Citation
Enquête parlementaire sur les emprunts du gouvernement Domingue à l'etranger (parl. investigation into floating of massive governemnt loan, composite title)

Material Information

Title:
Enquête parlementaire sur les emprunts du gouvernement Domingue à l'etranger (parl. investigation into floating of massive governemnt loan, composite title)
Publisher:
NY, Sears et Cole, 1877

Notes

General Note:
2b-L/E- 1877
General Note:
http://www.llmcdigital.org/default.aspx?redir=31770
General Note:
Haiti. A. Nat.. Commission d'enquête sur les emprunts …

Record Information

Source Institution:
Columbia Law Library
Holding Location:
Columbia Law Library
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LLMC31770
685362344 ( OCLC )

Full Text
This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by
Columbia University Law Library




Port-au-Prince, le 10 Mai 1875.
Le SecrtOlre d'Elat des Fbvowes, du Coinnberc et des Relatiwis
Exl riearcs au Ge'n&al 0. Ranievu, 6Lgu.6 cla Goucerneme'la
dVI(fili d Paris.
Mon cher condtoyen,
So Yous rernets, avee la pr6sentp, au nom du Conseil, imo not(-, des (16peases qu'il imported d'eflect-uer Paris pour cottipto de la ll publique, s'elevanL a doux millions huit-cerit-vingt-quaire mille neuf-cent-fluatre-vipgt-cluatoi-z( piastres 31 centimes.
Pour vous mottre 4 rn me d'y pourvolr, j6 vous remets ga,lemeni trois boas quej'ai 6t6 autorj;sQ a vous sousea-ire, pourcette
-valcur, lesquels bons vous 6Les autoris6 4 transfer et ii n&gocier all Dom du Gouvernenient d'flaTti qui les renihoursera au: porLeur ; da reste, lo vice-pr6sident du Conseil vous donnura 4 ceL Po-ard. une note explicative et compl6mentaire.
.Agrcez etc.
-EXCELLENT.
No. 2. NOTE iLrmlSE AU GEX MAL 0. RAMEAUT,
D616-u6 du Gouvernement 4 Paris, L! W Ahi 1375.
Nofre charge d'-Affaires 4 Paris, ne nous avant pas annone(I avoir reC ti d'autro valotir que colle lui exp6cllce par le g6rit-ral S. flaineau, vice-pr6sident du Conseil ( -fs. 1,066,666 ) et pour laquelle des comptes hii ont W fournis, noire charg '6 d'Aff4ires se Lrouve clone 4 cl&ouvert pour les valours suivantes
90 jours do vue, packet du 8 Avril. Double
clette. I Is. 460,9715-65
120 jours do vue, packet du 8 Avril. A. Di6fly. 300,000
A .. fs. 700;'J75-65




T1101SILVP IIART117. 11.
Report . . . . . . fs. 700,975-65
120 jours do vue, packet da 8 Avril. Abb6 Thouvenot. . . . . 1,200
120 joufs de vue, packet du 8 Avril, L: Adam. -'000120 3ours de vue, packet du 8 Avril, M. Steven. . . . 192,000
Ecli6ances suivantes, d'apr6s notes de C.
Laforestrie.
O Juin prochain. Gment. Dominicain. 266,666-66
28 a Mot, Scott el CIO. 266,666-66
'15 Juillet. Gouvernernent Dominicain. 1533,333-33
Aliot, scolt et Co. 266 666-66
Montant d'un effet tir6 sur le Tr6sor par
C. Laforestrie non encore pqyo, 100)000
Afi4h-e Lemale, trite accept-6e par Lafores, rie 17,708-21
Terme do ]a dette franchise a 6&ir 36
Juin prochain. I . . . 469,032-08
31onlant des fraiq dus A 11. Andr6 et Co. et relatif aux fs. 1,066,666-66 exD6di6s par le
-vice-pr sideut an cliarg6 (I'Affaires .I) 7,845-09
Total, fs. 2.824,994-34
(NNOTE',) Ces bon; ont W souscrits le 10 Mai, comme suit
No. I er I ])on de 1,000,000
2 I'ooojwo
3 821,991-34-fs, 2,824,994-31
avec code d6p&he a!.i g6n6ral 0. Rameati, d6l6gue; du Gouvernement d'Ila*fLi 4 Paris par.les relations ext6rieures, ( Voir letter No.
(NOTE). Par packet du I I Jtfillet, il a 6t6 6mis 300 coupons d'hil'ols a Fordre du zg n6ral 0. Rameau, d6loguo, comme suit :
200 No. 4 au No 203 de 1-3. 5, 0 0 0 fs. 1,000,000
100 (( 04 303 d,- 10,000 1,00"))()00
fs. 2,0001000
(1) (Notp du vi(,P-pr6,;!dent ): TI faulra remettre A I'EnTov6 du G011Wriiement Pour faim face it wutc.s les Th6auces de Juin un olt deux bolis ucompLer 4 Pads.




TROISILDIE PARTIES, Tt.
Les qaels ont W achem1m],s aux Relations Exl6r'e ires po jr kra expectl(3s ii u (1616gu6 du youvernemem contra I(s dekjx ;oupons No. I et 2 do frs. 1,000,000 chacun 4 retourner &.aia d'un trop forL elliff're.
Le g6n ral 0. Rameau a retourn6 les deux prerniers Coupons de 1.000,000 qui lui avaient 616 remis on mai et a gard en lour Lea eL place les 300 coupons,
No. 3. Port au-P rince, 10jtiWet 1875.
A'a general (16 -Iivisiol 0. R&OieaU, tl h gu. sp&ial du goavernevenient t Paris,
Un6ral,
Vai re a la letter quo vous m'avez adross6e le 8 juin dernier, ConformemenL h votre corn mu n ication ot 4 votre dcm;inde, jo vous remets soils cc pli la, commission quo j'adresse it Mr. SimoDise, stir Finvitation de S. Exe. le Pr6sident d'ffiffti, qui nomme Mr. Alfred Simoniso secr6taire do la Leaation dHa*fLi Zt llaris
Le aouvernement se f6liciLe do cc choix du chef de I'DaLdont il aime h esp6rer quo Mr. Simonise jusLitiera pleinement la confiance.
11 n'est pas question dans votro.letire du chiffre couvenu avee Mr. A. Simonise, pour appointments (A des instructions du pouvernement ue me fixent pas jusqu'ici sur cc sujot. Toutefois il no sera pent-kre pas inutile de vous diw quo, jusqu'au dernier moment, le secr6taire do la 1,6gation de Paris touchait annualle.ment deux mille piastres d'appointemetiLs.
D'apr6s les *avis qua in'a transwis Mr. Laforestric, relativemenL la difficult de n6gociation des valetirs quo Yous avez reou3s le 10 mai, je vous LransmoLs, sous cc convert, conform6m nL la d(Tision da L, oaverneryjent, des bons pour una SOMMO ancs, on change do pareil chiffro que u x millions de ZD
Yous voudrez bion me relourner prochainement, en deux coupons primitifs. Ileslera le troisieme, soiL frs 824,991.31. 'aVoici le detail do ma remise de cc jour
200 tires de fr.i. 5000, aux Nos. 4 4,203
S'I'devant 4 un million do francs I 000, 000
DO tires de fr's. 10,600 anx Nos. Ot ih 303, montant Ci tin million du francs 1,()00,000
Enl cudjlu h.s. ;000 ; 000




4.
Soit deux inillions de francs, valour applicable d'apr6s JeA instructions quo vons avez rescues le 10 inai et suivant la a oto de d6penses quo Je vous ai fournie cotte date.
Je vous informed, adu que vous d6duisiez cotte valour de ]a dit.e note, que la soturne torment le chiffre du Lenne de la deLle francalse 6cliu le 30juin expire, a &6 pay6e au Port-au-Prince au Charge d'affaires de la L(Sgation do France par uno trite, No. 1301, de Hinile Sievers ot Co. sur le directeur du Cr6dit G6D6ral Fi-ancais Paris.
Veuillez vous entenfIrt, avec Mr. Latorestrie pour que It, bon do cent ruillo fratics- 100,000 qt 'il avait fourni s-ir le tr6sor Ot qui a 6t6 pay6 ]a inaison Hartmann, we soiL prochaiaement re-tourn6, par rapport, a la corilptabiliL6.
Veuillez a-r6er, etc.
Le Seerdlaire d'Etat aes Figiawces, da Cownerce et des Relations ExWrieures,
EXCELLENT.
P. Je vous reniets, sous co convert, uno souirlie de fe. 501000 (cinquante Iiii1lo franc,-, ) eii db coupons de fr. 5,000 chacun, par 1 ro, do chaD-o, tires par Emile Sievers eL Co. sur Mr. le directeur du Cr dit G6n6ral Francais, h Paris, payable au 10 octobre 1875.
Yeuillcz appliques cette somme au service du gouvernernent,
No. 4. Port-au-Prince, le 24 JuilleL 1875.
Au GM ral 0. lhonctw7 XMgve special tN GoaverneTnent d'Haili, d ],aris.
Honorable conciloven, .
J'ai Pavanta-e do vous remettre sons c- covert les seco de do chan-e des dix coupons do traits quo ja vous ai fonriiis par le packet du 10 courant, s'Oevant ensemble A la somine do frs. 50,000, applicable au service du gouvernemerit.
Veuillez agr6or, etc.
EXCELLENT.
P.-S. Mon colli, gue, le Vice-Pr6sident du Couseil,' in'af-, firine quo des instruction vous ont 6to douno"s pour roger




TROli;IENIL PARTIES.
tout ce qui 6tait dd nos diverse LLatiobs. 11 pense, m6m& que votis avez compt6 comment h Mr. Jules Villevaleix, ancient Seerkairp de la L6-ation do Paris, les fs. 19,0041,701,, solde d'un arri6r6 de 29004.70 sur sequel inou pre', _iecc I s s+. u r lui avait d ja pay6 fs. 10,000.
Je no fais done quappelor volre attention sur ce point.,, arin que vous lui corliptiez ce solde, si d(-,j4 ce n'6tait pas fait.,
Veuillez, etc. etc.
No. 5. Paris, ce 30 Juille't 1875.
Au SeeHtairc d'Etat des Finances etc., etc.
Monsieur le Seer6taire d'Elat,
Je m'emprosso de vous arinoncer que les oblii--gations qui avaient 6L6 sion6es, en faveur do Messieurs St,-A"(Ie p6re et fils, par le g6n6-ral Brice aW, ancient Ministre du. government 4 Paris, se trouvent en la possession de Monsieur See, baiiquier 4 Paris, qui a1ait, of)posiLion*au Cr diL Gl n6ral Frangais. Monsieur le Char(Y6 d'affaires en, a eu reconnaissance et ii vaprenclre,, m'at7il dil, des insures on consequence. Jo vous on. donne touLefois avis.
Agr6ez etc.
Le Commissaire exLraordinaire, W6gu6 du gouvernemenh., 0. E A iV E A U.
No.- G. Paris, le 30 juilict 1875.,
A, Monsieur Ir Secritaire d'Efat des Finances, etc., etc.
Monsieur le Secr6taire d'Etat,
Fai FavanLage de porter votre reconnaissance, que, par sa letfre du 16 juin dernior, Monsieur Jules Villevaluix, pr6teud avoir re( a de vous une witorisation on verm de laquelle il s'est adress6 moi pour solde d'un conipte de frs. -19004-70 c. it lui dA par Io government, depuis f6poque oft it 6tait Scer6taire do la Ugation baTtienne a Paris.
IN ayant jamais recu, do Mon r-W, aucunes. instructibris do cetto nature, je vous prie. Aloasieur le Sccr6Lairt3 d'Etat, do me faire avoirdes rensei-nements h ce, sojet. Dans touts, los cass, je doistvousprovemr, Alonsieurle Socr6taire d'Etat, queje re gvreLte bQaucopp de ne pas pouvoir satisfai o .Ia r6clamalion, do -Aloa-




sieur Jule,-, Villeval.eix, atiel)(111 (ille JO nC SUiS r1as en droit det disposor jusquIci des sommes du gouveriltiment, relatives 'a 1'emprunt.
Je suis en possession d'une pareille letter (h Charg6 d'affaires Londres, Monsieur Charles Villevaleix, autori,-6 aussi, dit-il, h recovoir stir le., fonds en mon pouvoir, utie somme de alille piastrei, au noni et pour compta (in gotivernewerA.
Agr6ez, Monsieur le Seer6tairo d'Etat, etc.
Le Cominissaire extraordinaire, ddl gzbd (-Itt gouvernement,
0. RAII&AX.
No. 7. PnriA, le 31 juillet 1875.
A Jfonsieur le eciYtaire d'Etat des Finances etc. 7 etc.
Monsieur le Seer6taire d'Elat,
L3s letters de la Kille ayant 6bs remises aujourd'hui tr s-tard, et domain 6tant dimanctip,, dans la crainte (I'ua retard ea An gletere, je vous fais ces quelques lines pour vous accuser siaipLmeat reception do votre GD60110 du 10 courant.
Ainsi, j'ai regu les cinq paquets conlenant les effels du gouVernement que vous m'avez announces pour une valour de deux millions de francs. J'ai aussi ra .u dix coupons format ensemble cinquanLe mille francs, on traits 6mis ,3 par Emile. Sievers et Co. sur le Cr6dit g6n6ral francais qiie vous avez passes 4 me orders. ZD I
D.ans la pens6e de vous 6ei-ire plus implement par la plus prochaine occasioD, je vouspric d'agr6cr etc,. etc.
RAMEAU.
No. S. Port-au-Prince, le 24 aoiit 1875.
L,,, Secr,;Ich-c dTtut des Relations ExO-ieares
A Hr. le gtine-ral 0, Raweau, Cornmissaire extr ordinairc, d 1(,qtl(?dz6 gouvernernent d Paris,
Monsieur le Commissaire,
J'ai I'avanta(re do vou- accuser r6cfpfion de vos trois Up6elle--l des 30 ot 31 j ufflot, deruier quo jo ive su! ; i mpress6 de coai-'




TROISI ,-Nr PARTIE. 7.
muniquer au government, on y appolant sa tr6s s6rieuse attention.
Le government, partageant Favis du Vice-Pr silent du conseil, pense (lu'il est inutile de vons server des bons du tr6sor que vous aviez apport'6s ef, qui ont 6t6 6chang6s plus tard centre les coupons de petite valour. Uomprunt avant en cc moment r6ussi, la mise on circulation do ces bons p ut offrir des inconv6ilients. Ces effels 61aient destin6s 4 la liquidation dos dettes do la legation, en. cas Unsucc6s de Pem,)runt, et il vous Oait prescriL par le Vice -Pr6siden t du Conseil de no vous en server qu'en cas impr6vu, c'est-h-dire t xtraord inaire.
Rolativemc-nL aux obligations 6mises dans le temps par IR -6n6rat Brice aW en favenr de Mrs. St.-Aude p6re et fits et dont est porLour Mr. S e, le gouvornernenL adinet la peus6e que vous avez 6mise d'6cliari-er ces obli-ations centre de nouveaux Litre;,; et de les renvoyer an government, afla que des poursuitos soient dirig6es centre MM. St,-Audo.
Mr. Charles Villovaleix, notre charge d'aftaires A Londre,,, a reou de moi par l'un des packets pr coulents, une trite de colles fires par Mr. E. Siievers, laquelle exc6dait le monLant do sa cr anoe qui se troupe done aujourd'hui parfaitement r6glee.
()uant 4 la cr6ance de Mr. Jules Villevaleix, le Vice-Pr6sident du Conseil avait eu, en effect, Fintention de vous en prescrire le pavement ; pea apr6s voLre depart, el, dans cette pens6e, j'avais dfI 6crire A Monsieur Jules Yillevaloix quo des orders vous Mais rnon coll6gue ayaut juavaient 6t6 donn s en consequence. A ZD
g6 n6cessaire d'ajoarner cc paiernent, par rapport 4 certain renseiguementsqui lui manquerA sur ceLte affaire, nous reviandroas sans retard sur celte question.
A-r&z' etc,, etc.
EXCELLENT.
No. 9. Port-ati-Rince, 10 qepteljjhr 1375.
Le Sccr6taire d'Etat des Rela!ions E.Tl rievrrs mt ghtiral 0. P417meai6, Commissaire special, ddl VtI4 da goavernewont d'HaUi, d Paris
Monsieur le Comtnissaire,
Se vous accuse r6ceptioa des lettres quo vous m'avez adregs6as les 7 et 14'aoAt dernier, accompagnant duplic,,ata de colle dul 31 juillet. J'ai bion aol,6 la Wneur do ces divers documents,




TROUSILKE P-WITIE. IT.
gonverrivm( ,rit vou.,
V ,-arit (1; s 11ions que le P a romig et de la
creance Jules Villevaleix, je vous ce (In(.- le vous A
erit, pax le dernier packet. D'a,,)r s les avis du Vice-Pr6siderit dit Conseil et du gonvernemont, j'osp6re- que votis n',tvez dfl, vous server do ces obli-ations qTie pour r6gler les conditions de Pexm p6dition. d'ari-nt-g fitite par Mr. 0 1_ runnerer pour compete du d6partement do, la Guolrre.' Sauf la distraction qui a pu etre 116cessaire A cet Ord, je coaservc Fespoir qu vo is rapooriercz ces boils, ca-r jo suis d'aecord avec le Vice-Vr6sidwi, dtf, Conseil que ces obligations ont, mLnqu6 lour but qui. 6[ait de paver les deUes de la lx(-alion, n (ni6raleriient.
Je prends noLe (pie vous avez dill disposer sur 1es fonds der Feiiiprunt, eL pour faire face aux &Uances do ]a 1,64,ation, d'uno' somm, de frs. 2,570 1,04 1,35, comprise tin million cent mille francs dp. la trailed D6brosse. Veuillez in'exp6dicr la note v relative, qui no, s'ust pas trouv6u sons voLre pli, sans douie par omission.
Veuillez agr6or, etc., etc.
EXCELLENT.
No 10. PariQ, Ie 15 septom!m, 187'5.
A u, Secr tai. re d'Elal des Pelml;oiis Ext&ievres5
Monsieur le Secr6taire d'Etat,
J'ai eu I'lionnenr de recovoir ]a d6p6che que v'ous, m'avei adress6e le 24 aofit dernier, h laquelle j'ai donu6 toute mou attention.
Je Yous conflrnie ma pr6c6dente-lettro-en date da. 14 ao0t; responsive a vos d6p6ches des 22 et 24 Juillet denier, ob je vous antioncais le pavement de la somme de dix-neuf grille quatre francs, soixante-dix centimes (19004,70) que voils ni'avez expressement inane de faire ft Aloiisieiir Joles"Villevaleix, anciep Seer6taire de I&Ugaiioil lial'tienne Paris.
J'6crirai in. department des Finances relativernent, aux boni4. d'u trosor. Quant aux obligations souscriies par Aloinsieur le g6nin-al Brice, faveur de la liaison S[Aude, je ni'entendrai pour les refirer le plus avanlarreusement possible, des mains-de-s portaursactuels,,Mn-,- Soe OL-co;
Agr ez, cite.
0. 1111JEAU.




'TROI IP'ME PAI'ffir. 11.
Le g;(^,nP'raI 0. Romeall.) CoMmissaWe spki al, dNgued it g )mwAevient d'flafli, a.,u Sec?' faire d'Ejat dey FlnaitcPr, ae.
Ionsieur le Seci-Maire d'Elaf.,
SAns aucano cl vos d6pkhes a laquelle rAponclre, depuN lei dernik-es corn!nunications que j'ai ed I'lionnvur do vous Mire 4 ]a da('e da 1A aoift,, jo vous Arosse cette letLve pour votis dire qw, rien de saillam, ne s'esf, produit dans la suite do ma mission.
Le Wpartenwi-iL de la Gu'erre' tue demandant. in tamment Yexf eution de sa coi-nniande, Whabillerne-m pour les troupes et So-i Excelleu(, e le l1r6sident iui'-rnhne'avant bien voulu me prescrire des orders, 'a ce sujor, j'ai dil c utra3wr a cet effet avec ]a n.iflison Hcll),,onn(,,r et Co., do eeLto place, qui s'est engage A me fournir les dits liabillements et recevoir on paiemenL des bon 4(1(j tr sor wix conditions que j'aurai l'boaneur de vous.faira connaitro ult rieurelneqt. Ces bofis n'ayant pas pu kre affeicV64t ]our destination prinnuve, savor lo paiement des 6ch6ances do la UIgation, ewiverGes par les fonds de Peinpront, j'ai dri en user'corni-no 16 scul moven de con-Aracter' p6ar' la fourAiturd dei v6teriioats. AnI,6rieur'aledt', fa base (to ct-tt". fonrniture avait L6 (Rablie sor oe -Pnre de paiern:, nt, au. miewc des'gamntiog'exig, (-;. 11 n'v avaiL dow pai Wiacohv nienL a on user, Wayant pas eu Waifieurs d'autre-,,( inoyeni a ma disposition do sa:tisfai'ro les conlractants ot la doinan(le'pressanto dij gouvernernenU.
Jo m'oecupt-, des- tilres:dont S6P et Co. sont pt)r--;
tours, lltre,:,- sign s da d6n6r'al Brice, aloeOfinistre pl6nip. tinire fl-IaYti, r6ouUg pae le gouver'b6thent da g6nbral Nissdge' S aqet' fitais que'cAai du g n6rat: Doniidrue a er'd devoir, retieoe (A payer pourThonnefir'du pays tilr'es' d6j pzfv s, a, Mr St. Audeot resL6s*aux-mains de Messieurs See On Go. I oi-,-raison'd'e lh distance ou par exce s de cooflance, eL qu'o le goaverne rn ehf estobli--6'do payer uno Pjis"encore -sous t6ute r6sor'vb t'odtefois.
Quant au paieneiit de la, sornme de frs. 19004.70 que j'ai ait'
Monsieur Jalos "V'Ilevatei je *cr' is inutile d6 votis fapp I r qkv-jo I'ai fiifen vortu-(Fonlres Pr6cis.
Aoreez, etc., ct6.
0. RAAIEkD




PARTIN'- IfNo. I?. Paris, le 21 S',ptembre 1875
0. Ravieau, Convnissaire sp&ial, d Ijgu6 du gouvernernent d'llaiti.
A a SecHtairc d'Etat au NI)a)-te)nent des Finances etc.
Monsieur
J'ai Favantan do vous envoyer copio do !a r6nonse quo j'ai re(,uo de Mr. Charles Villevateix, relative la letter que je lui ai adress6e pour lui demauder de me retourner, pour besoin du service, tout surplus de valour r6sullant da la double re iso qui lui a 6t6 faite taut par vous que par moi, on paiemeaL de sa note.
Esp6rant quo vous prendrez h ce suiet te]IG- decision qua vous jugerez. la moilleure, je vous prie d'agr6or etc., etc.
0. RAMENU.
No. 13. Port-au-Prince, 23 Septenibre 1875,
F'Le SeciYtaTre d'Etat au Deparlenient des Relations Exterieures,
A Xon3 eur Ic g6l&-ai 0. Ramecia, Cononissaire spkial, dNgu6 dugouvernenwil ( Paris.
Monsieur le Gynamissaire,
J'ai Ven ree.u. vos letters des 13 aof-it demi& et ter. courant.
La premi6ro est une letter de recomniandation en faveur do, M. le commandant Alultzer, roprc.-entant duCr6diL G6n6ral Franais. 11 me I'a pr6sent6e ce matin et a ou de moi la r6ceptioa qu'iI m ritait. Je n'ai pas manqu6 do refuter 4 ses yeux Jos bruits, walveillants qui ont 6=16 dans le but de nuire A la r ussito do notre eiDprunt, en lui dODnant Fassurance positive de la vive sallieitwk da gouvernernem A remplir ponctuellement tous ses en-j-emenLs. Mr. MuRzer m'a paru salisfaiL do mps d clavationzi. 11 revenait du Palais oa il, avait vu. le MsidenL d'I la'f t i.
Je suis heureux d'approndre par la secoride que la cr6ance (to Mr. J. Vilievaleix do Irs. MOM.70 hii a t6 pay6e, co qu'il ni'a wissi annoac6. J'ai trouv6 son reou sous votro pli.
Veuillez iigr;Cor; ele. etc,
EXCELLENT,




TROISIE'-W PARTIES.
No. 14. Port-au.-Priricp., to l0novembrc B-5
Le Secr faired'Ziat dcs.rinanc!, etc., etc.
A ffoytsieur le qeW-Yal 0. Rameazt, Commissaire spi,'cial, 'd4dgQ dtl gou.
government, d1biti, a Paris.
Monsieur le Commissai re,
Pai J'avantagn, de vous darter av*s que to gonvernernent d'Haiti, plein de conflanoet darts votra intellirreace, votre z6le et votro p rioLiime, a fait choix de vous et vous a nomm6 son W g* tiara de contractor avec toule-compagaie, on tout parLicalier do comp-Aence prouv6e et qai y consentira, pour 1'exploitation cles mines de la R ,)ubliquo, particuli6romeat cello do houilte.
k eet effetjo vous reraots, avec tna pr6sente, les pleins-pouv-)irs du Pr6sideit d'fla*fti.
jo crois POLIVOir MO dispenser do vous donner do longue-, instruaions dans la circonstance, car connAissant, d'un ct)t6, la vivo soiiicitudo du gouvernot-nent pour la prosp6rit6 du pays, de I'autre, ce qu'it imporLe, darts des contracts & cette nature, do so m6riager relati%,etnent an revenue de IT tat eL h la participation. i L I vai,
" ra I national, vous 6tes on measure de juger dans quelles conduit iolls Voris devrez contracLer. It me suffit' do vous dire qua jo straits hearoax, ainsi que to gouvernomcmit, que la pr6sento mission donL vous 61,es char-6 p4t kre prompternent meni-le h borma fin. A cot6gard, nous c'o'tupwus eaLi6reraent sur vos soins.
Vouillez agr6cr, etc., el.c.
EXCEIAMT.
No. 15; Paris, I(-. I er. norembre 1875.
Le Commissaire sp,:Wal, (13 jit6 (lit gonvernetwnt d'lfaili A Pay-is, au
Seerdaire d'Etal (Lts Relations Ext ,,Yieares.
Monsieur to Secr6tairo d'Etat,
Pai I'lionneur d'accuser reception h vos d6p6ches du 24 ao0t, 9, 10 et 24 SepLembre dernier. Elles ont eu toute mon attention et feron, do ma part l'objet d'une lettre plus ample aussit6t qu'il me scra, possible do iWoccuper plus s6ricuseniont do la question dont vous rn*(mtretenez.
flour cc qui concerr-e I'aff-Ara d-s boa,-, j'ai doj donni Lou&




.12. TRO181k,7Z PARTIES. TL
les renseignements voulus au Vice-Msident. Yous pouvez Mre tranquille Ri dessis.
A-r6ez' etc., etc.
0. RAAIEAU.
Port-ati-Priace, 24 Novenibre 1875. Le, SeeHtaire d'Etat des Finance.v, etc.
4a gWral 0. ftanieau, Conintissair.- special, (16MgW da gouvernemept 4.
Parig.
Monsieur le D616gu6,
Fai 17honneur devious remettre sous ce Gou'vert 151raites: don k cinq tires A 90 jours de vue par Alessieuri White Hartmann et Co. d'ici sur Les, m6,mes du. M-vre, nuni6rot6es de 8923 it 8927, Y onfaut chaeurie h frs. 25,000 et forinant ensemble cent vjngjcinq mil le, francs.; et les, dix autres, tires a 90 jours de vue par Al r. Th. Lafiens sur Mr. Th.. Brackenridge, (In IlAvre, numerot6e de 100 a 109, montant chacune h I'Is 1 3'333,M, format ensemble une somme de cent treated, trois riffle frois cent trenta. trois fvancs,.trente centimes.
Je vous avise en rn6die.temps quo Alessiours, F. Perquer et seg fils, dij Havre, out 6t6 invites h niettre h votre disposition, deux, cent quarante-un mille six cent soName-dix, francs.
Yous aurezainsi en mains, pour le service public, une vaJeur de cinq cent mille, trois frames, trentecentimes.
Veuillezagr6er, etc. eLe.
EXCIELLEINT;
P. S. An lieu de frs. 241 670, Cesf, une somme de deux cent, quaraqtp7un mille six cent. soixanto six francs et 70 centinies que votis paieroat IAL F, Perquer et Ses fils.
No. 17. Port-au-Prince, le IODkern bre t875.
U Secr taire dTtat des rinances, etc.
4y qjn6ral 0, Ramea Coninlissaire spr.cial, (Uegue-du gotiverne,)nent d'Haiii a", Paris.
Monsieur le d6l6gu6,
YouscoTAIrman( ma ddp6clic du 24,,Nowajj)rP, deraler par la




tIIOISJ DIE P.kII!'IE. it. 13
quelle il a 60 overt un er6dit do ir 241' 66' .10
sur Pp quer ot ses fils
et reins on trite 6o 33, 30
frs. 500,0007 06
Cinq cent -mille francs, j'ai Io piaisir de vous announcer que Mr. P. Perquer et ses fils onL Ot6 invi te's par cc packet, a mettre A votre Disposition, pour les besoiDS du service public, etc. sur touted les valeurs qu'ils ont 'a recouvrer pour le compete de notre gouyorneaient la sornme de frs 12-,000, cent ViDgt-cinq millefranes.
Veuillez trouver,_sous cc covert, les, secoudes des traites Th. Lalicas et Go, montanL h frs, 133,3303,30 et ag6er etc, EXCELLENT.
No. 18. Paris, le 30 november N75.
AuSecrItaire d'Etaides Relatioris E xMlc tires,
Monsieur le Seer6taire d'Etat,
Pai Fhonneur d'accuser reception h votre letter du 10 nov6m'bro courant accompagnant Vacte par lequ*al Son Excellence 10 President do la 116publique a daigno me conf6rer les PleiDS-fIoU-voirs do traitor avec touto compagDie OU tout particular pour exploitation des mines d'HaYti et patticuli6rement cello de houille.
Je vous prie do croire, Mr. le Seer6taire d'Et t que je ferai tons ines ell'orts pour justifier la conflanoo que le gouvernemonL a bien voula p!acer en moi, dans cette nouvelle circonstance et mener ceLLe enterprise a bonne fin,
Agr6ez, etc, etc.
0. RAMEAU.
No. 19. Paris, le 16 d6cembre 1875.
0 Rawau, Coinivissaire sp c'ial, M6yu du goaveracment (zzz Secr&alre
W'Elat des Ijbiwices el du Coinwerce,
Monsieur le Seer6taire d'Etat,
Fai I'lionneur d'accuser reception a votre d6p6che da 24 da mois dernier, laquelle accoulpagnait quinze traftes, (font cinq tir es 4 90 jours do vue par 111e icurs Whilto Elartmawy cc Go.




ll OlSlklllt PAr.Tlr. IT.,
du Ilort-au-Prince, sur les m6mes du HAvre, Purr6rolks de 8923 h 8927, inontant, chaeune frs. 25,000 6t formal ensemble cent viagt-cinq mille francs ;'et les dix antres, tires 90 jours de vue par 11,12M. T. Lahens et Co. sur Th. Breckenridge, dit lidvre, num6rot es do 100 t 109, montant, cliactme, h f. 13333.33 eL format Usemble uve somple de cent trente-trois mille trois cent trente trois francs trenie centimes (133.333.30). Je prends i3ole, M. le Seer6laire (I'Mat, que vous avez autoris6 AIM. Perquer et' ses fils. du FlAvre, mettre 4 ma. disposition deux cent quarante-uO mille six cent soixante-six francs soixante-dix centiIDOS 211,666.78 los iquelles sommes r unies doivent 6tre, affecl.6es an service public, soit, cinq cont, mille trois francs, treated cLimes.
Agr6ez, etc., eLe.
0. Rameau.
No. 20. Paris, le 15 janvier 1876
0. Ranzeau, Cow.missoire. spr iol Mpga Ju rjouvernentent (I'llaili 4
Paris, (w Svcr taire d'Etal des l7nancts,
Monsieur le Secr6laire (Htat,
Monsieur Laforestrie, cliarg6 d'affaires d'Halfti, m'ayant fait connaDre sonimpossihili,6 et son impuissance it faire face I'kHance d'uno traiLe de fr. 217.226.05 c. emiso par vons sur sa lAgation, j'ai dd intervetfir ct metro couverL votre hofiorable signature.. En, cons6quer!ce, j'ai fOUrDi 't It. le cbarg6 Waffaires ]a stis-dito
-valour que m'a procure M. 1'. Simmond, eL Co. a qui j'ai souscrit un effe-t h 90 jolzrs, sequel efl'eL a W accep[6 par Mr. Laforestrie, Celui-ci a ainsi roLfi-6 celui (jje vous aviez 6mis sur lui. CetLe op6ralion a coft16, en frais et conjillissi()u, une valeur dG frs. 10, 877, 80, pour laquelle j'ai remis Monsieur J. 1). Simmoads une Lraite 20 juLirs do vue pour ,omfj,e du.gouveilielrient.
Daus Fespwr quo Yous approaverez la pr6sente, ievous prie; etc.
0. RNMEAU.
No. 21. Paris, le 15janvier 1876.
0. Rameatt, Cmimi:3,Tai*rr spfwal, d(W rpt,,dii Gotwerneview (Illaiti, Aa Sec)Ytaire d'-Etal des Financ-cs.
Monsieur le 'Sccr taive d'Elat,
J'ai I'lionaeur de vous ilvisi r'qiie, I)Uur le bcLO;n du service




T110131blE VARTIE. If.
do la Uga Lion, j'ai fait trait, sur I vous, pour compete du gouveriiement, et favear do, Mr. J. P. Simmonds de Paris, pour la somme de frs 10. 877, 80 k 20 jours de vue, ce quo vous confirm m. 'leftre d-cejour.
Agr6ez, .1, le Seer6taire d'Etat, mes sentiments les plus dgu6s.
Le Commissaire spec'ivl, deljgue dit'gowernemenN
0. RX- fEAU.
No. 22. Paris, le 20 Jan vier 1876.
Ait SeciYlaire d'Etal des Finances.
Monsieur le S.-cr6tairo d'Etat,
J'ai Fho'nnear Xaccuser r6coption h votro.lettra du 23 Wcembre dernier, sous le covert de Iaquelle j'ai trauv6 copie de cello qua vous ra avez a4ress6e 4 la date du 10 du m,1-mo niois.
Fai 6galement reeu les premieres do cinq traits tires A 90 jours do vue, lesquelles me sont exp6di6es en. vue du remplacement des effets Wbrosse, Malary a Cie sur D6brosse ain6, non accepts, eL se trouvent dans Pordre suivant ;
No. 192 par Pouget et Laraque sur Miot Rivi6ro et Co'. du tfAvre,
f rs. 501000
-No. 676 par L. Vincent et Co. sur E. Dov6, F. Delamurre fils et Cie. 50,000
No. 2016 par Sievers et Tippenhaner sur A. L. Siovers, Hambour" 50,000
No. 75 par Lyon Luders et Co. do Hambourg, sur
NoLlebohm. fr6re, Anvers, 100)000
No. 77 par H. Elienne et Go. sur Miot, Rivi6re et
Co.. IRIvre 100,000
Total frg. 350,000
Valour qui a W promise sa destination.
Quant h Faffaire Wbrosse, j'ai remis th M. Laforestrie, charg6 d'Affaires do 11a 116publiqLie, les traits 6mises par vous, affirl Wen faire 1'6chan--e dans les condiLions quo vons indiquez. Gependant ceUe.Lransactjoa n'est pas P ijcqjo paracIlOV66 Cn ce gus




0 If.
cons ent pas a accep or la char-o do sa q9e Al. Nbrosse lip t a In
p4yLio Jos f.rais do proLk qt i o4t W faits a cetLo occasion.
Le vowmissaire spdoia1 el Di1(?'gu,6 du gouvernement.
0. RAMEALT.
No. 23. Paris, le 22 janvier 1870.
Au -Secr taire (ITlat des Finances, etc.
Monsieur le Socr. taira d'Etal,
PaiI'lionneur d'accuser r6cepLion a voltre lette du 29 d6cembre dernier, par Inquolle- vous me reinctlez une trite do C]'nquan I e wille francs (frs. 50,000) mise qui No. 497 90 jQU rs do vue, par AIM. T. Dtipay at Co. du Cap-Haftien, sur MV. Quosnel fr6res at Go, dullavro. Jo trends no(e, Monsieur le Soxr6laire qua ceLto valour ooit 61re encaiss6o at affectoo spkiaioment aux besoins do la "168ation do Pdris.
,kgr ez atc.
0. RAME.AU.
No. oij; I.e. 21 janvier 1876.
Alt SeciYtairc d'Etat des Finances, etc.
Alonsiour le Sccr tairo d'Etat,
En conformlt6 do la I eUre que vous m'avez fqit I'lionneur de rn'adre sser 4 la date du 2j' De'ce''aibre dernier, je vous rotoume au. nombro do dix, les traiLeS Dobrosso Majary 'C' t 60.
J'ai fait 6clianger, selon votre d6sil-, es dits effos centre les premieres de ciulf traiWs (ilia VoVs ni'a.voz cxpt'di es par le courier prpc6den
Ci-inclus-vous trouverez copie do ]a letter quo j'ai adress6e A 11. le Char-6 d'Atfaires d'11aai, Paris, rdlaLiveiDenL
' 0 01)6ration.
Agr6ez, etc.
Le Gomm issaire sf cial et, Mcgit6 Ju, gouverizewzent,
0, !1AMEAV.




tPLOT91LYZ PARTm. 11i
No. V-% Paris, le 24 jaij vier IS' 6.
Monsieur le Charg d'Allaires dllaili Paris-.
Monsieur le Char,6 d'Affhiros,
Je VOU3 returned las iraites Wbrosse, Nalary et. Cie. avee, Mon eados ea votr.6 faveur, afla quo vous en fassiez 1'6change, convene.
Sur la derninde de NL Wbro3se et sur -vos ob3orvaLions, quaat mix fcais de pro'6t et autres faits par la Soci6:6 du Cr6dit Wn6ral Urang"'113'je corlsOns 4 ce que ces frais, liqui,16s, montant, diles-vous, 4 3000 ou 3600 francs, restenL ]a charge du gouvernement, en compLe A la diLe S06616, Monsieur Wbrosse gardanL aussi sa charge les frais g6u6ralernent quelconques qu'ilaura pu faire de son c6t6'.
Vous voudrez bien me remettre les tnites 6mises silp. vous pa r M. le Secr6taira d'Etat des Finances, eL que vous d6livrera A1011sieur 1)6broise ain6, afin qiie je puiise les envoyer a cc grand. fonctionnaire ainsi qu'll.le deinande pr&isOment,
Agr ez etc,. etc.
Le Commissaire special c06gud du Gouvernementj
0.. RAMtAti.
Pour copie conjormej
LAURORE INAU.
ITo. 26. Port--mm-N;nce, 10 F6rripr 1876.
Le Seerdlaire d'Etat des Relations ixm-ieures
Aii gJndral 0. Raineau, ddIdgiO special du, goam-nenw2ad'Hafti, ct Par.s.
Honorable Concitoyen,
Nous avions pense qWavec les products du dornier bmprunt nousaurions pu payev Femprunt Alarcuard. Andr6 et Cie., le sold6 do ]a doubt, detle. Francaise, et qu'it nous resLeraitj en owre, cerlaines valeurs au moyen desquelles les obligations pressanteg do la L rraiion pourraient 6!rc- converted. Nous appreDWIS, les d6p6clies du Charg'6 d'Affaires d'BaYti 4 Paris, des ler- et 15 Janvier dernier, qu'il 6iaiL d6couverL pour routes les traces jir6es sur lui et khoir apr63 le 31 D6cembre que rr6me In




T-RUISILIE PARTIt.
dette Frane.ais n ait pas pay6e et que, pourtant, le UMiL G6ir6ral Francais avait snspeidu se-3 p tiemelltsEn presence do cescli-coristabees, du d6faut do letters de, votre part a mon department et. do ]a r6clamation, quo m'a faito le Alinistre do France an Port-au-Prince du terme du 31 Mombre de ]a dette, jo VOLIS pric do me fairCpatvenit un Mat do notre siluaLion, rc!aLiver-QenL Vemprunt derDier. La r6clamation du Minisfre do France MaiL irifinirtient regrettable A ce iriomeat etlelle .'c deviant cl'auianl. plus aujourd'hui quo je lui avais dODn6 I'assurance, que to solde do la dette v compi-Is le terrific deT6cembro, devait 6tre Oe'jh pay6, d'apr s'les avis qui nou.,3 6laient parvcrt is. Mr. do Vorcres ne m I a faiL depuis aucarte communication a cot 6gard,.- Wayant pas, saus doute reQu 4 cc su jet do nouveHes de ,On Gouvet. nerrierit,
Afais jo n'osp&e pas moins, on raison du nnn-paicmonf qu'll rh'adresserabienl6l; quelque nouvelle d6p6chc SUr cettequestion.
Jo series done tr6s lreiiroux de re-i-evoir prochairtoment do vous 1'61,at sus-indiqu6, occornpagn6 de vos avise
La situation du Pays ost satisfaisanle-: la Lranquillit6 so maintient partout. S. Excellence le llr6sidera 'd MaLi a 6;6 chalerlrousement acceuillie par tou',es les p3pulaLions (ju'il a jusqu'ici, Nisit6es dans sa tourn6e.
-NICuillez agr&r) etc.
E EXCELLENT.
No. 27. Paris, le 6 Mars 1874i
.A u -Secrilaire d'EIvI des Finances VIC.) etc.
Monsieur le'Seer6taire (I'l,"Iat,
J'ai Yhonneur do vous accuser reception de Otre dep6che ed date du 10 f6vrier dernier, par la(luelle voLis avez bien voulut me faire part do, vog csl)6rances sur le resultant do noito eiriprunt, et do I'applicalioride son produit auxditl'6rentsbosoins du set-vice.,
Do mon c6(6, il ly a bien Iong!einps, je n'ai pas manqu6 de tenir le gouvernernem inform6 doe la. fdCl!OIISC:4'IUItiOn f(AitC 4 CORO op6raLion par .-Messiours S;evers et Silvio et leurs concessionnaires, lesquels Wmoilignent, les uns et les autres, d'une hiip"Iss;Ince oil Wun mauvais vouloir qui paralysonL enti6renient ceLto operation.
lOIL8uC]aj2J"' a Co "Ill, ic Lr- dTta I, '7,ce-




TI10151 31 r6 PA6RT1f. 11,
Pr6sidon't du Conseil et vous r6f6re vous-meme, At. lo Secr6tairo d'Etat, A la d6p6che quo j'ai eu I'lionneur (to vou3 adrOsser !a dale du ler f6vrier dernier
' 4 Ivous remets ci-iuclus une situation sorh*maire cl' 3 1'emprunt, on attendant que jo vorts envoic desdocuments d6finitifs.
toutefois, M. to Soar6tairo WE tal., vous voudre blen prendre hote quo des pr6l6vemonts injustes et exorbitant ont 6L6 faits an d6triment du Gouvernoment d'HaYti pour int6r6ts ot commissions. J'ai dfi passer oulro,,Triais avec. la reserve do r6clamer to return c6ftLre 211M. Sievers et Silvio qui, par, ]our impuissance, m'ont mis dans la n6cessM de fie pas insister avec to Cr6dit G6n6rat Franeais, 1)6j it y avait urgency afiri de no pas laisser on souffrance la signature du GouverneincriL.
It y a lieu d o rect, ifler ]a somino do U.868.51 nionlant des deux effets No: 12032 et N65 fl',jurant 4 lort dan le Coniple du Credit; G6i:16ral Francais. Jo penso, Al. le Seer6taire d'Etat, que, do votre cW, vous devez fort6niont insisler cl; exiger to remboursoaicat do ces s6mmes aiiisi quejo) le ferai oner"Jquoment.
sijusquici l'op6ration do 1'emptunt ri'aboutit pas, la faute en esti)t M.H. Sievers et.Silvie et ht leurs coacessionnaites, MeSSkuri du Credit Wn6ral FtanQais.
Des propositions insoliLes, ruinbuses pour to Gotivernoment sont les settles qui me soient fates, otj'ai dfi ne pas Ies 6couter, ne pouvanL pas sacriflor advantage les int6r6ts qoe jo dois d6fendre. Gest on s'appuyant sur ]a pr6tendue n6cesssif6 do payer la France qu'on entenj anienor to GoLiverneiriont d'[.Ia*fLi 4 des op6raLions eiluivoques et, dangereuses. Dans cotle alternative, jet pense que to Gouvernement, feral, mieux do s'entendre avec to. Government frangais qui reste le cr6ancior privilOgi de la 116publique ; suivre la double detle purement ot implement et arrOter id I'empmnt. On pourrait m6me faire des sacrifices et donner quelques satisfactions h la France par des paienicrits anticip6s.
Ci-inelds trots pieces col6es A B C comporLant la situation do Fernprun t et l'affectation des sommes qui on provionnent, ainsi quo la base arr6t6e par M. Laforestrio pour server au r glfnueut do la double delte enters IaFranca, daa lo ca,:3 oii Vempcua en fuut nitait Its aio-,---Gs.




Tllors llt mnm.
Pike A Situation sommaire del'cmprunt.
B Compto des valcurs fourniesA la Ugation
C'Mglement -approximatif et sommaiiede ladouble dette, Agr ez etc.
Lt Com4issaire sp6cial, dillgul du goumnime it.#
0.




SITUATION SOMMAIRE DE L'FMPRUNT'A LA DATE DU MAA
1876.
PWuif do -72,029 obligations a f rs. 299. 51) 21.842.2, 5- w
lo. flembbursement 4 Monsieur Marcuard Andr6 pour r4chat du ier emprunt
2o. Espkes competes 5 Mr. Laforestrie, Charg6 d'Affaires pour
pavement des trai jes 6tnises -par le'G(ouveimemeut . . . 41018,91300
3o. Acceptation des traites du Gouvernement 21469,932,08
4o. Un 161 gramme . .1 I . 0 132,30
5o. te6l6vement Wove Commission de 44 1/2 0/0 sur leg
21 842,235 50 frs. frs 327,633,50
60 Commission do fianque s tr 5,925,0'12 p6ur' a'vaijee a Ocouvert frs. 59,25011 i 7o, Intee6ts 6 o/o et balance Win 16r6ts 40,356,25 frs 99,606,3-1-427,239,r, 21,445,153, 10
BALANCE FAVEURDUCOUVERNEMENTUHAITI, ALA DATE DU6MARS 1875.F. 397,08tO
Laiss6s en pa.lement cL 4 valor sur lecoupon du U Wc6mbre 1875 d-es 72,929 obligations.
Depuis, il a &6. conapW 5 M. Chs. Lafarestriapar In Cr dit Gr6n6ral FrahCais 90,000
francs, pour 1,3 service de ]a UgaLion, ai. si que vous le consLaterez sur Fdperqu du
compete (pike c6,6 B.)
A rnoi-lnkie une certalne somme pour service de la 116publique, valcura'justifler.
Pal-is, le G Mars 1876.
!4 Le Commusairesp6cial etc.




PARTIES.
Varis, le 2.1 F6vrier 1876.
COMPETE DES VALEUIIS FOURN.ES A LA LLGATION.
Nous, soussi gne, Charg6 d'Afraires de la 116publiqua pr&s le Cou vernernent Franvais,
Reconnaissons avoir reen. do Monsieur le g n&al 0. Ptam(,,tu, commissaire sp6cia1 et D616-u6 du GoLi'verqealent, les somme% Paivantes.,
8 75, 10 jilkil 1100,000.
21 N6,666, GZi
28 266,666, 64
13. Juillet 128,000,
14 689,708, Orik
4 AoAt o.001),
I k 400,9706X
27 n,000,
28 6.000,
a . 16310001
5 Septernbre, 262,000 ,
10,000,
1.5 19.2 '000,
17
1.200,
23 17000,
15 October 1,000,
16 Wcembra 137,101,64
18 1 251,594, 65
3i 0,000,
Ouatra million4, quarante hult mille, ncuf cent 4)048,913, 30 truize fratics, trente centimes..
Cbs. LAFORESTRIE.




23.
No Paris, le 2-2- Nvril r 187G.
REG L EJUENT .41-1/1 170XVILI TIFE T S0.11.11111IRE
DE /-I 1)0(173U D'I-I'TTE U11,11TI.
D,, n mbro 'Ies ul)li-,alions !e VorupruDt
do 18425 res'ant a arn,)rlir est (le 55'29 5,529.000
ltit6vks -pour tin semeslre 8 2, %15
Int6rks, de rolard.(env:ron) 140,000
11 reste h payer stir le monlant, de FindemniL6 deux annuitOts d'euviran 1,650.,000. chacune 3,300,000
k d6daire versomprit, fait por anticip-ation
le F vrier 187-- (cliitfre road), t.300,000
7,751.935
No. 31. Paris, 6 Nlars 187G.
0. Ranvait, Commissaire sp cial, dd giie' dagouveracalrnt,
Au Secrtltairc d'Etat des Itelaiions Ext&ieures.
I IODS ieUr to Seer6taire dTtaf,
Mr. Charles Laforestrie, notro Clvir,6 d'AlTaires, m'ayant 6crit pour in'informor quo la ra-iison E. Wch-er et Cie. d'Anvors, lui a adress6 une lo'.Lro par laquelle catio maison afit-mit que to Gotivernemmt lui announce, quo des fonds avaiout 6L6 faUs chez Messieurs Porcluer et ses fils, aux fins du paicntmt des traits tires en lour f-Aveur, j'ai dA faire mi, voyage au IlAvre, bieut que j'6tais cevlain que le fait 61ait an moincs c"Lrouv6 :' M.A. Porquer et fits m'en ont donn6 Fassurance.
Depuis, j'ai eR I'lionneur do recevoir votre d6p6che en date du 10 f6mer responsive A la mienve du. 15 janvier dernier.
Je ine suis cmj)rP,s6, U s ]a r6ceplion de x oLre sus-ditL- d6pkhe, do rno meLLre on vappot-L avec la niaison Perquer pour st)voir s! je pouvais 6mettro des traits, sur-elle. La r6ponse do MM Perquer a &6, ainsi quo je m'atLendais h la recevoir, absolurnent D6-aLive,
Njii, par suite do la conversation que j'avais eue avee ces Messieurs, 4(3 savais qa'ils n' taint pas dispose sa recevoiraaeuce aiissio-a qu'apr s i'eticaissoment do vos consignaLions.




94. TIAQT IELXE PARIM
Uost don c bien e. t drt que vous vou s berciez de cc t 10 Ass ur, n do.
La conaance do MIU. Perquer &ns les effels que vous lui remettiez, de m6ineque la r6gle qu'ils entendent suivrc avec le government, ne doi'vent vous Jaisser aucun doule h ce sujot, ees M ssieurs m'ayai!L doclar-6 qu'ils ne feraient point de d6couvert.
Je no su s clone pas sans queique inqui6lude sur le p rdement de la frAle quej'ai souserit.e, faveur Sinimonds, si vous coinlitez sur la mason Per--.tier pour ni'en fournir les moves.
En sonime, 111. le Secr6tairc d'Etal, perrinettez-nioi d'appeler volre attention sur la situation du cr dit du Gouvernement en .-Europe, cr6dit plus qu'6=16 on cc moment lant par les impir6vovanc03 de l'adininist ral ion quo par ]a ma!veillance des enuemis de ]a Upubhque (ennemis'pollitiques et flitancier,1. Ccpendant le GouvernemeriL est ropr sonf Aans presque routes les grades Capilales du inondo, mais la voix do sRs a.-enis so f titello. entendre nulle part pour nous d6fendre?- Le Wpart(-menk des Rolaijoris Ext6rioures setubleraft no pas exiil( r s'jI fallait no eonsi&rer quo Io stata quo do Dos [, '-alions en pr6senco attaquesviolentes dont le pays est i'objef, dans Jos journaux, Vous excuserez ]a lib(!rt6 qiw. je trends, M le Secr6iai re d'Efaf, de vous parler ainsi, Mais j'accomplis un devoir qu'exigo ma, pr, senco a I'Etranger, bien que nVant quo simple aent sp6cialdu Governmentn,
Apg6ez, eLe.
To. 32. Port-au-Prince, le, 28 1 Mars 1870.
Le Secritaire d'E.tat des Relatiojs cxt, 1,jelires,
Au g ,Wral 0. Rameau, d&gu du Gout1crOement d'Haiti, it Paris.
Mon cher concitoyen,
En vous conirmant ma d6p6che (In 12 courant, dont je vous, .,remeLs duplicala par co packet, je vous ace-use r6cepiion de votre, letter du (i w6ilio mois, 'non sign6e, q ii a on. toute mon attention et a 6t6 ocutimuniqu6c au Conseil.
Relativoine nt au point financier dont votre letter fait mention, le D&pftrWriwnL des Financei ou lo Vice-Pr6sident du Consoil vous fera uno r ponse pr ciso, soit par cc packet, soit tr6s yrochainement. -Miiis, je no puis manquer de vous exprimer ma surprise do Pillusion que vous vous 6Les faite dans 1'appr6ciaLloa de l';vl6iaistration du WjArteineut des lldlafl6ns Ext6ri u*re,




T!10151 3!E PA'j'rjL. .11. 2
Si.vous dliez ]a Capitale, vous scriez- en mo.,ure d,, vous co. vaincre que j'ai fait, en routes circumstances, ot avee un d6voue-' mont que nul no peut contester, tout. ce que me comaltamient Ms attributions comme clief do ce NparLetuent, rna loyau(6 eL mon honneur,
.11 Wen pouvait kre, Waillcurs, autre-nent et'la meilleure at' te3tatio.n que je puisse p6senter d'61.ro consfafrunent re-6, a IA hauteur do ma tArlie, c'esL 1'esiime (lu Gbof de I'Etat, dont, ja suis. I'ami et qui, cortes, West, pas' inconsi(16r . Ve"Allez ngr6er, mon cher conoitoyea, les nouvelles assurances de ma tr6s haute consideration,
Le Sect-6taire d'rf-tat des Relation. sExlvlri ure',
tXCELLENT.
Port-au-Nince, *29 Mars 1876.
Le Secrftairc d'Etat des Relo4ons IxUriett es
j4u g n ral 0. Rameau', ConwiWaire sp.kial, d ljgL66 du gouvernement'
Honotablo conciLoyea,
Dans v3tre IeLfro du 6 Mars, adres06 ad d6pattemant des Finances etdont, jo vous ai accus('. reception par Line autro a6-1 p6ebe (Io cc jour, Volis me diieg
Do mon. 01;6, il v a bien Ion-temps e Wal pas manqu6 do tenir le Gotivernement iDform6 I h faclieuse siLuatiun Bite A cotte operation par Mrs. Sievers et Silvieet leur concessionnaires, lesquells t6moignonL, les uns et les autres, d'bnb irnpuissance ou d'un mauvais vouloir qui p!iralv e enti6rement 661to op6ralion. J'ai Ion,-ucmcnt 6crit h ce suiet'A Air. 16 Vice-Pr63ident du counsel etc
Pour r pondre aux communicaLions quo Vous ave fates h ret gard au Vice-Pr6sident du Conseil, je Vous annoheo quo, ffion coll6gue pense quo les Clhambres Wont plui ried A voir dans la ,question de Ferhprunt vot6.
Gest Yox6cu ion du contract, pn s6 onfra ]a G6uverhement et Mrs. SilviO et Sievers (contrdt dans sequel 16 Gr6dit Un6ral FtAtl-. ; ais ne, figure que comfne intorffiOdiairs de ces Messieurs) qtAl faut aujourd'hui envisaged.
Or, Mrs. Silvio et Sievers, qui avaiont pris ferme 1'engagement do 3oldor cot emprunt, so tro4vant aujourd'hui dan3 l'impuissanco la plug complete. d'y fairo face, le dit coutrat.de-vient foredmont




TAWSIBIE PARTIR., If.
nul et sa non-ex(Sclition donno liou des dommim on faveur (III Gouvernement.
Ainsi, ot solon Lonjours la. pens' e du Vice-Pr6sident, I Gouvernement char-6, pour ce qui le concerned, do veiller Vl'ex6cution do ce coutrat, no peta nullement attended tine decision legi3latiVe T'0111' un fait pure:-nenL a4ministraLif et dont la resI onsabilhd lui income. Le Vice-Presideni du Conseil est done (I avis que vous pourriez (,I-re parfaitement autorise A fairo tons, les actes de roit n6cessaires 6as le but de signifier A ces Messieurs, on h qai do droft, dans In. circonsUnce, la nullit6 du dit central, ef cc pour les motifs ci-dessus indiqubs, sauf reserves,
Veuillez agr6er, n.on cher concitoven, Fas, 5urance do wa. hauta consid ralion,
Le Se- taire dlf,,! t des Relations Extdrieui-es,
EXCELLENT.
No. 3 1. rort-au-Prince, le 29 Mats 1875,
Le Serr taire d'Elat des Relations rxierieures
Au. qen ral 0. Ra.weatt, M Uu,6.5jMcial du gouverneinent,
Mori cher coricitoyen,
Conform6m.nt aux le'aros dos 20 ot 22 f6vrier dernior qu& VOLIs avez addresses an Vico-Plr silent du Conseil, it cit Wavis que vou-, p6tivez agir d-ans. lo sons qno, vous y avez inclique" C'est-A dire,. d6livrer As Litres jusqu' concurrence do six millions et demi de, francs, et re, evair les sept m ille environ reslan L quo le Gouvernenient maintiendva et placera 'a sa guis- ou. qu'il (16truira on arr6tant 1'empruat 4 tronle millions. Mon. coll6gue ost, en outro, Wavis quo, le terrain ains! d6lay6, vous pourrezromeure la, suito do cette affaire et do routes autre3 h qui esinaturellement appe16 A vous remplacer. Ainsi, d'un cW, jo vous ai transmit par To dernier packet l'ordre tormel du Pr6sidcuL d1la*fti de retourner 4 Poxt,-au-Prince. apr6s avoir cliarg6 M. Lafarestrie do ee qu'il vou3 restera fairo pour accomplir volre mission; d'un auLre c6l,6, jo vous transmets aujo!ird'hui pir deux d6pkhoa Popiniou (In Vice Pr6sident du Cinseil sur l'ulilii6 do -voro pr6senco h Paris pour parfaira yo Ire mission .
Le Scerelaire d'Etat des lelationt Extdrieures,
I NGL NT.




TROTS161F PATITIE.
NO.. 35.. Paris le 2-2 Mars 1876.
0. Rameam au Seoretaire ol'Ftal, Vice-President. da Conseil.
Monsieur le Secr&aire d'Etat,
J'ji I'lionneur de vous accuser reception de vos dep6chea des 19-et 22 1 6vrier courant, No--. 280 oL 312. A 1*6gard: n
des propositions, que vous aurait fairies le Qrtdit. General Francais do--r -Ier le solde de notre Emprunt, h 250 francs jo Tie ine crotrais pas autoris6 4 jes accepter si elles m'avaient 616 fates,
Si do par mes ponvoirs je me s-rais cru aulorW mo-difler le contract de I'Emprunt, dans la question do tempset aulres d'ex Tution, Je ne me. crois pas Ic pouvoir de la faire quaw aux conditions qui fornient, I'konornie do ]a loi autorisant celto operation. Au surplus je suls d'opinion qtic, 4iis on derneure le Cr6dit 66n6ral no' s'ex6cuterait pas.
Le but visible ust do sp6culer a ouLrance.
Jo Venrette d'61ro sans riouvelles des 6v nemonts qui so assent rnainternent on HaTli ; cc qui contribuo. beaucoup a witorisor les int6ross"Is h I'Emprunt 4 me faire des propositions de r glemenL unacceptable.
Aor6ez M. le Secr6taira d'Etat mes sentiments les plus, distingues.
Le Conimissaire special et D Mgit6 du Goutwnrwnt,
0. RAIMEAU,
.No. 3G. Paris, le 15 2'.vril t87G,
Ie General 0. Rameau, au Secretaire. d'Etat des Finances, etc. etc.
Monsieur le Secrdtaire d'Etat
Fai Phonneur do vous accuser reception do vos d6p6cheg des 1'2 et 0 Mars dernier en conformity desquelles je me suis ernprosA de tiansraeLtre Af. Chs. L aforestrjc Gbargo' d 'Affaires do la 116publiquo, les pouvoirs dont j'Mais invest cornme Cornmissairo sl)6cial eL DeWgru6 du. Government.
Je ne farderai pas 4 me reDdre en H.Vai ma mission
,tant termin6e.
Veuillez igr6er, M. le Secr6taired'Etat, mesrespectueuseA AAlutal jon.s.
0. ]RAMEW,




T1101S)LME PARTIF.
T&-. 37 Paris, le ler. A06t 111-75
16-aflon XTURi A Paris
Jimsieur 1,3 VW al S. Rtincau,, Y,*cc-Presldent da Conselt ets. etc.
au Port-au-PrInce,
Monsieur, to Vic(-Pr sidonf,
e courier, arriv6 hier, no m'a apporM aticune 10t1re (le vous, s, t Al. le g6n6ral 0. Rarneau ai'a inform6 que, de son c6l6, it est P."i v6 (10 ttjiila cornmIlinicati on 6manant do la Vice-Pr6sidoncE) du Conseil ; (lo telle sorte qu'il sj croit ohli(Y6 do la sser protesAct la phipart d,_ s trails [ir6cs sur Io Grodit G6n&al Fran&s par AIM. E. Sievers et Cie,
Par suile, la kaisse que je vous ai signal ,e (Jans ma let're, du 30 du mois dernier, s'est encore accentu6e hier, et, cwniiie je lo traigbais, elle Monaco, de prendre Ie% propoviong. d'une (16bAcle. La U,-aion esL assiftt e de personnel qui vietinent, nip, prier d'interv : onir ; maii, eri 0 Vabsonce de touL or(Ire de vous, alors qu*iI s'est kouI6 un d6lai plus que suffisaw, pour que vous Aye 1)u faire connaltro vos inlentions par Io 161 fyrapbe, jo ne ptfls qu'assister, avee une profound doulcur, h ]a ruine do nolre cr(.-dit.
Veuillez agr6er, etc, c1c,
LAFORESTRIE.
No. 3 3. Par is, le 8 AOAt 1875.
Uigation dlhiti A Paris,
Jli )wieue U g,Wral S Plaineau, Vic -A-esidint du Conseil etc..
art Port au Prince.
Monsieur le Vice-Pr. ,sidont.,
'C6nform mont 4 I'autorisaCon qui lui a 616 lecord6e; par Id. le g ri&al 0. Rameau, !a Soci t6 (in Cr dit Un6ral FI-aDcais a cho*-S't
iotir son d6f6gu6 an Port-au-Prince Monsieur Armand EmilG l(ulizer qui aura Fhonneur do vous romeLlre cette lei Ire. M. Mult7or, qui es, chof d'osea(Iron (FEW-maJor, officer do la Ldgion d'honneur eL altach6 au Ailinisl6to de ]a Guerre do France, est non seulement un homme distingu6, mais tin hommo parfaitemenL honorable.
h aura pour mission special d'en,- aisser les; 45 010 do nos droitsdo douane qui sont affects aa paiement do Fanriiult6i du dernier e=prunt. '11 cowpt surtout sur votre bienveillant dppui




TROISIE'NE PAIRTAt. It.
pout lui faciliter sa tAchej at j'oso esp ,rcr que vOUB ne le lui reJ[Userez pas.
Veuillez angrier, eic.
LAFORESTRIE.
No. 39&' Park, It 31 Auk 1875,
L6gation d"Haiti A Paris.
Afonsie3r le gen&i W. S. Rameau, vice-rr siclenl du Conicil etc.
au Pol-I-au Prince.
Vouillez me permettro d'appeler votre attention stir une etreur qui s'est',Aiss o dans volre remarkable d6p6che du 10 de ce mois. La Soci6t6 du Cr6dit WD6ral Franeais n'u pris fdrwe que O millions ; Ics 30 millions reslants soat an option. Dans de tells conditions, 11 efit 616 pou avantagoux d'admettre q Afessieurs Sii, vers at Silvio fu sent de-a-6i enters notis. Je nd pas cru d6voir, en ce qui me.coneerlI'emaccepter aucun6 transaction stir ce p int.
Jo continue done a c.onsid6rer cos Messieurs. comme tenus de Dous verser, aux 6poques d6termin ei, le soldo do 1'emprunt. 11 est vrai que, vu les difficult& 6prouv6es par eux et dont quelques-unes Dous Sant iMpUlables, DOUS, iVOUS !a devoir de nous inontrer tr6B coulants ; mais je regard combine un droit pour noas do maintenir intact les terms du contraL originaire j UsquA son enter accomplishment.
Fose esp6rer, Alonsieur le Vice-Pr6sident, qua vous voudrez blen donner votre approbation 4 ce[Le niani6ro de voir, at, dans cat espoir, je saisis, avec le plus vif emprossement, l'oecasion do vous renouvolor les assurances de ]a L 6s-fiau te consideration OvOc la-ILielle j'ai I'honaeur -d'6tre, Mon.dour le Vice!Pr6sideat, votre tr6s liuuible at tr6s ob6ssant serviteur, .-Chs. LAFORESTRIE.
No. 40. Paris, le 14 Seplenibre 1875.
1.6-ation d1falti A Paris.
Monsieur le gdn ral S. Rarneau, Vice-PiYsident du Conseil etc.
au Port-au-Prince,
Monsieur le Vice-Pi6sident,
A plu .ietars-rppriscs, je ine, suls troav ding I'impossibili! 46




TROISIE-ME PAIATIE.
V0.19 alresser eajt6l6grarnnles quo jd consid6rais c6ihaie ut-, gents, par suite dn inanque d'un ch)ffrb. It n-ip araiLrait ti'69 pr6judiciable do laiss6r stibsister un pareil 6tat do" -110ses. -J'Ai en cons6queace, crt! dovoir vous exp6dier un exemplaire da (( dicLionnaiee W16&f-a[)l6juO eL secret, n oL j'ai Fhonneur do vous demander la perniissioa do in I on server pur lo3 t6l(Y-rarA-ffies que je pourrais avoir h vous'faflke pirveniv.
En attendantvos ordres, je composcrai cei W6,ramrnes ainsi 'qu'if suit
Aftlpl6ieraf, M le !,MM-sont, le ternaire irm-n6diatement iDf6rieur 4 celui qui devra, 6tre la. Exernple (page 39 da Dictionnaire ), volant ernp!oyee le'rnoL coupon (elih) jo L61 graphierai couture (ipc). It suffira donc au tradudeur, apres avoir renvers10 ternaire, de lire 11o niot imai6diatcaicuL sup6rieur a colm contenu dans la de-'p6clie.
J'ai Phonneur de vous a(tresser ci-jointe, 'a t1tra d'exemple, une &pftho.avec sa traducLioa.
So vous swrai oblige, Alon3ieur to Vice-Prdsident, do -vouloir bion employer to rnkno sysl6fne, jusqu'it cc quo vous ni'ayez proscrit un autre rnode de proc6deri Vouillez- agr6er les-assuvane-. s do la tr s-h.aute consideration dvec; laque!lej'oai I'lioniieur d'6,ro, Atl)nsiouv to Vice-Pr6sident, votre tr 5-humblo et tr&s-ob6issant serviLear,
Clis. LAFORESTRIL.
DETIECIII]
ice-Pr6siden L, Port- an- Prince, i)os'.c I iar'ston.
Rio mis pas ede nigo.
LAFORESTIVE.
REDUCTION
Ilice-Pr6sident, Port-au-Prince, poste Kingston.
Prl6ro lrausLmeLtro horninaaes au Pr6siden"t.
LXFORESTITIE.
N. 11. Le I raductour cherehera d,'IDS le dictionnaire los mots, Oir, Sim, Sap, c(lo Oyw- Los mots vrais sorit ceux qui sont !m.n6diaternent sup rieurs a_ coux eaiplov6s.




No, ii. Paris, le 16 ep tenib,.6 I Z 75.
t6-ation CiTaiti A Parl"",
Monsieur le g6ndral S. Rarnea it, Vice- Pr silent du Conse 'I des S(c r _'ta 're; d'Etat, da Port art-Frliwe.
Mons! eur le Vice-Prdsidehl)
Monsieur Blanchard, l'un des prificipaux chiefs ae la SocW6 du Credit G6n6ral Franvais3 qui 6tait en oyace ab moment de Farriv6e de votre letLre7du 10 AoCtt dernier, 3yant eu reconnaissance par ses associ6s do contend de ce rewarquable doc iment, viunt
4 PiDstanLde m'en demander communiva Lion, Cette lecture lui a caus6 uno vivo saLisfaction, ot il m'a pri6 do Vous remercier des d6clarations si netLes eL si pr6cisoo qu'elle content, en m'affirmant que si Jo service des 45 0/0 osL fait i guli6remont commo vous I'annoneez, le Gouvernerneat, trouvora 4 emprunter de, nou eau routes les sommos qui lui seront n6cessaires.
Je saisis cetto occasion pour vois announcer que le journal I'MustraLion. )) doit publier une notice, accotnpalyne, do dessins et de plans, sur les. (,rands tra vaux F Ludo @n ce moment. Ce journal d6sirerait fairo pr6c4der catto noLice.do quelques d6. tails bio-raDhiques et sur lo Pr6sident eL.sur vous, comme 6tant Jos promolours do ces -rands travaux.
-Jo vous scrai dore obll-' Moniieur 16, vice-Pr6si lent, do vouloir bion me fAre parvenir ces d6wils biographies accompagn6s do la pliotogrdphia da Pr silent et c a votro.
En attendant cetLe mArqlie do voLre oblig,,ance, Jo vous prio Wagr6er les assuraL.ces (to Ja fr6s-liaWo consl&rzaion avee Jaq neile j'ai I'honneur d'61re.,
Monsieur 1t; vice-pr stent, votre tr s-hziniblc el tr s-vbt:isanl serC. LAFOR 14:i'llIT.
No. 4 2. Paris, le 16 septenibre 375.
LO-ation d1la'iti A Pari.l.
Monsieur Ic geiO-al S. Rameau, dit ccpm-il e!-.
Au POI t (III-Prince.
Mollsiour 10 Vice
Le c,)urr:Ikjr, arriv' I':i avani, hior' 11-i'a aqqf" Or '+1




jPIWIS161it PARTIE.
letters de vous,, ol, M. log6nerdl 0, Rameau ma inform qull esC 6galement priv6 de vos cornmuniJaJions.
GrAce adx sages measures prises, conformement h vos instruetions, par Nl. le d6l6gU6 du Gouvernement, la situation qu-'il y ,a deux mois, Oait, gravement compromise, tend h s'Am6liorer,
Un soul point noir cause encore aujourd'hui quelque anxi6t,6 Je veux parlor de ]a- blanque de M. Lazare, Mon colldgue do Londres a fait counaltre an Gouvernement que. la mason Kerfurt de Liverpool, chez laquelle M. Lazare pr6-; tend avoir un cr6dit consi&rable, a laissd protester une trite de fr. 12,500, hr6e sur elle par le directeur de la Banque Nationale d'HaAi! Ce fait, qui est aujourd'hui de notori6L6 publique, en prouvaul, ju,(Iu' i 1'6vidence le peu de surface qu'offro Al. Lazare, a cao-A Line assez vivo motion h tous ceux qui onL 1*ntda r6t an maintain de noLrd cr6dit,
La Soci6W du Cr6dit G n6ral Francais, no!am ment, effray6e par lo reLentissement qu.'a eu ici le proteldress6 Liverpool, rn'a fait, offrir do mettre a notre disposition un capital de dix millions de francs, pour la foundation de la Banque Nationale, en me demandant do vous supplter de ne pas vous laisser ent,rainer par M. Lazare 4 cr6or un banquet qui no sera rien auLre choso qu'une
fabrique de papier-monnaic )).
En ce qui concerned 1'emprunt, il est aujourd'hui si-rieusemont question de la formation d'une soci&6 avant pour objet 1'ex6cution des grand travaux st1pul6s dans la convention du I I mai. Cette soci6L6 prondrait ferme une douzaine de millions qui seraient consacr6s 4 -ces grands travaux. Do son c6t le Gr6dit b6n ral [ ran ais prendrait ferme le solde de Penaprunt, cli Par suite, la grande conception dont tout Fhonneur vous prevent, so trouverah malgr6 tons les obstacles, enti6rernenL r6alis6o dans quelques semaines.
MNf. L. S e Ills et Cie m*azsi-npnt deviant le tribunal do commerde en pavement des trai,es nsouscrites par 11. le (T n6ral Brice Fordre de AD1. St.-Audo Ills et, Cie., traits d je& jmy es, ainsi quo M Uopold S6o n-i'en a fait I'aveu.
D'autre part, MAL Fauchot lr res et Guynet, qui sont porters des bons de N11d. St.-Audo fils et Cie., la'ont fait connaltre. dans un language peu convenable, qu'ils vonL proc6der conlre le Gouvernemem. Attends les plains pouvoirs, quej'ai demands, pour r6pondre 4 ces provocations. Veuillez agr er, e1c.
Ch:-. LArORESTRIE,




TROIS19.4r, PAn rir_ 33
NTO. Paris, le J5 Octobre 18 75
Ugation d'Hafti A Paris.,
Monsieur legiineral'S_ Ba au, Vice-Presidenl du. Coweil etcA ,
Monsieur le Vice- Pr6siden t,
Fai recu la letter, on- date du 29 Aofit dernier, quo vou m'avez fait I'lionneur de m'6crire, eL par laquelle vous m.'exposez votre mani re do voir a Ngard da malentendu 4ui a retard I'acceplation des traits tires par 11131. B.'Sievers et Cie sur le Cr6dit G6n6ral Frangais. Go regrettablo'incident vous paralt imputable 4 M. Sievers lui-q6nio, 0 et vous trouvez injuste la responsibility quIon veu.t faire poser sur M. le g6n6ral 0. Rameau.
En vous remorciant de cetto communication, je ale Micite vi-. vemenf., Monsieur to Vice-Pr6sident, que 1'examende cette question soiL devenu inutile. En efrot, grAce A I'apaisement des conflits qui oat surgi 4 cot 6gi(rd. et dont j'ai eu I'honneur do yous entreLenir, it n'y a plus lieu de rechercher la part de responsabilM qui pout revenir A cliacun dans les fates et les orreurs commies. 11 no m'appartient pas, (In reste, de nie pronounce a cot 6gard.
Ce qui import aujourd'hui, et dansvotre haute sagesse, voug le comprenez mieux que moi, c'est d'epargner an credit si -gra:vement 6branI6 de notre pays do nouvelle3 secousses dont it deviendrait impossible d'arr6ter le.1 consequences.
Et permettez-moi de le dire, it strait si facile de r6tablir et et de consider notre credit, les measures 4 prendre sont si si mple,, quo nous nous ferions accuser, avoc raison, d'uno irr6m6diabl, i. puissance, si nous laissions p6ricliter I'(euvro qui nous est confl6e.
I Jo me repose avec conflance, Monsieur le Vice-Pr6sident, sur votre habilet6 ot sur voLre compkence, et jo sui3 convaincu quo vous saurez dviter les 6cueils et, surmonter les obstacles.
Wuillez agr6er, etc, etc,
Cas, LAFORESTRIE.




"NO. Parls, le 15 Octobre 187 5.
IA6mtion d'HaYti A Parls.
.11onsicur le gim-Yal S. Rameau, Vice-Pr siden? du 'Conscil de
Secritaires d'Etat au Port-au-Prince.
Monsieur le, 'Vice-Pr6sident,
Par suite do I'laccident siirv, nu an ShR inon, le derwer cour-rier est arri-;6 sans letter THaTti, el, jusqu'h ce moment, le paquebot apportant lesd6pkhes du 24 Sep!ennbre, West im rno pas signal6; do sorte que, depuis plusd'un rnois, nous sommes abw solument priv s do Louto noijvello do nwre pays.
Monsieur le g6n6ral 0. Ramean voiis fera pari (I u'regre t table incident qui a relarcI6 I't rnission des Litres (16111nitifs tl,, l'umpron t et qui, par suite, a empkh6 le r&gleMODL & notre double detLe envers.la France. Un malenlentla non moijis Pegrottible, an su jeL duquel j'ai FhonneUr d'adresser un rappot-t b Son Excellence lo lWsident, a donn6 lieu A des difflculi s graves quo jo m'efforce d'aplanir.
11 est A poino liesuin de vous dire, -Mornsiour le Vce-Pr6sidenf, que e Wintorviens dans ces questions (pie sur ]a detwinde forinelle do 11ionorable d6l6giA du 'GouvernemenL qui, 4 h suila do d6bals irritants a crTu devoir lesser do traitur dii-ectemefit ave,- los concessionaires do 1'emprunt,
Gest cettesitua!ion qui a amene le regrettable malentendu que j'ai I'lionneur d'exposer an Pr6sident,
Monsieur le g6noral 0. Rameau, en m'autorisapf 4 trader en son num, stir los bases (101 m'avait indiqu6es, Wavait donn ilans sa pensk, qu'un sens restri int au tnot traiter que j'avai's, vu Contraire, pPis dans tine acception litl6nile. J'ai 6!C malheurensement confirm dans mon erreur par cc fait qu'ayanf, prolsent la convention h TAL le (1616;pj6 da gouverfiefnent, il tn'avait d6clar6 6Lre dispose -h I'accepter b Ia comlilion (vj'il y MI. inlroduit certaines inolifica!jons qu'iI m'indiqua. Cos modifications ayant 6L6 advises j't,,Iais persuttd,6 d'avoir alleint, le but que poursuivaiL M. lo n6ral 0. Rameau, but qu'il semblail, (I'alitant plus urgent 'atteindre qw.- M. le tJ6l6-u6 du Goliverilemont -y subordonnait la d6livrdDce des titrLs Minitifs do I'CLIIprunt.
J'ai dono. W atissi- surprise que peine on recovant la profestation formula on terms si durS que rn'a adress6e I'lionorable




TRo13;L41t5 PA-rME. 11. 35.
PoTr pen que vous preniez la poine de vous rappeler que mon jenne fr6re a Ot6 charge par AIA1. Silvio ot Sievers de la direction des I ravaux 4 executor, il vousp:traltra do la derni6re Ovideuce, Monsieur le Vice- Pre'sideni, que FannulaLion do la con, vention annexe qui froissaiL eL 1 sait des in[&6is qui rne sont
phs cliers que ines propres int&6ts, no-pouvaiL provenir de mon miLialive personnel.
f.W.erm6diaire officieux entre M, le g6n6ral 0. Rarneau et les concess;onnaires do Fernprunt, je Wai transmit cette proposition et je no Fal appuy6e qoe p.irce que I'lionneur (In pays 6;ait en p6rit et qu'on presence d'un pareil iDt6r6t tons les autres devaient c6der.
Fose esp6rer quo, ces explications vous saLisferant et que vous voudrez bien prendre en consid6raLion ]a situation Q6nible et diff1cile dans laquelle, me place le malenteadu dont j'ai 6t6 victim.
Dans cet espoix, J6 vous prie d'agr6er etc., etc.
Chs. LAFORESTRIE.,
No. 45.- Pari5, le 16 F6vrier 1876.
Ugation dlhiti h Paris.
Jlonsi.qr le g6z ral S. Bameau, Vice- Prt'side ni du Conseil des Secr .Wrey d'Etat, au Port -aa-Prince.
Monsieur le Vlce-Pr sidenf)
La crise acLuollo a atteint un tel degr6 Xintansitd qneje Wai pas en a ru'occuper des details do la Convention du 22 Octobro dernier. Bivn quo tous les points quo vous in'avez signals soient r ,gl6s conforni ment h vos instructions, Io point capital, la prise ferine du si)l(lc par le Cr dit Wn6ral FhnCais, n'6tant pas r6alis6, il n'v a pas lieu de signer quanLh present une rouvelle conIt no faut pas pordre de vue, Monsieur le Vice-Pr6sident, ce qu a on lieu au mois d'oetobre. M. le n6ral 0. Rameau subordonnait ]a d6livrance des Utres d6flnitifs de 1'emprunt ]a renonciation do.)LIN1. Sievers et Silvie au b6n fice do lit convention annexe. Jo profflai do cette situation pour faire r6daire 1'emprunt do 15 millions.
Avant maintenu loates les clause- des contra's ant6rieurs, je ne dogageai nullernent les concession D ai res do Fobligation contract6o par eux de preadre ferme ; ea un inot, j'eus soin de no rien motliflior eri dehors de la reduction flu chifrre de Fernprunt.




-PARTIE.
Quant au Cr6diL G6n6ral Frxn qis, qui avait lo droit cl'optio;i jusqu'au 31 Ucembre, il d6clarait formellemoDt DO pas pouvoir renoncer 4 ca droit,. tant que ]a Gouvernemant n'aurait' pas, tie son c6t6, rempli sos engagements en exp6diant le moatant du 2'on, OV, jC DO potivais admoLtro que, dans un doCurnent o ciel portent ma signature, il filt introluit u no reserve pour le cas oti le Gouvernament no remplirait pas ses ongagements. 11 fut done convent que le Gr6dit, G6n6ral Frangais s'engagerait vis-h-vis do MM. Sievers eL Silvio 4 prendre ferrao d6s qijp le Gouvernement, aurait exp6di6 le coupon.
Tel est, en dehors do la question de nioralit6, le motif principal pour sequel je n'ai pas approuv6 le project mis en avant d'excluro X.V, Sievers et Silvio. Vy ai vu et j'y vois encore un pibcre. Gest en effet par eux et par eux souls que nous tenons le JiL Wn6ral Fran ais, Cela est, si vrai qu'il a suffi 4 MN. Sievers ot $ilvio d'adresser une summation 4 cette SocidL6 pour qu'ello, s'empressAt d'ossayer do s'entendre a I'amiable avec oux.
Malhoureusement la forma lion d'un syndicate, dans lequel ontreraient 11M. Mdrcuard Andr6, White HaLmann et le Cr6dit Industriel, a 6t& entravee par la volonL6 ueLtementexprim6e par Louis Hartmann tie no rien faire tant que la d6ch6ance do I NI Sievers el Silvio D'aura pas 6t6 publiquement prononc6o;4
Or, la d6eb6ance de 101. Sieveri el, Silvio, on nous obligeant revenir deviant les Chambres pour obtenir Pautorisation do trailer dans des conditions moins avautaceuses, conslituerait, pour vous un 6chec. Je m'y suis oppose avee la plus grande tnergie, comme c'6tait moa devoir.
Aujourd'hui, les concessionaires ont address 4 M. le g6n6ral 0. Rameau une proposition qp'il vous fera parvenir. CotLe proposition West pas saus inconv6nient- mais mon opinion estqu'il convent do I'accepter, car tout est pr f rable 4 la situation ac.tuelle. Cost 6-alement Popinion de M. C. No6l dont la compe.tence CA indiseutable. Je me plais (lone h esp6rer que INI. le .d6l6gu6 du Gouvernernent na repoussera pas celto proposition.
Veuillez agr er les assurances do la tr s haute consideration
a ec laqualle j'ai Phorineur d'6tre, Mlonsieur le Vice-Pr6sident,
Vow t)*-IIUI-bI6 Ct
Chz. LAFORESTRIE.




No. 45. B's
Prop&:ition mcnUMmice dans Ity. d pexhc -du, 16 gvrierdc IaL gafion dc Paris.
Proposilion, Soun14e el accepl e par Mrs C. L'aforestrie el Charles AWt'
Versement imm6diat do quatre millions au Gouvernement francais et. engarrement par lo'Cr6dit enters 'Mr. Ia due Decaze4 de continuer ICS' versomenn au fur et h MesUre du placernetit, des obligations jusqu'au pavement integral do Ia double dettO d'ffaYti enters Ia-France. A cette condition ]a -cote sera accord6e.
Versemont,_ 6galement immddiat, de einq. cent mille francs pour les, besoins de la I.6gration.
D6p6t des quatro mille, titres en garantie du prk des qnatre
m 11. 0 's at demi cl-de. stis au, Cr6dit industriel.ot commercialjusq'u"au, M Juillet 1877' rdLs et commission sur lo pr6t, 41 raison do tin pour
I 1'il to
zen ir mois.
Cr6di.t g6n6rial prondra 4, option les,.44 iflille titres jusqu! u torme du 31..Juillet 1877, at aura Ia facuI16 de- retirerres au fur eL a measure do lout placement raison do
1 .' 2i8 01 par ob li,,'ation, coupon janvier dernier d6tach6.
Dan e cas ou I'int6graliW des 44. mille obligations ne seral t Vwg place, pour le- ier. Juillet 1877 les coupons des obbligations non plac6es restraint an profit du Gouvernement Clahi.
.. Aussit6t Facceptation do Ia pr6sento convention, les parties. intdrass6es s'engaaent on ex6cuta, les clauses.
Note reprise par. Mr. Silvie
Paris Ia 22 Mars 1876.
Ugation d'ffalti A ParisNo, 4G.A Monsieto, Ic General S. Rameaw, vice--'resident du Conseil de Sec)-ftires dTtat au Port-au-Princc..
Monsiour Ia Vice-Pr6sident.
Monsieur Ia GWral 0. Rameau ayant repouss6 Ia combirmisou qui lui avait w offorte pour le placement du solde da-




4-Y PAWII.E. ll
I'Ernprunt et le r6rdernent do noire double dette, do notiveaux pourparlers 3c poursuivaient lorsque la nouvelIc d'une prise d*armes el; A Jacmel et h la Groix-des-BouqueLs t-st parvenue ici.
Cetle nouvell-i a tout raralys6. On manifesto des inqui6tudes Ws-vives au stijet du 1)aiciiient (fit [wochin"coapon, et le fait que la clause du contraL relative au paiement ruensnel des int r6ls West pis ex6(,uL6e, est exploii ici centre Dons.
N os obligations, 6mises 430 francs, sont towb( (-., 5- 150 francs Le eours eit, da xest -, la met-6 du premier vojrtier venu qui jette stir lo mareli6 (1, s obligations qu'iI est lo plus solvent incapable do liver. C'est cc qui fdt lirnportance do la cote officielle ; car elle rend iml)ossibles de pareilles manwuvres.
Alphonse Helbronner et G. ont adres-6 conjo,'ntement a M. lo Uneral 0. Rameau et h nioi, par I'int, rrnt diaire du ministry des atraires Elrang res, tine summation dolit ic fiis parvenir une copie ZI Al. le Secr tairo d Elat des Behl, ions Ext6rieures, En ce.,quim(- concern, je me born-irai d6clinor la compkence des tribunaux franCais ; rnais je doli le quo AT. le G6n6ral 0. Rameau Ijuisse involluer le m&tn(,, I)riviltSoe
r
car, ayant lui-m6me adressO des acte.; i 121-11'. Ife!broriner et Co., il semble avoir implicitemenL adin s la juii-liction,- fran-, vaise.
Je persisted A penser, Monsieurlo Vice- Pr6siden t, qu'il seTait 4 d6sirer que ce proc6s ftit 606. Je sais d'aillenrs con vaircu. quo A131. Helbronner et Co, no demanderaient pas mieux que de tout terminer h I'amiable.
En pr senco des bruits injurieux Pour noire pays sans cesse, r6pandus ici, j'ai cru devoir organiser un service d'inforniations pour la presse parisienne. Je me suis enlendu A cot effet avec Mr. V. Cochinat qui, dins d'atilres temps nous a rendu des services. Je lui ai allo[j,*, pn)visoirement ot illsqu*h cc que vous ayez pris une d6ecsion 'a son egard, une somme menstielle de t2vis cints francs. Il, jouissait autrefois d'une allocation -do cinq-cerits francs par mois, eL je crois qu'il strait' bon qu'uric d vision do vorc part, lui accorddt cette sortime.
Vcu,.*Ilez a-r6cr, etc. etc.
Sigrid Ca. LAYORESTRIE.




TIIQISI XX PMATW.
Paris, le 8 Avril f876
Ugation dTaItl A Paris..
No. 4-7.
A Monsieur le Gengral S. Rameaw, Vicc-President du Conieildes Secrelaires, d'Etat.Afons;our le Vice Pr6sident,Conform6ment aux instructions continues dans votre D&-pOclic du I I mars dernier, je trio suis empress de faire les d6iwirches nkessaires 'a Feffet 'Warrker les co, s quences do, lit proLesialion de Al. to Alinistre de France-et; d'obtenir dLr, Government Franeais to d6lai qui nous est indispensable.
Mais sachant po:,ftivemenLque je rue liourLerais centre un r(.fus foruiel si" je demandais un sarsis pur- ert simple , jol tifu suk tout d'abord pr6occlip6 de trouper le moven d'of-fri r a' Gonvernon-ient Franews une compensation. eii ratoar do I'avantago I (f ue 'nous lui demandons.
cot effet fai re, ris les. n6gociations pour arrived h ]a roalisa ion du solde; de I'Ernpruu sur les bases que vous,Mintissez Gj), i-nak en maintenant le chiffre de 300 francs par obli Ir iii. Les boses du contract sont; d6s pr sent arrdt6es. La lilsicussion no poric plus quo sur un point. 11 me parfait, indisi enable quit, du jour oii le, Cr6dit Industriel et Commercial sora imegralernent rembours6 desquatre millions ot domi (to frincs qu'iI ofTro (to nous advance, le Gotiverneruent reprenne immMiaiement la libre disposition de ,;cs
res.
Jo refuse done (I'a-corder une option qui se prolongerait pendant dix-huit mois ct qui permetLrait aux confraciants,, u1ne fois remhours6s do leurs advances, do nous Lenir a leLr,, merei. Uest le scul point qtii resto It r6gler.Si, coanne je 1'esp6ro, nojis- arrivons a un accord sur ce, P01111, je si-nerai immMiatemont le contract ot arm&. de cedoc)ment, je meLtrai tout en oeuvm pour-oblenir, quo M. lo Alinistre do France soiL invite A retire sa protestation.
Dani loui le-; c-is, vouillez kvc-persuad6, Monsieur le VicePr silent, que je ne negligerai ri-n pouressaver do justifier I& conflance quo vous voulez bien mettre ed moi et; dont je vous suis particuli6rarnont recoanais&ant.
Vcuillez agr6or etc. etc.
Si&06 Ca. W ORESTRIZ.




4 0. if,
Pat k, le 10 AVIT I S:G.
le Seuc lair,, Xflaf, Vice-PiYsidenl Ju Consell des Seerdiaires dTlat I
A Monsieur C. Larbrestrie, charg Xaffiaires d1laiti 4 Paits.
Monsieur le Charg6 d'Affaires,
Depuis voLre d6p6che du 8 du mois .6pou16 -je suis pri-0 do vos communications, attendees avee anxi&6, puisquo
-vos prochaines, selon toute appr6hension doivent announcer an Government la solution de cotte tristo operation de I'EmIii-ant, dont jo no parle, on passantqu'A regret n'ayant jamais rica menage I)our la rendre profitable. Poursuivant la m6mo id6o que, de cotte inauvaise affaire, on peut en faire une bonne A la fin, qui r6lablisse le credit 6branl& chez nous, j'ai appr666, avee toute Fattention qu'ils m6ritent les vonseils do Mr. C. NoN contends dans sa d6p6che du dont vous avez bion voulu ni'envoyer un extract. Les refl6xions de Mr- No8l sernblent avoir servi de boussole 4 la note du 1.5 &vrier transmise par vous a Monsi6ur le D616gu& cominissaire special et (loot vous m'avez aussi envoy6- copie.
La IoLLre e't la note ci-dessus soot parfaiternent en. harwonio aveG ]a situation ; seulement je no vois pas pourquoi
-vous laissez au Cr6dit g6n6ral, qui ne fait pas Wavances ( it s'a(,it du Cr6dit industrial ) la facul L6 de reprendre les Litres
280 francs, etc., etc lorsqu'avec la cote do la Banquej le 6ouvernement a la certitude d*en r aliscr la valour. Si vous le pouvez, cliangez cetle disposition. Les 12 11/,, WiWr6ls soot lords. Jo vous ai prescrit de renouveler les 6ch6ances. do certaines traits 6cliucs, j'esp6re que vous avez a-i ainsi, avant mon avis. Ainsi avec la transaction sur les titres de I'l-imprunt, vous avez (M donner satisfaction au Gouveriiement francais et recueillir votre signature protested.
Toutefois, notre trite des Etats-Unis, faveur MM. Heuvelmai. Ilaven et Co. nous reviendra ; vous attendrez les orders da SecrO aire d'ELat des finances avant de disposer de la totality des 500.000 francs qui doivent 6tre mis au service de la L6gaLion et si vous, 6tiez fore6 d'y ruettre la main, vous le f6riez avee le plus de reserve possible. :
Selon la logiquo des 6v6noments, le movement 6traoga qiii s'accomplit au, Cap-HaItien, n'a pas sa raison d'6tre; R ne constitute qu uh escamotage, politique dont le bon sons




TROISSILNIL PARTLY'
du peuplo ct 116nergie du Gouvernoment no tarderont pa5
4 so faira justice.
Jacmel est serr6 et no tardera pas a lornber Fesp ro voij3 krirc avoc plus do d6lails, -quant la situation inl6rieure. Mais pour tout cc qui s'agit de I'Einprunt, voLre noie du 15 f6vrier est accept6c par lo Gouvernement avec ou sans les remarques failtes 4 propose (In privil6ge laiss6 au Cr6dit 96n6ral do reprendre les titres 4 280 francs et des t2 */, WinOrks. Concluez done. E'' I'absence des pouvoirs du Seer& tires d'E!at des finances, ceux-c! vous suffisent, at[endu que, d6l u6 par le Pr6sident d'Ha*Ri pour FErnprunt, je suis atitorise 4 en poursuivre, la r6alisation et la fin.
Agr6ez, Monsieur le charge Waffaires, etc
S. RAMEAU,
Port-au-Prince, le 10 Juillet 1875.
A 31onsfeur Ch. Lafllre'strle, Chargd d'Affaires d'Hafti d Parfs.
Monsieur le Gharg6 dAfraires,
J'ai regu. les letters que vous m'avez adress6cs les 29 Mai, 8 et 16 Juin derniors, ot j'ai bien not6 les diverse communications qu.'elles continent.
Le compete do la Ugation aveo mon Npartement quo couvrait celle du 29 mai et qui balance au 30 avril dernier pour frs 78.256.33 an cr6dit de la Ugation, sera examine, et je, vous en accuserai ult6rieurement le hien trouv6. -Conform 6menL A vos I avis joints ceux du G6n6ral 0, Ramean, et, d'apr6s les instructions du Pr6sident dTaiti, fai annonc6 4 Mr. Simonise da nomination par S. Ex. au poste do Seer6taire de ]a Ugation de Paris. Ignore cc qui sera convenu avee Mr. Simoniso pour ses appointments on. la susdite quality; ]a question sera prochainement r6gldc, sur les JDformations que jo vous prie de me transmettre 4 cc sujet.
En pr6snco de la difficult& dont vous n'cntretenez de la n6-ociation des valeurs fournies le 10 Mai an 1 G6n6ral 0. RaM eau, je lui fais parvenir par cc packet des titres, d6taill6s comme, ci-apr6s, pour ude.somme do deux millions do francs, en change d'un chiffre 6gal que e le prie do me relournor ;wr les valetirs -primitives.




!IVOISILI!4 PARTM.'If
200 1 itros de,',000 francs aux 'No 4 203
s'elevaw A un million do francs F. i,00010oa
100 titres do 10.000, aux No 204 a 30a
moninat d un million de francs t,0001000
Ensemble fes. 2.000.00a,
Soit deux millions do francs, valour applicable suivant les instructions fournies au Gki rnl 0- llamzeau et conformement,
la note do defenses qu'R a iqUe.
11 y a done twa lieu Wcspker i1wo los. emharra3 (Io laUgition seront bient6t enti6reinent, dissip s.
Je rappelled a votro souvenir- qi1o voi.; kf!s ea, rot-irl avee mon Wliirk-mont tie la premiere qun7tinc- do.ylin.
Vouillez a-r6er, _11):isieuv le (,'Iutrg- d'Iffaires, les nouvelles, assurances do-ma hauto consideration.
EXCELLENt.
P.S. Vouillez, potir les hesoins de mi halVe comjitabili,6, m& rotourner voro boii tie 100,000 fri. su- to Tresor pay6 4. Lt. maisoa White flarLminn do clette place.
PorL-au-Ili ince, le 10 Aodt 1875. Le Secr&aire d'Elat des Finances el. des.Re!at;ons Extdrieures,
A Mr. Ch. Lalorestrie, Chargd (I'Agaires (I'llafli 4 Paris.'
No. M,
Monsieur lo Char-6 d'AlTaires,
A-issant en vorlu d'une decision da Conseil des Seer6faircs. d'Etat, jo vous donnezlionvoir Inir, -simple ei. special do n6gocier pour et ceau noin del a l16jiuI,)ti(ju-, fllal*d, to pietrent paranttcipation. do. la d,)iil)lo. do,,L(3 frati(piso jijsqU'zi I'diw6e. inil-Imit, cant quafro- inrrtrois; d'obtenir, en consOquenco dequi do droil,, tout boni. ou relour d'int6r6t au proth dii Gouverneni,,-M do la, ]16p jbliquo d'HaiLi; et g6n,* raletnen.t fiii-c tout cc q1ii, eSL n6cessaire, quoiluc non ici preva, I)our: pirveair tenCier accomplishment do Lt n6go ;ialion dont s'a,(YiL.
Agr6ez, Monsieur IeCharg6 d'Affaires I'assuraneo,,de- mar hautoo consid ration.
. Lo Seer6taire d'Etat des Finances, da, Commerce et des ReExt6rioures.




TROISIMIZ DAM'jEr. 4
No. 52.. Port-au-Prince, le 23 S pbombro t875.
Lc Se,.-elaire d'Etat tm Dipartement des Relations E Ttgrievfcs,
A Mr. Ch. Laforestrie, Chargd d'Affaires d'flalli d Paris
Monsieur le Charg6 d'Affaires,
Jo votis accuse r&eption des IeUres quo vous avez adros-Oes au Nparlement, des Financei et du Commorce ot h celui tim I.-lations Em rioures, les 30 ot 31 AoCit dernier et ter courant. J'ai b:en PoI6 les diM.renfes coin munica'ions que voui. -m'y avez f jites et je les ai wumises h Vattention du Conseil des SecOlaires d'Efat.
_Mo-i G):16(mo le Vice-11r6sident du Conseil vous ftrira avee d6lails a rela tivemem aux questions d u sold e de la doublo dette frangaisf,, des billets de Mrs. flelbronner ct Co. et des obligations on favetir do Mr. L. S6e a fils. En attendant, jo no puts qu'approw-or la determination, quo vous vous r6serviez, do vous plaindreau GouvernemenL Fmneais,' dans le 6a5oft une assignalon a 1'6-ard do I'affaire S6o no vous parviendrait pas dans les formes vodlues.' S'il y a ruoyen do le faire par cc packet; jo vous transmeltrai par uno autro &p6cho les pouvoirs n6cessaires pour r6pondre aux poursuiLes qui pourraient- dans ]a circonstance 61re dirig6es centre to Gouvernement, aussi bien pour mell-re fin, comme -vous le dites, a cc syst6me do chantage et d'escroquerie intol6rable dont noug sommes vieltimm- (I"est une couLume d6loyable quo,, dans I'iijt r6t du Tays. it imported, en effet,- do faire lesser, en domandant aux 6ibunaux cornpMents la repression do tous les actes qui en seraient la cons(-quence. S'il no rn'6tait pas possible de voui-ftire parvenirces pouvoirs par cette occasion, jo vous, les exp6dierais tr6s-prochainemont.
Ainsi que je. voui Fai pr6c6demment annonc6, eL pour vousmetiro on measure d'accomplir la mission finanvi6re dont le Government vient do vous charger, Jo vous I exp6dia avee ma'' pr6sente, copies des conventions do 1870 et 1872 relatives 4 la dette Francaise, el, do Ntat. annex 4 ]a convention 1.870. Cc sont les sides pi6ces qui niont W communique es. par la. L6gation de France; mais il manque lo tableau du r6glement de l'arri6rd 1870-187 1, don t parle ]a convention 1872 et dii vous trouveriez, sans:doute, des renseignements tiles. SI Vous jugez ndcessaire Won 'avoir communication, adrc se -vous k, cot. 6gard au Mivistro dos Affaires Etrang6res de Fraic-3,




T1101SIT"NU PARTIES.
Ouoi qu'il ell Oit,, je ne doute pas qua vous ne fasciez de
mieux pour nous epargner la (16pense de ladiUrenei- do plus do deux millions de francs, resultant du point de Vue du Gouvernement Fratleais at du v6Lre, que nous approuvons, dans la r gleln0l]t du Folde de la detle. Je complex sur tous vos soins 4 bien Mre al outir votre MiSSiOD. Notre situation int6rieure Wa offers, depuis la derDi6re quinzaine, rien do particuliftemenL romarquable qui d6ive 6tre signaI6 4 votre attention, La traDquillit6 so maintient partout. L6 Pr6sidenL d'HaTti va fairo une tourn6e do quelques jours. dans certain arrondissements du Sud. II parLira, s'il no survient pas do contrari6t6, le 26 ou. le 27 do ce mois. D6jh le VicePr6sident Ou conseil Va pr6c d6 dans ce voNago, ayant h s'oecuper, I an m6me temps, Waffaires sp6ciales.
- J'ai recu, ce matil), Monsieur le commandant Multzer, ropr6sentan t du Cr6diL G6n6ral Fran ais pour la, perception. des 45 0/0 de nos druiLs do douane, ainFi qn'il a 6te pr6vu 'a notre contrat Womprunt. Eri raison des obstacles qua Fon s'est constamment efforc6 de metro th ]a r6ussite do cat empru'nt et an vLedu maintain du credit national j'ai W Finterprke-du Gou-vernemont en donnant n r leg
'i cat aaeut les assurances quo I ai
plus suffisantes, ralativement 4 notre forma dispositi;n do rem plir nos obligations dans la circonstance, comma dans routes autres, ce dont, d'ailleurs, on no pouvait s6rieusement douter-. bl. Multzor m'a paru salisfait de mes paroles.
Jo vous remaLs aveo ma pr6sento les deniers Nos. da Monitour, ou, vous pourrez lire des actes do Fadmin'isLration qui no sent pas sans int6rk,
JO lioto I'entr6o do Mr. Simonise; an. functions 4 la Ugation; J'ai lo forma espoir qn'il an r6sultera du bien-6tre pour le service do la Ugation et pour votre sant6.
Vouillez a-r6er, Monsieur, le Chara6 d'Affaires, Fassurance de Ma tr&s haute consideration.
EXCELLENT,
Port- au-Prince,, le 27 Septeffibre i 15.,
Monsieur ]a Charg6 d'Affaires
Les proc6Us do Mrs. St.-Aude. fils at Cie, de Paris, constituent dP lour part, un abus de conflance dans l'afraire L. S6a fils et Cie, je -vous donne- pouvujr do, all noill du Goavornemont, faire




cessey opposition qui a W faite Liu Cr6ulit Un6ral Franc-ais par Messieurs L. S6o fits et Cie, banquiers, h Paris, qui se Lrouvent on possession des obligations qui avaient 6t6 sigynt"es en faveur do Ale8sieurs St.-Aude fils et Cie par to g6n6ral Brice, ancient Ministry d'Halti, 4 Paris, atteridu que _'01. St,-Audojils et Cie out W pay6s an Port-ati-Prinue du montant do ces obli-aLions, ainsi ( jue le constal.crit to. deux copies des lottres du So;' r taire d'Etat des Finances, on date des 16 ot 17 Novembre 1874, aux Nos 518, an tr6sorier particular du Port-au-Prince ;
2o. Une Copie du cofnpte courant, do M'J. St'-Aude fils ot, Cio avec le Gouvernement d'HaYti
3o. [in extract de la letter du d6partement des Relations E.-tdrieures 4 vous adress6e le 23 Novembre 1874.
En ca;de difficult6s quelconquos, exercer routes les poursuites, constraints et diligence n6cessaires, Wiiio aa crinii[IQI citer eL comparaltr6 de-vant tons juges de paix, so coricilier, ct,' a d6faut de conciliation, assigner et d6fendre deviant tous tribu, Daux et cours compRep"s con-'Aituer tous avou6s, ot dffonwseurs, les r6voquer et rtrriplacer, obLonir tons juget-rients et arr6ts, les faire mettre execution par toules les -voles et mayens de droit ;
Aux effects ci-dessus, passer et, signer tons actes et proc6s-verbaux; 61ire domicile, ot g n6ralement faire. tout ce qui sera n cossaire et tout ce que les circonstances exigeront, quoiq o n9ri prevu Par cespr senses, pour parvenir a lover Fopposition sus-dito ui a 6L6 faite an Cr6dit G11n6ral Franq is sticurs L. SO Is et Cie. sus nomrn6s et design s, et a ZrIlgOr,"Ies poarsi4ites coptre MM. St.-Aude fils et Cie, qui Gj4, combine it est dtabli cidessus, ont touch6 le montant des cr6 inces stir I'Etat d'HaYti, qui sont on la possession do Mm. S6e fils et Cie.
Je prompts do Lout rakifter an be-oin.
J'aime 4 me repo,,er sur volre diligence et 'vas soins intelligents pour unener cette affaire 4 bonne fin.Yeulllcz, a(,r6er etc.
EXCEUENT,




PARTM
No. 54. Port- an- Prince, le 9 Octobre 187a.
Le S&iYtaire d'Etat des Relations Ex t 6-ieures
A Mr. Ch, Laforestrie, Chargd d'Affaiiles d'llaiii a Parig.
Monsiourle Charg6 d'Affaires,
Pai r(IVI Vos IoLfres des 8 et 15 Septembre dernier qui ont ea toute rrwn attenLion.
Conforrn ment i ce qui a Cv6 ;irr A enlro v,,),zs P- le CV6 lit G6ncral Fran(,ais, rela Live men I an pavement du troisi6rle torme o- cetto annee tie notre dotible. dette enters la France, j'ai remi ; co jour-aii Clvii-6 (V Ul'aires grant Ia L6(yation Franciuse, .une trite, 4 90 jours do vue, (Ine j'ai fournie sur vous, a cet effet, on faveur du GouvornemenL Francais. Asp6ro, d'apr6s co quo vous m'annofleez, quo cette traite';era pay6o A 1'6cti6aDCe 'eL que le niontanL eu figurera dans le r6gleinent du solde do la double detto. 0
Jo vous f6licite des considerations en vue desquelles vous avez ,dA prendre les dispositions qui ont donn6 su.i Le au present tirage.
. J'ai pris bonne note do lVat, au 15 Septembre 6conl6, de la question de bons faveur Mrs. Belbronner et Cie. Si le Vice-llr6sident du counsel vous a d6jh 6crit A F gard de cette alraire, ainsi qn'il m'en.avait exprinit.I le d6sir au depart du packet du 23 du mois dernier, sa communication no contioa, sans douLe, rien .do contraire aux derni6res disposiLions auxflu, Iles vou Veils Oes arrW, d'accord avee le g6n6ral 0. 11-imeau, vis-a-vis do ces Messieurs PA' to Gr6dif. 06nesral Frangais.
Quant aLix questions du solde de la do ible deLle FranCyd- o et L. S& et Cie. qui devaient aussi fdre l'objet do la commil.nication du Vice-Pr6sident du consent, les Vues, de inon coll6gue no manqueront pas, probabl(,ment, de timber (Faccoril avec les vbtres et cells du -In ral 0. Raineau. Pappronds par cc packet du de16gu6 du' 'G'ouvernement qu'il prendra dei tuesuros pour retired ((Ie pliis avantagaesemeni, possible )) lei bons S6e...
Jusq!l'ici, vous no m'avez pas accuse reception des Ir;6!es, ensemble frs. 10,709,31 quo jo -, -ous ai expedites, to 10 Mai dernier, par Foccasion du g6ri6ral 0. Ranicau ot dont les dupAcalas vous ont U6 rernis par le packet suivant.
Ces traiLes, commoje vous le di ajs, 6taienL applicable au ser-vice flu Gpartement do l'InsLruction publique. Mon col16,guo ni'avaut annoncC quo ji-isquli pr6 enf, it n'a re u de vous au-




IAOISI'U! PARTIP. 47.,
tune otnrnunlcat ]on 'a cet gard, jo vous prio do nous.fixer dans )a circonstance.
Attends la noto dont vous rn'ant oncez 1'envoi par le pro,chain packet, des d6ponses que, conforrn rneut ine's instructions, vous avez-effectu6es uu moyon du bon de frs. .100,000.
Agr ez etc,. etc.
X0. 55. Porkil.-Prince, 10Novembre 1875.'
AJ1r. Ch. j.aforestriie, Charge d'Affaires dWaili d Paris.
Monsieur lo Charg6 d'Affaires,
Vai recli vos lelres des 14- et 15 Octobre dernier.
Jo lro:d:, note du retard qu'a 6prouv6 le r6glernent de ]a double dette Francaise, par sui to do la suspen.,icla des operations do Pelliprunt.
Je desire. vi'vement, binsi que le Gouvernement, que. les difficullOs ayant 616 aphinies, ]a mission dont vous 6tes charge, 4 1'(,-aid de colte detle soiL ou cc inoinent enti6renient accomplia ou a la veille do 1*6ire.
Je regrelto infiniment de constater quo vous ayez W conduit A me r(Wtrr que, (( par suite do PjmposibiH16 d'obtenir du Gouaverneinent. les pleins-potivoirs n6cessaires poor la silmature
Wtine convcntiOD, c'est4dire d'un acte 6manant du Chef do
I'Eta et con Lro-signO par i-noi, vous no pouvez vous exposer
entamer auciine n gociation sp ciale ot particuli6re avec le GouvernemvnL Fran.,a i s.
LeE pleins-ponvoirs, comme vousne 11-norez pas, 6manent du cob net (in President, dllaati ; el, ien qu.ej'aie on Pinfention, sans attended le proj A de traiL6 postal que jo vous demaDdais le 28 Aofit dernier, de vous exp6dier par le packet suivant les pouvoirs De'cessaires pour le conclude, ce West qu'aujourd'hui quo j'ai pit le faire.
Le cabinet (fit Pr6sident journey sonvept des questions pressanies potir la saiisfaclon d'antres plus pressantes encore.
Yous irecevrez (]one avec; ma pr suwe, les pleins-pouvoirs du Pr,'-sHent dllmlj, d'apr6.s lesquels votis 6tes appe16, comme comMissairede ]a Mpublique, It faire co traiI6 avoc le Gouvernement Frangais. lAlo reposant, ainsi que ]a Gouvernement, sur vos luffli6res at votro patriotism, jo vous donne pour toute- instruc-




TROISILML PARTIES IT.
tions, dans la circonslance, d'61aborer cot acte, Sur ]a base-d'un trait& do poste complete, conform6ment aux disposiLions exprim6es cot &gard par M, r. S. Buffet, Je me persuade que, par les conditions du iraM, des avantages r6ciproqties seront m6nag6s aux deux pays, Je serai heu*reux do recevoir, par le prochain packet, voLro response a nia IoRre da 27 SopLembre dernier par laquelle je vou% ai transmit les pouvoirs n cessaires pour lever Ilopposition do Mr. L. S6e eL Cie. faite aux mains du Cr6dit 66n6ral FranCais et poursnivre M. St.-Aude fils. Je vous ai 6crit plus tard, que le g6n ral 0. Rameau ul'avait annoyed qu'iI allait' retired les effels S6e, en payant ces Messieurs. Jo voUs samurai gro de me' fixer sur 1'6taL actual de cotte double question.
Notre situation g6n ralo est toujours la m6rno, A l'int6rieur, la tranquillity conLinue 4 so flare senior pal-tout.
Je vous exp6die avee ma pr sente les deniers Nos. du Monilevr. Vous y pourrez lire, enLre autres acLes, des measures administratives dignes WiMdrk.
Veuillez agr er, etc.
EXCELLENT.
No. 56. Port-au-Prince, le 23 Novembre 1875.
Le Seerdlaire d'Etat des Bela, ions- Ext rievrrs
A M. C. Laforestric, Ghargd d'AlTaires cl'Ilafti, 4 Paris.
Monsieur le Charg6 dAffaires,
Jo vous accuse reception do vos frois let tres des 30 Octobro expire et ier courant, dont une CODIIdentiefle.
La. substance i important de votre correspondence a W communiqu e au Gouvernement qui no manquera pas Won tirer le meilleur parti, quant au point de situation et d'ad minis Lra tion. financi6re du pays dont vous nl'entretenez.
Yous avez dfi remarquer, aux terms du premier paragrapbe ,,do ma letter du 10 du courant, relatif h la suspension des op rations de 1'emprunt, qui j'ai sernbI6 faire allusion h d'autres ,difllcult6s financi6res quo cellos quo vous me pr6cisez en quelque sorte, par votre derni6re: correspondence.
Yous m'avez, sans doute, excuse une error clue vou, avez vous-meme provoclu6c, par la briket6 de votre corespotidauce
-1frimitive et subsequent a cc 5ujet,




WtfiSli'= PARTim. IL
bl, ol qu'il on 90,1Vmprunt ayant to; rldult A frs. 35,1M,000 Io Government ayant com-henc.5 a romisal, pour en &qjjf'jbrer 16 Sel-WO, J13 Vou-, 6crirai plti3 amplomeaL par 10 paLl ut du 28 courant, ou du 10 D =nbro. Tautefbis, it est 6vident'.que cc gervico no peut pas se f tir.- sur la garanfie de 15 0/0, A 1.6duhcl
en proporiort, 1)uisqu'il no Sagit, ph's ni (to 50, ri d,--6'0 millions..
Uri notivel cavoi do fri. 500,000 est fait liar ca pr at pac
-ct et direclemect au g6n6ral 0. ltame:iu. Jo se4s heureux quo to r6glernek do !a doubledetto Pat 61re hl!c% X cat 6-'ar't j'appre 10, ainsi quo le Gouvernerhant, Ico consid0-ations que Yous rn'avez sounji3es,, et jo vbis his3z bIrm, en Qon nomi vos pollvoii s 6tant, d'aillours, suffilsaws ;I dot eff6t do faira tout c,, quo votre intelli-elce ot votf-'a fact ;e, volis su"Aront do, n6ces
dans fesquols nons avozj,,4 c:)nflanc Wro en vuO do sauve-arder daus la circoas
0 Lance, los inl6r6ts
xnaraux et ma' briefss du pays.
No ro situation int6rieure Wa pas chanr,6 '- la tr-dnquillit6 'so imaintient, toujoars partout.
Vous rece-vroz avec ma pr6sente los deniers nnm6ros du Von iteur faisant suite 4 mon pr e dent envoi.
Agr6cz etc.
EXCELLENT.
No. 57., P&t-au-Prin6e, Ie 10 Wceni r6 ,875.
Le Secr ta are d'Etat des Relations E xt6rievres,
A M. M Laforeswic, Chargd &Ajfai cs d Paris,
Monsieur to Char-6 d'Affaires,
Pal recu. les lottres quo vous tn'avci aAress6es les et 15 liovembrc dernim Los coin muni'cations quo vous mly Avez faitews ont on toute mon attention et ont 6t6 Sournisus 4 colle du Conieii.
Si Fa,;ourfjea)ent Aes poursuiles A exer6or, Wapr6i vos ins. truc,,iorns, centre Mr. A. St.-Autle, doviAt 6Lro pr6judiciabto, dans Ses consequences, a la confi-ince quo doit inspirar le Gouvfwnemoat ot au credit nation.!, vous avez &I, nul doute, apr .i
-vous 61ja entendtiavec le 9 116v-ll 0. Rafneau, elfectuer c,3s poursuites. L'opposition &e.alur.-; ;cv6a, vous sel-ez, con me vous MO I an,13,icez, on. mesurd do fArd bc;t; au paiemeat des traiLes qua, j'ai fournies su vwis.
Ja trends note qua vous avez recu do zotre Mialsire a!




-shington un m6morandurn relatif au droit d'asite, des U-galion VLrang6res en HaYti. Je no fais quo vous approuver de vous 6tre abstenu, en Pabsonce Winstrutions pr6ciSe3 d0ma part I cot dgard, do communique cette pi6ce aa cabinet franCais.
L'affaire Canal ayantinspir6 au Gouvernernent des craintes pour Pavenir des institutions du pays, Mr. Preston -avait &6 eharg da faire des ouvertares au Cabinet Americain Jans 16
dt dlarrivar conclude au Port-au-Prince une convention qui limi(At ce droit d'asile, ou, dans le cas d'impossibiliW-, Fabolit retirement. C'estainsi qu'iI a 6t6 arnen6, dans la vue d'uno prompted -solution de ]a question, soumettre A Mr. Fisli le memorandum dont il vous a exp6di6 copie, ainsi qn' votre 6116,me de Londres, m'a-t-il (lit ( bien quo celui-ci ne m'en ait rien 6crit par ce packet). 11 ru'a aussi fait parvenir une copie de cc document, en me prian L do vous downer dans la circonstance les instructions pr6alables. Mais le Gouvernemebt, so
-r; servant un noa.vel examen, qui n'a pu avoir lieu jnsqu'ici, de cette pi6ce qui vise un objet si important, je vous &r4ai plus tard 4 ce sujet.
En-raison des instructions transmises au g6u ral 0. Rameau, il y avait lieu d'esp6rer que vous series mis on measure de faire face aux d6penses n6cessaires et indispensable do la Ugation et au 'paicinent do ]a trite do fes, 43, 387,50, mais, un regrettable malontenda s'6tant product Alcet 6gard, J'approuve 1'emprut, t que vous avez 6L6 oblige do faire pour r6pondre aux.pressants engagements do la Ugation.
Rien de particuli6rement saillant, h vous manner quant a notre situation g6n6rale. A l'int6rietir la trai2quiliL6 et Fordi-e se maintienrent toujours sur tous les points.
Le Vice-Pr6sident da counsel, -est parti ces joues derniers pour le Nord, d'oii il sera de return avant lonalemps, h moins 'do circumstances inattendues et y exigent la prolougaLioa de ion s6jour.
Des nouvelles do St. Thomas, par im. packet, annoncent tine ,auLre insurrection Ba6ziste qui a &lat6 dans i'Est d'HaYti, mais le Government I'a imm6diatement rdpriw6 et les chefs do cette t6mdraira enterprise sont en fuite,
Je vous remeLs avec ma pr sento Ics derniers Nos, du Moniteur faisant suite mon prec dent en 'oi.
AgrOez, etc, etc.




t1170141ELIE PAWrIE.
Port .ati-Prince, 10 F6vrier 161G.
Le Secre'laire d'Eta Ides Belations Ex1&_ieqres
A Jh% LafiurMrie, Charq dAffaires Yllaili d Pai*4
konsieut le Cbarg6 d'Affaires,
Fai re .u votre letLre du 15 Janviet dernier'qui a eii toute mon, attention.
Le 10 du m6m e mois je vous 6crivais que, sur la dernande qua le Ministre de FraDCO m'avait fafte du paiernent du terme dL! 31 b6cern6re de Id doubl-, dette Fran(, aise, -jelui avais r6_1 Pondu que le solde de la dette, v comprise le terme an question devait avoir 6t6 pay6 le 16 Wc;mbre, conform6ment aux d6l pkhesque vous rn' wez addresses.
Vous comprendrez done combine Je me suis trouv6 d6sappoin. 16, en'apprenant que, jusqu'au jour de votre derni6re letter. la dette n'6tait pas encore service. En presence do cette circon's'lance -at de, celle tout aussi regrettable du d6cotivert en face duquel voLls vous trouviez, pour routes les traits tires sur vous at 4 choir apr6s le 31 D6cembre, j'ai dq demander, au g6n6ral 0. Rameau. un 6tat do notre situation, relativerneat au derner empruA t.
J'apprands avec satisfaction que, grAce au contours du g6Jaeral '0. Rarneau, vous avez dd payer 1'666ance du 11) Janvier expired, an fiveurs de Messieurs P. Rivi6roiet Co de L 217,226,032 ftu inoyen d'UDe operation d'6-ale valour, faite. .1
avec Mr, J. 1.
,Simmonds et dont it y aura a couvrir la Ugation vers les preiniers jours tl'Avril en m6inc temps qua do frs. 10,000 emprunt6s 4 Messieurs LaforesLrie pour payer Fesc= ud.es trails fournies pat Mrs. J.. P.- Simmonds. Je series Wapprendre bjent6t do -vous quo ]a Lkation a pu, depuis; falrS face aussi A ses autrerb ellgagements.
Noire. situation int6rieure n'a pas, change depuis la dernike uainzaing ; la tranquillity so, maintient partout. Le Pr63ident TaYfi a 6t6 chaleurcusesement'accuilli par toutes'les po unations qu'il a jusqu'ici visit6es,
Youlllez-agr6er etc'. etc,




Ta I 01titX13 rkau- IL
No. '59-- Paris, lo 29 76vrier 1876.
A Nowleur le 6ndral'Exicellmr, Seeritalre dEtd,' dis lWations
ExW'rieures, a?4 Fort-au-Prince.
Mansicu r le St-cw&ta* re d'Etat
"Comme j'ai eu I'hoxineur do vous en informer, je n'ai 616 mis. ew measure ni p ,r les- concessionnaires de 1'emprunt,- ni par )a gWral 0. Ramean de payer les traits tikes par vous sur I& Ugatioil.
-Uans cotte p6nible situation, j'ai fait tGut ce qui d6pendrail do moi pour wu3'6pargner tin pro.6t.
Messieurs Weber et Cie, qui ont fait preuve de ]a plus grande tourtoisio ont, consent ii accepter comme equivalent au prot8 un acte qi te je leur ai remii et par sequel jo lies relke, au nou Ati Gouvernement, de toute d cli6anco quelconque.
Mal heit reuieuientces Messieurs pr6tendent avoir re u do Mia. siour la Vice-Pr Mdent une Jettro dans laquelle par suite do ja no sais quel malentendo, il est dit quo les fonds pour le patiomant do c,,s traite3 ont 6W remis A la Ugation .
Ea ifi6me temps, on r6pandait partout le bruit quo le Goaver,nament avait, on. effet, expMM ces fonds et quo, tandis quo nous lai.-7sions protester votra signature, des sornmes considdrables restaient d6po3das sans OMP10i C113Z Mossieurs F; Perquor et ses fils -du Efivre.
.11 eit 4 poine bNeoln do Vou4 dire, Monsicur la.Sacrdtalre clltat, quells impression la letter do Monsieur le Vice-Pr6sident Ot les bruits indiqu63 ei-desgus oat produite sur Messieurs Weber et Cie. 113 M'OUt imm6diatement 6ent ittie letter tr63vivo dan3 laquelle Us vent ju&qu h mettre on -doute malDyallt& Desireux,, vous le comprandrez san3. peine, do -faire la lamWe gur tOUS W3-faitgi jO MO gui3 umpresA6 d'adresser Ulorisieur le g6n6ra'l 0. Rameau la lottra ci-joiate en copie qui est rest6e, juaqu% oo jouri tan3 r6pouse.
Vous no trouverez pas uftativais, jloga Vosp rer, quo J0,6003Mte quo j'ai fait tout co qui diSpondait do mot pour sauveodar h difynitd ot I'honneur du pays, si -tr.3tem6at Gompromis, et qub ja d' line,- do la manl&a la- plus formally t6uto part de responsabilitts dans la p nibla situptio:1 qaj Udw es4 1 iw.
veuillez
Q3. UFORESTRIS.




TROISlLXE PIRTM. J1,
No. 59. (bi3) Paris la 25 Fftfer IM,
Ugation d'Halti J Pwis.
Jfo=eur 1c qdneral 0. Ramcau, Conamissaire Sj>Jcial el &IIg da Government, d Paris.
GWral,
Par une letter, on date d'hier, Ifessieum EJ. Weberet Co. rn'ont faiL cmnaltie q, 'ils venaient (to rodevoir une lettre do Mousicur le'Vicp-llv sldont da G),I seil qiii leur announce que, to Couvorneinent a f iit parvenir ici les fon(Is n cass*es p4ur Io' fzio.oent (les Irailes tires on leur faveur.
C-tte asser, io:i do Monsiair. le Vico- IWsident est corrobrordo par to bruit. r,!I)anAu par',out quo des fo ndi suIlLant.3 pour faire faco.atix &h auces do la Legadon sont. actue110nient d poses 'Ot restout 4ans oinploi chez Mesjeurs F. Perquer et ses fils da IiAvre. On ciL(- m6mo lo.i niaiioai de, sur lesqtiollds SOA tll' CS 103 traiies. vC.-niies aLI Gaaveracmcnt on paievi .ant de droils do'downe.
11 est A peino besoin de vous diro qual tort immense un paroil bruit fait aa Gwiveropment.
11 strait, on cifct, initialifliblo qu'ayant dc3 fond3 disponi blef", nous pWisioi,; laisser protw.er la signature do Mbusieuir Secr6tuire d'Elat des Finances.
It imported done, g6n6ral, qu'il soit pram-)temont fait justice d'une aussi odieuse r-alomnie, ot je rogarde comme un dovoir do ous prier tie vouloir Won me mettre on measure, par uno d6claration officielle, do d6mentir des bruits qui portent atteinte 4 Fhonneur do notro pays.
Ch3. 4FORESTRIE,




PARTIN.
Xo 60'. Paris, le 7.Vars 1876,
Ugation dILAId I PariSS,
Ronsieur le Viii ral F.CC61tent, Secr tairc d'Elat Jes Relati'ns Fxlgrievres, aqt Pori- au-Privee..
Monsieur le Secr6laire d'Etat,
30 s*ulis obli-6 de, yxis fa're part Wan incident regrettable qui '
se proluire etqui me semble exi-er quelques explicafions.
M monsieur le g6n6ral 0. Rameju, d6siran L traitor directement' A Lrang6res, du r6glemon.t
avec, M.onsieny le, Alinistre des affairs E, :do notre double detta, a 6crit, a mon insu, 4 Monsieur'le Oirectour du f'rotofole pour demander une audience. M. Mollard m'a irnm6diatement informed, par W. grape, do cette d6mirche, en me print Wintervenir pour la r6gulariser.
Vous ne 'Fignorez, en effet, pas, Monsieur le Secr taire d'?tat, le droit des gons iriterdit ai' n6un Government 6(ranger d, .. ocier ayec un. agent a.utre que celu.i aeor6dit6'aupr6s de lui,. outb n6-ociation poursuivie F insu ot on dehors do I'ageat r6guli6rement accr&M6 West qu'une intrigue.
Je m'empressai d'intervenir et d'attribuer la d6rnarche faite par Monsieur le d6l6au6 du Gouvernement A une connaissaDCO jmpjrfaite des usages diplomaliques qu'en. sa quality do millfaire il Westnullement tenu do conn I aitre et la
disposition de Af..'le g6n6ral Ramea.u pou.r IuJ f.aire obtenir I'aqdience qu'il a demand6c.
Mallieureusement, M. le del6au6 du. GouvorDement, pprsisiant daris sa volont6 do D6gocier dtrectemenL avec. le Gouvernement fran ais sans ma participation, n'a pas accepted, mon inLerven.ti6n et, comme I ignore quells sont les communicationsqu'il d sixe f4ii14 A M-le Duc Deeazes, je 'me troupe dans Fimpossil)i.IR6 do transmettre moi-m6me ces communications et d'aplanir les gra ves diffi.ImUs aver I esquelles nous sommes aux prises.
Vous comprendrez, sans que j'aie besoiq d'insister, Mimpression produita par un, lncidzn t aussi exLraordinaire., Mia I'opinion aviit M6 unanime A consider Finsertion do Favis publi6 (lans le journaux le 10 F vrier 4ornier comme une injure
ublique fAta A ]a Ugation qui est le d6positaire des litres do flernpront. Aujouyd'hui, ]a pr6teiition, contraire, au dr)lt des, ReIr; do Af. le d6l4j du, Gouvoruemeni de n6gocier direct(4-




TROISIkME PARTIES: 11,
meut at en.debors de. la Ugation avee le Gouvernement IfrauT Cais, ach ve do rendre la situation insoutenable.Je Waur is pas h6sit6, Monsieur le Seer6taire d'Etat, pour mettre fin a res difficult6s sans cesse renaissantes, prier soa Excellence le Pr6sident do ]a R6publique de vouloir bien m'autoriser A renter dans- la via priv6e, Si ma ratraite an ce nioment ne co'nstituait un acto de faiblesse, qua je ne veux point
0 meLtre, et si surtout la-lettre si parficuli6rementbimvailcaL rm son Excellence le Pr6sident a daign6 ni'6crire le 10 3aniaiequdeernier, ne m'irnposait le devoir de roster mon poste.
Je suis done oblige do me border 4 vous faire connaltre les faits comme c'est le.devoir de ma charge, an vous riaut. de Nouloir bien les porter la connaissancedu- Conseil.'
Teuilloz agr6er etc. et.c.
Clis. LATORESTAM
l', Paris, la 15 M.ars 1,876.
L gafion dllahi i Paris.
ltonsigtw le qin ,ral Excellent SecrItaire d'Etat des Relations Extirleures,, au Port -au-Prin ce.
Monsieur ]a Secr6taire d'Etat,,
J'ai vivement 6protM moi-in6me at j'6prouve encore. Ie d6sappointement quo %,ous m'exprimiez dans votre letter, du 10 H.vrier, en apprenant que la d6l6gition qui devait 6tre remise, ainsi qu'il avait 6t6 convenu, an Gouvernement franQais, Y.o inlavait pas 6t6 d6livr6e par M. le g n&al 0. Rameau. J6 ne puis qua m'associer A votre regret.
En ce qui concern la nouvelle combinaisori, qui consislerait 4 r6aliser un emprunt do cinq millions do francs suv df, p6t, (I o Litres, j.-, no sai,- point encore si Al. le del -n6 du G6dvernatnenl, so d6cidera Paceepter- Pour moi. qui crok tout pr f6rjb'e 'a ]a situation actuelle, jo cdasid-,. rerais -comme uaa fauLe de repousser cetto offre.
. Dans Ntat do, notra er6djt, une pareille propo3itionest presqae inesp6r o. Aussi les banquiers, qui nous la font, ii'a-isseatits quo sous la pressing du Gouvernement frangais, at ; bleutils d6sireux de provoquer un rofu3 do M, le g6udral 0. Ila-




moi-mimE PA.RTmr
ir ea rejeter sur, now la respongabilit6 del graves dlf-.!
Icly u ons menacent.
Vouillez aV6er etc.,
Ca. LAFORESTRIE..
rei t-!autIIrincr,, le 20 MaIrs IS70 t6gation dHa7 d .1 Paris.
La Scerelaire &Flat des Relations Exlerleun s?
A J11r. C. Delinois, Consul d'ffafti d St.,Tltomas.
Monsieur le Consul;
D6.3 ]a reception de ma pr6sente, failes. p:irvenir .11r. Chs., Liforestrie, notre Charg6 (I'Affairo5z, Paris, le te'logramine ci, deSAOU3 dont Fexp6ditioix est eopsi(16.r o qrgewo par le GoLivernoment.
a Pour Irai!es Sievers pra!es!&s oppose s jns Ward saisie-ar-m r t sur titrC3 emprunt h lui ravenan. ot on inains Silvio, Paris. a,
A-r6ez, Monsieur le Consul I'assurance do nja consddrallon distillgu6e.
Le Secr6taire WE[at des Relations Ext6rieures.
EXCELLENIL
Port-au-Prince, le 29, 'Mars L876,
4e Secr6laire. dEtat am Ddpartemcni des Pelalioms I I ExIdricures,
A Mr. Ch. Lafm-sirle, Charl.2 dAlTairis d'HaW it Paris.
Mcmieur le Charg6 d'Affaires,,
;3 vous conirmo ma lotte du I I conrant, dont ci-joint -daplicata, et vous; accuse r caption des Ofras des 29 f6vrier dernier bt 7 du present mois )a derni re courant copic do celle que vous avez adross6o lo 25 f vrier au- Unaal




J'ai prii bonne n9tc, ainsi quo le Conseil, do la situation financi6re. de la It g-aliort et do I'Dat d" questions do J'Em" et do la double Dette. Fnlnqaise, A, ce3 dates.
Votre 1,,uro du 7 a, du PrS-.
sident d*HaT!J oL des naembres'da' Con'spil.It est infIniment regtotLable q:io lo. Un6ral 0. Rameau
du (ionvcrnom,' nt d1laili et commissaire, spil cW oit fait, aupr s du Djrec ear.du 11'rolow!eaux affaires,13tran. g .r,,,s, ht dilmarche quo. va-is ai'avoz- annone6e, -sans qu'auprealalol_- il.se Ifil. ewendu avec vous, ea votro qualiL6 do ChagO (I'Afla'rns WHM'J. Ge'le niani6re de proc6der a, dtl noturvllenje it em;)Ach, !r le sicc6s do 1'eatropriv du Un6ral, o. ltlnv, )U. M is jo crois, pa ivolx esp6iorainsi que Io Gouv r.icavn qu'nn, ,, entered uL6ricure avant ou ieu, entro lo Dcl6aiie- ot voli- les afraire3 ont e_ tnen6ca, do. telle fa oa (lue 'des difficuW s ow. pu 6tre I v6es depni.s.,
Ufme fles I)ILIZ; serieuses qu.-Ations et qm preoccupy vi--. venient le Gouveine.nent, le toldo (to la double Dette, I aralt =1(uredsement devoir suldr u retard., en reason du temps Warr& surventi dans Veinprun.l. Aussi, le GouverneMeDt VOUB revoinmande-t-il, par mon organs, do fairo do votro mieux, tant officitusewnt qu'ufriciellemanf, pour arrived 4 obtenir Ile sursis qui, I);jr raliport aux eirconstances do g6no et do troAles quo nous traversons, nous est indispensable afin do payer los stores ftlvis ct 4 6choir au 31 Niars courant da la susdife fla!e. Jo laisse votre s-,go pr6voyanco la terino do cc urs s, vous eouscillant, toutefois, do vous qrroter A cc qui vons paraitrait n6cesmiro en pirmant pour baso de proportion le (Hai qai nous avait o accord6 en 187 4.
A c6t6 do Fordre f6rmJ du (Ir6sident d*HaYii quo j'ai. transrnis Par le'deruier packet ou Gft6ral 0. Raweau do reLourner au I Port-au-Prince, pres vous avoir cliar,6 du resle do ca mission, Je cornuouniquo par co packet aT Delf_ gu6 du Gouvernement Popinfon du Vica-Pr6sideut du G)nseil sur It ndcesAI.6 pour le G n6ral 0. Barneau do rester oncore Paris, nfin do continupr sa mission. S11 so &eide a rotourner en lafti, vous vous charperaz done du ratte do sa mission ot prendret sons retard touts Ie3 inesuros propres A moner bonne fla les questions entam.les jusqu' ci.
Jo vo-.Ils Lis aujourd'hui, par ]a voic de St.-Thomas, un 11616gramno pour vous prescribe do saisir-orr6ter des mains do ur. wvic- a. Paris,, les fires do VErnpruat qui revionneat




Mr, Sieverg. arin de couvrir le Gouvernement -des.traile& proteWcs de celui-ci s'61evant h fes, .36,000, environ frais. comprise, Je vous autorise 4 faire, pardevant les tribunanx tomp6tents et p ,r t'interm6diair0 Wavocats constilu6s, ou autres, tous. les actes. n6cessaires pour arrived k cette. saisicarr6t et a u pai6ment de la, cr6ance- do 4'ad ministration.
le vous. remets. avec mi pr6sen'to les.derniers num6ros dtiMoniteur. Vous, y pourrez ramarquer, les difforentes fices. qu'ont pr6sent6es les 6v6nemenls arrives dans lo Pays., Tou-tes les, measures prises par le Gouvernement et qui, peuvent toucher Jes int6rMs strangers out 6L6 communiques aux. 4g.enls, di lomatiqucs et m6me au'x agents consulaires,
VCllille.7 agrkr, etc, etc




TABLE, DE:G- MATMERE9
TRO ISIE.ME PARIAH
NO. I. Setr6laire WEtat des Financei
0. Rameau, 10 116 5 1
2. Note remise 4 0. Rameau, le 10 Alai 1.8751
Seer6taire, d'Etat des Finances
A 0. Rameati, 10 Jul]. 1875r 3
4. La m6me an m6me, 24 Juil. 4
5. 0. Rameau,
au Secr6faire d'Etat des Finan.ces 30 Jail. 5
6. Le m6mp, aq m4me v00
7. Le. m6me a'u m6me M 6
8. Le Secr6taire d"Etat des Relations Ext.
h 0. Rameau 24 Aofit
9 Le Tn6me au metne 10 SepO. 7
. 0, 6. Rameau,
Au Secr6taire d'Etat des, Rel. Exlt. B S(-pt. 8
It. Le m6me a u m6fna 9
12. Lc m&ne aii m ,rne 10
Lp Seer6taire d'Etat,
11 a
,a O..Ramean, 2
e merue au. m6me 10 Novembre, It
it 15. 0. Rampau, nu Seer6taire d'Efat, ter. Nbre.
163- Le Secr6laire (I 'Etat, x 1
4 0. flampau" 1 24 12
17 Le m6mp, au m6me 10 Dbro, 4 (
18, 6. Rameau, au Seer6taire d'F,tnt, 30 Nbre. 13
19 Le m6me au m6me, 16 Dbre.
20 Le rn me au 'm6me, 15 janv. 14
it 21 Le r0me an m6me (C it 1. C
22 Le m6me au rn me 20 15
23 Le m6me au m6me 22 16
24 Le m6me aii m6me, 214
25 Le m6me Ch. Laforestrie,
26. Le Seer6taire d'Etat,
4 0. Rameau 110 F6vrier
27 0. Rameau, au Seer6faire d'Etat, 6 Mars 18
28 Situation de I'Emprunf,; au 6 Alars, 21
Q9
ClImptes des valcurs f ;tirn*e 4 la Uption de Paris 22




TABU. D4 WTIERM
T110151j YE rART11C.
0 30, W-lement approximalif de la dette
franqaisc, 23
31- 0. Ramoin au Secr6taim d'Etat, 6 Mam 49
32 Le Setr&aire d'Etat.
h 0. RaMe4aU, 28 24
33 Lern6me au m6ae, 29 25
34 ie me^fno au meaw 2j
35 0.. l1ameau.
au Viec-Pr63idenL du Cons-A 5 A vril, 27
36 Le m6me,
du Seer, Ia*ra (I'Elat, des Fncosj 25 AmAt cc
37 Ch. Ijaf,)ves rie. a S. Ra'dicau 5 cc 28
38 Le m6tneau m6me, 8 it
39 Le m6mna aii m6me, 31
40 Le m6mc au mlmu, 14 Sept.
41 Le m6me au meme, 31
cc
42 Le m6me an m6me.
43 Le mdrne au m6me, J 5 Obre. 33
44 Le m6rue au ru6a)c It dd 31,
45 Le m6rne au m6mv 1.8 Nvrier. 35
bis Proposition de SDIUOO-1,1 37
11 46 Chs. Lnfores:rle,
a S. Itameau 22 Mars,
47 be m6we au meme 8 Avril 32
49 Lo Vioe-PrAdent da Conseil,
A ( 13. ["Iforesrip. M Jail. 40
5Q L9 SUr t;tire (I'Dat des Finances,
' Um Lafirosu-ic, 10 41
51 Le m6me all M6010 10 AoAt 42
52 Le w6ine nu nibme, 23 Sept., 43
49 53 Lc menleau 1116111c, c17 kc 44
4g 54 Le m6me aii m6rne, 9 Obra, 4G
it 55 Lo m6me, an m6me, 13 Nbra, 47
56 Le m6me au m6me, 23 cc 48
57 Le m6me au w6mv, 10 Dbrc. 49
41 b58 Le ruhic au m6ma 10 Fvrier. 1876 51
4g 59 Chs. Diforestrie,
au Sev.r6taira d'Etat,
49 bis Cbs. Laforesfriej
a 0. Rameau,




TIIOT3111Mf PAAM 11.
TABLE DES TUTInnZ8,
60 Qs. Lafotogtfic, Pages.
au Seer6taire d'Elat 7 Mars, 51
61 Lo inkne au m mek, 15
62 Lo m6me au m6mo &9 56
63 Lo SecrOairuo d'Etatj
A Chs. Lafforestrie,
IVIN DE LX TAj3LZ.




SUPPL911 T: TROISU2,1 PARTIES If.
E'N 'E
7 bis -Paris le 31 Juillet 1875
Monsieur la Secr lalre d'Etat des Relations Ext&ieares
Monsieur le Secrkaire'd'Etat,
Los lottres de ]a Malle avant W remise' aujourd'hui tr6s tard et domain 6tant dimanche, dans la crainte d'un retard en AngleLorre, je yous fais ces quelques lizgnes pour vous ,accuser simplergunt reception de votre d6p6chc du W Juillei courant.
Ainsi, j'ai rqu les cinq paquots conLenant, les effects du Crouvernement que vous m'avez annonc6s pour tine valour de Deux millions do francs. Fai aussi requ les dix coupons format ensemble cinquanLe mille fmucs, en traits 6mises par Emile Sievers -ot, C 0 sur le Cr6dit Un6ral Francais, que vous avez passes A mes orders. Dans la pons6e ae vous 6crive plus implement. par. la plus procaine occasion, je vous prie d'agr6er, Monsieur le Seer6taire d'Etat, I'a*ssurance de ma haute consideration.
Le Commissaire special, D616gu6da Gouvernement, 0, RAMEAU.
NO 7 ter, Paris, le 13 AofiL 1875
Monsieur le Secr taire d'Etat des Finances, (lit C40)nmerer,
el des Relations ExIdrivures.
Monsieur le Secr(I taire d'Etat,
Monsieur lo Commandant Multzor avant W d6sign6 par Messieurs du Cr6dit (36n6ral Francais c mnw lour 'Tent; ponr la perception des 45 o/o des droits de Dou;mo au terme de notre Contrat dEmpriint, je ine suis empress6 de Ini remettre la pr6sente 4 vous adross6e et de Ini donnor Fassmyance d'un accueil favorable.
Dans ceLtp, pens6o, je vous prie Wagr or, Monsieur le Seer6taire d'Etat, expression de wes sentiments les plus distingn6s.
Le Commissaire special, D616gu6 du Gouvernement,
0. RAMEAU.




SUPPLLAIENT: TROISIE'Ml: PARTIES,
IN 7 qualcr. Paris,, le 14 Aofit 1875.
Jlo)"ieur le Seer9taire d'Etat des Relations Exterieares.
Monsieur le Seer6taire d'Etat,
Fai I'lionneur de vous accuser rl option de vos d6p6ches en Aate des 22 et 21 Juillet dernier. 1ja pi I emiero nia confiraie volre envoi de coupons de cinq et d dix miile francs. Jo vous r6f6ro 4 ceL 6-ard h ]a d6pklie que jo vous ai wlress6e 4 la date du . courant, relative h ces coupons.
Vous avez bien voulu, par voro second dep6che du '24
-Taillet, me motto on possession des seconds de change des cinquante mille francs qui doivent Otre appliqu6s aU Sol'vice du Gouvernement. Je trends note quo J'aurai a payer a Monsieur Jules 'Villovaloix,
ancient Secr6taire do la 1,6,rat;on do Paris, la somme do dix nouf mille quatro francs, soixanle dix centimes, pour solde, Wun arri6r6 dil Alonsielli. Villevaleix. Jo vous prie d'observer toutefois, Moiisietti le Sccr6Lairo d'Etar, quo cotte valour a payer ne u re poirit sur la note qui ni'a 6L6 fournic A mon depart (Ill Port-au-Prince.
,%,,r ez, Monsicur lo Secr6taire d'Elat, les sentiments ros[)cCtL1CU.X avec lesquels je -doifieure v olro d6voa6 serviteur,
L, D616-u6 sp6ciA dU Gotiverneinent dUalli.
0. RAMEAU.
No. 5t bis. Port-au-Prince, 2.1 aollt IS 75,
Lc Secretaire d'Etat (tit Npartement dr* Relalions Ext&ieures
it Alunsieur Charles Laforestrie, Charg (I'Affaires d'llaffi d Paris.
Monsieur leChar,;6 d'Afraires,
'10 vous confirme Ines leures du dernier pavkot, dot i it Vatio est un plein pouvoir special qui vous est trarisn-115 it Feffet do la iiLyoeiation da paierneat par anticipation du solde do la dGUblc(3 deLte Francaise, et vous accuse r&epLioi-l Ju vwre lotte du 31 Juillot Iernior, qui a ou toute mou a"cewion ainsi que celto (111 GOLIvernoment.
by,'apr6s la colimunication que vous m'avez faite et lo ; avis du Gal, 1). Rainoau, rela! i Vement aux 2)000. 000 A francs




TROISI MH PARTIES
de titres qui lui ont W pr6c6demmont expe'die"s, J'ai, 6crit par ce packet an D616gu6 du Gouvernement Wavoir 4 ne pas se server de ces bons, puisque, Femprunt ayant r6ussi, it v aurait inconv6nient 4 les mettre, pour le moment, on circulation. D'ailleurs, it avait 6t6 prescrit an Gal. 0. Rameau do n'user de ces effects, 6mis pour la liquidation des dettes de la Ugatiori, qu'en cas d'insucc6s de I'Emprunt.
Jo ponds bonne note do votre communication cone.ernant volre abstention de toute decision relativemerat aux appolntemonts de Mr Simonise.
En consequence do vos observations sur l'insuffisance do votre treatment et de celui du Secr6taire do la Ugation, je ferai de mon mieux pour quo les Chambres prochaines rern6dient 4 cot incoriv6nient ainsi qu'! celui relatif 4 Findemnit6 do Iogejuent dont vous 6tes priv6.
Lo Government fera on sorte de rem6dier sans retard aux o mbarras financiers do la Ugation que vous I me s gnalez.
Youillez agr6or, Mr le Cliarg6 d'Affaires, les nouvell'es assurancos do ma hauto estime.
Le Socr6taire d'Etat des Relations Ext6rioures, EXCELLENT.
P. S. J'ai bion re u, sous lo tonvort de votre susdite lettre, le Bon do fs. 100,000 ct to Iteeu on duplicate, do P. 5, 000 de Mr Garrido, Secr6tairo d'Etat dos relations Ext6riCUrcg dominicain.
Veuillez m'envoyer, comme, d'ailloursje vous I'a demanded; (I j un conipt6 d6taiII6 do 1'emploi, des fs. 100,000 dont il est question plus haut.
No. 6 1. Port-au-Prince, le I I Avril 1876.
Seir taireric d'Etal des Relations Lxtdrieures
Monsieur Ch. Laforestric, Charg6 d'il 17a ires Vfaiti d Paris,
Monsieur to Charg6 d'Affaires,
T,,,i note. du. U5 f6 rior que VOLIs avez transmise au D6]e'gue' of C)-nmissaire special dola Upublique A Paris, pour le r6g emmt des titres restart de I*Emprunt est approuv6c par 1, G)uvernement.




IV. SUPPLf,.MrNT TROISAME PARTIES 11'
En consequence (16 cette approbationje v6us donne, -par la pr6sente', Wapr6s la volonte du Giuvernoment,' et en son nom, plains' pouvoirs de tout faire pour tout conclude, dans ]a forma et teneur de voLresusdite note, s'il',n'avait 6t6 fait rien do contraire Pop6ration dont il s'a-iL avant ]a re'cepti6n dut6l &amine qui vous -a 616 adrosso dans la circonstance.
J'aime h esp6fer que vous ferez de votra mieux pour, clore -.cetbe affaire au, plus t6t 'possible.
Veuillez etc.
Le SecYtaire Xfitat des Relations lxl riew-es.
, L XCEIZENT,