<%BANNER%>

L'Affaire Dreyfus Une Perspective Sur Le Film De Georges Melies

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0043895/00001

Material Information

Title: L'Affaire Dreyfus Une Perspective Sur Le Film De Georges Melies
Physical Description: 1 online resource (83 p.)
Language: english
Creator: Hendrie, Richard Edes
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2011

Subjects

Subjects / Keywords: dreyfus -- espionnage -- melies
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French and Francophone Studies thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Dans ce mémoire de maîtrise je propose d'examiner le film qui s'appelle L'affaire Dreyfus et de donner une analyse historique et cinématographique très complète du court métrage tourné en muet et dans le style documentaire monté à Montreuil-sous-Bois en octobre 1899.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Richard Edes Hendrie.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2011.
Local: Adviser: Blum, Sylvie E.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2013-06-30

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2011
System ID: UFE0043895:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0043895/00001

Material Information

Title: L'Affaire Dreyfus Une Perspective Sur Le Film De Georges Melies
Physical Description: 1 online resource (83 p.)
Language: english
Creator: Hendrie, Richard Edes
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2011

Subjects

Subjects / Keywords: dreyfus -- espionnage -- melies
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French and Francophone Studies thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Dans ce mémoire de maîtrise je propose d'examiner le film qui s'appelle L'affaire Dreyfus et de donner une analyse historique et cinématographique très complète du court métrage tourné en muet et dans le style documentaire monté à Montreuil-sous-Bois en octobre 1899.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Richard Edes Hendrie.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2011.
Local: Adviser: Blum, Sylvie E.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2013-06-30

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2011
System ID: UFE0043895:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 UNE PERSPECTIVE SUR LE FILM DE GEORGES MELIES By RICHARD EDES HENDRIE A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MAS TER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2011

PAGE 2

2 2011 Richard Edes Hendrie

PAGE 3

3 To the memory of my brother, John Thomas, Hendrie, who died a tragic death at age 48 on Thanksgiving Day,1994 in Milwaukee, Wisconsin To the memory of the helicopter pilots, crew chiefs and gunners of Marine Observation Squadron Two who did not return from the Vietnam War

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I wish to thank my thesis advisors, Doctor Sylvie Blum and Doctor Carol Murphy, for their advice and support in all my efforts during t he last two years as a French student in the Department of Languages, Literatures and Cultures at the University of Florida. Without them, this work would not have re ached a successful conclusion. I owe them a great deal and I am very grateful to them.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ .. 4 LIST OF FIGURES ................................ ................................ ................................ .......... 7 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ..................... 8 CHAPTER 1 INTRODUCTION ................................ ................................ ................................ ...... 9 A Few Remarks on the Historic Context of the Dreyfus Affair ................................ ... 9 Who Was Alfred Dreyfus?: A Short Biography From Birth to the Beginning of the Dreyfus Affair ................................ ................................ ................................ ....... 13 2 SYNOPSIS OF THE DREYFUS AFFAIR ................................ ................................ 16 3 THE FILM: THE DREYFUS AFFAIR ................................ ................................ ....... 27 Brief History of French Cinema From 1895 To 1899 ................................ .............. 27 The Birth of the Film ................................ ................................ ................................ 28 The Making of the Film ................................ ................................ ........................... 31 Analysis of the Film ................................ ................................ ................................ 35 The Objectivity of the Film ................................ ................................ ...................... 52 The Cast ................................ ................................ ................................ ................. 55 The Reception of the F ilm in France ................................ ................................ ....... 55 Anecdotes ................................ ................................ ................................ ............... 56 Conclusion ................................ ................................ ................................ .............. 58 APPENDIX A ................................ ................................ ...................... 60 B THE PUBLIC DEGRADATION OF CA PTAINE ALFRED DREYFUS ON JANUARY 5, 1895 ................................ ................................ ................................ .. 75 C ................................ ................................ ............ 76 D THE ATTACK AGAINST MASTER LABORI ................................ ........................... 77 E DREYFUS LEAVING THE SECOND COURT MARTIAL ................................ ........ 78

PAGE 6

6 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ............................... 79 BIOGRAPHICAL SK ETCH ................................ ................................ ............................ 83

PAGE 7

7 LIST OF FIGURES Figure page B 1 Alfred Dreyfus standing alone on the parade ground of the Ecole Militaire in Paris before several thousand tr oups and a civilian crowd of more than 12,000 persons while being reduced in rank to that of a simple soldier. ........................ 7 5 C 1 f the coast of South America as depicted by F. Maulle in an illustration that appeared in the newspaper The Petit Journal dated 27, September 1896. ........ 76 D 1 rning to the courtroom in the high school in Rennes at the time he is shot in the back at point blank range by an unknown attacker. ................................ ................................ .............................. 77 E 1 Photograph of Alfred Dreyfus leaving the high school i n Rennes, France on 9 FFAIRE D REYFUS by Vincent Duclert. ................................ ................................ .......... 78

PAGE 8

8 Abstract of Thesis Presented to the Graduate School of the University of Florida in P artial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts UNE PERSPECTIVE SUR LE FILM DE GEORGES MELIES By Richard Edes Hendrie December 2011 Chair: Sylvie Blum Major: French and Francophone Studies Dans ce mmoire de ma Dreyfus et de donner une analyse historique et cinmatographique trs complte du court mtrage tourn en muet et dans le style documentaire mont Montreuil sous Bois en octobre 1899.

PAGE 9

9 CHAPTER 1 INTRODUCTION A Few R emarks on the H istoric C ontext of the Dreyfus Affair inscrivent. Ce contexte permet cependant de mieux comprendre cette et les e de Mlis la fin du dix neuvime sicle aux dbuts du cinma. En cet gard, regardons connatre ce propos. Historiquement, on sait que la Rvolution franaise 1 mit f se caractrisait notamment par une ingalit de statuts qui distinguaient les ordres privilgis, soit le clerg et la noblesse, du Tiers Etat. 2 De plus, la Rvolution aboutit au rs de violents dbats et des apporta tous les Juifs franais sans exception rsidant tout le long des frontires du 3 accder la citoyennet pleine et entire. En 1 dbuts de la Rvolution sont marqus par la prise de la Bastille l e matin du 14 juillet 1789. 2 ni au clerg. 3 Il y avait probablement cinq cents Juifs franais installs Paris pour une raison ou une autre la veille de la Rvolution.

PAGE 10

10 me sicle. 4 On remarque galement une consquence indirecte du dcret: Dornavant les Juifs France surtout dans les forces armes du pays. allemande de 1870 1871, une guerre courte de six mois, qui est dans le silence des annes peu con domination de la Prusse et se solda par une retentissante dfaite de la France le 2 septembre 1871 au matin, suivant la bataille dsastreuse de Sedan dans les Ardennes. A cet in stant prcis, 83 000 soldats franais 5 furent faits de la reddition sans condition planait sur la France, les termes de la dcisive vi ctoire faisant de tous leurs habitants des sujets du systme bismarckien 6 Du ct franais, la capitulation des forces terrestres franaises eut pour cause le 4 O ex dans la rgion annexe. 5 Certains doc uments varient sur les chiffres : on trouve a insi 100 000 hommes. 6 Le trait de Francfort sign le 10 mai 1871.

PAGE 11

11 mdiocres 7 e cela ils ignoraient le principe fondamental de la guerre: on ne sous revanche, du ct allemand, le Chancelier de Prusse Otto Von Bismarck tait bien inform avant la guerre de la ralit des forces franaises qui dmontraient une doctrine de guerre dpasse et non prpare une guerre europenne; une arme trs infrieure dans un pass rcent 8 9 Par aill eurs, en ce contre s alors que les Prussiens avaient mis en dsquilibre, le 8 juin 1871 la France cra au Ministre de Guerre un servi ce charg de Bureau de Reconnaissance et de Statistique militaire. 10 7 F ranco allemande, guerre [ 1870 1871 ] un article de encarta, page3, 25 juin 2009 < http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761578072/guerre_franco allemande.html > 8 Selon le Dictionnaire entreprise en 1862 par Napolon III en vue de crer au Mexique un empire catholique. Harceles par les troupes mexicaines pendant cinq ans les forces franaises acceptrent la dfaite et quittrent le pays en 1867. 9 Guerre franco allemande de 1870 un article de Memo, page 2, 25 juin 2009 < http://www.memo.fr/article.asp?ID=THE_GUE_008 >

PAGE 12

12 e spcialis dans le renseignement. que << La tradition franaise en matire de renseignements est extrmement heurte et, finalement, assez ngative dans 11 renseignements 12 par rapport la Grande Bretagne ou la Russie. Par exemple, on signale galement que le caractre chevaleresque de la nation se prte malaisment rs la simplement confi un officier attach chaque tat 10 Bref historique des services franais, depuis 1871 un article des Anciens des Services Spciaux de la Dfense Na tionale [ France ], page 1, 28 mai 2009 < http://www.aassdn.org/hsvEXhis01.html > 11 Le renseignement dans la pense militaire franaise un article par Herv Coutau Bgarie, page 1, 29mai 2009 < http://www.stratise.org/strat_073_aHCBdoc.html > 12 Le Service de s renseignements, le Bureau des renseignements, la Section de espionnage franais et les Services secrets franais sont une seule et mme chose.

PAGE 13

13 contre espionnage, comptait, en tout et pour tout, cinq officiers et quatre auxiliaires vis centrale du renseignement intrieur, qui emploie plus de 2000 personnes en 2011. En outre, les cin contre preuve qui leur per mettraient de traduire les suspects la justice militaire. Donc cette esquisse brve donne un aperu de la situation au sein de la Section aux prmices de Who Was Alfred Dreyfus ? : A Short Biography From Birth to the Beginning of the Dre yfus Affair historique forme des dpartements du Bas Rhin et du Haut le 9 octobre 1859 que naquit Alfred Dreyfus dans une grande vieille famille industrielle La Lgende des sicles de Victor Hugo est publi en France. Alfred Dreyfus tait le dernier n de sept enfants de Raphal et Jeanette Dreyfus. Selon ses frres et ses << il se rvla tt un enfant timide, ttu, rveur incorrigible.>> 13 rs le hros de 13 Michel Drouin, { Paris: Flammarion, 1994 }.

PAGE 14

14 14 toutefois on disait que son caractre ne le distinguait gure de son milieu. Il a onze ans lorsque son monde est boulevers en 1870 / 1871 par la capitulation ar la France des provinces de Lorraine obligea les Alsaciens opter pour la citoyennet franaise ou la citoyennet allemande. Ceux qui voulurent rester franais durent faire une dclaration et quitter le pays. Raphal Dreyfus choisit pour lui et ses enfants de demeurer resta aussi Mulhouse. Alfred Drey collge Sainte Barbe, puis au collge Chaptal, puis au lyce Chaptal Paris. Il fut reu dix e sur 235 au concours d sous pyrotechnie militaire, une institution militaire trs prestigieuse Bourges. Le 20 avril1890, 14 Don Quichotte de la Manche et la seconde partie de Don Quichotte en1615. Ce roman

PAGE 15

15 Paris et le lendemain il pousa Lucie Hadamerd g riche de Metz vingt un. Il major avec la mention << trs bien >> et devint stagiaire ris. L aussi, il fit preuve de grandes qualits major gnral le Gnral de Boisdeffre le nota: << Bon officier, esprit vif et saisissant rapidement les questions; zl, travailleur, favorab lement, apprci partout o il a pass. Fera un bon officier Major. >> 15 Durant le deuxime semestre de 1894 Alfred Dreyfus fut attach au 3 e brillante carri Le samedi 13 octobre 1894, Alfred Dreyfus reoit son domicile avenue du Trocadro, une convocation inhabituelle pour le lundi suivant: Il devait se prsenter 9 heures du matin au Ministre de Guerre << en tenue bourgeois moment l que se droula un vnement odieux dans la vie du capitaine Alfred Dreyfus. au secret la prison militaire du Cherche 15 Ma urice Beaumont, ( Paris: Editions mondiale, 1976 ).

PAGE 16

16 CHAPTER 2 SYNOPSIS OF THE DREY FUS AFFAIR Au lendemain de la dbcle de 1870 en tte. On devait restaurer la grandeur et contre rse aux armements dans une Dreyfus prend tout son sens. cent o prendrait plusieurs gros volumes aux proportions rbarbatives pour nous prsenter en tte, 16 pour avoir une meilleure comprhension de la tche cinmatographique monumentale entreprise par Georges Mlis dans la ralisation du premier film documentaire au monde. Au cours des 16

PAGE 17

17 tait surt out question des nouveaux canons de 75 mm 17 et de 120 mm 18 Au niveau tout prix: le canon de 75. Au niveau tactique, pour tablir une protection totale pour ce canon major gnral donna espionnage. La Schwarzkop pen qui tait galement officier de renseignement allemand au sein de en ralit, c chef de la Section d e statistique le lieutenant colonel Jean Sandherr et son subalterne le machination. En d eux mots, le plan exigeait un double agent qui travaille pour le Service des renseignements concernant le canon de 120 aux Services secrets allemands. En maj or gnral devait se trouver un bouc missaire au sein de ses quatre 17 Le canon de 75 tire trente obus par minute 10,000 mtres. 18 Le canon de 120 tire un obus par minute 3 000 mtres.

PAGE 18

18 jacent dire la protection totale du plus grand secret du ca non de 75 et pour tablir la duplicit. Pour viter tout rapprochement avec les Services secrets franais, Sandherr et Henry recrutrent le commandant Marie Charles Ferdinand Walsin Esterhazy, un officier major, comm e double agent. Esterhazy tait un ancien officier de renseignements franais en Tunisie en 1881 qui avait t traducteur allemand l bas. Selon le Gnral Rginald Talbot, attach militaire franais de Grande terhazy possdait une aptitude tout fait extraordinaire en espionnage militaire. 19 Dans le premier temps, le 20 juillet 1894, Esterhazy entra en contact avec Schwarzkoppen et jeta les bases pour sa mission secrte. Cependant ds le dbut il y eut un prob lme. Au fur et mesure du temps, Schwarzkoppen prit progressivement conscience que les informations techniques concernant le canon de 120 qui lui taient souponna un doubl e jeu et Esterhazy lui mme comprit ces doutes. Pour rendre allemands. Dan s le deuxime temps, dbut aot 1894, Esterhazy crivit et passa 19 Armand I sral, ( Paris: Editions Albin Michel, S.A., 2000 )

PAGE 19

19 hydraulique du 12 Par ailleurs, il indiqua r dans les lieux. Dans le dernier temps, fin septembre 1894, le bordereau se retrouva dchir 20 le passa major et le capitaine Alfred tait, et la prcision est importante, juif. Pour simplifier, Dreyfus tait une victime innocente qui avait t choisie par avance et sacrif ie au plus haut niveau hirarchique espionnage franaise en cours afin de protger le secret capital du canon de 75. France, le pro Cherche son cas sur le bordereau et le tmoignage de cinq soi disant experts en 20 Thoriquement le bordereau a t trouv dans le corbeille Schwarzkoppen, hors d e la Section de statistique.

PAGE 20

20 nombreux tmoins qui tmoignrent de sa haute moralit et sa force de caractre. Trois jours plus tar la remise 21 aux jurs, constitu par la Section de statistique pour dans un e enceinte fortifie, la destitution de son grade et la dgradation publique >>. 22 justice et les Anti A cette fin, la dgradation eut lieu le samedi 5 janvier 1895 dans la grande cour de furieuse qui moiti de mars 1895, aprs une traverse de quinze jours sur le vapeur affrt Ville de Saint N azaire ancienne lproserie situe dans les Iles du Salut au large de la cte de Guyane franaise, pour commencer sa condamnation perptuit. Isol dans une petite case et tenu sans 21 Le dossier contenait plusieurs pices faux de preuves contre Dreyfus. 22 Armand Isral, [ Paris: Editions Albin Michel S.A., 2000 ].

PAGE 21

21 contact av 23 dans des conditions de vie inhumaines. En pratique, Dreyfus disparut de la surface de la terre. A Paris effaait pas. Un affrontement pre se dclencha entre les Dreyfusards et les Anti Dreyfusards partout dans le pays tandis que espionnage inconnue continuait. En mme temps on vit du changement la Section de statistique. Le lieutenant colonel Sandherr fut remplac par le commandant Marie double agent sa pr iorit, voulut tourner la page. Nanmoins, dans le courant de mars 1896, Picquart reut un paquet de Madame Bastian qui contenait de nombreuses lettres et les fragments tlgramme bleue de Schwarzkoppen Esterhazy sur laquelle Picquart vit le major. Quant lui, Picquart voulut rgler cette nigme en vitesse et sur le champ ouvri t une micros 24 23 On peut signaler que les condamns taient gnrale ment dports au bagne de Nouvelle Caldonie.

PAGE 22

22 agent secret franais qui avait accs au sous chef du Service de renseignement allemand Berlin passa la Section de statistique les informations trs confidentielles suivantes: << >> soit Esterhazy. Peu de simil judiciaire Alphonse Bertillon, qui tait expert en critures. Sans contredit, il tait limpide: tabli d m oment dire la complicit qui nce du dport. jou rnal publia le contenu du dit dossier secret pass aux jurs durant le procs 24 de la Section de statistique utiliser des micros de surveillance. Il en fit mettre un dans la chemine de Schwarzkoppen.

PAGE 23

23 Le Matin publia la une le fac simil du bordereau dont une photographie avait t vendue illgalement au journal par Pierre Teyssonnires, un des soi disant experts en critures icier de de la Chambre des Dputs dans laquelle elle demandait la rvision du procs la posa un pourvoi en cassation. major et le ministre de la Guerre en effervescence, Esterhazy continua de recevoir le soutien indfectible de ses chefs et plus tard une protection totale de la part du gouvernement pour surmonter la indescriptible de la famille Dreyfus. Pourtant le 10 janvier 1898, aprs de nombreuses rhazy et un massif toll public, Esterhazy passa en jugement huis clos devant le Conseil de Guerre. Voil qui fut chose intouchable et le secret du canon de campagne, le 75, resta protg des mains de la situation explosa en coup de thtre. Dans la matine du 13 janvier, publia en premire page, un article s anglant de 4 500 mots en forme de lettre ouverte au prsident de la Rpublique Flix Faure, dnonant les irrgularits du procs de Dreyfus ( Voir

PAGE 24

24 ppendice A pour lire la lettre dans le texte ). Ce fut le clbre << du romancier franais Em ile Zola ainsi libell en partie: << son tour le crime Le journal vendit prs de trois cent mille copies ce jo ur l par rapport trente mille exemplaires vendus quotidiennement. Selon une journe >> 25 et dclencha un raz de mare de manifestations antismites travers toute la Fr ance. Peu de temps aprs, le ministre de la Guerre porta plainte con tre Zola pour un crime centaines de magistrats, de journalistes et de militaires et une foule immense hors du palais de Justice, tout ceci dans une ambiance de grande violence. A la sortie de condamn une anne en prison, se rfugia en Angleterre. Quand mme, le procs servit jugement de dcembre 1894 capitaine Dreyfus tait rellement divise en deux c amps: soit les partisans de Dreyfus, soit les adversaires 25 Arman d Isral, [ Paris: Editions Albin Michel S.A. 2000 ].

PAGE 25

25 de Dreyfus. Le clivage transcenda les religions et milieux sociaux. Des dmissions dans major le Gnral de Boisdeffre. En outr e, les deux principaux acteurs dans le drame ne pouvaient pas tmoigner contre Dreyfus. Le lieutenant certaine instabilit Dreyfus rebondit. Ce jour l, la Cour de Cassation cassa le jugement de 1894 et envoya t le Conseil de Guerre de Rennes. Paralllement, dans le plus grand secret, Dreyfus fut ramen en France bord du croiseur Sfax, de Quiberon et enferm ds le premier juillet la prison militaire Rennes. En ao t 1899 de ses quarante un ans, Dreyfus, en condition physique extrmement dgrade, apparut devant les juges du Conseil de Guerre dans une atmosphre sinistre et cauchemardesque tandis que la rvision du procs de 1894 s fut transforme en une vritable forteresse. patrouillrent dans les rues pour contrler la presse qui dnombrait plus de cinq cent personnes, des foules hostiles, d major tmoigna contre Dreyfus sans apporter aucune preuve tandis que du ct de la dfense on vit que les deux dfenseur

PAGE 26

26 tribunal. Bless da nouvelle d gradation militaire. Nonobstant dix journes plus tard, le 19 septembre 1899, le prsident de la Rpublique Emile Loubet signa le dcret qui gracia Dreyfus 26 et ci entra dans la lgende au cours de la bataille de la Marne au dbut de la tragique conflagration de 1914 1918. 26 En 1906 la Cour de cassation cassa le jugement de Rennes. Rhabilit, ct au front. Il termina la guerre au grade de lieutenant En 1935 il mourut Paris dans une obscurit quasi totale.

PAGE 27

27 CHAPTER 3 THE FILM : THE DREYFUS AFFAIR Brief History of French Cinema From 1895 To 1899 Quand 27 en France vers la 28 par dessus la prise de vues, au tirage des copies et la projection. Brevet le mme mois que appele plus tard le septime art ), dbuta le 28 dcembre 1895, la date historique de la premire projection publique du cinmatographe dans le sous sol du Grand Caf, Boulevard des Capucines Paris et te poque l par les frres Lumire, dont qui est reconnue comme le premier film au monde. ma dveloppa trs vite un rapport troit entre t les quatre premires annes ( 1895 1899) des films dpourvus de son, le genre filmique le plus pratiqu fut clairement le documentaire. Au fil du temps en ces annes l, on peut dire que le cinma 27 On voit aussi les expressions << film silencieux >>, << cinma muet >>, << cinma sans paroles >> e t << cinma dpourvu de son >>. 28 David A. Cook, A History of Narrative Film ( New York: W.W. Norton & Company,1996 ).

PAGE 28

28 aspects 29 En cette poque intensment inventive le cinmatographe devint un ouvert sur les quatre coins du monde tout particulirement dans les domaines du colonialisme, du tourisme, de reportages et J de Zola et peu avant le second procs de Rennes commenait en septembre 1899, Georges Mlis prit en main le cas Dreyfus. The Birth of the Film Selon sa petite fille Madeline Malthte Mlis, le cinaste, profondment marqu par le dnouement du p qui soutenaient ds le dbut la cause du capitaine en dfaveur ( Bottomore 290 ). Caractris par sa famille et ses proches comme un homme qui croyait ardemment en la justice et qui tait un peu co Dreyfus dbarquait Quiberon en juillet 1899, Mlis dcidait de faire une adaptation cinmatographique de l documentaire ( Bottomore 292 ) pour pouvoir mouvoir le public sur le sort de Dreyfus et pour mettre en lumire la grave 29 La naissance du cinma un article de SPA, page 1,18 mai 2009 < http://jeanchristophehubert.ibelgique.com/page5.htm?2&weborama= 1 >

PAGE 29

29 Du point de vue de son exprience e n tant que cinaste, Mlis se trouvait tre bien Pendant sa courte carrire cinmatographique ( il tourna ds 1896 ses premiers films ), dire le apparut avec le film Houdin en 1896 ainsi que la surimpression telle que la surimpression simple, multiple, sur fond noir, uns. Ce trucage ncessite un rebobinage de la pellicul e pour une seconde impression et apparut par accident avec le film Un homme de ttes en 1898. 30 Mlis fut le premier exprimer par le cinma la ferie, le merveilleux et le fantastique. Il ouvrit la cinmatographie les portes du rve, de la magie, de la fiction. galement en terrain connu pour utiliser des trucages purement cinmatographiques tels bien que de nombreux effets de montage et les effets de couleurs sur pellicule, entre autres. On peut donc dire dfinit parfaitement le 30 O Un homme de ttes

PAGE 30

30 Pour parvenir totalement ses fins et af vilains tours, Mlis construisit Montreuil sous Bois, en octobre 1897, le premier studio nma ralis uniquement pour la prise de vues une serre. Sa toiture vitre, installe 6 mtres du sol, dominait la scne, la fosse et la machinerie thtrale. La p midi. Cela donna au cinaste libre cours plus tard. Pour aller plus loin dans le milieu cinmatographique professionnel de Mlis, nous allons voquer les tout dbuts de sa filmographie soit partir de mai 1896 au moment en septembre 1899 o le cinaste commena tourner Hammon tourns en studio en1898 fut une docu fiction ( Hammond 134 138 ). Il y eut une srie de pellent Explosion du cuirass Maine en rade de la Havane, Visite de l pave du Maine et Visite sous marine du Maine. Dans la srie du Maine les actualits largissant sa capacit cinmatographique: les maquettes animes pour montrer le scne sous marine. Par exemple, une scne se passe montrant des scaphandriers

PAGE 31

31 En France il existe un temps pendant lequel un citoyen doit remplir ses obligations militaires appeles service national. Le 12 novembre 1881 Georges Mlis tait parti au nterie et avait t affect une unit Abbeville et puis Lan. Trois annes plus tard, il avait termin son service au grade de caporal. 31 franaise lui avait permis de mieux comprendre son tour les relations au sein du milieu Donc avec sa profonde connaissance du cinma et son exprience militaire pour le soutenir, on vit la naissance du court mtrage sur une erreur judiciaire sur fond reconstitution quasi core ) du scandale national extraordinaire. The Making of the Film Pour relativiser les choses, il est ncessaire de remarquer que la conception et la ralisation de sont fondes sur la subjectivit de Mlis toute seule et fcheusement u n grand nombre de ses penses et actions cinmatographiques sont ncessairement transformer, modifier, faire resurgir des vnements importants pour produire une cinmatographique dite quivalente, ou plus exactement 31 Paul Hammond, Marvellous Mlis

PAGE 32

32 Dreyfus on do un dfi quelque peu impossible qui tombait dans le domaine du cinma exprimental en 1899. ha 79 ) dire le film documentaire, que que tous les documentaires ont leur propre voix, que le genre << a t souvent compris comme un vhicule de la commentaire sociale et mme du changement social >> ( Chapman 2 sic ) es sociales. anti boulangiste, satirique La griff 32 ( Hammond 26 27 ) fouillrent les archive s des gravures, photographies et illustrations publies dans la presse; ils relurent la srie autres, Le petit journal, Le monde illustr et La libre parole Par ailleurs, ils interrogrent e cloche sur les vnements passs et contemporains et retracer le rcit de Dreyfus. A tout a, ils ajoutrent leurs propres souvenirs du procs Dreyfus de 1894, son incarcration et le retour en France de filmer sur les mme lieux des vnements 32 On voit aussi le nom << La Griffe >> et << LA GRIFF >>.

PAGE 33

33 pour restituer en studio, dans la mesu re du possible, les dcors exacts des vnements cinma Georges Sadoul, Mlis prit ses vacances Jersey en juillet 1899 et fit un court priple la ville de Rennes au moment de la rvision du procs de 1899 pour se documenter par lui mme, sur le vif, sur les vnements sociaux, politiques et judiciaires qui se droulrent l 33 quasi documentaire qui met en La quasi totalit de tous les documents indique que la ralisation proprement dite du film commena en aot 1899 dans le btiment vitr Montreuil peu avant le procs de Rennes se mit en route. Le tournage Julius W. Orde et Mlis, dans le rle entre autres, de conseiller technique. On compte plus ou moins deux mois de tournage pour raliser la srie compose de onze courts films constituant un film de 240 m tres qui durait approximativement 15 minutes, 34 un 35 On constate galement que Mlis utilisa des techniques durant le tournage qui taient novatrices pour le drame cinmatographique comme le soleil se couchait sur le dix neuvime sicle. Par souci de ralisme et justesse, Orde tourna quelques scnes 33 Georges Sadoul, Histoire gnra le du cinma ( Paris: Editions Denol, 1948 ). 34 Certains ouvrages et articles varient sur la dure; on trouve ainsi 11 et 12 minutes. 35 Paul Hammond, Marvellous Mlis

PAGE 34

34 copia scrupuleusement des documents photograph iques authentiques pour reconstituer ralisation de peut tre considre comme une rflexion de ses tendances rpublicaines et le premier film politique et militant en France o le cinaste Dreyfus. Une lectrifiante et fit une impression incendiai re sur les spectateurs 36 de Rennes. Dans cette perspective, on peut com parer le spectateur un voyageur entre deux continents. En mme temps, le spectateur assiste la rcration attentive de la Amrique du Sud qui provoqurent ventuellement l e second procs. En effet, une journalistes dreyfusards et anti dreyfusards vers la fin du film tait si impressionnante et le ralisme dramatique du film si convainquant que M de la sortie parisienne du film que le tableau Bagarre entre journalistes tait une bobine de fiction pour la distinguer de certaines images relles et drangeantes. 36 Si ght and Sound Autumn, 1984: 293.

PAGE 35

35 Analysis of the Film Le film retrace principaleme Rennes en 1899, en douze tableaux numrots de 206 217 selon le catalogue de la Star Film 37 n cinmatographique de Mlis base New York. Au regard du film, nous proposons de visualiser de faon chronologique les 206. La dicte du bordereau, communment appele: Arrestation de Dre yfus. 216. La dgradation 38 208. Mise aux fers de Dreyfus. 209. Suicide du colonel Henry. 210. Dbarquement Quiberon. 211. Entrevue de Dreyfus et de sa femme Rennes. 212. Attentat contre matre Labori. 213. Bagarre entre journali stes, communment appele: La bataille des journalistes au lyce. 214 215. Le Conseil de guerre en sance Rennes, communment appel: La cour martiale de Rennes. 217. Dreyfus allant du lyce la prison. 37 Paul Hammond, Marvellous Mlis 38 Il faut signaler que le positionnement de La dgradation ense aprs coup

PAGE 36

36 Pour le premier mini film dans le film Arrestati on de Dreyfus ( bobine 206 ), interdite aux civils. Ce plan squence de 67 se franaise pour comparer son criture celle du bordereau infme. On voit Dreyfus ge. Un pistolet lui est tendu et le suicide La bande, conformment aux opinions gnralement admises sur la thtralit de la mise en scne de M lis, 39 nous montre un groupe de personnages films en pied et optique de la camra. Cette action se droule devant un dcor fixe et une toile de fond peinte place dans le s tudio. De plus, le cinaste a fait preuve de modration approprie dans le cycle de Dreyfus. Par ordre chronologique, nous allons considrer la deuxime bande dan s la srie, La dgradation ( bobine 216 ). Pour des raisons inconnues, Mlis ralisa ce tableau la fin du cycle. Selon la plupart des historiens du cinma La dgradation aurait t dtruite il y a belle lurette et la copie certifie conforme reste intro 39 Pierre Jenn, Georges Mlis cinaste ( Paris: Editions Albatros, 1984 ).

PAGE 37

37 indique que Mlis reconstitua les dcors et les costumes de la dgradation publique spcifiquement autour du dessin du dessinateur de presse Henri Meyer, qui parut la une du Petit Journal illustr numro 217 du 13 janvi er 1895 ( Voir la figure B 1 en Appendice B ). 40 Un mouvant dessin en couleu r intitul << Le tratre. Dgradation de plus de 12 000 personnes sur place, s euls quelques soldats sont vus proximit de Dreyfus et vers le fond dans le cadre. Il y a de bonnes raisons de penser que Mlis posa galement quelques questions sur la crmonie aux familles Dreyfus et Hadamerd et obtint des tmoignages recueillis aupr s de soldats et de personnes qui avaient t le cinaste seul qui peut rsoudre le mystre de la reconstitution de La dgradation Mais cela est totalement impossible. Georges Mlis repose pour toujours au cimetire du Pre Lachaise Paris. Juste aprs La dgradation les spectateurs passaient en quelques minutes de couverte de Dreyfu s sur son le misrable au large de la cte guyanaise. Ce 40

PAGE 38

38 plan ( bobine 207 ) nous montre encore un groupe de personnages ( deux dans ce cas ) en pied qui se dplacent dire une cabane spectateurs voient Dreyfus durant quelques secondes de promenade sur la cour du rocher devant sa cabane. Il apparat t re en bonne condition physique, en bonne sant costume deux pices blanc propre et un chapeau de plage. Un surveillant de garde arm lan et lui donne vraisemblablement une lettre de sa est aux dpens du jeu qui est fig. tre inspir du dessin de F. Maulle, qui parut la une du Petit Journal illustr numro 306, dat du 27 septembre 1896 ( Voir la figure C 1 en Appendice C ). 41 Le dessin en couleurs dgrades intitul << Alfred ll de la tenue des dports: chemise de coton, vareuse de toile noire, pantalon de drap noir. Il est assis, la tte dans dprim et malade. 41 Crdit photog

PAGE 39

39 Dans les services de renseig solution au problme D reyfus tait dans le fond simple. On devait liminer Dreyfus par suite des mesures inhumaines de claustration dans la plus grande rigueur en collaboration avec le ministre des Colonies et le gouverneur de la Guyane, afin que Dreyfus meure de mort naturelle et que les conditions de sa mort ne soient pas exposes sur une le quat dans une case de pierre de quatre mtres sur quatre, souvent sans une minute de promenade et o toute conversation lui tait interdite dans les conditions du mauvais traitement, la chaleur torride faisait des ravages. 42 Quand on ex amine le tableau Alfred Dreyfus produit par Mlis, on le lointaine. Au lieu de cela, le film se montre quelque peu favorable envers le rgime colonial et en gros, peint Dreyfus sous des condition s favorables. On constate que le film parat tre tourn dans un camp de prisonniers cause de la haute palissade historiquement. Ces caractristiques prtent au film un sens de crdibilit. Par contre, on 42 Dreyfus rhabilit: Chronologie un article de Assemble nationale, page 9, 17 mai 2009 < http://www.assemblee nationale.fr/histoire/dreyfus/dreyfus chrono.asp >

PAGE 40

40 janvier en France reprsents d les conditions climatiques crasantes en Guyane. Par ailleurs, on note que les deux sous les tropiques il y a des cent aines de milliards de moustiques dans les Iles du Salut manque plus ou moins de ralisme. Paralllement Mlis a abord par ailleurs la cons quence de la Mise aux fers de Dreyfus (bobine 208 ). La fausse histoire de la fuite fut plante dans la presse anglaise au dbut de septembre 1896 par Mathieu Dreyfus, qui voulait sans rflc son frre. 43 Etonnamment plus tard en 1897, des renseignements diplomatiques franais gagnerait la Guyane franaise. >> 44 Pour sauver Dreyfus de son sort. Malheureusement, Dreyfus de se soumettre plusieurs longs mois au supplice de << la double boucle >>, ( Lerner, bobine 15, article 13 ). 43 Maurice Baumont, Affaire Dreyfus ( Paris: Editions mondiale, 1976 ). 44 Maurice Baumont, (Paris: Editions mondiale, 1976 ).

PAGE 41

41 Dans appel son imagination pour raliser une scne virtuellement inconnue lui. En clair, ce tableau de 65 secondes entrane le spectateur dans la case de Dreyfus en pleine nuit o celui ci est rveill en sursaut par deux surveillants. Le surveillant chef donne Dreyfus t la fin de la aux fers. Mise aux fers de Dreyfus ques de Diderot avec par exemple le personnage de Sainte Suzanne dans La religieuse. Ici, dans cette suite A Diable moment de la double boucle. A cet gard, le cinaste fit le sans lectricit, que les deux surveil lants encore une fois sont trop habills dans les ressemble pas une cellule de bagne mais plutt un cottage inachev de chasse de campagne en France. Ainsi, comme le film ce film manque aussi de ralisme. Pourtan t le film rpond plusieurs objectifs de Mlis: il nous donne un film o la politique gocentrique discrdit sur la justice franaise.

PAGE 42

42 Suivant Mise aux fers de Dreyfus le cinquime mini film dans la srie ramne les spectateurs en France o Mlis aborde la mort du colonel Henry dans Sui cide du colonel Henry ( bobine 209 ). Nous rappelons que cet officier commit un parjure au cours du procs Dreyfus de 1894 o, thtralement, pendant son tmoignage, il indiqua Le tratre l e voici choses >>, 45 puis arrt et emprisonn le 30 aot 1898, Henry se trancha la gorge coup de rasoir dans sa cellule la forteresse du Mont Valrien Paris le lendemain. manire vraisemblable, sinon vraie, 46 ait des informations de la une des hebdomadaires La Libre Parole << Coup de thtre, Arrestation du colonel Henry >> du 31 aot 1898 ( Isral 238 ), << Suicide du colonel Henry >> du 1 er ue. toute probabilit une lettre sa femme ou peut tre une note de suicide. C eci termin, il 45 un article de Herodote, page1,17 mai 2009 < http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour =18980113 46

PAGE 43

43 qui reprsentait la cellule de Henry. Recre par M lis dans le studio, la cellule donne thme est celui de la mort violente et que Mlis scne sanglante si choquante que la prise de vue eut dtourner son regard. A tous les gards le tableau est exact et impitoyable. Tout a donne au film une authenticit et une intensit tin 1er juillet 1899: sur un quai de dbarquement une vingtaine de soldats, de gendarmes, et Caudan ( Isral 287 ) dans artir du quai, on voit au loin, au large de la cte bretonne, dans des nappes de brume, le contour indistinct trs tendue. Soudain, comme quelque chose sortant tout silencieusement un homme maci, g de 39 ans, sous escorte arme. Ultrieurement, r pique la maison Dbarquement Quiberon ( bobine 210 ), la sixime bande dans le cycle. Pour recrer cet vnement historique majeur, Mlis fit appel son imagination, encore une fois il relut

PAGE 44

44 cinmatographique des dcors nautiques au cours du tournage de la srie du Maine, la gographie exacte du dbarquement. Dans la version de la priptie reconstitue en 57 secondes Montreuil, la squence montre un dtachement militaire sur le quai l fait nuit et il pleut verse. Plusieurs marins dbarquent et Entour de soldats sur De faon toute arbitraire la mise en scne de Dbarquement est fort intressante. On croit que Mlis a adapt au film les techniques et les conventions de son Thtre Robert Houdin Paris. 47 peinte qui reprsente clairement des nuages de tempte fixs, un phare et des voiliers effets spc iaux. Dans le premier temps le cinaste a abord le mouvement du bateau qui dbarque Dreyfus. Tandis que les autres bateaux dans la rade sont clairement peints, simulant balancier hors de porte de la camra. Deuximement, pour donner plus de vrit cette pl 47 Georges Sadoul, Les pionniers du cinma ( Paris: Editions Denol, 1948 ).

PAGE 45

45 pellicule 48 recrer le dessus et devant les gouttes de pluie. La critique de ce court film ( 57 secondes quelques remarques sans commentaires. Dbarquement parat tre tourn dans un port de mer, le temps est trs mauvais et le faible clairage, les dcors et les costumes airs sont devant et au dessus des interprtes au lieu du ciel orageux et comme la troisime bande dans le cycle, Diable tat physique et psychologique dtrior 49 >> ap rs vingt un jours enferm comme prisonnier militaire dans une cabine bord du Stax du Diable. Ainsi, certains gards, ce court film de 57 secondes manque plus ou moins proche de la ralit. Dans la srie, on trouve la bande Entrevue de Dreyfus et de sa femme Rennes ( bobine 211 ), la suite au film Dbarquement Le film se concentre sur les motions qui se manifestent quand Dreyfus rentre en mtropole, prcisment la prison militaire de 48 John Frazer, Artificially Arranged Scenes: The Films of Georges Mlis ( Boston: G.K. Hall & Co., 1979 ). 49 Michel Drouin, ( Paris: Flammarion, 1994 ).

PAGE 46

46 Rennes. Tel une chronique des entrevues entre dfendant / dfenseur et poux / pouse, ( Isral 2 Suicide Un surveillant fait entrer les deux avocats de Dreyfus, Fernand Labori et Demenage, sous escorte et tous les trois exam proche. Peu aprs, madame Dreyfus et une amie identifiable comme tant madame Havet 50 Quand on fait la critique du film clairages, les dcors et les costumes sont tous justes sauf le personnage de Dreyfus. Hlas, il est habill parat tre en pleine forme par rapport la description physique choquante de Dreyfus 51 au dbut du procs de Rennes trente six jours plus ta Dreyfus parut [ ... ] on jetait en pleine lumire une misrable guenille humaine >> ( Drouin 165 ). En plus, pour la premire fois dans la srie, Mlis prsente deux interprtes 50 film Catalogue No. 211 un article de Hist orical Re enactments, page 7, 4 juin 2008 < http://filmjournal.net/melies/catagory/genres/historical re enactments/ > 51 Barrs fut un des correspondants de la salle des ftes du lyce de Rennes qui y reprsenta Le Journal

PAGE 47

47 et que le cinaste nous montre sa capacit cinmatographique reprsenter un moment dramatique. Juste aprs Entrevue Mlis donne vie Attentat contre matre Labori ( bobine 212 ), un des dfenseurs de Dreyfus reprsent dans le film prcdent numro passerelles de la Vilaine une semaine aprs les prmices du second procs de Rennes. Faisant usage de deux toiles de fond peintes, celle qui reprsente clairement la rivire s rcre la situation. Au Srieusement bless, Labori dessin qui parat la une du Le Petit Journal nombre 458 du 14 aot 1899 pour situer 52 au bout portant ( Voir l a figure D 1 en Appendi ce D ). 53 52 Les deux amis de Labori sont ide ntifiables comme le colonel Piquart et le maire de Rennes, Gast. 53

PAGE 48

48 Quand on examine Attentat sous tous ses aspects, on arrive la conclusion que le cinaste voulait donner aux spectateurs un deuxime tableau dramatique dans la srie. A cet gard, on remarque que le thme est analogue celui de Suicide, que comm e avec Suicide et que contrairement au colonel Henry qui se suicide pour chapper aux consquences de son aveu, le film donne Labori une stature morale accrue. Cela montre est prt regarder la mort en face pour la cause et cela lui vaut aussitt les faveurs du public. On note galement que les clairages, les dcors et les costumes sur le plateau ue la fusillade est trs ressemblante. Ces caractristiques prtent au film un sens de crdibilit et en mme e deux reprises avec le revolver avec la ralit et de plus, elles ne reprsentent pas le dessin qui parut dans Le Petit Journal (Isral 297 ). En plus, on peut facil ement reprer la jointure entre les toiles peintes et le plancher du studio et cela diminue la valeur du film qui est rigoureusement un quasi documentaire. Dans le neuvime film Bagarre entre journalistes (bobine 213 ), Mlis reconstitue le combat clbr e de reporters en aot 1899 et met en lumire un aspect important de la saga: la division du pays en les deux camps. En ralit Rennes, un jour durant le procs, deux journalistes, le violemment antismite rdacteur en chef de Le Galois Arthur Meyer et l a virulente Dreyfusarde madame Caroline Rmy, dite Sverine de La Fronde ( Drouin 284 ) commencrent une dispute chaud. Soudainement, Sverine bondit sur

PAGE 49

49 ses pieds suivie par la plupart des autres journalistes, dclenchant une bataille acharne entre le lyce de Rennes de nombreux participants fuyaient et les journalistes restants furent ensuite expulss. 54 Dans la version de la priptie reconstitue en studio en 67 secondes, Mli s, pour vritables actualits. Ainsi, on voit deux figures identifiables dans l a mle reprsentes: Meyer et Rmy Sverine, qui tait bien connue comme la premire femme journaliste en in du tableau, les journalistes marchent en direction et droit devant la camra au lieu de la gauche ou la droite et sortent en gros plan. Cette scne est atypique de Mlis plans bien dfinis. Toutefois, le rsultat est beaucoup plus en trois dimensions et moins reconstitus historiques. 55 la capitale endormie de la Bretagne fut l capitaine Alfred Dreyfus. La presse nationale et trangre envoya des centaines de 54 No. 213 un article de Historical Re en actments, page 5, 6 juin 2008 < http://filmjournal.net/melies/category/genres/historical re enactments/ > 55 On peut noter que le procs de Rennes se tint du 7 aot au 8 septembre 1899.

PAGE 50

50 dessinateurs et attira tous les notables de France, des clbrits et des vedettes de thtre ( Winock 127 ). L aussi Georges Mlis se rendit ( Winock 126 ) pour faire des recherches prparatoires des lieux, des personnages intervenant qui lui permettraient de recrer Le Conseil de gue rre en sance Rennes ( bobines 214 et 215 ) le titre de la bande prochaine dans la srie. Ce film de double longueur reconstitue une tranche de la seconde audience publique du procs de Rennes (Isral 482 ) et met en lumire un autre Affaire: la culpabilit prdtermine de Dreyfus. Dans la reconstitution en dcors Montreuil, Mlis a pour thtre la mme toile de Bagarre procdure militaire prescrite dans la salle de tribunal. Le Conseil de guerre compos de taires gagnent leurs places par ordre de rang, puis les avocats moment l Dreyfus salue militairement le Conseil, pourtant personne ne lui rend son salut. Dans la deuxime moiti du f en faveur de Dreyfus y c ompris Guerre le Gnral Auguste Mercier, qui domine totalement la scne. Bien que Dreyfus bondi sse sur ses pieds pour protester chaud contre la dposition du Gnral vers la fin

PAGE 51

51 Ce dixime film cinmatographique de Mlis. Pourtant, on note que le film souffre quelque peu de de la scne. Les juges sigent dans le fond en ligne droite et plusieurs quelque peu calme et Dreyfus est dpeint comme bien portant. Ces prises de vue sont loin de correspo pleine de tmoins, de presse et de public ( Burns 142 ), dans une atmosphre de quasi guerre civile entre les Dreyfusards et Anti Dreyfusards. En outre, le journaliste Jean Bernard 56 presque jaune, les narines serres >> ( Drouin 98 ). Nanmoins, Mlis dtourne Mercier, aux protestatio ns de Dreyfus et aborde la sant de Dreyfus sous un angle positif pour des raisons inconnues mais peut soit, le principal atout du film est la dure de 2 minutes 11 secondes, un long mtrage pour ainsi dire. Cette longueur donne aux deux tableaux la profondeur qui manque dans les actualits reconstitues. Le rsultat est favorable. 56 Jean Bernard, pseudonyme de J. B. Passerieu, fut un des correspondants de la salle des ftes du lyce de Rennes qui y reprsenta

PAGE 52

52 Le onzime et dernier pisode de la collection historique, Dreyfus allant du lyc e la prison (bobine 217 ), vraisembla blement reprsente le dernier jour de la cour martiale qui pronona la condamnation de Dreyfus. Comme Dgradation ( bobine 216 ) on rapporte directement calque du jo urnal 57 par Mlis ( Sadoul 108 ) ( Voir la figure E 1, une photographie qui part en Appendice E ). 58 Par ailleurs, le seul clich partir du film qui existe montre Dreyfus sortant du lyce le 9 septembre 1899 sur le chemin de la prison dfi lant entre deux haies de militaires, le dos tourn au coupable p our lui apporter le dshonneur on observe cos tumes et les armes des soldats sont justes, les positions des soldats sur le perron devant le lyce sont presque identiques celles dans et la toile de fond peinte du lyce parat vraie et naturelle. A cet gard, on a de bonnes raisons de p enser sait que le seul espoir de pouvoir visualiser ce film est de rcuprer une copie de projection, gare ou abandonne chez des particuliers ou dans des lieux d e hasard et cela semble improbable plus de 100 ans aprs le tournage du film Montreuil. The Objectivity of the Film Bien que paraisse soutenir la cause du capitaine Dreyfus, le film de Mlis est une qui semble quelque peu objecti 57 La photographie fut publie en septembre 1899. 58 Photographie employe par Vincent Duclert en couverture de son ouvrage FFAIRE D REYFUS

PAGE 53

5 3 pas de dpendre de faon politique des positions polarises des deux France ou des honnte dans sa prsentation du suicide du colonel H contre Labori. La question de la torture de Dreyfus est aborde comme un fait et sans jugement moral. Mlis prsente seulement deux scnes montrant des instruments de torture: la torture psychologique o toute convers ation lui est interdite ( ) et la torture physique o Dreyfus est enferm dans la rclusion absolue ( Mise au fers de Dreyfus ) En outre, la torture est bien montre plus tard dans la srie comme ayant t n de Dreyfus des Iles du Salut en Guyane. Les surveillants ne sont pas montrs comme des monstres sadiques. Dans la scne de la bande Mise aux fers les gardiens paraissent faire leur devoir de faon militaire, ce dans les fers, un gardien parat vrifier le bien tre du prisonnier avec sa lanterne. Le portrait que Mlis fit du Gnral Mercier dans La cour martiale de Rennes est st prsent comme un soldat digne qui a une mission difficile soit la protection du secret du canon de 75 et qui doit utiliser des moyens exceptionnels pour empcher que les renseignements ne tombassent aux mains des prsent comme un monstre ou un tortionnaire et ranaise et ne recula suggres dans la scne avec le ministre de la Guerre ( Arrestation de Dreyfus ) et dans

PAGE 54

54 la scne du second procs ( La cour martiale de Rennes ). En mme temps, Mlis ne se laisse pas intimider par les Anti Dreyfusards pour montrer le courage de Dreyfus dans la ( Dgradation ). Par ailleurs, Mlis ne cde pas la pression des Dreyf usards pour montrer Dreyfus de manire contre sa patrie. Il est fortement suggr dans la scne de Dbarquement que les forces de scurit sur le quai sont crasantes pa rce que Dreyfus est un prisonnier de grande En revanche, comme on le voit de loin, une distance de plus de cent ans, Dreyfus a des limitations sociales et politiques viden tes. Le film ne fait pas rfrence aux ttaque pas le mal Dreyfus la racine soit la guerre franco allemande de 1870 le secret du canon de 75. En plus, les rles des Services de renseignements franais et espionnage est introuvable. On remarque galement que bien dreyfusard, le film ne traite pas la position des s constitue de conscrits. Finalement, on constate que la conclusion du dernier film dans le cycle, Dreyfus allant du lyce la prison u Diable. Cela renforce la position anti

PAGE 55

55 pas traite ce qui aurait peint le gouvernement sous des lumires favorables aux Dreyfusards. The Cast En 1899 tous les interprtes des films sont alors anonymes et le terme Cela dit, nous savons que le personnage du capitaine Dreyfus est incarn par un sidrurgiste d Dreyfus (Frazer 80 ). Nous savons que les deux journalistes Meyer et Rmy Svarine paraissent Bagarre double rle dans le film: 59 Entre vue et La cour martiale de Rennes et un reporter dans Bagarre (Frazer 79 80 ). Au gnrique on fait des hypothses que les autres rles du scnario taient tenus par des acteurs et actrices de thtre avec qui Mlis avait dj travaill dans le pass et p ar un grand nombre de franais et journalistes inconnus dans les coulisses pour tourner les deux derniers mini films La cour martiale de Rennes et Dreyfus allant du lyce la prison. The Reception of the F ilm in France enflammer la nation, le film fut interdit par la procdure de censure presque ds sa sortie la fin du dix neuvime sicle. Lors de la sortie parisienne du film les salles de cinma virent de violents combats qui clatrent entre les Dreyfusards et Anti Dreyfusards dans 59 Except Georges Mlis, aucun des acte de cinma.

PAGE 56

56 les auditoires ( Walker 31 ). Il est dit que des lments des deux groupes lancrent des pour frapper leurs ennemis, que des siges taient briss au sein des film 49 ). projete en France aprs le dbut moment l ab anniversaire de la projection du film, en contradiction avec la justice qui rhabilita Dreyfus la franais et ne revit plus jamais sa brve apoge de 1899. Anecdotes asphyxi par le f eu de chemine dans son appartement Paris. La police trouva la chemine en partie bouche et souponna un meurtre. Au fur et mesure du temps, on transfra les cend la rhabilitation du capitaine Dreyfus en 2006, le transfert de ses cendres au Panthon fut

PAGE 57

57 envisag. Malencontreusement, le prsident de la Rpublique Jacques Chirac renona la propositio clert 227 ) est dans les limbes. Le testament cinmatographique de Georges Mlis compte 564 courts mtrages pendant son parcours, 60 Bourrichon en 1 912. Il cessa toute activit cinmatographique en 1913. Au cours des annes 1920, le ralisateur fit faillite et fut contraint de vendre sa proprit, ses meubles et ses studios. Il est dit que dans un moment de colre et dsespoir il brla tout le stock d e ngatifs dans le jardin de Montreuil. Plus tard, aprs plusieurs annes qui furent matriellement trs difficiles, Mlis passa ses journes comme marchand de confiseries et jouets la gare Montparnasse ( Duca 21 ). Dans son grand ge, dbut 1932 on le plaa dans une mdiocre maison de retraite, le chteau Orly. Six ans plus tard, Marie Georges dix sept ans. Il fut inhum au susnomm cimetire du Pre Lachaise dans le vingtime arrondi ssement cinmatographique 1861 En juillet 1952, la Bretagne rendit hommage Alfred Dreyfus. Une plaque commmorative fut appose sur la cale de Port Haliguen libell Parmi les Dr Marcel Proust ( Hollier 825 ). Plus ieurs 60 Certains documents varient sur les chiffres. On trouve ainsi 520 et 600 films.

PAGE 58

58 de Proust dans la socit franaise fut la gnration des strotypes antismites ( 985 ). Par ailleurs, Wilkinson ce que no us pouvons juger une 987 ). est : Emile Zola ou la conscience vis Le film l : Comme un juif en France de co Co nclusion o

PAGE 59

59 naviguant dans des eaux inexplores politiques et cinmatographiques, reconstituait tiale dans la ville de Rennes, vingt cinq films ont monumentale et onze ans aprs sa sortie dans les salles de cinma en France le film par dessus tout, nous pouvons conclure que la srie quasi documentaire de Mlis non au del proprement dit est un document juridique et historique mais encore marque jamais le cinma fran ais.

PAGE 60

60 APPENDIX A LETTRE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FELIX FAURE DE EMILE ZOLA Monsieur le Prsident, Me permettez vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m'avez fait un jour, d'avoir le souci de votre juste gloi re et de vous dire que votre toile, si heureuse jusqu'ici, est menace de la plus honteuse, de la plus ineffaable des taches ? Vous tes sorti sain et sauf des basses calomnies, vous avez conquis les coeurs. Vous apparaissez rayonnant dans l'apothose de cette fte patriotique que l'alliance russe a t pour la France, et vous vous prparez prsider au solennel triomphe de notre Exposition universelle, qui couronnera notre grand sicle de travail, de vrit et de libert. Mais quelle tache de boue sur v otre nom j'allais dire sur votre rgne que cette abominable affaire Dreyfus Un conseil de guerre vient, par ordre, d'oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprme toute vrit, toute justice. Et c'est fini, la France a sur la joue cette souillure l'histoire crira que c'est sous votre prsidence qu'un tel crime social a pu tre commis. Puisqu'ils ont os, j'oserai aussi, moi. La vrit, je la dirai, car j'ai promis de la dire, si la justice, rgulirement saisie, ne la faisait pas, pleine et enti re. Mon devoir est de parler, je ne veux pas tre complice. Mes nuits seraient hantes par le spectre de l'innocent qui expie l bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu'il n'a pas commis.

PAGE 61

61 Et c'est vous, monsieur le Prsident, que je la crie rai, cette vrit, de toute la force de ma rvolte d'honnte homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l'ignorez. Et qui donc dnoncerai je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n'est vous, le premier magistrat du pays ? La v rit d'abord sur le procs et sur la condamnation de Dreyfus. Un homme nfaste a tout men, a tout fait, c'est le colonel du Paty de Clam, alors simple commandant. Il est l'affaire Dreyfus tout entire, on ne la connatra que lorsqu'une enqute loyale aur a tabli nettement ses actes et ses responsabilits. Il apparat comme l'esprit le plus fumeux, le plus compliqu, hant d'intrigues romanesques, se complaisant aux moyens des romans feuilletons, les papiers vols, les lettres anonymes, les rendez vous dan s les endroits dserts, les femmes mystrieuses qui colportent, de nuit, des preuves accablantes. C'est lui qui imagina de dicter le bordereau Dreyfus ; c'est lui qui rva de l'tudier dans une pice entirement revtue de glaces ; c'est lui que le comma ndant Forzinetti nous reprsente arm d'une lanterne sourde, voulant se faire introduire prs de l'accus endormi, pour projeter sur son visage un brusque flot de lumire et surprendre ainsi son crime, dans l'moi du rveil. Et je n'ai pas tout dire, qu' on cherche, on trouvera. Je dclare simplement que le commandant du Paty de Clam, charg d'instruire l'affaire Dreyfus, comme officier judiciaire, est, dans l'ordre des dates et des responsabilits, le premier coupable de l'effroyable erreur judiciaire qui a t commise. Le bordereau tait depuis quelque temps dj entre les mains du colonel Sandherr, directeur du bureau des renseignements, mort depuis de paralysie gnrale. Des "fuites"

PAGE 62

62 avaient lieu, des papiers disparaissaient, comme il en disparat aujou rd'hui encore ; et l'auteur du bordereau tait recherch, lorsqu'un a priori se fit peu peu que cet auteur ne pouvait tre qu'un officier de l'tat major, et un officier d'artillerie : double erreur manifeste, qui montre avec quel esprit superficiel on a vait tudi ce bordereau, car un examen raisonn dmontre qu'il ne pouvait s'agir que d'un officier de troupe. On cherchait donc dans la maison, on examinait les critures, c'tait comme une affaire de famille, un tratre surprendre dans les bureaux mme s, pour l'en expulser. Et, sans que je veuille refaire ici une histoire connue en partie, le commandant du Paty de Clam entre en scne, ds qu'un premier soupon tombe sur Dreyfus. A partir de ce moment, c'est lui qui a invent Dreyfus, l'affaire devient s on affaire, il se fait fort de confondre le tratre, de l'amener des aveux complets. Il y a bien le ministre de la guerre, le gnral Mercier, dont l'intelligence semble mdiocre ; il y a bien le chef de l'tat major, le gnral de Boisdeffre, qui parat avoir cd sa passion clricale, et le sous chef de l'tat major, le gnral Gonse, dont la conscience a pu s'accommoder de beaucoup de choses. Mais, au fond, il n'y a d'abord que le commandant du Paty de Clam, qui les mne tous, qui les hypnotise, car il s'occupe aussi de spiritisme, d'occultisme, il converse avec les esprits. On ne croira jamais les expriences auxquelles il a soumis le malheureux Dreyfus, les piges dans lesquels il a voulu le faire tomber, les enqutes folles, les imaginations monstr ueuses, toute une dmence torturante. Ah cette premire affaire, elle est un cauchemar, pour qui la connat dans ses dtails vrais Le commandant du Paty de Clam arrte Dreyfus, le met au secret. Il court chez madame Dreyfus, la terrorise, lui dit que, si elle parle, son mari est perdu. Pendant ce temps, le malheureux s'arrachait la chair, hurlait son innocence. Et l'instruction a t

PAGE 63

63 faite ainsi, comme dans une chronique du quinzime sicle, au milieu du mystre, avec une complication d'expdients farou ches, tout cela bas sur une seule charge enfantine, ce bordereau imbcile, qui n'tait pas seulement une trahison vulgaire, qui tait aussi la plus impudente des escroqueries, car les fameux secrets livrs se trouvaient presque tous sans valeur. Si j'insi ste, c'est que l'oeuf est ici, d'o va sortir plus tard le vrai crime, l'pouvantable dni de justice dont la France est malade. Je voudrais faire toucher du doigt comment l'erreur judiciaire a pu tre possible, comment elle est ne des machinations du com mandant du Paty de Clam, comment le gnral Mercier, les gnraux de Boisdeffre et Gonse ont pu s'y laisser prendre, engager peu peu leur responsabilit dans cette erreur, qu'ils ont cru devoir, plus tard, imposer comme la vrit sainte, une vrit qui n e se discute mme pas. Au dbut, il n'y a donc, de leur part, que de l'incurie et de l'inintelligence. Tout au plus, les sent on cder aux passions religieuses du milieu et aux prjugs de l'esprit de corps. Ils ont laiss faire la sottise. Mais voici Drey fus devant le conseil de guerre. Le huis clos le plus absolu est exig. Un tratre aurait ouvert la frontire l'ennemi, pour conduire l'empereur allemand jusqu' Notre Dame, qu'on ne prendrait pas des mesures de silence et de mystre plus troites. La na tion est frappe de stupeur, on chuchote des faits terribles, de ces trahisons monstrueuses qui indignent l'Histoire, et naturellement la nation s'incline. Il n'y a pas de chtiment assez svre, elle applaudira la dgradation publique, elle voudra que l e coupable reste sur son rocher d'infamie, dvor par le remords. Est ce donc vrai, les choses indicibles, les choses dangereuses, capables de mettre l'Europe en flammes, qu'on a d enterrer soigneusement derrire ce huis clos ? Non il n'y a eu, derrire que les imaginations romanesques et dmentes du commandant du Paty de Clam. Tout cela

PAGE 64

64 n'a t fait que pour cacher le plus saugrenu des romans feuilletons. Et il suffit, pour s'en assurer, d'tudier attentivement l'acte d'accusation, lu devant le conseil de guerre. Ah le nant de cet acte d'accusation Qu'un homme ait pu tre condamn sur cet acte, c'est un prodige d'iniquit. Je dfie les honntes gens de le lire, sans que leur coeur bondisse d'indignation et crie leur rvolte, en pensant l'expiatio n dmesure, l bas, l'le du Diable. Dreyfus sait plusieurs langues, crime ; on n'a trouv chez lui aucun papier compromettant, crime ; il va parfois dans son pays d'origine, crime ; il est laborieux, il a le souci de tout savoir, crime ; il ne se troub le pas, crime ; il se trouble, crime. Et les navets de rdaction, les formelles assertions dans le vide On nous avait parl de quatorze chefs d'accusation : nous n'en trouvons qu'une seule en fin de compte, celle du bordereau; et nous apprenons mme qu e, les experts n'taient pas d'accord, qu'un d'eux, M. Gobert, a t bouscul militairement, parce qu'il se permettait de ne pas conclure dans le sens dsir. On parlait aussi de vingt trois officiers qui taient venus accabler Dreyfus de leurs tmoignages Nous ignorons encore leurs interrogatoires, mais il est certain que tous ne l'avaient pas charg ; et il est remarquer, en outre, que tous appartenaient aux bureaux de la guerre. C'est un procs de famille, on est l entre soi, et il faut s'en souvenir : l'tat major a voulu le procs, l'a jug, et il vient de le juger une seconde fois. Donc, il ne restait que le bordereau, sur lequel les experts ne s'taient pas entendus. On raconte que, dans la chambre du conseil, les juges allaient naturellement acqu itter. Et, ds lors, comme l'on comprend l'obstination dsespre avec laquelle, pour justifier la condamnation, on affirme aujourd'hui l'existence d'une pice secrte, accablante, la pice qu'on ne peut montrer, qui lgitime tout, devant laquelle nous dev ons nous incliner, le bon dieu invisible et inconnaissable. Je la nie, cette pice, je la nie de

PAGE 65

65 toute ma puissance Une pice ridicule, oui, peut tre la pice o il est question de petites femmes, et o il est parl d'un certain D... qui devient trop ex igeant, quelque mari sans doute trouvant qu'on ne lui payait pas sa femme assez cher. Mais une pice intressant la dfense nationale, qu'on ne saurait produire sans que la guerre ft dclare demain, non, non C'est un mensonge ; et cela est d'autant plu s odieux et cynique qu'ils mentent impunment sans qu'on puisse les en convaincre. Ils ameutent la France, ils se cachent derrire sa lgitime motion, ils ferment les bouches en troublant les coeurs, en pervertissant les esprits. Je ne connais pas de plus grand crime civique. Voil donc, monsieur le Prsident, les faits qui expliquent comment une erreur judiciaire a pu tre commise ; et les preuves morales, la situation de fortune de Dreyfus, l'absence de motifs, son continuel cri d'innocence, achvent de le montrer comme une victime des extraordinaires imaginations du commandant du Paty de Clam, du milieu clrical o il se trouvait, de la chasse aux "sales juifs", qui dshonore notre poque. Et nous arrivons l'affaire Esterhazy. Trois ans se sont pas ss, beaucoup de consciences restent troubles profondment, s'inquitent, cherchent, finissent par se convaincre de l'innocence de Dreyfus. Je ne ferai pas l'historique des doutes, puis de la conviction de M. Scheuter Kestner. Mais, pendant qu'il fouillai t de son ct, il se passait des faits graves l'tat major mme. Le colonel Sandherr tait mort, et le lieutenant colonel Picquart lui avait succd comme chef du bureau des renseignements. Et c'est ce titre, dans l'exercice de ses fonctions, que ce de rnier eut un jour entre les mains une lettre tlgramme, adresse au commandant Esterhazy, par un agent d'une puissance

PAGE 66

66 trangre. Son devoir strict tait d'ouvrir une enqute. La certitude est qu'il n'a jamais agi en dehors de la volont de ses suprieurs Il soumit donc ses soupons ses suprieurs hirarchiques, le gnral Gonse, puis le gnral de Boisdeffre, puis le gnral Billot, qui avait succd au gnral Mercier comme ministre de la guerre. Le fameux dossier Picquart, dont il a t tant parl, n 'a jamais t que le dossier Billot, j'entends le dossier fait par un subordonn pour son ministre, le dossier qui doit exister encore au ministre de la guerre. Les recherches durrent de mai septembre 1896, et ce qu'il faut affirmer bien haut, c'est qu e le gnral Gonse tait convaincu de la culpabilit d'Esterhazy, c'est que le gnral de Boisdeffre et le gnral Billot ne mettaient pas en doute que le fameux bordereau ft de l'criture d'Esterhazy. L'enqute du lieutenant colonel Picquart avait abouti cette constatation certaine. Mais l'moi tait grand, car la condamnation d'Esterhazy entranait invitablement la rvision du procs Dreyfus ; et c'tait ce que l'tat major ne voulait aucun prix. Il dut y avoir l une minute psychologique pleine d'a ngoisse. Remarquez que le gnral Billot n'tait compromis dans rien, il arrivait tout frais, il pouvait faire la vrit. Il n'osa pas, dans la terreur sans doute de l'opinion publique, certainement aussi dans la crainte de livrer tout l'tat major, le gn ral de Boisdeffre, le gnral Gonse, sans compter les sous ordres. Puis, ce ne fut l qu'une minute de combat entre sa conscience et ce qu'il croyait tre l'intrt militaire. Quand cette minute fut passe, il tait dj trop tard. Il s'tait engag, il tait compromis. Et, depuis lors, sa responsabilit n'a fait que grandir, il a pris sa charge le crime des autres, il est aussi coupable que les autres, il est plus coupable gueux, car il a t le matre de faire justice, et il n'a rien fait. Comprenez vo us cela voici un an que le gnral Billot, que les gnraux de Boisdeffre

PAGE 67

67 et Gonse savent que Dreyfus est innocent, et ils ont gard pour eux cette effroyable chose Et ces gens l dorment, et ils ont des femmes et des enfants qu'ils aiment Le colonel Picquart avait rempli son devoir d'honnte homme. Il insistait auprs de ses suprieurs, au nom de la justice. Il les suppliait mme, il leur disait combien leurs dlais taient impolitiques, devant le terrible orage qui s'amoncelait, qui devait clater, lorsque la vrit serait connue. Ce fut, plus tard, le langage que M. Scheurer Kestner tint galement au gnral Billot, l'adjurant par patriotisme de prendre en main l'affaire, de ne pas la laisser s'aggraver, au point de devenir un dsastre public. Non le crime tait commis, l'tat major ne pouvait plus avouer son crime. Et le lieutenant colonel Picquart fut envoy en mission, on l'loigna de plus loin en plus loin, jusqu'en Tunisie, o l'on voulut mme un jour honorer sa bravoure en le chargeant d'une mission qui l'aurait srement fait massacrer, dans les parages o le marquis de Mors a trouv la mort. Il n'tait pas en disgrce, le gnral Gonse entretenait avec lui une correspondance amicale. Seulement, il est des secrets qu'il ne fait pas bon d'avoi r surpris. A Paris, la vrit marchait, irrsistible, et l'on sait de quelle faon l'orage attendu clata. M. Mathieu Dreyfus dnona le commandant Esterhazy comme le vritable auteur du bordereau, au moment o M. Scheurer Kestner allait dposer, entre les mains du garde des sceaux, une demande en rvision du procs. Et c'est ici que le commandant Esterhazy parat. Des tmoignages le montrent d'abord affol, prt au suicide ou la fuite. Puis, tout d'un coup, il paye d'audace, il tonne Paris par la violen ce de son attitude. C'est que du secours lui tait venu, il avait reu une lettre anonyme l'avertissant des menes de ses ennemis, une dame mystrieuse s'tait mme drange de nuit pour lui remette une pice vole l'tat major, qui devait le sauver. Et je ne puis m'empcher de

PAGE 68

68 retrouver l le lieutenant colonel du Paty de Clam en reconnaissant les expdients de son imagination fertile. Son oeuvre, la culpabilit de Dreyfus tait en pril, et il a voulu srement dfendre son oeuvre. La rvision du procs, mais c'tait l'croulement du roman feuilleton si extravagant, si tragique, dont le dnouement abominable a lieu l'le du Diable C'est ce qu'il ne pouvait permettre. Ds lors, le duel va avoir lieu entre le lieutenant colonel Picquart et le lieutenant colonel du Paty de Clam, l'un le visage dcouvert, l'autre masqu. On les retrouvera prochainement tous deux devant la justice civile. Au fond, c'est toujours l'tat major qui se dfend, qui ne veut pas avouer son crime, dont l'abomination grandit d'heure en heure. On s'est demand avec stupeur quels taient les protecteurs du commandant Esterhazy. C'est d'abord, dans l'ombre, le lieutenant colonel du Paty de Clam qui a tout machin, qui a tout conduit. Sa main se trahit aux moyens saugrenus. Puis, c'est l e gnral de Boisdeffre, c'est le gnral Gonse, c'est le gnral Billot lui mme, qui sont bien obligs de faire acquitter le commandant, puisqu'ils ne peuvent laisser reconnatre l'innocence de Dreyfus, sans que les bureaux de la guerre croulent dans le mpris public. Et le beau rsultat de cette situation prodigieuse est que l'honnte homme, l dedans, le lieutenant colonel Picquart, qui seul a fait son devoir, va tre la victime, celui qu'on bafouera et qu'on punira. O justice, quelle affreuse dsespra nce serre le coeur On va jusqu' dire que c'est lui le faussaire, qu'il a fabriqu la carte tlgramme pour perdre Esterhazy. Mais, grand Dieu pourquoi ? dans quel but ? Donnez un motif. Est ce que celui l aussi est pay par les juifs ? Le joli de l'h istoire est qu'il tait justement antismite. Oui nous assistons ce spectacle infme, des hommes perdus de dettes et de crimes

PAGE 69

69 dont on proclame l'innocence, tandis qu'on frappe l'honneur mme, un homme la vie sans tache Quand une socit en est l, elle tombe en dcomposition. Voil donc, monsieur le Prsident, l'affaire Esterhazy : un coupable qu'il s'agissait d'innocenter. Depuis bientt deux mois, nous pouvons suivre heure par heure la belle besogne. J'abrge, car ce n'est ici, en gros, que le r sum de l'histoire dont les brlantes pages seront un jour crites tout au long. Et nous avons donc vu le gnral de Pellieux, puis le commandant Ravary, conduire une enqute sclrate d'o les coquins sortent transfigurs et les honntes gens salis. Puis, on a convoqu le conseil de guerre. Comment a t on pu esprer qu'un conseil de guerre dferait ce qu'un conseil de guerre avait fait ? Je ne parle mme pas du choix toujours possible des juges. L'ide suprieure de discipline, qui est dans le sang de ces soldats, ne suffit elle infirmer leur pouvoir mme d'quit ? Qui dit discipline dit obissance. Lorsque le ministre de la guerre, le grand chef a tabli publiquement, aux acclamations de la reprsentation nationale, l'autorit absolue de la chose ju ge, vous voulez qu'un conseil de guerre lui donne un formel dmenti ? Hirarchiquement, cela est impossible. Le gnral Billot a suggestionn les juges par sa dclaration, et ils ont jug comme ils doivent aller au feu, sans raisonner. L'opinion prconue qu'ils ont apporte sur leur sige, est videmment celle ci : "Dreyfus a t condamn pour crime de trahison par un conseil de guerre ; il est donc coupable, et nous, conseil de guerre, nous ne pouvons le dclarer innocent : or nous savons que reconnatre la culpabilit d'Esterhazy, ce serait proclamer l'innocence de Dreyfus. Rien ne pouvait les faire sortir de l.

PAGE 70

70 Ils ont rendu une sentence inique, qui jamais psera sur nos conseils de guerre, qui entachera dsormais de suspicion tous leurs arrts. Le premier conseil de guerre a pu tre inintelligent, le second est forcment criminel. Son excuse, je le rpte, est que le chef suprme avait parl, dclarant la chose juge inattaquable, sainte et suprieure aux hommes, de sorte que des infrieurs ne pouv aient dire le contraire. On nous parle de l'honneur de l'arme, on veut que nous l'aimions, que nous la respections. Ah certes, oui, l'arme qui se lverait la premire menace, qui dfendrait la terre franaise, elle est tout le peuple et nous n'avons pour elle que tendresse et respect. Mais il ne s'agit pas d'elle, dont nous voulons justement la dignit, dans notre besoin de justice. Il s'agit du sabre, le matre qu'on nous donnera demain peut tre. Et baiser dvotement la poigne du sabre, le dieu, no n Je l'ai dmontr d'autre part : l'affaire Dreyfus tait l'affaire des bureaux de la guerre, un officier de l'tat major, dnonc par ses camarades de l'tat major, condamn sous la pression des chefs de l'tat major. Encore une fois, il ne peut revenir innocent sans que tout l'tat major soit coupable. Aussi les bureaux, par tous les moyens imaginables, par des campagnes de presse, par des communications, par des influences, n'ont ils couvert Esterhazy que pour perdre une seconde fois Dreyfus. Quel coup de balai le gouvernement rpublicain devrait donner dans cette jsuitire, ainsi que les appelle le gnral Billot lui mme O est il, le ministre vraiment fort et d'un patriotisme sage, qui osera tout y refondre et tout y renouveler ? Que de gens je c onnais qui, devant une guerre possible, tremblent d'angoisse, en sachant dans quelles mains est la dfense nationale et quel nid de basses intrigues, de commrages et de dilapidations, est devenu cet asile sacr, o se dcide le sort de la patrie On s' pouvante devant le

PAGE 71

71 jour terrible que vient d'y jeter l'affaire Dreyfus, ce sacrifice humain d'un malheureux, d'un "sale juif" Ah tout ce qui s'est agit l de dmence et de sottise, des imaginations folles, des pratiques de basse police, des moeurs d' inquisition et de tyrannies, le bon plaisir de quelques galonns mettant leurs bottes sur la nation, lui rentrant dans la gorge son cri de vrit et de justice, sous le prtexte menteur et sacrilge de la raison d'Etat Et c'est un crime encore que de s' tre appuy sur la presse immonde, que de s'tre laiss dfendre par toute la fripouille de Paris, de sorte que voil la fripouille qui triomphe insolemment, dans la dfaite du droit et de la simple probit. C'est un crime d'avoir accus de troubler la Fran ce ceux qui la veulent gnreuse, la tte des nations libres et justes, lorsqu'on ourdit soi mme l'impudent complot d'imposer l'erreur, devant le monde entier. C'est un crime d'garer l'opinion, d'utiliser pour une besogne de mort cette opinion qu'on a pervertie jusqu' la faire dlirer. C'est un crime d'empoisonner les petits et les humbles, d'exasprer les passions de raction et d'intolrance, en s'abritant derrire l'odieux antismitisme, dont la grande France librale des droits de l'homme mourra, s i elle n'en est pas gurie. C'est un crime que d'exploiter le patriotisme pour des oeuvres de haine, et c'est un crime, enfin, que de faire du sabre le dieu moderne, lorsque toute la science humaine est au travail pour l'oeuvre prochaine de vrit et de ju stice. Cette vrit, cette justice, que nous avons si passionnment voulues, quelle dtresse les voir ainsi souffletes, plus mconnues et plus obscurcies Je me doute de l'croulement qui doit avoir lieu dans l'me de M. Scheurer Kestner, et je crois b ien qu'il finira par prouver un remords, celui de n'avoir pas agi rvolutionnairement, le jour de l'interpellation au Snat, en lchant tout le paquet, pour tout jeter bas. Il a t le grand honnte homme, l'homme de sa vie loyale, il a cru que la vrit se suffisait elle mme,

PAGE 72

72 surtout lorsqu'elle lui apparaissait clatante comme le plein jour. A quoi bon tout bouleverser, puisque bientt le soleil allait luire ? Et c'est de cette srnit confiante dont il est si cruellement puni. De mme pour le lieu tenant colonel Picquart, qui, par un sentiment de haute dignit, n'a pas voulu publier les lettres du gnral Gonse. Ces scrupules l'honorent d'autant plus que, pendant qu'il restait respectueux de la discipline, ses suprieurs le faisaient couvrir de boue instruisaient eux mmes son procs, de la faon la plus inattendue et la plus outrageante. Il y a deux victimes, deux braves gens, deux coeurs simples, qui ont laiss faire Dieu, tandis que le diable agissait. Et l'on a mme vu, pour le lieutenant colone l Picquart, cette chose ignoble : un tribunal franais, aprs avoir laiss le rapporteur charger publiquement un tmoin, l'accuser de toutes les fautes, a fait le huis clos, lorsque ce tmoin a t introduit pour s'expliquer et se dfendre. Je dis que cela est un crime de plus et que ce crime soulvera la conscience universelle. Dcidment, les tribunaux militaires se font une singulire ide de la justice. Telle est donc la simple vrit, monsieur le Prsident, et elle est effroyable, elle restera pour vot re prsidence une souillure. Je me doute bien que vous n'avez aucun pouvoir en cette affaire, que vous tes le prisonnier de la Constitution et de votre entourage. Vous n'en avez pas moins un devoir d'homme, auquel vous songerez, et que vous remplirez. Ce n'est pas, d'ailleurs, que je dsespre le moins du monde du triomphe. Je le rpte avec une certitude plus vhmente : la vrit est en marche et rien ne l'arrtera. C'est aujourd'hui seulement que l'affaire commence, puisque aujourd'hui seulement les pos itions sont nettes : d'une part, les coupables qui ne veulent pas que la lumire se fasse ; de l'autre, les justiciers qui donneront leur vie pour qu'elle soit faite. Quand on enferme la vrit sous terre, elle s'y amasse, elle y prend une force telle

PAGE 73

73 d'ex plosion que, le jour o elle clate, elle fait tout sauter avec elle. On verra bien si l'on ne vient pas de prparer, pour plus tard, le plus retentissant des dsastres. Mais cette lettre est longue, monsieur le Prsident, et il est temps de conclure. J'accuse le lieutenant colonel du Paty de Clam d'avoir t l'ouvrier diabolique de l'erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d'avoir ensuite dfendu son oeuvre nfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables. J'accuse le gnral Mercier de s'tre rendu complice, tout au moins par faiblesse d'esprit, d'une des plus grandes iniquits du sicle. J'accuse le gnral Billot d'avoir eu entre les mains les preuves certaines de l'innocence de Dreyfus et de les avoir touffes, de s'tre rendu coupable de ce crime de lse humanit et de lse justice, dans un but politique, et pour sauver l'tat major compromis. J'accuse le gnral de Boisdeffre et le gnral Gonse de s'tre rendus complices du mme crime, l'u n sans doute par passion clricale, l'autre peut tre par cet esprit de corps qui fait des bureaux de la guerre l'arche sainte, inattaquable. J'accuse le gnral de Pellieux et le commandant Ravary d'avoir fait une enqute sclrate, j'entends par l une e nqute de la plus monstrueuse partialit, dont nous avons, dans le rapport du second, un imprissable monument de nave audace. J'accuse les trois experts en critures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d'avoir fait des rapports mensongers et fraudu leux, moins qu'un examen mdical ne les dclare atteints d'une maladie de la vue et du jugement.

PAGE 74

74 J'accuse les bureaux de la guerre d'avoir men dans la presse, particulirement dans L'Eclair et dans L'Echo de Paris, une campagne abominable, pour garer l 'opinion et couvrir leur faute. J'accuse enfin le premier conseil de guerre d'avoir viol le droit, en condamnant un accus sur une pice reste secrte, et j'accuse le second conseil de guerre d'avoir couvert cette illgalit, par ordre, en commettant s on tour le crime juridique d'acquitter sciemment un coupable. En portant ces accusations, je n'ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les dlits de diffamation. Et c'est volontaire ment que je m'expose. Quant aux gens que j'accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n'ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entits, des esprits de malfaisance sociale. Et l'acte que j'accomplis ici n'est qu'un m oyen rvolutionnaire pour hter l'explosion de la vrit et de la justice. Je n'ai qu'une passion, celle de la lumire, au nom de l'humanit qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflamme n'est que le cri de mon me. Qu'on ose don c me traduire en cour d'assises et que l'enqute ait lieu au grand jour J'attends. Veuillez agrer, Monsieur le Prsident, l'assurance de mon profond respect. EMILE ZOLA

PAGE 75

75 APPENDIX B THE PUBLIC DEGRADATION OF CAPTAINE ALFRED DREYFUS ON JANUARY 5, 1895 Figure B 1. Alfred Dreyfus standing alone on the parade ground of the Ecole Militaire in Paris before several thousand troups and a civilian crowd of more than 12,000 persons while being reduced in rank to that of a simple soldier

PAGE 76

76 APPENDIX C DREYFUS ON Figure C 1. The prisone r A l fred Dreyfus sitting in front of his hut on Devi ls Island off the coast of South America as depicted by F. M au lle in an illustration that appeared in the newspaper The Petit Journal dated 27 September 1896.

PAGE 77

77 APPENDIX D THE ATTACK AGAINST MASTER LABORI Figure D room in the high s chool in Rennes France, at the time he is shot in th e back at point blank range by an unknown attacker.

PAGE 78

78 APPENDIX E DREYFUS LEAVING THE SECOND COURT MARTIAL Figure E 1. Photograph of Alfred Dreyfus leaving the high school in Rennes, France during his second court martial on 9 September 1899, as it app eared on the FFAIRE D REYFUS by Vincent Duclert. The backs of the soldiers are turned away from the prisoner in order to dishonnor him, a military custom.

PAGE 79

79 LIST OF REFERENCES Ouvrages Abel, Richard, The Cin Goes To Town: French Cinema ,1896 1914 University of California Press, Berkley, 1998. Barsam, Richard, M., Nonfiction Film Indiana University Press, Bloomington, 1992. Baumont, Maurice, Editions Mondiales, Paris,1976. Benghozi, Pierre Jean et Delage, Christian, Une histoire conomique du cinma franais ( 1895 1995 ) Beylie, Claude, Une histoire du cinma franais Larousse, Bologne, 2000. Birnbaum, Pierre, Dcouvertes Gallimard, Pa ris, 1994. Bhm, Roswitha, Grewe,Andrea et Zimmermann, Margarete, Sicle classique et cinma contemporain Gunter Narr Verlag Tbingen, Erlangen, 2009. Bredin, Jean Denis, Juillard, Paris,1983. Brennan, James F., The Reflection of the Dreyfus Af faire in the European Press, 1897 1899 Peter Lang Publishing Inc., New York, 1998. Burns, Michael, France and the Dreyfus Affaire: A Documentary History Bedford / St. Chapman, Jane, Documentary in Practice Polity Press, Cambridge 2007. Cook, David A., A History of Narrative Film W.W. Norton & Company, New York, 1981. Darr, Yann, Histoire sociale du cinma franais Editions La Dcouverte, Paris, 2000. Derfler, Leslie, The Dreyfus Affaire: Tragedy of Errors? D.C. Heath and Com pany, Boston, 1963. Dictionnaire Hachette Encyclopdique Illustr Edition 2001 Hachett, Paris, 2000. Drouin, Michael, Flammarion, Paris, 1994. Duca, Lo, Histoire du cinma Presses universitaires de France, Paris, 1964. Duclert Vincent, Larousse, Paris, 2009.

PAGE 80

80 Dupr la Tour, Claire, Gaudreault, Andr et Pearson, Roberta, Le cinma au tournant du sicle Editions Nota bene, Montral,1999. Ehrhardt, Andr, Klincksieck, Paris, 1977. E llis, Jack, C., A History of Film Prentice Hall, Englewood Cliffs, 1990. The Documentary Idea Prentice Hall, Englewood Cliffs, 1989. Ezra, Elizabeth, Georges Mlis Manchester University Press, Manchester, 2000. Ezra, Elizabeth et Harris, Sue, Fr ance in Focus: Film and National Identity Berg, Oxford, 2000. Feldman, Egal, The Dreyfus Affaire and the American Conscience, 1895 1906 Wayne State University Press, Detroit, 1981. Forth, Christopher E., The Dreyfus Affaire and the Crisis of French Manho od The Johns Hopkins University Press, Baltimore, 2004. Frazer, John, Artificially Arranged Scenes: The Films of Georges Mlis G. K. Hall & Co., Boston, 1979. Halvy, Daniel, Editions de Fallois, Paris, 1994. Hammond, Pau l, Marvellous Mlis Hollier, Denis A New History of French Lierature Harvard University Press, Cambridge, 1989. Isral, Armand, Editions Albin Michael, S.A., Paris, 2000. Je nn, Pierre, Georges Mlis cinaste Editions Albatros, Paris, 1984. Lanzoni, Rmi Fournier, French Cinema Continuum, New York, 2002. Grevisse, Maurice, Le bon usage Editions J. Duculot, Gembloux, 1964. Leish, Kenneth, W., Cinema Newsweek Books, New Yor k, 1974. Leutrat, Jean Louis, Le cinma en perspective: une histoire Editions Nathan, Paris, 1992. Lloyd, Ann, The Illustrarted History of the Cinema Macmillan Publishing Company, New York, 1986.

PAGE 81

81 Mannoni, Laurent, Histoire de la Cinmathque franaise E ditions Gallimard, Turin, 2006. MLA Handbook for Writers of Research Papers: Seventh Edition The Modern Language Association of America, New York, 2009. Nichols, Bill, Introduction to Documentary Indiana University Press, Bloomington, 2001. Niney, Frano is, documentaire ditions De Boeck Universit, Bruxelles, 2000. Niney, Franois, e dition ditions De Boeck Universit, Bru xelles, 2002. Nowell Smith, Geoffrey, The Oxford History of World Cinema Oxford University Press, Oxford, 1996. The Silent Cinema Studio Vista Limited, London, 1968. Palologue, Maurice, My Secret Diary of the Dreyfus Case 1894 1899 Secke r and Warburg, London, 1957. Paraf, Pierre, ditions droit et libert, Paris, 1978. Proust Librairie Hachette, Paris, 1965. Renov, Michael, Theorizing Documentary Routeledge, New York, 1993. Rotha, Paul, Documentary Film Faber and Faber, London, 1970. Sadoul, Georges, Histoire gnrale du cinma. 2. Les pionniers du cinma 1897 1909 Editions Denol, Paris, 1948. Singerman, Alan, Apprentassage du cinma franais Focus Publishing, Newburyport, 2004. Sklar, Robert, A Worl d History of Film Harry H. Abrams, Inc., New York, 2002. Walker, Alexander, Cinema Year by Year 1894 2001 Dorling Kindersley Limited, London, 2001. Williams, Alan, Republic of Images Harvard University Press, Cambridge, 2002. Winock, Michael, Dreyfus Editions du Seuil, Paris, 1994.

PAGE 82

82 Liens Externes Franco allemande, guerre [1870 1871 ], un article de encarta, page 3, 25 juin 2009 < http://fr.encarta.msn.c om/encyclopedia_761578072/guerre_franco allemande.ht ml > Guerre franco allemande de 1870, un article de Memo, page 2, 25 juin 2009 < http://www.memo.fr/article.asp?ID=THE_GUE_008 > Bref histori que des services franais, depuis 1871, un article des Anciens des Services Spciaux de la Dfense Nationale [ France ], page 1, 28 mai 2009 http://www.aassdn.org/hsvEXhis01.html La naissance du cin ma, un arti cle de SPA, page 1,18 mai 2009 < http://jeanchristophehubert.ibelgique.com/page5.htm?2&weborama= 1 > de Herodote, page1, 17 mai 2009 < http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=18980113 > Catalogue No. 211, u n article de Historical Re e nactments, page 7, 4 juin 2008 < http://filmjournal.net/melies/catagory/genres/historical re enactments/ > journalistes,1899,1m08s Star Film Catalogue No. 213, un article de Historical Re e nactments, page 5, 6 juin 2008 < http://filmjournal.net/melies/category/genres/histo rical re enactments/ > Principaux Articles Dennis, John, D. Georges Mlis: Illusionist & Filmaker. Bulletin of Hokuriku University Vol.31 ( 2007 ): 115 123 The Review of Contempory Fiction Vol. 13 ( 1993 ): 1 11. Minh Ha, Trinh, T. Documentary Is/Not a Name. October Vol. 52 ( Spring, 1990): 76 98. Wilkinson, Lynn, R. The Art of Distinction: Proust and the Dreyfus Affaire. Comparative Literature Vol. 107 ( 1992 ): 976 999. Divers Lerner, L. Scott, Rda cteur, 66 bobines. Woodbridge: Research Publications, 1996.

PAGE 83

83 BIOGRAPHICAL SKETCH Richard Hendrie is a retired Supervisory Special Agent with The United States Customs Service. A Naval Aviator, he is a former U.S. Marine Corps Helicopter Pilot credited with 420 combat mission against enemy forces during the Viet Nam War. His Engineering and Technology in Athens, Ohio in 1963, a B A degree in French and a MA degree in French and Francophone Studies, both from the University of Florida in May 2007 and December 2011 respectively. He is married to the former Linda Rose Miller of Sandusky, Ohio, a 1964 graduate of Ohio University and t hey reside in Cedar Key, Florida. They have two sons, Charles and Christian, who reside in St. Paul, Minnesota.