au ioiis ,douze tni &uts cavaliers ou ,charretier catipluye a f r ces chevaux V.4us eptlguercz plt :dc la aioiti de la folde d:s chvauatachss anx chattoms ; vous counairez pus failemet la forc. efl'ftive des aritres ; vousp r,ieiidtes avec moiniss de peiue les fraudes: fur les ia'r'ous de 'ourage et les-nos complets ; vous tottIutz i'agrculttire des fecotIrs donelle a beloiu vnu's e i, ea la 'race peieufe des chevaux et
e"6,1s 'flil 'rz-CEtte' efree de fouritge q'i clrnl'ce du battage dtevi u dioSt lI lJboureutrire un fi ZsIaf 'prti ao 'd araitl r dc'es hCvaux dans l'use ssitlc, *, .i qin.' 'L'e t '.ulu hors "d'a r e.
J~~ ~ ~ ~ r, L. . Il ,pa s
:SaSv deut, Ce rdef't:lt I pas labui de e.,' les s1"d v! e Coenuitc l '~ fenti;' tl Stf ulfOrC d'esl diratl"iau'a pl raoab dia'l"a1ecaunuois e, ores: voIL. tout C "qu' a1 pU a\le. I' 14 bd,'tlc.lip ~c lee 1:!
A l ti f', '. ,gr xa + .
jr'vihiaurcc Iu li ,e et c iri ,e lvicl aI pour 1< .or n C l'tituue |ilct:l i cuah: ite lVOli
l l 1 - ts'v i d;o la iccl, lbl cst csu
air ts:, ilhaaqu oiou c tyCaa lait,a tae[f'tss q 'il tic prur rc luutr cusrtu- r de borsur balie, ;tus l s oeun fout pour la thof'e coquinuule ; tous lI yeux furvcil'ltit' l'Cutiofud.s ,ls s ,. etichi qui t&utpo la t'oct., tc ttouve plus 'aifilc d Lus r tiu,


"Ufl bt iir d'ult WUS' 1 le ifii6 i 3'ns q'le ; iorc r ,' . .'ur "c ~ + s . .s Daprs eSW r.o?1erfid 'i 's le ippor(cus i ropoi a ttq trni .)r 6 ,, . . :'
p.ta ai,'. i arrar Oli uta d 'er conform "svx Dufen ru' COU
Un citoyen interpelle tMonge'fur use affaire cou- '-enlcer. i v
c1 .atsl1tlc ile Monge allai: rpdrxr. Il efi iterrompsu. d s difpflhiorsi
rclame foi adllron fuovC lur ceque la an.- "i .T'ous tes chevaux' employs au frvice de a miffio cil. no.mn pour Prigrsy+ efulcuet, ct non Rpublique qui' conir fatigisi ,' ite'ferout pas rCfrpour Moge, 'n ms, ils feront livr' des ali'iinltefra poutr.ie
M'onge ,l admis. I rqiablis : les chsovanx tares et attaqni"td', nalarde tua
Mal',ert, Pieire Met, Mattlieu ViLeir, Bnk, eot pa& de c ls. lte :,||ifl:oil 'eidui. LI>ur Byer Antoute Siville Ljunae G, iillaume cet ffct,-,ls coesmidfair';dei gerres p&fferont'Lt Sernieffe Guillaume ci-devant Leroi BeUot 'revue de Ius les ch' 4U(c.U&s 4Ur Le :rouv'c-1i d'issIlih Gel il'antiot fortent pu s da u crcufet des' itli,rsmerie1. +' . ". preuves. Au1irut aprlt la publiat;lo, du pitcftit rcrct,
le di. c01esdes,diiiet,dfit' cuve swilit' deth, 'jnm dntatior des Sans-Culottes d'Autun'T lesCommutcs de4a oteorseostoirnifprfeute I la iibo6uc, et douale conusaniffais dtg l'es qui,'des icet zccIca ea uuicipalits, drdffaIeqil eg1*004e ts. -.sveetlde municipalits'f
faits fivaus. es c 'u '.as
Trente monlusginurds d'Autun ataient chargs d -ttv fa",ftu s i- ;otU lfairts' iecevront a[su 'cduire :"Chlos.futSatieuan cetaiae quel': l5*ile' it dc 5t Iit. iar'i. 7::,t": la .flnnirs" r la route ils re1OUtrer
5o mufcadins*l' cheval 'qui leur dc'mandercnt c die chleviu trcfiare, revi'tbi %%i' elode de ofous 'aaIl ali'eut faire. Li Sans-GC tt s leut< yani pur chevaIe var oa; il,,pv DXtuujq iaptoytr c fa .t' eOur- trcl '?ajer' eur tUfli t les rufl. chevaux 'd'arstres tlavaux qsuu our ile' prediis leur'ondoiiantah de s'mrrrcT. Lces Autuojio *tiA',-tpinti de+5o hv.'deam-et nSlt di po(aiers: cntin eseut In? uri0ute cntante. ils ,,Clavaierit pa+'efst8 o e lnr+:4c*l. .arierdur',f ti"800 iivr'&. L''r'dr: e pr&.-'Albrs ilt reuuCut les p'is ffmuvsi iTout c tsuyets chang d< chevaux il pe. ; . < rtccvta un. q a t q !y tist e t .e e
Lor''cGomrtaf'dipt port un co6p d'e fbre ' celui I ra ui r ,e ,>l ue rc'w
eLeu. eI. + tfrJr cj : ; '~jj .e '
.un. . C'l.rln' ils%nier5t I us' dpSt et A :~t;'l'C .tv it! amu fpaa:ptl4a;ra4c, utt

obtenir' uflic' ''ai l'+. ,irton' Cie voulut rav'a ," 0 s';al;rr',,''p o<, tsaae e,, oudvrnss
aa .ife usa r Uun verb l d' leurs rd4iuce' les bons dc Cide et le cheval -pic chcz
phsnter- tic asiut-,l' t '

La dputtion dCrand d L' J "" dlenf'etrs .oflEcit.x. ce licjet coni t ent une d'autre articlei

..











'Le relev qu'on a fait de la 'Veil das 'bleis d'uigrs. effectue depuis qseljue tits dans lo difisicts ; -cr porte le pris - lmillions peu prs. L'excdent du prix de Ilu vente fui l'ettimaeioa ci .ic cirsq.mislios, .

'OUi citoyen d'Epern y clame la inife vu libert de fa fesie, tranget, et avec laquclie i eft rma#i depuis ouce 8us t M /iel attelle du pusriotifmc du .ca'cans~at et l'afftmble dcrete que fa fenue fera aife en libert.
l'es admiaifltateuls du +dapircement du Gard
-envoient une A.]reUl'nergiq',e qui refpire le'plus u p u rtutife'c et le langage clair de la raifon. Ils tqvoet lOs dtals d le 11 fte q.i a t clbre Nime eniarjouifhince de lt ptire deToolou.
A cette Adtcffc Lair, jointe le to.I-fJeip i ,is fLi'.' tant
iNots arprecons linftaantqte l'aime des Pyr-cs ot;entalcs'vient de remporter onevicolrte com'p!ctre for les Epageols : .Vive laepublique Le fuccs de nos aimes forrerabientt uLe chaiti qui s'tcndia de Madil Londrea. ,
La Comsusune de Baleure dipartement de la Meufe follicite rts dtrett, qui oblige les admitrifi,teutrs de dreffer us tat de l'ai geterie dpofse par les Communes A0 de tratnquilltfcr les i.oyeus 'for la manutention de ces objets.
Cette demande, Convertiese motion, ci d-c ut: te. ,

La focit populaire de Chaimpant dpartement de Luire plinouce qu'elle a mout et quip troiu eihoyenr pour fervir dans la cavalerie de la Rpubliqu. Gra trois feront bientt fuivis de den autres.
Mention honorable.
Les adniiflrateurs du Mont- Blane applaudiffeut au dcret fur le gouvernement" rvolution'nre.
Le ch ,yen Ben id, meuifer. fait don de diffventes crnrees fur des ci-devant mairons religienfes te montant 4,500 liv.
La focit populaire de Somtn*;res annonce qn'elle! n pris del arrts pour ,exlure de ton fain tout individu qui aurait cherch entraver l'excution des lois tendantes affarer la fubfiftnce du Peuple. ( On applaudit. )
La ommune de.s. 'ceaprime alnfi ." Nous ne favonis a fire dei compliment; nous voua dirons nec fisruticit : Nos vous aimonsi de tout-.notre cnir hf; d taenos avons dpofe fur l'av[i de la p,tic 3Oo marcs d'aigenterie 1 nous Vous of ors Utnjaurc'hai "ro liv, de l:uivre 15 millier de clndhes pour ftle de& canons et ex-'etmrn nun tsd b. b. qui voudrai ut nous emnpcher d're libres. Nur sajout 'u cette offrande cent vingtdstu clhem-cute, cent hbits quarante-quatrepaires La fauce ci leve 4 heurot.

StANCE MUD J INIVSr.
CasibW. Vois avez dcr6t que pAff le premier janver ( vieux flyle), les affignats f.rce toyale ne poulsrietut o.irv d'autre emploi que le I-tu. El bien croitres vous qu'il y a de hommes qui 'eulent fe tmettre au-def'tus de lois ? J'ai vu nune afliche utust janvier par laquelle nu particulier g'ergoee i recevoir-des affigiats di'uoniifi'a. Heu. Ieufermnt, l'muteur de cette affiche s t att ,par le Comit de., fuick gnrale qui vous en fera ti rapport.
Nous Commeheffiili q e jour de putendus
va|usaqtee_, 'de la 73aflill,, Ifomms du, 14 julet et du-Io aot, qui-,fe prfenteut avec ,dc ibtef'feries, et denmaudent l'change d'affignats de deux ceuts liv. qu'ils ,dilent erre leur unique mnyen de 'nsfilanec. Ce foOtxcire des soura que ltcfripons ptibllicsa emploitis!.,r dilapider leq fonds de l'E tat. r s + .
Un, autre 4bus ,e'efit qu'un. repta'eutant du Peuple a, par pn afrrt p.otogejsnqu, au premier usse, le cours dcaiilifuaca.b a d+ans .tndifti-ct. V.ous fentez qule tpu les af Tiu tt, dni ei4', vont
-cfiqer nn e "st endtoit.
IPlefi(iS a l affion de l'atrr4t,
LanCUveutiori cffc , % l'uanisit4.,b touserr4adasas proroges c l cotfr, des affiguats dmao@ tifs a . "r

ta foci tde T'Si--Ctebi,, lpatlineut de 'l'Aveyron dont Ctbot Clle fondateor prie"la fs,,venion' d li e 'ps t|i#r pefer pls louC-ets le foQriit fur i's' d c dput; de le faite juger, ia que rce |et ortsfr, s'il encoupfe ble ,. ou -3e la libett min *!s tcodo 8 'it si pas deceritr
utla te.
Cette ptition c-f rcnvoyc au Comit do furet
r-rdle. . . :
++ rr rions dis Ccaii6 kerlut b!bilsc, Gitayeq$


tr*,o p d mes de la perthUes athetes par la liaCivile et
RpuLiqu. fri u.'es 'o i. :tt ligsse des et les dprdations de Challts g Rpr~ubl u i u l epotrler egitas La Rpublique IpOffcde danas
.ln.titeui5f ur le *Plrs. de la ?Mataglte.u 1 ba pl. d" . bs irgites, Otvttti et dcret doit soutoutier une fte Civique. vilosil laus compter le Duqflne de tq,
Laiffons i l'hil oite le foin de tracer la pompOde' i ri s me.l s.r .




briqe acon tr I foJatsfc pspar le aies l us 1* l'orguiqi le porit que'vardstf.
la fte augline et fiipe des vitoi, diesa r Ilntsod o uiliss port d ans ctifeau5ofr1. consi n.t les chatrs de tsioinple la uerr thgaLs gu barre t eta q vaiffe u e q
Ptrmaieic fois cousvert 18 cri hlsasUacpa*ruitecutacin pour les armes ,riiie de pataUnepartie de notre efca dre a t brule quaux gnrauxc laifons philofophie ra cr de is unelrdon1ce l aine av 1. p u on fenf ,ua dela Pnaie qu tou olapre- plaepalis le criue(les migrs. Leur 0'tU id.i




dter auxvellsdhnf e t de la Mait le epor ut it :
-fotts, avec dc il lee t eunni f. '
mitre fais les honneurs d lad d v ct tsd ae-ls co ungletcPoe l et lu estire
dr convterties u;leursuaifot.th,
ccus auxc focldais bcifs pour la Rpublique ,e.t en fuaux oSn en d tattt tes. Let rputbliver que lesa uxpiteuans du Peupletout fu honorer front desa voiles da les lieux atine el ie; la ois le courageet le ro .hneth les s nens oe ois couraeitp les arbres frappt de la foudre C ezgrs selenfadescoplotretdatrie lla ois de lerte fuite et de let te for ,tuie.
liet gnhliaiq u F esana *slartieosparalsanie es' Unde nos tyrans,,reeur dela mai ne en Fianc bes jeua coifaCr lte f au FsPaa l'orgueil qui le dominfna rils tonlu r ait que par deides.
eslamed Lo ilt porta dans etereriouirt
le canon dalla, l' ls rds de la guer rte que. tueue le dcfpoioleeet ls d cca vraions q fi chappert tous, es jours de nouveaux tests den&isvale $ q hogtui
ivie miliestare.Etncore hier --fenfortant&d, laient prefqnc toutes les actions de fa trop 0119"
vei vl toyu vie. Il fit une ordonnance d ca la mCi






LInConvenion. qun el nide ,toujye ntiu el aisdne u lMcapiloe, des
a Cnesion lb nqfrmalfslseinnombrables pour la Coupi e et l'emploi di
des nouvelles du thlu et de la Morfelle us'crit fques: ece de lafMestatniques uer ag l11ferait tiern glorierix dtre' invalide de cetle camPagte 'does maeots cAlec&tees Pisq es fe do Lanlaicontr leds Pr euierbs. onsmteosen felCe feait aux ies, ce ferait aux peintres de l'if-o La Rpubliqueas d'autres moyenet c dautres Vus tile lranfmere lapoge ic les traits de cou -elle a befoin -d'hommes et de scierost elle lels rige rpublicains qui ont clat 'ulson. C'en on requiert s dellee les appoprie dans les diVersratag. beau fujet pour lesto atsifie mdiocres tc'cc eU rhome finseonateliers. Dans la dmocratietotes lei riche et magnislqe pour les artities paffiounins pur l ouianices font eia nasfe ; ['irdividualien 'goif* li liber ; c'eft, gux tatc les nationaux c'eft aues o1snuarthif Les premiers befoinafont ue F d
nit jeux feni4lues 'Pcted aux Franais ce qu'ils -la Patri e le a droit tout ce que fou falo t n ont fait fut les bords de la. Mdterrane. ces fmun. aMonuriens feaient des lo e civiques pour les gnrale aon-feu lemcnt ff r les proplii et fr





94 i e pou s mi a is fui lre dan s ,rle e a gc, 0it
uns etdpour les autres da s-vt ilitseas de nepasf les peones so ltn usa dgnrer d la gloire nationale.s l, lfu les pnf Dade.D
En attendant que le fgi oqn atnone eou-,tribut deLe Comit vous ropofeude charger l Viniifl, neetsartsl ma e nl Fu e amp l fmes oud.
au gnie de la libert ; oi attendant que les artife neffuieles pcrh at d utu s smn a ieau. les puexes et les thtres immortaen cette nuitln e pordIantaone orageute *o sratetes ane pluie abondante 1 ules fl- que lela r b pf ienu ,conltir.NO dais dte l libert "'spplocisaient avec tun courageux tic devons pus ions bornier -ce port reconquis, s fIencc, de la redoute assglafet ce lbulevarlde leur ou dmee ordone e Bu esouRh seon t-sus vnale tzalsion ; cette attaque iulaitane etlhroique cus les'ports de la Mditerrane. La Nature rn
detoutes les redoutes' de tous les, bia par les appela prsfqttc exlufvernent commuercletta Fianais;en attendant -vJe les attifles et les lc:resvi vgilslrad cette uer cia la fpara olide l'ocan et affet entend e le rocC de la peur fos par l'ilf- de ns ennemis conifans, ar un dtroit difficile t




p-agnodottandispque ua.bravuut apaLife ezdyit versde'tnetx
pa gno itand (i aos que liaeron, e asglcisfe a i t h er s l e Nature .vous rfrcia aux Peuples italiques, qls ditcraus gUe cicre l,:des a-i5 faiyi8,es Ctvous ievita commercer dans le Levant, t
.t .us . . s . . d- ide ll e au x D a rd a b fuel f e. O n a tue aos Di Vs qu e
Portugais des iosais o des Anglaisi i es pr allie sCrp q e
.guo. et des '.. .ts, inpv'oquant i ges sie de oan mient Pas a e t V e.tt
teilts et des ,i'uctc&Pour fuir nue telre dshostl e peut plus ufrper la Fance pardeslnilles al?.




1 '.,es ,,, l at tt.r, lt '(cils r .cri e s t,: a io vos ff dm aiuctue' dmriiuf. l h. o o t. chiennes on fait dan s vos msnuoactu t
a:i q.les fflotsot l lr qiesra; en atpenant alesj que leur prtfpi.o se tient la c onl0trvnl at n t es o nti srnd g1h', bvrea, icu f o ortau n t co rune co erce qpleim ,.o t



fafri ex + pof n fe. F osta e s 'arv luin cl t et
mrnt la 'M iUrt Life vilexplouian au f 1iutile etqei la Mditerrane n'efa pour la Fiancd
Gom: te fu iai odes pQudicrIs dan la ville qe+its dgrand cl' de nrato tri dotila policcP,,ts. l c s I udt ,as que parce, que leur icCt'qi. e'ceptrc des puiffa ces territoriales ildant enr t L& 'avait .plai.-s p!us pis ( a d-gcr;en attendants brifer celui des f puilfasces aaitime. et alfranthir cl nUes is peigou cette nI.us taLionbieclailutc tes mes ieco e votnels avez affranchies tkte. Voi,
l.tons1f lfr cs fe les hatba eor qe on tt o uo
cou llu ctluae dqetl hs.e bi tpn tds noles epuiffncs lu tini. vaiffesax de finfct lou es w quts us otorete ,ge s les fgauesfont vos abiffadelrs aplsd esatrlif,



A pd: t i t'ila ous e r e c e n btteflg t ioyn a an-ter 'ff l r d glaie c ehlou~s l'csbracnrceucouesbasi.snce etussiiies. Soyons bien convainerls q'aC ot(
par n.ep iqu,,till ,le a p r du' i ouat Pen Sat'la volution , en t tetrr*
poal nure fdeaid'4g a~ote Or"net e deaus dinrst commecrfial et la foiral;m.rsidl"
comit dit e )'oetcn vouscupble"er il ire ci ui e eures ,' de s fondisrMl, la lchet dcl'stcice de drC&p'silyrws idh Loas uii. ifor er deies.
e UYauc, taus l u'Id ucr e e "cuc / arn ta les fall ties de ftlra s. e des ldalptii dei tncei'e atnus dtelcure cetteSicborieue, Pouse les puiffancs contient4les.; et dans lspshtti0



cet iniinlli, il nous .touors cette monflruet 1 n .
confr et'-uite de& lhas tb'Iu e p lusrnoblt r le arfemiaix etles L antiers de confiuctioa, psour C tillausoi nous mn tre c'a ,feadic pe ,lan les ifa-eos aricimes. Ainfi dette, conilluifor qui les vltse ft uident lftes toIrsr *t que les flot des vaiffeau et fabriquons des armes. Anx 'liers, ituc s ntoacc tn ent ,ie$'e n.d n os hattrjics : citoyens aux Ciaent ier@ 1 c'Cea le cri de ll,.4 vovtz Cce% a*ffkau Cufisusiui do I.,R"uli desansp publique.- liu iileit des p dtiotes fia,as .id s iives ,dpa st aux divers sfenaux et t0,bliffcml d l' Anglais ; v yez cet iacetssi coupable il claire' pcn'ans de l'ndmisiiftaaion de la marine le soian loi, le l ecri ics druys-sus dc Loundres et nfire fera charg,' par ce dret f* de lesatt de Madlt tedis qu'il dicPcie le cunage -indign tablit fans' dlai, Il pourra requrir les matfl l es truliq,, te ieot ies t eleaux pourraient potscuiiet eb ceffet .dlors tquc la onflr tion D, cia par la- vu des tiotalt ,oriieice. La rquifition purrla 1eti
la, 1d e eut +t qui dt tle toi fe'appe lant fur les dp tt notnie, troplres du Por t t a
qurs dssiz t 1e longrentiali dasusuer rit n n , eie aenvoys Sessos vedpartenens o il y a dj des bols d
p.fertor 'au tilieud d ces icesseb et, 'eortiit otl les feront vaveni fans dladies pnible,, le. ieprierita4edsPueluisn 'e d c~prsde la Mdtra pjito eldsforttd "amalgrie erl deiiiragdint dans lep >g ,de Ii ] 0., te P t_ e qes m a oiete vpropresb, t f o fnavale$ font
dfocirede l vicuiseSrsijb'evec e n Marii # mites n quili9ti dtes donc qu'elles fiel

la 4 !tpsddiq, eel R n i hcnJes ant s t1 tti0'es n' ciivit par, u di crt de la Conu etio t,
M rau aie' t dff re et om l'i ,subruiedvetoire rtost 'va ster
msnd'nc peot'tr pa ;te ctle ,uJt etpas les dreOf nos ports stiees cn tteor titcesouniMousofo s.' rcut dains et tis de ladpublique.eI"
el. "(t de ,'ee .u. e que o n O sf o t ir v orex ,etousb te di f e Ptp
la~~~~ 0, ,uec ,a ,pbiqe l 1Is !otsd latiiore&; Lotisclient Vve la Rpusblique.hbit
Mditerrane et de ~ri' zr l'ur~ a 'puillnce et qu'i3lsiafevn tn.Jamais rqssitiUl i f e rang que fa pofition l a21e, apopulation ititinapplique.
fa vlont et es ~crores lii allmte~st furtes Le& corps adtis'n.ifttif' euv t aa Cttcl
Neufvaifran~ Neuf vaiffcatit ntk. btiot .'Pls pa les, litiqoe&, en acclrant par les n oyersqil9ll5r'. et les N ':ofit s; aet 'volpfl',_ namis alepr ouvoir, l'approvifionnmentd une
nielIC"l-t- +. +
Arlali. . ure fout docule niqtacts dKd le Icot t; ports niditerratans, l'apport de s rerattLtC1. ;ujtre avatent t tec. dendent ostv
.vau p d~esss~ss a:oys dans voi des ouvriers ,et la coupe des 6ai 01
les portn de l'Osiesit et dci,ii, avec d' cleraeelotL 5trction, Fjnsua de l Mrdscarane dans le delrlnt ais C'i dans le MontC'lant furtauts f d lei d otat d'empoifsner +nus psars de l'Ocan et 'fos ts des Alpes ,,a qua delline protectrIce i 1h d'y ptr)aser par t: pralent funel 4. uouveill Re FrhVzo a marqu 4e. vaiffespx'Dsls st

..










dotd, des ;z tbo ldates petiveut
1,. prUrteCA dc ce dte.terelt &!ridional fur lis bord de la mot ; C n u faiud moyen de
ioi et: d.ueotpOation li Rpublique; cclW jao el a'ge vrint- patriotique do peupler fk:
t, t tir lui doue'r de. vwicleaux, en chauge de

u'i tank re ntaitl1s du etuple dals le mont"I'.a bter les travause teltir de ce departe- clnrichir le Port de. la Montagne des arbres
dlii dansta 'es Alpes.
S Mi cri appelant os trav&1Jk noub;eux les
'divtrJ:uvris des dipartemeis mridionanj dans
Ir' p!s'dla Mditcrau e, vous nepouvezgnorer
It prera squifiton a abrorb un grand
lftnc d'oisv'irs, d'autant plus utiles qtils loti Isus l, force dc l'ge et de l'crihoullafme civiue
double les puduin6 du travail. Une grande
par de cette rqbsigiou a pas encore des alme,;
fll ne, peut tre incorporie ni exerce 'y
4du'l e inotuentiment l'objet de la prenie:c quifisi-~ ~et lubflitner une requilition m anton' pue reqitit(ion' militaire. C 'f toui ours
trivr l Rxpnblique fout qu'on fabrique un fufil
tot qu oifiruife nis vaiffean, foi qu'on affe l'eicee: dans uae gunifon, ou quel'on couillant
fur les ft0utieres.
Vous permettrez donc au minifre de la manse
d'epdier des actes de rquiftion pour des ouvriers O cunus dci efles utiles des coufiucteurs ncef.
S fifres qui le trouveraient faire patie de la ,premicjit i iqifition ; cr par un article que je vais pro-.
r 0f1', tous les ouvriers de profeffiou des arti 'naarihine, de quelqu'ge qu'ils frient fetou i equis, pour tre employs dans Ici divers pois et
atleuit de la Rcpublique.
Mis ce pla, d6 travaux maritimes ponriait encore
'trouver. des obllacles. Ils ne font pas dilp ss tous 'ls fdraifes ou mouarchiens qui avaieni des y.tces dans'iles adoiniflrationsmilitaires au maailimes. Tots tes employs dans cette partie aujouid'hi i inpottntc ne font pas rpublicains zls
l'o de Pit, comme la pluie de Dansa pentre
-a trveis des bureaux et des attelieri ,nationaux.
Tosiloi et Marteille Brefa et l'O1icn ne font pas ntieatent'dpouills de ces ageni obfcurs du miaificre Britannique de 'ccs nombreux f $>iyigiiit en patriotes ardent.
"I .ift donc, puifque l'amour de la Rpublique
ti taafe pa encore tous les cSurs de& fonctionlaitres.pbllcs', il faut y placer la crainate de la peine
lr F el firte qu'un lon citoyei peut prouver
csld''re 'od;eou les coueitoycus 'et fulpect ?nie.'l1 fut que tous les agens civils et miliihiri de i manue, et tous le employs dans cette .
i~ti# q~i nigl grit, entraveront, ou mme- re foouderot i pai, de tous leurs moyens les travaux, -' iPs ilonulm&n' et les opraious de tout lente- dtls0 les 'po-t et arfenaux oicent deflitus
ptrminuifre, et mid un tat d'areflstion comme

Sla deroiere mfore que le Comit vous
? p'eelpropr;' eindranle fdalifme maritime, iel tsqtcinons.devo.ns eh grande partie.les taltiafns


'U.r les@ rts des fd.aIe ous qui lets 'l-.
ffuua ?"
J'appelle ici votre tttenuituO fvtre .Citoyens, cervo"u-Iles'c'eadrcs prlfervotit Iti s INtfcrvoo la Rpuiliqrr' du plan dugrux des; fed ,liIcs et qu'il expire autjou>d'iuilous la force de va dctets.

Uue deruire pente 'a affect le Comit., tc vous' pil'f- 'it le projet dc dcret; il aurait dtfit pouvoir bi'ilcr1ts chanes dout" l'ancien regismie n'iargcea !Iuielu'esI lutses dont une partie cfi pus-rc-plus ri.'lnceule que coupable, Il n'cI pas venu leur dee. d iiercher tre libtre, cil dfendant les itst,ts de fRpubliq:ie; ils nont pu au rnlieo de leur f,pplice ', oublier qu'ils taient Fraais et ils fe Soat ensprefl' d'ctcxndie Il'iLcetdie des viiffeaux. Ui d'eux mme a lblL fes mains pouir iiudse ds brais et des gondrons qui, placs fu utltetluc de poudre alla cnt ci-sbifer un de nos pls iripotauis mgafins. Si les fots enifentt
-dt,t e-se roluitiusiaics ils ausaicsit atugrncnt f'in'ecudie pour fuir an.' milieu des flimme- ; ,i ces fol,dit euffent t femblablet aux hbi;ass. de'Toiloui, ila auraient les ennemis; mais par une
conduite oppofe n-ilh pas pay ue rauon
patriotique ?
Noius e vous propoferots pas dcSmefures qou puilttt tre acnffe's d'iinmotrait ; airi'ine biforts pas aveuglement les chanes de tous les forats de Toulon ; tuais l'aurson de la Ptrie n'at-il.,pas purifi des coeurs ,utU n'ont du leur cortuplion qu'aux vices de l'ancien tggne la mf'ce, peut-le mme anx lois du dcf'po ifu'e que vou: avez tcaverf? Ne pouvons-.nous Rps faite reclietrcher la natare des dlits ou des crhesui q i ont pli motiver leur coudamiation?'Ne pouvois,-aous rcftitier la focil des loimmes qui peuvent ,levttir cloye3a ei qui ost connu une palais quan I ils l'ont vue eu datnger 1
Les reprlentans ont crt leConvention que les forats taieut les feuls patlioes de Toulon ; (li ien fans catgrer, fan conpfomt,#e la reeonnaiffane p tublique qu'elle vielne aujourdlhui
contoler de6 malheurcux, et prouver que la Patie ne fut iafeifible aucun genre de dvoument.
Je vais vous lire diffrentes lettres reues par le( Comit de falut public.
Le (hf principal des bureanx de la marine
Toulon,'ccit au rnniflr le 5 uivfc:
Les pertes de I R;publique, din. l'arfenal, font peu co, nfitlrables. Tout cdf coiiferu, 'exception dit magin gnral et de la romttre. ,
lt.apctru des forces de nos euiteins;, el la confervatota de tout ce qu'ils ont laif, red cette vietome fi tonnante que la pollrit aura de la peine & la croire Il -n'y-a.que des foliv,ts qui le battent pour la Patrie qui aient pu ent'eprendre une pateille attaqt'c ts einporter une Vicitoite aufi com1lette. ., .

Exrail de la lettre du gnital Hochau mi e e de la guterre. Du quartier gnral du Laundau, ao o ivfe.
Llcus avou Guermahein et Spire1, des magafine d' a:wms et d iturittt'ls outrages. Landau ulous a conte,


a: te pas' qur.r ues tstertsres iitx1p|cs nitt w'i0tb.i rrufeu .; ont protv i l'b tue tUer ules i tprJe talu1s du l'ell sta ',Ziitt, dillitiuer le vitiwa d utfeus de li Patlie des pillards et de.% voleurs.
Nous nous fOeu4itt: prfeuk dapa les d,nit O\ uous tions ifltuits que des su.lir s.nf'.i Usllstt, et' nius avons tu lit atisation de voir l'arme applaudit nus obfcvitioto ,et so.s p,o. "mettre d'aller totue ttee" cil patr6uUse peuti
cirTer les pillards.
Un aile pms par nous, et dans lequell net, plouonubL iI, :ciue de tu.t' Cotlnte tot C i Ol, et foldat qui (cia fris i ispiller nu un, s d' tiC's pills, a prodlut le plus giaid cil-et. L'a. ne y a applaudi avec euthoufiafme et quelqule, ji a,15 larmi tefquels il y a Unlne ilclqued ot ici& ,lotit cil pifon ci telluit bientt'jugs.
D'ai;rs la costiaiflasncc que nous t'oti des pine, des fatignes, du couage, ,du z tl- : d
l'intrpidit dotit l'arime a donn l'eseraplte daus la plife de cette infme cit'c t lio rit ns promis i l'aue ltous les eff:ls et reuiblts pj.ai ias aux lebelles et liotis avons ajoutr lut tu rtl
million de gratifiation. Coirvie il ftaat du ter:s pksui runiv-tous ces. elfets, et beucoup linencote pour les vendre. nous les avons Vqlbs deux Millonss, qui jolits au m illion d,: g' ai'filation donnent chaque foldat une'fou oe de 10 .'%. depuis le g,tsral ciln Il n'cfl pas'nccffaie. de vous dire que lot' en qni cf argctlteri ,etrets d'iglfe, mssgali5s T,:,dl.i et vivres ne'.font point compis d.ns les ifflts Lies rmbelles.
Noua avons treeompetf par des avanicemeuns les uijicers qusi le font diffiltgus ; vous Cai r cCvTrC bieilr la If'le' .nous nous occapons lde* la rtco:penfe due sax bltf's et ilux obllieuieuix qui font n'jutilqs. 1
Apprenez tou e l '1'rtpe q',,ne iti-iit de bive is teileulus de I patrie dil'eait ai mliiinti de leuws" bleff Ues :Nou Jorns l'e 'S 0:S nous
a-ouis encore du .ang d rq'anie porl t-en'iet la lhR':i. b/izue. I.i,rjc.'lus ah qu'il ii doua te n .ai .ulr 'h Pa'rie !
Da-s irune vil e l'b.6pital qulqe -u. de q'eux i y;i il naque ni bi UO l ,a,'.t
celui qui leur te i:ai.,,i'ioua pi m6s
de la Patie '4iibleit l. i celui l me le/,ie fc. tes arani I
Etfin, ctoyets collegues nous vous fC,o.us peffcr iuccffaren la lifice d ces braves ,plnlIc:it os et leI ,om de ceux qui cri mo urart o1. Jtai leurs demit tres expithions imnortalif* leur 'aite.
P. S. Noua froUdes cortt itri) s : lp lo' 'dtusifhsation dc la iim de, des effets, :c. et une couxinmmflfon q'i jugera rejiolutioumcwc tus les coquin'.
Signe, PAVL BIRRaS, Rcous

Copie d'une letre du: gu'ial Ch .ibs- n'i ci'o)ei Bo'ichcte ruinOire de. la giere .-de Raioit jute Oje., le 8 uit, fJ, 'au deuxieme de la Rel;ai
blique.


o'uO 'In. Depit long-terns les inaqps du Sud non0 oripris K.dfuter deux centi honiiaes Cit)'et minilre vo;ci les dtails d'uae aclinua i.fpaient dnQtreta d& moeurs dfifages, et tus et finit cents blcls, SigntIiHoctl. qui s cit p'affe dans la unt du 5 au 6 u;vf'. U
t hif0u avec -les marine de-Ponant. C'cil commenare1svoir Peisuit
lai n e 1C6g i ds a,rs avoi' ii* n e l. .,n ',ll a.llece
fil'ts des 1lpes ou ditahe ne le croyait pas Lirel,ffeais d:u Peuple entioys par la 'onvetioi d- trois pOtis occups par l'esnrnmi la gauche tfIfls M. me intsidt que les armes du Nord et' nationale Is a,ame dirie contre Toulon. a d'i-lauti!, ci allant au Ca!eau Vintt rlu falJ le SRhin. Le fedralifmne itlis certain point au climat bien dffrente gneral de Touhl't, le 3 uivjs. .u du(aecnt du i ge rgimet de cL i.'eut
'lhitfalsdic fdrlialc attache l'intrigue. la vaM't, Au royalilme t aux crimes des puiffatuces coa- Noua 'evuus pu, Citoyens collegtet dans les ci+dc"a,:tlgion d clofeudil eanuoute eii Tu itts et a leurs partifans en France. Mais il ci un prmiers jours de notre enre Tuloi vous 'i n'. Perrut at judaut u tt li ieit uit ; il f,,tuo
trdtfrl e de localit que le lgeiateur doit cher- donnrc que dis d Lails iniparfaits fur la victo main.le i, prillex lui paa i le plus g.lifux plua s prllu uiplisl lu i1 ei
fatis e effe u attnuer et dtuire. Il Ca biei remuporte par l'ame de la Ripublique ; nons uou. en noomte. Il vi tutver lot capitaine ; f deid , ldaer-s ur amet que fur le counlicul ; eniltrft'uus de vous eu donner dc niouveaux, et dminde le capitaine,, fr le fa bataotre lu
lVta eiwrLFour' fe huieuir les difaces. juflitieront l'U,ivers ce que peut le courago de 'iiotui:iivatieetni *l'iisdifcipinte, la dforgani- nos rpblicairu, coibsttai pont lu laibet. Ont s re r fa l les camarades le danger qu'ils fgti0nt l 1 de la terre t(t compriim pa, Depuis notre derilre lettre ,ou a vrifi fur o t s conpte dr qu'ils
u1it lg{lleur tojouts prfent et par les diveifes l dives pcits d'aitt.que quelles' peuvent Cire de.f.l.une hcllcoa Jt 'iit+ C l n' ., v P efar u e ll ClO lc8 a ite, situ lie petit Ie$
-quinfecodeut fsvigilance. les pertes de lins elueutis, ct uoua vous aannonons
1 artter. b ell e nt ur n s ets Pa tagtr la I!, lliui, epo r
o vc ie qu'e[ls a'tcvtnt plus deciq mille
1l fA t c Rpublique ftir tou ,te t, clc.,i
litfetR p ubliqe tbuibloueste cprs s prfn viter toute cfclatudre tersile J 'ei e priv -lt de
t dts 'force militaires + et nivale: ; il [tut 8ie tnon conipru e r Ja ruflite elts ptit ombre lui fulit : il lait pmenm.c
10 iis Imalints +comme alons' avons fondu ier', dont le ta +- e l te -confidaaI. La pr- unirguides habihmeus et rncde cha rsci Ot l t a ad cipitatLouavec J tquelle ils ont t'ait leur embarque. l aeu r gu de a it, e s ar dchet et u
1dat8 la favcuir de la Doit, ils marchent tout cet boa
t 'U0c s atgns ilatalga es armer ; les a"esncut len" a o cafionn de noavelle pertes ttn ordre et fe glifftntau milieu du pole qu'ils avaiet
it lpit3 tCle des Prsies dovent aller fur "moins cotifidralbles ; une de leuis fiegates fut coule jur d d tuitC. Sbre d'une main et piflolet e ls didO la Sambrc et de la Mofclle du Rhib a lond par le feu de nos bdteies, et la plupaut, . ,ilstonbcti'r les gardes 1 .' weparcnt du
d matinsdeDitkcrnti C aifeaex trs-nd ag; pneus cla poile, y flmcnt' L'tlasae ; et d, 18- eelaygs qui hl
lyrbnt,r doivent l TriltiTeolnent le Iagefot luel fat de gaidaiu, i7. fout- l'ininant privs dela vie 1 s
l' s atis dui Va et dt Rh i e doivent uieduPartafontvroeV et.de. lent ''obtinscn la dc ndquti geiO um il tli
les ports1 deBtfi de ta Rohbelle t de ltb rs t3l2Vres. rf tu4 Ce o ia t, ubs t'c eel ep ie,

ruoL t d.dlaocIl-e Nous Recevons journellement dans le port des prifonl'er. Cependat subiaitde cequi fo piffeX
ifleax rg de poiiounbi tompette ae, la dex anes' poes frr
Icienaufrags de la Mditerrane -g a n c dc soSIsous armes ; nos brayes spublicains allaient tre Ceve.
.:lqu,61h1is gpieces d l et de 105 ho sd'qupg en iops mais fafifat'le ont favobl, ils
alibi.il, ignors ds marins qui cosuaiffetIa les it P ie. Tut ce qui ett tranger L'ut' ces bti-. 1ppe mai.danger, ile r ert votilu e ,lilr tmPtcs de l'Ocan, ? Les rpusblicaiu doivent me1r erl.c c it prifi uic; tout ccquitIFai s -chappent au daniger ils rrent vicloieun'A
clma"Is're lles rocher. d)urnie met pruienrourletl1s C ralaeCacaitonnnei-1enss1-1enat ace cug 14 ch vaux des
.n autre. Les Fran'ais doivnt cclintncerdl e LI:, t s. Un ful clsflfeur a t Matlsuicuifcn
t soe ci rQaji ulc,ccs'erceajullOCa]c"nt et e eem. bltff d'un cou de carabi, .J'ai tait tict 'aut
4' a, poil$ rb ,lt voix de la Pa r e h s appclle ; i pla i1e>m l e, i le a p de ba taille. T ou t ce q ui o r l e u 'OC te bexq ir ,qlr tout s Jequi g ,de 200o ati4 s ;-, les M Cvatix out t, tam c tc I,&
dl, tme r e f uites ls i ers o l'i ut .it ' trouv ait dats T ou ou v a' ,t em ploy la u u fu O ife ,pou s fevir de la tipl ,q'i .
e eratise dais l'arrtee des belles et dans admii- iGn, VE.
o-nous d'e nourrir, de dfeudre cette= .;iilatoti nial et n;litaire a t fufill aux
tille t'feam.at e rivalit du t port rni tre; eC';',rtl' fous'i s1eti la. 'arme, de vive la Barere propofe alraepdpe ratpt nuuiir
Wi t utl+tipathi que l dcfpotil'ube av' it R1,11liqh de dcret, qui eti adopt en ces termes: ,
m a s a q'ue le13 i R- Lis t' u 'e enoquii's 'ta ent gliffe das l'an- La convention atioale apr t a'roir cuteitli l1
*d._ ioftrvte miAie l'iM0115 de cIice'- re Ic leillagc devenait dangereux. Nesn l'avons'z rppot dc Len uomitc d falot public ,dorce
i -


I.
t-

..


f.~ >~~1- -~


At. loi. Le-ininiflte de ln marine 'i clarg de
dounes fur l' champ 1ls ordres nc effaife's pour la 'couftruction de tous les vaitfeaes'que Iln cales et les euplaceens du Port de la Montagne pouront
Conteir.
11. Il donnera e mme tens des ordres, dans
tous les ports de la Mditcrtani pour faiie coufttaire tous les btimeAs de guerre qui pourront contenir dans les cales et dans les chantiets ,de
* onlrunctiots. .
III. Le miniflire de la marine fera rparer A
Toutou, *avec'la plus pande clite -1tous les
tabliffetmens dpendanis de fou adniniflration ; il Cli autorif, A cet effet, de taettre en ,rqpifition tous les maons et ouvri,fs nceffaires du dpartemeut du Var et de tous les dpatemens voifins.
IV. Les reprfentans du Peuple envoys dans
les dpartements mridionaux feront partir vers1 Marfeille et Toulou, autitt que le dcret ,leur fera parvenu tous les bois de conflraction *.tous les objets et maieres mis dji en rqnifition, et qui font propres la confiruction et A l'armement des
vrsifle aua."
V. Les corps adminiflratils fi tenus de megre
la plus grande activit pour faire parvenir i leu dellitation les divers objets et mauieres dellins au
fervice de la marine.
VI. Les reprtentans du Peuple envoys dans le' dpartement du Mont-Blanc font charges d'occlrer l'excutiou du dcret prcdemment rendu pour la coupe des bois dans ce dpartement ; ils les,
feront paivenir inccffamment A Marfoille et
Toulou.
VII. Les onvtris propres A la confiruction et
aux travaux de la marine -et qui fe trouveraint fairepartie de la premicex rquifiliou arme, .:font requis, par le pfentdcret, de 'fe rendre ATonloti, pour les travaua qui vont tre commencs, le minifire de l guerre et celui de la marine donneront A
ect effet tee ordres nseeffsireo.
L minifire de la marina enverra la Convention et fera imprimer la lile des citoyens qu'il tirera de la rquifition pour les emplqyef dals la
smarsne.
VIII. Le minifite d4ipofera le fervice de la
,marine de maniere ce que les marins des sions tuaiitimes de l'Oueft,, foieut emplioys dans les
lgions maritimes du Sud et rciproquement.
iX. Les charpentiers calfats on ,oiliers tous
les ouvriers de profefions ou aits maritimes font suis cil rquifition par le prfeni dcret pour tre
".aploys dans les divers attena et ports de la
Rpublique lu l'indication faite par le minilire de
la r ati lic.
X. Tous agens civils et militaires de la marine
et tLus autres employs dans cette partie qui negligcrona entraveront on qui ne fecouderont pas de tous leurs moyens, les-travaux, les approvi.
fonnrcmens C&-oprationsde tout ganse, dans les ports et arfenaux de la Ikpubliqne et partout ailleurs o ils feront employs feront deflitus par, le miniire de la marine, et mis en ctat d'arrefration comrnz fofpects.
XI. Les reprefentans du Peuple Touldn fout
untorifs ienommer une commillion de 3 membres chg.d s'exa&uiner tfur le regiftie du Bagne la nature, dc dlits ci las jnge)reu, qui ont .t rendus contre les fo,as qui f(nui at Toulon. L'eais des commiffais fers envoy suc[lamment A la Convention, ainfi qua l notice des jugemens renduspour tre
latu par cl*. dfioiiveient fur leur itat.
XII. Toutes leq pition& et pieces joittes qui ont
t adreffes aux tgiflateurs et aux minjiflre par 'les foruts dsena an Pot de'la Moug'e et auises lieux feront adreffes la Commiflion dans les P4 heutes 1 il fcra A cettifet fait fur le .hisrp des itcher|elis les plus foiguea de ces papiers dans les
diflreus bureaux.
XlII. La Convention nuttouale dcrte que le
fo it qui a brl fet mains en teignant les brais et goudrons qui taient pu d'iucendier un tabliffement national, fera fur le champ misen libert Il lui fera donn par les reprfentans du Peuple,
une fomnme de 6oi liv. A litre de fcours:
Votalland ,au dus'itCemil de furet gnsrYae. La
'Cosvestion nationale toujours OCCUpe des moyens .qui peuvent tendie plus cfli=acement tablir l'u des bafes immuables notre gouverneneat reloblicain, trouve fans cefe, malgr tous fes efforts des agens plus ou moins actifs de la coalition royale qui cherchent entraver fes uefures, et A ptrfuader, s'il tait of ile qu'elles nont pas t fcieufemcnt odoptcv, et qu'on peut fans danger fa d.fpenfr d'y
dflee.-," .
Vous avec vu, Citoyens. tout ce qu'on a fait
pour dicr dtcr nos aflignuars aep ublicais, losfque let fdrlifles d'acord avec tous les couiresvolutonuaires de toutes les couleurs, femblaiesat mccer l'unit et.l'iudivi iblit de unira R pus.
blique -,l osagioteurs ,, qui fout A ,'affut.dge mon.
drcs venamerU et qui fp culen: l'un tout' s'empcZ ferent A cette poque d'accaparer tous les allig,-ats face loyae. O uliluo, : pour cette fiis leur intrtdelant:cette elltie dont is ne peuvent pras te dtache ils ne fuifaieut pas dflicult de le,, zchetcr A" huit et mssia dix pour cent de bsi,.
lice. Ilfallut dijouir etite petlido manoeuvre; un voua en prfenta .le moyeu facile, dans le dCret qui a, .31 ullet d Aer, d montif le- afi
It4


SgIAn ' face royale, et par une loi po L'art. XVI de la 1li que je viens de iter porte que tous les ctoyetls qui aprs le .12 niife ,
'e Janvier 1794 vieux fyle ) auroticounferv dei e(fignats face'royale dneiifs feront tenus de ei porter ans dlai' aux municipalits qui les

feroant anuullct et bler d fuite aux fances pu. bliques. 1'
L'art. XVII vet que tous ceux qui, ncf feront pas conforms i l'artile' prcdent et qui aprs le let ventaf, ( 19 fvrier 1794 vieuxI flyle) fraient trouvs poffdant des aflignats dmontifes feront confidrs comme buipects, moins qu'ils ne tseportent de. preuves cb nllasurtu de leur ciifne. "
Telle i la loi que vous avez porte j pour en tendre l'excution plus prompte vous avez voulu, que fou infertion au Bulletin du leadenuain du jour o elle al t rendue t,,t lieu de publication.
Si une loi aufi:nfOaute -devait tre mconnue et violie, on ne devait pas s'attendre que ce ferait P&tis o mille et au journaux rpeteut dans touts les rues de cette commune le rfiltat de vos fauces et ls dcrets qui y ont t rendus. Cependant le ito'yen Ducray-Dumeni, rdacteur d'un crit pettodique intitul : 4fichesi, ansuces et avis divers,, on ournal g,ral de ,Franc s'e permis d'infrer dans ta fuilla au duodi 12 niv&fe c'ecr-a-dire, le lendemain du jour o lei aflIguats face royale dmontifs ne pouvaient plus avoir cours, l'avertiffemont fuivant
Oua defire emprunter en deux parties 6oooo liv. eu afilguats dmontifs; s'adreffer :t Tiron notaire, rue "Saint-Denis ,l 'O44.
Un de. nos dollegues qui a faus cef' les yeux ouverts fur tous les agioteuts, qui les pourchaffe et les dcouvre partout o ils f croient A l'abri de. toute rechotrche l'inftigable Cambon s'empreffa. hier de 'venir dnoncer A votre Comit de furet gnrale le no 366 des petites Affiches de Paris, 'o fa trouve infr [avis dont je vous ai donn 'con. nsaiffance. Il fut fr le champ dcern un mundat d'amener contre le rdacteur des -Affiches et ucotre le notaire qu'on dfignait pour recevoir un papiermonnaie dimontif qui n'a pas plus de valeur qu'un faux a'ffignat.1 ." ,
Ces deux ir.diiidus ont t entendue fparkment. Il rl rfutt de leur interrogatoire quele notite a rems, le 6 nivfe-au rdacteur des Aflfilhes,Ila note ,'ni a jufleineut rveill tout notre ace' pour en arreItr ptomptemcnt la fuueife impreffion. Il nous s paru que le notaire efpait quela note -frait1re. due publique avant le terme fatal du is nivfe 'fl du moins ce qu'il a foutenu cosstamment; mais nous avons tous t convaincus, et vous le ferez comme nous qu'en attendant les fig derniers jours d'un dlai fatai prefcirt par la loi. -le tabellion qui connat comme la plupart de les coufreres le jeu et les avantages de l'agiotage, voulait profiter du peu de tma que pourraient avoir certaines pet. onnes gives d'affignats a face royale pour les forcer A s'en dfaire avec perte.
Si la chofe pouvait fe prouver auf aifmeut qu'elle nous cil intimement dmontre nous aurions invoqu coutre le notaire Tiron la loi du ler aout dernier qui condamne, pour la premiera fois 3oco liv, d'amende et -c i mois de dtention tous ceux qui feraient convaincus d'avoir refuf en paiement des affifnats monnaies, d les avoir donn ou reu perte quelconque. Le rdac: teur des affiches n'a pas pu difconvenis qu Thon, notjre lui avait adtrff le 6 nivol'e la note qu'il n infere que le a, du mme mois. Il a voulu s'excufer de cette infertion en allguant qu'il n'tait charg que de la prti littraire de fou journal, que tout le Tele regardait un compofiteur qui tait es gages et'fer lequel il le repofaitde l'entiera t,daction dcs divers avis qui 'le trouvent" d'ans les, petites Afiches et qu'une notW apporte A les bureaux par la multiplicit du travail', ne pouvait tre rndue publique que quatre jours aprs y avoir t dpofe
Cette excufe ne nous a point paru fatisfaifante; nous avons p nc que la ngligence du rdacteur tait nse saut giave qui pouvait voir les fuites les plus fcleuet et rpandre dans les dipartemess de funcflea'imprflions ; ou pourait y croireqas les affignats dmontifs ont enote cours Pais ,tandis qu'on ne peut plus'cn pifenter ailleurs en'paiement. inu bornant cette premiere ide tts obfervations, nous avdns cru que te-rdacteur n'tait pas l'abri de tout reproche, et qu'il tait dans le cas d'tre traitj comme uue perfonse fufpete. qu'il fliait Punir par les peines d'ude dtrntion prov.fre,
En vo US ren dant compte, au nom de voire Comit, de la mefute qu'il Idi a paru tss-intlitt dc prendre contre le rdacteur des petites Aflichies ,je fuis charg de vous dermander de vouloir bien I'appr vct, et de d,nu4 A votre dcret ronte la publicit que vous jugerez t,ceffaire pour faire ounsre A tous les dparacasctas de la Rpublique qlue votre dcret cusqruasat les sdflgsatrs dsimontifbs n'a prouv A


Pvis aune efl;eee" re n t.k.
_'~ osve a t Cti rt'l Ie ddlt

Vohud termine p ra !propoliuit "d'uns de qUicli adopten cea tessmtes :


La Convention satiuncle, aprs avol le sappurt qui lui a t fait par fou urete gnrale i dcrete que le nomna
IDurmsnil, elaeteur d'un crit Priodique
AJficle, ansf n'cos et avis divers ou )ourtsl Fiace,. fcra dteuu dan une'uation d'or Uouvel ordre "
La ponveunion natioale derte que le le decrit'- feomat infrs dut. le Bulletin.
,. ( ,La faijk dea


Au Rdacteur.

SslinIIes, dfifrici de Sommieres, dparteent d 1 9Jfintaie.
Citoyen, votre feuile du 'o 2 im ire une lettre prtendue ite d Berne, q l'on tn'a vu en'S ilfe diflminant bes bruits A la Convention n aonale.
Cette calomnie CR aife rfuter, pnil polu quitt le'territoire d la Rpubliqt na fen meimeens rpublicaits lfnt trop e que ceux qui m'ont r iquent puiffent donn croyance cette itfme dlation. Lo puri qui dtige la rdaction de votre fouille, ni'ci que vous vous empteffesez de pubtier rclamation. ,
ET. MEYNIER.

NjV. B. Nous avous recu du citoyen Vim tivateur, ci-devat menabre de l'Affmbl tive une- r camation feMhlable l'app quelle nous avons culte les mains une du directoire du dpatement du G 'rd,
que ce citoyen n'a pas quitt la CoMMnuM gnac, ilieu de fou domicile. L'article cerne ce citoyen a t tir de la gz-tte na France.

S P E O T A C 1 S.
Opra national. Dem. la t-ere repr. de G,cd on ce que peut la Lilert tableau j es 0u acte,; pre. du Siege de a houvili l'Offrand 4 la Lieerti.
Titre dc l'Opra Coss. NationalT r, La' icre rtp[. de l'lnutfieur d'un A/'nage R "COf. en un ate ; prec. d la Soiro or

torm. par la Ft civique du i lage.
Thtr' do ta Rpdllque rue 0#
La ll* raepr. des, Contre rdvlutossir eux-mmCs -, coin. nouv.;, prc. de la Mere

Thtre de la rueFeydeanu. Les VFiftandi de Allons, a va.
En attend. 'la 1arc rpr. de Paul et vp. en 3 actes.
Th tre"national rue de la Loi et de Les Montagnards,; la Corilitutioisi .1!ol1assi la Fte civiqit.
DeaM Spect. demand,, .anine; la Parfit et l'Impatet. Le citoyen MolU remplira d'Olbau et d'Aihon.
Thatre de la Montagne, au jardin de Bou'face et fa Famille ,et la reptife de jc
Th&trz des Saus Culottes ci-devant Redsche.

Thtre de la ru de Louvois. Relchd Dem. Lae't-et Zulumi, et les Loups CI k
Thtr du Vaudeville. Nicrife peintri; d'Ephaft, et r'equin oJeph.
'Thtre de la Cit-Varits. Contre.tefis tins ; Ricc, et la IFta de l'EgalitLTh tre do Lyc i dus Arts ; aujfsrdto ri .La reprife de ari'ChliJflin on la promeused pri. ,dcAn-Retour, et du Caf des .Patriot
Thttre Franais comique ue lyo. rue uicodme dns la'Lue 4 picce en 3 ate f ptc. des ParS runi.
Artpltlt d'Afiley, fasxb, org 0du Anjourd. A 5 heures et demie, pici(O ,I Itramconi avec fe lvez gtes 'lfa, 't,

"4es oxereces d'quniation ttc'fli!itu, manage, dale fur fem chevana, avec plufi t erstracrs' utnast.

Dhi 14 dle Ni'fd


tAsHra rasxvE ru 'IiST~L~D.V5t 1II 1 otieace 8 ttl r, srd sa8- u eW letr1


Noms 'des Payeurs.'
Defchopelles perptuel eth viager. Mi'tfIlter,, pe'p. et viagr .'' Rtstla rd via, et r)at. pcrp. l-aliemnat, pe/tnuel. Taurel ,tiager et peSFtusl.


0autidtt Otiartidi. ~sariid~& Q,~asrltQ'e e2~srtidi I


rep qat


;r ntetd5 gnit de
fltueray. Siutitul '



rappor et main.)







ui dit4tu


fque je n'si. Le *1 c(que aseus. 0'I

tiuu




ner Aucune

rma juttc


cul.
le Igifl4. ' pui dea'. attefliAi qui prei vo
c d'Armqui .'apatriotique
l de! aattd








If, F8t rd tau ls *1"



bl

Pals








p'tJltc fi
rat'













tole il Mt ee lgjLlcs tailde li


stoist a'U














lt
es
is itrdii. a Tfoui a



patrioCiie l, t r Oda1
















de ]t
lettv
jugtirlis c~it1r, hana

..


w- -=~~rr----------5----- A- -


-GAZET TE NATONALE ou LE MONITURUNIVE 'SEL


o Sex, i 6 .Tv,3e, Ian 2 d la Aefabque iraiia,,se une s d h sis c. ( t5jafliV i 74, V i.ux sele.)


- 'p O L h T I q


U E


a >I: ,' q'dr'sbf1g, le 6 d cebr-e.

:.;4 i m'rtsleise,,t leurs aris ae les tyrane,
Ilu iqtltt comtbalr e iNal1 rto Fane,
i",, rit eUo -e' alhS pour ex c er 'enve les un esi attres tous les g ien t troc:ts euvers les FrAtt' si qti fe rttItve t duins leurs pay refletttf'.
g.a,i lArtisicelie a d' ontble l'exenh)!e de ce-le / feaerle Ctsr sUt,,itvprff l'iiraiPt de pariltes fureurs. Ou 4- raIlleh ';, IIe du fe, nent on plut de
rj@ rr:ut i timp-)lce de R ffie itveuta pour
.Ilt4 tls is lom;cilis :das les Eias : elle vI plus

its i arI uli for .,,.ctt de la. C.,ir de Vieu',i .
-Ts,: rFea,,h eLl ittmihttt t pcetafct en Rk.flic
eXcoptf les tra tres, geas biet Coelius pour des htgi., et ded" uigt's nobles. Le gouvciscment ptte fa haine ru point d'iiarcer fains in, jrI_ I rd des fami illes c ntietes fur le plus l:ge,


ClLun eonfpirateuir qu'au Franais aux yeux
de cette felmie iapiicule et gousyctrtue defpoti- f
ituent elle c e par qa oqu hummes qi ont l'hsbitnde dc fa confiance. La tyrauite de Cateflle t i devuue fou onaeuft; et foibte. Ses prc)puesflijets ne font point a l'abi des rnotsveurieki d erteitr que lui imprime la jufltce des principes .eepiblicai, s. .
lfil. adonn les ordres les plus fveres qui divcnt D'excter- d.Lxs tout l';,aAire a l'gardl de ,,0tiC fpeece de foci.t piticulhere qtiil q;,e f,,it .le nictif d'uni a(fc h etk t lhabittuel. On dij, dj'ps cet ortre eupaifoLu un grand nor,.be de
Pulis i M-fow.
,Msferw Ti,,qlete. La nattan Ruffe i't [1 pr
.pltbfaite que totle autre Pour eIoupir dai s liu, eflavage terel" Ou (iaLit qu'e sl y a eti R,,fie sqJequ,. oplain puhlque 'loue de c.'5eptioa 1 et ti moi alt, *c'ci t f5.w qu'il taut la re
t0oal'e. L, -vivent ,i dc: la Coutr et de les deoratieis c.s hto-tees (le toutta t, et ont ',lI~cs:oo aitili que la fort,nie militait d'tre

i piri tque Catherirye el diiue* dai les
eluntancc a:Ctuells, pir des fripe ns Ir-a lleA etvttffs, dats lacon aff,,iacc de Lrpitu:es rales 0 ds d .[rita i -t is' l'h.,biudle de

ls f0s't riches, et s iai d leurs c o t.t
iaesne font que des avwutci dout la fiveur de 'r 0fe gOuvciintss-ent les r'ethbourfe d'ordinaire par dcetapbia. . Unae autre taufe is-reiarqn-able
eleplus contribu renite la Cour de RItfa I,
!ts habile peut-tre en pcfidies et ci. ral'es de o'01ie efpcce, de foite ,li'il y a lans les diver e, parties du gouverrnisent et de l'ad,- itfl,'atiot Ilsf lytie.ua s de conduite bien tabli. Cette calife tient ladciatl:he que fit, il y a peu d'aarie, l'inptatrice, pour appel'r dans fes Eta' Itsra es jii es. Ce n'r point fneiaitioti d la part de C,itatac Il. Sip'trlliioa pour fipet (lition ,la Gf*eCqie vaut bien la RIoaine s; nia fc r-t : .-es voyagt'sr s avaient, lItptSrtegor Refie d s isIenr figcteltia'-vo.bles .i .hfodi des.rid et l'a pls efqtselsl'all ct o le IVtpratrilce a co r le 1r,,j t de sattacher lesvi talns
-kt W :pvrfitvil dlm t1tb dvous par pitiacipcs au
.tf~~optinele ls abfoin, et dont lte rtee nautlitudel reoie rpardue erct,ient dans tous les 0 tas de l'Er ,ope.
-: UJi g ,-ir. orrbre le j :fa ites Ce trouve d'ais autj is.r'irai cii RLfita ,ct l'ott -{cl bien foid,'oic roite que le gcte-af irs jfriecs foit un centre de corref*ltidance plis ltr que tous les iiniflrea de CaSO-' lii admeut du oct;f de retenirt lesVcsial es
dis lrriibjll. ir~1 it rdani le dv-r'eut .h ptu fervile atx ptiffarces (ce qui eil le propte 1l reiigi,,n dite 1ut-,iine), il ri l pcut tre :tt atre plus rcfltchi-i; livor, de- prc.parcr dans fi vafles Etats dnt ufne patie di la Pologne.a r.tiOre ruguient 'tendue ,'des retraites catihslirjurs
lafoulf des tcueontetis qui das ce ic-ei de
!("olrtins-.iriqnes1, fuiront les plituipes te.ld deVrit qui, de la Frauce rnre par eux
dosrut t',trtndre cisez toutes les NationsS U I S S E.

Lausanne le 4 dcembre.
M-tI r1'raitci eolstinraelles qn eprotuvent les royi.C r"taice, conflencnt les i r ioss t le tir
'ttat tit eftior. Les vicroi etemp otici va. -les lpithlieaits luit ce parti, les affectePtin t: ccillia qeu'Is eIbti nnent fus- les armes oallee.
on it mmm ait tirarndrc eu suifc un almanach e
] iriS,., j


Po.ur't-794 le Me.,er "Liteu. contenant d,: tarSulto t 's -f + lt i uitc fa iev olutmt'i de 1' daulc Le gorveretileut il a eipch la d lbtt io ,ct fait Ilcetr IuJqes-unii L ceux qui le dbitaient.

Bd!e I e3 dcembre.
Il a t fait ne r ilrb1tou de fujIi aux p yas de la So7iale en l rfi l I.if nts utetdre e c.', trses le-Ir taient fouluuics pour .x'cie'rvir pnir tirdfUrle %Mstir d qu'ils oii ot t pourvus o"0 lcr a fcIc l' PhSS q,'tn pu fe lre f.r les hoda du Rlinj. Ces hunimes asa,,t ttni,,,. du tu)cotterrtent de cette violence on en a beaucoup

Toute,%s hahlbsyesuv r iesde la Fort Noire et I-s pl oprii'toires dans les cc' s Aie Suuabe, ont T-Su oidre- r ai.r, re dei daat Itr1'l a d ( tin d. F:ibois og C irc, bou lielarh ,fIgen :c. t.ut ce
q 'is c-ut de flutars-e. et de ',:b{L*t-ilice, ; ls dovent y tre p It,.- fous qr, nz-nc, i'ei c- d.: 50o flois d'ue'de pour ceux qui s'y cffaint.

RPUBLIQUE FRANAISE.

Paris 15 vrse.
E.Irait d'lne lettre crite au niuiflre de la isuerre ar le cieoyen i E/l,i:,/e che/ de 1,)i-ade, cnaiaat eu f*, oit l'a t, tl, te de l'arnie d:s Pyrenes ccidetieles. lu ca.p les Saa,-Ciiicte pprs Fro:tar.t ie. le tiSJ; insaice, l'an de la Rpublique nue

Dus utue canonrde trg*vive, un obus e.pat!nol cli totit etire un d'e nos eaiffo's et une piece de ht; %'il avit clat lis hommes, les chevs, les tslchitis FC. auraient t mis en pieceb. Deux c*inanier diu piemleri roent d' rtille:ie, ci-devant f.afire Ce font t'rciphs fur l'ous dont la f,fe Lii:iit encore : ,Pn a cop le fet avec fou fabe, et l'antr- a coriveit de tere la tsclie et l'obus. Ce ttialit hardi mrite une rcompnne figrale- le teprfentans du Peuple leur ont fait donner 200 liv. I) tcun.
GO MU N 1 D 8 P A R 7 S.
Consel gt.ol. Du t o ivise.
Le eorCfil nend lecture de l'arrt fuivant du Comti de falot public de la Convention nationale-, 'i,1 r9 fi tmsre.

Le Comit de.fa-t pnble tonf?.rant qu'il eft fabriqu:er 1 p oi!re avec I letuu.un:d.,,ous teeralct les ent.is de la R-.u:,laque qu'en fiere te'sis q.e l'on s'occrre d, toutes parns fiabliquer duta falptit-, il i. et tahi" dca tfit:ies polt le puifizr et eu fabriquc la poule a,, le :
Io Q ele directoire du dpartement de P.i.
fea, le ch've de toules les hlditcs de cu.vre qi 'ers e.lt, fuir t. faih dc ,l.a bltere, toit rafi Ief ftcre qui (erput i fez tnaodes p-aur etre eniployces la plific.tion ( du falptia.
2c (01'11 fera connatre tous les hommes cu tat (le t aa, lle la purifi ahin du falpire.
3o. O.ue cea tat5,fet ont envoys au Comit de falut public, dix jouisaprs la rception dudit ai; c-te.
Le citoyen Bandin, enonimiffsire national, dnonce au con(il geural, et accul par le citoyen Belgadere de lui avoir fait Perdre fa plce nau breau de la Mllerre ,et lui avoir enlev fa femlme, envoie au coifeil fa juflilicatiou.
Le citoven B.uin rIj lave qu'il n'a en aucune ielation avec la fenose B#[gadee. depuis toinm aliage il fe tend lui-n i"e le dutonciatcut de telgadeie. ,Il dment
l'avait accuf, et donne des dtailh.for f.a viept've et publique proteliaut de la puret de fa conduite et de for attachement la levolutin,.
Renvoy la or-fimfEon charge de cette
Du i 3 ivsose.


LE citoyen Minier donte ,leture des ao: friivantcs e clai de lettes q.'il a reues do' la Veud e.
Redon 9 snit, fe.
L relIe de la cavalerie des brigands a, au obrc de t5 16o, qui','etiiit rfogi dans un bois, eu a t cl-aff et $'Cfl jet dars tU )marais, o il s'fil cibourb; touis y ont t fisills, pas titu feul r'a clhapp ; Piton, ethef de cette cavalerie, a t tu Un dt; premicrs.
l5oitiers, 9 tie6lr.

Les 90 hr:gauda de l'aric cl( Ceharrette qui s'eaies rt.f,,gies dsaansu bois, en ont t dbdfqu5, et trs-peu ont rof f ef fauver. Les cxcutions evolutiolluaites continuent, toujouns -do-


triaie avec cl,lt I- brigands qui totbutt daub


I.rS fassitqs, a ce l Vende tiet ellenierft
perlu,ds de Icra '"rrrre'ti- un.tclsa jis aprs 'er ru-rl, t1ue l f tuue d'oi de ces malq. eux lui venait d tatti datis tn combtt, mit le cadavte te Iua mari >la-as 'a huathi une ,e fes vtifiie i.yaat t W la voit le' t ,ieiejur et l'ayart t'ouv
I.re-parat t n repas e e lui dena ;a pont quel iotie ltle l.rfait ccs appt r ; eile lui po'adit qu c'. rait pour rglier foi) nii qui allait 1efluliter; la voifine utri,,e if de voir cette si-urrectiou fut o0v.tir la huhlie mass l'ndrr iae te qui en o 'tir la fiu v ironit. La niIt rcntf veuve (lit f* voifi9e q,,e fou mai: i Laie n.-au fai. re e itt de ftli et qu'ai ltic iefluh:itctait qu'a-rt une anne.
I e t eno Rr.buta eic-eonflituant, prtre rfraetait e cL-devtart cur rIe Sait Pi tte de cChlo-et l'un dsa ,lias ggands fclirati de la Venle a et tu de cux qui out fait phlrs de mal p,i l'f'entari ct la cotifiarce dotr iljuriff.it LCholtet et 'la-sb tt envirou. Tous les f,iedi au Iar, cet ecrciabl o lt, e dJfaitTi ae cie i ii,:ii ; i n'y tvait qtc l"S geru ir' qui pouvaiet afeiller ce te lefe qiti ta;t f,,ivie d'xiorraios atoces dans lriirllet il.e.rct.t lis ces forecnue. i gorer et incendi" l,aitoit o ils parviendraiet ;f e is jamaisEes
c',s'onitra aLfa ies ~n'ot t teriin;ci fans apie ites rorUflc-s n'riet t go geeVttgt cinq et quel; quefr;t jufq,,' cinquante des prit u nei, qui tient tu leur p ouvoir.
Le f er, atre lit de nouveau la lett e lu Comit de fatr'.publie, relative a la fabrication des lipe es.
Ap s alne lgere difct, Ton fir cet obj-t fur la piopAfition d,) taaire le on!eil arrte q-te les tc.L"urt- C '!tcl,.,t dans leurs Sectioni ,i unis de l'istfroctioa fur 1#t s moyens d- reconnatreet d'extraite lr.f ait 5e *iiiius de d t e-riir les cii oye us, au ,ri d1 la P1tie ,et de ia dilgCr dans cette recherche impotantC.

Sea'rce e:xtaor iitrire (Ili corps nsu,ipal du i i iiai i/e.
Louvet,- adiiciflateur des fnibfflrarccq fait rappo r tra-&tail! t, le% d, peses le l'appro. vifiotcment de la Catau, fur,,les facerticeg q'u'eale cf! ublige de faite pruis :,intair le prix actuel dit pai1 lo'',iuie celui desrais et fari' ti'ls "lutal,i.caa-ter ornnetinon ftns-;. '. t -:.,
Lei fiais de la Halle ont fit l'attention des ad.

D'ip,'a le relev le plus approximatif des dptif s qu'e' gentI-Us diffiern ,ttails de la dfl,:butt;n ,'les l-ailit, .our la ccifO, ri tion j -, urnali-re, il ci' prouv qu'elles s'cl:vetnt l 844,850 livres par an utrn.is que la rme ,p 1tioi oultait le faire taoy t u ot ,ne fnatnae de IeCooo liv.
Ce rapport efA fjivi du poj-t d'arr^t, dont les

prbnctpusx articles font adopts dans les'*ternies f3ivaus :
Arr. Ifer. A compter de ce jour, il t ferR 1l,3 voi l dI faine tu, le carreau de Li HuIle ; les faFiues le-ont e:xpdies diicctreut aux boulaugcas ; les hJris de tanfp,,tt le ot a rleur tai-ge ; mais 'as'ance e fera laite pa' la uuiicipalit.
Il. Il fea f., p,.,r la diltributiorr dei
f3uiues qut, ariondeicue a co ni pos chacuit
de doaze {Cotion'.
III. Il fera tabli quitre receveurs, flvoir, uti par arrorsialenlsrxt hfIquels fesont clhages 'dit recouvraent du prix des farine& chez 13s boui

IV. Chauque receveur fouirira un cautionnement de 1o0 000 liv.
V. Chaque receveur jouira du ttaitemcent nnuet d tosoo lis.,"an o, drs(equel il fera clirg do 1o018 les fia;q de I:tnr, -x; il leur fera dou tous pouvoirs; :t rcs et ac(es ticelsieca pour opler leurs ivecoi)vtemetns.
Suivetrt dix-fept rsut,es artIcles reglementaires.-4 qvi n'ont ditutrt que pour il'iutrieur de l'a aieti ita tion.

socit des Amis de la Libert et de l'Egalit,
sante aux facobins de Paris. 'rsidence
de Buqiier.
Suits de i-i fauce dri i a n:V?.

On d'ornc lecture de laletre fuivante de Frneaflel. et la focirt a artc' I'inletitia ah journai d la Montagne.
ra,,caJlel sdut-/ ,i-t dr Peuple r l'aime de
l'O'el J J firs de la Jo il des ame de 14 libirt et de l fi-:le' aiea _acobins, Paris,
-Angets ,le 8 nhi'dJ.
Victoire mes fecres!! la foii la'V.:d, e dtrra'to et Toruon redui vgi un beau osieut pour lv

..


v ~ -h,, ~


e
j'


5tbpr-tlilt5 1r avec q t1iitaettfera cdibiee la ft e ta dec:de cirdarte n!iouS 9'1 occtI)@5 't
-de la r't.'ire digtc dce circOnifliotea ct d .9atrt rcaa-f:r les plu.Iftu a Ce n'ti cpias ici la tcru fpsat d'u P. ils ; mais q0e 'Paria fol to Jar; V;gilaaat St O1 i iC mme dcgi-. :qit 1 .J:,coljifl lic cdffett di[spi,,'u,.r le it,'tnvCnIItt t 7voI|sicnsrc ; et l'rfprit public rie tue patir.rr jat
.4ptt la tutin huteor.
jO dis-vous ire q4e Ilefpece d ,ntrtt qul'on paril rndr snoucntrr&tsset idans la COnveanrio et au
ito6aius, la p."ito des citoyeni deComCimnSe Affdruhie l'arieltftion de"celui quia frit etatt 'dna cette ciroi e'le C on amure, les actes de. jitiec 3Mioa:e , ctte Otc de toderatuiifin -Ine p h'iot, :.iesct dle itrireot',dca tIonaics de la Mo 1ti/re
diveri a.hlet, ei fortOnt elui O l'cil it d ,a.plocach 15,nr fi petieSetire nos ,]aatclaer Is c hlrhon+ites e'na de la Rlra3aliqu,
Sp il li it zI rct Fe' r p dss t lril 'sdo
A c','",, itrou des. iom ies au m oias t .Jr f F,cct
erveaa l'cf;i pubfl c ,' r q iffent la g aVr del
e:PupS Vii do;veuntrrpp de outS paits les Ouent!cmi 7d : I,4 tvOlubr n. d,:',ls oit t t'moilns de la frrrr.l1t cotii'ibtc d cet bt.igead, qui air moment d'tLrt 4*. lil ei'iat core v '' le roi Ci qu'ils pto.
1Orracerat fi le flt prb'ic fi l'atLralszatent d in ilatr 'rtcaleut r'oa' i ti' de nd'agerDers ctive;, t'vdt ,rce ahoriurabil inftt, ae dct roalfaiec et de -Cvpir Vritn,. .li. d o's ctcsia qi fout iavefirs de I c na'lince u Petple cette fulte mr.ollIfUe certe
adnl,~c.crrrainethh.:le I Polr moi I en ptA11 de, cievois que aa'irxllOfCOt an Vritable jufl.ce ci le bo1 UItr du Ptup'e. je re it mnri.filo toujours aaecc Is lame i flb'it ; la Vende fera dpcuplq
rri l +It ,)Iiubtiue., l fera vcege et iranqaile.
'o.'sIjartez lfaits ctfele fyilne daitrueterrsc de
itaa.cs sar git radesr mefurea qui noua ont valu
+de fi'gaunis tuccs, l'earirtioi de la guetre citile
de pc nda e que nous fomm alfa iforts maini4iaaut futout dep u;s l_ 4eplire de TiQ 1, puoir ne pas rtcoul A*Ibs ntWfven odSeuk e ne's t>tlrln.
naraes ,C ,ies a leJpti , de la oji io, vote par
le Pup/e F :raaas.
1 ireres que la terreurneccffe d'te l'oidre
dq jour, et tout ia bien.
.igr, FRANCA;TrL.

Um iembre. Dans le ters o les Beiffohas fui.
faent lc'ntil leur pulffarrce par l'opprIflior qil'il,
-Cxc' liert fia les palolesa enntr;is ( de la libeit . r''-,. ." ,,t, *L .i ,r,-'t a,+,.JP'-,irYa' de
la libert. La faction fclrate cai'] ,autic et cepndant il cxifie clnrpre des journalifite qui fe perJrettest les ct.lonlics le s i plis atroces coulre le, Iaiiotes 1 il e )ri qui ofeut demander la diffolution du comit defurveillances, pour tablir nue :usmtiflon qtqplailgitait leur gi tous les contre.rvolutionnaires dtenus ; j'ai t drsonc par ce cutre+vogtiouuaaires ; d'autres patriotes le fout Curtrai iaa. cEcotez les rflexions de Francafil, Vous verez que l'on veut faire strograder I rvolutioa. M'il quelb que foirlt les cffr;ts de tous nos eI(iculis nous la (iujron l'avantuge du Peuple et de la libert.
L'orateurtermine en demandant la raiaiou du jouinalilie Camtile Dcfrsaoulias.
Hbert.Je fuiq onn que-, d'aprt la gravit des; faits ,la Coin:Aifion ue vouaavez'nomme., n'ait pai c foe fait fun ,appot. i clctrop v eDt q i'il rine un fyltale de caloararaje et tue c/Il ju aion di ige tOna re l s patr '-tes" : qtlquesAies itrsci. iu s'sfafont livt.s contre eux, pot t erd,
L'inatoerce denande jutiice ; il nut enfin que les ,1 [nsnts. pure le r l ient ; que cetus qi font fqits }potll < et*- 'a lnt raaBourdon de I Qi e ,. F b e d'Eg'lant-ae et C-ail'e lefmtiou'iits devaient tre t!.ailris, dersa'riest. ,iui fein de la fociti. Tous l--s patriotes le dcnalaidaieut r llds cris;fliais 5one dilcufli. as trangeia c i,t {ufpesdre I,> jitic Ale la lot-it. Il c- desf aits uoarr ,Aslblel qni dc .'t2Aewlc V0 e1 r.rv: cotitre Carnillt : tout cc' qui pelt
ce allgu cfoti Bciffcrt n'apr,-clie pis de e i l.n peut le (,r oher CaIt:tii!. S6, but a t .jilrtn'ici dc ca guu;c4 et de' teulifei-les patriotes. C'll ce meae Carlle qrt vol fai a'de Dillon
a-at grr ,rlUfFtrna qui 'Zl at d'at voi-r-au vec fii pour l'rpcer d'ttc un f ond E,,guc; c'efla lu lui a (lit h-temeat que les nobles i-icrt ncel-. feita, qu'ils teurt les friil& infruit. L'exp4icnec tk j.tonve qte les -Sans Culottes iattil bons ilelque chofe leurs fucs rpondeut totatcs les caloiiitiies.--1
J, demnande que les citryets faffent lent, devoir r) alltit dnoncer r la Co reatiou rop les faits ,ri font i lottirt(011uiafflanccet que la Csjhr i eau prouqa tpport. l cll act.laigt. dc frpate l'ivide'+ du Loa g:au et de lnitvcr t les pbtrotes calonunt t' il 'ccuae d0,te on ot-tttitulUeonnaice ct un ibelt de puri ; que ria c ciduhic foit canmine j 4o u4a s povstLei a tri lut l'tkafud f I etie
tt


itouve coispaie ; msn je dhie que jamai je ne llt':i;rihu de lu Rpu lqne, eatre la liLer& cflZ$4i d luiwc ls inigau et fisczt du t'Cuple F i & t Condam
la )CIC ( de M01t.
t, i. ,: .'Cth] *I1


* Ap s quelques dbatI, a IIJtoa aJLI u erc art itc.


- "1R IU$UAL CRIMJN'EL mVOLUTIlIO NAlRf,

t' iet i v ,l afe
r3ti
- eArmaend-Loass Gotsntet-Brpta n'taf dle Patis r de.,uetant .,su e des Piques,, 3ede 46 aS *,cx
lngral d' es s08.r)ds de 'la Rplit.ue la
Vcad,e, cqvatcud'nvQir partiylr A piecorp
-l4tion1 q,-a a x;ifl coile laluret L exurICe et ut s ri+Ufci tla 1 tpualrqur ;a *c co,,darc a rit
hlu~r dri: matira la peiau d mot.
s ]i a fui fou jug ,ffl t e i t).l 1 Ic au matin.
de Via 12.-Heotietrr-Chsles-Ltns Faveol!et, g & 3t .n sn ; P. lis e -:oble, ci-devact lieu trttant d1fatn'rie l. t'tr coitasiflaire ces gueres ai, e d camp) ieTDurnoutir dirtterIIr de corref lioudinre d'a,c'artp loui Pris et eluite l'avmn dea Pyrlcs OcCI(n-iral.s ,' con vain:u d'tre liii dca auaeurs de la cotipiratiou qui a eil cnti
i inlt t n'i h if bihit e dc la R ep ua Lhq ,e ;
'-Agathe Jolivc-t, femite dvce de ZacrriD
BrIrarra, complice de cette confpisatiou ont et
codartlis, la 1 einc-de moi.
Pi, rr-Joaclha Ka-,c-mpre g de 34 as
n ai PaIia are hb;lt -i Saint- Nicolas- des chrps coujVailc d'avoir'a tett.e la tranquiUit C A la arhuirt intrieure de '1lajRpubliquse par e tal[ealerraens claudeliars pr,,es a Vntretenir J fsanaiaac, piovoquetr e rtallfcntet d la royaut -, l'ide uitout d'usn petit paquet trouvS fr lui Inaprga du fang du tyran, a te coadami la
mierase peaire.
M:Irgneri:c Frarioife Mire, a ie de 2 a s, sua
tive du Paris et Loruife MrgrseiIe fql, a-.,ie a* 53-ns, semme cie Jean joieph Lti,.n, ce a Pir1s
psvcnurs de coilp|tici arrce; les ci delua coudantrias oct t .cquiuies.
Franoia-Jeans-L;ou Du'emblay sr'cut de la rgie
_gias'.le dca ciraitoiaet f'ervics rniis;
Chsahs-Aotousan:F.arois B-),uuloy, .comruiff.rir,
dea gurris's, coltvairtctrs d'tre auteuIs o cospice d raslvrrai-,,na, ai'fdtlts ,prvarication parti c'rlirenseut dans le dp&t de Chantilly Out t cota
dantrs-i la peine f imort
Pierre Sortlle clre di dpt des charrois des
arnca de la Rpublique, tabli Chan-illy;
Jean-Antsai-l-iH i Hs7n'aetol corg,iffare la

Chatles-Losis Be 'a?'dy capitaine en chef[ es char
rois nilitaites ,et Pierre Lbuflerc I aulsergifle r CIaUtiliy et didevsi uaqaigou le cond, ii,
pliqus rtans cette ffaie ont -t. acquitts; (!
attendu quc efcdy m'a -'Pas nsaOcati U.)carase de ivifrue bicu, pro1noric il, a t dccl's irtcapale de remplir aucnue fonc4tn publique, la ch,cge' do fe |rifenter d-n4 fois par dcade la atn.

Du 13- oflie d'.'bea't, fe difarbi tantt native
ne 1,, ptaue de ott.
Antoine-Loua Csish.npagne , de 43 ans ci. devant sioblo ,prtr-:haroi te et grand-chantre de la ci-devant cathdrale de Tioles coavaincte d'avoir uarnicip un complot et (onfpirrtion' tendans contrarier la fauverairnct du Petple , dtruite la lib-'te A tron'tler l'Etat pa une uerr civile., nr corlpofart et diqlribuant des rclis tendaras au tta-bil*ciaerut de I'. royaut, l'avlhffeentr et dlloltn. lion de la reprfetati sranatioaaeet attentatoirs la fouvetaiuet du PC up1e;
Mirie-Magdelciea Clitin femme Nirret, ge de 32 ans coavaintue de compnlicit avec ledit ch;npague et ayautfctemi-meitgardet recl chez elle ce coir "Oinatcui ,oint t ;oud4miia la peine de
surl W t.i.

Du 14. Rrnasd-Lenis-.lailipaeFranois Conline V1.', lati f de Paril ,Y d'aculatt, d rufe I!e Lille ,
tlc U5 ara et dei:,,, idevant.apitaiie au rgielle ap,. de l a l* .e ta'rir, puis (4aig r.r le uirire Del flt, d'rffsres de France A }Ier\a .1 cafrire lonsrhe par Utaarourier renire pr'.po tntiaire du tyran- m #lii ; depuis lon retos eu F'rauce. torn par le muirilro D.portil, aide' decafup du gtrral Irlkjrer l'arme du Rhin, d'o il, npaff au grade d>adjudaat geat1l de la ra.ttue atria'c, au/quel ils t rouupfr Naihlbonne aliti Cti:il(ltc ; craraaais r Id'Ctr l'nr des aiteurs ou -o "rl'rsi:t "e uatoatvet iti3goenes, avec ) r co i'be(I e u rlellurc
le, cOla aria irreli4jurS tt catrsi ittrs de 'La 'te,. dante A Fat.c, r1 -par tc' les ciuoyeus pillblers, heur ctie -t les ItOgtt de leurs ar ,c ufr le ter. UitC haraw et de o _f'piraiua ramae l'tusit ct


Pterre-Jofeph-Dorth Clerc+Lade,, tilf d; Pietro', td+pat,n!:t de 1',4H.;raull" ., q
de lllle ci a6 d4
ri-d'a:t 1;oblt., ,'.dew.iVant evaler ded s.Le
u1lfuite d lia eee
vaithcu d'tre ornlire d'uu complot qui a txiRt la nuit diu 9 'I 10b toit 1792 au ehteau ds Ti. leri'os irn Capet, fa famille et tous 'te, paitirnslde la ty'autn ,rethgns rupi %du dcfpott
troubler la trainiullih intri'tire de '
e citer la guerie tivie et par l'eff. -duquel l'. ptiuoteS cnuni de' ruppuffon,,,-s;qu, $ o
if "l'. u q e iont+
etr. mafles fditc IOn a ecouda. un i
d ~~~~~~~~~ .IHr .t; .peinel

Ftanois Colas garde des forOts natiosalet, aeeu dVrtr, tenu daans u cabaret de la Coman, d B utijlhsrs, dpa'rtetnent de l'Yisnne ,4.' ". coutSe-lv totaudiIdeb', a t acquittE


C,.,NVEN, l ION N ATrIONALE.

Prsidence de Couthon.

SUITE D' L& EAn'E Du 14 NIVSfE,


Crarir. Par le dcret que vous venet de ressre,
VOt acrZ coifmta la draonletifation dO ,afllttl rrf'anc. Vous voyez, Citoyoras que mal]r -voie "tretgL( ret votre vigilance ,-il le trouve des.hoinr, Sqi cterchent coraretfaie votre marche ; tuliils
doiventtifoit quiaufftt que voua totverztz S'paIle voua le lrrspeiez. Il flot fuiveiller avec la mme r;gaeur largeniie d res 'papiers qui felaient le lervice d'afignait, et Iles
eotiprruo. Les affguraat rovaw dei gloo t o2t00 liv.
avaicrt dts- coupons ; ces cpos folit rels 'a circulation, et torrtrrte is i porteur point l'Lffigit royale, un dit qu'ils ne fonti -oUt dtaontilr3s.
La forumne de c e o.-opous'lil pas confidlrable, elle fe monte vros oo livres. Il faut Savoir t'il
doivent eucore tre admis dani les ciiffet ant
tionales.
Catte ettraemcfure dit tre prfe l'gard des
billets (le la caifle d'ef'citctpte qui fefaienit les fone e liors d'eflguats'
Boffitm Il y a une loi qui annuile-les coupons4dont
a pale Gami-osa, a co.npter du mois de mai 579*.
Je drmnaurlc donc l'ordre du jour fur la propofition de Capbon, motiv fSr lt-loi,
L'ordie du jour, stinfi -mjotiv Ali adopt.
a Ctar:ier. J'otrferve qu'il v a 3,1fi une loi telati.
. .r-- catue a tfiat
revoir ceie loi, I completter ou s'af'aterde'fotp excution : airai je demande le renvoi dctla propi.
fition de Cambon, au Comit des finances.
Le aenvoi fli dctt.
Sur le rapp i-de Villers le dcret fuisant la
rendu:
La Convention ntlotse, aprs avoir entendt le
rappofrde les Comits de cotntre d'agriculture et des ponts et chaulles fur la ptiton du cihoyers Renat et compagnie relativemaeut dcs facies
dpots chez le citoye n Lecour ngociant rom,miffionnaire i Roue lhf'quels fucre, on t rffe r vendre fous ,rtexte d'un procs commtnc pour crt objet entr deux rmai'otis de cosmerce ; Pff A il'ordre dujour, motiv Sur ce que rit(%
ne pert arr,4r la ciculatioti /des deurese, etirichandifes dclares de frentiece nccifit par li lois des 26 juillet et 29-ftleptibre, dernier (vieu14 flyle.) et que dans le cas de aat efllion pour h proprit, le prodiritde la vente doit seller en dpt jufelu'au jugement dfiaitif.
Guillemasde'tfit rendre le dieret fuiv'ant
La Convenrsion nationale nprS avoir enteda le rapport frit au .-nom del'es Comit& de falot publie et de la gtresre dcrete :
Art. er. l'es pir u x agens Ot 'Co0lltI." notams par les repr l'citans du Peuple cha'ig de la leve extraordinaire des ilrevaut conaihueronat leurs foctioais jut'qu'q ce que les oartionl de le 'leve foient ternires. 1f
-Elle tappiolave a cci gard les taseflrreprifen Par r reprfeuetans dans les drflLentes diviflioilas mili'taires d

II. Daus ca clefs-libu( de dpt o des coDmiftaises p r tirtu ri nr'aur'aut pas t prpof 's pP r"les repf'ntans, les corp$ admifilratifs font ciags de
la furveilltauc des dpiars.
Craffrous propoSe relatilemelttl des citoyens d. portsde la Martinique, un dcret qui cladot pC ce$ tclate t
La Convention nationale aprs avoir entendra
le rapport de fel Cornita de marine et des Coloalici: et des Saratep bu fi la i(ition des citoyenS Rocher t D l e:i ,Crrtir t d a,+,,ti a I G a ad sl ot ,t p C B la ily e t
Gauler, de a ataqurc, 'crclcr r la til aL ,.+rru ri_ dr ct d C I 1j a t v a e 1 7 9 1 ( ,ic u : W. 1 | ou t c 0 ,titlt u ta C a a la %


1


I,'

! f






e SI "o' j I f' Iai i








il







t,-p

..









a ~4~q)


". cS' Rod i lf Dtiiftc 'y e't colt.l
.fquettce pt '1 tu' l'it pay, chatcun,
- de Qu o,' li par le tii.tfl d de la
1 A ceux 'qui liimen-t .-euuruei
me,. li Vent o e, ,,,iil s ;, tge fuve,.
Jl 'tsiOu g 'et
0at Itui- 3,r due-fa> les ira$s dc auttttib de la.<4Ituit
/ 1-, '.lt i U JUi let iX der t furauxlqc:jt


t f i n qu us &u'
.L nOivCfl.on nri ; 1 > zV voi, ene
le ra PO >t d c fou Co roit d c e >1g ti ol do iur tc vc fi' kU.'*
',', Lt:s 4ifrofiton% de la jloi d g9janv x
tir 1"'P tutaa et le j> gce dt.ds p 0
]'LiiU 1 to min c- s, avant ix:' p er r du yv>
les', i uai x d' iq"diffe mznrt de lpais p ouV4t diilnihbtro pr jrttroduction d,
113U4f u&, Ont ldotnawlitlqlaux p roces-corunien.* l'po parcls, ddits et pur les mries trbussausn xipremier j ilivier 1792 a a5 avril
jA>li i Vo le l'2lallattou d5 t c,;, a v c ari el
dudu dLt6iUhaI f' du P4e'i
Il N .un-ains le& juigemens q' i'ervscrldrott frQf.c- pc > tne .feront pas fout i ,tic.ui u

' ipcuI decret ne fera, publi qtc das le d,,id, dV.Ptis. .

On JII un Oetrait de c"rel'ondaie.
Le .asuanladant le porQire de la Commune de
; sa aysoat t infih uit qc!l nns baves dicteuxf wtlt4COtliv'dC fou licrt *fit. lie invitet;ou aux h.
e( a ee-vlta>-i e ia r .au f-ou& de
elyfes d'armaes. Cette iaitatiota ffaterncle a po414 mille paites de ftoruxhera > qn de fuite ,ni i eivoye sau"eprtfctitt du Peuple Ldpiaichie.
'Les meusbrea du Comiu Ivolutionnaire de la &ttio de la Fonuaine de Grenelle ecrivcnt qu'ils olt ,ro uv en ftaic chez un Lo.ifn BrbLier ,i;c Stit ;Domiique, tu'e graude qu.miti de pieces d'or, aontant IJi, fomme de 37,6.d8 liv, et plufiurb
.'lulr*.*ffet d:'agc>nteie.
tes pifonniers Fanas qr fnt Plylnouthtl rt
Poslittmult exoofent l'eta de dtreile ddns:lequel 4f0l gmrll'ut ils prient la Cotvenion de s'ocer.per i lehIcu cfrnge ,.et de lit pas lesI aiffe paffcr l'hiver
et n, ls ports d'A glele re.
,I. Ommme dlliga etnvoie 37 maies d'argenticr, ciSo chemil's pour len dfeufVur( d la

'4 dciptP0Put,ee d Rouvry d'pofe fur l'autul ', i. lu ti,*r et .25 ma "C d'arteaeric,

e it ememple eli nivi par les aitn;'rfnrateurs du
dlfirt de 8'uaikri, qui fint ptfftr 149 mares d'a.4flte, 4 ofices d'or et 1c9 msaxcs d: galons.
,s Comm.ne d Cnucn.le ,la f,:e;i poplaie' de
"]afoi,'foni.paffer les procs-ve,'baux de la fte qti titi ,$te dan 5 lI.- t'0n''ffm--ctuntt, en ,jouiffla 'We laprlfe de Totos et des vicsores rmcilbze*er for les'boa de la LJie et" fr les ritv'r d 'ihi. C cityeia ficiielt la cou'cs4ioro.
fer egorteox travaux et l'jvent t refle U.
vf ut le,
-Les nr du depircdar e 't des B,'uchcer. Jtii6ne applaudiffeot la 1oi' ,indue teuile gti.
YIt eacnt ptovifoie et revohtton ar et ciitveut
,,,> f.i fe emprffis de l'excuter.
pTO~i i~~0'fl, fynai du div.du epirner e l ''.
tnooacee ue deux cityens viitiaint de t':ire des
4'canfidirabe;' le. Premie-r r fait-dou de 97 n eili vresC.,etl'sutre de 41 qumntau de lufcroe 1.t

U heommiffa> envny& Tours crit qu'il a
D., t>te eti teutr dans l'ordc.
l,3Ovsy Sb Com;td e furet gnrale.
Uw.'fneToMt p fl uisisqno-la Commune a9E.ur.i pour l'qui.ljchlc .troupes O achersifes
41 dgutres, de! bas .des culotecs &c.
k#L. k5TtitdkPdIt m rlaetmert aux dilaOci00> otwnife, dans la fort, de Lyors.
auitem du Copuiti -dei je1&ieeS. ki i .da i, rcdemct dcrt que toutes
4n ic:I;et,d'or et d'argent qui fer ient trouves g, t. UXl'rets ecssches feraient .eoufiCuus
Pft d la NtoAi 1%e'et l etucae
t.l v,,igtltme de l'lobiet d,l,r 1 clic ivat feu e C 'l. litites j) o1stl, ,, pr.
l, Pjet de d 4 i le .ide de counfiter
jt o.lvs d rss des loix ':cbs et fccet
laver au daolt0c ialu le l qui u
"t*'bfUt.tY t. Je dt u .iltg 1 de votas ira un
reOt fut C i ddig bjt j ous 'rofe f au-


j) 'r'ltt uts 'cl.d Lxjlj


detet f ueid


iiaverearea faiC des


N. Je rlensld eq1e le Ctin; e"a)ljqe ce
tIrs'l uld .ur hrx.cre# J f ti ctteS "e Aili
q ngrand j Ji).'lr il'eIlitdi e ta c;a it ;s lie lott poi tc ,L s t: tditiq ri 14 in4diarc l4 plus pscife.
P s uW tuofi aque. vous
aiez. drst'ta e,.r ps"iti q qL' IO)isi l te ulitidi'C5 4l i i d'atgeAt qui "frtitI tonais daa' ides lelrx ,a'l t .iec4utt f'ratie'iat acqui'tep A la Na-' 11ti 1 1 ti ai p.s 't, fai uatinc ille,- plu., grande q,)a ,l;r rces 'exprt'ffioa jareltCIt leiTLe',l.a" nnsxtUt ai l'aibitraict Leatinal.-iatensiossas voieat partout dis .cletts qt profgthci e,' e*i poutOiur.rsvrer les nii[l ut eiioyeiss. O.a ilfLrtIrappTaI sl. loi' que .vqu, avV'Zleudn u-, O'n i ;,rtdfiir ce que nous rittetidoi pur'lti cchtS, '
Cette d 'fint'u i e-la itllllent facile. tibli', 1et' l r udt nue vusi s t','retiez tu tout ec qui lira eotli"cbl c r 'fjet I delafation e qltU faute de d'claratIou l'gbiet foit puit cac& et par coriquctit'oatc !fable. !Sar ce moyn il, ne-poufra y avoir de doute lfurI ciffets detoutcs toit ce qui ac fers pa ilit fai le regifire fera rput cah.
Pourda "d. l O' Li propolition qui roua Cl fauite dobl r tisa lc cit,. ,eus 'aire nlae dclar3tion asc psrlitt d'unu e: ttb1lie Jlut uts Ilirnce ,,'asc cr csi'uboi, p!,.e l .a qui.'a (q 'uo lignrq )i-rfentafl' ,-e la vdier coiu'ce uit clanap ianpolablc ; de l'autte cote 'ette itfrare cnriaisaiat de grands inconvnieis ; il fuudgair oid.lnu r la leve d'une arme et mtpe d'une ~ta-e confidiable pour eo fui veilltr et eu affurer
-l'txcrtiiOn. commreut cl-il pOlf>ble que disue ita.liv.ldu.vicaie A htve hettre du joui- faire i"fcrilte l'augiiitnaiioogi oa la disuhuiot qa'u ia prouve fa fotutie i
Ma llar.ts. Cette acfure c i contraire ' tous les p r, ri p e.

Fayau. Dans un pays libre nul ne peut i ne doit dgnifer l'itrieur e -a maion. lI faut qu'aucuie matirre d'or on d'argent b cune valtul traoitaiil n- foi en foie c ie puilie' tre fit(, aite li,p. Paurquoi u'ebligerait-oi iapas chaque et dite ce qu'ilFoffede adeletarr com:.cr
il a acquisulte argroe.taton ou pouv une diminutionr dns fa fortune P
Cansoqj'obferv que dj pour affurer l's fubfilances la Rpublitluc aiflicitit les fcuieta foutuitd'es dec1aratous 'des grains qoils avaient ; que pour arrter les aceaprerrrua des objets d preeruieie nrfit, de paelies d, clarations ont t exigs aiS. fi que .pour Iemprut'ffrce, d'o je' ie vo'is pas pottrq, oi l'argent qi -te- fert qu' la cupidit des g i|t ueterait asL.jctii la
time dclaratiou. Je f.is que aous t'caurons pas beihiu mais la dclaration de tout fonda cil aslffi dnt les prihncipes cque la htimiere ci d'us la naruic. Lorfqe la Convention dcritl qe li ,cil feiaitenu de dclarer ce qui lui tit d parYlettlagcr, ou 6' cr".a auffi que celte propofition tetuicir a (ubvwrir tois les principes. Eh bien' on S'en
Ccsiivaitcu deplixs que c'tait ine nieftre anfi lgitinte que ,c cI'a-re et n,. uoyent rlal "aux goidsu de tiallih la Chote publique.

clirlier. La propofitiot qui vous ci faire tce u' parit Pas luffi atn itsteir; iiCipoffible qu'elle
-tirfi te des iaconvetliens-r- cotme elle petit titfeauslcr des avai, tq.es- ; je demande que la prouuicftau de Cambeu et esmutit L'ut l efquels il l'apItuie oielt imprias-et ajburnsi jour fs,t ,
Pltufiees me6ibres tclauseut la qi'efllou pralable fur la piopolition de Catliboa.
",'eilldrd. J demande la parole pour inflruire la Coiavention d'un fait : ,fun de-nos eollegtes nm'a rappott et il rc relufera pa [ars douta de voita le confirmier que des ageus dto- uifqil excutil" ayant [it u eprtelawatiou pour obliger les-citoyens
-J faie leur dclarationi ; ,ia paiuticulier dcjar qu'il avait chez lui trlente si'lle livres cil cleices *h bie l ,:eui de jouit a pq, ce ciloyeu a el affa iEq et la f, m e ulve.
Cambons. L'exemple que l'ou vous'cite ne prouve rien ; fe Voyous",)Ou8 par tous les joutrsde riobes cagf'itl.s afficher le luxe le pls i'ifolert taler fur leur table les mtaux l'es plus pceux ; et cepetidant ils le font pas ult lins. J'iniffle de notiveau' pour que la Carventiota rappoite la loi' on qu'elle preferive ces dclarations.
j N.e. Il ac femb!e qu'on-'el loign de la qiilion ; je crois qsi'il u',)git de dttniez ce qu'on ertend par lieux caches relartivenutt aux ,itatetes d'or et d'argent : eh bienu! dc:t.r'z que toi les objets prcteux qui "e troive>os i i"foii ailleurs que dais les 'cotLc3et les ar,',>e"is dets ap )artcl)ciS. qu'ou abite feront coufifcables.
Ram.el'oga>d. La difcuffin 'efl qt'iuGcnete 4e q1e. jeotIlof, ctj dc'aade A la Cou'tranu de
revelair au peojct. qite j'ai piopol, et je Ie rdfut ainfi. J. demaende le .civoi ,ar Couit> de luict gnntae du dcrct d'easxutio, dc la lui Lr let


* ff-is cshlies d'or et d',.r.ent,.et r ,a'a n t -4 ls dificfon de r.lr. J e vs>. ,ldr5a1udc <'51u oti titi :'detee ds ntjoatrd hui4l qua -les c til!aires de lal ttrfo,ei ,'al,,, le fer,,it uit 5:d. c[es effets d'o'.i ,'arent qu'aai y a polqs et que l nStlu- Je il 11)itrl.etl- a 'ltte>a spi ts C ,i5.( > Ce qt'l A di\d'i!tetii%( ,u (e lair ae cett i out decosyveet des.,ojc-ts cadhts. .+,'.

' Le pirojofltous do Raitiel font iaifiu aux VO X ,
t dicretten tuCo e& t trica.
La Consientiita atitisle *r:ap ( 'Ltou eistau e
rsppoit de -lota comsit e.ehtjt ata Effets prf'ei-eux ero>iV'P5C'gioais. outda1ns dzA iet: 5 citcht decicee ce qui luit
Ati ler. l'es conamigl'ires de, la nraDale ler:,it procder, 'ift l'ot d fttil au
,,a aeaje Ct l>tJu du ,ns e m:.1txe
cfert prlcieux tppotta n LxcutOti de la loi da 3 bru2ie ; ii le tatifinelglont au riifl ', t. l'ln;-l leur. '
Il. Au bis de l'inventair'e .fnuin par la tfortie rsatiial l l,le asliite1de l'ieit&'.ter a'etera l'tat des tlasa expol . Iour, le ,aiiport ldes d,'- tb fitSpi, {c-Iuat'u de la neilt :loi et il dclivcta une oitonua.,cc de atintu pour ite, fLit ,fur la fetli, ticlesitatiuts auL serloauea qui font i Cr droit de

111. L".tr4orcuie nalinale' tiniire la difv,fit1i14 du >iilulsi' e /'i:i.,r- .pour l'acquit dei, ordoutiauces dciviea e c:';e.sriOn de 1 iticlt pii cedeit jilqu' > co urici-cC de la monie de dix
uslle liv.
IV. La Corveiiiiona naiontile irge le 'Coii de "r,,il genrale.de liui f.ire u n;otesln yapo:t fur l'applicaton et l'cxcitis, d-la lui di c3"brumaire et ajourne j fqt', ce r:.--r, t le: 1'nrp'ls' du dcc-t p'f.+.s par eei des 'es, notamutit
Chs ce qui COt.lue vitcs .g uti duiosli
ciateurs.
Le ptfent dcret ne'fera poit imaprias.
Barrie lit la lettre fuirarute
P. S. 'J'une e1re du nral TYugoitun i.,.- Du7 u ;ivfe, du qiurtier gnral de Taitlon.
Le camp fera dblaiy incefftrmmeir.; chiqrue jour no ficre dcouvreit de un vi ujc dpts ce l'er=" nCu'i qui. tan l" e a-efis ,intacts; j'ai rentis ax reprf n.tris du Peuple la clf det rfos de l'et.neuti,,qli l'a 1.11 les-emporter t it f l fire 4tai. prcipic. Sits t> its jouts cettr attri fe siertta cn lthe ipour fa nouvelle dcliination.


Susr la cos fruse tuait t, Breard.


popofiio( de Brerre, la Cou vention aso r, re t i aer t I'odiaiot ,e la
i; Breli par Jctu-Bon-Saint-Aidrb et


EI'e rend le dcret fuivart:
La C'nventiotnra ui-usle.,aor avoir entendu le rapIoit du Cumit de lalut'pub lie, nomtite l' citoyen Aigoir, jur du tribunal r votio'nai pour leiliplir la f )Yction de couiaiffaire r. Atinaial la tre1Oie natioulc la place du cito),ea
D a "aai fue.
La fiance efi leve 5 heures.

SiANCE DU 15 NIVF.

Cj:s:l on. C;ioyens hier votis ,ternintes nnc, 1iqj jlite qui niserlle bien une place dati le code les, F'rani is. Elle afflre tors l1,s citoyeus Purs dro:ts daub les luccefforts ; elic cou'ac'e un doit atuel eliclfera ioque, des is1ties do la Rtpnt'iiq,e. Ma.vou avez fenS qu'elle devait pvoir Use e -'cplion: c 'tte exception. a t en fiveur des SaudCulottes dont la fortune e c spital n'cxccde ps dix mille livre. J ai vous proJofer uae notvllu exceto1ts que vous accueillerez je ilet doute pas, uislqn'clle tend I'-giiler des Saus-Culotes. Je demandeque- les cit,'yeas dont la fortune cntcdera, deu'qx cent mille livres en capital ,tie.uiufent poitjouir des bienfaits de la lAi qui tablit l'galit des jia,tges l r'qu'lu fe t'ouverout er coS'Curret ie avec des citoyens jsunv-res.
E, adupratu na i)ropGtio0u, la Convetion dooriteui nute noti uelle preuve de la juflice qui la puida. da"Ia toute, ler o,piatiuis, elle f tna eloi rivolutionutait*e qui fera on u nons-eau motif d'ar la rvolutio et la Rcprlihique. Si vous ne voulez pas derter l'inflant la propoliiou qua je vous fouimests, j'en deuiau4c le renvoi att COiait d.e lgifAprs quelques dbats le re.uvoi el dtr.
,Uu fccitaie lit la lettre fili'aute

le s'j rfeuaet du it ruple, Lph.b'std J, la dis ifis
de plmasne du j'voard. RoJems, le ilz iVoje <'ou 21
dt la Rpuhi,'l1 e une et itdiviuible.
Je fuis de retour-ici de la 'mit 'lerniir'. De
_rictrt avec le gnral Toiricau ,'j'vaim i s iPurM o, accompagn d e llirarx Rofiugnol t S.s dat.i l dfftit de l(le -.;'r c(lier 'ux Ar,glais leurs eicrables pesidies.
Les papicrs oute-tzvolaitQouuaite faifis fus

..










c1py, tir l t ,tte prs V;ts4,, irues avaief't
atpis que Gerfev et G t t(y -d'ccod evec tous If:st tlte'l t cb.'.nlee tt .oyaliIei dvait tenter d,us te oirintl de c-" mois une ileleente PortM',lo par Sssn : ivi-S s ou ACancale. Lts liIltaitxconvenus de pat et d'aute nous etaient

-'Eu. e oivlcce, eiteyeiis collogues, totesj not 'dilpofirio,staieem prifs' pour- lus lxumi re for )le iv ega les ,enpitcr dan, la M'r, ou brler JUr flottille a bcuuslct rou,'es. N oua les vins attendus pendant tois jours et ti&t6 nu' l s nrpetrt rtiurs ligiaitx, usais. i ettitcmar5t. luf: uits par-des c',sulx dc talihin ,des d.routes foccelfives dc la Veide, 'les' -n,i,it. et les Anglais n'ot' of mettre Iturs cemplota execouot.
Ils fuiout dui moiis:ces froces ,unentis que ieses odicux fer:ts fout dcouverts ; que1 ine fmrs fur nos 'tiies que dons l'es attendbs' de
pied fermo, et que for'truIees l ctes de lirell ils abrtoot le uniwc fort qu Tculor.
Je pAfi[c de ml co'ure A Port.M!b polir vifiser hts cota-oenvno antes ctIcs mettre tqutes dans un tat de dfeuf,. encore plus _efpct.ble.
J:e rejiims dernui l dtci iyfioii du Nord acttiellen'tNreea te, c'y rc1nira les forces que J pu
-ai'tis ditlhatcs pour l'cxpedition prtjctec du Port lI~l o. .
Le jour de mon artive Rennes, on clbrait le triomphe des vaiu.licurs de l';nfme,eToulon. '
Je Ise 1 hia ceprd ve ,ot coli-gue Lavalle de pit'ndre, pa,t l'allgieffe g.nra!c ; nous nous
- a301.Me a d M lrns les dafes ci b'Inquets civiquas.
Lt fectacles, gr ltuits, 'ont reteuti que des.loges d'us .a lolulague.
J'ai p:olil de cectte nimorabe circonfiance pour patter ces revue la gade tioitsle et les troupes, dle ligne ; je les ai harauues rvohttionnairemet Le bataii'tlos fol'. nonir'reux et bien lenus : la ri.jcaie patie a Ili vu le feu. Eu cas d'attaque jctpcre tque le,, Sai pofttiOtos t la focitpopullire, duret j'ai s. ers frnetIs, dfendront Ren'nes avec fucaI, talgi les ennemis intsicurs dont ctte villa aboutde. AuJacfle, depuis la derniere dtout .des rbcli S Sveuay il n'en cil plus quelfion que Comooe- de brigaus part qui par rloonas, attaquent 'ur Ica gran.ds chemins cg dvalifhtl'e Ipallani,
La Coriinifion militaire tablie dans cette ville vcuge thaque jour le Peuple des' crimes des contrervo!u1irnzaires et des atillocrates; les jugemena font fiquens, et la guillotine les fuit de prs. Depuis 'environ 15 jours ; les Commiffions militaires et rvolutionnairts de cette Commune ont dlivr la Rpubliquse de plus 4 o200 fclrats. Il faet ef,ter oetifinque bientt le foleil de la Libert e'clairera plus que de vrais patriotes et d'intrpides ep uhlic air .
Salut et f[aternit LAPLANCHz.
Belle action du ciloy a lande:enet, cavalier a 6e rgi-.
uent, loti de l'a ffaire d'Hl-Io t'.
'Le 6e rgi'ment de cavalerie tant en bataille drricre les ligtiea d'iehfauterie, *attendant le mo'mentl d'agir on demauia desc avalicr de bonne volou p)our poLtr ds cartouches A nos bat.ilons qui 's'avaraicnt e ffant nu fen terrible fur les redoutes: lios cavaliers tualgr le feu terrible de l'enuemi, s'cmpitffcrct de porter des feconrs lents fierea d',rie ; tien ne ralentit leur ardeur.
1.'t,; o~mua Ma-,'deuuset remplit foie fac de cartoq iesf, faeporte au gtlop.vets nos bata.PnuIs et li ni dit : Camnrades avi z vou befoin de cariouhsa i Non, camarade ; nous ne tirons plu,; nous tirons fur les brigands l'artue blatiche. us En f se taiut ce, cvalier apcro-it dus u pr blu't ou dix foldte d'irflnteie qui gardaient un drapeau ; cryaat que c tait da nos toupes il Mlarche vel ut avec fcurit ,-et leur dit en avant d'une haie pailfe IICamarades', voulez- vous des carotochesP ? Apportez lai crient-ils. Ce cavalier fianh.t l-'1haie; il reconnot fou erreur, mais trop tad, il tait cntcur. ed'-toi, lui dirent-ils', fe faifiifant des rides de la bride der fou cheval et s'emparant' du patfage. Ce cavalier, fefnt femb lait de fe ren4re. jette A terre fon fac de Cartottches. Ces brigands Lchsemt autlitat les sauts pour les ramater. Mauodesneuet ire foa fabre les, frappe 'de droite,, d'e gauche, de tous les cts faute -fur le drqu'il leur arrache, et le fait jour travers la
A aeu de 4iflance de l il f vit ntoutr par le rgiment eneTIai, il le travtrfa au milieu du fes* ct des bayonosestes, mais fa voyant pris de tous les c its l fut oG4ig de l_ rep-ffer une feco-nde foie
fans fe deffaifir de fou drapeau. Il difllirg.,e le co"le.el qui tait en "avant de fou rgiment il tombe


fl l(oi A .co' -re !ef,1re 'et IM ti t t. mt l e -'ole :1 TotY0;s c M fOm i t '1 ferontf;itestle oil, la- caenlric ,,qui a ii c pour vous ,'/iarser 1 A C,it de (edut pralic ur la lifte lu i 1 p in e t.il f 1h c e n O t q u e J e t g>i u c t c u utli ni l l c o fc i e x c ift| pi o v i oi te ., eo a t la c aaatie ij a w n aileu de f .= V. Lea s"or jiuis t du "
j e t t e as c a a i m e J f r s b a r e *e e t p r et an i l a f u i t e ue e n t r g l p o u r dlue l a c e d e g u r . landern1t ,C taftt dui col'' i et abandonuele. nlitaire., fuivant ltat nhulc au S 're t etr. dia.lerti. La ;rite nitlt ic ftout autte C01i ande
laLa prife du clonel lt' nlriinment pIts a -por- f;+q aleh cle

t. ou,, p fq,'e -s li .tn t-,o la d.ou o d, k e ,r-d L ,r J I ,I. nm vb e, ftctrI ,+, grniu a. Mandement ,> avec'. fa prfa e encoutrC l jutroi ., pour la fccoude smne g'nral joud'ai qui tait bld'f ec i'av leudl il fit .Rpiblique et a compter du IuW vendro a h toute jatqu.Au quartier gniAl.fxs. . ipi9ot.mena hbe A apacc dc guer!e ouR'pfh e Xavaar a tu. lin reu ,de'adud t ra nilire o is foe'eblos
'jnouf _Cea e u o8 Iepcnbre detuica. nqt of- I -iVII.c eux ,,qui font ou feront tirs d .s (aic qu' il aMu i3affel mn aion c iklenud, niirscoinntdy' Les t on ce rageufc de MX ais dee t i l a te le p ar letsq g p, li l :113 yCt os e t u
k embresdit confeil d'a d,im sat i'uriou (lu e + gi r e ie .a ld 6umai 1792 e muent_ de civaiglie et par le guaal Jusadan li.i Nanmoins cea eppointremens iuii q les3




leurfmie. r' -ls'e l ad ma -n gerd et ux asmilitaires d~tsfigotpr 'a pi
tritenvtc.l Oudiaplce



+ ,l eY_ C l
p ITeulas ble o le ,'tisi'Ai de la guerre de 1 o e d m ms du ta 'ci-tu
d'nnere de l'Rivanctiint cebrave ca'litr.' tve Le lI dlue fn t'necnme'
le-f anoldu* Ccmt de 1lagutre. epuis, un 'rppOrt iue e idecmants A accorder aux cn.,,,, ,lonag-tet.eO f'leiee oun s qdcretoqpi ,fixe le trai emedans amovible qui ta 'i: en fonLtiona qu la sco itn a ttLaement boo s.dausombs des ppacctiiaire. r
poies mfiitaires o Is circouilataces (le Ila guerae Ia. l.,chaque 'qvmnisadlnt eamorvible cff tn Ont ncefft d'en gblir v6te Comit d la I'avoir un fecrtaira dont il f,!ta choix foit reami guette a fcnti q'i tait aumat1 oinfat que ieatre d les g leire6 ela garnifoi lott atreitoyC. venir anrfec6ts ce ces Militaires qui ont uc'ltiAms Les lecrtaires qui feront attcs aun places de



au asopbl 'OCU6n et ud le ur ortee itOt b t ri s militaires d u , . leur faut leurs -veilles le e ,c *n "m, gi icre
pcuniaire'qu'i'ls oit , la dftnfc de la R p Le olone des fontns dustableauCos cidls atnnes l u , l r cevrou ec lapublopae un lr il1 aut
Ue+oi nn pr 'doncra le pn fent la fcult an u ;de. ,oo liv; ceux dla lecoide colosn tuOr',t5




Vou laezCit en.,+he e .necs d no+af d:s acuncas nx'ge d, 6 riv. e onhni.td gurasad de'urinfesd'tablir des cutoyandans mou- ceounxde h 'roifiemacolon

vibles dans les 'endroits o ilt le jugelaierl 'on.tar +des guel.esvil.ont cuis ordo anc4 de vnabile. L'xptviene e tous aqur lop avetis paiement. e
que les choix rn'ont pas- t patoutd alement bous X.Lescomnaodaas amovibles des"places quelques-uns de ces commrnaudatis nt iahi JIa .atrie .gnerre pork tanes re et autres lieux o il ci)ns ils n'ont pas chapp au glaive dc la Wi ; tous e l t li,, feront log,, autaut que pollibleA dan& l& fout pas oupable occu On dOuges de leur oPrt, et bs.iraens E T iLtirE. confiou les aotaitions a desafnctions auffi i ras"Leur logcment conlflera en trois pornte, au CrnImit desfalli public f or unedlife deux peces ,aupinl po r leur travail il, earont que lui prf;entlra le onferoiexcutifprovirre. une curie ;plle cal le permet. lis ne Pourontt' Vous favez Citoyens ,qhc le focs de nos air- d imas aucun ca fi-.~-d sfais de logmeut deu-7
te dpend e ff e ,'nuellcon"n la loyaut, du cota u Cooilnl.ne a'
onge, dc l'exprience et des talens de ce's.cca. taire ;dunpo l bien dfendu vauta in un tli a fore .(lle La firgi dee. .
bataille;Landau vient dea1eoucu do'nnerl'cm-.t' dm
pie. Il.faut ho'ir .,ce dcommand dtas armite IM capitaues les plus exprii.Nts et liux c a payer pour leur ter toute ide de fug-gcftiots. -sPECTACLES
Le Cmitde,,guerre a mri cette quclion,, ila
poente que les traitoemeus devojent lc proportionns pr natona j la 1 ere rcpr. d e osl d< a la force des garnirns des places iles n rbpi de ; iera nt, qoune pet la i.ller aeprieTla uotie1



4,on ouiCe que peut- la li frtondcabte ilombreid.i 28
guerre ; il a anne au projet de, dcret qui va vote eu ate p e de L honoie e e tre ppoe ian tableauequi clate ,li trois uco e'mo rila id. lonaes, les 161 platese et polies tualiaires colervs iiel Lbl par lu loi dn t ,t lt. Pour ceux -de la, roifed claffe, auonLratt nombrede16, taletetuffifant, bien entendu que dt tou f et. ces commauan fe. logeront leurs frais l Thdf.u En attred. la t re rp. de Paul tI ligslitgh
e mitalls odiniai rs et que ces tr outcmns leur op. ui 3 actes. fer ont prcompts fur eux dont ils jouiffc ai e s Thtre"ntonal tue de la Loi et d LonVo leurs corps rcfpeoi jfse, Vois voyez que cecalcul demand .Nuinzle,;laus
n'riSeoecS 'aiet Mti tl
bin'ufant 'u~eux prla R. ublique .i' u'ii "lc' l'i ten.-Le cit. Mol arem plra lesllts
Lien c onie que tes a ,appointe s d'un capi e d e dcl D o eo.C .
fe aontet ten e c mtd d lguerre, prs de 3,00o liv. Au pretilr jur, Silico oule. egre Opra uti
etque c feftetatient pari i les cnpitaints que vouls de tout fon fpcc -L ferez choix de commandai tesomoraires. D'alle Ths, CitPyesls cettedpenfe blieu anpurfeut ,rsais elle Thtre de la MmVtegnauts nuJrdit d1Egillltr d a.l a rdonne, et c que l'ou ,ous rpofe Le 'Sourd ou l'AiiLerge plie secom.-in 3 avit, 1 de dcrter ne fer t pque moentane car la pix les Boanes Gens -i c lieree 'Dcade. vous aurez mois de r ots Aigarder.,. ThIt de, S C rie, *' idrn M, Iht
Voici le projet de dcret.t Les Cries ea rNoi eil et om. Rf evt C olas., .




ontieutals qu mirtime de l Rp bliqn ." Les C Rorim e d V be lE hp l d T
La Convention nationale, aprs avoir entendu e tRf tCls
leinac o es, d ct mi ,l'a guerre t des ThWere de la rue de L.ouivois. .Latire et Zulmeo;
finhue.1 cret et les LOutpi et les Brebis.
Ait. le". Il fera tabli des commandnsaont ovibles Thtre dn Vaudeville. Le Prix ou lBib4ti
dausi torts les olaeS d gnerre et pones mii- choix ; le Savefi r et le Financier et le FadcOl laites; claffs fuivan t le tableau annex an prfeut dcret. h7re de la Cin,-Varis. L'Ecfirit des Prlresr
SHi. Le Comit de falit publie et les repentans, 'les Dragons et les )iLindctiiese, et firr on les De duPeupl aepres dis armes, fotnt antorifs d'eta- n blir, losfql'Ile l.trouveront utile dait& les autres Tted y L rs nJri el!si~ villes cit2delles etforts fitus fuar les f'onieres ,at Le' Ce u c e au s rts. pau dntoTs dAfec. ti continentales que aritime cIe la Rpublique. dcARenitde1Ehp dLy.
-111. Les, cornasdsrs 'amsovibles feront hoihis d au ,tdeEhpid yn
l'aeni psm' le ofic~rede guta es armes duas-guade Thiotre Franais coinique Ct lyr.,ree
de capitaine et u-dcfus foi; ctu activit d et ~'iodm asl Les tceCa3atsA pcse
retis aes prehin. pe. des Partens runis.


L'abonnement pour la feuille du Moniteur fI fait Pate, rue de Poitevins t n a.le . . u lu
4t .+ l jlits. Le ptix * pour Par Il f ;v ort.; oo: o ., .- s aut fidrener les lettres et argent, fient de port au cltoy Aubry -Qrecteur le cj 8os 4,
o L pour x 0tis, d d* i liv. pour trois mols; 36 li'.p oourufi ox ul iv. or os 42 lin'.Pou tix
0' e- de 2 r I% e nrt L n e tpourles .d.,pe-rt eme'' . u;pOr livp.te nptirtl troistoisma .4 :-r1 trrl
i. -Pour 'anndr franc de port. L'on lit saboinue nr swaotnceusent Je chaque ue, nfoucit ulli i te:tousaW labrire, de Fgance et les ditrecturs de# Il faut av1srIoindc les letti., aqui renferment dies affgias et d'en 'ffraichir auffi le0 port.
"orutcafrpece d'Avis Annonces,: Moiree. puon politiqAs et in tres objets, eUvet ttre nfdri ans de, Sup lmen# p.rt cul[--- 'n demi-feuille, n5.e format (ue -le Mon;tenrt, dot . on t ite. LC prix d e l' lf er on t, C f. 'L p *agae , 5 liv. pour nue rolo ln e ,t 5o liv. po ut le s u lp l m eat entier. ,fit
Il faut s'atrclfer pout cet objet, et pour tout c' qui concerne la redactioa d, l Fetde, tu Ridatur re du Jardinet, vis'-vis, celle de l'Upern, depuis neuf heures matin juq belrrea d foir.JVI

pa


-' ku.4 a


I ~
* ~
sul.q

~ 'n~'


1 JWt








iev













trd












do~scnth i !Le prise PIaI I
f, efet ad



















fa aie
''



n*n frde la'



e* d e le






















%U 1 Aiu
+ ictll, ti 'digaif. ae dtlmater 1'


,1 fte',froiv N., Pitl. Lt.prkpo

'lmOnce S'ite*fer A CS'U(r de' N4 t1j4. 'doit 'utlexione ,q

lu fillti



'ftt fan



-' E f.ont




,*l.' fon






';iE+ 1e le




; +ii. lu

..









s GAZETTE NATIONALE,


17 h.s*, 1'tan .2
+. ; .,, ,,






Copenhague, l e17 dcenb.

: qlfl a des rois qui font en guerre avec la l~~ie ; itt fdit, de's re tfentations b'ts oop i-'i,' te Br!fiffa u fujet litla cdirl tioi
L ,pelW h*,O.'lo N d, de l'Adr'ffe i. i,+p.ie



et. t fojcc dleraifo et Cette juflcff.
h vertuenle
','" iiili! 'lo0nt dlameui ,l rteret la fi
'hliafePtiqpe et polis.ue qu'il parait e'bonoter de
ail graride .cuf e,I4c. Re.pR'blique Fan,
btv;'iimfir d' peycarrive dans cette:

,livit q th.lagpan. qne' l tie d'Ager
SdeW la tot -fa dJ de




ome ; le'3 dcenibre.,

'/tOl nn il iei. Il, a-cu une andien-e duPape. 's ; t une hciofe ctrietife de voir -Le plince Xavier de Saxe eft attendu danscette t ient y, figner le contrat de-maiiagc de. 0feude lle qui a, leve ii, et qui d it La mice avec le prince ,Rtaio.

'''! .Nales le 3 dii emre.

NOTIprdaition cil acomplie. L'a!; entier Me rde la ldiflaafce de Genes coramne ln vnement
: ta' abl gW~ c'efi aiali qu'il convient d.e ,tenir l .plac. dil'njoite.''
1*t1, Cu tr eu ef frappe mais avec une forte ai RI idta. llen'a ni la force d'admter,Il n. paod le.re'pentmr. Le fnl ( entirnent qu y dci tient, duadf rie de la reine qui j'i zag.;.
'*rWrt n 4Je ncluce
*ctatle, devant-le tari de. la reine es jouis que, ,lgaifi: l r4'eur do se nat saux poites -u palais 1ln.ptcad point fs dive*tiffemeus :-on ne peut dImmler Ica craintes que les cotoifas owt par aft rd iecaeillics de' la' bouchc du miiilac .ou di ?qael4,.mmbres du onfil d'Etat ; cepeniant ':n'trouble point les dices de la foire car 0f5ve toujours l- 1un, A. iais qui ,affore le
en 'n prls t'que de la b itie contenance de n PPiq
prklpoarune britanarique cil en effet telle, %a i poliai flenf sn'ofexait e l)colirariant
maoleuce et l charlatsnifu'e du tiiiiiflie anglais a s'eefer la di fgrtc de la reine. Nann jnsla:
enaL eNaples n'e eree point-la tn c infleCe,, ilifIi auires .tats de l'Italie quoique partout
rt& ariftocrstiqne donec La connaiffsce que' t doh avoir de la propre Ft;btffe et les liXiOf.qu'dle peut faite, fut le-fort qui attend
le, hlldsblts nn la coalitions, jette daris.nt jnlie t\tPili par-rapport pulk rtffeitimuns des FanW,j6ii de peur quc li 'nouvele Riptbflqqnle 11 factsllier 'la 'vcr;gance les "deAlltnes hei-"s 'Ittrf dont la paix va' la-fair joui?1, ds qua 'la ps !t D ptfteste, Aelle owac le prid dt fou ci,e de'fes vertus ; mais en n,al ou r'.doute aifotn dJ'ne pas ecouvier faciltiepnt l'amiti gui' puleatus Fanais que l'es Petloles Laliens t,. fans ruIle rcl.,sauion vu opprimner par la
liine d e0Afpiraiins. ,
il 'eftt faut de, beaucoup que l'opifur les lauuais foie. gneraliemint .faine" te nDtbI,art la ieloxn, nie reyale a gaare l'cfprit p'e les q t font vous une obiffance,
font 'le 's tOt e le l nobles qui n'ont lien,
11V POUr. 'diffamer la 6,olhtion Fansilc
tnt l Italte, furtout depuis l'di[affiuOt dc S1 1/), r the de Fiance A Rome poque A
t"a t fouill nos- gazettea des meillottgca tt5*-pllfAbles fnr les- ivncmen svultitioa;ilitlde ,dc laville dc T,,ulon par les Aagi,
leh ef-lieu des efpranres de la co4li.
de sdl, C Pe pu e regard pzr cs
pOnu let fuce s de la guerre coine ine ville
'llif~qu' :tdu osfent ne font qu'aga, edu snillRtc N ,nltiaiu ;r car il n'y
c''pa l tmIoys aux affaics qui,, pir


___ _6__" i. 67 9'4 ,


aient vranuent ta tete oc&ue e0dgig qrs que coqrt la chqle publique.
:Le roi ,Sarde eli t fouse t-dhs St'ttenteseut .que le Peple thnoig4le fur l :lu:-re actuelle:.Li AJour qui p'eft pag.,evjnue A' Tsiiin.,la gaide>c trangere .que le .prince #'Cl deutea et pifie'a autresc irOlftane.t .ont prodigie.fneat aigri l'hltueur publique. il n'en pas douteux que le Peuple n 'elate, dis que les dfairus', uittumnaceut la Sardaigne auront ac Pv, d dtrnl@ J1r 1fupergltion royale biu invtere dans ce oyau;e.
'ordolnanee dut ti novembre, en vertu de laquelle le capitale la harqree dua'freit duit tre augmejraa de quatre rillions iaint 'jue l'ordre de pot'i, A las m.oraaiittous les eff'ets'd'or et d'a-gent, Ja41 en exCepter+les o*nemens'd.s.rll'es ont pro-, dtit une* fesif'ation t s-iilarcsa ase.,.On dfelpse cntireenent de.pouvoir donner :1 ces txtolfions toutes xOyatca le iom de p'tlplifti .

c o S SE.
J2 dibp'durg, he s5 dcembre.

Laprincipaux membres de la Convention .qui fe tenait daun cete Vile'po[rIobteir-ks iaffeagcs "uni. verl'els ea,nu les lcttions et la rforme parleueettaire vienneui d'tre arritt, par les slitrifs; ce', font les rioryess M ,1g:rot fii' Grald et C. Su cu :, +k ltcioid:e f. C.'Brae', de; Sheffield ; 'Wliats MoLat et CailLider t. Saw.tng e Scott';, W.Roff't C. R+dff,,d'Edrtnbourg' ,
iCs .iolnces sinifteriellc font bien loin de remplir l'objet, dc Ftt dans un moncit fubtout o il exifle une gsande lernaaion,,dco :s l s trois royaumes'. Le fh;mos dc la fcs.Yitnde du Peuple ci trop voi.finde l'heu oe il vala f'ecoue.r avec force et le inifhe quiexcite ce 1'nrimen't"ef bien tmraire. Ou,cuit de Londres et -de D1ublin qu'on
cy.; villes des.placsds ner'ques contre Pitt il t'$str, fa-guerre. Ici on e 'la regarde pas mons., Orim une .gnerre- puremeenituiiflrietle
et contrt'laquelle la maajoci' (le la Nition cl en, inutnction de forte' qu'on s'atend de grad1' chailg e ue ; r o u de v ioe C t'i 'em e5 s ds les premiers jours de la f1ffi4a proch4ai.n .du patede a Aetedupalo
mnt
Aprs les Anglis nri Peuple ne fe montra aisifi jaloux d (a lbert qt.e les Polona;s il, prf rclelt p-nda t Un te ih: la -inuo r l'ct ,aage ; mail lt ni fi tiaLi 10, l ur peii pas [p e ule a g de slfil0e e nie:as ,, i, "t -A T
de tomber dan>s une 4taasdae paltragese les Prcipita enfin dans la 1'ervitttle o les vl sl:[og.
Cetl leon nifera pas perdue pon l'A;sglettrre l'heure cil fonce pour nous .de ted(onir notre libert tout ce qu'elle a perdu de fon inig,it fous le rgiu, miiifle I et nulle confiztration s ,ticrn retindra pour attcindre .ce but. Il tlrait' rop hol trux ontr les Anglais dte s'entendre dire ; Il y a ,' Europe uts, peaplpltulikre tqui vots.

S U I S S E.
Dt . dicembr n.

r.r itretlit envers 'la France, que nous
1 +' nt
fao'sla'iniellr, t ca{die one l'empereur viet de drfendre lenqtts' des gries':et vivres d les principauts' de SQuabe dans no LEtas. Nous nlmies dont pscffagtcitentla victime des priancipea d'u se faille t1o'litlqje.
Le prix des grains bIauffe feufibleennt ; les fabiqlls de quelques-tnsde uos cantons ont beaucoup :A 'fot'ff ir."
Si Frita ois d'Autriche, le bie"- ,LPetfe faire flimer la canfe de la coalition par de'tels moyens il devrait ne les eniplo> er uiavec d'e euteui fujets. La Nation Helvtique pe ut d'ailleurs fe palier des injures royales pour conlfever fa haine pour les rois.

RPUBLIQU F FRANAISE.

"Paris 16 uiv$e.
Las gazettes allemnndes fonf, toajours remplies des grandes forces qui arrivent Toulon, et des graides efprauces que la coalitidu en cLsiir, aini que de la capitulation cert ,iue ',c Ladnu. Ces papiers lont encore pleins d& plus lches et des plu,atoces cal omnie-s.
Dis une relation de la pife de Dcux-Pouts, il el queflion d'une petite vill, de Homsout o dilent les gazetiers royaux il a fallu, floum ptisse de vois la ili errubsfc livrer aux crnamilfires fran$ tro s ohes vIlesr, ut a ler hur brula.' lil. . Les rois applirnt cla ie la i4erre le plouue.
C0M M U N R DE P -RI.

Cor1s .1zun'cJl Du s ,
efuxu r le P aef, 5vt d'ns o f c c au ( usIieU|lttul tin


OU LE MONITEUR UNWL%:


ps: re de'la Bsfil e, fsir lq,,lle rfi Li ave la ,li. u ati O'u Dalroits sd l'H'o'nmme ; le cafr[S ii lst;u 'il avait+ 'etit d'vr fufpenifh'e 'fou aca.eptei'ot, oU. fii rfs CIe cet lhlsnin, g .
.C,;va,,. Vouo avetIsrt ar C imsasifionide la revif orI coriapte i la IflilleJ d'xasler l qietion :ao"ie fi la raicl:te.d'oi ceepler (le .1.,loy.q.pierre qu'il, Iifl e ; vais :dot*r, titiO efquill'e du postrait de Psltoy et cela, fuffira poule dterminer votre dcilioo.
Tartuffe habile,'P.lldly'id eud1'qe l'on garait les Peuples avec les Mots l'un des'cei ra il a lcul qtiutie rvolution dais un E 't fi un chifunp v' 14i pout'un intrigant adroit ; il a ffuy*yd''tirer ptrli Q a tour tour- ucefeor ,l'lodnu tIt dnjul'
fora nom accoler fats, eele l'pithete ln pair.ao!t4 et c'el i l'aide de ce sioma qu'il enchana lovg-tamn la far.v'illarc e.
Ce s'eff pas affez pour'Palloy d'garer fes cou"Citoyens fu' fou nlte, il vent que'fa rart. tion de pariotit'tite pasconure tous les dpartemens t partout il envoie des pit"res fur lefIapelles il frit graver le plan d', la Bailte, J Ile's envoie en 'o nom ; partout ous1) uah ce .Ot Ot contigae ,.'ut
Les regIffres des div:rl' ea.0durniflr'tloo, on l' i rs populaired le nom du palliotc P4/l1y, dotiatair'< qu'il a grand foin de taire graver pour qu'ou ne l'oublie pas ; partout on le) croit patiiote Ijonut on cl [ rm . 'a
Piioy ern"oy.it des pierres qui appartrsicttt $

la Nation. Qu'nt aux fiais que riclfiiait le travail de ces pa.rsea il etai4ut acquaunts des fonds de la Nation.A la vrit qelques 'Igens d.r penfes nellaient 1a .thatge ,iaii Palloy cli habita dans t'art ,de calculer ;,les diffiretntes piecea q'e.j'ai entre nmes mains prouvent qu'il favait le reubourfet as centuple.
Une Commiflion avait dj t ciagc dia co ipis ,de la Balille elle n'y'a vu n la ie,,: ate.Ail pi. dtions et de galpillage*; elle n'a plr attcidre las fi ipolas,, parce que la crainte retient I dohii.u tioas>rlais je le dirai .P lloy n:XI pas leul je v'u'; les nonamerai tous je me ferai des ctinein 'l'dis n.ais ils doublerin ion courage. Je a-, t fil 'rini doit 'ne couloise dans I *dtours dec ,cc byrinte ; je -ne le lcheraipoint que i u'aie ir,' tgrand jour l coladriite rie-ces hloniiiea qui fi luiSS, .teris out gufiIf f.'iir les Veq.
.:La sauoiaiioali:' arriasesa f'., doute le mr'tat
-'tA l,-quel P.]o .'rlr tta 'i Ig-te rsteovrl.ipp elle aprtud a toutel Re4l1q,11 qe c ,li ui
1 ti ,l ,, . ; + ,,; '
uielit i'ur) ilttga'c ; ce 'n e C point a Xr I I c il iappiient diajouter aioi tnoms ce' epitliales ul1 calactiiftnt l eiiifu.c et I lu veitt. Qu- P'tk a, preriar qu'il faut les mesitr et iue la pofliat'fteulo ajous les docine.
Je vos prapofe d'arrter que la *pierre o'ffrt i:trt une prapI ti t e la Nation e Pallo, a,.tut .lusit le inl e.pstriorc et fact'ilie+ trs itiri dis9 la P,tie airrc-fietls rer, fonla he0nsage li rejet lt atie le tout loi etn vo,/. (A.lopti. ]'
Col"sii gnral. )u t 4 N evose. /
d pro d i l'appel des membres dconl ;"l s l'abfcicc de pitifiea :, gctibres occps d.i t lia' centrs amcliuitratonas dutne lieu a t wle dilcuicoa lut l'incornpaaibilite des'fouitis.
Le maire. Pou tn;er les niCreibres di] afetl l'eICaetiiunc *'il fuffirait de leur rapp.,eles 1'iclor tance des fonctions qU'ils rephfirl't; Il.is il ctl cl: phlfieuis qui occuipent finautaui e i d'a'Iu' places! faits doute celui qui a les l 1pier:'s' Ie;i
les esplioyA'r pufieurs fractions.i la'f.,is, 'incoopatdbilit q.i s'ppoft ru cmsl des pl,:", le sappolte moins A la niatre dCs u ,c (oin quisa
tenu et aux heures o elil:s forit lesuiAias]; jc
crois donc qu'aucun membretc n p"st ec3 plt des ton tios us l'empe(uaeut d',Tfifer aux fancss dia coif'il.
Ch-ilaetls. 'Le Sluire vient d'clairer la diferfflos ; je poq.rais Itayer l'on avis d: d celui di l'homme qasi a mrit noire coifiance dalts tout le cours de la {v'tlliOn 't qui s'qu n cu Ourose rendu digne c'cli RObeariarre dontje veux pala; Dans I'Affenibhie ,coititaliia o ,t irlit; la qcua'litn de I'ic,,uipatibiti ii t anet ous -,Jkobet' icr e u't aloi :, Si vous accoi'de uxfultcfoni, is ia hoicy dotrez lui det.' corps ; il-nt ja, i aremplir utilenical et daur l[ isiiie tfc deux p!aee;-ct il Lut decrmt que ce'tri qui o aitu ne tlce q4li dra ploitait tout fois trins ne pourrait C occuper und fcecuade,
Je demnsrde que l'on mette aux voix la propofitiotl du cioyenu usiirF,
Le confeil glral artre que lorfcqu'sin de fe uieubes au ntic fonctiau ou ocuIpatoua qui l'ob.i gera lie s'abt'eter a' x hcurs d",ifcuble du iis ful, il fera ttrsct d'opter;.
Duouttiy, pe.lent du dpartement et deictesf l'

/

..


v vi ~-r-~


ILe elrielI applaudit a' mnertres prbptics per
t)tafuury, et promet de s'en occuper,
:Sun la demaude des admiriflrateurs des polies et
mefagerics le coufeil gnral 8rX;tC qu'autcu.es voilures rb:ique' ou paruiculircs ne pourront reccvoir aucuns v9yageai s qu'ils tayenrt des piflepots fiis Par les municipalits. aprs avoir ; palaIblement vifs par les Comits rvolutronnsir*; l'cxception des pdffeports" dbnis par les Conits, de4 a Convntibr et ilesmirsfires, de ceux des conAdocteurs de voitures d'appkoviliolnmemeut, tauf *xaminier dans ldites, voitures le# individus qui
'POurraiefnt s'y cacher.
UV cihyeu fe prifnte pour dclarer qt'il adopte
1il cifaUt d'une demifdlU Bernard, attrice del'Opra qti ien a abandon quatre en fuyant enAdlgloterre.
(Ou applaudit,)

Le tonifeil arit qu'on s'infomera des moeurs de
tout.c'ioycn qui voudra adopter nu enfant. .

$ocit d Amis de la Libert et de l'E gaut,
aaux acobi4s de Paris. -Prsidtnt


es u.ce ,tu 3 .vfe.

Yfadier. Il e dit dans. le procs-verbal, que l
'.,im ,n t ica,e pour examiner l'affaire de
fhilippCau, ,fera fou rapport a cette fanc. Cet -article ne Iet pa tr: excut vu l'impoffibilih 'da4as laquelle fi fout trouvs les membres de fe
srenblcr.

M& membre. Vous avez nomm nue Conmmifflon
pour cxamaiur l'affaire d Philppeaux et autres,,; mais ne voila y trompez pas cette Couammi4ln ,n'cR autre choie qu'un ordre du jour prononcadu termes plus hon,te,. Un membre Mre la Commifion %'a dit moi-mme : Bah I ci-ce que voua avez la bonhomie de prendri cetteC ommiflion au feieux ? Ne voyz-vous pas J4ne cela veut dire -qu'il ne faut plus peufer cetttc affaire ? Nous nous tommes afferithlb )lfleuirs fois ; mais fur tepi siembres, il- ne s'eu ift jamais taou. plus de deux enfcumble. Il a i intpollible de flutuer dfitttivttuent (ur cette ffie. Au fond je pen,e mni qn'on vent enfevtlir cette queRion dans'l'oubli. Je dcmatnde quer la Cotulittifion norum'par vous fuit
tenue de faire un apport jout fixe.
La focit arrte que.le rapport fera fait dcmreiu.
Unt meibre. Ne voyez-vous pas, Citoyens, que
lerrent qucQnuen 4u1ne estlne lbrit i'ceoa
lui ont t acctl an miQu de vous ? Si les -ums "eproches avaiett, e fi-us d'atres Jacobins.il y a long-teus qu.2rvou en anrite fait jtice et qu'ou ne s'occaperait, plus d'eux. Je demande que la' Counniffiou foit 5el'fec et que les dputs accnfe fe 'refctrtet latrbuue pour y fubir l'intertoeatoise
p taliqutien ut.'

Cotloi a'Herbos. Si la Commiflion lIe fLit pas de
rapport, il faudra bien que la fociet en fae les fonutions ; m,i' alors je demande qu'on fixe unjaut pour ectre difcuffion. Si ceic-ci n'a pas fit fou rapport c'el qu'elle a voulu traiter cette affaire.
,coer-me on tratait les pocs dans l'anciec rgin-.
Dj ou rpand des pamphlets (ur cette efpoce de proci,. Ou e)tendez le rapport de la Commifflion ou jourrcz la difcuffion. Elle t impotaute ; il 'n'it d'iutrts loi plus majts de la Rpubliquc.
Ors a attaqu le Comit de falut ,public', ce Comit qui c1-tout la fois la caul'e et-le moyen, de uno '' fuccs. Il cil tents de mettre fin ces difputes fcarudaill'es mais il faut les terminer d'uno mnaniere
di,!u de noe,
Oi a dit que les Jacobitts devaient trouvec leur
.rulie dans ct e d cufllo. Un jounal i Uitt:l
i'4ti-r ,o/iia tl'a dounu cro re dans fa feuille.
Il cili tas. de temiiuer une affaire qui dure dj
dcp t;tr op long-ttis; la Frauc' eantiece, par la clbii que vous lui avez, donne ,:a l'es eux fixi fur cette lOcit et atcnd fa dcifion. Noua fervomis ici la cat, le de l'ariflocratie toujours prte p-,ufrr une quereile qtielotique pour jeter la div fiouu parmi les patriotes. Si vous voulez que la Comimiflio flfe in rippout alituz qu'il foit fait tians le plus court dlai car dj' on voit circule. des p.mptlets da s le public. A la port de votre talle on dillrinait tout l'heure un mmoirc jullifi.c ,l;f. Ce m',c -ras par crit qu'il faut s'txplquer, c'r ici* c'cf la tibtitue qu'il faut pailci. Moutron4-nous f'vercs mais e)nmmees il faut bien difti,"ier l'intcu-iou. Telle peifoune qui S" hvre A l'i(plfin d otn -cfprit, ne doit "s 'tre confoudue- aqcc telle autrr qui ahec he ducrditurl es p-tr;otcs et le Goiait d-' tlit b ic. bej oi loefe le patri '1e tel no do tel
jndividt. Lcs jourr, a.,x font Al'afft.
"Je sOs donce i' i uite feuille, t'4uti-Brirt:u
qua, n,'a pas purAclut la quekuOU daus Sou veauttile yo',,t dc vle. Je dcinaunic pour trancher toutei difii- 'It que les metbres accuifs foi"nt tnu$ (e ita 't la tuibune, A la prochaine f.auce.
Le, j4mobi.s fansp rocieuit fans eorubmiffires ,
jugeront mx-mmcs le procs. ,( Oi applaudih. )


ef
~IftUn m C',iti'i qu'on Lijou. I0.tea es ini gtms; e'ltjc qunous avbns combattu lu0ula nmnt les ennemis du peuple. Je tue runis dont

l'avis de Collotd'Hcrbos. Il faut que tout fJ'difcut 4 ici- publiqnetuont. -,

La focit arite qui U difecufion aua lieu la prochaine fance (.fe>uidl). Il .en srrt ,fur l 1 motion de Renandin _qu le bureau crira I chacun des membres inculps, pour qu'il trouvent dans le feiu de la fo-dit le jour de la difiuflion de leur affiue. .

'La fotit- arte I'inferto.s asu jonrual de la Montagne del*'t.tt -pa r lequel le reconnait quc la foci de Smur n'a: pasce< d' d ui!r fou cftime, ct qu'elle continueA fa vorgef"ondaDc ec: elle.
La foit- afft ,.pfuitei l'ilpulrement de es membreS, et adm*t SjItal CtCoUtUrvu, dputs; Camus et Benoit, dJ.Commuuit Iaplaix fils ; Trouvill,' Gilbertr, -B'rry, MatXchal Lacottce, Rodclphe, Bourgt'!,Nardot Lensnt -Riodora Cha!les
Fo.inere Simoune', Doublot, 'Boun 41luillier, Maillard, Rcy, mti.iciern ; Regnaud, Fralldis Ganthier, Maupin ,Ladoin et Villeneuve.
La fance f leve ' Io heuues.

TRIBUNAL CRIMINEL RVOLUTIONNAIRE.

Du 15 nivji.

Claude Louis-Ganet-Dugay-Mrange, natif de Paris, g 1de 67 an, ci-devaut fubliitUt du prcureur gnral la ci-devant cour des aides de Paris, et procureur gnral de la ci-devant Coinmillion aux chambres ardentes de Reimi convaincu d'tre auteur o complice de mannuvles et intcligences avec les '4oemis intrieurs et extieuis de I'Etat notamment 'de Paris Porenstu, 'Franc. fort Soleure Met, Abbeville Mortagrue et autres lieux, tendantes troubler 1*]tat par mtie, guerre civile V-contre l'utoti lgitime et favo. rifer les projets hofliles des ennemis- extitrs conte le Pcple Fianaiss a 't ,condamn la peitie de ttv.
Nicolas Luckner, natif' d Camp en Baviere g de 72' a ", domicili Sasbourg, ci-devant uoble ciliploy dans les atmne4 hanovrieua es lirutemuanu-gnral malchal de France commaundant en ccf ir rarrcs du Rhin et du Nord, ,:ou vaiucu d'tre aute ur ou complice d'une conf1.iiation qui a caill entre 'Capet les. nilre,, pltfi.tur
tOits les tmoyens polfible, 'entre des troupes des puif.aiecs cosdif:ba fur le ternitoite Franas et favotifet les pru1grs de leurs armes eu leur livrutr Il's forts villes :-'t fori reffes froutieres de la oF artce, a t condamn' la imue peine. ls Ort fubi hier leur jogemct.
?Ja ds Prifons.
Le bullaia de* la ice porte'le nc.arbre d 'prilonnics dtenus ta 1 lana les ptiloas uc dan
-les maifons d'arrt 4659.


Cennvention s4atio- ale. Comit des inspecte&r.,.
Du i3- J'ivse.

Le Comit d'infpeection arrte querlt citoyeni artilles qui, coufotmmet au dcret du.. fe propoicrut de concaumir pour la dcoration le la peVdun qui. fera place dans la fate ', feront ipl o1 tic au Comit leurs rod-le& et efquiffes t eom>rptc fil 0 n ; qu'ils feront, placer .or- desch*vals,
feut, riodelet' ,dans la faite qui f par -.e-fallou dc la Libertde lpreumictc talle, pour y U 1fler pqlez ja4qu'pt$ le jugement.
Le dpt dvat re fait dans le courant delfa dcade jufquau ~3o nivafe, apts quoi il n'en fera plus rr,,.
Les citoyens v;qnet et Sergent fout chargs de reccvotr les maorceaux pcfett%.
saign RolixIPr.fident.


CONVENTI'ION N AHONALE.

Prsidence de C, euthon,

tSu+i D4g Li&EAN G1 .mis aSI/ rNVg.

La Commune-d'Arnbt :tun" o l'euvoi, de fou
argnretie de'glife. CoIIe de Sint-Gadlu, outre t1>n arge uteri*. fait p8lfer quantit d'objts d'qui. Pc ru cnt.
Les ltilitairet li 7 le rb&elnt eunvoient les br veto et lU croix rAd Saiut-Louii qu'ils avaient ottus du dernier t e,.
La focit populire de Pfont8ine fait don l' i focume de 4ud ldcr. Tandis difet c<. r alu. damlS a 9que *0a f rri ropouffeat les tyaus ,, O


mnt0 .aanfent la ehatrue peur leur p0 r

Lft populait d dp f
dt la Patier: 'livres.
La Crumuno de F9:e,-arfi ',,,+. 0
les ava!atages tuonpurts par les apgu u
un reg ile pr retevoit les o ffrendepl., It er', elles ont t -coufidrabp ecles : l .w pitl

Guimbertaut reprrentaut du Peupl dans lu dipaten'eos, dc 'lOucfl,, fait paffr les sffe1O, fiiii fur deux brigands qui ont r fufulls; ils fo.moote4ig i 2oo livres en numrarp et 100o livoe ou allig,um et quantit d'objets prcicut oufilnaut Ou bagues, chanes d'or, 4c.
Lemame membre confirMe-la ouelb dt ls
defliuction totale fur le rivet de la Lo e'
Lagent national du dilitic' do Compie-n' &uc tiun bien d' ngna ell ,9im S.gQo livrt vidu zS,ooo.
Les adninifirateurs di diflrict d'Oula .o-., argenterie gaul des glifes u res mifons ai grs e montant a ,6oomatrcs,
Pnfieurs Communes font part de.la joie'qai :r clat -dans leur feiun -la -nouvelle dg&.s fu.
-b.cules victoires du la Rpribliqua-, et deO. 4 rtm4caimes qui-- ont -,t 'clbres -ite 01. caion.a -A ,t ,
Un ci.devant chevaler de SjtLo ,q fon brevet, a fait la, municipalit del'ourlo0itilo fa dlaratios, qu'il ne peut farisiaire A la l qiordonne l'e dpt des differens brevius, attendu qQetr" fien lui it vol.
Le rapporteur du Comit de la puerre ptopot# de dcrter que cette dclaration uiendtalira d. at.
Aprsu ne courte difenffiqu, l'Afeemble' piffl' l'ordre du jour, et ordonue que la diclatatiorIfrit dpofe au Cotit des dcret.
Ranel prfente le' tal.leau de la rpartition dut impoitions faites par-le difiriet de Carcafioue,ta cit.cution de I- loi du e frili'qte.
L'Affcmble applaudit la Ivigilance des aluaip trateurs de ce dilirict, et cn ordonue l'infttionta; Bulletin, conme tti exemple I pPfer aDurs "alrmiuuaflrations.

Une' citoyenne de la Section des M st
le mari et 'lefils".li, cncombattent pour la idduo[
-a lu Pairie. -po f que ,'o ait pinipal lOCitulu veut lai tor fou logement, parce qu'il t s
,augmenter l.prix ,ell ,demaade que l'Agumrblls le lui faffe cosnfeuver jufqu'ar retour, d f i
mari.

Sur la propoitton de Bourdon, l'Affertlaleepfft
l'ordre du jour fur e'sr ptiin, tmsotiv fulhil ri dfen au t popriiirrs d'ter aux lell' cufrous des dfenfeurs -e la Patrie, les logeOmitll
tricurcment convenuus,
+Une dputation du dpartement de l'Alier'tu
tine fou dvO,Iaueot la Catafe de, aLibeit, d'ofe ,nuaiitit confidrnblc d'argeneriesd' man de que I Affemble prenne des melrei prit affurer les fubliflances de ce dpartement.
Ele termine par le plaindre de ce que l.mtlathtr ne payeut pas les- taxes rvolutionnaires sAuxqillti ils out t iaapofs, et follicite des melures ponrli y contiaindue.
La Convention ordonne la mention lio uOubke :a conduite de ce dpatteaeut ,'et renvoie la iCuiito a,, Comit de falft public.
Ua, volontaire qui a 'pedtu un de fet bis us rolbattalt les eitatctais de la Patrie, tt/imt .--4coars provifoiipour le tendre dans le fdudi1 'f i.le. "*'

Plsiieturs membres f' plaignent (c diflictltq les d f'cufeurs prouvett pour obtenir des feccol. que la toi'leur accorde.

Apr:s ne conrte c if o f ct -i
cette ptition au ('ainiltr de la guerre,, et fr, propofition de lii.er elle dste, que le ti.5: rendra compte des mo yns (q'il a adoptlt P1. l'excution det la loi rendue en favetird,
-tairce blcTs, et que le Coluit ds peafin, P fcntcra un rapport fur les moyens de fimPili. dcret qui dtermine les feteurs qui doiv5t diu accords. +
Uoe dputation dr, la Couonnine de euitOr flicite la Convention, fur fes gloriex tla urnl u dp'of ffur l'autel de la Pattie dffrcnt dufl 4 or et argent.
La fqcit 1poptslair Cde Runsi0-fUl'rc, '~
-es fecours cil faveur d 'u itoyenq a ee t a dec la frocit des Au,richicns ,cet quiI' eclO, [ta f o o t t i c n u
Les patriotes maya n sis rfugis:C u Factl
, -lcudndeaxc A, ici bs' dol cs 5 Je I -r


't














ye U sao




es P













taje
I. Io




















,SIrli ndu'


























!e dnie

t
lots:,























rone
S iiii P'



l.ut
ii + ;, d4 ai


fublqe' .+;aIl' f4 Ce ld,, S ut if
*,cs (,n














- iepet

': llou,':l '' 1. Il :- .+? is. I

+ Ire



*l vt$S.t




C Omit le' detntl

..


'-s,
'c


t:e tot's i t ombattre avec 11t.

d, l j*Unvill#, Lotfqne l'arme franaiC
'de.IpatrPot'd, la conve.ttio, dcreta que
tif' 1patriOos de exPnscei4 alsdn
latifoyers pou jbalr des bie ftits du la libert.
.,diltaaat sre.osra o 'W omts et il 5pire;

mime- five Prpour les patriotes Mayeuai;
j.dettaud que le miiitre de la guerre leur ourniffe
do fecours pour aller joindre 'l'arrrme fiat.ife trfent iemployent. fuivant l-urs que Ic lsi epefstvle

s. epropofionS de Merlini fotadtoptes.
it L.tiqe"fait liomutinage d'un tableau de fa coin; il offr de onifaer l's taltni reprfeul.
e'i ". .fait .glorieux de nos dfenfiurs ; mais> il
"'"n q' nc a onveation l'autortie ft rendre
Plie die arqies.'
,tition ei rqnvoy n Cooit d i 'infiruction.
C.sdijr.'je dnonce la Convention trois abus
pi gre9dent -e quclque l'ofte illafaires les lois tondues fnrta, rquifition des fouliers. Le prcnsier . esc absa cosnfile en ce qe. les .fniera faut i dans les magafins de la Rpublique L.ns tre avri ; leeeod~Wn rfulte -de ce que les c4id6ii.
,ie fot des fouliers qui ne peuventeclaauffer lue
4."enfi. enfin, le troiisem.e vient de ce que
e* tionrs prparent lescuits de veau la
i 'anglail5r<(pour faire des bottes -mufesdioes.
Pour a-Lrr 4. pareils ibus je vous prokofe le

diuzet faivan ',
'.t. !r. Les Comis rvolutionnaires des SecI1otl, h pourront rectvoir que, des fouliers de
> onqe 'qualit.'
''il .11 sa dedndu, fons 'peine de confifcation et ge 4i nnCea de fera de confectionner des fouliers
.t;.deflos de huit points.
Il.' i ci dfendu, fous les-marnes peines, de
f'blqtar des cuirs' de veau la mauicre dite

Ce drot eOR adopt&.
Su r rptoofiion du mme membre, les deux dttisu fivitas font rendus.
.;'Li Conventtion nationale, apts avoir entendu fon
J 'pGMit de la guerre, drcte
"(: &att ie. Tois militaires, tous confeilsdadmlifltion de bataillons ont le doilt d'hdrlffcr le ppitions et dess rclamatious, fot individuelle b loitpour'ffires deseorp, A la.Convettion sitioux reprfeuitns du Peuple auprs desernib, :n ebufeil excdtif provifoire. et partout

a. Il .fldfepdu aux batailln.,-et autires:eorps
dot' oupes o l aide de la Repbique, d'e.Vuetr des dputations'foit la Coavetion uatiouale, i >autps du confeil excutif,-pour mffairc4 de lenrs

IL Les officiers qui fe chargeraieut ravenir j .partjlles dputations, le scommandans des
,.10ps, coimiffteres des guerres ou taures qui ITtriivt ent ou viferaient de* commiflions ou iepoto cet -effet, feront defitu de leur
niloi.

La Convention n'tionale aprs avoir entendu fou
&OaMit d lai guerra dicrete que les>'quatre brifdesde gendarmerie ntis uale qui excedent dans pro d'partemet, du Motit-Terrible le nombre fix aOfcrea.-oi' d a brumaie, y font provifoirenseut

"Voulld ai nom du Comit de f retl gnrale. Uai
S ret de cla Conveution ordonna que Durand
2 lr, 4A Montpellier ferait traduit la barre. Il 4t.'itpteyeoe dav1t farvor le fdralilf'e dans le das.m d~ e IIHrauh par la conduite et fes
4elits. plretit Votre barre, t vous l'avez 'ta vay au CorOii de furet genrale. Il y a fibi
tn iatteoetoy -et le lqiait a pnCef t u'il, de'le ren te au "no tribual'volutidowiairc. Vous ", "ts !.cttouif votre Comit Ordonner ce ren"oi
le mietre t eecutiout quand il le jugerait cou,W b1l, dan,, toutes les affaires,.-fans qutiil ft tenu
"Os5 eni fire le rapport. Cependnrt, comme
DQYu L .ae t iL'ae , votre bare le Comit a cru ".eeQs devoir faire excuter fot r-t fans vous tA ecir prefeaute., ,. .
m Ceanventon confirme l'arrt de fon Comit de
'raret g ,le/dans le& termes fuivan.

LI Cvntion a-onale, aprs at'oir entendu
f'l COTit de. furet, gnrale' et l'orrts dadi i b~tin qut dnonce laecufteur public pr5s le
tvolutionnuirc de Paria-. le ionis Dueand,
aie de Motipclier:, dont.,'f,,t la teneur aplPledittrtt dans Ont fort contno.
V e dcret 4c la a ou enaion ntiouiile en date 9,juillet (vieux Ilyle) qui ordonne que les
t1s Durand lois Maire de Montpellier. FaJlteqsUete, .AnsAcquiu fe difnt prfiderat t
', un prtendta Comit cer.terat, appele.de
Sfil g ltiahic du dartcmet de.l'Jirs t 't fiusa.
S u B tin de ce omit. attees des 26.


(431)
1klrlott mis ren tut d turbt;i et, rait faut dlai, l barre de la Gout4 VeUl on,
,Vu l'iaterrogatoire' pit par Iedit Durand,.pardevant ledit C iomit le 7 du pr'eut mois. le comt arite que leditDtr'tisl ac leeut ditetii S la minaion d'art de t uoce ;I'ta dnonc I'acculatu pur1c prs le tribunal 1volntonarq de P,.is, et taduit la Cosaiergcie ,comt5. peveisu ,d'voir t un Clos principaux moteurs et cooprau rs desn"ouvefesqs Contre.'volutionnairks frid aliesx qui o tclat( Ions l dplrtemcns
Cri t tamnen d ui celui 1 d l-1ralt, et d're autCur on gnataire onre prfide:u ( d'un Comit dit de failli pubh de divers ctits
iiien;a ies teuda's axtisr les citoyens les uns cotLie ls' antres attaquer l'unit t l'itdisiifibilit i de lh Rpublique .A dilfor d e la CoVeation atiohaht et l ailir l'urcafion 'de la tnmorable rcvoluition d c l mai, ,t ee ltijin der'uicts, ainfii que je, auto rs cUpiPituet dq dpqrtmernct et de la coa rasue de rirs1, qui danu'.ces, dff:tnte joines ont' don dei preuvtes cl'taaies dg ciaifme et de, dvonent 'qui ont fauv la lofe publique.
Merlin de Thionville propofo ,et l'AIoffcblEe adopte le dcet uivaut:
La Conventin nationale fur la motion d\sn nieubrec, dcrete que tout les ,iit rivolution,ahtes, agens l dfant dlgats p'r les rerlcu. taob du Peuple ou les miti tes de la RpLgliqte qui out psp oit fait percevoir des iaxe rvolutioaires ailitaires'ou-autres ,-fius quelque d,ominaiion que ce'fot qui n'itient point cxiges couam iapofitions par l Rp'ubliquee lc.ont teilus de rende leurs eoqiptes dans le dlaif i par la ,lol du .et que tes comptes feront .ihpriins et aitiss cri placard le norss des impofs etla quotit (Tes fo.nes payes, du eff4le donns celuii du domicile des perf'ounes feront compris d4n, l'afiche, afin que clhscutn pnifc le convaincre que les fommes payeca ont rellment t vt fes, !dans le trfos
public.
Sur la propofitiun de Claazcl, le dcret fiatan ehl rendu.
'La Convcnt'on nationale, oui lon Comi'e de lurvillaco ds matuhlhs habillement c quipenient de l'arnce decrcte quse les citoyes Azema de l'Aud cet Genitt du Mont-Blansc, deux de fc tueinb'e, lhrvellerbint la leve des leelles et 'linveutaire des eapiers des adminiftrateurs de l'habillemeut et quipementds;b tronpea. Les ptitionnaires font admis.
Une dapuationade la 'Commune de Parisfixe l'attention de l'Affele. foc l'hofp* e des enfess naturels de la Prie.L.jro.br des enCans tir ,trs-confidrable, ailui des taourr"en'ga e pas le iers da celui de ces tres fables mais intrelaus. Elle eemande que lefala*irc" des nourrices foit augment et prie hi Convention ,de s'occuper de l'orgarifution des 1'9aours doqjcile.
Cette ptition cI renvoye au ComiC des, feCOsis.
La Commune de Chat;l'y -ait hommage l Convention de pluficurs objets nceffaires l'h billement des dfenfcus-de la Pataie. '
La mention honorable oCh dcerte.
Plufieurs ptitions particnlirres fout entendues.
La fauce el leve 4 heures.

SANCE DU 16 NlVSJ.
Le citoyen B eauvallet. artifle, *offre la Conventou l'amage de Challier, aptre et maityr de la libert.
La Convecntion agre l'hommage, en ordonne mention honorable. au procs-verbal et dciete u'etarait cil fera remis au citoyen Beauvatlet
Ilarcre, au nom du comit d4 falt piblic. Citoy'ens, les vcnemeus de Ludau ot fait ate une ide qui peut tre tort uilc la d cnfo dc la lZpuIque et coufacrtte n mme terni UUg vrit imcoutefible mail qui ci A peine aperue coaufe des ancielns prjtjgs monarhiques c des fauffes ides fur ha propsits.
Vbls ave, e tonns d'apprendre que, pendant 1 le lige de Landau., le pix d'un.pain dc munition tait pot A 14 liv. qulune' livre de fuoC'e 'e veudit 80 liv.', et qu'ue te tit p&ye 1OOh ii; vous avez d sre bien plus toans dc qee ejti dfatus une Ville bloquee ou 8aJfeg par l'ennemi, il pouvait exiller Un tel gensiede commerce. de ce que des citoyens gaux eu droits cotn e eup-ils pouovidut 1uipporer ln tci lalfat, ufftmrnt dans les pix des objets de, prcmecic ,ecflit, *
Il n'y que l'ignotance des principes ou l'habitnide de IlFpportet les gains ilii te et caicas des comefncslt5I ant-patrotes qui a nt pu alfujettir Its citoycns de Laidau nia pareil tai de cl6lcs.
Citoyens, il *it nccfftixe de plodlaultr le prilnete du'droit naturel qe daua'le'vils qui font afliges t bloques un certes de routes parti par ~ lgn li ota f!aenie nt tuses les maticres pegtiec*, tOUe le. objets d. pu.wicr bsfo'an, mais


citov.ens d icile' de la'gasliih_ ai la dfct{ -d*', la place lot' db&s etc i e.t tai' s: Kt,- trnltit L fichleffes. contuie Lleso dn gx1'. ft 'rais e naidi ta font affeci." aXt :nites, l a'rds da Lgucirc ltttu ixpatent, gale 1L1 atlus ", joua ,: 4tbttl doiwtstit faire des fatriri:es. Use ville l'g ou u'Cil plus qu'tlle 'saiflms lsasiDui'c *.' tts'e Isarili iep,-licainc ,'iutindividu politique ,[ gr ra Let Id! citadin le uusrcland-et le "auonvaici ae oqt qi'ksu homme a l"ouhe ldu canon. .Que leigees,,les agioteurs,'iLspr tate*"
les marchanids, cetteclaflc d'hl. ses qa ue;cuia!llffrat de laRpubliquequeles eligiat4 las ta..n oti
e eC 'fie :ntaikis l loid 'a ffen
de s'alatmer .d'es pa'ncipe do n cah.aout qur j*' itens 'd'tablir lents .propzits.e s sarflaaul ldfe9, ou denres fout values et pays axi frat,delAl Rpaib liqat ; ifs f'ont fetmIemasrtdtus'd : .,lui .send l e
'la tfois ce qu'ils pbfedmant de iesdonr ,a&a de tout- mettre cr rnsdl'e pelaia le"iage oila l bosibardeneiit. I Y i .
Cette vli OHi' n'C las nonvele puirife'I 'Jri$ de t,uifiton tiercen Aunesiqae,' qui gppoviiouiaic ainfi les a.res des l eatUii as " exerc alenient'ptr laC aOiulour 1lp,,
provifioaurnimeut ds ariesde la'R bli'VCeti tlqOtie uitel pa ;nou'velle pniqu' le droit' de '(lte henflis', exerc l'or 'na tei:-toire 4 t-'riI arie, ptar is AtiiClliths les, Ptifli eii',"dad' des deux.campagnes', a te organif lgaleet 11 la Convention.
Enfin, cette thoiie nef pas nouv .l ,4 Lais-bsn ol uta'citoyu, nai boulang r r'qui" pour ctsu. til l'incendie de ;'ar'enl, et voya'.t bui uli" la n1a ioti ar les fuItc,du honba, den eit, *aefl cr,! talje s conn, que les iitits de l'a Rpua;qituci ,,, maf'oi an'et q'aune pqpuitc pstictliere.,, je Le veux pas quitter m0n.u-ohi. ,la Si lesnaarchsuds de Luau ffeffcur ds matires ncfl'.i,es l'exiflrgce des citove)s ataie kt auti spublicaus que le hotlai3gr, le 'is gaf'is auoai tet ovect5 au ,Penije ds .ltani dis 'fige; les archandifcs aueticni t dpole dans un lieu cotnnaun pour t, e divife.s e.it;c tots les citcyes fats autre duit ction qoe celle des beloitls 'a et le coumerce au tlieu d'iznpol-r f.s bucfiez-a ir leIs maux des afiegs et au lie u d'affocier l calhuls de l'on avarice . la .-Larbiie des autouate Pruta eeus, tniait euconiaga Is -cicsoy ns, ad.ot:i les tgueurs dia bon0lmard.meu affoci: totitcq N'efl il pis confiant que ce font I.s io.10p:1aiic% et les marchanrds 'des villes fobaieresot arsfiigers qi ont form les efpaancei iltroctsdce'etn ; a'cil il pas confiait que les Cuboprg les itulilwick ont bien plui couaspt fat les intrts paticnl;s, tir l'goimefa- des habitaus de VIlecucies de Condt du Qicltoy et de Landau que u,,.lcurs

Citoyens la Rpublique ne fera affti're fui le fort des places arot'rcsir q 'e lotfqiie ceux .cui ilos habiteut auont le mme intrt !a mmes vmes. les mmes bdou que ceux r1i:i les dfecident.,ii ci notrefurct, ,i la vil.e a nu cfprit ddf saent de celui de la garuifot ; fi le citadima prnle atstrcu)cuar que. le foldat; fi le propritaire ei ,'us prs de l'itrit de l'Autriche quc1,c celui de la France ; fi.le rpublicain cia unifor'ne ci contrai par le usonarchien ci habit ord;aire.Les villes frootieres ne fout que des batteries apptirenate-s toute la Fiance ; ce l'ont les portes. de la Rpublique, et on l'entre- d'une cit. La
ville frontiertc R en terni de guerre turtolit uns ,titahle proprit nationale.,' Le gnrald'aime du le reprfcntarit du Peuple en incendie les fiulxborgi, fi l dferl publique l'exige.; il fait fiappnter l'incendie de la citsmme, fi nue lutie aut'icliienrffe cornme la Chtifill de Brtixeilcs faitro-ugr dev'irt elle cs botule's pour -rav4ger et ciILr trrire. IL cil une couinuujaut,de bicns et d O ne l'a point encore affez fait fentir on ft l'a pas allez rpt aux oreilles t'relfee- le it aot, au bruit dia canon qui abattait le t,n ,la France a ch:ng (le maximes.Le 21 'ptcnbae, la Rpublique a facrifi au bisn comtniun t6utes lIr Cue.lf)'drttiouis paticulieres- les josilfiuce' ceff''t deVte inividoahifes-; les 'ftes publiques, les tsPttatlOisnationales, ,les facifice g eCituix, *le ,laoment de la vie et de la fe>rtuae des ch ,vec.s L grandeur (es mtfoltiotiD tattsas cs ,tou a,o.c que la Patrie dot tree'lle g 5ll. glo1auc, tif liilribue l'egalit tousles nebtbcg (lui la conil pofent.1- A
S'il cl'des cas o le bien prrti' ulier doit c lc au bien public Oeit lorfqu'&a .agiJa6 de t'em1li.g ril la cit, lonr'q,,'il s'agit du -lA+t et de h defetif d' la Rubliq!e. Ce pincipe ,poli ique ne blleff en ric ccli,i le la p tpuiet tablie par h sloi civles ; je loutietis mme' que lt prpsi cRi ct :-lacte pat le d &uteit uc sans proptasas C"' la

..






1432 Y


R;'uMUqur inleshn, te4rt, erip7i'iialiecdes milrcnnr'ditte et dts objets dd2pr ietb:e tiutcfli ;elle loi
fait .qtetr e aolltue-O aru&cpe l'a.:ks tderi beuieeos, t lnuer L'Lat[qom niae [ela:a' ppcl id
los cCtoyl' ' lk faa'cnil civique et 'la unmmI
ssaut des., lulttlLauc*d dans .La' com' una.t
C'.llall j dbk
l es 1d0 ieu eiiraiale car elle'accoutnrnl, tns
iss .e'toynlt'a'uin[er: votauLe 'freres ,, fa. rliuir,
cosarepatio trs.i,..f. defessdeelomnme lionses
Cette tiefuse e rkpublicaise ica 'tlle ;cotdeat,
une ,toncrfP ga l ,sle e i;:8lle uoclo oas. < m1,ees
jiouiffl'ca'.;.u.te? ~e~atd'sd I Sn. il' galens, rt ]Wdat, :le-Sedie,.'t ;le; patjvre 'o s ftliosa, sfle*, sous, Lcrtt 'fe.e4',,,tou ont Fla sai.us devaut
lfnnami. L F"'i 'o >" "
',Cet.e ,steftsree, ois'r qsse.; nar' elle ; au ii'hi.its.
'a i'i' l proeirles ,prikle c cotoramsif .~ue, brLpietai ea I ll eti ramene,.au: .floy au
de la Rkpu'lique ceux qui iolsfui la, frnti ire fe lejrppait lt;jasrpicoser, occupattt ) Mt. folmer
uj rn rs n , p atrJeaoi~. e j0J>pi t daus s, a siis d u
p u'tt, r dql conpqlte<,' ar au ornt du

fire ou du o bju s, ons.,lr.,citoyens font gale*.nt qprov!fiu l tous lpt, pfu s,d tl'vuir
'd i t d .fi ge la g p tb i ,n e ,i d am i, la
V ilC tp,ot r ,e n,'con ole r les habt a p s ] outj a Cr) ie r
enf ursi fbfilaeiues s ponr galifer leurs
reffoovces pour ravivs eurlls elpaances, t p.our fi ir eatet'iet les riLo>'eus et lea foldats les beldilu
et ls fecturs.
L iefurc que nous pr6)oror'iaelC a ni rme(tre
dfeafiye en guelre ; car-t'e l'Autr la r4olt dcs citadins et des marchands que le Celbo g ert le duc doin ti ont cpmpt cf'rl fiaUt la lforce, des gu9ieCs qu'ils ont fond leur frige ; cefi fur la iPF.nrtelligcnce des itsirna ct"des troupes'dela'gart.tifdi q'r'ils ont fpeul-; c'eC enlin ue U c.iides proprs-i esqu'ilis font arrives prs de Vltientces et du QIteloi. itifiti, la ntrule qne je prelyofe efl us acte de prudence politique unt atte.de jar ,ite et'un' dcret de gotivrncment rpublicain.,'Publiez' cettt loi et les fiorticirs feront ruiidx delcn,|tae s et plus fl1jes. l.tlles flco.t furtout 0tta'c|i'e tUa noyau de la Rpubliq u, per l e!afie dri ciayens la plus url,' la plus ,lomri efe et
futto'ut la plus atie de la libert-et de l'ga'it'.
Barere lit uu projet de dcret qIe IlAffemj e
atopie. Il pore t. f:bl ,.qn'afli ullt e Cornirue de la Rptablique fi.ia o fige ou en, totrec par l'enqeri, tous les l jets nceffaies la vie' deviendront oxalimu. Les proprtaites feront
'ddoumra par la Rpubliquc.
Laer. Atr mo'netit c l'ana*voit des laommcs
pretetlus ,' iioles o 'les journaux calomnient la Couventiota C ei la Ctivent'on %cuir au recours de B,:avaais, dete cotaiage a t calou ' dans drs journaiix. Le Corii't a reu ne lettre 'de ce.,*pr ,entart du Peuple- ,il m'a charge de vous
la lire.
Deauoais rerl)ife'attl du Penple pres l'anie d'llie,
aueitoienJs .s colle gu-es tiiilul're du Coire de Jalui public de la Couveniion sajjsnale. MaJeille, e
7 liJe l'ai2 de la Rpublique sae et indiviible.
Citoyens collgues., j'efptais ais fortir de ma
lon(ue et dure captivite aller 'dans le fein de la conveutiona natonale,, y' exprimer.,toute la fetfibilii que je cffcn% de l'intrt que la Nation a daign preuu1; rua fatille atimair les fClrats na'otrt trop fait I offi; je fuis rttrt ici par utre maladie F:ruelIv, qse les tourmen& que j'ai elfuys m'ont

Mes forces ne .nc permettenit pas d'aller m'affeoir inun polie qiue s, :ac8 ffrla)rettarus nlavaient confi, En attendatr1, je re ferai rendre compte des mmbabltes quincs .qui ,uteu lieu dep.t nss
trifie fparatuotbd'ar vous. Je canmrai me ,dop1 urs par li t c iar.lcs._tonarntes ehofes que la
N tion a. fata icfera un ,dorciffemcut, tbien
elfcce tilts miaix, que, d'apprendre-que partout Ila Fr# rce (| tfi oru1,haant ; que les e ncuais "les lus aichlan&5, l. ft vailrj r ie font plhs.J'onb;ie
tOUt ce qu.j'ai f,t ffat puiItlU Toulon cli rduit
que l'rangrge ea eh 'ICil et, ne fouille plus de fa
.Prfence la "eire di a Libt:,t
!Il circul dit-on, un rapport Oe prtendus psirt* cratartc qnu. tit ('te curoy. La prtondue eaoravu'rlationju'iti on; cteC avril mai i a t eXt4meiltnt col rtie t a els'tren.Jt crui ils ira'on tiuve
dati'u noir caihot tars n tril lumictc; ilm'ora rcoaaud i'il re me manqnait 1i ';je leur ai ripodu


-vis le v ,et. ians te rapport ,"'u mpe faire, de ira i i ais jl dann ailoa.Sleldtaili de cette .eutr.ev tre.
alt .t rrit iu ixvS
La Cosnventisa ordqne ineton d elettre
au Bsulctin,' ,Q ".
a Le.L'g.neearsx'r'iublu evn c' Vendie ont -fait
pait 'iau Go:nt tque' titille f'fils qui ja'4is avaeiht ;t fournis''tix 'erilei t par dwi 'aiit avajet t tiClittit l R ,ls'li'Ct des bi).unds",
:1f, cbe ij cnse tst''cldevaicet mr rCussis 1 p: 'mlerereqoifitiil qui n'aanqu6 ctpetdrautt 101 es a laiffts i'Communes de' Vetide c'eft-d-lie', ,,qu'on les a traies .tr-iime de ltitniveller la, g erre ciwile 'qtand. l''catisn t'eu pri cnrr'ra. e' brfoiri !des armsefsl poUt' .les ieines' gens' de li prniere. rraifitiou le'dan gt;Iest yncs ell pourles pays dest r b)eles. te' Coi:te vouas ptoi'ome de desiter lque ccs a thillt 'firfili ferot rctirs "des mais c ils le" trots' out"* 'dtnns i la' preniite squai.
1 lin.
itien. . p ldto cfi Ld "rite '.
e'i ''tlo l itir t t
Pattre. Vous aviez renvoy aux Com;t do marine et de falut puie', l'ar'tk' des repr|'ca)ans du Peuple Brard et Sail)t-And a relatifi la police des'armes'" ;eavales; les Comiti y tnt faitles,'eltinsgemens que l,. ConventioU avli paru defirer.J e vis vous en fiLe la lecture.
Btirere lit'ce rglement; il ch alopte.
Echaffiatiw, au norIde Com;ts des 'faiances de mauiut et de lisui.tion,, farnIadoe t-i dcret fuivalit: '
La Convention.nafia1 i drec ,
Art. 1 c La Convention nationtale ratprrtc les artittes 111 et IV. du dcretdi 7 iortt 1793.
I. Le miinfl'e die la miri remettr dai s le mOs', dater del .rception du pr'ft deet, ou Golult, de liquidation ,' Iis 'tati mAtivs. d if ptset1rfUt acepr.,er au.x r. flu.:ets rIaul, ses offlcrers d'sdrsi nifl'rton coirtis,et enh;, s de., la matrie, ais,1i qu'auei corrssni du deparremeiit de fou sirafiere. lupprirns depuis Ie les' janvier 179t, et dut la fixation doit aayor lieu d'.ptesle s ode, preferit pat es lois du 22,aos 1790 et 31 juillet 1791 ,Lqui leur1 fOrt rerpectivenen t,,applicablae ''iii. Le Conit de liquid1'ionuvrifi4:ra fane dlsi ces tats, et :eu prfentera' le rfilt.t la Convent, u natiualie pour tre' par' ell, fla' ce qu'il app ai end, a.
l1. Les Penfions commenceront courir du ler
javier 1793 ( vieux fiY'l'e; .1,
V. "Le ptfept-dret fera envoy dans le jour au umiiire de la mrarine.
Sur la pr poinion de Biez, le dcret fuivant cil rendu ' "
La Convrntoq, nationale, apris .avoir entendu fou Comit des fecours poblics, fir la ptiion de la citoyenne veuve M&ffon mcre de douze.enft s, qui feuvett tuas fansles drapeaux de la Rpublique, et qai o: perd leur pee, mot g loteu- fenent fous les vaua de la'Banille; ladit e r ttlol teulante ' o btenir',sis, fdcaurs Pour,hdis, vcuve gfi0n -,qu'elle puffe aller prendre Psorn.e ,. et ramnter avec' elle t4 Paris les enfans de,fon, fils prifouanier de guerre par fuite de la redditiondele I plate de Coud, dcrete ce qui fuit''Ai t. 'lr. La trforerie nationale payfai i la citoyentte veuve Maffqin, fur la pye:aip du por-: feut dciet une iomme de 6oo livres titre.de' freonrs. Ce fego.ars -l iiidpcnlant-4, 44 perfi0ndont jouit la' veuve Miffit. "
SIl. Le Cosdit de liqui'Jatio fea iraeeffamm'ent un rappwt la osRventioal, nationale relativethent la psnfion de 35q' liv. accorde A la veuve[ Maffon et fur l'augmentation 4irraade.
11I. Le Coa'lei d'iuttnction publique enh charg de faire meitiov dansles annals, du"cv;i'rccu' "des vertus du cdevoiut tcourageux et hroque de la F, mille Mdffols.
( Le. fui:e "deiaip. )


A RT S.

A 'VJ ItR E S.
Portrait de Monfqu#sx de fori:e ovale', grandeur
de sacrI o.ccs hitr tept trois-quiarits, 'itit par Gaun ree, et revc iu lavis ru' orlAur', par P. M. Alx
Les amateurs s'apercevront facilemetit que, ce


por;rumtt 'porte un torl 'Pi 'r futtilelit ,.qqi '-el q.p l'out ptecl ef %n u u .'c, "u
le aenauige xarl ,ti A:x 'lls de pls dsuns ce enre L'Qrs ;e. .eu '

gr an grtaveur .et l'i'eu de ' fsila 'qut' i apporttant crvaoin . "ie !i9iv Pet t ttirnrVs
qui devicuat de cjotru jri eu sinr1att .tl;aa par le. dliic dci pitl'ostias w qdc e 5" .).lX54 tic glasit ikcti de ,. .
c e uit 'ait ft ze'uX ,de



le fiv chas Un' palis
Dioua' i


AV IS.


J tt


.;Uic c.tyene onnue par de .t rebonnes'nAUt, d'excelleas principes et des qualliti t MefUbes1i 'ctl cotifalcek I ydpuis,long:ims l l'4ducsti0 2,
jeenes perfoue de 'fan frxe et q'ul s a lEv pluiurs v"ec fsce. etsbli uc pe e t
tionventy, pour ttun prixtmod1;u-, to .ts lea fontJ 'et toute inliuitiou i:e Ial ars penve
les t eilleus' nuaitrcs en totit g,'ne, unc vr u tlc S u r aiale ,et poste aif i, dite nlatlJ le. L'a. tj0e vi 1 porte chacune de. felevcs ne l t t truet d'eu ptvnde que fix os hqitt, la fois.,ile ra' dj quatr'e et dclrseruit d'eti ouver ptu-p1rj,un pateil roatlhie. Elle dosnia les meilleuts rlp0z '

Il 1f7u s'adeffer pour voir l'e tabli1Tcinntt de3 1lcaales ~i


S PE C T A CL ES." Opera n(atioal. Dem, la 9Q rpr: de 7oufle G',' 'bud'e q,:e peat lr J.ithtf tableau triotigif& et rit acte ; prec. du Se'e d Tkonvilh eted Oinaud, "a l rLiert. ?, "
Thtie de I 'O:ril Coin. Nai;onIl, vit F;vrt, LA ge l'ep, f.i de I'nl:ieunr d'uas M4;sa6c Rpub,'ica''6$ prrc. dc Ludo&a. "/"'

laRrMque ,r -~dla Li
La 20 trprir. des Con)id ro, hi'io,are lgti Mi eu,% faim;en ,.tqm. nouv. prc. de Catherine ou I Belle Fern.iere. j
uair acti.d., h tire err. du JXaareau Rveil 4';pi. ?PndLefuiv. d'uniFtile ciuicue fur la prite'deTunt,
Thtr de la rue Fydeau. Tilipano', opha, et les Deux Herwiie. ,
En tteud, la ire xepr. de Paul "e Yi41i op. en 3 actes. '0,' j oi
Tliitre ntional rue de la Loi at de Lmivoi Selica ou le Nxgre opra orn de toti [' foa.f ., pre. du Coifiinetmeli j'rc.
Thitr-e de.-la Mo tttagne, ara Jsrufln de l'Eg lit. Le Faz'x Talifrtans ; 7ocrffe et Jeantsot ou les.l p'ahnti l'arntsde. "'
.'Thlirsle des $rS USulOo'es, ci-divi .r-t et Le Vlilie ,lmi des lis on le Rpublicain l'pr e, et 1C Doux Jumaux 1U/.blicsirs. ,
Thtre do la tuc de Lonvois. Le lon Pete, Michel Ccrvantes, op. Ch 3 actes grand I eh
ri ]FhLtre e 'la Cit-Varits. Le CoJifin de ot le mmndc; les 'Quiproquo et le Mariage tioIiqtt.
'T'h:. tre du Lyce dos Arts, au Jardin dt l'glii

Thtre l:snaN comique et 1,r. rite d ,ondi. la hl->emiero Riquifio < bu '1'odt et Pas' lt1 prk' d'Arlequin mareaal d'eJjriL . ''

AIl:hau trae -d'A flley fanxbor'g du Tepli.
leons -d'qoitatin Lt de ,oitge tot Is matins pou: l'un et l'auc fexe.

Du 16 d elXivfe.
pAIEMIr45 DES RITri5 q DE L'gI ELIa-VttL fI tIr ,
'Ort)loia de 8 -mois as jours de'sigS. TOutes lt,,s.
A' m5 les Playar. s.
6: Denis de'Senrievile, viag. et perp.
5. btays viuger et Peaptuel.Sexti. Q4. I)ellIalles rout. perp. et ffices viag Stidi. 33, ueL pertuel et viager .,Stt


L'abonnclent Pour la feuille dt Moniteur fe' fsit 'is, ru. dtPoitevrina. n* .' 'ar slr lcr le, lettria et P-rgn .ae.dg.port au.it .4-,ir tiltopill il tons le,jo urs Le pi* etC, p,,u, -4 I ,i' .r a llv. po4trois mois, 36 liv. pour fix moio, st e 71,liv. polit' lnn,"etpolar eri ai jastc'tnei l pt au liv. Pvuir, ,trois.tiai. 42' lv. pour fi'otl,, t lq liv. pour lziie ,f rancdie prt-L'on ulit -,-lu ti" (I l 'q noasenu tut de catqUtto a si, Ont aIrat au'i h, tous lesiL.iressde et ete .e t des loit r.1." ,.ia e crl lettres3 qui rceife4aaat des aigrrats et arl'airtliir autfi 1 poit.
'rodute efpece d'AviS, Annonce, MnloiiesOl, 'ini politiqtes et autres objets p'uV nt tre infr5 dans de, Salj4llnsnC particlier, d"ra dimlfle mnue forn.4t qle le lrtellt e
-ils "font putic. Le prix de l'iAt ti0t c 6l de ,26 t. pas ligue, 1123[ pr colonne, et 750 li'- pui J lSupptritent ctiter.
Il faut e'ddretfirr jtaLI cet ojcet pu et aou, e tout ie uai loncerae la rfdattinu d ta eunide, lu Rtdatcurr r. e dt Jarat Vi5-' celiade l'Mper0t, 'el.uis ami terja ulta j'f

DR L' rRIl' t&all Oiu M t tue(les ru dsPutevn n ,'


4 -~ ~-x'-

..








GAZETTE NATLONALE, ou LE MONITEUR UNIVER3EL.
i 1'


q,+ t iS iv e, l'an, 2d a ku1ique lranaise uneet iidiviible. (7 anvier 94, vieux tile.)
,'j J '";. -.1 ) / 'I'C j lequSl fl 'UO portoi* abfolu et atbit'aite, cifi de bcls prolSnffe, mais qsetll n'appfly&t qt
;, + . ,. Id lg ,ce(e'a lectiosi des 1 VIints azc @n'tlsv 'ti s-faiblement' fil dl Rudes - tn npldi S iablogfe. forte que je divan fut'revche,;et ne s'niqui le
$e E 1"c nE. -POtr sOare avecqxUelque dtails ces ttavaox guerl'es tieiuace# de Ituclet qui reconnus
,eL t fi,bien. pa es iL lun apprendre qu'on trop tard que lafibhs)e imprte I ave corph.tsc 0 d', .avaitadrefe des piojets divers au ombre de-l txmeOtjou La pbiix c lit entre 1 4 anct tt
a 0e* Ic' nt.quelle mo eunei d aar i L t kd .iife qit g le etoI n Il crut qenl u,. st

+, ut0:! i0 jo.d.t'ee t 'laiet la.,hil ,ii pat | nrt l' vifi't> c/et- .ter nye ity'nf 'a.f.mia.,m, l r .i 1 .e Er.tde c aseti cri i -el e, ouet e fer!taire venu l exc iteg je detics let ds'nptler
(p ue": 'r aosticdiicq | 4 tpr faco5il de't dc lie lAtit c a fe atitteea ilsola a "la audfrd'viere, ;
fi: ilec, I u ",1c f > t9~&f i caisC Q a n~s lt ieaie'rtclae fe Jofoilr Il, ebt ntieentrivuie ail l'lecteil Bn'irci(tant.de pre et metsl' Le r g Ud tnejj: lul form al.:lquelle bu arrangca de vive voix
r~pand data ~ojse;,,aute projetets qufile d'ue rswsrefc'-purdanqsc-l
peait lb u e pteto datai fet.ue de dt)s i e dtt la d tla1e2qlafil u e.nriade i pil
l. defqn il il a v e e .fo luapee il m"ib dil
fi dok fti'r aedntf|c tl : de tre 'd'une' d %irclf" p. i .
] me prcal .ait mq n en ( c, r Vion ,e r e ws d-l- -la pRttfu e.,vivee mi r t dtoI r
cie niarc ca, tsotde j tpas queliou dqs t demanderl'a dcifio -.des l t fit cet amour paernel l promit de
'ab,,htrviallur qu e qitiaer'de 'iais,'ais, felcutit len'app Oara gea fL'oetr, denti es de filsd, fil meffe, qu
A7t n\rle ,ttctl. -dasa latOifits ioafft stous Pica j-iltsqui 'on- d fa lebre .d quoique les lois I'E 'E ia
iLd lf.es d Icatmer t e tlrnse a tfr des oemanique fiet. Iabfolniueut etppoc - fctte
Frarr i urtsles' qu.ti,,aviiet pon eicte *Aotti,; re'ide de ,tarier la fille auneeu, du llnce
flaqu,om1tti e i le --fom dt0,anhaszlaqui ,ii. d-d'r .de a te, Pui lui dofLcerai l
le a c<';mi01 ur "y i : 4 o, tie de Rnotre,' + """ p
clie les l4ts lcitiastsfnrsMcesitssc O *
wa e t,uta alluresi que lion$ le tufloi. Vofi I o l lifolis -de cestite, L'lelccnter nthoniisqau e I. dieo tpqu.
10tqut 'trtie 0'te Rnflie ~gile nucte esmotafo udgeeteutsnK PIct% Colivc ea flattait Ji fort f S- d-lrsles vlus sd *cstni
J t:s r hoi coiixrme dcans3 l'culo de$, Affaires dilt ,les itn~dnsiapas pf ocp;ligffns(Illeacc ceCC l Nation Coujroancs les[Ditius -e LitJin-scie *la Dit 1te e 'nt arrt q A e drilr te 'il grie dcl'x4
psu~epccA- le fomerles, Tibu.siastz de~l A.iel ,le Cotil'cj er~~se,cao e tout leJ aln, etqu'il fupplciraitec rgen
ll14 pue qui lc a efre' tlcat a Con.t il d'rallttuion la C 1 ilo J~ are ul les Payaflas poulira rp porter unnucllie1li Ige e np otre; Cour aycc ail e dcRuffit olceIci fefra atasmIIu4 agute au etsisqe vce
"i e J. ro 0' ne lt adfa' point la Coumiflion du trfr, &c. L'empereur., qui fvait' i.r parti de tout, avait
4do1\ ceux futtout qui 'tudt et dj fqjc-les Hilaaad' a "'.tvacuF" les airres
n fa t,4doPt A di pi"pes " A LL E'Mi A G N E-: et ilfaiait dmolir totes lea foraificiions dans
,s. i'_ les Pay's-Bas, J'cxclion de LtiucnUb tirg et'du
1nlottg on pe.fll A cro'6 qe le caracttre Voici ne lettreqei' ctortient pl.sfnlir fa itsa' chtiu d'Auvers; il rima diitis tiies; cnldablei 1* le n raitlia l Natio Sdire d'une 'po ta 1 e t '- g ai nombrt dothofes conjctu-. de la vente des rn'-rauX et' du aetriu le. ces fori',i digii'i. et fa foiet frraient toI- laS1 t, nais e nil Ue vycl o vt. e vi;t y cil Ipuflanic icatiou -auis qu'il leva en mme, te -1 Iobes fo' par l'amb4ti n .d'uiic Cour ran- d'stu bout a l'autre lc'&Lquc les tVraus et leurs mi- 'Ral il.le fancuizk"rai' de;barrieses aurait pu
t'oit t e0tag q% bi uykont faillhblcmcnt iltci n'oit jamails travaill qu'at dtriment et' a tnctre au changement de dminatioui dans la Bcl"ta'c 1 .mu cah*:inte 11. :. I.aviliffemet des iations qui les ont laff faire. gque. ,
s le ~l, e t Uni-de voir les deffirs du Pour fqire valoir davantagc les Pays-Bas aux yeux
.eteisbonlg e dvelopper avec d'autnt xt>'ail t z lettre di'lldem7agn ,du 7 decembe. ll'ecur Bavaro'Paaiet ditducde]Deuxe1'4luifi, quie l!c ceabarras le, multiplientPonts 'fortlraiticr pt o favorablemnt
le despropre allis de etlpuif- .Dpulong-i je vous aioi lfiersdtailb 'eipir d'n blgesl qui der faifrat avec tard'ardenr
Gqpsdautt il n'ell aucne de ,des pl ar qUi cuieux rlaivement tn change de la B4viereeour loveiture de .i9Efeaut l'empereur annona brufque*u i intrts ,at itueipacS Coursil dQ lesPays-Ba Austra1Ienl, a lrten s 4 iarJnfejphlia ,utu, eu 1.7841, aux 1tastgntaux des Piovancesde tyranique ammoire, ontrari dans fi vues Uui *,que fa volontJupr, il ttque 'EIcaut ft t que penfey -de fon dernirrre e 178 l b la mort d il-f doutait bi.que. a Hollande n'y Co1.1 tio rehqu cr;c dernierttact r par ltiedl& Holdeafde nri c, I
itu Pologne, et perfosine n 9 aoro que ette ,dernir" lcteur. .ar l'lnderfafou de la me5 l, Itdrait p-as ;et ayant dclt qu'il 'confid>crit
isan4 sne ne fiei l e: de plus valles coin fameife Matit-Threfe, entiercaent gouverne paa ronmra, une dclaatin, d guerre le moin:trf ubllrele
etfq' ]uel lefameig +defir de s'emparer de i'e .j /uiac Ketea, fois cofeffeur, ce qui douna le q'on porterait la liblr navig-tiou ,le i'Elcaut ,il !opl u u d'aqnr.r daus lc Lceant une temaauroi de Praft', Frdric Il, defe mettre ci avait un pitexte platifibte de m:ure l'on arme fur
1 rd uce dige'e 'udu it core le ne Int voir paffcr un cot-4 Se a B:viect,, quet ,'i l p-ar te tuiiit de paix., -Frail '
Ptrfi 4tmenfo cu des ais nouvelc et que L'erulpeeuile ,pitantaux.circoltiancel*et pro Tout snflt nu gr de les voeux ; mais malheul,
- >I8u d'Au rrc a de, raifons plus forses cil- ftlndruit diiiilllcr, et l'air de le sontenter, de reut'ntt et le' dite d oDeux Ponts foi inftit de la
acre de ie' poins laiffer Ce'-foTier fi pis d'elle ce mince pag gu et d'abandonner f-e detffins fi convention fe4rette entre J II'eplIfet l'lectenr do ldo nat tr.op.vaile et trop entreprenante, la"B.viere; nrs il c erchi, daus l'ombre du myf Baviere ( oit fulplpe .aie raiifo, tue ce fu'tde
Rpt:rT t' mettent pas monsfl teai proft : tere, s'ffuttr des'cys cCelflai por I'x. ia pti ds utinie Vcrgctea ) ; il cn avettit le roi
4asqssadtrerrain. nutiot c le plau favori de l d 1ifl d'Autriche., Pfc quiI jultletncit alatrtit de e pIojet d'agranO.cli' dipol croire que fi la -coaltion du. Pendant fou fjour en FIatnce, cii t781 il en psitt ujlirmte de la tuafSu d'Autri.he dcila tout 'Toit Onoue dc4 annes les aliles dc Rulfie paa- fa digne' foe'rr la taoderrc Mtilci ,qui lui a cott qu'il n'y-confentirait jnai;. et mtni tde s'y
%,det t A na-ptel po.rt de malurite, qu l'At- o ta i des [om-aei i ttcefs d trfor Fianais. Le oppoter de toutes les fortes.
> tdtes 1 l meur ,lpe {ItoJvelait pins en tat d'arJttr je Jofeph pI |ha de luipsi'ulder qu'il taitde l'a-' Fratce fut u ue peut psa plus fpi pas ,le la rdsd enreptifes les plus audacieufea. Q sau! tert do la Fance de coutribuer de toutei les ponle peu favoroble"du ci et d Verailles: M ; iCur.qui'ne peut fotstr de la guersie vec forces l'change de l BIvicre c ntre les Paye- Antoirnette qui n'a jamais eu d'antre dfaa que d2 c qua travers lit dchreie s de IE-,Il Bas. Vegennes, qui avait le bon et'prit de ne pa- ,padre [ Fiance, Pour tm-ranadl l'inftynile m aifoa tft 'AMeisag teetlestrrems pefoneles 'les aimr, la m1fot. d'AttiC|:c niait qfil vOula. C' dAatlthclc jeta feu et flautme contre Veagetlz te 'fiagr4udes, il ferait iudubitablceustca aufi dans fervir uttimtent de cette confideuce eut l'air d'tre ptoneffec, mencces 1 ptrcs, tou't fut employ 'auc;ssca>ue 'opfofcr, la' violence des fuccs' petitad et ptomit -.ijofephLl/de ne pas s'oppofcr tour tour pour Faite cotaentir ce qillse u
A kufliu. i fes defleuti .4 conditiot qu'il obtiendrait de l'ir- voeux de Jorepi l; le cabinet de Vieque offit
mime fonds de ges confdration peut s'a'p- patrice de Rutle, qui tait p,te fC -dclarer de cder ue partie du pays de Lxeinbourg av Iiqefr+au relie' de l'Enrope o les divers Ears pour l'Atglctre ldans la guerre de l'Amrique, celui d utre Sambie'et Mcutle fi la -FanuC voulait
-i dt la alili o ude garder la ineutralit et qu'il ,er4ctLfat.l'cclhangc fouteur ,ati aiue' ueCi o.
,A'fr"d _acle piffancesdu preunicioeu quelion julqu'aprs, la p'li. Cette propofilOui ayant.t rcj*e.e r.algte toutes
d,f4ctariffcs terribles ; tant les Pcpls i L'atxbit;eux ernpereur p-omit tout, etalta de ite les inligics de 1 inIfneAntoiauctto, le cabi t d'e
'l. ., acckbls de miute', cf moutreront irhpatieta faire-f*a cd1 la Smirausi du N d qurnil*Jfbn Vienne ahangea de batterie a il Iropofa'le marigo
ttits fP ur fouer un joug devenu tout.- fait, Our eut l'air d'tre t,s-flitte des houlages de de l'al.idsc .M.xinilien lece de Coidgzie
l Qpport.'ll. ,. Jofeph, et iau donna l'affliratcequ'eu is faveur (la ave la fCeur deL'LuCis apet la *cularifdi ti de
o9'e Cnclutcre 'de 'cci? qu'il n'y a qu'un bon pauvre dupe! elle s'en tiendrait fhic'emint laneiu- dt t prifs qi pinfF en impofer ds tral;t are ;elle infinuatrs-adroitemeut il l'crmne- HiIleusei et Pidebro a u'o johtdiait aux PaysA 8laxlition de Catherine IL, et que c'efl reur allen'tdn, que, pour viter 'tonte nouvel,! Bas', et qui forotetaient cfti nlble le ryame a li dif.fr et arfctai nouveau par uue gluerte avec le Turc i 'aveuir il lait iashlfpefable d'Anfirafie ; on contenterail 'lecteitr Bivaro. Pulak
h la feule refforurc qui refl la trait- de rgler exiictemtat les limites et de cotverir de tir, et fou hritier le dItc de DeuxPonts avec de
'ltb'5eOag des puiffasisces deraeures neutres. qualques petits ecliiiges ; que pour cet effet elle l'argent,, dont le dernier fuatout a depuis long-utass
t l ga prat Ion uani et ali. Jofep tje vouloir donner le plis nsgeot b*oiu.
eiiel'or ne X n ra ufadur i Cnf!laniople d'appuyer Pour leoIon crut avor tout gagn. Vcrgtnes nit, e t folb,'tomplicet, dans la oaljtgi t. .
Iutr les Ftanws .e deflre t pas tons t 1lqueitbli aduN rd jette tout" -eoup qtU'auJffiLt que tout ftrait Conveu entre elle et 1 4valoir -avec tant d'nergie le fuites d'unie guerre d la, bla nue broulle des Parte, elle sppuyerlit ,preillement les changes nuriverfetlle', les'dangers pour la Ftice de cet ari que l'cnpirmur croirait nceffaites pour affluter une fatge-utit fi a'antageux en apparence, les ait tages
~i',uroL 1 an*cs.ix folide et, darable', fur, les fronticres de la cot idrables rl'une alliancq aVe la Hollande qui
'. ': P O etalt fur le Il ti effir api plutdc cen+t allitde
i" de s ulu veilleusx talfis diloataiques', f cioyait peci.e' iutilla, quc le rniuterefranais petfifta dn b, Saruvie I 4 de1mbre. bien fr d'cevahir fous peu la Bavicre. Catheiti ne st gaiv, an gaud tonsctn't de la nodeut
d"'-+''))" perdit potut de tms; elleobtiitt d d divan, abai- -.'Mdicis et de toi fr*vils efcave.jofh Il ce
1 ord* A fonmorchal 1o mille n'or. donn pir fois ancien et v,itable alli, la France, tyran arwhbii'eux foi frc pour a' fcouadc fois 'du
.fe o et-au chacetliet 15 x il., cet iutimid iar 1le miniflr de la cour,'e -Vienne, emetire utl teins plis propice la cotiqu- e de la
li lo n 'd t pixowr -ce s t K v a l '% +o n t -t n e t u t 'c l d e tu a it i ; ll e s im p a r a d e l a C r i r e B 3 a v ie re c o v o i t e d e i s ir
tg n laquilkL laRuaffc confirme et fvu- fans COila frir, et a'suaeita ainhi fc foicet ru LPOUr le venger ro>uahmniI'le ce cotttre-tiias ,leI :crvre ersne d l'tn'fust dicte e x7y5 gs and4 ton u e tl'gnropu. Jufepl Il vonltr Vegeamtn fia djcd pour l'autre srwtide. .-. L& gsserr Piis~ies c 'anrche e d lastulit -alors ftt'a,it qu'i l clii et onvtu avec-liurpra- avc lc Turcs, ls't*VOl,,toti eaetabl dc la ilol-' I]e four des lo'ia fondmenlalea di- suce de Riie, s'arrondir _ fo] tour aux dpens de Iaode ca 5757 ; let trcublesy- ceuntitsues des Pays-; r ltnrt tlfordla

f


j'


, (

..


. . . . . . . r l .- t W r


'/ s


Pranaite, ont fautr jufqti; l I:ittre ma;s $T cabinet de Vieune'-'eu occupe plus qui jamais'. (dt Uiil 'cifdeaitfrr0i Jera!tie 'idPd e la pt-idtt de. dsih :outenus d,,u eeilsC t gi s log tr*, rs-I pegtaris -1$ .
Ji PRU. SE.
'+ Jilin- le.' + dcemabre. .+

:i.A Gzette de la Cour Offre uneoutrtfle fort rt.i::.e t pet+qne iniur'ain: on y donne la:lifle'des sortis et des'blcff l bataille de KifefAuttrn et 'enfaite la tIle des opra qui f tos reprfents aux
-tes de, desux warigts des pritsces, fils d toi. Le cSur' te fouliee d'indignation aux slliat du
* dcfjptilmi Une guerre s'uelle efl allume par la roittie ro:ylc des Prtfilens y ont pari par milliers; ,l roi au l et dei dfalltes.,'quitte 'arve setrnt datas la caiial ; et tansdis qu'oi,'s'y' occupe de lever des recrutes et de refais-e les fiiisces, c' e le'rwifiage de'es fil,cc fout'md.,r ftes et des jett que Frdrie. ,Gqi htusue.al, grands frais ,aUX yeui ds Ipeupies. f'isis de crier-'vive le roi, et de chanter'des


H OLLDN DE.

La Raye le n0 dcembre."
Otf reoitde toutes les provinces les nouvelles Ici' plus alartnantes lur, l mcontontement du Peuple. Le plaies que'la gkerre actielle fait-au corer lotit cflayantes ;3il en rfuie dts maux qui affecien, .les deruiere ci:fA indnfliells. Il y a eu des troubles dans plufictus de nos villes i la'.ilere el. dij Qablie daisb les campagnes. Les foufcription., < Us'npueffe d'ouvrir ne fufluient point ponr fohligei"e plus fouffeeeux. Nons avons dj Iw. un grund nomble d'homne,'es. Les veuvs et les orphielin font rerrsrqula avec eorsmifrtLiot. L boutguefire de Roiterilam s'occupe'avec acti'vit des-moyen, de prvenir quelque trouble qui ponryuitclater. La oir Iatltioudrienne 'n'ef 'q.i plur 'ftllement voie au cabinet bitanniqce, qu' lu'r a donni ordre d'olrir :des ftcoasrs d'argent la, aMaifon d'Autriche ;,mais osn ne penSe pas que 'l aa:f,,n- d'O,'.ge puriffe jouer en ceci n stre lt q ucelui de courtier; Pit devant fournir les fonds.

RPUBLIQUE F'RANAIS,.

Paris, i 7 Nivse.

Il a paru lier nte broch,,re intittule: Portrait dt e Mar.:t* par Fabrc-d Eglantines. Lm du Peun 'pi ou e vOait pas te iteux peint que parl'auteur de P.lin te de Molicre.
'Le g 'ral WCaleimsnqa t deflitq et rapel SParis. + ,
Cuaru .' x 'commandait l'arme d'ltalit, arrti
par les ordrus d 'Coni de'r.ilt public eil ecire la C 'titiergerit le 1 nsdie.',
i13utll'tinu do P.rpigna octe ,que les trouPee dc la Rpblique ont repis aux Efpagsrols le polto impotait de Villelng'e zvcc bcaucorp 'atilleie et -de priforu nier. Le. gsurrl Doppet-, dit-ou S a.fc.l'r aae ude cette place de vive farce.

'C .O hithi 10,'l 1- E D A RIL I .

bsCosil gn"al. Du 16 nvse.
"1aug, sd,iiiflrstenr de'police prfeutte aw 'coUfeil "gnrtai t. porteurs dcch-rbon ; ils d'clarnt qu'ils obeiffent avec-pla:lir Y l'art qui .ordonnc lajremifC de leurs mdai:ls. ls'inc veulent fplus potier cets marques diflinctiwes qui retlact*t
'orgueil des tyrans et qui leur avaient t dounes 'dansle 'cfecle des 'privilgis.
Legrand fonnmet la dlibration dd coufcil un 4rrr dut corps asoicipal,' ainli couru.
Le corps municipal cot"filrant 1o que les 'offi.icrs de l'tat civil fout charges des plus impus tantes ftunci/itos de la foc1t, puifque travaillant pour la gniratioa pr'f'*nte, comme pour les gntations' lutures ; c'cfl dans leurs mains que repofe le foit de 1 1.que citeu'yci depuis fa najiWance. j'ulqu' fon dercs t oihonneur le repos et la'fortune de touts let fam4ileS
1 Q,. les connaiffances 'approFondies 'qua'exige dans cette adrinuflratio'a la perttie cncc -mpariages et divorces', vu la te uonfabilit eff:ayause qui!, d'ap.s la loi., l la ;fatc ovvable de la .no.indie faute qui pourrait tre cowenife pie un ,"olficier public., ne permettent pas de furpofer que 'ous, les me nbrei qui compoicront, chaqrrsettou.vellmment,!lc Commune usie aduitiaioo miau/ .sspoaure qu'elle c ctrite ,' piiiffnt runir IOUitCa le-s rnail'aCes" ci Icis talesus' ute flrcs .orar'1iir jous moune"s et rsdo to s le. cas 'am
jufte application de la. loi, et tre fu'ainmetit e.n arde Cuittre les rufesg-de touer efpce qut les ,4rtlC ou leeurs crolcil n mettent .qj'e trop f-e.utemme tn litige pour l'luder, fata' eba.'sffer de 'la refpo'nfal lirque la loi ne, fait potter que fur l'of0icier publie et ton rl celui qui I'auait induit en ettel; .


~(4at4J

er&O le qwe l nombre des offiet d 'tt civil Cil posl f eiinq.
o'.' Ql. a cw' ciq" o ie s ethl '
commis ,Vrficateur de toutes les.- pitees, actes et jogesa tes lervatt -:a'bllr la gituimit e. confoimit de la-loi* de touslec maaiage et iorces,, aintfi que de tous autres obj'ts do, la vfifcstiuiq .defquls 'lefdit ofitiets publics -jtgerns Apropos, 30 .Q le tra itefo,id,'ce vrificateur> dont les
fonctions, fqnt trts.pi'btes et quotidiunes feua le mme .ajle'eelui dc, officiers'dc l'tat civil .

Le coti.ilegi .,,.l cproosvnl'art', du corps municipal, e .ta'.ate' quI' va procd.er I'inltaut la,'nomis'atioi 'des officiera publics Mauquaat a l'tat civil.
Les' citoyens letrgot BetroIt, ron, Cone' et Tonneliier obtiennent la trujorit4 des fmffrngcs pous remplir ces foncions.
Le couf'eil La il sjoutatt ton prcdent arr,
qui porte'que les iuiltiters's ferout tenUV, pour obtenir un certificatl d' c'- .me 'de produie un ,,ttell''t;n de bonne vis et moeurs
IArte que ces itteiations fo t dopps pAr les sff mbles gn,rales de Saction t i fedes comits



-i :du .Redactea'r.

'TouTm e. qu a rappo't la mmoire 'e hommes chers aux -ami, de lal.bet, s droit de t'stert+ffes.

L4 dmocr::tia de Gnve va tpaer'oterri.lleet #es auien l tof*t dl'ariflo curli rnveriJ.J. 1oruffean. Cette dmarche honie ua 'patrie, et. je te. prie l'infrer datn str ipoibaiue fe'uill }'aulicle-fvant. Les hommes libres font orditaireezt jtes et .' tl propager l'auo'r de la libert que'de publier. les hommages renltsi par eux l-',a"u 'de fes 'lrs ardens dfetnfenrs. Salut it fat*euit.
Rouss uAulkrodse parent de iaueutord'Emile &i.
Extrait ds r#gfi#rer., de l'/fftmce nationale d Gendve.
DL jeudi 5 d4,rrredo a, de I' d a lit gnetiofe.
L'affemble natiot'ale for la motion, tlvewr. tn. -monumento p'ubli la stitaoire de Josbi-Jacqdcs lnOff&ru ; '" ,/
Cornfidrant 'que Jean-Jscq.es' RestTear- s'lev lans fes crita aux piis lbqnes idees f.r l'E it. Suprate eti'f'r la vertu ; .u'il cotrigea les eruetrs de l'ducation phylique et itorale de l'enfance ,4 de la Icuneffe ; qu'il norrta le digrtit' de !'lhomtie lZna for't plus'beau jour, et fi( conutritetiox Peuple, leurs vritables droits.
eonleta'u7.t encore qre, comme citoyen de Gei rr"t' ta bien de fi patlie ; qu'il [it l'ap.tre je la libetrs4et de _l'gai;t,, et qu'il .devinte victime d!. ,es 'g.eeux effols
o,,'(dJrant un aut. 'cte', que 'l' '4it du n, ,':eub>e.i r792 en auanil ltt lt dcret pori contre fa pe;lon'ne et les arEts rendus contre es'ou-vrages ; ne fait que, dttuire +une snjullice fans la rputer : S Colidrant enrfin que l'iri 'Ai rte de propofer l'rection u4'oni monument public en nmoite de Jeau-jrlcquee Roueau, et de porter cr cont'q6cseic au fooveruin:, le 2S d.eembre 793 ,A midi ei demi le ptojet d'dit


S Projet d'dit.


Art.' le. Il fera lev, avant' le 98 juin 1794, unmouuiLeritltxblc la mimioire de Jean-Jacques Roffeau ,-cioyen d Gers Ve.
Il. L'emplacernent et la nuaure de ce monument ferolt portes l'aprobatioU dit fouvcrAin.


THiATRt NATIONAL. Ru D LA LOI.

Pha cles pieces de thre qu'a fait naifrela ruvo" ltes, il n'y en a tsa de plus jolie 'peut tre que celle donne le 3 ,iivfr. ais u .tr national fouc: Irtitr'te c lttM Parfite glii. Il n'en l pr'in' o- les forers ,i'se i tttiunss dram'tiques foiCti fiaas obie rvca:> mieux remplies t mieux fontenueur Il' n'eu Cl point dt plus pat;riiqt-, et.qui attigte tiieux le but o doit tendre tout ouvrage de ce genre' celui de dvelopper paufait*mCnt eI dcrets' qtn'or y lebre d'e. faire fenti l'efprit d'et> montrer toiS luS avantgis de rle ainier. On pouirtait dire ulelie cil paiotlqe en cela Mme qt'ellitci fort bonne cumme ouvage drariatiqtse, 'car il tfbl,b4u

P ile g a ll *i q i ce te $ .' P si ette confpaao.' ,'' P UOpu<. 6,
Le*citoyon Fraheteur, hotaie for rihe, exielient patrioic, vient de lrel di O;sis vite tous les bpi citoycns f e tut p i q. encliant et yese Wle lire4ler -Va+Ii. eti dams l masitl'n. Il exige d e ilj'onrdihs i. presier e s'y fOcumettre c el i 0ra l lr_ .
tcfp ltj
1 canquer de refcet, m s FratbeoeUe lui"tpu4,
d'une tras-,ir*s ,i for'til lfa .
meut un rbnme n- peut en dlsoQor ut en -le treitant d'gal gal. i .tulle faire' icttendr't que C'vfi par 6orgueil que'dsbc Ib plus p uifins qo les 'autres O C r cig& d'e
trait# chicun 'deux come S'il & il
-~ ~ + l i taent Plii t;
't explication qui donne lieu ds dialite oisis que emr ques f at d au 'ut plus adfroIt del a1t de J)'u&:cr, qu'elle efnde ttue'it bio n i n te n hu p s; I ca g e n s le s' 'm o l its it qu'en les iWi(nt rre elle leur 'pp e bd es tions mitalplyfques-affe obfcues.
L'uL'sgc tabli parrncour ne plat "st lemonde. Gnra quidoittyr@ Ion'gendro,,fp# de fat, ci-Sd,-unt confiller a, p,lement v qui la citoyetneFraucoeurs s'l lie taop l#gut'mt,; par un ddit,,.en est furtout at'olhi. U .e femU de.;charge, qui 'a tout l eoIrflUne et I g o ft l'uciei rgime, ne ,peut fouffrit 'une ptfusg5 de fou ge, uue' uCieYje doeeiliqe iS lui0vs .mm.e pur n- petit Marmiton.-Ces dva ettiI.t r ott s-b:en et t ed I-plaifrment dcve!nppe,
,euue Ftncour s ccpaseipect pour fnu tr eu1 ,' o(il li dite qu'elle n'aintm F:bitit ce Goui i
elle "a tre 5 sice. $on coeur a'eft donn jFlix : commii de fou lpire e- qi ci P%%;f-pl'ea dans 1-_premiiee 'rquifitiot. Il a Cu le as et" rtvieslt demander FFancoeur i f place tig'
c n oe vac .tte. G om m e eFrli x u'a pai ' hiet, i'Widrdecn'ea pas ofe lirilaiffCi cour;titre fou btat Une dlicateffe femblable a empch Felx 'de Le" liver >Varnr qo'u ILeffnt de 'on Cette/' double difpcfitiou rend i-piquate l fiuuti>uo 'j le pose, -qui accule fa fille d'avoir tfop de fyci.' deor pot Flix les ,iite de le tuy, ta ffif pre ncs+' et umme de fe donner le blft ftsta,' Feix dlf'pr de.voir qt'Adlale va pfiri.atsQ les br' de -Gjurme jveut quitter la maifonA&lsita aft dlarge-"de le pr.er de t-ftcr. Cette fg.e, dont 'le pere' Noua n'VOai iidiqn que les pneipafes lhuaUaIi l'.ec *t r,q.iel, on ne'peut "r pro. les qre que. quts lost' .isetura f.cire,t retranche,. Il eA joue aec bean-. coup d'Cnfe.lble et de 'vite. On a dctsndj lu. Leur; c'cit le cftyera Dt vigy ; c'eft crraicmral l'un des meilleurs parmi les 140 que cet tttiu fcon'd+ a dbasns au thtre. Ce m te jour Il 1 fait chanter, fur l'air de laMarlelloife, tr0oIs co plets, pour., annoncer l eptife de Toulon qulqit t applaudis avec tout l'enshonlia'm qU'oDe trill nouvelle dcvait i.fiesr



CONVEINTION. NATIONALL:

Prsidence de Couthou,

$IIT% A LA M AU! vu x1 6 tVSs.
Dcret rezdu fur le rapport de Barere. ,

La Con'ventidn nationale sprs avoir ettendra le rapport du Comit de falu public, driteL
Dsns toute ville affig bloq.,e oti cerntt Pi les troupes ennemies, les marcif lifes, les demss de tout genre, ceffaires l'criftence des ciloyntib ainli que les habillereaes et*.quipeme fsalt mi en commun pays aux propritaires uit a sxf de Rpublique, et diflribus galemet h oushstey" en tafou des'befoins.
Clauzel n nom des comits de Mlot publC me la guerre et de fturveilhscC .for les vfvrer, hbillm'ns et cutarroa nlitaure a ' r t q .'tora rn p fenat (U peuple aIhoti le tenra da s ch que ame poMu t fair e talet le ,ooU des chevaux, ,.
Oit lit la eertdepondalCC; elle oft'e le dtail de$
O nrlit' la, a 1 t!t, leil,
dons confidrtbles en ors agt a.n. et C deq,,ipenent que Iea ctoyco des dlf.eOto mouies de la R ubhIiel sqeaprelJsot di lcdoft (tir l'autel de la Patrie.4
'Les adminifitateurs des domaines nt O .ltii l' fulait it44lttilibp fur,' la' q4llio de f l.


Iuivant.


,[

..



i 'a'


I


01P ap pli ables _la vcut des bois et

!U, fcomit dahcuatto,

ie' do tr'efte'C M tnr do ;it dce s ,

-L'g U9; de ICnhrI nonce qe le pril j. J. qtt91 laifooa. d'emgrs ,-fites ue' d'* -,t, de ctte Cosmmuae a escid de
tkb- 1It iret l'elit tios qtl en avait t fate.
.Cjtees fo nt rendues aX montagnads du Couit i (s. .pubJic, -edvipit J'es tpub4c&ino' de Bon j+ g e4p rM W'x 'que loa devos l ,C. 0'de = -cotte ville jofme qbi ,ofa ie rendre +4 : ; - jf Le royaume de Louis XVII 'WlI. plus;
++++ 6, omd l,+r o+,,>. a ?a. e de. i
Touloofloiery 'dsi jiviedia ias
f ! Oj os nt ptuis et que a

au dis d ' we.y
j Usiine, lU nom dm do itte d#l! dcrets prfente
ttr sig.ufignee q4 t velauo*it u
Jons.~Ire fot fupplant du dpsrtenent d'indre t L en. l i refi( lte q i cectoyen 'e toujours
'i'ign par lob ardent patriotifme qu'il s'eft int l'ennem implacable des fdmalilles. Mainel
e. lot l'oit admis par l#, reitfeutans


(1 4se
il tt oph|ai.r qu'il tt *ftla' ?a t/rlmot;
Pon apparer la f tou rou t de fort
0trr t ujua, i s hOii la loit.Lavalle l'a fait cxecuter., ".
Les brigando edonrs in,. rtopa allons nots oc- fr cuper rdc l'entier anaptiffemcnr d es trouve d'.afler infnfs pour cntrepresadre l'vuir r un pareil atr .
Salle et. frerta GItN1I', dt' Sauie,.
Cette lettre en renvoy au 'Corite dt falut publie.
Bourf.,u!i"annonce que d's4is les dclarations 1 ui,' luj urent fite. par ?uerto'- ., ef de brigands ondamni'. : n ,+t,,clasaeianqudi prouvantte.qq les Anglais av'lieut des i1telligences a Saint-M,I, il envoya afler, dtfp cete ConrmUne plaficr perfnnes ente autes le nomm,e Mago.Lnbli' nuois eomnaudat de garde nationale .-et qui paffait pour le nm'eilleu'r p'.rhiote de cete CommUne +o a tGv dins fa cave fepil cent louis d'or vingt.un facs de a,.oo livrek, cent trente marcs de vaifflle, enfouis, deux pieds forts, terr. Lta
or.naita;res' (lu comit de furet gnirale qui
c'odualeut le prveiuau tribua rvolutionuaire P ,i. eml,ottent qararsne-troi marra de la, vafife{tif+r fcpt facs de i.goo livita -%itge-cinq louis d'or et d'antrcs petites forines d'aigcit. Il a t' d plus depaif dans la caile de la Mia, iue 294,7,(Q .L en cn8.Sou r magAcri ecl onfldreble, ce ta fortune
efl rflirce deux millions. F
Rem'oy au Comi de falot public. -Ces dlisl feront infrs au Bulletio.
La Convention nationle dclare qu'elle n'a.point
entendu totaprendre dans laou dcret relatifau.iceprre, ttts du Peuple ns eti pys trate*Cs., les filh dei lrafigais ns pendant Ir teMs de milifon hu- 1 ne ' leurs peres _par l godve.nemept ni les fihe
les prnot.lans obliges 'Le quitter la Fiancce' pouti ceotf de relion et dipu' rntrs loup la tolrance et la potection expttrfe de la loi.q
La fance cil leve 4 heures.

SUaNCE DU- Sol iRDU 16' NIVSE.
Ctte fance clC conCacte bi tenouvellement do
prfide.t et de la moiti-4u bureau. David cli /:lu la p:kdidence. Les fect.ires f'7rit Bouquier,
Montnayau et Clautel.

SANCr DU i NIvSE.

Prsidence de' David.
Bonguyod. Je fit 'chrge et je tru emprcffe de pr.
feater la Convention une Atreffe de la foctt
populaire faute Moirant., dpartesuctat dit -Jur,
laquelle annonce avoir egvoy au difirict de Con lat.
la-Mon+tgue, Vl'argenterie (e forn glife ,conliflant L en 34 r.c$ 2 ones c, et ritere l'iuvitationqu'elle
a faite la Convention de refler tun poile jufqu' la prax.
Le prdfident, Je rcois nne, pttion dont on va )do uer conrailtauce a l'Affemslle.

Un des fecrteires fait lecture de cette ptition c -dont voici l'extrait t
r s Le's rpublica n'es dola Section d eBondy, dont
ls mtlris (ont pareis aux fronticrea vous adreffeti leursjulles rclamations. Elles ont rcju les fecours nde lafratenit tant qu'il y o in tes fonds daus la
cife d'e Section ; mais les fonds fent ,ud,s
les 'cris de-tos efans dschirent, nons n'avous Spoiiit de pain leur donner. Un tnet de vous,
lgiflatefs, et vous nous rendra la vie.e
Bourdon',;'de lOfe Il cl odieux qu'i chaqte fance nous loyons rffillis par les rclamations de e parns des delcnfeurs dc la Patrie. Cela cil d'autant a plus odicux que lur la propofition deJea.Bo-Si.
Andr la Conveinion a dcret, il y a deux lois'
- que les Sccomas donneraient des certdiicats aux
pat eno de ceux qui font aux fiourcices., .c que furie vu de ces ce tificats Ils caiffes nationales feraient u autorifes isur donncr des fecourg fans toutes
* ces vaincs fq italit qui le% expoftt mduii r dc faim. L'anettcution d cette loi b la conti nit de
ces pl4itae' (on.t, les'plus 'ftrs moyens -de dcorgauifer les armets. Je dcmnde qe t l dpartl nut dri Pagis fLiTe ,uoc proclswatiou pour faire excuter+
la loi,
S Fayt. la Conventin fur la ptopottion de
Rollpietrr, d&rt qn'il ferait #o)men ta coin m:llion pour x.rIler Ici oblacles qui arr'tent I', t difliibstivn des fccorers accorJ4s aux parens des
* drfauleut sde' la Pois. je demasde qne cette
conmifliou fo'i pro',.t iCflt'organfe et qu'ellc a prfente un #nolc pour faire touclthr l'indcmnne.
Aprns quelques dbats la Couvention drcte
que le Comit de falot pMl\l:c prefentera la llr
des inceabres de cette com,,riLUu,
C-amban 'propofe, an uoma du Comit der fi. r 'snn'e, deux+ dectees qui fout adopes an ce. ternies:


La Convndton uistinale, apr i lvoir entendut W rapport d fon comit de 6u.ces', diicrtee:
Atit. ef5. Les coupons d'affg4,,ats et les billets le Cafte d'etcomnpte, repsrfeun'i les affil;nats qui ,
ont enci rculatiou f oex;c'uis d'ici au les ven fe de l'an, dhas to sii les ca;lfe peublques n paiement des co nsributiQus des donits ts anatusu/x et detout c q cl i efl du l N d s I. A cette, poqtehiln aur,nont plns a nune valeur ,+'i ils fe ont aflim;l aux alligats ftc oyale 'ui ont t dmontits.
La- Con*ention aatio!,ale. aprs avoie- entendti 'oa Comit des fiouiqes ,dcre: "
Art. 1er. Le citoyen Leeoulesx, ci-devant tr'. orier du la c iffe de l'extraorditaire remettra de 'ite aux oom ffa.,s de la tr,rierie nationalc tous fre p,cc-vebaux de verfement et de btle-" ment des aignate compris 'dana ces cuirptes.
-I1.41 lui.feta fourni par-ie directeur du bureark central de la coapaisilli hde la n,'reiet, nsa rppiff an bas dia hordergau qui fera deteff,,,pour leidits p-oces-verbaux.11
MeZin, de Douai ,it rendre le dcret-fnivant J +La Cun 'ensrion rsaionale apa aVOit" entendu
le rapport de fou Cofmte de h'gflton dcrtte t
Art. l+. Les, places des jtges qui fcs.%t aci iclletrae.t vacantes dans le, tribunaux d'atroadiffcirseut ,te Paris .,ou qui viendront vaqier,'ju[q' l 'ta bli.feuint de lordre j diciaire couaftutiot'fuel u fta,+pJics ap#s l'pnifement des fupplans aeta+l's a dlhaxrn des tribunaux o la vacas e.atra cr lieu par les fupplians atachs aux autres tnibutrux jris e muAffe, commrrnencer par le' plut a.acieu dans I'ore des nominations faites p,,rqueue lec. teurs du dpartement detPrue.
1i. Ce nmme mode fera /'uivi pour les remptacenas t ctus, 4ui ,font devenus ou1 j-v;eodyot nceffairea par la defignation de cergins juges fOit pour le fervice di )ribttibl rvolotio6na;re luit porte celui du tribnnal criminel ou do tribunal d'appel de police correctionnelle du dpartetaent de :Paris, foit pour. toute autre fonction-qui ,pXar fa nature j devait durer plus d'us mois. 1
Le "pifent dclret ne eIra p'ubli."qe d I, dpartement de Paris."2
La Conren;ion''ocpe de la rdaction de la loi for le pattage gal des, fuccelion3.
La fiaucc cff leve 2 heu-es.


Rdacitios du dcret fur 'imrtiuction ,fublique, adopH dans la face,-.du 5 rnvJe.
La Convention nationale --aprs avoir enteudu fou Cruin d'itellruction, fur l'oi.auiftiu de l'ilnflue'ion ptnbltque., dcrete 'ce-quai fuie
SE c- 'r10'N PRil E R JE.
De l'euftgn ment cu grstai.
Art. ler. L'cnfticmcent cil ltbe.
If'. Il fera fait lubliquettnt.
111. Les :itoyeus et citoyennes qui vondroqt ufel de la libert d'cufeigner, feront tenu, : i( De dclarer la muuicipalit on l'nctiora de la Commune qu'ils /onst dans l'intention d'ouvrir une cole-;
1 Q De dfigner l'ef.pece de ci enceou art qu'ils fe plopofeut d'cnfejgner ;
3 De produirea'n certcat de civifine et do bonnes Moeurs ligu de la moiti d'es n-mbnres Jad conicil guq*] de l Commune ou de ln Sectiorn d lie'n de len r fidence et.par deux .ebres, an muis,, du coruih de forveillauce de 'I Secuion ou du iru de leur domicile, ou du lieu qui, C cli ll plus veifin.
IV. Les cltoyens et citoyennes qui fo vouent A l'iciuinction ou l'cnfeigncm.I de quelque art ou fcie.'-c que ce foit, fcront dfigus fous le nor d'inuluteurs et d'ultitutriceb.

De la funveillanca de icnfer'nen.
Art. Ier. Les inrlitutet.s et inlitutrices font foui la frveillance immdlate de la municipalit ouSec. ti, .des peCrcs _Meres ,l itlCs ou curateurts ,cc fo., la furveilance de tous escictoycn<. II. Tout inlaitcu'rta izitutriue qui enfeigueraitdatis fou cole dcs prceritea ou-asx'mrs cos-, ttaires aux lois et la morae r'publicai ei. ,tea diuonc par la fnrveillanc et puni (clou la gra1is du i#lit.
I11. Tout inuituetrur ou infllt[;, ice qui otirago J'ci aoeurs pnbli'ques+ ci dt.ouci par la hurvcil. lance ,et traditl evant la,.police ors'eciouuellc. o tout autre tribunal- compitent pour y tie jug fuieraut la loL I
S S C T I O' N I I,

Di spremiei edgt d'tis/rtnction.
A t. 1er. La Convention nationale charge fusi Comit d'inflrtaeiion de lui prf.teir les J'ref l. nientes des coui>ntiffatcea aafl.meniit n"celfnsres poir forteir les citryeus, 'et de'lair que Ici I.l. raicr de, cea xaiotl's Icadroits do l'aum'a ,l


"ru+ d :u +i, "'fllllm 'r-' 1 --- -+ ,
4,1 espl'eC
'+.'pet;. propofituon eft dcrte.

.Le IuPrteur des Comits de eo"ssmerce d'a gri '"utnre et dls ponts et chauffes, prfento le
i. l de'sdcet fuivan:t
Lu Co.ve.nt;o 'faifant droit fu" la ptition des
bahiCtisct :dpartetneni de Seine et Marne ,ejoint aux adniniat.ratious de difRriet ,alorA de Iex",.' pilQitStl0fl des bo s', de veiller au beldu des tan1A r' pi -ti fout dans Icur araondillement.
Les difp1fitions de ce projet'de dcret paraiffent
fn fsetes :plufirurs membres, ih penfent que -cette et pls furveill'i.et recommande aux adm.i.
uaratift a',i o iisfufllfant pour opier l'effet que 1,a fteaisblefi piomtre ; apie tne curte difcf. :.' |Oa et. ifr lat ropofhibia de TituOe,t l'Affewble
tuvi ie A les Cointes" le piojet prfert, et ceS tiadant dcrete -qu'il c i dtifeudu d'exiporter le tan
rio' della Rpublique, poine de cunlilcation. '
e, i. r" Six cnliateurs. de la Cornunte d'Ars:'eig .1qui ,' ViCi ni ,4tfle la calosnnie ont grai lix ftfitis dans les cachots ,:vicnnent d'etei acqui-,&t 'plar' e',libius[ rv,ltonnsire ; ils demr.'u!e.t at
PtItItI' 4 brre poar folliciter des lecours auxsaelsilsont rit de prtendre.
eC itoy,,ns font anffitt admis .'Ul prfentent
i ssi.bleao des befoin qu'ils prouvent', cgela Con'' w a sc.orde ch-aco Jd'euax nie .ftomm de
,o liee titre d 'ndcnnit.
.,u utaadu Comt dcsfeosrs. 'En pntrant
ll jerultoire Fr.anais .le tfaicl s des defpotes t.' 'des traces esfauglantes de ler tegocit
vous citer un fait qui a detri le projet
04.ibi lotje fuis chtarg de vous fourlntrC t
.li, cordoillbier .habitout d'u. village du
dirttet'de Veid;ist, ehl 'une vcitme pour laquelle je folite dci fecour'. Le 6 noeimbre ( vieux lllc J le'tuode d'ennemi ,ayanst fait une irteurfion fur le I 'ilhg*e'vhhalt Crlani,. uns, loulandpidtradaIas tI hsa,foa t1e ce ci'tenl: pr des menaces, et nme l part'es violeces Il tenta d'affouvir fa brutAlit fui Jhfartie de Chris m:Ia s celui-':i faifaffant le mar1 hu1 dontil fe ferv it pour battre le cois, etu dnn ti cnup fu la tt du u ouland et le terraff. I troyAit nl'.avoir pi s rien craindrej. lorfque huit '" ulabdsrtombernt fur lui le fubre' la main, l'J S dnneront pluicurs coups, et lui cotperent ut m tiCina prvitt s'chapper, etn travlfant, lte
li,' e i et arriva

"e on;,~~ des fecou's #r epropo' di'aecorder
Si'toytns. u',fccolirs d 300 liv. et-du ciarger 'l
1*ilr5, de.la jnflice de lui douer une place' dans
,: a+ Ctlllmiffeg is atio,l.

Itauentio.n-rend le dcret 'qu'alui Cil pro
~pro

elsleap, de Fontenay,.fait- au nom dt
e.e la, ,garr ui< rapport fiat la avn lcre
i ,objet de"dvelo ppcr .en projet de loi idciett l'auPin&i$qed
*4ie r ', ae i pvciiIo. a+icG que di

q i:4tbre, lit e uivante
'Pnf+; 'i 8.,fes.' re/,r',tn da Per,'M. ,i i
sv*a ltisale. -'. A4/
j' t#44fine et 18t, Vie'e.

!'l5oEtainprls de Moiugercs e att dcabtie pla,0,Uuvelain >du lMiuiece; de la, Nr.tmadic
M -iil( l ur le mntne thnre que'il
+zf P+aJ'ai crit it, ,, colegue Lavalle'
)-,I5I e (OsK Paris: il ospvictt qu'i
r t l dd' or41 , cet 4fl
Prtm cca t auil'arst le blacgo
+ 5 gv x>'rOcire a die du prp
taitlechaaIller decTalmoas
-'r"' '

..










'onaltuti!u e tableau de sactios hroqu' ou

H. Les citoyens et citoyenues qui! .e borneront
nafigncr , lire crie et les pretnieres rgks
de l'arislum,iqm feront tenus de fe conformer
dans lcuti etfeignenmens uux, livres lmestaire adopteset publles cet, cff:t par la reprfenutation
hsutiuu -me.'
l i. Ails feront falaris par la Rpublique raifoi du aiomabtt des leves qui f-rquenteront leurs coles, et confomlmeut au tarif aompris dns l'articie fuivatat. ,,
IV. Lq s inftituteur' et inflitatrices qui ouvriront
des ol ,s a les O ommunes d 'la Rpublq n, quelle qe fot leur population recevrontannuelleuten, pour chique tfant ou leve ,favoir
L'itfituteur, o hiv.
L'intiituttice 15 liv.
Les Communs loignes de plus d'une demilieue du domicile de l'inltituteur le plus voifia, et dans htfquelles,, ppr df nt de population il ne s'en tablitxit pas, pourront, 'daps l'avis dec dusectoeres C d'e ct ent c hej6r un. La Rpulisque, lui accordera un traitemuetit annuel de
&o livres.
V. Il fea ouvert dans chaque municipalit ou feetionu nitregir pour l'infcrtition des noms desinftituters et inilitutriets du pleumier deg, d'inflructioo, et de. Cnaums ou pupilles qui leurf irott confis par
les uers', meres, tuteurs ou curateurs.
VI. Les peres, m res', tuteurs ou cutateurs feronv
tenus' d'envoyer leurs enr.ns .u papilles aux coles du premier degi d'iufluct'on, en obfervant ce q-- ui f*uis :
Vit. Ils-dclarerons leur municipalit ou
fessio ;
ic. Lest n'oms et prnoms des emfas on pupilles
qu'ils fout tetis d'envoyer juxdit.s coles ;"
29. Les nons ct prnoms de'inLtu:eurs ou iif-'
.tit.tr: es dont is font choix.
VII. Les encrfts nle feront point admis dans les
ciles avant l'ge de fix ans accomplis.: ils y feront
evo i avant celui de huit.
Les peres, ,s-eres tuteurs ou nriateurs ne pouroot les l'tiler deflites coles, que lorfqu'ils les autrosot frquentes au moins- pendant, trois annes
e o n i c tivs-s.
lX.i Les pe mcrmeCes, tnteurs ou curateurs quinlie
fe conformeront pis aux difpofitons des artlcs Vi, 'VII et VIII de L prfente fection, feront dimoce au tribtiu, ide la police correctionnelle; et fi les motifs qui les a-uaient emp,hs de fg conformer a l loi ne font pas reconnus valables, il' feront'eondamne pour la premiere fis une amnde gale au
,quirt de leurs contributions.
En as de rcidive l'amende fera double et
les ilifracteurs ferout regards comme ennemis de l'cg-,it, et privs peuuaut dix ans de l'exercice Aes droits de, citoyen. Dans ce dernier cas le jugem t fera affich.
Les isittteunrs et inflitutrices du premier degr
d'.tflruction tiendront tegiltre des noms et -pruoms des enuas, d',jour. du mois o ils auront t admis dans leurs co'es. l sle pourront fous aucun 'lpretexte prendre aucun de ieurs leves en peution, donner aucune leon pattienlicre, ni tocevo:r des citoyen' aucune cfpece de gratification
fous peiqe d'te dclitus. 1
XI. Ils feront payi par tr;mtie et cet effet ils
feront tet us de4r dure la municipalit, ou la fecti, ou tr lve)fle leurs regiflies, fait mois pat mioS, portt l e5vnomr S et prtnoms des cfins qai auront alEit le'urs leons pendant chaque mois.
C. releve fera couffsont avec le regiflre de la muni,paul it nu fectiot. La comfuhntation Ltc, il leur fera
tle'vr us.tsu mdat.
XII. C maudat contiendra le nombre des enfans
qui, pendant chaque mois auront fuivi l'cole ,de 'inflitt, teur on de l'if'isu'trice et la f',rme qui lui fera due. Il fers ign du maire e; de cdeux cLfii:ers rntmicipau-x, ou de deux membres du cou1 il de la Commune, ou par le prLideat de la.
Tftetion et delx r-ewibies du confeil de ladite faction,
t par- le festiais-.""
X lI, Les mandals feront vifs par les direcctonCs et pays vue par les receveurs de dfXIV. Les jeunes gens qui au fortir des coles
du premirdegr d*itmfruct-on, ne s',ccuperout pas du "tavai1 dC is trre ,.feront itenus d'appcndre uue
f4ic ce at oU mtier uitue la fu.itc.
XV. Leu;" dfdits jeunes gens qui, a l'ge de vingt
aus accouplis, le le feraient pas coufotms alx difi-p.fion de l'4sic'le ci -.-:eflusf, irout prives pclidziu dix ans de l'exercice ds droits de-cioy en.
Les pe.es, mer-e, tuteurs ou curatcurs qui auraient
Cuous-ru a l'ifractioa de la prfcute ioi, fubioutla
mtiic peine.
ElI.e ara prononce par l police correction.
aicle f.r la dso ci tio qui lui en fera faite, damas le cas ,o lm'inexcution ne ferait pas foudee fur
des mOtifs valablcs.

Lis re4J'.fiatM us 1Peuple ,menmbres du Co:1,il de
Sfn"ls gnrale de la Cdvt'iot matzonale a. arniiftr'atezrs des djlricis.
Citoyens sla Convetation natioale charge par
le #cUPIt de le e. e l libult aiau bgutbcur,
a


(e%
a rmis dans ins man#t le pouvoir d'ensgtaer 100. ennietUis intrieurs, et .mous avous pour coopraters dans Lutte tche les caomits de furveillanet ,tablis fur tous les points de 'la -Rpublique: isais il- ne fuffit pas, Citoyens de! remplir et devoir honorable e 'pnible il faut motrer aux ennemis dt Peuple ceux qui"le calomnient fini' cefe, que les nefures de furei genrale'ont t excutes avec autant de fagefe que fermit; que la vigueur eu a t toujours dirige pat la prudente ; qu'uncune paffion pitirtlieret'ne les a dtermines ; et qu'en exeraut contre nos enta'mis intrieure le terrible droit de la guerrer qu'ils. nous ont forcs de fubfaituer aux douces a*isei de la jufice difiibutive nous lavons mousrfpectet et refpecter les principe 8.
Nousavons feni, Citoyens, que, pour remplir nos vues,; nou vions beIoia e vote fecours et e'efl ce qui q dtierminla frledci quefnaios que vous touveeajointe1 A cet circulaire. 1 .
Par des rponfoi pretifes et lunaineufes vous voue acquittecez, d'usact,' du devoir qui v.is Cl imp6f par la loi furle gouvernement rvolutionnaire et de l'autre vous contr'ibucrez former un tableau prcieux, qui fera.la joie des bons cioycns, et W dfolation des pCrve8s. '
Nous ofots efprer que la Cotventibn nationale bhnotera de fon appiobatlon. le travail qui fera la fuite des cQnuauffauces qui nous auront t donnes, et cette approbatiol fera d'autant plus filtteufepeur vous, que vous anure contribu nous la mriter.
salnt et fraternit
Les reprfentans du PeuPle m irb ,s du Comit de fureti gnrale. VADiaRt, LAvicomTritet, Louis. du Ba-RhiaILLELAcOSTE ,MoYSEBAYLE, VOULLANO, G(rrrco)Yi, LU1IAA2JU JAGoIr, A&nAR DA 11)


I. Les ComUis de furveillance ont-ils t forms fuivant le voeu de la loi ?
II. Qel en C le nombre dans votre arrondiffe. ment et dans qurIs lieux font-ils tablis ?
IIt. La loi'du 17 feptembre ( vieux flylc ) qui dligne les gens fufpects, a-t-elle teu fou entiere excution ?
IV. Les procs-ver.batu' d'arreftation ont-ils it ad.cffs exactement au directoire du ditrict, comme le prefcrit le dxet fur le gouvernement rvolutioucaire.,
V. S'ils ne l'ont pas t quels moyens avezvo ptis pour obliger lis Comts de furveillance remplir une obligation fa;ce et rfrtante de leurs encag, mteus,
VI. Etes-vous perfuads qu'il y ait ou des arreftations occafioune par des paffins particulicetes ,.et noua dtemrrites par la loi-?
( Dans ce cas ajoutez chaque rocs-verbal que nous vous demandoqb d'ici au 3o. de ce mois ib
tailons Lur hfqne lem vbus pouvez appuyer votre opinion; et pour diriger vers le Comt de furet gnrale tous l'es traits de lutaiere qui peuvent le ixer fur la lgitimit des mefures ne manquez pas d'noncer quel a t l'tat du citoyen dtcnu toit avant, foit aprs Ih rvolution fi le procs-verbal d'arreflation n'eu fit pas mention.
Q2se le tableau des membres des Comits de furveillance foit joint anx rponfes que vous noue ferez parvenir fur les diffrentes qucilious qui vous font adreffes.)
VI. Combien exflce-t-il de focits populaires tans voste diLlrict et o foit-elles tablies ?
VIII. Ces focits qui doivent tre partout l'oeil du magiflrat et du lgiflateur y exercent-elles le droit l alutatr de ceufure?
IX Sous-elles arfilies aux Jacobins de Paris?
X. ,e, autorits couflituc, font-elles la hauteur des circoRalnces P
Al Les lois fur le partage dti cOsmmunau4 fur le marxinuin, fur les certificats de civifme et de rlilence 0 et (ur le blcmeadC 1titres fodaux, ott- lCc te exccnses? P/
XII. Obfervc-t-on dans vos gardes' nationa $cette ardeur et ce dvoflmneut q i dlingucnt fi minment le Pcnsle Farais ?
X%111. La leve de la preniere rqumifiion s'cfl-elle faite avec cet lan digne des hommes qui doivent brler du Uaint amour de la libert ?
XIV. Ld fauatifme exce-t-il fou empire dans quelque partie du diitrikr et dans ce cas quels eint 'les'auteurs de cette dpr4vation de l'efprih public ?
XV. le mouvemnet fublinrme du Peuple contre la feperfliiou, a-t-il totov des ob{Ibcles fou dveloppe:ment, et quelstourt les dtails que vous pouvez trauflmettre au Comit e furet gnaile P XVI. comment m'c I' L ite la vente dunmo ilier et des biens des igrs XVII. Exi{le-t-il des hommes qui aiut tent par l'altucr et la perfidie d'y mettre des obfiaclc e?.
X VIII. Av4z-vous, dans votre arronud;ffeemtt, des pertlunes quiaient VOuln difcrditer lie affignus, gage de la fortune publique et attnuer nos lciositces cntre les tyrans P
XIX. Avez-vous des iud;vidus qui aiet entretenu des corrcfpous,aucs avecIles migrs, ptba rfractihes ou 'autres pefonues habitant les pays avec Idceli la Rpubslique efi'eu gu:sre?
tX "LeLttres paaueua.el[ tes tset u


Intermdiaire ?et dane les eorrefpomke tes, cxefte-s-il des peuves OU 'au ss .n dices qui puffenttfaire |aiirts f ide t-de At par laquelle on a voulu perdte ile .tV bique ? '. 1"
t Oe'., des,, articles exigent des 5 0'lf ,. prcifeit et comme les premiers Co:i.: de t
velatici, tforms d'apis la 16i du mata m
par les reprfentanss du Peuple, taient coMIp par les autorits onRitues dehc fieu de di. trictr adeffe au Comit.de furct gnrale ,ous e. "que vans. pourrez recueillir de matriel fu; ceC deuin objets, qui peuvent prouves quels font les enimlt intrieurs qui tendaienut les mains aux migrsp r. treirfr;ctairs, e5nx armes Saife. '
XXI. A-t-il exifl et exile-t-il des acaptremtiu de bled ,farine et autres objets de premiere ,n. ceflit q ue les ennemis inttrieurs ont faits foig dti les vues d'affamer le Peuple e le dgoter d a liberti foit pour nourrir les armes eontre.r'voIntionuuntes que la felrateffe des cOnfpirateu:s V0 lait faire'promener dans les dpqtrtemen?
XXII. Les propritaireset les cultivateirs de votr difirict,' Ont-ils changi L'ordre de la cultue ds "
- terres .
XXII Y a-t-il des oblacles qui s'oppoeens f
,libre cireulation des graine ? fait-on d'uti antre ct, qu'on en ait fait furtir pour approvilionner les ai. a s des rebelles ou ennemieci ?
XXIV. N'avet-vous pas des' preuves on tout a moins de fortes psfompiions,,que des geus de Votre> dithict, achetaitnt dans les foires et;,marchs ,iufi que chez les diffrens particuliers ,. di boeufs et moutons pour les diffrentes armes de lirigands! .
XXV. Avez.vos fur votre territoire de-ttimresCI
qui aient contrari ouvertement le vou national fut les vnerneus des SI mai et 2 juiu?
XXVI. Y exifle-t-il de ces faux patriotes ,a par l'exagration extraordinaire de leurs pricip q, veulent eu'inspofer au Peuple foit pour obtenir de', placea, foit pour 'l'garer fur le compte des amis confians et imperturbables de la rvolution, ci faire triompher par des cauts la caufe del tyrannie ?
Das ce cas dfignez ce$.,Iux rpublicains.


SPECTA~ LES.


Opra national.' Auj. la 2e repr. de Toute 14 Grce o ce que peut la Libert tablesia patriotique e un acte-, ps-t. de Miltiad Marathow, et de l'offrande la Libert-.
Thtre de l'Opra Cor-. National xc bavest. La Veuvr du Rpublicain ou le calmisiatgsu pt. de l'Amant.flats, et .jna on la Folle Par e*our.
Thtre c la Rpublique rue Au la L6i.
Rlert chef de brigands.
En attend. la iere repr. d(l .uNouveau Rveil d'ftimnide j faiv. d'une Fte civique fur la prife de TouI0e
Thtre de la rue Feydeau. Relche.
Dem. la Caverne, opra en 3 actes.
tEn attend, la isro reprf. de FPnu i Fisti op. en 3 actes.
Thstre ntional rue de la Loi et de ouvOt.
La :C reprf. d'Fflelle opka en 3 aces orn
de tout fou fpecet.
Thtre de la Mgutagne au Jardin de l'Egslitil.

"rls-ra tes sans Culottes ci-ieyTntt Molifr L'Avocat Pallin ; Encore u:i Cur et le. prseurrt arbitse.Thtre de la rue dc Louvois. La jtri iepsf.
des Deux Vieills vaudeville en un-acte prc. dis Deux Fires._-
ThLstre du 'Vaudeville. Le egre afibertR; l
Divorce et le Fanrcor.
I em. la 1ert sepr. de la Plaque retourth.
Titre dc l'a Cit-Varits. Les Cent Louis'r; 1 1eo repsr. des Dragons en caton1lCmCat ; les D gons ct les 13nedictines et le Vous et le Tsi.
Thhtre du Lyco de Arts, an Jatdits de ftil t. Le Caf des Patriotes: ae Mlriage aux frais de la Ntion, et le Fatesn bonne fortuine.
Thtre Frannit comique et lyr-. r-se de
'la Preniere R qusfitione u h7lmodore et Pa,int prit' d Arlequin smarchand d'efprit.
Arphithtre d'Aftlcy fau abourg du iTmplit
Aujord. 5 lieus-es- et demie prsi-le, le chaleto Ir-aucoui 'vec f6rs leves et fes enfin.t, coe1.,' L'es exercices d'quitation et d'mulations' ,ot. manegedgufe ;fur fes chevaux, avec plufiettrs fcitaI e t ent/'ac tc *mufaus


Du17 de NivofY.
a lEMg SNa S iMNT les i L'L tITvL D1 'V L I Att j '
,,rton ,de S ,sti r Sie jOt d sS. rT ts-'"
tNoms des paees.


,: .:_ 1 septial. 7 r Coumont, viager et petPetuc -,d.
7 .c .e . S tidi.
16. Lenoir perptuel et v rage.
tOt, . .e~,
95. Vieillard ot ep ig. stlri 34. Yavaupept ci va. tP~


Il


-, ; 'i
J

j I
f
-y


Mr


-


I

..


- -


-GAZETTE NATIONALE, Ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
0.:-1ivs,;1'411,2 d la Ripublhque Francaise uite et indiviible. ( 8 janvier 1794, vieux stile.)


de l'Oele, eonvaincu d'te Lauteut des dfordtes qui fe lott commis Ferte, dpartement deI l'Ofe, ci. un patticulier f, d'aut de.l'arme rvqlutionnuire, a requis les ofliciers municipanse de faire qes vilites lomiiliiahe, d clans lelqueIli' il les a accowpagn., s'hfet du, commettte des vols tels qune den x |ltidcli,.d.ei.r.;. a .o L .';i s


: as.,.dsnadqtt'o51 se au* ta Catur des aotafeues '.nl~e a t condam delx atmues de fers.
"j,esss, etqteu, prfioce de plulsenus miuti4e Du J Bptilielrard, demet'ure . Rhtel,
Il '&t lu'deitmoirea relatif, agit cir- ci-daevet MNaarn, , de 43 ans, fabric&nt de
"aiacd? S actuelles. Q C ,ar ces nfemle, tsitesst layon,:conVaitnu d'tre auteur ou complice d'une tne utl reul'ignlmut politit n'auriit eu trant- tourittte ptsfilell, face .i la Rp hue de hampes
i nr efl d'autant plus'myittieutx ,qu'on effplus 4 de p'tqU. qui ,par leur laibllle et eur m'auvaife I ba, 11ff n'4i petmia de lire qelques cota- confltucion, Airaiet'a 'emptorins la vie de nos j'c s ,ue de l'mbatias m qme dans lequel ou fier 'et la fnset, de la Rpublique, a t con. tre3 qu .e .
sj. taMer.oelgr la fal4tfs qrt ' augmente i t horreus. Li pt4 tu dclar'ts u jurt, portauie qu'il cfi Cais tonne de la part d'un-nldemi qui na point de conticcsite Jofept d'H tli, natif de Petit",ir, t qui'ads tgntrdi fans noblfftva P ls rougit Lopy tpa 4#lMn e d e 49 an,
,hm-dea v l'ioir meptifl; ti$* on nurait encore en-Doble ex-gear tl de brigado l'arme du
Ilus de honte de le reconnatre pour Puijasce que Nord so avant-poRic, a zolppois,, en qualit s: : v'aiuqcoeur. Cette maruie -de la coalition royale de gbna as,, les intrts de le Patine, notamment , i'c'.t uaree b eanucoup de snalheurs. On ne fa Warviek, et Meni le 13 lptembre dernier, d, fdfilmat:point nanmoins qu'une nation qu'on a mai q'il ne l'a pas fait avec crinsentiotas cil edem i-d'apptier une horde deeldras, et minellee et par tahbfon ; le tribunal a acquitt d'sc-.,
suettlqo l" r cosif le fuvei .e ,e foe yD z7. Nicolas Auger, natif de '.ifoe-au.Bois
i> ';r ht %cl guope une, onfidration digue dot-(a .,l .t-:. 7o . .
p am ,o.ron iu do SA ~dg Tr",Joyes, -g de O ans, ci-devant prtre
na,,. t ci. ,etauoine de Sens, accul d'avoir tnu des propos
:4 Oaeodmuce .A entrevoir qu'il n'y a pas de paix seneffs empcr les prog, s de la re*uluou
i t l|l tet\iibs e eratchersles ,tn n % deu la -i. ,int .
les Fratis s'il n'en dictent ex- dns latoammune de Sens, et en dtacher le
ctt ule Ira cdition felota toute 'tendue de leur e 'l" ci. .
,' de leur libertc. ependant srois epe ci lUI inpirant d craites le permettant
t 'uiplso terde-laval tmamrne de lui faire det menaces ; d'aprs 'l' dctavml,q i sriepeuvent lUS douter ad la valetur ct ration du jri. portant que le fait 'ef Pasconfiant, t d I ,r 'l,,onase.de a ti onLF. a do s a t acquitt d'accufatiou par la tribunal.
cuora de ia eonltance re la INeioru. Le 7raass mil:le Cap,, -, ch'Iolu -.,.if"4 ,ers oi pour eux un euple lger, verfr lt l -ca,
.e.l .i . ag de 78 ans, ci-dcvadt uaqis, ancien eapitacin
Sre adlaCou 'un'Lo %IV.d carabiniers ci-devant chevalier de Sai.n.-Lsis,
eeijti regne Vine Londrea., Berlin, 4emeurant A Beauvoifin, difhiet de Laggres ;
e#eetSb*rg ; et plus d'un monarque, en Europa,, Nicolas-V'ucnt Bologne dit 'PLplaut, natif du cit Ctem'j,.'-tr t ete erreur qu'avec letUiDe dn a t ,dpa
le c 1 ameau du Plan ca tou dt.Barcee)an tte d p
tement dis Brffe-Alpes -g de,'63 ans prtte
,pjent unx. befoine rgens pour fontenir une ci-devant vicaire Bictre, y demevint
ge d'hiv et fa pliparete ouvrir nnetrbi- Et J. B. lotagoe natif do latmeaU de Louze,
le CtMone ilte foui dtune ralit aeffroyaene.e Saia.Pous caaou 'e Bar colanal

i l' ogue le m iuife e et la nobleffe ci en t fe- .
e s rue.'Le g de 48 ans fa difat chievalir ostficier on- fer"tu ou P'e gent au rgiment des ci-devant Garacs-Ftanaifes
Paimcli bfuvent un ridicule pour le mor contmu-et ci-devatabb desaeurant Patis,'rut de la ear lesJes. Nos gazettes ont pris foin de d- Lt id nt edtsant i] nreteu des
w ,Uf-o etse xle oocpo tfu Libert tus tti ca rvaimeusd'avoir entretenu des
etar us& esaset d'exalter eucorcptos rdticu- eorrcl pondsuce;s ci fl,ie-nc9 nt-cec les ennemis ',lrixp,no rtoreeslque nos fucces ; les taples a e tendantes
iti ouverts das ce moment pour remercier Dieu di"foudre la 'e t'e.' rit t 1e, l'tablir la
a' os- victoires.
vkt allens -o sa514 oiecri I't.;uil, elvLIi ',Vtfr, ar tousules moyerns
af fe n am o in i q u e l'o n a d j fo n g au r o y a t e n .' : s d f uit nes m o y e n s p offbJ1-, 1, ', : -iu v : '. n iffances co aliliva l qui doit fixerlob diter intrs des allis ds s c '
ihfnppotion dun trit de pain prhcain. Mais on ne tee mont., ,a .pcau
doit pas de-diflimauler que dons neguerre de la rasUr de celle-ci, ildec impoilil'qu'il puiffe s'ouvrirssn Socid des ,:. le la Libert et de 'Egali/,
: de icqtnels congrs qui facilitent des ardifries
f's" tr>vga et anutres rules de la -diplomatie. La Na- sante aux Jfacobins de Paris.- Prsidence
tion Franaife el toute fentiment, toute pal'ion et dc Botiquier.
Ibuti, irofme. Elle l. regarde comme en duel avec Yantyan Le oui ou le nats n'aura jamais t pl us
4ple qui dans les futures confrences fur la paix. L d;fictiffion 4 'oure fur les accufations portes
La revolutron fianaile a dchir prcfque toutes les Contre Philippeaux"', Camille-Defmaulins
g la du code dipiomatique. Les &arantlies, les
cAaigsa, et mime les reconsaeffanes, font incompa- Collet d'Herbois. Je trappelle i la fcit qu'elle
tiblea avec les principes rar"ti3s. Ce Peuple ne veut a traite, d'affaires du plus grand intrt pour elle et lt p; corfquent ne doit reconnaitre que les cap- pour la Rpuiblique cutrere. Il s'agit de pononcer f6rts gert'saux lut lefQuels tonte focltt efl fond. fur des accufations ritries avec acharnement par t9 dsildosiens et les droifsdss Nations, voil les deux certaines gens dont plnficurs membres de la focit isoa shapitrea qui compo'entn )Firance la f'ciuce-f ont atteiras dont le Comit de/alut publie mme
diplomatique aujourd'hui. Si cela n'et pas, ela a pas t exampt.
dott ete. . Aiui par exemple la Nation de J'carterai de cette diftuflion *outcs les paflons Prnce ne pourra g4rantir aucune forme de gou- les ft'bltl'et'qui s'y font mal-droitement ito,'aertirenut qui ne fera pas populaire,smais cile te pr- duites : je prie qu'oun re m'interrompe pas, afi qre tendra jamais faire la loi ciez un mor.,rque, quel les Jacobins puiffent retirer de la dilcuffun tout le
tnjama' ie-ai chz. .-iqu qc f Dit qu'ef" rclame le- falut public.1t'il oit, db que la volont ou l'obiffance d'un
tuphi l'aciooncra ,'du Inoinas an apparence, la Je rtgarde l'ctitiqu'a publi Philippeaux etqu'il donioation d'un foul. a adrefl au Comit de f.lnt public, comme l'occa.
il y a dj pithleaurs mois qn'ici l'On obferve lion fiuon la caufe des divifion. qui ont deplis
la fgeffe de la Convention de France, par .sap- eciat parmi les patriotes.
'ort 1D ttix autre$ gouvernements de l'Europe, ce u'eft Je u veux point mpecher de-douuer des.avis .ras tins hsanirnde :on comptait Sur d.'s erseurs au Comit de (alut public au contraire, j'y cra d & folles que d s iun m ai tot pays pour ,'urageti tcujours les patriotes et certes le comit i ad e aU feitnire de la Rpubhose Fran- de fLlut public s'emprrffe de moiffonuer totus les ,Ve, O coieot tme sd.aisute'anque i dca ou- jous ceux qui lui viennent de toutes parts; il
'MttesIdpdc i avaient, lieuil un motiit ta faut -tre pour cela ni-rept'fenttnt du P4uple av'ir de dtults iettic!.blts qu'entre les allis ; ni commiffsirc dans les dipartemens ': tout pade maniceique-fiule (sttri'b dealut.pqbsFlan triote ci bien venu, y .conribuer pour fd part; de de kiieq flei t ,arieen 'pnulqult roiD asn msais l'ecrit'douije' pale n'a pa& t -cvmpof d4ns,
va.ie dule lasismierfnatste', iluelut piut-t0t l'intention d'Wlaiter le Comit. cela cli fi vrai', /l5M< rbe u jeu, J -'.: que fi l'ou voulait en retrancher tous les, diatribes,
'rria de,%Znal;h + qui fott dans cette ca- toutes les pesfonnalits, et gnralement tout ce ofibec f motret mi qui n'alitpartde faiutllei npourrait rduire Intsle n auci etr1 b f moUtentflas l'ouvrage lix ligues qu'encorc il aurait fallu crire
St l'urdliraire. su$surbc fsuotsttinclpn cIutpaliCspuri ur
La ci-tvsut duchtffe dc Poli&rfac @fi morte ici autement.
4sleeois. Il ne faut point accufer le Comit de falut public
et ici j en'entends point parler des membres qui U E F RAN A1 S E,, le compoferti; cets x-leont ailez faitleurs preuves
et j'dostc q,''is aient bfoisa qu'on s'tndc plus IUNAL CRIMINEL RVOLUTOL NNlRE. .lonu caeut fIrr leur juflfiation ; tsais attaquer le
Dis 15 uiVtrje. cmit qii cil l'enfant de la Couvcutios) c'ei, aisaqtrer la Conveution cll-mne ; tcz'c entraver autaut Jle B auchap ,couvreur ,g de 24 ans, qu'l ci en foi les oprations fattaics d'ors gotavw
'1 ;ad dmt:raua Mouhy, d raci n ne sa c le Peaplo avoul.


rOL ITI


ozUE


, I NALLE AGNE.
v.inne le s6 dcembre.


Le Comit avait clhof des gniraux, pami dea foldats patriotes qui fans cela ltraient relis oublis dans les rangs. Les gnraux qui ont combattu pour la hbert, et qui ont juxifi l: choix du PeupLe, ort eu le mnallheurde deplairc des reprfentas qui oit oubli qu'ils n'taient pas envoys pour querellet, tuais pour oeferver pourjugr. Ils font defeendu 'n rang des duellilles : au .lieu de dnoncer franchernent les abus dont il croyait Nr tmoin Phlippaux a mieux aim crire un libelle, o il a entaff des faits, tous plus extraordinaires, plus incroyables, et heurcufenent.plua faux Ici uns que les autres. Non citoyens, les 2o,oco hommes qu'ono vous a dit gorgs dans la Vende e, ces dpartemens dvoils ,ces horreurs de la guere que vous avce vues repfentse fous des couleurs fi effrayantes,' tout cela n'efl pa vrai. Il y eut des combats o prefque toujours les patriotes furent victorieux j toujours les fuccs out et de notre ct.
Cependan les gnraux, dit cet homme fi vridique ; ne s'occupaient que de leurs plaifirs et pafa;ent leurs jours dans les bombances .Ils logeaient dans des cabarets. lh mais j'aime bien qu'un gnral fuit log dans un abaret J Y' ftis las de ceux qui ne fe lo eaient que dans des palai' On appelle Rollignol un mauvais etpoal de corps de garde Il fallait bien prendre les gnraux. au corps de garde j puifque toua ceux qui n'en vrnaient pas taient des tratres. Pardonnes ces exprtffions ce n'ell pas moi, qui fois au deffous du fujet je ne fais que vous'rpter l texte impur o J'ai puif ce tocnfonger rapport.
Une lympathie iuexplicable dit encore Philippeaux, ramenait fans et.fie les brigands de la Vende vers Roffg,,ol. Une fyttpaie !Et alors Roffi-gol les battait, il leur uait 3,ooo hommes.
Celui qui a of ainli parler des gnraux patriotes a d traiter avec bien de la rigueur ceuxqui fe monrrraient les eunemnis du Peuple. Point da tout :il a fait l'loge de Dubayet et' a prtendus ignoe r que celui ci figeait A l'Affemnble confimualte as ct droit. Il ignorait.Q(i i cet homme qui ctl paiote depuis 2 ignore que Dubayet ligeait au ct droit lit ce cas s'il cfl permis d'iguorer xiiili la conduite dc hommes quo l'on vante nous pouirrons bientt confrer le cosmandement de nos armes aux Lamath, ceux-l taient mme du ct gauche.
Sans doute au moins Philippeaux,. qui voulait trouver et dnoncer des tttrea, a dit un wot de Biron ce clebte coulpisateur Non il n'en a pas dit la.moiudre chofe ; et cet homme, qui cher chait partout des caul'es occultes, de.; dlailrcs dont il prtendait tre le tmoin, s'efl ,ounfiamsent perais de paffer fous filcnce lauceur 10 plus corsu, de tous ,cou qui oat exill.
Il a cry avoir rempli fa ttehe, en caloti&ant l'un, leuant l'aute outre la mefuze ; et c'c 'i, le cas de semarqu'er le fonds que :devait faie e' de pareilles inculpations le Comit de falot public. Phiilippeaux avait dnonc Fabefond fiere d'uti dput. Selon luiL rien que l'chafaud ne pouvait 'expier fes crimes, et Fabrefond n'tait venu Pain que pour eu recevoir la jufie rcompenfe. Sur cest.'" dnonciation le Comit avait fait arrter Fabrefoud. Phlippe:atx ne s'efipas prelent une feule fois poutr-ccrimer fa depofitiou 1 bien mieux, dans les. crits, ila totalement fup.rim ce qui lui erait rilat f.
Mais en cal'omniant les gnrsux de la Vend a-t-il ie du juflice l'arme ? Not, il n'e cit p4s, au coraite ,qu'il 'IL calonunice avec plus do furet.
Il ei, dit-il, nue arme particuliere de qui Il, Rpublique attend fou falt P C.naiffca-vos, Citoyens une aime particuliere P Pa'r-vs p vou toutes une seitOuaiffauce eMale i' Une tnla de vingt rmille hommet layait priodique.et litvallt les brigands Citoyens cette calomnie cU im: donuable J je ne veux pas dire qre Philips'au'ctit foudoy, mais il a au-dedans de lui ut genie contraite S la libert.
Jugeons le but de l'auteur; il a peint partout d&* combats, des malheurs,( des homme- qui
l'on difait : Mourez vote polle, et. qui mouraient iutilemeut. Ce h utes de rrthorique n'taient faites que pour nous defelfirer ; ;.r puifque lc mort d'uts rpublicai n' i tilelaPatie
elle eln defclpcratc. la tir.' qu'ots fc coufolc, ces malheurs tici fout y isst, ar'ive6. v Demanado l'a uteur ce qu'il croitqu'a. pusopre' foD.livwet, et ceqtt'il vol,/drit qu'on ft s j'uia. giie qts'il lui relie csore-:lfc .de ppdur pu te, rtractes.
Apre, avoir 15ifi crire qu'une grande partie des malheurs de 'la Vendo fut linon uotre otvm'dgei du moins les trilles rfuhtats de -notre faibltrfe et de notre ifuPciauce, il onk s engage ta ire c ff. tous ces flaux la fois, telever l0 coursi'a l'Cflpoir des patriotes, par notte nergie it t prompttude a flit et employer les ., .t tr' .rc, cli,.s qui nors ont valu tous e. d. ,.
C'clitoo''c' ~'l ifiit Un hJ'11soai 5
le j-';ed. let miojtitu uMai-vt5.,,s
afl-': a ;t ou j 'ous aoe

..


~uoessu 717 l~W~ e~W~t !W ~rrw~'~ A~V~ ~


l5 Vafle saur n onft,4at;ons qsi dbivent engager la
foci ai fji.e un grand exespie d fvbit.
IL)-oi psrot:e quandai ot accule -,veC tant de
violence des iAdividus honors de l'efs te de teila les vrais rpublicains ? Efi-ols patriote lorlqu'or 'cue le Comiti de falot puic', qui a beoiuii de totte-la cutfiatic d" la Nationi ? Il cil vident quI c' t une querelle d'ind;v due que .:'il le rfulit', kl Resite p. flios dont O al#l t dt fire le facri.
ee.A la choit publique.A t-on del ein de die h viit quand a paile de luet' debi Vende, '.oQtt1ie i'a'fai'Plli'lipe;itx .J. tie recontna pis, pi cette fille d'a Ciel, quand ot la pfene fous le
zatf(eiue des frire.
Jet dtrra'itIii qu'on rejette Pliilppeaix s'il ,le
prefente ila cetifure car ou'a dit quil ne s'y
-tait Pai prf'nt.
Paiorin minutenant d'urs"'tstre ouvrage qui a tr4t des arme$ ait aeifocrtes ; c' i1'novrage de
%amille Dscfnulins dont je vis le trcilieme unasuro mon retour. Cet ouvrage n11Cl pta ous
par tous, et ci'eil jV ,our lui un affes grand malheur. Caitle Deflnoulins a'pr,.fe des pincites qui n'taient ipas les it'res ; ra s it CO vOlas.
Dititiguez-le d fou ouvrege et enchania-Ie plus que jamais pz:ralti vous ; s'il ouMlie ces dbaulses d'efprit qu'il a faites avecdes ar'Iicrates ; ila trop ilb ei fervi l1 rvolution ;jei n'oublieai pas la France libre le Procureur gi;nral de la Lstlerre et quelque -cl0fe de mieux qu'il a oubli peut-ti u ouvrage dont il eompofa les pre-uieres feuilles au coin de la
Tue de Tairnon ,1et q.'il lifait aux patriotes.
Les arilocerates ont piononc que Cariille Defmoulins ferait ch fl' des Jscobins. Q'il n'en foit lien ; la focit j igera dans la fageffe ce qu'l'e d.it laire ; mais n'oublions pas ce cqu'a fait pour I l bitn
Public un vieux patriote.
SLe prifidcnt donne lecture d'cue lettre de CatrilleDe,.noiu!us ,anronciative de fou ciuqticae numo,
Ci Sepoile ce qu'on dira contre lui.
Collot-d'Htbo is. -Ce n'efl pas fur ce nuinro que
la lociet do,t prononcer ainteant; les ues ,font connus, et piovoquenIt fsul les tuefutes qu'elle doit
p rendre.
Je vais vous pilter auffi des opprims. S'il Ail ici
- .aj'Ilques membres du Comit de furet gnrale ,
je les engage hter ce grand rapport qui doit parer tant d'incoasvuiens, de le Laire demain s'il
,fe pcnat. _:t_'
San doute nous avons eu trop de clmence, et
e'cil pour cri avoir eu trop, que nous rm es main.
tenant forces trop de rigueur. Non ennemis avaient fertil combien ils retireraieut'd'avantages des mefures prc;pies. Aujourd'hui ou devait incarcet, un pattaote demaiu dix eut-tre aprs demain cent.
1is fentaient birn qu' force d'incarcrer des patriotes, il en rclletaitdes mefures gnrales qui leur devies,,
disient avor-obles.
j e ne rfunte et je demande qu'on exclue Phi.Iitpeaux desJacobins ,et qu'on cenfure les numros
de Coniille-Dcfluotlins,
Je temande que le Comit de furet gnrale fafe,
le pluq promptement poflible .'le rapport fur les
,patiotes incacts. ( Applaudiffemtna. )
Motoro monte la tribune. Il dveloppe une
partie des inculpatioiis que Collot vient de faire Philippeanx. il ne js'at,,che pas directement Prouver (lue Pblippesua ait tu tort ; mais il rend compte de la co-otluire de Ruflignol desc ombats qu'il a livrs', et dans tefqutls.ce gnral s'e difingu autant par fa bravoure qC par fa pEuPhlip'eanx avait dnigr Rofliguol ; Mowora f(i1
fou tloge. Plilippeaux avait lou Taunrk, Aelbtr Dubayet, Caclaux ; Momiioro prouve qu'ils ne fe fout pas bien conduits dans ia V. de, et qu'ils ert cherch polonger la guerre pour le t s propres
in:ts ,au dttiulent de la. choe publique.
L'osairir demand l'expuifilu de Phihppeaux.
Unmemtute. Philippeaux pour fc donner un air
'unii;eetet, a parl dans ibu mmoire de toutes les armes de la Vende ; il n rendu compte de tous les co-nb'ts. Eh bien- Philippeaux n'a rien vu il voyag fans celle en voiture et je ne crois pa's eue par la portiere d'un carolfe on ait pt examiner tictc atteutivrreut tuts les opratioras utilitaires.
Au tel.e Philippeaux a dit cr trs-beaux termes qui'un boulet avait careffi fot panache triocolore ; mais il a menti; il a a'efl pas trouv au combat
tont il parle. Applaudi.
SHteri, r elatiati a la ttasse. Par la plus altnacieufe
-crisuinstion les rles tont changs', et de dnoncs les b'cculfs font devenus dnonciateurs Icur tOur.
Juffice Jacobites, juflic! j Ptirai plutt que de forttr dici, avait qu'onmt ait rendu ne julic clsate. Je fuis accuf dans un libelle qui a paru aujouit d 'u ,<'tre uu brigand audacitux un fpo,
liatetr de la f"lune pnblhqu. .
Cgmile-.Defmulains. Est voil la preuve. Jo tiens
le sa l'extrait dci ses.ilres de la"t,foei ati, iale qui porte que le a juin il a t pay Hbet, l'as Bouclotte une dnt"e de a's3,c6ooo liv. rpour ria joutmal ,.c le 4 octobre.il lui a etc py une f.asens' de 6oooo liv. pour 600,00o0 esxcnplaiges du<. l'eu Da~c,/ , tandis que ts aaamsLies ne
devaln Osert ac 17,o liv.


ililrt. je rnshurein d'itre accif&. .en face. Jd
vaib od
e fier slto Ijuise. Depuis cluq moi que e ri
abfuti lfcite a ncpimat angtneni' :laig e. O, ta ,y occupait ,o on dpart de, et l ir de, 1' Re)ubliqu-. ,j,ottd'hi te efotet de ,rsalerabc cqrse, relhsi d'individu s'qui1'igitc.it. ILI) que nots tiporte qt'l,.bckt ait vole ei donnant fe, contre-miiarquci atx V.ar -ts. 1 O oit.- Hbeit qui cil la tibunet a levC lo yeuxe t ciel frappe des pie:s, et s'ec, it
Veut-on 'sffa inar aujourd'I Vioens r.
Smures. ) Je dcimande, contieaue Robe4pkere qu-li'.
bert qui a bien des reproches le a ite, car c'el lui qui cil caufe des'mooe er datas les depavtt.
nieci relativement au cnt!tc. r* Ut : Eh dieu i.Ue voix : c'efi une tyranuie. )Ve demande 'dis jt, qn'kilhcrt toit entendu fru tou te feulement fui leu faits relatifs la lettre do Philippeaux,- dont la difcuRiou ci l'odredu jour; fi Hbertgoit rponde Camille l Pera Duchrefitcpcut entrer au lice avec le Vieux ordelhr.
Robefpirrl'an. il ti facile de voir' que le
piopit.aut ''; ablett depuis long-teins de la focite. Il a rendu 6lois doute de tr,-grands fervices Toulon mais il n'a pas ffetz envilag 0coIib;n il tait dangereux d'alimenter encore de petites psflons quilfe heurreut avec tant de viotensc. dollot-d'Herbois vaitv pof la, quelion coumint elle devait l'tre. Cet ordre a t trangement. intelverti par les popi lCans. Il eRf bien
laffligeant fats doute pourIts vrais amis de la libert de voir employer en petites difcvflons U-1tenis qui appartient tout entier la chofe publique; cependant il efi queiion de patriotes prfcos et le devoir des rpublicains rit nor-ren ent de n'opprimer petfonne ,-mais de voler la dfenfe de ceux q'on Opprime. Pour moi .je n'accule per. fonne :j'attendsla lumiere pour vie dcides, cdt parce qte je ne me fuis pis cru affez clait fur cette affaire que je me tuias tu jutqu' ce jnt. Les petites paiions garent et font voit l'vidence o cite n'eft pas. je patictai que Ies pieces dmonftiatives que Defmoulins a montres la tribune ne prouvent rien. Je demande qu'on pafle la
difetoffon du libelle de ce Piiippeaux ; C'eft en fuivant cettc marche 'que le faits feront tablis les utrgans corafoudus et tes pttiotcs fatifaits.
Danton. Toujours des entraves toujours des ilcidns et des. qt flions partculicies quand il s'g;t d'une affaire genrale et qui ilitreffe la chute publique. Collot a prefent la quenlion fous fors vrttable point de vte.- Pourquoi a-t-on interverti l'ordre qui rgnait dans cette difcffion ? Les patriotes dIoivent-ils fe feivr des mains du pauiotitrise pour toutrmentcr les patriotes ?' Tu te plains 4lscit; mais eappelie toi les principes Z que tu illes toit que tu 'Aies salfou, c'elce que le teins fers counatre au public. Mais occupons nous de l'objet pour. lequel vous frmmes affembls aujourd'hui; claitous le Pcuplkr, et iaiffons , la guillotine de l'opinion'qnelquo ehofe faire ; farifions tnos dbats particuliers et ne voyo0a que la chofe publique. Les patriots doivent lavoir niveler lents feuti. mens, quilibter leurs opinions pour crafr d'a. bord leurs ennemis. N'e i doutes pas, Citoyens ils foutcachis dettriee le ridcau, profitent de nos mouvemens, et font agir les tefo'rts du pstriotifVe en Ceas ontraire de la rvilni, Subordonnons nos laines partictlieres l'intbt gural, et U'.ccordons aux arifocrates que la prtioit du poi.
gusaid,
Philippeaux monte la tribune pour le difeulpers mais il cIl i terrompu.
La focit fur la propofition de Robefpierre, arste (lue Philippeault fera entendu aila proclaisue fance.
Pendant le cours de cette difculion ,\3oucholte l an'io une lettre de lui adreffec la focite. Pluflieris re'amlbres en ost rclam la listaie. OU a paff l'or .-e du jour.
Sance leve la Iscures et demie.


Au Rdacteur.


Du1 5 ,ivee.
CITOTIN, voldr;sd-tu bien infrer dans ta feuille nu fait que ma rseoinuiffance envers le citoyen Defaut eiurgica n chef de 'lhfpice de i'Hiuma tit me'feit nue lOi depublier.
Tourutest depuis qui.ie ans d'une tertion d'urine acompaJne d'accdens trc.graves et pour laquelle j'ovais coufult totsI lIe clhirurgieus et mddicciss diainguis lrefauce par leurs talns; j'ari-te Patis sau a.ois de jui!let dernier ; les ofuiciers de faut de I'ht, Inational des liavalidcsq auXquels je nie prfencte, me jugent incorable et r4 cu donnent otse artelatious. D ol, j'ai recusrs au citoyen Defaut qui me rend l'cfpoir de rt-cuu. veer la Ititt ; il ne donne des foins pendant cintq mais l et je fuis aujaird'hui pafaitement
guri.
Defaul. toi) ame cil fiat5fait trends tan iteyent 14 Patrie (.'il cous t defendre contre les eutetis.
iGtiti, ancien militairte.


C .ONVENTIO, NATIO.NAL

Pl sidence de David
s skANcE DL' 8 nzv6s,

Bonrs ,,,a d 'Oi{fi. Lorfqu 'avatt l'poque tduIo
not, iletait idillheniale de a.per le tr '
c ,,rtitire i (t c r t'p! r le an'
: I-hi dce rrtes f, tes et dvoueli.tuel,, t, inrtkt t
libert de rraorntees eu Peple ce qu'il a. "a
ct ce gant ds fou prcuiicr pas a retuver e .
tolief *,t-.,c.
Loriq'r'asa 31 ,mai et jonrs fuivants eta Pe
pie s 'cli vu. tto!i p-r nseipsriie de les araudts ,t1 St otfque ce bon Peuple tyant focif d'un.,,cftr.
nion popuaitre a vu que des lotiirt,es de intt s'obJliaa.ieut encore ,lui prerter '10 'btt1't,
- inpta da la royaut *,il ;'ellev, tout caUitie s
entour; [thORa-'me Ofis propre palais a d lred av coriage ,is digvit dans la pefonue defe& b b 'reprOaaptana ; mais, i'a pst etif on ioMuv, fmeut qu'sin'eu et afflt, le fuc,s1, en Mttas
en ju.ement rs pefiies mandataires.
Le fruit de czs deux grands et beaux mouvtmthi a t tJase coufiltutio poplaiIe ,qu'ila t avec tranfpsrt ; la poniiou d'aie grande partie de; ennsemis <(e fa traUqivllit et de lOt boulen ai ded.ns ,-et ics victoires les plus r.sorinantes et les plus er.nplettes renaiffantes fais cefalut fr ni0t.
4i!en enntemis du deho,8o parce que l talune,
gr nde partie de lui-mme.
Voila ce que le Peuple a fait feul, voil ce qu'il fera partout o il fera en rinsigl 1 en Peuple.
Si j'ai cru devoir vous rappeler ces grands trait$ de llitfoire de notre rvoition 'u'isaue ps Citoyens i- que ce foit pour excite une fiil e sd. mtration. Parmi les puiffarcs, la feule vrilabe la l'ule lg;tme, le Pzuple pe veUtni lis plt tre lutn q lorfqu'il a des replfrit ns il 'eut fa. lettaent.r mais lot tteunet vous l'avcg vu le 31 rail et le Bluia, t.e farvi avec dvotntei et fidlit, Examinons douc maintenant fi lorfque le Peupl a voulu que nous fu{fions chargs d'accomplirtls hatItes dclines nous avons fait tout ce qu'il naus avait chags 4'execter ; sais faifons est examen avec l'aflurnce que le Peuple grand et julle pr rfence *.ne frappte que le criminel la ne punit que le rebelle fa volont fuprlr-nc.
Sa voix s'ell fait cntersdre de tous les pointe A la R'publique et nous a. coasanud de reiert a polie o fa volont nous avait mis .jUf.lu' ce que fa libert fou bonheur et fa gloire foient afurit. Fidelle ce aouvesu nrandat, nous venons d'tablit pour lui un0'gouvcrruernent provifoire rvolutinnaire, fluli celivceuzble 'fa filuatioupolitique ,fetl capable de dotissne au vaiffeau de l'ERat une direction lrre et couliante ar milieu des deux cueil les plt claiadie le taodrauifme hypocrite et la cobpbh et peride exagaaion.
Cette fage et utile' conception je le proche. hautement nous vient des ellimables et Courageux patriotes du Comit de falot public, et c'fl cprte-. daut aux yetsx de ces "oruwis que j'ai tant de .lafi'r eltinier, que l'intrnt peifotinl de quel.

qUes miuillt es dgnit fous mile foines divess, a place tour tour dans la bouche du patriote kuf4> dts iifininationr I efilesr et dans la boucbe d'au joutualifte dlhout, bIci njures les plus groffi Enfiu ca hummes qui feuls il rai'.trh de jultifier les pithetes d.go,autes mais vrai' mnatrt pit orefques lui m'echapperenr Ilorfque je demandai ne oigaiifation rorvlie et rpublicaiuse it tuinilere, o, t vomi contre moi les caloamnieS hes plus atroces; et dans leur forent, ils crurent nue noircir de vices ou me fuicharger de usi diculci.
\Lea teris mprifables o! ces plats et mose.cLiques moyens s'employaient avec fuccls font pafs ntws avou une lLpubtiqur belle et forte, et flous la -conferverons mailg, eu nr. Mou devor
cri douac fi je vcute esr tre digne, d lmiter l5 ve rtueux Grec d4 cit cette tribunet et* madrefiant vous 'Citoyens. de vous coujuis de m'couter.,
Lors de notre difeutii fu l'organfstiOu dU gouvenemrren provifoirc et rvolutiounaire, jeVous ai dit, etje vie,,a de, pter, que je vOyagita a rps fofideleat eo ,l' tu dasn toutes fes propor#ions ;mais qut je lui trouvais une mauvaife tire d'ta le naisillere monarchique qui nou' ti reli, Ci oyens je le repete encoe aujouid'htUi, Jr;je .vas. effayer de la dmonnter.
Tonte l'activt de notre gouvernelueut doit te"pri'icipslentenit dite VcsS la guerne de terre' red mer et la furveaiance des malveillats de l'ip'
Douze "cents mille citoyens compoent nosarrle,

et un leul hoparae prtedrait iolleiit tout dilriger, tout approvilionuer conairt et notmcr tos le' f[C gl$,fS tous le. gnreux Ca et ationsltt leur iU
telhgerte' la Covcutionat
Savervolus pourquoi ura a -.femb'rn
une p r'eile iablurdit ? c'chi qu'il fallait que ttu la rapportt %a feul, ayatsrla facult deVOiMr I arce q u'il av ait en lahi les d o i s du p e aip ';at dans une Rpublique, outenir nu ptetil yltilc i" fe m en tir a foi m rie : c i ob tiu r e p a
r's fe ar e ualtfl a tal #l


P






i



't
Il







rnua di dev



t it1


nlt Vos eitm









d'e m
tt 'a ni

..












tour i retttr l'es droits .tr ait confi I'.ersC c i -ou gland bc et p .or un ttus lii'

ietc eourste dl,c.
Ne Voit-Ot t .s qe' t t de cete rotation n e de re ps< ntBUS qui cit leI oI uve ,u un t el
1-vit & noise R lique, un petit noibre d'kone .ntr i1 en le enailant. fe,l)trptuer eux ilUr ar libert Ou fait dja les rinyens quo Icr,
n ont donneles ti(cSa qu'ls or tunraoceets et les d qs'ils doune,. Ue leur iilfoleuc- et leur a ,ds a, faire ca omnier an, a,,cune cef,,iou ,las.de ttatrc.taingt dputs du Peutple vous ou*rtft 5ofin les'yeux : voyet o is veulent et fld
ttet foll neie t d'arriver 1 miais Cc tU vair.
crtons ,: Citoyens, psr-,ces enies cosfidtr. 'i-iPbrce qu'il n'pis boit d'appre6dre nosi 'autres vices de nire machiue inile
,ete ; dtons l'or le climnlp' fous la double refi "l tafbilit phtlt des tuiuiaea et des pr fs n 'atde do rlfor publiec, qua'sicun foaIs n'en !Ptalue ,.'fais 'a os avoir expof les befelroit ,tii i ,li tpar Iloogat,el d'uu d tll I d l":Comi,s,
e lle ul'I ot'doaktet (ue frs ril esii ies rfoy'rOit iompte de ce qu'ils ont tir Ibsa l'obfenvation de ntne fatuae et ti tllemesit en 'ervai icc de la foi tune.
CC [ns, je Vous la jure ,lnu. sbo ,e et utilo ,l61i; mais je veux plns je veux qu'elle toit le gage
l ffii de l union de tus'les patiiotes de cette Afi nnhlsl J'entends fgans ceffe rpter ;autour de moii :
Os veut divifer les patriotes. Au commencemen,
'ils ai ri, pce que cela cIi 'impofile, et cela oeill effeetivetisett pas ai y ; riais 1l cli celaain q 'Il les ,printipes nous attacnt, noit, rnn:fflnt' pli >ds liens inf1angblcs onles a ne':lths ou a rlbl
Is douce hrrtonie qui rgnait enire nOUS.
Eh bieu 1le mal ol vu 'etsnai dvoi la fource
.[e peut plus exifler. Ole le Consit de falut pulsie fi charg de nous i)renter ilsceifrltumnenl ise O gaiiiation uouvelle d'isnini'ltre rpublicain iomMie lui. et qu'il foit bien perlnad qu'on ne ipit pas l'attaquer, parce q'il a t et ira la,i 9qt* visitit f ,latd il aurade meilleurs moyeu qaerdsesminiftret souliss esl'eus invers du gou!Cnsetiirnt que le Peuple Fiaisais ye,'.
Il rfhlcia e'Careun :riu'ie bien inapprciable de
'C rhagememta utile et i'sdifpenfable que je prupol', l'cri que la i prfcatiio n iteoal renlne au re'.
PtctitadividLtel des bons citoyeIs parce qu'elle aU (tu eu,rae et a vaincu avec le Peuple, ceffrai 'Ct"e environce de la foule in"'piifablc qu' a
dji svec raifostn, cOaip re aux go'rjas, poltrons ethailtars d'une arme vrttorieufc, et qu'sinai d.
> aiqqtssq, on til fera pus ulpe de leus bonnets
aslgi, depuis la victoire, dans le ang enneaii,
tire le curage des bous citoycns a t forc de
lis:r*isiler.Je;onelns A ce que ties deux propofrlioss foient
d"ei4~~s. C' ltan' abus qu'il tft1ne'rttner ,qu'un ptllit c pif'e, f'ir les Ordonnances difpofer de.
h ,fitsne nati-oale. Il faut assi que le Comit de f)stpltblie vrous prtc",t l'orman;aftion dun uiniflte.trpubli'caiu 9't alii patriore que lui ; 'alois le osl f'ura qu la re foabilin porte f'r quiel(Pt ch'lfe et il ne claitida plus de voir dilapdes
In fufn du trefor public.
Cityens D'avrz-vous pas thier doulouresifeftinsaffects d'entedc des malheuteux venir vous &deussrc lecoqrs que Il loi leur accorde, comme
lutt,, d dfenfeurs de la Patrie et q 'ils aineut iir:ilenent rclans du miniflre de lap gur ? Ne
dtvez.vvjdgpas tre indigns de voir ct miniilre
lu norart o il f".fait ce refus rigotreux ,irer h1,C liv, du trfor national pour alsmeuter ns jsrlifle dorat le. not ne fouillera pas cette ccictrte ?Citoyens, il "xifAetait nioi:a det mal]cu cux R ',a 'etsiscoz eor*fi des mainss pues Ia direction desdpenfes l'cerries. Je dcwaude qne sucs piropoSii itn mifes aus vois.
1ne aOuslteftc pas la fecontie propourdon u -contraire je l'appuie ; iais
ptrf que la Isiemnlere a befotrs- d'e arie par .Dcnxi)D car il ferait peu.-tre dangereux de
dfndra arxie uinillreb de ne pifer daas- 1t trfor so.: ql'apra qu'un dcr t foiruel le leur aurait 19Mis, je crois qe, l'i1,teniou de Bourdon ei qu
IAlTersl a orronme ause a.uiiil rateura du iCrlo
publie de"ne d btraie ancuuc iforutise dnu trfor 59qis tl'un dcret ne le icur ordonne. Cepenidnt tRn il cli bon de suattre'de lt lXiuti dlb l5', que l'on fat, je demaude le ,en.ti des 4itx Pnrrpftious de 'Bourdon a u Cmite de flur
publior.
,OsrrI'aa, ~clCJi,. ,Je i t dtits m 'n d it;islr de is gn rs la la "'.t, 9;0n 1 aional, Vous tes re(ponfables de ,' tpli d fosds ptbi cicet je votiai distitr a ' ft stin naovis ulage. I cli de voire
dnyat,. 5vot, s vo slezenb ilir l'objet dc votre uifli ,ci, t u'uiattr'c'uD'aelimen.te vos dctracteurs
l tas publi qu.
l*5allg. ,' Je demade:, la parole.
rtn,i5. :,, o Ce qui mpds l'Affemble de Pa(ne ct r'ttruiaion 9 'rt qu'ele ne croit
P5 'l5rnle
01 lo mi.ie,0 de liguelte 1fI. I,, ti.,r les
., -a: s ifda .c trlor pslICI. Eh biei!
tia Fti.ler dc declaer fi le fait que j'avanu:


N ( 419 )t

F.rof*r, Le fait cil Vrai.On dena-ll que lhs propoitious de Bouris de :'Oils fuient ifes aux voix.
BePttaue Oms nie peut pas difc Fitreflir. Q iand j'entai au Comit dts finances je decuaadai co:snt,c les forpines que les minillis avaient reires da irfor public depuis un' an. Je demaudai aux cotumiffaires de la trforerie

nationale de me rei.roduire les derets qui avaient twib des fonds leur difpofuiQu. Ils cie rpondirent, et Cambon tait paleut qu'ils me rriettraie.it l'tat que je leur lemaudais pour tous les. miiftres leuception de celii de la guette, dont les beloins fans celf, renaiffans ne leur petmnettsent pas d'attendr.e un dcret pour lui rw.ettrc les fonds qu'i demandait.
Cambon me dit alors : Tu feras bien fin fi tu peux percer les tnebres qui envieonnient ce miniflete car il-y a plus d'un aun que je 'herche y reconnatre quelque cho'e et je n'y vois pas ancore -ciair.
Danitt. La Convention ristionale a dj prouv qu'apss avoir de concert avec lePeuple ,conquis la libert elle faurat la rgir et la conlfG'vr. Citoyens, nu abus vient de vous tre dnonc je penfe que le minifte < .la guere ne doit plus poiler dans le trfor ntional 1ruais je vous engage ne rien prcipiter. Nous avons vaincu per la force nationale et avec 1e Coamil de fahnt pibli, : dcrtez le principe et reuvoyes les dtails l'examen de votre Comit de f.ut public afi de ne
point ralentir l] cours de vos fuccs.Je penl'e suffi que tout membre qui mdite fur les noyeus de donner une grande force au goiuvrnercnt provifoire que vous avez drt, doit porter le rfultat de les reflexiona au Comh de fatpublic. ce qui poavante l'Europe c'cth do voir la manivelle du gouverutiT-Cit,eute les mains de ce Comit', qui cil l'Affetable elle-mme. Je deemande. qu'en dcrtant. le principe, l s propolitions-'de Bourdon, foient renvoyes au 'oushi de falut public pour cn fire ut rap.)Qrt;p je demandr qu'il afle galement un rapport fur lesmoyets de perfectionner le gouvericrercut proviloire. Je fiie convaincu qu'un confeil dlibrant ci su';ais, qu'il vous faut.uts directeur de la guerre refpo.fable, un directeur de l'intrieur refpoufable, kce. et que leComit de falut plblc( doit iiger 1laction du' giluvernement dont la Convetion nationale l'a charg.
La propofition de Danton Cil adopte en ces Strues
La Cuvention nationale dcrete en principe qu' l'avenir aucun minilfre cu ponrra puifer dans le trfor public qu'en vertu d'un dcret rendis fur le rappOt d'un Comit. Elle charge le Comit de 'lllt puiblic de veiller ce que l'ictiv't des forces mlationalcs n'prouve aucun r.lentiffensent; elle le chnrge en outre de pilenier un rapport fur le mode de veafenrent faite pour toutes les, d.penfes uationales, et fur l'orgauifatiou d'ageuce du gouverieunent povlfoire.
Pilitreaox. Citoyens, je viens remplir ai fein dc la Convention nationale ut, devoir inuprieux q1'exige datmoi le falot de la Patrie. J'accufe formellement R ifia eL Rofugool avec les auttes agens du mnilcte.
le D'avoir dforganif l'arm de l'Ou'cfl par leurs exctirples et leurs prceptes, de l'avoir encourage tous les, actes le licentce au lieu de l'exercer la. difcipliue militaire;
Ob D'avdir toujours fait battre c'te sarme par les btgands, et de leur avoir ,ufiaument livr notre artilletie nos munitions et ot attirails de guerre
3o D'avoir toujours emrphi que les d;ffrentes ro.snuCs attaquaffent limultanmesit pour envelepper l'artn.e enictuie, et finir la gserre40 )e n'voir pas voulu Icoudc; la divifion do Luon loifqu'cl1c fe amettait en refure d'attaquer les rehelles ; d'avoir neuttahf les colonnes de

dr,,sc et de gauche qui devaieni l'appuyer, et quand piJ1g t ous les oil.acles cette dV'fio eut vaimncu plhiurs fois les bgauds d'avoir dellitu fon- gnral la veille aitai d'nue action dcifive pour mettre ' fa place u Auiglais. qui lie clater fa trabil'oi ds le es nlL'xaiu, 14 aoit, ca precseStt l'cuxacui


tu les mOyerte le bslle l'atmec dont la drfia, et rta [Roclilett et la R.o:lielle dans le plus g,.tud

50 De sI*'te oppo ce que le.dgm.nru e la
cooune de. Chinon qli s'avansiit pour dklivitr .oc o de iot f ets prif(tr'uieis Clh.let ,.ciicurit ce mnouvrncnts ftlnlalre t iti t oit t(Ici rebells aprs avoir vacu Chotitt Four toihq or la diviliotn de Luosi, furent battus et mis d:l'r une droute complette ; d'avoir enl"ite dfii:u ce gmral et incarcre [on adjudant qui venaia dzuanaud r juntlce ;
e Lofoue le Comit de falut publie e"nt arrIt u pl.n de ,atpgne le g aot pour rduite le# btlgands par une attaque &'ntale et mieux consbine que toutes les prcdentes d'avoir employ toutes 'ls aneuvreb pour fie rtracterce pIts de campagne, d'y avoir oppof la violence nIane dsieutr retrr SaumuIr. cin ari'taut l'asme de Mlycnce qui del'cendait Ninxei; .
7* Qioique le mailire et slu ordre de pourvoiri tous nos befoins d'avuir fait preudre toutet les mutnitions de l'atue de.Nautts la routes de Tours et de Sausmur o es fusent alrtspuut grofir quelque temas la r'.fl': des r f'ourcea dcs enutio i, de forte que cette arme, au momenst d'entrer en eaxpaghne fe trotuvafans un feul hallt fans nue feule paire de fouliers' f'i>sfillances ni fond$ pour cri acqisril, et que le fervicetant dis fourages que de l'artillerie ,.manqua uet, le a feptenlbre i, veille du jour o nous dvionas etrcr cn cauapa'ut ;
8o oQ1e cependant l'arme s'tant riafe en marche aia 1 itemibie et ayant vaiteu les bigands fur toUi les puutss ils fe tfouverent, le 15 la Irauteur o la jonction devait s'oprer avec toutes les colounes, pour Coiner les rebelles et iuvelir Mottagne ; qu'alors Roflignol, et Ronfin qui les diiigeait c'mme g:tral minire envoyerent ordre aux colonnes de Niort de Lson et de Fontenai qui s'avanaent for nous ,.de retourner daus leurs Calitonneineue rtfpectifa ;
9, e cet ordae panvenu au gnral Chalbos le q, occafionna la ddsoute de Mtragne et de Saat-Fulgcnr, ai Miektaski et Beitmr furent coinphettmett ,battus; que l'anu.ae de Myence ellemme faillit tre taille en picees quand elle fo trouva feaile et fins appui au cur de la'Vende
S leo Qjue Chalbo's ayant retir fes trois colonnes le 18 qatie viggt dire nille paniutcs tant Coraon qu'en avant des Ponts de G, furent acabls le mme jour et le lerdemain par mille
bri-,ands d'aprs une di'pofitiou militaire qui n'a point d'exemple que l'aiiac ie d Sumur fut ralge fur une feule colonne d 8hommes de front*i ptfcntiut ria lieux 'de fiantc ; que l'artillerie formidable de cette colonne fut place , fa tte alla les gorges de Coron pendant qu'-.'ennuemi nCcu4 pait lt l shuteuns dont malgr le rtoifeil des goider, on ne voulut pas a'empater, que ls brigands s'lan. cerent 1an obdacle for cette tte de colonne te faifirent" de not bouches feu foudrytieten nos malheureux dfeufeurs de bordes mitrailles avec leur artillerie mme, et en-firent un carnage horribls ;
Ili Qe'un dcret ayant ordonn l'extractioan des grains ur ls dIerieres de l'ramne tmefore qu'on pntrerait dans le pays ennemi, Ronfin et Roffignul congdierentIr eoMMillaitte chirgs de cette opration prcleufe firclt incendier des monceaux immeufes de grains, et,'abandonnerent ou brigands la rcohe des plaines de Dou, Thouars, Lourdon et l'fIc S.int-Atin fi abondaute cette ansne qu'elle et fli potr alimenter pendant ua an toute l'urmie de i'Ori-,k ec Qrre quand la i:.ciht populaire dc Seumut voulut denoncer tous ces faits celle dea Jacobins
les fitellites 1 0 0Que l'arme de Natntes ayant reu de Sautmur les 94 et 97 feptembre, l'invittion de regsgner foi ancienne pofirioti, avec piosmcffe de la faire foninir par les colonnes du. Sud Outfl que commandait Clalbos, les gnraux s'cruptelffaient de dfrer cette propoflron ; qu'elle fut matrffe en pau'de jours tes clefs de Mortagne et joigmit le corps do lelIroy l'un des licuteians dc ihalbos ; qu'alors un nouvel ordre de Saumur, du octobre, changea la mascse des colonncs ds Sud-Ouael pour laifler lar'me de, Mayence feule aux plifes avec l'enenemi qu'elle fut iuvellie par toutes les forces vendennes dont elle dc fit comnplettemeut la principale arme le 6octuhbe, Saint S:mpborien- que cette, victoire ouvtit toutes les routes de Mortague et Clollet 6 aais qu'au moi 1t o on s'ebranlait pour cette expdition dc;tive, elle fut pasalyfe par la defliulion des gnsais victorieux dont un gtsit dans

les fers.
140- Q,'e la premiere Opration du nouveau gf' nral de l'arme de l'Oueft fut de laiffcr prendrv aux briginds l'le de Noirmoutier Maclirko'l tg l'lt Bouin de faire vcue Mortagt.ae biler huit milliers de poudre qui s'y Irouvaient uun magafin d' lis 12 mille raciolas de pain, et pour un million d'effets de catopmcu.
154. Qda'apf l'expdition hlisreufi do Mortagne et de Chollet due toute ntiere la btsvouc do nos foldats l'tat-major laiffa.palrr la Lir aux brgauda qu'on po.vaihlaoycr deus cg e e 1 qta'oulu

..


~aw ~ /~ ~ iv'-'-


le tens q'fleeApoyeuent fi effeetnser 'ce pffage
il, r eieerat rih joute di'fiuiil i et l dau le Plus gand deLrdrc mourant de faim, et fas'i I'anoi quelle route tenir; qu'onleur laiLf& le 'ews de fe t llit*c, et de dig'rer un fyftrm*C'toi]Iitaire ; i
Q6 u O'efuhte on permit aux brigauds de prendre ctaOion Chiteau-Gontier et Laval, o silie ati'ocire tsre t ortraifcs ; que 4000 hoises ftlenent etvoys > la poufliie de l'eutmi furett env#lopise et anis cs pisces ; que le lcndcnlaa pour triarr ce dfalre Chanberti, e(ui eomimau iait t0o toumea ChteaauBrind eut ordre d'aller avec cete force mineure, attaquer l'arme victotiesafe ; ,
qt) Q'uapss le paffage de I Loire, u nouveau 4a sumanlaut de la placc de Nantes ,nomm Bririn envoy par les bureaux de la guette lafaitoutes les a.vrnucs di cette ville dgiriies, efas dfeafe.; nolgri'ot due qu'il avait reu ; qu'il. fefait paitir es w1lte teins in tr'fcr de millions et Go cIevauxfose 'efeite de J elaffXtrs ch val fun une toute done l'a-ntis ere taie tsit rat elfe ;
04i'-uO autte gnral somm 71nis, i recommand par les btreraux de la guerre comme le plus' brave. rnilitire de l'Europe s'tant.po t Vrao avec 5oo hommes pour appnyer l'armi de 'Outa,. vacua' le poeavant mme d'avoir vul'-et:frcni qe retir Ch,eau-Briand, dout la poficien tait ihaaceffible et les habisans dtermins -. vaincre il abandonna auli cette place la merci des brigands lotifqn'ils en taient dix lieues; 9 Qu'au moment de cette dfection Ria-' iuet dlarna' les habians d la Gaercle, Coraianie l'a p!us patriot dIlle et Vlaine, qui deux fois 3'ltait Lve en n.-fe pour venir au facouis de' Nanes o elle tait *ecore huit jours auparague Qie de la Gucrehe il Ce rendit Vitr f.atereff; inexpugnable qu'il fit dfarrer en oidon'auat la gaiiilo de-f replier fur Rennes qe la gisde naliarale ayant reu-le mrase ordre t des rcl-arato is auffi prcf'antes que vaines pour otiellir qu'os u ir ltpcr.t de f dfendre feule contie les bigasnds ;
-tiO Que le 1 batail'on- d'infanterie lgers
dil iue par fo.i iintrpide "bravoure, fut dil.rait de -la grncfan de Fougres, et envoy leul Ertse pour tepres4d,C cc pofie qu'oict'paiett aSoo Yebclle ; que fans raifonuet fLn ob llncc-, il fo jlattit -en dfcfpr fut rduit d huit deux cente b'oni.nes, ct qu'une compagnie de canonniers 'de Paris, dite de la Rutious, fu taffacre toute
-annee 5
tua QO,'apd crs 'dfaares la garnifon de FouCereea de' ige -cr fcnb invers de tout les principe, .t ill-e eun piled, et .u'aiots les froasictesmartiie,1rent ouvertees". I enaiuc 3Os Qi'nu rettlu de Gianville les brigands fureur repotuf di'une manier t gloticnfe il tait ti ie de'les enfeveliri'dans les marais de Dol ou'une aOntgirde feule de 3o Isotammes leur fut op4iue let battit deux fois de fuite mais fuccomba efiU tus l'avantage da nombe faute d'itrc fecourue par le gros de l'arme qut Rofflignol tenait fept ieuci du champ de bataille ; qu'esfue 'c.'tte arge ele.:rsrc fut mile en pleine droute; qu'au nombre des victimes fLtsfiies dans cette alfaie taient 9o BPielrois, peres de familIe, et rout le 4lergimcut; ,llie Roflignol s'ceL it Renurs dont il difpofia ',acuation et que le Morbihan s'iuftgea des le lenemain. a
'40 Qn'A Angers pendant deux jours que dura le irmge, les lhe::ctnans de Rofligliol, achs dans leur :meions, "'occspaicit uniquement de pr. paersutie fuite lorltCufl; que les foldat et gardes nationtius n'ayaat > 1 tre dcourages par cette conduite, parvatlrent feuls avec Mcnad et Beauptay repoullcr les btignd. ; qalos ils conjuicrent les oficiets fuprienis de fire-une fortie dcfiVc cOutrte 'ennemi ie droute, 'et ne pureut l'obtenhir ; que Roffignoi arriva fit Iseuires api- la levedn fiege peudant lequel il s'liait oiftr 'de faih eltationner l'assse ChtcaiBr;aut ,uaigr les inttances qu'elle lui faifait de la conduite i l'clncirai, et lis ot,jiUaritious qu'il rcccvit toucs les heures par des
coasscra- exraodinzreu,
~5: c-c l ncfl .:igo f ,urvn--aprs l'action e
voulut pas proftier de la droute (les brigande pour 1 s taillcr es picces 'qn'iihs laua Iarnqiileasent tanler, toutrs les ctotrc enirotnauts et Wesvoya pas nuQiic ,lg Flche 'ue colonne pour leur
< ,opeJlc pali-age. i i
u6iO. '-ae' rs b ttmeis etaentt oujonts huit o
dix lieees drsnrcc' ne cies qui pouvaieut par ce sueYeu comuittettre avc fucc, te,tes les l-i retrfa.; qu'eil 'fta f ient jointes au Mant que deux jours aprs leur arriv ers cette ville,-%'que le momtent o R,,figuni ceffa de coanaasder nos avtsCs, -lut le trte de 'nos dbtflres- et que la victoiie dc:five du Mais n'cl due qu' nue infractitis' des o'dre l top .c-ira. "
j'off, e pour preliv icrliRible de to ces fait$
io. La collection dcs pices ,rficielles que j'ai
Fe;s au dtiiit de ut pubic mon ceoul
de Nmtntes.
2U Le tnoigt, go -0e tous les reprfents-na du
Pojle qui ont t couaai laitis uationaiaxdats Ici
dcL1s. Vcldcs.


? 44o >

30. Le tmolignile d tous let fldats det diverfes colonnes de l'a t e de I Ou(ft.i
* 40. C lui de tous le citoyeu qui habitent les .dcp itemeu squi ont t le tbetre de la gueli. Mon accuauoos tiC prcif et folesnelle ; j'en
denid le ett an Comit de furet gnale, pour vrifi' ati tivCme t les faits et vous en faire, Ui rspprt.
eh!oisaieu. j'oferve I l'Affmble qu'il il'eln que etrop vr., que Phhlippeaux it.11.i'uatutcit Wuue tac-, lion. qui voudataht divifer ,les paerio rtr. J'ai t co1 mill'ah'o de l'Convetaliou pre5 'aime de la Veadee. Je d alre qu'il n'y a pas uifait 4e rai'dans ce que vient dedite Ph lpea. et je. s'eangage prouver que 'Il n'ell pas un fou iilei le plus grand des impoflesurs. Depuis long-tems la Convention iauio. nae a t indQtei en tireur furi>c qui s'en paff dans la-Veri." Je me reproch,"rais thon filente', fi la maladie- que"j'ai eue #te m'avait t I'ufage de la plume *sai- dats ee,-tromnt le rapport que jai fare- e4bpw& ; je le figuerai et le f.ouicttiai la Convnti nationale.
;Pltl;ppejt ia'mcmi n ,m cosuience en aceurant Rollignol de lfihet s .nais ce qui l'a engag laite cette dm f'he ,. c'cft la etsite d'tielui-mame accuf pour avoir provoqu la mefure d,*faftrtufe
dua. tepstsmalfe.

-Aek/ia, de 2'hionili., Je ne prendrai-la parole divs cette affite qui dvient particuliere aps avoir t gnrale et qui aurait d dire etafevelie avec les baigaada de. la Vende, que.pour citer quelques faits.
Je dirai ce que je fais: c'cR que Roffignol a dit lui.merae qu'il n'tit pas. fit pour comtiander une a mie, et je !u'tonnue qu'aps cet-aveu oU lui ait laiff fou coci/andemecnt. Je dirai plus, e'cfl que le confeil de gueite tabli k Saumur', et qu'on a appel .defaflrcx tait Dcelfaie ; car il Lilit que ralqu n di;igct la m6rch des-armes. On ,cevait aojourd'hut l'ordre du Comit de flut public de marcher fur Nantes le Indeniairm,, le gensal en- chef coxmandeit de u poiat quitter
Saunur. Il fallait dou-c une autorit fspericue pour indiquer d'rute mauiere invariable les mouvemen'squi devaient-s'oprer. Nos avons dc:sand au Comit de faf',t'public l, craion d'un conlil de gueure atquei ei gnernui, foieut tenus d'obir. Le Comiti npfereu va ictre lctrande ce ftt du mot, et de faforuetation que 1l, vcboite fe rauft dt notre ct.
Si ne fuis oblig de rendre compte de-la conduite que j ai tenue dts.cette milion, je ferai UIi,n, e ma corefpondanc" et la Convention nationale
verra qu'il n'y a point cil de trahifon dans la Vnd.Ie, mais que feulem qtlambtion d'hommes .qui fe
difaient eus-menes incapables de comuninder,nous a fait le plusg ltd mal: au .'urplus fi l'oun veut s'eu rapportee .un militaire qui a fait toute la guerre de la Vende ,il ei la barre ,ije dcetande qu'il fuit entendo: r.Le gnral W.eflermaun eh 4 la baire et demuende la parol,, lAff.mble la lui accoi de.
Welermasr. Citoyens reprfentans une bleffure qui ai'intes it il'xercice du cheval cfi le fnjet de mou iyagq >is ; je viens offrir la Convention u relie des dlpouilles facetrdotaht de L'v4qne cl'Ag fi 'fameU.pair'.le rle qu'il a 'ju dans la ci-dtVant arme e"atholi,ue et, royale. je viCus aaffi Vous affuer' fur ia tte que de cette arme forte elitoe au M.,us#," de 90 mille iomnes, avec une zitlrie foin idahle, ai .kx1flc plus un fcul conbattant; c-hets officiers, oldats vques, cornteffea piuoctfifs et aqaifts tout a pri par le f rles fiammestgt les flots: cet exemple effrayaut 0i l'unique da'ns lritfloire, et l.Europe tonne verra bien qu'une Republique qui comme le Pere ternel, dicte Ces loi do. hiut d'une fitte montagne faura l maintenir et rduire comme l Vernde chaque pys qui aura l'inbcillit de formter le paojet de rLtblir'la royaut enF iance.
L'Ahemble accorde au gnral les honneurs de la f( ance.
>Clarlier. S'il y a dans ce moment quelque cliofe
d'i'otaut lavi ,c'ea que la Vende n'exille plus. Mai j Citoyens, on voudrait'ertamrer une lutte entre es ollces eflimsbles la'Convetticn natip. uale d'it emp clier qu'on parle d ce q,i 'c1 p frt Liang s Vender "avaut que le COtnit de falt public oit Lit fou rapport ; quand nous l'aurons
eu8cla!t uvr4 i .eiide notO oller'nn 1u011b, pourrons fixarAxs ides. J- dtmande l retivoi de la dnondaaiot i Phlippdx put Comits de faiut public et del itt gnr4lc runis.,,
V Lcointre, d Yrfailels. te gnrai Wl ecrman
nous apprend .qs'il cil deflutu et:-menac d'tte srrt, je dCm'%sde que le Comit de falot public
* nois ale demain un rapport fur l conuduie que
ce, militaire a tenue dans la Veude.
Pllli~f~asx. L raifots de ldelflimutioa cIl fituple
* il a battu -les tebelits de- la Vend. r Merlin Ide lisvile. Il appar:ent su dput
qui a, fuivi une partie dc otaions de Wcfierlrnauu Sdns la Vede de rcure hon 1age :oi ourage r ret .1 f"' talenis' Gn ral- c ful.la il a toujours
combattu i, dame la nui de Layi, il a fait ras cent


d;;bles, Il ta't ~ssCa nier pour dlbufquer les e titis des hauteurs cout ils a'taiet e ats esnt. lier por les pottisuivre et f tfftn pour ICllea ger avec l'atme blan,,he. (Os applaudit.)j c" "' autre fait qui fera conuatre plus partreulisretnt le L'ourbge de te gnral. L'atrule de la Rpubtiq nttr e dans ClItillon repofait tauit;"e,l co 6yant les ennemis Oigns d'elle il&asr ue t o u r c o u p l a c h a f f e s t l o e t t e v l l l e t vil et re.
pouflcrtcuLt_ os.troupes plus de fix lieues. Wef. lerr*smn le faou habit retouffe f clntuifeCI, h0 l'bre la main, fe jette au milieu des ldtia, etleur dit que leur rettite les tendait indignes de fe vir d otmais la Rpubliqie. Tute &s oi 6trrla (-il Ou fuivez-toui. Les tloupes fe rangentaut0urde lui rentrent dans Clhtillon o elles fout un c,1. iage horrible des bsigatuds. 'i
Je n'entrerai point diffs les dtails d la'v pive de 'wef aeuent qte lesaItiOtrs lui scitdi clii 'eii,c qu'il iritit. je le dis r.i teriinant ,VWellrrm4itu eitt homme' utile, et qui, a rendu de giand tfe'rivac Pl
la Rpublique.
Bellegarde. J'ai ounffict le tmoin de 'la -r.anr, de WtVertitnn c'eil partleuliretutn hitlo qt'il en donna des pieuves ; les i, haie taielit dCourags il quitte l'es habits p riei'fe battre et fait des prdges de vdleur. Du, etnic. ment-l j'ava;, -fa dellituion dans saa ,o: e,,.vous penfez qqe je ne voulus point Ca Li sigc.' ( Ou applaudit.)
N. J'e demande que la C, nenion dcretlque '
Vellermaunu a ben rern.pli fcs dev.oir.
Ou demande l'ordre du jour fte cctll lr)OP0
finion.
Aprs qulqises dbats il ci adopt.
Ltroinafre, de 1,rfailles Je demande que lu 01li -- r
,le fail't publicgoit tl-rPe de nols faiie un rapport fui Weliermraili ,et rcil le, jUfq.u' ce que ce rraLI pt [oit fait, WVcflermann jouiffe dc fa liber ta
Let,affer. Ce dcret fet ait injurieux aVWcleroaoan ti
un houlare ui a biep leivi la Pallie qui efil
couvert de lamiers, eut- ilcraitidie panla *
libert ? 1
1J
Gorqi1leau. La propolition de Lecoiuire do ttr adopte car zVcimtr ln ci deflitu: ; t' d'apcs vl 'l'crets un. gnital dellitit doit tre mis un kti d'axreflltion.
La propofition de Lecointre cil dcrte
B;llegarde. Je demande que le prfident'inttapelle WCfi lanu pour lavoir s'il n'a pas Li lv dans le comit des br;gauds Chtillonr T;u5 ,'
plhn de campague 'art Saualur le 3fqu
t La bre. ,l, 1
Bourdon d l'O f Cete interpellatou d n i. :4
digue de la Convettiou et injuricule poti; le oCoilli de falut public, qui a la cofiance de la C 'llvciliOIt et:de la Rpublilue, et qui celtes la 6 hilc' je demande.que tois les dbats ccffe v Ibr'.man et quse la Convention at tizna t 1cIL
qu'elle a etdo A cet gad. 1 J
CCtt% propofition ci dcrte. *
Eulart au nom des Coms de la guerre et det finances fait rendre le dcrt I'uiant
La Convention nationale aprs avoir entenda ci Comits de-la gucerc et des finances, dctet' que les compagics de canouniers ttachen arix30 ,
3 e ,33e ci 35e divifious d- gtldatmerie stuti0lr, i
joutiiont povitoireusenr et jifqr'a ce qu'illC fait auxe entordotn, du traitemnt acordi parh loi 'du 4 juin dtrier aux compagiies. de casicil tiicts attahecs ,au 3ge ct 34e divifiois. fins
La Cousvenrin nationnle apr% avoir enterdfts,
Comit' de la guerre et dea fitaucts tur la reclamalioCl oi des tlevct de i'cole vtrtuaie d'Alfort d'rtCIIti quce ltratetiit des levte il',ires de, I'#a vtrinaite tablie AlIort pri Paris, l ,. i 710 liv. pai u coater du ier vitdasisnS 41

Sur la propotion de Gillt, l dcret fil!vngt g
fli rend u. Vael,
La Convention dcreto que la trforerie nsti l" tirsidri' la difpofition du ramulhie de lVintrtU, jufqu' concrres;ce de la o ,aie de ou,,mc li'i poir 'rclaevexiicrit des coullruciin t ~,
lat la (aile dos frances de la oue t g a rI
f-tab iffemacaut de fis Comnits do l'iitptia rit i dca achive CUIrge Cil dfinitif d'ce rd'Ci, compte fpar de chacuu de ces objetLa faac cil hv 3 heures.

..







GAZETTE NATIONALE, ou LE MONITEUR UNIVERSEL.

[ -71i c 0 !'d i)i d e ,ubiique lr uan ise uneet.i i e. {"9-1 ja.v'ei T 17., vieux .tild.)


AV IS.

,' Oit gaplrs etn Vreite piludi or n4 e rue cl e
u-, la S6 liviil'on de l'Encyclopii
ordre do *uIdfes co0.upefe -.
D e1 tepas ii du ton e Il de la Pliofaplea'ciunn
'ilm-sd ',als partie du tome IV de la Jlfieeine
D la9 partie .du tome Vi auif de la Mdecine
Et du toue HI', *e pat1i de l'griciaolure par
-lonin et Tcftir.'
'Le prix, de cette livraif n e/f de ti lvres es. ,jetUles et(de 9 li. bichie.


piO'L IT 1IQ UE.

T'U R Q UI E.
,,Ca ntantinoPle, le it novembre.

'A A'SDE tutT R e le comte do Kuafow_, a *s *udicnce du gtand-vfr il n'avait tienniglhg U6rr rendre magni(ique le cortege qli l'a aceom.
fsge.'Lesapprts du minifiese ottoman out r. tp ad d tut cet appareil. On avait entre autres dfem ,prpar l'htel du grand-vifir, une 'grande i Madt, d'h'abillemens ' la urque dcntles Ruffes
font revetUU l'htel mme. Ce fut d'ailleurs de
,et d'autre urhange de prlegs, *Jelon 1'fage
leai l pratique en ces occaflons.
'audiee folnileauprs du'fultan aura lien t fr~toesia. On y mettra encore plus de pritelti1!' et.plus d'importance. Les Ruffes prtendent bactinte, jamais, tien vu .l Confuantinople de
t~la et de fi pompeux. Il cfA certain que leur
ibiadeut a les moyens d'taler un fle oriental ; t'a l'ordre de trer nu parti avantageux de
jerlataufme.
pu| aonaele que quatre frgates taient parties
4egklplmngour cr ifer dans l'Archipel, fur les vaifhait de$ puiffaoces allies laabaffadeur raflfe a rtent la Porte un mmoire trs-nergique, o tlsi a dclar qu'elle tait refpoufable de la furt
tsit navg, on. La Porte n'a point fait de sponf
ci mmoire.
'0l 'o rs viiffeanx marchanda font, depuis 5
jiwr, entris dans le canal fors le -pavillon turc. Ils "a&Jet lancre pis des vaiffQux qui asborent le ectllo1 aux trois couleurs. La plus graude partie
* nefft des eqaqipages, de c e navires CRi compofte
0t tlata;.is tti le font mis fuite la protection dU'


SU E. E.

Si odholm l 15 dcembre.
IL *'etsit *itrod tt un agio entre l'argent de
Stuque tt l'agent eontant du royaume'; le gouverement a, pour s'oppofea ce manege dfendu
"l'atke du caf et l'ufbge de l'eau-de-vie.
;* kte rvifeurs d'Etat du comptoir des dettes but thlin leurs fances : ils e font fpors avec at
:tlasdou de fe raffeinaler dans s ans.
Le nouveau miniflte des finances s'occupe de
jilta'propres affermir de plus eu plvs le crdit u ablie. Oit parle de nouvelles inlitutions touchant
t tqua.
Le de ce mois le gouvernement a fait faire
eS ptleuee de l'ambaffade'ur rulfe Romntzow la *.tf catio d'nue ,life grecque que l'ou vient de

S ALLEM AGNE.

>Stutgard le ierjanvier.

L'OPNIOm gnrale ci ici u ane hauteur qui ne PasttlU. P S, vu nos mtioyen ,. indigne de la cauffi .frneia ff- L'aluee cutrihicnpe n'a rien, nglig pour affblt cet gard nos bonnes dilpofitions.; mais *iatlqueo hommes clairs fontenus par une jeu;ltfe t tisfnomreufe et iatlruitc, ont fi contrarier fini clat les efforts de l'cfprit ariflocratique. Nos i. td"bnt o ont ftuti u s. ayfansSu:b m, informs qu'un diitehnieitd' Iwpriaux efcortait la garnileuPiftnniere du fort VabanU, il employerent 't5st I le *ufes pobles pour leur fa iliter la dfer,t cela leur'a fi bien ruffi,.que la majeure
,a-t'e dei prfeunies eli d et libert. Nos gens ;89 ont d'autus plus foin, qu'ils lavent que ce font 5 JCU rlpublicaits de la premiere rquifition ",S,'abrg0g Iauxquels, aof qu' la fpblime rvto,t I l if s, on ecl ici fincrement attach ; suffi
>t'on pas peur dans nos cantons de l'arrive des
leurgnrtofit nous garantit d'avanc .de
tts hOlit- bien diffrent en cela de nos pauvres
Vofittidupitpa de Badeo dont la trille fouverain lain t fnUil'e de vendre la fleur de fa jeuiieffe aux 'a ilet O' le gazrttier de Carlftulae vomit a


journ$e'dei im'ications, de ssuvaiftsa p'diesions ci d'atroces a)eif'ges. par o'rdrtd la Cour vett aux Ruffc!. c:Otsiirles F quuair, qui s i'c fotuvieud duoe tis pi faut'le Rhin ; nous anatrs nouai tros au devatit deqa pour les nhrlff'r et leur tre utiles.

RPfPUBUIQtJE FRANAISE.


Cotseil gnral. -D t' s ,i'&se.

La Secttn des. Sans- Culottes ddare qu'tant infiruite que Viitri'e rvolutionuai e lfe copoie daons ce noitent que de dfettcur et gens fstlpecss; ele a arrt q'eclle paffera de mouveau la,'cpturc la compagnie de/ton ttrtonhffeneut, et q'elle invitera s 47 autres Sections a prendre 1 mme melure. .,Renvoy au Comit de falut public.
Les commiffaires chargs par la Comne-A$francee d'apporter Paris le bu(fe dr martyr Challier tmoignent leur recounai'fauae' au u ost'eil gcral de la maniere fraternelle dont ils ont t accueillis. Ils demandent que la Commune dit Pris leur secorde pour reporter dans'leurs f6a,r, les bannieres qui ont fervi la fte de Challier, et frui' icfquelles lont crites les derniers' paroles de ce grand homme. (Arrt au ilicu des applaudiffemenis. ). .

Plufieurs membres du Comit rvOlutionnaire de la Section de la Maifot Co uarne informent le confeil gnral que des ptiffiers font et vendent des giteaux la fve, ( dits de ,rois) ce qui tappele un bifarre fage qui couviens mal an gouvernement rpublicain ;ils annoncert q u'ils ont fivi contre pluficurs Ftifiers de leur arrondifFenen t.
Un membre propofe que tous les Comits rvolutionnaires foientinvits 'IQrvciller ceux qui vendent ou qui achetent de ces gteaux.
Chaumetie. Un Comit rvolutionnaire vous dnonce un fait qu'il croit dari'ereonx, et qui jutreffe l'ordre et la furet de Paiin ; votre devoir, dans cette circonftance cel de renvoyer pardevant l'adtmniflration de police pono ce qui regarde la furet de Paris et celle des fubftllancs, pour ce qui a trait l'abus que l'on fait de la fleur de farine qui ne doit pas tre extraite du pain pour alimenter la gourmaudife du rafle, vous devea piffer l'ordre

H4b#rt. Il eft cettain que ttrait 'fire une dmarche contrela loi, quo d'inviter les Comits rvolutionnaires prendre telle ou telle mefure; que l coreil l'et fait pour dtruire un moyen de contre-rvolution et de rallment, la malveillance ne manquetait pas de faifir cetteoccafion .pour noircir fa conduite. J'appuie le renvoi la police et l'adminiliration des fnbfift secs.
'Cet objet donne lieu , quelques dbats, et le coufeil termine en adoptant'le renvoi demand par

l'agent national.
Dci jeunes citoyens de la Section de'-la Rpublique fe prfenteit.
L'orateur. Citoyens, la mort glofreufe et vraiment rpublicaine de Baras ce hros A peine forti de l'enfance nous a frappa d'admiration. Le fentimncut profond de l'amour de la Patrie s'cft anflt empar de nos amcs et-nous avoas tons jur de marcher fur fes traces. Dj la Conventn a dicrt que l'effigie du jeune Batas ferait grave la tete des livres d'intlruction pour les coles primaires ; elles vont bientt s'ouvrir, et nous venons vous dempader la permifliou de celbrer une fte en l'honneur du bhios de notre ge. Confacrer notre vie entiere au foutien de la Rpublique,, et anantir jufqu' la trace des tyrans, c'cil le ferment que vientiunt pt'ter entre Vos mains les jeunes clevea de la Rpublique.
Ces jeunes citoyens termingut en demandant S'affembler paifibleMntat, trots ou quatre fois par dcade.
irard. Tout en applaudiffat att motif qui dirige les jeunes gens an vous demandant clbrer une fte 'e demandle l'ordre du, jour, ,motayk tr ut nde vos ~pdens trrts quii porte que chacun di'e readre lfa Section pour affifler aux,ftts qui y font clbres. Il fat que ces jeunes rpubliaiuas s'accoutument fdcrifier aux principes les petites fatiso fAetions qu'ils 'ourralent tc procureri ce qu'ils dewandent d'ailleurs fembleait faire d'eux une petite corpoxation.
H'Jir. Ces jeunes gens ne veulent pas faire une Iorporaton, ils vous demandent de s'affemblkr paifiblentent. Eh bien la loi le permet, en faifgnt la dclaration 4 la municipalit ; et Puis ils defirent clbrer la mmoire du jeune Bras, martyr dc leur ge. Ancune loi ne s'oppof cela', atnfi dqnc je Cis que le confeil doit ltr douner acte de lcur


i


dclrat'ioo, et les euconrage eu'no.mant.5t' Comunifiob 1ou laffiler lur 1'keu",
Ces propofitions fout adoit's, et le prfident donue ces jeunes citoyens'1e0 lfober d'encouragens nt. '*
Uts udthiniflratcnr des f ifiWanees anrtstnce an confeil gnimal que par lts'foins des citoyens dq Rouen ,la cargaion du vaiffa,u, charg dc g*aiua pur Paris,; etdont l'avetie pouvait f' ire craiudrc la perte due grande aie,;,:vient d'due pielquo totalemnt fauve. Les i(citaai-ot pte leurs fcheries, et parict rec e cty Etfln iel Dernarets a donnla ptreuve du plus ganA demitLe co.ftil gnral charge le maire d'crire nune lettre de flicitation la Coimnne de Rouent,, pour l'affuter de la reckunaiiice de celle de

Il fera auffi crit au citoyen, Ezcel Dimarets, et l'ous tu>m fra tranul'rit ats procsverbal.


CONVENTION 'NATIONALE.

Prsidence de David.
Dcret rendu furr fa rparation des ,outes, dans nuedes
f.irces prcdentes.
La Conventios nationale, ,aprs avoir entendu le rapport de fed Comits'de tzlutpublie, d'agriculture, commesce et ponts et ch.auffes, rlutii, coi-ifdrant que l'tat de dgradation de toutes les routes et ponts de la Rpublique et paticulirement des. dpatemens fiontieres et des ctes, nceflitrint les niefurt5 les plus promptes et les plus actives pour les mettre ciU tat dc bonne riparation l'ouverture de la c: tnpague prochaine,; que les moyens employs juf(u'a prfent m'o',lent q e des rfutois trop lents et tues-irsuffans par la matuvaie organifaition de l'ad m'iiation des travaux publics ; voulant enfin settie en activit toutes les reffoIrcea poflibles afin que le fervice des armes, des convois niiitaites et de l artilerie pufe fe faire avec la plus grande aCtivit l'ar tous les pointa de la Rpublique, dcrete: .
Art. Ier. Tous les travaux publics feront fait et entretenus aux frais de la Rpublique, comfter
du iler uivfe ; en confquecc c ious les grands ehemins ponts et leves feront faits et entietenus par le trfor public ; les chemins viciuiux Couti. utioiit trt'e- auX frais des dmninif.lati ns, L'f les cas o ils deviendraient nceffaibes au feuaice public.
Il. Tous les employ4 appointemtns for ces diffrens travaux feront falaiis en totalit par le trfot public, compter du ier ni fc.
III. Toutesle& troupes de libre diflofitien pourront tre employes a fetvice des travau: publics. Nota. Renvoy au Comit de la guerre pour l'orge. 11f;aio2t du travail et l'emploi des bataillons de rriifitz.rs non atmes.
IV. il fera mis A la difpofiton du minifire de l'intrieur jtlfqu' concurrence de la fomme de
*5 millions pour tre employs eu spaiations
des tioutes et ponts de la Rpublique. Sur cette fOamO, il feia verfer provifoirement celle de
1oo mille liv. dans les caiffes de chaque dipartement, le furplus.fera rprti entre Is dpartemets, en raifon de leurs befoius refpecif, .,lur l rapport qui en fera fait par le Comit des pGnts et chauffe,.
V. Tout ce qui fera d aux entrepreneurs des
tr vaux Publics au Ir sivfe prochain leur fera pay fur la liquidation faire par les diecoiies de diftiet vifne par ceux de dpatemeut, fur les msr. moires arrtls par les ingnieurs en chef.
VI. Au 15 germinal pochain, tous les travaux nicffaites pour rendre let routes et pontspratica. bles feront achevs.
VI1. Dans les deux dcades qni'J'uivront la publication du pfent dcret les ingnieurs en chef enverront an confeil excutif provifoire, l'tat cflimatif, par apesqu, des sparations faire aux toutes et ponts de leur atrondfl'emeot; il y joiudrouit l'tat des r parations qui ont t faites depuis un au et des fommes qui ont t employes ; ces tats feront divifs par dill'tict ;,le confeil excutif les euverra la Convention nationale avec l'avis de la Commifflon centrale des ponts et cltauffes, le Ro nivfo prochain.
VIII. Les adjudications des matriaux pour les routes, et des ouvrages d'arts pour les ponts, feront faites le,:decadi qui friivra celui de la pulli. catiotn, par les dircectoires d diftlict, en ptfence de l'ingnieur eadinaire de la particde l'ouvrage qui fera l'objet de l'adjusdicatios
IX. Les adjudicataies donneront une caution flovable et certifie,
X. Ils onmenceront les upprovifio"emenas et les travaux dans la dcade qui fui'a leur adjudicDtion. ils les feront vrifier tous les Mois par des ing ilicurs ediutaaitcs

..


- ~- ,i s~-a,-~ w~ w-


Xti. es 'feront pyh .1r- le3 reevers s'di,iet
ur et mefnt de -tvtagcs1et des fourniutes "d'a prks 4es tats defitiion dreiffs par lt sing. is>igiS or hurares fu' 1< cetiflCt de l'innieog r emi chef et le iaodat du d+parirtemet -.
XII. Lesssiguie p s en c r'l fsout, de frquente$ oiriuee fot ls routes et atlies ,pour ctlrrir es

XIII. Les admiiWatoias d diflrct' rendront
ourupte le ier de chatlu Pois du pogtrsdes r, ,iparations et de'l'tlat des routes celles de dpart-'. bert q.i'fusrvc'iterntit l'eI)etble+da tavaux atipro1louice-ont dfiunitivec t fr outet les, difilets et d'jp;ss l'avis des, dilrir 1s.
t XIV. Les reprfeuaus du Teuple prs, les armes et dati. l eksdpaieme!as e, n1peteiout,.tous its travaum"-des routes et ponts qu'ils aurotit occealo de asc ou ir. -+XV. Les ign;eurs nepourront fe dilrai e-ni 'tre liAruims de leurs travatix 'xcept pourt les objets'
au+q3$ femvlC' des 'srane ." .'X+I. Chaquo adminiftratlon de dpartement
i,;rttdra c oG>pcL au 'confe'excutf, et-juaflifira de l'emploi dca fonds -qu'elle a rcias ou impofs et employ's jut'qu'au premier nivfe. Elles rtablirdn i ns lescgf d-i ils aurout t tirsjles fonds ai, leur difpofition par.les r@rrfcntas du Peuple:
XVII. En confquence, les difpotitions du dcret dU' f.vrter ,d' rttr -4on' rapportes. Le confuil eic;,ctsif. rccordcra' lns de fonds faifart partie des i+2 nmill;oqt attibus Ctette epoqrje aux rparations des uutc8s ut ponts.
X.lI1 Le c.f'fcil excutif r.ndra compte.A la
Con' ti'on .et jaffiflera ,"e 'ctnloi de' .e 20 rmil-. hlins,'ati 20 n;fe ainfi que de toutes les opratic,s facrfa 'equ ils aura luivie rclati':mecnt l'exCujuti du prfe+ut dcret.

A CD 1 N~~1 IVSE.
les adin'tti>flrateurs dt la Crenue demandest erre :':osif' s faire abattie les Chte.ux forts qui [e trou, ent fui leur territoire et qui femblent menacer 'la lebit. ,


440

pritett tfavot'iferait+ bea%crnpd e- l&cet. ,qui out foi le tertitolii de la Ripubliquo pl rant1lc lige r.e Th;o vls ,e et tcui retele L.ult.u 41n k
>lonets, fr lev .;-il dende ds ivdus ne
puiffaet ar.tiper ,n c bi q .
Aprs une lgere difeufilon le, +i)jt. prfea* e (: adopt avecI, l'amendement du Mlju ,,d t Thionville.
Le citoyen Brcconrt, s'annon nt fdp'lutn., cri. qu'il fati a rendudinsslF feiisec<,I;qnvention s'il avait eu feu pouvoirs ; maisqu'il les a demands L inutilement, Il.pjo.1.flu'nn cumiffaire d la SOc-t
tion d la Mountigel'a fait' hretef' au aVsii EgalitJI c0uin e dfeteur, c> couduire la. Concirgexie ; (ue depus"on'lta rnit entre l'' emant d s gei-' daimes qui le onaifet. . Orlans c r uil so!t.
Il prie I Affemrble de fe faite rendre omnte des' motif de la ctndiit+,ten u ton gad.
'Renvoy au Comit des dcrotu.
Moinel, organe du Comit des dieretd ,'<' lP'efente lia t r.-ube., pou'n d4 m0|"s r''ls lQtar de la lettre ci-deflus et affure qu'ayant vrii, fur' les hles des upp eans e dsi d-putes iny a pas. trouv r nm de 'Breeurt.
D'aprs ces' clairciffcmens, l',ffetablo, renvoie la" lettre au Comit de furet gnt4le. .
La Communt de Rqfai crii :"Nos 'a ,on' fait porter la t ejoriie l'or et l'ater ds e1'Itfs les laubeaux d' toff' du fanatifin'c ont t dehi's; ci fervent couvrii nos' e 'cuf4W; 1re faints de 'bais f'unt bls etn ous ont chauffs un+e fois ;' nus vous apporteas u c, fomme de 5.o liv.pour fubvcnir an beloius des vaiulse, s d Toui.a.
Rr'raim fit dcrter qie tures Ii- pirefad, ver$ qui le roll tadr ' 'b Cn'venion, sacfersont plus iufl'es 'ais B'aI.'in .mais etvoyes au 'Comit d'isflrnction i qui 'les'fera infter, le juge propos. '
L'Affemble dcrete en outre que la lettre du Comit de fur'ti gurale, adrefle' ai c s dmiiitlratfs ., fera infI,, au Bulletin.'( Voyc gtc pce


jshtee tes propres atr t ta.liecn-s 'utoi(,' et la f6cilit de l'e procu:er ten Places par des dioe en. lean' s "lent
'etnru-I uzatr .iC, l *trce lemis' [osrct u et) ll. d.,vOi r1 ,; il'veut, que, leurs couoaiff1,5liee .s ,!cs vers l'agriculture ;1la ., i 1 .'," toit des at, liets d t>sutrta1 Les, oiti d l .tg ceiessa ruraux 'toit rltie d'utres . que ccct gdes mtes .j"g r, d. ,.tetls
* ch[ rulnraient i lXFe. i,ter si icpal ,- lis,, Ire laatge o.r tOua lfe-cite.
l.u to'i le. ru de,, er: m; CO!)1., ldeur faire recueillir le ruit d rie l'' itce ret 'de' pag'am:ui des, dcouvcties utiles. E tui Ja eortouequi ponsrrait exhllC on
rentes& e iistna ut'lc t'ae si~m[
1 rll tl,,( w le r p o tA Cetr
oanura *, l'us le rapport, lufit de la fur mrlatc et du pet fectionuementintrjtietr des tab"liff.tart foit rn.scns.md+aogmentcr les reffoutees hratlf.,
trielir's de la F,'ande cie'de li Ionuer de l pi pondrance ddun les al'es ve od 4
l.elles fout Citoyetrs,le'vues,"non de
ms u,';tilit et d'eg,dition intimic>ent ihet,& i'tabllteiaacnt des hnft,i<, dut ous svt ez facr la formuition ; telles fot dis-e C Ic ou0 fix ls 'rcg'ttds de vatre Comit dan l moire du citoyen Dillon et qVi l'ont dtemzini vous propofer, d'eu dcrter l'impieflion.
4L'irar pcEou aux frais de la Rpubliqe eft

,, On, ne trouve pas des mtaux preinxdas h cabue du mndefe colivateur, cit le rbc re,
-fyndic du diflriet de Saiut-. ffr:quc. d'artement d" l'Avcyron,,mais pour cela nos concitO)'en noV, ifOrint pde oins'emmjrrffs de venir au fe4coure Tos braves dfenfeurs ; il ont dpof fer lauel d-' 'lbi"p.tire 15o Couvertes, oo chemife ,140 faies de ba', 400 quntaux de fourages.
Le,rcprefepta ,t du Peuple dans le dpattment de l'Ai c it dc Bourg rgnr : ii Cette ObCi, t'atne dont l plupat "des ':,bitas s'iaieni laif
p ,.1 Fi 1 l '
eggyepr f s mlvCillaps, c ar enfi c r c;!,re s
faux p t 1ote font cu .at d'aire'flatioa u le Dn


Revy a *nt "4 altp' .i.bt~,t, la. opetRnition abandnet csapI
Revya C., de t .+dnnte.d aaialnt. la ra tifin. ,)ls-J tcrrne t' lettre parsanno
On'renvoie au mme Comit une ptition des Ma d it, ao nMm 1.CenCit des fe-ours peblics. Tout e"aleot b
'$aus-Ctslottes deThiers, qui follictent un dcret qui ce qui peut 0acclrer or pemnacioracr l'e cution-d ffct1 o de .8 qa cs decrieet basci4 t ccre -o pelil er 'egcaton d"l prcieuxe qui ont 't deouverts idtis la .'.lqurfire' les bleas'dres dtenus juqu' la paix, pour de vos drets fur les feces publics ne peut ma'ilu d'tsnt pticulaer qui a t tis pedantl indcnaifcr le trfor puLli'des'frais de la guerre. manquer de vous intrefftr c'ct fl'unt hjt qui 'y fi dcul a tile' l ui et p ls 'Il' qj etq u i bJY.fi kg c d e h v ille d e L y o n, e t. p o rtan t Ic i t ni il
omun de S n .a e' qu',lle a apporte que Votre Comit des frcoors m'a charge contre 'ra patrie.
La. Commune e u,,u,,,q e'laevoyc de vous eatreterir.p
la monn, aie 133 nata 'dargenterie. Les grilles d'e l examit av.ccattention un mmoire selatif ",La focit populaire de prcfey annonce' qm t'er font couvertie, eia bifeasy.s, La Commune de Pot-Audemer ait dots de le cCtor$euL DClqu a artle ncanfcte rLecitoyed tienie'San.fon.ft.don .t ,'
deux ents paimea de tuliers et de quatre ceas d'italie, Cmais-qui a adoptl F iseta 'e fa trite de cordonnier. heails. Patrie.l1 .
L'auteur dansce amolre intreffant. par fa me- Mainei obtient ,la parole. Il expofe qiss0e15 Let a tusdu Ps-dCalais fontpaffer thode coure iai fo objet dduit fes ides des aflignations viennent d'tre remtes difl'reus d'les p erauxdes ventes des bi e s dc i, pntcpes dos droits naturels deil'homme. puts pour,, paratre comme tmoins au ntibutil
I grts r ea. Il s'occupe d4.bord des tabhiffemens" de bien- rvolutionnaire. Il fe plaintque /ouvet il attira
Dans le dillict de Bthune, dem biens de cette faifirce. Pentr des vues qui ont fevi de bafe leles iepr ,tans .fort obligs de perdte de s ratuSe c0l1'ra l'un 32 mille liv. et l'autte 87 milles, auz dcrets que,.vous vr dj rendus (tir les ta- trois jours alvant de pouvoir tre entendu#. .! ont t zudus le pte'aier so mille liv., il efcond blifferens dont il'agit, il pote les segarda de la deande que la Convention derete quetoat dl. r ''44 mille. ia + quehla vcnt . ete que 1W d.
pitevoyance et de' la:-philantropio fur la saaffe de putetffign comme tesi ,fera entendu 'l'heut, Ai S. irt-Ouier, ,un domaine d'it,,r valt 28o fe ue'u q eflin.c Ict les mau paffagers et, habi-, mme porte par fou affignation, laquelle lui fers mile liv. a mont la vente i 700 mille; un tuels qui affligent l'humanit ; il y joi't, dans l'ap- donne domicile. antre can a t vendu '67 mille liv. qul n't phcatiot, le coup-d'oeil d'un homme, exey dans L p fy d dpartement du t
t eflirn qec 55 mille. la mcniqu ot 'la pratique des ats ,il 1gradu e nnoe ue lntocrreur sav atns etpd d
A Veidmn bi.-n flitu o5 mille liv. vsent jour ainfi dire, les. reffources fu le d.egr do mata- naday la chapelle du feu vqrl dp Saint al ,
de le vendre 252 mille, heur,+ dont la guerre ou les accidens orditsnires peuCes duvetes annonces feront infres am Bulletin. veut frapper'es concitoyens fut la natirte des in- fqcendre la mod a re.
firmts for I ge et le fex : et il tilife ten m em e
L'Ail'emble paffe ai l'o-.dre du jour fur la pithion tems pour l'conomie et les arts, les 'tabiffemeins Ou i une lettre annonant le fait faivant: d'uie l'ocit popl qutifollicite un d cret qui propras les recevoir. Ses moyens peuvent, d'un ,i u e 1 to u t e s 1e s f o l d s p o p u la i r e s l a f a chi f e . . : ,e s d e) ) 8 il i l L e c i t o y e n B r u n e t f o l a t a u d u i m a f l 0 e tse o ppe ct dmuer les dpenfes de es eali'emess du le2e rgiirment d'infanterie,. a t atteint ljaa de' l,:rtr,'a, on onelesreonrce il$ rnitt 'd'un d'u boulet de canon qui l'a renvel ; les camafdel La Comrur,'e de Grenoblc fait paffer Q mare sautre ct, u avantage plus p lc;ax' ;ils font- .'ayant relev il s'cf cl :Ah, lis cOqtsiDs d'm,' terrie, et plaufieurs auttresdons.Celle deRo- doi'vtant plus propres :adsoucir'les -mbaux de ceux dqnuct-moinn futil que je leur euvoye enat Due ch, tb r entvoie l'r:at des an breufe-soffrandes d. qui doivent y htre admis, fmbltut leur' balle : il a -tir le coup de fufil9 et Cafl retirlt
Ipoles l'or l'autel de la Patrie, par les citoyens de donner ou leur reflituer les laclts dont la Nature c r '
les a p ivton q:l Vive la Relit4b hiq t+e !. .il
cette Commune. les pivs ou qu les accidens leur ont'enleves Leearpentier, reprif'utasnt du 'pl dan$,lceW
lent rocurent toute l'activit dont ils fut Capa. pttement de laManche, u 'il v it '
La focit populaire d'Uzs et celle de Lodeve, bis et les tirnt ainfi du tatdetorpeur galenent't e e
dexsaedet que les miui{fres du culte hotiae UC deflructif de la vie phqfXue et morale. u'. taom crois ies civiqucei qui ont t l'
'o.ot plus taLaris par le trlor pull. L'auteur ls avec tout l'appareil eonvrtable. Les' bsbltA a
traite dans lesmecslkv#cs, etavec des des 6ommune, qu'i a parcoirues font i le' Phrilieurs Communes des dpartemeus d e Sei e etdtails galement indtifarti Oit,: et' du Loiret, ,dp'et l'r l'autl de la Pat'rie blique et auxindividus lie"organif' aet-de quantite de dous patriotiquei. lifation ds tsbliffemcns de travaux -de dteioia et,
de corieios" L'Agmbleaordonne dgalement l'infeOi,
Srt la propofrtion ls rppoleur du Couit de, Une pare db fou minoime ele cotifacre des "3lletin ''ne Adrefre d, la Commune de. 0 lerlaror l'Affc i: eeib* d cret '"qu' l'ave ir les pu- obfervatiols et A des dt l p'lcns ntjlc fue la" 4ui uni ce l'envoi de u marcs d'srgeite . p ro rfeutalnt du P eu ple G uim b rtut ,- qui e pole ,
'ie ,le laS,,erion affcte au popri,airc .,et dans Caution ou de furt qui detleMau la runion aprde. d P b i dpnte il
laq lle limmeuble cil fitu et que l's dhtli e l>fiees indisids d s t pluiuslu occups
'la ata.inc- et quinzein etont de dixaine Ct vingtaine. quel qu foit lent e ileur-fexe,]leur exteedee phv- ece an leu tu n des s aff gasis lupa otie Mtl1tre
Merhiu ta5 a ppOt forlis p ri" on n pIyau ecre lans rie in n de&lers ffaires arinl ,o
Il lin, de Donne, fait u apport fur les Pitt ique oa morale, oa ne 'doit jamais, oublier qu'eoilneanferait l tiu d 'phfiuts citoyens du dparteuomlt de la e qutdes e,;toyvns qu'il faut om 'lever 'ou CGtur cetie dla Courenio d'e ans or 'icfet P, .iiftlcle qui ont .t dlares stiigrs pour a'oir ferver pour l'Itat e Pour l'humanit. Cleft dataces tile de prs prttDcip F,qel'auteur s'occupe de l'inflcion trioes
pfd dans l pays de Natl-au Sitibruck, un l r cructionpro
aitasie de t.eurs pour leurs utlics Il propol de C dln uz ahiffens dont il traht ,, fosmer Chuzel, ausIotm du Comit de fnrvilhnOU ,tdl
riet cette affa1i1 devalit les eeprul d l'aie de. utis nourrit' celle dos autres, enfi "marchs fait ailoptet unu eicituctiD1 pou r
march, tMt n"Plo.ys .,t
tupiel qui pourront les .Cquitter s'ils ne le Ifouttendre s'il fe peut, celle de qnelqts-ts laqid tre pufee le x5 pin l la, 2lets ptIlit plus de huit jous., dignit dont clhi 'efl dgrade. de cheva dxdes charrois et des con5 d. .r
(I termine fous mmoire en exa Ciuant les moyens 'ie, conformmcnt au dcret du 6, qui o'0 Meaiu -is Thaioovilc1 ,fait ofnvct qe le Il rt qu'a maiteuant la R9uIliq priut haboifit la s ci rctal dP ca d ttratau,"


"1)


aa



Ni>
i.
art

'
'de

Il
teI~ ;Jra ~'tat p
~em ~urIb trs~ ha~ 'vs>' lia tsb~
'v
di
At5Q usa Cas
lot
lit
1, mit flic'5

'lest t~itt ~Itst
hi f~

ham~, fane; lanifs ans r ~l<~tt (tIti, gliat,


,t5)
'est ~
51$.

..











eroit rontare de l3ourges, ecrtit qe hrnal'vtit voulu 1t -ervnl" (li pret:xte de la
ita)i Pour C>ct dei tr6uble: dans le Cca.paues, i q ut ttiu$ Ifs'projets hibettieidei ont-t iljoud
fanfUe ,des reprfetaus d u ep ple
,c tt .a,.du partont r es, et tout tdr

Sur. le rapport de Merlin de Douai le dcect fui.

S,,La Convent}o natonale aprs voi+ entend le
psport de fou otrlit de lgitltiot lur les muoyens ,le farrder lesdtpolitiors de la loi du i xt;
-< (s relative a la police, de furet gsraI. "'' t s difotitis des lois ulbftiientes, et de fire cefle:r les"dfnituhs qui entraveut l'excutitu
ee unes et des tutres ,,derrie-ce qui fuit
SAitlr. Les msnieipalits demeurent lpciilement
chlrgei, co crtmrsin avec les cotnits de tur* -'ilanrC on rvolotbntiet i des fonctions de la ,.ie de fuet"gnsrale polr la recherche des St eneS as a:tentatores A la libert a/ l'ifht : eirt .tf0divifibiiti le la Rpubli(%e, h filet itltieure et cittsiCUro de l'Eat, aiufi qoe (tes corn-Iots teudans i rtablir la royaut ou i tablir 1:titp antre autorit cohtraite ' la louveriure du
.l Tous cen K qui auront cauntailfance d'un dlit
Uat la qualit rou,:e en l'4rticle prcdent feront .e'tus d'eu donner itv, fur le chamrgp ti la rneiicpalit;', ou au Coruit de fil v< ilance ou rvolutionS; et der faire ar fcrtar-at de l'un ou de .l'utre' la. remife de tontes les Iaieccs et rentgre',"aet quiy ferot relatifs.
"Ii, lL ninniipalit i, oit le eo'nrz de furveil.
,ai:e il fera, fa1rt dlai, toptes les iufuruat1ons nS, effaPrespour S'airrler dru corps de dlit et de la
:ltfoone des prvenus, s'il y a lieu.
IV. Dans le eap o le mandat d'arrt ferait dcerni
totire nt, ou plufienrs prve.us 9 la municipalit
ra le lomit do furveiliauce s fera, dans les vingtatre h.,ures, paffer au dircctcire deJ dilticet les pisss. proeis-vrbaux ou interrogati"es qui auront a lshkrrurn le.mandat, et la rcpifl lui en fera adrtf fins dlai.
"V. D'Is le Ilgt-quatre heures fuivantes, le difetoite du ,difiriet1era paffet le tout 1) il',iccufateir
*. "rblj do tributial tsvplutionnair' s'il s'agr de ,ctimses dont la coniaffitce exlelfit'e appartient ce ": ~ 4l l. ou , l'accnfateur publie du tribunal eriosi.
; ndkdeparteuet, s'il I'ag!i de crime compris
'tits les lois des t9 mars 7 et rLs avail 1793 et frmaie derniera. su Le d re eoje de dtrit y
:jidaes notes et retleig' ereus qu'il fera en tat
de fuinr; .e il lui en fcsa qpareillement .evoy
to tit ui rcpiff.
:ii. Touti O'd lltaire de la force publique et
ni iopt citoyen peur conduile devait; la muni'isli* ison le cornii e furveillaunee a5 usi homme ncfirruiemmt fouponu d'tre coupable d'uts dlia
ceatre' la furet gnrale ; fauf la elponfabilit
d 1gi le tas o il aurait agi mchaamment et par envie
"'d Iiire.
.VI., Les difpofirione de la loi du 16 fepitubie 179t k]oucetiant l'eXercice de la police de furet ,,t-taisme, obferver par les juges de pait feiofi't .fivics .par ls municipalitis l, et les comits de .prCrillaae si en tout ce qui un'ft pas couraire au
pttcut dcret.
sln cas d'om irot ou violatiot de quelqu'ue
,t1 fataes piefcrites cet ga rd par ladite loi, le 1itlbtstsl, , qui 'admiillration de diflrict aura atais les pie'es pourra fuivant les cicorl'!traces,-ordoufs que les procdules feront cilY5yn lamu nicilaal h ou au Conite de furveil.,h.'e 1qui les aura faites, pour en rparer les dfeelubfi lP5,,
'.VL Dans le cas o,l'on porterait devant un juge .d x ia dnonciation d'uts ctinte de la qalit
u premicr artucle, il fera tenu d'en prononerte enoidevant la mnunicip)aliti 5, Ou le
Ceumit de (iveillauicc, il et de.- fire remettre au
t(rctuia de l'une oa de l'autre les picece dont la 4 OttCi5tion pontrait tre"appuye, le tout dans .leit Vigt-quatje heures et il lui fera dlivr un
i'~ee dedefrhites pics ainfi que d foun ordon.
de nvoi.
IX. Rdprtr1quamen, les municipalits ,,a Co. : s de fulvaillaaccs et admisiflriteuis de dif4ii is font tinus (le renvoyer pardevaut le j ,ge de 'tit ls prventt dit atits ordinaires qui',peuveut ",tsartrt dF,s ;,i et ils ne peueCut leL renvoyer ,.r Iatnnt devrant le e diete"r du 'jur .que, - ou ceii c cil autorif paa- la loi faite
ha ftio~riCo d'oflfiiiers de police de furet. a,
X.iu~ ' itlqons de la koie de fsaet* dans lca dclii, teiti idiferdit des aflguats, aux fubfi;antccs
t ttrl'tnfatityn dans les effets et bieus tationaus,
t *tie lgtag, A, la comaplicit d':nigtation, A la
i dilhibution ce introductiona de faux lliPi, On fart I'sontaai su
X l. nefu pircitfcacut drog en rien, par

M15) cn t ,e qui' d'ln cc projet de dcret ,'eut
7 Ca ixtrait d. La loi du a z aeut


la prt(rte loi aux difpofilwos are decreti rel,: tifs 4 l'4rrcllation des gens fpect. s XII. ,, Ls dlf vti!oua de la loi du '2 aot 1792', qui nl, Ilt pas coltprites daws lapteuntc loi, ftnt rpp ortes'. s

Un fecriairce lit les etttrCs f vatUtesl'
Carrier, rai, fj tati du' Peuple, pr s l'arme dc l'Oaf .
-- .Nacs. * le 5 dkit'Jc.
je mrclle de voila apprendre la prife de ie
et de la Coasmnune de Ncirnsuter r ar les t oupes lh Rp bhqe, je vous en tr4ti ,mettrai les dtails ds qu'ils ue feront psrvenus. Je vous annonce en.ore quc Gharrete qui,,dcpua lIs Hes.ier ufqu Maihecboh 'avait ge ,fi, fi
Iiande ,, e! tait eatup-f de e dernier polle, eau t lhatit le 1'3 pas nue pairie" de .-la- divikon de .Clt-bolt IV et luitoni par le. braves dfenfcurs de la Rpublique dfign g uits le bsoted rgim'ett cldArnagnac qi ont fait mordre la butie e oni 30o brigaad3. Leurs ptres les frveront-il de la tuit trs-rochaite qui I's neila. tous. ( Vifs applaudiffeueas. } ;ig, CaR .aut.

FrartcaJlel seprrisbaut du P, uple prs "rme di lOudei.
-Augers le 17 ivfJ.

Je t'euvoie, prfident des exemplaires dliju emeut du tirop faaa cx vque d'Agra pifideut ditconfeil filperieur des rebelles do la Veude AClhliUon. Il a fubi hier la peille due aux coute-rvolutionnaires, aux acclamations d'un Peuple immenfe. Au moin de juin ,pcdent, il vait fait fou+entre criomhaute AAuges avec l'arie, catho:que% y avait joui de toutes les prrogatives du pontificat 1fo' u' recouru mme i la fouTberie de lYpparition i S.riu.t'prit ( de la Veudej fous la fomme d'un pigeon blanc ,, pendant la clbration d'ule meffe atchi-foietrnelle. Plus modelle dans ces derniers temis, et toujours fourbe il l'e ft:f4it paffer pour le fecrtaire de l'Efcure et n'a 4clat l'a vritable qualit que quelque tnis avant fa condamnation.
La veille avait aufli fubi fou fupplice un exdput l'Affemble conflituaute, par la cidevant nobleffe d'Ansjou ; Laplanche, dit Ruill, qui avait fait les fonctions de maire on de prfident du Comit provifoire cndant le fjour des brigands Angets.
Ces contres fi long-tens, dshoeores par les royalifles1, fa dblayent de plus en plus des dcotnbres arifioeaatiques,' et &e'evirunent dignes de toute la folciitude dcs' rpublicains Franais. On y applaudit avec autant d'etithcotifiafrne, que dans route$les autres paties de la France aux fnccs rapides et bi'Iaus de',arreses de la Mofelle et du RI;u, Partout f faut entendre les cria de vive la Rpublique gloire frs braves dfosfeurs !
8gr, F'tLANC ASTEL.

Lacole et Battot, rprfenizans du Peuple prs les
aisaes du Rhiu et de la Mojlle. Strasbourg,
le 14 nivJe.
Nous avons t Spire, citoyens collegues, co(uie nous l'avons annonc dans notre derniere lettre. Les ennemis fuient avec rive telle vteffe qu'il eit impollible de les reoindtre; mais fi "les hommes chlppeut, les magalins retient. Les chasnutes de Suise ont isill pli3s de '1oo mille pots de vin dans liur cave,. le grenier tait fourni proportion ; la maifot de l'vque tait remplie de fourages , euu-dr-vie et comeflibles de toute elpece. Les niefures les plus preffautes font prifes pour tianfporter totias.,ces provifionr aI Landau. Les mtaux qui fervaient la dcoration ou la cou]pofition des moraumens de la cathcdrale out t galement enlevs les faints diogs 6.ooo cietges deballs, quelques ciboires et autres inltumens de fottifes, fonrdos et les cloches hrifes, le tout pour la plus grande gloire de la Rpublique.
Les caiffes de la ville ont et temifes entre les mains di payeur gttral ; mais elles ont t vifites fi ouvent, qu'il faut peu compter fur cette reffource. La douane tait remplie de maarchaiudifes de toute cfpece, d;pofri-l, comme t uV iet de furrt,1 par les arillocrates rnais et trangers; cette prife, de la valeur d'un rqillion, tournera au profit des dfeVsfeurs de la Patrie. Les riche& habitans du Palatinit .ont migr ; nous les traitons comme les indignes Frianais dont ils ont foivi
l'extemple. Nos troupesa le fun avances jufqu' Neulad et F0anekead.
Les enlemis Oit abaulon Leifmerslim Se mille quinttux le fourlages ; 7 Germe0sir 7o
tonneaug de farine 6 uiIlle fac Ad'avoine et 6 n1ille fses de, lgumes fCC$; Meekflal 1 mille Lacs d'avoine ; A W ffnwcmbourg 5oe fufil, ,uan grand u1tnrbte. de tiralades et de blfs .mourans, qui il ont srrcae ibltumait'rment le ,peu d'alimers nihtlvetaieut de h ur difleibuer por fttunir u iaOant leur faible xifleuce; A Lauterbonrg des muitions de guerre de toute elpecebeaucoup de ful tit in argaflu inmuenfe( de poudre et 3o mille cotrvcrtulea 1 fous les glacis du fort Vauban 60 .oitures attcles. Le .touabre des fuils ramaffs de rutile part le montel pus de lo)ille.
Nous e eorlal)lOtS z dans l'nrim'ratdon de&
les peits nIg lits des partrul Cs que nous ' r) ,s trCaoo;uJi% la grandle msiffc.,Notre attention j,sttctuljcrC i flaa au n mn.uocat d acrnl htasc


l'ens Led lmena font dtutcord 'rsec'uous pour faire la guerie aux tratrestezRIisviei t d'eugloutr s50 li,. g; ,ui f,alesnt .de ielfeboUsr, ,lun aile e. joindre laame dil.brct de Cou ds. .
Les officiers uisitcipayux et le cortsatandatir de Lautesbonrg ont o nuss deueut-: utt' t srl4ie pourles habitans dkcette villei, qui ronat fuivi les inii(ts Autriclhiens dats lest.-uite. Notre v,aonfv a t de les faire arr .cr utl.s-r'h+cs i t rleur trv'taa fera examine de a'tiete faire coinaue u : t' a et-a t.ai tratres qu'il 'u'oat que la mort t attidrede la RPltbliquce.,Philip- Petit marehaiela logis durs les iitu fards de'la. Liberi qui'a tu un prtre tig '1VoSoUsevoje l'argent, le calicq de e cortni5a pOnr Vit faire 1ruer d'aatrea.tOn trouve uir'tous les ctsanitae d'es ceubicles d'cmigrs qn'is le" fontft t laute" cuni-memes de dfefsoir. l'>:e la Rphrblie !
Siglia, BAuorectiLAcOSTEi
Pjljeripnm, dr, St ,tivjl. A l'intr cliet coallguet ruons recc-e'tas tuc nouvelle de Ii.Wl grande-impottaicc; le f.meux polIe de K:yfeafljntcsrt cl en notre pouvoir. Vire la Rpab'iqe l
Merlin, de 7hionville. le demande la parole fat l lettre 'de l'arne du Rtin'.Ct,,y4rus, ,fi l'aur,e deeniere nos fucci n'ont qn'phrmetr, f nou avonutt tepofl's av c i'utnt de ptomtitudb que nos tronnplas avaient"t tonatus. usous deIns l'attribpy& faus doute k la pe.kidte des gntaux qui tr'hffaienc alors la Rtpubliqve trop gnrelfe et trop confiante, et notre fyfllme de l;hilautropi un'tverl'elle et colopolife. su SaIsiS ex inimciss*nflris. ,i l elictvon tne leon de ro0 eunemissi les Pruffietr matres d'une paitie'de noir teriltoire dans les dparrrtmcus du Rhin et te la Mofelle, D'ontrien laiff aux cultivateurs : chevaiux. voitures btfliaun de toute slpece munitions de bouche et ce guerre ils prirent tout., ils firet mme retntrer dans l'intrieur 4,e leurs terrils vos rquifitiorss de citoyens 1 aujourd'hui frvou-uou. des mnies moyens contre eux, etla libert regrre pour jamais eu vriaqucr fur les tyrans du Monde. Voulongs-nous fineremut tre libres, Meltouts irO ennemis bors d'tat de nous ravir tncore nos avantages. Eh bien C'ef eu leur raviffant les munyu S de continuer la guerre que lious y parviendtout que nor armes s'avancent dans le pays des dcfl. potes prenons leurs villes j'y confetis mais pour qu i trltant leurs. fortificationrs leurs ercle'Mzate' 'leurs nues aillent effrayer les unes avoc Icors roines que le Rbin coulant dans ces abnesutnouvCau y 'fafle des lacs qui difrnt la tyr.a'uie quelle eli notre force et notre politique. A la tte de l France entiere de cette arme de toute la Natiut appuye fu feu armes, la Convention natiouale difrudra de rtablir ces fortificatious, ,qui, fan rffrayer des hommes libres, peuvent donner des iquitudes a nuPenple qui a la droit de s'cil
dgage:. Je venu tre Franais rpublicain libre, et to,,jours libre avant de -vouloir donner la libert d'autre, je veux jouir de la Gonfliutnion qui
ne petit faire mont bonhiseur que quand je jouirai .le la p'aix, que- quand les lois rvoliionuaires lie feront plus inailpefuluble. Je ne fuis point' Anacarris, j'aime essluivement tison pays r qu'il I'*e heureux ivant que nousn ous occupions de la poli+ tique des autres. Ne vouis y trompez past mes collegues fOonMs au joug les habitans de la Gernatiie prrent fa ciue, fou apathe la libert ; le ctsme de la larvitode aux ouges de l libert. Il y a peu de patriotes en Alliague, et leur l'Ot jufjun'tei rn'ct4ge pas les autres fe dclarer; l'exptienoe foret nia vracit vous tenir ce langage. Soyons heureux che:z nous c'elt l
moyen de'volutionner les autres peuples en lcur faifant envier notre fort.
Je crois donc que no.tre fyflne actuel doit cire celui-ci : Rrnrens tout ce qui peut fcrvir nosennemis dans intrienr de la Rpublique, che vaux i befliaux fer., or argent, mu'niriou d* bouchese t de guserre, que tout cola viemune soue fervir prendre les cit.lelles de ns enneutis t fclons fauter leurs fotifications autour de nous dfendons-leur de lesdrtablir; reliours fermes fon uos armes et for nos charrues; jouiffous de no avautages, du bonheur ct de la cou flitution1 et fi l'on .ofe noun trnCrtlet, alors, nous. porterons l fer et l tlamume jufqtl frI les, tsucs .parce que licn ne poentra nous rai rtcr. Attentera ils-fbertt d'unu. Peuple cil le pirs grand des forfaits : le fe, et le feu cli 'dona le moyen jufle de punir les ou-) pbales ; les Peuples s'ei ,latndiont ch bien ,qu'ils1 abattent leurs roie! Je demande que ckacun db
nous mdite ces bbfc1vations r et fi l'on nous propote d'tcndre le totritoire (le laR'pubiqnc qu l'on foit en tat d'en fire de nouvelles4 Au lutplus ,j'approuv1la conduite de mes collcgues Lacofle t Baudot et je deusantde le reuvoi de lent lettre au Comit de falot public. Je defre qu'il approuve nies rfl"xions et que telle fuit fta loll tique. Je le rpete, mon eprieace me dit que c'eft la feule fire, et la feule capable d'athcuer 1I bonheur et la paix. publique.
Le ronvoi cli dcrt.
Le comi.ffaire des gucPres coiert admis la 14r,#,
Gitoycns tcprifeirtgas je demalnd vous luit#

..


a rr-


I, 44C'


"'il -Cotinsifdul*
e> d'puts, c' use pic que !Ws Aueekie'u,*it*t, .,,'.at' de virngt- ia ttque -quen ont f4ite les eephblic*is4'a consmae'c ~heures du matin, et a dur jufq' 8 seut e du foir lls ont empost 4* pieces de canon C otrois quarts-d'heure ;; je,les ai vus enlever des .Amidt~ieus pr 1te lhveu ,et l'es faite rouler en l:bas de-la Motsagise. Les foldats de la Rpubliqie ont form un bataillon quars que la cavalerie au.
ctrichientac a voulu rt apre *sais vainement, 'eft elle qui a t mife etc droue., Nos troupe* ont .'o,l'ruivi l'ennemi cn cuit et 'un jor c'cll-A-dire Vendant *lieues. Ls foldat n ont durant cet ,lpsce de tems mng qu'un p:pu de pain. que chacun avait dans fa potce. Le gual avait donn ordre j ua coloncilde prends e le prince de-Cond enferm Wffemboung uva# 40OO mDigrsne Ce tiatre n'a pas fait fou dovoirt'la victoire et t des plus cnmplettes s'i et obi. il elt arrt ',Goo cm ri ont t pris, outte les 5ou noys dans le Rhin, %livant la lettre.-Au moment o -les troupes de la Rpublique font entre Spitia, il y avait dc nombreue rifors rien n'a t pill ni dtourn, Vrai rpublicain, le foldat frar-ais ne s'efl occup qu' tuer les ennmis. Les reptlentaos du lPeuple out pis un ar,t qui a produit le mileur effet.
Ils ont cit fur un tambour, que tout loldat fran:iqui rap.potterait un. fufil autrichien recevrait i liv, On en a e5oo. Nos avons de quoi appiYtfioaier notre atrme pcndaut tols inois'aux dpens de' l'euncmi. Par les ,nt'urce que les teprfentaiu du "Peuple ont prifs, la vijle de Landau" va, aitifi qe celle de Strasbourg, tre abondaaramenst fourisic de tolutes les provifions nceffaihes. ( On apphaudit. )

Mertin de rlaioiville. Je prie la Convention d'enteudre la lecture d'une Adreffe de la Commune de -'thionville ; elle envoie dix dcorations militaires, et autant debtvota, pour les dpoter fur1 e bureau
'de la Gonvention.
Le confWil gnra! de le Ccrmtue'ne de 7'hioaville la (,uivenaioa naltit.

Annu do la. Patie ; haine aux tyrans !
Un dcret vient d'ag,er avec mention honorable
4a s ons que nous noua foines smpieffs d faite
. la pat lie.
Il cl doux, il ti glorieux pour nous que nos
lgiflt-css ait approuv notte conl.uite nous jurons qu'elle fera toujonra digne d'eux et d' nous ; -ults fortunes et nos vies font la Patrie, et Dntu pirons fous les ruines de' notre cit lut-t que de conaber la tte fous le joug du dcf.
jpotifine.
La Convention dciete la me.ntion honorable de
cette Adreffe et l'infertion an Bulletsn.
DeImas fait adopter le dcret [nivant
La Convention natiouale, aprs avoir entendu le
Varpart de l'es Comits do la guerre et des finances,
runis dcrcte
Art. le. A compter du ter vent|inia;re la traieioent des gardes d'artillerie dcs contilenrt dei fonderies des chefs d'ouvriers a'Etat daus les alfeuux, des conducteurs des charoi, des artificiers dlhus le eeoes d'srtilleie, des sptiteur& de mna,- / humatiqtes des prufelfeurs de dtffin des gardes
nagrsfitu da tnsanufactures d'atssle,, des ftc',tares, cil tir pour la deuxioe anres de la Rpublique confomecsut au tableau annex au prfctit
decet.
SIl. f. minflire de la guerre ca autorif eu fe cOucct tnt avec le Comit de falut public A accorder aux etnploybs de l'artillerie dont les appoins.
etesens actu, tout au-lcflus de 6 li. des grasifictoni proportionne& l'augnentation de travail
ilont ils pen-nt tte chargs nsunrsstaneecnt
mais le icXptIun de ces gratifications ne pourra excdcr la'4orme de 8oo liv. y compis leurs
Iratemns.

Un fCcrtaite fait lecture de la lettre fuiv nte

Le vinylre'des aff ires itrangires al prfidentsde la Cois
vaPaaiis le a8 i ijr, l'an e d la
Rpsabii1le FranaJe, jiue et iuadiviJible.
Le moment o L'itrpidih des guerriers FranVis rend la Rpublique la libre navis'ation de la Mditerran. doit faite accueillir avec pins l'sutrt le rableau de la fituation gnirale du coru.
nevcc extrieur, dc la France pendant l'anne erticie


t79atalyfo des diffrentes branches-de uavigation


et lndlrie ;,tlalet fte trouve rellerrit datlsrs
cinq extraits ci-jointe, ainfi rduiis fur vingt-fix autres rultats. Gette mthode abtige cl prtopre limhmue cnfidrablemteut les frais d'isprefeiu 6l la'Convettion juge propos, isfi qu'elle nC a sf pour le premier femelir de cette poque, de procurer auti lg:liteurs aux adnminihtrateurs et aux citoyens lnditux, les moyens de continuer fuivre lci principalcs mnodificatioav du commerce

aoL'assne 179s el-une poqu'e top stt0mosble" duns les fa tes du Pesple lFrarnais pour ne pas accueillir et multplser mmte les matiiaux de tous genres qui doivent entrer on jour dans fou hifiohir politique et eonomique.
C'eit u fait qui parailfait rtuiltsrdes doctiment politifs recueillis avec foin, claffea avec mthoda ei coambilis avec (agait que la France 'au mament d la eQolution avait aunnellement une balance de commerce fayorable eseetevit de l'trangcr de 6u A 7o mi!lions.
Par quelles oprarions pour ainra dii magiques cette balance en notre faveur eft-lle donc monte Cu 1792, 224 millions PCette defriiere foitine cil le rfulhat du montant de vos achats extrieurs eftims 496 milliou, compars avec nos. ventes l'tranger values 72o millions toutes propor. tions nbfeves d'alleurs icfpectivetent dans la hauffe lurvenue alors, fur le plix de toutes les maiclhsdiftsa. ,
Un triple c'neonrs de moyens principaux femble avoir procur la France cette b.lance d'induftdie de pliai de o millions en 17gi.
D'abord le Peuple eu a te le prentder agent par fun travail qui d'unt main v;goureufe combattait alors la tyrannie et de l'anutre fourniffait alliduuent aux demandes n.ltiplies des produits de fo, induflrit dans la propotion des capitaux ou des revenus que les nigrs et' les,tr.ngers voulaient riter de France en nature de marchandiles., aluite le mancouvres' des agioteurs fur les denres coloritales es fucre et caf qui en oxt doublet tripl mme le prix, de maniere augmenter fenfibleraent 'nos crances for l'tranger. Enfles,. ln'ifos. clauce maligneinent rflchie de l'ancien gouvernement, qui linflaut o l'horifoni politique de I Europe a''bfcurciffi, et o fes rois coalifcs conjunaient dj contre 'la libert frat)a;fe ne profitait pas de cette iPulfon active donne l'indufirie franaife pour l'change contre des itlunitions navales, des eppovifiutnnemces et des fb. fiflances Je tout genre, que le gnie rpublicain a bien flu depuis, pour fa propre dfenfe et malgr Ira obfia.le accumuler dans nos ports. 'A combien d'antres confquences auffi utiles qn'intreffaltcs Citoyen prrlldeot ne conduirait pas un examen plug approfonli des rfulhat'gni taux de notre commerce extrieur an 1799 mais la tribune de l'aropage Franais confiamment occupe par la renomme de nos victoires ne pett tre confacre ilu& long teins A des dductions uIe thodiqnes ; 'cil l'afpit mditatif, qui s'alimneute ce le fortifie dans le calme du cabinet que la Convention nationsalejugera fans doute propoas de livrer ces rfultats cil decGrtant l'impre-flori.
Sign DErogGuts.


Le m;iniflre de la guerre crit pour rendre compte 1 la Convention de l'exeutions de la loi qui accorde des Cecours aux ciioyen bleffs en deferidat la Patrie on aux femmes et enfans de ccux qui en combattant poui la'libert ont pri. Il en rfulte que. tod's. r- ivent an fe prfentant des fecours prov;foises qui fCbviennent leurs premiers be. foins jufqu' ce qu'ils aient obtenu leur brvet de penfion. Si qneque-uns prouvent de plus lougs retards ce font' ceux qui n'ont offrir qu'un billet d'hiuitai et fur qui les renfeignemeu fott aufil Fplu longs peudre. Le miniflire ptopofe quelques vues nouvelles fur i'dsmiiftratiou d ecours.
Ln C onvention renvoie fa lettre aux Comits runis de la guerre et des fecoura publics.
Batcre a usn dis Cemili defalut publie. Citoyens le Conit attend des outivries et des dtails' fur la prile t Ic 1c de Noirmoutiers ; il les Yecevra 'raifemiblb!ement dani la foire. Voici cc que : ou crit du 6, note collegue Laplhnche :
il j'apprend& l'inflant la prie de Noirmpoutcrs' par l'es troupes de la Rpublique ; je ladtre ses eollcguec Pieur-4 la Marne e Tueau, vous donner les dtail ., se
Burere. Le Coant n cffe de e'ctsper des approvifiounneme' de l'arme % il fant qu'au pris.o teris elle foit pourvue de tout 'Ur toute l'tenrdue des frontieres de la Rpublique '; beaucoup de mu nitious beaucoup d'flcto militaires povetont ds


dons patriotiques font tliff'mit-s d"n e h Conitsnr tic la Rpubiiqe. Aitilitu d' tes o a t i e s t dee td e d t jse fl e : o u il d .a b l e ,i t 4 4 la Rpubliqe les foldas fou, d>le, le a t o tul i a pensle ql'il lall tl que ton i C c$ OI) fu fle xt r in lp o rts d n s l :s l hi i e t i [ iit t;
l'tat n fera cnvoy la Cuomtti.ffiiiu, de$ rIbl fitnlces, qui leur doonera la dellitiuts 0aVt ooble.
Cette propofitiou en dcrte.
Darrere. Le eslniflie de la saiare n Comit qu'une grande qtunsit de ftililsnte avaient t apportees u Faute de toutes has pai de l'Italie. (Ot pp3diot.
Citoyens fur mer conIfnj terre il ex:le ar' c pece d'orgueil dus les relatios entre les divefe p>uil'astcct. Le capitaine de lafrgie l tfe il Dodine a 'crit quayast s encontr deux g, est. genoilest qui avaientu r',chi daus la rae d- Villt. franche, ii'*&-tait lev. qielqtes dlicuhs fur je falut que fe donnent les vififeaut qui fe reticorcn Le Comtt vrus propole de dcee .


vziffeuc de Rpublique ieudrout le falut pour coup. i"Cette psopolition Cai adopte.
( Lajfuie demai


Ici


SP E C T A C LS.


Opera national. Atj. la Je reprf. de 7ouls I1 Gr 'o on Ce que peut la Liter. tableau pasriotique e. ouit acte pr,.uc. d(e Arrsde, opra cas 5 actes, et de l'Offraude la Libe t.
Thtre de l'O"cu Coin. Natioul rue Fa:vit. L'Inasieur d'ui ifUnage rtublicain, coin. nouv,
Th;tfre Je la Rlnublique r-e de Il Loi. La Moitii du tc, emisa fuiv. d la Vraie Brauesre,
En attend. la fera repr. du No'uveau lvei d'Eb. instide, fuiv. d'rie Fte civiquet fut la prife de 'ouloii,
Th tre de la uc Feadeau. L'Heureufe Dcade; les Deux Herites et Allois, a va.
En attend." la gre 'cpr. dc Pal et YirgiNie op. ea 3 actes. r
Thetre n-tional rue de la Loi et de Lrrei. La 3e repr, f. d'Eflele opra en 3 actes -, o0i de tout fou [pect. prc de Jeaujacuu ROaI#l# au Paradel.
Thite de la Montagne, au Jardin de l'Egalit. Le Sourd )U l'A brerge pleine coin. en 3 aces ;le Faux TaliJmar., et Au Retour.
Trs Ate des Sute Culottes,. ci-devant Malitr. La' ior repr. d I Hesreu.fe Nouvelle ou la Rpref de 7'oulon. luiv. s4s Crimes de la .N44/ffe.
'Tfh-,c de lia tue de Lonu"oi. Le Ben Prre, prt, et Mihei Gervwelew op. cn 3 acte, A grand Ipect.
Thtre du Vaudeville. Les Amours d'Et ; "rdqkis Jofeph et l'Heurtufe Dcade.
Dem. la 2e repr. de la Plaque f etourni'e.
Thtre de la Cit-Vorietre. Les Deux Fmittts les Dragons et les Bnidictines les Dragons t ris,
finnement, et les Yous et Toi.
l'heTtrc du Lyc'ee LesArts, au Jardin de l'Egdilt. Les Capucins as Frontiere paoton. fpect., pie. d. la 24 ir1se de la Prife de Tonalon et de Expciicncc "de phyfique du citoycu Vl.
Thtro Fri.m.ai comique et lyr. rue dd(ondl, la Petierc'a ltqnifitzin ts Tliodere et Pauhnsa, pris. !'inleqsain flr/adttJ d'O'Jpa t.

'Aiiphlslftete d'Attlly faisxbottg do Tnaple,
A.ijtsrd. 5 heures at demie preitees, le citoyt Fanconsi ycc les leves et .etfans contitleitt
fes exicices d'qiitati.'n et d'mulaio'- tour is mantge danfe fur les chevaux, avec pluliburs c rti et entr'actes amusa-
il donne fes leons d'kqnitatio et de volige t0I
les matins pour l'nu et l'autre feue.


fln inde Niv~fe.
- --"-~- -. i


OAkI!Mtes cees RCNTCS us L'U6 T!LLDEVItLf D- PAtlI,

1Portioa a. m sois 1 lotra de s1798. Toutes itl ,
Noms; des Payturs.
x. Delatae perp. et viag.No Radix, peripettiel et viager. Nlidi,
27" Defrance tour. viag. et perp.* Naidu 36. Dcbo perptuel .


Lnbunmen vur a fuile u Mnttu e aith lis i*des Poiteviusno A' 8. Il faut ad-reffr IlMtiltet 'atelt, franc de port, an ilt. obr, directeur d.i se ot 50155 te jo>iss. te Prix i, pjOur pfis *de *e8 Ijv. poit, trois nmois; e6 liv.loue ix nie e7 i. orlnrr;e pu a iatren et i.pli tao 4 i.", oit, I
)v. Il lut 'a*O ,r r.rdee.tVLon lie t'Abonnc qu'.au cou~miskcicJtndo clioq miso.On fourluital clx atusl, lbiresdet Prance et leir tiketetua dos jVlt3,lta -'V I i lettrers qui teeribtcrCut e frgnat, et d'en afranchir auffi le Port.
rouit ef,ecr d'Avis, Annonces ,M' oir cs Opinilns politiques oe sute8 obijts, j ir,,velt eue lVfr'4s ,ns des Supplemens particuliers, d'wp- otei-! ille .r.nMe 0ur ,le M
litt ilsl'ont partit. Le pr.x de l'infeCtio (r 4f. r Ii"Its l li5 r e lon," t bf" liv. pour le tlutcnt entier.' fil
,il faut ''trfft' r pour cet o jct et poUtt tout ce qui conerrne la rdictil do la F .uie, fu iur tse ier. s h Rres du l.aa tur tu. du ardinetce de tEperon dtoil neh. hcurc


DE .LD XMrlIlhi lx DU Mu tTEI,rue d1i9yo.t dre, n R.


e


s"!' ~

g


'No~

qurfllC~


qodCCI
Il et
Il
lB

*~'sbs '~{tI'p
~ilgt1~I

Ls.

b e
torpi I *0 d~ s f'~W
g,
011*0
I
4m'oms,




i*1

rtait




k;


Otittat plie iii
' -ta.1


dat~ l~


~itl~e "s'g 'Itttil


'''il
1"



~v>ttsse #bi*

~-i'tfota
t~s
~1isl l~


~lsc' ~




~Ule'~t


gAGas '~ittiiOl Tes


J

..








'fAZETTE NATIONALE, o iLE MONIT


uIl'a ''T fg i4sIrn~d Reu ie fl nxe, n tni~


Police N E, .lice et que c ,& adat g'D
qui l rbit iou pe t ,S'c$ t ctt;
y lI 4decCmb re. flou, oh invit douet de t'ouveix brdt. pour
j fa nues Ap .t ici,. l i t le cd no nne mette,
+'.'2'u;, ie ors ,.m o. nt f.,.i, ont i ,. Soir. de, Atmi s sde l ,Libe't. et i I aal o4ete idlre quece fodn e des volet + ', a d ii l"
0 li qll ierlt le i ont' donne liep a d . ''
r. e prouxptenicnt tal a de IJOuluier.
f0fi l' %W olirgr IVt j'krmftade Laanaki, qui >6 t. . f *re A u n . .ai . anet d itj


i'SP A0 G~ N. '.,+
Na i!drsi le ,9 novembre.


No t cabinet ''a pas moins d'agitation que #lvis4- Les fAnib, du confil d'lta font, rqalel: Ct foptAnt pro<'u$,. Ls orrefpndane
"-!ef *lli t; Ot<'j!p&ffl5 cefe. On ne laiffc'traf.
or, 'dons le poy& qu des "lrciti qui pezaiffoiit
,lll :miillellemient.
n 11t de ,rnc des relatioas de nos ,itmes,
le. gulra Ri.ardne ne pourri' f nt'le Ronfllln. On dit mime qu'il a
'pc de M replier fat te
Dit + i. / -terrlitoire,
tous fes-premiers avantaes na5s
q i ;u e nahroe dut chtean de B-legurde., 'tl,pet&q *iln blilnln* fonlt consldrfblee Ael
petg'itlesd'opt# befoiue de.recrues) qu'on ne 'pet:

~m~l~ti 0e IUo quivaleunt des avenu. Li . Panlles, de Touton rapporten\quon y Iilg4git u areafrt de nos troupes. .* oloj.,de Lisbo.nne ,rpare fa ngligence. Le
Iq l l$ire 'que nouia Cfprions eft arriv le
Io -tl* :.i Refis : il ci tompof de pkos de
lliIQM mes.
00 l#' eiliadre gniralmene' que tes Franptin Prviennent, malgri-la rigueur de la faifon

Seonaht ,fait qu'on #pand' dans cette Ici plus, hrhibl s Clomnies contre la
m ,raiif/ et fes armes. Meurtred pillages
vioI et hsieon racrilges, telles font
iiwlet que la voix do qtuelques wiflinnnaire
Cur pient aux Firani et dont ils pr. 'lin tm trercys' let Cutalans C'es millions font a pf,4% comme de foxgs.a "xiliaires dout il tfi t6a* permettre le clltill tafage.
,*. PUBIiiIQUL FRANAIS .


S.trasbourgle 'l4 itivse.
'oment n 1l'on feprparai:t fa14"tilee
Dg& gens l9 tronvereat abi49nsa; 'Ifitl i.Cli tt t. ,irtiulemant en enievnut ,t at 4e qanons qu'il put em wener, et les ma-' ihieena fnivant leur coutume ariahieut u4 libilaus .jlqu'' la dtsietc' chemife, par formue
> ''iva,etc ious avons trouv pr' de 00 i'd' canons-foui 'Landau et a- Weiffenti CaQ' sns plus de 5,coo prifonuiets
I'leN'ombre 'u rnentc jourlillmcsst par les
ti "anneni# qu'aOi enlev;', et qui le trouvent
't'nhLQs dvoi t oublis par leur arme 'guirl' 'W

SM, ,? cOM M UN ? Dt P ,Ry.

; lil dnerai. Du t Nivse.

%tt, +tlo n toud'un des admsiiniAl'rtetrs,-des
.,liue~~,Vitgs l'e cori(cil ar-te que les Comtnlr '4 b~,i i ta A de. 48 Sect;on s eront iPvsue ts I41>;hj rlclacrle d touales citoryns et citoyennes i"ll *+iifnt l'feepiylce ,d',;rradtii idan tuth Ota ditaanit, dite des Q,itze-Vingt'.
t 1r- (de l'lndivifibilrtlte plnt (le ee que
llni ltiniP.uai'xis ru.-ufies la munici;ali',
01cl'foni t ",,cc.-. : ,. ,
LI. 4ts qu'4 I' iventr'; I d e s l v rileatd,.s ~. i.peadsrres dej lamtinuncir'am 17 let S: ti".
ifism, nies ais )relles y ',po;tit CLU%
ciiques. ts.d + datis la rvolution par a le,
n. -Jobrece 'la 'depu;atian q le conf*il +a 1ttapli le :n de lh Sc-tSo' Il ie rrqoit .:an (' qne Ceinu dont le ciime i connu, c
e\ et taBtcnt par-le cetficat d lelis Srctiki.
l'.r. u du JOur tlotiv fuir c Ilue h
P Pro i prefq imputtcable. Aior.


; i,! Dul!q,,l;t., ours la dls,,he e us
fnO rtt~~lt l'oidre du jour. Le' sicfnuqs
S Ics f'avaient 'prodluii1 Iofle411c: V~t < wealc.mis $leafsxs J~p ec


Saiirte au s d ti 4, Cormitlsruas. Citoye.s, len, + !mi,s u.,is,+ on> 4,-~~e~si a quetWio qtqe

indi'penfable poUr la foi'it e qulqtesune d e ftsiumbres pour f'ire facortfponiAprks un mr examen, les Conmitia ont, pepf-4 que la focit le dvaie flle-mmc, qs'll:
_ dtqvait 'e oe la' lofe plll;uo e, de reeter cette prpofiilon, cowBe indigue ded Jacobins, comme Porrvant alYiblir Irr force muorte smurf iM ropr enifins nurc li'opi0ioo publique, dont tes Jueobtai tili jifqn'ic une des'biefcs Foilda.rLentalci;' les 4. Coui:tontarlt une iuvitation la6cit. d'inprouver la sroiothieoraqi --lui a t ,faiie' dc falaiisar les dateetirs de ,fa. uo;efpon'dae ; il' fout trop intimeict c nvaittcus 'que tous cs sJ:ico-, binai fmiet anims d'un p'-aioritme" tiop pr- pn, penfer que d'aprs ste, invicatieou u'-ivere et r-fratenelle de la part de la fot n;, ceix+qi. auront D'bten fen iflages poar e ravii iuporttlt ne s'e'mpreffentc de remplir les foctious qu'il, auront aceptes.
Les propofitons des C0ds foti optes A
l'un'uinmir.
Jean Philippe, A tioije Grgit, paffent en feruiu' purutoire, et font dli,.

Le Comit de' pr'enttci'u demand l're'xplfaon de Rivez, agioteur t dotat la femmtui l tenu' une loteie tratas ere. c cit o'en cil inculp, et n'a Olit rponu ris-s totles I inculpations diigCes. contre lui. I ,
RobeJp:errc, Il el lvidctht qu'on veut cuiocfe' fetuiii mpus.iroirert pu.ifqj'is vient occnlp llht fearcer
d'un rapport fat lun lu.atie peu coinudtUi la f*cl' et:qit' tu'i3 auaiqe iii par fou civifme, agip r'sti fer.vi 's. +
tout IljU d, eirlre ue's 5le comt autai*j ;~s'd's. +Ponrsrtoi. venir vous' eaietciLii -l Riez de fa fknte de lotei,,s' lorfqu'il: y t Posrdre d i jout ds bjets phis cIf'ciill,,des li'o,eue plus irnpor:att's lcte. ? .
Voire comit de prfentr.t;'n a t Ja dupe t 'in trigams qu "e 'fonrrel't partout ; il y en a et dasu v, Cosits, et .dans votre focit, et autour d.4 mrsemlres de la Convention ; il en tl pal(rtou. ]Je demande qu'ou laiffe de ct routes ce petit, ilutrigues qu'o pale hnnrdi; ae'!sct a eti grassdr
objets de falut publie, t q'J'oU -'e dl'cutr qut' ,ceuxs-li.
Boillarsger trus a dit qu'il avait dei duonii. nous itportaltes A Vous faire; je demande ,t'P l'uir ten du + '"

BoIlanger. Je viens dnoncer nn grptni c n;p, ratent: c'ei tn m'.Oru nl'ucti(e ila'voir provoq- e l% diffolmtion de lia Coni'eurtsi tiaout ie, J'i t cl nonehier au Cont de falat pulie, pour svo.r, dit nus Sectio qie lal C rsveittu -tire f.ia.le qu il fallait l afurvels-r et ue'.e la cttuscr au d f i1i. ciryr'us1 je e,vlx pis raconter le faits;

1M2is si <+l' t de voue dite que Ie j,,'t 4 l'on prteud que j'ai ', tit ee epioehe cil l plus beau jour de tria vie.
J'ai au Coutf.',re ,. no ta-feulement (obtenu la co:vention mais r-ue dcch;r qu'il l mait rain'COr I grvc rt t s,olutioiuiltire anfi long. tcms q'ti'h, le tiralt itceffrlir t l'I-u.anqulllt et au bouluur du PCuplr.
tes-I. Ielt'R bleu 'rai que cette'denonciation a t,' tit au Cmit de ifiurt, grale, qui l'a u+tre 'tul'ttuvd d'cs gaude coifiquence pour la
: 1er lUit t au omit de fan public;, mais ii
c'l i trov.:e f:ulle. ,
J red J-tlie an pareiot'.ie de Bonllanger qui. iest loiu tr I l'iutt't de propos duotnca a donn dans toltes ls occafions des preuaVe du civfme le jlus pur. 'Rob;e le'i'rre ti+C1avO6 C cistuiteln "nale' r d rie ca." lomoie bsr par ,ie nouvearix btiffoins p't Jsngereill s pe'fi'es ci plsa plata qlme hes a ie s ,u'. itia's anll s-jute fuirnt4 dii-ilt, les "tt uics rs'ils Oiediat ' ,' I lbe,t it fontdre A jaanai. ( Oni, oui, ptur jlutlis r'ciieut la fois tous les rmerrbres de L' hs.'it" et les cit.yans des tribstues, levs finsuii tanmetuh, et agirit lctix chapeaturs.
Rolu'I cre. Vou venc l dci leVoir a ,de l'te u le ,


2UR


(?



Lt u _i 'il s.sa't

fi cli des h uam s Ou ,,euvt', Jliitt hi-* qui vcuent e'atcroclier auxpilietrq de l r;vokltru ? d+ 4U1dd " re" ft-'l Muj r '. "1tr 'I 'feb ccet i fi ig#lalt deisr fi ldn.'esn's <,.' L*c i

Il fi parmi sinus des patriotes que l"
nous tic,.posiYous Pas, CI dlivr4& l, perf e'tld t car il cit q fhi Jrmi Noi s, il q> truirten! tanta quui pUn, des ;
vouudridusas f Id et iqui y wt:%.fen i' q *o,,l : m a is kl ti ttct Y W<: b A+ s e 're; u a ff c ro n r; l ] R tu b i. q s e 4 doit toOu.lr ' c totetles lei ctbale,, et ethaque ",atirlitt e r tf ou-'f, dr ,'t .
Qputt l fieti)t, I ell a'aie igtte t
Riobef'pivte terminepat nn'e :i'IcSlotte reptA. l'tianS du PeOpI de f.c montre! ent ,, di >it li 'alnhs de ce mmine +Peipie qu! l' ' ttlt dai l'fe rlte( +Ce rlifr ounrregTl e 'eltlvivresutt r.pplht.+!.t :
faitrr4lpfei l, dif,.uli.,n de l'affaire d, Phii'ppeuna'. qu, eftpel trois fosa' I la tibune. Ph'.peat.t AcDitmeptbr. Cet homme n'a paru d4ii4 fl .eti que pour troubler les fa.u s, zje -d i rlr4t;tc e t entrec lui fuit efufe, S'il le ps'ote dt pouVeau.
O1, ap pelle a la tribune -fnceufiee.t et tr rep'#es diff'rentes Bousd'n de1 lf 1 re
',l''rtanitine e Camille Deel .uiins. Iourdo, Fabo et(dtniille- ne paraiffeut poluto RobehfJtie. Les clsampions qui de*riltt o. ,battre n Ce -preniant pas d ans il'ted e Ce crois pas que Philippeaux mrite un '< ii .;orir
l'ex'pilfer de cette. ocii t t s'parce qu'il 'ei1 ft jamais ; 9o. parte qu'il. n profeffa jamais les pic;ps dcs atuis de la flbert t de ',altg". "
Pu'fquecuttx q4i- Oft provoqu ctt lutte
tui'tit actuetaient le coni";t qule la Ifilt lf.:s intelullg tt tribunal de- opin pnbhqn."; eie
hlSs jugera. Qant 4 la fcit, qm'CIlli n,- t< fou ;v -dt du joua'I Is qutr!-'io qui zsef P ?, -r c. -ltt, .xe. i.,s t 'iji'u4e du ttler'mPft ahbU -'[
les vies (e la ctji tzilou Brus *sj+t,.,. M. e.,mi,,'
la fI'ij: neff p a{[ le ,r Cc pOc es:ter 'ea gran i rnatlet j' detiranide q+u'ou t Pa sue etue dif: lion a l fanc qui funiva Cci de denaiu.
Si l'on veut prO6ilre la Tren te fo'irese 'cl tallcl a'eurCi dtc.: Natit, dont 'tiues d:j1 ,'cc ,,|ils 'en di is t f: lb( ct,i. <.t U d ,n r .tre
enc,,e f'' l'op re!fio s J'rtins ; q, utS ;ttlflC n -'uul cC.c le1',cu:te rd'ut rito:,re ,lui uv't la ch ir pu!ique t qu'.n vo've les V;tttote.
de 'iAlfce h l rfe de T',n, l 'mrlC, qu';'a e+fIltt' I libert fis f4e tt ccu: qq'elle, dot cotI eufautter: q'on vy.e d,; l'it'e' la fl .,,,,mr "dos laqeqle 101t1 lr'lf 'ces *r-ff.'irrs l.'snno dino licrq. Voi1 l'es o.jets qui doivent tre

;+ ordre du jour. '
si viiiis royz pourtane devoir vous Gouper COCore % d'tin PW. iparnx j.) rIemrde u'avlr de tra'iter fouaff,iCe, la f'cir fe f;lfe-rl,. qulques 1,'fisos du journal de PWIippcaux et le mral et eligiewx', qu'il vicnt de'publer. ,
Gogpillean, de Fontenay, ;fOnte ltribnne
pour annoncer quefques faits tlttitifs la grlicse de l

Or. prtend,-d'l-il qu'il a ealla f utsn eon fpita. tion ; cela peut .e. suais' je peuxt prouver il la foi& quej'y ft abfolfamint trnuger. Ro.)enod cUt uin e fix e a v4 e t m a "n Il fuit mlis e nu' p oi o tt'
Je l mais en lit'ert et difant :Cccl i use af,4iie uailictlierc. La Rbadoblqne doit pas eu fffulr. Retoaurne' sou pole.
Momnoro iqterpehll par lothter :lavrht de
cette fferiois, en confirme la rialit.
On nonime continueGoupillen Roffignoh g'lnral Ci chef'de l'arme des cotes dc Befl; ali,,.li ne croyant pas je l'avoue', que Rlifl'ol rfi la cipait u &ct',ire ,jc le dethuai, rnei,s rccure' fois prOtirIi e. Le o mit de fitdt public l'ayarss fait dt. repoches do' rette dcftirs1on ic( disi ue inotifs : nait cen.a devoir le t.ai. au plyblic, pour ne pas jeter dIs diferlit Int Rc'ih.r,,!.

O1, lui obicfvc qu'en le difa*tri, il cherche ai liiie donner.,
Goupilea r.p tiOue longuse st et avec dtiffotlio,
,u ciOlm que le ,nt de hit M:
ct l C;li C.ir t:iu oyaieqL miust e ltsi, e 4 '


'-J, r


r-

..


- ~


umpIt:.<74



U citoyen rneittg l
t e:,,d++ i ro 0.,04 1 !+, 4 :, +:+


0 ay evr onpiIi.au dqt, esp y

*deirb t, pleexiteunt'u ra+,d tg e
siens r',ffesbhc. 'Lae aet'a dier :vole" 'a: tai 'UD bn# l'en fait reticrL. +'

Pu,sr 41erbres rclatent, le parolel pont rhpnnaur ea Couvention, intt& Ie bruit deAcntui grand, que le prfident eft oblige daec

.fpie* e Jedirl* avec frncbifc qu'en profite
defa moindre clt ottf1ri /cdpour perptuur le ttogblee, tvem@clher lh fci t dejouir du calme dont elp a' tant bcfoiu. S'il chappiquelqu'une ex1reiOs im propre .' -.1 .
Binfabo le. Une Ifnlte, 1* t, v antioa. N (.7on! lion! s'cre-t-ol de toutes parts. Robeirre. Je fuis bien ailfe qu'une circonftance' qui fesrsble lgere enl-mme, vienne prouver le yflse de ,divifion que ji dnic,. J'attefle que perfonce n'a, voulu croifer les principes auxquels nous, avons befoin de nous rnltier "'+"
Goupilleun n'avait que le tort de revenir trop'
fouvent far un artiale que la fcit aVait dj trop
entendu. '
r ,O-ant la fecoude eireouflnee, il y a cu dans le propos 'du propitat, trop de chaleur fans doute maip plus-d'inxactiiude, plus d'improlprit dans l'expteffion que d'envie d,'acilit la Gon etion .
BenIobole. Il l'a avile. '

"btfp>ierr. La Cdo'tvent!io n'eft pas auffi ai(le
d;geidcr qu'on fcmble le craindre, eeje foutiesdra
ci lles principes que je piofffai fi conflammenf
'fouw le regne des Bl34fodn., .
iL'honnenr de laConvention cil un peu li,
celui de cliaeun de fes membres. Le mien fins doute, doit y tre compromis;j eh bien !'Je dclare que le ne vois point que la Conveution foit avilie, et cefi qui fe plait la voit coutinuellement dgrader, qui juanifeflet chaque inifant cette crainte, elui-li n'a aneup e dignit de lumne ,,de la 'donvention ni du Peuple. : "
'L Convetion ue tient que d'elle l'honnur dont
elle ol couverte, ellein'a au-dcffs d'elle que le lPeuple Franils ; quan t,.c ut qui defircraient peut.
tre que la Coavcssu n &t, dgrade, qi'ils vyen ici le pxcfat de leur ruine qu'iltsentenadent l'oract
de lenu mot certaine ;il4 ferhoSt eteemies!
(Toute l'Afftembl4e mue fe lve et grands
digne de la maefl d'un Peuple librq.)
Rbefpierre. Qje 'nos ennemis cxamistnt frleufo.
ment cette ance, et ils verront qu'il n'y a pni de factions. Elles fout crafes par le gsi. de h libert et ppr l'nergie de la Conven&ien. Repr.
feuans du Peuple ne croyez pas la puiffacce d va ennemis, s'il cil vrai que vous en ayez de rels.
Vos ennemis fon,t ceux qui trous trompent; les autWe font trop impuiffans pour'tre fo'rmidables. Soyez vanquenrs de l'Autriche, de la Puffe, de ton les oppreffeurs du Peuple ; foyes vraiment les man, dataires d'un Erand Penpl t instons n'aurez cicr craindre. Eh quei u!umme, une factiot oforaientf mefurer avec le Peuple Franais No, ,e croyez pis Soyez calmes ; ne vous levez pas 'avec savi'i, lorfqu'an propos mal entendu cliappe
dc la bouche d'un patriote.
Qpu'ya-t-Il de commun enire ces propos, votre
caraceige et vos fablim.a devoirs? Gonfervez votr tranqullit, compagne inmortelle de la force et de la vertu. Sil ei des coupablee jwger-Ie, ,examinez 'leur catte. Ie foulfrez pas qu'oniuJividu fubnlhut
la voi 1 celle de la vrit. "' -Cd que-je dis eil faperila car je ne penCe pae
qu'i l'puffa y avoir n individu affe 'infeuf pour -rguouer une intigsie ; i ,e ferait pas plus heureux que les coquius que la Convution 4 punis. La Con, ventionne j uge jamais qu'ave connaiffanet de caufe' b fesaemnbres en fffent de mme;i ce n'efl pas lai, un reja'qu'il faut difcuiter les intr6ts de h chofo p4bique efl le tribun,, de la Coavcu;ios il ne me elie qu' inviter le citoyens qui ,ont jufqu' pfent dfendu+la libert, et qui ot terrair les factious, les reprfensns qui font inveflis de la confiantce nationale, et qui-les tyrdas Cux-Moet ont rendu hommage; je leetojurl, dis-je 'de fa :ailler aux pimcipes, et de ne friyer que les regle de l juflee. Je doinandle qu'ca ntas les petits incideons, on mette touflamniutt , l'ordre du jour prs 19 f-nce de demain lesc rmtnes du gouvrne int asfglaik, lel v ees de la ituuios Brus.sn,


Le difeours de RobeIpi~sae cli rsivernesas~pplaudi; ~. propo

XDss annonce Caiilte Defoln il monte leuibtsut. .
U;Tnoir. 'Vant qUle Gasnil!e r,poside 11x in'llssitaqui, lui ofitt t faite#s4- je demande 1p'iI .+ ieide;mpte do fa 4iafgs ave Philippeaux "fil toUS' dil' fur quoi' foi foudeel'elmo 'et c amWet hof in;. Tene., ,Citoyens, J ,vous avoue xie je utfais plus o j'en (,isi d toutes part o'u 'accule n, me calomnie. Sur, le, fst d Phihppeahar, j. vous conleffe. auchomet'. que a 'ai cru de,'bqnne fio ntot o ce quil a -onttgte du sse foi mmoire fur la Vde. En effet, coum ment 'fulppof uu homme'.lflez'impudent muctur, pour ofer conigner dans crit public
une fuite-de faits diflims de fohdement. J'ai lu les crits de. Philippeaux;rla guanicro dont il reconte ce qu'il a Vu m'a fduit et je ne crois i pas qu'un homme n'ayant"lu qu e que dit Philippeaux. moinis,.4' 'n iicrdu'e t enforce, pns(lcraifonabi/le,ntt voqu'er in- doute les fgits qu'il l onfigasdana'j2s' lettres inpimees.
J'ai vu depuis lex'celleus 'patriotes, tl qUe '0oIlot-' *Herboia ils m'ont-affur que Poovrage,de Philippeaux tait un roman o. il ,'emntait in,pudemment' fa' eoufciece et au public.,Je vous avoue que je n., fais plus:oj'n fuis, qui croire, quel parti prendre. En vrit, J'y perds la >tte; off-ce un crime VOs ye ix de stre laff tromper par une frie de faite tous ien lis 'ntr'eux, et qui le dveloppent fans art et fans efforts.
Uls membre. Camille ne doit pas compte an public de fes fentimens partictnliers furPhilippeaqx; rais', ce qui nous itreff'e et ce que 10ns ',vou'-! drions voir, ce4l la,- manier* dont Camile nous expliqnecra'les nun+ros du Yitux Crdelir, Rotlepieyrre. Il y'a quelque 'gongesque je pris la
dfene e 8eamille, accuf par les Jacobins. Je me permis ablori des rflexionsfur foti" caracterc e l'amiti les permettait ; mais surjouird'hui je fuis forc -de tenir uus langage bosh diffredts. Cam lic avait primii d'altjur les :hrfies politiques l5 propofitious ierron4e, alfonnantes qui coutrent toutes les pages du, Vieux CordelirC"mille. e.fl par le dkit prodigieux de',s s os, et lis
loges petfide&tquo les aniflocrates lui prodiguent, n'a pas abando il. fentier, que l'etrriur lui avait trace Ses e 4ts font dangereux,; ils alimentent l'efpoir de fins entnemis5,+ et favoifesat la maiguit
publique. r. : '
Casiuli Defmoulins o'ef prs ,d'tne belle paf, fijn pOUcr Pkilippeaux; .rien n'efi fublime que le IL 'odnclns de Pfhilippeaux 'elkfon Iu, .e'f
fon d Quickoihc. amlllo 1I adiuuateut'dut inciens; las ctit1 iunU 0 Q'ton t de

mincs ils lui mOIt)e Xa tt L'orateur gece-it h romalri"out fait dis 0hilipiiq.ues, l'un contre le tyran de Macdoit,. l'autrecontre un fclrat couf piratenr. t
Camille crois, en lifarit Philippeaux, lire encore t les Philippiques de Cicron et de", nitolhene, t mais -qu'il ne >'abfe pts'; lesanciens ont fait des
Philippiques, et Philippeaux na ceMpof que des
Philippouiques.
Camill a quelque chofe de la navet de Lafon r gaine. On le rappelle que celui-ci-lifant un jour le
-pro ties,. dit un elouriflan qui. ne lifaigirere
l'cIiture taisst: Avez.vous lu Baruch ? Parbleu c'itait nu grand inteau. Le 'courtifan rpondit
*Mais qu'eR-ce que -c'eta, que' Buxch? Eh bien
DtflUonlius s'en va preDant itus les paffans ai z clt et leur dit : Ave.-vous lu Philippeaux P Le s paans, femblablcs au curtifau ; lui rpetent: Eh mais, mou dieu ,-qu'cfi-ce que c'eft qot Philip t pesit P .
Les crits de Camille foa u condamnables fan
c doute; ai, poursapt il faut bica diflingur la per fonnWp de fea ouvages. Camille cil un enfant gt e qui avait dilheureufes difpolsionts, mais que le
Mt 0laifes compagnies ont gar. Il faut fvir contr ef etu numos ,. que Briffot Iui.,mmo n'e t of voer
ci onferver Defmoulins au1 miliet .de nous. je de e mande pour l'xmplc 'qu les aumros de Camill Z foieric brls dans la foci--, r.


Defreaulin, C'cfc fort bien, di, Robefperre, mais je rpondrai, comme Ruuffeau brler n'efi pas rpondre.
Robfpierre. Come'at ofpr encore vouloir juflie' des ouvrages qQi font les< dlice l4i'locratie P Appreefds, Cuaisal[e Ique ,je n'tais pas Carill, on ,ne pourrait avoir autat td'indulgence pour toi. La uaniece aontuin veux, te jn tfiecr. me prouve qgue tu as 'de uranuvafes i'fntioss.' JJr ler u'%y as ,dpendre! -Mals cette ci;asioris-et.eL trouve ici fora appliction.'
CrrpsljU. Mais, Robefpiekra, je lie. tO c0nois 'pas., ConImeut peux-su dire qu'il n'y ait que lc ariftocrats qui lifent Tu me sondamnesc iti,;s n'ai-je pas 't

r Ra Jpierre Tu ne 5I'a+ p' s t utts tou isros j;n'e a sa vu qu'un ou dus:. je h'cpnute :anue'us q-erlc, ouai, lre les autres utai dt u # l -, dic;t. ICI 4t+tdt,+
DanSei, Casmille ne doit -as d'i te"
upeu" feses que l'amiti 4
de lui Lire.Cb 1ltutste i .- W 1 9u t in

', r oi s .pt o ur s1 ee g vad e d c, o n ip f 'K
"l alibert de -a 'pt' c oa utp
fccsre des ustsnros de Gan+ille, a l l

U# fecrtaire 'litlb numro'4 du
', du .,
ler ,,qui 'a excit ls,hm tms;.l'ldm+ cit plufic'urs fois 'intcrromptie par, de5 m ,' irs ,p ,- -.L -La rucit fi f i' 3e'numwo rde Camille J_.t olu 5 tile. "d


THATRE D LA-CIT .-VARIiTJS '

ou donne avec- beaQcoupa de fu.cC.s : une piec, ittitule- le Miiage Plrioli1ue. r
Pantin Jne homedu t
eflivrle c fur lefu We' jsojlsde s'unir a Jufit, jij;j le Durand, fermier l, plus 'riche du ttot-= ah et Paulint s'aiment de l'aruetyr l plus' tendt z Durahd fait ptfcre la iichLffe 'la vlec et probit. J ,11 1 ! .1
Palin a dj: 'combattu pour fou pses
daat le dcret qui ordonne l premiese t qs dta vient t:oubler la donceur"desfentimtens d0st' tb' toeur clt rempli. L'ide de voir tous les jeunsnai. tuarades voler la dfeofe de la-Ptrie, tird' qu'il reflera honteuftmaen t au eclntdepla;rs et: dl'abri aes dangers tourmenteoi tuame .aufl gnr. renaf que fenuible ;'il croirait le dhonoer ut cgn fuivan pas fs freresd'armes et formel I'i. don fecr-ette de partir avecp eux auflitt aprt lit libration de for mariagc.Le petdeJufla.t'i4 vte- ce 4efeiin ; mais'1lin de l'en d ousureiljse preffe affectncpfemrnt fur foueuSrr', et va tout'di poter pour acilirr Son hymen "ui fiit l'Ob cjnsfes avoeux ; Iais le pre de, l qui dil% 'r, deux eufa. dansles 1ombrte, va tre ehcor fri du dernier appui -fa vieilliffe 'et de ftd,;i gence. Qpel 'lattss +luclone doit-il pi"i;t,. fcs concitens tmuiais de fa j'oie puait'i tL
fou dvomeut gpreux! Tous vteultant".*ii. iagea du fssrnilic""U'il fait' la Rpubliqse: tuit vmslent le eoufolr- 'c. le fecourir. DurandIr prvec scet s'eu e s i eff d lua i affurer UeC !'iltc# alle ez1,ndpcndddute. .
Le bon vieillard le petit garder dsn of't e(;t
- le fcret de cette dtearches, et stlevsnt aWdfif d'une fierti q'u'ou prend quelquefois pour griaadtq Sc'a axe, Il publie avec l'ethquliafnse de la fIsbl tl de la reconnaifauco devant1les' oficiea 4 qAicipaux, et'tout le village affemnMI, le biculaise 'Durand, et.dclare'qu'il les accepte syc la 042 vive 'fatisfaeio. :Cette fceve rendc aive fita, nis" avec le ton vrai, et ouchaut de 4a Niti,0 vivemet applaudie.
L'iuflant o+les deux poux font unis ni
de la patnig et e ptmettent une fidlit'mutts4l entre les maiai du maire, offre un fpectcl trl' ment interfiaot La piece OI le dequchlq0m fcones fr gaies sjmais peut-tre un peu top loi. gues. il y a des moreex de mufique fart bi faits : "e nrl, elle a fait le plnsigtand plat.
On pourrait reptoahct l'auteur d'voli jetde
ridicule fur un dei p e'f0mageu, au prjudiCe di 'iptt'patriotique. Tso'mia, garon jswdis mnadaie "de Fierville e f dit trs-bon rpublicaig et fait d'une nia nient comiqu. et'piqusute te pet trait de cette daine fort afilocrste chez elle, que publiquemncnt elle pagaiffe approu4r 1l,10 lution. Thomas s'eft mme' fait chOaffe de he1 Smairefle prcifment parc. qu'il i'obiiai A c .i' twr des ,'w f aiis patriotique$, qui di.'l i, tfr dans fou coeur, e 'lui vicuscut. tout naturelit la bouche. s Cepedant Thomas'efi pol lsO. l'exs, Il hifitt tepulan route la piece fi'l.r toufeil qu'o lui dasas d'accompagncr f CAM raqes:de la'prl ro rquilton.Le clv ibac foiufe de ectte invraffcmbhtnC Lmme que la pour p9unlait troue'rplace dant nu coeur' rkpuliaio, il ne rit pas lanenxl, p,f erle tbleu (q rirfee t acarac lri. ,. L'auteur eft pu cotsfcairI l nim cte t.
gahteos de pouronbcriu, eu fuppniant dant f
perfonnage la' mrite du pitriolifm'e; tl tt It d'auiant plus naturel,, -ue Thorsi, dont l' born, .l pu tre bi fui' la rvoltotlnO p1 princies et ,rexam, le de madame ide Fi'"l' Priv de cette convirtbon clajake qui levnl'Isoit i la "digniit de font dre fa potonneie fr. rire de meilleur coeur lc bons rpubllcSiti, 91
ie raient enfuite avec pleir, h la is de la pirtt, enttalu par l'nergie de fes caniatkidcetle.pele fil de la vertu de Paulin, dcvcni< bon p atloe, P +lasqtmeut'brave et partir avec eux. at
Le ,motif -de faire contuaflcr l#' dvQoel. Pauti avec l'indiffr nce "e'la polt OiiOCftr Thotsnu, ne (tmblae pas) ",fiirallU s xcucc asu;i. ivine t


.











t


A
r9
.:




'PC asm


.

..


'\ ~


fi'


Ppris le 1v' tWtb


GONVJ~NTIO,~


NATI ONALE.


,:' ',.'PrdSidence ti-Davd.:' '

aIvEL A A SEANCE DU 19 uNIVS.

fsrpr#. Citoyens c'efit en plaant' fous vos reges -s lesbles atios, que la France te verra te ,#produire, eeai cu-les rcompenfant qu'on e Montre dige de reprfenter le Peuple Franais. je veuf mettre fous les yeux de la Conventiori Ztjqwle un tait de bravoure rpublicaine * ct, ineouvell atrocit comnime parles Anglais. Le citoyen Trollet, capitaine e navire marchand
lait du Levant fur tu btiment gre. : te trouen uararntaine ,fous le foir de Braganfon suxloles'dflires', .lorfqne ,.daus la nuit du go beu /ire heures du matin ,une chaloupe monte des Ai s s'approcha du btiment. Les An.;:' feou ida par l'obf;c.rit d'unne uit plhvieut' e.
oatei i or'r les gardes qui. taent fur le' tillactsspproivent trofu.tard l,'Iuu ,e pripite dans la 't' autre danla h mbre dt capitaine. Les Anes coulpit' les cales, dployet les voiles et intiwi"'ds gardes au. couilles armes leves, Le r tr4a'de fan;r, qui .i le salheur dpl fe montrer, eli
4 'Dnra ar utn eup de bache.
Dansce moment terrible le citoyen Trullet ne' ip.tuacouCfel que. de ion dfelpoir. Pair un preMier pvt 1104uIll va te jeter dans hi mer; par un fceond pirchi, 'il failit une 'arme ; l'quipage grec uit fo ,exompte#, tos 'rtent la fo.s -,un coup .i ien' riverfe' trois Anglais," Ces brigaisds 4pvai'i fe prcipitcnt dans la.chaloupe ; l'un n., gt1fuyant, bielle d'un coup de fibre le saiiite Tr uller, qui a fou tour reaverfe d'un le. iced coup d rtrombon cinq Angli' dans la disilie.:'nfiu, quinze hommes fortafiit des bras du loeil renferms fond de cale, t IMj pr.fque ",lfiers',: ont cha'ff i'tominieufe.meut des enisiiii bien atrms, pofls de la 'Maniere la plug avangtsf#, 'et dja matres du btiment.,
Le: vent qui fapraiii le btiment de la chaloupe ,ilpch $ ntre de s'eu emparer; mais le ciel li04n9i a f.i; jn6flice ; la chaloupe et les Anglais ',Titi4 .l'excepionl d'u eul qui fut fait priLiiiiinent"fan cable te trouvait - la merci d'ut .; ftiunienss; onin'a pu l'empcher d'cheoir fur l efta, e en a retir les effets, 'et ou l'a brl. Le 18tt4Ien de fant cI mort de fes bleffurs.,
|encore, citoyensrrprfentaus une violat 12U droit des geas de la flarl dc6 fatellires d'un ', ,fire qui met fa gloire ,fe jouer des'conventions hlf'88Usfa ces, de tout ce'qui. ile les Nations aux litt!.; voil encore un de cea, cntrra'fel admira': idttl dvomeit 'rpublicain et de la lchrtA de i tetuis., dont touZs les explois font ma'rqus au lGIrA la t aerfil et du bri;stadage. Li conventio n nationale 'aura remarqu avec .]i t f5iaeon lecourage qu'oit dploy'It' brves nPiotin ,te s 1 f i 01pr,fcntens du Peuple +Marfelle ont
cieCapt4tit grecave: tout !'intr et les
qc'la fi.bien mrits Slils lui ont pomis ares
et le remplacement du navire qu'il a '; tnai; ils :defirpt que la Convetion mnil'rise di .l fsrommogio et le fceI r de la juflice et de l linationale ; et c'eetlear lm'me motif que propofe dedciter que la navire que le tlna.grece ai'?teedn, fe rem plac par tu autre aait aux frais 'de l'E at.
"/ tip.alihle T'rulietdemande pour toute rcos- Pfmt,4e.O.,tii ifkivr lePatrie. La Convetion,' i fa todeflie et fo courage, lui
llus doucei coupbt fc qoe puiffe obte.a rPsbltlain ftoais, celle d'tr promu n
P'~f~friu~pCtle re5eotnsdu cle *


t fUIll ntea t ien an e
41W t i ba e, dii ct r '

7 ,,i ietti' cid cxlf a p : irl le club iideiioltitlOdu8lrCs :Gebdi ot '; ; '
M OU l 1.tde e d xpa 4e Give peIl
S C taud pta pIuiteeu vifa fi
,~' S tlOU de 1792
el;,i des afirl S 'gtr eprh; i9
; U. ratcie pffcport dt dpar'cmentdc Salc : ifQifOpoi&ni.dli' tic, vifa de rtutte; je price le fefer >pccsd LUI e ideu
au tl s ie les eIy r ilif des L l0i e 'd la ,w. ' pur rr'itl'abuslii pourct ele te lait, j, cla.'. q"ul ote lcfdites pieces dale tklAfe. ,'t/il _. ll ni"Te d olvcnr tre-tegardes cmnie ,ulbea paItout ele. feraient prfenes, et. les
: IOt S ai tc sl d"-re
0 ,Coe


't


i a ic rle trid d ttel iie le .itl 4 ful

dtvoumderlI' nrtk Wriiuicrs- u urs e

S ddCon'ent li tiee Vapr itrvoii ru ,
lo lirl dib l'ati!lil/ i4 tseelfe i du.iil! i I ti de 'l'qlsipla gg d'lib 1G'it't grec, rmoulll fmti le fort do ga. f-u4li u e du Citoyen Tillds'. eapitaine de odvdle-eNhsftd, psffger"'hord.e cc btiment, dcrete : ,, ;
:rid
l1q. i.tl fi ,r*OF UU. .'.> *,. t ,> ,
frais dce la Rpublique, un navire de mme.t'*1it que cehli qu'il a perdu.
Tr ullt 'jia1ifd! :4 'tau"ti ;t"t'de g 'et.: Le. i1nic'dla li' aiiet dllil ui qui'fera coie 4
d'fou Veic"dcre e I hop (.'' ~ f'
C5icl1lA,lp!lent, avait, pr4fent dian +n ue. niere fance un- prcjet de dcret,tendatsdr ger p.our ales nouvepul ataillon rq i iou la loi du -2,1, f4v iir , t, colle dit aot dFlii ,ci relative a l',emigadieur%" dehtaa&lou,.ot
La dlfnffo."'ouvre 'fut 'ce projet .
.Duois.Crq, c. 'prcdfmment autorif par .*e' Gomit .militaire l p ropofer l'cmbrigadecmnt 'e ttles les troupesq.elconques de-la Rptblique,< qbtient- la parole pour, dvelopper ce-derui.er fyflate.

Dubois-Cratiee C 4yrua a fraue dffreuce effeotielle qdil, 'y, ait entre la loi du 2 fvrier et celle que voui a uPopofe le Comit militaire iRfe dans ce piObleme
Elp-l lus' avauageux de laiffer chanque batailloti rouler fur li-m4,ie,, que 'd'en formerl des demi-brigades cihacune de tros bataillon.
Tos les fyfltmes, militaires depuis" Cfar jufqavl nos Jour', ont demontre la fuprorit ,des gros corps : nul doute en tactiqueP, que ce pitn-, ,cpe n foit. la baCc des plus brillantes oprationt ; nos ennemis nuia en donnent l'exempl. Lesarrnac prufieines et auttichieun Examinons maintenant la quellion, poliique Ct voy1 R s'il eR plus'diungreux la libert Ide faire
cmb rigdei ces corps par la loi une foispour toutes de maniera qu'l', n'y ait quune nouvelle loi qui pniffOl 'on dnatureXl'orgaaifation, *ou de, confier cc
foin, aux graux, variant cbaque mouvement aa gr de. leurs capticea, e leur,.prventions, et peut tre de leur ansbition.
Je fuisfar, Cioyens, que Vous ave I d j fixvotre attention fur le vritable dangeri; vous vous rapplez, Lafayerte promeutsc f na irme devant l'ennemi. entre Valenrcienues et Maubeuge fcfant avec Luckner, ce qu'on appelait une cha/e partie, Cherchant A trier dans les dux armes des batailIons qui lui fufficut dvous, pour venir-l'tablii, inqire du palais l Paris. Vous avez vu.Dnmorix oprant de mmi dtins l',cfprpnce de fe faire roi de la Belgque,. et de donner un tnilaire.- la France,' :
Cohon a donn' pour principal motif def6 n opi.nion qu'un 'gnral labile et perfide pouvait profter', au dtriment de la chofe, publilqie, des grandes mafes et de l'Jprit de corps qui y dmine.
Il a donc lentd le danger; par quelle tonnante
logiqu 'a-t-il ,crn y obvier en donnant m'1x gniraux, la facult -de compofer ces xn&ies ' leur gr PEu vipa a-t-il dit que cet embrgadement ti ferait que momentan, qu'il ne duierait qu'autant que les crcouflan.ic, et le'bien du fegvice l'cr-eraieat
SC'cft prcifrnut ce' qui coruplette le danger'; c 1r y at-il rien"' de plus favorable Un mbiticxlque de lui dolsunr la facilit de brifer frs iflhumens, del les divil'er de les recompofer fa guife. s'il s'aperoit qu'il, s'efi tromp fur l'ef' prit des hommes qu'ilka cru flatter l fdire ?At-ou gbli le fort du malheureux et brave Cazotte ett 'de fou bataillou rpiblicain que LafLyetta fit gorger. At-6o oubli le fort de la colonne de Gouvion que Lafayette facrifia quoiqu'il ft fou ami, parce que fa prdbit tait un reproche' continuel de fos intriguesP 1- .
go. Comment peut-on donner pour motif de fu ret 4 la Rpublique que 'et embrigadement ne ferait que mome'tiui lorfqu'ou ngnera aura le droit de le Iiffer fbulfilacr tout le tern que 'du. rera fonu 'ommandement ,r.et par coifquen rfont le tem qu'il pourua tre utile fea perllds proiets?
Copeluone;ftur cet aiicl que pnifque, l'embrigadc em t CR cefftire iadifueuf4bl<, il vAuttaietixl1


que ce faliiilia ejw w. q l ede le ro ta

4~'po% -'a m rjiiatipit i'Aie, l'Cttie
'it qiatee bt1I[ a au 'Corp ecki f ltiisat'? lt. p*D*s1geos Qt k ;;opphf P la Oour' et toitirc6i

;+n consbattlh:,edtte aunte contre' l'amalgame e tas leiruraur mini. 'ort trai ,'aRpulfrliqbe '.ecept Vdllees .,.ail QOtritl ltaire,+ c llaiut Ld0onil Aubry"Goionrct Vlaz ; llCoaverioa I cu
BUaltat/ Guqu i ,:rgniain ritea.ns." ., 7 ui lonn.ico:umqui" dansla','canipagne ont rclind4 I cxlatirin de.la loi du i.flvre-a'ifce: font 'Leaf pa( triotcsi _s'y': ef.i conflasurersstuppof? Duinon"
ricr ,,Cfiiuie et 'tous les, aiflocraiee. fi*li'ci ie thjet les iettres,_ de.nos-colleguesl et14&CialeliK celles de G4fpain. Eu faudrait-il dava'.tsgusiblooV dtesdiinevljloeIaq chi,- mitoirs infituits' au"fd, cbc rolotlil jtaga.i le. chofe <,ltlr; leur raheceilo,,

+,,40 fUii,loin, d vouloir i'uebper'iPopleU deqcof eamilitmiriJjmaia je lil retrace .ta'aheau tlg6rdoi
lii donStrrqu'il a pris le chasgeuD'prsr"quL' qu## incigovtieus qu'il a crt'pporcavolr" e" aiqt 'vais, id!ruir'e, ,le' rapporseur, i' ii ti ,'ois mille hom'es, fous le -'a ;aiiun :iuis chef, ferait,, dhngertux *i,*, t dosq et e che in cieux qui avec trois mille hommes,;1terest' d;
imofr 'une Rpu lique qui e don c'2et guiiq. hommes fur pied, et peut yen mettre, le doub , ."
Le rappqrteur'a- di qu2 fi ; 1trigue et. Wlsisalveillance parviennent orreinpreuw.corps arns'.
plus il elt cenfidable",:.plus,'il fera +difficile 'de, l 'rduir. .'C.mme ,fi un coups de rrois'.illc lhrmmel' fi une arme m eme fe.rvoltaitrplr-c que le peu'pie n'eft ,Pas -l tOut' entier ?' ,. : .' 's ,Daillurs qu'i. me'foit'permis +d'obfrver qn'it, efi bien lus dfficilede corrompre en ,mrAfe qu'euS detill (, Et cette obfervation efi impprtante.) Daub un.corps qui n'efl jamais complet, en.fol'lnrs U rra ie qui l'ilt totijourb en officiers' et fou.tofficiers .'cfprit des chefs fonteuu ptatI les 'i:1n de la difcip+ine, a d'autant, plus' depydowiaance que. la partie, fubsrdoune cl, fible ou.dijif, +Il-fufi d'un intrigant, daus une petite. Gommnue potz ret ,garer ls habizaus ; mais ,dna'nune, graride; citil faut ,.a.e maffe de confpiiae'u ,et cncoreC.le < Pleti pIe fui;nil par djouer leurs projets.
Appliquez cette vrit recotiaui aux dtail-d'une arme ;; lre e pour excmpl +Lafayetce 'et Dumoul lier ,qt su, aRs de leur ctat-mnajbr .de la plnpar'" des- hfs, + ride la' corruption ou fductibn de phfieurs Cops. ont' >.chouer,. lea projets les mieu e.oncert,s 4eanau la4:aafe.den!.'pat-iore ipqai compn'., .fint l*nra'armtes ,et n'ont recueilli de l:uri for'-f4la quel excation publique. i
L rapporteur a dit que l'intre national exigerus futesuent 'la, pai4 une rduction confidtabl e dans les trotupes, et qu'il ferait bien plus faciled'opOeet lcs .reformcs n.ceffaires avec de fimplear bataillons qu'avec de gandscops". ochos 'a (fuemeili pas cacUll les moyen. d'optrr avec "fageffe et quit dans cette circonf-" tance>; ,car anrait dit .tou le costraire et cia voici la preuve. Suppofons 8oo bataillons ifols indpendpuns l'u ude l'autre,. et frmant Soo nsille'hommes, dontil faut 'rdur ee nQbe un fixiene, tC les ta s-majors an uters.
Te fera- pr p,sle matriel de Lopration i il faq4r,, d'ap s opinion 'ta rapportent mueu en rdui'aut les bataillou moi a, u'&u laiffer/'nb.,, fifitr qu'eluviton dt*ux'cents foixantc ; donq oit-ferae, forde rforrQer impitoyablemuat cinq cents quaeaupe bataillons tout cntiers. Le rapporteuraure beau f. dturner', il.ne pour as furtir du'nrcle qut je vieun' 4* tracer. Il faut penfer -que e. n'ge jamais, le foldat qui embarraffe 'lc lgifstceur; contenti d'avoir fervi t'u pays il ne dcmandt qu' rentrer dans fesfoyets 1 mais ce font, les dificiers et fPus-olficiers .qti par la rforme, perdent tout efp'ot d'a4aincemc'. Or, je dcmande fi ce n'cil pas une 6pration 'dignede l'aucien-r'1g m de, dtruire en ente'r cinq cent quarante bataillons et de priver des moyens de continuer leursl fe' viccu la majorit d ceuxqui e nt la ellture volont;, tandis que v"us, atachz, paf force ,. aux deux cents foixante bata;llons que vans confervc, des hommesrra que leurs infirmits, Ot tlamour du repos, font fou'. pifer apus leur retrait., 1- I"
Si, a tconutairO, \le buigadement fe fai de mu-i niere que trois balaillong'ne faffnt q uun l'cnlet airdue corpsi "la trfro devient' atif fimnple que faciLe et faus injuflice ; car 1a rforme s'opratie par dermi-brigade, il fuffira d't,lir pour priucipe que chque *demi-brigade ue fonera plus"qu'ut bataillon d' 'oo'00,oria en laillant-r' tous le officiers fous.oliclts iodiltinctcment qui com. poferont a d e-brgede, la' facult de prendre leurr~' iet 'on leiceflet attachs, chacun I'ivanc fou grade ce bataillon ; e comme par la loi du ys f vrier, vous avez promis de trs-belles r'cotrpenfcs ceux qui feront, rforis la psi, JIl cil probable que l grande nijorit des uffic'i et fous-officiers delrera en profiter;' de forte qu'cu ftppofaut 'ql1 daut chnaqpe demibrigade, ,l' ait un fIxieme duee individus qui"dcfiieut con.
t;nuer leurs felvices ils e truveront tous prats les portatu et les reftsus feront tous ontens et la lgiffhrrOu n'prouvera t ucuue rahlniion, S'i- fa


1j "


L

..


f ~ ~rnz~v F


"q>o'lit du >t du, alers 01~ 1~~1

ww,'1a d'uieer+ d Wrs P.+ wcmd 'i4de fiwi" n'~~4 ro
(U e; tg, ehg e, r ut yjtf.' Ci.'l ;'
~i'itVire' 'or e 51
, u h j. l "i posn*, iaqupesa fus' lf oe .tst a auntqels ils Cor ldldeQi j pgr + it b a ",, i d s,.' a, -< .
auxquels:a a la se'" . .



"fue e + ."a .2 Lu , in. el'l - g e ac "cw -a tt, .
XWAD# >. le'



41008 ujotis0 FPqtm 6piug ee, d r1rtn l eur il ttit f , nlcen.tn l Js~'xaurn dc kclca i1 CJF ccus cg 'doia1 la iijeetion du epvjei eloit~~Ri po- effas;4bee "fL sasopoa picn.spt A*sa
;biwh i nlti'tsflm pterr, -d'autisu W a Il~~*ps.oh~'t istM


t oe| pordi#tVfs'ait.l u e l i:, giss ,d z .di.1'.aie;, 4t 1jal" 'l[it" + N~'S 5i: dStr a,. i1'' '+ .fqu ~ii I _r f l.unea t" ,os- ,'s~u6;. . dark .rapport qui a a e dli h r, fertrIbu 4" s la .k ,Cie' loi donpe rae)hlc' *, bW edA.-Vl., ,,,*ou1*-t-. ._. ,u 1 .rd .t .fe ,'."
&Deooiistda iajcelle juogera coovea.blc aux 'cir; a LLj
40,, -, c ;. ,'- -' l .' l J.'^.1 ; ir "t-,r 4 4 O ,l rjfi 't#f'.+r;




'Ojut ailr le bu d l '. u us fr)'?-'j) "< sa n a o psai nfi qu'vle Itom tif< ,-,,o h II atU 1 ouq ldp~ts.her Imt n*e, dme' n-, c ,a . ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ n "' -, . emeoe et ovto ut 9 U ,

+t , lWstabLtgsq5.UibfCf rt. 1e. Tortte DOl'i" "yci# itl i'1tl'lGlquc O y
idu I:iiqe !tdjise. i l . baoe ilula r q i llons dc 'fhs.af "e, f, -o ';ti;; buf d e,;) t. d die.' cmpl et ru d adm l osi-' et
."sieu :. ji~~.n, le t bo d air'du rsn sfl n' lf
1h li ude0P1j t t, E -.r c is elsit t~ Jiire
k. t o .M. 3la i,' fci/i &0 r t 1, e.mo t d e t'e v.
,tiUrqtidi tvfpc a d e 'coWv intcue' que c'tgit m uasnsl.sr par .e .4 ;ad i,t, pubie t g.-,-.r frdssc oua,,m. a fo tans d.'o pofii. ,. sde membres d.e ! CqvfsO dqla l en utie' ,'ex+ ionu d e la loi.o chaque abmkn'tlonie 'y e re os-. .rig,4. Cnt ds'
+*'1. . t e .:. i .0ns .w. '.d. rbt e a le l conPLtton :4aat s0le t o m s
"aiq es d, l ic i q e.a Q a'eos -po u e! t i e e rc de > P C al o Ur ifi~

l. qu p, i f4tiJ /uG0 "t full J, WqciJ1)l # Cid #. ' .
U L eprop o d baile r c o l te en armemnt et: kqsi.t et et' tabli 14111 a4-t cim ,di4unllkr d rg u i' pas e n td. de
441unnlw lfflril Fe "ri'ell qui le 'octr disi uniforne pour toutrs les troupes de la Rpublique',
ei"uu deles biildii. C tt t[tann! i; t'i;e et d'aets Jes pt,Rscipel arit~o iaecffentiffis~
4japar le. fis' os le. rdppo*cur PteiO en .peeonntomi a onGai
~I poardearian faur diiifs.; qpesdaut itha. ter''it4ui
deae gou .e efuu Pp' q. i' Iii' Le *eprfentautrdu Peuple ,eommiffaite*l'j td t ff a il L e z t u 1 e s r p 0 t u d u P . p l q 4 i + ,., P . . : ,
'.u.~t ans aares, 'e n'ont 'Pas apersu ulqebrietidenient des toqpes, 'Ita excltaffitrifc it Iete
lkunc V li t isbq el s ,,,av ildin l'a'r ljc il fe a 'envoye
4. 'vojitirest di' 'n on pa. tiouv dcs offIice, n" l n e p Tr* d's d jets C, xp 'rio des fuss, f.s d,, es cos. . d'e_: a= u. r '._ dans 1' tlc Il+, eu rn e'os1foea tupc,,nflrucsiitus
-./ pa ,, qui five le 'rct dcret, tous les autres detail If i rby4n t fO U ou rs d e la h iri t c n n o atcr 1 .
yianttnJsd ha luain l, "" des srmec' .tas.t du r'eho'rt des 'eepsdfsntsaas
atmoi to .u-a u s kirroa quns rrfq -'ils f t, a tu 1 1 t.
vatnt font les, odrea ,d un offi etr de ,0jlontarcs. r Peniee qui y fot ou ,. "+. . zCe s n ps. ,ttnl pa-s. itudi IV, e.,l ipee[ttiru du Peuple, coquinIfflre a
Il'olnt pas aeru c cc uance. j fqi-s "" 'llc br'Igadrbmi ntl dca s ru&s renr.a c muipte, totc. t"nn--,c lafs jli C que l l'on doit Jc [ 'at i ht ts. a les dect, es, etde s oprations ;'au Comit de fahui & tuiais lue "tic, st il tc quittra pas une arriie apre t S
.-w t-, c. s . ti. Icp f,,,.,+ c .s.d. o eat'oss faLitrs e ans en euvoyer lelat geuersaf et
1,Alpe.d.aa; t u ssn s. u. a i, c-Lluts v.:. a d'ta,l, Itii.,tt gba'a dn h[f de l'tat-m jar; ullosh:ratqa .qaai ftu iatu uasir. O0, posi a' eeloea- :e.'4ia s ii s & , ,'4t u nuI de ecrue esaae .' a, %lai r u s l e ueu e i ons ui t4 l'a fait e . '5 eo itopii mtlia* f. cnces att e e il
'a". v a' u "tt+r zet menme du fohdas que j,.lparko air .0 taon pS 1 riaec' cette _rd. d," ,-." '.es ig antfisila Kauetiqnei de uO> tes lea et)en.r6 ob
J'ajoute tel euo l ro ugter a, V ', 'i en J79,2- -~,

Et-al* gs q t alc+r sient del'attgalm OUpou l'if -j 'a rf fi, .
lrtcton et la difehtlCe. oette:doufidcratoto cil e't. n s.gucu .t n fr e ~~~~- ,' --" t nas' + j rOchia'ii jt('Ui cette poque,' lus
po'raout de' la pus _hante impoton. sisls elle dt o s, aq. qi-,
so&if. trc i etie: pr la C.qn.,.tiLw ei'jkn iti deyc. IatiOis,"O .v ot-el aoi[iti6 q ,lopp (uffil'mtnsrs.cs heu motifs dans le reppout qui+ u' ks e1rt.s .
jis.c'dd, U lot 'du+ 'i tfvrier, et.dutis 1Lsi qlui]t i ai La ftie gPs lcv&e- henures ci. dei. 't di( i u t hi 'j .- c 'V
+ Rfle l'aauteL dP'lafsat e' ;ft uoe pcii Lt, cuV *9 CR lU ctt YLV Se l
- fia'-toua les auiredl |saalgate ptfaute d-nottsx, .- ; eaut.ges J~e r tnt nier tri les it' e d fi
."f-t( -6c" + ,. -e+ l pai"r la CQ v tiL, etfc i#+ divid -a tie'd luid r la+t qu4 +t


tio;S Cxtltatsrs;issalr- que l'+ioorknee oa' hr. mass-U'+ p g'uo'is,'fuite ptil'uunie tt ants I'isaf' Tutlous 'aife os i quelquu indtvrdis-s s'ua isuro.dustes., su lri tascde nr.t4 q nivc1tst i taduits d'"osl m dans l'adiiflaii b lallotu d tq vuit ui'e 1, aitolU d'atc,u, du Lu hursa e. t + 4te. <4h't pouvat-oa eaiber heier-e <, ,ttude rUs- > 1 1 C % 1 jidt ., ta .ar. : 1'iediu,, al l. azl halcs OhlT A1tuxu[i chiald C'u1, .e.e 11.a d fnla ge|i.a de vcei U I t R a
fontexes mas" qut leur au oa+, 'trou-- ,.---- .,. iiu
'usit leu de cffartcspoutr I'ads siaifihatiun ? ja gr; fc +s,, Rp JE. h'alt an ononn l cfpagno[,oie Le t'a1paoreis nirra.t il que lses .latailtosas o d .~&i "eto ~ . ; Wilissss (r,.
. *' t' "11 ., sIedtecrit A adscws Bo,d chirugcas i Gemna J samn,
ci-devant utu ot dao lJeur fei'"a oifi'eera du-aac'i'ua ; J -- u dca- qWrin-suee l's 'ferins-rtajor 4

. .e r i q' ,a i s duell. On app 1au ltq. l

eoraeati's d de corps' f- iau- efthfr as x -fitt adapter le dTeret fuaittt
oigaiif e qbe-esx (lee volrl ur irn s?- i t ., .
i dn p's vO,.) tdfer rtahIls"'l drofe- dans18 Lt-. c '. ." ts ttn-tu t ua:i i optt traduitsadans le pefe ,r laR bpubte';vu. vualO e. costier d u Cow/ua d Lir e.i.e u ,d ur l'a ,.
(toJ e.iOc.:ip,, lsals, lp s uacldelte L g ,dectcutas
fneu ci +ffipem +t:, t trl-.'.te t tpus cs el 'u- 'as tre% -p e r as -ut. ss lar itilca oud mt;or h ]1 etrnga .emet que 'iOUs so'uvcz el er r.e- tou- fcryce cih r 6 d euflemt, raw}a C a tdld VCiiYi ver aci reifouccea ,,ucelair 'po. parerax Inetl. ,'ds i ,' s alies . ei cui'bustst tp.ost lat P4tse =Yru'esss do' pife et. former' une' ou r"Ah-i',ttn)a.4-s tsys e de-y (, etyl cs. 'd a~s,',. .u dS'uilpt 4t' eontai as,,ui to leu &. j 'tro- '1slW&'u~sn





r e,s prfestu dLeet ', ln leur de-4aMinv
d aO n p -oet ".u'iITastdti'pnrr l'es o ptes de. ta Ipus or dn. li'teh le- ('cru" re iti 4t 'e k .h ,qurc' batte,[x. Eh, fas d.te i fudtiu'bien On'Jsa r opos tas iea ud; t., c.t
tJ:',fe ; q e j'aitlOif*tefeat'coa',me d+, oqssetssfes poo chacun d'eux,'le tcOtl d
-s;s dasi.' :Vocslci:'ss ns [e'rptuer".let abus', :dapaf' "cqnafirussst' dcs'srsises XlX et XX.~ du sise Xd' d' orC 3oa miii o~~oui de 't te~~~.a cunh*'e"', ,i's a d h lai dr g' avt j 7Oo C et dca dcr'el dts(, ut
st It 'hoidat cil t9ot can'? Voulhd.vdna enfLs rcffcd-" jin n 8 su Po juill't'et5 ('epie ijre dec.;+'7 "
--" ci I' f, I


tbi ont le dois Ru S 9.~

a~ je nis t Coliois l'c*igence,
Toi, qu'adore mon coeur fansque .a. a .'. f ga d Dieu !W fil'M la > Teetelo ini SvIle mur de ton tetpIR il' e clune d Ciel
l 7. O te t .
Si la ts.uee.e, ginf _que tu dois 1'ite
C'e+u'eut -IoMmie etaitoiut vient de di'pa#'iel
:O ftqi t le enl n j'ufqu 'k fon Cratir La digi'it de- ('Ho jmme joue 't rrd'r .
*Ppoige',. tIele jr ,i Ifo re Libert liuc Sur tsuvf onts elevs secounais fin eaenprei'r e; Ainfi l'Housa 4e Dfit;td i dqtes OpiltJe, fl' ipi Ne tonifre pas, otieuIq'ncug Veille aU niLieudc sious conferv 'l hIPeite' : CU lRo vainq eUtr ds fluts et de svats nfltje( Qjec '''cki V-incre c'ec tbiiir ,fa gloi;e cil tof uw"gro
PaaU tOCityzs la14 me-~Sctiofi di e l(


SP E TAC S.

Opfrs national. Dt.m. FaHns op.nu ie
et lIed J ene du Rerer ,Paris.
Thtre de I'Orza' Coti. Natioal, b ,rti e M&-trdaMg 11joi4ert4n' ou la ? u7tol du ri see, 14 lea,~ e o ulr sfo, et Olie et Bi&.
TlYh 'at4 ;le a 1*pinbtiqc rit d h Lc>i, Lai o,,t rvo ,:onsaires jingds par eux-mie, ;, de P&oic des .Marris.
Ea attend. l 4l rsepr. du Nu #au Rel4',fii me#de, fuiv. d'u e. F4e civique far 1h psile ,!,c 0 'Jii~
Thtre de tu rue 'Feydeau. Lois Ptitsudiiek prc. 4dt,,P1i t ai Hlnri.
Li .utttcid. la ite repr. de Paul Vlritft,

ilh'utrc sitiona rue d la Loi et de Lou qit, Le Dilipalere, 'fuiv. dp Ru1aur du Mari. -Lt '. MOfe joucla dnsAJs deux pieces.
Thitre de la Montague,. au Jardin dc l'Eglitk; Le $ourd ou 'lAdberge pleie coin, eu)3 tC ) le Faux Zr4qfMgn, tA4 Roero
Th &tre dis-]$agj~~~-'Culottes ti-devant M01t!, Medche,-. ;: ,

Th(shtte de le rtsC de Louvois. +Laure et Zul'

Ths s.r du Vatidelile. NiGnife Id; t
la FlaqM' ,'eioas&,,' et la Mm fe, i'fil '<"i lage sJrs.'' . ,

Ttr. e lCt,Varie. Le Ctedid
cihi; k P)i S des Pr&tcs draicetci1 g& i
i.Ths hea'd. Ly# dci Arat 'a.1J.lfdi de ll8get
Les Capicins a uxFrn ifrei, pan in - fpett, pr de iU'cka&k ep lJ LyoW, et de ilflo1h4sn,
Tlavi Etanriui CO"m4s'Oe et lvr- drut di
4 ? remirr+ )Uqa;Mti ou T/dvdos'e *' faNIlS' p)I,. d'a4r,dss msar'chrtd, e1fpri. '


l.'al onurie]t pour la feuille du IYoasteut fa .I H.: tt s.nE n ent, dcs Jbfat ) t tPafftichh-'.aufli l 1 rt. '
Tore elpecc d Annon.ces 4Mcot u Ot)jp i al s ,)l;iiqies et utr"s ohfrta, pclyex trt ;infr dantd s 5Up gsme:.ta r,. iersUr az- :).--+" . . qi la 5qaittr'
r 'fOpt prtia. Le p ; 1e i n te 4tton --,d *6 i. palgnu,, s par colonne, Ct 750 ii. p j i' St pirnu.nt entier. .
Lt 'aut ~a~~ drd Lr psur ct.objet, et pour tout c qui conc le IdacU oe db 0 neufniactli. ub .duracdIae. .:*&-,-- e.l de ._, ; urs du mi;f5 11f5
Jeisf hssuri ti lor:: ' ,-.,., c, + e,;o ) .,i = .-


tr 'i 14
















ds,






't1 it de


D P L'M 9 It R 1 a 1 ru deUh riteviu,,

..












U a~i i j


~ ~ ~~4~><*v csoc; qm~aie.
l ufan] tcnvntsachc urt~u ' il


kl.,l le

citoyen oc lt -e a ffep,
p 'Il e n tr e > m i tYA 1 4) 4,I d qfs qsw f i q; q
Et** u o4si irnreq i lf1 d9~. c t>3



D.u?~lc ;.vt~
a t.Cli *ti4 t il pi e Il il4~ 'q
~l il rtI p~rW~~s .uYiuiiec t 1 gist



IC-,ytllieAbt prtIpx4mr dtode *r 'e U gq%,
~ s1 Jqdl LeQ se'uu ~ qalt qu ~ rotse* Iou e qui t.ihB f eaita itbe 4cpkc t.eil, b" i fI ItP(le'5 .,uJC1"44"u r'l' de' r i jsrd t~ne a (~n- tbscfot o~ ffcrq'll. gc, ~tsj- t~eka l e e t1, a e lil titl de) aat:, lt ~suvirset pi~tlC'~t ~'c~rs nse ioc cnltss devu hOQure Cteui, cnne e.caoye 1'xpenca.eaQ lamou " l4Jrt ~'~6l d. a~nln~fssaf ~a 'esl tP ulke na rpf 14, ut p puliee J4 plissar ds41,t ~a~ ut u
tntt Ct 0O1~ l'~1IS pou co as; t. ar vrto t-~i rect~ a paint Ctoui eoVii-ea e msa u59 4caudcillescostliuce


t aue qiu in utt*i u'ai onostep t eat esiUsc aor j lce danc eadlus! :c la li' d i

~~re l etXf vitevat9fos tr.brs.sJ4ci: vr qsa.b idction dsEattaatic,?~p.;mi lcnr~Lra pu e
K-alfsis i sa'efl spu ou-ttp o pUni i tqatlc.,tpouvfois f1%O lrsa, j qais fesoccden lc etorinsacs tisse d s e. l atie cave le s i s te puii na~ lltn iu.d tilerp fo ie Deeitqulq es 4s fsecsaasfocn e
b 'l1 lsu p' d u sisx ola, q'li t p l o re j c 4 rluitit;a4 paretzrite-L,n- lespor paiierdsra i ree e
i --c l ,t e Ozainser l'e o'cc nl- it'e qoqaisf fn.oas~rssas tispoi ple qu ptnq lus as Epe. O A ald e fottectra
~4I dldc nut dud, it s t povosaf iq es dela Naio .ra-Qfepas d Cp Frnise q e est tae alie


jicieles !' Ptfent's fev et 4drellir iqu'
lqetconuais Is paplus long-teMps ledit, Attbile

. pq U0 de as &"ae, "'anp ,pai;l. de, ]ces.
~t,"Uui, p ne lui permets d',xercez, nildei J ~'aoe 'd fo,ctins ,'ouvoirs nl iivi.
tg etcord asi x vca u-ec0u l 'de' ette uatit>a, "q 4fjrvique etiremcnt par la plfcae,
#,4Dns~ul. ledit ,oqsau donn prkdcmnsneut
iedM3ar abiolumenue nul et de nulle vleur
, e prfen, ct pour l'avc.nir. la foi de quoi
l: fl 'xx.diir la prfente en forme de lettrc.paentes ; et y fait appofer lc fcei des Etat.-Uais d'Ausi
ilqu1C. D.nu fous niOti feing le 20 octobre
'ode g ' 3793 et dc l'ind.pendance les EtatsUlii d'Amiquc le. ze.

le citoyen Gecie, mtinJhe plnipoissaeiaire de la Rpa.-tique Fres4fe a3i ]M, ffeJ, ,fecdtaire d'Eta
ta e, dcla piibliq l'aa,ie.
je virnu de recevoir, avec votre lettre du 3 de
+nonuis, la dmifion du citoyen Duplaine vicecgeful gofou, et je mie bte de vous dclarer u C je n 'e reconnais pas la validit pas ce que la
cOnltulou decb E'tats-Unis n'a'uonit donn au prfiIcnt le droit qu'il pasat aujourd'hui veloir cxe! lle la auioril Cia qulit di premier misiftre du Peuple Amricain admettre et ,cecvoir it iiittheo des Natians trangeres enyoys la
I gsAidl colfdratios ars.ricaiue et'l:urs agens a ol ftiics epatis dans les Etats particuritlcs ; apais e4 luldntnani cea ifoucttos officilles elle tic liIl 'las doin le poutoir de les congdier de v royer .:de les l'rfpcn Ire lolqu'clele a une "f d rtlnis. Une' pareille autoris ne'pourrait s'exea "tt, 'Monlieur inon par le touvt'ii de l',gcnt
petrcelui auquel il eR uvoy. 1)e la part de
,.ti Psci titb d t artcu ireo, ou la fusite
i ug. ct o tncs qnc avec lii (et,'cfic,
Sj la 'part du fbOvltaiti auquel il cil avoy ,que .ernillonPtit irc fetleient le rfultat d'un acte
ashiie'rell. ou+ 'rbitrire. s ic'e' Un 'acte ua4l2t l ,de J-,juice l'O l"it fouru'i' su fouveraiu
tUat#s le L'useres'1ofIibles fur un objet aufi ilu >5ltust, afn quil o'is, os am-de ruuver ian loaveC'i, qu t o i miniiie tat i ndigne dc fa
It fltee ,et que la 'dssifif ea ou la ldflp'en'of, ; iidifpesRfaile. i cil un .scee puresa'cut aubi.
.r il appaitent la ehiffe d'actc d'aggclo.
il ldvle a t motif de guerte et vou arVCe
(1't 9 fjtl cet gard la coollittiou da Etats.
dlikleii atx reprFentans du Peuple le droit
'r y. le inse 'e ralpelle pas re ,lue let
C ligs, de ver, de G, otiais de Puffidof
t : de V ll t l (44II t fur ce fuiet. J Lees e t i4c ie q e jurio.fulhes lipei nl
lht +tric fiu le droit dcs geu', une epoque o, ils t t' 8 de, .iknes,; .mais le points fo,,dai,-c loar Iitii 1 d&'la la.ltice l f 'au,'


A ; GLE 'T ,'R- E.
Loej4r 7h .+ d .ern#re. .

S' AaDI dernier " il c arriv de l Corogne a Fa[ltsotth, apit un'trAjet d' 'cinq joui-i ul bti. rment avc 'dc dipc}les de Tulotn :'hier au RcCK n'a perc .fficM )C'ii de ces dpechee dope le nainiliere cache Ccrttiueetet le conteno. Noua pouvons cepeudant., dit le Mornhig-lierald, dniaut, hautement "le'btuit qui a"-l4 ,>arjdq dh l'vacuation de v'este ville : quoique les ciFidras 'oeint p atvellus lf ri'rdre, mares de toutes l 1s hautctis qui la doaiiseit, les alls;, d'spt aleurs deruieres lettres ettent toajours eu potvoir dc la pace des itrts, et furtost du turt l: la Mialueu 'dvani- lclitell ord Hood avait fait ,arg-r l'ngcd,er qui .ait t.xpopfe dan- le punta o(aii* do l'enneti. Le nombre et l'activit de c'-:tx-ci ang ntaisrt, il cil vrai, toas les joui au poils, qtue lord -lood f'oIlitait dais, 'fes-dernti.es dpche,, esfeoutis les p lias pompts : la qntit c! h'tet d'uc des' poftea que les allies avaicnt garder. gtgcaiet une farce au moitis de 40 tuile hommes pour pouvoit les d f n d r e s '
Qoata c A la tafintelligence f -rsue ente les Alis iet les Efpauols l'gard des difpofitiona rendra rqativernsent l'cfcadre flanaile dans le cas qu'on lt oblig d'vacuer, le port et la'vil'le Il efl coire qte toute dfitutioti ( s'il cn a eaifl ) aura celle la i-ceptiqu des dpclhs atteudues des Cours rei'ipCelit'e,
Il l ai de voir-qlie ces paragraphes miniflticis et sacanfongers itou la ptfce ntas-adroite ds revcrs clataut que nous avons prouv Toulon et qu'il fuia ,ourtint avucr. Les pipitr popalaires et ceue de l'oppoi lion., p' lfrancs qne .tcl)x de M. Pit $'lSdigiletit dela dithmulation-uiutile qu'il emploie pour cacher deux 'u troi" jous 4les fuites 'Ul une L.s due f('t incro'yable qu'al a contnift. en peI(,tut qu'il con'erv'rait les Ituits d'une iraitifon'
-ais fond de la Medieiiatti, tnaudi que fur les c::de Il "Manche et ' la vue Fle totite l'Angleterre'., l'scsgte r pu, blie a djou-ics 'proes paiss au filiadale et iu dpit-diiPC uple des trois foy tutSo.
Il fl'cetd qu'au Moment de l'aveu forc le noire dif't.te Toutlon 1e i0uilhr dli a'atteudr une c 6fios violente de T'iudignation gnale . car les coltyphe--tl-ticout Menti fiourtetarut d&its les eCiit qu'i6 ont dbit' aujourd hui fut la nouvelle de Tolon, r'atront plus la cotiutalycse(te

1 vai4 js fornt G iOUrd'ht des efrrprances di a ault" cot, 'ils 'ne font pas pl s 5cris eni dt que lecitate dle Aol'yi vca'. d'a{.pre adre par uit de hecst qu'utae-AOI",C des ,tclacles versnit (le
rcgmpoit

dans les, Antilles ,,vout ataIu'r li Matinique. li relfufcitent hadimen l'arme dnite de la VCtide qui doitt favorifer l'tivafi'an choue de la NormatiLdie de l I 'tagne. Etfinl le parti ttifriet planent dans la t rtioh des chineres Ciaycr,, de dti,,ontret que f s eleort$ pour ramener les Fans1is_ au defpotii tsaqu't ont feot, turitnt toute I'bhfiflance de la Natos britannique et que &:e but de totes ts s.ours coalifr e effl ihfitutmen!' utile i, lsesrrc ,;1 h xfpteudcur de
lbti cOmamerce erari.lsie.
D'un .autre ct la Nation rrio'.trer f.'a plaies" actuelles ; .celles de lou cfineree de fes ataou4 factures de la dette publique ,ia dufpoifue ,uii uiiihiricel ,i a, eceuas In" abmue fous lei foiid. men i d, eou flituioa li4ie ; et.ce idbtatu fer<, fi vri't t f (1e luitagsitcsn u'auna l ini F ajouter.j
Les fftIs vlitab!es de la' terwrt' tant aistf, ablia fou obi3t stc fera Vas difli i e . cotuat,itt et + dtttire ; ar, comme lh iiient d jq les ta,.s ptrtt' de l'opp deii0n., dec la.libert et de I politiquecomment tablir le droit.d'tn tnation il C a ffojtqir une autrer adopter' ise efoline- partitaliere 1- gUvet et t pat la let laifo',a que' cette f'ortum A la pretaierei ls l'ahfua.dise de .ce prsncip" le joint l'isapollibilit dnoiitre de 1';n ex ctiona, Si' d ns les premir defordr's dune, rvolnrtiou. la Fiance a lhitte l'Euopis e atieie liguc cou si" elle *'c6itiient efpre'r que' la" Libet cofulide
-par une fuite de luecs penuiarat la' preauiese cat. Fague. aura de moiadte fjrceg ' ppofCr 1,
ligne infeufie des .rois? eux-ci qe. diflixuletnt pas qu'eu ast'tquant le gouveroeleniet tepublitain d,la FIance c 'cil lents ttied qu'ils dfendent + )als' l'Angleterre rai 'rijoifcait de tels affailfans ,,
cowbstsa-t-ellc doit-e se ovnbatare avec eux-pour 1 maaiisneu des defiaoil'tes royausr V? N.n 'u"t dmanerre, fa prosprit iniletieti ont trop fouofert de l' eoife n ( c'y.ne dc la prrgativo tOya-,' et Ce etait pour ludlleirts les fel.son comnicrctale d e a
Graud.B1c'tague t t, de ttit tins la fb t'
f)coade dc les ,ris'#-et et |a gi erc actiar e a i, il rsiMCilt petve cnhmbieu', ekc a iflce d'ru avoiriop er.te b, auhe I)ritraipa!e ,e c uts enp1 i(jtmdnirieux eti o bicu'c ue fe la-i r et'es tui arn4i de ta libel sr Ot d rendre plus cher que-.iais' 14 Nativita Auglai.
1l faut 'donc' ccifks cette guerre, (c garattitir, dos im.npts que fa ColiIa ainn t fce Iftes lt ci ctlre
u 1 n terni e' pfrompt aux Calrrt hs quelle a d'ji amurs-4 celes i(tiits Toutes es promafes tots les fubtillts.minillrielles blanchiront C1ttiresp r;tl. cipes dc js, ee r d, paix et de poltia ', ay' p les leons de 'expresce ; et le Lascifice d'ate Ltir homiuie 'itet 0 ert. to-ls [ls bins qvt la ee 't. ds hlilirs pronet aux tros ru)asnses.
(, eIt,t da ruvdellc. toiliqilce: : ,


't

..


MUR@%V-, '-~ !- -


I t'


i-Brrls. rapport ai ?4i1t-i'e deDui dciv "fwit Ut 'ft rendu ,ct, thvomt aux brl d f i .
3 p Couvention. mnatoctle ,,apges srvoii < ptenpq Jl
'jpr efanC a;A4.Jgifla1iou1 44q, xe1

Art. 1. Los fqtd'flel1s ljjo'r'r uOrlek ptbltue' le troueeoni b il's, lci perfsu, 'qe fI6
."garde eutuit copfie, f rouS eeuk u felrnt pr. '*enow d'av*ir ,:'- ler uptnrae, fetntt le
-*arwap mis en us aeu d ad'aultton.
11. A cet effet, 'le mandat Wa*rt feia leern,
i touteslls fonctons' de la police d turet ferot' deeIdrvirdl.-avoir 't'O. Par la ttipiiietuion le Comit de, ftvil-,
Jance du lien, 'il a'agit de fcelis'kpppfs lrles cffiets o pauiers de per onn'es t U pui)ouruviesr
"#sour crimes contre-revot tiounars. .
O. Par les fntionnaites dligns dotas'lea aii. e l3 '1et I11 de la loi du 7 ftimuairc, reatve aux limalverfatious dans les biens nationaux, a'tl s'agit'de fcella appofs ifur des eficts ou papiers appartenaus "s l a R p u b l i q u e 1 1
36. Par Ici juge. de paix, 'il agt d'ates
-icells., lItl. Les gardiens de feells brifWs, et les antres ndividus qt iauront t artis comme prvenus de leurs toptusi feront traduits faut dlai Das le tseemier des trois ,caS nonc's' en l'ayticle pe" cdenit, au tibunal faifi de la counaiffane dur Procs principal, qui les jugera dans la maame fouine 'que l'accu fur les papiers ou effets duquel les fcells 'avaient i appos ;
Dans le recond'cts > au tribunal eriminel du lieu du dlit pour y tre procd ainf qu'il'el frefcrit, 'par la'loi du 7 [fifaire
Dans le'troilieroe tas, devant le directeur du jur, lequel fera tenu de les dfrer fans dlai au jur ,'d'aceufatiolx. .
i IV. -Dans e t .raier un, lejur d'aeufation ne -.V. Tout gardien de fctlts, et tout indhidunqui .fera convaincu d'avoir mchlmment et A d2ffeiu "rif des fcells, (eta, ainfi que les complices,

De kort, en cas de bis de fcells appofs fuit It papiers et effets dc perfoaus prvenues de eeimts ,cout e-rvolutionnaires
Do ,4 annes de fers, en cas de bris tie fcells, evpofia'l 'ur des -effets ou papiers appartenans la R' publiqute ; '
De ta annes de fts, en cas de bris de feels .appot's fur dts effets ou 'papiers 'appartenaus ' des
a, rai,s.,.
VI. Tout gardien de feells qui ne fera pas conVaincu d'tre auteur ou .omplice de leur rupture, aais qui nu piouvtra pas qu'elle efh l'effet d'nue force. majeure, fera dclar incapable d'exercer aucu ne .fonction ou agence publique, et condamn, par forme de police correctionnelle, deux anunes ed'emprifonnemom)t.
VII. La ,prfente loi fera, dans le jour, pulie dans le dipateoment de Parisa, et envoye, fous trois j-ours au plus, tard, tous les autpes 41parte4mens.
Cola lid'Jqebs, au nom -dr Comit defalu nPublic.
-itoyens Je luis charg par la Comit de filut pub1ic de vous communiquer les d'.ails qui lui ,ont t trauf"mi far la Inxfe de Noirmoutier. Les 'Voici .
Jareur de la Marne, Bourbollt et urres reprifest.
jasas du Peuple prs l'arme de l'Ou au 6omit de faluI public. Noirmoutier, I t14 ife l'ans ia de
a Rulique, ,une et indivijbkc. .
-Nous vous marquions par notre derniere Citoyens ul iennes, que nous nous rendions i Nautes poir casicerter avec les gbrnrax les iriefures ncffai&es
eut terminer la guerre de la Vende. -biens y fommes relis deux jours, et nous fomms partis
ur Niruioutier qui devait tre attaqu d'un s afaint l'autre. Nous pfimes par l'fldellgin ,
:t;l anous spprcma que le lendemain, les bti. uans de larRpubliquedevaient attaquer les forts ide Noirmotatier qui taient dilpofs "de manicle ' beaucoup incommoder nos troupes frs de leurs ilelceur,' Tons les btimens, et particuliremcnt la frgate la A'5np4, fur laquelle nousnous fUlmes 9culJ0, firsxts un feu tris vif. Cette ldernise 'fur" tou tl'iei.,ea do treb-ptes ; iului ce fut fut elle que Ica "brieand diigerent peiuciple eut une 'batterie dc36 datt pllicurs boulets l'atteignirent. La mer tant devanne tout coup t,s-calme et 4rs-baffe, la fi.gate dont la vergue du grnnd liunier avait t'brife, qui avait recu plu'fiurs boulets dans t'es mits et fes 'Ilncs1, .ft e trane par Les couans.t ;et .nl pouvat plus maueuvrer, cheula devant Noimoutier '2ous patimes la nuit i fauvcr l'quipage et'lea divers objets qui ttient I bord. "R'4ogt carmet daul au cambat 4awr hommels a et'
l


,+ : -. o: "k-'

-cnq b|Io '. Lis ve' ayant ehag, nott, plrmes ret9urserAioin; nous nous emb4rquatoi pour PoaMS et euie 'pour L Cro.q i Commune, 'ti quit'te. yiiTdia& Noiirtti6/. Noul >
trOlSelers- 1g nrau'x-Haxo' lt 'Dotreci qui xso~ti 'ekataanaqpeesit ici dbfpofMiItD-'!ti'hli avaieent fai
pour rIttMaque de l'lla'. uite ntava&rpatsrteat-r faire'-&ent hiet -kobi.'es, . on n'attdait -bi qUr'utilviht fivorsie prl'ex4dion l3 at.' la- ut'ilt'.denl .rw vers jil!sstroi h'eures du
-matin j nos rupei-uab'srqus fa d. chalouPe* ta
-dos abaeitle oca rflhiaadut'nt"'le par trois pqlinti itilreta* >.-JLuTri eci'kt#ttiqu' eu lie: I la Voihite t !e la-i,- dff i Ot l ,brtdad 'avaient l'O ai batteriei fbrmidibieil.-pii eles "hctmens de' liatfPoit tpllrotl)snt d Cerre uos biks foldati, A la tte defquaait- ':intrpideJotdy, *djudant g'aM' charg- du cmatdiidea &q 1o coloen., (e prt' cipte lesi qest poUS'arriveY' combat t,s-"eif ,'uagageY' ames'il 1r elj 'pasde' loulue

blicaiesa, ca'l:is-illow+blal iii !> 7flotfifla v'lll<, efl suiS es plecea et tereplaei -par 'le pavihlois tri' colorer La defeente uI el opre Ivc hltast d'tU-: trpidit furi" nures p iVtea di* quie: 510 trou'peseaborditt oo hommes, A la tte defqueis taient Hasco et Doti. artesrdet aVec tant grande inapa4 titance, u pore :de' la Creuniere :l"'ifant ot le -mare forai t aff r baffe pOUr paffar A pied |'.' ottrrdans File et oprer' leur jotictioa; avc, les 'atlea Iolonnes. -. ,
L p'll-'ge ta en lieu v)erS les -9' be-ues. Le Ipas dc chsrge des rpublic4ps< Intenter dans tatet les p:ariie5 +de l'ile 'et sos troupes s'avancent avec cette int:pidlit que oonamaodast-une pareille expditint dans -laqiselle+ il' n'v, avaitt aucune tetraite. Les brigands firent nu feu" rar-vi avec leurs carosasa;
-uais ieutri batteries bientt pif'es A revers -et rauportes, leur devinrent inutiles. .Ces mme+s b,'igands pourfuivis, pqreffs de toutes parte ,'lc replicnr alors fur la ville "de Normt'ir-Epouvanes par l'approche, de mos colorrnes 'no jetteur leurs arttses ci monceaux fur la place ; ils'font cerns lai nu,
boldats ; nous entrons datas la ville aux'ctis de vive la Rpublique! et la victoire eh I noe. oLa repri e dL polie imporantdcNoirmouierqui tai le dernierrct'rah'omeet et la emiere cfpr-atice dt rebelles dela Vonde nouli donl'affuraricc de voir btient totaerett terme cette fdtale guerre. Elle aux brigauadsrtoue comrraicatiun par Lrer ae<-c l"tas pelides Angait, et rend la Ri publique mctnaeffc d n pays e rnii e et fenbtiltancea.
Nous ne l'aurions-affe" ranadre 'ce jullice aux fol. dats quicombattent. les brioalds datrs ce mariais, o les chemins fou ntupratcahl.e dans cette ffsu, l' air trS-rab fait r-o i ntt cependant riaquer fans ceffe. Les foldat ur t preque n s fans fou ilrs et ne f phi 'v.erpt pas. Nont, avons ec dans reete- expdition dceux. iottrail tus ,' et ecuviror dix douze blffs pan s i slqel le trouvele brave joa rep t, du lriu tant t duNdbamqueret unc bale dans la cuiffe, un biciaye la tte harangua
l:s toldats, empota les batteaes et ruarha enccr: deux heures de la tte des toupes. Loque nons l'avos rconr, u oment de notre dbarque. ment, nous l'ai vos tmoigna, l'intrt que nons iafpira'ienr fs bleffe ; il nous "a rpond .- l iRe le Rpubliquet Noa l'avons ferr dans nos bras, et nousnfomues artis avec nos feerea.
Cette extpdition vaut la R pnblique environ So pieces de caeon, 7 A ent fnills ,t des munitions ls
guerre et de bouehe Le. brlgsnds ont perdu 5oo hommes et ceux qui 'ont mis bua les armes fout au nombre d'environ ao :Ou on pte parmi ces d'trsuce 10 k' 1x chefs. Le fclr Delbe gnra. littne des ci-devant armes royales et stdiqoea, qui a l blff O-bolet, et q te l'on, dlfait mort, eli tomb eoatre nos esaine; il tait aie/ouepagrla de fa femme et de M D rand cur de Bougoeuf, fignaair des ignatr au n um de Louis re V II dont nous voua' avions envoy la planche. Uua Commiflion militaire, que nous venons de crer, va faire une p:ompte juflice de toeo ces ra,res. Nous avons ptsn qu'il ait intfflant .dans u5n pays gana a cotme la Venle, de hanger jrubqu'aux noms de-s lieux qui osat t fouille par la pfeice des brigans,8. Nous avdunion s defque
notmm 'ic oin. Ill Marat, c't +celle dc Nor. guertrier, l'ile de la Montagr. Naon, vous prions de faire confirmer ces dauoation par un dcr t de la Convestion narioxnale, Vic l Ri eta Rpalique I vive la Montage f l
ciltb et frant r mit (io ummO'r de M.,-ant' de' lr M dr"Bopusleufa,+
B vin ,' f reis ,'d la dCO eomi u iIn. ''
ga u o







d 3o., $. Nous vous envoyons l'tat des bravsabatailo s qui ont concourlt ai pife dc Noirmouter, etle varosfaivebal ,apitase d la figae lstmratr ,, eousa devant l'e, r
Turcan, gahral en 'laVef de l'arme de I'Onerl lnus a accorxapagaus dans" tute cette eodition. I s'etnbar,u ledelat potar f. rendre ouNutes ct de l diriger le mouvenena des trOupes de la V.-ndie, Son quartier gnal fera tahli A Cbollt.
( Vifs applaudilfemens. ) + '
tColl us. Voici la Iv.s d.s bataillons eji *ltluv hue de Noit u'ule.U+rcllc, -


e Le hatailln de: la Meurtte, lit houmt 1Cgt1 rgim ent, 460; le I Il de la frn at. b ln '
400; i un dtachement du Bec-d' 4a ts
: la Caren, ; G i de s rieIli.i., le
ides du 77e rgim,ent, 6o .; le s rg ent,4 grenadier d'Aunis, i4M 6 'bu, Ilr n 4
de lArdche. O1; dtacher"ene dul d eii4d Marne, 100; tirailleurs dc L :rs iier- ,
5 -- -sa d e Lirlinreure ,tfl
ea4licu ,et 4renio r, af ,dtaehesn ecLtdts 5
,;es t le-39e rgsiepc 3S6_ -le batal l Do de .s la Gsronrae, a o. Tott l, 3,1~ bonum + Yt
.e 9. ', , i + !

La Convenuo dcrete. la mention boni&b de S,j!9ur de ces taptajUQus'l et l'i-f!--:- d ra! d l' ll .U i i.< lI Sl.ig tll.-Z
u3 utetsn.
Macele dmis~lrherdu Morbiliitt, de ce dar ,i d. 'rirtt. ".NoirmmaWr, l' oi n
,Pour le coup., ,.mes aolegues, nous voil tout + fait,gnersiera Hier, je fui eatr A .I.t d'u 1:1 lo9ne dans Noirmoutier. Pour un de'nes mecbire"lw ~'e~ psvoulu q' ~cett eWJaal
combat ua 'al$, j'ai vu lis trr$p'es d la Ripubliqs > braver les canons, fe porter deffus Iitrsles boulets et*li:rbl t tai auT je mrureh-:s
lef trotpes moiti corps dA l'eau, hil. le' Nor rmouttier a 7 lieuca de cieneofrence; elle lit Il3uiie de canons il fallait prendre polie fur pont-, la ville avait la pofitiota la plus.hutenle ir -les brigands, qui, tous s'Y tjet rfugis. Nous n't tioua qt's aue' porte de canon lorfque c| bi. gatlds e font uendtis W diiertion e c'cu R-un gl-; bqrs4eur. feul xpbiauvaut plus que tubs Ies brigands de la'terre et immauquablementj oue 'aurions perdu beaucoup demonde fi ces fclst$
qvicnt fait rfiance. Tous les brigands font et 1 plifora-; le noabre en eli trs-confidrable. :It-thcf font parmi eux ; nttr'atres Ti gtiy,.d'Elbee,
Dtlbois, Demaffyt Goin, &:c. On les espdier aujourd'hui lu ordonnance pour Louis Gapet. il .paaat qu'on cfidcid ne pas laiffer d'hoil, Noitroutier. La jrife de cette ville cote ila blique un nrai et 6 volontaires.
Q e la defccnte dans l'ile de Noiitmoutirt belle ,que les. troupes de la-Rpublique ontl iii couragenfes Je n'ai rien vu de plus beau qt lsveloppement de ces troupes une fois entres da0 l'le. La colonne avec laquelle j'ai marcl eitpar.

venue fur lca ctes par terre, quoiqu'elle et'4 l'eau jtf qu' la ceindle. et que les brigaiade tirfie dcffns e nit'aile."
MANCELE, admistiflrateur du MorliAe:
Les pctionuaires font adwie.
Bentabole. J'appnie 'la ptition qu vous e lpr. fente par la. courpagne d'un.-aptre, d'un ,tiryr de la libert ;- je demande que-vous lui 'corditezla mirne peiifion--dont jouit h veuve deJ. J. ROUfts Cballier a plus fait pour la libert Fiauaife quit cioyeu de Geneve. Il a veft forn fang pur, l Ptiie Rouffcau n'a donn i la Fratc que fis

La propofition de Bentabole e dcrte.
La co6mpagne de Chaler el acueillie par plus vifs applaudiffemene.
Un capitaite de navire forti de Toulon lors de l'infme trhifon des habitans de cette ville, qui y a perdu toute fa proprit; vient prier la C0%s vention de l'udeinnifer et de lui donner lts moyea5 de erludre de nouveaux fervices la Rpqbliqu<
Cette ptition c renvoye au Comit taaine. r

Une dputation de la Section des Sans.Culotts el ilitroduite. ,
Lemire prfidet de l'af"eiblie glneralt, ordifr.
Mandataites du Peuple, vous le lavez la liberti produit des hros de tout fexe et de tout ge. G-t enfant,- qoe vous prrente la Section des Sang.Cu" lottes cli g de 15 ans et denii; fou nom t Andr Pajot il cil fils unique et fot prie lt aux frontieres il a quaitt a mere le eu mats dcu nier pour cburir A'la dfenfe de la Rpubllqur, les commiffaires chargs de l'enr'emcdt lt d'abord refuie, A caife de fo tjeune ige et la. petitcife de fa raill ; mais il leur obervsa que Jota patriotifme ivait tonte fa crue que fou amour prle La libert ne ferait jamais plussblasatt, et qui tait trop petit pour ateindtc l'rnnemi dsulfll0i que les cmraiadcs il tomberrs- fur lui 0r le comlsatt;c cqrp A opu, E na IOt il. ver/ tui
de larmes e fit tasi' d'islo{nee, qu'i:,o-ctt17 partir pour atre tam bo r d.+.ns 1's.saae ,Nor, s'en trouv dans toutes les 'actions les ps ehad. et la deruiere fait auprs de Valentcilar , datas b o is d e B otJ n e .E (p r a u c e ; d e v rin ,g nbOn. l. qui battient la charge, dixcnuffrin tu, d'abod, etcet enfant 'fut bhff d'ues balle au rssillila u+. jambe. Le combat dua qatre heures encore epte fa-leffnr et fan sfo f a douleur:i :
; l u d e at ,tr e la c h a r g e f ea s in e r ru lt io f" ,J1-qu la droute centiere des e(claves. u
S- L'aeffmble nrale de l ScctioU des aS"aS lottes pil,lrt d'admiration Ou rcitt ,e tnt bravoure., et defireut l'houotra' cOmm erle le. .R :ite, u, dans fa; darniere *AsaG *1itd, ,u


pl




lis, flelu













4ol












die,! ,ateje fula

..










.top;e".s on om, A le Con.
: et.au corfeill grrtl de la Cqmn
de
>jo cdoe d* rag ad ntirer dans -ce jeune
o r e s 'loByrafceeplu s Il-,

vLafmbIl gnral eonnuaant les berls et d mot dans lreqnel Il lIf t revetiu de l'arme, "i"i e CIe oll et e ffaveur, pans cette us.me
"~aa o n v u~ offrir der .1as mes qu'av ; ;j , -OU ucf, le jpur mme, une dle nos conc'iyns i;dienstc ci pauvre comme lui : ctte Stu fprti de joie et comme s'il eut Voui.
arquer pt Fei bien1'its les premiers momens "de
.,Cjgnt't notre invalide de 15 ans 'leur a
4ola e fac'plecie, qui n 'f oge
.l 6 f. 3 dca; car les 'Sahs-Culottes ne
ltibnesqnue de imeurs etde patriotinme ; et au
.la e infa e p"l' denth d 'as bte le de hriOi5 e. Slans oetes a donn ra clide
,l uienA. e ,s~ fis J Cu mdletfa i fr antlet
j, val l ur etde grQfit'1le iioil',tel'
L' on: va 'kit Aetrclien; uvoot cye z vc
; it de bataille;d P if ferait u ldpar s'i 'avait d e'fe .iilem, ;e -l1n'a ed'autre patrimoine quer (
"-'i ofie: .d e l ethangrai pas contre les plus
.ean,,hrhe l iiVO vs u'rl ederetournervu gcomabat
y4' v i5gl BC. lfa.i bleare luieret daler
hs,,erAlonviragelqulil a fi glrien erent cotumxeqce.
:msCdat i. 'dtP Peuple, ,fopge;qn'il cli dia. lin'
digksoce ai1 fque CAi mrCc t que fou pere eft
P detJ'h onneur de d'a s evoir et des dangs
longez, eafin, que nous n'e vous ,avons dit que la
y~idelJfait els quils foni ttaulls lgalement,
"Pitt que ec-e lt l es g ater ,'qsi de vloir les
qasobell Il ptir, l'hifloire la plus' exacte de la veru
Lt 'itujou$rt 'on ptsbel loge,'
o L isssiidCCCqel s'iscontenus dans
la ptition feront iufrs dans lerecueil des belkes ctdou, et accorde nu fecours d Soo liv. au jeune
o5'ufieurs ptitions.'partieulieres font entendues

tieuvoyie aux Cqmitsiqui doivent en counaitre.
Sor lw ropofition de Cambon la Convention a
swor4i le Comit de furet gnrale retirer des aicivhs :une des trois clefs d.e la caiff- trois
iis, pour en' retire. le diamant de douze-mill;ons
01iy eq. dpof lequel diamant va' tre tranefr A la nobvel'h Caiffe ' trois clefs qu'onva onfnrire lIa ci-devant Bouffe, rue Vivienne, la caiffc actuelle iyant t trouve trop petite par I'adminifiradaotde la t iforerie nationale.
a fau ce#JCve, -rA 4 he,e.


'in fecrtire lit la lettre fuivance
4 commgdant de l'armede Breffoire, au,*citoyeq
". prfident de la* Convention.
J'app'ends par les jurnaux que la Convention
.utionale a accord les honneurs dn Panthon n0n jeune leve, mon fidelle compagnon d'armes t cependant le corps de ce glorieux jeune ht5me eliinhum dans une terre fouille par les brtiand,;je te prie de demander la Convention q'elle mautorif le faire exhumer et traui'porter Paris. Le citoyen Davld a t-de plus invit faife, fonpotrait.r Comme Cet artilRe ne pourrait y : rflir trayant aucune' notion je ciois devoir t'en r dnuer q ni' l mettent mme de travailler,j@ les
joiet icifut une feuille particuliare.
Jc jro*sque lattitude o il devait tre i celle quil vait lorfqu'il a reu les derniera coups, c'cil dire A pied tenant Ces deux chesaux par la ,iste, entor de brigands et rpondant 'celui
qui s'tait avanc pour les lui, faire rendre : A loi
b4 1f;AiA'et. Ici chevaux du conamaaaU etles ehtsl Eh bien oui. Ce font ces paroles rI.*'luficura fois qui lui ont vals ta mort.
La douleur que je rtffentas de fa perte ,lorfque SvOtsr l'ai .annouce, m'empcha de vous parler 4-, eitbyen Mofier, qui Ar du pays oit s'cri livr Scoimbat il ,l'avait abandonn du mornut que W habtins s'taient dclars contre la Patrie. Il liit mis dani une cOmpafguie de huffard, forme uittnsesgens qui, comme lui, fe font votontaire, 0ti 1srIl tait A l'arme le jour de l'atta.v.oyar d'e je balanais blilr une trstilt mri4if r q'i lui ijpi'rrient, parce que je conii'ir foi patdtifme l. > ,owrrait, dit-il fervir *w lW (sils oaci &ru'andj .fa ilffruclen efi nccelTais*
&WUt 1i ,' et l'infant il y port& lui-mui'.,I feu.,
a l tA o bfqrver que cette maifou tait tout ce
i'i.i C rlilt. Ce ra'me jeune 'hommo a eicoe
t,&t fa btgvoure quelques jturs apt's Trenenlifte s en chargeant les brigands avec une intrpi_utpetu t0mnne: deux billes, dont l'une brifa
a d f t ilolets dans es fontes et l'autre tra.,' la for'm anteausne purent lui faire abandonne

liciel fait rendre le. dcret fuivant :
ul o Cendniontionaitle, aprs avoir entendu


l'Ots olttt d9 aurvillauee Ifssr lf,v!vtes Lalsille. nment et charrisnidilia'trea, dis 'et *, .
Art t. Les epmmifaires cl lag.tisr, le reptfentaas di' Pe k.prl s ls arr ;pi.,er'dass les di tpartemens de furveiller le feriec des charrois
dudit fervie ilsa les fnfpenqlra(eule.os:ade iurs 'fouctions datis, le eas' oit' ils jugeronteeewml'ure r neeff'sire,,' en,frnt aux reptlfeitis du, Peuple qui'5.prononcereut la deitution 's'iily a 'lieu .' ,: r 'lIL.En' cas de.)fofpeufion d'untem>l>.y i .lefdits 'oulutiffares ferait .tenusde le et#plac' .r'pxbvifoire'mentipar, unagent >dtt mme fervieie;. Le remplacementi difiaitif ne pourra dtr fahqte.parjtla rgie des charrois. i
Briez lropofe deus' dicrets qnil'font adopts en ces tertlete : r ,''
La Conyetio'n nationale "'aprs vo'nr enud6 Ple apport, d'e' o 'Comit des f'Ors buli':i, fir ta pi(4on du' citi e Fc' uan ors :1s6'd 'aPpu e par les coleps admniflra.i's 'id la, inntcipalit de VafInegut, du difitici' flar'firOrfiai idu d. partemeut de la Meufe 'dret Art. ler. Le citoyen Huatd, flropairparfuise de la blieffure qu'il a prouve ,en, 791 la pourfuite du tyran Louis Capet . Vaenne.,oira de la peufion'accorde aux dfenfeurs de'.ilPatrie par la loi du 4jusin 'dernier ; les arrrages lui eCb feront pays compter dujorr de 'es blieffues .
II. La trforerie l aioialc payera au citoyen Huard fur la pnifeatton du prt(eut, dcret, une foamede -5o liv. A titre de fecisurs, provlfoire. Ce fecours et' celui de So liv. accords par le directoire du dpartement de la, Meule qui n obtiendra l remplacement ferout imputs fur lai penfion on ilur les arrrages accords au -citoyen Hdaad. '
La Conventio nationale, aprs -avoir entendu l rapport 'd" 'fon Cmii d's'facours pubiies fur la ptition des citoyens Ricisra et Splut-Rmy, emplovs dans les charnus du la Rpublique, qui, aprs 6 mois de dteuion ont t 'acquitts par jUg(etm du tribunal criminel 'du premier arroidiff'ment de l'arm e des' Ardenes, i de'1is
rintgrs dans leurs fonctiots ,' dctcte que les citoyens Richarme et Saint-Rtmy feront pays des appointemensr attachs leurs 'grades refpectifs i 'depuis l'poque de leur dtention jufqu'au jour o ils ont t ti:ntgris dans leurs 'foncions. Charge le miniire de la juflice de faie pourfuivre et juger, fuivant la rigtueur des lois les anuturs die dnoociations calomnicufes quiont t faites contre les'citoyens Richarme e: Saint-Rmy.
Perrin fecrtaire lit une ,lettre du seprfentant du Peuple, Andr Durnout, qui'annonce l'arrive
- Paris' d'une, giande4q4anti fpn d'a agent. Il ferait venu lui-mme les prfenter la Convention fi une incommodit ne-le retenait dans fou lit.
Perrin. Le Comit de' falut publie a appris par le pJ.fcrip1um d'une lettre du gnral Hoche, que les troupes de-la Rpublique taient' enties 'Wormi. (Vifs applaudiffcmns.)
'Cotill1on. Je venais annoncer l la Convention qu'effectivement l'arme Frarn,ife s'efi empare de
_Worms ; le Comit de falot public en a reu la nouvelle officielle. ( Onapplaudit:.) Je fuis galement charg de prvenir la Convention que le terme du renouvellement du Comit,de falut' pablic efl arriv ; comme il tire fa vi.ueur fa force fa conifiance, des dcrets de la Convention il regarde commei au devoir effentiel de lui annoncer que les pouvoirs font-expirs.
La Qonvention continue unanimement les pouvoirs au Comit de falut publie. 1
Monnot, ai nom "du Comit des finances fait
adopter le dcre fuivant:
La Convention nationale, aprs avoir, entendu fou Comit des finances ,'dcrcte qu'elle cafle et annulle 'arrt de la ci-devant clusaibre diocfas'ne de Laugres, en date du il fvrier 119- postant que le term? d'octobre des impofitions de fou clerg ferait pay fur les fonds alors exiflans dns la caiffe des dcimes-, aisulle de mme tous autres arrts de cotte'efpece par Icfqu.ts les chambres diocfaimes auraient difpof des fonds dj mis i la difpofition de la Nation, par la loi du 2 novembre prcde, t.

Gulort~e A ~~la fit d'un rapport fait au nom du Comit d'iulrotion publique., prf.ente le dfrt fuivant, qui eft dopt.
'La Convention nationale aprs avoir entendu le rapport de fou Comit 'd'intruetiou publique dcrete
Art. ier. Les infcrioltions des monumenspublics feront dformais en langue franaife. Il. Toutes les iffcriptious des nionumens anLtqus feront conferves.
III. Dacs les monumens modernes ,lea infcripticms qui ne fout pas coifatre Il loyaut e la fedalit font galement cool'yerves,
G.pilieau, d Foutet i ,ap noma do Comit vji;.


.air fait adopter un prOiet de dcret tur l embls1 .g'dehan:u de'la vavalesie, .

-Dubols-tUrauu', ,au, toqn du Comt militairt propofe 'sliscrne h, fisitaute, pour faire faite ait r dcretfur l'emhrigsdi meut.'" .

Les eprl'entaihs 'ds i P'unle' envoyvr bi.ttx a me, <'pciailmcat et unIq uciert charg. de rtabliYl'u*.nforinit" ds les dl eris corps dinfanterie qtu I ci
teompoent', de rglik' 'une nosih admuinilration pat demi-brigade ,' ront entiiii,, f kcoforsises' exactement la prefont 4
ibf!ucofi'"fl' pbu'dlr s'en carter, .oins et s ca pari tiuliers qui s'i uraient pe s t ee Is ; et udans cs cas feurmient ils i 'u flerotit-au't Cmit6 de la g;turre "de la ontemttibu naitionale qui fa concrs'a aciec le Conil d'ie f t public, pour don ner un'e pro*mte difian, laquelle fera applicable ' tout "lei .corjis dinfanterie ; cette dciGfon fera eil voy frr le champ A tous les reprfeutans du Peuple aux'iuw mci', chargs des mmes, d'tails pour que l'uni'ftmii fot o pleti das toutealca armes de
la Rub'liq'e. .
Les rprfentans du Peuple etmimfiffireb kIe 1m. brigadement des troup s, ne pourrot s'iruuifcef
daunsles dtails confis aux aru'tes reprflentans de\ Peuple 'ux armes, de -mme que Ics autres repr-. fcntafus ne poisrrott'les contrarier dans leurs op., raons, ,l'objet de len r milion tant excufil,, i borv aux objets dtrmins par la. prfeate inftrnctiou.
Les reprfentans du Peuple, omninfrai'res l'em'bigdemerit, s'adjoiidront, leur arriv duhs chaque arme an offiriet-gedral ou un officier fup'rieur d'un corps 'le1t ehoix et un cormiffairdk ds guerres, pour les aider dtan. leur tievail. Cc deux officiers igeonotat 'avec.le reprfentant' dia Peuple, tous les rapports et feuille, de dtail qui ferout 'traufmifes, aux bureaux ci-aprs indiqus
Ils aflfiront * oues les',, revues auec 1c reprc fentans du PCuple, c tieudrostxote ekacte ,chcnxa fparment pour les confionter-enluite et en for-j mer une fe6ille de revue conpte: ,
Ils vrifiert les tats et regifire.s des confeili d'admiuifiratiotn de chaque corPs; et un mot. il feront de concert et tous les ordres du reprfe'unt at du Peuple, tout ce qu'il jugera nceffaite pour rempliF le bqt. de fa million.
Le reprfentant du Peuple, ,coarin4flairc Al'cm brigadement ,.pourra auffi employerrtel nombhe d. commis qu'il jugera nct.ffaire dans fes bureaux, pour la prompte cpditiol de fcs qprations. tous ici frais qui etu rifulholot feront acquitts par le pdyeut de l'arme fur mandat du repifentant du Peuple ordonnanc par le cOtamiffaiie gnral de lti'rme ou celui qui en fera les fonctions.
Le reprfentant do' Peuple arrivant une atme pou l'"embrigadement des corps d'infnterie de cette arme fe fera"ircmett dans ,les vngr.qatre heUs's par le chef de l'tat-major, parle coiumiffaire gnral et par le payeur gnrai chacun pour ce qui le con cerise les tats de igo's'les corpsd'infeuterie qui compofent ladite arie, ainli que leur force r-fpc.-;. tive et leur'emplacement.
Si l'embrigadement des corps en demi-brigade cils commenc, le reprfenant du Peuple vrifiera l cet embrigadement a t fa:t conformment la loi d'u 12 aot dernier c'efll-dire, d'unu batiLlona do ci-devant ligne pour deux.,batallor, s de volortcites # il complettera de la mme maniere tout ce qui, ne fe trouvera pas embrigad, en obfervant d'eiariuner le moral des diffrens corps, leurs babitudes, leur fympalhie entrcu le mrite des chefs de ces corps. de maniere ce que le plus inliruit celui qui se ,montr le plusde zele et d'intelligence dans f'a conduite antrieure, ie trouve pla, par l'eff-t de l'embrigadement chef de la demi-brigade. Enfia le reprfentant du Peuple charg de cette importante fonction s %artant toute ide de faveur ou de convenances individuelles uniquement ocrup de ce qui cfi la plus avantageux la Rpub'ique profitera de toutes les notions morales que fou) u ele lui procurera pour tablir fur les principes d'harmonie fi nccflaires aux armes. une opration de laquelle dpend Il falnt de la Rpublique. ",,
Pour parvenir' Fmplir ce but fans trop le hter* comse fans retards le reprfentant du Peuple comrr
-menesa pr vrifier Iilfituation de chaque batrillou aprs eu avoir paffela revue s'tre afftlu de Ircifecti" de chaque compagnie de la fitation de fou sbible-. nient ,lt quipement ; il pourra mme faire wumtuvrer en fa prfeuce -lhaque battillon poir en
connatre-'l'inflrntion et la ajpact ies Wchefs. 1'outes ci oprations prlim4ai.t s pprendrontaU tetpr. fenstnt dn Lorfque toutes les recues feront piffesetiei comptes d'admlniflratiou de ch'rque corps vrifs provifoitement, (car ces comptes rih feron Itil r. de l gue s"le prunier-germinal 'poq
ci Ilaquehle ceflsruaacera Id notve!le adr /iiob par demi brigade, ) le rep'rfcntt du Peuple pkoc6 dcra de fuite A 'embrgsdement des dlffrens corps conformm ent la loi dos 91 fvrier et 1 ao t derniers, jafqu' coo utrenec du nombre de demibri,ades qui poutrotot tre tompofics d'un batsillo de ci-dcyant ligan et dg du batiilloug de.al0

..










bmc.lloni a d i&b uqi i'auraeit pas.Vu manv 1plce troupes ju 1Ir ,tde T& 01 par ;

dC bathjlons'de ligne vfe. ;'ofq>elv il6 nffol trp. y:i o bl
u claigtp l'eqa;4ct*rnkll yc 'lieu, et id Eiuisa fs il viu~ !c~ip~u 1* 4'irnpacent dei' gcu 0 n y pou'Wa ducit& dipaccin eq piedAfit')nef.ld14 etA *l4ol~Js bitrafls njc1ou04 J3 d', niwT dci 'cw 5vs&jssil 6 tc s 43s1 fcsacit (~qu.~~ Ce o~nver. ~aia I~ ie urne rtaDI cu~oi't fi(~kuiaisI .n
~~~ Q i i~~i l l xU < t o t e t c $ S ~ e V S 4 ~ s e ~ t f t d !, ,P e t itdq w c a ~ u & i ~ d i a < o t


4eu6rsuXcomme ils l i;" t prcCnMa et; maisL 4eniiniflt* rdela gucic,,e, pt4atIcg ncur*sou'r failliaffaiblir leq pprti9ns ilitisrc, raprochee i i'i qu'l le pouir t cst dt!rens M s fOrmant
lrxsi.brigade ,-. ci 1 su fqju. 'av ne les fi,irar qp'antaut qn lte-idrarnt dqs'etrconulaa.s. pi*ru a ul pu, e ts ul ps'"orps ,. tel icl
Pri rn t'e p l'aveir les'u & etei-bcig e s, gagne tle
( snuion ,. quant la d fcipine, 1'i lictiop .l t'enue et i',ird,,l da l'a adiutaion ,:tn.i q.s ts.n"celleaiet 1e c.s corps, dtuifan. tout le tr de [',rt ne la t gireJCette diiOs la ConP'bW ne confufion fijerte 4epormcs dtlapations.
il 1fulit dk cet expoe- et e-cCe pilcipes gen, souk, que , rcprf'e ,tant .le ,;Pour .
ctte lo; Oclr|lo etI akh!"de mpspplete elaier 1p vertea titU OPPats fnr la rieiiuao;' e lprnce,

las r&~~&qs 'dtisraida Crra~os rs )iil qui :dolvqttre', 'ni ts i pnr toute* arases',', la-por = dp cluxa .ti eui" fir.jil
C.'s oeprations forr t es ryvueiApaffr, tl Couptes l rler, et ci cs a c fI lor(qri 1uilauion A alhtr lpr degsi-brl ade-,lr'u:'e
lcr4nt foM.4. Nous allon' dntrrer dans tous cci dtails', fi'u q',l e rerf an "du. 'eplce1 agiffant unifotmmmut, pttiesprfe r d
On 0 comprend fous ce ditre 'l'attention que doit joiter lcp entanr du Peuple, "1'
t1. tr i" esamen particutier 'de chque co.a -J gnie Cra compofitiots fa tenue,et fon armement t saipwcsent, l'infRu:tio' des offiis qui l conmonadent-;,' 1
*o. Sur l'cole, d'inftxrri ion et les m oesvres;
3o. Sur la diflipline ila f lubordjuauon,
Nous claffaeton fous un autre titre l'adfolnilta. tion dei' fl*anes et' les comptes rgler andfoiof parce qu',il aurait quelque incohvcitt i coufondre lces tir3, qui poutro t erre reIttds par Ile ,eprfentant du Peuple jufqu'apri l'embrigdiment des 'coris d'iufauteiie'de ['rme.
Le seprftentant. du Peupl ,'resipliffidt ici la fonction d'intpecteno de la Nation enves&les troupes' tic la R. ubliajue aprtavoir fait prendre/es aesl aux 'oi es qu'il, votdka iufpecte( ( et il fera nrfu, fou gard de mme qu'il en tait nf vis--vis 4'un inl'pectenr, conforgmmeut l'article VI du litre ler(4e l'ordonnance du 1er mniats 1763, qui rugle le 'fervce dans les placet duq'u ar)ers ), commeltera par fparer ct examiner les hommes qdi auront t incorpors deuis I dernier# leve; il rfotmera ceuX qui ne fetut pas-'proprqiau fceviceIlWsfera 'cogid r tur le chmp etiJ ci tiendra note pour la f.,ir'c p ffo' a'Cotrit militari. Il f fera d mme Irfenter les ancien fo1dl sque leuts infirnits ucttront 1 ors d' tat"d'e fervice ,',uxqrels il fera dlivrer dcs congs de rforme-, qu'il lguera, et le renvoi de cs Ito-ms aura lie d,n le iUs cotrt d' ''.
Cs oprations tait rgles et tes hotmies rentr4s dan leur compagnie, le ieprlentast du'Pcuple fera 'ntc revue particulere et dtaille de chaqu coispagni.e. r l fera renda"e compte par e' citaine de i'a copi to ; du 4lveinst 'l r aprouv
deP3p.ils fa dersiere revue' de c0nifLire, des liousmbes ,lui tu fiont a bfeh, .< '$%dc= rinoif de leur abfesce nitfi que des poque ; il v"ifiera le contte' de chsuaq, compagnies poiulrjuger li fieh elgiet et lfera perfe.te-, le -livret de dcomt t>. Y.d litaine ttelu du fetr nt-mjor por s ai"tsc i sils font coformes et i rtes.cointcs 'fout en
LeCl. '1r'it
p4'avoir procd ced d:ffrer., opretoiss Je rprfrcnta'st.du Peppe ronfate',a fa evne fi.r le !;vres,-iloht letrnodcle cfi joint, p rfente' nfiretiuin il, y fcea fait Menioa des 'hommes moris d"ert on cogdis depuais l d5rniet a-croe de comuniffaire iifi que ds,hituamel "e rcru que le b'atailloun soea reus nen epha-'
Le reprfentnnt du, Peuple remettraLle double de ce' livret au.iltf Ide batailon de chaque corps ci c e .tattde t relue fera le. feu1qiqu pourta ferie fi' erala uide deiadif'ren$ corps fauf' les cbaisgcmens qui pourront avoir lieu par lt fuite. "


;rdt. Com"Is,dl. .
La Convention nfaionale n'ignore pa:l, dtfordr, i qai regne da les financlo de la plupart des bat4illoq o),"eU|t! a ' ele qui- a p oqtS. l c i' fr*ptciii. bi- zc a nfoul:da iiflt'atx frontiess n'a p as~ p3rmts d eaitC1ii' : tr e conptaeic

mnides 4d ov, car apde Ci et i que n vaiest alots' avoir ,qu'unu le danger ft ded l Patrie.Elle' fai q s l lupa t d i : l- h qui Oft l 2ho Iis our *r irdea conf's dwadii btratio
niiaieu pP e ~~nil CI cet nkqfudi x s'

:a cqur avi ,quuna le dfsgfrcPr a qn ils u m tie de zel, Il,f, itiltfr quesguc& 1 qugntsatt f.,itt ci
-taord nie s~rhnIage. ai'pc et
forirmfeu, ,, tous. ,lea e.fforts. des mal,nllanl ,. ,Out dtruit, I'quisile et/t I., reintlt ls tpe.nfe la queiI1e CqVp1, 'ptuk fuvent pu stciu4c ,n parliie les mwoyeaqsdtcibveuit len b 'oius qil5' par des uvaeuces:fiEs pir.les'lUr, 1es ordres .d s grrbaix :O0u1deAt teprfIcnte .da Peupla_ ania armesa wvanctsquiI ia.mpoisle A:|a A,#publlqoc de rcuprer et qui font-tra-conidirables., mis es rlpsfceutans d'Peuple dftinguetont ave fsgeffe ls- Moif'd -c ,lc 1 e s dx ;aI4Illous i esitr l de couper le lii re- tant de dilapidation&' bit t air-s ? fo6 '' "i dc codiunencer ar rri&*,en dfld1i[ u-.i'es comptits dpe divt r s ql'vet'tir ~ue ndeui brigade,'a lu rl< lt i'4'e 4ft ddre de cliofe Ipaut Sai la,.Venlr un k t (tbl d
comptab)ilit ;.i;i tConvno(u vthal j.iigera vec
mprtialit et avd C l'efprt,'lC 'dilancc qui. couvicnt notire p jiles I l s l dee ccn'vaisnces eill fauta ,d?Lt uiei' tesdgtapidiions coupables de celles qif< {ont'touves omipudtes par d'mporiufe icOicnan'cs reprfntsit 'uiie grandeNation, co. e elle ele fera j014, etgenercufe. Mas l%, o*,,ili"on fait que'' les pdts 'e -' tc que t'a( fuppfttnd i'pia ip ni'i i &dlni' f t auun profit' au foldat; ,iia .'ouent$, tu eo);raire, mnsuqu de tout: 'o nc lui rendr* 'boudauce
dans. fes txt, mes bcfins que d'allirndre ceux qui fout- chags'.d : c4t farveillatee[ >la plus .rigide comptablite ; oar l 4 Neto, ,qtie veut rien pargner pour fCe biaves dfenfeus -ne eu atteindie ce'but .qu' foice, d'ordredirus les dtaile, et elle ci faligee drvrfei tant d niiltons da le to 1t i e a d e s D a i i d e s -. . .' L&ae[>rCetat iJ' d'u Petple eoinmiifircs l'eubrigadeulent s'occuperont dotenefetticl!inen ds moyens-dc-'parvcnir rgler en dfinitif tous .s comptes de claquteC.orps et c' cl, l ils auront bo1foin partictIircm'ent du fecoura de.drnc oflLier .primeuts d ns r'e genre dc dtail. Ils arte!ont ces eompte povifire omeut l e lur revue et les feront pffe an Comit miir, quii en rendra compte 14 Cviton natonaie.Lei' t4blaux joints 4 la p 'nt inrqetion ferviront de b' C 'cte Oprtio; to is, ici nda' au rpr' lentant du Pupie t 'es aget a ; et q ou 6s 'Cent e14rnt#le Iftnciet.lsiiuue, il ferait dilcile d'en faire de meilleurs. L'on fait que l'ancisi gouvuerucgient fi 'dilaeidatrt, par J'abus dcs :'ce que lui artachaient les courtiians .portait la plus frtap-, leu[e attention fur les dlails |'admiilratiun i regImens.' '

Loufqe eus 'les"comptes feront arreas provifoil remnent l'resrfentant ditPeuple 'p'rocdera l'eum. brigadetmnt et A ,.i.foruateon a .co.[il d'adninilr4tio,= d abaq de i-bsgadre. Pour y parve. vr 1e .fepi,f,.4 du Pcuple fei pat I l'oLfcici commmndan,la >4ifion,," de l'mb gadecent qu'il (e popofe.d e ir4 de trois tmaillqui ; il-les fCra affouuller dans %au nme liea ,l .,fera battre p i-ban, et leur dcraeera.,,n'unoinde" la .psbiqu'ranait MuC .et.itilI4/it'b1C itt '#nuade 'pouvoir#'que la 'bnventioat istio'r e.li a dlgue, que |es hshtnil' leon-tee* e tels ftout"'dfdrosais rnn;s n .derol ,brigade., ,et ne formteront plusqn'tsn l'eutil et mme corps, *nt fomn .'' atloi 'du i fvrier der,
'nier ; aps cette proclamatiot -il rccer des trou pes le ferment d'obiffsuce aux lois ci la difcipine ailitaie Celui d ilaititenir la'libert, l'galit Sla Irenaitution, aiuifi que l'oit oet.,;l'inidiVfibiliti
de )a Rpublique 'raafe, on de thouriri Ap,si ce ferment, il fers.fit un uo,tlement l| les che; de, eorps :feiort ofer les. attler tetrre ,les btillnb. 'i Xom prOut tmleront Iun. dans I' atre ; GM., Cers, fold its et' r;rfcnrt t di-Peuple fr dote ropt le baifer.de atcrisit.
Lof us Ic rt itas 4U PaUpl iroir q' 'il en


itr MW r4ytt, ',,
.esoeM/t:ant dlNin Pei tte rJhtf Ce'p qtd.



l , na r.' itin i o aUie do iq t '. Mrun Or;"; 'r4 d' .bri ) g: "t,
1* WO 'i t a i ,t> >r ," i el" '"

b" di (tu il to 5'1VO c ili-,ilb' q tt ,,,,,s dc oun eu0 t n n't' L veKs ,re [IreaC t st, p ep


q t et pCfePs U
lns'm mi 'A'la Cad n nt le=, ''m 'iil rt'e ' '
nt,; et. un tpof dvcd let e r"'i "'" & ainintiou,: i feri l'tsilU' p llJblatfe'mibfifl,


cout, f, ir&irc:tuyt0ulatI 'i f'
ad'milta in. -.mea
guerretset'oflicie cln "'de Tiofk'cc iti3 dri tru:
','de riouvatli moldes onformues A il'tud's.l
.r, "'l"ntntio" ,,-,nl.baisilldii g' -. ntd corpsn", eV C mpaguie' 'd
d.O;usncsa. L c omgni e ce'
:J'n'fl' les tepifntans 'dtti Peuple ea4amil'rs"' l'Cmbrigadment, des t'oupe's de la .R pu-biqut, # conidroit'u. leur tifion comme teiia ,, 'qu IoDfqu'il: auront ,tabli l'usiformit d'a, Minillitio datas -;outp LJ dni-.brigadrs, cosifi. ', Sveillcace.' Ga teinfrcttore'fi Lpt'. .
ta', 'ao d levoe 3 h-n.




No x', page 44 c, 3e coatei, iilnend l'aicle .tr ,k re dagfs quelqies exemplires feuilc' nnt ; au liu de ca mots-: Paulun jeunsi hmu de 7 ans l/fr Pauljeune c homme d 7 ai,"'

S PE ,CT ACL E'
Opera national. Atij; Faius op. Cn i itcts et le ugement du Bercr irus.
Thitre de l'Opra Corn.-Nationsl tue E4vt, Mrsillc 'oni'e "Soer airs et le tonvalf(enft de 'alilA
En attend.t iere rr.,de la Prife de Tulonisr Frsfsi uCotu.'en un ctri: m dlce eaittcs.
T re de la l ique r,,c de h Loi. Ltaere repr. de l'Eprtjiious des rarquius ou la RlaUti, aLvie trug. nouv. fniv.1 c la Pupille.
Eo attend. la 1@rterep'r. d 's Xueau Rveil d'Eit ninide,, fuiv. d'u e l civite fui la prife de Totlqo.
ThtrcL de Il tre Fe lXydetn. Relche.
Qjtitidi la ee rcpr. ,dc Paule t V'irgiie, op,en 3 actes. .
En: ttend:., la jere .repr. de la prife de 710s0s, ,et la 1ere du Ctmnere Luc.
Tl,re national, ite de la Loi et de Lou;o,. .ta 3e reprf. d'L elle opra en 3 actes crt de tout fou fpect., prfi. dea-.aCcs Rot44 ,au Paracle). 1 .*: hnceffaamtt h ,Journe e rAmur, diveri:. ,
Thr tre des Sanus-ulortc, 'ci-devenit M r.)ln. La reprf, de l'Heurofe Nouvelle ou la Rt de 2'orlous prc. de la Cueuue
Tbiire' de-la re de Lo'tvois. RdcLhe,
* Dem rcl;il Cerva,,tei,, op. e 3 actes gr. fr,
Thtre du Vandieitc. Le #>Sat eier et t taSt Dem. la Plaquie ritourn.
Tbtrc 4 ement Charles etVioi'r et l'u i
TI'hkAtrt du Lyce'~ g 't ts, lut Ja, d.'' din ,It. Lis mux1, de d lail; -,le rA f4 udu Paid K ,' Rtcur de la Fiole ,iationaI ."'
Thtre Frunaia corlasqase et lyr., riu? deDt,4 Ni6odnie dins la lune. .iecc e actes- . prc. des Parm,s rernm.

,'Aushithl~tre d'Aley" fauxbong 'du Ajourd. i-5 'lrori'roes et deme pric~l c iM)'
Vrau1 iiavec ls le'e .t1-s1rlt5 O.utle r tes caercl~' C:d'qn"itattcu et 'd-"ulstlo 'our .es;,ege danfe l 'uCe ,.<,. ,vec,p)9G l"' et nrsac'afas
14 Il donn6,.ef lebnej d'qnitatiom et d- Li e
1 eu tisss pour l'gn et V*,tt ie ,

..






GAZETTE NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL,


.i3iXie 1"Fm$ a :2 crant iise flIdeIt indivi l '.(794, VZux

/0 [ie de officiers gf,; l,,f dt et fi. n petit diffeLet; de Matr.erur Lis telle ," tpife des ordrea I Pt ay sit utt5ttte fes aui te l pes l teSle, at)$ font diait de pal er tis etra.eI ,eus aux . .coifti l'ail il uiltilt l' ctqtleste le lui p letCI cni"rou' de Fa aucto &i t de travailler el hri l liD A N N E 14 A R C K. t*r0it, ce dtiite. piquib a tait ensbasque hs rpratiou des f,ifications de cette place imporIei;ai ap tate tt)te explication tout taile.
=. ,oD'cil d dm bre arang. ,
eta g" 2. 11Il y a dans le port de yonne, alne puifb
Lts Fvapaet de l'ad l iuttoo te fnsqueut. a aniglh, t, glatt le diargenetit cl et chanvre et :a L e
. ,,lIcxigcl,r toutes les i ,: ;i ul, qli .f' ,.
Juftuldl'Te de P rifft, cosate de Gottz la f o fa s i e foit datis la V +vettioo, toi enfle autre a Saint-Jean de Luz, laa de iz ci autes
*pfLau 5 jitliSr et le tiiiiilhe d'Aaglcterre les gn'raux Ic. d doit at>lfi quitt cette ittidenepen. Cette V! cdgcncc doit aoivre la ruin, de 14 La difeipiue h plia esecte s'gne dans l'.rdif t iy relIer, que onmu charge dct offircsl de fa- ,:,cnt lvcuil ces pro'. htes olidqoes ils ro lirout Vtude eft plu que I'tffi!rste pori tu imiipofe
'Qaiti1 dcotvrir que d'laite Naiioub coureur les Ii'. 'ctius.
N111 .I 1ts dj parle (1) de$ e:onfrotlnes q'e les qaes de lalr Icres 1us 1,atq'or par le peu d'u.ion
po. fa.'e rt% gisMrre avec Ili F:nie qili rXilluteA e!'er la forveillhnce vient encole de
I tIrs e e au tnjel de la p'iblicutl,.n El if', ,r: t 'pfam qie la pax fe ft avec la re !le ui-d les efforto des malveillaius qui voulitet
d'ont nsil du miiiflde dc I, Rpublique Ft ar c 'rauce 0 Ae te d l'E,,oe nler paraitrait pas extciger I'e fanarihut ou plutt s'e fervi leur tratao
elalve 4) -Lonreree ,.4e Peulples dis NeOri. evic fa d ta C ale p ts tunq ,i\l. Les Auglats et 1tl a t dicovtlte et 3(lat t arlca.
mioss j OU DVOu t0 nlui nnonc que les 1ifih, es Elfs gnl prttnidnt as o ir Icat. s drlits fur De tiouvetle3 cilpoii,,s c t 'iliti!I e ler v: t'ut pris Toilon et ces dtri*er ru,- b',tstic ciad entuire dit ct d'Agdi teteut la t e 4'i di DtaeilcEk, la comte de BesttiO if. Voici bl,- t oiI er ni'o i'i f cn't- i de tant ,u 4nom de dans i'ctast de dv'lenti le plus icpectible. Oit a plia
Is Icllc' de ler stre rdstgc da:,ile ,s Ii peu- I 's XVII. ValnLieuts fil une autre pomine de a.ifs toutes les pcauti qne coian'G la prulence ipes d'Wstsbc et tiitTltelt i gett leui cle d'f ofe i et 'bcoi i(e Pilte ne ier pas fais, ilu t'8 d'A;gewottcs: or on atabl un cordon de
tsepec;v : t nous y joig,,os la ieuit de jalotifie que le ptoji di genral /V',,,irpfer fts, de fioul es.
sotte IUlllsite d Lat. tie d ef c:qilus pour sggandir les Ecats de fo!
'laitr in fi r!en d e pl is in co m p atible q u e la A P rp g n an le g n ral D o p pe't d o n n a c ,NOsc de mii/lr, s des allis. ,cal i ,t l -a c-nui e nt, tettide qu'il voulait *a :n douner Lu glaud canp
C'ci tilt [it 0o. Aa'it que les Fr, ,is font bien poni le attirer lut celui de l'Union. Les el<*ions ommtne les mni'il,eg f,,uffig in s (les pliiffun es agi. pus v, i, Itiqties o le ai r, c,li tis ,, lits les rel.tionc n, aitiu rent pi-s 'it in1thuite l'eniueia qui tIlI:,t ne u r't uett la Fiaucc qli ont e qu'ils d.,t, t les filrentes aia cs qii Ont eu fut ruccre conlimie dans for ereur par hes 'mu,
q:tgl ir | S. AI danoif, ru cu tna:|i,;ne d'un ltu lu r le contiiuent. Ilb oser pil o uorabt, veinent qu'il apeiait.
'i riipfti iri rdid lr' au Co uir.ice ,lu Njr qui ,'e s f, ,rie lr 30 du mois dernier I {l'rin" de Lcs Efpagnol& Je prl'enterent en confIqnencc
P ,r la fignrmuie d'un (la .;d:r qui f qllahi:e de 'f,. c i v't le raiportS uirltiel de fir G Ibert L:,iut c ilont air il oiver qu'une partie la n.s f kit.
jiodJ.if',t RpPbtal i lc j' Fa4.a;P, i 'i o avut i que i5us avts pe uli i oo m onses. U al vive canio nade les dtrompa. On vaivi I le
10u! r d'ci citoycr eljoilr tu'i 'eplaia Ais itle ci i onli letoL la tarce de l'arnme rpru p"rie 2t,500 liosmes et il leur a elle lait 10
S, 1M4. lu' roeate de Beihio ,ff, avec piitr e de blici.,tc devant Toulou, et le nomlbre i iodigiira prIoneni:ts. O dit que rUs av os repis les liaui e leur faire lavoit fi tet cli a .tls ti- Lie roupes qniu t .la grof i chaque jour, ou doit tur tiec .dint-Feireol et de Villelongue.
2t11 ttot-ii Icl tuf,id idividl criinu, crn cor .,ie qui bietit l'.ite des allier (t. hors Ott crit 'de Bordeaux, en date du 6- uiv'e s le.'' 'o.drace dcla riajele daioi!c c eomme il il'ett de lhu rcliflet, c i'c verts forcer d'evacucr que les guolles les agtate uts et les utigaus ont Luquoa rle pitefuer du ce, act de la place. e queiles [ont es auitateus etnles et g u ont
.uliitL"dldr d u dfpaiu de cette Couinune. Le e'.ple et les lilel 13 dcembre 1703. AUDItNC l isus ,ie n' ;t's nt gieter fie I'1tpdiio g pat i T ciu ie b aup ,ies tb e
Corliusri patailolifnse. To il te crainte pour Jus lblillt;riceg
l AIseS GOLZ MtU3.UITZ l'AGiEL. ltt cc'r.tc di Mc.yr, a, e truplers eus inqaea plus ; elles lir e ,'uracs pur le Ele et la tapal! ldiot cda t l e o lit t to q u cette al ns c sn t: ti ite d es ad isn in ift atc ta. :.; .i1,ie du cc. e du' Berpff. l, i, s,, cIpoee, hi elle s' ,a,, tro,,,ee eigg e.'
Saii t -M lo, ali;is C 'e'lle n',lliait pl trc leNIai pisl Uiel- ~ N E D E P A R 1 8.
Aprls avoir rendu compte ait toi de la note q"( Lourue par l'aoiirre di,, royalilIt, eneetretuentOR
', ls, i,:i es des pufrlnits t i guet re avec la i'ratict ',.e.iitI e ; et fi !Cs vcn.s tif[iT tt devenus rhttraies "
nomtemt'e en cotnss, f, itij-l m'a otd tiuC lall rie tpmilrcue iurait f1reire iiit T"ii i'r d'. Conieil gnral. Du 17 N i le.
l'y Ypond)e qu'elle voit vice depl.iir da:s celte rnonleit lavorabll po-i l'.atliaqii r avec lii, ii, et Ra!, JilJiii du Pagert national. Le eorifeil gsetr elle ptenve d'utic d fiince Il:ieliclle eile cfl nos tictpea u aiett pay bet clcr la te-,;., ite d'aile net:i nu a rappele dans fon fciu ; je Ic prie le
llnq3t qu'elle ,. ,o lit auicti c i n ; que e,:r-p ife sufli a.! cc. cere. tr ie que i j en tais loign de corps j'y 'tais,
qielqut 'notoire' qu'il piAl tic que A G 'ele ecuc aura dou Pitt i offrir dans la loj ui pieicnt d'elt et d'intcntiou. Occup
sait rie rsoit. par .la Coiii,-e l. nalianle uin:'r,e prelc,.aite fc lon po" r toste : ls bvues comti i l R ;liu pour les fubilhanves il ma million a ets sl _du foud ,csi ena D.,-unemarak il rai iieaitbct. 'daflan le corte s d. la denliSiCit c a gc O q Iq "s tucces. Voil I torits on{titue es de c'ertt i re 9i'il na rie. i reeoiti ni ad i s Ici i qtieil;,bt r(i cr to l't le M 0n?2. e ,it ct laq nielle p i- Coiri ,ne ont fccond alls op atis ; Is ost'tout
4etieqtii,r et q ueC la e uaan itil:nce qo i n de fa tdonrenut rprnitie lle! pt nb 'bIc que ce ri- la;i par lt Commne de Pa-ta.
l t un ace public, rie pet trc fc ll.itc n'flre po,r fe rendre agrable la Nation re- Vous avez o onu la mention civique de la Con' l on tiffnce, dii public. Sa laijtl touj ours ciuaiaitra l'erreur qui l'a abife en entrprenant une duite d'un -lgac3ut qui avait douri fes l'.chereis f lc i fes dclarations tie peut et ts doit jeoint glrie re atifi irtplhtiju ,_ et qu'il cotvicnra de la pour refluycr des graius avaris defliu pour Ps ila e des loi kous comme fi elle avait ,', fiit de flle p, ouitermet la paix attendu que ea bien voici la hIle de disc autres qui oit edu.i edur, ie aseltre ei teg'e et t, e drus 19 iit'ius bedlig de plus a}oasta la dette pis- let inaes fervicri. La wention honorahle vwac1r
4neee ajoter ici ruie re;ar que u', 'y i o ln e et e lit s au I' ti.le ne flifirasiett ps Fo01r mieu n pour ces rpublicains que le paieu int 'lde'
de vti plus "itpp. nte et pla ts uusivetfeletue ,di I ,ire l e l u avas giu11 eu ruent sirts t ne frais d att ils ont itefuf l remsboutfVwacpt.
JccQ'suise ie celle-ci ; c'eci que peifonse ne doit fcraicit que rjouatte r an e (i l'Eu. ope tote iai- pu a nnoncer les fuccs d o ris op ar il f'r"euid.a ,i.olable potar les denaarches d'un ulcllfc et ilots impuiffaitce de rtuffar dans un projet tiaas ; mais j'ai cru mieux fervir la chofe pub lqua
t 1 mOitts endort lor fqu'il s'agit d'une d- auffi infenffe. en gardatnt le fil*ace de crite que les Anglais
arehe, idiprvue iliobuIlue I.quelle il nits pas T lles font les rflexiotus que palfeute la tradu. Ctamut inltruiis de rns mcfure ne fifft't erufc r des tpofille de peiide la i re, lai t, lion littrale de papiets de l'orpnfition. Le .onbre vailfeauc danis la Manche qui aur aient coutrarj
u dpirtme.-it deb aff'res curas(ves Copcnhsa- et l'eltgie de ces crts 1I;offffai jotirncifcient nos opetaiions.
Ic 18 dteibre I795. Bar,s10oit. le[ris que le parti pop'ulaira de la libert s'tea ami. Da as ilon fjour R.oten j'ai travaill pont l'ap*a1l uir tailfi dilc auee le parti de l'appofition l et ai m ploy ]os ins N G L E T E R R E. ,ius le proj-t de combat tre l'auntrf'aence mi. ne reliaienuil clairer l'efprit pu*alic. Je depof
i,. .urii nl ti faveur itt rsufr ula paix, lans luneIle lfur ce bureau quelques productious de ilia mufti 1u4t o des-p uvdles de Ladi' sil cxtraites des les roninies nc'ffaie ara bonheur de la Nation patriotique.
s u dfles tris p a us glai, anglafe fetiient ittpraticables. el
.' , ,, ,, - [R a l t r tu ln e e n d e m a n d a n t l a ml e n t;o ni c i v i qi n e
'L,guette t'ller c tnvictt que la gnral O-H.,r5 RPUBLIQU E Fl A N A I SE lletde dLitrefle'ue rLsescitoye EmrsianieL
. .rs id Louis Ofruon d Cliavel P. Vit d- E .i
a t ries prifosre tasit Il et par les lh P.ai is Manuel Rotillel. Devitgue fils David P. Paris ;
p<1< l a de liun ia ite. Il cil bi'ti G ar'uyed, J. D avig, G., G esy t ., T h bu'ut Itt rcs ,
qltte, coiue 'oit "itc par IC lesfrfae i
. de Tr';lltt nuulsle dae. Tr1 nous cote par ora. L'union et la dilc;plite re)Jreu 1si i le. a
fl'tiou irirr ta T0 'ritios "c iie ,llcie'rs t lis maurlotse, et rmui bfaleut du lfi onl'eil applaudir au rapport de Ral et
l,-4010'o0o liv, iletl. s no us Fa, plitt uc etre l ,u i e t jufitue t do qcfi' arte que l, noirs ci-dfe's f.'ront tranferits honoI:, enQoVe un d. ri.n;ilton que tus nous le r coi e etf s les ues di rde rablement art prsc-ver"bai et qu'une )eaditiota
aevrnts quse la >!ace u'r' pas te able. de aTpr:ietuBr let -'atrdd C fea envoyc. chac4lu d'etx pour leur
oipaldi alt "1 il Iec anlfn Ees apns-Culottud'.
d tgaes :t plails i que Il publique ci redevable dc lia boinne :g reeonaifance des Sasas-Cutits du
ti Ir, gAda ,a tlesuiac t ,i, leur u
S d'ap,, les li,,m di ian g iL Flliauce u iii o i e t outcut fes force, maritimes, et d . .
'st;ar.< ,Lotin XV. i leu demarsue Iur i t ue ptfnout l'atrse navale tie Upe dputatiots de la Section de Sa,uitCottfO
to VI I. "iul e "BaO l p-n I er teran co feil; le juI uS i icui ? ajoit fl,
pordtltr. nusde !,c rt' qu use dLpu'ataon 'd la ntaletls Sec"
pi41'a' u 3 u e la utntloC
i+ ptnf 4n tiien Jt de? tte f- a imiu.ts a u ne liettre dou fo rt alil IL. Pe ,l devant I) qui unir ddt is l crue e q e '[ d g X "i l' ,a s p o r te u q u i M t a i alue b l e. . , t io n 0 p i e ll i I A C -C o sa v c t io n A d t u l s l a f a u c a 1 3
tO e a fpui las M. it une C irtbourg cis date ri Att patC q2s0l y C'tiJ ',60n de vautcf jes -ntions d'udit po-ur le ,iv I' veille lit vdffca, paiieue'atare *harg e ouiu pc.
der atut pont l'aveir. tac btirjuena pitail de Le coIfeil etstead aver litlafmele riq tours
t f'D einlal duqase per qus 1!ezpdiou 1le detGrelvy. Les pr ioinibrs itterr)gs fa- chsut du trait de courage de ru j'unAe ros a
Pr" et d L guloirfil Marbtide va' avoir, -t,et l (ont tous acord, aile que Pitt cil n vQuhIlttt!t 53c pas laiftl le mrite iudigcit an file,io .1
ni- 2*ii-eicffisetnirse utnor lG0-aos u 'Ausgi, -e'rre r|paufe fo.,lu esra, iu* c, le fitci.eiuea.gt:effiler donnera ara je une
t f #uyl a l iviliout et fous I.s qliiers te tout 1srt, e:t qne '',l, tlt de Geiurge s aliege de nuu,asu hros l.a 'l:umae de .So liv. a" ,irturdre. for la petita
t 1 Ofqasts' c ftse les triinliorta. 13c -ptsr-la frayeur. aidiedrffnvoe de tsienfaslaucctdu ,m|i i oisp

1 [itV? q" 07,.-- Veiyz auf l 'ag"e du ,ue l'arnse de' W ,,o, er cjx *fn1, emn 5ertare+, .: -llr :, t' '. '~
t I &bl1~e~u 1,e bp agre d es cusa7J i (ur 'a e t ~ ~ ~

..









Le ofeil moutre des coniiffadres pour utc
euis;uJuer ce jeune ctaOy'na .1 la G,uvesotiu
X iiilale.'
emulie de' 'oril' gnral i M gl ii'f-,
L coutarbltdaut gi-irA invite fs freres d'aytoes
aplus grantde non, quclquic facteux voud'siint sous ire patager ,tiu patse de lenuta ntigus' mais comme Ica Pafr;iet abhorient tout ce qui tend : la diffl',utieantde lu focit et J'anarchie1 Ictrs ntr pifes feront vaines, et noue ferons totijou'Ia les Amis et les dl'eulr' des ho icme efliimabh, s par leurs vertus ; nos mCus ic front pas tectites du fiug des fclrats ; la loi leule a le droit
d'app(antir flut glaive f'ur leurs tste.
Dans quielqoe diatiemes ou calomnrie Paris,
oua lait entendre inos frres de la camupag e que le i: iia que l'ou y mange ci tr-blanc, et quon lent lailf- le fort ; c'Cfl encore nue 1ct(fidie des agenls des tytans. Q'e not feres (Ies caupagues euivoyent
de'. csiun;ffuirea pour vrifier les faits.
Pei n'a jumais parl de ce quil a fiit; fa cond:se et la r,tifiance A l'oppreffif, parlent en fa iav-ur ; or) ne Ini fera pas un cine de fout tefpect oti la proprit, de f0i amour pour la libert et 1' g.,i: et futtout de fou mpris pour les mcsass.
lIs de'ii d'eux, -i Rpublique fera toujours Rpublique une et iidivifible. HANttioT.
B, ulIcmcnt d'assignats.

Le 19 nivfe, o heures du matin il a t
b4td.,, dis l'ancien local dcs ci devauut Cap'u(flS la fomme de 3 millions en afliguais Iliqucli, jeiuts ar milliard dj brl, feont celle d'un iiliard 3 milionas le tontprov enant de la vente des doianes nationaux et 18 millions proveitaiat des changes ; ce qui fome un total de
It niliois.

TRIBUNAL CRIMINEL RVO'LUTIO.NAIRE.

Du iS niuje. Jofeph Mandrillon, g de 51 ans,
n Bourg d1arte'nent de l'Ainu, homme de
leitrres ,denteufant Pais;
Cthslit"c Betiuger femme Las;olette ci.devant
ngociaute Conur,v, et rcfiigie en France depuis le moit d (iils 1793 ,demeurait: Vefailles avec fou leue o'UVaiiuus d'avoir entrtenu des coireIponduces et dcs intelligences avec les enneais ectIlieurs d( lla Rputilique, u 'efft de leur donuer eutri (ut f,,t) teriloire favotifer le prog,s de leutsearnss, diffoudre la reprcfeutation naiioule .
et rtablir la Toy'uisu en F.aticc ont t condamn
la peine de mort.
Cdude-AnuuPin Imb>oil ., de 3c ans, n S Dupuy de! itc,lient de la-Hauce L.ire udiant
eu droit et npraoe t ipplauit A la Conventiou uslionatc' ,ovaiitcu d'voirr, dats le couuatit de bluaire et h iisi e di lers, fait iUpriiuer des saod,.ts de palleportu diplmes et autts pieces propres des muini1opalits et focits populaires de Sangues difliet du Puy dpartemen-t de la -iutc- Luire etfabriqu des faux mme revtus di fceau de ces autoitns et focits le tOt i1 l'effet de fatvnrit'c les taueuvres des cnnemis a t condamu
A la mme peine., t,
Aul-uflin.Franois Ozutr1-4 Lejeune g de 40
,us n Pais, y demeurant rue de la VieilleMonnaie, offilcer de paix et Louis-Fra,ois Lejeune, lige de 41 uAn, ru Dunnrcouit,diftrict de Pronuu, dpartement de la Somme deraturant i Pari,; ont t,con'datins deux ans de prilon par formne de polce coriectiontnelle j pour avoir laiffe pur ingligente,,' fans mauvaife intention csappea Julien 'de Toulonfe' dput l
Convention.
M yie-Madelaiue ,erriere ,fe.mte Rouffe, ge
de 24 s5 ne Bar-fur-Seiue fidante Verflil!E pr.ven e de conplicita avec M, audillon et Catherine Beioger, a t acquitte et mifeen
libert.

Socii des Atnis dt la Lib rri et de l'Egalir, sante aux 7aico'bbldlPa 's.-'Prsidcncc
de( .ai aiet-ro.


5uutsce' efl~ i~ silo fd.


'A" es la lelittre cIi1 proeOi-veibal et~ de Va Corrd.' mOnr9auc dec fOibMies slft ih''es o iioro 'ute A la ttibuc' et i t lu tr''fiewc niumtro de Canllec fe1, La CocjuA 1ui etsidve le plut .rrauuJilerhi. "v. Ois.pdOole ade lire le cqttiviu te umro, Robtfpicie. Il cf inuuile d lire le tjiueme tora o i A tii, i l'ieii : t'o'dl-c's l'o 1 oio ditaiti c, djA\ 6se:e~"~burCu Vi -, Vo y ez ditns, les ouvrages Id'
di ; %coi-i -~uacui si, l^,lslasai e
luaiIii' lattC c' ,ilsWoudtt.W th'nrt ut sr lanoasa l' l it lotci a i 23 IOq[ l$ l.k eietr: lr f U'O l ppl nU Ia1lt la tribuue des J obiuis. cUe tlhrate ,vuasti par 'tiie le js'olqu e; a ) laide d6 .' 'esaaunfuei rem',thi l 1 oet'c i -eO 'i, le plus terible A iros euunclsi, A a1d dl fm ratAa lus


rpiiluat, li du&hie' les ,tilIctut 1sitiiioftS. Pe{* uulilis r-f nu coruof birre :de vait'et dc uiettilnge, sid politique et d'.bf'srdits' Ie vues failles et de projects cliiltiilts et paticulieis,
D'aprs toiut cela, que les Jacobins ch.ifet ,ou cotl(ervent Dclioulina peuli rapote, cc 'efl t ui individu,; triais ce qui importe davantage c'ti que la libert tiiouphe et que la vrit fuit reconnaue. Dais toute cette difeulliis ,il a beaucoup t iquel. tien d'indivi.lus et pas affez de la Chol publIqcie. Je u'poufte ici la querelle de perfomue c, a.nille' et Hbert ont galement des torts A taies yeux. lebert s'occupe trop de loi'mnte, il veut que tout' le mondeait les yeux lur loi, il ne penfe pas al'ez l'inclet national.
Ce n'rit donc pusC amille Defmoulins qu'il inpote de difeuter, mais la chofe publique, la Convention elle-nime q-i til en butte aux intrigues du parti, de l'tatger.qui cst fe tous les maux dont nous famies victitiutes .ili dicte la plus grande partie dzs errns, des augrations dont nous tommes environns.
Ce font ces petits ambitieux qui pour avou ocecp une ,lace dans l'ancien ,gime, fe croient laits pour rgler lesdeflisses d'u:puiffaut erspire ce font Cuit qu'il faut futveiller, puiique leurs pafius nous fkut devenues fif fuchfes.
Citoyens, vous feiez bien aveugles, fi dans tout ce cOi fl)it et les opinions qui le lteulteni avec tant de violence, vous ne voyiez que la querelle de quel. uets partculiers et des haines prives. L'oeil oblervatcur d'un para iote clair, fouleve cette enveloppe lgere carte tut les moyens et cotfidee la choe (.us fon vritable point de vte. Il exile une ionvelle fLctio;s qui s'eu allie'fous Ifs bau;ces d.thires dr buiffoifine. Qutelques meneurs adroi fout mouvoir la ,nuchinc,,et le tiennent cachs dans les couliffes. An fond, < cli la m:se faction qu cell. de la GirOnde, feulemet les acteurs font changs ; mais ce font toujours les nt-ues aettins avec un tuafqu diff.'ient. La mme feluse la mme actiun thttale fosbfillen toujours. Ptt et Coboulg dlots de voir IastUes s'crouler, et la caufe de la tail'on iompher, n't'nt pius d'autres oyehs que de difloudre la Convention nationale. Aili tousi les efforts des factieux fott-ils dirigs vela ce feui et unti 1ue but. Mais.deuit efpecca de factions fout diriges par le parti ti engci.
Voici coreme ils riil'o:iienr. Tois moyens fot bons1,pourvu qua nus pasvelionar ')o, fuis; .,tlfi pour mieux tromper le public et la fuivei.lai ce
du patrio:.iflse ils ,'eneendlv. t co,-ime cles irigatsds 'J'es unue fors. Ceuxqui font d'un gnie areut ct d'un caractete esago ,,ropofelt dcs :icfures ultra, rvolhtionn3ires ; ceux qui (ont d'unt r ,fptit llus doux et pluis modr, propotent des moyens ctia-,veJoiounaires. Ils le combattent culte eux ; iais que l'un ou l'autre parti ot victorieux, peu leur itiporte ; comme l'un on l'aute lylme doi(galement perdre la Rpublique, ils obticuiei titi s lfultat ganlement certain, la diffolution de la Coivention ouitionale.
On n'ofe pas encore he'uter de frout le pouvoir des reprelctans du Pepile runis ; nais on fait du uttifes attaques ; ot e, pour ainfi dire (us erint mi.
Otaaune certaine phalange de eontre.rvol&tion. naites mafqus qui viennent, cettains teins, exiger de la Coanvention au-del de ce que le falut public commiande.
On a (les hypocrites et des f.lats gage ; on pu (pofe aiujoued'hui nn dcret itepolitique ; et le loi' mtmaie ; dans certains 'cals, dtis certains gron. pe, on crie contre la Convention ou vet tablir un nouveau parti girondin; on dittque la Mlntagtie ne vaut pas mileuu que le Milrais. On rte dira p' au Peuple : Portotlt-isouis contre "la Convention'; mais' poious-nouso c*f i e ifa0tiO(t qui ClI. daa 1la Couvesttion for (t'ri l'ripMns qui s'y font in-troduits. '
Les tr,ngers feront de cc avis ; les patriotes feront gorgce ', ce l'autorit relleta aux fripons. Les deux partir Oeit un certainu'nombre de menctrs ci, fois leursbannicres, fe raligciit des citoycni de bonue foi, fuivatt la diveilite de leur caractete.
Ut meneur tranger 'qui f dit ''afl4llabl, s'entietient avec dcs pattucs de 'l Mcuta'Lt., ci leur dit Vous voyez que l'ou enferne d,s paiote
1,( or c'el lui qui a c9nttibu les faire arreci ); vous voyez bien que la Couvynuion va trop loiu, et
qu au lh eta cdc deploycr 'uettgie uat.otuale contre les .tils., elle lt dcndde ft e mes Pretres et fuor e< ,cdsotu. EtL ce:'I)tnute rauger elt'ut de oe qui ont tutue contre le.s dvots la oudie dcilllre aux tyls t ,
S O 1 fuit que "des reptfentans d Pi.uple Ont ti,bvv lan l'e dpauesas des ivoy's did'Cosriu ictf4aut .public,' du coaleil eseclitif, et que cs sernr's env oyea out fetuble, *ar l ur imprudeuce ialiquer dc xrfpect attiucl tcre :ds qprtif'rtaul.
tL'traiger ou Je ,facticux dit. aux p.trio Vos voyes bic qi la repreleOttion tiifat l e u n
,p!itc ; Vous voyez qtseeles cooyes.dri pouvoir qetcuilf( cIaoana uspa of encore mettre le Comsit de falut plblie et lfecue ), vous voyez ,que.le J ic.u.' voys du couicil excutif fou teunet is d'e la icpteefcnta.'t ,: doue le confeif e'aecutiif'tu le foyer de la-curd ter4olunon :-loe sli fecrtaire d iB0u. chutuCft 'le 'he I u-a ' 'i r


Vosvtyti tJe Jlefpyctide lta Colitre Jiat'o if Coire de falut puhlic. A :fig le
je eus que ces vrlites Olnt dures il eli Certsiti / geus qui ie e 'attenu ai re t )I fi t&t I r& ltes ,e iais la coujutatiou ci 't| utse et je crois "4ll tein ~ ~ ~ ~ ei ,.ip-'c.; ,. toutl(o' ttue ,:. c nlpiltaou( qui re t"vloppi., v j.-" tiglez Ii t 't atI es Ihcttlnt ,,1) par1tliyendo certains filipot s, 1l Icit'ulchtes le C'moyendifi df
Pet leu% if-Diaot que ce loit Jhrilfo u. t JE quit ca foit le ch. Les lscatt apacu[eC dest i otrs lent co uv rtire 6en tort u els ; les toits re ntraufores eiu tif l1;e de contre.rvolui
ion. Les f ipons chericlent A faire croire que il libri lua s d'autres enneis qu ceux que ler, igenis traugirs ont deilgtns comme rI5 afin dn trouver un moyeu de s'eu dfaite. Ou f permet de piopoferf la Cotventiou d s muefutes qui teudct. touffer l'nergie nationale, et d'utu ante 6 on excite des inquitudes ou dit que la Cou etion n'cfA pas A fa vritable, hauteur. Il en eli qui voute juqu' de confideniellemcnt qu'il faut la chauger. Dns: le tnue moment, on fait la CoiveCni0t de proptfitloi tod,es, auliqmllu les patriotes, ne peuvent spondi e, c uc'des oceupatiouis qui les ob.igent de s'abienter, aors on fit colporter' dans le groupes dl$ moious datngelcufea et des calomnies.
Je vous l'ai d.j dit les moyens ne font que clhangs afiu qu'il fuit plus difficile de les recon. natre. C'efl une t,entaiue ( lefcl.ats qui out cor. rompu le coft droit enis'aerpaiaut duis lesdpar. tenaeus del'opiuion de ceux que le Peuple appelait la Convention ; on avait eu font de cleur repr. fentet Paris comme un fantme poukvdnt7bl :da. que juur on atit!.metiait leur terreur par des qlioquq ,Xaag'ises que dcs gens af ils propOaent dan% il, Sections et prt, des athches rdiges par des libel. illefs cGutce-lvoltiuonuaile'. :t
On tait enfiu iarveut A peefuader une foule d'il mmiic, f.iblcs ue leurs esueio t.:ut alans la Comnuue de Palis dans le coiPp lecwoial, daub le- SectUos e n un nrMot dans tous les republicai& de Paria. VAI le yhmle qui ci encore fuivi

F.ble d'Eglantine fe leve et defcend de fa'

Robcf1'ierre invite la focit plier Fabre dol relier la fsauce.
Fibre tuonte A la tribune et veut. parier.
RotejpiLrre. Si Fable d'Eglantiue a for Ihdme tont prt le mien n'efi past encre fini. Je le plie d'attendee.
Il y a deux complots dont l'un a pour objet d'clfiiuycr la cnvention et l'autre d'inquiter le ,Peuple. Les coulpiraueura qui lbnt attachs t cci, tlauses od;eufest aembletit le combattre mutuelle. nient et cependant ils concourent a dfctdr h, caulfe des tysaus. C'efl la fcule fouirc de nos mali heurs pafl's : ce ferait celle de nos nmalheurs veoir fi le Peuple entier tice ralliait autour deta Convention et n'impofait fitence aux intrigans doe tonte elpece.
Si les iyris paraiffent hi opinltres i la diffo., lution de la Conveniou actuelle c'cil parce qO'ils (,vent partaiteitent qu'ils feraient aG[c5s les uI'sahIi de crer une Convention fciate et tratre'fe ,-qui, tcur venidiait le bonheur et la libert du Peuple. A cet effet ils croirtt que la plus fr moyen de rft Ifir ,cil rte dta.her pea A eu beaucoup de pariotes de Il Montagne de tromper et d'e'aIc le Peuple par la bquche des impoftiurs.
Noiat devoir amis de la vrit, cl de faro voir au Peuple le jeu de toutes les iiitignts tt de lui montrer au doigt les loubes qui veitt l'garcr .
Je finis en rappelant ansx membres de la Goi, vecltio ici prfeus et au Peuple Fran paiS ,'les coujuraIl,n que je viets dc driencc, je dclare aux vrais eontagurds, que la vi duOnct l i
leurs mains, qu'il n'y a pius que quelqhses ferpeip cralcr. ( s applaudt ; on s'etie de toutes lot paut:ca de la folle :lis e;r:t.)"
Ne ousi oeccu'otns d au'taw iniu'di, ass feai letueut de la Pattie. J' sit la tocle a iit tacher qu'A la cujr1tjtIi in s dler u g ticns les namitires de Carmaille Defmolulttt deinande -qtue cet h 'e qu'onu src vit jamai qu'oue lorgnette :1 la mail et qui aut iiben e tpof des itirti u a a t ht i ai e ve ille bien s'.p q ici; totaii 'verrous co 'en t il ruista de calltic ) O,,itasd" je' -i, vu deiccudIe de fa place je i' lavais s'il pressait le chemun de la1 porte ,.; 'u.0d la .tribue ,et ic ci pour 'cxpliq ue' qe JO aiFti


rc '-. o. our ce que j:'ai t5 c pr
du dlcotu.a ,e c belpice,'ci ccl qu'il ". i . ti divff~s rLn deux bea tsl5i1Ii'ir- Ct les Ctnai.
ld1t IutCIa. lt ,au,
je fus P:t , pode tous q d a.
pif'~t' le s accufatioua; nais neta. ;
1-U S faits av ticuliert je ., garderai le fil ei i

lihqut or,: .r .


1 Il

..






L ,c,. davo' ii1neeIP*I CmlIe, et d'avoir l'es cn. 'd is c i.tJ.ef!liu4lausdu
Sjni'clui ai tug.&au ttcune ide. j'a1i Cu
1 pe) de part auxI olt tgebdu Grouteille, 190 y wtt ell



a qu'l 'Vaita. l' j eter yecax l'r des leuiill

o u Plb i p p cUu us:e t o rd o u d e l O C
ifsn Irs onis que pottt ic4 ravoi vus tu~ public!. /q lt e# aiIqtu1 tit pa tiuli ua.
UnctIt3 eprtlct de etiFt comstie Pabie ci Eglatt. gjpc a 15 ll" . .





Sodel P 'ierre den ahde que ce citoyetlgn it chafl de 'da focit ; ce qui a t

Falrecolitifltne de petrler quelques monsens encore W,1qi les mem r'es at istits de fes funes tudlle

jLas fe ac ft ltveruonze cn .es et demie.
,'ya re -e eCixcuteFbedEln


ON V1NTI ION


N A'TION ALE.


'i, idence de David.

L SIXCE DU 22, NIV SE.

)dx ripreotns du Peuple Bouillonnais font : i datt liintrietr cIe la talle. 'V u d'eux. Depuis le coianencment de la guerre de'Wlibeil conte le defpotlfnic depuis qie le rPttle Franais a balte Is fers quit l'accab'cren 4yau taut de lica.les le Peuple 1oliitonisais a t le pttier qui fe fois moi:tr lignie des ru,:es hoils que lui., Le figial de l'Li.ioilfemett des prij,,ges qi ofTahzut ,i laNature ,a te pour toits 'lt'Ir lSsile. Top peu no1aO5reu5c pour crc tiit1a ii auffi trop ranis dans nos opin1io!.a art llie Ii les troubles iuilaictrs tions avons fa.t Doe vult.
Elit) is dan nos montagnesn, arpuys par lse Naj6dn rnilure que nouc nous fiiions gloire d'imitcr i' nous avo: s anti reconquis nos dimits 'et jir de les d l'endr., C ,m1mCi vicia Jio. t, .uiili's lbicl ft la' libete d'in Peuple coutifle faire tes toit et n'obir e l e .
iPae fous la puiti:,n:e protectibu dcl la Fiance, 1.
Paopl lonliii.uls temblit dev;ir CtC Ioujo,,,, ; e i ais, pa uie falit inconcevable, il ge'nii lust lpids de'l'infoitctlet reg cite de f'e cioire et, droita uj0.id'tii l, e reprocher Ioa fort f s proIl i 'bien douloureux pour ious, d'avoir A ms ssuiecier cette tlifta v rit. Oui seprfen.
us Prple l1,ina afous fo,'ms niitl,lIeIrux, iPepndatt.nous avons fait A la Fianice tout le bleu qi tOit 'ennotre pouvoir., Ia/;?ppelanItitous ruos itrfi1 es sen fveur de la
c s ltn a ,ifetc' l' jlstifita e nos d oi o icoliteflalari tonti aniti-; c'eC juilifitr les ru', lst ides lois lie iqu l r r'eclwes et qu'elle a rendus ; c'eh j~ renieti la co'tfia:utse o nous leism s du. voir, np(otver par la Naion LA.icre le, iiifactio, coinles~oire rueutrai, .
L l (aIque tous hiab nomma htgat quant cir grain. loduilt.des bois de's 'cortces des heffiaucr ie iars, d ugibier du Fjoiflon des pomme. de terre, dv 'iv0ines, dutoin,-des pailles. deirec h suicfl*.,iei aal dpQrteeina qui nous avoA:iie. Naus avocis Vltf citez vo luSct: objeis avec aonridautee, et 11ous lt Won )ltitis cieiautsd cu tetour que le pain que li0a:teitVfe une terrl infetile arrofee de nos

aUa atmle uorGbresfe cl venue fjouraseran fein de moUre petie, Patrie. ltterrogez les bavos dleiufeuts mi la' ctqlltoteut, to iuendront jui ice au Peuple lofitiltl qui les as eua.
,Ls bras rti ous onavns 1.u fo"iraite an labouagSntai lt attucu des. quifitions 1 egilet iu pratiCa'lri dites nu Peuple ueutre: cii-: r lise etens de usu tnIii cotitu s le ri i autfounici de
Cte4C q' v yous defndcz
'Rtpre i -!st Petsple Fratiis, tels font nos

'c .aartuee anle a reldu jtfllice iacus douita lortfniais dmcos d'aut1790 O elle nous autotilfa A ion' t Pll5Vnlionlitr olrsni par le palt, fi let's elarS dcla ville ulb sdan et, ca, cas IG 'itueffei'nee ,tIr'i ~h a iV5 du5 c'ptitrcmut de-, Ardetnes 'qui ll clic mili il "eudu . . ci l
i'ltS irlqos; :elle neu, its da it in eutl coi e "aq' oura n Ois( de ivt:r 17Q3 clle4cdclaa que ui la 8 d4cru b tr.ceoentru pritiitrve de ,ifklLc;l.u dc,tllatss*, use nuolsa lait point appli. ,11 .,t qu'elle-ne polvair l't$ Cifs pcic5rr l'ca<.tte de la prteier-s. M:t luces lois, rais tes' traits qut, avaient.Pit ,d( ulni t luds. Les Lui:lotials, depuis, it'C Ot pas smoins t ilaraousaent l polg s c e v s li>arelh', ,,rujs tac voiq l.aalcruns pas d quelque's' pilluges liait l P'efor c8nnic des tre' que la Rptulliqie tSs. fa'tldiic a c''l l'e crime de quciqlies-uta; tnaisi Oficnrs r'# Cpl 0
'n ul tt rles utt uafl t gerale de l'arinc
c .l PeI" lttsl' ti's-ei'u, thotte t@liif- sOil"oi


r34 5S )
la rp l oilii ieot t(tus que inous utvOott f'.t.i.afs, escultiou de vos principes celet des lois, que vois alvz rend, es ; nous rctamons les preuveb de l'.mitie que la Nation u Vla ife1 n01as a prociail et,tifli les avuatags d'une setralite fi prtcieuf npour
no us. ,
Le s'Jideli. Reprl'eeuaust du Peuple Bouillonuais, la Couviutie u nationale, fidelle eI,eugageies qu,'cle n 'a 1ati salisennus, plus fileli ,lc ore aism lois inituuables de l.4 jutlice qui la diige, ir, a ci] ecarteia j'aais ddns acsie ircotlunce tni l'gaid d'aucun Peupl lquelle que fuit 'ois 'cxiftenicc poliiqu'.
Voila les principes des reprfeutans du Peuple, F.an.s ; et la rplorife qu'ils leur dictent votre ptliao la C.onvestion nationale la fera fcitpuleni'eulet eraunitier par le Comit qui doit ela counatre et vous accorde les honneurs de la fance.
La ptition des ouilloluais cl renvoye au Comit de lalut puliic.
Mcrlil de Douai, propofe et l'Affemble adopte le dreret fn;vaut
La Cotiveretiou nationale, aprs avoir e'utendu le rapIport de fon Comit de lgll iion fur li qieitAioti propofe par l'ccufateur public.du tributial criuinel dri dpartement du Nord fi les taibunauii ci inils peuvent en cia fo,iezc des retvos quit leur fout faits par les icpifenrats du Peipl" pis les arrts on dans les dpArttens,
-.itirre de crimes alervs p'r les lois gnrales d: la Rpublique, au tribu nat %,olutiouiaa c f(att Par: '.
Corifidraut qu'aucune loi n'a Li aux.reprfentans du Peuple le dcoit qu'ils oail, pat li ature de
letirs pouvoirs illimlits, de taire j gel'tif les lieux (lans des circoiftanices graves uientt:s et uit pericufes des acnt{s, qui par le dr it couinanu, ccv.aitni.tue tradlits au i t'usl rv,,hltiouscairre Ceani i Pai, ; q'ainfi Ioafqu'in irlbut ecriminel cii icLlli par uts arrt formel les uip enltaus du Ptllti;e de l'autorit uecelaire pout juger in pre. venu d'un n:irie coatae-r'olhitiou, -ire il Ie doit pas. hlitei de le juger lffecttwvnilenit quoiqu'i s'ag fie (le criies dont la conts-aillauce ne l1i cil p:a, Lrtibibue par les lois gnrales de la Rrptsbiique, lais que les repsf, nia, i du Peupl,: ne font pa cei lS accorderl ise p:,eille uribrtlion. A eiU 'i" LIse 11 c\r ioJoel,par cela qu'ils lualei a oi(:Ut une proccdule u onotri pieveun et qte dfans le cas d/,,in

plue il reuvoi pur et fillple, le tibuntal cil tenu, d'spts le piticipe roppcl par la L.i du ikal
.793, de tranf, nettre la procdure et Ie prveu air .ibunal rvolutionair lant i Paris' dclare qu'il n'y a pas lieu dlibrer.
Le prfet dcret fera infl au Bulletin, et il ne fera envoy qu'aux tribuaux crimiuels des s pairtetinas.
M4i'uiuet fait adopter ut dcret cuaiu en ces tri Les
.La Convention nationale aprs avoir enterndns le r appurt d'e Ces Coriitrs les leconrs et des tiriance runis dciete que la tietorerie nationale titusdra .1 sL dift.ofilioi de i'admi::iltu ccitlr.ile de bic icai tluce de Paris., la femnie de 2c.oooo liv. i valoic fur les atirages de rentes qui luitouit diis, et que cluit lomme lui fera delivre de 25.ooocn 25,o)o liv. chaque decade.
Sur le rapport de Venard, le dcret fuivant cil tendu :
La Convention nationale, apr avoir etlendiu le rapport de fou Comit 'd"agicult1ure (ci' la
demande du citoyen Gcilou, de Roanne, dcrete fur la partie de ladite demande aelative la failie faie fir lui par la, muuicpali d'Ouiclias, et co,,fitianie par le dillict d(e Ruoaune et le dparteteut de la Loire qu'il "'y a lieu i diberer fni la pLiltiede ladite demande tendante. obtenir Ici fesmacliecs tcc(fsires pour l'enchveet des terres pro tlea de, tugs defeIechs, piffe l'ordre du jour motive fir ce que la loiflitrle deflchtintcit des dtaills, y a purvuulo'cciteire lit une lettre crite par 'agetut rational I, difit it ic, Cog.n :, o le 15 nlivIe l'ati2 de la
Rpublique dont voici I'cxtreait
,I O tre la preffe d-zfl'iros que t11n donne c fortnt A ioi le gouvertciltulesi rvoui'ton.'lirc ; les ventes des doutabiue d'ermigrs nous Jbot n-le occuataO': (i grasde du nattra au foir, qf larine avons. fious le teris de picudle aios re ,is. L'cffluencedes c'acci'ogucs cli fi gerrrale que te litcde 5.cs ftanecs cil it'-uffilaut pour les conten;r. Jamnbis Ils domaiues r tIationauax ,n'out eu plus de cerdit ,ii cin veut eur avolr un morceau i quelque pris que ce fuit. Pli-u fieurs ontv vndu les liropitels qu'il' avaicnt dj, pour ahtcr de cette forte dc bien. Le emtes vout ubgraUd ttaiu. La. dcale drrnieae elles le fout montes plus de 8'a,&o liv. 'ci voil l dcjd pour plu de 2 t sillious et decmi de vendu danst1 notie difiii; :tA vue dS.l e 'cti fuis pas escore 1t la oimiki, Se- tous le$ ateis ditllgi,rs de lt Rpubliqlue produifelt est pilfeiet auteur qrtre celui- t ci, qui n'efl f uent pas' le picss aiel., j:crg- A c
r O'i oi' li' nt eysu-Gte a'eesoi',1- --


Ctl lu e Ceb tetSaeSi,', "

La oUlVetationn natiotatle, apt,s avoir euntidtl:. rapport de oun Comit de l'ciuniten des maichlt decrte.
Art. Ie. A compter de la publieatiou du prfent dcret, lesniarcls qui cietueut lefervice des armes, fe'ount viles et dat, eu pas l'ordonuta teuir tu chltf de l'ta1nee, ou par un coro. l'affir des guerres, q.u lpar un des officiers uuus'cipiii, du lieu dans lequtic ils auront te dig's. lis ft fotit faits quadruple. Un d'e sm rcrelnra auxn uifleurs su attire ('et iaycais l'agent' de la Rl iubliqlte qui l'aura cotf'enti; le tiocloietie' fera tevoyeau tiinifl il au dpartement duqul le trait fera relat;l, e le 'unattiense au Comit de l'exameni des marchs de lI Conveucouta nationale.
IH. out isarc- poft'lieur il a pulliezitiou dru plfent dciet, qui ne fera. pas revitu ica |oitcs exiges par l'article prcdent fera rput frau'. duleux et l'ugeint qui l'aura pall puni comme agent iiifidc!le.
111. Les adminifliateuis de l'habilleennt des' trou.' pe, ceux des fubliltareiCs titlla s de la fabri cation de. asses et toas auti cs adtii niliateu#s igifftura ou ageus gnmaun et pat.rm r tiru.O.; 'Cieentu, ferutit enus d'nccivoyer})au C)nitit'l d l'examena d-s riarchs de la Couueticoli u.t'otiale, avant: e ler vtrn1e pcoc]lan. exi1cdutioti de tous Geux qu'ils auort pall paour le compte de I. R'publique, depuis le i e jnvier 1793.
IV. les agens de s IRepoblique .ctueIllmnint employs A lors ferrice, Uct n le coj'fot'c 'ieets ;,s aurx difiofitiouas d' l'u;le prcdent dans le delai y nonc feront dettittis.
Ceix qui ne. font plus tu activit de fCervice, fe', rosit traites conuse ftifpctts.
Mealin prepofe un dciet que la Cohventiott
adopte en ces tesinra t
La Convention nationale aprs avoir entendiu le rapport de lor. Conit des ':cours publics (nr a p'ttiin de la cinoyeate El;fabeth Belker veuve "Wolff lsoice par oun pasiotifu d'abaudotiela, Hollande fa patrie et r'fugie en F'uuc dtpt.ia ]),its de fix ainees dcrcie que futla prf'eutatou di ptfent dcret la irfoieuie tiationale paiera la ciloyeil.c Beiker veuve Wolff, la3 loti ic de i2o livres et ce tite d'avauiiec laquelle f'ocirtellciefera tenue tIe reniboutfer au icfor natioal lotiqUeles ciircotillatices lui pesa ,iitt'rOtt de actircr les lotds qu'elle a tu Hollande.
Cochon foumet la difcufli.u quclques articlet ,l'ecxcutioi de la loi fur l'eeobiigadecurt de t'arence.
La fance efi leve. 3 Ieures,


Rapcoau ji rit i nom du Pi7mit de falui Iurtlic fur cM Jiluaticd le Ceune-AJJ'ie .pir J. AI. 'oilatd'Hibois daia l faice du pu;i, er nvjr.

Citoyens, votre Cen;t" de falut public tlait s'occupei de eoilid ratiotis irportantes foumifes ort attention par les mepifcictans dii Peuple actuclerrient CoiiirrinUtc-Affau'hisfe lorqu une petillo rirfcite licr ait rnoL de cette coi cilUc e cia'etrevoye a fou cxanicn, a dtourn cette attention vers le, I4its particuliers tir lefqu,.ela il ti'a c]iarg cl '-vous clairet.
Il n'eu fera que ins urgent enfite, d'appelait' vos regards f[r les objts de niditat:on dout'j'ai parl. La nature des clhofes vous follicit' de pronotncer fur Icsmnoy'ens Ie plus promispts les plulp confornes la'grandeur de vct, e c'ai4cier et la. gtiroslti uiaionale pouriceuc'irr e diffuiiiie'r 'l'ua tr,-noub reue population 'que rifftembl Commune-" Attancie. Ls hommes vr iment ilgnes de lalliihertl. tic regretterQut pas de s'lOigner d'ne terre qui lt"'' fotil'e de laint de cdiitic et les citoyens laboirieus devront touver dans vos difpu'fitionis paserlllsa les moyens de feconder leur ilrdlitie ets qttelqteo lieu qu'ils veusillent la porte'. il cil paeffaut auffi de roderre cia valeur 'ifnspienfcs' propris ii'nales qaiele fqutire rendl.rie, d e I'otiliti- grrttld tos les denre etW
niuticrts dtout elle a t momentaurnert priv o des parcaotioris mceff4ircs., I,
Eufiu, pour qne l'i'criptoia dciteu dit C titelier que Lyon, qui jt la giierrd Icl Ltr, I' fVs, ait.leigie qo'iIll5 doit a. ir, il f,,udla qu':li' rt'el c h la po lil un t moig u p': inp ,t ' !1let de"la puiffance natioiialo,'etla'y artive pa$,t 'omise une forte d'neigeu tlffielt r onipt,tdie ,. i ce iontentt de la pii4-excr bl' ,cibicrlon dont"hifloire des Peuples faife mention, te trouvait crt trr-des lcbitatkona aceffaitc A plus de c .t trente, t'lil:d iudisid:s; ltauobitstorta vers le quet s la pente ennerist, d ula Itpublique, e polie#i totjgIurs _-v e.Z coraplailanee, c mn t ers.ln .fo'ies, tricl d rut imen.t por le brigandageloval et pour, les eorcfirs? IOlSs cde |lutericr. "il
M ais' ce que votlOrteco se j 1ag U e ella le a our, deprs la ptitio-i qui fltaa .tr 'aU)ney c c'tf d'itflruire 'otre religiotiu, d foulgec irate lortti g' n rfeet qaa'ta fait-pefet f defftaftla-*Cw coe'-


& -. .

..









e dtitipr le t in1t)jaudte qi". 'tt touelncfitelt alative ett totic rAtfi-auehie depuisque
vcss y -a -. tsvoy de iuoavtauxV ciliillir. Uo
-.oile udueu ai i jt fut des'Cveecns dont les

4eflls "isOh ou eiptjlies des eoafpi aius peuvent
,,ir uI a cal tti'l apparoil tnsaj itucex et tesble ui au.coip.igu les uctea tc j:a/ice pupsil aiar.
L'udaca. a-ompase pur la terreur, s'vit con',etie CiI peIft ie l:hypocrite enfougs vrnmu tUt de lis cete barre po.r vou tromper alois qu'ou iSe.-litait LysLI l'aff.ilat dts pattioteti, alors q'uoms y f briquait laf tvb.e s'ei elcole J)eati tnon'v lle c ut pour -vos induise cu erec, foua la tortte "du rteii,. .Rippceiz-vons, Citoyens, les cireoulauees qui
-ouis *o% t dteriisltsi entvover Counune'Affan.
-lhCu les ept eetaut du Peuple qui y futit auLvo',,tai.t foamoife ; tait-elle cfi-anecld ? Non, la CrbelHio-, .le le plfeuit plus les armes 1lamain. la v'-,it. m.ais elle tait concenti'e. enracine tda:s le Ceur d'un getan d nabre d'habitais. Les tns figiiutes eaprtfclfos que le crime Vuitfe S aLider ai-,ra qu'jl nrit et comhine fes moYeus.

diceltent de aouveaux projets, doat lFislle Picy, tioujours vivaot,. tait le m'oieus uvifible.
Ceux d. vos coliegies qui precdeent cetnx-cl & ev,'ie.t failie - e tntS dans la ille aps Oui de oanbats, ce fut un befoia por etx de epofer lift des fceiiiirans doua leur enae i long-tems tourntile par le' violentes feuo'ffes; une pente natutilile etrau1leurs cetus vcrtueox ves les conlolamions et l'dtAngtrce. Les enneuis de la Paite, t ujoUISi pttmat4 frappIr les vri pariotes du. leurr eudro;t le plus finfible trouv ent dans ces difp-fiulo,. s-bneiflannea des a:taes por nnuire la choife publique. No :tolleguca' taient dans lr chao%, et ti-lr le r C<,lrs g i trier dans cet abme Iei kiagtUens qui ponv:ates t encote ap?!rteuir la Pal,,0 ,,leur bune foi f-t fouent trompe ; et lorlq,'il expiirnient des r{olutinyi fortes .,nous avo,,s eomun q.e+ ri tnoyet:s letir on t preffeiie toujours mt',o tipour les fhire exCnter.
Le ptincip oblacle aux pug : des prineipes rpubicai sl fut toujours ,kans la citlyouiaii ." 4' ,if,:ifieneri t o le riche tnt le pauvre par la |:,,lalise des b h-ir. I je pns m'exprimer ainfi. Vi ,lecime dot t6is les l,.mues richesou aifas furent coapabl. Ce fut i-1 pln cruelle coufpiraliota tor la diiunin humuainue ;-elle enfanta toutes lit atre-. Les a if.hs L),onai ont tu' l'isergis qti devdit aisirtuer fo Xate mille individus ii:i !igeu ; ils t ,o-rr lniuh (',, cuffe parlai afere l'elan quLltes priais vee l. libett ils c.n ont priv pour longteins la Reiulqui.
.)u; ,c font les pli viles et les pl"s h-ri1es 'pmfIioni don le xi h nairi iuilfe te degiad-: qui otgaitif, reit la rbcllion des Lyonnai,. Cs .rif 'i t',t:elt p:' -re-'e t eIhs vi'-airnt ,di.uic la rtbiloi ex:{l ut em'eon Si.s derniers C. tralachncirien-,'laiet nt Otin.is 1 y avait e t nqteue aOrt:, ia1,1 :.0 :' la hge i f.itc. JI fallait r'etve, er Jamais toueS les elpc.auces coupables, Yfrjra r les fi!s de ceotnircation avec intme Toutot laqueIle e rouvemnsus conte-re Vous cuffiez tegatd coinme un traitre celui qui <.1 or vous pr6p-nfcr aloct de-patrdonner Suax affafIadu Pe.ple. Vous r,.tes l'iidignation la juflici siouecufe et la terreur en pusaustRce'., vous di.
reftes que la pns iu!exib!e fevrit ferait la. plus 'a;ltaie; vous nomisattes pour Vlle-Affranthie de anotveau-a epr(enans. et mettant dans les exprefi.osus sanar de vqte dtrCt le fcan 'le votre uuctie ,':Oaafimus vQi6s"r-doubltes la letr. L'artilee+l d'ce duecret lesr enjoiut formelhment deprelifdre 'es s n,*ffr esucelaires pour la prointe nui/ioA d s

Vos collegues [nceitnt buit tout ce qu'il y avait
le panible datas 'une pareill milion; ils n'en 'Stera,,que pus ardi.s M ,saahcr vers le but l 'ou 'aerc iailit La foe't (es Jacnbins choifit pluilurs d >( .,e4ybres pour ta acc4lrer le'fuc.c ,,-;er dfeqadjnt les e prfentaaae du"Peuple. jamai ut a-eul fecours t nefut plus r,ceffaite : clle rptblioa: ut nergtique focit cendit ese cela u inor
-tlt evic< ila Pattie++
Euitl tait ilore l'tt des thofes i Villh-Affrnut
Mltic ?, Les' reLprf.enains,qz q tient eatrs aprs l 'ige en fottaiett. Leur- dpart fembilit tre pou -les malv llans rJpoque d tu-l audtec nouvel.e.-Or


t'01 adi ai qci0altlr Iotas leso 1tactl pt.bbls "d 'cette ville ieteutilf iet(t des pus. canaihleux dNours, des plus outragcausfl VpoU la puiffatce u' tiouale des plus ittaius Jour les torseS upnblicai1es ; ou vena a ,dit que pluieuro Lyounaia, l .t ient avec utrogance de+s5trC bier i ef.'ut-a : ils avaient perds. la p.rieit, difiut-ils i$ altendaieti la riv,ac4. On a Lit ;'vos court)l1aJtei les ites rapIorts les nitmes faits leur ontt 4t certifis. La t ttstrVs Inttior f-mblat ne s'tre tll'utpI a un juntlll que porpr'ndre de nouveles fFoteb ; elle appeli(lt titi nouveau P(4ey ,por kf lever et maartler1 ou peuttre Paecy lui-muts e. Pourj4er (ans la onftience des juges qui cotaspol'aillt. le tribariat populei e Miri a ielolitioaj fat lie.' i stauoliait vec ffectat'ou tte atAil4ie prochaine. Peu d conpibles eaaieut jugs; I'aptlii devenue patttrellu des individus Ii ont fu&t pedaut deux mois., ail iheuan h eulig toi lel chances de la vie et de la trclt ,erud.t nul l'elfet des ex'ciaiiolsordinair e. Lte t e de ucl,nttes chefs tleite .towbe t niutilemctnt. L'accofa teil peblc il q'i" *vait p ot la peine de miot coutre
Challier 'f'e prosienait itanquillctesnt; la,focit poprutaife 'ta;t qi'ie lice ouverte i _q,icn que
voulait faire un plaidoyer en ( venr t(es o.p;abl';
t,:1 fem.mes, qui el.t tin n t tonll|enti it a Ly.tt hi ceultre-rvoltliol par des moyens un'vdiieu., efl.'a-d'e par t'adulere et la piQflitut'i renietilie it en'activit avec i'nPtldene-e ce, s iitlr5 et dteflabls myens, pour gaier le sChef> et l-3 fo'dans lel'arme. Les ,pif, i rio,gea;ent ; c htqc jair une niivl'e bi-hr, facilite par de. ccii,.'iietions extrieures ,opriait l'vfi' -'e rhli-.1 dlenna ; les condamns s'.thippi'et f c;i,.
en aTiantila nret ; t- ln)url nrubie de ci et I
'itit l,^u rslt toutes re teu.:-' cn se''-ns "an des corp y italirs de,forus,tinti nouselte; dA' -foports.Oici hsreny vn ;ent&t diliars trot) facile,tient. Ou enita't en diffrecis r edrW' les taffembh'arens'd'ouvtiers 'venir jonselle reet faite en t-imoite des rcllmatipis ilgale. Les aorts
CAnhl0tiie, u'av,,ient tni mouvment tiUliit,.r 4es ebtoyens qai les compo(ait,* obliaut que les petfcutius qu'ils avaient prouves Comtne pi. trimesi ne fott point -I eut que ce fat la lbetp Otite eticte qu'ot astaqait d .i:I leur perfonne, a'abacaitonnaiet ci . fv"sr de leurs ,,ffius au mouvenient d'une fanffe grskofi't. E fin., on pa r.i.urat les hommes lltl;;IqeS., est puklianti uej a Conkention improuvili tontcs les mierures rigou.
reCie Oi' vou reprefelstait fous des tiit de fa;'effe et de paxfillaninalt dont vous tes incapa, er; on pio-la-at le parlot tut l'indul, ence ir-u m.ni t -- voue commandiez vos comuiffiieb une fevtit
ic teric l.
Il dtr' tre !ifficile. fln lote ,de faire temOiter l'oIpition vers le poilt nue v.1 s aviez -naqu. Les+ ret'fentss dta Peuple l'y- fiueeut neaihtuotrims ea rlIat cnrtnate vos ebfolotionr ; ils y r- fie'ut 1nhra,laMc.; m is m fats lis que vou Iccnfl(1it, ', ,li ef dJe la rebeltien prtileut de lx Comeullosa dp,'temeutale, furfis que vous avez enfuite annull, vint jeter une ineertitule ,-'nvelle dans les efprits. La faction atl-rpubliS ainc ae maaqua p:s (l'en tirer pimti. Si les reptfentians euffe .t t faibles,. la libert et la Rptiblique allaient courir' de nouveaux t bien graves
dangers
Cepcndsnt le dtachement de l'arme lvolutionna;re dont vous aviez dect l'envoi Vlle'Affranchie afrlva; il tant tems car, pour fecotiler par tous le moyens qui"taient en eux l'aunantiffe.ment de Toulon les reprfentane du peuple avaient fait pifer de flle-Affianchie latne affigealt. .tous les batilln exres et aguct5l*t,, afi que tois les ohljetr mlitaes let t l;rMunitions dotnt ils pol.
vant d f1fer. ljarine rvohusjunuaie tait donc l bien nccffi.ire et'foa areive fit rentrer dans les 1 eun,,rs des rebelies ctte cume du crime qui fn.
blais dio:der:de tou tes perla.
Alors les reurfl,itans du PPeu.e ot cr la nonvelle Coa io qui dewit Jurer les coupables ; et
comme !,juAliCe rns pouvait avoir deux mouvenens diffrens pour ige les m,ne'3 crimes 'i1n sej li J'autree rilenti les autres tribunaux, prCdrciment crs demourerent fifpeodus.
L'inflrtaeion prlsito re f,,ire Fir- le g-ans, .. br des dtenus mit uu istervallo de plu fir rs
cuire les intetrogatoires et lect prciliere juguMi-us
et dans cet intervalle une violente fcrencnation lfe ". t fentir ; elle aagnentiti nefiu1Ce q 1e les pa5ges
l n'errogeant un plis grand tombrc do coupables en earfon di leurs liaifi),C et d leurs familles. Ce
fi bieiltt aae caife teribl; et unte eliiDable et C co -rageu e coileg ie p Loi tie l'i'avait fuivi qut I. r fi tt;fait avec ",afon qu'il n'avait jamais ptouv i lnc fi dure otiou.
I "


U tie sgila:lou 'fliblc k fai' gi a tf ecofn ,' fnlteffaivcsunt d~tal I'a 'IIUeausx ba4alotl dt i gotn lbOi, mifl4 le b n ta fpit de la Mbjtitl dc. hilda s b t1jublrcaius ,I tel ,* ',sq e de lac. niqu s fr.t-rues dil+cuets out tfli rOa h ."
flff -plr la ifipe t,1
djteode tait cepeuti d ait attife, ch .,e Or- li tl la ; divfion u lls ,5h, nIq et les a u '. e . -'--+ art tes
Xaausue. Des btig-sn s ffi:li uereltt 'i vaIlotu it d cellte dii'fiult" ," l u t:h er de les tt.tl. L'a rtiare eie o,,nut et ulni 4p Iis a le .pi e t ,Id lus br;gards ; ils iretr alura Iii S l'o yde du jou ; les Ca n o n plge t'b ila "lO %t d paou. furent une fois enclour$. PIb(.hCqes le tt;t r ~eua ea lu t tarc t dt ffes su x replt l n aU t au yle gltraox f' des avis mttltipi ls e laillaeust ltitu d oure u tie les plus fi i tes p ije u ;-et le ptflt,.' de la Courtstn liouo rqvo iu t i q ui n'i P4 "j hotxau'ac fzible ,tivit pauitivea.,ens aux dit lcnle .*(que fi Ir excutions tiaiet,t p!ui ilog,' tena, dfl ~ S elx et totab les pati 'led coug,'j l le eifque dl2rre aih+flins.
( La fui:, demain. )


S E C T A C L E S.

Opra nl. Dem. le S ege de rI5nville
ba l t ,t tT'talejla, t 7 oaeae lQa G U ,' eu
peut la Libae, il
Tl-i.ete de l'Oot-sa Coin. Nat;onal, rue Favrit. IIn/b .er d'un &Ma4e ruC'ia1n cos. hu. le T'flcahu prlant, ts
.E l l e ,0. 1( IrI tt p de la Prife de 7151l oar les L*a .l ais co u. e u u n ac te 4 4nte e d ;tittc .
Th;, dialiiq~~, iu .S lade 1""
Lt Bile Fern'tee et l. Prie Iravourt.
E n attit la It e t. (u N A v' ua R !e V .i
nteile hitn d une l le civique lut la ptic de T 0uIPU,


'iseAre de la me Ie) daei. Le Cltd; des Sas.,, So'cir ; Pailine et Henri ,et Ia Papn'e ernaise.
Qiati -a l ixet teell. de Pauil et lrlme .i, est 3 atces:
lia ttin, la ere epr. de la Prf#, de -loiloa ct la jaioS ,h ellm;,Cnc Luec.'

Thl"t.e ut .tioial, rue de la h oi et de Lottaiva.' Le jl4,i;.rape con.u, d, lqtie;le le tr1vove. MOl' ,et i', le tle d'Jln.eJlte, Iti,,, ide la fe cit'iqs,*
laccllanau ct le jotrt de lAn.u-, uivct.
Trh ;'r ds S 's Cuakttca c'- evstal ilrIt/5, La ge reprf. de 'fHletreufe JtouveSle ou la Reprif de 2 ou/rO', rc,=. de la Gvuti .
Th fi-te (le le ,irs de Lonvois. I.' Auais d 'prtt, et Mrthel C'rva,-tes, op. eu.3 cita g a. p
fb-X::'e du Vmidevile. Ar!eq,,e- tai
refofr,,e, et !e Divorce. "
cia. Arlquins noJph.

Thftre de la Cit-Varits. Les Deux Fermi;ei; Iii Dragons et les ndicites ; l'Heteix Qluiproitio, et la Provenale.
Thte ttu Lyce des Arts a, Jaruliuu de l'Egflitl
-Adele de Sacy, ,pauitom. en 3 acea fpect., ptli
de la Uaftule.
Thtr-e Frana?s eomiqnle et lyr., t re B0nl,'
la Prnier Reqttjio% ot ruholdore et Parlie pir.e du Reuiti r de la noe, et d 'Arlequin n:arc:/and d'epti.
Agiphi.h't.c d'.flley fn)kbonLg du Temple. Aujotrd. 1 5 teures et denit pri.ci'es le citoyofl Francoui avec fes evC8 et fes e{sifs n .Oltifroett
fes exercices d'quitation et d'ejnhatin tour de
miate1gu datfe ftsf les chcvau ,-avec puftieoe.rsti et sertr'actes arsaufans.
Il donne les leons d'quitation et de voltige lest les matinj pour l'un et l'autre fex.


Dit u2gv3e


PAIEMEN DlS RYNTi!.3 DE L'HITEL-4>Evt7ULI Ui b
Pxtion de s mois 2 t jours de 2 7,g Toutes lettrt.:
Nots des PatCfrI.
Q. B ofceron perp. et vgr. Dd,
1o. Percllcisl viag. et perpet. 20, S&tn3Jah ver visgvr unt. pcip. g. Lebo a-de. laIoutraye tolt. p. et V. -Inod
3 uta pcrpPtt'C. DI
37,. LecsQy de C:aillly lea ieCi et ,b!s
et untts d'ffices. pCT1J-tuc< *. prrni,


L'aboin. eut por. la f "u'11|le du Moniteu f. (ft 1'a d, iI r. }oitevit ., il,' Il fauq udiffar les httes et Pug.nt, fran de ret, ,u dt. bry, rittCul t. t.iiti. qUI jnaft
--loust le ur.Le prt Ci, p', ur l-S 4. d til(. po,r toit mois 3d liv.p oUt dx mis, 4t '0 721liv. poutr lntetpour1le ddp,.mras,. .,de liv. P.ourtol'os 4? v. : O' er,(
1i v, i ft l. b d psrt. L' n 1 '.l O on r t qu' m eosrnenf mu di tque 5oh Onawiufitit auff chez toui leibittaie d r e et le dre)C teuet d po ss. -l tst atint Oi d e aO
-eZties qui aunermctddp a ata-, d f,'a au thi e port.
Tontce fpce d&v s Ao.onLee, Mm nones Opiuinnpditique et1iutt't ebjett, p'us-"ntte tffrds dans dca leen pleti d'une dmiOtcille mne forrt que le M ua t' font 1tie. Le ',Ixe l'iuertion cit deu ,"L.par plugi5, il 7O f wi le Supplemcnteer1t e4. .
-i 'ar rer C ce t a1c, et jQoi teut .ce qui ctiiene la re tlsade la Icuiiles, s lida ue tu s di.' Iardhnt, v|sI-+vis dui-r r-, -------.----------'- -~


D~~L 'rNl,'al tcR Rt>u M +ta1, zuc dtPoit+'ns, fl"~~.tue


;Go







Ctt; Bot CcUtee(


cffibil cefl qjt
?de O omiItt .d


btlt 5liI les les
















jsans il
t ; dci Itt liest+















ti ro fl ILets "p












deand


top" a l IL d'tioia du uuhen Ir tr




















isrn
moraltra Ic1i tle


- !iat ~sa~


Utt.--1eur '-a dositi t0,t par a dtlsites V CIa :veatlo,.
ms'-hIe dl


l t n"i



i-l'n ts ., Le t.Wrte' dters pl itf qou !


>uIS ; iltg YtICe dnu laiimjftasnac .Ot l: fi itlit a



,t il



jtgnt le,


f maip, ,r l j-r[+ $eseu.
,s'


I

..











GAZETTE NATIONALE, OULE MONITEUR UNIVRSEL.


NfI4 t 2t1i .2 1v vs l'ait 1 de la Ir !, ,,'t n'tivisibl. ( 13 janvcr i 794 vaux stie.)

"lut pl tteu.tc t; rut etoocota i lt C.':,, ft . la' dcs fere.s u t, teuc qu a u t ( f t la "o EO VENATIONALE vo, ull i i'er fi l Cl rcnarep Ita uri gi,,de tail'e,. Clct,'. f l ffli lis ret ,t,.
Lt il it, i :.ih teur 4 du fi 'ttCla t t u fl -de- vunt 1, s lt es I e et- l l iertt It,:t ,. et la ou'rPre 'Sdeue de 1avid. ,,a: us t i ra ui s d ,:autv a cou l oi e, u fi?,it to j,, par 'dr'ptic : dau qlic! "
r tnI tIU: dcale turet co ai!cs ,lcl, lhluet dl: ebl- bu tnilloul des'plus j fuiuic d't -t ce nuuveaus e,Je de rapporIitit' a du Cte fa lut Aic, fcr li'e-p Cutd.i deu:'r. tit uihtu, dcuie.h ne tau ets puist .
dc s'.ut-4Ii:hn, atj.M.Go:s. 'a ei u la nit e u r~-.Aaciatiib ul, Dires Cteyces, f ias iune Ctliitiil' fi 1:- gi Nc. i ; dans la etice da ici it ilf en. ti htir t q 'il nutt du s le foities, ee leu au -.th f il L teirs h riblij eic. t-utieutje de rbeU 'i,
iene d ii ", s et peut-ilitc lu uc Cil fUib'a gtt lC s rcente une ville dont h. ei)p,-rts i t icter* sonrqnoi les avait-on diffres ces e :ett ns, r-.'-. ntfie eu f-i -ils e,,Lno a,, ,ous el- du pus pr, r uIg des puttiteo,, la iibUle 'A ,ce
: l fI u l i e: c'cil qie pcua dr d i.re: tcnlae : l',l (lt te l a vlt, le iait %if et pur d(lit I P urIe tt tire l i.ieocc :i l Dit bs i les Ct do p~ ijle l~joail d hit i CC -h uie td'i )-c zo':cfiCiel an 4 boffuble de dhu tiic tO Itl s coitipieateti jus etC nt tc aLfs. Chique jolur elle eu ucittlle pi- gettt pour la reprtlutation nai;ouial," tout ee u rtilj0 il CL vSeu ptraoqn par la vl i Iiahh.zI iq:e
M is e.oeu l'a tu pie ld tbl. lie, n at tlqea cIe eu a fuvent d'fliiigti que y a de Tfiux de lc ndaeux diis l p:iulo'a 'tri
dit coeurdei lesIl iaeut se ;,ut ovce d'cutauit ",us (le v-.usa tprefeureon y dfigrievos colleuuCeonurai
e) qui afrOlit utt -cpteeille m;t'ion a t tpl lr. i nc t et qu'ils avai'engttouv dl pli'eslctutil les qui le p/aiautiue le fi 'g r-ile letju e dr je Cule atie squpuersitutiqelea(lu
de o5 4.tOyt ii pisce d e vou cullhgtieu de le tr put i ls de fit Uihtte. Eile' ti juie tinc ne toile pas t ffz ub,.dau. il '3 (lue tue. v'tt pasvulu tenir lat toire o )ntlianitit. 10 S .115pu s t:u netSal uUtc Oia voht Vous le faite coul : lis doute le lct i.i le f. ig des gi 'et ttli'tt fi cOUp'?u(le vou, i cli Ct o,. El l' ui fupeie a toute diu caits !il a cou e juir tC-fe conti uitft IefVocils.doutc,l |C.ul de la mul tri mouve- ut, brnlue toi us foicit-, t c'tfl ce cipioiu idans la piittoln ce jaur o, la gniro-ii, fi ct :que le pt-les rFiuilotutuer toua s :t la lois? qii di h;'-rc les p iIt!anb s ades ci c IL es t l : dce aiuqu eurs fut cuefi el e ile f,.uIlg des patritcs C u' llt vot, ,-abol .i. .L'itiiauffib p, lqte l'i poc1tS'ne fcicte iigoutcule fi loU a coule julqu'au dernier ituliit oi leu rcl s fit
fat imontfl av:s une tiufli cc. trms heure$ velit, j'i'tc. ,i-'al s: les repr-'e tl dt Peupl ei t f- oui
;c Ici:t. chefs de la fs-e e: aile -t vous leutez que Plulicurs de vos dcrets et.les arrts par vous 10:g-tc.s affligs, lly a d la'perfidie Ici repa 1is il n'ycn ce t l Our h ,tep:let:iau, du Peup le ap;> ouvcs de-isi ,j-rfeiitans du Peuple q,,i ont [c-ter co ,tstu j'-s, ; ot Ctl, i bien qn'i ni j:gene Ie plis, i le t .l plus T ,,o u els taicuit uIii u tati t d- fois les L-o-tua;s avaut td les Aliic- ra f l'aa a bietta, qu'ils fout iaisgers i tus les
, La ptbls devo,s quce oi h:,r a. +c in-,tht. ge, ont ris lois de la loi prclqae toias ceux que nOtahes et rotit ,-fllicitetion':. Les ptitiou,C4pen'.taut les dan es ti la chife p .bl tes lucoupalcst Cotuis c p'i'onb l s coulc) ual s le fon concetts uitivent t !iuibutes tls de dix mile cmtcroues polir cdi tue la IathIrc le leurs ci ; ea:, p.:ii putre p s tporidie alois q 'oI leS s .lcilc ; le .%citer un taffemuleruc t. Il tait tlji ff? ,stutis U li qui eaentjizVif iy e u trt filS LA IjuI s ont i>uvcut t le,. Is- relier 'xofatyt cu bliet, t' tocoll ,-c is avaient de la I -pngaICcc vM tutttreetpe'js tain[ s a"c jo:e Ia ,s le lulcg ii'ii d'tlt: et ne quittait qu'api' s'ile bien le faie ,'t-,r parla force aime on pie tout atro a p.suSt'u. L le. ttiuvaie:It ceux qui, f ti l'ecpc'- lp f.cCs d!e l'ii ntit' dL peulo::uc. 'Vos colhegues io eu vo'e t. Le p icuure '-,le la Couue uil. tl: u dc M0nbr[otJ i peuriceuin le r pti ba : ost lou en Cela leut i pid't et pourtant os vial il reu t l'ordre de faire fuifir tclles (lui svtiiet hs ,fen' res t f t-ilevctnt |l urs tfas les e:fti -e C ie ur Ct a a fit t re li r,,cle : : Vout apiatiut d'cri povu.q le raffc-ibicmert : oi les dillingla faipitrlc t'te ne i.er cul.ite fias unourriture dans Ie jjgcr Icu r:util> et lu ;c t'tc lemrae:t leur parme trs- chcrChte e : huIcT :I. filtteidet de Pietre-Cie. L:t., titict ceux qit Auctun P-l.e r',t 'I de; foregns plus augufles dace. Le ftiibuial umuicipal les codamna, par fui .blailc les clhaitiriite t les rcoltes t- eCL qui et r lus o1:.i 1', , e la jt, ici' u- ti cr tiat c le t cre espol' c, pendant deux heures
agit titi joui lat Couvei,1:91 lots lah i., et qui a h' ci-z r ie '.c- :dai:,ts daa Ici jt gL lcints dc uitl'hu l ut aud et J'a toup:t-urtt futlaFitiflatat diflp. ici t de. Ie jour ute l f e avec i!'l;,,ritil( us ci fi cI J ni ilio 11-i.t; : C ,aittc-A .au- Al tntet l a la uue ville itabcllh la julice o
si llfc te i pibi/ques ri te,:x ui fiet li tcr e Il c-,i l il, d i ois u iue,-tgi- peut Ps, ,1vir de formes moits l'veres.
'lis eli'lai p t toute ltir 'tvie, h Ic ilc: 1 ,.'- icku i,, ('u)iu : pft te u'0 pecateur s'y p.S cI- AI bic- loin cie tax-r -os collegtes d'une ese
f dlI~ i'alf'.lieir l 1 pids. t,:r,;- ',es tc fcil s e :die f- (Ce qi h. Oc tai n ci gr.id i ubrbe '. cli cctliv'c 'lu 'iit vous leur el ianidctcz p I!4t cui -~~ ule du Pc cple ; c qui -I-tut le fige CL jt u;-rt- i e lri l cntt dans h accu s is:et1 1 il le .it qs : t.t de fi r de, ont la ,limart
u ril ct til ut o.; la tt ,,1 v .e -ti u-e ut i-'' hO ,.te' qui dc vi n;tai t l, s a cif.'ets. 'ue font pas et aigrrs la Coitre-e,' mt, 't-i ,
a cr a inlan h u e t le di t i < t' u 'c a le i u ( 3 que la c ,;;- hac Ls j ug c I it l r e. t tI[cUt ti o u ve a ta t de facilit fe r .I -t ilcr, U :.ltoll militaites it.tct it iil fur les eu1,- cotilu I s .Cc C luit i i uit i la u V-ius.dc- ard e c- muent celles qui ot ui te ;,.0 &1<1,u pi ib Ltian qui Cii'li ut d r s oit '. faie partic licie, j qul': ce (Ile I ) i l, io s Oi itco tir t iVCii (, dans la ma (o les repu.i tatiS IPueil tt fur la Fi, de cCe tllits i lp ie tll Ic eui -lin s fIiiot foiy ne ft le d- u ii P n' e ouuy fuir les t eaC 1IC ni lV i ~ ; on les If,'a' tdu KnIli fil trouv le, u fiyeta fil
t l'il. ,. 4- . -, t,;, i,.tit je f i ". ,blqie f'res qui les co cerne t fo t ie."ffet ajourues lhs
lsdte I tla vie. tgu eus t t a t se furi z c aJet"- l : . li.b ont d'abol tellr .- CAO 5' i. ti :i ,c. u- n dangereu gplusgrave eles pins'preffanas;
-'-s aei f r l|it'ttt a a +. l utaa-,.iettCm eux Ci aifc bi n lest to u c er p,tucn-,
t s f 'i k- euxta u cius avail. t .Le c-unio sa e ': fait etlter epui r li c t ils ont ru qu'ils devaient oe cc pei t ht c ri ble- e t , e e c:c t to q-u pa r dou tei plu ie f i, "u l;n plus tard i le de tons les a u tirs.
o u t t i :acesiSu :' u jueient. Pelqte tojous Ou s dit que la ptioon ttdCSle*tjt q5i'ilsVfit et veAt l tit t Lt c ix l t fi ot Ii qrars le ',getctut truotttce, Ils ci fen,. e ut- ie l dputatloun de couin-Affachcl,
fua doutte, qui icn.teudiret les htorible- itl e'-a+ pabies ct pltauts le. ulqu le qu'ils uatut pris de- Cette dpiiuttictt D'a poitt t on ue des rep,
la atc ,te ar ,l; .la e u a lents IL g.-s : ay, p d f or s u ir feltatas dlu Pcuple t Lyon esifle Ie ire, r c'el L}-o
agit ai ',:,-eta s le u r ;er i ulas ,q i vous i e -oy c-eux qui out apport cette
alafifi PtOLLPfl l I ( lII-ttt
i M l t pas tetttun e auffi pcocepte e t eruitb rq v if es leur fert de rc lie m> t,, ti o u l t-f iupo ta t d'y relever u e af ',c io tL
jiu'elle d rv a ,t' l 'i et e1ia u q u i t s u s d ifft co d e c ~'s u q 'i 'e v fu c te i b ,~ ,ia u t, i mnt a t fu rio t, t ito tt t o pa d 'e uie ii
Ttoi dcha- l e iot("qtettlte ptaitut pr es liil .'4t, pntrcr t rceOn ui e, ke -uttScs pifr termie.-u'n ot t; :lefetu du caion avoult es cbles vtc fiarclhice Ct o t cherch, u1us lubteua di .t mens.
V'yjoigiait ce onc-pun tiais c, ,fi-iacrsii ,Il italnci cil -at infpirer quelque ,iut.rt pour leu Les pitionait ca par tute spplieauion d'uts

le hftttt pas affei ritpidts:, et btr mott a rf e empli'ee. 'cles p r e-, peuvttt tre pua lOttes ancien d-cret autiill par le lit -tlfque plibctrs ll 77otig-( m. Del,,l d'iItie eu nu a':a eit ehp- pour vous 'vircre ch,,yets que ctte con. diceitI'Oiuoittauf lui t.ont-ntsireJ I purnt ci #s, Ili ont, fulls en fuyaut q;i.Cl dif- tlfin ltOble tue frappe qe s vrais etnemi, piir;fte que le dls e-,l duafe fotlrdIrevol.o t t dtu liu dc d < l'exccutiul. voit l a v t.- du pctpIe u eli nt u i laici' plu dc,:i't i, t C ,i0i1e itus-in i eu'u Iie ferait pi eus--01It .trtgec:ttt tu 11 stCi qustoUttle r'i quiect uitel td'ue f,.i, dlt Ie tilcgtge ; et foavent aprs coutagcai t pour ceux qui vondraiettt cmgnilee dU
tfclii:es u'enffeiit pas t Lri. les j,. g,:uS r loic n s'if. cri fur la place n,-uvcles l V ideci ; qeiues ciUquaui'ilines igt s
Le Peuple uV aaSuot '-, efftot'otrs inagii p-a ile t fibite et nave. Foila nial hors deja Ii. Po iutiittltaller pio t t ils
k gi t 'tt cd lc j ur i ce d o i w le elt i rof p tsi cv i tf i l t i tIi C p u i C si a i
ke. ,uet ,.cIe fa .utace cla t,,t ite Oauu u ets~t I ts les t' Us 'ont ceriti; ions les fpctc'eur' ra, ,tt t ,,ili vil -uau t ,an t hl i ,,u la j,,,l laille e le neriltCt d, IaCL, O ; allant "au fupplce;, que l.s c at ioale p ut eu t rpper, et ils a cu. Ilnd ti pautotut o elle cu eatte. 'cl avt t C rtCi-e .pabl .,i tIl a t' qtuelqu forte, par :l'etplofiu ou r deu: toi

uel ga q tie lufi Ctu ine c ktCutiot out E latei ed fesac ilist a iiestimen lcurcud, m)un ou ,, lo e us l's / at ve'fu a dersi at- l'luh,.
/Ytlle ,'etti Di las coupaJ. Sq proenVitilt nux 'encs;.tousils onit.go,g+ nit leur gi ilttC tl'avnce pt lut .' s
lacltre la vie etla ott ; is eu fit l, eeut.eou ailIcr du Peuple ; il, ont sffahl iiice auIVi co.itraire ill' fferuleme t de la -R'r. + o lxrmx-,guit tAmetv th+s ctel luittitta qui'apue, la Patrie', t:o ceu. qti les fotpunir Puiite (futcelui-ilont 'voi r, La que cuui-lAnr. tdc, t '
q . .t t r o fi.- f e n t e r c o m n dl- a ,ac 'L a J g ,t o i ,t al l i u a f m i d t t e h s 'v e il
"' e e "e d t itiL g ,e t i bclOtt lt, t tiaa
.t,O.vc,'urileII e i frte dC vou I g" " ' 0s fa'etefpire t C 1,' 3,. (l u 1n. )ombreude n--lte
lcta dniittte ti larv : ccli lute 1; ut-te d ciat L '- ,' a ere utl. Pour tie ins convninc'ub l .Patrie peu ,.: lu--o o t i'iu,, T t l'm
I l I te i ui t o t ln reYrcc | e [ fl .d.+ e a t 't la ., I Y ),,>l a i f t ; c 'I r l'{ m a .
mtiiulIl( lu' i ~utit otiiue "' S uit eue-are qe lu "n lcil bi reudtie polir foui-, gl'uioi, Clle-ume fe Ui"e. :isltcr tOus cet,* '7,' qui'y Outi pat. L :Plus cQup)abhc ceI,:t qs
m.5iitt iit t-ce doul ,:nu t d'abaatt , elut e fis t'e- qel pos oIn t s Ctt l vue vets lcs h o m s tt Y O itp i pa r Ld j l u C lf tr c- e qu
~l~ at "i ret irque' t a 'cti uaUnt + t, q i ableift la Furent eonit cttUt ar les .uucctttu lui voouai
qli vtn 1 catt u h le r e -stcque. t j' i "ell q 'c ut coutraints pur la force'; te -cuit O t g,.tig heurt f, eea, faurtdteaus t e.,
ai l ilaite ont -lgs atcjA
;:i,vtefutir:a quico-aqteC CoCiI t lau- aCZ. s tq f la t ee _Ctmtfion. lls ne ,itli5t5e-uic leUrs tims, et las f i:c pouir, c'efi iC
ttpo u r d ii" l-ti tol lta ,c f rt in tt ; I lsa no ft o u c e tuin J I a r t c e q u e V O S d c ttc ai t t ur
:estau:use ~: W~foua vtuis duli U le p~ ub a.liqu~e raus l c l e tilta ',qes 1 v,, a r a o lc
t enuiai'r e cou t toia taiqius- ti o u.i' v i ru i i i tuur *2 r :
:i. i u tableu t lrui" es dagers ui, le de vol cos fil'l tue vuse uav euzCnoy e
'' vo trtu r m I / c ,b t 'girallier aht il c mfa un-Luui ituntl| e; tt, r ilttl' r' lis 1, 1 ._ -1 1o. ;CVtogta5n utia

I. k t aie pttrd auctlitc 1n~io;" cu t l lutit c~ e-i ta n oua e s pr i a't u i t le Iur t} t iu tacfi t- il-1a "sfe
+"t fitractl t e ti iuni LI. ,oi~ lacL '. o nte d lanc" 'Eho fa f t e s' 'o n Ld uc cu *q aoi l vie u i dol
i'atus.sfo t tarla~ &b;ifioat:d lt ,.;+ a I e pc t t U, si,. vZt l e b r ds des,'oou-,ata qtCiS t pa iu ti' eo,,trqn- i'Os i e,, u,
C ,slv ,,i c ,f,. tr v s ,t'rt.[e : -la A po ur nd ensba. t- let quilart,, P P, tt ci ol etuclla tni, a l td b. ""
.~~di u LtuttIC lls f.le ducs ,, o"iVuii\:alti L

..





MU ILI !LAIl J
R


:4oitn et de .venration les demnier ioupr dz fes plus nouis ennemis 13 Ils Tf4uieblelat tous ile tron-sons de la loyaut du f dslltae ; il, filCnt vos ur.lue U eI itlt$, e deb rcbelles, pour exciter eni vous un attetdiffeintut baiaire'; ils volientt ici voqner les ombes de ( Icirateo'rr. as vouduient citecr ane forte de 1snvetir nmentale et facige, qui podu.mut l',ucer:itude' ne liCleai, de piti que pour Ial ttai:li ? ( U.t graad noulbie de vos plus cruels ennemin. chapps de Cosrmu,e-Affr.rcuie .'cil rfugi 'Par-lPttcy hll -ui y tit petit-tre cicit; et, (ans votns en douter, vous dclibeetz quelqn cjour fur line ptition-dont il aura t le rtdacteur.
Il n'y a+ forte de moyens qu'on n'ait enploys poui diafiper l'otilt t .lraire terreur qui cor.paitae la rage des Conlir'teuls. 'Les convuliPofa qui dchirent le Midi font cfr;ayantes ;nos collcgues de Mrf'cille vous 1 ont annonc.
Le gu-al( de I1atme rvolutionnaire tait parti de Guruuc-Afftanehie pouer concetter avec le Comit de falit publie fr les demandes qui nous tient.fetteb par le Mi i l, d'un dtr'cleiment de
-cette arfuc. Lari(locrau;e, ats. fqta d'p:.t pubiliait dj qu'il tait' e r d votre barr, et deux heures aptrs fou arrve ici il flet mid eu arleftration. Vous ptffentez quel parti les malveitlans pouret tirer de rete circoflance t elle doitavertir ceux d'entre vous qui rlois'cut dia ruefcignemneus ielatif A Comtaau: e-Affrare|ae de bien txaniner ct,x qui les leurf ont parvenir. Je rcfpecte leurs tsiocs niais je delierais qr' les nuCfs des decrets qp'ils ont folli:i s eaffen t t plus clairemcitt .'explqusi, pour que ccet vnement ne puiIe pas ,fevi, le fylirne de ceux qui ufent de toutIs fortes de Mtaoycms pour jeter tut voile odieux fur les opra. tions de l'aime eevolutiolimaire. /
La divifion de cette neme que vous avez envoy.e .Co omute-Affraanchie, pont ulconder l'extc.ion ,de vos decrets a'teuu ne bonne conduite : agite d'abord par quelqucs hommes fulpcts elltles a
-elle-urue dnoli:,b. Il cl importatt que votte appTobatin fufr les oprations qu'elle f'econda te loit pa& dautruf ti L'4 l .
bine fane'ttfe dans les t,,m,. du Midi avec les telles irrpurs qu'ete alaifls Communc-Affanache, Bc tarderait pas tepreudre toutes f's forces.
Non Citoyens v.u1 ne laffe, z pas clotre ce doute fLaal la chOfe pi,)iqre ce doute qui n'a jamais -ticil dans vos CaSIrr 'tut les oprations de "VO' COll.negis. Les reptlentat'l doIpuple que vous livez envoys danv les villestebellcs ; maelseot fans crainte lous 'allffiat et les poignards ; chaque jour vOus tie avcz la preuve ; ot11 lie lcntpa les tffr3yer, les avlirton veut !esci)de odieux; leur cotiisce eft toute cnieie dans le Yianiart que vous letteave, dos et ,ceptoqetlient ils doivent obcenir-la v,te : 'ils tbieit a ujiresilhrreutsx pont ie pas l'obtenf rte etiire, il facrdiriit les rappeler fur le cl-.rap. V.t, cinccrithttte tucouragelait leurs, tuieids et vou t'avez qu'il f4ku ul pas craindre de s'eu faie beaucoup ;qu'tl faut te dvouer aux laiies aux vbngeai.sC I ,ngues tr,ditarei taruellcs
,lot qtl'on aeCtpede ,te* m t,,ifmious.
Ils lie font pas inl'einibits ou cruel ceux qui
ICI Oa 1cc.p4te(s ; mais leur fetilibil t toute elirrie .,ppariint a'la Patie; fans' ceffe ils ont les yeux lixes fur fes hieffraes f.iiguaites, fui joi fesn tarit de fuil de(i- u&ae goutte de faig fottie des veilles gnceeufea d'un rpnblieain, leur pefe fur le coer ; talai ti sn'out pointdL pitifroce de co.tpafiou dnature pour ceuxt' qui ont maffacr leurs fries. Is Javent qu'en dilivraut la Pattie des eo:tcc.r';oltionnaiaes ,-des eonlpirateuils ils couferveroot des guiratloas entieres.
La ptition qui fole e,0 be leur penfe et tous
lear 'fe.tinens. cil ec vo', : ietr avez nlii main leur dpart au tion's 6u Puple Franais tout
tutiet. Il derta dail l'anatiflfet'aet de tes cunrni s
il detanadait vegeance de tous ceusa qui fnuriat les honscauxl de. ,,,eil}etts patriotes (le tous ceux qui uti les allaflitss ds pIus' vertueux (oldats de la
-Ri.publique,.
Vos clIaegues contnuent rvee f rmet cette miliot
dfli.il voUs les aiu eree pos aux coup!
de Iu d la ibetlt ru e quils oit et'
imiaawible et Q-.,ues tu reuphffati leurs'devoirs.


s uc rE DU 3 f

On lit hu lte des aduiifttrat.us du difi c
de (ontatico.
tlue porte qne les tens de migrs font l'osddc
du jour ; qui loua ,tl citoyensa '

m qerir. -Un dorneine efim 49 'V0 ient
dt e Vesndu l3,ooo liv.

Dans le diitrct d Li!le un ben, mmetatttire clie 374 liv., a, it vedu -e 3oliv. un autre eains 7,j00 liv. n t adjug 3,rvoo liv.
La focit populire de Mcon demande l'tabliflemen, d'une corpauiffaa nsi1mitaie pour juger les gens fufpeta tetlt dtenu. qile'deande due leurs biens oient coifl'qus. et que ceux qui tic Icisott pas eondaeii>s mort Luient dportes fur,lea ctes d'Afrique.
Renvoy au Comit de fant putlic.
Les citoyens de la Commune de Tours et de Chambon annoncent qu'ils ont arrt de ne pqrter que des fabots, pour envoyet lents fouliers aux d. fetfeurs de la Patrie.
Les admini&lrateus e la Loire infr;etre crivent qu' l'eaemple de lIur tique plufieurs Cens et ,>litres VCtbicut d'abdiquer ptuLIiqucLna'tst les Ifc,ionsl du, facerdoce et que catue jour la ,iailois lait de nouveux progrs.
Le miulifire de ta guserte fait paffer nu don de oo livres du citoyen Gaillad volotaire de la preustiere"

Le ime offit il y a quinze jours 8oo liv. pont les frais de la guerre.
Les citoyens de Chlons-fur.Marne, de Nevers -et de Lll ,,envoyet l'tat es doua patriotiques ilt'ls ont offerts.
Le citoyen Bailfter, flidat invalide.g- de 7r ins, fait don la Nation de la fo'aaoe de 3o(.o i. faifarst moiti de celle qui lui cli due par e ci-cievant comte de la TXurd'Auvergne.
as La marchte d gouvernement rIolutionnaie doit tre prompte comme l'clar,. crivent Ces admniftrateurst. 4dpartement des ,lsCee-A 1e s Ce geuvrnement affic le falot de la chufe publique ; lions rendons leplus grand bofirnage aux principes% qui l'ont infpir. s,

Les adnsflrt nr" du ?parteuent du Gard expriment les mmes fentimnes.
Un ci:oyen de la Cimrnuve de S'tint I1te,Ie fut don d'une foienme dc 500 liv. par an puI l'Gutrcttit d'un volontaite.
Le citoyen Bartuyer, huilffier .Sainit-Jtand'Angli, fait don de 'for office pour les fiais d la guerre.


cette dhis4fel ient de lui tire ute lettre dont je vais vous dot)er,osiuaiffa,ce
is Citoyens na fecoude affiche qu je'Joies
' na lettre von i Inouver a que les tqj< i, ,. peilse ca +tsognage eutre moii s lveut ce qu'ou aioulu d'eux1, et que l'intrigue mflo u,die que l'on avait diige contre moi s'eil bif dans la tuaind d fou auteur. Vous voyez par quels moyes iou paticut fai gmir les pitiutt a daaIl$lhs pilons. ,>,
Le+'ilfeur vous a rendu tnoi;,,age d cUon pntti. tid'ri et cependant. d'ap;s forde du jour dj adopte pr la Conventin,. ma dtention kiait li. mie-, Ji vous ine vous occupirxpsO de motaffaire.
L'lalhhe retfermc.uni deeratino des tmujus qui attellent qu'ils ne lu; ot j lais ien uettetidu dire de lufpeca et que ,'il y acoutr e lui (ue c. fation fgixeed't,5 il peut fo pourvoir conte lcs fal fauil Cs.
L'adier. D'irnis cette piece le Cofit de furet g:alralc n'ayant rien eu) l'appui de la dtion. tiafo u faite contre M afuel pai s '.bre d'Egla ,itse, m'a charg de. vous propofer la wife en lbet dtt

La mife en libert efl dcrt.
tra-ir. Je fins encore charg de vils dire, ai nom di Comite d(te litre, g erale qu'ii ne lui eft
-pai vru bucun fait chage tei i dharge fui Rii et Vicet, : cependant pltietirs ptitions ont ct fA:cs par la fuocia,d'c% Jacobins. parccle des (:or. deliets et par dilfteitts Sections, pourhteler rFpoIt de leur affaie. Vtc Comt vousptvient qu'il te outr,affit ede rappots'il n'a poi't deeufti. goctenus cet egaid. On nle pourra donc lui imputo. un retad qui vient du nai.que des pieces et lon dd fou bit.
0ja'il'al de ,frs gr. Si le Coml;t de fsret g,eltil e b'elk ocur l.ec j,(llice de ezs trois idi. vidus il efL tonnant qu'il ca ouLle d'autres'dtenus dpcluis trois usor. Poqruoi le rapport fur lzio t Chabot n'e'-il pas pit ? Il n'y a puiut d'affairo dont ol ne doive voir l fil). S'il y a daus celle-ci, des fi f ;fir, hil ne pcoei tre luetualesa Je dnCIaUdc que le Comiti falle tn apport jour fixe.
Psi.'ilpeaiu. Si la Convention veut renvoyer au Co,eit de fuet gnrale les chefs d'accufatioa que j'i articuls i la trIbane contre ces dcpx dtnue il aua, Pour tmoins de air dnonciation, les rp,cl'eats du Peuple les lbldas des atmes et 'ne foule de citoyens. Ais lieu de spandre q,,,a.


le
te




















f's
is' fi





oui,





de















Pd
Duo, av11






'qi


tc igag














ul pg.
pfl



















4u
wifti
*t io t grlr


4,p geber lsut;s


Un anutre citoyen dpofe fur l'autel de la Patrie ccli tsne ninchance, de riia part "il y aun moyen 44,0ooo liv. tout- fiuple de me cof,udre fi je fuis un calsm'.
:Ilietul.,Je ne veux point lever de luite aule''
La muniepsWl de Tonnetre fa't paffer l'tat rest, deje ton, je.ase dema tcde que joffl- Ot etotss -de toute ef'pecec qtue ls citoyeps le fott cru- tac csinjrfuir je ti e ris; Point terruff fes s : I a le Comit de fu tgirale esaiinons.
effets d'cqauipcment. il li fera fecile de vrifier lesfaits.
Les adminifliateurs du dpattement des Landes "alier. Ce 'n'efl point la dlnonciaion de Philip.
crivent que la vente dei biens des u;grss'lcve peaix j,i a motiv l'arr flation de Vuscent.et de ru quadruple de icfliatao,. Un otsnait"e: ellitr Ronfin*. Ce ncil donc point d'aprs elle que uOuA 13,ooo livres, a t vendit 41,oo livres.t IXiautre pouvons faire un rapport. Les faits dnoncs pe dont l'firnation n'itait que de 3,5oo livt ,a 3 t fPhi ippe.u fonenvoys au Comit de falit pu. adjug 7,800 ivres. blie ; mais cela n'a pas d, ni'empeler de dire q,,e
O axeffe- l'ordre dujinur fur une lettre Ls admi- le Con,li de fuiet gnrale n'-,ici reu qui'ft
r rdS rasbourg, qui demanlent uela loi selatif ces dx te, n-s. Qszant au rapport fur du 8-javir 793 ,rendu-c fur la vente debieman na- Chnal8ot et lante fies doute il n'etl pint ltet, .minable. Le 'CutIit voit avec peine que cette alfiis totuu ,Oit 4roroge. f haine enlongueur. M.,is ta oblig d'intertegtl
Les adrninllrsteus du di(llret tdc Brcf nnoncmit pluieurls foisChabot Bazire et Delaunay d'Anges. qu'il, vienneut de scitttrF airrepIl'itt Jeau c lo C C es cotl .ti.nit 5 pages a'criture$
aSait- Adm une caille renfermant maricrcs qu'il faut rtduite tine courte a aly'. I y itit d'or et d'argenit. ils tajoutent qttits ne (liigent nets de gtsudo coufpirateurs il faifir. On doit cimpler pour rpandre -attout la loutiere ptiutir le lr t impatialit et le zele du CCt 1 tIl foet
la'uatifene. ,gnrale.
Pans de Verdun offre a-nom pulblicsitue et montg lrlrde dJe ver uO.It4c'
une. 1f.e rde 2 Ont livres C5 f pst anrt 'COat/, art u du CosUtl dcfalutpiab!ic. Citoyens, e-t palie des b ;'uie rior et e ri s donne par o ic detun-llttres je lbis, m.tag de lire la

les rpbliednedecette ville. La (0o.pgt offre. Conventio. uaiVe gande qu it 4paulectet ftittca Le g?rasik, gigoilaharertaialir nil. et galoerso. q:esartie avaiaa i d lPort d lanslraue, 5 #iivfrl.
La CotventiIot oronne l3a honorable Jali me te de- aCneuinorypre







d6c, tdecadre 'n la Content.ion 1 U-fiat09 ,
i l'in [V 1tiel su Bulletits. (trc:la place o0 s'a ele -le fifaged ne0Cf
t veuveot ,- ns eus ,'lo'que je ree vitsion. du dConrit
t aiuC is l) ciloven, ,, gif r r Tt dSt pu le. t public, de paler l -'ainie depjrtic
frtti'+r des uts n,.is de lpteslt er' t d ie e Oinals.pourrn npstdeU eVcmmauirlrndt Par
fe ji t e :a d u n e rt o r u 'i l a i p .1 l'o .i~ et i > u pen d e t l u i a t ra a ld ie. d e o p pe j p p is tlltitlfclso' adiee li Con t i)na e Van ps qiicles Efpagnos i
par laquelle -le se poreq''1 Ppcc u de Cilulfr toir,- teriat re; je n'ai ilas balanc et id vsi
cuf.ta o'tl'ait e, iiLtZualp racec jal-ifir ( Mne runir avec cette de meis rtrnes
la libritt. , le 1tcl.saultepeilt l o i o'oU ul i vsdoefnescatpre utC Id
nui d'ctiAe.foi-fili impur qui le2 fouille ; je iecotideli avec eux
La Conlventioll ne7orde e PTDt'5f5 ifO)i te de de tontes lues f*aesl tes 1le gtural floppet, etlo- '3lo liv,'i conltilt~a' laier jet netuvoie 1la ti qu'il aura trepliss itUet e ann ec(je futcet paoiir
c ot i ,jjCousiit t ai- i cipicces ai .le, psffr de )uttefte d'armes a; jerpca c que Var$
cai'sqiy Vit ots;sucIai z bien 1trio i-ceevoil parmai vous. -est L

1Jadier, an ui titiCoi ra t i giuerale. Ua
di-c'-et tdela ci)ve -n En rai da ~fainLes rel)rfetas dur aPeupile, ticicsd.Pari Basrit, lri1- dsal cric t Polateucu 1'd S l la cel "ijUiec iaaljittjl. i.un Port tbate.acetuf cd'avoi Il Il loyerdu lece're 16Mo aue a-rinivrje.
dci ;ll f e: pos ic l4'riiiflenent lde la -oa tis rejet VO, dt isearris rend8te de$ 4
- u~preuuainnrea{,nslitt p's utsutsCO et 7 tilv6fe li5tlitoi.Noue,' s1epott.,tIus pla a tuita dg (nat Il ari cPicce l'APVUt dc f4liculea atcni ir les naette a 4,ui

..












* Con.mme bien ng.ablcment enbar, affis :.tous
batadlon veulerta paltir pour les Pylnes : q JIlu i rllent, Cetitals que leus caniad lut .U oa)je fune,,une foule de
Sc gfc.ral cti Ci'f Dugoialier part au0 t"-d'bi pour Perpi!t a0 u g les gnraux M-csi
~~~<: Laa~ o5 hotwei de bonines troupe,,font
l fhuit jours pour Perpiguano -uee
v ~omreisc arillceie.' lOjlrto te b irtens eunelu~s f4it + Lfs 4ns ale potdc Toulon r P a rtn el'eusls (trouvent 'un brigantinrfinlpaolde 18 rpieces de O.,t chsarg de botilets eattire$'munitionsa de
g


de)lit bm C quoiti 1t5om a sosel
.ffiot5 l agns ", qui jotg ato'n Icett legta,ras ; les aut1 pofont deiL cns aell hfudschargs de





u .pb mefIls lscovnbles pu qe
7isrr:dfi et IouibllIe repr'fesaas du Pet ile prs :*f4,snie tde 'o.n, 'i tes coeas compf uitel1
ilil de fiai adi. Ai lle de la Montagne,
L iii40ir' d la'ajade Zl Rpublique Ftraiafe une et

cOtoye Ils colleg'el, cn encre, de l'lie ci-devant
au nos et nome p.r nous lede
h ,Ma,tn inlque pous vdiato s cette letict. Nous .,'.r pscpruf devoir fortir de cette licfns uarns sebrl;s d laos noy esfdedt:nz c, cans avoir pul~i f lesC fciplusconivenable$ pour que ce
pone ivilotatt qui doit, tre tegaitd cousite nu e eds 8de la' Fratance ne pitfe trculivr de
,aveati ,nostlue5itCti s.
-Nous y avons anbli 1noe garnifxn ffirerpe, qun
lsrinfirmt ponr veiller le bfoiificaiors un 'ihitandit Suns-Culotte et un comitetait ouingaite de lesnc trempe pour ai urveiller tion les




aOgeil rans.
ruprife dI cette le en une des plus beure pfes
'piditits depuqis dLguere coaillante cantre les gebelles de la Vende et vouscri fenirq q commc ,'uts tou l'importance par le rcit des nouvrux ksoanages qu'elle viath de nonrs procurer. Nous vous
ktons bien annonc dans n~otre derniere que
parmii -le, nombre confidtal-le de btigands qui etent tombs enanotre pouvoir, il s'eiait trouve plelluirs de leurs chefs ,maispar les vnemets triericurs nos lucs a cet gard out t au-dt de

Dka l lendemain de notre victoire nois peu.fisque quelques-uns d'eux pouvaient s'tre difpe"f,, dans l'le pour tenterfqeque ton
qlu, iles nt firair A fnom recherches et, la mort, et< ds irice *ypothelue Bous palmes toutes lci
MfttQide s leur en r les moyens
." avoir cern cette, ble par les btif, ene de o-re peiteOine d>a la fouillmes d'un bout l'antre
emmaa dns une chaffe aux lapins et cet ebattue Et .fori! des bois, des rocher-s, des fonterrainn asibe, an -dluge d pritres de femmees igre8, il1 l u'de fdivaute de tous cs, RChefs que tous nos ldlis alvaient tant ci fi fluvera ocherchs danales ,'ga die l'arhs catholique et royale, l'ans .ouvoia

DJu lo x -Mau ter ives 1 beau fiere *'Delbee ci.devII ntevalier de Sait-LoiM et gral d'une hte dc brigand. ; de doffy c-devant liatLilni de cavltl, ami intfulre de Delbr;e et gnral
dntb lade de brigands ; Rn.r-Ie y Tiuga
~ de l'le Noirmoutier ; Alexandre
t1 Coq aaisue de Legi.; Rti bo infet, major d'une bridetde Ja1rggndr1,; Alecasdre Guettne de la Litiao)-.
4taue olicier fuprietar ; Lnaia.Morc-Autoine
ptaii leiis de ca v3alrje; Pierre Barcau taPine d'in rf*rbemn rcuin, co.xsnauKIWI k C'5ei~ihr Jofe1h 13etus laifaut fouctiou ,enlitonititnsre gneial dca vivree ; Jean Jovet ianuis COtassandtut four Louis XVII de la-place tzaivoi- Pire Baroud duiruagien-ajor de 1.r'ec catioJique Lous Regue ci.devaut noble, 9t au saffesbleruent ci des Comits de crrcf#f6trt 1 Benjamin Dubois ci-devant noble, boiifrarmuaudent de la pL ce de Noirmouticr bisLOt'?t XVII; Brinard Muffys, Comnandant les ~Pe dis brigAnds qui taient dans l'le quand ts:folda1, Je'isRpubiique y font entrs ; Frnuois
c.tf d'un ralfcmbleianert fait pi Brilfac
t tt ae' de magifuti des poldis ; Braiad
as j|IHilu*. l arrand .- Dupeiier Lavoyrie, Au!it';' toui les quatare attachs l'tat-m jar
>fdfi]ttrs taient comme vous venez de Ir
1', l he et l'el:emce -de cette arme ps -les
>m~ICt1~glan c a't y e'sueuartlt d'uspasAI qu'ils tons ig)ont faite.
avonsl cre l'infutu un e commilfion nili.
Po jIMer tons ces firha i jnous tes tavOs
.t#9Udtl.ei, ipi.4 !de l'arbre de la liberl qu'ile
Ci que ousIes foldats venaient dt
I l e o I' eu c t i e n f m il e f o u
et tn ces nobles chevaiers, ces liera
,uuneCi deP'gldifc, y',nt Iru
V qug tllr.liffite. qu ,Ouas 'i i.:,,t 'q
S di ee :laffesvie, ont t f'apps dr glaive
fCl ait mille fois ,pe.i par iuO']uis Vite la< Rpuflhque etfes ,tfeu/eears.
'"vr,, ~pr la copie que no',,vusV O cvo,.o,
rlitoire de Delbec, quC-l'fle de a Motll"'tlitUI dserluc le repaire dc tous ces aJhJf ,


445
que parce qg'ils y- eryaiett t roiver nne retraite lre et tranquille et qu'ils y attendaieut des fecoura de Pitt, aupi s duquel ils avaient envoy il y a quinte Iott le ci-devant tevatIer dit Dlarobiie, pour pi.cftnter au tuialialte auplai l'tat que le cabiret ie SailtiJales avait dcruaid des forces des relfeurces et des befains ,de lets armes et pour folliciter l defceute des migrs daus cette ifle. 'Ot ils av'ieut eu foi'nde faire porter drs fubllautes pour A5 2omi le Il ona-ies pendant 6 mais clka fcrtviont ati enuter l'aivre de lOteit.
Nous avons trouv "anfi das n ire battue plus de 3o ab;gands cat rarst dans les bois de l'le
que lgr Ii brds dela cte. Ils ont fubi la fort des autres.
La vengeance nationale a palement pcr fur la tte des trait,vs qui aviet livr l'le Charrette. Veilltd qui commandait la place, et Pai%ados membre de la Co'yusui4c de Noirmoutier 'et agent de Dltec et de Dalioix d'Hautiive, f n Cls 'cclgats qui
ont oi commettre cete noire pifi'h'e. Nous cil avons acquis la preuve par leurs correlpondaucea avec les brigands i rplus.
Les haubitaans de Barbatre,, une des Communes fitu dans cette le out t les inustci complice, de I: traltfon de Vellaud et Palvados ; enx-nmnaes out pilot les troupes de Clsieatt, et lui ont fait counaitre les abotds les -> tutcis e ct les
points les moins dfendus ils f4 ut' eufuitu m; parai les ierigautd.s et ont conmbattu contrenous au inouent nouia lfailions otre dbarquemeaat. Tant de elattlfe nous a pain mriter une grande pauition. Nous ao, lis pris un arrt' pour faite drmolir les roairons de Barbatre, l'exception de celles propies luu tabliffernens publics Ce d la d,ftnfe des En astendant q'ueWbua ayon pi vous traunfaettae toutes les belles sciions,. qu'offient l'hifloire li difeie ut la reptife de l'le de Normnou4er, par tes foldats de la. libert. Nous ne vous laiff&,roas pas ignorer plis long-teins celle-ci,' qui nous a paru mriter d'tre eot.figue dans les fufles de arovolution.
Au moment oit Charrette s'approchait de Noirmoruer, un canaounier norirm Richer, fuillua de fa paope main ut fuldat qui parlait de eapitulatior, et mourut lui mmenus inlut ap,a gorg par les brigandi fur fa pice de casou. Son fils cli transfr l'le de Bouin poulr y prouver le msdusue fout| cependant Charsette lui propofe la vie s'il veut accepter une place de capitaiuie de canpoaiie Ciapaliai leslbuigatids il rejette cette offre avec indignation-, on lui dit qu'il petit obtenir fa gce, s'il crie vive le roi il rpoud ; on
pee fut albifafia par vous enu defendant la k4ulique je tue ternirai pas la gloire d'une fi belle noit, j'abhioire les tyrahs j'adore la libert si : il cli fuafill l'infiant.-La mce ti reite ave fix enfun, qui ont des droits l'adoption nationale.
Nous avons oubli de vous parler dans notre
derniiuire des matins qui ont concouru i la reptile de Noirunountcr ; pour ftconder les elforis des fodats de terre ils s'exeraient dpuis plus d'un mois fut leur bordiau maui'ment dci armes% etau moment de J'attaque les officiers et matelpts ont defccndu avec isoui combacta courageufenieig ,t sslalge les boul ts dt.,les bailta que nous lar'aaieut. les cauenuis. ils m hrient jblie titre Ica loges dus la jalle bavouse et au courage.
Ttls font citoyens collegueo, .Ies avantages tfuitart de la reprife dec l'le dcl Monttgue; rX'l qre lexcrable guerre d :l Vende par,t'e terraner pur cette- expditiw.; c'cil que les moyeus cmpocyer pour balyer entienlcut le pays dort
nous fouinais maiti ne coufiltentt jiltialie danus des cantouacmeqs factifs et divifs avec intelligeuce. La gnrai eu chef dj coarbin'et arrt tous f'es plans eetgard, et cans.quinzejouas outrois fcauaies, ce qui relie de bhigauds pais et dilfpcnfs, f14 ntccfaircancut dtruit.
Siz:n, ILouaisot-rKt tTuRuAli~.
A l fuite de cette lecture Coutkon piopofe et lh'Afftrble adotc'lc dcat f uivaut:
La Cnvention nationale adopte ,aunom de la
Rpubliqae ,L'A fit cufans dt brave Ruicher de Noiraotiicr ,,:anonuier mot e c'ouibataia aile Lie la Moatgue .t'otrc les rebelles de la Vepde; eliage le Conmit' de faut public de lui fiae un rippott fur Ies peruQions et cecoues accorder ces fix crfarS et A leur, ucre ; harte pareillement le Goutaie d'itifttution publique d'itlef- dans le greueil d&s 'runlisc de la R,-publique les traits de, dvounct et de 'civifune qui ort1 honor les deruiers inlns de Riclber et do utfils sffa|lh? l'le de B, il pr les bai gagds en rpjouidant i Chlirctte qui li propofaittla v S'il voulait clier t'ir le roi MoU pcre frut a ff.fln par votis en d'fen:lant la 'Lpobliqoc; je ne ternirai pas la glolic d'une fi )ccle mort ; j'abhorrc les tyrus j'adose la lb*r ti.
Sur le rapport de Dupitii le dcret fuivant cil rendu.
La Convention narionale Svo ar*olr eulcndtt
le sappuru de la cosaifi on et du COuai des finances irau ns cosaidsann dc q uicll iiaapottasg ai cil pont'


la Nationa de se p* r itrer le gage national;
dcrcte
At. Ier. L 'biens rea immeubles et re-;,
vtnus$ apparie tans aux ci-devanit tcrmiers-gnrau* font lots la iin de la ,Natioi. I
-il. Tous, diteure, fermiers ou autres, quelque tiei que' foir, des ci-devant feumiers-gns raux feront t nus, chacun dans leurs lifiricts rcfpectifs, de f4ie lenrs dclarations de, la uime inalaiere qu'il 4 t flatu fur le migrs et fous les ilitiles poils n y ports.
111. Les cranciers des ci-devant fermiers-gn. raux font tenus de faire leurs dclaratio'ns fous un mois pour tout dlai al s la publication du dcret tarit dans les d;pattcmeus que dans lea difilicts o ils deuneureui,,
IV. La r.ie de l'enregiflrenent fera dreff r uN tat du puifif et de l'actif defdlits ci-devant ftraniersguraun elle fera ,a'dl*niflter tons leurs biens comni e ceux des migts, en en tenant un tat fpar.
V. Elle prendia connaiffance de tous les procs intentes et de tous ceux jugs par les tribunaunx contre les ci-devant fermicrs-guiaux ; elle en fera un tai foismaiite poir tre ptfent au comit des filaicts qui eu feraf'ou ra4 port la Cosvcutiora nationale.
cambon au non dri Comit desfiuaances. Citoyenus la Convrnon ayact dcrect,au mois d'aot dertnier qle rI'tat desi cceites et des dpenfes faites depuis le commencement de la rvc, lution fersit mis fous.les yeux de l Nation le Comit des faanes s'eif occup avec' ardeur de ce travail. Ce grandl compte s'imprm e ci c m'nkemn ; noUs l'avons dj vrifi, et j'annonce i4 la Couvesioani qu'elle fera fati faite des tfolats.
La tiloreriru .tionale a pil'ent les comptes elle les a douts c r malft; Icf rfuhats ont l donns mais *non les dtuiih. Il Iltit ceprndaut bien important que'la Cguvention oount i'.npoi partict;lier do chaque l'omme, exiaiie du tr'for national ; le otiit t'occupe d'un travail fur cet obfet.
Jamais focit n'a pu fimplhier fito fyflrme -" finances au point de n'avoir qu'uts compte earuiner. Eh- bien, Citoyens je puis vertis r ffrec que nous obsiindrta cet heureux .fahat. La cailfe de l'ntaiaordi te tIofupprime depis long-teras; fe fouttionsdoivent ceffer, les comptes doivent tre appurt. S ls avaient t tendus d'aps les ancienecs fornes, ils auraient fait ploficurs iiifolio, que l'ecfpacc d'un qu n'aurait pas ftifli pc qu parconuir. D'aprs l mode imagin par voaat Comit des finances ils feront examins dans quiuzo jours.I
Vod le projet -de dcret quc je fris charg di vous p feuter.
La Convention nationale aprs avoir entendu le rapport de for Comit des finances dcrete Ait. I '. Deux commiffaires de la ttforerie nat;ouale arteront das le jour les regitires du citoyer% Lecuulteux ancien rfOrirr de la c"iffe de l'extraordliuai i ils coullatclont les fonds et iffta reliant cu caiffe ci ils les feront verfer de fuite entre les mains du cafftier gnral de la trfotetie 4 'qui en foilanira rc,if.
Il. Le citoyen Leroulteux ceifera tout recouvresenrt pour le compte d la Rpublique. La tforrie trationaale poulfuiva la rentre de tous"les re. liquats antrieurs ais ne janvier I793 dont le citoys'n Lccouihttix tait cl:arg.
"I. Le citoyen Lecoulieux dreffera de fauto fot compte cu parti.e double su bbleu ccentral de la comptabilit de la ttfoicry nationale fotis' la di. rectio du ah, dc ce bute.au, auquelil fotaruira les pieces comptables A l'appui ; apres les avoir, vifl r il lui ct fera fourni un rcpilf au bas du bodcreau defdites pieces.
IV. La trloterie nationale fournira les a'geni ncffitts ai) ciryeu Lecoluitcux pour dreffer foi compte ds la forme ci-deifus mcnaioune.
Ce dcret efl adopt.
-Robefpierre rapporteur du Comit de falut ptblie, fait nu rapport fur la fimatioa de l'aime des Pyrnes orientales.
,A la fuite de ce rapport, Robcfpierre fait dcrter que les louiieuis du Panthian ferotit dcerts r FAbr(e de Cl'eiaut ietsnlett3ut du Peuple mort pour le flut do la It9publique. JNous le donunroius demain.)
La fance cl leve 4 heures.


t o0Mi MVN E D E P A R I .

Coseil gnral. 1- Du Q jviv$e.
LEs comillfaircs nomme p our ufilhtr le Cot de fallit public fr l l erpl;ccnucot de SiuionI gardien du jque Caiet, et fur la hltentiuiu(e Tilu., valet de chambre de 't+ Marie-Auuoin ue rcnideti cmpte de leurs dmariches.
Ils ont t renvoys as curuit de furet gnJ"rale qui a dciar qu'il ne lui appai rucntr as 'le nont:arer le ficctffpr de Si'oou ; le "c uL aIfera f4il tsluix, et le 5'.norll c Ctrr la non+nauion, SQ, uaut au citoyeu Ttfbntle mmCorasuie a Jorl

..












1Ittl e e't pss tre iSs en l;be tkr 1 q l f Lui ar.Colitr ire lui itr toute commu iatt io elt i',tttitc ton ttueut duev .o liv. pi mois, au tiupIe

A',i lu tmn rn pot fu I'ihumatino d0 citoyens. E s C ou :f u iq u di! p ,h ouu s .1 1a tlet le t vifge d orv'r ; ils rciltroit 12 heJuin c, i rt d.an leu: ,tdnm il: ; ils roit eufite Phyes for unu r:e'nd d om d'uut drapele qui caract::ilY-a leS roa Ie oliii,;s de la vie. Gvtt. rtaptis ; orgie .Dp.e It:rd, e au-. 'ots cottl0s leai d'un fond nst E iN: por la eUtlfc avec Ce,'et vi, liptih : l Clcf'1 iu la Pairie. Rouctc, Si a.,e virill :e-cn rit'. :Il v ait pour.li P.t i i pou | 'l r,.'nr la vt -:eL.:I ; Ju y lira :Jlai wc ).r lalTt'rine. Ce biauc'-ri le:a potl ftu FiuPml aqua',e uet y, u aes dan p.untalon et
Wt: liC u fV,. une cdtul, ea nO15 C u,'r' ; Uis
au:v xix par-dcffit une taoui:e tombante ju:fqu'aux genoux t ils leont-xic ts d'On boluet.
Lts e.nf n feront portpsiMr 'au:q"besb de 8
A 2 abs. Les corps n 'ps aicoir de e:pifs peutant 12 houcs Lront pots au ,aiup du pos. ct accompignts par c-ux .i q,,i cette f-ctirtn aura t d4le1,uec. On lhoi:a 111.liure d Iiinuit.
Le conteil aJoptant quclqu s-u::s tie al'csa de Qe rapport, attrt:
1O, Q:'il feri fait une p ,:tion la Coventiou pour lui ucn)andrs quatre,*hmitips de r1eos hors des oinrs =de Paris;,
0 O l IV aur- des dpo'ireus ;
3u Q.e pi'di pioci:ne, r te difct){irn f'ra oucee, futr tois les opets de d.tails ce fujiet 4"Qltl-e C o'ntatifon et l'agenit national sajtin frou t lad tU.ioat t.tades r.vwux publics pout eh-.nner u touv:lle forme au r.ppot des fpultuses.
iait d(es piiiis. .
le Bul'et n de l 1,police porte le iombre des plfonuitrs So3o.

TRIBUNAL CRIM'INEL RVOLUTIONNAIRE.
Du 19 niv4fe.
Edtetne Bataille, natif de Cl';ilon ci-devant le Roi g de 56 s', ci-dev;,nt y.rdc caffe de la rnilon de Boytcu tiomnicil Lz ;
Jeaune Chart s Antoinctte Go.-fro, femme L':coq *natuve (le Paris, atth.de mercitel, y danier, t, kt depuis *peu douiilli*e Lait,. .:e de 49 5'nls, t-. deuk aceu'es 'd'avoir te::a des p Ote Lt .Wns p:ovoqtaer L lvilicemeit de la eprt-. fiut :,ion Monale ce et l. tlblilfnocrt dv la loyaut, et la fIrnie L(coq lv d'ilc,:dit de. %lfiu'aa ont 't acquittie Ct cet, s toCttlom le f4C03 ju!qn'l ta

Marir-Ai,,e Leroy. feume de F. J. Fether, ild e o a r1, recevttie drs aO tiei!ie i ,u jouil.al io toa-,cvol;iionn:ire . -: e!'e de Peaiis D1>.: 4 tait rdtcnur dcmracuraut tue Ncuvc:dtsJoflih Gizoua:d illp:irnenr dc cette zLntq'te, eCt qu::-a tit g tav,:r les tes coon r e- n,' ion.res;

la trlu:illit et la ftirt- de la p 'b -e 1,a.a. ;AI.,et t,abtir la ioyputtu Ftnacttuopeltl la diEo!,io de 1 tepo:ktmtito ntititunale' et pour V" parvenir. faciliter pzi tous les tovcut rpdi, iles, IitUc- de iottop ,is tyran, toalifes fui le tr:reutire de 1h Rpubiquc ont t condamnes A la petn.e adc rit.

Caath.tiie Smotin, fetiuse cln nonm Coir-oifier, p ,)c, t,1Hle crontuee g.'-c de So ian native
-de Sutr, dpatetent de la Ctet'Or, dct:uait e N'uvo-dcs ?etit:-.Chatips ; ieuc a tfo femu met du n unon Dlae c.ntre ge de 30 ans native d Ma,:beige, fi di:,t ot:'r:relc eil mO;cS ci dcvant f.-lunae dv. chiiahc de l fpisme Oim,niau iti,.'f: de,:e-at'tue de 3ulr'', iipiiqlce d ns ctii afL)i. te, oit tta eu0i tti es it ,iles e-:libet 't la laig ( de li reptl'uti au Clilt tv'ttutioutuaisc de leur S cionu, deux fois

E l',nl Sai.L.'Ce, dc 4 l ast, n' en hlandte, vLdt mi, -et co.mtf re civil ru 179: ,du pocivoir eeuiif, paut S iut Dsomi:ige t titil :ttp I-t, dans cett-t'afire. a t acouitt d'CtLut ta, Ct ais A infatt c) libest.
Du ce Eiienic ec Mannel, natif de la Sille, d. partmu tn dt Gaid, Ci-ievatt Coalt'ntlaut patiic lier de l{1' de Sai te-Lurie, avec, le gate ' ulm".l g d 53 ail dnrun t'c au ftuC l.ong Sait-Honur, a P ris ; cvaitu dt: e
au.-Lur ou comp ucc d'une tsufidou qui a eiitn


(460)

,lais les eolont ; tentdate troubler I Etat par (aile guetre civile cn qhtitanr f o e de SiutcLtc;e pour lice la Martiniqae, et,: s'tt-hII.ttt, la perfolaue, et axameS de bconte rvohtiontlai.rs ct p3,t;ckpilt a toutc les maioeuvees patiqucs par D auitN Blisgjic,, et atltc It fi ,-0o ageiu le la periCcutio,-'cxere contre c. triotes ct la lbert, un atborant a ou relatr de SainteL.-cic let; lignes du tyonmi.e crixi.el des coutte,volutif Uaiues ; a, t cotl4it la peine de
illor I. ',


taifot d .vratt fais dotite ft aise elelern l't latt ,| ious lct erlita coir.m. Il:mOur lil
de tous les'.tutus. L'alo,l donc f)it ,a,.faired, Il dvote kofc. une bonne cpublicainec
Cette picce c i d'uu excelleat o',t et offre beauCOU1) de couplets remplis d'vfprit. Ot, delitrrait pis cle drvelnppcnaett dtus quelque& :fceutq et un mncilleru choix d'a',. LC je ne CO.t'pofitcxr qui a atrat, cette rmufiqu a be'ucQup de taleil; il en a mi dans cetroavt:uge et c'tlR tut eproche lui fi1e. Lu mdipdre amubition d4i Ic. I aCctuupt.uc eut d


Je -Ba the ',i ,"nalf e C arlViltiti nn dtfaut i fp o tb e dans les .vaudeilles 'o J stf;' atifdde C! ville 'p doivent'tte entiemeut lubordonns aux paio1et. de 56 an, lo.eur -et chef de penfion rue ite Oi a demand l'auteur qui a pat-, c'e't le citoyen la Sourdicre "Paris, acc1f"''te 711 des coin- cIt.1leuet, ci-devant Pyfegur. On ne Peut qtl'a'" plces dis complots et eo:jutationst ilutre h|- .platadir aux fentueits civiques qu'il Y "a "
U la furt cet la fotivciatait:t du Peult d'autant pilles qu'ils onit cette ehfifion fieneeu tetdans troubler IiEiat par ,uin guerre civile ,patit' qu-du.coeur et qui en garantittlie.
-notanment ciu provoquaxut la frce artef voter cit.2 des hommages Bouill, raifot des inaffacies
de Nancti u n. colpottant et lo)int la figusatute de la force atrme une, adrrffe ru faveur de L:fayctt quuze joura .1 v:Ut\fa dertifere appal- S P C T A tC S.
,utioti la butte de l'affemble lgiflative co.ir-e les patriotcs et l droit de sler:iller peiliblereut Opa national. A, l e dt"ivill ; 1
en 10c;t populaire en 'uifat, auxcoutre- pj. SUgd
de la ballet de 7Tllau,'l L 'route La Grce ou ce ue Stcaut de la Me)ntague cil cherchant'- favrifer Jeai la Libert. des ttangcrs .wds l'obtenfion des eeTuticfiatu de Thi;tre de l'Opra Coin. National ,rtie Favai. rifiitce et dtlifmr, par des furprifel envers La t'te civique de Village fuiv. de Lodoska duis da't citoyens nue-foi a t aeqtit IL tc iers "f ntaes.
dtenu coulanc f fpect juf, u' la paix. Et sttenn. la. iere epir. de la Prife de T'l:jas,,r
Du 2t. Adtien Lamourette natif de Frveut les FtIaiais coin. et iun acte, mle d'ariettes.
d.Aartement* dc P.s-de-CUIlais g le '52- as s "'h:'tre" d e a RpuLtjue ruc le la L. vque cofi!ictionncl de Lyo, et cia L'evallt ment- L'Eatulfion 'es Tarqtziiis oU la Royaut abolie, *,rag. be de l'alffebc lgfl.ti,.'e; cotvaiict d'te tol -fuirdit tModr. p'ice d'une cinpifation qui a cxifl contre la ton- -. EI "txeu l. la Ieret epr. du L.',veau Rveil d'E Pi. veiairnct du Peuple Frai aia l u:i et l'iudevi, m nude, hiv. d'une Flte civique for la pife de 'louls. fib'.it de la Rpublique, et' d'it icomp'ot qui a Caill Ville AIffiaiclh e tt - dilfoude la Thu:tre de la rtc Fcydesu. La 1ere repr. dePaul reprfentation tatio'tale a f7&le la royaut ou elVigiie op. en 3 actes. Fratice par l'effet duique'l las ,tefentans du Peu- Lif utteud. la Ierie repr. de la Piife de Toud1t4 pie ont t iut:uhis et menacs ; un gand nom-) et la te1e lu Con,'ere Luc. bre de patriotes, du nombre derquel titit le rpitblicaiti Clilier ,'ont t affffi.as le 29 mai dcr- Thtre national, ue de a Loi et dr. Lauvoie nier,, et jouis-fuivats, e Les hi bitana de ce"S!ico u les Ae.-res, opra otrttdetout fon fpeci.,
contriuttef e fout rvolts contre l'autotiu lgitiate, et l'a fte civique. -et ont pris les armies contre les troupes de la-Rp. Incr.Ll'i u lajourne de l'Al;?oiir diveit. bliqte a t condamn la 'peine de mort. -Tittre de la M Nt:g,e au J,din de IEgalit.
Aflitt aprs ipronouc de fol juge st, Le Sour'd ot l'Auberge pleine coin. cu 3 actes; .et vque a fait le ligne de la croix, ete E2tqIllina1.

Ti"rre des-Sans- Culotte ci-devant M0iere.
La Pipeffe JeaUtne; le Lgr. et Aui Reou.
TrHTRE D L'O"R:X 1COMIfQUEN.k-T1ONAL.
Thtte lyrique des Aruts de la Patie, ,ci-devant
LA -pic et) vaudevilles intitule l'I:t'ietr d'tr de la rte de Louvois. La Tte Jasas cevdhle, fuiv. M Rpulic., ti, dtnutt4e deruilteitaut lur le des Dleu.t Freres. (il: 'de iOt.a- Conique Natiotnal aitso Id r "Vatudo-vill. C t
plt'o >des tbileox cqu'une iutrgue. Ots y trouve enieu r ,'etleFa1on rcet dcts tabeauaciar:aos, d'sn utrt f tuRuX etto et, e F s pieins dc fcnfibilit cex dn pere etde'uine iutre p%fait:mnt utUiu, et qui t-'iunpas de milcur moyen Thvirr de la Cit-Varits. Les Quij'oquo; Ruse-. de le troigier leur tendrfe, qve de coucouir et les Vous ei T i. eltable ch'actn fuivant f, s -yen*, -l'ecdlcaiioil l Iajy l s Art: n soirin de
de leurs i ufans. C pendant l'anutir a et: l'art de lier L e 'ati-,au x 'rrt e, S a t ,in de lt-i Pr|c. ces fceues par tt e tpece d'ir.trigue ffez colnque. Les Capi.s aux l"roserses, jantom. fpcc. ])rr, La goivetoantc desdietfa s.t qui les 'duca- des lAiurs Plll.
tion etait confie avant que leurs patetas.s'en char-' Th5reFrir:ieirt comiqse et lyr. t lut tic Boit, geaffcbt eux-nmes, f-nie itabue de tous les p'- La Pr.miere R:qifttio:s 'irt'd)re et Pauline, ptt ju.Is poffibleie, et particttliremeit de i re d- du Reiaur de la noce et des Pardes ltittis. vitiun atrive ,Ie fc.n pays Noi ltme dtLieLfe o lle a paff plfiurs mois. EI y tait alle lsJil. Amphihdtro d'Alle fasuxbosrg dI Teipl'; ri agi: dans l'in t n tli a d'y L ire voe u d e n p asI , f"l e
i-untisater dan uea-iens d'y' .re oeun dateic ;a Aujttcd. 5 heures -et demc pcis ,'sla citoyen cncttacter tde nouvean-lieus.-Unrpascil voy ge Franeoni avec tes sves et 'e enfans cntinf:t ."' :tait pas fait potr lui former le cSur et l'efpit foi edercicc dqniaatcu er d'mtalat'n t0UX dt ou1 onut qu'elle u .Cr i rcvennenplus fage qu'elle i etlt -ptritx, qu'elle u'ltpte&u daxs(e f t res choynt, avec plt:fieorsfCtt
su rOit tairtic. Evle en u'h- toulle (le tout 'et- qu'MIe ':,Mrts's una. voit fon retour, *et fut-ltot du ton qu'ont p Ias-les '. jeunes levesqui n'ont plus pour la Vie de.rs Sailtis Il donne ft leons d'quitation et de volt L ti ce profond rcfpect qu'elle eur avait inlIii if y les ma titis pourinu et L'autit feue. a l e q' o i wstc:, nuc ptrlone q ui "vient di voiri

titi mu-acte en peifoune Notre-Dame dc'LieLfe comitte elle l'alffire.'Cpendtt, c Otiiue elle D bouucfematne, fou ancienu n,tre-d filittla garder ,3' avec eux, et lui faite potufer Gern- ance m:igt fou PIEME:n S t-[ o L'II'-rEL.-oE-VtL'Li VLiR" nouvcatt voeu.al peifonne de ce Gcrmauce luipat .
allez pour l'engager le rotmpre cc a"donner Fa; PoCion de 8 moit ai jours de ;3.ToL5tenlei
paulc ; suais bient elle le repr ocI cet avcu "
contme le pus horrible f.,crilege ci apprenamt .iqe V'oeas dei Payeurs.
ce Gcrmatice f Ill nouveau cit du pays.-pte Tdi.
fc tiai:r fa dvotion tic tictt pas' -coretipi 3. Nat pere perpt. et viag n{4 lor, ible ide ; mais les fcitaules ne tiennent 19. lillatt, tout. viag. et pet'p t.Tridi pa; non plus-contre les eatellen esafots que liai -5,S. Patu, crpctuel et viager oppofe G-rtnanee, ,t f, rtost ootrele Ici ible 3. Mauspaffant pefpituelet viager. Ti, qualits qu'elle dcouvre en In;. C'ea Une adrffT' da. Anolits s-pesptucl. .,. dc l'ateur d'avoir appel l'a oour i"l'ade della 31. Leoy de uiaatlly te "" s Ct 1tbll p il
tasion pour dtrusire les prjugea de l'ignorance. La et imtrets d'olliees ptrrtue


V-tbnnement ptur la feuille du bMotitelr i t ] ued pl.;, o ^ -. e0 M t
la f.,Ur du Mo.siror n u . U tA. Il f:ut adrerf'et leslet s et ' tiv,, oit1t l'anlW- ii hc4fputt. t'on nc2'ubiit. snltt& Ocnt Jdectqmue mUac n ouitfourcrit Ui hez toul les ibraires dc l'rance et le dirctetrs dc s ilatv )es ltUCe( qui IU2iCr ilt i t s l :ig _is ett d'eCun" gl" "h; auf 1 u port.
mon 'etit edo ar't
To:trofprce d'.Aivi, Annunces, M 'tur('s tlpini tohitif t .tentres objets, event trei nfrp ins des upplttnen, pattilie;s, d'une derni4neille minr forrst que le il oat .ol t i t pour c 'eini, tn ,,e t.,3 f.pr liue s"l. liv. .1Our une rolonne et 75io ,i pour le Supplinet entie,.
Ilttcst hdtit. ttarr potr e' u it, e tuor tout C lui ucr la rlr arou d, i u., au udecle rte du Jardinet, vVis crlUe de 'Epeion depuien leurit
&trdsea ilu bLoi

Dil1 LI'I Ru;i, tl lr '"U M'L ITIR ioe dcs I'oit viis n 3


Lis
ltofi f ulf, botrg 'ctr 9"ic,,,









P'I





"l'liJt1 rt




["glnt 'int a2 6+ ,trI
-" dtj1hl2' e


e '


;, 'tt ti




.i, le


-:'*t dpas







-i, njl Ic si i hs r .eider

,gra Peor itsua eh.





l sblie,,.{





*iifliere 1ptk, s.,)
D5ijloh
* ':V.fi
L'ftt ;tsq Jait, qul

..



i


POLOGNE.

'Vors~vi I ii 8 d dcembre.

le '5 de ce mois jour d'inPslluiion pour ; eurcs.magtlrattres riet ici, dans les rapports
la- lvife publique quiP C fe foui parif en pur
!les'diffrentes perfounes defiin'es occup'cr ces 1.iqt- , ont d Oie 1pt le feru t acootun; sal.if,; le. jfident de ebacrn des ,corps, siat : l; i n certainoanbte' de ,i,,bres s'eu ei ol 'te .ttnCrr "au Chteau t' patinr au roi jet Pvia ""le gtnd gnial de la couronne Oeb. ,wki 'ca mufti reldat devanl le roiletau palais tde ip Rpubilq4e, o il la pct fou' fermncut gutr lei ,nains de M. Niezynki, ch'f.de la Coin,;oaS'iit3itle &., &:c.
L dciption 4,011r.nonial fi faflidieat et fi t ppfi nue :vritable dignit 'natioiale, ae doit itre eivye -t publie en France que dans la vue' d'y prefniet au Peuplefouverain le conirafle des aalite d'ua gouvernemcit delpotique avec la vraie ti dur des lois do't1,I'gait ct la bafe, et augslCr cihic par ce tableau ,I le noble cntiou.I:au e'd l Fanais, pour ne r,olution qui fait l'on'emtnt et, s 'aflre de plus en plus l'almiaion r dsPktaplea'de l'Europe. .
l4t nou Peupli Polonais jadis fi fier -en f' tlian'ni de + libert-', les. d ilircs des teras cauclar:g "sos recherches pilitiques C rubriques "d.r'eute'ar.Ahifl la Comnittilion etablie pour nettte e UCiitr cie des ba?,q,,eoules vient d'avtri, le rablieis 'fle tons les ,beaa'immeubls .des banquefoates itOitat vendls l'uencan le 15j1un d, cette au';- qe pour Lciliier la vente, oa ferat un u1naisitlact "de' c qu'ils contiennent, le tout iu t prix ri l'plus raf nnab'., et que. l'on rirtigea Ia'tetres et les q ,ai 9 gl ei' Sntest rlalion avec les jacobins de F, ance. ' IIel injuifllon rffienre a eunt-tfa te dirige pa,,u'qiraiaotais qui aie'font plus digues de Ce inI, depuis que cep l'rablcs en pittant atlti' ue l ctrtnt uinfme qui leur a t prope, alujri eapreffinut, choie trg-reniaquable fii s l sut rclelhoass qo ont clat au fein L htie *cous'cil ottire Staniflss.Argnt'l'.

S ALLEM'AGNE.

4r orx ti d'une lettre de Tubingue, duch de ,'grtembe'g, le 29 dcembre.

O;derieres nouluelles, qui nous font arrives oiins ia~Ifcnt des proggs rapidesque les Frau'iltot dns la ci-dev nt Al'ace, S'il en v.ai U't$!gli ait repotff les eniuis jliqu' Lanterr
rtqu'ils p oufsivent la route glorienfe de
victoire ,%alo n prouverons vraiferublableelt atfflaialhuri terribles de la guerre. Les l Ptt Sutaientt.ila de bonnes raifons traiter ';!lt l1f ei npays ennemi PLes reues qui ont
a,na le p'ys de Deux-Ponts et de Saar
lt.s inpircut' des crainates. Des partifaus de
tiahcipes ci de 'votre oni Ptffntirt sneefut.
,Tan'quJife"".,ous braves citoyen de Wirtemt:les Franais victorieux t'quand mme ils ne
S~pt t Wcoj ps se.fit conjurgr les masheurs itfl.r l guete, :ne lotuillent janbsis leurs vielilti.lhe vrus trnitprontjltraais Cia u nt mis au "./qUc'l'itlct public exige l'eure dua. votre 'is l ils 'oavndr.apt toujours, de la rififlance :t".'bl de. os anctres etlmis ju,s de
.ll.,On .1'A trichie c de Ctte talfou dout l'an).
.llieni attire fur 'votre ,pattie Iles
l,. g.ete de 3b an. So,;veroa-vous
ebr.oe de' ces froces fatelttes d'Aud t.ql ., fous le ptc,te de dfctnde les droits t, lo g-l'Allembgne n'ier cdaut.
de fng ; et-votre pays i UV5ez les faltes
Dire il', en o rduit les habitatis prGqu',,
tic cadavres ct u" petit toffible
[,,tue# qui, ur lrr terre dvalt, itnccudic
e, pturaieut la perte de leurs pau-.
'de lentja, ,,e,, et deIrurs amis. Citiayru'

o. qui' g, t nous deux !'Auti ha(
it


e


+Frace cui cfi fkp.r d, p'foyers &par le filin'j et qui dans elle4hinse, tr'otive dei reirctea isi.
e -_w ade lu'Atr9f c -qui comme tous les, pays tyranaif, ,tosdl'le ioplseproactions et ,e fefouent que ea r !'te1nnidue d e fute s itoitu ct pot leuombse lesfiaxsuqndtts ille lieut attacher la plus grande portionde leur bien ;-Ou de l'Autriche qui djt vous "traite comme fa pro prite, qui parl avec Vo peines comne iveCfes fujeta; qii dats les titresflluiux, port encore celui de Wirteniberg %qu'i penid d'avoir le droit de fucceffion daus .votre patrie, et qui ne pit pas fa cotafuler'u Feidinaiid d'Hongrie ait rendu, le vol.de fois firet ou d l'Aattche doti les pef{cfelon louchent eh plultn'i poins vos froutires laq_u'elle vous deveica fi .iiett.ir,dns fc;guerres avec la France, et dout l'itagie de v u'senvahir, doit sagrandir chaque /o.r.
Ds.lors tous vos pusail44a t votre conflituiot, plus labte que celle d'une' irnde partie des autes
-principauts de Aletarae. feront auantis. Regardez la Pologne ; voyer-y qilques briganads conrontss marc aulrles ihommes-et le Peupict comtteon marchande de vils beftlaaax apouveavous cipier d'tre traits niaeux par un de cea"clebres volena', fi enfin la France ne maettait pas des'l imit, cea brig-indagei abominablet 'et inoanis i la Faitte qui a dfendu vous et les petits Ltns de l'Allemagne coutte cette mail'oan d'Autoidhe et fls partifns foudoy, PN'eu-lce.pas le fang dot 'Franal ui .oula pont votre Confltttion ? n'encetP. at largent des Franuas qui a t di1p -pour elleP Vous direz peut-tr i que P'efi par Politique ne.ls maniflres de nos auciens dt'fpotes te fout r*l'nln> faire de tels faciifi +Ca, l'oit ; mais notre faug ait-il moins .eerl. us ti-oisetaienat-ila moits ptaifes ?C'eflle Peuple qai paya- les frais et d'e au Petaple Franais que votas cia davet la re:opnaiff.nce.
Mais l'Auriche" vous offrira peut-tre le maintien de tous vos droits civils e teliflafliqncs. Votre religion .a uu trop 'fibleppn' du defpetit'me, pour que le tyran autrichreu ne cheche pas la renverfer, coame djle projet exalla fous le duc AIxanadrc fervit'ur.humble de la cour de Vienne.
Vos droits civils!' Eh! vts propres prirnes .,aufi petits qu'ils fout n'ont-ils bas dej dounales exemples fonefles de ce'que tien n'cfi facr pour les tyrans. Charles E,,gue n'ai-il pas foul aux pieds vo+ lois et.outrag l'ombre de vos beirhrd et Chrfloph ? Mufer1 le ousaeux Mofer, Membare de Vus Etais ,n'a-t.il pas pi fou ptriotifme dans les fera?.
Si telc-a t votre napport -aia'A-Via d'un prince faible et petit,. quel frait.t-il vii--vis d'un defpele auttichien-P Les etats de ',voire pays, qui'dj offrent I'efpect d'O corps caduque, croyez-vous peut-tre que le joug autrichien.les ferait sevvre P Plus humbles eticore plus abandonns an npctifme a leur maladie favorite, ils ne feront pas peut'tre morts, 'ais d'une activit fiunefle pOur vous et vos droits.
Virtemubergeis nous n'avons pas befoin de v4us
-expofer de quelle manieri et vous et votre prince
devez vous conduire dans l'tat actuel-des chdfes. 'Allis de r Autrichse ,'nos folidats virosieux vngeroui leur Ptrie ,refptcteroat votre faibleffe ,et vous mnettront hors d'efst de vous nuire. Approvilionneurs de 'Autrtche, nous votas obfervo.as que nzs saffignats 'volent mieux que des piomcies oc de l'argent qu'il faut rendse avec ufue ; et que tnus vendre amicalement vaut mieux que dd nous' forcer faire chercher ptr sut"gardes nationaux la matchandife trop pricuf e pour nousdna qu'elle peut 'tre delline nos ennemis. ,,Virtembergeois, Ihabitans d'un pays fcond eh lumieres de la raifon, C'ei deF vos propies rfleri'o'ua que doit jaillir enfin un rfultat folide et capable de vousfauvcr ita prcipice au bord duquel le fort et csa crcouflsuees vous ont coaduits. Qaaelle' que loit votre sfoltitin, de garder ute neuralit que voua a'avez pas la force de fontenir long-tenls de devenir ouotre ennemi et de prend.ie garnilon auttichic-rie ou s1otre alli et de met'tre fous 's alytes vos citoyens vos Sans-Calottes vos vigne'rons, qui peut-dire e f"isont Pas moi aas douta. bics au tyran fsustticls : que les' tres le fontet le ceront i tous lesc enricis de la libert ; quelle quc foit la conduite de votre atice 4qi loin de ciaina d'eles aauis., devrait prvenir l'aatt imprial qui pei-tre loi doauscrau tailjour.peur rfidctce un h1t l ' Vienne," o "a que les
mmCiext moyens (iri oat frvi et qui fervent punir nos erutiia ferviront suffi protges nos aramis,

RPlBLIQ UE FRANAISE.
SocitS,\des Amis de la Libert et de l'Ega!t,
aUx 7aobilas de Paris.- Prsitdence
de Jay Saint'CtoiX.
s4asce d u fi Wrfe, e'
Uta dputationdes Comnainuses d'Orsnge'.Arles i Tarafcoua' Beaucaire ;&Aigucil1, 8a s vient de-


maander l la focit-des deferfeurs oici*'l Joirh obtenir de la Convcntit qu'on contiuot d'imrstie l'affaire do n6ucasr. Elle donne des ttofeignemusc tu faveur du citoyen Moreau b relativemniIt A raffaillffcnat atrs. di cette om

Un cil$ n>. Agricbile Moreauuon victime des vixl tious de Poultice et de Rovere. Nous avons appri de Vous un" graq4'_ pri.icipe ; c'ti que quand u Sans-ulotte floppim t tou sles"Saus.Culotte tooff;ent. Il ferii .bien maihereuz que 1ds chiens de chaffe de 1'ogre royal, car ceux dont nous noua plaignons l'ont .t ) pafferat mordre encore les patrites. Nous fommet ici des Sans-Culottes qui' portons .encor'e des marques de notre dvouement A la choe' publique. C'cil puurtant .nous 1que .les marquis ont maltraitis. Cit par l1ordre de Rovcre qub le patriote Moreau gmit en ce moLent dans Jes fers. 6i AgricoleMoremu ci coupable til l'cft doublement; car il "&abu d notre confiance. Nous
-demandons en ce cas qu'il fuit pui, on que deaus le cas contraire f Ces opprcffturs foient fvtement pontfuivisa

La deinade 'li acecblrde
Une lettre de TouIlon, adrelre tit itoyen fous le couvert de M1,yle 'Bayle, annonce qu'il rit enit dans le Port de la.Montagne 5 vaiffeaux anglais trotai ps par les flgnanx.
Une autre lettre aonnit qnune focit popo-" lalre avdt vot l'quipement d un vaigeau appcl. telacobin, La focit venait d'artter qu'elle imiterait 'cet exetpelk I
Difourui. J'obferve que .fi par Jlffet des inrigues ce vailleau Venait tre commaud par des t aittes ou prouver quelques 4ccideus ou enfin tre pris ce feralt un objet ternel de drfion pont' les -tnumis de la.gloire du-Peu'pe. Il netI pas n.ceffie de donner aucun vaiffean le noua de Jacobin. Tous ceux qui feront -victorieux feront Jacobina l On applaudit. )
Un citoyen lit la' focit quelques' extraits drt journl de Mara, relatfs a W'flcrmann', qui tous inculpent ce gnral. Le lecteur annonce que ceci doit jeter la plus grand jour fur la difcuflion telativo l Weflermaanua
On obferve que ce *efi pas l l'ordre du jour et que 'la focit doit eufiu prendre un parti fui Camille Definioulias.
On 'propofe de lire le numro' cinq de fti jouinal.,
La propofition r'eft point adopte e
La foctarrte que umillcDefmot ins tIi raty de la fille de les membres.
Ibn ptopofe de prononcer par le mme irrtt 4 le radiation de Bourdon de l'Oifc
.bsufurn,. J'obferve que Il la quflion t mre relativemnt Camille Defnnlius qu'on peut juger fur les crits ellE ne-l'etl peut.tre pas fuRifasient fur tourdon de l'Ofe.a .
RobrJpierre. Je -dtus fuflfamnment xplqd fiar Camille Deltoulins mais je dois rleser ce qu'a' dit Dufouray. Pourquoi loir, qui cx fi eact, fi fvre i l'gard de l'un eft-il fi i dulgrn,, poui l'autref aiufi q ue pour Philippeaux c enfinj Camitle qui a com)pof $caectits tfinte-tevuligt*tonnairco avait a crit pur 'la "olotidi. Il a' dans le teins puiff amment l'efvi la jiber. Mais Philippeaux I par o meita t ili jamais de la Patrie P
Veut-on lavoir quelle diffrtt ei il ya nikt CaizilleDefaxoulins et Plhilippeta,,x C'cil que l'uu ne tient aairit anwari(lctate et <(ut l'autre au coUttaire a unt puil',o patt parmi eUx.
Pbil;ppeaux crivit en faveur du tyan, d'n nu jouvuai qu'il iaitiSulait-' Le Dfieetr de Il

phtippeanix vota en faveur d Mitaa, tout en delarant qu'il'ne voyait d'iltegal dans le dtret de fou arrelatiou', qu'une irrgulasit d' for aes a
Je 'pourrais ajoutert un fuite de faits inciviques coutre Philipeauas
Quclques tavans patiotes out ouvct les regilires de l'ac.diioi des xtafiriptiols ,; ils y one trouv que la famille des Philipoe>ucx actuellement auMtians tirit 'fou origine tics lIelplhcs, q'cJlls dol tend dtecteient d'une igttulsle Gicque. dont l1 chef Eolirate ve pouvant .,tlli'flter par les talent et les vertu', b,ila le temple dt Dclphes pour acqucrtr limmortalit. cli-ci. 1'i'ttati. n) d'uun de fes ayeux, a voulu le faire couiaittc n'cri pouvant venir, auttetuent bout i il r'ell avil do alcr le temple de t cohcorde et de la aillon; il a immol ou voulu immoler dans fou rarport non-feulem tdos patriotes jtuais encole les autorits les plus dvoues la caufe du Pa

''GAZETTE NATIONALE, OU LEMONiTEUR UNIVERSES,


: Q intidi 5~ ~.Aivose, l'an i d la Rubliqu Franriise;un t indivisibl4ee, vx. .

..








"e ,'t l|~ I*tus rifle qu.a dplarer qu'a ne
skait ps L.*tft erv1r au lera g ilrd. 41 niais Phlip .
Spetau* cil liruea iss cou ,de l .ois* ler tort ,41u 1afrjol's s lui Itr n' fus.jamais-qu'utn rutUn-v'ti loJkt du giroudilie tqui n efl c te uo ,
t,,faut pcdu de iaail ocra ie lui uqui ne tourn+ ,ves le folil de la Montagne q%,'eu mbocuet o.
le Mataisa tai( obfctci dc brouillacds letids.
Miis o veut 'vots fait e perde C uc l'iptt
gitral pour ne vous ramncer jama s que vere 1,
'-but particulier.
Il tat i auie bjet u'rs7l'r' us vus (autiez
tter les ,yeux ,avecunpeu plus d'atten'ti"onpeut':tye ; dj nme vous avigz p,%i l'ati de difeuter deos cettefance les crinteS du g'oaver rnet ti-,Rbai et lep vues de la-confiitti'ona brla nuiija.
., "ttc 'tfrmi de cette difcufionil. La foeit fe4mble oublicer cet rtt, et bie-.t l'on iouve = anoyen de lainrcnier fut Camille Defrulins.
S'e ne crois-pas que\Duifourdy ait voulu difendre,
Smu ho'.ssse tar dans l'opinion publique ;je ue crois pas qu'il en ait eu le deffeiii; maie j'a'one que je+ "fuis i las de'ces luttes qui.a'rleveut chaque inCtant, qu'il m'ef impoffible d ne pas m'leter contre

Je dlare que qriicoruqle aujourd'hui el un .mn
bilieurC ilt nmitme-tenas un felrat, lin infeniS.
S1 bien( ou renouvelle ei cet inlant contre C'oi
ane aculation intente la tibune de la (gotveniupn rar Louvet-: parce que j'ai extrc dans le Comfit de MAut publie un .douzieme t''autorit, ou m'appelle dictateur. ma dictiture.e1 celle' de Pelletier de
34ar;. (Oa applaudit. )
Vous in'ave'z nal entendu ; je 'ne veux pas dires
'que je reflfenble tel ou tel :-je ne Cuis ni Marat, pi Pellctier; je ne fuis point eucore 'le wtrt yr del' rvolution;jit la mme dtictature qu'ent efl-dire les poignards des tyrans. ( Vifs. pplu.dif1+emetas.) '.1
J'ai it entri et) apparence loin de itat
d la qalelion ; je m'eu fuis approch au contrairte: car celle qui vous occupait n'tait pas digue -de

Ce n'eft pas tel ou tel qu'il faut cbaffer de cte%
Voua'; ce n'el pas del'expulfiou-d'un journalifle qte vous devcz occuper votre .fance ;' mais de l'exterinilation des tratres de la oueaiffauce des
-coufpiratious et ftrtout de celles de, 'trauger. ,
Il r'cil que deux chofes aujourd'hui qui pnilf'ent vous occuper dignement ;, la' continuatiou di la difculflon que vous aviez commence ou js crimes du gouvernement augi:ig", et les vices de la coliftitotion britanniqle. Si l'on fuit le premier' nvis, que l'orateur qui la doit traiter monte la ribune.; fiion je tclame l'ordre du jour pour
la fconde.
Dtfourny. Je demande la'parole pour rpondre.
Collot.d le'bois. Je la rhtme pour une motion
-d'odre : o veut, quand l'AIfemble c tlomlmeuife dtoutner fou attention fut des objets particuliers
les difptes paniculieres ne fout d'aucune l'oire .pour la foc;t. et d'aucun profit pour la Rpubi;que. Lii dcouverte des erimrs de nos Cnuetais,
que va lions donner la tiil'cuflior, *'auveta' la Pa.' iie ; on veut diviianer votie colcre, eu la divifaut fur miUhe obj-'lu p'tricuitps ; oun vent vu6s fcher cil. dtail lftlalz-vous en go'* ( On applaudit. ) et dtiui iz toutes les petites factions
dans la grande.C'at ici que taous allons con'iatr' enfin -.os
eltit'rnm ; e.cil c nous occupant d'eux, que nons all0i1 les con'battr ; connai'on Pitt, difctntonsl; c'eil de cette taibulie qu'il f4tat ffre la defcgije en ,Angletetre, 'C'd l'y faire en force accoqipgn' de l'o nion jtu!iue ', que d'y ariver avec l
,ounaiance le le to1a5ler atentats.
Dsfoury. Je rclame la parole.
Ou, deiande de trntes parts d'aller aux voix'tfur
'la poIiiou de Robcfpicre. .\
.ujbifriy. Je dtclarc que je flui fi loin de vouloir
rn'oppo'e la prpofi' o de Robefp.erre rlaliveaitnt la difcuflion du gonveaemneut anglais, que je puis attefrcr Audin que je clbrais eu dnant, la lagcffe le Robefiicerie pe'i'i 'voir propof crte .cnlue vaimeut digte des JacbIsa;
isais ciantne.telns je tie phsina 'que Robei'pictre r'Uccnfe d.u'intulgeunc envers un homme q'te ,je ne 'clinitais jtas; le dlie qu'onme prouve 'lue j'aie it d'indulgence elavers des hommes qui n'en fuifent
]pas dignes.
Je me fumo en nppurant les propolidons de
tobe:piette que j'i','vitc m'adrtffer dformais fes
i'eproclea avec plus 'ntii.
'+iaucoap de 'erb-rea demandent que cette etifcuflion, ait lieu futr claut.p le prelident la met
aux voix-; lu rfultat ia't douteux.
Le prfidont rappelle la ft'c let oblervations
de Cullot-d Hjcrbui., qui prouvent qu'en difcutant les critus du g u eutcust aiglai& ot difcure ia mme tens la fction dont les hom nies tUa lfiiou paraiffeut tre les hrfs puifq te cette 'factioui 'efl qn'tne des 'brauchcs dci erimtcs du gotuveluenent
britanu que. '
Ogctq.tcesinenatb perfiflent ceeenatt Jvouloir
,quiuin tactte aux vo i la .datio de bouidun dc
'l'"f ef.


Ro,eperre. On veut inctue Boiird -ui -individu- t .les f iat IfcS uhiplcs de to impiliei, dgt la toi,)itiff*l.0peut trie du pins gaid' ev'ish tg' pt'rI '1iho:ipLbique! 11 y ade X grands ojets q fo'nt diZnsd, paitagerl'attendn d4s rp,bicains. ,'l a faciion u i, vcut difouhc la C dv rIUr p I t lAit.flie5 couaaufes par I' gonvtrnicitit brtuuiy.1 1Ilie put p Ayavoir cce, 1tnorc8t e t ffl ti'O plus .digne, des !h qm m, hlb _res ,
1 u1 yvoleut f fptemaut , blci, de lei' Pa ieL'un et l' utreobjete ut' 4 tcue. 4puho.n fiat ds individus qi' neo font que Ats aceiloircs. Les, intets' particuliers de cdix qui veplent chaffer. Ccatil!e-Dcfmou!ins et Bourd qn de lOife 3rva-. nUuilfcen dsi ces deuit gt11d objets ;i vous vous en occupez, ; il 'ce r fulte qt'l Sl ut ajouuir la dlibration et fut iourdon 4e l Oife ,*t fur Defatou-' lis. Jc ne pal p. de ceus qui veailent flre trionpher iln1e cotiie ate cclle qui lui el contrairet: ceuxl ne Lfon pacapables de %".qcupcr dq bien public.i
'Si jetnm'cng eais plia avant ;1je dirai des clrafcs queceu t qug*:'mnprou'.teu*t intrt d'carter.
Il y a des Omsoates qui penfgnt on qui rev .il n'taip pus ici une a{fq pure de citoyens dfitnreff-, s'il n'y avait pgs dans la Convention.un efptitpubl]ic, je refleraiP enfevtli dans le, fon de m maifon, aredant la fin des combats que. le Peuple efA oblig de livre aux unombrablet etmris qui 'veulent le 'acifier leur ambition. Mais je.nie repofe fur li raifon publiqu duPupl qi cil la ConventLio et dans cette focit,: j, corn'te pins: fur lui que je ne redoute la rage ampniffaut des nt.ri'gtn Q ,and la. vrit i: fait eptet]4aeg n pUbli', bieniot la iaifon triomphe. f Ou ppplandit. ) Je dis don%c.a Peuple qui n 'entend, qu'il faitI fans clabaudeties et fau pventior ,. u les.iir trigues et ton un iantrigant en ypai iculicr. Jedi quc., chaant: Defmolins, ou fait gtce f nu iAnte individu et qu' Il lru guse d'4utres intrigus, Je dis qeU pufque3 lQpQf iia que javais ljt, e irinfer des cines di gouvuecnnt ariga, ne
c pnvic'ut as, fausi deute prce qu'elle c l feullaintrne et modtee ,je la rtracte. ( .N'7oq, Ir, et 4e-t.Pn de tontes pairs. )'. . 11, Puifqu'il e -ine ua-Aiter pl, dte de faite trio rrhr-la vit, je m e t 'dfi decelleg qe '4vai pio r-eieetje demande qu'un s'0cuP.e d moens d exte;inmac, a j amais l 1siiues qui- tuon sgipt a tledns et( qui 4endent tuit cs. np hr 'tffe rmilcYrirent de la ibett-; 1l fin' les d 'fcoar dins 'leursi aget-,' dans leur (prit. Voilc ce qu'n rin ve4t pa, voil t e qe'plnilenfh s parones u'ofcnt pas fa et qu'ils veul uc eartr en vous patlt de Camilie Defiohhns.
Dlxfurl),. J'obfeve Robejsilrs' que Camille efi 'dj cfiaff, et qu ce n'cfl 'ias "de lui dont il s'agit.
RrAbrCp;erre, en rep.ndant Dofnrnyr, fa phuint de ce qu'il u'ofe pas d ifcutcr les Intrigues.
Dirfourni pretd cette raflnxion de Robfpierre polir Un reproche lui donnerait entendre ques'il nu patlait pas dcs 4ntrigus, c'tait pare 9uil y tait let r fre.
klfpierre. Je dclare q'e 'j n' Pas voa fulre ulpcrir le pariorilme de Dntuny, mais qle j'ni dit qu'i! ne s'occispait jmais des intrigues .,parce qu'il ne, les connau Ihitpas. Mais de ce que Dufoursy Te voit pas et ne connat pas lOs intrigues je ne veux ne ledois pas en conclure qu'il n'cil pas iami ,d la libert. Cc n'cui pas une tafon non plus pr q 'il u 'yait pas d'itriges, et, pou que la ct teidoive pas les difmter.
Duft ry rue dit que Defioulins el ch 'l ; 'Eh l' C 'inmporte no qo'il Coit cl aff, fi mon opiiion cil qu'ilic peut pas r'tr f'ut, fije fontienls qu's o e 'l. radiaior-iuqnel Dufouey s'Cl o p0l ,cil beaucoup plus coupliblo que Dciuout Tunes lousnes de b 5nna fol d6iv, ent s'aperc.


vo;h qfte le ne dfenils pMa Cau;lht nfDi mlU s0a'sil,1p je. susopp9oc feuleut, t - f'a'aditii ~:. lI l' rt .r, je a s t! i l'iitt t ,l:,i' l' qu'uus'dividu Ik venge d'un' ant.e .q_1., .' 'u nc Ct etj rUm'l I duue .utre t il falit que ous les t p ari a s i xc Cp tio lt, +]niet dvoile c( n +i u l
lace., 'ut q foi
Je tergiie c dn andat dalt
fou arrete e 'Ola't nota liveu h''ocpe dl l tcatr" s fl'ilriLgue gtlirnle ets ie prant pas des itatr ga,i ifolea 1s tua.lubjt de fa dfuflon; ,ou que ',. mette .'otdre 'u jour les 'crincs du guvclulcm biitauuiq u. ,v-+ rm l

Defchaips, J'ai lepremier denluand l'eselfiOue Canslie DXioulin ; alors beaucoup d'inailidu, quc jeregarde comme ds intrigans e fout '. .li, pres d moi, pour patvenir a cette exclnfion.Je cari il'as impof un faletace obfeivateut et la"i- %ru
,~~~~~~~ .-. x, .j.emhrque'
,que -ces 4erniers taient les feruls qut avaiet ltV. 'lunt pourfuivi cctte rada atien. .je dclare comme Robefpierre ,u'il "f truve "i dce coupables qui ot adeuf d'autres Coupables, qu'une elt pec 'intr'igans a voulu dtuire l'atrle liair dominer deule t'invie la foci. Cc dfiC de dt. factions qui 'e tJout ~owurdu f~feih. "Il f
qtae bitis.t la vtrie le, deconvi ira, et qut ~tIlit factieux feront eotavCt6, de boue.
Vtaicuis pinirbres veilleur prendre la paroiteur
piltrrde iflex i o v