<%BANNER%>

Representation du metis en litterature francophone

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0042887/00001

Material Information

Title: Representation du metis en litterature francophone experience(s) et expression(s) metisses dans Le chercheur d'Afriques d'Henri Lopes, 53 cm de Bessora, Garcon manque de Nina Bouraoui et L'Amant de Marguerite Duras
Physical Description: 1 online resource (296 p.)
Language: english
Creator: MAVAMBU-NDULU,ANNY
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2011

Subjects

Subjects / Keywords: 53CM -- AMANT -- BESSORA -- BOURAOUI -- CLASSICAL -- DURAS -- FRANCOPHONE -- GARCON -- HYBRID -- LITERATURE -- LOPES -- METIS -- METISSAGE -- MODERN -- PARADOX
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: This dissertation examines the concept of ?m?tis? in Francophone literature and argues that the engagement with this notion in literature has changed over time. It focuses particularly on: Le chercheur d?Afriques (1990) by Henri Lopes; 53 cm (2001) by Bessora; Gar?on manqu? (2000) by Nina Bouraoui and L?Amant (1984) by Marguerite Duras. My study hinges on two angles of the ?m?tis? concept. On the one hand, I show how the portrayal of a variety of ?m?tis? experiences renews the representation of the ?m?tis? in Francophone literature. On the other hand, I also examine the postulate I have formulated at the onset of my study that all the texts of my corpus are hybrid or ?m?tis? texts. In Nina Bouraoui?s Gar?on manqu?, I analyze what I call the paradox of the ?m?tis.? I demonstrate, on the one hand, that when applied to gender and ethnicity, the ?m?tis? is a social construct. I argue on the other hand that by discussing homosexuality in her book, this author broadens out and modernizes and changes the engagement with the question of the ?m?tis? in literature both from a thematic and a formal point of view. Three elements enable me to demonstrate that the notion of ?m?tis? in literature is renewed in Bessora?s 53 cm. First, the author blurs the boundary between the biracial and the immigrant experiences. Secondly, the ?m?tis? experience portrayed here hinges on the tragic historical figures of Sara Baartman and Pocahontas. Thirdly, 53 cm extends the discourse about a ?m?tis? experience to other elements by including characters that are not usually deemed biracial individuals. This representation of the ?m?tis? in literature is one of the main common points between Bessora?s novel and Duras? L?Amant. Since the heroine in Duras? work is not a biracial individual, I maintain that one does not need to be a biracial or a bi-ethnic individual to have a ?m?tis? experience. Using Edward Glissant?s concept of ?la Relation,? I show how contact between different cultural groups fostered by the great migration of colonial conquest constitutes the sources of ?m?tissage? in this book. Moreover, exploring Karin Barber?s use of the notion of ?Us and Them,? I demonstrate that the lovers? relationship is disapproved of because of their belonging to different cultures and social groups. In Lopes? novel I show that there is a shift in the way of discussing the ?m?tis? in Francophone African literature. The conventional quest for the father of an abandoned biracial child is maintained. Yet, the biracial hero tells his own story and this story serves neither to discourage nor to encourage interracial marriages or relationships. I argue that, by mixing a ?m?tis? personal story told by a biracial hero with elements of the conventional representation of the ?m?tis? in literature Lopes brings a fresh engagement with the notion of ?m?tis.? The study also engages in the debate of the narrative of the self and it demonstrates that all these first person narratives are auto-fictions. I demonstrate that there is no clear-cut literary genre for these texts. They cannot be classified in one single genre but rather in two or even three different literary genres such as autobiography, fiction or novel and essay. Moreover, considering the ways in which these texts are woven, I reveal and analyze techniques that are characteristic of a ?m?tis? text. These techniques range but are not limited to polyphony,dialogism and intertextuality. The new way of representing the ?m?tis? in literature is evidenced by the variety of elements from these texts mentioned above.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by ANNY MAVAMBU-NDULU.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2011.
Local: Adviser: Sow, Alioune.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2013-04-30

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2011
System ID: UFE0042887:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0042887/00001

Material Information

Title: Representation du metis en litterature francophone experience(s) et expression(s) metisses dans Le chercheur d'Afriques d'Henri Lopes, 53 cm de Bessora, Garcon manque de Nina Bouraoui et L'Amant de Marguerite Duras
Physical Description: 1 online resource (296 p.)
Language: english
Creator: MAVAMBU-NDULU,ANNY
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2011

Subjects

Subjects / Keywords: 53CM -- AMANT -- BESSORA -- BOURAOUI -- CLASSICAL -- DURAS -- FRANCOPHONE -- GARCON -- HYBRID -- LITERATURE -- LOPES -- METIS -- METISSAGE -- MODERN -- PARADOX
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: This dissertation examines the concept of ?m?tis? in Francophone literature and argues that the engagement with this notion in literature has changed over time. It focuses particularly on: Le chercheur d?Afriques (1990) by Henri Lopes; 53 cm (2001) by Bessora; Gar?on manqu? (2000) by Nina Bouraoui and L?Amant (1984) by Marguerite Duras. My study hinges on two angles of the ?m?tis? concept. On the one hand, I show how the portrayal of a variety of ?m?tis? experiences renews the representation of the ?m?tis? in Francophone literature. On the other hand, I also examine the postulate I have formulated at the onset of my study that all the texts of my corpus are hybrid or ?m?tis? texts. In Nina Bouraoui?s Gar?on manqu?, I analyze what I call the paradox of the ?m?tis.? I demonstrate, on the one hand, that when applied to gender and ethnicity, the ?m?tis? is a social construct. I argue on the other hand that by discussing homosexuality in her book, this author broadens out and modernizes and changes the engagement with the question of the ?m?tis? in literature both from a thematic and a formal point of view. Three elements enable me to demonstrate that the notion of ?m?tis? in literature is renewed in Bessora?s 53 cm. First, the author blurs the boundary between the biracial and the immigrant experiences. Secondly, the ?m?tis? experience portrayed here hinges on the tragic historical figures of Sara Baartman and Pocahontas. Thirdly, 53 cm extends the discourse about a ?m?tis? experience to other elements by including characters that are not usually deemed biracial individuals. This representation of the ?m?tis? in literature is one of the main common points between Bessora?s novel and Duras? L?Amant. Since the heroine in Duras? work is not a biracial individual, I maintain that one does not need to be a biracial or a bi-ethnic individual to have a ?m?tis? experience. Using Edward Glissant?s concept of ?la Relation,? I show how contact between different cultural groups fostered by the great migration of colonial conquest constitutes the sources of ?m?tissage? in this book. Moreover, exploring Karin Barber?s use of the notion of ?Us and Them,? I demonstrate that the lovers? relationship is disapproved of because of their belonging to different cultures and social groups. In Lopes? novel I show that there is a shift in the way of discussing the ?m?tis? in Francophone African literature. The conventional quest for the father of an abandoned biracial child is maintained. Yet, the biracial hero tells his own story and this story serves neither to discourage nor to encourage interracial marriages or relationships. I argue that, by mixing a ?m?tis? personal story told by a biracial hero with elements of the conventional representation of the ?m?tis? in literature Lopes brings a fresh engagement with the notion of ?m?tis.? The study also engages in the debate of the narrative of the self and it demonstrates that all these first person narratives are auto-fictions. I demonstrate that there is no clear-cut literary genre for these texts. They cannot be classified in one single genre but rather in two or even three different literary genres such as autobiography, fiction or novel and essay. Moreover, considering the ways in which these texts are woven, I reveal and analyze techniques that are characteristic of a ?m?tis? text. These techniques range but are not limited to polyphony,dialogism and intertextuality. The new way of representing the ?m?tis? in literature is evidenced by the variety of elements from these texts mentioned above.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by ANNY MAVAMBU-NDULU.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2011.
Local: Adviser: Sow, Alioune.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2013-04-30

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2011
System ID: UFE0042887:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 REPRSENTATION DU MTIS EN LITTRATURE FRANCOPHONE: EXPRIENCE(S) ET EXPRESSION(S) MTISSES DANS HENRI LOPES, 53 CM DE BESSORA, GARON MANQU DE NINA BOURAOUI ET DE MARGUERITE DURAS By ANNY MAVAMBU NDULU A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2011

PAGE 2

2 2011 Anny Mavambu Ndulu

PAGE 3

3 To the she pherd of my life, my Lord and s avior Jesus Christ, I am wh at I am by your grace possible

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS All my praises go first to God who is the shepherd and the head of my life without whom I am nothing. I would like to extend my sincere thanks to Dr. Alioune Sow, my dissertation committee chair, for his guidance, expertise, patience, encouragement throughout the dissertation writing and help When I was sinking, you came to my rescue and I a m very grateful. I thank all the members of my supervisory committee for their mentoring I would like to express my gratitude to Dr. Fiona McLaughlin, Dr. William Calin and Dr. Carol Murphy for their guidance, advice and invaluable suggestions. Special t hanks go to Dr. Brigitte Weltman Aron who was always there for me during the storms of life When I lost hope, your encouraging words and willingness to help were a great comfort. To all who nurtured my intellectual curiosity, academic interests, and sens e of scholarship throughout my lifetime, Thank you. To my family and friends, there is not enough space to express the volumes of a ppreciations that I have for you. T hank you for your love, prayers, support and laughter. Corinne Ngo Gates, Thank you. I als o owe a great debt of gratitude to Ms. Debra Anderson, International Student Services Coordinator and Mr. Richard Scarborough President of Scarborough Company Insurance Inc., for their support comfort and help When I was at the end of my rope, I though t of giving up this race I would not have reached this finish line without you Thank you.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ ............... 4 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ................................ ..... 8 CHAPTER 1 INTRODUCTION ................................ ................................ ................................ .................. 11 1.1 Le mtis : origine et dfinition ................................ ................................ ...................... 13 1.2 Choi ............................ 19 1.2.1 Le choix du corpus ................................ ................................ ............................ 19 1.2.2 La problmatique ................................ ................................ .............................. 21 1.2.3 ................................ ..................... 25 2 REPRSENTATION CLASSIQUE ET MODERNE DU MTIS EN LITTRATURE FRANCOPHONE DANS LE CH ................... 32 2.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ................... 32 2.2 Reprsentation classique du mtis dans ................................ 36 2.2.1 ............................... 37 2.2.2 mme ................................ ... 45 2.3 : une reprsentation moderne du mtis en littrature francophone ................................ ................................ ................................ ................... 54 2.3.1 Le sort du mtis c hange dans la socit et en littrature ................................ ... 55 2.3.2 Se sentir bien dans sa diffrence : le Mtis embrasse son destin ...................... 59 2.4 Dire le mtis dans ................................ ................................ .. 67 2.4.1 Entrelacement des contraires, structure mtisse ................................ ................ 67 2.4.2 Traduction intratextuelle, mtissage de la langue ................................ ............. 74 2.4.3 Dire le mtis diffremment en littrature francophone ................................ ..... 82 2.5 Conclusion ................................ ................................ ................................ .................... 85 3 LE MTIS DANS DE M. DURAS: JE SUIS CROLE, JE SUIS NE L BAS UNE EXPRIENCE MTISSE EXCEPTIONNELLE/ORIGINALE ? .................... 88 3.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ................... 88 3.2 Je suis crole, je suis ne l bas ................................ ................................ ................................ ......................... 95 3.2.1 Je suis crole, je su is ne l bas des traces dans le texte ? ....................... 97 3.2.2 deux .. 107 3.3 ........................ 119 3.3.1 Dsir illimit et figure de la mre du mtis ethnique dans ............... 121 3.3.2. Mtaphore de domination (coloniale) inverse dans ....................... 126 3.4 : un texte mtis? ................................ ................................ ........................... 134 3.4.1 Fondement autobiographique de ................................ ...................... 135

PAGE 6

6 3.4.2 ... 141 3.4.3 .............................. 145 3.5 Conclusion ................................ ................................ ................................ .................. 150 4 53 CM OU LA DCONSTRUCTION DE LA REPRE SENTATION DU MTIS EN LITTERATURE ................................ ................................ ................................ ................... 155 4.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ................. 155 4.2 53 cm ................................ ....................... 160 4.2.1 .................... 161 4.2.1.1 Une loi pour tous .............. 161 4.2.1.2 bureaucratie dans 53 cm ................................ ................................ .... 166 4.2.2 Exprience mtisse du non mtis ................................ .............................. 172 4.2.2.1 Infusion du Noir dans le Noir ou celui du Blanc dans le Blanc ....... 173 4.2.2.2 Une exprience mtisse ddi e Sara Baartman ............................. 180 4.2.3 t elle dans 53 cm ? ................................ .. 184 4.3 53cm : Une expression foncirement m tisse ? ................................ .......................... 184 4.3.1 Subversion du genre littraire et polyphonie en vedette dans 53 cm .............. 185 4.3.1.1 littraire plurivoque ................................ ................................ .......... 186 4.3.1.2 Polyphonie en vedette dans 53 cm ................................ .................... 188 4.3.2 Mtissage lingui stique dans 53 cm ................................ ................................ .. 200 4.3.2.1 ................................ ................................ ......... 200 4.3.2.2 Mlange de registres de langue dans 53 cm ................................ ...... 202 4.3.3 ................................ ................................ ................................ ....... 205 4.3.3.1 ................................ ..................... 206 4.3.2.2 Inversion des rles entre le civilis et le barbare dans 53 cm ................................ ................................ ................................ ...... 208 4.5 Conclusion ................................ ................................ ................................ .................. 210 5 DEUX DANS GARON MANQU DE NINA. BOURAOUI ................................ ................................ ................................ ......................... 214 5.1 Introduction ................................ ................................ ................................ ................. 214 5.2 Rception paradoxale du corps mtis ................................ ................................ .......... 218 5.2.1 Une exprience mtisse conventionnelle : inclusion et exclusion du mtis .... 220 5.2.2 Un corps mtis deux identits sexuelles ................................ ....................... 226 5.2.2 Mtisse ou prisonnire libre ? ................................ ................................ ......... 235 5.2.4 vec la mtisse .............................. 241 5.3 Garon manqu une expression du mtis ................................ ................................ .. 245 5.3.1 extuel dans Garon manqu ................................ ................................ ............................... 246 5.3.2 Genre littraire et nonciation instables /flottants ................................ ........... 247 5.3.2.1 Un rcit entre deux genres littraires ................................ ................ 248 5.3.2.2 Mtissage textuel par le dialogisme ou nonciation mtisse ............ 253

PAGE 7

7 5.4 Renouvellement de la reprsentation d u mtis dans Garon manqu ........................ 256 5.4.1 Une expression mtisse moderne : nouvelle problmatique, subjectivit mtisse, nouveau discours sur le mtissage ................................ ................... 257 5.4.2 Exprience mtisse indite dans Garon manqu ................................ ........... 262 5.5 Conclusion ................................ ................................ ................................ .................. 270 6 CONCLUSION ................................ ................................ ................................ ..................... 273 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ................................ ............. 286 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ ................................ ....... 296

PAGE 8

8 ABSTRACT OF DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOO L OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY REPRSENTATION DU MTIS EN LITTRATURE FRANCOPHONE: EXPRIENCE(S) ET EXPRESSION(S) MTISSES DANS DE HE NRI LOPES, 53 CM DE BESSORA, GARON MANQU DE NINA BOURAOUI ET DE MARGUERITE DURAS By Anny Mavambu Ndulu May 2011 Chair: A lioune Sow Major: Romance Languages s that the engagement with this notion in literature has changed over time. It focuses particularly on: Le (1990) by Henri Lopes; 53 cm (2001) by Bessora; Garon manqu (2000) by Nina Bouraoui and (1984) by Marguerite Duras. My study hinges on two angles of hand, I also examine the postulate I have for mulated at the onset of my study that all the texts of Garon manqu, demonstrate, on the one hand, that when applied to gender and ethnicity, th construct. I argue on the other hand that by discussing homosexuality in her book, this author literature both from a thematic and a formal poi nt of view. Three elements enable me to 53 cm First, the author blurs the boundary between the biracial and the immigrant experiences. Secondly, the

PAGE 9

9 here hinges on the tragic historical figures of Sara Baartman and Pocahontas. Thirdly, 53 cm by including characters that are not usually deemed bi racial individuals. This representation of one does not need to be a bi racial or a bi ethnic la R elation book. Moreover, exploring Karin Bar Us and Them I demonstrate that Francophone African literature. The conventional quest for the father of an abandoned biracial child is maintained. Yet, the bi racial hero tells his own story and this story serves neither to discourage nor to encourage interracial marriages or relationsh ips. I argue that, by mixing a racial hero with elements of the conventional representation of The study also engages in the debate of the narrative of the self and it demonstrates that all these first person narratives are auto fictions. I demonstrate that there is no clear cut literary genre for these texts. They cannot be classified in one single genre but rather in two or even three different literary genres such as autobiography, fiction or novel and essay. Moreover, considering the ways in which these texts are w oven I reveal and analyze techniques that are d to polyphony,

PAGE 10

10 dialogism and intertextuality. The new way of representing the mtis in literature is evidenced by the variety of elements from these texts mentioned above.

PAGE 11

11 CHAPTER 1 INTRODUCTION Le concept du mtissage touche plusieurs disciplines o u domaines de recherche tels que Notre francophone de la premi e ce sicle et elle examine aussi ce que nous appelons : expression mtisse Nous tudi er le mtissage dans plusieurs domaines tels que la mythologie la littrature et la biologie. Revenir, travers les textes littraires, sur cette question de mtissage nous permet de nous interroger aussi sur des questions contemporaines Nous allons utiliser des approc hes anthropologiques, linguistiques, sociologiques et historiques mais notre analyse est littraire. Ceci implique que les expriences que nous allons analyser peuvent tre romanc es qui requiert une collecte des n 1 comme une question de socit, les textes de notre corpus semble nt montrer que la condition mtisse est plutt v cue comme un malaise Ceci suppose qu e le dbat sur cette question semble tre contradictoire et nous voulons prendre part cette discussion. Pour ce faire, nous avons slectionn des textes francophones africains et de la littrature franaise qui nous permettron t de complt er la rflexion sur le mtissage qui a t abord dans les textes de la littrature des Carabes Cette dernire compte dj un no n littrature francophone 1 Le mtissage est parfois prsent comme la possibilit de dpasser les barrires raciales qui mnerait la rconciliation sociale.

PAGE 12

12 ience mtisse est limite 2 De ce fait ce domaine constitue littrature. Par ailleurs, nous avons constat que dans la plupart des travaux existants en littrature s ur le mtis, la rflexion est souvent limite la situation coloniale 3 Notre recherche diffre de ce s tudes reprsentation du mtissage et de mtisse de la priode coloniale la priode contemporaine Ce faisant, nous abord ons une exprience mtisse plurielle et une expression mtisse diversifie afin de mieux les contraster entre elles No tre tude intitule reprsentation d u mtis en littrature francophone : exprience(s) et expression(s) mtisses traite mtisse est relate en littrature dans les ouvrages de notre corpus Nous nous posons galement des questions sur la manire dont le personnage mtis parle de la race 4 thnie (p ar 53 cm permet de contredire le discours sur la race le dialogue et la rencontre entre les races ). En rflchissant, la fois, sur exprience et la faon dont elle est dite ou raconte, nous recouvrons la perspective biologique 2 Nini, multresse du Sngal ( Sadji, Abdoulaye 1954 ); Mtisse faon ( Bouyain, Sarah 2003) ; Dossier Class : Roman (Lo pes 2002), et ctera. 3 De Marie Helene Koffi Tessio est un bon exemple 4 scient groupes sanguins et la gntique, rien ne permet de dfinir la notion de race. De ce fait, nous ne cautionnons ni caractres physiques hrditaires fait la sour comme le mlange ou le croisement des races diffrentes. Le probl tendances des individus qui le classifient en fonction des critres raciaux Cette classification est problmatique ncept du mtis nous astreint reprendre le mot ( race ) qui est utilis dans les ouvrages de notre corpus et par les chercheurs qui ont travaill et qui travaillent encore sur cette notion. Par consquent, nous prendrons soin de mettre le mot race et ses drivs entre guillemets chaque fois que nous les utiliserons tout au long de cette tude.

PAGE 13

13 et culturelle d u concept de mtissage en mme temps Nathalie Duclot Clment note que le mtissage convoque en mme temps la figure du mtis, la rencontre de deux entits diffrentes et la notion de la cration pa r le mlange (Duclot Clment 49). Par consquent, en focalis ant sur ces trois aspects du mtissage nous esprons mettre en vidence une reprsentation plus complte d e ce concept en littrature. De plus, notre choix motiv par la remarque de Laurier Turgeon qui affirme que le mot mtis en tant que sujet est plus rare que celui de mtissage qui renvoie un processus culturel (Turgeon 2002, 6). De ce fait, nous analyserons aussi la langue qui est utilise dans la narration d u vcu mtis parce qu elle qui vhicule la culture en littrature la dfinition de ce thme du mtissage pour nous positionner et spcifier ce que nous enten dons par cette notion de mtis prsent 1.1 Le mtis : origine et dfinition Le contact entre groupes ethniques et les grandes migrations lies la conqute la colonisation, la traite n nnues du mtissage. Nelly Schmidt qui retrace les dtours que parcourt le mtis (ses mandres) depuis les grecque et latine au mot mtis. in, les termes mixtus ou mixticius et hybrida dsignaient des tres surnaturels ou monstrueux. Elle ajoute que lorsque hybrida tait appliqu au genre humain, il avait une connotation pjorative en latin parce que son origine, hubris signifiait en grec, l e viol ou le dsordre (Schmidt 16). Chez les Grecs, dit Schmidt, le terme Mtis est galement le nom de la fille

PAGE 14

14 5 Mtis de onde (Schmidt 18). Lorsque le mot mestiz ou mtis apparat dans la langue franaise au miscere mlanger mixtus mlang mixticium mlange Le mot mulate multre qui est associ celui de mtis apparatra au XVIIme sicle avec le dveloppement de la colonisation. Multre vient de mulato en espagnol et en portugais (Schmidt 63) et signifie sang ml Deux orientations principales se dgagent gnralement des travaux qui existent sur le mtissage et des origines de ce concept voqu s ci dessus. La premire est centre sur le mlange des races ou des ethnicit s alors que la deuxime focalise sur le mlange des cultures. Nous constatons que dans ces travaux 6 les termes mtissage et hybridation ou hybridit sont utiliss comme des variantes du mme mot et de la mme ralit. Autrement dit, les chercheurs et les crivains utilisent ces termes comme synonymes. Nous avons aussi constat que seul le mot mtissage est utilis dans les analyses fai tes en franais qui focalise nt sur race Hybridation ou hybridit sont les termes les plus employs dans le domaine mtissage qui a dans ce cas sa valeur mtaphorique ou son sens figur. De ce fait, nous nous servirons alternativement de ces termes ( mtissage hybridit de ces chercheurs et crivains. En raison des deux orientations biologique et culturelle associes au concept de mtissage, nous adopterons des dfinitions pour chacune de ces deux orientations. Car il semble 5 tait enceinte (Schmidit 18). 6 Se rfrer la liste non exhaustive des travaux suivants pour constater cette synonymie troite : Vers Une Esthtique Du Mtissage de Berthet ; Mtissages. Tome I, Littrature histoire de Marimoutou et.al, ; METISSAGES LITTRERAIRES de Clarvaron et Dieterle ; METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie et ctera.

PAGE 15

15 mtissage. D son tude, la difficult de dfinir le mtissage racial de faon concise e n raison du grand nombre de terminologies qui terminologies so nt associes aux races multiracial 7 alors que les autres termes sont lis au degr du mtissage 8 En fonction de ces prcisions, nous allons adopter la dfinition du mtis racial simplifie notre avis, choisie lors de la sance 9 du 4 jui llet 1907 ci e par mtis, deux personnes appartenant des races nettement diffre ntes. Rejetant toute thorie a priori race pure tout type ethnique actuellement bien constitu et suffisamment stable pour avoir mrit une appellation bien dfinie. Nous appelons mtissage des unions e ntre Blanc et Ngre, Jaune et Blanc, Ngre Les parents du mtis peuvent tre tous les deux de race pure, ou tre eux mmes, tous re de race pure (cite par Schmidt 214 15 ) Cette dfinition nous permet de considrer comme mtis tout individu ayant des parents issus de diffrentes races et ceux dont les deux parents sont mtis. ntation culturelle du mtissage (mlange des cultures), nous nous aiderons des dfini tions proposes par Henri Lopes et Edouard Glissant pour esquisser en quelques traits ce qu e, notre avis, la notion de mtis signifi e du point de vue culturel. Lopes composantes culturelles originelle et internationale. Alors que l a culture originelle mlange les 7 race races blanche et noire. Les m amelucos ou les c aboclos caribocas ou cafusos est pardos sont issus des unions entre trois races (noire, blanche et indienne) dans la plus part de cas ce sont des unions entre les mulatos et les Indiens) (Guyot 16). 8 Au Mexique mulatos cabros (multre de deuxime gnration) comme mamelucos diffre de caboclos Les mamelucos sont des mtis de premire gnration et les Caboclos sont ceux de deuxime gnration. (Guyot 16 et 17). 9 : Commission permanente ir une enqute scientifique sur les croisements humains entre les races nettement diffrentes et sur les mtis issus de ces croisements (Schmidt 214).

PAGE 16

16 attributs hrditaires et acquis dans la socit l a culture internationale e st acquise par culturelle un moment de choc qui favorise une mise en rapport des entits htrognes (Glissant 1990 23 ) (et non pas une synthse) propice une interaction favor abl e entre les constituants de ce mtissage qui ne perdent pas leur originalit. Nous retenons les deux complmentair es. Car, incorpore dans le genre de mlange ( la mise en rapport des entits [c ulturelles] htrognes ) propos par Glissant Ce qui, notre avis, manque dans la dfinition de Lopes, l a complmentarit entre les diffrentes composantes du mtissage. En effet, symbiose proprement dite comme est le cas dans le mtissage racial Il 10 ce que propose de chaque culture dans le mlange impos par le mtissage. Car chie qui est abolie dans le mtissage racial ci races de celle ci d emeurent sans disparaitre compltement Elles sont uniquement enfouies et peuvent ressurgir tout moment. De ce fait, le mtis culturel choisit les lments culturels avantager selon le milieu et la situation dans laquelle il se trouv e. Il jongle avec ses diffrentes composantes culturelles suivant la situation. 10 Nous entendons par syncrtisme culturel ici un mlange syncrtique dans lequel les lments culturel s mlangs sont encore distinguables contrairement la fusion ou la synthse qui implique que les composantes du mlange ne sont pas distin ctes Autrement dit, l e mlange des diffrent s lments culturels, dans ce que nous appelons syncrtisme culturel, d onne lieu une culture o les cod es des cultures qui se mlangent ne se confondent pas, ils reste nt spars l es unes des autre et facilement identifiables.

PAGE 17

17 composante originelle alors que pendant une plus probable. Du reste, Glissant innove et largi t la dfinition du mtissage culturel de deux manires La premire est voir, le mtissage renvoie au manque de nt les diffrentes composantes la notion de synths e rejette galement celle de hirarchie entre les composantes de celui ci. Il dclare que sauraient en tre considres comme des lments premiers (Glissant 1990, 177) En neutralisant les diffrences entre les culture s dominante s et les culture s domine s la dfinition de Glissant plaide pour les cultures dites infrieures Aucune culture ou composante culturelle ce qui, notre avis, fait dfaut dans la dfinition de Glissant, la hirarchie se maintient dan s ce mtissage car l es autres composantes culturelles viennent se greffer la culture de base du mtis culturel. Nous pensons que cette culture de base domine les autres pas la hirarchie des composantes de ce mtissage. Aprs avoir prcis ce concept du mtissage dans les deux orientations (biologique et culturelle) tentons, prsent, de le dfinir dans le domaine littraire afin de dcouvrir son applic ation au texte

PAGE 18

18 contrai gne ybride voqu plus haut ( hybrida tire sa source du mot grec hubris qui signifiait le viol ou le dsordre ) pour prciser ce que nous entendons par un texte hybride ou mtis dans cette tude. Un texte littraire sera considr mtis nous il viole ou transgresse les codes littraires prtablis une technique appeler une technique flottante r le plan du genre littraire, des technique s narratives et d es codes linguistiques admis. Une des tendances transgression et la class ification problmatique En littrature comme dans les autres dom aines, la transgression consiste enfreindre les normes prtablies. De cette dire impossible rapporter un ensemble uement les normes Les personnages littraires de notre corpus (les parents d e certains hros mtis tels Andr et Nina par exemple) nions interraciales qui remonte coloni al e inclassable dans une seule catgorie raciale Le mtis personnifie la faute de ses parents par rapport cet interdit et N Garon manqu croit en effet porter une faute (32). Rappelons, a Jean Luc Bonniol ne parle du mtissage culturel que par mtaphore (Bonniol 109).

PAGE 19

19 Pour aborder toutes ces questions nous avons choisi un corpus de textes qui comprend des romans, des romans mmoires ou des autofictions et qui ( ) transgressent ou rpondent aux cadres gnralement dfinis par les chercheurs. Nous reprenons, ( certaine manire ) les cadres gnraux (consistant isoler des espaces go graphiques et des moments historiques spcifiques pour leurs tudes) dj dfinis pour travailler sur cette question. Cependant, nous augmentons galement ces cadres parce que nous ne focalisons ni uniquement sur une seule priode historique ni sur un seul espace gographique. 1.2 C hoix du corpus problmatique mthode 1.2.1 Le choix du corpus Nous dirons pour commencer que nous avons exclu de notre corpus les textes des C arabes. La frquence du phnomne du mtissage en littr a raret dans espace africain impose nt L peut affirmer que l e constitue une composante (des t extes littraires) dans les Carabes cause de espaces Cependant, et mme en France Nous prfrons, p ar consquent, limiter notre recherche l a sphre littraire africaine francophone et franaise. Il ce travail sont crites par des Gabon ( 53cm rrence et un e troisime crite par un auteur ayant des origines Garon manqu de Nina Bouraoui) et enfin un texte de Marguerite Duras).

PAGE 20

20 Plusieurs raisons motivent ce choix. La premir e est que ces ouvrages nous offrent des expriences et des expressions mtisses ( la manire ) varies et ils sont crits diffrents moments et ils voquent deux priodes historiques diffrentes (la colonisation et la post colonisation) qui nous permettront de vrifier si la manire de parler du mtissage se renouvelle. La seconde raison est que nous pensons que ce s textes sont complmentaires car c haque livre apporte un lment supplmentaire la rflexion sur la reprsentation du mtissage en littrature. reprsentation novatrice en littrature. Le texte de Lopes est un ouvrage avant nouvelle reprsentation du mtis en littrature par rapport au fo isonnement des figures modernes du mtis dans ce domaine Cette nouvelle reprsentation du mtis se caractrise notamment par raciale ambivalente et le fait que le hros mtis soit la fo Il y a deux reprsentations du mtis dans savoir, une reprsentation classique du mtis en littrature (celle du multre tragique personnage de Joseph abandonn qui est en qute du pre ) et une image moderne du mtis en littrature ( deux ). De mme, hormis la nouvelle reprsentation du mtis dpeinte dans Garon manqu cet ouvrage incorpore dans les deux autres ouvrages qui traite nt du mtissage racial mais, comm e te Dans 53 cm, la reprsentation du mtis y est encore plus nouvelle ou contemporaine parce que hrone raconte sa condition

PAGE 21

21 mtisse travers Le rcit est structur ou construit autour de la figure historique de Baartman et il dcrit galement vcu e par des individus non mtis. Tandis que ce livre semble questionn e r (le mtissage est la solution aux problmes raciaux et de diffrences culturelle), a jout crole 11 la liste des expriences mtisses des individus non mtis La t roisime motivation de ce choix est que nous avons choisi ces ouvrages parce mettent en scne des personnages mtis appartenant deux priodes historiques diffrentes : la colonisation et l es indpendances. Ils nous permettent, de ce fai mtissage pendant ces deux diffrentes poques. Cependant, plusieurs points rapprochent ces personnels sujets ( tu et il De plus, les notions lies au m tis savoir la faute, la transgression, la fragmentation ou le pluralisme identitaire et le nomadisme sont communes aux quatre de ce corpus. Nous avons enfin choisi ce corpus parce que son caractre htroclite rpond bien au du mtissage que nous tudions 1.2.2 La problmatique Notre hypothse de dpart consiste postuler que la reprsentation du mtis en littrature mtisses se renouvelle. Nous partons de la constatation de Schmidt qui numre les clichs et les strotypes 12 sur la reprsentation du personnage mtis en 11 Personne de race blanche, ne dans les colonies intertropicales 12 Le thme du mtis en littratur e, dit Schmidt, oscille du multre redout au 19 me sicle la mtisse, eurasienne le plus souvent, qui sduit le jeune soldat ou le fonctionnaire europen en poste aux colonies. Le mtis est aussi peint comme le sauvage inquitant ou la multresse pe rverse et diaboliqu examiner soigneusement le physique et le moral du mtis ou de la mtisse. On dcrit, avec des rfrences animales, la couleur de la peau et ses multiples nuances, les formes du visage et du corps. Homme ou femme enfant, ce personnage mtis est un tre double, ambigu et de moralit douteuse. Le personnage mtis est un sducteur

PAGE 22

22 littrature N ous voulons aussi voir si c es clichs et strotypes sur la reprsentation du mtis en littrature ont chang de nos jours Schmidt note aussi un changement li la rception du mtis au fil du passe du rejet total ou partiel avant la moiti du 20 me sicle la fascination aprs cette priode. il pas par consquent fond de croire que l a reprsentation du mtis se renouvel l e en littrature ? La problmatique articule autour de la figure du pre du mtis contribue aussi au r contrairement aux sicles prcdents o le mtis sera souvent abandonn par son pre, cette tendance est largement la baisse actuellement. Et partant la btardise associe au mtis tend galement disparatre car les parents. De mme, volue ; elle devient m aternelle plutt que paternelle (a utrement dit, le nombre de mtis dont en plus de mtis dont le pre est noir et la mre blanche ) car pendant la col onisation ce sont des hommes blancs qui auro nt des enfants mtis avec des femmes indignes puisque trs peu de Blanches font partie de la conqute coloniale. Dans son enqute sociologique sur le mtissage au Togo, David Guyot constate ce dplacement d e contient des ouvrages qui rpondent ce critre Zara et N ina, les hrones de deux des ou vr ag es sauvage et viole nt. Le mtis est la fois admir et craint alors que la mtisse qui runit les plus fins critres de st le rsum des clichs et strotypes auxquels ont chapp peu des hros romanesques multres et mtis au 19 me et la premire moiti du 20 me sicle. (Schmidt, 164)

PAGE 23

23 du corpus ont, en effet, des mres blanches. De plus, non seulement elles grandissent avec leurs deux parents vivant sous le mme toit, leurs parents sont de surcrot, officiellement maris. Le 53cm est noir alors que sa mre est blanche. Dans Le chercheur Garon manqu est un berbre algrien et sa mre est franaise. Enfin, la narratrice de est crole dans une Ces critres nous permettront personnages narrateur dont le type et le profil du mtissage diffrent. N otre deux ime postulat est li la question de ression est mtisse dans les livr es de notre corpus. L es auteurs des ouvrages de notre corpus sont eux mmes mtis, ils parlent mmes, de leurs expriences personnelles et ils mettent des personnages mtis au centre de la narration. Cela tant, la question que nous nous posons est : existe il une corrlation entre la le texte ? N ous voulons galement vrifier si Car, tant donn qu issues de leur propre vie il parat peu probable qu plus fidlement les strotypes des sicles prcdents Il nous d u temps, par drision. D e rle de leurs personnages mtis dans les archtypes littraires de cette mme poque. F orce est de croire galement diront mtis de coloniale qui par

PAGE 24

24 exemple s histoires tires de le ur vie, leur propre vcu. Du reste, la technique narr ative utilise dans chacune de c des l ments caractristiques du mtissage textuel et ceci conforte notre hypothse selon laquelle narratives sont constitues s pronoms personnels su jets je tu et il dans l es quatre ouvrages. Il n ous semble galement que ces textes convoquent plusieurs concepts qui concourent au mtissage textuel savoir, le dialogisme et la polyphonie, la subversion des codes linguistiques notamment ternance codique, le mlange des registres des langues et des Nous allons, par consquent, examiner ces nfin aucun livre de ce corpus ne peut tre rang dans un seul genre littraire mais ils sont plutt au moins entre deux genres littraires La troisime et dernire hypothse que nous allons examiner dans cette tude est que la de trois hros mulatos criolla (crole) pour emprunter les termes de races /ethnicits diffrente s sans aucune spcification des composantes raciales /ethniques. La question que nous nous posons est : faut il tre mtis racial pour avoir/vivre une exprience mtisse ? Nous vrifierons galement la manire dont la socit dcrite dans les text es peroit (et reoit) le mtis sans oublier de voir si le personnage mtis entend rester fidle ses deux origines. Enfin, puisque notre corpus comprend des mtis ns pendant et aprs la colonisation, nous tenterons de procder des rapprochements ou

PAGE 25

25 1.2.3 De ce fait, n ous adopterons une approche large et diversifie en nous appuyant sur des travaux issus des diffrentes disciplines pour mieux rpondre ce concept du mtissage. Dans nos analyses, n ous nous aiderons des travaux sociologiques, linguistiques, littraires historiques et autres thories consacrs au concept du mtis (telles que la crolisation et la Relation proposes par Edouard Glissant ). L es travaux sociologiques 13 nous permettront de vrifier si l e problme d du mtis rside rellement dans sa rception problmatique. Est ce que s on statut indtermin sur le plan de la race ou sa rfrence raciale rhizome 14 constitue rait le seul probl me du mtis dans les textes du corpus ? Les tudes historiques d e Nelly Schmidt (mentionne plus haut) symbolique du mythe du mtissage) nous sont particulirement utiles pour plusieurs raisons. mtis en littrature dcrite par Schmidt entre autre nous perm e tt ra de cette reprsentation dans notre corpus. Nous avons mentionn, cet effet, les strotypes souligne galement le rle du personnage mtis en littrature et tout ceci nous servira pour retracer le ch du mtis. Ensuite, la structure smantique la neutralit 15 et la mixit 16 nous aidera dterminer cit dcrite dans 13 La rflexion sociologique et contemporaine de Guyot dans Destin mtis par exem 14 Nous empruntons ce terme Deleuze et Guattari et qui est repris par douard Glissant. Le rfrent racial du mtis en prdateur irrmdiable (Glissant 1990, 22 3). 15 raciales ethniques ou culturelles. 16 La mixit de qui sont la base de son mtissage.

PAGE 26

26 chaque livre. Puis, n ous analyserons les personnages mtis de notre corpus en nous appu yant sur les archtypes littraires de la figure du mtis en littrature que propose figures mythologiques dans son illustratio n. C tous les chapitre s de cette tude. Cette trame que nous avons dlib rment construite pour cette analyse et qui nous servira de thorie applicable aux quatre livres correspond aux trois hypothses de base de cette tude mentionnes plus haut lies mtisse, au et de mtisses et Ceci les trois sections de cette problmatique dans chaque chapitre de cette analyse Toutefois, nous avons pris soin d e varier les lments m is en avant dans l pour viter la redondance. Par exemple, lorsque nous examin ons le concept de dialogisme en tant ans un dans un autre. Cette analyse comprend six chapitres dont le premier et le dernier correspondent corpus afin de mieux les comparer la fin. Afin de mieux dceler le renouvellement de la reprsentation du mtis en littrature, les chapitres sont organiss par ordre d croissant (du plus vieux au plus rcent) Non pas selon la date de publi qui racon tent e seront analys s avant Garon manqu de Nina Bouraoui et 53cm oire du rcit est postcoloniale. De ce fait, n

PAGE 27

27 la question de la fusion des reprsentations classique et moderne du mtis en littrature dpeinte dans dans le chapitre deux. Les deux premires parties de ce chapitre focalisent sur les deux reprsentations (classique et moderne) du mtis en littrature travers er ons dans la premire partie, les lments qui tmoignent No us montrerons que la qute du pre et des thmes centraux dans Le chercheur deux et en revendiquant sa doub le appartenance raciale le personnage mtis de ce texte modernise la reprsentation du mtis en littrature. Nous verrons que cette reprsentation moderne repose sur une nouvelle rception du mtis dans la socit et la volont du mtis de rester entre ses deux appartenances raciales Il ne veut renier aucun de ses groupes racial Dans la troisi m e mtisse en indiquant que la structure de ce texte est mtisse. Nous montre r ons ensuite que la langue est mtisse et que la traduction intratextuelle fait parti e des techniques narratives qui favorisent le mtissage textuel dans Nous allons clore ce chapitre en rvlant les lments qui changent la manire de dire le mtis en littrature. Dans ce chapitre n ous nous appuyons notamment sur les travaux de Schmidt, Toumson, Genette, et Dhulst. les tudes historiques de Schmidt et Toumson nous guideron t dans ces sections. Nous avons mentionn, cet effet, les strotypes attribus au mtis qu e Schmidt voque dans son livre. Elle y souligne galement le rle du personnage mtis en littrature et tout ceci nous permettra de retra

PAGE 28

28 littrature pour aborder les thmes de la qute identitaire, le parricide, l e mythe du sauvage et la ai permettra de rvler ce que nous appelons alors que les travaux de Grard Genette et Roland Barthes nous aideront 17 (interaction textuelle). Dans le troisime chapitre nous mtisse dans raciale / ethn ique. Ce chapitre est subdivis en deux parties : la premire focalise sur le fondement de mtisse ; nous y dcouvrirons les indices Je suis crole, je suis ne l bas ), la rencontre des cultures et la prise de conscience de la situation de Nous examinerons dans la seconde partie du c hapitre la subversion des codes qui voque la condition mtisse. Nous aborderons la mtaphore de la domination inverse, racial dernire partir de ce chapitre sera cons acre la structure mtisse de ce texte qui contribue au mtissage de analysons galement ce que nous appelons Nous reprendron s dans ce chapitre Thse mais nous ne focalisons ici que sur le mythe du sauvage, plus prcisment sur le thme Les concepts de Crolisation et de la Relation proposes par de ce livre. Nous appliquons galement la notion de us and them voque par Karin Barber 17 les diffrentes squences (ou codes) d'une str ucture textuelle prcise sont considres comme des squences (codes) transformes issues d'autres. (Kristeva 1968a et 1969).

PAGE 29

29 ce texte pour montrer que les lignes de dmarcation qui dlimi tent les dominants et les domins, les riches et les pauvres, les blancs et les jaunes ne sont pas uniquement la base de la prise Car, ces lignes de partage constituent aussi la cause princi pale reprendrons les travaux de Tzvetan Todorov mais cette fois sur la notion de dire ( telling) et montrer ( showing ) pour dvoiler Dans le q uatrime chapitre nous analys erons la reprsentation indite du mtis en littrature fournie dans 53 cm de Bessora. Ce chapitre se compose de deux sections : une faon mtisse. Chaque section contient trois sous parties dont la dernire est consacre au dmontrerons dans la premire section que 53 cm la fois une nationale fragmente ne peut tre encarte 18 renouvelle dans 53 cm cette figure h istorique importante de la constitution du discours sur la race et qui dominera le discours sur la race raciaux ou ethnique. Car il p eut y avoir ce que nous appelons une infusion du Noir dans le Noir ou celui du Blanc dans le Blanc Dans la mettre en vidence la subversion du genre littrair e et les autres techniques narratives qui 18

PAGE 30

30 constituent les techniques que nous analyserons qui participe nt au mtissa ge textuel. De mme, nous dmontrerons galement que la langue est mtisse dans 53 cm en examin ant le mlange de registres de langue et celui de deux modes renouve appelons Nous prouverons q ue le discours sur la race est i nvers dans 53 cm et que les rles entre le civilis et le barbare y sont auss i inverss. deux dans Garon Manqu de Nina Bouraoui. No tre premire partie qui rception paradoxale du corps mtis contient quatre sous sections analyser dans un premier temps le identit sexuelle problmatique de la mtisse, l librateur a uquel la condamne son mtissage et le pass historique franco algrien que son c orps mtis reprsente tiendront respectivement lieu de la deuxime, la troisime et la quatrime parties Puis, nous abord erons hybridation textuelle en nous appuyant sur les Louviot Nous prouverons que dans Garon manqu l e mtissage textuel passe galement par le dialogisme avant de vrifier si la reprsentation du mtis en littrature se renouvell e dans cet ouvrage Nous montrerons que part, telles que la subjectivit mtisse, un nouveau discours sur le mtis sage et l e fait d er une nouvelle

PAGE 31

31 la nouvelle rception rserve a u mtis, la revendication d e son combine les thories littra ires classique s avec l es thories qui ne sont pas habituellement appliques et qui sont issu e Nous pensons particulirement la notion de us a nd them voque par Karin Barber que nous utilisons pour relire De mme, les archtypes littraires de la reprsentation du mtis en littrature dresss par Toumson dont nous nous sommes servis dans notre analyse constituent galement une nou veaut. Car, et encore moins aux textes de notre corpus De plus, la plupart de travaux mtisse. Au alors que notre tude couvre Notre recherche est galement in novatr ice tend les thories du mtissage (ba ses sur une dfinition opratoire et conventionnelle : le mlange de races ) des textes et des personnages qui ne sont pas considrs comme des mtis. Du reste, cette recherche contribue aux travaux dj effectus sur 19 N ous esprons que notre analyse incitera ou chercheurs se lancer soit dans une tude similaire, soit entamer des recherches sur le mt issage dans les zones encore inexplores de la littrature. 19 Nous pensons particuliremen 53 cm

PAGE 32

32 CHAPTER 2 REPRSENTATION CLASS IQUE ET MODERNE 20 DU MTIS EN LITTRAT URE FRANCOPHONE DANS LE 2.1 Introduction Dans ce chapitre n ous entendons par la reprsentatio n classique du mtis en littrature francophone dans ce domaine premire moiti du vingtime sicle. La reprsentation moderne du mtis renvoie, dans cette tude, la figure du mtis reprsent e dans la littrature francophone postcoloniale. Nous mtis est la fois classique et moderne. ne telle reprsentation hybride du mtis en litt et moderne du mtis dans cet ouvrage. En effet, la thmatique du mtissage aborde dans Le utre des reprsentations du mtis en littrature ci dessus. De plus, la situation du rcit est favorable cette reprsentation hybride (classique et moderne) du mtis. Car, dans ce texte du rcit mlange des faits qui se sont produ its coloniale et des vnements qui se sont drouls aprs la colonisation (priode postcoloniale ) Dans la littrature francophone qui prcde la priode postcoloniale, un archtype de thmes (littraires) rcurrents apparat d ans l es ouvrage s qui trait e nt du mtis. La liste non le rejet du mtis au profit de la puret raciale le soupon de btardise du mtis et de prostitution de la mre, le m 20 contemporain dire, actuel ou qui est du temps de la personne qui parle ou d'une poque relativement rcente.

PAGE 33

33 couvre effec tivement ces thmes. Dans son article intitul Hybridits textuelles et imaginaires chimriques Jean Rhys, Toni Morrison, Maryse Cond et Marie Ndiaye Nathalie Duclot que (thme Clment 49 re de celui qui est diffrent toujours t peinte favorablement avant le vingtime sicle. Nous incluons le mtis dans inclus dans la population de couleur pendant la colonisation et ceci implique aussi considr comme physiquement diffrent des Europens. Notons, y para t incontestable est totalement rejet parce que les Franais associent le Noir au diable et la mort (cf. La chanson de Roland ). Au XIX me sicle sera relativement admis (n Au XVIII Virginie, et ctera.). Ceci nous mne dire que l mtissage dont parl e Duclot Clment ne sera adopt que par les crivains qui re jett ent et le mtis Par ailleurs, les rcits postcoloniaux centrs sur le mtis ne se conforment plus strictement de nouveaux sujets. Alors que le mtissage est instrumentalis dans le roman colonial soit pour en entraver, soit pour en

PAGE 34

34 clbre. La qute du pre y sera sou appartenance ethnico culturelle dans la reprsentation moderne du mtis. Il y est le sujet qui se pense, qui se rac onte et ce faisant, propose un nouveau discours sur le mtissage. Nous montrerons dans cette tude comment fusionne les deux figures du e des images du mtis cites prcdemment. Publi aux Editions du Seuil en 1990, aborde le thme du mtis sage de faon classique et contemporai ne la fois franais (administrateur colonial) et la f in de sa mission, il ne sera lev que par sa famille maternelle dans laquelle il sera totalement intgr et accept. Toutefois, le hros mtis qui porte les traces de deux race s de ses parents sera la proie facile des agents de la socit franaise et la socit congolaise la fois En France comme au Congo Andr doit faire face aux problmes lis sa diffrence physique (sa peau s et les yeux verts). Cette apparence physique Leclerc Okona. Aprs avoir obtenu son baccalaurat, le jeune homme doit se rendre en France pour y poursuivre ses tudes. Si dans son pays natal Andr est un blanc moundl (pour les Africains), en France il est Noir pour les Blancs qui le trouvent trop basan. Ce rejet de toute part mais aussi son identification problmatique aux membre s de sa famille et aux autres agents

PAGE 35

35 de la socit veillera la prise de conscience de sa diffrence physique qui confortera le doute sur jamais connu espr ant avoir des rponses ses questions identitaires. Ainsi, rsolu trouver son trouve enfin son pre, le i ci succombera une crise cardiaque la nuit suivant e de cette rencontre. Deux principaux points nous guideron t dans cette analyse du mtis dans Le chercheur Afriques nous situerons le mtis dans ce texte par rapport aux deux types de repr sentation du mtis en littrature ci Les trois axes majeurs qui se dgagent de ces deux points constitueront la trame de ce chapitre Les deux premiers sont lis la place du mtis dans les deux reprsentations (classique et moderne) Dans ce t ouvrage de se voir (voir sa propre image) avec les yeux des autres ou accepter la manire dont l a socit le faonne mais en contre celle le mtis est la fois non assimilable et assimil au Noir et au Blanc, comment il est inclus et exclu des gr oupes raciaux de ses parents. De mme nous verrons galement que le fait de identitaire mais cela le force aussi se mettre en qute de d e lui mme. Le deuxime point nous aidera explorer le tissage textuel pour analyser la technique Nous adopterons une approche diversifie dans cette tude. Nous puisero ns dans les thories existantes sur le mtissage, la narratologie et le dialogisme de Bakhtine. Contrairement

PAGE 36

36 aux lectures conventionnelles du mtis en littrature qui portent souvent sur la crolit et le multre tragique, nous optons pour une dmarche no n classique. Dans les deux premires parties de ce chapitre nous focaliserons notre commentaire, sans nous y limiter, sur les travaux de Roger Toumson et Nelly Schmidt. Nous nous appuierons sur la figure du mtis en littra tu Schmidt dans son H istoire du mtissage pour souligner certains lments caractristiques de la reprsentation classique du mtis. Les archtypes littraires du mtis en littrature que prconise Toumson nous permettr ont du sauvage et la culpabilit du mtis dans Quant la dernire partie de ce chapitre, nous alit et de dialogisme. Nous appliquerons galement la e Pour y parvenir, nous examine rons l es notions de la traduct Passons sans tarder la rception rserve au Mtis dans 2. 2 Reprsentation classique du mtis d ans Le mtis, soutient Nelly Schmid t apparat partout dans le monde o il y a eu colonisation et conqute (Schmidt 38). Nous soutenons dans M tis est une cration coloniale (267) parce que se rencontrent au Congo o le F ranais Csar Leclerc sjournera et travailler a pendant la colonisation. Guyot dclare que space fragile de conqute des (Guyot 37). Csar Leclerc est le colon mle blanc

PAGE 37

37 Commandant dans (13 21 ). Ce colon (Leclerc) rencontre Ngalaha, la colonisation es entre le mtissage racial et la violence i re des conqutes. En littrature, les n des socits de ses parents domineront la reprsentation du mtis pendant la colonisation 22 Rejet suite son apparence Ne sachant pas qui il est, il ser a contraint de la socit se voir avec les yeux des autres ) Ainsi, lorsque ces race de ses partie, nous monterons que la qute du pre et l reprsentation classique du mtis en littrature dans 2. 2 .1 Le la tte de certaines p ersonnes Pendant la colonisation le mtis racial bi racial (appartenant aux deux diffrentes race s de ses parents). Les agents sociaux lui attribueront souvent l a race d e sa mre qui est gnralement indigne (noire dans le cas de 21 Tou s les numros de page qui renvoient dans ce chapitre correspondent la version de poche de ce texte. Nous dont la pagination diffre de notre exemplaire du texte. 22 Schmidt rappelle que dans les Eth iopiques

PAGE 38

38 aucune considration de sa double appartenance ethnique. Ainsi, Andr sera considr comme noir ou blanc selon les circonstances et le lieu dans lequel il se trouve. Pour identifier les de tenir compte des diffrences de signes visib les (peau, cheveux, et ctera) puisque la science assure que la race ne permet pas de distinguer les identits des classifications raciales prcises. Ajoutons que cette imagination sociale ne classifie pas uniquement les individus par catgories raciales raciales prtablies les exceptions (tel les que les mtis, in dividus inclassables) s Par consquent, puisque l a classification raciale du mtis elle donne libre cours au classement individuel. Les agents de la socit rangent le mtis dans les catgories raciales existantes comme bon leur semble. Cela tant, si il faut croire Frantz Fanon ne transige pas sur la question de la race ne voi t que deux camps : le blanc et le noir (Fanon 6). race intermdiaire entre la race blanche et la race noire) et le mtis doit se ranger ou il est automatiq uement class De ce fait, il Andr soit pris pour un B lanc ou un N oir selon la situation et le jugement que les agents sociaux portent sur son corps mtis. opinion de Fanon, Andr devrait se ranger out tre class soit dans le camp noir, soit dans le camp blanc. Cependant la situation coloniale impose dj le choix au mtis. Il est noir et non pas blanc. Qui plus est, pendant la colonisation, dit Jean Benoist, la po pulation de couleur insre en elle les descendants des mtissages alors que la population blanche les refuse (Benoist

PAGE 39

39 cette catgorie inclassable qui m Puisque le Blanc se veut suprieur au Noir, la catgorie mixte et neutre ou entre Ainsi rangera t homme s de couleur parmi les Noirs. Nous le v re rtaines personnes. Dans celles des rcit. L e protagoniste rpond ici la jeune femme caf au lait race Andr rappelle les diffrentes races dans lesquelles la socit classe les individus dans la citation ci dessus (267). De ce fait, nous comprenons que le rfrent de a mtis mais aussi de celui de race 23 race en termes de subdivision de l'espce humaine 23 Rappelons que la race est une question qui soulve des co ntroverses. Nelly Schmidt rappelle que les travaux des biologistes et des gnticiens des annes 1960 dmontrent que sur le plan scientifique les races biologiques ce (couleur de la peau, forme du visage, configuration du corps, taille ou poids) ne correspondent pas des diffrences internes. Les variations de ne sera plus ou moins importante selon le climat car cette substance protge la peau contre les ultraviolets. Plus il y a des ultraviolets, plus la quantit de mlanine sera leve et plus la peau sera fonce. Moins il y a des ultraviolets, moins la quanti t de mlanine sera leve et plus la peau sera claire. Ceci expliquerait que les habitants des rgions subquatoriales aient la peau plus fonce que ceux qui vivent dans les rgions plus proches des ples (Schmidt 12 13).

PAGE 40

40 race Constituent ils une catgorie raciale part entire ? n oir tout au long du texte 24 cette classification que parce que les autres (les agents sociaux) le considrent ainsi. Nous pensons particulirement aux membres de sa famille maternelle et aux Franais de France dcrits il n ci lui afr icaine culmine dans le changement de son nom de famille. Il affirme Quand la pirogue viendra pour vous amener dans le sens du courant, oublie ton nom roupen. Et le vent se leva. Andel ou Leclerc, dit lui seulement bonjour de la tte. Ne lui donne pas la main. nuit Okona, fils de Ngantsiala, entends tu la voix de ton pre ct femme ? (179) Ce changement de nom de famille suggre la fois une deuxime Noir ) et le rejet de la double appartenance raciale races de ses parents et douter de son appartenance raciale Il est inclus et admis dans la race mais il est command par la situation coloniale qui astreint le pre abandonner son fils. Ce passage tmoigne galement de la prati que coloniale voque par Jean Benoist selon laquelle la population de couleur insre en elle les individus 24 Pour plus des prcisions, se re porter aux pages : 30, 38, 133, 257, 266, 269, 294, et ctera de Le chercheur

PAGE 41

41 au la it aprs leur rendez vous, le hros confie : race (269). Htel ngrier fonctionne ici comme un indice un monument historique, rappelant que la race race individus mtis tudier et vivre en France, les Franais ne lui assignent pas la race ( blanche ) de son p re. Apostroph par un groupe de Franais lors de son sjour en France, le hros rapporte Alors Sidi cacahute, femme blanche bien belle ? Bonne pour faire miamiam, hein Eh, Sidi, toi pas comprendre ? Bien bon baiser femme blanche, non ? Une bande chantant tue tte formait une ronde autour de moi. Dans la fort, on entend le tam tam des ngresses Qui astiquent le bambou des ngros, oho, (217) m aghrbins et non pas mtis car la couleur de sa peau et ses cheveux lisses le rapproche nt des Nord Africains. Le nom Sidi qui est utilis dans cette citation on pjorative que les Blancs u tilisaient pour dsigner les Maghrbins. Par ailleurs, ces Blancs estiment galement que ce Mtis est noir parce otypes habituellement attribu s aux Noirs dans la chanson dont les mots sont en italiques dans la citation ci dess us. De plus, la langue qui est utilise dans parle petit ngre dans sa lang ue (le petit ngre bien entendu cette langue construit e par le colon pour le colonis ).

PAGE 42

42 igne lle maternelle y compris les Franais lui attribue nt la mme appartenance raciale Andr est galement class dans le camp blanc. Inclassable dans une seule catgorie raciale le mtis est souvent tiraill entre les races de ses parents. Les autres races puisque son corps mtis faill it fournir la prcision attendue ce propos. De ce fait, il me Blanc, consent tre Noir malgr lui, le protagoniste est tout de mme surnomm moundl (le Blanc) par ses camarades. I l dclare: [c] ar hormis les ambigut le fils Mouroupen, tantt de Blanc manioc, le s plus grossiers de mal blanchi (251). Etre considr comme le fils fil s sans ambigut par les Bagangoulous suppose que les membres de sa autres le traiter de caf au lait Mouroupen et de mal blanchi car son apparence physique qui tmoigne de la fusion des races de ses gniteurs rsiste toute classification. Par consquent, il va sans dire que le mtis existe dans la tte de s agents sociaux qui considrent Andr comme caf au lait ou mal blanchi Franoise Lionnet 25 affirme que le 25 mtis peut se traduire en anglais soit par hafl breed soit par mixed blood C ependant, ces expressions ont toujours une connotation ngative. mixed blood la procration la reproduction animale (cf. half breed ). Lionnet note qu Mulato pour dsigner le Mtis dans la langue de Shakespeare. Pourtant, la connotation ngative persiste mme tragic mulato dcrit par W. Faulkner dans ses ouvrages Go Down Moses et Light in August, prvaut en anglais. De plus, le tragic mulato de Faulkner a pour rfrent le mulet qui renvoie au monde animal en y rajoutant la souillure morale de la strilit. Puisque le mot mtis race pour les

PAGE 43

43 culturel donn. Selon elle et nous en con venons, la source des prjudices raciaux est linguistique puisque la langue prdtermine la perception des individus (parce que chaque tiquette raciale telle que blanc, noir, jaune voque une ralit cre par la socit et elles sont historiqueme nt codes) David Guyot constate, cet effet, que le Brsil possde au moins se pt termes pour d signer le mtis ( mulatos 26 et cabros ; mamelucos 27 et caboclos ; caribocas 28 et cafusos ; pardos 29 tis. Cette ralit raciale semble, de ce fait, que le Mtis existe dans la tte des Brsiliens. Car chaque mot ci dessus ou la dfrence. Mais, une fois encore, pourquoi, bon dieu vouloir vous faire plus n ngre ngre Fleur. La jeune fille est race noire car le caf est de couleur noire) et du lait (qui renvoie la race blanche). La mtaphore du caf au lait so uligne bien la fusion qui rsulte du mlange de ces entits anglophones diffre de celui des francophones, hispanophones et de celui des locuteurs du portugais. Aux USA, quand mme du sang noir se confondre aux Blancs. Lionnet en conclut que la langue peut crer une ralit selon diffrents contextes linguistiques (Lionnet 13 14) 26 Les mulatos (multres) ou cabros issus de croisement de Noirs et de Blancs 27 Les mamelucos ou caboclos issus de croisement de Blancs et des Indiens (jaunes) 28 Les caribocas ou cafusos 29 Les pardos issus du croisement des trois races (noire, blanche et jaune (cf. les indiens)) dans la plu part de s cas ce sont des croisements entre des mulatos et des Indiens

PAGE 44

44 Fleur attribue une identit mtisse situe entre les deux races de ses gniteurs au hros. And r faire plus noir mtis auquel il ne peut chapper. Car sa double appartenance raciale en mme temps des races de ses parents. Cette ambig raciale confondra ce hros mtis qui ne sait manque pas affection parentale (ses parents vivent sous le mme toit), la v plus belle dans le flou identitaire. A lioune Sow constate que le retour dfinitif du pre en Europe [l] a position pri vilgie de Ngalaha se dgrade rapidement. A la femme du Commandant est substitu le qualificatif de bordelle (prostitue), laissant apparatre, au sein de la population, les prjugs qui caractrisent les couples mixtes, les suspicions qui psent s ur les compagnes des blancs et la suppo se btardise des mtis [...] (Sow 72). Andr devient le btard social que reprsente le mtis colonial dans la majorit des cas tandis que sa mre reprsente la lgret scandaleuse attribue aux mres de ces mtis. La btardise du mtis et la suspicion de prostitution de la mre de celui ci constituent des strotypes classiques dans la reprsentation du mtis en littrature. Nous y reviendrons plus tard. An dr ne se clame ni mtis ni ta t ion de sa famille maternelle. Il se contraindra se lancer dans la

PAGE 45

45 ique mendier, ni revendiquer (302) son droit de fils du Commandant. 2. 2 .2 Un Mtis la r m oiti de l ui mme Andr a beau se considrer comme n oir, son corps mtis qui ne ressemble ni aux noirs ni aux blancs se soustrait cette classification mme si le protagoniste y consent de plein gr. mme conscience es parents. Avant le dpart de son pre pour la France, Andr qui vit avec ses parents remarque : rflchir, je ne pouvais tre le fils ni du Commandant ni de Ngalaha. Ma peau tait diffrente de la leur, diffrente mme de celle des albinos (184). Il parat vident ici que le Mtis existe aussi a lieu la crise identitaire. Car non seulement la couleur de la peau de ses gniteurs ne ressemble pas la sienne, il constate aussi que sa peau ne ressembl celle des albinos. Par consquent, il se croit tre anormal et il ne recevra aucune explication crpus comme ceux des gens normaux ? Pourquoi mes yeux avaient la couleur de ceux du chat ? (184) Ses questions demeurent sans rponses car la mre ne peut expliquer son fils s deux races Lorsque Andr se deman de et pose des questions sur son apparence physique, la situation du rcit est encore stable

PAGE 46

46 conformment aux stades du rcit dresss par Tzvetan Todorov 30 Dans Le dsquilibre persistera mme mais galement le dbut du stade du deuxime quilibre. Devenu adulte, Andr doit embrasser son destin mtis, se rsigner vivre de maintenir ce deuxime quilibre. e mtis se lancer dans la qute sa progniture. Nfaste tout enf ant, cette absence de pre conduira Andr vouloir voir et : Je voulais seulement te voir. Une pulsion biologique. Rien de plus (302). Andr veu t voir son pre e de ce pre absent comme le font tous les enfants abandonns. Il prtend que la pulsion biologique est Le hros de Le chercheur (de pre). Quand Vouragan qui Andr expose son imbroglio concernant sa qute l e renvoie la ( Nous avons tous les m mes origines : le singe (214)), le hros proteste : (214). Cette rplique tmoigne du dsir 30 Dans son ouvrage intitul ce que le structuralisme ? rs jamais identique au premier.

PAGE 47

47 personnell e, elle concerne sa propre identit uniquement. Lors de son premier voyage Nantes, la recherche de son pre est dj bien avance. Andr a lu les Carnets de Voyages du mdecin Leclerc esprant y trouver des informations importantes sur sa qute. Il se re ndra malheureusement compte que ces Carnets de Voyages ne me font gure avancer dans la recherche de me origines (214). La recherche de ses origines paternelles parsme tout le rcit. Les nombreuses tentatives de communication tlphonique 31 la collect pre inconnu 32 retrouver sa trace 33 34 dont il est saisi lors de la rencontre sont des lments qui tmoignent que cette recherche est demeure active tout au long du rcit quels que soient les vnements mis en avant dans le rcit. La qute des origines concourt aux lments incontournables dans la reprsentation classique du mtis en littrature. Nous appliquerons les arch types de la reprsentation du mtis en littrature dresss par Roger Toumson pour conclure cette section. Toumson constate que la reprsentation du mtis en littrature rsulte de la gmination de trois figures littraires suivan tes parricide, le matricide et le fratricide sont les fonctions tropologique s respectivement dvolues ces trois archtypes. Thse, dit Toumson, est le prototype littraire de la qute identita ire. Au Andr incarne le personnage moiti de lui mme qui constitue son identit. 31 Pour plus de dtails se rfrer aux pages 60, 62, 124, 125, 143, 153,154, et ctera de 32 cf. pages 92, 213, 214 du texte. 33 cf. pages 210, 212, 219, 221 de 34 cf. pages 286, 300 de

PAGE 48

48 maritale de Ngalaha et Lecle rc reprsente bien ce rapport. En effet, pendant la colonisation les indignes qui sont considrs comme sauvages la La p remire des unions mixtes et qui souhaiterait que les Homme s sexuels avec les tres infrieurs (les indignes). Pourtant, faute de femmes europennes dans prvaudra et le s colons doivent satisfaire leur libido et franchiront la barrire d ( ou de la sgrgation Homme avec la crature infrieure ) jour de son retour dfinitif en France. Deuximement, hirarchie vie en fondant une nouvelle famille conforme aux valeur s de la culture franaise. Tout se passera e du hros. Nous avons (302). Cette pulsio et cela bouleverse la hirarchie de dpart. Car plus rien ne sera comme ava nt la rencontre du fils ci le reconnat souponneuse et ne veut pas laisser le

PAGE 49

49 hros seul avec son mari. Andr note : loin. On laisser seuls. Ainsi, : je ne suis venu ni mendier ni revendiquer. Je ne ferai aucun procs de la nouvelle famille du mdecin, il promet et Toumson note que Fils du taureau blanc dire du colon et de la fille du soleil la sauvagesse e tabli : bois brl ou ngre blanc il est un mi homme mi taureau. (Toumson 135). Andr est aussi, comme le minotaure, moralement et psychologiquement monstrueux. Andr est un Leclerc avait une famille. De plus, il connaissait Fleur sa demi relation incestueuse (accidentelle) tandis que le pre ne saura jamais que ses enfants se connais sent. Il aurait pu se contenter de savoir que son pre tait aussi celui de Fleur du moment conforme aux normes sociales franaises. De mme, cette rencontre est aussi une action

PAGE 50

50 psychologique dstabilisante qui conduira au dcs du mdecin mais aussi une instabilit femme du mdecin devine la vraie cause de cette mort. Andr est dans ce cas le monstre psychologique suite la tension psychologique patient Le hros dclare Il toussote pour se gratter la gorge. Oui, votre mre. Vit elle toujours ? Aprs ma Vous ne trouvez p pice (302 03) patient est bien en Afrique. Son sourire brusque est aussi nerveux, son trouble Soudain, le mdecin a re un enfer tomber la photo de sa femme (Michle Morgan) paule de son fils qui doit s rement lui confirmer la triste vrit voile p endant des annes que Leclerc fait tomber cette photo. Faire tomber la photo de sa femme symbolise galement un nouvel abandon, une autre Par ailleurs, si le parricide es t la fonction tropologique dvolue Thse, Andr est galement un fils parricide dans Le pre de Thse qui fera promettre son fils de changer le drapeau de son bateau en blanc son retour Athnes pour lui assurer que son f ils a vaincu le minotaure, meurt par la ngligence de celui ci. Thse oubl ie Nantes. Comme Thse,

PAGE 51

51 exclure. Tandis que Thse commet une erreur regrettable qui f ai t succomber son pre, Andr, ce pre ind igne consquence pour assurer sa victoire. Il dclare : plusieurs scenarios dtaills cette confrontation (56). Les notes du hros constituent les munitions de guerre (explosifs et projectiles) dont il se servira p le projectile (vouloir payer sa consultation). Il rapporte mon chquier sur le bord du bureau et rpte ma question. je ne peux t. Des tics bizarres, peine perceptibles, secouent ses joues, comme si on y injectait des faibles dcharges de courant lectrique. Il sort son fait chaud, fait chaud, trouvez pas va vers la fentre. Je le vois contre Au revoir monsieur. Au revoir, papa, au revoir, maman. (305 06) Combien vous doi s je ? (304). Leclerc ne peut pas faire payer e faire payer. Le m tis le devine certainement et sait que son projectile a bien atteint la victime vise insiste A bout de force, le mdecin essaie de relever la tte en rpondant que le mtis ne lui doit rien. Terriblement atteint, il supplie son fils agresseur

PAGE 52

52 comme si on lui injectait des faibles dcharges de courant lectrique ? De plus, il touffe et il est compltement bout de souffle. Incapable de prononcer des squences grammaticalement correctes, il se con tente de produire des noncs agrammaticaux dpourvus de sujet: fait chaud, fait chaud, trouvez pas ?. Au revoir, papa Pe ndant toute la consultation, le pre et le fils joueront cache cache fils est oblig de dvoiler la raison de sa visite pour clore sa qute (du pre) Retrouver cet ci succombera dans la nuit suivant leur rencontre. Le hros confie : t la nuit qui a suivi notre rencontre rconciliation famil iale, des retrouvailles (mme se crtes) se termine par un parricide parce du fils contre Du reste, Thse incarne aussi la remise en cause hroque selon Toumson. Tandis ui est libre de la corve du tribut (sept jeunes hommes et sept jeunes filles donner en pture au minotaure) payer au roi de Crte devrait fter la victoire de Thse, elle est

PAGE 53

53 endeuille par la mort du pre. De mme, Andr qui clbre sa victoire da ns les rues de Nantes sa sortie du cabinet mdical de son pre (cf. Je fredonne un air du chanteur aveugle amricain. Yh hh, yh hh (307)) ne peut pas continuer sa fte car sa visite catastrophique endeuille ses proches. Le hros ne parlera des rsultats de sa qute du pre personne, mme pas Vouragan son cousin. Car ce dernier est en contact avec Fleur qui vient de perdre son pre dont conn le malheur (310). Bien que ni Vouragan, ni Fleur ne sachent que Leclerc est aussi le pre du hros comme le suggre ce passage Andr d evra it tre rong de remords des consquences de sa visite ne serait e avec sa demi pre avec sa famille maternelle cause de cette mort. Il est contraint de mentir : Dans ma dernire lett aucune trace de Csar Leclerc (312). Nous venons de souligner dans cette premire partie les lments qui participent la reprsentation classique du mtis en littrature. La q ute identitaire, notamment la recherche du pre, est un des thmes principaux abord dans la reprsentation classique du mtis en littrature. du rcit qui conte nt la

PAGE 54

54 Ethiopiques 35 (le premier roman qui met re son pre. btardise classique associ e au mtis colonial. E n dpit de son apparence physique, ce mtis ne ent assimil la population de couleur pendant la colonisation. Contraint ne se voir mme corps rsiste ce genre de classement. Aprs avoir discut la qute du pre et le maintien de la dichotomie originelle (assimiler le la population blanche) lie la perception et la rception du mtis, vrifions prsent si taxonomie du mtis. 2. 3 affirmer et s : u ne r eprsentation m oderne du m tis en l ittrature f rancop hone Dans reprsentation du mtis en littrature. Tandis que dans la reprsentation classique le mtis se rsignait la taxonomie traditionnelle et populaire du mtissage se lon laquelle la socit choisit le sans voix qui laisse parler de lui et le ranger dans un seul groupe ethnique, le mtis cherche revendiquer sa double appartenance ethnique. Il est 35 Les thiopiques IVme sicle ap J C (Aprs Jsus Christ).

PAGE 55

55 moi ( biracial ) sans vouloir rejeter aucune de ses ethnicits. Dans le beso choses. Premirement, la rception et la perception du mtis dans la socit tendent voluer. Deuximement, le malai se et la souffrance que gnre la condition mtis se condui sent biraciale Ces deux lments qui font prendre conscience au mtis de sa diffrence raciale inciteront le mtis chercher tre biracial de l a rception contemporai ne rserve au mtis dans la socit dcrite dans cet ouvrage Ensuite, nous dmontrerons comment le mal tre du mtis rsulte de sa prise de conscience de sa diffrence raciale (il est physiquement d iffrent de se s deux raciale ). Il nous faudra aussi mtis la proie facile des strotypes raciaux 2. 3 .1 Le sort du mtis change dan s la socit et en l ittrature Dans le mtis semble tre relativement admis dans les socits congolaise et franaise famille maternelle dans la premire partie de c e chapitre Luc Bonniol Il affirme que mtis qui y est

PAGE 56

56 instruit s ( Vergs 76). Mme si ces enlvements ne procdent e reconnaissance et d a le mtis dans la socit franaise car la slection se limite enfants indignes ne seront pas pourchasss pour tre emmen s de force en Europe. Andr loin de leur lieu de rsidence habituelle. Il dit : temps o nous nous cachions le jour et tra versions les forts de nuit pour fuir les troupes du Commandant personnage m protection de sa famille maternelle. Le protagoniste dclare taches discordantes sur le dc or, ces chauves souris brouillaient la ligne de dmarcation. Des ordres parvinrent de Brazzaville : arracher de la brousse tous les fut rcupr par les pres de la mission d Saint Firmin, dans la capitale. (180) La double appartenance raciale pose problme au gouvernement colonial qui voit dans le mtis une catgorie inclassable qui remet la puret raciale en cause. Le mtis drang e, racial race de ses parents. Nous sommes persuade pourtant que le brouillage de la ligne de dmarcation ne constitue enfants mtis de leurs mres indignes. Nous voyons dans cet acte un souci ou une forme de ( mme si ceci contredit la

PAGE 57

57 premire intention d u gouvernement colonial ) oiti auraient t uniquement enferms dans les orphelinats ou les foyers pour mtis dans les colonies. Au contraire de cela, eux seront envoys e n France, terre natale de leurs pres. Firmin de Brazzaville puisque Andr Un jour, quelques annes plus tard, on est venu le chercher. Il devait avoir dix ans ou peu prs. Un Mourou : il Victime de la politique du gouvernement colonial, Joseph va grandir en France dans un internat. Il sera ensuite envoy en Algrie au service de la France lors de la gue rre d du mtis la population blanc he. Si Andr est assimil la population africaine et que son mme pour Joseph. Dans les deux cas, les mtis de ce texte sont nomms par des hommes (Ngantsiala e t un Mouroupen nom de famille europen un autre nom europen e et la prononciation change nt franais et Veloso, un mot portugais. Faire passer son fils mtis pour un portugais devient une stratgie permettant au Capitaine franais de masquer ou ds avouer sa paternit naturelle. Face

PAGE 58

58 inventer une raison pour calmer son fils. Andr affirme : veloppement s (181). Le Capitaine explique certainement son fils que le nom Velours est driv du nom portugais pre du mtis racial du pre reste problmatique paternelle comme Andr qui grandit sous la protection de sa famille maternelle q habitera dans un internat, un foyer de mtis mais noy dans la culture franaise tout de mme puisque ses habitudes alimentaires se conformeron t dans le groupe racial ne semble pas aussi totale de pre. En effet, quel le que soit la bonne foi du pre du mtis, la loi du gouvernement colonial tre un bon pre pour son enfant mtis. La politique du gouvernement colonial tolrait l es unions mixtes et des enfants naturels qui en taient issus mais la reconnaissance de paternit tait proscrite. En gouvernement colonial, le Cap itaine Velours ne respecter. Il ne change le nom de son fils que pour se plier cette loi. Il nous semble que si la socit franaise et le gouvernement de cette poque coloniale le lui autorisaient, le p re de son fils dans un internat de mtis. Le hros rapporte Sans doute est il le premier Congolais avoir effectu la traverse pour la France. Suivent six ou s ucun incident. Un

PAGE 59

59 avait une famille en France. (181) le Capitaine se montre un pre digne selon les circonstances de cause de la loi gouvernementale mais il va rendre visite son fils rgulirement. Il le promnera dans la ville la limite de ce que un bon uand il ne pouvait plus voir son fils, monsieur Velours a pris soin de se faire remplacer par un correspondant (un ami peut tre) qui ne pas totalement per dre le contact entre eux. Cette volont de garder le contact avec son fils mtis est un nouvel lment dans la rception du mtis dans la socit et sa reprsentation en littrature. Nous avons signal plus haut que arnire entre la reprsentation classique et moderne du mtis en littrature francophone. En effet, maintenir le contact et participer activement la vie de son enfant mtis deviendra la norme dans les ouvrages postcoloniaux qui traitent du mtissage. Le progniture mtisse. Aprs du mtis dans la population blanche, passons racial e 2. 3 .2 Se sentir bien dans sa d iffrence : le Mtis e mbrasse son d estin diffrence racial e que lorsque les agents sociaux insistent sur son apparence physique en raciaux de cette socit. De ce rejet et cette admission du corps mtis rsultera le mal raciale ambigu.

PAGE 60

60 Rejet de toute s part s et proie facile des strotypes raciaux biracial condition mtisse dans est vcue comme un malaise avant de prouv er deux. de deux races diffrentes mme, ni les agents sociaux n e peuvent le ranger dans un seul des groupes raciaux existants. Par consquent, ce corps mixte fascinera et rpugnera la fois les agents sociaux et le mtis ptir a de leur s agissements Dans Andr confirme travers le discou rs de son oncle Ngantsiala que son corps porte deux traces raciales diffrentes. Il affirme : Et il dcrit mon pre avec sa crinire, sa vigueur et sa douceur (110). Les deux traditions relates ici renvoient aux origines familiales du hros dont le corps incarne la fusion du Noir et du Blanc. En e son mtissage est galement voque dans ce passage. le lion dont serait issu le clan pendant la conqute puisque le lion est un animal sauvage. Pourtant, tant le roi des animaux, le choix de cet anima que porte sa mre ce jour l rehaussait ses traits de princesse (84). Notons que Csar Leclerc est renomm ici, Suzanne est un prnom fminin et une dformation du prnom du Commandant ( Csar prononcer correctement. Suzanne

PAGE 61

61 Leclerc devient le prince de la savane car les colons usurpent le pouvoir des afri gouvernent pendant la colonisation. son fils. Lorsque les villageois dansent le soir du dp art du Commandant, Ngalaha prf rera que son fils ne se joig ne pas aux sauvages Eux, ce sont des sauvages Toi, tu es fils de Blanc rpond elle son fils qui ne tient pas quitter la piste (105). Ce faisant, la mre attribue son fils la race ra ce noire. Pour Ngalaha qui est fascine par le corps mtis de son fils, ce dernier est plutt Blanc Elle aimerait avoir ses cheveux : Tu me donnes tes cheveux ? lui demande t elle (130). Pour satisfaire cette demande, le fils arrachera une touff e invisible de sa tte pour la poser sur la tte de la mre (130). raciale du mtis, deux discours diffrents se dgagent mme dans la famille maternelle du hros o il est totalement admis. comme n de fils de Blanc et les membres de sa famille rangent le corps mtis race de ses parents leur gr en fonct ion de leur perception du corps mtis. Par ailleurs, alors mme que Ngalaha est merveille par le corps mtis de son fils, pour les camarades congolais ce corps reprsente la lgret de la mre et la btardise du mtis.

PAGE 62

62 fils de ndoumba 36 (prostitue) aux yeux de ses camarades et de ceux des autres Congolais. Le hros affirme : avait trait Ngalaha de bordelle (249). Ainsi, contrairement la fascination que suscite le corps mtis pour sa mre, tre du mtis. Victime de son corps mtis qui ne peut pas tre class dans une seule catgorie raciale deux devient une torture pour le mtis. Andr demande : Savez la torture de la vie entre les eaux racial un autre. Dans Le chercheur la condition mtisse est galement vcue comme un malaise parce que le mtis est prsum pris pour un Nord A fricain en France suite son apparence physique. La couleur de sa peau tant similaire celle des Maghrbins, il sera souvent arrt en France o il est pris pour un fellaga : Messieurs, je ne comprends pas. Je suis s rement confondent tout (203). Andr essaie d victime de son mtissage. Ainsi, lorsqu e le hros rencontre Kani la mtisse franco malienne (40), il confie : Mme Kani, la premire fois, me prit pour un Antillais. vrai dire ce fut rciproque. Depuis, nous avons souvent ri de cette double mprise 36 : ndoumba = femme libre, en linga la. Manire de courtisane, qui vit de ses amants,

PAGE 63

63 (38). La double mprise dont il est ques tion ici rsulte du fait que les deux mtis se considrent rciproquement comme Antillais. Ce faisant, le mtis se met lui mme la place de la manire des agents sociaux qui lui assigne nt toujours cette mme place (de ). Le mti s se met la place de dans la socit. Ce manque de place spcifique dans la socit lui fera prendre conscience de sa nt que mtis. raciale fait partie des lments qui classent dans la reprsentation moderne du mtis en littrature francophone. La torture d e la vie entre les eaux dclenchera la deux qui constitue une r ichesse ses yeux. Cette double appartenance est une richesse pour deux). Nous pas reconnatre son mtissage ( racial au lait. Il dclare : s du mal matriser la pouss e du sang ngre. Pas ngre seulement. Il y a dans le note, bien sr en double connaissance de cause (122). Le hros reconnat ne pas uniquement avoir d u sang noir. Il a aussi du sang europen. Il le note en double connaissance de cause la pousse du sang ngre et de la propension la courtoisie europenne. De mme, Andr dit au passan t franais qui lui d emande de repartir chez lui ( sous entendu en Af : [j]

PAGE 64

64 rappo rte t il (153). Le hros sait que la France est aussi sa patrie car son pre est f ranais. Il montre sa poitrine puis le sol pour ins inuer que ce sol franais est la fois la terre de ses anctres paternels et le lieu de naissance de son gniteur qui il doit la garde le secret de son identit mtisse que les F ranais refusent de reconnatre. Convaincu du contraire, l e passant franais se moque du hros parc e qu e il s elon lui A ndr est plutt Africain et partant il ne peut pas tre chez lui en France. appartenance biraciale Il ne se veut ni noir ni blanc mais plutt caf au lait Andr confie : demi, mais un deux cents pour cent : cent pour cent caf et autant pour cent lait (223). Il est raciales sans mtis voqu e par Nelly Schmidt selon laquelle le personnage mtis nie sa naissance et rejette Schmidt 151). Joseph qui tient maintenir son nomadisme identitaire ne refuse pas de faire aussi partie de la race dchue. Ayant grandi en France et ne connaissant pas sa famille maternelle, il aurait pu choisir de se considrer Blanc. Mme si le destin le ramne au Congo aprs avoir combattu pour la France en Algrie (181), Joseph se refuse vivre dans les quartiers rservs aux Blancs Brazzavil le au Congo. Malgr son rang de fonctionnaire (251), le mtis prfrera prendre sa place parmi les Africains (183), peuple dont il tient une partie par les

PAGE 65

65 Africains po noire. De mme, dans son article Amour mtis deux. Sa relation amoureuse srieuse aprs les affres (Brahimi 136). Toutefois, nous voyons aussi dans ce mariage de Joseph un besoin de combler le uniquement son pouse mais elle deviendra aussi la mre symbolique moiti de lui mme qui lui a manqu toute sa vie. Contrairement Joseph, Andr, lui, choisira Kani la mtisse comme compagne mais il prcise : Elle me rejoindra ds que son divorce sera prononc (312) Conformment ce 37 le hros prfre maintenir son dans ses deux camps raciale Nous avons montr, dans ces deux premires parties du chapitre, que la reprsentation du mtis dans est la fois classique et moderne. Nou s nous sommes gre, Alioune Sow note que la premire race blanche (Sow 68). La deuxi 37 race

PAGE 66

66 (Sow 69). La dernire reprsentation du mtis en littrature serait associ e la construction identitaire du mtis qui reposerait sur la remise en question et le refus de la race noire (Sow elle est plutt impos e par la politique du gouvernement colonial. Pourtant, une fois adulte, Joseph choisira de de sa mre et son mariage avec la congolaise donnent croire une assimilation volontaire du mtis la race noire. Nanmoins, Joseph ne cessera de se revendiquer comme mtis. Il ne se dclare ni noir ni blanc mais plutt cent pour cent caf et autant pour cent lait (223). Quant race noir e mais il ne rejette pas totalement son asce (153)). Franoise Verges soutient que dans la littrature coloniale des annes 1940, le destin mtis est auss dix neuvime sicle. Dans ces texte s ajoute t elle, le mtis ou la mtisse doit toujours renoncer 77). Il est vident qu e ce n peinte dans Les deux mtis ne rejettent ni embrassent vaillamment leur destin mtis. Verges note aussi que le discours sur le mtissage se conjugue au masculin dans les romans crit s par les hommes. La problmatique qui y est

PAGE 67

67 (Verges 8 2 et 83). Pouvons nous en dire autant pour ? 2.4 Dire le m tis d ans Le c Nous voulons examiner d ans c e tte section exprime le mtissage par le langage crit et les techniques narratives dans son expression mtisse Nous vrifierons de ce fait, es lments qui donnent entendre clairement que la langue et l encement de mots et des phrases qui constitue cet ouvrage) peuvent tre considrs comme mtis. Nous qui laissent deviner ou apparatre le mtissage dans ce te du rcit qui combine le rcit et le discours. Ensuite nous entamerons la narration : la manire permettra de focaliser ge traducteur. Enfin pour clore cette section du chapitre nous montrerons comment renouvelle la manire de dire le mtis en littrature. 2. 4 .1 Entrelacement des c ontraires, s tructure m tisse Dans plusieurs co ntraires constituent la structure du texte. Or, le mtissage, dclare Alain Montandon, est un tissage dont la trame intgre ce qui lui semble tre contraire (Montandon 9). Ne peut on pas, par consquent, supposer que la structure de ce texte est mtisse ?

PAGE 68

68 (anticipations) et les analepses (retours en arrire) parsment le texte sans aucun or dre strict. Le en France : le narrateur adulte assiste une confrence Nantes la page 9). Pourtant, la page 11 : le Commandant vit encore au Congo avec sons fils mtis). Le repre spatiotemporel de ce livre intgre galement du droulement des faits qui sont conts dans le texte) regroupe deux priodes d iffrentes : la colonisation et la dcolonisation 38 discours. Le narrateur de ce livre recourt parfois au rcit, parfois au discours narratif (ou discours gnr par le narrateur) pour faire connatre son histoire. Le rcit, crit Grard Genette, est la lang reprsente 39 pas une histoire relle ou fictive mais il la raconte ur dfinitif de son pre en France. Il confie La nuit de ce dpart, tandis que les crapauds buffles et les oiseaux rapaces lanaient 38 Le retour de Joseph au Cong e franaise pendant la guerre d atal. La coexistence de ces deux priodes dans ce 39 mitation dans le rcit (Genette 1983, 29)

PAGE 69

69 premire nuit sans la protection des sentinelles. Sa premire nuit sur la natte. Ce gramma tical et du pass simple (une seule instance : ) dans la narration. Pourtant, le narrateur utilise principalement la premire pe rsonne du singulier je pour raconter son histoire dans ce texte. Du reste, cet extrait expose aussi la dgradation de la e faire le guet devant leur case et de plus, ils doivent passer la : il lui [la mre] (68). consiste, pour sa par personnages (Genette 1981 165). contient effectivement des discours t de la question de la race que nous avons voqu s plus haut (cf. tte de certaines personnes reviendrons pas. Le dialogue est la forme du discours par e t, cependant ne pas sombrer dans le cabotinage vulgaire. Mais vous connaissez re

PAGE 70

70 des Noires] avec les Baroupens, quel que soit le thme coutumes, religion ou peinture je suis toujours mordant. Je dmonte les prjugs et je ressors tout le Emile B formels du discours sont apparents dans la citation ci dessus. Le narrateur parle directement au : De je et le manque du pass simple dans la narration constituent galement des indices d u discours dans cet extrait. Pour le cadre (moi ici En fin, le dis des Noires car il pousse le hros dmonter les prjugs et ressortir tout le dossier de la Ces exemples de mlange de rcit et de discours dans le texte contribuent classer Le parmi les rcits mixtes sur le plan du mode de la relation. Genette soutient mati cours. Elle est histoire (rcit) la radio, et ctera) peuvent parce que, selon Todorov, cette histoire est raconte par un narrateur qui a en face de lui un : il

PAGE 71

71 livre 40 une technique qui concourt au mtissage de ce texte. Nous ne focalisons ici que sur une seule des cinq sortes de transtextualit dvelopp par Genette dans son ouvrage Palimpsestes La littrature au second d e gr prsence simultane de deux o u plusieurs textes en un seul et le rapport existant entre eux. ou plusieurs texte regroups en un seul texte. Cependant, Genette 41 Dans a demi texte de ce mdecin. Il dclare rer chez cette gamine capricieuse. Sa dmarche de ballerine, ses lvres de signares, ses cheveux ? Ceux de Csar Leclerc Che z les indignes, africains crit il dans ses carnets de voyage, tout Blanc a un nom, mais un nom 40 autobiographique du rcit. 41 Cf. Palimpsestes La littrature au second d e gr

PAGE 72

72 Moi Souki Motani, le Blanc aux cheveux rouges. (228 29) La prsence simultane des deux te xtes est visible dans ce passage puisque le texte cit ou inclus : se prsente comme un lieu de possibles, certes traverss par des dires antrieurs, mais nanmoins, toujours soumis aux choix du locuteur (Rabatel 179). En effet, les extraits du texte, Carnets de voyage de Csar Leclerc parsment mais la slection de tel passage plutt que tel autre dpend bien du contexte ou de la situation voque dans le texte traverss par des dires antrieurs. Dans la citation ci qui joue le rle de connecteur entre les deux rcits. Fleur est rousse et le narrateur de Carnets de voyage de Csar Leclerc est galement roux. La couleur de cheveux de la jeune fille lui (Andr) Carnets de voyage de Csar Leclerc co ncernant discours du hros de interagit avec c elui du narrateur de Carnets de voyage de Csar Leclerc et le premier discours renvoie au discours antrieur de Csar Leclerc. Alors que la citation directe montre explicitement les diffrentes voix qui interagissent dans un discours, les autres formes d e dialogisme sont plutt implicites. Selon Bakhtine, toute parole habite des voix et des opinions des autres constitue une forme de dialogisme. Quel que fo

PAGE 73

73 ux et ensuite par la L a journe avait t surcharge plus en cette saiso rien, que a passerait et prtext une banale contrarit, une nouvelle inattendue : peut Quatre diffrents discou renvoie au discours de Vouragan parce que le hros rapporte les paroles de la lettre de son a eu e avec la jeune pas avoir t table avec ses parents ce soir l selon cet extrait. Enfin, le discours de la jeune fille pointe vers le dialogue des poux, leur conversation avant le dcs du mari. Fleur introduit premire phrase c orrespond mdical en France. Il tait abattu et prouv table ce soir l car il tait symboliquement assailli par son fils. Tandis que la mre de Fleur croit que son mari prtexte une banale contrarit, une nouvelle inattendu e pour expliquer son malaise, Leclerc, lui, dit la vrit. La visite de son fils mtis abandonn. Quant la feuille des impts voque dans cette citation (309), elle renvoie au

PAGE 74

74 des impts sur le revenu ici mais plutt du tribut ou de la contribution force, impose au vaincu Les techniques narratives discutes ci dialogisme) tmoignent de la cration par le mlange dans la rdaction de ce texte qui contribue a u mtissage textuel dans Le chercheur Afriques. 2. 4 .2 Traduction intratextuelle 42 m tissage de la l angue La traduction intratextuelle, sterait ersonnage traducteur. Brouiller les frontires des codes de transmission de la parole favorise le mtissage dans la syntaxe correcte et non pas au code oral, moins strict du point de vue de la bonne construction des phrases. Pourtant, dans les caractristiques du code oral ne font pas 42 Nous empruntons ces termes

PAGE 75

75 mtissage linguistique de ce texte. Au lieu de choisir un seul code de transmission de la langue de prfre effacer la frontire existante e Andr rapporte la conversation dans laquelle pour le match de football, il dit La Eh Rare de trouver des telles croupes chez les Baroupennes ? demande en tte. Ah a alors. Dame, l Cet extrait montre clairement que les phrases produites par la voix narrative sont grammaticalement correctes tandis que celles des deux autres per sonnages sont agrammaticales. phontisatio n texte : et Dame, l bas, Malakoff de la langue parle ici. Dans ces deux premires squences la lettre c tient lieu du son [s] ) marque e Ces trois noncs sont agrammaticaux parce que la question est mal pose dans la premire, dans la deux cet est dfaillant et aprm du complment circonstanc iel de temps aprs midi

PAGE 76

76 Dame 43 l bas, Malakoff. non seulement il y manque le verbe mais il y a galement toute une squence tronque. Les formes grammaticales de ces trois noncs correspondraient par exemple celles ci : Le match qui aura lieu cet aprs midi (ou de cet aprs midi) et ent qu en vend l questions en franais est ce que est ce que est plausible ici. Car, la prsence du c apostrophe ( ) limine les deux autres Eh Ah Le mlange des codes crit et oral ne constituent pas les seuls lments qui participent au mtissage linguistique dans En effet, ce texte expose galement un brassage de c odes linguistiques o le franais ctoie les langues du Congo. Le contact des ernance de tours de parole ou alternance codique mlange, ou mtissage linguistique en discours (Baggioni 192). est parsem de mots et expressions lingala et kikongo (langues du eur et Vouragan, le narrateur dit mme, Un chle de Ah tchiadi eh Des yeux 43

PAGE 77

77 victorieux et moqueurs, rayonnant de joie et de dfi se fichrent dans les miens Fleur (287) Nous avo ns dans cet extrait une alternance codique au niveau du discours puisque dans la mme ou expressions mprunt consiste, il est vrai, utiliser et intgrer, dans une langue donne, une unit linguistique appartenant une autre langue mais le sens de cette unit emprunte doit tre connu de tous les usagers de la langue emprunteuse. Les exclamations d'to nnement ( ) et de regret ( Ah tchiadi eh dans son discours (tenu en franais) donnent lieu une alternance codique au niveau de la phrase gue et le reste des phrases dans la langue dominante de la communication (Rafitoson 216). Il est vident que ces exclamations ne constituent pas des phrases compltes mais elles ne sont pas insres dans les phrases du franais. Ce sont des noncs isols qui fonctionnent comme des phrases part entire. Ils servent introduire de dans ou plutt devons nous dire de dans puisque les units linguistiques intgr e s sont issu e s de la langue maternelle du hros. Nous entendons par de dans ce code mtis que gnre le mlange des Andr incorpore (les codes du kikongo et du lingala que son interlocuteur ne

PAGE 78

78 comprend certainement pas) dans (le franais) par cette technique. Rafitoson affirme que de mtissage telles que la coexistence des deux systmes (Rafitoson 219). La citation ci sociolinguistique et de sa volont. Ainsi choisit il de mlanger dans la citation ci dessus. La situation de communication oblige Andr recourir sa langue maternelle pour exprimer ses motions rvle la surprise cause par la rencontre inattendue de Fleur et du hros qui ne se doutait pas que Fleur serait la femme au pplos. Elle peut tre traduite par Dieu ou encore Ah, mon Dieu Ah tchiadi eh q ou encore par quel dommage elle est Du re ne se limite pas aux codes linguistiques dans cet extrait car ce code mtis rvle galement des codes interculturels. Systme d'expression auteurs qui crivent en langue trangre (diffrente de la langue maternelle), Hans Jrgen mieux rendre (ou traduire) la faon vraie de sentir

PAGE 79

79 lingala et du kikongo dans une communication qui se fait en franais permet Andr de traduire sa vraie manire de sentir et de mieux exprimer ses sentiments. Cette insertion des codes des langues du Congo en fran ais montre aussi les limites de la langue emprunteuse et une des stratgies auxquelles le traducteur recourt pour surmonter cet obstacle linguistique. Le souci de vhiculer les valeurs culturelles endognes des langues de son pays est apparent dans le tex te car traduction int ratextuelle. Elle consiste traduire de la langue du pays (ancienne colonie) en langue europenne ( langue du colonisateur traduction dans Ces occurrences vont des proverbes dire ctement traduits des langues congolaises en franais (cf. 310 44 ) aux discours rapport s au style indirect libre en passant par les mots et les expressions en langue du pays traduits 45 : le lingala, le kikongo et le kigangoulo prennent pour un fellaga, Andr confie : Moi, je pense ma mre. Il faut Andl, respecter le commandement de Dieu et la loi des Blanc s !... Si elle voyait son fils entre deux polici ers !... (202). Il y a, dans cette citation, deux niveau de discours : le discours du hros et le discours de 44 Voir galement les pages 51, 52, 53, 221, 308, 76 77, 83, 85, 86, 87, 88, 93, 121, 127, 166, 170, 178, 182, 215, e Lopes. 45 Les pages suivantes contiennent des mots et expressions en langues congolaises traduits en franais: 49, 52, 64, 66, 82, 84, 85, 86, 93, 108, 114, 121, 140, 164, 167, 176, 191, 202, 218, 227, 224, 244, 249, et ctera.

PAGE 80

80 galement. Lorsque nous entendons la voix de l a mre qui dit : Il faut Andl, respecter le commandement de Dieu et la loi des Blanc nous savons que le narrateur a traduit cette squence de la langue du pays au franais. Car, la mre du hros ne parle pas la langue de Molire. Le narrateur trad uit le conseil que sa mre lui a donn pour permettre aux lecteurs francophones qui ne parlent pas la langue de sa mre de dcoder ce message. introduit dans di alogisme. La traduction gnre le mtissage parce que le traducteur fusionne les codes linguistiques de deux diffrentes langues en une seule. Non seulement Andr le traducteur doit a traduction, il lui faut aussi se soucier de la valeur culturel le de sa version. La traduction est un produit mtis parce elle fusionne les codes linguistiques et culturels de deux diffrentes langues en une seule. entre galement dans par le dialogisme qui participe au mtissage dans cet du hros et celui de sa mre. personnage) traducteur. Tout au long du rcit, il est constamment en train de traduire le dire des membres de sa famille maternelle. Chaqu par exemple trave r kigangoulou en interprte pour communiquer avec le nouveau Commandant qui remplace Leclerc (86). Du reste, Pot au lait, de chevet en lingala. Il dclare : Un projet secret auquel je consacre mes moments libres : la

PAGE 81

81 traduction en lingala de mes pomes de chevet. Une anthologie selon ma conception (264). Le Nicolas Guillen, de Langston Hughes, Csaire, Senghor, Damas, Tirolien ( Annabel Lee ) ou Guillaume Apollinaire ( Le Pont Mirabeau ) (264 dans Comme tout ce texte. Il reconnat : erdu et qui me font dfaut pour traduire avec prcision le vocable franais (265). Trouver les mots justes qui rendent est un dfit pour tout traducteur. A c tarde venir en franais. Il dclare : Natomboki Ah Comment traduire pas toujours la langue au carquois le plus fourni. retourner dans la salle, un got amer dans la bouche (205). Les fortes motions telles que la colre et la joie aux lecteurs non lingalaphones de dcoder son message. Ainsi traduit il Natomboki par tremblant de rage en franai s. Nous avons dj soulign le rapport troit existant entre la traduction et le mtissage plus haut

PAGE 82

82 diffrentes entits. La traduction est un produit driv du mlange de deux langues et deux cult ures. Le traducteur est un mtis culturel linguistiques des deux langues pour parvenir une bonne traduction. Dans Le chercheur ce rapport (traducteur mtis) est matrialis par le corps mtis du tra ducteur. Andr des inconnus (Ngantsiala et sa sui : (166). Au vu de tous les lments que nous avons exposs dans cette troisime partie du chapitre pouvons nous encore douter que Le cherch soit un texte mtis renouvelle dans cet ouvrage. 2. 4 .3 Dire le m tis d iffremment en l ittrature f rancophone Bien que le mtissage soit une ralit historique et sociologique, Jean Claude Car panin l a faute (de cette ralit historique et sociologique) dans le roman colonial (Marimoutou 250). Cet auteur ajoute que mme quand le faille du dsir dans le meilleur cas, sinon du cauchemar et de la menace. dit le mtis diffremment parce que la problmatique du mtissage qui est dcrite diffre de celle du roman colonial ci dessus. Cet ouvrage contient un n Le d iscours sur la race peut pas parler du mtissage racial dire, les races qui se mlangent dans ce mtissage Ds la page 35 du livre, Andr aborde dj la question de la

PAGE 83

83 race Il dclare : tait un multre. Je ne signalerais pas cette dcouverte Vouragan. Je connais sa rponse a pas de multre (35). Andr se moque ici de ceux qui ignorent volontairement la ralit historique et sociologique ur la raciale ou une catgorie non traditionnelle ralit. Ce discours constitue un appel implicite la reconnaissanc e sociale du statut du mtis dans la socit. Andr insiste sur cette reconnaissance tout au long du rcit car il reprendra ce mme discours sur la race Nous avons comment ce discours da ns la premire partie de ce chapitre. Dans Le chercheur discours trs logieux sur le mtissage et les unions mixtes. Le hros qui flicite Madame de Vannessieux pou : (273 74). engen dreraient doivent tre valoris que fait Dborah de sortir dire de sa race ) pour aimer autre race Le discours sur le mtissage se renouvelle dans

PAGE 84

84 252). Par ailleurs, tandis que le mtis est, selon Marimoutou, le hors texte dans certains ouvrage coloniaux, dans er de sa propre exprience manire de poser le problme du mtis clairement Andr rvle la difficult de vivre en t ant que mtis pour veiller la conscience raciale des raciale cit confondent dans un mme personnage sont des rcits de la qute de sa propre identit (Barthes 1981 23). Deux types de figures du mtis peuvent se dgager en littrature. Le mtis peut tre le es sicle s antrieurs, crivains des sicles pr cdents, un outil de campagne en faveur du mtissage ou contre le mtissage racial et ethnique. Dans cette littrature le mtis jouera le rle de personnage (celui ou mme de narrateur y parle pour

PAGE 85

85 structure paradigmatique ( Sujet/Objet Donateur /Destinataire Adjuvant /Opposant ) laquelle le objet (tre qui est pens) le mtis peut, dans la littrature des sicles prcdents tre le sujet du rcit. Barthes affirme que dans le modle de Greimas le sujet du rcit correspond au hros, au sujet de la qute, es personnes grammaticaux je et tu ) soit une instance a personnel le (emploi du pronom il ) dans sa narration. Le Donateur sujet. Le Donateur pier (narrateur ou sujet) invent par qui parle qui crit (dans la vie) et qui crit qui est (Barthes 1981 26). Ainsi, le mtis est dit diffremment dans Le chercheur Sujet/Objet de la figure du mtis en littrature est abolie dans ce texte, la frontire entre Donateur/ Sujet dans le modle de Greimas est brouille ; mtisse se renouvelle dans s. 2.5 Conclusion Cette tude rvle que la reprsentation du mtis dans se situe la charnire de reprsentations classique et moderne en littrature. A travers des lments s, nous avons dmontr, dans les deux premires parties que le portrait du mtis qui y est peint est bien cheval entre ces reprsentations. Conformment la reprsentation classique du mtis, Andr et Joseph qui ne se

PAGE 86

86 autre s se rsigneront tre assimil s africaine de sa mre, Joseph, lui sera assimil la population europenne de son pre. Le so le colon blanc par cette absence sont des lments qui ont largement contribu notre di scussion sur la reprsentation classique du mtis dans cet ouvrage. Par ailleurs, nous avons galement soulign que innove la manire de peindre le portrait du mtis en littrature. Car, voir avec les yeux des autres x deux et revendique son appartenance biraciale Individu exceptionnel et multiple, le m tis se sent bien dans sa diffrence et i l cherche tre recon nu et accept en tant que mtis deux ne renouvelle pas uniquement la reprsentation du mtis en racontent le mtis. mtisse dans ce texte en nous app dialogisme nous ont permis de dmontrer que doit tre class parmi les textes mtis. La combinaison des codes oraux et crits de la langue y compris ce que nous avons appel nous a aid montrer que la langue utilise est aussi hybride dans cet ouvrage. D autre ct, il nous a fallu montrer comment Le chercheur

PAGE 87

87 renouvelle la manire de dire le mtis en littrature francophone. Au mlange des Donateur/ Sujet/Objet mais galement le mlange des reprsentations classique et moderne du mtis dans le mme rcit font Puisque notre analyse indi mtisse et de dire le mtis se ctoient dans ce livre, doit on encore douter que la reprsentation du mtis est la fois classique et moderne dans ?

PAGE 88

88 CHAPTER 3 LE MT IS DANS DE M. DURAS: JE SUIS CROLE, JE S UIS NE L BAS UNE EXPRIENCE MTIS SE EXCEPTIONNELLE/OR IGINALE ? 3.1 Introduction Bernard Pivot Apostrophes 46 Marguerite Duras a affirm : Je suis crole, je suis ne l bas 47 de nous considrons cette affirmation comme un lment hors ni tout fait dehors) de cet ouvrage (une postface). Cette mission tlvise tablit, de ce fait, le lien entre dessus. Mme aprs avoir expliqu la raison pour laquelle nous centrons notre analyse sur une phrase q ui ne figure pas dans ce livre le titre de ce chapitre voque encore une question qui est : peut ? Deux raisons nous mnent nous appuyer sur nonc Je suis crole, je suis ne l bas ce texte. La p remire est que, notre avis, cette affirmation constitue une auto Ainsi it en tant que crole, nous supposons qu e ce vcu crole peut tre envisag comme une exprience mtisse Deuximement, cette phrase rvle la nature d mlange nt et concourent au mtissage la base d e l s examiner dans ce texte. Situ la croise de deux ou plusieurs ethnicits / races diffrentes, le corps du mtis ethnique / racial ni mtisse 46 Apostrophes tait une mi ssion de tlvision littraire franaise cre et anime par Bernard Pivot chaque vendredi soir 21h30 (de 1975 1985) puis 22h20 sur Antenne 2 entre le 10 janvier 1975 et le 22 juin 1990. 47 laquelle elle rpondra en direct aux questions sur le succs inattendu de ce texte.

PAGE 89

89 ethnique ni mtisse raciale Ne peut on pas, de ce fait, croire que cette dclaration rend visible ou met nu un mtissage qui resterait invisible dfaut de celle ci ? Par consquent, d mais aussi le concep t mtis en soi procde de : Je suis crole, je suis ne l bas dans Nous adopterons une approche aspect novat eur de notre recherche rside particulirement dans r t des thories habituellement utilises diffremment ( /ou conditions ) dans cette analyse Nous pensons spcifiquement aux concepts de crolisation et proposs par Edouard Gli ssant ; la reprsentation de un tre infrieur tablie par Roger Toumson dans ses archtypes littraires de la reprsentation du mtis en littrature et la notion de Us and Them ( Nous et Eux ) voque par Kari n Barber po ur caractriser la culture populaire africaine. L singularise notre tude car, notre connaissance analyse de ce texte de Marguerite Duras. Paru en 1984 L'Amant est un ro man mmoire contenant des lments fictifs et autobiographiques narr s principalement la premire personne du singulier. Duras y fait le rcit de son enfance et de son adolescence en Indochine alors so ajoutant des vneme entre une adolescente blanche et un Chinois de douze ans son an La traverse du Mkong au cours de laquelle les amants se rencontrent pour la premire fois constitue un des vneme nts ajoute nt l e cloisonnement des habitants de cette colonie en catgories (sociales) (colons/coloniss, riches/pauvres, gouverns/dirigeants, Blancs/Jaunes) ; les relations difficiles entre les membres de la La rencontre

PAGE 90

90 entre deux peuples diffrents (franais et annamite), deux diffrentes cultures (franaise et annamite [dj mtisse (chinoise et autochtone)]) dans le mme territoire indochinois est propic e au mtissage 48 Nanmoins, le rapport de domination entre les colons et les coloniss impose une ligne de partage qui privilgie la sparation entre ces deux peuples. Les deux cultures et peuples en contact form e ro le camp du avec sa pour maintenir la sgrgation entre ces deux groupes, la ligne de partage sera souvent franchie pour rpond re certaines situations de ncessit. Nous faisons allusion ici aux unions interraciales entre colon homme et colonise (femme indigne ) sur lesquelles le gouvernement colonial ferme les yeux. Ce tte infraction la loi coloniale sur la sgrgation fa vorisera le mlange entre ces deux groupes propice au mtissage suggr dans 49 Cependant, c raison qui explique l e franchissement de la ligne de partage entre les colons et les coloniss dans ce t exte de Duras. En effet, la pauvret de certains colons les oblige adopter certains aspects de la culture des coloniss dont ils partagent la situation sociale. Nous voquons ici le cas de la famille de dont l a couleur de la peau rappelle sa diffrence par rapport aux coloniss /indignes. Pourtant, leur situation sociale et leur exprience ressemblent celles des indignes. L la pauvret de la famille franaise qui encourage la narratrice 48 (Laplatine, 20). La rencontre des Franais et des Indochinoi s se prte particulirement au mtissage parce que les : les Chinois et les autochtones) avant 49 e: Nous [Hlne et elle] sommes les seules marin ou petit fonctionnaire des douanes, des postes, des travaux publics (86 7).

PAGE 91

91 : Je dis que je le dsire ainsi avec son argent, que (51). dans l es deux orientations du mtissage ( culturel et ethnique ) ont bien lieu puisque la jeune fille habite dans un foyer de mtis (86 7). rone car ses parents sont Franais (de race se rencontrent expose la narratrice deux cultures diffrentes qui sont la base de son mtissage culturel. Dans ce chapitre, n ous centr er ons sur la reprsentation du mtis dans pour tmoigner de la diversit des expriences mtisses et montrer que la dfinition du mtissage qui met ten t en scne le mtis ethnique que la protagoniste est dj une vieille femme (blanche) qui vit en France. tou s les obstacles (diffrences ethnique, culturelle et sociale) qui sparent les amants. Le pre de Blanche (102). Il a dj arrang le mariage de son fils avec une jeune Chinoise. De son ct, la mre de la narratrice, pauvre mais raciste et fire race blanche des colons de sa fille un indigne c, cet amour sera interrompu. Le Chinois se mariera France, Paris.

PAGE 92

92 Nous subdivisons ce chapitre en trois parties. La premire focalise sur le fondement de Deux articula ti ons principales nous permettront ation Je suis crole, je suis ne l bas dans le texte parce que soit crole. La crolisation dit Glissant, est la mise en contact de plusieurs cultures ou au moins de plusieurs lments de cultures distinctes, dans un endroit du monde, avec pour rsultante une donne nouvelle, totalement imprvisible par rapport la somm e ou la simple synthse de ces lments (Glissant 1997, 37) En nous servant du concept de la crolisation de Glissant 50 nous commencerons par montrer le rapport existant entre le mtissage et ce concept crole comme Du ras est juste titre mtisse. Nous mett rons aussi en vidence l pour 51 et ceci justifier ait alors de son exprience mtisse ventuelle. Nous abordero ns ensuite les contours apparents dans les sphres publique et prive part, nous exposerons le contour apparent dans le domaine public centr sur les rgles im poses Us and ( Nous et Eux ) de Kari n Barber nous aidera soutenir nos arguments ici. Nous sommes 50 Prcisons crolit propos e par Patrick Chamoiseau et al. parce que le concept de Glissant nous semble plus appropri pour notre tude. La crolisation, dit Glissa tard pour plus de dtails dans la premire partie de ce c hapitre. Par consquent, pour cette analyse, le mot crole sera driv de la crolisation de Glissant et non pas de la crolit de Barnab et al. Car, selon ces auteurs Le crole est celui qui est n et a t lev aux Amriques sans tre ori ginaire, comme les Amrindiens (Barnab et al., 61). Ils ajoutent galement que ce terme (crole) dsigne aussi toutes les races humaines, tous les animaux et toutes les plantes qui ont t transports en Amrique partir de 1492 (Barnab et al., 61). C ette dfinition exclut nt au e 51 Cr ole signifie p ersonne de race blan che, ne dans les colonies intertropicales

PAGE 93

93 nir la culture populaire africaine. dtaillerons ultrieurement) son t runies dans Nous discuteron s dans un premier temps temps, il sera question de montrer que la catgorie colons comprend deux groupes : les colons riches et les colons pauvres. Dans ce s deux premiers cas, nous verrons que la notion [ Nous et Eux dra examiner le contour apparent dans la sphre prive en focalisant sur le rejet de li la relation amoureuse des amants. Nous abord e choix ( Nou s et Eux ) est dfinie ici par rapport Dans l a deuxime partie du chapitre nous traite rons de la contribu tion importante Nous prciserons le rapport existant entre la notion de subversion et le mtissage, nous dfinirons galement cette notion dans notre corpus. Nous nou gne. Puis nous en viendrons au son amie Hlne Lagonelle pour montrer que la narratrice transgresse le code social qui impose htrosexualit la norme sexuelle impose et admise Nous clturerons cette sous partie pa r

PAGE 94

94 l de la mre du mtis ethnique que Il nous semble que l a narratrice archtype de la mre du mtis ethnique ou racial car elle transgresse la loi des unions ou relations interraciales interdit es. La figure de la mre du mtis est cruciale dans le mtissage ethnique ou racial commet la faute 52 que son fils mtis personnifie. De plus, pendant la colonisation l a mre du mtis joue le rle intermdiaire social entre le s colons et les coloniss et son fils le mtis jouera le m me rle Dans la troisime partie nous focaliser ons sur en tant que texte mtis. A partir de la dclaration Je suis crole, je suis ne l ba s tentera de rflchir sur le Cette dernire partie du chapitre comprendra deux montrerons comment se s dans ce texte. Nous commencerons par montrer que dans ce texte le mode de rcit est un mlange du mode dire ( telling ) et du mode montrer ( showing ) proposs par Tzvetan Todorov. Ensuite, il nous faudra exposer les techniques de la construction par juxtaposition (collage textuel) qui tmoigne du Cette technique contribue au certaine s squences qui, normalement ne devraient pas tre les unes ct des autre s mais contraintes 52 Comme He sther Prynne le personnage dcrit par Nathaniel H awthorne condamn porter la lettre carlate, racial e est aussi doit endurer.

PAGE 95

95 ce texte. 3. 2 Je suis crole, j e suis ne l bas tisse dans Comme il t in diqu prcdemment n ous pensons que procde de Je suis crole, je suis ne l bas dans Car, plus haut, cette phrase dtermine, entre autre, la nature du mtissage qui est la base de le mot crole mtis par la nature du mtissage qu e ces deux mots impliquent. Alors que pour un individu crole le mtissage s e limite au plan culturel (invisible raciale (visible) se rajoute la dimension culturelle dans le ( racial ) De ce fait il est vident que le mtissage ne porte pas uniquement sur le croise ment des ethnicits ( et/ ou des races ) en ce qui concerne les tres humains. Le point commun entre les deux mots ci entits htrognes qui gnre une nouvelle entit diffrente de celles dont elle est drive. La crolisation et le mtissage sont troitement lis car Glissant dclare que la crolisation 53 ] (Glissant 1990, 103). Le mtissage, dit cet auteur, est une rencontre et une synthse de deux lments htrognes (Gli ssant 1990, 46). Cependant, il est important de noter que lors du mtissage les composantes htrognes se mlangent de deux manires diffrentes : soit elles fusionnent, soit leur mlange reste Alain Montandon affirme que le nouveau les ingrdients et la vinaigrette dans laquelle les lments huile et vinaigre coexistent andon 8). Ces deux faons de mlanger les composantes 53

PAGE 96

96 du mtissage matrialisent parfaitement la diffrence qui existe entre le mtissage et la crolisation. Contrairement au mtissage (ethnique) qui requiert une fusion des composantes htrognes dont il est issu, la crolisation exige que chaque composante subsiste alors mme 1997, 210). e chaque composante du mlange dans la crolisation de Glissant qui a motiv notre choix de ce concept. Nous soutenons comme dans le mtissage ethnique (ou racial ). Nous parlons de mtissage culturel ici puisque imite (Glissant 1990, 46) et selon nous il mtissage sont prvisibles alors que celles de la crolisation sont imprvisibles. Pour le mtissage, une fois la ren place la rsultante prvisible. Dans le cas du mtissage racial par exemple, les races des parents du mtis dterminent de faon prvisible la rsultante attendue. Si un des par ents est sur le plan de la race races des parents du mtis se limit e la concep Nous convenons abolie dans le mtissage ethnique et racial 54 ] et les autres cultures viennent se greffer celle ci demeur ent sans entirement disparaitre. Elles sont uniquement enf o uie s et peuvent ressurgir tout moment selon la demande. 54 taires, elle rattache aux anctres de la terre natale (Lopes 2003, 11)

PAGE 97

97 De ce fait, le mtis culturel choisit les lments culturels avantager selon le milieu et la situation dans laquelle il se trouve. I l jongle avec ses diffrentes composantes culturelles suivant internationale peut dominer la composante de la culture originelle alors que pendant la runion de famil Glissant dfinit la crolisation en terme s de la mise en contact de plusieurs cultures ou au moins de plusieurs lments de cultures distinctes, dans un endroit du monde, avec pour rsultante une donne nouvelle, total ement imprvisible par rapport la somme ou la simple synthse de ces lments (Glissant 1997, 37). Conformment cette dfinition, un individu ou l ments de cultures. Nous utilisons le terme culture droutante ici pour souligner le caractre inattendu et fourre lorsque Duras dclare Je suis crole fie : Ma culture est composite ou Quant la dernire partie de sa dclaration : je suis ne l bas crole veut aussi dire : personn e de race blanche ne dans les colonies intertropicales Je suis crole, je suis ne l bas ) et la remplacer par la squence suivante : Je suis de race blanche, ma culture est composit e parce que je suis ne dans une colonie ) Vrifi ons tout de suite retrouve des traces de cet nonc dans 3. 2 .1 Je suis crole, je suis ne l bas d es traces dans le t exte ? Dans cette section nous exposer ons les lments qui montr ent est bien de race ux

PAGE 98

98 ou plusieurs zones culturelles convoques en un lieu de rencontre pour en tirer sa matire indite (Glissant 1997 25). Dans ce sont les cultures franaise et indochinoise qui entretiennent une relation particulire impose par la colonisati on et elles rentrent en contact en l, il nous semble que dans la coexistence de deux ou plusieurs cultures en un seul lieu ne garantit pas le mtissage. Un mlange pralable de ces c ultures est exig pour parler de eff affirme que les crolisations introduisent la Relation (Glissant 1990 103). La crolisation avec les autres. Les Franais qui sont en contact avec la culture indochinoise ne deviennent xpos au questions. Autrement dit, pour devenir crole crolisation o les cultures htrognes sont en contact doit co nsentir non seulement donner il doit aussi et surtout accepter de recevoir sienne. Etant donn que Duras se dit

PAGE 99

99 55 Relation entre les cultures franaise et indochinoise change les individus sans les dnaturer. La rencontre des diffrents peuples qui incarne la diffrence culturelle est voque ds la : Dans la limousine il y a un homme trs lgant qui me banquiers de Saigo a manire dont la limousine est habill partie de la culture (franaise et chinoise dans ce cas). L e C hinois qui a vcu Paris o il a t expos la culture franaise qui diffre de la sienne (chinoise), a consenti recevoir un des lments de cette culture fra propre culture ne change que les habitudes vestimentaires du Chinois. Cela ne le dnatur e hinois par son apparence physique mais aussi, nous l e verrons plus dans la limousine grce son apparence physique. Ces vt ements europens dans le corps c hinois matrialisent la crolisation (invisible lieu ou qui est en cours sur le plan culturel pour cet individu. A mant Non seulement elle donne aux enfants indignes des lments de sa culture fran aise par 55 et fconde la pense monde. (Glissant 1997, 248).

PAGE 100

100 Sadec (16), et elle a fait une cole de langue franaise, la Nouvelle Ecole Franaise (37) elle reoit aussi quelques lments de la Quand elle a t vieille, les cheveux blancs, elle est alle aussi chez le photographe, image. Les indignes aiss allaient eux aussi au photographe, une fois par chignon, les mmes coiffures tires, les hommes et les femmes la mme robe col droit. Ils avaient to us le mme air que je reconnaitrais encore entre tous. Et cet air l, noble, diraient certains, et certains autres, effac. (118 19) a mre de faire photographier. De plus, puisque les portraits des indignes taient toujours retouchs pour effacer les particularits du visage (118) et que les femmes se coiffent bien (119), la mre fera de mme. Son por trait est certainement retouch pour effacer les rides du visage qui viennent avec la vieillesse (cf. pas un pli ). un des lments culturel s doption de c et est si russi e que la narratrice trouve une ressemblance entre sa mre (blanche) et les indignes Cependant, en dpit de la russite de cet change (dans la e mise en scne fallacieuse. Car, non seulement la mre efface sa vieillesse ( pas un pli ), elle y est aussi sage comme ( une image ) alors que folle (40) (que sage). Elle y est donc hypocrite De mme, la mre qui prtend tre indochinoise sur la photo et se donne des allures B se donne comme le font les Indochinois pour habiller les souvenirs de leur passage travers la famille (118) est C noble aux Indochinois il est effac pour

PAGE 101

101 pour certains Franais ( les autres ) noble ne la dnature e B lanche pauvre des colonies. Par ailleurs, alors que la narratrice de ne se dclare pas di rectement ou mme jamais crole dans le texte elle y prcise toutefois sa race ds le dbut du rcit Elle confie : e mme, confirme dans ce texte dit : Aucune femme, aucune jeune fil poque l (19 20). : je suis ne en Indochine franaise Pourtant, les traces de sa culture composite et de sa naissance dans la colonie franaise Lui aussi il est n et a grandi dans cette chaleur. Il se dcouvre avoir avec elle 56 cette parent l. Il dit que toutes ces annes passes ici, cette intolrable latitude, elle est les femmes de France ct de celle ci ont la peau du corps dure et presque rche. Il dit encore que la nourriture pauvre des tropiques, faite de poissons, de fruits, y est aussi pour que lque chose. (120) voix : celle de la narratrice et celle de son amant. De plus, en lisant cette squence, il parat vident que le discours tenu ici renvoie u n autre discours savoir, une conversation que e 56 lignons ces trois pronoms.

PAGE 102

102 ort e. endu qui rvle la citation ci aussi enu dans cet Lui, il est n et a grandi dans cette chaleur ). Le substantif chaleur et son dterminant cette qui clturent cette phrase renvoient la colon dmonstratif ce en arrire pour renvoyer aux faits dj connus des interl ocuteurs cette chaleur ici parce que la phrase qui prcde celle ci a dj prvenu le lecteur en spcifiant de quelle chaleur sur quel endroit elle La narratrice co nfie : la croissance de la petite blanche a pti de la chaleur trop forte cette chaleur de la pre mire phrase de la citation peut tre remplace par Indochine puisque Cholen fonctionne ici comme une synecdoque. Il suffit de remplacer le circonstant de lieu de cette phrase de la citation par Indochine pour retrouver la deuxime partie de la dclara tion de : Lui aussi ici le groupe de mots intolrable latitude ([climat]) de la troisime phrase y comp ris la prcisio n infaillible (ou radicale) ce de la citation ci cette chaleur par le mot Indochine cette citation po

PAGE 103

103 ( je suis ne l bas ). Une des substitutions possibles pour cette premire phrase de la citation serait: on amant Ceci franaise. Dans la citation ci dessus, la narratrice de se sert du discours rapport au style indirect libre (cf. les deux premires phrases ) et au style indirect (le reste des phrases) pour singulier mais plutt la troisime personne du singulier. Les indications de cette narration la troisime personne du singulier figurent dans les phrases suivantes : Il se dcouvre avoir avec elle 57 cette parent elle est devenue une de France ct de celle ci elle fonction dans leurs phrases respectives. Dans Il se dcouvre avoir avec elle cette parent l elle est un pronom personnel quivalent de la premire personne du singulier moi La phrase deviendrait : Il se dcouvre avoir avec moi cette parent l elle le pronom personnel elle fonctionne comme sujet et il peut tre remplac par le pronom personnel sujet je ( Il je sui s devenue une jeune fille de ce pays ) D ans Il dit que les femmes de France ct de celle ci le pronom dmonstratif celle ci moi ( Il dit que les fem mes de France ct de moi 57 Nous crivons les marques de la narration la troisime personne du singulier en caractres italiques pour les

PAGE 104

104 son amant. Elle veut que le lecteu troisime personne du singulier dans sa narration qui, comme le discours rapport au style i ndirect, permet aussi au locuteur de se distanc i narratrice est dans un tat de dni de la ralit. Elle refuse de se rsigner aux impl ications lies sa situation d rapporter les faits. Dans en charge de cet no Je suis crole, je suis ne l bas r sa crolisation ? Est ce que ce 58 et le temps de 59 ? Ne devons nous pas croire une ven tuelle volution dans les mentalits en rapport avec la rception du concept mtis colonie) ? Sinon, pourquoi cre t elle cette distanciation dans le texte en se cachant derrire les paroles de son ama nt 60 et 61 que gnre la crolisation ? 58 59 60 ient territoire (196). Elle a t vhicule dans le monde par les cultures e uropennes et occidentales. (Glissant 1997, 195 6). 61 (Glissant 1990, 23).

PAGE 105

105 racine unique il, porte savoir que mais aussi dans la Relation (Glissant 1990, 31). Ce qui nous mne dire que la racine elle mme ne suffit pas pour dtermine r Ainsi Glissant propose t unique par celui ne dans un lieu de crolisation (la colonie va it relle dans toutes les cultures composites (Glissant 1997 196). Nanmoins, bien unique, d s son retour en France la narratrice auteur hrone de t doit affronter la ralit. Certains crivains franais tels que Claude Roy et Simone de Beauvoir lui rappelleront sa crolisation comme le fait son amant chinois dans le passage ci dessus que nous venons de que / racial e le fait de natre en Indochine A cet effet, Jane Winston rapporte que oriental face, its gaze al ways distractedly hypnotizing, raised towards the arriving person, who old, half white, half 33). Cette citation montre clairement que la race jugement de ces Franais n e tient pas

PAGE 106

106 compte de narratrice hrone de ce rcit puisque, selon eux, le lieu de sa naissance qui dtermine son ethnicit. Nous convenons donc avec Jean Benoist qui affirme que la ra ce 62 Car, a lors que narratrice hrone de le caractre invisible du mtissage culturel force les agents sociaux att ribuer des traits visibles ce mtissage invisible. Ainsi, son visage est vaguely oriental et elle est half white, half Indochinese narratrice hrone de ant en version cinmatographique, Jean Jacques narratrice hrone du texte en mtissage 63 sa famille dans cette colonie franaise contribue galement son mtissage culturel. Contrairement aux enfants franais catholiques et protestants ns en France qui clbrent les ftes religieuses et reoivent des cadeaux pour Nol, rone aucune fte ne sera clbre dans sa famille et les cadeaux de Nol seront inexistants. Elle souligne: jamais on frre se s par les tigres et ils nagent dans le rac dans le rong par les vers, pleins de mouches et elle recueille la petite fille de c ette mendiante qui mourra chez elle (106). Ce mode 62 Cet crivain constate que La race essence ; elle est vritablement une existence fait biologique mais un construit social, postrieur aux onne Il ajoute aussi on nomme mtissage tout flux apparent. Alors que tout les flux inapparents ne so nt pas dsigns c omme mtissages (Benoist, 16) 63 Winston note: made up en mtisse, eading public from mtissage as racial, thereby enhancing her exotic erotic appeal to western audiences (Winston 88).

PAGE 107

107 de vie rapproche la narratrice et sa famille des indignes Indochinois De plus, l a nourriture tigres circu lent librement pendant son e nfance la rapprochent plus des i ndochinois que des Franais de France de sa gnration. Ces quelques lments culturels ci dessus qui distinguent la narratrice des enfants franais n en France renforcent le caractre composite de la culture de t plus pour Glissant. Etant donn que le texte il pas fond narratrice hrone remplace son identit racine unique relation 64 conformment la solution que prconise Glissant? 3. 2 .2 Rencontre des cultur es, prise de conscience de la situation de l deux La situation peinte dans est domine par la colonisation. Aprs leur mariage en sjour que l eurs enfants vont natre (Duras 1958, 18). Glissant affirme que pendant la colonisation la pense culturelle de soi tait duelle, opposant le citoyen au barbare (Glissant 1990 27). Les deux cultures (franaise et indochinoise) qui rentrent en contact en I ndochine lors de la colonisation peuvent galement tre tiquetes : la culture du colon (ou du citoyen ) et celle du colonis (ou du barbare ). Dans ce cadre colonial la coexistence de ces deux cultures sur le mme territoire impose une ligne de pa rtage entre les conqurants et les conquis. Les membres de chacun de ces camps auront une conception purement imaginaire des membres de 64 relation est lie, non pas une cration du monde, mais au vcu conscient et contradictoire des contacts des cultures ; est donne dans la trame chaotique de la Relation et non pas dans la violence cache dans la filiation ; ne conoit aucune lgitimit comme garante de son droit, mais circule dans une ten due nouvelle ; ne se s territoires, mais comme un lieu o on donne avec en place de com prendre relation exulte (se rjoui t a totalit cf. Glissant 1990, 158.

PAGE 108

108 rapport de force entre ces faible. De ce fait, l orsque l Indochine, ils impos e ro nt leurs structures administratives et leur culture alors que les conquis/coloniss dont le p ays est envahi sont contraints et forcs la subordination. La conqute ne se limite pas uniquement au plan territorial car elle est galement morale. Laurier Turgeon entend par conqute morale, la conqute des codes culturels, des attitudes et des mental its des populations domines par le pouvoir colonial (Turgeon 23). Par ailleurs, la diffrence entre les dominants ayant le pouvoir et les domins qui en sont dpourvus ne se cantonne pas seulement au niveau du gouverneme nt car elle est aussi ethnique et raciale En effet, les plus forts qui conquirent et gou vernent raciale ou ethnique. La race par opposition au dominant. Ann Laura Stoler note que The colonial politics of exclusion was contingent on constructing categories. Colonial contro l was predicated on identifying who was white who was native (Stoler 43). Cette politique coloniale qui promeut la sparation entre les peuples en contact gnre deux ine priv qui nous paragraphe ci dessus comment la rencontre des cultures (franaise et indochinoise) dans la situation coloniale troitement lie au rapport de for ce maintient les deux groupes spars. Le rapport de domination qui commande cette rencontre de cultures donne lieu aux oppositions binaires (telles que fort/faible ; colon/colonis ; citoyens/ barbare ou indigne; dirigeant/gouvern ; Blanc/non Blanc ( Jaune ) ) servant catgoriser chaque groupe. L e

PAGE 109

109 contour apparent dans l a sphre publique imposes par les colons renforcent la ligne de dmarcation entre ces cultures en contact. De mme, nous prouv erons aussi que dans ce texte la catgorie colons ne forme pas un tout t qui sont pauvres et sans pouvoir. Nous en tamer ons ensuite le contour apparent dan s la sphre priv e Nous verrons enfin comment ces contours apparents dans les sphres publique et prive rveillent la prise de conscience de la situation Nous nous baserons ici politiciens africains et de la presse africaine, la signification de ces termes demeure imprcise. Elle ajoute pourtant que [w] Le statut social, le mode de vie et le rapport des citoyens au pouvoir politique sont des lments qui conscie subdiviser en deux groupes Us Nous Them Eux deux groupes suivant l a situation. Ceci signifie Us Nous Them Eux de sa position par rapport une situation

PAGE 110

110 donne. C ette notion ( ( Nous ) ( Eux 65 ) ) binaires telles que celles que nous avons mentionnes plus haut (colon/colonis ; Blanc/non Blanc ; dirigeant/gouvern et riche/pauvre). Puisque nous discutons de la rencontre des cultures dans cette section signalons que Karin Barber distingue la culture populaire de la culture du peuple. La culture populaire, prcise t elle, est une c ulture qui dfend et protge rellement les ( Eux et Nous comme principe que le pronom Us Nous Les rfrents de Them Eux suppo s s prserver les intrts du pe uple. De ce fait, dans le rapport de domination colons/coloniss voqu prcdemment, Us Nous Them Eux colons qui impose leurs structures administratives et qui sont supp oss dfendre les intrts des conquis. Les codes culturels, les attitudes et les mentalits des Indochinois (coloniss) diffrent effectivement de ceux des Franais (colons) dcrits dans Cette diffrence culturelle est apparente dans le passage s uivant Le bruit qui vient de ces immeubles [dans lesquels il y a des restaurants chinois] est mme reprises et hurles par les cuisines. Personne ne parle dans ces restaurant s. celui des Europens, les menus sont les mmes mais on crie moins. Il y a des ventilateurs et des lourdes tentures contre le bruit. (60) 65 ( Eux et Nous Blancs). ( Nous ( Eux )

PAGE 111

111 Indochinois. Dans le code culturel indochinois le bruit assourdissant s e rait s cette rait les Europens. De ce fait, puisque ce sont les Europens qui sont servis. Un tage ( le plus calme et quip des ventilateurs et des tentures ) leur sera rserv cet effet. Pour revenir Us Them Eux et Nous ), un renversement des rles est possible ici compte tenu du cadre ou de la sit uation dcrite dans cette citation. Un restaurant est un lieu de client/fournisseur ou vendeur/acheteur. Puisque le fournisseur doit veiller satisfaire son client le s Europens strident et insupportable des Indochinois peuvent tre Us Nous Them Eux im les Europens, leurs client s. : Nous citoyens nous ne supportons pas le Eux barbares Nous citoyens Eux barbares Cette binarit oppresseur/opprim nous conduit e xaminer la subdivision manifeste dans la catgorie des colons (notre dernier point concernant le contour apparent dans la sphre publi que et la rencontre des cultures). Les colons qui dtiennent le pouvoir en Indochine ne gouvernent pas uniquement les indignes la narratrice

PAGE 112

112 plus h aut, elle s Sadec (16). Ainsi, comme les indignes franais. Winston affirme que As an institutrice of native children, th institutional power (Winston 95). Ce manque de pouvoir institutionnel rapprochera la mre de ernement colonial franais qui lui vendra une concession qui sera envahie par les eaux sales du Pacifique pourra pas exploiter. La narratrice dclare les dserts, ils feront rie (33). La p dans les terres sales acifique, cet a chat restera sans profit. [L] es terres sales fonctionne nt ici comme une synecdoque renvoyant la contre le Pacifique 66 Cette exprience est si douloureuse et traumatisante pour la mre et ses Je lui parle des barrages dit indignes indochinois qui Us Nous opprims sans pouvoir obligs de nous plier la loi impose). Il est vident que, da oppression. Winston note que 66 figuratif ici.

PAGE 113

113 Us Nous Them Eux x autorits du cette concession inexploitable. Souvenons publication de cette concession figurait dj dans Un barrage contre le Pacifique et le lecteur en est dj au les terres sales (33) ; barrages (51) ; concession (36 ) dans ce texte suffisent pour nous rappeler que les emp loys de ce gouvernement menaaient de scurit y dfaillent (Duras 1958, 266 70). Il reconnat : (Duras 1958, 267). Pourtant, il ne fera rien pour aider la mre. La subdivision de la catgorie des colons en deux sous groupes qui cre l ( Eux et Nous : On est les 67 (Duras 1958, 270). Le gouvernement colonial ne protge pas les intrts du peuple ; il La mre de la narratrice dit ici : Nous e Eux escrocs les Voleurs Assassins 67 Nous nous sommes permise de prendre quelques citations dans Un barrage contre le Pacifique car est focalisant sur un lment de sa vie dans chaque ouvrage pour les diffrencier alors que les autres lments de la fond du rcit. Dans alors que dans Un barrage contre le Pacifique utt celle des terres sales par les eaux du Pacifique qui constitue le point focal du rcit.

PAGE 114

114 us : les lites. ( Eux et Nous ) est galement applic able laquelle focalise le texte que nous analysons. Cette relation amoureuse qui rapproche des individus de statut social et de race ou ethnicit diffrent e s semble favorable au mtissage et cette notion base sur les oppositions binaires. Dans cette section, n ous examinons les oppositions riche/pauvre et Blanc (colon)/Jaune (Chinois/colonis) pour dmontrer que le rejet de /Europens sont spontan ment associs la richesse. Nanmoins, nous assistons un retournement de la situation dans le contour apparent de la sphre priv e dcrit dans car colon est pauvre. Qui plus est, hormis la diffr ence aussi le rapport colonis obstacles : (62). Conformment la catgorisatio n impose par les colons franais que nous avons mentionne ethniques diffrents dont ils chinois les c olons. Sur le plan social Blanc et Chinois. Il est de

PAGE 115

115 aire de la colonie (44). A Pnom que ma mre apprendra la mort de mon pre (41). Compte tenu de la situation financire seule leur appartenance au groupe de colons et la race blanche leur permet de loger dans ce palais du roi du Cambodge. Ils y habiteront peut tre mme gratuitement comme une maison de fonction (car pourquoi les descendants du roi de Cambodge ou la famille royal e nt ils pas ?). La situation financire de ces colons ne cor respond pas celle des autres colons dont ils partagent le groupe ethnique et les privilges car ils sont pauvres. Lorsque le Chinois redoute la rassure: Je lui (79). Si la mre de riche Sa peur rside dans son statut de colonis dpourvu de pouvoir politique et militaire. Il va sans dire que toute pdophilie est rprhe nsible par la loi mais la peur du Chinois est double car il lui faudra tre confront aux accusations supplmentaires si leur liaison devenait publique. Mme si s le

PAGE 116

116 colons dont la race est suprieure la sienne. Autrement dit, quel le que soit sa richesse, un barbare /subalterne ne mrite pas et ne doit pas obtenir les citoyenne mineure de surcrot. Car la ligne de partage doit tre maintenue entre les colons et les coloniss. C t son fils, le pre de la petite blanche B ien au contraire, [l] (102). Le Ai nsi des simples eu des rapports sexuels avec le Chinois engendrent [l] [s] a mre. Sa fille court le plus grand danger, celui de ne (73). L a mre recourra la violence physique pour tenter de dissuader sa fille de poursuivre cette liaison scandaleuse et pour lui faire l a tuera si elle apprend la vrit s indique galement que mme si la rencontre de diffrents peuples, diffrentes cultures est favorable au mtissage, une fusion de groupes en contact pralable doit avoir lieu pour parler de mtissage. Un mlange syncrtique en faveur de la sgrgation ne peut gnrer le mtissage dans une socit donne. La notion ( Eux et Nous ), le rapport de domination (colon/colonis) race blanche. De ce fait, le pronom ( Nous ) remplac ( Eux ) sera le rfrent des colons figur par la narratrice. es amants (cf. 125, 55, 78,

PAGE 117

117 138, 48), les membres de leurs familles respectives l e refuse ront cause des rappo rts de domination et de soumission y compris leurs diffrences ethnique et financire. Ainsi, les coloniss de race ( Nous ) ne tiennent pas entretenir des dsignent par ( Eux ) pour viter de les ctoyer de la redonner [ la petite blanche ] aux blancs, ses frres (119). Il doit certainement croire que son fils perd la r aison quand il ose lui demander de comprendre que les sentiments ne connaissent ni frontire ni barrire. Afin de ramener son fils la raison il refusera le mariage de son fils avec la petite prostitue blanche du poste de Sadec (45) et lui ordonnera de se marier diamants, du jade. Une Chinoise elle aussi originaire du Nord, de la ville de Fou ui convient son fils doit tre de la mme c lass e sociale et de la mme ethnicit que lui. La pauvret de la narratrice contribue aussi au tre ferm les yeux sur pauvret associe aux coloniss qui la rapproche des indignes indigne riche. De plus, aux yeux des coloniss dont le pre de son amant fait pa rtie, malgr sa pauvret, la petite blanche reprsente le colon. Il serait par consquent justifi demande son fils qui t il les coloniss jaunes mais riches les colons blancs mme temps la misre et la pauvret dans laquelle elle vit dans cette colonie la fait paratre plus proche des coloniss. Wins ton note que

PAGE 118

118 colon socioeconomic hierarchies was the closest to the native hierarchies: in relation to the French colonial elite, Duras was in the poor white trash position; in relation to the Vietnamese, she was nonetheless in the place of the colonizer. (Winston 186) ion socioconomique ni la manire dont les Autres se rendre au pensionnat Saigon, le chauffeur la met aux voyageurs blancs (16). La narra blanche dans ce car indigne s rvle son ambigut identitaire malgr le traitement de faveur dont elle bnficie. Sa place dans la socit coloniale indochinoise et mme son identit est coinc e e Nous de ceux qui sont d sign s par le pronom Eux colon par son ethnicit et indigne par sa naissance dans la colonie et sa pauvret seules les rgles imposes par les colons (qui exigent que la ligne de partage entre les deux groupes se dans un pays dont elle parle la langue et dont el lments culturels, ne comprend pas pourquoi la loi coloniale sgrgative l a contraint Indochinois deux plong e Duras, Winston cr it: informs you that you are not Vietnamese and that you must stop seeing Vietnamese children because they are not French and that you must wear shoes, that you must eat steak and fries and that you must stop behaving so badly (Winston 98). cour e n t aussi la culture Ne pas

PAGE 119

119 respecter ces lments culturels rsulte en (colons/ citoyen ou colonis/ barbare ) qui coha bitent dans cette colonie. Nous venons de montrer que la catgorisation impose par les colons mais aussi le refus deux. El le est mprise par les colons cause de sa place au bas social e. La pauvret et le manque de pouvoir la classe r parmi les coloniss qui eux aussi la rejette nt suite son appartenance ethnique. Rejete de toute part comme le sont souvent cer crole car elle est ne l bas Passons prsent la subversion des codes qui contribue 3. 3 La su bversion des c od es voque e xprience m tisse dans contre nature voque le terme grec hbris (Louviot 488). Ce terme qui signifie insolence est issu de Hbris grec ( hubr is (Schmidt 38). t codes de la dsobissent et se rebellent contre les lois sociales des unions dans les mmes ethnicits. Soulignons tout de suite que cette notion de subversi mme manire dans les quatre ouvrages de notre corpus. Dans les trois autres ouvrages du corpus

PAGE 120

120 que nous a nalyson et qui dsobit aux codes sociaux mais il incarne la transgression de s es parents Dans vivent maritalement dans cette situation coloniale, la loi franaise tolrait les unions temporaires entre les indignes noires et les Blancs. A la fin de leur mission, les Blancs repartaient en Europe et ils abandonnaient femmes et enfants mtis ns le texte qui montre que les Co Nous pensons toutefois avec leur statut de subalterne a v aient choix que de se soumettre aux lois du gouvernement colonial. De ce fait, la notion de subversion des codes reste ambigu dans Dans Garon manqu Nina Bouraoui problmatise cette notion de subversion cause de la violence de la guerre franco algrienne. Le mariage des parents ayant eu lieu aprs algriens. Ainsi, la mtisse qui hri te et assume cette subversion dclare dans 53cm rappeler que ; comme tout pch il se paie un jour (Bessora 175). Cette hubris voqu prcdemment.

PAGE 121

121 Dans volte de ses mme qui enfreint les interdits des liaisons amoureuses avec les hommes indignes du dsir pour son amie Hlne Lagonelle la narratrice se rebelle contre les codes sociaux qui Nous discuterons respectivement la figure de l a mre du mtis ethnique que reprsente la narratrice le dsir ( sans pudeur ) et la transgression de la loi coloniale qui condamne les unions entre les B lanches et les hommes indignes dans cette partie du chapitre. 3. 3 .1 Dsir i llimit et f ig ure de la m re du m tis e thnique dans mme). La diffrence dont il est question ici est la fois ethnique et culturelle. La vraie autochtones). L e manque de pudeur est aussi souvent attribu l a mre du mtis ethnique parce Nous ne reviendro ns pas sur la diffrence ethnique et culturelle des amants que nous avons dj voqu hinois. Nelly Schmidt nu aux

PAGE 122

122 (Schmidt 132). Signalons que dans ce rle de passeur est aussi assum par un individu e de la catgorie des colons qui est dcouvert e le colon) mais plutt celle du colonis ( indigne). nt des rles qui contribue galement la subversion des codes. Dans ce pas le pour lui transmettre leur requte. Elle dclare En prsence de ma famille, je ne dois jamais lui adresser la parole. Sauf, oui, quand je lui fais pas ser un message de leur part. Par exemple aprs le dner, quand mes logique de mon fr re an, je ne dois pas rpter ce que je viens de dire, ritrer ma demande, si je le faisais, ce serait la faute, je condescendrais sa plainte (65). colonis un individu de basse classe en dpit de s a fortune La narratrice qui a dj dcouvert ins, elle doit faire preuve d e retenue devant sa famille pour ne pas veiller des soupons sur son intimit avec le Chinois. La colons et coloniss tablie pa an la familiarit du colon avec le colon doit garder une prudente rserve dans sa relat ion avec le colonis pour maintenir sa dignit car seuls les rapports de domination et de soumission sont

PAGE 123

123 ridiculise hypocrite a dj commis la faute dont il veut la prserver. Par ailleurs, pudeur non plus car elle transgresse la fois les rgles de la morale sexuelle admise et pos par sa mre. Elle affirme : Je me demande comment (50 1). Deux raisons peuvent tre attribues ou de cette jeune fi mre a d lui interdire toute relation sexuelle protger contre les rapports sexuels prcoces et pour l a prserver d une ventuelle grossesse avant le sexuelles avec les hommes indignes tre dj une faute ma is la perdre en ayant des rapports sexuels avec un indigne/un colonis est une faute plus grave ne rapporte : Elle a consenti dplace l. Elle prouve un dplac parce que les rapports sexuels entre Blanches et hommes indignes sont interdits. Elle est suppose tre avec un homme de s is celle de race jaune dont elle doit dcouvrir la nudit et qui est de sa vie). Cependant, cette peur est seulement lgre

PAGE 124

124 la norme de la morale sexuelle admise pour tout individu. Par consquent, ne pas tre en conformit avec cette rgle sociale revient se classer narratrice de transgresse volontairement les codes traditionnels et culturels de cette mo rale sexuelle admis e htrosexuel. En dpit de cela, la relation amicale rotise qui exi Je suis extnue par la beaut du Ce corps est sublime, libre sous la robe, porte de main. Les seins sont comme incomparable, cet quilibre entre la stature et la faon dont le corps porte les seins, en dehors de lui comme des choses extriorit tendue vers les mains. (89) vritable culte que la narratrice voue la beaut de son amie qui notre avis rend compte du dsir illimit de la jeune femme. L e choix des mots (tels que : tre extnue par la beaut ; corps sublime ; corps incomparable ; extraordinaire : Je ui mange les seins de moi dans la chambre de la ville chinoise o je vais chaque soir approfondir la connaissance de Dieu (91).

PAGE 125

125 Selon la narratrice, d couvrir la nudit de que Dieu a cr Qui plus est, la narratrice ne transfre galement ses sentiments amoureux de son amant chinois la jeune Franaise. Elle est : le Chinois et la Frana ise. La jeune fille dclare Lagonelle, l o chaque soir, les yeux clos, je me fais donner la jouissance qui fait Hlne Lagonelle, elle est la femme de cet homme de peine qui me fait la jouissance si abstraite, si dure, cet homme obscur de Cholen, de la Chine. Hlne Lagonelle est de la Chine (91 2). ni frontires que c e soie grand ouch moment donner la jouissance qui fait crier peu importe que le Chinois ne ura plus aucune pour mieux montrer que les est de la Chine mme si elle est transfre

PAGE 126

126 expose le refoulement de ses tendances homosexuelles ici ? Au demeurant, dans la subversion de la figure incarne ni ses dsirs sexuels illimit s. 3. 3 .2. Mtaphore de domination (coloniale) i nverse dans La colonisation est un mode de domination qui sert les intrts du d ominant au dpens du conqute du pays, afin de mieux assurer leur domination, mieux affaiblir et humilier les vaincus, vaincu. Ces femmes peuvent tre violes, contraintes des svices sexuels ou forces avoir des rapports sexuels plus suivis qui peuvent rsulter en unions libres /concubinages automatiquement lorsqu e les conqurants ne sont pas de la mme race que les conquis. Car, ceux qui seront tents de satisfaire leur libido avec les femmes du peuple domin. Ai nsi, lorsque permettant de maintenir la ligne de partage entre colons et coloniss. Stoler note que The very categories colonizer and colonized were s ecured through forms of sexual control that defined the domestic arrangements of Europeans and the cultural investment the ] self evident and easily draw n (Stoler 42). Le gouvernement colonial se charge de contrler la sexualit des citoyens pour maintenir la supriorit ethnique ( raciale citoyens et les femmes indignes signifierai t se rabaisser au niveau du colonis barbare Stoler rapporte cet effet que In 1929, one of the principal architects of French colonial educ ational policy, George Hardy, warned a group of prospective functionaries that A

PAGE 127

1 27 man remains a man as long as he stays under the gaze of a woman of his race (Stoler 1). Conformment cette interpr e autre reviendrons sur cette menace de castration un peu plus loin. Nanmoins, confront la ralit, le gouvernement colonial sera contraint au laisser aller en matire de contrle sexuel entre les hommes blancs et les femmes indignes. Car ainsi que : les femmes de les laisser aller, du retour (132). Etant donn que les femmes blanches ne faisaient pas partie des voyages es, les colons taient obligs de satisfaire leur s libidos avec les s entre homme blanc et femme indigne. Ann Laura Stoler souligne que Sexual relations might be forbidden between white women and men of color but not the other way around. On the contrary, interracial unions (as opposed to marriage) between European men a nd colonized women aided the long term settlement of European men in the colonies while ensuring that colonial patrimony stayed in limited and selective hands (Stoler 76) Le gouvernement colonial est moins svre propos d es relations sexuelles entre l es colons blancs et les femmes indignes. Pourtant, il maintient sa vigilance sur la sexualit de la femme vainqueurs qui doivent exercer des svices sexuels sur les femmes des vaincus et non pas cette loi coloniale interdisant les rapports sexuels entre la omme indigne sera transgresse ( c

PAGE 128

128 indigne lanche ) De plus, elle raconte galement une autre liaison entre une Blanche et un indigne dans son rcit. Nous commencerons par cette subversion de la loi infrieures Toumson L a mtaphore de la domination est inverse dans parce que ce sont les vaincus (les coloniss) qui explorent les corps des femmes appartenant au groupe de vainqueurs. approfondir la connaissance de Dieu chaque soir l a garonnire (91), nous apprenons galement dans ce rcit que La Dame employ du gouvernement n akhet. Son mari nomm Vinhlong. homme, administrateur Vinhlong elle lui avait dit que cela devait cesser. (109) La Dame ne transgresse renforcer la ligne de partage entre les colons et les coloniss et mettre fin aux ra pports sexuels interraciaux. Stoler souligne que between the races. European women were not only the bearers of racist beliefs, but hard line operatives who put them in to practice. It was they (sic) who destroyed the blurred divisions between colonizer and colonized, who encouraged class distinctions among European women were positioned (Stoler 56 57)

PAGE 129

129 irrprochable : elle est infidle, elle a des rapports sexuels avec un qui a galement un amant indigne trouve un lment de ressembl ance entre elle mme et La Dame. Elle constate La mme diffrence spare la dame et la jeune fille au chapeau plat des autres gens du poste. De mme que toutes les deux regardent les longues avenues de fleuves, de mme elles sont. Isoles toutes les deux. Seules, des reines. Leur disgrce va de en mourir, disent elles, en mourir de cett e mort mystrieuse des amants sans amour. (110 11) dpasser la iso leur dsir, de se laisser guider par leurs sentiments. La disgrce va de soi car elles dshonorent la race blanche pour avoir vcu dans la plus grande intimit avec des hommes indignes. coloniss. Ils ne sont pas considrs comme des h ommes ou des tres humains au mme titre que les Blancs. Du moment que ces tres infrieurs arrivent conqurir les femmes blanches au statut suprieur le ur e st assign e son amant en rappelant quel point son corps est faible. sans muscles, il pourrait avoir t malade, tre en convalescence, il est imberbe, insulte, souffrant. Elle ne le regarde pas au visage. (49)

PAGE 130

130 sans force, sans muscles, sans virilit, trs faible, en convalescence ) avec celle de la jouissance en mourir git du mme homme. La narratrice castre volontairement son amant dans la citation ci le corps du Chinois est vident dans le choix des mots. En effet, la somptueuse douceur de la peau, le manque de forc e et de virilit et la faiblesse sont des caractristiques souvent a ssoci es de date de son dpart pour la France fixe, le Chinois ne pouvait plus la possder. Elle affirme : Il disait mort (133). Le Chinois est mort car il impuissan ce sexuelle il ne peut pas changer la manire dont il est peru par l sauvages, barbares Or, ce qui est sauvage est li la nature qui par association renvoie aux animaux vivant en libert dans la nature sans contrle de hrone refuse t hideux 68 il pas justifi de se demander si ses yeux le Chinois ne devient pas le minotaure qui a le corps 68 Comment veux tu, je dis, avec un Chinois, comment veux tu que je fasse a avec un Chinois, si laid, si malingre ? (A, 74). Mme si el ?

PAGE 131

131 conformment aux archtypes littraires de la reprsentation du mtis en littrature dresss par Roger Toumson. Toumson soutient que lorsque Th se tue le minotaure, le motif introduit est relatif aux e valeu 31). effet que le minotaure est n des amours de Pasipha os et de Pers, pouse de Minos le roi de Crte) et d'un taureau envoy par Posidon. La naissance du minotaure, le mtis ne nous importe pas dans cette tude. Etant donn que nous examin ons la notion de subversion dre naturel qui nous parat le plus essentiel. Pasipha une cra amants dcrit dans puisque les coloniss sont considrs comme des tres i nf rieurs. Glissant remarque que ma racine est la plus forte racine ), obligeant les peuples visits ou s provoques par le conqurant. (Glissant 1990, 29) Le conqurant croit son identit plus forte que celle du conquis cause de sa victoire militaire. De mme, puisque cette victoire le rend matre du territoire conquis, il prend galement la libert

PAGE 132

132 Voyons prsent comment cela est illustr dans le texte. mais plutt dans Un barrage contre le Pacifique Joseph, le frre de la narratrice de cet ouvrage Merde, quelle bagnole (Duras 1958, 35). M. Jo est un singe qui ne mrite pas Par ailleurs, tre un si n g e signale principalement oire ici que le statut du dfaut dans t pauvres, ils restent fiers de leur appartenance ethnique et de leur statut de colons suprieur aux coloniss indignes. Ainsi, mme si son pouvoir sera Pas de merci, de personne. On ne dit jamais merci pour le bon dner ni bonjour ni Cela pourrait tout supporter de moi sans tre jamais au bout de cet amour. Cela parce que en est exemplaire. Nous prenons tous modle sur le frre an face cet amant. (64 5) Les fr (lui, le colonis) de faire des courbettes aux Hommes (eux, les colons, tres suprieurs ). Il est pos conviction exemplaire du frre an consiste croire que les colons sont suprieurs aux coloniss

PAGE 133

133 qui sont la merci de leurs lier toutes sortes des caprices sans mot dire car, tel un chien reste aux pieds de son matre, il est aux pieds de son amante qui lui est suprieure. hinois de la narratrice rappelle que dans place dans les unions interraciales. Comme toute la famille prend modle sur le frre an face le Chinois viendra au port dans son auto noire faire ses adieux son amante ou du moins la voir : Elle aussi faut, au contraire de cela, garder sa tte haute sentiments pour un tel individu car cela abaisse. Pourtant, loin des regards des autres membres de sa famille et du Chinois, la jeune fille ne retient plus ses larmes dans le bateau [E] lle avait pleur parce q sre tout coup de confie t elle (138). La narratrice pleure parce que, comme Pasipha, la bte rone a bien transgress la mme classe. Et ceci la rapproche de la mre du mtis ethnique qui subvertit aussi les codes de exprience mtisse dans les deux premires parties de cette

PAGE 134

134 tude, nous voulons, dans la dernire partie, vrifi ons maintenant si 3. 4 : un texte m tis? Roman mmoire, mlange la narration la premire et la troisime personne ( grammaticale ) du singulier ( je et elle ) et l e rcit contient des lments tirs de la vie de colonisation. Le repre spat dochine : Sadec, Saigon, Cholen et Vinhlong dont n texte mtis est un texte qui privilgie la technique du dbordement. Cette dernire consiste transgresser les codes littraires (et linguistiques) permettant de brouiller les frontire s des catgorisations littraires gne 1999, ( Je suis crole, je suis ne l bas t il pas de raisons de croire que ce texte est mtis ? Puis ie franaise, deux raisons principales nous dans emprunter ou pu iser dans les mthodes littraires existantes pour crer son originalit. moi

PAGE 135

135 e que choisir les lments qui concordent le vrit sur prjudiciable son moi ). Au demeurant, crire un texte est une pratique du mtissage car Saussure]. Quelle image doit il donner son ide ou son concept (signifi) le produit ou la synthse de ces deux entits Nous sommes persuade que cet ouvrage de Duras s e situe entre deux genres littraires C ette section comprend trois parties. Nous talerons dans un premier temps les lments qui inscrivent cet ouvrage parmi les autobiographies. Dans un deuxime tem ps il nous faudra prsenter les lments fictifs de ce comprennent la technique de la mise bout bout ou du collage et les modes du rcit choisis dans la narration. 3. 4 .1 Fondement autobiographique de

PAGE 136

136 toujours vident pour le lecteur. Le terme autobiographie soulve dj, premire vue, une controverse dans la dtermination ou la prcision de sa notion. Qui dit autobiographie dit : e par lui mme. Cette dfinition rejoint le sens tymologique de ce m ot : auto driv du grec, veut dire soi mme ou lui mme ; bio qui vient galement du grec, signifie vie ; enfin graphie du mot grec graphein crire tente de dfinir le terme autobiographie Philippe Leje une qui en modifie lgrement la dfinition crit : (Lejeune 14). Lejeune insiste galement que le genre littraire autobiographique repose sur un principe de base : du narrateur et du personnage runit : auto ; bio ; graphie conte lui sa production littraire antr ieure 69 Indochine et ils connaissent aussi sa situation familiale cette poque. De ce fait, rien ne nous contient des lments aut obiographiques car conformment aux critres de vie individuelle 69 Nous faisons ici allusion la publication de Un barr age contre le pacifique avant

PAGE 137

137 raisons de narrateur a couverture. Si ce il. Le nom de mais nous y avons des substitutions. Telles que sonne du singulier et une tournure de la je mme qui rapporte 70 71 est jeune (9). pronom je ) et de la troisime personne du s ingulier (le pronom elle ). Le pronom personnel je le pronom je mme des souvenirs de son adolescence auteur midi ou elle perd sa virginit en Indochine au jour o elle crit le texte Paris 70 Elle cite directement un discours en utilisant la premire personne dans sa narration. 71 uras a accorde Bernard Pivot Apostrophe sur Antenne 2, le 28 septembre 1984.

PAGE 138

138 Je demande si je me souviendrais ( sic ) de la maison. Il me dit : regarde la bien. Je toujours. [ ] Je revois encore le visage, et je me souviens du nom. Je vois encore les elle a perdu sa virginit toute sa vie. Dans les qua tre premires squences de cette citation, le rfrent du pronom je et demi Ce je renvoie revisi te la Je revois encore le visage [de son amant bien entendu] je me souviens du nom [de ce l ieu] Je vois encore les murs blanchis inoubliable. Le pronom Je quinze ans et demi comme dans les pre miers noncs de cet extrait. Toutefois, le rfrent de ces deux je dans ce passage. La fusion de ces deux je es narrateur personnage) requise pour parler narratrice personnage, Duras remonte au temps de ses je nous montre que le rfrent de je mots du rcit : un jour (9) pour comprendre la raison qui pousse le

PAGE 139

139 (la jeune fil le de quinze ans et demi Eileen M. Angelini dclare que In using the first person narration t o relate her adolescence in colonial French Indochina, she finally signed the autobiographical pact as defined by Lejeune. That is to say, in there is an identity among the author, the narrator, and the protagonist or main character (Angelini 52). galement une autre narratrice omnisciente de la troisime personne du singulier. Elle offre une oix narratives, de la premire et la troisime personne du singulier, souligne le contraste entre la focalisation interne et la focalisation externe. La premire permet de rvler les sentiments et les penses du un point de vue externe. Remarquons le contraste frappant avec les passages ci dessous. Le premier es t celui dans lequel la narratrice dit : Quinze ans et demi Le corps est mince, presque confiait plus tt : Que je vous pendant toute la traverse du fleuve je dans cette narration rapproche la elle d es yeux tre bien relle de son

PAGE 140

140 de la troisime personne du singulier qui cre la distanciation. Elle importante ici. A travers cette manipula pass du point de vue interne et externe. Elle ne rexamine pas seulement son propre pass mais elle nous prsente aussi sa conception sur le regard que les autres posent sur elle. Le premier pa manipulation (29). Angelini note que In presenting a physical description of the young Duras from the external perspective of a third person narration, it has th e effect of giving the reader the herself (Angelini 59). Le passage frquent de cette narration de la premire la troisime personne justifie le travail de mmoir prend catgoriquement une position dfensive sur les souvenirs. Nous pouvons le voir dans le passage suivant : yeu crire (29). Le je de narration de cette citation expose aussi un mlange de la voix de je da ns les deux premires phrases Je vois et je le vois imaginaire dcrite alors que les trois derniers je encore sa voie, qui ne s ait pas encore quel mtier elle doit exercer dans la vie. Ce dernier narrateur personnage), le principe de base sur lequel repose le genre littraire autobiographique selon Lejeune clture cette section sur le

PAGE 141

141 fondement autobiographique dans loignent cet ouvrage des autobiographies. 3. 4 .2 La m v hiculer des e ntrave s a utobiographie sa propre vie refaire son pass, peut chercher mme. De plus, quand bien mme il dciderait de tout dire sur lui, le lecteur est il prt croire que ce rcit est le duplicata de la vraie vie sa v ie relle vient de la mmoire. sa vie cas, le projet autobiographique di fficile, sinon impossible, quelle que soit la volont de avant de rvler la dfaillance de la mmoire dans ce texte. autobiographique. Les regards des autres ou la proccupation de maintenir un moi 1995, e comme de

PAGE 142

142 Que lque fois je sais cela est rien que publicit. (15) Nous connaissons la valeur de la publicit. Cette dernire contient des messages sublims crit son histoire que pour la publier, force est de croire totalement vraie de sa vie. Ceci est un autre indice qui nous met en garde contre tout jugement qui de son image. lui mme dans la mesure o elle propage les informations rapidement et le nombre de personnes trs vite mais aussi par le argent c oblige le biographe ne relater que les faits (de sa vie) les moins prjudiciables son moi e et de ses frres pour enfin dans ma

PAGE 143

143 maintenant, si long, si tir, elle est devenue criture courante 72 (38) Si Duras trouve une compensati e an eux ci si elle se dtournait de la vrit. Par exemple, la manire dont elle dcrit son frre an savoir, vaut rien voleur voyou de famille assassin sans armes 73 ci. De mme, 74 En eff et, le regard des autres mot Ecrire une lettre officielle ou une lettre tout court, est un bon exemple pour comprendre les freins soit oblig de masquer la ralit (raconter une partie de sa vie et y ajouter des mensonges par 72 Par criture courante, je dirais une criture presque distraite qui court, qui est plus presse attraper les choses qu' les dire, voyez vous. Mais je parle de la crte des mots, c'est une criture qui courrait sur la crte pour aller vite, pour ne pas perdre, parce que quand on crit, c'est le drame, on oublie tout, tout de suite. Et c'est affreux mission tlvise ( Apostrophe ) du 28 septembre 1984 sur Antenne 2. 73 Pour plus de dtails sur le portrait de ce frre an, il faudrait se reporter (94 100). 74 P our plus des dtails sur cette folie de la mre, voir la page 40 de

PAGE 144

144 crit oire Un barrage contre le Pacifique Il faut croire que tous les ouvrages de Duras dans lesquels elle raconte l ne contiennent que des fragments vraie ne peut crire que ce boucher les trous de sa mmoire reconnat avoir une mmoire dfaillante dans le texte. Elle confie est partie la premire de la pension, bien avant mon dpart pour la France. Elle est rencontrer un nouvel arrivant de la mtropole. Peut tre que je m e trompe, que je que soit la manquante que sa mmoire ne peut lui (136 auteur e raconter les

PAGE 145

145 faits passs avec exactitude. Elle est contrainte exposer cette tragdie sans prcision car sa mmoire dfaille. Il est de ce fait vident que ces passages contribuent aux lments qui prouvent que e s tr Passons maintenant la dernire partie de ce chapitre nous permettant de montrer que ce texte de Duras est bien mtis. 3. 4 .3 La lbum de p hotographies Le dernier lment qui notre avis pa rticipe au mtissage de ce texte est en rapport avec le de Furetire de image qui nous remet en ide et en mmoi (Toumson 2002, 30). Cet auteur note galement que reprsenter vient du latin Repraesentare de praesens (prsent) : rendre prsent (sous entendu ce qui est absent) action de mettre sous les yeux, (Toumson 2002, 30). Rappelons que le projet de dpart, qui dclenche l'criture de recueil /album de photographies de famille et qui proposera sa mre d'en crire les lgendes. Ce que nous appelons photographies rendre prsent remettre en ide et en mmoire : la faon dont le narrateur 150). Nous focaliserons partic ulirement sur photographie en lisant disposition des images photographies dpendent de celui qui les or

PAGE 146

146 pas indispensable pour classer les photo graphie s technique du collage ou de la mise bout bout dicte par le manque de chronologie en rapport avec la disposition des photographies dans un album prdominera dans ce cas. De mme, du voir les sous les ye ux les photos dcrites dans le texte. La plupart des critiques sont d peut tre compar un album de photos une srie d'images crites. Ce sont, en effet, des souvenirs de famille crits. Ces images narratrice personnage mais aussi des portraits de personnages qui ont eu de l'importance dans sa vie. Danil e Maux soutient que pour cet ouvrage de Duras et que xistence de cette photo de la rencontre se confirme dans l somme. Elle aurait pu exister, une photographie aurait pu tre prise, comme ( 16 17) qui tient reconstruire ses expriences du pass crire ce livre. Ce clich manquant devient donc le symbole qui donne penser

PAGE 147

147 1995, 31) Cette photographie manquante constitue en effet le point focal de car non la premire page. Elle confie : Je pense souvent cette image que je suis seule voir encore et ne peut y photographies est destin tre expos, rendre les images photographiques accessibles tout narratrice personnage doit la pei En lisant il semble facile de retracer les deux principaux modes de rcit crivain nous montre les choses ) et la dire les choses) (Todorov 1981, 150). Duras mlange les deux modes de rcit a ce que nous appelons Photo Absente Commente, PAC 75 Dans les sections o les photos absentes sont c ommentes, la narratrice dit ou raconte les choses 76 un autre ct nous avons des sections qui notre avis exposent des Photos Relles Commentes 77 (PRCs 78 ). La catgorie de la photographie PAC ou PRC ne dtermine pas forcment le mode du rcit ( mon trer ou dire ). Ceci est apparent dans le passage ci dessus 75 Cet 76 Les pages 9, 11, 17, 18, 19, 30 31, 25, 29, 42, 43, 46, 67, 78, 108 9, 121, 136 de contiennent des bons exemples des PACs correspondant au mode de rcit dire ou la narration 77 Voir les pages 18, 20 1, 41, 76, 77, 82, 106, 107, 109, 110. 78

PAGE 148

148 bord plat et des tresses par le devant de leur corps. Ce jour s je ne les ai pas rel cheveux sont lourds, souples, douloureux un que je ne suis pas belle. Ces cheveux remarquables je les ferai couper Paris, cinq : coupe z. Il a coup. [ ] Sur le bac, regardez moi, je les ai encore. Quinze ans et demi. Dj je suis farde. Je mets de la crme sous les yeux. Par dessus la crme Tokalon je me ts de la poudre couleur chair, marque Houbigan. (23 4) Cette citation expose deux descriptions diffrentes. Dans la premire partie de cet extrait qui se termine par Il a coup la narratrice dcrit une photo absente inexistante (PAC) et il en est de m me dans la dernire partie allant de Sur le bac, dans la premire partie de ce passage la description est faite sur le mode de rcit dire ( telling cit montrer ( showing ) qui est groupe nominal Ce jour l Le jour dont il est question est bien celui de la premire rencontre trice la peint vu e apparence physique le jour de sa premire rencontre avec son amant. Nanmoins, dans la deuxime partie de la citation qui commence par Sur le bac, regardez moi, je les ai encore montre les choses. Le choix

PAGE 149

149 du verbe regarder son regard vers q son regard vers quelque chose de concret. Toutefois, la prsence du groupe de mo ts Sur le bac r une fille de quinze ans et demi, qui a des cheveux remarquables, qui a deux longues tresses par le devant de son corps, qui porte un ice commente dans le texte. Elle dclare : est en Californie avec ses amies Erika et Elisabeth Lennard. Il est maigre, tellement, on dirait un Ougandais blanc lui aussi. Je lui ai trouv un sourire (A 20 e selon cet un sourire arrogan t. nous semble idal figure entre les pages 108 et 109. La narratrice d clare Elle est l pendant la nuit [la folle qui abandonne son enfant la mre de la ] Un jour je passe par l. ] Nous sommes en e scale Calcutta. Une panne de paquebot de ligne. Nous visitons la ville pour passer le temps. Nous partons le lendemain soir. [ ] Quinze ans et demi. La chose se sait trs vite dans le poste de Sadec. Rien que cette tenue dirait le dshonneur. (108 09)

PAGE 150

150 C es quatre paragraphes de la mme page exposent diffrents thmes, diffrentes poques de la rappelle pas uniquement le concept du mtissage que nous analysons i ci m ais il tmoigne du collage textuel ou de la technique de la mise bout bout C ville une autre (de Calcutta Sadec) et d la protagoniste. Le rangement des photographies dans un album est favorable un tel collage la citation ci hie de la maison. Le deuxime, le troisime et le quatrime paragraphes seraient des commentaires des photo graphie mme diffrents m oments de sa vie et en diffrents lieux. Une photo graphie serait prise devant une ambassade, une autre dans les rues de Calcutta et la dernire et demi. T pas plus parce que les photos sont certain ement relles (PRCs) et quelques mots suffisent pour situer 3.5 Conclusion Tout au long de ce chapitre nous avons dmontr que procdent de : Je sui s crole, je suis ne l bas dans Nous de la narratrice

PAGE 151

151 sommes pose consi iques puisque sa situation de crole ne en Indochine franaise suffit lar mtis ethnique, la narratrice transgresse la loi des interdits concernant les unions interraciales thnique. Si le mtis ethnique est souvent rejet et mpris dans les socits mais aussi La Dame indign e s on t victime s d u mpris dans cette colonie. La premire partie de ce chapitre tait consacre retrouver dans Je suis crole, je suis ne l bas et celles de la rencontre des cultures la base de l Je s uis crole, je suis ne l bas est enf oui dans mais particulirement pre ndre conscience deux. La catgorisation ou la compartimentation impose par les colons dans la colonie et le rejet de

PAGE 152

152 a narratrice ne sait duquel de c es cause de sa social e, elle sera aussi rejete par les coloniss suite son appartenance elle soit pauvre et dpourvue de pouvoir. Rejete de toute s part s comme le sont restera crole car elle est ne l bas Dans la deuxime partie de ce chapitre nous avons montr que, comme la mre du mtis subvertit les codes tablis par la socit en se rebellant contre les culturel. qui, de surcrot a douze ans que la socit sexe oppos, la narratrice refuse de respecter ce code social. Elle tend ses dsirs une autre jeune fille et ce faisant, elle franchit del des frontires dresses par la socit. Brouiller les frontires pour ne pas tre confin dans un seul seul groupe social sont des lm brouille les frontires ethnico culturelles sur le plan des relations amoureuses entre individus ailleurs, nous avons aussi montr que

PAGE 153

153 ayant des rapports sexue ls avec un tre infrieur, une bte il bien que la socit ne la considre pas comme une mtisse. Nous avons dmontr dans la troisime partie de ce chapitre que est bien un texte mti s en nous appuyant sur deux points principaux : le genre littraire et la technique ographique de est du rcit travers la narra principal du rcit qui est soi mme et le narrateur qui dit je et celui qui crit la p remire 1995, 11). Nous nous somme appuye sur quelques exemples pour montrer que le rfrent de je dans personnage principal. Nanmoins, nous avons galement montr que moi plus, quand bien mme il voudrait taler toute la vrit sur sa vie, une telle tche ne semble pas facile accomplir suite la faille de la mmoire. Compte tenu de la prsence des lments la fois autobiographique et fictifs contenu

PAGE 154

154 dans ce texte de Duras. Il va sans dire que le genre littraire de reste ambigu. Ce texte ve, dans ce texte qui peut tre ces diffrentes photographies, la narratrice se s ert soit du mode de rcit dire soit du mode de rcit montrer Compte tenu de tous ces apports, nous pouvons affirmer que est bien un texte mtis car non seulement il est la croise des autobiographies et des fictions la technique narrativ e y est galement mtisse.

PAGE 155

155 CHAPTER 4 53 CM OU LA DCONSTRUCTION DE LA REPRESENTATION DU MTIS EN LITTERATURE 4.1 Introduction 53 cm dconstruit la reprsentation traditionnelle et conventionnelle du mtis en littrature. Deux lments principaux suggrent notre avis que ce livre de Bessora change profondment la manire de dpeindre le mtis ( ou en littrature. L e p remi er est que l mtisse y est dcrite en France Ce faisa nt, cet ouvrage fait apparatre la fois, la manire dont la bureaucratie gre le flux migratoire dans la socit dcrite dans ce livre et la condition mtisse ce systme administratif. 53 cm change considrablement la reprsentation d u mtis en littrature parce que qui y est conte est non seulement contemporaine mais elle ne figure pas dans les autres textes de notre corpus. Nous voulons montrer, partir de cette e, les contradictions et les absurdits du systme administratif franais dont les lois sur sont hrites de la rationalit franaise. Bessora dmontre en faisant cela, ne en raison de son mtissage. Sa situation biraciale ( la fois noire et blanche) et trinationale ( gabonaise, suisse et b elge) pose problme parce que la mtisse dfie les catgories ( raciales n attend dans la conventionnel (ayant des s franaise confirme que le systme administratif franais fonctionne de faon rigide et codifie idologi que sur la race. Les personnages que Zara rencontre dans les

PAGE 156

156 tration en France mettent en vidence la persistance d e s discours sur les races en France. 53 cm Bessora intgre aussi une figure historique importante pour la condition noire et le discours sur l a race tragique de Sara Baartman, cette femme noire qui a servi construire le discours sur les races au dbut du vingtime sicle et le convoque Baartman incarne Nous voulons montrer que les lments de ce discours sur la sexualit fminine seront repris par Zara dans le texte. Il est important de noter que le titre de cet ouvrage 53 cm renvoie directemen Zara la narratrice aura une peur obsdante de son postrieur. Elle se plaint : [m] es fesses ne se dcident pas (57), [] Lausanne mon cul ne crot plus session des individus comme Georges Cuvier qui ont particip construire le discours sur la race partir du pourtour fessier de Sara Baartman surnomme la V nus Hottentote Le tour de hanche s de cette on des races des individus au dix V nus Hotten t ote ses fesses une race Elle dcouvr ira Paris que ces aberrations concernant la classification des individus par la rac e existent encore. est fait de ce s deux lments que nous venons de mentionner qui concourent la dconstruction de la reprsentation du mtis e n littrature. D elle expose la confusion totale dans laquelle se trouve inc apable de grer le dossier de cette immigre mtisse

PAGE 157

157 les races Par ailleurs, i l y a dans 53cm des personnages qui ne sont pas habituellement nationalit reste, comme pour le mtis racial problmatique. De ce fait, ne sommes nous pas dans 53 cm ? crit en 1999, 53 cm B elge de pre gabonais et de mre (carte de sjour). travers un discours u systme administrati f franais. Plusieurs personnages mtis gravitent autour de Dans sa 79 80 en France. 81 qui dmissionnera de la CAF pour travailler au bureau 82 le moniteur du gymnasium, un ami de Zara. Keita est n Neuilly en France mais ses parents sont des Maliens issus de diffrentes couches soci ales et de diffrentes ethnies. Sa mre est noble mandingue tandis que son pre est un paysan bambara. Keita est une figure tragique obsd e par la race blanche et qui refuse son ascendance noire. Personnage alin et instable sur le plan 79 est biracial race pose encore problme de nos jours. 80 CAF = Caisses d'Allocations Familiales. 81 Personne ayant un huitime de sang noir. 82 Ce personnage renvo

PAGE 158

158 83 et slectionne une partie de son ascendance se dguise pour se dfinir comme aussi le personnage qui tablit le lien entre Sara Baartman (qui personnifie les ten sions nes du discours sur la race en France) et Zara la mtisse. Car non seulement il joue le rle des penseurs du dix neuvime sicle qui construisent le discours sur la race autour de Baartman (152 53) voque cette femme en dem andant Zara si elle est statopyge 84 La question de Keita renvoie directement la classification raciale construite partir de (tout comme l es caractres physiques v isibles [l a couleur de la peau par exemple] sur lesquels la socit se base pour ranger les individus par race ) dterminer la race ra ce il est parce que la socit a dj dtermin les critres de cette classification) La question de Keita dstabilisera la mtisse qui croyait que le stade de catgorisation raciale tait dj dpass. e Keita, est un immigr m auritano c amerounais en France qui est a moureux de f ranais. La mtisse rso l u e trouver un mari f ranais pour rgulariser sa situation de sans papiers et celle de sa fille Marie prfrera se donner Jean Christophe, le policier franais (et mtis culturel) qui la trahira en la livrant la police. Dans ce chapitre notre analyse reposera sur plusieurs thories du mtissage et sur les notions de polyphonie et du dialo gisme de Bakhtine en particulier pour dmontrer que trs loin dans 53 cm 83 84 Keita explique que [s]statopyge ca veut dire fesses grasses (152).

PAGE 159

159 en fonction de la langue et des formes retenues dans ce rcit, nous tent er fondamentalement mtisse dans cet ouvrage. Car, tant donn que Zara articule galement so n exprience mtisse a u lit mais inclut aussi ce que nous appelons dans ce texte. Ce chapitre est constitu de deux grands axes principaux savoir, une mtis dans le texte littraire. Plus prcisment, t rois points nous permettront de vrifier dans la premire articulation s dans 53 cm A partir de la condition m tisse dcrite dans cet ouvrage n ous v e r rons, dans un S itue entre deux ou p lusieurs catgories raciales administratif qui ne fonctionne que par catgories (national e et raciale ). Nous dmontrerons, dans un second temps, que conventionnel L gara mtissage et les personnages non mtis 85 vivent une exprience similaire celle des individus mtis. D ans u n troisime temps, nous montrerons comment historique de Sara Baartman. 85 Nous utilisero ns le terme non mtis dans cette tude pour renvoyer aux individus que la socit ne considre pas comme mtis. Ce sont des individus dont les parents ne sont pas de races diffrentes.

PAGE 160

160 Dans la deuxime partie de ce chapitre nous tent erons de dmontrer que dans cet ouvrage de Bessora xpression est bien mtisse. Trois sections nous permettron t de le faire La premire mettra en vidence la polyphonie dans 53 cm s extraits de la chanson de Zao, le chanteur populaire congolais dans le texte et lit qui en dcoule. Puis, n ous rvlerons aussi ce que nous appelons le jeu de dans ce texte. Ensuite, nous prouverons que le rcit du pre narr la deuxime personne du singulier tu constitue un dialogue dans le quel l e tour de parole est in absentia. Dans la deuxime section de cette partie nous afin de voir si elle Pour y parvenir, n ous nous appuierons sur le crite. Nous analyserons enfin dans la dernire section du chapitre ce que nous appelons la qui contribue entend thropologique concourt, notre 53 cm mtisse extraordinaire d e ce texte. 4. 2 exprience mtisse dans 53 cm Il y a dans 53 cm des lments qui porte nt croire que cet ouvrage d termine de faon nouvelle Nous focaliserons uniquement sur trois lments dans ce chapitre pour le dmontrer. parce que expose sa condition mtisse n France. Aprs cela, n mtisse vcue par des individus non mtis car, nou s pensons

PAGE 161

161 qu e lle ne se limite pas uniquement aux individus que la socit considre comme mtis dans ce livre N 53cm Voyons sans tarder 4. 2 .1 Zara est une tudiante trangre en France qui, comme tout immigr (sans diffrence ra ciale mtissage racial dont les immigrs non mtis sont pargns. Son appartenance ra ciale ambivalente qui dfie la classification dans une seule catgorie raciale et nationale rvle la dfaillance du systme administratif franais dcrit dans 53 cm tmoignent que Zara vit bien deux sortes partage a vec les im migrs non mtis 4. 2.1.1 Une loi pour tous : Zara et le vcu de Dans le texte 86 o elle doit se fair e examiner avant que la carte de sjour ne lui soit dlivre. Elle dclare : Je reboutonne ma chemise. Le bon docteur me raconte ses voyages de routard rappellent de bons souvenirs. La divers it des races le fascine (12). La rencontre des diffrentes races tant la base du mtissage, le corps mtis de Zara incarne la diversit des races dont parle ce mdecin. 86 OMI = Office de Migrations Internationales.

PAGE 162

162 corps mtis d e Zara dans ce cabinet mdical puisque cette visite mdicale est impose aux immigrs par le systme administratif Ceci dmontre, dans le mme temps, que la mtisse partage son vcu d immigr avec les immigrs non mtis en France Ils sont tous prsums tre gaux raciales nationales ou religieuses 87 a race et point de vue du routard. Le discours sur la race races (supriorit de la race du colon [le Blanc] celle du colonis [le Noir] ). Cette idologie reproduit le disco urs sur l a race du dix huitime et du dix neuvime sicle s Ce qui nous mne dire que cette citation met en vidence les contradictions dans le discours sur l a race en France. Il y a une contradiction entre le discours administratif (qui prtend que le stade de catgorisation raciale est dpass en proposant une loi unique pour tous les immigrs) et le discours sur la race colonial e et qui, nous le verrons plus loin, est enco re apparent dans le systme administratif en place dcrit dans ce livre). que Zara partage la mme exprience que les immigrs non rglementation 87 OMI fait partie des conditions requises pour obtenir le droit de sjourner en France. Zara affirme : les conditions requises, au point de vue sanita ire, pour que le sjour en France soit autoris (13). Puisque cet examen iants trangers pour bnficier de cet examen mdical mme si elle y va avec sa fille Marie qui le mdecin ne dlivre rien (13). Les rsultats le bon docteur I doit sanitaire anthropomtrique ( destin la surveillance des barbares indignes de la rpublique ) datant du 2 octobre 1888 (46).

PAGE 163

163 administrative dcrite dans 53 cm et cette loi est valable pour tous les immigrs Crevette qui sera considre clandestine re tudiante trangre, ra sur la dmarche suivre. Diffrents organismes et diffrents employs du mme organisme lui donneront diffrentes rponses sur la procdure (81). Ce document serait requis pour complter le dossier de demande de regroupement familial q pour prendre rendez doit tre initie par la DDASS 88 Cet organisme dclarera son t our que cela dcoule de inutile et 89 Devant ce discours confus qui tmoigne des absurdits du systme administratif franais dpeint dans 53 cm Zara dcide de rappeler la CAF pour essayer de rsoudre ces contradictions administratives. en bas ge aupr ci lui rpond Je regarde les textes et je vous rappelle. Vingt minutes plus tard, elle rappelle apaise : Vous tes tudiante ? : OMI : vous tes tudiante trangre, clibatair e et sans enfants. (83) regarder les textes pour vrifier la lgislation en vigueur. Elle est cense consulter les textes pour voir ce que prconise la loi concernant les enfants des 88 DDASSS = la Direction Dpartementale des Affai res Sanitaires et Sociales 89 Pour plus de dtails, se rfrer la page 81 du texte.

PAGE 164

164 tudiants trangers. Zara est prs ume comprendre la rponse de cette employe comme loi prvu cet effet et auquel tout immigr doit se conformer quelle que soit sa race Cependant, il nous semble que les phrases suivantes : Ils viennent en France pour fa ire des tudes et rentrer chez eux, pas pour faire des enfants et rester en France. rvlent une nuance ou un commentaire loi soit exprim dans ce mlange des registres courant et familier ( pas pour faire des enfants et plus besoin du certificat OMI ). Car les arrts sont habituellement crit s d ans un registr e soutenu C ela tant, ceci montre que c expliquer en dtail et faire comprendre Zara que tous les tudiants trangers sans exception ne pronom nous d sont pour la plupart clibataires et sans enfants. De ce fait, le dcret loi selon cet te employe de la CAF, ( clibataire et sans enfants ). F onder une famille en France le ur y habiter de faon permanente et cela serait inadmissible conformment cette citation Ce dcret loi nous venons de le voir rs et non pas seulement aux tudiants trangers dans 53 cm immigrs qui ne sont pas tudiants. entretient une conversation avec une femme maghrbine qui lui dit impasse Bon secours dans le 11 e Vous tes clandestine ? i un titre de sjour permanent. Mes deux premiers enfants sont ns Rocheville, mais mon dernier fils de trois ans et demi est interdit de sjour en France. Comment ? Mais

PAGE 165

165 ? tais refus de laisser entrer mon bb d accoucher en France. je vous assure comprends plus. Serait elle clandestine finalement rgulire conditio n de ne pas quitter la France ? Elle devient clandestine si elle Ce passage montre que la confusion sur la rglementation en vigueur sur les enfants des immigrs en bas ge affecte tous les enfants des immigrs en France. Si le bb de Radhia est interdit de sjour en France chance de traverser la frontire en voiture est aussi clandestine car elle est ne en Suisse et non besoin de titre de sjour : quelle que soit leur race et leur nationalit, ils sont tous gaux (142). fille sur le territoire franais. Zara comprend que sa fille encourt aussi une expulsion. Ce passage signale galement que les contradictions administratives ne sont pas supposes se limiter une seule figure race reprsentations confondues (nationalits, races rel igions, et ctera). Ainsi que nous venons de le voir, Zara partage la mme exprience avec les immigrs non mtis cette rg aucunement des autres immigrs en France. Nanmoins, cette galit des immigrs devant la ient plus lorsque la nationalit et la race des individus concerns sont inhabituelles ou indfinies

PAGE 166

166 4.2 .1.2 Encartage 90 53 cm Dans la course la rgularisation des sans p apiers la rponse une seule question pose par les employs administratifs suffit sparer les immigrs mtis des immigrs non doit se regrouper avec sa fille (82) ou non, les gnes [ de la mtisse ] (158) car contrairement aux immigrs non s. Zara Puisque la nationalit mtisse rponse simple et concise est. Alors que les immigrs non mtis cette question la rponse de Zara comprendra toujours les noms de explication justifiant les trois n oms cits (son lieu de naissance et les nationalits de ses parents). rponse de la mtisse la question : Vous tes de quelle nationalit ?. Elle tonne galem ent les employs administratifs qui ne sont pas accoutums une rponse explicati on car elle va au de la CAF demande la mtisse Mais enfin Vous tes de quelle nationalit ? Et le bb ? Il est de quelle nationalit ? Mais et vous ? Mais, et le bb ? Nous allons consulter les textes et vous rappeler, parce que, en fonction des nationalits les texte s changent. On vous rappellera. Au revoir. (82) L es rptions de l ( mais et vous, et le bb ) tmoignent de la confusion gnre par la rponse inhabituelle de la mtisse. Ce qui nous mne dire que la rponse de la 90 : peut mtisse ? nous rappellera que lors de

PAGE 167

167 mtisse ne corr ordinaire des immigrs non mtis). De plus, l e recour s aux textes de lois mentionn s lui sert e au sujet des immigrs mtis. L a ne sait comment rsoudre ce problme. L a figure du mtis, crivent Bavoux et al., brouille les pistes de la catgorisation sociale car le mtiss (Bavoux et al. 5). Dans le contexte des mtis dans les catgories sociales existantes ne peut que recourir au cas par cas pour tenter de trouv loi qui couvrirait le s cas des immigrs mtis ayant au moins deux nationalits. Cependant, puisque la loi est prsume tre la mme pour dcret, spcialement prvu pour traiter les dossiers des immigrs mtis semble peu probable selon ce texte sociale. Autrement dit, le dossier de la m tisse doit bnficie r Ni Gabonaise, ni Suisse, ni Belge mais plutt Belgo suisso gabonaise, Zara devient, comme tout mtis le casse tte qui complique le fonctionnement de la bureaucratie. Il est facile suisso gabonaise) rsiste la facilit d e s i dentit Aucun de ces trois pays (Belgique, Suisse et Gabon) ne peut dlivrer une seule et unique carte passeport ne peut

PAGE 168

168 consiste pro cder par sparation. Chaque pays ayant sa propre administration et sa juridiction, fournira la mtisse les documents ncessair faire, le Gabon lui dlivrera un passeport, la Suisse lui livrera une que la ex ceptionnel Zara est condamne prsenter les trois documents pour justifier de son identit mtisse (fragmente entre trois pays). La complexit inhrente au concept mtis ra mme pas les affirmations positives ou ngatives lies aux questions de nationalit et de races ce fait, pas surprenant que la rponse de Zara la question Vous tes de quelle nationalit ? chappe la simplicit habituelle atten spcial boulever se le systme administratif franais tabli pour organiser et grer le flux migratoire dans 53 cm repose sur la classification par catgorie nationale ou raciale le code. Par son mtissage ethnique, Zara d rationalise le rationalisme bureaucratique mis en 2009, Adle King note: is seen as a rational category and used as a division, invente Zara, aucune catgorie organisationnelle rationnelle El i n oire ni b lanche mais b lanche e t n oire la fois ou Blanche ngre (127) et la

PAGE 169

169 bureaucratie franaise est impuissante face sa condition mtisse. La catgorisation en tant que processus cognitif, dit Jean Claude Deschamps permet le dcoupag objet s sur ces mmes dimensions (Deschamps 40) Catgoriser ou classer les individus par groupes est le moyen que la socit franaise rationnelle dcrite dans cet ouvrage utilise pour se structurer et reconnatre s es habitants Pourtant, Zara dfie ce rat ionalisme franais en dstructurant les divisions par catgorie nationale ou raciale mis es en place pour grer le flux migratoire. Ceci est clairement dmontr dans o la mtisse se prsente la prfecture. Dans 53 cm la prfecture est sub divise en zones pour traiter les dossiers des immigrs. La zone Sud est rserve aux immigrs issus des e uropens. Le dossier de la mtisse a fro e uropenne rvle les limit es de cette structure administrative puisqu e aucune division ne semble tre mme de le traiter convenablement. Il manque toujours un deux zones de classifica tion. Zara rapporte Les conditions de rsidence des trangers en France Voudriez plat ? proc : Comment voyons Absolument pas, mademoiselle. La Suisse ne fera jamais partie de se fait il que vous ayez cette nationalit ? Rendez vous 38) Zara est prie de se ren cette explication manquante. Nanmoins, une fois en salle Europe, sa rponse la question

PAGE 170

170 relative sa nationalit la disqualifie, la dclasse de la division Europe car elle inclut un pays car non e qui, selon cet te employ e de la prfecture, a ccueille rait 53 cm est dmunie face la nationalit mtisse (tripartite) de Zara qui montre les limites du systme administratif. Les classif ications mises en place pour faciliter le traitement des dossiers des immigrs refusent et organisation trans nationale (le FMI) C prfecture pour chercher une stabilit conomique ni pour faire reculer la pauvret dans le monde 91 rganisme signale que la catgorie internationale est la seule artificielles, les zones Sud et Nord de la prfecture sont trop petites pour contenir Zara la mtiss e qui ne peut voluer que dans un espace trans national sans frontire. La compartimentation ne lui sied pas. elle dcontenance galement mme. Le dni du mouvement et la crainte du paradoxe ancrs dans cette organisation administrative excde/exaspre Zara ne comprend pas pourquoi les individus sont cloisonns dans des identits encartes, figes et immobiles alors que la 91 Fonds montaire international (FMI).

PAGE 171

171 de Zara qui ne peut tre enferme dans un seul document la condamne des explications ternelles et pnibles pour elle prendre rendez vous avec les agents de SOS Racisme par tlphone, Zara ne russit se faire : ils croulent sous les demandes ; il faut leur envoyer un dossier et ils aviseront. Mais mademoiselle, je vais ? Et OMI pte : Venez cet aprs midi, dix sept heures. Au revoir. (158) e de Zara dont les composantes sont issu e s de trois pays contraint justifier cette particularit Car e lle ne serait pas comprise si elle complexe ( Belgo suisso gabonaise ) compos de radicaux issus des trois pays parce que les parler de son lieu de naissance et d es nationalits de ses parents Ainsi, dans la citation ci dessus la mtisse SOS Racisme ne souhaite pas but et viter les longues explications. De ce fait, elle cible les mots accroches de son discours sont les composantes points de manquante correspondant chaque pays (Belgique correspond son lieu de naissance ; Suisse est le pays de s e son pre). alors charter ? SOS territoire franais. Toutefois, avec une nationalit tripartite l au Gabon ?

PAGE 172

172 Serait ce au pilote de dcider aprs le dcollage CAF, DDASS) indiquent que Zara a effectu les dmarches ncessaires pour tenter de rsoudre le problme mais ces organismes se sont malheureusement avrs impuissants Les derniers mots de Zara dans ce passage ( Vous vous rendez compte ) tmoigne que la mtisse est en p lein dsa rroi car ses tentatives p our rgulariser sa situation se sont avre s infructueuses. SOS Racisme est le seul et dernier organisme qui puisse la secourir. La stratgie de Zara russit car son interlocutrice cdera en lui accordant un rendez vous le mme jou r. Nous venons de montrer dans cette premire section les contradictions et les limites du e dans 53 cm La qute de la carte de sjour de Zara rvle des contradictions dans le discours adm galit des immigrs devant la loi ( il prconise une loi pour tous) et d un autre ct procde Hrit de la rationalit franaise ce systme administratif qu i range les immigrs par catgorie nationale et raciale est en grand dsarroi, il est dfaillant face au dossier de Z toute classification. Aprs avoir discut de voyons prsent si le non mtis peut vivre une exprience mtisse. 4. 2 .2 Exprience mtisse du non mtis dans cette section, par un non mtis non mtis lments purs, crit Nelly Schmidt, nous sommes tous mtis car le principe ne rsiste aucune analyse logique (Schmidt 206 7). Nanmoins, malgr cette analyse logique, une distinction est souvent faite entre les individus mtis et les non mtis. Il parat, de ce fait, lgitime de se demander : qui et sur quelle base dtermine t on cette distinction ? Jean Benoist affirme que

PAGE 173

173 [b] socit qui trace la ligne en de de del de laquelle il y en a un socit qui physique, dans pensons particulirement aux mtissages de troisime et de quatrime gnrations dans lesquels apparat de Saint Mry 92 dclare : Ils est ( sic yeux bien exercs pour les distinguer des blanc hes (Toumson 112). Une autre question de la mme race ou mme ethnicit mais issus de diffrentes cultures ou de diffrentes religions. Nous aborderons c ette question plus loin. Nous entendons par non mtis ici les individus que la socit ne considre pas comme mtis. Il y a d ans 53 cm des personnages qui ne sont pas considrs comme mtis parce que leurs parents sont de la mme race mais qui, n otre avis, vivent une exprience similaire celle des mtis. De ce fait, nous pensons mtisse ne se ividu mtis. V rifi ons tout de suit e cette hypothse dans ce texte 4. 2 .2.1 Infusion du Noir dans le Noir ou celui du Blanc dans le Blanc 53 cm travers des personnages que la socit ne considrerait pas comme mtis. Par exemple, trs exte sont mtis autre. Marie Crevette, la fille de Zara est ne en Suisse de pre a nglo amricain et de mre 92 Cit par Roger Toumson 1998 (112).

PAGE 174

174 s uisso gabono belge (114) Blanche lacte, t a ches de rousseur (101) Hermenondine Dumas qui joue (23) de la CAF qui pousera Keita (151) lanche sang pur Du ct de sa mre, son arrire arrire grand pre est un juif de Nantes qui faisait le commerce des Noirs qui engrossa une riche Ngresse alb (104). Du ct de son pre son arrire arrire arrire grand mre, Aime Csette 93 tait esclave multre en Hati de sa naissance sa mort 94 (de 1762 1806) (24) camerounais (89 ) ; Les collgues de travail de Zara la banque multinationale en Suisse sont aussi des sangs mls (mtisses culturelles). La Polonaise, ne en Suisse est aussi Juive mais elle cache sa judat (120) ; La belle Tchque dont la Suisse est jalouse e t aussi Juive alors que la Suisse est 120) ; Mme George Grard que Zara moiti charentais, moiti transylvanien (39) ; Jean Christophe le mari franais que Zara croit enfin avoir trouv est galement un sang ml Son grand pre tait indochinois et sa grand mre franaise pousa un ostriculteur croate les races parce que la couleur de la peau des infusion (90) du Noir dans le Noir ou celle du Blanc dans le Blanc. Nous entendons par infusion du Noir dans le Noir ou celui du Blanc dans le Blanc, le mtissage gnr par des parents issus de la mme race mais de diffrentes cultures et /ou religions. Keita et Bienvenu dont les parents sont tous noirs mais i ssus soit de diffrents pays, soit de diffrentes classes 93 premier auteur du vingtime sicle qui commence contredire le discours sur la race dans son ouvrage 94 personnage littra ire.

PAGE 175

175 Christophe qui a des origines franco indochinois e croates et Watara Grard le franco transylvanien reprsentent dans le B lanc. William Edwards 95 races des parents du mtis sont loignes (Carpanin et al. 58). Si les parents du mtis sont issus de la mme race mais de diffrentes cultures et de diffrentes religi on s Jonathan J. Sheik construction identitaire du mtis (Sheik Amode H. 69). De ce fait, mme si ces individus ne sont pas considrs comme des mtis, ce transfert sy mbolique et idologique les distinguent des autres individus non mtis et les rapproche des mtis. Parmi ces personnages, il y a des individus qui ne se savent pas mtis (Hermenondine), il y a des mtis culturels mais cela ne leur pose pas de problme parc Christophe, la Polonaise) et il y aussi des individus comme Keita qui refuse absolument tous les traits ngrodes. Cette galerie de portrait s de personnages montre que Zara est rellemen t entour e de figures mtisses qui dfient la dfinition conventionnelle du mtis. Car pour la socit, seuls les individus biraciaux sont considrs comme mtis. Cependant, nous insisterons d avantage que sur le personnage de Keita (pour dmontrer q ne se limite pas uniquement aux individus mtis) parce que ce personnage amne quelque chose Keita est n en France de parents m aliens. Cependa ethnies d iffrentes. Son pre est un paysan bambara alors que sa mre est noble de l mandingue (73). Le mtissage dans la mme race dont il est question ici correspond celui qui aura lieu 95 Cit par Giuliano Gliozzi (Carpanin et al. 58).

PAGE 176

176 is 96 mandingue par sa mre et moiti paysan paen et bambara par son pre (88). La difficult supplmentaire pour cet employ du gymnasium rside dans son lieu de naissance ( la France) mandingue dans le f ranais par droit du sol et sur le plan culturel. A racial culture de Keita qui se situe entre la France et le Mali. Pour Keita comme pour Zara, la rponse la question vous tes de quelle nationalit ? 97 Dans sa tentative de simplifier et de regrouper ses nationalits en une seule nationalit mtisse, Keita se dit Bambara de Neuilly. L Zara rapporte Qui es tu ? Je suis Bambara de Neuilly. Bambara ? Mali ; mais le Bambara Neuilly : je suis n Neuilly sur Seine. (7 8) Keita est apparente dans les termes pour ( Bambara de Neuilly ). Cet appellatif mon tre galement que comme le mtis racial son identification un seul groupe culturel est et reste problmatique. 96 Jean Loup faut viter ou fusionner les Francs (anctres de nobles) et les Gaulois (anctres des Tie rs Etats). ( Amselle 36). 97 s : ni noir ni blanc rapprochent plus de leur Black (148).

PAGE 177

177 (patrie de ses parents). Keita revendique son mtissage sa binationalit (franco malienne) en se dnommant Bambara de Neuilly voquant ainsi implicitement la simila rit de son naissance dans cet hpital souligne, de ce fait, que Keit a est, tout comme le mtis racial un individu identit ambigu. Cette diffrence physique est la base de Neuilly qui surpasse celle du mtis racial Conscient de cette diffrence, Keita utilise ra les crmes claircissantes pour changer ou modifier la couleur de sa peau, il porte une perruque (blonde) et des lentilles (bleues mthylnes) (7) pour ressembl er aux Blancs. Alin, Keita se mtisse lui mme par ce mlange (rajouter des lments artificiels caractrisant le Blanc dans son corps noir) pour mieux incarner le mtis. Etant donn que son mtissage culturel ne peut revtir un aspect physique, le Bamba ra de Neuilly qui tente de forcer visible. Il faut pourtant croire que Keita ne russit pas dans sa mascarade puisque Zara le confond plutt avec un Indie Par ailleurs, lorsque Keita claircit sa peau son intention ne se limite pas uniquement la ressemblance avec le mtis mais il tient aussi supprimer les traits du ngre de son corps. Ce faisant, il reproduit le discours de Frantz Fa non sur (dans Peau noire masque blanc ) selon lequel certain s Noirs dnient leur ngritude en adoptant un certain comportement (parler franais comme un blanc, se B lanc. Ce qui nous mne dire que Keita confirme l e discours de Fanon propos du complexe du noir dcrit

PAGE 178

178 Du reste, mme obsd par les strotypes, Keita est galement le personnage qui contredit et confirme le discours sur la race bas sur les clichs attribus chaque race est noir, Keita qui se croit plus proche du Blanc prfre tre black puisque ce mot, dit Zara, est plus proche de blanc ( a sonne presque Blanc une lettre prs (120). Il d clare : : je suis un Black. De plus, mon nez est cartilagineux, et ma bouche fine caucasienn (147 48). Etre Black Black est plus proche du Blanc (120) comme est le cas pour la couleur de peau du mtis racial (Noir/Blanc). Il voque la forme de son nez et de sa bouche qui selon lui, le rapproche du Blanc car sa peau noire faillit cette mission en le rapprochant plutt du Noir contrairement au mtis racial Il parat vident ici que Keita devient victime d es discours sur la race qui promeuvent les clichs t pour ne pas tre rang dans cette catgorie raciale apparence physique des Noirs savoir, le Noir a des traits grossier s alors que ceux du Blanc sont fins Cependant, il les contredit aussi cartilagineux et sa bouche fine ( 148 ) par ces traits lui le Noir. Ceci prouve la fausset de ces ides reues et par extension du discours sur la race. Au demeurant en franais ici constitue une alternance de codes linguistiques favorable au mtiss age linguistique. Si le Bambaro race grand chose avoir avec la couleur de la peau. La narratrice le confirmera la page 148 du livre o elle

PAGE 179

179 Elle ajoute un peu plus loin que certains Noirs sont de couleur blanche et rciproquement (164). Cet nonc rpond au personnage de Keita, le Noir dguis en blanc dans ce passage rvle racial De plus, comme pour le mtis racial Keita ne sait pas qui il est rellement (Malien ou Franais ?). Il vit dans la confusion et parfois. Il se clame Bambara de Neuilly mais il rejette cette ethnie race noire et il se blanchit pour r essembler aux habitants du pays de sa naissance. Keita est un Blanc de couleur noire qui ne connat pas le Mali son deuxime pays mais il est aussi tranger en France car la couleur de sa peau fait de lui Il est et restera f rana is ranais de souche Etre la fois tranger et citoyen chez soi s ) constitue un des critres que Keita partage avec le mtis racial Nous venons de dmontrer dans cet mtis, Keita vit une exprience mtisse. Tandis que Zara raconte sa condition mtisse travers sa propre immigration son lieu de naissance ( Paris ) qu i empche que l on le considre comme un M alien cent pour pas mtis Car il rvle aussi la dfiance du discours sur la race ( dont il prtend tre le porte parole ui de Sara. ) comme Zara expose les absurdits et les contradictions du systme administratif franais Voyons prsent comment l 53 cm passe par un autre individu non mtis.

PAGE 180

180 4. 2 .2.2 Une exprience mtisse ddie Sara Baartman re tragique de cette femme. Mme si Baartman n e joue pas un rle actif dans la narration, elle ( y ) fait toutefois partie des actants (elle participe au p Elle y joue le rle de personnage rfrentiel 98 nt les autres lments du rcit (Todorov 138). Nous soutenons que celle de Zara car il y a dans ce texte, des lments qui renvoient manifest ement cette femme Nous voulons, de ce fait, souligner quelques un s de ces lments les no ms et la statopygie notamment, pour le dmontrer. En dpit de la ressemblance visible dans la graphie de la dernire partie de ces deux prnoms, L a diffrence entre ses deux femmes est encode dans la consonne initiale de chaque prnom. Les sons [s] et [z] sont tous deux des fricatives 99 orales 100 et alvolaires 101 que seule la sonorit 102 distingue. Le son [s] est non vois (se produit sans vibration des cordes vocales) alors que le son [z] est vois (les cordes vocales vibren t pendant sa 98 Un personnage rfrentiel, dit Vincent Jouve, est un personnage qui reflte la ralit ( un personnage historique par ex emple) (Jouve 1997) 99 Une consonne est fricative lorsque au c bloqu mais il passe par un passage rtrcit qui produit une friction ou un frottement [par opposition aux occlusives 100 101 Une consonne est alvolaire lorsque pendant sa production, la pointe de la langue se rapproche des alvoles soit 102 consonnes sourdes (non voises) qui se produisent sans vibration des cordes vocales.

PAGE 181

181 la voix. Elle devient la voix de Sara, son por te parole, elle lui donne la voix en racont ant ou en rappelant son histoire tragique dans ce livre (152 57) individu muet, ell e lle subit. Le titre du livre ( 53 cm ) est un hommage implicite Sara Baartman, la victime sans voix du traitement aberrant et inhumain au nom de l a classification raciale du dix neuvime sic le. Car Sara. Par rfrence au x classifications raciales du XIX me sicle qui utilisaient notamment le centimtre comme critre de dfinition. Je trouvais ces catgories grotesquement comiques et les dtournais dans 53 cm 103 Par consquent, Zara qui it ce que Sara ne pouvait pas d i (84). lle se veut dpositaire Du reste, ces deux prnoms (Sara et Zara) se disti nguent galement par leur connotation mtisse dclare que Zara est un nom fang qui veut dire celle qui est maigre aux fesses (51). Il est noter que la mtisse C e ci nous ramne la classification raciale du XIX me sicle centre sur le corps de Baartman dont la croupe dcoupe, mesure et analyse par Georges Cuvier (1 52 56 ) devien mesure servant dterminer les races des individus. Cuvier Si le primtre horizontal de ta croupe fait 678 millimtres, tu es une femme wolof, 103 Cf. notre entretien du question : pourquoi avez vous intitul ce livre 53 cm ?

PAGE 182

182 (153) Ce qui confirme et prouve ce que nous avons dit plus haut construite sur le pourtour fessier de Sara. Sara rvle sa servilit envers ses matres. Crais et Scully 104 pendant la colonisation, Sara se ( prive de voix et de raison qui constituent ) Toumson note que dans le Code noir Etre meuble et chose : Par consquent, il va sans dire que Zara ( Celle qui est maigre aux fesses ) pas Sara ( la servante sauvage ) qui est de surcrot statopyge. Ceci montre que Zara est le contraire de Sara sur le plan de la statopygie puisque Keita explique que Statopyge a veut dire fesses grasses (152). qui reconnat cette diffrence se demande si elle : il te manque au moins 241 millimtres pour rivaliser avec la vnus statopyge. Es ngrode ? Maigre aux fesses Qui sait, peut tre suis ? (156 57) fesses maigres prs Cuvier, rapporte Keita, le gras de fesses de la statopyge est une rserve pour les mauvais 104 Saartjie as a child on a farm during a time of brea thtaking diminutive, was also often a sign of affection. Encoded in her name were the tensions of affection and exploitation. Her surname literal Saartje Baartman

PAGE 183

183 jours raciale (ni Blanche ni Noire mais les deux la fois). Le primtre horizontal de [ sa ] croupe ne correspond ni celui de la femme noire (femme wolof 678 millimtres ) ni celui de la femme blanche (europenne 644 millimtres ) (153). Le primtre horizontal de la croupe de Zara est largement infrieur ceux des femm es noires et blanches classables dans les catgories pour indiquer que le mtis rsiste la catgorisation. Zara reste inclassable. Il est important de noter que malgr les diffrences que nous venons de souligner entre ces deux femmes Zara et Sara ont le mme rfrent : Sara Baartman la figure historique. En effet, ces deux personnages (Zara et Sara) constituent les c nus histoire Blanche ngre (127) tandis que la V nus Hottentote fait et mtis de Zara (femme seule, abandonne par le pre de son enfant) est galement inspir de c el ui de Sara 105 105 fants mtis. Zara dit que Jonathan Smith le pre de sa fille Marie la quitte pour aller vendre du coca cola et tomber amoureux de Powantan, la descendante de Pocahontas la quatorzime gnration (114). Pareillement, Sara aura un enfant mtis de Hen drix van Jong, le sous : endrix was a very poor European, the lowest of the low destined to serve in the armies and navies of Europe, a mere drummer in the twenty second battalion of the Batavian infantry. 7). Bien que Jonathan Smith quitte Zara volontairement et que Hendrix, lui, y soit contraint, le rsultat est le mme : les deux femmes sont abandonn es par contraints errer entre les diffrentes races et nationalits de leurs parents.

PAGE 184

184 4. 2 .3 t elle dans 53 cm ? Compte tenu de ce que nous venons de voir dans cette premire partie, il semble l gitime 53 cm Les deux sous sections de cette partie regroupent, notre avis, les lments principaux qui participent au renouvellement de exprience qui est elle mme mtisse parce condition mtisse). Cette nouvelle dimension (raconter la va au del le puisque Zara la m tisse raconte son histoire mtisse qui contient des lments puiss dans la vie de D un autre ct, peindre une exprience mtisse vcue par des individus que la socit ne range pas dans la catgorie mtis contribue 53 cm de Bessora. Il est entendu que non mtis participe ce renouvellement. Cependant, cet ouvrage pousse encore le tisse plus loin entremle son histoire personnelle mtisse celle de la figure historique Sara Baartman. Aprs dmontr que cette exprience se renouvelle, 53 cm 4. 3 53cm : Une expression foncirement mtisse ? Les pratiques textuelles et la langue utilises pour reprsenter le mtis dans 53 cm nous mtisse. Quatre p oints essentiels confortent cet argument ambigut du genre littraire, la technique du collage (pratique textuelle fonde

PAGE 185

185 des codes linguistiques (mlange ctera). C es quatre points nous guideron t dans la vrifi cation de cette supposition (voir si 53 cm ) Nous regrouperons ces points afin de traiter cette deuxim e partie en trois sections. La premire sera consacre aux pratiques textuelles qui textuel et la polyphonie. La deuxime section traitera du mtissage linguistique et nous aborderons le 4. 3 .1 Subversion du genre littraire et polyphonie en vedette dans 53 cm Dans cette section, nous mettrons en vidence les indices du genre littraire flotta nt ou indfini mlange dans 53 cm Nous commencerons par dmontrer que cet ouvrage ne peut pas tre rang entre la De mme, le repre spatiotemporel est aussi un indice qui corrobore l e mtissage textuel dans 53 cm L : la France, les Etats Unis, la Suisse, la Belgique et le Gabon. D e plus l vnements raconts) se droule aprs la colonisation mais il y a galement des retours en arrire histoire contemporaine d narrative est un mlange de la premire et la deuxime personne du singulier ( je et tu ). Ce mlange en produit un autre : le disc ours narr qui se mle au discours dialogu (cf. chapitre 10).

PAGE 186

186 Pour c lore cette section, nous montrerons que la langue est bien mtisse en signalant les lments qui brouillent la frontire entre le oral et le code crit et entre diffrents registres de langue 4. 3 .1.1 Entre la fict essai /pastiche : un genre littraire plurivoque Le texte littraire, dit Marimoutou, est gnralement confront la question du mtissage oujours une vrit du sujet dans le monde qui est sien, mme si cette appartenance lui pse (Marimoutou ouvrage. Pourtant cette vrit lique aussi les histoires des autres (cf. Baartman). 53 cm est la fois une autofiction, un roman mmoire et un roman essai. narration est particul (Laplatine 1997, 100) Nous venons de le dire pl us haut, indpendance). Qui plus est, ce livre est organ is en vingt neuf chapitres titrs. Ce qui confirme 53 cm parmi les essais parce que ce tte subdivision en chapitres titrs rapproche ce livre d un essai 106 anthropologique. 106 Ouvrage littraire en prose, de facture trs libre, t raitant d'un sujet qu'il n'puise pas ou runissant des articles divers

PAGE 187

187 phie et la fiction. Ceci veut dire que le rcit contient la fois des lments autobiographiques et fictifs. Dans 53 cm 107 Nous ne disc uterons ici que deux points qui classent ce livre parmi les rcits vridiques 108 racial les tudes et le lieu de naissance) et la frquence des ralits historiques dans le texte. Po ur donner croire un rcit vridique personnages rfrentiels qui voquent des ralits historiques passes tels que : Alexandre Dumas (104 05) ; Sara Baartman (37 et 152 57) ; Pocahontas (20 22, 37 8) ; G eorges Cuvier (153 55) e du Gabon (62 70) et ndingue du Mali (73) Toutefois, ces personnages issus de la vie relle du pass historique se mlent avec des personnages fictifs tels que Zara, Bienvenu Herme nondine, Jean Christophe et Watara. Ceci prouve que lments fictifs. Zara l 109 pologie Paris aprs 107 Nous reprenons le mme modle ou nous analysons les mmes points (lments fictifs et autobiographiques) dans tous les chapitres o nous nous sommes appuy sur le genre littraire m tis (roman autobiographique) parce que nous faisons 108 Les r la ralit au texte. 109 La mtisse dclare : Six heures de tempte ont labour le ventre de maman, mon ocan. de la cli Thodore, n Lambarn au Gabon, et de Tatiana, ne Lausanne en Suisse. (50 non seulement que le lieu de naissance et les nationalits de ses parents correspondent ceux de Zara mais aussi le cursus commercial et anthropologique, le travail dans une banque a clibataire avec enfant charge lors de notre entretien du 23 juin 2009 Paris.

PAGE 188

188 avoir ommerciales Lausanne (en Suisse). Les deux femmes travailleront aussi pendant quelques annes dans l d et Zara sont toutes deux des femmes clibataires avec un enfant leur charge quand elles vont faire leurs tudes Paris. Adle King affirme Her novels have autobiographical sources but, just as she is an example of how categories do not match reality, t 53 cm [53 centimetres], is based on her life as a singl e mother and student in France. (King 61) 53cm chappe cette pratique. pas un seul genre littraire dans ce livre. Ainsi, lors que nous lui demandons si 53 cm est un rcit tmoignage 110 ou un rcit documentaire 111 elle dclare : un roman, je crois. Je ne me limite pas un genre narratif et ne pense pas tablir la vrit 112 Cette dclaration de ils pas pour confirmer que le genre littraire de 53 cm est bien ambigu ? 4. 3 .1.2 Polyphonie en vedette dans 53 cm La polyphonie 113 est mise en vedette dans 53 cm y revt plusieur s formes. La en passant par une forme discursive mtisse. Nous ne 110 111 Un rcit documentaire repose s ur des documents informatifs. 112 113 parlent simultanment sans es autres (Cit par Ducrot 171).

PAGE 189

189 traiterons ici que le collage textuel en nous limitant quelques extraits de la chanson de Zao 114 qui parsme nt narr et dialogu. Cette dernire nous permettra de montrer comment une voix en cache une autre dans ce livre Il semble lgitime de se demander quel rapport il existe entr e le mtissage et la polyphonie. La polyphonie est un concept qui engendre le mtissage text t constitutive est implicite ( comme dans le mtissage ) montre convoque dans son discours (Vion 106). Dans 53 cm la plupart des voix que Zara convoque dans son rci maille tout le texte ou encore la voix du pre de Zara incluse dans celle de la mtisse dans le chapitre dix du livre. Collage textuel : Zara Zao. Les extraits de la ch anson de Zao intitul Ancien Combattant (143) figurent dans cet ouvrage parce que Zara tient joindre la voix de construction nonciative multipartite, la poly phonie ne reprsente pas uniquement la voix de De ce fait, c et imposer sa prsence qui occasio nne le contact entre le texte de Bessora et celui de Zao. Notons que, comme dans une conversation o les interlocuteurs respectent le tour de parole, la manire dont Zara slectionne le s extraits de ce chant lace s on t aussi prmdits transparatre la prsence, le contact avec 114 Zao est un chanteur congolais

PAGE 190

190 en lui accordant la parole se tait ( comme une conversation ou un dialogue). Le choix et la (pour exprimer ses sentiments pour lequel Zara ne tient pas tre tenu e responsable nonciati f ) et en fonction d deux courriers administratifs de la CAF contenant des informations diffrentes sur la nationalit contredisent pas aux employs administratifs. Zara rapporte Gwen chante Ancien Combattant avec Zao : Tenons nous la main dans la main Jetez vos armes, jetez vos armes, jetez vos armes Tenons nous la main dans la main (150) Zara se cache derrire la voix de Zao ici pour dire indirectement aux employs administratifs de du (Ducrot 193) je le tour de parole des autres personnages du rcit. Elle choi sit qui elle veut faire parler et quel incombe Zara. L e mot amis dans cette citation renvoie aux employs de guerre contre les immigrs clandestins vivant sur leur territoire. Elle leur demande de renoncer la chasse aux immigrs illgaux et de leur tendre la main car ils sont la

PAGE 191

191 mouvement. Si les employs administratifs favorisent la libre circulation des individus au migration, alors guerre ne peuvent se tenir la main dans la main que moyennant un cessez le feu dfinitif. Le souhaiteraient circuler librement comme les autochtones (les immigrs en situation irrgulire) ceux qui tiennent dmasquer les transgresseurs de la loi. Lorsque Jean e ra derrire la voix de Zao pour exprimer ses sentiments. Par consquent, aprs leur rendez vous au restaurant rien La guerre, Quand les armes pleurent, Si tu fais pas vite Changui mon cher, [Cadavere. 78) Ces paroles que Zara emprunte Zao ici sont prophtiques. Elles anticipent sur ce qui arrivera la mtisse clandestine. Il semble, de ce fait, justifi que ce ne soit pas Zara qui di se elle mme ce qui va lui arriver Elle dclare (177)

PAGE 192

192 Cependant, m me si elle ne la hrone est encore responsable du sens attribuer ces noncs bien chanteur 115 A cet effet, Zara choisit radio Nova comme nonciateur pour prtendre se distancier des paroles de Zao. Ceci lui permet de mieux masquer sa responsabilit et de part dans ces noncs de Zao. La guerre est toujours cell e qui oppose les clandestins mais comment prcdemment individus de circuler librement. A bolissez les frontires et la cl assification nationale qui sparent les individus en deux camps ( autochtones et les trangers /immigrs guerre voque ci en effet une guerre car les trangers en situation irrgulir e se cachent. Ils trouvent des astuces (de guerre) pour viter la police et rester dans le pays o ils son interdits de sjour. Les policiers leur tour cherchent galement des stratagmes pour arrter les Quand pour Zara la clandestine ma ace f anaise (92, 95) ( mari de race franaise ) car Seul le mariage a vec un Franais lui permettra it de quitter la clandestinit et devenir trangre en situation rgulire. Si la mtisse ne trouve pas rapidement de mari f ranais, elle sera cadavere t a mort voque ici travers le mot cadavere qui est une dformation du mot cadavre est une mtaphore des difficults 115 Les nonciateurs leur attribue des mots prcis. Ils parlent seulement pour exprimer leur poi nt de vue, leur position, leur attitude, et non pas au sens matriel du terme, leurs paroles. Les nonciateurs sont des sujets des actes illocutoires lmentaires ; c parlant.) (Ducrot 204)

PAGE 193

193 auxquelles elle doit faire face si elle reste clandestine. De plus, puisque le cadavre voque la fin d'une vie humaine, Zara croit supporter. Elle doit donc viter inactivit et choisir le mouvement qui sied au mtis. Zara ne risque p Elle encour t aussi une arrestation qui la conduira en prison. Elle ne recevra peut tre pas de coups de matraques certain ement les menottes lo rs de son arrestation. De mme, pour Jean Christophe non plus. Ce policier doit aussi trouver des astuces pour gagner la guerre contre les clandestins. Il est et pour Christophe rvle commissaire principal [..] F L I C Flic (184). Zara prtend ne pas comprendre car elle est dans un tat de choc. Elle divague : (184). Le policier doit revenir la charge et dire clairement la mtisse : (184). Ds que Zara comprend enfin, elle donne le nom de famille du policier : Grand Veneur (185). Jean Christophe est un Grand Veneu r En utilisant la pratique textuelle du collage pour mtisser son texte, Bessora choisit de parler du srieux autr e ment et dans le mme temps elle En effet, 53cm dans un franais la syntaxe souvent simplifie po la survie

PAGE 194

194 d onne lieu deux interprtations. Ces dernires tirent leur source d e la sidre alors Nous voulons dmontrer que ces deux interprtations sont possibles dans 53 cm La premire interprtation est directement lie la langue du texte de la chanson de Zao qui est crite dans un franais tirailleur aux coloniss pendant la guerre pour leur faire parler la langue f ranaise plus rapidement. Il fa llait simplifier la syntaxe du franais pour faciliter la communication entre les officiers et les soldats. Pourtant, aprs la guerre, les Franais reprendront ce discours et se serviront de cette langue pour montrer quel point le Noir est infrieur (stupide ) par rapport a u Blanc. Dans sa chanson, Zao ne fait que se rapproprier ce franais tirailleur pour exposer ce que la plupart de s utilise un discours populaire pour voque r un problme srieux. Ce chant est dans ce cas un faux semblant de frivolit puisque le discours sur la race intgre cette chanson de Zao dans son texte parce que par rapport au discours sur la race aussi colonisateur deviendra la faon dont les Africains sont supposs parler selon les Franais de cette et moi y en a bon, y en a content et ctera) dans la reprsentation populaire du ngre au thtre, au cinma, dans les romans, dans les bandes dessines. Bessora reprend dans ce texte ces deux manires de parler du ngre Tandis que Zao reproduit la faon de parler moi y en a bon, y en a content Zara se charge de la manire de

PAGE 195

195 (92). La deuxime interprtation possible est associer la frivolit on attribue souvent la musique populaire. Le collage, crit Laplatine la notion classique de profondeur, mtissant les diffrentes surfaces sans e ffets de perspective (Laplatine 1997, 109). Bessora parsme son texte du chant de le la mort que Zao chante si gaiement (57 ), cet auteur parle drisoirement de la qute identitaire (en jouant avec les mots). Ce faisant, elle devient le philosophe danseur rait de rejeter le fardeau des 1997, un champ de forces en conf rontation et en mouvance, un moi mtis (Laplatine 94 5). Ce qui traduit bien la rfrence la musique (le chant de Zao) rcurrente dans 53 cm ignor dans ses ouvrages. Elle dclare : pote. Dans 53 cm le choix des correspondance entre son et sens sont (sic) parfois importants dans mon criture 116 si la dernire phrase de ce texte est emprunte Zao : Avec les coups de matraques tout coup patatras, (185). Sons et sens correspondent merveille la police 116

PAGE 196

196 sens li cette arrestation. La matraque est une arme que portent les C. R. S (p oliciers chargs de la scurit urbaine en France) e par les C.R.S les c oups de matraques renvoie nt au mot policier puisqu e un C.R.S en est un. De plus, ce groupe de mot s est une mtaphore pour le mot menottes puisque Zara est certainement menotte Alors que tout coup soulig ne le caractre inattendu de cette arrestation, patatras Cadavere confinement dans une cellule de prison qui est comparable la mort ( du corps physique ) Cette d ernire phrase montre bien comment la voix de Zao cache celle de Zara la fille engendre par Bessora. Nous rvlerons, dans cette sous section, la manire dont le discours narr contient un dialogue et la voix narra tive qui contient deux pronoms ( je et tu ) dans la narration. Il est admis que la polyphonie suppose une combinaison de plusieurs voix. Nanmoins, Ducrot affirme que pour saisir le sens de la polyphonie, il faut montrer la ale la superposition de ces nombreuses voix dans son nonciation (Ducrot 183) Dans 53 cm la superposition de plusieurs voix est signale de diverses manires. Il y a par exemple des dialogues directement insrs dans le rcit de faon explicite : la conve rsation entre Keita et Zara au dbut du rcit (7 8) ; la saynte qui a lieu chez Mya sur la parodie du tribunal o Zara doit prouver que Marie est bien sa fille (77 80) ; et ctera. La e peut tre rajoute

PAGE 197

197 cette liste. La page quarante sept de ce li vre contient un bon exemple de dialogue implicite entre c dclare La race gauloise est mlancoliq ue et pastorale. Les toilettes sont au fond du couloir, Alexandre. Dpche toi et reviens. As tu tir la chasse tu lav les mains ? Non Il semble vident que cette se prsence des instances personnelles du discours et leurs variantes savoir, les pronoms personnels je et tu et leurs variantes moi et toi cette section narre. Dans la deuxime phrase de cette citation, Zara r pond certainement la question : peux ? qui lui est sans doute pose par Alexandre. Lorsque Zara dit : elle rplique Alexandre qui a d rpondre affirmativement sa question : As tu tir la chasse ? son interlocutrice : Non ent celle de Zara. Le lecteur entend ou peut facilement retracer infiltration de dans Le discou rs narr qui cache un dialogue ne constitue pas le seul moyen utilis dans 53 cm pour incorporer (un dialogue narr) y est aussi apparent. En effet, dans le chapitre dix de ce livre (intitul e rgne

PAGE 198

198 discours narr dans les chapitres prcdents (dans lesquels la narration parseme de conversations y est parfois la premire personne du singulier) un dialogue narr Dans ce chapitre du livre, la narration change de la premire la deuxime personne du singulier. tu discours narr. Barthes soutient que dans la communication linguistique, je et tu sont narrateur et sans auditeur (ou locuteur) (Barthes 24). Il est vrai que dans une narration la premire personne, la deux est raconte. Pourtant, ce est pas le cas dans cette section de 53cm Le rfrent de tu pas ici lle de son de cette section du livre. Zara dit : Nous sommes Lambarn, au Gabon, dans les annes trente. Tu as trois ans. Tu portes de s guenilles (62 ). Le pronom personnel nous fusionne ici le je de Zara le sujet parlant (celui qui rapporte les faits) et le tu du pre dont il conte changement de t annes trente. Cette phrase prcise que les vnements qui vont tre cont s ici ont eu lieu Les deux dernires phrases de la citation soulignent le niveau dialogique contenu dans le pronom tu Deux interprtations peuvent se prter ces deux phrases. La premire renvoie au dialogisme de Bakhtine qui s : Tu as trois ans. Tu portes de s guenilles Zara nous oriente

PAGE 199

199 avec son s tu toutes les autres voix des m embres de sa famille qui lui ont fourni cette : Tu as trois ans. Tu portes de s guenilles sous entendent un dialogue narr Nous utilisons le mot hybride dialogue narr car selon nous les deux formes discursives (le dialogue et la narration) fusionnent ici et elles ne peuvent pas tre spares. Le dialogue ncessite les tours de parole in praesentia alors que la narration privilgie les tours de parole in absentia ce de son gniteur. Ainsi, tel le un e colire ayant appris sa leon, Zara conte son pre sous forme en tte ici seu 36). Toutefois, mme si le pre de Zara est physiquement absent pendant cette conversation, sa voix est prsente par le pronom tu qui implique le je Il est inconcevable de croire que Zara, le sujet des noncs : Tu as trois ans. Tu portes de gu 117 118 117 intellectuelle sous jacente

PAGE 200

200 il 119 Par consquent la voix de Zara est polyphonique ici autres. Vrifions prsent si la langue est bien mtisse dans 53 cm 4. 3 .2 Mtissage l inguistiq ue d ans 53 cm Une langue mtisse, selon Lambert Flix Prudent, est une langue qui dtruit la sacralisation du bea linguistiques. Cet aut eur souligne que la pratique de techniques linguistiques telles que le calque, s la langue (Prudent 63 4). Bien que 53 cm soit crit en franais, il est impossible de confiner la langue utilise dans cet ouvrage un seul code linguistique car les codes crit et oral du franais y crit et oral avant de discuter les diffrents registres du franais dans ce texte. 4. 3 .2.1 alors q lange produit un troisime lment la voix trace trace garde les 118 dans la 119 Nous empruntons le terme citateur Kuymcuyan (Kuymcuyan 153).

PAGE 201

201 caract ristiques des d eux codes qui la composent. Ceci permet de reprer facilement ce code le discours. Tandis que la simplicit et la forte implication du locuteur dans le discours sont souvent 7). 53 cm pour A cet effet, l orsque Zara arrive au bureau de SOS Racisme o elle a rendez organisme vient de finir une conversation tlphonique et elle se plaint compris que la prfecture tait tribaliste sic ) ce Yougoslave al Peut kosovars ( sic Parmi les lments qui nous mnent souten ir que ce passage est bien une voix trace, nous lettre son y Nous disons lettre son car la lettre y lettre y y en a marre qui est souvent La deuxime lettre y Les droits de Dans le langage populaire ou familier cette syllabe compose des deux sons ([i] et [l]) est souvent rduit en un seul son (le familire hein elle est

PAGE 202

202 norme 120 et utiliser des phrases sans verbes pour simplifier ses noncs. E lle dit Vraiment hein. pour ne pas dire et Quel con vraiment au lieu de Il est vraiment stupide De mme, elle supprime le morphme de ngation ne dans les phrases telles que : Il a pas compris et on leur donne pas des papiers La simplification de la locution adverb iale certaines fois ou quelque fois qui est remplace dans la dernire phrase par la forme populaire des fois s avoir vu transgresse le code d e la grammaire normative du franais qui exige le respect des rgles grammaticale s langue dans ce texte. 4. 3 .2.2 Mlange de registres de langue dans 53 cm Les registres de langue ou les niveaux de langue constituent les diffrentes manires de Le locuteur doit, cet effet, slectionner les m ots lexicaux et la syntaxe appropris selon la 121 Il existe trois registres ou niveau x de langue en franais : le registre soutenu, le registre courant et le registre familier qui son tour comprend trois et dans les textes littraires. Sur le plan lexical et syntaxique, les ca ractristiques principales qui 120 19). 121 es amis ou aux membres de sa famille.

PAGE 203

203 rgissent ce niveau de langue consiste nt en un vocabulaire recherch et un respect strict des rgles de la grammaire normative. Ce registre est rserv un environnement social cultiv o les usagers de la langue ont un trs utilis dans les changes professionnels ou officiels mais aussi dans la communication entre les interlocuteurs qui ne se connaissent pas ou ne sont pas proches. Le lexique du re gistre courant est constitu de mots compris par tous les usagers de la langue et les principales rgles de syntaxe y sont respectes. Intime et spontan, le registre familier correspond au langage courant simplifi. Le vocabulaire employ dans le registre familier est p des rgles de syntaxes y bat son plein. Dans 53cm souvent inexistante car dans la mme phrase ou le mme paragraphe, les registres couran t et familier se ctoient souvent. Tel est le cas du paragraphe ci dessus (celle que nous venons de section sur les registres de langues ) Le c ouvercle et la lunette du W. C. sont peints de figures gomtriques, multicolores et laques : chiottes de star pour nobles crottes. Il y a dans la cuisine amricaine, une Adieu (124, 125) La premire phrase de cette citation est la fois courante et familire. Les deux registres sont ici spars par le s igne de ponctuation form de deux points superposs ( : ) Nous avons ici deux phrases diffrentes qui sont runies en une s eule. La premire partie (situe avant les deux points) est une phrase du registre courant parce que le lexique y est usuel et les rgle s de syntaxe y sont respectes ( Le couvercle et la lunette du W. C. sont peints de figures gomtriques, multicolores et laques ). Cette phrase dans laquelle l a narratrice dcrit les toilettes de

PAGE 204

204 deuxime partie de la phrase Zara change de registre. Elle recourt au registre fa milier pour finir la premire phrase de cette citation ( chiottes de star pour nobles crottes ) Nous soutenons : le lexique y est familier et les rgles es mots chiottes, star, crottes du mot noble ici font partie du registre familier. Ces mots auraient pu tre remplac s respectivement par ; vedette clbre et trons Qui plus est, sur le plan syntaxique, chiottes de star pour nobles crottes introduisent cette squence sparent la partie descriptive de cette phrase de celle qui la commente. Le passage du registre courant au familier peut se justifier par les diffrents rles de la narratrice ici. Dans la premire partie, elle rapporte simplement les faits en dcrivant ce t. Dans la deuxime partie, Zara mme puis au lecteur. Les deux points peuvent tre subst Zara recourt au registre familier car elle se parle elle mme dans ce commentaire. Utilise dans un autre registre, cette dernire partie de la phrase pourrait par exemple tre remplac par la squence suiv ante : doivent appartenir une vedette clbre dont les trons ont une valeur suprieure ceux des pauvres Dans la dernire phrase de cette citation ( Adieu (125), nous avons le mme mlange des registres courant et familier (vulgaire). Par ail leurs, les lettres administrative s de la CAF (cf. 149 50, 152) que nous ne commenterons pas ici constituent des exemples du registre soutenu dans ce tex

PAGE 205

205 limite pas uniquement ces lettres mais nous ne nous attarderons pas discuter cela. Eu gard des codes mais il pas justifi de croire que la langue est bien mtisse dans ce texte ? mtisse dans 53cm Notre tude rvle que la subversion de code ne se limite pas uniquement au 53cm Nous avons dmontr que la frontire est floue entre les diffrents genres littraires dans lequel t classer cet ouvrage (roman autobiographie et essai). D un autre ct, nous avons 53 cm ne peuvent tre confins dans une seule catgorie. ues telles que ce que nous appelons directe (citation directe du chant de Zao) nous a permis de montrer que le mtissage se fait aussi Aprs avoir dcouvert que ce texte est mtis, v rifions prsent si cette expression mtisse se renouvelle dans 53 cm 4. 3 .3 croire que la manire de dire le mtis se renouvelle de Baartman mais galement ajoute un lment supplmentaire cette nouvelle manire de parler du mtis en littrature car el le pratique ce que nous appelons dans son texte. Nous abord la

PAGE 206

206 manire dont le discours sur la race du dix neuvime sicle est repris dans un sens inhabituel les barbares et les civiliss dans 53 cm 4. 3 .3.1 Au cours du Sicle des Lumires les prjugs raciaux noir qui, selon Voltaire 122 fait partie des races inferieures restes proch Buffon 123 po ur sa part, considre le Blanc e races Il ajoute que les Noirs (les H ottentots) qui ont les yeux comme des animaux sont malforms et infrieurs aux Blancs. Dans 53 cm Za ra reprend le discours sur la race tenu par : Dans son trait de mtaphysique, Voltaire a dit : Les Europens me paraissent suprieurs ces Ngres, comme ces Ngres le sont aux singes et comme les singes le sont aux hutres (164). Ce discours raciste du dix huitime sicle se poursuivra au dix Baa rtman qui est considre comme une femme animal cette poque. Keita qui Bessora prte la voix des philosophes de ces sicles dans ce texte affirme que Baartman tait un animal (155) car Hegel a dit que dans le caractre de ces Ngres, (154). Le discours sur la rac e des sicles prcdents est reproduit drisoirement dans 53 cm pour Zara, le porte parole de Baartman dans ce texte ne donne pas seulement la voix cette femme n oire victime des prjugs raciaux mais elle contredit aussi le discours raciste du dix huitime et dix Sara est un tre humain dans sa rplique ( Cette femme tait un homme (155)) Keita qui continue humanise le Noir elle dtourne le 122 Nous nous appuyons ici sur Toumson qui rapporte que dans son (1756) Voltaire crit que les (Toumson 169 79). 123 Bu ffon est cit par Toumson. (Toumson 177).

PAGE 207

207 discours sur la race des sicles antrieurs pre t pas humains (66). Car, le grand directement ses paroles quand elle dit Les Roses, disait il, ne sont plus tout fait des animaux ; mais ce ne sont pas encore tout fait des Fang (des de la sauvagerie ; mais ils ne sont pas mauvais : ce sont des innocents qui ne connaisse nt pas encore le grand esprit. Ces chvres n e respectent donc ni leur vie ni celle des autres fang et immortel s en rpandant la mort sur les Fang. (67) Si les philosophes des Lumires et du dix neuvime sicle considrent les Noirs c omme des animaux, le grand les Roses (cf. Ces chvres ne respectent ). Tandis que les Europens se persuadent que Sara Baartman 124 Asper ge sauvage pense de mme pour les Blancs qui ne sont plus tout fait des animaux ; mais ce ne sont pas encore tout fait des Fang (des Humains) Selon lui, ils sont la croise des espces humaine et animale. De mme, pendant la colonisation, le col onis (le Noir) est pris pour un sauvage mais dans cette citation ce sont les Blancs ( les Roses ) qui sont sauvages car ils sauvagerie dresse par Hrodote. D e mme, d s le dbut de la colonisation romaine, crit Schmidt, les indignes, dont les terres sont conquises puis occupes, sont reprsent s comme des barbares, indisciplins et rustres face des Romains triomphants (Schmidt 23). La Gaule sera conquis e par Rome selon ce mme schma 125 (les Gaulois sont des primitifs pour les Romains). Par en Afrique et ailleurs 124 Cf. Crais et Scully 6. 125 Cicron estimait que les excs (les menaces et la terreur monstrueuse des paroles) des barbares Gaulois taient incompatibles avec romain (Schmidt 26).

PAGE 208

208 savoir, celui qui est colonis est barbare. Le moins fo rt est un primitif pour le plus fort, le vaincu est le barbare du vainqueur. Nanmoins, le grand pre de Zara inverse ici le discours sur la race colonis devient le civilis ayant le grand esprit innocent le naf jeune phacochre le sauvage parce que pre de Zara pense que [l] es Roses ie racial fille Zara reprendra ce flambeau. 4. 3 .2.2 Inversion des rles entre le civilis et le barbare dans 53 cm star de son grand pre, Zara inverse aussi E gaulologue mploye de la CAF qui vient inspecter son appartement, Zara dclare : mme, Gabonaise par son pre, est Fang, le civilis dont parle son grand pre dans le passage prcdent. Si les ethnologues europens tels que Griaule (cit dans le texte (66)) et indignes/primitifs il ne ce que je pense des Gaulois, mais ce que vous pensez de vous mmes. Telle est la grande (33). La mission de Zara est diffrente de celle des ethnologues europens qui observent les barbares ils pensent des observs. La mtisse barbare dit ce

PAGE 209

209 introspective moins dvastatri e une critique de soi, aussi rude soit elle collecter les informations sur les Gaulois, Zara rencontre Albin Michel Thophile le c lochard homosexuel qui la renseigne sur les Gaulois. Elle se demande si deux missionnaires, Pre Lachaise et Pre Chaillet chargs de la civilisation des sauvages estiens (36). La gaulologue enquerra auprs du Gaulois Thophile : ? La contrainte ? Contraindre Ah Mais attention La Gaule est une dmocratie (37). Zara voque la mission civilisatrice associe la colonisation travers les deux missionnaires mentionns ci dessus. Cependant, le pre Lachaise de cette citation, doit civiliser des individus de sa propre race mm e mission civilisatrice parce que la plupart des barbares du cimetire du Pre Lachaise sont des illustres rudits tels que Molire, Proust, Cuvier, Lafontaine, et ctera. Qui tait comte et le prtres chargs de la mission civilisatrice dans les colonies. Les barbares dont il est innoc ents qui ne connaisse nt pas encore le grand esprit dont parle le grand ici hommes de grand esprit deviennent des barbares De mme, si dans les colonies la contrainte est la manire qui prvaut pour civiliser les barbares Albin Michel insiste sur le fait barbares (q ui sont les

PAGE 210

210 Blancs ici) et les civiliss (les Noirs) dcrit s dans ce livre, la diffrence reste intacte entre les deux groupes viss. Car la barbarie des pour baptiser les Gaulois primitifs ou barbares Cette mtisse dans 53 cm avons mentionn au dbut de cette dernire section dire l e tissage du texte autour de la figure historique Baa rtman et le mlange des expriences mtisse s : celle vcu e par les individus non mtis et celle de Zara mtisse qui est elle mme mtisse. 4.5 Conclusion Nous venons de dmontrer dans ce chapitre que 53 cm dconstruit la figure du mtis en litt rature. E n nous appuyant sur diffrents lments du texte nous avons prouv que cette dconstruction de la reprsentation du mtis repose sur la manire dont cette exprience mtisse est dite L rience mtisse rvle 53 cm une extension de la s non mtis Par ai lleurs, nous avons aussi montr dans ce chapitre que 53 cm ne change pas uniquement de faon p rofond e la manire le mtis en littrature mais il renouvelle aussi ce ll e de dire le mtis. Dans la premire partie de ce chapitre n une immigre

PAGE 211

211 dcrite s s documents fournir ou encore les contradictions administratives auxquelles les immigrs doivent faire face n e sont pas parg n s la mtisse. Toutefois, Zara doit rpondre galement de son mtissage racial confronte une difficult supplmentaire laquelle les immigrs non mtis ne font pas face. non mtis 53 cm expose des expriences mtisses vcu es par des individus que la socit ne considre pas comme mtis. Nous avons voqu des personnages du texte dont les parents sont de la mme race mais issus de diffrentes cultures ou nationalit s. Nous avons galement discut la manire dont mtisse. Nous avons dmontr que Sara, rcit y joue le rle de personnage rfrentiel. Nous avons soulign les lments qui rapprochent ses deux personnages ( ) des nouvelles ma nires utilises dans cet ouvrage pour reprsenter le mtis en littrature. Ce m une nouvelle exprience qui est elle mme mtisse parce ence mtisse dpasse les bornes habituelles dans 53 cm grce ce mlange supplmentaire qui s renouvelle dj lorsque Zara la mtisse raconte son histoire mtisse travers son exprience De plus peindre une exprience mtisse vcue par des individus que la socit ne range pas dans la catgorie mtis tel que Keita contribue galement Cependant, cet ouvrage va au

PAGE 212

21 2 Baartman. Dans la deuxime partie de est bien mtisse dans 53 cm Nous nous sommes base sur la subversion du genre littraire et des codes linguistiques sur les pratiques textuelles du collage et de la polyphonie pour prouver que ce texte est foncirement mtis. Notre tude rvle que le genre littraire de cet ouvrage est flou car il se situe entre plusieurs genres littraires. Il est la fois une autofiction, un roman mmoire et un roman essai. Dans 53 cm le rcit ne se limite Baartman), ni une seule voix narrative, ni un seul espace gographique. Dans la section consacre la quelques extraits de la chanson chanteur congolais expli citement dans son nonciation, Zara emprunte la voix de Zao pour exprimer un sentiment pour se distancier de ce Nous avons rvl que c ette pratique textuelle du collage est utilise ici pour mtisser le texte D un autre ct, il se rt exposer les clichs sur le parler ngre invent par le colonisateur, introduisant ainsi un lment historique dans le rcit et pour brouiller par expos comment l a mtisse en nous appuyant sur des extraits du texte. Partant des discours narr s qui cache nt un dialogue au dialogue dans un discours narr, nous avons dvoil comment le lecteur peut

PAGE 213

213 traite du mtissage dans la langue nous a permi 53 cm Puisqu e ouvrage la langue ne peut tre co nfine un seul code linguistique. Car les codes crit et oral du appelons la voix trace des deux codes qui le composent et qui y sont maintenues. Du reste, notre analyse indique aussi que dans 53cm la frontire entre les registres est souvent inexistante car dans la mme phrase ou le mme paragraphe, les registres courant et familier se ct oient. Tous ces lments nous ont permis de dmontr er 53 cm D u r e ste nous avons montr que tisser le texte autour de l a figure historique Sara gre mtisse (qui mlange mtisse dans 53 cm Nous avons aussi prouv le mtis en littrature rside dans le f t y raconter un fait observ et pas vcu par lui mme. N ous avons finalement rvl que le del de toute attente dans 53 cm dtournement du discours sur la race que nous avons rvl grce c e que nous appelons la e renouvelle dans cet ouvrage parce que cette discours sur la race et de le contredire surtout

PAGE 214

214 CHAPTER 5 DEUX DANS GARON MAN QU DE NINA. BOURAOU I 5.1 Introduction Garon manqu parce que la reprsentation du mtis y est plutt singulire. Dans cet ouvrage le mtissage ethnique semble tre la base de la prise de homosexualit) indique dj un aspect novateur de la condition mtisse d peinte dans cet ouvrage e limite pas uniquement es tels que la tragique noyad e en jeunes Algriens dclenchent galement la crise chez cette mtisse. Du reste, le manque de vit en Algrie, le pay s de son pre e cette socit algrienne qui est aussi sienne. Ce rejet renforcera le doute de la mtisse au sujet de son identit qui restera ambigu, coince entre Algriens. Victor Witter Turner 126 qui dfinit une zone du milieu ( dans ses ) pour essay er de caractriser le mtis. Cette zone du ci 126 Anthropologue anglais qui franais connu pour ses travaux sur le concept de rite de passage et sa thorie des trois phases (prliminaire, liminaire, postliminaire).

PAGE 215

215 (stade postlimi naire 127 ). Ce stade liminal dcrit par Tuner constitue la caractristique essentielle celle de de se situe galement dans cette zone floue : entre le s identits de ses gniteurs. deux peut tre exprime de diverses manires. Elle dclare que certains auteurs accordent une place trs importante aux nt de nouvelles manires de vivre : adoption de stratgie de survie fonde sur la dbrouillardise, le bricolage ou encore les figures du tiers, le mtis (Louviot entre deux sous entend dj celui de mtis c ethniques de ses gniteurs) qui nous mne inclure le terme paradoxe dans le titre de ce chapitre. Garon manqu ne en erbre a lgrien, Rachid f ranaise, Maryvonne. Ces amoureux des annes 1960 en France se marieront et auront deux filles : Jami et Nina la cadette. de algrienne et d es consquences qui en dcoulent. Par ailleurs, vivre en Algrie p eu de temps aprs la guerre d ne sera pas facile pour la Franaise Maryvonne et ses deux filles Ainsi, se dfendre et 127 Notons aussi que dans le domai ne culturel, Homi Bhabha dfinit les espaces entre deux ou interstices en termes socit en soi (Bhabha 2). Une identit entre qui connecte les diffrences. Ce serait, de ce fait, une nouvelle identit drive des deux identits diffrentes. Or, le mtis se situe entre deux identifications fixes qui, selon Bhabha, reprsente nt deux.

PAGE 216

216 pre que Nina long du rcit, Nina doit faire face aux pripties lies son deux. Alors que le mtissage ethnique suppose une fusion des ethnicits qui le compose nt mtisse de Nina rvle plutt une diffraction. Elle est tiraille entre les races ses fragments identitaires. Ce tiraillement entre les ethn icits et les nationalits des parents de la mtisse souligne le caractre ambivalent du mtis qui caractrise son paradox e Le mtis ethnique est par dfinition un individu dont les parents appartiennent des groupes ethniques diffrents. Ces diffrentes ethnicits (des parents du mtis) fusionnent pour crer une nouvelle ethnicit la fois dpendante en part que dans Garon manqu deux est enracin dans la rception du corps mtis. mtis, nous postulon on y est galement mtisse. Car si bas e sur le vcu personnel de mtisse elle culture une corrla tion entre la condition Quatre questions nous guideron t tout au deux dans cet ouvrage. Il ndition mtisse dcrite dans Garon manqu voir et valuer du

PAGE 217

217 mtis 128 m deux s e n sort paradoxe. Garon manqu est mtisse, nous parton que son apparence physique (diffrente de celle de ses gniteurs) est la base du rejet de la mtisse des socits de ses parents. Nous suppos u mpris entre survie dans ces pays. son homosexualit qui se confirme la fin du rcit. Ce chapitre comprendra trois par ties. Nous discuterons, d la rception paradoxale du corps mtis qui comprendra quatre sous sections : dans les socits franaise et algrienne l a prison libratrice le mtissage et le pass histo rique franco algrien que reprsente la mtisse. Il sera e nsuite question expression mtisse dans cet ouvrage. c nous dmontrerons que le genre li ent les code s littrai res dans Garon manqu en nous reposant sur la notion du dbordement. Garon manqu parce que le mtissage textuel y passe galement par le dialogisme. Il nous faudra galement aborder le renouvellement dans la reprsentation du mtis en littrature en deux sections 128 Une expr ience mtisse conventionnelle supposerait que le mtis soit la fois admis et rejet dans les socits de tous les mtis qui se voient tiraill s dans les socits de leurs parents.

PAGE 218

218 mtisse indite dcrite dans ce livre. Ces nouvelles techniques qui participent au mtissage de Garon manqu impliquent une subjectivit mtisse, un nouveau discours sur savoir, les Garon manqu et s sexualit. 5. 2 Rception paradoxale du corps mtis constitue le noyau, ou le deux. Garon manqu sous entend que manque quelque chose que doit possder tous ceux qui sont considrs comme garon s Pour les psychanalystes, Freud en particulier, garon manqu est synonyme de fille. En effet, de son dveloppement que la petite fille qui voit les organes gnit aux de l'autre sexe s'aperoit de son manque de pnis (Freud 1933 173). Ce c onstat constitue son complexe de castration puisque, croyant avoir t castre par la mre, la petite fille percevra ce manque de pnis a petite fille que Freud dfinit en terme de manque car le complexe de castration du petit garon (qui lui aussi son pnis. De ce fait, un garon manqu garon manqu pour leur ambi

PAGE 219

219 confirme t : Tous les jours je vrifie mon identit. ? Algrienne ? Fille ? Garon ? (163) Ces quatre problmes exposent les diffrentes enti la culture. Par ailleurs, vrifier son identit tous les jours implique que la mtiss e se sent ou est trangr e dans le pays o elle vit. Car parce que tre certain vle une instabilit, une incertitude lie au jugement des autres corres p ond ici dcouvrir chaque jour autres lui attribue ro voir dans laquelle de ses deux appartenances elle sera incluse et de laquelle elle sera exclue juges de la soci t. Garon manqu eut se dployer sa paradoxale cohrence (Cit par Duclot Clment 52) La cohrence est paradoxale dans le corps deux allie des lments opposs ou contradictoires contraints la le corps humain constitue un tout indivisible dans le concret. groupe social selon

PAGE 220

220 un mme corps appartenance tantt tel groupe tantt tel autre. De plus, la socit semble, Hulstaert affirme que : le comportement vis vis du mtis dpend des conceptions qu'on se fait de soi mme et de sa culture d'un ct, et du mtis de l'autre, ainsi que des sentiments qui rsultent de cette conception mmes dans ce texte 129 devient l e prtexte leur perme ttant de considrer la mtisse f ranco a lgrienne comme infrieure aux Franais en raison de son ascendance algrienne. De mme, les Algriens ou les te son ascendance franaise et ils ignorent totalement son ascendance algrienne. Toutefois, puisque le comportement vis le mtis peut, de ce fait, tre admis ou rejet dans la mme socit. Ainsi que nous le Garon manqu ne fait pas exception cette rception paradoxale du mtis. Nous voulons, partir de cet ouvrage littraire, montrer que le mtissage est une construction sociale puisque ge et catgorise le mtis. Vrifions maintenant exprience conventionnelle du mtis. 5 2 .1 Une exprience mtisse conventionnelle : inclusion et exclusion du mtis voque des lments qui permettent de classifier les individus dans les repres conventionnels par rapport la race e existe. Car la socit ne cesse de classer les individus dans d racial et ethnique. 129

PAGE 221

221 Abolir la classification ethnique rsulterait en un dr glement de la socit qui compliquerait la simplification mis e en place. De ce fait, faire la sourde oreille sur les dcouvertes Dlimiter les fronti Watin, permet de donner du sens la ralit qui entoure les acteurs de la socit (Alber et al. 6). Nanmoins, mme en maintenant ces catgorisations, la socit se heurte un probl me : celui du mtis. Ce dernier soulve des difficults aux acteurs de m me groupe ethnique Une socit htrogne sous exemple de remplir un formulaire adm appartenance ethnique. Dans Garon manqu Bouraoui dmontre que l abolit les frontires entre les catgories existantes il bouleverse ces cat gorisations bases sur le physique. I l le confiner dans un seul groupe ethnique parce fait partie de deux groupes dont il tient tre reconnu Franois Laplatine note que le (Laplatine 8) Le mtis ethnique se situerait, dans ce cas, entre la fusion et la fragmentation. Le corps mtis de fusionne les diffrentes ethnicits de sa mre franaise et de son pre algrien en une nouvelle ethnicit. C ependant, c ette dernire ne sera reconnue ni par les Algriens ni par les Franais qui ne peuvent pe de

PAGE 222

222 jeunes lui dise : question ? Es tu isralienne ? niques existantes dans la population locale. Laplatine ajoute que la pense de la fusion est une pense synthtique qui vise la rconciliation des contraires. Le corps est de ce fait considr dans son unicit. Il forme un tout indivisible qui assemble tire sa source de la perception sociale que la socit confre ce corps. Jean Claude Deschamps entend par perception sociale, les processus sous jacents aux reprsentations et jug ements que naturelle parences habituelles facilement Ainsi, les Franais et les Algriens scrutent le corps de Nina avant de prononcer leur verdict soit Les Algriens ne me voient pas. Les Franais ne me comprennent pas. Je construis un mur contre les autres. Les autres. Leurs lvres. Leurs yeux qui cherchent sur mon corps une trace de ma mre, un signe de mon pre. Elle a le sourire de enser en deux parties. (19) L orsque la narratrice dit : les Algriens ne me voient pas ignorent et ibrment de leur cadre social parce que son apparence physique diffre de la leur tour, la rejettent aussi de leur socit. Les Franais ne la comprennent pas parce qu e la mtisse ne tient rejeter aucune de ses

PAGE 223

223 app artenances sociales, elle choi sit deux. L a socit franaise et la socit algrienne refuse nt la mtisse en tant elle s lui rappe llent deux. dont son corps est compos. Nin L concito yens ni de mme ethnicit. Trouver une trace de son pre ou de sa mre dans son corps algrienne. Etant donn que son pre est algrien, trouver les traits de son p re dans son corps exclure de la socit franaise. Inversement, ceux qui trouve nt il galement de ne lui reconnatre que la nationalit franaise de sa mre ) mthode que la socit emploie pour tenter de classer pense de sparati se pense en deux parties pour que son corps mtis soit facilement scind entre ses deux nationalits. Se penser en deux devient une prparation cette scission avant le ve rdict des agents sociaux favorable la sparation. Regrouper les objets similaires et sparer ceux qui sont diffrents permet de donner croire une socit structure. one se prte au jeu et se demande son tour: A qui je ressemble le plus ? Qui a gagn sur moi ? Sur

PAGE 224

224 ma voix ? Sur mon visage ? Sur mon corps ? (19) La harnent lui attribuer un seul donne lieu des fictions identita ires (Laplatine 72) croire deux diffrentes identits na est la fois Franaise et Algrienne mais en mme temps elle (neutralit) (Toumson 13) Elle peut galement choisir un camp si elle le souhaite : tre Franaise ou tre Algrienne puisque son c lament/c ri e nt socit. e de son exclusion de ces socits qui range nt le s individus Nina faillit cette classification grce (ou cause de) son mtissage qui ne se conforme aucune catgorisation. Toumson affirme que le mtis est le tiers exclu selon le principe du tiers exclut : quelque chose est soit A soit non A tiers Toumson (263) deux, le corps mtis de Nina rsiste ce systme. Il

PAGE 225

225 f ranaise ou a lgrienne. semble absurde. Elle ne comprend pas ces codes de la socit qui lui impose nt une appartenance un seul groupe social. Mme si elle dcide de choisir un seul groupe social, ce choix ne sera certainement pas pris en compte par la socit. Car cette derni lassable. Je ne suis pas assez type. Je suis trop type. je choisir ? Quelle partie de moi brler ? (33) pparence physique reste le point focal qui occasionne le rejet de la mtisse de toute s part s La rception du corps mtis engendre diffrentes ractions selon le ue Nina la mtisse a rabe Cette affirmation dans le corps de Nina mais qui ne suffiraient pas pour la confon dre avec une Algrienne. Alors ag es pensent plutt f ranaise car elle est trop type son exclusion de la classification ethnique et nationale comme une force contre les autres s les catgorisation s Nina ne veut pas tre croise des ethnicits, des nationalits et des cultures de ses gniteurs : ni entirement f ranaise, ni totalement algrienne mais en mme temps franaise et a lgrienne. Le monde est en guerre ble tout prix. Le jugement port sur

PAGE 226

226 le corps mtis pousse la protagoniste se demander si elle doit adhrer au groupe social de son pre ou celui de sa mre. Nanmoins, choisir un seul camp constitue une automutilation pnible pour la mtisse. Ne pas savoir quelle partie de [ son corps ] brler reflte uverture qui incorpore ce qui la nie (Montandon 9). Nina est le personnage entre deux dfini par Montandon en termes de personnage caractre indcis, partag entre deux systmes de valeur et qu i oscille entre les cultures mais appartenant toutes la fois (Montandon 10). Franois Laplatine dclare que le moi mtis pas un moi du tout, proprement parler (Laplatine, 80 ait pas son dsir malgr son corps fminin. 5 2 .2 Un corps mtis deux identi ts sexuelles Nous venons de voir dans la premire sous Garon manqu est tour tour exclue de ses deux socits franaise et algrienne. Nous avons dmontr que cette t renie des deux bords dirait Toumson, suite au jugement port sur son corps mtis. Cette narratrice mtisse devient ce que Laurier Turgeon appelle exclu du marginal itinrant Selon Turgeon, migrer sur place dans un non lieu et une non histoire, o il devient un non sujet, partir de quoi se dessi

PAGE 227

227 deux ethnicits et deux cultures. Cependant, ce champ se trouve r trci par le fait de vivre en Algrie avec sa mre franaise. dans la socit franaise parce que son apparence physique diffre de celle des Algriennes et la prsence de sa mre franaise dans le pays de son pre souligne cette diffrence ce pas suite cette privation que Nina se voit contrainte de migrer sur place dans un non lieu et une non histoire ? Ains vidus. Ainsi runit elle les individus ayant les mmes habitudes soit dans le groupe fille/femme soit dans celui tiquet garon/homme Sophie Bailly dclare que perso nne est son sexe. Pourtant, on ne nat pas femme, on le devient disaient les homme ou une femme il faut entre autres apprendre se comporter suivant les normes convenant celles qui sont socio culturellement attendues. (Bailly 78) fille ou garon selon le Nanmoins, Nina se drobera ce code prtabli de la socit et djouera la nature biologique. Ce faisant, elle subvertit le code de la socit qui lui le fondement du mtissage. Ne serait travestir en garon est bien une forme de mtissage socit ? Rappelons que le titre de cet ouvrage ( Garon manqu ) fai sexuelle ou le genre (de la mtisse) En effet, garon manqu sous entend que le premier

PAGE 228

228 soutenu par Bailly ne trahit pas sa vraie identit sexuelle ou son vrai genr dessus est en accord avec vrai genre. Se : les hommes (qui auraient le pnis) et les hommes manqus ou les femmes (qui en seraient dpourvus). Lacan, r) et ceux soit hommes et ils le dtiennent. Suivant groupe social prtabli (fille/femme). Son sexe biologique justifierait de cette attribution. mtissage nous pouvons dire que ce dfi tablit le lien entre le mtissage et le travestis sement dans ce texte. sit de se rfugier dans le groupe social (garon/homme) lui sera aussi impose par le code social algrien. Choisir ce refuge lui ance mtisse. Elle veut naviguer librement entre les deux genres. Je suis algrienne. (146)], Nina est persuade que le jeune mtisse sait pourquoi elle veut devenir un homme. Elle confie

PAGE 229

229 vrit. E (37). Ce passage montre, de toute vidence, que le beso in de recourir au groupe social garon/homme faire partie du groupe de force car pour vivre en Algrie il faut tre un homme, le seul dtenteur de la force. Le parallle entre la force et le sexe masculin remonte au dbut de la de survie. Puisque la femme la plus forte est gnralement moins forte que le plus fort des hommes, partir de la loi du plus fort, la soc it baptise e sexe fort et lui accorde le privilge de dominer la femme. Nanmoins, bien que cette poque soit rvolue, la socit maintient cette croyance dans les relations humaines et cela est renfo r c dans Garon manqu marqu il passe inaperu alors que la femme doit porter le voile et lui tre assujettie. Seuls les hommes vivent passives, contrles et sans pouvoir. Pour la narratrice constituent particulirement ce qui incite la mtisse passer par le camp garon/homme en dpit qui assigne le rle secondaire la femme, dcide de prendre son destin en main comme celle ci le conseille 130 A cet effet, elle refuse de porter les traits marqus imposs la femme qui la 130 cf. (175) Nous reprendrons et commenterons cet extrait plus loin dans ce chapitre.

PAGE 230

230 rend ent visible. Ces traits marqus comprendraient : le voile, la passivit, le manque de voix et de pouvoir. Un individu sans voix est rduit un objet. fille pour assurer l a scurit familiale. De plus, elle reoit la bndiction de son pre dans cette mascarade. Nina doit travestir son corps pour rpondre aux attentes de son pre. Elle affirme : Mon pre invente Brio. Mon pre laisse Brio. Tu veilleras sur la maison. Ses dparts (50). pas dans cette socit phallocentrique musulmane. Nina est accompli r cette tche en restant enferm e rs la narratrice, c garon en Algrie. socits patriarcales. Inventer un surnom masculi n pour sa fille nous amne penser que le pre Ne pas avoir de deux filles, lvera la plus jeune comme un garon pour retrouver sa fiert. La mtisse dclare

PAGE 231

231 voyous. (24) fils Rachid Bouraoui rejette sans le sav imput er la faiblesse au sexe fminin. Nina peut faire tout ce ble de faire. gouverne. Butler dit que le genre est un ensemble de si pouvant tre adopt un mom ent prcis (ou un moment donn) : There is no gender identity behind the expressions of gender expressions that are said to be its results (Butler 33). Par consquent, nous pouvons conclure vice France, elle doit apprendre se comporter comme la fille de Maryvonne. Soulignons galement que violer les rgles de la socit a lgrienne est plutt ais pour la vers la fin du rcit: Yesmina me falaises du Rocher plat (175). La mtisse est persuade que la fminit que lui attribue Amine

PAGE 232

232 ga du Rocher plat avec Ami de la fminiser. Du reste, nous assurons que le mtissage contribue amplement au soutien que le pre apporte sa fille dans son dsir de se travestir. Si la mre de Nina tait a lgrienne comme ssage de Nina devient une leve de bouclier pour Rachid contre les foot, au volley et au crawl et plonge des rochers bruns et luisants avec son pre en Algrie. Ceci ne scandalise pas ou scandalise moins cette socit car la mtisse est considre trangre dans ce s : au bal du mtis, pas de figure impose, ni de tenue de soire. Su (Nouss 111). Au demeurant, Sophie Bailly souligne que [l] tiques (Bailly 78). un garon. Dans cette intention, la narratrice coup e ses cheveux (elle les veut court s pour mieux revolver dans la poche, elle ouvre ses paules et ses jambes, et ctera. (49). Elle note : Seul mon corps capti ve. Je dis mon mensonge. Par mes gestes rapides. Par mon attitude agressive. Par ma voix casse. Je deviens leur fils lle peut changer

PAGE 233

233 comportements rservs (ou attendus des) aux garons la transforme en fils du pays. Elle affirme : intgre au pays des hommes (17). Voil pourquoi elle remplace son prnom de Nina par celui sur son masque de garon la pl age : Tu es beau. Je reste avec cette violence. Je reste avec le soleil qui rvle. Tu (36). La russite de la mise en scne que tout individu ci peut tre traditionnelle ou non reprsentation non traditionnelle du genre pour se mettre hors norme et changer la comprhension binaire du masculin et du fminin. la plage, Amine son ami franco algrien doit dmentir : une fille pour restaurer la vrit naturelle ou biologique sur et son propre privilge de garon. e du rcit. Elle passe de Yasmina (prnom que son pre lui donne sa naissance) Nina (diminutif affectif de Yasmina que sa mre prfre pour masquer le ct algrien de sa fille). Dans sa mascarade ou son dguisement, elle passe de Brio (prnom masculin que ces diffrents prnoms sont Je ne sais pas qui je suis. Une et multiple. Menteuse et vraie. Forte et fragile. Fille et garon. Mon corps

PAGE 234

234 me trahira un jour. Il sera form. Il sera fminin. Il sera contre moi. Il fera rsistance. (60) 131 La narratrice dit que Nina est la mutilation de Yasmina (64). Ce crime incombe la mre qui tue Yasmina tandis que le pre assassine Nina et Yasmina pour faire natre Brio. Les parents ne restent pas les seuls assassins c ommis par les parents alors que la mtisse se suicide elle mme en se prnommant Ahmed. reviendrons un peu plus loin dans la sous partie suivante. Nous dirons ici que to us ces crimes et renaissances ne sait pas qui elle est car elle ignore qui elle doit une et multiple Le fait que ces quatre prnoms qui renvoien t diffrentes personnalits dsignent la mme personne rappelle que constitu de deux ethnicits, deux nationalits. Ces quatre prnoms deviennent les lments constitutifs de son identit sexuelle mtisse. Qui plus est, except Nina et Yasmina qui renvoient (garon/homme), sont deux autres diffrentes personnalits de la prnoms fminins la contraignent se comporter comme la fille biologique de Maryvonne et de 131 A. J

PAGE 235

235 Rachid (devant ses grands que (64). Il parat vident que sous jouer parce que ce sont des joue comme dans une pice de thtre. La dernire partie de la citation que nous commentons ( Mon corps me trahira un jour. Il sera form. Il sera fminin. Il sera contre moi. Il fera rsistance ) expose la subjectivit mtisse grouper les lments contraires en une seule entit. Ce corps mtis est la fois vrai et faux Le corps de Nina est mtis non seulement sur le plan biologique et lle cre partir de son corps mtis naturel). Son corps physique ou naturel est u n corps de fille/femme mtisse franco a lgrienne (elle est donc vraie rellement une fille mtisse). De mme, le imaginaire cr pour survivr e dans la vie socit algrienne est galement mtis. Ce corps imaginaire est la fois fort et faible, masculin et fminin, il lui rsistera et la trahira un jour. La trahison et la rsistance sont des termes souvent associs au mtis et au mtissage en gnral. Toutefois, les corps mtis/naturel et mtis/ imaginaire se menteuse (60) et la vraie vrai corps mtis fminin en corps mtis masculin (elle ment sur son identit sexuelle). Elle est vraie librement, ne condamne t il pas Nina errer entre son corps imaginaire et son corps mtis rel ? 5.2.2 Mtisse ou prisonnire libre ? supposs contradictoires pour crer un trois ime

PAGE 236

236 lment diffrent des deux premiers. Le mtis ethnique est la fois libre et prisonnier cause de sa double appartenance. Il est libre parce que sa double appartenance lui permet de naviguer entre plusieurs ethnicits, plusieurs cultures et national its. Il ne peut tre confin dans un seul une identification de deux. Alexis Nouss assure que la double appartenance du mtis le fait vivre dans la contrainte. Il dclare : deux ethnicits et ses deux cultures. Sa double appartenance nationale, ethnique et culturelle la libre galement des classifications lies aux lments ci contre et fait de la mtisse un individu inclassable. Nina reprsente une menace pour les comm unauts franaise et algrienne dont elle fait partie parce : le danger est en sp aration. De mre franaise. De pre algrien inhabituel. Individu passe partout, la mtisse Nina abolit la frontire existant entre la France et les deux communauts ne dans un seul espace gographique rend son admission dans ces communauts difficile. Nina garde un statut singulier dans chacune de ses

PAGE 237

237 incontestablement libre, elle est galement contrainte une qute identitaire voue la dchirure nce. voyager (physiquement et /ou symboliquement) sans fin en tre ces deux pays. Le mtis incarne la figure du clochard voque par Pierre Ouellet. Le clochard, crit il, est celui qui va cloche cloche qui marche ma l ou ne marche pas contraint errer tran [ e ] l e pied ne pas marcher droit et elle associe la sensation du re jet la mort. Elle confie : [l] diffrente. De n (121). Elle ne se sent chez elle ni en France, ni citoyenne et trangre dans ses deux pays. [ Q ] uelque chose cloche (Ouellet 49) en elle, elle ne marche pas droit (112) car elle ne peut pas monde car ce dernier ne peut la classer dans les catgories organisationnelles existantes et reconnues. Elle est et restera ct et hors contexte

PAGE 238

238 De plus, la mtisse franco une prisonnire libre. Elle avoue Moi je suis terriblement libre et entrave. algrienne. Je suis tout. Je ne suis rien. Ma peau. Mes yeux. Ma voix. Mon corps ction. Mon corps se compose de deux exils. Je voyage Re jet e de ses deux socits, Nina est tout et rien la fois. Ce personnage correspond Ulysse conformment la classification archtypique du personn age mtis dresse par Roger Toumson. Comme Ulysse, la jeune mtisse est personne : un individu et a ucun tre humain simultanment. Elle est effectivement, f ranaise et a lgrienne ( tout ) mais en mme rien croise de deux pays, deux peuples, deux cultures deux ethnicits et deux histoires Les deux la rejette. faire face. Doit elle faire un choix ? quel gr oupe doit elle appartenir et le quel doit elle rejeter ? mme ca (9) nous dit elle. Elle court immobile parce que son errance entre ces deux pays est ternelle et elle ne change rien. deux. Cette dernire engage le mtis dans une qute identitaire condamne la dchirure intrieure dont parlent Marimoutou et Racault 132 Nina est, en effet, prisonnire de Cependant, mme si elle sait que 132 Ces auteurs dclarent que le mtis allgeance [...] (Marimoutou et Racault 6)

PAGE 239

239 uivent. A cet effet, elle dcide dlibrment compliments en tant que petite fille, elle prfre fausser la ralit en optant pour un prnom masculin. Brio contre la femme qui dit : ? Ahmed. Sa surprise. Mon dfi. Sa gne. Ma victoire. Je fais honte au monde entier. Je salis se vante elle (51). Nina choisit de son plein gr de faire honte au monde et de salir [son] enfance en adoptant un mensonge sur son identit sexuelle. Elle dclare : Lettre par lettre. B o u r a o u i. Non, pas Baraoui ni Bouraqui. simple Bouraoui de raha conter, et de Abi qui signifie le pre. Les noms arabes sont des prisons familiales. On est toujours le fils de avec Ben ou le pre de avec Bou. Des prisons familiales et masculines (123 24). Nina vit dans la pris ce fait, moins de changer de nom de famille, il lui est impossible de renier son ascendance algrienne. Les noms de famille sont des tiquettes symboliques qui renvoient au lien sanguin dont on ne peut se dessaisir. Il est entendu que la possibilit de changer de nom de famille par le dans la prison familiale. De ce fait, la mtisse Nina est, et restera enferm e dans la prison algrienne du pre du conteur En France Nina est libre de la peur et de la violence algrienne. Elle remarque : Ici toujours, de se ct franais (166

PAGE 240

240 verbales et physique s en Algrie. Nous avons signal plus haut que le changement de prnom fminin en prnom ou Brio ne tue pas uniquement Nina et Yasmina mai petite fille que reprsente nt ces deux prnoms. Force est de croire que la violence laquelle devenir un homme ( adulte dot de la force ncessaire pour protger sa famille). Car, adultes qui comprennent tout. A cet effet, la grand faut (136). Il s la violence. Pourtant, la vie en Algrie contraint les parents de Nina rester impuissants devant les svices et maltraitances auxquels deux de Nina est aussi paradoxale ici parce un adulte aurait moins besoin. dit : Je serre fort sa main [celle de la grand mre]. Puis celle de (147). En France, la jeune mtisse peut en Il faut, nan moins, se garder de croire que la libert de Nina en France est sans contrainte. plus vivre son rve : Faire oublier mon nom. Bou raoui. Le

PAGE 241

241 mre aime les vraies filles (92). Nina doit se rsigner tre la fille de Mr et adopter une conduite convenable sur le qui vive et prte enfouir Ahmed et Brio chaque tentative de resurgissement. Elle doit se comporter comme il faut afin de prouver aux grands en Algrie. Demain on examine mon corps. Demain on trouvera Ahmed et peut tre Brio masculinit adopte. En France, le mdecin ne sera pas le seul ausculter son corps mtis. Son apparence physique visiblement diffrente de celle de la population locale franaise gratifie Nina de scrutations sans fin. Les individus qui scrutent le corps de la mtisse y portent diffrents nformment leurs souvenirs historiques et leurs prjugs 5 2 .4 Le corps mtis de Nina ravive les vieux souvenirs des unions interdites mais aussi ceux du pass historique franco algrien. Le mt is rappelle les expriences conjugales juges anormales ou considres comme illicites cause des origines ethniques de ses parents prsums diffrentes. Un couple ne serait considr comme normal e groupe ethnique. Sur le plan histo ire de la France et de : les agresseurs (Franais) et les agresss il faut du courage pour oser [e] Le dsirer. Faire la paix avant les autres. Par le corps. Se ml anger. Faire des enfants (110).

PAGE 242

242 de leurs nationalits mais le conflit et tout le pass historique de ces pays font aussi partie de cet hritage. Nelly Schmidt constate que [l] es concepts de mtis sang ml multre homme de couleur et libre de couleur discrimination, en Afrique et aux Amri ques essentiellement (Schmidt 37). Bien que Nina ne soit pas ne pendant la colonisation, elle algrienne q ui se terminera par la guerre d on mtissage. De mme, le traumatisme occasionn par celle ci lui sera aussi transmis (Vassallo 191 133 ). Les souvenirs de la guerre franco algrienne que le corps nt Pour ses grands parents franais, la mtisse Nina rappelle la situation em barrassante dans laquelle leur fille les place en choisissant un conjoint a lgrien. Mpriss et diaboliss en France o ils sont considrs comme rebelles ( insurgs ) les Algriens voquent la perte de la colonie et la dfaite franais e. Les parents de Maryvonne sont enferms dans un dilemme : soutenir leur fille (en acceptant un gendre ennemi de leur patrie) ou rester bons poque, les A lgriens ne mritent pas de conjointe franaise. Nina dclare : Dans les annes soixante dix, les Franais ne sont pas encore trs habitus aux Algriens. Aux nouveaux e, du dsert, du fellagha et des maquis (93). Cet extrait montre que le changement de statut des 133 Vassallo note que: ela Sebbar ] are also victims of atrocities of war, (Vassalo 191).

PAGE 243

243 Algriens (p ) est malais accepter pour les Franais de cette poque. Car cela rappelle le prix que la France paie pour cette indpendance. Il devient, de ce fait, inadmissible que Des tudiantes franaises tombent amoureuses de ces hommes l. On les insulte. On les salit (127). Ce tte citation expo s e Mme si c ette hostilit sert dcourager les unions ou les mariages mixtes Maryvonne elle des actes des Franais, de leur agression pendant la guerre cause de son appartenance ambivalente. Son corps tant la croise des colons et des coloniss, elle confie On ne La mo fait assassiner leur fils. Aveugls par la douleur, les A lgriens ne voient plus que la mtisse porte galement leur sang. Elle devient cent pour cent franaise leurs yeux. Nina partage la douleur profonde affectera la narratrice qui aimerait ressusciter Amar pour consoler sa famille paternelle. Elle affirme : re. Longtemps je force la ralit. Je deviens Amar. Je joue tre un homme (32). Nina devient un homme paternelle perdra pendant la guerre d ienne. ce pas l une tentative de

PAGE 244

244 panser la blessure cause par les Franais pour rsoudre le conflit franco corps ? Nous voyons ici le rle intermdiaire du mtis consistant concilier les essences contraires dont il est com dans la conciliation. Afin de rconcilier les deux camps, Nina se sert de son corps mtis qui reprsente simultanment les agresseurs franais qui causent la mort de son oncle Amar e t les agresss algriens qui perdent leur fils pendant la guerre devenir Amar faute, le crime qui provoque l ranais. Mme si elle ne p ar association. Avoir une mre f pour que la mtisse incarne aussi ce peuple agresseur. La culp abilit et la faute sont des notions souvent associes au mtissage. Roger Toumson qui associe des archtypes littraires au mtis tu son frre Abel. Au contrai mme, Nina qui reprsente les F coupable du dcs de son oncle par association et ne sera jamais pardonne par sa famille paternel contest. Je porte la souffrance de ma famille algrienne. Je porte le refus de ma famille franaise. Je po rte ces transmissions l. La violence ne me quitte plus. Elle peuple franais qui renie. (32) ance et son traumatisme de guerre. La famille franaise de Nina ne se plie pas facilement la volont de sa rien. Contrecarrer le projet de mariage mixte revient renier les enfants A lgrien tant

PAGE 245

245 mprisable algrien et barbare 134 Issue de ce mariage mixte entre un ancien colon et un ex colonis pour sa famil le maternelle, le corps de Nina est un rappel constant de leur opposition cette union au dpart. Nous venons de montrer tout au long de la premire partie la manire dont le paradoxe de mtisse dans Garon Manqu 5 3 Garon manqu un e expr ession du mtis (la manire dont par le langage) est mtisse dans Garon manqu Sachant que ce tte autofiction est crite par un auteur mtis qui dcrit une condition mtisse nous r, de parler de son exprience personnelle (mtisse) dans le texte. En raison du caractre autobiographique de cet ouvrage, nous nous attendons ce que la pense y soit mtisse et celle ci est propice au mtissage (textuel) Laplatine soutient que la pen se mtisse est une pense de la tension qui volue travers les langues, les genres, les cultures, les continents, les poques, les histoires et les histoires de vie (Laplatine 83) Elle se joue dans les intermdiaires partir des croisements et des ch anges elle brouille les catgories binaires, elle dclassifie et dcatgorise. Rappelons que le repre spatiotemporel est mtis dans Garon manqu aits 134 Les coloniss taient considrs comme tels.

PAGE 246

246 dont elle se rappelle elle mme et ceux qui lui ont t rapport sur son enfance. Eu gard ce que nous venons de dire, ne serait ? ient de tenter de mettre en Myriam Louviot soutient que le servant caractriser une potiq po postulat que Garon manqu adhre bien aux trois caractristiques du texte mtis ci dessus (dbordement, ambivalence et incertitude) sur lesquels nous nous ap puierons pour dterminer si le texte de Bouraoui est bien mtis. Entamons sans tarder avant de discuter le dbordement. 5 3 .1 textuel dans Garon manqu Ainsi qu e n tm oigne nt les sections prcdemment abordes dans ce chapitre, Garon manqu exprime texte N ous avons, en effet, discut plus haut la libert paradoxale de Nina dans ce texte 135 et constante et douloureuse entre ses d eux appartenances nation ales 136 Nous ne reviendrons, de ce fait, ni ni sur la tension douloureuse d Il nous faut pas encore traite. 135 Cf. la section intitule Mtisse ou prisonnire libre ? dans la premire partie. 136 Cf. les sections de la premire partie de ce chapitre.

PAGE 247

247 Tiraille entre deux ethnicits, deux pays, deux cultures et deux genres Nina entend maintenir cette tension appartenance. Nous y reviendrons plus loin. La tension douloureuse gnre par la double appartenance conduira la mtisse crire son histoire. Nina assure parents qui est importante. De leur souffrance. De leur humiliation. Notre berceau. ssures transmises. Cet hritage l. (129 30) premire est cel rejete cause de sa double appartenance. Pourtant Nina dit, cette partie de la douleur peut se partie de cette endurent pour avoir franchi la barrire des frontires nationales, ethniques, culturelles et ctera tablies par la socit se lgue nt au mtis. Il est vrai que la mmoire des parents du mtis contribue au mal tre du mtis. Il est rejet, banni parce que ses parents l ont t avant lui. Le host ile aux unions mixtes. 5 3 .2 Genre littraire et nonciation instables /flottants La transgression, dit Louviot, est bienvenue dans la potique du dbordement. En littrature cette transgression se traduit par la violation des exigences esthtiques litt raires aux 137 Dans Garon manqu transgressent ces exigences littraires. Le genre littraire de cet ouvrage est ambigu car il se situe 137 raire soit considr comme une autobiographie la narration doit y tre la premire personne, le texte doit tre crit par celui qui raconte son histoire de vie et il est prsum raconter des faits vridiques ait pas une telle exigence.

PAGE 248

248 Garon manqu est un roman mmoire parce que la narration discours narr deuxime personne grammaticale tu dans la narration (cf. 53 participe au mtissage de ce texte. Cependant, nous ici que le discours narr la premire personne du singulier je Nous commencerons par dmontrer que ce genre littraire est mtis 5 3 .2.1 Un rcit entre deux genres littraires Pour dmontrer qu e Garon manqu est une autofiction ( contenant la fois des lments autobiographiques et fictifs ), nous dcouvrirons la fois le s fondement s autobiographique et fictif de ce livre Garon manqu est un rcit auto digtique 138 Dans ce rcit la premire je nous suggre une note (Lejeu ne 27) classe ce En effet, mme si tout au dbut du rcit la narratrice reste 138 Un rcit auto digtique est une varit du rcit homodigtique dans laquelle le narrateur du rcit la premire personne est aussi le hros de A dictionary of narratology ).

PAGE 249

249 Il faut attendre dix fa revendique son appartenance algrienne prsente sa grand mre paternelle: Pour ma grand mre algrienne. Pour Rabi Bouraoui e peut se classer parmi prnom, la date de naissance, la profession, le contexte socio historique (Gafati 1992 222). En effet, la date de naissance de livre (22) La narratrice dclare ouvertement: Je suis Rennes. Mon lieu de naissance (99). libre (92). Nina parle galement des problmes des mariages mixtes dans les annes soixante cole franaise. Nous avons dj signal rcit. Ce sont des indices, des lieux rels pouvant tre visits encore dans son pays ramener Alger finalement. nous assure nt est interviewe par Cline Darner explique que Garon manqu

PAGE 250

250 commenc crire, il y avait une absolue importance de la politique du secret, fin de cette peur, il y a eu une volont de changer, de dire les choses, ce qui me je est un vrai je qui fait rfrence soi 139 t elle pas au fondement autobiographique de cet ouvrage ? Tout ce que no us venons de dire sur les indices et la dclaration de Bouraoui auxquels : ils sont quatre, parlant de M alo, Rennes, s C biographie pure de notre avis une fiction dans ce rcit de vie dessus : premire fois que je parle de moi sans trop mentir le mlan ge de la fiction et de la ralit dans ce rcit. Car sans trop mentir implique une part de vrit et de mensonge. Rappelons galement vhiculer son propre portrait. Peindre son portra it voque le projet autobiographique qui, notre nous nous taler les lments de sa vie relle (connus des autres rcit vridique de sa vie. Cependant, est il rellement possible de dire tout sur soi mme ? 139 Cf. Nina Bouraoui, une enfance mixte Interview de Cline Darner.

PAGE 251

251 radoxe. Elle est libratrice et condamnatrice la fois. pas tout dire sur soi, voire mentir ou recourir des lments fictifs. Convaincu que (Gafati 1992 2 25). Il est vrai que ce qui est iographe fait le tri pour prserver ou projeter une certaine image (de soi) un titre tout et ne pas tout dire). autobiographique. En effet, les regard s des autres ou le souci de maintenir un moi respectable re mme. Dans cette intention, la prudence devient matresse tout (comment est ce que je veux que les autres me voient ce q moi de masquer la vrit au profit de celle ci. Il faut admettre que de soi en un rien de temps au grand public. Toutefois, la facilit de se faire connatre rapidement

PAGE 252

252 involontairement aux lecteurs de passer sa vie en revue. Un lecteur averti ne prendra pas l e rcit autobiographique pour argent comptant. Il cherchera dissocier les lments fictifs de ceux qui dans son livre que les faits (de sa vie) les moins prjudiciables son moi identitaire. Nanmoins, la faillibilit naturelle de la mmoire voque une autre barr ire au projet autobiographique lie la transposition fidle de la mmoire ce fait, se garder de croire que Garon manqu est uniquement un rcit autobiographique. trous de mmoire. Elle affirme: pas du tout dans ce lieu ( 47 vrit qui serait prjudiciable son moi Francine Belle Isle nonce cet effet que qui se donne le projet de raconter sa vie, de la reprendre son compte dans le champ de son regard et de sa parole, celui l ossible. Un impossible voir et un impossible dire (Belle ndre, dans son rcit, son propre vcu (son exprience personnelle) avec ce que ses proches lui ont racont. Nous

PAGE 253

253 voyons, par exemple, que la limite entre ce que Nina conserve du souvenir de son voyage pour semble pas vident e dans le passage suivant : Et nous sommes tous partis. Rennes Paris Alger. En caravelle Air France. Un avion (133). Compte tenu du jeune ge d elle se souvienne de ce voyage en particulier. Le je qui prend ici rapporter des faits qui lui ont t conts autrefois. Il serait plus plausible de croire par exemple que le ce passag e expose un change 5 3 .2.2 Mtissage textuel par le dialogisme ou nonci ation mtisse le discours de Nina ci dessus est orient vers le(s) discours ant rieurement tenu(s) par ses un autre comme dans l un autre la fois. Qui un autre ocit prcdemment.

PAGE 254

254 partie intitul Rennes mais vers la fin du livre. Nina y parle de la rencontre de ses parents et arle principalement du doute que le s parents de Maryvonne (et les Fr de leur fille. Le pre de la narratrice retourne dans son pays aprs ses tudes en France o il laisse sa femme cher sa famille malgr la rumeur. Ce retour inattendu du pre mnera Nina dire firement: Oui, mon pre est revenu. Malgr la rumeur. Et nous sommes tous partis. Rennes Paris Alger. En caravelle Air France. Un avion racteurs. Moi dans un hamac, susp endu. Pour me tenir. Au cas o. Je (133). [u] n peu comme un tour de parole est toujours comprendre globalement comme une rponse au prcdent tour, tout discours, aussi monologal et long soit il, i nteragit avec des discours antrieurs (Bres et Nowakowska 26). Le discours de Nina rpond au discours de la rumeur colportant certainement que le pre ne reviendra pas chercher sa famille Conformment aux quatre dimensions du dialogisme que prop osent ces htrognit constitutive supposerait que le locuteur tende effacer les discours dans lesquels il saisissait la ralit des faits sans le filtre discursif

PAGE 255

255 de la premire personne : nous, moi, me et je prtendre que ce discours est sien. Pourtant les indices tels que Moi dans un hamac, suspendu tmoignent des discours extrieurs. Toute parole voix d sont implicitement. Nina ne fait que reformuler les paroles antrieures de ses proches dans par les voix les voi x et l es opinions des autres De ce fait il semble lgitime de soutenir que cet extrait rvle galement un dialogisme interdiscursif. Selon Vion, ce dernier sous entend que le sujet parlant ne saurait tre n co acteur participant un processus social de suspendu dans un hamac se souvienne exactement de la raiso n pour laquelle elle y est suspendue ( Pour me tenir. Au cas o ) et de implicitement ici avec celui de ses proches. Compte tenu des lments prsents dans cette section j ustifiant de la manire dont cet de Bouraoui transgresse les cod es littraires, nous pouvons affirmer que Garon manqu est bien un texte mtis. Il transgresse plusieurs codes littraires : genre littraire (fiction et

PAGE 256

256 autobiographie) voix qui loge celles des autres] et discours dialogu) ; le texte est ambivalent (il expose une tension douloureuse et cratrice); la pense y est mtisse (pense de la tension voluant travers les sexes, les cultures, les toire du rcit est mtisse (Histoire et histoires de vie se ctoient: mlange des faits historiques franco la un renouvellent dans cet ouvrage de Bouraoui. 5 4 Renouvell ement de l a reprsentation du mtis dans Garon manqu Plusieurs raisons nous mnent croire que la reprsentation du mtis se renouvelle dans cet ouvrage. Nous traiterons cette partie en deux sections. Nous focaliserons spcialement sur trois points renouvelle dans Garon manqu Dans un deuxime temps, nous rvlerons les lments qui c Trois lments nous aideron t montrer que Garon manqu renouvelle cette exprience. Nous reviendron s premirement sur la ( homosexualit) au renouvellement de mtisse. Deuximement, nous exposerons la manire dont les fluctuations de mentalits sur la ue, nationale et culturelle. Voyons

PAGE 257

257 5 4 .1 Une expression mtisse moderne : nouvelle problmatique, subjectivit mtisse, nouveau discours sur le mtissage Le changement dans la manire de percev lments qui nous mne postuler Garon manqu En effet, Nathalie Duclot e, est plutt un objet de mpris et de dvalorisation (Duclot Clment 49). Pourtant, cette identit mtisse discrimin qui est en la subjectivit du mtissage tiendront respectivement lieu de deuxime et troisime sous partie. La subjectivit est mtisse dans Garon manqu parce que le su cet ouvrage plus tt en soulignant que le je : (29). En crivant ce texte qui raconte son d peint dans le livre. Garon manqu

PAGE 258

258 dsignation 140 mme en retrouvant / crant son propre univers (Gafati 1999 12). Bouraoui crit son histoire et se raconte pour se analyser pour panser les blessures causes par son identit fragmente et sor tir de sa crise identitaire. acteur principal, Pierre Ouellet note devient soi bien plus qu e l est et ce devenir principal, mais aussi le sujet nonciateur, dans la mesure o on se le fait soi comme aux autres, ce rcit l, dont on est le narrant autant que le narr, le sujet que ce : (22) ici offre donc une nouvelle vie, passion, de lucidit, lieu o personne ne prend de simulacre pour la vie (Cixous 181). La subjectivit mtiss Garon manqu tant donn que dans la reprsentation du mtis en littrature avant le vingtime sicle le raoui, le 140

PAGE 259

259 Examinons prsent la contribution du discours sur le mtissage dans ce renouvellement. longtemps aux s ources crites. Ceci implique que trs peu de littrature n es t exclusivement t souvent du mtis comme un instrument commode pour glorifier la colonisation et pour mettre aussi les gen s en garde contre les alliances reprouves en mme temps. De ce discours de mise en garde contre les t la marginalisation et le mpris du mtis. La plupart des ethnographes et de crit Schmidt, p ei gne nt une image trs ngative du mtis. Etant un auteur mtis, Nina Bouraoui refuse de souscrire cette marginalisation ( du mtis ) dans son ouvrage Elle y remplace la figure de assigne au mtis par cel le deux ou la revendication de cette identit icle. De mme, Bouraoui ne glorifie pas la colonisation dans cet ouvrage ; au contraire, son hrone se croit tre plutt le bourreau et la victime la fois. mtissage de s autres crivains mtisses franco a lgriennes telles que Lela Sebbar. Tandis que Leila Sebbar 141 deux. Son hrone dclare : La mer tient entre les deux cont inents. Je reste entre les deux pays. Je reste entre deux identits. Mon quilibre est dans la solitude, une unit. (26). La mer qui spare mais galement rapproche les deux continents devient ici la mt aphore de la mtisse. La mer coule entre 141 Cf. Les j eunes filles de la colonie dans Une enfance outremer

PAGE 260

260 Ce serait plutt le jugement des autres les voix des autres membres de la socit qui la rende impossible par leur catgorisation des individus. Le monde ne connat ranger dans les jugement et de voix des autres La mtisse ignorera les jugements de ceux qui la pense nt en deux l es juges du monde lui refuse Batrice Didier, Nina pense que par son caractre inclassable, son mtissage est une richesse qui : La richesse mme de ce thme du mtissage provient de ce car actre indcidable qui finalement oblige mettre en cause toutes les frontires (Didier 24). Par ailleurs, Garon manqu aborde aussi une nouvelle problmatique qui, notre avis contribue au renou littraire Garon manqu est trait. L e titre de ce livre est effectivement tissage que : celui du mlange des genres exclue pas le mtissage habituel Ce titre donne contenu.

PAGE 261

261 vedette avec le mtissage ethnique et culturel. Nous avons dj discut ce titre plus haut, nous Du reste, m dans un texte constitue une innovation 142 Bouraoui prend la libert de raconter une exprience mtisse qui dborde (va au del de) toute exprience mtisse habituelle quatre problmes : Franaise, Algrienne, fille, garo n (163). En somme, cette innovation contribue Garon manqu plurielle ou facette s que Nina raconte dans cet ouvrage ne constitue pas le dernier lment qui order le thme du mtissage en littrature. Car, ainsi que le constate tait dans le chapitre perversions 143 le livre de Bouraoui ne contient pas de section ou de chapitre perversions thmes qui exigerai en t une sparation de chapitres ou de s ections dans le mme livre. Aprs Garon manqu vrifions 142 Louviot dclare : i se traduit sur le plan littraire par une (Louviot 493). 143 Vieuxmaire, Stephane et al., 21.

PAGE 262

262 5 4 .2 Exprience mtisse indite dans Garo n manqu Nous sommes persuade que Garon manqu se. Stphane Vieuxmaire et al. r apportent que : (Vieuxmaire et al. 12). Tout au long de cette condamne tre une fille, elle se rsoudra se comport er comme un garon. Vieuxmaire et al. notent que souvent la pradolescence, quand leurs camar personnes du sexe oppos. Partant de vagues impressions, ils doivent effectuer un cheminement peut tre encore plus long avant de pouvoir (Vieuxmaire et al. 8) ffrente des autres Nanmoins, cette diffrence tire plutt son origine de son mtissage. Son apparence physique ne correspond pas rue [: Ici nous ne sommes rien. De mre franaise. De pre algrien travestit, dit elle, pour mieux faire face la violence masculine algrienne. Cette dernire se matrialisera par la tentative de viol dont Nina sera victime en Algrie. Elle confie : Le ver tige le violeur derrire les autres elle ici. Ell e se cache derrire le groupe social e en Algrie les hommes sont violents Souvent je compare

PAGE 263

263 les hommes ton chien. Sa v iolence est un aimant sur ma peau dit elle Amine (53). Cet vnement malencontreux, ce que dit Nina, est la base de son dsir de devenir un homme en Algrie. Elle dclare Longtem ps je fuis les hommes. Mon feu sur leur visage. Ma haine contre leur dsir. regarde la fille. Je deviendrai un homme pour venger mon corps fragile. (46). Les amoureux potenti A lgrien la rend sourde et insensible aux hommes. Signalons en passant que A non pas algrienne De plus, cet homme connat sa victime et ses habitudes. La narratrice rvle : Il mes jeux. Ma solitude. Il sait mon enfance (4 4). Le statut de mtisse accorde Nina plus de lgriennes de son ge. La dcision que Nina prend en raction contre cette tentative de viol (har le dsir des hommes) semble logique et justif ie. Pourtant, nous pensons que la haine contre le dsir des prise de conscience homosexuelle prcoce commence la pradolescence lorsque la fille ou le garon se m et voler son sexe e t sa masculinit. Elle dit Tu me prtes ton pantalon prfr, Amine. En to ile paisse et bleue. Trs rsistant. Je le garde longtemps. En otage. Je refuse de le rendre. Ta mre proteste. Je vis dans ton ce pas cet instant, par ce geste, par ce vol, ? (68) e ce vol soit symbolique ici, Amine, la victime en sera si affect il deviendra effmin. Il pleure pour

PAGE 264

264 tout et pour un rien il a les cheveux longs, noirs et b sorties Cixous prconise. Selon Cixous, voler est un geste fminin (Cixous 178). Elle ajoute un peu plus loin : urs pratiqu le vol. Et en tant que voleuse, je me suis chappe, je me suis bitera Amine. Elle dclare : Je nage deux temps. Intrieur, extrieur. Ta vie deux temps. Toi, moi, toi, moi. Je suis en toi, Amine. Tu es pntr (62). Amine devient le double de Nina, sa partie mme. joue le garon la plage avec Amine, Nina languit dclare reste en dsquilibre. Paola. Je prie la nuit. Je prie le ciel. Je prie Amine. Paola 7). dsirer une femme parce sur ce dsir pour viter la honte honte pas uniquement exprimer son dsir librement, mais elle ferme aussi sa vie homosexuelle. Ne pas exposer ce dsir revient cacher son homosexualit. porte

PAGE 265

265 e Elle [Marion] entre dans mon existence. Elle devient indispensable affirme t elle (161). Nina concrtisera son huit ans quand elle va en Italie. Elle avoue : (187). Aprs avoir abord la pr mtisse qui en dcoule. Jacques Audinet mtis race (Cit par Bureau, Marie Christine; Mbia, Emma 7) ations sexuelles r prouves entre colons et colonises. Nous venons de dire plus haut que le corps de la mtisse Nina incite au viol. hors norme Vieuxmaire et al. remarquent que tout comme der, dans le mme rcit, le mtissage habituel valeurs sexuelles tablies par la socit mtisse. Car cette inversion peinte dans ce livre. Elle apporte un nouvel lment qui ferait dfaut dans une exprience mtisse habituelle Bouraoui renouvelle Garon manqu

PAGE 266

266 Par ailleurs, la nouvelle rcep dans Garon manqu Nous avons dit plus haut que les unions conjugales entre individus comme illicites avant et mme dans la premire moiti du v assiste de plus en plus une tolrance des mariages mixtes et il en est de mme pour le mtis engendr par ce couple. Les parents de Nina ne feront pas exception la rgle b marient dans les annes 1960 La mtisse dclare : Dans les annes soixante dix, les Franais nsidrent encore comme illicite s Comme A lgrien. Nina rapporte mes voiles. Cette langue brutale. Notre petite fille. On a toujours t plus indulgents avec les Blancs. n ne savait pas faire. Irrprochable. Qui travaille. Qui vote. Depuis toujours. (134) parents qui pa rlent ici. dont la patrie est en guerre contre la France. Un bon citoye n Franais irrprochable, qui vote ne marie pas sa fille gographique et culturelle, la colonie dont les citoyens ont un statut social infrieur celui des Franais pour le s parents de Maryvonne. Ils souhaitent uniquement protger leur fille contre une culture qui condamne les femmes au voile comme le ferait tout parent f ranais de cette poque. Pourtant, Nina, elle est persuade que la distance gographique et culturel

PAGE 267

267 physique joue un rle non ngligeable. Elle remarque mon pre qui drangera. Ces deux chairs l. Ce rapport l. Cette union l (149 50). Le vrai nt ses grands parents. Nanmoins, les parents de Maryvonne finiront par consentir au mariage de leur fille. Aprs la m airie, mes parents ftent leur mariage dans un petit restaurant de Rennes avec leurs amis. Deux frondeurs dit Nina (133). Rachid et Maryvonne deviennent Signalons en passant que les grands A lgrien. Rachid est en effet trs instruit et ne fait pas partie des ouvriers : n ouvrier. Pas un travailleur (104 05). Il est vident que ce couple de urs ils avoueront sans ambages : On a accept. Tout de mme. Ce haut fonctionnaire (136). La tension ne sera donc dpasse que grce la classe sociale de Par ailleurs, soulignons que ce consentement est un acte de subversion de la pa rt des valeurs A opinions et valeurs franaises de cet te prio de. De plus, les grands parents aiment leurs petites filles mtisses. Mais oui, ils nous aiment France. Nous avons

PAGE 268

268 pour la plupart ne connatront jamais leur famille Indigne ou colonise. Cette structure pas ses filles mtisses. De surcrot, il pousera sa femme f rana ise officiellement contrairement aux unions mixtes coloniales constitues soit de concubinages, soit de mariages non reconnus par le gouvernement colonial, soit de viols. Tandis que le mtis colonial se mettra en qute du pre, Garon manqu se renouvelle grce au bon accueil que la famille occidentale rserv e aux mtisses. Consentir au ulations parentales et de deux. La place du mtis dans les socits de ses parents est un autre lment qui renouvelle Garon manqu Roger T oumson dclare que la structure smantique du mtis fluctue entre la neutralit la mixit et nt La mixit lui impose, en mme r constitu. La neutralit consisterait ne faire parti e ni de de ethniques et culturels. Cette structure suggre que le mtis peut soit appartenir Le choix de Nina se conforme la mixit de Toumson. La mtisse prfre appartenir aux deux groupes sociaux de ses parents pour rsoudre

PAGE 269

269 son dilemme, sa dualit, son paradoxe. Se soumettr e la neutralit ou choisir un seul camp implique le maintien de la contradiction que la mtisse tente de rsoudre. Mme si les deux communauts de ses parents la rejette nt ent tour tour, Nina prend la ller entre les deux. Ignorant le jugement des autres elle se sait, se veut f ranaise et a la solution que prconise Denise Brahimi tout mtis voulant dpasser ses contr adictions et accder la plnitude. Cette recommandation se concilie avec le choix de Nina qui ne souhaite nier aucune de ses appartenances. Elle dclare : avec ma mre. Je reste avec mon pre. Je prends des d pas. Je vais et je reviens (20). La mtisse ne veut pas choisir un camp car elle prfre rester identitaire que ce choix implique. En effet, tandis que Louviot affirme que beaucoup de personnages [mtis] de roman ont peur de se dissoudre, de se fragmenter (Louviot 491), cette peur est inexistante pour Nina. Bien au contraire, ne pas se fragmenter constituerait une mort pour elle. Elle explique : Je ne veux pas mourir dit je ne veux pas me sparer. Je ne veux pas mourir dit je ne veux pas me dtacher. Je ne veux pas mourir dit je suis dans la fusion et je veux (120 21). veut rester dans la fusion pou r continuer appartenir ses deux groupes sociaux et pour liminer toute possibilit de reprer les composantes de celle ci pouvant inciter une scission ventuelle. Soulignons galement que Nina ne privilgie aucun de ses deux groupes sociaux qui ses yeux

PAGE 270

270 dans Garon manqu Car ainsi que le note Emmanuel Amougou, Trs souvent, les enfants mtis prfrent le ct occidental de leur dtermination sociale, avantages bien meilleurs autant en terme de valorisation que par rapport la situation a lgrienne. Elle assur e : a lgrienne. Jamais, de ses deux communauts. Nina dfie et mprise le monde qui classifie les identits prtendument homognes 5.5 Conclusion Tout au long de ce chapitre nous deux est un paradoxe qui tire sa du mtis dans la socit dpend des individus. Le jugement port sur le corps mtis est dterminant socits de ses parents. Elle pour tre algrienne mais elle est trop type pour tre f ranaise Pas assez ou trop implique toutefo conforme chacune des catgories fixes Luc Bonniol que le mtissage ethnique Le mtissage est une construction mtis. nt de la rponse aux questions fondamentales du mtissage : qui suis ? La sim ilitude mtis. Nous avons aussi montr la manire dont Nina dfie le code de la socit qui regroupe les

PAGE 271

271 individus soit dans la catgorie fille/femme, soit dans rsiste cette catgorisation et se rfugie dans le groupe social (garon/homme). Choisir ce deux. Etre un garon dans le corps n/homme) est la Garon manqu Le mtis ethnique est la fois libre et prisonnier cause de sa double appartenance. Il est libre de naviguer entre ses deux territoires nationaux et ses deux ethnicits. Cette double appartenance le libre galement des classifications lies au x lments ci tude rvle que mme si le mtis est incontestablement libre, il est galement contraint une ment dmontr comment le corps de Nina symbolise le rapport franco oire coloniale et la guerre d deux gnre la douleur et la souffrance du mtis. Le corps mtis est peru la fois c bouc missaire des ses deux peuples. Dans la deuxime partie de ce chapitre nous avons prouv que Garon manqu est un texte mtis en nous appuyant sur le genre littraire, la pense mtisse, et le dia logisme. Nous avons sous un nouvel angle lgitime le renouvellement

PAGE 272

272 rception du mtis 144 et celui du rcit 145 double appartenance sans ajoutant un lment qu i ne figure pas dans les expriences mtisses classiques ou habituelles 144 145 Genette entend par temps du rcit le moment o (le rcit est racont) les faits sont rapports. En nou s appuyant XXI me sicle.

PAGE 273

273 CHAPTER 6 CONCLUSION Nous avons pralablement tabli trois hypothses principales pour cette analyse. La premire qui consistait vrifier si la reprsentation d mtis ses en littrature se renouvelle dans les ouvrages du corpus est, en effet, confirme. Notre recherche rvle que l e premier lment qui contribue ce renouvellement est associ la dfinition de Notre tu de r raciaux et aux mtis ethniques. dfinition restrictive (limite aux individus que la socit reconnat en tant que mtis) une situation coloniale dcrite dans crole vivre une exprience mtisse mme si mtisse. Notre tude dmontre que son vcu est bien similaire celui des mtis raciaux et eth niques car la crolisation est un mtissage sans limite (Glissant oire que ne crole de le seul personnage no n mtis qui contribue largir ou 53 cm Keita le Bambara de Neuilly qui, com me le mtis racial

PAGE 274

274 ancestrales). La situation de Keita est celle des enfants de tous les immigrs du monde qui son t Tout comme pour les mtis raciaux et ethniques, ils sont et resteront la fois citoyens et trangers dans les pays de leurs parents et dans le pays natal o ils rsident. Leur chez soi est aussi mobile instable que celui du mtis racial : les interstices situs entre les deux territoires de leurs parents. Il leur manquera toujours quelque chose ou encore ils auront toujours quelque chose de sup plmentaire qui les dclassera o et toujours et partout un ailleurs dans ) ne serait il pas temps de repenser ou de redfinir les identits ? Q elle de nos jour s ? Car en effet, peu importe introverti ou extroverti, ne nous infectons nous pas de ? De mme, les frontires de et de tant floues, ne doit on pas remettre en cause/question la notion de chez soi ? Doit on considrer comme un chez soi maintenant (le lieu de rsidence actuel), le lieu de ses origines, le lieu que t et o il fait bon vivre ce que le chez soi est flottant, mobile ou stable ? Peut on avoir plusieurs chez soi ? les hros mtis y participent aussi. En effet, la con dition mtisse dcrite dans les ouvrages que mtis vcu par Keita, deux autres lments conco urent au changement li la manire de dcrire la condition

PAGE 275

275 mtisse dans 53 cm Le premier est que Zara raconte sa condition mtisse travers avons savoir, le vcu q le fait que Zara soulve une question pertinente sur la gestion ou le traitemen t des dossiers des vcu dans cet ouvrage. La mtisse se rendra com dans cette sphre administrative parce que son corps mtis et son identit nationale mtisse inclassables rsistent la classification raciale et nationale des individus sur laquelle repose le fonctionnement de la bureaucr atie franaise dpeinte dans 53 cm Le second lment qui renouvelle la description de la condition mtisse dans ce livre est est elle mme mtisse. Le dernie r lment qui non seulement change la reprsentation du mtis personnelle de la mtisse celle de la figure historique Sara Baartman. Notre tude rvle que la dco nstruction rside principalement dans le discours sur la race que fait ressurgir cette femme et qu i e st contredit par Zara. Cette analyse indique que dans peindre le portrait du mtis en littrat deux. Ces lments qui modernisent la reprsentation du mtis en littrature constituent aussi les points que ce livre de Lopes partage avec le

PAGE 276

276 voir avec les yeux des autres et ils ne tiennent plus renoncer onial mais ils revendiquent leur appartenance ambivalente ( biraciale ). De mme, dans Garon manqu mtisse dans ce texte. Elle affirme ne pas savoir [q] uelle partie [ d e lle] brler ? (33) parce revendique et tient ses deux appartenances sociales. Notre recherche prouve galement que la nouvelle rception rserve au mtis dans la socit eu ropenne dans cet ouvrage change ou modernise Joseph et Andr les personnages mtis de ne sont pas favorablement reus dans la socit de leur pre personnage mtis de Garon manqu est mieux reu que celui de parce que son ascendance nous a permis d ie pour protger sa Notre tude rvle que s i sa mre tait a lgrienn e au travestis se me nt de sa fille qui conduira la mtisse devenir homosexuelle. Au demeurant, notre analyse confirme galement notre dernire hypothse selon laquelle es de notre corpus. Nous avons, en effet,

PAGE 277

277 mtisse dans les textes que nous avons analyss. Etant donn que ces auteurs racontent leur propre vcu, chaque liv re aborde au moins un thme supplmentaire ou un nouveau discours sur le mtissage et / ou sur la race Dans Garon manqu et dans 53 cm les auteurs ne recourent ni au thme classique de la qute du pre ni celui ni la btardis e du mtis qui lui est habituellement associe parce que leurs parents sont maris. Cependant, Bessora et Nina Bouraoui ajoutent leur histoire de vie Ainsi, alors que Bouraoui incorpore le t rcit, Bessora elle, choisi t et rfute les aberrations des discours sur la race construit partir de la figure historique de Sara Baartman. De mme, c es deux auteurs changent aussi le discours sur le mtissage car au lieu du s. De mmes, ces trois auteurs mtis mettent des personnages mtis au centre de la narration parce que ces trois ouvrages sont des autofictions mme si Bessora prtend que 53cm est un roman et Lopes marque le mot roman su r la couverture du livre. En effet, les identits sexuelles et ethniques des hros de ses trois ouvrages correspondent celles de leurs othse que nous avons mise sur la cessation de la reproduction fidle des strotypes des sicles prcdents dans la reprsentation du mtis en littrature se vrifie dans les textes de notre corpus. Il va sans dire que ces trois auteurs mtis besoin de recourir aux clichs dprciatifs de leur mtissage pour se raconter. dnoncer. est chez Jean Christophe le mari f re son problme

PAGE 278

278 de sjour, le F ranais lui demande : ? (Bessora 178). Il est vident que Bessora reprend ici le discours du colonisateur qui range le mtis dans la population de couleur pendant la colonisation. Puisq indigne De mme, nt croire que Mtis ce (Lopes 267) parce qu e st m l est vident Nina porter une faute (Bouraoui 32) reprend aussi le discours dprciatif du mtis des sicles antrieurs pour en rire puisqu (Bouraoui 33). dire narratives des textes de notre corpus confirme cette deuxime hypothse. Nous nous sommes Le chercheur Alors que la notion de tradu extr aits du texte de Csar Leclerc et Nous avons galement montr notre analyse. Nous avons analys le mlange des codes oraux et crits et ce que nous appelons

PAGE 279

279 Cette linguistiques et le mlange des codes interculturels encods dans les expressions de la langue prteuse en mme temps. Le genre littraire et la technique narrative (que nous appelons p hotographies er que codes sur le plan du genre littraire dans cet ouvrage qui combine de s lments autobiographiques et fictifs. Nous avons soulign les lments qui rangent ce texte la fois parmi les autobiographies et les fictions et dont le mlange participe au mtissage textuel. Amant qui peut tre lu comme un nte ces diffrentes photographies, la narratrice se sert soit du mode de rcit dire ( telling ) soit du mode de rcit montrer ( showing ). ncessairement le mod e du rcit ( montrer ou dire 24 du texte contient un passage que nous avons comment plus haut dans lequel les deux modes de rcit ( dire et montrer m de difficult dterminer le genre littraire de cet ouvrage. ographies conformment notre tude.

PAGE 280

280 Dans 53 cm nous avons focalis sur le collage textuel, la polyphonie, la transgression des pour dmontrer que ce texte est absolument mtis. Notre tude rvle qu e 53 cm mmoire (la narration est principalement la premire personne et contient des lments issu s de prcisment un pastiche ironique des anthropologues et penseurs du dix huitime et du dix neuvime sicles (parce ce livre imite et voque drisoirement le discours sur la race). Nous personnages du texte yser le collage textuel qui est utilise dans 53cm pour mme phras la voix trace e ssion est mtisse dans 53 cm Garon manqu Cette ordement (qui accueille favorablement la de montrer comm ent Garon manqu viole les exigences esthtiques littraires auxquelles toute

PAGE 281

281 pense mtisse, Garon manqu ignore les frontires et les catgories, se mfie du dterminisme et de la stabilit (Nouss). En effet, le genre littraire de ce texte reste ambigu, flottant entre autres tu d ans la narration (59 90) ). De mme, nous avons dmontr que ce texte est ambivalent parce que mtisse dans les socits de ses parents et son identification problmatique un seul gro upe un Garon manqu de ce texte est aussi une thrapie parce blessures psychologiques qui dcoule nt de la tension douloureuse ci dessus. Cette tude montre galement que l e a de cultu res, ajoute nt Etant donn que Garon manqu se conforme aux trois caractristiques de la potique de on encore douter d u mtissage de ? Notre tude parce rvle en eff et, individus mtis. Car, mme les individus que la socit ne considre pas comme mtis (le terme

PAGE 282

282 raciaux ) sont susceptible s de vivre un e mais aussi de certains personnages de 53 cm (Keita en particulier ). exprience mtisse repose sur ambigut ou le caractre indtermin une seule catgorie fixe. pas totalement appartenir aux classifications connues dans le mme temps. En effet, c ette tude montr e que les circonstances de la vie et certaines situations s e prte nt tout particulirement l mtisse mme pour les individus qu e la socit ne considre pas comme mtis. Dans qui fait la fois racial (elle est considre comme franaise et i ndochinoise en mme temps) et aussi celle de la mre d u mtis racial morale sexuelle admise ( elle enfreint la loi des unions int ) Dans 53 cm individu que la socit ne range pas parmi les mtis. Cette tude montre galement que quelle que soit la typologie des mtis (multre ou crole), quel que soit son profil (configuration du couple parental : mre noire pre blanc ou mre blanche pre noir sur le plan question vous tes de quelle nationalit est souvent acc c e rtain s individus non isse est caractrise par le rejet mtis sans aucune diffrence sur le plan de la typologie ou du profil sont et restent perus par la

PAGE 283

283 socit comme le s tiers e xclu s du principe quelque chose est (Toumson 263 Garon manqu est la fois rejete et admise dans les socits franaise et algrienne, l a narratr ice crole de sera elle aussi tou r tour accueillie et repousse en France comme en Indochine. De mme, Andr le hros de (franaise et congolaise) de ses parents tandi s que Keita le non mtis lui sera rejet en Fra ranais selon les agents de la socit Keita est un individu la peau noire qui porte un masque blanc 146 car malgr la couleur de sa peau, il se considre plutt comme blanc et il diffre des M aliens du Mali par sa culture franaise dominante. Enfin, dans 53 cm tir aille entre cet imbroglio infernal ncessitera une rsolution spciale La te/inhabituel de faon atypique car aucun dcret de lois citoyens plusieurs nationalits. catgorie f ixe reste problmatique pour tous ces personnages quel que soit le profi l ou la s socits qui sont supposes tre leurs, ces personnage mtis tendent ( et entende nt ) tous rester fidle s leurs deux origines de quelque manire que ce soit En effet, Zara et Nina clament haut deux car elle s refusent de choisir un seul de leurs groupes ial. Mme Keita le non mtis 146 Nous empruntons ces termes au titre du livre de Frantz Fanon Peau noire masque blanc

PAGE 284

284 alin qui se veut f ranais cent pour cent, reconnat et se dit Bambara de Neuilly pour deux. Nanmoins, nous avons aussi dcel des variations ience mtisse vcue par les individus ns pendant la colonisation par rapport ceux qui sont ns aprs cette priode. Nous avons constat que malgr la diffrence dans la typologie de leur mtissage, la narratrice crole de et le hros mtis de L ont du mal rester fidle s leurs diffrentes origines. deux que trs tardivement mme pas sa crolisation dans le texte Nous pensons m tis sont considrs comme d es hommes de couleur Ils ne sont pas reconnus par leur ascendance europenne mais ils sont intgrs dans leur ascendance indign e Tout au long du rcit, Andr se rsigne se considrer comme noir puisque Pourtant, une fois en France o il est la fois pris pour un N ord Africain ( un fellaga ou Sidi cacahute (Lopes 1990, 217) ) et un Af ricain noir ( un ngro (Lopes 1990, 217), un ngre ) Andr revendique son mtissage. Il reconnat avoir le sang noir et blanc (Lopes 1990, 122) et il se dit tre chez lui en France (Lopes 1990, 153). De ce fait, il revendique son mtissage t il se clamer mtis parce que la colonisation est dj finie ? (elle est blanche car ses parents sont blancs) nous avons retrac et bas son exprience mtisse partir de l a ffirmation Je suis crole, je suis ne l bas ) Cette affirmation ne figure pas dans le texte que nous avons analys a pr odui t cet nonc publiquement lors de Apostrophe pour parler du succs inattendu de Nous

PAGE 285

285 avons, de ce fait, considr cette affirmation comme la postface de ce livre parce que la narratrice ne dclare nulle part dans le te xte tre crole. Ceci insinue que 147 a a ccept sa crolisation Tout comme pour Andr le hros de rcit contribue amplement cette reconnaissance tardive du mtissage (de la crolisation) de Il lui faut attendre la fin de la colonisation (et en 1984, elle avait finie depuis longtemps) pour re vendiquer son mtissage car si t cette priode, aucune considration (attention) ne lui au rait t accorde (prte) r tan t blanche vait alternative selon les agents de la socit franaise et la socit indochinoise. Il est vrai qu e le moment est aussi propice cette dclaration puisque dans les annes 1980 le mtissage est en vogue en France. Il est alors considr comme la rponse tous les problmes de diffrences raciales et le mtissage 148 il sera plutt bien reu. Ce qui importe le plus, notre avis, pour ces ce du caractre ambigu de leur identit. 147 Nous sommes conscientes de la distinction narrateur) de cet ouvrage motive notre dmarche consistant confond hrone. 148 Toumson note que: le mot de mtissage ssame humaine toute entire. (Toumson 64)

PAGE 286

286 LIST OF REFERENCES Adler Laure. Marguerite Duras Paris : Gallimard, 1998. Print. Ahlstedt, Eva. Marguerite Duras et le pige biographique. Moderna Sprak 94. 1, 2000. 59 69. Print. --Moderna Sprak 95. 2. 2001. 193 209. Print. Alber, Jean Luc, Bavoux, Claudine et Watin, Michel. METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque international de Sain t Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. Print. Amselle, Jean Loup. Black, Blanc, Beur ou le fantasme du mtissage Discours Sur Le Metissage, Identites Metisses : En Quete d'Ariel Paris : L'Harmattan, 1999. 35 46. Print. Amougou, Emmanuel. Paris : t Cincinati Romance Review 14, 1995. 172 81. Print. Apostrophe P ar Bernard Pivot. Antenne 2. Paris. 28 septembre 1984. Armel, Aliette. Marguerite Duras Et l'Autobiographie Paris : Le Castor Astral, 1990. Ayoub, Mouna. La Vrit : Autobiographie Neuilly sur Seine : Lafon, 2000. Print. Baggioni, Daniel. Langues mixte METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque international de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 185 94. Print. Bakhtine, Mickhal. Esthtique et thorie du roman. Paris : Gallimard, 1978. Print. --. Esthtique de la cration verbale. Paris : Gallimard, 1984. Print. Bailley, Sophie. Identit sexuelle et communication Le Franais dans mo nde, Jan 2001. 78 86. Print. Bakhtine Mikhal Esthtique et thorie du roman Paris: Gallimard 1978 Print. Readings in African Popular Culture. Indiana University Press, 1997. 1 12. Print. Barthes, Roland. In Communications, 8 : Paris : Editions du Seuil, 1981. 7 33. Print.

PAGE 287

287 --. Intertextualit (thorie de) l' Encyclopdia universalis 1974 Bhabha, Homi K. The L ocation of Culture London : New York : Routledge, 2004. Print. Beauvoir, Simone de. le Deuxime Sexe. Paris : ditions Champion, 2004. Print. Belle Isle, Francine. Autobiographie et analyse: L o le rve prend corps. Etudes Littraires. 17. 2, Autumn 1984. 371 380. Print. Benoist, Jean. Le mtissage METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque international de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recher che Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 13 22. Print. Benveniste, mile. Problmes de linguistique gnrale. Tome 1 Paris : Gallimard, 1966. Print. --. Problmes de linguistique gnrale. Tome 2 Paris : Gallimard, 1 974. Print. Bernab, Jean; Chamoiseau, Patrick; Confiant, Raphal. loge de la crolit. Paris : Gallimard, 1993. Print. Berthet, Dominique. Vers Une Esthtique Du Mtissage Paris Bessire, Jean (dir.) Hybrides romanesques : fi ctions Paris : PUF, 1988. Print. Bessora. 53 Cm Paris : J'ai lu, 2001. Print. Bonniol, Jean Luc. Processus identitaires dans les situations de mtissage : la logique de la partition METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du co lloque international de Saint Denis de la Runion Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 2 7 avril 1990. 109 119. Print. Bouraoui, Nina. Garon manqu Paris : Stock, 2000. Print. Bouthors Paillart, Catherine : Droz, 2002. Print. Brahimi, Denise. Amour mtis Mtissages. Tome I, Littrature histoire : Acte d u Colloque International de Saint Denis de la Runion. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 2 7 avril 1990. 133 140. Print. Bres, Jaques et Nowakowska, Aleksandra. Dialogisme: du principe la matrialit discursive LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours Metz Discours, 2006. 21 48. Budor, Dominique et Geerts, Walter. Le texte hybride Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 2004. Print.

PAGE 288

288 Le Franais dans le monde 321, May June 2002. 65. Print. Bureau, Marie Christine; Mbia, Emma. Mtissage, innovation et travail : Un essai partir s et culturelles. Noisy le Grand 2002. Prrint. Butler, Judith. Gender Trouble : Feminism and Subversion of Identity New York : Routlege, 1999. Print. Carpanin Marimoutou, Jean Claude. Ecrire mtis Tome I, Littratur e histoire : Acte du Colloque International de Saint Denis de la Runion. Unit de Recherche Associ du CNRS. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 247 260. Print. Carpanin Marimoutou, Jean Claude and Racault, Jean Michel. Mtissages. Tome I, Littrature histoire : acte du colloque international de Saint Denis de la Runion. 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. Print. Cixous, Hlne. So rties La jeune ne Paris : UGE, 1977. 115 209. Print. Clavaron, Yves and Dieterle, Bernard. METISSAGES LITTRERAIRES : Actes du XXXIIe Congres de la Socit Franaise de Littrature Gnrale et compare Saint tienne, 8 10 septembre 2004 Publi en juin 2005. Print. Collomb, Michel. Figures de l'htrogne Montpellier : Publications de l'Universit Paul Valry, 1988. Print. Compagnon, Antoine. La Seconde main ou le Travail de la citation Paris : Seuil, 1979. Print. Cond, Maryse. Le mtissage du tex te Discours sur le mtissage, identits mtisses: En qute d'Ariel. Paris : L'Harmattan, 1999. 209 217. Print. --. Penser La Crolit Paris: Karthala, 1995. Print. Crais, Clifton and Scully, Pamela. Sara Baartman and the Hottentot Venus: a ghost story and biography New Jersey : Princeton University Press, 2009. Print. Dambre, Marc et Gosselin Noat, Monique. L'clatement des genres Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 2001. Print. Darner, Cline. Nina Bouraoui, une enfance mixte consult le 15/02/2010.

PAGE 289

289 Deschamps, Jean Claude. Catgorisation et mtissage : une approche psychosociologique METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque internatio nal de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 39 47. Print. Didier, Batrice. Les dfinitions du mtis font apparatre des confusions et des malaises Mtissages Tome I, Littrature histoire : acte du colloque international de Saint Denis de la Runion. 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 11 50. Print. Les fonctions littraires de la traduction intratextuelle littraires francophones Mtissages Littraires : Actes du XXXIIe C SFLGC, 8 10 septembre 2004 353 63. Print. Duclot Clment, Nathalie. Hybridits textuelles et imaginaires chimriques Jean Rhys, Toni Morrison, Maryse Cond et Marie Ndiaye Mtissages Littraires : Actes du XXXIIe C SFLGC, 8 10 septembre 2004 49 56. Print. Ducrot, Oswald. Le dire et le dit Paris : Minuit, 1984. Print. Duras, Marguerite. Paris : Minuit, 1984. Print. --. Un barrage contre le Pacifique. Paris : Gallimard, 1958. Print. Elizondo, Virgilio P. L'avenir Collection "Raisons de vivre". Paris : Nouvelles Editions Mame, 1987. Print. Fanon, Frantz. Peau Noire, Masques Blancs Paris : ditions du Seuil. 1952. Print. Finz, Claude. Le corprs comme lieu de metissage 17. Cit par Nathalie Duclot Clement. hybridits textuelles et imaginaires chimriques Jean Rhys, Toni Morrison, Maryse Cond et Marie Ndiaye p.52. Mtissages Littraires : Actes du XXXIIe C SFLGC, 8 10 septembre 2004 49 56. Print. Freud, Sigmund. New Introductory Lectures on Psychoanalysis Ed. Peter Gay. Trans. James Strachey. New York: Norton, 1932. Print. --. La fminit Nouvelles confrences d'introduction la psychanalyse (1933). Paris : Gallimard, 1989. Print. Gadet, Franoise. La var iation sociale en franais Paris : Ophrys, 2003. Print. --. Le Franais populaire Paris : PUF, 1992. Print. Autobiographie et Avant garde Tbingen : Gunter Narr Verlag, 19 92. 221 40. Print.

PAGE 290

290 Gallissot, Ren. Quand l'immigration devient problme: la contradiction foncire entre patrie et droit humain. Le texte du Congrs de la Ligue de 1926 Le Mouvement social 183. Les Droits de l'Homme en Politique. 1898 1939, Apr. Jun. 1998. 111 118. Print. Genette, Grard. Seuils Paris : Seuil, 1987. Print. --. Nouveau discours du rcit Paris : ditions du Seuil. Collection Potique, 1983. Print. --. Palimpsestes La littrature au second dgre. Paris : Seuil, 1982. Print. -. Les frontires du rcit In Paris : Editions du Seuil, 1981. 158 169. Print. --. Figures III Paris : Editions du Seuil, 1972. Print. Glissant, douard. Trait du Tout Monde : Potique IV Paris : Gallimard, 1997. Print. --. Potique De La Relation (Potique III). Paris : Gallimard, 1990. Print. --. Mtissage et Crolisation Discours sur le mtissage, identit mtisse Paris: L'Harmattan, 1999. Pp. Print. Greimas, Algirda s Julien Smantique structurale : recherche et mthode Paris : Larousse, 1966. Print. --. Du sens, essais smiotiques Paris : ditions du Seuil, 1970. Print. --. Du sens. 2 Paris : ditions du Seuil, 1983. Print. Gruzinski, Serge. Paris : Fayard, 1999. Print. Guyot, David. Destins Mtis : Contribution Une Sociologie Du Mtissage Paris: Karthala, 2002. Print. Gumperz, John J. Discourse strategies Cambridge: Cambridge University Press, 1982. Print. --. Socio linguistique interactionnelle. Une approche interprtative Paris: L'Harmattan, 1989. Print. Journal of African Cultural Studies 16. 2. Special Issue Focusing on the Media in and about Africa, December 2003. 143 159. Hewitt, Leah Dianne. Autobiographical Tightropes : Simone De Beauvoir, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Monique Wittig, and Maryse Cond Lincoln : University of Nebraska Press, 1990. Print. Horto n, Robin. Cahiers de l'I.U.E.D. 19. Paris : Presses Universitaires de France, 1990. Print.

PAGE 291

291 Houdaille, Jacques. Paris Africa: Journal of the International African Institute 15. 3, July 1945. 129 144. Print. Irigaray, Luce. Paris : Minuit, 1997 Print. Jouve, Vincent. personnage dans le roman Paris : PUF. Coll. criture, 1992. Print. --. La potique du rcit Paris : d. Armand Colin, 1997 Print. Kand, Sylvie et al. Discours sur le mtissage, identit mtisse Pari s: L'Harmattan, 1999. Print. King, Ade le. "Bessora, a Writer with a Thirty Eight Shoe Size" Wasafiri. Routledge. 24. Issue 2, June 2009. 60 65. Kristeva, Julia. "Problmes de la structuration du texte". Thorie d'ensemble. Tel quel 317 --. "La Smiologie: science critique ou critique de la science". Thorie d'ensemble Paris : Seuil, Coll. Tel quel 1968. 80 93. --. Smitik. Recherches sur une smanalyse. Paris : Seuil, coll. Tel Quel 1969. Print. --. Le mot, le Dialogue et le roman" Smitik. Recherches sur une smanalyse. Paris : Seuil, coll. Tel Quel 1969. s. 143 173 Print. --. Le texte du roman Approche smiologique d'une structure discursive transformationnelle. La Haye : Mouton, 1970. Prin t. Kuymcuyan, Annie. Les narrations comme mentions LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours Metz : Recherches Linguistiques 28. Le Centre 164. Print. Laplatine, and Nouss, Alexis. Paris : Flammarion, 1997. Print. Laigle, Genevieve. Le mtis dans the chant of Jimmie Blacksmith Mtissages. Tome I, Littrature histoire : Acte du Co lloque International de Saint Denis de la Runion. Unit de Recherche Associ du CNRS. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 169 180. Print. Laronde, Michel. Autour Du Roman Beur : Immigration Et Ident it Paris : L'Harmattan, 1993. Print. Lejeune, Philippe. Le pacte autobiographique Paris : Seuils, 1975. Print.

PAGE 292

292 Lionnet, Franoise. Autobiographical Voices : Race, Gender, Self Portraiture Ithaca : Cornell University Press, 1989. Print. Lopes, Henri. Ma Grand Mere Bantoue Et Mes Ancetres Les Gaulois Paris : Gallimard, 2003. Print. --. Dossier Class : Roman Paris : Seuil, 2002. Print. --. Mes trois identits Discours sur le mtissage, identit mtisse Paris: L'Harmattan, 1999 Pp. Print. --. Le Chercheur d'Afriques : Roman Paris : Seuil, 1990. Print. Louviot, Myriam. coloniales METISSAGES LITTRERAIRES : Actes du XXXIIe Congres de la Socit Franaise de Littra ture Gnrale et compare Saint tienne, 8 10 septembre 2004 publi en juin 2005. 487 93. Print. L sebrink H ans J rgen Mtissage culturel et socit coloniale dbat, de la presse coloniale aux premiers crivains africains (1 935 1947) Mtissages. Tome I, Littrature histoire : Acte du Colloque International de Saint Denis de la Runion. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan (coll. Cahiers CRLH CIRAOI, 7, 1990. 109 118. Print. Maux, Danile Ecriture et ph Duras femme du sicle Ed. Harvy Stella and Kate Ince. Amsterdam : Rodopi, 2001. 145 59. Print. Miraux, Jean Philippe, and Claude Alexandre Thomasset. L'Autobiographie : criture De Soi Et Sincrit Paris : Na than, 1996. Print. Montandon, Alain. Prface METISSAGES LITTRERAIRES : Actes du XXXIIe Congres de la Socit Franaise de Littrature Gnrale et compare Saint tienne, 8 10 septembre 2004 publi en juin 2005. 7 10. Print. New (M)Tissage: Weaving Black Francophone Literature into the The French Review 69. 5, April 1996. 762 774. Print. Nack Ngue, Julie C. Colonial Discourses of Disability and Normalization in Contemporary Francophone Immigrant Narratives : Journal of Transnational Women's and Gender Studies / Xlibris 4, Summer 2007. 35 45. Print. mtis Internat ional Journal of Francophone Studies 6, February 2003. 43 52. Print. Nouss, Alexis. Deux pas de danse pour aider penser le mtissage. Turgeon, Laurier. : CELAT. 2002, 95 115. Print

PAGE 293

293 Ouellet, Pierre. Les identits migrantes : CELAT, 2002. 39 55. Print. Perrin, Laurent et al. LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours et des Discours, 2006. Print. Prince, Gerald. A dictionary of narratology Lincoln : Rev. ed. University of Nebraska Press, 2003. Print. Prudent, Lambert Flix. Coupl Vers Une Esthtique Du Mtissage Paris 87. Rabatel, Alain discursive LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours Recherches Linguistiques 28. Metz Textes et des Discours, 2006. 165 188. Print. Racault, Jean Michel. Mimtisme et mtissage : sur Georges Mtissages. Tom e I, Littrature histoire : Acte du Colloque International de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 141 150. Print. Rafitoson, Elisa. La diglossie : un mtissage linguistique ? METISSAGES. Tome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque international de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 211 220. Print. Raym undo, Nina Rodrigues. Lyon : A. Storck & Cie, 1899. Print. Rencontres de Touraine. 9 septembre 2006. Research in African Literatures 28. 1. The Oral Written Interface, Spring 1997. 192 199. Print. Rflexion faite. Autobiographie intellectuelle Paris : Esprit, 1995. Print. --. Soi Mme Comme Un Autre Par is : Seuil, 1990. Print. --. Temps Et Rcit Paris : Seuil, 1983. Print. Said, Edward W. Ori entalism New York: Vintage Books, 1994. Print. Sala Molins, Louis, and France Code noir. Le Code Noir, Ou, Le Calvaire De Canaan Paris : 4e d. Quadrige/PUF, 200 6. Print.

PAGE 294

294 Schmidt, Nelly, and Alain Corbin. Histoire Du Mtissage Paris : Martinire, 2003. Print. Sebbar, Lela. Les jeunes filles de la colonie Une enfance outremer Paris : Seuil, 2001. 185 98. Print. Senghor, Lopold Sdar Le Dialogue Des Cultu res Paris : Ed. Seuils, 1993. Print. --. Les Fondements De l'Africanit Ou Ngritude Et Arabit Paris : Prsence africaine, 1967. Print. Sheik Amode Hossen, Jonathan J. La notion de mtissage : vrit idologique et ralit symbolique METISSAGES. T ome II : Linguistique et Anthropologie Acte du colloque international de Saint Denis de la Runion 2 7 avril. Unit de Recherche Associ du CNRS. Paris : L'Harmattan. Coll. Cahiers CRLH CIRAOI. 7, 1990. 67 80. Print. Sherzer, Dina. French colonial and p ost colonial hybridity : condition mtisse Journal of European Studies xxviii. England, 1998. 103 120. Print. Smith, Sidonie and Watson Julia. Reading Autobiography: A Guide for Interpreting Life Narratives Minneapolis: University of Minnesota Press, 2001. Print. Etienne, 8 10 septembre 2004 de Saint Etienne, 2005. Print. Sow Alioune. Henri Lopes French Literature Series. 31. 1. 67, 2004. 67 79. Print. Stoler, Laura Ann. Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley and Los Angeles: University of California Press Ltd., 2002. Print. Todorov, Tzvetan. Les catgories du rcit littraire str ucturale du rcit. Paris : Editions du Seuil, 1981. 131 157. Print. --. ce que le structuralisme ? Potique Paris : Edition du Seuils, 1977. Print. --. Mikhal Bakhtine, le principe dialogique Paris: Seuil, 1981. Print. Toumson, Roger. : Les apories mtisses de la reprsentation Vers une esthtique du mtissage 37. Print. --. Mythologie Du Mtissage Paris: Presses universitaires de France, 1998. Print. Turgeon, Laurier. Regards croi : CELAT, 2002. Print. Van Gannep, Arnold. Les rites de passages: Etude systmatique des rites. Paris : Picard, 1981. Print.

PAGE 295

295 na Bouraoui Journal of War and Culture Studies 1. 2. intellect Ltd., 2008. 189 200. Print. Vergs, Franoise. Mtissage, discours masculin et dni de la mre Penser La Crolit Paris : Karthala, 1995. 70 83. Print. Vincent, Diane. Polyphonie et interaction LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours Metz Linguistiques de Textes et des Discours 2006. 127 142. Print. Vieuxmaire, Stephane. Une prise d e conscience prcoce Ed. Association Contact. Paris. 2003. consult le 20/10/2009. Vion, Robert. Modalisation, Dialogisme et polyphonie LE SENS ET SES VOIX: Dialogisme et polyphonie en langue et en discours Metz : Recherches Linguistiques 28. Le Centre 125. Print. Waberi, Abdourahman, A. Corne de l'Afrique Le chercheur d'Afriques Jeune Afrique L'intelligent. 2188, 2002. 105 106. Print. A Journal of Opinion 2. 1. Spring 1972. 23 26. Print. 53 cm Journal of African Literature and Culture JALC No. 4 < http://www.africaresearch.org/Es_1309.htm >. Consult le 19/11/2008. White, Owen Dr. Chi ldren of the French Empire: Miscegenation and Colonial Society in French West Africa, 1895 1960 Clarendon Press. Oxford and New York: Oxford University Press, 1999. Print. Winston, Jane Bradley. Postcolonial Duras: Cultural Memory in Postwar France New York : Palgrave Publishers Ltd., 2001. Print.

PAGE 296

296 BIOGRAPHICAL SKETCH Anny Mavambu Ndulu came to the United States of America for the first time as a French teaching assistant on a student exchange p rogram in 2000 at Oberlin College Oberlin Ohio She earn ed her Bachelor of A rts in English and her M aster of A rts in English Linguistics and Didactics from the University of Strasbourg Strasbourg, France in 1999 and 2006. She also earned another tudies from the Texas Technological Uni versity Lubbock, Texas in 2004 She went to the University of Florida in 2006 where she was offered an Alumni Fellowship to complete a docto rate in French and francophone s tudies. She received her Ph D from the University of Florida in the s pring of 2011.