Citation
Attitudes Et Perceptions Langagieres En Belgique

Material Information

Title:
Attitudes Et Perceptions Langagieres En Belgique Le Role Et La Place De L'anglais Sur Le Marche Linguistique Bruxellois
Creator:
Piccirilli, Prisca Paulette
Place of Publication:
[Gainesville, Fla.]
Florida
Publisher:
University of Florida
Publication Date:
Language:
english
Physical Description:
1 online resource (108 p.)

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Master's ( M.A.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
French and Francophone Studies
Language, Literature and Culture
Committee Chair:
BLONDEAU,HELENE
Committee Co-Chair:
ANTES,THERESA A
Committee Members:
KAAN,EDITH

Subjects

Subjects / Keywords:
anglais -- attitudes -- linguistique -- marche
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre:
bibliography ( marcgt )
theses ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent) ( marcgt )
born-digital ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation
French and Francophone Studies thesis, M.A.

Notes

Abstract:
Le role de l'anglais sur la scene internationale est incontestable. Langue du monde, l'anglais exerce egalement un role predominant dans les institutions europeennes. Qu'en est-il ainsi de sa place et son role a Bruxelles, ville qui beneficie d'un statut bilingue officiel francais-neerlandais mais constitue aussi le lieu ou se concentrent ces fameuses institutions ? Puisque la ville attire de nombreux expatries, l'anglais a-t-il un statut de langue vehiculaire ? Dans quelle mesure est-il considere comme lingua franca entre les locuteurs des langues officielles ? Grace a la methode du questionnaire empirique, nous avons pu recolter, en janvier 2017, les resultats de 107 participants, de nationalite variee, tous ayant reside a Bruxelles de 6 mois jusqu'a plus de 20 ans. Ce questionnaire permet d'explorer le role nouveau que joue l'anglais sur le marche linguistique bruxellois et de repondre aux questions suivantes : quelles sont les attitudes langagieres des individus vivant a Bruxelles envers les trois langues en presence ? Comment percoivent-ils cette langue par rapport au francais et/ou au neerlandais ? Attribuent-ils a l'anglais le role d'une langue essentielle ? Est-il possible, selon eux, de vivre a Bruxelles en ne maitrisant que l'anglais ? L'analyse des attitudes et perceptions langagieres parmi les groupes d'age, de genre, ou encore de nationalite a permis d'observer de plus pres la concurrence qu'exerce l'anglais a Bruxelles, et definir ainsi la place que les residents bruxellois accordent a cette langue. Bien que le francais reste la premiere langue de la ville, et le neerlandais une langue consideree comme primordiale, surtout sur le marche du travail, plus de la moitie de nos participants considerent l'anglais comme une langue essentielle. Il ne serait donc pas etonnant d'observer un recul de l'importance du neerlandais dans le futur. L'anglais en tant que langue a part entiere s'est incontestablement impose a Bruxelles, et peu d'interroges semblent reticents a ce phenomene. Un mouvement de conscience favorable a la presence de l'anglais se fait sentir, de par la presence des expatries europeens mais aussi par le role de lingua franca que joue cette langue. ( en )
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
Source of Description:
Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Thesis:
Thesis (M.A.)--University of Florida, 2017.
Local:
Adviser: BLONDEAU,HELENE.
Local:
Co-adviser: ANTES,THERESA A.
Statement of Responsibility:
by Prisca Paulette Piccirilli.

Record Information

Source Institution:
UFRGP
Rights Management:
Applicable rights reserved.
Classification:
LD1780 2017 ( lcc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

ATTITUDES ET PERCEPTIONS LANGAGIRES EN BELGIQUE : LE RLE ET LA By PRISCA PICCIRILLI A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2017

PAGE 2

2017 Prisca Piccirilli

PAGE 3

To my grandparents

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I would first like to thank my thesis advisor, Dr. Hlne Blondeau, who carefully listened to my ideas but also my doubts, and always encouraged me to persevere in my research and writing. She constantly allowed this paper to be my own work, but steered me in the right direction thanks to her thoughtful advice and guidance. I would also like to thank my second thesis advisor and member of the committee D r. Theresa Antes, whose office door was always open whenever I had a question about my research and whose advice have been greatly appreciated. I thank Dr. Emmanuelle Labeau and Rudi Janssens, experts on the presence of languages in Brussels and who took the time to share their work an d discuss with me at the very beginning of my research, which enabled me to gradually b uild my own research direction. I wish to express a sincere thank you to the 107 men and women who graciously took the time to complete my research survey. Without them, the completion of this study would not have been possible. I am also thankful to Isa Hendriks, Liselott de Wit and Todd Peters, graduate students who kindly gave their time to translate and back translate the questi onnaires in Dutch and English. My grat itude also goes to the Department of French and Francophone Studies at the University of Florida, who financially supported my travel research to Brussels. Finally, I deeply and sincerely thank my friends but especially my family for their continuous and u nparalleled love, even from far away. They always believed in me and constantly expressed help and support. I am forever indebted to my parents for giving me the opportunities and experiences that have made me who I am. This journey would not have been pos sible if not for them. Thank you.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ ............... 4 LIST OF TABLES ................................ ................................ ................................ ........................... 7 LIST OF FIGURES ................................ ................................ ................................ ......................... 8 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ................................ ..... 9 CHAPTER 1 INTRODUCTI ON ................................ ................................ ................................ .................. 12 2 CADRE ANALYTIQUE ET CONTEXTE HISTORIQUE ................................ ................... 18 2.1 Explication des Concepts ................................ ................................ ................................ .. 18 2.1.1 ................................ ................................ ................ 18 2.1.2 Le March Linguistique ................................ ................................ ......................... 19 2.1.3 Les Attitudes Langagires vs les Perceptions Langagires ................................ .... 20 ................................ ................................ ............ 21 2.2.1 Une Ville Thioise en Brabant ................................ ................................ ................. 21 2.2.2 La Priode Bourguignonne ................................ ................................ ..................... 22 2.2.3 Le Rgime Espagnol ................................ ................................ ............................... 22 2.2.4 Le Rgime Autrichien ................................ ................................ ............................ 23 2. 2.5 La Belgique Indpendante ................................ ................................ ...................... 24 2.3 ................................ ................................ ................................ ....... 26 2.3.1 ................................ ........... 26 2.3.2 Des Lois Tardives pour la Protection du Franais ................................ .................. 27 2.3.3 ......... 29 3 LA SITUATION LINGUISTIQUE BRUXELLOIS ................................ ................................ .......................... 31 3.1 Situation des Langues en Belgique ................................ ................................ ................... 31 3.2 ................................ ................................ 33 3.3 Les Anglicismes dans le Franais Parl Bruxelles ................................ ........................ 35 3.4 ................................ ................... 37 3.5 ................................ .................... 39 4 MTHODOLOGIE ................................ ................................ ................................ ................ 41 4.1 Considrations Mthodologiques ................................ ................................ ..................... 41 4.2 Administration du Questionnaire ................................ ................................ ...................... 43 4.3 Description du Questionnaire ................................ ................................ ........................... 45 4.4 Les Critres de Participation et les Objectifs ................................ ................................ .... 47 4.5 ................................ ................................ ................................ .................... 48

PAGE 6

6 4.6 des Donnes ................................ ................................ ................................ .... 52 5 RSULTATS ET DISCUSSION ................................ ................................ ........................... 53 5. 1 Attitudes Langagires : la Comptence Dclare ................................ ............................. 53 5.1.1 en Anglais ................................ ................................ ................................ .................... 55 5.1.1.1 Matrise du franais ................................ ................................ ...................... 55 5.1.1.2 Matrise du nerlandais ................................ ................................ ................ 56 5.1.1.3 ................................ ................................ ..................... 60 5.1.1.4 Brves conclusions ................................ ................................ ....................... 62 5. 1.2 ................................ ........................ 63 5.2 Les Perceptions Linguistiques Quant au Rle des Trois Langues sur le March Linguistique Bruxellois ................................ ................................ ................................ ....... 66 5.2.1 Le Classement des Trois Langues Selon leur Importance ................................ ...... 66 5.2.2 : une Langue Considre Essentielle Bruxelles ? ............................... 74 5.2.3 ................................ ...... 76 anais ................................ ................................ ................. 76 ................................ ................................ ............ 78 5.2.3.3 Conclusions ................................ ................................ ................................ .. 78 5.3 ................................ ....................... 79 5.3.1 : Est Ce Possible ? ........................ 79 5 .3.2 Langue par Dfaut ................................ ................................ ................................ .. 81 5 ................................ ................................ .......... 84 6 CONCLUSIONS ET DISCUSSIONS ................................ ................................ .................... 87 APPENDIX A QUESTIONNAIRE FRANAIS ................................ ................................ ........................... 92 B QUESTIONNAIRE NERLANDAIS ................................ ................................ ................... 96 C QUESTIONNAIRE ANGLAIS ................................ ................................ ............................ 100 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ................................ ............. 104 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ ................................ ....... 108

PAGE 7

7 LIST OF TABLES Table page 2 1 Proportion des Bruxellois qui dclarent possder une bonne ou excellente connaissance des langues ................................ ................................ ................................ ... 25 4 1 Le lieu de rsidence en fonction du genre ................................ ................................ ......... 49 4 2 La nationalit des participants ................................ ................................ ........................... 49 4 3 La catgorie ................................ ................................ .................... 50 4 4 ................................ ................................ ....... 50 4 5 ................................ ................................ ................................ ............ 51 4 6 La langue primaire ................................ ................................ ................................ ............. 51 5 1 ................................ 63 5 2 ................................ ................................ ....... 65 5 3 Classement des langues selon leur importance ................................ ................................ .. 67 5 4 Participants ayant plac le nerlandais en troisime position en fonction de leur langue primaire ................................ ................................ ................................ .................. 71 5 5 Catgorie professionnelle des participants connaissant des individus qui ne pa rlent ................................ ................................ ................................ ........ 81

PAGE 8

8 LIST OF FIGURES Figure page 5 1 Illustration des ...................... 54 5 2 Comptence dclare suprieure 8/10 des Francophones en nerla ndais et en anglais ................................ ................................ ................................ ................................ 58 5 3 Comptence dclare suprieure 8/10 des Nerlandophones en franais et en anglais ................................ ................................ ................................ ................................ 59 5 4 Comptence dclare suprieure 8/10 des Anglophones en franais et en nerlandais ................................ ................................ ................................ ......................... 59 5 5 Comptence dclare suprieure 8/10 des non Francophones, non Nerlandophones et non Anglophones en franais, en nerlandais et en anglais .............. 60 5 6 .................. 61 5 7 .................... 62

PAGE 9

9 Abstract of Thesis Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts ATTITUDES ET PERCEPTIONS LANGAGIRES EN BELGIQUE : LE RLE ET LA AIS SUR LE MARCH LINGUISTIQUE BRUXELLOIS By Prisca Piccirilli December 2017 Chair: Hlne Blondeau Co Chair: Theresa A. Antes Major: French and Francophone Studies This present thesis provides the results of a recent online survey focusing on the ro le of English in Brussels, where the two official languages, French and Belgian Dutch, are at play. Language of the world, English has recently secured its place on the linguistic market in this large metropolis, due to the presence of European and interna tional institutions, but also due to its increasing instrumental value as a lingua franca between French and Dutch speaking Belgians. Thanks to the online survey method, we have collected, in January 2017, the results from 107 participants, from different citizenship but all having lived in Brussels, from 6 months to more than 20 years. We have been able to explore the new role of English and answer these following questions: what are the attitudes towards English, from both native citizens of Brussels but also simple residents? How do they perceive this language, compared to French and/or Belgian Dutch? Do they perceive English as an essential language in Brussels? Do they think is it possible to live in Brussels while only mastering the English language? T he analysis of language attitudes depending on age, gender or citizenship has enabled us to observe the role of English in the city but also the place that residents of Brussels grant to this

PAGE 10

10 language. According to the results, the presence of English is u ndoubtedly increasing, without totally possible to live in Brussels with only speaking English and that the next generations will absolutely need to master i t, they do not consider a necessity for English to be implemented as a third official language. French is still the first language in the city, and Belgian Dutch is still considered as an essential language, particularly on the job market. English has cer tainly become a vital language in Brussels, and only a few participants seem to be reticent to this phenomenon. The presence of numerous expatriates but also the role of English as a lingua franca favor a positive attitude towards the presence of English i n Brussels. il ilingue officiel franais nerlandais mais constitue aussi le lieu o se concentrent ces fameuses institutions ? Puisque la t il un statut de langue vhiculaire ? Dans quelle mesure est il considr comme lin gua franca entre les locuteurs des langues officielles ? Grce la mthode du questionnaire empirique, nous avons pu rcolter, en janvier 2017, les rsultats de 107 participants, de nationalit varie, tous ayant rsid Bruxelles de 6 mois le march linguistique bruxellois et de rpondre aux questions suivantes : quelles sont les attitudes langagires des individus vivant Bruxelles envers les trois langu es en prsence ?

PAGE 11

11 Comment peroivent ils cette langue par rapport au franais et/ou au nerlandais ? Attribuent ils il possible, selon eux, de vivre Bruxelles en ne ? Bruxelles, et dfinir ainsi la place que les rsidents bruxellois lui accordent. Bien que le franais reste la premire langue de la ville, et le nerlandais une langue considre comme primordiale, surtout sur le march du travail, plus de la moiti de nos essentielle En outre, la plupar pour autant pas comme une menace pour les deux langues officielles puisque les rsidents rticents ce phnomne. Un mouvement de conscience favorable la rle de lingua franca que joue cette langue.

PAGE 12

12 CHAPTER 1 INTRODUCTION Contrairement la France, la Belgique se distingue par son multilinguisme officiel depuis belle lurette , pour : 118). ituation linguistique trs intressante, tant au Moyen ge e nos jours la Flandre ou la Rgion flamande o le nerlandais est la langue officielle, tandis que le franais se parle dans la partie sud, qui se nomme la Rgion wallonne ou la Wallonie. En outre, une petite partie de langue officielle allemande a t annexe en 1919 Capitale, une enclave francophone en rgion flamande, nerlandais (BAETENS BEARDSMORE, 1971 ; BNIT, 2000 ; BERNARD, 1997 ; MACHONIS, 2008). Ces front 63, par les lois du 8 novembre 1962 et de 2 aot 1963 (MACHONIS, 2008 : 1138). Toutefois, rconcilier cette diversit linguistique, tout en respe ctant les zones linguistiques, a t et reste un enjeu central et : la 9 et 1993) ont db culturelles (flamande, franaise et germanophone) et trois Rgions politiques et administratives (flamande, wallonne et de Bruxelles Capitale) (LABEAU, 1999 : 118 ; MACH ONIS, 2008 : plus importants dans la Rgion de Bruxelles Capitale, d son caractre bilingue, mais aussi

PAGE 13

13 multilingue. Le recensement linguistique tant pro scrit en Belgique, il est difficile de savoir le nombre de langues prsentes dans la ville (BNIT, 2000 ; JAVEAU, 1997) mais selon plus prsentes aprs le fr la la langue lendemain de la Seconde guerre mondiale ou encore ses progrs dans les technologies de la communication (BLAMPAIN, 1997 : 416). Dans notre socit actuelle, personne ne peut remettre en question la dominance internationale de la langue anglaise, qui, en tant que langue de change et sa connaissance est imprative afin de colloques, congrs, etc.), la langue de communication dans le monde de publication (nous dvelopperons prcisment ce point dans une partie consacre la la ngue : 421). De ce fait, nous avons assist, depuis quelques annes, une diffusion explosive de

PAGE 14

14 linguistiques Brux elles, que (2007 : 1). europenne (UE). Une des questions primordiales au niveau europen est la question de la ible et promouvoir comme officielles 1 Alors que le franais est originellement la langue de travail des institutions, Uni et ort impitoyable des Franais pour prserver le franais comme langue premire (SHELLY, 1999), europenne, 47% de la communication orale tait faite en anglais, contre se ulement 38% en franais (CAVIEDES, 2003 mesures ncessaires pour que la langue franaise ne so it pas dchue (CAVIEDES, 2003 : 255 ; SHELLY, 1999) meilleure connaissance des langues trangres cause de (ELOY, 1997 : 18), la : 256) et des efforts remarquables sont eff 1 h ttp://europa.eu/index_fr.htm

PAGE 15

15 puissance conomique des tats Unis et du prestige du mode de vie amricain loisirs, culture, musique, etc. (CAVIEDES, 2003 : 254 ; LENOBLE : 254). La Commission trava exclusivement en anglais, mme da ns les services o il des Finances franais, corresponde en anglais avec un autre politique franais, Pierre Moscovici (QUATREMER, 2015). En 2012, le ministre allemand des finances plaidait pour langu et dclarait : entrep rises internationales, on parle seulement anglais. Alors, on va y arriver . (QUATREMER, 2015). il Bruxe lles, en Belgique l o se concentrent ces fameuses institutions europennes ? Nous avons pass en revue son statut linguistique spcial, rgi par la Constitution et les lois fdrales ; en effet, la capitale est une enclave francophone en territoire a Constitution dclare que la Rgion de Bruxelles Capitale est bilingue franais nerlandais : Article 4 La Belgique comprend quatre rgions linguistiques : la rgion de langue franaise, la rgion de langue nerlandaise, la rgion bilingue de Bruxelles Ca pitale et la rgion de langue allemande. autres, de la pr

PAGE 16

16 multilingue q ui 2016 ). QUATREMER (2015) ajoute donc que le citoyen europen doit parler anglais pour suivre ce serait mme en train de devenir une langue semi officielle (JANSSENS, 2013). linguistique bruxellois de nos jours. Pour les raisons expliques dans le dbut de cette introduction, la langue anglaise a gagn de plus en plus de prestige sur le march linguistique bruxellois et nous en venons ainsi nous pos er plusieurs questions quant la situation actuelle de ce march est il du franais et du nerlandais, les deux langues officielles ? Est fr anais ? Serait il sur le point de dpasser le nerlandais, ou est ce dj le cas ? Le nerlandais est il toujours si essentiel ? Est il toujours considr comme essentiel ? Comment les rsidents bruxellois peroivent s ? Existe t il un mouvement de ? Nous avons, au pralable, cr une revue de littrature, afin de remettre la situation bruxelloise en contexte et observer les tudes qui avaient t faites sur le sujet. Puis, nous sommes alle sur le terrain afin de procder une observation directe. Durant deux semaines, en juillet 2016, nous nous sommes promene dans les rues de Bruxelles, afin de regarder et lire les affiches publicit aires, les prospectus, les tracts, les brochures, couter les gens et la langue utilise, leur parler et discuter

PAGE 17

17 nous est venu aire empirique afin de reprsenter les attitudes et se fair le deuxi me chapitre, afin de voir expliqu les termes qui seront utiliss tout au long de cette tude. Dans cette mme partie, nous ise sur le march troisi me chapitre, nous pourrons prsenter la situation linguistique actuelle de Bruxelles, nous attarder sur les tudes qui ont dj t faites ndre ainsi la situation actuelle de cette langue dans la capitale belge. Nous expliquerons ensuite, dans un quatri me chapitre, la mthodologie dtaille du questionnaire empirique de la prsente tude qui nous a permis de rcolter des donnes auprs de 10 7 participants, afin de pouvoir finalement prsenter, dans le dernier chapitre, les rsultats et la discussion des analyses. Cette partie tentera ainsi de rpondre aux questions de recherche en gues tudies dans le cadre de cette thse, en se focalisant principalement sur la langue anglaise.

PAGE 18

18 CHAPTER 2 CADRE ANALYTIQUE ET CONTEXTE HISTORIQUE 2 .1 Explication des C oncepts ns par ces termes afin 2 .1.1 inguistique t de ici au sein du territoire europen il est devenu ncessaire pour les collectivits de recourir des langues diffrentes (LOUBIER, 2002 : 3). Du fait de son caractre multilingue, la Belgique, et spcifiquement la Rgion de Bruxelles Capitale, a fait ou de politiques linguistiques 1 ncessair es pour rguler le statut des langues parles par les diffrentes communauts. Ainsi, le franais et le nerlandais sont les deux langues officielles de la ville de Bruxelles et prsentent la mme valeur au niveau de la politique linguistique. Nous dvelopperons le contexte historique des langues prsentes Bruxelles dans la deuxime partie 1 E loy J.M. 1997 Amnagement ou politique linguistique ? Dans Mots 52 (1) 7 22.

PAGE 19

19 de ce chapitre et nous explorerons prcisment les mesures linguistiques adoptes pour rguler le statut de ces langues dans le troisi me chapitre. 2 .1.2 Le March L inguistique Dans le cadre de cette tude, nous nous concentrons sur la situation des langues, et plus La notion de march linguistique est un concept introduit en France vers la fin des annes 1970 par le clbre sociologue et philosophe franais Pi erre Bourdieu (1930 2002). Ce march ne doit pas tre compris dans son sens strictement conomique de lieu public o se ngocient des marchandise il existe plusieurs varits linguistiques auxquelles une valeur de march est attribue. En effet, toute situation linguistique fonctionne donc comme un march sur lequel le locut eur place ses vont recevoir ses produits (BOURDIEU, 1982 : 98). Le concept de march linguistique est ainsi une mtaphore qui dcrit et interprte la compt ition qui se droule entre les langues au sein Dans la situation de Bruxelles, ville multilingue, son march linguistique se compose de plusieurs langues, dont deux sont officielles, et comme dans tout march, la loi du march situation de bilinguisme officiel, la politique linguistique tablie Bruxelles fait que ctions linguistiques (BOURDIEU, 1982 : 98) : le franais et le nerlandais sont considrs comme quivalents et possdent ainsi le mme statut. Cependant, le march linguistique ne semble que ion sociolinguistique complexe o les deux langues officielles ne sont pas matrises par tous les locuteurs : la ville de Bruxelles

PAGE 20

20 Capitale est environ 85% francophone (BNIT, 2000 ; FRANCARD, 2010 ; JANSSENS, 2008 ; JAVEAU, 1998). De ce fait, sur ledi t march linguistique, les deux varits linguistiques prestig e sur ce march. Afin de mesurer ce prestige, nous en venons nous intresser aux attitudes et perceptions langagires des rsidents bruxellois, concepts que nous dfinissons dans le point suivant. 2 .1.3 Les A ttitude s L angagires vs les Perceptions L angag ires Il nous semble primordial de consacrer une section concernant la distinction qui sera faite entre ces deux concepts tout au long de cette tude. En effet, la distinction que nous introduisons entre ces termes peut tre diffrente de ce qui a t prs ent dans la littrature plus ancienne. La plupart de la littrature utilise le terme attitude pour ce que nous entendons par perception . Lor sque nous nous penchons sur les perceptions langagires des rpondants, nous tentons de dterminer leu rs opinions quant au rle que joue chacune des langues tudies. Dans sa thse de doctorat, LAUR (2001) adopte la mme terminologie que THOMAS et ZNANIECKI (1918) qui dterminent une attitude : t ce que nous, nous appellerons une perception dans le cadre de ce mmoire. En revanche, par le terme attitudes langagires , nous tentons de dgager la s dclarent possder dans chacune des langues. Pour rsumer, nous adoptons le terme attitude comptence des participants dans la/les langues tudies alors que la perception

PAGE 21

21 comportement envers la/l excellente matrise dans une langue, sans pour autant lui accorder de prestige. Dans ce cas, il dclarera avoir une attitude positive (comptence leve) dans cette langue, tout en ayant un e perception plutt ngative de cette dernire. Maintenant que nous avons dfini les termes qui dirigeront le fil conducteur de cette tude, nous pouvons nous concentrer sur le contexte historique de la situation linguistique Bruxelles. 2 .2 on du F ranais Bruxelles 2 .2 .1 Une V ille T hioise en Brabant Moyen ge. Cit brabanonne fonde dans le dernier quart du X e sicle 2 Bruxelles se situe incontestablement dialecte bas allemand appel thiois (BERNARD, 1997 : 239). Au XIII e s les chancelleries princires, Bruxelles remplace le latin dans les actes administratifs par le thiois 3 alors que la Flandre et la Wallonie opteront pour le franais (FRANCARD, 2010 : 2). En effet, la proportion d es, autour des 1% le duc Jean IV fera rdiger la Grande Charte de 1421 (qui accorde aux mtiers de la ville une participation au gouvernement municipal) en thiois alors que les grandes villes flamandes sont bien plus mme poque entre 30 et 60% (BERNARD, 1997 : 241). 2 Le premier tablissement dans la valle marcageuse de la Senne, affluent d VI e sicle ; la premire attestation du nom de la ville date de 966 (BAETENS BEARDSMORE, 1971 : 20). 3 Le premier acte en thiois date de 1277 (BERNAR D, 1997 : 239).

PAGE 22

22 2 .2 .2 La Priode B ourguignonne En reprenant les mots de BERNARD, nous pouvons parler de francisation superficielle de Bruxelles l de son mariage avec le futur Charles VIII ignons : 241), mais le latin XVI e sicle (BAETENS BEARDSMORE, 1971 : 29). Bruxelles ne sera donc pas affecte par cette francisation de la cour. 2 .2 .3 Le Rgime E spagnol Lors de la priode espagnole, au XVI e intrieures de Bruxelles et en tant que langue naturelle de la population (BAETENS BEARDSMORE, 1971 : 31 ; BERNARD, 1997 : 242), mais une francisation se fait de plus en plus croissante. En effet, Charles BAETENS BEARDSMORE, 1971 cent rale oriente vers Madrid et en 1562 ouvre une universit Douai o les lites sociales des Pays Bas peuvent tre duques en franais (BERNARD, 1997 : 242). La francisation se fait uels flamands contagion du franais (BERNARD, 1997 : Bruxelles, la premire gazette francophone intitule Courrier vritable des Pays Bas rebaptise Relations vritables en 1652, La Gazette de Bruxelles en 1741 et enfin La Gazette Franoise des Pays Bas : 242).

PAGE 23

23 2 .2 .4 Le Rgime A utrichien Le rgime autrichien renforcera cette tendance. En e cours allemandes se servent du franais et ce sicle connat une crasante domination culturelle rlijke Tael in de Nederlanden pour te le plus souvent de parler (BERNARD, 1997 : 243). Ces accusations entrent cependant en contradiction avec les chiffres rapports des tudes menes par HASQUIN (1979) que DROIXHE reprend dans ses travaux (1997). Effectivement, il a tch, pour le XVIII e documents officiels. Selon ses rsultats, Le p osciller entre 5 et 10% en 1760 et avoisinait probablement les 15% en 1780. Certes, Hasquin conclut rpandu parm r des questions relatives leur vie prive, la langue maternelle : en 1780, la francisation de la population s encore irrversible. (DROIXHE, 1997 : 145). Malgr une tentative de nerlandisation force (BERNARD, 1997 : 244), un arrt du 16 novembre 1830 fait du franais la seule langue officielle du pays mme si le nombre de Nerlandophones est suprieure c elui des Francophones 4 Le franais restera la seule langue 4 QU N erlandophones, les locuteurs franais et wallons constituant 37,6% de la population (BERNARD, 1997 : 247).

PAGE 24

24 avec le franais (BERNARD, 1997 : 249). 2 .2.5 La Belgique I ndpendante XIX e sicle que le statut du franais Bruxelles prend amplement son essor. Entre 1880 et 1910, alors que le nombre de Francophones augmente (de 20,1% 26,7%), le nombre de locuteurs bilingues reprsente la moiti de la p opulation ; dans le Ainsi, si les Francophones reprsentent quelque 30% de la population de Bruxelles en 1830, ils atteignent 70% cent ans plus tard (FRANCARD, 2010 : 2). Alors que BAETENS BEARDSMORE constate, en 1971, que dmographique, sociologique, politique et mme linguistique (1971 : 45), BERNARD compte, 26 ans plus tard, que des six communauts majorit airement francophones en 1920, il y en a dornavant 19 (BERNARD, 1997 : 248). Effectivement, de nombreux facteurs ont contribu administrative et institut 5 (BERNARD, 1997 : 249) mais aussi une immigration importante de Maghrbins qui, dj familiers du franais, ont favoris cette francisation de la deuxime gnration (LABEAU et DISTER, 2016 : 4) dfinitivement fixes : le nerlandais est la langue officielle des communes du Nord, et le franais celle des communes du Sud. Bruxelles, commune du Nord mais majorit francop hone obtient ainsi le statut bilingue officiel franais nerlandais. 5 1898 ( voir 2.2.4 )

PAGE 25

25 85% (2010 : 3 ), et LABEAU et DISTER vont mme plus loin en avanant que Bruxelles est francophone prs de 95% (2016 : 4). Il est donc indniable de constater que le franais est de la langue franaise Bruxelles, ville qui se majoritairement francophone. linguistiqu reprennent aussi le tableau de JANSSENS en 2013 qui recense la proportion des Bruxellois qui dclarent possder une bonne ou excellente connaissance des langues et nous remarquons ai nsi un changement linguistique prcis Bruxelles : alors que le franais reste clairement la langue dornavant, depuis 2007, la langue seconde la mieux matrise, d passant ainsi le nerlandais, qui reste pourtant la deuxime langue officielle. Table 2 1 Proportion des Bruxellois qui dclarent possder une bonne ou excellente connaissance des langues (JANSSENS, 2013 : 18) 6 TB1 (2001) TB2 (2007) TB3 (2013) Franais 95,6% Franais 95,6% Franais 88,5% Nerlandais 33,3% Anglais 35,4% Anglais 30,0% Anglais 33,3% Nerlandais 28,2% Nerlandais 23,2% Arabe 10,1% Espagnol 7,4% Arabe 17,9% Allemand 7,1% Arabe 6,6% Espagnol 8,9% Espagnol 6,9% Italien 5,7% Allemand 7,0% Italien 4,7% Allemand 5,6% Italien 5,2% Turc 3,3% Turc 1,4% Turc 4,5% 6 de Recherche sur Bruxelles), ont publi trois baromtres linguistiques ( taalbarometer en nerlandais) L es rsultats l Janssens R. 2013 Le multilinguisme urbain : le cas de Bruxelles Bruxelles : Racine.

PAGE 26

26 Nous allons donc nous pencher, dans une seconde partie, sur les diffrentes raisons qui 2 .3 nglais Bruxelles Depuis la dcision des tats membres en 1997 de faire de Bruxelles le sige des Bruxelles Capitale se sont multiplies, y crant un vritable quartier europen. En 1973, le Royaume nsidrable, Bruxelles est diffrences non e (DIERICKX, 1997 : 313), ce que nous allons dvelopper dans ces trois sous parties suivantes. 2 .3 .1 ntiamricanisme me une menace (BNIT, 2000). Bruxelles tant une ville cosmopolite, les habitants vivent plus naturellement la cohabitation (BNIT 2000 : 183). ont preuve les Franais et mme les Qubcois ont : 253, 255 ; SHELLY, 1999). ; la littrature nous montre que les

PAGE 27

27 nomb reux calques, traductions littrales ou francisation des emprunts (DIERICKS, 1997 : 312 ; LABEAU, 1999 ; LAGUEUX, 1988 ; POPLACK et DION, 2012). Il existe ainsi un certain pragmatisme de chez nous [en Belgique] qui plus naturellement dans les faits que le sentiment national est moins fort (DIERICKX, 1997 : 313) : le seuil de tolrance est plus lev, ce qui se traduit, tant pour la prononciation que pour le vocabulaire, par une tendance emprunter telles qu elles des formes anglaises que les Franais, dans la plupart des cas, adaptent peu ou prou. Dans la plupart des cas (DIERICKS, 1997 : 313,314) en Belgique. Nous allons donc maintenant nous intresser aux efforts raliss en Communaut 2 .3 .2 Des Lois Tardives pour la Protection du F ranais : alors que la France et le Qubec avaient pris des mesures de belge remonte seulement la fin des annes 1970 (LABEAU 1999 : 119). De 1970 1985, la Communaut franaise est peu intervenue pour dfendre sa langue. Les deux dcrets de 1978 et 1993 constituent les tapes cls dans la politique linguistique. Le dcret du 12 juillet 1978, plus communment appel dcret Spaak Lagasse constitue la premire norme valeur lgislative prise par la Communaut franaise pour protger sa langue (LABEAU, 1999 : 119 ; GARSOU, 1997 : 461). Trs inspir du document franais, ce dcret, compos de trois chapitres :

PAGE 28

28 visait participe, dans le s actes et documents des entreprises imposs par la loi, pour les inscriptions apposes dans des btiments appartenant aux pouvoirs publics (GARSOU, 1997 : 461). (GARSOU, 1997 : 461 ; LABEAU, 1999 : 120). : Ce dcret demande, dans tout document relevant de la Communaut franaise et franais (LABEAU, 1999 : 120). Cette ide de dvelopper une politique de la langue est encore relativement neuve et la de la Francit crs le Conseil et le Service de la langue franaise, organismes [officiels] chargs de conseiller le gouvernement de la Communaut franaise sur toute question relative la langue et (GARSOU, 1997 : 463) 7 7 Pour plus de prcisions sur les organismes et leurs responsabilits, voir entre autres Garsou 1997 (462 481) et L abeau 1999 (121 122)

PAGE 29

29 2 .3 .3 ranais Enfin, bilingue franais nerlandais de la ville. Effectivement, il existe une sorte de dualit entre les Nerlandophones et les Francophones, qui adoptent tous deux une attitude nga tive envers la BLONDEAU, 1991 ; METTEWIE et JANSSENS, 2007). Dans langue neutre une langue commune travers laquelle les deux de communiquer, afin de ne pas faire de choix linguistique (BENIT, 2000 ; MACHONIS, 2008 ; METTEWIE et JANSSENS, 2007 Il en est de mme, selon JAVEAU, pour les organismes appellation nationale (ou fdrale) linguistique en leur s ein (1997 autre afin de ne pas crer de tensions : le fait que beaucoup de Francophones [soient] (JAVEAU, 1997) f aimerai[t] que toutes les personnes qui vivent Bruxelles parlent au (LEJEUNE, 2013). bon march au bilinguisme obligatoire (LABEAU, 1999 : 123). la Belgique et plus particulirement de la ville de Bruxelles. Nous devenir la seule langue officielle en 1830 avant que le nerlandais ne devienn e la deuxime

PAGE 30

30 langue officielle. Ce bilinguisme officiel ne sera impos Bruxelles que bien plus tard, lors de la de la langue anglaise sur le march linguis tique bruxellois : Bruxelles tant la capitale de outre, les Belg es en gnral, contrairement aux Franais et aux Canadiens francophones, ressentent un sentiment national beaucoup moins fort ; ainsi, les lois pour la dfense et : Bruxelles es t rapide. En plus de jouer le rle de langue vhiculaire parmi la communaut multiculturelle de il pas peu peu impos comme une langue de bon compromis , afin de remdier aux problmes linguistiques apports par le statut bilingue franais/nerlandais de la ville ? linguistique bruxellois et fa it partie de la vie de tous ses rsidents, qui ne peuvent ignorer son statut. Nous prsenterons ainsi, dans le chapitre suivant, la situation actuelle plus dtaille de la titudes, perceptions et reprsentations linguistiques sur le territoi re belge, au niveau national et rgional.

PAGE 31

31 CHAPTER 3 LINGUISTIQUE BRUXELLOIS bruxellois, ce chapitre se consac re maintenant la situation actuelle de la place de cette langue : de quelle manire est elle prsente, o, par qui est elle utilise, pourquoi ? Voici les quelques questions que nous allons couvrir dans cette partie. Cependant, avant de se focaliser sur la situation linguistique des langues Bruxelles, mais aussi en Belgique en gnral afin de 3 .1 Situation des L angues en Belgique La situation linguistique en Belgique est particulirement spciale. En effet, le pays est : alors que le franais demeure la langue parle en Wallonie, la partie mridion ale du pays, les rsidents de Flandre se partagent la langue commune du nerlandais. Une petit enclave germanophone, rattache la Belgique aprs la Premire guerre mondiale, est incluse dans la rgion wallonne. officielles la rgion de langue allemande. Bruxelles, la capitale, tant une enclave francophone en territoire f statut bilingue franais nerlandais officiel depuis 1962 (Article 4 de la Constitution voir introduction). Le bilinguisme institutionnel demeure obligatoire dans quatre domaines : les Bruxelles Capitale, les organismes des 19 administrations communales et les organismes des

PAGE 32

32 des politiques officie lles, Bruxelles reste une ville bilingue, mais sur le plan sociolinguistique, ce plus le cas depuis longtemps (2008 : 2). Ville multilingue, il est difficile de se rendre compte de la distribution exacte des langues Bruxelles puisque tout recensement linguistique est proscrit en Belgique depuis la lgislation de 1963 (BNIT, 2000 ; JAVEAU, 1997). Selon des estimations, il y aurait entre 85% et 90% de Francophones dans la capitale (BNIT, 2000 ; JAVEAU, 1997 ; JANSS ENS, 2008 ; LABEAU et DISTER, 2016), le reste formant la minorit flamande ; cependant, sur ses un million provenances multiples (BNIT, 2000 ; JAVEAU, 1997 ; JANS SENS, 2008 ; LABEAU et DISTER, 2016). Selon JAVEAU, ces trangers peuvent tre spars en deux groupes : les trangers de chauffe et les trangers de luxe (2008 : 251). Dans le premier groupe se trouvent les travailleurs immigrs, qui sont souvent ; ces individus superposent gnralement le franais leur langue de dpart. Le deuxime groupe se compose des fonctionnaires internationaux, qui, gnralement, conservent leur langue primaire dans le cercle priv mais utilisent Ainsi, il est clair que sur le plan politique, Bruxelles est une ville bilingue, mais la ralit Les situations de multilinguisme dans les mtropoles comme Paris et Montral par exemple que nous avons remis en contexte la situation linguistique en Belgique, et surtout Bruxelles, multilinguisme et comment il se comporte comme la langue lingua franca dans la capitale.

PAGE 33

33 3 .2 nglais Bruxelles Reprenons le fait que nous avons expos dans le point 2 .1.5 JANSSENS (2013), la proportion des Bruxellois qui dclarent possder une bonne ou excellente ,4% en 2007 et 30% en 2013). Cependant, ce pourcentage a dpass celui de la langue nerlandaise depuis 2007. En effet, de moins en moins de Bruxellois dclarent possder une bonne ou excellente connaissance du nerlandais (33,3% en 2001, 28,2% en 2007 et 23,2% en 2013) et il en est de mme pour le franais : 95,6% des Bruxellois dclaraient bien ou trs bien matriser le franais en 2001, et ce pourcentage est descendu 88,5% en 2013. Ainsi, le franais reste la langue la mieux matrise, mais le nerland mme premire langue, suivi du nerlandais et enfin du franais 1 Cette dclaration peut paratre cette prdiction rside dans le fait que la comptence des N erlandophones en franais est largement suprieure la comptence des Francophones en nerlandais. Ainsi, si les Franais et apprendre le franais (VAN PARIJ S, 2007 NNELL et TOESBOSCH, 2008 : 164) : 40% des Francophones interrogs prfrent 1 Les prdictions, telle que celle ci, base sur une tude des attitudes, ne sont pas confirmes en sociolinguistique. Ici, duire cette remarque, qui se voit plutt extrme .

PAGE 34

34 prfrent le nerlandais. Par contre, les Nerlandophones sont catgoriques : 90% prfrent l : 166). Bien que le franais et le nerlandais fassent aussi partie des langues officielles de ; en s anglais ou allemands pour traduire le droit primaire et le droit driv vers des langues scandinaves ou tation acclre la rgression du franais (BLAMPAIN, 1997 angue dite internationale : dans les domaines scientifique et technique, les affaires maritimes et spatiales mais aussi dans les matires conomiques ou de politique extrieure (BLAMPAIN, 1997 : 255). le citoyen eur open doit parler anglais pour (QUATREMER, 2015 : 5). VAN PARIJS appuie cette ide et exprime le besoin imprieux et monopolise par une petite lite mais largement diffuse au sein de toutes les couches de la population dsirable, tout particulirement Bruxelles (200 7 : 7).

PAGE 35

35 Nous avons donc dmontr, dans cette sous Bruxelles. Sans aucun doute, il est bien ancr sur le march linguistique et se diffuse de manire spectaculaire le prendre la direction pour devenir une langue semi officielle. 3 .3 Les Anglicismes dans le Franais P arl Bruxelles langue franaise et le risque ou non que attest ds le XV e XIX e sicle pour continuer son expansion au XX e sicle dans de nombreux domaines : commerce, technologie, transports, sciences, loisirs, communication ( DIERICKX 1997 : 308). Ainsi, LAGUEUX dnonce le risque a langue emprunteuse (1988 : 93). Il reprend cette crainte dj exprime en 1964 par tiemble dans son ouvrage Parlez vous franglais ? selon laquelle syntaxe franaises (1964 : 357) ; ouvrage dans lequel il fait appel des exemples de la presse pour illustrer ses dnonciations. En revanche, la recherche de POPLACK et DION prouve que la plupart des r premire utilisation (2012 : 308) et donc il des anglicismes dans le franais parl de Bruxelles 2 ? La principale tude sur le sujet a t ralise par DOPAGNE et LENOBL E PINSON en 1982 tudiants, ils ont recueilli les emprunts linguistiques anglais du grand quotidien bruxellois Le 2 Bruxelles, ralis par Dr. Emmanuelle LABEAU et Dr. Anne DISTER : nous avons cout environ trois heures cette recherche.

PAGE 36

36 Soir nerlandais (1982 : 11). I 3 En novembre 2005, la Maison de la Francit a ralis une enqute dans diffrents md ias ( Le Soir, Mtro, Vlan, le Journal Parl Au quotidien ) qui a permis de relever dans la presse crite 550 termes anglais diffrents. Nous remarquons ainsi une BLE PINSON (1982) et celle de la Maison de la Francit (2005) anglicismes ne sont pas tout fait les mmes (LAROCHE, 2011). Cependant, une information fournie dans la brochure Notre franais file (2009) nous permet tout de mme connaissent une courbe ascendante : glossaire des anglicismes viter dans la brochure c ompte 309 entres et le glossaire des emprunts admis 394, ce qui amne par agraphe prcdent, assurent que la plupart des emprunts disparaissent aprs leur premier usage, LAROCHE est convaincu que les nouveaux mots anglais qui font leur entre dans le lexique franais reviennent de plus en plus frquemment dans les noncs orau x et crits, spcialement dans la presse et la publicit 1984, GOOSSE crivait : 3

PAGE 37

37 mable aux mots, simples ou composs, de ; en France, les quivalents, traductions ou calques, sont beaucoup plus utiliss (1984 : 33). iceberg se mais aussi au sens battle dress prsente un cas un glissement de sens en dsignant un blouson (DIERICKX, 1997 : 314). En 2011, LAROCHE constate galement que leur graphie et leur prononciation (2011 : 5) 4 Nous constatons donc quantitatif (frquence) que qualitatif (phontique et smantique) (LABEAU, 1999 : 119), principalement d, comme nous avons vu dans la partie prcdente, au fait que les Belges se sentent moins menacs 3 .4 ublicit Bruxelles Puisque Bruxelles est une ville bilingue, les autorits publiques se doivent de mettre franais vhicules de transport en commun (JAVEAU, 1997 : 252). Cependant, Bruxelles se manifeste galement dans le domaine de la publicit. En effet, selon Robert MASSART 5 professeur dans le dpartement pdagogique la Haute cole provinciale de Mons 4 Les tudes concernant les anglicismes dans le franais de Bruxelles, ou plus gnralement dans le franais de et mener cette tude de nouveau c recherche future. 5 Massart, R. 2005. Quelle place pour le franais Bruxelles . Dans biennale lf.org [en ligne, consult le 9 : http://www.biennale lf.org/les actes de la xxie biennale/59 b21 interventions/122 b21 robert massart.html

PAGE 38

38 en Belgique, nombreux sont les publicitaires Bruxelles qui ne veulent pas se positionner dans la publicit (autorit de rgulation professionnelle de la publicit, septembre 2013) et en messages taient en franais, 25,5% en nerlandais et 10% des publicits taient rdiges en anglais (JAV EAU, 1997 : 252) : distribution, de nombreuses affiches publicitaires. La langue parle, elle aussi, subit la pression anglaise : Bruxelles, cet gard, connat le sort de toutes les socits productions anglo saxonnes, surtout celles qui sont destines la jeunesse. (JAVEAU, 1997 : 256 257) ; deuximement, le pourcentage de publicits en langue anglaise tait dj plutt consquent en 1993. Il ne serait pas tonnant d e voir que ce pourcentage ait grandement augment plus de 20 ans plus tard. Effectivement, Daniel LAROCHE, le concernant le pourcentage des enseignes en anglais dans plus ieurs quartiers de Bruxelles rvlerait une augmentation moyenne minimale de 10% des chiffres obtenus 15 ans plus tt (2011) 6 6 De mme que pour les anglicismes prsents dans le franais de Belgique, la littrature est peu abondante dans la ville a pourtant augment e phnomne puisque le choix de langue utilise pour les publicits rend bien compte de la dualit linguistique franais/nerlandais dont Bruxelles fait preuve.

PAGE 39

39 3 .5 ducation bruxelloises sont disponibles en anglais. Cep dans sa langue premire, et mme problme pour un Francophone qui serait intress par la VUB pa s en franais. En 2014, Nathalie MARCHAL a fait un rapport sur universits en Belgique francophone publi sur le site du service de la langue franaise 7 Tout versits en Belgique : comptence des Communauts linguistiques. Ceci signifie que la Communaut flamande lgifre pour les universits flamandes de Bruxelles et les universi ts situes en Flandre (qui sont toutes de rgime linguistique flamand), la Communaut franaise ou Fdration Wallonie Bruxelles lgifre pour les universits francophones de Bruxelles et les universits situes en Wallonie (qui sont toutes de rgime ling uistique franais) (MARCHAL, 2014 : 2). Le premier dispositif rglementaire de 1994 assurait un quota de 100% de franais au premier cycle et un deuxime cycle ouvert aux langues trangres sans limitation. En 2004, le dispositif rglementaire change, p rservant le bac mais introduisant un quota maximal de 20% de langues trangres en deuxime et troisime cycles, et de 50% de langues trangres en master. Cependant, les universits ont de plus en plus recours un nouveau dcret permettant de droger Masters Full English ain . Les masters 7 http://www.languefrancaise.cfwb.be/

PAGE 40

40 bilingues franais anglais voient galement de plus en plus le jour. Notons aussi que la ; ainsi, la production de is : sur 887 doctorats, 64% des thses sont crites en anglais (566 thses), contre seulement 34% en franais (305 thses) et celles crites en 8 (MARECHAL, 2016 : 9). Ces chiffres confirment les dires de BLAMPAIN qui dclarait, en 1997, que de plus en plus de thses taient dposes en anglais (1997 donc se positionner comme la langue de publication. omme la langue dominante dans les universits, et travers cette deuxime partie, nous avons remis en contexte la situation linguistique ns plusieurs domaines, se comporte non seulement comme la lingua franca pour ceux qui ne parlent ni le franais ni le nerlandais, comme la langue de bon compromis afin de ne pas devoir faire de choix linguistique nombre de Bruxellois dclarant matriser le nerlandais ne cesse de chuter, il augmente de mani re spectaculaire pour ceux dclarant matriser la langue anglaise. mthodologie s uivie pour conduire cette tude. 8 Sur 887 thses, seulement deux ont t crites en nerlandais.

PAGE 41

41 CHAPTER 4 MTHODOLOGIE Les principaux objectifs perceptions langagires des Bruxellois et des habitants de Bruxelles. Dans le cadre de ce Chacune de s parties retrace les divers lments qui dterminent les grandes lignes de cette enqute. Nous expliquons la raison pour laquelle la mthode du questionnaire a t choisie, La majeure partie cette tude. Les questionnaires disponibles dans les trois langues se trouvent en annexe 1 4 .1 Considrations M thodologiques Les linguiste s ont recours plusieurs mthodes pour effectuer leurs tudes sur les ; il est donc ncessaire de choisir la mthode la plus approprie en fonction du type de recherche effectue. Dans cette partie, nous prsenterons rapidement trois mthodes principales utilises en sociolinguistique et montrerai ainsi pourquoi la mthode du questionnaire semblait la meilleure solution dans le cadre de cette tude. Grce la m thode de de type locuteur masqu les locuteurs interviews ne se rendent pas compte que leur comportement rvle des perceptions linguistiques. En effet, cette technique a t dveloppe par le linguiste canadien WALLACE LAMBERT dans les annes 1960 1 Les questionnaires tant disponibles en ligne, les annexes ici sont donc des versions Word des questionnaires.

PAGE 42

42 n questionnaire. Les travaux de LAUR sur les perceptions linguistiques Montral (2001, 2014), refltent les nombreux avantages de cette mthode pour valuer les locuteurs et leurs attitudes linguistiques 2 optimale dans le cadre de cette tude pour la simple et nous ne cherchions pas ici valuer les attitudes des participants quant la manire de parler mais que ce soit. construire une discussion autour du sujet et des hypothses mises. En effet, comme TALMY le mentionne, interview research has beliefs, and orientations toward a range of phenomena (2010: 1). auraient t de nature plus qualitative ; cependant, dans le cadre de cette tude, il nous fallait des rsultats chiffrs afin de valider ou non plus pousse dans le futur. Puisque nous avons ici thses formules taient pertinentes. En effet, couter les habitants durant leur quotidien est le meilleur 2 Se rfrer au chapitre 2, point 2.1.3 pour un rappel des dfinitions des concepts.

PAGE 43

43 le relev de rsultats de frquence. mthode directe, par le biais de laquelle les personnes sont interviewes sur leur comportement et/ou leurs perceptions. Par le questionnaire, les chercheurs sont en mesure de prdfinir l es possibilits de rponses par la forme et le contenu des questions. De ce fait, la mthode par ou des hypothse(s) mise(s), par opposition la simple description de comportements, habitudes, ou donne qui se ferait par le biais des mthodes expliques ci socialement acceptables qui ne refltent que partiellement (2001 : 78). Nous verrons donc un peu plus loin dans ce chapitre les choix effectus pour viter au maximum ce risque. 4 .2 Administration du Q uestionnaire ns un ordre prcis. En effet, une questionnaire auprs de quelq ues individus qui ne connaissent pas forcment le but de la recherche autrement dit le tester avant de le mettre en ligne. Elle est donc centre sur

PAGE 44

44 toutes les questions ambigus ou refuses, de reprer les om issions, de voir si le questionnaire est jug trop long, ennuyeux, indiscret, etc. traduite 3 en nerlandais de Belgique 4 mais aussi en anglais 5 Les versions traduites o nt t traduction (contre traduction) vers la que des faux 6 Les versions tra duites en anglais et nerlandais ont galement t Les questionnaires, disponibles du 24 octobre 2016 au 4 janvier 2017, ont t distribus expliquant les raisons et les objectifs du projet, les conditions de participation, les ventuels risques encourus, la rmunration de participation et identifiant le/les responsable(s) de la 3 Alors que nous nous sommes personnellement occup e doctorante native du nerlandais (Pays Bas) a produit la traduction vers le nerlandais. 4 Le nerlandais et le franais tant les langues officielles de la ville de Bruxelles, les questionnaires se de disponibles dans les deux langues. Aussi, prcisons que l nerlandais peut porter confusion Bas. Dans le cadre de cet te tude, nous nous intressons au nerlandais de Belgique. Ainsi, le terme nerlandais dsignera la langue parle en Belgique, et nous prciserons des Pays Bas , le cas chant. 5 pose de plus en plus dans la capitale de par, entre autres, la prsence en augmentation de travailleurs qui ne parlent ni franais ni nerlandais et communiquent grce habitants de Bruxelles quant la 6 Un tudiant traductio n du effectu la re

PAGE 45

45 mail de la directri ce de recherche a t ajoute cette introduction pour galement t ajouter dans le cas o les participants auraient des questions concernant leurs droits de 4 .3 Description du Q uestionnaire Dans le cadre de sa thse finale de doctorat, LAUR cite GRAWITZ afin de prciser questionnaire est un compromis entre la ncessit d un nombre raisonnable de questions. Dans notre tude, les indicateurs des attitudes et perceptions langagires ainsi que ceux de leurs dterminants sont condenss en 20 questions, nombre suffisant pour obtenir les infor mations ncessaires la vrification de nos hypothses, mais pas trop lev, ce qui aurait pu porter le participant confusion ou lui faire perdre son intrt. importan t de dbuter par des questions qui vont donner envie aux participants de poursuivre le catgorie socio pour celui ou celle qui complte ces informations. participants soient consistantes tout le long 7 Aussi a t il fallu mticuleusement penser aux les attitudes langagires mais aussi des questions sur les perceptions. Dans cette tude, nous 7 Effectivement, si le questionnaire comporte trop de quest ions, le participant peut perdre son intrt et rpondre rapidement sans prter rellement attention aux questions, ce qui finit par fausser les rsultats.

PAGE 46

46 dtail et observer les comportements dclars en pr ofondeur. La partie principale du questionnaire se compose des questions concernant les attitudes langagires des participants (six questions) et leur perc eption concernant la position de n ferme. En effet, un participant aurait pu avoir tendance rpondre ngativement de manire catgorique une telle question directe : Parlez vous anglais la maison ? trs rarement ; cependant, dans le cadre de notre tude, un les participants peuvent ainsi nuancer leur rponse. Pour toutes les autres questions concernant les attitudes et les perceptions, le choix de rponse tait prdtermin et les questions sont donc fermes. En effet, les questions fermes sont gnralement les plus simples puisque, souvent poses sous forme interrogative, elles valuation sur une gamme de jugements prvus. Nous avons tout de mme opt pour la possibilit de commenter afin de permettre aux participants de oui ou non .

PAGE 47

47 Un e seule question de classement a t utilise, lorsque les participants devaient classer permettre de recueillir des donn es de manire trs dtaille mais peuvent galement poser problme lors du codage ou mme dcourager le participant de rpondre. Une seule question ouverte, concernant la langue primaire 8 a donc t introduite ; en effet, sachant que nous ciblions toute p ersonne ayant vcu ou vivant Bruxelles (voir les critres de participation), la langue prdtermines. Enfin, les huit dernires questions, concernant socio professionnelle, nationalit 9 etc.) sont des questions fermes. 4 .4 Le s Critres de P articipation et les O bjectifs fallu au pralable approuver le formulaire de consentement (d isponible dans les trois langues, moins six mois Bruxelles, dure qui nous paraissait suffisante pour mesurer les attitudes de la prsence dans la capitale europenne. 8 prciser que dans le questionnaire disponible en langue franaise, le terme langue maternelle a t utilis. 9 Si les participants taient de nationalit non non et de prciser lequel

PAGE 48

48 un panel de 100 participants, qui rassemblerait des Bruxellois et des Belges mais aussi des non participants o Belge wallon ils taient originaires. Effectivement, la situation spciale de bilinguisme est seulement prsente Bruxelles et ce facteur lles mme ou non peut jouer un rle sur les attitudes langagires. Nous avons galement pris le soin de demander la priode laquelle les participants ont vcu Bruxelles. Nous savons que la langue change et volue ; comme les pratiques langagires ne donne pourrait influencer les rponses des participants. 4 .5 chantillon Nous avons pris le soin de rcuprer les donnes de plus de participants que prvu afin certains cueils ; effectivement, des problmes peuvent tre rencontrs lors de la distribution, du remplissage, du codage, etc. Ainsi, aprs avoir obtenu 126 formulaires remplis, Il a t ncessaire d Sur les 107 partic ipants retenus, 44 (41%) sont des hommes et 63 (59%) sont des femmes. 72 de nos interrogs sont Belges (67%) ; parmi ces derniers, 41 sont de Bruxelles

PAGE 49

49 mme, les 31 autres provenant de manire quilibre de la Belgique flamande et wallonne. Le tableau 4 1 ci dessous rsume ces chiffres croisant le genre et le lieu de rsidence. Les 35 participants ne provenant pas de la Belgique se divisent ainsi autre pays europen 10 les quatre autres provenant des tats Unis (3) et de la Nouvelle Zlande (1). Le tableau 4 2 ci dessous rsume ces chiffres. Table 4 1 Le lieu de rsidence en fonction du genre Genre n total femmes Belges Rsidents Bruxelles Rsidents Hors Bruxelles Hommes 44 27 17 10 Femmes 63 45 24 21 Total 107 72 41 31 Table 4 2 La nationalit des participants Nationalit n Belges 72 Europens (autres pays que la Belgique) 31 Non Europens 4 Total 107 le tableau 4 3 ci 25 34 ans (30%). Les interrogs plus gs se font malheureusement rares, avec 5% de 45 54 ans et seulement 3% de 65 ans et plus, mais 10% des participants se retrouvent tout de mme dans la catgorie des 55 64 ans. Nous avons ainsi des participants de tout ge. 10

PAGE 50

50 Table 4 3 n % 18 24 40 37% 25 34 32 30% 35 44 16 15% 45 54 5 5% 55 64 11 10% 65+ 3 3% Total 107 100% Notre panel se rvle galement plutt vari et permet des rsultats pertinents 1 et 2016 ; nous pouvons ainsi nous reprsentent la situation rcente et actuelle. Table 4 4 ssde un diplme de n % Entre 6 mois et un an 10 9% Un an 8 7% Entre 1 et 5 ans 28 26% Entre 5 et 10 ans 14 13% E ntre 10 et 20 ans 19 18% 20 ans et + 28 26% Total 107 100%

PAGE 51

51 lyce professionnel, mais les 6% des moins scolariss qui sont reprsents dans notre panel se technologique) (3%). Table 4 5 n % Lyce gnral 3 3% Lyce technique (technologique) 3 3% Lyce professionnel 0 0% Bachelier (licence) 27 25% Matrise 49 46% Doctorat 25 23% Total 107 100% prsente ici 15 combinaisons de langues diffrentes, avec en tte le franais, le nerlandais de Table 4 6 La langue primaire Langue primaire n % Franais 54 50% Nerlandais 21 20% Anglais 7 7% Nerlandais/Franais 7 7% Allemand 4 4% Nerlandais (Pays Bas) 3 3% Franais/Italien 2 2% Espagnol 1 1% Franais/Anglais/Nerlandais 1 1% Franais/Bulgare 1 1%

PAGE 52

52 Table 4 6. Continued Langue primaire n % Franais/Espagnol 1 1% Franais/Turc 1 1% Galique 1 1% Nerlandais/Allemand 1 1% Turc 1 1% Sans rponse 1 1% Total 107 100% 4 .6 des D onnes directement sur le programme Excel. Cette fonction nous a ainsi permis de gagner du temps sur le facteurs sociaux Bruxelles, la langue primaire, etc. Les

PAGE 53

53 CHAPTER 5 RSULTATS ET DISCUSSION comportements dclars et les perceptions des rpondants afin de nous permettre de vrifier ou rfuter les hypothses mises. Dans ce chapitre, nous avons regroup les rsultats en trois parties distinctes. Tout attitu des dire leur comptence dclare dans les trois langues tudies ici nous focalisant, dans une sous partie, sur la s en particulier. La deuxime partie se concentre sur les perceptions quant ces trois langues sur le march linguistique. Nous essayerons en effet de voir quel(s) rle(s) les rpondants attribuent aux trois langues, et plus particulirement au(x) rle(s) dfinirons, dans une troisime partie, la place relle participants envers cette langue afin, dans une dernire sous partie, de dterminer comment les participants envisagent l e futur rle que jouera la langue anglaise sur le march linguistique bruxellois. 5 .1 Attitudes Langagires : la Comptence D clare Nous avons expliqu en dtail, dan s le deuxi me chapitre (section 2 .1.3), ce que nous entendons par attitudes langagire s Nous essayons en fait de dcouvrir la comptence des participants dans les trois arch linguistique bruxellois. Dans cette partie, nous nous penchons sur les rponses aux questions qui permettent de dfinir les comptences des participants dans les trois langues tudies dans le cadre de ce

PAGE 54

54 travail crire les attitudes langagires gnrales des rsidents bruxellois. Quelle est la langue la mieux matrise ? La moins bien matrise ? Est ? Que le nerlandais ? Est ce que les Bruxellois de naissance, d onc ns dans un environnement bilingue, matrisent le franais et le nerlandais de la mme manire ? Est ce que les Nerlandophones matrisent mieux le franais que les Francophones ne matrisent le nerlandais ? Comment les rsidents bruxellois pour langue premire ni le franais ni le nerlandais valuent ils leur comptence dans ces deux langues : les matrisent ils les deux de la mme manire, matrisent ils au moins une des deux, ou utilisent ? Les participants ont d mesurer leur niveau 1 quivalent un natif (Figure 5 1 puisque ce sont deux que la comptence crite sera quivalente, et inversement. Figure 5 1 ans les trois langues tudies 1 couramment matrise trs bien au dessus de 8/10 et bien si la note correspond au moins 7/10.

PAGE 55

55 Dans la dernire sous partie, nous attacherons une importance particulire la frquence ; en effet, nous essayons, dans linguistique bruxellois et il est donc primordial de comprendre comment et o il est utilis : est il plutt prsent sur le march du travail ? la maison ? Dans la s phre publique ? Voici les questions sur le squelles nous nous pencherons. 5 A nglais 5 .1.1.1 Matrise du franais Notre panel dclare matriser le franais de manire excellente. En effet, 65% de nos cend au dessous de cette note. Sur ces 70 personn es, 58 sont francophones (82,9%) 2 Les participants qui se sont attribu les notes les moins leves sont nerlandophones. Cependant, nous avons dj prcis que le panel matrise bien, voire trs bien le franais. Ainsi, les notes les moins leves r eprsentent tout de mme des notes moyennes de 7/10, ce qui reste donc une comptence leve. Sur un total de 21 Nerlandophones 3 dans notre panel, trois Attardons nous un instant sur la situation des bili ngues franais/nerlandais. Quatre 2 francophone ici, nous prenons en compte les Franco que le franais pour langue primaire mais aussi les Franco phones bilingues ou trilingues (franais/nerlandais, mais aussi franais/autre(s) langue(s)), tant que le franais est une des langues primaire s ) 3 que le nerlandais pour lan gue primaire.

PAGE 56

56 quant la matrise orale du franais 4 quant la matrise orale du ; ces participants font donc dominante. Quant aux 14 participants qui ne sont ni francophones ni nerlandophones, leur nive au de autre langue officielle de la ville. matrisent le franais oral de manire exce eux ont le franais parmi leur combinaison de langue(s) primaire(s). Ces rsultats ne semblent pas tre curi eux ; effectivement, la langue franaise crite 5 5 .1.1.2 Matrise du nerlandais Les chiffres changent de manire remarquable quant la matrise du nerlandais et notre panel dclare tre moins comptent dans cette langue. Effectivement, seulement 26 de nos 4 5 Franoise GADET rappelle, lors du colloque sur la relation entre les discours crits et oraux, la distinction entre ces deux pratiques. Pour une explication plus dtaille de ces distinctions, consultez Gadet, F. 1996. Une distinction bien fragile : oral/crit. Dans Revue Tranel (Travaux neuchtelois de linguistique) 25, 13 27

PAGE 57

57 65% pour le franais. 23 de ces 26 person nes sont nerlandophones 6 elles sont francophones, originaires de Bruxelles. Proportionnellement, il semble donc que les Francophones matrisent moins le nerlandais que les Nerlandophones ne matrisent le franais 7 En effet, au cun Nerlandophone ne dclarait possder une comptence orale du 5/10 quant la matrise du nerlandais 8 La plupart des Francophones qui ont dclar matriser l e 9 il nerlandais ? Nous avons donc analys la comptence dclare suprieure 8/10 10 en fonction de la langue primaire afin de comprendre les attitudes des participants envers les langues en question dans cette tude (Figures 5 2, 5 3, 5 4 et 5 5 ). Comme nous officielle alors que les Nerlandophones ont tous une matrise au moins qualifie de suffisante du franais (Figures 5 1 et 5 2). Ef fectivement, nous avions dj mentionn, dans 6 Nous procdons ici de la mme manire que pour les Franco phones : les N erlandophones compts o nt au moins le nerlandais dans leur combinaison de langue primaire Ici, les 23 personnes incluent 16 N erlandophones avec que le nerl andais pour langue primaire, quatre b ilingues franais/nerlandais, un bilingue nerlandais/allemand et deux N erlandoph ones des Pays Bas. 7 En effet, 14,2% des N Franco phones 8 Huit de ces personnes sont pourtant originaires de Bruxelles et ont donc toujours vcu dans le contexte de bilinguisme qui caractrise leur ville. 9 Prcisons tout de mme que 13 de ces personnes sont de France et ne sentent donc srement pas affects par cette situation de bilinguisme, d la prdominanc e du franais Bruxelles (voir section 3.1). 10 de la langue

PAGE 58

58 le chapitre trois (section 3 franais par rapport la comptence des Francophones en nerlandais (VAN PARIJS, 2007 : 3). Le rsultat le plus dire les Anglophones et les autres). Effectivement, ils anglais comme langue vhiculaire Bruxelles) matriser le nerlandais, 71% des Anglophones et 51% des autres dclarent avoir une trs bonne matrise du franais (Figures 5 4 et 5 5). Nous avons nerlandais. Figure 5 2. Comptence dclare suprieure 8/10 des Francophones en nerlandais et en anglais 5% 49% 10% 54% NERLANDAIS ANGLAIS oral crit

PAGE 59

59 Figure 5 3. Comptence dclare suprieure 8/10 des Nerlandophones en franais et en anglais Figure 5 4. Comptence dclare suprieure 8/10 des Anglophones en franais et en nerlandais 68% 68% 41% 64% FRANAIS ANGLAIS oral crit 71% 0% 71% 0% FRANAIS NERLANDAIS oral crit

PAGE 60

60 Figure 5 5. Comptence dclare suprieure 8/10 des non Francophones, non Nerlandophones et non Anglophones en franais, en nerlandais et en anglais le compte du fait du nerlandais 5 .1.1.3 compar 24,5% pour le nerlandais et 65% pour le franais (Figure 5 6), et sept de ces 18 participants dclarent la majorit ne pas trs bien matriser le nerla ndais, voire ne le matrisent 51% 0% 100% 51% 0% 100% FRANAIS NERLANDAIS ANGLAIS oral crit

PAGE 61

61 itivement jouer le rle de langue seconde partage par tous les individus qui ne le matrisent peu ou pas du tout (cf section prcdente et Figures 5 2, 5 3 et 5 souvent voir e tous les jours (voir section 5 .1.2.). fois de plus que le nerlandais semble perdre de son importance sur le march linguistique matris de manire excellente, mais contrairement 5 7 montre nos participants se aucune connaissance de la langue. Figure 5 6. 65% 24.50% 17% franais nerlandais anglais

PAGE 62

62 Figure 5 7. nais, en anglais et en nerlandais 5 .1.1.4 Brves conclusions Du point de vue de la comptence, le franais se voit tre la langue la mieux matrise : plus de personnes valuent avoir une bonne voire une excellente comptence en franais compar au ner erlandais est la langue la moins matrise en gnral. En effet, les non Francophones et les non Nerlandophones de suprieur leur niveau de nerlandais. De plus, bien que les Nerlandophones soient ceux qui franais bien voire trs bien (aucune note ne descend en dessous de 5/10). En revanche, les Francophones sont bien moins bons en nerlandais que les Nerlandophones ne le sont en franais. 0% 0% 23.40% franais anglais nerlandais

PAGE 63

63 Ainsi, nous avons dmontr que bien que le nerlandais soit mieux matris la us de participants. Dans une seconde partie, nous nous concentrons sur la frquence et les contextes 5.1.2 sage de nglais en anglais, on remarque une diffrence dans la frquence de leur usage. Effe (34%) et deux quatre fois par semaine (32%). Cependant, moins de rpondants dclarent ne plutt Table 5 1 Frquence O ral crit Jamais 12% 21% Une fois 34% 18% Deux quatre fois 32% 24% Tous les jours 22% 35% 0% 2% Total 100% 100% Aucun facteur ne semble tre pertinent pour expliquer ces chiffres. Bien que nous puisque toutes les

PAGE 64

64 : la tableau 5 2 ). la maison, presque personne ne le parle quotidiennement, ce qui montre le caractre vhiculaire de la langue anglaise. Nanmoins, il est intressant de noter que sur les 8% des personnes qui le parlent tout le temps la maison (neuf personnes), seul eux sont anglophones, cinq autres tant francophones, un nerlandophone et un trilingue France. Il doit donc srement y avoir des raisons extrie ures (telle une union mixte, par exemple) montre le caractre mu lticulturel et multilingue de la ville de Bruxelles : le fait que des nous allons le dmontrer dans la partie suivante, la langue dominante de la ville. souvent , 22,4% quelquefois , et 15% tout le temps . Seulement 13% dclarent ne jamais rarement semble donc indniablement jouer un rle important sur le march du travail. Comme nous 11 inent et prouve ainsi que tous les participants qui dclarent utili ser souvent 11 Notre panel ne comprend que deux retraits.

PAGE 65

65 ts. En effet, nous supposons ici que nos deux participants retraits ont rpondu en consquence de leur ; ainsi, un panel qui comprendrait plus de retraits nous permettrait de faire une comparai son diachronique. tout le temps . langue essentielle pour communiquer avec des quelquefois et 35% en font usage souvent jamais . Table 5 2 Frquence e Contexte Frquence la maison Au travail/ Dans la sphre publique Toujours 8% 16% 3% Parfois 14% 49% 35% Quelquefois 11% 22% 43% Rarement 31% 8% 17% Jamais 34% 5% 2% 2% 0% 0% Total 100% 100% 100% officielle de Bruxelles, semblent faire partie intgrante de la vie des rsidents bruxellois, surtout dans le souvent .

PAGE 66

66 Maintenant que nous avons tudi les attitudes langagires de nos participants, nous nous intresserons, dans une deuxime partie, aux perceptions quant au rle des trois langues sur le march lin 5.2 Les Perceptions Linguistiques Q uant au Rle des Trois Langues sur le March Linguistique B ruxellois Par attitude , nous nous penchions sur la comptence dclare de mmes dans chaque langue. chacune des langues sur le march linguistique bruxellois. Certains pourrai ent tre sceptiques perceptions sont en effet compltement subject ives, mais comme le dfend LAUR les perceptions ne dpendent pas de la seule subjectivit indiv iduelle, du libre choix intrioris et arbitraire, indpendant de tout facteur (2001 est largement admis que les [perceptions] linguistiques sont pour la plupart partages et seulement marginalemen t individualises. Le partage suggre plutt une forte porte sociale et probablement systmatique des [perceptions] (2001 : 83). Ainsi, si notre panel ne reprsente les est suffisant afin de se reprsenter une ide gnrale des perceptions des rsidents bruxellois. 5.2.1 Le Classement des Trois Langues Selon leur I mportance Puisque trois de nos participants ont volontairement dcid de ne pas rpondre cette question, notre panel consiste en 104 rpondants ici. Cependant, nous avons fait le choix ait une erreur de

PAGE 67

67 frappe lors de la compltion du questionnaire ; en effet, il semble avoir oubli de placer une des langues en premire position 12 De manire gnrale, le franais a t plac la premire position en tant que langue importante Br trs prs la deuxime position en tant que premire langue importante, puisque la diffrence entre ces deux langues est seulement marque par deux individus de plus (6,6% de s participants 13 ). Table 5 3 Classement des langues selon leur importance (N=103) 1 e place 2 e place 3 e place Franais 93 (88,6%) 9 (8,7%) 1 (1%) Nerlandais 5 (4,8%) 51 (49,5%) 47 (46,5%) Anglais 7 (6,6%) 43 (41,8%) 53 (52,5%) e (trois Nerlandophones), nerlandais. Seulement une personne sur tout le panel a positionn le franais en dernire position. Ce chiffre presque insignifi ant semble avoir du sens puisque nous avons dj vu que la position du franais est acquise Bruxelles, mais il semble donc intressant de se pencher sur ; quelles peuvent tre les raisons de cette perception ? Cette participante est une native du nerlandais et, bien 12 uxime position et le franais et le nerlandais en troisime position. 13 En chif fres pleins, cela correspond cinq rpondants qui ont plac le nerlanda is en premire position contre sept seulement deux personnes permettent de fair e une distinction entre la position du nerlandais et que premire langue importante.

PAGE 68

68 n excellent niveau en anglais (9/10 est devenue plus contredit alors sa pense de dpart. Nous avanons ici deux raisons pour les quelles cette participante a pu donner une telle rponse seconde langue officielle BLONDEAU avait aussi relev le rayonnement international : 101). Au total, nous avons mentionn que seulement cinq personnes ont plac le nerlandais en sont nerlandophones 14 nerlandais 15 Alors que ce rsultat semble dj trs faible, tant donn que le nerlandais est la seconde langue officielle Bruxelles, il est intressant de remarquer que seulement trois des 21 Nerlandophones qui composent notre panel placent leur langue primaire comme la plus importante Bruxelles. 14 ; il serait donc ventuellement p ossible que leur perception ai t chang 15 Ce pa rticipant bilingue est originaire de la partie flamande mais habite Bruxelles depuis plus de 20 ans.

PAGE 69

69 personne, cependant, nie galeme rpondants qui ont plac le nerlandais en premire position (un Francophone et un bilingue franai s/nerlandais) ont galement plac le franais ex aequo avec le nerlandais. Ils estiment puisque les langues ont toutes deux un statut de langue officielle. Il ne pas avoir eu plus de rponses telles que celles ci, surtout venant de la part des bilingues franais nerlandais (qui composent 7% de notre panel). Cependant, le nerlandais reste la langue considre comme plus importante aprs le cette position puisque seulement huit personnes de plus ont cho isi de placer le nerlandais en que les rsidents bruxellois ont entre le franais et les deux autres langues : le franais reste indniablement considr comme la langue premire Bruxelles, bien devant le nerlandais et srement d son statut t de mme 46,5% de nos participants ont plac le nerlandais en tant que langue moins importante Bruxelles. Nous mettons trois hypothses pour expliquer ces rsultats : (i) ces rpondants sont des non Belges et/ou des non Bruxellois et/ou (ii) des indiv idus

PAGE 70

70 ncessit du nerlandais 16 langue primaire et nous avons vu que les non Francophones et non Nerlandophones ont nerlandais (voir section 5. 1.1.), donc accordent beaucoup moins, voire aucune importance au nerlandais. Aprs analyse, seulement (hypothse (i)), il en est de mme pour les Belges : les non Belges reprsentent 40,4% de ceux qui ont p lac le nerlandais en dernire position alors que plus de la moiti sont Belges (59,6%) tale. La nationalit es entre six mois et cinq ans et un peu plus de la moiti (53,2%) habitent ou ont habit Bruxelles entre cinq ans et plus de 20 ans, ce qui se vaut quelques points prs. Cependant, la langue primaire semble dfinitivement tre un dterminant de la perc En effet, alors que cinq participants nerlandophones sur 21 ont class leur langue pour langue primaire ni le franais n i le nerlandais (23,4%) 17 et quatre sont bilingues franai s nerlandais (8,5%) ( tableau 5 4 16 En effet, le nerlandais tant une langue officielle de la ville, il est extrmement important rien que sur le march du travail par exemple. 17 : 5 Anglophon es sur les 7 au total, 3 Germano phones sur 4, 1 Nerlando phone des Pays Bas sur 3 et un Turco phone (qui est le seul).

PAGE 71

71 langue, ma langue officielle et donc ncessaire. Nous avons effectivement dmontr que les Francophones ne matrisent que trs peu le nerlandais et reprsentent entre 85% et 95% de la population bruxelloise Francophones et non Nerlandophones qui ont plac le nerlandais en troisime position reprsente 64,7% de la totalit de ce groupe. Ils accorden nerlandais (voir section 5. que premire langue imp individu qui ne possde ni le franais ni le nerlandais comme langue primaire aurait tendance buer ; c ependant, au niveau plutt local, et attribuent ce rle. Table 5 4 Participants ayant plac le nerlandais en troisime position en fonction de leur la ngue primaire Langue primaire n % Franais 27 57,5 Nerlandais 5 10,6 Bilingues FR NL 4 8,5 Ni franais ni nerlandais 11 23,4 Total 47 100 La dernire donne sur laquelle nous aimerions nous attarder concerne les participants

PAGE 72

72 mentionn, il est clair que le rle du franais est dfinitivement acqui absolument pas remise en question par tous, a du mal se hisser au mme niveau que le franais. Ainsi, il semble intressant de se pencher sur les raisons qui pourraient ame ner des rsidents bruxellois placer le franais en ante et le nerlandais et le franais. Les six autres incluent le Galicophone 18 un Germanophone, trois Francophones et un bilingue franais effectivement faire partie de leur vie quotidienne, ce qui pourrait justifier ainsi l eur rponse; en que ce soit tres assez souvent, et ce surtout au travail et dans la sphre principalement occupes par le travail et les communications dans la sphre publique. Cependant, leu r rponse ne concorde pas avec leur dclaration un peu plus loin dans le langue essentielle (voir sectio n 5. ncessaire que le franais (voir sections 5. 2.3.1. et 5. 2.3.2.). 18 Mller, V. 2000. The Nord . Dans Revue Tranel (Travaux neuchtelois de linguistique) 32 183 196.

PAGE 73

73 ion de bilinguisme participants la Francophone dans ce cas ci explicatives. En fait, aprs analyse de ces sept rsultats, une seule personne semble tre rgulire dans en Avant de passer la partie suivante, rappelons brivement les conclusions apportes la suite de cette analyse. Nous avons incontestablement dmontr que le franais conserve la premire position en tant que langue importante Bruxelles, suivi du nerla ndais puis de ventuellement se placer en tant que deuxime langue la plu s importante dans le futur. pourtant une langue officielle. Surtout, nous avons montr que presque la totalit des non Francophones et non

PAGE 74

74 5 .2.2 : une Langue Considre E ssentielle Bruxelles ? Nous savons main linguistique et sa position ne cesse de crotre. La question pose nos participants quant leur ntielle pouvaient ajouter leur rponse ferme oui ou non fait de bien comprendre leur perception. Les rsultats sont clairs essentielle, contre 40% de rponses ngatives. perceptions rside dans la langue primaire d es participants. Cependant, cette hypothse ne se possdent ni le franais ni le nerlandais pour langue primaire, ils ont tous dclar la majorit s joue un rle essentiel Bruxelles. En revanche, moins de la moiti des Anglophones (trois sur sept) ont rpondu positivement la question. En effet, nous pourrio ns penser que les personnes en ge de travailler sont celles les plus e les : 52,4%

PAGE 75

75 En effet, i ls donnent plus de renseignements sur les choix de rponse et montrent ainsi que les pourcentages ne reprsentent pas toujours fidlement les perceptions. Effectivement, bien que e langue essentielle pour y vivre imp ortante en complment du franais et du nerlandais tue les autres langues et est une menace majeure pour le nerlandais 19 des langues officielles. is comme une langue essentielle renseignent galement de manire bien plus dtaille et nous permettent ainsi essentiel principalement par la prsence des institutions europennes dans la capitale, mais est galement considr comme dsirable pour de travail. comporte comme une langue neutre cause de la dualit entre le franais et le nerlandais. 19 Traduit du nerlandais par nous.

PAGE 76

76 vhiculaire entre les Belges et les non bon compromis intra belge et inter (commentair essentiel que ce soit dans le domaine du travail ou da ns la vie sociale, ceux qui ne considrent march du travail. Quelles relations peroivent ? Et est ce sur quoi nous allons nous attarder dans la partie ci dessous. 5.2.3 erlandais langue essentielle ont pu rpondre aux q uestions 20 mme niveau que le franais et au mme niveau que le nerlandais. En effet, nous supposons que nglais au mme niveau que les deux langues officielles. Nous incluons cependant dans ces rsultats les rponses aux deux autres questions, auxquelles tous les le franais et/ou plus ncessaire que le nerlandais. 5 montr que la 20 Une personne a choisi de ne pas rpondre la question.

PAGE 77

77 section 5. 2.1 ). En effet, la question suivant e, seulement quatre rpondants (3,8%) dclarent dessous sur ces quatre rpondants. reste un po premire place lors du classement des trois langues, huit lui avaient donn la deuxime place La langue anglaise eci expliquerait donc la raison pour laquelle me niveau que le franais travail pour ces personnes, mais le franais reste la langue la plus importante et ncessaire dans la vie quotidienne, en dehors peut tre du travail. dj dit, la place du franais est acquise ; ainsi, quelles pourraient ncessaire que le franais ? La nationalit ou la langue primaire ne semblent pas tre des f acteurs : trois sont s son origine). Cependant, ils ont tous les

PAGE 78

78 leur vie, et pas seulement au travail, ce qui pourrait expliquer leur point de vue sur la ncessit de 5 anais. Effectivement, bien que les chiffres soient les mmes 77% nerlandais de manire tout fait indniable. question du classement des langues (voir section 5. 2.1.) et la moiti de la totalit des participants qui dclaraien 62%) et effectivement, de plus en plus ncessaire, voire plus ncessaire que le nerlandais. 5 .2.3.3 Conclusions Rappelons brivement les points importants soulevs dans cette seconde partie. soit utilis par beaucoup tous les jours au travail et souvent dans la sphre publique, il ne remet

PAGE 79

79 5.3 nglais attitudes et les perceptions langagires des Dans cette troisime et dernire partie, nous allons donc a nalyser la situation actuelle de Bruxelles et examiner quelles prdictions font les participants quant son futur rle dans la capitale. 5.3.1 Vivre Bruxelles en ne P arlant q : Est Ce P ossible ? Sans aucun doute, la rponse es t positive catgorique q mble plutt un non mais oui non confusion, puisque deux des rpondants du non natifs anglophones que l angue vhiculaire.

PAGE 80

80 oui en particulier, qui ajoute : easily [to live in Brussels if you only speak English] most work h as a necessity 21 . Le participant derrire ce commentaire est un cadre anglophone, qui a habit entre un et cinq ans Bruxelles, entre 7/10 pour la pratique ora ralit europenne occupant auparavant une place premire, a indniablement perdu de son statut et n e semble mme plus tre une langue ncessaire pour travailler dans les institutions. parfaitement ll activits (sports, culture, travail, etc.) et amis 22 rpondu positivement ressentent le besoin de prciser que selon eux, il serait difficile, pour les individus qui ne matriseraient n vie bruxelloise ce qui mnerait donc une exclusion de la vie sociale, commentaire qui rejoint celui des fervents du non . De manire gnrale, 55% de nos participants connaissent des individus Bruxelles qui du parlement europen, tudiants Erasmus, tudiant s ou encore chercheurs, mais utilisent 21 la plupart des emplois dans le quartier europen ne requirent pas la matrise du franais (no tre traduction). 22 Notons au passage full au lieu de la francisation plein de , qui rappelle, comme u au Canada francophone.

PAGE 81

81 Bruxelles, il aurait t utile de leur demander de prciser la langue primaire de ces derniers. connai t. Cependant, mme si ce sont plutt les jeunes qui connaissent des individus qui ne se tant des personnes actives sur le march du travail ( tableau 5 5 ). Table 5 5 Catgorie professionnelle des participants connaissant des individus qui ne parlent Catgorie professionnelle n % 1 1,7 Personnes actives 29 49,1 tudiants 22 37,3 Autres 7 11,9 Total 59 100 aucune des langues officielles, situation qui semblerait impossible Paris par exemple, et montre nne. Cependant, comprenons bien peroivent comme une langue supplmentaire au franais (et au nerlandais dans certains cas). 5 .3.2 Langue par D faut Dans une v ille bilingue, o une troisime langue semble galement jouer un rle important, il nous semblait intressant de savoir dans quelle langue les rsidents bruxellois ?

PAGE 82

82 La p nerlandais (4%) devant, tout en restant loin derrire le franais. Parmi les 88 personne 46 qui ont pour langue primaire le franais 23 (85% de la totalit des Francophones), 18 le nerlandais 24 nerlandais (sur un total de sep t bilingues), les trois Nerlandophones des Pays Bas et la totalit des Anglophones. Tous les s favorisent la langue dominante de la ville plutt que leur langue primaire. Notons galement que tous les S tendance possder un niveau trs mdiocre en nerlandais (voir section 5. 1.1.2 .), mais dans ce cas que la langue primaire de notre part : pourquoi le ? 23 Nous incluons ici les Franco phones qui ont le franais pour seule langue primaire mais aussi les bilingues qui ont le franais et une autre langue que le nerlandais. 24 Nous incluons ici les Nerlando phones qui erlandais en tant que langue primaire mais aussi les bilingues qui parlent nerlandais et une autre langue que le franais.

PAGE 83

83 en anglais : on compte 12 Francophones, un Nerlandophone, un bilingue franais nerlandais et un Germanophone sont des jeunes entre 18 et 34 ans. Pourrions ? En effet, certaines universits proposent des programmes en anglais (VUB par exemple) ; ne parlant donc ni l e vhiculaire. Cependant, dans ce cas autres tant des personnes actives sur le march du travail. Co mment pouvons nous donc ; effectivement, comme le constate Daniel LAROCHE, le grand nombre de r sidents bruxellois qui ne parlent ni franais ni le nerlandais les accueille en anglais dans le plus grand nombre possible de lieux publics (2011 : 2). Il est intressa meilleur niveau quant la matrise du franais. Il est donc clair que ces 15 individus utilisent ancophones en question (12 sur les 15) dclarent tous sans exception avoir une comptence orale du nerlandais trs mdiocre (qui ne dpasse pas 4/10) en tant que lingua franca afin de ne pas d 25 25 La majorit sont, en plus, Belges et originaires de Bruxelles mme.

PAGE 84

84 Francoph ones qui dclareraient avoir une mdiocre connaissance et du nerlandais, et de les adolescents et les jeunes adultes prennent un plaisir manifeste utiliser des vocables anglo (2011 les Nerlandophones et les Francophones pui sque le bilingue franais nerlandais choisit pourtant la perfection. des inconnus. En tant que capitale bilingue, nous aurions pu penser que le nerlandais serait la s trangers, mais aussi entre les Nerlandophones et Francophones. 5 nglais Bruxelles linguistique bruxellois ne cessent de crotre. En effet, 60% de nos participants avaient dclar anglais. Vu les rsultats analy progression ; il fait dfinitivement partie des langues utilises et ncessaires sur le march linguistique Bruxelles. es prochaines

PAGE 85

85 considrablement rapide est que mme les participants de 65+) : la variation des phnomne. En revanche, bien que considre comme une langue importante, essentielle et officielle que les personnes nerlandophones et proviennent originellement de Belgique. tonnamment, aucun participant ayant une autre langue primaire que le franais ou l cette question ; tonnamment quel poin t ce phnomne est dfinitivement ancr sur le march linguistique bruxellois puisque voudraient en faire une langue officielle de la ville. Nous avons vu, au tr fait plus aucun doute, et plus personne ne peut ignorer son importance. Bruxelles semble tre m me par les Francophones et Nerlandophones ; il est ainsi trs rare que les rsidents ne le

PAGE 86

86 Nerlandophones et Francophones, mais aussi avec les individus qui ne matr isent ni le position du franais en tant que langue dominante, quant lui, reste bien acquise et il faudra rattraper. Les rsultats obtenus dans ce chapitre nous montrent le caractre instrumental de la langue anglaise ; en effet, contrairement au franais et au nerlandais qui prsentent tous deux un st pas question de quelconque enjeu pour aussi une valeur socio enjeu identitaire sur le plan national, en faire une langue officielle ne semble pas ncessaire. Pour reprendre les concepts expliqus au dbut du deuxi me reconnue sur le plan de la politique linguistique.

PAGE 87

87 CHAPTER 6 CONCLUSIONS ET DISCUSSIONS Tout au long de ce dvelo ppement, nous avons donc essay de dterminer, au travers perceptions langagires des rsidents bruxellois, la place et le rle le franais et le nerland ais. Nous avons en effet tent de rpondre aux questions de recherche suivantes il du franais et du nerlandais, les deux langues officielles ? Est rattrape le franais ? Serait il sur le point de dpasser le nerlandais, ou est ce dj le cas ? Le nerlandais est il toujours si essentiel ? Est il toujours considr comme essentiel ? Comment les rsidents bruxellois peroivent ils la ? Comment peroivent ils son futur rle dans la capitale belge ? majeurs dans le cadre de cette tude : le march linguistique et replacer les langues tudies en contexte. D au caractre multilingue de la capitale, des politiques linguistiques ont t mi ses en place afin de rguler le statut des langues parles par les 1962 Bruxelles possde un statut bilingue franais nerlandais officiel ; ainsi, sur le plan politique, ces deux langues sont considres comme tout fait quivalentes et possdent la mme valeur. La situation est cependant tout autre contexte, les langues sont en comptition puisque ce sont prcis ment les locuteurs eux mmes variations dans les estims, la population est compose en majorit de Francophones (environ

PAGE 88

88 85%), les Nerlandophones ne correspondant des langues, le franais reste la langue la mieux matrise et nos rsultats confirment les dires de VAN PAR IJS, qui affirmait que les Nerlandophones matrisent bien mieux le franais que les Francophones ne matrisent le nerlandais (2007 franais ni le nerlandais en tant que langue primaire tendent favoriser l franais et dclarent ne possder aucune connaissance en nerlandais. Ces diffrentes raisons nerlandais. Le franais reste ainsi la langue premire de la ville, son statut tant dfinitivement acquis : nos participants ne remettent pas en doute son importance primordiale sur le march parallle, la langue anglaise a progressivement fait son entre sur ce fameux march linguistique Aprs avoir explor la situation de la place des langues sur le march linguistique et leur nt de vue historique (chapitre 2 ), nous avons examin la situation contemporaine travers une revue de s tudes antrieures (chapitre 3 ) et une tude empirique au tats de 107 rsidents bruxellois en janvier 2017 quant leurs attitudes et perceptions langagires des trois langues principales sur le march linguistique ce qui nous a permis de dfinir de manire plus prcis important que le nerlandais pr

PAGE 89

89 langue vhiculaire primaire Bruxelles, permettant ceux qui ne mat risent aucune des langues officielles de communiquer, mais aussi la langue de bon compromis entre rsidents francophones de LABEAU, qui, il y a moins de 20 ans de cela, affirmait (1999 : 123) : il le cas pour bon nombre de rsidents actuels. La langue anglaise a pris une telle ampleur sur le incipalement au travail. Bien que le franais et le nerlandais soient normalement les deux langues requises pour travailler Bruxelles, MACHONIS, entre autres, prcise que le trilinguisme franais nerlandais anglais est presque nce ssaire pour trouver du travail (2008 : 1141) et les multilingues, mais auss i pour trouver du travail. Cependant, il est important de garder en tte que nous parlons toujours du march linguistique linguistique mais conserve une valeur instrumentale. En revanche, les valeurs identitaire et politique et de devenir une langue officielle. Les rsidents bruxellois ne mettent donc pas en jeu leur ide d e communication et de travail.

PAGE 90

90 progresse rapidement. Il serait ainsi utile de prcisment explorer les valeurs attribues chacune de ces trois langues afin de voir si le caractre purement instrumental et symbolique (surtout chez les faudrait aussi reproduire certaines tudes qui ont t conduites par le pass anglicismes dans le franais parl de Bruxelles. Des donnes plus rcentes nous permettraient de procder une comparaison diachroniqu q l pourrait y avoir des comme le nerlandais ou le franais dans ce cas les locuteurs ten que tout le monde peut parler plus ou moins bien et tout de mme se faire comprendre afin de communiquer. De ce fait, il se pourrait que les rsultats quant la comptence dclare puissent

PAGE 91

91 tre fausss d ce facteur et il ne serait pas inutile de le prendre en compte d ans une recherche future. europenne (le Brexit). En effet, nous avons vu que : Danuta Hbner, la tte du Parlement europen, a dclar, suite la dcision du rfrendum : official language. The Irish have notified Gael ic, and the Maltese have notified Maltese, so you (WEBSTER, 2016). Deux interrogations se posent suite cette dclaration ce est march linguistique bruxellois xelles cause de son caractre instrumental et vhiculaire sur la scne internationale et non pas seulement fonctionnaires europens mais aussi de la langue de bon compromis intra belge ; il serait donc un phnomne observer de prs : les rsultats de cette recherche nous montrent que cette

PAGE 92

92 APPENDIX A QUESTIONNAIRE FRANAIS 1. Combien de temps avez vous habit Bruxelles / Depuis combien de temps habitez vous Bruxelles ? Entre 6 mois et un an Un an Entre 1 et 5 ans Entre 5 et 10 ans Entre 10 et 20 ans 20 ans et + 2. Dterminez la priode laquelle vous avez habit Bruxelles (cochez toutes les rponses valables) A vant 2000 Entre 2000 et 2005 Entre 2006 et 2010 Entre 2011 et 2016 3. Quelle est/quelles sont votre/vos langue(s) primaire(s) ? sur une chelle de 1 10 (1 tant ne parlant pas un mot et 10 tant un niveau quivalent un natif) Franais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Nerlandais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Anglais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 sur une chelle de 1 10 (1 tant aucune connaissance crite et 10 tant un niveau quivalent un natif) Franais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Nerlandais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Anglais : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6. Dans quel ordre classeriez F ranais, nerlandais, anglais F ranais, anglais, nerlandais N erlandais, franais, anglai s N erlandais, anglais, franais

PAGE 93

93 A nglais, nerlandais, franais A nglais, franais, nerlandais par semaine lorsque vous tes (tiez) Bruxelles : J amais U ne fois D eux quatre fois T ous les jours par semaine lorsque vous tes (tiez) Bruxelles : J amais U ne fois D eux quatre fois T ous les jours 8. Dans les contextes suivants, dtermine par semaine lorsque vous tes (tiez) Bruxelles : a) la maison T oujours S ouvent D e temps en temps R arement J amais T oujours S ouvent D e temps en temps R arement J amais c) Dans la sphre publique (en vacances, avec des inconnus dans la rue, avec des individus qui parlent une autre langue que la vtre par exemple) T oujours S ouvent D e temps en temps R arement J amais 9. En gnral, quelle langue utilisez vous lorsque vous vous adressez un inconnu Bruxelles ? F ranais N erlandais A nglais

PAGE 94

94 10. Connaissez ? O ui N on Commentez ___________________________________________________________________ 11. Pensez vous ? Oui Non Commentez ___________________________________________________________________ 12a. Pensez ? Oui Non Commentez __ _________________________________________________________________ 12bi. Si vous avez rpondu oui 12a. mettez Oui Non 12.bii. Si vous avez rpondu oui 12a. mettez e le nerlandais ? Oui Non 13a. Pensez ? Oui Non 13b. Pensez Oui Non ? Oui Non Je ne sais pas 15. Pensez langue officielle Bruxelles ? Oui Non Je ne sais pas

PAGE 95

95 16. Dterminez votre sexe : Femme Homme 18 24 25 34 35 44 45 54 55 64 65+ : cole secondaire gnrale cole secondaire technique cole secondaire professionnelle Bachelier universitaire Master Doctorat Autres (prcisez) : ____________________ 19. Dterminez votre catgorie professionnelle Agriculteurs exploitants Cadres Professions intermdiaires Employs Ouvriers Retraits En cong parental tudiant Autres (prcisez) : ____________________ 20a. Dterminez votre nationalit Belge Autre pays europen (prcisez) : ______________ Non europen (prcisez) : __________________ 20b. Si vous tes Belge, tes vous de Bruxelles ? Oui Non 20c. Si vous avez rpondu non vous ? __________________

PAGE 96

96 APPENDIX B QUESTIONNAIRE N ERLANDAIS 1. Hoe lang woonde u in Brussel/ Hoe lang woont u al in Brussel? 6 maanden tot een jaar Een jaar 1 5 jaar 5 10 jaar 10 20 jaar Meer dan 20 jaar 2. Wanneer woonde u in Brussel? (Markeer alle mogelijke antwoorden) Voor 2000 Tussen 2000 en 2005 Tussen 2006 en 2010 Tussen 2011 en 2016 3. W at is/zijn uw moedertaal/talen? ________________________________________________________________________ 4. Beoordeel uw mondelinge niveau in Frans, Vlaams en Engels op een schaal van 1 tot 10 (1 betekent dat u de taal niet spreekt en 10 betekent dat u (bijna) op het niveau van een moedertaalspreker zit) Frans: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Vlaams: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Engels: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 5. Beoordeel uw schriftelijke niveau in Frans, Vlaams en Engels op een schaal van 1 tot 10 (1 betekent dat u geen woord kunt schrijven en 10 betekent dat u (bijna) op het niveau van een moedertaals preker zit) Frans: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Vlaams: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Engels: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6. Bepaal de vol gorde van Frans, Vlaams en Engels gebaseerd op hun belang in Brussel (van meest belangrijk naar minst belangrijk) Frans, Vlaams, Engels Frans, Engels, Vlaams Vlaams, Frans, Engels Vlaams, Engels, Frans Engels, Vlaams, Frans

PAGE 97

97 Engels, Frans, Vlaams 7a. Bepa al hoeveel schriftelijk Engels u per week gebruikt (of gebruikte toen u in Brussel was) Nooit Een keer Twee tot vier keer Iedere dag 7.b Bepaal hoeveel mondeling Engels u per week gebruikt (of gebruikte toen u in Brussel was) Nooit Een keer Twee tot vier keer Iedere dag 8. In de volgende situaties, bepaal hoeveel Engels u per week gebruikt (of gebruikte toen u in Brussel was) a) Thuis Altijd Vaak Soms Nauwelijks Nooit b) Op het week/op school Altijd Vaak Soms Nauwelijks Nooit c) In het openbaar (op vakantie, met vreemden op straat, met mensen die een andere taal spreken) Altijd Vaak Soms Nauwelijks Nooit 9. Welke taal gebruikt u doorgaans wanneer u met een vreemde praat in Brussel? Frans Vlaams Engels 10. Kent u mensen in Brussel die alleen Engels spreken?

PAGE 98

98 Ja Nee U itleg: __________________________________________________________________ 11. Denkt u dat het mogelijk is om in Brussel te wonen als u alleen Engels spreekt? Ja Nee U itleg: __________________________________________________________________ 12a. Denkt u dat Engels een essentile taal is in Brussel? Ja Nee U itleg: __________________________________________________________________ plaatst u Engels op hetzelfde niveau als Frans? Ja Nee Vlaams? Ja Nee 13a. Denkt u dat het gebruik van Engels in Brussel noodzakelijker is geworden dan het gebruik van Vlaams? Ja Nee 13b. Denkt u dat het gebruik van Engels in Brussel noodzakelijker is geworden dan het gebruik van Frans? Ja Nee 14. Denkt u dat het over 20 jaar noodzakelijk zal zijn voor de nieuwe generaties om Engels te spreken? Ja Nee Ik weet het niet 15. Denkt u dat het noodzakelijk zal zijn om Engels als de derde officile taal van Brussel vast te stellen? Ja Nee Ik weet het niet 16. Wat is uw geslacht?

PAGE 99

99 Vrouw Man 17. Wat is uw leeftijdscategorie? 18 24 25 34 35 44 45 54 55 64 65+ 18. Wat i s uw opleidingsniveau? Voorgezet hoger onderwijs Voortgezet middelbaar beroepsonderwijs Voortgezet wetenschappelijk onderwijs Bachelor Master Doctoraat (PhD) Anders: ___________________________ 19. Wat is uw dienstverband? Boer Entrepreneur/zelfstandig ondernemer Beroepsdeskundige (dokter, tandarts, professor, etc.) Wetenschapper/laboratorium technicus Manager/supervisor Geschoolde arbeider Ongeschoolde arbeider Gepensioneerd Ouderschapsverlof Werkeloos/werkzoekende Student Anders: _________________ 20b. Wat is uw burgerschap? Belgisch Een ander Europees land: ____________ _____ Een niet Europees land: _________________ 20b. Indien u Belgisch bent, komt u uit Brussel? Ja Nee in Belgi komt u vandaan? _________________

PAGE 100

100 APPENDIX C QUESTIONNAIRE ANGLAIS 1. How long did you live in Brussels / How long have you been living in Brussels? Between 6 months and a year A year Between 1 and 5 years Between 5 and 10 years Between 10 and 20 years 20 years and + 2. When did you live in Brussels? ( Check all possible responses) Before 2000 Between 2000 and 2005 Between 2006 and 2010 Between 2011 and 2016 3. What is/what are your native language(s)? ________________ _____________________________________________________________ 4. Measure your oral level of French, Belgian Dutch and English on a scale from 1 to 10 (1 meaning you do not speak a word and 10 being a level equal or almost equal to a native speaker) Frenc h: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Belgian Dutch: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 English: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 5. Measure your written le vel of French, Belgian Dutch and English on a scale from 1 to 10 (1 meaning you cannot write a word and 10 being a level equal or almost equal to a native speaker) French: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Belgian Dutch: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 English: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6. Determine the order of French, Belgian Dutch and English depending on their importance in Brussels (most impo rtant to least important) French, Belgian Dutch, English French, English, Belgian Dutch Belgian Dutch, French, English Belgian Dutch, English, French

PAGE 101

101 English, Belgian Dutch, French English, French, Belgian Dutch 7a. Determine the quantity of written Engl ish that you use (or used) per week when you are (were) in Brussels: Never Once Twice to four time s Everyday 7. b Determine the quantity of oral English that you use (or used) per week when you are (were) in Brussels: Never Once Twice to four times Everyday 8. In the following contexts, determine the quantity of English that you use (or used) per week when you are (were) in Brussels: a) At home Always Often Sometimes Rarely Never b) At work/school Always Often Sometimes Rarely Never c) In the public sphere (on vacation, with strangers in the street, with people who speak a different language than yours) Always Often Sometimes Rarely Never 9. Usually, what language do you use when you talk to a stranger in Brussels? French Belgian Dutch English

PAGE 102

102 10. Do you know people in Brussels who only speak English? Yes No Comment : ____________________________________________________________________ 11. Do you think that it is possible to live in Brussels if you only speak English? Yes No Comment : ________ ____________________________________________________________ 12a. Do you think that English is an essential language in Brussels? Yes No Comment : ____________________________________________________________________ do you place English on the same level as French? Yes No Yes No 13a. Do you think that in Brussels the use of English has become more necessary than the use of Belgian Dutch? Yes No 13b. Do you think that in Brussels the use of English has become more necessary than the use of French? Yes No 14. In 20 years, do you think that it will be necessary for new generations to speak English? Yes No I do not know 15. Do you think that it would be necessary to establish English as the third official language in Brussels? Yes No I do not know

PAGE 103

103 16. Indicate your gender: Female Male 17. Indicate your age group: 18 24 25 34 35 44 45 54 55 64 65+ 18. Indicate your level o f education: General High school Technical High School Professional High School College Bachelor PhD Others (specify): ___________________________ 19. Indicate your employment rank Farmer Entrepreneur/private business owner Professional (doctors, dentists, educator, etc.) Scientist/lab technician Manager/supervisor Skilled worker Unskilled worker Retired Parental leave Unemployed/Seeking employment Student Others (specify): _________________ 20b. Indicate your citizenship: Belgian Other European country (specify) Non European (specify) 20b. If you are Belgian, are you from Brussels? Yes No _________________

PAGE 104

104 LIST OF REFERENCES Baetens Beardsmore H. 1971 Le franais rgional de Bruxelles. Bruxelles : Presses universitaires de Bruxelles. Benit A 2000 Pratiques et reprsentations linguistiques des locuteurs francophones de Bruxelles . Dans Thlme 15, 179 192. Bernard B 1997 Le franais dans la rgion bruxelloise. Un panorama historique . Dans Le franais en Belgique. Une langue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 239 250. Blampain D. 1997. La langue, la sci . Dans Le franais en Belgique : Une langue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 415 429. Blondeau H. 1991. Les attitudes linguistique et la reprsent ation de soi comme groupe chez les Bruxellois francophones Thse de mmoire en anthropologie. Universit de Montral. Bourdieu P. 1977 L'conomie des changes linguistiques. Dans Langue franaise n34. Linguistique et sociolinguistique 17 34. Bourdieu P. 1982. Ce que parler veut dire Paris: Fayard. Briggs C. L. 1986 Learning how to ask: A sociolinguistic appraisal of the role of the interview in social science research (No. 1). Cambridge University Press. Caviedes A. 2003 The role of language in nation building within the European Union Dans Dialectical Anthropology 27(3), 249 268. Chudzinski Y. 1983. propos de ce que parler veut dire. , Dans tudes de communication [ Article e n ligne 7 pages mis en ligne le 17 mai 2012, consult le 14 mars 2017 https://edc.revues.org/3326 ] Cougnon L. A. 2015 Langage et SMS : Une tude internationale des pratiques actuelles (Vol. 8). Presses universitaires de Louvain. Diericks J. 1997. Le franais et Le franais en Belgique : Une langue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 307 318. Dopp agne A. et Lenoble Pinson M. 1982 Le franais la sauce anglaise : lexique des termes anglais et amricains relevs en une anne dans un grand quotidien bruxellois Commission franaise de la Culture de l'Agglomration de Bruxelles.

PAGE 105

105 Droixhe D. 1997 Le franais aux XVIIe et XVIIIe sicle . Dans Le franais en Belgique. Une langue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 127 152. Eloy J. M. 1997 Amnagement politique linguistique ? . Dans Mots 52 (1), 7 22. tiemble R. 1964 Parlez vous franglais ? Paris : Gallimard. Francard flamande ou nerlandaise , Dans Brussels Studies 45 [article en ligne, 13 pages www.brusselsstudies.be ]. Gadet F. 1996. Une distinction bien fragile : oral/crit. Dans Revue Tranel (Travaux neuchtelois de linguistique) 25 13 27 Garsou M. 1997 La promotion du franais en Communaut franaise de Belgique . Dans Le franais en Belgique : Une langue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 459 481. Hagge C. 1998 livre de Poche, Biblio Essais, No. Javeau C. 1997 Le contexte socio politique de la langue franaise Bruxelles , Dans Le franais en Belgique (Blampain, D, et al, (dir.)), Louvain la Neuve : Du culot Communaut franais e de Belgique, 250 258 Janssens R. 2008 constatations rcentes , Dans Brussels studies 13 [article en ligne, 16 pages www.brusselsstudies.be ]. Janssens R. 2013 Le multilinguisme urbain : le cas de Bruxelles Bruxelles : Racine. Labeau E. 1999. Le franais de Belgique filerait il l'anglaise ? Dans Current Issues in Language & Society 6.3 4 : 281 288. Labeau E. et Dister A, 2016. Arrire plan historique : La constitution linguistique de Bruxelles , Dans aston.ac.uk [en ligne, consult le 9 janvier 2016 ]. Disponible : http://www.aston.ac.uk/lss/research/research projects/corpus de franais parl bruxellois/arrire plan historique la constitution linguistique de bruxelles/ L agueux P. A. 1988. La p et au Qubec. Dans Maurice Pergnier (ed .). Paris: Didier Erudition, 91 111. Laroche D. 2011. L'anglomanie en Belgique francophone. Dans Correspondance : En qute d'outils pour s' amliorer en franais. vol. 16, no. 3

PAGE 106

106 Laur E. 2001 Perceptions linguistiques Montral. Thse de doctorat en anthropologie Universit de Montral. Laur E. 2014. Evaluational reactions to spoken French and English in Montreal: Do es mother tongue really matter? Dans Canadian Journal of Linguistics/Revue canadienne de linguistique 59 (01), 3 23. Lejeune M. 2013. , Dans EurActiv [en ligne]. 25 octobre 2013. [ Consult le 24 janvier 2016 ] : http://www.euractiv.fr/ Lenoble pinson M 1987 Dans Journal des traducteurs vol. 32 n o 3, 295 298. Lenoble pinson M. 1991 Anglicismes et substituts franais Louvain la Neuve : Duculot. Loubier C. 2002 L'amnagement linguistique : fondements de l'amnagement linguistique Dans inglang.uqac.ca [article en ligne 10 pages http://linglang.uqac.ca/IMG/pdf/loubier.pdf ]. Mabille X. 1997 . Dans Le franais en Belgique : Une langue, une communaut (Blam pain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 433 448. Machonis P. A. 2008 Aperu de la situation linguistique en Belgique et en Suisse Dans The French Review Vol. 81, No. 6, 1135 1152. Marchal N. 2014 . Dans languefrancaise.cfwb.be [en ligne]. 1 septembre 2014. [Consult le 14 fvrier 2016]. : http://www.languefrancaise.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecured l&u=0&g=0&hash=e 6139064c6cc759c470ae5aaf1c9aeefd1835675&file=fileadmin/sites/sgll/upload/lf_super_ editor/Docs/Recherches/article_usage_des_langues_dans_les_universite_FWB.pdf Massart R. 2005. Quelle place pour le franais Bruxelles . Dans biennale lf .org [en ligne, : http://www.biennale lf.org/les actes de la xxie biennale/59 b21 interventions/122 b21 robert massart.html Mercier J. 2000 Le franais tel qu'il se parle en Belgique Paris : La Renaissance du Livre. Mettewie L. et J anssens R. 2007. Language use and language attitudes in Brussels . Dans Multilingualism in Europe an bilingual contexts: Language use and attitudes Lasagabaster, David, and Angel Huguet, eds.] Bristol: Multilingual Matters Vol. 135, 118 143 Mller V. 2000. The right to speak Irish : reprsentation de l de mobilisation militante en Irlande du Nord . Dans Revue Tranel (Travaux neuchtelois de linguistique) 32 183 196.

PAGE 107

107 Q u atremer J. 2015. Dans Libration [en ligne]. 1 avril 2015. [ Consu l t en ligne le 25 janvier 2016] : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2015/04/01/le monolinguisme anglop hone une mauvaise action contre leurope/ onnell P. et Toesbosch A. 2008 Dans Journal of Multilingual and Multicultural Development 29:2, 154 169. Poplack S., et Dion N. 2012 Myths and fa cts about loanword development. Dans Language Variation and Change 24 (3), 279 315. Shelly S. L. 1999. Une certaine ide du franais : The dilemma for French langu age policy in the 21st century Dans Language & Communication 19(4), 305 316. Talmy S. 2010 Qualitative interviews in applied linguistics: From research instrument to social practice Dans Annual Review of Applied Linguistics 30 128 148. Tulkens F. 1997 La lgislation linguistique . Dans Le franais en Belgique : Une la ngue, une communaut (Blampain, Daniel, Goosse, Andr, Klinkenberg Jean Marie, Wilmet, Marc dir.). Louvain la Neuve : Duculot, 449 458. Van parijs P. 2007. es nouveaux dfis linguistiques , Dans Brussels Studies 6, [article en ligne, 10 pages www.brusselsstudies.be ]. Vilatte J. C. 2007 Dans Laboratoire Culture 1 56. Webster R. 201 6. Mediaite: After 'Brexit', English May Be Dropped as an Official Language of E U Dans The telegraph. [en ligne]. 28 juin 2016. [ Consu lt en ligne le 17 avril http://www.telegraph.co.uk/news/2016/06/28/english language could be dropped from european union after brex/

PAGE 108

108 BIOGRAPHICAL SKETCH Originally from France, Prisca Piccirilli will gr aduate in December 2017 with a m degree in French and Francophone Studies and a Minor in Linguistics from the University of Florida. Before that, she completed her b Fren ch, English and Italian at the Institut Suprieur de Traducteurs et Interprtes in Brussels, Belgium.