L'écriture de l'enfance dans le texte autobiographique marocain

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
L'écriture de l'enfance dans le texte autobiographique marocain éléments d'analyse à travers l'étude de cinq récits : le cas de Chraibi, Khatibi, Choukri, Mernissi et Rachid O.
Physical Description:
1 online resource (223 p.)
Language:
english
Creator:
Sami, Mustapha
Publisher:
University of Florida
Place of Publication:
Gainesville, Fla.
Publication Date:

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Doctorate ( Ph.D.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
Romance Languages, Language, Literature and Culture
Committee Chair:
Sow, Alioune Badaradiam
Committee Members:
Calin, William C
Weltman-Aron, Brigitte
Mclaughlin, Fiona

Subjects

Subjects / Keywords:
enfance
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre:
Romance Languages thesis, Ph.D.
Electronic Thesis or Dissertation
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )

Notes

Abstract:
My dissertation offers an analysis of childhood writing in Moroccan literature. It explores narratives entirely or partially dedicated to childhood written by both male and female writers and published during the second half of the twentieth century. This includes early works such as The Simple Past (1954) by Driss Chraibi and The tattooed memory (1970), by Khatibi as well as the Arabic version of Mohamed Choukri’s For Bread Alone (1982), in addition to some relatively recent works like The dazzled child (1995) by Rachid O. and Fatima Mernissi's Dreams of Trespass (1996).  The chosen texts represent a substantial corpus of some narratives in which the remembering of childhood experiences plays a central role. Furthermore, the study examines how childhood has been inscribed in autobiographical writings in colonial and postcolonial Moroccan Literature.Probing the "self-writing" by focusing on representations of childhood offers opportunities for critical and/or creative reflection on the impact of such a reconstruction on collective Identity. The assumption is that all these works contain, one way or another, fragmented structures related to the formation of the child under different periods and all of them explore a different sense of individual and collective memory, in which the present is experienced as what Chraibi calls "a thin line" or what Mernissi calls “a frontier” between tradition and modernity, possible and impossible moderation and excess, authorized and forbidden. My goal is to explore these texts from different perspectives so as to show how the recurrent presence of children as main characters aims to document the patriarchal nature of the traditional society while questioning the values associated with traditional life in a changing world. While the study establishes a typology of the child, it also shows how those childhood narratives are a distinct form of writing in Moroccan Literature that benefits from its own tradition as well as from interaction with the contiguous world regardless if they are written in French or Arabic. In all respects, these narratives are a daring rendering of what the authors’ realities are and an unrelenting effort that unravels a privileged mode of the identity quest.
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
Source of Description:
Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Thesis:
Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2013.
Local:
Adviser: Sow, Alioune Badaradiam.
Electronic Access:
RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2014-05-31
Statement of Responsibility:
by Mustapha Sami.

Record Information

Source Institution:
UFRGP
Rights Management:
Applicable rights reserved.
Classification:
lcc - LD1780 2013
System ID:
UFE0045166:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 LE CAS DE CHRAIBI, KHATIBI, CHOUKRI, MERNISSI ET RACHID O. By MUSTAPHA SAMI A DISSERTATION PRESENTED TO T HE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2013

PAGE 2

2 2013 Sami Mustapha

PAGE 3

3 To my family

PAGE 4

4 ACKNOWL EDGEMENTS I gratefully acknowledge my obligation to all the people who supported me during my work on this study. Especially I would first like to extend my sincere thanks to Dr. Alioune Sow, my Dissertation Director, for his strong support, continuous and invaluable input, and his patience and advice throughout the dissertation writing. My sincere gratitude and admiration to the other professors, members of my dissertation committee: Dr. William Calin, Dr. Brigitte Weltman and Dr. Fiona McLaughlin for thei r helpful comments and ongoing support. I would also like to thank all my professors at the University of Florida.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGEMENTS ................................ ................................ ............................... 4 LIST OF ABBREVIATIONS ................................ ................................ ............................. 7 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ..................... 8 CHAPTER 1 INTRODUCTION GNRALE ................................ ................................ ................ 10 1.1 Les rcits autobiographiques marocains ................................ ........................... 19 1.2 Consid rations mthodologiques ................................ ................................ ...... 21 1.3 Conclusion ................................ ................................ ................................ ........ 26 2 LE TEXTE MAROCAIN ................................ ................................ ................................ ............ 29 2.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ....... 29 2.2 Le fait autobiographique et le texte littraire marocain ................................ ...... 31 2.3 Texte et contexte ................................ ................................ .............................. 40 2.4 De la dfinition du rc ................................ ................................ ..... 45 ................................ ...................... 49 2.6 Conclusion ................................ ................................ ................................ ........ 57 3 CRITURE ET ENFANCE : UNE POTIQUE DU D LIRE ................................ .... 61 3.1 De la Ligne Mince la potique du dlire ................................ ......................... 61 3.2 Le Pass simple de Driss Chrabi ................................ ................................ ..... 71 ................................ ................................ .................. 72 3.3 La Mmoire tatoue ................................ ......................... 88 ................................ ................................ ............ 89 3.5 Mohamed Choukri al Khubz al hf, Le Pain nu ................................ ............. 106 ................................ ................................ ................. 106 3.7 Conclusion ................................ ................................ ................................ ...... 119 4 RVES DE FEMMES : UNE ENFANCE AU HAREM DE FATIMA MERNISSI ................................ ................................ .......... 124 4.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ..... 124 4.2 Prsentation du rcit : Rves de femmes : une enfance au harem. ............... 130 ................................ ........................... 131 4.4 Enfance et harems ................................ ................................ .......................... 13 7 4.4.1 Le harem urbain ................................ ................................ .................... 140 4.4.2 Le harem rural ................................ ................................ ....................... 143

PAGE 6

6 4.4.3 Le harem franais ................................ ................................ .................. 147 4.4.4 Le harem invisible ................................ ................................ ................. 148 4.5 Au del des frontires ................................ ................................ ..................... 149 ................................ .......................... 157 4.7 Conclusio n ................................ ................................ ................................ ...... 161 5 DE RACHID O. NOUVELLE ECRITURE OU NOUVELLES CONFESSIONS? .............................. 165 5.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ..... 165 5.2 : Un veil des sens ................................ ................................ .. 173 5.3 Les nouvell ................................ ................. 176 5.4 Enfance et masculinit ................................ ................................ .................... 188 ................................ ................................ .................. 194 5.4.2 Le hammam ................................ ................................ .......................... 195 5.4.3 La circoncision ................................ ................................ ....................... 197 5.5 Conclusion ................................ ................................ ................................ ...... 201 6 CONCLUSION GNRALE ................................ ................................ ................. 204 6.1 La frquence ................................ ................................ ................................ ... 210 6.2 La coincidence ................................ ................................ ................................ 211 6.3 La permanence ................................ ................................ ............................... 212 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ............................. 216 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ .......................... 223

PAGE 7

7 LIST OF ABBREVIATIONS LPN Al Khubz al Hafi (Le Pain nu) de Mohamed Choukri LPS Le Pass simple de Driss Chraibi LMT La Mmoire tatoue RDF Rves de femmes: une enfance au harem de Fatima Mernissi LEE de Rachid O Afin de r cit s de notre corpus nous les avons dsigns par les initiales des mo ts qui les composent

PAGE 8

8 Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy LE CAS DE CHRAIBI, KHATIBI, CHOUKRI, MERNISSI ET R ACHID O By Mustapha Sami May 2013 Chair: Alioune Sow Major: Romance Languages My dissertation offers an analysis of childhood writing in Moroccan literature It explores narratives entirely or partially dedicated to childhood written by both male and female writers and published during the second half of the twentieth century. This includes early works such as The Simple Past (1954) by Driss Chraibi and The Tattooed M emory (1970), by Khatibi as well as the Arabic version of Mohamed For B read Alone (1982), in addition to some relatively recent works like The Dazzled C hild (1995) by Rachid O. and Fatima Mernissi's Dreams of Trespass (1996 ). The chosen texts represent a substantial corpus of some narratives in which the remembering of chil dhood experiences plays a central role. Furthermore the study examines how childhood has been inscribed in autobiographical writings in colonial and postcolonial Moroccan Literature. Probing the "self writing" by focusing on representations of childhood o ffers opportunities for critical and/or creative reflection on the impact of such a reconstruction on collective Identity. The assumption is that all these works contain, one way or another, fragmented structures related to the formation of the child under different periods and all of them explore a different sense of individual

PAGE 9

9 and collective memory, in which the present is experienced as what Chraibi calls "a thin line between tradition and modernity, possible and impo ssible moderation and excess, authorized and forbidden. My goal is to explore these texts from different perspectives so as to show how the recurrent presence of children as main characters aims to document the patriarchal nature of the traditional socie ty while questioning the values associated with traditional life in a changing world. While the study establishes a typology of the child, it also shows how those childhood narratives are a distinct form of writing in Moroccan Literature that benefits from its own tradition as well as from interaction with the contiguous world regardless if they are written in French or Arabic. realities are and an unrelenting effort that unravels a privileged mode of the identity quest.

PAGE 10

10 CHAPTER 1 INTRODUCTION G NRALE ers de la littrature marocaine ne tardera question de dans le texte marocain. ntrt toujours grandissant pour les rcits par ailleurs dans des domaines autres que la littrature, comme au cinma 1 par exemple o l encore se distingue un vritabl et son rcit ont donn lieu plusieurs tudes 2 dans les productions notamment franaises et anglaises. ns la production littraire marocaine. Les critiques ont eu cette ou la considrer re cherche augment par Coe et Jacques Lecarme. donc repr sentations, ses particularits. Dans le cadre pencher sur un corpus constitu de textes autobiographiques marocains. Cette restriction est motive par trois lments. Le premier est que dans le texte autobiographique marocain es diffrences

PAGE 11

11 certaine fonction et une certaine valeur que je tenterai de dgager. Le second lment sodes de eurs marocains au moyen de textes ddis partiellement ou presque se rvle, la plupart du temps, comme un ensemble lacunaire ou comme une marqu e par un itinraire typique qui regroupe des pisodes rcurrents comme la circoncision, anche, les enfances fminines sont souvent marq ues par des rapports conflictuels avec le monde. On note ainsi le poids des jour des modles, des pattern u genre Cinq textes constituent mon corpus Le P ass simple de Driss Chrabi. Sa parution en 1954 est trs significative car elle concide avec le dbut des mouvements de libration au Maroc. Il a fait scandale dans les milieux nationalistes en

PAGE 12

12 raison des problmes cinq c La M moire tatoue conn u plusieurs ditions. Sur la couverture de sa premire dition de 1971 est inscrite roman alors que la page du titre porte le sous titre indic Mohamed Choukri (crivain arabophone), Le P ain nu dans sa le seul texte qui ait t publi en t raductions avant de paraitre dans sa langue original e Je reviendrai avec plus de dtails sur le mode de sa publication quand je traiterai de la partie qui lui sera rserve. rcit crit par Fatima Mernissi, Rves de femmes: une enfance au harem Ce rcit est compos de vingt cependant la tradu ction franaise, parue une anne aprs la version originale, et sur mme. Pour ce qui est du dernier rcit dans ce corpus, de Rachid O, il a t publi en Le hro,

PAGE 13

13 Rachid, parle la premire personne et relate sa vie depuis sa plus tendre enfance spatio tem porel le Maroc des anne s 1970 et 1980. Le protagoniste racon te, en cinq chapitres, la manire dont il a pris conscience de son homosexualit pendant son enfance. Le P ass simple ainsi que Le P ain nu ont d'abord attir comme rcits d'enfances malheu reuses. L'analyse de ces deux textes pourrait bien nous engager dans la voie d'une recherche de patterns particulire avec la figure dominante du pre / monstre. Pour ce qui est de La M moire tatoue qui t ait prsente comme une Autobiographie d'un dcolonis le vcu de si le rcit de Fatima Mernissi, Rves de femmes: une enfance au harem parce fministe. Quant nfant bloui de Rachid O, son choix tait surtout motiv par la thmatique de cette enfance singulire qui met en scne un garon qui fait de nouvelles confessions dans la littrature marocaine. En effet, Rachid O. est reconnu comme le premier crivain marocain pour ne pas dire arabe dclarer son homosexualit mme dcl in compltement son identit. Au terme de cette description du corpus, il apparat que dans tous les textes de ant protagoniste a volu.

PAGE 14

14 En plus, tous les textes de mon corpus, se construisent autour d'un Je racines profondes et aussi pour se justifier devant la hantise d encombrant. appel l'autre, reprend le plus souvent les mmes thmes et parfois les mmes pisodes, jusque parfois reproduire des expressions s imilaires. Certains de ces textes ( Le P ass simple La M moire tatoue t envisage. de x de E.Rosen, qui, s'appuyant sur l'tude de Richard Coe consacre au rcit d'enfance a not qu'au dpart, le rcit d'enfance : se voyait amalgam l'autobiographie mais il constitue toutefois plusi D'une part, il s'i ntgre souvent l'autobiographie, mais il n'en est pas un passage oblig. D'autre part, il considrer comme une autobiographie tronque. (70) es critiques comme Jacques Lecarme, Denise Escarpit ou encore Alain Shaffner qui affirment dans leurs travaux 3 ils appellent lire le rcit

PAGE 15

15 Jacques Lecarme dans son article de 1988, intitul La lgitimation du genre En effet, dans cet article, Lecarme met en val eur trois tendances et trois dfinitions possibles : la limiterait aux textes autobiographiques, sans exclure cette production trs fournie depuis dix ans pour laquelle a t p Le choix de mon corpus dfinition L a troisime dfinition propose par Lecarme renvoie aux textes autobiographiques et autofictionnels en prose A propos de cette dernire dfinition, j marocains qui rpondent cette Cette particularit devrait nous permettre de dcouvrir de faon plus prcise les Il faut dire que si ces derniers ne volont chez eux de tmoigner des diffrentes poques qui accompagnent la formation entreprise autobiographique. Par ailleurs, une autre possibilit de dfinition est offerte par Jean Salesse dans son tude intitule Le Rcit d'enfance dans les trois premiers livres des Mmoires tombe consacre au texte de Chateaubriand:

PAGE 16

16 Un rcit d'enfance est un rcit d'adulte. Il est toujours reconstitution plus ou moins hsitante, plus ou moins sincre, de sensations originelles, de dtestations, de rves et de regrets, lit entre tous comme lments fondateurs e t justificateurs de son tre. (11) A mon avis, cette dfin ition est celle qui correspond le mieux aux pratiques tude. Je reviendrai plus en dtails sur ce s questions dans les ch apitres suivants. Comme indiqu prcdemment tous les textes, sauf peut tre celui de Rachid O montrer que, une lecture du texte axe sur diffrentes sur les motivations autobiographiques des auteurs et informe avec plus de prcision sur les raisons qui poussent les auteurs avoir recourt constamment ans le troisime chapi tre est que le retour respectifs, Le P ass simple La M moire tatoue et Le P ain nu mission qui leur taient impartis : c hr os amen assumer un rle spcifique dans la socit, la famille, un ge encore trs jeune. Dans les textes, chaque enfant tente de garder une espce de juste milieu, de maintenir un quilibre dlicat entre les demandes et les aspi rations, au risque de basculer vers la dmesure. Cette situation de Ligne Mince dont parle justement Chrabi et dans laquelle se trouve plong le personnage enfant, est due aussi bien aux

PAGE 17

17 conditions intrafamiliales dfavorables (par exemple la brutalit le cas chez Chraibi et Choukri), aux exigences familiales ou enc ore socitales. Ainsi prsent s, ces qui concident avec l a dcolonisation, subordonn s aux dfis que prsente cette priode transitoire, permette nt de jeter un autre regard sur la En fait, c bouleversements politiques, sociaux et culturels q ue cette socit subissait au cours du passage de la colonisation la dcolonisation. Cela se traduit par la mise en place les projections vers la modernit. La mission veut que celui ci participe la construction nationale mais prenne aussi la relve dans le milieu familial. Aussi, le pre demande t il une Ligne M ince (LPS 1 3) spare le monde des colons d e celui des parents. P ass simple est rvlateur cet gard puisque le pre rappelle son et dire que tu tais notre fiert Nous usions nos vieilles babouches pour que tu aies une paire de chaussures neuves et nous enlevions de nos intestins le superflu voire le ncessaire, pour que tu s ois celui que nous attendions... (LPS 30) construire le pays, mais en suivant les prceptes suggrs par la socit traditionnelle. p re. Le fils qui se voit investi de cette mission prend conscience des consquences

PAGE 18

18 se trouve en situation de Ligne Min ce et risque de basculer vers la dmesure. Ligne mince, une situation de r, de dcevoir, de tomber dans travers des structures narratives clates et fragmentes aboutissant une potique du dlire. Cette lecture, ainsi textes nous amnera nous interroger sur les motivations autobiographiques des rcits. Est aute ur adulte est une justification d de la mission confie ? Ou encore ipes qui leur ont t inculqus ? La rponse ces questions appelle des comparaisons. En ce sens Choukri par son rcit Le P ain nu contraste avec les rcits de Chraibi et de K hatibi. Le texte est cont rairement Chraibi et Khatibi, l ajustements ncess aires mais sur la rue et ses dangers. Cependant, tout comme dans Le P ass simple et La M moire tatoue le personnage est amen dpasser les limites gnralement assignes son ge en raison des preuves et des expriences, l rencontre au cours de sa formation dans la famille (pre vie dans les rues)

PAGE 19

19 La comparaison des textes, publis des moments, des poques et des contextes diffrent ce qui diffrencie les textes de Dri ss Chrabi et ceux de Rachid O. ? Le premier est boulevers et obsd par le pays construire allusion, le dlais s autres. En fait, a crivains de la premire gnr ation et aussi par femmes qui taient tout aussi impliques dans la construction nationale mais avec des modalits et des priorits (la pudeur obsdante axe sur la crainte ( chapitre 3) ) elle a laiss place des considrations plus individua listes, intimistes et controverses comme chez Rachid O autobiographiques compltement diffrentes qu i voluent en fonction du moment o ces rcits ont t crits amenant des configurations nouvelles (langage, style) ainsi que des pro jets intellectuels novateurs. Ces analyses montrent que les textes se elques repres pour mettre jour 1.1 Les rcits autobiographiques marocains riture autobiographique marocaine. Je tente de dgager les reprsentations de l'enfance et

PAGE 20

20 Ce faisant, je tente de comprendre pourquoi le discours autobiographique est un e des principales caractristiques de la littrature marocaine crite aussi bien en Forme littraire et reprsentation de soi: l'autobiographie francophone du Maghreb e t l'autobiographie arabe du dbut du sicle Abdallah Bounfour affirme que la La boite merveilles de Ahmed Sefrioui, Nedjma de Kateb Yacine ou le P ass simple de Driss C du Maghreb (70). Quant la littrature arabophone du Maroc, elle, est aussi marque ds l'origine par cette mme tendance autobiographique. L'un de ses premiers rep rsentants est le romancier et nouvelliste Abd al Madjid Ben Jelloun (n en 1919) qui adopte justement une perspective autobiographique dans son rcit F t tufla ( Pendant l'enfance ) (1957). De plus voir un auteur commencer sa carrire en publiant une autobiographie contrairement la constater que presque tous les crivains marocains, (francophones et/ou arabophon es) ont crit un rcit rsonance autobiographique, pour marquer leur prsence dans l'histoire littraire marocaine. Ces particularits amnent poser les questions suivantes : Pourquoi l'autobiographie est elle la forme lue de la littrature marocain rpondre dans le premier chapitre, intitul Le texte marocain et le fait autobiographique Dans ce chapitre on verra que cette situation explique dans une certaine mesure la

PAGE 21

21 spcificit de la pratique autobiographique inhrente des es paces culturels diff rents f avorable. Quels sont ces atouts ? Un hritage littraire constitu de diverses traditions culturelles et littraires o on retrouve aussi bien des rcits classiques franais (Chateaubriand, Rousseau, Sartre) que la tradition narrative arabe notamment cell e de la Rihla (rcit de voyage), la Sira ou la Tarjama ou encore te ce qui donne aux rcits leur teneur si particulire seulement, pour raconter des rcits, inspirs, en fa it, de la narration de rcits locaux comme les contes ( Les Mille et une nuits de la tradition orale. Ainsi, pour ne citer qu'un exemple, la structure du conte marocain est clairement prsente dans le texte de Fat ima Mernissi Rves de femmes: une enfance au harem comme on va le voir dans le quatrime chapitre 1.2 Considrations mthodologiques Ma dmarche, tout au long de ce travail, consistera adopter toute option critique susceptible d'tre fonctionnelle po ur telle ou telle rflexion suscite par tels ou hsit emprunter des concepts diverses disciplines pour consolider mes istique, la psychanalyse, la sociocritique, la que je me suis livr pour traiter de ces i juge adquate ici est celle du lecteur qui lit la critique en mme temps que le texte travers des approches critiques varies tout en

PAGE 22

22 part toujours du principe essentiellement sur le corpus tout en procdant par une pluralit d'approches qui plutt de complmentarit et de flexibilit. Cette tude comporte plusieurs tapes qui convergen t toutes vers un mme objectif e autour de quatre chapitres. Je consacrerai le premier chapitre une rflexion globale sur le fait autobiographique dans la littrature marocaine. Mon propos consistera en une couverture thorique qui vise rendre compte de la manire dont le genre au aussi que le est personnelle. En plus, Je montrerai que l Sira, et les contes populai res que les auteurs ont modifis et adapts Tout dans la littrature marocaine et voir le lien congnital qui lie l'autobiographie au rcit d'enfance et qui trouve sa justification dans le fait que l'autobiographie, rcit rtrospectif, cherche, presque toujours, mettre en valeur la f ormation de la personnalit de son hros narrateur. Ce qui no us amne au troisime chapitre consacr aux configurations de

PAGE 23

23 I ntitul criture et enfance : une potique du dl ire ce chapitre aborde le rcit Les jeunes hros des rcits Le P ass simple La M moire t atoue et Le P ain nu rejoignent la catgorie des personnages dlirants dont la rcurrence dans les premiers textes francophones marocains appelle une analyse plus approfondie. Le dlire constitue presque un leitmotiv pattern qui caractrise donc les premiers textes autobiographiques. Comment est il mis en scne et comment est il apprhend ? O cherchent manipuler la trame narrative travers le parcours singuliers d es personnages enfants, les jeux avec les instances spatio temporelles et un mouvement dlire ? ? Pour rpondre cette question ur les tensions cres par les relations intrafamiliales et extrafamiliales qui rgissent la vie du personnage enfant. Ce dlire provient aussi du risque as soci la mission de ces enfants hros (Driss, Abdelkebir et Mohamed). Sa nature, ses priorits, ses exigences qui transforment la formation en un apprentissage risqu, marqu par la vulnrabilit et la rupture et qui semble les dpasser. La formation de ces personnages repose sur une Ligne Mince qui spare la mesure de la dmesure, le possible et Cette situation de Ligne mince pour les enfances fminines. Le quatri me chapitre intitul

PAGE 24

24 Rve de femmes. Une enfance au harem diffrentes formes dan s tous les textes de ce corpus p our situer la formation et Consacr au le quatrime chapitre a pour ambition de et la faon dont il repose sur la protection et ment. La figure enfantine du personnage de Fatima prend en charge le rcit pour rs des femmes de son entourage. Fatima, cette hrone femme maroc cod des femmes. Cette interrogation propose de faon subtile a favoris comme on En effet, l e cinquime chapitre porte sur le texte de. Rachid O, nfant bloui ression franaise. Nouvelle gnration et nouvelle criture ? En examinant attentivement les innovations apportes par Rachid O., par plutt de nouveaux aveux et/ou de nouvel les confessions.

PAGE 25

25 conforme au modl Et qui veut que le garon soit un mle parfait En fait, le rcit de Rachid O bloui tout comme Mon Maroc sur entation homosexuelle quilibre entre le systme des valeurs musulmanes 4 autres textes du corpus, le texte de Rachid O rflexion s son actualisation narrative. o la masculinit est perue comme vertu en elle automa tiquement la force et au courage par opposition la fminit qui connote plut t la faiblesse et la mollesse. Ainsi, par le biais de cet enfant ainsi nu des tabous que les Il faut rappeler que l de Rachid O est le premier texte solennellem ent son homosexualit. les auteurs marocains ont rs que moi je suis homosexuel 5 Le travail prsent ici revient sur quelques orientations classiques de Par ailleurs, les rcits du corpus adoptent tous le schma du Bildungsroman. Ce dernier est dfini par Frdric Teinturier dans un article intitul :

PAGE 26

26 lments de rflexion publi le 3 fvrier 2009 sur le site lectronique La Cl des Langues, comme suit : Le genre historique du Bildungsroman peut donc tre dfini comme le rcit romanesque d'une partie de la vie d'un individu, au cours de laquelle celui ci dveloppe des qualits propres, par ses propres moyens et grce l'aide de personnes, concrtes ou symboliques, afin d'atteindre cet objectif, que nous avons dcrit comme l'panouissement harmonieux de la personnalit dans la socit, cet panouissement tant comp ris comme synthse entre pleine reconnaissance de l'autonomie individuelle et intgration dans un tout dans le but es t d'tre utile la communaut. Bildungsroman a pour thme le cheminement volutif d'un hros souvent un jeune garon depuis son enfance jusqu' l'ge adulte. Cependant le texte de Mernissi montre hrone Fatima. Bref, lire les textes rpertoris, on voit que p endant le processus de formation l'existence (la mort, l'amour, la hain u travers de son apprentissage se posent des questions sur la narration de ces textes, sur sur le culturel et l e 1.3 Conclusion dessus, le rcit (34) il y a lieu de s'interroger sur les rapports entre enfance, socit et criture. nt sur la socit ce volution de la socit ? Voil deux autres questions auxquelles les chapitres de cette tude devraient rpondre.

PAGE 27

27 manire exhaustive marocain. Il faut noter que j e ne me suis limit que production littraire marocaine, elle domine la production et sa prsence, son renouvellement appellent des tudes plus nombreuses afin de mettre en valeur des de mieux comprendre une thmatique demande et un genre fascinant et aussi et surtout de traiter des questions urgentes qui concernent particulirement l e devenir de la socit et sa culture.

PAGE 28

28 Notes 1. Le suscitent normment chez les ralisateurs que chez le public, en tmoigne le s on peut citer les films su ivants: L'enfance vole (1993) de Hakim Noury, Ali Zaoua (2000) de Nabil Ayouch, Le Gosse de Tanger (2005) et Cris de jeunes filles des hirondelles (2008) de Moumen Smihi La p lage des enfants perdus (1991) de Jilali Ferhati et L'oiseau du paradis (1981 ) de Hamid Bensad 2. Le Rcit d'enfance sous la direction de Denise Escarpit et de Bernadette Poulou (Paris: ditions du Sorbier, 1993); The Cul t of Childhood de George Boas (London: Warburg Institute, University of London, 1966); Aux etats unis il y a le travail de Richard Coe When the Grass was Taller: Autobiography and the Experience of Childhood New Haven: Yale UP, 1984. Pour ce qui est de l 'Afrique et sa diaspora, il existe des tudes spcialises comme celle de Gloria Parker: Through the Eye of a Child: Their societies viewed by Five Black Francophone Authors: Zobel, Ega, Laye, Dadi and Oyono ou e Sow Vestiges et vertiges : le rcit d'enfance dans les littratures africaines (Artois presses universit, DL 2011). Ces tudes offrent des pistes analytiques pour rendre compte de la reprsentation de 3. L'allu sion est faite ici aux travaux suivants : Coe, Richard N. When the Grass Was Taller: Autobiography and the Experience of Childhood New Haven, London: Yale University Press. 1984 unesse. 1993. Schaffner, Alain (ed.). Arras : Artois presses universit. 2005. 4. L'islam, l'instar des religions abrahamiques, considre l'homosexualit comme ta nt un pch contre l'ordre tabli par Dieu. La charia condamne fortement l'homosexualit dans toutes les coles juridiques. 5. nfrence University of Miami Un crivain fra Rachid O March 1, 2007.

PAGE 29

29 CHAPTER 2 LE TEXTE MAROCAIN : DU FAIT AUTOBIOGRAPHIQUE 2.1 Introduction est prsente et se prsente encore comme une notion subtile critures de soi. R appelons que pour ce spcialiste de la littrature personnelle, rcit rtrospectif en prose qu'une personne relle fait de sa propre existence lorsqu elle met l'accent sur sa vie individuelle en particulier sur l'histoire de sa p ersonnalit 1 cette la litt rature personnelle. Pour viter de se perdre dans les rouages de la critique, nous nous concentrerons sur cette premire dfinition, qui, je le rappelle, est discutable, afin de une met essentiellement e n jeu trois lments essentiels : 1. 2. Cette personne relle fait le rcit de sa vie individuelle, l'histoire de sa Personnalit. 3. Ce rcit est rtr ospectif, c'est dire qu'il s'agit d'une narration ultrieure.

PAGE 30

30 A la lumire de cette dfinition, il est indniable que les textes qui composent mon corpus correspondent cette catgorie du rcit rtrospectif. Les auteurs ont aussi diffrences avec la dfinition de Lejeune, ils se prsentent parfois comme des portes paroles de la conscience collective. De plus, dans ces textes, il y a une identit de nom narrateur car le personnage narrateur, dans tous ces rcits, porte le m me pr nom que celui de l'auteur. Et finalement que les auteurs aient cherch mettre en relief ces indices caractre autobiographique de ces rcits rpertoris est difficile rfuter parce que tout es les conditions sont, en principe, remplies (le rcit, la rtrospection, la vie de repose cependant sur la vracit de ces textes. Dans les textes rpertoris le factuel hsitent proposer aux lecteurs un pacte autobiographique tel que le prconisait Philippe Lejeune 2 qui, dans son ouvrage L'Autobiographie en France, affirm e que : fiduciaire, si l'on peut dire. D'o d'ailleurs, de la part des autobiographes, le souci de bien tablir au dbut de leur texte une sorte de pacte autobiographique, avec excuses, e xplications, pralables, dclaration d'intention, tout un rituel destin tablir une communication directe. (24) t du texte. Tout cela nous

PAGE 31

31 our permettre de saisir les raisons de son omniprsence ainsi que sa permanence dans la production marocaine. Les particularits de l'criture de l'enfance marocaine soulvent des questions qui portent sur la relation du texte marocain avec le fait autob iographique et permettent de autobiographiques et vont jusqu' problmatiser les dfinitions gnriques sur rendre compte de la manire dont marocain. Cet espace qui, comme on va le voir, ne manquera pas finalement d garantissant ce genre un dveloppement trs favorable. En fait, Il est vrai que les langue arabe ou franaise, puisent dans diverses traditions culturelles et littraires. Ils puisen t aussi bien dans des rcits classiques franais (Chateaubriand, Mallarm, Rousseau, Sartre) que dans des rcits classiques arabes notamment la Rihla (rcit de voyage), la Sira ou la Tarjama de la narration de rcits locaux comme les contes et les anecdotes provenant de la tradition orale. 2.2 Le fait autobiographique et le texte littraire marocain souvent t souligne par la critique. Dans un article in titul R oman marocain et Autobiographie cit par Yvette Bnayoun Szmidt et Najib Redouane dans Parcours fminin dans la littrature marocaine d'expression franaise, Arnold Roth souligne que [...] l'autobiographie ou soyons plus prud ents le rcit caractre

PAGE 32

32 autobiographique, est une particularit de la littratur e marocaine dans sa totalit. (133 ). On retrouve des propos similaires chez Tetz Rooke. Dans un article intitul Moroccan autobiography as national allegory, il affirme : I t is well known that modern Maghrebi prose shows a strong autobiographical tendency. The seemingly self centred and individualistic subject of my life dominates many works, regardless if they are w ritten in French or Arabic (289). Cette mme ide se trouve chez Jean Dejeux qui, dans son livre La Littrature parle lui aussi du roman autobiographique parmi Quant la litt rature arabophone du Maroc, elle est aussi marque ds ses dbuts par cette mme tendance autobiographique. L'un de ses premiers reprsentants de la production arabophone est le romancier et nouvelliste Abd al Madjid Ben Jelloun (n en 1919) qui adopte un e perspective autobiographique dans son premier rcit F t tufla ( Pendant l' enfance ) (1957). Dans son Dictionnaire des crivains marocains Salim Jay prsente ce rcit en ces termes : Roman de formation montrant un crivain marocain, qui fut un enfant nsuite la langue arabe et y trouver les plus grandes joies, ce rcit est de ceux qui permettent tout marocain de faire le point sur lui mme (75). La prminence des rcits caractre autobiographique e st une caractristique 3 notamment dans la production gyptienne du dbut du sicle dernier. Ainsi, des Zainab (1914) de Heikel, Le livre des jours (1926) de Tah a Hussein, ou

PAGE 33

33 encore Ma vie d'Ahmed Amin (1950) sont toutes des rcits autobiographiques qui ont inaugur la carrire litt raire de leurs auteurs. e la Nahda 4 (renaissance) qui fut un vritable veil arabe, la fois politique et culturel. Avec La Nahda qui se veut une priode de renouvellement tous les niveaux, y compris au niveau littraire, est venue la ncessit renouvellement en proposa nt des textes autobiographiques. Ainsi, dans les milieux littraires, on peut citer parmi les premires oeuvres de la priode de la Nahda au Takhlis al ibriz f talkhis Briz (De l'or pur Paris en Rsum) (1834), rcit du sjour d'Al Tahtwi (1801 1873) Paris. On peut aussi mentionner al Sq' al l Sq (la jambe sur la jambe) de Fris Chidyq (1804 1887), un des pionniers arabes publier en 1855 ( Paris). Ce livr e, qui est un rcit de voyage la fois parodique et ironique, est considr comme tant l'origine d'une importante forme littraire arabe, celle qui marie l'autobiographie au rcit du voyage dans les pays trangers. En fait, tous ces pionniers prsenten littrature traditionnelle de la rihla 5 (rcit du voyage), typiquement arabe, o ils donnent ouvrage La litt rature arabe contemporaine ihla peut sem bler peu sa place parmi les pr romans Il donne pourtant le

PAGE 34

34 uverte de pays trangers, Al ayyam ( Les jours) de Taha Hussein, Haay al latini (le quartier latin) de Suhayl Idris, Mawsim al Hijra ila l chamal (Saison de la migration vers l e nord) de Tayyib Salih (14). Dans leur contexte culturel et historique, ces pre miers rcits caractre i ont trait la littrature personnelle, notamment la Sirah ou la Tarjama. Le terme Sirah tait essentiellement employ pour faire le pangyrique du prophte Mohamed en dcrivant sa naissance, sa vie, son caractre, ses signes, ses retraites spirituel les et ses actes d'adoration. Ensuite, il a servi pour rendre compte des biographies spirituelles qui relatent la vie des manire gnrale, la vie d'une personne esse ntiellement pieuse En ce sens, dans un article intitul, Autobiographie, genres et croisement des cultures Abdallah Bounfour affirme que : La biographie prophtique et les biographies spirituelles ne cherchent pas connatre ou expliquer mais difier : la vie propose au lecteur est un modle imiter. Autrement dit, la singularit d'une vie, fut elle d'un homme illustre, n'est pas l'objet de ces textes (...) la biographie dans ce sens, est l'objectivation narrativise des valeurs morales et r eligieuses d'une socit (89) Si la Sirah se caractrise par sa profusion dans le traitement du sujet, la Tarjama, elle, la distinction entre les deux termes s'est estomp e puisque dans la littrature moderne qui raconte la vie du prophte Mohamed, car sa personnalit est considre comme la plus minente et la plus importante. Il y est souvent prsent comme un modle parfait

PAGE 35

35 a, Abdallah Bounfo ur cite, dans le mme essai, cit au dessus l'autobiographie moderne savoir : le s autobiographies mystiques. Selon lui, c'est le seul genre autobiographique dans la culture arabe mdivale et classique (89) et il se caractrise par : 1. Le narrateur, le personnage dont la vie est relate et l'auteur sont une mme personne, ceci const itue le noyau central de la dfinition de l'autobiographie. 2. La vie raconte, quoiqu'oriente dans le sens d'un parcours initiatique, reste ouverte la subjectivit, aux multiples facettes du monde (89). Dans ce mme ordre d'ides, dans une tude collect ive sur l'histoire de l'autobiographie arabe intitule Interpreting the Self: Autobiography in the Arabic Literary Tradition les auteurs prcisent que : Between the ninth and nin steady Between the twelfth and fourteenth centuries, they see an awareness of the autobiographical act, and they maintain that between the fifteenth and sixteenth centuries, a sen se of is evident along with elaborate defenses of aut obiographical writings (241) autobiographique dans la production arabo avait ds le 15eme sicle une rflexion sur le fait autobiogr aphique ainsi que sur la pertinence de la production autobiographique. Le corpus rpertori par les auteurs de cette tude est essentiellement tir de textes autobiographiques classiques dans la littrature arabe dans une priode allant du 9me au 19me sicle. propre histoire et ses propres repres qu :

PAGE 36

36 1. t trouve au Machrek dans un contexte de renouvellement, 2. Elle a trouv sa source dite originelle dans un espace autobiographique tra ditionnel qui lui a assur les conditions de sa russite et de son dveloppement. sont livrs une rflexion sur leur contexte socioculturel pour prparer une Rforme devient ds le dbut de la Nahda une thmatique fondamentale dans la pense s conditions et les circonstances de la cration littraire entre ce qui tait considr comme le centre (le Machrek) et la priphrie (le Maghreb) montre aussi la pr productions maghrbines, on peut relever plusieurs textes autobiographiques, par exemple le rcit autobiographique du tunisien Ali l Du'aji (1909 1949) Priple par les tave rnes de la Mditerrane (1935), considr par Khatibi, dans son ouvrage critique Le Roman maghrbin (1968), comme le premier roman de langue arabe au Maghreb. Quant au Maroc, on constate aussi que ce qui est considr comme le premier roman marocain (T omiche 6) en langue arabe tait, en fait, une autobiographie. Il s'agit de F tufla ( Pendant l'enfance ) d'Abd al Majd Ben Jelloun publie en 1957. Le livre des jours de Taha H ussein, montrant ainsi l'influence exclusivement orientale et arabe sur la production littraire du Maghreb.

PAGE 37

37 Par consquent, la production littraire marocaine arabophone ou francophone nfluences ni onde existante. Mieux encore, on peut ajouter que mme les crivains du roman marocain ression seulement pour raconter des rcits inspirs, en fait, de la narration de rcits locaux comme les contes et les anecdotes provenant de la tradition orale. Mernissi, qui fait partie de mon corpus, est un bon exemple de cette tradition puisan t exhaust ivement du conte arabe des Mille et une nuits Bref, les tudes le confirment, le genre autobiographique occidentale qui insistent su r le fait que l'autobiographie est d finitivement et exclusivement un genre occidental. Ces derniers adoptent un point de vue idologique trs conservateur qui consiste dire que les crivains non europens ne peuvent pas crire des autobiographies parce occidental qui appartient la culture occidentale (May 17) et qui traduit un souci particulier l'homme d'occident 6 eux mmes parce que la philosophie est un hasardeuses trouve encore des partisans.

PAGE 38

38 Ainsi, Annie Devergnas Dieumegard, qui adopte ce point de vue, aff irme dans un article int itul L'incroyable fortune d'un genre sans racines : esquisse d'une problmatique de l'autobiographie de langue franaise au Maroc ce qui suit : On n'crit pas son autobiographie dans n'importe quelle culture. Il faut, pour concevoir l'ide mme d'un t el projet, avoir la possibilit de s'affirmer en tant qu'individualit au sein d'un groupe. Parler de soi la premire personne dans le but de raconter sa vie prsuppose dj la claire conscience de son identit ; et pour dfinir cette identit, il faut p ouvoir s'opposer l'Autre, le percevoir comme tranger soi, puis se donner assez de valeur pour se mettre au centre de son criture. Mais il apparat que les civilisations archaques, de mme que les civilisations traditionnelles millnaires (Inde, Chin e, Islam), n'ont pas dvelopp la notion d'individualit, mais plutt celle d'troite appartenance et interdpendance de chacun au tissu social qui l'englobe. Seule la socit occidentale contemporaine a petit petit dfini un individu tre moral, in dpendant, autonome, non redevable ses gniteurs : chacun s'y pense l'auteur de son parcours de vie, et c'est alors que ce parcours peut devenir matire un rcit, c'e st dire une autobiographie. Cette volont de considrer l'autobiographie comme un gnie exclusif de l'occident rvle en ralit une vision extrmement eurocentriste. Ce constat est, tude gnrique, thmatique et fonctionnelle de quelques autobiographies marocaines. Il remet en cause les affirme que : Outre la vision eurocentriste qui caractrise ces affirmations, elles rvlent une mconnaissance totale des cultures trangres, un manque vi dent de toute vision comparative et une confusion voulue ou inconsciente entretenue tout d'abord entre l'origine de l'autobiographie et la production autobiographique moderne et contemporaine ; et ensuite, entre l'autobiographie comme genre littraire vari able et un certain instinct autobiographique inn dont on nous fait remarquer d'ailleurs que seul l'occidental a la proprit Cette volont de considrer l'autobiographie comme une "marque dpose" de l'occident transpose dans les tudes littraires d es considrations extra littraires non justifies, et marque du sceau du "rgionalisme" toute une partie de la recherche dans le domaine autobiographique.

PAGE 39

39 ce travail de m'ten dre sur la problmatique dfinitoire de l'autobiographie, largement dveloppe au cours des trois dernires dcennies, ni de dbattre du problme de la culturelle autre e nos jours il y a toujours ceux qui continuent penser que dans la littrature maghrbine on ne trouve pas proprement En fait, ces critiqu es sceptiques maintiennent que ces textes ne peuvent pas tre c'est dire, au sens europen du Maghreb, rapporte la po article rcent intitul graphie au Maghreb postcolonial Il crit : La question de la quali fication de ces textes autobiographiques, du point de vue de la thorie du genre, reste peu lucide. Bien que le discours autobiographique soit au centre de la littrature franaise maghrbine, ces ographie au sens de nombreux rcits, ni les caractristiques narratives, ni le contenu ne correspondent aux attentes que le rcepteur pourrait avoir face une autobiographie cla ssique. De plus, la plupart des crivains hsitent proposer aux lecteurs le pacte autobiographique tel que le prconise Philippe Lejeune pour un texte appart enant au genre autobiographique (155 56) Le problme pos par Richter est important. Il touche la question du modle de la classification et de la reconnaissance. Toute tentative classificatrice qui prend pour catgoriser, sur le plan gnrique, l'criture autobi ographique dans sa globalit,

PAGE 40

40 discours de EIke Richter que les critures du je ne se limitent pas la culture et la sphre culturelle europenne mais elles sont bel et bien considrer en tant que phnomnes transculturels et transhistoriques (155). Et enfin, pour ma part, j'adhre tant que pratique. Olney note, judicieusement, que tout le monde semble savoir ce que veut dire une autobiographie et pourtant, no two observers, no matter how assured they may be, are in agreement (Autobiog raphy and the Cultural Moment 7). Dans son travail, il a parl de cette impossibility of making any prescriptive definition for autobiography or placing any generic limitations on it at all (Ontology 237). 2.3 Texte et contexte A cette particularit de la production littraire marocaine, arabophone et Ces tendances ne se sont pas in 7 ce recours prononc pour l'criture de soi chez les crivains marocains des deux langues fait que le texte autobiographique est un passage oblig son pays, de lgitimer aussi

PAGE 41

41 un rcit moral et poli tique qui permet de participer la construction de la socit. Ce faisant, le Moi prend une cohrence et s'organise peu peu dans un mouvement qui rend justement ce moi un matre absolu qui se substitue tout. dans son livre Les Ecritures du moi: Lignes de vie que l'enjeu de l'entreprise autobiographique est l'affirmation de l'existence du Moi (26). Dans les te xtes marocains c'est travers le s positions possibles mais ce moi Jean Dejeux affirme ce sujet que: les lett res de langue franaise, reflet de lui mme, et non vu travers le prisme de colonisateur, essayant de donner du Maghrbin une image enfin exacte et refusant (24). La prminence autobiographique devient alors comme disait Jacques Lecarme une volont quelque peu maniaque de retrouver des traces susceptibles de fonder un tre dont o n ne doute pas (34) mais lie la construction nationale elle prend une autre dimension. Autrement dit, un tre qui a un message faire passe r, faire monde. pays aux prises avec la colonisation mais aussi avec une modernisation en contradiction avec certaines des traditions et valeurs arabo musulmanes. Leurs textes tendent reflter toutes les tendances et les contradictions culturelles, sociales et politiqu

PAGE 42

42 Ces auteurs assument leurs positions comme des porte mutation. appeler de ces auteurs. Une hypertrophie qui en ralit, doit ion, et veulent tmoigner de cette priode transitoire. En effet, pour un intellectuel ou un crivain, la meilleure pour re ndre compte aussi bien de son Moi individue l que du Moi collectif Cette volont conduit les crivains se livrer une rflexion sur leur socit travers leurs aspirations. Comme nous allons le voir, cette rflexion est complexe, voire violente, et confus, inadapt et dlirant en raison des principes suggrs ou imposs par les orientations collectives. Cette confrontat ion rvle une inadaptation, qui, son tour, devient un miroir refltant une vision dcale de soi et de la ralit. Ces auteurs, posant au lecteur des expriences subjectives dans lesquelles ce dernier peut se retrouver ou se reconnaitre. utobiographique,

PAGE 43

43 James Goodwin dans son livre Autobiography: The Self Made Text Dans son analyse il [a]utobiography has made significant contributions to social history and political thought, for it offers to individuals otherwise excluded from the spheres of political representation and publication the opportunity to addr ess the public in their own voices (18). Cela dit, quelles que soient les relations sociales, politiques ou culturelles de rpondre la question Qui suis cette priode, les auteurs se sont livrs un questio peuple en questionnant les deux mondes antithtiques celui des parents et celui des colons. Et, tr ouve au centre des textes autobiographiques ne peut tre lie seulement u n repre temporel ou historique ; elle rpond aussi des exigences qui ont une dimension existentielle. En effet, les enfances de ces crivains sont pour la plupart marques par une srie de ruptures et Dans Le P ass simple (le Seigneur) qui le pousse difier des oppositions contre ce pre et contre tous les systmes qu e ce pre reprsente (le patriarcat, la reli gion, la famille, la morale). Dans Le P ain nu transform le protagoniste en un enfant des rues, un voyou. Quand Mohamed dcide

PAGE 44

44 de dserter le foyer familia Dans La M moire tatoue pre, cause de sa mort cette fois, ce qui donne au protagoniste le s un ge prco ce et problmatise sa formation : A sept ans, la mort entra dans ma vie dplacement du lieu de naissance El Djadida, le dmnagement Essaouir a afin de marocaine. La mort du pre entrane un loignement de sa mre mais aussi de son ducation arabo Dans ces rcits autobiographiques, la rupture revt des formes diffrentes et peut se manif ester sous divers aspects. Ainsi, da ns le texte de Fatima Mernissi, Rves de femmes: une enfance au harem la rupture, pour la petite Fatima, prend surtout la del des frontires existantes entre le monde des femmes et celui des hommes, entre le monde des adultes et celui des enfants. refuser ce del des frontires riges par les hommes de son entourage. Quant au dernier texte, nfant bloui h omosexualit prpubre Il dcide de vivre quand mme sa diffrence avec tout ce que cela implique comme dtachements (social, moral, religieux).

PAGE 45

45 C ou publique) ou encore lorsque vient le moment o le de ruptures que ces textes mettent en Ce sont des rcits de vie travaills par des chos multiples qui renvoient la mmoire aussi bien dans sa dimension individuelle que collective. Les traces de la mmoire individuelle peuvent tre suivies travers les manifestations du je et il faut donc se rfrer la biographie de l'auteur pour traquer ses trous de mmoire, volontaires ou non, en confrontant sa vie avec son r cit. Quant la mmoire collective, elle va au la narratrice et qui sont partags auss L'analyse de l'criture de l'enfance dans les textes rpertoris m'a engag dans la voie de les lire en tant qui se trouve li congnitalement l'autobiographie. Philippe Le jeune confirme Un des moyens le s plus srs pour reconnatre une autobiographie, c'est [...] de regarder si le rcit d'enfance occupe une place significative. (19).

PAGE 46

46 Po il est peru comme un genre 8 c'est dire une pratique scripturale o E.Ros en, dans son tude intitule Pourquoi avons nous invent le Rcit d'enfance? Considrations sociocritiques sur l'tude d'un genre et en se rfrant l'tude de Coe, consacre au rcit d'enfance, a not qu'au dpart, le rcit d'enfance se voyait amalgam l'autobiographie mais il constitue toutefois l'autobiog raphie, mais il n'en est pas un passage oblig. D'autre part, il considrer comme une autobiographie tronque (70). est justifie couvert par le rcit d'enfance a suscit tout un ventail d'tudes dans les sciences humaines. anthropologie, histoire, psychologie, linguistique pour en dterminer la porte. voix enfantine que le narrateur octroie l'enfant. Il explique que: Dans le rcit autobiographique classique; c'est la voix du narrateur qui domine et organise le texte: s'il met en scne la perspective de l'enfant, il ne lui laisse gure la parole. (...) Pour le rcit d'enfance, il faut abandonner le code de la vra isemblance (du naturel) autobiographique et entrer dans l'espace de la fiction. Alors il ne s'agira plus de se souvenir, mais de fabriquer une voix enfantine, cela en fonction des effets qu'une telle voix peut produire sur le lecteur plutt que dans une pe rspective de fidlit une nonciation enfantine qui, de toute faon, n'a jamais exist sous cette forme (10). Cette voix enfantine, on la trouve surtout dans les rcits qui sont vous exclusivement s textes qui sont devenus des classique s 9 pour le

PAGE 47

47 ont donn au genre ses titres de noblesse et depuis il propres modles. Cette question de modles renvoie, justement dlimiter les caractristiques internes d Plusieurs interprtations ont t proposes af satisfaisante qui permette d'inclure ou d'exclure tel ou tel texte mais parfois ces dlimitations contestables. Comment dfinir ds lors ce qui constitue le rcit d'enfance ? Denise Escarpit dans un article intitul Le Rcit d'enfance. Enfance et criture p ropose la dfinition suivante. C'est un text e crit la diffrence des rcits de vie qui sont collects oralement avant d'tre transcrits -dans lequel un crivain adulte, par divers procds littraires, de narration ou d'criture, raconte l'histoire d'un enfant -lui mme ou un autre -, ou une tranche de la vie d'un enfant : il s'agit d'un rcit biographique rel -qui peut alors tre une a utobiographie -ou fictif (24). Jean Salesse, lui, dans son tude Le Rcit d'enfance dans les trois premiers livres des: M tombe, propose la dfinition suivante: Un rcit d'enfance est un rcit d'adulte. Il est toujours reconstitution plus ou moins hsitante, plus ou moins sincre, de sensations originelles, de dtestations, de rves et de regrets, lit entre to us comme lments fondateur s et justificateurs de son tre (11) Quant Richard N. Coe, i l a prsent dans son ouvrage When the Grass was Taller le dfinis Pour Coe le rcit d dire celle qui commence avec la

PAGE 48

48 premi re formation de la conscience the first light of consciensness (9) et finit par Philipe Lejeune, pour sa part, relve trois axes possibles pour dfinir le rcit principal de l'criture, ensuite l'criture pour l'enfance et dans ce cas, l'enfance devient le destinataire de l'criture, autrement dit, une littrature pour la jeunesse et f l'auteur et le scripteur du texte. (9 20) Enfin, Jacques Lecarme a restreint la typologie trois types prcis de rcits. Le fance. Le second se limiterait aux textes 10 (21), le troisime fait appel aux textes autobiographiques et autofic deuxime dfinition, (26). englobe tous les s A mon avi s, de toutes ces dfinitions, celle de Jean Salesse me semble tre la scripteur adulte qui se ddouble

PAGE 49

49 lui mme. Il alors un en(je)u entre l'crivain et son dou Selon cette perspecti se pencher sur soi mme r. 2.5 Une enfance marocaine autobiographiques marocains montre que cet univers se prsente le plus souvent, comme un ensemble lacunaire ou comme une juxtapos ition de fragments disperss. Prenons, par exemple, le cas de La Mmoire tatoue de Khatibi, dans ce rcit, est structure par une remmoration fragmentaire des souvenirs qui constituent l'enfance. D'ailleurs, ceci est corrobor par ce que e une mmoire dsordonne (LMT 67) dans laquelle les mort entra dans ma vie avec une telle fureur que je dispose encore des hurlements qui me secourent (LMT 27), un peu plus en avant on lit : vers quatre ans, je fus surpris par la mare haute sur un ilot rocheux Essaouira (LMT29). Encore faut il remarquer que l a slection de ces pisodes est bien entendu rvlatrice car elle varie selon le moment, le contexte et le En fait, l reprsente pas seulement un e simple remmoration anecdotique mais elle est bel et

PAGE 50

50 bien une manire de reconqurir une identit travers la qute du pass. L a rflexion sur la mise en criture de l'enfance dans le texte autobiographique marocain dans son contexte arabe et franais vise prciser certaines configurations narratives travers lesquelles on peut saisir les pisodes qui font aider certaine valeur aux yeux du narrateur. Dj Khatibi exprimait des doutes pour ne pas dire son pessimisme vis vis du raconter ( LMT 6 rfrence par laquelle les crivains se penchent sur leur enfance rvle une srie de donnes culturelles et existentielles issues de forces le temps du souvenir ...etc). la mise en rcit de ses souvenirs. L'cart temporel et affectif entre le moi du narrateur adulte et le moi en vidence le ddoublement du narrateur vis introspective de l'criture qui devient alors un en(je)u entre l'crivain et son double. On est devant un Moi parpill qui cherche se reconstruire trav ers le temps et tre l plus urgent et, trs souvent difficile pour ne pas dire impossible. Cette impossibilit est

PAGE 51

51 la plupart du temps illustre dans le rcit par l mme, trouve son expression textuelle dans cette enfance constitue d fragments disperss. rcit. Cette source prsente un dfi Noha Ahmed Abou Sdra dans sa thse intitule Point de Vue et Rcit d'Enfance dans L'Enfant de Jules Valls, La Grande Maison de Mohamed Dib et Les Jours de Taha Hussein Etude de sociocritique compare : Gnralement constitue partir d'un grand nombre de souvenirs accumuls. Ces souvenirs sont la plupart du temps dsordonns, incohrents, mal organiss. Ils se prsentent en chaos dans la mmoire in voulant dsordre et de faire appel son talent pour remettre tout en ordre, crer des relations et rendre coh rents et intelligibles ces souvenirs afin de donner un texte harmonieux. Nous autobiographique ou autofictionnel, reconstitue le pass en faisant appel des images qui un v cu ult Le rcit de Khatibi, La M moire tatoue un dcolonis mme mon enfance, ma vraie enfance, je ne pourrai jamais la raconter (69

PAGE 52

52 comme un prtexte pour une rtrospection en soi rcits qui possdent plusieurs fonctions. En plus de leur fonction mmorielle vidente, ils assument aussi une fonction, explicative, thrapeutique et mme politique reprable pour la Dans les rcits retenus, les piso l'enfant dpasser ou transgresser les limites gnralement assignes son ge en P ain nu est aussi rvlateur ce sujet. Le petit menace, insulte e t bat sa femme et ses enfants. hros qui situation problmatique scriptural es et par ce que cert ains critiques ont appel une criture de la violence 11 De ce fait, le lecteur se trouve souvent dsorient par les structures textuelles fragmentes et non conformes aux conventions littraires ralistes de la majorit des rci Le P ass simple de Chraibi ou encore dans Le P ain nu de Choukri, o les protagonistes rvlent les nt faire face la violence et au dysf

PAGE 53

53 souvent un prilleux exercice de survie. Le monde dans lequel voluent les personnages de Choukri est un monde qui s'avre terriblement dangereux o les enfants sont les premires victimes. Ce mme tableau, on le trouve chez Chrabi qui, lui aussi, dcrit un environnement familial incroyablement hostile et traumatisant. Les pres dans les deux textes sont cruels et reprsentent un paternalisme ngatif. Ils despotisme accablant. Cependant, il faut signaler que l'environnement familial et social de l'enfant n'est pas tou jours aussi hostile et anxiogne. Aussi, Khatibi dans La M moire tatoue montre une famille unie et qui semble assez heureuse et quilibre. De mme, Rachid O., lui aussi, dans nfant bloui dcrit sa relation avec un pre exceptionnel pour qui il prou ve un amour infini (141 O., le pre contraste avec les figures qui peuplent les autres rcits. Il est conciliant et ouvert. Il conseille son fils et accepte son homosexualit sans problme. nt bloui se veut tre dmarche qui veut branler la conformit au modle traditionnel de la masculinit. top

PAGE 54

54 st en egard tranger, et perturb par la sgrgation des sexes, le machisme du pre ou des oncles. Cet v ritable identit marocaine. Il ressort de cette tendance dominante que le rcit socioculturelles et psychologiques, un conflit qui est au fondement de la relation de la pe fait que la socit et la culture relguent la femme au second plan et privilgient le garon au dtriment de la fille. Dans le rcit, la petite fille, qui a un sens inn de la libert, se livre une auto initiation pour explorer son monde. Par son rcit, Mernissi espace (le harem) en le mdiatisant par le regard de la petite fille comme si la fonction rendre potiquement admirable. Aussi, faut il remarquer que le rcit pointe une fois de seulement une transmetteuse de traditions et en tre la gardienne. pa

PAGE 55

55 ntre ui ne peut quelque chose a t per originel, (107). Cependant, il semble que dans le cas des criva ins du Maroc, ce projet sur de la situation pendant la co nfance a : r pas un hasard si Abdelkebir Khatibi donne sa mmoire tatoue le sous autobiographie autobiographi elle partie du dcor dans ces rcits. Elle y est omniprsente par le boul politique qui rgne dans la socit

PAGE 56

56 st pas aussi explicite car dveloppe pas ce stade du rcit une prise de conscience politique assez discernable En gnral dans tous les textes rpertoris, les champ scriptural se rvle comme un lieu rateur adulte tous les atouts qui peut bien adhrer volontiers un pacte autobiographique donn. En fait, les rcits trouve sa justification dans le regar d et dans la vision de ce personnage ou antipathiques. C'est lui aussi qui leur fait jouer le rle d'adjuvants ou d'opposants et ui les caractrise comme anges ou comme dmons. ndent pour profrer la parole dlirante des priode qui concide avec la colonisation du Maroc. Cette concidence est trs

PAGE 57

57 rvlatrice dans la mesure o elle claire la situation problmatique lors du passage de chapitre suivant montrera que dans les texte s de Choukri, Chraibi, Khatibi, et Mernissi, sur des pisodes, parfois cruels, de la priode coloniale et la rsistance nationale. Cette exprience aboutit une prise d prendre connaissance, un ge prcoce, des vnements politiques ayant marqu dtache de la mmoire individuelle qui est, cette fois rpondre aux attentes des siens. 2.6 Conclusion il y a le champ autobiographique, dj existant, constitu par les genres de la littrature arabe classique rsonnance autobiographique (Rihla, Tarjama et Sira) y compris les contes il y a le cont exte tant que genre en rappelant ses dfinitions et ses particularits par rapport

PAGE 58

58 au rcit d'enfance et qui trouve sa justification dans le fait que l'autobiographie, rcit rtrospectif, cherche, presque toujours, mettre en valeur la formation de la personnalit du protagoniste. Un constat important corpus montre que cet univers se prsente comme une juxtapo sition de fragments disperss mens, le plus souvent, par une narration dlirante Le chapitre suivant pa ttern qui caractrise

PAGE 59

59 N otes 1. Par Elisabeth Bruss et autres. Dans L'autobiographie considre comme acte littraire in Potique n 17, janvier 1974, W.Bruss, par exemple, conteste les restrictions apportes la dfin ition du genre par Philippe Lejeune. Elle estime dcrire l'autobiographie comme u n rcit rtrospectif en prose trop contraignant. Pour elle: rapport ce qui est dj pass, puisqu'un autobiographe p ourrait tirer un parti apprciable de ses potentialits et de ses intentions pour l'avenir (Bruss, 1974:24). n plus que le narrateur mette l 'accent sur sa vie individuelle, ni en particulier su r l'histo ire de sa personnalit S'il est vrai que l'nonciateur d oit tre identique l'auteur, part de savoir si l'autobiog raphie doit concerner l'homme intrieur (ou) ce lle de savoir quelle proportion du texte doit tre consacre au moi plutt qu' autrui, ne fo nt l'objet d'aucune stipulation (ibidem). Elle enlve galement toute validit la quest ion du pacte autobiographique en prcisant qu'il n'est pas obligatoi re que soient tablies des conditions de lecture entre l'autobiographe et son public pour que l'crit soit considr comme autobiographie. 2. pacte entre l'auteur et le lecteur engageant le premier raconter directement sa vie dans un esprit de vrit. 3. Le Machrek dsigne l'Orient arabe 4. La Nahda : Initialement, cette mouvance tait concentre largement en gypte. Elle est lie la dcomposition politique de l' Empire ottoman et au moment de rinvention identitaire du monde arabe qui l'accompagne. 5. La Rihla (rcit de voyage), genre littraire typiquement arabe compos d'observations gographiques, ethnologiques, religieuses... on peut citer ibn Batouta (1304 genr e. 6. Georges Gusdorf, Formen der selbstdarstellung, festgabe fr Fritz Neubert cit dans Philippe, Lejeune, L'autobiographie en France p. 217. 7. Aprs les premiers textes fondateurs, les rcits autobiographiques dans lesquels l'enfance occupe une place im portante se sont multiplis. Hadraoui, Touria, Une enfance marocaine Casablanca, Ed. Le Fennec, 1998 Samie Amale, Cdres et baleines de l'Atlas Casablanca, Ed. Le Fennec, 1990, Samie Amale, Prte moi ton dlire Casablanca, Ed. Le Fennec, 1993. Gherbaoui, Mohammed Ali, Le Pont de lumire. Rcit de dlire mystique Casablana, Ed. Afrique Orient, 1992. Benchekroun, Siham, Oser vivre Casablanca, Ed. Eddif, 1999. Djerrari Benabdenbi, Fattouma, Souffle de femme Casablanca, Ed. Eddi f, 1999.

PAGE 60

60 O., Rachid, Plusieurs vies Gallimard, 1996. O., Rachid, Chocolat chaud Gallimard, 1998, O., Rachid, Ce qui reste Gallimard, 2003. Kilito, Abdelfattah, La Querelle des images Casablanca, Ed. Eddif, 1995. Laroui, Fouad, Les Dents du topographe Casablanca, Ed. Eddif, 1997. Binebine, Mahi, L'Ombre du pote Paris, Ed. Stock, 1997. Abdellatif Labi, Le fond de la jarre Gallimard, 2002. Boucetta, Fatiha, Anissa captive Casablanca, Ed. Eddif, 1991. 8. r comme un genre littraire par plusieurs thoriciens entre autres Pascal, R. Design and Truth in Autobiography, London: Routledge & Kegan Paul 1960. et Coe, R. When the Grass Was Taller Autobiography and the Experience of Childhood, New Haven and Lon don: Yale U. P. 1984. 9. considrs comme des on trouve : Leo Tolstoy Enfance (1852), Maxime Gorky Enfance (1914), And re Gide Si le grain ne meurt (1928), Jean Paul Sartre Les mots (1964), E lias Canetti La langue sauve Hi 1921 (1977) et Nathalie Sarraute Enfance (1984) 10. sur la quatr ime de couverture de son livre Fils explorant une exprience vcue par celui ci. 11. Allusion ici faite La Violence du texte, tudes sur la littrature marocaine de langue franaise avec une Lettre prface

PAGE 61

61 CHAP T ER 3 CRITURE ET ENFANCE : UNE POTIQUE DU DLIRE Longtemps aprs, je me souviendrai de cette minute charge d'une soudaine prescience qui m'envahit, m'affola, m'isola avec peut tre la mme violence que la Ligne Mince Driss Chrabi, L e P ass simple ( 1 3 ) 3.1 De la Ligne Mince la potique du dlire dessus nous rappelle un des protocoles d'apparition de la Ligne Mince dans Le P ass simple de Driss Chrabi. Cette Ligne Mince (italique s et majuscule dans le texte) qui apparat au personnage Driss certaines phases du rcit semble tre de l'ordre de l'hallucination (B rigui 71). Le sens de cette formulation explication n'est fournie au lecteur pour la comprendre. Sa prsentation en italique s lui donne, de plus, un aspect flou voire nigmatique. Dans son essai, The Thin Line of Modernity: Some M oroccan Debates on Subjectivity Stefania Pandolfo essaie de dfinir la Ligne Mince en ces termes: the Thin Line, la Ligne Mince : a boundary and a bar, a slash [/], a partition and a limit between opposed terms, but also an entre deux, an inte rstitial zone, an emergent beyond, in between classificatory terms (120). Cette dfinition fait rfrence En fait, l a Ligne M ince pourrait se dfinir comme une frontire entre deux espaces antit htiques, deux situations qui menace son apprentissage. Dans cette dfinition se retrouve toute la problmatique du choix oprer, de la prise de dcision fondamentale pour le personnage enfant qui n'est ni vident ni facile obtenir. Le choix est conditionn par des situations, des

PAGE 62

62 personnages cls de la formation. Il dtermine no qui essaye nt s ne peuvent pas maintenir leur quilibre. Les jeunes hros chez les aut eurs marocains Chraibi, Khatibi et Choukri, dans leurs rcits respectifs, Le P ass simple La M moire tatoue et Le P ain nu sont tous n des gards les personnages de dlirants rcurrents dans le roman marocain de langues arabe et franaise depuis les annes 50 Ces personnages con stituent presque un leitmotiv pattern qui caractrise la production littraire marocai ne Mieux encore, ils sont trs proches de cette figure emblmatique de la socit marocaine qui est celle du Majdoub. Ce dernier est peru, malgr sa folie, comme un ions sacro saintes qui sclrosent cette mme socit. E n m la ligne mince des rcits, je montrerai comment les enfants dans les trois rcits hritent de la fonction du Majdoub. Dans un article : Tahar Ben jelloun post sur le site de la banque de donnes LIMAG (Littra tures maghrbines), anime par Charles Bonn, Rachida Saigh Bousta prsente la figure du Majdoub en ces termes : Considr et nomm par gard Majdoub, le fou est dot d'une certaine sagesse dans la mentalit maghrbine. Comme Harrouda, il parcourt librement la ville et attire les enfants livrs eux mmes, qui sont sduits par l'euphorie de sa parole. Ses mots, taills dans les mandres du silence, se situent en marge du langage cod et chappent ainsi au pouvoir de la doxa.

PAGE 63

63 Il faut rappeler que la figure du Majdoub a trouv son illustration littraire dans jelloun Moha le fou Moha le sage dans laquelle le personnage ce ntral, Moha, est un personnage dlirant qui personnifie dans laquelle il vit. sa folie dborde et tourne en sagesse comme ce psychiatre qui examine Moha et ne ralise pas la vrit qui jaillit de ses propos. Autrement dit, Moha est bien sage aux yeux de ceux qui ont la lucidit de savoir que sa folie est belle et saine (Moha, 124). Moha, comme le Majdoub, connait bien cette Ligne Mince qui spare la raison de ceux qui se sont retrouvs dans la priphrie de la vie (Moha 26). accessibles que pour celui qui parvient en comprendre les sens cachs et en saisir donc et en dgag er la valeur. Hallucination ? Vrit ? On ne saurait rien catgoriser dans les paroles de ces enfants rendant compte de leur situation, relient le monde rel au monde imaginaire critur En fait, ils sont les seuls qui, parce que dmesurs ont une parole libre irante. Si chez Chrabi cette Ligne Mince est vidente parce que

PAGE 64

64 du langage, puis dans la faon dont il dfinit son texte, et enfin d ans la faon dont il enfance et il raconte pourtant en puisant toutes les possibilits que lui permet le langage. Chez Choukri, la Ligne Mince prend des allures plu ridimensionnelles travers le parcours de la formation du personnage et elle renvoie surtout au contenu iolence et le macabre etc. Cette Ligne Mince rvle comme un outil pertinent pour interprter ces trois textes. En fait, la Ligne Mince at nouveau. Sa prsence comme son absence est lie surtout des moments de tensions subjectives dans lesquelles les frontires entre le dehors et le dedans, entre rali t et imaginaire se brouillent devant la perception 1 du protagoniste. Ce dernier est appel alors franchir la ligne de partage pour la briser mais il semble incapable de trancher par un tat de transe o dlire et hallucination donnent sa subjectivit un motif de libration des encore une fois, Pandolfo souligne que : This hallucinatory dissol ution between the interior and exterior states of being informs the form of the novel, with its fragmented stream of consciousness narration, and, in the difficulty in telling apart interior and exterior realities. In a way, it may not matter which is whic h. The novel

PAGE 65

65 represents the shattering of the narrator's perceptions due to the disjunctions in his psychic and social lives. Driss Ferdi is in a sta te of irreconcilable realities (120). Les commentaires de Pandolfo sont particulirement pertinents la d escription du rapport du narrateur dans le rcit de Chraibi avec la Ligne Mince En fait, cette description pourrait tre tale pour rendre compte des trois rcits et noter que, la Ligne Mince ption du protagoniste. Ligne Mince se prsente roche qui est la mienne socioculturelles et socio psychologiques varies utilises pour interprter les textes. ce que la potique du dlire nous perme t de distinguer dans ces textes ? Ligne Mince Cette comme un catalyseur qui parcourt l es mouvements du texte. Je montrerai que la mise dfoulement 2 verbal o le langage prend les formes du dlire travers les divagations narratives en raison de dysfonc tionnements qui caractrise nt une socit dlire auquel je me rfre est la consquence de la rapport du langage avec la cration littraire.

PAGE 66

66 Il faut signaler que la question du dlire en tant que composante d u texte cette thmatique, en relation avec un moi trange 3 Des auteurs comm e Richard N Coe, qui, dans son tude consacre au rcit d'enfance intitule When The Grass Was Taller a parl de cette experience of the exprience donne lieu schizophrenic childhood ( 228) caractrise principalement par des tensions. Coe dans son analyse fait rfrence aux pour en rendre comp nanmoins rapprocher ce mme concept de crise psychique chez le personnage de portraits pour des personnage s de la folie et souligner comme trait commun aux personnages ici considrs. Avant Coe, l'int ellectuel tunisien Albert Memmi suggrait dans son ouvrage Le portrait du colonis onis qui comme son pre va na tre d'une srie de ngations. Le colonis n'est pas ceci, n'est pas cela. Jamais il n'est considr positivement: ou s'i l l'est, la qualit concde relve d'un m anque psychologique ou thique (109). Cette mme ide se retrouve aussi chez Frantz Fanon, qui, dans Les damns de la terre a parl du type nvrotique des

PAGE 67

67 introduite et maintenue par le colon (33). souvent hante par cette condition nerveuse 4 qui se traduit dans ces textes par le dlire. D ans L e Robert Dictionnaire alphabtique et analogique de la langue franaise le dlire est dfini comme tant un tat d'un malade qui met des ides fausses en totale opposition avec la ralit Il dan s le texte comme cette parole digressive qui croise l nce et il fait presque souvent partie de la construction du texte marocain autobiographique ou de fiction. Associ au verbalisme, il donne toujours aux crivains un choix de textes qu i permet leurs personnages de se livrer eux mme, de rver, de vaciller its marocains est un monde rel visible pour tout un chacun et un monde imaginaire peru uniquement par cet enfant qui se perd dans la rflexion, dans ses penses, cra nt des visions ou ersatile et souvent cruel des grandes personnes i dicte ses pr ne prennent plus souvent un contexte socio historique. Pour mon analyse, je fais appel une srie

PAGE 68

68 de trois visages type qui seront abords sparment pour rendre compte de la potique du dlire : 1. Le dlire de l'enfant rvolt dans le rcit de Driss Chrabi Le P ass simple 2. Le dlire de l'enfant dcolonis dans La M moire tatoue 3. you dans le rcit de Mohamed Choukri Le P ain nu jubilatoir ce 5 paradoxes qui dnotent une situation rpr essive accompagnant les premires annes culturel, les rcits rpertoris sont diffrents les uns des autres par le langage, la vain. Cependant, la lecture des chez ces trois auteurs le lecteur ne peut tre que dsempar par leurs structures clates, leurs configurations fragmentes et leur contre discours dlirant. Si on examine chaque protagoniste spa rment, on remarquera certains traits conscience malheureuse. Dans Le P ass si mple souvent isol par rapport aux axes majeurs du rcit. Peut tre est ce une manire pour

PAGE 69

69 L'pigraphe du premier chapitre qu'on peut saisir pleinement la position du narrateur par rapport non seulement cette enfance mais la totalit du rcit. On y lit en substance que le silence est une opinion ( LPS 13). En fait, le rcit d'enfance sous la plume de Ch rabi se rvle avant tout une introspection o le silence constitue une mise en scne pour accentuer la solennit du texte. (Gans Guinoune 208). Dans le que force cathartique qui libre le personnage central du joug du mutisme. Au silence a socit, se substitue alors un discours textuel dont le trait caractristique est le verbalisme dlirant. La M moire tatoue elle est galement propice onstituant le pass, la mmoire personnelle du narrateur, semble oprer certaines tra nsformations sur le rel vcu Ainsi, la rfrence la ralit manire directe mais plutt par le recours un discours symbolique qui fait appel des paraboliques. Dans La Mmoire tatoue a u fur et mesure que la narration se droule, le pr otagoniste se rvle comme un personnage actant 6 et en mme temps comme un sujet oprateur t plus dans ce cas un retour nostalgique un paradis perdu mais un prtexte pour une e dtatouage Khubz al hf, Le P ain nu de Mohamed Choukri, le dlire prend des allures pluridimensionnelles travers le parcours de la formation du

PAGE 70

70 les con dans la formation du protagoniste est dj un mouvement qui ne cesse de ponctuer le parcours du rcit, et, mesure que nous avanons dans le texte, des scnes de violence e dcadent, c particularits narratives comme ondance prend souvent des aspects hallucinatoires. La Ligne Mince fragmentation, et la violence, etc. tous ces aspects figurent parmi les dynamiques qui caractrisent la potique de ces enfances. Ligne Mince Majdoub, ces textes offrent au lecteur divers aspects du dl ire allant des plus vidents aux plus abstraits dont certains peuvent tre gnraliss toutes les socits du monde alors que marocaine Les pisodes du ous portent le croire car

PAGE 71

71 rpondent. Chacun sa faon restaure une enfance qui troubl ois crivains que de leur lectorat, pour des crivains subversifs. Leur choix a t justement dfini en rapport avec cette subversion qui se manifeste dans le texte par la thmatique du dlire qu'on va traiter sparment dans les trois textes. En fait, le rapproch ement des diverses situations o voluent leurs personnages leur situat ion de Ligne Mince Quel sens attribuer alors cette situation de Ligne Mince dans ces rcits ? 3.2 Le P ass simple de Driss Chrabi Dans Le pass simple roman paru en pleine priode de lutte pour narrateur du rci t, nous fait dcouvrir le systme rgne sur la famille en despote absolu. Avec son omnipotence ainsi que son omniprsence, ce pre reprsente le strotype du patria nant ainsi, une srie de contrastes, et aussi de s sollicitations nouvelles. Son ducation est surtout marque par un conflit de gnrations qui oppose violemment le fils son pre. ard du pre et des pesanteurs de la socit traditionnelle marocaine. Son lan contestataire que la rvolte de ce jeune clair contre les diverses institutions, provient de cet

PAGE 72

72 implique comme pense nouvelle, libre et plus audac ieuse et son dsir de remettre en 3.3 Dans Le P ass simple ce de son monde fait son apprentissage du monde, ces incohrences le poussent vers la dmesure. En famille ordinaire se transforment en ha ine et ressentiment au sein de la famille de Driss abandonne ses attributs traditionnels de petit ange pour se transformer en vrai dmon hant par la rvolte voire mme le parricide. Son obsession est Le phnomne de la Ligne Mince qui apparait au protagoniste certains moments du rcit symbolise ces moments de tensio ns, o la dmarcation qui spare la raison de la draison devient fragile et floue. En fait, comme le souligne Brigui dans son article prcit : Il se trouve que, entre l'Imaginaire et le Symbolique d'un ct, et le Rel de l'autre, il y a, selon Jacques Lacan, une barre. Et il y a pour le sujet un danger, menace constante de l'effondrement de cette barre. Lorsque cet effondrement se produit, le contact direct du sujet avec le rel se fa it au moyen de l'hallucination (72). En fait, si cette barre o enc ore cette Ligne Mince reprsente ce sentiment d'extrmes tensions, une prise de conscience ambigu se manifeste dans l'acte d'criture de ces pisodes ou le protagoniste est en situation de crise : La Ligne Mince est nette prsent. Tout est brouill dev ant mes yeux re depuis des gnrations crois de blanc. Tu es en passe de franchir la

PAGE 73

73 ligne. De perdre ta dernire goutte de sang authentiquement ngre. Ton les lgendes, tu penses en franais, tu es lecteur de voltaire et admirateur de Kant. Seulement le monde occidental po ur lequel tu es destin te para t sem de btise et de laideurs, peu de choses prs les mmes laideurs et les mmes bti ses que tu fuis (LPS 105 ) Avec son contenu dlirant la Ligne Mince se prsente dans ce passage comme lement au protagoniste mais il l croyances. En effet, la fonction de la Ligne Mince se traduit dans le rcit par tensions des ralits inconciliables. inexplicable et la pense du protagoniste et le pousse vers une loquacit dlirante : Derrire mes paupires closes [...], c'est d'abord comme un fil de toile d'araigne un fil si mince, si impalpable qu'il en est irrel. Ce fil est une lettre, un chiffre ou une ligne bri se. Il ne bouge pas, mais je le vois grossir [...]. Et, en prcisant, en grossissant, lettre, ligne brise, ou chiffre devient matriel et bouge, pendule, da ns e de plus en plus vite. Et la Ligne Mince devient aussi paisse que le doigt, plus grosse que le bras, prend l'allure d'un piston de moteur [...] et mesure que la vitesse et la grosseur de la ligne atteignent le paroxysme, sa matrialit devenue visible et palpable acquiert une sorte de son, d'abord sourd, puis de plus en plus net [.../...] pour t re enfin de compte une gigantesque clameur d'un train qui marche. (LPS 64) En fait, le rcit du P ass simple est truff de monologues et de digressions qui protagoniste angoiss, dprim et au bord de la folie. Autant paraboles investissent le champ du dlire pour rendre compte de son mal fils. Le s deux personnages portent et produisent deux systmes de valeurs

PAGE 74

74 antithtiques. Cette transmutation des valeurs permet aux deux protagonistes retours entre ce qui est et ce qui devrait tre. Le protagoniste dans Le P ass simple est tenaill par des attentes qui le dpassent et dont l'effet handicapant agit sur sa immdiatement perceptible dans le texte car le protagoniste, opprim et acul un silence contraignant, garde quand mme la facult de monologuer, ne serait ce que par un flux intrieur de paroles digressives qui marquent le glissement vers les hallucinations voire la folie. Le motif du dlire, dan s le texte, devient, en fait, un mcanisme de dfense face aux forces qui dpassent le protagoniste et le fait basculer de faon dcisive vers le dsquilibre et la dmesure. Ce qui est extraordinaire dans ce texte tout comme dans les autres textes du cor pus, ce sont ces pisodes o les protagonistes, comme le Majdoub, se lancent dans un tat second pour lire et dire le qui les porte bien loin de leur destine Dans L e P ass simple mes multiples est Ligne Mince a retenu l'attention de beaucoup de critiques. En effet, plusieurs travaux ont prsent des lments de rflexion propos de la fonction de La Li gne Mince dans Le P ass simple Fouad Brigui, entre autres, l en ces termes: On a tendance, en gnral, insister sur le fait que Le P ass simple pose la problmatique du dchirement d'un jeune maghrbin entre la culture orientale et la c ulture occidentale lors d'une phase particulirement critique de l'histoire de son pays. Une structure binaire articulerait donc le texte de Chrabi. Or, le roman s'ouvre certains endroits sur, au moins, une troisime possibilit qui n'est pas clairement dfinie, et, de toute manire, il ne saurait en tre autrement. Apparaissant sous forme Ligne Mince est l'un

PAGE 75

75 des indices qui dsignent cette autre possibilit oriente vers la qute d'un mode d'existenc e diffrent. Cependant, la conceptualisation de tout mode d'existence quel qu'il soit passe par le relais du langage. Il s'agira donc, pour le personnage, de trouver une formule adquate ( idoine comme aime le rpter Driss) pour dfinir cette troisi me voie (71 72) Cette citation suggre que la Ligne Mince est un effort orient vers la qute d'un mode d'existence diffrent une troisime voie qui se veut un dpassement de la dichotomie Orient / O suscit par le dlire de Driss Ferdi 7 le personnage principal du P ass simple se situe dans un cadre qui met en scne une juxtaposition de deux sphres culturelles antithtiques ( Orient/ O ccident) reprsentes dans le texte par le pre et le fils q ui auraient pouss le personnage chercher une formule adqu cette qute qui dclenche les circonstances qui mnent au dlire. Ce dernier se rvle travers la structure clate du langage e t la description hallucinante d'un mode d'existence diffrent De ce fait, le recours au dlire et la narration en forme fond de la pense de Driss qui essaie conduit fatalement une fragmentation de soi. En fin de compte, cette citation laisse e une optique conciliatrice de deux univers traditionnellement reprsents comme incompatibles. Il faut, cependant, prciser que les angoisses du protagoniste ne sont pas dues seulement sa situation de colonis mais surtou t aux Dans Le P ass simple Driss qui va conscience de sa situation problmatique :

PAGE 76

76 ). En fait, cet enfant qui accepte la mission dfinie par le pre, prend conscience des consquences lourdes qui en rsulte nt. L faisant, une tension na tyrannie sa mission c'est La frquentation de Pass Simple mais aussi de La Mmoire tatoue marocains utilisaient les mmes ouvrages que leurs enseignement te franais : Je suis assis devant un pupitre, devant moi ne trentaine de dos, deva nt un tableau noir sur lequel un bton de raie vient de calligraphier le sujet de le dissertation franaise Libert, galit, fraternit (LPS 204 ). cole franaise une ouverture sur le discours du colon et en mme temps une prdisposition valuer, juger et remettre en

PAGE 77

77 question le systme dans lequel il volue Un jour, un cartable fut substitu a ma l renaquit m on moi (LPS 188). Dans Le Pass Simple fils qui dcouvre certaines contradictions du systme gr sur un axe vertical de dominant/domin. Il en rsult e pour le fils une intense angoisse pour accomplir sa mission trs complexe. Il y a une crise gnrationnelle et une crise socitale qui le persuadent de le des valeurs la tyrannie du pre (le ir dans sa mission et fait de lui un tre rvolt son fils : du jour o tu (LPS 249). t possible de librer ou manciper une socit sans tenir compte de la remise en question des codes et des protocoles qui dominent dans cette socit ou mieux encore essayer de proposer un nouveau modle qui pourrait ventuellement faire table rase des valeurs hrites du pass vu leur caractre non immuable?

PAGE 78

78 questionnement qui trane le protagoniste vers la Ligne Mince Cette angoisse qui hante le protago niste est aussi celle de toute une gnration extrmement importante, pleine de mutations e t de conflits. Dans la plupart des rcits qui traitent du Maroc colonial la crainte de ne pas tre au niveau je ? au comment tre ? devant les dfis qui Pour mieux comprendre l'tendue de cette angoisse, il nous faut rappeler que le rcit publi la vei thme majeur des rcits de la gnration de cette poque. Cette gnration doit nt de faire un bilan complet de cette socit pour mettre en valeur transition vers une socit plus juste et plus harmonieuse. Frantz Fanon, dans son livre Les damns d e la terre dcolonisation. Il affirme que La dcolonisation est vritablement cration d'hommes nouveaux ( 41).

PAGE 79

79 au moment o la gr ande majorit du peuple marocain est Le P ass simple pour mettre toute une socit devant ses lchets 8 Le dlire dans Le P ass simple protagoniste qui s'est vu investi la mre, tout cela dpe dans le C haque pisode sert susciter des sensations qui enclenchent des souvenirs exprims mme et regrettant le pass : j ) Plus loin encore il affirme : et je ne garderai de mon pass que la haine ( LPS 172 ). Objet de ressentiment, le pass qui tran sforme le personnage en un Majdoub pris par la rbellion : ma reli gion tait la rvolte (LPS 78 ). Concernant cette rvolte, Lahsen Mouzouni affirme que : La rvolte dans Le P ass simple antcdents mais une re lle effervescence ayant des causes dans ont prc d sa naissance. L une thmatique hallucinante chez la majorit des crivains maghrbins entre autres Driss Chraibi, A. Khatibi, Mohammed Khair Eddine, et Rachid on carnage ayant marqu pour ce pas Boujedra qui avait dit : nous

PAGE 80

80 scurisant mai s pour la vomir, pour insinuer que dsormais entre le pass et le prsent, il y a un mur infranchissable. (48 9 ) donc cause par son environnement intrafamilial et Cette alination est traduite par des dlires et des hallucinations dont le caractre parfois fantastique est prsent dans de nombreuses images allgoriques dont la plus manifeste est La Ligne Mince ou encore ces digressions interminables travers les m onologues int rieurs En fait, dans Le P ass simple la narrat ion nt comme la forme la plus adapte pour rendre compte protagoniste alin. S elon cette perception le rel prend des aspects hallucinatoires et l se met dans son tat second, le narrateur retarde Par le biais de mots tonalit subversive, il pass e en revue les images obsdantes qui rgissent la relation stricte entre le pre et le fils pour attaquer les fondemen ts traditionnels de la socit. Au dire de Driss : absents, les pleurs sanctionn s, l es souffrances muettes, dceles et condamnes, les lans briss, les jeux interdits, les cartements vite monds, Par le dogme, Chem in (LPS 19 8 9 ).

PAGE 81

81 Dans ce climat totalement dtri or, la raction astucieuse du narrateur pour trouver une chappatoire face un monde sclros sans aucune issue possible va se faire par le biais du fantasme. desserrer, je vous chappe. Pa r mon imagination. Elle est vaste, vous en fut extrait une vieille histoire. Que je me racontai (LPS 50). qui i ret ranscrit entirement en italique s dans lequel le narrateur met en scne l'affrontement grce son imagination en se racontant une histoire dont lui seul est le destinat aire: Pardonnez moi, Seigneur, si je ne vous la relate pas : elle est de celles qu'un seigneur de votre saintet ne peut our. Pardonnez moi galement si je la sais : vous ne m'avez appris q ue des choses graves. Mais, en matire de ngociation, je vous la nce un dfi : continuez de nous avachir comme vous le faites pour ce mendiant, jusqu' l'aube si tel est votre bon vouloir -et jusqu' l'aube je me raconterai un chapelet d'histoires, toutes aussi sacrilges que celle de pre Abbou (LPS 50 ) n des caractres italiques appara t de nombreuses reprises dans le texte de Chrabi de vue formel, il est vident que ce passage se distingue du rcit principal et les italiqu Ligne Mince qui, comme le souligne Fouad Brigui dans son article, apparat comme un moyen permettant de ne rien dno mmer, de ne rien affirmer: un signifiant sans signifi en somme (78)

PAGE 82

82 C dans la rveri e dont le message dlirant reste le plus souvent difficile dcoder le cas pour la signification de la Ligne Mince En fait, les monologues, lm ents qui relvent de l Il faut, cependant noter que le passage sans pravis du monologue au rcit, porte atteinte sa linarit et par l Cet enchssement de nouvelles v rcit, on peut encore citer ologue du premier chapitre dans lequel Driss garon pour leur pratique de pdrastie. A t rverie, cette histoire est raconte quand la tension monte entre Driss et son pre au moment o les enfants terrifis attendent le bon vouloir du Seigneur. Dans ces pisodes, il est vrai que le protagoniste se libr e du joug du potentat grce son imagination qui flne librement dans le monde de la pense. Cependant, il reste hant par les images ngatives de la socit qui a subjugu son enfance. Aussi, il pas

PAGE 83

83 peur et prennent des cours tacites de pdrastie applique avec ou sans le concours honorabl ) La mise en contex te de l'apologue reste difficile interprter, elle relve justement de cet aspect dlirant du texte car il est totalement en dcalage avec la trame narrative. Il semble que ces digressions dlirantes jouent un rle cathartique qui libre le protagonis te de certains malaises, ou encore une manire de violer les interdits envisager commettre le parricide 9 sur un plan fantasmatique. Les exemples abondent, mais ce qui est vraiment significatif, ce sont les moments mmes de ces dtournements, qui surviennent comme un signal pour attirer pass par des fantasmes. Ainsi, si le dsobir t des valeurs travers l'image du pre, castrateur, polygame et hypocrite. En effet, le fils voit dans son pre un vrai tartuffe, qui, en route pour la Mecque pour accomplir son mas o il concubine Fs, avec qui il a eu deux enfants illgitimes. Sa tartuferie se rvle aussi bibliothque.

PAGE 84

84 cier le pre au Seigneur avec un S majuscule donnant ainsi au patriarcat un droit divin. Ce terme Allah Dj au niveau de cette a ppellation les relations entre pre / mre/ enfant sont annonces. il dvalue aussi la fminit enfants. La prsence du Seigneur impose le silence tous les membres de la famille. Ainsi, quand il rentre chez lui, tout le monde doit se taire : face moi, la prsence du que, sitt devant lui, toute autre vie que la sienne, mme le brouhaha de la rue vagi par l a fentre, est annul ( LPS 17 ) Il est utile de souligner que tous les souvenirs par la figure du pre. Dans Le P ass simple le patriarcat se prsente comme un nce et l'omnipotence du pre, En fait, on connat la mre dans Le P ass simple travers Driss ma mre, loge dans un angle de murs, petit rat de te rreur haletant (LPS 116) ou encore oui ma mre tait ainsi, faible, soumise, passive (LPS 44).

PAGE 85

85 La mre, prostre, rduite sa seule fonction de gnitric e, se rfugie, elle aussi, dans un rve dlirant de suicide. L encore, le dlire se prsente comme un arrire plan qui opre tous les niveaux du texte, en produisant des scnes axes autour du vacillement de la parole. La fixation obsessive de la mre dnote un mme type de conduite que son fils, celui du protagoniste victime : Saints des Grecs et exauce, ils sont dvous mon seigneur et maitre... Saints des Grecs el des Russes, un petit accident Grecs et des Russes, le typhus ne m ts des Grecs el des Russes... (LPS 26 27). Elle implore sans cesse les saints de toutes les religions de lui accorder la paix de la Driss le suicide de la mre est l e rsultat de la violence du pre, qui chasse le narrateur de la m aison et cause la mort de Hamid 10 le petit frre en le punissant lourdement pour lui avoir dsobi. La violence du rcit cre une atmosphre de malaise qui se manifeste dans le texte par un cri dlirant de rvolte. Ce cri se traduit au niveau scriptural par divers procds : l'crit lacunaire, les phrases incompltes, les bla ncs, les points de suspension. Ainsi, la linarit, Chrabi a substitu des rapports de fragmentation du rci t travers les digressions les plus ce protagoniste Majdoub. Un autre lment qu i parsme le dlire dans le rcit est l'inclusion de la polyphonie travers des voix disparates et discordantes de personnages comme Roche le chrtien ou encore des

PAGE 86

86 personnages marginaux et mme burle sques comme le personnage du mendiant qui est d'emble plac lui aussi sous le signe du Majdoub. Comme ce dernier, le mendiant est un tre errant et pauvre mais le flot de ses paroles scandes drange le pre de Driss. Il est intressant de faire un rap prochement entre Driss et ce mendiant dont la xpression mme de la libert et de la lucidit Il incarne l'expression libre voient pas. Sa voix moqueuse et son dlire sont l'expression de la vrit qui dborde la tyrannie du Seigneur. Bien qu'il soit pauvre et rejet par la socit, le mendiant est en gal au Seigneur et fait parvenir ses paroles travers la fentre qui donne su r la rue. Driss ne cache pas sa fascination par ce personnage qui est capable de dranger la conscience du Seigneur qui prtend tre un bon musulman : Et que nous veut ce chacal de mendiant qui s'impati ente sous la fentre ? (LPS 37 ). Driss ie ce mendiant car il voit en lui son double et son hros qui peut faire ce que appartenant la classe des paillards et des truands (LPS140) Il est Arabe et travaille comme chauffeur de car. Par son choix arbitraire d'un nom personnel et par Driss. Tout au long du texte, le va et vient entre les deux notions (Majdoub / Ligne Mince) permet une mise en perspective de la potique du dlire qui caractrise le texte.

PAGE 87

87 A croire que le narrateur voudrait vomir son pass, la figure du Majdoub ainsi que de la Ligne Mince mme, une diarrhe de violence (LPS 8 5) tourne dfis de la transition. En fait, le dlire du protagoniste donne lieu une criture insolite En ce sens, Hafid : Il est sr que du dlire nat un champ potique. Il est vrai que le dploiement du dlire dans le langage, dans le champ linguistiqu e cre un pour la potisation du roman et du thtre. ( 91) Chez Chrabi les phrases parfois cryptes renvoient no n seulement des situations Ligne Min ce qui trace les frontires des rcits insolites, des images fantastiques, des narrateurs dlirants, et des idologies antithtiques. La littrature marocaine d'expression franaise et arabe grouille de fous et de rebelles. Le dlire qui est, dans le cas d e la folie, errance, drglement et confusion, devient en littrature l'autre versant de la potique du dire pour restaurer la parole perdue de ceux qui comme le Majdoub se sont retrouvs dans la priphrie de la vie (Moha hros du P ass simple

PAGE 88

88 3.3 La M moire tatoue Paru en 1971, le rcit de La M moire tatoue est prsent comme Abdelkebir Khatibi a innov dans ce rcit autobiographique en prse ntant un rcit singulier. crit la Mmoire tatoue attendrie sur ses propres dbris. Comment transcrire, sans trembler, en une autobiographie singulire, le rcit de sa vie et de sa mort? (9 10) Une telle pr disposition annonce dj la vulnrabilit (situation de ligne mince), Form de deux parties, Srie hasardeuse I et Srie hasardeuse II et comportant respectivement sept et trois chapitres, ce rcit autobiographique voque avec une chronologie dsordonne la essayant de saisir en eux d es vnements qui ont tatou sa mmoire et marqu son nt mais plutt une rflexion sur le portrait. Dj le narrateur se demande : Est ce p enfant? (26). Sa rponse est immdiate: Mon enfance, ma vraie enfance, je ne pourrai jamais la raconter (LMT 69) et pourtant il la raconte. le rel et

PAGE 89

89 du rendre compte de la ligne mince qui spare les deux. 3.4 D rcit incarne galement une veine subversive. En fait, la Ligne Mince qui se rvlait, dans Le P ass simple arratif du protagoniste, Khatibi. En lisant le texte de Khatibi, nous constatons que le dlire trouve son expression dans la dsarticulation du code narratif et la rf lexion sur le langage comme La M moire tatoue se veut surtout une lecture dans entreprise o la lecture rejoint l'criture puisque l 'autobiographe lit sa mmoire (sa vie) pour l'crire. L encore, une Ligne Mince est trace pour sparer cet acte double : lire/crire et l'criture autobiographique devien nen t alors une suite de sries hasardeuses 11 langage La M moire tatoue

PAGE 90

90 tion essentiellement travers une rflexion sur le lan gage. Ds lors, on peut recenser de nombreuses marques de ce travail subjectif sur le as, La M moire tatoue plusieurs lments baignent dans une surralit qui prte au dlire et la confusion commencer par son classement gnrique. Dans le paratexte de la premire dition de ce rcit, le lecteur peut d couvrir sur la premire page de couverture la mention Roman qui renvoie la dimension fictionnelle de la littrature. Tout de suite aprs, vient la page du titre qui porte le sous e au genre de l'autobiographie qui serait apprhende dans sa dimension factuelle. Aussi, La M moire tatoue serait elle perue comme un roman autobiographique expression qui semble combiner la fois la mention roman et la mention Autobiographie d'un d colonis ou encore rcit autobiographique comme on le trouve dans son engagement sign au dbut 12 qui appara ditions de La M moire tato ue montre dj la condition hsitante et peu rassurante de vis vis se demande : Comment transcrire sans trembler, en une autobiographie sin gulire, le destin, la fatalit, la mort, la beaut, et toute grandeur suprieure la il pas au seuil de toute connaissance ? (9 10)

PAGE 91

91 angereux et rejoint en cela Jacques Lecarme quand il parle, dans son ouvrage intitul de cette difficult de parler de soi (113). Comment parler de son enfance ? Comment dire son enfance ? Ce sont les deux questions qui rsument, e n fait, les scrupules personnels devant un tel projet. graphique et, par l mme, prpare nt le lecteur une mise en scne de soi trs spcia carrire implications qui ne laissent personne indiffrent, commencer par treprise rvle la nature mme de ce rcit peut tre rien dire ou tout dire, ou, peut tre mme, va dire les qu il dit En fait, pour parler de son enfan hasardeuse qui portent atteint

PAGE 92

92 son corps: cohabitation amoureuse avec une jeune bonne, mme chambre, mme lit 3). Et une page plus loin on lit : je dcouvris le bordel p lus tard, ve rs neuf ans (LMT 3 ne pourra jamais dire son enfance, il expose des vnements qui, mon avis, pigent t, devenu e lieu commun dans la littrature person nelle marocaine est voqu comme si le narrateur allait au devant signification de tels pisodes dans le texte. Est ce prparer, anticiper ou encore a ider le lecteur interprter le rcit ? Ou bien est est en train fait, devant la phrase de Khatibi mon enfance, ma vraie enfance, je ne pourrai jamais la raconter ( LMT 69 ) le lecteur est amen penser deux interprtations : le laisse caractre subversif. En fait, ce sont ces pisodes qui vont rendre son enfance singulire en termes lieu commun dans la littrature personnelle. En fait, les autobiographes adoptent

PAGE 93

93 Ainsi, lorsque Khatibi en train de donner de on t pas forc ment afin de pr senter une enfance singulire. Par ailleurs, cette phrase de Khatibi a reten u l'attention de beaucoup de critiques Dans sa thse intitule Prelude to a text : The Autobiography of Abdelkebir Khatibi Ruth Louise Gaertner prsente une autre lecture qui insiste This little sentence throws the entire autobiography in doubt. If this is not have in our hands? While it may not take a giant leap to understand and accept inaccuracy and incompleteness in au tobiography, this type of statement is baffling because it seems to nullify the whole enterprise. But t he will never be able to reveal his true past, then what is the past of this autobiography? What is it that the writer wants to reveal about himself that is less a story of who h e was than a story of who he has come to be; it is less the story of his being than the story of his becoming becoming a writer. portrait de soi mme et une faon de parler de sa propre personne pour mettre en valeur cette sexualit prcoce. Ces pi renante tandis que Choukri, lui, Quant Khatibi, les pisodes su

PAGE 94

94 devint notre bordel, et nous, nous consommions dans le frmissement de la nuit une sexualit tribale (LMT34) On peut ajouter aussi qu ne sont spars que par une ligne mince comme dans colonis : et viol ma mre. Ce p hantasme ne me quitta plus (21 ) livre reconstituer les vnements du pass et surtout ceux de ce double je de chapper tout glissement nostalgique vers le paradis perdus de premier souci est surtout entamer un dialogue avec le dire un moi qui est profondment marqu par ddoubler pour mettre en valeur le rapport de ce personnage rel et actuel avec son Est crira son silence, transcription. (LMT 26). on immdiatet Comme le Majdoub, atteint par la Jedba, sorte de ravissement, signifia nt littralement

PAGE 95

95 attraction, il va se livrer toutes sortes de dlires. Il faut rappe ler que les crivains marocains ont saisi cette image du Majdoub pour la transposer dans leurs crits afin de peindre une image du fou sage qui, dans sa transe, reste quand mme lucide pour dnoncer les exactions des siens. arranger le drglement passager, on partage le souffle et l que se lve la LMT 75 ) se focalise dans La M moire tatoue quivoque du langage, il sait que son vient alors un tre langagier dont les contours La M moire tatoue scripteur par rapport au mode narratif qui, au fur et mesure que nous avanons dans le texte, dpouille les couches du moi du narrateur jusqu' atteindre son nant. Ainsi, la onder sa gnalogie sur une identit multiple. En effet, dans La M moire tatoue

PAGE 96

96 potes marginaux, exils, fous, suicid s, morts jeunes ou tuberculeux (LMT 94 ) tout dominait ma parole ( LMT 67 ) ou encore : De l, comparer mon franais la langue du Coran exige un autre parchemin qu de sauter de page en page, eu gard a mon ddou blement furieux (67 ). du Coran dans La M moire tatoue est vident. Ajout au Coran, il y a aussi le tex te soufi ainsi que le texte des Mille et une nui ts Le texte de Khatibi semble nous indiquer connat donc la valeur. Dans La M moire tatoue les paroles du narrateur foisonnent Comme le M ajdoub, le langage du narrateur se confond avec ses genses et on corps tait des mots (LMT 8 9). e du glossia: dlire verbal et inflation formaliste, disent elle pas travaille par la folie, le mal, le suicide? Comment penser linguistiquement la transe qui emporte la san t du corps a u ) ddoublement du narrateur vis vis de son enfance : Dj comme enfant, il apprenait quasiment simultanment parler en arabe et crire en franais.

PAGE 97

97 Mon pre m'envoya l'cole franco musulmane en 1945... Un enseignement lac, impos ma religion ; je devins triglote, lisant le franais sans le parler, jouant avec quelques bribes de l'arabe crit, et parlant le di a lecte comme quotidien. (LMT 64 ). age comme force identitaire qui vnements qui ont tatou cette mmoire. Sur cet aspect du rcit, Hassan Wahbi explique que : Le passage d'un registre l'autre da ns La Mmoire tatoue du discours autobiographique au discours rflexif, potique ou mta discursif, cre une modalisation du genre. Le vcu ne s'astreint pas tre l'apanage de la narration ; il est l'objet d'une exploration plus profonde : recherche su r soi, sur les traces collectives, qute d'une identit littraire, pouvoir du langage, interrogation sur les notions de double, d'identit... C'est ce qui donne La Mmoire tatoue sa tension, ses bigarrures, sa fragmentation et son aspect ( 168 176) L es commentaires de Wahbi sont particulirement pertinents la description du e tricables de sa topographie : Je traverse mon enfance dans ces petites rues tourbillonnantes, maisons de hauteur ingale,

PAGE 98

98 enfance, au dessus de ces tombeaux (LMT 41 ). En fait, Khatibi tisse sa trame u ne ligne mince constante entre le rcit linaire et le rcit p arabolique. ceux de la rhtorique a utobiographique. Cette rhtorique devient elle mme objet de et tre hasardeuses. Le Je nar rateur adulte, mais ce Je autre, qui prend parfois la form assumer la f onction narrative. De ce fait, le rcit jo ue sur cet aspect de polyphonie voix narratives et points de vue deviennent intimement enchevtrs tel point que le lecteur risque de se trouve r dsempar et ne sait pl us qui parle qui et qui voit quoi. Au milieu de cette cacophonie, il a urait du mal dmler les diffrentes voix narratives rpute difficile pour ne pas dire illi sible et encore une fois cette difficult dcoule de la question qui suis je ? Il faut cependant noter que malgr tous ces rouages stylistiques, on peut dcerner des lments auto

PAGE 99

99 ou moins intelligible dans le rcit. Ainsi, le narrateur commence avec la naissance, puis les place inluctablement sous le signe du symbolique. En ce sens, et parlant de la structure narrative chez Khatibi, Abdallah Memmes remarque: Mais en dpit de cet ordre chronologique globalement cohrent et de donnes autobiographiques en grands tableaux, il est contenu de ces derniers, aboutissant ainsi, soit un clatement de la thmatique et son parpillement travers des squences qui s e chevauchent, soit une absence quasi susceptibles de hirarchiser les vnements et de rattacher, de faon t (23 24) P our parler de son enfance, K la venue au monde : la naissance. En faisant avancer le rcit par une rflexion sur sa et le fantasme. De ma naissance, je sauvegarde le rite sacr. On me mit un peu de miel sur la bouche, une goutte de citron sur les yeux, le premier acte pour e second pour vivifier mon esprit, mourir, vivre, mourir, vivre, double double, suis je n aveugle contre moi gorgeant son e mon lan, Mon nom me retient la naissance entre le parfum de Dieu et le signe mme ratur en images, je me range ma quest dessche qui ne soit dans un crit exp licite! (LMT 1 7 18 ).

PAGE 100

100 les critiques comme la partie du texte sur laquelle s'difie tout le rcit. Cette remarque semble tre vraie dans le cas de la M moire tatoue puisque son incipit nous lance les ellation textuelle singulire. Dans cette prise de contact avec le lecteur, on comprend que le protagoni ste porte le mme prnom que l'autobiographe. Ce dernier qui situe sa naissance dans le mythe, voque des surdterminations religieuses ou mtaphysiques. Cet incipit qui est en fait une note de prsentation du livre se prsente comme une sorte de drive a nalytique o les souvenirs remontent la mmoire, seconds par des rflexions dont la fonction est de Lie au processus mnmonique, cette naissance du protagoniste dclenche une autre naissance : celle des mots et du texte. Elle fonctionne comme un vritable du 13 Commentant la premire partie de cet incipit, dans un article post le 23 mars 2003 sur le site Mots Pluriels sous le titre La crise du moi dans le roman marocain d'expression franaise Safoi Babana souligne que: son identit dans et par un discours qui lui est extrieur et antrieur signifie la primaut du collectif sur scne un personnage qui ne se reconnait pas dans le modle qui lui est cause du sujet et donc du sujet comme effet du langage.

PAGE 101

101 En effet, ce nom propre trouve sa place d bir signifie l'esclave du grand Ce nom symbol ise donc la soumission Allah et au texte coranique. V re comme partie prenante de veut symbolique de cette blessure 14 et il en a fait une valeur de parabole La M moire tatoue ce pas le narrateur qui avait dit : la parabole, le proverbe et la bonne nouvelle arrangeaient la tt ralogie de notre c ulture (LMT 7 7) ou encore : Parce que la vie, ce sont les parab oles qui la font passer (LMT 7 cette autobiographie. En fait, le lecteur a affaire une mmoire tatoue incarne dans le nom et le corps du des vnements : A sept ans, la mort entra dans ma vie avec une telle fureur que je dispose encore des hurlements qu i me secourent (LMT 27), un peu plus en avant on lit : vers quatre ans, je fus surpris par la mare haute sur un ilot rocheux Essaouira (LMT29). U droulement tait au mme ge : Ell page aprs on lit : je dcouvris le bord el plus tard, vers neuf ans ( LMT 34 )

PAGE 102

102 qute corporelle savoir : la circoncision. Elle va narrateur voque dans un flot de par ab oles 15 qui rsonne comme un cr i de dlire. Il se voit infliger un tatou age la fois au corps et la mmoire. Regarde les fleurs au plafond ; je regardai et mon prpuce tomba. La fte de la circoncision commenait, nous passmes par les ciseaux, mes frres et moi. Ouwah Ouwah Peut tre nous sera t il fait misricorde p Au plus pur, au plus droit. Prie ton Seigneur Il reviendra contre nous, le jour du Trs Grand garement. Salez le prpuce et jetez H quoi ? Brle t elle, la tribu de femmes ? E lles te portent maintenant sur un drap blanc, que ne troquent elles leurs signes contre ma blessure ? (LMT36) Dans ce passage qui dcrit le rite de la circoncision, le narrateur assiste ant circoncis se rduit sa seule capacit de regarder ( je regardai ) ( Ouwah Ouwah !) de ce passage : Regarde les fleurs au plafond ; je regard ai et mon prpuce tomba (LMT 3 6), o autre chose. Qui est le je et qui est le tu impratif dans la premire phrase de ce passage ? La rponse cette question suggre que le dplacement du Tu au dialogue avec lui mme, c'est dire avec son do uble 16 qui, ne peut tre que cet enfant existant seulement dans le pass mais qui est ressuscit corps et me dans le prsent

PAGE 103

103 En fait, comme le souligne, Gaertner, dans la mme tude cit e ci dessus, The ddoublement to which the narrator so frequently refers throughout Abdelkebir and the older, narrator. There is also a sense that there is always a doubling of the person ality. At times, it seems to be more like a splitting or fissure; at other times, it seems to be more on the side of example, in the last section in which Khatibi creates a dialogue b etw een two characters, A and B (60 1) Aussi le ddoublement est il inscrit comme marque inalinable dans le texte et dans le discours du narrateur personnage de La M moire tatoue parcours autobiographique reposant apparemment sur une srie de dichotomies. Le rcit lui mme est divis en deux sections principales Srie hasardeuse I et Srie hasardeuse II comme pour correspondre un moi habit par la dualit. Ainsi, le narrateur nous fait savoir et la tante), deux villes de ndes le de la langue qui semble tre cruciale car elle provoque son hallucination : (LMT 66 gnral et la langue franaise en particulier : is, en plus, la manie persistante de rater la ligne droite. Il sera dit que la lettre grimpera, tortueuse, se fracassant sur la marge, crise subtile dont le, ainsi tourne la culture, on parle et on parl e et le sable continue (LMT 64 65 ) romains que le narrateur qualifie impo ssible[s] et tarabiscot[s]

PAGE 104

104 franaise prsentes exprience ali e narrateur dit: parler dans nos rdactions de ce qui se disait dan s les livres, du bois brlant dans la chemine. Partir dans la neige quand on imaginait difficilement son existence. On se sentait des enfants conus en dehors des livres, dans un imaginaire anonyme. Et de cours en cours, disparatre derrire les mots, e er toute trace suspecte (LMT68 ) Lui, le petit Marocain aux yeux verts et peau blanche ressemble physiquement ses camarades franais. Mieux encore, il parle comme eux et agit comme eux. Il faut noter que le thme rcurrent du ddoublement dans le discours du l'alternance des nonciateurs/ narrateurs la premire et la deuxime personne et aussi au niveau lexical travers une rptition hal lucinatoire qui se manifeste par le ddoublement de mot s maintenant, maintenant (LMT 82), frappe Frappe (LMT 83), cours, cours : (LMT 82 ) ou mme parfois par la rptition echolalique 17 des mots Ordre, ordre, ordre (LMT 44 ), Paix Paix Paix (LMT 4 6), L'argent, l'argent, l'argen t (LMT 4 9), bulles, bulles, bulles (LMT 92 ). Cette ddouble en relisant sa mmoire /sa vie tout en l' crivant. Dans La M moire tatoue Pour cela, le langage employ doit tre en mesure de rendre les particularits

PAGE 105

105 n tat de transe et de dlire o convertit en un questionnement du moi sur lui ion chez aventure langagire dconcertante, une potique baroque o se mlent crit et oral, ralit et surralit, identit et dif frence, humour et mlancolie. Il s'agit de montrer qui semble tre de l'ordre de l'hallucination voir e la folie. Cependant, et la suite de Roland Barthes, cette folie ne se mesure pas par les dlires ou les contresens, mais bel et bien par cette capacit d'aller au del des justement cet intr t pour le sens pluriel que prconise Khatibi dans La M moire tatoue et, par l mme, il rejoint Roland Barthes, cette figure emblmatique de la littrature franaise qui dit justement dans la postface de La M moire tatoue : Khatibi et moi, nous nous int ressons aux mmes choses : aux images, aux signes, aux traces, aux lettres, aux marques. Et du mme coup, parce qu'il dplace des formes telles que je les vois, parce qu'il m'entrane loin de moi, dans son territoire lui, et cependant comme au bout de mo i mme, Khatibi m'enseigne quelque chose de nouveau, branle mon savoir (LMT 213) du dlire, mon analyse portera, dans le texte suivant, Le P ain nu sur un autre typ e

PAGE 106

106 deux textes par son langage et le profil intellectuel de son auteur. 3.5 Mohamed Choukri al Khubz al hf, Le P ain nu littrature arabe, Le P ain nu sur son enfance et son adolescence dans un Maroc colonis et arrir des annes quarante. Une poque qui a connu famine, violence et de son ton cru et de son ct scabreux et comprendra alors la raison pour laquelle parution en 1983 elle a connu 17 annes de censure. Ce rcit est le seul texte qui ait t pub li en traductions (anglaise et franaise) avant de paraitre dans sa version originale en langue arabe. Le hros est un du protagoniste est en lui mme un fait blasphmes, profusion du scabreux, infan Dans a l Khubz al hf, Le P ain nu le dlire prend des allures pluridimensionnelles travers le parcours de la formation du personnage principal. cet enfant voyou. Adoptant, e

PAGE 107

107 Choukri dpeint la vie du monde souterrain, celui des marginaux, et des parias et il nous fait traverser Dans Le P ain nu tout prte au dlire et le lecteur de ce texte ne peut pas rester indiffrent face la dsolation extravagante qui parcourt le rcit du dbut jusqu' la fin. n o le protagoniste rencontrera au cours de son parcours physique des coups de p ied et des coups de poing la profusion du scabr eux, le sacrilge et la profanation des tabous, le sexuel flagrant .. .etc. Bref, toutes les dviations les plus criantes des rgles de la dcence sociale et cruel et un style mordant sont les outils qu enfance et raconter son rci t hallucinant. P ain nu fut trs particulier 18 un lectorat si peu habitu ces reprsentations juges moralement trop subversives et littrairement trop choquantes. En fait, ce rcit autobiographique a emprunt tous les procds stylistiques du rcit raliste afin de crer des effets caustiques du r el. De ce fait, Le P ain nu se prsente comme un document 19 soci al dans lequel Choukri a tenu exhiber une image relle, de la socit avec des dtails crus et parfois choquants de la P ain nu dans sa version arabe avait suscit un grand scandale dans presque tout le monde arabe et instigue par des

PAGE 108

108 institutions occidentales qui n'hsitent pas adopter une attitude p articulire l'gard de la littrature arabe en pousant et en encourageant tout ce qui peut dvoiler les aspects ngatifs de la personnalit arabe, surtout quand les occasions de le faire sont offertes par les Arabes eux mmes, comme c'est le cas de Chou kri 20 En 1983, c'est dire quelques mois aprs la publication du P ain nu en langue discuter de la rception du texte de Choukri, un crivain arabophone, Idris El Khouri, st livr une attaque personnelle de Mohamed Choukri en le traitant de mendiant dlinqu ant de la ville, un anarchiste 21 la personne est un reflet authentique de la mentalit de l'exclusion et de la stigmatisation qui rgnait dans la socit marocaine cette poque. Un autre exemple trs frappant, peut tre le plus frappant, de cette rception ngative qui a suivi le livre ia Mehrez, ine du Caire (AUC) a t somme par sa hirarchie de retirer Le Pain nu de son programme parce que les t la morale de leurs enfants. Il faut souligner que toute cette rception hostile au Pain nu ne pas selon des critres littraires ou esthtiques. Bref, Choukri of fre le v victime de la marginalisation et de la censure cause de son criture juge subversive par la doxa. faire entendre sa voix. A c e sujet Il faut signaler que Tahar Ben J elloun, par le biais de la prface du Pain nu sur certain s mode s de lecture, en crivant: Cet enfant, tmoin et victime, dira plus tard

PAGE 109

109 avec l'i nnocence d'un Genet: "Je considrais le vol comme lgitime dans la tribu des salauds" (LPN 7 ) Force nous est donc de reconnatre que plusieurs fois le traducteur utilise la voix plutt personnels. La comparaison de la traduction franaise de Tahar Ben Jelloun qui a fait avec la version arabe montre des d iffrences importantes. Il y a dans ce chapitre quelques remarques sur la traduction franai se o nous allons rendre compte de certains carts de traduction dans le texte franais du Pain nu Cela dit, pour analyser le Pain nu il faudrait pouvoir l'tudier en arabe et non t exte de Tahar Ben Jelloun, rgi surtout par son point de vue personnel. En fait, dans sa prface la traduction franaise, Tahar Ben Jelloun rsume sa propre lecture / interprtation du texte original mais ne mentionne pas les dformations invitable s que la traduction exotisantes et sensualistes ou encore folkloriques pour amuser leu rs lectorats dans mettre en valeur la potiqu e du dlire telle quelle appara t d ans le texte. Parole de tmoin, Le pain nu de Choukri met dans la bouche du personnage central le moments dlirants dans le texte refltent surtout les moments de t ension ainsi que les expriences de traumatisme vcus par le protagoniste. Il y a de bonne raisons de croire

PAGE 110

110 image de la mort est prsente comme le premier le texte, la mort ponctue toutes les articulations du texte car elle s'inscrit dans la vie quotidienne du protagoniste qui Nous tions plusieurs enfants pleurer la mort de mon onc le. Avant je ne plus comment arrte r mes larmes. Je suais mes doigts. Je vomissais de la salive. Ma mre me disait, un peu pour me calmer : Tais toi. Nous migrerons Tanger. L bas le pain est en abondance. Tu verras, tu ne pleureras plus pour avoir du pain. A Tanger les gens mangent leur faim. avait des charognes, des oiseaux noirs et des chiens. Ventres ou verts, dchirs. La pourriture (LPN 15) it. Il est significatif de remarquer que le premier chapitre du P ain Nu justement travers cette ambiance funbre qui a tellement marqu la sensibilit de vont venir par la suite. En fait, la mort, thme essentiel qui parcourt tout le rcit, est Mo hamed comme un enfant maudit et, par l mme annonce le triste sort qui ne va pa s cesser de rebondir sur lui. En effet, la rtrospection qui rgit le souvenir de maldiction dprimante susceptible de pousser le protagoniste ve rs la colre et la dmesure : Maudit soit ce pain (LPN 80), je me demandais si Dieu avait cr exprs cet univers d'anarchie ? (...) je pestai contre le monde (LPN 85), Maudite soit la religion de la vie et maudit celui qui l'aime (LPN

PAGE 111

111 126). Sur ce point un rapprochement pourrait tre fait entre lui et le Majdoub car tous les deux veillent des sentiments de rvolte, et de colre chez ceux qui hros est confront ipit macabre qui annonce le texte se rvle comme une sorte de mauvais prsage pour le rcit de vie. En fait, ce passage caractre testimonial dessine les contours d'une enfance macabre ou fourmille des charognes, des oiseaux noirs et des chiens. Vent res ouverts, dchirs. La pourriture (LPN 36) enfance accompagne en permanence par ce dcor macabre de la faim, de la mort et de la pourriture. Le monde que cet incipit dpeint, prfigure une destine tragique, en en fonction de ses vicissitudes que va inscrire le dlire comme mouvement de criture dliran ans, a fait de son exprience personnelle un rcit de vie trs violent. La violence de son texte vise surtout rpondre la violence familia le et sociale laquelle il tait impitoyablement soumis. On peut aussi se servir de ce mme passage pour remarquer qu'il y a des diffrences fondamentales entre la traduction franaise et le texte arabe. On voit que ce passage de la version franaise, co texte en franais, est crit aux temps du pass : pass simple et imparfait. Cela donne

PAGE 112

112 pass lointain. Or dans une traduction littr ale 22 de la premire partie de ce mme Je pleure la mort de mon oncle. Il y a des enfants qui m'entourent. Quelques uns parmi eux pleurent avec moi. Dj je ne pleure que l orsqu'on me frappe ou quand je perds quelque chose. Je vois des gens pleurer aussi. La famine dans le Rif. La scheresse et la guerre (LPN 18) l'impression qu'il lit des ex priences qui sont en train de se passer au moment mme de la narration. Ce sont des vnement s par le narrateur au ils raconts dans leur tat brut sans sa souffrance et son errance. Dans sa narration, le protagoniste ne fait que nt. Il laisse discours dlirant contenu dans le texte du P ain nu dans sa version arabe, peut tre justement ramen aux techniques d'criture autobiographique dont le projet ne volue cet enfant hros est rendu travers les traumatismes d'enfance qui dpassent c

PAGE 113

113 dan s des questionnements bouleversants : Pourquoi me mettait il dans cet tat de dmence ? Pourquoi me faisait il peur ? ( 71) La prise de conscience de cette situation scandaleuse se fait donc travers la voix de l'enfant. Ce dernier, face la difficu lt du monde environnant, apprend trs tt battre sa femme et ses enfants. Les pisodes de svices abondent dans le texte, mais souvent plac sous le ore illes et les mains, distribuant les gifles. Dans la rue, il ne pouvait pas cracha is sur le ciel et sur la terre (LPN 5) pre ivrogne qui monstre rac Abdelkader pleure de douleur et de faim. Je pleure avec lui. Je vois le nous menace, un fou furieux est lch, arrtez le Il se prcipite sur mon frre et lui tord le cou comme on essore un linge. Du sang sort de la

PAGE 114

114 ffant. Je me suis cach. Seul, les voix de cette nuit me sont proches et lointaines. Les toiles vien (LPN 14) Cet pisode suffit de lui mme narrateur qui as siste au meurtre de son frre a anticipation, comme au fur et mesure de son droulement. Devant cette violence confondent dans sa tte Ce caractre graphique de la sauvagerie du pre qui donne le raison d e la violence de cette scne, vracit de certains pisodes ou certains fai ts qui sont rapports par Choukri. On peut douter de cet pisode o le pre tord le cou de son fils, surtout quand le narrateur nous assants ou des voisins. Est r 23 sur une enfance qui, peut tre, ne ? Ces questions sont lgitimes et invitent le fiction. ide rel dont il a t tmoin, il v a tre obsd par un parricide qui va absorber toute sa pense. Le dsir obsessionnel de tuer le pre devient une ide fixe qui animera les fantasmes tout au long du rcit. Le hros devient fou de son obsession :

PAGE 115

115 le tuer rellement (LPN 71) e t un peu plus loin on lit : mon arme je tire plusieurs rafales sur mon pre. Des balles dans la tte, dans le que j e dsirais en finir avec lui ( LPN 75) 24 de Pour Mohamed, la Ligne M ince qui spare la vie familiale de la vie des rues, enfant compltement dpourvu de son un ailleurs plus accueillant que le foyer familial. Il est ainsi pouss arpenter le chemin de la rue loin des e ou de la famille. Il exprime en cela un sens inn et surtout dlirant de libe : Je partis vers les tnbres de la ville, la Sur un chemin obscu n chat ou un lapin (LPN36) o u encore Quand la faim me prenait aux tripes, je sortais dans la rue de notre qu artier qui s'appelait joliment la source du petit chat (LPN36) En fait, la rue sera progressivement lue comme un l ieu de plaisir : Je retrouvais le plaisir de dormir dans les rues en compagnie des clochards (LPN 6 0) et vivre dans la rue est dsormais peru comme un mode de vie.

PAGE 116

116 cimetires a Disp disputent pas. Chacun sa place. Un mort remplace un autre mort. Si le monde est (LPN9) L e protagoniste reconnai libert tandis que la rue est devenue un lieu naturel de vie quotidienne. Toutefois, si la ssi le et marchais sous un soleil br (LPN 49). Tanger vritable lieu de dbauche o s e ctoient exclus de la socit marocaine. Ces rejets de la socit seront ses seuls initiateurs la dmesure tout au long de son apprentissage. Spoli de son enfance et expos aux humiliations les plus sordides, le dlire du protagoniste prend souvent la forme de fantasmes rotiques sont l es accessoires principaux du dlire qui a accompagn la qute du protagoniste dans son apprentissage. Dans Le P ain nu la premire scne sexuelle est une scne de voyeurisme. Enfant, il dcouvre en voyeur, par le trou de la serrure de la salle de bain, le

PAGE 117

117 le dsir sexuel s'vei ller en moi. Il m'hab itait avec force et insistance (LPN 30). Maldiction sur cet amour !... (LPN 24) s charnels des parents qui, vu leur misre, partagent la mme chambre avec leurs enfants. Nous habit ions une seule pice (LPN 13) La description que nous offre le narrateur justifiant ainsi ce Aussi, les fantasmes sexuels ponctuent ils tout le rcit de l'enfance et de l'adolescence. p femme ou mme encore le viol de son instinct et ses fantasmes sexuels. A mesure que nous avanons dans le texte, le narrateur devient particulirement domin par les obsessions et les fantasmes sexuels les plus dconcertants comme sa perception du sexe de la femme plein de dents

PAGE 118

118 mais qui ne mord pas paradis (LPN 69) Il faut noter, par ailleurs, que, la rue, cette jungle urbaine, est aussi place sous le signe du dlire sexuel. Son vagabondage va de pair avec sa sexualit naissante. Au hros qui a tellement faim est abord par un homme qui lui suspecte ( LPN e inconnu montais dans une aussi belle voiture (LPN 82) Il va cder aux avances de prota prcdent et, une fois il y est dedans En fait, la rtrospection qui rgit ce souvenir fait ressort ir un parcours plac sous l e signe du malaise et du regret : envie je devenu un prostitu ? (LPN 83). Le texte de Choukri fourmille de fantaisies et actes sexuel s mentionns presque

PAGE 119

119 est une transgression des codes et des conventions de la socit musulmane Temps des erreurs Cela explique aussi la raison pour laquelle, dans sa prface, le traducteur de la version franaise a essay de familiariser le lectorat avec le contenu subversif du rcit en on tait, ou (3) Ben Jelloun explique : Mohamed Choukri parle avec simplicit de ses expriences sexuelles, de l l'appellera le truc la plaie la blessure prendra beaucoup de choses dans l'univers des putains, dans les bordels, les cafs, les ruelles, avec des voleurs, des proxntes, des contrebandiers, etc. (3) a transform r instincts 25 3.7 Conclusion Pour conclure, on peut dire que les textes de Chraibi, Khatibi, et Choukri, reposent sur une potique de dlire pour rapporter leur enfance. La lecture croise de ces trois rcits autobiographiques permet de dceler quelques interfrences : ils prsentent tous un hros problmatique qui mne une vie intr ieure trs complexe et ils de la rupture. Si les narrateurs dans Le P ass simple et Le P ain nu racontent la haine sous ses diffrents aspects et surtout la haine du p re, Khat ibi, lui, a sublim son

PAGE 120

120 enfance travers l'cri dans Le P ass simple et La M moire tatoue semble tre imprgn franaise alors que Le P ain nu semble tre loin de tou te influence institutionnelle. Les eux aussi, ne cessent de la reprendre dans plusieurs sens. subit automatiquement et brutalement toutes les rpercussions Les enfances tragiques qui parcourent ce chapitre prsentent, en fait, des formations vulnrables en raison de

PAGE 121

121 Notes 1. Le vocabulaire techn ique et critique de la philosophie terme perception comme acte par lequel un individu, organisant immdiatement ses sensations prsentes, les interprtant et les compltant par des images et des souvenirs, cartant autant qu e possible leur caractre affectif et actuellement connu par lui p. 754 2. Le vocable dfoulement s elon le Robert Dictionnaire alphabtique et an alogique de la langue franaise s ignifie : Libration de processus pralablement inconscients 3. Marc Gontard Le Moi trange Littrature marocaine de langue franaise 4. Prface de Jean Paul Sartre au texte de Frantz Fanon. Les dam ns de la terre 5. Voir la postface Ethiopiques ur Lopold S dar Senghor voque le avec une vision idyllique. Lopold S dar Senghor Pomes, Seuil, 1964, p.767. 6. personnage actant et sujet oprateur travaux du groupe ouvrage analyse smiotique des textes. Introduction. narrative formuls par A.J. Greimas; d. Presses Universitaires de Lyon ,19 84 7. Le nom de famille du hros est aussi symbolique, Ferdi signifie revolver en de comptes entre pre et fils. 8. Expression de Labi Abdellatif, Dfense du Pass simple Re vue Souffles, n.5, premier trimestre 1967. 9. La tentative de parricide se trouve dans les premier et dernier chapitres. Le couteau du premier chapitre est remplac par un pistolet dans le dernier. A pr opos, Le P ass simple est une blouissante varia nte de romanesque de Driss Chrabi. Thse de doctorat en Pr ovence.p.330 10. Dans le roman Hamid tait mort de mningite. Driss veut croire fermement face la mort de son frre, Hamid. 11. Srie hasardeuse ement chacune des deux parties du livre.

PAGE 122

122 12. Dpassant ainsi les limites du pacte autobiographique tel que le prconise Philippe Lejeune. 13. 1984. 14. Dans son ouvrage La blessure du nom propre thmes : le nom et le corps Concernant le nom, l'auteur con teste un dicton Il faut donc dplacer le dicton hindou (...) en ne considrant plus la questio n de l'identit comme une fatalit divine, fixe un centre ou une origine, mais en faisant jouer le nom propre selon le cristal du texte : Ce miroitement de l'tre se transformant, se comb inant au feuillettement du sens (p. 14). 15. Dans Le Robert Dictio nnaire alphabtique et analogique de la langue franaise le premier usage du mot parabole signifie au sens propre rcit allgorique des livres saints, sous lequel se cache un enseignement. Les paraboles de Salomon. Les paraboles de l.vangile. Par e xt. Rcit allgorique, valeur morale -allgorie, apologue, fable. Fam. parler par paraboles, d.une manire dtourne, obscure. Le mot parabole apparat maintes reprises dans le rcit de La M moire tatoue ( par exemple dans les pages: 28, 31, 34, 41, 65, 69, 155, 165, 169, 178, 184) ou encore doigts qui me fait frmir. Ainsi, ce coq gorge dans notre maison : la tte, en se tor tillant tait, de danse splendide, une phrase religieuse suffit pour happer la e attribue a une main sure ( 41) 16. ent. Par ailleurs, la dernire section du rcit est intitule justement Double contre double. Il faut noter aussi que si le double fait partie des topo de la littrature fantastique, il est chez Khatibi un bi Amour bilingue 17. Selon le Robert Dictionnaire alphabtique et ana logique de la langue franaise le mot cholalie signifie Rptition automatique des paroles (ou chutes de phrases) de l'interlocuteur, observe dans certaines tats dmentiels ou confusionnels 18. Paul Bowles et Ben Jelloun que ce texte p ut tre lu. Leurs traductions respectives, For Bread Alone et Le Pain nu sont publies en 1973 et1980, tandis que la versi interdite Le P ain nu a t adapt au cinma pa r Mohamed Rachid Benhadj.

PAGE 123

123 19. 1956 figurent sur la page du titre alors dition franaise Elles dlimitent la priode de vie traite ce qui donne au rcit une valeur de document histo rique. 20. a paru dans (Journal) Ach charg AI awsat, 9 Juin, 1984. 21. Article paru dans le journal al Riad, 9 mai, 1983 et cit par Salah N atij dans LE Pain nu de Mohamed Chouk ri et l'aventure de la traduction ; http://maduba.free.fr/pain_nu_traduction.htm 22. (Je traduis littralement) 23. Dans Le Temps des erreurs qui est la suite du P ain nu de fo lie et ses sjours frquents l'asile psychiatrique. 24. Le P ass simple et Le P ain nu partagent le fantasme de parricide et aussi la mort du frre du hros. Dans Le P ass simple la mort du frre est cause par une mningite mais le protagoniste la prsente comme un meurtre commis par le pre. 25. Entretien accord Al mustaqbal (revue), Paris, numro 265 ; 1982.

PAGE 124

124 CHAPTER 4 : R VES DE FEMMES : UNE ENFANCE AU HAREM DE FATIMA MERNISSI Je me ferai magicienne. Je cislerai les mots pour partager les rves avec les autres et rendre les frontires inutiles -Fatima Mernissi. Rves de femmes (11 0 ) 4.1 Introduction une synthse du rcit de Fatima Mernissi 1 Rves de fem mes: une enfance au harem. Cette citation qui est une phrase du personnage Merni s si, rsume tout en le iographie et qui est mancip er la femme en rendant les frontires inutiles frontire qui domine et sera directrice pour mince sur laquelle reposaient les analyses du chapitre prcdent. Dans les deux sont suggres des expriences marques par une dmarcation qui sparent deux entits opposs. La ligne mince spare la raison de la rouve chez Mernissi dlimite le permis et l'interdit. S'il y a un point commun entre les deux c'est qu'elles semblent habiter les esprits et hanter les mmoires lorsqu'un crivain ou crivaine se penche sur son enfance pour l'crire. Dans ce chapitre cons qui se prsente comme un leitmotiv qui parcourt le texte et structure l'identit de la conscience de cette composante d ans son apprentissage en dpit de ce que le lecteur pourrait anticiper Mon enfance tait heureuse parce que les frontires taient claires

PAGE 125

125 fminins est frquemme nt autobiographique et sociale, refltent souvent un mal tre dans une socit patriarcale. Le texte de Mernissi est un rcit pluriel une autobiographie plurielle constitue de plusieurs rcits biographiques de femmes que la jeune hrone a connues p endant son enfance. Ainsi, le je est souvent noy dans un nous cette conjugaison / combinaison qui permet i est bien entendu collective. Le mode de narration est tout aussi pluriel et fait appel un hritage culturel qui combinent les contes, les lgendes et les faits historiques. De plus, dans ce rcit et la diffrence de certains textes dits reprsentatifs 2 de masculin et le monde fminin, il y a trs peu de rfrences la confrontation directe avec le monde des hommes Ces pisodes sont plutt suggrs travers des expriences fminines donnant la priorit aux femmes sans pour autant privilgier des Grce au panorama de modles de femmes, issus de sphres varies, le rcit largit la rflexion des couches sociales diffrentes, puisant dans la tradition orale pour offrir une rponse aux ingalits ou encore pour proposer des modles varis re ou dans la sphre politique. Ainsi, ces personnages fminins sont Shhrazade la chanteuse clbre Smahane, ou encore

PAGE 126

126 les fministes gyptiennes et libanaises, Acha Taymour, Zaynab Fawwaz, et Huda Contrairement aux textes analyss prcdem ment, Rves de femme s prsente une enfance relativement calme. Ceci contraste avec les rcits masculins que nous s enfances problmatiques (Chraibi et Choukri). R ves de femmes a t souvent prsent par certa ins comme une prise de parole par les femmes car, comme le soulignait Zohra Mezgueldi dans son article intitul Les voi x du rcit fminin : elles se font les nonciatrices directes de leur propre socio (28) Cette lecture est pertinente mais, mon avis, ce qu observant les femmes et en entra nant le lecteur dans les lieux rservs uniquement aux femmes. lieu de nous proposer un rcit qui souvent se rattache la condition de la femme dans une socit domine par et du patriarcat, le rcit se focalise essentiellement sur des modles possibl es de femmes travers un panorama de portraits qui prsente des personnages fminins habits par un dsir de narrativit Habiba qui tait habile avec les mots ou la cousine Chama, la conteuse du harem qui puisa it son rpertoire dans Les Mille et une nuits ou encore la figure emblmatique de Shhrazade, cette hrone triomphante,

PAGE 127

127 Il faut noter ce foisonnement de rcits per met la jeune fille de faire un apprentissage concret travers les conseils contenus dans les rcits raconts, et, condition fminine qui se manifeste travers tous ces modes de narration. De ce fait, on as siste un double apprentissage comme disait Khadija Tijani dans sa rflexion critique sur le texte de Fatima Mernissi, Rves d e femmes au niveau des personnages, autant entendus btissent des mondes imaginaires qui se substituent la ralit, beaucoup moins gratifiante: ils con tribuent la ral isation des rves de femmes (73). Pour ralit au sein du harem. En fait la vie quotidienne de la maison familiale permet la petite Fatima de faire ses propres dductions en coutant les rcits des femmes et surtout en saisissant leurs conseils. La petite Fatima apprenait alors que la vie de femme tait une suite de piges nvoler en intgrant dans son dsir de changer Dans son tude sur la dimension autobiographique de R ves de femmes Raja Berrada Fathi en souligne le s caractristiques suivantes: utrin et retour aux sources, le retour aux origines. En effet, pour crire le harem, il faut partir du tour la mre (119). Toutef ois,

PAGE 128

128 sont engages dans la avec fminins, dont notamment toutes ces figures fminines rvolutionnaires, rel les ou imaginaires, qui renversent les codes tablis et cassent les carcans traditionnels qui caractrisent la socit patriarcale traditionnelle. panorama plus ou moins c omplet de femmes qui veulent faire entendre leurs voix sans crainte de devoir se plier aux lois des En ce sens Abdalla h Mdarhri Alaoui affirme que Le rapport entre fille et mre dans Rves de femmes initi masculine. Il en est de mme des conversations entre femmes, de la elles mmes de leurs proje ts de socit, de leur culture (15). de chaque femme, la narratrice dvoile donc la condition des femmes vivant dans le harem, et, par l mme, dnonce leur situation en revendiquant le changement de leur condition. Aussi ce rcit peut il figurer dans ce que Jean Djeux nomme dans son l ivre La littrature fminine de langue franaise au Maghreb, une condition fminine commune qui entrane une parent dans les revendications et les expressions (15 16) des questions culturelles et mais dans ce chapitre, je vais surtout focaliser sur les modles possibles de la libration fminine et travers eux des formes ers ces originalit marocaine une forme

PAGE 129

129 de rcit singulire e ns une culture dans un premier temps, le rcit de Mernissi dans la perspective plus large de la production marocaine isoler quelques repres la fois historique s et littraire s et pour situer plus prcisment le texte de Rves de femmes Dans un deuxime temps, je l imiterai mon analyse certains concepts que stime tre les pivots du rcit comme celui du le harem ou encore celui de frontires M et essayer i sur la signification du jeu littraire qui est introduit par Shhrazade, figure emblmatique de la femme l ibre, aux thmes majeurs des Hudud / frontires et du harem. Nous aurons donc dcoder les messages qui se cachent derrire les description s que peut donner la petite fille sur la vie quotidienne de ces femmes au del des murailles, ne serait ce que par la prise de parole, pour embrasser la libert. Si Shhrazade est l'archtyp e de la russite dans la production du rcit, la protagoniste assume avec son rcit, le r le d'une nouvelle Shhrazade. A elle cherche donner un nouveau sens aux obstacles et aux frontires, En adoptant la cause de Shhra zade, la petite fille reconna t en elle le modle suivre : Je voulais, confie t De ce fait, le texte renvoie un

PAGE 130

130 autre apprentissage qui se fait au niveau mme de la cration de ce rcit ce qui nous 4.2 Prsentation du rcit : Rves de femmes : u ne enfance au harem. Divis en 22 parties et crit originellement en anglais, le texte de Fatima Mernissi Rves de femmes prsente un retou Fs des annes 40. La plupart des personnages du roman sont des femmes (mre, grand mre, tantes, cousines ces personnages, la petite Fatim a dcrit l'univers fminin, dfini par les n ormes de la socit patriarcale et exprime les frustrations et les attentes de toutes ces femmes qui vivent ses cts. A travers le regard curieux et frondeur de cette petite fille, le lecteur est convi une exploration dans les lieux rservs aux femmes. Ces dernires rvent sur les terrasses de leurs demeures un monde o les hudud (les frontires), seraient onguement impos par les hommes. La fillette qui nous livre ses impressions se pose comme porte parole de toutes les femmes de son entourage. Elle socit traditionnelle m sparation d es sexes. Le texte dbute par Je suis ne en 1940 dans un harem Fs, ville marocaine du VIIIe sicle, situe cinq mille kilomtres l'ouest de La Mecque, et mille kilomtres au sud (RDF 5) Tout est annonc dans cet incipit. L s Le terme de Harem

PAGE 131

131 cours de notre analyse, est l sous titre du rcit, et sont condamnes vivre. Le je de narration est aussi un je intermdiaire qui se dresse, fminins car seule la narratrice parvient entendre la parole des femmes emmures Plu s surprenant encore, Rves de femmes lecteur travers les nombreux portraits de femmes bross s par la petite fille narratrice 4.3 La femme marocaine Tous les critiques semb lent tre d'accord sur le fait que la littrature fminine annes 80 3 et surtout 90 que les crivains femmes marocaines, ont commenc affirmer leur prsence, croissante Dans son livre Romancires marocaines, Rachida Saigh Bousta rend compte de la situation en ces ternes: Comme ra vraisemblablement fallu que le chemin soit balis par une littrature de leurs congnres de Compte tenu des interdits et prjug s affronter plusieurs niveaux, la production romanesque de femmes marocaines, dont pu se faire sans la douleur et la souffrance que (7) Ce constat a t aussi fait par Najib Rdouane qui, dans le livre intitul Parcours fminin dans la littrature marocaine d'expression franaise affirme que Cette littrature app arait comme un bastion masculin (9).

PAGE 132

132 les chances de se voir condamnes ou reconnues, elles ont pris la parole mais cette de se c antonner au rle passif de transmetteuses de valeurs ancestrales que la socit oser prendre la parole dans une socit traditionnelle au sein d mme, se voyait ssentiellement celui des hommes ( Yamina Mokaddem 56) ience misogyne, et mentalit patriarcale marque par les abus de la tradition et la sclrose du discours officie l face au statut de la femme. moments des indpendances la fin des annes cinquante et dbut des annes soixante voix tait tellement certains crivains femmes ont f

PAGE 133

133 arabe, en franais ou en anglais pour librer leur expression en rendant compte de leurs conditions de femmes. crire au fminin a s rement t la fois un acte de rbellion contre l'archasme ne et aussi un moyen de contrebalancer la vision femmes crivains ont mis en scne des protagonistes qui tmoignaient de leurs peines et de leurs esprances. Elles se son t livres au dvoilement des divers mcanismes longuement confisque. En effet, la prsence d'une littrature fminine au Maroc est aujourd'hui une ralit bien tablie travers une criture qui se dcline sous diverses modalits (posie, roman, nouvelle) pour dfendre la cause des femmes Se sentant tenue par un devoir moral, la femme crivai silence. Dans les romans de la premire gnration des crivains marocains (comme chez Chraibi) c'est le personnage de la mre qu la maternit est glorifie dans la cultur e musulmane. En plus, dans leurs rcits autobiographiques les crivains, surtout ceux de la premire gnration, ne prsentent lle de la mre. Cette dernire est souvent prsente

PAGE 134

134 comme un personnage secondaire et souvent squestr et opprim (Chraibi, Choukri). Pour ce qui est du personnage de la petite fille, son statut est li au mode de vie mes et tout en partageant leur routine, elle apprend vis du sexe masculin. Dans Rves de femmes Mernissi met en avant la femme et non la mre. Elle fait le procs de la socit patriarcale en tablissant un rapport immdiat entre le sous dveloppement 4 que connaissent les pays musulmans et le statut dfavo rable de la le rle de la femme dans ces pays se limitait prserver et transmettre les valeurs traditionnelles et ce sont ces Que ce soit au Maroc, ou dans tout autre pays musulman, la situation de la femme et sa place dans la socit sont d es sujets de dbats houleux entre les adjuvan ts de la culturel traditionnel en tant que mo crivain marocaine met en avant des thmes comme la situation des femmes, le choc tradition quer le droit au changement.

PAGE 135

135 Ce droit a t traduit, entre autres, par une littrature fminine marocaine qui ont toujours prvalu dans la socit traditionnelle. Les positions de ces femmes auteurs sont gnralement perues par les partisans de la doxa comme, fministes 5 modle qui a assur la femme une situation meilleure qu e celle existante dans les autres cultures. Il faut cependant noter que certaines voix de la doxa, encore trs dans un combat sans merci contre toutes les traditions et tous les discours qui t conue comme un acte ement accapar par les hommes. ance R ves de femmes afin de se positionner par rapport cette problmatique et pour attirer hrone, dans une famille traditionnelle : un clan conservateur qui r evendique le respect des valeurs traditionnelles, sans lesquelles l'anarchie trouverait son chemin pour mre, Lalla Mani, qui incarne ce modle de femmes s sont menaces par le clan, il est reprsent par toutes ces femmes rveuses non

PAGE 136

136 pas montrer ds que possible leurs objections la suprior it masculine et rclamer veulent changer les mentalits. Confronte ces deux modles, la petite Fatima va suivre le modle de sa mre, celui des femmes rveuses. Comme sa mre, elle aime les terres de la grand mre maternelle Yasmina o le rve et la joie se conjuguent un espace sans frontire. Le rcit que fait Fatima sur cette grand mre qui vivait dans une ferme, montait cheval et se baignait la rivire offre un espace de bonheur qui est diamtr alement oppos celui du Harem: (RDF 70) crit elle. Oppose Yasmina, la grand mre paternelle, Lalla Mani, est prsente comme la figure alinante qui justifie et assure la continuit de la supriorit masculine. Elle ion des filles repose sur les Les hudud coranique) interdit (RD F 7) nalyse de la jeune hrone. En effet il dcouvre que la mre, consacre au questionnement et la rsistance ces codes et principes qui les Il faut que tu lui tiennes tte les cheveux dcouverts. Il ne sert rien de se peut rsoudre ses problmes. Elle devient au contraire une victime toute dsigne. Ta Grand mre et moi avons assez souffert avec cette histoire de masque et de voiles. Nous savons que cela ne marche pas. Je veux

PAGE 137

137 toiles (RDF 97). La petite Fatima est consciente de ce combat des mres et des g rands mres pour leurs filles : Tant elle (la mre) tait soucieuse de me voir chapper la tradition : Les Si tu veux tre moderne, exprime le dans les vtements que tu portes, si non tu te beaut ingalable, mais les robes occidentales sont le symbole du travail rmunr des femmes (RDF27). Devant la pesanteur des rves qui hantent la mre et toutes les femmes pr sentes dans le rcit, i porteuse. 4.4 Enfance et harems Au st le rapport au harem qui est aussi H arems : fantasmes de perversion et de despotisme m cette instituti de la lysognie, la sensualit, la claustration, la contrainte, la sduction, la ruse, le vice, la sdi sage, leurs, e t bien entendu, cette monotonie qui pour Baudel ai re tait la monte du nant (6) La narratrice, qui a pass son enfance dans un vrai harem, r evient sur la dfinition exacte de ce lieu la fois mystrieux et redout. De sa rponse dpend

PAGE 138

138 Qu ? Voil le genr e de question qui cre de la confusion chez les grandes personnes et les amne se contredire sans cesse. Pourtant, elles insistent toujours pour que nous, les enfants utilisions des mots prcis (RDF 38) du mot harem se profile une es enfants qui veulent savoir, tout prix, le vrai sens du harem. Le sarcasme transparat dans le rapprochement entre la contradiction de s grands et la confusion des petits. Cependant, il faut noter que la dfinition donne au harem par la grand mre Yasmina, la petite Fatima est trs claire : Le mot harem, dit elle interdit proscrit, mes, ses enfants et ses proches ue les personnes eu expliqu que la Mecque, la cit sacr e, est aussi appele harem. La Mecque est un lieu o les comportements sont strictement codifis. Ds (RDF 60) Tout au long du rcit, le mot harem dnote l'interdit, le cach et la proprit prive, notions qui rgissent les relations entre hommes et femmes d ans un cadre spatial dfini par le patriarcat. La petite fille tmoin de la vie des femmes du har em prend conscience que le harem est au centre des conversations et des dbats quotidiens des femmes. A n formul er une dfinition satisfaisante : mots en gnral sont dangereux, celui veut semer la zizanie prparer un peu de t h inviter quelques personnes harem (RDF 39).

PAGE 139

139 positions sont complexes en raison de la division en clans des femmes pro harem qui itution et celles qui sont contre. A sa surprise, Fatima dcouvre confuse que sa grand mre paternelle, Lalla Mani ainsi que sa tante Lalla Radia, femme protge la f o is les hommes et les femmes: si les femmes taient libres de courir les (RDF 39). Pour rpondre ces propositions absurdes, les opposantes au harem argumentaient que les Franaises sortaient dans les rues e t pourtant les Franais continuaient travailler. pourraient le manifester que si elles avaient un pouvoir re l et argumentant ainsi leur avis par le fait que les Franaises sortaient dans les rues et pourtant les Franais continuaient travailler (RDF 39) Harem, les enfants sont aussi i mpliqus car femmes et enfants sont runis dans ce mme espace, un espace clos. De cet espace les hommes sont souvent absents, et ils qui rglementent la conduite au sein du harem tout en invoquant Dieu pour justifier ces divisions : quand Allah a cr la terre, disait mon pre, il avait de bonnes raisons pour sparer les hommes des femmes, et dployer toute une mre entre chaque groupe respecte les hudud. Toute transgression entraine forcement anarchie et malheur (RDF 5) comprhension du fonctionnement de ces hudu d (frontir es) au sein du harem : (RDF 7). Toute la difficutl

PAGE 140

140 est que et structure les expriences des personnages qu i entourent Fatima. Il se prsente Ce sont harem et en se mettant femme. Ainsi, le harem, en tant que concept, devient une projection de la vision du qui va se charger de mettre en valeur les caractristiques multiples, parfois contradictoires, de cet espace selon les diffrentes visions des femmes. Examinons les diffrents types de reprsentations du harem qui dcoulent de la manire dont ces femmes imaginent ou interprtent cet espace 4.4.1 Le harem urbain harem intime : p eut y pntrer sans la permission de son pr opritaire confre cette atmosphre particulire. Sa particularit est due aux codes qui le rgulent et qui parfois ne sont pas immdiatement discernables. Notre harem Fs est ento ur de hauts murs et, hormis le petit pan de importante, presque absente. Elle existe, mais travaille par la main des artisans, remplace par des dessins gomtriques o mme les f leurs, reproduites sur le dallage, les boiseries e t le stuc, ont des angles aigus ( RDF 56) Dans le rcit, la hauteur des murs est rendue par les tages suprieurs et

PAGE 141

141 la centaine de marches de faence qui dbouchaient au troisime et dernier tage de la maison, avec la terrasse atten ante (RDF 20). Tout cela rend cet espace un lieu o il en est consciente et elle inventait des jeux insolites pour tuer le temps e (...) je jouais I msaria b Iglass (littralement: la promenade assise), un jeu que j'ai invent cette poque et que je trouve encore trs utile prsent. Il suffit de trois conditions pour jouer. La premire est d'tre bloqu quelque part, la deuxime d'avoir une place pour s'asseoir, la troisime d'tre capable d'assez d'humilit pour estimer que son temps n'a aucune valeur. Le jeu consiste observer un terrain familier comme s'il s notre maison, journes sont dme s urment longues et harassantes : fondant len tourdit (RDF 9) Au sein du harem, le regard de la petit e fille qui se tourne vers le carr du ciel ire plus de relief sa dmonstration que la couverture du rcit de Mernissi photo en couleur de trois femmes qui portent des habits traditionnels (d es caftans) et se dirigent vers une porte ouverte. Peut tre cherchent elles une fuite salutaire de ce lieu clos sur lui mme? Commentant cette photo, Ieme van der Poel affirme dans son article, Fminisme et/ou autobiographie: de Simon e de Beauvoir Fati ma Mernissi : les femmes sur la couverture de Mernissi ne regardent pas le lecteur, tandis que lui ne voit pas non plus leurs visages. Pour une crivaine qui a

PAGE 142

142 beaucoup crit sur le port du voile au monde arabe, le choix de cette photo ne me semble pas grat uit. Bien au contraire, car il y a un lien Delacroix, comment de nos jours par Assia D j ebar, Rachid Boudjedra et Mernissi elle mme: appartement Non aux regards trangers comme le sont les Algriennes d e Delacroix, les Marocaines de M ernissi y fournissent un contrepoint, en nement qui est le simplement absent. Le harem dcrit par Fatima ne correspond nullement la dfinition orientaliste. En fait, comme disait Annick Gendre dans son article, Mimiques des c orps et harem : les contre harem ssait pleinement avec le systme de reproduction dynastique conjugaison du harem comme lieu du pouvoir et lieu de toutes les volupts. A travers la description du harem familial, Mernissi a prsent une perspective qui dsigne ce lieu comme tant tout simplement une ralit familiale et dsormais il ne faut pas le comprendre dans son acception orientaliste c'est dire un lieu fantasm par des peintres orientalistes qui prsentent des portra its de femmes arabes visi blement lascives et rotiques. Ces artistes correspondent un courant de pense pour qui apparat en effet comme une survivance d'un autre temps ternel, mystrieux, exotique et rotique qui contraste av industrielle occidentale. l a rendu compte de cet Orient. Ainsi, des crivains comme Lamartine ou Nerval, ou des peintres comme Gabriel Decamps mettre en valeur cet Orient de fantaisie. Edward Sad explique dans par

PAGE 143

143 observateur, jamais impliqu, toujours dtach, toujours prt po ur de nouveaux bizarres jouissance un tableau vivant du bizarre (123 ) c 'est dire que les orientalistes fabriqu ent dans leurs exotique de la ralit orientale af in de la rendre accessible aux O ccidentaux (74). En contraste avec le harem fantasm, on trouv e au sein de ce harem familial des portraits de femmes qui vont l'encontre des strotypes imaginaires de la femme orient ale Le personnage de la grand mre paterne l l e Lalla Mani ainsi que celui de Lalla Radia, la mre de la cousine Chama --, reprsent ent des portraits de femmes pro harem qui pensaient que ce lieu est le vrai gara nt de la cohsion des relations entre hommes et femmes 4.4.2 Le harem rural ct du harem familial dans la ville de Fs o les femmes sont cloitres existe un autre harem, rural cette fois, chez la g rand mre mat ernelle Yasmina qui habitait dans une superbe ferme (RDF 27), dont le mari est polygame et dont les femmes sont libres. En fait, dans ce harem mps plats et ouverts, pleins de fleurs, o seulement de vastes champs sans bornes ni limites, et q ue je ne de vais pas avoir peur (RDF 27) sa grand sans frontires. Ds lors, on

PAGE 144

144 tion de Tamou, Tamou, u ne guerrire rifaine qui est de femme pour que les soldats ne lui tire pas dessus ( RDF 49) la femme orientale comme tant une pauvre victime du systme patriarcal. Dans ce harem, les femmes sont plus libres de faire toujours ce que bon leur semble pour se distraire. Elles peuvent planter faire de folles bousculades, monter cheval, p cher des poissons, grimper aux arbres et beaucoup res choses amusantes. Par ailleurs, lopi n, officiellement consi dr comme son jardin personnel (RDF 55) pas au harem de campagne, car si vous avez des problmes, ur ou de regarder les toiles (RDF 55). E n plus, pouvaie nt faire les femmes de la ferme (RDF 55). Autrement dit, au harem de la femmes qui vivaient dans ce harem avai ent le malheureux destin de se partager le mme mari, elles acceptent leur sort et elles sont tout fait satisfaites de leur condition. interactions ent re toutes ces femmes qui partagent un mme destin au sein du harem et par la mme elle dresse des modles possibles de portraits de femmes qui

PAGE 145

145 contrastent avec les femmes reprsentes dans le harem urbain par leur volont de remettre en de la femme archaque conventionnelles tout en ajoutant au texte travers les expriences des femmes qui peuplent les harems des intrigues multiples et signifiantes dan s la remise en question du rle traditionnel de la femme dans les socits magrbines. dans leur ressemblance ou dans leur contraste visent prsenter des profils qui ont marqu l'univers de la petite fille et qui ont contribu son initiation et concrtiser son apprentissage. Comme le ctoie au h arem. Ainsi sa mre lui apprend cult : Allah en regardant les toiles ( RDF 63). Quant la grand elle ra ppelle a sa petite fille : Mme moi, tout analphabte et lie par la tradition que je cette fichue vie (RDF 64). Il faut signaler que la peinture des portraits des femmes qui parcourent le rcit est dtermin e par le regard et la voix de la fille narratrice. Ainsi, la grand mre le son m a ri, Lalla Thor. Cette dernire, hautaine ne cesse de mpriser tout le monde. e ne

PAGE 146

146 ger le mme poux. Elle habite dans son mini palais et se pare orgueilleuseme nt de perles et de bijoux pour montrer son rang suprieur. Cependant, malgr les animosits au sein du harem, certaines f emmes du harem sont le cas de Yasmina et Tamou qui ont elle se sente chez elle. Tamou est une belle cavalire du Rif et est devenue amie de Yasmi a perdu toute sa famille la guer re du Rif. Elle tait belle et grand pre Tazi tomba probablement amoureux de Tamou ds la prem ire minute o il la vit ( RDF 50) Dans l es deux harems, urbain et rural, la narratrice nous fait toujours servis par des odalisques. A cet gard, il faut noter que le pre de Fatima ainsi que son oncle Ali taient m onogames et souvent ce le lieu du harem est identifi dans le texte familial est un lieu qui abrite des femmes qui peuvent sortir visiter le sanctuaire de Moulay Idriss ou mme aller voir un film au cinma. Il abrite aussi des femmes pauvres qui sont obliges de sortir pour gagner de quoi se nou rrir (RDF 46) telle que Louza, la femme du portier Mernissi interroge le concept du harem pour dcouvrir que les femme s arabes sur le mari comme Yasmina, et, mme en tant esclaves ou prisonnires du h arem, elles utilisent, comme une Shhrazade, le pouvoir des mo ts pour agir sur leur destin.

PAGE 147

147 4.4.3 Le harem franais Maroc par les troupes franaises. Pour ses cousins r ussissent se glisser hors du h arem quand Hmed le portier fait mine de distraction et leur permet de j eter u ranais. Pour la narratrice diffrences entre coloni sateur et colonis: Comme nous nous vivions la limite de la vieille ville et de la nouvelle ville, nous voy i ons clairement les diffrenc es entre la ville nouvelle des F ranais et notre mdina. Leurs rues taient larges et droites, brillamment claires F ranais Ils taient toujours dans leurs voitures. Cette peur tait trs tonnante pour nous, les enfants, car nous nous rendions compte que les grandes personnes pouvaient avoir s ceux qui avaient instaur les frontires, pouvaient ils e nouvelle tait en quelque sor te leur harem. Exactement comme les 25) De ce point de vue, le harem fonctionne comme une matrice qui marque une le harem est communment considr comme un espace intime et priv, il harem franais ou le harem de la Ville Nouvelle e Annick Ge article prcit que : Le harem franais donne la mesure de la complexit de cette ngociation harem La narratrice ne constate telle pas : il er Le harem en tant que lieu

PAGE 148

148 longue date a prvalu, vole en clat, dans la mesure o les hommes y sont aussi perus comme en captivit. i de faire exister des hommes et non pas des femmes maintenus dans des espaces dlimits et en cela on devine un mouvement ination masculine sur la femme. 4.4.4 Le harem invisible Malgr toutes ces aventures, la significati on vritable du mot harem chappe la dj signal le mot ou ce qui peut nuire la biensance soci des soi disant principes religieux. Il est le co ntraire de ce qui est halal c'est dire admissible et mme hautement recommand par les prceptes religieux. Ainsi tout ce qui est licite est dit halal par opposition haram qui renvoie tout ce qui est illicite et peut ventuellement conduire au pch. Les deux concepts se rfrent un ensemble de lois qui oriente le quotidien des gens pour crer une ligne de dmarcation entre la interdiction. Ainsi, un harem, expliquait la grand mre Fatima, pourrait tre et les lois qui la rglementent Aussi les limites extrmes que traduisent les interdits ne peuvent elles tre apprcies leur juste valeur que dans une relation de proximit avec les rgle mentations propres du lieu et si on conna le harem invisible (RDF 27). grand mre Yasmina qui a forg ce concept du harem invisibl e pour exp liquer la petite Fatima que le but ultime d (RF 27) au lieu tte Pour mieux expliquer

PAGE 149

149 le concept la petite qui a du mal n harem invisible la grand mre : La ferme est un harem, et rencontrent un paysan dans les cham voiles, alors, il couvre la tte de la capuche de sa Djellaba pour montrer tte gr and r (RDF 61 62) mre de Fatima, vivait avec grand pre Tazi. Ce ferme tait sans m urs, ciel ouvert mais cela ne rend pas pour autant le harem rural de Yasmina plus libral que le harem de Fs avec soi taient prsents avec la mme acuit que ce so Certes, dan tradition sacro sainte, on porte le harem avec soi. Devant ce harem invisible, del des frontires. 4.5 Au del des frontires La notion de Frontire touche voire maghrbine. En fait, elle est surtout lie la transgression du tabou dans une socit o les traditions continuent toujours exercer leur emprise. En ralit, la condition de vie des crivains pas ignorer

PAGE 150

150 systmes de valeurs pour changer les mentalits au s ein des milieux conservateurs. femmes marocaines voire maghrbines e une force transformatrice. guide o souvenirs et paroles remontent la mmoire pour aller au del des frontires tablies pa r un systme patriarcal. Le point de vue focal est ici plus clairement celui harem domestique. Mernissi des fem mes vivant dans un monde clos, protg et exclusif o les Frontires sont claires En eff et, parler du rcit de Mernissi par le patriarcat. Ce sont des frontires matrielles mais aussi abstraites, spirituelles et morales. D ans sa rflexion critique sur l es lieux o vit la narratrice, Khadija Tijani, dans un article intitul Fatima Mernissi, Rves de femmes et publi dans critures fminines au Maroc, tudes et bibliographie affirm e que montre les frontires existantes entre le monde des femmes et celui des hommes, entre le monde des adultes et celui des enfants, entre la vie stricte dans la cour et celle du premie r tage plus simple o vivent les femmes de la f amille qui sont en difficults (70) En fait, c ie au concept des frontires sacres ou hudud L 'ordre et transgression entran e forcment anarchie et malheur (RDF 5 ).

PAGE 151

151 Le concept de frontire constitue donc un fil essentiel et conducteur de tout le rcit. Il est rpt et expliqu douze fois la troisime page du rcit, puis rapparatra plusieurs reprises tout au long du rcit. femmes ds leur plus jeune ge devient le pivot de leur existence. Elle devient pour la fillette un c oncept de base qui parcourt tout le rcit et on le trouve surtout lorsque la narratrice fait face de nouveaux concepts dfinir ou encore questions existentielles : mon impuissance. Mon enfance tait heureuse parce que les frontires taient claires (RDF 7). Aussi la petite fille se promet elle quand elle sera adulte de montre r aux autres femmes, par des mots magiques, des chants et des danses que la frontire te de ceux qui ont le pouvoir les femmes se librer du harem est clairement annonce: dire la seule vie qui est dign pour partager le rve avec les autres et rendre les frontires inutiles (RDF 15) En fait pour ces femmes enfermes dans l e harem, le monde idal dont elles ne symbolis par les chansons de la clbre chanteuse libanaise Asmahan, un monde sans aucune frontire, aucun mur, enfin, un monde dans lequel hommes et femmes

PAGE 152

152 pousse ces femmes vers un monde de rverie. Dans leur ima gination, e lles construisent leur propre univers o tous les interdits ne sont l que pour tre transgresss: Les femmes ne pensaient qu' transgresser les limites. Elles taient obsdes par le monde qui existait au del du portail. Elle fantasmait lo ngueur de journe, se pavanaien t dans des rues imaginaires.. (RDF 25) narratrice est un I prtendue supri orit masculine sacro sainte: Allah nous a tous cres gaux, disait elle (RDF 9). Sa g rand mre frontires qui maintiennent la femme dans l La terre limites ni bordu re s des socits et no n la religion musulmane. Fatima Jacques Noiray,

PAGE 153

153 en ces termes: Plus vaste que la maison occidentale : maison forter esse ou labyrinthe, ur un ddale intrieur de sales de couloirs, euple, outre la parent directe, de toute un e nbuleuse familiale extensive : oncles et tantes, cous ins et cousines, parents loign s, domestiqu es. Dans cet univers la fois complexe et fortement structure, on peut distinguer deux ples sym triques, nett ement spcialis s : ce lui de la mre et celui du pre (110) On aura compris que cette vaste demeure reprsente la rpartition traditionnelle de grce gardien qui surveille les entres et les sorties par le grand portail. Elle nou s raconte que celui ci est plac sous la vigilanc e de vritable hadada ue dplacement devait tre justifie et rien que pour se rendre au portail il y avait d j tout un p rotocol respecter (RDF 23) cell es qui voulaient se battre pour le droit des femmes se dplacer pas du mme esprit subversif, de la mme soif de libration (RDF 58 59) L a terrasse, lieu de jeu et de recueillement, constitue, dans le rcit, une tape

PAGE 154

154 ent place avec le concours de tante Habiba et cousine Chama Femmes et enfants y participent et les hrones les plus frquemment mises en scne dans le thtre de Chama et tante Habiba sont par ordre de frquence : la vie de la chanteuse Asmahan, mise en scne par Chama ( RDF 103), les fministes gyptiennes, et la princesse Burdur des Mille et une nuits (chapitres 14 et 15). Avec ces reprsentations on assiste une exce Ainsi ces destins de femmes sont Ces reprsentations possdent aussi leur grotesque. En somme, une pratique tout fait construi te et fort : Je crerais pour mon public, et confiance serait un nouveau jeu que nous pourrions explorer, et je leur borer tous ensemble ( RDF 107). L'exubrance de l'lment fminin dans ces reprsentations thtrale est explique par la ncessit de librer plus de voix partir de diffrentes figures fminines. La parole leur est donne, que ce soit directement ou travers le personnage qu'elles incarnent, tel point que parfois, des chapitres entiers sont consacrs chacune des figures par exemple, les chapi tres 4, 5, 6 sont intituls la su ite de ces figures fminines: La rivale de Yasmina Chama et le calife et Le cheval de Tamou ou en core les chapitres 12, 14, 15 Asmahan, la princesse chanteuse les fministes gyptiennes l e des tin de la princesse Burdur Il y a chez ces personnages fminins un talent de narrativit qui a toujours impressionn la petite Fatima tel point que celle ci devient amoureuse des mots magiques en sachant que ses chances de bonheur dpendaient de son habilet

PAGE 155

155 manier les mots comme Chama la conteuse du harem qui puisait son rpertoire dans Les Mille et une nuits ou encore la tante Habiba qui tait habile avec les mots: t dans un grand bat (RDF 27) la petite Fatima qui passait dans ce harem une enfance joyeuse et ludique commenait dj cultiver une imagination sans frontires. En fait, le trait commun qu rompre le silence longtemps impos par le systme patriarcal. En adoptant la stratgie de la confession, la protagoniste nous raconte sa propre histoire en procdant par une approche slective des lm ents autobiographiques qui mettent en valeur le dessein dmarque par rapport au canon o ccidental quant la narration du rcit autobiographique. Dans son rcit elle fait appel plusieurs voix fminines relles et imaginaires et Schhrazade la conteuse des Mille et une nuits reste la figure emblmatique par excellence. Ce sont les voix de c es femmes qui dtruisent symboliquement les frontires ou les hudud de ce harem difi par l'homme. Quant la petite Fatima, elle apprend ds son jeune ge que pour voler de ses propres ailes il faut aller au del des hudud, La protagoniste a toujou rs prouv un dsir incessant de franchir le seuil du portail : Parfois, avec mes cousins, nous glissions dehors quand Hmed tait en train us et po rtaient un fusil en bandoulire (RDF 24). Donc le cadre

PAGE 156

156 spatio temporel est le Maroc colonial et, Mernissi enfant tmoigne de sa ville occupe dont elle ne se s Samir, son cousin, et elle mme, en taient tout traumatiss: Nous avons d vous conduire au sanctuaire Moulay Driss plusieurs vendredis de suite pour que les shrifs effectuent sur une amulette coranique sous ton oreiller pendant un an avant que tu ne retrouves un sommeil normal des Marocains face aux Franais, relations hirarchiques entre coloniss/ colonisateurs, femmes/ hommes et adultes/ enfants. La narratrice rvle donc l'trange attitude de la socit des hommes envers les femmes, Nos problmes avec le s chrtiens, disait mon pre, commencent comme avec les femmes, lorsque les hudd, les frontires sacres ne sont pas hu dd et les violaient sans cesse (RDF 5). Au nom des frontires, les fem mes sont compares aux colonisateurs qui ne respectent pas les frontires des autres. La femme est donc conue par le pre comme incessamment les frontires. a maison qui doit tre le cadre normal de ge de la pubert. En effet, la rupture entre Samir et me dclara officiellement mre (RF 210).

PAGE 157

157 L son cousin et jeune garon est banni du hammam des femmes car une des femmes se mit soudain crier en dsignant Sam ir du doigt. A qui est ce garon enfant, je vous le dis (RF 230). En exilant le garon de cet espace de purification des En somme, les femmes ont leur monde elles, rgi par une logique de frontires qui reprsentent la trame de base qui dclenche les souvenirs enfouis de la narratrice. Il faut cependant noter que ces femmes, bien que clotres, ont des personnalits fascinantes la faon de Shhrazade qui a su tenir le sulta n en haleine par la magie 4.6 Si Shhraza de est l'archtype de la russite dans la production du rcit, tante Habiba n 'en est pas loigne. En effet, e mmenait sur une le ou les oiseaux parlaient comme des tres humains. Chevauchant sur les mots, mo nde), laissant loin derrire nous les pays musulmans, vivant les dangers de s qui nous offraient de partager leur nourriture ; nous regardant faire nos prires tandis que nou s les regardions faire les leur (RDF 27) En plus de Tante Habiba, i l y a Chama la c onteuse du harem qui puise son rpertoire dans Les Mille et une nuits Ces contes, qui sont, en gnral, omniprsents dans les del de la

PAGE 158

158 prservation de la mmoire collective, une ferme conviction de la magie et la puissance de la parole. Dans un espace o toutes les fentres donnent sur la cour et aucune ne la puissance de la parole. Telle est la conviction de ces femmes enfermes dans le harem et telle est l a leon aussi inculque aux enfants. La petite Fatima est tellement impressionne par tombe amoureuse des mots magiques et sait que ses chances de bonheur dpendaient de son habilet manier les mots (RDF 18) Raconter des contes conteuse. Ainsi, la grande force de Tante Habiba est de crer avec ses contes une vrita ble ambiance des Mille et une nuits Le conte le plus populaire de tante Habib a ait pour les grandes occasions tait celui de la femme aile la cour quand elle le dsirait. Chaque fois qu ire les femmes de la cour attachaient les pans de leur caftan dans leur ceinture et se mettaient danser les bras carts comme si elles allaient voler (RDF 32) Ce conte de la femme aile qui a la prfrence de tante Habiba, rvle toute la se imit de sa chambre brode cet motifs classiques (RDF 147) Co mme si la conteuse parlait mme ou plutt comme si elle pren ait la parole au nom de toutes les femmes de son entourage, on peut voir dans le conte, dit ou entendu, tin partag. Cette vasion ai le est anim e par mmes dans un monde

PAGE 159

159 qui se situe entre le rel et la fiction, entre le dedans et le dehors, entre le silence et la parole. Bref entre la vie et la mort. Ainsi le harem devient un entre deux grce ces contes invents. En fait, avec ce conte Tante Habiba dmontre l'immensit de son talent mais aussi nous fait penser la figure de la conteuse Shhrazade, qui raconte au roi Shhrayr des rcits fabuleux qui deviennent la monnaie pour racheter sa vie. Dans Rves de femmes Mernissi a voulu mettre la perfor mance de tante Habiba, Chama et toutes les autres femmes en rapport avec Les Mille et une nuits Ce les femmes racontent une histoire la manire de Shhrazade car le redoutable pouvoir des femmes dans Les Mil le et Une n uits de la parole. Grce cet art le roi tait bien entendu incapable de Mille et une nuits il abandonna sa dsastreuse habitude de faire couper l a tte d es femmes (RDF 18). blement mu la petite Fatima: Quand ma mre ise pleurer (RDF 18). Pleurant sur le agie des mots dont et celles de ses congnres. Il me suffisait de savoir pour le moment que mes chances de bonheur dpendaient de mon habilet manier les mots (RDF 18) Shhrazade sa ci nous claire sur son volution psychologique ultrieure et sur son apprentissage a ffectif qui marquera si profondment ses relations avec le monde et surtout avec sa fminit.

PAGE 160

160 Ce mme pisode nous claire aussi sur le systme dichotomique de la vie t, une vritable cole moderne. La rcitation des Mille et une nuits a lieu la nuit. C'est aussi pendant la nuit que Tante Habi ba prfre exercer L'art de p arler ( la nuit ) (RDF 27). Dans l'exprience de Shhrazade et celle des femmes conteuses du harem, y compris la petite Fatima, la nuit est le temps de la peur et du danger. en silence en attend ant de vous sauter dessus (RDF 21) Pour Shhrazade, la nuit est aussi le temps de la menace. Si elle ne raconte pas une histoire, elle sera tue. De mme, si les femmes du harem ne racontent pas des histoires, elles courent le risque de se retrouver av ec des fantmes, exprience que la petite Fatima redoute beaucoup. En se racontant des histoires, les voix des femmes se font ainsi cho en incarnant les figures de S hhrazade. Ainsi, les contes des femmes vont s'amplifiant jusqu' devenir la fin un e voix assourdissante ou une danse libratrice. Le Je de la narratrice ne tarde pas tre supplant par des Je multiples, des voix de femmes qui s'emparent de la narration pour relater une autobiographie collective. Une autobiographie constitu polyphonie nonciative. Le je de la narratrice devient un nous fminin. Les voix de femmes

PAGE 161

161 sont des voix au sein desquelles la narratrice cherche s'introduire, se frayer une place pour ne pas se voir ex pulse de l'Histoire de toutes les femmes. U ne des dimensions essentielles de Rves de femmes de Mernissi est la polyphonie car la structure d u rcit eler la technique narrative des Mille et une nuits L e rcit de Mernissi suit la mme organisation que Les Mille et une nuits On y trouve d es contes qui cadre qui lgitime la succession des contes un par un Aussi, dans Rves de femmes le rcit gravitent toutes les 22 parties (contes) qui se s 4.7 Conclusion se prsente dans le paysage littraire comme une production mergente qui a permis un renouvellement du cadre culturel marocain. S entre le monde fminin et le monde masculin dans un contexte patriarcal qui cristallise l a marginalisation de la femme et la prsente comme un tre passif et impuissant. Rves de femmes: une enfance au harem de Mernissi, se dtache de cette prsentation conventionnelle pour dresser un panorama de modles possibles de femmes qui reconnaissen cela Il a fallu raconter sa propre histoire d'abord, et rcouter les histoires des autres femmes pour que le souvenir revienne avec nettet. La mise en procs par crit et le renouveau de la tradition des histoires transmises de gnration

PAGE 162

162 en gnration sont la force par laquelle Mernissi a pu ouvrir tous les harems des Mernissi embrass e la voix et le pour introduire le lect eur dans l'univers fminin du harem terme qui, pour elle, dsigne simplement une ralit familiale il ne faut pas le comprendre dans son acception orientaliste. Il est important de signa thmatique qui est dvelopp e : concret et imaginaire. Ainsi, l o le rcit dcrit la vie quotidienne de toutes ces femmes ntourage de la petite fille, nous parcourons en parallle un leurs rcits ce qui contribue uissement de la jeune hrone. de Shhraza qui se veut son protecteur ( mle ) pour prendre son propre destin en main. Les propos de la narratrice semblent consacrer prendre le parti des forts : Si tu ne peux pas quitter le lieu o tu te tro uves, tu es du ct des faibles (RDF 298) lui rappelle conseil livr la acte de dtermination, visant la libration des femmes. librateur pour que naisse une nouvelle identit fminine qui puisse prendre la voix/voie tant attendue.

PAGE 163

163 Notes 1. Fatima Mernissi est ne Fs en 1 coles prives mixtes du pays. Elle poursuit ses tudes Rabat, puis en France et aux Etats Unis. Sociologue et crivain de renom, elle enseigne l'institut universitaire de recherche scientifique de l'univers it Mohammed V Rabat. Elle a fond les Caravanes civiques et le collectif Femmes, familles, enfants. E monde arabe et a t rcompense pour son oeuvre en 2003 par le Prix Princ e des Asturies. son actif elle compte plusieurs publications comme Sexe, idologie et Islam Editions Tierce, 1983. Le Harem politique: le Prophte et les femmes Albin Michel, 1987. Sultanes oublies: femmes chefs d'Etat en Islam Albin Michel, 1990. L e Monde n'est pas un harem: paroles de femmes au Maroc Albin Michel, 1991. Chahrazade n'est pas marocaine, autrement elle serait salarie Le Fennec, 1991. Rves de femmes, rcit d'une enfance au harem 1994 (pour l'dition en anglais), Albin Michel, 1996 Le Fennec, 1997. La peur modernit, Islam et dmocratie Albin Michel, 1996. Etes vous vaccin contre le harem? Le Fennec, 1997. Les At dbrouille Le Fennec, 1997. Le Harem et l'Occident Albin Michel, 2001, publi au Maroc sous le titre : Le Harem eu ropen Le Fennec, 2003. Les Sindbads marocains Voyage dans le Maroc civique, ditions Marsam, Rabat, 2004. 2. Acha la rebelle de Halima Ben Haddou (Les ditions jeune afrique, 1982), Anissa captive de Fatih a Boucetta (Casablanca : EDDIF, 1991) Une femme tout simplement de Bahaa Trabelsi (Casablanca: EDDIF, 1995) ou encore Yasmina et le talisman Bellfquih, (Paris : Harmattan, 1999) 3. A ce sujet, Il faut attendre 1982 pou r voir la premire Marocaine publier un roman: Acha la rebelle de Halima Ben Haddou, suivie par trois autres: Badia Hadj Naceur, Leila Houari et Farida Elhany Mourad, et en l987 un nouvel auteur: Nafissa Sba publiant au Maroc L'Enfant endormi Quatre aut eurs avec quatre romans de 1982 1986. Extrait de la revue Itinraires et contacts de cultures Paris, L'Harmattan et Universit Paris 13, n 10, 1 semestre 1990. Web. Juin 2011. 4. Le gas pillage scandaleux en termes de ressources humaines lit des sexes. 5. Selon Le Robert Dictionnaire alphabtique et analogique de la langue franaise le terme Fminisme signifie

PAGE 164

164 droits du rle de la femme dans la socit fmin istes outrance Ma vie mon cri Cette traumatis par les rapports ngatifs avec les hommes. En tant que cration fminine, elle annonce une nouvelle re au Maroc.

PAGE 165

165 CHAPTER 5 DE RACHID O. : DE NOUVELLE ECRITURE OU NOUVELLES CONFESSIONS? de raconter comme a tra nerais vos esprits par la main, avec la mine srie longtemps laisser mes sentiments prcder mon esprit. Je me vois, spectateur complice, guider mes dsespoirs et mes euphories comme un peintre compose un portrait -Rachid O ., Ce qui reste ( 25 26 ) 5.1 Introduction fminine au Maroc en tudiant le texte de Mernissi, Rves de femmes: une enfance au harem. criture est perue comme une prise de parole audacieuse pour inaugurer de nouveaux espaces scripturaux afin de construire une nouvelle identit fminine dans un contexte littraire traditionnellement masculin. Force est de constater que si la prise de pa role fminine a pu faciliter aussi offert l'exemple d'une influence possible de l'criture sur l'volution gnrale de la socit. Aussi remarque t an donn par la littrature fminine, au de sexe masculin a fait, elle aussi, irruption dans le paysage littraire et ce partir de la moiti de cette mme dcennie. Un des traits distinctifs de c traitement trs diffrent dans leurs crits de la thmatique du corps et de la sexualit. marocain, pour des crivains subversif

PAGE 166

166 dans une socit o le sexe et la religion constituent une dyade sacre ayant de tout temps exerc une emprise redoutable s ur les hommes et les femmes. Rachid O ., et Abdellah Taa sont deux crivains 1 marocains qui reprsentent cette nouvelle gnration. Leurs parcours et leurs ont plusieurs points communs. Parmi ces es qui relatent leur orientation homosexuelle dans un contexte social o les pratiques homosexuelles sont punies par la loi et rprimes par la morale courante. A les lire, s'emploient briser toutes les conventions d'ordre thmatique et surtout moral. Ainsi, si les annes quatre vingt dix ont marqu la prsence des voix fminines sur la scne littraires masculines cette fois avec une v eine subversive plus prononce. privilgi pour produire non seulement un rcit caractre nettement autobiographique, mais aussi et surtout un rcit qui rvle, expose de nouvel assumer pleinement son homosexualit. Comme avec les rcits de femmes, ces nouveaux rcits masculins sont aux prises avec la doxa et les co ntraintes religieuses, sociales et culturelles. Leurs auteurs sont tout fait conscients de leur entreprise et des risques encourus. Ils prsentent leurs textes autobiographiques mpris, revendiquant le ur diffrence en allant au del de ce qui est socialement accept eux,

PAGE 167

167 homosex ualit dans une socit qui fait souvent appel aux valeurs musulmanes 2 pour comme une pratique sexuelle dviante et condamnable. Dans ce chapitre je vais me concentrer sur Rachid O qui est mon sens le reprsentant de cette nouvelle vague reconnu comme le premier crivain marocain pour ne pas dire A rabe tre ouvertement gay. La publication de son premier rcit, nfant bloui (1995), n franaise. Dans ce rcit autobiographique, Rachid O. se livre au jeu littraire qu i consiste justement dgager un tmoignage singulier o il parle Rachid O. figure parmi les a uteurs de la littrature gay dont parle Robert Aldrich dans le Dictionnaire des cultures Gays et Lesbiennes dirig par Didier Eribon et publi en 2003 Pour Aldrich, cette littrature ouvre une nouvelle perspective sur les comportements et identit s sexuels tant au Maghreb que c hez les Beurs en France ( 307 ) Au Maroc ces comportements et identits souffrent complexe. L valeu bien entendu ces pratiques sexuelles existent dans la ralit. Ce ne sont pas les pratiques homosexuelles qui sont condamnes,

PAGE 168

168 marocain qui a assum publiquement, son homosexualit, affirme dans un entretien avec le magazine marocain Tel Quel Au Maroc, tout se passe, mais dans le silence. Il y a eu un moment pour moi o ce ise le tabou, que je parle. De moi. tabou que Rachid O. a publi son rcit. En effet, dans bloui lgitime ma vie, je sais de quoi je souffre ore les passants trop distraits (80 81) Le rcit de Rachid O., nous rappelle que la littrature marocaine de langue franaise connat certe s des circonstances et des questions et proccupations diffrentes. Cependant de la De plus dans le texte de O ., c omme dans ceux de Chraibi, Khatibi ou encore Mernissi nfant bloui hros qui porte le mme prnom que son auteur que Rachid O. a labor un tmoigna ge autobiographique o il assume pleinement son aborder littraire marocaine. Il est fait souvent rfrence aux pratiq ues homosexuelles chez Chraibi, Khatibi, Ben Jelloun Choukri mais comme le prcisait Rachid O dans une intervention publique, ces est homosexuel

PAGE 169

169 Rachid O. est reconnu comme le premier crivain mar ocain pour ne pas dire pourrait tre que ngative 3 ment par des Herv Guibert. Il faut, ent mdiatique, surtout dans la presse franaise. Ainsi dans un article, paru dans Le Monde en avril 2003, Ren de Ceccatty soulignait que : 4 celle des crivains marocains, mme si son apparition a chang quelque chose de fondamental dans la conscience que les auteurs et les lecteurs de son pays, et du Maghreb en gnral, avaient de la sexualit. Des gestes, des sentiments, des vnements furent crits par lui, qui ne dire avec ou sans argent), aient t pratiques au Maghreb ce serait un comble taient jamais crites. La a u ct occ idental, le texte de Rachid O. semble tre rcupr com me tant un apport la culture franaise plutt

PAGE 170

170 sceau de son pays natal. Ne doit pied la littrature marocaine? Cette mme attitude, on la trouve chez Serge Mnager qui dans son article Du nouveau chez les machos maghrbins : Rachid O. ou le corps qui parle signale que (1995) et Plusieurs vies (1996). Conus sous fo rme de rcits autobiographiques, ces deux pote Franois Villon (111) Toujours dans le cadre des retombes mdiatiqu es lies la parution du rcit de Rachid O., Maati Kabbal a crit dans Le Monde diplomatique que : de questions. D le corps. Il faudra peut tre attendre quelques annes pour souponner Le Monde diplomatique avril 1999). Cela dit, la publication chez Gallima rd, en France, du premier rcit de Rachid O., ainsi que les articles parus dans la presse franaise ont fait de ce texte un vritable vnement mdiatique ce qui lui a assur une rception franaise trs enthousiaste pas vraiment suscit l'intrt de la presse nationale. Bref, la critique trangre tait donc essentiellement positive et a consacr e critique occidentale car elle est essentielleme nt axe narrateur e manire le lecteur dcouvrir le texte pour sa valeur de tmoignage. D ans un article intitul Le R etour au rfrent paru en 1996 et post sur le site Revues plurielles : Le portail des revues de Charles Bonn remarque que :

PAGE 171

171 de Rachid O., rcit accueilli dans la prestigieuse co llection dirige par Philippe S ion littraire, si le rcit de Rachid O. ne se caractrisait pas par une narration dnue de toute candeur, transform nfant bloui homosexuelle qui a souvent t, comme le rappelle Didier Eribon dans son livre Hrsie. Essais sur la thorie de la sexualit (un) champ de bataille o les dissidents de (13 14) homosexuels qui crivent depuis le territoire franais, mais qui puisent leurs textes dans tre attend re duits marocaine. Pour dire sa diffrence, Rachid O propose donc un rcit nfant bloui En plus masculinit qui contraste avec les identits masculines dont il tait question dans les textes prcdents. Enfin, une nouvelle confession en raison

PAGE 172

172 scne une sexualit infantile tout en revendiquant une lgitimit des expriences homosexuelles juges abjectes par la morale cour ante de la socit marocaine. En fait, la valeur l ittraire du rcit de Rachid O. tend se confondre avec sa dans la sexualit infantile aborde dans bloui que la veine subversive devient manifeste. une sexualit trangement : je suis arrateur prsente en fait, comme nature l l e sa pulsion homosexuelle les hommes me plaisent (LEE 31). Le titre du rcit, rsume parfaitement son entreprise. Il thmatise le rcit et renvoie une criture, rfrentielle et autobiogr aphique o le jeune personnage est fascin par les garons de son ge mais aussi par les hommes de son e ntourage avec qui il partage un rapport assez spcial (LEE 55) Sduit mais aussi travers le rcit de quelques faits a nodins sa prise de conscience de son orientation sexuelle. Ainsi, p relate ses nombreuses aventures sexuelles avec de multiples amants et au fur e t Pour Rachid O. tout passe aussi par le caractre charnel du jeu rotique qui prsente, tant sur le plan sensuel que sur le plan narratif. nce

PAGE 173

173 passe par un lien de contigu t o criture et sexualit sont intimement lies par le biais uissement et son excitation sensuelle. 5.2 nfant bloui : Un veil des sens Dans son rcit autobiographique qui se droule principalement dans le Maroc des annes 1970 et 1980, le protagon iste relate la manire dont il a pris conscience de son homosexua lit pendant son enfance. Dans les cinq chapitres de : Fugue Mes femmes Amours Musulman et Mon pre, mon hros le narrateur aborde, en passant, sans liai social et culturel o la norme veut que le garon soit le mle par excellence. omme les autres et au lieu de jouer avec les garons de son ge, il prfre rester tout le temps en compagnie des femmes de son en tourage : sa derrire elles taient en tre elles parler des hommes ( L EE 25) Il tait conscient du fait que son rve tait diffrent des rves des autres enfants : ( L EE9). Dans cette phrase, le narrateur semble

PAGE 174

174 expri mer dans une sorte de stream of consciousness (flot de paroles manant de la conscience) au risque de Ligne Mince qui se profile on du rcit. A ce niveau, rejoint les autres textes de mon corpus rement. Le texte de Rachid O. cun doute, dans un profond dsir de rupture. En effet, l garon qui ne ressemble pas aux autres garons et il dcide de vivre sa diffrence avec tout ce que cela implique comme dtachemen ts. L e besoin de libert d u personnage de probablement plus le besoin de rvler que la volont de raconter qui donne une raison de Rachid O., est le fait que les souvenirs raconts prennent toujours la forme d'une confe ssion comme on va le voir dans c es parties qui constituent Dans la premire partie Fugue Rac hid rvle, entre autres, son souvenir un homme au coin de la rue qui les invite passer la nuit chez lui. e fminin dans lequel grandi. La description faite dans cette deuxime partie suit le petit Rachid et la construction de son penchant homosexuel qui prend forme dans un espace essentiellement fminin. Ayant pass beaucoup de temps avec les femme s qui parlent

PAGE 175

175 rsister leurs tentatives rptes de le chasser de leur cercle intime. Il est en fait, bloui par les rcits des femmes sur les hommes. Il prouve d e la fascination pour les est persuad que son penchant tait anormal ( L EE 9). En outre, dans cette mme partie, il rvle une ventuelle relation incestueuse avec son grand pre maternel. Dans la troisime partie Amours, le rci camarades ainsi que les pratiques pdophiles dont il a t victime. Parmi les amours qui ont marqu son enfance, il y a sa relation avec so relation avec Antoine, un cooprant franais de plus de 40 ans et pre de 2 enfants, avec qui Rachid r le message adress son lectorat culture juge plus tolrante. nire partie intitule Musulman, le narrateur affirme son identit musulmane en abordant frontalement son homosexualit en tant que Marocain corrlation sa vision de la cu et son orientation sexuelle. Bien que les prceptes islamiques (le Coran et la Sharia) (Coran, Sourate 7 verset 81 8

PAGE 176

176 musulmane. Dans la dernire partie, Mon pre, mon hros, Rachid dcrit sa relation avec son pre pour qui il pr pre qui sait tout des penchants homosexuels de son fils, mais ne pose pas de questions. Rachid O., enchane avec une srie de jeux enfantins contribuant son apprentissage. 5.3 Dans le rcit de son enfance, Rachid O. rvle ses pratiques homosexuelles Il confesse garons, par pour les filles ( L EE73). La gravit de ses confessions ne peut tre value que si elle est replace dans le contexte de sexuel rgnant dans la soc condamnation catgorique lgale et surtout morale. La condamnation morale reflte et rglemente les rapports intimes entre les sexes. En effet, comme di t, Renaud Chkib Djaziri reconnu lui aussi, comme tant homosexuel : Les hommes qui ne rpondent pas aux injonctions de cet ordre htrosexiste, savoir le mariage et la procration, sont perus comme masculin, concept central dans la construction et la pe rception de

PAGE 177

177 Dans le sujet de la sexualit est explor en profondeur par Rachid, qui dit Je relate son apprentissage en mlant intimement enfance et sexualit. La sexualit est tellement prsente dans son parfois to ut occulter, tel point que la sexualit : Le souvenir qui me revient est mour. comment tait utilis ce bout de plastique (LEE 29). En fait, la sensualit et la sexualit mises en exergue par le narrateur protagoniste trouvent leur expression tout au long du rci t dans les relations diffrentes multiples av maillent le te noncs au caractre ouvertement subversif, transformant le tmoignage au gr de son apparat comme objet sexuel de par ses rencontres physiques avec ses amants. Ainsi, mettre en valeur cette ide. Ce sont des pratiques qui ne sont sollicites par le prota goniste que dans la mesure o elles espace de libert dans lequel il cherche se dcouvrir et vivre pleinement ses dsirs considrs moralement dviants par la doxa.

PAGE 178

178 le fait d'tre l'instigateur de la relation sexuelle, Rachid, avant de passer l'acte proprement dit, utilise des stratagmes qui vont veiller les dsirs de ses partena ires. a eu une intimit spciale (LEE 49) la lui remettre la main : tu es doux, tu es doux comme une fille (LEE 48) Dans sa candeur, le narrateur (qui avait 10 ans cette poque) est toujours se prsente de dormir avec lui. Le narrateur se montre particu lirement sensible au parcours fragile de nfant hros et semble faire intrusion dans la conscience de Rachid par le biais du rcit de penses intimes : cot romantique que je sentais dans les relations ( L EE 49) En effet, Ra chid ne retient de son enfance que les scnes qui renvoient surtout son ct romantique Son romantisme, conjugu avec le thme d e l'enfance, met en avant des impres sions charnelles qui font de Rachid un enfant fragile et doux En qui tait exclu des jeux des garons comme le ailleurs : tais tout le temps avec elles. Et avec les autres femmes, les voisines

PAGE 179

179 ( L EE 25) : Tu es grand maintenant. Tu es un garon, pas une fille. Ne reste pas avec nous ( L EE 31) Il faut noter que, par l'vocation de ces nombreux dtails, le narrateur met surtout Rachid O., dcrit donc une priode qui correspond aux premires annes ce que les Allemands appellent un Bildungsroman ulte, par un cheminement volutif qui lui permet de dcouvrir les grands vnements de l'existence P uquel il a volu dans son article intitul Auto fonctionnaliser le dsir dviant comme mtaphore de Rachid O.et Eyet Chkib Djaziri que Pour le petit Rachid, la construction de son penchant homosensuel prend de temps avec les femmes en coutant leurs histoires sentimentales, il identification avec les sentiments dits fminins il les mime et se fixe, lui aussi, les hommes comme son objet de dsir. (61) assume graduellement le naturel de sa pulsion homosexuelle : les hommes me plaisent (31).Ce qui apparat cepen dant subversif premire vue dans les aveux du pour exprimer ses sentiments mais, au contraire, il n

PAGE 180

180 trs explicite. Ainsi, les descript ions qui propos ent une image rotique revtent un aspect trop raliste que le lecteur risque de trouver un peu vulgaire. Le narrateur ne semble pas avoir de rserve voquer ses relations homosexuelles de manire narrations qui vont jusqu' banaliser les rencontres entre Rachid et ses amants ainsi que la relation sexuelle: On a bais, ce qui est toujours l e cas avec Antoine: on ne fait pas l'amour, on baise (LEE87). Tout cela nous amne au deuxime aspect dans les nouvelles confessions de Rachid savoir : les pratiques pdophiles. De rencontre en rencontre, le narrateur propose un tableau plus complet e t original en relatant des pisodes perturbateurs. g de douze ans un homme un type : Un plaisait. Il devait avoir la trentaine (LEE 50) Comme dans toute autre rencontre que fait Rachid, ces vnements sont dcrits comme le fait d'un hasard. Il rencontre sur son chemin des gens dsireux de lui faire t. Ainsi, les pratiques homosexuelles de Rachid adulte inconnu, donne aux aveux du prota goniste un caractre ra liste frappant:

PAGE 181

181 sous mes fesses. Aprs, quand il a vu que je me laissais aller et que moi aussi je le touchais, il a dboutonn discrtement mon pantalon et il et lorsque je me suis quand mme retourn pour rega l tait un type bizarre (LEE 51 52 ) Le vocabulaire de Rachid utilis dans ce passage suggre que le protagoniste laisse souvent apprhender comme objet sexuel par les adultes sou lignant galement une certaine violence qui pourrait ventuellement caractriser un acte sexuel sollicit fant. Un peu plus loin, on lit : chez moi. Alors : ne crains rien je te ferai rien. On s on parlait et je sais que je me suis endor bien conduit avec moi, que je ne me souvienne de rien de la nuit parce (LEE 54) D ans cette confession, le narrateur combine la fois sensualit et danger. Il met en valeur le dsir sexuel qu e l ur dcrit une ambiance empreinte la fois de sexualit et de peur. Le garon est tmoin

PAGE 182

182 u et le narrateur dorment ensemble. Rachid qui savait trs bien que cette aventure, vais pouvoir me vanter de cette belle histoire, puisque je suis intact en plus. Mais je lecture de cet pisode peut se dgager une image de la socit trs rvlatrice. Ce son seul prnom, Hamza, se prsente, en fait, comme un symbole singulier de ces fils issus de la sexualit des enfants, Rachid O. ouvre en prolepse la voie narrative aux pisodes qui mettent en scne la perversion des adultes vis vis des enfants, en relatant des ranais qui a pratiquement le triple de son ge. 13 ans, alors que celui ur qui me plaisait normment, attir le tester, espionner son comportement en d

PAGE 183

183 avait que lui dans ma tte (LEE 62) Les relations entre Rachid et son professeur semblent, paradoxalement, ds le res lves sont compltement conscients de ce qui se pas se dans la salle de classe. Le narrateur dcrit une atmosphre de sensualit qui constitue dj un trait remarquable jeune garon qui aime se prendre au jeu de sduire et se faire sduire, draguer et se faire draguer recherchent le contact physique. Ainsi, lorsqu'ils doivent satisfaire leurs d sirs, Rachid qui a rendu visite son professeur dans sa maison fait une description dtaille de cette rencontre intime: regards, la mre, le frre, le petit frre, a me faisait tr s peur car je en pouvais plus. On est parti dans un baiser qui tait, je ne sais pas, un f eu, quelque chose de trs beau (LEE 65) tellement douteuse aux yeux de toute la famille qui rega rde les deux amants se diriger vers la chambre pour finalement fermer la porte sur eux. En fait, Rachid rvle que les membres de la famille du professeur, eux aussi, taient conscients de leur relation amoureuse : Et le regard de son frre de seize ans L EE 65). La relation entre les deux protagonistes se rsume un petit nombre de scnes marquantes, et se solde par une

PAGE 184

184 sparation lorsque son professeur dcide de se marier et de mettre fin sa pratique pdophile. La peine ressentie par Rachid lors de la r upture avec son professeur est que les membres de sa famille comprennent sa condition et sa cacher... comme, il y a huit ans, tu as prtendu tre malade juste pour pleurer ton aise ton professeur (LEE 87). Il est vident que ce p gnralement dans la littrature maghrbine ou dans les autres rcits de notre corpus. difficult. nd hommage en soulignant son caractre exceptionnel : A partir de l, j'ai cru qu'il tait complice. Lui avait toujours compris que j'tais fait pour les garons, pas pour les filles. On n'en a jamais parl. C'est la personne la plus complice de la fami ai parl, qui sait tout ( L EE 72 ). La sparation entre le professeur et Rachid tait un moment difficile pour ce connu l je me suis dit (87 L EE). Cette fois, la rencontre est diffrente car elle est vcue par le jeune Rachid comme une conqute, ce qui en soi est une nouvelle tape initiatique cense complter

PAGE 185

185 moi comme une frustration, un dsir que je ne comprenais p as, peut tre li ma sexualit ( L EE 88). Cette relation avec Antoine ouvre donc un nouveau chapitre dans la formation et dans la sexualit de Rachid. Ne se considrant jamais comme un objet sexuel, le narrateur va vivre avec Antoine sa premire cohabit ation. Le dpart du foyer savaient que leur pre tait homosexuel parce qu e leur m re le leur avait dit ( L EE vite toujours de se lancer dans diffrents types d'exploration ou de jeux sexuels avec ement ce connard est avec mon pre mais il joue enferm avec mon frre (LEE 97). Entre Rachid et Antoine la sexualit est exhibe sans dtours: ce qui est L EE 87). Il faut signaler que l e rcit que fait Rachid de sa relation amoureuse et sexuelle avec Antoine semble inscrire celle domin dans les relations homosexuelles masculines. Dcrivant encore cette relation Rachid rvle que Pendant quatre ans, entre Antoine et moi, a a t une amiti sre, on a t un couple. malheureux (LEE 100 ). Cet assujettissement, principalemen t sexuel, est accentu par l'emprise physique que dtient Antoine sur le jeune garon. Il est mon avis ncessaire de noter que le prsent dans le texte comme un pdraste dchan

PAGE 186

186 celui dont les dsirs sont rarement assouvi en Antoine un vritable partenaire dont il est profondment amoureux. ie de Rachid, leur relation se solde par une sparation avec un lot de souffrance et de dception pour Rachid qui : il [Antoine] compte colossalement tre pur (LEE 106) cation de Rachid se poursuit de nouveau par un jeu de sduction pour conqur ir cette fois Julien, un autre F ranais rencontr au bureau de qui signe la fin de ce chapitre intitul amours et en mme temps dbouche sur une sorte de mditation sur la me voyais devenu vite devenu amoureux de lui. Je me voyais encore une fois, une e qui aime les jeune garons que je ne suis plus (LEE 113). tonnant e Rachid et contribue mettre de nouveau en valeur le caractre subversif des confessions rvles par le narrateur. Rachid O., est certainement parmi

PAGE 187

187 t sans aucun sentiment de culpabilit. Cette relation prohibe est dcrite au travers des rapports entre le jeune Ra chid et son grand pre maternel en des termes qui suggrent initialement une navet : Mon grand pre avait un rapport assez spcial avec mo beaucoup. Dans notre relation, le toucher tait important et sensuel, du pas, quand il me voyait il me prenait et il ne me relchait pas, il me gardait 55 56) Cette navet au sujet des tendances pdophiles du grand pre est leve par Younes, un camarade de classe de Rachid, qui horrifi par le comportement du grand pre : tu as vu comment il te touche. Moi jamais mon grand pre ne me ferait jamais a ( L EE 56). Pourtant, dans son innocence, Rachid prend plaisir se retrouver seul en compagnie du grand pre et se passe comme si le lecteur t ait qui se prte volontiers devenir un objet de dsir sex uel pour un adulte de la parent sans pour autant tout avouer. Le pre du narrateur, conscient de cette affaire de douteuse. Mon pre dtestait mon grand pre. Moi, j pre, alors il me serrait, me gardait, quand il venait dormir la maison il voulait ui mais Rachid dort tout seul (LEE 56 ). C'est en tant que tmoin que le narrateur raconte la vie des personnes qui

PAGE 188

188 partags que le jeune Rachid lui porte comporte une dim ension sexuelle bien prononce. sans se sentir par ailleurs coupable mon g rand L caractre maudit de cette famille incestueuse : me mon grand pre me veut ( LEE 58) Rachid mais ils marquent aussi des moments de transiti ons dans le dveloppement et les tabous et les interdits bravs. 5.4 Enfance et masculinit seulement propre au rcit mle, mettent en valeur son apprentissage de la m asculinit.

PAGE 189

189 En racontant tout naturellement son enfance, sans fioritures et sans v ritable littrarit, Rachid O. semble adopter un style et une technique d'criture qui laissent probablement pas marocaine. En ce sens, le critique Maati Kabbal, dj cit, a d noter le caractre ethnographique du rcit. Il faut noter que ce qui lgitime de telles oi expressions comme des gens au Maroc ou les gens au Maroc sont plus proches couc her avec moi comme a se passe au Maroc quand il y a un joli garon dans une emplois abondent dans le texte au risque de reproduire des strotypes qui visent sduire le lecteur tranger (franais en particulier). Il en rsulte une simplification de la complexit du rel o ce dernier est rduit des clichs qui renforcent la conception ethnographique du rcit. Il faut noter que le cadre dans lequel se situe ce rcit et sa masculinit est toujours mise en valeur nf ant bloui que le petit Rachid, le dernier de sept enfants, cinq garons et deux filles, soit pouss en J'tais toujours derrire, derrire ou devant mais je prfrais derrire car q uand elles taient entre elles parler des hommes et qu'elles s'apercevaient que j'tais l, elles disaient: Qu'est ce que tu fais l? Va jouer avec les garons. Je prfrais tre derrire, on ne se rendait pas compte de ma prsence et je pouvais coute r tout.... Et quand elles parlaient d'hommes, elles me rappelaient que j'tais un garon et pas une

PAGE 190

190 grandissais, quand elles parlaient d'un homme elles en parlaient au fminin pour me tromper et moi j'tais content parce que je voyais bien que c'tait un homme et qu'on me prenait pour un enfant... (LEE 23 24) Et un peu plus loin on lit: Quelquefois, elles ne savaient plus que j'tais derrire elles tellement elles taient prises par l eurs histoires. Quand j'tais devant, elles me disaient: Tu es grand maintenant. Tu es un garon, pas une fille. Ne reste pas avec nous. Va regarder la tlvision, va faire tes devoirs. Et, de derrire, c'tait comme un cran pour moi, je les voyais bien il y avait un truc d'image. Je commenais m'intresser aux hommes comme ell es s'y intressaient (LEE 31 ) pleinement en tant q ue mle. Dans son article sur le travail d u deuil, la pulsion du dsir par les rcits des femmes, en a rabe, que Rachid est sduit par les hommes En fait, il s que ce dernier a gard de ces rcits fminins sur les hommes. plaisir entendre les femmes parler je me suis rendu compte comme moi midi entendre parler des hommes est devenu un ( L EE 30 ) De mme comme Jarrod Hayes dans son article intitul Rachid O. and the return of the homopast: the autobiographical as allegory in childhood narratives by maghrebian men remarquait que Rachid O. uses his childhood (associated with femininity) as a foundation for his identity (508). Ceci est exprim dans le t exte par le biais du portrait attribu au garon. Le rcit autour du personnage de Rachid esquisse un tre aux contours dfinis. A travers ses

PAGE 191

191 min qui a ime les garons et plus encore les hommes : J'tais incapable de dire: Les hommes me plaisent. Quand j'avais dix ans, je suis tomb amoureux d'un garon d'un ge proche du mien ( L EE 31 ) nfance de Rachid avec avec la figure du pre. De tout temps la majorit des crivains marocains voire maghrbins ont ces figures de pres qui ne sont des modles ni pour leur famille ni pour la socit comme dans les rcits de Chraibi et Choukri. Le pre de Rachid personnage positif qui joue un rle rnelle du despote qui terrorise sa famille dans Le Pass simple de Chrabi ou dans Le P ain nu de Choukri. En fait, comme l e soulignait Abdel Jaouad Hdi, The other novelty of L'Enfant bloui is that the father, almost always exclusively depicted as a n egative figure in Maghrebian fiction, emerges as a superhero (Rev. 457). nfant bloui porte le titre : Mon sexuelle de son fils sans jamais poser de questions. Il est le complice ( L EE 70) qui sans rserve vivre pleinement Ce pre qui a soutenu sa fille quand elle est tombe enceinte suite des inconditionnel et a toujours prpar pour lui une ambiance familiale scurisante. Ainsi, dans le r cit

PAGE 192

192 rencontre normalement dans les rcits maghrbins et qui rvlent les soubassements de la socit patriarcale ainsi que ses abus. Il est rare, en effet, que la relation pre/fils soit d socit comme le prcise Abdessamad Dialmy dans son ouvrage Vers une Nouvelle Masculinit au Maroc : me marocain ordinaire, voire mme extra ordinaire, tre centrale dans la construction sociale marocaine traditionnelle de la sans lequel un Celle ci tait perue comme une anomalie dmasculinisante (35) pre que le narrateur assume le naturel de pratiques homosexuelles de son petit frre finit par quitter le domicile familial suite une querelle avec le pre qui a pris p osition pour son fils Rachid : mauvaise cons cience que mon frre ait quitt la maison cause de moi ( L EE 85) rticulier) avides de confesser leur sexualit Par son rcit veut laisser entrevoir une exprience qui met nu ce que la morale de la socit essaie de cacher. Il faut cependant noter que dans toutes ses

PAGE 193

193 aventures Rachid appara t comme celui qui assume une attitude passive lors des changes physiques. Parlant de sa relation sexuelle avec son camarade Khalil, il dit : L EE 49). Cette prcision est importante et permet de mieux apprcier la valeur du rcit de O. En effet, les relations homosexuelles sont, au Maroc, souvent dfinies en fonction de la distribution des rles passif/ actif assums par les partenaires. Etre actif, savoir dominant, entreprenant, est Malek Chebel dans son ouvrage et pratiques sexuels au Maghreb, Cette mme ide se trouve corrobore par Abdelhak Serhane, qui, dans son livre note que activits sociales e : une fille incapable de jouer au foot ( L la dmarca tion entre monde fminin et masculin mais chaque souvenir associ cette sparation signale une drive. Ainsi les rites et lieux aussi symboliques que la coranique, et le hammam, qui ailleurs reprsentaient des moments et des lieux o la sparation ont ici une fonction diffrente.

PAGE 194

194 5.4.1 le coranique pour apprendre le C oran et le calcul. a un ton gnral pour lire le C on se disputait, entre gamins. On me tirait le T mcontent (23) cadre euphorique et sensuel de cette institution thme on se touchait mcontent a eu une enfance comble Cependant, lanant ainsi son jeune hros dans une ambiance rotise. comme lieu propice la perversit sexuelle. Dans Le P ass simple Driss Chrabi, par exemple, garde un mauvais souvenir d ces coles servent de cours tacites de pdrasties applique avec ou sans le concours de (36) impressions totalement opposes celles des crivains de la premire gnration. Le

PAGE 195

195 narrateu cet pisode de son enfance. 5.4.2 Le hammam Le hammam ou le bain maure, est un autre leitmotiv qui traverse plusieurs rcits marocains (Khatibi, Mernissi entre autres). Dans L Rachid O., lui aussi, espace qui est occup tour tour par des hommes et par des femmes. La mise en nfant bloui rep rsente un lieu privilgi o le garon tisse des liens distin ct s avec le monde fminin. amusant. Je ne comprenais peut tre pas alors les blagues des femmes entre elles mais souvent je toujours occupes e et, juste avant ou juste faire mon jeu prfr gar L EE 32) Ds son plus jeune ge, le jeune garon se familiarise avec le monde fminin du hammam qui est un monde part. La frquenta tion de cet espace cens tre occup essentiellement par les femmes et aussi les garons en bas ge du jeune garon est sujette des influences fminines. Dans la description de cet espace fminin, Il semble bien que la nudit des dniant tout attrait sexuel, Rachid qui ose regarder la masse de ces corps fminins

PAGE 196

196 dpourvus de toute sduction charnelle 5 espace de libert, les corps des femmes ne lui apparaissent pas comme le ter ensuite par son pre, mais cette fois dans celui des hommes. Le transfert du hammam rutalement et le moment est traumatisant pour le protagoniste: am, il y a deux portes chaleur, la vapeur. Les hommes font attention entre eux, quand ils veulent se dshabiller, ils se mettent une serviette autour de la taille. Quand ils se lavent les fesses ou le sexe, ils se cachent, se tournent du mur ( LEE 34) s est un vrai traumatisme identitaire : de temps en temps je faisais des crises pour aller avec les femmes ( L EE 34). Le soci ologue Bouhdiba parle de complexe du hammam car la coutume veut Rachid. Ce d rejoindre le monde des hommes. A ce sujet, Jar r od Hayes affirme que:

PAGE 197

197 His discussion of this rite of passage in becoming a man, however, strengthens his relation to femininity rather tha n separating him from it: "Une fois, j'tais au hammam des hommes avec mon frre et un copain de son ge lui et ils entendent du bruit ct, chez les femmes. Sur un ton moqueur, ils me demandent: Alors, Rachid, qu'est ce qui se passe maintenant? pa rce que je connaissais encore tout rcemment. a m'a to the women's hammam, older boys continue to associate him with this women's space and credit him with understanding their langua ge, which is incomprehensible to most men (513). pourrait appeler un tiers espace, hybride, dans lequel fminin et masculin cohabitent. re autres par la faon dont le jeune Rachid vit son identit sexuelle en tant que garon doux comme une fille (LEE48 ). 5.4.3 La circoncision encore, presque tous les criv ains marocains ont mis en scne le souvenir bien prcis n souvenir de la mdecin qui men ( L EE139) communaut musulmane. C ette pratique nement ncessairement agrable, constitue une tape importante

PAGE 198

198 avec une valeur purificatrice. En fait, en arabe dialectal marocain, le terme de circoncision se traduit avec une a circoncision signifie, en effet, purification que fminin. Ainsi, par ce rite crmonial, les hommes fournissent la preuve clatante de la masculinit du garon et rvlent au grand jour sa virilit naissante et existante. : Regarde, il y a un oiseau.. (LE E 139 ) Il faut dire, encore une fois, on lui fait croire une chose et on lui en fait une autre. Le narrateur qui rend compte de sa blessure corporelle attache surto ut une avait la famille, les proches, les oncles, les cousines, la circoncision est un moment o autour de moi une liasse de billets (LEE140) sa signification symbolique : la circoncision est vcue comme un acte mutilant qui produit un sentiment de En fait, la pratique de la circoncision signe le passage du garon au monde des hommes. Du coup, le monde fmi

PAGE 199

199 irrmdiablement perdu. Mais parler de la circoncision revient parler du corps. En le dbarrassant de t dcouvre la fragilit de son petit corps. Je voyais juste une poudre blanche avec du rouge autour de mon petit pnis (LEE 139). Il faut noter que vtements qu i sont une autre caractristique observable du corps renvoient dans cet : vie que je portais une djellaba, des babouches et un fez (LEE139). Avec ces vtements, mis une seule fois pour cett tatoue aussi la mmoire. Av il ne faut est prne car considre comme une inclination naturelle mais aussi divine alors que satanique et dviante. Cela dit, t lgitimer son homosexualit. ans le rcit de Rachid O., le protagoniste a ducation coranique, et lui donnant, travers la, circoncision, la marque indlbile de

PAGE 200

200 cette appartenance la communaut musulmane. En effet, dans son rcit, le narra teur ne renie pas ses origines : Je suis n musulman. En tant qu'enfa nt, j'tais musulman, c'tait comme j'tais Rachid (LEE 119 ). Il y a un chapitre dans nfant bloui eux mots qui appartiennent deux champs associ e cependant socit rgie par la religion musulmane car tout en tant homosexuel il reve ndique sa religion. En fait, pour Rachid O., les rapports entre religion et (homo ) sexualit peuvent au sein duquel celles ci sont apprhendes de mani re tolrante. Dans le texte, l Rachid : Ce qui comptait pour elles, surtout pour celle dont j'tais le plus proche, c'est qu'elle elle faisait ce qu'elle aimait, elle pratiquait cent pour ce nt sans embter qui que ce soit essayer de le convaincre. Elle s'occupait pour elle. Quand elle a su que j'habitais chez Antoine, elle n'a pas fait d'histoires. Moi, j'ai mis un moment lui dire que j'habitais avec un Franais, c'est dire pas un Maroc ain, pas un mus ulman mais un chrtien (LEE 125 ) prend soin de noter que toute musulmane osexualit de son petit cousin.

PAGE 201

201 5.5 Conclusion On conclura que Rachid O., a effectivement fait figure de prcurseur dans la production marocaine en prsenta sur son homosexualit. Prudent en raison de la rception problmatique de son texte, il a toujours refus de rvler son identit. David L. Parris dans son tude intitule Amours inter dites: allers (et retours) Maroc France prcu retenir de nfant bloui assign au garon ne correspond pas aux en es tre pour cette raison, que le prambule qui accompagne la narration autobiographique du rcit se veut si ambigu et vise anticiper la texte potentiellement subversif Dans le Pra mbule Rachid O. jette un doute sur la paternit du texte afin de brouiller les pistes en suggrant que son autobiogr aphie a t crite par un ami : Je remercie mon ami franais qui a mis mes rcits par crit (8) ions pose au dbut de ce chapitre: est ce un texte qui fait travers son narrateur protagoniste, peuvent tre considr s comme un prtexte littraire enfant dont le tmoignage et le dcha vise nt dfier les limites du dicible. En plus, l es diffrents bouleversements socio conomiques, politi ques et culturels la socit marocaine postcoloniale constituent un nouveau terrain que la

PAGE 202

202 des annes quatre vingt dix peut signifier donc, le n tel renouveau littraire.

PAGE 203

203 Notes 1. Rachid O., (1995) et Abdellah Taa 2000, 2005 et 2006 sont les deux premiers crivains marocains crire des rcits autobiographiques o ils assument ouvertement leur homosexualit. On peut citer galement Kuzman Mal ik 2011 et le 2. L'islam, l'instar des religions abrahamiques, considre l'homosexualit comme tant un pch contre l'ordre tabli par Dieu. La charia condamne fortement l'homosexualit dans toutes les coles juridiques. Voir le Coran: Sourate 4, verset 17; Sourate 7 verset 81 82; Sourate 11, verset 78 80; Sourate 26, verset 161 167; Sourate 29, verset 29 pnal m arocain punit l'homosexualit de six mois tr ois ans d'emprisonnement 3. En juin 2007, Abdellah Taa, qui est c onsidr comme le premier crivain du Maroc s'assumer publiquement comme homosexuel a fait la couverture de la de la revue marocaine Tel quel sous l e titre : Homosexuel envers et contre tous Taa A ux yeux du public marocain : Il est publi et on pa mo Il se prostitue pour p laire Si nous tions rellement en Tout cela nous donne une littrature dans une socit comme le Maroc o traditions et religion continuent toujours exercer leur emprise. 4. Herv Guibert (1955 1991) tait la fois crivain, journaliste et photographe franais. Il tait h omosexuel et il fut surtout co nnu pour avoir plac la maladie du Sida, dont il tait atteint, 5. Contrairement au roman de Ben J elloun dans lequel le corps de la femme est hautement rotis. En fait, Tahar Ben pisode du hammam dans son rcit Harrouda : Voir un sexe fut la fatigu. Celui qui hante nos premi ers rves et nos premires audaces (13)

PAGE 204

204 CHAPTER 6 CONCLUSION GNRALE en analysant cinq rcits autobiographiques cette priode dans les reprsentations des expriences marocaines. Les textes repertoris se sont rvls comme des textes ces textes, il y a ceux qui ont marqu la production littraire marocaine ( Le Pass simple, la Mmoire tatoue, Le Pain nu ), e vnements mdiatiques ( ) mais suscitaient pourtant une attention particulire. crits des crivains marocains, surtout ceux de la premire gnration, correspond les transitions de la colonisation vers la dcolonisation. Le Pass simple prsente une formation clate en raison de la situation vulnrable du protagoniste. Trs tt, il monde, ces incohrences deviennent flagrantes et le poussent vers la rvolte, voire la dmesure Les angoisses du protagoniste ne sont pas dues seulement sa situation de colonis mais surtout la m

PAGE 205

205 Ligne Mince qui apparait au protagoniste certains moments du rcit symbolise cette ligne de dmarcation qui spare le disco urs des parents du discours des colons. La Ligne Mince e comme un outil pertinent pour interprter les autres textes. Si chez Chrabi cette Ligne Mince d La M moire tatoue et qui montre dj la condition hsitante et peu rassurante de ne pourrait jamais dire cette enfance et pourtant il la raconte en puisant dans toutes les possibilits que lui permet le langage. Il s'agissait de montrer qu'une manire d'tre dans le langage est une sorte de rceptacle o se recueillent le portrait de plan socio historique. En ce qui concerne Choukri, la Ligne Mince prend des allures pluridimensionnelles travers le parcours de la formation du rcit trav condamnables. Spoli de son enfance et expos aux humiliations les plus sordides, Mohamed

PAGE 206

206 et de fantasm Le Pass simple de Driss Chraibi que dans La Mmoire tatoue de Khatibi ou encore dans Le Pain nu de Choukri se sont rv Ce sont des enfances vulnrables dont la formation est menace est p our mieux dcrire cette vulnrabilit que concept de la Ligne mince chez Chrabi o u encore celui de la frontire chez Mernissi. Ces concepts montrent que l'ensemble des r cits semble tre dtermin par une ligne de dmarcation. En effet, t outes les enfances sont structures autour de la notion de sparation car la formation des protagonistes repose sur une Ligne Mince qui spare la mesure de la dmesure, le possible et l Chez Chrabi, en plus de la ligne gnrationnelle qui oppose le pre au fils, on peut relever aussi une ligne pdagogique ou encore une ligne religieuse qui met en opposition ducation tradit i coranique. Chez Choukri, la ligne de dmarcation spare la dlinquance conventionnelle Dans le rcit de son apprentissage, enfant marginal. Il fait observer que ds son b as ge, il tait pouss arpenter le chemin des adultes pour gagner son pain.

PAGE 207

207 Quant Khatibi : cette ligne es t recon naissable dans le texte par le rapport que l Dans la profusion des souvenirs de sser par l e crible de aut obiographe qui tresse les deux registres (rel et imaginaire) dans une seule trame narrative. L e portrait de qui est expos dans le texte devient alors une matire apte raconter Chez Mernissi, la ligne de dmarcation est cette frontire spciale qui spare le espace public ture a utour de cette frontire et l'aboutissement de l'enfance est dtermin par la volont de l'enfant dpasser justement cette frontire En ce qui concerne Rachid O., la ligne de dmarcation est dtermine par la position du narrateur vis avis du dicible e oral / C s diffrentes moments En termes de formation indi viduelles, c es obsessions indiquent y a toujours des questions sans rponses (le bilan de l ain conservatisme vis vis des liberts individuelles ). Cela dit, l nt les outils dterminants pour montrer ces ralentissements et ces incohrences au sein de la socit marocaine L e corpus montre en effet, qu'il y a une volution notabl e dans l'criture de l'enfance et si on passe du modle du genre du Pass simple de Chrabi celui de Rachid O., ont pas les ont pas les mmes priorits ni les mmes proccupations mme si l'enfance reste quand mme el a le point essentiel e

PAGE 208

208 Malgr 50 ans de dveloppement p o li ti que et social l'enfant demeure vulnrable En fait, l es enfances relates sont avoir des i mplications existentielles. Ainsi, dans Le Pass simple difier des oppositions contre ce pre et contre toutes les institutions que ce pr e prfigure un conflit de gnration. Dans La Mmoire tatoue aussi la rupture avec le pre, cause de sa e prcoce. Cette mort du de sa mre et aussi de son ducation arabo musulmane Le Pain nu enfant des rues. Il faut noter que la rupture peut revtir des formes diffrentes et peut se manifester so us divers aspects. Ainsi, dans le texte de Fatima Mernissi, Rves de femmes: une enfance au harem la rupture, pour la petite Fatima, a pris surtout la del des frontires existantes entre le monde des femmes et celui des hommes et entre le monde des adultes et celui des enfants. Aussi, faut il remarquer majorit des accd que par les bruits de la rue conception patriarcale de

PAGE 209

209 il faut signaler que cet amnage vritable identit marocaine. Il ressort de cette tendance dominante que la raisons la fois socioculturelles et psychol ogiques un conflit qui est au fondement de la relation de la petite fille avec son environnement intrafamilial et extrafamilial. Ce conflit privilgient le garon au d triment de la fille. Dans le dernier texte, homosexualit prpubre Il dcide de vivre quand mme sa diffrence avec tout ce que cela implique comme dtachements (social, moral, religieux). Par le biais de un tmoignage autobiographique dans lequel il a assum pleinement son homosexualit jamais os aborder de la mme manire. En fait, la grande diffrence entre Rachid O. parl confessions livrs travers des faits anodins pour repenser la notion de la masculinit Encore faut

PAGE 210

210 circoncision ou encore lorsque vient le moment o le jeune garon est banni du hammam des femmes. En fait, les textes du corpus, chacun sa manire, mettent en scne toute une symbolique de ruptures pour reconstituer des enfances singulires. Ce sont des enfances travailles par des chos mult iples qui rsonnent pour suggrer les traces de la mmoire aussi bien dans sa dimension individuelle que collective. Il faut dire que dans les textes de ce corpus, t qui sont devenues des leitmotivs que les auteurs marocains adoptent pour souligner leur importance dans alors que pour poids de traditions, authenticit/modernit, la pol ygamie, le mariage forc des jeunes filles, les rapports entre parents et enfants et le conflit des gnrations etc... li la construction de sa personnalit. Force est d quand on tra sont : la frquence, la concidence et la permanence. 6.1 La frquence L a lecture des rcits rpertoris dans mon corpus, nous laisse entrevoir la frquence des rcits o les souv enirs et les expriences de l'enfance occupent une

PAGE 211

211 place de choix et servent de cl la signification du texte. Les retours incessants vers les lieux d'enfance tmoignent de ce dsir toujours renouvel remonter dans le pass pour satisfaire un besoin im prieux de tmoigner. A chaque remonte vers les les narrateurs mettent le doigt sur une question qui les hante. Un survol rapide de cette i se penchent sur leur enfance. Cette dernire se rvle, donc, comme une des priodes et un des thmes habite une bonne part de l du personnage de l'enfant dans les rcits autobiographiques marocains se rvle du corpus rvle la lourd eur de toutes les contradictions et toutes les subversions qui psent sur la socit marocaine. 6.2 La coincidence Il est significatif de constater que presque tous les crivains marocains, (francophones et/ou arabophones) ont crit, et souvent comme premi rcit autobiographique qui marque leur prsence dans l'histoire littraire et o la priode de leur pays et de leur population veulent tmoig ner de cette priode transitoire. leurs traditions pour rendre leurs tmoignages.

PAGE 212

212 prsence de ce de littrature personnelle autochtone dj existante (comme la Rihla, la Sira ou la Tarjama), mais avec 6.3 La permanence toujours prsente dans les textes autobiographiques marocains. Il faut cependant re les priodes et entre les auteurs et donc, on ne peut pas oprer des gnralisations ou des simplifications pour rendre compte de simple constat, mais elle dnote a contrastes, parfois normes, entre les auteurs et les priodes de la littrature marocaine (Chraibi vs Rachid O,). En fait, les tendances qui se distinguent dans les rcits m on corpus se veut htrogne et emble de rcits choisis pour leur reprsentativit littraire auprs de valeur les varits et les articulations et les relations que chaque texte tisse avec ance.

PAGE 213

213 Il nous reste conclure par une observation, faite par Alioune Sow dans son ouvrage V africaines que je crois tout fait pertinente dans la description de la littratur e marocaine voire maghrbine. Il affirme que La diversit des reprsentations littraires jours auteurs dcrivant celle du Maroc postcolonial. Toutefois, le tmoignage des enfa nts cession de remises en question des e Khatibi de nombreuses mdiations mais terriblement pesantes ( Le roman maghrebin 109) Lorsque Ben Jelloun 1 dclare que seule la littrature peut nous aider co anthro

PAGE 214

214 examins d ans ce travail prsentent tous des formations vulnrables qui

PAGE 215

215 Notes 1. Tahar Ben Jelloun, Fawzi Mellah et la reine Eliss a in Le Monde, 2 Juillet 1988, p.15.

PAGE 216

216 LIST OF REFERENCES Abdel Jaouad Hdi. Rev. of L'enfant bloui, by Rachid O. World Literature Today 70.2 (1996): 457 Abou Sdra, Noha Ahmed. Point de Vue et Rc it d'Enfance dans L'Enfant de Jules Valls, La Grande Maison de Mohamed Dib et Les Jours de Taha Hussein Etude de sociocritique compare 2001. T hse de Doctorat, Paris 13, 1995, Web. Apr. 2012. http://www.limag.refer.org/Theses/Abou%20Sedera.htm Al_Naqqach Rajaa : Article paru dans (Journal) Ach charg AI awsat, 9 Juin, 1984. Aldrich Robert Renaud Robert. Maghreb. In: Eribon, Didier (d.). 2003. Dictionnaire des cultures Gays et Le sbiennes Paris: Larousse, 306 307. 2003. Barthes, Roland Ce que je dois Khatibi Abdelkebir Khatibi, La Mmoire tatoue 14 Basfao, Kacem Trajets : structures du texte et du rcit dans l romanesque de Driss Chrabi. moderne et contemporaine. Aix en Provence. 1989. Ben Jelloun, Tahar Moha le fou Moha le sage ditions du Seuil. Paris : 1978 ___ Harrouda. Denol. P aris : 1973 Benjelloun, Abdelmajid F at tufla Pendant L'Enfance Casablanca, Matba`at an Najh al Jadda, 1975. (1 re d.1957) Boas, George. The cult of childhood Leiden: E. J. Brill, 1966. Bonn, Charles. Le retour au rfrent in Algrie Lit trature/Action du 7 8 janvier fvrier, Paris, ditions Marsa, 1997 Boukhari, Karim. Abdellah Taa, homosexuel envers et contre tous Tel Quel, 277, 2007, Web. December 2012 http://www.telquel online.com/archives/277/couverture_277.shtml Bounfour, Abdallah. Forme littraire et reprsenta tion de soi: l'autobiographie francophone du Maghreb et l'autobiographie arabe du dbut du sicle in Charles Bonn and Arnold Rothe (eds), Littrature maghrbine et littrature mondiale, Wiirzburg, Konigshausen & Neumann, 1995. ___ Autobiographie, genr es et croisement des cultures Itinraires et contacts de cultures p. 85 90. Colloque Jacqueline Arnaud. (Villetaneuse, les 2, 3 et 4 dcembre 1987).

PAGE 217

217 Bruss, Elisabeth W. L'autobiographie au cinma, la subjectivit devant l'objectif Potique n56, nove mbre 1983. Chebel, Malek. Paris : Payot & Rivages, Petite Bibliothque, 1995 Choukri, Mohamed. Al Khubz al hfi Casablanca Maktbaat Najah al Jadida, 2006 ___ Le Pain nu Paris: ditions Franois Maspero trad. Tahar Ben Jelloun 1980 ___ For Bread Alone London, Peter Owen Ltd., trad. Paul Bowles, (1973). Chraibi, Driss. Le Pass simple Paris : Gallimard, [1954], Folio, 1986. Coe, Richard Neil. When the Grass was Taller U.S.A.: Yale university press, 1984. Daoud, Zakia. Harems : fantasmes de perversion et de despotisme in Lamalif no 125, Mai 1981. De Ceccatty Ren Rachid O., le destin d'un crivain Le Monde Avril 2003. Djeux, Jean. La littrature fminine de langue franaise au Maghreb. Karthala. Paris. 1994. ___ Litt Canada : Ed. Naaman, 1973. Devergnas Dieumegard, Annie L'incroyable fortune d'un genre sans racines: esquisse d'une problmatique de l'autobiographie de langue franaise au Maroc. Dans N23, Mots pluriels, Ma rs 2003. Rennes II Web. December 2012 http://motspluriels.arts.uwa.edu.au/MP2303add.html. Consult le 18.01. 2008 Dialmy Abdessamad Vers une Nouvelle Masculinit au Maroc. Dakar : CODESRIA, 2009. Elisheva, Rosen. Pourquoi avons nous invent le Rci t d'enfance? Considrations sociocritiques sur l'tude d'un genre dans La politique du texte Presse universitaire de Lille, 1992, 65 76. Eribon, Didier. Hrsie. Essais sur la thorie de la sexualit Paris: Fayard. 2003. ___. Dictionnaire des culture s Gays et Lesbiennes Paris: Larousse. 2003. Escarpit, Denise et Poulou, Bernadette. Le Rcit d'enfance. Enfance et criture (Colloque de Bordeaux, 1992, dir. Denise Escarpit et Bernadette Poulou), Paris : ditions du Sorbier. 2003. Fanon, Frantz. Les Damns de la Terre Paris: Maspero, 1968.

PAGE 218

218 Gaertner Ruth Louise Prelude to a text : The Autobiography of Abdelkebir Khatibi PhD Dissertation Baton Rouge Lousiana State University 2002 Web. 12 May. 2012. http://etd.lsu.edu/docs/available/etd0416102005632/unrestricted/Gaertner_dis.pdf Gans Guinoune, Anne Marie. Driss Chraibi. Paris : 20 05 Gendre Annick Mimiques des corps et harem : les contre dans quelques critures marocaines francophones, Actes du deuxime Colloque novembre 2010, Mekns, Web. 15 June.2011 http://hal.archivesouvertes.fr/docs/00/56/61/34/PDF/Annick_Gendre._Mi miques_des_corps._17.10.2010.pdf Gontard, Marc. Le Moi trange Littrature marocaine de langue franaise Paris : ___ La Violence du texte, tudes sur la littrature marocaine de langue franaise avec une Lettre prface Paris Goodwin, James. Autobiography: The Self Made Text New York: Twayne, 1993. Groupe d'Entrevernes Analyse smiotique des textes. Introduction. Thorie et pratique Lyon : P.U. F. 1984. Gu sdorf Georges Les Ecritures du moi: Lignes de vie I Paris: Editions Odile Jacob Janvier 1991 Hayes Jarrod Rachid O. and the return of the homopast: the autobiographical as allegory in childhood narratives by maghrebian men p. 497 25 Web. Web. 1 er Juin 2011. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10260219708455907 He bloui http://www.as.miami.edu/mll/people/documents/TRAVAILDUDEUIL.pdf Jay, Salim Dictionnaire des crivains marocains Paris : Mditerrane Eddif 2005 Kaabal, Maati. Une effervescence culturelle Le Monde diplomatique avril 1999. Khatibi, Abdelkebir Paris : Denol, 1971. ___ La Mmoire tatoue Paris: Union Gnrale d'ditions, 10/18. 1979. ___ Le roman maghrbin Rabat: SMER, 1979.

PAGE 219

219 Kuzman, Ma lik Tout le monde aime Mohamed Paris: ditions Lon Scheer, 2011. Labi Abdellatif Dfense du Pass simple in Revue Souffles n.5 premier trimestre 1967. ___ La blessure du nom propre Paris : Denol, Les Lettres nouvelles 1974. Lagabrielle, Renaud Le pouvoir de l'homosexualit dans la littrature maghrbine de langue franaise. A propos d'Eyet Chkib Djaziri Stichproben, n11, 2006, Web. December 2010 http:/ /www.univie.ac.at/ecco/stichproben/Nr11_Lagabrielle.pdf Lecarme, Jacques. La lgitimation du genre. in Philippe Lejeune (ed.). Paris : Cahiers de Smiotique Textuelle, 12, Universit Paris X, 21 39 1988. Lejeune Phil ippe L'Autobiographie en France Paris: Seuil, 1970. ___ Je est un Autre Je est un Autre Paris: Seuil, 1980. ___ Avant propos. Sous la dir. de Denise Escarpit et Bernadette Poulou. Paris: ditions du Sorbier, 1993. 9 20 n56, nov embre 1983, p. 464 du recueil de l'anne 1983. May, Georges. L'autobiographie Paris : Presses Universitaires de France ( PUF ), 1979. Memmes Abdallah. Paris : ditions Memmi Albert. Portr ait du colonis, prcd du portrait du colonisateur Paris: Payot Gallimard, 1973 Mernisi, Fatima. Rves de femmes : u ne enfance au harem : Albin Michel, 1996. Mezgu eldi, Zohra Les voix du rcit fminin in Le Rcit fminin au Maroc Rennes, Presses de l'Universit de Rennes, 2005, p 27 34. Mokkaddam yamina. Salama, No 1 (dcembre. 1996 p. 56) Najib Redouane etYvette Bnayoun Szmidt. Par cours fminin dans la littrature marocaine d'expression franaise. Toronto : ditions La Source. Ncube, Gibson. Auto chez Abdellah Taa, Rachid O.et Eyet Chkib Djaziri Acta Iassyensia C omparationis No 10 Special Issue on Rites of Passage : 61 69 Web. Dcembre 2012 http://literaturacomparata.ro/Site_Acta/PDF/Numar%20c urent/articole%20pdf/AMC _gibson_ncube_fr_editat.pdf

PAGE 220

220 criture, Paris ditions du Sor bier : 103 13 O., Rachid. L'Enfant bloui. Paris: Gallimard, Folio1999. ___ Ce qui reste Paris: Gallimard, 2003. Olney, James. Autobiography and the Cultural Moment: A Thematic, Historical, and Bibliographical Introduction. Autobiography and the Cultu ral Moment: A Thematic, Historical, and Bibliographical Introduction Autobiography: Essays Theoretical and Critical. Ed. James Olney. Princeton: Princeton UP, 1980. 3 27. ___ Some Versions of Memory / Some Versions of Bios : The Ontology of Autobiograp hy Autobiography: Essays Theoretical and Critical. Ed James Olney. Princeton: Princeton UP, 1980. 236 67. Parker Gloria Through the Eyes of a Child: Their Societies Viewed by Five Black Francophone Authors: Zobel, Ega, Laye, Dadi and Oyono Disse rtation Abstract International. Ann Arbor, MI, 1991. Parris, David L. Amours 'inter dites': allers (et retours) Maroc France, International Journal of Francophone Studies 12, (4), 2009, p655 670 Web. Juin 2005 www.tcd.ie/French/assets/doc/Taia O .doc Reynolds, Dwight F., Ed. and Kristen E. Brustad, Michael Cooperson, Jamal J. Elias, Nuha N. N. Khoury, Joseph E. Lowry, Nasser Rabbat, Dwight F. Reynolds, Devin Stewart, Shawkat M. Toorawa In terpreting the Self: Autobiography in the Arabic Literary Tradition Berkeley: U of California P, 2001. Richter, EIke littraire. in Gehrmann, S., et Gronemann, C. (dir.). Les enJEux de Paris 171. Rooke, Tetz. Moroccan autobiography as national allegory Oriente modern XVI (LXVII) n.s. 2 3 (1997): 289 305. Roth, Arnold. Moi l'Aigre Roman Marocain et Autobiographie colloque de Heidelberg, Paris: Ed Nizet, 1989. Sad, Edward. Paris : Le Seuil 1980.

PAGE 221

221 Sad Salim Etude gnrique, thmatique et fonctionnelle de quelques autobiographies marocaines, compares des autobiographies africaines 2001. T hse de Doctorat, Paris 13, 1995, Web. Apr. 2012. http://www.limag.refer.org/Theses/Sali m.pd f Saigh Bousta, Rachida. Romancires marocaines preuves d'criture Paris : L'Harmattan, collection Critiques littraires 2005. ___ Ben Jelloun http://www.limag .refer.org/Textes/Manuref/Ben_Jelloun.htm page consulte le 20 juin 2012 Salesse, Jean. Le Rcit d'enfance dans les trois premiers livres des: Mmoires tombe in Revue des sciences humaines no.222, Universit de Lille III, 1991. Schaffner, Alain. Arras: Artois presses universit. 2005. Serhane, Abdelhak. Casablanca: EDDIF. 1995. Sow, Alioune Vestiges et vertiges : Rcits d'enfance dans les littratures africaines. Artois: Presses Universit, 2011. Taa, Abdellah. Mon Maroc Paris: Sguier. 2000. ___. Le rouge du tarbouche Paris: Sguier. 2005. ___. Paris: Seuil. 2006. Teinturier Frdric Der Unte Bildungsroman : lments de rflexion La Cl des Langues (Lyon: ENS LYON/DGESCO). ISSN 2107 7029. Mis jour le 3 fvrier 2009 http://cle.ens lyon.fr/allemand/der untertan d heinrich mann et la tradition du bildungsroman elements de reflexion 62441.kjsp Tijani, Khadija Fatima Mernissi, Rves de femmes In critures fminines au Maroc, tudes et bibliographie / Bulletin de liaison n 4 et 5. Coordination des Chercheurs sur les Littratures Maghrbines et Compares ; sous la direction de Abdallah Mdarhri Alaoui, Samira Douider, Abdelfattah Lahjomri. Rabat, 200 0.p.70 Trabelsi, Bahaa. Une vie trois Bruxelles: Labor. 2002. Van der Poel, Ieme Fminisme et/ou autobiographie: de Simone de Beauvoir Fatima Mernissi In M. Daoud, F. Bendjelid & C. Detrez (Eds.), Ecriture fminine: rception, discours et reprs entations: actes du colloque international criture fminine: rception, discours et reprsentations organis le 18 et 19 novembre 2006 au CRASC, Oran (pp. 227 238). Oran: Editions Oran: Editions CRASC. Web. 10 Avril 2011 http://dare.uva.nl/document/350523

PAGE 222

222 Yvette Bnayoun Szmidt et Najib Redouane Parcours fminin dans la littrature marocaine d'expression franaise. Toronto, ditions La Source, 2000.

PAGE 223

223 BIOG RAPHICAL SKETCH Mustapha Sami rec eived his b French language and literature with a concentration in linguistics f rom the University of C adi Ayyad Morocco He got his from the University of South Florida. He completed a doctora l dissertation in French and francophone literature at the University of Florida.