Citation
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation

Material Information

Title:
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
Added title page title:
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation rendus en matière civile et criminelle
Creator:
Haiti -- Tribunal de cassation
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
Impr. nationale
Language:
French

Subjects

Subjects / Keywords:
Law reports, digests, etc -- Haiti ( lcsh )
Droit -- Jurisprudence -- Répertoires -- Haïti ( ram )
Genre:
law report or digest ( marcgt )
federal government publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began in 1856?
Dates or Sequential Designation:
-exercice 1948/1949.
Numbering Peculiarities:
Some years issued in parts.
General Note:
At head of title, 18<89> 19 : République d'Haïti.
General Note:
1891 has imprint: Paris : Marchal et Billard.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
648674465 ( OCLC )
Classification:
KGS70.2 .H35 ( lcc )

Full Text
This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the
Library of Congress




11fJPUBL1,Q(JE WHAITf.
BULLETIN DES ARRESTS Vu
TRIBUNAL DE CESSATION
RENDUS EN AIATI RE CIVIL ET EN TMATItRE CRIAMINELLE
A WiNtS 1910,7
PUBLIC SOVS LA DIRECTION DL
Air Lamartini6re DENR, juge au Tribunal de Cassation.
V(m torisal ton de .117, le SeoiOaire d'Etat de la Justice.
NOR TzA t P 1* 1 N C E
1AIPMAIERIE EDMOND CHENET
138, Rue du Peuple 138.
1909




1, 1 B E Ik T 11" G. L I T FRAT EWN' IT f
BITUBLIOULUIJAITI
B 'W 7
u L L -E ru I N
DES ARRI Ts
n
R.TRIBUNAL DE CESSATION
ntgra itant la t. AIATIf'-'BE CIVILE.
faut XmMret, la
710"?, PC
No 1.
AUTOPUSATION MARITALE.- ExcES DE POUN-0111.VIOLNTION DE L'ART. 148, PROC. CIV.
SOALALIAIRE :
L, dcfoal (PaWorisation wo-dale ne rend pas Vaction de la &mmc
) oll Pecel'oble, mais entrance pom, les tribunaux l'obligation de sm-"'cOhl jusqa t ce que cette aittorisation soit accord6c.
Comment lo6 de Pouvoir ell violation des v gles A saxompetence fi,
jn',le du ptitot'ro qui statue, al/ani la preave que le d(;1eadeiw au po:. Pe NA! va it pa' Natisfait alix condamnations jwonwlc cs centre hii.
li, 1'urt. 118 thi. codc de procMure civile lejugement poi ne coutient IM la 4c'si.1pouiull cle l'officiv), (lit parquet qui a pris dc,,
A R R fJ
dU 22,fanvier 1907.
fren e Pierre centre les dames Rich( jrnoiid.
,I i) A. I'andience du -17 J anvier conrant, Monsiem, le looe L. Deiiis, en son nipport, ainsi qne 1110t)-iWIlt' E111111. ChM]Q-, Substitut (ILI Commissaire dt. Gotiveniement, ell SOS conclusions
Vu lo. le ju(rement attaqu6; 2o Pacte de la dhlor.ition do pomvoi; 39 ]a reqU-Me (ILI dern:mdeLff ; 4o les tutres Wkes par tui p-roduites;




2 BULLETS DF,,, AhLLTS
Les d6fendei esses Wont pastroduit.
Sur le moyen unique, du pourm
Vu I'article !99, code civ.
AttendU qn'eii vertU des terms de l'art. cl-kles6us, d6fitut WautonsaLion ne rend pas Cactioti de. lit Femme no. recevable, mais etitraiiie pour les thIJUMILIX I'Oblirt'-('Ati do surseoir jusqu'd ce que cutte auLorisatioii aiL 6L6 al Cord6e ; k
ALLendu (ILI'apres avoir ainsi (lit, le tribunal civil (ILI Cali floRion) au fleii WoUir Imm6dialement au 1,rincipe qu ,I pos6, a cru devoirsiattuer tok Tabord sur itioii o[ po-6e I'aetion et tir6e de ]a violation de ( 'il rejet6e ; (-Iu'il ne peut donc 60ja 1,,OLJVOII' repioch6 du clief du d6fmit Wau qWil ait tinaiement ordonjj6, axani la plaidowl-e, que la dame f),owil Cadeau, 116C MIC1161ine RiCIP2114, seraiL tenue d'avoir Vantorisation de son mari;
VLI les arts. 35 et 148, proc. civ.;
ALLendii (pi'll r6sulte des terms de Cart. 35, proo. civ.' (ILle le d6fendL!J11- au possessoire ne peut se pourvoir ap6Litoire qij'apr s avoir satisfy di aux cmidamnatimis pro iionc6es centre hii ; que IeS JU(-PS ALI p6fiLoire ayant re, jet6 I'eNceptlon prodiiiLe de ce chef A ladt-mandebien qu'll, zoent eu 1-i prenve que les dem mderesses Wavaient pas acqu:U6 ],-!s d6pens pronouc6s centre elles, en donamit pour raisons qu'elles ne devaient pas dtre condamn6es a u il petis et qUe I'ml. 35, proc. civ., Wavait pas d'a ppl icat io till,
Iespke, ont commis uti exc6s de pouvoir en violakml des i'Lles do leur compkence
Atteijdu que le jigement. attaqu6 ne content pas la d6-ignation du nom da l'officier du p-irquet qui a pris des' conclusions dans Palfaire, ce qui est une violation de I'art.
-148) proc. civ. ;
Por ces inotifs, le tribunal apr s en avoir d6lib6r6, casse et a111JUle le, jiigemenL du tribunal civil du Cap-Haitien, en d-fle dn 14 mars 1905, rendu entre 1ren6e Pierreet les daInes fleizWie Richemond 7 Nlich6line Richemond, spouse Doi vil Cadeau, et Naz6lie Richemond ; ordonne la. reprise de I'amende (I pop6e et, 'pour-kre status conform6ment a la loi. renvoie ]a cause el les parties deviant le tribunal civil




Du TRIBUNAL DE CASSATION 3
de Port-de-Paix ; condamne les (Iffenderesses anx il6pens, liqui(l6s A la somme de et ce, non comprise le coOl
du present arrdt.
Dontj6 de nous, Ernest Bonliornine, vice-pr6sident Gieorues Sylvain, L. Denis, F. Th6venin et J6r6njio, jilges, en audience publique du 22 janvier 1907, en presence de, Monsieur Luc Dominique, Substitut du Commissaire (hi Grouvernernent, eL assists de Mr A.I.B. flu(licourt, Colnmis-greffier.
No. 2
TUTRIGE LEGAL. --- DE F A U T D'I NT 11 T.
SO.NLIMAIRE :
L'In tjr& itant la viesure des actions, est donc non re- eval)le, pour (wfout Xwtjr6t, la mh-e tutrice qui se pourvoit cv Cassalion en son voin personnel, lorsque c'est en quality de tutrice (le sa lille mineun!
que le judgment altaqad Va condamnie.
ARR8T
du 22 hinvier 1907.
Nladame Veuve ZLI16rna Guillaume centre Joseph StFleor et Lysius Louis jeune.
OUY) A Paudience du 8 janvier courant, Monsicur le j:i,,o ,16r6aiie, en son rapport ; Me. Alichel Oreste, eii ses observabolls; Alonsieur Lue Dominique, S'llbStiLLlL dU C:Orllmissaire du Gouveinement, en ses conelLISIONS
VLI '1 0 le judgment attaqu6 ; 20 I'acte de ]a (Mclaralion dn pourvol ; 30 les request des parties; ll- les autres pikes par elles prodLIlteS
Sur ]a premiere fin de non-i-ecevoir:
ALtendu qne l'lnt6v6t esL ]a measure des a-.tions; qUe, I Wa p 11
LI i C s Ont&k, Wa pas d'action; Attend que, appert le judgment altwjn6, c'est en qnall[6 de tutrice 16gale de la mineure Abrie Anne SylN"-Stle que la darne I've Znl6ina GUilklUme,6po-ise (Jivorc6e dt Sylv-streJeLine, a 6L6 condamn6e allx d6pens; qWelle lie pouvait pas se pourvoir de ce chef, en Son 110111 Personnel ; (lu'lle est (lone non receivable en ,;,on pourvoi pom, (16f.int d'int6rdt ;
PLr ces moffs le tribunal apr6s en avoir d6libere,




N :14 D A t I'% fT.S
dame Veuve Zulf5tim Godilam-ne, spouse divert e tic '-'Y1vPsU'e jeune) non recevable bn son poin-voi; ort I o i i n"z
on de I'amende d6pos6e et Coild"ItTille h In k'ollji-C'Mi
aux d6pens, liquids ,t la ,oiyime fie P. 41
distractionn au profit de Me. Michel Oreste qui d firitle Ies avoir avanc6s, et ce, non compi is le coOL du pr Sew 81-1,6A.
Oonn6 de nous, Erliest Poiihnniaie, vice-pr6sident
J');n'01j, G. Sylvain, Anselme (A 16r6mie, juges, en midier, Publi(re dU 24 janvier 1907, pit pr6solice de Mr. 1, DoMillique, Siibsbtut (ILI C0111111ISSUille do Gouvertiernen eL as,,isl6sde Al. A. J. P. l1ndicouit) COID M rs-gr( Hier.
No 3.
POINT DE DROIT.
-SOMMAIRE :
L,, vow. le 1'cwticlc 148 (lit cr)de tic pwidure civite west pas iTMI
qvow lo qlfcstlovs s(mi rcs 'rs d'ime mcmwre trop
poiat de (Ircil pent ( vovcr) la question ev dc;bat d'toie facon lacomq? t
ARRET
du 22 Janvier 1902.
.1ohanem Hilaire centre Charles Donl)on.
Otfi, 1h audience du -1.7-janvier courant, AMonsieur le, im-re
v6niie, en son rapport ; Me Camille LaLortLie, en ses ojjc; (2rvations ; Monsieur Lue Dominique, Substitut du Conjillissaire LIL Gonvernenient,, en ses conclusions; Vu 'lo le iiigernent attaqL)6 ; 2o Pacte de ]a d6chiration w-)urvoi ; 3o. les request des parties ; 4o les autres elles prodnites; Vif ces pai
-ur la premH re branch du 2 rne moyen
Vu Part. 148, proc. civ.;*
Altendn (In'd e-st de rt gle que le jugernent doit Contenir er. SO) la prenve que les forn-)alWs prescrites par FarLide '148, p-e. civ., ef A peine de nulljt ,, (Ml k6 observes ; que )e X-CeLl de 13 10i West Pas vea)pli qmmd les questions sODt POs6es d'un6 enfiti, -.-Lie le point de droit peuL e'non1,1 (piestion en d(J)at d'(jtie hicon Jaconique, ((mais precise));
Attend que le point de d"0it jU jUgement atlaqu6 ses' posi
Ocart( de ces pr ill cipes ; qu'en effet, of, lit ce qui suit
I -uivatit les conclusi
01's de Ale J. L. Vaugues PoLir le sieUP




Du TBIBUNAL DE CESSATION 5
Charles Bonbon, le trilimial doit lui adjuger le b6n6fice de son acte de conclusions poses A ]'audience du 19, novet-iibre et rq)roduites daiis le jupement du 0 d6cembre -1901, en 6,duim)L A 11. -150 les doinniages-int6reAs r6clam6s dans le sus-:dit acte de conclusions que cet expos ne fait point connaitre, N, point a d6cider, sans reconriv aU jugement du 3 d6cembre, ]!)()I, cc qui est en contravenLion aveel'afticle '148, proc. civ.;
Par Ces Inotirsi le tribmial, apr6s en avoir Glib i,6, et sans
vofr bosoin d'k-xaminer les Ier et 3 me moyens et. Pautre branche (N 2 me, casse et annual le jogement du tribunal civil dii Cap-11,iftlen, en date &1 10 november, '1905, rendu sur appel, enlre Chades Bonbon et Johaneni Hilaire ; ordonne ]a remise, de I'amende d6pos6e et, pour etre status conrorm6menL h ]a loi, renvoie I'affaire au tribunal civil de florL-de-llaix, en ses attrihiiLions d'appel ; condatime Charles Bonbon aux d6pens, liqui([(*,,s q ]a sonit-fie, de P. 59.50, avec distraction au profit de Me Camille Latortue, eL ce, non comprise le cofit dit pr sent arr6t.
Donn6 (le nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident ; F. Baron, (-Teorzcs Sylvain, F. Th6venin et J6r6mie, piges, en audience ))UbIjQUe du 22 janvior -1907, en presence de Mt, Luc Donlinique, Stihstitut du Conimissaire du Gouvernement, et assists de
A. J. 11, Hudicourt, commis-greffier.
No. 4
DEmANDE E.N RECTIFICATION D'AlUlft.
SOMMAIRE:
( Ij (wi-O (Iciiwlwe il,,,, vocable et ne salwait Ore rcclific, lorsqa'il West pw; prwvc (pic 1(f pike sm, lap(Ole e base lit demawle de rectilicatioje si, h-omcit m dus. iei, de la demanderesse et que. le t),ibtmal (le Co";s(0io)? o d0d, rd sio, les moyens (lit, pomvoi smis y avoir yov(.I.
ARRET
du 5 F6-rier 4907.
Demanded en rectificaLion Warrk pat- Aladame VeUve A(11 ,Llste flilalle.
OU'fA I'audietwe (m 31 jarivierdernier, Monsiem le jjuge
;7!
1'. I-laron, en sort rapport, thisi que Monsieur LLic Donli11i"pie, Commissaire LILl GOLINeriiement, en ses conclusions;
V'LI '10. 11'arik dont la rechfica!ion est demanded; 2o.
I f1i c, e 1 1.
im cert, it (I'livi-6 le 10 f6vrier 'IM par le greffier C.S.
enregisti-6,et 3o. les request desparties;
I
AILIendu que, si eii principle on peut reminder au tri-




6 BULLETIN DEs ARRLTS
1junal de Cassation, en sa section civil, interpretation de
es arr6ts quand leurs dispositions laissent quelque 111CPrfitude snr les points jug6s, il Wen saurait 6tre (le m6me dans llesp6ce, puisqu'il ne s'alyit pas de rectification cle CateS7 d'erreurs de noms, de demenres et de qualit6s,
Attend que cette demanded en rectification doit 6tre
carte parce que lo. la dame veuve Auguste Hilaire s'est ontent6e de repousser ies moyens du pourvoi de ses adversaires, sans leur oppo er ]a fin de non-recevoir tir6e (le la tardivit6 du (16p6t ; 2o. le Mini.stere public ne ]'a U,- s non plus soulev6e d'orfice, ce qui prove, (Fune fa,-on incontestable, que le certificate dont la demanderesse faiL 6tat WeLait pas au dossier, parce que l7examen de ce' magisti-at se strait arr t6 stir lui; et 3o. au visa des pl cel-' de l1arr6t, rneiAiun n'Lst point falte do certificate pr6tendu d6pose' ;
Attend que la (lame venve Aurruste Hilaire Wa point fourni, A Pappui de son all6cration, la seule preuve qL11 e0t pu, jusque dans une certain measure, Mablir qu'elle a%-ait r6eflement d4os6 au d6libW le certiticat en question, preuve resultant de la production de Finventaire tie son dossier, r6guli6rement vis6 par le greffier de ce tribunal;
Qu'en consequence de ce qui pr6c6de, ce tribunal ayant staW sur le pourvoi qui lui 6tait sournis, son arik en date du 8 mai 1906 esL et derneure irrevocable et ne Saurait We rectified, ce qui doit entrainer le rcjet de la d(,4 mande formul6e dans ce sens ;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6jil)61,6, et sur les conclusions conforms du MiniWre public, rejette comme rnal fondue la demanded en rectification formul6e par ]a dame veuve Auguste Hilaire et la condamne aux d6pens, allou6s A Ales. J. Lauriston Vaugues et Jules Rosemond i la somme de---.--.-et ce, non comprise le cofit du present arr6t.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident ; F. Barot), Georges Sylvain, Ariselme et J&6mie, audience publique du 5 f6vrier 1907, en pr6sen juges, en ce de Al.
Ernm- Chancy, Substitut du Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyenA. J. B. Hudicourt, C0111misgreffier.




r)u T11IFUNAL DE CESSATION 7
No 5
Ra:Nvoi D'cN TrIBUNAL A UN AUTIIE POUR CAUSE r)E SUSPICION LtGITBIE.
SOMINIAIRE:
Lo,,sqme les faits conlenus dans la requNe (lit demawdeit), en r6cu';(tlioi( qont de nature d faire outer de l'impartialitj des juges dwt fribwal, il y a licit renvoi devaid im mttie tribunal pour cause
ARRI T
d u 5 f6vrier 1907.
.I. R. Chenet centre le tribunal civil ties Gonaives.
01JI, 'a I'audience d1l Lrente et on jan -ior dernier, MonSletir Ie june Georges Sylvain, en son r;tpport, et Monsieur
ZI
Elmn Ch( Commissaire du Gouverne
ancy, SubstiLut du
Inelit, en ses conclusions;
Nru 1 0 I'acte de r6cusation fait au, greffe du tribunal ci%,11 des Gonaives le 14 aoilt '1906, et 20 la requke pr6setit6e 't ce tribunal par le dem.Indeurd6ment enregisLr6e;
ALtetl(10 qtie les craintes dont le dernandeur fait 6tat dans sa requ6te sont de nature A faire outer de limpartia106 de ses juges
QCen consequence il y a lieu de dessaisir pour cause de susp cion 16gitime, le tribunal civil des Gonalves de la con11"I 11 SMI(Ie de I'affitire des citoyennes Annalse Durnorin Tous,;:t 0 Louis et Fr6sina Pierre-Louis centre le dit demandem.;
* I'm, ces motifs) le tribunal, apr63 en avoir d6lib6r6, renvole la cause dont ils'acrit devatit le tribunal civil de SaintDonne de nons, A. Andr6, jige fixisant function de vicepr&I(htit; F. Baron, Georges S'ylvain, knselme et J6r6mie, juges, en audience publique da 5 f6vrier 1907, en presence de, Monsieur Emm. Chancy, Substitut du Commis-ahe du Gouvernement, et assisL6s du citoyen A. J. B. Iludicourt, commis-greffier.




BULLETIN AIIRLTS
No 6.
A(',T[-. CONTF.'NANT LES, NIOYE NS DU DEMANDEXII. Fol' DIALITf-S. CONTBAINTE I'Al, COIAI.S POUR -Df--,POT. Lxcf' .
DIII POUVOIR.
SOMMAIRE:
L'onission desmols : ki An greffe du Iribunal de Cassatiol? ), (hois I'c,,(,ploit de S Cplifiealion desmoyeas (lit demawleur'ne Peut Ore co)o4flj2Ye comme unevullile substantielle devout rapper eel exploit qvi contient scidement cette mention : 11 Avee assignation e( fournir les dofenses daw les deux mois, conform menl ii, la loi. La voie de la contrainlepar corps West accovdee (lite 'pour ta rcstilulime d'un d6l)6t Dkessaireet cette eontrainle ve peul Ore pronone6c dto s c(, rus pow, une sonnne moindre A cent yoiwdes.
ARRET.
,lu 5 F6vrier 1907.
I161iodore Pi incivil centre AJODiUS Jean-Julien.
Oul, A Faudience du 31 janvier dernier, Monsieur le' juge 1'. LarOD en son rapport, ainsi que Monsieur Ltic Dominique, Commissaii-e du Gouvernement, en ses conclusions;
Va lo. I'acte d6claratif du pourvoi en (late du 43 sel)tenibre 1906; 2o. les jugements aLtaqu6s ; 3o. les diff6rentes autres pieces produites par les parties, e.- 4o. les reque'Les de ces dernWes;
Sur la fin de non-reuvoir oppose au pourvoi:
Vu les articles 929 et, 9-1, Ier. alin6a, du code de proc6dure civil ;
Attendu que le d6fendeur soutient qu'aux terms de I'article 929 du code prkit6, le demandour en Cassation 6tait tenu de faire sianifier au d6fendeur A personnel ou domicile, un acte coiitenant ses moyens avec assignation de fournir ses, defenses au greffe du tribunal de Cassation dans les deux mois, et que Foinission de cetLe indicatiort doit entrainer la nullit6 de 1'exploit de I'huissier D. Alexandre en date du 20 september 1906, portent significaLion des inoyens de pourvoi du sieur H61iodore Ptincivil;
ALtendu qu'il est de jurisprudence que Fornission: (( Au I-reffe du tribunal de Cassation Re peut 6tre consid6r6e comme une rjullit6 substantially pouvant. rapper un exploit qui content seulement cette mention Avec assi-




f)u TBIBUNAL DE CNSSATION 9
gil-ttioij A fournir les. d6fenses dans les deux mois, confol,w6rneiit A la 10i "*7
AtLenfln que Cest A bon droit que ce tr;bmial croit
devoir adopter celte itirisprudence qui s'est insph 6e de lit
,Ojor)L6 (ju 16aislaLeur (jul, il';djord, Wa pas sanctionii6 par
r) 1,
la peine de nut U6 les dispoilLions de I'artirle 920 du cotie de procedure civil, et ensuite, n'a pas enLewlu, dans le 'Ier. alin6a de I'arLicle 951 (]it in6tne code, AU'auctin exploit ou actp. de proc-Mure pAL 6tre dkhu-6 nid, sl ht nLilf 3 Wen 6WR pas formellernent pronounce par la loi:
Q L. en consequence, la tin do, non-recevoir SOLIICv6e pat'
le d6fendeur doit We i-eiei6e;
Pat, ces motifs, le tribunal, apr6s d6lib6ration, rejette
-omme rnal fond6e la fin de non-recevoir proposed par le d6fendeur et tir6e de l'inobservance de I'article 92,) du
code de procedure civil ;
Au fond:
Sur le moyen unique du pourvoi:
Vu Ies articles 1829 et 1831 du code civil;
Attend que pour avoir paiernent d'une son)tne de trento (fourdes dont it avait op6r6 te d6pot ent e ses nidw-,
un bon souscrit le 23 avi it -1906, It,.
appei sieur Alonius Jean Julien fit citer le citoyen 1-161iodore Princ N, I
au tribunal (le 1paix de ]a section nord de la Capitale
Attend que sur cette citation, intewvInt A la da e dii
20 juillet de la m6me ann6e un J1.1prement P,11' d6fanL (Iiii
condamna B61iodore Princivil A payer sans d6lai et corps, les treute gourdes Monius Jean hilien et fixa dur6e de la cotarainte A une ann6e d'einpri onnement;
Attend que sur opposition du dffailhint7 cette (16cision fut maintenue par jUgement contradicLoire du rn6rne
si crev en date du 3 ao6t 1906 ;
I Atte-ndu que, dans 1'esp6ce, it s'agissait Tun d6
lontaire de trente gourdes; r) 6t voAttendu que ]a voie rigoureuse de la constraint par
corps ne devait 6tre accol-d6e que pour la i-estiLutioll
d'utz de'pot necessary;
Que m6me s'il se fut acri Wun d6p6t n6cessaire, la contrainte par corps tie pouvait 6tre prononc6eaux terries (Ie I'article 1831 du code civil, pour une sOinme m)in r -, de




40 BULLETIN DEs AIIRf 'TS
C''Ilt f-,01JI'des en vatu de I'artiele 2 de la loi de converse( do I'll aoOt 4877;
Ou'il s'en-suit qne le repro,-he tl'exck de pouwir p, '1831 dU code civil a(li-E
violnLioii des articles 1829 et I
s6 au jngement par d6fam do tribunal -lie paix de la se tion 1101-d de cette ville, rmiintenu. SLW opposition, est fo (16, ce qui doit le faire passer et annuler; Pal, ces motifs, le tt'ibUnal, IPI'63 en avoir GhUr6, Sur les concILISiOrIS conforms du Minisf6re public en quicu-ncerne le fond (in pourvoi, casse et annual le jug ment pat, d6faut du tribunal de paix de la section nord hi Gipitale, en (late du 20 juillet 19006, mainteim sur position p,tr celui du 3 aoOt de la rn rne ann6e ; en c scqueilce, ordonne la i-emise de I'amende d6pos6e, ren la cause et les parties. devanL le tribunal de paix d ]a section sud de cette ville, afiij qti'il soit status coil n 6ment A la loi ordonne la tranieription du present I'k en inarae de la minute des jugernents cass6s et c dartme le demandeur aux d6pens, allOL16S d Ale. Elie riel A la somme de -dont distraction A son profit, et non cornpris le coOt du present arr6t.
Donn6 de noosErij. Boiihornmevice-pr6sidenf;F.Bar Georges Sylvain, Ansel, et Mr6mie, juges, en
-n P audien
;n 0
publique du 5 f6vriet-1907, en presence de Alo-sieu r Em Chancy, Substitut du Commi-ssaire du GOLIvernemetit assisli s du citoyen A. J. B. fludicourt, commis-greffiNo 7
MCUSATION
SOMMAIRE:
Loi sque le juge, par sa dMaration faite au grelfe, n'a pas conI de,, laits qui ont motiv la r&uscetion exertere centre lui et que le r Sant Wa apportj aumne preuve par &rit ni commencement de prelf des causes de sa Wcusation, it y a lieu pour le tribunal de Cassatio
tie rejeter ta rt cusation propose.
A 11 RRT
du 5 F v-rier -1907.
116cusation par Cascar Uopold Thomas flis centre le juQ Rollin Mani-at.




Du TIUBUNAL DE CESSATION
OUY? A Faudience du 31 janvier dernier, Monsieur le, jLi-- F Uaroll, en son rapport, ainsi que Nionslet.11- Eniin. Ghancy, ;Sub- titut du Gommissaire du Gouvernement, en ses conclusions verbales;
Vu 10 la ininute de Varret de cc tribunal en dAe du 111.2 november 1903; 211 1 exp6ditioij de la d ciaration du ju, u reCUS6, regue par acte dress au grelfe, du LriljuuaI civi! des Gi-iia'ives, le Aiijgt-peut' Nuvenibre '1906, et 01 IC!SaUlres pi6ces j) rod u i Ices;
Vu les articles 385 et 386 du code da proc6.lurc civil;
ALLendu que par suite du pourvoi dit-1-6 par le SieUr Ga6car Uopold Thomas centre le ju.geineia dU LrIbUnal civil des Gonaives en date du 4 D6c.-nibre 190.5, ceLte d6clsion ayant 6to cass6e et aimul6e pour violation de Carticle 375, 10e. alin6a chi code de pro-c6dure civil, c'ebt aLI tribunal de GissaLiou qu'il appartienL de statue sur la reCLISat iOII propose coid.re le dit juge Rollin Manigat, et ce, d'apres Pecinoinie du Litre XX d-i code, de procedure civi e sur la r6c usahon
AtLetidu'qued'une part, le juge Rollin Manigat par Sa d6claration faiLe au gretre du tribuijal. civil de s 1011alVes, 11'a pas convene des faiLs qui ont inotiv6 la r6cusaho" exercee centre lui;
Que, de J'autre, le r&usant n'a apport6 aucune preuve par 6criL ou commencement de preuve des causes de sa r cusatioij;
ALtendu que, dans ce dernier cas, le tribunal croit devoil" user de la prudence A laquelle I'a convi6 le l6gislaLeur daiis Parbele 3S6 du code de procedure civil, en rejetant cointiiinal ton&e la r6cusaLion dont le maulstrat Rollin a 6L6 Cubjei;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6libx rejetLe conime mal rond6e la r6cusation propose centre le juge Buli'll NlanioaL du tribunal civil des GoijaIves par le siek.11' Ca-c; r Uopold Thomas, et condanine cc dernier a vingt- cinq pia azl 1 es fortes d'amende enters la caisse p, oblique, conlorm6ment A Varticle 3z57 du code de procedure civil.
Donri6 de nous, Ernest Bonhornme, vice-pr6sident; F. Baron Cleorges Sylvain, Anseline et J r&nie, juges, en audience, pu-I oblique du 5 f6vrier -1907, en presence do, Monsieur Einni. Chancy, substitute du Gornmissaire du Gouvernemetit, ut assISL6S du citoyen A. J. B. Iludicourt, coin mis-greffie r.




BULLETIN DEs ARRESTS
NO 8.
VIOLATION DE L'ARTICLF 148, C. 11R. CtV. -PROFESSII N.
POINT DE D1101T. CU-MUL DU POSS-SESSOIRE ET DU ij 'rITOIIIE.
SOMIIAIRE:
Aux terms du 26ne saline de l'(wt. 148 du code de pr. civ., la )Ydaction des jugemeitts est faite sur les qualities signifies entre les poettes ou leurs cWfevseurs ; cette redactiov d--s qualities est dove Cwuure (1( pa),ties; la demavdere se Wayant pusfourni lapreuve que les ju(,es s'ei, sont ecart s yell 1')( ;
par la production des qualitds trut dossier, le mo
de ce que le jugement ne contieW pas la profession de cultivuh-let?
depropii0aie de la denumderesse est irrecevable.
La question relative ctux dommages-intiv0s est sul risamment pos-Je e
ces terms : (( Vu le tort occasiomi it Vappelanfe en la po)-tant 'l / 'I",
des d6bours, etc.,)
Vest pa), le dis positif que l'ov doit appvt cier s'il y ft camul (lit possessor)'
et dap6titoive ; le (Itspositif, en effet, est la parties (lit jugemeat qw-,
contient ce qui a oW ordonntF pa), le juge.
ARRET
du 5 Huier '1907.
Dienaimise Bai)crer centre A16cinette Paradon.
oui) A I'audience du 31 jarivier 6couI6, Alonsieur le jnLyge F. Anselme, en son rapport, ainsi que Monsieur Luc Dominique, Commissaire du Gouvernement, en ses concluslons ;
Vu 4o le jitcrement attaqu6 ; 2o. Pacte de ]a de'claration du potirvoi ; 3o la reyike do ]a demanderesse ; 4o le jngpment du tribunal de paix do PeLiL-GoAve, en date du 31 mars 1905, mainLenu sm, appel;
La d6fenderesse n'a pas d6pos6
Sur le prernier moyen :
Attend que la demanderesse en Cassation excipe de la vio'atlon de I'art. '148, pr. civ., on ce que le jugement atLaqu6 ne content pas sa profession, bien que, dit-elle, Lolls les actes de la procedure comporte-A qu'elle est cultivatrice et propri6taire;
ALtendu qL)'aux terms du 26me alin6a de Part. 148 SLIS(lit, la r6daction est faite sur les quality's sirfnifi6es entre Jes parties ou letirs d6fenseurs ; que cette r6d I action des qua1468 est done I'couvre des parties ; que ]a demanderesse




Du TRIBUNAL DE CNS-SITION '13
ii'a pas fourni la preuve que les juges s'en sont 6cartes qtte cette pretive faisarit. Maut par I'absence des qualit6s au dossier, 11 sensuiL que ce moyen est irrecevable;
SLII' le %rne moyen :
Attend qU'iI est encore reproch6 au jugetflent une autre %,iolaLion de I'art. 148, proc. civ., en, ce que le poirlt de
tie contiendralt pas la question relative aux dommages-In t6r6ts anxquels la demanderesse a ket Pondamn6e
ALLendu que contrairement A I'all6gation ei-dessus, la question concernant les dot-timaoes-int6r6ts est pos6e au Mcrement en ces Lermes-si :'K VU ie tort occasionn6 A I'appel itjte en ]a portent A faire des d6botirs., le tribunal doit ew domner l'bilimic 4 cent cinquatiLe gOUrdes de domA Lie tidticependant, que c'est. i'appelante qui a et6 condanm e A des dotnmages-int rks*, saris que la demanded en alL 6t6 faite conti-e elle par I'intlm6e ; qu'iI en r6sulte, dolle, tion. une violation de Fart. '118, proc. Civ., pour omission dans le point de droit, mais un r el exc s de pouvoir par synchise ( ou confusion des parties ou des demands) ;
Sur le troisi&ne moyen pris de ce que le tribunal d'ippel Ljlait commis la m6me erreur que le juge de paix en. cumulant le possessoire et, le pkitoire :
Attetidu qu'it est de r6rcle que Cest par le dispositif ;7)
rvie I'mi Cfoit apprkier s'il y a cumul du possessoire et (ill pkitone ; que le dispositif, en effet, est.la pat-tie du upenen L qui content ce qui a k6 ordonn6 par le jucre
Attend que le juge de paix de Petit-GoAve, par sa sentetice du 31 mars 4W5, Wa fait qu'ordonner la continua0011 4 1 ]'one operation d'arpetitage A laquelle il 6tait fait 3,pposltioii, en renvoyanL la deatandere.,se pardevant le tributial comp6lent pout, faire valoir ses droiLs de propriM6; que le tril)utial civil de Petit-Godve saisi de Pappel, s'est borti6 niaintenir ceingernent en condamnant I'appelante A P 50 de dormna(res-inL6rAts; (lu'll n'y a donc dans l'une ou I'antre d6cislon, CLIMUI du possessoire avec le p6titoire qii'll s'ensuit que ce 36me moyerl est aussi mal fond6 que le -let- ot cornme lui doit 6tre rejet6;
Par ces motifs, le tribunal, api6s en avoir d6lib&6, sur




BULLETIN DEs AflP,,nTS
le 0Cme moyen, V )Sse le jugemelit dif tribunal civil fie PetiL-GoAe, eii (late du 28 mars 1906, conLradictowenient rendu sur appel entre les parties en cause ; ordonne lit remise de Vamende d6posk et, pour We sLPW6 confoi'inomenL A la loirenvoie la cause eL !es parties deviant le LrlbL1nal civil (to, Jamie], jugeant en -es attri buttons d'appel ; condainne la (Iffendei-esse aux d6peiis, liquld6s A la somme tle P.511.05, avec distraction an profit de Mes J. L. Wrl[6 eL Th. L. Benjamin, et ce, non comprise le cofiL du prese lit
Donn6 de nous, Ernest Donhomme, vice-pr&ident A. Andr6, G. Sylvan, Anselme et J&6mie, jiicre.s, en audiciiee publique du 5 f6vi ier 1907, en pr6ser.ce fle, AIr Enim. Chaticy, S jbsLitut du Commissaire du Gouverw ment, et assists de Alr A. J. B. liudicourt, corrimis-greffier.
No. 9
INSCRIPTION DE FAUX
SOWNAME:
Lorsque dons 1'hypoth6se pYvue par 1'article 227 du code de procp
dure civil, oi( i s proces-verbaux de description de la pi ce argv& de foux ont etj guesses separiment, le Mai de huitaffie accord tya demandeur pour signifier an difendem, ses moyens de faux 'lie peut
couri), qu'lipartirdela rMaction dadernievproc s-verbal.
ARRET.
du 7 Fdvrier 1907.
Aur6lia Saba] centre 'Veuve Beaug(i Jean-Charles et Gabriel Henry.
Oui, b I'audience du 0"1 janvier dernier, Monsieur le juge F. Baron, en son rapport, et Monsieur Luc Dominique, Commissaire du Gouvoinement, en ses conclusions; i: ,
( Vu lo. Facte d6claratif du pourvoi en date du 6 f6vrier '19064 2o. le juge-rient attaqu6 ; 3o. les dif f6rentes autres pi ces, et, 4o. les requ6tes, des parties ;
Sur les deux moyens du pourvoi:
'Vu les articles 225, 2267 227, 228 et 230 du code de proc6dure civil; i
Attend que dans le cours d'une instance en partake en, gag e deviant le tribunal civil des Gonaives entre In dame Au-' r6lia Sabal, tutrice dative de Monsieur Louis, et lo. Madam




Du TPUBUNAL DE CESSATION 15
Beaug6 Jean-CharleS, D6e, D6cilia Desaix et 2o. le sieur Gabriel Henry, dit Th6zan Beaua6 Jean-Charles, tine demanded en inscription de faux a a6 dirig6e par ces deniers conlre: I'acte de reconnaissance du dit inineur ; Attend que cette procedure, parventie A la phase relative ii ]a r6dac Lion du proc6s-Nerbal de description de la pi6ce argue de faux, survint entre les parties un incident dont la cl&iire a 61:6 pronoiic e par judgment du tribunal civil des GonaIves en date du 28 juin 1905
Attend que la denianderesse en Cassation soutient coinme premier grief k I'appui de son pourvoi centre ce judgment, qu'ayant signifi6 au dkenteur de ]a minutee de I'acte de reconiiaissance, --- M. le greffier vernet, -- la copie de l'ordonnance de Monsieur le juge-commissaire qui lui a 6L6 remise, elle a fait les seules, dPigences qui lui incombaient, aux terries de Particle 225 du code de procedure civil ; AttendU que, querellant de ce chef le jugeaient. attaqu6, Aur lia Saba[ d6clare que les premiers juges, C' en lui accordaiit un d6lai de hult jours pour accomplir des rormalMs que la loi ne met pas a sa ch,-rge, d6lai d'ailleurs non sollicit6 par elle, ont exc6t16 leur pouvoir, vioM et faussenient interpr6L6 le texte sus-6110 lIC67 tOLIt en jugeant (( ultra petite ));
Attendu que, comme second grief, la dame Aur6lia Sabal al16,-we qu'iI y a eu en outre violation eL fausse interpretation des articles 227 'et 230,du code de procedure civil, en ce que le deniandeuir 6tait. obli-6 sous peine de d6ch6ance, de signifies ses i-noyens de faux dans le d6lai de huitaine, A partir de ]a Confection dii proc6s-verbal de de crlption, conforin6ment h J'arlicle 230 du code de procedure civil, ce qui, dit-elle, n'a pas k6 observe en I'espke;
Attend que la dame Aur6lia Sabal a ob6i en parties aux presjiptions 6dict es par les articles 225 et 226 du code de pro'.edure civil, en significant au gieffier Pordonnance du juge 11olliii Maniuat, mais elle a &rnis -Io. de notified L ses adversaires que la remise de la pi6ce avait W faite par le greffier Vernet, et 2o. de les summer de^tre presents au proc s-verbal dresser;
Attend que, cetLe double omission a donn6 overture une. lacune : I'absence du proc6s-verbal de description pr vu par Particle 28 du code de procedure civil ;
AtLendu que, par voie de consequence, la formalit unise par Farlicle 230 du code de procedure civil A la charge du demandeur de sianifier au d6fendeur ses inovens de faux dans les huitjoursdeola r6dacLion de ce proc s-verbal, ne pouvait




16 BULLETIN DE,.', ARRMS
pas eAre observe, A cauge de l'omission survenue pat, IL: fall d'Aur6lia Sabal ;
Attend que, quoi qu'en peijEe t cet 6gard ]a dame' Aur6fia Saba[, c'est sa diligence que la pi6ceargu e de faux avalt L6
0 Z:)
d6pos6e ; qu'elle seute avait donc t donner avi., de ce lait it ses adversaries et les soinmer ;
Attend qu'elle Wa rempli ni l'une ni I'autre forrnalit ;
Attend que dws le cai actue', lei 1) r iei se LroLival.11k ell pr sence de FhypoLhbse pr6vue pav l'at-Licie 227 du code (le procedure civil, c'est-a-dire dans le cas o i les proc6s-verI)aux de description ont 1,6 dresses, s6par6tueuL, le d6lai de buitaine ne pouvait coucir qu'a parLir de la r6dacLion du 'dernier proc s-verbal:
Attend que ce West qu'; 1'6ch6ance de ce d6lai que le d6fendeur peut se pourvoir a Vaudience pour faire prononcer la d6cMance de Viuscription de faux ; Attend que par le fait et par la faute de la dame Aur6fia Saba], d6fetideresse en inscription de faux, aucun proc6s-verbal contenant meiihon et description de la minute de Pacte de reconnaissance du inineur Louis Wavail. k6 dress6; Que d6s lors, la. Veuve Beau-6 Jean-Charles et le 'sieur Gabriel Henry ne pouvaient pas encourir ]a d6ch6ance pr6%'Lle par Farticle 230 du code de procedure civil; Qu'en accordant donc un nouveau ddlai de huit jours a la d6fenderesse pour faire ses difigences, le juz:),ei-nent attaqu6 We ni vio.16 ni faussement interprk6 les articles 225, IJ27 et 23C du code de proc dure civil, et les juges du triburial civil de4 Gonalves ont encore moins excM6 leur pouvoir et jug ultra petiLa
Par ces motifs,, le tribunal, apr&s en avoir d6lib&6, et sur le conclusions conforms du AlinisL6re public, rejeLte le pourvo exerce par la dame Aur6lia Sabal centre le jugel-nent coritra dictoire rendu par le tribunal civil des Gonaives sous la dat du 28 jUiD 1903; en CODs6quence, ordonne la remise Ae Fal mende d6pos6e et condamne la demanderesse aux d pel ls, atlou6s Mes. Edouard et Camille Latortue A la somme dE P. 55.30, dont distraction A leur profit, et ce, non comprise le cofil, du present arr&.
Donn6 de DOus, Ernest -Bonhomme, vice-pr6sident; F, Baron, Georges Sylvain, Anselme et J6rdrnie2 jucyes, en audience( publique du 7 f6vrier 4907, en presence de Monsieur Emm, Chancy, Substitut du Commissaire du Gouvernetnent, et assist, du citoyen A. J. B. Hudicourt, commis-greffier.




t)u TI'MiUNAL DE CESSATION '17
No. 10
1,AATION DE CART. -148 DU C,_)DE DE PROG. GIV. PUENT D I DROrr. VISA DE 11111 GES. Al ol IFS. A P1 L IOLATION DE6 AHTS. I I ET 40 DE LA LOI SUR CAIWENTAGE,
SOMMAME :
vCru Cle 1*art. 148, code jw. city, est rempli, lor4pw le point de
(i)-oll, qnelle que soit la forme eniploytv, est e)jon-e* dc mfml rv 4 cmbnts,, er natio-PlIement routes Ivs questions atiWes (hois Ie Wtmt et (levant (;tre Iftilenlent 7YS011/es.
vo,,tt est encore rempli lorsque le. pi(*,ees qui on I an rapport essenNet et dbect avec Vobjet de la contest(l i0a se h-ouvellf 111"wiOnlWe';
-,oit dans dans unepantie, soit dan, ime i(O)w (lit jugonent. )? jurlement est crifiquablepour A tout motif, mois non pottr du,4 )iwhfs qvelcovq-ue,,:, in& c soi qwool surfout its ne
swit pas cont),adictoires avec lu (lit disposilif. f, Moyen qui w'a pas 9te pHsente en (o);, 1, ize saterait Orc invoqaf pour la prunihe fois devoid le trilmoul ( e Cassahol.
ARRtT
du 14 F6vrier IW7.
Le sicur Dumas Pierre-Louis et ]a dame Maxitne Sabin cot
-e Dtip i-ier.Nicolas.
0 ui, a Vaudience du 31 janvier 6coul6, Alonsiei r lejuge cores sylvain, en sou rapport, Me. 14. Voley, eij ,e g obserILions; Monsteur Emm. Chwicy, Subshtut du Coinmil's Irc du government, en ses conclusions; Vu : to. le Jul,-emenL a1taqU6 ; 2o. l'acLe de la declaration dLi
-)ut,\,oi ; 3o. Ps reqiikes des parLies ; 4o. le jugrement do Irlinal (to pail, de Saint-Mare frapp6 d'appel, et les autres pikes
Stir le 'ler. nioN(-n du pourvoi
Attend qUe 7,le vceu de l'arlicle '148, pr. civ., est rempli, )rsque le point de droit, ;-joelle que soit ]a forine employee, t (Inonc6 de manj6ve A embra ser naturelleineiit routes les (iestions agit6es dans le d6bat et devanL We Milennerit r6sojue Attend qu'on lit dans le judgment altaqn :(( 11 s'agiL de saoit, to. si le tribunal doit inaintenir ce jiigeinent. dans toute A forine et teneur 7 dire qu'll a W t-nal appeI6 et bien jut)6, et )at iitemr les condainnations y pi ononc6es ?... 3,0. si le tribual (Io't au contraire informer ce jugei-neiit pom, viohoicti dezi articles 37 et 38, 50, 1 IS et 3:1, C. III% Civ., I I et 21" CIO la It')] tir 1'arp ntage7 d'a 1), 6s pa,
- s les moyens present lc,-; typekilits
cetLe fin




48 BULLETIN DES A1011',TS
Attenlu. que ces questions sont rtdig es coof'orillefoela
rt Rle ; qu'akisi le point de droit esL suffisalmll(Al
illdi(JUC dRo-, ICS le"HeS InPPOWS, AgiSSant Slo'[0111 Witno C Ikl se en appel; qu'il Wy a dooe pas violationn de I'at-L. 118, 1) 1
Bejetto co 1110yell;
Sm- le 26me.
AUendo (pie le vw1i do 1'nrlif le 148, 1-ir. civ., est onvor rplodi, lormpm, Ivs IdApes qui ("it im rapport esseiitiel et di rect avet; Nddol de la conLestwimi, se tronvent, menholinke, S(_)i[, (JaljS 1111' Qojt (jall u llp 'Jill j -it I III 11"e Ile
mtend" qw; W proky-verbal do 25 join 1903 Contenni-il rav de, Vni-pentp"r MarmonLal AM n1m 6 a\oir M spbAlwyei
dans 1'(wmn ration dos pik s dii jugempni, dii Whonal d pai, (to Sahit-Marc, co d:ilo d" I millet -1905, el, 111it l'ol)jet (", Jlpytbdabon tie m Whowd. bi,,n pi'd Wait, pas k6, comjjr dans I lwig lw I iste de ; pi! oes (J.P;it t',tit menLioll le jligelne( WappeA, a p(mirlant. W appAck lor les jw-,es ; qu'en effel, i onL dit quo a I s mnseynewlits de Mionnue de 11rt consigN dans le procW-verbal Ti 5 julit el dans le jUs.,gement allaqu IOU pas modiN KjOralion Warpontrige an sens dEl Particle -1 de A loi sur I'arpelilAge; o qlkinsi le procils-verbal en que, lion qui rail, corpsavet: W ingement, Tapp6 Wappel, esteem Imontio-ino dans one 1mr, do jug-unmit aLtaqu ce qui tl montrel'inconsistaiwe de, ce inoyon que le tribullial rejette; Sur to Tom inoyen:
\11ondn tin'vin jngement est critiquable poor absence tout inoti[ mais non pour ties molit's quelconques, mt l-rlc sar )mPsm quand suaoiil, its ne sok jAs conkadictoires avec (''Cisiol, (to dispositit, ;
ALtemin qoe to Jtjgea ejit al.la(11-16 a conslat que ce]Lli frapi"appel a pos6 la (joestion en d6kri.L deviant le juge de paix, savok si l'op6ration d'arpentago eii &Le (Ili 20septembre 19'),
-Llr I'llabitatiOn (( flalague )) a usnrp( une pai Lie (ILI terrain e possessim-i (to Dup6rier Nicola:i, sur 1'fiabitaLion (( Lassembl6e et si cette operation doit, 6ire aomd o ; qUe les juges d'app om anssi 6mis I*opinion (pie ]a sentence do juge do paix W vait pas A poser les questions yfavaien( PrOdUiLeS les appellant] AU'Undu que Ce noliC (( et toos les aLltrcs qui le pr6c&lei et qii le sukent, )) ,-yant donnO lieu au maintain du jUgemen ainsi fln'd est (136(16 dans le dispositif dL1 jugemenL Sur appo on no petit dire que ce dernier West Pas mo6v6 parce (ju 1'opiniovi ,mise serail. critirp.jable ; qu'il Wy a donc pas de c chef x1olabondo J'ar!icle 118, pr. C.; Sur le 1- me. moyen
Attend que ie juge de paix, d'apr s le procibs-verhal Wen.




Du TRII-1)UNAL DE CESSATION 19
qtl6Le d(I 5 juill, areconnu cpi'anx terms de Fart. 15 de la 1ji ur I'arpentage, en cai de contesLaLion snrvent-je sur les fieux entre les padres, fors (Unne op raLion d'arpeiiLagc ', cAc qui sti croiralL expo6 e 6tre 1 e pourra faire, opposiljoii, eL 1'arpetiteur ne po,.Irra passer OLItI'C; et que, parLant, 1'arpenb-ur op6rallt poiir les (16-fendeurs ne devulL pohit conthmer son op6ratl(w, lorsque le demaidel-ir y avait inis opposition, ainsi qLJO le Collfirme le (1611 011del-tr Dim-NAS Pierre-Louis; que cette op6r..ttloll ayant 6t6 faite contrairetrient a ]a loi, elle doit eRre anntd6o
attend q u e ies jtiges d'appel Wont fait, que coiifirmer u rai.-)onneinent tii-6 dn I-, !ciL de Dmnas lllerre-Loiji,, ie dit proe s-verbal faisatit. corps avec le judgment dil 'U"O paix- qLl'll West pas vral de dire qne cesjwr, s ont avwjc(' III, fall, rawk, Parce qii'il s'a-it d'appr oiatlon (A'o i r6s!j1Lcrai[ ilil (_-NC S de ponvoir; (pic ce moven ne tient pas plus que les I c&leits et dol eLre rejete;
Sur le 5 :-n '. Illoyell:16
,kttendu que le moyen rpii Wit pas -' j)r,'-en16 on appel, 1w swiralt Otre jnvoqu6 pour la preini ve Coi, devaia le tribullal de GassaLion;
Attendu quen parcourant bl s grief- d'appel ins6r s au jugeinent dont est pourvoi, on no voiL pa,, que Jes demandeurs ell ca'sSation, dernandetirs en appel, aient propose deviant les jwles d'apped, le moyen baso sur Nxc66 de pojivoir reproclic au juge de paix d'avoir annu16 une operation d'arpentage dans le cas de Vart. 125 de la loi sur I'arpentage qui WordonAe coii insure cn soa article 40 ( dissent les dernwideUrS ) qu'aux cas des articles 7, 8, 11, 20 et 21 suuleineA; que c, inoye.j tii-6 do la vlohaion de l ati. 1-18, p civ., 110 et 2.5 de Jaj1oi sur I'arpenLage, et d'exe6s du Pouvoir esit donc ivrecevable Sur le 66ine. inoyen:
Attend que les deinandeUrs en Caisation swiLiemient qu' [ y a encore violation de I'art. 148, P". GIv., -11 et 40 de la 10i eur farpeiitage, et par suite, (1,11'aUt de moLit, en ci- (ple 11('11 carpenter ne peuL se perinettre de dkruire oil (te 11jo(fitier, ell op6r tnt, les op rations (I'Lin aitr,,- arpenLeor, e1c.;
Attend qu'il West constaL6 par aucune Pi6Ce IjUe harpeiitenr expert ait faiL line 11OLIvelle opOration, apr6s colic (Iollt 11j,11111hLion a 06 demanded au juge de pak; qWil Wa fourni en sa quall(6 Thonime de 1'art, qUe (ICS renseinetnent6 stil, ja Iacc),, (le proc der de son confr re, ce qui, selon Jul, avait occasio!lile le tl'OL]ble dont se plaignait Popposant; qu'j1 Wa pLl alinsil ni jjiodifier ni d6trL]il'e ce qLU avait 6L6 pr6c6demment fail.; qu'en examinant donc ce grief et en le repoussant avec I'al'CTLI ment que,




1, i""FIN 10k I P Ts
i ien que le jtige de paix aiL ffHt u! age des ftlahcis! cmeWs d !iies par J'a ls Willie e.\1jerkse 1;01,11' S'k klil'Ur Sill' le LroijWe, 1) Wy avait pas modific.Aimi au sims ule I'arl. I I de la loi stir entire, junes Wappel on( Nilti moLlve leur et ils
i ViL COMMIS aLICLIHO violalloii d,.s articles de 101-ci u', I y a d co i (- heit du rejetf ir aussi (--, demier MoVell, 1, c I i,6 i,
Par ces molifs, iu tributial, apt's en avoir d6h I
e pourvoi du coven Dumas ho rre- Lott is eL de, la d"mile Ma\ime Sabin cco;tve le jilaenietlit (111 tl'1011,11 civil de SaML-,slarc, n date du '28 cl ,,vnibre I0',,l,-, rendij crmtradic-oirenienL et ur appel, entre elIN ut le cloven D,)p6rier Nicolas; ordoime la confiscatimi de I'Puilende d6l 6st'e, ct conclamile les demandeUrs aux d0j:crs, h(jpll&s ,- I i somme de 1). 47.521 avcc (IIQtraction au profit de- Me. Horatlus Volcy, qui affirmed )es avoll, avances, et ce, non comprise le coOt du present art-6t.
Donn de nous, Ernesl Ponlioninw, vice-prOsident; A. Andt-6, Georges Sylvain. Aliseltne el J'L.''eS, en widience publique du 14 f vrler 1907, en pr ence d, A101ISieUr Lue Dominique, stibstiLuL dki Commissaire dU Gouvernemetit, eL aszsjst s du citoyen C. Dessables, coinuils-reffier.
No 11 1
Sf!- QUESTRF -- PiA RVI I CENTRE UNE, r ORDONNANCH DL P f,FERP. COMPE-TENCE
SOMMAIRE
L, st qm,,Oec a iant pour ol)li i"olion de veiller les intt!), ts ql .
li(i cnilfi( s, it, pw qifcatv intciYt d se pourvoi), CoWl'e, to Y docisio)i qui mo-ail p(m), clIct tie restreindre ses dMits (7c s( qucs. ?Ie
L edminunce de iYlfer qai a pi,4 tlicid cut principal, est susceptible de polt),Voi en CW51SAW1.
fx ilt.qp tic ri"Pre compOent (Nns totts les cas Yurgence, ne Vest pc,, lo sqlw Ie dcbat e'letw deviant 11fi Porte slw an moym lb-d de la s('Ijllt(tjon t1t, titres authentiques de
A I 111 ET
dU 26 Hvriei, '1110,07.
Pierre Allsellile, s6p;eslre, centre Atalante Harinoni&,).
Ouil a 1',lildlellGe IJU '14 f6%Tier COUranf, Alollsieul, le juge 16r6mie, en son rapport -, Me J. B. N. Valeml)rurj,'en
oj)s(,jv:,tjons pour Ile delliall(leur, ainsi qUe )NIonsieurl Emm. Chaney, SUbStItUt
du Commissaire du Gouvernement, en ses ColiclusiOWS;




DU TiiIBUN U DE CESSATION 21
( VU 1 0 IICIO ^d "Cl:ffiltif (III POUrvoi ea (late, c1l, vingttrois fkrler '1006 ; 2::' I'ordonimijce attaqu6e ; 3 0 (141,6Ye!)Lc,S ".11tres pieces Produltes pai- les parties, et 40 les I.C(pikes de ces deroi6ves ;
1-1011-recavoil. Oppo.Z,6 ati pourvoi Attetidd que, la tl felldevesse en CtssnLion SOLItietIL quo Ae s6(litt"Stre Plerve 'kilselm 1, est S:tili i;13161-k a Se P mrvoir ,co are, Cordoitti;-mce dil 7 j"Olviel', p irc qite le j Tle ,des a orclo11116 I'l[I)IIIP11ble cl'Atalante flannow we iie ,,jiL pas c )mpns au nonibre des bions s6ques. tc& du chof de PourGely Faine, eL 2 :' L;eLLe Ucision qui d1inliftie, la rospoiis.tl)IM6 du s6lcliiestre, ne lut cau.-;e auAIL, wfti que ta s6iiiestre prmt, cont imix doit randre comPle d qiui it appailieiiL, apr s que L-1. --ondamnation devieiidrt 1rr6voc,;tble par I'expivatio.i du cl,. .lai accord poutU t""_ V Ict coMU111RCe ;
Que, datis ces conditions, le s1.1,questre Pierve Anselme a poiii, o' ligatioti de veiller sur les int&ks qui lai sont cwlfi6s et a, pav cons6nuent, ik&k A se poutwir matre, toute decision qui aura t pour effet de restreiadre FkenJue de. ses droits de s6cluestre,
OLH datis ept ordre [it fii.i de no:i-recevoir propose-3 PAI [It dite d6fen tcre, se, ne saurait kre accueillie
Sur I.,A cle!ixk m ri;i de non-recevoir :
A1L(_:;HJt1 (lUe la clem.)Iselte Atalame thrinmi6re pr6t--mid qw-, fe pourvoi en Ca stationn n'est admis que centre h (ILIS1011 d6fillitive et en derniet, resort ; qu'une, ordon1!MWO CIO 1-6t6l'6' (-I'li fait aucaii dvolL a i fowd, qui 1,6SC11VO Lu conLrure le fo:ill il'0-4 pt.i sas-,eplible d'uti pourvol en Gissation, ot que si Pierre -Ansahne croit avLj,i- les tnoycn s de cl&ruir( la fol due aux actes authemtiquei qt,'elle dkient, il peut a, -au principal lesexposer;
AU-11(JU qL10 ceLte at'C'Umentationtie tendrait A rien moins
Suppritner la seule voie de recours autoAs6e par ]a 11A (:0;j1'1"P 1!2s or-lonflances de rffl6r6, s'attaquant au prin(r, -rca) ii tc C tiiatio-i en
e C, cl 1.11 e ', ina.-Iniki-ilYe lorsqae surtout I'c)rfolmalice J,).1t, est po ivv%)i a pr6ili lici6 au principal, ce'qui V tO'XO P.11' NX Lalell dtl moyen donL 11 sera ciafjr i




22 ]BULLETIN DEq Af',I%L-TS
Qued6s lofs, cette deuxi6me fiii de non-i-ecevoir, kailt sans base l6gale doiL Otre rejet6e;
I)ar ces moLifs, le Trilmnal, apr6s d6l ibe'ra lion, 1-CiOle comnle inal foud6as les deux fiiis de non-recevoir SOLIfeN 6es pal, la demoiselle AtalaiiLe Harinoid re.
Au fond:
Sup le moyen tiniqti6 (In pourvoi bas6 stir Mcortip6tellce et. exc s de POLIVOil' :
ATu Vartiele 704 du code de procedure civil
Attend que le jLlge Dupoot Day, appe16 se, prorioncer !zur dec difficull6s potl6es en i-U&6 (leyarit 11.1i, (fifficUlf6s relatives A Lill itnineuble sis A ILionvilledont le s6juustj.c Pierre Anselt-ne a k6 inis en possession, a la reqi te de, I'Etat, comme bion appurtenant au COHLUMaX ['Ow-cely Faine, se (16clara GompkenL en ce qui concertmit la ques'tion d'urgence;
Attend que cela fait, le dit juge, dans un des coiis' d6rants dE Fon ordonnance, d6clara que malgre' soil in' tion A cet 6gard, le s6quesLre Pierre Ai)selme Wa pas ci.i devoir conclude au fond et aboard, 1'examen de ce fond -, AttendU que, argumentant sur ce fond, it a constant' (lue ]a dame ALalante Rarmoni6re, pour justifier la l6gidijilt6 de sa. demanded, a d6pos6 A son d6lib&6 trois titres de proprik6 desquels it r6sulte que le blen dont it S'a"it 11.11 apartment ; que ces titres auLlientiques n'oilt 616 attnqu6s deviant aucune juridietion et que fol leur est. due;
Atoendu que pat, un dernier coiisid6rant le dit juge s'exprima comme, suit: t Consid6raitt. que s'ils soot etitach6s de simulation ( les titres de propriW ), comille j,011t pr6tendu FEW et le s6questre, au cours de leurs d6ve4 loppemeijts oraux, seut le juge du p"i"Cipal pourra er) ,K connaftre ));
Attend que le d6bat. qui s'6tait Mev6 deviantt le juge Dupont Day et. qu'il a menLionn6 dans le consid6rillit C'Idessus rapport, portrait. sur un moyen tir6 de la simulation ;
Que dans ce cas, ]a question touchant A Vessence moune des titres auffientijuesproduits et POLIva-L 6tre admire pr6sentait. des difficult6s s6rieuses aUxquelles seul 1'examen du juge du prillCipal devait s'arrker Attend qUe de ces circonsfances, it r6sulte que, cornpkenL




r)u TR18UNAL DE USSATION i 3
S111' 10 C-_IS le J11(re des IW61,6s deven'At incomr 1-1
j)Oenl six 1,t wAl re a traiielter, vu ]a d6licatesse et lit
1 mIlp'exi'L6 de ],,,I contesLaLion SOLIleV60; (1, Ce. le Lribmial apr i en ,tv0h
motifsl I I MiHC6, CasSmis renvoi l'ordonn,mce de r6t 6-6 rendije le 7janvier 190 ; Im le jit(-a Dipo:A Day (lit tribumil civil du resort I, PI.Ij CO, Ordomie lit remise de l'amende d6pos6e
,-1 ( oiidmiwe la demoiselle Atalaijte Ifil-111011161-0 'ILIX (16p-iis, ;dlo !6s A Me J. 1'. \',. Vuleadwun a somme:de P. 177 T.'), doiji. distmelloii son profit, eL ce, non comprise 1c coiit do pr6seiit arrk.
6 du nmisA.Andr6,ju ( ,e romplissint l'oft'ice de viceC. Dejean F. Baron, Georges Sylvain et Mr6mie, py ,,s, en -iudience, publique (111 26 !'krlpr 1907, en pi6sen"(, (] Mowieur Lite Domini(ILle, Commiss-aire, (ILI Gouver110111PHt, cL assists da c4oven C. Dessobles, C0111111isNo 12
HUISSTERS.- CONCLUSION'S.
SOMMAIRE :
L lmissivps des h4bunalix de Comme)-ce ont le dmit de SitImfier
foos 1c., (,c!,,., de la compOence ties tribitnaux civils el vice versa ; 11's de laittstiee fie paix daii.. les endi oib; oil il Wexiste
1w., tic ti,0Poe(wx civils pettuent valablement signifier les actes (lit
A 1!i-s (lit C. (ic pr. civ., les jug(,meats (Ioivent con1( pci'w de It tdhij, les conelitsions des parties.
ARRET
dU 26 F6vriei,1907.
Aiido Assali centre Dufresny Longehamp et consorts.
C
Otli) A I'midience du 21 f6riiew courani, Mr. le juge
0
J_4irmi, en son rapport; Me. Alomia Morpeau, en ses d)-ervatiOnS I)OL11' le clemandeur, et, Moi ur Luc Dowinique, Commissaire du Gouvemement, en. ses cotic I t I (- 11) 11,-, 1,
do la declaration du pourvoi en date da "i pifflet 1006 ; 2o. le juget-nent aLtaqu6 3o. les diftU ,n(es atilvcs pl ces et lo. les reqUkes des pat-ties
Sm, la fin d,, noti-recevoir oppose au pounoi
VU article 61. de, la loi organiqUe;




Mk BULLETIN Dr--, ARRRTS
Vu 6galement l'article 615 du code de commerce
Attend que les d6fendeurs SoutiennetA qu'aux termes de Fai licle 64, de ]a loi organique, les actress de ]a coml)(Aence du tribunal de Cassation ne peuveid. we valabhinent signiUs atilre Part qu'a ]a Capilale, que par les huissiers des tribunaux civils et par ceux des tribunaux de paix, ]A ofi il n'y a pas de tribunal civil, et que le demandeur ayant fait signifier ses moves de Cessation par I'l-juissier Joseph Olivier, du trikinal de commerce des Cayes, il a piocM6 contrairenient aux prescril-Aions du dit ailicle ; Attend qu'il est de jurisprLidence bas6e stir le dit article 64 que les huissiers des tribana ux de conimerce ont le droR de signifier tous les actes de ]a conipRence du tril)unal civil, el vice versa, et que les huissiers de ]a justice de paix dans les endroits oa il Wexiste pas de tribunaux civil, peuvent signifier valablement les actes du tribunal de Cassation
Que d'ailleurs les droit s, vacatiODs et devoirs des huissiers du tribunal de commerce sont, aux terries de Vaiticle 645 du code de commerce, les m6mes que ceny. des tribunaux civics;
Attend que, eu 6gard. A ce qui prWde, ]a fin de. nOD-FeCeVOir soulev6e, kant reconnue mal fondue, doit &re rejet6e
Pal, ces 1110tifs, le ti-ibunal, apr6s d6lib6ration, rejette ]a fin de non-recevoir propose par les d6fendeurs et i tir6e de Finobservation de Particle 64 Je la loi organique; Au. fond
Sur le prennier moyen du pourvoi:
Vu Farticle 148 du code de procedure civil
Attend qu'aux terms de cet article, ]a r6daction du jugenient, faile Pal, les juges doit conLenir., entre autres formalit6s et A peine de nullit6, les conclusions des parties
Attend que, contralremeDt A ]a volont6 de ]a loi stir ce point, le judgment dont est pourvoi ne content pas les conclusions subsidiaries que le demandeur en Cassation avait poses A Fauclience du 30 janvier 4906 et Par lesquelles il, avait demand au tribunal civil des
Cayes, proc6dant en ses attributions commerce, ales,




Du TRIBUNAL DE CESSATION 25
potir le cas o(i il croirait n-kessaire, d'accord er tit) s-Lirsis Ases a&ersaires, de ne fixer que le d6lai d'un mois A parLir de la signification du A intervenir. atin qLi'ils pLiissent 6tablir leurs qualit6s par
deviant. qui de droit, et. ce, A peine de dftli6ance;"
QuIl s'enSUit. que celte omission doit. entrainer ]a
cessation du jogernent (I nonc6, pour violation de Farticle 148 dLi code (le procedure civil.
Par ces iy)otif,,;, le tribunal, apr6s en avoir delib6r6,
sans qu'il soit. besoin d'examiner les aw es moyens du J)OUI Vol, Casse et annual le judgment rendu par le triI)tinal civil des Cayes, en ses attributions cominerciales, le G mars 1906; en consequence, ordonne la remise de Famende d6pos6e, renvoie la cause et les parties deviant le tribunal civil de I'Anse-A-Veau, afin qu'il soit status conform6ment A la loi, et condamne les sieurs et dares Dufresity Longeliamp, SantoneLte Cambry et Floreska Cambry, veuve Charles Mote aux d6pens, allou6s d Mes. Alorpeau et Solon A16nos, A la sornme de.....et ce, non comprise le coOt du present arrk.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-president; A Andrd, F. Baron Georges Syl%,ain et Ernm. Chancy, jup-es, en audience publique du 26 Wrier t907, en prdsenGe de Monsieur Luc Dominique, Commissaire; du Gomernernent, eLassist6s du citoven. C.Dessables, Commis-oreffier.
No 13.
ExCtS DE POUVOIJI. VISA DE PItCES.
SOMMAME:
La r g le que le juge dc Vaction est jitye de Vexception s'applique au juye dz im, x comme aux autres jurisdiction.
Lorsque la (Ido 'sioj (jujuge de paix est bas e sio- les explieatiovs du
t1e)amideto, ct Vaveu ttu tl fender, point wetait besoin de v1ser les
pi ces sit), lesqueltes il Wy avait plits vien a d6eider.
ARRC T
du 26 F6vrief 1907.
Marius Neptune centre Moravia Aforpeau.
Odf, A Fat](fience du 14 fkrier courant, Monsieur le jugo Georges Syliaiji, ell Eonrapport; Ale. Curnille St.-R6-




26 BULLETIN Dp,, A11RETS
fliv, pour ie dernanoeur, et Moravia Morpean, 1), rsonl)( lenwijt, en leurs observAions; Alonsieur Luc Doinlij](1, Cominissaire du Gonvernement, (-ii sc s conclusions ;
VL1 lo. lejugement atUiijn6 ; 2o. 1'awe de la d6clantti 4u POIJI'Voi 3o. les requ6tes de6 pailies ; 4o. les auti Pikes produites;
Sol, le Jer. moven dO POUrVC)i
Aftcndu que la r6gle que, le j;i(-,e de l'oetion esL juge exception s'appliqtie au Juge (it! paix conim-3 aux aun juridicliolls
Attendo qu'A 1'action en payemerit, intent6e centre I par Nlor;ivla Morpean, poiir ,olde de fernia (T e eL restil lion Wavince de frais Marius N, ptone conclut au rejet fa demanded, en pikexLaiit que le carjeau de terve par afferm6 kait en litige entre El6oiioie SL.-Louis et Lisl Uscase; qne Moravia Morpeau n'61ant pas propri6taii il ne pouvalt. paq, lui Marius Neptune, verser la vale dii torme Mill, sans qu'au pr6alable, ii aA 6L6 dkid6 p le tribimal cornpi .tent;
Attend que le juge dP pzJx des Caves a consid&6 (I M11rius NepWrie, en donnant un avaloir a Me. Morpea recomiaissaiL par ]A avoir contract avec lui; que par sui il Wa%%dL pas rempli ses engagements; qWen "ugeant 911 de la fin do, (ion-rec-evoir, il n'a pas exc6d6 les 11mites sa coinp6lenceeLen condarnnanL Afarius Neptune aii pa), metit de la s-mnine rklam6e, soit. P. 21, 11 n',--i commis a (-kill ('Xc s de ponvoir; qii'il s'ensidt' que ce moyen m foll(16, doit 6tre rpjP16 ;
Sm, le 26me. moyen
Attenlu qu'il stiffit de parcourir les conchisions pris vei-kilement par M:irius Neptune deviant le jiq e de p.9 (ks ves et traiiscrites au jugemek d6nonce, Pour coiaoincre qu'il Wavait nullement d6clai-6 au pqge de pa qu'il avait pay6 ('1 Me. Morpeau en -a quality de m a n d, talro de E16oi)ore St.-Louis, comme il I'avance dams moven; qUe ce fait Wexistant pas, 1'exc6s de pouvoir qu, ell foll, (16 iver doit Otre kart6;
Attend Wautre part, qne la d6clsion du juge 1-1:ilx 61.;mt bas6esur les explications dti demandeur et Fave dil (16folideur, point ii'Mait besoin de viser les pieces st lesquelles ( la demanded 6tant dejA 6claircie ) il Wy ava




Du TRIBUNAL DE CASSATION 27
is iiFn Ot d6eider; que ce d6faut de visa de pi6ce6 tie institute pas dans 1'espe'ce un exc6s de pouvoir pai- viotion de Vart. 448, pr. civ.; que ce second inoyen, ell SeS ux bt inches mal fond6, doit 6tre aussi ivjet6 ; Par ces motifs, le tiib-unal, api-& en avow d6111)6-6, rejetb'poui-voi du citoyen N-larius Neptune -conh-e le jugenlelit i tribunal de paix des Giye en date du 12 juillet 1906, iti-e It-ii et le citoyen Mo 1-avia Alot-peau ; ot-dotine ki coiication de I'at-nende d6pos6e, condamne le doinaudeur atix peus, liqnid6s A la soinine de P 41.25 avec distraction an olit de Me. Al. Alorpeau et de ses a'vocats, Ales. Sololl nos et H. Voley, qui nflirinent en avoii- fait les advances, ce, non comprise le COfIL dLI pi'6sent arik. Donn6 de nous, Ei-iie:A Bonhoinme, vice- president ; A. 1(11-61 F. Baton, G. Sy!vaiii et J6.i,6inie, en ;III-nce publique du 26 f6vriei- 4907, en preseiice de Ali ic Domii e, Cominissaire du Gouvet-neirient, et assists Air. C. ile.11'sables, coin mis-greffiei%
No 14
ORDONNANCE DE R Ff--R :.
SOAl MAIRE:
U7. tre suscepttble de recours en Cassation, une (/ Ciston doit eh", d finitive ; une Ordounance de rjfgi d en nomination de wa pas ce carawre d6finitif.
ARRI T
du 26 F6vrier 1907.
Les 6poux Antoine Feri'er et le sieur Heni-v Labastil'e ntt,,', la citoyenne Maiie-Anne Richavd. 00, A I'audience du 7 f6vrier, Ilonsietit, 10 juge C D6inen son rapport- Ales. Camille St.-R6,jy)y, pour le; mandeurset Airatllt jethle, POUV J,'ld6fen(jelesS(_,, eii letil's reservations; Monsieur Emmanuel Chancy, alors SUbstitut Conimissaire du Gouveinement, en ges coiielusiol1q; Vu to. l'oMonnance de r6l'6i-6 attaqii6e; 2o. I'acto de h claiation de pourvoi; 3o. les reqLldtes des parties; 4,o. les tres pieces pat, elles pi-OdUites S(ir la fin.de nori-i-ecevoir oppose all POUrvol Vu les articles 9171 701 et 707, pr. civ. ; 4728, 26ine. n6a, C. Civ
C




28 BULLETIN DEs ARRESTS
Attend que pour Otre susceptible de recourse, une (16cision doit kre d6tinihve ;
ALtendu qu'une oi:donnance de r6f6t-6 en nomination de s6questre, n'a. pas ce carad6re d6finitif;
Attenclu, en effa que, d'une part, cetLe ordonnance proDonc6e en cas d'Urgence, ne survit pas au moment pour les exigences duquel eile a k6. rendue; que 1'effet qu'elle p1locluit n'a, par consequent, rien de dMinitif;
Attend, WauLre part, que le s6quesLre est une esp6ce de d6p6t fait enhe les, mains d'un tiers, A l'amiable, ou Still Vordredujucre, Wune chosesurlaquelle plusieurs personnel ont ou prkendenL avoir des droiLs, en attendant le 1-6glement d6finiff de ces droiLs ;
Attend que s'agissant de r6glemen L de succession en Lre ]a dame Marie Anne Richard. fliLe Marianne, les 6poux Ferrer, e's-qualiL6s, eL le sieur Henry Labastille, sur ]a demande de ]a prem16re,- le troisi6me se r6f6r,-int A la s;jgesse du juge -les seconds combaLtant la. diLe demande,le doyen du tribunal civil des Cayes teDant audience de r6f&6 a, au prin(;ipal7 renvoy6 les parties d se pourvoir, et d6s le moment, a ordonn6 par provision que les terres de I'lle A Vaches, concd(16es pour 6tre exploft6es A feu Gjrard Labastille par le GouvernemenL (Hialti, seront administr6es par le sieur Frdd6rick Villedroin jusqu'A decision de ]a Justice sur le fond du litige A charge par lui do. sc, couforniet, A la loi et au conlrat intervene entre le Gouvernement et feu Gircard LabasLille ;
ALLendu qu'une telle ordonnance ne fait aucun pr6jUdice a u pl-incipal; que la d6cision- y conLenue est une njesul-e conservaLoire qui iie 16se aucun droit; que ]a nomination
qu'A titre provisoire, et sans pr'jUdice, des droit des parties int6ress6es;
AtLendu aussi que n'6tant pas Mwitive, le pourvol centre elle dirip-6 est irrecevable
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir (16clare non-recevable le pourvoi des 6poux Antoine Ferrer &-cjua146s, centre l'or(lotinance de "6f61'6 du doyen du tjl-' bonal civil de9 Cayes, en (late du 9 juin 100 ), rell(ILIP entre eux, le sieur Henry LabasLille eL la citovenne M. Anne Richard) diLe Marianne ; ordoinie la con fiScation de 1'amende d6pos6p, et condamne les dernandeurs, s-quall-




Du TRIBUNAL DE CXSSSTION 2)
is aux d6pens, liquitl6s A la somme de 11.45.40, avec disactimi au profit de Ales. Murat Clau(A-leet Arrault jouna tit aflirmenL en avoir fait les advances, et ce, non comprise coCIL du present arr6t.
Dowii6 de nous, Ernest Boiihoinrn,,,, vice-pr6silent; C. i6jean, Georges Sylvaiii, F. Aiiseline et Mr6mie, juge, e.t Lldlence publiqUe du 26 f6vrier 1907, en presetice de It,. Luc DoinfinqUO, Goininissaire, du Gouvernemcia, et 3sist6sde M. C. Dessables, eommis-(,reflier.
No 15
MOTIFS.- PROGIMBE SOMMAIRE.
SOMMAIRE :
q ne critique pas un molif qui Wa eW Suivi (Pautta di ;I).)sltif; oa ni.Se pott),voit pas centre les mott is m.6,; et are t,, aisp) 4'al* it j?, gemelit.
win(i vaftaire est sommaire, la m-ocidure c,;t rmptite (i (iemr vCtk'.3 settlement: vajournement et la constituliua de Vavoeal du d(;1*Pialel6v'
l'url. 402 dit code tie proc&liwe civil veid qitc, d s (lite le dd. p.ndcur a constitug.avocat, la parole la plus ddivente positive Caudie ice par un simple aveniv.
ARRRT
du 26 11'6vrier 1907.
Sim6on Lazarre centre Ulysserna Joseph.
t'atidlence du 7 M\rier Monsieur le juge C.
.ati, en son rappot'L; Me. Camille Latortue, en ses obserjjions; Alonsieur Luc Dominique, alors Substitut du c')jijjjIjS,:ja ire, (ILI GOLIVet'llel-nelit, en ses coiclusiolis; VLI '10. ie. jugonneia aLtit(pi6; 2o. 1'auLe de la d6,jaj,,jtj() I I pourvui; 3o. les Ve(jLlkes des padres /to, it;,_j ;I ILJ*t .-i ie'ces par elles produlles;
SLIr IC ter. moyen
mtondti qLies'il e,;Lvi, 1 rg
-6 quele moLif ilujo ;erneriL liLls6 stir trucee pr, civ., relaalf A une 81',*Pume"Latioll del'intm6 OrLe que le sleur Sitii6on Lazarre, appdallt' &"(14 (A)i Igo dij ai-4ii'wo aux COMIM-anations au po se-zsoire ak' tljL ile -;e, )urvolr 3LI p6LIL011'e, (tille adion 61allt 1.6ellehiae devtn. le tribimal ) ce. motif 1)(" jwut 6[1-0 '1111-luel P I'S(PI)l nt-t. 616 sulvi d'atwime d6ci-oon; qi,'mi e -;e, il-)LIUVOIL pas, conLre les aioffs, u-jais Gjilti-e le dispo-




30 BULLETIN DEs ARRJ TS
sitif d'un jucrement; qu'il s'ensuit que ce moyen est irrecevable; Sur le 26me. moyen:
Attend yle s'il est vrai que quand I'affaire est. sommaire, la pro6dure est r6duite A deux ades settlement : Vajournenient et ]a constitution de J'avocaL du d6fendeur, mais it est aussi voulu par l'urficle 402, pr. civ., que d&s que le d6fendeur a constiLu6 avocat, la parties ]a plus dillgente poursuive l'audience par un simple avenir;
Attend que I'avocat de l'appelant Wa donn6 auction tve. nit, A I'avocat de 1'intim6 avanL I'appel de la cause A l'audience do 8 rnai 4905; qu'ayant donii6 lecture de ses C011clusions d'appel, celui de 1'intim6 conclut A J'irrecevabilite' de la demai-ide; qu'en faisant droit cette fin de nonrecevoir, le tribunal n'a ni viol6, ni faussement interpr6t6 Yart. 402; qu'il s'y est plut6t conform en suivant les principos qui r6gissent la mati6re; Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6, rejette le pourvoi du sieur Sim6on Lazarre centre le jugement du tribunal civil dLi Cap-HaYtien, en date du 5 jL111let D05, rendu sur appel, entre lui et le sieur Ulyssetra, Joseph; ordonne la confiscation de Vamende d6pos6e et condamne le demandeur aux d6pens, liquids A la sornme de P. 58.80, avec distraction au profit de Ales. Jh. Amilcar Alorin et Camille Latortue, qui affirment en avoir fait l'avance, et ce, non cornpris le codt du present arrdt.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident ; C. D6jean, Georges Sylvain, F. Anselme et Mr6rnie, juges, en audience pLiblique du 26 fe'vrier 1907, en presence de Mr. Luc Domiuique, Commissaire du Gouvernement, et assists de Mr. C. Dessables, commis-greffier.
No. 16
CONTRACT DE AlARIAGE. FAUSSE INTERPR9TATION.
COMMUNE INTENTION DES PART.ILS, SOMMAIRE :
Lorsque les juges, sous pr6texte de rechercher la commune inte7ition des dpoilx, ont biterpritj leur. c'mirat de marriage de fafo)t A en change), latwtureet Pont soituti; et des r gles awres que cells qui sont poses en l'art. 894 du code civil, US 011t 11licolmu leur Volo)W ex-




t)u TRIBUNAL DE CESSATION 31
j,)-vs,,emcnt dMmYe (Imis le contract, vioI6 et ftiussetaent interprOd
le sus-dit ariicle 894 du code civil.
ARRft
du 28 F6vrier 1907.
Pierre Philippe Pierre Michel centre IeE: consorts Pil),Aen.
On'i, & ['audience du 21 f6vrier courant, Monsieur le juge V. Rather Doniond, en son rapport; Me. Ch6rimond Usarpour le detriandOUr, en ses conclusions, ainsi que Monsieur Luc Domiiii(jue, Commissaire du GouvernemenL, en ses conclusions 6criLes tenflant aLl mainLien dLI judgment attaqu6; \In lo. I'acte d6claratif du pourvoi en date du qUatre avril 1906; 2o. le jugernent d6nonc6; 3o. les diff6rentQs autres pi ces; et Ao.les requAtes des parties; SLIl' le moyen unique du pourvoi, envisa-6 en ses deux branches:
Vu les articles 894 et 925 du code civil;
AtLendu que Sur une demanded en partake intro(luite a la recluse du citoyen Pierre Philippe Pierre 0 Michel pardevant le tribunal civil de Port-de-Paix, ce tribunal, par son jugetnenL en date du -19 Wrier '1906, refUsa de donner effet h lZrt. 6 du contract de marriage des 6poux Belhomme Mardigras, annula par suite un acte de cession en date du inai 188.9, consenti er. fayeur du demandeur en cass.ation et d6bouta celui-ci Ae la (t[Le demand en partake;
ALtendu que I'article 6 du contract de marriage du citoven Belhomme Mardigras et de la citoyenne Marie Louise Baptiste, reQ.u le I. I september 1851, par acte pass6 deviant Ale. Barnab6 Joseph Charlainagnie, notaire a Saint-Louis du Nord, s'exprinle aiiisi Les futures 6poux se font donation mUtuelle et irr6vocabie I'Lin A I'autre et au sumivant d'eUX, ce acceptant, de to-is les biens meubles et itnineubles qui se trouveronL appartenir lau premier mourant d'eux, aU jour de son d6c6s. POLIt, en jouir et disposer par le survivant en pleine propri6t,6 dU jour dLI dk6S, en cas qu'il n'y ait point d'enfants n6s ou. A nalfire du dit marriage
Attend que par I'artiele 6 sus-relat6 et meutionn6,ila exist entre les 6poux Belhornme Mardigras, une donation par contraL de marriage promise par I'afticle 89i du code civil et portant c-imulativement sur des biens presents et A venir, c'esta-dir.- ulle institution contracLuelle tenant de la donation entre-vifs et de la donation testamentaire;
Attend que ce fait 16galement admis, il est incontestable qne ]a dame Marie Lonise Baptiste, 6.pows- smwivanio (Ill c iio1 1Y)tn n,? Ij tr 11 ra-, iv ill "! lro"i PI-I V1




32 BULLETIN DE s AMIRTS
I-11illippe Pierre Michel, les droits, actions et pr6teriLions (In' Vosskldait du chef de son Yriari sur I'Itabilation Cafflou Mar el) vertu, de Cette donation;
Attend qu'il est de jurispru-lence bas6e sur I'article 925 code civil to. que le pouvoir qu'onL les juges du !bnd d) n pr ter les clauses d'un acte et Wen dRerminer le caract re. peut allerjusqu' lui donner une qualification qi i r6pupll a nature sans timber sons la censure du tribunal do Ca,, tion; et 2o. que ce dernier doit toujours v6rifier si les cor quences tires de ces constatations sont juridiques;
Attend que, dans ce cas, eL suivant ces deux jurisprud ces, il y a lieu de dire que les preriiers juges. en rechereldaus le contract de marriage du onze september 1852 lacorni tie intention des contractants, et swis pr6texte d'interpr6tat en ont cliang6 la nature et I'ont SQLIHIiS h des r6gles autres cells poses en Farticle 894 du code civil;
Attend que, dans 1'esp6ce, le tribunal civil de Port-de-P pour avoir ainsi proc6U, a m6connu la volont6 express6n, Nclar6e par les6poux Belhoi-nme Mardigras, viold et fau, ment interpiW le dit article 894, en refusant de reconna A I'article 6 du contract de marriage de ces deniers, le carac (Fune institution contractuelle, c'est-A-dire d'iine donation tant cumulativement sur des biens presents et A venir;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6i-6, cass( annual le judgment contradictoirement rendu par le tribu civil de Port-de-Paix sous la date du 19fdvrier 4906; en cor, quence, ordonne ]a remise de I'amende ddpos6e, renvoie ]a c, se eL les parties deviant le tribunal civil du Cap-Haitien, qi'il soit status conform6ment bL la loi, et condamne les c sorts Mien aux d6pens, allou6s bL Mes. Thomas Pierre F lippe et Ch6rimond Cdsar, a la somme de P.59.90, dont dist tion A leur profit, et ce, non comprise le coOt du present ar
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident; F. Par Georges Sylvain V. R. Domond et Ernm- Chaney, juges, audience publiqiie du 28 Wrier 1907, en presence de Monsi Luc Dominique, Commissaire du Gouvenkement, et assists citoyen C. Dessables, commis-greffier.




Du TRIBUNAL DE CASSXTION 3"
No 17
RftUSArio,-i i)'w; MAGISTRAT.
SOMMAIRE
IIS le cas de ricusation pour inimitij capital, la procidurc impose, ar I'article 382 du C. pr. civ. doit 61re suivic par le tribtrnal, et le ,tge ricusi faire sa diclaration au greffe conformeme tt d Vart.
ARRnT
du 5 Mars 1%.7.
Mor,-tv41 Morpeau centre le juge Julien Benoit. jt]19 A I'audience du 21 f6vrier, A10flSiPLW IC juge G: D6inen son rapport; Me. Moravia Morpeati, en T) ses conisions; Monsieur Luc Dominique, Commissaire dii Gonhement, en ses conclusions;
Vu -to. I'exp6dition de I'acte de r6cusation; 2o. celle (I!t ,ernent; 3o. celle du pourvoi; 4o. IeS aUt.res pieces: tj it iont. joints;
Sur le pourvoi
kttendo que le jurrement centre le(joei est pourvoi i re6 la i kusation propose par le ciloyen MoravM Mor,w centre lejucre Julien Benoit, pmcc qiie to. le tritial Wavait pas d6cid6 sur son abitentimi (it que le fait i, lul de singer impliquait une renunciation A son df,rt; 2o. qne la r6cusation proposed esL inadmissible, parce e I'Mimiti6 capital invoqu6e West pas suppo.0e; Vu les articles 374, f0e. alin6a 3U et 3S'3, pr civ Mteridu qLie Finimiti6 capital kant un,3 C,'IUse de rki"ion, au prescrit de I'art. 375, '10e al n.,pr. civ., quand elle
itwoqne-, ou ne peut pas (tire q te la r6ctj-;utio;, cst idmissible, comme s'iI s'agissait de causes non wljj;s,.s r ]a loi, ou si la t-6cusation 6tait former apre-4 ri des Wais accords A cet effet; qu'elle est to ijours ,(Issible, kant. fondue sur l'une des cauc4es advises p ir 101 ;
kilew-lu que dans ce cas la procedure impose par le alln6a de I'article .382 dolt dLre sui vie par it- tril),wal, e in"P r6cw-,6 faire sa d6claraLion aLl greff! eontorm6n t A I'a r L. 383 ;
Attewfii qiie ht rkn-atiori cle Almisieur Mor,,vM AL),m foA6e sur FiriimiU capi ale, cause pr&ls6e, et enti-




IzA. BULLETIN DEs ARRRTS
meree par la loi, a et6 rejet6e, sans qu'ati pr6a]al)lv jes (lites formalit6s eussent 6t6 accomplices; qLl'il en r6sulLe un exc6s de pouvoir par violation des articles 382, 2e. a]. eL
-383, pr. em, (,*e qui doit entrainer la cessation dU jL1fFe1f1('1jf;
Attend qu'A la 6arre Ale. Moravia Niorpeau a "dklar( quedepuisladkisioncritiqu6e, une antre composition du Li Ibunal civil des Cayes former des juges Hindrick Moise, Do I Cond6 fils et Duracin6 Vaval, a connu do I'affaii-e & Voccasion de laquelle la r6nonciaLion a M6 faite, appert jugernen t veis6 audossier du dernandeur (13 juin 1906); qWtl esL donc n6cessaire de consider lar6cusaLion 16s A present comme 6tant sans objeL, ainsi que 1'estime d'ailleurs le Minlst re public; qu'il n'y a donc pas lieu de FadmeLtre A Y6rjfier, ni alors d'ordon mr;
Par ces moLifsi le tribunal, apr6s en avoir d6lib6W, casse le judgment du tribunal civil des Cayes en date du 46 mai 1906, rendu sur r6cusation ; dit que depuis, 11a dite r6cusation est revenue sans objet; oidonne la reinise de Famende d6pos6e.
Donn6 fle nous, Ernest Bonhomme, vice- president; C. Njean, F. Baron, Georges Sylvain etEmm. Chancy, jL]ge.,, en audience publique du 28 f6vrier '1907, en presence de Nlr. Luc Dominique, Commissaire du Gouvernement, et assists du sieur G. Dessables, commis-greffier.
No. 48
TuNIBRE
SOMMAIRE
Lorsqu'une partic a appos6 des timbres mobiles sm, un acte et gulelle, Wa pas rapport le certiflcat de Vadministration attestant le malique depapier timbH et Vjpoque dc la confection de Vacteil y a lieu de
lui ac.-order un dilai pour qu'elle rapport te certificat.
ARRtT
du 5 Mars 1907.
Dira Nocent, dit Innocent, centre Napol6on Est6vil et consorts.
Oul, A Faudience du 21 f6vrier, Monsieur le juge; A. Andr6, en son rapport, ainsi que Monsieur Luc Don-iinique, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions-,




Du TRIBUNAL DE CASIS-'ATION J5
VL1 10. lordormance de r6f6t-6 atlaqu6e; 2o. Pacte (I e: la dk;laration do POUrvoi; 3o. ]a requ&e do deinandeur; o. les autres 1)ii-'-(,es par lui prodmLes; Sur le moyen d'ordre public prodUit par le NlinisL re PUblic :
Attend que le Afinist re public a relev6 que la re(In6te de moyens do sieur Innocent est r6dig6e sur on timbre dL1 tYpe de dix cetiLiffies, coritiairetrient A la loi, '[Ut exige POLJr CCS sorts Wactes un timbre de trenteCh1q; (I Ue I'apposition qu'it a faite sur ce Limbre de deux timbres mobiles, comme cornpl inetit, tie satisfaiL pas voeu de la loi,
'I U en Fabsence do certifIcat de I'adinini. -tration du lieu atlestant le manque de paper timbr6 11' poque (argm-nent de I'art. ter.,
4e. Aiii a, de ]a loi du 23 juilleL 1901, inodificative do, celle do 40 avril 18271; ilne pour.ce, il demanded, la con&mnation do sieur Innocc-tit A tine amended gale h dix fois la valour du timbre du trente-cinq centimes, et desire que toute audience luit sera refiis6e jlisqu'a ]a pr6sent-ation par lui de la (jUiHanc:! do receVeUrde 1'enregistremenL charge de pereuvoir cette amended;
Atlendu qUe du silence de la loi, le demandeur en Cassation a pU croire qLi'it it'kait pas tenu de rapporteur le, cerliticat dont s'agit; que pour lui 6viter mie condamnation non m6rit6e, H imported Xen ordonner I'apport
Par ces niotifs, le tribunal, apr s en avoir d6lib6i-6, orclonne. que le sieUr Dira Nocent., dit Innocent, apportera at-1 tribunal le cerifficaL de I'Administrahon attestant qu'A I'6po(-Itte 1-je sa requ6te de t-noyens, signifi6e le 12 janvier IWO, cette administration 6tatt. d6potirvue de paper titnbt-6 (In type de trente-cinq; lui accord en cons&ptence tit) (1161 i tie quitize jours pOLW ce taire, pass6 lect-iel Painende require par le Alinist&re public sera appil(lu6e.
D011116 (le 11011S, Ernest, Bonho.iime, vice-Pr6sident Alux. Aijdr6, 1'. BaronGeorge' Sylvain et Emm. Chancy, iuyes, en audience publique chi 5 mars '1907, en presence lo ;'Nlr. Ltic Dominique, C.onjinissaire, duGoiivernement, et assisL6s de Mr. C. Dessables, commis-greffie-r.




BULLETIN DE,3 ARRLTS
No 19.
DkHgANCE.SOMMAIRE:
Le demanded, qui, dans les quarante einq jours de la significat tie ses moyens, Wa pas fait au greffe du tribunal de Cassation le d4 tic Carnende et des pikes, a encouru la deeh ance, art. 0")OP),( dure eivile.
AWT.
du 5 Mars -1907.
La (fame Anastasie Fid6le centre le .-ieur Nmosth6i Pierre Louis.
Ou'i) A I'audience du 28 fe'vrivr koul6, Monsieur le ge Anselme, en son rapport, ainsi que Monsieur Luc I ininique, Corni-nissaire du GOL-vernement, en ses cc clusions;
Vu 1 0 le judgment attaqu6; 2 0 la 4copie de la i-eqL te de la demanderesse; 30 ['original de la require du 1, mandeur; 4o un certificate du greffier de ce tribunal & vj,6 le 3 november '1906 A Me J. Adh6mar Auguste;
Sur la d6ch6ance invoqu6e par le Minist6re public
Vu Yart. 930, pr. civ.;
Attend que le demandeur qui, daris les quarante ci jours de la signification de ses moyens, n'a pas fait grille da tribunal de Gissaboo le d6p6t de I'arnende ties pi6ces a encouru ]a d6ch6ance ( art. 930, pr. c]V.
Attend quo la dame Anastasio Fid6le, par sa requi de cessation gianifi6e au sieur Wrnosth6nes Pierre J.ou dont ]a copie se troupe au dossier de celui-ei, ie]6 qu'elle West pourvue on Cassation centre le judgment d6faut du tribunal de paix de Milot rendu centre elle au profit de son adversaire ; queces moyens de cassati ont k6 signifies le '14 ao it 1906;
Attend que jusqu'A la date du 3 november 1906, e' Wavait lait aucun dep6t de pikes, ni d'ameDde, appert cc tificat. du greflier de ce tribunal ; qu'elle 6tait depuis lu d6chue de son pourvoi;
Par ces n-io(if,-,, le tribfinal, apre's en avoir'd6lib6r6, d clare la daine Anastasie Fid6le d6chue de son pour% centre le jugemerit du tribunal de paix de Afilot en da du 227 juin 1906, rendu par d6faut centre elle et au pro




Du TRIBUNAL DE CESSATION tr-47
du sient, Nrnosth6nes Pierre Loui:-; la condemn aux d6pens, liquid6s A la soinme tie P. 45.1 5, avcc distraction au P"OliL de Me.f. Adhelin ir Auguste, qui affirmed en avoir fait Favance, et ce, non coinpris le cofit du present arr6t.
Donn6 tie nous, Ernest Bonhomme vice- president; F.
-.3aron I Ueorges Sylvain, Anselme et Mr6mie, juges, en. '111dience p-iblique du 5 mars -1907, an presence de Mr Luc Dorniniqlie, Cornmissaire du Gz)uverneinant et assists du sieur C. Dessables, commis-greffier.
No 20
VENTE. OBLIGATIONS DU VENDEUR.
SONIMAIRE:
Le vendeur a deux obligations principles, celle de dilisrer et celle de
garcqitir la chose qv'it veizd.
L'obligation de Mivrer les ininieubles est remplie de la part (lit vendear lorsqu'il a remis les clefs, s'il s'agit d'un bdarnent, ou lorsqu"d
a remis les titres de la proprUtd.
ARRET
du 5 Mars 1907.
Le sieur Joassinville Joachim centre Louis Despeignes.
0111, A I'audience du 28 ft vrier 6coul6, Monsieur le juge V. R. Domonl, en son rapport; Me. G. Latortue, en ses obs'ervaholls; Monsieur Luc Dominique, Commissaire du Gouverneiiient, en ses conclusions;
Vu. lo. le judgment attaqu6; 2o. Pacte de la declaration du.
0
pourvoi; 3o. les re.-juAtes des parties; 4o. plait et proc6s-verbal de Parpenteur Despeignes; t"o. les autres pieces produites;
Stir le preinier moyen pris d'exc s de pouvoir et violation de I'art. 1388, C. Civ., et fausse application do Part. 1390 du m6me code:
Vu les articles 1388 et 4390, c. civ.
ALtendu qu'aux terms de I'art. 1388, c. civil, le vendeur a deux obligations principles, Celle de
Z' d6livrer et Celle de garantir la chose qu'if vend,
Attend aussi qu'aux terms du second article, l'obligaLion de liver les immeubles est remplie de la part du vendeur lorsqu'd arernis les clefs, s'il s'agit d'un bAtiment ou lorsqWil a remis les titres de la propridt6;
Attend qu'au cours de Pann6e 1901, le sieur Louis Despeignes vendit au. sieur Joassinville Joachim. trois carreaux de




38 BULLETIN DL.,; AEE TS
terre de I'liabitation (( Faure floineau )), sise en la section I*Ae J,,, Dtibourlg, ( immune de Pilate, arrondissement de R et CO, nloyennant ]a somme de six cents gourdes, dl If! Soldol soit tiois cents gourdes, lui fut versd le let, septe' b re 190 1;
N t Lendii que Joassinville Joachim, pr6 pendant que le vc deor 11'a yamais pa d6finitivernent. liver les Irois carreaUX terre a kii-tri6me, acheteur, qui aurait 6L6 d6poss6d6 par vt',ri(ables propri6faires et possesseurs, a demand an tribui civil dii Cap-HaRien de condamner le dit sieur Louis Desp Ones a rp Aituer les six cents gourdes et cinq cents gourdes P 0 n
doniinages-im6r6ts;
Attendu que les juges, se basant sur son proc s-verbal et plan Wai-pentage figurant dans les pi ces, ont d6clai-6 le si Joassinville Joachim non-recevable en sa demanded com. .tant mal lond6e;
Attend que le motif doniA est que ce proc6s-verbal et. plan qui 1'ac( oinpagne inlique clairement que J'acheteur ei en la possession;
Attend que le plan et le proc6s-verbal indiquent pr6d, inent le cootraire; I
AtLendl.], en el'('et, (jur 1',irpenteLit, Despeignes qui lr-3 a h ineOme dress s, a la reqii,'de tiers, et non Joassinville, ( Wkait pas p tale, a deolar(' que les trois carreaux ( ou po kre phis emict ) deu\ carr, aijx (A dend 6faient A chercher;
Qu'il i,.'y a do-ic pas un de (Mivrance ni de inise en poss sion;
OWen distant le contraire, il en r6sulte un exc6s de pouvo .in Violation (to 1'ai-L. 138 c. civ., et la fausse interpr6tetion application de 1'arL. '1390, m6me code; que ce moyen esL fon(
Par ces mol-irs, le tribL11),11, qpv6s en avoir ddlib r6, sai avoir besoin d'examiner les 2 me. et 36me. moyens, casse annual le judgment du tribunal civil du Cap-liaftieii, en d. (ILI -lei-, f6vi-ler 11906, rer)du contradictoirement entre Joass] ville loachim et Louis Despeignes; ordonne la remiSe de I" mende d6pos(e et, POUr e^1re statu conform6mellt a la J( renvoie l'aff(aire in tribunal civil de Port-de-Paix; condom Lo)iis Dcspe;giws aux d6pens, liquid s h la somme de .. . avec distraction an profit de Me. J. Adh6ujar Angnste, qui
M
firine les avoir avanc6s, et ce, no(, comprise le coOt du pr sord arrO.
Dorine de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident; F. Bare. G.SylvainV.R.Domond eL Emm.Chancy, J*Dges, en audience p oblique du It f6vrier -1907, en presence do, Monsieur Lue D ininique, substitute du Commissaire dn Gouvernement, eL assist du citoyen C. Dessables, commis-greffier.




Du TRIBUNAL DE CESSATION
No. 21
COMPETENCE-EXGtS DE POUVOIR.
SOAMAIRE:
.Squ'tm acte est com4nercial, le prods auquel 1*1 donne hea doit portj deviant le tribunal de commerce.
ARRET
dU U Mars 1907.
x Veuve et les hdritiers Thbg6ne, [, ihens centre les rs Thos. Breckenri(Ige et Co. u 'i, A Iaudietice du 7 mu[s courant, Monsiour le jiqvo inie, en sou rapport; Me Solon .116iios,'pour les deman.
et"Lespiwasse, pout- les d6fendeurs, ell 101-11S Obabous ; Moubieur Luc Domiiiiijue, Cominissafre du. vernemeut, en sesconclusioti:,; a 10 le judgment attaqL16 ; 2 :1 I'acte de I t (16chwadu pourvoi ; 3 0 les l'e'jUV.Les des pailies 4 :: k-s
-es pieces produites
,ir les ler et 3e inoyens pris d'exc' de potivoir, de ition des r6f-ries de la compkerice, et des ailicles 020 121., c. comm., de In fausse ititerpr6tation et fatisse location des articles 708 eL suivaiitsl c. civ.: u les dits articles et article 638, c. comin. tteiidu que Iorsqu'un acte est commercial, le proc s uel 11 donne lieu doit 6tre p0116 devatit le tribui)al de merce ;
itenclu. que la Veuve et les h6ritiers Wien- oia 6t6 gi es eii pavement, chacun pour sa part et portion, de omme de 91,069 fran-.s, 80 centimes, avre les illf6f 614's "UX, pour marchai-idises fouriiies i feu Th6ao iie
ns, cotnraer ant, par Breckenridg.-' eL Co. aussi
, .ants ; que I'acte kaa commercial; que Padiou eii paieI kaiL done de la compkence du tribunal de comin-:1Lendu, ii est vrai, qLI'a' ceLte demanded principal, 61alt ,e une demanded additiotinelle, la [WO11011CIaLioli coiii6ment A Failiele 708, C. civ., et les suivaiiLs, de, h. nation de leur pairimoine avec celui de I'li6r6(liI6, afirl les cr6anciers fussent pay6s de leur ci-61111ce sur ce jilell, par privilege et pr6f6rence aux cr6an,:iers perels des assi()n6I---;




40 BULLETIN DEs ARRLTS
Attend que cela Wernp6chait nullement que 1'as.signa_U011-A comparaltre ffit donn6e au tribunal de commerce, I'art 638, c. comm., pr6voyant le ca's oii ]a Veuve ou le-; h6ritiers d'un commergant, assigns en reprise distance, conteslent leur quality, et le dit article disposant que ]a question d'6tat que soulke cette contestation, dolL kre renvoy6e aux tribunaux ordinaires ; Attend que le tribunal civil de Port-au-Prince a kideniment vio16 les r6gles ci-dessus de la compltence et (tes articles 620 et 621, en reteDant Iaffaire dans les conditions ofi elle a 616 pr6sent6e deviant hii, Woii exc6s de pouvoir ; 0
Par ces motifs, le tribunal, 4res en avoir d6llib&6, sans avoir besoin d'examiner le second moyen, casse et annual le judgment du tribunal civil de Port-au-Prince, en date du 8 juillet 1905, entr- la Veuve et les, Uritlers Lahens et ies sieurs Thos. Breckenridge et CO ; OFOonne la remise de Parnende d6pos6e el, pour 6tre status conform6ment A la loi, renvoie Faffaire au. tribunal de commerce de Port- au-Pri nce ; dit aussi que si, saisi de lademande en pavement, des contestations s'61evaient sur les qualit6s, le tri bunal de commerce devra renvoyer dex-ant le tribunal civil, et attended la decision de ce dernier Lribunal avant de juger sur le fond ; condamne les sieurs Thos. Breckenridge et Co aux d6pens7 liquids la sonime de 11. 52.35, avec distraction en faveur de Ales Solo,, M6nos et Horatius Volcy, qui affirment en avoir fait Pavance, et ce, non comprise le cofit du present arr6t.
Donn6. de rous, Ernest Bonhomine, vice-pr6sideDt; F. Baron, Georaes SylvaiD, Mr6mie et Einin. Chanc n Y7 inges
en audience publique du 12 mars 4907, en pr6seDee de All' Luc Dominique, Commissaire du GouverneMent, et assist6s du sieur C. Dessables, comm i s-greffier.
No. 22
HUISSIER SANS CARACTtRE LkGAL. ExClt.i DE PC)UVOp.
SOMMAIRE:
Chaque tribunal de paix se compose d'un juge, d1un greflier t (je deux huissiers exploitants (( art. 31 de la loi sur 1'01'q nisation jjjdiciaire a. -- Un juge de paix Wa "11C Platite P iw excdder ic




Du T11113UNAL DE CESSATION 41
iloMbre des huiisicr-q fixi par la Ioi. Une persomic nomm e hi(is., Ier dans ces conditions n'est pas tot officer public pouvant insivllvie)iter ; elle West qu'uv simple particul:ev. ommet toz exc s tie pouvoir le jnfle qui vcfuse de nidle mic Citation Izotifice par une Personne 11'(1yunt jw le caracf re It'yat.
A B k PT
du P-) Mars D07.
Moravia Morpeau centre Marius Neptitne.
ou'i A I'Midience du 28 f6vrier 6cou16, .Monslenr le juge J6ftnie, en son rapport; A calle dU "I Mal's COUrant, Monsit:ur itye Sylvaini en la lecture, dn sien; it cetle iyi tne audience, [OllSieUr Moravia Morpeau, ell ses observations, ainsi que Nf. uc Dominique, Commissaire du GOLIVerl](11110111, ell SeS COilusions sur fes deux pOLlr%'OiS-,
Vu lo. les deUX jngenienLs attaqn6s ; 2o. les deux- acte6 d,, claradon de pourvoi; 3o. les requOtes dU demaw-lejur, /to. itks iLres pi6ces par hii d poses;
Le d6rendeur n'a pas prodidL;
SLir le moyen unique dii pourvoi centre to 'ugenient sill, exption:
Vu Fart. '1 de la foi sur PorganisaLion judiciaire; AtLendU qu'aUX terms de ['art. 31 de la loi swi-clt6e, chatie Lribimal de paix se compose d'un joge, Wim greffier et d-, etix hulssier-i exploitants-,
ALLendu qu'un juge de paix n'a nulie quafiL6 pour ew6(kr !a ombre des huisslers B6 par la loi; Attend aussi qUe le joare qifi, Lout en restart dans ses a', ibutlons do juge, ou dans limits de sa compkence, faiL cije la loi lui Wend ou ne JLli permit, COMMet Ull CXC S Lh )uvoir;
A-Itendu SUrLout q(l'Une pers-)nne noinin6e par ce Magistrat tns les conditions ci-dessu--z, West pas un officer piflflic Poll,Lnt lostrumenter; qLl*il West qu'un simple parLiciflier; Attend que, nanti d'un jLlgrnenL du tribimal (to 11ak &3 ives en date du 12 juillet t906, le sieur Moravia "lorpeal-I a il pratiquer Line saisie-ex6cution sur des aniMaUx apparti int L soit adversaire, le sieur Marius 'Neptune; AtlenOu quesur la ciLation A 11-1i donn6e ell nulllL de saij le sicur Moravia Morpeau a r0pondti que 1'exp!otL ofaiL wit
ir avoir W signiU par an huissier no nmd contralreinenL A loi; qu'il en a fourni la preuve par les proc6s-v( rbaux coll'sint la presentation de sernient de deUX 11LOSSIel'S ell fO!I(;tiO,] et
c demment noinm6s,




42 BULLETIN DEs ARRtTS
Attend que le tribunal de p2ix des Cayes, jugeant en wer resort, rejeta Vexception et ordonna de plaider le c,, par son jugement en date du 7 aobt dernier;
A tendu (pie la citation ayant k6 notifi6e par iine per sans caracl6re 1 gal, la nifllit6 devait Lre prononc6e par ge de paix, SUr la dernande du d6fendent-, en confori-nit (Jeinier aliti6a de Iart 6, pr. civ.; qoe le refus de faire la loi consLiLue un exc6s de pouvoir qui entrance la cassaLi judgment sur exception;
Attend que le judgment d6finitif au fond du 18 aofit kant 1'ex6cution du judgment. rejetant exception, se t lui-in6ine atteinL aussi par la cassabon, par suite du pri qLje tout acte d'exkution fait en vertu d'un judgment ca-5 retract de plein droit; qu'il n'y a donc pas lieu dexaini inoyens du pourvoi dirig6 centre, puisqu'ils sont d6s lo objet;
Par ces 0-notifs, le tribunal, apr6s en avoir ddlib, t-6. c,, annual sans renvoi, le jugeinent du tribunal de paix des en date do 7 aofit 4906, entre le. ciloyen Marius Neptun siour Moravia Morpeau; dit que le judgment du 18 aoCit qui est 1'ex6cution du premier, est r6tract6 de plein dro donne la remise des deux amends d6pos6es; condamne I Nei tune aux d6pens, !iquid6s A la sommede P. 85,85, av, traction au profit de Mes. C. C6sar et Morpeau, qui affirm, avoir Fait les avance!-, et ce, non comprise le cofjt,.du arrAt.
Donii6 de nous, ErnestBonbomme, vice-pr6sident; F. Georges Sylvain, Anselme et J re'rnie, Juges, en audien bliqite du Di f6vri er 1907, en presence de Monsieur Lt minique, Coininissaire du Gouvernement, et assists du G. De sables, coin i-nis-greffier.
No 23
E.NREGISTFtEMENT. RENVOI POUR CAUSE DE SUSP UGIT)ME.
SOMMAIRE
S'd y a erreur de perception des droits d'enregistrement, ta
V11-tir(gistrementen ses articles 180 et 181 ouvre une action pl m(nt de droita la Rdgie de I Evregistrement d exerce Mai de deux ans, et les actes enregistris comnie ils l'ont it
sent neanmoins leurs ellets en justice.




Du TRIBUNAL DE CESSATION
procJdure, dans le cas de suspicion Mgitime estsimpte: it stiffit de Wposer au greffe (lit b-ibunul de Gassation ime requi'le sur le lonbre pilit avec les pikesju.stificatives.
a des causes A pareWd oit!d'alliance dominant liettili la )-iClisationde ite1ques juges il'un tribiwat, s'ajoutent (1 antres potmod /itire doner de l'impartialitg des aub-cs mayislivis du meme tribimat, it y a l'eu it dessaisir et it renvoyer deviant im autre tribunal poit), Suspi, cion ligitime.
AWT
do 9 Avril 1907.
iur la demanded pom, cause de slispicion 16gitime forinet-, ILre le tribunal civil dol r inie par les sieurs re & Go. et les consorts Lavatid fils: La dite demanded coinbaltue par les consorts et 116.-itier-i I i Mar-ron;
i n
Jigos G. [)t,..
)Uil ;! Audience dn 12 mars, Messieurs les Joan
V. It. Domond, eii It-m-s rappor:s; Mes. Solon M(mos et C. noit, en leurs observaLiotis respective; Monsiem- EM-6ne I),*,xel SubstiLut du Commissaire du Gouvernemenl, CH stnclusions;
Vu lo. les deux actes de r6cusalioil du tributial enter, falls ,,reffe da tribUnal civil de J&6inie : 2o. les requ6les et in6P
)ires des r6cusants, et des intervenant.s; 3-). Loutes Jes aiji.r. Ices par eux prodidtes;
,Lir la fin do non-recevoir soulev6e: Attendii que routes les parties intem*enantps ont conciu 4
-recevabllit6 des deux reqii8tesparce qu,2, i r le d---iit-e!1 s, lei ,es reqUkes 6tant con i-16i-6es comme pre, n ers acles de reurs sournis A la formality de 1'enregistrement, ces reqn6tes n t sons le coup des articles 62,2 0 -t 151 de la loi stir Fengistrement, pour Wavoir pis k6 enregistrdes; Attendo, il est vrai, que les deux requ6tes ne sont pas engistr6es;
Attendii, cependant, que les deux actes de r6citsal.io i dii triinal enter sontenregisir (-(Iui du 2 mai 19,6. A Porl-i
-ince, aa droit de cinquante centimes' et an clknble drolt d nquanteeentimes, et celui du 7 juin 1906,aij droA lixe'de- dew i--irdes, & J r6mie;
Attend, alors, suivant l'opinion du Minist6re, publi'!, qre I y a error de perception, la mme 1o;, n s is articles
et -1817 ctio
ouvre une i en si ppl inent i e droit A la R6g'e
i I'Enregistreinent, & exercer dans io (161ai de deux aw-; qi e s actes enregistr6s combine ils le sont. prod(iisent n6annioiiii urs effects injustice,
Mais attend que ]a procedure, dans le cas de suspicion 16-




44 BULLETIN Di,'-- ARELTS
,ilijnp, (,:, t simple, qii'il stiffit de (Wposer an greffe (In tribill (le CaQ-iiioti tine requAle siir le limbo vouln en y joigm Ics plevos jiistificatives; qne Me.s. 11. Voley (It Solon Wnos fail (lite s'i'Is out cru dovoir 1)roposer ]a snspicion
actez au ,rPt"'e ils se sont assiijettis A tine obliplion que h)i 11"I lt,is pvpvue; qii'on ne peiit donc firor tine fiii,,de no rocevoir, ni dI) d6faut de I'enregi! fremcnt de leor req i tf,, tie I'iinpossihilil de v rifier, si la procuration Pit verto de I (111elle NIP. CIPI'veanx Chassagne a fait, an nom de ATIail)0i I'Pelerc & CO, la d6claralion de suspicion 1k),ilime, h J r( rn est* ptiisqu'une procurat*o-i sp6ciale et, authenliq
de la pat-tie ti'esll. exi,-6e qiie potir le renvoi et la r6cusation, non pom, le cas suspicion 16gitirne;
Attend. en effet, que dans le silence de la Joi, il est irnp( sible de prononcer stir une fin de non-recevoir imagine A r; son de lapr6tendue inobservance de Lelle ou telle formalil6; qI s'ensuit que la fin de non-recevoir soulev6e West pas fondo
Sur la 26,ne. fin de non-recevoir cembatfant les faits donnlieu h ]a suspicion, et sur les deux demands: Vu les articles 429 et 492. Inst. crim;
Attend qiie, ]a rkusation est au renvoi pour cause de p rent6 ou dalliance, ce que la fraction est A Fentier; Attendu que, dans Niypotli se du renvoi, la par-lie ne borne ) oint a r('enser tel ou tel juge; que, dans la crainte c les auti-esju.-es ne se Lni zsont inflijencer par celui diitre e qui lui est stispect, elle r6cuse le tribunal tout enter. ce c n6cessite son renvoi deviant un autre tribunal; Attend que, s'il en est ainsi, et si ]a loi Wempkhe pas q 1.9 pareW on I'alliance soient invoqu6es avec Jes fails quelec liess qiii permvitent de supposed l6gitimement quun tribui tie sera pas impartial, on tie peut l4galement. oblige.1- Ifs r6c sants h se border uniqnement snx deux r cnsations indixidil les, quami de ]a parenW oii de Fallianep, de influence fi'tin n gistrat, de l'opsei-tible des Iaits enfin, ils (wit r6sulter ]a si; picion l6gitirnp:
Altendti qu'N l'oet-asion Wim contract iriterventi entre 6pottx Vn-, re Lavand fils el Po(,(-,r Rouzier et Messfel-11's gibom, Lochre &- Co., Pt dont, I exkntion Mait demaw j:ar lpq pi emiers an tribunal civil de Port-au-Prince, tin pi (' s 4 'clata ontre les demandem-s en suspicion l6gitime et I pal.li(-s ititervenantes,
Atlemin cine des assi-nations qinsi lanv&es au tribunal do Poi-t-an-Prince et -au tribunal civil de J6r6mie, il r s que, les demands lforin es devai)t l'un et I'autre tribunal
Mb
C




Du TRIBUNAL DE CESSATION 45
OuLes I)OUr cause la convention dont s'agit, et pour objet son iimitien ou sa iiulliW;
ALLendu que Messietirs Angibout, Leclerc & Co, d'une part, !t les Poux E 11(' lie Lavand fils et Ro-er Rouzier, d'autre )art, eimsageatit le conflict, tel (iWil est dii, ont deman(i6 conxe: les li riliers de feU Gaston INfargron et centre Me. Auguste
aroiite, (Iiii les orit respecLivement assigii6s an trihimal civil le J 116_11i(3 1 le renvoi aii triburial civil lie Port-au-Prince, en %lismidela comiP06 et, dela litispendanceinaisaussi le Hessaisis,t"iIWIlt pr&a;able, pour ralts dominant lieu A une suspicion 16sikitendo que lei demanletirs en suspicion 16giLime exponent Itie, (( ind6pendamment d,, la pivent6 de Me. Auguste Garoute ivec le doyen Pascal Garoute, le sieur Louk Philippe Margron
M. Elzer Vilaire avocat de ep (lerniei t (13 Mo. Au-uste Ga-onte sont les neveux dii juge S. Rocom-L; qu'assur6inent les jartles ailverses ont escomnL6 I'avafltage hicoifl.estable que ces leiis de parents leiir tolirmsseiit a% ce Lant d'A-propos, car il va le soi qu'il strait impossible -ILIN, wyosants, eriti6rement au ,ouraiit des earacL6risti-mes du milieu, (le luttem, centre des femmideurs habiles faire valor to profit moral qui d6coule
)mir eux de la haute situation du doyen dii trihnnal civil (le 16r mle, 6couL6 cornroe un oracle par ses COH -Ues, et de Fasceii(laut inlikent a I'anciemiete tin juge S. Rocoart; qije, hieri I)ILI',,h ces causes de r cwzation assez puissant. s pour pro-oqner LIfle 16-itime suspicion centre le tribune I civil de J6il (RIlt -,tjOLIter un 616in,,nt d'uiie importance capital:
-'est lies nombreux d6biteurs (In la maisoii Angibout,
Leclerc Co., a la corihimatioii de proc ; inextricablos eL A ]a
- [(Ynlficatloii interinitlente d'opposiLions qtJ leur perinetteM de
-ti-der par deVel'S 9Ux aLISSi loti-Lemps Clue possible, les somines cedoes (A traiisport6es tll.li, exposants; qu'aussi ceLte at[I sl inae des adversaries (i-L
'Lude 61r -elle e,,cite chez eux une
motioii passionn6e, qui est (it' WdUre h -.1-ner les jiiges eLIXIlleffi(I's) eii raison de tant de relatiotis de tamille et d'ami[id
AtLendu qnc les domandeffs ajoijterit: (( que cp sont routes '!-S co;)sid, rtLions qui expliqiienL (Im- les adversaries so. soient
"L "'I(Jresser an tribunal civil de J r rfile, mal-r6 line kiskmo, drvaiit le tribunal clvil (le Port-aU-Plinee et ell (16I)IL (le kwr6i eii date du 2.) juin 190:3 qui a estinn, q.-j'il y avait
(laiis I'ML6re^t Tune bonn6jOstice, de ['66ireJuger allIeUrS pl a J 'remle les caiises dans lesqu. Iles sont iiit ress s les iie.Urs Aiigibout, Leclero&- Co. ));
Allel)(11.1 qiie les iiitervenants, tout en contestant le degr6 de pareiit itivoqu6 A 1'6,-,rard dU iU)C'- SI_. Rocourt, reconnaissent




46 BULLETIN Di s ARRnTS
ji anmoins existence des liens do sano, entre lui et le sieur Louis Philippe Margron et Nle.Etzer Vilaire
Attend que ce fait, joint A la parenO du doyen P.GaronLe et de Me. Auguste GarouLe, parties en cause, et aux faits S111-LOA relev6s dans 1'arrk dij 27-; juin 4903,les pr6ventions d6ravorablel dont les sieurs Anuibout, Leclerc S-, Co. sont l'objet de la part de la population do .16r6mie, k cause seulement des poijrsmLes qu'ils exerqaient centre les commerQants de cotte viilt donue lieu la suspicion, en estiniant que les pr6c6dures acluelles sout bien les suites de la premi re affaire, procedures daiis lesquelles figureDt, avec d'autres, les m6mes parties, dans la m6me ville;
Attend, enfin, que les cas de partiality et'de r6cusation d'un, tribunal enter sont des causes de renvoi que les parties petivent tOUjOUrS invoquer A 1'appui de leurs droits;
Par ces motifs, le tribunal, apr s en avoir d6libk6, adinet ]a suspicion 16giLime soulev6e par les sieurs Angibout, Leclere & Co. et les 6poux Eug6ne Lavand fils Roger Rouzier Contre le tribunal civil de J6rknie;en cons6quenc'e, dessaisit le tribunal de )a reconnaissance des demands form6es par M,&re Auguste Garoute et les h6ritiers Gaston Margron par exploit du minist6re de I'huissier Victor Edouard etils, le 27 jaovier et les 12 et 16 f6vrier 1906; et vu la liLispendance Pt ]a conn, x46, renvoie les dites affairs deviant le tribunal ciN-il de IlorL-,-AuPrince, condamne les intervenants aux d6pens, allou6s h Me. SolonM6DOS, A ]a somme de P. 47.55, avec distraction tt son profit, et ce, non comprise le cotit du present arr t.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr sideiit; C.D6jean, F. Baron, J6r6mje eff.R. Domond, juges, en audience publique du 9 avrit 1907, en presence doo Monsieur D g6ne D6catrel, substitute du Commissair6 du GouverDement, eL assist& du citoyen G. Dessables, Comm is -greffi er.
No 24
VIOUTION DE L'ART. 1489 PR. CIV.-A'IOTIFS.
SOMMAIRE :
Lesjugements, ii peine de inullitg, doivent 6tre motives sur chaqu chef de demanded.
ARRET
du-11 Ayril 1907.
Le sieur, Cyr6sias Clerzias centre la dame Ve. D. Marceli i Oul, A I audience du 19 mars dernier, Monsieur le J11C
F. Baron, en son rapport, et Mr. Luc Domini(Ine, Commilr '
saire du Gouvernement, en ses conclusions;




Du TRIBUNAL DE CESSATION ik7
Vu Io. I'acte de la d6claraCon du pourvoi; 2o. le jugement ,ittziqud; 3o. diff6rentes autres pikes; et 4o. la reqtike du deinandetir;
La d6fenderesse n a pas product;
Sur le 26me. moyen du pourvoi
Vu Fai ticle 148 du code de PrOC&lUre civil
A Itendu qu'aux terries de Particle prkit,6, la r6daction de tOLIt judgment faite par IeQ juges, doit contenir, d peine de nullit6, des motifs;
ALLendu que, dans 1'esp6ce, le jUgement rendu par d6faut faute de conclure, par le tribunal civil du Cap-Haitien, le 45 f6vricr 4905, annulant une decision du tribunal de paix de Dondon dont 6tait appel et maintenance ]a possession de ki dame veuve Alarcellin sur deux caireajx de"terrede Fhabitation "Antoine Andi,6," neconlient aucun motif sur le chef de demanded relatif d la maintenue en possession de ]a dite veuve Dorcin Nlarcellin sur les dits deux carreaux de terre, objet du litige;
Qu'il s'ensuit que le judgment d6noned doit We cass6 et ann U16 pour violation de I'article 448 dU code de proc6durecivile;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6 et sans- qu'il soit besoin d'examiDer les autres moyens d u pourvoi, c(isse et annifle le jogement rendu sur appel par d6faut, faute de conclude, par le tribunal civil du CapHahlen le, 15 f6vrier IW5; en consequence, ordowne la i-emise de Famende d6posde, renvoie la cause et les parties deviant le tribunal civil de Port-de-Paix, alin qu'il soit sttw6 conform6ment A la loi et condamne la d6fenderesse aux d6pens, allou6s d Al. J. B. W. Francis et J. Adh6mar AugtisLe, d la somme de P. 47.60, dont distraction d leur profit et ce, non comprise le coCit du present arr6t.
Doim6 de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident ; F. Baron, Geor(yes Sylvain, Anselme et J61'61Die, juges, en audience publique du 1-1 avril 4907, en pr6seDc6 de MonsleUr Lue DominiqUe, Commissaire du GouverDement, et
st6s du citoyen C Dessables, commis-greffier.




BULLETIN DEs ARRESTS
No 25.
Ti. IBRE. E-,\nFG1STR.A1hNT. SURSIS.SOMMAIRE:
Le demanded, dont la vequ fe West pas vidigie sur le timbre 1wesorl doit Ore condemn et toze amended igale a dix fois la, valeto, It t im bre auquel Vacte est asstijetti.
11 est defend auxjuges el aux arbitres de rendre atteunjugement, aux experts de faire auctme estimation en favem, des partly tdieRs S1, ties actes sozonis a 1'em-egistrement et qui Wauraient poin t sa i isfa I t celle formality, ii peine W&rc persownellement responsible des droll
ARRET
du 41 Avril,1907.
Le citoyen Inorcier Alaurice centre le tribunal de pai de Poi-L-Salut.
Oul) A ]'audience du 44 mars dernier, Monsieur le Jug Georges Sylvain, en la lecture de son rapport, et Mo Luc Dominique, Comi-nissaire du Gouvernement, en se conclusions;
Vu lo. la requdte pr6sent6e par le demandeur et. 2( (lill6rentes autres pikes;
Sur exception soulev6e d'office par le Minist6re pt blic :
Vu la loi du 13 aofit. 1903 et celle du 20 juillet, 1902 modificative de celle du 40 avril 1827 sur le timbre-,
Vu 6galement les articles 62 et. 45-1 de la loi sur FEri vegistrement, ;
Attend que la requ6te pr6sent6e par le sieur Nor cier Maurice a W r6dicr6e sur du paper t1mbr6 (Ju. typ de vingt, centimes, au, lieu de Vdtre sur celui de trent( cinq centimes qui est. prescrit, par Farticle 2 de la loi d 13 aoQt 1903 pour les actes du tribunal de Cassation;
Que c'est. done le cas de condamner le demandeur iie amended dgale A dix fois la valour du timbre auqUE acte est assujetti;
Attend que la requ6te dont s'agit, dtant assimil6e un preinier acte de recourse, West pas enregisw6o ;
Attend qu'aux terms de Farticle 151 de la loi st I'Eriregistrement, il est d6fendu aux juges et. arbitres d rendre aucun judgment. ni aux experts de. faire auci ne estimation en faveur' de particuliers sur des acte sournis A 1'enregistrement, et qui n'auraient point sati,,




Y)u TRIBUNAL DE CESSATION 4 ')
1 e(,tle forjjj,jijt6, A peine d',&Ire per .ojmeflenient ,sponsables des droits;
AtLontlu qUe dans celte circonstaoce, jI N, a Hen de dire i'll --era sursis A slaluer sur le m6rile Ie la dei-nawle STCA ce que ia formality (to I'enreffislremeiit Solt C'wPar ces motifs, le tribunal, apr s ei) avoir d6lilj r A-111awne le sieur Inorcier Maurice it kme amended de As "ourdes ein(piante centimes; dit que ji-isqu'A Ia. re' ,sentatioi) de la quittance du recevetir de 1',enrep -trvF
,ent qui est (fi r-;6 de peic voii cette omf-nde, il Fem irsis par le tvibmial A statue sur la demanded en r it)i; dit, eiicore qu'd en sera de un6me A 'Poard 3o la (pike, par lui prnduite, lant qu'elle Wnura pas saii',-falt la for-maIR6 de I'enregisLrement, confort-r) menl A I'm--Ie 62 de la Iol sur la ni;iti6re. Doim6 (le rjous, Ernest Hoiihowime, vice- pi&idem; V. aron, Geomes Sylvain, An3elme et J6renne, P(THS, ell idience pubtique du -14 avril 1907, en presence de Mr. .ic Dominique, Commissaire dn Geuvernement, et asstes du citoyen C. DeSsables, commis-gre(lier.
No 26.
EXPLOIT. Domwii.i.'.
SOMMAIRE:
pto I t t 1'(t, I stationn aux (Iefendeurs en Cas.,atlon qm' co."11 1,))/ vic le fIrmondelo, demetfre Zi Port-au-Prince comme mfIrcimit (fiVe o euntlerf t wlt ,e troupe par const qv tt ',son jwimipal 0((blis 'emiit, )?e jwet tre 1-wree qu'il vc cvv)Portcnt;t pas Ic jI())pI'cile recl (b, (lit demandelfr.
ie "')istr).nce sifspendae par te &Ws dime parties, doil itre vrprise, soit
raccor.d drs reprismamits de Ift purtie twe(wet, avec son ailvo, 'lawe SIDTIM11t, soit I)ar ime ms.Nitmation oz rcj,)-i.,e whlshl"
I ARRnT
do 11 Avril 1907.
Le sleur Abdala Sada centre lo. le sieur Louis Whitty et 2o. demoiselle Miss Whitty.
Ou'f a Paudience do -12 mars dernier, Monsieur le. juge
or-es Sylvain, en son rapport, et Monsieur Luc Domitjiquc mmissaire dU Gouvernement, en ses conclusions; VLI IuXade de la d6claration do pourvoi, en date &I i I jUil-




to BULLETIN DEs AIARPTS
let 1916; 2o. le judgment atlaqu6;3o. diff6rentes aLlll't-S pl etlo. 1,s reqijekes des parties; Sor hi fill de wn-reeevoir soulev e par les d6feiidenrs:
Atfewhi (pie les defenders opponent aLl jJOLlr%'Of Ulle fill 11011 1,0(leVoi r tii e de ce que Fassignation a eijx donii o a fills de fournir lours d fei.ses sur 10 dit I)OL11-VOI Ct ddii 11) juilleL -11)GG, ne content pas le domicile r621 dLJ ;I( t I We w-i(pikii ei t (( 6 ti.lciI16 au.\ Ftat -t il'Atnt riqiw)), comme si vetLe immense coutr6e, dISCIA-11s, f ,rlllait (111,111le Soule ville;
Af'wndti qne le SieLlt' Abdala Sada a-,-:ttit hidiqu6 dans 1'exp criLique que sa demure 6[ait it Poi I-au-Pihice oti il est m, co,-mw it go(.,Iaiit-coiisigii-,tl;Aii-e ranger et oO se trou%-e 4,011SO(piota son principal Lablisz-.emetif, il W Lait pas ol d' notice le lieu de son domicile reel;
Qii'en vowi ',,Oetice. il Wy a pas lico de s'arreker ni d'a\.
-d A la fin fie non-recevoir 1-,ropos6e par 1(,,s d6fendei la(pielle dem, nre rejet .e; Au fond
siw la premi rt! branches du moven de pourvoi:
V11 les :112, 'lit) "U-) et I'l. du colo, de procedure c
le, invo(pits par le (lemandeur;
Attewhi que le iwir Abdala 'Sada, locatalre (I'LlIle halle en (-ett- villo, 110w 116publicain", apparteii-ant A la dal)-le -'re
Pierre. Jn-Louis I'PC,,Llt do doctem- Nemours Thoi opposition ,ui pavement des layers s-mains de, ]a propr1aa
Atlendu que sur son rerus de pass; ,r ontre A la dite, opp, tion, le sieur Ab4ala. Sada a k6 clt6 en d6guerpissement yant le tribunal de paix de ]a section nord de cette, vffle, le condamna (A Glaisser les lieux par lui loiOs latis le d de trOis inois, d vision centre la(pielle il interjeta appel,
AL[endu qne pendant que l'i iisLance kait encore pendz deviant le tribmial civil do Port-au-Pi-ince, la dite dame N St-[Aer Pierre hi-Louis vint A monriret eel- 6y nemeiiL fut tifi au sieur Abdala Sa(-Ia par exploit de Phuissier Boyer Dt en date do 25 janvier 4906;
Attend que. apr s qUe les consorts Whitty avaient ., dat. dernier ade, donn6 au sieur Abdala Sada copie du testai de la Munte, qui les constiLue ses 16gataires parliculiers I la halle 'onL s'agit, ils d6clar6rent reprendre hostance acte Wavocat A avocat;
Altendu qU'h l'appel de la cauEe et par des conchisions meles, le demandenr en. Cassation dklara que ses adverse. en leur quality d,2 k gataires de la. feiie darne St-L6ger Pierr Louis, ii'a\-aienL pas la saisine judiciaire des bilens de celle ni re, et qu'ils avaient pour devoir de notified "acte de d6c




d
Du TRI13UNAL i)F CESSATION 31
tes[Mrice et Wintenter (me action en reprise WinsUmco qui ,ait 8tre prdalableinent jL]1,6e pai- le tribunal civil de Port- Prince;
NUend ii que le d6c6s de la dame Vve St-Uger Pierre JeanAds, iiotifi au Sieur Abdala Sada par ses advorsaires, arroL Instance, (( PUIS(ILIC I'atfalre ii'Mait pas en kab); ALIelILlu qUe dans ce casles parties int6r,1,6s6es pouvaient vo,itairement reprendre instance, a la condition qu'elles fLl--,nt d'accord SUr ce point;
'Welidu qUe, dans 1'espece, les consorts Whitty en d6sirant ,( instance ,uspendue report son cours, devaient, en Pabtwe de tout accord, assigner en reprise instance. Attend qUe pour avoir perinis (In'il Mt proc6,1 atitrement, rejetant coint-ne inol)6rants les moves souley6s A cc, pro)6 par le (lit sieUr Abdala Sada, les premiers juges ont viol6 s articles 313 et -'315 du code de procedure civil combirl s
-ec Particle 71 dU nie^lne CO(le;
Par ces inotirs, le tt-IbUmd, apres en avoir d6h))&i-6, Sans
-oir liesoin d'examiiier ]a deuxi rrie bram-he du moyen de )urvoi, casse sans renvoi, et ce, dans le butt (1'6viter toute mtrarj6l.6 de Wcision, le jugement rendu par le tilbUnal ciI de Port-au-Prince, le '17 mai -1906; en cons6yience, ordonla reprise de PamendedOpos6e #,L condamne les consorts; 'llith, "flix d6pens, allou6s h Me. Solon VieUX, tt la somme de
0, dont dis',raction A son profit, et ce, non comprise le )M do present arr6t.
Donn6 de tious, Ernest Bonhomme, vice- F. Baror,
orges Sylvain, Anselme et J6,-6wi-, ju 'ges, en whence pi, i(lUe du 11 avril -1907, en presence de Moll_ Zieur Luc Willique, Coramissaire du Gotivernement, ell. assists du c1toyen Dessables, commis-gretfier.
No 27
VIOLATION DE L ART. 148) C P11. C.V.- POINT DE DROIT.
SOMMAIRE:
)),sque (Ics lins de )im-recevoir sont opposes it la demanded, le tri?"umf.1 est tem, tie dt!cider sm, elvique fin de non-recevow ef, pow- (tpJ))Ycte), le mirite de chuctoic, de Jes 1)ze),tionner au point de droi!
ics questions distinctes.10
ARR T
du 11 Avrif 19,j7.
Les 61)oux Edmond Gr6goire conhe I'Dat et fa B nie, Nationale




t) 2 BULLETIN Lms jkl'%K T
Ooi, A Faudience (in 19 mars &ouI6, Monsieur le jt, F. 13,tron) ellson rapport; Mes. J. 1). \NT- Francis, pour 11enwndetirs, A. Bonamy, pour la d6fendevesse, ell feL observialons; Mr. Luc Doinkiique, Coinmis&iire du Go vernemeiiL, eii ,;es conclusions;
Vu I o. le judgment attaqu6;'-)oYicte. de la delclarabon 1)()ut'voi; 30. les req-ike-i des pailies; 'to. un m6moire d 4ollx EAttiond GI-4'oire, et ks autres pikes pr( t,1111tikeia les tioles d6poshs au (16111A-6 p,-tr Me. A. Boi 111V P0111, ki Blanque Nationale dAhAl, relativernenA conclusimis da Mliitst re public;
.Sill, le inoven unique (Iii pourvoi, section (a) ( es 6-1 S s :
Vu 1'arLiele I kS, P
-Welldu (pCil esL de v6gie, et en vertu de Particle J pi ,-ivqiie lorsque des fins tie nion-recevoir sont oppos, A la. demmide, le Lvibutial est tewa de d6elder sur Cha( till de 11011-recevoirl et, pout- appi-kier, [a n-i6rite de c 1111el tle les in on Lion not, all poltit tie droiL par des qu( tiolis di:!,tiIiC[(";;
AL[ewhi qo' A la (lemande en p;iiement des dpoux inowl Gr6goire, (hlu co.-Are-bon No. 22-20, 6mls ell VeUl' (le feti Morino, ancient Ministred'HaRi A Berlin et, Vati( ati, eL s'61ev(mt a la somme de 2.150 dolkills, or an riciiii, Lt I'limque N..itiotiale Tfla'Ri oppo3a, appert ies f, PV6CiS (ILI jiwotw n(, aLtaqu6 et ies conclusimis do la Bi que elle-m6me, deux fins de non-recevoir tires du d6f de (1wilit6s, en ce qize lo. les actes qui lui onL comniuniqLl6s ne sont pas de, naLuve A 6tablir la q 146 Xh6rib6re de Devnesvai-Delorme que prend dans h tance Mine. Luvina Gr&yoirp. eL 2o. m6me en suppose M.ib!i son droit A la succession de Delorme, U lui reE rai I encore A et,iblir qn'elle est la sen le h6riti&e d u d6fu Alteiiclu (Inke le tribunal a solutionn6 les deux fiw-11011-i( CeVOi1*7 I', lie q r ,; Innis qii'il s'est conte dw eouo soult- questimi : DoiL-il 16clarer les 6poux I mond Gi-6-oire non receivables pout, d6faut do quallt6s AL(ondu cine-les denx fins tie 11011-recevoirk'-dent bas
' Sill' lies, principles diff6rents ; que les flfts prk6dent t, pwrs le droil, et que 1(,sjn--,-es iloivants'interrooer SLIF tl]i d6battues au pio(:&!-;




Du TRIBUNAL DE CESSATION 53
XtLewh' aillsi, qu'il v a Omission datis le point de droit,
(Im coiisLiLue mie, vi6lal.ioa de I'art. 1.18;
ALLeii I i qie le.3 (I imaiileurs otit miclu za la cessation Ills 1,011%,011 Pat'e, qti ) les parties onL miclu au fotid et 111C Ul GiRISO OSL pendwite daiis cet 6taL devaiit les preMel's illfr0s;
Altewhi que la d6feuderesse ti'a pas coiitest6 existence le ce eiis, (pi'll y a (Imic lieu WkiLer un coifflit;
Par ces m.)l1ki le tribuiial apr s en avoi r(1611W6, casse ;ims iviivoi lejiigetneia du tribunal civil de Port-au-Prince, 11 dAe du 2- jiiiii '19A, rendu eiAre les 6poux Edmond
ki, 13 MqUe NaLiomile d'Halti et I'Etat; ordonne a r(,tnise de I'amenile. d6pos6e; condamne la Banque Naiou(de Wil 116 aux d6pens, liquids A la sot-nine de P.40.851 ivec distractioii ait pi-ofit de Ale. J. B. NV. Francis, et ce, I'M CoMpl-k le cocit (III Pr6s ent art'6L
Dotll)6 de [IOUs, Ernost Botihomine, vice-Pr6sident ; F. i woti, Georpes Sylvain, Anseltne et Mr6mie, juges, en itlifit'llce Publique du 11 avril 1907, en pr6,ence de Mr. "IR, Dumiwqti,, Commissaire du Gouverijernent, et assis6--i (it! Mr. C', Dt.ss:ibles, commis-greffier.
No. 28
iof.vrto.N m. LAn rwi.i." 448 DU C. DE P11. CIV.- MOTIFS, ET DISPOSITIF.'
SOMMAIRE :
Lc iu -Iemeiis Ioioew contenir, a peine de nunw, les motifs et le dis)()Sitif.
(1(oa le Aspositifomet destatuer sur tin chef de demanded,
h A ; les taoilj, ie peuvent point suppMer et omission.
ARRE T
du 11 Avril 1907.
114 SWIM Fi-6(16ric Carvalho conLre les dames Amia Car'I I 11;) 6poii_-O, Justin Rabouin, et Mal"UeriLe Carvalho 'Totis( F:riiesL DUj)UV.
1141 11 In -Irs 6 lml!6 Monsiour le
I j u g e
-Sylvaffl) eit soii rappox-L ; Me. J. I-. W. Fraocis ii sus obsfcv iUmis ; Alomieur Luc Do Com"llis;alre do Gouveniet-neia, eit ses -:onclusioiis




54 13ULLETIN DES ARRPTS
Vu lo le jugemant attaque' ; 2o i'ade de la dklm-atic du pourvoi ; 3o I i rpquke (lu. demandeur ; 4o les autr( pikes par lui produites ;
Les d6fenderesses Wont pas de'pos6
Sur le ler rDoyen du pOUI'VOi
Vu I'article 148, proc. Civ. ;
Attewla quaux terms de I'article 118, 'proc. civ., le jugernents doivent contenir, entre auLres 6nonciatiollles motifs et dispositifs
Attend qu'il s'ensuit, comme c'est de r6gle, que le ju gemeDt dont le disposifif omet de statue sur un des Aet de:demande est rjul, et que les rnotifs ne peuvent SLIPP16e A Yomission ;
Attend que le sieur Fre'd6ric Carvalho, demandpur er opposition, a pr6sent6 au tribunal civil du Cap-fiaaien comme premier chef de demanded, celui tenant A I'annu nation pure et simple du judgment du 10 mai '1906, pou avoir donn6 d6faut centre son av.ocall, sans avenir prk lable;
Attend que les dames Anna. Carvalho, spouse Justit Rabouin.et ManEmerite Carvalho, spouse L ruest Dupuy, on conclu au rejet de la demanded
A.ttendu que les juges se sont interrog6s sur ce poini dans les premiere et deuxi6me questions inserees au p1gE
I ZD
ment attaque;
Attend encore qu'ils ont implement examine le poin et qu'ils ont. m6me abond6 dans le sens des concluslop, du demandeur, en renforgant juridiquement son argument station ; V
, Attend, cependant, qu'aucune solution sp6ciale, relative a ce chef de demanded, ne se troupe dans le dispositif (I judgment, ce qui le rend. nul, pour omission, aux terme de Article 448, Proc. CIV. ;
Par ces motifs, le tribunal, apr s en avoir Glib6r6, c sans avoir besoin d'examiner les 2e et 3e, moyens, c-ass le J cement du tribunal civil du Cap-Haftien, en date d 27 juillet 1906, contradictoirement rend.u. sur oppositiotentre les parties en cause ; ordonne la remise de I'ame de d6pos6e et, DOur krtl status conformelmerit A la Io renvoie I'affaire'pardevant le tribunal civil de Port-,R Paix les 6poux Justin Rabouin s'etant d6siste's de Va




Du TRIBUNAL DE CASSATIO.N 55
Marguerite Carvallio,6pouse Ernest Dupuy, ,,Wo. aux 116pens, liquid6s d la somine de P. 51.10, avek, isLr;wAioii an profit de Ale J. AdUinar Auguste, qui affirtie les avoir avaiic6s, et ce, tion compris le cofit du pi,6cut L11-reL
D011116, de lions, Ernest Bonhomme, vice- pr6siden t; F.
G. SvIvain Auselme et M'6mie, juo'es' en audietiJal'011) y Z)
u ptih'HIm, du 11 avvil '1902, en pres.,nee de AlonsieLll' AIG Dmimilque, Conirnissaif'e (ILI Gouvernement, et as st6s de Moiisieur C. Dessables, comm 1 s-o'reffier.
;71
No 29
DE' PoUVO111. VIOL4TION Du Diioi-r 1) E i_1 DL,- F i ', N s F,
SOMMAIRE:
(t e.rc s A pouvoir et violation du droit de ht (J fe)jSe cle 1(t ,wi Xim tribiwal q(ti, apr s avoir rejeM une deiuouic (le sursis 7 Stafc 011 lowl, avant qtte les pcwtie.q aient Oj eateadues ue ce fond.
ARRtT.
du 11 Avril 1907.
10 ieur CliarlesColes centre les sieUrs f1u()-o Brussel et Co.
audience Ju '19 mars kouI6 11ousieur le juge ,eorgr s Sylvainen son rapport ; -Me Uon Liautaud, ezDn
I
es 01)SCI,\'ations ;Monsiet.11' 1,11c Dorninique, Coll] missaire lij Gmivernen-ierit, en ses conclusions;
o le jiigetnetit attaqu6 2o I'acte de h d6claration
I" Ies autres
iU pouivol ; 3o ]a requke du demandeur ; -1o )iko's par 111i produttes;
Le's d6l'-,n leffl'i n'011t PaS (MPOS'0 Sm, le ')e moyen du pourvoi : Attend que le sieur Chat les Coles introduisit au triMII'A civil une demanded en tmllit6 de [a signification du jj ,etn ,tjL du ter f6vrier, rendu coutre lui pat, d6faut; 17
AitclldLi qu'il excipa de cette demanded de nullit6, encore tendatito, pour solliciter le sursis du t1ibLinal de cornnerce, appeal staLtier SLir ses moyens Topposition Coil1,e le jugettwitt pat, (Waut; Atiendu q,i'mi (16kitcontradictoire s'engagf-a entre Fopwsant et les sieurs Hucro Drussel. et Go aLI profit de. qui




56 BULLETIN DEs A1WRETS
le iti-ement, par d6fiiut a W i-endu, d6bat cliji sa mut-luenient ClUe kk detnawle tie sm-sis
Attend (pe le tribunal de commerce cruL devoll. I-ejL. le stirsis, eL qn'il stakia en ni6me temps :sur Ic foll(j, WavniL pas t6 abonI6 par les pit-ties ;
Attend qne le del-nandeur A l'OPPOsitioli est defend au princip I ; qu'oinsi il no peut tre cond.aiwj6 SMIS voir 6t6 enteWl-I ; Cill'il y a doiic dans le jUgerneiiL ot qu6, exc6s dP POI]VOII' et ViOlaL'Ol) (ILI droit 41 Z) 1,,, (16 re 11,
Par ces tnoLif., le tribimal, api-6s en ztvoh d6l llj6i-6) sans avoir besoin Wex;tnihier les nutres moyens, cosse
,ingen-lent (11A trikinal de, corn inerce tie Poft- j annual le -I
Prince, en date do 29 mars 1906, rendii entre 1( s zjej Rug o Brussel et Co et le si eur Char es Coles ; or(lo, ia remise de I'amewle (16pos6e et, P001' 611'e SIM1,10 C( fot-m6tnent A la. loi, renvoie I'Mlaire au t6bunal Civil Jacmel, en ses altiibutions cominerciales ; con(imillie sieurs Hugo Brussel eL Co aux d6pens, liquid6s h, s( me de P. ave(; distraction au pvofiL de Ales Pierie I
dicourt eL Uon Liautal-Id, pi affirinent en avoli, fLuL vance, eL ce, non comprise le cofit, du pi,6Fent at-rk.
Dorw6 de nous, Ernest Borthomme) vice-pr6sident Baron, %"I'. Sylvan, M 6mie et, V. 11. Doinoi:dl jl:tvs, audience publi(Itie, du '11 awil '1907,en piO ence de NJ sieur Luc Dominique, Connnissalre (ILI Gouvell! Ollie lit assists de Nlonsieltl' C. Dessliblos, c0l'i'llis-grefhei%
No. 30
AmON.- QUALITY ET INTLfift.
SOMAM A I P E :
Pour agir en justice, ii faw avoir quite et ijjtt;, t.
A R R RT
du 11 Avril 190-j.
Les sieurs et dames Brutus St.-Victor, Bazile St.-vi
Victoria St.-Victor et Vve. Camille Joseph, 116eSt -jTj C centre les dames Am6lie Truffet, 6POuse autoris6e (ILI S Emond Dessert, et la dame Carida PasquetVeUve Mes
Lavaud.




r)u TRIBUNAL DE CNS!SATION 57
Oui, A I'au4llence du '14 mars 6coult-, N1011SICUl. lejuge
SvIvain en soil rapport ; Ales Bonamy, pour lt s mandeui-s, Aug. A 116raux et J. ft. Delatour, pour les 4eiisferesses, en leurs observations; AIr bw Dominique,
-mimisgaire (Ill Goiiverneimnit, en ses conclusions ; Vu Io. le jugem ent attaqLI6; 2o. I'acte de la declaration .i pourvol ; 3o. les requdtes des parties ; 4o. ies aUtres kes par elles I)I-OdUites ;
SLII' le', (leUX fills de non-recevoir de la dame Edmon(I dessert tit sur celle de la Vve. MeSmin Laval-id : A Itendu (.Ilj'il est (le r6gle ell droit que POLll' agir en jus-e it faut kre dans la position sP6cIale A laquelle le droit .1,011 r6clame e troupe zitfach6, c'est-A-ilire qu'll faut ,,oir quality ;
Attendlu que c'est cette qmalit6 que les demanderesses' I Pourvol cojjt -Stellt aux Collsofts St.-Vicior, demanIUI'S* t "I y a done pi I ieu d'examiiiet'kq fins du non-re!voir tires de ce (16fdut de qt..-ali(6 ; Attend que les sleurset dames 13ruius St.-Victor, Vicr1a et Wzile St.-Victor, veuve Camille Josepli, n6e S;Iilitictor, se dissent. les plus process parents tile la votive iseph Pasquet, n6e Hermositie Chanlatte; que leur mt re, daine C61ma. 3n.-Marie, 61ait 1,1 S(-PLll' de Bonne L-aborme-re de Hermoqine Chanlatte; que t. -elle-ui et enx,
.mandpm-s, SOlit (1011C Cousins germaills, et (111'ils Sollf Uls hibib s A recueillir la. succession d'Hermosine Chimtte;
Atten(iu que si les consorts Brutus St.-Victor ont pl-011pai- leurs actes de naissance qu'ils sont ei-fants ls de C61ina Jn.-Alarie, it leur a 6t,6 impossible de faire Preuve du lien de parents qui aurait exi'46 entre eux Ilermosine Chanlatte, .1
la de cuJus, Wayant pu se proLrer lus actes de naissance (I'liermosine Chfinlatte et de mile Labor(le, parce que les registries de 1'6tat civil ofi ils it 6t6 inscrits sont pr6suin6s perdus ; Attend qu' la barre, its ont invoqud une authorization m0e par eux A Monsieur Dimon(] Dessert (ie Woccuper. la succession de Aline VeLlVe Pasquet A laquelle, disentdans la pike, its ont droit ; quits en inf6rent que Lir qualit,6 a 6t6 reconnue ;
Atten(lu que la pike, 6manh. des demandeurs eux-




58 BULLETIN DEs AhhtTS
in ines, West. pas enregislr6e ; ce pour quoi le tribm ne peut, rien d6cidei- sur I'acte; AtU-ndii, encore, et A la ba, re, (111,11S "Outien ne[I I q c'est aux d6fendeurs a justilier leur qUalit6, ityant 6i6 mandetirs ati tribuiial civil ; Alten(lu ipe c'estaux dernandeurs en C:tssation (ALC coinkiii, la. preuve, ayant twit d'abord fialt oppoFitioi, ei, les mains do nowire, Astrel Liforest sur des somines 1) tenant de pila ,e ordonn6 par justice, ce qui a (ion n6 li alors *t la dem-mde en main-lev6e ALIendu que SWUM il sagit ici d'une i!istance en C,-AS tion, qui esL.une instance Douvelle;que Cest aux den-i, deurs proiiver leur yja)46 pour a,-ir; Attend aussi qu'il ne suffit pascornme ils le pr6tende tolljours A la barre, qu'ils aient, 66 paitie ati jijgen-)(,l qu'if leur faut encore, avoir iw&k ; qu'ils sont saws, i, rk, parce clWils ne sont pas h6ritiers ; qu-il est de r que le d6faut Wint6rk fait rel-ousser tant le poui-voi I In6ille qUe CCLIX ties moyens dorit les parties n'aui aien tirer aucun avantoge ;
Attend (pie les deniandeurs se trouvant dans les c( editions ei-dessus, il y a iieti de les (16ciarer noii receval, pour d6faut fie quality et ,Fint6r61
Par ces motors, le tribunal, apr s en avoir Gllb6r6, clare puremenL et simpl( ineta on recewflile le pow fort-nd par les consorts Brutils St.-Victor centre 1- ju ment du tribunal civil de Port-au-Prince, en date CILI inar s 1906., rendu conh-adicloirement et sur oppositioll tre eux et, les dames Edmond Dessert et Vetive Mes Lavaud ; en coijs6quence, ordonne la confiscation de 111(lilde, (16poc6e, et condamne les dits consorts Urtlws Victor aux d6pens, licinifl6s enters Alme Edmond De S11 A fa somi-ne de P. 52.95 ; enters la venve Alesrnn Lavat. celle de P. 48.45, ,vec distraction au profit de Ales ALIg4 Wraux eL J. R Delatour, qui affirment eD 3VOw fait advances, et, ce, non comprise le co ^t du present arrk.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomme, vice- preside n L I'Mron, G. SylvainAnselme et J&6rnie, juries, en audi4 publique du 11 avril '1907, en presence de Monsieur Dominiquo, Commissaire du Gouvernement, et ass' de Mr C. Dessubles, commis-greffier.




Du TRIBUNAL DE CESSATION 59
No 31.
PATENTES.
SONUMAIRE:
loi stir tes impositions directed defend d'une fa. on g6t&ale aux tri,t)MIt"r (Padmettre auctme demanded formee pur ceux qui font le
-onmeres et qui sont soutnis ii la patente, st ta petition, la requdte Ou exploit (Vajouritement ne porte le mcm&o A la patented pou), VanC'c dans le comrs lie laquelte la demanded est propose on Cadion mW e,
ARRPT
du 23 Avrit 1907.
Le sieur Mare Boiain
centre les sieurs Abrafiam As :botj & Co.
J Ii, A I'attilienw du 21 imars, kouI6, Monsieur le juge Doiiis, en son rapport ; Me& Nlartin Nvot, ponr le dew(fe"I.7 et G Benoit, pour les d6fewlem's, eti leurs rv ttious N-Ionsietir Eug ne Ncah-el,
-;e SuN-LitLIL du
mmissaire, du Gouvernement, en ses michisions; Vu 1-. les, deux jn(jetnents aLtaqnOs ; 2o. i'ade de ht ckwation du pourvoi; 3o. les requdles ties parties, 4o. ; autres pieces par elles produttes, et notamment les 4es de Me. C. Benoit pour le delib&6; Stir la fin lie non-reclevoir oppos& au poin-voi Vu I'at-Licla 32 de la loi dii 27 octobre 1876 sitr les imsitlous directed ;
ARelldLt que la loi sur les impositions dirccLes (Iffewl
-ine faqon g6ti6rale aux tribmIMIx d'adtneLlve aucime tli;ffldle fortune par cet.ix qui font le commerce et qui soia unils t la patented, si la petition, la requ6le o- exploit ajounetneuL tie porte le num6ro de la patented pour Faiie dans le cours (le laquelle ia demanded esL propo-;6e ou .etion iiitentk ;
Attend que Mr Marc Boutin, demandeur en GassaLion, ntitule industrit-1, sans que sa reqtike ni I'(--xplolt 'lie siiticaLioti de ses moyeiis poile le, num( ro lie sa pate.-te ; i'fl devait dire s'il est sujet ou non t la putente e.t JLISier I'une ou I'autre situation ; qti'il esL dwic lie pre'som p)n, par son silence A cet 6gurd, q 'il est noii pas simpleenL industrial, mais indusbiel cotnmer ,tnt soumis la




60 BULLETIN DEs ARRET
p itetjtt, qu'a Mant done de iium6i 0 port6 dans sa requ( ou dans Son exploit, la loi fifcale dolt 6be applique et pokirvoi dklar irrecevable;
Par ces motifs, le tribunal, api s en avoir d6lib6i6, clare le siour Mare Boutin noij recevable en soji pom form centre Ics jugements du tribunal civil cle Port-a Princeeii dote des 9 mai et '16 november 1905 ; ordon h confiscation de I'amende d6pos6e, (t condainne le &wk i.leur aux il6pe'ns, liquid s A la i-omme de 11. 47, axec d traction, au profiL de Mes L. Coutaid et C. l3enoit, qui at' ment en avoir lait. l'avance, et ce, non comprise le crifit P1.6sent
Donn6 de nous, Ernest Donhownip, vioe-pr&ident flaroll, Georops Sylvain, L. Denis et Ariseline, juges, awlience pu oblique du 23 avril -IM, en presence de. Eng. D&atrel, Sobstitut du Cornrnis:4re du Gouveil ment et assists de Mr A. J. B. HU(IiCOUFI C0111111is-grcfi,
No 32
RP.GU.M _N'r DE JUGFq
SOMMAIRE :
Le r fjh mcid de juqes Wo Iteu pai- le tribunal de Cassatioll lorsque if, dilp*.2 i ml est porte a deux ou plusieurs b-ibmaaux cints.
ARRRT
du 23 Avril 1907.
Le sieur 1,6on Douchereau centre la di-Ime Pierre Chan 0111, A Vaudience du 12 mars dormer, Monsieur 1eJ1 F. Baroill en son rapport; Ale Raymond aM6, en ses s'ervations pour le demandeuret Monsieur Luc Dominiq Commissaire du Gouvernement, eD ses conclusions ; Vu: lo )e jugernent rendu par le tribunal correct
(ie ce resort sous la (late du '10. juillet, 1905 ; 2o d( jugements i-endus par le tribunal civil de Port-, u-Pri6 l'un, sous la (late du 4 'mai 4906 et I'autie, le 3 govern (le la m6me ann6e ; 3o difl6rentes autres pikes et 4 requke du demandeur;
Vu les, articles 362 et 363 du code de procedure ci\ Attend qu'il est de principle que le r6glement de jil




Du TRIBUNAL DE CASSATION 61
it heu par le tribunal de CaFFation que lorsque le din6I it-11111 esL port6 A deux OU vlosieur-, tribnnwix civil!;'.
AlLendii qu'll est conslat6 en fait qiip ]a dqme pierre
victinie comme 1-i darne Paul Sylvostre d,11n d6Vit 41'ezscioquerie impu16 au 110mm6 1, On jRo,,Chp,.pajj qui k faiL de Nux norns, et a ernploy6 des manq!uvres
I'MIdUleuses pour se faire d6livrer trois c- ntq costijm-S 11111t.61'es, en rendit planted A I'antorit6 comnMente et S.e .wist1twi parties civil au proc s contrP lp dMinquant qu" ipr6s ;i voir perp6h-6 ce fait, s'6tait enfoi 'a St.-Mare oil il
-i 6L6 arrk6 qu'exp6di6 A Port-au-Prince, il -'y troupe .,ok s les verrous pour attended le itigement du Wit qui lui est vvproch6;
Attend que sm, les poursuites exerc6es ei) consequence pa r I e M inist&e publicaunom de ]a vinnicte publique centre Je ijonun6 Uou Bouchereau, le tribunal correcLionnel. de ce resort rendit, sous, la, date du 12 juillet 1905, un jug metit qid condarnna, la, dame herre Chango A fournir une caution tie cinquante gourdes, pour sOrW des con(famnatiotis aux domrnage-int6r6ts et aux frais qui poorraient r sulter du proc&s ;
ALLendu que le 14 inai 1906, sur la dernande du nornm6 1,6on Bouchereau, le tribunal correctional. accord
e (1. rnier le sursis d'uit inuis A Velfet tie poursuivre deviant It- tribunal compkent, Fexcephoii pr6judicielle d'un droit de propriW d6coulant Tun contract, le tout apperL $011 jffigenieia portent la date pi6cit6e;
ALtelIdU qL1'i=tP1'6S Ca jilulln-- 11L,, le sieur Uon Boachere tu Wayant pas rapport I.-A pre6ve qu'll 6tait intervene. entre Aladame. Fierre Chaticro Lit lui un contract civil-eii vertu duquel il strait devoid propt-16talre des objets eii hLige, le Lribonal civil de PorL-aL1-P1'1BCe, par SOLI jugement en date ila 13 november, 1906, se d 'clara, incomptent poin, statue sur les deinawles flu pr ventt 1,6on B-otichereau continues dans son assiguatiou du 23 mai 19,06, assicroation qui tendait d une demanded en d6lai et au paiaineiit par LerlnP.S (FLIne pr6t.endue obligation
Altendu giie d'apr6s cet 6tat do Nits, 11 y a lieu tie rejeLer comme ina[ fori(16e I.t dernande d'au'Lorisation A fin d'ass-,icner en reglenient de juges faite par le nomm6 Uon Bouchereau parce que : lo le tribunal do Cassa-




62 BULLETIN DEs ARRESTS
tion ne se troupe pas en presence d'un diff'6rcnd port deviant, deux tribunaux civil et 2o le 110ML116 L6oii Bot chereau ne doit s'en prendre qu'd lui-me*me Wavo, compliqu6 A dessein une procedure des plus slmf)le,, en mettan t de c6L6 la decision du tribunal correct '0 n e, qui lui e.ij3i-f i tE d. raic, la preuve du 1)1.6te 11 droit de propriM6 par lut invoqu6 pour recourn, a Lin dernande en d6lai;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en voir d6libk6, sur les conclusions contbrines du Mini,t6re public, re jette combine mat fondue, ]a demandedZLorisation A H( d'assio-ner en r6glement de juges formul6e par le d) nomm6 Uon Bouchereau.
Donn6 nous, F. B tron, juge remplissant office do v ce-pr6sident; G. Sylvan, Anselme, J6r6mie et Enirldl Chancy, juges, en audience publivp du 23 avril 1907., en presence de Monsieur Eug. ecatrel, Substitut d
Goinmissaire da Gouvernement, et assist6sdu citoyen. j
4. B. Hudicourt, commis-greffier.
No. 33
Domicii.E.- ExCtS DE POUVOIR.SOMMAIRE :
On tie peutrigoureusement applioer 4 la signification des moyens de ca.4 station la n9cessit4 de Vindication du domicile r9el, indication exigd settlement pour les exploits d'ajournement par Varticle, 71 du code d yr. civ; la vignification deq moyens portent ta demure des denim; deurs en Cassation 9quivaut 4 la meNtion de son domicile, lorsqit'i
West point all6guJ qu'il a son domicile ailleurs.
Ya commis aucun excJsde pouvoir le juge de paix qui a pro??oncj I validity "I' d'une saisie-gagerie ayant pour base la riclainatio d'une somme decent gourdes, sans qu'il ait eu d exani iner un
question relative ti un droit de propridti.
ARRRT
du 25 Avril 4907.
Le sieur Fabre jeune centre les dames Anne INTari Fabre, dite Julie, et Lafille Georges.
00, A Faudience du 11 avril courant, Monsieur I




Du TRIBUNAL DE CESSATION 63
ge Georges Sylvain, en son rapport; Ale. J. L. Domini111, ell Ses ob.-i rvaLions, pour les d6fenderesses, et iMr. ug. Neatrel, Substitut do Coinrnibsaire du (rvuverneeid, en ses conclusions;
NT u 1o. I'acte de la d6ciaration du pourvoi en (late du i avril -1906; 2o. le ju(Tement at'laque'; 3o %AiGrentes ares pi&e, et 4o. les reqUetes des parties; Sur la pretni ie fin de noit-recevoir : Vu les articles 71 et 929 du code de proc6dura civil AtLendti qne les d6fenderesses en c:tssatioti pr6tend'imt te, le, domwile dii deiriandeur n'est pas illdi(JU6 dans
-buit signification de ses
mplo't du 23 avril 1906, pot r oyens, co!mne le prescrit, A peine de titillit6, Fartide (in code tie, procedure civil; Attendu qu'll est de juriSprUdence bas6e Sur I'article !9 du code de procedure civil : 0
,to. o qii'on ne peut rigoure LISP, inen t appliques A la silliticaLion les moyens tie cessation la nkessit6 de Finication du domicile r6el,_ indication em(yee seulement our les exploits TajournemenL par Iarticle 71 (ILI code e procedure civil, et 2o.qtie la signification des moyetis orUitit [a denieUre dLi demandeur en cessation 6quivaut la menLion de son domicile, lorSque, du reste, il West )oint allkru6 qu'il ait son domicile ailieurs ALtendu ie, dans ces conditions, il v a lieu de rejeter n-ime mal folid& la fin de non-rece oir tIr6e de l'inobrvance de I'art. 71 du code de procedure, civil QU I, la 26me. fin de non-recevoir Vu Vart. 918 du code de procedure civil Nttendu qiie les dames Anne Nlarie Fabre, dite Julie, et He Georcres SOULiennent que le pourvoi en cessation are lesjugernents des tribunaux tie paix ne s'exerce e pour incompkence on exe6s de pouvoir et que pour double (Yrief, le judgment d6nonce' khappe A la cenre du Irilitinal de Cassation; Mtendii qu s'il est vrai qu'aux tert-n-s de Part. 918 (ILI le, de, pro,26dure civil, (( les demands en cessation d,-s ,amenLs dt finitifs rendus en dernier resort par les ti iAlaux de paix, tie POUrront avoir lieu qUe pour cause ticompkeive ou d'exc6s de pouvoity) allCLItie fin de non-evoir propo z6e de ce clief tie saurait avoir la vel'tLI




64 BULLETIN DEs ARRPTS
d'emp6cher pr6alablemen't tout examen stir le fond pourvoi, examen qui soul, pout d6montrer le blell Ou mal fondii du recourse dont le judgment atLaqu6
l'ob'u til; suit de ce que dessus qu'il n'y a pas lietj (je sl, r6ter A la 26me. tin de noti-recevoir soulev6e par ,d6fenderesses en cessation;
I)ar ces motifs, le tribunal, apr6s d6hWration, 1'eje les deux fins de non-recevoir proposes par tes d6fetil dresses; Au. fond:
Sur le moyen unique du pourvoi
'Vu le dit article 918 du code do, procedure civil
MAI
Attend q"e sur une demanded en valadite-de .
gagerie introduite deviant le tribunal de, paix de II) Comrildi du Cap-HaRien7 CIL la. requke des domes Anne Marie bra, dite julie, et LailleGeorges centre le sleur Fabr, v, demanded ayant potir base une somine de cent n R) gC' .17
r6clam6e pour fermage dQ, le dit tribunal de paix (.V. 3 comme mal fondue une exception de garantie s d v6e par le (lit sieur Fabre jeune et ordonna la P ., doirie au fond, appert judgment en date du 21 f6vil 1906 ;
Xttendu que le sieur Fabre jeune Wayant. pas com, ru au. jour fix6 pour la plaidoirie de la cause au fond, ( faut fut requis et obtenu centre lui, et le tribunal de p ,du Cap-HaJtien7 par son judgment en (late du 5 mars 19 prononca, la validity de la saisie-gagerie qu'ij trouva jL1 au. fond et r6guli6re en la forme, sans qu'll a t eu a e miner aucune question roulant sur un droit de prop t6, corner I'a allkru6 A tort le dernandeur en cassati Attend qu'en statuant comme il I'a faR7 lejugernent taqu6 n'a commis aucun exc6s de pouvoir; Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6r6, jette le pourvoi exerc6 par le sieur Fabre jeUne centre jugement par d6faut rendu par le tribunal do paix de commune du Cap-HaYtien le 5 mars *1906- en cons'equen ordonne la conFiscation. de I'amende d6pos6e et conda le dit sieur Fabre jeune aux d6pens, allou6s 'a Mes. N ,-6s Leconte et J. L. Dominique, A la somm- d e P. 40.




Du TBIBUINAL DE CESSATION 65
111L distraeLion a leur profit, et ce, rion comprise le coot
pr6-;wW arrk
D011116 de 11ous) F. Baron, juoe remplissant l'office du
D
G. Sylvan, Anselme, M,6rnie et V. R. Do101111, en audience publique du 25 avril 1907, en
tie Monsieur Ena. Matrel, SubstituL du Com l-'sAire dii Gouvernement, et assisl,6s du citoyen C. Deshlt s, commis-greffier.
No. 34
! jNIANDAr. -CILOSE JUG ,R. -MOFIFS. POINT DE DROIT.
SOMMAIRE:
du une d0ibiratim (lit Conseil de famille domte mandate d'exercer tes les act'wis relatives aux bivis d'un miner pardevant 166 10 itnwax t.le P11atx,, tes tribunetux civils el te tribiwat de Cassation,
bia de hi toi est atteint ; it intporte peu que te mandate ainsi donnj
it pas speciatevent pottv se pourvoir en Cassatim.
L'autoritj de ta chose jugde Wa tieu qu'd Vt yard de ce qui a fait Vobjet du judgment; it faut que la chose demanded soit la in me ; que la tlet-aande soit fondle sur ta indme cause ; qu'ette soit entre tes W wes p(whes, et fornide par ettes et centre ettes en ta in me quald 0
Les jmles oal amptement motiv( teurs jagcments, en raisonnant stir
'timis juridiques de ta chose jugoYe, qit'its ont app
les comh tiqudes aux
. M*js et clvcol staktces de ta eause sounuse et teur examen.
Le poiw tie droit qai r poud (I la solution qui a dt* domide aux '1,011'I's et aii disposiill de ta question ayitt e et dAattae, West ni erARRf:T
du 25 Avvil 1907.
-es dines to. Justine Bruno, Vve. Prud'homme, agssant mind rn re et tutrice natUrelle du miner Marc Brimo Clesca; E)i-iflie Pr6sailles, veuve Alexandre Tr6baud Nforisset, rn re tutrice naturelle de son fils rnin- Lir Raoul Bruno Clesca, fare la citoyenne Henriquita, Altneida de Meza )kji, a audience du 'I I avril courant, Nlonsienr le juge orges Sylvair), en son rapport; Me. J. L. Doininique, en ses servatiot)s, pour les, demanderesses, et M. Eu&ne D6catrel bstitut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions! Vu lo. le jugemODt attaqu ; 2o, J'acte declaiatif de pourvo i fiatp du 9 anvier 4906: -'o. diffr6rentes autres pi ces produi-




c10 13ULLETIN w,,s ARRESTS
teS jXLr ICS parties el, 4o. les reqn6tes conLenant les inoyeis tic Ves df-rllj res;
Stir la i'm de acm-rec"Ivoir olyposee au I)OLir%-oi
Vu les arJeles 3Imdu code civil et 9:.2 du code tie prJct'dilre civile;
AtLendu que, la (Pfendvresse en Cassation pr tend qne 10 Proces-verbal de (16111i6raLion dii coitseil de families produiL c-,L du 'd jtii1lot. 19,05 el compot-Le un mandate, g6ii6ral Wexercer Lou tes fles actimis relaLives aux bit-tis Cle-:c.t pardevant fes trilmHaUx de pal.\, les Lrihimarx civil el, le tribunal de Cas alion, e! qii'mi pareil acLe.ne remplit pas le %opu de I'article 3771 dn rodt. civil qui pl.Aoil tine auLorisation sp6ciale pom, cha(pe alTaire d6termim k e et phis Varlicull&r(ineia pour till poul'%Oi ell Cassatioii 1P. couseil de I' tw ille de%'a-tiL 4,Lre ell mcstire, (litelle, Wappi&Aersil V a lif-u Ou "oil do P'lit-irsuivre la lotteispes a se
AL!endU quo les deyiiamjeresses -avaiiL ?
lIOUrvoir eii Gissahmi, par ime (IMib6ration dU Cblv-,,qjl (1p. inille recoe 11;11, le Jtige ci,_ paix de la commul-le tie St_)jai A Iti 7 illej 1(2 hii L de la loi a 611. atteinf;
()(1,ij illiporte peu qne le mandate donn6 A cet effet, avant qu
instaiwe aiL 06 enptig e au norn des Willem's Clesca, 111,ilicitle dans ce cas le caraci re de, Spki,'LH16, Parce qWil est, (je, jti risp rudei ice que ]'article'374 d tj cod(,' civil tie disposal que dans I'itit rk dt!s mineUrs, tie peuL 6're in\,-oqti6 cojjtre leur int.t .TM;
Que d -i lors, la fin de non-recevoil, soulev6e par la "Mendpresse (!oit Mire rejet6e, en tenant compete des Principes Coll sacr6s par le dit article 374 du codeelvil; Au fond:
Sol- la branch du moyen unique du pourvoi:
VU l'--tHiCle '1136 (It) codo civil;
At!endn iiii'anx terines de cet article I'autorM de ]a chose jLlgAe Wit lieu qLl'A 1'6gard de ce qui a fait Pobjet du jugenieiii; qWil fa-,it. que [a chose dotnand6e soit la m-rne;que ]a demanded soit fonUe sur la m6ine canse; que ]a demanded soit entre les intones parties et former pai- elles et centre elles en la m6me quality;
Attendii que sur tine action en d6guerpissement inLeWe devant le trihmial civil de St-Mare par la citoyenne flenriquita Alme*fda '6,6band de Mom aux dames : to. Emilie Pr6sailles, Vetive Alexandre Th6baud Morisset, tutrice de son eDfallt [IIIIWO,' lhon( Bruno Ciesca, et 2o. Jistine Bruno, Veuve Prijd'holuln" hitrice de son enCant mitieur Alare Bruno Clesca, Ce triblinal, soiis la date du 18 mai 1901, (( debouta les parties .Wetideresses de leursdemandes d'acte de, r serve et Wenqu t e;




a
Du TBIBUNAL DE CASSATION
)r-lonna le d6-uerpissemenL de la portion de la propri616 sise t SL-Marc, Rue du Peuple, que les d6fenderesses occupeni, iiiACimetit et en common pour et au nom de leUrs entrants it) i neurs Raoul et Marc Bruno Clesca; d6clara. qtie la dame AlmeYda de Meza 6tait proprikaire, incommutablo d'ic.-lio, et rejeta les domicages-h.Wr6ts r6clatn6s
Attendti qUe par arrk de ce tribunal, en (late dii -13 jifin 1905, les pat-Lies d6fendoresses stis-dOnomtneos ont 6L6 d6clar6es irrecevables en leur pourvoi form6 centre le judgment du 18 Mai 1904;
Attend qu'apr6s cet arrk qui a maintenu le judgment, du 18 111ai 1901, la dame Justine Bruno, veuve PrIldnomme, proc6dant comme m6re et tutrice natui-elle (In minour Mare &-utjo Clasca, et la. dame Emilie Pr6Lailles, votive Alexandre Th6batid. Morisset, agissant en sa quality de in re et de tutrice natUrella do sieur Raoul Bruno Clesca, par exploit de 1111-lissier Georges Molaire jeune, en date du 48 juillet 1905, ajourn&etit parJevant le tribunal civil de St-Marc la citoyenne IlenriquitaXhae'fda de Aleza au.K fins (FenLendt-e d i re que le command 7,eijent du 3 jidtlet 1905 est, inop6rant; que les reqn6ratas 11,0CCOpent aLICU11 terrain, Rue do Peuple, appurtenant h 1'adversairo; qu'ils sont proprikaires, non Rue d1i Petiple, mais Rue Marine; que les aboriiements de leur propri616, Rue AMrine, sont nettement d6terniin6s par les acles authenLiques p1us haUt 6num6r6s et qiii d6mentent cetj,.\ conteims au jugement du tribunal civil des Gonaives eL t I'acto de vente de. malatne veove Glador El ys6e A I'adversaire, en date (tit '10 janvier 11JA qu'on ne peut opposer la ch )se jug6e au., reqne'raos ot qu'k 1'6,:,Ltd de ces abornements pour lesqiiels l'officier poblic pouvant seul les dormer, (st tin arpenteitr, il Wexite pas non plus de chose jUg6e; enLendre dire que les reqti6ranis erozjt admis prouver m6me par t6moins que li-, s deux chambres achet6es par I'adversaire Wont jamais an lond
de la pioprikd Verna; entendre dire que les, antres.chambres, Rue Marine, qUi SOnt les Upendances de la mason prillcipale, Rue Marine, ont tonjours et de tout temps fait partic, de cette propriOt6, Rue Marine, cela, depnis plus do vingi ans));
Attend que sur cette as.3ignalion, sot-tit A la dtte du 7 d Cembre -1905, jogement, dn tribunal civil do 'Saint-Mare qiii d6clara. que I'acLion intent6e par la. dernanderesse 6taiL cotiverte par Pautorit6 de la, chose jugoe;
Attend que, i'assignation du IS juillet 1905 ne tendaii
faire revive une contestation dont le in6rite avait ,U_, d,61a appi-666 par la justice;
Que la difference constaLde dans ]a nouvelle ac-lion es! It)




68 BULLETIN DEs ARR TS
dans le nom. de ]a Rue Marine ; 2o. dans les aborytemenLs de la propriW de la Rue Marine et 3o. dans la question de prescripLion;
Attend que cette difference ne saurait avoir le caract re Won moyeti nouveau;
Que c'est done h bon droit qu'il a W soutenu par la d6fenderesseh Voccasion de ce pourvoi: lo qtA'entre les deux actions dont le rapprochement a justif16 I'admission de exception de la chose ju-6eil y a identiL6 de cause;2o. que le fondenjent J'Uridique kait, en effet, le m6rne; que les veuves 111rud'homme et Morissetagissant comme tutrices, ne sont pas proprikaires de la parties de, terrain comprise entre les abornernents port6s stir l'acLe do vente d'AlmeYda de Meza; 3o. que dans la premiere action, Ali-ne1da de Mieza a demand eL oblenu leor d6guerpissenient pour cette cause; 4o. que dans la second, elles deinandent elles-m6ines, en s'appuyant sur des titres qu'elles Wavaient pas present s ant, rieuremerit, de faire d6clarer inop6rant le commandemenL signifI6 pour les faire d6guerpir de la m6me portion de terrain; 5o. que l'identit6 d'objet West pas moinsldem ,nLrde; 1'empi6tement reprochd aux veuves Pru-', d'homme et Morisset faisait l'objet de la premiere instance et la second tend & fahe dire qu'il n'y a pas lieu & d6guerpissement parce qu'il n'y a pas d'empi6tement )); Qu'en d6c!arant done avoir rencontr6 dans la deuxi6me action les caract6res constitutifs de la chose jug6e, le tribunal civil de Saint-Marc n'a ni viol6, ni faussenient applique Particle 4136 du code civil, ni exc6dd ses pouvoirs; Sur ]a deuxi6roe branches du dit moyen, bas6e sur la v*olation de I'article 148 du code de procedure civil:
Attend qu'il est reproch6 au judgment critique Pabsence de
motifs 16gaux., rationnels et de fait touchant l'identite de cause.
et d'objqt de ]a deuxi6i-ne demanded au regard de la premiere pour en faire d6duire la chose jug6e et 2o. 1'6tablissement d'un point de droit, absolument erron6 et d6fectueux experiment qu'i( s'agissait de la reformation d'une decision pr6c6dente du m6ine
tribunal;
Attend qu'il suffit de lire les divers consid6rants du jugement, objet du pourvoi, pour s6 convaincre que les prerniers juges ont implement motive leur oeuvre, en raisonnant stir les conditions juridiques de la chose jug6e, qu'ils ont appliquee, aux. faits et circonstances de la cause qui a W soumise it letir
examen;
Que ce reproche d'absence de motifs ne saurait 6tre admis
Attend qu'en ce qui concerned le point de droit critfflu6, les
(weiniers juges se sont interrogds sur la chose jt)g(-e de la ina-




t)u TRIBUNAL DE CESSATION 61.)
wre siiivante Le tril)unal peut- il dire clu'll y a aotorit6 de chose jug6e sur la demanded pr,6 erit6e par ]a parties demanevesse tenant 4 r6clamer par des titres soumis, la rffortnaon d'une decision de ce Lribunal en faVeUr de ia d&enderesse xicerijaiA un empikement sur tine propri6t6, Rue duPeuple., St-Marc ))?
AtLeiidu que cet hiterrogat West ni erron6, ni d6recLLIelIX et !pond h la solution qui aWdonn6e dans les inotil's eL dans dispositif, A laquetion qui a dt,6 acyit6e Ct LIO)Attue 1) a r I ez; armies litigates devaiit les 'uges du fond; Que sur ce point encore, Particle t4S dii coile de proc khire [vIle na pas W viol(!-;
Par ces motifs, le tribmial, apr6s en avoir d6hh6t-6, rejette le ourvol exerc6 par les dames Justine Bruno, votive Prud'honiie et Emilio Pr6sailles, votive Alexandre Th6bmd Nloris,;et' 66ualit6s qL)'elles aryissent, centre le jugenient rendo par le ti-i
- nal civil de St-Mare, le 7 &cembre 1905: u(j cons6ciiience,
'Aonne la confiscation de I'amende d6pos6e et (,owlamne les es dames aux d pensallotj6s A Mes. J. E. KOuol et Emile Dts ,ndes, A la somme de 1). 38,55, cents. et ce, iton (-.umpris le )OL du pr sent arr6t.
Donn6 tie nous, F. Kiron, juge remplissant les ronctions de '6sklent; Guorores, 'S',vivain Anseltne, 16r inle et V. R. Do01V JLIOIOS, en widience publique du 25 avril 1907, eni priiseiice I fill fltl
Monsietir Emr. Nuatrel, 'iiH)stiUit du. Goininisiaire
,rnei-nent et assists du ciLoven G. D3ssables, CO t ills (TITMel..
No 35.
PfkCE PRODUITE A AUDIENCE. NOVATIONN.
SOMMAIRE :
Attewoi texte de loi ne fail defense auxpartics de failure usage d'uw,
i ce qui Wavait pits glisignifte on com)nimiquce. Lorsq)e"llne pt' cp st proditite A Vaudience dans ces conditions, la parfi,? cont -e laquelle elle Pst emPlo!1Pe peitt senlement en demander commn.aioalism. ro-I 189, proc. civ ; et faute par elle de ce fa-ire, la pif*cc restc acqfise a P
prores.
La ovation lie se twi,zlimo. paq, et si, en cette matirre, it crowy)-fieo auxiwies dit foud Xapprvoier Cintention des parfics, fe tribimal elp Cassation ne conserve pa.,q moins son droit de rcehcrcher si les foits ita Wis Hunissent les cm-orf res dr la -novation, tels qv*ils sont difini w), les articles 16.56 10,58 et f 66, corle civil.
Le-, billets ii ordre souscrits en replacement (Te lef frcs de change,
Pour la Wme dert-P, en vue settlement de bono'licier (Vmw proroqation
Wop renf paN not-ation de la defte primitive, e! cela, ofors




70 BULLETIN DES ARRM
?n ine qu'il y a-euremise au dibileur de la letter de hanue unterictl recent souserite.
ARRET
u 7 Alai '1907. (SOCtiOnS 1-60nies.)
Monsieur Ulysse Alondon centre les sieurs Alassoni & Co.
OUY) A I'audience du 5 Pvrier expire oi Faffaire a W re produlte, Monsieur le juge L. Denis, en son rapport ; Ale Solon A16nos et J L Dominique, en leurs observatioll respecLives ; Monsieur Ei-rim. Ghancy, alors sUbstftit d Commissaire, du Gouvernernent, en ses conclusioiis,
Vu lo. le judgment 2o. Vacte de la d6chiratio
du pourvoi ; 3o les requ6tes et les notes d6po:-:6es p w Ic parties ; 4o routes les autres pi6ces produites ;
En ce qui a trait a incident relatif A la production Audience de la trite de Fes. 579.65:
Attend qu'aucun texte de loi ne fait defense aux pa. ties de faire usage d'une pi6ce qui Waurait pas W signifil ou. comrnuniqu6e;
Que lorsqu'une pike est produite 4 Faudience dan ces conditions, la parties conti e laquelle elle est employ peut seulement en demander communication, article 18(, pr. civ.,et faute par elle de ce faire, la pi&-:e reste acquit au proc6s ; que tel est le cas pour la trite dont s'aiZ) produite par Massoni;
Sur le ler moyen du poufvoi:
Attend que la ovation ne se presume pas, et si, e cette mati6re, il apartment aUX p)ges du fond d'apprkic Intention des parties, le tribunal de Cassation ne consei ve pas moins son droit de rechercher si les faits 61,iblis r unissent les caract6res de la ovation, tels qLI'IIS SOI d6finis par les arts. 1056, 1058 et 1066, code civil; Attend qu'en r6glement de marchandises vetidues
compete courant par Ulysse Alon(lon A Massoni et Co., I premier 6mit sur ceux-ci deux letters de changl-, A titi conditionnel. et sauf encaissement, ainsi que cela a lie dans les usaaes du commerce; que ces effects Wayaril 1),, pu 6tre acquitt6s A leur 666ance par Massoni eL Co., il sollicit6rent de leur cr6ancier, terms et d6lais, que celu ci consentit A leur accorded ; et, A cette fin, Alassoni et C( lui souscrivirent, pour la m6me dette, des billets A ordi,




i)u TRIBUNAL DE Ct SSATION 71
666,mces diver'ses en replacement ni plus ni moiiis (I s letters do chancre impay6cs, ainsi d'ail!eUrs que I'Indi[Ile I.t 111olition sidvmte, sur Its kleux traites Re u en P-1yenwilt, des billets A oldle;)D
ALWIPILI (1110 dan,,; ces conditions, ces billets Wont pu op6rer nov;ition, Waynnt 616 SOUSCI'itS (111'ell VUe d'une simple iworog;ttion fle d6laf, et le trllj jiml de commerce de .kcmel eii accucillant, la novatioll IIIVOqu6e par Alassoni & Co a fait ime, fausse inLerpr6tatioij et Une tausse applicition iles articles 1056 et IU58 combines av(,(,, la violatlwi de I'art. 1066, code eiv.; qu'il s'ensuit que de ce chef. lo critlqii6 est, mil ;
Par Ce 111011f,49 le tribunal, apr6s en avoir dePiber6, casse et "Inn-11 lo n I jP
j women 11 1 tribmial (le owner -e de Jacmel ,_ Jj daLe flu I I j!illlet 1901, rendu coutralictoirement enhe
1) on ; en coo-6(pietwo, ordonne la remise
I'Mil dopo z6 -, el, cornme it s'a(rtL d)m secon(l reZ11
co recent, kilhire pour y kre statue an fon(l. en confw-mIL6 de I'article 131 de In Constitution;
Au foud:
Attelldl.i qu'il 16SUlte, en fail, des circonstances de la
u1se Witt les sieiws Massoni et Co. alors n6gociants h Jlort,-ati Princo, demient, d MoosieUr UI)7SSe 1)6gociant I Bordean pour marchan(lises A eux vendUes et jIivr6,-s em compete com,:int, une twemi6ie Etelure de Fes. 579.65, en d; to fij 105 f6vrior '1891, centre la(Inelle le vendc m, a 6mis a ht m6me, (late et pour le m6me chiffre, une Inuto payable *i pr6sentalion A l'onlre de Monsiom Fou-hard (jul, fimte de pavement par Massom et Co, I'a enAJOSS v, le 16 octobre 189.5 a l'orbe d Ulysse Mendon, et 'juie ;econde fzictLlre, en (fiIle dO 15 nivi -18941 de la somffl(' (le 1"US. 3078.65 cont re laquelle UI ysse M mdon, com .1
ffll_ P0111, Ia pre-mierp, 6mit la m6ine (late et I)OLII' la fll itw valour, nne IroiLe A l'ordre (it, lui-ni6me, payable 4e '15 septembre. tofi*OLII-.S wr les dits Massoni et
Attewlo (Ine Mas oiii et Co. ne pomant pas 1),:iyer c, s "11!'ts a leur 6ch6ancel Ulx7s,-,e Nlondon charge Wabord ;7)
Oe Bo -no et onsilt- Aip r. N. Uger de r6g I er ceLte afI I'll, UV- c (-MY; que ilans lInposs!lAiL6 de s'acpllteren-




72 BULLETIN DEs ARRRTS
vel's ceS ils Itur dc- niaij dt rentl ell Imenal't Pj(
texte ile la inauvalse situation dus affitires, de Icuraccoi dt comme focifit,6s, des d .Iais Pour P jyer, et fitialenient, 11
I
Z: I ell VLlU uniquement, de
propoFevent A TMe J. N. Lk--erfav-ur solliciL60, de souscrii-e 1 lem- cr6ancier des billet A o drel&I-i6ances diverse, ell I cglemenL des letters d k-limige fires stir eux pour les iriuvc iandises dwit 'Its :il le('01111clisst lit d bitellrs ;
AtLendu (lite Ale J. N. Lk,,erdaiis ces conditions, accep ta I'l proposiholl, ct colare les deux eflets ell soutfrallco Mas oni et Co. lui rt inlrent treize billets a ordre de 1'. 2,5 vt F. 500 payiIbles 6 la fin de cheque mois et causes les un valour en mai-ch:mdises et les auti-es valour oil compete (lite, sui, ces traites il init simplement cette metitioll v Ie( k 11 lit (h s, billets oi (ji c ))-I (), f6vi iev 1806; que c(
faitl il winit Nltssoni et, Go., i'effet de Fs 579.6- ;
Attend que Macsoifi et Co, ;ipr s avoii pity6 les deu premiers hoiis-'i ordrf ij'oi;t joinals pu arrived a acquatt. Jes auti-es, resL s jusqu'ici ell lu pussesslon d'Ulysse Mot doll ;
Attend que c'esk dans cet kat fles chooses entre It: parties que Ulysse Alondon lit domier, le 24 juin '189'.
nation a ses d6biteffl-s ell pai 'merit, du montant d lVill. COll'PLe ( 0111-'ilit, DN'()C j).jjj6jS' ,JJLJ t6 au 31 d6ct w bi 18987 la somme de Fcs. 4.13'...70,et ce, avec domma,,c' jjit ,rks et d6pens
AtteiviLl que sur cette assignation soitit du tribunal cl, commerce de Poit-au-Prince, le 16 avril '1901, jugemeu tll)i, Sill f)OLII'VOi, -I W cas 6 pal du tribunal cie Cas station, en (late du 2 juillet I X)3 ; que i'affaire reprOdUlt dev ant Ile tribunal de commerce de Jacmel auquel ell t k6 renvoy6e, sortit le judgment du 11 juillet 100,J Objet de ce second recours.
Attend que Massoni et Co., votir repousser Factio'. WUIys,,e Mondon centre eux Pi-6tendent que Ies billets Ordle (111,11S Im Ont soliscrits en i-emplacement des den retires cle chajige qu'ii -(ivait 6ini,;es sur eux, v-,fleur e, i-m-n-chandises, out op6r6 "Ovation ; qu'ils ne swit plf 016bitoul's ell compete courant et qWil ne peut valanleme, letir kre I' eclarne que le mokant des billets A orlre in .111 llfljot d(' 1.1 cl,




r)u TRIBUNAL DE CESSATION 73
matide de Ulysse Moridon, comme nial foiid6e ; 'a ce qu'il jeLjj' qoit (Joni,6 acte de ce qL1'i1S ieconnalssent, de bowie fol Jui (Jcvoir un petit Folde (le compete de Fes. 94.15, poulz-p cialil6s A usoge, et erifin 'a ce qU'11 soit, coiidajnn6 A leur paycr ciuquawtv wille fratics, A titre (le domniaoes-itit,6I 6ts, avec d6peel"s
Aitei)du que Alassoni et Co. font eirtur, parce queainsi (juc le uibutial Pa fait r(s,, ortir datis Vexamen du Jer.
n (le ce POW N'(,)i, IeS billEts A oi-(Ire sousei-its en rempizict ment de ietti es de change, I ow, ]a m6me dette, en VUe SeL11C 111elit de U!Oficier duiie prorogation de Mai, ri'oi &eijt. pis ovation Je la dette pi irnitive, et cela, alors jjj .,jie (lu'll v a eu, cornme dwis 1'esp ee, remise au (16j)1tt!ijj de LA Jet'ie de chaiige atit6i-ieui-eiiieiit.sousciite;
, tj(en(hi que les letters de change, Iii6es par Ulysse Njoildo-i sm, Ma -suni eL C6., Caus6es valeur en marchan[I 7avaieiit ptis chmg6 le cai-acl6re de la dette r6sidi-iiit dU compie COLliant, ; qu'entre les parties, ces traits
,Lji( lit saut ( ticalsi mi tit, Uffiffie cehi e piatique dans les tisage,,, (hi conin.eice ; que IeF bullets oi ,cijts eD Hillp1w client (le c(.s traiLps,' eii vue IeWenient d'une pruroo"ttioll (le d6lai, ii'ont, donc pas n6cessair(ment op6r6 iior) '
vaLion
AtLeil&l L11le Stir les Fes. 4.132.60 rklam6s, Ulysse Monjol, (i6cktru zivoir reeu A compete Line valour de. Fes 5()0, ce
1611-11t Sa. C1'6'11We A hi sorrime de Fcs. 3.632 60, avee
Atteiidu qu'll r6stilte (Je tout ce qui pr6c6de que Alassoill ot Co. sont mal fon(16s en leurs dernarides, fins et 2011(',Iw ions ; quc, relativerneiA aux dotmnages-int6rks lewali(16S par les parties respectivement, le tribunal estime qiie, (kiiis lei circonstarices de ]a cause, 11 Wy a pas lieu Ty f'aire dlolt, aucune des dites parties Wayant 6prouv6 le pr6judice Susceptible de r6paratjoii en argent
pw ces motifs, h- tribunal, apr s en avoir d6libdre', releLL_ C011111](3 mal fowlees les deinandes, this et inclusions
Swurs Massoni et Co. ; dit que Ja remise par eux faite
Ulysse Monilon de billets A ordre n'a pas eu.pour effet :,opo-er ijovation de la dette originaire poursuivie centre jx en cous6qUence, condamne les dits Massoni et Co, A




BULLETIN DEs ARRRTS
payer i Monsieur Ulysse Mondon, saiis Itime ni d lztl par lo(Aes lo--, voies, do, droit et i-116ititi par corps, la -, onm!e de Lrois inihe six cent, trente-deux francs soixanLe ceouIlleS ( 1,cs. 3.632.60 ), wontauL de Jeur compete couram avec iuL6r ls, act 31 d6cetnbre 1898; fixe, en cas de non Inent) a tro s ans la dui-6- de la constraint par corp i IejeLte les dommages-iuL66ts denian(16s par les parties 1-(-.,;pi!ctivemenL ; dmine actu A Ulysse -Mondon (Je L;v, qL1 d ,.16clare 6Lre pik A renfire Massoiji t-L Co. leur signature tA cowlatime lvQ (tits Massoni et Co. aux d6peiis, hquidt, n d ill Somme de 11. 50 11), dont dl., tractloij au piotiL cle Me! 6ololl NWtios eL lloraLlus Voley, qui affirment en uvoir tao Vavalicel et ce, non comprise le co IL du present ari6t.
Dowi de iimis, H.Lechaud, pr6sloent ; Camille i)6jeall,
I'aron, Gt orges Sylvain, L. Denis, S. Marius, Ansulme, .16rmle cL V. R. Doniwid, Juges, en audience pubique du 7 mai -1907) en presence de Munsieuv Eug. D6caLref, Subs11tUL (,u Commissaire du Gouverneinent., et assisL6s Liti Slew, commis-greftiel .
No 36
FIN r)Z NON-RECEVOIR.- VIOLATION DE UARTIGIX 4-48 m
C'. DI-' I'll. CIV.-MOTIFS.- POINT DE DROIT.
1) -,P S. 1,NTERROGATOIRE SUR FAITS ET ARTICLES.
SOM AIA I BE:
Le trtbiwa I de reiiroi, saisi apr s cassatim?, West pas liepar la sohiti,-,
do)ii e par le tribunal sup)-0)ie aux dilf renters questions qu'il
CX01kil bwc,,; ea (Weision sur ces q tiest io its petit 0,e toutautrequecelle( Ce haw iribimal scins qu'on pitisse ev f(twe Cobjet Waucune Pn de)io
reeevoir.
I'll jugCme)II e ;t Suffisammentmotive lovsque, de Vensemble de he
ciqion, ressorte)it les vaisons qui out povt lejuge 6 prono-neer com.
it a foit, et alws it West point nikessaiee qu'et chaque chel de et
ehf..5io is vienne se rattacher une s6-ie tie motils distinct.
Le point tie dioit des jugemenQ, pour etre emiforme et I'art. 148,c. p)-.1
dolt eoWe)ib- dwas sa ridaction, ;im)we implicitement, routes les qut
litins --;ur lesqwlles le tribunal etatt appeal ( stalker.
La compensation des depends n,'61ant que lacattative, les cities, e)i
CoMoramd pvs, ne peuvent pas M e repvochl s Wavoir faussem(
opplique; Vart. 137, pr. civ.




t)u TRIBUNNL i). GNSSATION 7-0
Jae declaration coutenue dans tote decision et qui Wattralt cxcrc sto, elle auctme ii-fluence, ne saurait etre ptise en con.qd6w6up pow. faire annuter Neuvre des preiniersjuges. It West pas indispensable que l'interroyatoire sm, faits et articles contienne des aveux, et. quand it en conlient sur tiot talt, on jocat en lirer des inductions potir Vapiriciation des faits aWyacs it proaver.
ARRET
du 7 Mars t907 ( Sections r6unies
La darne Hermance Alfred. centre le sieur Grandjean Guilaume.
OUY, aux audiences des T. et 19 f6vrier de cette ann6e, n6 I'af.aire a W reproduite et continue, lejuge J w6uiie, en son
-apport; Mes. Pierre Hudicourt et Camille Latortue, en leurs observationss respectives; Monsieur Luc Dominique, Commissai-e du Gouvernemeirt, en ses conclusions ;
Vu Io. le ATement attaqu6; 2o. I'acte de la declaration dii [Wurvoi; 3o. les requAles des parties; 4o. routes les autres pi ,-ts produites;
Sur la fin de non-recevoir propose par le d6fendeurALtendu que le tribunal de renvoi, saisi apr6s cassatiotin'est )as li6 par la solution dotinde par le tribunal sul)rdine aux dif'kentes question,-, qu'il a exatnin6es; que sa decision sur ces Vestions peut done 6tre tout autre que celle de ce haut tribunal, sans que ['on puisse en faire l'objt-t d'adcune fin de tionrecevoir;
ALtendu encore qWil imported peu qu'un pwirvoi soit bas uniquetnent sur des inoyens de fait; que le- tribunal We,A pas woIns tenu pour cela de 1'examiner;
Attend, en effet, qu'il est de r6gle qu'un pourvoi esl tonours recevable lorsqu'il a W forme dans les formes et dMais 1,rescrits par une pat-tie qui est dans les conditions exin,6es poor I'oxercer ; qu'il s'ensuit que la fin de non-recevoir proposed West nullevnent fondue;
En consequence, le tribunal, apr6s d6lib6ration, la rejette;
Sur le premier moyen du pourvoi:
Attend, en principle, qd'Un jogement est suffisaminent inotIV6, lorsque de Vensemble de la decision ressorLent les raisons qui ont port6 le juge h pronounce combine it a fait, et alo.-s il West point n6cessaire, comme le pretend A tort la deinanderesse, qu'A cheque chef de conclusions vienne se ratbicher twe s rie de inotifs distinct;
Attend, dans 1'esp6ce, que POUr dtablir que I'interrocyaLoive sur faits et articles subi par Gran4djean GUillaw-ne, et la conIxt-




76 BULLETIN DEs ARRtTS
letter invoqu e par Hermance Alfred "ne pouvaient pas consti. tuerun commencement Je preuve par krit, les juges du rai ont dit que cot interrogatoire, ne contenant que des d6n6gations, tant A 1'6gard des valeurg pr6tendues We la propri6t d'Hermance Alfred qu'A 1'6gard de la contre-lettre dont elle fai 6tat, no peut pas valor centre Grandjean Guillaume;
Attend que l'interrogatoire sur faits et articles Rant consider comme un acte 6manant des parties, il n'y avait pas lieu poui les juges de s'expliquer sur le point de saNoir si la pl6ce qu'or pr6sente, c'est-d-dire L, proc6s-verbal de cet interrogatoire es par"6crit, et si elle est 6i-nan6e de la parties A laq'Llelle On lOr)pose; qu'il suffisait d'examiner si les faits consigns dans Celt pi ce rendaient ou non vraisemblables fes faits all6gue's ; -qu c'est excitement ce qu'ont fait les premiers juges, qui, sur c point, tie m6ritent pas le reproche qui leur a W fait bien i-na A propose; I
Attend que le fait de savor si les aveux, d6ndgations OU Cori traditions d'une parties dans les r6ponses qu'elle a fates dan un interrogatoire Sur faits et articles peuvent ou non rendr vraisemblables les fails all&u6seL constitute par suite tin com mencement de preuve par ecritkant abandonn6 A 1'appr6ciatiosouvera;ne des juges du fait, il demure evident que lorsqu Ces juaes d6clarentque les designations de l'interrog6 ne rer dent pas invi-aisemblables les faits all6gu6s, ils onL, avec pr6c; sion, exprim6 lour motif de d6cider; n Attend, en ce qui concerned l'impossibilit6 all6gu6e par He, mance Alfred de se procurer une preuve litt6rale de l'oblig tion qu'elle r6clame, qu1l nly a qu'ht rapprocher le motif do n6 pour le rejet de ce chef de demanded de.la. qnestiOD A laquel il correspond dans le point de droit pour se bien p6n6trer )a pens6e des premiers juges qui, Wayant pas trouvd le t-noy] jnvoqu6 pour justifier l'impossibilit6 alftu6e assez s6rietpour Atre pris en consideration, ont jug6 qu'il ny aurait lieu c s'y arr6ter que si Pobligation dont il s'agit entre les parti( provenait d'UD qviasi-contrat ou. d'un qnasi-d6lit; que, dai ces conditions et contrairement, ce que pense la demanderes en cessation, le motif critique renferme, d'uDe mani6re impll(': te, les raisons de d6cider des premiers juges sur la qaesW relative ce chef;
Attend que pour repousser la preuve offered de la perte
titre, les premiers juges, teDant compete des d6clarations et aveconsign6s dans le proc s-verbal d'interrogatoire subi par Gran jean Guillaume, ont d6clar6 que la contre-lettre dont Herina. '.' A''r-d Wayantjainais exist, Wa. pas W perdt
e', alors ]a preuve demanded strait sans effet;




Du TRIBUNAL t)E CASSATION 71
Altendti que Cest A ]a suite de ces raisonnements que tr1l)nnal civil de Jacmel, comme pour les r6sumer, A clat,6 que la demanded reconventionnelle de hi (fimrmance Alfred n'est pas appuy6e de preuve litt rale et ie la dite (lanie ne se troupe dans ancun des cas d'exption kablis par ]a loi pour admission de la preuve stirnoniale, e&c
N Ltendu que de tout-s ces considerations, il r6sulte ie le jugement objet du po irvoi, West pas nul pour ce de formes, violation de Fart. -148, proe. civ., et mqnie de base 16gale;
Sur le 26ine moyen
Attend qu'il est dejurisprii(lence constant que le point (Iroit des jugements, potir kre conform d la disposi)n y relative de I'drt V18, pro,-,. civ., doit contenir dmij i r6daction, m6me implii.Itenient, routes les questions ir lesquelles le tribunal kwL appe16 A statue ; Attenflud *i lors, qn'en ce qui c mc--rne IP, conimerioeI ,U de preuve pir6critpoi!ir heroin d'6noncer des
-testions relatives A chac in dei Winents (Ini le constiient, tele qu'ils sont d6finis par I'art. 1132, code civil ; Yil suffit, comme cela a 6'6 ftit dans I'espke, de pos--r question Asavoir : (( S1 la ielmnde WencluOte 1*.)t-m,,i16 P ir Hermance Alfred, po ir 6hb!Ir la preuve quelll' est proprikaire des fonds ernploy s i I'acquisiLion dii terrain liticrieux et 'a la construction de I;A mason Ll It rerose sur le dit terrain, appartienneM I hei dite dn hii sera adjugk)); et encore: (xLa demanded d'enqudte for. rnul6e par cette (Janie pour tabhr la prone qu'ell- es proprikaire des fonds sus-menbonn6s et clu'une centre lelti'e 6crite en sa faveur par Gr;mdjoan Gmilaume a W d6po-s6e dans un colfre-fort de S6neque Plerre, r6unit-elle les conditions voulues par ]a Ioi pour eltre accueillie -))? ue ces quesLions ainsi 6nonueles remplissent bien le voei-I i 16,rislateur ;
Attend que ]a dame Hermance Alfred avait demanded' kre auloris6e 6L prouver par t6moins la circonstance rtuite qui Favait pri%,6e de son t1tre ; qL13 dans le point
di-oit criticitu, on III : I lerin inue Alfced, esL-ellp daji, ; C.1s du 4 !!je a!iii6a !e- 'art. 1,133, code eiv? QWil wei,




78 BULLETIN DEs ARRM
faut pas advantage pour repousser J'all6gation de la (1( manderesse sur ce point;
Attend, quant A I-a clemande d'enquke basde sur 1'excef tion continue en Vart. 1133, code civil, qu'on lit encor dans le point de droiL: R6sulte-il des faits et circonstance du proc6s 1'irnpossibil.R6 pour Hermance Alfred de si procurer une preuve litt6rale des faits qu'elle all6gue Que cette mention est en tous points suffisante pour re pousser la critique faiie de ce chef;
Atteridu qu'il rdsulte de 1'examen ci-dessus qu'il n'ypas, dans le judgment attaqu6, insuffisance ou d6fectu O.e du point de droit, et, par suite, violation de Farti I I ce I, proc. civ; 7-nai (
Sur le 36me moyen "COTI-J
Attend que la compensation des delpens autoris6e F. 1i
2 me alin6a, proc. civ., n'6tant que facultati,;,' les juges, en ne l'ordonnant pas, ne peuvent pas dtre proch6s d'avoir faussement applique I'art. 137, pr. civ Sur le 46me moyen :
Attend qu'en d6clarant dans un des motifs -de lee judgment qu'il n'y avait pas d'acte 6crit 6inan6 de Gar jean Guillaume, les premiers Jucres ont voulu seulem(' dire qu'il n'y avait pas d'acte 6crit de la main de Gra; ij jean Guillaume pouvant rendre vraisemblables les ft alleaue's par Hermance Alfred que si l'interrogit subi a le character d'un acte 6man6 des parties il n pas cependant 6crit de leurmain; que, dans tous les, o I cette declaration fut-elle enonc6e, elle ne saurait prise en consid6rationfaire annuler l'oeuvre des prern juges, puisqu'elle n'a exerc6 aucune influence sur 104", vision rendue apr6s examen des responses consignees l'interrocratoire ne rendant pas, suivant leur appr6ciat sonveraine, vraisemblables les faits all6gu6s ; qu'it donc pas eu. violation de Fart. 1132, code civ; Sur le 56me rnoyen :
Attend encore qu'en 'd6clarant que pour constilue commencementdepreuve par derit l'interrogatoi u I et articles doit renfermer des d6clarations ou aveux vant rendre vrai-semblables les faits all6gu6s, les prem juges ont W peut-6tre trop loin qu'11 West pas in




Du TRIBUNAL CESSATION 79
pen.able, en eff-t, que, l'interrogatoire contienne des aveux et quand il en content sur un fait, on peut en tirer de.S' inductions pour Vappr6ciation des faits all6gue's 'a prouv-Jr ; que cette d6clar.-tion, sans influence Sur la decision Wa dont: pa,;;_Ie carat ra (I'mie fawsse iWerprkatioii de' I'arL. 1-132, coil. civ., et d'une fausse appllc,-Iion de 1'art. 1126) 111 111e coffe;
Sur le 66me moyen
Mtendu qWen detnandant A faire ]a preuve de la i)erte du titre qui dans sa pens6e devait constiluer L111 com en, inent de pretive par krit, Hermance Alfred avait en vue i tt'. e ontre-lettre que, d'apr6s elle, Grandjean Guillaume
lit d6pos6e dans le coffre-fort de S6n6que Pierre trat c
' mdtl que Grandjean Guillaume, dans Finterrogatoire Phi a subi, a bien avou6 qu'il av-,,it fait, chez S6n6que I irrre le d6pot d'un 6crit, mais que cet 6crit ii'6tait pas ine contre-lettre ; que contrairement A ce que pr6tewl 1, rtmnoe Alfred, il contenait que les fonds qui ont servi
acheter et A bAtir la propri616 litigieuse provenaient de, s deniers A lui ; qUe cet aveu 6tant indivisible, les preiers jiiges en ont hif&6 A bon drolt qtje cette contre( Ittre 11,3 jamms exist et qlie sa perte, &s lors, tie pouvait [)U,; Lre 16g:dement provide ; qu'en refusant, dans ces C011ditions, d'ol(hnner la preuve sollicit6e, les premiers
n'OijL [MS viold 1%trt. 1133, cod. ciNr
Attend que de twites les observations qui prtWdent, ,i r6stilte Clue le pourvoi, second reCOLIFS, de la dame ,lermance Alfred, est mal fon(16 en tait et en droit;
111061S, le tribunal I i avoir d6lib6,,6 rePor ces apres ei
tte piwet-nent et simplernent le pourvoi, second recourse Nrme par la dame Hermance Al"red centre le judgment
tribunal civil de Jacmel, en date du 16 mars 1906 endu contradictoirei n
-nent entre elle et le sieur Grandjea u '11 iume ; en consequence, ordonne la confiscation de aniEtide +iposk et condamne la d,ii-ie Hermaijee Alfred LIX d6j)e11S, liquids A la soinine de dont distraclon au profit de Me Camille Latortue, qui affirmed en avoir lit 1'avanco, et Ce, non comprise le coCit clu Pr6sent arr6t.
Donn6 de nons, 14. Lechaud, president ; Erriest, Bonvice- president; C. D6jean, F. Baron, G-Sylvain P. ,araque, Ein.Chan y et J6rmie V. R. Doinorid, jqgres, en




so BULLETIN IjEs ARRLTS
aUdience publique, du 7 inai -1907, en pr6seixe, de Ajo sieur Eu(6tie Ukatiel, Subr titnL dW C01l1l1lJS,-;i11*t, du G verneim-tit, eL assi t6s de, Ali-. G. Dt-'S'Ade 9 (oil Mis-vit fier.
No 37.
FIN I)E NO.-RECEVOIR PROPOSED A L'AUDIENCE.- PARLANT
VIOLA110N DE L'AUT. G. PH. GIV- POENT
DE D11011'. VISA DE I)IkES.- OPPOSITION ASSOCIATION EN PARTICIPATION. SOCIft ,S DE COINIMERCE U 'Ssf(
UUN CONTRAT.- coNiwrioN POTESTATIVE.-PREUVE
DE LA SIGNIFICATION D'UNE (EfZSICN ACTE ALT1JLNTJ(,
SWUNIA11-1E :
La fin tie non-recevoi), tirce tie Virrt qitla)416 ou tie la:nzillitj tie I'e--)-, d sigitification des moyens dn dclemlem, peut tottjotirs Ive propc
t I'aadicnee par le olemandeur.
yeo pas )iul Vexploit de signification des moyens dont le parl ,t, icrit eii mto'ge, e,,;t tie la m me hriture ferme et visible que celle
corps de 1 acte.
Lva r(icle J48 (Ili Code tie pr. civ. exige, peine de-vultim. 11d,10M t I 'on da),s le point de d)-vit ties jagements, de tozites les questions
wit t;t tllscw es et sm, lesqi(elivs it a W statild.
L'a) tielf2 148 da Code pr. civ. Wexiye que la mention des piet-cs I (Illitesi et non pas de cells qui Wont pas OiJ tle'pos&s.
L'bWgidarW tie It, pn)cid"Ve sf(icie pav lit parties saisie qm assiq? fili tie main-levk opposition le tio's suisi, plid6t pe le saisissi, West pas zwe cattle de nvllit de 1 ajoitniement ou tie non-recej (
lite', pa-rce q4te le tiei,.;-.s(#isi abisi apple, pouvait, en faisant inte
nir le saisissant, demvnde) d Oi-e -mis hors de cause.
I)j comW dit tie negociants Xffaih, consitleri comme association ?
p(f?-tit-jpvjio)i, Wa pas de raison social; que ce litre qu'il s'est do v'cst qzt ime simple dissipation quine pew pas en jaire une perso morale, et alo)'s il lie peid prodder en justice pte par les soc,
qiii le composed.
Lcs Soci0es tie commerce, nulles potir di faitt de pibliea.ion, aux ter de I'article lit.), eode tie com., ewiservent, qvant (tit pcv;s le carat
de soci Ws de fit it
Lorsqiie Itt cesxzon d'im conleat a 0 approuvete par le Gouverne)', et qtip ce cowrat avoit obte)iu lit stmetimi 16gislative, il n'e,,,t fit"Cessvireile sotmetive a celle lormalitj Itt cession qui Wa ell
modifi les "ttipi'latiolis (lit Coldrat.
La elailse d"M contract de session par laptelle tes cessionnairese (Ili prix stiptilt! tie a cessi on, s engagent 6 nommer le cMant di jell), tie Coitr(prise o4h'e avec ties appointments mensitels et im p




Du TRIBUNAL DE CESSATION 81
ye stir le,,,, bindfices qui peuvent eit ristilter, Wcsl pas 1,0testas ive, imisqu'r1le Iwoditit un liv), lie droit Fntre les Parties, tw'wws Pt;4-965, code riv.; que c'est an enfla(lemeitt dont l'imecetti6a par les
-essionitaires peut aomice licit entre eux A itne action Pajit';tIce. pretive de la d'une cession de contract oritt it,
arquiesceme)it dowiiPar le d9biteur cMd it la cession qu'il ppr tive. ,,, fbYpilefle wini's1f; Ictle a' Columv acte public, un earact re auttiekal. jue, puisqu'vIle enuv;c (Pan mcnibie da Gouverneiacai, agi,,smit ea 41 qualW do, jwrsonne pubb'que, dans 1(t sj)h6j-e de ses allribittiows, MIgumov de Vart. 1 /09 da code ei'vil ussoctations continerciales en Ijueticipation sont, dit Vart 48, rode le comoterceyelatives (I une oif I)lusiettrs operations de commeiTt'; Ct r1ors. il v'est I)as Jtonnant que le comite de nigocianh; d'11afft ait pit, :ans lesser dYtre itne as.sociufion commercial en' participate ton, faire erses operations de contmerce.
A R I i ET
du 7 NI ii 1907 Sections r6unies.)
M a1ame Marie Dn puy, Vve. Gorham Eustis 11 tibbard con
to, les siours F. flerr.nann et Co.; 2o. Simmonds fr6res et
F Elie eL Go.
Oni, aux andiences de i 26 f6vrier et 5 mars de, ceue ann e i I'affaire a W prodnite et continue! Mr. lejuge F. Baroij, son rapport; Me.,. S. N16nos eL Lespinasse, en leurs obserlions respective; Nir Luc Dominique, Commissaire Liu Gonrnement, en ses C';II(*IW'1o"s;
VU to. le ugetneitt :A[w1u6; 2o I'acte de ]a Gelaration du ,urvol; 3o. les reClUet"S L106yarties ; 4o. routes les pieces par es produltes;
Sur la fin de non-rece\oir produite h I'audience par [a de111(leresse:
Altenclu (pilil est do -jurisprudence constanLe qtie la fin de n-recovoir tir6e. de l'iri-6-ularit6 ou de la nUIlit6 de I'eXplolt signification des moyens du d6fendeUr POUt t )IIJ0111-3 opos6e h ]'audience par le dernandour, ainsi que cela, In. eit u dans I'esp6ce; qu'i! s'ensuit done que la fi:j de noit,evoir propos6eest recevable et doit, par consf qnent. eire iinirj6e;
wendu que ]a dernanderesse en cessation argue de nullit6 q)loit de signification des moyens des d6fendeurs. en ce qtie
parlant h da dit exploit. rapproch6 de la mention des As raw's, strait illisible;
k1tenju qn'il suffit d'un simple cool) (Twil sur I'exploiL criU6 [)OUr consIaLer que, contrairement A I'all6gahoii df- la (It-mderesse, le parlant A, 6crit en marge, est de la m6nie, ,liture ferine et lisible, qUe celle do corps du dit acLe




BULLETIN DEs ARBLTS
Eli ('(Ds6quence, le tribunal, apr s d0ilAjialiou, dt ctale till de i.t n-ieceNoir njbl foiid6e eL la rejette;
zur it iitnN i6ije njoyen du pourvoi
Atteidu qut Carl. 1 roc. clN ., t xige, i peine de null j eijoiiciaticlii (jans le pt.ml de diolt dts jugenitnts, de tou le:- qwt-tiow- qui ont 16 vt sko- Ic,,quelles il a
statue ;
Atuiidtj, dans Fesp6ce, que les premiersjuges oil', oi d'iiiwicer daiib le poliji. de drult du jugenjetil denuiiU le, qu tions relative- A la niiilit demanded de I'as,,4jiai loll du mars IWO qu ds onL rejet& et d Vinellicacite' par eux d cla de hipposillut, du 18 novenibre 1898 ; qWil en r6sulte qtj( jugenjent, ob et du pr(-sent pourvoi, e:A, de ce chel', nul;
Attend, ell ce qui cmicerne la noij-i-ntiition dans cp ju nient de I'acte d'assoclation pass6 entre Its nienibires du Go de ij gociants d'HaRi, Ill d'aucuije autre pi6ce qm aurait tern'iin les prejulvis juges h considered le dIL CunjiI6 coni une association cownit-rclaleen participation I.IIL116t que conj une soci6i. wimiyme, 11 suffit de rappeler qtie I'ai-L. 148, civ., WeXige qiie la inenlion des pi ces prodwites, el com cells ei-dessus d slgijks Worit pas 61,6 depo s&-s, il ne pou, pas en 6tre IaiL weiiti,)ij; que, dans tOLIS les ca! en Pabse de ces pi ces, le caract6i c de Vassociation pouvalt bien s'indL des circonstances;
Par ces motil's, le triburial, apr6s en avoir d6lib6r6, casse annual lejugement du tribunal civil de Jacmel, rendu er les parties, le 27 octobre -1904; en consequence, ordonne la wise fie I'ainende d6pos6e. et combine il s'a-iL d'un second cours entre les me6mes partie,,a, reLient I'affaire pour, par kre statt)6 au fond, coiiforin6nent A I'article 1:31 de la Go t4tition ;
Au fbi-d
Attend qu'il r sulte des documents verses au proc s f'eu Henry Lalbresterie avait r guii6refnent obLenu du GouN cement. de la Pk6publiq'e la coijcesEion de la cotjsLrucLior tie Ntabiis! Lenient des ti-am-ways de Port-au-Prince, par con en date do 9 ao0I 4894, rev6tu de la sanction legislative; Alteud(j que 1);tr acte au rapport de Nle. Maximilien Lafor notaire du Gowernenjewt A la r silencee de Port-au-Pril en date du 30 octobre -1895, le concession naire fit cessioi son contract une association coinmerciale, 6tablie a Port Prince, sous la denomination de Comit6 de negodants d'f ti ", et compose des masons de commerce F. fierrinaim Co., Simmuvds Wres, F. Elie et Go. et Tancr6de Auguste, [ et moyennant la somme de cinq mille gourdes, avec en,




Du TRIBUNAL DE CESSATION 83
1111(yagement pris pai- les cessionnaires de nommer le cdLilt, ac,:e tant, di -veteur de 1'eitrvpriseaujo;irde son inauuratoij, h des appoiitemen!s mensuel-; et un pourcentage sur s b6ii6ficen qui pourront rdsulter de la dite eiitreprise, ce qui rait I'objet d'un conLrat entre les parties; Atteniju 1 jo, caLte cession ahisi consented a 6t6 aceept6e p ar i Gouverneinetil. par It-, Secr6taire d'Etat des Travatix publius,
pert sa d6p6che en date du 20 november 1895;
Altendit qw, les chooses en kaient Ih quand la Vve. Hubbard, prkeodant cr6auci6re des sietirs Laforesterie Wres, et no uninentde la succession de feii Henry Laforesteriefit pratiquer, IS novainbre 1898, une opposition stir routes les valeurs u'en vertu dti contract du 9 aoOt 4894, le Gouvernement otirrait devoir A Henry Laforesterie; Attend que lorsque les cessionnaires, apr s avoir, en cette tialM, rempli les obligations anxquelles ils 6taient teus en vertu du contract cW, se pr sent rem A la Banque national d'HaRi pour rk-ainer les valeurs qui leur 6taient ties aux terms du dit contract, opposition de la dame Hnbarl leur a 6t oppose;
Attend que c'est alors que par exploit en date du 1 -11 mai ies cessionnaires firent donner assignation & la Banque national d'Ha*fti pour s'entenflre condamner 4 leur verser ,s vaieurs sur lesquelles portrait la saisie de la veuve flubard, ce qui, indirectement, constituait une demanded en mainv6e de la dite saisie;
AtLendo qtie stir cette action, la votive Hnbbard, par requke imil(16e le '25 inai 1900, intervint dans I'instanc, ot fit valor
s pr6tPntions sur lesquelles, par son judgment en (late du 21
ceinbre 1900, le tribunal civil de Port.-ati-Prince mit la ,auque hors de. cause, d6clara nulles les socik, sde commerce ni component, le Comitd de n4gociaits d'HaYfi, ainsi que ]a e. sion du 30 octobre -1905 qui leur a W faite; ALLendu que, sur le pourvoi exerc6 centre ce judgment par ,s members du Comit6 de n6oociants, il a k6 anntiI6 par it-t du tribunal r6,,,ulat(,ijr en date du 24 Z) juin 1902, ef I'affaire
-nvoy6e deviant le tribunal civil de Jlaomel qni, par son jcrprjient en date dit 27 octobre '1901, a dtlbouL6 la veuve I ubbard de ses dernandes, fins et coticlusiow; Attend que stir Ie pourvoi, se(-,otid re-cours, exerc6 centre e jwgeinent, il a lien pour le trib-mal d'Fxamiuer, en 6gaid .u\ pr6tentions resp-etivesdes parties, les qnestlims qije. la oiitestation pr6senLe A juger et qnisont relatives :
to. h ]a non-rPeevabilit6 de Paction poorsuivit-, pour .VOir W form- e, non centre la parties sni-issante, mak centre 3L Banque Nationale d'Haiti, tiers saisi; 2o. A Pincapacit6 des ces-




0
BULLETIN m,.s ARRESTS
aires ponr prockler en justice en leur nom pers )mwl, cessimi qii'ds- prt".tendent, leur avoir W faite, ay'llit, 6t6 CO
an G)miL de ii6,iocimits d'Hafb: nul tie plaide. par [11, em-eur; 3(-). h la 111,111it6d( S soelt',t6s (Im proh dent iepr senter ce CoiniO, ces soci6t6s Wayant pas 1'exisicr) le gafe, kwte d'avoir rernpli eii temp Wile Ivs rort-nalit6s imblicaLion prescritvs [)at- I'article 42, codtt com.; lo. I'l I], possibili(4 pom- Hem-y Laforesterie, de, traiist'liter le cuittra( co. cossifill 1'approlrition (]it Gouvernement f t h sallell do Corps 1(' gislalit'- .5o. ft lacondiliwi poleSI.ative de, ]a pai-Loessionnaires sails Impielle strait faite la ceQsion dLI ootobre 1895; 6o. a la rraude dwit spridL inreetk la dite cessIO oL 7.). ati default de si.gnificabwi d'icellp, significaLion (11 s -Ion la vi tive Ihibbard, tie ponvait kre faiLe qu71, i'adminisLr t -tir des Iiiiances de Port-aii-Prince et A la Banque Nat,1011C d'HaY t i ;
Stir la noti recevabili[6 de I'aclion
Attf ndn rjoe l'i-v Igula-10 de la pr,)c6dure snivie par la J'a t zakie (Im assic-m" h tin de mahi-leviJe Woppos',Lioo le t'
si phit,31 qli(, le saisissant West pas one CaLISO Ct(I nuII46
ijonrnerenL ou Jo non-rcevabflitt parce rille le liel-3 sa aiiisi apj,)06, pom-ail, en fai-sant iniervenir le saisissaiit, (I manner A kre mis hors d- c:m, e; (joe, daiis I'esp6ce., 1'111tk vpnantp, mant pris position dan le d6bat se trotive kre sa i Ork A faire (Pelarer Paction non receivable
Altendo que Madame Hubbard, saisisianle, diant infervon dans instance, et le tiers saisi mis hors de cause, Ia Proc6d" est done r gularis6e;
Sur la maxima n(A tie plaid par procurer
Altendo que fe CorriiL6de.n0gocianLs d'HaYti, consfd6t-6 comi asAoviatioij en parl.icipation, I i'a pas de raison social ; que, titre qu'il s'est donn6 n'esL qu'une simple designation qLII I)OLIt, I-MS en faire one persomie morale, Pt alors il tie peut, pr, eedt-r en ostice que par les sociLt6s qui le composent; qii s'ensuit qtie la maxima mil ne pl I kle pat- procurer a 6L6 ni a propose invoqude dans I'Pso ce et que I'acboo inLroduite p Pajournernent do 11 mai 1900 est bien receivable;
Stir la nuII46 resultant de Finobservation des formafit s I'art. 42, code. com.:
AtLendii qiie c'est, im principle g6n ,ralement reconnu que I so&46s de eoinrn, rce, nulles ponr defiant de publication, at Itermes de I'art. 42, code com., conservent, quan'. au passe caraet&e de soci6f& de fait;
Attend que s'iI est vrai que la nullit6 pour d6faut de 1), publication ne pout pas, par les associ6s, eftre oppose aux tie




v)u TRIBUNAL DE GiSSATION K5
oia traiL6 avec la soci6t6, tandis qne ces tiers ont le droit so pr(Waloir dR cette nullite centre la soci6t6,-ce qUi d'ailrs Wa jainais k coiitesL6 dans Fesp ce,-il est aussl evident
- Vannnki!ion de la soci616 laisse subsisted pour ]'a%-enir les inventions pass es entre les tiers ut les associ6s ; Mendti, aij sm-phis, qu,-. cette, nullM, quant aux soci6t6s qui 111 seia( ia le Conii[6 de n6gociants, est (Ifiment couverte; Uttmdo, en effet, que Part. 30 de [a Ini du 5 aoOt 1900 SLIV liqnkhtion judiciaire, en accordant un Glai de faveur aux iet s de. commerce qui kaient en retard de se conformer c presei-iption.c, de I'art 42, code com., a covert cette nulpour les socik6s qui, b6n6ficiant de ce d, Jai, se SOUt Mieii i*,le;
itteiidu que les njaisons de commerce F. Herrmann et Co. et ,imonds fr res, b6n6ficiant: de la diSPOSiti(;D df' 1'8rt. 30 de ]a Slis-parl6e, se sont conform6es aux prescriptions de Part. code co.n.; que la mason F. Herrmann et Co., 6tant en lidation eL Wkant pas une society en nom collectible contraire vaijt pas 61,6 kabli, West done pas assujet.tie h ces formalit6s; Wmidu qne contrairement A I'argumentation de la demandese eii cessation, I'art. .10 de [a loi du 5 aofit '1900 ne s'appli2 paS Utliquement aox SociWs commercials qui au mot-neriL la prointi Ig.ition de la dite loi 6taient on ponvaient 6tre dans ("IS de demander leur admission au b6n6fice de la liquidation icimie; que, cetto disposition s'applique sans restriction auie a toLites les Socik& de cornmerce qui, pour une raison 11110 '11-ItIv, ti'avaient pas encor(,,101-F dela loi, rempli les forIiL s de publication eNig&s;
Ateridu que la nollit6 resultant du d6faut de publication n'a llfn do plein droit; qu'elle. ne peut, par- consOquent, constir im droit acqiiis A la par-lie qui s'en pr vaijt qWantant ,11e aura Wjodiciaireinent prononc6e; qu'd West dorc pas A de soutenir qui- Papplication de cet; article :30 dans, Peserait r-6troactive d par snite inconstitntionnelle parce la doinande en ntilliL6 de la venve Hiibbii-d aurait W foravant, la promulgation de ]a loi du 5 aofit -1900; que si la i ande Malt forin6e, il est bien certain qu'elle Wavait pas en(A jug e an moment de la loi; Im- I'approbalion de la cession par le Gouvernement et ]a ction par le Corps 16gisiatif;
"teficlu qne la eess' on a kd approuv6e par le Sper6taire d'Eles Travanx pnblics, le 20 november 1895; et comfne le conqiii en fait Voblet avait d61h reQu la sincLion I legislative, il iiL plus n6cessaire de soumettre a cptte formalit.6 la cession n'a en rien rnodiU les stipulations du dit contract;




86 BULLETIN DES"ARRtTS
Sur la condition potestative :
Attend qu'il West pas s6rieux de pr6tendre que la sion du 20 octobre 1895 a W faile sous une condition p native de la part des cessionnaires et, de plus, en fraud( droits des cr6anciers du c dant ;
Attend, en effet, que la clause dans le contract de sion par laquelle les cessionnaires, en sus du prix sh[ml, la cession, s'engagent A nommer le c .dant directeur de Ven prise c6d6e avec des appointments mensuels et un potircen sur les b6n6fices qui peuvent r6sulter de la dite entire West pas potestative, puisqu'elle product un lien de droit c les parties, arts. 964-965, tode civ.; que c'est un en(Tapei 7
dont l'inex6cution padres cessionnaires peut donner lieu C( eux A une action en justice;
Attend que la dame Hubbard a encore pr6tendu qu cession dont il sacrit aurait W faite en fraud des droiLs cr6anciers du c6dant, parce qu'elle troupe que le prix sti de cinq mille gourdes, eu 6gard A la dur6e de la cones et du peu de temps 6coul6 ef.tre l'obtention de cette con sion, et sa cession, strait d6risoire et pas sdrieux;
Attend que le motif invoqu6 A l'appui de la fraud, alle' West pas concluant, et dans les circumstances de la cause, ( voit point quel int6rAt pourrait avoir le c6dant A fraud cr6anciers ; qu'il est plus equitable de penser, comme Wail l'ont laissd entendre les cessionnaires, que les advantage Monsieur LaforesLerie entendait tirer de cette cesgion seraienL t6t de nature A lui faciliter le r6glement de ses engagemei que faute de capitaux pour 1'ex6cution de la concession, la sion s'imposait, et alors on ne peut pas en faire 6tat pour e duire une pr6somption de fraud ; Sur le d6faut de signification de la cession
Attend, en principle, que ]a preuve de la signification cession de contract peut r6sulter de I'acquies(;ement donn le d6biteur cW A cette cession qu'il approve ; que, dans p ce, la d6pkhe du 21 november 1895 du Seerkaire d des Travaux publics, repr6sentant le gouvernemem, d6b c6d6, implique n6cessairement acquiescement a cette cessi approbation d'icelle ;
Attend que le confrat de concession, objet de la ce avait 06 conclu pour le government par le Secx6taire des Travaux publics ; que c'6tait done d ce haut ronctio re et nullement A I'Administrateur principal des finance Port-au-Prince et A la Banque Nationale d'HaYti que devai rjotifi6e ]a cession qu'en parlant de l'administrateur des i




Du TRIBUNAL CESSATION 87
la veiive Hubbard contoni ; que ce fonctionnaire, s'il reionte I'Etat en jiistice,-et ce West pas le cas ici, ne le reieiiLe pas w-cessairetnent dans la mati6re dont il s'agit s Pespece.;
attend qu'une d6pkhe ministdrielle, qijoi qu'en ait dit la ve, Hubbard a, comine acte public, ce qui est incontestable, caramel re authentique, puisqu'elle eniane d'un member du Jverlll Inelit, agis,;ant en sa quality de personnel publique, is la sph6re de ses attributions, argunient de I'art. 1102 code il ;
Luendu) &s lors, que PacCeptation donn6e par le Seerdtaire at iles Travaux publics daiis sa &p&.he du 20 novernbre 1895, i assnjuttie A la fornialit6 de Venregistrenient, au. transport roon-al du .) aofit 1894 qtj'il avait signO, a eu pour effet d'o-er d P gard des tiers le dessaisissenjent du c6dant au profit cessiomiaires, art. 1463, 2 me alin6a, cod. civ.; que la veuve bbard e.:t donc dans la plub complex erreur quand elle pr6il qiie ce traiisport, fante de notification au d6biteur c6d6, ne it pas lui Atre oppose ;
011, Ie caracL6re, combine soci6t6 commercial, du ComW de 06anis d'Hafti:
attendo que les associations commercials en participation L) dit l'arL. 48, cod. com., relatives A une ou. plusieurs opdions de coininerce, et alors il West pas 6tonnantque le Comit6 n(*oclants d'Hafti ait pu, sans lesser d'e^tre une as location wrierciale en participation, faire les divbirses operations de mnerue que lui attribute ]a veuve Hubbard ; ttewhi qoe le Coini(6 de n6gociants d'Hati ne Pent donc
d de Peuve eL en I'abience de pr ,,ojnptiojjs sdllse;l 6tre consid&6 comme S06016 allonyme, Wayant,
-,i) fait ni en dro't., aucun des carac1611es de cette soci6t6, ; kitem-lu qo'il r6sulte de routes les considdrations qui c (lent que inadame veuve Hubbard est mal foncl6e en action;
Par ces motifs, lp tribunal, apr6s en 1voir (Wib&6) (16ire Madame Marie Dupiiy, veuve Gurham Eustis Hub,d, nial fondue en ses demands, firis et Conclusions; en i-6quence, 1'en d6bouLe et la ewidainne aux (16pens, lid6s 'a la somme de P ...... ..... et ce, 11011 cOmpris le
it du pr& ent arrdt.
)oiine, de nous, If. Lchaud, p)6sitlent ; Ernest Bon'Ylly)e, vice- pr6siden t ; Camille D6jean, F. Baron, GeorSvIvain, P. Laraque, Mr6mie, V R. Doinowl et Em. Ancy, juges, an audience publique du 7 mai 1907,, en




i nu satixed Sal ja osma 'ej aillawai op Isa uoivess'ea '01 olpipgLumt p aludiDutid aouanbosuoo rl onb npu911V Souc)w
oS -alV jed oalnell P (jinooipiql aajot(j -alv iud aunj uq ul sooluasaid J10A90aJ-U0U Op SUU Xnap Sal ins
j
!jjnoDipnHOJd91(j 10 SOU91V
*saiv jud ossnog mluj, mod ja asuep iollol-I
1110D ul ancid ajoqq p we sasodop sailow9ul Sal :09 !npoid soooid sa jjiiu Sol solnol -oq !opugwul ap ja s3z)
SOS up 1149p al ojjox ne I!uj @91tooid a1up 'ej ,,,nb sud I!PAIPU OsIeWellOH 91OUdIMOD'U1 anb luum'SU03 I uinf fj np ale'p ua 'luunq!jl ao Op iqjoB np svcz),j!1 xnop *ojt sailivd-sap alonbai VI-OC !IOAjnod op uoimi p 01) Sajou Xnap 41 -o7'!onb-ejju juaiuOnt 91 '01 11A !Samoltsinbai
p sas uo tInOWOUJOAriog np aimssiwwor) np jnjqsqnS woo(j auolffii2j inoisuo, anb isU11C 'SOAiloodsaj SLT01j Jasclo sinal ua I -o,.) )g Aold vlV Mod 'alswo 19VIN 4.0-.) TR .10 IJOI)l -ow-eprIv anod lossruidsa-l 'ostlapt"el fj aitASS-edWo- )
. i ) Ul mod Isouopi uoloS 'assnor
d 4 I InOz)11)1111 GJJ@'d S,31,v 'I!JAU OC 19 CZ; SOP S@it@',) U ioddim s.inol ito 'PLIOWOC[ --a ',k 19 UTBAJ S S@2J09j9 SC)Q Sal IkT IV '[!.IAU 7,1 10 SXeLU JZ; SOP SC)ouotpnu xnU too ..1qjjO1)r *qd OMPUN
,oD g So f X11V sinoisbaj T -oD ig @dUd J1 alillM -01 :mpuXS 'im.)tol, -14 jna!s a, @jluo-) assno!) Lwlrj inats
-OF, 110111-01AUti OP astupuu1joll attig1judwoo 'erl .01 'LO61 !'13W L np
JLUHHV jugmafinT al juvav
?'PIP Salld 1.70) Jul? ojqvjq1(1d3 79 91t(aut nv sapam sal ja asnm vj ,??Ud,( Jp Is,) VI ap ajVPj1tUf? 19 910(hOutA qozt9nbd6U0d V-1
.4miv.3svo V-1 R(I
W 0 Nj
lip
mots np salsisse ia 'luou1@1110AU109, ,G (I Bn:l jj op aouaso.id !SSIUIUIOI) lip jnj!jqs[tS 'jail 09
, ;Jlrfliljv S" IN11311fla 88




Du TRIBUNAL CXSSATION 89
et sen-iblablvi etat o6 elles 61aient avant le judgment ,is6; qn)i s'entult que la dkision cass6e est odsormais n avenue, et que les parties st- trouvent muluellement is la sittiat on m6we oa elles 6taient au moment ofi. :- allait dti-e readue; que tout te qui Va pi6ce'd6e est thilenti, inals qu'avee elle, disparaissewt tous les .es, Lous lf-S jLJg# nients qui WeD Ont 6t6 qne la. suite; Allendu que Cest en vertu de ct s principles que Mes. ?i re Hudicourt et Solon M&os ont signal6 A ]a bai-re e les poiji-vois respectivement foi-m6s par leurs clients dent deveims, sans objet, pai- suite de ]a cessation du )(, nient tie k16(;laiatio i de faillite de H. Pape & Co.; Attend, en t ffet, que le judgment dont est pourvoi se utche au jiigement cass6 par un lien ijkessaire; que ,Liun en reveii(liCation d--q 325 sacs de caf6 a k6 interipar siiiLe ile la faillite d6clai6e; qu'elle a4i 6tre dirlcontre le syndic de la faillite, et le jugeinent qui y
-6L droit a eonda=6 la faillite aux d6pens; kttewlu qiie le judgment de la d6cla rallon de faillite et iiiiiant, le syndit., 6tatit cass6, celiji eii revendication it est poui-voi a 61,6 imm6diateinent an6anti de plein
jLi'ii en est de m6me, d6s lors, des pourvois qui ont 6t6 m6s centre ce jticrement et de totites les d6ch6ances ilev6es taut pur les pai-ties demandei-esses que pai- les 'Lies 416fenderesst s. ainsi que des fins de nori-recevoir x moyens du pouvoi; qu il Wy a done pas lieu de les
Utendu qu'il Wya pas lieu i-iou plus do statue suv les )ens, les parties devaijL rester avec les frais qu'elles t faits ;
ar ces motifs, le tribunal, apr6s eu avoii- ddlib6i-6) vu Tet du 19 juillet 1906, d6clare qu'il Wy a lieu A stiltuel. r les poui-vois forms pai- la Compagnie Hollandaise navigation et. par Talma Gousse coiare, le jugerneDt du )unal de commerce de Port-au-Priiice, en di4e dii ler. rs 1906, entre eux et Madame Fh. Ki iffer & Co. vt x Roy & Co.; ordonne la confiscatioii des deux amends poses.
onn6 de nous, Ernest Bonhommel vice-pr6sident; F. "on, Georges Sylvain, Anselme et V. R. Domond, juges,




90 BULLETiN AlIfICTS
awli,,iice ptibliipe dii 7 iwii 1907, en p6qeticc (bI, -;. W-catfel, Subst.41-It &H COIIIIIWSS Iil'O dU inwiiL, assl 46S (ILI sienr C. Dessables,
N
V ENT P, 1) 1,: 11 TR E, 14 1) E I-A T.
SOMMAIRE
-cssiwi ties (1-t-oits bicoriM'eb; (-,;t Wtjiiise CUIX )', g'cs du con() u
oetae ot en malf(;re tie 12,coospovt oil ce.s.sio)? tic
de fruits, le cp,, .sicmiaire ne devieiit peop,-Oai)-e qu-e p(jj. 1(t
de. CM("s.
A li 11 ET
du 14 Mal
Le citOYell Etiellne Ids control les sieiirs fierl-Imilill I,'- Co.
01111 ril le
George., Sylvoin, en SOll r;lppOll, et, a cf-lle (hi 23 (111 M( mois d'avi-11, Ales I'ICITe HildicOll, L el Enim. E[Mart, lel-II-S clb operationss respedives, ninsi que A.1011cleur L Wealrel, SUbSLiLLI1 dU Commissalre kILI GOLIvernenient
Sill, COIICILISiOlig LendaiO aLL iwiintien du judgment
1101-IC6 1 ZV, I lo. 1'acle d6clanitif du poLirvoi, 11 (1,)Le ill
ao il 1906 ; 2o. lejucremoiit ;ffla(p6; 3o, diff6rentes au
p k el 4o. les I-equkes des parGes;
sur le tiolSleMe 1110yen -lu pourvoi
Vu Ies art ,. 425 et A13! dij code civil;
\'it 6galetnenL les arts. -136S, 1389 1392) '14G12, '103
1032 du m6me code;
AttVpidu que le 47 nvril -1905 les sienrs F. Herrillan
Go. vendireiiL aii sleui Ellem-it- tils pai- le, mitlist6j.p. du c tipi- Etig ne Vieux, cent Litres roses iapportau cinq f cent I'aii, libres d opposition, A liver par le vemjeul paver par I'adieteur ie Uente et. Lill juillet, 1905, an tau
Lrent.e el, Uli POUI' cenL ile leur \,aleLll* 110111illale ;
ALIelidu que claos 1'inteiwalle qui S'6coula entre ]a
de I'Op, FaLiOll Ot Celle de Stipill6e, I'Etat lini
par une lot en date ilu 23 juln 1905, 1-6,luisiL de clijq I




L)u TRIBUNAL i-,L GASSATION M
5 Wo a deux eL demi pour cent les int6r6ts ties I'S rosps
. itendii i1ne le 31 juillet arrix,6, les sieurs F flerrmnnn ("o. pr6senl6rok an ciloyen Etienne fils, cent Litres roses Jant le.s mjm6ros(;371 ('11 073 el rklam&ent pavement s trois fni'lle cent dollars, or am6ricainaux(pels se chit[it le prix. de ces titres a, trente et un POL11' Cellt ; Atten(lu que le sieur Dionne fils s y iefiis, i a, en pr6t xa qWil avait coiltr:wle un achat d'oblig:16011s A C111(1 tir ceiiL (Fint&ks et lion A (leux et domi ponr cew ; Aftendu qu'api:'s la notification d'une somm-itioii rest& nictueuse, les sieurs F. Herrmann et Go. l'aFsion&ent rdevant le tribimal de commerce de Port-aw-Priiwe ,jr e voir condainner A recevoir les bires offers et A yer ]a valeur r6clatyik avee doinniacres-mt6rks et ex [ion provisoire Fms caulion ; Attend que, de son c6t6, le sieur Etienne fils assirma n co-contractant deviant le m6me Iribunal pour s'enteue coodarnner A lui liver des btres porlant inl&Ots de iq potir cent I'an ;
Attend que sur la demanded des p; rties, les deiix (a e Als furent joints, ot zi Li date du 47 mai 1906, soi til jumeiit qui rejeta IPS 111-61,0111iOlIS I-ILI sieur Etienne fils AL[eiidu que le l6gislaleur, dans la loi No. douze. et aux tiles 42-0 et 432 (17) code civil, en vue des transactions It2s rkles qti'il a tra(ws A cet 6gard, a distiiigU6 les Ins corporals ties biens meorporels
, -ttendu que dans le chapitre V11f du m6me co(I( le rne 16gislateur a d6fini ce (lu'd entenda*A pr !i-()its in-el g 1jansor -; eL a i glib 611 m6ne lemps le mode de lem
t, celui de leur tradition mi cl .Iivrance, L-s Ofets (1."ente ou cession qui en e,;,L faite et les forrrialit6s dont
1
,,tdolL Otre accompign6e
a (-oinpris sous, la d6nomination Ile droits incorpoles a6ances, les drolts, et les (actions que I'oii a stir
lierz3 ;
AiLendu que s'il est vrai qUe la cession des droits inrporels est, sotimise aux iLrles du conlrat de vtii1v vii iti6ral, en matl6re Ile transport Oil cession Ile C1611ce oll droitzi, le cessionnaire ne flevient propi-16taire (pto pm- la fivrance ties Litres cdd6s




92 BULLETIN DEs ARRETS
Attend que I'art. 1462 du code civil a silgnaI6 la d rence qui existed entre ]a cession des droits incorpwe la vente des corps certain et d6terrnin6s, en s'expril ainsi : a Dans le transport d'une cr6ance, (I'Lin drol a d'une action sur un tiers, la d6livrance s'opere e kx le c6dant et le concession nair.. par la retnise du titr
Attend que, dans 1'espke, il s'agit du transport de titres roses rapportant cinq potir cent, qui devalelit lives le 31 juillet 196 ;
Attend quavant que les titres, objet de la transact eussent &6 remis par les c6dants au concessionnaire, loi en date du 23 juin 1905 reduisit de moili6 les intd des'titres roses de la dette int6rieure ;
Attend que cette loi a frapp6 les titres ce'd6s ta qu'ils 6taient en la possession du vendeur ;
Attend que, dans cette eirconstance, Etionne filF pouvait 6tre constraint, A accepter que ce qii'll a ach c'est-A-dire des titres roses rapportant cinq pout, cent
Attend que les sieurs F. Herrmann et Co. ne pguv de leur c6t6, remettre les titres qu'ils ont ce',d6s par s de la circonstance de force majeure cr6k par la loi di juin 1905, c''tait la resolution de ]a convention de vent( 17 avril 4903 qui devait 6tre prononc6e par le tribum commerce de Port-au-Prince ;
Attend que pqur avoir autrernent d&W, les prerr, juges ont viol6 et faussernent applique les articles et 1932 du code civil ;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir de'lib6r6, qu'il soitbesoii) d'examiner les autres moyens du pout casse et annual le judgment rendu par le tril)unal de ci merce de Port-au-Prince, sous ]a date du 17 inal 1900 consequence, ordonne la remise de J'amende d6po renvoie la cause et les parties deviant le tribunal de c, merce de Jacmel, afin qu"il soit status conform6mei la loi, et condamne les sieurs F. Herrmann at C,,).aLix pens, allou6s a Me- Pierre Fludicourt et Leon Liaut-i A la somme de P. 46 35, dont distraction 4 leur profit ce, non comprise le co*t du present arrk.
Donne' de nous, F. Baron, juge remplissant les fondi de president; Georges Sylvain, Anselme, Rr6rnie et V Domond.. juges, en audience publique du '14 mai 1904,




i)u TRIBUNkLDz COSATION
.,ence do Monsieur Luc Doininique, Commissaire du uvetnement., et tissist6s du citoyea C. Dessables, C0111 3-greffier.
NoAO.
.I.A-riwi DK CART. 118 DU G. Pit. GIV,- POINT DE DRoI-r.
SONINIAIRE:.
potyiI de droil des jagements doil contenir, b pebte de nullitg, des questions relatives 6 tous les chefs de conclusiotts sim- lesquels Ie ieye a eu it statue ef a status.
Ali R 'r
du 23 Mai 1907.
,es citoyens Caristide Gh&-y et Dure6lian CUry centre citoyen Fleurinofis Fleurio.
)UT, a CaUdience (hi -14 mai courant, Alonsieut, le 'Ug 3 mille Wje;in, en son rapport, ahisi que Monsieur Eug. Catrell SUbStitUlt dU COMIllissaire du Gonvernetyient, ell i conclusions ;
VU lo. le Jugement attaque; 2o. I'ade ile ]a (16clat-Wi0it pourN-oi; 3o. la reqii6to des demandeurs; 4o. routes les tl*es Pikes par eux prodifites; Le d6ferideur n'a pas d6pos6; Sur ie 2e. inoyen fh pourvol Utendu quaiix tennis de I'art. 148, proc. civ., le point droit des jugements doit contenir, A peine de nullit6, questions relatives i tous les chefis de conclusions lesquels le juge a eu A statue et a status,, Attendii, dans 1'esp6ce, que le point de droit du jiige,nt centre 1eqnel est pourvoi no r6pond p,,is A ce(te ),scripfion du 16gislateur; que, aU heu Ie questions retves aux pr6tentions diverse formul6es expt-ess ineiit r les appelatits, il n 11 y est 6nonc6 que des questions "'Lles qu i, dans I e (i r g6n6ral i L6, n e I aisse n i ind.-ne pas su pser la nature (le la contostntion qni devise les parties Qu'll s'ensuit que de ce, chef le jurreinent est wil;
1 C7
Par ces motifs, le trib(mal, apres en avoir d6lib&6, et ns qu'il soit besoin d'ex,iminer I'atitre moyen dii poori, casse et annual Ile jogernent du tribunal civil de Mnie, en dAte du 23 ocLobre '1905, rendu par d6font. t-n




C BULLETIN DE,, ARBtTS
appel, ontre les sieurs Caristicle et Dorc6li-m Chhy,, profit clu sieur Fleurinofts Fleiirio; eii consequence, (.1onne la restitution cli I'amende (16pos6e (A, pour ei status conform6inent A la loi, renvoie I'affaire devanL tribunal civil (ies Cayes; con(larntie Fleurinotis Fleurio d6pens, liquicl6s A ]a somme de P -- .- et cc. non coml le co0t du present arr6t qni, en execution de I'ail 11) proc. civ., sera address au Ministere public pr s le i bunal civil de JeWinie, qui en requerra la transcript stir les registries (In dit tribunal.
Donn6 de nous, H. Lechand, president; Camille D(..if,,, Georges Sylvain, Anselme et Je'r6mie, juges, en andiei
P
publique (lu 23 mni 4907, en presence de Morisieur 1, Dominiqn., Cominissaire (lu Gouvernemetit, et assis[6.9' sieur C. Dessables, commis-greffier.
No 41
VIOLATION DE L'ART. 448 DU C. DE PR. CIY. POINT
FAIT. MOTIFS. DISPOSITIF.SOMMAIRE :
La dgfectaositJ cla point (le fait ne petit eittrainer VaitnalatiOtt
juge2nent, les conclusionq des parties qui forn7eW le niandat dil ge, lui perinettant de se rendre compete exactemeitt des fults sou itson application ; dans tous les cas, uize exposition sonnnaire
fats suffit.
Pou r Otre conforms 6, la rkgle (le vartwie 1.53, iy civ., les jugcm(
par difaut doivent contenir dans leurs motifs rexanteiz cmisc
cieux des conclusions dont Vadjudication est demajo-16e.
Davs un judgment par difaut, le juge est fenu de statiter sur la
mande en dom,?nagfs-intjrjts, sans se pr9occuper du caract6-a jugement par d9faut de sa, decision, qui petit claveitir difinitive, d jaut (Vopposition.
ARRRT
du 23 Mai 1907.
La dame Otl6lia Joseph centre ]a dame Mathilda Pie] Laurent.
Ou*i, A I'audience du 44 mai courant, Monsieur le ji Camille Dejean, en son rapport, et Monsienr Eu-. D6 trel, Substitut du Commissaire du Gouvernernent7, en conclusions;
Vu. lo le juuement attaqu6 ; 2o 1"acte de la d6clarat




iju T111BUNAL DE CESSATION 95
licituvoi ; 3o les request des parties ; 4o routes jus I Ic." PI&c- par elles produites I'L11111111(i moyen du POU1'VOi:
cim corjcei ne le P0111L de fa t:
Attencli-I (ILle la d6f,3ctuosi[6 I de cette parties du jugemelit peUt pas entnihier I'annu aLion clu (lit ju( )'elllent, les (les parties qui torment le tnandz at du J*Ugge, i lwi mcafant de se rendre comp'e exactemeiit des fats
a son appr citation ; que, daus tOLIS Ies cas, le mt du fitit critiql.16 cotitieuL une expositioll S0111111zill'O
falts Ajuger ; que, de ce.chef, 1'al'L. 148. pr. civ.) '
dolic (A6 ViOI6;
I!At cc clid a trait ULIX MOtifS Attei)dti qUe les conclusions de la. parties qui requiert ikim ne prevent, lui 6tre adjUg6es qtie, si elles soijt trOUIs jusLes ct blen v6r:N6es, art. 153, I L PI'OC civ.;
-J tvildu que POLW 6tre confcirmt s A cctLe rifle, les jjj6,ictiLs par dMitut doiveijt v
conLenir dans 1VL11'S I-110tifS c'amcm conscieiiicieux des conclusions (jolit I'adjUdicatlol) & waiid& ; que, clans 1'esp6ce, 1JOUr accuedlir ]a deAide de lit dame Alit Lhildiii Pierre. le tl'il)Llnal ,11 (ILI Cap-HaYtiett s'est contetit"
-i e de d6clm-er daris le
!I conni(16rant de son judgment qui se rapport a la deAide principak-, que la (lemauderesse, a eti sa posseqH le ble117 objet, dU litlore, qii'elle dit fin appartenir uit iie voit, pohiL sur quoi les prermers juges se sorit il6s pout, declarer qu'll est, il.onstaijL 4juc, la'-'dame Alald i Pierre biuretiL a en sa possession le bien litigieux ,[ elle so dit propri6taii-e ; qLi'il S'e][ISUit que le ILlctP,!it cI-it1(ju6 iCest pas motive dans le sens des at ts. 148 453, Proc. CIV.;
Eij ce qui est relat.if au dispositif Weridt-i qii'en d6clarant darts U11 motif de S01) jUgent qWiI ne tiouvait, pas rikessaire (( qLl -,Ult A present ccorder lc-s don-)niagc--hj16r61s roci,911i6s Par la dewleres! (,, conti e la d6faillante, le tHbUnal civil du Capiden Wkait pas monis teim de stalUel' Stir cette -dc-nde sans se pikccuper du caracl&e de 11igenient. par ant de sa. decision qm, d d6faut. d'oppositiol), F)Ouvait, nine cela a eu fieu dans Fesp&-e, devenir definitive ;
pour s'dLre absLenu d, statue acwullemetit sur les




06 BULLETIN DEs ARRRTS
dominages-int6r6ts r6elani6*, le tribunal civil du Halitien a, par une f-tusse interpikation de No.- '15:1, Civ., viol&Fart. 148, m6ne. code
Par ces inolifs, It, 11.1liunal, apr6s en avoir d6fib (-a.;-,e vt annide le ingenient du tribunal civil du C Ilailien, rendu le lei inars 1905, par Maut, entre parties en c-amse ; en cons&jueiiee, ordonne. la resLitut tie Vainende. d6pos6o eL, potir dire staui6 conforni6in
-1 mlivole l'allalre pardev.mL le, tribuiial civil Gkoria'ives et cond-unine la danie Nlathil(la Pierre Laui anx opensn, liqui(16 ; A la sonime tie 11 49. 10 cts, dont traction all prolit de Nles .1. Adh6mar Auguste et J. B.' Franuisqui affirment en avoir fait I'avaijee'et Ce.][1011 C pris le coiAt du present aruk qui sera address an N te'ie public pi6s le tribujial civil dti.Cap Hahien ou transcrit sur les regi-iLres ilu d;l. tribunal. ell coil 1, de l'arL. 940, proc. CIV.
DonnA de DOLIS, Ii. LeChalld, pi"sident ; uCa,,sni jean, Geoi-ges Sylvain, An&selnie eL 16r tnie, I I ,p dience publique du 23 mai 1907) ell P1.6selice (le sieur Luc DomMique, Commissaire du GouvCrnem assists du sieur C. Dessables, commis-gieffier.
N 0 42.
Tj.M, BRE
SOAMMAIRE:
Vemploi a la ri action de.,( actes du paper tim brf
prescrit n'ent)-ubie point la uullib de ces acles ni
d dowie senlemod lieu 6 Vame)ide que le recevetir de-j'1;we ment est charge' de percevoir, et oll un sursis d Van-et, jusq I
pr sensation de lit qu-ittance du receveur.
ARIRI T
(Ju 23 Mal -1907.
le,- 6p(-)ux Colo Sidney et ]a dame *ppel6e T1 conlre le sieni Gracien Odn6.
Okfi) A I'a idlenco du 7 mars comant, Mr le juge inie, en son rapport; Me. C. Benoit, en ses observatic,"
Dkatref, bS1lI-)1,tltUL du Cumujissaire duGouverne -' en ses conclusions Da,




- qqn(i 0- )tlotpflr ua S0,(Jnfaitu;Diaf ja nuilasuV '111'CAJAS S;
-.M; !) '[:oil a -J, !Iuapisoid 1pnetl"wl 1-1 'snou ap altuou juasaid al it-is '1 mjvjs
Fj z,,W rios 1!4 uoildniod LI 9,111R) 119,1) 'ivqo Isa mb 'all!
J1 19A@-)aj np LI a
Vtibstif Pnb lip !s.-milimo ajuviibuiz) so
-inoo S10.11 OP apflaule ami v aupo tierwi!) inais at allum
-11o") 10.jaq!iapJ1OA1? ua soid-e '.1min(lial al 1qj!jow q )) irld 0_,)M
-ijnb el ap uoivemasaidai -el Vnbstif 1OAinod 91 ins ianlnv iioasins ap i ) aSolduio ;aJqtuiI iaid-ed op salpnaj ap Pi
-Luou nu PJV-9a J10AP S1()jqInoI s(irs"Olmoulu'l 1!1) al .1auuMptloo op '-)ilqtid oiojsim, T, al smb m 1,1,1 all i zuie nail u 9 1!,tib :I!x.)S*aid sauillu*ao b(qD-@*jL1q)AI @J) 11al 1113, S0U11JU;4,) 11(11A Gp )El rip gi(Imil.midediw; sliv!j 1110 ,11 o -,)OAI! -clioo I!pj !nb o1gliboi z)I! 1,1 U0jjPqu!uju1 4
P
allb lRille IOA.inod w! inAlmaj9p aj jud aittil)0-11
ajp alo 1 uboj ul Ord) strep Inpual1v
_MPA-<03 up az)uujj!nb 'ej
0AP113 ISO Illaul '11, 4,1 P 110 LU T'
nall w-mialnDS ounoup In 'Salo
-) 111) 01!1111(1 vl 1111nd oultijim ,11 J!
inloo orib oill, icliml :i )iih d np FOpu sap u01-..)rj 91 ill V !oldmaj aill
I aa 1! ljm)p .)aid inb suoi
.11sodsip sop lonb ripuai1v !0p1v)U1r )11.
OP 9' r;qa paujoilsilaiurqj ap iuaj a Gi u
vilp b rl Pp uoqr!itjospjd,),i -el aity-jjud .1
-Uis P is@ armj lonbnu biquip np -mo
-11A )'I SIOJ X1P ale4.a ;4pivmip. aun.p I!,ios inla
_;ai d ) atil
P-11rip oi(lujij iaidiid np toldwaj op Itvejlnz;;ai uoijivijul. 1!und aiquip at ins L7,81' 1!.IA13 Of rip alloo ailipow mb f,-(wl
1. np !ol ul ant, souujtja.) btjj,,)
jallfur 0 01)'A Si iii
giclujil ialclud jr-S SI!vj 0.11 IHOWOP 1JO1I (?SSV'3 OP ligunqp al jnnd snm Sal 'z)jquiil iaidud 0*1 ins jQdmij Pp uoildx
-.to(] q ins f,061 jkwe fl. rij, inj -el saiduj) atib nl)iioI1v
sinapumuop SOP A1OAO00J-u0(i ap 11ij lel
!sal!npoidsoll o ind sonaid -spiinv Sal sainol -of/ !sgil.wd S --j j 919 r tiorl u,)ji.
Pilom,)tu 19 salnbai sbSX)A1l) S;41 Of- !aj!V -P
-9p 0110-1 alinrilwl op nJ.1OA w i tioilrannoid Ul ja ICAJI 10d 11; 1101110.1plOOP vi 9P opq sor, !onf rjjr luouia'OnC 0*1 -of ii,\
le KOIIVSSVD 30 rMC191111 flu




MLLETIN DEs ARRE'S
ic d t 1 23 mai 1907, el) pr&eiice de MOI)SIeUrbic Duii I:ie, (.0mmissaire du Cvouvf-,rnp.inenL, et assi-t6s du Sit,
NN o. 4 3
DE' DISCIIIIANE, DH L'on])RE DLS AVOGATS.
SO.M.NLIAIRE
L*s Coweds fie discipline fie I'c)j,(Ije ties avocals (nd qualild pour s'p)oj
eir de 101o; It's fuits Int le 1)0,1 rem),ni tie Vordre peut se froz(ver iw(i s ;b props tie ces jifits, lofo; les 0-ocoh' ims(r1b; ((I( tableav &un 07 et militant yr s les tribunmox de Ift jurithetion pti(vew CI)w opp
deviant le Conscil tie ihsciplbje et miles t h(i fourni), des
wients ou des explivations propres ( Itti permettre d'apprecier s'il
licit d'expreer pouvoi), di.,ciplintfire.
ARRI T
du 23 Alai '1907,
.Nle Michel Oreste
coiare le Conseil de discipline de I'orlre des vocals
de la juridiction de Pot-L-ati-PrIlIce.
OLfl A Paudietwe du 2 n1ai courant, en nwre chamb (11-1 collseil, 1101 sieur le jiig-e Geoi--,,e-, Syl%-ain, en son porL Nles Lespinasse eL Alichel Oreste, ei,. leurs observe tiotis a Vappui du pourvoi ; Me C. Gai-ithier, daris sa 1, pli(JUe PI-0,11-11te" .ILI nom du Consell de discipliiie ; oui. efr element Nloi)sitlir Luc Dominique, Coin missaire du Gz) vernemenL, en ses coi)(Ausimis teiidwiL A I'admission t pourvoi;
Vu 1(). la d6cisioii attaqu6e ; 2o Ja recluse coiAena les movei-is du denimideur, sigi)ifi6e s6pai-6merA, avee d clarwioii de pourvoi, A Me Solon Wiios., bAtounier I'Onlre des ivoeats de Port-au-Prince, et A Me Camille S' h6my, pr6-sident du Conseil de discipline du diL ordr 3o Ic-s Ot', iises du Coiiseil; 4o routes les autres pieces duiLes ; pt
Vu la loi du '17 oclobre 4881 sur Fordre des avocat, Aaendu que, a [a suile d'une altercation survenue I'andietice du tribunal civil de Port-au-13i'nee, le 7 f vrier derriier, enLre Me. Michel OresLe et Me J. B. V