<%BANNER%>

La Figure du Double

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0041430/00001

Material Information

Title: La Figure du Double Etude de Recits de Theophile Gautier
Physical Description: 1 online resource (202 p.)
Language: english
Creator: Savona, Sandrine
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2010

Subjects

Subjects / Keywords: androgyne, couleurs, double, fantastique, gautier, maupin, spirite, vampire
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: LA FIGURE DU DOUBLE: ETUDE DE RECITS DE THEOPHILE GAUTIER Known as a manifesto of L?Art pour l?art (Art for Art?s sake), The acuteophile Gautier?s Pre acuteface of Mademoiselle de Maupin, positions itself against L?Art utile, a utilitarian conception of an art that would contribute to human and social progress. In line with his manifesto, Gautier?s fictional work would seem to mark a departure from an engagement with reality. This said, his texts frequently conjure a verisimilitude that shrouds even the most unbelievable events and portraits of human psychology in a parenthetical and fantastic ambiance, one that suspends the norms of the real and the unreal. My dissertation, ?La Figure du double: e acutetude de re acutecits de The acuteophile Gautier,? explores the symbolism and the themes of duality and androgeny as part of a fantastic aesthetic practice in three texts by The acuteophile Gautier: Mademoiselle de Maupin, Spirite and La Morte amoureuse. For Gautier, the androgyne is the synthesis of the masculine and the feminine as well as the union of the Platonic androgyne and Ovidian hermaphrodite. The androgyne recalls not only Plato?s myth and the harmonious oneness of the ideal of art and beauty but also the myth of Ovid?s Methamorphoses, which foregrounds the changeable nature of beauty. The androgyne and its corollary duality also posit an ideal unity within the fantastic. Following an introduction to the French fantastic and its intertexts, this study provides indepth readings that explore representations of duality and the androgenous ideal. Gautier?s heroes despair to never find ideal love and unity. His protagonists explore the limits of the self and other in fantastic narratives that posit alternative realities and by extension, alternative ideals. In their quests, the protagonists relentlessly cross the borders between reality and ideal. Mademoiselle de Maupin (chapter III), explores duality in the figure of the androgyne, ?chime acuterique figure?, a mythical being, which responds to the narcissistic desire to be both lover and beloved, artist and work of art for the male (D?Albert) and the female (Mademoiselle de Maupin) protagonists. In Spirite (chapter IV), a young woman (Spirite) gives herself spiritually to the heroes. The real woman is lost but the literal form, an ethereal and evanescent creature, remains to lure her prey from the living world to a spiritual inclination. La Morte amoureuse (chapter V), Romuald is engulfed in a spiritual death induced by the female vampire. The story calls into question not only the boundaries between ?reality? and ?illusion?, life and death but also all matters of boundaries between self and other. The fantastic of Gautier plays with duality and the figure of the androgyne figure, a space of artifice that will interrogate narrative norms and ultimately, compete with reality.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Sandrine Savona.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2010.
Local: Adviser: Zachmann, Gayle.
Local: Co-adviser: Calin, William C.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2010-10-31

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2010
System ID: UFE0041430:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0041430/00001

Material Information

Title: La Figure du Double Etude de Recits de Theophile Gautier
Physical Description: 1 online resource (202 p.)
Language: english
Creator: Savona, Sandrine
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2010

Subjects

Subjects / Keywords: androgyne, couleurs, double, fantastique, gautier, maupin, spirite, vampire
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: LA FIGURE DU DOUBLE: ETUDE DE RECITS DE THEOPHILE GAUTIER Known as a manifesto of L?Art pour l?art (Art for Art?s sake), The acuteophile Gautier?s Pre acuteface of Mademoiselle de Maupin, positions itself against L?Art utile, a utilitarian conception of an art that would contribute to human and social progress. In line with his manifesto, Gautier?s fictional work would seem to mark a departure from an engagement with reality. This said, his texts frequently conjure a verisimilitude that shrouds even the most unbelievable events and portraits of human psychology in a parenthetical and fantastic ambiance, one that suspends the norms of the real and the unreal. My dissertation, ?La Figure du double: e acutetude de re acutecits de The acuteophile Gautier,? explores the symbolism and the themes of duality and androgeny as part of a fantastic aesthetic practice in three texts by The acuteophile Gautier: Mademoiselle de Maupin, Spirite and La Morte amoureuse. For Gautier, the androgyne is the synthesis of the masculine and the feminine as well as the union of the Platonic androgyne and Ovidian hermaphrodite. The androgyne recalls not only Plato?s myth and the harmonious oneness of the ideal of art and beauty but also the myth of Ovid?s Methamorphoses, which foregrounds the changeable nature of beauty. The androgyne and its corollary duality also posit an ideal unity within the fantastic. Following an introduction to the French fantastic and its intertexts, this study provides indepth readings that explore representations of duality and the androgenous ideal. Gautier?s heroes despair to never find ideal love and unity. His protagonists explore the limits of the self and other in fantastic narratives that posit alternative realities and by extension, alternative ideals. In their quests, the protagonists relentlessly cross the borders between reality and ideal. Mademoiselle de Maupin (chapter III), explores duality in the figure of the androgyne, ?chime acuterique figure?, a mythical being, which responds to the narcissistic desire to be both lover and beloved, artist and work of art for the male (D?Albert) and the female (Mademoiselle de Maupin) protagonists. In Spirite (chapter IV), a young woman (Spirite) gives herself spiritually to the heroes. The real woman is lost but the literal form, an ethereal and evanescent creature, remains to lure her prey from the living world to a spiritual inclination. La Morte amoureuse (chapter V), Romuald is engulfed in a spiritual death induced by the female vampire. The story calls into question not only the boundaries between ?reality? and ?illusion?, life and death but also all matters of boundaries between self and other. The fantastic of Gautier plays with duality and the figure of the androgyne figure, a space of artifice that will interrogate narrative norms and ultimately, compete with reality.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Sandrine Savona.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2010.
Local: Adviser: Zachmann, Gayle.
Local: Co-adviser: Calin, William C.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2010-10-31

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2010
System ID: UFE0041430:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 LA FIGURE DU DOUBLE: ETUDE DE RECITS DE THEOPHILE GAUTIER By SANDRINE SAVONA A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORID A IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2010

PAGE 2

2 2010 Sandrine Savona

PAGE 3

3 To my partner & our son

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I would like to express my gratitude to t he members of my supervisory commi ttee, four professors who have contributed helpful suggestions during the writing process. I would particularly like to thank Dr. Zachm ann and Dr. Calin, the chair of my committee, for their concise editing and comments, and their essential encouragement throughout the project. I will always be grateful to them.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDG MENTS .................................................................................................. 4LIST OF TABLES ............................................................................................................ 7LIST OF FIGURES .......................................................................................................... 8ABSTRACT ..................................................................................................................... 9 CHA PTER 1 LANDROGY NE ...................................................................................................... 111.1 LAndr ogyne ...................................................................................................... 131.2 LAndrogyne religieux ................................................................................. 181.3 LArchty pe androgy ne ..................................................................................... 221.4 LIdale dunit .................................................................................................. 312 LE FANTASTIQUE ................................................................................................. 352.1 Le Fant astique .................................................................................................. 352.2 Le Merv eilleux ................................................................................................... 542.2.1. Lanval ..................................................................................................... 552.2.2 V ra ......................................................................................................... 662.2.3 Sr aphta ................................................................................................. 682.2.4 La C hevelure ........................................................................................... 733 MADEMOISELLE DE MAUPIN ............................................................................... 783.1 Mademoisell e de M aupin .................................................................................. 823.2 DAlbert: Les Multiples fa cettes du protagoni ste masculin ............................... 853.2.1 DAlbert, Ec rivainpote ........................................................................... 853.2.2 DAlbert-Aristocrate en prise au mal de vi vre .......................................... 873.2.3 DAlbertNarcissi que ................................................................................ 913.3 La Beaut idale selon DAl bert? ...................................................................... 953.3.1 La Matresse idale-irr elle ..................................................................... 953.3.2 Mtamorphose: Cris e identitaire DAlbert ............................................. 1023.4 Mademoiselle de Maupin: Les Mult iples facettes du protagoniste fminin ..... 1053.4.1 Une Esquisse de Maupin ....................................................................... 1063.4.2 Le Travestissement menant au ddoublement physique ...................... 1073.4.3 La Deuxime phase dune m tamorphose menant au ddoublement mental ......................................................................................................... 1083.4.4 La Dcouverte du dsir bisexuel de Maupin .......................................... 1113.4.5 Etre androgyne: Un Troisime sexe maudit ................................... 113

PAGE 6

6 3.4.6 Un Tournant dcisif: Un Jeu entre ralit et perception ........................ 1173.4.7 La Poursuite de la qute ........................................................................ 1214 SPIRITE ................................................................................................................ 1254.1 Le Miroir de Venise ......................................................................................... 1314.2 Les Couleurs dans Spirite: Le Noir, le blanc, et le rouge ............................... 1374.2.1 Le Noir ............................................................................................ 1404.2.2 Le Blanc (e t le bleu) ........................................................................ 1434.2.3 Le Rouge (et le rose) ...................................................................... 1514.3 LArt: Visuel et Musical ................................................................................... 1555 LA MORTE AM OUREUSE ................................................................................... 1685.1 Le Titre: La Morte Amoureuse ....................................................................... 1705.2 Les Portes du Fantas tique .............................................................................. 1765.3 La Femme-Vam pire-Mre ............................................................................... 1845.4 Romual dMre ............................................................................................... 189CONCLUS ION ............................................................................................................ 193LIST OF RE FERENCES ............................................................................................. 197BIOGRAPHICAL SKETCH .......................................................................................... 202

PAGE 7

7 LIST OF TABLES Table page 1-1 LAndrogyne primitif de constitution binaire. ....................................................... 331-2 Dualit/Ddoublem ent dans diffrent es relig ions ............................................... 342-1 Les subdivisions du genre fant astique. ............................................................... 76

PAGE 8

8 LIST OF FIGURES Figure page 2-1 Une Corrlation binair e de Freud et de Todor ov. ............................................... 774-1 Un Arrangement pol aire des c ouleurs .............................................................. 1664-2 Un Tableau sy noptique. .................................................................................... 167

PAGE 9

9 Abstract of Dissertation Pr esented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulf illment of the Requirements for t he Degree of Doctor of Philosophy LA FIGURE DU DOUBLE: ETUDE DE RECITS DE THEOPHILE GAUTIER By Sandrine Savona May 2010 Chair: Gayle Zachmann Co-chair: William Calin Major: Romance Languages Known as a manifesto of LArt pour lart (Art for Arts sake), Thophile Gautiers Prface of Mademoiselle de Maupin, positions itself against LArt utile, a utilitarian conception of an art that woul d contribute to human and social progress. In line with his manifesto, Gautiers fictional work would seem to mark a departure from an engagement with reality. This said, his text s frequently conjure a verisimilitude that shrouds even the most unbelievable events and portraits of human psychology in a parenthetical and fantastic ambi ance, one that suspends the norms of the real and the unreal. My dissertation, La Figure du double: tude de rcits de Thophile Gautier, explores the symbolism and the themes of d uality and androgeny as part of a fantastic aesthetic practice in three texts by Thophile Gautier: Mademoiselle de Maupin, Spirite and La Morte amoureuse For Gautier, the androgyne is the synthes is of the masculine and the feminine as well as the union of the Platonic androgy ne and Ovidian hermaphrodite. The androgyne recalls not only Platos myth and the harmonious oneness of the ideal of art and beauty but also the myth of Ovids Methamorphoses, which foregrounds the changeable nature

PAGE 10

10 of beauty. The androgyne and it s corollary duality also posit an ideal unity within the fantastic. Following an introduction to the French f antastic and its intertexts, this study provides indepth readings that explore representations of duality and the androgenous ideal. Gautiers heroes despair to never find ideal love and unity. His protagonists explore the limits of the self and other in fantastic narratives that posit alternative realities and by extension, alternative i deals. In their quests, the protagonists relentlessly cross the border s between reality and ideal. Mademoiselle de Maupin (chapter III), explores duality in the figur e of the androgyne, chimrique figure, a mythical being, which responds to the narcissistic desire to be both lover and beloved, artist and work of art for t he male (DAlbert) and the female (Mademoiselle de Maupin) protagonists. In Spirite (chapter IV), a young woman (Spirite) gives herself spiritually to the heroes. The real woman is lost but the literal form, an ethereal and evanescent creature, remains to lure her prey from the living world to a spiritual inclination. La Morte amoureuse (chapter V) Romuald is engulfed in a spir itual death induced by the female vampire. The story calls into ques tion not only the boundaries between reality and illusion, life and death but also all matte rs of boundaries between self and other. The fantastic of Gautier plays with dualit y and the figure of the androgyne figure, a space of artifice that will interrogate na rrative norms and ulti mately, compete with reality.

PAGE 11

11 CHAPTER 1 LANDROGYNE Thophile Gautier sest servi de son ruditi on des fins artistiques qui lui ont permis de sloigner du rel pour se rapproc her du rel-imaginair e/rel-illusoir e. Gautier naime ni la prison corporelle ni la prison spirituelle. A travers ses rcits, il cherche fuir la mlancolie et lennui m taphysique de la condition humaine. Do ses uvres laissent transparaitre que le rve, le songe, et le fantasme ouvrent les frontires de linaccessible, ceux-ci crant les fondations de ses rcits littraires et potiques. Gautier pousse croire quil existe entre lombre et la lumire une part dirrationnel et de fantastique qui permet ses hros de trans gresser toute logique rationnelle. Jai donc choisi trois uvres fantastiques do il me semblait essentiel de tirer les principaux lments de ma rflexion: Mademoiselle Maupin, La Morte amoureuse, Spirite. Daprs Jol Malrieu, le rcit fantastique repose en dernier ressort sur la confrontation dun personnage isol avec un phnomne intrieur ou extrieur lui, surnaturel ou non, mais dont la prsence ou lintervention reprsente une contradiction profonde avec les c adres de pense et de vie du personnage, au point de les bouleverser co mpltement et durablement. 1 Le fantastique est donc une manire de racont er le fantasme et permet Theophile Gautier de sonder les plus profonds recoins de lesprit humain. A travers leurs rves intrieurs ou extrieurs les hros gaut iresques toujours es thtes transmettent un profond dsir daboutir une qute idale de la beaut temporellement et spatialement inaccessible dans le rel de leur quotidien. La narration allgue ainsi demble une mise en parallle entre le fantas tique gautiriste et la recherche de lidal. 1 Joel Malrieu, Le Fantastique ( Paris: Hachette, 1992) 49.

PAGE 12

12 Les textes de Theophile Gautier sont riches de mots, de musique, de couleurs et de sensations. Ses uvres laissent transparaitre quil tait un homme amoureux du beau En rvolte contre le moment histori que, enchan au rel et entrav dans son dsir de lidal, le hros gautiriste cherc he mettre fin son chtiment. Sa qute devient alors celle de rejoindre le temps mythique dune ternelle gense retrouve, un ge dor o la perfection de la forme rejoint celle de lesprit o le mythe et lart se confondent dans la conception de lidal. Le voyage dans le temps se double du voyage dans lespace et cest ainsi que le temps chronologique se transforme en temps cyclique. La littrature fantastique permet Thophile Gautier de lib rer ses hros de toutes chaines temporelles et spatiales pour effectuer ce voyage et aboutir leur qute de lidal. A mon opinion, les trois rcits fantastiques Mademoiselle Maupin, La Morte amoureuse, Spirite de Thophile Gautier se prsentent comme des textes propices ltude de cette problmatique. Les figures mystiques constituent aussi un lment cl, un point dancrage, qui rayonnent entre les lignes de Mademoiselle Maupin, La Morte amoureuse, Spirite Lvocation de la beaut idale, travers lid al fminin, cre chez le hros gautiriste une progressive maturation; une puration qui aboutit un idal de rfrence: une structure artistico-mythique. La fusion de lart et du mythe reprsente le trajet alchimique du hros. Et dans ce microscome de transpositions, jai trouv que la figure androgyne rpond cette unit idale reliant la beaut, le mythe et lart dans les uvres de Gautier. Landrogyne rpond lorigine et e ssaie de rintgrer la quintessence originaire par excellence. Il ma donc sembl ncessaire dans mon tude

PAGE 13

13 dinclure lanalyse de certains symboles et mythes. Je montrerai comment Thophile Gautier a utilis principalement le mythe de landrogyne et la notion du fantastique dans sa qute littraire et artistique. Dans les deux premiers chapitres de ce tte thse, je dfinis le mythe de landrogyne et tente dy reprer une morphologie travers les poque s, les cultures et les religions. Ensuite, jesquisse un tat prsent de la notion du fantastique, une relecture de ltude de Tzvetan Todorov, lIntroduction la littrature fantastique2, et un expos du concept de l Unheimliche de Freud3. Pour conclure ce chapitre, mon intrt se portera sur une tude des inte rtextes du fantastique de Gautier dans Lanval de Marie de France; Vra de Villiers de lIsle-Adam; Sraphta de Balzac, et La Chevelure de Maupassant. 1.1 LAndrogyne Landrogy ne rsume la perfection tant divine quhumaine. H. de Broqueville Le mythe de landrogyne a suscit de nombreuses rfrences sur le plan anthropologique, cosmologique, thologique, my thico-religieux travers les poques, et particulirement ces derniers sicles dans la littrature romantique et dans lart. Dans ce chapitre, jaborderai cette notion hybride travers lhistoire et les cultures afin de tenter dy reprer une morphologie4. Platon par le biais du rcit dAristophane dans Le Banquet utilise le thme de landrogyne des fins pdagogiques et incite le lecteur 2 Tzvetan Todorov, Lintroduction la littrature fantastique (Paris: Seuil, 1970). 3 Sigmund Freud, Inquitante tranget et autres essais (Paris: Gallimard, 1985). 4 Selon ltymologie il sagit de la transcription en franais du compos, qui en grec ancien, associe deux substantifs dsignant les ples dune oppositi on irrductibles: aner-andros homme et gunegunaikos femme En Grce ancienne, les tres reconnus comme bisexus taient considrs des prodiges funestes.

PAGE 14

14 revisiter la notion dorigine de lhumanit ainsi que la naissance du dsir chez ltre humain. Dans un dialogue entre six perso nnages (Phdre, Agathon, Pausanias, Eryximaque, Aristophane et Socrate), Platon fa it lesquisse de la nature dEros. Trois perceptions diffrentes se forment alors. Tout dabord celle de Phdre et dAgathon pour qui il nexiste quun Di eu unique: Eros. Ensuit e, celle de Pausanias et Eryximaque pour qui Eros sincarne dans deux Aphrodites: LOuranienne et La Pandmienne. Et finalement celle qui nous intresse davantage en vue de notre tude, celle dans laquelle Aristophane et Socrate conoivent Eros en tant qu unit primordiale Le rcit dAristophane retrace lvolution de la nature humaine avant et aprs La chute 5, petit clin dil de Platon au champ mythico-religieux: Autrefois, [. .] notre nature ntait pas la mme. [. .] Dabord en effet, il y avait trois genres dtres humains, et non deux comme maintenant: le mle et la femelle. Mais il existait un tr oisime [. .] il existait alors un genre distinct qui, pour la forme comme pour le nom, participait des deux autres [. .]. Ensuite, la fo rme de chacun de ces tres formaient un tout, avec des dos ronds et des flancs encercls, ils avaient quatre mains et des jambes en nombre gal aux mains; ils avaient au ssi [. .] deux vis ages en tout point semblables tandis que la tte, pour ce s deux visages opposs lun lautre, tait unique; ils avaient quatre oreilles et deux organes sexuels; [. .] Or,les genres (dtres humains) taient au nom bre de trois et quils taient ainsi constitus. Cest pour cette raison que, au point de dpart, le genre mle tait un rejeton du soleil, le genre femelle de la terre et celui qui participait aux deux de la lune et justement sils reprsentaient une forme cellulaire aussi bien dans leur structure que dans leur dmarche, cest quils ressemblaient leurs parents. [. .] Ils taient donc redoutables en raison de leur vigueur et de leur force, et grand tait leur orgueil. Or, ils sen prirent aux dieux.6 5 Rfrence la Gense et la chute de lhumanit. Mais pour Platon cette chute de lhumanit comprend des tres originaux diffrents dAdam et Eve. 6 Platon, Le Banquet (Paris: ditions Bral, 2002) 180.

PAGE 15

15 Daprs ce passage, jen conclus que ces tres originaux dsir ent dsormais se comparer aux dieux, possdant semble t-il daprs la description de Platon les ressources ncessaires physiques, motionnelles et mentales. Mais cest au moment o ils se croient capables de lutter dgal gal avec les dieux que ces Etres subissent la Chute fatale et irrversible. Cest parce quils dsirent abolir les distances entre la terre et le ciel, mais surtout entre les hommes et les dieux quils doivent dornavant faire face la colre de Zeus. Le Dieu tout puissant, Zeus, dcide de punir ces tres doubles en tablissant une sci ssion dans la force de leur unit. Son but nest pas de les exterminer mais de leur faire comprendre la supriorit de leurs matres. Zeus dcide de les affaiblir en les coupant en deux. Dans le mythe dAristophane, landrogyne est identifi lidal, ou encore ltat Ednique, c'est-dire un tat dentiret dans lequel rien ne manque. Mais cet tat de plnitude est dtruit par Zeus et la symtri e parfaite entre les deux moit is est alors anantie. Dans un geste de bont, Apollon, le dieu gurisseur retourne les corps at rophis et referme la blessure physique cre par la dissecti on. Mais chaque moiti prouve dornavant une souffrance dmesure dcoulant de cett e sparation et ne cherche alors qu rejoindre son autre moiti. De cette souffr ance et dsolation, les deux tres spars se laissent ainsi mourir. Z eus est donc oblig dintervenir pour sauver ces pauvres cratures et leur permet de saccoupler nouveau en transformant leurs organes sexuels. Selon ce point de vue, le ds ir prend naissance dans la plnitude disloque recherchant lunit originale perdue. A la source, lhumanit tait constitue dtres doubles dots de deux organes sexuels: Mle originel (M, M); Femelle originelle (F, F); androgyne (M, F) ou (F, M).

PAGE 16

16 Dornavant lhumanit est dot e dtres uniques. C'est--dire un tre unique, dont originellement deux tres ont t tirs, la recherche de sa mo iti. Ainsi tous ceux des mles qui sont une coupure de ltre mixte [. .] appelaientt androgyne sont-ils attirs par les femmes [. .] de mme, ces t de ce genre que viennent leur tour toutes les femmes qui sont a ttires par les hommes [. .] Par ailleurs, toutes celles des femmes qui sont une coupure de femme, celles-la ne prtent pas grande attention aux hommes; mais cest plutt vers les femmes quelles sont tour nes. [ .] Enfin, tous ceux qui sont une coupure de mle recherchent les mles. (Banquet, 191 d3-c6) Daprs les informations du dialogue dAr istophane en ralisant une table de cette morphologie, jaboutis au schma de la Table 1-1. Cest ainsi que landrogyne primitif de cons titution binaire dfinit, dans lunion du masculin et du fminin, une synthse dialectique imageant une bisexualit originale. Il est intressant de signaler que plusieurs sic les ultrieurement, chez Freud, lide de bisexualit fondamentale est la base de ses recherches mme si plusieurs reprises, il reconnat les limitations des preuves pouvant affirmer son existe nce. Freud affirme dans Malaise dans la civilisation7 que: Lhomme est lui aussi un animal dou dune disposition non quivoque la bisexualit. Lindividu corre spond une fusion de deux moitis symtriques dont lune, de lavis de pl usieurs chercheurs, est purement masculine et lautre fminine. Il est tout aussi possible que chacune delles lorigine fut hermaphrodite. (58) Dans Trois essais sur la thorie sexuelle Freud articule de nouveau ce point de vue et ltend jusqu' introduire lide que lhermaphrodisme8 physique pourrait avoir tendance de miroiter l hermaphrodisme mentale. 7 Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation (Paris: PUF, 1971) 58. 8 Le terme hermaphrodite se substitue souvent celui dandrogyne en dpit dune tymologie bien diffrente. Daprs Kari Weil dans Androgyny and the Denial of Difference Androgyne and Hermaphrodite are often considered as synonym, but Androgyne suggests a sp iritual or psychological state of wholeness and balance arri ved through the joining of masculine and feminine conceived as a complementary and symmetrically opposed. In Plato, the Androgyne is the figur e of the origins, before

PAGE 17

17 Une thorie qui entre une nouvelle fois en contradiction avec lopinion populaire. Pour celle-ci, ltre humai n est soit un homme, soit une femme. Mais la science connat des cas dans le squels les caractres sexuels sont effacs et o la dtermination du sexe devient par consquent difficile ; et cela tout dabord dans le domaine anat omique. Les organes gnitaux de ces personnes combinent des caractres masculins et fminins (hermaphrodite). Dans de rares cas les deux sortes dappareils sexuels se sont dvelopps lun a cot de lautre (hermaphrodisme vrai); le plus souvent on a affaire une atrophie b ilatrale. Ce qui est important, toutefois, dans ces anomalies, cest quelles facilitent de faon inattendue la comprhension du dveloppement normal. Un certain degr dhermaphrodisme anatomi que appartient en effet la norme; chez tout individu mle ou femelle normalement constitu, on trouve des vestiges de lappareil de lautre sexe, qui, privs de toute fonction, subsistent en tant quorganes rudimentaires ou qui ont mme t transforms pour assumer dautres fonctions. La conception qui dcoule de ces faits anatomiques depuis longtemps connus est celle dune di sposition bisexuelle originelle. (45-46) Je retrouve dans cette thorie de Freud de la bisexualit originaire mute en une unisexualit un lien commun avec le dialogue dAristophane; lune base sur lvolution anatomique de ltre humain et lautre sur le rcit mythique de la scission de ltre double. Mais tout de mme des diffrences majeures les sparent. Comme je lai propos, Aristophane est convaincu que la sparation androgynique physique de ces tres doubles cre un vide intri eur impossible combler. Malgr les multiples interprtations ou rsultats associs ces diverses thories/mythes, lide de ltr e double/dandrogyne primitif de constitution binaire dfini dans lunion du masculin et du fminin es t fortement prsente dans la socit dautrefois et de nos jours, dans le monde occidental ou bien oriental. division. On the other hand the Hermaphrodite, calls attention to the visible and physiological fact of two differently sexed but not complementary bodies brou ght together in an unrelieved process of joining and splitting. In Ovid, the Hermaphrodite is the result of transformation; s/he the figur e of the displacement of origin (63). The nymph Salamis desire for the other led her to attack Hermaphroditus in the river where they were no longer two but a single form, which coul d not be called mle or femle, but seemed to be at once both and neither (18).

PAGE 18

18 Il est important de signaler que lanctre androgyne circule galement travers le monde de la littrature mythique notamment par le biais des tres doubles visages mi-homme mi-animal, ou bien encore par le biais des dieux double caractre. La desse Vnus9 incarne elle aussi des caractristiques de cet tre double. Ses pouvoirs sont immenses: Desse aimable, elle protge les ma riages, favorise l'entente amoureuse des poux, fconde les foyers, prside aux naissances. Elle fertilise aussi les champs. Mais elle peut tre gal ement une divinit redoutable, car elle symbolise bien souvent la passion que rien n'arrte, qui rend fou d'amour ceux qu'elle veut perdre; elle rav age mme les unions lgitimes, poussent les poux l'adultre, favorise la fcondit des amours illgitimes et incite les mortels toutes les volupts et tous les vices. Venus devient alors une desse fatale.10 1.2 LAndrogyne religieux 2: 23 Et l'homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! On l'appellera femme, parce qu'elle a t prise de l'homme. Gense Cette image de landr ogyne marque aussi le champ religieux. Dans le temps mythique, un couple bisexu tait lorigi ne et cest seulement par le traumatisme de la dislocation / sparation et de la chute que ces tres doubles maintenant unique 9 Aphrodite est le nom grec alors que Venus est le nom latin, ces deux figures nincarnent pas des desses diffrentes. La Lgende d'Aphrodite: Les H eures (divinits mineures) apprennent Aphrodite l'art du charme et de la sduction sur l'le de Chypre C'est de cette le qu'Aphrodite tirera son surnom: Cypris, la Chypriote). Aprs son ducation elle est emmene sur l'Olympe. Les dieux masculins de l'Olympe sont sduits par les charmes d'Aphrodite. Zeus lui donne Hphastos comme poux, ce dernier n'est pas le plus beau des dieux et Aphrodite cherch e alors se consoler de cette union. Une passion nat entre Aphrodite et Ars, le dieu de la guerre. Hphastos apprend cette liaison par Hlios (dieu du soleil) et les surprend. Il les emprisonne dans un filet et expose ainsi les amants aux yeux de tous. Aphrodite, aprs sa libration et cette humiliation, retourne Chypre. Cet vnement ne la trouble pas trs longtemps. Elle prend de nouveaux amants aussi bien parmis les dieux que parmis les hommes. Aphrodite est aussi la desse de la fcondit. De sa liaison avec Ars natra Harmonie, Deimos, Phobos et Eros. De sa liaison avec Herms (dieu mess ager) natra Hermaphrodite, avec Posidon elle aura Rhod et Herophilos. Aphrodite est une divinit de l' Olympe. Desse de l'amour et de la Beaut. Sur son origine les redits ne pas toujours daccord. Co mme sur celle de beaucoup d'autres dieux ou desses, elle sera reprise par les Romains sous le nom de Vnus. 10 Larousse, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine (Paris: Hors collections, 2005) 36.

PAGE 19

19 rentrent dans le cadre du te mps profane et de la dsolation. En perdant leur tat idyllique originel, ils perdent leur unicit et surtout leur pr-excellence. Comment ne pas constater le paralllisme de la situation entre le mythe dAristophane et la Gense. En voici quelques passages qui nous aident souligner ce paralllisme.11 Dans de nombreuses religions traver s le monde, ce phnomne qui nest pas toujours explicite et qui est cach sous des ambivalences socio-culturelles ou linguistiques, invite pourtant postuler sur une nature archtypale. Jai tudi brivement certaines religions dites primitives/mythiques dans le but dapprofondir notre analyse. Jai trouv ncessaire de crer un tableau dun nombre minimum de ces religions pour synthtiser cette prsence rptitive archtypique (Voir Table 1-2). En rgle gnrale, la femme dans les religions archaques est investie dun pouvoir suprieur possdant une capacit procrative. La tendance culturelle est de lassimiler la Terre nourricire rgnant sur la vie. Jean Przyluski est convaincu que cette phase attribue la femme nest quune priode limite ou une simple phase sur la grande ligne de lvolution socio-culturelle-religieuse. Daprs lui, la Grande Desse cosmique originellement rgnait sur la Terr e et le Ciel avant que ne soit introduit llment masculin et la reconnaissanc e du rle vital de la masculinit .12 Cest alors que le masculin et le fminin deviennent indissociables et forment finalement une entit hybride, hermaphrodite, rvl ant une seconde phase dans lvo lution socio-culturellereligieuse. Mais une lutte des sexes pour la conqute du pouvoir se produit et 11 Gense 2.18. L'ternel Dieu dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide semblable lui. 2.21 Alors l'ternel Dieu fit tomber un prof ond sommeil sur l'homme, qui s'endormit; il prit une de ses ctes, et referma la chair sa place. 2.22 L'ternel Dieu forma une femme de la cte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme. 2.23 Et l'homme di t: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! On l'appellera femme, parce qu'elle a t prise de l'homme. 12 Jean Przyluski, La Grande Desse (Paris: Payot, 1950) 176.

PAGE 20

20 progressivement le pouvoir masculin se rv le dominant. En conformit avec la tendance andocratique des civilisations moder nes, le Dieu masculin merge seul (180). Do selon Jean Przyluski, la di vinit androgyne est une tape intermdiaire entre le rgne du fminin au rgne masculin re ligieux. A cette ta pe dveloppementale des formes religieuses suggres par Jean Przyluski soppose rigoureusement Mircea Eliade, qui refuse de voir une tape trans itoire dans la prsence androgyne des divinits. Dans Traits dhistoire des religions13, pour M. Eliade landrogynie divine nest pas toujours un phnomne se condaire, lhermaphrodite rituel ne sexplique pas par des cultes hybrides, intermdiaire ent re celui dune Grande Desse et dun Grand Dieu Car la Mre autant que le Pre ne s ont pas rares dans la littrature. Le couple Ciel-Terre est un mythe fondam ental teneur androgynique, rvlant ainsi un quilibre dans les rpartitions des sexes. Mircea Elia de est pourtant daccord qu travers les poques selon linfluence culturelle certai nes phases archaques sont plus ou moins atrophies. La vnration maternelle a t longtemps dominante alors que de nos jours, il semblerait que le pouvoir masculin par le biais des institutions politiques et religieuses accde la premire place. La tradition du monothiste judo-chrtienne incarne cette phase voulant exclure toute rfrence androgynique et reflte sans aucune question une socit marque par le patriarcat. La nomination Un Dieu des pres sadresse uniquement une socit patriarcale structure selon le pouvoir viril. La prsence fminine est consciemment ou inconsciemment efface de cette rfrence. Il semble que le texte biblique par lui13 Eliade Mircea, Traits dhistoire des religions (Paris: Payot, 1974) 110.

PAGE 21

21 mme altre et refoule la polarit fminine. Dans le Nouveau Testament, nous trouvons les expressions rptitives de: Esprit Saint Esprit de Dieu Esprit du Pre Esprit du Seigneur Esprit du Fils de Dieu ce qui incite penser en premire vue que la Trinit chrtienne aurait plutt tendance exclure toute rfrence androgynique ou fminine. Mais pourtant, nest-il pas question du dogme de la Trinit autant que du dogme de la Vierge Marie pour les catholiques? LEglise na jamais divinis Marie mais le dogme de lAssomption lui assure une place auprs de Dieu. Ironiquement dans le culte populaire, Marie est difie. Il en est de mme pour la problmatique androgynique qui lve discrtement le voile de-ci de-l pour rvler sa prsenc e problmatique. Landrogynie se trouve opprime mais elle na pas russi tre to talement touffe. Certains thologiens travers les sicles ont jou un rle prim ordial pour essayer danantir ce phnomne mais leur succs na pas t dfinitif. Dans Mtaphore des sexes14, Jean Evola montre la prsence inconteste du dualisme des sexes dans la reprsentation religieuse. Il peroit dans La Chute judo-chrtienne u ne alination provisoire du principe de masculin dans le principe fminin et pour que soit rachet le Salut, il faut racheter le principe fminin car Eve a fourvoy Adam Cest ainsi que selon Gilbert Durand dans Les Structures anthropologiques de limaginaire 14 Jean Evola, Mtaphore des sexes (Rochester, VT: Inner Traditions, 1983).

PAGE 22

22 Dieu le pre permet lincarnation de son fils, qui nat de la vierge apportant aux hommes la promesse de leur rdem ption. [. .] La rencontre en la prsence du Christ dun principe ma sculin et dun principe fminin do landrogynation du Christ. [. .] Le Christ, fils de Dieu n dune femme reprsentait une double symbiose, celle du Divin avec lhumain, celle du masculin avec le fminin. [. .] Une figuration de la mdiation do le Christ vhiculerait une connotation androgyni que enracine dans un symbolisme archaque. [. .] Le symbole du fils serait une tradition tardive de landrogynat primitif des divinits lunaire s [. .] le fils manifeste un caractre ambigu [. .] quil descende du ciel sur la terre ou de la terre aux enfers pour montrer le chemin du Salut, il parti cipe deux natures mle et femelle, divine et humaine. 15 Pour conclure cette partie de mon analyse je veux souligner que le couple du masculin et du fminin est bien prsent dans les diffrentes religions archaques travers les poques mme sil se voile toute fo is. Pourtant il ne lest pas au point den tre absent malgr les multiples tentatives manques de la religion judo-chrtienne. Do il est lgitime de postuler la prsence plus ou moins latente de larchtype androgyne. 1.3 LArchtype androgyne Lartiste nest artiste qu condition dtre double. Baudelaire16 Le dsir de rconciliation dcoulant de la sparation originelle a sollicit limaginaire dans plusieurs domaines de lart de toutes poques. Un archtype universel sest ainsi greff sur le mythe de landrogyne. Jvoquerai ici seulement deux poques prcises lors desquelles landrogyne a embrass la fantaisie des artistes: lpoque baroque et lpoque romantique. 15 G. Durand, Les Structures anthrop ologiques de limaginaire (Paris: Bordas, 1969) 344. 16 Annette Shaw, Baudelaires Femmes damnes: The Androgynous Space, Centerpoint No. 3-4, (1980): 57-65.

PAGE 23

23 A travers lassociation des lments rot iques et mystiques, certains grands couples dorigine mythiques ou bibliques marquent lpoque baroque en peinture, notamment Le Christ et Marie Magdalene de Alexander Ivanov, Eros et Psych 17 ou encore le mystrieux sourire de La Joconde J P Guillerm note que Lonard de Vinci est celui qui cra une formule du beau si rare et, si exquise, si parfaite quon ne la jamais dpasse (81). Dans son Tombeau de Lonardo de Vinci. Le Peintre et ses tableaux dans lcriture symboliste et dcadente18, il souligne aussi le lien entre cette formule du beau et la figure de landrogyne. Si le corps humain a sa plus gr ande beaut dans ladolescence, et sa synthse sexuelle dans landrogyne grec et lange chrtien; si le visage est la plus idale partie de la plasti que, au moins en peinture; et que les centres dexpression soient les yeux et la bouche; et si lintelligence, que nul modle ne donne, reprsente une diffi cult plus grande que la grimace des passions; enfin si le rayonnement du mystre et la rverbration de linfini marquent vraiment le s extrmits de la ralis ation; si tout cela ne souffre pas de ngations, le prcurs eur qui na pas lhonneur du Salon Carr est le chef duvre de Lonard de Vinci, et aussi le plus beau tableau du Louvre et du Monde. (81) Les portraits de Lonard de Vinci ont souvent t perus par certains critiques comme nigmatiques et rvlateurs dandrogynie. Un mystre plane sur lidentit de la Joconde. Des comparaisons informatiques de ce tableau et de ses autoportraits ont t 17 Les amours d'Eros et Psych tr avers l'uvre des plus grands artistes de tous les temps, est une fable suffisamment puissante pour avoir travers l'histoire de l'art occi dental depuis la fin du Moyen Age mais plus encore la Renaissance jusqu'aux prraphal ites la fin du XIXme. Depuis le Moyen Age, la culture occidentale a t fascine par l'histoire de cette mortelle d'une beaut trop grande pour paratre humaine, qui s'unit dans l'ombre au dieu Eros et perd son amant pour avoir voulu voir son visage. Aprs avoir triomph d'improbables preuves, elle retr ouvera Eros et accdera au rang de desse. Souvent reprsents comme des enfants, su ggrant une ternelle jeunesse, les amants sont montrs tour tour dans des scnes d'extrme tendresse et dans les expressions du dsespoir. Cette dualit propre au sentiment amoureux est redouble par le fait que le my the lie l'expression de la sensualit celle d'une profonde spiritualit. Sonia Cavicchioli, Eros et Psych l'ternelle flicit de l'amour (Paris: Flammarion, 2002). 18 J.P. Guillerm, Tombeau de Lonardo de Vinci. Le Peintre et ses tableaux dans lcriture symboliste et dcadente (Lille: PUL, 1981) 30.

PAGE 24

24 faites confirmant des analogies entre les deux visages. La Joconde serait donc la reprsentation androgynique dun personnage la fois masculin et fminin qui reflte lidal quavait Lonard de lquilibre entre les deux sexes. Le nom mme de Mona Lisa serait une anagramme de divinits gypt iennes de la fertilit: Amon (masculin) et Isis (fminin) (102). Ltude de Freud sur Lonard de Vinci marque une profonde inhibition sexuelle. Il est impossible de trouver des rfrences directes sur les prfrences sexuelles du matre. Lhomos exualit de Lonard na jamais t soutenue par des preuves tangibles. Malgr ceci, cette gense de lhomosexualit est prsente sous plusieurs formes notamment daprs Freud dans une tendresse excessive la mre et un effacement du pre, un dsir de connaissance profonde et une attirance toute particulire pour les jeunes hommes. Lintrt de Freud pour Lonard de Vinci est si profond quil est impossible de ne pas le mentionner brivement. Freud crit Jung dans une lettre date du 17 octobre 1909 son retour dAmrique, jai eu une seule ide. Lnigme du ca ractre de Lonard de Vinci est tout coup devenue transparente pour moi. Ce serait donc l un premier pas dans la biographie [. .] Or le grand Lonard, qui tait sexuellement inactif ou homosexuel, tait galement un te l homme, qui a tt converti sa sexualit en pulsion de savoir, et qui est rest accroch lexemplarit [Vorbildlichkeit] de linachvement.19 Lonard de Vinci dans Un souvenir denfance de Lonard de Vinci a fait lobjet de critiques svres. Freud retrace les facteur s qui auraient pu influencer la thorie de lhomosexualit et lattirance pour landrogyni e. En premier daprs Freud, Lonard est tendrement chri par deux mres. Cest un enfant hors mariage, dun pre, Ser Piero da Vinci, notaire et rejeton dune famille de notaires et de cultivateurs lesquels tenaient leur nom de la localit de Vinc i; et dune mre, une certaine Catarina, 19 Freud-Jung, Correspondance (Paris: Gallimard, 1975) 336.

PAGE 25

25 vraisemblablement une jeune paysanne nous dit Freud, et qui pousera plus tard, en secondes noces, un autre habitant de la localit de Vinci. Lonard passe, selon Freud, les premires annes de sa jeune vie c hez sa mre, pauvre et abandonne A lge de cinq ans, il est accueilli dans la maison de son pre, lequel stait prcisment re-mari avec une femme nobl e, Donna Albiera, lanne mme de la naissance de Lonard, mais qui navait pas enco re eu denfant. Et cest prcisment cause de cette absence denfant dans ce mariage suppose Freud, que Lonard doit dtre accueilli au cours de sa cinquime anne [. .] dans la maison paternelle En second, comme Matre, il sentourait soit de garons de mauvaises rputations comme modles, soit de beaux garons quil prenait pour lves. Dailleurs, cest au dernier de ses lves, Francesco Melzi qui resta Amboise prs de lui jusqu sa mort, quil lgue son hritage. Et finalement, selon Freud, il tait ce grand Lonard, qui tait sexuellement inactif ou homosexuel et qui tait gal ement un tel homme, qui a tt converti sa sexualit en pulsion de savoir Freud nous expose les pul sions de la toute premire enfance ( infantielen sexualforschung ), travers laquelle lenfant examine en dtail la sexualit et se porte sur ce que Freud appelle lnigme de la sphynx: cest--dire, la question de savoir do viennent les enfants. Lonard est fascin par toute connaissance mais tout particulirement par le mystre de la naissance et de lembryon humain. A la fin de sa vie, il aura constit u des dessins danatomie des plus brillants. Do pour certains critiques, le portrai t de la Joconde traduit une synthse de tout ceci, un regard narcissique de Lonard sur lui-m me intgrant ainsi lidal fminin et

PAGE 26

26 masculin, c'est--dire landrogyne20. La Joconde traduit un esprit de tendresse maternelle, une sexualit avide, et une connaissance abondante masculine. De mme, limage de landrogyne est essentie lle dans les peintures du matre Caravaggio.21 Qui est ce jeune homme? de la peinture Bacchino Malato Ses organes gnitaux sont cachs et pourtant ils paraissent visibles aux spectateurs. Plus exactement, ils sont mis en abyme par le bi ais des fruits sur la table: une grappe de raisin et deux pches bien rondes. La soi-disante pose retire peut aussi paratre en premier temps comme un jeu de dissimilation par tielle du corps mais la bouche ouverte du jeune homme ainsi que la courbe sensuelle et dlicate du poignet ne sont autres que provocatrices et attirantes. La seconde peinture choi sie de Caravaggio est Jeune garon la corbeille de fruit La posture languissante du jeune homme ai nsi que la courbe luxueuse du poignet embrassant le panier de fruit transcrit une pose rotiquement provocatrice. Lexpression du visage suggre un lger gmisse ment fminin plutt quun cri viril. Comme celle de Lonard de Vinci lhomosexua lit, lhomosexualit de Caravaggio est un fait acquis pour les critiques. En tant que peintre homosexuel, il indiquait son got pour des sujets homorotique par le biais de ses mles androgyne s. Les figures masculines mme si musculaires trahissent une ambiguit sexuelle dans certaines de leurs poses et expressions. 20 La vraie beaut rside dans la synthse, cest ce qua compris le grand Lonard: Lonard a trouv le canon de Polyclte, qui sappelle landrogyne [. .] Landrogyne est le sexe artistique par excellence, il confond les deux principes, le fminin et le masc ulin, et les quilibre lun par lautre. Toute figure exclusivement masculine manque de grce, toute fi gure fminine manque de force Epilogue, dans Lonardo di Vinci, confrences florentines, Milan, Treves, 1910. 308 21 Italian painter whose revolutionary technique of tenebrism or dramatic, selective illumination of form out of deep shadow, became a hallmark of Baroque painting. Scorning the traditional idealized interpretation of religious subjects, he took his models from the streets and painted them realistically. Encyclopedia Britannica, 2007 (UK) Ltd dition Revised edition.

PAGE 27

27 La fascination pour landrogyne chez les ar tistes rapparat au XIXme sicle. Lpoque du romantisme favorise la dual it de lhomme et se reflte dans la dissimulation des thmes de lidal et du rel, du corps et de lesprit, de lhomme et de la femme, du bourgeois et de lartiste ainsi q ue de lici et de lailleurs. De nombreux personnages hermaphrodites22 apparaissent dans les uvres littraires et potiques soulignant les contradictions et les angoi sses des artistes de cette poque. On ne retrouve que rarement landrogyne parfait de la triade platonicienne (notamment dans Sraphita de Balzac, Vra de Villiers de LIsle-Adam, Spirite de Thophile Gautier) mais plutt des personnages ambigus ( La Peau de chagrin et Sarrasine de Balzac, Le Horla de Maupassant) en manque et au dsespoir. La signification du mythe aurait, il me semble, volu du niveau mythique un niveau profane et sensuel. Daprs Mircea Eliade, lorsque lesprit nest plus capable de per cevoir la signification mtaphysique dun symbole, ce dernier est compris sur des plans de plus en plus grossiers. Chez les crivain s dcadents, landrogyne est compris uniquement comme un hermaphrodite dans lequel les deux sexes coexistent anatomiquement et physi ologiquement. Il sagit, non pas dune plnitude due la fusion des se xes, mais dune surabondance des possibilits rotiques.23 Les troubles socio-cono-politiques de l poque se traduisent alors dans les uvres. Il se produit une transformation qui est le signe figural dun changement. La nouvelle pense ractionnaire situe la dmocratie comme dcadence par rapport laristocratie traditionnelle, un milieu mult iple, indfini, non rgi par une loi organique stricte a subverti lordre ancien, celui de la caste ferm, prserv par lhrdit, cest-22 Le mythe de lhermaphrodite est diffrent du mythe de landrogyne car ce premier est un monstre, un tre du manqu n du dsir de la Nymp he, Salamis, vouloir se fondre. 23 Eliade Mircea, Mphistophles et lAndrogyne (Paris: Gallimard, 1962) 123.

PAGE 28

28 dire la tradition du pouvoir des pres forts, des hros fondateurs (16).24 La socit nest plus garde par les mythes hroques et ceci libre dans ce cas une puissance incontrle presque inconvenab le. La figure fminine ch ange alors de symbole et de fonction mais pour viter quelle ne devienne dominatrice dans une socit patriarcale, il faut donc la contrler et lassujettir. De mme le dfi aux croyances tradition nelles de la Rvolution franaise entrane une crise profonde des valeurs et joue dsormais un rle dcisif dans la valorisation de la personnalit de lartiste. Les artistes sont dornavant partags entre deux mondes: lancien et le moderne. Comme Georges Mator25 la montr, le terme artiste est devenu lobjet dune attention sans prcdant lpoque romantique. Le rle de lartiste sest transform et devient alors une puissante critique du dsordre qui bouleverse la socit. Lartiste devient un chroniqueur social privilgiant un art qui sengage directement dans les problmes du monde contem porain et trs souvent nonc dans la presse rpublicaine. La fonction sociale de lart est peinte en termes essentiellement anecdotiques: le peintre est conjur de mettre en scne les drames de la vie populaire, de condamner les puissant s qui exploitent le proltaire et de dfendre les dshrits de la terre (123). Le critique Jules Baget demande que lart soit bon, utile, moral, national.26 Mais certains artistes du XIXme sicle peroivent alors une chappatoire cet horrible aboutisse ment et rabaissemen t, daprs eux, par 24 J.P. Guillerm, LExprience de la pein ture selon quelques textes dcadents, Revue des Sciences Humaines XXXIX No. 153 (1974): 11-28. 25 Georges Mator, Les Notions dart et dartiste lpoque romantique, Revue des Sciences Humaines Vol. 16, No. 62-63 (1951): 120-137. 26 Neil McWilliam, Une esthtique rvolutionnaire? La Politique de lart social aux alentours de 19201950. Sminaire du 11 Octobre 2004. 123.

PAGE 29

29 le biais du symbole de lidal, et de la beaut par faite. Cest en e ffectuant un retour aux sources, c'est--dire la structure platonicienne que lartiste aboutit la quintessence alchimique de ltre parfait: l androgyne. Cette figure mythique symbolise alors lunit parfaite, la symbios e de mythe-art-beaut. La tradition veut quon associe au culte ex clusif de la beaut et du rejet de la fonction sociale de lArt, le nom de Thophil e Gautier. Je me tournerai donc vers La Prface de Mademoiselle de Maupin pour tenter de tracer une gnaologie de la thorie de LArt pour lArt27 car elle tablit le principe de cette doctrine tant valorise par Thophile Gautier Je rappellerai en premier lieu lorigine de cette prface. Celle-ci est lie la polmique du journal Le Constitutionnel qui critiqua une des tudes de la srie des Grotesques consacre Franois Villon par T hophile Gautier. On laccusait davoir aurol lun des potes dpravs. Gaut ier rpondit ces injures des critiques par La Prface de Mademo iselle de Maupin, tout en ridiculisant les partisans de lutile. Vous ne vous faites critiques quaprs quil est constat vos yeux que vous ne pouvez tre pote. Avant de vous rduire au triste rle de garder les manteaux et de noter les coups comme un garon de billard ou un valet de paume, vous avez longtemps courtis la muse, vous avez essay de la dvirginer; mais vous navez pas assez de vigueur pour cela [. .] Je conois cette haine. Il est douloureux de voir un autre sasseoir au banquet o lon nest pas invit, et coucher avec la femme qui na pas voulu de vous. Je plains de tout mon cur le pauvre eunuque oblig dassister aux dbats du grand seigneur. [. .] Le critique qui na rien produit est un lche (8). Pour Gautier, lutilitarisme r eprsente le dtournement de la f onction de lart. Il ressent un ddain envers toute utilit en faveur du superfl u et ce refus de soumettre lart des 27 Daprs la doctrine de LArt pour LArt selon Thophi le Gautier, le pote est moins un inspir, un lyrique spontan quun homme de lart un expert dont le seul souci est luvre, le respect et le dpassement dune contrainte. La posie et lart ne peuvent tre des out ils car ils ont leur beaut et leur efficacit en eux, ne servant personne. Axel Preiss, XIX Sicle (Paris: Bordas, 1988) 36.

PAGE 30

30 rgles diffrentes la beaut est support de mme par les Parnassiens28 qui croient eux aussi ardemment dans lamour de la forme. Pour Thophile Gautier, rien de ce qui est beau nest indispensable la vie. On supprimerait les fleurs, le monde nen souffrirait pas matriellement; qui voudrait cependant quil ny eut plus de fleurs? --Il ny a de vraiment beau que ce qui ne peut servir rien; tout ce qui est utile est laid. --Moi, nen dplaise ces messieurs, je su is de ceux pour qui le superflu est le ncessaire, [] et jaime mieux le s choses et les gens en raison inverse des services quils me rendent. --Les principes utilitaires sont bien loin dtre les miens --Car la jouissance me parait le but de la vie et la seule chose utile au monde. Dieu la voulu ainsi, lui qui a fait les femmes, les parfums, la lumire, les belles fleurs, les bons vins (45-46). Nombreux sont ceux qui voudraient que la li ttrature serve une idologie, une morale, une cause, mais pour Thophile Gautier la posie et lart ne peuvent jamais tre des outils. Ils ont leur beaut et leur efficacit en eux et ne servent personne. Pour certains critiques, Gautier fait un choix de valeurs en accord avec sa recherche artistique, privilgiant ainsi lesthtique au dtriment des prin cipes manichens du Bien et du Mal, du vrai et du faux. Il affirme ainsi son refus de se laisser enfermer par une morale trique et des murs soi-disant vertueuses. [. .] Gautier ragit avant tout contre cette volont dassujettir lArt aux progrs de la socit. 28 Un groupe dfini par une exigence potique commu ne qui fit partie et dfendit la doctrine de LArt pour LArt. Selon les Parnassiens, lcrivain est celui qui a la capacit de crer un univers de mots qui sera le sien, dtre un matre de langue et de style, de ragir contre lusage utilitaire ou strotyp du langage. Ibid., p.37.

PAGE 31

31 Vouloir donner une uvre dart un but social, moral, cest selon lui la rduire un principe, une ide trop tro ite qui conditionne et dirige la sensibilit du public, ne laissant au cune place lmotion, au ressenti personnelle, en somme lindividu.29 Thophile Gautier chappe la ralit de son poque en fusionnant dans ses crits le Mythe, lArt, et la Beaut Idale. Il recher che ainsi lidale dunit notamment dans trois uvres (Mademoiselle de Maupin, La Morte amoureuse, Spirite) que jtudierai plus en dtail dans le prochain chapitre. 1.4 LIdale dunit Lire un crivain, cest se me ttre en communication dm e. Aux mes ayant dj pass par les preuves de la vie, depuis la cration de notre monde et celle des autres univers, se joignaient les mes en expectatives, les mes vierges, qui attendaient leur tour de sincarner dans un corps, sur une plante dun systme quelconque. Avatar. Thophile Gautier Thophile Gautier est un univers lui seul, il veut lcrire, il veut le dire, il veut le transmettre. Il nest prisonni er daucun mouvement, daucune organisation. Gautier est un pote qui se veut libre [. .] libre de ses penses, libre de rencontrer son inconscient (103).30 Rien nest moins fixe que ses r cits, tout est en mouvement et volue jusquaux objets qui sani ment dune vie fantastique. Linexprimable nexiste pas, limpossible peut tout devenir chez cet auteur (105). Jai montr prcdemment comment certains auteurs Gautier (inclus) veulent chapper aux difficults sociocono-politiques de leur poque. Pour T hophile Gautier, le rve, le songe, linconscient, le fantasme (le mythe) autant de fondations de son uvre littraire et 29F. Ruby, Thophile Gautier et la question de lArt pour lArt, Bulletin de la socit de Thophile Gautier 20 (1998): 3-13. 30 Marie-Ange Faugerolsa, Thophile Gautier: de locculte lme, Bulletin de la socit de Thophile Gautier 22 (2000): 97-103.

PAGE 32

32 potique lui permettent son chappatoire. Luvre considrable de Gautier ne me permet pas denvisager une tude exhaustive de son refus du tout principe rducteur (105). Jai donc choisi trois uvres plus ou moins propices la cration dun effet fantastique (Mademoiselle de Maupin, La Morte amoureuse, Spirite) pour rvler comment le concept de landrogyne es t manipul par Gautier par le biais de diffrents thmes, des personnages masculin s et fminins, et des symboles. Les personnages de ses nouvelles fantastiques vol uent dans des paradis artificiels, les mes changent leurs corps, les tres sont des fantmes, des travestis, des comdiens, des vampires ou encore des espr its. Tout devient ddoublement et/ou travestissement. Cest ainsi que le rel du monde quotidien chappe sa plume et que le lecteur voyage travers lEtranget et ba scule du monde dIci (concret et rel) au monde de lAu-del (fantastique et imaginaire). Quel autre genre littraire aurait pu tre plus rvlateur de ce phnomne hybride ?

PAGE 33

33 Table 1-1. LAndrogyne primitif de consti tution binaire dfinit, dans lunion du masculin et du fminin, une synthse dialectique imageant une bisexual it originale. Etre originel ( Etres doubles) Etre disloqu ( Etre Unique) Etre disloqu ( Etre unique) Etres accoupls ( Couples) Mle/Femelle (androgyne) M le Femelle Mle/Femelle Mle/Mle Mle Mle Mle/Mle (homosexualit) Femelle/Mle (androgyne) Fe melle Mle Mle/Femelle Femelle/Femelle Femelle Femelle Femelle/Femelle (homosexualit)

PAGE 34

34 Table 1-2. Dualit/Ddoublem ent dans diffrentes religions pour synthtiser cette prsence rptitive archtypique. La Religion gyptienne Le Dieu suprme du Panthon est parfois Desse et elle sincarne sous des noms et des formes multiples. La divinit nest ni mle ni femme, elle participe aux deux genres la fois .31 En Inde Le Couple divin ShivaKali est souvent assimil un tre unique avec deux figures rversibles et interchangeables, se rapprochant de la fusion originelle. Chez les Latins LIndcision de la sexualit des Dieux est constamment prsente. Certaines figures divines (Consus et Ops, Faunus et Fauna) se prsentent en tant que personnes ddoubl es et accouples. Lunicit se trouve dans la dualit. Dans la Chine fodale Le Dieu clest e Souverain-dEn-Haut-Auguste 32 possde une appellation rptitiv e et rvle la dualit linguistique Souverain dEn-Haut et Auguste-Ciel prsente une dichotomie. LAire Assyro-babylonienne Cette aire offre de nombreuses rfrences androgyniques divines, notamment chez les Sumriens o la Divinit se ddouble en mre et en fils ou bien en Canaan en un couple dentit. 31 Francois Daumas, La Civilisation de lEgypte pharaonique (Paris: Arthaud, 1969) 316. 32Marcel Granet, La Religion des chinois (Paris: PUF, 1951) 42.

PAGE 35

35 CHAPTER 2 LE FANTASTIQUE 2.1 Le Fantastique Du bizarre au merveilleux, la transition est insensib le et le lecteur se trouvera en plein fantastique avant quil se soit aperu que le monde est loin derrire lui. Essai sur Nicolas Gogol Le fantastique repose sur une intrusi on brutale du mystre dans le cadre de la vie relle. (Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant )1 Une rupture des constanc es du monde rel. (Vax, La Sduction de l'trange)2 Une rupture de l'ordre reconnu, une irr uption de l'inadmissible. (Caillois, Au cur du fantastique )3 Le fantastique repose sur linsertion de divers lments destins retarder indfiniment la rponse aux questions que se pose le lecteur, dont la suivante, Comment est-ce possible? (Bouvet, Etranges )4 Des dfinitions proposes du fantastique ne manquent pas. Selon Guischrad il nest rien de plus tmraire que de t enter de donner une dfin ition exacte dun genre qui, lui-mme, contient toutes le s varits possibles dexpression .5 Ceci dit, dans ce chapitre, je situe historiq uement et tymologiquement le terme fantastique Jesquisse un tat prs ent de la notion du f antastique selon des analyses critiques/thoriques de Pierre-Georges Castex, Roger Caillois, Eric Rabkin, 1 Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant (Paris: Corti, 1951). 2 Louis Vax, La Sduction de l'trange (Paris: PUF, 1965). 3 Roger Caillois, Au cur du fantastique (Paris: Gallimard, 1965). 4 Rachel Bouvet, Etranges (Paris: Balzac, 2000). 5 J.A. Guishard, Le Conte fantastique au XIXme sicle (Paris: Seuil, 1970) 9.

PAGE 36

36 Irne Bessires et Tzvetan Todorov.6 Finalement, jinterroge les principales thmatiques du fantastique la lumiere du concept freudien dUmheimlich et je le comparerai au travail de Todorov en s oulevant la problmatique du rel, de linconscient et du rel fictionnel. Le fantastique franais du XIXme sicle em prunte des thmes et des motifs de nombreuses littratures des poques antrieures. Ds le Moyen Age, le fantastique est manifest travers dautres sous genres tels que le merveilleux, locculte, le ferique, le surnaturel. Il est impossible de ne pas remarquer linfluence des Lais de Marie de France, de la Lgende du Graal, aussi bien que des contes de fes sur les uvres dites purement fantastiques. Ces sous genres apparents maident ainsi dcouvrir quelles traditions, et quels mythes ont influenc plus tard les grands crivains du genre tels Thophile Gautier, Villiers de lIsle dAdam, Maupassant et bien dautres. Le fantastique connat son apoge dans la seconde moiti du XIXme sicle grce linfluence des romantiques allemands et not amment dE.T.A Hoffmann. Mais en tant que genre littraire possdant ses propres lois le fantastique nest vraiment n que vers les annes 1830 en France. Le mot fantastique remonte vrai semblablement un adjectif latin fantasticum ou bien un verbe grec phantasien Les deux traduisent plus ou moins le mme sentiment, le fait de fair e voir en apparence ou de donner lillusion de lorsquil sagit dun phnomne extraordinaire A travers les sicles, ladjectif est utilis sous diffrentes variantes. Mais la df inition qui va retenir mon attention est celle 6 Nous avons limit notre tude ces textes plutt qu dautres car ce sont celles que jai pu me procurer la bibliothque mais surtout parce que nous penson s que ces uvres reprsent ent un spectrum clair et exhaustif de ltat prsent de la littrature fantastique.

PAGE 37

37 du Littr7 de 1863, grce laquelle le mot fant astique est devenu un genre littraire. La dfinition indique que C ontes fantastiques se dit gnralement des contes de fes, des contes de revenants et, en parti culier, dun genre de conte mis en vogue par lallemand Hoffmann ou le surnat urel joue un grand rle. Ce tte mini enqute lexicale montre quun type de cration littraire sest dfinitivement form au cours des sicles et provoque ainsi le besoin de le dfinir encore plus minutieusement. Au dbut du XIXme sicle, lide du fantastique provo que toujours de la confusion. Ce nest quau fur et mesure que le genre se dveloppe et que le terme se prcise. De nombreux auteurs du genre entre autres Nodier dans Du Fantastique en littrature8, ou bien Maupassant dans un article, Le Fantastique font leffort de vouloir dfinir dune faon plus rigoureuse un terme qui ntait jusque l, que vague et toujours associ aux mots merveilleu x imaginaire romant ique et fer ique La premire grande tude du fantastique a t effectue en 1909 par Joseph Retinger Le Conte fantastique dans le romantisme franais .9 Pour ce critique le rapport entre romantisme et fantastique es t de premire importance. Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant (1951)10, de PierreGeorges Castex, prsente une tude des cri vains franais associs ce genre: Nodier, Balzac, Gautier, Mrime, Nerval Lautramont, Villiers de lIsle-Adam, et Maupassant. Il introduit en surplus une dfinition diffrente des prcdentes car daprs lui: 7 mile Littr, Dictionnaire de la langue franaise (Paris, 1960). 8 Charles Nodier, Du Fantastique en littrature (Gien: Chimres, 1989). 9 Joseph Retinger, Le Conte fantastique dans le romantisme franais (Paris: Grasset, 1908). 10 Pierre-George Castex, Le Conte fantastique en France (Paris: Corti, 1951).

PAGE 38

38 Le fantastique se caractrise par une in trusion brutale du mystre dans le cadre de la vie relle; il est gnralem ent li aux tats morbides de la conscience qui, dans les phnomnes de cauchemar ou de dlire, projette devant elle des images de ses angoisses ou de ses terreurs. (10) Il rajoute cette dfinition un peu plus loin dans son texte: Le vritable conte fantastique intrigue, charme ou bouleverse en crant le sentiment dune prsence insolite, dun mystre redoutable, dun pouvoir surnaturel, qui se manifeste comme un avertissement de lau-del [. .] et qui en frappant notre imagination, v eille un cho immdiat dans notre cur. (70) Daprs Castex, la renaissance du fantasti que au XIXme sicle provient du climat dinquitude ressenti par t oute une gnration au moment o certaines valeurs seffondrent. Il y a donc un refus de sintresser au monde tel quil est le fantastique cre une rupture, une dchirure dans la tr ame de la ralit quotidienne cest une rupture de lordre reconnu (12). Lin trigue fantastique accentue le besoin de schapper. Roger Caillois, dans Anthologie du fantastique (1967),11 sappui sur le conte de fe pour definir le fantastique. A ses yeux le ferique du conte de fe est un univers merveilleux qui soppose au monde rel sans dtruire la cohrence le monde rel et le monde ferique sinterpntrent sans heurt et sans c onflit Par contre, dans le fantastique daprs Caillois le surnaturel parait comme une rupture de la cohrence universelle et manifest e un scandale, une dchirure, une irruption insolite, presque insupportable dans le monde rel (67). Caillois estime que le fantastique se situe sur le plan de fiction pure (67). 11 Roger Caillois, Anthologie du fantastique (Paris: Gallimard, 1966).

PAGE 39

39 Le critique Eric Rabkin dans The Fantastic in Literature (1976)12, nest pas totalement en accord avec la dfinition et les trois conditions ncessaires au fantastique de Todorov. Ces trois conditions sont: 1. Il faut que le texte oblige le lecteu r considrer le monde des personnages comme un monde de personnes vivantes et hsiter entre une explication naturelle et une explication surnaturelle des vnements 2. Cette hsitation peut tre ressentie par un personnage et lhsitation fait pleinement partie de luvre 3. Le lecteur doit adopter une certaine atti tude envers le texte Il doit refuser linterprtation allgor ique autant que linterprtation potique (37-38) Daprs Rabkin, lhsitation ne doit pas tre seulement perue par des forces extrieures, mais plutt en relation avec les vari ations dans le texte (118). Le lecteur, le personnage-narrateur ou bien le protagoniste ne sont pas les seuls pouvoir faire vivre luvre en tant que fantastique par le fait de leur hsitation, mais grce une volution permanente de latmosp hre, des personnages, du text e lui-mme travers le rcit qui permet une meilleure compr hension et interprtation du genre. Les procds le fantastique daprs Irne Bessires dans Le Rcit fantastique13, dpendent sur un ordre linguistique. Dans une uvre fantastique les structures narratives et smantiques saccommodent les unes aux autres. Le surnaturel ne dpend pas seulement du hros et de latmosphre mais aussi du choix extrmement minutieux des mots choisis pas lauteur limpossible ne nat pas dun questionnement des hros, ni de lexhibition du surnaturel, ni mme de lvo cation ultime de lanormal [. .] mais du jeu des signes stylistiques qui donnent deux positions de ralit contraires au texte (175). Lauteur pour dvelopper cet effet donne donc des prfrences 12 Eric Rabkin, The Fantastic in Literature (New Jersey: Princeton University, 1976). 13 Irene Bessires, Le Rcit fantastique (Paris: Larousse, 1974).

PAGE 40

40 certains mots, des mises en abyme, des exagrations, des effe ts de miroir. Le thoricien, Jean Bellemin-Nol sintresse lu i aussi ce concept et il a cr un schma thmatique pour essayer dexpliquer la cause du phnomne du fantastique. Je/pass simple/moment dapparition du monstrum /mom ent de la prise de conscience du sujet/description initiale/description finale + enchanement gradu de X pisodes + dplacement orient dans lespace et / ou dans le temps [. .].14 Ce distinguant des approches thematiques ou structurales dans lun des premiers chapitres de Lintroduction la littrature fantastique Tzvetan Todorov15 propose un bref expos sur la thorie des genres et soulve des questions et des problmatiques extrmement importantes (14). La notion de genre est f ondamentale dans loeuvre de Todorov. Son but est dtablir une dfinition du genre fant astique et pour se faire il doit dabord dfinir quest-ce quun genre ? Lide dun genre soulve plusieurs questions importantes pour Todorov. A t-on le droit de discuter dun genre sans avoir tudi (ou au moins lu) toutes les uvres qui le constituent? (8). Pour lui, il est impossible de lire et danalyser toutes les oeuvres concernant un certain genre car cela repr senterait une exprience extrmement laborieuse et demanderait des annes daccomp lissement. Il est donc impossible de dduire des lois universelles do limportance des analyses critiques et littraires qui 14 Jean-Nol Bellemin, Notes sur le fant astique: Texte de Thophile Gautier, Littrature 8 (1972): 19. 15 Lauteur Tzvetan Todorov, propose un bref expos dans Introduction la littrature fantastique de la thorie des genres Des catgories souvent invoques auparavant, sont de nouveau inventories : ltrange, le merveilleux, et la science-fiction. [. .] Les crits de ce genre obissent une longue prparation, une mise en condition du lecteur. Cest vers le 19eme sicle que le mot apparait comme substantif pour nommer une certaine catgorie dexpr ession littraire, cest-a-dire un genre (mme si aucune catgorie des genres ninclut le fantastique) Jean-Luc Steinmetz, La Littrature fantastique (Paris: PUF, 1970) 40.

PAGE 41

41 rvlent lobservation dun ce rtain nombre de signes et perme ttent la cohrence logique dune thorie finale. Suivant Tzvetan Todorov, le fantastique ne dure rellement quun bref instant, le moment dune hsitation. A la fin dune uvre une dcision, soit consciente soit inconsciente de la part du lecteur ou narrat eur, doit tre prise au sujet de latmosphre dtranget et du surnaturel du rcit. Les u vres les plus intressantes russissent soutenir le suspens et lambigut de la sit uation jusqu' la derni re minute. Si le lecteur dcide que les lois de la ralit demeurent intactes et permettent dexpliquer les phnomnes dcrits, nous disons que luvre relve dun autre genre: lEtrange. Si au contra ire, il dcide quon doit admettre de nouvelles lois de la nature, par les quelles le phnomne peut tre expliqu, nous entrons dans le genre du Merveilleux (46). Le fantastique se place alors la limite de ces deux genres: lEtrange et le Merveilleux. Todorov pousse mme son analyse jusqu' distinguer deux autre s sous-genres situs la frontire du fantastique. Le genr e du fantastique semble alors se distinguer par rapport ceux-ci plutt que par sa propre dfinition. Lauteur figure ces subdivisions par le biais dun diagramme (Voir Table 2-1). Je vais essayer dclaircir dans cette se ction les frontires entre les diverses catgories en donnant de brves dfinitions de ces termes souligns par Todorov. : Etrange Fantastique Merveilleux Le Fantastique trange expose des vnements qui paraissent surnaturels mais pour lesquels lauteur donne la fin de luvre une explication rationnelle pour clarifier la situation. Ce genre est souvent appel le surnaturel expliqu Dans le Manuscrit trouv Saragosse de Potocki16 16 Jean Potocki, Le Manuscrit trouv Saragosse (Paris: Gallimard, 1958).

PAGE 42

42 tous les miracles sont expliqus et rien nes t plus suspect. Les ex plications rationnelles les plus souvent utilises sont quil ne ses t vraiment rien produit de ce que lon soidisant cru voir et tout au c ontraire ce ntait que pure imaginat ion, linfluence de la folie, certaines drogues telles que lopium ou le ha schisch; ou alors que les vnements ont vraiment eu lieu mais quils ne peuvent tre expliqus que le plus rationnellement possible par le biais du has ard et de la concidence. Dans L Etrange pur, des vnements se jouent dans des situations exemplaires mais peuvent tre tout de mme expliqus et rationaliss mme sils paraissent invraisemblables et inquitants. L effet est uniquement li aux sentiments des personnages, comment ils ressentent et vi vent ces expriences plutt qu un vnement dfiant directement la raison. Les nouvelles de lcrivain Edgar Poe se rapprochent assez souvent de ce genre dcriture. Par exemple dans La Chute de la maison Usher Poe explique rationnellement les v nements tranges tels que la mort soudaine de sa sur, du frre et la chute de la maison. A aucun moment, lcrivain nintroduit des lments surnaturels dans le rcit qui pourraient facilement tromper le lecteur. Le roman policier nigmes lui aussi sassocie au genre du fantastique car dans celui-ci on dcouvre tout au cours de la lecture des solutions gnralement faciles trouver mais qui se rvlent fausses la fi n. Puis la rsolution de lnigme finale lexplication est tout fait invraisemblable pourtant relle Dans le rcit fantastique comme dans lnigme policire deux solutions se particularisent. La premire est vraisemblable et surnaturelle et la seconde est invraisemblable mais rationnelle. Le lecteur comme le dtective doit slectionner loption correcte. Le roman policier se rapproche du genre fantastique mais il est tout de mme important de souligner que la

PAGE 43

43 possibilit surnaturelle nest gnralement pas envisage dans celui-ci, et tout vnement a une explication cohrente la fin du rcit. Le Fantastique merveilleux accepte sans difficult la notion du surnaturel. Il demeure non expliqu et non rationalis. Le lecteur na aucun doute particulier sur latmosphre irrationnelle de lhistoire. Le Merveilleux pur le quatrime genre a longtemps fait partie de la littrature notamment grce au genre pique. Tout ce que les hommes ne pouvaient pas comprendre ou expliquer tai t automatiquement associ au monde de la mythologie. La matire de Bretagne a tent de transposer cette mirabilia c'est--dire des faits dignes dtonnements provoqus par les divinit s, dans le cadre de la littrature chrtienne par le biais des Myst res et des Miracles. Lvolution continue par le biais des contes oraux puis des crits agglomrant comme catgories les fables, les fabliaux, les contes, les contes de fes o les vivants sont parrains avec les fes, les enchanteurs, et les lais, o les chevaliers les plus puissants triomphent de monstres deux ttes. Cest un monde im aginaire merveilleux qui fini t toujours sur une note heureuse. Dans le cas du merveilleux, les lments surnaturels ne provoquent aucune raction particulire ni chez les personnages ni chez le lecteur implicite (59). Ce qui donne au fantastique toute sa densit cest latmosphre cre autour des vnements. Pour effectuer ceci, certaine tec hniques sont licites. Le fantastique est souvent li des lieux spcifiques, des clim ats particuliers tels un univers clos baignant dans lobscurit, lart et la beaut. Ce genre met en vidence des personnages-des archetypes, tels un homme riche oisif, un aventurier, un pris didal et de beaut ou encore une femme parfaite, sensuelle et d une extrme beaut. Daprs Jean Jordy

PAGE 44

44 la femme idal est celle qui, refltant les esprances sublimes, comme une glace limpide et profonde, lve lamour et lesprance au-del de la mort .17 Le genre noue au surplus des intrigues ou sexpriment des t hmes tels que la mort, la rsurrection, lamour, lidal et la beaut. Roger Caillois, dans la prface de son Anthologie, assure quil existe plus ou moins douze catgories thmatiques concernant le fantastique car pour dfinir ce genre complexe il faut plonger dans les profondeurs et les racines de lme humaine Je propose dans ce qui suit, une thmatique un peu plus modeste. Daprs moi, trois grandes catgories se dtachent: 1. Les Personnages/les tres 2. Les Actes 3. Les Principes causatifs La premire catgorie, les personnages/les tres comprend les fantmes appartenant toutes les civilisations mais parfois connus sous des termes diffrents cest--dire les spectres, les revenants, les ombres, les apparations. Souvent les traditions culturelles ont dot les morts d une possibilit de revenance sous la forme de morts-vivants ou de vampires. Ceux-ci sont capables de vivre parmi les humains et de parfois vivre grce eux. Le vampire de La Morte amoureuse de Thophile Gautier est dpendant(e) de son amant pour c ontinuer son existence intermdiaire. Le lecteur apprend au cours de la lecture par le biais de labb Srapion quelle a dailleurs utilis cette ruse travers plusieurs p oques et avec de multiples amants. Le double appartient aussi cette catgorie Ltranget du psychique du double a souvent fait question dtude. Le doubl e reprsente un miroir qui expose les 17 Jean Jordy, Contes fantastiques (Paris: Bertrand-Lacoste, 1992) 53.

PAGE 45

45 caractristiques dun semblable; cest une projection. Cest parfois une partie de nous mme que lon voudrait dtruire: (sil est damne, et cest le cas dans le Horla, de Maupassant), ou chang pour le meilleur (tel DAlbert dans Mademoiselle de Maupin). DAlbert rvle quil dsire secrtement se sparer de son corps, jespre toujours quun printemps ou lautre je me dpouillerai de cette forme que jai, comme un serpent qui laisse sa vieille peau (152). Dailleurs, il jalouse un jeune homme qui avait vol la forme quil aurait d avoir (200). Les formes inventes comme les automates, les andr odes, les mannequins reprsentent la dernire catgorie des personnages/tres permettant aux hommes de transmettre la vie la matir e inerte, alors un lien spcial se forme entre ces entits. Le mythe de Pygmalion18 tant chri par Thophile Gautier matrialise le dsir de lartiste vouloir donner vie son uvre. Ces dsirs entra nent des consquences tragiques. Nathanael, le hros du conte fantastique dE.T.A Hoffmann, l'Homme au Sable 19 en est lun des victimes. Le protagoniste pie de sa fentre, Olympia, la fille de son professeur de physique Spalanzani qui habite de l'autre ct de la rue. Il est envot par cette femme mystrieuse et superbement belle, il en tombe perdument amoureux mais en ralit elle nest quune automate. Cet am our dtruit sa raison, sa vie, son amiti, et sa fiance (relle). 18 De retour chez lui, lartiste va vers la statue de la jeune fille; pench sur le lit, il lui donne un baiser; il croit sentir que ce corps est tide. De nouveau, il en approche sa bouche, tandis que ses mains ttent la poitrine; ce contact, livoire sattendrit; il perd sa duret il flchit sous les doigts; il cde; ainsi la cire de lHymette samollit au soleil; ainsi fa onne par le pouce, elle prend le s formes les plus varies et se prte de nouveaux services, force de servir. Lamant reste saisi; il hsite se rjouir, il craint de se tromper; sa main palpe et palpe encore lobjet de ses dsirs; ctait bien un corps vivant; il sent des veines palpiter au contact de son pouce. Alors le hros de Paphos adresse Vnus de longues actions de grce; sa bouche presse enfin une bouche vritable; la jeune fille a senti les baisers quil lui donne et elle a rougi; levant vers la lumire un timide regard, elle a vu en mme temps le ciel et son amant Ovide. Les Mtamorphoses Pygmalion Livre X. 19 E.T.A. Hoffmann, LHomme au Sable (Paris: Gallimard, 2003).

PAGE 46

46 Les thmes du fantastique daprs Caillois dans Anthologie du fantastique (1967) ne reposent pas seulement sur les personnages/tres mais aussi par le fait dactes spcifiques au cours du rcit, notamment: 1. LApparition 2. La Possession 3. La Destruction 4. La Mtamorphose LApparition reprsente un principe actif car elle atteint directement le hros dans le rcit et partir de ce moment-l, cert ains changements importa nts seffectuent dans sa vie. Le moment de lapparition dans le rcit symbolise le bouleversement, linstant o tout change et o lhistoire tombe dans lunivers surnaturel. Ce phnomne gnralement se ralise grce au miroir. Lapparition est dcrite par Allan Kardec comme: Limage reflte dans une glace sans ta in et qui malgr sa nettet, nempche pas de voir au travers le s objets qui sont par derrire. 20 Le thme du miroir repose essentiellement su r la doctrine du spiritisme, influence ellemme par le magisme. Daprs lvocation de Eliphas Levi dans le Dogme et Rituel de la Haute Magie21 lapparition dans le miroir na rien danormal, je recommenai les vocations, et je vins me placer dans un cercle que avance entre lautel et le trpied: je vis alors sclaircir peu peu le fond du miroir qui tait en face de moi, derrire lautel, et une forme blanchtre sy dessina, grandissant. Ce passage rappelle nettement au lecteur la description de lapparition de Spirite 20 Allan Kardec, Quest-ce que le Spiritisme (Paris: Librairie Des Sciences Psychiques, 1920) 24. 21 Eliphas Lvi, Le Dogme et Rituel de la Haute Magie (Paris: Bussire, 1972) 22.

PAGE 47

47 lImage tait dabord si transparente, que les objets placs derrire se dessinaient travers les contours, co mme on voit le fond dun lac travers une eau limpide. (58) Le second acte, la possession agit diffremment car elle sempare moralement et physiquement du sujet en question. Cert aines sciences occultes telles que le Magntisme ou lHypnotisme facilitent cette c onfiscation des consciences. Dans la nouvelle de Gautier Avatar Octave de Saville dsire prendre la place du mari de Prascovie Labinski. Il se dbarrasserait al ors du mal-tre qui le ronge depuis quil a rencontr la belle lithuanienne. Le mystr ieux Balthazar Cherbonneau a les moyens de raliser ce vu. Initi aux mystres de lme, le docteur propose Octave un pacte qui pourrait bien tre celui du diable. Grce laide dune simple formule magique, il lui permet de se transporter dans le corps du conte Labinski. Laventure se termine bizarrement, au grand bnfice de Cherbonneau et au malheur de Octave qui na pas pu tromper la belle. Par cette nouvelle fantas tique, Gautier revisite ainsi habilement le mythe de Faust. La Destruction exprime des forces hostiles cherchant anantir les tres humains ou les choses qui lentourent. Parfois un am our vcu entre le hros de lhistoire et lobjet surnaturel peut tre malfique, comme le montre le personnage de Smarra dans Les Contes22 de Nodier. Nodier a voulu composer dans ce rcit de la vie nocturne avec toutes ces hallucinations la description des tats qui traverse la conscience glissant progressivement au sommeil ou abandonne au cauchemar .23 22 Charles Nodier, Les Contes (Paris: Garnier, 1962). 23 Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant (Paris: Corti, 1951) 132.

PAGE 48

48 Le dernier de ces concepts, la Mtamorphose permet de franchir la porte du non retour de ltrange. La transformation rveille la conscience de lexistence dun autre monde jusqu' prsent imperceptible. Cest alors loccasion dun dplacement physique et moral, un changement visuel rel ou non, pour la personne concerne. La mtamorphose sexplique par le biais d un jeu du prfixe d tel que d-range d-fait d-nature et d-loge La troisime catgorie, les principes causatifs montrent indirect ement comment le fantastique est li la raison. Ils pr oposent une explication au phnomne qui se trouve difficile articuler. La plupart du temp s, elle se trouve dailleurs la fin de luvre pour tre sr de ne pas gcher la tmosphre. La justif ication est presque toujours prsente, moins que lauteur ait voulu tenir en suspens lesprit critique du lecteur en choisissant de ne pas la dvoiler. Elle se rattache par exemple des pratiques telles que lonirisme, loccultisme, la magie, ou bien la toxicologie. Toutes ces pratiques lgitimisent ainsi les hallucinati ons que les peuples primitifs attribuaient des volonts divines. La transmission de la pen se, la tlkinsie, lhypnose ont t des sciences souvent explores par les penseur s romantiques et les parapsychologues du XIXme sicle. Pour conclure, cette section de mon tude sur le fantastique, je discuterai brivement du concept freudien d Unheimlic he traduit en franais sous la notion dInquitante Etranget D aprs Marc Eideldinger, dans Rcits fantastiques, deux caractristiques distinguent luvre narrati ve de Gautier: la permanence de son attachement la littrature fantastique et sa fidlit Hoffmann .24 Gautier a souvent 24 Marc Eideldinger, Rcits fantastiques (Paris: Flammarion, 1981) 17.

PAGE 49

49 lou la capacit dHoffmann donner une apparence de ralit mme aux vnements et aux situations les plus incroyables ains i qu sa capacit de peindre des aspects de la psychologie humaine, donnant de cette fa on des caractristiques bien distinctes son travail dcrivain. Gautier suit le mme modle et travers ses rcits fantastiques, le familier est constamment envahi par les expriences dun autre monde mystrieux. Ou encore des expriences qui stimulent une m moire inconsciente, crant ainsi l'effet que nomme Freud das Unheimliche Larticle de Freud, Inquitante Etr anget souvre sur une longue analyse philosophique suivit dun rsum du conte fantastique25, LHomme au sable dE.T.A Hoffmann Freud met en lumire certains motifs notamment celui de langoisse des yeux lie langoisse de castration ; le conflit dipien renvers 26 car il est prsent sous sa version homosexuelle ; le thme du double travers la poupe Olympia ; et la mort par lensevelissement. Dans la seconde partie de larticle, Fr eud dfinit la notion de LInquitante tranget tant un effet qui se produit souvent quand la frontire ent re fantaisie et ralit se trouve efface, quand se prsente nous comme rel quelque chose que nous avions considre jusque l fant astique, quand un symbole revt toute lefficience et toute la signification du symbolis, et dautres choses du mme genre. (251) Ce concept dUnheimliche nest rien de nouveau ou dtranger mais plutt quelque chose de familier qui nest devenu trange que par le processus de refoulement. Freud distingue ainsi deux sortes dexpriences qui crent leffet 25 Pour Freud, E.T.A Hoffmann est un matre ingal de ltrangement inquitant dans la cration littraire. 26 Le jeune homme est fix sur son pre qui ne fait quun avec Coppola, Copplius, Spalanzani, et lhomme au sable.

PAGE 50

50 dtranget La premire se rvle dans la vie de tous les jours et semble tre stimule par une sensation de frayeur. Cette sensation inqu itante prend naissance dans la vie relle de lindividu lorsque des complexes infantiles sont refouls et ensuite ranims par des impressions extrieures de la socit et de la cultur e. Le sentiment dUnheimliche daprs Freud se rattac he notre intimit foncire donc au refoulement individuel quotidien qui constitue notre inconscient. La seconde est gnre par la lecture littraire dun texte ou bien dune exprience individuelle face lart. Leffet dtranget ne dcoule plus du rel mais de latmosphre fictionnelle cre par lauteur. Lauteur fant astique peut clairer le lecteur soit le plonger dans une confusion totale. Car ce quon croit voir dans la lecture peut correspondre soit un objet pos comme rel soit une pure production de lesprit. Selon Freud, (p)our lcrivain, nous [le lecteur] prsentons une mallabilit particulire, par ltat desprit dans lequel il nous plonge, par les attentes quil suscite en nous, il peut dtourner nos processus affectifs dun certain enchanement et les orienter. (262) Freud propose en outre dans LInquitante tranget une typologie des rcits fantastiques. Il y a ceux qui situent le lecteur dans un autre rel [. .] des textes [. .] admettant des tre surnat urels tels les contes merve illeux et il y a ceux qui sen tiennent au terrain de la ralit courante pour y faire surgir linci dent trange Cest ainsi qu travers luvre prsentement fant astique, le lecteur est transport dans un monde de ralit qui est soudai nement boulevers par un vnement qui peut paratre irrationnel et irraisonn premire vue. Le lecteur mal l'ai se doit maintenant obligatoirement faire face une situation qui le boulev erse motionnellement et

PAGE 51

51 psychologiquement, ou bien il doit reposer le livre Si le lecteur autant que le narrateur de la fiction peuvent sadapter et accepter la situation en r tablissant un quilibre entre le soi et le monde tout redevient normal en apparence. Mais si le lecteur et/ou le narrateur est svrement boulevers par lv nement illogique alors il va souffrir dune crise psychique qui le plonge dans un m onde compltement conforme aux demandes de son inconscient: LEtrange. La notion du fantastique, dfinit comme tel dans Introduction la littrature fantastique de Tzvetan Todorov et se disti nguant de lide freudienne de linquitante tranget, est une problm atique importante et complexe. Jai choisi dy ajouter la problmatique du rel, de lincon scient et du rel fictionnel Ces deux analyses (celles de Todorov et de Freud) partagent cert ains aspects. Dans les chapitres de l Introduction la littrature fantastique de Todorov, Le thme du je qui reprsente la relation entre le soi et le monde et Le thme du tu qui reprsente la relation du soi (envers lautre) et de linconscient, symbolise la limite entre esprit et matire Cest alors leffacement entre sujet et objet qui engendre lengouffrement dans un univers o les frontires de la normalit ne rgissent plus (122). Le monde physique et le monde spirituel/imaginaire sinterpntrent et leurs catgories fondamentales se trouvent modifies crant ainsi une sensation dtranget et dinconfort (124). Ce brisement des barrires cause pour Todorov une sensation dtranget. Une analogie peut tre faite ici avec lopposition de Freud ent re la psychose et la nvrose. Les deux premires ( Thme du je et psychose) appartiennent la ralit alors que les deux secondes ( Thme du tu et nvrose) r eprsentent le fantastique, c'est--dire linconscient et lirrel. Pieter Borghart dans larticle, The Return of the Key: The

PAGE 52

52 Uncanny in the Fantastic 27 a ralis un diagramme pour montrer la corrlation quexerce lune sur lautre ce s deux relations binaires de Freud et de Todorov. (Voir Figure 2-1 ) Ce sont deux cercles (Ralit/Etr anget) et (Littrature/Fantastique) qui sintercroisent en un centre. La section du milieu (le centre) reprsente la rencontre de ces deux mondes; lintersection entre la ralit (le monde/le soi) et la littrature (linconscient/lautre) mais aussi entre ltr anget et le fantastique. Deux mondes qui peuvent appartenir littralement deux cercles diffrents mais qui sous des circonstances particulires, et notamment sous la plume de certains crivains fantastiques, sont susceptibles de sunifi er pour crer un autre monde parallle surnaturel ou surrel. Rappelons que pour Castex, le fantastique se caractrise par une intrusion brutale du mystre dans la vie relle Pour Caillois, le fantastique sassocie aux termes de dchirure, scandale, irruption inso lite presque insupportable dans le monde rel Et finalement pour Todorov, le f antastique est soit un produit de limagination [. .] ou bien lvnement a vritablement eu lieu et il est partie intgrante de la ralit Il emprunte des thmes et des motifs de nombreuses littratures des poques antrieures (Moyen Age, les contes de fes du XVIIme, le thme de la folie la fin du XIXme sicle dbut XXme sicle) mais gal ement de nos jours par le biais de la science fiction. Il ne semble pas y avoir Une dfinition mais plutt Des dfinitions qui sadaptent au sicle, la cu lture, et au dsir de svader du lecteur. 27 Pieter Borghart, The Return of the Key: The Uncanny in the Fantastic, Visual Narrative Issue 5 (2003): 1-11.

PAGE 53

53 De grands thoriciens (Pierre-Georges Ca stex, Roger Caillois Eric Rabkin et Irne Bessires) ont cherch des vrits cac hes et dchiffrer les codes hermtiques de la littrature fantastique. De multiples df initions se sont aventures tablir Une Vrit Freud en particulier a aspir trouver des sens cachs dans les rves, les actions et les mots des rcits fantastiques. Mais le vritable but du conte fantastique nest-il pas de laisser le lecteur en suspens ? Ces rcits ne contiennent pas de formule simple. Le texte fantastique est tout entier organis autour de juxtapositions, dlments disjoints qui entrecr oisent fondamentalement le vocabulaire du rve et de la ralit. Le conte fantasti que pose de multiples questions pour lesquelles le lecteur doit sefforcer de trouver des rponses insaisissables. Donc, en essayant doffrir des rponses concrtes, je risque de miner lamb igut et dliminer lindcision rhtorique de ce genre. Pour que le conte reste fant astique, le doute et lhsitation demeurent obligatoires en tant quagents actifs. Les r cits fantastiques du XIXme sicle sont bass principalement sur le jeu des piges et des duperies et en dsirant les dchiqueter mticuleusement et dmystifier les vnements inexplicables, le lecteur tombe dans ses piges. Cest donc une erreur de croire en Une seule Dfinition ou Vrit. Il est difficile dtablir un cor pus ou tous les thmes prsents dans cette littrature rentreraient dans Un cham p smantique dfini. Le fantastique reste fantastique cause de ses intrications et mystres. Il tait donc important dans mon tude de prsenter les diffrent s points de vue des grands thoriciens de la littrature du fantastique.

PAGE 54

54 2.2 Le Merveilleux Il semble que la littrature non ra liste ait volu du merveilleu x mythologique au fantastique p sychologique [. .] Maupassant marquerait laboutissement ex trme de cette volution. Henri Parisot cit dans Le conte fantastique en France. Le merveilleux est prsent dans la littra ture travers les sicles. Bien avant 1830, date o le fantastique stablit en genre li ttraire en France, il existe ds le dbut du Moyen Age jusqu' nos jours sous des genr es apparents qui introduisent les motifs, les rfrences, les mythes et les symboles qui ont fascins les criva ins de la littrature dite fantastique du XIXme sicle. Dans luvre fantastique de Thophile Gautier se font sentir les influences directes et indirectes des autres crivains (uvres) antrieur(e)s ou bien de son poque. Je montrerai comment certaines uvres choisies bien spcifiquement (Marie de France dans Lanval; Villiers de lIsle-Adam dans Vra ; Balzac dans Sraphta Maupassant dans La Chevelure ) tablissent les bases primaires du fantastique et/ ou paralllent indolemment les rcits fantastiques de Thophile Gautier par leurs thm es, leurs motifs et symboles dans le but de rvler une atmosphre de merveilleux/fant astique/imaginaire. Les crivains fantastiques se sont influencs mutuellement car souvent ils t aient amis ou se retrouvaient en tant quinvits dans les mmes salons li ttraires et artistiques de lpoque. Le drame du hros fantastique provient de son enchanement au rel et de son entravement dans son dsir de lidal. En se librant de ces chanes, le hros peut partir la qute de son idal. De nombr eux modles mdivaux transforment cette qute du hros en une qute vritable. Lentreprise correspond celle de la Dame lidal se cristallise en celle-ci, et le parcours du hros, cest-dire du chevalier sorganise autour des initiations dictes par la femme aime. Le hros va devoir

PAGE 55

55 dornavant affronter sur son chemin les gnies, les fes, et les monstres ce qui le suscitent de plonger dans le monde du merveill eux sans jamais le questionner. Daprs Gaston Paris, le merveilleux, ce sont des contes daventure et damour, o figurent des fes, des merveilles, des transformations ; on y parle plus dune fois du pays de limmortalit, o les fes conduisent et retiennent les hros ; on y mentionne Arthur dont la c our est parfois le thtre du rcit, et aussi de Tristan.28 Dans cette littrature, le merveilleux reste di scret. Le dosage et la subtile utilisation de celui-ci rvlent une belle uvre dart o une barrire nette et infranchissable entre le monde des hommes et de lAutre Monde nexiste plus. Lcrivain/le pote se refuse expliquer le merveilleux et grce des motifs bien particuliers ainsi qu des personnages dignes dy accder, il dvoile al ors avec raffinement au lecteur cette atmosphre surnaturelle. Cette prcdente dfinition sapplique au Merveilleux pur d'aprs Todorov dans Introduction la littrature fantastique 2.2.1. Lanval Dans ce premier texte de mon tude, je co ncentrerai mon attention sur lattrait et la signification que donne Marie de France ce s diffrents motifs, ou petites units narratives porteuses de merveilleux. Le moti f merveilleux revt un rle dterminant dans le lai au point que sans lui le rcit nexiste pas. Ses di ffrentes catgories dvoilent des indices narratifs qui laissent pressentir au cours de luvre llment surnaturel. A travers le lai, Lanval, de Marie de France, je dvoilerai comment chaque fois que ces multiples motifs sont prs ents, ils allouent une inflexion nouvelle au rcit. 28 Gaston Paris, La Littrature franaise du Moyen Age (Paris: 3ed, 1905) 97.

PAGE 56

56 Le hros merveilleux est s ouvent un laiss pour comp te dune socit qui le mprise ou lignore (tel DAlbert dans Mademoiselle de Maupin de Thophile Gautier, qui est en proie au malaise et une mlanco lie profonde). DAlbert ressent un ennui nonchalant accompagn de crises profondes de mal tre qui le pousse parfois dans la rue la recherche de je ne sais quoi o je ne sais qui Je ne sais pas seulement ou jirai, mais il faut que jaille [. .] je descends, lair effa r, [. .] les habits en dsordre, les cheveux mal peigns et surtout dune occasion daimer, une aventure [. .] une ide ou une fortune (6 3). DAlbert va au hasard des rues gesticulant et se heurtant aux pa ssants qui se moquent de lui (63). Le protagoniste connat des moments dinsatisfac tion ainsi que des impulsions dirritation profondes crant chez lui un ardent malais e intrieur. Comme son contre part romantique le chevalier/hros se cherche car son identit v ritable et individuelle na pas encore t tablie. Dans Lanval, le hros fait face cette situation injuste ds le dbut du lai. Loubli du roi, qui comble tous les chevaliers de la Table Ronde (v 15) lexception du protagoniste, A ceus de la table r[o]nde n'ot tant de teus en tut le munde femmes e tere departi, par tut, fors un ki l'ot servi: ceo fu Lanval, ne l'en sovient, (vv 15-19) le plonge dans laltrit. Sa double tranget, tranger de naissance, hume esytrange descunseillez mut est dolent en autre tere, (vv 36-37) et trange de caractre,

PAGE 57

57 kar li reis rien ne li dona, ne Lanval mut entrepris, (vv 31-32) souligne son exclusion de la cour dArthur. Lanval est donc rduit une absence dtre daprs Koubichkine.29 Les lais sont gnralement construi ts sur lopposition de deux univers antagonistes: un monde rgi par des lois sociales bien dfinies (le rel, c'est--dire le monde extrieur de la socit bourgeoise chez Gautier) et un autre o saffirment les valeurs individualistes et la recherche du bonheur (limaginaire, le monde intrieur intime et spirituel chez Gautier). Cette dmarcation nest pas seulement gographique car elle marque une opposition essentielle entre les deux espaces. Le lai Lanval, dbutant la cour du Roi Ar thur, bascule dans un m onde imaginaire lorsque Lanval, abandonn par le roi et se s amis, quitte la ville un jur munta sur sun destrer, si s'est alez esbaneer. fors de la vil est eissuz, tut sul est en un pre venuz; sur une ewe curaunt descent; (vv 41-45) Le roi Arthur distribue ses chevaliers des terres, de l'argent et des femmes. Mais il oublie Lanval. Celui-ci ressent alors un manque ce rtainement matriel et affectif. Il est alin par son seigneur qui ne reconnat pas ses qualits. Lanval n'est aim ni du roi, ni d'une femme, il est aussi oubli par ses anciens compagnons, les chevaliers de la Table Ronde. Le manque affectif sapprofondit par le fait que sans terre ni femme, il n'est personne, il devient marginal dans ce monde de la chevalerie. Sa bravoure, sa 29 Michle Koubichkine, A propos du lai de Lanval, Moyen Age LXXV (1972): 473.

PAGE 58

58 vaillance et sa courtoisie ne lui servent en rien. Lanval va donc substituer cette ralit abusive en ralit rconfort ante, en crant un objet du dsir quil devra aller chercher lextrieur du monde matriel/physique/rel qui lentoure. Il quitte donc la ville, symbolisant la socit, pour se trouver seul au bord dune rivire met pied terre au bord dune rivire un lment aquat ique rattache au monde des fes. Leau possde par elle-mme une dimension sacr e et prsage une prsence surnaturelle marquant de mme la proximit dune frontire de lau-del. Tandis que le heros ne comprend pas, le recit souligne une raction animale quand son cheval tremble violemment re ssentir cet lment merveilleux avant son matre. Le merveilleux a donc pu se subsister subtilement la ralit afin de soulager le chevalier souffrant. Lanval est dj envot car il le descengle, si s'en vait, en mi le pre vuiltrer le lait (vv 47-48) Le jeune homme oublie automatiquem ent les rgles/les lois de la chevalerie. Il se dsintresse abruptement du monde de la cheval erie et de la cour par son geste. Le chevalier ne doit jamais abandonner son cheval car lanimal personnifie sa russite et son statut social. Un chevalier sans c heval est identique un peintre sans toile. Son statut social de chevalier le dis pose cette aventure. Les chevaliers deviennent les fils adoptifs du roi. Les jeunes gens nobles quittent gnralement les terres de leurs pres pour faire leur ducation et acqurir de lexprience chez le Roi Arthur. La cour remplit alors toutes les fonctions conomiques affectives et ducatives des jeunes gens qui y sjournent durant de nombreuses annes. Tels en sont les hros de Thophile Gautier qui appartiennent galement une classe suprieure de la socit du XIXme sicle. DAlbert de Mademoiselle de Maupin est un jeune homme

PAGE 59

59 fortun. Cest un aristocrate qui passe se s journes faire des armes (89) ou encore Guy de Malivert dans Spirite pour qui les mres ornes de filles marier tant aux petits soins pour lui, car il avait 40 000 francs de rente en terre et un oncle cacochyme plusieurs fois millionnaire dont il devait hriter (12). Dans le merveilleux du moyen ge autant que dans le fantastique du XIXme sicle, il semble quune certaine disposition sociale ainsi quune certaine ducation soient ncessaire pour russir dans cette qute de lidal. Le commun du peuple ne peut pas y accder. Cest donc dans un tat flottant de rve rie, un diffrent motif associ au merveilleux, Lanval [si] vit venir deus dameiseles, unc n'en ot ve[es] plus beles. vestues ierent richement, laciees mut estreitement en deus blians de purpre bis; mut par aveient bel le vis. (vv 55-60) Ces deux demoiselles jouent le rle de mdiateurs 30 de la littrature fantastique. La richesse de leurs accessoires somptueusem ent vtues tuniques de pourpre leur beaut les plus belles dune me rveilleuse beaut des deux messagres de la fe semblent annoncer une introducti on directe lAutre Monde, le monde du merveilleux. Ce nouvel univers de la dam e fe entrane Lanval dans le dpaysement o lamour et la passion peuvent spanouir sans entrave. La dame fe, la Pucelle personnifie lobjet de dsir car elle comble les manques matriels et motionnels de Lanval emperere ne quens ne reis, n'ot unkes tant joie ne bien (vv 114-115), cum 30 Nous discutons de ce terme plus loin dans notre tude.

PAGE 60

60 plus despendra richement, [e] plus avrat or e argent (v 111), samur e sun cors li otreie (v 133). Marie de France peint dans son lai, par une srie de superlatifs, la richesse et la splendeur du lieu de renc ontre des deux amoureux Lanval et la dame fe. Un aigle dor rgne sur sa demeure (v 87). Ce symbole solaire et dominateur souligne la souverainet de la fe que ni la reine Smiramis (v 82) ni lemperere Octavien ne peuvent galer (v 85). Il est aussi intressant de remarquer que la tradition occidentale dote laigle de pouvoirs ex ceptionnels, qui le placent au dessus des contingences terrestres. Lunivers de luxe et de volupt par lequel le merveilleux est introduit au rcit rvle le degr dexcellenc e et de supriorit du monde imaginaire. Daprs Edgar Sienaert, (l)a beaut nest donc plus simplement lapanage naturel et inaltrable du personnage merveilleux, partie intgrante de ltre, laquelle il est li par essence elle est devenue lment de laction, expression de la vie intrieure du personnage, relie de lintrieur lintrigue.31 Marie de France essaye t-elle de nous dire que le monde de lau-del pourrait tre suprieur au monde dici-bas? Une dlicate opposition de nuances et de couleurs compare la dame la fleur de lys et la rose nouvelle (v 94) au surplus des substances diffrentes qui dvoilent sa beaut suprieure, ele jut sur un lit mut bel,[. .] mut ot le cors bien fait e gent; un cher mantel de blanc hermine covert de purpre alexandrine, ot pur le chaut sur li get (vv 101-103) 31 Edgar Sienaert, Les Lais de Marie de France, Du conte me rveilleux la nouvelle psychologie ( Paris: Champion, 1984) 54.

PAGE 61

61 Dans les vers qui suivent, la description de la dame fe dpasse la peinture ferique faite prcdemment des deux dem oiselles. Sa beaut extraordinaire, le cors ot gent, basse la hanche le col plus blanc que neif sur branche les oilz ot vairs e blanc le vis --fil dor ne gette tel luur cum si cheval cuntre le jur (vv 569-575) ne peut tre compare avec aucune autre A cause de cette beaut physique qui crase nettement celle de la reine, Lanval va rejeter les avances amoureuses de celleci lorsquil retourne la cour du Roi Arthur. Co mment peut-elle faire concurrence une telle perfection? Cest alors que les choses se compliquent de nouveau pour Lanval car ds la plainte de la reine, la pompeuse machi ne judiciaire de la cour du roi Arthur se met en marche. li reis sen curucat forment, jur en ad sun serement --il le ferat arder u pendre. de ses baruns apelat treis; il les anveie pur Lanval (vv 383-91) Lanval, une nouvelle fois exclu du monde des mortels, doit prouver son innocence. Pour ce fait, il dpend entirement de la bont de la dame fe quil a abandonne pour assouvir sa premire humiliation la cour du roi. Le hros na pas su se sparer entirement du monde matriel pour le spir ituel. Laction de Lanval rvle son

PAGE 62

62 immaturit. Le chevalier a voulu retourner la cour pour montrer se russite sociale conomique et motionnelle. Avant son dpart, la fe lui a distribu de l'or et de l'argent profusion et voil que Lanval son retour, E richement e bien servir. Lanval donout les riches duns Lanval auitout les prisuns, Lanval vesteit les jugleurs, Lanval feseit les granz honurs. (vv 209-214) Lunion dun mortel et dun tre su rnaturel demande une comprhension et une obissance implicite de la part du hros. Il do it savoir mriter cet amour car la dame beus amis, pur vus vienc jeo fors de ma tere; de luinz vus sui venu[e] quere (v 112) et elle lui rappelle que, Se vus estes pruz e curteis, emperere ne quens ne reis not unkes tant joie ne bien; kar jo vus aim sur tu te rien. (vv 113-16) Un pacte de silence, tablie comme preuve par la dame fe, lie les deux amants entre les deux mondes. Elle lui rvle quune brche de ce contrat aboutirait la perte dfinitive de leur amour. Le droit de passage ne lui a pas t accord pleinement car il ne le mrite pas encore. Explicitement la fe dit Lanval, A tuz jurs mavriez perdue, se ceste amur esteit seue, james ne me purriez veeir (vv 147-48)

PAGE 63

63 Lpreuve vise ainsi qualifier ou disqua lifier lamant et permet de perptuer la communication entre les deux mondes. Un par allle stablit ici avec le rcit de Spirite. Guy de Malivert doit autant mriter lamour de Spirite que Lanval celui de la fe. Leur union ternelle est seulement possible cette unique condition, vous maimez, si vous mtes fidle, si jamais votre pense ne se dtourne vers un rien dinfrieur, si vous laissez, comme au fond dune eau qui repose, tomber au fond de vous limpur et grossier limon humain. A ce prix, il nous sera permis de savourer, unis ternellement lun lautre, la tranquille ivresse de lamour divin, de cet amour sans intermittence, sans faiblesse, sans lassitude, et dont lar deur ferait fondre les soleils comme des grains de myrrhe sur le feu. (173) Le monde fantastique correspond un certai n nombre de visions, de clichs, et de reprsentations mentales. Dans Vra de Villiers de lIsle-Adam, un grand nombre de ces effets sont utiliss par lcrivain pour transporter le lecteur dans le monde de laudel et de lenchantement. Villiers de lIsle-Adam favorise les nouvelles qui conduisent le rveur dans un autre univers, quil modle sa fantaisie. En contemplant ce paradis o tous les dsirs peuvent tre satisfaits en imagination, il abandonne les rancoeurs et les penses impures quengendrent les servitudes de la condition humaine.32 Ce conteur fantastique apporte dans son te xte par le biais du rve et de lillusion de lau-del, lchappatoire la basse ralit et la douleur humaine. De nombreux lments biographiques et littraires rvlent le rapprochement entre Villiers et Gautier. Villiers a tout dabord failli pouser, Este lle, la fille de Gautier. En lisant Vra on se rend compte des liens intertextuel privilegis de cette uvre avec La Morte amoureuse ou Spirite de Gautier. Villiers de lIsle-Adam autant que Gautie r croient un fantastique surnaturel o lambigut rsi ste toute tentative dinterp rtation. Le rcit narratif de 32 Pierre-George Castex, Le Conte fantastique en France (Paris: Corti, 1951) 146.

PAGE 64

64 ces deux fantastiqueurs gratifie la prsenc e du rve. Daprs Gautier dans une tude fantastique sur Hoffmann, le Franais nest pas naturellement fantastique [. .] le demi-jour, si ncessaire au fantastique, nexiste en France ni dans la pense, ni dans la langue, ni dans la maison [. .] Le f antastique retrouve sa raison dexister lintrieur dun rve o, [. .] un pseudo-rve. (III)33 Les protagonistes de ces deux crivains vol uent presque toujours sous linfluence du rve et de lillusion. Le rve aiguille les ac tions, les ractions des personnages et dirige le rcit. Villiers participe des sances de spiritisme, et dhypnotisme. Il montre comme les romantiques de son poque un intr t particulier pour loccultisme et le mysticisme. De nombreux crivains notam ment Villiers, Balzac, Hugo et Gautier prennent directement contact avec les illumins de leur temps et assistent des soires de tables tournantes dans la Rue Grange Batelire.34 Il se peut alors que Gautier comme Villiers ait lu Dogme et rituel de la haute magie de Eliphas Lvi35 qui croit la possibilit dune rsurrection de certains tres par lintermdiaire dun courant magntique Dans mon tude sur Vra de Villiers de lIsle-Adam, je discuterai du rle de latmosphre onirique qui entoure le hros et spcifiquement le rle dialectique de lobscurit et du brillant manifest par le luxe/la somptuosit dans le rcit. Tout dabord, le fantastique appartient au clair-obscur et prend gnralement place mi-jour mi-nuit ou par le biais dun clairage albtre ou lunaire. Le rcit de la 33 Thophile Gautier, Etude sur les contes fantastiques dHoffmann, Contes fantastiques (Paris/Genve: Slatkine Reprints, 1979). 34 Rue o rsidait Madame de Planemaison, rentire qui sadonnait au spiritisme et chez qui les illumins furent invits. 35 Eliphas Lvi, Le Dogme et Rituel de la Haute Magie (Paris: Bussire, 1972) 184.

PAGE 65

65 nouvelle Vra sentame par des indications sombres telles que la tombe dun soir dautomne (l. 3), sombre faubourg un homme de trente trente-cinq ans, en deuil, au visage mortellement ple qui v oquent au lecteur la souffrance cause par la veille funbre ainsi que le douloureux dchir ement des deux poux. Latmosphre sombre de cette premire page remplit les conditions privilgies de la naissance du fantastique dans le rcit. La nuit, un lieu lu gubre o rgne lobscurit, reprsente les domaines du secret impntrabl e quil ne convient point de violer. Cela dessine un interdit, un danger et une limite ne surtout pas transgresser par les non initis. Car ceux qui sy risquent peuvent aussi bien tr ouver la mort que le bonheur tel le conte dAthol. Ce voyage dans ces zones de linconnu, impossible effectuer sans la protection dun guide spirituel mtamorphose jamais le hros. Le Conte dAthol envahi dun spleen irrmdiable vit dsormais sous les influences des hallucinations. Cette attitude maladive pathologique pous se le protagoniste un vritable ddoublement de sa personnalit. Voil mme que le vieux serviteur fidle du couple prend peur du magntique effrayant de son matre pour ce monde (l. 234). Un monde phosphorique mystrieux auquel le conte dAthol dsormais appartient pour rsultat de drober/denrober les silhouettes humaines et de les transposer dans un monde fantasmagorique o le su rnaturel rgne. Les obj ets de la chambre dpendent de ce jeu car ils sont mystrieusement clairs par une lueur dune veilleuse qui bleuissait les tnbres (l. 29) ainsi que d'une couronne lumineuse (l. 43). Cette veilleuse aux senteurs denc ens, dun iconostase, reliquaire familial attire le conte dans le monde de lau-del qui dornavant contient les vapeurs de Vra. Pour ces deux amants ds leur union terrestre le monde leur tait devenu tranger, ils staient

PAGE 66

66 isols dans ce vieux et sombre htel o lpa isseur des jardins amortissait les bruits du dehors (l. 123-25). Alors inco ntestablement cet instant o rgne la mort, nul autre hormis les deux amants ne peut imaginer pnt rer dans cet espace o sinscrit un rcit clos et mystrieux. Seul le regard init i du lecteur peroit cependant travers une trouble opacit la continuation de cette histoire damour dornavant sur-relle. 2.2.2 Vra Ce monde obscur et funbre de la ralit qu e reprsente la mort et la perte de lamour soppose dans le rci t un cadre spatial, somp tueux et idal tmoignant lexistence de la vie dans lau-del. Le rcit de Vra se droule dans un vaste htel seigneurial, entour de jardins dans le faubourg Saint Germain. Ces deux indicatifs rvlent la richesse du conte ainsi que sa position dans la socit parisienne de lpoque. La description resplendissante de la chambre de Vra dvoile un monde des Mille et une Nuit Tout dans son entourage, les va stes draperies de cachemire mauve broche dor les bijoux, le collier de per les lventail le lit dbne aux colonnes tordues les fleurs indiennes da ns de vieux vases de Saxe la fourrure noire et les petites mules de velours orient al voquent lorient. Elle-mme, paraissant dune beaut idale et anglique, semble venir dun pays lointain, avec sa tte dore et divine (l. 62). Malgr le minimum de connaissance sur la physionomie de Vra, car le lecteur apprend seulement quelle est brune, sa main soutenant ses longs cheveux noirs (l. 333), ces quelques caractristiques physiques donnent cette jeune femme une dimension onirique. Les tr aits des femmes fantmes des rcits fantastiques restent gnralement flous. Elles sont souvent prsentes travers les souvenirs, les rves et les fantasmes des personnages masculins. Elles incarnent ainsi travers limagination ltre i dal mi-desse et mi-spectr e dont la beaut ne peut tre

PAGE 67

67 minutieusement dcrite sans la minimiser. Cest ainsi que la splendeur thrique de Vra ajoute la richesse matrielle et spirituelle du comte dAthol car tout homme aristocratique et surtout artiste-pote ne peut sentourer que de beaut surnaturelle idyllique. La beaut de Vra autant que celle de Spirite pousse les protagonistes des deux nouvelles se vouer un culte ftich iste et tous deux aboutissent sunir avec celles-ci dans un baiser mystique qui conduit lextase Mlencontreusement la fin du rcit est funeste pour le comte dAthol car lunit des deux amants dans la fusion est plus terrestre que spirituelle, (l)es deux amants sensevelirent dans loc an de ces joies languides [. .] Ils devinrent le battement de ltre lun de lautre. En eux, lesprit pntrait si bien le corps, que leurs formes leur semblaient intellectuelles, et que les baisers, mailles brlantes, les enchanai ent dans une fusion totale. [. .] Tout coup, le charme se rompait ; la ccident terrible les dsunissait [. .] Quelle ombre lui avait pris sa chre morte. (ll. 130-136) Car malheureusement pour le comte dAthol, lencontre de Malivert et Spirite, la forme est plus importante que la substance de ltre aime. Le comte est finalement runit avec sa bien aime le jour de lanniversaire de sa mort, un frais clat de rire musical claira de sa joue le lit nuptial ; le conte se retourna. Et l, devant ses yeux, fait e de volont et de souvenir, accoude, fluide sur loreiller de dentelles [. .] sa bouche entrouverte en un sourire tout emparadis de volupt, belle en mourir, enfin! la contesse Vra le regardait un peu endormie encore. Il vint auprs delle. Leurs lvres sunirent dans une joie divine [. .] Et ils saperurent alors, quils ntaient, rellement quun seul tre. Tout c oup, le conte dAthol tressaillit, comme frapp dune rminiscence fatale. Ah! Maintenant, je me rappelle dit-il. Quai-je donc? Mais tu es morte! (ll. 366-385) Le vocabulaire en italique de Villiers transmet un sens par ticulier. Le lecteur est boulevers par ces mots qui rsonnent rminisc ence fatale je me rappelle tu es morte car ils rvlent la prise de con science et la dtresse du protagoniste lveil

PAGE 68

68 de son rve. Le comte dAthol nest plus capable de se mettre en tat de rceptivit destine perptuer le magntisme de sa bien aime. En se souvenant, il replonge dans la ralit et doit admettre la mort de son pouse. Il en est de mme pour Romuald dans La Morte amoureuse qui provoque la transformation en cendres de sa bien aime lorsquil lasperge deau bnite dans le cimetire, (l)a pauvre Clarimonde neut pas t pl utt touche par la sainte rose que son beau corps tomba en poussire ; ce ne fut quun mlange affreusement informe de cendres et dos demi calci ns. [. .] Toutes communications entre nos mes et nos corps est rompue dsormais. Adieu tu me regretteras. [. .] Hlas! elle a dit vr ai: je lai regrette plus dune fois et je la regrette encore. (149-50) alors que pour Spirite la fin est heureuse et transcend antale. Le fusion est parfaite et confine lunion absolue. La formule Lam our est plus fort que la mort que lon relve dans Vra et Spirite se trouve vraie dans le cas de cette dernire uvre de Gautier. Au centre dune effervescence de lumire qui semblait partir du fond de linfini, deux points dune intensit de splendeur plus grande encore, pareils a des diamants dans la flamme, scintil laient, palpitaient [. .] prenant lapparence de Malivert et de Spirite. Ils volaient lun prs de lautre, dans une joie cleste et radieuse [. .] Il s se rapprochrent [. .] comme deux gouttes de rose roulant sur la feuille de lis, ils finirent par se confondre dans une perle unique. (186) 2.2.3 Sraphta La troisime uvre que nous avons choisie pour montrer le paralllisme entre les rcits de Gautier et dautres cri vains fantastiques nest autre que Sraphta de Balzac. Il est impossible dignorer le rapprochem ent entre certai nes uvres de ces deux crivains. Balzac par exemple crystalise dans son uvre Sraphta ( -Sraphtus) les caractristiques de deux personnages de Thophi le Gautier, Mademoiselle de Maupin et Spirite. A travers landrogynit ces trois tres (Sraphta Mademoiselle de Maupin et

PAGE 69

69 Spirite) articulent une humanit suprieure, antri eure la chute primaire. Ltre lu spirituel, ltre Double masculin et fmini n, c'est--dire landrogyne, ne ralise lascension finale (physique et/ou mentale) quau prix dune lutte qui exige un renoncement tout bonheur terrest re. Il se transforme en un ange nonciateur qui rend possible la comprhension de la tota lit divine originelle. Dans Sraphta SraphtaSraphtus incarne cet tre double et abdi que lamour de Minna et de Wilfrid pour senvoler au ciel sous la forme dun Sraphin (tre neutre); alors que dans Mademoiselle de Maupin Thodore/Madeleine, ltre androgyne, choue dans sa qute et finit par fuir lamour de DA lbert et Rosette. Au contrair e, Spirite et Guy de Malivert dans lunion trouvent lamour et se trans forment en tres suprieurs lors de leur ascension transcendantale finale. Balzac crit dans une lettre Mme Hanska Sraphta, un tre lu dpositaire dune force mystrieuse et de deux natures est aim(e) par un homme et une femme qui leur inspirera lamour rci proque qui les lvera vers Dieu 36 Luvre dbute par la description dun hiver rigoureux lhiver de 1799 1800 en Norvge qui fut lun des plus rudes (462). On remarque lutilisation du superlatif pour renforcer la rudit et latroc it de cette saison. Dans le rcit, lhiver symbolise le chaos primitif, c'est--dire la c hute de lhumanit. La rdempti on nest possible que par la purification. Le lecteur comp rend quelle nest possible que par la purification de deux tres, Minna et Wilfrid. Le texte se divise en deux parties. La premire nest autre que la rencontre et linitiation de Minna amoureus e de Sraphtus et la seconde consiste la rencontre et linitiation du jeune homme par Sraphta. 36 Balzac, Lettres lEtrangre, Tome 1 (Paris: Flammarion, 1984).88-89.

PAGE 70

70 Pour Minna, son preuve dbute par lasce nsion du Falberg une haute montagne de Norvge, un symbole sur lequel il n est pas vraiment ncessaire dinsister. Cette ascension prilleuse demande beaucoup de volont et de cour age de la part de la jeune amoureuse car ni le pcheur le plus superstitieux, ni le chasseur le plus intrpide neut attribu des cratures humaines le pouv oir de se tenir le long des faibles lignes traces sur le flanc du granit, o le couple glissait nanmoins. (464) Cest une preuve qui met en cause la rsistance physique et mentale de Minna. Il est important de remarquer que linitiation de Minna, jeune fille voue comme toutes les jeunes filles de son poque une vie sdentaire et intrieure, est tourne vers le monde extrieur, une dcouverte gographique la vue de la Norvge plutt quintellectuelle (469). Au sommet de la mo ntagne, Minna se livre une mort initiatique je meurs, mon Sraphtus et celui-ci lu i souffla sur le front pour la ramener la vie terrestre, dvoilant ainsi pour la prem ire fois au lecteur son aspect magique et surnaturel (466). Subsquemment cette pr emire preuve de purification, Sraphtus offre Minna une plante hybrid e (467). Cette fleur hybr ide personnifie SraphtaSraphtus nigmatique fleur humaine et livre symboliquement le secret de landrogyne (493). A ce moment prcis du rcit, cet tre double-hybride prend pleinement conscience de ces limitations. Il/E lle ne sera jamais ni lpoux de Minna ni lpouse de Wilfrid, Je suis comme un proscr it loin du ciel, et comme un monstre, loin de la terre dit-elle. Thodore/Madeleine dans Mademoiselle de Maupin conoit de mme sa condition terrestre. Les sexes/genres masculin et fminin transcodent ses yeux le manque alors que la figure androgy ne, combinant les deux, reconstruit lincompltude de ces tres partags. Chaque moiti est donc mtonymique de lautre do le ncessit de Maupin/Thodore de se prononcer

PAGE 71

71 (d)un troisime sexe [] qui na pas encore de nom: au-dessus ou audessous, plus dfectueux ou suprieur ; jai le corps et lme dune femme, lesprit et la force dun ho mme, et jai trop ou pas a ssez de lun et de lautre pour me pouvoir accoupler avec lun deux. (356) A cet instant prcis du rcit, Maupin peroit la complexit et limpossibilit de sa condition. Le troisime sexe ne peut tre que maudit car quelque chose dinassouvi gronde toujours en lui. Une fois linitiation termine, Minna sest mtamorphose en un autre Elle est dornavant en parfaite communion avec le sacr et grce Sraphtus, elle pntre le mystre du monde prs de toi, je compr ends tout sans effort lui dit-elle (469). Dune jeune fille simple, timide et esclave te rrestre elle sest transforme en un tre rdempteur la timidit que je ressentais lbas, prs de toi, sest dissipe en montant ici. [. .] Jose te regarder pour la prem ire fois en face, tandis que l-bas, peine osje te voir la drobe (468). Minna nest pas la seule procder ses transformations car linitiation de son double antithtique va tre excute par Ser aphta (le double fminin de Seraphtus). Si Minna est une pure jeune fille de la traditi on romantique, Wilfrid lui a un pass orageux Il a fait de la prison et il se dfinit en tant qu un Messie nouveau qui doit ravager le monde pour en refaire les socits (566). Linitiation de celui-ci, loin de se produire lors de lascension dune montagne comme Minna, aventure quil a srement innombrablement performe prc demment dans sa vie, se produit lintrieur dun chteau sudois. Limage est apprciable car le lecteur simagine alors un lieu sombre et occulte entour de souterrains myst rieux symbolisant le gouffre .37 Dun point de 37 Le thme du gouffre est le rsultat dun regret pr ofond. Dans certains pomes de Baudelaire, notamment Le Gouffre, il incarne en somme le spleen qui a pour cause laspiration insatisfaisante un impossible ailleurs et un impossible Autre

PAGE 72

72 vue psychanalytique, le chteau peut aussi qui valoir une grotte voquant lanima intrieur fminin. En pntrant dans le chteau, Wilfrid rgresse la vie embryonnaire et accde un autre monde. Son initiation spir ituelle travers Sraphta se situe donc sur le plan intellectuel et motionnel plutt que physique. Cest de nouveau grce au sommeil (clin dil au rve) veill-je? Suis-je encore endormi? Ai-je gard mes yeux de sommeil? que le protagoniste va transgresser les frontires de lau-del (485). En transe lcoute de la voix de Sraphta, Wilfrid visualise cet autre monde aux limites de la vie et de la mort, car laurore [. .] se lvera pour toi par del les tnbres de la mort. Oui, ta vie et toi, est par del (483). Ce retour primordial permet lassomption de landrogyne purifi de ses passions terrestres pour deux tres physi ques: Minna et Wilfrid. Lo rs de cette lutte motionnelle, Sraphta-Sraphtus sest dtach de tout lien bassement terrestre et matriel pour devenir une figure anglique. En purifiant le couple Minna-Wilfrid, Sraphin (tre neutre) a russi sauver lhumanit et une nouvelle re se dcouvre le premier printemps dun nouveau sicle aprs un long hi ver misrable (557). La transformation finale o landrogyne se rsout en symbole termine le roman. Les deux jeunes gens initis mme sils naccomplissent pas enc ore cette ascension, sont dornavant le couple lu pour reprendre luvre de Sr aphta-Sraphtus, c'est--dire des mdiateurs entre le divin et lhumain, 38 M. Delcourt, Deux interprtations romanesques du mythe de landrogyne, Revue des langues vivantes 38 (1972): 346.

PAGE 73

73 2.2.4 La Chevelure Dans le premier paragraphe du rcit de La Chevelure39 crit en 1885 de Maupassant, le narrateur-scripteur traite de sa vie passe, simple, sans aucune complication. Son bonheur se rsume se promener dans les rues de Paris et dcouvrir des meubles anciens chez les antiquai res. Il entretient une vie solidaire et dpouille de toute passion amour euse. Il se rapproche du type dhomme des rcits fantastiques : Un homme desthte, Jtais riche (186), cultiv Je cherchais les meubles anciens et les vieux objets (186) oisif je me rveillais heureux chaque jour pour faire des choses qui me plaisaient, et je me couchais satisfait, avec esprance paisible du lendemain et de lavenir sans s ouci (186), sensible et passionn je laimais! Oui, je laimais. Je ne pouvais pl us me passer delle, ni rester une heure sans la voir (191). Il semble que tous ces adj ectifs, dcrits prcdemment, le prdispose un tat particulier du fantasti que. Lcrivain fait mti culeusement basculer la vie naturelle et paisible du narrateur dans un cadre surnaturel, inadmissible et incomprhensible. Par le biais dun vnem ent fatal, la dcouverte dun objet ancien un meuble italien du XVIIme sicle (187) chez un antiquaire et celle de la chevelure dans un des tiroirs secrets. Dans Le Pied de momie de Thophile Gautier, le narrateur dcouvre dans un bric--brac parisien, un vritable Caparnam 40 ou se concentrent tous les sicles et tous les pays (179) une armure dam asquine de Milan (180), des tasses de Saxe et un verre de Venise (180), un br onze Florentin (182), des toffes, du 39 Guy Maupassant, La Chevelure et autres histoires de fou (Paris: Mille et Une Nuits, 2002). 40 Cette description ressemble un magasin dAntiquit identique celle de La Peau de Chagrin de Balzac.

PAGE 74

74 dams des Indes (183), un plateau de cristal de Bohme une statue de bronze de Corinthe (186) la source de son dsir: le pied de la princesse Hermonthis, fille dun Pharaon (190). La nouvelle viol ence des motions du protagoniste de La Chevelure face au nouveau contexte lentrane invitablement dans la folie. Dornavant enferm physiquement dans le m onde clos des quatre murs de sa cellule mais aussi enferm mentalement dans un monde imaginaire, le protagoniste sombre dans le malfice de lam our de lobjet-femme: La Chevelure Cet objet-personnage fminin fait natre un trouble presque dmon iaque, une folie Je demeurai stupfit, tremblant, trouble Pourtant cette apparition peut sembler problmatique la lecture au niveau raliste car il ny a aucune indication dune vritable prsence fminine, aucune trace, aucun tmoin autre que le fou qui peut attester de cela. Lcrivain pour encourager le lecteur croire le scr ipteur emploie des tropes et des figures rhtoriques qui accentuent cette prsenc e fminine malgr son absence. Le collectionneur indique au dbut du rcit quil est passionn par les objets anciens et de leur relation avec leurs possess eurs. Il introduit la beaut et la dlicatesse fminine par une synecdoque utilisant la dernire trouvaille du protagoniste chez un antiquaire: une montre (186). Puis par glissement, il asso cie la montre son possesseur je pensais aux mains qui avaient palpes ces choses, aux yeux qui les av aient admires, aux curs qui les avaient aimes. [. .] Je restais pendant des heures regarder une petite montre du sicle dernier. Elle tait si jolie (186). Finaleme nt, lcrivain oblige le lecteur de se confondre travers lutilisation des diffrents pronoms. Les rfrents les plus importants du paragraphe brouill ent la lecture. Le lecteur ne sait plus si le Fou parle de la femme ou bien de lobjet-montre comme au jour o une femme lavait

PAGE 75

75 achete dans un ravissement de possder ce fi n bijou. Elle (la montre? la femme?) navait point cess de pal piter, de vivre sa vie (186). Cette allusion la montre dans la premire partie du rcit prfigure le reste du rcit o la chevelure se transforme en un tre humain. Cette premire tape prpare le lecteur la transformation de lobjet fminin inanim en un tre anim. La transformation et lapparition de la femme reprsentent un vnement physique do un vo yage dans lau-del. A partir de cet instant loin dtre abstraite, lentrepr ise amoureuse devient une nouvelle qute des sens. Lamante est vue et touche par le narrat eur Oui je lai vue, je lai tenue, je lai eue (191). La possession de la femme-morte seffectue dans une atmosphre de sexualit et drotisme elle est venue, grande, blonde, grasse, les seins froids, la hanche en forme de lyre; et jai parcouru de mes caresses cette ligne ondulante et divine qui va de la gorge aux pieds en suivan t toutes les courbes de la chair (191). Mais malheureusement malgr cette union ent re les amants, la situation nest autre quun dpassement des contingences matri elles car cette magnifique beaut lui sera finalement enleve on la vue [. .] on a devin[. .] on me la prise [. .] Et on ma jet dans une prison (192). Cette intrusion dun autre tre venu dailleurs semble tre punie car la femme disparat et le fou est enfe rm dans un asile. Sa folie est le rsultat dun contact interdit avec lau-del et cet amour se solde par un chec et des douleurs.

PAGE 76

76 Table 2-1. Le Genre du fantastique se distin guer par sa propre dfinition. Lauteur, Todorov, figure ces subdivisions par le biais dun diagramme. Etrange pur Fantastique trange Fantas tique merveilleux Merveilleux pur Fantastique pur

PAGE 77

77 Etran g etFantasti q ue ( 5 ) Figure 2-1. Pieter Borghart dans larticle, T he Return of the Key: The Uncanny in the Fantastic. a ralis un diagramme pour montrer la corrlation quexerce lune sur lautre ces deux relations bi naires de Freud et de Todorov. Borghart, Pieter. The Return of the Key: T he Uncanny in the Fantastic. Visual Narrative. Issue 5, 2003. (1-11) Nous avons traduit en franais ce diagramme. Ralit Littrature

PAGE 78

78 CHAPTER 3 MADEMOISELLE DE MAUPIN Oiseaux du ciel, prtez-moi chacun une pl um e [. .], afin que je men fasse une paire dailes pour voler haut et vite par des rgions inc onnues, [. .] o je puisse oublier que je suis moi, et vivre dune vie trange et nouvelle, plus loin que lAmrique, plus loin que lAsi e, plus loin que la dernire le du monde [. .] dans limpalpable royaume o senvolent les divines crations des potes et les types de la suprme beaut. DAlbert Mademoiselle de Maupin Dans les contes et nouvelles fantastiques de Thophile Gautie r, le hros se dcouvre le plus souvent grce la rvlati on de lamour. Un amour qui a une vocation unifiante, c'est--dire un am our qui vise le couple idal: Deux mes fondues en une seule pareille deux gouttes de rose qui glissant sur une ptale de lys [. .] ne font quune perle unique. (Avatar, 298) Cest en se fondant corps et m e avec un autre dans ltreinte1 de lamour total que le protagoniste dcouvre le bonheur et la perfection de lunit. Pourtant ce hros, un tre dcompos en prise une crise did entit, lutte contre un mal dtre, et dsespre de ne jamais pouvoir trouver cette perle unique Cest ce dsir qui permet au hros de Gautier de franchir les fr ontires entre le rel et lidal et de chercher laccs lautre monde. La seule issue possible est donc dans le fantasme, le rcit fantastique Dans ses uvres, soit que lcrivain convoque sur terre les cratures qui y sjournent, soit quil tente de slever vers elles. Le vampirisme, le spiritisme, le rve sont les moyens offerts par Gautier au protagoniste de rejoi ndre sa 1 Unit androgyne

PAGE 79

79 partie originelle la cr ature idale (unit androgyne). Le hros de Gautier, jeune, beau, riche et artiste est prt sortir du milieu de la vie comm une pour slancer dans les profondeurs nbuleuses de la fantaisie et de la mtaphysique (25). Marc Eigeldinger a identifi dans les contes et nouvelles fantastiques de Thophile Gautier, une st ructure tripartite. Chaque rcit contient 1. Un cadre raliste du dbut 2. Une aventure fantastique 3. Un brusque retour la ralit Les procds travers lesquels se ralisent le passage du cadre de la vie normale au surnaturel fantastique de Gautier se traduisent gnralement par la description de lespace, tout particulirem ent du dcor, et celle des pe rsonnages. Dans ces prochains chapitres, mon attention se portera essentiellement sur celles-ci dans Mademoiselle de Maupin (Chapitre III), La Morte amoureuse (Chapitre IV), et Spirite (Chapitre V). Les personnages du rcit fantastique suivent une volution mental e notamment dans Mademoiselle de Maupin et La Morte amoureuse Ils se mtamorphosent et se ddoublent au cours du texte, leur permettant ainsi dchapper la ralit extrieure et intrieure du monde qui les entoure. Alors que dans Spirite lutilisation du jeu de lespace/dcor effectue un rle essentiel dans cette voluti on/transformation des protagonistes notamment le ddo ublement seffectue par la division de deux mondes : des vivants et des morts, du sombre et de la lumire. Thophile Gautier semble trs attach la juxtaposition de lemploi du fantastique au thme du double (la mtamorphose de ltre, des objets, des symboles), influence (in)directe sans doute des romantiques mais aussi dE.T.A Hoffmann.

PAGE 80

80 Brivement avant dentamer lanalyse sur les personnages des trois textes de mon tude, je voudrais expliquer mon choix des uvres. La Morte amoureuse et Spirite appartiennent le plus logiquement au genre fantastique. A la recherche dun idal, Romuald et Guy de Malivert sont prts abandonner le monde rel p our aboutir leurs qutes. Nous sommes transposs dans un monde o Le fantastique repose sur une intrusion brutale du mystre dans le cadre de la vie relle 2 ou encore le rcit connat une rupture de l'ordre reconnu, une irruption de l'inadmissible .3 Mais certains lecteurs peuvent ques tionner mon troisime choix, celui de Mademoiselle de Maupin Cette uvre nest gnralem ent pas associe au genre fantastique, ne comptant pas de personnages ou dactions surnaturel(le)s ou magiques. Mais daprs moi, cette uvre fait pourtant partie intgrante de mon tude. Je tacherai dexpliquer ma slection par ce bref paragraphe adjacent. Les protagonistes de Mademoiselle de Maupin incorporent un dcalage profond ent re lme et le corps. Car daprs Gautier cette me na pas t trempe assez co mpltement dans les eaux du Lth avant dtre lie son corps, et [. .] garde du ciel dont elle vient des rminiscences dternelles beauts qui la tr availlent et la tou rmentent [. .]. Elle se souvient quelle a eu des a iles et na plus que des pieds. (169) Ils (DAlbert et Maupin) v ont tous deux voul oir vivre une passion amoureuse mais la qute du bonheur sera trouv non dans lamour, ni dans la vie mais dans limaginaire, dans le rve. La premire partie du roman es t prsente sur le plan du rel (amour singulier entre DAlbert et Rosette) mais la se conde est conue sur lirrel et lillusion. Je trouve dans cette dernire partie, un r cit fragment et multip le dvoilant lamour 2 Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant (Paris: Corti, 1951) 101. 3 Roger Caillois, Au cur du fantastique ( Paris: Gallimard, 1965) 80.

PAGE 81

81 entre un homme et un personnage de sexe fmi nin (DAlbert et Rosalinde), lamour entre (soi-disant) deux hommes (DAlbert et Thodore de Srannes), et lamour entre une femme et une travestie (Rosette et T hodore/Madeleine). La vraie Madeleine de Maupin est un personnage illusoire nexistant rellement que dans limaginaire DAlbert et de Rosette en tant quAutre : Un Autre dsir Est-elle donc relle ? Tous deux ne savent jamais son vrai nom. DAlbert la rve en tant que femme incarnant son idal (Rosalinde) alors que Rosette le/la r ve en chevalier charmant (Thodore de Srannes). Il est autant ncessaire de souligner limportance du Chapitre XI dans Mademoiselle de Maupin Ce chapitre souvre sur un commentaire enflamm de DAlbert au sujet du thtre fantastique caractris par des improbabilits et un manque de ralisme. Daprs lui, cest un thtre fantastique, extravagant, impossibl e, o lhonnte public sifflerait impitoyablement ds la premire scne, faute dy comprendre un mot. [. .] Les personnages ne sont daucun temp s ni daucun pays; ils vont et viennent sans que lon sache pourquoi ni comm ent [. .] Tout se noue et se dnoue avec une insouciance admirable: le s effets nont point de cause, et les causes nont point deffet; [. .] Ce ple-mle et ce dsordre apparents se trouvent au bout du compte, rendre plus exactement la vie relle sous ses allures fantasques que le drame de murs le plus minutieusement tudi. Tout homme renferme en soi lhumanit entire, [. .] Dans ce thtre, crit pour les fes, et qui doi t tre jou au clair de lune, il est une pice qui me ravit principalement; Cest une pice si errante, si vagabonde, dont lintrigue est si vaporeuse et les caractres si singuliers que lauteur lui-mme, ne sachant quel titre lui donner, la appele Comme il vous plaira [. .] en lisant cette pice tra nge, on se sent transport dans un monde inconnu, dont on a pourtant quelque vague rminiscence; on ne sait plus si lon est mort ou vivant, si lon rve ou si lon veille. (242-47) Pour ainsi dire, il faut absol ument se dgager des rgles stri ctes du thtre classique. Thophile Gautier a dfinitivement t influenc par le Manifeste dans La Prface de Cromwell de Victor Hugo. DAlbert admire comment la fantaisie peut courir de tous

PAGE 82

82 cots et rejette par ce biais les strictes conventions du thtre classique. Gautier aurait dailleurs choisi de faire publier dans Le Monde Dramatique du 4 janvier 1836 le dbut du Chapitre XI o il est question du T htre fantastique Est-ce cette publication une concidence ou bien est-ce rvlateur de lattitude de lauteur? Gautier rve dun thtre nouveau, thr ou tout est refaire, du dcor jusqu' linterprtation: Les dcorations ne ressemblent aucune dcoration c onnue. Les personnages ont un air intemporel et universel ; les costumes sont tout fait extraordinaires; linterprtation traditionnel le disparat devant limprovisions spirituelle; les scnes se droulent de faon pot ique et visionnaire. (35) Le modle de ce thtre nouveau est figur dans Comme il vous plaira de Shakespeare jou par DAlbert (Orlando), Maupin (R osalinde) et Rosette (Phoeb) dans Mademoiselle de Maupin. Un parallle seffectue entre ces deux uvres refltant le dsir de Gautier de vouloir faire voir/sentir au lecteur la re lation proche entre son roman et le thtre fantastique. Les personnages des deux genres nexistent plus seulement par eux-mmes mais ils prennent leurs reliefs grce au jeu compliqu des doubles et du dguisement. Par exemple, tout e la pice de Victor Hugo, Ruy Blas repose sur des changements didentit et cest ce dgui sement de Ruy Blas qui permet au plan machiavlique de Don Sellaste de se raliser. L antithse existe ainsi lextrieur et lintrieur des personnages du drame et en eux ltre et le paratre sont en constante division. 3.1 Mademoiselle de Maupin Lanalyse s tructurale de Mademoiselle de Maupin signale plusieurs ddoublements. La premire partie retrace lhistoire, lvolution, et la/les mtamorphose(s) du chevalier DAlbert et la seconde celles de Madeleine de Maupin. A travers, Mlle de Maupin Gautier tudie la condition humaine. Le personnage de Mlle

PAGE 83

83 de Maupin est taill sur un modle historique qui vcut entre la fin du XVIIme et le dbut du XVIIIme sicle. Bisexuelle, elle shabillait en homme et sduisait des hommes et des femmes. Mlle de Maupin est un personnage ponyme du roman de Thophile Gautier. Cependan t, il faudra attendre jusquau chapitre V pour entendre parler accidentellement delle et finalement le chapitre X pour faire amplement sa connaissance en lui permettant de prendre la par ole sous sa vritable identit. Cest alors quelle commence raconter son aventure. Par ce biais, ce nest pas simplement sur le personnage fminin que Gautier dcide de centrer la majeure partie du roman mais aussi sur ltat dme et la vie libertine du personnage masculin, DAlbert. Mlle de Maupin possde deux centres et semble do nc comprendre deux romans en un : Le roman de DAlbert Le roman de Mlle de Maupin. Mlle de Maupin est non seulement le rcit du hros DAlbert, la recherche dune beaut idale qui lui permettrait de dissiper lennui profond quil ressent. Mais aussi celui de lhrone prnomme Madeleine. Ce tte protagoniste est la recherche dun homme diffrent de ceux quelle est accoutum e de voir dans les salons. C'est--dire un homme qui ne possde aucun mpris ou bruta lit lgard du genre fminin. Mlle de Maupin se lance dans sa qute dguise en homme et sous le nom de Thodore de Srannes. Dans les premiers chapitres, le lecteur apprend que DAlbert dcide de prendre pour matresse Rosette, une jeune et jolie cht elaine. Mais aprs quelques mois de bonheur exquis, DAlbert plonge de nouveau dans lennui. Pour distraire son amant, Rosette dcide dentreprendre un sjour dans son chteau isol de Paris et de la socit mondaine. Un ancien ami de Rosette et de son frre, Alcibiade, leur rend visite,

PAGE 84

84 celui-ci ntant autre que Maupin dguise en jeune chevalier. Le lecteur dcouvre dans le chapitre V, que Maupin/Thodor e connat bien Rosette, tant tombe passionnment amoureuse de ce lui-ci avant mme quelle soit devenue la matresse de DAlbert. Nous apprenons que certaines aventures prcdentes avaient permis Thodore de stre tir daffaire sans av oir d lever son masque. Rosette pour se consoler avait alors dcid de sombrer dans une vie de libertinage mais la vue de son ancien amour sa passion se renflamme. Cest alors que les deux principaux protagonistes, DAlbert et Thodore/Maupin se rencontrent pour la premire fois. Frapp par la beaut de celui quil croit de sexe masculin, DAlbert reconnat quil aime Thodore et quil a finalement rencontr lobjet de son plus profond dsir. DAlbert ne peut accepter ses tendances ho mosexuelles et essaie alors de se persuader que seule une femme dguise peut possder une telle beaut. Rosette dcide dinterprter la pice de thtre Comme il vous plaira de Shakespeare dans son chteau. Maupin/Thodore incarne Rosali nde le personnage fminin de la pice et DAlbert joue le personnage dOrlando. Cette occasion lu i permet de raffirmer son pressentiment vis--vis de Thodore. Il est alors c onvaincu que Thodore est bien une femme dguise en homme et dcide de lui envoyer une lettre dclarant sa passion. Maupin en fait son amant pour une nuit et le lendemain son rveil, elle se glisse dans la chambre de Rosette pour complter son expri ence sexuelle. Elle laisse son dpart, une lettre aux deux amants expliquant la raison de sa fuite car elle prfre garder un souvenir combl plutt que la dception dune relation use par le temps ainsi que la ncessit de devoir choisir entre lun ou lautre4. 4 Paralllisme avec Sraphita de Balzac.

PAGE 85

85 3.2 DAlbert: Les Multiples facettes du protagoniste masculin Dans cette section, je focalis e mon attention sur les diffrentes facettes identitaires du protagoniste ma sculin, DAlbert, ainsi que le rle des diffrentes mtamorphoses mentales et physiques effectues par le personnage travers le rcit. En premier lieu, je traite de son statut so cial dans le monde matrialiste de son poque, puis de sa perception identitaire vis--vis de lui-mme, c'est--dire le dsir narcissique quil possde dtre un Autre (-moi) aussi beau quun dieu et la rpercussion de cette obsession sur son propre psychisme. En suite, je discute du portrait quil dresse de la matresse digne de son idal fige sur une conception androgyne, ergo: Moi et Autre (combinaison de beaut chrtienne et Antique). La rencontre dans la seconde partie du texte avec la protagoniste5 travestie, Mlle de Maupin/ Thodore, le plonge dans un monde de rve, dillusion et de fantas me. Un monde o les songes deviennent ralit illusoire et o Maupin incarne lme sur tant ds ire malgr le trouble quelle lui inspire la croyant un homme. DAlbert j ouit dornavant de la certitude mystique de lexistence de lamour idal et fatal en dpit de son dsarroi. 3.2.1 DAlbert, Ecrivain-pote Ds les premires phrases de Mlle de Maupin le lecteur est plong au cur dun roman pistolaire. Lchange ent re les deux personnages DAlbert et Silvio, lami denfance du protagoniste, permet de constituer la ralit romanesque du rcit. Mais le 5 Dans le Thtre grec antique, le protagoniste es t lacteur principal de lintrigue qui engage le dialogue avec le churs. Alors peut-il exister plus dun protag oniste dans une uvre? Jai choisi dutiliser les termes le protagoniste et la protagoniste dans mon second chapitre en rfrence aux personnages masculins (DAlbert, Guy de Malivert et Romuald) ainsi quaux personnages fminins (Mlle de Maupin, Spirite et Clarimonde) car les deux jouent des rles spcifiques dans les trois rcits. Le protagoniste est le hros et surtout la focalisa tion narrative mais la protagoniste englobe non seulement le titre mais aussi elle est la cata lyse de lvolution narrative. A mes yeux, ces deux termes taient absolument ncessaire.

PAGE 86

86 lecteur va trs vite comprendre que DAlbert c rit pour assouvir son rle dcrivain en effectuant une parodie de ses propr es confessions. Celles-ci lui permettent travers un discours archtype de rvler au lecteur son rapport vis--vis du monde, de lart et de la littrature. DAlbert estime ai nsi pouvoir conter, sans rougir toutes les niaiseries qui traversent [sa] cervelle inoccupe et d tre extrmement vrai mme dans les choses petites et honteuses (63). Le hros se rvle un autoportraitiste grce ses lettres. Les lettres sadressent un audi teur muet, hors de lintrigue. Il a pour seul souci la transparence envers son ami donc par transgression envers le lecteur, mme si cela lexpose paratre un tre vain et narcissiste. DAlbert se dit aussi pote ayant publi un volume de posies (132). Il a crit dans sa vie quelques vers amoureux ou du moins qui avaient la prtention de passer pour tels (206). En effet les lettres quil envoie son ami comprennent de constantes rfrences aux lgies du romantisme par lartifice de plaintes sentimentales et de douces rveries. DAlber t trouve aussi ncessaire de les complter par une posie du plaisir et de la volupt, ce nest point, comme dans les pos ies rotiques faites depuis lre chrtienne, une me qui demande une autre me de laimer [] ce nest point un couple de colombes ouvrant les ailes en mme temps pour voler au mme nid. Cinthia, vous tes belle ; htez-vous. [] ces roses sentent bon aujourdhui, demain elles n auront lodeur de la mort et ne seront plus que des cadavres de roses. Respirons tes roses tant quelles ressemblent tes joues ; embrassons tes joues tant quelles ressemblent tes roses. (207) Je retrouve ici, linfluence de la posie baudelairienne o le macabre prend un caractre obsdant. Dans Une Charogne le pote se plait dcrire la chair en dcomposition et contraste la beaut dune femme celle dune pourriture. Et pourtant vous serez semblable cette ordure,

PAGE 87

87 A cette horrible infection Etoile de mes yeux, soleil de ma nature, Vous, mon ange et ma passion --( Les Fleurs du mal 55) Baudelaire comme DAlbert nvoque pas la vi e relle dans son panouissement mais au contraire comme une fatalit et une destruction. 3.2.2 DAlbert-Aristocrate en prise au mal de vivre DAlbert est un jeune homme fortun. Cest un aristocrate qui passe ses journes faire des armes, des belles-lettres, de cheval et quelques vis ites mondaines dans des salons notamment chez Mme de Thm ines o il rencontre Rosette pour la premire fois (89). La soci t, dans laquelle il vit, lennu ie profondment. Cette vie morne quil mne ne peut le satisfaire plei nement car il rve d amour passionnel et transcendantal. Lhypocrisie des salons et le jeu de la galanterie l exasprent. DAlbert dnonce la comdie des femmes le Janus f minin de corps de vierge et une me de fille de joie (92) et des hommes des co mdiens (102) et rv le ainsi lartifice, larbitraire et la sottise de cette socit liberti ne. Car tous ceux qui sont ici ne sont que des sots ainsi il pourfend le got du superficiel et le manque desprit des ridicules la mode soutenus par les dames influent es de lpoque (88). Rien dans le monde rel qui lentoure ne lattire et ne le rend heureux. Il touffe. Trs peu des traits physiques DAlbert sont formuls. Le lecteur prsume quil est beau mais seul son ge nous est directement communiqu il a vingt-deux ans (67). DAlbert ne dcrit pas son physi que au lecteur travers les lettres adresses son ami denfance, ce qui savre tout fait no rmal car ceux-ci se connaissent intimement

PAGE 88

88 depuis leur plus jeune ge. Plus loin dans le roman, par le biais dun autre personnage, le lecteur est renseign au sujet de son extr me pleur de mme que de lintensit de ses yeux noirs (60). Il est de mme rapport ce que les jaloux disent son propos dans les salons car daprs eux: Il shabille dune manire trop effmine, il a les cheveux boucls et lustrs et il por te des vtements aux toffes riches et brillantes lui donnant ainsi un air de damoiseau (101). DAlbert aime se vanter que les dames trouvent que [ses] cheveux s ont les plus beaux du monde, que [ses] recherches sont du meilleur got (101) Mme sans description spcifique du protagoniste masculin, la visualisation est remarquable, il incarne un petit marquis prcieux des romans du XVIIIme sicle. Le narrateur enrichit le personnage DAlber t dune autre facette. Le protagoniste qui pourrait sembler heureux, tant combl par la nature physiquement et financirement, souffre pourtant dun mal de vivre d une angoisse intrieure. Il semble que le hros de Mlle de Maupin est dune constitution psychique fragile et dpressive. Le sentiment dexister para t lui manquer. Des tats angoisss et une incapacit vivre marquent cet indivi du. Ce personnage possde autant de caractristiques propres aux hros romanti ques typiques tel Ren de Chateaubriand. En proie au malaise et une mlancol ie profonde, DAlbert ressent un ennui nonchalant accompagn de crises profondes de mal dtre qui le pousse parfois dextrmes comportements : dans la rue je descends, lair effar, [. .] les habits en dsordre, les cheveux mal peigns (63) DAlbert va au hasard des rues gesticulant et se heurtant aux passants qui se moquent de lui (63). Le protagoniste connat des moments dinsatisfac tion ainsi que des impulsions dirritation

PAGE 89

89 profondes crant chez lui un ardent malaise in trieur. Nous dcouvrons que la ralit ne lintresse pas, enfui dans celle-ci, il ne la voit pas, son il si subtil pour lidal est tout fait myope dans la ralit (98). A la recherc he de la femme idale, DAlbert se plonge dans des courses infernales dans le s rues. Il court dsesprment la poursuite d une aventure, une femme ou une fortune, quelque chose qui manque [sa] vie, et qu [il] cherche sans [s] en r endre compte (64). Il acte comme sil perdait la raison. DAlbert trouve malheureusem ent que cette intressante moiti du genre humain, ce quon est convenu dappeler le beau sexe, est diablement laid : Sur cent femmes il y en avait peine une de passable. Celle-ci avait de la moustache; celle-l avait le nez bleu; dautres avaient des taches rouges en place de sourcils [. .] La tte dune seconde tait charmante, mais elle pouvait se gratter loreille avec lpaule [. .] En gnral, que de fatigue sur ces figures! Comme elles sont fltries, tioles, uses ignoblement (78). Le hros ne peroit que le morcelle ment de la beaut idale travers toutes ces femmes appartenant la sphre du rel. Aucune femme vivanterelle nembrasse son idal esthtique. En revanche le protagoniste le trouve dans son imaginaire. Il veut quitter cette vie misr able qui lui pse car il touffe pour une autre vie. DAlbert est marqu par le besoin dai mer passionnment et se ul lme sur peut le dlivrer des chanes de la vacuit. Le protagoniste voque un amour idal quil croit pouvoir trouver dans lau-del, dans un unive rs de rve et de songes. Sa qute se tourne vers le Haut, le ciel. Oiseaux du ciel, prtez-moi chacun une pl ume [. .], afin que je men fasse une paire dailes pour voler haut et vite par des rgions inc onnues, [. .] o je puisse oublier que je suis moi, et vivr e dune vie trange et nouvelle [. .] dans limpalpable royaume o senvolent les divines crations des potes et les types de la suprm e beaut. Comment supporter les conversations ordinaires dans les cercle s des salons [. .] Quelles femmes

PAGE 90

90 ne semblent pas laides ct de vos Vnus, sculpteurs antiques, potes aux strophes de marbre? (34-40) Lorsquil rve de rencontrer cette femme idale, la situation passe pour si conventionnellement romanesqu e quelle apparat tre s uggre par ses lectures et chapper au cercle de la ralit. Il s imagine en chevalier galant dcouvrant une dame mlancoliquement appuye au balc on au fond dune grande alle de chtaigniers en fleurs et dor nes sculaires tout couverts de ramiers, de beaux arbres dun vert frais et sombres [. .] un cht eau de briques et de pierres comme du temps de Henri IV (74). La dame laisse alors to mber un gant du balcon et il sempresse de lui rapporter (75). Une autre fois, DAlbert simagine sauv er une magnifique amazone du danger qui ne peut en aucun cas refuser son cur un homme qui a expos sa vie pour elle (75). A mi chemin entre le chevalier galant de lAmour courtois et lamoureux romanesque, DAlber t se prend simaginer en un personnage de roman o le hros nhsite pas mettre sa vie en danger pour sauver son bel amour. Sa vie devient alors irrelle et s on dsir de trouver lincarnation de son rve de beaut parfaite impossible concrtiser dans la socit m ondaine. Cette vision de la femme idale la fentre prend une valeur mystique et pr monitoire lorsque Thodore/Maupin apparat la fentre du chteau dans le chapitre IX, une draperie de damas rouge grande fleur s, demi releve, tombait larges plis derrire lui et lui servait de fond. [. .] Un des angles lumineux que le soleil dessint sur le mur se vint projeter contre la fentre, et le tableau se dora dun ton chaud et trans parent faire envie la plus chatoyante du Giorgione. Cest alors que DAlbert se souvient de ce quil avait crit son ami denfance : Tu sais, lendroit de mon idal et de la manire dont je le devais assurment rencontrer : la belle dame du parc de Louis XIII, le chteau rouge et blanc, la grande terrasse, le s alles de vieux marronniers et lentrevue la fentre; je tai fait autrefois tout ce dt ail. [. .] Ce que je

PAGE 91

91 voyais tait la ralisation prcise de mon rve [. .] Thodore tait accoud mlancoliquement sur la ra mpe et paraissait, rver profondment (198-99). 3.2.3 DAlbert-Narcissique Ce culte que DAlbert voue autant que T hophile Gautier la beaut nest pas sans rpercussion sur son propre psych isme. Il aurait voulu tre : Aussi beau que Paris ou Apollon. Ntr e point difforme, avoir des traits peu prs rguliers, c'est--dire avoir le nez au milieu de la figure [. .] cela nest pas tre beau: A ce compte, je le serais, et je me trouve aussi loign de lide que je me forme de la beaut virile. (152) Le protagoniste est aussi svre envers son portrait physique quenvers les qualits son avis ncessaires pour dfinir la beaut idale fminine. Il se sait dlicat, raffin, soign tel un petit marquis mais indigne de s dieux antiques (77). DAlbert nous rvle quil dsire secrtement se sparer de son corps, jespre toujours quun printemps ou lautre je me dpouillerai de cette forme que jai, comme un serpent qui laisse sa vieille peau (152). Dailleurs, il jalouse un jeune homme qui avait vol la forme quil aurait d avoir (200). Le protagoniste ress ent un affreux sentiment denvie car il avait lair dtre le brouillon ratur et informe de la pense dont il (le jeune homme) tait la copie (200). DAlbert nest que lbauche du splendide adolescent qui possde toutes les perfections physiques et morales pour plaire aux femmes. De mme dans le chapitre XI, DAlbert ennuy dtre soi, se souhaite semblable Orlando, personnage de la pice de Shakespeare Comme il vous plaira. Ce dguisement dacteur et cette volont dchanger les rles gnrent un ddoublement, celui entre ltre rel et le type idal dsir. Cette ja lousie du modle de glaise qui se sche et se fendille obscurment dans un coin de late lier face lorgueilleuse statue de marbre [. .] qui se dresse firement sur son socle sculpt et attire lattention et les loges des

PAGE 92

92 visiteurs marque profondment le protagoniste jusquau point de vouloir dsirer le meurtre du double: Image de la perfection (200). Le fantasme du meurtre de ce double traduit un homme devis sur le plan motionnel et rvle le divorce dune me prise dabsolu face un corps limit dans ses possibilits. Ce double incarne un autre moi que DAlbert dsire tre. Il se regarde frquemment dans un miroir pour voir sil n est pas survenu quelques amliorations (152). Ce face face obsessionne l avec ce double rpond au besoin dune rassurance quotidienne de son identit en addition de son dsir de changement dapparence en un nouveau Moi dans une matire mallable. Mais lchec de la mtamorphose pousse le protagoniste dans un besoin de vengeance lgard de la fatalit: Quest-ce que cela faisait aux atomes qui me composent de se cristalliser de telle ou telle faon? [. .] et o tait la ncessit que je fusse ainsi et pas autrement. [. .] En vrit, si je tenais le hasard la gorge, je crois que je ltranglerais. (153) DAlbert ressent une profonde colre face linju stice de sa condition. Car ses yeux, il ny a rien de pire que de dsirer dtre beau et de se voir dpourvu de cette qualit, comment se fait-il que mon me, avec la rdent dsir quelle en a ne puisse laisser tomber plat la pauvre charogne quelle fait tenir debout, et aller animer une de ces statues (153). Gautier reprendra ce thm e de transmigration des mes dun corps lautre dans Avatar une uvre postrieure Mlle de Maupin o Octave de Saville change son corps avec celui dOlaf Labinski pour le redonner Balthazar Cherbonneau aprs son chec de transposition. Le thme du miroir possde une place importante dans la rpartition des multiples facettes du personnage de DAlbert. Le phnom ne du miroir joue sur leffet du mme

PAGE 93

93 tout en nexcluant pas la dissemblance. Da ns son Moi-miroit, DAlbert trouve le Moiexistant ainsi que le Moi-dsir. Le miro ir est donc lincarnation mtamorphique dun mme et laddition dun autre. Ce nouveau Moi incarne lunit et la multiplicit tout la fois. Malheureusement en se regardant dans le miroir, DAlbert se rend compte que les diffrences entre cet autre moi projet, meilleur et surtout plus beau, sont plus grandes que les ressemblances. La dsillusion lui est insoutenable et cest ainsi quil se prend seulement aimer la projection de lui-mme et renonce son propre Moi qui nincarne malheureusement pas cette perfection physi que tant voulue. A loppos du mythe de Narcisse, DAlbert ne saime pas et se rve autre. Il souhaite que lun des nombreux anges qui peuplent les tabl eaux de Raphal, viennent lui abandonner son masque pour trente ans (153). Au pl an esthtique, il se veut au tre et tout son drame est de rester lui-mme sans jamais voir damlio ration. Cette nouvelle image de lui-mme projete par le miroir fait natre en lui un ddoublement m ental. Il devient ainsi Narcisse et Pygmalion car il se tourne de lui-mme que pour sy retrouver dans une cration qui est lui-mme .6 DAlbert sincarne dans Narc isse car pour la premire fois, il vit une relation du soi soi. Il aime ce quil dsire tre, c'est--dire la projection quil effectue dans un autre tre plus beau te l le jeune et splendide adolescent qui possde toutes les perfections physiques et morales pour plaire aux femmes (200). Daprs Bachelard dans La Potique de la rverie7: Notre moi rveur est un moi projet : lombre, le double de notre tre, connat en nos rveries la psychologie des profondeurs. Et cest ainsi que ltre projet-car notre moi rveur est un tre projet -est double comme 6 Jean-Louis Morel, Ambigut et Renversement-Thophile Gautier et le roman (New Jersey: Rutgers UP, 1974) 131. 7 Gaston Bachelard, La Potique de la rverie (Paris: PUF, 1960) 69.

PAGE 94

94 nous mme. [. .] Nous voici aux n uds de tous les paradoxes: Le double est le double dun autre double Ce besoin de ddoublement linfini cre pourtant un manque chez DAlbert. La constante rptition dune projection dans un autre naboutit qu une insatisfaction de son Moi. Ce continuel manque devient de plus en plus impossible combler et rsulte dans un regret profond et pour DAl bert un impossible Autre Pour rduire lcart qui existe entre le rel (son vrai Moi), et le rve (le Moi dsir), DAlbert va devoir passer laction non seulem ent en se projetant travers une autre image mais surtout en crant L Autre de la mme mani re quun sculpteur conoit une statue. Le protagoniste te l Pygmalion, voit dans Mlle de Maupin lobjet de sa cration et de sa fascination. Thodore devient la crati on mentale que DAlbert aurait tant voulu tre. Maupin au fminin reprsente non seulement lessence suprme de la beaut et de la supriorit aux yeux de D Albert mais son travestissement en homme (dont nous discuterons plus loin dans notre analyse) permet au protagoniste deffectuer un dplacement en superposant la personne de Maupin, son Moi surrel idalis. Il na plus besoin de miroir pour se regarder et sadmirer car limage reflte par Maupin personnifie le parfait objet imaginaire de dsir. DAlbert/Thodore-Maupin incarne LHermaphrodite c'est--dire: Ces deux corps tous deux parfaits, harmonieusement fondus ensemble, que ces deux beauts si gales et si diffrentes qui nen forment plus quune suprieure toutes deux, parce quelles se temprent et se font valoir rciproquement (212) Lenveloppe corporelle de Maupin asso cie sa propre image mentale lui permettent de trouver son unit primitive (unit androgyne or iginelle) dans lamour et de sidentifier avec ce double privilgi qui in carne par la mme la perfection fminine.

PAGE 95

95 A partir de la rencontre de Thodore et de DA lbert dans les deux derniers chapitres, un jeu intense de reflet sest mis en place dans le texte. La description physique du protagoniste fminin dguis en homme ressem ble assez celle de DAlbert. De mme que celui-ci les yeux noirs et les cheveux boucls et lustrs (190), Thodore/Maupin possde une paire dyeux les plus beaux et les plus noirs du monde ainsi que des cheveux bruns et lust rs sur son cou en grosses boucles Auparavant, DAlbert rvait de rencontrer la matresse idale dans une situation romanesque o sa belle serait accoude au balcon dun chteau de briques et de pierres comme au temps de Henri IV (74-75) Mais voila quironiquement dans le chapitre VI, cette rencontre seffectue lin verse. Cest en descendant de son cheval dans le jardin du chteau de Rosette que T hodore aperoit pour la premire fois accoud au balcon DAlbert. Le jeune chevalier est donc vu par Thodore dans la disposition dans laquelle celu i-ci dsirait rencontrer et s auver sa matresse. DAlbert semble tre ce moment prcis rsign la passivit et au rve. Cest prcisment par le renversement de situation mise en jeu dans la seconde partie du rcit que sentame lhistoire de Mademoiselle de Maupi n. Ce double irrel de Mademoiselle de Maupin projette DAlbert dans une nouvelle av enture amoureuse qui le fait basculer dans le monde du fantasme et de limaginaire. 3.3 La Beaut idale selon DAlbert? 3.3.1 La Matresse idale-irrelle Malgr son idalisme, DAlbert nignore rien de la volupt Comme il le prcise, il nest plus vierge car on ne lest plus cet ge l (67). Il a connu des prostitus autant que quelques femmes honntes Le protagoniste masculin se dfinit luimme en tant que connaisseur (67). Ma lgr ses moments de crise, il se voue

PAGE 96

96 pourtant au culte de la beaut absolue et ne contemplera jamais le suicide comme Ren, le hros romantique par excelle nce, pour svader du monde matriel. DAlbert rve dune matresse digne de son idal et qui deviendrait lidole futur de son me Il attend que le ciel sou vre et quil en descende un ange, [. .] quune vierge de Raphal se dtache de sa toile et vienne [l] embrasser (65). Cest-a-dire une femme qui nappartient pas au monde des vivants. Cet idoltre de la beaut physique et non morale considre la femme la manire antique comme une belle esclave destine [ses] plaisirs une femme fige dans le pass (205). Il nenvisage jamais la femme autrement que par ses caractristiques physiques et la dfinit en tant que possession matrielle, ces t--dire en femme-o bjet et non sujet. Dans la premire lettre du roman adress son ami denfance, DAlbert dresse le portrait physique de la femme idale. A ce niveau du roman, sa description ne semble pas encore tre celle dun connaisseur raffin en la matire mais plutt celle dun jeune tudiant esthte en qute, nayant pas encore t blouie pas la rvlation de cette vision: Elle a vingt-six ans, pas plus, ni moins non plus. Elle nest plus ignorante, et nest pas encore blase. [. .] Elle est dune taille moyenne. Je naime pas une gante ni une naine [. .] Quand son embonpoint, elle est plutt grasse que maigre. [. .] Sa chair dure et ferme comme la pulpe dune pche un peu verte [. .] Elle est blonde avec des cheveux noirs, blanche comme une blonde, color comme une brune [. .] La lvre infrieure un peu large, la prunelle nageant dans un flot dhumide radical, la gorge ronde et petite, [. .] les poignets minces, les mains longues et poteles, la dmarche onduleuse comme une couleuvre debout sur sa queue, les hanches toffes et mouvant es, lpaule large, le derrire du cou couvert de duvet; un caractre de beaut fin et ferme la fois, lgant et vivace, potique et rel. (72) Les adjectifs utiliss pas DAlbert sont simp les et rien dans cette description nest dlogieux ni denivra nt. Ce portrait ne livre aucune motion o vibrations intimes

PAGE 97

97 transcrivant ltat dme du soi-disant pote DAlbert se vante dtre un esthte et de pouvoir prner la beaut mais dans ce pass age ses vers sont banals et auraient pu avoir t crits par nimporte qui. Sera it-ce parce que DAlber t na pas encore connu lamour idal pour pouvoir lvoquer? Malgr le fait que Rosette possde certaines de ces qualits, cette jeune femme nobtiendra jamais le statut de Matresse selon la dfini tion de DAlbert. Il est clair que ce nest pas la femme que je veux, cest une femme, une matresse car une matresse [. .] cest la robe virile pour un jeune dit-il son ami (68). DAlbert fait une importante distinction entre le s pronoms la et une car daprs lui la femme reprsente la femme relle telle Rosette une femme libertine, dbauche aux yeux du monde, qui a eu dix amants (168) et Une femme Une matresse incarne la beaut idale, le diamant [. .] mont et enchss dor unique et rare avec laquelle lunion des mes est possible (74). Pourt ant le temps dune promenade cheval dans la foret un courant est pass entre DAlbert et Rosette. Un seul instant lors dun baiser questre les deux mes ont communi (116). Ds le dbut de la description, le rcit bascule dans un monde fantastique avec de nombreuses rfrences au merveilleux. Nous tions sortis tous les deux cheval, moi sur mon Ferragus, elle sur une jument couleur neige qui a lair dune licorne, [. .] le soleil descendait [. .] tide et blond [. .] de grandes lignes dun bleu pale jonchaient les bord de lhorizon et se c hangeaient en un vert pomme extrmement tendre, lorsquelles se rencontraient avec les tons orang du couchant [. .] La brise nous apportait je ne sais quelle odeur de fleurs sauvages [. .] De temps en temps un oiseau partait devant nous [. .] en chantant. La cloche dun village que lon ne voyait pas sonnait doucement lAnglus, et les sons argentins, avaient une douceur infi nie. [. .] Je navais jamais t si heureux. (114)

PAGE 98

98 Le ferique se retrouve dans la description de la jument qui ressemble une licorne et est pure comme de la neige. Le paysage tr anscrit une atmosphre surnaturelle et envotante par des diffrents sens, la couleu r: blanc, bleu, blond, tons orang du couchant ; le toucher: neige, tide, douceur infinie; le son: loiseau, la cloche, lAnglus, et les sons argentins ; lodeur: la brise, odeur de fleurs sauvages Ce moment privilgi offert par la nature les pousse sunir dans un baiser dAnge grce auquel le cur DAlbert se dilatait, (n)os bouches se prirent; quel chaste et dlicieux baiser! [. .] Moi-mme je faiblissais et jtais prs de mv anouir. Ah! Je tassure que dans ce moment-l je ne songeais gure si jtais moi ou un autre. [. .] Quoi quil en soit ; je me sentais rellement un autre. Lme de Rosette tait rentre tout entire dans mon corp s. Mon me mavait quitt et remplissait son cur comme son me elle remplissa it le mien. Sans doute, elles staient rencontres au passage dans ce long baiser questre, [. .] et staient traverses et confondues au ssi intimement que le peuvent faire les mes de deux cratures mortelles. [. .] Les anges doivent assurment sembrasser ainsi, et le vrai paradi s nest pas au ciel, mais sur la bouche dune personne aime. (115-17) La comparaison de ce baiser avec celui des anges confre au baiser questre DAlbert et de Rosette une dimension surnaturelle et mimique, quelques annes plus tard, celui de Spirite et de Guy de Malivert. Le je ne sais quoi de cet instant change un phnomne banal en un vnement unique. Mais ce baiser ne dure pourtant quun bref instant et le retour la ralit est dsil lusoire. Le charme a t rompu lharmonie ntait plus en nous, [. .] Le beau, le sublime, le divin, le seul vrai baiser que jaie donn et reu en ma vie tait envol a tout jamais et lincommunicabilit demeure entre ces deux tres (117). LAvatar a chou encore une fois pour DAlbert. Pour revenir la distinction queffectue DAlbert sur la femme que je veux, cest une femme, une matresse si Rosette ne la r eproduit pas, Rosalinde, c'est--dire Thodore sous le masque de comdienne ( double travestissement ; femme-homme-

PAGE 99

99 femme), reprsente cette incarnation de la beaut suprieure idal. Ses descriptions physiques marquent un contraste extrme avec les autres femmes des salons qui entouraient le protagoniste au dbut du rcit. Il atteint le paradis lorsquil se prend simaginer que son rve sest finalement ralis dans la figure de Ro salinde. Lattention de lamant se porte sur sa forme, ses c ouleurs, son parfum, sa luminosit, sa dmarche, son souffle et nous rappelle ainsi lune de ses premires incantations sur la beaut idale: Potes, peintres, sculpteurs, musici ens, pourquoi nous avez-vous menti? Potes, pourquoi nous avez-vous racont vos rves? Peintres, pourquoi avez-vous fix sur la toile ce fantme insaisissable qui montait et descendait de votre cur votre tte [. .] Sculpteurs, pourquoi avez-vous tir le marbre des profondeurs de Carrare pour lui faire exprimer ternellement, et aux yeux de tous, votre plus secret et plus fugitif dsir? Musiciens, pourquoi avez-vous cout, pendant la nuit, le chant des toiles et des fleurs? (85) Lidal est devenu ralit aux ye ux DAlbert et les simples mots ne suffisent plus pour noncer la beaut de Rosalinde/Thodore. La composition de sa beaut personnifie demande alors aux potes, peintre s, sculpteurs, musiciens: Des contours encore plus arrondis, des formes plus thres, des grce plus divines, des recherches plus ex quises, vous les aviez pris de donner le souffle et la parole votre fantme, tout leur amour, toute leur rverie, toute leur joie et leur tristesse, leur mlancolie et leur morbidesse, tous leurs souvenirs et toutes leurs espr ances, leur science et leur passion, leur esprit et leur cur, vous leur avez pris tout cela, et vous avez ajout, pour mettre le comble limpossible, votre passion vous, votre esprit vous, votre rve vous et votre pense. LEtoile a prt son rayon, la fleur son parfum, la palette sa couleur, le pote son harmonie, le marbre sa forme, vous votre dsir. (83) DAlbert est ivre de beaut car dornavant le fantme ador et va inement poursuivi, tait l, devant (ses) yeux, vivant, palpable, non plus dans le demi-jour et la vapeur, mais inond des flots dune blanche lumire (137). Rosalinde personnifie le fantasme du protagoniste. Elle incarne son autre -moi, lautre moiti perdue de landrogyne

PAGE 100

100 primitif de lge dor, mais dune faon pl us complexe car Maupin nest-elle pas ddouble elle-mme? Thophile Gautier dcide au chapitre IX d approfondir la dfinition de la perception de la beaut idale de la femme en opposant la conception de la beaut chrtienne la beaut antique; une conception double. DAlbert effectue un parallle entre la reprsentation de la Vierge Marie dans des t ableaux sacrs et celle de la Vnus Anadyomne (203). A traver s la description de la Vier ge Marie, DAlbert blasphme lesthtique chrtienne mais ne fait auc une rfrence ses sentiments personnels religieux. Son horreur se tr ouve dans laccentuation de la martyrisation de cette beaut. Car elle nappartient pas la sphre terre stre mais plutt un monde transcendantal impossible atteindre mme par les potes seul les anges y succdent. DAlbert dsire une femme dune beaut suprieure qui sloigne de toute ressemblance terrestre et surtout de la banalit mais pour laquelle un espoir de possession existe tout de mme. Pour la Vierge Marie seul Dieu et les anges peuvent vivre ce rapprochement: Marie, malgr lair humble quelle affecte, est beaucoup trop fire pour moi; [. .] Ses yeux sont les pl us beaux du monde, mais ils sont toujours tourns vers le ciel, ou baisss ; jamais ils ne regardent en face, [. .] jamais ils nont servi de miroir une forme humaine. [. .] Je suis jaloux de ces grands anges phtes avec des chevelures et des robes flottantes qui sempressent si amoureusement dans ses a ssomptions [. .] si jtais Dieu, je me garderais de donner de tels anges ma matresse. (204) Le protagoniste dnonce linnocence et la pudeur de la Vierge Marie qui prfre se cacher dans son linceul de puret plut t que la Vnus qui aborde le monde (204). Il contraste la virginit maladive, mystique et mlancolique du monde chrtien au monde antique o be aut, amour, et plaisir constituent une socit vigoureuse et bien portante (205). Son amre condamnation de lancien monde qui

PAGE 101

101 prfre idoltrer des maig res anachortes vtus de lambeaux trous, des martyrs tout sanglants et les paules lacrs plutt que des dieux si beaux et si charmants [. .] Beaux jeune gens aux membres frotts dhuile [. .] jeunes fille s de Sparte qui dansez la bibase, et qui courez nues correspond la conception esthtique que DAlbert se fait de la beaut (204). Le got du hros est inluctablement influenc par lart antique, (j)adore sur toutes les choses la beaut de la forme, jaime les riches brocarts, les splendides toffes avec leurs plis amples et puissants; Jaime [. .] des belles armes, les chevaux de race et ces grands chiens blancs comme on voit dans les tableaux de Paul Vronse. Je suis un vrai paen [. .] et je nadore point les dieux qui sont mal fa its [. .] je conois parfaitement le fol enthousiasme des Grecs pour la bea ut (151). Le lecteur peroit facilement tout ce que le discours du protagoniste doit La Prface de Mlle de Maupin de Gautier. Les pages 149 151 du roman autant que La Prface dfinissent lidal classique de la beaut grecque cultiv par lcrivain.Toutes les deux semblent avoir pris une valeur de Manifeste8. 8 La Prface constitue non seulement le pamphlet crit cont re le journalisme littraire mais surtout par rapport notre analyse, il tablit le principe de la doct rine de lArt pour lArt. Thophile Gautier ne lutte pas pour une littrature servant une idologie ou une cause sociale. Lutilitarisme reste ses yeux, le dtournement de la fonction de lart et sa notion de ce lle-ci se rvle dramatiquement oppose la notion sartrienne qui croit fermement limportance de lengagement littraire. Pour Thophile Gautier, Il ny a de vraiment beau que ce qui peut ne servir rien ; tout ce qui est utile est laid. --Moi, nen dplaise ces messieurs, je suis de ceux pour qui le superflu est le ncessaire, [. .] et jaime mieux les choses et les gens en raison inverse des services quils me rendent. (23-24) Ce ddain de toute utilit en faveur du superflu et ce re fus de soumettre lart des rgles diffrentes la beaut est aussi cultiv par les Parnassiens qui cr oyaient ardemment dans lamour de la forme. Ce groupe dont Gautier est le matre daprs Baudelaire, revendique un art totalement libre des rgles et de la morale et dnonce avec vigueur lemprisonnement de la posie dans des strictes conventions imposes par les anciens. Gautier, lui, embrasse une vritable profession de foi esthtique car la jouissance [lui] parait le but de la vie, et la seule chose utile au monde (46) Cest ainsi que La Prface donne le rythme et dfinit ltat desprit du roman. Le danger pourtant est que mme sil faut tenir compte des chos, il est ncessaire dtablir une sparation entre les deux pour ne pas identifier lauteur de la Prface avec les personnages de Mlle de Maupin. Gautier lui-mme dnonce cette procdure : Il est absurde de dire quun homme est un ivrogne parce qu il dcrit une orgie, un dbauche parce quil raconte une dbauche que de prtendre quun homme est vertueux parce quil a fait un livre de morale [. .] Cest le personnage qui parle non lauteur (40)

PAGE 102

102 3.3.2 Mtamorphose: Crise identitaire DAlbert La rencontre avec le double, Maupin/Theo dore, perturbe DAlbert et le plong e dans un profond dsarroi, Je ne sais plus qui je suis ni ce que sont les autres, je doute si je suis un homme ou une femme, jai horreur de moi-mme (195). Il en est venu mme douter de sa propre identit car le sujet Maupin a t un objet dincertitude ds la premire rencontre. Jusquau chapitre X, un quiproquo est entretenu quant la vraie nature du vrit able sexe de Thodore/Maupin. Dans une longue lettre adresse son ami denfance, DAlbert exprime ses sentiments envers son nouvel amour. Il procde par une long ue digression, ne voulant pas dcevoir Silvio, tant tomb daprs lui dans une corruption monstrueuse (195). DAlbert ressent un amour coupable vis--vis du pr otagoniste fminin sous des accents raciniens. La honte domine ce chapitre car un tel aveu ne peut tre dvoil son ami sans lui coter cher: Tu mas plaint de ne pas aimer, Plains-moi maintenant daimer et surtout daimer qui jaime Le nom de la personne ai me nest pas divulgu mais en accentuant le qui jaime lintrt du le cteur est stimul. Cest seulement la dernire ligne de la lettre, que DAlbert annonce avec hsitation, qui (toujours sans dvoiler le nom mais seulement le genre sexu el) fait lobjet de son amour passionnel: Laffreuse vritSilvio, jai meOh! Non, je ne pourrai ja mais te le direJaime un homme! (195). Cette bouleversante dc ouverte plonge DAlbert dans une affreuse effervescence car son dsir pour Thodore/ Maupin loblige scarter de la norme conventionnelle attache lidentit htrosexuell e. Le genre et lide ntit sexuelle sont les produits spcifiques dun contexte cultur el et social et en y renonant, DAlbert transgresse alors les valeurs sociales, estht iques et religieuses apprises et acceptes ds son plus jeune ge.

PAGE 103

103 Cette transgression mtamorphose DAlber t. Il se livre une tude intrieure approfondie de ses sentiments, jai fouill mon me dans tous les sens avec cette sret que donne lhabitude dtudier sur soi-mme mais voila que le rsultat de cette analyse le bouleverse plus que tout autre c hose car il ralise que la chose nest que trop certaine, jaime ce jeune homme, non d amiti, mais damour; Oui, damour (197). Dornavant le protagoniste masculin conoi t sa cration en tant que relle et potique car elle appartient non seulement au domaine de la vie mais aussi celui de lart. Le type de beaut laquelle il rvait, dit-il: Je lai rencontrjai trouv le corps de mon fantme (191) et il voudrait le chant er, et le peindre, le sculpter et lcrire, en tre aim comme je laime; je voudrais ce qui ne se peut pas et ce qui ne se pourra jamais (192). Son regard autrefois dappr enti esthte vis--vis de la beaut, sest transform en un regard de sculpteur (203 ). Le jeune DAlbert sest mu en un connaisseur esthte la vue de la beaut imma trielle, si aile, et si vaporeuse du jeune Thodore (203). Par une description dtaille de cette beaut, DAlbert apporte la matire des caractristiques dordre spirituel notamment prcisment dans celle compose la page 198 o Thodor e/Maupin fait amplement env ie la toile la plus chatoyante du Giorgione (198). Le son de sa voix si argentin et si clai r [. .] magite d une manire trange; mon me se suspend ses lvres, comme une abeille a une fleur, pour y boire le miel de ses paroles [. .] Quil tait beau, et que sa tte brune et pale ressortait merveilleusement [] Deux grosses touffes de cheveux, noires, lustres, pareilles aux grappes de raisin de lErigone antique [. .] Son cou rond et potel tait entirement nu [. .] Avec ces longs cheveux que la brise remuait doucement, ce cou de marbre [. .] ces belles mains sortant de leurs manchettes comme les pistils dune fleur du milieu de leurs ptales. (198-99)

PAGE 104

104 Ce tableau pittoresque semble tre une t entative de la part de Gautier de mettre en pratique dans ce roman la thorie de lArt pour lArt. Ce portrait l ogieux transmet la conception harmonieuse que DAl bert se fait de la matresse digne de son idal. Pour le protagoniste lharmonie cest la vie et dans lachvement et la perfection corporelle de la femme, il trouve lamour et lidalisation (150). La maitresse devient concrte. Ce que DAlbert voit dans Thodore, est finalement la ralisation prcise dun rve du pote esthte et cependant cette beaut est matrialise dans un modle masculin concret mais irrel (199). Pourtant en mme temps que DAlbert compare Thodore Antinos, lami dAdrien; Alexis, lami de Virgile le protagoniste ne peut sempcher de croire que cette beaut excessive, mme pour une fe mme, nest pas la beaut dun homme (199). A demi convaincu, DAlbert veut croire une autre vrit pour surmonter lhorreur quil ressent face cette passion, je ne suis pas aussi monstre que je le croyais (199). Son instinct ne peut le tr omper et il sait reconnatre mme sous un parfait travestissement les traits dune fe mme: il faut que Thodore soit une femme dguise; la chose est impossible autrement. [. .] Cest une femme, parbleu et je suis bien fou de mtre ainsi tourment. De la so rte tout sexplique le plus naturellement du monde (199). Ainsi son honneur serait retrouv et le bonheur la ttendrait au tournant nayant plus que comme dfi, de faire tomber cette femme amoureuse de lui. Tout dans les gots et les prfrence s DAlbert le prparait sprendre dun personnage dont lapparence brouillai t lopposition du masculin et fminin. Un seul tre possdant une telle beaut incarne cet idal: Une des chimres les plus caresses de lantiquit idoltre c'est--dire lherma phrodite (212). Ce type de beaut tant dsir

PAGE 105

105 et recherch par le hros et finalement trouv dans Thodore/Maupin reste une nigme non seulement pour DAlbert mais au ssi pour le lecteur. Le personnage Thodore/Maupin apparat mystrieux surtout que le narrateur samuse laisser planer un constant doute sur son identit. La se conde partie de mon analyse se livrera essayer de lever le masque du comdien/comdienne de celui-ci/celle-ci pour affiler lidentit de ce personnage ambigu. 3.4 Mademoiselle de Maupin: Les Mu ltiples facettes du pr otagoniste f minin Le roman qui navait jusqualors avanc qu au rythme des tats dme de DAlbert commence les aventures dun nouvel protag oniste au chapitre X. Lnergie de Maupin et la nouvelle forme de vie quelle choisi t, transforme le roman en roman daventures avec une atmosphre de cape et dpe. Maupin quitte son milieu de jeune fille pour se transformer en un jeune cavalier. Le thme du travestissement donne alors lhistoire sa complexit de forme et soulve galem ent la problmatique de lidentification sexuelle face au dsir amoureux. Dans les derniers chapitres de luvre, Maupin subit des expriences transformationnelles traver s lesquelles certaines normes et murs sociales sont remises en question. Elle brise les murs dune prison corporelle, spirituelle, et temporelle. Par le biais de son dguisement, Maupin rompt les correspondances existantes entre son animu s et son ancienne identit. Maupin, la femme, se libre de son essence sexuelle et sociale mais aussi de son temps Nathalie David Wall crit ainsi au sujet des femmes dans les uvres de Gautier: his idal of beauty requires immobility and time lessness. Therefore his women are all either statues or dead (556) Mais Mademoiselle de Maupin nest ni une statue, ni morte ni mme femme La Madelei ne femme est morte ou perdue dans le temps. Elle est reste avec ses habits fmi nins dans les tiroirs de son armoire dans sa

PAGE 106

106 chambre de jeune fille. Gaut ier change le standard de beaut et le renouvelle par un nouvel tre androgyne: Madel eine/Thodore. Maupin subit travers le roman un processus de thse (jeune fille) dantithse (jeune cavalier) et finalement sa dernire tape de synthse (tre androgyne). 3.4.1 Une Esquisse de Maupin La premire lettre du chapitre X de Madel eine de Maupin son amie denfance Graciosa, rvle que c ontrairement celle-c i, Maupin avait toujours voulu tudier lhomme fond, lanatomiser fibr e par fibre avec un scalpel inex orable et le tenir tout vif et tout palpitant sur ma table de dissecti on plutt que rvasser un amour romantique et pouser le premier amant venu (221). Elle est curieuse de ce que les hommes se disent entre eux au sujet des femmes. La protagoniste croit fermement que les jeunes comme les vieux [. .] paraissaie nt avoir adopt uniformment un masque de convention, des sentiments de conventions et un parler de convention lorsquils taient devant les femmes (218). Maupin est c onsciente du gap qui existe entre le monde masculin et le monde fminin et les rapports que la socit imposent aux deux sexes. Ils se livrent une comdie galante o lhomme doit paratre passionn hroque et triomphant alors que la femme nest autre quun objet de salon dont on dcide du sort (218). Une poupe automatis e dont l affaire principale est de se tenir bien droite, bien corse, bien bus que, lil convenablement baiss, et de surpasser en immobilit et en roideur les mannequins (222). M adeleine manifeste de la colre et un profond dgot face cette condi tion de soumise et surtout face cette vie qui nest pas une vie [mais] une espce de vgtation comme celle de la mousse (222). Daprs la description faite de la femme par la protagoniste, il semble quelle [la Femme ou plutt le jeune fille] a t rduite un rle bien spcifique. Tout

PAGE 107

107 au long de la lettre Graciosa, Maupin mar que une distinction foncire entre les jeunes filles les femmes maries et les mres (217). Les hommes ne sadressent pas aux jeunes filles de la m me faon quaux femmes maries car ils (hommes et femmes maris) possdent une co rruption semblable. C'est--dire une connaissance de la vie aprs le mariage pl us approfondie et moins virginale/pure. Maupin crit dans sa lettre, quelle a touj ours senti entre eux un lment commun qui nexistait pas entre nous [Les jeunes filles et les hommes] (218). Mme si toutes les femmes possdent une caractristique gale, car elles nont lu que le roman de lhomme et jamais son histoire les jeunes f illes sont celles qui doivent tre leurres et doivent tomber dans les griffes masculines ( 321). Aucun lien intellectuel ou motionnel nexiste entre les deux sexes. Ils appartienn ent plutt deux mondes spars vivants paralllement pour seulement se rencontrer lors de lunion matrimoniale. Le seul but de la jeune fille est dtre docile, nave et surtout idiote de ne pas prendre la parole de ne pas se mler la conver sation autrement que si lon [les] interroge (222). A labtissement de lesprit sajoute lemprisonnement du corp s, celui-ci tant une autre sorte de contrle plus physique quintellectuel. 3.4.2 Le Travestissement mena nt au ddoublement ph ysique Lide de travestissement simpose donc la jeune rengate qui dcide dabandonner sa vie larvaire et muette pour revtir les vtements masculins, enfin de dcouvrir se qui se cache sous ces habits. La mort de son unique parent la libre de toute obligation mondaine et cest ainsi quelle dcide de tirer lpe et le pistolet se battre en duel presque tous les jours (340). Mais surtout de finaliser sa mtamorphose en se transformant en Thodore de Srannes et personne ne devait plus [l] appeler de ce doux nom de M adeleine (223). A pa rtir de cet instant

PAGE 108

108 Maupin renie son pass de jeune fille pour renatre en un personnage masculin rinvent. La mtamorphose de la femme en un homme est instantane et irrversible car la jeune fille tait morte (223). Cet apprentissage physique du rle de lhomme ne constitue pourtant pas encore la russite totale de sa mtamorphose. Sous les vtements masculins, Maupin est encore fe mme. Lors de sa premire aventure, Maupin rencontre dans une auberge, des jeunes cavaliers dont un en particulier, Alcibiade. Le soir mme couche prs de cet homme sous son dguisement, Maupin passe la nuit sentir un dsir irrpre ssible de la chair et son corps ne partageait pas la rpugnance de son esprit autant quelle aurait voul u (236). Spare entre la volont de se donner cet homme en tant que femme et le dsir de conserver sa nouvelle apparence, la protagoni ste ne russit pas fermer lil de la nuit (237). Au matin, Maupin a vaincu ses dmons et la victoire de la nuit prcdente c'est--dire de sa prsente mtamorphose sur sa vi e passe de jeune femme lui permet de continuer sa qute. Par le travestissemen t, la protagoniste se dissocie de son paratre et cre un espace intrieur dans lequel elle d couvre quelle va pouvoir agir directement petit petit travers les mult iples expriences qui lattendent. 3.4.3 La Deuxime phase dune mtamorphose menant au ddoublement mental La deuxime lettre Graciosa continue de raconter lodysse picaresque de Maupin et comment Alcibiade la entrane dans le chteau de sa sur Rosette, une jeune chtelaine libertine (281) Ds son arrive au cht eau Maupin/Thodore pour avoir parfaitement lair dun ho mme et [se] divertir un peu ne trouve rien de mieux faire que de faire la cour la sur de son am i (291). Notre picara courtise si bien la jeune femme, en faisant des mines qu [elle ] avait vu faire aux amoureux quelle russit veiller le dsir et lamour de la jeune veuve (291). Si jusqualors, Maupin a

PAGE 109

109 toujours clairement formul les raisons prcises de son dguisement tudier les hommes dans cette nouvelle lettre, elle r vle au lecteur et son amie une autre dimension de son personnage. Elle se pique courtiser Ro sette et se trouve entrane dans le jeu de la sduction. Maupin/Thodor e crit dans sa lettre je regrettais quelques fois de ntre pas vritablement un homme pour mieux en prof iter; si je lavais t, il naurait tenu qu moi, car notre c harmante veuve semblait avoir parfaitement oubli le dfunt, ou, si elle sen souvenait, elle eut t volontiers infidle sa mmoire (291). Il semble qu la mtamorphose physique prcdent e de la jeune protagoniste sajoute une mtamorphose identitaire plus profonde relevant des sentiments et du dsir. Maupin est inconsciemment trans figure et mtamorphose et ainsi nat un personnage qui incarne cette union divine ou le masculin et le fminin sentrelacent: LEtre androgyne. Il existe deux visions diffrentes de landrogyne gautiriste. La premire reprsente lunion absolue entre deux personnages qui forment ensuite une unit bisexue ( Spirite) et la seconde qui personnifie ce quon peut appeler landrogyne individuel, un tat dans lequel lindividu possde des caractristiques inhrentes des deux sexes (Maupin). Prs de Rosette, Maupin/Thodore dcouvre de nouvelles sensations. Nous apprenons par le biais de ses lettres quelle a toujours prouv de lamiti profonde pour les autres femmes. Notamment enver s son amie Graciosa laquelle Maupin rappelle: Tu le sais trs bien que mon amit i a tous les caractres dune passion; elle est subite, ardente, vive exclusive, elle a de lamour jusqu' la jalousie, et javais pour Rosette une amiti presque pare ille celle que javais pour to i (296). Mais voil que ce presque transmet de la part de Maup in que mme si elle ne veut pas se

PAGE 110

110 convaincre de la relle signification de ses sentiments envers Rosette, la protagoniste nest pourtant pas compltement nave. Elle nadmet pas encore directement quelle conoit une diffrence entre ce s deux rapports. Cette nouvel le amiti a pourtant lair de prendre mesurment un caractre de passion. Rosette ne voit en Madeleine de Maupin que Thodore et na aucune raison de croire en de lamiti plutt que de lamour. Il ny a pas de doute ses yeux, qu e Thodore est amoureux delle et la jeune libertine ne restreint aucun de ses gestes charnels envers celui-ci pour lattirer dans le pige de la passion. Ce jeu de lamiti ambigu permet Maupin/Thodore de parfaire son travestissement et de prendre finalement conscience de sa vraie double nature. Confuse cet instant de s on aventure, les hommes lui inspirent plus o moins du dgot car ils ne peuvent servir de mle lanimal appel femme, avec qui ils nont pas le plus lger rapport ni physique ni mora l (342). Laissant sa vie de jeune fille pour vrifier un soupon, Maupin a tabli un dia gnostic sans appel, elle tait descendue des sublimes nuages (341). Lhrone crit son amie denfance que tant quelle les avait vus de loin et travers [son] dsir, les hommes avaient paru beaux, et loptique avait fait illusion mais voil qu en avanant dans son tude, Maupin se rend compte que ce ne sont pas des monstres [. .] mais bien pis que cela (343). Leurs qualits morales semblent inexistantes et poussent son aversion au dernier degr dexagration car leurs faons de penser, leurs allures, et leur langage ngligemment cynique, leurs brutalits et l eur ddain des femmes [la] choquai ent et [la] rvoltaient au dernier point (343). Leurs caractristiques physiques nencouragent aucune attirance car son avis leurs traits sont grossier s, ignobles, sans finesse, sans lgance! Quelles lignes heurtes et disgracieuses! Quelle peau dure, noire et sillonne! et

PAGE 111

111 cela sent toujours le vin, ou leau-de-vie, ou le tabac, ou son odeur naturelle, qui est bien la pire de toutes (342). Son ddai n envers lhomme est pouss jusqu' la neutralisation du pronom cela qui marque lobjectivisation ou pire lanimalisation de lEtre masculin. Maupin semble ne plus croire jusque l un idal masculin et ne plus jamais vouloir se donner lun deux. 3.4.4 La Dcouverte du dsir bisexuel de Maupin Maupin se rend compte quen se jouant des sentiments de Rosette, elle russit non seulement veiller une passion s r ieuse mais quaussi son imprudence vouloir jouer avec lamour, la pousse dans une direction jusqualors inconnue (292). Un jour, aprs avoir err longt emps travers un parc trs pittoresque qui stendait au loin derrire le chteau Rosette amne Thodore par un petit sentier capricieusement contourn et bord de sur eaux et de noisetiers, jusqu' une cabane rustique quelle avait fait amnager en boudoi r (297). Ctait un boudoir meubl dont le luxe et llgance montrait suffisamme nt que ce rduit ntait pas destin des occupations bien austres (299). La rf rence faite par Gautier travers la description des portes et [des] glaces qui reprsentaient les scnes les plus galantes des Mtamorphoses DOvide: Salmacis et Hermaphrodite, Vnus et Adonis, Apollon et Daphn, et les autres amour s mythologiques raffirme non seulement larchtype du plaisir mais accentue aussi le dsir sous jacent des deux femmes revendiqu travers des futures scnes voluptueuses et rotiques venir (299). La virilisation 9 physique de Maupin par le biais de ses habits dhomme la pousse vers un chemin qui la dsquilibre. Car Maupin consciente de son dguisement 9 Anne Ubersfeld parle dune beaut virile dans Thophile Gautier et la beaut virile Bulletin de la socit Thophile Gautier 12 (1990): 23-25.

PAGE 112

112 et prisonnire de sa mtamorphose, se tr ouve dans une situation embarrassante et passablement ridicule (304). Il est trop tard pour renier son jeu de Don Juan envers Rosette et il/elle doit faire face aux av ances et aux raisons extrmement claires de Rosette lentraner dans cette c harbonnire (298). La jeune libertine adore Thodore et ses ondulations et ses enl acements ont pour seul but de faire couronner cet amour (303). Rosette au plus haut degr dexaspration amoureuse nhsite pas jouer le tout pour le tout en embrassant furieusement son amant convoit (305). La raction de Maupin es t alors pour la premire fois instinctive plutt que crbrale, sa transformation est avance. Ses pulsions sexuelles oscillent continuellement entre t re/avoir la femme et tre/avoir lhomme, do son dsir dtre objet et sujet du phallus. La protagoniste nonce qu la prise de sa bouche la mienne avec une treinte furieuse; je sentais sa gorge, demi nue et rvolte, bondir contre ma poitrine et ses doigts enlacs se crisper dans mes cheveux. Un frisson me courut tout le long du corps, et les pointes de mes seins se dressrent (305). Dans ce boudoir, cest en femme veille au plaisir q ue Maupin/Thodore ragit aux treintes de Rosette et y rpond plus activement par un autre baiser quelle lui rendit presque aussi ardent quelle (Rosette ) [lui] avait donn (305). Maupin assume sa sensualit face Rosette et ralise soudainement que lide de la similitude de sexe seffaait peu peu ses yeux pour ne laisser place qu la dcouverte du plaisir rotique dans les bras dune autre femme (304). Sa totale mtamorphose a abouti et cest linstant mme quelle dcouvre son homosexualit que Maupin prouve la transformation physique et motionnelle qui sest effect ue en elle. La protagoniste se dcouvre en tant que nouvel individu non seulement desprit mais aussi de chair et de sang. Cette

PAGE 113

113 nouvelle connaissance pousse Maupin/Thodore reconnatre que dornavant elle perd insensiblement lide de [son] sexe (356). Sa prise de conscience est telle quelle admet que si un jour elle se prenait damour pour un jeune homme au lieu dune femme dguise en homme, jaurai lair dun homme dguis en femme (356). Le corps de Maupin sest constitu comme le space privilgi de lambigut. Les frontires sont dornavant floues et ce nouvel tre ne peut se situer que dans lirrel car sa vritable nature devient indfinissabl e. Thodore/Maupin reprsente une entit synthtique, un produit artificiel surnaturel. En termes smiotiques, on peut dire quelle/il incarne linsignifi illimit, l nigme ternel ou encore le hors nature. 3.4.5 Etre androgyne: Un Troisime sexe maudit Cette nouvelle phase de la mtamor phose prpare la finalisation de la transformation de lhrone et surtout la r alis ation que beaucoup dhommes sont plus femmes quelle (293). La protagonist e peroit dans les deux genres des imperfections dont elle ne veut bnficier, je nai ni la soumission imbcile, ni la timidit, ni les petitesses de la femme; je nai pas le s vices des hommes, leur dgotante crapule et leurs penchant s brutaux dit-elle (356) Le sexe/genre masculin ainsi que le sexe/genre fminin transcodent ses yeux le manque alors que la figure androgyne traduit lincompltude de ltre la recherche de ce manque. Chaque moiti est donc mtonymique de lautre do la ncessit de Maupin/Thodore de se prononcer dun troisime sexe [. .] qui na pas encore de nom: au-dessus ou audessous, plus dfectueux ou suprieur; jai le corps et lme dune femme, lesprit et la force dun homme, et jai trop ou pas asse z de lun et de lautre pour me pouvoir accoupler avec lun deux (356). Maupin pero it la complexit et limpossibilit de sa condition. Le troisime sexe ne peut tre que maudit car quelque chose dinassouvi

PAGE 114

114 grondera toujours en elle car lamant ou lamie ne rpond qu une seule face de [son] caractre (356). En sorte que Maupin admet ouver tement Graciosa son insatisfaction future car daprs elle: Si javais un amant, ce quil y a de fminin en moi dominerait sans doute pour quelque temps ce quil y a de viril, mais cela durerait peu, et je ne serai contente qu demi; si j ai une amie, lide de la volupt corporelle mempche de goter entirement la pure volupt de lme et surtout dit-elle je ne [serai] o marrter [. .] je [flotterai] perptuellement de lun lautre (357). Le protagoniste fminin sollicitant la compltude est la recherche dune identit mais qui ne peut se prsenter elle que sous le mode de limaginaire. En femme, Maupin cherche lhomme (DAlbert) mais en homme, Thodore cherche la femme (Rosette). Il ne sagit donc pas dune compltude mais bien dun manque dtre, toujours insatisfait. Le sujet serait toujours la recherche d une moiti mtonymique de lui-mme. Le narcissisme de Maupin, introduit donc le domaine du travestissement o tout dsir dorigine est subverti par le fait que t oute identit primaire est dpossde de son propre par le processus du ddoublement originaire (masculin /fminin). La sublimation du fantasme de Maupin rvle un rel impossi ble do la conclusion du roman c'est-dire le choix de fuite de Maupin/T hodore. La fuite ou bien le monde imaginaire/fantastique sont les deux alternatives possibles pour le protagoniste fminin. Elle est sujet (de dsir) et objet (de dsi r) du discours dans son rve dandrogynat. Toujours ddouble, Maupin/Th odore incarne un nom propre qui na pas vraiment de propre car elle est lin stance de limpossible, et contraire du concret. Ma chimre serait davoir tour tour les deux sexes pour satisfaire cette double nature: homme aujourdhui, fe mme demain. [. .] Le bonheur est de se pouvoir dvelopper librement en t ous sens et dtre ce quon peut

PAGE 115

115 tre. [] Mais ce sont l des choses impossibles, et il ny faut pas songer. (357) Ces quelques phrases suivantes prononces par Maupin, traduisent la prise de conscience de la ncessit du refoulement du secret de sa nouvell e identit. Toute dviation conduit la marginalisation so ciale et sexuelle, ce qui engendre des limitations et dbouche gnralement sur u ne exclusion sociale. Maupin prfre continuer de jouer le jeu de la norma lit et de paratre raisonnable en menant une vie de mascarade plutt que de rvler son vrai caractre identitaire libr de tout mensonge, do la dcision finale de la fuite. Gautier lui-mme choisit de ne jamais adresser la question directement mais de fa on dvie notamment: Maupin ne se dira jamais bisexuelle et choisit plutt de se nommer un troisime sexe part qui na pas encore de nom (356) ou bien el le renonce ouvertement une vi e future, et finalement par un jeu complexe de non-dits. Tout ceci souligne non s eulement la marginalit mais aussi lostracisme du phnomne cette poque. Dans le roman Sarrasine de Balzac, le mot castrat est aussi un mot tabou. Il nest jamais prononc par les multiples pers onnages du rcit. Tout est manipul pour dissimuler que le protagoniste nest pas une fe mme mais bel et bien un castrat dguis en femme. Cest grce un systme lexical extrmement complexe, notamment grce la neutralisation de la phrase grammaticale et le jeu des non-dits que sarticulent un rseau dambigut. Daprs Barthes10, cest par le biais du mariage de symboles dans le texte, c'est--dire alle r de nom en nom, plis en plis [. .] et de dplier le texte selon les nouveaux plis de ce nom quest pe rmis une transcendance lexicale, oprant partir du classement de la langue et abouti ssant ainsi la rsorption du camouflage 10 Barthes, S/Z (Paris: Seuil, 1970) 82.

PAGE 116

116 de la signification primaire des mots. Dans Sarrasine comme dans Mlle de Maupin la solidarit des notations permet le progrs de la machination et rend drisoire lide dillustration, elle abolit deux faces de lquivalence [la lettre et le symbole], sans que ce soit au profit de lune ou de lautre, le lat ent y occupe la ligne du manifeste, le signe saplatit: Il ny a plus de reprsentation nominale (157). La comp lexit/multiplicit lexicale rsout la restriction significative du vocabulaire et ouvre les portes encore une fois lambigut. Dans Mlle de Maupin Thophile Gautier pousse lessence du camouflage jusque dans le sens cach des noms propres. Le nom possde une signification ambigu autant quune fatalit dans le rcit. Le double nom de Madelei ne de Maupin/Thodore de Srannes dvoile la multiplicit du caract re identitaire du personnage. Le lecteur ainsi que Graciosa sont les seuls connatre le vrai nom de la protagoniste mais Rosette, DAlbert et le page Isnabel11 ne connaissent lhrone que sous le seul nom masculin de mascarade de celle-ci. Il est aussi intressant de faire remarquer que le double nom de Maupin est le seul dans la narration tre aussi complexe, comprenant un prnom, un suffixe, un prfixe et un nom de famille, faisant ainsi cho sa totalit caractrielle et sa complexit psychol ogique. Alors que les autres personnages du roman ne possdent quun seul nom propre: Rosette, DAlbert et Isnabel. Ce dernier prnom permet Thophile Gautier daprs Barthes de subsister une unit nominale une collection de traits-en posant un rapport dquivalence entre le signe et la somme (92). Le nom du page, Is nabel, soulve des questions au sujet de 11 Isnabel est une petite fille de quinze ans qui es t amoureuse dun jeune chevalier qui reprsente que crapule et dbauche aux yeux de Maupin. Elle dcide denlever la jeune fille et en fait son page quelle habille elle aussi en jeune garon.

PAGE 117

117 lambigut sexuelle de ce caractre. La place du n au milieu du nom en addition du suffixe bel plutt que belle altrent le nom ordinaire fminin, Isabelle. Mais o la subtilit de Gautier daprs Barsoum attein t sa condition suprme est dans la dcouverte dans Isnabel de lanagramme du mot anglais: lesbian (31). Le concept dhomosexualit tait tabou au XIXme sicle do laltration du mot non seulement par le biais dun anagramme mais aussi dans une langue trangre Grard Genette12 nomme ce procd sous le nom de mimique vocale c'est--dire limitation de lessence de chaque objet au moyen de lettres et de syllabes (30). Cela rend la lecture un peu plus contourne car le lecteur est astreint dapprocher le nom de la mme faon quil approcherait un texte, en essayant de dterminer sa signification profonde. Le nom reflte non seulement lessence du personnage mais aussi lentrelacement avec le personnage de Mlle de Maupin car le nom potique exploite la signification globale du corpus (462). 13 3.4.6 Un Tournant dcisif: Un Jeu entre ralit et perception Le quinz ime chapitre exerce un rle dcisif dans le roman. Il aide tablir la chronologie et permet aux deux blocs narratifs: lhistoire de DAlbert et lhistoire de Madeleine de Maupin, de finalement se rejoi ndre. Dans ce chapitre Thodore/Maupin rencontre pour la premire fois DAlbert et devient tout de suite consciente quelle incarne son [DAlbert] idal, le type de beaut la ralit de son rve (359). La protagoniste se prte donc au jeu car mme si elle ne laimait pas avec passion, il [lui] plat assez pour ne point le laisser scher damour sur pied (359). Son choix nest 12 Grard Genette, LEponymie du nom Minologiques: Voyage en Cratylie (Paris: Seuil, 1976) 11-37. 13 Francois Rigolot, Rhtorique du nom potique Poetique Vol. 28 (1976): 466-83.

PAGE 118

118 pas dtermin par un quelconque sentiment amoureux, (DAlbert est pour elle ce que Rosette est pour DAlbert), mais plutt dict par son corps. Dans sa lettre Graciosa, elle lui explique: Je naime pas DAlber t [. .] je suis poss de des plus violents dsirsje languis et je meurs de volupt; [. .] une ide de plaisir qui ne se ralise jamais flotte vaguement dans ma tte [. .] je v eux savoir ce que cest un homme, et le plaisir quil donne (360). Maupin est persuade que son plaisir physique rside dans lassouvissement de lacte sexuel engendr par lhomme. Alors que Rosette, c'est-dire la femme, gnre le contentement dans une union symbiotique. La reprsentation thtrale de Shakespeare, Comme il vous plaira joue par DAlbert, Madeleine de Maupin et Rosette, dnoue les fils de lintrigue et amne la finalit de la qute des deux protagonistes. La pice est une mise en abyme, un miroir intrieur, de lhistoire et permet DAlbert lopportunit de dchiffrer lidentit sexuelle de Maupin en tant que multiple et mobile. Le thtre incarne le lieu par excellence des mtaphores et les ides reues y sont bien souvent manipules. Lillusion trouve sa vraie place. Dans le jeu des apparences, le masque a pris lapparence du vrai dans laquelle la ralit navait pu accder. DAl bert pense trouver, sous le travestissement de Rosalinde (la comdienne: femme traves tie en homme travesti en comdienne), la vritable identit de Madeleine de Maupin. La complexit identitaire cet endroit de laventure est bouleversante. Un homme (D Albert) tombe amoureux dun autre homme (Thodore) qui nest en autre quune femme dguise en homme (Maupin) qui dcide de se travestir de nouveau en femme sous le dguisement de Rosalinde14. Le dguisement fminin de Thodore libre ainsi le protagoniste car il ne se voit plus en 14 Rosalinde de Comme il vous plaira est elle mme une femme travestie en homme de nouveau dguise en femme.

PAGE 119

119 monstre tant vrit ablement amoureux dune femme et non dun homme. Une conception gautiriste est que la vie na au cune vrit objective et que la premier qualit requise du rel est la ressemblanc e avec le modle thtral quelle permet dvoquer 15. Aux frontires du rel et de lim aginaire, ne cherchant pas distinguer le portrait rel du reflet, G autier nous plonge par le biai s dune mise en abyme du rcit ambigu de Mlle de Maupin dans le monde du thtre fantastique (242). Cette fantaisie, le ple-mle et ce dsordr e apparents se trouvent, au bout du compte, rendre plus exactement la vie relle s ous ses allures fantasques que le drame de murs le plus minutieusement tudi. -Tout homme renferme en soi lhumanit entire, et en crivant ce qui lui vient la tte il russit mieux quen copiant la loupe les objets placs en dehors de lu i (246). Gautier semble di re que lartifice thtral contrebalance lobservation minutieuse et tr iomphe sur le besoin de vraisemblance tant dsir. Le soupon de DAlbert est finalement confirm, lorsque Maupin trahit son incognito postrieurement la reprsentation de la pice, en dcidant de faire de celuici son premier amant. Dans sa lettre adr esse ThodoreRosalinde, car [DAlbert] ne sait de quel nom lappeler notre protagoni ste lui dclare sa flemme: O Rosalinde! Je vous aime, je vous adore; que nest-il pas un mot plus fort que celui-l! Je nai jamais aim, je n ai jamais ador personne que vous; Je me prosterne, je manantis devant vous, et je voudrais forcer toute la cration plier le genou devant mon idole (317). Cette lettre rsume toute la passivit de DAlbert qui prfre plutt attendre une rponse que prendre en charge le futur de son aventure/exprience 15 M.C. Schapira, Le regard de Narcisse: romans et nouvelles de Theophile Gautier (Lyon: Presses universitaires de Lyon, 1984) 157.

PAGE 120

120 amoureuse. Et cest Maupin, renversant le topos de la femme sduite, que reviendra la dcision finale. Puisque DAlbert la re connue sous son travestissement, il serait peu charitable daprs lhrone, si celui-ci ne serait pas celui qui rsoudrait ses doutes et ses interrogations envers le se xe masculin (361). Maupin/Thodore dguise cette fois-ci en Rosalinde dcide de rendre visite DAlbert dans sa chambre pour passer une nuit inoubliable ses cts et satisfaire sa curiosit. Cest ainsi qu un dernier obstacle fut surmont, un spasme suprme agita convulsivement les deux amants, et la curieuse Rosalinde fut aussi claire que possible sur ce point obscur qui linquite si fort (371). Au matin de cette nuit damour, Maupin qui tte son amant pour entrer dans la chambre de Rosette (372). Ici le lecteur nen sait pas plus de la bouche de la protagoniste car ce quelle y dit, ce quelle y fit, je (le narrateur) nai jamais pu le savoir, quoique jaie fait les plus conscientes recherches (372). Le narrateur prtend avoir fouill dans les lettres des deux correspondants ainsi que davoir rveill les confidences de la femme de chambre de Rosette Il paratrait qu e Gautier ait voulu ainsi se/les (les lecteurs de lpoque) prserver de toute immoralit en insinuant le but final de la visite matinale de Maupin plutt que de prciser dans les moindre dtails lexprience rotique comme il la t fait au sujet de la nuit passe avec DAlbert. Cette remarque du narrateur, de prfrence liv re la sagacit du lecteur que mme si Rosette neut pas couch cette nuitl avec son amant, le lit tait rompu et dfait, et portait lempreinte de deux corps le (lecteur) laisse libre den tirer des conclusions (372). Le narrateur avoue avoir fait l-dessus mille conjectures, toutes

PAGE 121

121 plus draisonnables les unes que les aut res, et si saugrenues que je nose vritablement les crire, mme dans le style le plus honntement priphras (372). 3.4.7 La Poursuite de la qute Ayant pris conscienc e de sa double nature, Maupin renverse encore une fois le topos de la femme abandonne car la fin de la semaine, le malheureux amant reut une lettre de Thodore (372). Dans cette lettre, Maupin/Thodore numre les raisons de son dpart. Consciente davoir t s on idal et surtout lui dit-elle: Jai servi de corps votre rve le plus compla isamment du monde. Je vous ai donn ce que je ne donnerai assurment plus personne [. .] Mais maintenant que je vous ai satisfait, il me plait de men alle r (373). Maupin se veut libre ni perfide, inconstante, sclrate, pas cruelle ou vertueuse elle ne la tromp en rien, et surtout ne sest pas refuse lui sous des prtexte de moralit. Maupin refuse de rester et de sombrer dans lennui de lhabitude qui non seulement mettrait nu les dfauts mais userait le dsir, cela durerait six mois, deux ans, di x ans [. .] mais il f aut toujours que tout finisse (373). La protagoniste prfre donc partir dans un glorieux moment plutt que de prolonger une histoire damour qui n aboutirait que dans linsatisfaction et lassommement. Thodore/Maupi n vacille dornavant entre deux options car sa chimre serait davoir tour tour les deux sexes pour satisfaire cette double nature [. .] car le bonheur est de pouvoi r se dvelopper librement en tout sens (353). Par lintermdiaire de lpanouissement de son corps et de ses sens travers ses expriences sexuelles avec DAlbert et Ro sette, la protagoniste a pu rconcilier sa nature masculine et fminine en elle-mme. Mais il semblerait qu la fin du rcit, les deux parties du moi masculin et fminin de Maupin/Thodore se soient dornavant allies pour former un tre-androgyne narcissique.

PAGE 122

122 Madeleine a considrablement volu dans cette aventure mais sa qute nest pas acheve. Ces deux expriences lui ont seulement permis de commencer se dcouvrir. Maupin na pas russi se livrer toute entire lun deux sans rien garder de soi. Dans les uvres de Thophile Gautier, lunion parfaite se caractrise dans la fusion de deux tres c'est--dire par le fait de ntre quun en deux corps, fondre et mler ses mes de faon ne plus savoir si vous tes vous ou un autre, absorber et rayonner continuellement, tre tantt la lune et tantt le soleil, vo ir tout le monde et toute la cration dans un seul tre [. .] se doubler en se donnant: Voila lamour (344). Luvre se finalise donc sur un chec car limage de la fusion des deux perles semblables celles que Thodore portaient dans ses cheveux en jouant le rle de Rosalinde en lune, reste statique. Ces deux perles telles deux mes destines se fondre ensemble et nen faire quune demeurent spares sur le lit de Rosette (344). Pour Thophile Gautier, lanalogie de la perle est prim ordiale car elle reprsente le symbole de la perfection de lamour, et l union parfaite de deux amants travers leur androgynie: c'est--dire une unit despr it, une unit dme, une unit de corps. Ds lors la protagoniste dcide par le biais de son dpart de continuer son aventure pour recueillir davantage de connaissances et finaliser ainsi sa qute intrieure. La seule requte de M aupin/Thodore est telle celle de Sraphita16 qui demande ses amants (homme et femme) de saimer tous deux en souvenir de sa mmoire. Les derniers mots prononcs par Maupin/Thodore dan s le roman sont Aimez-vous tous deux [. .] et dites quelquefois mon nom dans un baiser (375). 16 Sraphita, Une nouvelle crite par Balzac, ou le /la protagoniste androgyne existe en tant que deux tres, Sraphitus et Sraphita, lun et laut re tombant amoureux dun tre de sexe oppos.

PAGE 123

123 Mlle de Maupin nest autre quune histoire dinitia tion qui prpare un tre aimer et saimer pleinement dans le futur. Mlle de Maupin cre un monde ambigu et continuelle ment dmultipliant la limite du rel et de limaginaire. La psychologie des deux protagonistes, DA lbert et Mlle de Maupin, renforce ce sentim ent de multiplicit et de ddoublement continuel dans le roman. Dans la premire partie de notre analyse, jai dmontr co mment par le biais de lettres confidentielles adresses Silvio, D Albert a pu dvoiler les diffrentes facettes identitaires de son personnage, lvolution et le jeu de ses doubles travers des mtamorphoses morales et surtout motionnel les, ses diverses initiations accomplies dans le rcit telles les expriences libertines, la crainte de tomber dans le hors nature, le regard narcissique dirig sur lui-mme, lhom osexualit. Il sest appliqu travers ses confidences rendre au lecteur son ma sque aussi transparent que possible mais il na pourtant pas totalement russi s en dfaire. Les diffrentes expriences amoureuses et sexuelles de DAlbert av ec Rosette et Mlle de Maupin ont considrablement aid son volution mais sa transformation finale reste pourtant inaccomplie et partielle. Le personnage de Mlle de Maupin rsume elle-mme tous les thmes du morcellement, de la multiplicit, et de la dpersonnalisation. Masculinit et fminit ne cessent de schanger dans ce personnage r alisant ainsi une parfaite adquation entre ltre et le paratre, cest--dire ent re le rel et limaginaire. Aprs avoir dconstruit son identit origin elle de jeune fille, le suje t Maupin/Thodore se sent dornavant dans le rcit incomplet, divis et su rtout multiple, provo quant ainsi la fois dans son moi intrieur un sentiment de perfection dans la totalit de son androgynit

PAGE 124

124 mais aussi un sentiment de manque du labs ence dun tout. La mtamorphose/le travestissement de Maupin/Thodore est co ntrairement DAlbert complte(e) et irrversible, pigeant ainsi la protagoniste dans un troisime sexe maudit o deux mondes parallles ne russiront jamais s unifier dans le roman. Elle est ainsi condamne rester toute sa vie dans lambigut et la fuite.

PAGE 125

125 CHAPTER 4 SPIRITE LAnge de lOrient vtu de pourpre et lAnge du Midi vtu dhyac inthe accoururent comme deux souffles et se confondirent: lun tait un Ange dAmour, lautre un Ange de Sagesse. (782) Sraphita Balzac Les voil heureux jamais leurs m es runies forment un ange damour. (215) Spirite Thophile Gautier Dans Spirite 1, Thophile Gautier retrace la douloureuse souffrance des deux amants du pome, LEvangline de Longfellow, qui raconte lhistoire de deux amants spars la veille de leurs noces et condam ns se rechercher pour lternit. Le rcit les prsente, passant malheureusemen t, toujours lun cot de lautre, sans jamais se voir. 1 Guy de Malivert frquente une jeune veuve, Mme d'Ym bercourt, sans d'ailleurs prouver pour elle un sentiment bien profond. Un matin, sa main est prise de fourmillements; et il crit, comme malgr lui, un billet de rupture. Tout tonn, il prend le parti de se rendre chez so n amie; et, au moment de sortir, il croit entendre un soupir. Quelques heures plus tard, un disci ple de Swedenborg, le baron de Fro, lui donne un avertissement trange : Restez libre pour l'amour qui, peut-tre, va vous visiter. Les esprits ont l'il sur vous De fait, les signes d'au-del se multiplient. Ds le lendemain, au moment de pntrer chez Mme d'Ymbercourt, il entend murmurer son oreille : N'entrez pas. Chez lui, dans un miroir vnitien, il voit se former les traits d'une tte de jeune fille qu'il baptise Spirite. Cette apparition, il la retrouve au lac du Bois, dans un traneau, et il se lance, mais en vain, sa poursuite. Spirite, cependant, se rvle de nouveau lui sous la forme d'une main diaphane qui esquisse le geste d'crire. Guy comprend qu'il doit servir de mdium, et il enregistre une mouvante confession : la virginale apparition est une me qui attend son jugement; dans sa vie terrestre, elle a follement aim Guy et elle est morte au couvent, dix-huit ans. Guy se rend sur la tombe de la jeune fille, que lui indique le baron de Fro; et il croit voir s'loigner une forme svelte et blanche. Ds lors, son existence se sc inde en deux parties distinctes, l'une relle, l'autre fantastique. L'amour de Spirite l'inspire, l'exalte et lui donne mme, un moment, l'ide de quitter son enveloppe terrestre. Il prend dfinitivement cong de Mme d'Ymbercourt et part en croisire vers la Grce; Spirite voyage ses cts. Au cours d'u ne excursion en montagne aux environs d'Athnes, il disparat; son guide racont e que des brigands ont attaqu le conv oi et ont tu le jeune homme d'une balle, mais qu' ce moment-l une figure d'une clatante blancheur et d'une merveilleuse beaut est descendue du ciel pour prendre l'me du mort et s'envoler avec. elle. Or, au mme moment, dans sa chambre, Paris, le baron de Fro a senti un avertissement mystrieux; et, levant la tte, il a pu voir s'lever dans le ciel deux points brillants qui fini rent par se confondre dans une perle unique. Synopsis de Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en Fran ce de Nodier Maupassant (Paris: Corti, 1951) 243-44.

PAGE 126

126 Oh Gabriel! Oh my beloved! Art thou so near me, and yet I cannot behold thee? Art thou so near me, and yet thy voice does not reach me?.2 Guy de Malivert a condamn pour toujours Spir ite vivre parmi les ombres et cest seulement au moment o Guy deviendra voyant grce au rle dinitiateur du Baron Fro, quune lumire rvlatrice lui dvoi lera Spirite et le bonheur ternel. Dans les rites maonniques, recevoir la lumire cest tre admis linitiation et dcouvrir un monde suprieur. La lumire succde aux tnbres post t nbras lux tant dans un monde de manifestation cosmique que dans un monde dillumination intrieure de lme. Cette lumire incarne dans la mour reprsente une c onnaissance divine. Dans Spirite les deux amants sont destins vi vre dans des mondes diffrents, lun terrestre et lautre cleste. Lavinia (l a jeune fille terrestre avant sa transformation spirituelle) est condamne ds sa premire rencontre mondaine avec Guy de Malivert rester dans lombre. Spirite, lors d une dicte rappelle douloureusement son amant une srie doccasions qui auraient pu le s rapprocher dans le monde des vivants. Tout dabord la scne du parloir au couvent, pui s la scne de la rencontre des voitures dans le bois, la scne du thtre, la scne du bal o par ironie du sort elle lui dit si vous maviez vu je crois que vous mauriez aime (97). Cest ce regard non clairvoyant de Malivert qui a projet sa bi en aime dans lobscurit, qui la masque jamais du voile de la mort, voile qui spar e leurs mondes et qui oblige Lavinia se manifester en fantme, une ombre de la mort. Les personnages vont vivre une angoisse permanente. Par le biais de ce pa ssage, Gautier effectue une mise en abyme 2 Henry Longfellow, Evangeline: A Tale of Acadie (Mt Vernon: Centennial, 1900) 87.

PAGE 127

127 du pome de Longfellow. La prox imit du bonheur des amants es t relle mais pourtant pas accessible leur ralit. Ils se manquent constamment. Spirite est une uvre tributaire de la conqute de lidal et certainement du complexe de Tantale. Tantale apparat principalement dans la mythologie grecque. Il a t plong dans un cours deau jusquau cou mais celle-ci disparat chaque fois quil essayait den boire. Il est tortur par la soif mais galement de faim car au dessus de sa tte, un arbre charg de fruits sy trouvait mais le vent lloignait de lui chaque fois quil essayait de les cueillir. Le supplice de Tantale nat dun amour entre un tre vivant et une morte qui ont t spars par lab me du temps mais rapprochs par leur passion, (il en est de mme dans Spirite). La sparation (des deux couples-Tantale et Malivert/Spirite) est symbolise matriellement par un voile transparent qui leur permet de se voir mais qui reprsente cependant un obs tacle physique leur union. Cest ainsi que Spirite reste toujours un om bre dans le miroir o dans la chambre, ne transmettant aucune chaleur humaine lorsque son bien aim essaye de lembrasser. Malivert peut laimer, la dsirer mais ne peut en aucun ca s la possder matri ellement. Cette proximit est alors ressentie comme une fr ustration et une dsolation par consquent un chec. Guy de Malivert est coupable car de mme q ue les diffrents hros Nervaliens, il a commis le crime de linattention envers Lavinia Son regard a longtemps err dans un monde vide et sans valeur qui tait la so cit mondaine du Second Empire. Guy a pos un regard indiffrent sur ce paradis artificiel et matri el, au lieu de voir le bonheur quil aurait pu trouver auprs de cette jeune fille bien vivante alors. Il a pourtant prfr voyager dans des pays loin tains en esprant dcouvrir cette chose

PAGE 128

128 manquante Guy de Malivert ne croyait pl us la possibilit du bonheur proche et cest ainsi quil se reprochait vainement de navoir pas su deviner cette crature charmante qui ntait pas enfouie dans un harem de Constantinople, ni cache derrire les grilles dun couvent dItalie ou dEspagne, ni garde comme Rosine par un tueur jaloux, mais qui tait de son m onde, quil [aurait pu] voir tous les jours, et dont aucun obstacle srieux ne le sparait. (113) Sans le savoir il cherchait dj derrire des voiles ou des grilles dun autre monde tranger la socit mondaine franaise, et sur dautres continents (mais rel), un bonheur peru comme inaccessible. A ses yeux lexotisme ou le diffrent ne pouvait que satisfaire son dsir et le has ard dune rencontre sur un autre continent serait la cl de son bonheur. Mais malheureusement cest cette triste lgret du hasard qui a tout au long de luvre continuellement cach Lavinia Malivert, notamment lors du bal o ce paravent dhabits noirs lavait masqu entire ment. Aux yeux de Gautier, lhabit noir est un uniforme obligatoire de lhomme mondai n au XIXme sicle, symbole du deuil et de la privation dans un monde o lamour n est plus possible. On reconnat ici linfluence romantique de G autier. Laffliction ressentie par le hros romantique est due lamour impossible vivre dans le monde rel et souvent associ au Mal du sicle si bien dcrit dans Ren de Chateaubriand. Dans Spirite, ces habits sombres qui servent pour la fte comme pour le deuil ( 110) rvlent un gout am er de la mort et projettent automatiquement lombre sur le bonheur qui aurait pu tre possible dans le monde rel. Jaccepte aussi que Lavinia est autant responsable que Malivert dans llaboration des obstacles qui sparent le couple. G autier met limage dun monde sociologique du Second Empire o la femme et surtout les jeunes filles doivent tre timides, rserves

PAGE 129

129 et innocentes. Lamour terrestre et r el est peru comme un pch pour les jeunes filles. Dans le Rouge et Noir, de Stendhal, Mme de Rnal, (r)iche hritire dune tante dvote, marie seize ans un bon gentilhomme, et navait de sa vie prouv ni vu rien qui ressemblait le moins au monde lamour. Ce ntai t que son confesseur, le bon cure Chelan, qui [. .] lui en avai t fait une image dgoutante. (77) un amour tout fait innocent pour Julien. Ainsi que Lavinia qui ds son dbut dans le Monde porte une voilette et parfois lors de ses promenades dans les bois, elle se blottit profondment dans la voiture pour ne pas tre perue par les hommes (97). Il est important pour les jeunes filles sorties du couvent de garder une image pur e et innocente dans le but de trouver un mari riche et influent. Sa dcision finale dentrer dans le couvent du chapitre onze a une texture toute particulire et symbolique. Sa prise de voile correspond dabord la reconqute de linnocence, si elle ne peut pas obtenir Malivert, personne dautre ne la possdera. Cest aussi le symbole de la descente au tombeau o elle disparat du monde des vivants et vivra dornavant dans une rgion froide o les passions steignent (124), o rgne un silence aussi profond que celu i de la tombe (125). Lavinia revt le linceul symbolique qui [la] faisait morte au monde et ne [la] laissait plus visible qu Dieu (129). La prise du lin ceul la transforme progressivement en une statue, en une vierge mour ante. Le rel disparat peu peu et la convergence de deux mondes se produit dans un espace sans paiss eur, un espace limitrophe la mort, ne crant quun tre fantme, une om bre, une statue vivante. Son teint avait pris le ton mat de la cire de cierge; [ses] yeux agrandis par la maigreur brillaient fivreusement dans leur orbite meurtrie; les veines de [ses] tempes se dessinaient en rseaux dun azur plus fonc, et [ses] lvres avaient perdu leurs fraiches couleurs roses. Les violettes de la mort prochaine commenaient y fleurir. (131)

PAGE 130

130 Spirite est incapable de se tourner ent irement vers ce nouveau monde spirituel qui lattend car ses souvenirs la retiennent dans une nostalgie partielle forgeant ainsi un espace frontire entre les deux mondes. La jeune femme se dchire mentalement/physiquement et apprend naviguer entre les deux pour finalement faciliter Malivert daccder leur rapproc hement tant dsir. La scne du cimetire est essentielle car grce limposante symbolique des objets paradigmatiques les nuages du ciel dhiver le linceul des grilles funraires qui entourent Malivert lors de sa visite sur la tombe de Lavinia, la dchirure du voile sparateur des deux mondes seffectue progressivement grce une troue dans le ciel engendrant une vision venue de lau-del. Pendant quil tait ainsi accoud la grille du monument, la issant couler ses larmes qui tombaient tides sur la froide neige, second linceul de la tombe virginale [. .] Peu peu la troue se fit, et de louverture schappa un long rayon visible [. .] qui vint clairer et faire scintiller le micea de la neige, comme sous une rose dhiver, la gerbe de lilas blancs et la couronne de roses en marbre. [. .] Malivert crut distinguer une forme svelte et blanche qui slevait de la tombe comme une lgr e fume [. .] enveloppe des plis flottants dun suaire de gaze, semblable la robe dont les peintres revtent les anges, et qui lui faisait de la main un signal amical. (144) A ses yeux, les violettes de la mort ( 131) se sont transformes en lilas blanc (144), symbole de fraicheur par lequel schappe un rayon de vie retrouve. Un coup dil au fil conducteur de la vision dmontre limportance de la thmatique du regard dans la convergence des deux mondes. Le regard est prsent comme charg des passions et de lme humaine, ainsi que dot dun pouvoir remarquable. Cest un instrum ent des sentiments intrieurs qui fascine, foudroie, et sduit. II va nous permettre dapprofondir deux manifestations visuelles notamment celle du miroir de Venise ainsi que celle du rle des couleurs dans Spirite. Lil occupe

PAGE 131

131 une place dcisive dans les uvres de T hophile Gautier daprs Ross Chamber. Etre regard et regar der son tour permet au protagoniste de dchirer le voile sparateur des deux mondes dans lesquels Spirite et Guy de Malivert se trouvent. Ce phnomne permet donc la communication de st ablir entre eux. Le nombre important des manifestations qui ont t rvles Gu y de Malivert par le biais de la vue (image dans le miroir, la femme-fantme au bois de Boulogne, la scne du cimetire) sont absolument justifiable pour une thmatique du regard dans mon analyse. Daprs Rita Benesch, il semble que souvent les espr its dune autre nature que la ntre nous regardent comme travers les trous dun ma sque par ces yeux cercls dombres .3 4.1 Le Miroir de Venise Mme si la communication entre les deux m ondes stablit tout dabord travers des soupirs; tout en roulant Malivert ne pouvai t sempcher de penser au soupir mystrieux quil avait entendu au moment de quitter sa chambre. [. .] Il se disait tout ce que les sceptiques a llguent de raisons naturelles pour expliquer lincomprhensible [. .] Cependant [. .] Malivert ne pouvait intrieurement sen contenter ; un instinct secret lui affirmait que ce soupir ntait d aucune des causes aux quelles sa prudence philosophique lattribuait; il sentait que ce faible gmisse ment partait dune me [. .] il sy mlait un souffle et une douleur. (20-21) Mais il est essentiel que Spirite soit vue par Guy pour exister et rduire la distance qui les spare. La prsence de la lueur et de lil dardait dune flamme aige qui semblait voir au del de la port e humaine (27) du Baron de Fro.4 Un profond abime spare ce monde-ci de lautre. Je lavais franchi, mais ce ntait pas assez, je devais me rendre sensible vos yeux couverts 3 Rita Benesh, Le Regard de Thophile Gautier (Zurich: Juris, 1969) 37. 4 Un sudois, compatriote de Swedenborg, comme lui pench sur labime du mysticisme, et pour le moins aussi occup de lautre monde que celui-ci

PAGE 132

132 encore du bandeau et ne voyant pas li mmatriel travers lopacit des choses. (139) Cest seulement au moment o le regard de Malivert se transforme en voyant quil redonne vie Spirite et peroit son bonheur. Au moment de lapp arition de la jeune fille, (Limage) resta comme elle lui tait apparue dabord, trs prs, et cependant trs loin, et ressemblant la projection sur la face intrieure du cristal dune figure place une dist ance humainement incommensurable. La ralit de ce quil voyait [. .] tai t videment ailleurs, dans des rgions profondes, lointaines, nigmatiques, i naccessibles aux vivants. (59-60) Guy de Malivert nagit plus sous lil des es prits et lenseignement du Baron mais il sengage intensment avec Spirite un change de regard. Une scne en particulier joue le rle de pivo t dans cette transition, celle du Miroir de Venise. Dans cette scne, Spirite se dcouvre finalement en tant quamante et retourne dans un monde partiellem ent rel mais nonpalpable pour Guy de Malivert. En tant que lecteur, on peut se demander pourquoi Thophile Gautier a choisi un miroir pour la premire apparition de Spirite et pourquoi spcifique ment un miroir de Venise? Les miroirs bnficient dune place import ante pour les tres humains. Il est intressant de faire remarquer que Speculum (miroir) a donn le nom de spculation qui tait lorigine le fait dobserver le ci el et le mouvement des toiles laide dun miroir. Voici quelques autres exemples fasci nants. En Chine le miroir est un symbole lunaire et fminin qui reprs ente aussi le symbole de lha rmonie dans lunion conjugale, et de la puret parfaite de lme sans souillure. Selon Grgoire de Nysse un miroir [. .] reoit sur sa surf ace polie les traits de celui qui lu i est prsent, [. .] purifi de toutes les souillures terrestres, et reoit de la puret limage de la beaut

PAGE 133

133 incorruptible .5 En Afghanistan et au Pakistan le miroir des fiancs appel Ayin-Y-Bibi Maryam est utilis pour bnir la premire rencontre entre les fiancs. Le miroir est suspendu sur le mur au fond de la salle de runion, les jeunes amants doivent entrer par deux portes opposes et au lieu de se regarder directement lun lautre, ils doivent regarder dans le miroir Le paralllisme entr e cette tradition et lapparition de Spirite est t onnante. Spirite et Maliver t appartiennent deux mondes diffrents deux portes diffrentes ils ne se sont jamais vus et leur premier regard lun sur lautre seffectue par le biais du mi roir (101). Alors que le miroir perd sa caractristique rflexive, il devient rideau et scne car il est le lieu o la vision prend place. Le miroir chez les Anciens de lAntiqui t reprsentait la mort ou bien la porte des mes. Autrefois comme aujourdhui, la tr adition de voiler un miroir sexerce toujours dans la maison dun dfunt. En levant le voil e, Spirite permet Malivert de voir au-del du monde terrestre. Le miroir devient le medi um de Spirite. La citation suivante, point dancrage du rcit, est absolument indispen sable mon analyse. Elle permet la transition et la runion des deux mondes qui sparent les amants. Au milieu de ce scintillement, la glac e [. .] comme tous les miroirs de Venise, paraissait dun noir bleutre, i ndfiniment profond et ressemblait a une ouverture pratique sur un vide re mpli didales tnbres. Chose bizarre, aucun des objets opposs ne sy rflc hissait [. .] Le miroir [. .] exerait sur lui une sorte de fascination et absorbait invinciblement son regard. [. .] Il allait volontairement cette fois et en connaissance de cause franchir le seuil redoutable. Il metta it le pied hors du cercle que la nature a trac autour de lhomme. [. .] La tache lumineuse du miroir commenait se dessiner dune faon plus distincte et se teindre de couleurs lgres, immatrielles [. .] Guy de Malivert put enfin voir [. .] Lesprit ou lme qui se communiquant Guy de Malivert avai t sans doute emprunt la forme de son ancienne enveloppe prissable, mais telle quelle devait tre dans un milieu plus subtil, plus thr, ou ne peuvent vivre que les fantmes des choses. (56-59) 5 Jean Chevalier, Dictionnaire des Symboles (Paris: Laffont, 1982) 636.

PAGE 134

134 Il est de mme important de signaler que le miroir possde une place pour les peintres, de Lonard de Vinci Matisse, de Van Eyck Picasso, de Vlasquez Bonnard, le miroir habite l'histoire de la peinture occidentale, il en est mme une des origines. Omniprsent, il sert d'outil au peintre pour jouer avec les illusions, pour montrer ce qui est cac h, pour capter ce qui est secret, pour entraner ailleurs le regard du spectateur. Avec le miroir, l'artiste forme et dforme le rel, multiplie les mise s en scne et circule travers la mythologie, les allgories et la littra ture. L'objet de la vie quotidienne est l, il rvle, rflchit et fait rflchir le peint re; il permet de pntrer dans l'intimit des crateurs jusqu' en livre r leurs autoportraits. Ce livre propose un voyage travers l'histoire de la peinture pour nous faire dcouvrir les mille facettes des jeux de miroir. Narcisse est envot par son image, Vnus, coquette, s'admire alors que les Vanits rappellent la prcarit de l'existence et que les anamorphoses brouillent les pistes de la reprsentation...L'auteur cre un face fa ce entre peinture et littrature et met jour des connivences, des comp licits dans l'obsession des reflets. (177) Limportance du miroir est donc magistrale dans Spirite Gautier a t hautement influenc par la mode du mysticisme et sp iritisme des salons et les thories de Swedenborg. Lapparition de Spirite dans le miroir suit un schma particulier de la philosophie psychomanteum contemporain dveloppe par Raymond Moody. Ce psychologue amricain connu pour ses nombreuses expriences sur ltat de mort rapproche consacr pour ses exp riences une pice spciale (101). Install sur un mur au fond de la pice un miroir dun mtre vingt de haut et dun mettre de large. [. .] A un mtre du miroir, il plaait un fauteuil qu [il] inclinait lgrement vers larrire, [. .] pour que le sujet ne voie pas son propre reflet dans le miroir. Langle d inclination tait calcul de telle sorte que le sujet ne verrait dans le miroir que lobscurit qui tait derrire son dos. Le miroir ntait plus quune zone dombre rflchissante [. .] juste derrire le fauteuil, se trouvait une lampe avec une ampoule lgrement teinte. (102) Cette experience de Moody peut tre facilem ent mis en parallle avec lenvironnement dans lequel Spirite est appar ue pour la premire fois dans la chambre de Guy de Malivert dont le milieu entre le cabinet dtude et latelier, tait une salle vaste et haute de plafond, qui occupait le dernier tage du pavillon [. .] (11), une lampe

PAGE 135

135 juste teinte dans un cornet du vieux clado n craquel (19). Les similarits sont frappantes: 1. Les phnomnes ont lieu au dernier tage dun btiment isol et calme. 2. Les pices sont hautes et sombres. 3. Il y a toujours une lumire teinte. 4. Les miroirs sont suspendus assez hauts pour que les personnages ne sy voient pas. Le miroir joue un rle majeur dans les rcits de Gautier et spcia lement le miroir de Venise Bernard Masson dans son tude sur Chateaubriand et le miroir de Venise montre que Venise apparat aux yeux de lc rivain comme une v ille mourante : Venise est l, assise sur le rivage de la mer, comme une belle femme qui va steindre avec le jour : le vent du soir soulve ses cheveux embaums; elle meurt salue par toutes les grces et les sourir es de la nature (337). Gautier, qui avoue avoir t normment influenc par Chateaubri and, son arrive Venise o il rejoint Marie Mattei6, se hte de dire que pour lui cest une ville intuitive btie dans la chambre noire du cerveau .7 A partir de cette premire impression de la ville, Gautier sempresse de refaire litinraire physi que et moral relat dans le livre vnitien des Mmoires dOutre-tombe pour absorber latmosphre et dcouvrir les richesses de cette ville. Juste aprs sa visite de la vi lle, Chateaubriand rend vi site la galerie de verrerie situe Murano et se rappelle: J tais trop prs de lle et de la ville de Murano, pour ne pas visiter les manufactures do vinrent Combourg les glaces de la chambre de ma mre (355). Une anal yse plus approfondie pourrait montrer 6 Amante de Thophile Gautier. Ils vont connaitre une idylle de 4 semaines en Italie. 7 Yves Hersant, Italies: Anthologie des voyageurs fr ancais aux XVIIIeme et XIXeme sicles (Paris: Laffont, 1988) 177.

PAGE 136

136 lassociation intressante des sentiments prouv s pour la mre morte, lappartenance des glaces et la verrerie situe Venise, d o lide que Venise unit profondment le miroir, lamour et la mort. Spirite grce au miroir de Venise devient art femme et mort/esprit Gautier compare les gondoles des cercueils, o lamour, la mort, le verre et les vampires sont trangement associs, chaque gondole qui glisse silencieusement parat emporter un couple am oureux ou un cadavre avec un stylet de cristal bris dans le cur o les personnages des mosaques deviennent des processions de fantmes qui [. .] pass ent devant nous en secouant lor chevelu de leurs gloires sur la Place Saint-Marc Venise (194). Le lecteur peut facilement percevoir le symbolisme trange de latmosphre vnitienne, vcue par Chateaubriand et Thophile Gautier, spcialement dans Spirite o Venise, ville miroir, cimetire est femme et mort, image de la destine humaine (205). Il existe trs peu de textes de Gautier s ans une rfrence au miroir de Venise et ses lectures antrieures de Chateaubriand aussi bien que dHoffmann nont sans doute fait que renforcer cette prsence du miroir dans ces uvres. Cette thmatique du miroir, qui permet la vision de lau-del, apparat obsdante dans les diffrents contes et nouvelles de lpoque. Lon Cellier crit: Les glaces de Veniseen faveur au XV IIme sicletaient encore la mode entre 1830 et 1860 [. .] Les hros des contes et des nouvelles, Onuphrius, Rodolphe Fortunio et Gret chen, Octave de Seville et Guy de Malivert [toutes des uvres de Gautier] ne peuvent sempcher de regarder que dans une glace de Venise.8 8 Lon Cellier, Mallarm et la morte qui parle (Paris: PUF, 1959) 76.

PAGE 137

137 Aucun doute que seul le miroir de Venise est magique dans ces uvres et permet de dvoiler la ralit de ce qui na pas dexistenc e physique, cest dire de lau-del. Dans Spirite, le miroir de Venise apparat Malivert comme une fentre ouverte sur le nant: Au m ilieu de ce scintillement, la glace, de petite dimension, comme tous les mi roirs de Venise, paraissant dun noir bleutre, indfiniment prof ond, et ressemblait une ouverture pratique sur un vide rempli d'idales tnbres. (56) Les miroirs de Venise deviennent pour Gautie r et dautres crivains romantiques la porte ou la fentre de lau del, permettant aux esprits et aux vivants de communiquer et relier leurs deux mondes. Le miroir rvle le chemin du bonheur et de la vraie vie celui qui sait regar der dedans sans aucune hsitation. Il joue un rle de transition jusquau moment ou liniti franchit le seuil de lautre monde, et ce moment-l il devient un medium, un voyant et se re trouve alors de lautre cot du miroir parmi les esprits. 4.2 Les Couleurs dans Spirite: Le Noir, le blanc, et le rouge La couleur, un outil efficace de lart littrair e, constitue un des lments majeurs du psychisme humain et apporte une certaine ra lit matrielle et spirituelle nimporte quelle uvre. Les interprtations faites se lon toutes les grandes thories de la couleur peuvent varier avec les aires culturelles mais la couleur reprsente un des supports de la pense symbolique. Lartiste travaille ainsi sur un canevas socio-culturel-historique avec les matriaux de son choix, notamment avec une palette de variations infinie de couleurs, et leur impose un ordre particulier pour trouver leffet esthtique recherch. Lcrivain octroie alors une fonction prcis e aux couleurs choisies dans lensemble de

PAGE 138

138 son uvre. George Mator9 dans Regards, Couleurs, et Lu mires dans Combray de M. Proust crit quil est compltement erron de croire que le choix des couleurs soit d au hasard ou quil soit la manifestation dun caprice de lcrivai n (13). La ralit physique de la couleur nexiste pas proprement parler mais est plutt saisissable par la ralit psycho-physique. Le symbolisme de la couleur nexiste que par la prsence dun metteur et dun rcepteur qui permette nt une perception individuelle. La couleur nest relle en tant quattribut du sujet et par laquelle la perception esthtique est relative une histoire personnelle et sociale et aux diffrentes adaptations individuelles environementales tels que lge, le milieu et la culture.10 Une perception et apprciation particulire des couleurs sont dues des vnements antrieurs vcus par le sujet en question, qui ont pu tre agrables ou bien dsagrables, ce qui influence alors le regard objectif sur la signification accorde. Une raction affective existe vis--vis des couleurs utilises et cette raction est totalement dpendante des personnalits complexes dune socit. Lil humain norma lement constitu peut distinguer sept millions de couleurs diffrentes, conditi on que lon change les paramtres de la lumire dclairage Si lil distingue pourtant tout es ces couleurs la raison ne peut gure aller de front avec la vue, si bien que le nombre des couleurs identifiables est plus restreint .11 Selon lobservateur, de 15 50 couleurs peuvent tre seulement reconnues par la mmoire qui joue un rle important dans cette reconnaissance. 9 George Mator, Regard, couleurs et lumires dans Combray de Proust, Bulletin de la Socit des amis de Marcel Proust et des amis de Combray 27 (1977). 10 Robert Frances, La Psychologie de lesthtique (Paris: PUF, 1968) 4. 11Tsavaras A M-C Goldblum, Les Troubles de la perception, de la dnomination et du maniement des couleurs aprs lesions corticales, Languages 25 mars 1972: 95.

PAGE 139

139 Henri Pfeiffer dans une tude pousse sur le chromatique a montr limportance de la couleur au niveau cosmologique, psychologique et m ystique notamment, en montrant que les sept couleurs de larcen-ciel, dans lesquelle s lil humain peut distinguer environ 700 diffrentes teintes, ont t mises en correspondances avec les sept notes musicales, les sept plantes, les sept jours de la semaine. Diffrentes couleurs ont diffrentes significations. Ce rtaines couleurs symbolisent les lments, par exemple le rouge et le jaune in carnent le feu; le blanc et le bleu lair et lespace; le vert leau; le noir et le ma rron la terre. Lopposition entre certaines couleurs telles que le blanc et le noir symbolise le dualisme de ltre humain. Les couleurs sont gnralement organises en un arrangement polaire car celles-ci se compltent dans leur opposition. (Voir la Figure 4-1)12 Thophile Gautier dans Spirite a appliqu sur sa palette imaginaire dcrivain des couleurs bien spcifiques, notamment le noir (matriel), le blanc (spirituel) et le rouge, (passionnel) qui drivent fortement une atmosphre particulir e partage entre le rel et lirrel dans son uvre. Dans notre analyse de Spirite, je vais donc mintresser tout particulirement au dynamisme de la couleu r noire, de la couleur blanche (souvent associe au bleu), puis finalement de la couleur rouge. Le Tableau synoptique 13 dHumbert de Superville ci-dessous transmet un rsum rapide et utile avant dentamer not re tude. (Voir Figure 42) 12 Wassily Kadinsky, On the Spiritual in Art (New York: Solomon R Guggenheim Foundation, 1912. 13 John Gage, Color and Culture. Practice and Meaning from Antiquity to Abstraction (Canada: Bulfinch Press Book, 1933).

PAGE 140

140 4.2.1 Le Noir En vieil anglais, il exis te deux mots pour qualifier la couleur noire: Swart et Blak Le premier, dune importance considrable dans Spirite se rapproche de lallemand Schwarz et il dsigne un noir mat, terne et inquitant, la glace [. .] comme tous les miroirs de Venise, paraissait dun noir bleutre, indfiniment profond, et ressemblait une ouverture pratique sur un vide rempli d idales tnbres (56) alors que le second, associ parfois au marron fonc, se rvle lumineux, brillant et chaleureux comme les cheveux, dun brun chaud de Guy de Malivert (12). Etymologiquement le mot anglais Black et le mot franais Blanc appartiennent la mme famille et pourtant lun dsigne loppos de lautre. Le noir et le blanc situs aux deux extrmits de la gamme chromatique symbolisent la coul eur du deuil selon les cultures. Le deuil blanc rvle une absence destine tre comb le, et un espoir futur ayant le pouvoir de changer la destine de certains tres.14 Le deuil noir est plutt considr comme un deuil sans espoir, symbolisant une chute dfinitive dans le nant. 15 Lorsque Spirite prononce ses vux deux surs lui passent la robe noire de lordre. Une robe noire, associe la religion et la vie ecclsiast ique du couvent par le biais de vtement sacerdotaux, la rendait mort e au monde et ne [la] laissait plus visible qu Dieu (129). De mme si Guy de Malivert avait po ursuivi son intention de mettre fin ses jours en se suicidant dans lespoir de rejoindre Spirite, [sa] mort ainsi amene [les] 14 En Asie, si le noir est galement associ la mort et l'au-del, le deuil se porte en blanc. Le dfunt se transforme en un corps de lumire, un corps glorieux; il s'lve vers l'innocence et l'immacul. Alors quen Occident, le dfunt retourne la terre, il redevient cendres, il part donc vers le noir. Le christianisme a cultiv ce symbole: il a toujours associ le deuil au sombre. 15 La couleur noire est irrmdiablement lie aux funrailles, aux dfunts, au pch et, dans la symbolique des couleurs propres aux quatre lments, il est associ la terre, c'est--dire aussi l'enfer, au monde souterrain.

PAGE 141

141 sparerait sans espoir et creuserait entre [eux] des abmes que des millions dannes ne suffiraient pas franchir (156). Labme rfre la profondeur et la noirceur de lme. Ainsi la couleur noire apparat comme un indice de dcomposition de la matire et de la dissolution de ltre dans la nuit du monde souterrain. Le noir voque le nant et le chaos profond des mes, cest--dire une totale confusion spirituelle. Cet engouffrement physique et mental est discer n par le protagoniste notamment lorsquil retombe dans le rve vulgaire aprs av oir perue la splendeur de la fte de lextra monde (65). Guy de Malivert est pris alors comme un coquillage dans une pate de marbre noir par des tnbres dune d ensit impntrables (65). Le noir sattache alors lide du mal et la ngat ion dun bonheur tant dsir. A chaque moment despoir concernant la rencontre physique et relle des deux amants dans le rcit, la couleur noire est prsente pour souli gner le dsespoir et la force antagoniste de la destine contre cette union terrestre. Dans La Dicte Spirite raconte Malivert ce qui avait encore une fois ruin leur rencontre au bal. Il tait impossible, cette fois, que jchappais votre examen, car vous rasiez les banquettes daussi prs que le permettait les frange tincelante des gazes, de dentelles, de volants qui dbordait sur le chemin; mais le malheur voulut que deux ou trois amis de ma mre sarrtassent devant nous et lui fissent des compliments dont javais ma part. Ce paravent dhabits noirs me masquait entiremen t. Il vous a fallu contourner le groupe, et je restai encore inaperue [. .] Le destin semblait samuser avec une taquinerie vous carter de moi. (110) Ces habits sombres qui servent pour la fte comme pour le deuil reprsentent luniforme de lhomme civilis du XIXme sicle (110). Lhabit noir symbolise la modernit uniformis et la monotonie de lhomme contemporain dans le Second Empire. Lhomme en habit noir dans luvre de Gautier, incluant Guy de Malivert dans

PAGE 142

142 cette description, est gnralement un roma ntique la recherche du bonheur dans un surnaturel anglique qui illumi ne ventuellement la noirc eur du monde rel. Brve allusion sociale de la part de Malivert lors quil signale tre un peu gn davoir autour du col, parmi ces gens trs pars, deux doi gts de soie noire au lieu de deux doigts de mousseline blanche lors dun bal dans le salon de Mme dYmbercourt (39). Ce mme personnage donne au noir une c onnotation toute particulire dans Spirite. Le noir est associ au ventre ces t-a-dire au monde souterrain de la Terre, symbolisant la fcondit. Les Grandes desse s de la Fertilit sont souvent des vierges noires. La femme terrestre dans le rcit est reprsente par Mme dYmbercourt et en tant que rivale de Spirit e. Elle est dcrite comme une jolie femme trs pare, dont les cheveux noirs luisaient du satin (100). Cette description nous rappelle le pome de Charles Baudelaire Chevelure ddi sa Venus noire Jeanne Duval. Je plongerai ma tte amoureuse divresse Dans ce noir ocan ou lautre est ferme (56) Baudelaire aime colorer la femme en noi r pour souligner fortement dans une noirceur baroque lintgration du mal et du plaisir sensuel te rrestre de la conception du beau. Mme dYmbercourt est une splendide femme fatale, ses sourcils, dun arc parfait, quon eut pu croire tracs lencre de Chine, et qui pourtant ne devaient rien lart; ses yeux magnifiques, son nez pur servir de modle dans un cahier de principes, sa taille que toutes les couturires proclamaient accomplie, ses bras ronds comme sils taient tourns et chargs de bracelets. (17) Mme dYmbercourt est une femme fatale c onvoite par un large nombre de soupirants mais elle nest pourtant malheureusement pas la hauteur de lamour entre Malivert et Spirite qui eux contemplent un amour spirituel et divin hor s de la normale. Comme le dit si bien Spirite, il y a des anges noirs comme il y a des anges blancs lun tant

PAGE 143

143 incarn par la femme terrestre et sensuelle Mme dYmbercourt, et lautre incarn par Spirite, la femme spirituelle (84). Le noir dans Spirite sassocie la socit et aux in dividus ctoyant les salons du Second Empire; une socit mondaine matriel le dans laquelle Guy de Malivert volue socialement. Pour rtablir un quilibre chromatique et spir ituel, Thophile Gautier marie la couleur noire la couleur blanche dans s on rcit. En Extrme Orient, il est reconnu que la dualit du noir et du blanc est celle de lo mbre et de la lumire, du jour et de la nuit, du yin et du yang. Dans luvre de Gautier, Guy de Maliv ert en habit noir, et Spirite, un ange cleste blanc, tablit cette balance. 4.2.2 Le Blanc (et le bleu) La couleur blanche succde la couleur noi re et se dfinit comme la tonalit dominante dans Spirit e Rappelons-nous que le noir et le blanc se situent aux deux extrmits de lchelle chromatique. Le premier reprsente une absence de couleurs, alors que le deuxime est une totale synths e de celles-ci. Mme DYmbercourt, femme matrielle et rivale de Spirite, est affili e dans quelques instances la couleur blanche qui sera rserve primordialement Spirite. Lorsque ceci se produit, la couleur se rattache automatiquement la fr oideur et une absence dme. Le salon de Mme DYmbercourt tait blanc et or [. .] Le lustre branches dores faisait luire les bougies dans un feuillage de cristal de roche. Des lampes, des coupes et une grande pendule qui attestaient le got de Barbadienne ornaient la chemine de marbre [. .] Il ny avait rien dire de ce salon meubl de choses belles et chres, mais que peuvent se procurer tous ceux a qui leur bourse leur perme t [. .] Lme et la personnalit lui faisaient dfaut. (24) Ces matriaux, le lustre dun feuillage de cristal de roche et la chemine de marbre blanc, sont renomms pour leur extrme froideur et rigidit. Lorsque Guy de Malivert

PAGE 144

144 se trouve lextrieur de la tmosphre confortable de te mprature de serre chaude (10) cre par Spirit e dans son appartement, (j)e rpandais dans votre logis un vague enchantement qui vous le faisait aimer. Vous y sentiez autour de v ous comme une impalpable et muette caresse, et vous y prouviez un inexprimable bien tre: il vous semblait, sans pouvoir vous en rendre compte, que votre bonheur tait enferm entre ces murailles [. .] (138) Le protagoniste est constamment entour par le fr oid, le gel et la neige, symbolisant sa frigidit intellectuelle et spirituelle. Le marb re est par excellence la pierre sans vie aussi reprsente t-il le matriau lectif du fantasme [. .] le marbre rpond mieux que tout autre matriau la doub le injonction acadmique de neut ralisation de la vie et de surenchre illusionniste [. .] Il donne lhallucination une consistance prcise .16 Pour Thophile Gautier, la rverie rotique est permise devant la sculpture et le marbre devient le catalyseur au fantasme de lexcellence et natur ellement de lidal.17 Le pote 16 Michel Thevoz, LAcadmisme et ses fantasmes (Paris: Edition de Minuit, 1980) 140. 17 Thophile Gautier, Emaux et Cames (Paris: Minard, 1968). De ces femmes il en est une, Qui chez nous descend quelquefois, Blanche comme le clair de lune Sur les glaciers dans les cieux froids; [. .] Le marbre blanc, chair froide et ple, O vivent les divinits; Largent mat, la laiteuse opale Quirisent de vagues clarts; [. .] Des Groenlands et des Norvges Vient-elle avec Sraphita? Est-ce la Madone des neiges, Un sphinx blanc que lhiver sculpta, Sphinx enterr par lavalanche, Gardien des glaciers toils, Et qui, sous sa poitrine blanche, Cache de blancs secrets gels?

PAGE 145

145 nous chante un hymne la beaut et ses pomes notamment La Symphonie en blanc majeur voque la ralit en terme de cration artistique.18 A loppos de la gamme, le blanc reprsent e la somme des couleurs et prend une valeur transcendante. Il devient lincarnatio n du salut et la promesse dun bonheur spirituel. Spirite symbolise automatiquem ent cette interprtation. Lorsque le protagoniste fminin joue du piano pour Maliver t ses doigts [. .] faiblement ross, erraient [. .] comme des papillons blancs Elle portait une longue robe blanche, dune mousseline idale plus fine mille fois que les tissus de lInde qui retombait plis abondants autour d elle et bouillonnait sur le bout de son pied en feston dcume neigeuse Elle possdait aussi des pau les nacres, opalines, dont la blancheur se fondait dans celle de la robe (146). La couleur blanche est aussi associe deu x points cardinaux. LOuest et LEst, deux points extrmes o le sole il nat et meurt. Le blanc de louest est le blanc de la mort (le soleil se couchant louest) qui absorbe ltre et lintroduit au monde lunaire de la nuit terrestre.19 Pour effectuer ce retour de lext ra-monde, la mort prcde la vie do toute naissance est considre en termes de renaissance. Le blanc est la couleur du linceul, des spectres, et des apparitions. La couleur blanche est lattribut du candidat qui renait de la mort et revi ent victorieux de lpreuve. Spirite lors de sa premire Sous la glace o calme il repose, Oh! qui pourra fondre ce coeur! Oh! qui pourra mettre un ton rose Dans cette implacable blancheur! 18 Statue de Vnus l'Esquilin reflte cette beaut plastique idale. 19 Alors que le blanc de lest est le blanc de laube, le blanc du lever d soleil qui reprsente un retour la vie, cest-a-dire Mme DYmbercourt (femme matrielle).

PAGE 146

146 apparition (renaissant de la mort), personni fie ceci en une tache lumineuse qui commenait se dessiner [. .] se teindre de couleurs lgres (57). Guy de Malivert a pu finalement apercevoir, dlimite par la bordure de la glace, comme un portrait par son cadre, une tte de jeune femme, ou plutt de jeune fille, dune beaut dont la beaut mortelle nest que lombre. Une pleur ro se lgrement colorait cette tte o les ombres et les lumires taient peine sensibles. (58) Le blanc, couleur initiatique, devient la couleur de la rvlation et de la grce. Cest la couleur de la spirit ualit et un demeurant du contact avec Dieu laissant la forme dune aurole de lumire autour de la tte de llue. Les cheveux de Spirite lors de lapparition dune teinte daurole, estom paient comme une fume dor le contour de son front (58). Cette blanc heur irrelle apparat seule au sommet dune montagne ou dun tre vivant. Dans la Bible, le blanc se manifeste lors de la transfiguration: Jsus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean et il les conduisit seuls l cart sur une haute montagne. Il fut transfi gur devant eux. Ses vtements devinrent resplendissants, dune telle blancheur quil nest pas de blanchisseur sur terre qui puisse blanchir ainsi. (S aint-Marc, 9, 2-3) Le blanc devient la couleur de passage priv ilgie de certains rites lors desquels ltre humain change et volue pour renaitr e en un tre suprieur. Dans le Christianisme, le baptme, ri te initiatique, sappelle aussi LIllumination. Aujourdhui encore lors de la communion, les enfants shabill ent en blanc, lors du mariage, la future pouse revt une robe de marie blanche pour montrer sa puret et virginit. Pour souligner davantage la blancheur et la puret de Spirite, ce personnage est associ plusieurs reprises une Colombe. La bouche de Spirite demi-entrouverte laissait luire un clair de nacre, et s on col baign de transparences bleutres, comme celui des ttes plafonnantes du Guide, avai t des rengorgements de colombe mystique (148). Dans le rcit du martyre de Saint Polycarpe, une Colombe sort du corps du Saint

PAGE 147

147 aprs sa mort. Spirite a-t-elle effectue le mme parcours? Lorsque la colombe apporte le rameau dolivier larche de No, elle symbolise la paix, lharmonie, lespoir et le bonheur retrouvs. Des adjectifs avec lesquels Guy de Malivert se trouve extrmement familier aprs sa pr emire rencontre avec Spirit e. Depuis trs longtemps il navait ressenti un tel bonheur et une lvation de son tre. Dans une interprtation plus paenne, la puret saffilie lamour charnel, donc la colombe, oiseau dAphrodite, reprsente laccomplissement amoureux que lhomme-amant offre sa future compagne. Guy de Malivert en prouvant sa loyaut et son rejet de tout bien matriel permet donc son couple de sunir lun prs de lautre comme des colombes appeles par le mme dsir (173). Spirit e incarne la puret travers la Colombe alors que Mme DYmbercourt est associe indirectement un autre oiseau blanc dans le rcit, un Cygne glissant sur leau glace. Elle ne lincarne pourtant pas car elle le revt seulement, Mme DYmbercour t [. .] avait je t sur sa toilette une pelisse de satin dore de cygne signifiant que son perso nnage nest quautre quune mascarade (162). Elle doit se revtir dune enve loppe majestueuse, symbole dune lgance anglique, pour essayer dtourdi r Guy de Malivert souhaitant lpouser et ainsi cacher sa vraie nature doie vulgaire, une fausse belle femme (78). Mais comme le chant du cygne malheureux de Baudelaire annonant sa mort prochaine, Mme DYmbercourt est consciente de son insuccs envers celui-ci. Dans sa dernire lettre damour adresse Guy, elle lui rvle son dsespoi r vous savez que je vous aime, quoique vous ne maimiez gure. Votre air froid, si tranquille, ma glac le cur (166). La couleur blanche est dfinitiv ement la plus dominante dans Spirite par le fait quelle soit aussi associe au bleu et lo r, ces trois couleurs tant rattaches aux

PAGE 148

148 esprits. Les langues romaines, bien quissues du latin, ont t obliges de trouver deux mots pour concrtiser cette coul eur qui nexistait pas dans le champ lexical du latin. Dun ct on trouve un mot germanique Blau et de lautre un mot dorigine arabe Lazurd. En franais, le premier dsigne un terme gnrique pour qualifier le bleu alors que le second semploie dans le sens dun bleu clair ou dun bleu-ciel Du XVIme sicle jusqu' la fin du XVIIIme sicle, cette couleur Azur est utilise couramment pour dfinir le ciel lui-mme.20 Thophile Gautier tait-il conscient de cette interprtation lorsquil utilise constamment ce bleu-azur pour dcrire latmosphre arienne qui entoure Spirite? Le dos de cell e-ci dans la chambre de Guy de Malivert laissait transparaitre quelques veines d azur semblables ces reflets bleutres irissant la pate laiteuse de lopaque ( 82), sa puret des lignes, la suavit incomparable de la couleur faite de blancheur, dazur et de lumir e (176). Lorsque Spirite apparat Malivert le plafond de la chambre sem plissait dazur (127). Le bleu est de mme la plus immatrie lle des couleurs car la nature ne la reprsente rellement que par le biais de la transparence. Cest-a-dire dune accumulation de vide et notamment du vide de la ir dans le cas de Spirite, Son col baigne de transparences bleutre s (148). Dans lAntiqu it mditerranenne, pour les Romains le bleu tait la couleur des Barbares notamment des Celtes et des Germains. Non seulement parce quils avaient le plus souvent les yeux bleus mais surtout parce que les guerriers se peignaient le corps de couleur bleu avant chaque combat pour donner un aspect fantomatique ayant pour but deffrayer ladversaire. Cette inversion contre le bleu change au XIIme si cle lorsque la Vierge devient en occident 20 Au Moyen ge, la couleur bleue est une image de lamou r courtois et de la fidlit entre deux tres qui saiment.

PAGE 149

149 lune des personnes se vtir dun m anteau ou dune robe bleue. Auparavant, La Vierge Marie tait essentiellement repr sente artistiquement par des couleurs sombres telles que le noir, le gris, et le vert fonc, projetant une image de deuil. Ce changement permet de percevoir la Vierge proc lamant son deuil mais aussi sa puret desprit et dme. Cest donc lincarnati on de la sagesse transcendantale ouvrant la voie dun emprisonnement matriel une libration spirituelle. Il en est de mme pour Spirite qui ne peut plus ressentir les sensations physiques de la chair aprs sa mort mais seulement le bonheur lev et vaporeux je ne pensais pas que je ne suis plus une jeune fille, mais bien une me, une ombr e, une vapeur impalpable, nayant plus rien de ses sens humains (149). Le bleu nest pas de ce monde car il dmatrialise tout ce quil intgre en lui. Entrer dans lunivers du bl eu, cest entrer dans un autre monde et pour Malivert cest traverser le Miroir de Venise pour retrouver sa bien aime dans lau-del, cest-a-dire le monde spirituel et non matriel. Le bleu reprsente linfini et transforme le rel en imaginaire. Selon le pe intre Kandinsky, le bleu suggre une ide dternit surhumaine ou inhu maine Son pouvoir mtaphysique est extrme et il fournit une chappatoire au m onde terrestre par les portes de la mort, aboutissant au repos cleste ternel. Le tr avail assidu de Spirite est de crer une atmosphre calme, chaude et cleste pour ainsi apaiser spirituellement et motionnellement son futur poux dans le but de la prparer au long voyage sans retour. Le but de Spirite est de le dbarrasser de cette argile soumise aux lois de la pesanteur (134) travers une lumire fourmillante brillant comme une poussire diamante, [qui] formait latmosphre ou le bonheur cleste les attend (135).

PAGE 150

150 Ltendue du bleu se conviait aussi dans les yeux de Spirite toilaient et bleuissaient comme des saphirs pierre cleste par exce llence travers lesquelles la mditation amne lme la cont emplation des cieux (76). Dans le christianisme, le saphir symbolise la puret et la force lumineuse du royaume de Dieu, royaume dou provient Spirite. Il en est de mme pour les yeux du Baron de Fro d'un gris bleutre [. .] demi voil par de longs ci ls blanchtres, dardait parfois une flamme aigue et semblait voir au-del de la porte humaine (27). Le Baron nest-il pas le personnage qui introduit Malivert au myst re du monde surnaturel? Jai signal prcdemment que le Baron est un adepte des thories de Swedenborg. Le blanc et le bleu incarnent ainsi deu x couleurs qui expriment le dtachement au monde terrestre et transcrivent le chemin de lme libre vers un monde spirituel, un monde o la couleur ultime est reprsente par lOr. Cet or provient du blanc virginal lors de son ascension vers le bleu c leste. Selon lAlchimie, il est le rsultat dune raction chimique entre les deux couleurs, le blanc et le bleu. LAlchimie parle de la transformation dun tat de matire en un tat spirituel. Transformer en or les mtaux es t lquivalent de transformer l tre humain en es prit pur. Cette alchimie spirituelle comporte quatre grandes oprations qui permettent un changement. La premire est la purification du sujet. La seconde, une dissolution de ltre jusqu' ce quil ne reste que ltre universel. La troisime comprend une nouvelle solidification. La quatrime tape du processus par une combinaison nouvelle, rvle ltre nouveau, dans son tat le plus pur.

PAGE 151

151 Comme je lai montr prcdemment par le biais de mes exemples, Guy de Malivert grce laide de Spirite, son guide spirituel, volue avec triomphe travers ces quatre oprations. La premire tape comprend la rencontre de Guy avec Spirite et le changement qui seffectue la suite de cette rencontre. La seconde tape se ralise lorsque Spirite rveille en son amant le dsir de la vie intrieure. Le rel et toute tentation sont vaincus ce qui lui permet daffirmer la volont de lespri t sur la matire, de lme sur le corps. La dualit de ltre et du paratre que le hros a jou jusqu' prsent, est dompt. La troisime phase permet Guy de Malivert de se reconstruire En se dtachant du rel le monde cesse dexis ter pour lui. Cette phase dclenche non seulement le rveil de lme mais surtout sa solidification, le projetant ainsi dans lextra m onde. La fin du rcit confre au lecteur cette victoire du bonheur, c'est--dire cette transformation mat rielle en spirituelle par le biais de lalchimie. Un tableau re splendissant assiste visualiser cette russite, (a)u centre dune effervescence de lu mire qui semblait partir du fond de linfini, deux points dune intensit de splendeur plus grande encore, pareils des diamants dans la flamme, scintil laient, palpitaient et sapprochaient, prenant lapparence de Maliver t et de Spirite. Ils volaient lun prs de lautre, dans une joie cleste et radieuse [. .]. (187) La fusion en une perle unique est totale et la transformation en or de Guy de Malivert symbolise lternit et limmort alit de son amour pour Spirite (187). 4.2.3 Le Rouge (et le rose) Le rouge, une des couleurs la plus connote, possde des proprits ambivalentes pouvant tre la fois bnfiques ainsi que malfiques. Cette couleur dsigne universellement le symbole du principe de vie, par sa force et sa puissance. Cest la couleur du feu, du c ur et surtout du sang. Le va mpire survit du sang suc de ses victimes. Ceci symbolise lapptit de vivre. Cet acte peut se raliser

PAGE 152

152 physiquement/concrtement tel dans La Morte amoureuse de Thophile Gautier. Clarimonde, la femme-vampire, fit une piqur e avec son aiguille et se mit pomper le sang qui en coulait de son amant (147). Ma is laction de shydrater du sang saffirme aussi dune faon symbolique, notamment par des hrones vampiriques suant la vie mentale et motionnelle de leur s victimes. Le rouge est donc la couleur se rattachant lpanouissement de ltre et pr ovoquant le surgissement du feu intrieur qui ravive. Au Moyen ge, le rouge est assimil la passion et au pch. En Russie et au Japon, la couleur rouge est associe aux festivits populaires et spcialement aux ftes de lt. Est-ce donc une concidence si cest au mois daot que Lavinia a quitt le couvent pour faire son apparition dans le monde? Pour clbrer son arrive, lorsque lhrone entre dans la ppartement prpar par sa mre, elle entrevoit par la fentre un massif de grani ums en pleine floraison [qui] blouissait les yeux de son feu dartifice carlate [. .] ce rouge plus ardent que le feu (92). Cette splendeur blouissante au del de la fentre esquisse une vision flamboyante de la vie future de Lavinia alors que lintrieur de sa chambre tait tendue de cachemire blanc divis par des cbles de soie bleue (92). Sortie du couvent, jeune fille pure, le lecteur devine que sa vie va dornavant tre boul everse par son entre dans la socit mondaine. La vie des salons, les bals, le ch oix dun futur poux vont tacher sa puret virginale entretenue par la vie monastre. Lors de son premier bal, Lavinia est introduite ce nouveau monde o une (vieil le) duchesse (incarnant la dcadence) tait vtue dune robe en velour s grenat fonc et se tenai t prs du damas rouge des parois (106). Lavinia est consciente de la dualit dans laquelle, sa vie va tre introduite: Nest-il pas dsagr able de sentir trop prs de so i dautres existences, des

PAGE 153

153 passions, des vices, des malheurs, et la dlicate pudeur de lme nest-elle pas un peu froisse par ce voisinage immdiat? ( 91). En Irlande, le rouge possde une connotation guerrire et il reprs ente lenjeu dune dialectique entre le ciel et lenfer. Cest donc une bataille entre le bleu symbolis ant lesprit de vrit et puret (vie prcdente dans le couvent de Lavinia) et le f eu qui reprsente la force et le dsir (la vie future de la jeune fille). Dans le Tarot, Limpratrice porte une robe rouge, synonyme de passion, sous une cape bleue qui est affilie la puret de lesprit. Spirite peut tre associe Limpratrice ressentant une passion extrme pour Guy de Malivert en tant que Lavinia mais qui est pourtant contenue au lendemain de sa mort sous une enveloppe dange cleste. Dans Spirite, le rouge est prsent lorsque Lavinia pense Guy de Malivert et dvoile la passion intrieure de son cur vis--vis de celuici. Mais cette couleur nes t pas rattache directement ce tte me pure de la jeune fille car il ne stait rien gliss dont [son] ange gardien put rougir (122). Le rouge lentoure seulement, cest un massif de granium (92), un tapis rouge lorsquelle se rend son premier bal (98) ou bien un rouge plus ardent que le feu (92). Souvent lorsquil est question de lhr one, cest une couleur rouge teinte dun blanc purificateur qui la dpeint, pardonnez la blancheur rose de mon teint (116) dit-elle Maliver. Elle est peinte avec un coin de joue qui apparaissait frais, ros, velout comme les couleurs de la pche (147). La premire fois que Spirite se manifeste Malivert dans le miroir, cest en une pleur rose lgrement colorait (58). Cest ainsi que Lavini a ne stant pas encore transfo rme en esprit pur (Spirite) mais mourant pourtant de chagrin, se dtache du rel et donc ne peut pas tre incarne par le rouge vif mais plutt un rouge qui se dgrade synchroniquement jusquau blanc

PAGE 154

154 passant par toutes les gammes du rose. La vinia ne se sent-elle pas rosir lorsque Malivert passe tout prs delle dans le sal on du bal? (110). Le rose est une couleur qui dsigne la perfection divine pure, acheve et sans dfaut. Lorsque Malivert rend visite sur la Tombe de Lavinia il vit une blanche tombe quune lgre couche de neige rendait plus blanche encore. Il se pencha sur la grille et lut cette inscription grave au centre de la couronne de roses (143). Dua lit marque par le fait que Spirite morte est incarne par la puret du blanc de la neige alors que Lavinia est, elle symbolise par le rose/la rose. Dans le rcit, il est intressant de remarquer quune fusion seffectue entre la couleur ro se et la fleur, la rose.21 Spirite crit dans la Dicte lors de son dsappointement nayant pas eu la chance de rencontrer Guy de Malivert au bal: une tristesse que jeus grand pei ne dissimiler sempara de moi et les roses que lanimation avait fait monter a mes joues se dcolorrent (116). Dans lhistoire chrtienne, la rose reprsente la coupe qui re cueille le sang perdu; cest le symbole dune renaissance mystique et spirituelle. Selon Frdric Portal, la rose est la couleur constituant un sym bole de rgnration du fait de la parent smantique du latin rosa avec ros qui signifie la pluie ou la rose.22 Il est dailleurs trs souvent question de blancheur rose dans le rcit (116, 174, 187). Par opposition, la carte du Tarot, La Force, synonyme du Mal, cache sa robe bleue sous un manteau rouge. Extrioriser le rouge est dangereux car traduisant un instinct de puissance, cela entraine la haine, la passion av eugle et lamour infernal. Amour-jalousie ressenti dai lleurs par Mme dYmbercourt envers Guy de 21 Dans Spirite, Thophile Gautier associe la couleur rose la fleur: la rose (rose). 22 Frderic Portal, Des Couleurs symboliques, dans lAntiquit, le Moyen-ge et les temps modernes (Paris: Maisnie, 1975) 218.

PAGE 155

155 Malivert lorsquelle sera vexe par son rejet, notamment au cours dune rencontre froidement crmonieuse lo rs dune reprsentation de La Traviata Guy de Malivert serra avec une tranquillit parfaite la main de Mme dYmbercourt, dont la contenance trahissait le trouble, quel effort quelle fi t pour paratre indiffr ente. La rougeur [qui] avait color ses joues (160). On dcouvre aussi une autre variante de la couleur rouge, notamment le pourpre-grenat qui drive dune couleur rouge nacre de bleu. Ce rouge sombre et somptueux, plus mur et lgrement bleutre symbolise lemblme du pouvoir et de la raison. Pour le Duchesse de C, ayant or ganise le grand bal, vtue dune robe en velours grenat fonc cette couleur symbolis e la femme fatale autrefois courtise par de nombreux prtendants mais prsent pleine de sagesse et de noblesse (106). A Rome, cette couleur tait porte par les per sonnes importantes politiques ou religieuses tels les gnraux, les nobles ou les patriciens. Thophile Gautier en tant qual chimiste verbal a attr ibu aux couleurs noire, blanche et rouge certaines substances physiques et spirituelles. Le noir est devenu le symbole de la matire, le blanc associ au bleu celui de linnocence et de lillumination alors que le rouge est celui du sang et de la pa ssion. Pour conclure cette partie, je discuterai brivement de limportance de la place de lart dans Spirite spcialement lart visuel et musical et comment celui-ci cr e un espace surnaturel dans cette uvre. 4.3 LArt: Visuel et Musical Thophile Gautier effectue une constante transformati on du rel par des analogies de lart. Lauteur est souvent compar un artiste-peintre, notamment par Emile Faguet qui pense que Gautier,

PAGE 156

156 apportait la tournure despr it dun peintre et de tous ses gouts, cest-a-dire lamour du contour et de la couleur [. .] lignorance ou le ddain des nuances, celles du moins qui sont trop d licates pour tre exprimes par le pinceau et qui ne peuvent ltre que par le discours. 23 Spirite ds sa premire apparition est dcrite en uvre dart quil faut admirer. Son image dans le miroir de Venise est dlimite par la bordure de la glace comme un portrait par son cadre (57) Le portraitiste, tel Pygma lion, a pour principale tache de donner la qualit de vie son tableau pour que la femme peinte se mtamorphose en femme relle et dsire et vice-versa. A travers luvre, Spirite possde un sourire dune malice cleste [. .] dont les si nuosits formaient larc trac par la bouche de Mona Lisa (76), un rire enfantin de [. .] Venus de Milo (56). Elle est compare a lalma adorata (154) et surpasse la beaut de la statue dor et divoire de Phidias, la cleste, la vierge, limmacule Pallas-Athne (178). (Voir Figure 4-2) Dans dautres rcits fantastiques, Thophile Gaut ier effectue le mme procd. Onuphrius peint la femme de ses rves dont le sang commenait courir sous les chairs, les contours se dessinaient, les formes se modelaient, la lumire se dbrouillait de lombre, une moiti de la toile vivait dj (69) Le regard du crateur sur son uvre est exemplaire, et sans ce regard la cration perd toute sa raison dtre. Le crateur est celui qui donne vie son chef duvre. Le regard devient un symbole, compar un miroir qui reflte souvent deux mes, celle du regardant et ce lle du regard. Une communion seffectue alors entre lartiste et la muse. Onuphrius peint avec amour et passion le portrait de son amante, Jacintha. Il place une importance considrable dans lbauche du visage et essentiellement des yeux: 23 Emile Faguet, XIX sicle: tudes littraires (Paris: Boivin, 1949) 218.

PAGE 157

157 Ses yeux taient admirables, larc des sourcils tait parfaitement bien quip, et fondait moelleusement vers les tempes en tons bleutres et velouts; lombre des cils adoucissai ent merveilleusement bien lclatante blancheur de la corne, la prunelle regardait bien, liris et la pupille ne laissaient rien dsirer: il ny manquait plus que ce petit diamant de lumire, cette paillette de jour que les peintres nomment le point visuel. (69) Dans La Toison dor de Thophile Gautier, le jeune hros, Tiburce, tombe follement amoureux d une peinture de Reuben, Madeleine aux cheveux dor qui nest autre que la reprsentation de la femme idale: un soleil idal criblait ses cheveux de rayons dor, sa robe avait des transpar ences dmeraudes, ses paules scintillaient comme du marbre de Paros (204). Tiburce choue malgr son insistance chercher srieusement dans sa tte les moyens danim er cette beaut insensible et de la faire sortir de son cadre (176). Alors que Maliver t russit dans son entr eprise car parfois Lavinia reparaissait traver s Spirite, un peu plus vaporeuse sans doute, mais avec une ralit suffisante (149). Les matriaux prcieux tels que lor, les meraudes, le marbre et les couleurs transmettent au lecteur non seulement dans La Toison dor mais aussi dans Spirite cette vision absolue de beaut i dale. La jeune hr one, Spirite, possdait des mes blanches comme les di amants, les autres colores comme le rubis, lmeraude, le saphir, la topaze et lamthyste (135). Les autres hros de Thophile Gautier et spcialement Guy de Malivert dans Spirite, nous rappelle la vision des Parnassiens.24 Ils sintressaient normment la beaut plastique incarne par lart et voulaient restaurer lart dans sa puret et dans sa dignit. Les Parnassiens se refugiaient souvent dans une reprsentation, pour la plupart, visuelle et statique dun pass lgen daire qui se traduisait souvent dans les 24 Rfrence faite dans la premire partie: Mademoiselle de Maupin

PAGE 158

158 uvres de Gautier dans une pass fantastique. La premire apparition de Spirite qui par son nez fin et mince tait dune idale dlicatesse, un sourire la Lonard de Vinci fait naitre un amour subit et passionn el, un amour bloui par la radieuse beaut de la vision plastique et fantas tique (58). Ltre idal-irr el se transforme en femme partiellement vivante. Cette fe mme idale est peinte dans un pome dEmaux de Thophile Gautier o elle est associe par a nalogie de multiples femmes incarnes par des peintures et des sculptures telles que LOdalisque lesclave dIngres ou la Femme pique par un serpent de Clesinger (24-31). Un jour, au doux rveur qui laime, En train de montrer ses trsors, Elle voulut lire un pome, Le pome de son beau corps. Pour Appelle ou pour Clomne, Elle semblait, marbre de chair, En Venus, Anadyomne Poser nue au bord de la mer.25 La Statue de Clesinger rvle lambigit rduite par la contemplation de la perfection dans une beaut plastique non-vivante. Ses paupires battent des ailes Sur leurs globes dargent bruni, Et lon voit monter ses prunelles Dans la nacre de linfini Dun linceul de point dAngleterre 25 Thophile Gautier, Emaux et Cames (Paris: Minard, 1968) 141.

PAGE 159

159 Que lon recouvre sa beaut Lextase la prise la terre Elle est morte de volupt! (141) Le hros/lartiste sengouffre dans une spirale infernale et perd pied sur la ralit en confondant dornavant la femme relle ai me la femme idale morte, sentiment ressenti par Guy de Malivert, voulant se su icider, lorsquil ne peut concrtiser son amour sous une forme plus physique. Spirite avait tent de se rapprocher dune ralit plus concrte en se transformant en une stat ue semi-relle grecque, pour adoucir la passion douloureuse de Malivert lors des me rveilleux spectacles ariens La sculpture est le plus rel et le plus abstrait de tous les arts .26 Cette mtamorphose lui permet ainsi de conserver son apparence sp irituelle tout en in tgrant une enveloppe plus concrte. Spirite atteint ainsi la perfecti on visuelle grce la statuaire, lon se fait encore quelques ides de ce que doivent tre le s lignes et les contours de ltre le plus parfait de la cration (200) et dans sa robe blanche sculpte petits plis comme les tuniques des Canphores, [. .] Costume ainsi, Spirite resse mblait une vierge des Panathnes descendue de sa frise (178). Elle incarne la pure beaut plastique, une beaut daprs Poulet symbolisant la fascination du type biondo e grassotto voque par une physionomie idale de la blonde vniti enne. Dans sa perfection morale physique et morale, Spirite reprsente alors lide de la femme de chair parfaite et dme pure, runissant ainsi lesthtique et lthique. Mais cette balance est extrmement difficile et dangereuse maintenir car, (c)tait un vrai supplice de Tantal e ; la coupe pleine dune eau glace approchait de ses lvres ardentes t endues par une main amoureuse, mais 26 Le Salon de 1847, La Presse. Paris: Hetzel, 1847. 198.

PAGE 160

160 il ne pouvait pas mme en effleurer les bords ; les grappes parfumes, couleur dambre et de rubis, se courbai ent sur sa tte [. .] Les courts intervalles pendant lesquels le quittait Sp irite, [. .] lui taient devenus insupportables, et quand elle disparaissai t, il se serait volontiers bris le crane contre le mur qui se refermait su r elle. Un soir il se dit: Puisque Spirite ne peut revtir un corps et se mler ma vie autrement que par la vision, si je dpouillais cette gnant e enveloppe mortelle, cette forme paisse et lourde qui mempche de mlever avec lme adore aux sphres o planent les mes? (155) La coquetterie de Spirite a failli leur coter une sparation ternelle. Ne dit-elle pas Guy, (t)a mort ainsi amene nous sparerait sans espoir et creuserait entre nous des abmes que des millions dannes ne su ffiraient pas franchir. [. .] Pardonne-moi davoir t coquette. La femme a voulu tre aime comme lesprit, Lavinia tait jalouse de Spirite, et jai failli te perd re jamais. (156) Lange antique perd la bataille face lange spirituel. A la fin du rcit une autre bataille sera livre entre ces deux anges, notamment lorsque Pallas-Athne tente de sduire Guy de Malivert en le rappelant au pl aisir plus concret et physique aux portes du Parthnon. Malivert monta les degrs et sapprocha de Spirite, qui tendit les mains vers lui. Alors dans un blouissent rapide, il vit le Parthnon comme il tait au jour de sa splendeur [. .] Malivert entrevit, remont e sur son pidestal, la statue, la vierge, limmacule Pallas-A thne, mais ce prodige il ne jeta quun regard distrait et ses yeux cherc haient aussitt les yeux de Spirite. (178) Thophile Gautier a toujours voulu transme ttre lide de lart reprsentant un idal absolu. Mais par le biais de la rac tion de Guy, lcrivain transmet lide dun dpassement de cet absolu, lorsque lartiste incarn par Malivert dtourne son regard du chef duvre grec au plus reconstitu dans toute sa splendeur, pour admirer lme de Spirite. Oh! murmura Sp irite, lart lui-mme est oubl i pour lamour (178). Guy de Malivert par son dsir daboutir au monde extr a-terrestre pour saisir son bonheur et

PAGE 161

161 sa vraie vie spirituelle au pr s de Spirite, a dpass la reprsentation du Reflet de la viet. Lvasion dans lautre monde ne se limite pas par le seul biais de lart visuel mais aussi grce lart musical qui possde trois caractristiques: dcoratif, idologique et structurant. Quand lauteur dcide de faire passer le hros dun tat de conscience un autre, quand il veut supprimer le temps chronologique ou la distance gographique, cest par un pisode musical qu il facilite le changement. Thophile Gautier a t lun des rares cri vains au XIXme sicle sintresser lart de la danse. Ce fut dailleurs une v ritable passion pour les danseuses fantmes qui animent vivement son imagination. Ga utier tait dune certaine faon obsde par le talon rose symbolisant la danseuse. Le corps fminin aux yeux de lartiste reprsente une uvre dart et il sapplique le dcrire de la tte aux pieds mais pour les danseuses son regard se pose plus particulirement sur les jambes et les pieds qui se trouvent dans des chaussons roses. Pour Gautier crire un Ballet cest faire de la littrature des jam bes notamment avec son ballet Giselle (174). Toutes ses hrones ont les jambes fines de Diane chasseresse tel Mademoiselle de Maupin, ou bien de vrais pieds dEspagnole tel Omphale, ou encore des talons roses vermeils tels Cloptre et Clarimonde. La couleur ro se, rappelons, symbolise Spirite travers luvre. Le pied de la femme est aussi peru dangereusement fatal dans la littrature et Frderic est presque dfaill ant car la vue de votre pied me trouble dit-il Madame Arnoux dans LEducation sentimentale de Flaubert. Nerval dcrit avec

PAGE 162

162 beaucoup de passion lui aussi le pied de Pandor a: Josai mme mattaquer ses pieds serpentins, que je voyais dpa sser insidieusement sous sa robe .27 Dans le Ballet de Gautier, Cloptre autant que dans le rcit de Spirite, la femme dune beaut idale, venant de lau-del effectue pour son amant une danse majestueuse. Spirite danse dune fa on arienne travers les rves de Guy de Malivert. Sa puret est transmise par sa lgret et sa volupt. Spirite paraissait [. .] plus grande, plus majest ueuse, entoure dune lueur vive ; de longues ailes battaient ses paules, elle avait dj, quoique visiblement, quitt le plancher de la chambre. Les plis de sa robe flottaient dans le vide comme une ballerine lors dun saut arien. (151) Les ailes matrialisent le symbole de la lgret, de llvation travers les cieux. Leurs qualits tiennent dun esprit, dun oiseau (le cygne ou la colombe des pages prcdentes), dun ange ou dune fe possdant un lan spirituel et potique. Une Sylphide, une Wili, une Pri ou bien une Spirit e elles portent t outes des ailes dans le dos. Guy de Malivert dans sa qute vers li dal peroit souvent le fantme arien de Spirite qui plane au dessus de sa tte, cette volition aile que fait naitre la vue dun ange gardien (82). Ce langage des gestes et des mouvements est le seul moyen de communication qui existe par fois entre eux et parle directement aux sens. Une seconde influence de son attraction pour le ballet et les danseuses est de au fait que Thophile Gautier tait tomb follement amoureux de Carlotta Grisi, elle-mme danseuse. Elle fut dailleurs linsp iration de ses uvres telles que Giselle, La Pri et Spirite. Gautier crit en mars 1866: Votre instinct ne vous a pas trompe, ctait bien Spirite que refermait la boite; ce livre venu de vous, retournait vous, habill vos couleurs en portant votre livre dazur.28 27 Grard Nerval, uvres compltes, Tome I (Paris: Garnier Frres, 1958) 661.

PAGE 163

163 Et Carlotta lui rpondit: Combien je suis heureuse de votre succs de Spirite; jen prends une bonne petite part pour mon compte, car il me semble que je suis pour quelque chose dans votre invention.29 Spirite ressemble aussi trangement une clbre danseuse Emma Livry tant admirepar lcrivain. En dc rivant Emma, nous avons lim pression de lire un passage de Spirite. A lentrevoir travers les transparences de ses voiles dont son pied ne faisait que soulever le bord, on eut dit une ombre heureuse, une partition lysenne jouant dans un rayon bleutre; elle en avait la lgret impondrable et son vol silencieux tr aversait lespace sans quon entendit le frisson de lair.30 La danseuse reprsente aux yeux de T hophile Gautier, laspiration la beaut, lidal et lamour arien. En faisant mourir ses hrones, il russit par limmortalit concrtiser leur beaut idal e et vaporeuse. La danseuse devient une ombre aimante et dvoue son amant lui par venant sans cesse travers ses rves, comme le fait si frquemment Spirite pour Guy de Malivert. Aprs la premire apparition de Spirite, Malivert se coucht et ne tarda pas sendormir. Son sommeil fut lever, transparent et rempli de merveilleux blouissement qui navaient pas le caractre des rves, mais bien plutt celui de la vision. [. .] Dans ses essaims, Malivert crut reconnatre Spirite, et il ne se trompait pas, quoiquelle ne part quun point br illant dans lespace. (64-65) 28 Marcel Voisin, Le Soleil et la Nuit. LImaginaire dans luvre de Thophile Gautier (Bruxelles: LU de Bruxelles, 1981) 235. 29 Thophile Gautier, Lettre sa mre, no. 209, Correspondance gnrale, Tome I (Droz: LacosteVeysseyre, 1985) 479/ 30 Revue Dramatique. Le Moniteur Universel 3 aout 1863.

PAGE 164

164 La musique dans les uvres fantastiques de Gautier, le pouvoir de parler directement lme et de pntrer dans le corps et surtout la conscience du hros. Elle sempare de sa personne. Le morceau quelle joua tait luvre dun grand maitre, une de ces inspirations ou le gnie humain semble pressentir linfini, et qui formulent avec puissance tantt les secrtes postulations de lme, tantt lui rappellent le souvenir des cieux et des paradis. (147) La musique cre ainsi une atmosphre extr atextuelle qui permet au personnage de passer du monde matriel vers lidal du monde spirituel. Le temps et lespace deviennent alors lastiques. Dans Spirite, lcrivain, quest Malivert, devient compositeur sous linfluence de la jeune fille fantme ce qui invite la fusion des deux arts. [Spirite] se remit au piano et fit jaillir du clavier une mlodie dune puissance et dune douceur incomparables, o Guy reconnut une de ses posies celle quil aimait le mieux, transpos e de la langue du vers dans la langue de la musique. [. .] Spirite, avec une intuition merveilleuse, rendait lau del des mots, le non sorti du verbe humai n, ce qui reste dindit dans la phrase la mieux faite, le mystrieux, lintime et le profond des choses, la secrte aspiration quon avoue peine soi-mme, lindicible et linexprimable, le desideratum de la pense. (150) Ainsi Spirite permet la verve de Malivert trop sche et intellectuelle de slever dans lazur de lau-del en dcouvrant des hori zons jusque l inconnu celui-ci. Il reconnat la richesse du langage et prouve la satisfaction si rare des potes, dtre compris dans toute la profondeur de son gnie (152). La musique passe dornavant par lesprit et elle devient la cl ef de lvasion par ses pouvoirs mythiques qui dpassent la contrainte de la pense logique Elle se prte aux transformations qui sont lessence du fantastique de Gautier. L objet dart (la musique ) quivaut lobjet

PAGE 165

165 perdu (Laviana-Spirite) et runit la concidence de ltrange et du familier, das Umheimlich .31 Labsence (de la verve potique et de la mour) voque le vide et le manque qui fertilisent le dsir (de labsolu artistique et amoureux) mais labsence alimente aussi la nostalgie dune prsence impossible du beau et de lidal. Grce Spirite, Guy de Malivert russit obtenir les deux, elle lui ouvre les portes de lexa ltation et de la satisfaction artistique car Spirite a comp ris toutes les dlicatesses et les profondeurs que lui-mme lauteur navait ja mais si bien compris le sens et la porte (151). 31 Voir le premier chapitre de la thse.

PAGE 166

166 Figure 4-1. Les Couleurs sont gnralement organises en un arrangement polaire car celles-ci se compltent dans leur oppos ition. Voir le schma ci-dessous. Kadinsky, Wassily. On the Spiritual in Art NewYork: Solomon R Guggenheim Fondation, 1912. (172) Orange Blanc Rouge Bleu Violet Noir Vert Jaune

PAGE 167

167 Convergente Horizontale Expansive Concentration, recueillement quilibre, calme vacillation, agitation Profondeur, tnbres clart, lumire explosion, clat Couleur noire Couleur blanche Couleur rouge Figure 4-2. Le Tableau synoptique dHumbert de Superville ci-dessous transmet un rsum rapide. Gage, John. Color and Culture. Practice and Meaning from Antiquity to Abstraction. Canada: Bulfinch Press Book, 1933.

PAGE 168

168 CHAPTER 5 LA MORTE AMOUREUSE Ce sont des vnements si tranges, que je ne puis croire quils me soient arrivs. Jai t pendant plus de trois ans le jouet dune illusion singulire et diabolique [. .] J ai men en rve toutes les nuits une vie de damn, une vie de mondain et de Sardanapale. Un seul regard trop plein de complaisance jet sur une femme pensa c auser la perte de mon me [. .] Lesprit malin stait empar de moi. (71) Ne regardez jamais une femme, et marc hez toujours les yeux fixs en terre, car si chaste et si calme que vous soyez, il suffit dune minute pour vous faire perdre lternit. (104) Romuald La Morte amoureuse. Lintrt du surnaturel et de ltrange au XIXme sicle est considr comme une raction envers la rati onalit du sicle des lumires. Plutt que de sintresser au rationnel et la clart, certains crivains du XIXme sicle nous plongent dans lobscurit et les frontires de ltrange. En termes psychologiques, la fascination de ce sicle pour lhorreur peut tre alors perue comme un refoulement. Pour Freud, cela se traduit par le terme das Umheimlich alors que pour Lacan, cest une rsurgence du dsir refoul par la loi du pre, effrayant non seulement le sujet parlant mais aussi lentire structure sociale reposant sur lordre. Freud crit que doubt whether an apparently animate being is really alive, or conversely, whether a lifeless object might be in fact animate 1 et lexistence du double dans lequel there is a doubling, dividing and interchanging of t he self (234) est un exemple de l Umheimlich Jai donc choisi La Morte amoureuse de Thophile Gautier pour dresser dans notre analyse une troisime et dernir e perspective mon bilan thmatique des caractristiques du fantastique. Le rcit modifie de nouveau les catgories du rel et de 1 Sigmund Freud, The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud. Trans. and Ed. by James Strackley, 24 vols (London: Huyarth, 1961) 226.

PAGE 169

169 lirrel linstar de la dic hotomie exerce dans le te xte sur de multiples niveaux notamment le titre, la figure du vampire et le statut du personnage narratif, Romuald. Avant dentamer mon analyse, il est important de situer cette histoire fantastique au lecteur. Dans le recit, un Romuald g raconte son public les faits tranges qui ont suivi son ordination. Alors jeune prtre d'une cure de campagne, il vit une exprience troublante. Le jour, il est homme dglise, la nuit il est un riche seigneur de Venise. Cette existence bicphale prend sa source avec la rencontre de Clarimonde, une courtisane sur laquelle courent les plus so rdides rumeurs. Le pre, Srapion met en garde Romuald: il ne doit pas se laisser t ourmenter par une goule, une vampire qui na dautre volont que de lloigner de Dieu. Mais la fascination quelle exerce sur Romuald est telle quil nat entre eux un amour plus fort que la mort. Un amour qui permet Clarimonde de revenir dun endroit S ans Soleil ni Lune pour rejoindre son aim. Pour Romuald tout est confus. Il ne sait de qui, entre le prtre ou le gentilhomme, est lidentit chimrique. Ma is un soir, il dcouvre que Clarimonde le drogue pour quil sendorme profondment de faon ce quelle puisse le piquer dune aiguille et se nourrir parcimonieusement de son sang vermeil. Romuald amoureux de Clarimonde dcide de la laisser faire. Ma is violemment tourment et encourag par Srapion, tous deux vont chercher la tombe de Clarimonde dans le cimetire de la commune. Trouvant lemplacement du cercueil, le vieil abb Srapion nhsite pas le profaner. La belle courtisane y gt, blanche ma is frache, sereine, un filet de sang coulant de ses lvres. Saisi dune rage fo lle, Srapion exorcise la morte dont le cadavre se disloque en un tas de cendre et dos (102). Romual d conclut son rcit

PAGE 170

170 par cette phrase: Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixs en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d''une minute pour vous faire perdre l''ternit (104). 5.1 Le Titre: La Morte Amoureuse Ma premire approche de cette analyse du rcit consiste postuler sur la structure qui adjoint le titre, La Morte Am oureuse sa narration comme identique celle du cadre sa toile. Le titre devient alors un appareil de cadrage entre le dedans (le rel/le concret) et le dehors (lirrel/linexplicable) lors duquel ceux-ci entretiennent un perptuel rapport dchange entre deux mondes. Daprs Grard Genette dans Seuils2, la dfinition mme du titre peut poser quelques problmes et exiger un effort danalyse car c est un appareil titulaire formant un nonc complexe (59). La fonction du titre permet dtablir daprs Charles Grivel 1. Une identification de louvrage 2. Une dsignation de son contenu 3. La mise en valeur Alors que pour Leo Hoek, lun des f ondateurs de la titrologie moderne3, le titre est en fait un ensemble de signes linguistiques [. .] qui peuvent figurer en tte dun texte pour le designer, pour en indiquer le contenu global et pour all-cher le public vis .4 Mais souvent selon Grard Genette cette vulgate fonctionnelle (me) semble un point de dpart acceptable, mais elle app elle quelques remarques, complments ou amendements (80). Les trois foncti ons indiques prcdemment ne sont pas 2 Grard Genette, Seuils (Paris: Ed. du Seuil, 1987). 3 Claude Duchet a baptis cette discipline qui sapplique ltude du para texte. (Seuils) 4 Leo Hoek, Production de lintrt Romanesque (Atlanta, GA: Rodopi, 1990) 169-70.

PAGE 171

171 ncessairement toutes prsentes la fois mais encore elles ne sont pas forcement toujours remplies rigoureusemen t et peuvent tre sujettes des discussions car la relation entre le titre et le contenu global est minemment variable depuis la dsignation factuelle la plus directe ju squaux relations symboliques et dpendent de la complaisance hermneutique du rcepteur (81). Dans mon analyse de ce dernier rcit de T hophile Gautier, la complexit et la subtilit du titre est bien prsent e. Cest ainsi quen premier lieu, de mme quil en soit attendu de la narration, il est ncessaire de vouloir expliquer Quest-ce quune morte amoureuse? Lespace tabli par le rcit ai nsi que par le titre est assez troublant et surtout dune nature impossible. Le syntagme de La Morte amoureuse reprsente un drglement de notre systme de signification. Le titre gnralem ent gnre ltendue sur laquelle le rcit se dploi e. Il dtermine le genre, le space et les frontires dans lesquels lintrigue doit se drouler. Ma is ce conte de Thoph ile Gautier drange ce contexte et apparat comme une aberration du langa ge. Il refuse ai nsi toute pratique mimtique et introduit ainsi une brche dans not re systme. Les mots soutiennent un paradoxe dans lequel le signifiant est dnu de signifi. La mort ne cesse gnralement de profrer lindicible et le manque. Mais dans ce rcit, la crise smantique stend plus loin. Gnralement dans les rcits fantastiques des crivains du XIXme sicle prolifrent les rfrences aux morts vivants sous laspect de fantme, desprit ou de revenants. La morte amoureuse/ La Morte amoureuse cre ainsi sa propre reprs entation et exige alors dtre accepte telle quelle. Le titre saccroche son incohrence. Elle (la femme ou le titre) ne saurait souffrir aucune tentative dinterprtation. Elle/il devient alors

PAGE 172

172 la chose en soi-mme et fournit ainsi au fantastique sa raison dtre dans le rcit. La morte amoureuse/ La Morte amoureuse produit alors une parfaite conjonction avec le mouvement de lArt pour lArt s outenu par Thophile Gautier et traduit le postulat de la supriorit du signe sur la chose car le pote parnassien manie les formes moins comme signifiants purs que formulations dsinc arnes qui atteignent lart au moment o ils se divertissent de leur referentialit. Le titre cherche alors rendre visible ce qui se trouve au-del du champ visuel du concevabl e en exposant ses limitations et devient un jeu lors duquel il est interdit toute interpr tation mtalinguistique. Le conte doit se lire tel quil nous est prsent dans ses limites et ses drglements et demande de la part du lecteur une activit de dpistage. La Morte amoureuse (rcit et titre) ouvre un vide dans notre systme de signification et se nourrit du phnomne pistmologique dincomprhension plutt que dun code hermneutique de reconnaissance. Le titre/rcit na recourt aucune rfrence prcdente et devient das Umheimlich par lui-mme. Lhistoire, elle-mme, sinte rprte comme un mouvement divis entre le rel et lirrel, le jour et la nuit, la mort et la vi e et enfin la prsence et le manque. Le rcit fonctionne irrmdiablement doublement sous le rgime du refoulement. Ce sont des vnements si tranges, que je ne puis croire quils me soient arrivs. Jai t pendant plus de troi s ans le jouet dune illusion singulire et diabolique. Moi, pauvre pr tre de campagne, jai men en rve toutes les nuits (Dieu veuille que ce soit un rve!) une vie de damn, une vie de mondain et de Sardanapale. (71)5 Thophile Gautier par ce rcit, re noue avec ses habitudes dcrivains du fantastique par le biais de lamour dune femme inaccessible, inspiratrice dun amour 5 Soulign par moi.

PAGE 173

173 qui nait contretemps. Le hros, Rom uald, se trouve dans une impossible concidence du prsent et du pass car la mante nest autre quune morte encore une fois. Cette situation, les invite ainsi un arrachement du prsent et les force un exil (physique et psychologique). La rvlation amoureuse seffectue lors dune double mort la mort psychologique de Romual d ainsi que la mort physique de Clarimonde. La premire prend lieu lors de lordination du jeune protagoniste. Le temps de lenfance et de la volupt Catholique, une sensation ineffable parcourait tout mon tre et me faisait frissonner [. .] debout, prs de lautel (71), dun jeune homme innocent, naf et frocement enthousiaste pour la relig ion, ne connaissant rien dautre, vont tre anantis la seule vue de Clarimonde. Ds ma plus tendre enfance, je mt ais senti de la vocation pour ltat de prtre, aussi toutes mes tudes furent-elles diriges dans ce sens-la, et ma vie, jusqua vingt-quatre ans ne fut-e lle quun long noviciat. Ma thologie acheve, je passai successivement par tous les petits ordres, et mes suprieurs me jugrent digne, malgr ma grande jeunesse, de franchir le dernier et redoutable degr. Le jour de mon ordination fut fixe la semaine de Pques [. .]. Je ntais jamais all dans le monde; le monde, ctait pour moi lenclos du collge et du sminaire [. .]. Je ne r egrettais rien, je nprouvais pas la moindre hsitation devant cet engagement irrvocable; jtais plein de joie et dimpatience. Jamais jeune fianc na compt les heures avec une ardeur plus fivreuse; je nen dormais pas, je rvais que je disais la messe; tre prtre, je ne voyais rien de plus beau au monde: jaurais refus dtre roi ou pote. Mon ambition ne concevait pas au-del. Le grand jour venu, je marchais lgl ise dun pas si lger, quil me semblait que je fusse soutenu en lair ou que jeusse des ailes aux paules. Je me croyais un ange [. .] Jtais dans un t at qui touchait presqu lextase. (72-73) La vue de la femme dclenche un bouleverse ment et entraine un e division de la vie du hros. Le dsordre inverse les signes et devient limage de la mort dans la vie Ce qui aurait d tre une nouvelle naissance, une jouissance indfinie, tourne en cauchemar, un emprisonnement physique et motionnel.

PAGE 174

174 A mesure que je la regardais, je sent ais souvrir dans moi des portes qui jusqualors avaient t fermes ; des soupiraux obstrus se dbouchaient dans tous les sens et laissaient entre voir des perspectives inconnues [. .] Une angoisse incroyable me tenaillait le cur [. .] Je comprenais toute lhorreur de ma situation [. .] Etre prtre! Ce st dire chaste, ne pas aimer, ne distinguer ni le sexe ni lge, se dtourner de toute beaut, se crever les yeux, ramper sous lombre glaciale dun cloitre ou dune glise [. .] javais scell moi -mme la pierre de mon tombeau, javais pouss de ma main le verrou de ma prison! (78-79) Une telle mort apparat alors comme un enfe rmement, une castration de la vie. Un renversement des rles seffectue et lglise devient le lieu de lobscurit, des tnbres et de la mort. Ses r eprsentants, lvque, et le pr tre Srapion se rvlent en tant quhommes svres et dmoniaques. Je le6 regardais faire [. .] plus noir et plus silencieux que la nuit elle-mme; courbe sur son uvre funbre, il ruisselait de sueur, il haletait, et son souffle press avait lair dun rle dagonisant. Ctait un spectacle trange [. .] le zle de Srapion avait quel que chose de dur et de sauvage qui le faisait ressembler un dmon plutt qu un aptre ou un ange, et sa figure aux grands traits aus tres [. .] navait rien de trs rassurant. (103) Alors que Clari-monde (linitiatrice du merveill eux) claire et devient une clart luci-frienne plutt que lucifique Le sujet fminin imprime une lumire sur le rcit et sur le protagoniste. Son nom condense un rebus de fonction oculaire do Clarimonde peut se reformuler en tant que cl art du monde ou clart immonde Ltymologie latine ramne une fonc tion double et impropre c'est--dire l Umheimlich Cest exactement comme si la protagoniste fminine dborde sa propre dfinition et son nom donne au fantasti que le droit de se gnraliser dans le rcit. Clarimonde repend sa lumire et dc lenche une rosion des sens lumineux autant que liquides. Do souvent la caract risation de Clarimonde sous des termes dune imagerie de leau. Ses yeux prunelles vert de mer dune vivacit et dun clat 6 Srapion

PAGE 175

175 insoutenables (74) Subsquemment dans le rci t, Clarimonde symbolise la Venus botticellienne dresse aux creux de bl ancs flocons dcumes dans un ocan immobile de toits et de combles o lon ne distinguait rien quune ondulation mortueuse (82). Cette femme stait compltement empare du jeune sminariste et un seul regard avait suffit le changer permanemm ent. A sa vue, il a eu limpression de retrouver lessence du ne existence profonde associe au monde sous marin. Romuald subit le cha rme et la tentation du mythe de Jonas.7 Ce fut comme si des cailles me tombaient des yeux. Jprouvai la sensation dun aveugle qui recouvrerait subitement la vue. Lvque si rayonnant tout lheure, steignit tout coup [. .] La charmante crature se dtachait sur ce fond dombre comme une rvlation anglique. Elle semblait claire delle-mme et donner le jour plutt que le recevoir. (73) Par son blouissement, le blason de Clarimonde sannonce comme une formulation irrelle par sa nature superlative (parallle vident entre Clarimonde et Spirite, toutes les deux de nature effervescente). Je la voyais tincelante des couleurs du prisme, et dans une pnombre pourpre comme on regarde le soleil. Oh! Comme elle tait belle! Les plus grands peintres, lorsque, poursuivant dans le ciel la beaut idale, ils ont rapporte sur la terre le divin portrai t de la Madone, napprochent mme pas de cette fabuleuse ralit. Ni les vers du pote, ni la palette du peintre nen peuvent donner une ide. (74) Mais elle est en surplus surdtermine. Clarimonde assume de la mme manire une simultanit entre le rel (ralit) et le surrel (lillusion). La lecture de La Morte amoureuse nassume pas un choix de la part du lect eur entre les deux concepts. Cest ainsi que la thorie de T. Todorov port ant sur lobjectivit des phnomnes do provient le principe du doute, na pas de pl ace dans ce conte de Thophile Gautier. Car lcrivain ordonne une acceptation du rel et de lirrel et cette double certitude 7 Engloutissement dans le ventre marin primordial.

PAGE 176

176 infiltre le texte. Clarimonde est doublem ent caractrise en ange ou dmon, et peut tre tous les deux (74). Elle chappe m me toute rduction taxonomique binaire possdant une identit disons plutt multiple ayant une prfrence au cumulatif (et) au dtriment de lalternatif (ou). Je dvelop perai ultrieurement dans mon analyse la mort physique de Clarimonde, do en mane son caractre vampirique. Clarimonde non seulement par sa beaut dfie tous les artistes ni les vers du pote ni la palette du peintre nen peuvent donner une ide (74) mais elle dfie aussi le christianisme, la cha rmante crature se dtachait su r ce fond dombre comme une rvlation anglique. Elle semblait claire d elle-mme et donner le jour plutt que le recevoir (73). Lirrsistible figure vampirique de Clarimonde produit un dsir la volupt est puisante et les baisers peuvent pomper une existence entire et faire un vide complet dans une me et un corps (92). Par consquent lors de la scne de lordination les portes dune nouvelle vie sou vrent pour Romuald. Une nouvelle vie lors de laquelle son existence se scinde en deux, entre la vie et la mort, lombre et la lumire, le rel et le fantastique. 5.2 Les Portes du Fantastique Le texte ne cesse de formuler la mme trope qui consiste permettre Romuald daffirmer l e statut du rcit co mme vcu et fictif: ce s ont des vnements si tranges que je ne puis croire quils me soient bien a rrivs (90). Le lecteur est donc invit croire la vracit et la fiction simult anes des vnements. Cest ainsi que le texte juxtapose la manire dune spirale le rel lirrel dune faon toute naturelle. Dabord je pensais que javais t le jouet dune illusion magique; mais des circonstances relles et palpables dtruis irent bientt cette supposition. Je ne pouvais croire que javais rv, puisque Barbara avait vu comme moi lhomme aux deux chevaux noirs. Cependant personne ne connaissait dans les environs un chteau auquel s appliquait la description. (90)

PAGE 177

177 Au lendemain de lordinati on, premier chaos dans sa vie jusque l simple et dvote. Romuald doit quitter les lieux pour prendre possession de sa nouvelle paroisse campagnarde. Srapion, son maitre religieux, face sombre du rel en totale opposition celle de Clarimonde, linitiatrice du merve illeux, sera son guide physique (et religieux) vers la misre de sa nouv elle vie paroissiale. Au bout de trois journes de route par des campagnes assez tristes, nous vmes poindre travers les arbres le coq du clocher de lglise que je devais desservir; et, aprs avoir suivi quelques rues tortueuses bordes de chaumires et de courtils, nous trouvmes devant la faade qui ntait pas dune grande magnificence. Un por che orn de quelques nervures et de deux ou trois piliers de grs grossirement taills, ct ait tout: gauche le cimetire [. .] droite et dans lombre de lglise, le presbytre. Ctait une maison dune simplicit extrme et dune proprit aride. (83) La description de son seul compagnon, le chien du prdcesseur est tout autant monotone et dpressive pour un jeune prtre, il avait lil terne, le poil gris et tous les symptmes de la plus haute vieillesse ( 83). Que puisse alors attendre un jeune homme de sa vie future dans ce village ou t out parait gris triste et ombrageux (83). A la description banale de cette nouvelle vi e de jeune prtre je vivais ainsi depuis un an, remplissant avec exactitude tous les devoirs de mon tat, priant, jeunant, exhortant et secourant les malades, fa isant laumne jusqu' me retrancher les ncessits les plus indispensables une ide envahissait pourtant son esprit quotidiennement: Les paroles de Clarimonde [me] revenaient souvent sur les lvres comme une espce de refrain involontaire (84). Do un soir une exprience fantastique, catalyse par le rgime oc ulaire, plonge sciemment le rcit dans une inversion des signes dcoulant au ddoublement de la vie de Romuald. Tout ceci dailleurs avait dj t mticuleusement prpar prcdemment par la vision du

PAGE 178

178 protagoniste quil avait cru avoir lors de s on dpart de la ville pour sa paroisse. Il semble que Clarimonde navait rien laiss au hasard. Tout est mthodiquement orchestr. Tout en parcourant les rues de la ville, je regardais toutes les fentres et tous les balcons si je ne verrais pas Clarimonde; mais il tait trop matin, et la ville navait pas encore ouvert les yeux. [. .] Quand je fus tout en haut, je me retournai pour regarder une fois encore les lieux ou vivait Clarimonde. Lombre dun nuage couvrait entirement la ville [. .] o surnageaient a et l, comme de blan cs flocons dcume, les fumes du matin. Par un singulier effet doptique, se dessinait, blond et dor sous un rayon unique de lumire, un difice qui surpassait en hauteur les constructions voisines, compltement noyes dans la vapeur (82) Cette vision est remplie de vapeur qui dissolve les contours et accorde progressivement dentrevoir louverture sur un autre monde. Cette focalisation du fantastique permet dannoncer le destin proche du protagoniste. Une atmosphre dtranget flotte car un seul rayon clairait la ville sombre et se posait sur le palais que le prince Concini a donn la courtisane Clarimonde (82). Ceci confre la situation une sensation de grce et de mysticit. A ce moment prcis, Romuald sinterroge sur la ralit de sa constatation: Je ne sais encore si cest une ralit ou une illusion, je crus voir y glisser sur la terrasse une forme svelte et blanche qui tincela une seconde et steignit. Ctait Clarimonde! (82) Rve ou ralit est l la question! Romuald s interroge sur la ralit de sa vision. Etaitce une illusion optique ou bien un fantasme ref oul? Ne voulait-il pas revoir Clarimonde avant son dpart? Cette femme stait compltement empare de moi [. .] Je rptais son nom des heures entires. Je navai s qu fermer les yeux pour la voir [. .] pourvu que je pusse la revoir (78). Rien nest encore sr ce moment du rcit mais cette illusion merveilleuse devient la clef du rcit de cette double vie du hros, partage entre la ralit du jour et le fantastique de la nuit. Lapparition de Clarimonde

PAGE 179

179 enveloppe de ses voiles de nuit [. .] dans la glaciale rose du matin inverse le symbolisme (82). La nuit devient alors la lumi re, la chaleur, la vie alors que le jour signifie la tristesse, le froid, et la so litude dune vie dpressive. Rappelons-nous la description de la pauvre paroisse que Romu ald dcouvre au lendemain de ses trois jours de chevauche en oppositi on au palais blond, dor [. .] un difice qui surpassait les constructions voisines [. .] on distinguait les moindres dtails, les tourelles, les plates-formes, les crois es, et jusquaux girouettes en queue daronde aprs sa chevauche nocturne (82). Do prsentement la ncessit de revi siter limportance de la seconde exprience fantastique du rcit, la seconde chevauche, comme une force principale plongeant une fois pour toute le rcit dans lirr el, c'est--dire au cur mme de LUmheimlich de ltrange. Une nuit lon sonna violemment ma porte [. .] un homme au teint cuivr et richement vtu [. .] avec un long poi gnard, se dessina. [. .] Lhomme me dit que sa maitresse, une grande dame, tait larticle de la mort. Je rpondis que jtais prt le suivre. (85) La chevauche devient alors louverture sur le fantastique avec un bestiaire nocturne effrayant. A la porte piaffaient dimpatience deux cheveux noirs comme la nuit, et soufflant sur leur poitrail deu x longs flots de fum e. [. .] Nous dvorions le chemin; [. .] les silhouettes noire s des arbres senfuyaient comme une arme en droute. Nous traversmes une fort dun ombre si opaque et si glacial, que je me sentis courir su r la peau un frisson de superstitieuse terreur. Les aigrettes dtincelles que les fers de nos chevaux arrachaient aux cailloux laissaient sur notre passage comme une traine de feu, et si quelquun, [. .] nous eut vu s, mon conducteur et mo i, il nous eut pris pour deux spectres cheval sur le cauchemar [. .] La crinire des chevaux schevelait de plus en plus, la sueur ru isselait sur leurs flancs, et leur haleine sortait bruyante [. .] Mais quand il les voyait faiblir, lcuyer pour les ranimer poussait un cri guttural qui navait rien dhumain. (85)

PAGE 180

180 Cette chevauche au milieu de la nuit introduit des thmes importants. Tout dabord le souffle et la vapeur qui induisent le passage de la ralit au fantastique. Cest dans la vapeur que la vision de lau-del est in troduite car celle-ci permet la disparition progressive du concret lil. Puis le souffle chauff des animaux progresse aux flots de fume Cest ainsi que le thm e introduit un imaginair e oxymoronique par le biais du feu sulfurique du diable, des tincelles de la traine de feu des deux spectres et du cri guttural qui navait rien dhumain (85). Cette chevauche fantastique transmet donc une pulsion passionnelle et rotique qui prend lallure dune initiation, redoublant ainsi limage du nocturne, du mystre et surtout de linconnaissable. Romuald vit une exprien ce fantasmagorique dans un univers sans repre et un lieu de dsorientation. Dans ce passage linspiration potique est fort prsente et le lecteur autant que le prot agoniste sont transports momentanment lors dune chevauche dans un monde par allle de transition, une sorte de couloir vers lautre monde. Aprs avoir parcouru par sa chevauche des espaces feriques, Romuald aboutit enfin aux portes de lautre espace. Enfin le tourbillon sarrta; une masse noire pique de quelques points brillants se dressa subitement dev ant nous; les pas de nos montures sonnrent plus bruyants sur un planche r ferr, et nous entrmes sous une voute qui ouvrait sa gueule sombre ent re deux normes tours. [. .] Jentrevis confusment [. .] un luxe de construction tout fait royal et ferique. (86) Cette imagerie reflte un engouffrement telle la descente dans le gouffre vaginal de Wilfrid dans Sraphta de Balzac8. Romuald tel que Wilfrid est englouti par lautre monde. 8 Balzac, Sraphta (Paris: Charpentier, 1942).

PAGE 181

181 Lors de cette prochaine scne du rcit, le corps de Clarimonde devient un cran o Romuald projette sa fantaisie de la femme parfaite (tout la fois pure et sensuelle). Le protagoniste remercie Dieu qui a mis la tombe entre lide de cette femme et moi pour que je puisse ajouter mes prires son nom dsormais sanctifi (86). Cette mort soudaine de Clarimonde au lieu dtre u ne sparation fatale et incontournable devient lopportunit pour ses deux tres de transgresser limpossible. Son amour en devenant acceptable, permet au pr otagoniste de sensualiser la chambre funbre A son arriv Romuald remarque un prie -Dieu une flamme bleutre 9, une rose blanche fane dont les feuilles, lexcepti on dune seule qui tenait encore, taient toutes tombes au pied du vase comme des larme s odorantes (86). Tout ceci exalte une dimension chrtienne non seulement par le s objets mais aussi grce aux couleurs utilises par Thophile Gautier. Romuald es t envot. Un parallle existe avec Spirite par la prpondrance de la couleur blanche dans ce passage du rcit. Mais voila qu prsent, au lieu de lair ftide et cadavreu x que jtais accoutum respirer en ces veilles funbres, une langoureuse fume de ssences orientales, je ne sais quelle amoureuse odeur de femme, nageait doucement dans lair attidi (87) En tant que courtisane, Clarimonde tait effrayant e, une dvoreuse dhommes, agressive sexuellement et moralement interdite. Mais dornavant Clarimonde transforme en jeune vierge couverte de neige (mtaphore de puret), purifi e et sanctifie est devenue compltement passive, et se transfo rme en objet de dsir (88). Clarimonde ne symbolise plus la femme phallique dvoreuse dhomme mais tout au contraire, la protagoniste sest approprie le regard ma sculin et en devient son fantasme. 9 Rfrence au bleu dans Spirite.

PAGE 182

182 Elle tait couverte de lin dune blancheur blouissante, [. .] et dune telle finesse quil ne drobait en rien la forme charmante de son corps et permettait de suivre ces belles lignes onduleuses comme le cou dun cygne que la mort mme navait pu roidir. On eut dit une statue dalbtre faite par quelque sculpteur habile pour mettre sur un tombeau de reine, ou encore une jeune fille endormie sur qui il aurait nei g. Je ne pouvais plus y tenir, cet air dalcve menivrait. (87) Lartiste est transport par la vision mort uaire et dcouvre luvre dart. Gautier introduit une dimension esthtique qui valori se limmatrialit de la mort. Je me figurais quelle ntait point morte rellement et que ce ntait quune feinte quelle avait employe pour mattirer dans son chteau et me conter son amour (87). Ainsi Romuald dans cette chambre funbre dev ient le nouveau pygmalion qui redonne progressivement vie Clarimonde. Tout dabord en ladmirant (pouvoir du regard), plus je la regardais, moins je pouvais cr oire que la vie avait pour toujours abandonn ce beau corps (88). Le protagoniste remarque quon eut dit que le sang recommenait circuler sous cette mate pl eur, cependant elle tait toujours de la plus parfaite immobilit (89). Cest en jeune poux entrant dans la chambre de sa fiance que Romuald aurait voulu pouvoir ramasser ma vie en morceaux pour la lui donner et souffler sur sa dpouille glace la flamme qui me dvorait (89). Mais finalement ds que le jeune homme ose le geste le baiser devient alors lacte crateur final. Je ne pus me refuser cette triste et suprme douceur de dposer un baiser sur les lvres mortes de celle qui avai t eu tout mon amour. O prodige! Un lger souffle se mla mon souffle, et la bouche de Clarimonde rpondit a la pression de la mienne; ses yeux s ouvrirent et reprirent un peu dclat, elle fit un soupir, et, dcroisant ses bras, elle les passa derrire mon cou [. .] Ah! Cest toi, Rom uald, dit-elle dune voix l anguissante et douce [. .] Maintenant nous sommes fi ancs, je pourrai te voir et aller chez toi. [. .] je te rends la vie que tu as rappele sur moi une minute avec ton baiser (89)

PAGE 183

183 Le souffle crateur de Romual d, non seulement redonne vie Clarimonde mais fait surgir dans la vie du jeune protagoniste une dualit complexe qui se divise alors entre la beaut, la puissance, la volupt des palais et la ralit dcevante, grise, triste et inexorable de sa vie de prtre. A dater de cette nuit, ma nature ses t en quelque sorte ddouble, et il y eut en moi deux hommes dont lun ne connaissait pas lautre. Tantt je me croyais un prtre qui rvait chaque soir quil tait gentilhomme, tantt un gentilhomme qui rvait quil tait prt re. Je ne pouvais plus distinguer le songe de la veille, et je ne savais pas o commenait la ralit et o finissait lillusion. Le jeune seigneur fa t et libertin se raillait du prtre, le prtre dtestait les dissolutions du jeune seigneur. Deux spirales enchevtres lune dans lautre et confondues sans se toucher jamais reprsentent trs bien cette vie bicphal e qui fut la mienne. [. .] Jai toujours conserv trs nette s les perceptions de mes deux existences. [. .] le sentiment du mme moi existt dans deux hommes si diffrents [. .] je nai pu encore bien dmler ce quil y avait dillusion et de ralit dans cette bizarre aventure. (98-99) Pourtant cette dualit prend fin. Aprs av oir vcu une vie de luxe et de fantaisie auprs de sa belle, la scne finale rvle la pologie de la destruction et plonge le protagoniste dans lhorreur et la dvastation de la mort chrtienne. Srapion, lil vengeur de la ralit, a pour mission de purifier les dbauches du jeune prtre en dtruisant Clarimonde par ses actions. En a ccomplissant cette entreprise, son zle le fait ressembler un dmon plutt qu un ange sauveur dans la dernire scne. Je le regardais faire, plus noir et pl us silencieux que la nuit-mme; courb sur son uvre funbre, il ruisselait de sueur, il haletait, et son souffle press avait lair dun rle dagonisan t. [. ] Sa figur e aux grands traits austres [. .] navai t rien de rassurant. (103) Au moment que la pioche de Srapion heurte le cercueil, Romuald prend conscience quil allait tuer au profit de lun ou de lautre un des deux hommes qui taient en lui ou les tuer tous les deux (102). Au le v du couvercle du cercueil, Srapion par un

PAGE 184

184 seul geste ramne la vision esthtique du jeune pote une dure ralit absolument dcevante. Il aspergea deau bnite le corps et le cercueil sur lequel il traa la forme dune croix avec son goupillon. La pauv re Clarimonde neut pas t plutt touche par la sainte rose que son beau corps tomba en poussire; ce ne fut quun mlange affreusement informe de cendres et dos demi calcins. (104) La communication entre le seigneur Romual d et son amante Clarimonde est jamais interrompue. La conscience du jeune prtre referme jamais les portes du passage de lau-del. Le contact es t dfinitivement bris. 5.3 La Femme-Vampire-Mre Lhybride se rencontre souvent dans la my thologie: le sphinx, la sirne, la chimre, etc. Le vampire peut donc t re mmement considr c omme une espce hybride se rattachant une nature compos e de mort-vivant, la fois anglique et dmoniaque. Romuald nintroduit-il pas Clarimonde en ces termes? Cette femme tait un ange ou un dmon, et peut-tre tous les deux et t ant tout la fois une illusion singulire et diabolique (74). Mais la spcific it du vampire tient au fait que cette espce se nourrit du sang de ses victimes, et dans le rcit de La Morte amoureuse, notamment celui de Romuald. La femme vampire sinscrit dans la ligne des femme-fatale, dominatrice et cruelle. Dailleurs, ne rapproche t-on pas le mot vampire au terme de vamp ? La femme vampire opre lextrieur du symbolique et devient la femme phallique destructrice et usurpatrice de la loi masculine. Elle prend plaisir tenter, corrompre et transgresser toutes les rgles. Daprs Thophile Gautier, lamour est toujours un peu vampirique et la volupt est puisante. Les baisers peuvent pomper une existence entire et faire un vide complet dans une me et un corps (99). Le vampirisme fminin apparait au

PAGE 185

185 XVIIIme sicle dans la littrature occidentale, spcialement dans la posie allemande. On le retrouve plus tard dans la littratu re franaise romantique, notamment dans les uvres de Mrime, Carmen de Balzac, La peau de Chagrin,10 et naturellement Gautier, La Morte amoureuse Dans la Morte amoureuse, Romuald invoque les arts pour montrer leur impuissance reprsenter la beaut de Cla rimonde, Les plus grands peintres poursuivant dans le ciel la beaut idale, ils ont rapport sur la terre le divin portrait de la madone, napprochent mme pas de cette fabuleuse ralit. Ni les potes ni la palette du peintre nen peuvent donner une ide (74). Clarimonde est jeune, douce et ne dit-elle pas je suis la beaut, je suis la jeunesse, je suis la vie (76). Cependant toutes ces valeurs vont sin verser et lange fminin rvlation anglique qui semblait claire delle-mme et donner le jour plutt que le recevoir. [. .] Je la voyais tincelantes couleurs du prisme (73) se transforme lors dune nuit fatale pour Romuald en une crature de la nuit envers laquel le jamais Satan na mieux cach ses griffes et ses cornes (94). La pr emire prise de possession de Romuald par Clarimonde prend place dans la nuit lorsque celui-ci lui avoue fi nalement quil laime tout autant que Dieu. Cest cet instant prcis que ses prunelles se ravivrent et brillrent comme des chrysopras es (95). Satan a finalement russi semparer dune me pure. Clarimonde navoue t-elle pas re venir de bien loin, dun endroit do personne nest encore revenu, il ny a ni lune ni soleil au pays do j arrive; ce nest que de lespace et de lombre [. .] que de faces mo rnes et que de choses terribles jai vues 10 Les hrones de Mrime et de Balzac ne sont pas physiquement des vampires mais personnifient limage de la femme destructrice fatale alors que Clarimonde transgresse le littral pour le physique.

PAGE 186

186 dans mon voyage! (93). La femme vampire es t indissociable lide du mal absolu et le vocabulaire qui lui est associ dans ce passage symbolise larchtype des enfers. Dans Spirite cest le miroir11 qui introduit lide du passage dans lautre monde. Dans La Morte amoureuse le miroir devient absolument ncessaire Romuald pour effectuer sa transformation. Clarimonde lu i tendit un miroir de poche en Crystal de Venise et le protagoniste ralise sa mtamorphose: Je ntais plus le mme et je ne me reconnus pas Je ne me ressemblais pas plus quune statue acheve ne ressemble un bloc de pierre. Mon ancienne figure avait lair de ntre que lbauche grossire de celle que rflchissait le miroir. Jtais bea u, et ma vanit fut sensiblement chatouille de cette mtamorphose. Ce s lgants habits, cette riche veste [. .] faisaient de moi un tout autre personnage. [. .] Lesprit de mon costume me pntrait la peau, et au bout de dix minutes j'tais passablement fat. (96) Jusqu' prsent dans le rcit, cest touj ours le regard de Clarimonde, de la femmevampire, qui se pose sur Romuald. Il tai t beau [. .] lgant [. .] riche [. .] et ressemblant une statue acheve (96). Mais par laction de se mirer, le protagoniste dcouvre un autre-moi; un autre diffrent jusque l inconnu. Le sujet original disparait et le protagoniste dcouvre un aut re Moi identifiable limage idale reprsente auparavant par Clarimonde. Lacan dans Ecrits 4 a expliqu que la fonction du stade du miroir12 s'avre comme un cas particulier de la fonction de l'imago, qui est d'tablir une relation de l'organisme sa ralit, de l'Innenwelt l'Umwelt. Lenfant 11 Pour Thophile Gautier, cest seulement dans le miroir de Venise que seffectue le passage. 12 C'est que la forme totale du corps par quoi le sujet devance dans un mirage la maturation de sa puissance, ne lui est donne que comme Gestalt, c'est--dire dans une extriorit o certes cette forme est-elle plus constituante que constitue, mais o su rtout elle lui apparat dans un relief de stature qui la fige et sous une symtrie qui l'inverse, en opposition la turbulence de mouvements dont il s'prouve l'animer. Ainsi cette GestaIt dont la prgnance doit tre considre comme lie l'espce, bien que son style moteur soit encore mconnaissable, par ces deux aspects de son apparition symbolise la permanence mentale du je en mme temps qu'elle prfig ure sa destination alinante Lacan, Ecrits (Paris: Editions du Cerf, 1985) 4

PAGE 187

187 pour Lacan comme Romuald dans La Morte amoureuse comprend le potentiel de son image dans le contrle de son environnement. Clarimonde incarnait le pouvoir et la puissance et en adoptant son image et en l adaptant, le protagoniste devient son jeidal. A son premier regard jet sur Clarimonde nest-il pas dj transform, A mesure que je la regardais, je sentais s ouvrir dans moi des portes qui jusqualors avaient t fermes; des soupiraux obstru s se dbouchaient dans tous les sens et laissaient entrevoir des perspectives inc onnues; la vie mapparaissait sous un aspect tout autre (75). Sa plainte se centralise dailleurs sur ses habits noirs de prtre, car celui-ci (le prtre) porte soi-mme son deuil sur sa soutane noire, de sorte que lon peut faire de votre habit un drap pour votre cercueil! (78) alors que ceux de Clarimonde symbolise la richesse et le pouvoir. Un superbe habit de voyage en velours vert orn de ganses dor et retrouss sur le ct pour laisser voir une jupe de satin. Ses cheveux blonds schappaient en grosses boucle s de dessous un large chapeau de feutre noir charg de plumes blanches capricieusement contournes, elle tenait la main une cravache term ine par un sifflet en or. (96) La smiotique de lhabit consti tue pour Romuald la rvlati on de lordre symbolique. Il dcouvre ainsi les diffrences des classes et des sexes. A ses yeux sa transformation seffectue par le biais de ses nouveaux v tements, Ces lgants habits, cette riche veste [. .] faisaient de moi un tout autre personnage. [. .] Lespr it de mon costume me pntrait la peau (96). La rvlation amoureuse est un arrachem ent du protagoniste au prsent et un recours lexil. La volont de rsister la femme-vampire (fatale) nexiste pas dans La Morte amoureuse Romuald noppose aucune rsistance mais tout au contraire il se complaint dans sa situation. Le protagoni ste na pas peur de Clarimonde et ne lassocie jamais la laideur diabolique. Bien au contraire, la complexit de cette amante procure

PAGE 188

188 au jeune prte un grand plaisir m otionnel et rotique. Une rpression sexuelle quil a dailleurs vcue depuis son plus jeune ge, rappelons-nous la veu du protagoniste avant son ordination: Je ntais jamais all dans le monde; [. .] je savais vaguement quil y avait quelque chose que lon appelait femme, mais je ny arrtais pas ma pense; jtais dune innocence parfaite. Je ne voyais ma mre vieille et infirme que deux fois lan. (72) Romuald na donc jamais eu une relation intime motionnelle avec sa mre o toute autre personne de sexe fminin. Clarimonde est bien la seule qui a su semparer de son tre. Un seul regard avait suffit pour me c hanger; elle mavait souffl sa volont; je ne vivais plus dans moi, mais dans elle et par elle. [. .] Je sentais la vie monter ne moi comme un lac intrieur qui senfle et qui dborde; mon sang battait avec force dans mes artres; ma jeunesse si longtemps comprime, clatait tout dun coup comme lalos qui met cent ans fleurir et qui clot avec un coup de tonnerre (78-79) ; Cest moi qui souligne. Un glissement seffectue donc et Clarimon de prend la position de la mre. Elle ne cesse davoir pour son amant les attentions dune mre, Clarimonde me regardait dun air de complaisance maternelle (96). Elle le coiffe, lhabille et le caresse comme une mre le ferait pour son enfant. P our Romuald ltat amoureux est rattach allusivement au manque et au dsir de retrouvail le de ltre dsir incarn par la mre. Dans lglise lors de sa premire apparit ion, elle lui donne le jour et mtaphoriquement elle lui donne la vie plusi eurs reprises (dans lglise, et Venise) (73). En tant que locus de la mre, la pr otagoniste devient le pr emier autre auquel Romuald, lenfant, va apprendr e se sparer. Romuald a toujours appartenu ds son plus jeune ge une communaut d ombre et de silence. Rien dans son entourage ne lui permettait de se distinguer des autres. Il avait appris vivre dans une masse communautaire et cest seulement la vue de Clarimonde que des cailles lui taient

PAGE 189

189 tombes des yeux (73). La relation qui se dveloppe entre Romuald et Clarimondevampire est une relation qui mimique la rela tion oedipale du fils et de la mre. La relation vampirique est donc un modle de joui ssance pour le protagoniste. A Venise, Romuald ne respecte aucune loi sociale, (j)e menais un train de fils de prince [. .] je ne me se rais pas dtourn de mon chemin pour laisser passer le doge, et je ne crois pas que, depuis Satan qui tomba du ciel, personne ait t plus orgueilleux et plus insolent que moi. Jallais au Ridotto, et je jouais un jeu denfer. Je voyais [. .] des fils de famille ruins, des femmes de t htre, des escrocs, des parasites et des spadassins. (98) ou bien mme sexuelle. Avoir Clarimonde, ctait avoir vingt ma itresses, ctait avoir toutes les femmes, tant elle tait mobile, changeante et dissemblable delle-mme; un vrai camlon! Elle vous faisait comme ttre avec elle linfidlit que vous eussiez commise avec dautres. (98) La passivit passe de Romuald a disparu et grc e son avatar, il stablit dans lordre symbolique. Le protagoniste saffirme vis--vis de Clarimonde qui elle sefface progressivement jusqua sa disparit ion dans la dernire scne du rcit. 5.4 RomualdMre Clarimonde tait une grande courtisane, dune extrme laideur morale. Avant sa rencontre avec Romuald, elle se montrait cruelle, perverse et vicieuse. Srapion annonce la mort de celle-ci Romuald en faisant allus ion sa vie passe de dprave. La grande Clarimonde est morte dernirem ent la suite dune orgie qui a dur huit jours et huit nuits. [. .] On a renouvel l les abominations des festins de Balthazar et de Cl optre, [. .] tous se s amants ont fini dune manire misrable et violente. On a dit que ctait une goule, une vampire femelle; mais je crois que ctai t Belzbuth en personne. (91) Mais pourtant Thophile Gautier dans son rcit la prsente plutt sous un jour relativement sympathique. Clarimonde nincar ne pas le mal et la haine de Srapion soppose lamour du jeune homme. Par consquent un renversement des rles

PAGE 190

190 seffectue et lagressivit symbolique de la femme-vampire qui suce le sang de sa victime, soppose le nouveau rle de Romual d en tant que mre-protective Le protagoniste donne le sein ou le sang lenfant Clarimonde qui en a bien besoin palissant vue dil et devenant de pl us en plus blanche et aussi morte que la fameuse nuit dans le chteau inconnu (99). Tout ceci rendant les scnes de vampirisme comparables des scnes dallaitement et de communion. A la vue du sang de Romuald, stant coup le doigt avec un couteau en pluchant un fruit, comme une jeune enfant prt t re nourri, Clarimonde, sauta au bas du lit avec une agilit animle, une agilit de singe ou de chat, et se prcipita sur ma blessure quelle se mit sucer avec un air dindicible volupt. Elle avalait le sang par petites gorges, lentement et prcieusement, comme un gourmet [. .] elle clignait des yeux demi, [. .] De temps ne temps elle sinterrompai t pour me baiser la main, puis elle recommenait a presser de ses lvres les lvres de la plaie pour en faire sortir encore quelques goutes rouges. Quand elle vit que le sang ne venait plus, elle se releva, [. .] le figure pl eine, la main tide et moite, [. .] dans un tat parfait de sant. (99-100) Le jeune homme na rien reprocher son amante, il est prt tout lui sacrifier car ses yeux la femme me rpondait du vampire (101). Clarimonde nest pas dangereuse, elle laime trop pour lui faire du mal. Tout au c ontraire ne souffre t-elle pas lorsquelle doit piquer le bras de son jeune amant: Je ne te ferai pas mal je ne prendrais de ta vie que ce quil faudra pour ne pas laisser teindre la mienne elle pleurait, et je sentais pleuvoi r ses larmes sur mon bras la crainte de mpuiser elle mentoura avec soin le bras dune petit e bandelette dit-elle (101). Romuald est indiffrent au fait que son amante lui suce le sang et il est prt encourager ce penchant pour la sauver je me serais ouver t le bras moi-mme et je lui aurais dit: Bois! Et que mon amour sinfiltre dans ton corps avec mon sang (102). Le commerce du sang entre ces deux individus consolide leur amour et conoit une fusion totale entre

PAGE 191

191 ces deux tres, telle une mre et son nouv eau-n. Une communion sacre et imbrisable sest cre, rvl ant le dsir de lautre .13 La prposition de devient complexe car elle rvle non seulement le dsir de Romuald donner la vie (dsir de Clarimonde afin de vivre) mais aussi son dsir sexuel vis--vis de Clarimonde. Il est intressant de remarquer que Romuald, autrefois passif et faible, rintgre son pouvoir mle en dtruisant limage vampirique de Clarimonde qui devient alors dpendante de celui-ci. Mais cest au mme moment qu il prend pleine possession de son pouvoir que Romuald perd Clarimonde pour toujours. La c onscience du prtre, le surmoi, reprend le dessus et par consquent Toute communica tion entre nos mes et nos corps est rompue dsormais. [. .] La paix de mon m e a t bien chrement achete (104). Le protagoniste est lucide envers le sacrific e quil vient deffectuer. Le seigneur Romuald sest pour t oujours spar du prtre. Dans cette tude du dernier chapitre, j ai dmontr encore une fois que le rcit fantastique a repris la lutte entre le double: le bien et le mal, lange et le dmon, Dieu et le Diable. Le symbole du mal (le vampire) sinsinue tout particulirement dans La Morte amoureuse entre Dieu et son messager, le prtre. Ah! Que je suis jalouse de Dieu, que tu as aim et que tu aimes encore plus que moi dit Clarimonde Romuald (77). Le discours littraire dans le texte a mis en vidence la distance qui existe entre les ples opposs lgard du monde rel et du m onde irrel, spcifiquement du rve et de limaginaire. Le rcit a dfinit ivement modifi ces catgories linstar de la dichotomie exerce dans le texte sur de multiples nive aux notamment comme je lai dmontr dans mon analyse: le titre, la figure du vampire et le statut du pers onnage narratif. Cette 13 Lacan, Ecrits (Paris: Editions du Cerf, 1985) 26.

PAGE 192

192 exprience vcue par Romuald la pour touj ours change. Lui, isol du monde, passif et nayant aucune voix se retrouve au centre dun monde de fantaisie et de fantasme pour ensuite retomber la suite de la mort de son amante-vampire, dans une existence de non-existence, un trou noir cest-a-dire les quatre murs de son pres bytre. Il a tout perdu: son amour, sa richesse et sa position sociale.

PAGE 193

193 CHAPTER 6 CONCLUSION Les potes connaissent beaucoup de choses entre ciel et terre que notre savoir ne souponne mme pas. Freud Freud a dfinit le conte fantastique par la fonction de faire parler une ralit autre Il est transgress eur de tout ordre, de toute loi, de toute vrit. Il aime explorer le visage noct urne de la ralit, linacceptable, le refoul ; ces textes sont hants par toutes sorte de revenants, de fa ntmes, de dmons, matrialiss par un regard qui se fait guetteur, chercheur de lunheiml iche [. .] De s thmes tels que la folie, le double, la vie des morts sont in trioriss et utiliss comme un instruments dexploration, de connaissance de la vie intrieure de lhomme.1 Thophile Gautier a maintes fois affi rm sa croyance en un autre monde, cest--dire un extra monde sans aucune limi te. Le lecteur des oeuvres de Thophile Gautier se plonge trs souvent dans une qute de linconnu et de linaccessible. Dans les contes et nouvelles fantastiques de Thophile Gautier, le hros, un tre dcompos en prise une crise didentit, lu tte contre un mal dtre, et dsespre de ne jamais pouvoir trouver le bonheur dans lam our La littrature fantastique permet Thophile Gautier de librer ses hros de toutes frontire s temporelles et spatiales pour aboutir leur qute de lidal. Labs olu est qute hors de soi, son accs est subordonn lbranlement de st rates profondes et calcifies du moi. Les hros gautiresques sont des artistes en attent e de rvlation amoureuse ou esthtique. Tous souffrent de ne pouvoir investir le quotid ien de faon saturante et leur absence de 1 Sigmund Freud, Dlire et rves dans La Gradiva de Jensen (Paris: Gallimard, 1976) 67.

PAGE 194

194 dsir personnel accompli prend la forme dun dsir absolu. La seule issue possible est donc dans le fantasme, le rcit fantastique Dans les trois uvres fantastiques choisies, Mademoiselle de Maupin, Spirite, La Morte amoureuse, soit que lcrivain convoque sur terre les cratures qui y sjournent, soit quil tente de slever vers elle s. Le vampirisme, le spiritisme, le rve sont les moyens offerts par Gautier au prota goniste de rejoindre sa partie originelle la crature idale. Le hros de Gautier, jeune, beau, riche et ar tiste est prt sortir du milieu de la vie commune pour aimer une crature irrelle et accomplir son bonheur. Daprs Georges Poulet: A mesure que Gautier russit incarner plus compltement dans la ralit terrestre la femme de son thme, il en dvitalise la figure. Plus elle est relle, moins elle appartient au monde de la vie. Elle devient cette morte vivante, ce personnage de tableau ja mais entirement dtach de son cadre, que sont toutes les cratures de Gautier.2 La femme, hrone de Gautier, est la fois duelle et duplice, anges et dmons qui appartiennent au monde des revenants, des fantmes, des esprits. Elles (Mademoiselle de Maupin, Clarim onde, Spirite) ont forc le passage de la mort la vie et permettent aux hros masculins dabout ir leur idal mme sil nest que momentan. Rappelons quelques descriptions de Mademoiselle de Maupin, Clarimonde et Spirite pour ritrer les ca ractristiques surhumaines/surnaturelles des jeunes amantes. Dalbert adres se Mademoiselle de Maupin : vous seule peuplez le monde pour moi; vous tes la vie, le soleil; Vous tes tout. Votre sourire fait le jour, votre tristesse fait la nuit, mon beau rve rel! Vous tes vtues de splendeur, et vous vous nagez sans cesse dans des effluves rayonnantes. [. .] Ctaient bien vos yeux fiers et doux, vos mains diaphanes, vos beaux cheveux ondoyants et votr e demi-sourire, si adorablement ddaigneux. (317) 2 Georges Poulet, Trois essais de mythologie romantique (Paris: Corti, 1966) 167.

PAGE 195

195 Clarimonde est assez grande avec une taille et un port de desse; ses cheveux, dun blond doux, se sparaient sur le haut de sa tte et coulaient sur ses tempes comme deux fleuves dor; on aurait di t une reine avec son diadme; son front, dune blancheur bleut re et transparente, stendait large et serein sur les arcs de deux cils presque br uns, singularit qui ajoutait encore leffet de prunelles vert de mer dune viva cit et dun clat insoutenables. Quels yeux! avec une clair ils dcidaient de la destine dun homme; ils avaient une vie, une ardeur [. .] que je nai jamais vues un il humain. (74) Spirite apparat Guy de Malivert en une tte de jeune femme, ou plutt de jeune fille, dune beaut dont la beaut mortelle nest que lombre. [. .] Ses cheveux, dune teinte daurole, estompaient comme une fume dor le contour de son front. Dans ses yeux demi baisss nageaien t des prunelles dun bleu nocturne [. .]. Son nez fin et mince tait dune idale dlicatesse; un sourire la Lonard de Vinci. (58) Dans ma thse, il a t ncessaire de tr acer en premier le mythe de landrogyne ainsi que la notion du fantastique pour aboutir au cur de mon analyse. Les procds travers lesquels se r alisent le passage du cadre de la vie normale au surnaturel fantastique de Gaut ier se traduisent gnralement par la description de lespace, tout particulirement du dcor, et celle des personnages. Mon attention sest porte essentie llement sur celles-ci dans Mademoiselle de Maupin (Chapitre III), Spirite (Chapitre IV), et La Morte amoureuse (Chapitre V) Les personnages du rcit fantastique suivent une volution mentale notamment dans Mademoiselle de Maupin et La Morte amoureuse Ils se mtamorphosent et se ddoublent physiquement et mentalement au cours du texte, leur permettant ainsi dchapper la ralit extrieure et intri eure du monde qui les ent oure. Par exemple: 1. Mademoiselle de Maupin se transforme en Thodore/Madeleine 2. Clarimonde se scinde en courtisane/vampire

PAGE 196

196 3. Romuald volue entre le monde du prtre (le jour) et le monde du seigneur de Venise (la nuit) Alors que dans Spirite, lutilisation du jeu de les pace/dcor effectue un rle essentiel dans cette volution/transfo rmation des protagonistes notamment le ddoublement seffectue par la division de deux mondes: des vivants et des morts, du sombre et de la lumire. Thophile Gautier au XIXme sicle a donn un degr de popularit un genre relativement nouveau en France, le fantas tique. Les uvres analyses dans cette thse, Mademoiselle de Maupin, Spirite et la Morte amoureuse, montrent que Gautier est trs attach la juxtaposition de lemp loi du fantastique au thme du double grce la mtamorphose du protagoniste en tre andr ogyne. Ce nouvel tre donne alors naissance une ralit paradoxale dans laquelle les rles sexuels et sociaux sont inverss menant ainsi une rupture totale des normes dans les rci ts. Il dfinit la transgression suprme. La duplicit ouvre le gouffre entre la ralit et lidal, exposant le dsir dunit. Les descriptions des personnages ddoubls en travesti, en vampire ou en spirite sont toujours les premiers i ndices qui annoncent le fantastique chez Gautier. En effet, le discours double et hsitant du fantastique dplace les frontires des catgories du rel et de lirrel. S ans aucun doute cette osmose du fantastique au thme du double ma claire dans lorganisation de lunivers mythique gautiresque.

PAGE 197

197 LIST OF REFERENCES Bachelard, Gaston. La Potique de la rverie. Paris: P UF, 1960. Balzac. Sraphta. Paris: Charpentier, 1942. Balzac. La Peau de chagrin. Paris: Flammarion, 1996. Balzac. Lettres lEtrangre Tome 1. Paris: Flammarion, 1984. Balzac. Sarrasine. Paris: Librairie gnrale franaise, 2001. Barthes. S/Z. Paris: Seuil, 1970. Bellemin, Jean-Nol. Notes sur le f antastique: Texte de Thophile Gautier. Littrature. Vol, 8. Paris, 1972. Benesh, Rita. Le Regard de Thophile Gautier. Zurich: Juris, 1969. Bessires, Irne. Le Rcit fantastique. Paris: Larousse, 1974. Borel, France. Le peintre et son miroir: regards indiscrets. Paris: Renaissance Du Livre, 2002. Borghart, Pieter. The Return of the Ke y: The Uncanny in the Fantastic Visual Narrative. Issue 5, 2003, pp. 1-11. Bouvet, Rachel. Etranges. Paris: Balzac, 2000. Castex, Pierre-Georges. Le Conte fantastique en France de Nodier Maupassant. Paris: Corti, 1951. Caillois, Roger. Anthologie du fantastique. Paris: Gallimard, 1966. _______. Au cur du fantastique Paris: Gallimard, 1965. Cellier, Lon. Mallarm et la morte qui parle. Paris: PUF, 1959. Chevalier, Jean. Dictionnaire des Symboles. Paris: Laffont, 1982. Dumas, Francois. La Civilisation de lEgypte pharaonique. Paris: Arthaud, 1969. Delcourt, M. Deux inte rprtations romanesques du mythe de landrogyne. Revue des langues vivantes. Socit Franois Closse t. 38 (1972), pp. 340-47. Durand, G. Les Structures anthropolog iques de limaginaire. Paris: Bordas, 1969. Eideldinger, Marc. Rcits fantastiques. Paris: Flammarion, 1981.

PAGE 198

198 Encyclopedia Britannica. (UK) Ltd; dition: Revised edition, 1 avril 2007. Evola, Jean. Mtaphore des sexes. Rochester, VT: Inner Traditions, 1983. Faguet, Emile. XIX sicle: tudes littraires. Paris: Boivin, 1949. Faugerolsa, Marie-Ange. Thophile Gautier: de locculte lme. Bulletin de la socit de Thophile Gautier, 22 (2000) pp. 97-103. France, Marie de. Lanval. Paris: Minard, 1958. Frances, Robert. La Psychologie de lesthtique. Paris: PUF, 1968. Freud, Sigmund. Inqui tante Etranget Inquitante tranget et autres essais. Paris: Gallimard, 1985. _______. Malaise dans la civilisation. Paris: PUF, 1971. _______. The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud. Trans. and Ed. by James Strackley 24 vols. London: Huyarth, 1961. _______. Dlire et rves dans La Gradiva de Jensen. Paris: Gallimard, 1976. Freud-Jung. Correspondances. Paris: Gallimard, 1975. Gage, John. Color and Culture. Practice and Meani ng from Antiquity to Abstraction. Canada: Bulfinch Press Book, 1933. Gautier, Thophile. Contes et rcits fantastiques: Avatar. Paris: Poche, 1990. _______. Contes et rcits fantastiques: la Morte amoureuse. Paris: Poche, 1990. _______. Contes et rcits fantastiques: La Toison dor. Paris: Poche, 1990. _______. Contes et rcits fantastiques: Le Pied de la momie. Paris: Poche, 1990. _______. Etude sur les contes fantastiques dHoffmann Contes fantastiques. Paris/Genve: Slatkine Reprints, 1979. _______. Emaux et Cames. Paris: Minard, 1968. _______. Lettre sa mre, no. 209. Correspondance gnrale. Tome I. Droz: Lacoste-Veysseyre, 1985. Genette, Grard. LEponymie du nom Minologiques: Voyage en Cratylie. Paris: Seuil, 1976, pp. 11-37. _______. Seuils. Paris: Ed. du Seuil, 1987.

PAGE 199

199 Goldblum, Tsavaras A M -C. Les troubles de la perception, de la dnomination et du maniement des couleurs aprs lesions corticales. Langages. 25 mars, 1972. Granet, Marcel. La Religion des chinois. Paris: PUF, 1951. Guillerm, J P. Tombeau de Lonardo de Vinci. Le Pe intre et ses tableaux dans lcriture symboliste et dcadente. Lille: PUL, 1981. Guillerm, J P. LExprience de la peint ure selon quelques textes dcadents. Revue des Sciences Humaines, XXXIX No. 153 (janvier 1974), pp. 11-28. Guishard, J A. Le Conte fantastique au XIXme sicle. Paris: Seuil, 1970. Hersant, Yves. Italies : Anthologie des voyageurs franais aux XVIIIe et XIXe sicles. Paris: Laffont, 1998. Hoek, Leo. Production de lintrt Romanesque. Atlanta, GA: Rodopi, 1990. Hoffmann, E.T.A. LHomme au Sable. Paris: Gallimard, 2003. Jordy, Jean. Contes fantastiques. Paris: Bertrand-Lacoste, 1992. Kadinsky, Wassily. On the Spiritual in Art. New York: Solomon R. Guggenheim Foundation, 1912. Kardec, Allan. Quest-ce que le Spiritisme. Paris: Librairie Des Sciences Psychiques, 1920. Koubichkine, Michle. A propos du lai de Lanval. Moyen Age LXXV, 1972. Lacan. Ecrits. Paris: Editi ons du Cerf, 1985. Larousse. Dictionnaire de la mythol ogie grecque et romaine. Paris: Hors collections, 2005. Longfellow, Henry. Evangeline: A Tale of Acadie. Mt Vernon: Centinnial, 1900. Lvi, Eliphas. Le Dogme et Rituel de la Haute Magie. Paris: Bussire, 1972. Littr, mile. Dictionnaire de la langue franaise. Paris, 1960. Mator, Georges. Les Notions dart et dartiste lpoque romantique. Revue des Sciences Humaines Vol. 16, N 62-63 (avril septembre 1951), pp. 120-137. Mator, George. Regard, couleurs et lumires dans Combray de Proust. Bulletin de la Socit des amis de Marcel Proust et des amis de Combray. 27, 1977. Maupassant. Le Horla. Arles: Actes Sud, 1995.

PAGE 200

200 _______. La Chevelure et autres histoires de fou. Paris: Mille et Une Nuits, 2002. McWilliam, Neil. Une esthtique rvolutionnaire ? La Politique de lart social aux alentours de 1920-1950. Sminaire du 11 Octobre 2004. Mrime, Prosper. La Vnus dIlle. Paris: Poche, 2006. Mircea, Eliade. Traits dhistoire des religions. Paris: Payot, 1974. _______. Mphistophles et lAndrogyne. Paris: Gallimard, 1962. Malrieu, Joel. Le Fantastique. Paris: Hachette, 1992. Nerval, Grard. uvres compltes. Tome I. Paris: Garnier Frres, 1958. Nodier, Charles. Du Fantastique en littrature. Gien: Chimres, 1989. _______. Les Contes. Paris: Garnier, 1962. Ovide. Les mtamorphoses (livres X, XI). Paris: Gallimard, 1992. Paris, Gaston. La Littrature franaise du Moyen Age. Paris, 3ed, 1905. Platon. Le Banquet. Paris: ditions Bral, 2002. Poe, Edgar Allen. La Chute de la maison Usher. Paris: Classiques Hatier, 2008. Poulet, Georges. Trois essais de mythologie romantique. Paris: Corti, 1966. Portal, Frderic. Des Couleurs symboliques, dans lA ntiquit, le Moyen-ge et les modernes. Paris: Maisnie, 1975. Potocki, Jean. Le Manuscrit trouv Saragosse. Paris: Gallimard, 1958. Przyluski, Jean. La Grande Desse Paris: Payot, 1950. Ruby, F. Thophile Gautier et la question de lArt pour lArt Bulletin de la socit de Thophile Gautier. Vol, 20 (1998) pp. 3-13. Rabkin, Eric. The Fantastic in Literature. New Jersey: Princeton UP, 1976. Retinger, Joseph. Le Conte fantastique dans le romantisme franais. Paris: Grasset, 1908. Rigolot, Francois. Rhtorique du nom potique. Poetique Vol, 28 (1976), pp. 46683. Le Salon de 1847, La Presse. Paris: Hetzel, 1847.

PAGE 201

201 Schapira, M.C. Le regard de Narcisse: romans et nouvelles de Theophile Gautier. Lyon: Presses universitaires de Lyon, 1984. Shaw, Annette. Baudelaire s Femmes damnes: The Androgynous Space Centerpoint, 3 No. 3-4 (1980), pp. 57-65. Sienaert, Edgar. Les Lais de Marie de France, Du conte merveilleux la nouvelle psychologie. Paris: Champion, 1984. Stendhal. Rouget et Noir. Paris: Livre de Poche, 1987. Steinmetz, Jean-Luc. La Littrature fantastique. Paris: PUF, 1990. Thevoz, Michel. LAcadmisme et ses fantasmes. Paris: Edition de Minuit, 1980. Todorov, Tzvetan. Introduction la littrature fantastique. Paris: Seuil, 1970. Ubersfeld, Anne. Dune beaut virile T hophile Gautier et la beaut virile Bulletin de la socit Thophile Gautier. 12 (1990): pp. 23-25. Vax, Louis. La Sduction de l'trange. Paris: PUF, 1965. Villiers de lIsle-Adam. Vra et autres contes cruels. Paris: Poche, 2004. Voisin, Marcel. Le Soleil et la Nuit. LImaginair e dans luvre de Thophile Gautier. Bruxelles: LU de Bruxelles, 1981. Weil, Kari. Androgyny and the Denial of Differenc e, Androgyne and Hermaphrodite. University of Virginia Press, 1992.

PAGE 202

202 BIOGRAPHICAL SKETCH Sandrine Savona was born in Nic e, Franc e, and moved to t he United-States in1992. She then seized the opportunity to do a masters degree in French at The University of South Florida from 1998 to 2000. Sandrine completed coursework for a doctorate specializing in French Holocaust Literature at Vanderbilt University in Nashville, Tennessee from 2000 to 2003. In 2003, Sandrine was offered an Alumni Fellowship to complete a doctorate in French Lite rature at the University of Florida. She also received The Ernest G. Atkins Memorial Endowment Fund in spring 2005, the Paris Research Center Travel Grant to Paris in spring 2005, the Paris Research Center Grant, Program Assistantship, in summe r 2004 and a Graduate Student Travel Grant from the Center for Eur opean Studies in spring 2004. Sandrine graduated in May 2010 with the degree of Doctor of Philosophy in Romance Languages with a concentration in French.