Litterature(S) Radicale(S) De La Revolution Francaise

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Litterature(S) Radicale(S) De La Revolution Francaise Exemples Et Representations Dans Le Theatre D'olympe De Gouges Et Les Pamphlets De Paris Et De Toulouse (1789-1791)
Physical Description:
1 online resource (212 p.)
Language:
english
Creator:
Viguier, Audrey S
Publisher:
University of Florida
Place of Publication:
Gainesville, Fla.
Publication Date:

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Doctorate ( Ph.D.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
Romance Languages, Language, Literature and Culture
Committee Chair:
Calin, William C
Committee Co-Chair:
Bloom, Rori I
Committee Members:
Blondeau, Helene
Potsdam, Eric H

Subjects

Subjects / Keywords:
amis -- book -- brissot -- catherine -- censorship -- censure -- colons -- communitas -- contre-structure -- couvent -- enlightenment -- estate -- etat -- federalisme -- feminism -- fleury -- forces -- franchimand -- french -- gouges -- hyacinthe -- incorporation -- king -- literature -- louis -- lumieres -- marie-antoinette -- medicis -- messaline -- mirza -- noirs -- occitan -- olympe -- opinion -- pamphlet -- paratopie -- paris -- phisophical -- pornography -- propaganda -- public -- queen -- radical -- reine -- revolution -- roi -- sermet -- slavery -- third -- tiers -- toulouse -- voeux -- xvi -- zamore
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre:
Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract:
My dissertation, entitled “Littérature(s) radicale(s) de la Révolution française: exemples et représentations dans le théâtre d'Olympe de Gouges et les pamphlets de Paris et de Toulouse (1789-1791)” investigates the cultural, political, and social clashes that affected literary creation through the concepts of "radical literature" and "counter-structure". I explore the set of social predispositions that influenced the readers' and spectators' practices and perceptions during the revolutionary period as part of an ideological strategy. Through the works of Olympe de Gouges – Le Couvent ou les vœux forcés (1790) and Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (1788) – and a selection of pamphlets from Paris (about queen Marie-Antoinette) and Toulouse (written in Occitan, exclusively about the religious conflict brought by the Constitution civile du clergé in 1790), I analyze the revolutionary propagandist writer as the agent of a counter-structure who will choose to follow or not the revolutionary ideology. The creative impulse experienced through the revolutionary events brought an original inventiveness and a dynamic analogy between reality and fiction to the point of creating a third dimension in which fiction is reality and reality is fiction. The reader/audience will be at the center of this creation and will even be depicted in these radical literary works, having to constantly negotiate his/her active participation in the propaganda. At the same time, this analysis will allow us to assess whether the revolutionary literature produced one unified radical literature, or a more pluralist radical literature.
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
Source of Description:
Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility:
by Audrey S Viguier.
Thesis:
Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2012.
Local:
Adviser: Calin, William C.
Local:
Co-adviser: Bloom, Rori I.
Electronic Access:
RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2013-08-31

Record Information

Source Institution:
UFRGP
Rights Management:
Applicable rights reserved.
Classification:
lcc - LD1780 2012
System ID:
UFE0044544:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 LITTERATURE(S) RADICALE(S) DE LA REVOLUTION FRANCAISE: EXEMPLES ET REPRESENTATIONS DANS LE THEATRE D'OLYMPE DE GOUGES ET LES PAMPHLETS DE PARIS ET DE TOULOUSE (1789 1791) By AUDREY VIGUIER A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2012

PAGE 2

2 2012 Audrey Viguier

PAGE 3

3 To the great kings and queens of France To Louis XVI and Marie Ant oinette

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS First and foremost, I would like to thank my advisor Dr. William Calin for his valuable guidance and advice. H is vast knowledge and his passion for French and regional literatures/languages has inspired me greatly. Also, I wou ld like to take this opportunity to express my sincere appreciation to Dr. Hlne Blondeau and Dr. Alioune Sow whose respective works on radical literature and local identities inspired me greatly; my dissertation would not have been possible without the e xtensive coursework I took with them. I would also like to thank my dissertation committee for their support and suggestions. Special thanks to Dr. Rori Bloom for guiding my research, and Dr. Jessi Aaron who is not only a very good friend, but also was ext remely helpful when I was editi ng and correcting my articles. I am also grateful for the support and advice from my teaching coordinator Dr. Heloise Seailles, who was always there when I needed her. I am grateful as well to the department chair, Dr. Mary Watt, who, as busy as she was, offered me her guidance and suggestions concerning my academic c areer and future as a scholar. My thanks and appreciation to my former professors at the University of South Florida in Tampa, Dr. Anne Latowsky who guided me t o start my Ph.D and was a great mentor; Dr. Gatan Brulotte for his unforgettable classes; Dr. Roberta Tucker for her advice on how to successfully be a good researcher and instructor; and Dr. Christine Probes, whose passion for French literature was defin itely passed on to me. These professors have always supported me and encouraged me wit h their best wishes and advice. Special thanks also to the office staff of my department at the University of Florida, Janet Rose, Delores Tillman, Bodo Randrianasolo, an d Ann Elton. Their patience and

PAGE 5

5 help with various aspects of academic life was very helpful; I hope I will get to work in the future with people as und erstanding and helpful as them. I would also like to thank the department of Languages, Literatures, and Cultures for supporting my research and studies, including the multiple grants I was awarded Last but not least, I would like to thanks my friends and sometimes coworkers, Gustavo Vejarano, Mathilde Lala, and Bidhya N Yadav for their constant support whe n I was publishing articles; Charlotte Winters for her constant strength that helped me to understand a different culture and the world of academia; my friends from Tampa, Robert Hyde and Danielle Pascarella who have always been very supportive in every as pect of my life; and of course, my brother of heart, Pierre Perny, as we both supported each other in order to achieve our dreams, and we both made it happen.

PAGE 6

6 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ .. 4 LIST OF FIGURES ................................ ................................ ................................ .......... 8 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ..................... 9 CHAPTER 1 INTRODUCT ION ................................ ................................ ................................ .... 11 1.1 Dfinition de la Littrature Radicale et Problmatique ................................ .. 15 1.2 Approche Thorique ................................ ................................ ...................... 23 1.3 Le Corpus ................................ ................................ ................................ ...... 25 2 LA LITTERATURE RADICALE DE LA PRE REVOLUTION ................................ ... 32 ................................ ................................ ................................ 32 2.2 Repres Philosophiques ................................ ................................ ................... 34 2.2.1 L' Encyclopdie: S ortir le Peuple de sa "Minorit" ................................ .... 34 2.2.2 Les Livres Illicites de la Pr rvoluti on: Premire Contre structure ......... 37 2.2.3 Livres "Philosophiques" et Capitalisme Mercantile ................................ .. 42 2.3 Repres Historiques ................................ ................................ ......................... 47 2 .3.1 Le Tiers tat ................................ ................................ ............................ 47 2.3.2 Un Tiers tat Rvolutionnaire en Puissance ................................ ........... 50 2.3.3 La "Volont" du Peuple ................................ ................................ ............ 56 2.4 Observations Finales ................................ ................................ ........................ 59 3 ..................... 62 3.1 V ................................ ................................ ................................ 62 3.2 L'tre Collectif Contre structurel d'Olympe de Gouges ................................ ..... 69 3.2.1 Le Rel Politique comme Stratgie Propagandiste et Littraire .............. 69 3.2.2 Olympe de Gouges et la Problmatique des Couvents ........................... 74 3.3 Les Couvents dans le Thtre de la Fin du Dix huitime Sicle: Humanisme et Combat Politique ................................ ................................ ............................. 77 3.3.1 L'Humanisme du Mlani e de la Harpe (1770) ................................ ......... 77 3.3.2 Le Combat Politique dans (1790) ........ 81 3.4 La Contre structure Oriente vers l'glise ................................ ........................ 88 3.4.1 La Fin du Fanatisme Religieux ................................ ................................ 88 3.4.2 L'Inutilit des Couvents ................................ ................................ ........... 92 3.5 Observations Finales ................................ ................................ ........................ 99

PAGE 7

7 4 ZAMORE ET MIRZA OU L'ESCLAVAGE DES NOIRS D'OLYMPE DE GOUGES ................................ ................................ ................................ .............. 101 ................................ ................................ .............................. 101 4.2 Le Parasitisme Contre structurel d'Olympe de Gouges ................................ .. 104 4.2.1 La Paratopie Gougienne ................................ ................................ ........ 104 4.2.2 Une Thmatique Gnante ................................ ................................ ..... 112 4.3 Le Parasitisme Smantique ................................ ................................ ............ 114 4.3.1 Le Glissement Smantique dans Zamore et Mirza ou l'Esclavage des Noirs ................................ ................................ ................................ ............ 114 4.3.2 Une Discordance Impossible entre Olympe de Gouges et la Socit Rvolutionnaire ................................ ................................ ........................... 121 4.4 Observations Finales ................................ ................................ ...................... 127 5 LES PAMPHLETS PARISIENS SUR LA REINE ................................ .................. 130 ................................ ................................ .............................. 130 5.2 Les Pamphlets Parisiens ................................ ................................ ................ 133 5.2.1 Le Systme Pamphltaire Paris ................................ ......................... 133 5.2.2 Les Pamphlets sur la Reine ................................ ................................ ... 140 5.3 La Reprsentation de la Reine ................................ ................................ ....... 144 5.3.1 Le Peuple et la Reine ................................ ................................ ............ 144 5.3.2 Une Mtaphore Totalisante: les Reines Criminelles In corpores en Marie Antoinette ................................ ................................ .......................... 149 5.3.3 La Mtaphore Sexuelle: entre Plaisir et Blasphme .............................. 154 5.4 Observations Finales ................................ ................................ ...................... 160 6 LES PAMPHLETS TOULOUSAINS ................................ ................................ ...... 163 ................................ ................................ .............................. 163 6.2 La Province et la Rvolution ................................ ................................ ........... 167 6.2.1 Habitude/Habitus et Idologisation du Mot ................................ ............ 167 6.2.2 Le Problme Toulousain ................................ ................................ ........ 172 6.3 La Colonisation par la Langue ................................ ................................ ........ 180 6.3.1 L'Infiltration de la Langue Franaise ................................ ...................... 180 6.3 Le Paysan dans les Pamphlets Toulousains ................................ .................. 186 6.3.1 Inc ompatibilit avec la Rvolution de Paris ................................ ........... 186 6.3.2 Le Franchimand ................................ ................................ .................... 189 6.4 Observations Finales ................................ ................................ ...................... 194 7 CONCLUSION ................................ ................................ ................................ ...... 197 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ............................. 205 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ .......................... 212

PAGE 8

8 LIST OF FIGURES Figure page 1 1 Littrature radicale selon Marc Angenot ................................ ............................. 19 1 2 Littrature radicale selon Marc Angenot (43) ................................ ...................... 21 1 3 Littrature radicale et thtre rvolutionnaire ................................ ..................... 21 2 2 Le livre "philosophique" et la spculation ................................ ........................... 45 2 3 structurel ................................ .................... 58 3 1 structurel d'Olympe de Gouges .................. 71 3 2 structurel dans le Rel ............................... 73 3 3 ........... 73 3 4 structurel ................................ ........ 76 4 1 Parcours des personnages ................................ ................................ ............... 116 4 2 Per spective des colons ................................ ................................ ..................... 117 4 3 Encyclopdie personnelle des colons ................................ ............................... 119 4 4 Sosein des esclaves selon Olympe de Gouges ................................ ................ 120 4 5 Tableau smantique de la valeur "esclave" ................................ ...................... 121 4 6 Les sujets dans Zamore et Mirza ................................ ................................ ...... 123 4 7 Transformations actantielles ................................ ................................ ............. 123 5 1 Stratgies idologiques des pamphlets et des pi ces de th tre ..................... 131 5 2 Syst me de valeurs dans les pamphlets rvolutionnaires ................................ 131 6 1 Le franchimand ................................ ................................ ................................ 190

PAGE 9

9 Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the Universit y of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy LITTERATURE(S) RADICALE(S) DE LA REVOLUTION FRANCAISE: EXEMPLES ET REPRESENTATIONS DANS LE THEATRE D'OLYMPE DE GOUGES ET LES PAMPHLETS DE PARIS E T DE TOULOUSE (1789 1791) By Audrey Viguier August 2012 Chair: William Calin Cochair: Rori Bloom Major: Romance Languages exemples et reprsentations dans le thtre d'Olym pe de Gouges et les pamphlets de Paris et de Toulouse (1789 1791) that affected literary creation through the concepts of "radical literature" and "counter structure". I explore the set of social pr edispositions that influenced the readers' and spectators' practices and perceptions during the revolutionary period as part of an ideological strategy. Through the works of Olympe de Gouges Le Couvent ou les ux forcs (1790) and Zamore et Mirza ou l'e sclavage des Noirs (1788) and a selection of pamphlets from Paris (about queen Marie Antoinette) and Toulouse (written in Occitan, exclusively about the religious conflict brought by the Constitution civile du clerg in 1790), I analyze the revolutionary propagandist writer as the agent of a counter structure who will choose to follow or not the revolutionary ideology. The creative impulse experienced through the revolutionary events brought an original inventiveness and a dynamic analogy between reality and fiction to the point of creating a third dimension in which fiction is reality and reality is fiction. The reader/audience will

PAGE 10

10 be at the center of this creation and will even be depicted in these radical literary works, having to constantly negotiate his/her active participation in the propaganda. At the same time, this analysis will allow us to assess whether the revolutionary literature produced one unified radical literature, or a more pluralist radical literature.

PAGE 11

11 CHAPTER 1 INTRODUCTION Avant d'a border en profondeur ce qui constitue la littrature radicale de la Rvolution franaise, faisons d'abord un pas en avant, au dbut du dix neuvime sicle, travers une autre forme de littrature: le roman historique. Les critiques datent la naissance du roman historique au dix neuvime sicle pour plusieurs raisons: avant psychologie des personnages historiques, puisqu'ils les calquaient sur ceux de leur temps: "Ce qui man que au prtendu roman historique avant Walter Scott, c'est justement ce qui est spcifiquement historique: le fait que la particularit des personnages drive de la spcificit historique de leur temps" (Lukacs 17). Le roman historique du dix neuvime sic le se propose ainsi de remdier cette lacune en remettant tous ceux qui ont fait l'Histoire dans leur vritable contexte historique. s'imposer l'Histoire de France grce au recrutement militaire: alors que jusqu'en 1789, la socit d'Ancien rgime n'tait compose que de "petites armes de mtier" (Lukacs 22), la Rvolution et Napolon recrutaient largement dans les campagnes, donnant au peuple dans son ensemble le droit de se battre pour la patrie. Ce recrutement intense dans les provinces avait ainsi russi mettre en place "une liaison directe et ininterrompue avec le peuple du pays o la guerre est mene" (Lukacs 23). Contrairement l'arme de mtier de l'Ancien rgime, plus qualitative, la Rvolution franaise a ainsi laiss place une arme quantitative et diverse, donnant au peuple le sentiment d'tre un personnage historique part entire, au point de "voir dans l'histoire quelque chose qui affecte profondment leu r vie quotidienne et qui les concerne

PAGE 12

12 immdiatement" (Lukacs 23). Ce peuple de France dsormais "historique", est aussi frapp d'une nouvelle valeur hrite de la Rvolution: le sentiment national. Selon Lukacs, pour la premire fois, les couches les plus infrieures de la population ont ainsi "prouv le sentiment que la France tait leur propre pays, la patrie qu'elles s'taient elles mmes cre" (24). Comment cette construction nationale, base sur l'historicit du peuple, a t elle pu s'affirmer? Quell e a pu tre la base idologique, mais aussi les outils qui ont su porter le peuple une auto lgitimation face l'Histoire de France? Deux outils idologiques et complmentaires fournissent une premire explication: d'une part, le combat politique avec, entre autre, La Dclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et d'autre part la propagande rvolutionnaire: qu'elle se fasse par crit (pamphlets, pices de thtre patriotes, opras, etc.), l'oral (discours, dbats parlementaires, etc.), ou encore travers des documents iconographiques (Jacques Louis David, les multiples caricatures anonymes, etc.). Ces sources primaires permettent l'historien ainsi qu'au critique d'valuer les reprsentations subjectives et par dfinition htrognes de t moins directs du plus grand trouble qu'ait pu connatre la France: la Rvolution. Mais ressusciter tout un tat d'esprit collectif, quelle approche doit on privilgier? D ans son livre La Littrature la lumire du matrialisme historique (1929), Marc dans l'histoire de la science de l'art quatre mthodes d'investigation: la mthode idalist e, sociologique, freudienne et marxiste" (Ickowicz 17). En ce qui concerne la Rvolution franaise, de nombreux historiens l'image, notamment, de Lynn Hunt,

PAGE 13

13 semblent avoir privilgi toutes ces pistes la fois pour voquer les diverses crations politiq ues, artistiques, et langagires de la Rvolution franaise. Dans Le Roman familial de la Rvolution franaise (1995), Hunt privilgie une approche psychanalytique telle que dveloppe par Sigmund Freud: pour cette historienne amricaine, les thmes de la paternit, mais aussi ceux de la maternit et de la fraternit sont la base des vnements politiques et sociaux qui entourent la Rvolution. Lynn Hunt explore les causes psychologiques qui ont amen les rvolutionnaires tuer le pre (Louis XVI), rp udier la mre (Marie Antoinette), pour crer une nouvelle famille idale base sur la fraternit (le citoyen). Dans son autre livre Politics, Culture, and Class in the French Revolution (2004), Hunt s'intresse cette fois ci au symbolisme politique que dv eloppent les rvolutionnaires autour notamment de certains symboles tels que Marianne ou Hercule, offrant une lecture plus idaliste de la Rvolution. De son ct, l'historien Robert Darnton, spcialiste de l'histoire du livre, offre en plus d'une analyse idaliste, des explications plus sociologiques, notamment dans ses crits Revolution in Print: the Press in France 1775 1800 (1989) ou encore The Forbidden Best Sellers of Prerevolutionary France (1995) Ces deux historiens de la priode rvolutionnaire on t cela en commun qu'ils replacent les valeurs culturelles, politiques et sociales travers un spectre trs large, offrant un florilge de toutes les mthodes que propose Ickowicz: entre idalisme, sociologique, freudinisme et marxisme le rapport entre l' histoire de la Rvolution et ses hommes semble aussi incertain que vaste. Pour comprendre au mieux ce qu'tait et ce que pouvait reprsenter la Rvolution franaise, il faudrait revenir sur ces passions humaines qui ont su se dchaner afin d'offrir la F rance sa premire rvolution, mais comment rester fidle cette problmatique rvolutionnaire?

PAGE 14

14 Face ces quatre possibilits d'analyse, la prsente tude se propose de les runir autour d'un outil commun: la littrature radicale de la Rvolution franais e. En effet, s'il est difficile d'expliquer les passions humaines prises dans des vnements historiques qui les dpassent souvent, ces mmes passions se figent cependant dans les crits de leurs auteurs tmoins, ayant par dfinition eux mmes vcu ces tra nsformations. L'crit, contrairement l'vnement en train de se faire, bnficie d'un recul motionnel et intellectuel, permettant l'auteur, alors tmoin, d'analyser et d'organiser sa pense dans un but prcis, qu'il soit idologique ou esthtique. L'a uteur, l'origine de l'acte d'criture, est la fois sujet et objet de sa propre cration: il en est le sujet, parce que c'est lui qui entreprend physiquement d'crire, mais il en est l'objet parce qu'il subit l'influence de deux facteurs antinomiques: d 'abord, celui qui lui vient de ses propres motions intrieures, mais aussi, celui qui lui vient des influences du monde extrieur qui l'entoure. Les sources primaires qui composent cette criture radicale de la Rvolution se construisent souvent autour d e tmoignages directs, travers de nombreux crits politiques, des articles de journaux, des pamphlets, des lettres, mais aussi d'autres formes littraires plus traditionnelles comme les pices de thtre ou les opras. C'est travers ces crits que l'h ritage intellectuel et politique de la Rvolution a su franchir les barrires du temps, offrant aux historiens et aux critiques des sources primaires de premier ordre, car ce peuple de l'crit radical, qu'il soit auteur ou public, connu ou anonyme, a un jo ur lev sa voix sa parole au nom d'idaux humanistes. Au del des partis pris idologiques, cette thse a pour ambition de (re)prsenter ce peuple de l'crit radical de la Rvolution, qui s'impose alors en force, la lumire des

PAGE 15

15 mouvements sociaux qu de foi en une qute de libert qui dpassera souvent leurs propres auteurs, s'organiseront autour d'un renversement total des valeurs de l'Ancien rgime, dtruisant dj par le verbe les ingal its qui faisaient perdurer son systme. La contre structure s'installera alors, travers ces crits, dans les reprsentations mentales des lecteurs, imposant une idologie jusque l interdite: la d sacralisation du Roi, le renversement de l'alination r eligieuse, et la rgnration profonde du systme social. 1.1 Dfinition de la Littrature Radicale et Problmatique Cette littrature base sur la contre structure deviendra une littrature vritablement radicale, de par ses aspects provocateurs et souvent i mmoraux. Mais d'abord, que reprsente la "contre structure" en cette fin de dix huitime sicle? Si elle met en avant une certaine opposition entre le peuple des basses couches sociales et les ordres privilgis (la noblesse et le clerg), cette notion doi t cependant tre claire travers un autre concept qui lui est proche, celui de la "Communitas" tel que dvelopp par l'anthropologue britannique Victor Turner, pour lequel la contre structure s'oriente autour d'une socit qui, alinant l'homme de diver ses manires, l'exploite d'une faon gnrale (Alexander 35), jusqu'au moment o ce dernier fait imploser lui mme la structure sociale afin d'exprimer son individualit intrinsque. Turner n'hsite d'ailleurs pas comparer ce chaos structural aux rvolut ions en gnral: For in these modern processes and movements, the seeds of cultural transformation, discontent with the way things are culturally, and social criticism, always implicit in the preindustrially liminal, have become situationally central, no l onger a holistically developmental. Thus revolutions, wether succesful or not, become the limina, with all their initiatory overtones, between major distinctive structural forms or orderings of society. It may be that this is to use "liminal" in a metaphor ical, not in the "primary" or "literal" sense advocated by Van Gennep. (Turner 1982, 45)

PAGE 16

16 Dans ce passage, Turner considre que les contre structures (ou "Communitas") donnent l'opportunit aux individus de remettre en cause leur groupe ou socit (Alexande r 34) pour se retrouver en communion parfaite. Les Communitas se distinguent entre trois types (Turner 1982, 47 48): la Communitas spontane dans laquelle les individus se regroupent et atteignent une harmonie ultime, la Communitas idologique qui voudra it recrer, travers des concepts qu'elle labore, la Communitas spontane, mais qui relve d'une utopie latente, et enfin la Communitas normative laquelle essaie de maintenir l'ordre travers les lois ou la politique, et doit, afin de russir sa missio n, modifier malgr elle les concepts prns par la Communitas spontane. Pour Turner, la Communitas accompagne un drame social important travers quatre phases critiques (Turner 1982, 69): la brche, la crise, le redressement, la rintgration (ou la reco nnaissance d'un schisme). Ces tapes sont caractristiques des rvolutions, symboles par excellence du drame social, agoniste par nature, et cherchant remettre en cause la norme que dtient le groupe dominant traditionnel. La premire tape, celle de la brche arrive au moment o un certain nombre de personnes osent interfrer avec l'ordre social et dcident de faire part de leur mcontentement contre la norme en vigueur. Cette tincelle engendre une crise qui verra cette confrontation dlibre mettre en avant des chefs qui tenteront de convaincre le plus grand nombre se rallier la rbellion, travers notamment la rhtorique. Lors de la phase de redressement ces rebelles vont s'introduire dans les rouages du pouvoir, mettant en place, lorsqu'ils a cquirent finalement le contrle politique et judiciaire, des lois pour asseoir leur autorit, amorant la phase de rintgration qui voit le groupe qu'ils combattaient au dpart obtenir certains pouvoirs

PAGE 17

17 limits, dans le cas contraire, celui ci sera forc l'exil, leur sparation tant irrconciliable. Pour Turner, la Communitas (ou "contre structure") n'est pas forcment le contraire de la structure sociale traditionnelle. Dans cette phase de liminalit qu'elle reprsente, elle permet l'initi de reme ttre en cause sa place dans la socit et d'obtenir un nouveau statut une fois la phase liminale termine (Turner 1982, 52). Loin d'accabler la structure sociale en place, Turner ne voit pas dans la Communitas une envie de la dtruire; cette dernire est e n ralit simplifie pour permettre l'individu de s'panouir sans aucun obstacle (Turner 1974, 196). Turner affirme ainsi que la liminalit qui entoure la Communitas implique forcment une "potentialit", un devenir de la part de l'initi (Alexander 33): It has become clear to us [as it was not to Van Gennep] that liminality is not may be,' a formulable domain in which all that is not manifest in the normal day to day operati on of social structures (wether on account of social repression or because it is rendered cognitively 'invisible' by prestigious La Communitas, rendue possible par la phase de liminalit, est, dans un contexte rvolutionn aire, une Communitas "compulsive" (Turner 1974, 110 11) qui ne peut plus se taire: "It erupts from the cumulative experience of whole peoples whose deepest material and spiritual needs and wants have for long been denied any legitimate expression by power ainsi de faire passer l'initi d'une structure injuste une structure plus juste (Turner 1974, 202). Libr de sa mauvaise condition sociale antrieure, l'initi peut ainsi jouir d'une expre ssion totalement libre, la Communitas ayant amen the liberation of human capacities of cognition, affect, volition, creativity, etc., from the normative constraints incumbent upon occupying a sequence

PAGE 18

18 of social statuses, enacting a multiplicity of soci al roles, and being acutely conscious of membership in some corporate group such as a family, lineage, clan, tribe, nation, etc., or affiliation with some pervasive social category such as class, caste, sex or age division. (Turner 1982, 44) Selon Turner, plus l'initi aura t priv de cette possibilit de contester la structure traditionnelle, plus il se radicalisera lors de la phase liminale: "The longer this desire for last unpent" (Turner 1974, 111). Pour le Tiers tat, principal ordre remettre en cause le systme social l'aube de la Rvolution, la Communitas commence le 17 juin 1789, lorsque les dputs du Tiers tat se dcrtent Assemble Nationale. C'est bien l a friction entre les diffrentes classes sociales (ou "ordres" avant 1789) qui a provoqu une Communitas d'abord idologique puis normative, qui ne cessera de s'exprimer, travers des actes politiques, sur les dix annes qui suivent 1789. La littrature r adicale de la Rvolution non seulement soutiendra la Communitas, mais elle lui donnera de nouvelles impulsions. La Communitas ou "contre structure" ainsi dfinie, revenons sur sa place dans la littrature radicale. Mais avant tout, quelle dfinition peut o n donner la littrature radicale? Pour Marc Angenot, premier critique relever la notion de littrature radicale dans son livre La Parole pamphltaire: contribution la typologie des discours modernes (1982), l a littrature radicale est exclusivement u n art propagandiste qui emploie nombre de stratgies littraires et idologiques afin que le lecteur agisse ou ragisse de la faon envisage par l'auteur. De fait, le systme de la littrature radicale obit une structure complexe, gravitant autour d'un discours enthymmatique entranant un discours doxologique, lequel sera alors agonique, se retrouvant sous la forme de pamphlets, de polmiques, ou de satires. Marc Angenot dfinit ainsi le

PAGE 19

19 discours enthymmatique: "Nous appellerons enthymme tout nonc qui, portant sur un sujet quelconque, pose un jugement" (Angenot 31). Figure 1 1 Littrature radicale selon Marc Angenot Mais la littrature radicale qui nous proccupe dans cette tude, ne sera pas seulement celle des pamphlets, de la polmique, ou de la satir e. En effet, si Marc Angenot n'voque jamais le thtre comme partie intgrante de ce systme, c'est parce que traditionnellement, il ne l'est pas. Cependant, le thtre rvolutionnaire patriotique offrira ces aspects enthymmatiques, doxologiques, et agon iques dont se prvalent la polmique, le pamphlet, et la satire. En effet, comme Roland Barthes l'affirme, l'inspiration, ainsi que l'aspiration fortement politique du thtre rvolutionnaire le place

PAGE 20

20 non seulement en dehors du systme thtral traditionne l, mais en fait un outil historicis propagandiste de premier ordre, au mme titre que les pamphlets: conditions exceptionelles de la lutte ont pourtant produit, au sein mme de la Forme classsique, une criture proprement rvolutionnaire, non par sa structure, plus acadmique que jamais, mais par sa clture et son double, l'exercice du langage tant alors li, comme jamais encore dans l'Histoire, ngularit des situations historiques qui a excellence l'une de ces grandes circonstances o la vrit, par le sang qu'elle cote, devient si lourde qu'elle requiert, pour s'exprimer, les formes mmes de l'amplification thtrale. L'criture rvolutionnaire fut ce geste parat aujourd'hui de l'enflure n'tait alors que la taille de la ralit. Cette criture, qui a t emphase n'tait pas seulement la forme moule sur le drame; elle en tait aussi la conscience. Sans ce drap extravagant, propre tous les grands put tre cet vnement mythique qui a fcond l'Histoire et toute ide de la Rvolution. L'criture rvolutionnaire fut comme l'entlchie de la lgende rvolutionnaire: elle intimidait et imposait une conscration civique du Sang. (Poirson et al. 12) L' criture thtrale, "l'entlchie" selon Barthes de "la lgende rvolutionnaire" et du sang qui en a coul, se conjugue parfaitement avec l'criture pamphltaire et contre structurelle qui, elle aussi, peut se targuer d'tre l'essence de la Rvolution. Ces deux types d'crits seront au centre de la propagande rvolutionnaire, et n'auront qu'un seul objectif: transformer les structures mentales de leur public en esprits rvolutionnaires. L'historicit, ainsi que l'aspect fortement idologique du thtre rv olutionnaire, semblable celui des pamphlets, accompagns tous deux d'un discours doxologique et agonique important, nous amnera modifier quelque peu le schma d'Angenot, le thtre rvolutionnaire reprsentant bien une "littrature radicale", offrant son public discours agonique du pamphlet. Dans notre dfinition de la littrature radicale, nous

PAGE 21

21 modifierons donc le schma circulaire d'Angenot (43) sur ces trois formes, pour y ajouter cette quatrime structure que compose le thtre rvolutionnaire: Figure 1 2 Littrature radicale selon Marc Angenot (43) Figure 1 3 Littrature radicale et thtre rvolutionnaire Le thtre rvolutionnaire peut la fois contenir de la polmique ou de la satire, au mme titre que le pamphlet. Notre tude se proposera donc d'exemplifier la fois ce thtre radical de la Rvolution, ainsi que le systme pamphltaire. Nous analyserons

PAGE 22

2 2 les diffrentes approches propagandistes qui entourent ces deux genr es, qu'elles soient dues aux contextes sociaux et politiques qui les entourent, ou aux attentes de leurs auteurs respectifs ainsi qu'aux stratgies littraires qu'ils ont pu alors exploiter. L'historicit des thmes voqus sera au centre de ces crits, et se dclinera sous trois catgories distinctes: sociale, politique, et morale. travers une des principales dramaturges de la Rvolution, la fministe Olympe de Gouges, nous analyserons ces trois composantes avec d'une part, sa pice de thtre Le Couvent (1790), qui voquera le traitement immoral des jeunes filles prisonnires de couvents, et d'autre part, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (1788) qui soulignera l'importance de repenser l'humanisme rvolutionnaire. Ce sera aussi l e genre pamphltaire qui nous amnera tudier les variantes idologiques et stratgiques qu'offrent les pamphlets de Paris sur la reine Marie Antoinette, mais aussi les pamphlets de Toulouse, lesquels, crits en occitan, aborderont le problme religieux que posera la Constitution civile du clerg de 1790. Le but de notre tude sera d'abord de replacer ces crits dans la problmatique d'une littrature radicale et contre structurelle propre la Rvolution. Mais si Marc Angenot approche la littrature rad icale sous l'angle de l'auteur et de ses intentions (souvent politiques), cette tude s'orientera plutt sous l'angle de la rception, et analysera les diffrents horizons auxquels ont d s'adapter les rvolutionnaires pour s'adresser diffrents types de publics. Alors que la Rvolution franaise se veut plutt totalisante, comment les auteurs ont ils pu ngocier les diffrences rgionales, sociales, culturelles, et dialectales qui marquent une France plus que jamais divise alors qu'elle a justement beso in d'tre unifie? Comment la littrature radicale a t elle pu prendre

PAGE 23

23 ses marques, et "penser" ses lecteurs ou spectateurs, alors que ces derniers voient un Tiers tat pluriel composer la majorit de son public? Et d'ailleurs, quelles stratgies la littr ature radicale de la Rvolution va t elle employer pour s'adapter ce public? Peut on dire qu'il existe une littrature radicale rvolutionnaire, ou doit on plutt considrer que les diffrences gographiques, sociales, ou dialectales ont pu dessiner plus ieurs littratures radicales rvolutionnaires? Notre hypothse de dpart sera sans doute cette dernire: les pamphlets de Toulouse, dont la thmatique sera dj bien diffrente de celle de Paris, montreront une premire diffrence au niveau rgional, les pamphlets de Toulouse s'crivant en occitan. Les deux pices de thtre d'Olympe de Gouges montreront quant elles que le combat politique de la femme pour une galit plus juste envers tous dnoteront une lutte contre structurelle qui diffrera totalemen t (sur la problmatique des esclaves) ou en partie (sur la problmatique des couvents) avec les priorits rvolutionnaires. Olympe de Gouges dmontre t elle ainsi qu'elle a sa propre littrature radicale? Si tel est le cas, peut on lui adjoindre la qualit de littrature radicale "rvolutionnaire"? 1.2 Approche Thorique Cette thse s'articulera autour d'une approche critique tourne vers la rception (en tant qu'outil orient vers un destinataire vis) et aura pour but principal d'explorer l'histoire subjecti spectateurs, car c'est bien la lumire de son histoire particulire que la littrature doit pouvoir justifier ses stratgies internes. L'intrt de la thorie de la rception est ce rtainement d' vnementialiser la fois le lecteur/spectateur et son horizon: la littrature est, travers cette approche, apprhende selon "deux horizons: celui de l'auteur qui lui a donn forme et sens, celui du public qui interprte et rinterprte sa ns

PAGE 24

24 cesse cette forme et ce sens en fonction de l'actualit" (Jauss 90). Pour Jauss, il est "les sujets de la production et de la rception" (Jauss 90). Mais pour se faire, l'tude de qu'elle a de plus central: la libration esthtique, morale, et politique qu'elle engendre. Or, pour Jauss, la libration par l'exprience esthtiq ue peut s'accomplir sur trois plans: la propre; la conscience en tant qu'activit rceptrice saisit la possibilit de renouveler sa perception du monde; enfin et ici l'exprience subjective dbouche sur l'exprience intersubjective la rflexion esthtique adhre bauche et dont il appartient ses destinataires de poursuivre la dfinition. (Jauss 130) Cette libration telle qu'voque par Jauss peut tre la fois "libration de quelque chose que libration pour quelque chose" (130), presque une catharsis. La littrature radicale de la Rvolution permettra son public, en tant que rcepteur, de saisir "la possibilit de renouveler sa perception du monde", et de poursuivre ou non dans le Rel les ides propagandistes prsentes dans la fiction. C'est en cela que l'importance de l'criture radicale sera non seulement centrale l'idologisation des espr its, mais elle s'inscrira dans une perspective politique qui n'envisagera plus la fiction comme lment fictif en tant que tel, puisque cette mme fiction participera activement la construction d'une nouvelle ralit sociale et politique. Les thories su r la rception placent d'ailleurs cette construction au centre de la de reprsenter le rel, mais aussi de le crer (Jauss 33).

PAGE 25

25 1.3 Le Corpus Si la Rvolution franaise offre un corpus htrogne d'crits radicaux, tous ont cependant en commun l'arrive d'un nouveau public lecteur/spectateur qui n'existait pas vraiment jusqu' la seconde moiti du dix huitime sicle: le Tiers tat. L'tude de notre corpus mettra en valeu r ce destinataire central de l'criture radicale, et proposera d'tablir un schma narratologique et smantique du systme radical afin de savoir s'il s'agit bien d'un systme uni ou plutt d'un systme pluriel. Notre approche thorique mettra donc la lumi re sur ce Tiers tat lecteur et spectateur (pour reprendre l'expression de Starobinski cit plus loin) et en fera par ailleurs le centre nvralgique de la rformation des esprits, car comme le justifie Jean Starobinski propos de l'tude de la rception, cette approche permet de prsenter un mcanisme propre une poque, tant surtout une cl importante pour tracer la fonction historique du lecteur, ainsi que du spectateur, travers l'exprience qu'il a de la ralit par la fiction: L'histoire de la li sous silence son "tiers tat", le lecteur, l'auditeur ou le spectateur contemplatif. On a rarement parl de la fiction historiq ue du destinataire, si indispensable qu'elle ft depuis toujours. Car la littrature et l'art ne deviennent processus historique concret que moyennant l'exprience de qui de la sorte les reconn qui, plus particulirement, peuvent adopter leur tour le rle actif qui (Jauss 11) Le corpus de cette thse s'ins crit ainsi dans l'objectif de capter ce Tiers tat de la littrature rvolutionnaire, afin de comprendre sa dimension historique et sociale. Mais alors que les crits rvolutionnaires sont aussi nombreux que varis, notre mthode de slection s'appuie sur un des trois facteurs tels qu'voqus par le thoricien allemand

PAGE 26

26 Hans Robert Jauss pour qui il faut considrer trois points essentiels dans l'tude de l'historicit de la littrature: diachronie synchronie le systme de la littrature en un point donn du temps, et la La prsente thse aura po ur ambition de relever les aspects synchroniques de la littrature radicale de la Rvolution travers les deux genres littraires dominants: le thtre rvolutionnaire, et l'criture pamphltaire. Ce seront d'abord deux pices de thtre d'Olympe de Goug es qui feront l'objet de notre tude: (1790), et Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (1788). Ce choix n'est pas anodin dans notre problmatique. Le dnoncera la mainmise de l'glise sur le dest in de jeunes filles prisonnires des couvents, Olympe de Gouges proposera travers son personnage du cur patriote une rgnration de l'glise, qui passera par l'acceptation de la primaut des lois civiles sur les lois religieuses. Cette pice s'adressan t la fois aux Constituants de l'Assemble nationale et l'opinion populaire en gnral, politisera fortement son discours, appelant son public rformer sa vision du statut des femmes dans la socit, et les Constituants voter des lois propres aide r les femmes en gnral. L'aspect doxologique y est prpondrant, et prsentera une technique propagandiste exclusivement base sur des termes cls tels que la libert civile et l'utilit des citoyens. Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs prsentera de son ct un aspect plus agonique de cette littrature radicale. En effet, si Le Couvent ou les fut un succs, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs posera un grave problme la Rvolution, provoquant une contre structure idologique qui s' opposera

PAGE 27

27 la socit rvolutionnaire et son public. Cette pice humaniste met en scne deux esclaves qui prsentent des qualits humaines semblables celles de leurs matres blancs: ils ont une conscience morale et politique, pourvus d'idaux, ils dno nceront la racialisation qui caractrise leur socit injuste. En offrant au public une telle reprsentation des esclaves, reprsentation que ce public "ne saurait voir", Olympe de Gouges critiquera en toile de fond le manque d'engagement humaniste de la R volution, et se verra srieusement menace pour chaque reprsentation qu'elle donnera. Ce chapitre dvoilera les causes personnelles qui ont men la dramaturge enfreindre les rgles tacites de la contre structure rvolutionnaire, victime d'une paratopie 1 permanente, elle n'aura fait que suivre ses instincts de "dplace" en reprsentant des esclaves tout aussi paratopiques. Les cinquime et sixime chapitres s'intresseront quant eux la littrature pamphltaire et au lecteur. Quelques diffrences im deux genres: la rception mentale du sujet trait sera par exemple moins intrieure et motionnelle pour le spectateur du thtre que s'il lisait un pamphlet: "la lecture silencieuse, en intriorisant toutes les motions, permettait au lecteur de se retirer bien plus encore dans le monde de l'imaginaire" ( Cavallo et Chartier 348). Le pamphlet permettra ainsi au lecteur de s'engouffrer plus dans l'imaginaire et l'motionnel, alors que le thtre rvolutionnaire aspirera sans doute quant lui une reprsentation plus raliste, et donc moins axe sur l'imaginaire. De plus, contrairement au thtre rvolutionnaire, le pamphlet pourra moins identifier son public avec prcision, puisque d'une part les pamphlets circuleront au ha sard de mains en mains, et d'autre part ils 1 Terme emprunt au linguiste Domi nique Maingueneau. La "paratopie" est celle qui rend une personne trangre sa socit, pour diffrentes raisons qui seront explicites dans le chapitre en question.

PAGE 28

28 seront beaucoup plus largement dissmins sans possibilit de savoir qui exactement les lit, puisque dans certaines villes comme Paris le got pour la lecture est tel qu'il touche absolument tout le monde, ou pre sque: et surtout les femmes ont un livre dans leur poche. On lit en voiture, sur la promenade, au thtre pendant l'entracte, au caf, au bain. Dans les boutiques, les femmes, les enfants, les compagnons, l es apprentis lisent. Le dimanche, les gens lisent, assis sur le devant de leur porte; les laquais lisent sur la banquette arrire, Chartier 332) Cet tat de fait amnera une ncessit plus importante pour les auteurs de pamphlets de diversifier leur mode d'criture en incorporant des sujets et des hros diffrents afin que le lectorat se retrouve plus ou moins dans les productions. Les diffrences stratgiques et propagandistes donnero nt ainsi au sujet trait dans ces crits une importance beaucoup plus significative, dmontrant le besoin d' in corporer au mieux le lecteur vis travers des personnages modles selon la ville o ces crits circuleront. Ainsi, Paris aura comme personnage modle son "petit peuple", souvent celui que l'on croise au march, parfois rustre mais toujours avide de juger les situations politiques, alors qu' Toulouse nous retrouveront un personnage modle issu de la campagne, et qui pourra affirmer ou non son pat riotisme en occitan. travers la dsacralisation de la reine Marie Antoinette dans les pamphlets parisiens, et celle du pouvoir religieux dans les pamphlets toulousains, ce sont des techniques propagandistes tournes vers l'idologisation des esprits de d eux villes qui attireront particulirement notre attention. Les pamphlets de Paris s'attacheront d sacraliser la reine afin de s'adapter au public de cette ville friand des exploits sexuels supposs de Marie Antoinette (aprs tout, les Poissardes n'ont elles pas os un jour lui faire la leon sous son balcon), exploitant pour cela une technique mtaphorique qui s'adaptera leur langage populaire et

PAGE 29

29 divertissant d'autant plus les lecteurs. C'est toujours travers la mtaphore que Marie Antoinette sera c ette fois amalgame toutes les reines monstres de France, participant ainsi une politique fiction dans laquelle il sera difficile pour le lecteur de dmler le vrai du faux, la fiction du Rel. C'est d'ailleurs une fois de plus ce lecteur du Tiers tat qui sera au centre de cette tude, car sa parole, blasphmatoire, devant se raliser dans le Rel, sera d'abord prsente dans la fiction pour lui montrer l'exemple suivre. Les auteurs adapteront ainsi leur plume ce "petit peuple de Paris", et l' in co rporeront socit. Les pamphlets de Toulouse se concentreront quant eux majoritairement au problme religieux. C'est en effet aprs avoir vot la Constitution civile du clerg en 1 790 que la parole pamphltaire se dchanera dans la capitale du Languedoc pour soutenir les prtres asserments dans leurs crits occitans. La parole occitane sera d'ailleurs au centre de la problmatique contre structurelle, car pour empcher toute sdit ion, la Rvolution lancera d'abord un vaste programme de traductions des lois et dcrets, favorisant l'crit propagandiste en occitan. Le but de cette qute pour la rformation des esprits dans le systme rvolutionnaire est avant tout de changer les souvent associes au fanatisme et la superstition des populations locales; tant pas faire partie intgrante de la Rvolution et utiliser enfin leur raison. Pour les r volutionnaires de Paris, il faudra donc cerner le problme et trouver une solution. Trs vite, ils blmeront ainsi les habitudes, la fois sociales, morales, et religieuses qui, hrites de leurs anctres, empcheraient les provinciaux de progresser vers la

PAGE 30

30 lumire. Ce chapitre sur les pamphlets toulousains reviendra donc sur deux concepts centraux pour la Rvolution: l'habitude et l'habitus des provinces. L'un, dj abord par les Lumires l'image du philosophe matrialiste d'Holbach, considre que l'ho mme hrite des habitudes (au sens large) de ses anctres, et se trouve donc la merci de tout fanatisme qui se passe de gnration en gnration. Le concept d'habitus, explicit par le sociologue Pierre Bourdieu, considre au contraire que toute "habitude est interne l'homme et dpend profondment des conditions conomiques et sociales travers lesquelles l'individu volue avant l'ge adulte. Nous verrons comment les pamphlets de la Rvolution greront ces "habitudes" ou "habitus" des provinces, et sur tout quelles stratgies ils adopteront pour rformer ou l'un ou l'autre des concepts. De fait, contrairement Paris, cette fois ci, ce n'est pas un personnage modle patriote venant de la ville qui sera reprsent dans ces crits, ce sera plutt la figure du paysan "Franchimand", personnage quelque peu "hybride", pris entre deux identits, l'une francophone, et l'autre, occitanophone. Le Franchimand aura pour mission d'inspirer ses compatriotes occitanophones suivre la contre structure propose par la R volution, contre structure que ces derniers n'accepteront pas car elle se rvlera ennemie de leurs curs tant aims dans le Rel. Nous l'aurons compris, l'intrt de notre corpus sera ce constant va et vient entre les auteurs et leurs lecteurs, ou encore entre les auteurs et leurs spectateurs, qui diffrera fondamentalement en fonction d'une part du genre et du mode de diffusion, mais aussi du sujet abord (les deux pices d'Olympe de Gouges), ou de la zone gographique dans lesquelles seront diffuss les crits (les pamphlets de Toulouse et de Paris). Notre tude devra ainsi dterminer si de telles variations justifient, pour cette

PAGE 31

31 littrature propagandiste de la Rvolution, l'appellation de littrature radicale au pluriel ou au singulier. Nous tenterons d e rpondre cette question travers la fois le lecteur et le spectateur du Tiers tat, puisque ce sera pour lui que sera crite cette littrature part dans l'Histoire de France.

PAGE 32

32 CHAPTER 2 LA LITTERATURE RADICALE DE LA PRE REVOLUTION ble Ce chapitre aura pour ambition de rpondre la question suivante: peut on parler dj de "littrature radicale" dans les annes pr rvolutionnaires, et surtout, y a t il dj prsence d'une seule littrature radicale, ou y en a t il plusieurs? Notre tude, qui s'articule autour de la notion de lecteur du Tiers tat, imposera par ailleurs une autre problmatique: comment ce dernier est il venu cette littrature radicale, et quelle relation idologique l'unit il cette dernire? L'approche que nous p rivilgierons sera base sur la sociocritique, car si l'historicisation du lecteur/spectateur et de l'auteur sera centrale notre tude globale, l'aspect sociologique le sera tout autant, ces deux composantes tant profondment complmentaires. En effet, pour l'historien et philosophe franais Hippolyte Taine (1828 1893), c'est avant tout l'aspect objectal et historique de l'auteur qui est primordial historique: Pour com temps auquel il appartenait. L se trouve l'explication dernire. L rside la cause primitive qui dtermine le res te. (Taine 1865, 13) d'art ne peut natre et tre rattache qu' un "tat d'esprit" qui lui est contemporain: il continue ainsi en affirmant que les Grecs n'ont cr la t ragdie que lorsqu'ils ont vaincu les Perses, ou encore, l'architecture gothique n'est apparue que lorsque le rgime fodal s'est impos au onzime sicle (Taine 1865, 14).

PAGE 33

33 Cette correspondance entre art et histoire contemporaine touche particulirement l a Rvolution franaise travers sa littrature radicale. Si pour Taine la gense de toute l'importance fondamentale des facteurs sociaux qui gnreront les productions), le s crits radicaux de la Rvolution semblent autant tre ns avec elle, qu'tre morts avec l'on parcourt les diffrentes poques de l'histoire de l'art, on trouve que les arts apparaissent, puis disparaissent en mme temps que certains tats de l'esprit et des Ce chapitre s'attachera ainsi dvoiler l'tat d'esprit contre structurel qui entoure les annes pr rvolu tionnaires et qui aura pour consquence directe l'branlement de la socit d'Ancien rgime. Car pour comprendre l'histoire sociale de cette littrature radicale, il faut revenir sur l'idologie contre structurelle qui a pu se btir au fil des annes jusqu 'en 1789. L'tude diachronique que propose ce chapitre permettra non seulement de poser l'origine idologique de la contre structure rvolutionnaire, mais elle rvlera le processus par lequel elle a su changer les mentalits, en touchant pour la premire fois un lectorat compos majoritairement du Tiers tat. Ce chapitre aura ainsi pour but principal de retracer la naissance de la littrature illicite du dix huitime sicle, vritable anctre de la littrature radicale rvolutionnaire, travers l'vocati on historique de ces livres interdits, lesquels reprsenteront des outils importants pour prparer mentalement le Tiers tat lecteur une contre structure imminente, le prdisposant un certain mode de rception" (Jauss 50) que la Rvolution prennisera travers sa littrature radicale. Si Jauss parle ici de la rception

PAGE 34

34 littraire en gnral, elle s'avre cruciale pour la contre structure rvolutionnaire car son public aura dj "tout un ensemble d'attente et de rgles du jeu avec lesquelles les textes antrieurs" l'auront "familiaris" (Jauss 51). Les livres illicites de la pr rvolution tant la gense de la littrature radicale rvolutionnaire, auront ainsi une vritable "destine historique", pour reprendre une expression de Jauss (39), car ils transformeront de fait la littrature traditionnelle en une littrature qui adoptera ses propres structures internes et contre structurelles. Sans cette premire forme littraire de l'interdit, les crits radicaux de la Rvolution n'auraient peut tre jama is exist, car la contre point de provoquer la Rvolution. Jauss considre d'ailleurs que le rle central de la littrature est certainement celui de produire un effet dans les mentalits des lecteurs (Jauss 39); et c'est cet effet que nous allons expliciter travers la fois des repres historiques et philosophiques qui entourent la formation radicale du lecteur du Tiers tat. 2.2 Repres Philosophiques 2.2.1 L' Encyclopdie: S ortir le Peuple de sa "Minorit Chaque sicle, dans l'Histoire de l'humanit, est le tmoin de l'histoire particulire des hommes, ils vivent leur propre histoire mortelle sans en connatre l'avance les ralisations finales. Pour comprendre ce que les Franais ont pu vivre en 1789, il faut considrer leur temps comme le tout d'un processus fini. Contrairement aux rvolutionnaires qui sont eux mmes acteurs d'vnements qu'ils ne matrisent que difficilement, le rle de l'historien mais aussi du critique est d'envisager cette poque la lumire des crits et des actes politiques, mais aussi des passions de ce peuple,

PAGE 35

35 C'est avant tout sur un plan intellectuel que la premire bataille se livrera, travers les Lumires et la sorti e de l'homme de sa "minorit": Les Lumires sont ce qui fait sortir l'homme de la minorit qu'il doit s'imputer lui mme La minorit consiste dans l'incapacit o il est de se servir de son intelligence sans tre dirig par autrui. Il doit s'imputer l ui mme cette minorit, quand elle n'a pas pour cause le manque d'intelligence, mais l'absence de la rsolution et du courage ncessaires pour user de son esprit sans tre guid par un autre. Sapere aude aie le courage de te servir de ta propre intelligen ce! voil donc la devise des lumires. (Kant 1853, 281) Cette introduction d'Emmanuel Kant dans son essai Rponse la question: "qu'est ce que les Lumires?" (1784), rsume assez bien le combat men par les intellectuels et philosophes du dix huitime si cle. Rousseau, Voltaire, Montesquieu, Diderot, d'Holbach, Helvtius, et encore bien d'autres, tous ont en commun d'avoir voulu, dans un sicle de censure, braver l'autorit pour diffuser le savoir. Comme l'affirme Kant, il s'agit alors de faire sortir l'ho mme de sa minorit, il ne doit plus avoir de "tuteurs" (281) qui lui disent comment mener sa vie et la penser: il faut qu'il apprenne "marcher seul" (282), utiliser seul sa propre raison. Mais comment "marcher seul"? Comment l'homme du dix huitime si cle, qu'il soit Paris ou la campagne, qu'il sache lire ou non, peut il devenir autonome par sa raison? Loin des coles et de tout ouvrage intellectuel, comment cette majorit de Franais peu duque peut elle sortir de sa "minorit"? Au dix huitime s icle, une branche de la bourgeoisie va rpondre cette question: les libraires des grandes villes, toujours plus soucieux de faire du profit, vont distribuer largement sur tout le territoire franais d'innombrables ouvrages philosophiques, apportant ains i au peuple en tant que tel une premire occasion de devenir intellectuellement autonome pour la premire fois en France.

PAGE 36

36 Mais avant cela, c'est certainement Diderot et son Encyclopdie (1751 1772), hritire de l'Humanisme du seizime sicle, et distribu e par la bourgeoisie des grandes villes, qui reprsente un des principaux produits littraires du "sicle des Lumires". Autorise pour la premire fois en 1748, forte d'une centaine de collaborateurs dont d'Alembert, Diderot, Jaucourt, Voltaire, Rousseau ou encore Montesquieu, elle produira en 22 ans plus de 60 000 articles et 2885 planches illustres. L'ambition de Diderot est alors de crer un inventaire de toutes les connaissances humaines, et de les vulgariser afin que le plus grand nombre puisse y a voir accs. Si cette entreprise, n'a t dans ce sens qu'un demi succs (les aristocrates et les bourgeois tant les seuls clients), c'est cependant ce vritable combat que les philosophes livrent au nom des hommes et de leur savoir contre l'obscurantisme religieux et les prjugs, qui crera un point de non retour dans l'histoire de la littrature franaise. De plus, si l'ide d'un lecteur universel n'est pas encore ralise, l' Encyclopdie a pour principale qualit d'anticiper ce que l'homme doit devenir: un tre pourvu de Raison, malgr ses diffrences sociales. Sur un plan philosophique, un premier pas vers l'ide d'un peuple uni dans l'instruction est donc bien franchi travers cet ouvrage. Mais alors que les libraires s'attellent la distribution de cette Encyclopdie les autorits religieuses, acadmiques, mais aussi le Roi, se sentent rapidement en danger: les Jsuites condamnent l' Encyclopdie en 1751, la Sorbonne la condamne son tour en 1752 (D'Alembert 8), alors qu'en 1759, devant les retours ngatifs du Pape et du Parlement, le privilge lui est retir (12). Malgr la difficile distribution de cet ouvrage pendant plus de vingt ans, qui mnera finalement un chec, l' Encyclopdie

PAGE 37

37 reprsente un combat constant des Lumires pour la diffusion du savoir, et en devient la cl de vote tel point que Mercier n'hsitera pas l'imaginer comme manuel de rfrence pour toutes les coles dans son roman d'anticipation L'an 2440, Rve s'il n'en fut jamais (1771): "ds qu'ils [les enfants] ont atteint l' ge du raisonnement, nous leur mettons en main votre fameux dictionnaire encyclopdique que nous avons rdig avec soin. vous me surprenez! L'encyclopdie, un livre lmentaire!" (71). 2.2.2 Les Livres Illicites de la Pr rvolution: Premire Contre struct ure Si l' Encyclopdie est aussi clbre que censure, elle entrane avec elle un nouveau commerce jusque l trs peu dvelopp en France: celui des livres illicites, notamment travers les "livres philosophiques". L'tymologie du mot "philosophie" vient d u grec ancien "Philos", "ami", et "Sophos", "Sagesse" (Morin 214). Pour les Grecs, la sagesse venait des plus gs, puisque ces derniers avaient une vritable exprience de la vie, ils en connaissaient les choses les plus utiles et importantes. Mais au dix huitime sicle, loin de promouvoir la sagesse, certains livres dits "philosophiques" ne sont en ralit que le synonyme de transgression de la morale et de rbellion face la socit traditionnelle: "Par 'philosophie' les hommes du livre sous l'Ancien r gime n'entendent pas les Lumires, mais plutt un secteur crucial de la librairie du XVIIIme sicle, celui de l'illicite, de l'interdit, du tabou" (Darnton 1991, 12). Qu'ils parlent de sexe, de politique, ou d'irrligion, ces livres se dressent contre la morale de leur temps, exhibant une premire contre structure indite en France, mais enrichissant les libraires, puisque ce genre accapare de 10 30% de la production littraire (Darnton 1989, 14), malgr la forte censure laquelle ils sont soumis. L'im portance de ces livres illicites est capitale, car ils contribueront fortement diffuser travers la France le concept de contre structure, ainsi qu'une nouvelle mode littraire base sur

PAGE 38

38 l'exploitation des scandales politiques, sociaux, et moraux. Cet a nctre de la littrature radicale de la Rvolution trouve dans son palmars des livres illicites les plus vendus ceux de Mercier avec L'An 2440, Rve s'il n'en fut jamais (1771), de Mairobert avec Anecdotes sur Mme la comtesse du Barry (1775), ou encore le Systme de la nature reprsentent la force vive du march du livre illicite (Darnton 1995, 63). Darnton note d'ailleurs que Voltaire est en tte des ventes avec 68 crits rec enss dans le catalogue de la Socit typographique de Neuchtel (imprimerie suisse qui alimente le march franais). Chaque livre philosophique appartient une catgorie spcifique. Darnton en dnombre quatre sortes, chacune plus ou moins productive et rentable: prs de 30% des commandes concernent ainsi la religion, 25% la philosophie, 13% la politique et les vnements courants, moins de 3% se portant sur le sexe (Darnton 1995, 69). Tous ces crits font l'objet d'une censure importante de la part des i nstances dirigeantes du pays qui considrent que doivent tre prohibs "tous livres qui blessent la religion, entits administratives parmi lesquelles (Darnton 1995, XIX): les censeurs royaux, la police (les inspecteurs de la librairie), et la corporation des libraires. Seul un livre qui est reconnu comme "lgal" par la censure obtient un "privilge" du roi et peut ainsi intgrer le circuit officiel des ventes littrai res. Mais pour les libraires, les privilges sont encore trop difficiles obtenir. Devant la pression d'un march du livre "philosophique" en expansion, le pouvoir royal consent trs vite rformer le systme censorial en crant ds 1750 plusieurs degr s de

PAGE 39

39 lgalit: au del des privilges, un livre peut obtenir des permissions (Darnton 1995, XX) telles que la permission tacite, la permission simple, la permission de police, ou enfin la simple tolrance. Si un livre est refus par la censure, il est en g nral imprim l'tranger, notamment dans les pays frontaliers comme la Suisse ou la Hollande. Pourquoi aborder les problmes de censures des livres illicites de la pr rvolution dans notre problmatique sur la littrature radicale? Certainement parce que c'est le "succs" de cette censure qui unifiera indirectement le march littraire, et amnera le Tiers tat lecteur lire de plus en plus cette littrature de la contre structure. D'ailleurs, la joute laquelle se livrent les libraires contre cette censure est la gense de la passion du Tiers tat pour ces crits provocateurs. C'est pour cela que mme si le march s'est quelque peu libralis devant la pression des libraires, les marchands qui livrent au trafic illicite et dveloppent entre eux un vocabulaire particulier: si elles sont le plus souvent appeles livres "philosophiques", ces publications interdites sont aussi connues sous le nom de marrons marronner voulant dire "produire des liv res illicites" (Darnton 1995, 7). Pour disposent d'un catalogue part, secret, qu'ils montrent leurs clients les plus srs et aux autres libraires. Le march des livre s philosophiques est tellement lucratif que sa cte peut augmenter aussi vite que sa "mauvaise rputation" se rpand au gr des descentes de police. Ainsi, plus un livre philosophique est brl en public, plus il se vendra cher (Darnton 1995, 14). Darnton reprend d'ailleurs un commentaire de Diderot sur cette "flambe" des prix: Mais je vois que la proscription, plus elle est svre, plus elle hausse le prix du livre, plus elle excite la curiosit de le lire, plus il est achet, plus il est

PAGE 40

40 ois le libraire et l'auteur d'un ouvrage privilgi, s'ils l'avaient os, n'auraient ils pas dit aux magistrats de la grande police: 'Messieurs, de grce, un petit arrt qui me condamne tre lacr et brl au bas de votre grand escalier?' Quand on crie la sentence d'un livre, les ouvriers de l'imprimerie disent: 'Bon, encore une dition!" (Darnton 1991, 13) Si pour Hippolyte Taine il est important de comprendre l'tat d'esprit d'une socit pour rot finit de montrer le vritable lien nourricier qui se dveloppe entre les livres "philosophiques" et leur socit. En effet, loin d'tre achets pour leur qualit littraire, c'est leur affrontement avec la censure qui dfinit leurs ctes. Pour chaque crit interdit, correspond une forte demande qui engendre, par un incroyable effet domino, une rimpression ou une imitation de ces crits par d'autres auteurs/imprimeurs. La socit, ou plutt le "public lecteur", est par consquent l'origine de la force cratrice qui se trouve derrire ces productions, dsormais la mode. En prenant en charge symboliquement ce qui doit ront quant leurs crations, mais ils les auteurs, loin d'tre les vritables initiateurs de leurs crits, sont plongs dans une spirale conomique dont le centre in branlable est le lecteur moyen de la pr rvolution qui ne prfre acheter que ce qui parat immoral aux yeux de la censure et impose une contre structure intressante. On pourrait schmatiser cette vritable alination crative que subissent la fois le s auteurs 1 et le systme des livres "philosophiques" la manire d'une chane de production o la seule constante est le public acheteur (A), 1 Bien entendu, il s'agit l des livres dits "philosophiques" qui se produisent plutt so us la forme pamphltaire. Des auteurs comme Diderot avec Jacques le fataliste ou Le Neveu de Rameau, ou encore Beaumarchais, pour qui la reconnaissance sociale tait une motivation importante, n'entrent pas dans cette catgorie d'auteurs pour qui seul le s uccs commercial guidait les crations.

PAGE 41

41 t en offrant une relative originalit chaque fois (B', B'', B''', etc.). Cette "imitation" ne peut cependant en aucun cas tre compare celle dont se rclamaient des auteurs comme Ronsard avec Ptrarque ou encore Laclos avec Rousseau. En effet, alors q ue ces auteurs cherchaient une certaine qualit esthtique, ceux des pamphlets privilgient plutt un style "duplicata" sans rechercher forcment s'inspirer des qualits esthtique des crits prcdents. Il n'est donc plus ici question de littrarit mai s de simple copie un "duplicata" relative un sujet qui semble sduire l'ensemble des lecteurs. Cette progression en escalier autour du "succs" de la censure (et donc succs de la contre structure) peut ainsi se rduire un systme interactif primai re, o se trouve la gense de toute cette production littraire, une logique purement commerciale, centre autour du got pour l'interdit de la part du lecteur: 2 Figure 2 1 Progression en escalier

PAGE 42

42 Plus l'acheteur aime le livre "philosophique", plus il se retrou ve imprim ou partiellement copi et prsent comme un nouvel crit (B', B'', etc.). Cet acheteur, qui est la seule force vive engendrant ces crits, aline non seulement l'auteur de ses propres envies cratives, mais amne aussi pour la premire fois en F rance une certaine spculation sur la production littraire, les livres "philosophiques" dpassant largement celle des livres autoriss. Darnton note que pour une seule page d'un livre philosophique, le libraire peut esprer rcuprer deux pages d'un livre ordinaire (1991, 23). Le march du livre immoral devient alors une "affaire" qui privilgierait l'argent la qualit, comme le montre le tmoignage d'un libraire pour qui certains livres "philosophiques" doivent absolument faire partie de ses marchandise s, mme s'ils vont l'encontre de sa propre morale et de ses propres gots: "Je ne nglige pas non plus le dbit des livres que je ne saurais lire jamais; et c'est uniquement parce qu'il faut vivre avec la multitude et parce que le meilleur livre pour un marchand de livres est celui qui se vend" (Darnton 1991, 56). 2.2.3 Livres "Philosophiques" et Capitalisme Mercantile Contrairement l' Encyclopdie qui n'a pas su atteindre un public large (et populaire, issu du Tiers tat), les livres illicites, et surt out les livres "philosophiques", touchent en revanche toutes les couches sociales, grce la passion des Franais pour la censure. Cette vritable rvolution littraire a un retentissement tel, qu'elle transforme en profondeur les mentalits des Franais. En effet, alors que la crise du livre persiste entre 1770 et 1789 (Darnton 1991, 125), les libraires sont conscients de l'importance vitale de ces ventes et continuent sans cesse de distribuer ces ennemis du pouvoir: "Car l'argent, voire l'appt du ga in, est bien ce qui anime les lettres

PAGE 43

43 les libraires ont du monde" (Darnton 1991, 138). Darnton prcise plus loin que cette idologie est sans doute "lie l'mergen ce et aux dbuts d'une conomie capitaliste de march" (1991, 140). Ce capitalisme li la littrature illicite bnficie surtout aux corporations de manne financi re importante. Ces derniers encouragent d'ailleurs une large distribution aussi complexe que singulire: dans leur livre Revolution in Print (1989), Darnton et Roche dcrivent avec une grande prcision les manigances auxquelles doivent s'adonner les librai res pour couler leurs marchandises. Un des exemples les plus surprenants en est la technique du "mariage" qui consiste mlanger les pages des livres "philosophiques" avec celles des livres approuvs par la censure, pour les remettre en ordre grce un marquage particulier que le libraire seul reconnat (Darnton et Roche 1989, 46). Pour faire venir ces pages, ce dernier engage gnralement des "assureurs" qui empruntent des chemins secrets pour arriver jusqu'aux librairies (47). Mme si elle se fait sou s le manteau, la (libre) circulation des ides illicites sur tout le territoire est une premire en France: grce l'argent qu'il se font avec la revente des livres "philosophiques", les libraires encouragent le marronnage et crent tout un systme de gra nde distribution bas sur la spculation et la (libre) circulation des marchandises; non seulement le libraire reoit (illgalement) ses livres "philosophiques" au del des taxes douanires (intrieures et extrieures), mais il reoit une plus value consq uente. Conformment ce que Marx appelle le "systme capitaliste", l'appt du gain qui frappe les ngociants de livres "philosophiques" marque une des premires

PAGE 44

44 formes modernes du capitalisme. En effet, alors que dans l'conomie traditionnelle de l'Ancien rgime un homme vend une marchandise pour rcuprer de l'argent qui lui servira acheter une autre marchandise (selon la formule marxiste Marchandise Argent Marchandise): "Le vendeur la reoit de l'acheteur et la fait passer un autre vendeur" (Marx 119), le libraire achte directement une marchandise (le livre "philosophique") pour la revendre plus chre et faire ainsi une plus value (M A M'), "Non seulement donc la valeur avance se conserve dans la circulation; mais elle y change encore sa gra ndeur, y ajoute un plus, se fait valoir davantage, et c'est ce mouvement qui la transforme en capital" (Marx 121). Marx associe ce genre de march un capitalisme mercantile: "Acheter pour vendre, ou mieux, acheter pour vendre plus cher, A M A', voil une forme qui ne semble propre qu' une seule espce de capital, au capital commercial" (Marx 125). Ce dtail conomique (de type proto capitaliste) concernant les livres "philosophiques" est d'une importance majeure: si les futurs auteurs rvolutionnaire s ne seront pas forcment motivs par l'appt du gain, mais plutt par une idologie contre structurelle, c'est cependant cette recherche du profit qui aura su engendrer le style radical des crits rvolutionnaires: captiver le lecteur et l'amener ragir tel sera le leitmotiv des crits radicaux de la Rvolution. La recherche du profit, directement associe l'intrt priv du lecteur, annihile par ailleurs la notion mme de lecteur et la substitue travers les notions d' "acheteur" et de "march". En d'autres termes, si jusque l la littrature s'adressait un lecteur part entire, souvent duqu, les livres "philosophiques" s'adressent dsormais un groupe de lecteurs qui ne certifiera la qualit des crits que par l'importance des ventes, la litt rarit n'tant plus forcment au

PAGE 45

45 centre de la cration. La quantit se substitue ainsi la qualit, tout comme la trivialit semble se substituer la littrarit, par une mdiation indite: la spculation et le profit. Figure 2 2 Le livre "philosophique" et la spculation Nous voyons l les premiers effets transformateurs qu'opre la littrature illicite sur la vision de ce que doit tre un bon march littraire. Dsormais, Racine laissera la place un auteur anonyme qui, non content de prendre sa place, s e fera chaque jour un peu d'argent en exploitant toujours les mmes thmes: le sexe, l'irrligion, et la d sacralisation du pouvoir royal. La socit et son lecteur, ou plutt, son march, posera donc la premire forme d'une littrature de masse pour qui seule la transgression lui donnera envie ou non de lire, le prparant mentalement aux valeurs de contre structures sur lesquelles s'appuiera la Rvolution. D'ailleurs, il est intressant de noter que la Rvolution elle mme, par un vote sur la libert de l a presse et sur la fin des corporations, non seulement rendra plus facile le fait de devenir libraire et de vendre tous types de livres, mais ce sont aussi les distributeurs traditionnels dominant le march, ceux de la corporation de Paris, qui seront lim ins, ouvrant ainsi plus efficacement les portes de la concurrence (Darnton 1989, 82), et favorisant d'autant plus la diffusion de la contre structure. Hesse voque cette libralisation du march

PAGE 46

46 littraire en notant qu'en 1789, il n'y a que 47 diteurs et 179 libraires en France, alors qu'en 1810 le pays compte 157 diteurs et 588 libraires (Darnton 1989, 92). La diffusion des ides n'appartient plus alors une seule caste socio professionnelle, elle est dsormais ouverte un large public. Devant cette d mocratisation de la publication et de la libert de parole, Louis XVI lui mme, encore roi des Franais sous la Constituante (1789 1791), avait mesur l'impact d'une telle volution culturelle: aprs son excution, les rvolutionnaires trouveront dans son armoire de fer les preuves de son soutien financier secret pour la corporation des libraires de Paris; il s'agissait alors pour le roi de contrler, tant qu'il le pouvait, la principale source d'information des citoyens, en maintenant personnellement les finances de ceux qui distribuent le savoir et les ides (Darnton 1989, 88). La production littraire illicite, au centre des inquitudes du pouvoir, ne s'est donc ainsi dveloppe qu' travers un facteur conomique implacable, qui, toujours la recherche du profit, obit la loi du march. La qualit littraire laisse alors place la rentabilit, et c'est le profit qui gnrera les meilleurs prototypes sur lesquels les auteurs pr rvolutionnaires et rvolutionnaires s'appuieront pour produire leurs text es. L'tat d'esprit des auteurs et des libraires n'tant alors que celui de crer des dupliquas des meilleures ventes, loin de privilgier toute originalit, cette littrature n'aspire qu' correspondre aux gots de son temps. Malgr cette course au profit et d'ailleurs probablement grce elle, les libraires ont su malgr tout dvelopper le march du livre illicite, contribuant directement l'apport de connaissances culturelles et politiques envers un peuple qui en manquait jusque l cruellement. Cette vritable rvolution littraire qu'ont produit les livres "philosophiques" dans les annes pr rvolutionnaires

PAGE 47

47 a eu deux consquences: elle a d'abord install l'ide que les crits doivent obir un tat d'esprit ambiant, ils doivent avant tout plaire un large public afin d'tre rentables. Ce march du livre "philosophique" a aussi dmontr l'importance de non plus s'adresser un lecteur cultiv, mais plutt un groupe de lecteurs, souvent mme issus du Tiers tat, car pour tre rentable il doit absol ument tre le plus large possible. Parce que le march du livre "philosophique" n'a d'autre ambition que de faire du profit, et donc de plaire au lecteur, il reprsente certainement un des outils les plus importants pour comprendre cet tat d'esprit cher Hippolyte Taine, mettant la contre structure au centre de ses crations. La recherche du profit dicte dsormais la mode littraire, et commence faire germer certaines ides comme celle de la ncessit d'une libert conomique plus grande, ainsi que d'un e libert d'expression qui n'avaient jamais t envisages ni mme envisageables jusque l. 2.3 Repres Historiques 2.3.1 Le Tiers tat Si c'est bien la bourgeoisie, travers ses libraires, qui a su diffuser les ides "dangereuses", la Rvolution franai se ne se rclamera jamais officiellement de la bourgeoisie, mais plutt du Tiers tat. Mais qu'est ce que le Tiers tat? Paralllement la question d'Emmanuel Kant Qu'est ce que les Lumires? (1784), Emmanuel Sieys essaie quant lui de rpondre cette question dans Qu'est ce que le Tiers tat?" (1789) sur un ton plutt revendicateur, et dont la synthse est donne au lecteur ds les premires lignes du pamphlet (Sieys 119): 1 Qu'est ce que le Tiers tat? T OUT 2 Qu'a t il t jusqu' prsent dans l'ordre politique? R IEN 3 Que demande t il? A ETRE QUELQUE CHOSE

PAGE 48

48 Le pamphlet d'Emmanuel Sieys est aussi raliste que provoquant: devant la mutation sociale qui touche la socit d'Ancien rgime, les intellectuels et lites de la bourgeoisie commen cent prendre acte des diverses revendications relatives leur condition et leur manque de libert face aux ordres suprieurs: le 17 juin 1789, les dputs du Tiers tat refuseront de prendre part aux votes lors de la runion des tats Gnraux, et org aniseront dans plusieurs endroits Paris des runions pour changer l'ordre politico social d'une France trop passiste. Sieys voquait dj avec son clbre pamphlet Qu'est ce que le Tiers tat? (1789) l'inluctable marche vers une rforme profonde des i nstitutions politiques du pays, en considrant le Tiers tat comme la seule vritable marchands", "les ngociants", les "citoyens laborieux et utiles", "les professions scientif iques et librales", les "domestiques" (Sieys 121), tous ces hommes ont cela en commun qu'ils forment le Tiers tat, et qu'ils seraient les seuls tre utiles la socit. Les deux autres ordres, la noblesse et le clerg, formeraient quant eux deux gr oupes privilgis et paresseux qui jouissent des places les plus "lucratives et honorifiques" (Sieys 122) grce leur naissance; ils empcheraient ainsi le Tiers tat d'occuper les meilleurs postes, alors qu'il serait souvent le plus qualifi pour les ob tenir. Pour Sieys, la noblesse et le clerg seraient composs d'individus "en trop grand nombre, que les rendent trangers aux travaux de la socit" (125). L'affrontement de plus en plus palpable entre les ordres privilgis et le Tiers tat atteint son paroxysme un moment o l'industrie et le secteur tertiaire sont domins par la bourgeoisie alors que de leur

PAGE 49

49 ct, la politique et le droit restent bloqus sur des valeurs fodales en dcalage complet avec l'volution socio conomique d'une France engage dans la modernit. C'est devant ce constat que Sieys appelle dans son pamphlet le Tiers tat se runir et exiger une rforme profonde de la reprsentation politique, et ce, quelques mois avant le 17 juin 1789 (date de la runion des tats Gnraux). Il oppose dans son pamphlet les privilges de la noblesse et du clerg la notion de droit commun des citoyens qui merge parmi l'lite du Tiers tat; c'est dans cet espr it d'une loi commune tous qu'il rclame un systme de vote plus reprsentatif des ralits sociales: le Tiers tat, qui reprsente 98% de la population, doit exiger une prsence plus consquente l'Assemble, en demandant entre autres la suppression du vote par ordre au profit du vote par ttes. Cet appel une dmocratisation des rouages lgislatifs prend trs vite forme aprs l'criture de ce pamphlet: le 17 juin 1789, alors que le roi convoque les dputs des trois ordres l'Assemble, l'un d'entre eux, Bailly, dcide de runir son ordre (le Tiers tat) dans la salle du jeu de paume, Versailles, dclenchant une force contre structurelle en acte ; les dputs y jurent de ne pas se sparer jusqu' ce que soit vot un droit commun, une Constitution. Ba illy et le Tiers tat lancent alors une longue bataille contre l'ordre social en vigueur, la contre structure est en marche, en acte L'instabilit structurelle engage par les dputs devient rapidement un mouvement rvolutionnaire, qui lanc par Bailly, reprsentera une vritable transition historique, politique, et sociale prise dans un espace et un temps suspendus. travers les diffrents gouvernements rvolutionnaires (la Constituante, la Lgislative, la Convention

PAGE 50

50 et le Directoire), la Nation n'aura de cesse de se rgnrer et de s'inventer de nouveaux horizons. Mais qui se trouve rellement la tte de cette rgnration? Est ce cette socit, voque plus haut, qui, travers sa littrature illicite, n'a qu'une envie: semer le chaos social, ou es t ce plutt un mouvement universel, propre aux instincts de l'homme, cet animal social, qui se voit naturellement pouss par l'appel de la libert? En tous les cas, c'est une vritable volont de changer qui porte ces hommes. Mais qui porte cette volont, et quelle est elle? 2.3.2 Un Tiers tat Rvolutionnaire en Puissance Les lites urbaines ainsi que les paysans d couvrent ainsi en cette seconde moiti de dix huitime sicle un paradoxe important: si c'est bien le Tiers tat qui produit de la richesse, travers son dur labeur et ses impts qui ne cessent de l'accabler, il est cependant celui qui reoit le moins de bnfices de la part des institutions politiques; les hommes considrs par le Tiers tat comme les plus inutiles (les nobles et l'aristocrat ie) jouissent des meilleurs privilges, au dtriment des travailleurs qui doivent de leur ct payer toujours plus d'impts. Mais tant que cet tat de conscience ne s'extriorise pas, il n'inquite pas le pouvoir, car toute revendication qui ne trouve pas d'expression extrieure reste non seulement strile mais ne peut btir d'idologie concrte et durable. Comme Bakhtine le souligne, "Tant que la conscience reste enferme dans la tte de l'tre conscient avec un embryon d'expression sous forme de discours intrieur, elle n'est encore qu' l'tat d'bauche, son rayon d'action est encore limit" (Bakhtine 129). Les cahiers de dolances de 1787 se font les premiers l'cho d'une volution certaine des mentalits, d'un passage l'acte de l' extriorisation de c e discours

PAGE 51

51 intrieur. En couchant par crit son mcontentement, le Tiers tat souligne et raffirme les divers conflits d'intrts qui l'opposent la noblesse et l'aristocratie. Cette libration progressive des mentalits trouve une certaine rsonnance dans la dialectique matre esclave hglienne. Pour le philosophe allemand, l'esclave et le matre s'opposent travers la relation qu'ils entretiennent l'un et l'autre, mais aussi vis vis de leur rapport au travail. D'un ct, l'esclave est "un tre p our un autre" (Hegel 2003, 14), dans le sens o sa vie est entirement dvoue son matre. Ce dernier, au contraire, est un "tre pour soi", ne dvouant sa vie qu' lui mme, mais n'en jouissant qu' travers le travail effectu par son esclave (Hegel 200 3, 15). Cette relation domin dominant rappelle bien entendu l'Ancien rgime qui a pour base l'ingalit naturelle entre le matre (la noblesse) et l'esclave (le Tiers tat). Cette relation perdure jusqu'au moment o l'esclave se libre lui mme de son m atre et devient de fait libre en renversant le rapport originel matre esclave. Sa libration comporte ainsi trois tapes: d'abord, le matre domine l'esclave et s'affirme en tant que tel. Ensuite, vient le moment au cours duquel l'esclave est celui qui travaille et transforme la nature, alors que le matre se fait servir et s'loigne du travail. Enfin, ce processus qui enferme le matre dans une dpendance totale donne l'esclave travailleur un vritable pouvoir sur son matre. Ainsi libr de ce derni er travers son propre labeur, l'esclave atteint son but ultime: l'mancipation. Pourquoi voquer cette dialectique matre esclave? Certainement parce que lorsque la Rvolution clate, c'est cette troisime tape qui touche toute la France. Le Tiers tat esclave qui, de par son travail, s'est mancip sur le plan conomique tout au long du dix huitime sicle, veut dsormais parachever cette libration aux niveaux

PAGE 52

52 politique et social. Et c'est travers l'criture radicale que les auteurs nommeront ce T iers tat esclave, en l'opposant systmatiquement son matre, qu'ils soit noble, aristocrate ou homme d'glise. Il semble d'ailleurs intressant de relever que ce n'est qu' la Rvolution que le concept d'un peuple franais esclave de ces trois pouvoirs surgira. En effet, jusqu'en 1789 il n'existait d'esclaves que dans les les; en tout cas, aucun pamphlet ne semble alors relever d'autre type d'esclavage, et surtout pas en mtropole. Il faudra ainsi attendre 1789 pour que l'criture radicale de la Rvolut ion voque cet autre esclave que constitue le peuple franais, issu du Tiers tat. Ces pamphlets rvolutionnaires, en effet, identifient le roi comme un tyran, ou un matre qui peut toujours revenir si la nation ne prend pas garde: "Le sombre Despotisme er re encor dans Versailles;/ Et tremblant, inquiet, le front noirci de deuil,/ Cherche toujours son trne en ces tristes murailles/ que jadis leva l'esclavage et l'orgueil" 2 (5). Pour ces pamphlets, le matre, avant la Rvolution, ne cherchait qu' prendre de l'argent du travailleur (le Tiers tat): "Nous n'tions que des esclaves considrs du ct de la consommation & des impts" 3 (11). La Rvolution ne cesse de dnoncer une forte polarisation entre le matre (la noblesse, l'aristocratie, et le clerg) et l'esclave en vue de son mancipation (le citoyen) qui ne cherche plus que la libert ultime: L'un est fait pour l'esclavage, & l'autre pour la libert: l'un ne demande que des richesses, des plaisirs, de frivoles & chimriques distinctions, les hochets de la sotise (sic), les livres de la vanit; l'autre aspire des biens plus rels & plus dignes de l'homme. 2 Fontanges, M. Pome sculaire, ou Chant pour la Fdration du 14 juillet. s.n, 1790. 3 Michel, Jean Andr. Discours prononc, le 14 juillet, jour de la Fdration, dans la principale glise du dpartement de la Manc he, en presence de la Garde nationale. Coutances: J N. Agns, 1791.

PAGE 53

53 Le vritable citoyen ne vit que pour sa patrie [...]. Les peuples libres connaissent seuls toute l'nergie de ce sentiment sublime. Il est tran ger aux esclaves: les malheureux n'ont pas de patrie. (5 9) 4 L'orientation tatiste de la libration de l'esclave (lequel se transforme en citoyen) est permanente dans les pamphlets, et montre combien l'esprit franais est forcment m par cet tat librat eur qui cre le citoyen, ce mme pamphlet continue ainsi: "Il ne peut exister de contrat entre le matre & l'esclave, & l'on ne peut raisonnablement rclamer d'autres droits que ceux de l'homme & du citoyen"(14). D'ailleurs, Olympe de Gouges, comme nous le verrons plus tard, exploitera cette thmatique de la citoyennet pour mettre en avant une autre forme d'esclavagisme qui devra cesser en mme temps que l'avnement du nouveau citoyen franais: l'esclavage des noirs. C'est en effet avec sa pice anti escla vagiste Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs reprsente en 1789 qu'elle liera la libert du citoyen franais celle des esclaves des les. Mais pour l'heure, seul le lgislateur, travers la volont du peuple, peut tre celui qui permet l'esclave franais de s'affranchir, les pamphlets ne cessent d'ailleurs d'avertir du danger de redevenir esclaves cause de mauvais lgislateurs: "Si vos mandataires peuvent se passer de vous pour faire des Loix (sic), si votre sanction leur parat inutile, de ce m oment les voil Despotes, de ce moment vous tes esclaves" (6) 5 Cette opposition irrconciliable entre matre et esclave se transforme, dans ces crits, en une opposition constante entre le roi (avec la noblesse/ l'aristocratie/ le clerg) et le citoyen ( issu du Tiers tat). Cette prise de conscience de l'esclave face au matre est reprsentative de ce que sera la littrature radicale de la Rvolution: l'esclave issu du Tiers tat qui y sera voqu ne sera pas envisag en tant qu'tre individuel, il sera p lutt assimil une 4 Michel, Jean Andr. Discours sur l'amour de la patrie. Coutances: J N. Agns, 1792. 5 Section des piques. Ide sur le mode de la sanction des loix, par un citoyen de cette section. Paris: Imprimerie de la rue S. Fiacre, 1792.

PAGE 54

54 notion collective, en liaison directe avec le systme gouvernemental: ce sera un "citoyen" exemplaire. Ce schme de libration est loin d'tre un phnomne seulement littraire; bien au contraire. En offrant un vritable miroir des op positions idologiques qui se droulent sous les yeux des Franais dans le Rel, la littrature radicale est d'une importance capitale pour la Rvolution. Dans son tude sur les idologies et la philosophie du langage, Mikhal Bakhtine revient en effet sur la ncessit pour toute idologie de se manifester travers des rfrents du monde extrieur, et donc travers les signes: "Tout ce qui est idologique possde un rfrent et renvoie quelque chose qui se situe hors de lui. En d'autres termes, tout ce qui est idologique est un signe. Sans signes, point d'idologie (Bakhtine 25), Bakhtine prcisant plus loin que c'est travers l'nonciation que l'tre peut le mieux s'extrioriser: "l'nonciation a pour but de traduire les signes intrieurs en signes e xtrieurs" (60). L'expression littraire radicale permettra aux rvolutionnaires d'objectiver leurs penses intrieures et de btir les fondements idologiques des lecteurs qui, sans elle, ne pourraient tre des produits idologiques, car toute idologie r este pense intrieure est strile; mais lorsqu'elle trouve son expression l'extrieur d'elle mme, non seulement elle se concrtise, mais elle gagne en puissance car elle devient une force relle, capable mme d'exercer une action en retour sur les bas tant l'expression qui s'adapte notre monde intrieur que notre monde intrieur qui s'adapte aux possibilits de notre expression, ses voies et orientations possibles. (Bakhtine 130) C 'est donc grce la littrature radicale que le Tiers tat pourra extrioriser son mal tre, et le transformer en idologie contre structurelle, idologie qui avait dj t amorce par les Lumires. Cette premire bauche contre structurelle qu'ils laiss eront

PAGE 55

55 en hritage la Rvolution est celle d'un tre rvolt en puissance qui devait passer, au moment de la rvolte, et notamment le 20 juin 1789 lors de la Runion des tats Gnraux, l'tat d'tre libre en acte Ces deux notions d'tre en acte et d' tre e n puissance permettent de souligner l'importance de la littrature radicale dans ce processus. Mais revenons d'abord aux dfinitions que nous donne Aristote de ces deux sortes d'tres: On appelle puissance, le principe du mouvement ou du changement, q ui exemple, l'art de btir est une puissance qui ne rside pas dans la chose construite ; au contraire, l'art de gurir, qui est une puissance, peut se trouver dans l'homme guri, mais non en tant que guri. Puissance signifie donc le principe, en gnral, du changement ou du mouvement, dans un autre tre, ou dans le mme tre en tant qu'autre. C'est aussi la facult d'tre chang ou m par un autre tre, ou par soi mme en tant qu'aut re, Puissance se dit encore de la facult de mener quelque chose bonne fin, ou de l'accomplir librement; (Aristote 1991, 191 192) L'tre en acte est quant lui le fait pour une chose d'exister en ralit et non de la faon dont nous disons qu'ell e existe en puissance quand nous disons, par exemple, qu'Herms est en puissance dans le bois, ou la demi ligne dans la ligne entire parce qu'elle en pourrait tre tire ; ou quand nous appelons savant en puissance celui qui mme ne spcule pas, s'il a l a facult de spculer : comme l'tre qui btit est l'tre qui a la facult de btir, l'tre veill di verses relations, l'autre membre, c'est la puissance. (..) En effet, l'acte est pris, tantt comme le mouvement relativement la puissance, tantt comme la substance relativement quelque matire. (Aristote 1933, 499 500) L'tre en puissance de ce Tiers tat esclave d'institutions injustes s'est servi du systme littraire comme d'un outil tampon pour raliser sa libration en a cte Pour Bakhtine, la conscience subjective (qu'il nomme psychisme) n'existe en effet que par rapport aux signes extrieurs qu'o ffrent le monde et la socit:

PAGE 56

56 Par nature, le psychisme subjectif est localis cheval sur l'organisme et le monde extrieur, pour ainsi dire la frontire de ces deux sphres de la ralit. C'est l qu'a lieu la rencontre entre l'organisme et le monde extrieur, mais cette rencontre n'est pas physique: l'organisme et le monde se rencontrent dans le signe. L'activit psychique constitue l'expression smiotique du contact de l'organisme avec le milieu extrieur. (Bakhtine 47) Bakhtine prcise plus loin qu e toute activit mentale a un sens c'est dire constitue une expression potentielle" (Bakhtine 50). Pour chaque dnonciation qu'ont pu faire les livres illicites, correspond une expression de plus en plus politise qui s'insre dans le Rel de ceux qui lisent ces crits interdits. Une conscience collective commence alors merger et offrir des perspectives idologiques de plus en plus fortes. La littrature radicale se proposera de dnoncer les ingalits et l'immoralit d'un Ancien rgime pour attein dre un point de non retour: celui du passage l'acte, celui de la rvolution. 2.3.3 La "Volont" du Peuple Si la littrature radicale a d'abord servi soulever l'indignation travers une prise de conscience idologique des ingalits, elle a aussi servi penser un ordre nouveau. Mais qui se trouve derrire cette idologisation des esprits? Avant d'approfondir cette problmatique, il faut revenir sur le principal concept de 1789: la volont qui poussera ces hommes agir. Hegel dfini la volont ainsi: O n dit volontiers: ma volont a t dtermine par ces mobiles, circonstances, excitations et impulsions. La formule implique d'emble que je me sois ici comport de faon passive. Mais, en vrit, mon comportement n'a pas t seulement passif; il a t act if aussi, et de faon essentielle, car c'est ma volont qui a assum telles circonstances titre de mobiles, qui les fait valoir comme mobiles. Il n'est ici aucune place pour la relation de causalit. Les circonstances ne jouent point le rle de causes et ma volont n'est pas l'effet de ces circonstances. La relation causale implique que ce qui est contenu dans la cause s'ensuive ncessairement. Mais en tant que rflexion, je puis dpasser toute dtermination pose par les circonstances; dans la mesure o l'homme allgue qu'il a t entran ainsi dire, hors de lui mme sa propre conduite, mais ainsi il se rduit tout simplement l'tat d'tre non libre ou naturel, alors que sa conduite, en

PAGE 57

57 vrit, est toujours sienne, non celle d'un autre, ni l'effet de quelque chose qui existe hors de lui. Les circonstances ou mobiles n'ont jamais sur l'homme que le pouvoir qu'il leur accorde lui mme. ( Mendiri 123) Dans cet ait sur la libe rt, Hegel affirme que toute action humaine n'est le fruit que de la volont propre de chaque individu; rien ni aucune cause extrieure ne peut l'amener agir en dehors de sa propre volont. Si l'on considre la Rvolution franaise et ses crits, un prem ier problme se pose: l'crit pamphltaire, fortement en vogue, profondment propagandiste et bas sur la contre structure, est le contraire de cette volont dcrite par Hegel; le but des auteurs tant par dfinition de modifier la volont du lecteur/audit eur pour l'amener la raison. Pour que ce dernier ait la volont de se joindre la Rvolution, il faudra que la propagande affecte son intellect et provoque une rponse adquate et univoque. Les auteurs guideront ainsi le lecteur au fil de leur argumenta tion, l'interpellant le plus souvent comme pour lui signifier qu'ils sont ensemble dans cette mme contre structure, et surtout afin que son esprit ne dvie pas vers d'autres penses non planifies par l'auteur. Les apostrophes et injonctions sont ainsi no mbreuses et n'ont d'autre objet que de guider le raisonnement du lecteur. Dans le livre pamphlet Le Pot au noir, et le pot au blanc, ou la vrit dvoile, la fourberie dmasque et la religion papiste 6 livre comptant plus de 200 pages, l'auteur manipule d'un bout l'autre l'esprit du lecteur en suivant un fil argumentatif qui ne le laisse jamais s'garer: Qui que tu sois, lecteur, si tu conserves les archives de ta famille, consulte les, & tu verras que tu as eu plus d'un grand pre immol au prtexte d e la tu A rgile ou Perth toi qu'on a tu Irlandais? Lis seulement la dclaration du Parlement d'Angleterre du 25 Juillet 1643. (46 47) 6 Le Pot au noir, et le pot au blanc, ou la vrit dvoile, la fourberie dmasque et la religion papiste. s.n, 1787.

PAGE 58

58 Le lecteur ainsi manipul, ne peut, selon l'idalisme hglien, librer sa vision propre de la libert, tant pollue par l'argumentation du pamphltaire. Or, pour Hegel, aucune propagande ne peut influer sur la volont de chacun. Seule la conscience intrieure faonne le monde de cha que individu l'image de ce qu'il se reprsente lui mme et par lui mme: c'est ce que Hegel appelle l'tre pour soi L'homme dtermine ainsi lui mme les valeurs de son monde, s'il n'en est pas matre c'est qu'il a laiss les circonstances prendre le des sus. De mme, si la propagande pamphltaire a une quelconque influence sur la volont du lecteur/public, il est non seulement pas libre de construire le monde tel qu'il le voudrait lui mme, mais il laisse les circonstances (sociales, culturelles, et cono miques) btir ce monde. L'tre pour soi dont parle Hegel ne serait, dans cette perspective, qu'un tre collectif prisonnier de la socit et de ses ides contre structurelles. Et c'est surtout la littrature radicale qui va se charger de construire cet tre collectif contraire la volont hglienne, travers une triade mettant en relation le Rel, la littrature radicale de la Rvolution, et un tre collectif contre structurel fabriquer: Figure 2 3 structurel La litt rature radicale se servira ainsi du Rel pour toucher directement son public et lui inculquer une nouvelle mentalit contre structurelle. En d'autres termes, la stratgie qu'elle adoptera sera celle de l'objectivation du Rel travers l'crit, ce qui lui permettra de re prsenter les problmes au plus grand nombre, et de l'inciter remettre en

PAGE 59

59 question ce Rel; le lecteur traditionnel se transforme ainsi en un tre collectif qui va juger de l'tat prsent de sa socit, et s'opposer aux forces qui lui pa ratront injustes. 2.4 Observations Finales Ce chapitre sur la gense de la littrature radicale nous a permis de comprendre l'tat d'esprit du peuple de la littrature illicite pr rvolutionnaire. Comme l'a affirm Hippolyte Taine en son temps, ce n'est qu' travers la priode historique laquelle Or, pour comprendre comment la littrature radicale de la Rvolution a pu natre, il tait important de retracer les cause s historiques et philosophiques qui sont vritablement l'origine de ces crits. Loin d'tre apparue ex nihilo, la littrature radicale nous vient d'abord des Lumires qui ont jet les premires bases de la rvolte travers l'ide selon laquelle l'homme doit "sortir de sa minorit" et atteindre la Raison. Malheureusement, l'orientation universelle du partage du Savoir qu'aurait voulu Diderot n'a t qu'un chec, n'ayant pas su atteindre un public large, et notamment ce Tiers tat encore trop plong dans s a "minorit". Cette premire dfaite des Lumires montre combien la littrature illicite de la pr rvolution n'a pas encore su unifier son lectorat, alors que leurs auteurs rvaient d'duquer le peuple franais dans son ensemble. Cependant, c'est la m me priode que vient une autre forme de littrature illicite: les livres dits "philosophiques". Ces derniers, loin d'tre littralement d'inspiration philosophique, exploitent une criture de type pamphltaire qui privilgiera la transgression morale et pl aira de plus en plus au public, au point qu'il deviendra un vritable lectorat de masse. Cette nouvelle forme de littrature, exclusivement oriente vers une contre structure immorale et contestatrice, amnera en effet un march

PAGE 60

60 florissant, les libraires d emanderont d'ailleurs aux auteurs d'adapter leurs crits ce public de masse, qui, loin de vouloir une quelconque qualit littraire, ne demandera que la provocation. Pour la premire fois, la France jouit d'un nouveau lectorat populaire, compos d'un vas te Tiers tat, qui jusque l n'avait pas ou peu accs aux productions censures. Ce succs qui engendrera une conomie de march consquente grce la littrature illicite mnera irrmdiablement l'alination des auteurs (mme si plus tard certains aute urs de la Rvolution l'image d'Olympe de Gouges suivront cette mode tout en gardant leur propre esprit cratif), lesquels devront dsormais suivre les got particuliers de ce march, transformant par l mme le lecteur en acheteur, et redfinissant l'app roche littraire: la mode, tant la grande distribution, la littrature devra constamment adapter ses thmes et son langage au nouveau lecteur que compose le Tiers tat, et exploitera un certain "prsentisme", relevant chaque fois les dernires indiscr tions que les auteurs auront entendu. Mais encore plus important que l'aspect divertissant sera celui qui, travers les pamphlets, extriorisera le mal tre du Tiers tat et nommera l'innomable: les pamphlets lui signifieront que c'est bien lui l'esclav e de l'Ancien rgime, et qu'il ne pourra se librer qu'en devenant un vritable citoyen. L'importance de la littrature radicale de la pr rvolution, travers les pamphlets, rsidera donc dans le fait qu'elle idologisera la souffrance du Tiers tat en t ant que corps social, et lui donnera les moyens de l'exprimer et de le rpandre dans tout le pays. C'est ainsi que cette nouvelle littrature qui exploitera la contre structure crera par l'crit une unit sans prcdent chez ses lecteurs: en lui prsentan t dans les pamphlets les injustices qu'ils peuvent vivre dans la ralit, les auteurs chercheront former un tre rvolt, collectif, qui devra

PAGE 61

61 comprendre que seul le chaos social et l'opposition systmatique aux forces tyranniques (la monarchie, le clerg et l'aristocratie) doit remodeler un nouvel esprit, en route vers la Rvolution.

PAGE 62

62 CHAPTER 3 Le thtre est certainement, avec les pamphlets, l'outil littraire le plus exploit pour ma nipuler le Tiers tat et l'amener vers la Rvolution. En effet, avec la Rvolution, le genre thtral s'est nettement dmocratis, invitant le peuple dans son ensemble venir voir les pices, mme la lgendaire Comdie Franaise. Il s'agit ainsi d'un th tre profondment "public", fait pour et par le peuple. Dans son article sur la libert des thtres et des rpertoires, Maud Pouradier montre combien ds 1789 la Rvolution a en effet impos une refonte complte du monde thtral en vue de politiser son public: les techniques propagandistes du thtre se baseront dsormais sur l'actualit politique et sociale qui proccupe la socit rvolutionnaire. Mais c'est aussi au niveau juridique que le thtre voluera fondamentalement: en enlevant le monopole des pices la Comdie Franaise, les auteurs auront dsormais plus de prrogatives. Pouradier note par ailleurs que le rpertoire, qui tait jusqu' la Rvolution la proprit prive d'un thtre, devient "proprit collective et inalinable" (Poirson et al 68), se transformant, au nom du peuple et de l'tat, en un patrimoine politique (72). Cette collectivisation du thtre montre combien ce genre est important aux yeux de la Rvolution. Cette dernire va en effet l'utiliser comme principal outil de propa gande, soulignant un "prsentisme" (72) qui non seulement encourage la contre structure, mais permet au public de s'imprgner des valeurs rvolutionnaires et de les incorporer dans sa vie sociale, en dehors mme du thtre. Ce dernier n'est alors plus "le temple de la fiction et de l'illusion, mais vaut par ses points de contact avec le monde, dans le monde" (Poirson et al. 216), le rpertoire, alors "li la pratique sociale

PAGE 63

63 et l'investissement politique du spectacle" (217) devient une "criture slogan" (217) au point de crer une vritable "infodation du processus dramatique la situation politique" (218). L'impact du thtre pendant la Rvolution est alors trs important, appelant son public ragir sur les thmes prsents, la politique y est au c entre, et c'est travers ce medium que le peuple pourra devenir encore un peu plus rvolutionnaire. Batrice Didier cite dans son article sur le thtre Grenoble une lettre du procureur gnral du dpartement de l'Isre qui confirme l'impact important q ue peut avoir le thtre rvolutionnaire dans la vie relle des spectateurs, l'opposant d'ailleurs au systme parlementaire anti dmocratique que certaines villes pouvaient encore avoir: De l j'ai toujours pens que le thtre tait plus fait pour former les hommes que la chaire et qu'un acteur tait plus essentiel pour l'humanit rendons donc le thtre la me illeure Institution possible; que le patriotisme, que l'hrosme, que les vertus soient dvelopps dans le plaisir comme la mdecine dans le sucre, et qu'ils deviennent la nourriture de l'homme. (Poirson et al. 194) Le thtre, adress au plus grand nombre et par l, il faut comprendre, adress au Tiers tat, puisque le thtre rvolutionnaire sera fait "pour" et "par" le peuple dans de nombreux thtres autres que la Comdie Franaise mettra en exergue des dramaturges qui rivaliseront de patriotisme. C'est ainsi que la littrature radicale d'Olympe de Gouges se posera comme pourfendeur des ingalits sociales et raciales, et appellera constamment son public se comp osent la fois de pamphlets, de pices de thtre, et parfois mme de romans, auront pour principal objectif d'influer absolument tout son public, qu'il soit simple

PAGE 64

64 lecteur, spectateur, homme politique, ou mme tranger venu admirer les changements frana is: si Olympe de Gouges peut arriver changer certaines mentalits par les lettres, elle ne pourra que s'en fliciter. Dans son pamphlet Les Fantmes de l'opinion publique (1792), elle ne se cache pas ainsi de vouloir activement informer les dputs ds q principal de cet crit? C'est d'offrir la Convention nationale des aperus rapides en attendant que je lui prsente mon dernier ouvrage politique" ( crits politiques II 1 59). celle du dbat politique et social dont doit absolument s'emparer la nation entire: "je n'ai jamais entendu sduire par les grces d'un style recherch: mais du m oins, on ne me refusera pas la justice de m'tre rendue utile ma Patrie; et si jamais on fait la rcapitulation de mes ouvrages, on y trouvera ma haine pour la tyrannie, mon amour crits politiques II 158). Parmi ses crits les plus im portants, se trouvent la Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne crite en 1791, ainsi qu'une pice de thtre contre l'esclavage, Zamore et Mirza, ou l'esclavage des Noirs crite d'abord en 1785 sous le titre de Zamore et Mirza De nombreu x crits politiques viendront complter son travail politique, ces crits tant souvent adresss quelqu'un", que ce soit au peuple franais, au Roi, la Reine, de multiples hommes politiques, ou encore aux acteurs de la Comdie Franaise avec lesquel s elle entrera constamment en conflit. Ce chapitre sur sa pice de thtre (1790) se propose de parcourir un premier aspect de la littrature radicale de la Rvolution franaise: celle qui, comme nous avons pu l'voquer dans l'introduction, va privilgier

PAGE 65

65 l'aspect doxologique de la littrature rvolutionnaire, en inscrivant la fois le public et la thmatique aborde dans une historicit qui n'aura d'autre but que de convaincre son public du bienfait des dcisions politiques prises par l'Assemble constituante. En effet, la gense de l'criture du se trouve une Olympe de Gouges en train de suivre les dbats politiques de la Constituante, dbats qui concernent la lgalit des couvents en France. C 'est la suite d'un rapport fourni le 17 dcembre 1789 par le dput Jean BaptisteTreilhard, et rexamin en profondeur l'Assemble constituante les 11, 12, et 13 fvrier 1790, que la dramaturge ne peut s'empcher de se passionner pour la cause de ces j eunes filles encore prisonnires de ces lieux d'un autre temps. Cette pice de thtre commence notre corpus gougien car elle est celle qui marque un profond changement dans le combat fministe d'Olympe de Gouges: en 1789, les thmes abords par la dramaturge dans dtruire les familles: elle y dnonce ainsi les peines de prison injustes pour les surendetts ( crit en 786), la moralit sexuelle dans Le Philosophe corrig ou le cocu suppos (1787), ou encore la sexualit de la mre dans Molire chez Ninon, ou le sicle des grands hommes (1788). Avec elle change de perspective et lance un co mbat plus politiquement engag dans ses pices, rclamant la libert civile de la femme (Verdier 191). La contre structure gougienne devient ds lors un combat pour la reconnaissance d'une place plus importante des femmes dans la socit; elles ne doivent plus tre enfermes dans des couvents par ordre de leurs pres, tout comme elles doivent pouvoir rclamer une

PAGE 66

66 certaine part de bonheur pour elles mmes. C'est donc avec cette pice de thtre que la contre structure gougienne en accord avec la Rvolution v a se mettre en place, et proposer un changement profond du statut social de la femme. Mais afin de cerner la stratgie idologique et littraire d'Olympe de Gouges, il convient d'abord de revenir sur l'histoire du fminisme. Dans son article Genre, histoi re des femmes et histoire sociale (1989), Louise Tilly rappelle une tude importante de Nancy Cott, qui replace le fminisme dans l'histoire travers trois variantes: 1. la dfense de l'galit des sexes ou opposition la hirarchie des sexes; 2. la reconnaissance de ce que "la condition des femmes est sociaux"; et 3. l'identification avec les femmes en tant que groupe social et soutien celui ci. (149) La premire variante, concer nant l'galit des sexes, touche bien Olympe de Gouges et sera examine dans le chapitre suivant, notamment travers une de ses premires pices de thtre: Zamore et Mirza (1785). La troisime variante, quant elle, ne peut s'appliquer Olympe de Gouge s. Si la dramaturge a cependant essay de rallier les femmes de France son combat de citoyenne, sa verve parfois trop virulente contre les mauvaises habitudes de ces dernires n'a eu que le rsultat inverse. De plus, dans son article sur Le Fminisme pen dant la Rvolution franaise (2006), Devance note que "le fminisme des femmes s'tait jusque l exprim collectivement et anonymement dans que seules deux femmes ont vrai ment brav la socit rvolutionnaire en affichant un combat fministe personnel et entier: il s'agit de Throigne de Mricourt, et bien sr, d'Olympe de Gouges. Toutes deux ont cela en commun qu'elles ont non seulement t vivement critiques pour leurs p ositions iconoclastes sur la condition des femmes, mais

PAGE 67

67 elles ont fait l'objet d'accusations aussi froces qu'imaginaires, Throigne de Mricourt tant dans certains pamphlets cite comme une cannibale mangeuse d'enfants, et Olympe de Gouges accuse, entre autres, d'tre folle (Diamond 4). L'tude du nous permettra donc de dfinir la contre structure gougienne travers la deuxime catgorie, celle qui affirme la reconnaissance de ce que "la condition des femmes est construite s dtermine par les usages sociaux." L'tude descriptive de cette pice nous permettra de replacer le combat d'Olympe de Gouges dans un contexte non seulement historique, mais aussi politique et social, car la pratique fminist e d'Olympe de Gouges se jouera constamment sur ces trois ples. En effet, dans son article sur le fminisme pendant la Rvolution, Devance prcise que dans la pratique, le fminisme se divise en deux sous catgories: "la pratique fminine et la pratique f ministe" (Devance 314). La premire relve d'une "participation collective et massive des femmes la ralisation des objectifs globaux de la Rvolution", la seconde est plutt celle d'un "mouvement fministe, doctrinal et agissant, dont l'objectif est l' galit des statuts sociaux de l'homme et de la femme" (314). Nul doute que le combat d'Olympe de Gouges, dans Le est plutt relatif ce mouvement fministe, mme si Devance rappelle que celui ci est plutt faible pendant la Rv olution. Il faut d'ailleurs rappeler que le rle de la femme cette poque est plutt peru comme un rle maternel, et le souvenir de Marie Antoinette, qui, au lieu de s'occuper de ses enfants, se serait proccupe de politique, a laiss les traces indl biles d'une "femme destructrice de l'homme" (Devance 146). Les origines autrichiennes de la reine de : elle est une femme "trangre" qui ne

PAGE 68

68 cherchera, selon ses opposants, qu' trahir la France mais s'lvera d'autant plus au se proccupera d'obtenir l'galit sociale des femmes avec les hommes par la politique, profitant d'ailleurs de la Rvolution pour insrer ce combat importan t l'ordre du jour. C'est ainsi que l'hrone de sa pice, Julie, jeune fille faible et nave, amoureuse du Chevalier, obtient la protection d'un cur profondment patriote, qui se fera l'cho des dbats politiques auxquels assiste la dramaturge dans le Rel. Les questions sur le bonheur des jeunes filles, l'utilit des clotres, et le fanatisme de certains religieux seront ainsi voques travers la voix de ce cur, vritable porte parole d'Olympe de Gouges, tant lui mme d'ailleurs inspir d'un Consti tuant rpondant au nom de l'abb Gouttes. Plusieurs questions se posent par rapport notre problmatique sur la littrature radicale: comment Olympe de Gouges ngocie t elle le croisement de l'histoire sociale en train de se drouler l'Assemble cons tituante, et son incorporation dans une t elle influer sur la fois les Constituants en train de voter de nouvelles lois, et son public qu'elle aimerait voir comprendre le difficile statut des femmes? C'est travers l'ana lyse d'un de ses personnages, le cur, que nous tenterons de cerner la stratgie contre structurelle gougienne axe sur la reproduction quasi conforme des dbats politiques auxquels elle assiste l'Assemble constituante. L'vocation continuelle du cur, qui, en sa qualit de prtre patriote, raffirmera l'importance des lois civiles sur les lois religieuses se calquera directement sur le Rel, en reprenant plus ou moins les paroles du constituant Gouttes. Ces deux hommes, l'un fait de papier, l'autre prod uit du Rel, tenteront par leur verve de

PAGE 69

69 dmontrer l'importance des dbats politiques sur les couvents travers la problmatique du bonheur et de la libert civile dont les citoyens devraient tous pouvoir d'Olympe de Gouges utilise le Rel pour inspirer la contre structure son public. La littrature radicale qu'exposera cette pice de thtre sera donc celle d'un combat doxologique et politique qui essaiera d'influer sur les constituants, lesquels devro nt voter des lois en faveur des femmes, mais elle aura aussi pour fonction de rformer les mentalits de son public, lequel devra de son ct repenser sa vision du statut des femmes dans la socit. La littrature radicale d'Olympe de Gouges dans cette pre mire pice de thtre sera t elle la hauteur des attentes rvolutionnaires? Crera t elle la polmique, ou arrivera t elle imposer un consensus malgr le difficile combat pour le droit des femmes que mne la dramaturge un moment o la Rvolution ne s'en inquite pas ou trop peu? Comment Olympe de Gouges ngociera t elle sa contre structure fministe l'intrieur de l'idologie rvolutionnaire? 3.2 L'tre Collectif Contre structurel d'Olympe de Gouges 3.2.1 Le Rel Politique comme Stratgie Propagan diste et Littraire Avant de commencer l'analyse du personnage contre structurel d'Olympe de Gouges, il faut d'abord revenir sur certaines dfinitions quant au combat fministe qui le, elle va utiliser la Rvolution comme vritable outil dclencheur d'une prise de conscience des Franais sur les dures conditions de la femme. Dans son article sur le fminisme pendant la Rvolution, Devance rapproche d'ailleurs le combat de ces femmes "un fminisme associ un projet de refonte globale de la socit" (Devance 350). En d'autres termes, puisque le propre de toute rvolution est de bouleverser l'ordre social

PAGE 70

70 et politique, pourquoi ne pas, en mme temps, y mler le droit et la libert de s femmes? C'est en tout cas dans cet esprit qu'Olympe de Gouges va crire Le Couvent ou les car, aprs tout, si les dputs dbattent l'Assemble de l'utilit des clotres, pourquoi ne pas aussi dbattre de la libert et du droit au bonheur des femmes qui y sont prisonnires? L'approche de la dramaturge est claire: il ne s'agit plus d'envisager la femme "biologique", mais plutt cette femme "sociale" qui, depuis la Dclaration des droits de l'homme et du citoyen se pose la question de savoi r si elle peut aussi accder la mme libert que les hommes. L'tude de Louise Tilly, Genre, histoire des femmes et histoire sociale (1990), rappelle qu'il y a en effet une diffrence fondamentale entre le "sexe" fminin et le "genre" fminin (155): "Sex e" est un mot qui fait rfrence aux diffrences biologiques entre mles admettre l'invariance du se xe tout comme on doit admettre aussi la variabilit du genre. s'inscrit bien dans ce combat autour de la notion de "genre", qui, traditionnellement, permet aux fministes comme Olympe de Gouges d'orienter leurs discours vers "un engagement politique promouvoir l'galit des genres et l'accs des femmes l'autonomie individuelle, ainsi qu'au pouvoir politique et conomique" (Tilly 156). Mais parce que la dramaturge s'intresse avant tout au sort politique et social des fem mes, c'est au cours de ses visites rgulires l'Assemble constituante qu'elle note avec attention l'volution ou plutt la non volution du statut de la femme dans la nouvelle socit rvolutionnaire. Le parallle qu'elle voudrait tracer entre les d bats l'Assemble constituante et sa fiction lui font adopter une stratgie littraire qu'elle

PAGE 71

71 n'aura de cesse de mettre en avant dans ses autres crits, et qui reprendra par ailleurs celle des pamphlets rvolutionnaires: Figure 3 1 ectif contre structurel d'Olympe de Gouges Dans cette triade, l'tre collectif contre structurel (c'est dire le spectateur qui va devoir comprendre les enjeux contre structurels de la Rvolution) ne pourra se former qu' travers un medium d'importance: l a littrature radicale. Le Rel correspond ici au chaos de la socit rvolutionnaire telle quelle, raliste, avec ses difficults politiques, conomiques, et sociales. Ce Rel touche la littrature radicale en cela qu'Olympe de Gouges dirige ses crits en fonction des vnements politiques et sociaux qui se passent dans son Rel. En d'autres termes, chaque problme qui se prsente la socit, correspond un pamphlet ou une pice de thtre qui traite du sujet et tente d'influencer le lecteur pour qu'il comprenne l'importance de la contre structure telle que rapporte par la dramaturge. C'est ainsi qu'un nombre important de ses pamphlets et pices de thtres lui sert de vritables tribunes pour dvelopper sa contre structure rvolutionnaire et prsenter ses solutions face des problmes qui hantent le Rel. La technique d'Olympe de Gouges est assez constante: elle commence d'abord par un constat sur ce qu'il se passe dans la socit (le Rel), puis elle apostrophe le peuple, lui proposant ensuite ses sol utions, finissant par encenser l'esprit franais, lequel doit ragir. Son pamphlet de 1792 Le Bon sens franais ou l'apologie des vrais nobles, ddie aux Jacobins ( crits politiques 1993, 74) commence ainsi par le constat selon lequel "Le Roi de Sude es t assassin, l'insurrection est gnrale" (74), dans le deuxime paragraphe,

PAGE 72

72 elle apostrophe le peuple: "Peuples, reconnaissez vos droits", aprs une longue explication de ce qu'est le bon sens, et la prsentation de lettres de personnalits politiques, el le conclue en offrant sa solution: "Ainsi de la constitution, n'altrez pas la d'lever l'esprit des "bons citoyens". Dans le pamphlet Le Cri de l'innocence ( crits politiq ues 1993, 146), elle utilise la mme technique. Elle commence par le rcit de ce qu'il se passe autour d'elle: "Le venin des malveillants est enfin parvenu jusqu' moi. Ils je? Ils m'accusent!" (146), elle apostrophe assez rapi dement le peuple "Et toi, malheureux peuple, instrument et victime de leurs coupables attentats, tu t'claires actuellement" (147), "Citoyens, ouvrez les yeux" (148) et finit en encensant l'esprit franais: "Franais gnreux, vous approuverez ce noble o rgueil qui me justifie, et qui pulvrise mes lches et vils calomniateurs" (150). D'autres pamphlets, comme Arrt de Mort que prsente Olympe de Gouges contre Louis Capet ( crits politiques 1993, 201), crit en 1793, quatre jours avant l'excution du Roi, s'adresse non plus au peuple, mais aux lgislateurs. Elle part, comme son habitude, d'un vnement en train de se passer dans le Rel, c'est dire, le vote sur la mort de Louis XVI: "Et moi aussi, lgislateurs, je vote la mort du tyran" (201), elle expl ique ses arguments, en apostrophant au passage son lecteur vis, le lgislateur "Lgislateurs, vous vous tes dj habitus mes opinions" (202), "Snat franais, je ne t'ai point quitt depuis que la majorit a prononc la peine de mort de Capet" (202), et fini, aprs avoir expos ses arguments, en glorifiant l'esprit franais: "alors on ne dira plus, en parlant des Franais, qu'ils furent de honteux assassins, mais des hommes gnreux" (204).

PAGE 73

73 Prise dans l'tau du Rel, Olympe de Gouges se sert de l'crit propagandiste pour construire une identit collective et contre structurelle, mais pas seulement. En effet, ce qu'espre surtout la dramaturge c'est qu'au del de la construction mentale, cette abstraction qu'est la contre structure collective se propage dans le Rel, modifiant lgrement la triade voque plus tt: Figure 3 2 structurel dans le Rel Ce mouvement circulaire est d'autant plus frappant qu'il place vritablement la littrature radicale au centre de la soci t rvolutionnaire. Un autre pamphlet d'Olympe de Gouges, intitul Lettres la reine Aux gnraux de l'Arme Aux amis de la Constitution Et aux Franaises citoyennes ( crits politiques 1993, 124) est trs rvlateur de cette technique. Ce pamphlet reprend la description de la fte du 3 juin pour rclamer, entre autre, que les femmes fassent partie intgrante du dfil patriotique, la manire des Romaines, qui, en leur temps, avaient tous les pouvoirs politiques des hommes: "Ce tableau intressant apprendra tous les peuples que les selon la triade dj voque plus haut : Figure 3 3. tre collectif contre

PAGE 74

74 Le Rel est bien transpos dans les pamphlets d'Olympe de Gouges, mais il est chaque fois voqu sous la forme d'un vnement politique. Que ce soit la mort d'un roi, d'un empereur, d'u n politicien, ou une guerre qui clate, le Rel n'est dfini dans ces crits qu' travers la vie politique ou sociale, chose vidente en soi puisqu'aprs tous les crits propagandistes n'ont d'autre fonction que de convaincre le peuple de prendre une posit ion politique ou morale sur un sujet donn. Ce sont donc les circonstances politiques vcues par l'tat rvolutionnaire qui sont la gense des crits radicaux d'Olympe de Gouges, et qui eux mmes ont pour mission de former l'tre collectif contre structu rel. Sa littrature radicale est de fait exclusivement politique et exclusivement dpendante des vnements du Rel. Sa mission est alors claire: elle doit influer son tour sur le Rel en argumentant sur les dcisions que le peuple doit prendre. 3.2.2 Ol ympe de Gouges et la Problmatique des Couvents C'est donc lors des dbats publics propos des couvents les 11, 12, et 13 fvrier 1790 l'Assemble constituante, qu'Olympe de Gouges couche par crit ses rflexions politiques et sociales sur les femmes p risonnires de ces institutions. Durant ces trois jours, les dputs analysent les conclusions de Jean Baptiste Treilhard, qui leur avait initialement communiqu son rapport le 17 dcembre 1789. Dans ce document, le constituant Treilhard recommande la "rg nration" de la France devant les multiples abus qu'elle a d subir travers l'glise. Pour le dput, ce sont la fois le mode de nomination des ministres du culte, mais aussi la gestion corrompue des institutions religieuses qui empchent les plus ver tueux de diriger les plus hautes instances. Devant une opinion publique embrase, Treilhard prconise de rorganiser les clotres, il suggre alors de faire entrer dans les couvents des officiers municipaux pour donner

PAGE 75

75 l'opportunit aux clotrs d'en sorti r librement s'ils le souhaitent (Aulard 53). Il recommande par la mme occasion d'liminer les clotres qui se rvlent inutiles au peuple (les plus utiles tant les maisons qui s'occupent des souffrants ou encore celles qui dispensent une ducation aux ha bitants des villes): Les maisons qui offriraient de se vouer au soulagement des malades, celles que vous jugeriez dignes de prsider l'ducation publique, ou qui vous paratraient utiles au progrs des sciences, mriteront toujours de la faveur, surtout dans les lieux o on manque de pareils tablissements. Sans doute, messieurs, vous ne refuserez pas ces maisons, ainsi conserves par des motifs d'utilit publique, le droit et le moyen de se rgnrer. (Aulard 57) L'utilit publique est d'ailleurs centr ale aux valeurs rvolutionnaires: tout homme doit en effet assurer son propre bonheur, mais aussi le bonheur des autres en tant utile au groupe. Cette notion de bonheur, apparue pendant la Rvolution, doit ainsi faire partie intgrante de la nouvelle soci t et s'inspire directement du matrialisme pr rvolutionnaire pour qui le bonheur ne peut se mesurer qu' travers la notion de vertu. Loin d'tre rvle par un tre spirituel, cette vertu ne repose que sur les interactions entre les hommes, lesquels ju gent de l'utilit de chacun: La morale ne doit avoir pour objet, que de faire connatre aux hommes leurs vritables intrts. La vertu n'est que l'utilit des hommes runis en socit. Pour donner la vertu des motifs rels, pour la rendre chre aux homme s, il faut la lier leur propre utilit. (D'Holbach 1774, 58) C'est dans cet esprit d'utilit publique fin de bonheur que le rapport Treilhard envisage de pouvoir visiter les institutions monacales pour dterminer si tous les clotrs y sont de leur pl ein gr ou s'ils prfreraient en sortir et rejoindre le monde. Le comit suggre ainsi de faire entrer dans les maisons de religieux des officiers municipaux pour donner l'opportunit aux clotrs d'en sortir librement s'ils le souhaitent.

PAGE 76

76 Ces rflexion s de Treilhard ont fait naturellement natre chez Olympe de Gouges, le soir du 13 fvrier 1790, l'envie de transposer sur scne ces dbats publics sur les clotres en crivant (1790). L'opposition entre le clerg et le peuple franais qui merge continuellement dans les dbats parlementaires sera la cl de vote de cette pice de thtre, conformment au systme idologico littraire qui lui est propre. En effet, dans sa pice, Olympe de Gouges s'inspire d'abord et directemen t du Rel (les dbats parlementaires), afin d'imposer une contre structure idologique qui devra toucher le peuple, mais aussi et surtout les dputs pour qu'ils prennent la bonne dcision. Figure 3 4 Le r structure l C'est ainsi l'horizon social de la dramaturge dans le Rel qui inspire la gense et tout le contenu de sa pice (1790). Le lien direct entre les proccupations socio appuie sur un systme smiotico idologique tel que le dcrit Bakhtine: Pour que l'objet, quelque sphre de la ralit qu'il appartienne, entre dans l'horizon social du groupe et dclenche une raction smiotico idologique, il est indispensable qu'il so it li aux conditions socio conomiques essentielles dudit groupe, qu'il touche de prs ou de loin aux bases de son domaine de l'idologie, y prendre forme et s'y enraciner, que ce qui a acquis une valeur sociale. (Bakhtine 42) Et c'est en effet les besoins conomiques importants de la nouvelle nation qui vont acclrer la rforme sur les clotres. Non seulement le dput Treilhard fait de l'aspect financier la priorit traiter, mais il glisse volontiers vers une sphre plus politico morale

PAGE 77

77 comme c'est le cas dans la pice d'Olympe de Gouges afin d'en justifier les moyens. Il commence ainsi son plaidoyer pour une rgnration des clotres: La rpartition vicieuse de leurs revenus, l' organisation non moins vicieuse de plusieurs tablissements, la ngligence malheureuse si commune dans le choix des titulaires, les prtentions excessives de quelques ministres du culte, ont depuis longtemps excit de justes rclamations, et la nation atte nd avec impatience l'heureux instant o le mrite sera le seul titre pour parvenir, o les salaires se trouvent en proportion avec le service. (Aulard 60) La pice d'Olympe de Gouges, est ainsi, l'image du rapport Treilhard et des discussions parlementai res qu'il implique, l'objet d'une idologie rvolutionnaire sans concession, alors que deux mondes s'opposent et semblent irrconciliables: les prtres nostalgiques de l'Ancien rgime ne peuvent envisager l'intervention de l'tat dans les affaires des couv ents, alors que les plus patriotes y voient une rgnration ncessaire. 3.3 Les Couvents dans le Thtre de la Fin du Dix huitime Sicle: Humanisme et Combat Politique 3.3.1 L'Humanisme du Mlanie de la Harpe (1770) Alors que les dogmes chrtiens sont d e plus en plus remis en cause par la Contre structure rvolutionnaire dans le Rel, offre au public et surtout aux dputs une rflexion importante sur la rgnration ncessaire des institutions religieuses face aux aspir ations dmocratiques d'un Tiers tat toujours plus pressant. Cette pice de thtre vritablement militante montre quel point la littrature radicale offerte par Olympe de Gouges ne met pas forcment l'accent sur la littrarit, mais plutt sur l'importa nce idologique de ses crits, travers l'observation, puis l'analyse de la socit franaise prise dans l'tau religieux. travers sa mise en texte du problme social et politique soulev par les couvents et la Constituante, Olympe de

PAGE 78

78 Gouges va offrir s es propres solutions pour influencer les mentalits mais aussi les lois que devront voter les dputs. Le thme des couvents 1 dans la socit franaise demeure, travers les sicles, objet de dbats, mais aussi de rformes 2 se elle mme. jeunes filles de familles riches, souvent contraintes prendre le voile. Enfermes le dsordre, alimentant les rumeurs sur la mauvaise conduite des clotres. Afin de protger la rputation de ses institutions, le Concile de Trente (1545 1563) prend des mesures importantes, interdisant entre autres la prise force du voile, sous peine excommunication. Mais au dix huitime sicle, nombre de jeunes filles en sont toujours victimes: Versailles rclame un droit de regard plus important dans la gestion des couvents, et ordonne de fermer les plus mal grs ou inutiles 3 Au mme moment, les La Religieuse (1760), Suzanne mme ayant rellement exist, Marguerite Tableau de Paris Louis Sbastien Mercier regret te quant lui le sort des clotrs et se 1 Cette partie de ma thse est en grande partie la reproduction d'un article publi en 2012 dont je s Gouges (1790)." The French Review 85.6 (2012): 92 101. 2 fem mes clotres clbres, les us et coutumes des couvents. 3 huit ans. Une autre commission, cre en 1727, ferme tout au long du sicle 2 16).

PAGE 79

79 flicite de la crise de vocations qui frappe alors la France. Pour lui, les couvents ne sont nature: Les couvents sont jugs. [...] Ajoutez ensuite le dsespoir du plus grand nombre, la rsignation pacifique de quelques fait le bien par contrainte et sans got; rgle. [...] entrane aprs lui tous les excs qui la dshonorent. ces moines rubiconds, aux paules larges, la taille nerveuse; et jugez de la loi qui lve des grilles, des verrous, des portes pour condamner ces malheureux prisonniers des deux sexes des plaintes et des tourments qui se renouve llent la naissance de chaque aurore. (Mercier 1783, 213) Mais c'est une pice de thtre, reprsente pendant la Rvolution, qui exposera le mieux l'tat d'esprit humaniste qui hante les auteurs de cette fin de dix huitime sicle. En effet, la Mlanie d e Jean Franois de La Harpe, crite en 1770, aborde non pas le problme des clotres sous la bannire d'une quelconque galit des sexes, mais il l'oriente plutt vers des valeurs humanistes, telles que celles de la libert individuelle, ainsi que du resp ect d'une nature et d'un Dieu qui ne commandent pas l'homme de refuser l'amour pour la solitude. La comparaison entre Mlanie et Le Couvent ou les permet de dgager deux visions complmentaires, deux poques diffrentes (1770, et 1790), d'u ne socit qui, travers deux curs de fiction inspirs de personnages rels, rvle une envie forte de justice et de libert pour les femmes. L'humanisme du cur de Mlanie (inspir dans le Rel du dput Claude Lger), et les revendications de liberts civiles du cur du (inspir du dput Gouttes) montrent cependant une mme constante: une prise de conscience du sort des femmes dans une socit encore trs patriarcale et conservatrice.

PAGE 80

80 Tout comme pour x forcs Mlanie s'inspire donc du discours d'un dput, ami et spectateur fidle de La Harpe: Claude Lger. Incarn dans la pice par un simple cur, paralllement l'abb Gouttes d'Olympe de Gouges, cet homme d'glise montre une envie grandissante d'en finir avec les lois cruelles des couvents. Claude Lger, mort avant la Rvolution, propose dans le Rel un discours humaniste contre les clotres, alors que de son ct, le cur rvolutionnaire du Couvent reflet de l'abb Gouttes, se p ose en prtre constitutionnel, rclamant la libert civile des femmes et l'intervention de l'tat dans leur libration. Si d'un ct, la pice pr rvolutionnaire de la Harpe n'envisage en aucun cas une libration politique de la femme, le personnage pri ncipal ne se posant qu'en moraliste, de son ct, la pice rvolutionnaire d'Olympe de Gouges ne cesse de mettre en avant la libration politique de la femme. L'volution certaine entre ces deux pices montre combien le thtre rvolutionnaire est profond ment propagandiste, et contre structurel. Car Claude Lger, qui se fait le porte parole d'un mcontentement populaire contre les clotres, n'voque aucun moment une quelconque remise en cause politique des clotres et de l'glise, bien qu'il souligne con stamment le fanatisme des religieux et leur mauvaise influence sur la socit. Dans Mlanie comme dans la ralit, Claude Lger, prtre militant, trs aim de ses paroissiens, dmontre son engagement total envers eux, et un humanisme toute preuve, comme le montrent les nombreux tmoignages de l'poque: "point d'artisan si obscur, point d'enfant si pauvre, dont il ne connut le nom, la conduite, la situation, jusqu'aux traits du visage" 4 (Manuel 389). l'image de cet humanisme, ds que le cur entre en sc ne dans Mlanie sa premire requte est 4 Les sources primaires concernant Claude Lger sont inexistantes; cependant, au moment de sa mort, un loge important est publi, provoquant dans les jours qui suivent la publication d'autres pamph lets, cette fois contre Claude Lger.

PAGE 81

81 le connatre" (I, 2). 5 Dans Le la problmatique humaniste est bien prsente mais n'est que secondaire; la Rvolution l'a faite voluer vers une sphre plus politique, car de critiques acerbes et parfois exagres. Cette diffrence entre le combat humaniste de la Harpe, et le combat plus politique, doxologique, d'Olympe de Gouges marque cette diffrence importante entre le thtre traditionnel et le thtre radical de la Rvolution. 3.3.2 Le Comb at Politique dans (1790) constituante (1789 1791): les couven ils perdurer dans la nouvelle socit issue des Lumires? Ces dbats parlementaires inspirent nombre de pices aux dramaturges les plus patriotes, qui ne cessent de dnoncer les abus physiques et moraux des couvents: (1790), Olympe de Gouges Les Rigueurs du clotre (1790), Joseph Five 5 Si c'est travers la confession que le cur entend couter Mlanie afin de trouver une solution son problme, dans la ralit, les dtracteurs de Claude Lger voient dans son intimit avec les paroissiens une volon t active d'espionner les riches familles. Un pamphlet, Observations sur l'loge funbre de M. Lger, crit l'occasion de la mort de Claude Lger, dnonce l'esprit manipulateur du cur qui ne confesserait ses ouailles que pour entendre des rvlations su r la vie secrte de leurs matres: Que M. Lger ait connu jusqu'aux traits du visage de tous & chacuns des Paroissiens, sans aucune exception, c'est une exagration des plus outrs. Il toit assez instruit de l'tat de sa Paroisse, mais c'tait par l'espi onnage. Il tchoit d'attirer son confessionnal le plus qu'il pouvoit de Domestiques; & dans cette vue, il causoit avec ceux qu'il trouvoit sur son chemin balayant la rue. Il en confessoit effectivement un trs grand nombre; & une partie de leur confessio n toit employ les questionner sur la conduite, les sentiments, les liaisons de leurs Matres (sic) (19).

PAGE 82

82 (1790), Pierre Laujon Les Fourberies monacales (1790), anonyme Les Victimes clotres (1791), J acques Marie Boutet dit Monvel Le Mari directeur, ou le dmnagement du couvent (1791), Claude de Flins Les Visitandines (1792), Louis Benot Picard Les Dragons et les Bndictines (1793), Charles Antoine Pigault Le Brun ospice (1796), Jean Franois Corsange Ces pices, toutes crites pendant la Rvolution, illustrent au fil des ans la difficile priode de dchristianisation que connat alors la France 6 Lorsque Olympe de Gouges crit dbut 1790, elle exploite non seulement le courant anticlrical qui frappe le pays, mais elle fait aussi reprsenter pour la premire fois sur 7 ce qui tait jusque l interdit. Ardente patriote, elle dnonce le silence qui entoure les destins meurtris des jeunes clotres, qui ne jouiraient pas, selon elle, des droits au bonheur et la libert dfendus par la Rvolution. accepte que le 4 octobre 1790 pour devenir (Blanc 118), drame en trois actes, ce qui lui fait d'ailleurs changer le titre de sa pice. Si Olympe de Gouges elle mme n'offre aucun commentaire sur ce changement de titre subtil, c'est probab lement le passage la priode rvolutionnaire qui a pu faire changer forcs ", affirmant ainsi un combat beaucoup plus explicite 6 La loi du 12 juillet 1790 sur la Constitution civile du clerg une fois vote, certaines populations ars et 13 leur glise. partir de 1793, la 7 Ce sera en ralit Joseph Five, auteur des Rigueurs du clotre qui sera considr comme le avait crit Le couvent quelques mois plus tt, mais, ayant d attendre quelques mois avant que le thtre du Palais Royal approuve sa pice, ell

PAGE 83

83 et fort contre les abus du clerg. Par ailleurs, c'est sous la pression patriote des rvolutionna ires qu'elle dcidera de la mme faon d'y ajouter ce troisime acte afin de raffirmer encore plus fortement le dnouement libratoire qu'offre la Rvolution au peuple (la jeune Julie pouvant enfin sortir du clotre dans ce dernier acte grce aux liberts civiles mises en avant par les patriotes). couter la tribune de la Constituante lors des dbats sur les couvents. Le caractre personnage du cur dans le drame; il dmon de rformer les institutions monacales au nom des liberts civiles. et plus prcisment dans la composition de son alter ego dans le drame, le cur 8 ne cesse dans les couvents; le cur du drame reprend ce combat et f ait lui mme intervenir un 8

PAGE 84

84 resse particulirement en cette anne 1790 9 histoires tragiques qui se racontent sur ces jeunes filles prisonnires des couvents. Dans ses mmoires, Grimm rapporte que certa ines lgendes sur les clotres ont pu Mlanie (1770) vingt ans plus tt: pendant quelques instans [sic], il y a envir on un an ou dix huit mois, [...]. On dsespoir dans le parloir du couvent de la Conception, rue Saint H onor, le propre tre t rait sur la scne. (352) Devant ces histoires scandaleuses, la Rvolution entend rglementer plus durement les couvents. Le Comit des Affaires ecclsiastiques suspend, le 28 octobre 1789, les dans la socit comme une opinion prive, afin de respecter la libre conscience des citoyens telle que Cependant, Assemble les 11, 12 9 iques, lgaux, et femmes gaux. Certains cahiers de dolances de 1789 reprendront leur tour ces mmes ides sur

PAGE 85

85 et 13 fvrier 1790. Les dputs, civils et religieux, tmoignent tour tour devant les clotres, tout en abordant la question du libre choix de s femmes y sjourner. turge est tellement en empruntant leurs traits: Tous les prtres qui puret religieuse Vicaire. ( Thtre politique 34) rvolutionnaire. Tout au long du drame, il reprend les thmes chers la Rvolution tels rsolu les questions sur l a libert civile des femmes 10 ; elles sont encore exclues du contrat social et ne sont pas reconnues comme des citoyennes de plein droit. Parce que les femmes ne jouissent pas encore des mmes droits naturels et universels accords au sexe masculin, la dram aturge dcide, en crivant Le Couvent 10 Beckstrand (189) rappelle que les droits civils des femmes sont en effet trs limits. Elles ne rtant encore pour Olympe de Gouges, les femmes ne peuvent prtendre aucune reprsentation politique au sein du gouvernement. La Rvolution les considre cependant comme partie intgrante du nouvel ordre civil, elles sont donc protges par la loi. La je une Julie du Couvent cette protection civile.

PAGE 86

86 futures lgislations en faveur des femmes. niversels social. Dans Le Couvent le cur rvolutionnaire vient ainsi en aide la jeune Julie au sociale: Concilier ses dogmes avec les devoirs de la socit, voil la mora le, voil choisir librement une place dans la socit appartient, par la nature, tout Thtre politique I, 2) Couvent provoque une rflexion importante sur le rapport entre socit et clotres, mais aussi sur le respect des droits civils des femmes, au point de prdire la chute des fanatiques ne rforment pas eux mmes leur systme antisocial qui se perptue bien au del des couvents: Eh! Madame, cessez une si cruelle perscution. [...] une fermentation gnrale agite le royaume; [...] les abus, les tyrannies de vos pareilles, Madame, et Thtre politique III, 12) La figure du cur patriote et rformiste venant librer la jeune fille rpond certaines normes du thtre rvolutionnaire, mais aussi une st

PAGE 87

87 de Gouges. Comme tous les autres dramaturges ayant crit sur les couvents de 1790 volutionnaire vite de reprsenter sur scne des femmes hroques tant avant tout vues par la Rvolution comme des mres qui portent des fils et leur enseignent le patriotisme. Elles seraient de plus assimiles Marie Antoinette si elles avaient une que lconque voix politique; or, la Rvolution reste encore mfiante de ces femmes hommes 11 trop engages en politique, qui jadis influenaient les rois dans leur chambre. Le cur du Couvent est ainsi celui qui livre la parole politique, il est le hros patriot e qui libre Julie, les autres femmes du drame ne restant que de simples personnages secondaires, souvent masculin ses opinions politiques. Au m oment o elle fait reprsenter Le Couvent elle Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791), et seuls les hommes sont autoriss dbattre. Pour faire entendre ses ides progressistes en faveur des femmes et de leur mancipation, elle doit donc 11 Gaspard Chaumette, qui appelle se mfier de toutes ces femmes hommes intresses par les dbats politiques, alors que leur sexe ne les vous cette virago, cette femme politiquer et commit des Discours du 17 novembre 1793 Beckstrand 132).

PAGE 88

88 manire les dputs (d'ailleurs elle aime aussi discuter avec eux au point de vivre non loin de l'Assemble), et donner assez de ralisme adoptent de nouvelles lois sur le statut des femmes. Si elle avait expos les ides 12 elle aurait non seulement russi valoriser et diffuser 1791 et sa Dclaration des droits de la femme e t de la citoyenne commence crire des brochures en direction des femmes pour les engager commencer enfin un combat politique et obtenir un statut de citoyennes de plein droit: 3.4 La Contre structure Oriente vers l'glise 3.4.1 La Fin du Fanatisme Religieux Le cur du Couvent est donc le porte parole principal de la dramaturge. e la justice civile avant Thtre politique I, 4). Le marquis, offusqu par la dsobissance du cur envers ses suprieurs, lui reproche de malheureusement mise la mode par de prtendus philosophes, vo us seriez le 12 Dclaration des Droits de la femme et de la citoyenne ures en direction des femmes pour les engager concitoyennes, ne serait

PAGE 89

89 Thtre politique I, 3). Alors que la Constitution civile du rupture politico religieuse que connat la France en cette anne 1 790: les religieux et civils encore attachs Rome ne comprennent pas le mouvement rformiste de la et progressistes. le Concordat sous Franois I er aurait, selon lui, contribu renforcer 13 res que par des personnellement au nom de Dieu. Dans ses discours politiques, il invite le peuple se rendr des papes et des rois, avec la discipline ancienne qui restitue au peuple tous ses 14 ux camps: celui des religieux corrompus du Pape, et celui des religieux honntes lus du peuple. 13 Dans sa Lettre de M. Goutte Loire, MM. les Curs de ce dpartement, & autres fonctionnaires publics (1792), il affirme que le eux et infmes 14 Mmoires de la Socit duenne (Autun), 1895 (445). La Socit duenn e des lettres, sciences

PAGE 90

90 Dans Le Couvent Olympe de Gouges oppose ces deux partis. Le Grand Vicaire, mme oppos la rforme constitutionnelle est Thtre politique I, 4). Mais le cur patriote lui rpon Thtre politique cile pour au couvent non pas pour Dieu, mais pour de simples raisons conomiques: le marquis menaant de ne plus la payer si elle ne prend pas le voile, elle force Julie accepter le tout comme au peuple tout consensus par les hommes pour prvenir toute corruption: la runion univer les villes o ils le jugrent conv mmes avaient ordonnes. Ce droit a t rendu au peuple. [...] Le plan du comit est donc conforme aux anciens usages; il a pour but de nous ramener

PAGE 91

91 de tous tait ncessaire pour former la discipline. Il fallait que les rgles fussent aimes de tous pour tre exactement observes. Je conclus et je dis que les affaires de discipline extrieure sont de la comptence de la nation. (Buchez et Roux 31) constituante peuvent sparer: avec un soin religieux ce qui appartient au dogme, et c e qui lui est passions humaines ont si trangement altres. (Buchez et Roux 415) La discipline religieuse doit ainsi laisser intervenir les reprsentants de la Nation dans deux branches regarde la police e Le Couvent le cur fait immdiatement intervenir la justice civile en faisant entrer le commissaire dans comprenant pas cette nouvelle prrogative de ce reprsentant de la loi, elle lui ils encore Thtre politique un rle que trs secondai re, mais son rationalisme patriotique est implacable, il rpond Thtre politique II, 9). rgime, et en arrive m me les dsacraliser sur scne par le ridicule 15 Elle soulve 15 rclament la Rvolution plus de libert, Jean Franois de La Harpe crira lui mme le 24 aot 1790 une

PAGE 92

92 Almanach des spectacles : La pice est bi en crite, [...] il y a du mouvement, des tableaux, de la travesti en capucin; une abbesse citer chaque pas les piges de des tnbres bientt un acteur dire la messe et donner la communion sur la scne. Cette dris ion est on ne peut plus coupable; elle choque toutes les biensances l. (Blanc 138) Au del de la simple drision que semble, probablement tort, ressentir L'Almanach des spectacles problme de toutes ces jeunes filles victimes des couvents sous un angle social car le dbat que soulve la fois l'Assemble constituante et la dramaturge oppose une glise inutile des citoyens outrs de voir la populati on se laisser enfermer dans les clotres. La forte opposition entre ces deux entits se traduit par un conflit permanent entre leurs reprsentants respectifs: d'un ct, l'glise et ses religieux fanatiques, inutiles la socit, de l'autre, des citoyens honntes, combatifs, et solidaires. 3.4.2 L'Inutilit des Couvents Lorsqu'Olympe de Gouges crit c'est donc aussi l'utilit des clotres, dbattue la Constituante, qu'elle remet en cause, alors que deux mondes 16 ent dans sa pice. D'un ct, les institutions monacales (reprsentes par l'abbesse et le vicaire) rclament une indpendance totale vis vis de la Nation, refusant toute compromission avec la socit; d'un autre ct, le cur et le Chevalier demandent ce que la socit intervienne dans l'administration de ces 16 Dans son article sur le mlodrame d 'Olympe de Gouges, Antoine Court montre que les hros de la dramaturge sont souvent des personnages manichens, cartels entre la bonne nature et la loi cruelle. Antoine Court, (67 82).

PAGE 93

93 maisons religieuses et libre les jeunes filles. Mais pour l'abbesse comme pour le leur appel monacal. L'antagonisme perptuel qui oppose la socit religieuse et la socit civile dans la pice est permanent, et montre quel point les deux idologies semblent en pratique irrconciliables. travers son drame, Olympe de Gouges offre une vritable rflexion sur le statut de plus en plus controvers des couvents qui offre ces maisons de religieux une indpendance totale 17 et problmatique pour la nouvelle socit. Malgr l'affaiblissement du pouvoir monacal, les auteurs de la Rvolution hsitent encore ju ger trop ngativement ces institutions, l'image de Pierre Laujon qui prfre se justifier sur ses choix thmatiques dans sa pice Le Couvent, ou les fruits : avantage, de me prparer moi mme une dfense, contre les reproches auxquels Mon ouvrage est il favora ble ou nuisible aux Personnages employs peint des abus, ai compatissant; un zle actif sur tout ce qui intresse le bonheur de ses subordonnes; les vertus les plus essentielles enfin: je les ai opposes (Laujon 3 5) De son ct, Olympe de Gouges ne prend pas le parti de se ju stifier, au point de faire reprsenter sur scne des religieux frlant parfois le ridicule. Si elle n'hsite pas s'attaquer aux religieux les plus fanatiques, elle ne remet cependant pas en cause la foi qui peut animer certains religieux, mme si ses y eux l'Abbesse est une fanatique 17 Au fil de s sicles, le clerg s'enrichit et devient difficile contrler. Devant cette puissance accrue de l'glise, ds le seizime sicle, les rois de France tentent de freiner leur pouvoir. Le Concordat de 1516 donne ainsi le droit au roi de nommer lui mme les vques, alors qu'au dix septime sicle les nouveaux tablissements religieux doivent recevoir son autorisation par lettre de patente. Au dix huitime sicle, le pouvoir royal agrandit son champ d'action en fermant tous les clotres qu'il juge inutiles o u trop pauvres (Reynes 15).

PAGE 94

94 extrmiste voyant non seulement Satan chaque fois que des civils s'introduisent dans son couvent, mais se flagellant dans l'espoir d'tre protge de Dieu: ait fait voir par son exemple que nous n'tions pas l'abri de la tentation! Filles de Dieu, cette chute, aussi alarmante qu'inattendue, est un signe doutez pas; nous touchons la fin du mo nde. Que l'ange conservateur se rapproche de nous; cartons par de nouvelles prires de flau qui venez, et redoublons nos flagellations. ( grimace .) (III, 3) Pour l e cur rformiste de la pice, les clotres ne sont pas forcment bannir, tant qu'ils respectent les liberts individuelles offertes par la Rvolution et tant qu'ils soc Thtre politique I, 2). "Les devoirs de la socit" se conjuguent avec l'ide selon laquelle il faut tion: "Songez que le droit de se choisir librement une place dans la socit appartient, par la ( Thtre politique I, 2). Cette rplique du Cur reprend le point principal du rapport Treilhard: seuls les couvents "utiles" au peuple franais, tels que ceux qui dispensent un enseignement, ou encore ceux qui offrent des soins aux populations les plus pauvres, peuvent continuer exister: "Les maisons qui seront conserves comm e utiles aux sciences, l'ducation publique et au soulagement des malades, pourront seules er de leur sort. Si leur couvent n'est pas "utile" selon les termes du rapport Treilhard (puisqu'il n'est qu'un lieu de prire), pour ces deux religieux fanatiques, nostalgiques de l'Ancien

PAGE 95

95 rgime, nulle loi autre que celle de l'glise n'a droit de regard sur leur maison. L'intrusion de la socit civile dans l'administration des couvents leur parat tre une aberration difficile comprendre. Mais la dramaturge revient une fois encore dans son drame au rapport Treilhard selon lequel, l'image du commissai re de la pice, les officiers municipaux sont pour la premire fois dans l'histoire de France habilits entrer dans les couvents, afin d'interroger les clotrs sur leur volont d'y rester pour le restant de leur vie: Tous religieux qui auront fait des congrgation qu'ils puissent tre, dclareront, dans trois mois, du jour de la publication du prsent dcret, devant les officiers municipaux ou les juges royaux de leur domicile, s'ils dsirent cesser de vivre sous la rgle dans laquelle ils ont fait profession, ou s'ils dsirent d'y rester. (Aulard 59) Le commissaire du drame indique ainsi l'Abbesse que Julie doit prendre seule sa dcision, qu'elle devra officiellement lui communiquer ultrieurement: Non, Madame, s dernires volonts" ( Thtre politique III, 13). Mais les deux partis s'opposent avec vhmence: l'Abbesse veut garder une indpendance totale face la nouvelle Nation ; seul Dieu et les suprieurs du couvent peuvent dcider du sort de Julie. De son ct, le Cur encourage une qute du bonheur pour la jeune fille, et demande une intervention rigoureuse de l'tat l'intrieur du couvent. Julie doit ainsi pouvoir dcider si elle veut rester l'intrieur du clotre ou contribuer la socit et s'y rendre utile. Alors que la Constituante poursuit dans la ralit ses dbats autour de l'utilit des couvents, l'vque de Clermont 18 n'hsite pas 18 L'vque de Clermont, qui sera plus tard un des principaux opposants la Constitution civile du clerg, admet que certains couvents ont dgnr avec le temps. Cependant, il dnonce la forte vague d'insurrection et d'anarchie qui voudrait la fin de l'glise. Lui mme dput la Constituante, il s'oppose

PAGE 96

96 prendre la parole contre cett e intervention de l'tat, marquant ainsi les mmes frustrations que l'Abbesse dans la pice: pour lui, la loi des hommes ne peut prendre le pas sur celle de Dieu et des suprieurs des couvents. Si les clotrs doivent tre librs, ils ne le seront qu'avec l'accord de celui ou celle qui dirige la maison en question: "Je l'ai dj dit, je ne croirai jamais qu'il soit permis de les autoriser cette dmarche, que de concert avec la puissance spirituelle" (Aulard 75). Les deux systmes (la Nation contre les cl otres) semblent donc irrconciliables. Dans la pice, l'Abbesse, reprsentant la puissance spirituelle, affirme ainsi qu'elle reste la seule dcider du sort des clotres, comme c'est le cas pour la malheureuse Anglique, la mre de Julie: Ne craignez rien, Monsieur, Anglique est enferme et ne peut sortir sans mon ordre" ( Thtre politique III, 7). doit prendre le b on parti et non pas seulement de prendre parti Cependant, Olympe de Gouges sait vante ou discrdite tour t our le mme objet ( Thtre politique 157) ses productions thtrales. Dans son crit sur devant laquelle elle dclare: "Je suis reste immobile au milieu des orages et de mes principes: ( Thtre politique 157). Face la prodigieuse versatilit Le Couven t ou les elle dnonce clairement cette contradiction majeure qui touche la socit "utiles" la nation et ceux qui ne privilgient que la prire. De plus, si l'tat entend librer certains clotrs, cela ne devrait se faire que s'ils y sont autoriss par "la puissance spirituelle" du couvent (Aulard 75).

PAGE 97

97 (dont les prchent des lois particulires qui chappent par principe la Nation. En refusant de vivre dans le sicle, les clotrs s'alinent la patrie et perptuent un systme d'Ancien rgime qui, bas sur les privilges, ne prenait pas en compte d'autres critres comme ceux de l'utilit sociale. D'autres Les Rigueurs du clotre (1790), symbolisent ce systme irrconciliable entre socit et e amoureux de Lucile opposent ainsi la loi civile la loi monacale. Le Comte, reprsentant de la Nation (et lui mme officier municipal), affirme aux religieuses que "La loi [civile] vous rendroit e dans le mme temps, loix [religieuses] qui devient coupable,/ Est indigne de sa bont" (Five I, 5). Les jeunes filles de ces pices sont le plus souvent libres des clotres. Leur envie irrpressible de retrouver la libert non seulement les sauve d'un destin tragique, mais elles donnent aussi une leon de patriotisme aux religieux les plus fanatiques. Dans e soumettre la Nation, et travaillera dsormais avec le Cur patriote: "Cette scne touchante Thtre politique III, 14). Cette "s cne touchante" concerne le marquis et sa soudaine prise de conscience de la profonde enfermant toutes les deux dans le clotre. En leur demandant pardon, il espre inspirer

PAGE 98

98 une telle sincrit aux fanatiques du couvent, l'Abbesse semblant en effet sensible son repentir. Olympe de Gouges veut d'ailleurs inspirer un peu de sensibilit sur certains sujets La ncessit du divo rce afin, cette fois, de prendre la dfense des couples maris qui ne trouveraient plus de la ncessit de lgifrer pour lui rendre sa libert individuelle, ne ces se de la proccuper. Voulant tout prix faire entendre son appel plus de rformes, elle sait politiques sur ces problmes. Mais travers les personnages de ses pices, d ont elle fait ses porte parole, elle dfie ce dfaut de reprsentation politique que voudrait lui imposer sa socit, une socit qu'il faut guider, et non pas forcment laquelle il faut imposer une contre structure brutale. Le Couvent a ainsi pu mettre quel que soit leur sexe ou leur condition, est une priorit, et ne saur ait arrter cette les tribuns de France que, crits politiques 161). Malheureusement, le combat fministe de la dramatu rge se verra arrt aprs sa

PAGE 99

99 mort, lorsque Robespierre mettra fin, ds 1793, aux clubs de femmes, les privant la fois de reprsentation politique et du droit de manifestation (Devance 366). 3.5 Observations Finales Ce chapitre a montr combien la refont e du thtre rvolutionnaire a pu permettre aux dramaturges comme Olympe de Gouges d'aborder des sujets plus politiques et d'influer sur le public. Le thtre est alors peru comme un lieu d'ducation du Tiers tat qui imposera une doxa contre structurelle importante. aura ainsi rvl le combat fministe d'Olympe de Gouges qui s'axe autour d'une pratique fministe appelant rformer le statut social et politique de la femme, voulant par ailleurs pousser la Rvolution incorp orer plus globalement ce combat la rgnration de la nation qu'elle contemple. La fministe inscrit ainsi son combat dans la ligne rvolutionnaire, mme si elle tente de l'largir. En s'inspirant directement des dbats parlementaires auxquels elle ass iste, Olympe de Gouges confirme par ailleurs la structure gnrique qu'adopte l'crit radical de la Rvolution: elle utilise le Rel politique et social pour affecter les mentalits du public, tout comme elle utilisera la Rvolution pour tenter de faire av ancer les droits de la femme. Cette dernire doit, aux yeux d'Olympe de Gouges, tre considre comme une "femme sociale" et non plus comme un simple "sexe faible". Le parallle constant entre les points du rapport Treilhard sur l'inutilit des couvents, m ais aussi l'inclusion permanente des paroles qu'elle a pu entendre lors des dbats la Constituante, montrent bien le rle historique et politique que prendra la littrature radicale d'Olympe de Gouges: fervente patriote, elle mettra en avant dans Le Couv sa totale adhsion aux dogmes rvolutionnaires.

PAGE 100

100 L'intrt du rside ainsi dans sa force militante travers la mise en texte de la contre structure rvolutionnaire, inspire du Rel politique. Alors qu'une pice pr rvolutionnaire similaire celle d'Olympe de Gouges, Mlanie de la Harpe (1770), mettait en avant en son temps un humanisme moraliste, Le montre remarquablement l'volution politique qui touche le problme des femmes dans les couvents et dans la socit en gnral, Olympe de Gouges demandant, outre cet humanisme qui va de soi, leur libert civile. Mais parce qu'en tant que femme elle ne pourra pas unir sa voix celles des dputs de la Constituante, elle utilisera u n personnage issu de cette Assemble, l'abb Gouttes, qui, travers les traits du c ur se fera le vritable porte parole de la dramaturge. D'objet politique passif, la fministe militante Olympe de Gouges passera donc l'tat d'objet politique actif, pa r le biais de la fiction. Le subterfuge qu'elle utilise, travers son personnage du cur, lui permet alors de s'affirmer en tant que femme politique, tout en vitant la polmique; aprs tout, la contre structure qu'elle propose est la mme que celle des d puts de l'Assemble constituante et de l'abb Gouttes. L'harmonisation de son combat politique dans ne rencontrera cependant pas le mme cho dans une autre de ses pices, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (1788). C polmique; cette fois ci, Olympe de Gouges ne respectera pas les codes de la littrature radicale de la Rvolution, faute grave qui la mnera malheureusement l'chafaud.

PAGE 101

101 CHAPTER 4 ZAMORE ET MIRZA OU L'ESCLAVAGE DES NOIRS D'OLYMPE DE GOUGES Si la contre structure du s'inscrit directement dans les dbats politiques et sociaux tels qu'exposs par la Rvolution, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs d'abord crit en 1785 sous le titre de Zamore et Mirza puis modifi en 1788 pour tre enfin prsent sur scne ds 1789, cette fois accompagn d'un titre plus dtaill, "l'esclavage des Noirs", sera au contraire en discordance avec la contre structure rvolutionnaire et poser a ainsi l'exemple d'une littrature radicale en dsaccord dogmatique, crant une polmique sans prcdent au centre de laquelle se retrouvera un public mdus. Le sujet mme de la pice, l'histoire de deux esclaves qui se retrouvent obligs de fuir sur une le dserte aprs avoir tu un contrematre blanc abusif, n'aurait pas choqu le public si deux Franais, sauvs de la drive par ces deux mmes esclaves, n'avaient pas engag toutes leurs forces pour obtenir la grce du gouverneur, qui finira d'ailleurs par leur proposer la libert et le mariage au nom d'un humanisme sans partage. Alors que la dramaturge ose prsenter un tel dnouement aux spectateurs, Brissot et sa Socit des Amis des Noirs cre le 19 fvrier 1788, s'attire dj les rprobations de no mbre de colons, les membres de cette organisation reprenant le discours dj prn par les Lumires selon lequel l'esclavagisme devrait tre considr comme un acte criminel. La Socit refuse ainsi de sparer les races, et prne l'galit naturelle des ho mmes, ainsi que la bienveillance envers les esclaves. Olivier Blanc note dans sa biographie sur Olympe de Gouges, que les colons, agacs par la Socit des Amis des

PAGE 102

102 Noirs (dont la dramaturge fera partie), creront en rponse ces attaques leur propre club et y tiendront des runions (Blanc 90). Mais lorsque Olympe de Gouges crit Zamore et Mirza en 1785, la socit de Brissot n'est pas encore cre, et les opposants franais l'esclavagisme se font encore rares. D'ailleurs, de lgres modifications auron t lieu entre les deux versions de 1785 et 1788, avec d'une part le titre, qui sera beaucoup plus explicite en prcisant l'objet principal de cette pice, l'esclavage des Noirs (remplaant dans le texte les esclaves indiens par des esclaves noirs), et d'aut re part, certains personnages secondaires seront retranchs dans la deuxime version (dont le bb des deux Franais, et leur fidle esclave Felicio), alors que Coraline, esclave pourvue d'idaux et d'envie de libert, fera son entre dans cette mme versi on. La prsence de Coraline dans la version de 1788, est reprsentative du combat fministe d'Olympe de Gouges, travers le destin troubl de ces esclaves. En effet, en montrant au spectateur des esclaves pourvus d'ducation, de savoir, et de conscience politique, comme c'est le cas pour les deux femmes Coraline et Mirza, Olympe de Gouges compte bien dmontrer l'troite corrlation avec la situation des femmes franaises. Car aprs tout, si des esclaves, supposment infrieurs leurs matres blancs, arri vent dmontrer leurs talents intellectuels et politiques, nul ne peut douter que ces qualits sont dans l'essence mme de l'homme, qui se doit dsormais de rclamer les mmes idaux que leurs matres, idaux qui ne peuvent tre exclusifs aux blancs, et e ncore moins au seul sexe masculin. Cette question de l'universalit des droits et des idaux se pose en effet la socit rvolutionnaire, notamment depuis la rdaction de sa Dclaration des droits de

PAGE 103

103 l'homme et du citoyen (1789), car, outre les esclaves elle semble avoir omis une catgorie importante de la population: les femmes. Condorcet, dans son essai Sur L'admission des femmes au droit de la cit du 3 juillet 1790, relve en effet l'incohrence rvolutionnaire qui, au lieu de librer le genre humai n (et donc la fois les hommes et les femmes), n'aurait libr qu'une moiti mle: "tous n'ont ils pas viol le principe de l'galit des droits communs en privant tranquillement la moiti du genre humain de celui de concourir la formation des lois?" (B uchez 164) C'est ce "genre humain" dont parle Condorcet, et qu'Olympe de Gouges a voulu traiter dans Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs qui va poser problme la socit rvolutionnaire. En bousculant les codes sociaux et politiques relatifs aux esc laves, la dramaturge tente un tour de force qu'elle finira par perdre, sa pice n'tant qu'un chec qui contribuera l'amener l'chafaud. Comment a t elle pu ce point troubler la fois son public et les rvolutionnaires pour ne trouver la fin que l a mort? quel point la contre structure d'Olympe de Gouges s'oppose t elle une rvolution qui, par dfinition, se propose de bouleverser l'ordre, et de librer les opprims? Ce chapitre examinera en profondeur le parasitisme dont souffre Olympe de Gouge s (au sens o la socit la considre comme un lment externe qui n'appartient pas son corps traditionnel), depuis sa naissance jusqu' sa mort, car il semble bien tre l'origine de toute cette haine dchane contre elle. Nous voquerons d'abord le p arasitisme originaire d'Olympe de Gouges par rapport sa socit, travers ses origines familiales et occitanes, son sexe, mais aussi ses confrontations avec le monde littraire. Il est important ici de noter que ce parasitisme se fera toujours ressentir par rapport non pas aux valeurs de la France, mais par rapport aux valeurs parisiennes. En

PAGE 104

104 effet, Olympe de Gouges est une dplace, venant d'une petite ville du sud de la France, elle sera sans cesse juge par Paris sur cette origine occitane peu "appti ssante". Dans un second temps, nous analyserons la stratgie smantique dploye par Olympe de Gouges dans sa pice, stratgie qui sera fondamentalement associes aux esclaves, e t de la rupture du pacte de fiction que la dramaturge provoquera malgr elle. 4.2 Le Parasitisme Contre structurel d'Olympe de Gouges 4.2.1 La Paratopie Gougienne Olympe de Gouges a toujours diffus une idologie particulire. Son horizon social lui fait p rivilgier un combat fministe et lui impose presque naturellement les diffrents sujets de ses crits. Parce que sa vie a t jonche d'preuves dues d'abord sa naissance (fille naturelle d'un grand pote), mais aussi au fait qu'elle est femme occitane, c'est cette prise de conscience des difficults qu'elle a pu rencontrer qui lui impose presque inconsciemment une expression parfois brutale de la ralit socio politique. Pour amliorer la condition fminine, Olympe de Gouges s'inspire donc de son parco urs chaotique et s'adresse la fois aux hommes, mais aussi et surtout aux femmes, encore prisonnires d'une socit injuste. Cette orientation communautariste de la dramaturge correspond ce que Bakhtine identifie comme une "orientation sociale du vcu m ental" (Bakhtine 125) qui lie la prise de conscience idologique propre l'individu son auditoire vis. Ce parallle entre "activit mentale du moi et activit prise de co nscience des problmes que pose Olympe de Gouges dans ses crits, et

PAGE 105

105 notamment dans ses pices de thtre, une des formes littraires les plus proches du public citoyen de la Rvolution puisque ce genre est volontiers qualifi d'"cole des citoyens" comme le rappelle Marie Laure Netter dans son article sur les nouvelles valeurs du thtre (Garbagnati et Gilli 27). Souvent accus, tort, de privilgier la propagande aux dpends de la qualit littraire, le texte engag de la priode rvolutionnaire met ain si en avant une Olympe de Gouges dont l'engagement social l'engage crer son propre style, travers la transgression des codes sociaux et littraires de son poque. Parfois qualifie par ses adversaires de femme homme" e rle traditionnel d'crire La Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Pour revenir sur le parcours personnel d'Olympe de Gouges et comprendre comment ses crits thtraux ou pamphltaires ont pu proposer une contre structure propre la dramaturge, il faut repartir dans son enfance. leve dans le sud de la France, Montauban, Olympe de Gouges (de son vrai nom Marie Gouze) se retrouve trs tt confro nte la triste ralit que lui impose sa condition de femme, alors qu'elle elle n apprcie gure, Louis Yves Aubry. Se sentant rapidement esclave de ce mariage, elle explique dans son Mmoire de Madame de Valmont: (Gouges 1995, 30). Mais le destin affranchit trs vi te la jeune femme lorsque Aubry meurt subitement; enfin libre, elle changera son nom en Olympe de Gouges, et refusera toute sa vie de se remarier.

PAGE 106

106 Femme indpendante, elle se consacre presque exclusivement l'criture, et notamment au thtre. Lorsqu'en 1789 elle fait reprsenter son drame, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs qu'elle avait crit quatre ans plus tt, en 1785, elle y ajoute un court pamphlet, Rflexions sur les hommes Ngres (1788), dans lequel elle dnonce l'esclavage: L'homme partou et en quoi les Blancs diffrent ils de cette espce [des esclaves]? C'est tous les animaux que la Nature a produits, ainsi que les plantes et les Si Olympe de Gouges conoit que la Nature a donn l'Homme diffrentes couleurs de peau, elle dnonce en revanche la justice des hommes qui aurait cr un sy stme de discrimination entre eux pour mener inexorablement l'esclavage des Noirs. La position abolitionniste d'Olympe de Gouges est l'poque connue de tous, et d'autant plus raffirme puisqu'elle fera partie plus tard de la Socit des Amis des Noirs de Brissot. Considre comme marginale de par son engagement humaniste en faveur des esclaves, Olympe de Gouges soulve les peurs et la colre des colons franais prsents Paris, car il semble qu'elle pousse trop loin la contre structure initie par la pr rvolution et poursuivie par la Rvolution. Ces colons veulent tout prix viter que le sujet de l'esclavage ne devienne une affaire publique, et font rapidement pression sur la Comdie Franaise (avec l'aide de certains acteurs) pour empcher la repr sentation du drame 1 Olympe de Gouge saisit alors le tribunal et peut enfin faire reprsenter sa pice le 28 dcembre 1789. Mais les problmes s'accumulent pour l'auteur de Zamore 1 Dans sa biographie sur Olympe de Gouges, Olivier Blanc revient sur les multiples difficults qu'a connu la dramaturge pour arriver faire reprsenter Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (88 103)

PAGE 107

107 et Mirza Elle continue recevoir de multiples menaces de mort de la part des colons, menaces qu'elle a du mal comprendre: Au moment o je vais tre joue, j'apprends qu'il se forme contre ma pice un parti redoutable. Les correspondants franais de nos colonies, alarms du titre de L'Esclavage des Ngres, sment, dit on, l'a larme, dans la crainte que ma pice ne prche l'insurrection et ne dispose les esprits la rvolte. Je n'ai point dvelopp dans mon drame des principes incendiaires propres armer la France contre les colonies! (Blanc 96) Ce sont bien ces correspondants franais des colonies (les colons) qui sment le trouble dans le thtre: lors de la premire reprsentation le lundi 28 dcembre 1789, de nombreuses voix s'lvent dans la salle: "On citera peu de reprsentations aussi orageuses que celle de ce drame Vingt fois, les clameurs opposes de deux partis dont l'un tait protecteur, l'autre perscuteur ont pens l'interrompre. Avant le lever du rideau, le trouble tait dj dans la salle" (Blanc 97). Au del de l'intrigue, ce sont certaines nouveauts rela tives la notion de contre structure qui posent problme aux spectateurs colons: les deux esclaves dveloppent tout au long du drame un sens politique, une conscience raciale, et une rflexion importante sur la soumission de l'Homme. Ce discours humaniste expos aux yeux de tous par Olympe de Gouges, devient aux yeux de ses plus farouches opposants un vritable discours constituant 2 problmatique qui se place "en surplomb de tout autre" (Maingueneau 48) Les qualits humaines qu'Olympe de Gouges attribue a ux deux esclaves du drame, ainsi que leur qute d'une socit plus juste, veulent absolument s'ajouter aux valeurs contre structurelles de la socit franaise et de ses colons qui 2 Dominique Maingueneau rapproche le discours constituant l'archion : "Li l' arch "source", "principe", et partir de l "commandement", "pouvoir", l' ar chion c'est le sige de l'autorit, un palais fondation dans et par le discours, la dtermination d'un lieu associ un corps d'nonciateurs consacrs et une la boration de la mmoire (47).

PAGE 108

108 vivent de l'esclavage et militent contre les mouvements abolitionnistes. Da ns quelles mesures ce discours constituant du drame a pu choquer les spectateurs, et notamment les colons? Les idaux abolitionnistes d'Olympe de Gouges cadrent mal avec la socit franaise, dont les bnfices sur la traite des esclaves ne cessent de prog resser. En faisant malgr tout reprsenter sa pice, la dramaturge s'aline une socit qui n'est pas prte voir des esclaves ainsi reprsents. Mais Olympe de Gouges a de tout temps entretenu une relation problmatique avec sa socit: ne d'un adultr e, femme crivain, fministe l'engagement politique fort, sa vie n'est qu'une suite de combats qu'elle mne contre une socit trop patriarcale et ingalitaire. Toute sa vie s'inscrit dans une paratopie qui se rvle tre la condition mme de sa cration littraire et humaniste. Maingueneau dfinit cette paratopie des crivains comme une ngociation constante entre un lieu et un non lieu, entre l'appartenance et la non appartenance, l'impossible inclusion dans une "topie". Qu'elle prenne le visage de cel ui qui n'est pas sa place l o il est, de celui qui va de place en place sans vouloir se fixer, de celui qui ne trouve pas de place, la paratopie carte d'un groupe (paratopie d'identit), d'un lieu (paratopie spatiale) ou d'un moment (paratopie tempore lle). (86) La paratopie profonde d'Olympe de Gouges dans la ralit est la source de la polmique sur sa pice. La dramaturge semble d'ailleurs transfrer sa propre paratopie ses personnages, pour l'intgrer dans son combat humaniste. Cette paratopie d e l'auteur est maximale, tant elle touche tous les aspects de sa vie. Mais c'est certainement la paratopie d'identit 3 qui est la plus forte chez elle. Ne d'un adultre, elle n'aura de cesse de rechercher son pre biologique, pote clbre du dix huitime sicle, travers la littrature, leur seule passion commune. Enfant btarde, elle cre 3 Celle des dviants de l'arbre gnalogique (enfants btards, abandonns etc.).

PAGE 109

109 ainsi certaines de ses hrones sur le mme schma: dans forcs (1790), la jeune Julie, ne d'une relation en dehors du mariage, se retrouve enf erme dans un couvent par son oncle; dans Zamore et Mirza Sophie, ne aussi d'une relation hors mariage, entreprend un long voyage en mer pour tenter de retrouver son pre biologique qu'elle n'a pas vraiment connu. L'instabilit identitaire d'Olympe de G ouge provient de la transgression de son arbre gnalogique, et est la base mme de l'autolgitimisation gougienne: c'est parce qu'elle sait qu'elle est biologiquement la fille d'un grand pote (Jean Jacques Le Franc de Pompignan) que symboliquement elle cre sa filiation travers l'unique objet qu'ils ont en commun: la littrature. D'ailleurs, elle n'hsite pas dans ses prfaces rapporter son talent littraire celui de son pre, talent dont elle aurait naturellement hrit: "Tout ce qui sort de mon faible gnie, doit tre considr comme un fruit que la nature a pris soin de cultiver" ( crits politiques 91). Malgr ces origines intellectuelles dont elle se rclame, critiques et crivains n'auront de cesse de l'attaquer. Beaumarchais, un de ses princi paux opposants, dissminera certaines rumeurs sur elle, afin de la discrditer et de l'empcher de lui livrer une comptition trop importante. Beaumarchais dira ainsi d'Olympe de Gouges qu'elle est illettre, et qu'elle n'crit pas elle mme ses pices (Di amond 7). Diamond note d'ailleurs que cette marginalisation symbolique la forcera se justifier d'une faon hyperbolique (7) et exploiter ses faiblesses pour provoquer l'establishment culturel (8). Outre sa paratopie littraire et familiale, c'est auss i la paratopie sexuelle qui mort, le procureur Chaumette l'accuse d'tre une "femme homme" qui s'intresse trop

PAGE 110

110 la politique, alors que, pense t il, son rle serait plut t d'tre aux fourneaux, et de s'occuper de sa famille. Mais elle choisit un tout autre destin: elle transgresse les codes moraux assigns son sexe, jeune veuve elle refusera toute sa vie de se remarier, et lvera seule son fils. Olympe de Gouges refus e farouchement les valeurs traditionnelles de sa socit. Elle impose ainsi une image d'altrit 4 une socit parisienne qui la cotoie tout en se moquant d'elle. Elle se cre ainsi de nombreux dtracteurs. Qu'ils soient hommes politiques, critiques litt raires ou comdiens, beaucoup se liguent contre elle lorsqu'elle fait jouer Zamore et Mirza l'image du clbre comdien Fleury, qui se moque ouvertement d'elle dans ses mmoires: mais comment faire entendre raison un auteur, un auteur femme, un auteur Gascon?" (Fleury 93). cette poque, ce genre de commentaires contre une femme dramaturge est trs rpandu; elles ne sont pas encore reconnues par les grands thtres comme la Comdie Franaise, qui, depuis sa cration, n'a gure reprsent que 77 pices crites par des femmes sur un total de 2 627 (Verdier 194). Mais dans sa moquerie, Fleury reproche aussi Olympe de Gouges ses racines occitanes qui la rendent "exotique" aux yeux de certains, au point d'tre accuse de se faire crire ses pices, ou au mieux, de matriser mal la langue de Molire. Cette altrit gographique et linguistique est, de l'aveu mme de la dramaturge, la base de sa cration littraire; si on lui reproche son style, elle se concentrera donc sur le sujet de ses drames plu tt que sur leur littrarit: Je crois, sans m'abuser sur mon compte, que le plus grand reproche que l'on peut me faire, est de savoir pas l'art d'crire avec lgance que l'on exige aujourd'hui. 4 Pour Maingueneau, la paratopie implique trois types de relations avec la socit: elle peut tre antagoniste, d'altrit ou tolre (86).

PAGE 111

111 Si je croyais cependant qu'en adoptant la manire des a utres, je pusse gter le naturel qui m'inspire des sujets neufs, je renoncerais ce qui pourrait m'tre le plus indispensable. Peut tre me pardonnera t on, en faveur de la nouveaut, ces fautes de style, ces phrases plus sensibles qu'lgantes, et enfin tout ce qui respire la vrit. (Thtre politique II 41) Cette "nouveaut" chre Olympe de Gouges est symptomatique de sa propre paratopie. C'est parce qu'elle ne trouve pas sa place dans une socit injuste et trop atteinte par les prjugs, qu'elle cr it et rve un monde meilleur et plus humaniste. Comme le souligne Maingueneau, c'est cette paratopie propre l'crivain qui devient paratopie cratrice: (aux deux sens de la locution) et il doit construire le territoire d nourrit sa cration du caractre radicalement problmatique de sa propre appartenance au champ littraire et la socit, une impossible en Le parasitisme propre Olympe de Gouges nourrit ses crits contre structurels de son instabilit identitaire, notamment dans son combat fministe (sa Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne e la plus importante). Que ce soit dans ses pamphlets ou dans ses drames, elle n'hsite pas imaginer d'autres idaux la placent dans une "topie impossible" (pour repre ndre les termes de Maingueneau) qui mettrait les femmes galit avec les hommes, et qui ne connatrait plus l'esclavage. Olympe de Gouges se bat pour un humanisme qu'elle sent si proche d'elle, et qui est pourtant impossible au regard de sa socit; elle n'a d'autres moyens de le faire exister dans ses crits travers des personnages qui sont eux mmes fortement paratopiques.

PAGE 112

112 4.2.2 Une Thmatique Gnante C'est ainsi que dans Zamore et Mirza tous les protagonistes sont paratopiques: esclaves, matre, go puisqu'ils vivent loin de la socit franaise, sur une le. Pour Maingueneau, l'le est en effet le lieu paratopique par excellence, elle "matrialise en effet l'cart constitutif de l'auteur p La localisation gographique de cette le reste tellement imprcise, que certains critiques souponnent Olympe de Gouges d'avoir une connaissance assez limite de la gographi e (Miller 124). Cependant, dans le contexte paratopique du drame, l'le n'est pas un lment spatial de type rfrentiel: au contraire, elle ne sert qu' brouiller la perception du spectateur. Loin de vouloir donner un quelconque aspect raliste quant sa localisation, l'le est le symbole mme de la paratopie d'Olympe de Gouges qui tire le spectateur vers un abandon, vers un lieu exotique la fois sauvage et isol, qui sert de prtexte un autre monde possible: Le thtre reprsente le rivage d'une l e dserte, borde et environne de rochers escarps, travers lesquels on aperoit la pleine mer dans le lointain. Sur un des cts, en avant, est l'ouverture d'une cabane entoure d'arbres fruitiers du climat; l'autre ct est rempli par l'entre d'une f ort qui parat impntrable. ( Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs I, 1) C'est travers la paratopie symbolique de l'le qu'Olympe de Gouges tisse le portrait humaniste des deux esclaves, Zamore et Mirza. Tous deux se retrouvent, au dbut du drame, d ans une double paratopie spatiale: ils ont fui l'le de leur matre (premier embrayeur paratopique) pour se rfugier sur une le dserte (deuxime embrayeur paratopique). Ce double isolement leur permet de se sparer des prjugs de leur socit et de rfl chir ainsi leur situation d'esclaves. Cependant, quelques jours plus

PAGE 113

113 tard, ils sauvent de la noyade deux Franais, Valre et Sophie, et gagnent ainsi leur amiti; le couple va alors vouloir tout tenter pour obtenir la grce des deux esclaves. Il n'y a pas de doute dans le fait que l'le sert de prtexte Olympe de Gouges pour faire un lien direct entre l'universalit des droits humains et la nature. En effet, alors que la Dclaration des droits de l'homme et bien d'autres textes de la Rvolution octro ient les droits politiques et lgaux aux hommes, les femmes ne sont pas considres comme les gales de l'homme; Olympe de Gouges s'opposera cet tat de fait en rappelant sans cesse que l'galit doit tre naturelle aux deux sexes puisqu'ils appartiennen t tous deux au genre humain. Elle crira d'ailleurs sa propre Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791 pour ragir cette version trop masculine des droits humains. Dans son article sur le mot "citoyenne", Godineau commente ce problm e de la Dclaration et rappelle l'ide premire du dput Guyomar qui considre que ce document met bien en avant l' Homme, qui, en latin, signifie homo "soit individu de l'espce humaine, homme ou femme" (Godineau 102). Or, comme le rappelle Diamond, Oly mpe de Gouges fera sans cesse l'amalgame entre le statut et l'oppression des femmes et des noirs, du genre et de la race (Diamond 16). L'le, espace naturel par excellence, lui permettra ainsi, par son loignement gographique de la mtropole, de traiter d es droits naturels des hommes, de tous les hommes, loin des prjugs de la socit laquelle elle appartient. Par ailleurs, l'criture mme d'une pice sur l'esclavage est un acte risqu dans sa socit, le contexte culturel et politique n'tant pas prop ice aux ides d'abolition. Dans son article L'esclavage sur la scne rvolutionnaire (1993), Jean Claude Halpern ne recense d'ailleurs que huit pices de thtre entre 1789 et 1799 qui traiteraient

PAGE 114

114 directement du problme de l'esclavage, les autres ne fais ant que de simples allusions (Halpern 409): L'esclavage des Noirs, ou l'heureux Naufrage (1789) d'Olympe de Gouges Le Ngre aubergiste (1793) de Guillemain La Libert des ngres (1794) de Gassier Abuzar, ou la famille extravagante (1795) de Radet, Barr, D esfontaines Les Africains, ou le triomphe de l'humanit (an III) de Larivallire Le Blanc et le Noir (an IV) de Pigault Lebrun Adonis ou le bon Ngre (an VI) de Braud et Rosny Si peu de pices sur l'esclavage sont portes sur la scne, Olympe de Gouges es t la seule femme crivain oser traiter du sujet, et encore plus offrir de vritables valeurs humanistes ces esclaves de fiction. Est ce l la raison principale pour laquelle elle est la seule se faire attaquer par les critiques, les autres dramatur ges, et le public? Dans son article, Halpern considre qu'une premire raison ce divorce entre la dramaturge et ses spectateurs serait due au traitement "irnique" de ses personnages en ce qui concerne notamment la servitude (Halpern 411). Halpern note p ar ailleurs que la plupart des autres pices prsentes ci dessus respectent les codes culturels, faisant parler par exemple les esclaves en "petit ngre", ou en tenant une distance certaine entre l'homme blanc et l'homme noir, ce qui n'est pas le cas du d rame d'Olympe de Gouges. 4.3 Le Parasitisme Smantique 4.3.1 Le Glissement Smantique dans Zamore et Mirza ou l'Esclavage des Noirs Pour comprendre le parasitisme smantique de Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs il faut d'abord s'arrter sur l'obj et mme du drame: le droit de deux esclaves une grce aprs le meurtre d'un contrematre blanc. En termes smiotiques, c'est

PAGE 115

115 cette relation entre le Sujet (Zamore et Mirza) et l'Objet (la grce) qui engendre certainement le plus de rprobations: pour les spectateurs colons, si un esclave tue un blanc, il doit tre puni de mort. cette poque, l'esclave est encore vu comme une proprit qui n'a pas les mmes droits qu'un blanc. La contre structure entre esclaves et matre n'existe pas. Le couplage notionn el entre "esclave assassin" et "droit une grce" n'a ainsi aucune pertinence. Or, dans cet univers paratopique dans lequel voluent Zamore et Mirza depuis dj quelques jours, les rgles qui font la socit n'ont plus de ralit, au point que leur qute va rapidement leur sembler opportune. (S 1 1 O) Le Sujet S 1 (Zamore et Mirza) cherche la grce du gouverneur, qui est l'Objet de sa qute (O). Au dpart, S 1 est en relation de disjonction 5 avec l'objet (S 1 V O), refltant ce qui se passerait dan s le monde rel (rejet de la grce et condamnation des esclaves); seul le dnouement du drame amnera S 1 en conjonction avec l'objet (S 1 O). La relation (S 1 1 O) oppose ainsi deux ralits, l'une envisageable dans le monde rel, et l'autre env isageable seulement dans la fiction: (S 1 1 O) Ralit Fiction Cette sparation entre ralit et fiction engendre une opposition entre les colons de la fiction et les esclaves: les colons veulent une disjonction entre Sujet et Objet (S 1 V O), alors que les esclaves veulent au contraire une jonction avec l'objet (S 1 O). Le drame se divise ainsi en deux parcours narratifs distincts qui poseront de graves probl mes au public, Olympe de Gouges confrontant dans le m me temps deux objets 5 Toute relation sujet/objet inclut une relation jonctive ou disjonctive. Le sujet est soit en possession de l'Objet (jonction) "S V O" soit il ne l'est pas (disjonction) "S V O".

PAGE 116

116 avec lesquels deux sujets diff rents vont rapidement se trouver en conflit. En effet, si d'un ct la dramaturge propose que S 1 doit tout faire pour obtenir son Objet (la grce), l'Anti sujet (les colons) va quant st dire l'excution des deux esclaves, ce qui implique donc ncessairement l'chec de S 1 face sujet : Figure 4 1 Parcours des personnages Zamore et Mirza sont la fois Sujet et Objet. Ce double rle est un des points cls de la controverse qu'engend re la pice. En effet, puisque les deux esclaves russissent leur qute, ils impliquent l'chec de celle des colons dans la fiction, et marquent une contre structure contre ces derniers. Or, dans la ralit, les spectateurs colons voient leurs alter ego c houer dans la pice, seule la perspective des esclaves trouvant une rsolution satisfaisante. Olympe de Gouges oppose donc deux forces antagonistes et deux perspectives dans la fiction qui trouvent une ralit parallle travers les spectateurs: les colon s spectateurs s'identifient aux colons de la fiction (S A ), et s'opposent de fait la qute des esclaves de la fiction (S B ). la fin de la reprsentation, ce sont les spectateurs colons qui, par identification aux colons de la fiction, voient leur perspe ctive dgrade 6 : 6 J'emprunte ici un schma smiotique de Nicole Everaert Desmedt (65).

PAGE 117

117 Figure 4 2 Perspective des colons Lorsque Zamore et Mirza (S B ) s'emparent de l'Objet (la grce), la perspective des spectateurs colons (S A ) se voit dgrade non seulement dans la fiction, mais aussi dans la ralit: les personnages fictifs (deu x esclaves capables de rflexion et dsirant la libert) trouvent assez de vrit chez les spectateurs colons pour inquiter leur propre perspective. Ainsi, au lieu de reconnatre le drame comme un monde possible mais seulement ancr dans la fiction ( Sosei n ) 7 les spectateurs colons valident en quelque sorte une existence pseudo raliste de ces esclaves ( Sein ) et rejettent ainsi le pacte de fiction propos par Olympe de Gouges tel que 8 : I) Axiome de non existence: a) Zamore et Mirza n'existent pas et n'ont jam ais exist; ils sont irrels, simplement fictifs II) Indpendance modre du Sosein (l'tre tel) du Sein (l'tre): a) (b) Malgr leur non existence, ils sont deux tres humains b) (c) Ils sont esclaves c) (d) Ils vivent sur une le, colonie franaise d) (e) Ils dsirent la libert e) (f) Ils savent raisonner 7 Selon la tho rie de Meinong, tous les objets intentionnels ont une nature, un caractre qu'il nomme "Sosein" (l'tre tel), sans qu'ils soient pour autant ontologiques, contrairement au "Sein" qui affirme l'existence ontologique l'tre d'un objet (Dale 9). 8 J'emprun te le schma John Woods (30).

PAGE 118

118 f) (g) Ils ont des opinions politiques g) (h) Ils ont une conscience raciale h) Etc. Dans la thorie de Meinong, le Sosein reprsente l'objet avec ses proprits intrinsques, alors que le Sein dsigne quant lui l'existence p hysique de cet objet. Mais pour Meinong, le Sosein d'un objet peut tre envisageable sans que celui ci n'existe vraiment dans la ralit, comme il l'explique dans un de ses travaux: If one judges that a perpetual motion machine does not exist, then it is clear that the object whose existence he is denying must have certain properties and indeed certain characteristic properties. Otherwise the judgement that the object does not exist would have neither sense nor justification. (Chisholm 250) Olympe de Gouge s ne propose, premire vue, que le Sosein d'esclaves humanistes. Dans le drame, elle ne fait que changer les proprits ( Sosein ) qui caractrisent les esclaves dans la ralit, en modifiant les codes qui leur sont associs. Zamore et Mirza deviennent ain si intelligents, capables de rflexion, et ont une envie de libert grandissante, et ce, ds la premire scne du drame: ZAMORE. Peut tre avant peu notre sort va changer. Une morale douce et consolante a fait tomber en Europe le voile de l'erreur. Les hom mes clairs jettent sur nous des regards attendris; nous leur devrons le retour de cette prcieuse libert, le premier trsor de l'homme, et dont des ravisseurs cruels nous ont privs depuis si longtemps. (I,1) Ainsi, au moment o le spectateur colon assi ste la reprsentation 9 son encyclopdie personnelle (son idologie personnelle influence par sa socit) est ce moment l 9 Dans sa biographie sur Olympe de Gouges, Olivier Blanc souligne en effet que c'est la forte pression des spectateurs colons qui ruinera les chances de reprsentation de sa pice: les colons menaant d'annuler leur quarantai ne de loges u'ils louaient l'anne la Comdie Franaise (Blanc 100).

PAGE 119

119 constitue d' un certain nombre de proprits ncessaires et accidentelles 10 en ce qui concerne la valeur "esclave": Figure 4 3 Encyc lopdie personnelle des colons Dans la fiction d'Olympe de Gouges, le Sosein des esclaves change, les proprits accidentelles les caractrisant devenant des proprits ncessaires. En effet, la fois les Franais, travers Sophie ou encore le gouverneur et les esclaves, reconnaissent dans leurs discours qu'il n'y a qu'une seule humanit, et que seules des politiques injustes plongent certains hommes dans l'esclavage, et non pas leur nature supposment diffrente de celle des blancs: SOPHIE. Quel affreux prjug! La nature ne les a point fait esclaves; ils sont hommes comme vous. ZAMORE. Ah! madame, cessez de le prier; son me est endurcie et ne M. DE SAINT heureux; tout citoyen est libre sous un bon matre, et dans ce pays d'esclaves il faut tre barbare malgr soi. Et, comment puis je m'empcher de me livrer ces rflexions, quand la voix de l'humanit 10 J'labore ici une reprsentation smantique telle qu'imagine par Umberto Eco (225). Les proprits ncessaires correspondent l'essence de l'objet en question, les proprits acci dentelles tant secondaires.

PAGE 120

120 malheu reux"? Je sais que mon opinion doit vous dplaire: l'Europe, cependant, prend soin de la justifier, et j'ose esprer qu'avant peu il n'y Il n'y a plus ainsi que des proprits ncessaires qui caractrisent les esclaves, semblab les des blancs par nature : Figure 4 4 Sosein des esclaves selon Olympe de Gouges La diffrence majeure entre les deux mondes (ralit et fiction) concerne les proprits ncessaires: alors que le monde rel attribue un certain nombre de proprits accidentelles aux esclaves, la fiction d'Olympe de Gouges transpose ces proprits accidentelles en proprits ncessaires. Cette relation impossible entre la fiction et la ralit pose ainsi problme. Le glissement de toutes les qualits accidentelles en qualits nce ssaires, met, par nature la fiction d'Olympe de Gouges en position supernumraire 11 empchant ainsi les deux mondes d'tre des variantes potentielles: 11 Les proprits ncessaires du drame d'Olympe de Gouges surpassent en nombre celles de la ralit.

PAGE 121

121 Figure 4 5 Tableau smantique de la valeur "esclave" Parce que le monde fictionnel d'Olympe de Gouges reven dique plus de proprits ncessaires en ce qui concerne les esclaves que le monde rel, au moins un des deux mondes ne peut tre gnr par l'autre: si le monde rel admet, par nature que certaines proprits relatives aux esclaves sont accidentelles, et seulement accidentelles, ces proprits ne peuvent devenir ncessaires dans la fiction, car une qualit qui est accidentelle dans un monde, ne peut devenir une qualit ncessaire dans un autre dont il se voudrait la variante. Les deux mondes ne peuvent don c en aucun cas tre des variantes possibles, car au temps T du spectateur colon, son encyclopdie personnelle n'admet pas le changement supernumraire. 4.3.2 Une Discordance Impossible entre Olympe de Gouges et la Socit Rvolutionnaire me pour Olympe de Gouges rside dans cette impossible variante, qui n'aurait tat envisageable qu' travers une nouvelle contre structure dirige contre les colons. Elle sait que les proprits ncessaires qu'elle attribue aux

PAGE 122

122 esclaves sont choquantes pou r la socit franaise. Cependant, elle veut toucher le spectateur et rendre son drame aussi raliste que possible, afin de suggrer que le Sosein de Zamore et Mirza pourrait reprsenter un possible Sein Pour elle, son mlodrame doit servir toucher le s pectateur et rendre raliste sa fiction et ses proprits humanistes. Elle dveloppe ainsi le pathos de Zamore et Mirza, et rend deux Franais empathiques leurs souffrances. Elle veut tellement que sa pice respire le ralisme qu'elle demande aux acteu rs de se grimer de faon ce qu'ils aient les mmes traits que les noirs, ce qui provoque une onde de choc, cela n'ayant jamais t fait sur une scne franaise, comme en tmoigne Fleury: On finit par demander des changements gographiques, afin de prsen ter proposa des sauvages. Des sauvages! Mettre du rouge et du blanc comme dans Alzire La pauvre dame tait aux champs; elle crut que nous nous opposions l'mancipation des ngres Mais, s'criait l'auteur exaspr, mais monsieur Desessarts, en quoi les blancs diffrent demande: c'est d'adopter la couleur et le costume des ng res; car la Comdie s'lvera au lieu de s'avilir par la couleur. Au nom de la philosophie, au nom de la raison, au nom de l'humanit, ne faites pas prendre le change l'histoire naturelle!" (251) En voulant tout prix correspondre la ralit Olympe de Gouges a elle mme contribu faire basculer la fiction ( Sosein ) dans la ralit ( Sein ), au point de bouleverser les reprsentations idologiques (l'encyclopdie) des spectateurs colons. A l'intrieur du drame, ce sont d'ailleurs deux Franais, Valre et Sophie, qui provoquent ce glissement idologique. Ce sont eux les vritables sujets manipulateurs qui, travers leur faire persuasif (ils poussent Zamore et Mirza requrir la grce) amnent les deux esclaves un vouloir faire ("obtenir la grce").

PAGE 123

123 Figure 4 6 Les s ujets dans Zamore et Mirza Pour effectuer la transformation de l'tat initial (pas de grce) l'tat final (grce obtenue), Valre et Sophie vont encourager le Sujet (Zamore et Mirza) initier sa qute, et plaideront mme en sa faveur, devena nt les actants transformationnels majeurs du drame, ou encore les "sujets de faire", qui provoquent la transformation finale S 1 O: Figure 4 7 Transformations actantielles Pour Olympe de Gouges, ce sont bien les Franais qui peuvent changer les destins de ceux qui veulent se librer de leurs chanes. Le rle des Franais dans le drame est non seulement central, mais il est aussi symb olique dans la ralit: Valre explique plusieurs reprises que l'mancipation des esclaves ne viendra qu'aprs que la rvolte du peuple franais ait eu lieu: "Les Franais voient avec horreur l'esclavage. Plus libres un jour, ils s'occuperont d'adoucir v otre sort" (I, 7). Les deux Franais, protecteurs, s'inscrivent dans une tradition gougienne "chevaleresque", pour reprendre les termes de Diamond. En effet, le critique observe que la dramaturge envisage son combat fministe travers des protecteurs, sou vent mles, faisant cho un systme patriarcal, l'intrieur duquel le roi serait le sujet principal (Diamond 10). Or, cette protection patriarcale a bien lieu dans la pice travers notamment M. de Saint Frmont, le propritaire des deux esclaves. En effet, le seul salut possible pour Zamore et Mirza sera celui que demandera la fille illgitime de M. de Saint Frmont ce dernier:

PAGE 124

124 S OPHIE Qu'ai er dans vos bras! Je ne puis vous rendre tous les sentiments qui m'agitent. Mais ces esclaves, tombez aux genoux du plus gnreux des hommes; c'est au pied de la vertu qu'on trouve la cl mence. (III, 12) M. de Saint Frmont, Franais patriote, reprsente ce citoyen libre qui va, dans un lan de gnrosit propre aux Franais, librer les deux esclaves, lesquels choisiront finalement de rester auprs de lui. Les spectateurs colons, rvolts d'une part par la grce accorde aux esclaves assassins, et rvolts d'autre part par l'mancipation qu'ils obtiennent de leur matre, n'ont pas compris que, loin de suggrer une mancipation effective des esclaves, Olympe de Gouges ne l'entrevoit que lor squ'un grand bouleversement social (une rvolution contre structurelle totale) pourra en effet les librer. Par consquent, elle ne place pas son drame dans un combat pour l'mancipation effective des esclaves, car elle ne la situe qu' un temps T postrie ur la pice et la rvolution. En d'autres termes, l'mancipation des esclaves dpend, selon la dramaturge, de la variation sociale suivante: Figure 4 8 L'mancipaton des esclaves travers le temps

PAGE 125

125 Dans ce schma, C. 0 C. 1 C. 2 reprsentent trois types de socits dont chacune correspond un temps T que bien entendu Olympe de Gouge ne peut concevoir au moment o elle prsente sa pice en 1788. En C. 0 la socit d'Ancien rgime, avec une aristocratie qui a le pouvoir et domine en T 0 n'envisage pas d'manc ipation; en C. 1 ce sont les rvolutionnaires qui prennent le pouvoir en T 1 et lancent la Rvolution: l'mancipation est alors envisageable etc. Dans le drame, Olympe de Gouges n'envisage C. 1 (la fin envisage de l'esclavage) qu' un moment T. 1 venir; a ucun moment elle ne suggre l'mancipation immdiate des esclaves: les Franais doivent d'abord se librer eux mmes de leurs propres chanes pour penser l'abolition. Ce dcalage complet entre l'mancipation envisage selon Olympe de Gouges et la rcepti on du public colon montre combien Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs impose alors une contre structure trop en avance sur son temps et sur ses spectateurs. D'un point de vue diachronique, l'histoire de France se fera d'ailleurs l'cho de deux tentati ves d'abolition de l'esclavage (1794 et 1848), confirmant que contrairement au problme des couvents, celui de l'esclavage devait passer par un processus mental et politique beaucoup plus long et complexe. Le thoricien de la rception, Hans Robert Jauss, confirme que l'cart entre la nouveaut et l'horizon d'attente du public peut en nouvelle oppose l'attente de son premier public peut tre si grande, qu'un long proc essus de rception sera ncessaire avant que soit assimil ce qui tait l'origine inattendu, inassimilable" (Jauss 67). D'un point de vue plus contemporain Olympe de Gouges, l'chec total de cette pice lui aura montr ses limites en tant que femme cr ivain et opposante l'esclavagisme (Diamond 6).

PAGE 126

126 Cependant, mme si dans sa pice la dramaturge propose la grce du gouverneur et la libert Zamore et Mirza, les deux esclaves choisiront plutt de se marier, aimant trop leur matre pour s'en sparer. Si le couple peut enfin vivre heureux, cette situation renverse les idologies de la socit esclavagiste qui, travers ses spectateurs colons, impose la Comdie Franaise de retirer la pice aprs seulement quatre reprsentations. Olympe de Gouges se dout ait des problmes auxquels elle allait devoir faire face. Elle savait que le thtre n'tait pas un espace unidirectionnel; au contraire, elle s'inquitait beaucoup de la raction du public, qu'elle scrutait avec attention lors de ses reprsentations. Dans la Chronique de Paris elle se plaint de ces Voici la neuvime anne [sic] que j'essayai de peindre dans un drame toute la rigueur de l'esclavage des Noirs. Il n'tait point alors question d'adoucir leur sort et de prparer leur libert. Seule, j'levai la voix en faveur de ces faiblesse de mes talents et la puissance de mes ennemis, l'poque actuelle du rtablissement de la libert semblerai t me promettre quelque indulgence pour un ouvrage qui a dfend. Mais ne suis je pas encore en butte tous les protecteurs, fauteurs du despotisme amricain? [ C'est dire celui des colons. ] On sait qu'ils viennent de publier un libelle sanglant contre la Mais sa nature profonde a cependant pris le dessus pour finalement prsenter sa pice malgr les menaces. La marque d'Olympe de Gouges a toujours t de lutter au nom de ses convictions propres, mme si elle doit bou sculer sa socit ingalitaire. Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs reste ainsi la production qui a engendr le plus de polmiques, en tout cas le pense t elle, dans sa carrire. Revanche ou paradoxe de l'Histoire, en 1808, l'Abb Grgoire flicite t ous ces crivains et militants abolitionnistes de la premire heure, qui ont eu le courage de militer pour l'abolition de l'esclave dans des temps o une telle position mettait leur vie

PAGE 127

127 en danger, il crit tous les hommes courageux qui ont plaid la cau se des malheureux Noirs et sang mls, soit par leurs ouvrages, soit par leurs discours..." (Blanc 92). Olympe de Gouges faisait partie de cette liste parce que c'tait la premire dramaturge condamner aussi ostensiblement l'esclavage dans une pice de t htre. 4.4 Observations Finales travers sa pice Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs Olympe de Gouges ose renverser les prjugs d'une socit injuste, et croire en un nouveau monde possible. Bien avant la formation de la Socit des Amis des No irs de Brissot, elle anticipe une voix militante qui se fera jour pendant la Rvolution mais qui cependant ne cadrera pas avec ses objectifs du moment. L'ingalit raciale, tout comme les droits politiques et sociaux de la femme, mettront en effet beaucoup plus de temps toucher les mentalits franaises, mme si une premire abolition de l'esclavage aura lieu en 1794, aprs sa mort. Devanant les actes politiques, Olympe de Gouges s'inscrit en faux devant l'idologie rvolutionnaire. Mais pour elle, le thtre et son pouvoir ducatif se charge d'une mission imprieuse: il doit non seulement dnoncer les irrgularits du monde, mais il doit surtout participer l'idologisation de son public et tout simplement "oser". Ainsi, en portant sur scne deux escl aves empreints d'une humanit forte face un matre blanc cruel, Olympe de Gouges va critiquer en toile de fond le manque d'engagement de la Rvolution dans le traitement des esclaves. Elle va de cette faon s'attirer la haine de son public rvolutionnair e qui verra dans cette reprsentation une provocation anti esclavagiste, ainsi qu'une marque de dfiance face aux valeurs de la Rvolution.

PAGE 128

128 Mais est elle vraiment responsable de ce dcalage idologique? Car c'est certainement son parasitisme personnel qu i lui inspire parfois un combat qu'elle entend mener pour se venger elle mme des ingalits auxquelles elle a d faire face tout au long de sa vie. Si elle est femme, elle se battra pour les femmes; si elle s'intresse la politique et qu'elle ne devrait pas cause de son sexe, elle rclamera une participation des femmes dans les dfils patriotiques. Paralllement ce parasitisme, ses personnages souffriront de la mme faon de son dplacement: Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs se passera exclus ivement sur une le, lieu paratopique par excellence, ce qui permettra Olympe de Gouges d'voquer les sujets sensibles auxquels la socit refuse de faire face, puisque tout se passe "loin de chez nous". Mais tout comme pour n'oubliant jamais son combat fministe, la dramaturge voquera aussi en toile de fond le problme du statut des femmes. Les deux esclaves tant prsents comme des gaux du matre blanc devant une nature qui aime voir les diffrences de couleur, c'est le genre humain en gnral qui doit un jour pouvoir jouir des mmes droits. Mais si cette thmatique des droits universels est prsente en second plan dans la pice, c'est avant tout la stratgie smantique dploye par Olympe de Gouges qui aura le plus heurt son public. Parce qu'elle prsentera dans sa fiction deux esclaves pourvus d'une conscience raciale, mais aussi d'idaux politiques et humanistes, les spectateurs auront vritablement l'impression d'avoir devant leurs yeux deux personnages presque r els, trop rels, au point de faire oublier ces mmes

PAGE 129

129 exemple Mirza que la diffrence de couleur n'est pas importante, et qu'elle est par ailleurs injuste: ZAMORE. Cette diffrence est bien peu de chose; elle n'existe que dans la couleur, mais les avantages qu'ils ont sur nous sont immenses. L'art les a mis au dessus de la nature: l'instruction en a fait des dieux, et nous ne sommes que des hommes. Ils se servent de nous dans ces espce malheureuse s'est habitue ces chtiments. Ils se gardent bien de nous instruire. Si nos yeux venaient s'ouvrir, nous aurions horreur de l'tat o ils nous ont rd uits, et nous pourrions secouer un joug aussi cruel que honteux; mais est il en notre pouvoir de changer notre sort? L'homme avili par l'esclavage a perdu toute son nergie, et les plus abrutis d'entre nous sont les moins malheureux. (I, 1) Le ralisme que prsente alors Olympe de Gouges est tel, qu'il choquera profondment son public, lequel refusera d'incorporer les nouveauts gougiennes dans sa structure mentale. L'incomprhension qui rsultera de ce pacte de fiction rompu (puisque cette pice militante demande aux spectateurs de croire ce que seraient vraiment les esclaves: des tres humains semblables leur matre blanc), amnera une mauvaise comprhension des intentions de la dramaturge qui, loin de proposer l'mancipation immdiate des esclaves, n' aura d'autre objectif que de prophtiser leur libration par la Rvolution en temps voulu; le manque de "prsentisme" (c'est dire l'vocation des la Rvolution fera ai nsi cruellement dfaut la Olympe de Gouges.

PAGE 130

130 CHAPTER 5 LES PAMPHLETS PARISIENS SUR LA REINE Les diffrences entre le thtre idologique d'Olympe de Gouges et l'criture pamphltaire sont d'une importance majeure pour l'tude de la lit trature radicale. voqu taire est bien identifi par Marc Angenot comme litt rature radicale, le th tre r l en faisait bien partie aussi. Cela dit, il y a bien des diff rences fondamentales entre ces deux types de litt ratures radicales. Par exemple, alors que le thtre r volutionnaire d'Olympe de Gouges vise laborer sur les dbats politiques et sociaux af in d'influer sur les mentalits de son public ou des reprsentants de l'Assemble, le systme pamphltaire sera quant grand nombre, sans forcment orienter son discours sur un seul type de public identifiable. Cette vocation plus universelle de l'crit pamphltaire suit en r alit une logique interne ce genre: en effet, si les auteurs de pices de thtre peuvent anticiper le type de public qu'ils auront, le hasard de la distribut ion des pamphlets, qui vont de villes en villes, et passent de mains en mains, force leurs auteurs s'adresser un public plus large et quasiment non identifiable. En d'autres termes, si les pices de thtre de la Rvolution telles que celles d'Olympe d e Gouges portent un accent particulier sur l'influence psychologique qu'ils peuvent avoir sur un public identifiable, les pamphlets, ne pouvant anticiper le lecteur qu'ils trouveront, vont plutt mettre l'accent sur l'objet dont traite le texte, donnant la relation suivante entre les deux genres:

PAGE 131

131 Figure 5 1 Stratgies idologiques des pamphlets et des pi ces de th tre Le lecteur vis apparat donc au centre des stratgies pamphltaires et thtrales. Cependant, l'aspect fortement idologique des pamphlets (obi ssant, selon Marc Angenot, un systme enthymmatique, doxologique, et agonique), portera plus d'importance l'objet trait qu' l'vocation du public qu'il ne peut anticiper avec prcision, au contraire du thtre qui, de par une golocalisation prcise a plus de chances de connatre son public. Si Olympe de Gouges adressait ses pices un public vis, le pamphlet ne peut qu'adresser un objet connu un public inconnu ou mal connu. Ainsi, puisque les auteurs de pamphlets ne peuvent s'adresser un lect eur particulier, ce sera sur le front des valeurs objectales de sa socit qu'ils tenteront d'influer sur ce lecteur. Nous pourrions donc ajouter au systme du discours enthymmatique de Marc Angenot sur les pamphlets, un systme de valeurs objectales rcu rrent: Figure 5 2 Syst me de valeurs dans les pamphlets rvolutionnaires

PAGE 132

132 Il apparat travers ce tableau, que dans la littrature pamphltaire de la Rvolution, une seule contre valeur s'associe l'argument rvolutionnaire: le profane. Ce renversement de la v aleur positive [sacr] en idologie ngative [celle de l'Ancien rgime] relve d'un rel (ou rfrent) subjectif que le texte enthymmatique validera travers une manipulation doxologique permanente. C'est travers ce thme du profane que se placera no tre tude sur les pamphlets parisiens. Nous expliciterons l'intrt majeur que la reine Marie Antoinette a pu susciter la fois chez les auteurs et chez les lecteurs parisiens en tant qu'objet privilgi des pamphlets. Nous verrons comment la mtaphore a permis aux auteurs d'effectuer un vritable transfert smantique chez le lecteur travers une technique d' in corporation double: d'abord, le lecteur Tiers tat de Paris se verra reprsent dans la fiction et s'identifiera volontiers au patriote rvolution naire qui lui sera prsent, mais c'est aussi la Reine qui fera l'objet d'une toute autre in corporation : celle des reines maudites de France prsentent en elle. Ce chapitre permettra de rexaminer la structure de base sur laquelle repose l'crit pamphlta ire, mais il proposera dans un second temps d'explorer les manipulations smantiques que cachent ces crits. Si les thmes de la mtaphore animale, ou encore celui de la mtaphore sexuelle dans les pamphlets sur Marie Antoinette ont dj fait l'objet d'tu des plus ou moins approfondies, cette analyse voquera la psychologie de corps social qui entoure ces mtaphores, permettant au Tiers tat de se librer travers une catharsis symbolique grce la fiction. D'ailleurs, Cette psychologie de corps social n 'est pas ici forcment axe sur un dessein politique, contrairement celle qu'voque par exemple l'historienne Lynn Hunt dans son ouvrage Politics, Culture, and Class in the French Revolution (2004), y exploitant la notion de

PAGE 133

13 3 Nation franaise, une et indi visible. Dans notre tude, cette psychologie de corps social s'attarde plutt sur le lecteur en tant qu'individu part entire, tentant non pas d'liminer son individualit au profit de notions telles que celle de la nation, mais exprimant l'ide selon la autre dans les crits, et se sentir solidaire avec les autres. C'est ainsi que l' in corporation dans la fiction de ce Tiers tat lecteur "empoisonnera" tellement son systme de reprsentation que cette Reine reprsente mtaphoriquement dans les pamphlets sera socialement marque dans le Rel du lecteur. Nous verrons ainsi quelles stratgies la littrature radicale des pamphlets de Paris exploite pour arriver un tel marquage. 5.2 Les Pamphlets Parisiens 5.2.1 Le Systme Pamphltaire Paris Si le thtre de la Rvolution se concentre sur l'effet de persuasion qu'il peut doit avoir sur son public, c'est parce qu'il agit directement sur les passions des spectateurs, lesquels ragissent d'ailleurs vivement aux pices. Le travail des comdiens est alors de transmettre les motions ressenties par les personnages. Mais c'est surtout un niveau politique que se place la spcificit du thtre rvolutionnaire. Comme le comdien Fle ury en tmoigne dans ses mmoires, le thtre de la Rvolution suit les vnements politiques au jour le jour, l'heure l'heure" comme il dit, et doit sans cesse canaliser les lans du peuple et le diriger synchroniquement vers les idologies politiques du moment: On avait besoin d'un Thtre Franais moins tenace que le ntre, et plus propre devenir un instrument applicable la direction des ides qui grandissaient, non pas au jour le jour, mais l'heure l'heure, si l'on veut bien accepter l'express ion. Le Dieu inconnu d'alors semblait pressentir sa

PAGE 134

134 grande direction sur les masses turbulentes; il fallait que les thtres devinssent autant de succursales des assembles populaires. Les exalts patriotes n'ont jamais appris comment on peut calmer l es passions; mais, tout d'abord, ils ont devin par quel art on les agite. Si les rvolutions ont leurs complices elles ont aussi leurs courtisans, et pour mieux encenser les vnements du jour tous les auteurs tinrent ouvertes leurs cassolettes. (Fleu ry 81 83) Cette adaptation du thtre rvolutionnaire au quotidien des mouvements politiques qui secouent alors la France est centrale cette production. Fleury affirme d'ailleurs que les patriotiques: "le vieux rpertoire avait besoin d'tre renouvel, pour cela les pices devaient tre purges" (Fleury 82). Les pamphlets de leur ct suivent cette mme urgence politique, "l'heure l'heure", la diffrence prs qu'ils pe rmettent au lecteur de se figurer lui mme son propre systme en comparant les diffrents crits qu'il a le pouvoir de choisir. C'est ainsi qu'en mettant en corrlation les diverses sources qu'il peut lire, ce dernier pourra de fait prendre un certain recu l en analysant par lui mme les diverses dnonciations qui lui sont prsentes. Mais parce que l'motion est volatile, car changeante par dfinition, c'est tout naturellement que les pamphlets se concentreront plutt sur le message (l'objet idologique) q u'ils veulent transmettre que sur les techniques psychologiques, puisque si le lecteur n'est pas aussi identifiable que le public du thtre, seul le sujet voqu peut faire l'objet d'un compromis plus gnral. C'est ainsi que les pamphlets de Paris, qu'i ls soient placards dans les rues, cotant quasiment pas grand chose son acheteur, reprennent les scandales relatifs

PAGE 135

135 au pouvoir en place, privilgiant les faits travers des tmoignages ou des rcits d'actions contraires l'intrt de la nation. Ces c rits se dclinent sous diverses formes: contes, discours, pastiches politiques, chansons, posies, ptres, "vrais faux" prches, etc... L'intrt du systme pamphltaire est qu'il permet une large population de la tenir informe sur une socit de plus en plus corrompue. Parce que le pamphlet de la Rvolution donne une place particulire l'objet dont il traite, il emprunte parfois au style journalistique, que ce soit sur le fond ou sur la forme. En inscrivant son action un moment t de l'Histoire, i l exploite des personnages existant dans la ralit du lecteur, permettant ce dernier de les juger presque synchroniquement. Alors que la contre structure tait aussi au temps des Lumires idologme, et rflchie, les pamphlets rvolutionnaires permette nt au "Je" de protester "ici" et "maintenant". Les actions qui dfinissent chaque personnage, qu'elles soient paroles ou actes, revendiquent une objectivit toute preuve, le pamphlet ne faisant soit disant que relayer l'information pour provoquer une r action du lecteur. Sa forme l'adversaire ou opposant" (Angenot 38). La vrit qu'avanceront les pamphltaires sera celle de faits qu'ils raconteront par crits, mais ces faits, prsents comme vridiques, n'auront souvent de ralit qu' travers la parole. Autrement dit, cette parole du pamphltaire sera une action tourne vers l'extrieur qui donnera vie ce qu'elle dsigne, peu importe si l'objet existe rellement, puisqu'il se concrtise lui mme par les mots. L'imaginaire, une fois pos l'crit, peut ainsi prendre une forme de ralit parce qu'il sera nomm. C'est d'ailleurs cette imagination devenue vrit par la parole qui

PAGE 136

136 faisait dj trembler Versailles dans les annes pr rvolutionnaires: Louis XV lui mme avait d cder au chantage de Thveneau de Morande, qui, depuis Londres, avait disant dissolues de sa matresse, Mme du Barry, dnonant devant le peuple franais u n vritable scandale politique et moral. Thveneau de Morande exploitait alors le genre pamphltaire au gr de son imagination, prfrant le chantage la ralit; la vie personnelle et pleine de vices de l'entourage royal constituait alors une monnaie d' change qui rendait riche quiconque s'aventurait depuis l'tranger publier de tels crits. Une des lettres de Thveneau de Morande adresse Mme du Barry rvle le vritable danger que constituent alors les pamphlets: Madame, Vivant dans un pays o l intitul s sur les e intressant et qui pourrait vous paratre moi au moins, madame, de le faire paratre sous vos auspices. Je serai alors ce rtain de ( Fleischmann 38) Vritable littrature du chantage, ce genre de pamphlets sulfureux avaient donc dj su effrayer les rois et imposer le faux en tant que vrit empiriq ue, selon la formule d'Angenot (Angenot 38). La parole devient dangereuse, prise comme un fait pourtant souvent issu de l'imagination ou de l'exagration de l'esprit des pamphltaires. Ces derniers n'hsitent plus vendre leurs attaques sous l'tiquette de vrit factuelle: il s'agit pour eux de gnrer une indignation populaire et de s'opposer "la parole

PAGE 137

137 institutionnelle" (Angenot 39). Ainsi, les crits rvolutionnaires, parfois obscurs, ne font souvent plus de diffrences entre l'imaginaire et le rel Les accusations sur la reine Marie Antoinette, reprises dans tous les types de littratures possibles (du simple pamphlet aux livres plus ducatifs sur l'Histoire de France) en sont un exemple majeur. L'auteur d'un livre porte "historique" sur les "Cr imes des reines de France" (1791) 1 avoue ainsi lui mme conjecturer sur la vritable histoire de Marie Antoinette: "Mrite t elle la haine et le mpris dont elle a reu tant de marques? On n'a aucune preuve acquise de tout ce qu'on lui impute; on ne peut q ue marcher d'aprs les conjectures: un jour viendra o, plus instruite, l'histoire lui marquera sa place" (436). Ce chaos dans lequel les lecteurs sont plongs renverse toute la logique au profit des dmonstrations politiques. Encore plus vocateur, un aut re auteur de pamphlet insiste dans son introduction sur la vracit du tmoignage qu'il a pu recevoir sur la reine, tmoignage Je vois d'ici une foule d'incrdules qui, lisant le titre de cette vridique brochure, vont la relguer jours, combien n'avons nous pas vu, combien ne voyons nous pas encore pouvez donc plus douter, lecteur, de l'authenticit de cet ouvrage, de la vrit des faits qu'il renferme.(1 8) 2 Ces crits montrent combien la Rvolution franaise est un temps trouble o rien n'est sr, si ce n'est l'envie de poursuivre le rve d'une contre structure brutale. Ainsi, si un chien fait ironiquement office d e tmoin, ce "personnage" cl montre symboliquement que la dnonciation d'une ralit peu glorieuse a le droit de s'appuyer sur la fiction. 1 Les Crimes des reines de France, depuis le commencement de la monarchie jusqu' Marie Antoinette Paris: Prudhomme An, 1791. 2 Soires amoureuses du Gnral Mottier et de la belle Antoinette: s.n, 1790.

PAGE 138

138 Et c'est d'abord Paris qui attire tout particulirement l'attention des pamphltaires: l'opinion populaire de la cap itale devient trs vite la clef de la rvolte morale et politique. Les pamphltaires se donnent alors pour mission d'duquer une opinion, qui doit enfin, comme l'affirme Kant, pouvoir sortir de sa minorit et promettre l'rosion de tout un systme idologi que (Angenot 39) afin de faire ragir un auditoire trop apathique et "l'inciter agir" (Angenot 41). Mais pour certains philosophes, l'opinion populaire est cependant synonyme d'erreur, car incapable de juger les situations. Pour Veysman, "l'opinion" se d ivise ainsi en deux catgories: l'opinion populaire et l'opinion publique (Veysman 64). Pour Condorcet, la distinction entre les deux est claire: si l'opinion publique est celle des gens clairs, l'opinion populaire est celle du peuple et de l'erreur: Qua nd on parle d'opinion, il faut en distinguer trois espces: l'opinion des gens clairs, qui prcde l'opinion publique et finit par lui faire la loi; l'opinion dont l'autorit entrane l'opinion du peuple; l'opinion populaire enfin, qui reste celle de la partie du peuple la plus stupide et la plus misrable. (Veysman 63) Mais Veysmans va plus loin que Condorcet, et prsente une troisime opinion: celle des lecteurs du dix huitime sicle. Cette opinion, qu'il nomme "opinion moyenne", correspond un publi c, partag entre les excs de l'opinion populaire et la modration de l'opinion publique, ni totalement aveugle ni totalement clairvoyant, est le partage le lieux avec un autre public : le public des lecteurs (65) Les pamphlets rvolutionnaires s'adressent donc cette opinion "moyenne" que composent les lecteurs. Si ces derniers forment un corps social htrogne, ils se rejoignent cependant dans un got accru pour le genre pamphltair e, et pour la parole "authentique". Pour Marc Angenot ce qui fait la spcificit de cette parole "authentique",

PAGE 139

139 c'est qu'elle exploite avant tout un discours enthymmatique et agonique, en rapport direct avec une "opration complexe de vridiction". Angeno t souligne la forme doxologique et persuasive du discours pamphltaire (Angenot 32) qui traverse un "courant d'opinion" (33). Quant l'nonciateur, ce dernier est toujours prsent (35), exploitant "une parole antagoniste qu'il s'agit de rduire au silence ou de circonvenir" (35), parole qui exploite une forme "entomologique" (36) en s'appuyant sur le pathos. Angenot voit ainsi le pamphltaire comme une sorte de passeur entre ce qui compose le monde corrompu des lecteurs et les vritables valeurs que ce der nier est en droit de rclamer (Angenot 40). Un des premiers objectifs des auteurs sera d'ailleurs de remplacer le nom de la Reine par celui de ses comportements immoraux imaginaires. Marie Antoinette passera, travers les pamphlets, de Reine dans la rali t infme libertine; ce transfert smantique aura pour effet de briser le sacr pour le transformer libertine dominante. Mais les pamphlets, qui abordent le thme d'une femme libertine au pouvoir, changeront la reprsentation mme de la notion de libertina ge, au point de la bannir en tant que valeur positive, comme l'indique Chantal Thomas : visant Marie l mme des libe rtins, mais employ dans un but de stigmatisation. Tout coup, les plaisirs glorifis comme expression de la libert devenaient coupables. Nicolas) Ce renver sement des valeurs associes au mot s'accompagne d'une transformation onomastique qui vise la fois amuser le lecteur, mais aussi rgnrer son horizon

PAGE 140

140 idologique. Angenot (94) considre qu'en exploitant le lexique de cette faon faon qu'il qualif ie volontiers de "perverse" le pamphltaire ne vise qu' "mettre en droute les "imposteurs" et les "prjugs" tout en assumant ce "lieu paradoxal" qui lui permet au final de "produire une parole hypervridique: celle qui dit le vrai non seulement sur le temps prsent mais sur l'avenir" (94). Les transformations onomastiques ne cesseront ainsi de s'imposer dans les pamphlets, les noms propres du roi et de la reine dsacraliss se changeront en "Charlot" et "Toinette" ou "Toinon" dans des pamphlets tel s que Les fureurs utrines 3 ou alors "Marie Toinon" dans Les Nouvelles du mnage royal sans dessus dessous 4 alors que dans ce mme pamphlet Louis XVI est rduit son image de tratre la Nation puisqu'il est "Monsieur Veto". 5.2.2 Les Pamphlets sur l a Reine Que ce soient dans les annes pr rvolutionnaires ou rvolutionnaires, une cible en particulier fait donc couler l'encre des libellistes: la reine Marie Antoinette. La reprsentation quotidienne des drives supposes de la souveraine, dcrite comm e "Mme Dficit", fait consensus parmi cette mme foule de lecteurs: travers les crits souvent grivois ou rotiques sur une reine dchue moralement, une vritable libration de la parole est en train de s'oprer. La dsacralisation du pouvoir royal, mais aussi l'intimit que proposent les libellistes lorsque ceux ci dcrivent les secrets d'alcves de Versailles (mme imaginaires), entranent une transformation psychologique radicale du lecteur qui devient de plus en plus politis. Qu'ils soient rels ou i maginaires, les frasques de Marie Antoinette servent les ennemis de la couronne crer une idologie 3 Les Fureurs utrines Paris: s.n, 1791. 4 Les Nouvelles du mnage royal sans dessus dessous, ou La Fluxion royale de Marie Toinon, et Louis son mari, garon srurrier (sic), au Temple, avec un dtail de leur grande dispute, et les nouvelles de leur mnage envoyes Coblentez. Paris: Imprimerie de Feret, 1792.

PAGE 141

141 nouvelle qui voit une bipolarisation s'installer autour de deux forces sociales: d'un ct, celle de Versailles qui tourne autour de la reine, et de l'aut re, le peuple dans son ensemble, qui ne peut que s'mouvoir du comportement immoral de Marie Antoinette, imposant ce qu'Angenot identifie dans le genre pamphltaire comme "une conviction de 'fort intrieur'" (Angenot 40). Ces deux partis forment, dans les pamphlets, deux idologies aussi opposes qu'irrconciliables et permettent aux pamphltaires de construire parmi les lecteurs une communaut solidaire contre la reine. Cette communaut de lecteurs ne signifie pas cependant qu'elle runit des personnes de mmes origines sociales, puisque le spectre de ce lectorat est en effet large: nobles, bourgeois, aristocrates, artisans, etc. tous lisent les mmes comptes rendus sur Versailles. Mais c'est justement cette activit de lecture des pamphlets qui cre ex nih ilo une cause commune dirige contre Versailles et qui, par extension, construit un mme corps social autour de la haine envers Marie Antoinette. Bakhtine dfinit ainsi la psychologie du corps social: ralise, se matrialise, sous forme d'interaction verbale. Si on la considre en dehors de ce processus rel de communication et d'interaction verbale (ou, plus gnralement, smiotique), la psychologie du corps social se transforme en un concept mtaphysi que ou mythique ("l'me collective", "l'inconscient collectif", "l'esprit du peuple", etc.). La psychologie du corps social ne se situe pas quelque part l'intrieur (dans les "mes" des individus en situation sociale), elle est au contraire entirement e xtriorise: dans le mot, dans le geste, dans l'acte. Il n'y a rien en elle d'inexprim, d'intrioris; tout est en surface, tout est dans l'change, tout est dans le matriau, et principalement dans le matriau verbal. (Bakhtine 38) Devant la menace d'une Marie littrature pornographique graveleuse, passant du titre envi de mre de la nation celui de monstre et catin incontrlable, les pamphlets permettent la nation

PAGE 142

142 rvolutionnaire de se souder derrir e une mme haine idologique. Le corps social rvolutionnaire se fabrique l'heure l'heure" grce aux pamphlets, il faut donc tout prix garder l'attention de ce lectorat et pour cela, les sujets doivent tre aussi divertissants que possible. C'est ain si que le premier pamphlet contre Marie Antoinette, traitant des "promenades nocturnes" de la reine, remontant, selon Fleishmann (qui fut le premier voquer en profondeur les pamphlets contre la reine), 1774 (15), attaque sa moralit, et sa dchance s ociale. Loin de mesurer l'volution des mentalits face au pouvoir royal, Marie Antoinette ne prend pas au srieux de telles attaques, qui ne sont pour elle que le signe de la "lgret franaise", comme elle l'indique dans une lettre destine sa mre, le 14 Janvier 1776: Ma chre maman a toute raison contre la lgret franaise, mais je suis les langues disent 55) Si le jugement que peut avoir la reine sur l'imagination des pamphltaires lui semble peu consquent, c'est parce que les faits supposs, tant ex nihilo, donnent l'impression qu'ils n'ont d'autre but qu'un divertissement littraire sans consquence. Mais dans les temps troubles de la Rvolution, certains pamphltaires vont aller plus fils, la reine monstre tait ne. la fois animale et perverse sexuelle, Marie Antoinette devient rapidement l'hrone d'une littrature pornographique alors en vogue en Europe. Rarement censurs au dbut de la Rvolution, les pamphlets pornographiques co ntre la reine n'ont qu'un seul but: dstabiliser le pouvoir et crer dans l'opinion une prise de conscience souvent base

PAGE 143

143 sur ce que Marc Angenot qualifie de "raisonnement par fiction" (Angenot 193). Ces inventions des pamphltaires relvent elles d'une st ratgie politique ou servent elles compenser le manque d'informations des auteurs? Ces derniers n'ont en effet certainement pas accs aux secrets de Versailles, mais fournissent les dtails les plus pittoresques de la vie du chteau. Les pamphlets serve nt plutt convaincre le peuple du quotidien dprav de la reine plutt qu' l'en instruire. Le recours aux historiettes fictives sur les bats sexuels de la reine matrialise ce qui n'a jamais t et fait de l'imagination un argument concret. Comme l'af firme Castillon (qui a lui mme collabor l' Encyclopdie de Diderot) propos de l'opinion publique: "Le peuple instruit de la vrit peut forcer le souverain changer de conduite" (Veysman 69). Mais travers les pamphlets, le peuple se retrouve dpend ant des auteurs qui dforment volont certains vnements. Or, pour Castillon, le peuple ne peut rflchir par lui mme, il a besoin d'tre conduit vers un certain jugement pour ne pas rester dans le prjug: Appelons peuple, sans gard au rang et la f ortune, tous ceux qui ont reu de la nature un esprit faible et born: tous ceux qui, dous naturellement de jugement et de pntration, n'en font, ou n'en savent faire aucun usage, soit que la mauvaise ducation reue, soit que l'indolence, soit que les p assions ne les en empchent: [...] tous ceux qui, semblables des aveugles, ont besoin de guide et ne peuvent se passer du secours des conduits que de se conduire eux mmes, quoique souvent ils persistent le faire avec une opinitret invincible et funeste. (Veysman 73) Les pamphlets sur la reine rpondent ce besoin de conduire l'opinion moyenne vers un jugement svre des tyrans. Les pamphltaires ne cessent de provoquer la rfle xion chez le lecteur, qui devient en ralit un citoyen: dans le pamphlet Suite de Louis XVI et

PAGE 144

144 Antoinette traits comme ils le mritent 5 l'auteur prcise qu'il s'adresse ce lecteur citoyen: Citoyens, La France vient de recouvrer sa libert avec toute l'nergie qu'un aussi beau motif pouvait inspirer. La rgnration de ce grand peuple n'a pu se faire sans blesser les intrts d'une cour vorace et pervertie. 2) Le pamphltaire tente de p rendre tmoin non plus un lecteur, mais ce citoyen qu'il engage dans la dnonciation du systme, travers l'histoire particulire de ce personnage maudit qu'est Marie Antoinette. Angenot considre par ailleurs qu'en traitant du concret et non pas de l'a bstrait (Angenot 42), les auteurs peuvent toucher une plus grande population. 5.3 La Reprsentation de la Reine 5.3.1 Le Peuple et la Reine Les pamphlets pornographiques sur Marie Antoinette sont, dans la priode pr rvolutionnaire et rvolutionnaire, tr s populaires et se vendent au prix fort. Grce eux, le peuple est enfin convaincu des crimes sexuels de la reine, mais c'est le ralisme des histoires qui en est la cl de vote: Duclos rappelle d'ailleurs que l'opinion moyenne ne peut qu'avoir un jugeme nt inconstant si elle n'est que convaincue et non pas persuade des crimes de Marie Antoinette: Les mes sensibles ont plus d'existence que les autres: les biens et les maux se multiplient leur gard. Elles ont encore un avantage sur la socit, c'est d' tre persuades des vrits dont l'esprit n'est que convaincu; la conviction n'est souvent que passive, la persuasion est active. L'esprit seul peut et doit faire l'homme de probit; la sensibilit prpare l'homme vertueux. (Veysman 490) 5 Suite de Louis XVI et Antoinette traits comme ils le mritent Paris: Imprimerie de Langlois fils, 1791.

PAGE 145

145 La persuasion pass e, dans les pamphlets, par l'imitation de la vie quotidienne suppose de la reine et ont un vritable pouvoir perlocutoire. Les auteurs prsentent aux lecteurs une vrit sensible (de faits) qui amne ncessairement une vrit de raison non contradicto ire. Or, pour Duclos, la sensibilit est encore plus importante que la raison, car pour persuader cet homme vertueux qu'est le lecteur, il faut toucher sa sensibilit; pour ce faire, les pamphltaires n'hsitent pas in corporer le lecteur parisien dans l es pamphlets, travers une imitation souvent exagre du peuple de Paris, notamment travers les traits phontiques propres aux basses couches sociales, comme dans le pamphlet Grande Motion 6 dans lequel les femmes de divers marchs de Paris tentent de c onvaincre leur camarade Mamzelle Javotte de prendre le parti du peuple contre la reine: e tait dauphine ; alle vous faisoit sa bonne chienne de sainte ha! fi! si elle avoit vu un singe, cette sacre Marsailline auroit pondu un magot. on dit bon chie n chasse de race. (5 7) 7 Le lecteur populaire de Paris se reconnat ainsi travers ces personnages hauts en couleur, fusionnant symboliquement avec le personnage couch sur papier. Cet amalgame a en ralit un vritable effet "thrapeutique" sur le lecte ur, car ce dernier voit une version littraire de lui mme qui ose dfier insulter ce personnage sacr qu'est la reine de France. Et c'est d'ailleurs ce personnage issu du Tiers tat qui sera le "personnage rgnant" des pamphlets circulant Paris. L'h istorien et philosophe 6 Grande motion des citoyennes de divers marchs. Nouveau genre de supplice mort destin la ci Paris: Imprimerie des citoyennes du march Saint Jean, s.d. 7 Pour tous les pamphlets parisiens j'ai choisi de garder l'orthographe d'origine telle qu'utilise par les pamphltaires.

PAGE 146

146 Hippolyte Taine identifie en effet pour chaque priode cratrice, un "personnage modle" contemporain qui reprsente les valeurs les plus importantes de sa socit: "ce groupe de sentiments, de besoins et d'aptitudes constitue, lorsq u'il se manifeste tout entier et avec clat dans une mme me, le personnage rgnant c'est dire le modle prendre pour chaque priode crative son "personnage rgnant" parce qu'il correspond aux attentes du public: "tout l'art dpend de lui, puisque l'art tout entier ne s'applique qu' lui complaire ou l'exprimer" (Taine 1865, 159). Pour le lecteur de Paris, issu du peuple, le "personnage rgnant", est ce rvolutionnaire qui n'admet plus de quelconque passivit face aux scandales de la son hro de papier. Dans Grande Mot ion le ton sec et dominateur des femmes du march permet au lecteur (et accessoirement Mamzelle Javotte ) de se mtamorphoser: le lecteur in corpore le courage qu'ont les hros de juger la reine. Ce style populaire des pamphlets contre Marie Antoinette permet dans un mme temps de rendre au peuple une certaine proximit avec ses souverains; si la vie de ces derniers leur tait jusque l cache, les pamphlets se chargent de la leur d voiler C'est d'ailleu rs travers le tutoiement que la familiarit entre le roi et son peuple se fait la plus pressante. Le "Tu" adress la reine dans le pamphlet, loin de correspondre au tutoiement rpublicain, qui prne on utilisation, est au contraire une d grader Marie Antoinette. Un auteur anonyme explique

PAGE 147

147 8 que tutoyer, autes auprs du lecteur: faut pas d avantage pour faire vanouir le rang et la majest. Vritable reflet de l'volution socio historique de ces annes pr rvolutionnaires et rvolutionnaires, le tutoiement montre quel point la parole participe l'idologie politique, et combien elle est centrale au dveloppement d'un esprit critique du citoyen. Bakhtine voit ainsi dans la parole un outil subjectif qui permet aux locuteurs de se faire une opinion sur les thmes qui lui sont proposs: Dans la ralit, ce ne sont pas des mots que nous enten dons, ce sont des vrits ou des mensonges, des choses bonnes ou mauvaises, importantes ou triviales, agrables ou dsagrables, etc. Le mot est toujours charg d'un contenu ou d'un sens idologique ou vnementiel. C'est ainsi que nous le comprenons et no us ne ragissons qu'aux paroles qui veillent en nous des rsonances idologiques ou ayant trait la vie. (Bakhtine 103) Cette d gradation opre par le tutoiement fait corps avec les crimes dnoncs. Dans le pamphlet Vrits Ddies Marie Antoinette 9 le tutoiement est toujours associ des termes forts et ngatifs: "tes affreux attentats", "tes vices constants", "ta rage", "ton trop barbare ouvrage", "tes forfaits", "ton rgne abhorr", "tes complots", "tes penchants", tes fureurs", "ta rage nouvelle", "tes vives instances", "tes crimes", "ton audace" etc. La d gradation de la reine est bien le souci principal des pamphltaires, puisqu'il faut tout prix convaincre le lecteur de ses 8 thtre de la Libert, Chantilly, imprim par ordre et sous la direction des princes fugitifs. n.p., 1789. 9 France s.n., 1790.

PAGE 148

148 crimes. Mais ces insultes revtent a ussi un caractre plus performatif, ou, comme le dit Bourdieu, "magique": l'insulte, comme la nomination, appartient la classe des actes d'institution et de destitution plus ou moins fonds socialement, par lesquels un individu qu'il a telle ou telle proprit, lui signifiant du mme coup d'avoir se comporter en conformit avec l'essence sociale qui lui est ainsi assigne. (Bourdieu 1982, 100) De plus, ce caractre performatif "magique" des insultes dont souffre Marie Antoinett e relve de ce que Bourdieu appelle "un acte de marquage" (1980, 96) qui est non pas institutionnel, mais plutt populaire: la reine dchue acquiert travers les pamphlets un statut social qui la place dans une position bien infrieure son peuple. Trs vite, Marie symbolisant un topos rcurrent: elle personnifie le vice sexuel et moral comme le rsume si bien le pamphlet Mdi cis et Frdgonde 10 : ho pour cette impudique Messaline. (7) Le pamphltaire se pose souvent en tmoin privilgi des dsordres de ces reines. Il devient la fois historien, historiographe, et "sujet fondateur" (Angenot 73) de ces rcits et, "habit par une conscience" devient "logo centrique" (Angenot 74), se chargeant d'une mission qui semble cependant dpasser l'individualit propre de l'auteur. Le pamphlet Soires amoureuses du gnral Mottier et de la belle Antoinette 11 efface 10 France, aux enfers, pour servir de supplment et de suite tout ce qui a paru sur la vie de cette princesse. Londres, 1789. 11 Soires amoureuses du general Mottier et de la belle Antoinette. s.n., 1790.

PAGE 149

149 pagneul. C'est travers ce chien que l'auteur va rendre compte des actes odieux de la reine, actes vridiques, en affirmant qu'il n'est pour rien dans cette attaque qui lui a directement t rapporte par le chien personnel de la reine. Sous une forme assez amusante, le pamphltaire va ainsi laisser la parole un personnage intermdiaire qui lui permet de rester neutre devant son tmoignage historique. L'auteur se ddouane ainsi de toute subjectivit en ne faisant que transmettre le rapport du chien, commenant son crit par prvenir son lecteur de la vracit des lments prsents: "Je vois d'ici une foule d'incrdules qui, lisant le titre de cette v ridique brochure, vont la relguer au rang des contes de ma mre l'oie, ou la regarderont comme l'ouvrage d'un enrag orlaniste" (3), puis justifie sa neutralit travers le tmoignage direct de l'pagneul qu'il ne fait que rapporter: "la vrit sans far d coulait de sa plume" (8). Ce tmoignage aventureux du chien de la reine permet ainsi l'auteur de rfuter toute accusation d' exotopie Aprs tout, c'est un ami des plus intimes de la reine qui dnonce ses outrages, et ne peut par consquent tre accus d'incomptence ou de subjectivit accrue. 5.3.2 Une Mtaphore Totalisante: les Reines Criminelles In corpores en Marie Antoinette C'est tout naturellement qu'en vitant l'exotopie, les auteurs donnent souvent l'impression d'voquer sous une forme journali stique l'Histoire de France. De Frdgonde Messaline, les pamphlets reprennent d'ailleurs les crimes des reines passes pour mieux illustrer ceux de Marie Antoinette: elle personnifie alors littralement ces reines malfiques par le biais de mtaphores r currentes. L'amalgame entre toutes ces reines permet la fois au pamphltaire de "maximaliser son champ

PAGE 150

150 d'intervention" (Angenot 126) mais aussi d'introduire un "ennemi unique" afin que cet ennemi "n'ait qu'une seule tte pour tre abattu". Vritables im ages mnsiques, le souvenir raviv de la comploteuse Mdicis, du monstre Agrippine, ou encore de la cruelle Messaline, loin d'tre de simples analogies, sont bien des amalgames qui construisent le personnage de Marie Antoinette, dchane les haines, et fi nissent de convaincre l'opinion moyenne du danger que la vraie Marie Antoinette reprsente, comme en tmoignent ces titres de pamphlets: Catherine de Mdicis et Frdgonde, reines de France, aux enfers, pour servir d e supplment et de suite tout ce qui a paru sur la vie de cette princesse 12 qui affirme que Messaline" (7), I nette pour pour cette impudique Messaline. (7) ou encore le pamphlet 13 Un autre pamphlet intitul Procs criminel de Marie Antoinette de Lorraine 14 n'hsite pas rappeler constamment l'amalgame, mais fait du nom d'une de ces re ines monstrueuses assimiles Marie Antoinette un nom commun: Marie Antoinette tant ne du monstre Marie Thrse d'Autriche, "surpassant en sclratesse et en luxure les Messalines, Brunhaut, Frdgonde et Mdicis" (4) a meurtri la France, l'instar d es messalines, 12 de Mdicis et Frdgonde, reines de France, aux enfers, pour servir de supplment et de suite tout ce qui a paru sur la vie de cette princesse. Londres, 1789. 13 P 14 Procs criminel de Marie le 2 novembre 1755, et veuve de Louis Capet, ci devant roi des Franais. Paris: Cordier, 1793.

PAGE 151

151 Marie Franais"(10 11). Le nom "Messaline" devenu "messaline" est intress ant ici car il montre combien ce mot "messaline" s'est bien infiltr dans les esprits, au point de devenir une marque de fabrique contre Marie Antoinette. Ces reines maudites, toutes in corpores en Marie Antoinette, servent calomnier une reine depuis longtemps impopulaire travers une quipollence qui permet de se servir des faits historiques passs pour attaquer Marie Antoinette dans le prsent. C'est d'ailleurs la calomnie qui sert d'argument principal contre la reine. Voltaire avait par ailleurs d j compris cette tendance de l'homme fabriquer des mensonges pour servir sa cause, il affirmait dj: "L'absurdit de l'accusation, le dfaut total de preuves, rien n'arrte, et la calomnie, passant de bouche en bouche, et bientt de livre en livre, dev ient une vrit importante aux yeux de la postrit toujours crdule" (Veysman 356). La contestation politique contre la reine trouve un cho particulirement important dans cet espace fictif qu'offre la littrature, puisqu'elle n'a pas besoin, par dfinit ion, de correspondre une quelconque ralit, et encore moins, une quelconque vrit. Le vritable pouvoir de la fiction littraire et donc des pamphlets, est qu'ils se constituent rgl par les vrit du texte, que le texte est d'ailleurs seul pouvoir dire" (Macherey 59). Le parallle constant entre la reine Marie Antoinette et celles qui l'ont prcde ramne le lecteur dans un espace temps comprim, ou plutt dans un espace historique synchronique : si Agrippine ou Faustine se sont avres tre dans l'histoire du monde des reines diaboliques, elles

PAGE 152

152 ressurgissent dans le monde contemporain des rvolutionnaires, puisque, te lles des fantmes de l'Histoire, elles prennent corps en Marie Antoinette. Le mythe des reines maudites s'invite dans le temps rvolutionnaire, pour s'imprimer dans le prsent mental et social du lecteur. Dans cette manipulation des mentalits, Marie Antoi nette est Faustine, elle est Agrippine, elle est Catherine de Mdicis. Le sujet sensible la reine est directement associ par cette mtaphore une notion corrompue: les anciennes reines cruelles qu'a pu compter la France dans son malheur. Grce cett e opration mtaphorique, Sa1 (/Marie Antoinette/) = S1 ( "Marie Antoinette") = S2 ("Messaline") = Sa2 (/Messaline/) 15 rapport suivant: Sa1 = S2, soit /Marie mtaphore transfre les crimes de Messaline Marie Antoinette: si Messaline est une odieuse perverse criminelle, et si /Marie Antoinette/ = "Messaline", alors Marie Antoinette est une odieuse perverse criminelle. Grce aux mtaphores, la chose dite devient donc chose relle. Les pamphltaires exploitent ainsi une vision englobante des reines cruelles: les souveraines meurtrires du pass se retrouvent en Marie Antoinette, elles sont toutes "mmes". Signifiants et signifis se rejoignent en une 15 Sa est le signifiant, S le signifi.

PAGE 153

153 mme notion: Marie Antoinette. L Cette violation de la ralit par la mtaphore n'est pas anodine. Les auteurs de ces pamphlets touchent ce que la morale du lecteur rprouve: les anciennes reines n corporation littraire de Marie Antoinette dans ces reines in corporation animale, l'image des gravures qui agrmentent certains pamphlets. Dans ces m taphores animales, Marie Antoinette est la bte: Sa1 /Marie Antoinette/ devient S2 "la panthre", comme dans le pamphlet La Chasse nouvelle aux Btes Puantes et Froces 16 dans lequel la reine est une panthre chasse par le peuple: "On est fortement conv aincu qu'une Panthre, chappe de la Cour d'Allemagne, a sjourn en Elle est forte, puissante, les yeux enflamms & porte un poil roux" (5). On trouve une reproduction fi dle ce pamphlet dans Vente Nationale de la Mnagerie Royale, de tous les Animaux Vivans et Froces Etablis aux Thuilleries 17 dans lequel "la femelle du Royal Veto" est un robe de l'Impratrice Marie Les u ns prtendent qu'elle est ne d'une Hyanne (sic) et d'un Tygre; (3 4) 16 Chasse nouvelle aux btes puantes et froces qui continuent dvaster le royaume, suivie 2. Paris: Imprimerie de la Lanterne, 1789. 17 Vente nationale de la mnagerie royale, de tous les animaux vivans et btes froces tablie aux Thuilleries: conformment aux dcrets qui ordonnent la vente des bien nationaux on exposera sous huitaine les animaux de la mnagerie de Versailles transfrs a ux Thuilleries (sic ). Paris: Imprimerie des Patriotes, 1792.

PAGE 154

154 Comme pour "Messaline" devenu "messaline", ce pamphlet met en majuscule les noms des animaux; si Messaline la reine devient un vulgaire nom commun, cette fois l'animal monstre de Versailles prend toute sa puissance dans la majuscule: il devient nom propre, il remplace le nom du Roi et de la Reine. Ce transfert smantique est en ralit refoulement originaire nnaire ont d lutter contre ces animaux sauvages. L'opinion moyenne est ainsi appele se mfier et se battre contre cet animal dpeint dans les pamphlets, Marie Antoinet te. Ce phnomne animalier omniprsent dans les pamphlets sur la reine pose les bases de ce qu'Angenot (117) appelle un mundus inversus ("monde invers") puisque le rgne humain s'oppose fondamentalement au rgne animal. Si l'animalit de Marie Antoinette la dgrade en tant qu'tre humain, les pamphltaires poursuivent une dissociation plus profonde entre le peuple et Marie Antoinette en exploitant sa sexualit suppose qui s'apparente d'autant plus celle d'un animal. 5.3.3 La Mtaphore Sexuelle: entre Pl aisir et Blasphme La perversion sexuelle de Marie Antoinette intresse particulirement les pamphltaires. L'criture pornographique en France avait dj servit de nombreuses reprises critiquer le pouvoir politique, comme au temps des Mazarinades. Cet te pornographie contre le pouvoir permet non seulement au lecteur de devenir le tmoin privilgi de la dcadence royale, mais elle tient surtout un rle majeur dans l'argumentation rvolutionnaire. Cette littrature tendancieuse ne sert pas tant faire p laisir au lecteur qu' condamner une reine sexuellement pervertie:

PAGE 155

155 Quand elle a t voir le Saint 18 Les pamphlets mlent volontiers plaisir littraire et obscnit. Dans l'extrait ci dessus, la nymphomanie suppose de la reine est tourne en ridicule pour le grand plaisir du lecteur. Outre les pnis devenus de gros cervelas, c'est dire des saucissons (Seth "Gode" et "Mich" : Gode + Mich = Godemich. La pornographie sur Marie Antoinette est aussi associe au blasphme religieux, le "Saint Esprit" voqu plus haut n'est plus celui de la Trinit, mais plutt celui de l'orgasme. Pour Chantal Thomas (154), le blasphme procurait de tels frmissements que les auteurs ne peuvent que surenchrir dans ce plaisir. Pour Benveniste, blasphmer contre Marie Antoinette signifie annihiler blasphmie, crit Benveniste, est de bout en bout un procs de parole; elle consiste, D'aut res expressions contenues dans ce pamphlet finissent de mler la reine la dsacralisation: "Manette, torche donc un peu la gueule cette sainte vierge" (3), "Que saquernon pas de Dieu, y gn'a qu' lui trousser la jupe c'te poison" (4), "sacre saloppe (4), "Mais c'toit ben l'diable qui pissoit dans le l'bnitier" (6), etc. Le grotesque populaire de ce pamphlet montre quel point la reine devient irrelle. Les supposes orgies royales finissent donc de persuader l'opinion moyenne de bannir moralement la 18 Grande motion des citoyennes de divers marchs: nouveau genre de supplice mort, destin la ci Paris: Imprimerie des Citoyennes du march Saint Jean, s.d.

PAGE 156

156 reine. Dans ce mme pamphlet Grande Motion des Citoyennes de Divers Marchs la mtaphore sexuelle marque l'opinion moyenne par le martlement d'images aussi comiques qu'oses: Oui, faut nous tablir sur le comit de jursprudence civique en manire de jury de liquidation, h pre la Tuile, arrivez donc par ici avec leau de la Seine sur vos flanchette: foutez ) Dans ce passage, le lecteur peut se dlecter de certains nologismes "en manire de jury de liquidation", "flanchettes", "douges". Ici, gue continue ainsi, Antoinette tant accuse dans les pamphlets de tromper son mari tisane expectative", le "bnitier" tant son vagin. Dans la mme tirade de Manon la (un saucisson): "et voil Antoinette est caricature comme une chose sexuelle, "une chaudire pts de nnuphars" (3), elle est "une chienne ch aude aprs son caniche" (4), qui ferait mieux de se faire violer par le peuple pour la dgriser: "pre la Tuile, arrivez donc par ici avec leau de la Seine sur vos flanchette: foutez vous l, robinets pucelle des vlais" (5), le thme

PAGE 157

157 de l'eau dans ce pamphlet est une image du sperme de l'homme, mais il souligne aussi une certaine fixation orale et anale qui caractrise les parisiens dans leur relation la Reine. En effet, toutes les insultes dans ce pamphlet sont non seulement sexuelles, mais elles touchent toutes la bouche ou aux fesses de la Reine. Ainsi, nos deux rvolutionnaires, Marguerite et Manon la Rousse rvent toutes deux de fouetter Marie Antoinette avec leurs anguilles: "On pourroit ben lui en appliquer deux ou trois cent coups sur les fesses" (1), elles aimeraient pouvoir "trousser la jupe c'te poison" (4), qui est elle mme attire par les "culs", tant un "chien de nez cul" (2) qui aimerait "nous faire la nique" (3). Marguerite et Manon la Rousse voudraient ainsi la punir par ce par quoi elle a pch (comme elles le disent dans le texte), c'est dire, son "cul". L'aspect oral de ce pamphlet rside dans le fait que Marie Antoinette apparat dans leur discours comme un monstre ayant mang son peuple, "elle qui vouloit tant boire le sang de nos hommes" (3) et qui en revanche ne lui a rien donn manger: "et puis aprs le six octobre qu'elle avoit accapar la farine pour nous faire manger de l'amidon, et des haricots pourris en guise d e pain molet" (7). Toutes ces expressions, en rapport avec deux orifices, la bouche et le derrire (trois si l'on y ajoute les images de pntrations sexuelles par le vagin) dsacralisent non seulement le statut de mre du peuple, mais montre un double inc este: la mre "mange" et "nique" son peuple, mais ce dernier veut son tour la punir par le derrire. Cette sorte de complexe d'lectre ponctue donc la mtaphore sexuelle sur Marie Antoinette et marque son assassinat en tant que mre de la nation bien ava nt qu'elle se fasse guillotiner. De plus, l a mtaphore sexuelle sur Marie

PAGE 158

158 "Foutue aristocrate de l'vier" (3), "elle n'a qu' viendre se foute les poingts sur les rognons e qui a une forte connotation sexuelle et qui reprsente les sujets de la reine lorsqu devient nom commun. Communment appels les "Jeanfoutres" par le fameux journal rvolutionnaire Le Pre Duchesne les sujets de la reine se font donc "foutre" symboliquement travers cette appellation, par la Reine elle mme: "Les bons avis du Pre Du chesne la femme du roi et sa grande colre contre les jean foutres qui lui intressant du Pre Duchesne avec la femme du roi au sujet de la Constitution; sa grande co lre contre les jean dessus dessous" (348). Le verbe "foutre", cependant, trouve ses vritables origines dans le serment que portait jadis le peuple son Roi: F. Gnin explique ces locutions [Foutre le camp; Jean foutre] par les mots fal et faut qui prenait les formes feut et fout signifiant foi jure, serment prt au souverain. Il y avait aussi l'adjectif foutu, pour dsigner celui qui avait trahi ce serment. (V. Ducange, Fidelitas .) Ce mot tait la p lus sanglante injure, car, sous le rgime fodal, la fidlit tait la seule garantie sociale: "Barthlemy Gentil, qui estoit un faulx, mauvais, traistre, fautif et foutu chevalier." (Grandjean 500) Ce langage la fois cru et provocateur sert vritablemen t heurter le lecteur, et mme "l'empoisonner" comme le montre Angenot travers une citation de Marcel Laurent: "Une fois adopts, les mots empoisonnent les usagers, corrompent tout le systme des relations humaines" (Angenot 95). Le pouvoir de ces im ages, travers l'exploitation dtourne de ces mots, donne non seulement du plaisir au lecteur, mais il permet l'auteur de jouer avec une illusion

PAGE 159

159 au dtriment de toute ralit, illusion qu'il rend socialement viable. Pierre Macherey traite ainsi de ce mcanisme de l'illusion: "la rigueur propre au mcanisme de l'illusion style (mot, tour ou artifice de composition) s'impose comme objet littraire d'abord par sa valeur obs obsession sur les bats sexuels et libertins de la reine afin de changer la vision que les lecteurs peuvent avoir dans la ralit de Marie Antoinette. Le passage de l'illusion narrat ive au monde rel du lecteur se fait travers ce medium qu'est le pamphlet. En d'autres termes, si ces crits ne se prsentent pas comme rcits ralistes part entire, c'est le medium littraire qui leur permet de s'infiltrer dans la ralit du lecteur en lui insufflant une illusion qui, tellement rpte l'intrieur du discours, finit par pntrer l'horizon social de ce lecteur et convainc celui ci diffrents degrs des "vrits" exposes. Dans ce mme pamphlet Mme Sarrasin fait un jeu de mot dont seul le public de arriv, faut te dpcher de vendre tes anguilles, il pourrait bien en prendre pour Marie (sic)." Les "anguilles" en question sont un synonyme signifie en ralit "le pnis", mais il y a aussi un rappel ironique sur les problmes arriv," et une reine nymphomane qui le trompe "faut te dpcher de vendre tes anguilles". Les sous sexuelle qui se rpand dans le texte ds l'vocation du mot "a nguilles". Le roi tant

PAGE 160

160 hommes pour assouvir ses envies ben lui en appliquer deux ou trois cents coups sur les fesses" (1). Cette reprsentation constante d'une reine vicieuse livres la verve populaire finit de la dsacraliser, et impose la nation une libert de parole sans prcdent. Ce qui a cependant p reine de perdurer tout au long des annes pr rvolutionnaires et rvolutionnaires, c'est qu'elles taient finalement la mode, tant au niveau politique que culturel: ene tablir des contacts troits avec l'idologie changeante du quotidien, s'en imprgner, se nourrir de la sve nouvelle qui est scrte. C'est organique et ininterrompu avec l' idologie du quotidien d'une poque donne qu'elle est capable de vivre cette poque [..]. Ce lien rompu, elle cesse d'exister, car elle cesse d'tre apprhende comme idologiquement signifiante. (Bakhtine 131) 5.4 Observations Finales Nous pouvons dir e que l'criture pamphltaire a une vocation probablement plus universelle que l'criture thtrale, notamment parce que ces crits se distribuent plus facilement et plus librement qu'une pice de thtre. Ils doivent ainsi s'adresser au plus grand nombre, tout en essayant d'incorporer dans leurs textes un lecteur vis puisque tout de mme tels types de pamphlets domineront certaines villes plus que d'autres, et s'adapteront ainsi au lecteur de ces localits. Ainsi, les pamphlets de Paris incorporeront des thmes chers au Parisiens, tel que celui qui fait l'objet de l'analyse de ce chapitre: la reine monstre Marie Antoinette. Ces pamphlets sur la Reine de France exploiteront la forme agonique de l'criture radicale et construiront une ralit "de fiction", ou ralit "imaginaire", directement

PAGE 161

161 inspire de l'histoire de France, passe ou contemporaine au lecteur. Le pouvoir vocateur de ces crits pamphltaires aura certainement plus de rpercussions Paris, ville qui compte un public largement non analphab te. Cette tude des pamphlets sur la reine Marie Antoinette montre aussi combien la littrature radicale a pu rgnrer l'horizon idologique des Parisiens en crant un lieu vritablement paradoxal dans lequel les mtaphores sexuelles et animales vont perm ettre aux auteurs d'imposer une parole hypervridique qui transformera des dlires imaginaires sur les excs de la Reine, en vrits irrfutables, imposant alors sur le lecteur une "conviction de fort intrieur" (Angenot 40). La psychologie de corps social qui natra de ces crits, amnera ainsi le Tiers tat lecteur raisonner par la fiction (Angenot 193). Vritables guides de la Raison, les pamphlets sur la Reine sduiront par ailleurs ce Tiers tat de Paris en l' in corporant directement dans leurs cr its: le personnage modle que ce Tiers tat reprsente aux yeux des auteurs, leur permettra de s'affranchir, sur un plan symbolique, de toute retenue que le statut sacr de la Reine leur aurait impos dans le Rel. En effet, en lisant les dialogues oss de personnages qui leur ressemblent fortement dans les pamphlets, ce petit peuple va enfin avoir le courage d'imiter leurs alter egos de papier et commencer voquer de faon crue une Reine jadis rvre par son peuple. La littrature radicale montre ainsi son pouvoir cathartique et performatif; l'exploitation des insultes permettra aussi aux auteurs de confrer cet crit radical un pouvoir "magique", car il marquera socialement la Reine dans les mentalits des lecteurs. Mais l' in corporation de ces dern iers dans les pamphlets n'est pas la seule: par une manipulation mtaphorique, les reines monstres de France se retrouveront toutes

PAGE 162

162 in corpores en Marie Antoinette. Elle sera alors le Mal par excellence, ce que viendront confirmer les pamphlets pornograph iques qui circuleront sur son compte. La langue adopte sera alors celle du blasphme et du libertinage pouss son degr le plus haut, amenant le lecteur considrer l'ancienne mre de la Nation comme une catin et mre incestueuse envers son peuple. Le lecteur sera alors empoisonn par l'auteur pamphltaire, la ralit n'aura plus droit de cit dans ces crits, la fiction tablissant une vrit parallle mais cependant irrfutable.

PAGE 163

163 CHAPTER 6 LES PAMPHLETS TOULOUSAINS Devant le Comit de Salut Public du 27 janvier 1794, Bertrand Barre de Vieuzac commence son discours ainsi: Je viens appeler aujourd hui votre attention sur la plus belle langue de l'Europe, celle qui, la premire, a consacr franchement les droits de l homme et du ci toyen, celle qui est charge de transmettre au monde les plus sublimes penses de la libert et les plus grandes spculations de la politique" (Barre de Vieuzac 1). Ce discours adress au Comit de Salut Public cinq ans aprs le dbut de la Rvolution, mo ntre combien la question linguistique est encore au centre des dbats. Pour concrtiser cette unit franaise que cherche tant la Rvolution, certains hommes politiques, l'image de Barre, voudraient imposer le franais comme seule langue de la libert. Pourtant, dans leur article Les Politiques linguistiques des tats Gnraux Thermidor (Boyer et Gardy 51 71), Alain Alcouffe et Ulrike Brummert voient dans cette vision de la langue qu'entretien le dput Barre une volont de prserver le bilinguisme to ut en adoptant une politique de propagation du franais sur tout le territoire. D'un autre ct, les deux chercheurs opposent le bilinguisme "acceptable" de Barre au rapport de l'abb Grgoire (1794) pour qui l'radication des varits linguistiques doit laisser la place une seule langue d'tat: le franais. Cette rupture idologique et irrversible entre les deux hommes s'appuie sur les forts soupons de fdralisme qui hantent Paris, alors que les Montagnards et les Fdralistes ne cessent de manipuler l'opinion publique en brandissant sans cesse le spectre de la rvolte. En effet, si selon eux deux tiers des dpartements taient contre rvolutionnaires, dans la

PAGE 164

164 Convention (E dmonds 23). Mais afin de ne pas laisser le champ libre aux Fdralistes, souponnes de fdralisme, et dclare crime capital toute attaque mene contre Toulouse, qui n'est plus alors que la capitale symbolique du Languedoc, puisque l'ancienne province s'est vue redcoupe en dpartements ds 1789, cassant par la mme occasion l'unit sociale et culturelle qui caractrisait le Languedoc, se voit rapidement souponne de fdralisme. En effet, alors que la Constituante tente d'imposer sa rforme sur la Constitution civile du clerg, les Toulousains commencent s'exprimer contre la venue de prtres asserments dans leurs glises. Dans son article La Rvoluti on, l'Eglise, la France: le serment de 1791 Timothy Tackett explique ce genre de phnomne par le nombre d'habitants qui caractrise chaque ville; il note ainsi que le pourcentage de prtres jureurs dcrot en fonction de la taille des villes. Selon Tacke tt, les petites villes de moins de 8,000 habitants ont plus de 52% de prtres jureurs, alors que les trs grandes villes de plus de 50,000 habitants n'ont plus quant elles que 25% de jureurs, l'exception de Paris qui en compte 57%. Tackett lie principa lement ces deux tendances au fait que les grandes villes, ayant un clerg plus consquent, donnaient l'opportunit aux prtres de se regrouper afin de discuter ensemble de la rforme, et par consquent de refuser le serment travers une certaine pression sociopsychologique (142 44). En ce qui concerne Toulouse, c'est aussi la prsence importante de l'glise dans la ville qui marque un profond attachement de la population pour le Pape, avec ses 90

PAGE 165

165 glises ou chapelles, 20 couvents d'hommes et 23 couvents de femmes (Boyer et al. 368). En tombant sous le contrle de la Nation avec la Constitution civile du clerg, l'glise perd de son influence, ce qui inquite les Toulousains. Dans son ouvrage Rvolution et Terreur Toulouse (1980: 29) Martyn Lyons rappelle d'ailleurs que 7% des Toulousains travaillent comme domestiques auprs du clerg, des magistrats et des nobles. Par ailleurs, cette mauvaise opration contre l'glise va aussi toucher le Parlement qui perdra par ailleurs de son pouvoir au profit de la cen tralisation politique Paris. Or, les parlementaires attirent aussi beaucoup de plaideurs qui visitent la ville et font ainsi vivre les artisans. Ce dmantlement organis par Paris de l'glise et du Parlement amnera une certaine rvolte plus symbolique que relle du peuple toulousain, travers les pamphlets, rvolte qui s'entendra par ailleurs en occitan. Paris se poser plusieurs questions politiques: comment ce peuple de France, htrogne de par ses diffrentes cultures rgionales, peut il s'unir au niveau national? Ce ne sera qu' travers un certain objectivisme que les rvolutionnaires tenteront la fois d'unir ce peuple pluriel mais aussi de systmatiser les reprsent ations idologiques qu'il doit tout prix incorporer. La question se posera alors: quelles diffrences irrconciliables peut il y avoir parmi la nouvelle nation franaise, et comment les annihiler? Pour rpondre cette question, nous reviendront sur un c oncept central du sociologue Pierre Bourdieu, qui dfini l'Habitus comme l'ensemble des systmes de dispositions durables et transportables, structures structures prdisposes fonctionner comme structures structurantes c'est dire en tant que principe s gnrateurs et organisateurs de pratiques et de rien le produit de l'obissance des rgles, et, tant tout cela,

PAGE 166

166 collectivement orchestres sans tre le produit de l'action organi satrice d'un chef d'orchestre. (Bourdieu 1980, 88) L'habitus correspond donc l'ensemble des pratiques acquises par l'individu au sein de son groupe social, pratiques qui l'amnent percevoir, agir, et penser tout au long de sa vie d'une faon assez simi laire son groupe d'origine. Pour Bourdieu, l'habitus est une structure motivatrice, un mode d'emploi, une marche suivre (1980, 89), "un principe gnrateur de pratiques" prvisibles (1994, 23) hrites de son environnement social. L'homme prend ainsi s es dcisions et conoit son monde en fonction de son exprience sociale primaire et tend viter tout conflit avec un monde qui perturberait son habitus. La production pamphltaire toulousaine montrera d'ailleurs combien la lutte contre les habitus rgion aux sera un travail de longue haleine du ct des rvolutionnaires parisiens. Les diffrences fondamentales entre les us et coutumes de la capitale et de certaines villes de province, comme Toulouse, seront marques par les menaces de fdralismes qui sero nt en apparence rsorbes travers les crits pamphltaires en langues rgionales. Certains seront d'ailleurs directement traduits du franais, tout comme les dcrets et lois issus de la Constituante Paris. Ces crits, en terme bourdieusien, attesteront des "attentes subjectives" (1980, 105) des populations convaincre une population spcifique. Ce sixime chapitre reviendra d'abord sur le principal problme que voudra provinces, qui empche les populations de ces campagnes de comprendre, mais aussi de s'impliquer dans la Rvolution franaise Afin de mieux saisir cette problmatique, nous dli miterons notre analyse autour de deux concepts centraux: les notions

PAGE 167

167 d' habitude (terme d'holbachien pr rvolutionnaire) et d' habitus (terme bourdieusien). En effet, nous verrons que la politique linguistique que lancera la Rvolution, privilgiant la prem ire acceptation, omettra l'importance capitale des diffrences conomiques et sociales entre Paris et les provinces, crant ainsi une erreur stratgique considrable. Parce que chaque localit ragira diffremment aux dcrets et lois de la Rvolution, en fonction justement de leurs situations conomiques et sociales, nous concentrerons notre tude sur le problme toulousain, orient exclusivement sur le problme religieux qu'engendrera la loi sur la Constitution civile du clerg de 1790. travers le disco urs en occitan d'un prtre de Toulouse, Hyacinthe Sermet, l'origine mme de la recrudescence de la production pampltaire de la ville rose, nous explorerons les stratgies linguistiques et littraires que les rvolutionnaires et contre rvolutionnaires e xploiteront pour rallier le peuple leurs causes, notamment travers la mise en texte d'un nouveau personnage hybride, pris entre deux cultures: le Franchimand. 6.2 La Province et la Rvolution 6.2.1 Habitude/Habitus et Idologisation du Mot Pour le soc iologue franais Pierre Bourdieu, c'est prcisment le groupe social auquel appartient l'homme, avec entre autre sa famille et l'ducation qu'il a pu recevoir dans son enfance qui forment non seulement son systme de pense, mais qui le maintiennent dans u n systme de valeurs qui font parties de son tre, sans qu'elles ne soient jamais vraiment remises en question: cet habitus reprsente, pour la Rvolution, un vritable problme, tant reconnu comme une force interne l'homme, sur laquelle repose toutes s es croyances et pratiques. La pr rvolution avait dj voqu ce problme de l'habitus, cependant elle semble non seulement l'avoir sous estim, mais elle semble aussi l'avoir mal compris.

PAGE 168

168 Ce concept se retrouve volontiers dans les crits des philosophes matrialistes, pour qui l'homme se construit travers ses anctres: il hrite ainsi de leurs valeurs comme de leurs caractristiques physiques. Un des grands philosophes matrialistes de la pr rvolution, d'Holbach, reprend d'ailleurs ce concept en l'id entifiant sous la notion d'"habitude", selon l'ide que l'homme serait enchan ses prjugs cause de son ducation, au sens large: Habitu de bonne heure, soit par l'ducation, soit par l'opinion publique, soit par notre propre exprience & nos rfl exions, saisir les rapports des choses, sentir leurs avantages ou leurs dsavantages, louer ou blmer certaines actions, notre esprit se fait une suite d'ides, un systme qui lui devient habituel & familier & dont il ne peut plus se dpartir sans la plus grande peine. Voil pourquoi les hommes tiennent si fortement leurs opinions vraies ou fausses, auxquelles ils se sont accoutums croire que leur bien tre tait attach. (1774, 88) Si les notions d'habitus bourdieusien et d'habitude d'holbachi enne reprennent l'importance de l'hritage familial et social, contrairement Bourdieu qui considre l'habitus comme un systme structur mais le plus souvent inconscient, d'Holbach envisage l'homme comme le produit conscient d'une formation de l'esprit i mpose par d'autres (l'ducation, l'opinion publique), ou par lui mme (l'exprience, ses rflexions). Cette acception d'holbachienne des structures motivatrices, pour reprendre un terme bourdieusien, est pour le philosophe matrialiste au centre du probl me social, identifiant l'homme comme un enfant qui doit s'affranchir de ses parents, parfois mauvais ducateurs: besoin qu'il a de ses parens (sic), les intrts qui l'attachent eux, la ncessit de les mnager, pour obtenir ce qu'il demande, & de rprimer les lui, en raison de ces dispositi ons naturelles, que l'duction cultive de jour en jour.

PAGE 169

169 Tous les hommes commencent par tre des enfans (sic); l'ducation qu'ils inspirent leurs premiers sentiments moraux, leur co mmuniquent des opinions vraies ou fausses, bonnes ou mauvaises, utiles ou nuisibles & leur propre intrt et celui de la socit. Combien d'hommes dans le monde qui l'ducation ne fait que transmettre des ides aussi fausses que dangereuses, d'aprs la capacit de sentir les charmes de l'harmonie sociale! (Holbach 1774, 99 100) Si d'Holbach intgre, avec son concept d'habitude, l'importance de la sphre familiale et ducative dans les pratiques humaine s, il ne place pas, contrairement Bourdieu, le problme social et conomique comme moteur de ces pratiques, car pour Bourdieu, les premires expriences reprsentent des "conditions d'existence qui, travers la sent les structures de l'habitus qui sont leur tour au principe de la perception et de l'apprciation de toute exprience" (Bourdieu 1980, 90 91). Cette diffrence entre habitude et habitus est primordiale pour comprendre la contre structure dans les pro vinces de France au moment de la Rvolution: les rvolutionnaires, l'image de d'Holbach, ne mesurent pas l'importance des diffrences sociales et conomiques entre Paris et les provinces; ce manque de considration de ce qui compose rellement la structu re motivatrice des hommes des campagnes amnera la propagande vers une mauvaise stratgie clivante. En effet, les "dispositions durables et transposables" (Bourdieu 1980, 88) des pratiques individuelles (habitus) centres autour du problme social et cono mique active des expriences passes qui, dposes en chaque organisme sous garantir la conformit des pr atiques et leur constance travers le temps. (Bourdieu 1980, 91) Or, l'habitude d'holbachienne (dont hrite la Rvolution) appelant l'universalit des hommes et de la morale, refuse tout systme social et politique indpendant. Les

PAGE 170

170 provinces, souvent s ouponnes tort de fdralisme, devront ainsi se plier l'homognit sociale qu'imposera la Rvolution, ce qui crera un clivage irrconciliable entre Paris et certaines provinces comme Toulouse. Car la Rvolution, prfrant prendre en compte "l'habi tude" d'holbachienne, c'est dire l'ide selon laquelle l'homme peut se changer grce des influences externes et directes, telles que l'ducation ou mme la rflexion, va utiliser la langue comme source premire d'ducation rvolutionnaire. Parce que "l e mot se glisse littralement dans les relations caractre politique" (Bakhtine 37), ds 1789 les rvolutionnaires vont utiliser la fois le franais et les langue s rgionales pour s'adresser au peuple des campagnes et le convaincre du bien fond de la Rvolution, laquelle investit alors le march linguistique et s'adapte aux "habitudes" de chaque localit: ce qui circule sur le march linguistique, ce n'est pas "l a langue", mais des discours stylistiquement caractriss, la fois du ct de la production, dans la mesure o chaque locuteur se fait un idiolecte avec la langue commune, et du ct de la rception, dans la mesure o chaque rcepteur contribue produir e le message qu'il peroit et apprcie en y important tout ce qui fait son exprience singulire et collective. (Bourdieu 1982, 16) Le mot revt alors un important pouvoir symbolique, politique, et contre structurel: l'homme ne pouvant comprendre son monde qu' travers le prisme verbal (tout est signifi et signifiant) la langue s'impose comme outil principal de diffusion des idologies rvolutionnaires, et entend remplacer l'habitus des Franais pris dans le fanatisme impos la fois par leur ducation e t leurs anctres. Aucun mot, aucune parole ne peut et ne doit tre neutre, les rvolutionnaires vont devoir duquer les populations rurales au fait politique afin d'unifier la capitale et ses provinces autour de la Rvolution:

PAGE 171

171 Les mots sont tisss d'une m ultitude de fils idologiques et servent de trame toutes les relations sociales dans tous les domaines. Il est donc clair que le mot sera toujours l'indicateur le plus sensible de toutes les transformations sociales, mme l o elles ne font encore que p oindre, o elles n'ont pas encore pris forme, l o elles n'ont pas encore ouvert la voie des systmes idologiques structurs et bien forms. (Bakhtine 38) Il n'est ainsi pas tonnant que mme Paris, les balbutiements politiques et contre structurels de la Rvolution se retrouvent dans le verbe. Jacques Cellard revient d'ailleurs sur le lexique rvolutionnaire qui a su utiliser la parole afin de repenser et de rgnrer la nation la fois sur un plan idologique et sur un plan social et ducatif. L'h istoricit de ces inventions lexicales montre quel point la langue rvolutionnaire reflte les vnements et les bouleversements de la socit, et place les individus au centre du systme idologique, linguistique, et social. Les plus grands crivains, l'image de Babeuf, relvent la place importante du citoyen franais dans les mots de la Rvolution: "Dj j'en connais quelques uns qui prtendent avoir arsouill (vous savez toute la valeur de ce terme) dans la Rvolution, et sont tout prts se remettr e la besogne pourvu que ce soit pour tuer les coquins de riches, d'accapareurs" (Cellard 68). Dans cet extrait, Babeuf crit sur le mode dialogique en apostrophant son lecteur qui devrait connatre, de par l'histoire qu'il est en train de vivre, ce nouve au mot apport par les vnements rvolutionnaires. Loin d'tre objectif, comme l'affirme Cellard dans son introduction, "c'est un lexique des mots que la tourmente rvolutionnaire (1789 1799) a crs pour exprimer ce qu'elle vivait, ce qu'elle croyait, ce qu'elle sentait, quand notre langue ne lui fournissait pas ceux qui auraient convenu" (Cellard VII). Cette idologisation des mots se centre autour de la notion de langue officielle, qui, comme le rappelle Bourdieu dans Ce que parler veut dire (1982), est synonyme d'unit politique, "tant dans sa gense que dans ses usages sociaux" (27). Mais alors que les rfrents

PAGE 172

172 smantiques se dynamisent, une vritable polarisation s'installe entre Paris et les provinces. Si la Rvolution voudrait voir natre une Franc e libre, une et indivisible, les identits rgionales posent problme et empchent toute normalisation socio politique. Dans son tude sur "la force de la reprsentation", Bourdieu revient d'ailleurs sur la notion mme de "rgion" selon Benvniste: "L'tym ologie du mot rgion ( rgio conduit au principe de la di vision, acte magique, c'est dire proprement social, de diacrisis qui introduit par dcret une discontinuit dcisoire dans la continuit naturelle vision lgit ime du monde social" (1982, 137). 6.2.2 Le Problme Toulousain politique du pays, les dbats sur le pluralisme linguistique se cristallisent pendant la Rvolution franaise 1 Depu Cotterts (1539), le franais est reconnu comme seule langue administrative, et confirme, avec la Rvolution, son statut de langue politique et universelle. Les varits linguistiques restent cependant majoritaires dans les ancie de Franais comprennent la langue nationale: trois millions' (Grgoire 1794, 3). Si le rapport de Grgoire semble pessimiste quant au manque d'unit lingui stique en France, cela s'explique par, une fois de plus, la notion d'habitus explique plus haut. En effet, Bourdieu considre que "les 'langues' n'existent qu' l'tat pratique, c'est dire 1 Cette partie de ma thse est en grande partie la reproduction d'un article publi en 2012 dont je suis l'auteur: Viguier, Audrey. "Le Paysan dans les pamphlets toulousains en occitan: histoire d'une propagande linguistique rvolutionnaire (1789 1794)." Romance Studies 30.2 (2012): 85 96.

PAGE 173

173 les de ces habitus" (Bourdieu 1982, 29). Si Bourdieu affirme que les dialectes de la langue d'ol se francisent depuis le XIVme sicle (1982, 29), ceux de la langue d'oc ne suivent pas cette volution dans les campagnes, si ce n'est l'intrieur des admi nistrations (1982, 30). linguistique du pays: si les rgions ne comprennent pas la langue rvolutionnaire (le franais), leurs habitants risquent de se dtourner de la Rvolution o u, pire encore, de '"monolinguisme d'tat" (Lacorne & Judt 27) afin de consolider les valeurs rvolutionnaires dans les campagnes et de mieux les rpandre sur tout le territoire fran ais. Certaines grandes villes de France rsistent cependant la Rvolution. Si Marseille, Lyon ou Bordeaux sont les figures de proue du fdralisme dans le Midi, sou ffre des rformes entreprises par la Rvolution. La littrature radicale de la Rvolution viendra cependant s'immiscer Toulouse face la peur de la voir s'loigner de ses r formes, comme c'est dj le cas pour certaines autres villes. Autrefois capitale importante du Languedoc, elle se retrouve en effet affaiblie en 1790 par Paris qui prend ouse. Alors que la Constitution civile du clerg (1790) impose aux prtres de jurer fidlit la Constitution, plus de la moiti des religieux toulousains refusent d'obir. Les habitants

PAGE 174

174 de Toulouse forment alors une coalition pour soutenir leurs prtres inserments, au leurs nouvelles paroisses, sous les cailloux de la foule. La raction des toulousains la Constitution civile du clerg voit rapidement de nombreux p amphlets crits en occitan 2 circuler dans la ville, ainsi que dans les villages environnants. Dans son ouvrage Le Texte occitan de la priode rvolutionnaire (1788 1800) (1989), Henri Boyer analyse le contexte politique qui entoure ces pamphlets toulousain s, souvent emmens par les puissants de la capitale du Languedoc, qu'ils soient membres du clerg, notables, ou affilis des clubs politiques. L'ouvrage de Carmn Garabato Quand le 'patois' tait politiquement utile (1999) retrace quant lui les stratg ies discursives employes par les auteurs propagandistes de Toulouse, et souligne notamment l'exploitation accrue de certaines reprsentations traditionnelles propres au monde paysan. Le lecteur/auditeur vis par la fois les rvolutionnaires et les contr e rvolutionnaires est alors le Toulousain occitanophone, campagnard, et attach aux valeurs catholiques. Ces deux ouvrages sur l'utilisation politique des pamphlets occitans de Toulouse mettent en lumire le contexte et les techniques propagandistes manif estes de leurs auteurs, mais ils ngligent cependant les aspects plus latents qui s'intensifient autour du clivage socioculturel entre Paris et Toulouse, et qui se polarisera dans les pamphlets occitans. Mais cette fracture entre Paris et Toulouse est a vant tout une rupture linguistique qui proccupe les rvolutionnaires, au point de prendre des mesures politiques parfois contradictoires. Brunot distingue ainsi trois phases importantes dans le traitement de la Rvolution sur la disparit linguistique de la France (Balibar et Laporte 83): de la 2 Boyer, Fournier, Gardy, Martel, Merle et Pic regroupent 230 textes occitans ayant survcus la priode rvolutionnaire dans leur ouvrage Le Texte occitan de la priode rvolutionnaire 1788 1800 (1989). La production toulousaine concerne quant elle 59 de ces crits.

PAGE 175

175 runion des tats Gnraux (1788) la Convention (20 septembre 1792), des prise; de la runion de la Convention au Thermido r an II (27 juillet 1794), une politique polmiques, mais elle deviendra le principal outil idologique contre le problme mouvements contre 12 juillet 1790. Cette nouvelle loi sur le clerg touche ainsi la France de diverses faons, et polarise les tensions entre Paris et Toulouse si dans la capitale 54% des curs prtent s erment (Pisani 1908, 194), Toulouse seulement 40% des curs et vicaires font de mme, sous la pression (Godechot 132). Mais Toulouse, le pre H yacinthe Sermet 3 Languedoc refuser la nouvelle loi et dcide de prendre la parole en faveur de la rforme, St Genis, prs de Toulouse. Pour ce futur prtre jureur, les toulousains ne pour la premire fois un discours patriote dans leur l angue le 14 juillet 1790, Sermet est rformes de la Constituante (1789 1791), le Carme espre pntrer l'esprit des e aussi importante pour les 3 Pisani revient sur la vie de Hyacinthe Sermet dans son Rpertoire biographique de l'piscopat constitutionnel (1791 1802) (1907).

PAGE 176

176 Toulousains: le maintient de certaines des valeurs catholiques fondamentales travers Constitution: Aquel sent Apostoul les aimabo tr naut del Cel nostr bounhur. Nou troubara dounc pas mechant que jou empruntei abouei las expressieus, per bous felicita del gran cambiomen, Rouyaum, Constitutieu, per bous exhourta l'oubserba fidelomen [...] & anfin, per bous recoumanda, se jamai se troubabo de gens prou ecerbelats & prou o de lions, & de nou recula jamai. (Sermet 2) les expressions, pour vous fliciter du grand changement que l a main toute trouvait des gens as bon, de la dfendre comme des lions, & de ne jamais reculer. Nul doute que pour Sermet, ce moment l, pour apprivoiser la Rvolution Toulouse, il faut que la langue se l'approprie d'abord (c'est a insi qu'il s'assure de s'adresser une population spcifique, celle de Toulouse), l'image de ce que Bourdieu rappelle: "Le conflit entre le franais de l'intelligentsia rvolutionnaire et les idiomes ou les patois est un conflit pour le pouvoir symboliq ue qui a pour enjeu la formation et la r formation des structures mentales" (1982, 31) dont le but est d'imposer une "reprsentation du monde social qu'il [le discours] vhicule" (31). Ainsi, le sermon de cet homme d'glise a une forte signification symbo lique: l'intention premire de Sermet est de tisser un lien presque charnel avec les Toulousains en les invitant dans leur propre langue entrer dans la Rvolution. De plus, c'est aussi pour convaincre les Toulousains de ne pas se tourner vers le fdrali sme qu'il va s'adresser plus spcifiquement aux soldats locaux et

PAGE 177

177 leur expliquer en quoi la nouvelle Constitution protge les leurs en s'inspirant directement de l'vangile: aquest Couma ndomen, Aimarets bostr prouchen, coumo bous autrs memos Point de distinctieu: qu'aquel pens coumo bous aus, ou d'une autro maniero, dibets l'aima toujoun." (24) Vous aimerez votre prochain, comme vous mme. Point de distinction: que celui ci pense comme vous autres, ou d'une autre manire, vous devez toujours l'aimer. La sduction des troupes toulousaines se fait sous l'angle religieux, parce que cette population met ses croyances catholiques au centre de sa vie. Sermet, par ailleurs, voque les grandes injustices que les familles de ces soldats devant lesquels il parle, majoritairement paysannes, ont pu subir travers les temps jusqu' la Rvolution pour justifier leur soutien: L'arpent de bigno, ou le campet des paur Paysan, en recoumpenso sans doutt de ce qu' forso de brasss & de susous despouillabo la terro de fasion cas de sa bido, qu'autant qu'ero necessario per counserba la lour. (6) L'arpent de vigne, ou le champ du pauvre paysan, en rcompense sans nul doute de la force de ses bras & de sa sueur a dbarrass la terre de ses fai saient cas de sa vie, qu'autant qu'elle tait ncessaire pour conserver la leur. Le thme des difficults conomiques que rencontrent les familles de paysans est par ailleurs associ, une fois de plus, l'vangile qui soutient, comme l'affirme Sermet, une rgnration de la France travers une galit (que la Constitution contribuera apporter): ourdouno, que cadun countribu

PAGE 178

178 C'est donc grce ce premier serme nt fait en occitan que Sermet, en voquant les familles des soldats et les bnfices qu'elles retirent de la Constitution, les engage dfendre le projet: Bous recoumanda, se jamay se troubabo de gens prou ecerbelats & prou enratgeats per l'attaqua, de t eni cop, de la deffendr coumo de lions, & de nou recula jamay. (3) Je vous recommande, si jamais il se trouvait des gens assez cervels & assez enrags pour l'attaquer, de tenir le coup, de la dfendre comme des lions, & de ne jamais reculer. Grce la Constitution, les paysans auront eux aussi la chance de promouvoir leurs efforts et d'en retirer tous les fruits, ce qui n'tait pas le cas pendant l'Ancien rgime: Mes quantis, quantis, quantis, dount le noum & la naisseno fasion tout le meriti! Cependa nt eron autant arrougants que mesprsabls. Le nebout d'un Cardinal, se sap la Messo tout just, nou sera jamay qu'un Et le fil d'un paysan, s'es actif, balent, couratgeous & intelligent, pouira espera de pourta un joun le bastou de Marechal de Frano. (7 9) Mais combien, combien, combien, dont le nom & la naissance en faisaient tout le mrite! Ils taient cependant aus si arrogants que mprisables. Le neveu d'un Cardinal, s'il connat tout juste la Messe, ne sera jamais Et le fils d'un paysan, s'il est actif, vaillant, courageux & intelligent, pourra esprer de porter un jour le bton de Marchal de France. Mais le discours de Sermet soulve rapidement la polmique Toulouse, au point re. En 1791, 85 % des pamphlets toulousains (en serment constitutionnel (Boyer et al. 391). Pourquoi une telle opposition Sermet et la contre structure propose par

PAGE 179

179 qui les prtres catholiques traditionnels (et souvent non jureurs) sont au centre de la vie sociale, et ont par a illeurs une influence importante sur la vie familiale. De plus, la peur s'installer, comme cela fut le cas avec les protestants plus de deux sicles plus tt 4 Toulouse cul accrue, au poi Tolrance de 1787 soit ajout pour que les protestants ne puissent tre candidats aux postes de maires, capitouls, consuls et chevins (Lyons 44). similaire celle du protestantisme, la loi sur les prtres jureurs oppose ds lors Toulouse Paris. Si cette querelle religieuse s'empare des esprits toulousains, du ct de Paris la dfiance tourne plutt autour des es pamphlets toulousains, Fournier remarque occitans, et "laissent apparatre plus nettement le mpris du paysan et de sa langue" des paysans, et leur attachement leurs langues locales ce qui ne faciliterait pas l'adoption pourtant ncessaire de certaines rformes telles que celles sur la Constitution 4 Les pamphlet raison des catholiques: "Sermet qu s [disio?] lour ternel amic/ Es dbengut taleu lour cruel nmic!/ Atal fasio Luther l gus, bous scourjabo" (12). (Sermet qui se [disait?] leur ternel ami/ Est devenu aussitt leur cruel ennemi!/ Luther faisait pareil en Au loup! Toulouse: n.p., 1792.

PAGE 180

180 civile du clerg. Cependant, ds 179 France et ses provinces autour de la Rvolution; Michel de Certeau note que le pays se divise alors entre un "nous" des rvolutionnaires et un "eux" des paysans (Certeau 58). La diffusion des pamphlets franais, bilingues, ou mme en occitan, permet d'annihiler en quelque sorte le monopole de l'habitus linguistique des populations locales, qui utilisent alors la langue dans leur propre contexte social (fermier par exemple), mais devant dsormais l'adap ter la langue politique. 6.3 La Colonisation par la Langue 6.3.1 L'Infiltration de la Langue Franaise cette division identitaire entre Paris et Toulouse, s'ajoute un troisime groupe de personnes, vritable synthse du "nous" et du "eux": les Toulous ains bilingues, ou tout simplement cette partie du peuple qui essaie de parler franais tout en s'efforant d'emprunter certains traits culturels aux francophones. Cette figure de proue idale du citoyen des provinces montre, travers la matrise de la la ngue franaise, une vritable volont de s'identifier pleinement la nouvelle nation qui sera dsormais une et indivisible 5 Pour gnraliser l'image de ce citoyen idal des provinces, la Rvolution sait qu'il faut d'abord le rallier sa cause et l'engag er dans les rformes. Les dputs de la Constituante accentuent ainsi la propagande dans les provinces, mais n'osent pas encore imposer le franais. Ce sera donc en occitan que les auteurs rvolutionnaires vont lancer leur propagande, et n'hsiteront pas projeter l'image de ce citoyen idal dans les pamphlets, travers la figure du paysan "bilingue" qui tmoignera de son 5 Voir l'article de Trotter sur cette expression de la Rvolution dont l'origine remonterait au concept chrtien de la Trinit. Une et indivisible": variation and ideology in the historiography and history of French (2006, 359 76)

PAGE 181

181 entire participation la rvolution nationale Si Paris le personnage central est ce rvolutionnaire issu du peuple, Toulouse il est un paysan qui est par ailleurs aussi repris par les contre rvolutionnaires, comme pour rpliquer l'utilisation explicite des figures locales, transformes alors en antonymes du Paris rvolutionnaire. La couleur locale fait alors partie intgrante d 'une contestation qui se veut raliste, jusque dans les titres des pamphlets: Dialoguo entre dus Paysans des embirous de Toulouso. Fayt par un chassur de la legioun de la Daurado de Garres (Toulouse: sn.) Dialoguo entr dus Paysans des embirouns de Toulous (Toulouse: sn., 1791) Cansou cantado ps habitans d Snt Sermet (Toulouse: sn., 1791 ou 1792) La parole populaire, et plus prcisment c elle du petit peuple des campagnes, se fera ainsi majoritairement en occitan, ce qui revt une signification hautement symbolique, mais aussi pratique. En effet, sur un plan symbolique, l'utilisation de l'occitan dans la parole politique permet aux rvolut ionnaires, mais surtout aux contre rvolutionnaires occitanophones d'imposer "un discours performatif, visant imposer comme lgitime une nouvelle dfinition des frontires et faire connatre et reconnatre la rgion ainsi dlimite contre la dfinition dominante" (Bourdieu 1982, 140). Or, dans le contexte historique de la Rvolution, au moment o les pamphlets occitans s'imposent, la Constituante est en train de crer de nouvelles entits administratives qui doivent remplacer les provinces de l'Ancien r gime. Le Languedoc, dont Toulouse est la capitale, se transforme en un dpartement qui ne correspond plus vraiment sa province originale. Cette impulsion occitane dans les pamphlets peut ainsi expliquer une certaine volont de la part des Toulousains de raffirmer leur identit

PAGE 182

182 languedocienne. La langue occitane fait symboliquement l'objet d'une "rvlation" et d'une "construction" (Bourdieu 1982, 140) qui raffirment une identification ethnique propre. Mais si la langue vient en aise aux rvolutionnai res, un problme se pose: comment un paysan du Languedoc pourrait Rvolution qui prend ses dcisions Paris? Dans son discours St Genis, Sermet comprend que ce n'est qu' travers un certain relativisme que les Toulousa ins ragiront aux diffrentes dnonciations des rvolutionnaires contre l'Ancien rgime. Ainsi, alors dnonce quant lui certains prtres de Toulouse qui n'assureraient pas m me un service minimum leurs ouailles, au dpend d'ailleurs des curs les plus pauvres et proches du peuple: bic jamay ni en cadiero, ni dins un cousfessiounal, et que nou randio cap trouteja de soun p dins las fangos, toujoun accaplat del ps del joun et de la neit, abio peno un Pa picho u per el et sa fillo e serbici? (1790: 13) Un gargantua, qui disait peine peut jamais vu en chaire, ni dans un confessionnal, et qui ne rendait aucune in, troupeau, toujours trottiner avec ses pieds dans la boue, toujours accabl de poids jour et nuit, il avait peine un petit Pain pour lui et sa fille et le service? Ce relativisme qu 'offre Sermet sur les problmes supposs du clerg de Toulouse permet ainsi la Rvolution de se dcentraliser en adaptant son discours propagandiste aux populations des provinces, afin d'viter la sdition tant redoute que contemplent certains fdralis tes. C'est donc sur un plan thmatique spcifique aux problmes toulousains que Sermet engage l'argumentation propagandiste, mais pas

PAGE 183

183 seulement. Puisqu'il est le premier utiliser l'occitan en tant que parole rvolutionnaire, il veut aussi crer de bonnes "conditions de rception" (Bourdieu 1982, 75), Sermet va ici anticiper consciemment le march linguistique afin de maximiser "les profits symboliques" (76) qu'il pourra recueillir au nom de la Rvolution. Si les problmes religieux acclrent d'une part l a production de pamphlets ds 1791, puisque ce thme concernera d'ailleurs plus de 85% de cette production (Garabato 53) ils s'attaqueront aussi aux impts, aux privilges seigneuriaux, ou encore aux conditions de vie et de travail des domestiques de Tou louse; ces thmes restant trs minoritaires. Si les forces politiques de Toulouse se chargent, l'image de Sermet, de la thmatique des pamphlets rvolutionnaires, Paris la Constituante se charge quant elle de diffuser dans les provinces les discou rs et dcrets rvolutionnaires en lanant, ds le 14 janvier 1790, une importante politique de traductions Dans le Midi, Dugas est charg de superviser le travail dans 23 dpartements: il demande ses collaborateurs alit, et russit admirablement sa tche, avec des traductions effectives sur la quasi totalit du Grand Sud ( Schlieben Lange 66) Boyer (1989, 457) voit dans cette vaste campagne de traductions une mise en scne du respect des diffrences rgionales, mise 'spectacle mdiatique', pour viter toute sdition et combattre le fdralisme par reconnat ainsi trois objectifs propagandistes pri mordiaux pour la Rvolution: 1. En ce qui concerne le peuple, on lui "explique" en occitan et en termes modrs les enjeux et les pripties de la Rvolution mais on va surtout chercher le gagner/conserver une cause ou du moins le neutraliser. 2. En ce qui concerne le "lettr", celui qui joue le rle de lecteur public, il

PAGE 184

184 3. leur idiome. (1985, 304) L'objectif de ces traductions est ainsi d'vite r aux provinciaux de se sentir exclus de la Rvolution. Comme le souligne Bourdieu, le rapport troit qu'impose la comptence linguistique et l'inclusion dans l'univers social "o elle est exige", peut en effet condamner l'interlocuteur au silence (1982, 42), mais grce aux traductions, ce ne sera pas le cas, en tout cas, sur un plan symbolique. Si Boyer voit avant tout une propagande politique derrire cette campagne de traductions, c'est aussi sur le terrain social que la Constituante engage sa bataille travers cette infiltration par la langue, les dputs se livrent une vritable dcentralisation de la parole rvolutionnaire dont le but est d'duquer le paysan esclave de ses habitudes apolitiques hrites de l'Ancien rgime. Michel de Certeau compa re ainsi ce paysan "un colon" (157) que le "colonisateur" (le rvolutionnaire de Paris) voudrait rendre citoyen. 6 les (Certeau 144) doit en effet se dtacher entirement du systme fodal qui divisait le parlant pas la langue politique de Paris, les provinces avai ent trop longtemps t les La fodalit, qui vint ensuite morceler ce beau pays, y conserva soigneusement cette disparit d idiomes 6 Michel de Certeau consi dre que les campagnes franaises sont vcues par les rvolutionnaires de Paris comme un "Moyen ge permanent" de "traces dtestables d'un pass que la Rvolution veut achever de dtruire" (148).

PAGE 185

185 comme un moyen de reconnatre, de ressaisir les serfs fugit ifs et de river leurs chanes". raison principale pour laquelle il faudrait plus tard radiquer les varits linguistiques leurs ce mme argument: les rois de France auraient en effet encourag les langues rgionales et la mconnaissance du franais pour tenir loignes les masses du pouvoir: "le pouvoir monarchique pouvait les arguments de rvolutionnaires tels que ceux de es administrations francophones sur tout le territoire. De plus, le pouvoir royal avait aussi dvelopp la francisation du Midi sur un plan architectural assez ambitieux, en privilgiant une standardisation tourne vers Paris. Robert Lafont note ainsi que '"out est fait la franaise: boulevards, alles, jardins, places, maisons. Les modles parisiens et versaillais rgnent. sont plutt les grandes villes comme Toulouse qui ont su profiter de cette francisation. Autour de ces villes, les paysans n'avaient qu'un contact minimaliste avec la culture francophone de Paris et sa langue franaise; seuls les curs des villages assuraient le relais entre les deux cultures. Ainsi, lorsque les premires traductions de la Rvolution arrivent dans le Midi et ce, ds 1790, elles semblent ncessaires. Cependant, si elles

PAGE 186

186 sont accueillies avec enthousiasme, elles se heurtent rapidement un problme technique majeur: la langue franaise, plus progressiste, ne cesse de se transformer et voit apparatre un nouveau lexique 7 qui se rvle souvent impossible traduire en langues locales, encore trop archaques et bases sur le terroir. 6.3 Le Paysan dans les Pamphlets Toulousains 6.3.1 Incom patibilit avec la Rvolution de Paris Comment les paysans pouvaient ils comprendre ces nouveaux mots imports de Paris? Leur exprience sociale se rduisait un rapport quotidien avec la terre et le pulations rurales et ceux des rvolutionnaires de Paris amne ainsi une vritable incomprhension langagire entre les deux populations. Les pamphlets occitans relvent ainsi une fois de plus cette incompatibilit entre le "eux" parisien et le "nous" des p aysans occitanophones. Le pamphlet toulousain Le Seul bon sens (1791) soulve ce problme en mettant en scne un Franais bilingue qui essaie d'expliquer un occitanophone le mot aristocrate ne sachant pas exactement ce que dsigne un tel concept import de Paris: quicom, cal ab estudiat. Beleu au sabets Moussu Mestr Picard, bous vous? vous tions un tre comme moi, Jeanneau. PICCARD. Moi, je sommes pas Aristocrate. BERDAULOU. Bous est doun 7 Ah! a ira -: ces mots que nous devons la Rvolution (1989) qui donne une liste exhaustive de tous les mots crs ou dont les sens ont t changs par la Rvolution.

PAGE 187

187 nation... Comprenez me... (Le Seul bon sens 1791, 2) pour y comprendre quelque chose, il faut avoir tudi. Peut tre vous savez Monsieur M atre Picard, vous qui parlez le franais, ce que a veut dire? vous? vous tes un comme moi, Jeanneau. ce? PIC CARD. Moi, je ne suis pas Aristocrate. Si cet occitanophone a bien du mal Aristocrate (et non pas Sitocrate avant tout sur le terrain social et linguistique: en ralit, le nologisme Sitocrate rvle, travers son tymolog ie grecque sito une valeur plus terrienne, plus proche de la ralit paysanne, dsignant "la nourriture" (Alexandre 662); c'est ainsi que le paysan ramne un concept inconnu de la ville sa propre ralit campagnarde, Aristocrate et Sitocrate symbolisant un lexiq ue et une culture irrconciliables. Il est cependant intressant de revenir un pamphlet parisien voqu dans le chapitre prcdent: Grande Motion des Citoyennes de Divers Marchs mettant en scne des femmes du petit peuple de Paris, puisqu'il reprend ce mot istocrate En effet, si les opposantes Marie Antoinette dans ce pamphlet parlent de ces "maudits" aristocrates l'une d'entre elles, Manon La Rousse, certainement la plus vulgaire mais la plus patriotique, parle d' istocrate : "Que saquernon de Dieu, y gn'y a qu' lui trousser la jupe c'te poison [Marie Antoinette]; a veut faire l'istocrate, eh hu donc, chienne de dvideuse d'outils du Antoinette ayant eu maille partir avec les

PAGE 188

188 Poissardes de Paris, qui elle aura it par ailleurs conseill de manger de la brioche si elles n'avaient pas de pain, est donc ici traite d' istocrate rate. L'acceptation grecque de ce nologisme, oppose, d'une part, le peuple la reine Marie Antoinette pour Paris, puisqu'elle voudrait jou er l' istocrate n'tant en fait qu'une "dvideuse d'outils du premier comprend pas le concept d' aristocrate n'ayant qu'une seule proccupation: la nourriture, d'o le mot istocrate La Rvolution Toulouse, tout comme propos de Marie Antoinette Paris, marque une importante rupture avec le peuple travers ce nologisme. De plus, cette incomprhension lexicale montre combien l'exprience rvolutionnaire ne russi pas s'adapter l'habitus des populations locales, et par consquent, ne peut qu'chouer. En effet pour Bourdieu, l'exprience et l'habitus doivent tre "compatibles": "les effets qu'une exprience nouvelle peut exercer sur l'habitus dpendent de la relation de 'compatibilit' pratique entre cette exprience et les expriences dj intgres l'habitus sous forme de schmes de production et d'apprciation" (1982, 84). La Rvolution Toulouse ne s'adaptera jamais l'exprience terrienne des paysans, et par c onsquent, l'incompatibilit dj latente se confirmera dans les pamphlets contre rvolutionnaires. Ce mme pamphlet voque plus haut, Le Seul bon sens, oppose de la mme faon la Rvolution franaise Toulouse, travers l es noms des personnages, qui d notent une certaine opposition entre les deux entits, l'image de Piccard, personnage rvolutionnaire, dont le patronyme rappelle la concurrence rgionale entre occitanophones et picards, la langue picarde tant perue l'poque comme celle qui a su inf

PAGE 189

189 oncurrence Piccard, le francophone de ce pamphlet, est donc le reprsentant privilgi de la Rvolution franaise aux yeux des personnages occitanophones. 6.3.2 Le Franchimand Quant aux occitanophones qui tenteraient le bilinguisme afin de se rapprocher du Paris rvolutionnaire, la contre rvolution n'hsite pas les railler dans des pamphlets qui, partis du problme religieux, ont volu vers un traitement plus gn ral des qui hante les Toulousains. Ces contre rvolutionnaires crent ainsi dans leurs pamphlets une caricature de ce patriote du Midi qui commence balbutier s es premiers mots en franais. Dans le pamphlet Un Pam de nas, ou Le Sourtiletche lebat 8 (1791) le paysan patriote du Midi n'est autre que la Flamberjo, qui essaie firement de s'opposer LA FLAMBERJO. Tais blu, che [...] es bous, la Flamberjo; que bous a fait aquel drolle? [...] M. TOUTSENS. Pierroutou, calo te: as tort de parla atal [...]. Les Dmoucratos fan mal; son plaigne; mais les cal pas insulta. LA FLAMBERJO. Couman, satroblu, che fais mal, & che suis plaindre, parce que je suis Dmoucrato! cela n 2) LA FLAMBERJO. Tais [...] 8 Un Pam de nas, ou Le Sourtiletche lebat Toulouse: n.p., 1791.

PAGE 190

190 a t il, qu'y a t il, Pierroutou?..... homme? [...] M. TOUTSENS. Pierroutou, calme toi: tu as tort de parler ainsi [...]. Les Dmocrates agissent mal; ils sont plaindre; mais il ne faut pas les insulter. LA FLAMBERJO. Comment, sacre bleu, je fais mal, & je suis plaindre, La Flamberjo reprsente le compromis idal entre un Paris francophone et une Toulouse occitane; en parlant franchimand, les traits caractristiques des Franchimands du Midi. La Flamberjo remplace ainsi les mots occitans par des mots franais, mais ces derniers gardent le systme phontique devient / /, les consonnes finales se prononcent toutes, etc. Un autre dtail qui retient particulirement l'attention est celui du 'che' ("je" en franais), car il reprsente si en franais la lettre J se prononce / /, en occitan elle se prononce /d /, mais devient / / en franchimand, montrant ainsi un glissement intermdiaire entre les deux sons franais et occitans: Figure 6 1 Le franchimand

PAGE 191

191 aux rformes de la Rvolution; si au dpart La rvolutionnaires, M. issent dbattre dans leur langue: be, es en aqueste moumen un homme que rasouno mal en poulitico, que quitto sa Rligiou, nou y es pas accoustumat: seren ma nostre ais. (2) ce moment un homme qui raisonne mal en politique, qui a laiss sa Religion, & qui se fait sc la fin du dbat, le Franchimand patriote rec onnat son erreur, et comprend, grce aux occitan, qu'il considre comme la seule langue de la libert: elat! Amb toutis lours papis, lours flautos & lours tambours, abioy casi birat moun salut, me dannabi: (20) ensorcel! Avec tous leurs papiers, leurs fltes & leurs tambours, ma cervelle avait presque tait retourne !...... [...] avec de belles paroles, ils le salut & la paix.... Le retour sa langue locale montre aussi combien le manque de reconnaissance du pouvoir symbolique et politique de Paris est vif Toulouse. Par ailleurs, Bourdieu sont runi es des conditions sociales qui sont tout fait extrieures la logique proprement linguistique du discours" (1982, 68). Cette remarque du sociologue est mettre en parallle avec les tentatives d'imposition d'un capital symbolique certain qu'a

PAGE 192

192 pu vouloi r imposer la Rvolution. Au lieu de runir "les conditions sociales qui font qu'il est en mesure d'obtenir qu'on lui accorde l'importance qu'il s'accorde" (1982, 69), le discours rvolutionnaire a privilgi l'unification politique travers la langue avan t mme d'unifier socialement la France, or, pour Bourdieu, il faut avant tout "assurer la production des metteurs et des rcepteurs conformes, donc accords entre eux" (1982, 69) travers un mme mcanisme social. La Rvolution n'a donc jamais pu lgitim er sa parole. Cependant, si le franchimand, vritable langue hybride, est avant tout une revendication politique, elle s'inscrit dans un registre plus symbolique: les paysans qui t franaise. Le pamphlet La Runion patriotique ou Minerve Toulon 9 marque d'ailleurs une certaine domination des francophones sur les paysans du Midi. Dans ce pamphlet rvolutionnaire, un brigadier et un volontaire national fran cophones sont en train de prparer la fte Nationale, alors que deux campagnards franchimands, admiratifs des rvolutionnaires du nord, viennent leur parler: LE CAPITAINE. Que veulent ces gens l? Que cherchez vous ici? LE PAYSAN PERE. Venon moun uffici touteis avoir dins aquesto journado. LE CAPITAINE. Volontiers mes amis... LE BRIGADIER. Ecoutez camarade, Venez vous de bien loin? LE PAYSAN FILS. rancs. [...] LE CAPITAINE. Montre moi tes papiers, as tu un passeport? prendre: Nous sommes conneissu c vouls nous entendre. vous? 9 Pelabon, Etienne. La Runion patriotique ou Minerve Toulon s.n, 1790.

PAGE 193

193 LE PAYSAN PERE. siou le pere & lui ce moun enfant. LE CAPITAINE. Allons, cela va bien; & que venez vous faire? Dedans nouastr pays la pas gs de trabai; LE CAPITAINE. Que veulent ces gens l? Que cherchez vous ici? LE PAYS AN PERE. Nous venons mon officier partager le plaisir Que vous allez tous avoir en cette journe. LE BRIGADIER. Ecoutez camarade, Venez vous de bien loin? LE PAYSAN FILS. us ne [...] LE CAPITAINE. Montre moi tes papiers, as tu un passeport? prendre: Nous sommes connus si vous voulez savoir. venez vous? LE PAYSAN PERE. Nous venons LE CAPITAINE. Allons, cela va bien; & que venez vous faire? LE PAYSAN FILS. Nous venons pour entrer chez les Volontaires Dan s un livre. Les deux p malaise identitaire se lit chez eux: pour tre un bon patriote, il faut tout prix parl er comme un Franais de Paris. Dans ce pamphlet, Pelabon se joue des reprsentations linguistiques en opposant les soldats francophones et les paysans franchimands l

PAGE 194

194 mme en erreur le vulgaire est induit; On lui peint tout en noir, voil comme on sduit, des hommes vertueux, ignorans, mais faciles se laisser tromper". Bourdieu remarque par ailleurs que ce genre d'attitude entre le discours vou faire autorit", t ravers "le 'bon usage' confre celui qui l'exerce un pouvoir sur la langue et par l sur les simples utilisateurs de la langue et aussi sur leur capital" (1982, 47). De plus, c'est aussi une vritable "stratgie de condescendance" qui s'opre en visant "tirer profit du rapport de forces objectif entre les langues" (1982, 62), les rvolutionnaires montrant ainsi leur supriorit naturelle travers "la supriorit de la langue" (1982, 63). Ces fortes oppositions socio culturelles entre les paysans occit anophones d'un ct, et les rvolutionnaires francophones de l'autre, ont eu raison des tentatives d'unit s, ils n'ont cess de rencontrer de multiples problmes: leurs limites lexicales, ajoutes aux us et coutumes de paysans francophones, les pamphlets rvolutionnaires n'ont finalement abouti qu' une srie de rpressions: le 17 septembre 1793, la "loi des suspects" est vote pour arrter tous les ennemis de la Rvolution, alors que le 27 janvier 1794, les "patois" sont interdits pour laisser la place au franais, seule langue de Vieuzac dans son discours devant le Comit de salut public le 27 janvier 1794. 6.4 Observations Finales Si les menaces de fdralisme ont pu pousser la Rvolution dans un premier temps, distribuer sa pr opagande travers le territoire franais, et dans un deuxime

PAGE 195

195 temps, se mfier des identits locales comme forces potentiellement contre rvolutionnaires, ce chapitre montre combien les habitus des peuples de la campagne ont t plus que mal compris par les rvolutionnaires. Ces derniers ayant mal mesur les structures motivatrices (Bourdieu 1980, 89) des provinciaux, pour rallier ces populations la Rvolution, ils ne se concentreront d'abord que sur le problme dialectal, travers une campagne import ante de traductions en langues locales, pensant que c'est par la parole que ces populations pourront tre formes la Rvolution. Ce sera d'abord le prtre toulousain Hyacinthe Sermet qui lancera l'occitan dans la bataille politique, en offrant pour la premire fois un discours rvolutionnaire dans la langue locale, le 12 juillet 1790, la suite de la rforme sur la Constitution civile du clerg. Ce discours qui visera d'abord prparer les mentalits toulousaines au programme rvolutionnaire, soulver a une telle polmique que les pamphlets inonderont du jour au lendemain le march radical toulousain: alliant la peur du protestantisme une dfiance vis vis de Paris, ces crits souvent contre rvolutionnaires marqueront une premire sdition symboliqu e de la ville rose. Devant cette rbellion, les rvolutionnaires vont alors tenter de franciser les esprits en adaptant la propagande la couleur locale. Si le lecteur toulousain n'avait eu jusque l qu'un contact minimaliste avec les francophones, les pamphlets vont l'exposer aux valeurs rvolutionnaires telles qu'voques Paris, en version occitane ou bilingue. Ce sera ainsi d'une faon quelque peu "colonisatrice" que les auteurs, mais aussi leurs personnages de fiction, montreront des attitudes nga tives envers les Toulousains: voqus dans ces crits comme des paysans incultes, ils feront l'objet de moqueries et

PAGE 196

196 d'un traitement hautain de la part des patriotes francophones. Les pamphlets contre rvolutionnaires, de leur ct, relveront le vritable clivage culturel entre Paris et Toulouse, rvlant une fois de plus la mauvaise comprhension des rvolutionnaires quant aux habitus des peuples des campagnes. Malgr cela, les pamphltaires n'abandonneront pas la lutte et essaieront d' in corporer l' image des pamphlets de Paris, un personnage modle cens reprsenter le patriote local. Pris entre une identit de patriote francophone et ses origines occitanes, ce personnage sera surtout utilis par la contre rvolution qui montrera non seulement l'impu issance de la Rvolution rallier le peuple toulousain son combat, mais aussi et surtout sa mauvaise comprhension des intrts locaux. Devant cet chec, Paris interdira toute propagande en langues locales ds 1794, et proclamera le franais comme seule langue de la libert.

PAGE 197

197 CHAPTER 7 CONCLUSION Cette tude sur le Tiers tat lecteur et spectateur dans la littrature rvolutionnaire nous a permis de rpondre notre problmatique principale: les diffrences rgionales, ainsi que les combats parfois pers onnels de certains auteurs comme Olympe de Gouges, nous confirment que la littrature radicale de la Rvolution franaise est bien plurielle, gravitant autour d'une mme idologie lance dans la pr rvolution: la contre structure. Le deuxime chapitre nou s a en effet montr, travers notre revue de ce qui constituait la littrature illicite de la pr rvolution, que c'est en effet ce moment l l'vocation, mais aussi l'exploitation commerciale d'une premire contre structure provocatrice qui a su d'une part vritablement plaire au peuple, et d'autre part unir un lectorat issu du Tiers tat pour l'amener lire les crits contre structurels. En lanant une mode littraire tourne vers l'immoralit (majoritairement les pamphlets), ou des rflexions remetta nt en cause le systme social et politique (nous pensons aux crits des Lumires), le peuple franais a su librer une parole d'abord l'crit, pour vritablement l'extrioriser au moment de la Rvolution par les actes. De littrature illicite pr rvolut ionnaire, la contre structure passe l'tat unilatral de littrature propagandiste et radicale: il s'agit alors d'utiliser l'crit comme outil pour convaincre et politiser un lecteur, lequel peut aussi se dcliner sous la forme d'un spectateur dans les n ombreux thtres patriotiques qu'exploite la Rvolution. Le thtre deviendra ainsi son tour une littrature radicale rvolutionnaire et s'inscrira dans un "prsentisme" permanent, tout comme le feront les pamphlets.

PAGE 198

198 C'est d'ailleurs ces deux genres qui ont su retenir l'attention de notre tude. En basant notre analyse de la contre structure rvolutionnaire sur les diffrents horizons qui pouvaient constituer tous ces lecteurs et spectateurs, nous avons tent d'vnementialiser leurs rapports la Rvolut ion et sa littrature radicale: les diffrences rgionales, dialectales, et culturelles d'une part avec les pamphlets toulousains et parisiens, et les problmes plus politiques et sociaux tels que soulevs par la dramaturge Olympe de Gouges dans ses deux pices de thtre n'ont fait que confirmer que c'est finalement le Rel au sens large qui affectait vritablement la fois les lecteurs et les spectateurs, les amenant replacer leur vision de la Rvolution en fonction de leurs propres attentes subjecti ves. Ainsi, le thtre patriotique d'Olympe de Gouges, donnera naissance deux pices de thtre dont les destines rvleront une rception de la part du public bien diffrentes, parce que totalement dpendantes des ralits socio politiques qui touchent la France lors de l'criture de ces deux pices. D'abord, notre analyse du (1790), pice plutt bien reue par le public, aura montr que la littrature radicale gougienne se veut aussi patriotique dans le Rel que dans la fi ction: lorsqu'elle crit ce drame, elle suit en effet les dlibrations l'Assemble constituante sur l'inutilit des couvents dans la socit franaise, transposant les dbats politiques dans son texte. Le thtre de la Rvolution permet ainsi Olympe d e Gouges non seulement de se joindre indirectement aux discussions politiques, mais aussi d'avoir un certain impact sur le peuple, alors que les femmes sont encore interdites de se mler de politique. La dramaturge ne peut qu'apprcier cette vritable trib une que lui offre le thtre patriote, elle se considrera d'ailleurs elle mme comme un auteur profondment patriote. En calquant Le Couvent

PAGE 199

199 sur les dbats de la Constituante ainsi que sur le rapport Treilhard, elle compte sans doute fa ire reconnatre ce patriotisme et rester fidle aux valeurs contre structurelles de la Rvolution. La pratique fministe d'Olympe de Gouges est alors celle qui visera une rforme du statut social de la femme, tout en s'inscrivant dans la droite ligne de c elles entames par la Rvolution, qui, par dfinition, se doit de remettre en cause toute forme d'injustice. Cependant, la notion de "citoyen" rendra difficile la tche d'Olympe de Gouges, qui voudrait que cette notion se fasse plus universelle en donnant les mmes droits aux hommes et aux femmes, sans distinction de sexe. Elle devra malheureusement capituler devant une socit encore trop patriarcale, mais non pas sans laisser ce qui fera l'effet d'une vritable bombe: La Dclaration des droits de la femme et de la citoyenne de 1791. Son autre pice de thtre, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs (1788), ne sera pas vu comme autant patriote que Le Couvent au grand dsespoir de la dramaturge, et crera une vive polmique l'intrieur du systme propa gandiste et contre structurel de la Rvolution. C'est bien le Rel de la socit d'Olympe de Gouges qui la rendra trangre au systme radical rvolutionnaire. D'abord, c'est le thme de sa fiction qui apparat, surtout aux yeux des spectateurs colons, com me contraire Dclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 affirme l'galit de tous devant la loi, la question raciale n'entre pas dans cette dfinition. Sous la pression des clubs de colons, Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs connatra donc un chec retentissant et provoquera la fin d'Olympe de Gouges. Cette pice dmontre comment c'est bien le parasitisme propre la dramaturge qui a interfr avec la littrature r adicale de la

PAGE 200

200 Rvolution. Son statut de femme crivain, intresse la politique, venant d'une rgion o la langue maternelle n'est pas le franais mais l'occitan, n'tant pas remarie, et elle mme fille naturelle d'un pre qui ne la reconnatra jamais, autant de "dfauts" paratopiques qui, aux yeux du public, des critiques et des autres crivains de Paris, marqueront une incomptence littraire dont elle ne pourra jamais s'affranchir. Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs ne sera, aux yeux de tous ses dtracteurs, qu'une preuve de plus de son inconstance et de son manque de patriotisme. Membre elle mme de la Socit des Amis des Noirs de Brissot, elle avait crit cette pice bien avant que s'lvent les voix contre l'esclavage, ayant de fait anticip non seulement un combat politique difficile, mais frappant les mentalits franaises de la pire des manires, en remettant en cause le manque d'engagement de la Rvolution dans l'esclavage de tous ces hommes des colonies qui sont, par nature, les frres de s Franais librs. Le dcalage idologique entre sa pice anti esclavagiste et la Rvolution n'est cependant pas vraiment du fait de la dramaturge. Elle semble en effet porter en elle les germes de la dissidence, au moins au niveau symbolique, travers une profonde paratopie qui la suit depuis sa naissance. Elle retranscrit ainsi dans ses autres ouvrages tout comme dans sa pice une certaine dissonance paratopique qui l'aidera cependant voquer des sujets sensibles dont sa socit ne veut pas entendre dans le Rel. travers les deux esclaves, Zamore et Mirza, elle voulait tracer un parallle important avec les femmes qui, considres comme sexe faible, taient encore en proie une autre forme d'esclavagisme, plus douce, celle qui ne leur octroie touj ours pas le droit d'tre l'gale de l'homme. Les droits universels qu'elle prsente ses spectateurs

PAGE 201

201 qui rompra, notamment aux yeux des spectateurs colons, le pacte de fi ction en levant ces esclaves humanistes vers une sphre trop raliste. C'est ainsi que la fonction historique du lecteur, centrale la littrature rvolutionnaire, mettra en avant une pluralit de la littrature radicale rvolutionnaire. L'tude synchro nique des pices de thtre d'Olympe de Gouges, montre combien si son patriotisme et sa pratique fministe avaient pour ambition principale de transcender les seuls droits de l'homme (blanc et de sexe masculin), la construction de cet tre collectif contre structurel que voulait la Rvolution tait, court terme, quelque peu impossible. Et c'est bien ce "prsentisme" permanent qui orientait les crits des diffrents auteurs, qu'ils soient dramaturges ou pamphltaires, qui a pu apporter un premier problme l'difice collectif. En effet, pour Olympe de Gouges, comme nous l'avons dj voqu plus tt, si elle a bien respect les rgles de la contre structure rvolutionnaire avec elle ne les aura en revanche pas respectes avec Zamore et Mirza ou l'esclavage des Noirs en voquant l'abolition ncessaire de l'esclavage dans un futur proche. Le dcalage entre les dsirs politiques "du moment" de la Rvolution, et ceux, plus idalistes, de la dramaturge, l'auront trahie aux yeux de s rvolutionnaires et de son public, pas encore prts accder une telle utopie. Les pamphlets de Paris et de Toulouse, ont montr quant eux que c'est sur l'objectivation du sujet voqu qui proccupe le Rel du lecteur, que l'accent sera port. Pour Paris, ce sera entre autre la haine du Tiers tat pour la Reine qui motivera la

PAGE 202

202 production contre structurelle, alors que pour Toulouse, ce sera majoritairement le problme des prtres jureurs. L'horizon socio politique des lecteurs sera donc central ce t aspect plus historique de la littrature radicale, et aura pour consquence, dans les pamphlets, de vouloir reconstruire tout prix l'horizon idologique de ces populations. Les diffrences de schmas narratologiques et smantiques dispenss par les au teurs s'adapteront aussi l'horizon social des lecteurs. Alors que les pamphlets de Paris s'acharneront construire un monde "magique", retravaill par la propagande qui aura pour seul but de dsacraliser la Reine afin de la juger avec frocit, les pamp hlets de Toulouse tenteront de leur ct de construire un monde plus raliste celui des idaux politiques de la Rvolution. Entre imaginaire et ralisme, ces deux types de pamphlets offriront donc deux stratgies compltement diffrentes. En se posant co mme parole authentique, les pamphlets parisiens imposeront une doxa enthymmatique au centre de laquelle se trouvera le double fictif du lecteur parisien. Ce dernier se retrouvera en effet mis en texte travers des alter egos lui ressemblant tant au nivea un vritable effet perlocutoire sur le lecteur et l'engageront marquer en acte (dans le Rel) ce qu'il lit en puissance dans le texte. Ces personnages modles correspondant au petit peuple de Paris reprsenteront l'art ultime des pamphlets parisiens: la parole pamphltaire deviendra un outil subjectif idologisant l'intrieur duquel l'auteur sera le sujet fondateur de la ralit qu'il voque, compressant sa guise le continuum esp ace temps travers l'vocation totalisante d'une Reine, Marie Antoinette, in corporant quant elle toutes les autres reines criminelles de France.

PAGE 203

203 De leur ct, les pamphlets toulousains adopteront cette mme stratgie d'in corporation mais elle diffre ra au niveau de la couleur locale en insrant dans le texte la figure du patriote occitanophone, que les lecteurs de Toulouse pourront objectiver leur tour, par un effet miroir, en tant que patriote franais. Cependant, cette tactique, contrairement ce lle de Paris, aura du mal s'imposer au lecteur. Non seulement elle sera reprise par les auteurs contre rvolutionnaires, mais elle dnotera des attitudes ngatives l'gard des populations du Midi. Le paternalisme implicite que projetteront les personna ges fictifs issus du Nord, associ l'ignorance des occitanophones, ne fera qu'aggraver le ressentiment, et amnera l'ide que la province sera en train de se faire de la ca mpagne. Cette technique d' in corporation mettra par ailleurs en avant un personnage central, pris entre deux cultures occitane et franaise: le Franchimand. Ce personnage du Midi, ayant pour langue maternelle l'occitan, tentera sans cesse de parler franai s afin de prouver aux Franais du nord qu'il est lui aussi un fervent patriote. Malheureusement, une fois de plus, les pamphlets contre rvolutionnaires reprendront ce personnage et le ridiculiseront, dmontrant par l mme que les diffrences sociales et linguistiques entre Paris et Toulouse sont dcidment irrconciliables. Malgr ces nombreuses diffrences qui marquent la littrature radicale de la Rvolution, la libration esthtique et morale reste au centre du systme radical et contribue certainemen t unifier cette littrature rvolutionnaire. L'vocation continuelle des contre structures a en effet su renouveler la perception du monde que pouvait alors avoir le lecteur. En re prsentant le Rel par l'crit, en le travaillant travers des

PAGE 204

204 propagand es qui ont parfois russi, les auteurs ont prouv le vritable effet thrapeutique de la littrature rvolutionnaire, et contre rvolutionnaire. La rvolte en puissance voque par les crits des Lumires, mais aussi la littrature illicite en gnral, ont ainsi su transformer une contre plus radical dans les annes rvolutionnaires. Cependant, la profonde historicit du lecteur et du spectateur de la Rvolution est certainement un lment fondamental dans les diff rentes strates qui composent sa littrature radicale, certainement dues franaise a ura cependant russi tre centrale aux idologies rvolutionnaires et

PAGE 205

205 LIST OF REFERENCES American Historical Review 80.1 (1975): 43 62. Alembert, Jean Le Rond d'. Discours prliminaire de l'Encyclopdie. Paris: Librairie Ch. Delagrave, 1893. Alexander, Bobby Chris. Victor Turner Revisited: Ritual as Social Change. Alexandre, Charles. Dictionnaire franais grec Paris: Hachette, 1877. Atlanta: Scholars Press, 1991 Angenot, Marc. La Parole pamphltaire: contribution la typologie des discours maodernes. Paris: Payot, 1982. Aristote. La Mtaphysique. 1. Paris: Librairie Philosophique J. Vrin, 1991. Mtaphysique. Livres A Z. 1. Paris: Librairie Philosophique J. Vrin, 1933. Aulard, Franois Alphonse. La Rvolution franaise et les congrgations: expos historique et documents. Paris: E. Cornly, 1903. Bakhtine, Mikhail. Le Marxisme et la philosophie du langage: essai d'application de la mthode sociologique en li nguistique Paris: Editions de Minuit, 1977. Balibar, Rene, et Dominique Laporte. Le Franais national Paris: Hachette, 1974. Barre de Vieuzac, Bertrand. Convention Nationale. Rapport et projet de dcret, prsents au nom du Comit de salut public, sur les idimes trangers, & deuxime. Paris: n.p, 1792. Beckstrand, Lisa. Deviant Women of the French Revolution and the Rise of Feminism Madison, N.J: Fairleigh Dickinson University Press, 2009. Intertexts 6.2 (2002): 185 202. Blanc, Olivier. Marie Olympe de Gouges: une humaniste la fin du XVIIIe sicle Paris: Vinet, 2003. Bourdieu, Pierre. Ce que parler veut dire: l'conomie des changes linguistiques. Paris: Fayard, 1982. Le Sens pratique Paris: Editions de Minuit, 1980. Raisons pratiques: sur la thorie de l'action Paris: Seuil, 1994.

PAGE 206

206 Boyer, et al. Le Texte occitan de la priode rvolutionnaire (1788 1800) Montpellier: Boyer, Henri, et Philippe Gardy, eds. La Question linguistique au sud au moment de la rvolution franaise Montpellier: Universit Paul Valry, 1985. Buch ez, B. J. B., et P. C. Roux. Histoire parlementaire de la Rvolution franaise Paris: Paulin, 1784. Cavallo, Guglielmo, et Roger Chartier, eds. Histoire de la lecture dans le monde occidental. Paris: Editions Seuil, 2001. Cellard, Jacques. Ah! a ira -: c es mots que nous devons la Rvolution. Paris: Balland, 1989. Certeau, et al Une politique de la langue Paris: Gallimard, 2002. Chishom, Roderick. "Beyond Being and Nonbeing." Philosophical Studies: An International Journal for Philosophy in the Anal ytic Tradition 24.4 (1973): 245 257. Court, Antoine. Mlodrames et romans noirs 1750 1890. Ed. Simone Griffiths et al. Toulouse: Presses Universitaires du Mirail, 2000. 67 82. Dale, Jacquette. Mein ongian Logic: the Semantics of Existence and Nonexistence Berlin; New York: Walter de Gruyter, 1996. Darnton, Robert. dition et sdition. Paris: Gallimard, 1991. The Forbidden Best Sellers of Pre revolutionary France. New York: W.W. Norton, 1995. What Was Revolutionary about the French Revolution?. Waco: Baylor University Press, Markham Press Fund, 1990. Darnton, Robert, et Daniel Roche. Revolution in Print: the Press in France, 1775 1800. Berkeley: University of California Press, 1989. Devance Louis. "Le Fminisme pendant la Rvolution franaise." Annales historiques de la Rvolution franaise 229 (1977): 341 376. Diamond, Marie Josephine. "The Revolutionary Rhetoric of Olympe de Gouges." Feminist Issues. 14.1 (1994): 1 23. Eco, Umberto. The Role of the Reader: Explorations in the Semiotics of Texts Bloomington: Indiana University Press, 1994. Edmonds, Bill. "Federalism and Urban Revolt in France in 1793." Journal of Modern History 55.1 (1983): 22 53.

PAGE 207

207 Everaert Desmedt, Nicole. Smiotique du rcit: mthode et applications Bruxelles: De Boeck et Larcier, 2000. contemporaine (1954 ) 48.1 ( 2001): 71 101. Five, Joseph. Les Rigueurs du clotre: Comdie en deux actes en prose, mle d'ariettes. Paris: Chez Frre, 1790. Fleischmann, Hector. Marie Antoinette Libertine. Paris: Bibliothque des curieux, 1911. Fleury, Joseph. Mmoires de Fleury de la Comdie Franaise: 1757 1820 Paris: Ambroise Dupont, 1835 1838. Garabato, Maria Carmen Aln. Quand le 'patois' tait politiquement utile Paris: L'Harmattan, 1999. Garbagnati, Lucile, et Marita Gilli, eds. Actes du colloque thtre et rvolution 16 18 juin 1988, Besanon. Paris: Les Belles Lettres, 1989. Gardy, Philippe. "Le Personnage du franchimand comme interlangue". La Bretagne linguistique 5 (1991): 41 49. Godechot, Jacques. La Rvolution franaise dans le Midi toulousain Toulouse: Privat, 198 6. Godineau, Dominique. "Autour du mot citoyenne. Mots 16 (1988): 91 110. Gouges, Olympe de. crits politiques Paris: Ct femmes, 1993. Mmoire de Madame de Valmont (Paris: Indigo & Ct femmes ditions, 1995), 30. "Rflexions sur les hommes ngres." Vol 3. 1788. 92 99. Thtre politique Paris: Ct femmes, 1991. Thtre politique II Paris: Ct femmes, 1993. Zamore et Mirza ou L'esclavage des Noirs Paris: Librio, 2007. Grandjean, Louis Marius Eugne "Foutre." Dictio nnaire de locutions proverbiales Toulon: Imprimerie rgionale R. Liautaud, 1899. Grgoire, Henri Jean Baptiste. Histoire patriotique des arbres de la libert Paris: Adolphe Havard, 1833.

PAGE 208

208 Paris: Imprimerie nationale, 1794. Grimm, Friedrich Melchior Freiherr von. Correspondance littraire, philosophique et critique de Grimm et Paris: Furne, 1829. Halpern, Jean Claude. "L'Esclavage sur la scne rvolutionnaire." Annales historiques de la Rvolution franaise. 293 (1993): 409 420. Hegel, Georg Wilheim Friedrich. Leon sur la philosophie de l' histoire. Paris: Librairie philosophique, J. Vrin, 1963. Matrise et servitude, Phnomnologie de l'esprit. Paris: Ellipses, 2003. Holbach, Paul Henri Thiry baron d'. Systme social: ou Principes naturels de la morale et de la politique 1. Londres: A msterdam, 1774. Hunt, Lynn. Le Roman familial de la Rvolution franaise. Paris: Albin Michel, 1995. Politics, Culture, and Class in the French Revolution. Berkeley: University of California Press, 2004. Ickowitcz, Marc. La Littrature la lumire d u matrialisme historique. Paris: Rivire, 1929. Jauss, Hans Robert. Pour une esthtique de la rception Paris: Gallimard, 1978. Kadish, Doris, and Franoise Massardier Kenney. Translating Slavery: Gender and Race in French Women's Writing, 1783 1823 Ken t: Kent State University Press, 1994. Kant, Immanuel. lments mtaphysiques de la doctrine du droit. Paris: Auguste Durand, 1853. Qu'est ce que les Lumires?. Paris: Hatier, 1999. La Harpe, Jean Franois de. Mlanie Amsterdam: H.J.J. Wan Harrewelt, 1770. Lacorne, Denis, et Tony Judt. plurilinguisme des peuples Paris: Karthala, 2002. Lafont, Robert. Nouvelle histoire de la littrature occitane. Paris: Presses universitaires de France: 1970. Laujon, Pi erre. Le Couvent ou Les Fruits du caractre et de l'ducation. Paris: Chez la veuve Duchesne et Fils, 1790. Lukacs Gyorgy. Le Roman historique. Paris: Payot, 1972.

PAGE 209

209 Lyons, Martin. Rvolution et Terreur Toulouse. Toulouse: Privat, 1980. Macherey, Pierre. P our une thorie de la production littraire. Paris: Franois Maspero,1971. Maingueneau, Dominique. Le Discours littraire Paris: Arnaud Colin, 2004. Mairobert, Mathieu Franois Pidansat de, et Thveneau de Morande. Anecdotes sur Mme la comtesse du Barry. Londres: s.n, 1775. Manuel, Pierre Louis. L'Anne franaise ou vie des hommes illustres qui ont honor la France ou par leur talens ou par leurs services et sur tout par leurs vertus. Pour tous les jours de l'anne. Paris: Nyon, 1789. Marx, Karl. Le Capita l: Paris 1872 1875. Berlin: Dietz, 1989. Mendiri, Albert. Cours de philosophie. Jouaville: ditions Scripta Anoux La Grange, 2010. Mercier, Louis Sbastien. L'An 2440, Rve s'il n'en fut jamais Paris: La Dcouverte, 1999. Tableau de Paris Nyon: Natt hey, 1783. Miller, Christopher L. The French Atlantic Triangle: Literature and Culture of the Slave Trade Durham: Duke University Press, 2008. Montfort, Catherine R. Literate Women and the French Revolution of 1789 Morin, J.B. "Philosophie." Dictionnair e tymologique des mots franois drivs du grec. 2. Paris: De l'imprimerie impriale, 1809. Nicolas, Alain. "Entretien. Chantal Thomas, essayiste, spcialiste de Sade et de Casanova publie avec Les Adieux la reine son premier roman consacr aux derniers jours de la cour de Versailles. La lecture du dsastre." L'Humanit 17 oct 2002: n.page. Web. 2 April. 2012 Ormires, Jean Louis. Politique et religion en France Bruxelles: Complexe, 2002. Pelabon, tienne. La Run ion patriotique ou Minerve Toulon Toulon: Mallard: 1790. Pisani, Paul. 1792) Paris: Picard, 1908. Rpertoire biographique de l'piscopat constitutionnel. Paris: Alphonse Picard et fils, 1907. Poirson, et a l. Le Thtre sous la Rvolution: politique du rpertoire (1789 1799). Paris: Editions Desjonquires, 2008.

PAGE 210

210 Reynes, Genevive. Couvents de femmes: la vie des religieuses contemplatives dans la France des XVIIe et XVIIIe sicles. Paris: Fayard, 1987. Richar dot, Anne. Femmes et libertinage au XVIIIe sicle ou Les Caprices de Cythre. Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2003. Schlieben Lange, Brigitte. Idologie, rvolution et uniformit de la langue. Sprimont: Mardaga, 1996. man Who Has Only Paradoxes to Offer: Olympe de Gouges Rebel Daughters: Women and the French Revolution Ed. Sara E. Melzer and Leslie W. Rabine. Oxford: Oxford UP, 1992. 102 20. Sermet, Hyacinthe. Discours prounounat dabant la le giou de Saint Ginest, pel R.P. Sermet, Exproubincial des Carms Descausss, Prdicair ourdinari del Rey, &c. A l'ouccasiou de la Federatiou generalo. Toulouse: D. Desclassan, 1790. Seth, Catriona. Marie Antoinette: Anthologie et Dictionnaire Paris: Rober t Laffont, 2006. Sieys, Emmanuel. Qu'est ce que le Tiers tat?. Genve: Droz, 1970. Smiles, Samuel. Jasmin: Barber, Poet, Philanthropist. Londres: John Murray, 1892. Tackett, Timothy. La Rvolution, l'Eglise, la France: le serment de 1791 Paris: Les Edi tions du cerf, 1986. Taine, Hippolyte. Les Origines de la France contemporaine Paris: Hachette, 1888. Philosophie de l'art Paris: Germer Baillire, 1865. Thomas, Chantal. La Reine Sclrate Paris: Editions du Seuil, 1989. Tilly, Louise A. "Genre, h istoire des femmes et histoire sociale." Genses 2.2 (1990): 148 167. Tocqueville, Alexis de. The Ancient Rgime and the Revolution New York: Penguin, 2008. Trotter, David. "Une et indivisible: Variation and Ideology in the History and Historiography of French." Revue roumaine de linguistique 51 (2006): 359 76. Turner, Victor. Dramas, Fields, and Metaphors: Symbolic Action in Human Society. Ithaca: Cornell University Press, 1974. --. From Ritual to Theatre: the Human Seriousness of Play. New York City: P erforming Arts Journal Publications, 1982. Literate Women and the French Revolution of 1789 Ed.

PAGE 211

211 Veysman, Nicolas. Mise en scne de l'opinion publique dans la littra ture des Lumires Paris: Champion, 2004. de Gouges (1790)." The French Review 85.6 (2012): 92 101. "Le Paysan dans les pamphlets toulousains en occitan: histoire d'u ne propagande linguistique rvolutionnaire (1789 1794)." Romance Studies 30.2 (2012): 85 96. Woods, John. The Logic of Fiction Londres: College Publications, 2009.

PAGE 212

212 BIOGRAPHICAL SKETCH Audrey Viguier received her Bachelor of Arts in English Literature f rom the Universit de Toulouse II Le Mirail (France). She got her Master of Arts in French Literature from the University of South Florida, and she earned her Doctorate in French Literature from the University of Florida.