<%BANNER%>

Rehabilitation d'un Poete Haitien

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0041167/00001

Material Information

Title: Rehabilitation d'un Poete Haitien Etzer Vilaire
Physical Description: 1 online resource (246 p.)
Language: english
Creator: Guerrier, Wedsly
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2010

Subjects

Subjects / Keywords: blanc, chretien, couleur, doctrine, engage, local, negritude, noir, patriotique, rehabilitation, ronde, vilaire
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Vilaire is a poet who has been consistently criticized and overlooked by scholars because his work deviates from the dominant conception of Haitian poetry which demands an overt politics and the prominent inclusion of ?local color? and Creole language, which are seen as embodying a racial and national consciousness. I argue that such dismissals of Vilaire impose an ahistorical and ideological conception of Haitian poetry which are incompatible with Vilaire?s aesthetic vision and project which in fact sought to elevate Haiti?s status as a nation and to demonstrate the quality of its literature abroad. My study of Vilaire is significant as he is, for the most part, unknown, despised and neglected by many critics. While he is seen as a minor poet, in my work, I establish that Vilaire was innovative in that he broke with the traditional Haitian literature, and introduced new topics, including the importance of poetry and the poet. Because he revolutionized the Haitian literary tradition, some critics disapprove of his work and consider him to have no place in Haitian literature. In my study, I address the controversy that surrounds his works and demonstrate, through the analysis of his poems, that his work reflects the ideas of his time and the preoccupation of his predecessors. My research also points out that Vilaire was not only a poet, but also a political figure. As a poet as well as a politician, he defended his country, his race, and he challenged his colleagues to do the same. I underline the fact that, unlike the other authors of his era, the notion of religion shapes the content of his work. Finally, I demonstrate that Vilaire is an influential figure in Haitian literature. With his literary ideologies, his conception of the French language and his attempt to defend his race, he announces the Negritude movement.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Wedsly Guerrier.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2010.
Local: Adviser: Sow, Alioune.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2012-08-31

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2010
System ID: UFE0041167:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0041167/00001

Material Information

Title: Rehabilitation d'un Poete Haitien Etzer Vilaire
Physical Description: 1 online resource (246 p.)
Language: english
Creator: Guerrier, Wedsly
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2010

Subjects

Subjects / Keywords: blanc, chretien, couleur, doctrine, engage, local, negritude, noir, patriotique, rehabilitation, ronde, vilaire
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Vilaire is a poet who has been consistently criticized and overlooked by scholars because his work deviates from the dominant conception of Haitian poetry which demands an overt politics and the prominent inclusion of ?local color? and Creole language, which are seen as embodying a racial and national consciousness. I argue that such dismissals of Vilaire impose an ahistorical and ideological conception of Haitian poetry which are incompatible with Vilaire?s aesthetic vision and project which in fact sought to elevate Haiti?s status as a nation and to demonstrate the quality of its literature abroad. My study of Vilaire is significant as he is, for the most part, unknown, despised and neglected by many critics. While he is seen as a minor poet, in my work, I establish that Vilaire was innovative in that he broke with the traditional Haitian literature, and introduced new topics, including the importance of poetry and the poet. Because he revolutionized the Haitian literary tradition, some critics disapprove of his work and consider him to have no place in Haitian literature. In my study, I address the controversy that surrounds his works and demonstrate, through the analysis of his poems, that his work reflects the ideas of his time and the preoccupation of his predecessors. My research also points out that Vilaire was not only a poet, but also a political figure. As a poet as well as a politician, he defended his country, his race, and he challenged his colleagues to do the same. I underline the fact that, unlike the other authors of his era, the notion of religion shapes the content of his work. Finally, I demonstrate that Vilaire is an influential figure in Haitian literature. With his literary ideologies, his conception of the French language and his attempt to defend his race, he announces the Negritude movement.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Wedsly Guerrier.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2010.
Local: Adviser: Sow, Alioune.
Electronic Access: RESTRICTED TO UF STUDENTS, STAFF, FACULTY, AND ON-CAMPUS USE UNTIL 2012-08-31

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2010
System ID: UFE0041167:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 R HABILITATION DUN POTE HAITIEN : ETZER VILAIRE By WEDSLY TURENNE GUERRIER A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTO R OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2010

PAGE 2

2 2010 Wedsly Turenne Guerrier

PAGE 3

3 To my family

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I have benefited immensely from the consideration of a great number of people, beginning with Dr Alioune Sow, my Dissertation Direct or, who was always there to help me every single semester. I would like to express my appreciation for his input, patience, and advice. I also owe a great debt of gratitude to Dr William Calin, Dr Brigitte Weltman, and Dr Leah Rosenberg for their guidan ce. They read and commented on several drafts of my work at every stage of its preparation and t heir suggestions have proved invaluable.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ...................................................................................................... 4 ABSTRACT .......................................................................................................................... 8 CHAPTER 1 INTRODUCTION ........................................................................................................ 10 2 LA VISION POTIQUE DE VILAIRE ......................................................................... 21 Introduction ................................................................................................................. 21 La Posie Selon Vilaire .............................................................................................. 22 Lcole Patriotique (1860 -1898). ......................................................................... 22 Vilaire et la Gnration de La Ronde : Une Nouvelle Conception de la Posie ............................................................................................................... 26 La Doctrine Potique de Vilaire .................................................................................. 35 La Pluralit de Luvre de Vilaire .............................................................................. 48 Une Nouvelle Voie ............................................................................................... 48 Pote de la Nature ............................................................................................... 50 Pote Philosophe ................................................................................................. 53 Pote Didactique .................................................................................................. 57 Conclusion .................................................................................................................. 60 3 LE STATUT DE VILAIRE ........................................................................................... 62 Introduction ................................................................................................................. 62 Langue et Littrature .................................................................................................. 64 Le Contexte Colonial et Lducation de Vilaire ................................................... 64 Le Caractre Universel de la Langue Franaise ................................................ 71 Instrumentalisation de la Langue Franaise ....................................................... 73 La Couleur Locale chez Vilaire .................................................................................. 81 La Coutume Hatienne chez Vilai re ..................................................................... 82 Le Paysage Hatien chez Vilaire.......................................................................... 8 7 La puissance des lments .......................................................................... 87 La splendeur de son pays ............................................................................. 89 Une nature digne dun peuple ....................................................................... 92 Conclusion ................................................................................................................ 101 4 VILAIRE POTE ENGAG ...................................................................................... 104 Introduction ............................................................................................................... 104 Tmoignages et Dnonciations. ............................................................................... 105

PAGE 6

6 Les Dix Hommes Noirs ............................................................................................. 106 Un Pome de Tmoignages .............................................................................. 106 Un Pome Personnel? ....................................................................................... 119 Un Pome Romantique...................................................................................... 121 La Porte Symbolique........................................................................................ 122 La Mlope. .............................................................................................................. 125 LEsclavage en Dtail ........................................................................................ 126 LHonneur dun Peuple (LAnti Colonialisme Affirm) ....................................... 131 Le Pote Politique et LOccupation Amricaine ...................................................... 138 LOccupation Amricaine et ses Mesures Vexatoires ...................................... 140 La Rvolte .......................................................................................................... 144 Vilaire Pote Visionnaire .......................................................................................... 149 Considration du Dlabrement de son Pays .................................................... 149 LAppel au Peuple .............................................................................................. 151 Conclusion ................................................................................................................ 157 5 VILAIRE POTE CHRTIEN ................................................................................... 160 Introduction ............................................................................................................... 160 Deux Pomes Dinspiration Religieuse .................................................................... 161 Homo : Vision De LEnfer ......................................................................................... 162 Premire Partie : ....................................................................................................... 163 La Mort dHomo. ................................................................................................. 163 LEnfer ................................................................................................................ 168 Les Damns. ...................................................................................................... 171 Deuxime Partie : ..................................................................................................... 173 Le Souvenir ........................................................................................................ 173 Dceptions et Remords ..................................................................................... 175 Vers la Vie .......................................................................................................... 177 Epilogue .............................................................................................................. 178 P ome Mon Ame ................................................................................................... 185 Partie I ................................................................................................................ 185 Partie II ............................................................................................................... 187 Prdications Dun Laque ......................................................................................... 194 Les Devoirs du Chrtien .................................................................................... 195 La Notion de Temps ........................................................................................... 204 La Ncessit du Dieu Tout -Puissant ................................................................. 206 Le Personnage de Jsus. .................................................................................. 212 Cohrence entre Posie et Sermon ......................................................................... 215 Les Dimensions de la Mort. ............................................................................... 215 LImage du Ciel. ................................................................................................. 220 Le Retentissement de la Mystique de Vilaire .................................................... 225 Conclusion ................................................................................................................ 228 6 CONCLUSION .......................................................................................................... 230

PAGE 7

7 LIST OF REFERENCES ................................................................................................. 239 BIOGRAPHICAL SKETCH .............................................................................................. 246

PAGE 8

8 Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of th e Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy R HABILITATION DUN POTE HAITIEN: ETZER VILAIRE By Wedsly Turenne Guerrier August 2010 Chair: Alioune Sow Major: Romance Languages Vilaire is a poet who has been consistently criticized and overl ooked by scholars because his work deviates from the dominant conception of Haitian poetry which demands an overt politics and the prominent inclusion of local color and Creole language, which are seen as embodying a racial and national consciousness. I argue that such dismissals of Vilaire impose an ahistorical and ideological conception of Haitian poetry which are incompatible with Vilaires aesthetic vision and project which in fact sought to elevate Haitis status as a nation and to demonstrate the qu ality of its literature abroad My study of Vilaire is significant as he is, for the most part, unknown, despised and neglected by many critics. While he is seen as a minor poet, in my work, I establish that Vilaire was innovative in that he broke with th e traditional Haitian literature, and introduced new topics, including the importance of poetry and the poet. Because he revolutionized the Haitian literary tradition, some critics disapprove of his work and consider him to have no place in Haitian literat ure. In my study, I address the controversy that surrounds his works and demonstrate, through the analysis of his poems, that his work reflects the ideas of his time and the preoccupation of his

PAGE 9

9 predecessors. My research also points out that Vilaire was not only a poet, but also a political figure. As a poet as well as a politician, he defended his country, his race, and he challenged his colleagues to do the same. I underline the fact that, unlike the other authors of his era, the notion of religion shapes the content of his work. Finally, I demonstrate that Vilaire is an influential figure in Haitian literature. With his literary ideologies, his conception of the French language and his attempt to defend his race, he announces the Negritude movement.

PAGE 10

10 CHA PTER 1 INTRODUCTION Etzer Vilaire (1872 -1951) est un pote n Jrmie, une ville situe au sudouest de la rpublique dHati, le 7 avril 1872. Il commence publier ses uvr es en 1901 et arrte d e composer des pomes en 1919. Il laisse une production potique monumentale: 750 pages de posie et plus de 13.000 vers. Il se distingue par la diversit de sa production, sa rception ambigu en Hati et les vives polmiques quil suscite. Dans lhistoire de la littrature hatienne, il demeure une nigme. Ce pote controvers est fustig par certains de ses contemporains pour avoir dnonc ltroitesse et les rigueurs de lidologie de lcole patriotique qui incarnait alors ce quon appelle une littrature de proximit. Pour certains critiques comme Jean Pri ce Mars1 et Hnock Trouillot2, Vilaire reste un pote mineur qui nest pas digne dappartenir la littrature hatienne cause de son rapport la langue franaise et des thmes, jugs trop universels, quil aborde. A cet effet, Lamy dclare : Vilaire a disparu de la circulation. La raison est simple : on dit quil nest pas Hatien. Donc, ce nest pas ncessaire de lire son uvre. Pendant longtemps, lpithte vad ", utilis tort et travers propos de Vilaire, a rendu fade la lecture de ses u vres 3. En revanche, dautres le considrent comme un pote national parce quils estiment que cest un pote patriote qui souligne la misre, les exploits et lespoir du peuple hatien. Comme lindique Pubien: Une bonne partie de sa gnration ladule. Car ils voient en lui le pote -lcrivain mmele plus prestigieux de lheure 4. En effet, les loges et les 1 Voir Ainsi Parla loncle ( Montral : Lemac, 1954 ) 315. 2 Voir Les origines sociales de la littrature hatienne. (Port au Prince : Editions Fardin, 1986) 355. 3 Lecksy Lamy. Propos recueillis Por t au Prince le 20 juillet 2008. 4 Pubien, Pierre. Cours de littrature hatienne. (Collections Pubien : Port au Prince, 1998) 84.

PAGE 11

11 attaques son gard saccumulent, mais le statut de ce grand pote reste ambivalent Par exemple, de 1927 1967, Etzer Vilaire reste dans lombre. Cependant, en 1968, un dbut de rhabilitation du pote est initi par les travaux de Pompilus qui focalisent sur sa biographie et une brve analyse de certains de ses pomes. Aujourdhui, son uvre figure encore au programme scolaire en Hati comme il a t constat pendant nos recherches en Hati5, mais il reste ignor de la critique. Les raisons pour lesquelles luvre de Vilaire reste ignore ou nest pas assez commente sont multiples. Daprs Dieudonn Fardin, Vilaire reste mconnu cause de l abondance de son uvre. Il affirme que Vilaire est mconnu, mconnu parce qu'il y a peu de personnes, mme des critiques, ses contempteurs, qui peuvent se vanter davoir lu compltement son uvre 6. Par ailleurs, Jean Pr ice Mars qui a crit un ouvrage i ntitul Ainsi parla loncle7 (1954) dans lequel il a consacr un chapitre aux grands crivains hatiens a omis Vilaire parce quil estimait que le pote ngligeait les ralits locales. On peut aussi ajouter quen dehors dHati, Etzer Vilaire est un pote ignor par la critique anglophone et francophone contemporaine. Ainsi, Simon Gikandi8 qui, dans Writing in Limbo: Modernism and Caribbean Literature traite de la modernit dans la littrature c aribenne, passe sous silence Etzer Vilaire alors quil parle dEdmond Laforest qui faisait partie de la gnration de la Ronde dont Vilaire tait le chef de fil e De mme, 5 Pour faire ce travail, nous avons fait deux voyages en Hati qui nous ont permis de trouver des informations pertinentes sur Vilaire. Durant notre passage en Hati, nous avons eu la chance dinterviewer t rois professeurs de littrature hatienne savoir Alain Julsaint, Lecksy Lamy et Jowel Samedi. Nous avons galement consult les programmes scolaires et des archives tant la Bibliothque nationale dHati qu Saint Louis de Gonzague. Nous avons eu acc s une partie du roman de Vilaire Le Thanathophobe quon considre inachev parce que la deuxime partie est introuvable. 6 Fardin, Dieudonn. Histoire de la littrature hatienne: mouvement de la Ronde. ( Port au Prince : Editions Fardin 1993 ) 81. 7 Dans cette uvre, PriceMars demande aux crivains hatiens de valoriser le folklore en se penchant sur la culture populaire, les contes croles et le vaudou. 8 Writing in Limbo: Modernism and Caribbean Literature (Ithaca : Cornell University Press 1992)

PAGE 12

12 Rgis Antoine9, qui tudie les grands crivains de la Carabe, mentionne deux crivains hatiens qui domi naient la scne littraire au XIX me si cle: Emile Nau et Oswald Durand. Cependant, il ne fait aucune allusion Vilaire qui a succd ces crivains et qui se s t battu pour donner une nouvelle orientation la posie hatienne. Lambition de cette tude est de montrer que Vilaire est un acteur important dans la littrature hatienne. Comme nous lavons indiqu, Vilaire est en effet le fondateur du mouvement littraire qui porte le nom de la gnration de la Ronde et qui domine la scne littraire hatienne de 1898 1915. Son uvre prsente une valeur littraire et doctrinale qui mrite une tude approfondie. Cette tude met en vidence la diversit des genres potiques et narrati fs (roman, sermons) de Vilaire et examine son hritage littraire De plus, les visions et les propositions thorique s et idologiques de Vilaire dont les pomes annoncent le mouvement de la Ngritude ont t ngliges. Il faut reconnatre que revenir sur ce pote mconnu nest pas une chose simple parce que la production de Vilaire est immense, sa posie est parfois her mtique et il y a aussi des transitions idologiques, des changements narratifs chez le pote qui font quon ne peu t pas facilement le classer mme sil appartient un mouvement littraire. En nous basant sur les recherches que nous avons faites jusquici on remarque que trs peu dtudes ont t consacres luvre de Vilaire. Bien que quelques commentaires pars figurent dans les manuels de littrature hatienne, aucune tude approfondie nest rserve luvre de ce pote. Il nexiste que quatre ouvr ages consacrs une analyse plutt superficielle de luvre de Vilaire crits par Pradel Pompilus, Jean Claude Fignol, Roger Gaillard et Christophe Philippe Charles, les 9 Rayonnants crivains de la Carabe: Hati, Guadeloupe, Martinique, Guyane : anthologie et analyses Paris : Mai sonneuve & Larose, 1998)

PAGE 13

13 seuls chercheurs avoir travaill sur une partie de luvre de ce pote. Dans son l ivre intitul Etzer Vilaire : Etudes critiques (1968), Pompilus crit la biographie de Vilaire en insistant sur son temprament et son caractre. Dans une section quil intitule Le gnie potique de Vilaire ce chercheur analyse succinctement deux pom es de Vilaire ( Credo littraire et Haro ) en deux pages. Il affirme que dans ces deux pomes Vilaire dveloppe ses ides concernant la posie. Cependant, cette analyse reste superficielle. Par exemple, en parlant de Haro Pompilus met en videnc e ce que Vilaire reproche ses devanciers (leur manque dinspiration et leur ngligence), mais, il nexamine pas comment Vilaire construit son rais onnement, sur quel argument il s e base pour rfuter luvre de ses prdcesseurs. Par ailleurs, Pompilus pas se sous silence certains procds utiliss par Vilaire dont la satire pour convaincre ces potes de changer leur faon de faire de la posie. De mme, lorsquil analyse Credo littraire Pompilus nexpose quun bref aperu des ides potiques de Vilai re. Or ce pome mrite une attention soutenue. Une partie de ce travail montrera comment avec Credo littraire Vilaire sengage dans un projet potique pdagogique. Ainsi, il parle de la matire potique, de la mission du pote, du rle de la posie ai nsi que de la manire de composer un pome10. Se pencher sur les diffrentes uvres de lauteur, cest avoir loccasion de vrifier comment Vilaire observe ses prceptes. Il est important de souligner que le travail que Pompilus consacre Vilaire constitue cependant une base solide qui facilite les recherches sur luvre de Vilaire. En effet, Pompilus regroupe certains pomes par thmes savoir: la nature, lamour, lamour de la patrie, la mlancolie, la mort, les thmes philosophiques. 10 Par exemple, Vilaire parle de la forme (la construction du pome), du langage, des images et de linspiration.

PAGE 14

14 Cest un peu la m me tendance chez Fignol qui consacre une uvre Vilaire: Etzer Vilaire : ce mconnu publie en 1970. Dans cet ouvrage, il expose la vie du pote depuis son enfance jusqu sa mort. Dans ses travaux, il enrichit la biographie de Vilaire en exposant des lments de la vie du pote jusqualors inconnus tels que lorigine franaise de son grandpre, sa sant fragile qui lempchait de frquenter lcole rgulirement et son instruction par un tuteur franais qui explique son contact constant avec la langue franaise. Etzer Vilaire : ce mconnu reste cependant un survol de luvre potique de Vilaire. Malgr ses prcisions biographiques, Fignol ne propose pas une tude novatrice d e luvre de Vilaire. Son travail sur Vilaire aurait pu tre plus remarquable sil avait intgr les multiples rapports du pote la langue franaise et les raisons pour lesquelles il lutilise comme langue littraire. Certains pomes utiliss par F ignol comme Pome mon me et Homo : vision de lenfer seront repris dans cette tude pour varier les approches et complter lexamen de luvre Vilairienne. Ce travail mettra en vidence les techniques utilises par Vilaire dans ses uvres et les mouvements littraires qui lon t influenc. Dans Etzer Vilaire: tmoin de no s malheurs publi en 1972, Roger Gaillard fait une analyse sociologique du pome Les dix hommes noirs En se basant sur lhistoire dHati, Gaillard souligne qu travers ce pome, Vilaire expose les problmes qui ravagent la jeunesse hatienne son poque tels que la faillite conomique, la tyrannie, la prostitution et le suicide. Cependant, il passe sous silence le style, lorganisation et la structure du pome. A notre avis, plusieurs questions peuvent tre poses en examinant le pome de Vilaire. D abord, comment Vilaire construit -il ce pome politique? Ensuite, comment exprime-t il la dsillusion de la jeunesse hatienne,

PAGE 15

15 la tendance suicidaire ? A partir de lanalyse des dix hommes noirs on peut analyser par ailleurs le discours de Vilaire su r lengagement politique, la place de lartiste dans la socit hatienne, labus de pouvoir et la trahison, la race et la pauvret. Enfin, une dernire question serait de savoir si on ne peut pas considrer Les dix hommes noirs comme rvlateur de la dsillusion du pote face lhistoire dHati. Louvrage le plus rcent qui traite de Vilaire: Etzer Vilaire: sa vie, son uvre est publi en 2003. Christophe Philippe Charles, lauteur de ce livre, prsente une tude biographique sur Vilaire. Il voque lidal et lesthtique de ce pote en proposant une brve analyse thmatique (une page par pome) de quelques -uns des pomes de Vilaire tels que : Le Flibustier Page damour Les dix hommes noirs Homo : ou Vision de lenfer Pome mon me Comme Gaillard et Pompilus, il dgage les tendances dominantes chez Vilaire Cependant, il passe sous silence la production en prose du pote tout en reconnaissant qu il faudrait pousser les recherches afin de consacrer une tude indpendante et approfondie luvre en prose de Vilaire 11. Conscient de cette carence, nous allons nous efforcer de commenter simultanment les pomes en vers et en prose de Vilaire. Ce qui caractrise cette tude et qui la diffrencie des autres cest quelle est la premire analyser le recueil de pomes en prose de Vilaire intitul La vie solitaire pendant loccupation amricaine publi en 1937 ainsi que les sermons de ce pote prdicateur publis dans Prdications dun laque12. Parmi les nombreux aspects de luvre de Vilaire ignors par la critique il y a la spiritualit. Vilaire est un auteur profondment croyant qui utilise son uvre pour 11 Christophe Philippe Charles. Etzer Vilaire: sa vie, son uvre. (Port au Prince : Editions Choucoune, 2003) 67. 12 L a date de publication de cet ouvrage est inconnue

PAGE 16

16 prcher la bonne nouvelle de lEvangile. Son uvre offre un champ dinvestigation vaste et riche et cest cette diversit que nous voudrions mettre en lumire. Vu labondance de luvre du pote, il est difficile de tout examiner. La priorit sera donne aux pomes comme Homo : vision de lenfer (1902), Pome mon me (1905), Le rendez vous (1907) Haro (1907), Testament (1907), Que suis je (1909) Credo littraire (1910), Paroles des trpasss aux vivants (1910) pour prciser que des changements de style, de genre et de sujet peuvent tre mis en relief dans luvre de Vilaire. En nous penchant sur ses pomes et ses sermons, nous essaierons de montrer quil y a une volution dans sa pense entre le dbut et la fin de sa production. Lobjectif de cette tude est aussi de montrer la diversit de luvre du pote, son rle et son influence dans lhist oire de la littrature hatienne. Pour ce faire, le premier chapitre examine la conception que Vilaire a de la posie. En revenant sur lhistoire des ides du XIXme sicle hatien13, nous nous penchons sur les deux mouvements littraires majeurs qui do minent la fin du XIXme et le dbut du XXme sicle, savoir lcole patriotique (qui existe avant Vilaire) et la gnration de la Ronde dont Vilaire est linitiateur. Lanalyse de ces deux mouvements contribuera donner une image prcise du paysage litt raire hatien lpoque o Vilaire se met crire. La comparaison des deux mouvements prcits nous permettra de dmontrer que Vilaire est un pote de la rupture Il rompt avec les pratiques antrieures en refusant de suivre le modle de ses prdce sseurs et en faisant de nouvelles propositions potiques. De plus, en travaillant sur deux pomes en particulier, Haro et Credo littraire nous montrons un visage inconnu de Vilaire : le 13 Le 19eme sicle est une priode qui est nglige par les critiques, mais qui perm et de comprendre les grandes articulations de la littrature hatienne.

PAGE 17

17 thoricien Il ne critique pas seulement luvre de ses deva nciers, mais il enseigne aussi ses contemporains comment faire de la posie. Il propose une conception potique nouvelle en parlant de la notion dimitation, dcole littraire, de linspiration illimite, de la valeur de la posie et de la mission du pote. La deuxime partie du chapitre met en vidence loriginalit dune partie de luvre de Vilaire qui lui permet de dpasser celle d e ses devanciers qui sappuient sur ce qui a t appel dans la littrature hatienne le local Il conseille ses contemporains de dpasser les notions de territoire et de langue pour faire place une littrature dite universelle Cest ce rle actif et dterminant dans le dveloppement de la littrature hatienne que ce travail essaie de montrer. Le deuxime chapitre prend comme point de dpart la rception problmatique de Vilaire par les critiques littraires hatiens. Notons que certains spcialistes critiquent et ngligent Vilaire parce que son uvre contraste avec la conception dominante de la posie hatienne qui repose sur lhistoire dHati, la couleur locale et la langue crole. Dans ce travail, nous soutenons que lexpulsion de Vilaire par les critiques se base sur une conception ahistorique et idologique de la posie hatienne qui est incompatible a vec la vision et le projet esthtique de Vilaire qui, en fait, cherchait promouvoir le statut dHati comme une nation et dmontrer la qualit de sa littrature ltranger. Pour ce faire, dans la premire partie, nous dmontrons que le phnomne linguistique, qui est une question cruciale dans la littrature hatienne, est apprhend par Vilaire d une autre manire. Lexamen des multiples rapports du pote avec la langue montrera que Vilaire utilise le franais comme un instrument pour atteindre un publ ic plus large, promouvoir la littrature hatienne dans le monde francophone,

PAGE 18

18 exprimer sa fiert dtre noir et dnoncer lesclavagisme, le racisme, le colonialisme. En prenant une telle position, Vilaire donne des orientations qui annoncent certains thme s que vont dvelopper les crivains de lAnthologie de la nouvelle posie ngre et malgache (1948 ) de Senghor. La deuxime partie examine la notion de la couleur locale chez Vilaire parce que cest lun des arguments lancs par les critiques pour dnigrer le pote et lexclure de la liste des potes hatiens. En nous appuyant sur certains pomes comme LAjoupa (1907), Chanson du vent du nord (1907), Amour des choses (1909), A Jrmie (1907), Le flibustier (1902), Coriolan Ardouin (1907), nous montrons que lespace hatien et les coutumes hatiennes ne sont pas absents de son uvre, mai s ils sont apprhends diffremment Le militantisme de Vilaire est lobjet du troisime chapitre pour montrer quil utilise le patriotisme comme motif dinspiration et de cration artistiques. Dabord, travers lanalyse de certains de ses pomes comme Les dix hommes noirs (1901), A ma patrie (1907), La mlope (1919), Miserere (1916), nous soulignons que Vilaire est un crivain qui traite des problmes de son peuple. Il montre que la situation tragique dHati a aussi des origines trangres14. Ensuite, nous examinons un aspect inconnu du pote: le pote politique. Nous revenons sur les divers postes15 quil a occups dans le gouvern ement et tudions ses revendications ainsi que sa raction face loccupation amricaine16. Nous soulignons que cet homme politique et militant 14 Par exemple, il mentionne l indemnit impos e Hati par la France (qui a caus sa pauvret), loccupation amricaine ainsi que lisolement dHati par la communaut international e. 15 Nous rappelons quil tait avocat, commissaire du gouvernement, dput, juge. Ces professions nous aident dfinir ce que nous appelons une posie militante. 16 Quand on parle dHati, on a souvent tendance mentionner la rvolte des esclaves con tre les Franais en oubliant loccupation amricaine. Dans ce travail, nous passons en revue les circonstances dans lesquelles loccupation amricaine a eu lieu, les ruses utilises par les Amricains pour sinstaller dans le pays ainsi que les ractions d es H atiens face une telle situation.

PAGE 19

19 ne reste pas inactif devant linjustice, le colonialisme, lesclavagisme, ni le racisme. Enfin, nous mettons en vidence laspect didactique de son uvre parce quil ne se contente pas seulement dvoquer les problmes de son pays, il propose aussi les moyens de les rsoudre. Dans son pome Miserere il suggre ses compatriotes de choisir des leaders comptent s pour changer la situation de son peuple Tmoin des multiples malheurs de son peuple causs par ce quil appelle des hommes cultivs Vilaire est conscient que la comptence seule est insuffisante ; elle doit tre lie la vertu. Il invite ses frre s dfendre Hati contre les puissances trangres et lutter contre les tyrans hatiens qui pratiquent la politique de la peur dans le but de gouverner comme ils veulent. Il prche des prises de positions articules sur la vertu, loptimisme, laction, lesprit dinitiative et le courage. Quant au quatrime chapitre, il porte sur la spiritualit dans luvre de Vilaire, un aspect duquel la critique se dsintresse. Dans une premire partie, nous analysons deux longs pomes dinspiration religieuse : Ho mo : ou vision de lenfer et Pome mon me qui traitent de lenfer, de la repentance, de la ncessit de se convertir au christianisme. Dans la deuxime partie, nous examinons ses sermons runis dans Prdications dun laque Lanalyse de ces textes nous permet de voir comment ce pote articule et dfend ses ides religieuses. Il parle des devoirs du chrtien, de la notion de temps, de la ncessit du Dieu Tout -Puissant, de la figure de Jsus. Dans la troisime partie, en nous basant sur ses pomes, ainsi que ses sermons, nous tudions la faon dont Vilaire aborde le concept de la mort. Par exemple, selon Vilaire, la pense de la mort doit conduire lhomme la pit, la sanctification, parce quil ne sait pas quand son heure viendra. Pour le vrai chrtien, la mort est lie la joie, la victoire. A

PAGE 20

20 ct de la mort, le ciel abonde galement dans luvre de Vilaire. Non seulement Vilaire numre ce qui sy trouve, mais il rvle aussi ce que lhomme doit faire pour y parvenir. Ces uvres marquent la fi n de la carrire, de la vie de Vilaire et lon remarque que le pote de laction face place au pote de lEvangile. Etzer Vilaire est une figure dterminante dans lhistoire de la littrature hatienne. Pourtant, selon la plupart des anthologies, manuels littraires et mme certains professeurs de littrature hatienne, Vilair e est seulement lauteur des D i x hommes noirs de Credo littraire de Page damour Dans leurs tudes, les critiques ngligent linfluence de Vilaire sur les potes hat iens, ainsi que son rle actif dans la promotion de la littrature hatienne dans le monde francophone. Notre intention est de le rhabiliter en insistant sur la diversit de son uvre, la multiplicit des thmes quil aborde et sa contribution dans le dv eloppement de la littrature hatienne. Dans cette tude, nous faisons la fois un travail dhistoire littraire et de procds potiques. En focalisant sur certains pomes, nous travaillons aussi sur la versification. Pour bien comprendre Vilaire, il faut le replacer dans son contexte, cest dire tenir compte de la situation politico -sociale et culturelle de son poque, sa biographie, sa formation scolaire ainsi que ses convictions. Etzer Vilaire est un pote pdagogue qui captive le lecteur par son sty le, la varit de son inspiration potique et la profondeur de ses rflexions. Les multiples thmes qu'il aborde, les conflits (dans la socit hatienne) qu'il met en scne suscitent une attention soutenue. Il oriente la posie hatienne vers une nouvelle voie parce quil va au -del des frontires hatiennes dans ses rflexions. Cest un pote qui varie sa production et qui offre une uvre laquelle chacun peut sidentifier.

PAGE 21

21 CHAPTER 2 LA VISION POTIQUE DE VILAIRE Introduction Etzer Vilaire est une f igure marquante de lhistoire de la littrature hatienne. La richesse et la varit de sa production littraire ainsi que les dbats dans lesquels il sengage le distinguent des autres crivains de sa gnration. Sa vision potique influence considrablem ent le dveloppement de la littrature hatienne Il renouvelle la posie hatienne en dpassant l 'idologie de ses prdcesseurs. Ce chapitre est divis en deux parties. Nous y situerons luvre de Vilaire par rapport celles des crivains de lcole pat riotique Cest un mouvement identitaire qui soutient que la mission de la littrature hatienne consiste clbrer Hati en sappuyant exclusivement sur les exploits des hros de lindpendance, le paysage hatien, la langue cr ole et les coutumes hatiennes. Notre but est de montrer que la posie v ilarienne surpasse les pratiques antrieures. Pour ce faire, dans la premire partie, nous allons souligner les lments qui distinguent Vilaire de ses prdcesseurs en insistant sur lhistoire littraire et l e contexte politique hatien. En nous servant de la "notice autobiographique" faisant partie du recueil intitul Pomes de la mort (1910), de sa correspondance avec Georges Barral, des notes de lecture, des critiques et de ltude de deux de ses pomes intituls Haro et Credo littraire nous prsenterons et examinerons les composantes essentielles de sa vision potique. Dans la deuxime partie de ce chapitre, nous allons examiner les multiples thmes quil aborde dont certains sont ignors par les potes de lcole patriotique. Cette partie nous permettra de montrer que Vilaire est un pote qui suit ses prceptes.

PAGE 22

22 La Posie Selon Vilaire Etzer Vilaire apparat dans un contexte littraire domin par les crivains de lcole patriotique. Incarnant la gnration de la Ronde, il ouvre les frontires de la posie hatienne sur de plus vastes sujets, et difie une doctrine potique de nature donner un retentissement international aux luttes hatiennes et mieux affirmer une identit culturelle. L cole P atriotique (1860-1898). Dans lhistoire de la posie hatienne, beaucoup de potes se contentent de reprendre et dvelopper ce que d'autres, avant eux, ont dj compos. Par exemple, Oswald Durand et Massillon Coicou ont repris les thories dEmile e t Ignace Nau concernant la posie : lintgration du crole dans le domaine littraire et linclusion du paysage hatien et de lhistoire dHati. Cependant, Vilaire rompt avec cette tradition. Il est diffrent de ces potes parce qu'il se propose de donner une autre direction la posie hatienne. Pour mieux situer lauteur, il convient dtudier lcole patriotique (18601898), le mouvement littraire qui dominait la littrature hatienne la fin du 19me sicle. Nous devons signaler que lcole p atriotique nest pas le premier mouvement littraire hatien Avant lcole patriotique, existaient deux mouvements: Les Pionniers (1804-1836) et l'cole de 1836 (1836-1860). Nous choisissons de prsenter ce mouvement pour montrer que cest en raction ce courant littraire que Vilaire crit. Lcole patriotique joue un grand rle dans lhistoire de la littrature hatienne. Il prend naissance une poque chaotique. Au cours de cette priode, des scnes de vandalisme et de tueries perturbent lordre public Port au -Prince Lambition des politiciens est de trouver un poste aux commandes du pays. Et pour

PAGE 23

23 latteindre, le complot se rvle ncessaire. Ainsi, mpris par les grandes puissances et rong par la guerre civile, le pays se trouve dans une situation dplorable : Aux yeux de ltranger, Hati ne peut se gouverner, parce que Hati est un pays de ngre : Une race infrieure qui il faut toujours un commandeur de race suprieure 1. Cest dans ce contexte que nat lcole patriotique Les potes de ce mouvement utilisent leurs uvres pour dire aux autres peuples quHati peut se gouverner et, comme tout autre pays, faire entendre sa voix Cest une production politique L es figures les plus marquantes de ce courant littraire sont : Os wald Durand, Massillon Coicou, Tertulien Gilb aud et Alcibiade Fleury Battier. Ces crivains abordent particulirement les thmes suivants : la dfense de la race noire contre le racisme, lexaltation de la patrie et la protection du pays contre ses oppress eurs Pour ce faire, ces potes produisent une posie militante. Le pote rapporte la vie, les vnements, les aspirations typiques de son pays et de son peuple. Dash cite Frderic Marcelin qui crit: Our literature must be increasingly inspired by our history, by the moral and material conditions of our world, by all the physical beauty of our country. They must be celebrated to be loved 2. Ils clbrent la beaut du pays pour revendiquer la valeur de la nation comme le fait Oswald Durand dans les vers ci -dessous : Jai chant nos oiseaux, nos fertiles campagnes, Et les grappes des fruits courbant nos bananiers, Et le campche en fleurs parfumant nos montagnes Et les grands ventails de nos verts lataniers3. 1 Fardin, Dieudonn. Histoire de la littrature hatienne: mouvement de la Ronde. ( Port au Prince: Editions Fa rdin, 1993) 13. 2 Dash, Michael. Literature and ideology in Hati ( New Jersey: Barnes & Noble Books, 1981) 27. 3 Fardin, 1993, 22

PAGE 24

24 Ces crivains ne se contentent pas seulement de parler de la beaut de leur pays natal, ils mettent galement laccent sur la valeur et la beaut de la femme hatienne. Ainsi, Oswald Durand, le pote populaire, exalte la femme hatienne dans les vers suivants Si la muse, un jour, me demande Des vers une ode un triolet, Dhonneur je lui ferai loffrande De plus dlicieux couplet s Je nirai pas, quittant le Nouveau -Monde, Monter mon luth pour la blanche aux yeux bleus, Pour la chtaine, ou la rousse, ou la blonde, Ples sous leur cie l nbuleux. Mais ma ngresse Dont la folle caresse Verse en mon cur livresse4 Durand exprime travers ces vers son dsir de chanter la femme noire. Il fait delle sa source dinspiration. En intgrant la Ngresse dans son uvre, il change le s canons esthtiques imposs la posie franaise. Ces potes prennent linitiative de parler de lhistoire de la colonisation de St -Domingue, ainsi que de la guerre de l'indpendance pour promouvoir la posie nationale. Pour appuyer cette ide, Massillon Coicou a compos un pome intitul Introduction dans le lequel il affirme: Ce que je veux chanter ce sont ces hros tels Quon les nomme genoux, ce sont ces immortels Ce sont ces demi -dieux, en qui mon me fire Se complait bnir ma race toute entire 5 A travers ses pomes, Massillon Coicou dnonce la guerre civile, prche lunion, la paix et le progrs. Tandis que Gilbaud manifeste son amour pour la patrie en rendant hommage au paysan hatien Pote de lunion et de la paix, il croit la survivance dHati. Je jure mon pays natal que tu vivras 6 assure -t -il. Ce vers tmoigne de 4 Charles, 2001, 41. 5 Coicou, Massillon. Posies nationales (Paris : Imprimerie V. Goupy et Jourdain, 1892) 37. 6 Fardin 52.

PAGE 25

25 lloge rserve Hati. Ce sont des potes optimistes. Alcibiade Fleury Battier insiste sur la valeur de la libert et croit que lavenir sera meilleur. Ces au teurs dsirent participer la construction de leur pays natal7. Pour ce faire, ils suggrent une littrature de proximit. Fardin souligne que: Potes et prosateurs disent les charmes de la nature hatienne, clbrent les beauts de nos paysages, trouvent des motifs de fiert et des leons de civisme dans lhistoire nationale, dfendent le pays et la race insults 8. La langue joue un rle important dans les uvres de ces crivains. Selon eux, pour faire une littrature nationale, il faut utiliser la l angue locale: le crole. Voil pourquoi ils prnent lintgration du crole dans le domaine littraire. Durand est le premier pote qui crit un pome en crole hatien intitul Choucoune9 Ce quil faut retenir de lcole patriotique, cest que les c rivains de ce mouvement ont lintention de renouveler la littrature hatienne, en lorientant vers tout ce qui est national 10. Ces crivains sinspirent dHati, de son histoire et de sa beaut pour montrer sa valeur. Lexistence de lcole patrio tique sera de courte dure. Aprs la mort des crivains phares de ce mouvement littraire tels que Massillon Coicou, Oswald Durand et Antnor Firmin, cette cole connatra le dclin. Cependant, un groupe de jeunes crivains fait son apparition sur la sc ne littraire hatienne et dcide de prendre la relve. Ils prennent le nom de la gnration de La Ronde Vers 1 898, un conflit de 7 Il faut indiquer que cet engouement pour la littrature nationale sest manifest galement chez les crivains anglophones de la Carabe. Ce que les crivains de lcole patriotique faisaient en Hati, les Jamacains et les Trinidadiens le faisaient aussi leur manire cette poque. Leah Rosenberg, dans son livre intitul Nationalism and the Form ation of Caribbean Literature (2007), montre comment ces crivains ont lutt pour tablir une littrature authentique, nationale. 8 Fardin 11. 9 Cit par Fardin Le pome Choucoune est considr non sans raison, comme le premier texte valable de la litt rature hatienne dexpression crole voir Fardin 25. 10 Fardin 15.

PAGE 26

26 gnrations prend forme. Au lieu de continuer la posie juge trop restreinte des leurs prdcesseurs, ils se proposent d 'crire une littratur e pouvant plaire la fois aux H atiens et aux trangers. Vilaire et la Gnration de La Ronde : Une Nouvelle Conception de la P osie La gnration de La Ronde (1898-1915) marque une nouvelle tape dans la littrature hatien ne. Nanmoins, linstabilit de la situation politique et sociale du pays freinera lmergence de ce mouvement. Entre 1888 et 1915, crit Charles11, des coups dtat des conspirations, des exils, des fusillades et des gouvernements se succdent un rythme hallucinant. La guerre civile bat encore son plein. Le pouvoir sobtient par la force, largent et lintrigue. Les citoyens se trouvent dans une condition dplorable cette poque : Tout citoyen, dit un historien de lpoque, qui prtendait mettre libr ement son opinion sur une question dintrt politique tait trait comme un criminel quil fallait faire disparatre par la violence. Seuls les flatteurs gages avaient la licence daccomplir leur besogne rpugnante12. Cette gnration est marque par un profond mal de vivre. Il existe des tensions entre le gouvernement et les intellectuels. La libert dexpression est inconnue et lactivit conomique est sinistre, gnrant autant de sans emplois que de drames humains. La mauvaise qualit de la vie lie la crise conomique et politique permanente, ainsi que les humiliations infliges la nation par les grandes puissances de lpoque ( La France, L'Espagne, LAllemagne, lAngleterre et les Etats -Unis) font que beaucoup de ces 11 Charles, Christophe Philippe. Etzer Vilaire : sa vie, son uvre ( Port au Prince : Editions Choucoune, 2004) 6. 12 Fardin 7.

PAGE 27

27 potes deviennent pessimiste s13. Dans son article publi dans la revue intitule la Ronde (1900), Ption Grme exprime son angoisse de cette manire: Comment chanter et comment mme vivre dans une socit sans parole, sans presse, sans art, sans littrature, sans tribune, sans t ravail, sans moral, sans idal et sans me ? Les larges horizons que nous avons rvs sont obscurcis; les avenues de lidal sont lourdement fermes sur nous le mal du pays exerce sur tous ceux qui pensent une action irrsistible, il passionne en mme tem ps quil dsespre14. Cest dans une telle atmosphre que prend naissance La gnration de La Ronde Ce qui distingue ce mouvement littraire cest la richesse, la varit de ses productions et les dbats quil a occasionns. Il tire son nom de la revu e littraire La Ronde tablie par Ption Grme et Dants Bellegarde et qui a paru pendant quatre ans de 1898 1902. Charles15 affirme que la Ronde est lun des mouvements les plus riches, parce quil aborde les questions agites il provoque des polm iques, renverse des tabous. Leurs productions littraires seront plus acadmiques puisquils respectent les rgles de la posie. Les crivains de La Ronde adoptent le thme dHati abord par les potes de lcole patriotique. Cependant, ils ne sy limitent pas car ils vont au-del des thmes de leurs prdcesseurs Les figures les plus marquantes sont : Etzer Vilaire, Georges Sylvain et Edmond Laforest. Ces hommes prnent d'autres centres d'intrt en rclamant une source dinspiration illimite de la part des potes hatiens. Cest ce que prcise Raphael Berrou dans son tude sur le mouvement de la Ronde : 13 J.C. Dorsainvil, dans son ouvrage intitul Histoire DHa ti. (Henri Des Champs Port au Prince, 1924) souligne les multiples injustices subies par Hati la fin du XIXme sicle. En voici un exemple : En 1872, deux commerants allemands rclamrent au Gouvernement Hatien quinze mille dollars pour dommages m atriels, rels ou prtendus, subis par eux du temps de Salnave et de Gffrard. Deux frgates allemandes, Vineta, Gazella, mouillrent, le 11 juin 1872, en rade de Port au Prince. Deux heures aprs leur arrive, le capitaine Batsch exigea le paiement immd iat de trois mille livres sterling, puis, sans mme attendre la rponse du Gouvernement, sempara de deux navires de guerre hatiens paisiblement lencre. Indigne, mais convaincue de son impuissance, Hati paya (Dorsainvil, 1924, 255). 14 Fardin 9. 15 Charles, 2004, 3.

PAGE 28

28 Aussi, sans renier totalement linspiration nationale et tout en gardant pour Oswald Durand, Massillon Coicou et Tertulien Guilbaud la plus grande vn ration, les tenants de la Ronde voulurent -ils largir la matire potique, thique, tre eux mmes tout en tendant luniversel, en ralisant ce que Seymour Pradel avait dnomm une littrature humano-hatienne, ds 189616. Ces crivains ont une conception plus personnelle de la posie. Selon eux, il ne suffit pas de peindre le cadre splendide de leur le, lcrivain doit explorer des sentiments plus personnels travers des thmes lyriques. Comme lindique Silvio Baridon, lintention des crivains de la R onde est dcrire et de : fournir la posie de nouvelles sources, par le dveloppement de thmes mtaphysiques, psychologiques et sociaux. Le mystre de la vie et de la mort, lamour, la mlancolie, le sentiment de la nature, sont ainsi retrouvs 17. Parmi ce groupe de potes, Vilaire sillustre comme lun des plus brillants thoriciens. Il ne cherche pas placer son projet dans une continuit, mais dsire plutt imposer une rupture avec les pratiques antrieures. Il explique son choix dcrir e de la posie comme une raction aux productions de ses prdcesseurs. Contrairement aux potes de l'cole patriotique focaliss sur le p aysage hatien, lhistoire dHati et les coutumes hatiennes pour promouvoir la littrature hatienne, Vilaire pense quil existe une autre manire de le faire. En parlant de la littrature hatienne, il indique que: Ce nest pas par la peinture des objets extrieurs quelle rvle sa marque originale, mais par lvocation de nos tats dme particuliers 18. Il lut te contre toute critique voulant emprisonner limagination du pote hatien. Ainsi, il revendique l'ide de Madame de Stal qui, dans son livre intitul De la littrature, montre le danger de la limitation de la 16 Berrou, Raphael. Histoire de la littrature hatienne. Tome 2 (Port au Prince : Editions Carabes, 1975) 7. 17 Baridon, Silvio. Posie vivante dHati. (Paris: M. Nadeau, 1986) 10. 18 Vilaire, Etzer. Pomes de la mort. ( Pa ris : Fi schbacher, 1907) II III.

PAGE 29

29 l ittrature. Elle signale quune littrature restreinte peut touffer de nobles sentiments, tarir la source des penses 19. Dans sa notice autobiographique Vilaire dclare quune littrature base sur le local empche dvoluer A ses yeux, cest lattachement aux thmes conformistes qui c aractrise le manque dinspiration et dimagination de ses prdcesseurs. Vilaire a une conception romantique de la posie. Daprs lui, la vocation du pote nest pas seulement dexalter la patrie, de montrer la beaut du paysage, de parler des hros de l 'indpendance. Le rle du pote est aussi dinviter ses semblables la rflexion, la mditation et laction. Pour Vilaire, la posie est aussi lexpression des sanglots de lme. Il veut que le pote hatien exprime les motions humaines ressenties tout e poque et en tous lieux. Il faut chanter le deuil de l'homme, ses pleurs, ses chagrins, ses angoisses, ses tourments, ses chimres. Daprs Vilaire, au lieu de se borner la description unique de son paysage, le pote hatien doit souvrir aussi la religion et aux problmes bouleversant le genre humain : Et, puisque l H atien est un tre humain, pourquoi le pote ne mditerait il pas sur les grands problmes mtaphysiques : Que sommes nous ? Do venons -nous ? O allons -nous ? Lme est elle immortel le ? Dieu est -il linconnaissable ? Quest -ce que cest que la mort, un anantissement ou un passage, une porte ferme ou une porte ouverte ?20. Vilaire soutient lide que la posie patriotique na pas avanc, volu. Il se rend compte que, tourne presque exclusivement vers la patrie, linspiration potique ne sest pas suffisamment diversifie. Il suggre que les crivains hatiens largissent lhorizon littraire. Il rclame une posie qui ne se limite pas un territoire particulier et qui montre une ce rtaine varit de thmes. Ainsi, pour Vilaire le monde potique nest pas un univers dautocensure, au contraire, il est ouvert toutes les possibilits. Vilaire 19 Cit dans : Brunel, Pierre. Histoire de la littrature franaise. Tome 2. (Paris :Bordas, 1977) 392. 20 Vilaire, 1907, 18.

PAGE 30

30 mentionne quil faut aller ailleurs, explorer dautres possibilits, ouvrir dautres voies. En prenant une t elle position, il anticipe la rflexion d Eddy Arnold Jean qui, dans son livre intitul Histoire littraire dHati affirme que : Pour crer, il faut tre libre et assumer pleinement cette libert 21. Vilaire est un pote qui cherche se distancier de ses prdcesseurs. En analysant luvre de ses devanciers, il se rend compte que le pote hatien est un individu qui dcide de chanter des thmes nationaux tels que la beaut du paysage hatien, lhistoire dHati et les coutumes hatiennes Voil pourquoi il embrasse la libert dans linspiration. Il reste convaincu que se concentrer simplement sur le local cest donner certains critiques trangers lopportunit de rduire les auteurs hatiens des crivains mineurs. Pour Vilaire, u ne telle idologie limite linfluence et l'ampleur du travail de lcrivain hatien. Jean partage lopinion de Vilaire. En parlant des uvres publies avant Vilaire, il fait ressortir que: Ces uvres sont dictes par des circonstances qui, une fois disparu es, enlvent celles l, leur raison dtre. A ce compte, on parle volontiers duvres de circonstances. Ainsi, des pomes de Dupr qui sombrent dans l'oubli parce que l'indpendance nest plus menace, tandis que les Gouverneurs de la rose garde une valeur dactualit parce que le paysan vit encore en paria et que le problme de la terre, aujourdhui encore, est pos dans toute son acuit22. Vilaire est en faveur duvres fortes et durables. Cest la raison pour laquelle il conseille ses contemporains de dpasser la posie de circonstance. Cest un pote rvolt qui refuse de suivre la route trace par ses prdcesseurs. T.S Eliot souligne que: The poet, certainly, in a mature age, may still obtain stimulus from the hope of doing something that his p redecessors have not done; he may even be in revolt against them, as a promising adolescent may revolt against the beliefs, the habits and the 21 Jean, Eddy Arnold. Histoire littraire dHati. Tome 1. (Port au Prince : Editions Hati Demain 1992) 8. 22 Jean, 1992, 5.

PAGE 31

31 manners of his parents23. Vilaire refuse de suivre les ides prconises par les partisans de l'cole patriotique Lorsquil tudie la vision potique de Vilaire, Jean crit : Ainsi, pour la premire fois, un pote refuse de lier le destin de lcriture et laventure potique la seule problmatique nationale 24. Vilaire est un pote novateur parce quil est le pr emier vouloir scarter de la monotonie de luvre des crivains de lcole patriotique pour embrasser une posie plus varie. Dans le but d'largir le champ potique hatien, Vilaire propose une posie qui est contre ce quil nomme les amateurs d exotisme En prenant une telle position, il se dresse en mme temps contre certains auteurs hatiens et franais. Garnier, dans son livre intitul Littrature francophone souligne que lintention des premiers crivai ns antillais est de se faire connatre et dtre reconnus en France : Leur posie rpte satit les clichs de lexotisme qui fait fureur dans les salons parisiens... 25. Il faut rappeler quau XIXme sicle (et mme au XVIII me), les Franais ont un got trs pouss pour lailleurs ltranger tout ce qui nappartient pas la civilisation occidentale26. Cest ce qui fait que les les sont vues comme des pays de rve, dvasion. Jourda observe que: Romanciers ou potes, nos crivains ont, de trs bonne heure, entendu l'appel de la mer et des les 27. Influencs par le courant romantique, les potes hatiens ont utilis lexotisme dans leurs uvres. Comme le constate Garnier : Dans les annes 1860, presque tous les potes hatiens commencent dintroduire des notations empruntes la ralit des Tropiques, sous 23 Eliot, T.S. On Poetry and Poets. (New York : Stratford Press 1957) 58 24 Jean 20. 25 Garnier, Xavier Littrature francophone. (Paris : Hatier, 1999) 117. 26 Voir: Atala (1801), Ren (1802) de Chateaubriand ; Manon Lescaut (1 733) de Prvost ; Paul et Virginie (1787) de S aint Pierre. Orientalism (1979) Sad. 27 Jourda, Pierre. L'exotisme dans la littrature franaise depuis Chateaubriand. (Paris: PUF, 1956) 125.

PAGE 32

32 linfluence dailleurs du romantisme qui se voulait lcoute de la posie populaire authentique, du folklore comme lon disait alors28. Vilaire refuse la notion dexotisme. Il soppose certains commentateurs qui comptent retrouver dans la littrature hatienne de lexotisme et du folklore. Vilaire souhaite se dbarrasser des conditions qui ont contribu enfermer les auteurs hatiens dans leur image restrictive. Il se rvolte par exemple contre Adolphe Brisson qui, voulant pousser les crivains hatiens vers la littrature locale, faisait cette dclaration : O Massillon, O Coicou, je ne sens pas dans ta voix le souffle des grands palmiers et des manguiers fleuris 29. Dans une lettre adresse Georges Barral, Vilaire montre son opposition ce commentaire: Je nai pas crit pour les amateurs dexotisme. Jai pens, jai crit pour ceux que tourmentent le drame de la vie, les problmes de la destine et de lme. Quelle erreur dexiger que la posie hatienne se borne la description de notre merveilleuse nature tropicale !30 Pompilus exprime la rvolte de Vilaire lorsquil dclare : Etzer Vilaire proteste contre lattitude de certains critiques trangers, comme Adolphe Brisson qui veulent limiter linspiration du pote hatien la description des paysages de notre merveilleuse nature. Il sattaque galement aux potes hatiens qui, sous prtexte de faire de la littrature nationale, se satisfont dun ralisme primaire et surtout aux lecteurs qui smerveillent ds quils ont trouv un palmiste au bout de mchantes rimes, dans des vers dcousus o le bon sens et la langue franaise sont tour tour et quelquefois en mme temps viols avec une fougue tropicale 31. Vilaire est un pote qui sefforce de donner une autre direction la posie hatienne. Si les potes de lcole patriotique attribuent la posie hatienne lunique mission de chanter la patrie, Vilaire essaie de la librer de son cadre restreint. Il forme 28 Garnier, 1999, 136. 29 Charles, 2004, 21. 30 Vilaire, 190 7, III. 31 Pompilus, Pradel Etzer Vilaire : tudes critiques et textes choisis. ( Port au Prince : Imprimerie de LONAAC, 1968) 16.

PAGE 33

33 une entreprise nouvelle parce quil ose redfinir ce tte posie. Comme lindique Gary Victor : Donner une nationalit au sens strict la cration, cest la fossiliser, lexclure de certains lieux et lempcher de dployer librement ses ailes 32. Cest exactement contre lide de la littrature borne que lutte Vilaire. Il soutient lide que le pote hatien est capable daborder de grands sujets comme les autres potes du monde. Dash, en tudiant les potes de la Ronde, mentionne que: It is precisely this sometimes excessive concern with local color that produced a backlash at the beginning of the twentieth century from those writers who believed that Haitian literature was likely to fall into the trap of a merely exoticism and, therefore, lose both the respect of the international community and the abili ty to produce works of major quality33. Ce qui distingue Vilaire de ses devanciers (des potes comme Fleury Battier et Oswald Durand) cest que ces derniers se contentent uniquement de parler tout simplement des thmes que les potes doivent chanter. Ils passent sous silence la forme et le langage qui sont lis lactivit potique. Vilaire ne manque pas de souligner cette erreur de la part des crivains de lcole patriotique. Il remarque qu force de privilgier la couleur locale, quelquefois les criva ins de lcole patriotique ngligent laspect esthtique de la posie. Dash, en parlant des crivains de la gnration de La Ronde, fait cette remarque: La Rondes prise de position on literature did not only involve a violent reaction to the question of local colour but included an important mise au point on the subject of ideology and art What La Ronde sought was a freeing of the creative imagination, a flexibility and formal perfection which they saw sadly lacking in their predecessors34. 32 Victor, Gary. Littrature monde ou libert d'tre Pour une littraturemonde. (Paris : Gallimard, 2007) 315. 33 Dash J Michael. Culture and Customs of Hati (USA : Greenwood Press 2001) 98. 34 Dash, 1981, 34.

PAGE 34

34 Comme nous al lons le montrer dans la partie intitule la doctrine potique de Vilaire Vilaire conoit la posie comme un mode dexpression spcifique, ayant des qualits que ne possdent pas les autres genres littraires. Il fait rfrence la forme de la posie, sa musicalit et sa mesure. Il semble que selon lui, toute littrature descriptive a tendance devenir prosaque, cest dire que la posie doit tre constitue de symboles qui doivent tre dcods Vilaire croit que la posie doit faire rver ou ex primer le fond des choses et non lapparence. A ses yeux, la forme de la posie est aussi importante que son contenu. Vilaire se singularise galement par la langue quil utilise pour traiter ses sujets. Au moment o certains de ses contemporains prnent le crole comme langue littraire, Vilaire se sert du franais. Il se rvolte contre certains de ses compatriotes qui, voulant faire de la posie nationale, emploient des mots qui ne sont ni franais ni croles. Le pote exprime son indignation en ces mot s: Ils mettent la mode un langage btard, qui nest ni tout fait le patois crole ni surtout du franais. Lon ne me fera pas croire que cette tentative dune littrature populaire hatienne qui serait le triomphe de la sottise provient dun garement de lorgueil national ; elle nest autre chose quune inspiration, une misrable ressource de la paresse effraye des difficults quon trouve sapproprier le gnie dune langue trangre35. I l est vident que Vilaire soppose ainsi la thorie dEm ile Nau36 selon laquelle pour faire de la posie nationale, il faut modifier la langue franaise. Charles rappelle que : Selon Nau, il est ridicule de parler la langue franaise avec puret ; au contraire, on doit la colorer des nuances du parler local 37. Pour sa part, Vilaire maintient quil faut respecter les normes de la grammaire franaise. Cette position prise par Vilaire suscite 35 Vilaire, 1907, XXXIV. 36 Le matre penser du mou vement litt raire Lcole de 1836). 37 Charles, Christophe Philippe. Littrature hatienne par les textes ( Port au Prince : Editions Ch oucoune, 1998) 61.

PAGE 35

35 une controverse. Dans le deuxime chapitre consacr la rception de Vilaire dans la littrature hatienne, nous prsente rons les hypothses soutenues par le pote pour expliquer les raisons pour lesquelles il utilise le franais comme langue littraire. La Doctrine Potique de Vilaire Ltude des ides quil dveloppe dans sa notice autobiographique sa correspondance avec Georges Barral et les manuels de littrature hatienne nous ont permis jusquici de dmontrer que luvre de Vilaire dpasse la posie monotone des crivains de lcole patriotique. Cependant, rares sont les rfrences faites ses pomes. Maintenant, dans le but de mettre en valeur les luttes quil soutient, nous allons analyser d'une faon dtaille sa conception de la posie travers ltude de deux de ses pomes. Certains pomes de Vilaire rvlent quil accorde une importance capitale la po sie. Sa vision de la posie, il la met en uvre notamment dans deux pomes, ngligs par les critiques, intituls Haro (1907) et Credo littraire (1910). Ces deux pomes, publis au milieu de sa carrire, retiennent particulirement notre attenti on parce quils sont de vritables traits potiques, o prcisment la posie est prise pour sujet. Ils rvlent comment Vilaire conoit la forme potique et expriment le discours quil tient sur la pratique potique. Le premier pome que nous allons exam iner a pour titre Haro Il a t publi en 1907 dans le recueil intitul Annes tendres Avec cette uvre, Vilaire lutte contre la mdiocrit et invite ses contemporains mieux remplir leur fonction de pote. Ce pome, rimes croises, est compos de 36 vers dune alternance entre dcasyllabes et alexandrins. Ce qui frappe du commencement jusqu la fin du pome, ce sont les multiples reproches et accusations lancs par le narrateur. Les premiers

PAGE 36

36 vers montrent dj lintention du narrateur (le mes sager de Vilaire) de se dbarrasser de la posie de certains potes quil traite de prtentieux et ngligents. Son opposition lgard de ces potes est exprime en ces termes: Assez ceci ne vous regarde pas Est -ce quun limaon peut voler dans les nu es ? Est -ce quun mort est sensible aux appas Que cachent en tremblant les vierges ingnues ?38. Il est vident que lintention du narrateur est de chasser de la posie les potes qui ne peuvent pa s produire des uvres de grande valeur parce qu'ils ne so nt ni inspirs, ni talentueux. Dans ce pome, le narrateur (le porte parole de Vilaire) dcrit et critique dautres crivains, sadressant un vous qui nest pas nomm. Cependant, le contexte littraire nous permet de comprendre que ce vous consti tue une entit symbolique de lensemble des potes de lcole patriotique. Ce sont ces auteurs que Vilaire ridiculise dans cette uvre. Pour Vilaire, le genre potique occupe une place part dans la littrature. Il fait allusion laspect sacr de la po sie en soutenant lide que les objets de valeur appartiennent des personnes spcifiques. Par exemple, le pote sinterroge: Avezvous vu des joyaux prcieux, Un diamant royal au doigt dun misrable ?...39. Il est important dexaminer non seulement l es ides exposes par Vilaire dans ce pome, mais aussi les termes et expressions quil utilise pour vhiculer ses ides. Ce pome se fait remarquer par la violence de son ton. Cest avec un vocabulaire ngatif que le narrateur parle des mauvais potes : g oujats, vanu -pieds, mendiants, fantoches, 38 Vilaire, Haro, Annes tendres ( Paris : Librairie Fischbacher, 1907) 59 39 Haro 59.

PAGE 37

37 myrmidons, eunuques, chacals, voleurs, spectres, hurleurs, sots charlatans, monstres et buses sont des expressions quil utilise lgard de ces potes : Allez, goujats, va nupieds trbuchant Sur les parvis de lart, mendiants desthtique, Gosiers tendus o ne vibre aucun chant, Prcoces orgueilleux la cervelle thique;40 Avec ce pome, V ilaire rvle ce qui le motive faire de la posie. Il affirme que son projet diffre de celui de ses devanciers quil interpelle et critique plusieurs reprises. Ces crivains sont dsigns comme des charlatans. Il pense que les bons potes ne peuvent pas tre mls avec les mauvais. Il montre les dfauts de ces auteurs en dveloppant deux accusations principales : celle de bavardage et celle de vanit. Il condamne le bavardage de ces crivains et souligne leur arrogance et leur ngligence. Selon lui, ces crivains nont aucune matrise des vers et leur activit potique est trangre la notion de mesure. Il reproche g alement ces auteurs de chercher la gloire. Il pense que lamour de la gloire pousse ces potes produire nimporte quoi: Fantoches vains quon voudrait couronner Myrmidons, fouilleau-pot de la littrature Masques blafards qui croyez rayonner, Eunuque s qui voulez forcer votre nature41 Ce qui frappe demble dans ce pome, cest le discrdit qui touche les productions littraires de ses devanciers. Il dvoile le manque de talent de certains potes et les invite faire autre chose car la posie ne leur va pas. Haro peut par ailleurs tre considr comme un pome satirique. La dimension satirique de cette uvre apparat par exemple lorsque le narrateur mentionne: Allez vous en, ne vous mlez point dart Juvnal vous maudit, Boileau vous hait, Moli re 40 Haro 59. 41 Haro 59.

PAGE 38

38 Vous rit au nez, Apollon dun regard Vous foudroieEt malgr tout, vous venez Arrire !42 Ces vers tmoignent de lattitude du narrateur qui refuse avec mpris daccorder de limportance aux uvres de ces potes. Ce nest pas sans raison quil voque des noms comme Juvnal, Boileau, Molire et Apollon dans son uvre. Selon lui, chacune de ces figures symboliques a des caractristiques spcifiques que chaque bon pote doit avoir. Juvnal, pote romain connu pour son loquence, a fait une peinture mordante de Rome travers son uvre. Ceci nous mne croire que pour Vilaire un bon pote doit tre loquent. Il doit aussi tre en mesure de faire une critique objective de sa gnration. De mme, Nicolas Boileau pote, crivain satirique et critique franais, a une vive passion pour la lecture des grands potes de l'Antiquit. Cest le principal thoricien de l'esthtique classique. Ceci implique que selon Vilaire, la lecture des textes des anciens est une richesse que le pote ne doit pas ignorer. De plus, le pote doit matriser les rgles de la posie avant de produire son uvre. Si Vilaire fait rfrence Molire, cest sans doute pour soutenir lide que lun des rles du pote cest dinstruire tout en faisant rire. La rfrence Apollon, le d ieu (grec) de la posie et de la musique, renvoie linspiration et lharmonie que doit avoir tout pote dans sa cration. Ces grands noms sont donc pour Vilaire des modles. Eddy Arnold Jean, aprs avoir lu ce pome de Vilaire, note que: Dans ce pom e, Vilaire sen prend vivement aux mdiocres qui corchent la posie, massacrent la musique 43. Furieux, le narrateur simpatiente : Vos vers sont des aspics sur le talon des muses 44. Il prsume que ce sont ces potes qui causent la destruction de la posie: 42 Haro 60 43 Jean, Eddy Arnold. Le 19e sicle hatien. Tome 2 (Port au Pr ince : Editions Rudegert 1987) 67. 44 Haro 60.

PAGE 39

39 Moi, vous louer ? Votre esprit est plus creux Quun ab me ; votre me a pris sa frnsie Pour du lyrisme et sur vos vers scabreux Slve le gibet o meurt la posie45. Avec ce pome, Vilaire ragit contre la facilit. Selon lui, la posie est un art exigeant et le pote doit chercher des ima ges clatantes et soigner son criture. Comme lindique Castex : La posie nest plus un vain jeu desprit 46. Vilaire naime pas la posie de certains des potes de lcole patriotique parce quil estime quelle nest pas de bonne qualit. Il rejoi nt en cela Antonio Vieux qui souligne les dfauts de certains de ces potes. Fardin cite Antonio Vieux qui dit: Il a manqu Oswald Durand les deux grandes qualits indispensables pour faire un grand pote : la sensibilit et limagination 47. La critiq ue vise avant tout le langage et la forme. La plupart des potes de lcole patriotique ont un vocabulaire pauvre et des constructions boiteuses. Fardin sait trs bien que Massillon Coicou a des faiblesses : Son style nest pas toujours correct 48. Fleu ry Battier, pour sa part ne matrise pas la langue. Charles cite Hnock Trouillot qui fait lanalyse de la posie de Battier de cette manire: Dans les vers de Battier, il y a souvent quelque chose de maladroit, un manque manifeste de matrise dans le st yle et dans lexpression 49. Hnock Trouillot parle galement du manque dloquence de Tertulien Guilbaud. Fardin de son ct ne passe pas sous silence la ngligence de ces potes en crivant : La forme des crivains de lcole patriotique nest pas toujours soigne. Le seul puriste du groupe est Dmesvar 45 Haro 60. 46 Castex, Pierre Georges. Manuel des tudes littraires franaises (Paris: Hachette, 1966) 31. 47 Fardin, 1993, 30. 48 Fardin 51. 49 Charles, 1998, 51.

PAGE 40

40 Delorme. Ce qui suscitera la raction des Eclectiques de la Ronde. Ces derniers ragiront contre les ngligences de style des patriotiques 50. Vilaire a une opinion particulire de la posie. Selon lui, pour faire de la posie, le pote a besoin de talent et dinspiration. Il veut liminer, comme, avant lui Du Bellay, cet ulcre et chair corrompus de mauvaises posies 51. Lauteur de Haro est un pote qui nest pas satisfait de son uvre et qui ch erche toujours la remanier. Un critique contemporain de Vilaire Georges Lecouflair, voit en Vilaire un pote qui retouche constamment son uvre: Le souci de la perfection absorbe le pote Jrmien. Les loges les plus sincres, les hommages les plus mus des critiques ne le touchent gure, dirait on. Faire mieux, voil ce qui le proccupe 52. Pradel Pompilus partage cet avis parce quen tudiant l'uvre du pote, il constate que Vilaire a remani quelques vers du tome II des Posies compltes -Pomes de la mort. Pompilus note que : Le recueil, je lai dit, nest corrig quen partie : seulement soixante vers ont t retouchs ou refondus sur 5222, soit en moyenne 1 vers sur 87. Ce rapport signifie que le pote sest quand mme trouv assez content de son uvre, aprs cette nouvelle lecture. Des corrections ont t faites aussi bien aux dernires pages quaux premires et aux pages du milieu53. Selon Pompilus, Vilaire fait ces corrections le plus souvent soit pour repousser des abus du langage, soit pour viter des plonasmes. Parfois, il change certains mots pour trouver des allitrations. En prsentant Vilaire au public durant la parution de son premier recueil intitul Pages d'amours; Les dix hommes noirs Georges Sylvain fait cette dclaration: Luv re de Vilaire, indpendamment de ses qualits originales se 50 Fardin, 1993, 16. 51 Cit dans : Berg, R. J. Littrature franaise: texte et contexte. (Texas: Harcourt Brace College, 1994) 191. 52 Lecouflair, Georges. Bienvenue Etzer Vilaire Le Nouvelliste 30 juillet, 1912. 53 Pompilus, Pradel. Etzer Vilaire corrige Etzer Vilaire Conjonc tion Port au Prince, no 138, mai 1978 (84).

PAGE 41

41 recommande de par son habituelle correction et par une lvation de pense et de sentiments. Cest un crivain qui connat sa langue et un pote qui connat son mtier 54. Nous devons mentionner que si Vilaire critique svrement ses prdcesseurs, cest en partie cause de lducation quil a reue. Morpeau, dans son ouvrage intitul Anthologie dun sicle de posie hatienne, souligne que les potes de la gnration de la Ronde ont reu une form ation (classique) diffrente de celle des potes patriotiques. Il mentionne que : Une mission universitaire franaise, les pres du Saint Esprit, et deux ou trois excellents professeurs hatiens leur avaient appris le got de la correction et de la mesur e, les beauts de la discipline et la soumission fructueuse la rgle 55. Cette formation influence sans doute la dcision prise par Vilaire de faire sortir la posie hatienne des sentiers battus et de produire une posie capable dattirer les gens par s on style et ses multiples sujets. Ce pome nous permet de voir que Vilaire est un crivain observateur. Il analyse la production littraire de ses devanciers et conclut quelle nest pas de bonne qualit. Il est contre la posie maille de faiblesses. Selon Vilaire, pour faire de la posie, il faut tre inspir et disciplin. Sil critique ces potes cest pour quils amliorent leur manire de faire la posie. Le deuxime pome qui illustre la vision potique de Vilair e est Credo littraire (1910) Prcisons que des changements de genre, de style peuvent tre mis en relief dans l'uvre de Vilaire. Comme nous lavons soulign, avec Haro Vilaire emploie la satire, mais quelques annes plus tard, avec Credo littraire il traite de 54 Sylvain, Georges. Vers lire", Le Nouvelliste 17 avril 1901. 55 Morpeau, Louis. Anthologie dun sicle de posie hatienne (Paris : Editions Bossard 1925) 188.

PAGE 42

42 lart potique. Si dans "Haro" (1907) le pote est trs agressif, avec "Credo littraire" (1910), il critique moins et enseigne plus. Ces deux pomes sont trs diffrents, tant par leur tonalit que par leur contenu. Publi en 1910, Credo littraire fait partie du recueil intitul : Nouveaux pomes Compos de 21 quatrains, dalexandrins et de rimes croises, ce pome est selon nous, adress aux potes hatiens. Avec cette uvre, Vilaire prsente lensemble des principes sur lesquels il fonde ses opinions : Eclectisme, prsent tu dois rgner dans lart. Il nous faut tout savoir, tout sentir et tout fondre ; Etre un, oui, mais divers et vaste. Venus tard, Vous navez pas un pr maigre et strile tondre56. Dans cette uvre, Vilaire se fait une conception plus prcise de la posie et du rle du pote. Il prc ise la mission que doivent assumer les potes. Lobligation de ces potes est apparente dans le choix de verbes que le narrateur utilise tels que: devoir et falloir. De mme, il se sert de limpratif pour faire passer ses ides. Il utilise trois pronoms : nous vous et tu pour sadresser des personnes diffrentes. A notre avis, le nous se rfre tous les potes hatiens de son poque (Vilaire inclus). Lemploi de vous fait rfrence aux potes hatiens qui ont de la maturit, mais q ui ont besoin dune certaine orientation pour pouvoir dployer leur talent. Ce pome nous permet de voir la manire dont le narrateur (qui symbolise Vilaire) se situe par rapport ses contemporains. Il se lamente des carences de critiques littraires dans son pays. Voil pourquoi il se prsente la fois comme critique et matre. Il se dfinit essentiellement comme un matre qui sadresse des lves. Le pome est donc utilis comme un outil denseignement. Il numre de faon trs mthodique les diffrents 56 Vilaire, Credo littraire Nouveaux pomes: Les voix, Terre et ciel, Au del, Fantaisies potiques ( France : Imp. Peyriller, Rouchon & Gamon, 1910) 99.

PAGE 43

43 sujets que doit aborder le pote en faisant de la posie. Les quatre vers cits ci -dessus que nous commentons prsentent les multiples visions potiques de Vilaire. Ce pome prcise la conception et la proposition potiques de Vilaire. Vilaire soutient lide que le pote doit choisir dans diffrentes coles les lments qui lui paraissent intressants pour constituer un systme complet. Il insiste sur la formation intellectuelle du pote. Il souligne que le pote doit avoir une connaissance approfondie de la posie avant de produire son uvre. En utilisant lexpression venus tard il veut dire que les crivains hatiens sont des nouveaux venus dans le domaine littraire et que tout reste faire, dire. Il opte pour une posie diversifie et vaste. Gladys Jolicoeur, qui analyse la conception potiq ue de Vilaire, constate quavec Vilaire: Lcrivain cesse par consquent dtre un individu isol, emprisonn dans le temps et enferm dans les limites dune cole Ainsi Vilaire recommande -t -il de chercher en tous lieux et toute poque l'objet de l'inspiration 57. Il invite ses confrres imiter les littratures classiques comme celles de lOrient, de la Grce et de Rome : Prenez lOrient ses mystiques frissons ; A la Grce volez son naturel ex quis Pour lui, cest le mlange de lancien et du nouveau qui fait la beaut de la posie. Partant dun tel constat, il rclame la diversit culturelle. Il fait cette suggestion ses contemporains: Prenant la toge au pli majestueux et fier, Revtez vos discours de la pompe romaine De lcole actuelle au cnacle dhier, En expert conqurant que votre art se promne.58 A la manire des potes de la Pliade, Vilaire prche la notion dimitation li ttraire. Il dcouvre chez les A nciens une richesse de production littraire. Il comprend que pour crer une littrature de grande importance, il faut faire des A nciens ses modles. Il 57 Jolicur, Gladys. Etzer Vilaire, pote chrtien. (Rennes : Facult de Rennes, 1967 1968) 27. 58 Credo littraire 1910, 100.

PAGE 44

44 observe que toute littrature doit quelque chose une autre littrature. Comme lindique Calin: All poetry echoes older poetry, and each poet bases his work upon, derives it from, and contains preceding masterpieces59. La notion dimitation est commune travers la littrature franaise. Lorsquil tudie la conception potique de Vilaire, Charles voit quelle est proche de celle d'Apollinaire. Il dit qu Apoll inaire procdait pareillement. Il tait plus audacieux: dans ses carnets, il consignait les vers d'autres potes qui le frappaient afin de les imiter 60. Il est vrai que Vilaire met laccent sur la notion dimitation, mais il ne sagit pas dune imitation troite. Il fait lloge dune imitation cratrice quand il crit : Limitation admet donc loriginalit et rclame mme lappui dun talent souverain 61. Il met laccent sur la source dinspiration du pote. Selon lui, e n imitant les autres littratures les potes hatiens peuvent utiliser leur imagination pour inventer, crer, embellir leurs uvres. Vilaire encourage ses camarades tudier les grande s littratures du monde pour y puiser ce quil y a de meilleur. Il demande que le pote comprenne La Fontaine, Hugo, Shakespeare, Verlaine, Grard de Nerval et les potes parnassiens pour quil puisse largir le cadre de sa connaissance. Il reste convaincu que tous les sicles sont importants Calin dveloppe magistralement cette ide en crivant : Each century of the past is rich and beautiful, each has something that corresponds to present concerns, each contains contradictions, conflicts, discoveries, obsessions, and anxieties comparable to the ones that we pride ourselves on being ours 62. Cest une pos ie qui englobe tous les sicles que Vilaire recherche. 59 Ca lin, William. In Defense of French Poetry: An Essay in Revaluation. (University Park: Pennsylvani a State University Press, 1987) 139. 60 Charles, Christophe Philippe. La posie au corps. (Port au Prince : Editions Choucoune 1986) 24. 61 Vilaire 1907, III. 62 Calin 177.

PAGE 45

45 Constatant linsuffisance du contenu des uvres des crivains de lcole patriotique, Vilaire propose que ses confrres changent dinstrument et de ton parfois pour varier les choses. Il reste convainc u quen variant sa production, le pote chasse la monotonie, offre une uvre laquelle chacun peut sidentifier tout en attirant un plus grand public. Daprs Vilaire, le texte potique doit tre polyphonique. Les vers suivants expriment bien lide quil avance: Il faut cette abeille un immense butin, Des fleurs de tous climats variant leurs essences. Celles dhier surtout composent son destin Que sont nos nouveauts sinon des renaissances ?63 Vilaire ne doute pas que c'est en chantant plusieurs thmes que le pote peut trouver son quilibre. Il prconise donc la diversit. Jean en examinant luvre de Vilaire crit : Et pour avoir choisi le brassage des cultures et le mlange des thmes, le pote Etzer Vilaire a du mme coup opt pour cet humanisme qui senrichit de lapport de toutes les expriences et par le commerce des civilisations. Bref! la posie qui vaille est celle d'une onisme, vibre au souffle de tous les vents venus dhorizons diffrents. Celle aussi qui prend en compte les plus larges aspirations de ltre humain et qui embrasse la vaste problmatique de son point de dpart et dans sa transcendance. Reconnaissant que lart na pas de patrie, Etzer Vilaire accorde la posie de cerner toutes les questions relatives lhumanit64. Vilaire fait appel la rencontre et l'change des individus et des civilisations. Il a le dsir dentrer en contact avec les autres et de crer un lien entre le prsent et le pass. Selon lui, il faut senrichir culturellement les uns les autres. Contrairement l'cole patriotique qui valorise une littratu re typiquement hatienne, Vilaire prne la pluralit des thmes dans l'uvre. Il dsire que les potes hatiens dpassent les notions de frontire et de race pour embrasser la diversit et lchange culturels. Il annonce que, comme le dit Mbem propos du mtissage: Le local et le global sont 63 Credo littraire 100. 64 Jean, Eddy Arnold. Etzer Vilaire : La vision tragique. ( Port au Prince : Editions HatiDemain, 1996) 20.

PAGE 46

46 insparables 65. Selon Vilaire, il faut tout goter, essayer, tudier et analyser pour tre en mesure de crer dautres choses. Il comprend que nous ne sommes pas seuls dans le monde. Il faut shabituer aux uvres de s autres. Cest un pote qui tend vers lavenir : Il faut chanter ainsi. La rgle lavenir Sera dtre complet, universel, immense : Nous sortons de beaucoup, quil nous faut contenir. Tout autre modernisme est presque une dmence66. Vilaire parle dune uvre sans frontire. Selon lui, il faut explorer de nouveaux domaines, porter son intrt vers dautres littratures et dcouvrir dautres cultures. Il veut que le pote hatien se familiarise avec les penses et les gots des autres auteurs. Il soutient lide quHati est un pays o cohabitent des g ens de races diffrentes. La littrature hatienne doit faire preuve de cette diversit culturelle (le mtissage, lhybridit). Comme le souligne le critique Gilbert Desportes: Je dirais que nous sommes, nous Antillais, de cur crole, de pied africain, de tte franaise, et notre cration doit pouvoir rsumer tout cela 67. En prenant une telle position, Vilaire annonce une partie du discours de J. Bernab, P. Chamoiseau et R Confiant sur la crolit. Ces auteurs se demandent: Comment se proccuper du ne expression artistique qui, efficace, lintrieur de la nation, se rvlerait anachronique ou dpass une fois pointe lextrieur ? Il nous faut donc tout faire en mme temps68. Ils soutiennent que lcrivain doit tre en mesure daborder des sujets qui dpassent les frontires pour atteindre un plus grand public. Dans ce pome, Vilaire ne se contente pas seulement de prner une posie clectique, intemporelle et internationale, il insiste galement sur la mthode de travail 65 Mbem, Andr Jean. La qute de luniversel dans la littrature africaine. (Paris: L Harmattan, 2007 ) 85. 66 Credo littraire 102. 67 Point de vue sur la posie nationale Prsence africaines dc. 1956jan. 1957. 68 Bernab, Chamoiseau, Confiant. Eloge de la Crolit. (Paris : Gallimard, 1993) 42.

PAGE 47

47 du pote. Il expliqu e comment il conoit lactivit potique. Il considre le pote comme un orfvre, une personne ayant la capacit de fondre des objets pour obtenir d'eux des choses prcieuses. Cest la raison pour laquelle le pote doit senrichir de tout. Il insiste sur l a fonction et la mthode de travail (la transformation) du pote. Ce dernier a la tche de reprendre des lments d'autres sicles pour les embellir. Il appelle le pote au travail en disant: Prends cet or, cet argent et ces bijoux pars, Et refonds -les dabord au creuset de ton me ; Et les faisant toi, montre les aux regards, Comme un trsor jailli tout nouveau de ta flamme69. Cette assimilation de la fonction du pote celle de lorfvre implique lide de lordre et de la purification. Cela nous renvoie encore une fois l'aspect sacr de la posi e. La posie nest pas une simple chose. Il faut la travailler pour lamliorer. Vilaire est conscient que faire de la posie est une recherche. Il fait rfrence la difficult dcrire de la posie. Il soutient lide que le pote doit avoir un talent n aturel li la matrise des techniques de la posie. A force de travailler, le pote arrivera crire dans un langage pur tout en utilisant dclatantes images. Le tmoignage de Delblat va dans l e mme sens, puisque, selon lui, Un crivain est toujours la recherche du livre idal, de la mthode qui lui permettrait dexprimer avec prcision ses penses, ses obsessions... 70. Vilaire mentionne le soin quil donne ses pomes en crivant : Jai revu, refondu, amend mes uvres avec une persvrance et un courage digne peut tre dune meilleure cause 71. 69 Credo littraire 101. 70 Delblat, Jean Luc. Le mtier dcrire. (Paris : Le cherche midi, 1994) 10. 71 Vilaire, 1907, XXXIII

PAGE 48

48 Selon ce pome de Vilaire, le pote hatien ne doit pas chanter un seul thme. Il prcise que la posie doit tre intemporelle, universelle et doit reflter les tendances de plusieurs coles. Il sp cifi e quil ne faut condamner ni l Antiquit, ni le classicisme, ni le romantisme car tous les sicles sont important s La Pluralit de Luvre de Vilaire Contrairement aux potes de lcole patriotique qui ne se limitent quaux thmes qui focalisent uniquement sur Hati, Vilaire sengage dans la diversit. S on uvre potique couvre particulirement trois domaines : la nature, la philosophie et la didactique. Vilaire oriente la posie hatienne vers une nouvelle voie parce quil va au del des frontires hatiennes et il aborde une diversit de thmes. Vilaire est la fois p ote de la nature, pote philosophe et pote didactique. Une Nouvelle Voie Comme nous venons de le souligner dans la partie prcdente, ce qui fait loriginalit de Vilaire cest son prche de la diversit dans luvre littraire. Il croit que le pote hatien doit varier sa production en abordant les sujets dans lesquels le genre humain peut se reconnatre. Une question lgitime que lon peut se poser est celle de la mise en prati que de sa doctrine potique. En premier lieu, lun des aspects qui distingue Vilaire des autres potes de son poque, cest que, prcisment, son uvre est varie et volumineuse. Charles est davis que luvre de Vilaire est sans doute la plus abondan te de la littrature hatienne. Loriginalit de Vilaire rsulte du mlange de plusieurs procds tant de forme que de fonds. Ses pomes sont constitus de rcits, de dialogues ou de monologues. Il fait aussi de la prose religieuse avec Les prdications d un laque, uvre sur laquelle nous reviendrons dans le quatrime chapitre de la thse. La vie

PAGE 49

49 solitaire pendant l'occupation amricaine est un recueil de pomes en prose. Bien que ce livre soit publi en 1937, il est important de mentionner que Vilaire a tout crit avant 1920. Dans la prface de ce livre, lauteur relve qu il y a du lyrisme en prose, mais ml la rverie et la rflexion. La vie solitaire que le titre indique est la vie intrieure, avec ses reflets de lextrieur, les rves qu'ils fo nt natre, les impressions et les motions qu'ils suscitent 72. A travers ce livre, Vilaire prsente une profonde rflexion sur lhomme et la place que joue la nature dans le monde. Contrairement ses prdcesseurs qui se concentrent sur le paysage hatie n et les coutumes hatiennes, les pomes de Vilaire abordent des sujets multiples comme par exemple, le destin de lhomme, lenfer, le ciel, la nature, le mal, la repentance, lesclavage etc C est un pote du fond de lme, des sentiments. Avec lui, on vo yage dans le temps et dans l'espace. Fignol cite Marceau Le Corps qui a crit propos de Vi laire: Nos potes nont gu re linspiration de longues haleines. Ils sessoufflent, se fatiguent trop vite. Je ne connais parmi eux que M. Vilaire qui ait compos des pomes de longues haleines et estimables en tous points 73. Nombreuses sont les motivations de Vilair e. Il invente ses pomes pour illustrer une leon, une morale ( Homo ), se librer d'une pense obsdante ( Pomes de la mort) exprimer une vision du monde ( Les dix hommes noirs ), exprimer une esthtique ( Credo littraire Haro ), exprimer un tat dme (Page damour ). 72 Vilaire, Etzer. La vie solitaire pendant loccupation amricaine. ( Port au Prince : Imp Sminaire Adv entiste, 1937) 5. 73 Fignol, Jean Claude. Etzer Vilaire: ce mcon nu. (Port a u Prince: Impr. centrale, 1970) 55.

PAGE 50

50 Pote de la Nature Plusieurs choses diffrencient Vilaire de ses devanciers. Comme nous venons de le montrer, sa doctri ne potique joue un rle capital dans sa rupture avec les crivains de lcole patriotique. Parfois, Vilaire se singularise en traitant d'une manire diffrente le mme thme que ses prdcesseurs. Son usage de la nature nous permettra de montrer cette dif frence. La nature joue un rle considrable dans l'uvre de Vilaire. Contrairement aux potes de lcole patriotique qui se contentent de montrer la beaut du paysage hatien, la posie de Vilaire nous aide mieux comprendre le monde par la nature. Elle nous ouvre lesprit et nous fait admirer les merveilles du monde qui nous entoure. Vilaire peint la nature avec finesse. Dans sa posie, il emploie les lments de la nature comme des symboles. Conformment la tradition, les toiles indiquent le mom ent de l'anne et l'heure de la nuit. Vilaire pour sa part, leur donne une diffrente signification qui est lie la beaut, la compassion et la libert. Dans son pome La Mlope il dcrit les toiles de la manire suivante: Etoiles, chres toi les, vous ntes pas seulement belles; vous ne donnez pas seulement la nuit sa douceur avec votre paix et la tendre motion de vos lueurs ; Vous avez aussi de la compassion, vous tes bienfaisantes pour les pires des infortuns : vous dtachez et lai sser tomber les cha nes de lesclavage74. Ltoile est ici personnifie et dote dun pouvoir extraordinaire. Elle claire et avive la nuit. Elle agit galement par sa compassion envers les malheureux. Lexpression les pires des infortuns dsigne les esclaves qui travaillent du matin jusquau soir dans 74 Etzer Vilaire, La mlope La vie solitaire pendant loccupation amricaine. ( Port au Prince : Imp Sminaire Adv entiste, 1937) 29.

PAGE 51

51 les champs. Pour ces misrables, ltoile remplit une fonction libratrice. Cest sa prsence d ans le ciel qui brise les cha nes de lesclavage signale larrt des travaux forcs la fin de la journe. Pour eux, ltoile est le symbole de la libert et du repos. Dans son pome intitul Le Flibustier (1902) Vilaire parle de la force et de la grandeur de la mer. Il exprime une grande affinit pour la mer quil considre comme un mouvant symbo le Cest un espace de provocation qui suscite la peur. Les riches et les puissants du monde nont aucun pouvoir sur elle. Dieu seul est son ma tre. Les vers suivants mettent en valeur sa puissance: L finit tout prestige et naissent les effrois. Lempire de lorgueil laisse l ses conqutes. Les tyrans redouts qui font vibrer les ttes, Le vainqueur tout -puissant qui va dictant ses lois75. La mer se fait remarquer par son caractre nigmatique. Elle es t incertaine, mouvante, pleine de monstres et de mystres. Puisquelle est insondable, elle fait penser Dieu. Son aspect mystrieux est rvl travers les vers ci dessous : Tu couvris lunivers de ta vaste unit. Lhaleine de tes flots audessus de nos ttes Compose la nue errante et les temptes. Symbole du trs -Haut et de lternit, Toujours changeant, toujours nouveau, toujours le mme Tu ttends et te meus comme un vivant pr oblme76. Ici, Vilaire est influenc par le grand courant des romantiques. Ces vers nous rappellent ce que Lamartine crivait dans son pome intitul Limmortalit Dans ce pome, il fait ressortir laspect mystique, divin, et spirituel de la nature e n crivant : 75 Etzer Vilaire, Le flibustier Le Flibustier : essai de roman en v ers. Homo, vision de l'enfer; pome. (Port au Prince : F. Smith, 1902) 77. 76 Le Flibustier 78.

PAGE 52

52 Dieu cach, disais -tu, la nature est ton temple! L'esprit te voit partout quand notre il la contemple; De tes perfections, qu'il cherche concevoir, Ce monde est le reflet, l'image, le miroir; Le jour est ton regard, la beaut ton sourire Partout le cur t'adore et l'me te respire77. Dans luvre de Vilaire, la mer reste inexplorable. Nul ne peu t sonder ses profondeurs Cest un lment devant lequel lhomme le plus orgueilleux se courbe. Vilaire appuie sur linsolence et la puissance de la mer dans les vers suivants: Ctait pourquoi sans doute Argan aimait les flots. Il tait linsulteur des grands, de la noblesse, De tout ce qui domine, assujettit et blesse. Il aimait la puissance aveugle et les flaux, Les outrages du temps, les flammes et la foudre Qui rduisent lorgueil et ses trnes en poudre78. Sous la plume de Vilaire le vent est un invisible chanteur mais aussi un souffle exterminateur Ce bruit que lon entend, mais quon ne peut pas voir est une voix indfinissable En tant que messager, il joue le rle d'intermdiaire entre lhomme et Dieu. Le pote insiste sur la facult spirituelle du vent quand il crit: Voix inspiratrice merci Je te bnis, vent musicien et pote toi que les prophtes interrogent jadis dans les dserts, du fond des cavernes ou reposait leur tte mise prix! Par lloquence de ton souffle, ils entendaient Dieu lui mme leur parler. Ils interprtaient, dans leur solitude sacre, les oracles que tu tirais des platanes, des sycomores, et des cdres. Ces inspirs comprenaient ton pome que les forts religieuses, plusieurs fois s culaires, rptent, semblables des multitudes qui tressaillent et applaudissent79. Le vent est une source dinspiration. Cest lui qui inspire les prophtes, les potes et les musiciens. La conception que Vilaire a de la nature est trs proche de celle d e Victor Hugo. On sait que lauteur des Contemplations prend souvent lhabitude danimer la 77 Lamartine, Alphonse de. Mditations potiques (Paris :Hachette 1915) 1820. 78 Le Flibustier 78. 79 Vilaire, Le vent et le pote La vi e solitaire pendant loccupation amricaine. ( Port au Prince : Imp Sminaire Adventiste : 1937) 99100.

PAGE 53

53 nature. Il sait converser avec la nature par lintermdiaire de ses crations potiques (cf. le pome Les Arbres ). Il dchiffre les secrets de la nature et les leons qui en dcoulent. Victor Hugo relate que : Sous le monde rel, il existe un autre monde idal qui se montre resplendissant lil de ceux que des mditations graves ont accoutums voir dans les choses plus que les choses 80. Dans la posie de Vilaire, la nature joue un rle considrable. Elle est donc un ensemble de symboles dont lhomme se sert pour sinstruire, se reconnatre et sinspirer. En ce sens, il rejoint les potes symbolistes qui croient que le monde est un mystre dchiffrer81. Ch aque chose est le signe d'une autre chose, un symbole dans un jeu de correspondances infinies. A linstar des potes symbolistes, Vilaire se sert des lments de la nature pour incarner autre chose. Par le biais de la nature, il montre le ddoublement du m onde, rvle l'invisible derrire le visible, l'inconnu derrire le connu. En utilisant une telle mthode, Vilaire se diffrencie de ses prdcesseurs qui se contentent daffirmer la beaut de la nature hatienne. Vilaire est un pote qui sait regarder pour dcouvrir entre les choses le rapport secret qui les unit. Pote Philosophe Vilaire comprend que la posie nest pas seulement un art de dire. Cest la raison pour laquelle il se sert du vers pour exprimer ses ides philosophiques tout en analysant ses angoisses morales. La posie de Vilaire conduit sinterroger sur la condition humaine. Lauteur apparat la fois comme pote et philosophe parce quil aborde les diffrents problmes philosophiques qui touchent lhomme comme le mal, le 80 Prface des Odes 1822. 81 Voir le pome intitul Hommage de Mallarm Dans ce pome, le cigare (combinaison du tabac et du feu) reprsente lar t. Fumer nest autre que limage de la cration potique. La fume symbolise la posie cherchant slever au del des ralits terrestres.

PAGE 54

54 d oute, la fatali t et l'e spoir. Les multiple s pomes de l'auteur dvoilent c es divers courants de pense. Lorsquil se prononce sur lnigme de la vie, Vilaire introduit quelque chose de nouveau dans la littrature hatienne. Aucun pote hatien avant lui navait pris ce chemin. Il dit luimme que son objectif est dtudier le cur humain. Dans son recueil intitul Pomes de la mort (1907), il explique : Cest lhistoire dune me qui cherche la vrit, au milieu des souffrances intimes trs aig es, avec des ttonnements dans une extrme mobilit de sentiments et dimpressions 82. Contrairement aux uvres de ses contemporains, la posie de Vilaire a une dimension religieuse. La philosophie chrtienne influence beaucoup son uvre. Cest un spiritualiste et lhistoire de s a pense, cest lhistoire des luttes quil soutient pour affirmer et dfendre sa spiritualit. Son uvre contient un message dune porte la fois sociale et mtaphysique. Dans Pome mon Ame (1907), il nonce que lhomme tend vers la recherche de l absolu et lide de labsolu ne peut tre saisie que dans lautre monde. Dans ses pomes, il divulgue, travers le symbole, une vrit ne de la rflexion religieuse. Apparat chez lui cette opposition entre le bien et le mal, la lumire et les tnbres. Les Pomes de la mort (1907) semblent marquer un tournant dans la posie de Vilaire. En effet, en lisant ces pomes, il parat vident que le pote devient moins pessimiste. Il trouve un rconfort dans la parole de Dieu. Pradel Pompilus reconstitue la pense philosophique de Vilaire en ces mots : Lhomme ici -bas est vou au malheur et au dsespoir : lamour le trahit, la socit le rejette, surtout sil est un homme suprieur, un pote, un artiste ; ses aspirations et ses lans sont limits par son corps par la faiblesse de sa raison, par les impulsions et les dsirs des autres hommes83. 82 Prface aux Pomes de la mort (1907). 83 Pompilus, 1968, 29 30.

PAGE 55

55 Dans les Nouveaux Pomes (1910), il parle de la brivet de la vie. Il finit par croire que la condition de l'homme ne va pas s'amliorer sur cette terre. Fignol, qui analyse l' uvre de Vilaire, signale que La certitude de lincertitude de la condition humaine conduit Vilaire la conviction quil est impossible de trouver sur terre une certitude valable de changement 84. Cependant, Dieu seul peut consoler lhomme. Lor squil se remet Dieu, son malheur nest pas irrmdiable. La paix et le calme intrieur viennent dans lesprance de la vie aprs la mort. Selon Vilaire, la terre nest pas un endroit o rgne le bonheur, mais plutt un sjour passager. Vilaire utilise la posie pour tudier le genre humain. Il atteste quil est difficile de comprendre lhomme. Son incapacit se connatre conduit le pote la rflexion suivante : Qui suis je, quand mon tre essentiel se livre si peu, non seulement aux autres mais moi mme ? Phnomne singulier, o je ne parviens pas dmler mon propre fond, o ma nature jamais mchappe 85. Lhomme est donc un tre tranger lui -mme. Selon Vilaire, ce que lon retient de soi, ce sont des images fuyantes, une ombre intress ante ou vaine, bienfaisante ou nuisible. L'homme demeure un mystre. Pour Vilaire, lhomme est une crature qui est la fois bonne et mchante. Il fait allusion au caractre nigmatique de lhomme en utilisant ces termes : Et quun homme soit lun de ces tres exceptionnels ou la moindre des cratures, il y a toujours en lui le mme prodige, dans ces vagues frontires du dedans, o ltre touche linvisible et reoit les visites de lenfer et du ciel ; dans ce domaine interdit, dont le mystre traverse de lueurs nigmatiques la fugacit de nos penses et la mobilit contradictoire de nos actes86. 84 Fignol, 1970, 212. 85 Vilaire, Le dedans, La vie solitaire pendant loccupation amricaine ( Port au Prince : Imp. Sminaire Adv entiste, 1937) 66. 86 Le dedans 1937, 68.

PAGE 56

56 Cette ide que Vilaire se fait de lhomme est trs proche de la conception que Proust dveloppe sur le genre humain. A travers les deux rves de Swann, Proust laisse entendre que chaque tre vivant a deux cts : un ct objectif et un ct subjectif. Lorsque le ct rationnel prime, lhomme raisonne bien et fait tout avec modration. Cependant, quand cest le ct irrationnel qui lemporte, il se laisse guider pa r ses motions et tombe dans lerreur : Et souvent, quand ctait lintelligence positive qui rgnait seule en Swann, il voulait cesser de sacrifier tant dintrts intellectuels et sociaux ce plaisir imaginaire 87. Vilaire participe au renouvellement de la posie hatienne. L'abondance et la gnrosit des thmes donnent une dimension nouvelle son uvre. Certains critiques reconnaissent son caractre novateur. Jean fait sans doute partie de cette catgorie d'crivains qui croient que Vilaire appor te quelque chose de nouveau la littrature hatienne. Il donne son opinion en disant : Aussi quoiquon dise, Vilaire est un grand pote 'philosophe. Il na pas labor de doctrine philosophique, mais plutt promu dans la littrature hatienne des thm es mtaphysiques qui, jusqu date navaient pas intress nos crivains 88. Vilaire conoit galement la posie comme action. Il fait appel lunit pour combattre les ennemis de son pays et encourager ses confrres se mettre debout pour plaider leur s causes (cette notion sera tudie en profondeur dans le troisime chapitre). A travers son uvre, Vilaire montre que lhomme, quelles que soient les difficults de la vie, doit continuer lutter pour changer la socit. Cette ide se traduit dans les ve rs qui suivent: 87 Proust, Marcel. Du ct de chez Swann. (Paris : Gallimard 1987) 233. 88 Jean, 1996, 70.

PAGE 57

57 Mais les vieilles douleurs sont des motifs de vivre. Plus on est prouv, plus on devrait poursuivre89. Ce pote qui tudie le genre humain en conclut que la souffrance joue un rle important dans lapprentissage de lhomme sur terre. Il prcise que : Cest la souffrance qui fait prendre l'essor aux esprits 90. Selon Vilaire, la souffrance aide lhomme se matriser devant les pires douleurs. Elle permet de mieux comprendre les cho ses. Dans la doctrine chrtienne, la souffrance est un processus utile et ncessaire par lequel Dieu prend le temps de nous rapprocher de lui, de nous transformer et de nous dlivrer de notre folie. Selon le christianisme, lhomme se purifie par la souffra nce tel que lor doit tre expos au feu pour tre raffin. Vilaire ne passe pas sous silence les diffrents problmes du genre humain. Il parle maintes reprises des difficults de l'homme sur terre. Jean remarque bien cette notion chez Vilaire quand il rvle que : De quelque ct que lon se place, on doit admettre que la posie de Vilaire rsulte de la fusion du gnie et du talent, des tiraillements sociaux de la perception dune me hautement sensibilise aux douleurs du monde et aux souffrances de l'tre humain 91. Pote Didactique Vilaire se montre diffrent de ses contemporains parce qu'il sefforce de donner un aspect didactique son uvre. Ce qui dcuple limpact de son uvre, cest quelle ne sadresse pas un public particulier. Le pote o ffre une uvre universelle. Avec ses pomes, il vise dispenser un savoir, enseigner quelque chose. Le plus souvent, cest par le biais de la comparaison, de la prosopope et de multiples exemples que cet 89 Vilaire, Etzer. Les dix h o m mes noirs. Page d'amour. Les dix hommes noirs. (Port au Prince : F. Smith, 1901) 57. 90 Vilaire, La voix, La vie solitaire pendant loccupation amricaine. (Port au Prince : Imp. Sminaire Adventiste : 1937) 41. 91 Jean, 1996, 10.

PAGE 58

58 enseignement se fait. A travers sa posie, il lanc e des messages ayant un rapport son temps et fait une critique des murs. Il est certain que la posie peut fortifier la conscience et perfectionner les murs. Il considre le pote comme un guide, une sentinelle. Dans Conversation doiseaux c'est par le biais de la prosopope quil essaie de captiver lattention du lecteur. Un groupe doiseaux se rencontre non pour parler de ses propres problmes, mais pour analyser le comportement de l'homme sur terre. Lun dentre eux prend la parole et dit : Le mobilier des monts, lurne des lacs, le monde On est log nourri, lon vit aux frais du ciel. Mais lhomme, esclave, a mille horreurs : la soif immonde De lor, et le besoin de lartificiel92. Ces oiseaux expriment lopposition qui existe entre eux et les hommes. Ils montrent quils vivent en paix avec leurs semblables, alors que les hommes sont avares et courent aprs les biens dici bas. Ils affirment que rien nest tyrannique en eux. Ils parlent de leur sensibilit face la duret du cur de lhomme. Lun dentre eux constate : Nous avons plus de cur, si lhomme a plus desprit. On ne trouve chez nous nul matre et point desclave93. Ces oiseaux sassocient la tendresse et la patience, alors que les hommes sont associs la haine. Ils soulignent le mauvais com portement de l'homme en disant: Sur bien des points encore obscurs, de forts bons matres, Si lhomme, comme nous, voulait vivre en chantant. Mais ce prince du monde est le premier des tres Qui ne sache jouir, vivre et mourir content94. 92 Etzer Vilaire, Conversation doiseaux Nouveaux pomes: Les voix, Terr e et ciel, Au del, Fantaisies potiques. ( France : Imp. Peyriller, Rouchon & Gamon, 1910) 179. 93 Conversation doiseaux 1910, 179. 94 Conversation doiseaux 181.

PAGE 59

59 Avec ce pome, lauteur souligne que l'homme est un tre insatiable. Il traite ses frres comme des e sclaves. Guid par le dsir de dominer ses semblables, il ne vit pas une vie joyeuse. Ce pome est un appel lanc au genre humain pour qu'il apprenne vivre. Terre et ciel est un autre exemple de la posie didactique de Vilaire. Dans ce pome, lau teur met en scne deux vieillards appels Sophiux et Flix. Symboles de lexprience et de la sagesse, ces deux individus sinterrogent sur la condition de lhomme dans le monde. L'un dentre eux se rend compte qu'on ne peut pas numrer les maux de l'homm e. Son opinion est que lhomme s'aime mal et fait tort ses semblables. Ayant dj un pied dans la tombe, il conseille ses enfants de souvrir la fraternit et lamour, au lieu de suivre les traces des hommes de sa gnration. Il les motive traver s l'exhortation suivante: Nous deux vous devanons, Soyez unis ; adieu Adieu, germe nouveau de lhumaine famille Protge -la, mon fils. Toi, garde -le, ma fille. Aimez vous, aimez vous ; soyez unis !95. Ce pome invite lamour et la solidarit. Il laisse comprendre que le monde devient un chaos quand lhomme est divis et ne voit que ses propres intrts. Il faut que les hommes sassocient pour des intrts communs. Le vieillard rvle que lamour est li la protection. Puisque vivre ensemble est source dpanouissement, le renfort des liens entre chaque tre est la cl ; l amour est un langage qui permet de mieux se comprendre, sans confusion, et simplifie la vie. Ce pome incite la pratique de la paix et de lunion dans le but de conserver la famille humaine. Vilaire communique avec son public, autant par le ton, le r egard qu'il porte sur la socit, que son engagement consistant motiver les gens se battre pour leur droit. 95 Vilaire, Terre et ci el, Nouveaux pomes: Les voix, Terre et ciel, Au del, Fantaisies potiques ( France : Imp. Peyriller, Rouchon & Gamon, 1910) 96.

PAGE 60

60 Pour changer lordre des choses tablies, il est ncessaire que tout le monde participe. Vilaire fait appel laction en disant: Afin que le jour luise dans les esprits travers le monde qui agonise sous l'envahissement brusque des tnbres infernales, debout, vous tous qui le souffle reste! Debout pour les hommes; debout pour Dieu tous debout 96. Vilaire conseille aux hommes dtre sens ibles et attentifs aux problmes qui bouleversent le monde. Pour que brille la lumire de la justice et de la libert, il faut que tout le monde donne sa participation. Pour se mettre au service de Dieu et pour aider ses semblables, Vilaire invite le monde entier laction. Conclusion Dans ce chapitr e, nous avons montr la position prise par Vilaire par rapport ses devanc iers. Nous avons fait remarquer que Vilaire sinscrit en rupture avec les pratiques antrieures en sopposant aux limites et aux ri gueurs de lcole patriotique. Nous avons aussi considr ses multiples sources d'inspiration lui permettant de se dbarrasser de la monotonie des uvres de ses prdcesseurs. Nous avons soulign galement qui l est un pote novateur parce quil est lun d es premiers crivains hatiens sintresser la forme de la posie et aborder des thmes philosophiques. Pour Vilaire, la posie nest pas le passe temps des rveurs. Il prne la libert dinspiration, la notion dimitation cratrice et met laccent s ur la valeur de la posie et limportance du pote dans la socit. Contrairement aux uvres de ses devanciers, luvre de Vilaire reflte plusieurs tendances littraires aux thmes diversifis. Ses pomes saccordent avec ses principes. Par ailleurs, son uvre ne se limite pas un public spcifique. Vilaire refuse toute tiquette, toute catgorisation pouvant limiter 96 Etzer Vilaire, la voix La vie solitaire pendant loccupation amricaine. (Port au Prince : Im p. Sminaire Adventiste, 193 7) 45.

PAGE 61

61 lexpression de ses aspirations et revendications. Selon lui, pour se faire remarquer, lcrivain hatien ne doit pas se borner la descrip tion unique de son paysage. Il doit tre en mesure de traiter de grands sujets abords par tout crivain. Il soutient lide quil faut emprunter sa matire tous les courants. Ainsi, les notions de distance, de temps et d cole littraire ont peu dimpor tance. Gladys Jolicoeur, en analysant luvre p otique de Vilaire conclut que Si nous avons appel Vilaire lhomme dun mtier ce n'est pas d'abord cause de l'abondance de sa posie. C'est surtout parce qu'il a rflchi sur son art, l'a dfini, a lab or une sorte dart potique 97. Ltude de la vision potique de Vilaire nous permet de considrer cet auteur comme un pote thoricien. Etzer Vilaire est un visionnaire qui captive le lecteur par son style, la varit de son inspiration potique et la profondeur de ses rflexions. Les thmes qu'il aborde, les conflits qu'il met en scne suscitent une attention soutenue. La vision potique de Vilaire suscite beaucoup de dbats. Ce pote attire beaucoup de critiques en refusant de se concentrer seulement sur Hati et ses problmes Les opinions sont divergentes en ce qui a trait son statut. Des critiques pensent qu'il faut le rayer de la liste des potes hatiens parce qu'il est un pote franais gar sur la terre dHati 98. Cependant, dautres le classent parmi les potes nationaux. Sur quoi ces critiques se basent -ils pour faire de telles dclarations ? Dans le chapitre suivant, cest le problme de la rception de Vilaire que nous allons tudier. 97 Jolicoeur, 1967 68, 27. 98 Berrou, 1975, 21.

PAGE 62

62 CHAPTER 3 LE STATUT DE VILAIRE Introduction Comme nous lavons mentionn dans le chapitre prcdent, Etzer Vilaire est lun des potes les plus controverss de la littrature hatienne. Sa position par rapport la posie, les thmes quil aborde et la langue quil utilise pour exprimer ses ides sont des sujets dbattus par la plupart des critiques littraires hatiens. Les dtracteurs de Vilaire utilisent trois arguments contre lui. Dabord, insatisfaits des sujets jugs peu traditionnels auxquels sattache ce pote, ils le considrent comme un pote tranger. Cest dans cet ordre dides que Raphal Berrou mentionne que: Des critiques ont mme pens quil faut le rayer de la liste de nos potes ; leurs yeux il ne serait qu'un pote franais gar sur la terre d'Hati 1. Ensuite, ils regret tent que Vilaire utilise le franais comme langue littraire au lieu du crole. A leurs yeux, un tel sacrilge bannit lauteur de la liste des potes hatiens. Nous devons rappeler qu lpoque de Vilaire, tout crivain qui nutilise pas le crole dans se s uv res est considr comme un tran ger Voil pourquoi ces critiques prtendent que Vilaire nest pas digne dappartenir la littrature hatienne. Enfin, ils soulignent quil nest pas des leurs parce quil fait peu de cas de la couleur locale (du pays age hatien, des murs et des coutumes hatiennes). A linverse, dautres critiques saluent en Vilaire un pote national. A ce sujet, Gaillard cite Edmond Laforest qui crit propos de Vilaire : Notre concitoyen, frre de lait des potes franais, appar tient avant tout, notre pays, notre 1 Berrou, Raphael. Histoire de la littrature hatienne. Tome 2 ( Port au Prince : Editions Carabes, 1975 ) 221.

PAGE 63

63 race 2. Selon Laforest, un crivain qui est n sur le territoire hatien ne doit pas tre considr comme un tranger. De ce fait, n en Hati, Vilaire doit faire partie des crivains hatiens parce quil promeut l a littrature hatienne dans le monde francophone. De son ct, Berrou dfend Vilaire en crivant : Contrairement ce qui se rpte un peu la lgre, il a quelque fois, linstar dOswald Durand, not avec prcision des traits qui fixent les lieux et les tres, qui les situent dans le paysage hatien 3. De cette divergence dopinions dcoule le grand dbat autour du statut du pote. En effet, les loges et les attaques lgard de Vilaire saccumulent, mais le statut de ce grand pote reste ambigu j usqu nos jours. Comme lindique Pubien : Etzer Vilaire en littrature hatienne est un cas. Depuis le dbut du XXe sicle il y a chez nous un dbat pour ou contre Etzer Vilaire. Et ce dossier Vilaire reste toujours ouvert. Car le dbat rebondit de temps autre 4. Le but de ce chapitre est non seulement dtudier luvre de Vilaire mais aussi dapporter notre contribution aux dbats lis ce pote et son uvre. Pour ce faire, nous examinerons dabord luvre de Vilaire et le problme linguistique. Nous envisagerons ce problme sous un angle contextuel : nous largirons le corpus dtudes en intgrant les lments biographiques de lauteur et les difficults politico -sociales dHati son poque. Nous parlerons ensuite de lintention du pote luvre de la reprsentation quil se fait de son public et de son rle dans la promotion de son pays. Enfin, nous travaillerons sur quelques pomes qui couvrent lensemble de luvre de Vilaire pour vrifier si les arguments des critiques sont fonds. 2 Ga illard, Roger. Etzer Vilaire : tmoin de nos malheurs. ( Port au Prince : Pre sses nationales, 1972) 101. 3 Berrou 117. 4 Pubien, Pierre. Cours de littrature hatienne. (Port au Prince : Collections Pubien, 1998) 84.

PAGE 64

64 Langue et Littrature Vilaire prend le parti de sexprimer en franais et ce choix, courageux lgard de ses pairs, est guid par lenvironnent dans lequel il grandit et lducation quil reut. Par ailleurs, le caractre universel de la langue franaise et son instrumentalisation permettent lauteur dlargir son audience et revendiquer la cause de son peuple, de son pays. Le Contexte Colonial et Lducation de Vilaire Comme nous lavons voqu auparavant, la langue est l'un des lments rcurrents retenus par la plupart des critiques pour marginaliser Vilaire. Les critiques prtendent que Vilaire doit tre considr comme un tranger parce quil utilise le franais comme langue littraire au lieu du crole. Dans cette partie, nous voulons apporter quelques r flexions de plus sur la place et la fonction de la langue franaise dans luvre de Vilaire. Pour commencer, nous nous posons la question suivante: Pourquoi Vilaire crit -il dans la langue de lancien colonisateur ? Pour rpondre cette question trs dli cate, nous examinerons le rapport de Vilaire la langue, ses convictions dcrivain ainsi que le contexte historique et social de la publication de son uvre. Hati, en qualit dancienne colonie de la France, hrite de la langue f ranaise. Cette situat ion entra ne le bilingu isme sur le territoire hatien. Dans cette partie de notre tude nous voulons insister sur laspect problmatique de lemploi de la langue franaise, les divisions quapporte lusage de cette langue et les relations de pouvoir lies son utilisation. Le phnomne linguistique est un problme central chez les crivains hatiens. Certains critiques soulignent que le franais suscite un conflit intrieur et gnre une crise didentit chez beaucoup de ces auteurs. Laccepter ou le

PAGE 65

65 nier fait lobjet dun dbat trs complexe. Une chose importante quil faut observer cest que la perception de la langue franaise varie selon lpoque et les circonstances. Si pour certains crivains hatiens lemploi du franais comme langue littraire ne c orrespond pas la littrature populaire, pour dautres, le franais tant leur langue d'instruction, ils ne peuvent pas en utiliser une autre. Comme nous venons de le souligner, le fait de sexprimer en franais ne permet pas lcrivain hatien de rester fidle son identit culturelle. Il sagit, pour lui, dune sorte de fidlit lui mme qui serait dordre linguistique. Face une telle situation, beaucoup de ces crivains ont un double sentiment de discordance et de frustration. Lexemple le plus c onnu est celui de Lon Laleau. Dans son pome intitul Trahison Laleau exprime son angoisse face au problme de lexpression en franais en crivant: Ce cur obsdant, qui ne correspond Pas avec mon langage et mes coutumes, Et sur lequel mordent, c omme un crampon, Des sentiments d'emprunt et des coutumes D'Europe, sentez vous cette souffrance Et ce dsespoir nul autre gal D'apprivoiser, avec des mots de France, Ce cur qui m'est venu du Sngal ?5 Conformment ce pome, sexprimer en franais, pour Laleau, saccompagne dobstacles. Il lui est difficile de traduire ses motions africaines dans la langue europenne (le franais). Tiraill entre ses sentiments sngalais et son expression franaise, cette langue adoptive ne correspond pas son id entit. En exprimant ses ides intimes dans la langue de lautre, il ressent son dra cinement lgard de lAfrique. Cependant, pour dautres critiques la langue franaise est une arme utilise pour vhiculer un message prcis. Pubien, dans son livre int itul Cours de littrature 5 Laleau, Lon. Musique ngre. Port au Prince : DED 1931

PAGE 66

6 6 hatienne, souligne linstrumentalisation de la langue en crivant: La plupart des crivains hatiens proposent lattachement la culture franaise pour s opposer toute absorption de la culture hatienne par la culture anglo-saxonne 6. Lautre exemple particulirement tragique du problme linguistique en Hati est celui de Laforest. Ce grand crivain de la gnration de la Ronde sest suicid durant loccupation amricaine en 1915. La critique qui rpond au nom de Boheemen, dans Joyce, Derrida, Lacan, and the Trauma of History: Reading, Narrative and Postcolonialism, explique le geste symbolique du suicide de Laforest de cette manire: He tied a volume of the heavy Larousse dictionary around his neck, and jumped to his death What Laforests mutely fatal act expresses is the painful dilemma of a writer of a minority culture inheriting the language of the oppressor. Unable to find or forge a language free from the hegemonic sway of the dominant discourse (or the dominance of discourse), he preferred to radically enact his pain and rage, turning them against himself rather than adopting his masters voice. Laforest did not speak or publish his suffering. His body expressed it without words. His action and gestures communicated m ore forcefully than language can that language that abstract and immaterial medium has the power to cause pain, to cripple and maim the body, to block the desire to live7. Laforest incarne une crise profonde. La langue a une porte symbolique si fo rte quelle conduit au suicide. Cela montre que le phnomne linguistique est un problme capital dans lhistoire de la littrature hatienne. Dune part, on peut dire que lusage du franais comme langue dcriture sera impos Vilaire par le contexte historique dans lequel il grandit Comme lindique la critique qui sappelle Claire -Neige Jaunet: En effet, ladoption de telle ou telle langue nest pas rellement un choix, elle est lie lhistoire: on utilise la langue apprise 6 Pubien 17. 7 Boheemen, Christine van. Joyce, Derri da, Lacan, and the Trauma of History: Reading, Narrative and Postcolonialism. ( Cambridge: Cambridge University Press 1999 ) 32

PAGE 67

67 lcole, transmise par le colonisateur 8. Ainsi, en nous basant sur le fait colonial, nous pouvons dire que Vilaire na pas le choix. Le franais est la langue quil apprend lcole, utilis dans ladministration et au gouvernement. Dans le cas de Vilaire, la politique de la langue est singulire. Son appartenance sociale et ses origines permettent de se faire une ide claire de l'environnement dans lequel il a grandi et de la raison pour laquelle il fait du franais sa langue littraire. Fignol, dans son ouvrage intitul C e Mconnu (1970) rapporte que le grand pre dEtzer Vilaire, Jean Baptiste Vilaire, tait dorigine franaise (fils dun colon franais). Il a pous une hatienne du nom dHilaire. De cette union naquit Jean Baptis t e Joseph Vilaire, le pre d'Etzer Vilair e. Enfant maladif, Etzer Vilaire ne pouvait pas frquenter lcole comme un lve rgulier M. Lon Pons, un ancien prtre franais devenu protestant sest charg de son instruction prive. Vilaire tait en contact constant avec le franais. Contrairement la plupart des crivains francophones, forcs de sexprimer en franais lcole, Vilaire sexprime toujours dans cette langue. Son rapport la langue est diffrent. Pour Vilaire, la question de la langue na pas dimportance. Fignol, en tudiant l uvre de Vilaire, se rend compte que certains critiques lont injustement msestim. Il fait la remarque suivante propos du pote: Aussi, ne lui a -t on pargn ni les critiques svres, ni les jugements partiaux et intresss, ni les accusations malveillantes, souvent puriles force de se vouloir mchantes 9. Pour mieux comprendre le choix linguistique de Vilaire, nous allons souligner les problmes et les particularits de la production littraire hatienne. Fardin, dans son Histoire de la 8 Jaunet, ClaireNeige. Les crivains de la ngritude. ( Paris : Ellipses, 2001 ) 56. 9 Fignol, Jean Cl aude. Ce Mconnu. ( Port au Prince : Imprimerie Centrale, 1970 ) 13

PAGE 68

68 littrat ure hatienne (1993) rapporte qu lpoque de Vilaire, la majorit de la population (75%) est illettre. De plus, parmi les lettrs (25% de cette population) seulement la moiti sintresse aux choses de lesprit Un autre lment quil faut garder les prit cest que lalphabtisation cette poque se fait en franais. Cela prouve que si Vilaire crivait en crole, il y aurait un problme daudience, de lectorat. Un fait qui est certain, cest quen crivant en franais, Vilaire limine le risque de ne pas tre lu. Largument lanc contre Vilaire contient une ambigit quil nous semble ncessaire de clarifier. En effet, une question de taille doit tre pose dans ce dbat concernant le choix linguistique du pote : Est-ce quun effort srieux fut entr epris par les crivains hatiens pour intgrer le crole dans le domaine littraire durant l'poque de Vilaire? Les travaux de Saint -John Kauss peuvent nous aider rpondre cette question. Dans La posie hatienne dexpression crole Kauss divise la littrature hatienne dexpression crole en trois parties. La premire stend de 1757 1950 ; la deuxime de 1950 1980 ; et la troisime de 1980 nos jours. Il relate qu'entre 1750 et 1950, peu de potes produisent des uvres en crole. Cela, Saint -Eloi le confirme dans sa thse intitule : Emergence de la potique crole en Hati (1999). Kauss ne trouve que les uvres suivantes: Lisette quitt la plaine de Duvivier de la Mahotire ; Choucoune (1884) dOswald Durand ; Reproche de Ti Yvette (1901) de Massillon Coicou ; Cric Crac (1901) de Georges Sylvain ; Tassos (1933) de Milo Rigaud. Ses recherches montrent que mme les crivains qui ont prn l'insertion du crole dans la littrature hatienne n'ont pas suivi leur propre doctrine. A ce sujet, il crit : A mditer sur cette premire priode qui date de 1757 1950, prs de deux sicles, combien dauteurs ont publi en crole ? Combien douvrages, cette poque, crits dans les diffrents genres littraires ont tmoign de lexistence dune littrat ure hatienne dexpression crole ?

PAGE 69

69 Cest avec raison que cette priode soit considre par la majorit des critiques littraires comme une priode de ttonnements o tous les crivains se servaient du crole non pas pour assurer son rayonnement, mais plut t comme une langue de fantaisie et de dtente littraire10. Ltude de Saint -John Kauss est importante parce quelle nous donne une ide prcise sur lemploi du crole dans la littrature hatienne. On sait que Georges Sylvain, un des reprsentants de la Ronde, cultive le crole sans russir l'imposer. De mme, les crivains (de 1915 1945) qui devaient redfinir et affirmer lidentit hatienne dans les lettres et les arts nont pas fait grand-chose en ce qui a trait l'insertion du crole dans le dom aine littraire. Selon la thse de Saint -Eloi, leffort srieux pour intgrer le crole dans le domaine littraire commence en 1951 date de la mort dEtzer Vilaire: A partir de 1951, une gnration dcrivains allait donner la littrature hatienne dexpression crole un rayonnement sans prcdent. Cest sous le signe du renouveau que les potes Flix Morisseau-Leroy, Claude Innocent et Franck Fouch ont inaugur ce que Maximilien Laroche appelle "L'mergence de la voix populaire" dans la littrature h atienne11. Les recherches de Guy Tonton sur le crole confirment ce mouvement. Il mentionne qu Il fallait attendre les annes cinquante et MorisseauLeroy pour voir un effort srieux vers lcriture crole 12. Les rflexions de John Kauss indiquent que le crole est vu par les crivains davant 1951 comme une langue de fantaisie. Par consquent une contradiction grve le discours des dtracteurs de Vilaire. Cela prouve que durant toute cette priode, le franais domine la scne littraire. Les adversaire s de Vilaire ont donc tort de condamner Vilaire qui choisit le franais comme langue dcriture. Il faut dire que ce problme linguistique fait partie de lexprience antillaise. Il est intressant danalyser les diffrentes attitudes et positions de l crivain antillais dans sa 10 http://www.potomitan.info/kauss/kauss_poesie.pdf 11 Saint Eloi, Rodney Emergence de la potique crole en Hati. Diss. Universit Laval (Cana da), 1999. http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/s4/f2/dsk1/tape9/PQDD_0009/MQ42008.pdf 12 Guy, Tonton. Critique de la francophonie hatienne (Paris : LHarmattan, 2007) 1314.

PAGE 70

70 relation des publics diffrents. Soulignons que Vilaire est le premier crivain aborder le problme de choix de la langue dcriture. E n effet, lorsquon examine la priode littraire allant de 1804 jusqu larrive de Vilai re sur la scne littraire hatienne (fin du XIX me sicle), on saperoit que Vilaire est le premier dfenseur du libre choix de langue dcriture Aprs lui, des crivains antillais comm e Csaire, Glissant et Depestre exprimeront leurs ides face au phn omne linguistique. Par exemple, Edouard Glissant, comme certains crivains antillais, na rien crit en crole, mais il privilgie le franais comme langue dcriture pour largir son lectorat Quant Csaire, quand on lui reproche de ne pas utiliser l e crole dans son uvre, il explique tout simplement quil a t duqu en franais et quil lui est plus facile de produire des uvres en franais. Selon Blachre, l orsquon questionne Csaire concernant labsence du crol e dans ses uvres des annes 30 Aim Csaire confiera ce propos que lutilisation du crole la place du franais ntait pas, cette poque-l, pensable 13. A lpoque, peu de lecteurs taient disposs lire des narrations tisses en crole. On sait que Confiant est un crivain qui a reproch Csaire de navoir pas utilis le crole dans son uvre. Il a beaucoup lutt pour la promotion du crole dans le domaine littraire. Pendant douze ans, il a produit des uvres en crole. Cependant, aprs avoir publi quelques livres en crol e, il fut oblig de les traduire en franais cause de labsence de lecteurs. Pour Depestre, la question du choix de langue est totalement hors du sujet. Il avoue que La question du crole qui occupe tant les esprits en Hati, qui fait lobjet de tant d e dbats (souvent dogmatiques et striles), ne pose pas de problme pour 13 Blachre, Jean Claude. NEGRITUDES : les crivains dAfrique noire et la langue franaise. ( Paris : LHarmattan, 1993 ) 125.

PAGE 71

71 moi. Ce qui est important dans cette affaire, cest la crolit quon porte en soi 14. Ce que nous remarquons, cest que la problmatique de la langue franaise volue dans le monde antillais. Surgissent des moments de contraste. Si pour certains crivains le franais est la langue de lautre, pour dautres, il sagit de leur langue dinstruction. Selon eux, ne pas crire dans cette langue n'est pas une chose facile. Vilaire fait certainement partie de cette catgorie dcrivains. Comme lindique Camille Large : Ainsi nos crivains involontairement ont subi linfluence de cette ducation toute franaise 15. Le Caractre Universel de la Langue Franaise Une chose importante quil fau t considrer en parlant du choix linguistique de Vilaire est sa conviction. Il comprend bien que lcrivain est un individu qui doit prendre des risques. Pour faire circuler son uvre, lcrivain doit utiliser des stratgies. Comme Nol lindique : Les uvres sont donc enracines dans une ralit go-politique, conomique et culturelle 16. Le souci de sadresser diffrents publics conduit Vilaire crire en franais. Il le fait dans lespoir dtre compris par la majorit des gens. Selon Gauvin, lcrivain rve toujours dagrandir son public : Quel crivain ne rve, dans le secret de sa chambre dcriture, dtre lu par le plus grand nombre ? 17. Vilaire se rend compte que le franais est un outil qui lui permet de toucher un plus grand public que celu i offert par le crole. A travers le franais, plusieurs espaces souvrent lcrivain. Le franais devient en ce sens, une langue de diffusion, dexpansion. Selon Pompilus, Vilaire opte pour une posie qui peut atteindre au del du public local immdia t, 14 Guy 65. 15 Large, Camille. La Nouvell e Ronde 1er septembre 1925, 65 16 No l, Francine. Les colonies, lexotisme et la note au bas de la pag e Ecrivain cherche lecteur : lcrivain francophone et ses publics. Qubec : VLB, 1991 (53) 17 Gauvin, Lise, Lcrivain francophone la croise des lang ues ( Paris : Edition Karthala, 1997) 13

PAGE 72

72 forcment restreint, le public franais. En dautres termes une posie qui est exportable et lisible un peu partout travers le monde 18. Nombreux sont les crivains qui pensent que le franais permet de traverser les frontires pour atteindre le plus grand nombre de lecteurs. Jean Mtellus, en parlant du problme linguistiqu e en Hati, fait remarquer que Le crole hatien reste un des fondements essentiels de notre identit. Mais nous vivons une poque o la rapidit de circulation et de diffusion des ides nous impose dutiliser une langue daudience internationale pour faire entendre notre voix 19. Selon Mtellus, lusage du franais est donc li au compromis, au sacrifice. Vilaire croit que le franais peut lui permettre d'avoir plus d'opportunit dans le monde littraire. A partir de 1901, il commence faire entendre sa voix. Il participe la revue littraire titre La Ronde. Ses premires uvres comprennent : Page damour, Les dix hommes noirs (1901). En 1902, il publie Le Flibustier et Homo A partir de ce moment, il est reconnu non seulement dans le milieu hatien, mais aussi en France. Lutilisation de la langue franaise fait que lcrivain est intgr au monde des lettres de langue franaise. Par exemple, le journal Belge LIndpendance Be lge, dans son supplment littraire du 22 novembre 1907, mentionne propos de Vilaire : M Georges Barral a dcouvert Hati un pote franais nomm Etzer Vilaire, et ce sont deux volumes de ce dernier quil nous donne aujourdhui 20. De mme, Laforest dit propos de Vilaire : Vers 1912, Vilaire entre dans la gloire en dpassant les frontires dune renomme restreinte 21. Cela est vrai car durant cette poque Vilaire se fait publier en France. La 18 Pompilus, Pradel. Lexprience dEtzer Vilaire, ses risques et ses mrites Conjonction 119 (1973) 79. 19 Mtellus, Jean. La langue de Toussaint Louverture La Quinzaine littraire 436 (16 31 mar. 1985). Ecrire les langues franaises, 34. 20 C it dans Le Nouvelliste 17 janvier, 1908. 21 Laforest, Edmond. Etzer Vilaire Le Nouvelliste. 28 juin, 1912.

PAGE 73

73 librairie Fischbacher par exemple publie ses uvres compltes en trois tomes : Annes tendres Pomes de la mort Nouveaux Pomes Vilaire est lun des premiers crivains hatiens tre prim par lA cadmie franaise pour la porte esthtique de son uvre. En 1912, il reoit le prix de posie de lAcadmie F ranaise pour son recueil intitul Nouveaux Pomes Quelques mois plus tard, le gouvernement hatien lhonore. En visitant la France, il se lie damiti avec certains crivains europens. Fignol signale que Vilaire avait une bonne renomme auprs des trangers de son poque : Paul Bourget le considre comme une rvlation. Arthur Balaud donne son uvre des intentions et des accents philosophiques. Augustin Filon admire son gnie, Jules Gros nhsite pas le comparer Hugo et Mistral. Le journal Th e Nation consacre une de ses colonnes une analyse flatteuse des Dix hommes Noirs22. Daprs ce que nous venons dindiquer, il est incontestable que lusage du franais permet Vilaire datteindre un public plus large et lui donne la chance d'tre reconnu tant en Hati qu' l'tranger. Instrumentalisation de la Langue Franaise Vilaire est un pote qui comprend que le franais est un instrument quon peut utiliser des fins diverses. Avant de dvelopper cette ide, il est important de signaler que dans les anciennes colonies franaises, le franais est considr comme lune des langues officielles. Il joue un rle privilgi. Cest la langue de lducation, des communications publiques et des affaires. Toute personne pouvant sexprimer dans cette l angue est considre comme un individu respectable. Cependant, cette langue suscite un conflit social Frantz Fanon est lun des premiers crivains soulever le problme de langue et rang social dans les colonies franaises. Dans son ouvrage 22 Fignol 48.

PAGE 74

74 intitul Peau noire, masques blancs il dclare que les membres de la haute socit antillaise privilgient le franais au dtriment du crole pour sassimiler la culture europenne. La langue devient donc un moyen de sassimiler la culture blanche: Dans un groupe de jeunes A ntillais, celui qui s'exprime bien, qui possde la matrise de la langue, est excessivement craint; il faut faire attention lui, c'est un quasi -blanc. En France, on dit parler comme un livre. En Martinique: parler comme un blanc 23. Il e st important de prciser que Vilaire ne fait pas partie de cette catgorie de personnes. Ce nest pas pour sassimiler aux Blancs quil fait usage de la langue franaise. Comme il lindique dans sa n otice autobiographique (1910), lune de ses intentions est de promouvoir la littrature hatienne dans le monde francophone. Et cela ne peut se faire qu'en franais. Cest dans cette perspective que Sartre crit dans la prface de LAnthologie de la nouvelle posie ngre et malgache de langue franaise de Se nghor: Disperss par la traite aux quatre coins du monde, les noirs nont pas de langue qui leur soit commune; pour inciter les opprims sunir, ils doivent avoir recours aux mots de loppresseur. Cest le franais qui fournira au chantre noir la plus la rge audience parmi les noirs, au moins dans les limites de la colonisation franaise24. En ce sens, le franais devient la langue qui rapproche les Noirs dans leur lutte contre loppression. Cette langue permet galement au Noir de lutter contre le racisme. Le Noir prend finalement la parole pour faire part de son histoire tragique : lesclavage, la colonisation. A ce sujet, Fanon cite Alan Burns qui souligne que : Comme la couleur est le signe extrieur le mieux visible de la race, elle est devenue le cr itre sous langle duquel on juge les hommes sans tenir compte de leurs acquis ducatifs et sociaux 25. 23 Fanon, Frantz. Peau noire, masques blancs (Paris : Seuil, 1952) 16. 24 Senghor, Lopold Sdar Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache. ( Paris : Presses universitaires, 2001 ) XVIII. 25 Fanon, 95.

PAGE 75

75 Pour Vilaire, le franais nest pas quune expression crite spontane, cest aussi une langue instrumentale. Comme lindique Cailler: La langue fran aise, qui, en soi, signale la tragdie de la socit colonise, en fait devient la chair et le sang de la dmarche libratrice 26. Lutilisation du franais comme langue littraire est pour Vilaire une arme contre le prjug des anciens colons. Il fait un tel choix pour protester contre linfriorit impose aux Noirs par les Blancs. Il faut ajouter que durant son poque, Ha ti est considr, pour citer Fardin, comme : un pays de ngres : une race infrieure 27. Les anciens colons laissent comprendre que ces hommes ne sont pas assez intelligents pour pouvoir produire des uvres de grande valeur. Cela fait que la littrature hatienne est isole et mconnue. Comme lindique Rgis Antoine, Hati est un pays morgu, refoul dans la mmoire des Europens, annul dans leur estime 28. Il faut donc trouver un moyen pour capter le regard du monde extrieur. Selon Barthlemy : Une autre faon de ragir contre cet isolement est dutiliser le mode de communication ouvert quest le franais pour sadresser un pub lic extrieur et obtenir sa reconnaissance 29. Si Vilaire crit en franais cest pour faire reconnatre la littrature hatienne ltranger. Il utilise sa connaissance du franais pour dfendre la race noire. Son dsir est de rfuter les thses racistes et prouver que la culture nest pas un privilge de la race blanche. Nous devons rappeler que certains anciens colons se sont bass sur le critre de la langue pour dnigrer les Noirs en soutenant lide quils ne sont pas civiliss. Comme lindique Rosenberg, les Europens considrent les 26 Cailler, Bernadette. Proposition potique : une lecture de l uvre d Aim Csaire ( Qubec : Naaman de Sherbrooke, 1976 ) 48 27 Fardin 13. 28 Antoine, Rgis. La littrature Francoantillaise (Paris : Karthala, 1992) 124. 29 Barthlemy, Grard. La socit hatienne Notre librairie. 132 (1997) : 8.

PAGE 76

76 Noirs comme des inferiors, unable to master language or reason 30. Lune des manires de prouver aux blancs quils ne sont pas infrieurs leur gale dignit, cest de sexprimer dans leur langue. Fleischmann, dans son livre intitul Ecrivain et Socit en Hati, partage cette ide. Selon lui, matriser le franais et publier des livres dans cette langue sont les meilleurs moyens de contredire les prjugs sur linfriorit de lhomme noir 31. Dans son uvre, Vilair e insiste sur la reconnaissance de la race noire et la redcouverte du gnie du ngre. Fanon souligne aussi lintention du N oir de montrer sa valeur quand il crit : Cest encore un fait: des Noirs veulent dmontrer aux Blancs cote que cote la richess e de leur pense, lgale puissance de leur esprit 32. Les amis de Vilaire savent trs bien que lune de ses proccupations est de faire ressortir la valeur de lhomme noir. Edmond Laforest qui soutient Vilaire explique que: Ce qui, parmi nous distingue p lus particulirement M Vilaire c'est l'abondance de sa posie qui a ferment dans son cur, qui a aliment encore son esprit. C'est sa capacit de rver dans un monde positif. ... ce sont ses nobles tendances rendre familires au public beaucoup de belle s choses, dont shonorent la philosophie, la morale et la religion Cest enfin, son ambition de prouver, au moyen de longs pomes, la prquation des facults esthtiques du ngre et du blanc33. Vilaire crit ses pomes en franais pour vanter l a race noi re Il assume sa ngritude et fait de sa couleur un motif de fiert. Dans sa posie, lhomme noir occupe une place fondamentale. Il nest pas honteux de lhistoire de son peuple. Il ne sen excuse pas. Sa posie s'accompagne de la prise de conscience de la condition ingalitaire des Noirs. Il 30 Rosenberg, Leah. Nationalism and the Formation of Caribbean Literature. (New York: Palgrave Macmillan, 2007) 24. 31 Fleischmann, Ulrich. Ecrivain et Socit en Hati. ( Fonds St Jacques, S te Marie, Martinique: Centre de recherches car ai bes, Universit de Montral, 1976 ) 8 32 Fanon 7. 33 Laforest, Edmond. L'uvre potique de M. Etzer Vilaire. (J rmie: Imprimerie du Centenaire, 1907) 8 9

PAGE 77

77 se veut le prophte de son peuple. Il ne passe pas sous silence le drame vcu par les coloniss. La langue franaise est donc larme quil utilise pour lutter contre loppresseur. Il lemploie dans son projet politiq ue : la revendication identitaire, la rsistance et la rhabilitation de son peuple. Dans Miserere il crit : Toi quon appelle la pauvre Hati, je tai rv belle, grande et bonne. Et pourquoi rougirais -je de le dire ? Plein despoir et dambition pour ma race, en me haussant de toute ma force, jai tent de poser sur ton front, dfaut dune couronne et d'un joyau dont n'hrite pas lindigent, des fleurs mouilles de mes larmes et que je voudrais immortelles, pour ta consolation et ta gloire34. Vila ire revendique avant t out son appartenance la classe des humilis. Cest un pote qui sefforce de servir sa patrie. Il se rend compte que le Noir est isol, loign, mpris. Il est conscient quil appartient une communaut ayant un hritage quil faut faire revivre. Cest lune des raisons pour lesquelles il produit des uvres littraires. Il connat bien les stratgies utilises par les colonisateurs pour manipuler l es Noirs. Il expose leur stratagme de cette manire: Ils ont la diplomatie et ses p actes hypocrites, les lois avances, les inventions savantes et hardies, daveugles clarts desprit, un chemin travers les profondeurs de locan, le pied pos partout, ayant frmi sur le ple, lempire de lair, le secret des espaces ; mais pas de cons cience et, avec cette trange sorte dintelligence prodigieuse la fois et bestiale, des aberrations pires que les superstitions de lignorance et tous ses gosiers ftiches. Ils ne sentent point ce qui devrait poser comme un remords sur leur conscience et sur leur force, coupables davoir si mal conduit lhumanit et si sauvagement abus de leurs prrogatives35. A travers cette citation, Vilaire dnonce le colonialisme. Il veut se librer de cette ralit intolrable quest le racisme. Il forme donc un proj et intellectuel et politique lui permettant de participer la lutte pour changer les choses. Cest par le biais de la 34 Vilaire, Etzer. La vie solitaire : pendant l occupation am ric aine. ( Port au Prince : Imp. Sminaire Adventiste, 1937) 53. 35 Vilaire, 1937, 55.

PAGE 78

78 langue franaise quil arrive se faire entendre. Chez Vilaire, le franais reste larme de libration 36. A travers la langue franai se, i l invite les Noirs rsister contre la discrimination raciale. Dans la prface du livre d'Emile Paultre intitul Essai sur M Jean Price-Mars Vilaire se demande: Quel est donc lHatien qui, souffrant de se voir mpris cause de ses origines e t de sa race, ne se rvolterait et, dans le sentiment profond de sa dignit blesse, ne protesterait contre les odieuses conclusions auxquelles un prjug aveugle conduisait nagure les matres de l'anthropologie37. Cette citation souligne que lintellectu el hatien ne devrait pas rester indiffrent au racisme. Il devrait au contraire rejeter ce genre dattitude et lutter contre les fausses doctrines des Blancs Loutil dont se sert le pote pour rfuter ce prjug repose sur son travail littraire. Georges Lecouflair qui tudie luvre de Vilaire, fait lobservation suivante : Et le pote jrmien veut contribuer avec tant dautres mules, en parcourant jusques aux plus hautes attitudes les rgions de sa pens e nous donner la mesure de ce que peut le cer veau des noirs. Cette secrte intention jamais louable est, je crois, ce qui alimente chez lui ce grand souci de repolir son uvre jusqu lextrme infini38. Vilaire est un pote engag. Il dnonce les crimes ignors, oublis et impunis commis par les c olonisateurs en crivant : Le monde nourrit des peuples et des races de bourreaux ; leurs traditions diaboliques se continuent tranquillement sur toutes les terres, dge en ge, pour le mme supplice inexpi de lhomme par lhomme 39. Cest un pote qui ne reste pas les bras croiss devant le racisme, lesclavagisme et le colonialisme. Il a horreur de ces choses. Il veut que ses frres luttent contre ces gnralisations htives fondes sur des ides prconues. Il se propose de donner des 36 Cailler 56. 37 Paultre, Emile. Essai sur M Price Mars. ( Port au Prince : Imprimerie de lEtat, 1933 ) 18 38 Lecouflair, Georges. Bienvenue Etzer Vilaire Le Nouvelliste 30 juillet 1912. 39 Vilaire, 1937, 11

PAGE 79

79 conseils aux Noirs pour quils soient conscients et fiers de leur hritage. Il reste convaincu que lavenir apportera des changements dans la situation des Noirs. Dans Colloque ultime il crit : Le monde saura que nous mritons autre chose que linjure et le mpri s 40. Cette dcision de contester les notions racistes pour montrer la valeur du Noir a en soi quelque chose de rvolutionnaire. Luvre de Vilaire annonce le mouvement de la Ngritude et les ides exprimes par les potes de lAnthologie de la nouvelle po sie ngre et malgache de langue franaise de Senghor. Comme nous venons de le montrer dans la section Langue et littrature Vilaire se sert du franais pour dfendre la ngritude Bien avant Csaire, Senghor et Damas, Vilaire a exprim sa ngrit ude utilis le franais comme un instrument pour promouvoir la littrature hatienne dans le monde francophone, dnoncer le racisme, lesclavagisme et le colonialisme. En prenant une telle position, il annonce les ides qui seront exprimes dans Cahiers dun retour au pays natal de Csaire et anticipe les rflexions de Sartre dans Orphe noir concernant les tensions lies lutilisation de la langue franaise et le rle de lhomme noir face au racisme. Aprs Vilaire, viennent Aim Csaire, Lopold S dar Senghor et Lon -Gontran Damas qui donnent naissance au mouvement de la Ngritude dans les annes 30. A cette poque o lhomme noir est humili, offens, considr comme un tre infrieur, Csaire, Senghor et Damas prnent limportance de lhistoire et de la civilisation noires. Ils rejettent lassimilation culturelle et rompent le silence pour exprimer leur fiert dtre noir : Le mouvement de la ngritude, lanc autour daim Csaire et de Lopold Sdar Senghor, la fin de la priode coloniale, mar que lui aussi une volont de redonner la parole au monde noirDsir de retrouver une 40 Vilaire, Etzer. La vie solitaire : pendant l occupation am ricaine ( Port au Prince, Imp. Sminaire Adventiste,1937) 111.

PAGE 80

80 aut henticit raciale et rejet dun vieux racisme antingre, la ngritude se prse nte comme une rhabilitation de lhomme noir et de ses valeurs41. A la lumire de ce que n ous venons de montrer, il est juste de dire que le franais est aussi pour Vilaire un choix politique. Il lutilise pour montrer que la facult intellectuelle du Noir nest pas infrieure celle du Blanc et pour avoir une littrature susceptible de rival iser avec celle de lancien colonisateur. Lusage de la langue franaise lui permet de participer, par la plume, au combat contre le racisme et le colonialisme. Le franais devient donc pour Vilaire un moyen de dnoncer les injustices, critiquer l'influenc e nfaste de la colonisation42. Il sait bien que pour sadresser aux anciens colons, il faut utiliser leur langue. En ce sens, le franais est un levier quil utilise pour faire passer ses ides. Guy a certainement raison de dire que: Le choix de la langue en soi ne saurait tre le critre dcisif pour juger luvre dun crivain; dans ce cas -l on devrait disqualifier la quasi totalit des crivains de toutes les littratures du monde qui, par ncessit, produisent dans une langue spcifique donne, qui est souvent, de surcrot, une langue imprialiste. Ni que lusage par lcrivain dune langue opprime soit en lui mme une preuve de crativit ou dauthenticit rvolutionnaire. Rappelons -nous que certains colons franais Saint -Domingue crivaient en crole quand cela leur servait bien, et que le tontonmacoute le plus anti -peuple peut tre le croliste le plus vocifrant43. Comme nous venons de le montrer, le choix du franais comme langue littraire de la part de Vilaire nest pas aussi simple que cela puisse paratre a priori. Le contexte colonial joue un rle important dans lusage du franais en Hati. Cest la langue officielle et dinstruction. Lcrivain hatien ne peut pas s'en dbarrasser. Noublions pas que lune des ambitions de Vilaire c'est de faire connatre la littrature hatienne travers le monde francophone. Assimiler Vilaire la littrature franaise cest larracher 41 Joubert, JeanLouis. Littrature francophone : Anthologie. (Paris: Nathan, 1992) 192. 42 Ces ides sont ex primes dans des po mes comme : Rapaces Le Flibustier la Mlope 43 Guy 69.

PAGE 81

81 de son milieu littraire. Vilaire est un homme soucieux de sa race. Il croit la capacit du Noir de produire des uv res de grandes valeurs. Le fait dutiliser le franais comme langue littraire est ses yeux une manire de dire aux anciens colons quil est capable d'utiliser leur langue pour traiter des mmes sujets queux. En ralit, ce nest pas la langue utilise par lcrivain qui est importante, mais ce quil exprime travers cette langue. Aprs tout, Vilaire seul a le droit de choisir la langue dans laquelle il doit produire ses uvres. Il est n en Hati et a vcu dans ce pays : cest un pote hatien. La Couleur Locale chez Vilaire Aprs avoir tudi le choix linguistique de Vilaire, nous pensons quil est ncessaire daborder la figuration de la couleur locale par ce pote. Comme nous lavons mentionn dans lintroduction de ce chapitre, la couleur locale es t le deuxime argument lanc par certains critiques pour dnigrer Vilaire et lexclure de la liste des potes hatiens. Selon ces critiques, Vilaire passe sous silence les murs et le paysage hatiens. Jean, qui tudie l uvre de Vilaire, souligne qu on a reproch lauteur davoir plutt peint une nature anonyme, vide de toutes particularits hatiennes 44. Nous avons des raisons de croire que ce reproche nest pas totalement justifi. En effet, certains pomes de Vilaire sloignent du dcor local mai s comme nous le verrons, dautres traitent de la couleur locale. Dans cette tude, nous nous attacherons montrer que, contrairement ce que prtendent la plupart des critiques, si luvre du pote nest pas exclusivement ddie aux descriptions paradisiaques de lle, la couleur locale (la peinture des murs hatiennes, linvocation du paysage hatien et la rfrence faite lhistoire dHati) nest pas ignore. Naturellement, Vilaire se diffrencie de ses contemporains par son approche particulire lorsquil aborde la 44 Jean, Eddy Arnold. Le 19e sicle hatien. Tome II (Port au Prince : Editions Rudegert, 1987) 68.

PAGE 82

82 coutume hatienne, ou mme le paysage, quil sagisse de la puissance des lments ou des splendeurs de la nature. La Coutume Hatienne chez Vilaire Selon le Dictionnaire international des termes la couleur locale cest lart de reprsenter, soit en peinture, soit dans une composition littraire ou musicale certains dtails caractrisant les personnes et les choses dans un lieu, dans un temps donn, et qui donne au sujet un aspect de ralisme (J.Kamerbeek ). Dans la littrature h atienne, la couleur locale est une notion qui a t prne surtout par les crivains de lcole patriotique (18601898). Ces crivains ont clbr la patrie, le paysage hatien et les coutumes hatiennes. Selon eux, cette concentration exclusive sur la couleur locale tait une obligation. Cependant, avec la gnration de la Ronde (1898-1915), on assiste une nouvelle vision de linspiration hatienne. Les crivains de ce mouvement dcident dlargir le champ littraire hatien en recommandant dautres centres dintrt. Vilaire en particulier soppose la posie quil juge trop restrictive des crivains de lcole patriotique Il recommande ses contemporains de traiter des thmes diversifis dans leurs uvres Il croit que lcrivain hatien doit sinsp irer de tout, aborder les grands sujets traits par les potes du monde entier. Voil pourquoi il varie sa production littraire. Cette position prise par Vilaire fait que certains critiques voient en lui un crivain qui nest pas digne de faire partie de la liste des potes hatiens. Ces accusations premptoires sont elles appuyes par des preuves ? Vilaire a t -il vraiment pass sous silence la couleur locale ? Seule ltude de son uvre nous permettra d'avoir une ide plus prcise sur ce sujet. L es criti ques formules contre Vilaire slaborent partir de quelques pomes isols de lauteur. En ralit, contrairement ce que pensent ces critiques, qui

PAGE 83

83 probablement nont pas lu luvre complte de lauteur, en parcourant les pomes de Vilaire, nous trouvons des passages dans lesquels il clbre la couleur locale. Le pote ne passe pas sous silence la tradition, les coutumes hatiennes, mais il en parle autrement Le pome intitul L'Ajoupa peut tre cit tit re dexemple. Lajoupa est une maison de campagne (une cabane, une hutte). Ce type de maison est trs rpandu dans les rgions rurales en Hati. Cette maison se singularise par sa forme et ce quelle contient. Dans ce pome, Vilaire peint avec minutie lajoupa, la demeure du hougan (appel aussi le Hounfort). Cest un vrai tableau quil nous prsente. Il montre dabord lendroit o se situe l'ajoupa en crivant: Au flanc du mont perdu se dresse lajoupa O vit mystrieux et funbre, un papa45. Ce pome est parsem dindices montrant quil sagit dune uvre locale. Il est important de noter que papa est un mot utilis par les hatiens pour dsigner la fois le pre, le devin, le mdicastre et le prtre vaudou. Dans ce pome, Vilair e voque le hougan ou le prtre du vaudou, une connotation typiquement hatienne En Hati, la maison du hougan est le plus souvent place dans les montagnes : mont notion daltitude Cette notion est importante parce quelle voque la supriorit du H ougan par rapport aux vaudouisants De mme, ainsi positionne sur la pente d'une montagne, elle est vue de loin par tous les passants. En choisissant de parler du hougan, Vilaire aborde un thme li la culture hatienne car le vaudou est un culte pratiq u par beaucoup d H atiens Le pote prend le soin de prsenter le caractre physique du hougan, ainsi que ses capacits mystiques. Il dcrit le hougan comme un homme portant un vieux chapeau de chaume qui 45 Etzer Vilaire, Lajoupa Nouveaux pomes ( France : Imp. Peyriller 1910) 125.

PAGE 84

84 Baille, montrant, ainsi que des orbites creux De c rnes suspendus en lair, des trous nombreux O luisent par instants les furtives prunelles Dun rat et, dans la nuit, les splendeurs ternelles46 En utilisant l'expression les splendeurs ternelles le pote insiste sur la facult qu'a le hougan de f aire des merveilles. Il fait sans doute allusion au pouvoir que possde le hougan de gurir des malades, dinterpeller les morts, de prdire l'avenir etc. Ce qui frappe dans ce pome, ce sont les multiples dtails donns par le pote. Il se prsente comm e un observateur qui regarde de prs tout ce qui se passe dans la demeure du hougan. Il observe que dans lune des pices de cette petite maison, une table sert dautel Et sur cette table, sont dposs des fruits et des racines arross de sang pou r les rites. Cela renvoie laspect spirituel du vaudou. Nous devons souligner que les rituels v audou servent se mettre en contact avec les esprits qui leur tour exaucent la prire des vaudouisants. Ces derniers, durant la crmonie, offrent des sacri fices dan imaux aux esprits pour avoir une bonne sant, la prosprit matrielle et/ou spirituelle. Ces sacrifices garantissent le succs de la demande des pratiquants. Le champ lexical du vaudou est apparent: des images des saints des cartes d es crucifix des basaltes luisants des bolides des butios (idoles des anciens aborignes, l'poque de la dcouverte de l'le d'Hati) et des bacas (chiens muets). Ces multiples objets symboliques et magiques, mentionns par le pote, jouent un rle capital dans la crmonie vaudou. Ils sont l parce que selon la tradition, la matrialisation des loas (esprits) se fait par la reprsentation des images de saints catholiques. Le pote rapporte aussi que le sol de la maison est de ter re battue Ce petit dtail est trs important parce que selon la tradition du vaudou, le sol 46 L'Ajoupa 1910, 125.

PAGE 85

85 du pristyle est toujours de terre battue, le contact avec la terre tant indispensable la communion avec les esprits. La terre reoit des libations et absorbe le sang des sacrifices offerts aux dieux. Les reliefs des repas rituels y sont enfouis et les initis ne peuvent fouler le sol du sanctuaire que dchausss. Avec ce pome, lauteur voque la maison du hougan et la tradition des vaudouisants. Pour finir, i l dit que le papa dans une profonde rflexion, ouvre doucement ses yeux et voit des merveilles : Sinistre: et sur ce front nu, nimb de tnbres, Dans un mystre obscur, en cohorte s funbres, Flottent les noirs esprits des anctres lointains, Qui dict ent au hougan ses oracles certains : Invisibles veilleurs, des fantmes sans nombre Lui font venus dAfrique, un cortge dans lombre47. Dans ces vers, le pote met laccent sur lhistoire noire qui va audel dHati pour intgrer les Noirs africains Ce sont eux qui linspirent, le surveillent et lui donnent ce dont il a besoin pour faire son travail. Cailler, en parlant de larticle de Michel Leiris sur Hati, Guadeloupe et Martinique, mentionne que : Il ressort de son tude des trois les, Martinique, Guadeloupe, Hati, que cest la dernire qui a conserv le plus grand nombre dlments culturels africains : dans le domaine religieux notamment, on ne trouve en Martinique et en Guadeloupe aucune pratique aussi structure que le vaudou hatien48. Ce p ome indique que Vilaire puise son inspiration dans la religion populaire et montre un hougan en pleine action dans son temple. Vilaire attire lattention du lecteur sur plusieurs points. Il voque les mystres qui entourent le temple du hougan. Il dcrit avec prcision la position de la maison et les multiples objets utiliss pour le rituel. En faisant cela, il nous familiarise avec une coutume typiquement hatienne. Ce qui diffrencie Vilaire des autres potes de sa gnration, cest quil lie la politiqu e la 47 LAjoupa 1910, 127. 48 Cailler 21 22.

PAGE 86

86 spiritualit dans ce pome. Cest un pote novateur. Il montre par exemple que, plong dans une profonde mditation, le prtre du vaudou reoit les messages des loas Il est important de noter que le vaudou est une pratique dont le premier motif ta it laspiration la libert. Les esclaves qui voulaient se dbarrasser de la servitude, ont fait appel aux loas pour les aider. Au Bois Caman49, le vaudou a servi dinstrument de libration. Il tait le moteur de la rsistance des esclaves et de lutte pour lindpendance. Comme le souligne ce pome, lesprit des anctres vient dicter au hougan ses oracles. Vilaire qui connat bien lhistoire de son pays ne passe pas sous silence le grand prtre du vaudou appel Macandal. Il mentionne que Macandal figure parmi les multiples images qui sont lautel : Dans un angle accroupi, le plus sombre des tres, Linspir du Vaudou, ltrange macandal50. Il faut souligner que Macandal est lun des prcurseurs de lindpendance dHati Entre 1757 et 1758, il a organis une grande rvolte dans le nord de Saint Domingue. Voulant anantir tous les Blancs, il a entran des esclaves fugitifs pour les mener au combat. Beaucoup de Blancs ont t tus par ces rvolts. Macandal a aussi utilis ses croyances du vaudou pour prophtiser sur la libration des esclaves de Saint Domingue. Dans ce pome, Vilaire fait allusion la facult magique du hougan et souligne le lien existant entre les anctres et les vaudouisants. Il rappelle laspect polit ique du vaudou : il est li la rsistance, lmancipation des esclaves. Les termes utiliss par 49 Bo is Caman est une fort situe dans le nord dHati. Cest l que Boukman a organis une crmonie dans la nuit du 14 aot 1791 pour encourager les esclaves se rvolter. Durant cette crmonie, Boukman fait appel aux loas et en quelques instants, une pl uie torrentielle inonde le sol, tandis que sous les assauts rpts d'un vent furieux, les arbres se tordent et se lamentent. Leurs grosses branches, violemment arraches, tombent avec fracas 50 LAjoupa 126.

PAGE 87

87 le pote dans LAjoupa dpeignent un endroit et surtout un personnage local. Cest luvre dun pote qui connat bien son milieu et les rites de son peuple. Le Paysage Hatien chez Vilaire Nous voudrions rappeler que le local joue un rle considrable dans la rception de lcrivain hatien. A lpoque de Vilaire, tout crivain qui nexalte pas le paysage hatien est considr comme un individu qui ne doit pas appartenir la littrature hatienne. Cest en ce sens que Duracin Vaval, dans son ouvrage intitul Histoire de la littrature hatienne ou lme noire, indique qu on reprocha lauteur de ne pas se montrer assez local 51. Encore une fois, lanalyse de luvre complte de Vilaire ne nous permet pas de valider une telle assertion. Les traits caractristiques de la nature hatienne ne sont pas absents chez Vilaire. En ralit, beaucoup de ses pomes montrent quil livre au lecteur les nu ances spcifiques du paysage hatien. La puissance des lments N Jrmie, Vilaire acquiert une connaissance intime et profonde de cette ville et ses environs. Ses petits voyages le mettent en contact avec la nature. Dans ses uvres, le pote nhsite p as clbrer son pays natal. Dans Chanson du vent du nord Vilair e traite de lune des lments invisibles de la nature: le vent. Il parle de sa puissance et de sa formation en crivant: Hou !hou voici le vent du nord, hou hou le nord qui vente. Cest une rumeur mouvante Qui vient dabord du sein des flots. Puis la clameur grossit, et cest, ce bruit de houle._ Comme un sinistre o fuit et se tord une foule En longs sanglots. Et je pense avec pouvante 51 Vaval, Duracin. Histoire de la littrature hatienne ou lme noire. ( Port au Prince: Editions Fardin, 1 986 ) 69

PAGE 88

88 Aux matelots Hou cette rumeur mouvante Hou hou cest bien le Nord, hou! hou le Nord qui vente52. A lpoque de Vilaire, pour aller de Jrmie Port au-Prince, les Jrmiens devaient prendre un bateau. Donc, le vent du nord mentionn par le pote est celui qui frappait les voyageurs durant la traverse. Ce vent imptueux qui souffle entre Janvier et fvrier cause des dgts aux vgtaux et aux embarcations. Il rsonne comme un bruit de clairons, aux chants hurls. Il apporte le froid, obscurcit la route des voyageurs et fait danser les arbres: Hou hou voici le Nord, hou hou le Nord qui danse. Avec lui partent en cadence Les plumets des palmiers droits ; Dans les bambous noueux les tiges dor pliantes S'inclinent au midi, semblent des suppliantes Qui chaque fois Esquissent une rvrence Le chur des bois Bruyant, bat des mains en cadence, Hou hou accompagnant, hou! hou! le Nord qui danse53. C'est juste titre que nous pouvons, au sujet de cette uvre, parler de "posie du cri", l'oralit du tex te est manifeste, comme en tmoignent ces onomatopes: Hou hou Ce pome, de par sa forme, savoir les couplets qui reviennent et qui commencent par Hou hou voici le Nord, hou hou le Nord qui danse ainsi que les autres rptitions apparentes, voque une chanson populaire que lon apprendrait par cur et qui serait connue de tous. Mais cette chanson n'est pas simple. Par exemple, linterjection utilise par le pote est destine provoquer la peur. Cela sous 52 E tzer Vilaire, Chanson du vent du nord Nouveaux pomes ( France : Imp. Peyriller 1910) 188. 53 Chanson du vent du nord 1910, 190.

PAGE 89

89 entend quil faut se mfier de lui. Il est li la superstition. Les Jrmiens racontent toujours des anecdotes concernant les dgts que peuvent causer cet lment naturel invisible que Vilaire nomme Le vent du nord Lorsque ce vent se dchane, rien ne peut laffaiblir. Il est si puissant que les arbres se courbent devant lui. La nature est triste son passage. Le ciel, tmoin de ses ravages Pleure ses astres morts quenterrent les tnbres. Lair endeuill Sanglote c omme un cur qui saigne, Lair si brouill Qu'il nest que lencre qui le peigne Hou hou voil comment, hou le Nord chez nous rgne54. En utilisant lexpression chez nous le pote prouve qu'il sinspire dun phnomne qui lui est familier. Ce pome est le tmoignage dune ralit locale. Ce qui distingue Vilaire de ses contemporains, cest quil ne se contente pas simplement dvoquer le paysage hatien dans son uvre. Il montre aussi la force des lments naturels. Vilaire souligne avec exactitude les effets du vent du nord (qui souffle du nord au sud) dont il est tmoin. La splendeur de son pays Ce pote ne parle pas seulement de la puissance des lments dans sa rgion, il rvle gal ement la beaut du paysage hatien dans son uvre. Dans Amour des choses il clbre son pays en le prsentant comme un endroit de rve o le soleil brille toujours et cest dans ce lieu quil dsire pousser ses derniers soupirs. Il exprime ses sentiments travers ces vers : Terre pleine dchos, monde o la Rverie Se fait de lair limpide une errante patrie Mon cur est frre ou fils de ton vibrant soleil ; 54 Chanson du vent du nord 190191.

PAGE 90

90 Mes fibres sont les surs de tes lianes molles, De tes bois toils de vives lucioles. Terre o je dormirai mon suprme soleil, Je taime, ma patrie55. Ce pome tmoigne de lamour du pote pour son pays natal. La terre et le pote ne font quun. Lutilisation des adjectifs possessifs: mon mes ma est la preuve que le pote parle de quelque chose qui lui est personnelle. Chez Vilaire, on trouve une multitude de vers qui tmoignent de linfluence que la nature hatienne a sur lui. Il peint dune manire vivante la rose matinale, le lever du soleil, la mer doucement agite et la tempte dans la fort. Dans A Jrmie il clbre la fracheur du paysage de sa ville natale. Il met en vidence la prsence quotidienne du soleil et la multiplicit de fleurs animant cette splendide nature: O mon pays natal anim des doux ombrages Ma cit qui, rvant sous de frais paysages, A ton chevet de fleurs reposes mollement L'ocan tes pieds, mu comme un amant, Frmit: un ciel d'azur se penche sur ta tte, La couronne et sourit la nature en fte Dans tes bois parfumeurs enfant je mgarais : Mon me est une fleur close dans tes forts ; Ces t leur grave beaut qui ma cr pote Ta mer rveuse et glauque en mes yeux se reflte56. Avec ces vers, l e pote dresse un tableau qui invite le lecteur la contemplation. C est travers des images clatantes quil expose la douceur des nuits tropicales et lampleur de la mer. Dans cet endroit, tout est beau. Ce paysage se distingue par son ombre, sa fracheur, son ciel tincelant et ses parfums. Les points dexclamation soul ignent ltonnement du pote face sa beaut. Un lien troit unit cette terre lme du pote. 55 Etzer Vilaire, Amour des choses Nouveaux pomes ( France : Imp. Peyr iller 1910) 205. 56 Cit dans le livre de Pradel Pompilus intitul: Etzer Vilaire : tudes critiques et textes choisis Port au Prince : imprimerie de LONAAC, 1968 ) 63

PAGE 91

91 C'est dans cet endroit qu'il est n et qu'il a grandi et c'est l qu'il dsire vieillir et mourir. A linstar des potes de lpoque patriotique, Vilaire vante la luxuriante nature hatienne donnant des fruits chaque saison. Il exalte son climat saint et ses forts o il ny a pas de btes froces. La nature hatienne, par sa puissance vocatrice et ses mystres, inspire le pote. Vilaire admet que cest cette nature charmante qui est la source de son inspiration, qui suscite chez lui lenvie de faire de la posie. Dans luvre de Vilaire, des repres se distinguent. La couleur locale ressort chez lui travers la description des lieux ou dune priode o se droule un vnement particulier. Dans Le Flibustier il montre que les matelots, en route vers Saint Domingue, sont impressionns par les premires choses quils voient: Pas un pli nuageux, dans le golfe splendide La mer au front dargent stend sans une ride57. Avec ce pome, Vilaire insiste sur la splendeur et lapparence merveilleuse de la nature hatienne. Son ciel brillant et sa mer limpide font dHati un endroit qui donne rver. Vilaire rend hommage son pays en clbrant sa beaut. Il parle du vent tide de Saint -Domingue et de ses mornes orns: Eden que vont un jour consumer les enfers, Cette le est une perle encor, plus convoite Qu lheure ou le Gnois Moderne Promthe Qui complta le monde et fut charg de fers Vit sous les nouveaux cieux aux splendeurs inoues Ses montagnes dazur dans lombre panouies58. Cest avec un vocabulaire logieux que le pote parle de son pays : Eden perle Il signale avec ces vers que la verdure des forts de cette le, son ci el splend ide et son climat sain lui donnent un aspect paradisiaque. Elle attire les trangers. Ce qui frappe 57 Etzer Vilaire Le F libustier Le Flibustier. Homo, vision de lenfer (Port au Prince : F Smith, 1902) 95. 58 Le flibustier 1902, 92.

PAGE 92

92 dans ce pome, cest que Vilaire ne se contente pas de montrer la beaut de son pays, mais il fait aussi allusion son histoire. Le Gnois mentionn pa r le Pote nest autre que Christophe Colomb. Ce dernier est assimil Promthe59. Lauteur fait un tel rapprochement pour souligner le fait que cest la dcouverte du nouveau monde par ce navigateur italien qui entra ne lesclavage dans cette rgion. Gik andi, dans lintroduction de son ouvrage intitul Writing in Limbo (1992), la tristesse prouve par les crivains caribens cause du dbarquement de Christophe Colomb en Amrique : European admirers of modernity most notably Todorov may perceive Col umbus as the quintessential figure of modernity that breaks through the limits of tradition, leading us into what Bartolom de Las Casas called that time so new and like no other; but for many Caribbean writers, the discovery was tantamount to what George Lamming would call an unwelcome invasion of the American spine, a disastrous prelude to slavery and colonialism60. Une nature digne dun p euple Il est noter que lhistoire de lmancipation des Noirs occupe une place particulire dans la posie de Vilaire. Il est fier des luttes menes par ses anctres pour mettre fin l'esclavage. Selon Vilaire, Hati est la fois un endroit magnifique et aussi le lieu o la libert des Noirs voit le jour. Ceci, il lexprime avec vigueur lorsquil dclare : Li bert! libert! cest ici ton berceau 61. Ce qui distingue Vilaire des autres potes de sa gnration, cest que tout en chantant le paysage hatien, il voque lhistoire de son pays. Ainsi, dire que Vilaire fait peu de cas de la nature hatienne est un ar gument qui nous semble fallacieux Comme les potes de lcole patriotique, Vilaire clbre la 59 Selon la mythologie grec que, Promthe est le titan qui a vol le feu aux dieux pour le donner aux hommes. Il reprsente la transgression. 60 Gikandi, Simon. Writing in Limbo. ( Ithaca : Cornell University Press 1992) 2 61 Le flibustier 93.

PAGE 93

93 nature hatienne. Il fait souvent allusion lhistoire de son peuple et fait delle une source de fiert. Cette histoire est lie la rsistance, lmancipation des esclaves. Lun des procds utiliss par Vilaire cest lemploi dun personnage historique comme support dune esthtique de la couleur locale. Chez lui, certaines figures historiques servent dintroduction lexpression de la couleur locale. Son pome Coriolan Ardouin en est un parfait exemple. Dans cette uvre, Vilaire parle de Coriolan Ardouin, lun des potes hatiens de l'cole de 1836. Il met en relief la candeur des sentiments du pote et la brivet de sa vie travers ces mots: Tu vc us moins de jours que Chnier, que Byron, Portant plus dans ton cur queux sous leur vaste front. Lamour te consuma dune rapide flamme. Ta fiance allait mourir : bravant le sort, Tu voulus pouser avec elle la mort Et rendre en un baiser ton me avec son me62. Ce pome fait le rcit de la vie courte et mlancolique de Coriolan Ardouin. La brivet de sa vie ne lui a pas permis de montrer son vrai talent de pote. Avec ce pome, Vilaire pleure la mort prmature de lun de ses potes prfrs et mdite sur sa vie de dtresse. Il faut rappeler que Coriolan Ardouin est un pote hatien qui est n le 11 dcembre 1812 et qui est mort le 12 juillet 1836. Cest lun des potes maudits de la littrature hatienne. Il a t tmoin de la mort succ essive de son pre, sa mre et sa sur ane durant son adolescence. La femme qui devait tre sa compagne est morte trs jeune. Si Vilaire le compare Chnier et Byron cest parce quils sont tous des potes maudits63. Coriolan vit quotidiennement entre le dsespoir et la souffrance. Ce qui fait la valeur de ce pome, cest ce que Vilaire voque travers cette uvre. En 62 Etzer Vilaire, Coriolan Ardouin Nouveaux pomes ( France : Imp. Peyriller 1910) 147. 63 Voir La posie franaise du XIXme sicle Paris : PUF, 1995.

PAGE 94

94 examinant de prs ce pome, nous nous rendons compte que Vilaire veut dire plus que ce quil crit, il le transcende. Dans ce pome, il li e le sort de Coriolan Ardouin celui de lle dHati. Comme Ardouin, cette le a connu des moments difficiles. La dtresse la suivait partout. Peu aprs la proclamation de lindpendance (1804), Jean Jacques Dessalines, le premier chef dEtat hatien est assassin au Pont -Rouge. Cela n' tait qu'un maillon dans la cha ne de malheur dHati. En 1826, la France pour reconnatre son indpendance, lui imposa une indemnit qui causa sa pauvret. De plus, mprise par les grandes puissances et ronge par la guer re civile, cette le a connu le dsespoir et le got du malheur. Et petit petit elle avanait vers lab me. Vilaire, en plaignant le sort de lun de ses potes prfrs, pleure galement la situation tragique de son cher pays. Si les crivains de lcole patriotique expriment leurs ides directement, Vilaire lui, donne penser. Il lie tout travers des associations. Une autre chose quil faut mentionner en examinant ce pome, cest que Vilaire profite de la mme occasion pour parler de la coutume hatienne: Je vois dans laube blanche, Mariani ; Et vos danses, vos bonds, barbacos, vos rondes Mler de rires frais au trmolo des ondes ; Et le cur au plaisir sveiller comme un nid64. Ces vers renvoient aux souvenirs denfance du pote. Cest un tmoin qui raconte ce quil voit et le bonheur associ une telle atmosphre. Nous devons souligner que Mariani est lune des rgions de Port au-Prince. Cet endroit est connu pour sa fracheur, sa merveilleuse plage et les nombreuses journes rcratives organises par les coles secondaires. Les jeunes gens y vont galement pour assister aux spectacles donns la belle toile. Ces personnes organisent des jeux, des danses et disent des 64 Coriolan Ardouin 1910, 152.

PAGE 95

95 vers dans les bois. Elles sasseyent le plus souvent sur des feuilles de bananier pour samuser. Mariani voque immdiatement limage du festin. Il faut dire aussi que Barbacos est un mot crole qui signifie pique nique. Dans ce pome, Vilaire transcrit son regret de la disparition de lun de s es potes prfrs. Poursuivant lassimilation du destin de Coriolan Ardouin celui de son pays, il fait appel Mariani, un lieu de plaisir et de fte. La nature est prsente comme un refuge. Hommage M Franois Fertiault est aussi un pome d ans lequel Vilaire chante la couleur locale. Dans cette uvre, Vilaire rvle son amour et son r espect lgard de Fertiault tout en dcr ivant la verdure de son pays. Fertiault a fait paratre l'ge de 95 ans un ouvrage intitul La vie du livre dans lequel il insre daimables stances ddies Vilaire. Par reconnaissance, Vilaire lui comp ose quelques vers. Il compare Fertiault la splendide nature hatienne : Pote gnreux et cher, vieillard prodige, Comme au palmier qui loge aux bouquets de sa ti ge Labeille printanire et les oiseaux chanteurs, Les ans votre front najoutent que des palmes. Vous rappelez notre le o, droit sous les cieux calmes, Le palmiste domine et verdit les hauteurs65. Ici le pote souligne la gnrosit et la longvit d e Fertiault. Il associe le vieillard la nature hatienne. Nous ne pouvons pas passer sous silence l'usage du mot "palmiste" dans ce pome. Le palmiste est l'un des symboles figurant sur le drapeau hatien. Il symbolise la rsistance et la libert. Lempl oi dun tel mot est encore le signe de lattachement de Vilaire son pays et son histoire. La nature dcrite par Vilaire est remplie doiseaux, darbres verts et se distingue par sa tranquillit, son aspect radieux et ses ressources naturelles. Vilaire pr sente sa particularit en crivant : 65 Etzer Vilaire, Hommage M Franois Fertiault Nouveaux pomes. ( France : Imp. Peyriller 1910) 203

PAGE 96

96 Il est une le rare, ombreuse, unique au monde, Vnus voluptueuse et terrible de londe : Auprs delle Java nest qu'un astre clips; Tout sefface et plit : les perles dIonie, La terre harmonieuse o parla le gni e, Les archipels, tombeaux des gloires du pass66. Ce pome nous permet de voir que Vilaire est un pote qui est fier de parler de lhistoire de son pays, de son paysage et de ses habitants. Selon le pote, Hati est un endroit qui se fait remarquer par s es contrastes : son ombre, sa clart, ses objets prcieux ainsi que son histoire. Ce pome tmoigne la fois du respect M Fertiault et fait une description potique du pays natal de lauteur. Cest sans doute dans ce sens que Fardin a crit : Les pays ages de Vilaire ne sont emprunts nulle part Qui dit que Vilaire na pas chant la nature hatienne ? 67 Les pomes que nous venons danalyser montrent que Vilaire ne nglige pas la couleur locale dans son uvre. Pote patriote, il peint, comme les pote s de lcole patriotique, les traits caractristiques de la nature hatienne. Il numre les lieux qui ont charm sa jeunesse et les multiples fleurs qui le ravissent. Il note avec attention les phnomnes naturels. Il tmoigne une admiration sans limite p our le paysage hatien. Chez lui, lamour de la patrie est li la libert. Cest un pote qui exploite les lieux cachs, parle de la valeur spirituelle dans le paysage et lie la nature hatienne lhistoire de son pays. Beaucoup de ses textes rvlent q uil accorde une place considrable au paysage hatien, une ide trs chre au mouvement patriotique. Cela prouve que Vilaire clbre la nature hatienne comme les crivains du mouvement patriotique. Dans son uvre, le paysage hatien est voqu travers le soleil, la lune, 66 Hommage M Franois Fertiault 1910, 202 67 Fardin, 1993, 81.

PAGE 97

97 les arbres, les fleurs, les forts, la mer, la terre, l'aube, les toiles. Il donne au lecteur hatien une uvre qui reflte son identit et sa tradition. Ce qui est intressant chez Vilaire, cest que contrairement aux crivains de l cole patriotique qui se contentent de parler de la beaut de la nature hatienne, Vilaire va plus loin. Il transforme les lments de la nature en un ensemble de symboles. Nous avons prcdemment soulign le rle que joue la nature dans son uvre. Nous av ons montr quil personnifie souvent la nature en la dotant de capacits humaines. Selon Vilaire : La terre est llment et le berceau des hommes 68. Lhomme peut la changer son gr. Mais, si lhomme fait de la terre sa demeure et peut la transformer comme il veut, la mer reste insondable : Mais toi, vaste Ocan, ton matre est Dieu, Dieu seul 69. Le pote nous fait sentir quel point sous les coups des lames de la mer tout flchit. Il voit en la mer, avec ses forces et ses mouvements infinis, le Symbole du trs haut et de lternit 70. Les grands de la terre ne peuvent rsister devant sa force. Le pote met lide que la mer, par sa complexit et son caractre nigmatique, est le Reflet de linsondable et des bleus firmaments 71 Ce qui diff rencie encore Vilaire des auteurs de sa gnration cest quil associe la nature au mystre. Pour Vilaire, les lments de la nature sont des signes dchiffrer cest dire des symboles Ce que lon regarde nest que le reflet de quelque chose dautre. Il sidentifie parfois la nature. Il prsente une grande affinit pour la mer quil considre comme un mouvant symbole Il peroit un lien profond entre lui et la 68 Etzer Vilaire, Le F libustier Le Flibustier. Homo, vision de lenfer. (Port au Prince : F Smith, 1902) 76. 69 Le F libustier 1902, 77. 70 Le Flibustier 78. 71 Le Flibustier 78.

PAGE 98

98 mer. Comme elle, il se met des fois en colre. Dans son pome intitul Vents et Mer s en contemplant lagitation de la mer, il avoue : Cest que je les connais, ces colres rageuses, Et ces convulsions, Et je vois luire aussi, dans mes nuits orageuses, Lclair des passions !... 72 Il soulig ne quil prouve les mmes sentiments, vicissitudes que la mer. Tous les deux partagent lamertume, la vie tourmente, les orages. Vilaire parle de la force et de la grandeur de ces deux lments naturels. Sous sa plume, le vent est la fois musicien et pote Il est considr comme un souffle exterminateur un invisible chanteur Ce bruit audible, mais transparent est une voix indfinissable Parfois, il joue le rle de la main invisible dun amant pour nous caresser le visage. Le pot e insiste sur la facult que possde le vent en crivant : Vous qui semblez sonner la dernire trompette, Apre souffle du vent, Ainsi que vous, mon cur que brise une tempte Gronde et gmit souvent !73 La nature chez Vilaire est dune importance capitale. Cest elle qui console sa douleur et lui parle travers ses diffrents lments. Il ne cache pas son amour pour la belle et merveilleuse nature. Chez Vilaire, tous les lments naturels sont importants. Dans son pome Sur la mort dune fleur il souligne limportance des fleurs et demande aux hommes de les protger: Les fleurs des bois, ne les cueillez pas sans raison 74 72 Etzer Vilaire, Vents et Mers Pomes de la mort, 1898 1905 ( Paris: Fischbacher, 1907 ) 21 73 Vent et Mers 1907, 21 74 trouv dans Charles, 2003, 87.

PAGE 99

99 Il laisse comprendre que non seulement elles sont agrables aux yeux, elles s ont aussi nourricires (source de vie des papillons). Selon lui, ce sont les fleurs qui embaument lunivers. Le parfum qui sexhale delles et la multiplicit de leurs couleurs donnent envie de vivre. Les hommes adorent leur parfum et leur beaut. Ils prouvent une grande joie en les regardant. Elles servent dinspiration aux potes, artistes, peintres, sculpteurs et dcorateurs. Le pote demande lhomme de laisser vivre les fleurs car elles portent en elles un message secret : Un symbole est cach sous leurs formes lgres 75 Pour Vilaire, les fleurs sont porteuses dmotions, dhistoires et de mystres. Le pote indique ce quelles reprsentent de cette manire: Cette manation des douces fleurs closes, Cest lhomme ingnu, la prire des choses Au matre glorieux de la cration : Ce parfum, cest un culte, une adoration !76 Chez Vilaire, les fleurs sont lies la spiritualit. Il dote donc les fleurs dun langage. Leur parfum qui monte dans les cieux est leur manire dadorer le crateur de lunivers. Dans son pome intitul Page damour Vilaire laisse comprendre que la nature est aussi tmoin de nos actions: Ces feuilles ont des voix, ces bois ont une oreille : Quils rptent, un jour, lheure o tout sommeille, Quils rptent au temps qui fuit, aux astres dor, Quune me qui dormait du sommeil de la Mort, Ici, sest rveille lternelle vie, Et que son pur amour, le ciel mme lenvie !...77 75 trouv dans Charles, 2003, 88. 76 Charles 88 77 Etzer Vilair e, Page damour Page d amour Les dix hommes noirs ( Pomes ). (Port au Prince: Dme. F. Smith 1901) 1 7.

PAGE 100

100 Comme lindiquent ces v ers, dans luvre de Vilaire, la nature est personnifie. Le pote sadresse elle comme une confidente. Cest un dsir, exprim si fort par des subjonctifs, quil a la valeur dun vu dj exauc. Des vnements sont passs mais la nature personnifie, en conservant le souvenir, immortalise lamour vcu par le pote. En parlant de la conception de la nature chez Vilaire, nous ne pouvons pas nous empcher de penser certains vers du pome Le lac de Lamartine. Chez Lamartine (dans Le lac en parti culier) comme chez Vilaire, la nature est associe aux motions de lhomme. Comme un tre humain, la nature peut entendre, parler et transmettre des messages. Vilaire demande aux bois et aux fleurs de transmettre aux autres lments naturels lhistoire de sa vie. Nous pouvons dire que Vilaire a une conception romantique de la nature. Les potes romantiques ont un rapport particulier avec la nature78. Chez eux, elle joue un rle symbolique et mtaphorique. Elle est lie au bercement, la tendresse maternelle. Elle procure douceur et consolation. Les crivains romantiques la considrent comme un miroir, une confidente, un refuge. Ils soulignent galement le caractre religieux de la nature. A leurs yeux, elle est lincarnation de Dieu. Cest par elle que le cr ateur de lunivers manifeste sa puissance. Vilaire nous aide mieux comprendre le monde. Il nous ouvre les yeux et nous aide admirer les merveilles du monde nous entourant. Sous sa plume, les lments de la nature sont de grande importance parce qu ils renvoient dautres choses. Les objets qui nous entourent sont l pour nous instruire. A linstar des potes symbolistes, il se sert des lments de la nature pour incarner autre chose. La nature ressemble un texte quil faut dchiffrer pour en tre familier. Le pote voque ce qui se montre, 78 Richard, Jean Pierre. tudes sur le romantisme ( Paris: ditions du Seuil, 1971 ) 143 226

PAGE 101

101 ainsi que ce qui se cache. En faisant une telle chose, il se prsente comme un astrologue qui dchiffre les signes du ciel. Dans luvre de Vilaire, un lien est nou entre lhomme et les objets, le monde visible et le monde invisible. Tout est li. Cette unit le place dfinitivement en rupture avec les potes de lcole patriotique. Conclusion En somme, comme nous venons de le montrer dans ce deuxime chapitre, laspect linguistique et la couleur locale sont d es prtextes que les critiques utilisent pour critiquer Vilaire. Quant son choix linguistique, il ne faut pas oublier le contexte colonial. La colonisation dHati par la France fait que le franais devient la langue dinstruction des Hatiens. Nous devons mentionner aussi que, issu dune famille aise, Vilaire a reu une ducation privilgie. Son cas est particulier parce quil avait un tuteur franais et il sexprimait dans cette langue au quotidien. Le franais est donc sa langue dinstruction Noubl ions pas que le taux danalphabtisation est trs lev cette poque. En plus, les gens qui savent lire ne peuvent le faire quen franais. De mme, aucun livre disponible en crole ne pouvait servir de modle. Les recherches de Kauss montrent que mme l es crivains qui prnent le crole dans la littrature hatienne ne suivent pas leur propre doctrine : cest le franais qui domine la scne littraire hatienne. Par ailleurs, nous ne pouvons pas ignorer qu lpoque de Vilaire, tout ce qui voque les p euples africains nest pas bien vu par les anciens colonisateurs. Selon eux, les Noirs sont int ellectuellement infrieurs aux B lancs et ne peuvent pa s produire des uvres de grande valeur Comme lindique Fardin Il sagissait lpoque, parce le ngre tait considr comme un sous -homme, darriver damer le pion lcrivain

PAGE 102

102 europen sur son propre terrain, en traitant les mmes sujets que lui 79. Vilaire utilise le franais non seulement pour montrer aux anciens colons quil peut traiter les mmes suje ts queux, mais aussi pour combattre le racisme et le colonialisme. Ce quil faut retenir, cest quon ne peut pas se baser sur le fait linguistique pour juger luvre de lauteur. Ce nest pas la langue quon utilise qui compte, mais lusage que lon en f ait. En ce qui a trait la couleur locale chez Vilaire, nous avons donn de multiples exemples tmoignant de lintgration de ce champ dinspiration dans son uvre. Ltude des crits de Vilaire nous permet de comprendre pourquoi Fardin a exprim : V ilaire est mconnu, mconnu parce quil y a peu de personnes, mme au nombre des critiques, ses contempteurs, qui peuvent se vanter davoir lu compltement son uvre 80. Nous soutenons cette citation de Fardin parce que nous estimons que Vilaire est mal compris. Si quelques critiques dnigrent ce pote, cest peut tre parce quils nont pas une vision complte de son uvre. Il ne faut pas se baser sur une partie de luvre de Vilaire pour le caractriser. Pour bien le comprendre, il faut le replacer dans s on contexte, cest dire tenir compte de la situation politico-sociale et culturelle de son poque, sa biographie, sa formation scolaire ainsi que ses convictions. Reconnaissant linjustice faite Vilaire et aux crivains de la Ronde, Pompilus exprime qu e: Cest sur ce souhait que jachverai ces propos, sur le souhait quEtzer Vilaire devienne un pote populaire et surtout que de nouvelles mthodes plus objectives dans les recherches v ilairiennes nous mnent galement des jugements moins impressionnis tes sur ce pote, sur tous nos potes de la Ronde si injustement dcris81. 79 Fardin 25. 80 Fardin 81. 81 Pompilus, Pradel. Lexprience dEtzer Vila ire, ses risques et ses mrites Conjonction 119 (1973): 89.

PAGE 103

103 Aprs avoir tudi la rception de Vilaire dans la littrature hatienne, dans le chapitre suivant, nous traiterons de la mission du pote face sa socit. Nous montrerons que Vi laire est un pote qui met son uvre au service de lengagement politique.

PAGE 104

104 CHAPTER 4 VILAIRE POTE ENGAG Introduction Dans le deuxime chapitre, nous avons examin le statut de Vilaire dans la littrature hatienne. Nous avons montr que ses dtracteurs lont faussement accus dimposture et dtre tranger en invoquant le phnomne linguistique et sa ngligence de la couleur locale. Cette fois -ci, nous allons examiner un autre argument lanc contre le pote : son indiffrence face aux problmes de son pays. La plupart des critiques condamnent Vilaire parce quils estiment quil ne sengage pas et ne prend pas de position par rapport aux ralits politiques de son pays A ce sujet, Berrou crit: Daprs certains critiques, Vilaire serait ferm au sentiment patriotique, au point quil na pas une seule fois cit dans son uvre le nom mme dHati 1. Ils prsentent Vilaire comme un pote indiffrent aux problmes de son peuple. Fignol, mesurant lampleur des accusations faites lgard de Vilaire, fa it cette remarque : Et peu peu, travers ces opinions, les unes plus exagres que les autres, sest impose limage dun Vilaire peu patriote on a hsit et recul dun pouce devant lpithte antinational et vad, acclimatant ainsi une fausse l gende que des critiques aviss ne se sont gure donn la peine de rcuser ou, plus simplement, mettre en doute2. Dans ce chapitre, nous tudierons lengagement de Vilaire lgard de lhistoire dHati. Pour ce faire, dans un premier temps, nous tenterons de dmontrer que Vilaire sinspire des ralits de son poque, condamne lesclavage et dnonce les dirigeants hatiens complices des maux de son pays dans son uvre. Ensuite, nous examinerons un aspect inconnu de lauteur : le pote politique. Nous reviendrons sur les divers postes 1 Berrou, Raphal. Histoire de la littrature hatienne: illustre par les textes. (Port au Prince: Editions Carabes, 1975) 122. 2 Fignol, Jean Cla ude. E. Vilaire, ce mconnu. ( Port au Prince, impr. Centrale, 1970 ) 13

PAGE 105

105 quil a occups dans le gouvernement hatien et tudierons ses revendications, ainsi que sa raction face loccupation amricaine. Cette section nous permet de montrer que Vilaire est aussi un pote de laction. Enfin, nous f erons ressortir laspect didactique de son uvre en insistant sur les conseils quil donne ses compatriotes dans le but damliorer la situation de son peuple. Ce chapitre nous permettra galement dtudier des pomes qui sont jusquici demeurs inconnus du public, mais qui exposent la participation du pote la reconstruction de son pays Tmoignages et Dnonciations. Trs tt, Etzer Vilaire met sa plume au service d es H atiens, par une uvre potique qui prsente les drames sociaux et politiques du pays. Il puise son inspiration dans lhistoire et lactualit de son le. Pour l illustrer nous allons premirement tudier en dtail le pome intitul Les dix homme s noirs Nous nous intressons ce pome parce quil dvoile la dtresse de la jeunes se hatienne de la fin du XIX me sicle laube du XXme sicle. Avec cette composition, Vilaire fait galement une critique implicite de la socit hatienne et une rflexion profonde sur la vie et le suicide. Deuximement, nous examinerons le pome inti tul La Mlope parce cest le plus long pome que Vilaire ddie lesclavage. Ce pome dnonce lesclavage par une description de lhorreur. Le pote profite aussi de loccasion pour montrer les diffrentes luttes menes par ses anctres pour se dbarrasser du systme esclavagiste, rappeler la collabo ration de certains Africains au commerce ngrier et prcher contre loubli. Enfin, par dautres pomes encore, lauteur slve contre la duplicit des colons, des Hatiens et des nations.

PAGE 106

106 Les Dix Homme s Noirs Nous voulons examiner lengagement de Vilaire en commenant par lanalyse de ce pome qui figure dans son premier recueil pour montrer que la notion patriotique est dj prsente ds le dbut de sa carrire. Selon plusieurs commentateurs, Les d ix hommes noirs est le chef duvre de Vilaire. Ce pome, qui contient 796 vers et qui est compos en 1898, est considr par Vilaire comme un de ses essais de jeunesse. A lanalyser de prs, nous finissons par constater que ce pome est un compte-rendu et une tude profonde des problmes qui rongeaient la jeunesse hatienne de la fin du XIX me sicle laube du XX me sicle. Un Pome de T moignages Les dix hommes noirs est un pome qui se divise en sept sections (sans titre). Cependant, nous p ensons que ces sept sections peuvent tre regroupes en deux grandes parties. La premire partie est destine aux tmoignages de neuf de ces dix hommes noirs. La seconde traite de la rflexion du dixime homme noir sur le suicide et les messages que le pote fait passer dans ce pome. Les dix hommes n oirs met en scne dix jeunes H atiens qui, accabls de dsenchantements et de misres, organisent une rencontre pour trouver une solution leurs problmes. Le pote dcrit lespace et le temps dans lesquel s les actions se droulent. Cest dans un vieux chteau abandonn, sous une nuit sombre et brumeuse quils se runissent pour prendre un dernier repas et tmoigner de la raison de leur dsespoir. Ce qui frappe dans ce pome, cest le sentiment dunion et d e fraternit qui lie ces anciens combattants : Les pauvres ils staient runis dans larme

PAGE 107

107 Partageant leur douleur, tchant de sentraider3. Ils ont lutt pour leur pays, mais maintenant ils ne possdent rien. Ils admettent que lenvironnement dans lequel ils voluent ne leur offre rien. Face une telle situation, ils nont que deux options : renoncer ce monde infme en se tuant, ou supporter les souffrances de la vie. Ils reconnaissent tous avoir mal vcu. Lun dentre eux suggre finalement un plan selon lequel ils mettront fin leur misre : chacun doit tre tu par un compagnon jusqu ce quil nen reste quun : Le second frappera le premier, le troisime Tuera l e prcdent, ainsi jusquau dixime4. Dans ces vers, nous notons un sentiment de dsarroi et dabattement. Aprs une telle proposition : Un silence rigide a plan dans la salle5 Aprs un long silence, ils dcident finalement dexcuter le plan mentio nn ci dessus (se tuer ). Mais avant de se tuer, chacun deux expose sa misre brivement et alternativement. L e premier homme prend la parole et dit qu son ge (25 ans), il est sans emploi et que par consquent il ne peut subvenir ses besoins. Il vit d ans la misre et la honte: Jai vingt cinq ans et pas un toit, un coin de terre O cacher aux regards ma prcoce misre6. Ce qui frappe chez ce jeune homme, cest quil nest pas une personne inactive. Cest un patriote qui sest mis au service de son peuple. Les vers suivants montrent son engagement et sa rvolution dans le but dapporter du changement : 3 Vilaire, L es dix hommes noirs Page damour. Les dix hommes noirs (P ort au Prince : F Smith, 1901) 46. 4 L es dix hommes noirs 65 5 L es dix hommes noirs 48 6 L es dix h ommes noirs 49.

PAGE 108

108 Trois fois jai conspir contre un chef tyrannique, Et pour navoir jamais prouv la panique, Lexil me vit tremper de larmes mon pain n oir Jaurais pu doucement me glisser au pouvoir, Si javais su ployer mes genoux peu flexibles Au sanglant marchepied des tyrans irascibles Mais puisquon vend les biens, les honneurs ce prix, Je nai pour ces hochets quun superbe mpris7. Homme engag, il sest battu courageusement pour mettre fin la dictature. Pour ce faire, il a tent trois coups dEtat, mais en vain. Son complot a t dcouvert et il fut exil. Il a connu la prison, lexil et la misre. Cest un homme qui se distingue par sa loyaut et son intgrit. Contrairement certains d e ses contemporains qui acceptent des postes aux commandes du pays, le premier homme noir refuse de faire partie du gouvernement I l prouve une aversion violente contre le gouvernement, son esprit et ses institutions. Puisque les gens au pouvoir sont des tyrans et quune telle position demande lchange de son honneur contre des biens matriels il refuse de sassocier eux. Certains hommes ont cherch le corrompre, le rduire au silence. Des postes enviables lui ont t offerts. Mais il a le sens de lhonneur, une grandeur dme. Sa fiert ne lui permet pas de se mettre du ct des dictateurs pour gagner sa vie. Il prfre mourir que dtre asservi : Je neus point chang lhonneur contre un empire !... Si la mort est un mal, la vie en est un pire ; Et jaime mieux mourir vaincu, mais indompt, Pauvre, mais noble encore et lme en libert !8. Cest un homme qui refuse le compromis et qui reste fidle ses idaux. Avec fiert et dignit, il dcide demporter dans la tombe la nostalgie f umeuse de son rve pique. 7 L es d ix hommes noirs 50. 8 Les d ix hommes noirs 51.

PAGE 109

109 Avec Les dix hommes noirs Vilaire rappelle ce qui se passait en Hati son poque Cest un pome qui fait remonter la surface les problmes endmiques, politiques, socio -culturels du peuple hatien. Vilaire le dit lui mme dans la prface : Le pome des Dix hommes noirs porte, tout au fond des ides et de la conception, la marque du pays et du moment qui la vu natre 9. Il est le reflet des vnements qui ont eu lieu en Hati la fin du XIX me sicle: tyrannie, fai llite conomique, prostitution, chmage. Nous devons mentionner que l a corruption tait monnaie courante lpoque. Les intellectuels qui sarrogeaient le droit de dnoncer la dictature furent perscuts, emprisonns, assassin s. La tyrannie rgne cett e poque. Lhistoire du premier homme nous aide avoir une ide plus prcise de la situation politique dHati la fin du XIXe et au dbut du XXe sicle. Comme nous lavons vu, ce premier homme a t emprisonn et exil pour avoir essay de renverser le gouvernement tyrannique. En vrit, la fin du 19e sicle fut vraiment lpoque de la guerre civile et des coups dEtat en Hati. A ce moment, beaucoup dintellectuels conspiraient contre les gouvernements pour essayer de changer la situation du peuple. De leur ct, les politiciens rprimaient ces rvolts en les exilant et en les emprisonnant. Les vnements du 27 juin 1883 jusquau 25 janvier 1884 peuvent servir dexemple. Un groupe dhommes a essay de renverser le gouvernement tyrannique de Salomon. Le Prsident Salomon, averti du complot mont contre lui, fit bombarder la Grande Anse, dont le chef lieu est Jrmie (ville natale de Vilaire). Avec ce pome, cest une version de lhistoire que Vilaire veut restituer. Cest un pisode connu par le pote car son grandpre paternel, Alain Clri, faisait partie de 9 Vilaire, 1901, II.

PAGE 110

110 linsurrection contre Salomon. Donc, Vilaire tait tmoin des rvoltes survenues lpoque. La politique tait omniprsente dans la vie et lenfance du pote. Il faut rappeler galement que le pre dEtzer Vilaire, Jean Baptis t e Joseph Vilaire, a failli tre fusill en 1888 sous le prtexte quil complotait contre Salomon. Comme lindique Fignol : Excd des rapports continuels sur les menes de Vilaire pre, il [le Prsident Salomon] ordonna de le fusiller incontinent. Lordre fut reu par le commandant de la place, Couba, et la nouvelle immdiatement transmise celui qui en serait victime. J.B Joseph runit chez lui sa petite famille, commanda une ultime prire Dieu, prodigua ses derniers conseils ses enfants puis fermant les port es, il fit placidement les cent pas sur la galerie, attendant quon vnt le chercher pour le conduire au poteau dexcution10. En fait, il fut sauv par le commandant qui ne voulut pas suivre les ordres du prs ident Salomon car ses yeux, J. B Joseph Vilaire tait un bon citoyen. Ce qui mit fin cet pisode, cest que peu de temps aprs, le gouvernement de Salomon fut renvers par Tlmaque, Manigat et Lgitime. Le petit Vilaire tait tmoin de lengagement politique des membres de sa famille souhaitant changer la situation dHati. Il a aussi observ les inquitudes de son pre face la mort. Il sest souvenu de tous ces vnements. Jrmie ntait pas la seule ville tre bombarde par le gouvernement. La ville de Miragone fut galement prouve : Miragone fut mise feu. Nous quitt i ons peine la rade quand la canonnade commena. En face de nous, la petite ville brla de lclat des obus Lglise brla en dernier. Quand les boulets leurent atteinte, les cloches se mirent carillonner un carillon dsespr en sa monotonie lugubre, toute vole, comme il convenait pour annoncer la suprme journe. () A bord, tous les yeux pleuraient ; pleuraient Miragone rase, mise nu, plat sol11. 10 Fignol 36. 11 Sylvain, Normil. La Revue indigne 16 aot 1927.

PAGE 111

111 En 1889, Vil aire tait aussi tmoin des assassinats commis par les partisans du Prsident Florvil Hyppolite. Ctait vraiment lpoque de la perscution et des arrestations. Ceux quon ne voulait pas tuer taient exils. Comme lindique Les dix hommes noirs de Vilaire, les coups dEtat, lexil et la tyrannie battaient son plein en Hati vers la fin du XIX me si cle jusquau commencement du XXme. Ce pome, qui expose l es tensions entre les chefs dEtat et le peuple, fait cho La tragdie du Roi Christophe dAim Csaire. Cette pice se veut une mditation sur lhistoire dHati, la premire rpublique noire indpendante Elle montre galement le problme de s classes sociales et des idologies Avec cette pice, Csaire expose le fonctionnement du pouvoir autoritai re. Analysons maintenant le second personnage. Le second homme noir est un orphelin qui a eu une enfance malheureuse. Il rclame lui aussi la mort pour se dbarrasser des soucis de la vie. Il a d lutter pour vivre tout en pensant langoiss e du lendemain : De plus loin que je puis contempler mon enfance, Je ne vois que laspect morne de la souffrance. Mais, je nai point pass tout mon temps gmir : Jai lutt, pour grandir, peinant jusqu blmir12. Nous remarquons que chaque homme reprsente une couche de la socit hatienne. Comme le patriote, lorphelin nest pas un jeune homme inactif. Il a fait tout ce qui tait en son pouvoir pour amliorer sa condition de vie, mais sans aucun succs. Lenvironnement dans lequel il volue ne lui offre rien pour amliorer son sort. Ne pouvant pas trouver de travail pour laider surmonter les obstacles de la vie, il voit dans la mort une dlivrance. 12 Les dix hommes noirs 51.

PAGE 112

112 Le troisime, lui, est musicien. Avec ce personnage, Vilaire expose la situation de lartiste dans la socit. Il est inspir et talentueux, mais na pas daudience pour applaudir son gnie. Il se rend compte que ses semblables font peu de cas de sa musique. Dcourag daccorder son instrument pour rien, incompris et isol, il croit quil est sans valeur et que sa place nest pas dans ce monde : Mais moi, je nai pas de g te et je nai pas lazur. Je sens vibrer en moi comme une onde dair pur, Jaspire planer, jai laile de lharmonie, Lenthousiasme et des extases, du gnie ; Et jai not mes pleurs et le frmissement Des choses et des curs ; mais ciel lisolement13. Le quatrime homme noir est misrable, dsespr. Il vit dans un pays qui noffre aucun espoir la jeunesse. Il na aucune raison de vivre: La souffrance a fltri mon cur dans ma poitrine. Tout mon tre nest quune triste ruine O prissent mes joursoh je veux en finir Lhorreur plane et stend sur tout mon avenir14. Il a peur de vivre. Il croit que le recours la drogue lui permettant de ne pas affronter la ralit rsoudr ait ses problmes, mais ce ne sera pourt ant pas le cas. De ce fait, puisque cette vie ne lui offre rien, il prfre quitter ce monde: Je porterai ce philtre mon me tremblante. Jirai dans un spulcre achever ma mort lente !15. Le cinquime homme noir est pote. Tout comme le musicien, mconnu et rejet par la foule, il se sent humili. Il illustre sa misre en faisant allusion lhistoire des 13 Les dix hommes noirs 52. 14 Les dix homme s noirs 52. 15 Les dix hommes noirs 53.

PAGE 113

113 Iolofs16. Ces derniers, lorsquils perdent lun des leurs, exposent son c adavre pour tre dvor par des vautours. Il relate que : Ce que font les Iolofs au griot mal n, On le fait aux vivants, chez nous, aux interprtes De lamour et du ciel, nous, pauvres potes Nous sommes dvors par un prcoce ennui Envelopps toujours de silence et de nuit17. Il veut mourir car les gens autour de lui ne le comprennent pas. Tourment par les mpris des autres, il sennui e. Pour se consoler, il tourn e l a tte vers le ciel o se trouvent lespoir et lidal. Le sixime homme noir est victime dune trahison amoureuse. Sa femme, qui devait faire son bonheur, la trompe. Cette trahison fait quil perd tout espoir. Seule la mort peut apaiser sa peine : Et cette femme est mon spulcre et mon suaire. Ses caprices dune heure ont bris ma carrire Je laime, Dieu je suis tromp, je suis jaloux Je veux fuir, oublier, mourir !18. Le septime homme noir partage aussi lide de la mort. Cest une victi me de la dlation. Il est sincre, loyal et travailleur intgre. Il travaillait pour un homme quil vnrait. Il tait dvou son patron. Cependant, son patron, dans le but de gagner de largent et de jouir de lestime des grands chefs, en inventant un complot la dnonc au pouvoir tyrannique. Il fut emprisonn et tortur. A peine sorti de prison, il dcouvre que ce ministre dEtat lui a enlev sa femme durant son emprisonnement: 16 Il est intressant de souligner la relation du pote avec lAfrique de louest. Les Iolofs (wolofs) habitent le long de l'Ocan, entre le fleuve de Sngal et la Gambie. Le griot est le dpositaire de la tradition orale. Selon Boilat: Quand un griot meurt, au lieu de lenterrer, on le porte loin du village dans un arbre creux ; ordinairement cest un vieux baobab qui lui sert de tombeau, on ly jette, et son cadavre devient la proie des vautours et des hynes. (Boilat, 1853, 315). 17 Les dix hommes noirs 53. 18 Les dix hommes noirs 54.

PAGE 114

114 Mon cur se dcouvrait sans ombre son regard. Le tratre il y plongea, sans trembler, le poignard Je lui donnais ma vie, il ma vol ma femme Et je nai pu broyer sous mes talons linfme !19. Il fut emprisonn et battu injustement. Le plus douloureux cest quil a perdu lobjet de son affection. Cette double trahison fait quil dteste la vie et veut mourir. Le huitime homme noir est un jeune homme respectueux et honnte qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour soccuper de ses deux jolies surs Il les aimait beaucoup et essayait de les aider. Cependant, il ne pouvait pas tout faire pour elle : Je navais plus damis, je navais plus demploi ; Le sort mavait mis comme un homme hors la loi. Lhorreur des jours sans pain les a prostitues. Lentendez vous Dieu ?... je les aurais tues Mais non, car, voyez vous, le plus coupable enfin, Cest le dmon, qui fit le spectre de la faim20. Il est gn de voi r ses surs se prostituer pour survivre. Il rend la socit responsable de la mauvaise conduite de ses surs car elle ne leur offre pas dalternative pour gagner leur vie. Les personnages de Vilaire rappellent la mauvaise condition dans laquelle vivaien t les jeunes H atiens vers la fin du XIXme et au commencement du XXme sicle. Selon les journaux de lpoque, il ny avait pas assez de produits dexportation. Les immeubles publics et les routes taient en mauvais tat. Le chmage et la misre rgnaient dans le pays. Les marchandises se vendaient des prix exorbitants. Les cranciers, hatiens comme trangers, voyant que le gouvernement hatien ntait pas en mesure de sacquitter de ses anciennes dettes, ont refus de lui renouveler laide financire. Les jeunes ont vite ralis que la prparation scolaire ne menait rien. 19 Les dix hommes noirs 55. 20 Les dix hommes noirs 56.

PAGE 115

115 Comme lillustrent l es personnages de ce pome, les Hatiens de cette poque voyaient mourir leurs rves sans possibilit de les concrtiser. Cest dans cette perspective que Dants Bellegarde a crit : Un vent de misre et de malheur venait de souffler sur nos rves et sur nos chimres Et puis taient venus les jours dangoisse et de douleur, les heures de tristesse sombre o nous vmes scrouler autour de nous et en nous, tout c e qui faisait autrefois notre force et nous donnait une raison de vivre 21. Daprs le journal intitul Le Soir paru le 31 juillet 1899, la situation conomique du pays tait si dgrade que le salaire des employs publics t ait rduit de 20% et reu en retard. De mme, dans la revue Jeune Hati un article publi le 14 juillet 1894 rapporte que la misre a conduit les femmes la prostitution. Seymour Pradel, aprs avoir lu les Dix Hommes Noirs dEtzer Vilaire, a crit : Ce pome est le procs verbal de ltat dme dune gnration dresse par un pote qui fut un observateur. Il reprsente une analyse aigu et juste de la crise morale qui, en 1900 -1901, faillit emporter toutes nos nergies : il reprsente peut tre luvre la plus caractristiq ue 22. Vilaire, par le biais de ses personnages montre que la vie hatienne de lpoque tait si douloureuse que la mort simposait en chappatoire. Si Vilaire fait mention de suicide dans son uvre, cest parce quil tait d actualit cette poque. Non seulement les gens sentretuaient dans les rues, mais en plus le suicide individuel faisait rage, entretenu par une situation conomique navrante. Dans un article publi dans le journal Le Soir dat du 28 juillet 1899, il est crit : On nous informe d un cas de suicide qui a eu lieu, il y a quelques jours, et dont la cause est la misre. Cest un jeune homme de 27 ans, employ public, qui las de souffrir, et oblig daccepter des 21 Bellegarde, Dantes. La Ronde, 5 mai 1898, 24. 22 Pradel, Seymour. Hati Littraire et Scientifiqu e, 20 aot 1912, 407.

PAGE 116

116 secours des curs gnreux, en est arriv cette terrible dtermination Avec ce pome, Vilaire met en scne les situations dont il a t tmoin. Cest dans cette perspective que Roger Gaillard crit: Par leur psychologie, les personnages dEtzer Vilaire sont donc bien de leur poque. Aussi ne doit on pas stonner que, dans leurs angoisses et mme leur dsir de mourir, nombre de lecteurs dalors se voient retrouvs 23. Le neuvime homme noir est un solitaire. Il se rend compte quil est un tranger, un exil au milieu mme de ses semblables. Il voit le monde comme un va ste dsert. Rien ne lintresse. Il se compare une ombre errante, une sorte de fantme. Il na aucun got pour les choses de la terre : Abominablement triste, incompris, unique, Je languis de chagrin en mon cur nostalgique. Mes regards par instinct cherchent dautres regards. Je ne vois quombre opaque et fantme s hagards24. Ces neuf hommes n oirs ont beau e ssay er de changer leurs conditions de vie, ils peroivent comme infernale leur situation quils ne supportent plus. Ils sont corchs Do vient leur rvolte contre tout. Comme lindique Martelly : En un sens, ce livre ambigu de Vilaire est annonciateur du dsastre en mme temps quil est un pome de laffirmation du sujet par la rvolte et par la mort 25. Si ces neuf hommes noirs optent pour la mort, cest pour quitter un monde qui ne leur offre rien, un monde de mchancet, dinjustice, de famine, de tyrans et de mpris. 23 Gaillard, Roger. E. Vilaire, tmoin de nos malheurs. ( Port au Prince : Presses Nationales DHati, 1972) 37 24 Les dix homm es noirs 56. 25 Martelly, Stphane. La notation dune agonie : Espaces subjectifs du dsastre dans l es dix hommes noirs dEtzer Vilaire. 322.

PAGE 117

117 Aprs avoir entendu la dcision prise par ses neuf compatriotes, le dixime homme noir, nomm Franck et qui es t le plus jeune, prend finalement la parole. Il reconnat les misres de ses amis et sidentifie eux. Il comprend que ses camarades veulent tous se suicider sur le champ. Touch par cette dcision funeste arrte par ses camarades, il essaie de les convaincre dopter pour la vie en disant : Sil ne vous reste ni le bonheur ni lor, Navez vous point quelquun qui vous chrisse encor ? Regardez donc autour de vous Quelle folie Quune furtive mort de vos jours vous dlie !... 26. Franck suggre que subsiste qu and mme quelquun ou quelque chose pouvant nous conduire aimer la vie. Il entend que mme si on ne veut pas vivre pour soi -mme, il faut vivre pour les autres car la socit a besoin de nous. Nous pouvons remplir des fonctions importantes dans la vie d es autres. Selon lui, les problmes servent nous fortifier et nous ne devons pas nous laisser emporter par les dboires de la vie : Mais les vieilles douleurs sont des motifs de vivre. Plus on est prouv plus on devrait poursuivre27. Franck insiste pour que ses confrres continuent se battre pour amliorer leur condition. Il croit que les problmes seront toujours l, mais il faut se montrer prt surmonter les obstacles de la vie. Il faut lutter et esprer : Cette vie est triste, oui mais elle est grande aussi. Cest un sublime instinct que ltrange souci De lutter, desprer, daimer, dtre et de croire En un rve ternel de splendeur et de gloire28. 26 L es dix homm es noirs 57. 27 L es dix homm es noirs 57. 28 L es dix homm es noirs 58.

PAGE 118

118 Ce st un homme qui garde lespoir jusquau bout. Il reste convaincu qu force de lutter et davoir confiance dans lavenir, lhomme peut amliorer sa situation. Il croit que mme au milieu de la dtresse, on peut aider ses prochains avoir du courage : Rend ons saint notre exil au pays des douleurs, Et cessons de pleurer pour scher dautres pleurs29. Franck, par son engagement, est diffrent des autres hommes noirs. Il est non seulement le dernier prendre la parole, mais aussi le seul qui survivra. Nous devons mentionner galement quil est le seul personnage nomm. Et son prnom est dune grande importance. Il drive de ladjectif Franc : qui ne dissimule aucune arrire p ense. Ce personnage de Vilaire est un homme qui fait preuve dune grande lucidit. Il analyse la situation dans le but de trouver la meilleure voie possible. Ce qui distingue Franck cest qu Il tait le plus jeune et le plus pensif 30. Malgr sa loyaut et son amour pour ses confrres, il refuse de se suicider. Cest un personnage qui pense la fois au pass, au prsent et au futur. Il conoit lide que la situation prsente doit nous motiver apporter des changements. Il parle en faveur de la vie. Il se rend compte que la mort nest pas une rponse aux problmes humains. Il voit dans le suicide un mauvais prtexte. Selon lui, il faut accepter la souffrance, savoir la supporter. Il enseigne que la souffrance est une preuve qui grandit lhomme. Il induit quen se tuant, on prive la socit dun de ses membres. Faisant partie de la socit, lindividu a des obligations envers ses semblables. En mettant fin ses jours, l'homme trahit sa mission sociale. Duraci n Vaval, dans ses Essais Critiques parus dans La Petite Revue (page 42), a crit concernant les Dix Hommes Noirs : Il dressait dun ct, 29 L es dix homm es noirs 59. 30 L es dix homm es noirs 57.

PAGE 119

119 ceux qui, courbs sous le poids de ces circonstances fatales, en sont venus jusqu dsesprer du prsent et de lavenir. De lautre, quelques -uns qui ont le fier courage de lutter entre eux et contre tous les obstacles runis Outre le dcouragement oppos la combativit, outre les diffrents tats desprit, ce pome de Vilaire dpeint en toile de fond les conditions dans le squelles voluaient les jeunes H atiens la fin du XIX me sicle. Un P ome Personnel ? En nous basant sur la biographie de lauteur, nous pouvons dire que Les dix hommes noirs est aussi un pome personnel. Comme ces hommes noirs, Vilaire a volu dans sa famille avec un sentim ent de frustration. Gaillard fait remarquer que lide de la mort a toujours hant le pote. Un docteur tranger avait annonc sa mort prochaine et cette ide est reste grave dans lesprit du petit Vilaire: Un mdecin, rput oracle, aurait, en effet, pronostiqu les dcs successifs de Benjamin Vilaire et de son frre ain Etzer, tous les deux alors gravement malades. Le thrapeute, ne stant point, hlas tromp pour le premier, on attendit ouvertement pour le second, le succs de la sinistre prdi ction31. Le Prsident Florvil Hyppolyte lui avait offert une bourse dtudes pour aller poursuivre ses tudes Paris, mais sa sant fragile ne lui a pas permis dentreprendre un tel voyage. Toutes ces dconvenues ont contribu fortifier langoisse du jeune pote. A linstar de ses personnages, il vcut des expriences amres. Il a connu une aventure douloureuse, une dception amoureuse, avec une femme du nom de Simone. Cette femme quil dsirait avoir pour pouse, la quitt. Cette rupture a laiss une cicatrice dans le cur du pote. 31 Gaillard 6566.

PAGE 120

120 De plus, lhostilit et la mesquinerie du milieu hatien voques par le pote ont t vcues par lui mme. Comme le cinquime homme noir (le pote), Vilaire a t mpris: On disait de moi que jtais un petit fou Ja i connu trs tt lincurable mchancet et la perfidie humaines, et cet atroce acharnement du monde contre tout ce qui scarte du commun 32. Le petit Vilaire montra it souvent son pre les pomes quil avait composs. Un jour, lun des amis de son pre b lessa le futur pote par un commentaire dsagrable lgard de la posie. Dans sa notice autobiographique Vilaire raconte: Un soir, un ami de mon pre lui dit, aprs avoir parl de moi : Les vers, a ne senvoie pas au march 33. Cela nous rvl e que le pote talentueux, mais mpris par ses contemporains mentionn par Vilaire, cest bien lui. De mme, le musicien sans audience qui essaie de jouer des chants mlodieux, cest aussi lauteur. En parlant dun autre ami de ses parents, il mentionne q ue : un autre formulait cet aphorisme, quand on me vit manifester un got particulier pour la musique : Tous les musiciens sont des paresseux 34. Ce sentiment de mpris, disolement, dabandon, Vilaire la ressenti ds son enfance o il endura diver s es vexations et cest ce quil nous restitue dans son pome. Il a subi, avant de les dcrire, les humiliations du musicien du et du pote incompris. On sait que Vilaire est un homme trs chtif. Il explique galement comment son apparence fait quil reoit parfois des propos vexatoires et humiliants de la part de certaines personnes. Dans sa notice autobiographique il mentionne que linspecteur qui devait linstaller comme professeur au Pensionnat de jeunes filles de sa ville natale, la regard de la tte aux pieds et la install avec mpris. 32 Vilaire, Etzer. Pomes de la mort (Paris : Fischbacher, 1907) XXVI. 33 Vilaire, 1907, XXVII 34 Vilaire, 1907, XXVI.

PAGE 121

121 Comme lindique Fignol : Cette crise, Vilaire la connue, la ressentie comme les autres, avec les autresCest donc son drame en mme temps que la dtresse des autres quil a fait passer dans ses vers 35. U n Pome R omantique Ce pome possde des accents mlancoliques qui font songer la posie romantique. Les dix hommes noirs peut tre considr comme une uvre romantique parce quon y trouve le moi, la passion, la plainte, lamour malheureux, le dsen chantement, la prcarit de la vie. L es personnages de Vilaire mettent en scne un je relatif dans lequel chacun peut se reconnatre. Ce sont des gens qui racontent leurs propres misres. Ils nous prsentent ce quils ont de plus intime. Ce sont des je unes qui, bouleverss par les tracas de la vie, se croient dj vieux. Ils sont marginaliss, crass par la politique et lconomie. Certains dentre eux souffrent dune mlancolie diffuse, dun ennui irrmdiable. Dautres se font remarquer par leur dse nchantement amer, leur solitude morale et leur besoin dvasion. Pour ces gens, la vie sur terre est exil, deuil, misre et souffrance. Comme chez les romantiques franais, leurs souffrances proviennent dune disproportion entre le rel et lidal. Ils sont insatisfaits. Le premier homme noir parle dune poque de dsillusion marque par des checs, des coups dEtat rats. Il ressent un profond malaise d la situation politique de son pays. Il se sent incapable de changer les vnements. Ce mme sentiment est prsent dans luvre de Musset. Dans sa Confession dun enfant du sicle, Musset parle de la dsillusion de la jeunesse aprs les dbcles de la Rvolution et de lEmpire. Ces jeunes se rendent compte que le monde est vide. Ils ont limpression 35 Fignol 111.

PAGE 122

122 quils ont travaill pour rien. Luvre de Vilaire entretient des liens trs troits avec certaines uvres romantiques. Comme lindique Dominique Rinc, Vigny est un pote qui a t du dans ses origines nobles, du dans sa carrire militaire qui ne mne rien, du dans son mariage comme dans ses liaisons amoureuses, du ds 1830 dans ses aspirations sociales et politiques 36. Comme Vigny, les personnages d e Vilaire ont vcu d es checs, d es rancurs et d es trahisons. Le musicien, le pote et le solitaire se sentent isols. Ils se considrent comme des maudits. Ce sont des dsesprs. Chez les potes romantiques franais comme chez Vilaire, le pote est dvaloris, isol, malheureux et incompris. Le dchirement permanent ressenti par le sixime homme noir r eflte ce qua prouv Musset37 dans son pome intitul Les Nuits Cependant, la fin du pome, contrairement au sixime homme noir, Musset ne se suicide pas. Comme Franck, il opte pour la vie. Il comprend finalement que la souffrance fait partie de l exprience humaine. Dans la Nuit dOctobre Musset crit: Lhomme est un apprenti, la douleur est son matre, Et nul ne se connait tant quil na pas souffert38. A travers les thmes quil aborde, Vilaire nous tend un miroir dans lequel se refltent nos aspirations, nos craintes et nos faiblesses. La Porte S ymbolique Dans ce pome de Vilaire, la nature mme re flte la scne dramatique. Les astres clestes, qui le plus souvent illuminent la terre, sont absents. Cest sous un 36 Rinc, Dominique. La posie Franaise du XIXe sicle. (P aris : Presses universitaires de France, 1995) 35. 37 Sa rupture avec George Sand marqua le commencement de ses douleurs qui durrent jusqu la fin de sa carrire potique. Il a du mal surmonter son chagrin. Son angoisse lempche dcrire. 38 Musset, Alfred. Nuit dOctobre Premires posies nouvelles (P aris :Gallimard 1976) 267

PAGE 123

123 invisible ciel 39 que se droulent les actions. Le coucher du soleil renvoie dj la mort. Le noir, comme lindique Vilaire dans ce pome, cest la couleur de la famine, du deuil, de la mort : Voici les cavaliers vtus de noir devant Limmense vranda dun grand btiment vide40 Lhabit noir que portent ces anciens soldats annonce leur deuil profond. Le premier homme noir utilise le xpression pain noir pour exprimer ses souffrances. Vilaire dcrit une atmosphre invivable (suffocante) ayant rapport aux institutions publiques, aux classes sociales et l'histoire de son pays. Cette vie insupportable conduit au dcouragement, la c orruption, la rvolte, la mort ou la folie. Avec ce pome, Vilaire tmoigne de la problmatique de lengagement des Hatiens. Il exprime son attachement lhistoire de son pays. Par exemple, cette vieille maison coloniale que lauteur appelle le d ernier des manoirs symbolise lle dHati, autrefois prospre mais dornavant appauvrie par suite des incendies, des pillages, des guerres et des flaux naturels. Elle suggre galement un pass douloureux. Elle renvoie la fois l'esclavage et la l utte pour lindpendance des hatiens. Avec ce pome, Vilaire fait deux choses. Premirement, il dnonce la mauvaise politique des Hatiens. Cest une politique qui avilit la lutte pour lindpendance. Deuximement, il attaque le discours patriotique de se s devanciers. Pour Vilaire, il ne suffit pas de parler des luttes menes par les aeux pour librer le peuple hatien. Lessentiel cest de se mettre debout pour changer la situation du peuple en pril. Le fait de mentionner la lutte pour lindpendance ne peut pas retirer le pays de limpasse o il se trouve. 39 Les dix hommes noirs 43. 40 Les dix homm es noirs 44.

PAGE 124

124 Les dix hommes noirs est un tmoignage, un compte-rendu des problmes qui ont ravag Hati. Cest une analyse srieuse des malheurs du peuple hatien. A travers ce pome, Vilaire exprime le sent iment de dsespoir qui caractrisait lesprit de beaucoup dintellectuels hatiens vers la fin du XIX me sicle. Comme le dit Samedi : Vilaire expose les problmes hatiens. Cest un lment de la conscience nationale. Il se met dans la peau de lHatien. Il pouse toute la substance de la crise nationale41 Le premier homme, voulant restaurer la paix et librer le pays de loppression, fut exil et a connu la faim. De l, Vilaire combat la politique courtisane. Lorphelin pour sa part, a fait tout ce qui tait en son pouvoir pour changer la situation de sa vie. Cependant, il nest pas respect des autres. Avec le septime homme noir, Vilaire attaque tous ceux qui troquent la libert, la vie de leurs amis contre des faveurs ou une fonction publique. Lon Laleau reconnat lampleur de ce pome de Vilaire. Dans son article De Pote Pote il affirme : Ce que le lecteur, distrait ou inverti, croit ntre que du pessimisme dbilitant chez Vilaire, nest, au contraire, quune protestation contre une mani re de vie que lon savait mprisable. (). Ce nest pas une uvre de faiblesse. Mais plutt, une preuve de courage et le cri dune gnration en dsaccord parfait avec son temps, son milieu et le systme de vie que lui imposaient des tres quelle dpassa it de tout le buste, par le cur et par la pense42. Aprs avoir montr la situation de ses contemporains, Vilaire va plus loin. Il condamne la dictature, labus de pouvoir et la trahison. Il prsente une mditation sur la vie et le suicide. Il expose que l e suicide nest pas le mode daction idal. Par le biais de Franck, il demande ses semblables de ne pas rester inactifs en face des obstacles de 41 Jowel Samedi. Propos recueillis Port au Prince le 12 juillet 2008. 42 Laleau, Lon. De Pote Pote Hati Journal 24 novembre 1948.

PAGE 125

125 la vie. Il les invite continuer lutter, sentraider, vivre et esprer. Il souligne que la souffrance fait partie de lexprience humaine. Dans les moments les plus difficiles, il faut garder la foi. Celui qui travaille sans se lasser et qui est anim dune vision, arrivera amliorer sa situation. La Mlope Lun des thmes importants que lon retrouve dans luvre de Vilaire est lesclavage. Contrairement ce que pensent certains critiques, Vilaire est un pote passionn de lhistoire de ses anctres. Dans son uvre, il passe en revue certains faits qui ont contribu lisolement et aux malheurs de son pays. Il se rend compte que lesclavage est lune des pires choses qui puissent arriver un peuple. Nombreuses sont les mthodes quil utilise pour exposer les gestes de lesclave, prsenter les arguments lancs par certains colons pour lgitimer leurs crimes et mettre laccent sur les luttes menes par les esclaves pour se dbarrasser du systme esclavagiste. La M lope par sa forme, son contenu et sa date de parution, mrite une attention soutenue. Avec cette uvre, Vilaire introduit lun des premiers pomes en prose dans la littrature hatienne. Notons que ce pome a t publi durant loccupation amricaine. Ce genre est appropri pour lide que Vilaire essaie de dvelopper. En passant de s vers la prose, Vilaire offre au public hatien une uvre qui se lit et se comprend sans difficult. Nous nous intressons cette composition potique parce quelle est non seulement le plus long pome de Vilaire ddi lesclavage, mais aussi une uvre emprunte de loriginalit du pote, qui traite du ne manire diffrente un phnomne connu (lesclavage). Avec ce rcit, lauteur plonge le lecteur dans les traitements inhumains infligs aux captifs et refuse la victimisation pour

PAGE 126

126 asseoir lidentit nationale. Sous ce dernier aspect, deux courts pomes dnoncent le colonialisme et compltent La Mlope. LEsclavage en D tail Avec La M lope (compose en 1919), Vilaire voque leffet quune chanson a sur lui. Il fait allusion la facult impressionnante de la voix en crivant: Cest trange, ce q uune voix peut voquer de choses, la multitude de jours et dmes qui peuvent tenir en vibration, avec leurs vnements et leurs douleurs, dans quelques notes, sous le vent de la nuit, en une rgion perdue, sans importance et presque sans nom 43. En co utant cette chanson, lauteur se rappelle lhistoire touchante des esclaves : leur traverse pnible sur le ngrier, leur arrive Saint -Domingue, leurs travaux forcs dans les champs et leurs multiples luttes pour se librer. Ce qui frappe dans ce pome, cest la faon dont Vilaire traite un thme connu (lesclavage) de faon diffrente. Il utilise une chanson comme un prtexte pour exposer lhorreur de la traite ngrire. En coutant cette chanson, le pote se plonge dans une vision et cest toute lhist oire de lesclavage qui lui apparat : Je vois dabord une troupe muette, vaincue sans combat, capture au profit de ceux qui font rapine dune race dhommes. Ils sont garrots ; chacun deux a le cou pass dans un carcan, que relie au suivant une tige de bambou leur tort, cest dexister 44. Nous observons une prolifration dadjectifs prcisant la situation dans laquelle se trouvent les esclaves : muette vaincue capture garotts Ce qui attire lattention du lecteur dans ce pome cest que Vilaire ne se contente pas de dcrire sa 43 Vilaire, Etzer. La Mlope La vie solit aire : pendant l occupation am ricaine (Port au Prince : Imp S minaire Adventiste 1937) 9 44 La Mlope 1937, 13.

PAGE 127

127 vision, mais offre en mme temps son interprtation, qui consiste en une dnonciation des mauvais traitements des esclaves. Dans ce pome, Vilaire expose la traverse pnible des esclaves de lAfrique Saint -Domingue. Il montre que cest sous une atmosphre touffante que ce long trajet seffectue. Ce qui est touchant cest que ces dracins, au milieu de cette situation dplorable, pensent leur tradition: Un chant, cest tout ce qui ce quils emportent avec eux de leur patrie perdue, un air aux paroles antiques, vestiges de quelque idiome depuis longtemps aboli 45. La chanson qui, chez eux, tait associe la victoire, la foi, la joie de vivre, devient maintenant une sorte dagonie : Un simple chant, cela ? Non ; mais la psalmodie dsespre, la marche funbre dune race, que ces infortuns excutent, en allant sasphyxier dans la cale du ngrier 46. Ce que le pote saisit dans sa vision, ce sont des gens qui, sans nom et sans avenir, sont la merci de leur s matres. Le ngrier est si encombr que les esclaves ont de la difficult sy tenir debout. Cette condition horrible entra ne la mort de beaucoup dentre eux : Ceux qui feront le miracle de pouvoir vivre l, deux mois aprs, y resteront tendus sur le flanc, ou accroupis, nuit et jour ; chair tasse, inerte 47. Nayant pas de choix, les vivants voient dans la mort une sorte de dlivrance: Ceux l sont heureux : ils meurent. Leur putrfaction en tue dautres; ainsi la mort propage la mort, lunique dl ivrance 48. Le pote dit que sur ce bateau infernal, les esclaves se plaignent non seulement de leur misre, mais se lamentent aussi de la disparition de certains de leurs semblables. Cest 45 La mlope 14. 46 La mlope 15. 47 La mlope 16. 48 La mlope 18.

PAGE 128

128 travers des pleurs quils expriment leur misre. Ce sont des s ans voix Les femmes et les enfants ne sont pas mieux traits. Le plus douloureux ce sont les multiples injures que ces malheureux essuient des matres: Vous ntes pas des hommes, tant des ngres, vous avez aussi moins de chance que la brute. Vos souff rances ne comptent pour rien 49. Le pote attire lattention sur le dialogue entre les colons et les esclaves. Ces derniers sont margin aliss. Ce sont des victimes du mpris et dinjustice. Le mpris est accentu travers lexpression Vous ntes pas des hommes Ils sont classs au rang des animaux Vous avez moins de chance que la brute Selon les colons, les Noirs sont faits pour la souffrance et nont aucun droit de se dfendre. Aprs avoir pass toute une ternit sur la mer, ces misrables arriv ent finalement Saint -Domingue. Et cest l que commencent pour eux les travaux forcs. Ils sont examins de la tte aux pieds pour savoir combien ils valent. Ceux qui ne sont pas en bonne forme : On les tue 50. Pour les marquer, faisant grsiller et fumer la chair nue, le fer brlant de ces empreintes, coll aux noires poitrines, y marquera pour toujours les initiales des acheteurs 51. Ces personnes, en tant quesclaves, sont ramenes au rang dobjets. Pendant que les planteurs et les fournisseurs ng ocient, ces dracins se contentent de regarder et entendre. Ils ne sont pas inclus dans la ngociation. Peu aprs, ils entament des travaux inhumains. Lorsque la cloche de lhabitation sonne, hommes et femmes jeunes et vieux, tous doivent travailler. Ils sont soumis non seulement des travaux bruts, mais aussi de strictes lois. La conversation est interdite entre les travailleurs. Louvrier qui parle en travaillant est fouett. La chaleur les touffe, mais ils nont pas de choix : 49 La Mlope 1617. 50 La Mlope 22. 51 La Mlope 22.

PAGE 129

129 Le sol envoie des ond es vibrantes qui suffoquent les pauvres hommes. Ils vont nu pieds sur un brasier ; la tte leur tourne dans cet embrasement de lair, du ciel, et de la terre. Il leur semble que tout leur sang se change en sueur quimporte ? Lusine attend. Quon se dpc he !52. Ils travaillent sans pause, sous le soleil comme sous la pluie. Ce qui est rvoltant cest que ces hommes font tous ces travaux lestomac vide : Le grant a fourni, pour toute la semaine, des provisions insuffisantes, vite puises et ces familles d esclaves ont fait leur travail de forat avec la faim dans le ventre53. Vilaire dcrit ltat physique des esclaves. Il insiste sur leur mauvaise sant, leur fatigue. Ils ne sont pas traits comme des tres humains, mais plutt comme des instruments de pr oduction. Leur condition de travail est infme. Ils vivent dans un monde tout fait comparable lenfer. Le travail est donc dur, pnible, rptitif et monotone. Ils dorment dans de mauvaises conditions. Les vieux dorment sur des planches les autres utilisent une litire de paille sur la terre battue Cette condition nfaste fait que certains des esclaves se rvoltent. Mais la rvolte en traine de grandes punitions. Ce pome montre les multiples mthodes utilises par les colons pour maintenir les Noirs dans lesclavage. Ils mettent dans lesprit des esclaves que la rvolte est un crime pour lequel il est normal dtre gravement chti. Vilaire raconte quun colon veut donner un exemple aux autres esclaves en tuant deux esclaves rvolts : Lun dentre eux avait un mal trange : la nostalgie de la libert. Cent fois il djoua la vigilance des grants: cent fois chapp de ses chaines, il erra sur les sommets inaccessibles tout autre qu lui, vivant de baies et de fruits sauvages, ou de dprdations hardies et de coups de main excuts la nuit. Pris, repris, souvent fouett jusquau sang, les pieds moiti broys 52 La Mlope 26. 53 La Mlope 30.

PAGE 130

130 dans les ceps, incorrigible, le sauvage, attir par le vent des hauteurs, ivre de vie libre, svadait toujours54. Le matre, pour mettr e fin laventure des Ngres marrons, dcide de les brler ou les enterrer vivant. Le premier esclave, aprs avoir fouill son trou d'enterrement, lance un sourire lassistance en attendant la mort. Il descend au fond de la fosse et sy allonge. On lenterre tout vivant. Lautre nattend pas quon le brle, mais se brle lui mme. Mais avant de se brler, il dit : Souvenez vous de ce que vous voyez. Cette fosse-l, ce feu-ci, vos morts, gardez tout dans vos curs fouillez sous eux, les maitres, un trou mille fois grand comme celui -l, mille et mille fois plus profond et enterrez l lesclavage. Vous tes assez forts pour cela. Ouile feu qui me tue, faites en une mer de flammes. Oui les champs, les usines, les cases, brlez tout !55. Il fait appel l a rvolte avant de mourir. Les colons ne comprennent pas le langage des esclaves, mais ils se rendent compte quils viennent dentendre quelque chose dextraordinaire. Etant en train dtre brl, le marron chante une chanson disant : lib! moin lib 56 (Libre, je suis libre!). Ce qui frappe dans ce pome cest la technique utilise par Vilaire pour voquer lhistoire de son pays. Par le biais dune chanson, il se rappelle une histoire qui lui fut raconte, ou quil a lue dans un livre. Si chez Proust ce st le got qui dclenche le souvenir, chez Vilaire cest loue qui le fait. Le pote explique ce qui lui arrive en disant : Voil tout ce que j'ai vu en esprit; voil ce que m'ont voqu les voix qui chantent en chur quelque part dans ces bois 57. 54 La Mlope 34. 55 La Mlope 36. 56 La Mlope 38. 57 La Mlope 38.

PAGE 131

131 Dans La Mlope lauteur raconte la travers e pnible des esclaves sur le n grier. Ce pome relaie le cri ou chant des esclaves pour plaindre leur sort durant leur terrible voyage St -Domingue. Il montre la brutalit de lesclavage des noirs travers l excution de certains dentre eux. Avec ce p ome, Vilaire expose lhorreur de lesclavage et la duret de cur des colons. Nous ne pouvons pas passer sous silence linnovation quapporte Vilaire dans le discours contre lesclavage. Dans son pome, i l intgre le rle jou par les chefs africains dans le commerce esclavagiste. Cest un pote qui refuse le discours de la victimisation. Il expose les crimes commis par certains Africains en trahissant leurs frres: La cupidit cosmopolite de tous les cumeurs des tribus africaines a longtemps collabor cette invention de la gele flottante 58. Vilaire rend responsables les Africains qui, dans le but de gagner de largent ou des terres, vendent leurs semblables aux colons. Il dnonce la trahison de certains Af ricains et value la consquence catastrophique dune telle action en exposant la misre des esclaves dans les plantations dans ce pome. LHonneur dun Peuple (LAnti -Colonialisme A ffirm) Aprs avoir montr la misre des esclaves, Vilaire dcrit les dm arches entreprises par certains dentre eux pour amliorer leur condition. Il montre la renaissance de lhomme noir. Il cite par exemple Dessalines et Toussaint comme grands chefs de la rvolution hatienne. Ces hommes sont prsents comme d es tres courag eux, des martyres quil faut rhabiliter, auxquels il faut rendre hommage. Il sattache profondment ses anctres. Il leur rend un mouvant hommage. Selon lui, il faut admirer la grandeur de leur caractre. En parlant de Toussaint, il crit : Il prendr a les ailes de la victoire pour enlever St -Domingue aux traitres envahisseurs ; et plus actif 58 La Mlope 16.

PAGE 132

132 encore dans la paix que dans la guerre, en un clin dil, il lui forgera ensuite, avec ses lois, une tonnante prosprit 59. Il laisse comprendre que la France est blouie en entendant parler de cet esclave. Il souligne la rsistance des esclaves en mentionnant leur alphabtisation clandestine. Il rappelle quun multre du nom de Piquion distribua des livres aux esclaves et leur apprit lire clandestinement : Reni par son pre, il se retourne mu dune compassion infinie, vers les milliers de frres obscurs que lui prsente lesclavage. Cest ainsi quil vient la nuit, en secret, instruire, au pril de sa vie, les habitants de cette case 60. Le pote, en menti onnant Dessalines, Toussaint et Piquion, atteste que la libration des esclaves fut possible grce aux luttes menes tant par les armes que par lducation de la masse servile. La Mlope est une mditation potique sur le colonialisme et lesclavage d ans laquelle il dnonce linjustice des colons lgard des esclaves. Ce pome de Vilaire rappelle par son caractre dnonciateur, le pome Melancholia de Victor Hugo. Dans ce pome, Vilaire c ritique la socit coloniale, dnonce les horreurs de lesc lavage et du racisme. Il associe les actions des colons des actes criminels et barbares. Faire travailler des gens dans de telles conditions est intolrable. Si Vilaire invoque ce drame cest pour mettre en garde contre loubli. Il cherche toucher le l ecteur, lmouvoir. Il emploie des termes qui provoquent des motions intenses. Il rappelle le caractre nfaste de lesclavage, la misre des esclaves dans les champs et les multiples dmarches entreprises par les esclaves pour se librer. Comme nous le montrerons plus loin, si ce nest dj dmontr, Vilaire est bien un auteur qui se soucie de son histoire et qui ne veut pas quun tel pisode se rpte. 59 La Mlope 28. 60 La Mlope 31.

PAGE 133

133 Cette ide de Vilaire de pousser ses semblables lutter contre le colonialisme est prsente dans toutes ses uvres. Le Flibustier par exemple est un pome qui, compos entre 1895 et 1896, qui traite de la rvolte, la protestation du pote contre le systme esclavagiste. Dans ce pome, Vilaire met en scne un jeune homme solitaire du nom dArgan. I l est issu dune famille bourgeoise dont il fustige le mode de vie et de pense. Il a perdu la fleur de lge ses parents. Il pouvait, comme les autres personnes de sa classe sociale, vivre ct des grands, mais refuse de le faire. Cest dans laventur e quil prend son plaisir : Certes il et pu briller la cour dans le monde, Sil net plutt aim. Linconstance de londe61. Ce pirate naime pas le systme colonial. Ami de la libert, il prfre vivre sur la mer pour se librer des problmes du monde. Il mprise tout : peuple, roi, prtre, amour, politique. Il na pas de carrire, mais parcourt le monde entier la recherche de laventure. Il ne sattache rien. Il considre le monde comme un spectacle odieux Il naime ni la noblesse, ni les gens orgueilleux. Son intention est de lutter contre la colonisation: Non jamais, jamais, je veux quand il me pla t, Attaquer l Espagnol, djouer son attente, Servir le faible aux jours de qui lEurope attente, Librer l Africain, avilir dun soufflet, La force usurpatrice et mimer par lpe Son empire tremblant sous ma force usurpe62. Ce jeune homme se rend compte que les Espagnols profitent de la faiblesse des Africains pour tirer deux de meilleurs profits. Il se met du ct des faibles pour 61 Etzer Vilaire, L e flibust ier Le Flibustier : essai de roman en vers. Homo : vision de lenfer (Port au Prince, F. Smith, 1902) 71. 62 Le F libustier 1902, 116.

PAGE 134

134 combattre lin justice. Il mprise la conduite des personnes de sa classe sociale. Jug infrieur par certains dentre eux, il connat ce quest le mpris. Voil pourquoi il se met lutter pour lmancipation des Noirs : Tout me rvolte, moi, car jai tout vu de prs Ce qui me surgit du fond des choses, cest limmonde La vie est un hideux champ de carnage. Un monde Meurt cras par lautre ; aptre du progrs, Des royaumes chrtiens, de rivage en rivage Vont trainant aprs eux la mort et lesclavage63. Avec ces vers, Vilaire dnonce l hypocrisie des colons qui, ayant la Bible en main et sous prtexte de civiliser le monde, rduisent les hommes en esclavage. Si le pote fait rfrence l Eglise dans son pome, cest peut tre parce que cette dernire a jou un rle capital dans le dveloppement de lesclavage. Certains prt r es ont fait sentir aux esclaves quils devaient obir leurs matres car la Bib le recommande lobissance, la soumission. Dans Rapaces (1910), cest travers de multiples mtaphores que Vilaire expose lhypocrisie et la mchancet et lavidit des colonisateurs. Le titre mme de ce pome est trs suggestif. Selon le nouveau Pet it Robert (2007), rapace signifie: Qui aime le gain lexcs, qui cherche senrichir rapidement et brutalement, au dtriment dautrui Avec ce pome, Vilaire montre une srie dhommes qui profitent de la faiblesse ou de limpuissance des autres pour senrichir. Ils mprisent les faibles et veulent profiter de tout. La ruse de ces hommes est invoque travers les vers suivants : Cest merveille que votre tact Vous lavez acquis au contact De Mphistophls lui mme. Votre raffinement vous vaut, 63 Le Flibustier 116.

PAGE 135

135 De qui mme en souffre, un bravo. Vous avez linstinct suprme Oui lpre et fauve instinct des loups, Vous le pratiquez dans les coups Que si doucement vous nous faites. Vous oprez avec entrain, Mais sans bruit, de cet a ir serein Et convaincu des prophtes64. Lallusion faite Mphistophls indique le caractre satanique de ces hommes leur pacte avec l e diable en particulier Car Mphistophls est lincarnation mme du diable. Le pote assimile ces hommes au diable et aux loups. Comme le diable, les loups sont mchants et russ. Ils savent comment manipuler les autres pour les mettre leur service. Le pote dnonce la barbarie des colons. Selon lui, ce sont des individus experts en cruaut et qui font de la bassesse et la mchancet leurs outils : Bte de proie et de cur sec, Avec les griffes et le bec Mesurs votre fringale, Notre sang est votre trsor, Et vous le tr ansmuez en or ; Et seul le gain vous rgle65. Avec les vers ci -dessus, le pote illustre la convoitise des colonisateurs. Ce so nt des gens insatiables, capables du pire pour senrichir. Ils sont insensibles aux misres des esclaves. Ils incarnent le mal, la mchancet sans merci. Tout ce dont ils ont besoin cest de largent; peu importe les moyens quils utilisent pour sen procurer. 64 Etzer Vilaire, Rapaces Nouveaux pomes Les voix Terre et ciel Au del Fantaisies potiques ( France: Imp. Peyri ller, Rouchon & Gamon], 1910) 171. 65 Rapaces 1910, 172.

PAGE 136

136 Dans sa posie, Vilaire ne se contente pas de manifester sont dgot du systme esclavagiste, il attaque galement les Hatiens complices qui contribuent au dshonneur de son pays. Certains dentre eux ont trahi leur p atrie: Que de fois malheureuse, et par tes enfants mmes Trahie et pitine, exhalant les blasphmes ; Si prs d e ton berceau de larmes et de deuil Que tu rougis du sang de la France tonne, Que de fois, te sentant perdue peine ne, Tu crus voir lombre dun cercueil66. Comme ces vers lindiquent, Vilaire refuse le discours de la victimisation. Les expressions utilises par le pote telles que: tes enfants mmes trahie et pitine montrent qu e certains Hatiens sont galement responsables des crises de toutes sortes qui bouleversent son pays. Ces individus se mettent parfois du ct des ennemis du pays pour semer la terreur. Ils se contentent de gagner de largent aux dpens de leur nation. Vilaire condamne une telle attitude. Dans Nos Erostrates lauteur sadresse aux oppresseurs de son pays. Les gens qui, sans remords et sans honte pillent les caisses de lEtat et maltraitent les citoyens. Pour ces politiciens, le carnage est une fte. Ils utilisent la trahison comme cheval de bataille. En se servant de la loi et de la parole de Dieu, ils justifient to utes leurs mauvaises actions. Vilaire les rend responsable s des flaux sans nombre de son pays: Etres cent fois maudits, cest bien, recommencez Tuer a pour vous tant de charmes ; Tuez !... De lor, vous nen aurez jamais assez, Dtro ussez nous Criez : aux armes En invoquant le droit, les saintes vrits, Le martyre de notre race. Drapez sous le manteau sacr des liberts 66 Vilaire, Etzer. Pomes de la mort. ( Paris : Fischbacher, 1907 ) 293

PAGE 137

137 Votre insolence et votre audace !67. Celle -ci consiste dire que ces hommes tuent leurs semblables pour des raisons financires et politiques, toutes relatives leur gloire, mme sils prtendent agir pour le bien de leur pays. Vilaire attaque les hypocrites qui, tout en utilisant des slogans patriotiques, poussent le pays vers lab me. Ils maltraitent et dnoncent leurs semblables pour en tirer profit. Le pote avoue que, contrairement certains de ses contemporains, il na rien fait pour mettre le pays dans ltat o il est: Je nai rien contribu aucun de ses maux, en rien complice, en tout victime, oh! si je pouvais, pour la postrit, me dresser comme un justicier en face de ses bourreaux petits et grands! 68. Pour le pote, les diverses erreurs de certains de ses compatriotes ont donn naissance cette situation chaotique: Tout n' y accuse t -il pas toujours, notre lchet et notre corruption? Nos fautes ont servi de prtexte la convoitise trangre ; nont elles pas servi davantage couvrir la trahison de beaucoup de nos frres ? Hlas ny en a -t -il pas eu qui, avec des sarcasm es, un ricanement infernal, se sont rangs parmi les contempteurs, pendant la prise de position de ce qui tait lespoir de lavenir, le legs miraculeux du pass ?69. Avec cette citati on, Vilaire condamne les H atie ns qui se sont mis du ct des Amricains durant la prise dHati en 1915. Ces hommes, au lieu de dfendre la patrie, ont reu de largent de la part de loccupant pour dnoncer les complots, aider capturer les rvolutionnaires et intimider les combattants. C'est donc en rfrence des faits r els que Vilaire crit ces vers Antoine Pierre-Paul, en parlant de la trahison dun de ses compatriotes durant loccupation amricaine, a crit : Cicron Dimanche me 67 Trouv dans Charles, Chris tophe Philippe. Etzer Vilaire : sa vie, son uvre. (Port au Prince : Editions Choucoune, 2003) 92 93. 68 Etzer Vilaire, Miserere La vie solitaire : pendant l occupation am ricaine (Port au Prince : Imp S minaire Adventiste 1937) 47 69 Miserere 1937, 49.

PAGE 138

138 trahit et trahit son pays pour quarante dollars que le colonel Waller ma dit lui avoir verss pour faire avorter la prise darmes 70. Selon Vilaire, le cas de son pays est grave. Cest un pays isol et mpris. En parlant de la nati on hatienne, il mentionne qu Elle est bien force de rester elle mme, part, une et seule, puisque le monde la maltraite, lignore, la mconnat, la mprise, puisquelle a t et quelle demeurera une victime consciente, une sacrifie capable daccuser et de condamner le prjug et la haine qui la supplicient. Ceux de ses fils qui ont dsert sa seule cause nont ni le droit ni le pouvoir de rpondre delle71. Vilaire affirme ainsi que son pays, bien quhumili et mconnu, est la terre o la libert des Noirs a vu le jour. Ce pays est le symbole de la lutte contre le racisme et le colonialisme. Il laisse compr endre que les Hatiens qui ont trahi Hati ne sont pas dignes de la reprsenter, de prendre des dcisions en son honneur. En dautres termes, il suggre que seuls les citoyens engags ont le droit de se prononcer sur le sort dHati. Le Pote Politiqu e et LO ccupation Amricaine Un a spect crucial de Vilaire, cest quil nest pas seulement un pote, mais aussi une figure politique. Sur le plan ducatif comme dans le domaine gouvernemental, il fait preuve dintgrit. Cest dans cette perspective que Berrou a crit : Etzer Vilaire a presque toujours partag son temps entre la littrature, lenseignement, la judicature et lexercice de la profession davocat 72. Ce quil dfend dans sa posie, ses actions le confirment. Il occupe divers postes dans le but de changer la situation de son pays. En 1878, il est directeur dune petite cole primaire Jrmie. En 1891, devenu avocat, il 70 Pierre Paul, Antoine. La premi re protestation arm e contre l intervention am ricaine de 1915 et 260 jours dans le maquis. ( Port au Prince, Hati: Impr. Panorama, 1960 ) 12 71 Etzer Vilaire, Colloque ultime La vie solitaire: pendant l' occupation am ricaine (Port au Prince: Imp. S minaire Adventiste 1937) 110 111. 72 Berrou, 1975, 83.

PAGE 139

139 fonde un journal littraire, qui ne dure pas longtemps, appel LA miti avec la collaboration de limprimeur Desquiron. En 1904, il occupe le sige de Ministre public prs du tribunal civil de Jrmie. Charles c ite Fignol qui remarquait quen occupant ce poste: Il sacquitte de sa tche avec une conscience et une honntet scrupuleuse 73. Partout o il se trouve, il opte pour la justice. Pour avoir pris en charge la cause du peuple, il provoque la colre du commandant militaire et quitte son poste. En 1905, il est nomm directeur du lyce Nord Alexis de Jrmie. Il travaille darrachepied pour faire de cette cole un cent re cul turel en invitant les lves lire et produire des uvres. A cette poque, il collabore galement une revue du nom de Hat i littraire et scientifique Vilaire e st un H atien trs fier de son peuple. Loccupation amricaine date de 1915 l a compltement boulevers. Calin en parlant de la Rsistance durant la guerre entre la France et lAllemagne a crit: [] the primary function of poetry was to express a public, political voice, to be directed outward, toward the community. The war years brought to poets themes and ideas of patriotism, rebellion, and freedom, of heroism and self sacrifice, of policy, and history -that had ceased to share the limelight for some time74. En tudiant luvre de Vilaire, nous remarquons un lien troit entre la posie et loccupation, la guerre et le champ littraire. Durant loccupation amricaine, Vilaire ne produit que des pomes en prose. En prenant une telle position, le pote offre une uvre accessible, capable de toucher toutes les couches de la socit. S on recueil (de pomes en prose) intitul La vie solitaire durant loccupation amricaine expose les 73 Charles, 2003, 11 12. 74 Calin, William. In Defense of French Poetry: An Essay in Revaluation ( Univ ersity Park: Pennsylvania State University Press, 1 987 ) 145.

PAGE 140

140 problmes de lheure et invite les Hatiens prendre en main leur destin. Pour bien comprendre la frustration du pote, il est utile dexaminer cette priode douloureuse de lhistoire dHati en passant en revue les abus manifestes des forces occupantes qui conduiront les plus courageux la rvolte. LOccupation Amricaine et ses Mesures V exatoires Avant lintervention de la marine amricaine le pays connut des moments difficiles causs par une instabilit politique, des rvolutions, des dsordres et des coups dtat. Comme le dit Blancpain : De 1843 1915, vingt deux chefs dtat se succdrent. Un seul dentre eux, Nissage Saget, termina son mandat la date constitutionnelle. Cinq moururent en fonction, de vieillesse ou de maladie, et seize virent leur mandat court qui se termina par lexil, ou mme par lassassinat pour deux dentre eux 75. Cette poque est caractrise par le pillage des fonds publics par les Amricai ns avec le soutien de quelques H atiens. Ils procdaient par emprunts, meurtres et chantage. L es Amricains ont grandement particip linstabilit et au malheur dHati. Alain Turnier, en parlant des Amricains vivant en Hati, cr it : Ils sont les artisans de nos discordes civiles : on retrouve leur main dans presque toutes nos luttes intestines. Ils fournissent de largent aux mcontents pour les inciter la rvolte et, linsurrection une fois proclame, ils sempressent de prt er au gouvernement les sommes ncessaires pour les combattre76. Pour ces hommes, linstabilit dHati reprsente la source de leur richesse, la promesse de leur conqute. Sous prtexte daider Hati maintenir lordre et tablir un gouvernement stable, l es forces armes amricaines manuvrent pour prendre possession du pays. Ainsi, aprs une entrevue avec des reprsentants diplomatiques 75 Blancpain, Franois. Hati et les Etats Unis 1915 1934 : Histoire dune occupation. (Paris : LHarmattan 1999 ) 14 76 Turnier, Alain. La socit des baonnettes. ( Port au Prince :Le Natal 1985) 183 184

PAGE 141

141 franais et anglais, lAmiral Cape rton fait dbarquer ses soldats Port au -Prince le 28 juille t 1915. Ces soldats amri cains voulaient ils vraiment restaurer la paix et aider Hati sortir de son impasse ? En ralit les Amricains mditaient une telle occupation depuis 1847. Ils attendaient tout simplement le moment propice pour agir. Depuis 1912, ils savaient quHati tait en train de ngocier un emprunt de 2 millions de dollars avec lAllemagne. En retour, lAllemagne aurait le contrle de certains ports, de la Douane et un dpt de charbon au Mle Saint -Nicolas. Le secrtaire dEtat Lansing, en parlant de loccupatio n, avoue que: It was designed to prevent the Germans from using Haiti as a submarine basis 77. De l, nous voyons que linstabilit dHati ntait quun prtexte au service dune plus grande cause. Le problme de fond demeure que lindpendance dHati fournirait un exemple pour les autres peuples coloniss. Les Amricains le savaient trs bien et cest la raison pour laquelle ils refusrent de reconnatre lindpendance dHati proclame depuis 1804. Pour isoler Hati, ils ont empch la dlgation hat ienne de participer la confrence des Rpubliques Amricaines Panama en 1826. Dash explique bien la politique amricaine en crivant : The spirit of the Monroe Doctrine was the ultimate rationale for control of the Caribbean. This had more to d o with commercial expansion than with bringing enlightenment and democracy to Haiti. Indeed, well after the threat to hemispheric stability had passed with the end of the war in 1918, the Occupation continued78. Une fois arriv en Hati, lAmiral Caperton commena exercer son pouvoir. Il prsenta un contrat au parlement hatien et demanda quil soit ratifi tout de suite. Les 77 Cit dans Nicolas, Hogar. Locc upation amricaine dHati : La revanche de lhistoire. ( Madrid : Industrias Graficas Espaa, 1955) 139. 78 Dash, J. Michael. Literature and Ideology in Haiti, 19151961. (N.J : Barnes & Noble Books, 1981) 46 47.

PAGE 142

142 dputs refusrent de signer cette Convention. A partir de ce moment les menaces de toutes sortes se multiplirent. Toute personne osant pr otester contre la Convention tait perscute : On vit dfiler devant le capitaine Williams des patriotes hatiens dont le seul crime tait de ne pas vouloir accepter les conditions humiliantes du projet de Convention 79. Lorsque les forces amricaines s e rendirent compte que le gouvernement hatien sopposait la signature du contrat : Caperton fit saisir tous les fonds de lEtat qui se trouvait en Banque, et refusa systmatiquement de payer aux grands fonctionnaires du gouvernement leurs moluments 80. Les Amricains ntaient disposs aucune concession. En utilisant la force et le chantage, ils cherchaient pousser le gouvernement hatien signer la Convention de 1915 par laquelle ils prendraient le contrle du pays. Louis Borno, lun des m inistr es hatiens, dans une lettre adresse aux Amricains, sest plaint de cette manire : Le commerce et lindustrie agonisent. Les fonctionnaires publics ne sont pas pays. La souffrance est partout. Cest donc dans de telles circonstances, un devoir imprieux pour la banque daider le gouvernement, mais elle refuse moins que le gouvernement naccepte des conditions humiliantes pour la nation et contraires notre constitution81. LAmiral Caperton ne prta aucune attention la dolance des H atiens. Le 12 aot 1915, il fit lire le prsident Philippe Sudre Dartiguenave. Sous la pression des circonstances, le 16 septembre 1915, Louis Borno signa la Convention qui donna une base lgale loccupation. Sans perdre de temps, lAmiral Caperton prit en main les a ffaires militaires, juridiques et financires du pays. Et enfin, certains Hatiens comprirent que cette convention, prtendument tablie pour raffermir et resserrer l es 79 Bellegarde, Dants. La rsistance hatienne : rcit dhistoire contemporaine. ( Montral : Editions Beauchemin 1937) 39 80 Nicolas, 1955, 143. 81 Cit dans Blancpain, 1999, 33.

PAGE 143

143 liens damiti entre Hati e t l es Etats -Unis, ntait autre quune arme retourne contr e le peuple hatien. Le rtablissement de la paix et lassurance de la scurit promis par ces hommes ntaient que mensonges. Durant cette priode, la gendarmerie dHati est organise et commande par des officiers amricains. Sur le plan politique, administratif et gouvernemental, les occupants ne sinvestissent en rien pour amliorer la situation du peuple. Il est vrai que les Amricains apportrent des changements du point de vue des infrastructures, mais les travaux furent raliss par des spcialistes amricains. Et pour effectuer de tels travaux, les H atiens ont t forcs demprunter de largent aux Amricains. Cette somme servit en grande partie payer des crances amricaines. Nicolas en analysant le gouvernement h atien durant loccupation prcise: un pouvoir excutif qui ne peut rien excuter, un lgislatif qui ne peut rien lgifrer, un judiciaire qui ne peut pas dcider en toute libert 82. Ce qui dclencha la colre des individus, fut le mpris affich des Amricains lgard des p aysans hatiens. Dans le but de construire des routes, ils remirent en vigueur la corve83. Ils ordonnrent aux paysans de travailler non seulement en dehors de leur district, mais encore bien audel du temps fix par la loi. Comme lindique Blancpain : Tout au contraire, les Amricains usrent de ce systme de corve de la faon la plus large et, parfois la plus brutale qui rappelait douloureusement le temps de lesclavage 84. Des travailleurs taient amarrs comme des btes pour aller aux travaux forcs A Mirebalais, tout le monde tait oblig de participer aux travaux. Ceux 82 Nicolas 229. 83 La corve est une loi selon laquelle les paysans dHati doivent travailler six jours par an pour la rparation ou le maintien des routes dans les sections o ils habitent. 84 Blancpain 96.

PAGE 144

144 qui refusaient de travailler devaient payer une somme de quatre gourdes ($0.80) par jour. Roger Gaillard dans Les blancs dbarquent rappelle que plus de 10,000 Hatiens ont t tu s durant loccupation. Nicolas, pour sa part, dcrit la condition infernale d ans laquelle se trouvrent les H atiens du temps de loccupation en crivant: De 1918 1920, plus de 4.000 morts ont t enregistrs dans les prisons par suite dune pidmie de petite vrole, de mauvais traitements et de manque de nourriture. Au camp amricain de Chabert, il y avait 5.475 prisonniers. Une moyenne de 5 mourrait journellement Port auPrince et au Cap -Haitien 85. Ces hommes, qui prtendaient prcher la paix et la justice ne firent que maltraiter les H atiens. Ils redoutaient les tribunaux hatiens parce que ces derniers connaissaient et pouvaient juger leurs actes odieux. Pour imposer leur occupation, ils rduisirent le nombre de juges dans le pays. Certains juges mme ont t rvoqus pour stre montrs hostiles leur projet. Comme nous le montrerons plus loin, Vilaire tait juge lpoque mais il a dmissionn cause des injustices dont il tait tmoin. La R volte Voil la situation dans laquelle se trouve Hati durant loccupation amricaine. Face une telle situation, les intellectuels hatiens plaidrent la cause de leur pays. Douze jours aprs le dbarquement des Amricains, Georges Sylvain, avec dautres patriotes (comme Etzer Vilaire), forma LUnion Patriotique pour rsister loccupant. Ils reprochaient au gouvernement hatien sa faiblesse devant loccupation. Comme signe de protestation, Sylvain crivit : Au sujet de lintervention des Etats -Unis dont il nest permis aucun H atien de se dsint resser, voici quelle sera notre attitude : protestation contre labus de la force, contre la violation du droit des gens ; rvolte du fait de loccupation tant que les conditions nen seront pas mieux dfinies Mais, si, comme les procds employs semblent lindiquer, cest, plus ou 85 Nicolas 195.

PAGE 145

145 moins dguis, le protectorat, avec les consquences que logiquement il implique, nous nous en tiendrons la revendication de notre droit viol86. Ces hommes dnoncent, preuves lappui, les mfaits de loccupation amricaine. Ils font connatre au monde les misres infliges Hati. Les A mricains ne se contentent pas alors de maltraiter les paysans, ils violent des jeunes filles et expriment ouvertement leur mpris des Noirs : La plupart des amricains taient originaires du Sud particulirement du Mississipi ; ainsi ils affichrent un mpris total pour les Hatiens. Les prjugs sinstallrent visires leves, lon construisit des clubs o aucun Noir ntait accept pas mme le prsident de la Rpublique 87. Nombreux so nt les critiques qui rvlent le racisme des Amricains. Comme lindique Blancpain: Au reste, il tait assez dans lesprit du temps que Mac Ilheny (conseiller financier), blanc de Louisiane, traitait les Hatiens noirs avec le mme mpris quil affichait lendroit de ses compatriotes noirs 88. Schmidt de son ct remarque chez ces Blancs The belief that Haitians were inherently inferior89. Tmoin de lhumiliation de ses frres durant loccupation, Vilaire essaie de pousser ses compatriotes la rflexion. Comme le souligne Baridon: Etzer Vilaire, en septembre 1915, donc peu de temps aprs lintervention arme, prend courageusement position dans lunique organe dopposition de lpoque : Hati intgrale 90. Il explique quil faut continuer travaill er. Selon lui, beaucoup de choses ont chang, mais lesclavage na pas compltement disparu. Il se manifeste sous dautres formes : 86 Sylvain, Georges. Dix annes de lutte pour la libert. T ome1 ( Port au Prince : Deschamps 1955 ) 6. 87 Jean, Eddy Arnold, and Justin O Fi vre Le 20 i me si cle haitien (Port au Prince : Editions HatiDemain:. 2002 ) 12 13 88 Blancpain 127. 89 Schmidt, Hans. The United States Occupation of Haiti. ( USA :Rutgers University Press 1971) 10 90 Baridon 12.

PAGE 146

146 [] Les apparences seules varient, et seules sont nouvelles les appellations de ces choses plus tristes que la mort. Sous des figures modernes, les mmes reviennent [] Rpondez parias de la terre Parlez, vous les derniers ns de ce sang africain criminellement dispers, rpandu par toutes les routes de lunivers, sur les terres vierges du continent et des les, pour tre, pendant plus de trois sicles, transmu en cet or dont se sont enrichis lhomicide orgueil et les sanguinaires convoitises de lEurope!... l'opprobre, le mpris et la haine invraisemblablement conjugus contre la pauvre race, en chacun de ses superbes ennemis; le prjug qui crase de son poids implacable, qui touffe la voix, celle mme des larmes; la violence spoliatrice qui trangle, qui tue en masse; ce sont l les faces retournes et les derniers noms de la cupidit ngrire et de l'esclavage 91. Le pote avertit que les choses changent en apparence. Il veut que les Noirs se mfient de cette apparence trompeuse. En utilisant limpratif : R pondez Parlez il invite ses frres se lever pour plaider leur cause. Selon, lui, il y a encore du travail faire. Les ides prconues de certains Blancs concernant les Noirs demeurent encore. Il est vrai quon a aboli lesclavage, mais le mpr is, la haine, le racisme et la violence continuent empcher le progrs des Noirs dans le monde. Aux yeux de Vilaire, les Noirs ne doivent pas rester indiffrents face une telle situation. Cest un pote anticapitaliste. Selon lui, ces pays, au lieu de travailler ensemble pour amliorer la situation des malheureux, sefforcent de senrichir, mnagent leurs seuls intrts et profits. Dans Miserere (compos en 1916), il dnonce la mauvaise politique des grandes puissances du monde en crivant : Et ces t au nom de cette civilisation monstrueuse, ruine dans ses principes, perdue en son essence ; au nom de lordre absent du monde, o le flau des ambitions vnales et plates a tout boulevers ; et encore en invoquant les propres intrts de ceux quon oppr ime, que les grandes puissances -infrieures comme tous les rapaces exploitent l'envi les garements de la faiblesse, marquent chacune sa proie, se partagent ou se disputent les restes pantelants et, odieusement actives et jalouses les unes des autres, courent de tous cts trner par la violence dans des foyers arrachs leurs possesseurs. Et les conflagrations de leurs convoitises 91 La M lope 1937, 39.

PAGE 147

147 armes et rivales, plus funestes que tous les cataclysmes possibles, font mille fois plus honte lhomme et plaisir au dm on que les aveugles agitations ou la torpeur sombre des primitifs92. Pour Vilaire, les grandes puissances du monde ne font quexploiter les petits pays. Guides par lesprit de domination, elles font pe u de cas des principes quelles invoquent Elles tromp ent ces petits pays en leur promettant des supports de toutes sortes. Mais en ralit, elles les appauvrissent en prenant le contrle de leur march et en les rendant dpendants de leurs propres produits. Pour contrler ces pays, elles manipulent leurs gou vernements, influencent la masse et organisent mme des coups dEtat contre les chefs qui refusent de suivre leur agenda. Le pire est que ces grandes puissances se battent entre elles pour conserver leur main mise sur ces petits pays dont elles profitent d es richesses. Vilaire condamne une telle attitude. Cest un pote qui sinforme sur lhistoire de son peuple et rflchit sur ce quil voit. Il conseille ses semblables de se prparer lutter contre linjustice. Il comprend bien le conflit entre dominan t et domin. Il voit dans la Convention impose son pays par les forces amricaines une servitude morale. Il considre les Amricains comme les pillards des matires premires et des ressources nergtiques des autres peuples. Cest un gouvernement qui s e contente de fixer des normes au reste du monde, peu importent les moyens utiliss pour atteindre ses objectifs. Vilaire ragi t aux mauvaises intentions des A mricains. Comme le dclare Nicolas : Me Etzer Vilaire, juge digne de respect, pote philosophe pour qui Apollon tenait tous ses trsors ouverts et que le flux de la Grande Anse part it et dposa au Port auPrince, a rvl devant la Com mission Forbes, la lumire de faits prcis, linfluence nfaste de la politique sur la justice hatienne93. 92 Miserere, 1937, 56. 93 Nicolas 230.

PAGE 148

148 Il n est pas seulement le pote de laction, il participe lui mme aux actions quil dcrit. A ct de Georges Sylvain, il a lutt contre loccupation amricaine pour que son pays retrouve la plnitude de son indpendance. Il comprend bien que pour parler du co urage, il faut dabord risquer sa vie. Comme le dit Hugo dans la prface des Odes (1824): La fonction du penseur aujourdhui est complexe : penser ne suffit plus, il faut aimer ; penser et aimer ne suffit plus, il faut agir ; penser, aimer, agir ne suffit plus, il faut souffrir. Posez la plume et allez o vous entendez la mitraille ; voici une barricade ; soyez en. Voici lexil ; acceptez94. Vilaire sem ble avoir suivi cette formule de Hugo. Il a tant protest contre loccupation amricaine quil fut arrt et battu par les soldats amricains. Pour avoir pris la dfense dun citoyen hatien accus de dlit contre le gouvernement de Louis Borno et loccupation amricaine, il a connu la prison. Selon Fignol : Aprs un plaidoyer chaleureux qui fut un rquisitoi re vhment contre Borno et ses ministres jugs collaborateurs et contre les forces doccupation, le pote fut apprhend, jet en prison. L, il et le courage de rabaisser la morgue yankee et dhumilier loccupant en insultant la bannire toile95. En 1915 Vilaire milite dans des organisations clandestines de rsistance loccupation amricaine. Il crit un article dans le journal intitul Hati intgrale qui tmoigne de son amour pour son pays tout en dnonant les abus de la puissance trangre. En 1922 sous le gouvernement de Louis Borno, il est nomm juge au tribunal de cassation. Cependant, il dmissionne quatre ans plus tard parce quil voit que le Prsident se met du ct des occupants pour maltraiter le peuple. A partir de ce moment, les J rmiens voient en lui non seulement un pote engag, mais aussi le symbole de la rsistance. Ainsi, e n 1930, avec lappui de presque toute la population de Jrmie, Vilaire est lu 94 Hugo, Prface des Odes 1824, 60. 95 Fignol, 1970, 55.

PAGE 149

149 Dput de cette ville. Duran t son passage la Chambre des d puts, comme s on ami Jean Price-Mars, il soppose au gouvernement de Vincent jug trop rigide et trop conciliant avec les forces amricaines. En 1932, le Prsident Vincent renvoie du Snat et de la Chambre tous ses opposants dont Vilaire fait partie. Quelques temps aprs, le Prsident Vincent, conscient de son erreur, rappelle le respectable Vilaire son ancien poste de j uge au tribunal de Cassation. Il mne dsormais la vie tranquille dun fonctionnaire. Entre 1932 -1935, Vilaire collabore aux revues et journaux de Po rt auPrince, principalement Le Temps En cette priode, il prche lEglise Mthodiste et prononce des confrences dinspiration religieuse. Il meurt le 22 mai 1951. Vilaire Pote Visionnaire En tudiant luvre de Vilaire, nous nous rendons compte que le pote se donne le souci dexaminer constamment la condition de son peuple aprs lindpendance. Ainsi que nous venons de l e montrer plus haut chez ce pote, chaque transition ou crise, correspond une srie de pomes et ceci le diffrencie des crivai ns de lcole patriotique. Dans son uvre, Vilaire expose le malheur dHati, identifie les causes de ses multiples problmes et donne des conseils ses compatriotes pour relever la situation de son cher pays, il fait vibrer le patriotisme. Considrati on du Dlabrement de son P ays Dans A ma patrie (1907), il mne une rflexion touchante sur la condition dplorable dHati. M pris par les trangers et malmen par des politiciens corrompus, le pays se trouve dans un labyrinthe de difficults. L e pot e prsente les difficults de son pays. Nous assistons un constat amer du pote li la ralit dcevante du pays. Horreur sanglot spasme espoir perdu esprit douloureux cur bris sont des expressio ns rcurrentes d ans son uvre. Nous reconnaissons le

PAGE 150

150 souffle de dception qui exprime un tat dme devant un constat terrible. Le pote observe que des nations proclament la mort dHati. Elles insultent le pays et la lutte intestine fait des ravages. Vilaire est tmoin des multi ples cueils du pays : le vol, la misre, les haines contribuent beaucoup la destruction de son pays: Je le sais, ta dtresse est immense et poignante. Nulle main na band ta blessure saignante96. Le pote forme lide que son pays est victime dun complot. Les autres nations pouvaient laider sortir de son impasse, mais ne firent rien. Au lieu de laider rsoudre ses multiples problmes, elles lisolrent. Elles voient en Hati un mauvais exemple pour les autres peuples de lAmrique latine rduits en esclavage. Aider Hati, selon les grandes puissances, reviendrait dire aux autres pays coloniss quils peuvent, comme elle, se rvolter. Vilaire admet que son pays nes t pas bien vu par les Amricains et les Franais. Ils cherchent lisoler et le rduire rien. Cependant, le soleil de lespoir brille constamment dans le cur du pote: Je veux plus encore!... ma patrie Nous suffira -t il de pleurer ? Est -ce donc tout quune voix prie Et quun cur scoute vibrer? Non, non Dune immortelle flamme Je voudrais raviver ton me, Et sur la scne de ton drame Graver le secret desprer97. Il est certain chez Vilaire que malgr la situation difficile du pays, il subsiste toujours de lespoir : Tu vois les maux de ce peuple ? Et bien, il ne faut pas en mourir, il existe pour lui un remde infaillible cest l'avenir. Attends demain et la gurison 98. Le pot e 96 Etzer Vilaire, A ma patrie Pomes de la mort ( Paris : Fischbacher, 1907) 298 299 97 A ma patrie 1907, 298. 98 Colloque ultime, 1937, 109.

PAGE 151

151 est optimiste. Il reste convaincu que le lendemain sera meilleur. Pour lui, le temps aide scher les pleurs et recommencer. Il croit que les hommes sortiront des tnbres : Le monde saura que nous mritons autre chose que linjure et le mpris 99. Sel on Vilaire, il faut lutter pour que lhistoire ne se rpte pas. Il est important de travailler restaurer la gloire passe. Il va aux racines de certains des problmes du peuple hatien. Il dnonce ce qui empche le dveloppement de son peuple tout en fa isant quelques propositions dans le but de lorienter vers un autre horizon. Il veut que lon enseigne le patriotisme au peuple hatien. Pour raviver lme de son pays, le pote invite ses semblables laction pour honorer la lutte mene par ses anct res dans le but de changer le courant de lhistoire: Se laisser asservir toujours, lui qui a su vaincre lesclavage et donner lunivers le plus beau, le plus prodigieux de tous les spe ctacles de l'histoire? Non pas N otre tre et tout ce dont il simp r gne, la haute sduction de lidal caress par nos pres, tout cet lment imprissable se rveillera pour rsister indfiniment100. Vilaire fait ici allusion loccupation amricaine. Il sinspire de lhistoire de ses anctres pour motiver ses frres. S elon lui, son pays avait fait preuve de courage en luttant contre lesclavage. Il reste convaincu que ses frres, anims par lesprit de la libert, agiront pour changer les choses. LAppel au P euple Etzer Vilaire est un pote qui se met au service de son peuple. Lhistoire dHati, la premire rpublique noire indpendante, occupe une p lace importante dans son uvre. Elle traite du problme de la libert, de la dmocratie, des relations entre les chefs dEtat et le peuple. Le pote veut ouvrir lhomme n oir, malmen par la vie et 99 Colloque ultime 110. 100 Colloque ultime 111.

PAGE 152

152 humili par les anciens colons, un chemin despoir et de fiert. Vilaire est un individu intimement li lhistoire de son temps. Cest un homme daction. Il vit lhistoire comme une exprience laquelle il participe. Son uvre est une interrogation mditative sur lhistoire et sa signification. Il comprend bien que sengager cest prendre un risque. Son rve est de dfendre les perscuts et les exploits. Il parle pour ceux qui ne peuvent pas parler, les victimes, un peuple to ut entier. Il sent la ncessit dexprimer haut et fort le sentiment de lhonneur et du patriotisme. Selon lui, le devoir s'enracine dans la responsabilit de tout homme dans les vnements de son temps. Cest la raison pour laquelle il se donne pour tche dclairer et de diriger lopinion de ses semblables. Il invite la rflexion et laction. Sa posie rvle la ralit, essaie de convaincre les hommes d'adhrer une cause et met en garde contre l'oubli. Dans ses crits abondent la critique sociale, les sentiments nationaux et la soif dun monde meilleur. Il enseigne ses contemporains des orientations et des dveloppements venir. Cest un crivain qui, travers les dsastres et les preuves de la vie, croit la naissance dune vie meilleure. Il cherche transmettre un message despoir ses semblables. Selon Vilaire, les Hatiens ne doivent pas se laisser intimider par les autres nations. Il ne faut pas que lHatien renie tout ce pass vivant qui continue en lui. Ne R ien faire pour Vilaire, c est trahir les anctres. Le devoir de lHatien est de travailler pour amliorer la situation de son pays. Il convie les Hatiens au patriotisme en disant : Cette terre que vous foulez, cest votre mre, le seul point de l'univers o une race pouvait chapper au mpris du monde. Hritage et asile, elle nous devrait tre deux fois sacre : Une libre tombe, conquise, par le sang, pour le repos des gnrations que gardaient, pendant leur sommeil sculaire, le souvenir de leur hrosme, lombre toile et cle ste de la gloire ; un berceau pour leur race, un merveilleux berceau, le plus doux qui soit,

PAGE 153

153 entour des seules images du printemps, de la grce et de la beaut, dans une nature faite dun ternel sourire !... 101. Nous saisissons ici lappel lengagement, au patriotisme. Vilaire invite donc ses frres honorer la terre que leurs anctres leur ont laisse comme hritage. Il met laccent sur le fait que les hros de lindpendance ont vers leur sang pour mettre fin lexploitation de lhomme par lhomm e. Il est fier de prsenter son pays comme la premire rpublique noire organiser une rvolution russie contre lesclavage. Le citoyen hatien ne doit pas oublier un tel exploit. Il doit glorifier son territoire et faire tout ce qui est en son pouvoir p our dfendre son honneur. Bien que la condition dHati soit dplorable, le pote aime sa patrie : Impossible de songer la renier ; cette patrie, je lai toujours en moi. Le ferais -je sans abolir mon propre tre ? Cest elle qui ma donn ma chair et m on me 102. Il est fier dappartenir la nation hatienne. Selon lui, renier cette patrie, cest se renier soi mme. Avec Le Flibustier (1902), Vilaire rappelle es grands exploits faits par ses anctres. Cest avec pl aisir quil parle de ses aeux q ui, sans arme et sans entra nement, se livrent la guerre contre des soldats franais bien quips pour mettre fin lesclavage. Ces esclaves brisent les chanes pour se faire entendre : Cest l que couleront, pour toi les flots de sang, L que seront choisis dans la race honnie Les premiers des martyrs de ta cause bnie ; L quon verra bientt cet orgueil tout puissant, Vain queur des nations vingt fois coalises, R eculer au seul bruit de nos cha nes brises !103. 101 Miserere, 1937, 49. 102 Miserere 52. 103 Le F libustier 93 94.

PAGE 154

154 Vilaire veut que lon reconnaisse les hros qui ont lutt pour changer la face de sa nation. Il se rend compte que certains dentre eux sont ignors ou mal apprcis. Selon lui, ce sont ces vaillants soldats qui ont vraiment travaill au sauvetage du pays. Cest une chose qui doit tre grave dans le cur de chaque Hatien. G eggus, en parlant de la rvolution hatienne a crit : Between 1791 and 1804, the former slaves and freed people of color of Saint -Domingue routed French, Spanish, and British troops, thereby achieving the abolition of slavery and independence from European imperial power. Britain lost roughly 12, 500 men in the effort to take Saint Domingue between 1793 and 1798. France lost 25, 000 of 35,000 troops in Leclercs expedition of 1802.104 En examinant ces concitoyens, le pote se rend compte que les pres dout ent de lavenir de leurs enfants. Il invite ses semblables se dbarrasser de lasservissement qui entrave leur progrs : Asservis, nous ne verrons jamais natre les talents et les vertus, seuls capables de donner une race un esprit durable, un gnie p our lennoblir en la perptuant, ces noms dhommes qui sauvent de loubli le nom dune nation, qui victorieusement la fixent dans lhistoire en unissant pour toujours, sous le sceau brillant de leur gloire, leur destine immortelle, lhumanit de tous le s ges et de toutes les patries, 105. Pour Vilaire, lune des manires de retirer Hati de son impasse est de porter des hommes comptents au gouvernement. Toutefois, tmoin des multiples malheurs de son peuple causs par des soi disant intellectuels, Vil aire est conscient que la comptence seule est insuffisante ; elle doit tre lie la vertu. Selon Vilaire, les gens duqus qui sont de bonne volont peuvent contribuer la transformation du pays. Ainsi, il les invite marcher dans la voie du progrs. Il rve dun pays dirig par des penseurs ayant l histoire en main. Vilaire a une vision h ugoli enne de la posie. A linstar 104 David Patrick Geggus. Slavery, War, and Revolution: The British Occupation of Saint Domingue, 17931798 (Oxford: Clarendon Press, 1982), 362, 364. 105 Miserere 51.

PAGE 155

155 de Hugo, il croit avoir une mission. Selon Hugo, le pote est un guide, une sentinelle. Dans son discours dentre lAcadmie, 1841, il sous entend que le pote a une mission civilisatrice. Son recueil intitul Les Chtiments" (1853) en est la brillante et parfaite illustration. Dans ce recueil Hugo prsente des pomes qui dnoncent le crime fait la France. Il parle au nom du peuple et essaie dencourager la masse lutter pour sa cause. Il se livre galement une violente satire contre Napolon III, coupable d'avoir fait chuter la seconde Rpublique par un coup d'tat meurtrier pour instaurer le second Empire. Il a lutt contre la peine de mort, la misre, les travaux forcs effectus par les enfants. Comme pour Hugo, l a posie et la politique se mlent dans la vie de Vilaire. Pour Vilaire, crire cest agir et faire agir. Il conseille au peuple davoir un but dans la vie. Selon Vilaire, il ne faut pas se dcourager. Mme dans les moments les plus difficiles, il faut garder lespoir: Interdisons notre mauvaise humeur, notre dpit ou notre rancune certaines paroles qui portent le dcouragement et la mort des mes. Ne disons jamais : tout est perdu 106. En examinant son peuple, il finit par remarquer que les gens nont plus de confiance en eux -mmes. Ils font peu de cas du sentiment patriotique. Voil ce qui entraine, ses yeux, la dtrioration du pays. Il leur demande de f aire beaucoup plus defforts pour amliorer la situation du pays : Soyons plus justes envers nous mmes. Le mal le plus funeste chez nous, nest pas encore la corruption de nos murs politiques, notre dfaut de principes et de probit administrative : ce st le mpris de nous -mmes et du sentiment patriotique. Le manque de confiance en lavenir de notre pays et de vritable amour pour lui entretient tous nos dsordres. L est incontestablement la source profonde de nos maux107. Vilaire veut que l H atien apprenne vraiment saimer et aimer son pays. Pour arriver changer les choses, il faut se changer soi mme. LHatien doit avoir une nouvelle 106 Vilaire, Etzer. Prdications dun laque. ( Port au Prince : L'Eglise Mthodiste dHati, 197 ? ) 17. 107 Prdications dun laque, 54 55.

PAGE 156

156 attitude. Il faut tre plus optimiste et cultiver la notion patriotique. Il invite ses contemporains tre des patriotes authentiques en disant : Gardez vous de montrer, en parlant vos citoyens, un orgueil national irritable et aveugle, et soyez sincrement patriotes sans le dire tous propos. Mais devant les mchants discours des irrconciliables ennemis de n otre nationalit qui sont enfls dorgueil et de richesse en spculant sur nos faiblesses ; comme aussi devant les audaces des suppts de la t yrannie qui veulent terroriser leurs frres, oh ne faites pas les indiffrents ou les dgouts Nayez pas la f olie de penser que vous puissiez dtacher votre sort du sort de votre peuple : sa misre est la v tre ; sa gloire comme son ignominie, est notre patrimoine commun Sel on loccasion, faites entendre le cri de protestation de votre conscience indigne, ou fa ites comprendre nos ennemis du dehors que la mchancet, les violences et linjustice des grands et des forts sont plus odieux et font plus honte lhumanit que les pires garements des faibles et des ignorants108. Vilaire adresse des exhortations se s frres hatiens pour les engager dfendre leur patrie. Pour lui, il ne suffit pas de dire quon est patriote ; il faut que ses actions le prouvent. Il croit que le vrai patriote est celui qui aime son pays et se consacre son service. Il suggre au ci toyen hatien demployer deux mthodes pour tre utile son pays. Une des manires daider son pays est de le dfendre contre les puissances trangres qui exploitent les faiblesses du peuple hatien. Ces pays veulent que le monde ait une image tout simpl ement ngative de ce peuple. Vilaire demande aux Hatiens de se mobiliser pour combattre ce strotype. Aux yeux de Vilaire, les crimes commis par les grandes puissances du monde sont plus honteux que les erreurs commises par les nations faibles. Lautre f aon de contribuer au progrs de son pays, est de lutter contre les tyrans hatiens qui pratiquent la politique de la peur dans le but de gouverner comme ils veulent. Vilaire insiste sur le fait que le sort dHati est aussi le sort de tous ses citoyens. A u lieu de nier sa patrie, il faut revendiquer sa misre comme 108 Prdications dun laque 1819.

PAGE 157

157 son hritage. Il est ncessaire que tout le monde donne sa participation pour quil y ait un changement radical. Pour ce faire, il faut avoir ce rtaines qualits. Selon Vilaire Ces qualits sont : lesprit dinitiative et de dcision, la ferme volont de bien faire, la vigilance active, le courage qui ne dsespre jamais, qui entreprend, ordonne, et toujours semployant sait, en dpit de tous les obstacles, dcouvrir les moyens cachs et forcer l e succs109. Selon Vilaire, il faut que les Hatiens, malgr les contingences de la vie, sefforcent de bien diriger le pays. Guides par lesprit de bonne volont et animes dun courage infaillible, ces personnes doivent sefforcer de transformer la soci t hatienne. Le pote sait bien quune telle entreprise nest pas facile. Il admet que le chemin qui mne au succs est jonch dpines. Cependant, il reste convaincu quavec un peu plus defforts, lHatien peut arriver amliorer le sort de son pays. Conclusion En dfinitive, en nous basant sur la vie, les revendications et luvre de Vilaire, nous estimons que les critiques nont pas lu luvre complte de Vilaire Comme nous venons de le montrer, nombreux sont les pomes dans lesquels il exalte la p atrie et lance des messages pour dessiller les yeux de ses contemporains. Dans ses pomes, il rvle ltendue et les profondeurs des souffrances de son pays. Il nous montre les souffrances des esclaves sous le joug de la servitude. Il fait allusion aux di ffrentes luttes menes par les hros de lindpendance pour aboutir lmancipation des Noirs. Berrou a raison de dire : Nous voudrions dailleurs mettre en garde ceux qui exagrent la porte dun tel aveu jusqu taxer Vilaire dantipatriotique 110. L e pote traite comme tout autre pote hatien de son poque les problmes affectant son peuple. Baridon, qui se rend compte de lampleur de luvre de Vilaire, voit en lui un 109 Prdications dun laque 55. 110 Berrou, 1975, 86

PAGE 158

158 prophte, un consolateur : La posie dEtzer Vilaire sut senraciner profondment dans le contexte historique et social hatien, stigmatiser les Erostrates et exprimer intensment les angoisses de la gnration dont Vilaire ne devait pas tarder devenir le prophte et le consolateur 111. Nous voyons clairement travers la posie angoissante de Vilaire des thmes qui sont en rapport avec la condition dans laquelle se trouvait Hati durant la fin du XIXme sicle et le dbut du XXme. Cest un pote qui ne reste pas indiffrent la crise dchirante de son pays. Dans ses rcits, il ne cesse dexprimer une sorte de piti, de sympathie pour la patrie en pril, ronge par la guerre civile et mprise de ltranger. Il condamne les mauvaises actions des puissances trangres et reproche aux politiciens hatiens davoir mal dirig son pays. Lauteur des Dix hommes noirs sintresse aux problmes sociaux. Il ne montre pas simplement la gravit des blessures mais il propose aussi des moyens pour les gurir. Cest un vrai rformateur. Selon lui, pour que rgne une vie meilleure, il faut briser loppression, la tyrannie et lexploitation. Lamour des gens lgard de leurs prochains peut aider combattre la misre. Vilaire est un pote qui slve au dessus de son poque et qui dpasse les bornes du temps. La posie de Vilaire nous permet de dcouvrir ses valeurs et les causes pour lesquelles il s engage. N ous remarquons quil est un intellectuel qui prend conscience de son appartenance la socit hatienne. Refusant dtre un simple spectateur, il met sa pense au service de la caus e de son peuple. Il refuse lindiffrence et le silence face la guerre civile, la dictature, la violence, linjustice, le racisme, le colonialisme et la misre. Il crie son envie dhumanit et de paix. Selon lui, il faut dfendre les victimes 111 Baridon, 1986, 12.

PAGE 159

159 injustement condamnes. Le message quil prche dans sa posie, il le pratique travers ses prises de position.

PAGE 160

160 CHAPTER 5 VILAIRE POTE CHRTI EN Introduction Etzer Vilaire nest pas seulement un pote patriote qui cherche amliorer la situation de son peuple il est aussi un pote chrtien. Les critiques littraires hatiens reconnaissent que la philosophie chrtienne a inspir et orient la plus grande partie de son uvre. Cependant, trs peu de recherches ont t faites sur sa pense religieuse. C est un po te qui est attir par les principes divins. Il admet mme que le got pour la mditation lui vient de son pre. En parlant de ce dernier dans la ddicace d Homo : vision de lenfer il crit : Ce fut toi qui minitias ds mon adolescence, aux problmes de la vie morale, et minspiras les sublimes proccupations de laudel. Soit en des promenades lentes o tu me conduisais par la main, soit ta table de travail o tu me retenais souvent, tu eus le souci constant dclairer mon me. Tu fus mon pre selon la chair, mon pre encore selon lesprit1. Le vocabulaire biblique est dominant dans luvre de Vilaire. Ses vers ramnent au recueillement, la prire. Le but de ce chapitre est dtudier laspect religieux de luvre de Vilaire. Pour ce faire, n ous nous attacherons dabord une tude approfondie de deux longs pomes intituls Homo : vision de lenfer et Pome mon me dans lesquels Vilaire dfend les dogmes chrtiens et invite la conversion. Nous nous intressons ces deux pomes parce qu ils exposent lobjet et lesprit religieux du pote. Ensuite, en nous basant sur ses sermons, jusquici inexplors et runis dans une uvre intitule Prdications dun laque, nous ferons ressortir les multiples exhortations lances par Vilaire son audience. Ltude de cet ouvrage nous 1 Vilaire, Etzer. Homo: vision de lenfer. ( Port au Prince : F Smith, 1902) II.

PAGE 161

161 donnera loccasion de prsenter les principes sur lesquels il base sa doctrine. Enfin, en nous appuyant sur ses compositions potiques et sur ses sermons, nous tudierons les dimensions de la mort et limage du ciel daprs lui. Cette partie nous permettra non seulement dtablir la cohrence entre sa posie et ses sermons, mais aussi de discerner les buts quil vise et les mthodes quil utilise pour faire passer son message. Deux Pomes Dinspiration Religieuse Un des traits particuliers de luvre de Vilaire est que ds 1902 elle a une dimension biblique. Vilaire est un pote qui loue ouvertement et hardiment son Dieu. Il produit une posie didactique. Dans son uvre, il essaie de convaincre le lecteur de chercher Dieu, seul pouvoir laider dans ses multiples problmes. Le plus souvent, il prsente ses arguments en forme dapologue. Remplies denseignements issus des paroles du Christ, ses uvres prsentent, sous une forme indirecte et image, une leon porte m orale. En partant dune ide gnrale, le pote initie le lecteur la mditation chrtienne dans le but de le pousser la conversion. Dans les pages qui suivent, nous procderons lanalyse de deux longs pomes religieux de lauteur: Homo : vision de lenfer (1902) et Pome mon me (1907). Ltude de ces deux compositions potiques nous permettra dtudier la dimension thologique de luvre de lauteur et de mettre en valeur ses dons potiques. Comme nous le montrerons plus loin, Vilaire est un pote dot dune capacit extraordinaire en matire de narration. Il touche fortement le lecteur en branlant son imagination et sa sensibilit.

PAGE 162

162 Homo : Vision De LE nfer Nous voulons analyser ce pome parce quil expose non seulement les ides spi rituelles de Vilaire, mais aussi les doctrines contre lesquelles il lutte. Dans laverti ssement du pome, Vilaire indique que pour le composer, il s est inspir dun auteur danois, Max Rowel, qui avait crit un roman intitul Lettres de lEnfer. Ce roman a t traduit en franais par G. Ducros. Vilaire avait lu le premier volume de cette uvre. Insatisfait de lide que lauteur danois avait donne de lenfer et de Dieu, le pote a repris quelques pisodes de ce livre en y apportant quelques changements (da ns la premire partie). La seconde partie de ce grand pome lui appartient entirement. Vilaire crit dans lavertissement: Je ne crois pas la possibilit de peines ternelles dans lautre monde. Je suis de ceux qui doutent quon fasse de vrais disciple s du Christ en inspirant lme une sorte de leurre panique qui la jette tout frmissante et glace aux pieds dun juge inexorableJai donc franchement rpudi le dogme de lternit des peines, do lauteur danois a essay de tirer ses effets les plus horrifiants2. Comme cette citation lindique, cest en raction la thse de Max Rowel que Vilaire compose cette uvre. Publi en 1902, deux ans aprs la conversion de Vilaire au protestantisme, c e pome se distingue par sa longueur et ses dimensions symb oliques. P ar sa forme, il ressemble une chanson de geste parce quil compte plus de 1400 vers distribus en strophes (laisses) de longueur invariable. Il se singularise galement par ses rimes qui sont la fois plates, croises et embrasses. Il est div is en deux grandes parties. La premire est destine au malheur dHomo en enfer. La seconde, qui est optimiste, traite de la rdemption. Chaque partie comporte des subdivisions titres. Dans notre analyse, nous prsentons le pome tel quil a t conu pa r Vilaire 2 Etzer Vilaire, Homo : vision de lenfer Le Flibustier: essai de roman en vers. Homo: vision de lenfer ( Port au Prince : F Smith 1902) 141.

PAGE 163

163 en tenant compte des subdivisions, des titres et des sous -titres. Avec cette composition, Vilaire analyse le comportement de lhomme sur la terre et en dduit ce qui lui est rserv au jour du jugement. Premire Partie : La M ort dHomo. Homo est un mot latin qui signifie homme. Dans ce pome, Homo est le nom que le pote attribue un jeune homme dont il raconte lhistoire. Vilaire se sert de lhistoire de ce jeune homme pour donner une leon ltre humain et lencourager marcher selon l es principes divins. Nous sommes convaincu que lide principale vhicule dans ce pome est en rapport avec la croyance chrtienne rs ume dans la phrase suivante : celui qui vit selon les plaisirs de son cur le regrettera au jour du jugement Chaque partie, subdivision du pome dcrit un aspect diffrent de la vie dHomo. Dans cette partie servant dintroduction, le narrateur fait part de sa souffrance. Il met nu ce qui le bouleverse et montre combien sa peine est grande. Il exprime sa douleur tr avers ces mots : Mon me est triste, hlas triste jusqu la mort Tout mon tre abattu, terrass par le sort Expire en frmissant comme une ombre plaintive. Mes jours vont sabrgeant dans leur course htive. Ma jeunesse est semblable au vieillard inclin Qui pleure sur sa vie et gmit dtre n Pour la dernire fois, m e dsenchante, Tes pleurs vont ruisseler sur ta lyre attriste !3. Ces vers mettent en scne un narrateur dsespr qui constate son tat dpressif. Linterjection hla s affiche son dsespoir. Cest travers un vocabulaire mlancolique quil expose son tat dme. Rien nattire son attention. Il souffre dune 3 Etzer Vilaire. Homo : vision de lenfer Le Flibustier: essai de roman en vers. Homo: vision de lenfer (Port au Prince :F Smith, 1902) 142.

PAGE 164

164 mlancolie diffuse et sans objet, dun ennui irrmdiable et dune lassitude chronique. Sa maladie peut tre d crite comme ce que lon a appel au XIXe sicle : le mal du sicle Les vers ci -dessus, en exposant limage du dgot, le manque de joie, lennui, la fatigue, le dcouragement, rappellent le pome de Mallarm intitul Brise marine parce quils peignent les mmes sentiments Aprs avoir exprim son chagrin face la vie, le narrateur invite le lecteur prter attention l'histoire qu'il veut lui raconter. A insi, il fait le rcit dtaill dun homme du nom dHomo. Il retrace les preu ves de cet homme face la mort : Homo, livide, a vu par sa porte bante, La Mort pas muet s'approcher, effrayante. Un voile obscur tendu sur son front anxieux Lui drobe jamais la terre avec les cieux4. Homo sent que sa mort approche et cela leffraie et langoisse. Nous remarquons dj les traits monstrueux, tnbreux et destructeur de la mort. Elle tra ne derrire elle la peur et linscurit. Sur son lit de mort, Homo tremble de peur. Il ne sait quel saint se vouer. Les draps qui devraient le rchauffer deviennent froids : Sa paupire souvre sur un regard affol de terreur 5. Ce qui impressionne dans ce pome, cest la personnification utilise par le pote pour frapper limagination du lecteur. Dote de proprits humaines, la mort utilise ses membres pour terroriser Homo: L a Mort, sourde guetteuse au toucher destructeur, Etend ses froides mains sur son corps en ruine6. Le narrateur est tmoin de la puissance de la mort. Il la voit agir. La mort revt donc d es caractristiques bizarres. Ses froides mains font penser la maladie. Sa touche 4 Homo: ou vision de lenfer, 141142. 5 Homo: ou vision de lenfer, 141. 6 Homo: ou vision de l enfer, 142.

PAGE 165

165 destructrice est associe au diable. Comme lindiquent ces vers, la mort est un brigand qui ncoute personne et qui cherche, tout moment, surprendre les gens. Elle est hostile, menaante, avide. La vision de la mort met Homo dans un tat pour le moins inconfortable. T out le rend malheureux: Sa propre voix ltonne, lui fait peur 7. Ces vers exposent ltat psychologique dHomo. Le passage de la vie la mort est p our lui une traverse pnible. Il est en tat dhallucination : Quentend-il? Rien une heure qui sonne La dernire, peut tre! ... Hlas! sur tout son corps, Haletante, la vie puisant ses ressorts, Laisse glisser le froid de la nuit ternelle8. Ici, le pote fait allusion la Bible qui rappel le que chaque tre vivant aura sa dernire heure. Lorsque cette heure sonne tout le monde lentendra. Cest un rendez vous invitable. La rfrence la nuit ternelle est une manire de souligner linsignifiance de la notion du temps. Lorsque la mort fait son apparition, tout devient noir. Elle est lie lobscurit, la solitude. Pour le mourant Tout seffondre, sab me en un muet naufrage, O du monde efface nulle ombre ne surnage ; O lon frmit captif, esseul, faible et nu, Au fond du vestibule obscur de linconnu ... 9. Ces vers montrent la solitude de lhomme au seuil de la mort Ce qui attire lattention du lecteur dans ce pome, cest la technique utilise par Vilaire pour fa ire passer son message. Nous remarquons quil y a alternance entre trois procds: rcit, dialogue, monologue. En racontant lhistoire dHomo, parfois le pote sadresse Homo, dautres fois il se tourne vers le lecteur. Les multiples interventions de l auteur tmoignent de ses 7 Homo: ou vis i on de lenf er, 142. 8 Homo: ou vision de lenfer, 142. 9 Homo: ou vision de lenfer, 142.

PAGE 166

166 intentions pdagogiques. Il intervient de temps en temps pour commenter laction du jeune homme dans le but de donner des conseils au lecteur. Le plus souvent, il le fait pour dsapp rouver lattitude dHomo. Il prsente galement d es scnes o Homo a des conversations avec lui mme. Il inter roge Homo: Encore un peu dinstants, dans la nuit du tombeau Tout sera confondu. Solitude funeste! Les flots de linconnu, limmensit cleste Engloutiront ton tre. Hlas o fuiras -tu ?... Homo, que te vaudront tous ces jours sans vertu ?10. Ici, le pote annonce au lecteur ce qui arrivera Homo. Ce qui frappe cest que Vilaire, avec le dernier vers, fait allusion Marc 8 verset 36 qui donne lexhortation suivante : Et que sert -il un homme de gagner tout le monde, sil perd son me ? Avec ces vers, le pote veut insister sur le fait que la chose la plus importante pour lhomme est de sauver son me. Quon le veuille ou non, un jour la mort viendra. Lorsque ce jour arrivera, nul moyen de schapper. En racontant lhistoire dHomo, le pote indirectement invite le lecteur sanalyser lui mme pour voir sil est comme Homo et linciter changer de direction. Cest un appel lexamen personnel. Le po te voque le fait quHomo tait un athe et quune telle attitude contribue sa descente aux enfers. Ce qui est triste cest : Que dautres cependant ont vcu comme toi, Se riant du regard bloui de la foi11. Ces vers ne sont autre chose quun message lanc directement aux incrdules, des gens qui choisissent de vivre comme ils veulent et qui font peu de cas de la parole divine. En dautres termes, cest une manire pour le pot e de dire quil existe des 10 Homo: ou vision de lenfer, 143. 11 Homo: ou vision de lenfer, 144.

PAGE 167

167 rgles suivre. Il sous entend que lhomme a tendance ignorer le bien, le vrai. Il cherche oublier sa condition mortelle en occupant son esprit, en saffairant. Cependant, un jour il aura tenir compte de ses actions terres tres. Selon le pote, les gens qui, comme Homo, ne suivent pas les principes divins, sont dj en route pour l'enfer. Le pote continue en sappliquant une profonde mditation sur la mort. Il insiste sur le fait que la mort a sa propre manire de change r lordre des choses tablies. Ce phnomne, qui concerne tous les humains, agit en tout lieu, toute poque. Il souligne que la mort est puissante parce quelle a le dernier mot. Cest une force quon ne peut pas affronter. Elle ne respecte personne. Dev ant elle, tous les hommes sont gaux. Les choses, qui sur la terre sont de grande importance nont plus aucun clat devant elle: Tout sest vanoui, la gloire et ses vestiges, Lorgueil et s es hochets : vaine ombre, vains prestiges, Vains noms !... Seule, travers le nant et leffroi, Dans lternel le nuit ltoile de la foi, De ce monde qui passe au monde qui demeure, Slve en dissipant lombre immense o lon pleure12. Cette citation aborde un thme important : la vanit des choses. Tout passera (une conception trs chre aux romantiques). Le pote souligne le fait que tout ce que lhomme considre comme prcieux ou prestigieux est phmre. La clbrit, la gloire, lorgueil et le prestige sont illusoires. Cette ide est exprime travers les adjectifs suivants : vaine vains Le pote fait remarquer quHomo a fait peu de cas de la foi. Il a t sduit par les choses de ce monde de tnbres. Mai ntenant quil est en face de la mort, il regrette sa dsobissance: 12 Homo: ou vision de lenfer, 144.

PAGE 168

168 Lheure est lourde et lugubre aux confins du tombeau. Chaque minute est lente et pse au front dHomo Du poids dun sicle entier tout surcharg de peine. Son me dans lhorreur vibre avec son haleine13. Ltat dans lequel Homo se trouve fait que chaque minu te pour lui est comme une heure. Dans ce carrefour face la mort, Homo est impuissant. Le temps est trop lent et ressasse les chagrins. Homo se trouve dans un mandre. Il souffre sans arrt et ne peut se dbarrasser de cette ralit. Aprs tant damertume, il meurt : Ses parents consterns approchent : il nest plus !14. LE nfer Cette partie est dune importance capitale parce quelle contredit c atgoriquement lide quaprs la mort cest le nant. Elle relate le parcours dHomo aprs sa mort. Comme nous le montrerons plus loin, elle donne galement une ide de lenfer qui se dmarque de la tradition. Examinons ce que fait le pote dans cette partie. Tmoin de la condition dHomo, il crit : Alors je vois Homo slever dans la foule Gmissante, immobile et confuse, qui roule De la terre aux enfers, en obscur tourbillon. Je le revois. Un froid glacial le pntre, Il hsite et nest plus que lombre de son tre15. Cest une histoire qui nous vi ent d u regard dun tmoin. Nous remarquons donc que la mort nest pas la fin des choses. Aprs sa mort, Homo va en enfer. Cet endroit devient un lieu dexploration pour Homo qui narrive pas croire que son corps, dtruit par la mort, est encore l : Mais lhorrible est pour lui lternel vritable Et cest lui, cest bien lui, cet tre lamentable 13 Homo: ou v ision de lenfer, 146. 14 Homo: ou vision de lenfer, 147. 15 Homo: ou vision de lenfer, 149.

PAGE 169

169 Il sait quil nest pas mort et quil ne mourra point Qui dira le dgot dont son me labreuve Son il en devient le tmoin !16. Selon ces vers, lenfer est donc un lieu de tourment, une place dans laquelle la mort nest plus. Cest dans ce milieu quHomo commence se connatre. Ce qui frappe Homo cest que finalement ses yeux souvrent et il devient tmoin de ses propres actes sur terre: C omme un seul corps, sa vie ses regards se lve. Ce que le souvenir confus appelle un rve Devient son esprit dpres ralits. La foule de ses jours le prcde, il en tremble ; Il en voit se dresser tous les traits, tout lensemble En montagne diniquits17. Dans ce pome, Vilaire d onne diverses images de lenfer. Lendroit dans lequel se trouve Homo est tyrannique: la mort ny est plus, la misre, le tourment, le sanglot y rgnent et le souvenir chaque instant se prsente aux yeux. C'est un monde blafard. Les gens qui sy trouvent se sentent torturs parce qu'ils regrettent leurs biens terrestres qui leur apparaissent par le biais du souvenir : Leurs biens terrestres envols, Trsors, atours, palais, royaumes, Par le souvenir rappels, y dessinent leurs vains fantmes18. Cest un lieu sans joie, fait dombres, o la douleur se renouvelle chaque jour. Les mes sont oppresses par la rediffusion infinie de ce quelles ont fait. Leur pass dfile devant eux comme dans un rve. Lune des choses les plus douloureuses cest que dans cet endroit, lhomme est frustr de ne pas pouvoir assouvir ses passions : 16 Homo: ou vision de lenfer, 150. 17 Homo: ou vision de lenfer, 1 50. 18 Homo: ou vision de lenfer, 152.

PAGE 170

170 Mais lme se consume en dimpuissants dsirs19. Dans cet univers de tourments, les chagrins de lhomme saccumulent. Les mthodes auxquelles il eut recours pour rsoudre habilement ses problmes ne servent plus rien. Son angoisse ne fait quaugmenter: Le vice allum cherche et ne voit o se perdre : Lenfer ses ardeurs noffre plus quune cendre Rien napaise la soif, rien en calme la faim ; Jamais de ses tourments nul ne prvoit la fin20. Lenfer est donc un milieu o la soif et la faim se font sentir. Les mots comme rien nul indiquent le dsespoir qui y rgne. Voil ce qui entrane le repentir. Les in dividus reconnaissent avoir mal vcu et prennent conscience de leur mauvaise conduite sur terre. Horrifis des fruits de leurs actes terrestres, ils expriment leur frustration travers des grincements de dents. L sarrte la vision torture de lenfer. L e pote ose prsent nier linfini de la condamnation : ceux qui se repentent Dieu tend la main pour les secourir : Dune seconde mort sans la nuit du tombeau : Le ciel mu leur ouvre un au -del nouveau21. Vilaire offre ici une concept ion intressante de lenfer. Lenfer est bien une prison dans laquelle lhomme est tourment. Cependant, cest aussi le lieu dans lequel lindividu se repent et cherche Dieu. Le p cheur chagrin par ses mauv aises actions sur la terre, prend conscience de son tat et se confie Dieu. Comme li ndique le pote, lenfer est la : Glaciale prison dont nul ne voit le seuil, O le mal chti sexpie au sein du deuil22. 19 Homo: ou vis i on de l enfer, 154. 20 Homo: ou vision de lenfer, 154. 21 Homo: ou vision de lenfer, 155. 22 Homo: ou vision de lenfer, 157.

PAGE 171

171 Les D amns. Dans cette partie, le narrateur dcrit un enfer dans lequel le voyage est possible. Il fait part des voyages effectus par Homo. Dans ses parcours, Homo ne voit que des maudit s. Son contact avec les autres fait quil dcouvre sa nudit : Il avait froid, tait nu, son corps frissonnait, Trans i. Sur un pav tout spongieux et blme Son pied muet glissait, rapide. Il stonnait De toute chose et de lui mme23. Lenfer est donc li lexploration. Ce qui est tonnant, cest que les gens qui sont en enfer gardent leurs anciennes habitudes. Comme sur la terre, ils essaient de se distraire pour apaiser leur chagrin. En parlant dHomo, le pote crit: Il vit un cabaret o des groupes buvaient, Juraient et blasphmaient, trompant leurs tristes mnes. Il les vit du dehors, car les toits slevaient Telles des tentes diaphanes24. C e cabaret se singularise par son atmosphre pervertie. Tout y est transparent. Les gens qui sy trouvent se plaignent au lieu de rire. Les mots qui sortent de leurs bouches ne sont que des injures et des blasphmes. Homo voulant apaiser sa soif demande un peu dalcool : Une main lui prsente un semblant de liqueur ; La coupe pleine, Homo tendant sa lvre avide Veut en vain soulager les fivres de son cur. Le breuvage est une ombre, un jeu cruel avide25. Ainsi, tout nest plus quapparence, tout nest plus que tromperie. Ce qui devait aider Homo soulager sa peine nest autre quun reflet. La satisfaction des dsirs se rvle 23 Homo: ou vision de lenfer, 159. 24 Homo: ou vision de lenfer, 159. 25 Homo: ou vision de lenfer, 160.

PAGE 172

172 impossible. Ce qui finalement attire lattention dHomo dans ce cabaret, est la chanson mlanco lique, doulo ureuse dune femme: Oh si lon pouvait pleurer quand on souffre !... Gmir et ne rien esprer! Jamais une larme en cet affreux gouffre Je souffre et ne puis pleurer Douleur sans issue Inutile alarme De ce ct-ci du tombeau Il nest plus une goutte deau. Des soupirs !... Jamais une seule larme !26. Il y a une chose intressante remarquer ici. Cette femme, qui se plaint, ne peut arrter de pleurer. Cependant, aucune larme ne coule de ses yeux. En tenant un bb dans ses bras, elle pousse en vain des cris et des sanglots. Son crime la suit partout, son geste la bouleverse : Dans ses yeux, sur ses traits faits dombres transparentes Le crime de sa vie, en lettres fulgurantes, Est crit ; et son chant plaintif, pouvant, Demande tout passant lhorrible vrit27. Elle demande aux passants si son enfant est mort, parce quelle ne peut pas croire quelle ait commis un tel crime, mais la preuve est devant elle : Le souvenir revint dans un clair lucide, Peignant la vision de son infanticide28. Trouble par cette vision, elle admet et crie finalement : Jai tu mon enfant 29. Avec cet pisode, le pote montre quen enfer tous les secrets sont dvoils. Les mes mesurent quelles ne peuvent ni fuir ni ignorer le jugement de Dieu. Au milieu de cette situation pnible, les damns nont pas l e choix. Les souvenirs du temps pass 26 Hom o: ou vision de lenfer, 161. 27 Homo: ou vision de lenfer, 162. 28 Homo: ou vision de lenfer, 164. 29 Homo: ou vision de lenfer, 164.

PAGE 173

173 reviennent lun aprs lautre devant eux. Cette introspection suscite le regret et conduit aussi la repentance : On revit ses pchs, on en reboit le fiel ; Puis, enfin, on repense limpossible, au ciel30. Deuxime Partie : Le Souvenir Dans cette portion mditative, situe au milieu du pome, Homo fait le portrait de lhomme quil tait sur la terre. Quapprend-il ? En sanalysant, il comprend finalement quil a gaspill sa jeunesse. Il finit par voir que lhomme est insatiable : il veut tout essayer, goter et sentir. Homo se rend compte maintenant quil sest laiss emporter par ses multiples passions et fait la dcouverte suivante : Il comprend maintenant la source des vices, Cest la soif goste et folle des dlices31. Ce qui dcoule de cette mditation cest que lhomme, en voulant satisfaire ses dsirs, quitte le vrai chemin En cherchant la gloire, la sexualit et la possession, ltre humain se dtourne de la voix divine. Voil ce qui est arriv Homo. Le pote fait une rflexion profonde sur lhomme. Il lie le gain ou la perte de lhomme ses dsirs : Lhomme, ombre qui palpite au sein de lphmre, Atome tourment dune immense misre, Se sauve ou bien se perd par ses vastes dsirs32. Dans ce sens, la pense du genre humain canalise ses actions et ses actes le conduisent soit en enfer, soit au paradis. Le pote mentionne que le problme de lhomme e st quil se laisse guider par ses ambitions. Ce quil poursuit, ce sont des choses qui sont contraires la parole de Dieu: 30 Homo: ou vision de lenfer, 166. 31 Homo: ou vision de lenfer, 168. 32 Homo: ou vis i on de lenfer 170.

PAGE 174

174 Mais la soif dinfini qui vers Dieu nous attire, Notre esprit la corrompt : loin du ciel il aspire33. Homo admet quil a choisi l a mauvaise route. De l vient son grand chagrin. Il reconnat finalement avoir pch. Il se rend compte que ce sont ses actions qui le mettent dans un tat pareil. Le chagrin dHomo est li au souvenir dune femme quil avait aime. Cette femme voulait t out prix servir le seigneur. Le pote la dcrit de cette manire: Un sourire den haut clairait sa personne. Libre et chaste, sereine et sainte, en lau -del Elle prenait racine et cherchant sa couronne Et cet ange avait nom Stella34. Ayant le ciel pour destination, Stella faisait peu de cas des choses terrestres. Elle prenait au srieux les commandements de Dieu en pratiquant la vertu et la chastet. Son dsir tait dtre compte parmi les lus de Dieu. Pour ce faire, elle sest ddie lobissance de la parole de Dieu. Comme le souligne le pote, elle est attache la divinit : Tout son tre exhalait un parfum de mystre ; Sa vie tait un baume, un chant de sraphin, Et son corps, une fleur nempruntant de la terre Quune tige, et brillante aux rayons du matin35. Cette femme tait vraiment le modle de la pit. Elle se distingua par son intgrit, son cur attendri, son amour envers ses prochains et son respect pour le Dieu tout puissant. Elle ne sest pas souille. Homo, dans le but de latti rer vers lui, a employ de grandes ruses, mais il na pas russi: Il prie, il pleure, il feint de touchantes tendresses Elle est sa fiance ... avant qu'il et pos Sur ce joyau du ciel un farouche baiser, Que dun feu consumant il et touch cette m e 33 Homo: ou vision de lenfer, 170. 34 Homo: ou vision de lenfer, 177. 35 Homo: ou vision de lenfer, 173.

PAGE 175

175 Et sur le chrubin fait tressaillir la flamme, Un ange prit Stella sous sa grande aile dor Et dans l a majest sereine de la mort36. De l, le pote met en garde contre les faux chrtiens : des gens qui, pour en tirer des avantages, font semblant de s e convertir. Selon le pote, le genre humain ne doit pas agir de la sorte. Homo regrette sa fausse conversion et pense que sil avait revivre, il changerait compltement de conduite. Avec Stella, le pote invite le genre humain vivre pour Dieu en prati quant sa parole et en tant des modles pour les autres. Dceptions et R emords Exposant les diffrentes tapes passes par Homo en enfer, cette partie est une rflexion sur lhomme, la terre et lenfer. Le pote suggre que lhomme na pas se plain dre sur terre. Il a toutes les saisons pour le charmer, le jour et la nuit pour apaiser sa peine. Le printemps, les amours et les fleurs ont le pouvoir de l'gayer. En dautres termes, les lments naturels sont l pour l'aider calmer sa douleur ventuel le. En revanche, en enfer, ne subsiste aucun remde: Mais jamais aux enfers rien nallge la peine Lhomme perte de rve y souffre sans haleine37. Nous voyons clairement que lintention du pote est de pousser ltre humain se repentir. Il reste con vaincu que lhomme rcoltera aprs sa mort ce quil avait sem sur terre. Il aimerait que lhomme vite lenfer pour jouir des biens clestes, mais il souligne cette tendance lourde du genre humain cacher ses actions devant ses semblables. La faon dont lhomme se prsente aux autres ne correspond pas forcment ce quil est vraiment. Une fois en enfer, ce qui blesse Homo, cest lincessant droulement de lhistoire de sa vie devant lui. Homo est frustr parce quil narrive pas se dbarrasser 36 Homo: ou vision de lenfer, 174. 37 Homo: ou vision de lenfer, 176.

PAGE 176

176 de ses s ouvenirs. Il aimerait bien renier le pass, mais cest impossible. Il garde dans son cur cette nostalgie : Sa vie, ainsi quun livre ouvert chaque page, Se droulait sans trve, image par image. Dsirs, illusions, rves, ralit Tout revenait, pass ait en sombre thorie, O telle une orpheline en deuil, sa rverie Errait, senveloppant de grise obscurit38. Homo, ralisant quil est inconfortabl e continue rflchir. Cest en mditant quil arrive vraiment prendre conscience de son tat. Il es t terroris par ces images qui lui reviennent chaque instant. Tourment par ces souvenirs revcus de force, il se consume de remords : Homo tremble dhorreur dans la sombre fournaise, Il sent un poids norme, crasant qui lui pse39. Nayant personne pour venir son secours, Homo cherche finalement le vrai chemin. Il se rend compte quil a besoin dun tre suprme capable deffacer ses pchs et de le conduire loin de la sombre fournaise Accabl de regrets et conscient de son triste sort, il devi ent son propre juge : Il saccuse, il se hait dune haine suprme. Il crie son esprit ; anathme! anathme! Le ciel, dont il souilla limage dans son cur, Contre Homo prend Homo lui -mme pour vengeur40. Homo reconnat quil na pas eu de fraternit, de charit, ni de communion envers ses semblables. Le chagrin sempare de lui. Accabl de misre, il admet maintenant quil na pas : Ce don de rayonner hors de soi, daider Dieu, En implantant lamour dans son humble milieu. 38 Homo: ou vision de lenfer, 178. 39 Homo: ou vision de lenfer, 182. 40 Homo: ou vision de lenfer, 183.

PAGE 177

177 Bien loin dtre un foyer de vivante lumire Il tait de lenfer le sombre auxiliaire41. Selon cette citation, en suivant ses propres rgles, en faisant peu de cas de la parole divine, lhomme se fait, s ans le savoir, l'agent de satan. Pourtant, son devoir sur terre est de suivr e les commandements de Dieu dans le but de se sauver et damener des mes la repentance. Celui qui ne marche pas selon les principes divins ne fait que travailler pour le diable. Comme lindique le pote : Le monde des vivants et de lme est un temple Dont il a profan les pieux ornements Et de tout son pouvoir min les fondements42. Le pote soutient que lhomme est donc le temple de Dieu et tout ce quil fait doit tre en rapport avec Dieu. Toute sa vie, malgr sa faiblesse attendrissante, lhomme doit s'efforcer de mettre ses actes en accord avec la parole divine. En qualit de temple de Dieu, il ne doit pas agir nimporte comment. Homo va en enfer parce que sa conduite ne se conforme pas aux principes divins. Il a reni Dieu en lui. Dieu va-t il m aintenant le renier ? Vers la V ie Dans cette partie, lauteur mne ses rflexions sur lattendrissement du cur dHomo. Ce dernier, conscient de sa mission en tant que crature de Dieu, voudrait bien refaire sa vie : Oh sil pouvait recommencer vivre Avoir un cur nouveau, Une me neuve, et planer dans lair libre, Et ntre plus Homo 43. 41 Homo: ou vision de lenfer, 184. 42 Homo: ou vision de lenfer, 184 43 Homo: ou vision de lenfer, 188.

PAGE 178

178 Nous remarquons un changement lent, mais efficace de la part dHomo. Son cur rempli de remords se transforme lentement. Ses regrets le conduisent la repentance. Le pote indiq ue le fruit de la repentance dH omo de cette manire: Sa douleur par degr svapore et senfuit. Il soupire, allg, se dlasse, stonne, Ses yeux souvrent Lenfer nest plus Le ciel rayonne, La Nuit rveuse met des sons harmonieux, Lther vibrant frmit du frisson lumineux Qui tombe avec amour des sereines toiles44. Tout change aprs sa repentance. L e pardon est donc li La conversion Elle apporte alors soulagement, allgement, harmonie, paix et lumire. Elle a une fonction purificatrice. C est une tranformation qui, travers le remords, la souffrance, permet daller au paradis. Aprs la conversion dHomo, les mauvais souvenirs s'teignent. Nous remarquons la rupture avec le pass : la douleur sv apore senfuit ; lenfer nest plus La joie revient chez Homo. Il revoit Stella qui vient lui montrer le chemin qui mne la vie ternelle : Vers ltoile elle attire Homo. Lme ravie, Guid par elle, il court recommencer la vie45. Epilogue Cette section, qui sert de conclusion, est diffrente du commencement du pome par son ton et son appel la conversion. Le narrateur angoiss du dbut fait maintenant place un narrateur qui essaie de consoler son me de ses multiples angoisses : Ces se, mon esprit, de contempler la mort! Tais -toi, ne pleure plus sur le monde et le sort !... Toute famille humaine a Dieu pour premier pre, 44 Homo: ou vision de lenfer, 190. 45 Homo: ou vis i on de lenfer 190.

PAGE 179

179 Et pour but, le bonheur travers la misre46. Il soutient lide que la mort ne met pas fin aux problmes de la vie. Elle est plutt un couloir qui mne soit au ciel, soit en enfer. Celui qui se dtourne de ce monde de tnbres pour embrasser lvangile recevra, aprs avoir souffert, la couronne de victoire. Lhomme peut tre sauv sil croit en Dieu et ce derni er, dans son incomparable amour, est toujours prt aider ses enfants : Le ciel nous a sauvs en gardant son mystre : La splendeur de Jsus sest voil e la terre ; Sa main libratrice a montr, sans louvrir, Le livre du Trs -Haut. Jusquau der nier soupir, Il veut que nous croyions en la bont suprme, Et cest tout47. Ce nous dsigne tous les hommes. La brievet du dernier vers aprs un si long developpement est remarquable. Ce vers et cest tout traduit linsistance du pote sur la ncessit de la conversion de lhomme. Il laisse entendre que Jsus est le librateur du monde et lhomme doit croire en sa bont. Il se rend compte que le monde est aride. Ce lieu, pourtant conu pour nous plaire, nest pas un endroit o rgne le bonheur. Cest plutt un sjour temporaire, une localit de passage pour les vivants en route vers le ciel : Linstinct ne trompe pas, le cur est un voyant, Et le cur ni linstinct nattendent le nant48. Pour conclure, le narrateur lance un appel la repent ance. Il est vrai que lhomme est pcheur, mais il peut tre sauv sil se repent de ses fautes. Et Dieu, dans son parfait amour, tend toujours ses bras ses enfants et veut quils aillent rgner avec lui dans le ciel : 46 Homo: ou vision de lenfer, 1 91. 47 Homo: ou vision de lenfer, 191. 48 Homo: ou vision de lenfer, 192.

PAGE 180

180 Je sais que nous pchons et que le mal s'expie; Mais la douleur nest rien quun feu qui purifie. LEternel est amour, et vous pouvez, maudits, Entrevoir, travers lenfer, le paradis !49. Cers vers rvlent les attributs de Dieu. Etant la fois auteur de pardon et source de repos, Dieu est donc une figure paternelle misricordieuse, un distributeur de grce. Homo: ou vision de lenfer est un pome qui fait la description des afflictions de lme humaine aprs la vie dici -bas. Homo, comme son nom lindique, symbolise lhomme. Il est au seuil de la mort. Aprs une existence remplie de pchs, il doit comparatre devant le tribunal du Christ. Pour avoir mpris les lois divines, il est condamn lenfer. Ainsi, tous les pchs quil a commis sur la terre reviennent lui. De l vient la notion du regard. Le regard joue un rle capital dans le pome de Vilaire: tout passe par le regard. Cest par lui quHomo a joui des charmes du monde. Starobinski fait remarquer que : Cest par le regard que sexprime le dsir. Le regard est p erception, mais parce quil cre, entre lhomme et la femme, une zone dintensit rotique, il implique souvent la passion. Les yeux, objets partiels, lieu de focalisation du dsir, constituent linstrument de la sduction 50. Le regard chez Homo est aussi li la honte. Cest lui qui met le drame en marche. Racteur et rvlateur, il fait agir. Cest travers le regard quHomo a donc pch. Cest par lui quil devra souffrir. Le regard dans ce pome de Vilaire est li, comme chez Proust, au souvenir. Il entrane la douleur parce qu'il organise le souvenir : Homo se souvient Il voit se drouler devant lui le film de sa vie. Le regard jet sur lui mme lui permet de se voir comme objet, comme Dieu le voit. Il est alors sujet qui regarde et objet regard En ce sens, on na pas besoin 49 Homo: ou vision de lenfer, 192. 50 Starobinski, Jean. Lil vivant: Corneille, Racine, La Bruyre, Rousseau, Stendhal. (P aris: Gallimard, 1961) 75.

PAGE 181

181 du jugement des autres. Tout est clair devant soi. Homo, en se regardant, se rend compte finalement combien il a gaspill sa vie sur la terre. Le coup dil jet sur lui mme fait quHomo se repent de ses erreurs, de son incrdulit. En prenant Homo comme exemple, Vilaire veut que nous nous prparions pour ne pas tre comme lui au jour du jugement. Charles a crit: Vilaire, en nous montrant ce qui nous attend dans lenfer, nous invite mener une vie chrtienne 51. Avec Homo : vision de lenfer Vilaire utilise une mthode, employe par beaucoup dcrivains, qu'on pourrait appeler la vision du mourant Cette notion sous entend que lhomme, avant de partir pour lternit, voit en un clin dil tout ce quil a fait sur la terre. Nombreux sont les crivains qui partagent cette notion. Certains dentre eux ne se contentent pas seulement de mentionner ce phnomne, mais lutilisent pour faire rflchir leurs semblables. Villon, par exemple, dans son pome titr Ballad e des pendus a utilis cette mthode pour lancer des messages ses frres. Les cadavres sadressent aux vivants pour quils se repentent. Georges Poulet fait remarquer que la vision du mourant se remarque chez plusieurs auteurs: De Quincy, Ribot, Winslo w, Egger etc: Ainsi Winslow et Ribot citent le cas dune parente de lcrivain anglais De Quincey, qui, dans une enfanc e, tant tombe dans une rivire et sur le point de se noyer, aurait vu, au dire de De Quincey, en un moment sa vie entire dans les plus fins incidents, dploye devant elle simultanment, comme dans un miroir52. De mme, M. Derepas, un jeune philosophe qui a vcu durant la guerre francoallemande a crit: 51 Charles, Christophe Philippe. Littr ature hatienne par les textes Tome II. La gnration de la ronde. (Port au Prince : Editions Cho ucoune, 2004) 41. 52 Poulet, Georges. Lespace Proustien. (Paris: Gallimard, 1963) 143.

PAGE 182

182 Ceux qui vont prir ont au dernier moment une vision int ense et simultane de tous les vnements qui se sont succd dans leur existence. Je le comprends pour lavoir prouv Cest ainsi que de limage je puis remonter la ralit et concevoir lternit de Dieu53. Ce pome de Vilaire fait donc partie de cette catgorie duvres qui font usage de la vision du mourant pour annoncer que la mort viendra un jour, lhomme sera tmoin de ses propres erreurs, et qu il a un futur prparer, une me sauver. Avec ce pome, Vilaire nous donne une impression particulire de lenfer. Eddy Arnold Jean a eu raison dcrire: Vilaire fait de lenfer une ide plus valable que la conception traditionnelle. Lenfer, selon Vilaire, nest pas un lieu de souffrances ternelles, mais une tape temporaire de purification. Par le remords et le repentir, lindividu se lave progressivement de ses pchs ; et aprs avoir expi entirement ses fautes, il accde au ciel54. Selon cette rflexion, lorsque lindividu prend conscience de ses fautes et sabandonne entirement Dieu, il se lave progressivement de ses pchs. En ce sens, le paradis est rserv tous les hommes. Il suffit de prendre conscience de son tat et de demander grce Dieu tout puissant. Le pote transmet lide que Dieu, dans son incomparable amou r, veut sauver le monde entier. I l a toujours un regard de compass ion envers les hommes A travers ce pome, Vilaire avertit lhomme quil va rpondre de ses actions dans laudel. Bossuet, dans son Sermon sur l'ambition laisse comprendre que : Oui, l'homme doit s'affermir ; il ne doit pas borner ses desseins dans des limites si resserres que celle s de cette vie : qu'il pense hardiment l'ternit 55. Vilaire contemple la dgradation dHomo et sa dchance. Il sous entend que comme Homo, tout tre vivant sera un jour devant le trne de Dieu pour tre jug 53 Poulet 147 54 Jean, Eddy Arnold. Le 19e sicle hatie n. (Port au Prin ce : Editions Rudegert, 1987) 63 55 Bossuet, Jacques Bnigne. Sermons sur la mort et autres sermons (Paris : Flammarion, 1996) 125.

PAGE 183

183 selon l e bien ou le mal quil a fait durant son court passage sur terre. En crivant ce pome, Vilaire sest i nspir sans doute de ce verset b iblique du Nouveau Testament : Car il nous faut tous comparatre devant le tribunal du Christ, afin que chacun reoive selon le bien ou le mal quil aura fait dans son corps (2 Corinthiens 5 verset 10). Nous pouvons emprunter les paroles de Braspart pour dire que dans ce pome, Vilaire nappelle pas le nom de Dieu par habitude: Dieu nest pas nomm comme un alibi, comm e une allgorie. Il nest pas le Dieu des potes, aussi drisoire que le Dieu des philosophes et de savants. Il est le Dieu, le Matre, le Juge et le sauv eur 56. Ce pome de Vilaire, en se basant sur la Bible, combat toute ide laissant supposer que lenf er nexiste pas. Au contraire, il annonce quau jour du jugement, les lus seront au ciel et les condamns en enfer. Le pote invite lhomme sexaminer pour voir sil est sur le bon chemin. Il lui apprend que son corps est le temple de Dieu. Le but de la vie est de se rapprocher de Dieu et d'essayer d'atteindre sa perfection en devenant un chrtien authentique. Dieudonn Fardin, aprs avoir lu Homo : vision de lenfer a crit: Lpilogue de ce pome est un hymne damour au pre Tout Puissant et un appel lhomme sceptique pour quil croie au bonheur cleste, mme dans la souffrance. Dieu est notre pre et cest lternel but atteindre aprs lpre misre 57. A travers Homo Vilaire invite ses semblables lhumilit et la foi. Il suggre au genre humain de retirer chez lui tout ce quil y a dorgueilleux. Il essaie de pousser les hommes scarter des plaisirs du monde pour sattacher des biens 56 Braspart, Michel. Du Batras : Pote chrtien. ( Suisse : De LaChau x et Niestle, 1947) 51. 57 Fardin, Dieudonn. Histoire de la littrature hatienne : Mouvement de la Ronde. (Port au Prince : Fardin, 1998) 69.

PAGE 184

184 ternels. Il fait sentir que lhomme, durant son cours passage sur terre, doit se prparer pour le paradis et non pas cder aux tentations. Vilaire offre une posie prophtique, religieuse. Il entend inspirer aux fidles une intense ferveur spirituelle. Le pome est donc pour lui un instrument de mditation sur lhomme et son crateur. Il lutilis e pour donner des informations sur lenfer lutter contre les fausses doctrines, inviter les hommes la repentance et confronter des ides. Cest travers des paraphrases bibliques que lauteur lance ses messages. Sa posie met en scne les combats de l homme sur terre, la vanit de lhomme et des choses, laspect ternel de Dieu et le besoin de lhomme de sapprocher de lui. Ce pome, par ses thmes multiples, son aspect religieux et sa caractristique didactique, fait penser La divine comdie de Dant e Alighieri. P ar son ton lgiaque, son accent sur laspect effrayant de la mort, son dveloppement des sensations visuelles et auditives, il rappelle le pome Mors de Victor Hugo. Cette uvre correspond bien la pense de Hugo concernant le pote. Dans son pome intitul Fonction du pote Hugo parle du rle que joue le pote dans la socit. Selon lui, le pote est comme une sentinelle, un guide, un prophte qui, ayant une torche la main, doit faire flamboyer lavenir. Selon lui, cest le pote qui peroit la vrit, l'avenir et qui est charg de les dire, de les transmettre. Il est donc lintermdiaire entre Dieu et les hommes. Il peut tre vu galement comme le pont entre le prsent et lavenir. Vilaire, avec Homo : vision de lenfer analyse le monde qui lentoure pour proposer un plan davenir dans le but de changer le cur de lhomme. Avec ce pome, Vilaire va de pair avec Victor Hugo qui pense que le pote est un visionnaire ayant la capacit de guider les hommes : Peuples coutez le pote coutez le rveur sacr

PAGE 185

185 Dans votre nuit, sans lui complte, Lui seul a le front clair. Des temps futurs perant les ombres, Lui seul distingue en leurs flancs sombres Le germe qui n'est pas clos.58 Pome Mon Ame Comme nous lavons soulign, Vilaire est un criv ain attir par la mtaphysique : Jai pens, jai crit pour ceux que tourmentent le drame de la vie, les problmes de la destine et de lme 59. Le pome intitul Pome mon me publi en 1907, est une longue composition divise en deux parties dans laquelle Vilaire tire des rflexions sur lui mme, cest dire le genre humain. Lorsquil sautoanalyse, lauteur saperoit qu lintrieur de chaque tre vivant luttent plusieurs forces Il revient lhomme de choisir celle laquelle il doit sattacher. Cest un pom e qui montre lopposition entre la terre et le ciel, laspect divin de la nature et la relation entre lhomme et la nature. Partie I Dans la premire partie, le pote examine le problme de l'me, de l'esprit et du genre humain. Il sous entend que l'hom me est un tre tourment qui cherche en vain le savoir : Nous vivons dans lnigme et nous allons sans voir Tourments du besoin ternel du savoir60. Selon ces vers, lintention de lhomme est de trouver la rponse une interrogation dont le sens est c ach. Cet tre aveugle prend une route quil croit conduire la sagesse, aux dcouvertes de toutes choses. En parlant de son me, il crit : Vainement la science en un sublime effort Croit assurer ta vue et ton faible essor61. 58 Hugo, Victor. uvres Potiques. (Paris: Gal limard, 1964) 10301031. 59 Vilaire, 1907, III. 60 Etzer Vilaire, Pome mon me Pomes de la mort, 1898 1905 (Paris: Fischbacher, 1907) 245.

PAGE 186

186 Cela suppose que lune des erreurs de lhomme est de croire que la science peut laider surmonter tous les obstacles de la vie. Cependant, la faiblesse de la science est indique par ladverbe vainement Son ide est que la science, avec ses dcouvertes, son raisonnement et ses multiples exploits, ne peut pas rsoudre tous les problmes du genre humain. Lhomme narrive pas matriser le mystre qui entoure lme. Il demeure dans l'incertitude : Esprit, c omme un flambeau tremblant sur mon front blme, Tu p lis sonder linsondable problme Tu demandes cent fois pourquoi ce drame humain, Pourquoi vivre, pourquoi mourir; le lendemain,62. Selon ces vers, le vrai problme de lhomme est quil veut explorer des mystres. Lesprit et le cur du genre humain ont un vif apptit pour linconnu. Son problme cest quil veut exprimer lindicible, toucher limpalpable. Guid par le dsir de dcouverte, lhomme se pose sans cesse des questions qui le dpassent. En parlant de son me le pote crit : Prisonnire du monde en lu tte avec ton corps, Proie o naissent sans fin les hydres remords, Victime de la vie adore et maudite Sur qui s'ouvre le ciel comme un il qui mdite Abstraite, inassouvie, assoiffe et toujours Etanchant sans espoir la source de tes jours63. Dans ces vers, le pote dcrit une trs grande lutte entre le corps et lme. Si le corps tend vers les plaisirs charnels, les biens dici bas, lme aspire aux choses clestes, lternit, au paradis. Cest ce combat interminable entre ces deux entits qui cause langoisse de lhomme et qui le pousse prendre position. En prenant la nature comme 61 Pome mon me 246. 62 Pome mon me 246. 63 Pome mon me 250.

PAGE 187

187 sujet, le pote montre la contradiction qui existe en lui mme. Au dbut il prtend que la nature est ingrate et ne se soucie pas de lhomme : Les monts, les eaux, les bois, l'azur, le peuple astral, Tu les sens trangers lunivers moral Et souverainement insoucieux des hommes, Ces peuples inquiets de mobiles fantmes. Ils nous ont prcds, puis ils nous survivront, Comme un ornement reste, aprs la mort, au front. Aucun ne se souvient, tout perd notre mmoire Et jamais nos malheurs naltreront leur gloire64. Nous sommes en prsence dun homme jaloux des lments naturels. Ralis ant que ses jours sont limits, il est troubl. De l vient lide que lhomme, et ses sp lendeurs, ses prestiges, passe ront La nature tait l avant lui et elle subsistera bien longtemps aprs sa mort. Comme Vigny65, il nourrit une opinion pessimiste de la nature. Il en fait une conception pjorative car selon lui, elle est ingrate, ternelle et glorieuse. Ce nest pas une compagne pouvant aider lhomme surmonter les obstacles de la vie. Cette nature fait peu de cas de sa misre. Le pote, aprs stre po s toute une srie de questions pour lesquelles il ne trouve pas de rponses, admet quau fond, lesprit cherche en vain une chose introuvable: Tu fatigues le ciel de tes vux superflus !66. Partie II Dans cette deuxime partie, le pote est plus raisonnable. Il dit son me de se reposer car la nature est l pour la consoler : Repose -toi mon me Une brise lgre, De lazur invisible et douce messagre, 64 Po me mon me 255. 65 Dans La maison du Berger Vigny dnonce la froideur et lindiffrence de la nature lgard de lhomme 66 Pome mon me 255.

PAGE 188

188 Tapporte la rumeur caressante des eaux Et les parfums des bois o chantent les oiseaux67. Selon cette voix, la nature est positive. Le vent, le ciel, les eaux, les parfums et le chant des oiseaux sont capables de soulager la peine de lhomme. Dans ce sens, la nature est accueillante, consolatrice et messagre. Dans une volte -face, lesprit pessimiste fait place la pense optimiste. Ce qui est intressant, cest que la nature, par ses caractres merveilleux, fait alors penser la divinit: Repose -toi! ... Le ciel, les astres, l'eau, les bois Ont une me invisible et prsentent des voix Qui parlent dans lespace et dissipent le doute, Une oreille propice et toujours coute Ils taccueillent avec un immense baiser Si ton cur te sduit laisse -le sabuser Et crois quils taiment tous autant que tu les aimes; Trompe tes sens si prompts te tromper eux mmes68. Le pote essaie de se convaincre que la nature nest pas mauvaise comme son esprit le prtendait avant. Ici, la nature est personnifie et dote de facults verbales et audit ives. Elle nest pas sourde aux appels de lhomme. A travers ses multiples objets, elle fait entendre sa voix : elle est attentive, accueillante, sensible. Le pote veut chasser de son esprit cette fausse ide concernant la nature. Contrairement ce quil croyait, il est prsent impossible de parler dingratitude de la part de la nature : Homme ingrat, elle porte en ses flancs maternels, Ta force, tes trsors, tes secrets ternels ; Et loin de disperser ta vie et ta pense, Les grave et les rapporte ton me blesse69. Nous assiston s un renversement de rle. Lingratitude associe la nature au dpart, est lie lhomme larrive. Ici, comme chez Hugo et Lamartine, la nature est donc 67 Pome mon me 260. 68 Pome mon me 262. 69 Pome mon me 262.

PAGE 189

189 nourricire, gardienne de souvenir, institutrice. Cest une amie fidle qui garde dans ses conf ins les petits secrets de lhomme. Selon le pote, la nature parle, mais il faut tre en mesure de suivre ses conseils : Tu cherchais la douceur des vrits sereines Dont lme et la beaut plantaires sont pleines ; La voix de la nature, en un appel divin, Te montrerait la route, triste plerin70. La nature est linstrument de la divinit. Elle est en quelque sorte un pont entre lhomme et Dieu. Lhomme est un plerin qui voyage vers sa dest ine. Sil arrive suivre les consignes de la nature, elle peut lui montrer le chemin. Ce message est audible lme. Le pote souligne ce que reprsente lme ses yeux. Pour lui, elle est le reflet de Dieu en lhomme et comme Dieu, elle est immortelle : O toi qui fais pleurer la fange o tu t'assoies; Reflet du ciel en nous, comme au Seigneur ; J e crois ton souffle de vie immortelle, mon me Etincelle charpe au foyer de la flamme71. Selon le pote, il faut croire et aimer. Il se rend compte que son esprit spuise chercher les rponses trop de mul tiples questions. Il cherche connatre la source de la vie. Son cur devient esclave des questions sur lunivers. Pour le consoler, le pote lui dit : Lve les yeux au ciel et quun rayon bni Te dcouvre jamais les hauteurs ternelles72. Le pote prtend que lhomme, parce que sa connaissance est limite, ne peut pas rpondre toutes les questions du monde. Il doit admettre quil ne peut pas tout faire, comprendre, expliquer Pour laider, le pote linvite chercher le Seigneur : 70 Pome mon me 265. 71 Pome mon me 265. 72 Pome mon me 267.

PAGE 190

190 Un vent dternit souffle vois ta nacelle Prte fendre les flots : voyageur, Dieu tappelle Lorage est franchi, pars chante en prenant lessor : L bas plus de tempte et le ciel est le port Pars !... 73. Ces vers sont un appel la conversion. Selon le pote, chercher comprendre ou expliquer les mystres du monde est une perte de temps. Lhomme ferait mieux de sabandonner Dieu. Ce dernier tend dj sa main pour accueillir lhomme et ses tourments. Sur la terre, plus lme est noble et pure, plus elle devient triste et solitaire. La terre nest quun passage, la vraie demeure est dans le ciel : Tout nest quun cho sourd ou quun pressentiment : Cest l haut lternel panouissement74. Ces vers soulignent que la terre est lie au manque, la faiblesse. Dans le ciel, par contre, tout sera illimit, les yeux de lhomme souvriront et ils compr endront tout. L'homme est un naufrag qui cherche le secours. Dieu est son port, celui qui peut l'aider. Le pote invite son me lappel divin en disant: O mon me va donc en paix, crois, aime, marche !... Sur les flots soulevs il est encore une arche O ceux qui ne sont plus attendent ceux qui vont, O pour lhymne damour tous se retrouveront !75. Le pote demande son me de se consoler car au milieu de la dtresse Dieu est l. En dautres termes, dans les moments de doute et dinquitude, il faut garder la foi. Il prche donc la paix, la croyance en D ieu, lamour lgard de ses prochains, ainsi que le zle pour travailler pour le Seigneur. Il reste convaincu que les morts attendent les vivants dans le ciel. Ceux qui travaillent sur la terre vont rcolter l haut leurs fruits. 73 Pome mon me 267 268 74 Pome mon me 269. 75 Pome mon me 270.

PAGE 191

191 Lhomme est un semeur. S es actions sont ses grains qui dterminent ce quil recevra comme rcompense un jour : La terre attend du ciel une moisson future. Non ce labeur de lhomme au sein de la natu re Na pas pour seuls tmoins le vide et le nant Tout nest pas englouti dans labime effrayant76. Contrairement certaines personnes qui croient quil ny a rien aprs la mort, le pote annonce quaprs la mort vient le jugement dernier. Le comportement de lhomme sur la terre sera le critre sur lequel il sera chti ou rcompens. Rien ne se fait en vain sur c ette terre. Dieu jugera chacun selon son uvre. Le pote est conscient que la vie est difficile et que lhomme doit prendre des dcisions importantes. Il essaie de rassurer son me en disant : Ta vie est un combat pour tre une victoire 77. Selon cette ide, chaque fois que lhomme rsiste lincertitude, fait du bien et vit selon les principes divins, il se rapproche de Dieu. Aprs avoir lutt contre les choses terrestres, les tentations de toutes sortes, il recevra la couronne de victoire. Cest pa r le biais dune comparaison que le pote essaie de se donner du courage. Il relate que comme un arbre couvert de neige, lhomme qui suit le S eigneur nest pas bien vu sur la terre. Parfois, il ressemble un tre mort. Sous la pluie, il ne peut rien f aire, il souffre et est au gr du vent. Mais malgr tout, il tient fort. Il plie, mais ne tombe pas. Il rsiste aux attaques de toutes sortes. Selon le pote : L'Arbre est l'humanit Le genre humain connat des moments difficiles, mais cela fait parti e de lapprentissage : Sous le Zphyr lorage ou la brise glace, Il porte en traits obscurs la divine pense. Sa feuille a beau voler au souffle de la mort. 76 Pome mon me 271 272. 77 Pome mon me 273.

PAGE 192

192 Et la cogne active et sinistre du sort Frapper son cur saignant et sa rugueuse corce : De la terre et du ciel il tire sa force ; Et po rtant haut lespoir en un monde futur, Sa cime monte en fleurs et se perd dans lazur78. Le pote insiste sur le fait qu travers les intempries, les tribulations de to utes sortes, lhomme doit tenir bon. Il doit tre inbranlable, car aprs les calamits, viendra le jour de dlivrance et de rdemption. Il ne sera pas seul. La main de Dieu sera l pour lui donner de la force, du courage pour rsister aux preuves de la v ie. Aprs avoir lu le pome de Vilaire, Vaval le commente de la manire suivante: Protestant de naissance et dducation, monsieur Vilaire est habitu dinterminables examens de conscience. La vie intrieure se trouve dveloppe chez lui un haut degr. Do cette tendance se servir du vers pour lexpression de ses ides philosophiques et religieuses ou pour lanalyse de ses angoisses morales79. Ce pome est une introspection: le dialogue de Vilaire avec lui -mme au sujet de lui mme Le dialogue intrieur joue un rle capital chez lui. A travers de multiples interrogations, Vilaire illustre la notion de la vanit des choses et des dsirs humains. Avec ce pome, il invite embrasser la foi et esprer la vie dans lau -del. Il soutient l'ide que la souffrance de l'me provient de son enttement vouloir matriser les choses terrestres. Ici -bas, tout est limit. Les doctrines philosophiques sont insatisfaisantes. La science n'arrive pas dchiffrer les mystres. La vie reste une nigme. Plus on questionne les choses, plus on devient malheureux et lon ressent sa petitesse. C'est dans l'esprance de la vie ternelle que le pote trouve un rconfort. En sadressant son me pour lencourager, le pote invite ses semblables faire de 78 Pome mon me 266 2667. 79 Vaval, Duracin. Histoire de la littrature hatienne ou lme noire. (Port au Prince :Fardi n, 1986) 6566.

PAGE 193

193 mme. Comme un prdicateur, le pote sadresse aux lecteurs, essayant de les persuader de chercher le vrai chemin. Sa modestie touche le lecteur, le rapproche de lui et le projette dans sa pense. Nous devons indiquer quil y a un lien troit entre Claudel et Vilaire. Anims par les dogmes religieux, ces deux po tes utilisent leurs uvres pour annoncer LEvangile Comme lindique Michaud : Claudel na cess de pratiquer la Bibl e depuis sa conversion, et que de plus en plus, non seulement elle est devenue pour lui lobj et dune tude continue et applique, mais elle a nourri aussi son uvre tout entire, au point quon ne peut, sans se reporter sans cesse la Bible, en saisir le sens profond80. Il est important de souligner que Vilaire nest pas le premier pote chrtie n hatien. Maurice Vilaire81, dans son livre intitul Potes protestants hatiens, note quavant Vilaire, il y avait : Paul Lochard, Paul Emile La Tortue, Luzincourt Rose, Louis Joseph Janvier, Edmond Hereaux, Auguste Albert et Ralmont Domond. Cependant, c omme lindique Saint -John kauss : Il nexiste presque pas dans toute la littrature hatienne duvres connotation mystique qui font autorit. A part celles du pote Etzer Vilaire, de Carl Brouard ou de Magloire Saint Aude, ils sont rares les crivains h atiens dont la posie a pour rle de traverser les tnbres, de faire face la lumire ou de gagner les limbes absolus des esprits82. Selon Kauss, bien que dautres potes fassent allusion la Bible dans leurs uvres, rien de mystrieux n en dcoulent Cela souligne que Vilaire est le premier pote chrtien dHati. Pour la premire fois dans la littrature hatienne, on assiste un crivain qui consacre tant de vers au service de la prdication de lEvangile. En parlant des potes romantiques, Peyre crit : Ce sont eux qui ont dcouvert Dante, si misrablement mal compris en France par les cinq sicles prcdent. Ils ouvrirent la 80 Michaud, Guy. Le symbolisme tel qu'en lui mme. (Paris: A.G. Nizet, 1995) 344 81 Vilaire, Maurice. Potes protestants hatiens. Port au Prince: S. N 1964. 82 http://www.potomitan.info/kauss/crosley2.php

PAGE 194

194 sensibilit de leurs compatriotes la grandeur de la Bible 83. Comme les romantiques, Vilaire est le pote qui, dans la littrature hatienne, a le plus contribu lenseignement biblique, aux vrits ternelles. P rdications D un Laque Vilaire est un homme qui, comme beaucoup de personnes dailleurs, avait prouv des doutes et nourri un esprit pessimiste avant daccepter le Seigneur. Bien quil soit n dans une famille protestante, il avait perdu la foi. Cependant, une nuit, troubl par lesprit du nant, il a commenc sintresser la parole divine. Sur linvitation de lun de ses amis, il a visit lglise du fameux pasteur Auguste Sabatier : Les explications du savant protestant libral dissiprent bien des difficults et des objections que soulevaient dans son esprit certains passages des Saintes Ecritures. Comme une aube ple, la lumire de la foi naiss ait au fond de son me 84. Toutefois, ce ntait pas vraiment le jour de sa conversion. Il rsistait encore lappel de Dieu. Il ne cachait pas son opposition aux vrits religieuses. Cependant, un jour, pntr par les paroles du Dieu tout puissant, il a donn sa vie Jsus : Cela se passait en 1900. Cette anne-l, lglise de Jrmie le reut en qualit de membre communiant, la fte de la Pentecte. Il tait g de 28 ans 85. Peu de temps aprs, il a commenc diriger lcole du dimanche des enfants. Trois ans aprs sa conversion, son pasteur, ayant besoin daide, lui a demand de laider prcher la parole divine. Vilaire ne lui a pas dsobi. Il a donn beaucoup de sermons dont la plupart nont pas pu tre reproduits: 83 Peyre, Henri. Qu'est ce que le rom antisme? (Paris: Presses Un iversitaires de France, 1971) 146 147. 84 Etzer Vilaire, Prdications dun laque. ( Port au Prince : Les Frres de lInstruction Chrt ienne, 197 ?) 2. 85 Prdications dun laque 3.

PAGE 195

195 Une anne durant il fut s eul diriger, en labsence daucun pasteur, la congrgation de Jrmie ; alors il prcha trois fois par semaine et toujours dabondance 86. Ses sermons les plus longs avaient lieu surtout le 31 dcembre. En ces moments, il pr chait pendant 2 heures. Riche de renseignements sur notre auteur, nous allons maintenant procder lanalyse de quelques uns des thmes rcurrents de ses sermons. Apparaissent en premire ligne les devoirs du chrtien, puis la notion de temps, avec une insistance sur la ncessit de Dieu et le personnage de Jsus. Les Devoirs du Chrtien Vilaire est un pote prdicateur qui utilise son talent pour propager la bonne nouvelle de lvangile. Fardin, conscient de cet aspect de luvre de Vilaire, a crit : Comme tous les philosophes chrtiens, il sest interrog et a cherch des lumires dans la Bible et la pratique des vrits ternelles 87. Cela se vrifie car lauteur de Pome mon me croit en lauthenticit de la parole de Dieu et fait delle une chose sacre. Caillois, dans s on livre intitul Lhomme et le sacr dgage lide suivante: Est sacr ltre, la chose ou lide quoi lhomme suspend toute sa conduite, ce quil naccepte pas de mettre en discussion, de voir bafouer ou plaisanter, ce quil ne renierait ni trahirait aucun prix 88. Nombreux sont les principes bibliques auxquels Vilaire aimerait que tout homme sattache. Il prche la vrit, invite lhonntet et proclame la sincrit et lamour. Il se fait le devoir de montrer aux hommes le chemin qui mne au ciel Des leons de morale et de nobles exemples abondent dans ses sermons. Lappel la pit par exemple est lune des choses qui se rptent dans son 86 Prdications dun laque 4. 87 Fardin, Dieu donn. Histoire de la littrature hatienne : mouvement de la ronde. ( Port au Prince : Fardin, 1993) 78. 88 Caillois, Roger. Lhomme et le sacr. (Paris : Gallimard, 1950) 177.

PAGE 196

196 uvre. Il pousse toujours ses frres vivre une vie exemplaire. La citation suivante en est un parfait exe mple: Nallez pas aux gens toujours avec un texte biblique aux lvres ; mais vous efforant de faire votre vie soit une application frappante de la parole vanglique, offrez au souvenir et la conscience de ceux qui vous observent lexemple silencieux et dautant plus loquent, de la rgnration spirituelle89. Nous remarquons bien le champ lexical de la vie religieuse. Selon Vilaire, il faut se sparer de lhypocrisie quelles que soient ses formes. Il faut tre un chrtien authentique. Pour tre en mesure de persuader les autres, il faut tre un exemple. Il ne suffit pas de dire quon est chrtien. Mmoriser et rciter des versets bibliques ne sont pas des signes de pit. Ce qui sort des lvres, il faut que ses actes le prouvent. Il nest plus question de thorie, mais de pratique. Vilaire soutient lide que les actions valent mieux que les paroles. Le vrai chrtien est celui qui prche travers ses actions et qui cherche constamment se purifier. Le chrtien a pour but la conformation de sa conduite aux enseignements divins. Il ne faut pas tre un chrtien de surface ; ses actions doivent reflter les principes divins. La vie chrtienne devient en ce sens une occupation. Le devoir du croyant est de constamment faire attention ses gestes: Et veillo ns scrupuleusement, tous les jours de notre vie, sur la moralit du moindre de nos actes. Chacun deux provoque une sanction, comme chacun a dincroyables rpercussions 90. Selon Vilaire, les actions de lhomme sont capables de dterminer ce quil sera dans laudel. Sil marche selon les prceptes de Dieu, il ira au paradis. Cependant, sil vit selon les dsirs de son cur et sloigne des ens eignements divins, il prpare s rement l enfer. Lessentiel cest de vivre une vie exemplaire pour pouvoir 89 LEpe de lEsprit, 197?, 18. 90 Sur la justice divine, 197? 107.

PAGE 197

197 s assur er une place auprs de Jsus car : Le jugement de Dieu notre gard sexerce donc en nous et par nous. Cest vous qui serez rduit prononcer votre propre condamnation 91. Ici, Vilaire fait rfrence la notion biblique qui fait remarquer quau jour du jugement, devant le grand trne blanc souvrira le grand livre. Chacun aura la chance de lire ce quil a fait de bon ou de mauvais. Devant un tel constat, lhomme sera son propre juge. Il verra ses actions et dterminera lui mme ce quil mrite. Conscient de ce qui attend lhomme au dernier jour, Vilaire linvite la sanctification pour quil puisse tre sauv. Une des choses contre lesquelles Vilaire met en garde est le doute. Le prdicateur veut absolument que le chrtien chasse de son esprit l incertitude. Il doit tre anim dune foi inbranlable: Interdisons notre mauvaise humeur, notre dpit ou notre rancune certaines paroles qui portent le dcouragement et la mort dans les mes. Ne disons jamais : tout est perdu 92. Ce que sous entend Vilaire cest quavec Dieu, il y a toujours de lespoir. Mme si les choses paraissent impossibles, il faut compter sur le crateur de lunivers. Celui qui se remet Dieu ne sera pas du. Vilaire prche de la sorte pour mettre en garde contre ceux qui sefforcent de dcourager les croyants: Dites courageusement votre amour pour votre sauveur, ce que vous avez dj reu et ce que vous attendez encore de lui 93. Avec ces paroles, Vilaire exhorte ses frres contre les dtracteurs de la prdication qui pensent que la foi en Dieu est un mythe. Il faut se mfier des moqueurs. Selon le pote, la parole du seigneur est trop sacre pour avoir peur de la prcher. Quand le moment se fait sentir, il est important dvangliser. A linstar de laptre Paul, il faut annoncer sans crainte la bonne nouvelle 91 Sur la justice divine, 197? 108. 92 LEpe de lEsprit, 197?, 17. 93 LEpe de lEspr it, 197?, 18.

PAGE 198

198 de lEvangile: Car je nai point honte de lEvangile : cest une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit 94. Dans le but de poursuivre la course chrtienne, le fidle a besoin de quelques outils. Selon Vilaire, la justice et la vrit doivent tre ses amies. Le mensonge est un poison dont il faut sloigner. Il invite le croyant pratiquer la vertu et le bien travers ces mots : Croyons toujours la vertu, en lefficacit du bien ; gardons -nous dabandonner comme inutiles, les principes dune svre morale, qui doivent rgler notre vie. Loin de nous le prtexte que nous serions incompris, mconnus, solitaires, et que lensemble de notre conduite ne serait daucun profit pour nos semblables95. P our Vilaire, lune des tches du chrtien est de faire preuve de vertu en vitant la souillure et les mauvaises compagnies. Bien traiter ses semblables est aussi un de ses devoirs. Vilaire avoue qutre chrtien nest pas une chose facile. Suivre le Seigneur, cest tre prt lexclusion. Le chrtien, comme Jsus, doit souffrir. De mme quon sest moqu de Jsus sur la croix, le chrtien sera sujet la satire. Le croyant sera parfois mal compris par ses semblables. Certains, parfois sans raison, le mpr iseront et feront de lui un objet de dbat. Il se sentira souvent seul au milieu de la foule. Cependant, il doit consentir souffrir. Comme un soldat qui va au combat, il est ncessaire de continuer la lutte malg les blessures. Dieu peut lui donner du courage pour accepter sa douleur et la supporter avec vaillance. I l doit tenir ferme. Il na pas sexcuser cause de sa prise de position pour Dieu. Il doit au contraire endosser compltement ses responsabilits envers Dieu : Ne soyons pas de ceux qui s e soucient mdiocrement de la vrit, du bien, de lidal. Appartenons plutt au petit 94 Romains 1 verset 16. 95 Sur Pi late et le scepticisme 197?, 69.

PAGE 199

199 nombre des mes dvoues leur triomphe et qui rpondent fidlement aux appels du Christ 96. Vilaire admet que les gens qui vivent pour le Christ reprsentent une minor it. Voil pourquoi le chrtien ne doit pas travailler demi. Selon lui, se donner tout entier la prdication de lEvangile est une chose honorable aux yeux de Dieu. Dans son sermon intitul Roseau froiss lumignon fumant Vilaire lance lide qu il est important de nous rendre compte de nos rapports avec Dieu et de nos devoirs envers nos semblables. A ses yeux, la prdication est un moyen de faire revivre lidal moral et religieux : Dieu lve les humbles ; il glorifie les petits, il console le s souffrants en qui ne sest pas effac un pur sentiment de piti, lamour de la justice et de la vrit 97. Daprs Vilaire, le chrtien ne doit pas tre orgueilleux. Sil veut que Dieu fasse de lui quelque chose, il faut quil fasse preuve dhumilit. En tant que serviteur de Dieu, il est utile davoir de la compassion lgard de ses frres. Le chrtien doit sadonner la dfense des gens injustement condamns et la prdication de la vrit. Vilaire met galement en garde contre lattachement au mond e, la vanit : Quant aux biens, quand la gloire de ce monde, rien de tout cela ne doit compter, cela nest point de la vie spirituelle 98. Aux yeux de Vilaire, celui qui cherche suivre le Seigneur na aucun intrt dans les biens dici bas. Il semb le indiquer que la gloire et les biens sont des choses qui dtournent lhomme de sa vraie fonction sur la terre. Sattacher ces choses, cest prendre un grand risque : celui de perdre son me. Le croyant doit donc renoncer aux choses terrestres. Caillois conscient des ruses du diable, crit: 96 Sur Pi late et le scepticisme 197?, 70. 97 Vilaire, 197? 92. 98 Vilaire, 197? 9 6 97.

PAGE 200

200 Le diable, par exemple, nest pas seulement celui qui chtie cruellement les damns dans lenfer, mais aussi celui dont la voix tentatrice offre lanachorte les douceurs des biens de la terre. Sans doute est -ce p our le perdre, et le pacte avec le dmon nassure jamais quune flicit passagre, mais il est clair quil ne peut en tre autrement99. Dans sa posie, comme dans ses sermons, Vilaire ne cesse de donner lhomme des conseils pouvant laider signorer p our vivre pour Dieu. Ainsi, dans son sermon intitul La cit reconstruite il rappelle que les histoires bibliques sont pleines denseignements et doivent tre une source dinspiration pour le genre humain. Selon Vilaire, le serviteur de Dieu doit tre ferme dans ses dcisions. Lun de ses rles est danimer lesprit de ses semblables pour les conduire laction, car la force morale est extraordinaire. En utili sant lhistoire de Nhmie, qui sefforce de reconstruire la muraille de Jrusalem, Vilaire i nvite ses semblables laction, au dvouement, au travail pour le Seigneur. Il indique que cest dans la prire que Nhmie prend force et refuge. Malgr d es problmes de toutes sortes, Nhmie arrive construire la muraille et rebtir Jrusalem. Pour Vi laire : Le patriotisme et la religion ont inspir les plus grandes actions qui se soient accompliesle patriotisme est une sorte de religion ; historiquement dailleurs, cest la religion qui a donn naissance cette vertu 100. Vilaire voit dans le ciel une idalisation de notre patrie terrestre. Lhomme doit tre la fois patriotique et religieux : Lhomme parfait, le seul qui mrite ce nom, cest lhomme la fois patriote et religieux 101. Pour Vilaire, le patriotisme et la religion sont intimement li s. Ils se touchent et se confondent. Il considre Nhmie comme un vrai patriote parce quil partage ces deux sentiments : 99 Caillois, Roger. Lhomme et le sacr. (Paris : Gallimard, 1950) 49. 100 L a cit reconstruite 197 ? 52. 101 L a cit reconstruite 197 ? 52.

PAGE 201

201 Au lieu de renier sa patrie, il revendique sa misre comme son hritage lui, bien que, dans lopulence dune cour fastueuse, il s oit lheureux favori dun monarque tranger et tout puissant. Sa richesse et sa gloire personnelles ne lenorgueillissent point, ne lui font pas perdre un instant de vue la dtresse et lopprobre de ses concitoyens loigns102. Cette citation met laccent s ur le devoir de lhomme envers son Dieu et envers son pays. Cela sous entend que nous pouvons tre la fois bons chrtiens et bons patriotes. Vilaire souligne le fait que Nhmie, tout en voulant aider son pays, sadresse Dieu avant de tout faire : Ce qui frappe en lui, cest lalliance du patriotisme le plus actif la pit la plus profonde. Tout ce quil entreprend pour le relvement de son peuple, il le met dabord sous la protection de son Dieu 103. Vilaire montre ici le comportement du chrtien qui touche les limites de ses facults. Pour tre en mesure de faire des exploits, il a besoin de la prsence divine. Ainsi, Nhmie prie avant dagir. En prenant Nhmie comme exemple, Vilaire conseille ses semblables de faire deux choses. Il leur conseil le premirement de prier pour que Dieu les guide et les protge dans toutes leurs entreprises. La prire est donc une force spirituelle. Celui qui prie le Seigneur nest pas seul dans les combats, et devient capable de faire des choses extraordinaires. Deu ximement, aprs avoir pri, il faut agir pour concrtiser ses objectifs : Comment savoir si Dieu est dispos nous exaucer quand, la prire faite, nous nagissons pas ? 104. Au del, Vilaire combat les chrtiens passifs qui se contentent dappeler le Seigneur sans rien faire pour amliorer leur sort. Il ne prche pas lvangile de la rsignation. Oui, Dieu est l pour nous aider, mais nous sommes aussi ses instruments. Nous devons tre en mesure dentendre sa voix qui nous dicte ce quil faut faire et no us mettre son service. Dieu entend lorsque nous prions, mais 102 L a cit reconstruite 197 ? 53. 103 L a cit reconstruite 197 ? 57. 104 L a cit reconstruite 197 ? 57.

PAGE 202

202 aprs la prire, il faut agir. Vilaire lance un appel au patriotisme travers ces mots: Redoublons de surveillance et dardeur ; la brche Soulevons les pierres, tirons lpe, sonnons l a trompette Ouvriers, soyez des guerriers, soyez des hros 105. Avec ces mots, Vilaire suggre que, comme les figu res bibliques, les gens doivent plaider en faveur de leur peuple, au nom de Dieu. Il reste convaincu que la foi en Dieu peut sauver le peuple : Si vous voulez contribuer la dlivrance morale de votre peuple, veillez la qualit de votre christianisme et faites pntrer votre religion, comme une essence de vie, dans lme nationale 106. Vilaire lie la dlivrance des peuples la chrtient. Il croit que pntrs de la parole divine, les individus peuvent sunir, se comprendre, se tolrer, sentraider pour mener une vie exemplaire. Il est persuad de la facult de Dieu de faire rgner la paix au milieu du genre humain. En faisant rfrence l histoire biblique, Vilaire insinue que les nations qui se confient en Dieu prosprent, vont de victoire en victoire. Voil lexemple que les nations doivent suivre. Il est utile de rappeler que Vilaire est un membre fervent de lglise mthodiste de Jr mie. Dans son article intitul Le protestantisme en Hati avant le Concordat Griffiths expose les buts de la Mission mthodiste w esleyenne dHati. Elle soutient que cette dnomination prche labandon de lidoltrie, de la fornication, de ladultre pour embrasser la sanctification et la qute des choses clestes. Cest une religion ayant aussi une porte politique. Elle encourage lducation de la masse et la participation de tous dans le dveloppement du pays. Mark Bird, lun des reprsentants actif s de ce mouvement en Hati croyait que les protestants et tous les hommes de bonnes 105 L a cit reconstruite 197 ? 59. 106 R eminiscere, 197? 223.

PAGE 203

203 volonts devraient aider le gouvernement dHati dvelopper le pays pour quil puisse jouer le rle qui lui tait dvolu parmi les nations du monde 107. Cette dnominati on croit lindpendance conomique et au progrs du peuple hatien. Cest pour cette raison que Vilaire adhre cette religion. Il est attir par la fraternit dune telle dnomination. La conversion de Vilaire lui donne aussi le sens de responsabilit. Comme lindique Griffiths : Au contraire, alors quauparavant il tait de nature individualiste, suite sa conversion il simplique de plus en plus dans les affaires de sa communaut. Aprs une longue priode dans lducation, il devient Magistrat. Il pr oteste trs tt et vigoureusement contre loccupation amricaine et se fait le dfenseur des classes dfavorises et mar ginales. En dautres termes un moment o les catholiques et les protestants gaspillent leurs nergies en querelles futiles, Vilaire d emeure fidle aux valeurs fondamentales du protestantisme hatien en traduisant sa foi par une conscience sociale qui veut le bien de tous108. Pour pargner des malentendus, i l nous semble important dclaircir le choix religieux de Vilaire car il peut susc iter beaucoup de questions de la part de certains critiques. En prnant ouvertement sa chrtient, Vilaire ne condamne pas les valeurs hatiennes, la religion vaudou. Nous ne retrouvons pas un blasphme contre la religion vaudou dans ses uvres. Il na jam ais utilis de mots pour critiquer ou ironiser sur les pratiques des vodouisants. Cette religion, reprsente le plus souvent comme une religion qui fait peur, revt un aspect positif chez lui. Elle est lie lhistoire et lmancipation des esclaves. D ans le troisime chapitre de notre travail, nous avons montr que Vilaire est un homme qui connat bien sa culture et qui la respecte. Dans notre analyse de son pome intitul LAjoupa nous avons montr que lauteur parle du mystre qui 107 Griffiths, Leslie. Le protestantisme en Ha ti avant le Concordat Le phnom ne religieux dans la Carabe: Guadeloupe, Martinique, Guyane, Hati. ( Paris : ditions Karthala 2000) 102 103. 108 Griffiths, Leslie. Le protestantisme en Ha ti avant le Concordat Le phnom ne religieux dans la Carabe: Guadeloupe, Marti nique, Guyane, Hati. (Pari s : ditions Karthala 2000) 107 108.

PAGE 204

204 entoure la rel igion vaudou, ainsi que des facults magiques du hougan. Il fait ressortir le lien existant entre ses anctres et les Africains, de mme que le rle jou par le vaudou dans lmancipation des Noirs. Il ne dnigre cette religion dans aucun de ses pomes ou sermons. La Notion de Temps Nous jugeons ncessaire de consacrer une partie de ce chapitre la notion de temps chez Vilaire puisque ce thme, rcurrent dans ses sermons, semble jouer un rle considrable. Lauteur sen empare pour ouvrir les yeux de lh omme en linvitant bien lutiliser, car il sera lun des facteurs de son bonheur ou de son chagrin dans laudel. Ainsi, dans son sermon intitul Sur lemploi du temps Vilaire indique que le devoir de lhomme est dapprendre bien employer son temps. Pour lui: Compter ses jours, cest donc regarder soi, veiller sur son me, viter sa dissipation, vouloir quelle agisse propos, avec efficacit 109. Selon Vilaire, pour ne pas perdre son temps, lindividu doit sanalyser pour vrifier sil est dans le droit chemin. Sa tche est de sefforcer de suivre les rgles divines. Vilaire mentionne le fait que des individus utilisent leur temps pour assouvir leur vanit et leurs passions. Il remarque que les opinions sont divergentes en ce qui a trait au t emps. Pour certains, le temps passe trop vite, alors que pour dautres il trane: Le temps ne court jamais assez, votre gr ; et la plupart labrgent, dans une hte furieuse de vivre 110. Pour Vilaire, la dure du temps nest pas importante. Lessentie l, cest ce quon fait du temps quon a eu durant son passage sur la terre. Vilaire enseigne que lhomme ferait mieux de prendre garde 109 Su r lemploi du temps 197 ? 22. 110 Su r lemploi du temps 197 ? 26.

PAGE 205

205 sa conduite. Ce serait une bonne ide de mditer sur sa vie et dessayer de lamliorer. Daprs lui, en exerant son esprit la sagesse, lhomme peut lutter contre la tentation: Il faut surtout se dfendre des convoitises interdites 111. Pour bien vivre, il faut faire usage de bon sens et de bonne volont. Il faut discerner les objets qui nous occupent. Le temps doit t re utilis pour encourager, fortifier les autres: Le temps nest pas seulement de largent : le temps, quand il est bien employ, cest de la vie quon reoit et quon donne 112. Pour Vilaire, il ne suffit pas demployer son temps gagner de largent. L homme peut lemployer pour apprendre, enseigner, aider ses prochains, prcher lvangile, donner des exemples aux autres. Dans Reminiscere Vilaire expose que: Ce qui importe par -dessus tout au monde, cest de bien finir 113. Bien finir, signifie p our Vilaire, accepter Jsus Christ et suivre ses commandements avant de mourir. Il est utile de faire des efforts pour avoir une fin digne. Mais comment arrive-t on cette fin digne ? Pour ce faire, Vilaire convoque ses semblables suivre ceux qui ont b ien vcu, cest dire ceux qui, travers la foi, se sont prservs des souillures du monde. Guids par la foi, ces personnes se sont libres des sductions terrestres. Ainsi, comme les figures bibliques irrprochables, lhomme doit faire du ciel sa dest ination. En rsistant aux attraits matriels, il prpare son paradis: Celui qui, de la sorte, prend lau-del pour sa patrie idale rsiste aux funestes attraits du mal, surmonte ladversit, na rien redouter de ce qui fait souffrir, de ce qui lutte i ci bas contre lhomme pour le perdre 114. Ainsi, daprs Vilaire, il faut bien utiliser son temps. Le chrtien ne doit pas se soucier 111 Su r lemploi du temps 197 ? 30. 112 LEpe de lEsprit, 197? 20. 113 Reminiscere 197 ? 219. 114 Re miniscere 197? 221 222.

PAGE 206

206 des biens terrestres. La meilleure faon de le faire est de se consacrer laide de ses prochains, consoler ceux qui sont dans la tristesse, se prparer pour le jugement dernier. Lauteur, en faisant une telle dclaration, fait rfrence ce verset biblique disant : Vanit des vanits, dit lEcclsiaste, vanit des vanit s tout est vanit 115. L a vie sur terre, quon le veuille ou non, conduit la dtrioration, la mort. En dautres termes, celui qui met son espoir dans les choses dici bas perd son temps : tout passera. Lessentiel est de se confier en Dieu qui peut nous recevoir aprs la mort. Pour emprunter les mots d e Max Miller, nous pouvons dire quil y a chez Vilaire des fragments dun discours religieux, cest dire une terminologie, un mode de raisonnement, une manire de se rfrer une doctrine et den invoquer lautorit, qui ne relvent ni de la critique littraire, ni de la philosophie, ni de lesthtique, mais de la thologie 116. L a N cessit du Dieu Tout Puissant En analysant lhomme, Vilaire se rend compte que gnralement, les hommes ne sintressent pas aux choses spirituelles : Mais les questions suprmes : lme, son excellence, sa destine, son tat, sa faim et sa paix, enfin la vie intrieure et divine, ces choses nobtiendront deux, except peut tre leur heure dernire, aucun moment de rflexion. Rien de spirituel nexiste pour eux : le mon de des ralits ternelles leur demeure ferm. Ils nont pas une minute pour penser linvitable, aucun loisir dentreprendre quoi que ce soit, pas mme de soupirer une prire, pour leur salut117. Selon Vilaire, lun des plus grands garements de lhomme, est quil nglige son salut. Lide de lau -del ne lui vient que lorsquil est sur le point de mourir. Attir par lesprit 115 Ecclsiaste 1 verset 2. 116 Trouv dans Mu nch Marc Mathieu. Romantisme et religion: thologie des thologiens et thologie des crivains (Paris: Presses universitaires de France, 1980 ) 307 117 Sur lemploi du temps, 197? 31 32.

PAGE 207

207 du plaisir et le got de la possession, lhomme devient aveugle. Daprs Vilaire, le but de lhomme nest pas de se consacrer uniqu ement ses intrts matriels. Pour Vilaire, les individus qui ngligent la loi divine ne font que prendre le bateau qui mne en enfer : Ah ceux qui nont pas voulu faire de leurs jours un emploi ternel, ternellement bni !... En vivant de la sorte, ce quils amassaient de gaiet de cur, ctaient donc, pour lavenir dinconsolables regrets. Ils nont exist que pour le dsespoir final 118. Selon Vilaire, pour jouir du bonheur, il faut se donner. Il relate que tout ce qui devait servir dchappatoire lhomme est li limperfection: Lambition doit, livresse des sens cure, toutes les passions ont, avec leur satit, le tourment de leur insuffisance pour lme inassouvissable ; la gloire et le gnie eux mmes ne sont pas exempts de regrets 119. Avec cette citation, Vilaire souligne le fait que les choses auxquelles les hommes sattachent sont insuffisantes : lambition, livresse, les passions, la gloire et le gnie appellent le regret. Lhomme, pour spanouir, doit chercher la face de Dieu. D aprs Vilaire, la grandeur de lhomme est souille. Elle est faite dinjustice, dgosme et dorgueil. Le bonheur humain est transitoire. Dans son uvre, Vilaire expose linsatisfaction humaine et limperfection du monde. Il montre travers de multiple s exemples que la connaissance humaine est limite et que lhomme ne peut pas se dbarrasser de lennui. Lune des plus grandes erreurs de ltre humain est quil met en vain sa confiance en la science. Vilaire pense que malgr les diverses associations fo rmes pour amliorer la socit, malgr les grandes inventions humaines, lhomme reste malheureux, insatisfait : Cest que fanatique adorateur de cette science et de cette libert, on attendait tout delles et ce 118 Sur lemploi du temps, 197? 35. 119 Sur lemploi du temps, 197? 41.

PAGE 208

208 surtout quelles ne peuvent point donner : le bonheur en mme temps que le confort ; llvation de lme, la noblesse et la puret du cur, lpanouissement et le triomphe de la vertu 120. Vilaire aborde un point important avec cette citation. Il souligne linsuffisance de la science face aux problmes intimes de lhomme. Contrairement ce que prtendent certains scientifiques, Vilaire affirme que la science ne rend pas lhomme indpendant. Existe dans le cur de lhomme un vide que ni la connaissance, ni les dcouvertes ne peuvent combler. Le bonheur, le confort, la puret et la vertu chappent la science. Selon Vilaire, en une partie de lme, Dieu doit habiter, sinon, la paix intrieure est impossible : On peut remuer ciel et terre, quand on a fait le vide dans cette partie de lme o doit demeurer lide de Dieu, il ny a plus aucune possibilit de bonheur, de paix, et de vraie grandeur 121. Lhomme est de la sorte un tre misrable sans Dieu. En l'absence de cet tre suprme et invisible, lhomme prouve un malaise dsagrable : La scien ce et la libert, quon avait prises hier pour le but suprme, ntaient donc que les moyens, et des moyens inefficaces sans la foi 122. En dautres termes, lhomme peut faire des dcouvertes pour amliorer sa condition sur la terre, mais la paix intrieure et le vrai bonheur ne viennent que de Dieu. Cest lui seul qui peut tancher la soif infinie de lhomme. Ainsi, Vilaire ragit contre les gens qui mettent toute leur confiance en la science: Ils sont eux mmes, lobjet de leur religion. Ils ont foi en lavenir de lesprit humain, au progrs, la civilisation. Ils attendent tout des conqutes de la science 123. Vilaire voit dans tout cela une illusion. Daprs lui, les hommes pensent quils peuvent tre certains de leur avenir, mais 120 Premier di scours sur la nativit, 197 ? 149. 121 Premier di scours sur la nativit, 197? 150. 122 Premier di scours sur la nativit, 197? 150. 123 Sur la justice divine, 197? 128.

PAGE 209

209 surviennent toujours des causes diverses et des hasards qui changent le cours des choses. La mort est prsente partout Les accidents par exemple ont leur propre manire de dranger les projets de lhomme. La maladie aussi, non recherche, dtourne lhomme de ses plans ambiti eux. La vie est fragile et instable. Lhomme est donc limit et comme lindique Vilaire: Grce Dieu, il existe dans les choses un principe qui agit en qualit de rgulateur et qui impose des limites ncessaires nos facults 124. Dune certaine manire si lhomme ne peut pas tout faire, cest parce quil existe une force plus puissante que la sienne qui rgne sur son univers. Loin de lui, le bonheur et la paix sont inaccessibles. Cette force toute puissante, cest Dieu. Vilaire utilise son uvre pour lutter contre, ce que sont ses yeux, les fausses doctrines. Il semble attaquer tout courant dide qui rejette lide de Dieu. Il veut convaincre ses semblables. Il suggre que cest Dieu qui cre le ciel et la terre. Il fait ce quil veut. En faisant u ne telle remarque, le prdicateur fait allusion au verset biblique suivant: Ne le sais -tu pas ? Ne las tu pas appris ? Cest le Dieu dternit, lEternel, qui a cre les extrmits de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence 125. Comme nous pouvons le constater, Vilaire met en garde contre les fausses doctrines, mais pas contre la science elle-mme. Au contraire, il nenferme aucune rticence envers la science et encourage le progrs. Pourquoi Vilaire s e dresse-t il contre les philosophes : quel tabou a t transgress, quelles limites ont t franchies, quels domaines inviolables ont t pntrs 126. Ce quil reproche plutt aux philosophes, cest leur intention de rivaliser avec Dieu. Il voit dans leur travail une entreprise de profanation, la volont de tout ramener lhomme et 124 Sur la justice divine, 197? 133. 125 Esaie 40 verset 28. 126 Berthier, Philippe. Sur l e sacr ( Paris: Lettres modernes Minard, 2002 ) 8.

PAGE 210

210 doublier les principes divins. Selon Vilaire, toute sagesse vient de Dieu. Cest lui qui dtermine la limite des connaissances de lhomme. Ce prdicateur essaie de sauver le s non-croyants, de les ramener la bonne voie en leur exposant ce quil croit tre la vraie philosophie, la philosophie chrtienne. Vilaire rappelle que le plaisir est un autre moyen quutilise lhomme pour oublier ses chagrins. Le problme est que le s plaisirs sont phmres. A nouveau, la confusion de lhomme est de mpriser le got divin. Selon Vilaire, lhomme doit apprendre reprer et matriser les fausses grandeurs, les vanits fugitives et les biens trompeurs. Il cherche constamment quelque ch ose pour apaiser sa peine, alors que cest Dieu seul quil faut la confier : Oui, les dtresses de la vie moderne, les catastrophes dhier dont le monde retentit et souffle encore font ressortir avec une vhmente lumire que lhumanit ne peut pas se passer de foi 127. Vilaire dit que lEvangile vient de Dieu qui est le symbole mme de la puret. Pour tre sanctifi, lhomme doit tre influenc par lesprit du Christ. Le devoir de lhomme est de sapprocher de Dieu en acceptant Jsus comme son sauveur p ersonnel. En renonant ce monde de tnbres, il doit faire place Jsus dans con cur car : Il satisfait, il rassure, il apaise, il console, il dlivre 128. Selon cette citation, le vrai remde aux tourments de toutes sortes de lhomme est Dieu. Cest lui qui a cr la terre et tout ce dont elle se compose. Cest lui qui sait de quoi lhomme est form et ce dont il a besoin pour tre combl. Toute autre attente de lhomme vers une autre solution ses maux nest que poursuite du vent. Dans son sermon i ntitul Sur le nant des choses Vilaire dpeint la vulnrabilit de lhomme en indiquant: Nous savons bien quil est des coups que nous 127 Premier disc ours sur la nativit 197 ?, 151. 128 Premier disc ours sur la nativit 197 ? 156.

PAGE 211

211 ne pouvons viter : la douleur, la souffrance et, au bout de ce martyre de la vie, la mort 129. Selon Vilaire, les preuves sont invitables telles la douleur, la souffrance et la mort. Mais elles sinvitent dans la vie par surprise. Lhomme ne sait pas quand sera son tour de mourir. Lauteur montre ici ce qui fait penser Dieu: Un monde transitoire et dpreuves rend ncessaire un monde stable et permanent, une existence courte, agite et de luttes pnibles, une vie dfinitive, reposante comme une victoire 130. Daprs la rflexion de Vilaire, Dieu nous porte instinctivement vers lui. En dautres termes, notre faible sse se transforme en une force surnaturelle capable de surmonter nos drames. Cette dficience nous conduit vers Dieu : Cet tat de dpendance impliquant la notion dune supriorit trangre nous, nous amne nous reconnatre la qualit de crature et chercher hors de nous un tre qui attribuer celle de notre crateur 131. La brivet de la vie de lhomme est le pendant de la vie ternelle. Les tracas de ce monde le poussent esprer une vie tranquille, bienheureuse. Prcisment, Dieu procure cette paix, dont il a besoin. Selon Vilaire, tout ramne Dieu: Il existe un point fixe dans cette fuite et ce tourbillon de tout ; mais ce point fixe contient linfini : il est en Dieu 132. Lhomme ralise quil est en prsence dune force difficile matriser. Pour russir dans ses entreprises, il a besoin de laide divine, de la grce. Delort, prenant conscience de la faiblesse humaine, crit: Mais ds linstant o lesprit veut sriger en puissance souveraine et autonome, alors commence, pour reprendre la clbre formule de Hegel, le moment de La Conscience malheureuse133. 129 Sur le nant des choses 197 ? 190. 130 Sur le nant des choses 197 ? 194. 131 Sur le nant des choses 197 ? 196. 132 Sur le nant des choses 197 ? 205. 133 Delort, Jacques. La posie et le sacr : Rimbaud, Paul Valry, Saint John Perse, Ren Char (Normandie :Editions du L abyrinthe, 1996) 19.

PAGE 212

212 Vilaire remarque que malgr tous les moyens utiliss par lhomme pour oublier Dieu, Il se fait sentir quand mme et ressurgit chaque instant. Ce nest pas un Dieu mort. Lhomme ne peut pas se passer de lui. Selon Calin, malgr les diverses thories construites par certains philosophes, Dieu existe et les chrtiens ne sont jamais fatigus de prcher sa parole : Despite Sartre, despite Nietzsche, despite Marx, despite Robespierre, God was not dead, nor were his believers asleep. And throughout the Western tradition, for century after century, from La chanson de Saint Alexis to the present, poets have served as spokesmen for the faith of their fathers, for the Church Militant and Trium phant134. Le Personnage de Jsus. Jsus de Nazareth est prsent dune manire spciale dans les sermons de Vilaire. De sa naissance jusqu sa mort, il est vu comme un individu singulier qui se fait remarquer par son humilit, son intelligence, sa puissa nce et son endurance. Dans Premier discours sur la nativit Vilaire expose le mystre de la naissance de Jsus : Les circonstances qui ont entour la naissance du Christ sont une inpuisable source denseignements 135. Mais que pouvons nous en tirer ? Daprs Vilaire, cet vnement est li lappel, la joie, la consolation. Le lieu de naissance du Christ tmoigne dj de la volont de Dieu dappeler lhomme lhumilit. Lauteur note que Marie et Joseph cherchaient en vain une place pour que la vier ge puisse se reposer, mais : Rien de disponible, quune crche dont le ciel veut que lon se contente Ainsi commence la singulire et glorieuse biographie. Et cette crche est une premire grande leon que nous donne Jsus Christ 136. En naissant dans cette crche, Jsus incarne lide que peu de choses suffisent pour tre combl. Vilaire 134 Calin 101. 135 Premier discours sur la nativ it 197 ? 140. 136 Premier discours sur la nativit 197 ? 140.

PAGE 213

213 rappelle galement la grande mission de Jsus sur la terre en crivant: Le Nazaren a t et demeure encore louvrier le plus actif, le plus puissant, qui ait labour et sem dans le champ de la pense, dans le cur et lme de lhomme 137. Cette citation voque la facult de Jsus denseigner ses disciples et de prcher la bonne nouvelle de lvangile. On sait quil allait de ville en ville, sous le soleil comme sous la pluie, pour annoncer la parole de Dieu. Il tait puissant parce quil avait le don de prophties, le pouvoir de gurir les malades, de convaincre et de changer le cur de lhomme et de ressusciter les morts. Ce jeune homme, qui venait dune famille mode ste, tonnait les scribes et les docteurs de loi par son loquence et sa facult de raisonnement. Aprs avoir accompli toutes ces uvres, il sest offert pour porter le fardeau des hommes. Selon Vilaire, lhomme ne peut nier la grandeur du sacrifice de J sus. Il a remport la victoire sur la mort. Il est la seule personne au monde qui a annonc sa mort et sa rsurrection. Pour Vilaire, Jsus est linitiateur par excellence : Lui, lincarnation de la charit, qui montre, par lhistoire de sa vie et de sa m ort, que le ciel smeut de piti pour lhomme perdu entre en joie quant le p cheur se repent ; Lui qui est vrit et amour et qui nous fait entendre les paroles de la vie ternelle, Jsus parait bien le rgnrateur du monde138. Jsus symbolise la charit parce quil sest sacrifi en versant son sang sur le bois du calvaire pour sauver lhumanit. Son amour pour lhomme est inconditionnel. Si le monde peut esprer une vie aprs la mort, cest grce son sacrifice. Cest le librateur, le purificateur qui dbarrasse lhomme de son impuret, de la corruption. Avec sa notion de vie ternelle Jsus change notre conception du temps. Non 137 Premier discours sur la nativit 197 ? 142. 138 Premier discours sur la nativit 197 ? 144.

PAGE 214

214 seulement il vit sans pch, mais il a aussi le pouvoir de pardonner le pcheur repentant. Dans Second discours sur l a nativit Vilaire exprime que Nol est un acte de gratitude et dadoration. Cest un appel den-haut sadressant la terre. La naissance de Jsus apporte la lumire et lhumilit au monde. Pour Vilaire: La vraie grandeur, et cest lenseignement de Nol, la vraie grandeur se montre servante de Dieu et des hommes. Elle est le bon berger qui donne sa vie pour ses brebis. Elle ne se laisse pas surmonter par le mal. Mais elle surmonte le mal par le bien 139. Selon Vilaire, la vraie grandeur est celle que Dieu donne. Le grand est celui qui se met au service des faibles. Vilaire remarque que Jsus marque une rupture avec la tradition parce que son message sadresse aux bergers et aux paysans, avant de sadresser aux grands. En agissant dune telle manire, Jsus procde au chambardement de lordre des choses tablies. Il nest plus question du fort et du riche, mais du faible et de lignorant. Vilaire voit en cela le renversement des prjugs humains : Ainsi, ds le commencement de lre vanglique, app arat luniversalit du salut, le renversement des prjugs du monde, la condamnation radicale des ingalits, des injustices, sans distinction de sang, de nationalit, de caste, pour tous les hommes, pour toute la terre 140. Vilaire voit en Jsus linitia teur de la justice terrestre. En naissant dans une table, Jsus ne permet pas aux grands de dire quil a pris naissance dans leurs chteaux. Personne ne peut oser faire une telle louange. Ce qui est intressant, cest que lorsque Jsus parle, il sadresse tout le monde petits et grands, hommes et femmes, jeunes et vieux sans distinction de race, de couleur, de rang social, de facult intellectuelle. La diversit 139 Second discours sur la nativit 197 ? 161. 140 Second disco urs sur la nativi t 197 ? 162.

PAGE 215

215 dj prsente travers le choix de ses disciples est un tmoignage vivant de son univers alisme. Dans un sens, il est la base de nos changements juridiques. Jsus est celui qui a propag la notion dintgration, dgale dignit de tous, celui qui slve contre toutes les formes dalination. Pour Vilaire, la crche symbolise la piti de Dieu envers lhomme. Jsus a pris notre douleur et nous a conduits vers Dieu. Cest le mdiateur par excellence: Luvre essentielle du Christ cest de faire communier ces deux mondes : cest de montrer lhomme dsempar le ciel comme sa patrie, toute pro che, toute prte le recevoir 141. Jsus est donc celui qui relie le visible linvisible. Cohrence entre Posie et Sermon La mort et le ciel sont deux thmes omniprsents dans luvre de Vilaire. Dans les pages qui suivent, nous soulignerons les multip les rles jous par ces deux thmes dans sa posie, comme dans ses sermons. La mort, salvatrice, acquiert de nouvelles dimensions, et le ciel devient une promesse tangible, tant par la prsentation des lieux, que par le chemin daccs trac par lauteur. E nfin, au regard de cette thmatique particulire de Vilaire, nous mesurerons linfluence de son uvre sur dautres auteurs, emports dans son sillage. Les Dimensions de la Mort. Vilaire est un pote qui montre une inclination pour la rflexion mtaphysiq ue. Comme nous lavons montr dans le premier chapitre, il a pouss ses contemporains aborder des questions bouleversant le monde entier au lieu de se borner la posie de proximit. Il a fait la dclaration suivante : Et, puisque l H atien est un tr e humain, pourquoi le pote ne mditerait il pas sur les grands problmes mtaphysiques : Que sommes nous ? Do venons -nous ? O allons -nous ? Lme est elle immortelle ? Dieu est -il 141 Second disco urs sur la nativit 197 ? 170.

PAGE 216

216 linconnaissable ? Quest -ce que cest que la mort, un anantissement ou un passage, une porte ferme ou une porte ouverte ?142. Vilaire a certainement donn ses rponses ces questions. Dans son uvre, il donne une place principale au phnomne de l a mort. Il a mme un recueil de pomes appel Pomes de la mort Dans les Dix hommes noirs nous avons dj fait ressortir quelques unes des ides du pote relatives ce phnomne. Dans cette section, nous voulons dvelopper ce thme en nous basant sur certains pomes et sermons de lauteur. Dans son sermon intitul S ur la mort Vilaire admet que la mort est un sujet que les hommes ngligent. Certains ny pensent que lorsque lun de leurs amis disparat. Ils la chassent de leur esprit parce quelle attriste et dsole. Lhomme a peur delle et cherche loublier. Cependant, le prdicateur reste convaincu quil faut y penser souvent : Rien de plus efficace que lide de la mort. Elle pourrait tre comme le moyen dune cure de lme, si elle tait plus souvent prsente notre esprit et mieux pratique 143. Selon Vilair e, la mort devrait servir de leon au genre humain. Il nonce que mme durant les funrailles, les hommes oublient le vrai sens de la mort. Au lieu de penser leur propre vie, ils pensent plutt aux diffrentes habitudes quils ont eues avec le dfunt et le fait que la personne ne sera plus avec eux. Il dcle lutilit de la mort en ces mots : Ainsi, une premire utilit de la mort, cest de secouer notre cur de sa coupable lthargie, de nous porter au regret de nos oublis, de nos injustices, de notre gosme, dont nous craignons que le disparu nait eu quelques fois souffrir 144. Selon Vilaire, la mort devrait tre pour lhomme une excuse pour faire une introspection. 142 Vilaire, Etzer. Pomes de la mort, 18981905. (Paris: Fischbacher, 1907) 18. 143 Sur la mort 197 ?, 172. 144 Sur la mort 197 ? 174.

PAGE 217

217 Elle serait une occasion pour lui de sexaminer de cette manire : Un jour, bient t, peut tre, ce sera mon tour. Et en ce cas, quel sera le sort de mon me ? Cest pourtant, ce quil faudrait pour nous rendre tout fait utile la pense de la mort. Ce qui reste, cest faire une bonne et belle mort, voil donc la raison de vivre 145. Se lon Vilaire, lide de la mort est lie une obligation. Lhomme doit sanalyser pour voir sil est dans le droit chemin en pensant la mort. Selon ces paroles, ce nest pas le culte des plaisirs qui est important, mais loccasion de la mditation sur la vie et ce quelle implique. A linstar du pote b aroque Chassignet, Vilaire soutient lide que la mort ne devrait pas pousser lhomme jouir du temps prsent, mais plutt le conduire se prparer pour ce grand jour invitable, en se mettant en accord avec Dieu. Dans ce sens, le pote soppose lpicurisme, au Carpe Diem qui prtend quil faut profiter du temps prsent en recherchant les plaisirs. Au contraire, l ide de la mort doit tre un stimulant qui dclenche une introspection de la part de l homme. Elle doit conduire un examen de soi qui dbouche sur la repentance, lenvie de se conformer aux rgles divines, lintention de se purifier pour le grand jour. Dans un autre sermon qui a pour titre Oraison funbre Vilaire montre un autre as pect de la mort qui est li la joie. A ce sujet, il crit: Il ne faut pas que la mort soit pour les mes la cause dune tristesse dprimante et strile 146. Aux yeux de Vilaire, la mort doit plutt renforcer notre esprance la vie ternelle. Dune cer taine manire, elle a un caractre prcieux. Selon Vilaire, le mort en Christ prouve une joie sans mlange car physiquement et moralement il est guri. Cette ide de la mort, Vilaire lnonce sans rserve dans son pome intitul Testament (1907). Dans cette 145 Sur la mort 197 ?, 177. 146 Oraison fu nbre 197 ?, 186.

PAGE 218

218 composition, il montre clairement quil na pas peur de lide de la mort. Il prsente la faon dont il voudrait tre enterr. Il ne veut pas quon fasse de grandes crmonies durant ses funrailles: Lorsque je go terai le charme de la mort, Quand le philtre ternel qui fait que lon sendort En mon me lavera lamertume du sort, -Vous tes bien assez pour porter seuls ma bire -, Portez moi, mes amis, sans pompe au cimetire147. Comme lindiquent ces vers, le pote aborde avec joie le phnomne de la mort. Elle est lie la gurison. Il demande quon utilise un vieux cercueil et quon fasse peu de cas du deuil. Il refuse mme le discours funbre. Pourquoi ? Selon lui, cest fait, il ne faut pas se bou leverser. Il exprime ses ides de cette manire : Je crois au Dieu qui fut hier comme aujourdhui, En qui, par qui, pour qui tous les soleils ont lui. Ce quon ne peut nier ni connaitre, cest Lui !... Que je suis ange, esprit, ou cendre, ombre, ou lumire, Mon me attend un ciel, ma tombe une prire !148. Il ne sintresse plus aux questions bouleversantes des autres. Tout ce quil veut cest une prire. Il sait dj quil sera avec lomniscient, lomniprsent et lomnipotent dans le par adis. Cette ide le console et fait quil attend avec joie ce moment de transition. Lau -del pome ddi sa sur Eugnie, est aussi une uvre dans laquelle Vilaire traite du phnomne de la mort. Ce qui frappe dans ce pome, cest que le pote ne montre aucun regret concernant la disparition de sa sur. Les vers suivants tmoignent de lassurance de lauteur: Ma sur, cest dans la mort et l haut quest la vie, Aux cieux dont le s splendeurs flottent sur ton front pur 147 Etzer Vilaire, Testament, Pomes de la mort, 18981905. (Paris: Fischbacher, 1907) 137. 148 Testament, 1907, 138.

PAGE 219

219 Tu las dit cette nuit o ton me ravie Contemplait des bouquets dtoiles dans l azur149. La mort est donc associe la vie. Ce qui donne du courage au pote cest que sa sur, avant de partir pour lternit, a vu et annonc les merveilles qui lattendaient dans les cieux : tu las dit Selon le pote, la vraie vie nexiste pas s ur terre. Cest dans lau -del quelle se trouve. Par consquent, le voyage vers laudel ne doit causer ni peine, ni chagrin. La sur du pote va vers le lieu o rgne lespoir, sa future cit. Le pote na aucun doute que sa sur est au paradis Voil c e qui le soulage et laide continuer vivre et esprer, comme elle, datteindre le cleste rivage. Dans ce pome, Vilaire expose un aspect important de la mort. Nous assistons la transfiguration de la mort. Ici, elle nest plus associe langoisse. Elle est plutt lie la srnit. Cette vision de la mort est trs proche de celle exprime par Baudelaire dans Les fleurs du mal Ainsi, dans le pome intitul Le voyage 150, la mort est considre comme un voyage qui est li au bonheur. Elle chass e lennui et crase le temps. Elle fait place un nouveau monde. De mme, dans La mort des amants 151 Baudelaire prsente une vision positive de la mort. Elle promet la runion des amants. Chose paradoxale, elle est un retour la vie. Le phnomne de l a mort a plusieurs dimensions chez Vilaire. La pense de la mort doit conduire lhomme la pit, la sanctification, parce quil ne sait pas quand ce sera son tour. En dautres termes, il faut prparer sa mort. Pour le vrai chrtien, la mort est lie la joie, la victoire. Aprs avoir souffert sur la terre, djou les piges du malin, la mort est ce pont qui le mne Dieu. Vilaire expose donc sa consolation contre la mort : 149 Etzer Vilaire, Lau del Pomes de la mort, 1898 1905. (Paris: Fischbacher, 1907) 165. 150 Baudelaire, Char les. Le voyage Les F fleurs du mal. (Paris : Gallimard, 2001) 177 182. 151 Baudelaire, la mort des amants 2001, 173.

PAGE 220

220 elle est rdemptrice. Vilaire, en exposant ses ides religieuses avec clart et prcision, en utilisant des reprsentations images et des symboles, rappelle Jacques -Bnigne Bossuet. Les deux prdicateurs produisent une grande impression sur leur audience et favorisent un grand nombre de conversions. Ils montrent que la mort est une menace concrte, pas une abstraction. Ils insistent sur le nant des grandeurs humaines et la ncessit de se convertir. LI mage du Ciel. A ct de la mort, le ciel abonde galement dans luvre de Vilaire. Non seulement Vilaire numre ce qui sy t rouve, mais rvle aussi ce que lhomme doit faire pour y parvenir. Il annonce lide du ciel par exemple dans un pome intitul Que suis -je Ce dernier met en scne un homme qui se rend compte de sa faiblesse en tant qutre -humain. Cest un homme qui gmit continuellement parce quil reconnat sa petitesse face au monde et Dieu. Sa souffrance provient de son insuffisance intellectuelle, de sa crise didentit. Cest avec des phrases interrogatives et des points dexclamations que sa dtresse est exp rime. En cherchant se comprendre, il exprime son doute, son dsespoir, sa dpression de cette manire : O mon Dieu que suis -je ? que suis -je ? La terre mest tout trangre. Jexhale une plainte phmre. Mon tre se perd dans ce cri O mon Dieu que suis -je ? que suis -je ?152 Son incapacit se connatre fait quil sadresse Dieu. Cet homme se sent tranger sur la terre. Non s eulement il ne se connat pas, mais il ignore aussi ses capacits. Il est born, faible. Il ne peut pas atteindre ses ambitions. Les mthodes quil utilise se rvlent impuissantes rsoudre ses problmes. Ses multiples essais rapportent plus 152 Etzer Vilaire, Que suis je, Pomes de la mort, 18981905. (Paris: Fischbacher, 1907) 40.

PAGE 221

221 de confusion. Conscient qu'il n'a rien appris dans ses entreprises, il s'adresse encore une fois Dieu : O mon Dieu que puis je ? que puis -je ?153. Cest un homme boulevers qui cherche sans cesse trouver une solution ses maux. Plus il pose de questions, plus il dcouvre sa faiblesse et son manque de sagesse. Voil ce qui entrane laccumulation de ses questions. Conscient de la limite de sa connaissance, il se plaint de cette manire : O mon Dieu, que sais -je ? que sais -je ?154. Ce questionnement prend une autre dimension lorsque le pote dpasse le monde tangible pour soulever la question ternelle. Angoiss et tourment, il pose Dieu ces dernires questions : Dieuseul guide o vais je ? o vais -je ? Est -ce vers la prochaine auberge, Vers cette unique o lon hberge Les passants parce qu'ils sont las? On latteint mieux plus on est las Dieuseul guide y vais je ? y vais -je ?155. Le pote quitte maintenant les choses terrestres pour aborder les choses clestes. La seule chose dont ltre humain peut tre sr, cest que Dieu est le seul pouvant le guider. Mais o habite ce Tout Puissant ? Il rgne dans les cieux. Le pote sait que le crateur de lunivers est dans un lieu o tout est paisible. Cependant, est -il permis tout le monde dy aller ? Non. Sa dernire question tmoigne de son incertitude : Y vais je ? Ces vers tr aduisent linquitude ou lincertitude du pote concernant son voyage vers le ciel. Anim par ce dsir daller auprs du pre, il lui demande sil est sur 153 Que suis je, 197 ? 40. 154 Que suis je, 40. 155 Que suis je 41.

PAGE 222

222 la bonne route, car sa seule envie est dtre prs de lui, de vivre ses cts, doublier les tracas de la vie. Avec ce pome, Vilaire suppose que le ciel existe, mais seuls les lus auront accs ce lieu de flicit. Avec Le rendez vous compos en 1907, le pote exprime sa joie sur le fait quun jour Dieu viendra le chercher et quil sera avec lui perptuit. Il ne peut pas attendre ce moment : Mon Dieu quand sera-ce ? Et quelle lumire Viendra me baigner alors la paupire ?156. Cest un voyage voulu et rv. Le pote expri me ouvertement son dsir de partir. Mais pourquoi cette joie ? Il attend avec allgresse ce moment parce quil aura finalement l'opportunit de voir les anges qui, maintes occasions, sont venus gurir son me blesse Les anges sont associs la pai x, lapaisement, le sourire. Ce voyage au ciel est aussi li une runion de famille et damis. Il lui donnera la chance de revoir : Amis de toujours, frres disparus Pre, qui jamais, en moi ne mourus157. Le ciel est donc le lieu o tous ses anciens amis et parents disparus se retrouveront. Dans cet endroit rgne la paix. Le pote, voulant faire partie des lus, demande Dieu de le prparer pour ce grand jour : Pur ifiez moi, mon Dieu, pour cette heure 158. Cette citation associe le ciel la purification, la prparation. Celui qui dsire y habiter doit se nettoyer. Ce nettoyage se fait travers Dieu. Seuls les gens qui ont accept 156 Et zer Vilaire, Le rendez vous Nouveaux pomes Les vo ix Terre et ciel Au del Fantaisies potiques ( France: Imp. Peyri ller, Rouchon & Gamon], 1910) 142. 157 Le rendez vous 197?, 143. 158 Le rendez vous 144.

PAGE 223

223 Jsus comme leur sauveur person nel et qui ont suivi ses commandements auront place dans ce lieu de ravissement. Dans Paroles des trpasss aux vivants (1907), Vilaire invite les gens la repentance travers une prosopope. Il prte la parole aux morts dans le but de donner des conseils aux vivants. Ces trpasss tiennent compte de leur tat dplorable. Ils savent que bientt ils seront dvors par les vers. Pourtant, ils demandent aux vivants de ne pas avoir de la peine leur gard. Ce pome se singularise par son appel la mdi tation. Le pote prend le soin de sadresser nous, les mortels. Pour inciter la rflexion, il choisit un fait auquel les gens ne pensent pas souvent : les morts dchausss. De ce fait, lhomme, en pensant la mort, doit chercher imiter le Christ. Ce tte fiction sur la mort expose par Vilaire nest autre quune mditation salvatrice. Elle fait songer lphmre de la vie. Le lecteur, en lisant une telle uvre, est port sanalyser, car comme ces trpasss, un jour ce sera son tour de mourir. Celui qui survivra aprs la mort nest autre que le chrtien. La dfiguration des corps par la mort est une leon au genre humain : Sous un resplendissement De feux qui allume la prire, Cachez laspect alarmant Des hommes tombs en poussire159. Les trpasss demandent aux vivants de contempler en silence ce quils voient, car ces os et ces dbris, ne sont pas tout ce quil y a. La mort nest pas le point final : Le spulcre est une porte Qui ne souvre quau ciel160. 159 Etzer Vilaire, Paroles des trpasss aux vivants Pomes de la mort, 1898 1905. (Paris: Fischbacher, 1907) 64. 160 Paroles des trpasss aux vivants 197?, 66.

PAGE 224

224 Encore une fois, Vilaire bat en brche lide quaprs la mort cest le nant. Pour le chrtien, la mort est une tape qui mne au ciel. Selon ces trpasss, pendant que les vivants pleurent sur terre, Dieu reoit les morts dans les cieux. Ces morts avouent quils entendent les vivants pleurer leur dpart, mais dans lendroit o ils sont : Point de vaines douleurs Nous ignorons la tristesse, Lcre saveur des pleurs. Quun cantique dallgresse Slve enfin de vos curs Car la mort est une victoire ; Comme dternels vainqueurs, Nous veillons au sein de la gloire !161. En montrant les caractristiques du ciel, le pote donne une vision du bonheur sans pareil. Daprs ce que racontent ces morts, le ciel est un endroit o la douleur, les pleurs, et la tristesse ne sont plus. Ce qui y rgne ce sont la rjouissance, la victoire et la flicit. L a mort ne conduit pas au d sespoir, mais conduit vers un avenir ensoleill. Cest dans ce sens que Berrou a crit: Dans ce texte cependant, Vilaire chante la mort pour la nier en quelque sorte : il la clbre comme une victoire sur la vie terrestre, douloureuse, incertaine 162. Dans son sermon intitul Sur la justice de Dieu Vilaire donne dautres dtails sur le milieu cleste. Il mentionne que dans le ciel, il ny aura plus de souffrance. La mort ny sera plus et tous se reverront: Ecoutez cette voix doutre tombe, cest celle de vos bien aims. Vous tes attendus l-haut ; et l haut, la mort et le deuil ne seront p lus 163. Il soutient lide que le pauvre doit tre rconfort par ces paroles. Ceux qui souffrent sur la terre doivent esprer une meilleure vie dans le paradis. Vilaire assure 161 Paroles des trpasss aux vivants, 67. 162 Berrou, 1975, 101 102. 163 Etzer Vilaire Sur la justice de Dieu 197 ?, 121.

PAGE 225

225 que si sur la terre lhomme est vou la misre, avec Dieu tout sera chang. D ans le ciel, il ny aura plus de soif, de faim, ni de tracas. Plus de sduction, de passion charnelle, la certitude brillera l haut. Cest en vivant sur la terre quon prpare sa vie ternelle. Il faut que lhomme pense bien agir. Pour jouir de la vraie paix, il faut suivre le Seigneur: Noublions pas lessentiel, si nous dsirons lobtenir. Le monde tant dans linstabilit, celui qui y met son cur ne peut jouir de la paix ; le ciel, au contraire, est le sjour de limmortalit ; lordre y rgne inbr anlable, et celui qui, gardant la foi, y place ses affections, est rcompens de sa fidlit au Sauveur et acquiert la vraie paix164. Selon Vilaire, la vritable paix nexiste pas dans ce monde. Celui qui soupire aprs la srnit doit chercher la face de Dieu. LEternel dans son incomparable amour le conduira vers le cleste rivage. Le paradis sera son hritage. Dans ce lieu de paix, les maux de toutes sortes ne seront plus. Pompilus, en analysant luvre de Vilaire, fait remarquer que : Terre, Ciel, Enf er, tout sy trouve. Le pote a chant lme humaine et tous ses sentiments : amour, haine, dsespoir et esprance. Il a voqu les philosophies qui se sont partag les croyances de notre humanit 165. Le R etentissem ent de la M ystique de Vilaire L a posie religieuse de Vilaire a-t elle influenc ses contemporains et/ ou ses successeurs ? Un survol de la littrature hatienne nous permet de confirmer que des potes comme Carl Brouard, Roussan Camille, Jean F. Briere (entre autres) ont t fortement inspirs par la pense religieuse de Vilaire. Carl Brouard (19021965), comme Vilaire, est hant par lide de la mort. Nombreux sont les pomes dans 164 Sur la grce et la paix 197 ?, 215. 165 Pompilus, Pradel. Manuel illustr dhistoire de la littrature hatienne. ( Port au Prince : Deschamps 1961) 234235.

PAGE 226

226 lesquels il fait rfrence ce phnomne. Son pome intitul Je vais vous dire est une paraphrase des ides exprimes par Vilaire concernant la mort dans le Testament Les vers suivants peuvent servir dexemple : Quand jaurai claqu, mes chers copains, Ne pleurez pa s, Ncrivez point de plaintives lgies, Surtout, ne faites point de vers In Memoriam166. A linstar de Vilaire qui donne une image de la mort lie la joie dans son pome intitul Lau -del Carl Brouard soutient cette ide dans Elgie : Quand je mourrai, enterrez moi la Croix des Martyrs sans pompes et sans vains discours. Dans lglise, clbrez mes funrailles. Cet enclos silencieux Si paisible, si pieux Et qu e le vaniteux raille sera doux mes dsirs apaiss.167. Les deux potes croient que lhomme doit lutter contre lui mme sil veut atteindre le ciel. Il doit matriser ses passions pour accomplir ses devoirs. La posie de Brouard est aussi mditative que celle de Vilaire ainsi que le rvlent les vers suivants : Mais sonne lheure de la rsignation difficile. Alors, quelques uns cherchent loubli dans les plaisirs et les divertissements. Dautres cultivent lidal dans le sanctuaire bleutre du silence. Pour moi, jessaie de gravir ce chemin montant, sablonneux, malais, me dpouillant du plaisir168. Sa croyance en Dieu est la base de son mpris des biens terrestres. Il reste convaincu que guids par largent, certains individus commettent des actes malhonntes. Il soutient lide que l a richesse est non seulement passagre, mais elle 166 Brouard, Carl. Anthologie secrte. ( Montral : Editions Mmoire dencrier 2004) 41 167 Brouard, 2004, 49. 168 Jean, Eddy Arnold. 20me sicle hatien. ( Port au Prince : Editions Hati Demain, 2002) 83.

PAGE 227

227 est aussi lie la corruption. Selon lui, lhomme ferait mieux de sattacher aux biens ternels. Cest un pote chrtien qui, linstar de Vilaire, croit que la foi peut chasser le dsespoir. La pense de Vilaire a exerc galement une influence profonde sur Jean F. Briere. Ce dernier reconnat un pre dans la personne de Vilaire. Il le dit lui mme : Jai t lev dans une atmosphre de posie et de spiritualit. Par exemple, dans le quartier o jai vcu, mon enfance sest coule ct dune glise protestante. Jcoutais Etzer Vilaire et Alain Clri prcher les dimanches. Tous ces grands hommes avaient une influence extraordinaire sur la jeune gnration. Vilaire tait connu comme le plus grand pot e de Jrmie169. Cette influence est remarquable car Jean F. Briere aborde des thmes philosoph iques ayant des accents v ilairiens comme : la mort, le destin de lhomme, le monde et ses abmes, ses croyances. Alors que Vilaire a consacr deux sermons au pers onnage de Jsus, Briere composera deux pomes intituls Christ et Jsus Dans ces deux pomes, Briere rappelle les divers moments de la vie de Jsus : la scne de la prire sur le Mont des Oliviers, la crucifixion, lhumiliation de la couronne dpines, la souffrance sur la Croix. Il montre que Jsus a partag jusqu la mort la misre humaine. Dans son uvre, Jsus est li la bont, la charit, lhumilit. Il est le mdiateur, lintercesseur, le sauveur. Dans Christ il dit tout son sauveur : Jai fait monter sur toi lappel de mes mains noires Pour les purifier de toutes les rancurs ; Je tai cont tout bas ma douloureuse histoire. Je tai montr chaque blessure de mon cur170. 169 Pierre Louis, Ulysse. L'univers potique de Jean F. Briere. ( Port au Prince :Editions Choucoune, 1997) 33 170 Pierre Louis, 1997, 48.

PAGE 228

228 Pierre Louis fait remarquer que : Selon Briere, Vilaire est un monument aux yeux de sa gnration. Aprs la nature, le matre penser et sentir cest Etzer Vilaire 171. Ces mots tmoignent de lampleur de linfluence de Vilaire sur Briere. Il faut dire en passant que Roussan Camille (19121961) pour sa part nous laisse une uvre mditative. La plupart de ses vers voquent la pense introspective qui est trs pousse chez Vilaire. Les vers suivants soulignent son regret tout en faisant penser au pome intitul Homo dEtzer Vilaire: Je nai march, Seigneur, que par routes mauvaises ; Ma blessure et lordure alourdissaient mes pas172. Conclusion Comme nous venons de le montrer, Vilaire est un pote chrtien qui met son uvre au service de la prdication. Dans ses uvres, il insiste sur la conversion du pcheur et la sanctification du chrtien. Il invite sans cesse ses semblables la pit. Selon lui, ce monde nest pas le ntre. Cette terre est un lieu de transit. Le devoir de lhomme est de prparer sa vie dans laudel. Le pote sait bien que vivre pour Jsus nest pas une chose facile. Cependant, il reste convaincu que Dieu peut donner un stimulant efficace pour rsister aux preuves : La souffrance, supporte en chrtien, nous forme lesprit et le cur goter avec plus de vivacit et de plnitude ces flicits immuables qui suivent les vicissitudes de notre monde 173. Selon Vilaire, celui qui accepte de souffrir pour Dieu sera rcompens lhaut. Vilaire est un pote prcheur, qui cherche illustre r et propager la doctrine chrtienne. Son uvre se prsente comme une mditation nourrissante pour lesprit du 171 Pierre Louis, 1997, 3 3 172 Jean, 234. 173 Oraison funbre, 197?, 188 189.

PAGE 229

229 croyant. Chez lui, la chair est oppose lesprit, les tnbres la lumire. S a posie a plusieurs fonctions. Parfois, elle a une valeur ontologique (parce quelle tudie l'homme) et mtaphysique (car elle examine le destin de l'homme). Dautres fois, elle joue un rle pdagogique. Dans ce sens elle devient le moyen dinviter les gens la vertu, de conduire les incrdules vers Dieu. A la fonction pdagogique sajoute la fonction hymnographique. Vilaire fait aussi de la posie un instrument pour louer lEternel. Une autre ide sous -jacente luvre de Vilaire, est la fonction thrapeutique de la posie. Elle est utilise plusieurs reprises comm e un remde aux problmes humains. Elle aide surmonter les obstacles de la vie, elle prche contre le dsespoir et sert de consolation. Nous sommes daccord avec Julsaint qui estime que Vilaire produit une posie profonde, intime, mditative et confid entielle. Sa posie reste hautement significative, archi profonde, universelle174 174 Julsaint, Alain. Propos recueillis Boston le 2 aot 2008.

PAGE 230

230 CHAPTER 6 CONCLUSION Dans ce travail, nous avons voulu rhabiliter Vilaire en tudiant des aspects ignors concernant sa vie et son uvre. Pour ce faire, nous avons montr que Vilaire est un pote novateur qui a vari sa production et a contribu la promotion et lhistoire des lettres hatiennes. Nous avons signal quil simpose dans la posie hatienne car il est en rupture avec les potes de lcole patriotiq ue. Mon analyse rvle que Vilaire est un pote didactique parce que ses pomes sont didactiques. Ces derniers visent instruire et dispenser un savoir. Cet aspect didactique le distingue des autres potes hatiens. Ce pote thoricien reconnat limpor tance dune posie nationale, mais dplore le manque dinspiration et les ngligences de certains potes qui le prcdaient notamment ceux de lcole patriotique. Contrairement aux crivains de lcole patriotique qui prchent une posie qui focalise sur l e milieu hatien, Vilaire promeut la libert dans lart. Selon lui, se focaliser sur le local cest emprisonner la source dinspiration des crivains hatiens. Il fait plutt lloge dune posie clectique. Il veut que la posie embrasse la diversit culturelle. Pour lui, le pote complet est celui qui se familiarise avec dautres uvres littraires, varie sa production et offre une uvre laquelle tout individu quelque soit son origine nationale peut facilement sidentifier. Ce que cette tude a dm ontr cest que les critiques ont eu tort de considrer Vilaire comme un pote franais gar sur la terre dHati en sappuyant sur le phnomne linguistique et la couleur locale. Selon Vilaire, rduire lidentit hatienne une langue est rducteur parc e quil faut souvrir au monde et non senfermer. En nous basant sur la biographie de Vilaire et les contextes politiques et littraires, nous avons

PAGE 231

231 indiqu les multiples rapports de ce pote la langue franaise. Nous avons soulign que lusage du fran ais lui permet de dpasser les frontires et datteindre un plus grand public. Dailleurs, cet usage de la langue lui vaudra une reconnaissance dans le monde francophone (en France et en Belgique etc.). En 1912, il reoit le prix de posie de lAcadmie Fr anaise pour son recueil intitul Nouveaux Pomes Nous avons galement mis en valeur linstrumentalisation de la langue franaise chez lui. Il lutilise comme un instrument pour promouvoir la littrature hatienne dans le monde francophone, exprimer sa fi ert dtre noir, dnoncer lesclavage, combattre le racisme et le colonialisme. Cest un pote qui se veut proche du peuple. Il reste convaincu que le rle de sa posie est daccuser, de rappeler et dinstruire. Son souhait intime est de montrer la valeu r de lhomme noir. En prenant une telle position (utiliser la langue de loppresseur pour dnoncer le racisme, lesclavage, la tyrannie), Vilaire annonce certains thmes que vont dvelopper les crivains de l Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache (1948) de Senghor. Il anticipe aussi les grandes ides (exprimer sa fiert dtre noir) du mouvement de la Ngritude et annonce la rflexion de Sartre dans Orphe Noir concernant les stratgies lies lutilisation de la langue franaise et le rl e de lhomme Noir face au racisme. Dans la partie intitule la couleur locale chez Vilaire nous avons prouv par de nombreux exemples que lespace hatien et les coutumes hatiennes ne sont pas absents de son uvre, mais ils sont apprhends de fa on diffrente. Vilaire est un pote qui sinspire de la nature hatienne et la dcrit dans toute sa splendeur. Selon lui, Hati est la fois un endroit magnifique, le lieu de mmoire et le symbole de la rsistance contre le racisme et lesclavage. Ce qui distingue Vilaire des autres potes

PAGE 232

232 de lcole patriotique, cest que tout en chantant le paysage hatien, il voque lhistoire de son pays. Contrairement aux potes de lcole patriotique qui ne parlent que la beaut du paysage hatien, Vilaire va plus lo in. Il donne certains lments de la nature une fonction diffrente. Dans son uvre, il montre limportance et la puissance des lments naturels. Il a une conception la fois symboliste et romantique de la posie. Sous sa plume, la nature est personnif ie et divinise. Elle devient messagre, tmoin, confidente et nourricire. Il associe la nature au mystre et transforme ces lments en un ensemble de symboles. Par exemple, dans son pome intitul Le flibustier le vent symbolise la fois un inv isible chanteur et un souffle exterminateur Il considre galement la mer comme un mouvant symbole Selon le pote, la mer, par son caractre nigmatique, voque Dieu parce que Dieu reste une nigme pour les incroyants. Dans le troisime chapitre, nous avons tudi lengagement de Vilaire dans lhistoire dHati. Nous avons soulign que Vilaire est un pote qui ddie son uvre la cause de son peuple. Par exemple, dans son pome intitul Les dix hommes noirs il dvoile la dtresse de la jeunesse hatienne de la fin du 19eme sicle jusqu laube du 20eme sicle dont on ne parlait pas avant. Il condamne galement la dictature, labus de pouvoir et la trahison. Dans La mlope il voque des souvenirs macabres de lesclavage. Il expose la laideur de lesclavage et du colonialisme en montrant la souffrance des esclaves capturs et entasss sur le ngrier. Il dcrit en dtail leur traverse pnible de lAfrique en Amrique et les travaux forcs, auxquels ils ont t soumis dans les planta tions. Il ne passe pas sous silence les multiples efforts de ses anctres dans le but de se dbarrasser du systme esclavagiste. Il est fier de faire

PAGE 233

233 partie de ce peuple qui a lutt pour mettre fin lexploitation de lhomme par lhomme. Il mentionne par exemple quelques grands chefs de la rvolution hatienne comme Toussaint et Dessalines. Bien que Vilaire fasse lloge du courage de son peuple qui a lutt contre lesclavage, il nhsite pas le critiquer. Conscient des dfauts et faiblesses de certains de ses semblables, il choisit de dire toute la vrit. Dans son uvre, tout est dnonc : avidits, hypocrisies, lchets, trahisons. Sa rflexion sur lesclavage est diffrente parce qui l dnonce par exemple certains Africains qui ont contribu la tr aite ngrire en vendant leurs semblables pour obtenir des terres ou de largent. Il critique les politiciens hatiens qui maltraitent le peuple sous couvert du drapeau patriotique. Il ne passe pas sous silence les Hatiens qui ont collabor avec les Amri cains pour des raisons pcuniaires durant loccupation. Son uvre est une mditation sur le mal de son pays. En invoquant le pass, il dmasque ceux qui ont contribu au malheur de son peuple ( La mlope A ma patrie ). Cette tude dmontre que Vi laire est un pote de laction. Ce pote prche par exemple puisquil pratique lui mme les visions quil propose. Il est lun des membres actifs de la rvolte contre loccupation amricaine. Il ne manque pas de contester limprialisme amricain. Car il v oit en eux des faux prophtes qui veulent tout simplement gouverner le monde. Cependant, Vilaire souhaite lindpendance dHati. Il ne se contente pas seulement de dcrire les maux de son pays, mais il propose galement des solutions ses compatriotes. S elon lui, lune des manires de lutter pour son pays, consiste le dfendre contre les Franais et les Amricains qui profitent des faiblesses du peuple hatien. Il encourage les hatiens tre de vrais patriotes qui

PAGE 234

234 savent dfendre leur pays. Pour chang er le pays, il suggre ses compatriotes de choisir des dirigeants comptents. Cest un pote progressiste. Il croit laction, lunion, lducation et au futur. Dans son uvre, il exhorte analyser le pass dans le but de btir un meilleur futur. Nous avons finalement examin un aspect quaucun critique na encore tudi savoir la spiritualit chez Vilaire 1. En nous servant de ses dernires uvres potiques et de ses sermons, nous avons montr que Vilaire appel les hommes se repentir de leurs pchs pour ne pas aller en enfer. Le plus souvent, il prsente ses arguments religieux en forme dapologue. En partant dune ide gnrale, il initie le lecteur la mditation chrtienne dans le but de le pousser la conversion. Avec son pome intitul Homo ou vision de lenfer le pote affirme que celui qui mprise les principes divins le regrettera au jour du jugement. Avec Pome mon me il illustre la notion de la vanit des choses et des dsirs humains. Dans ses sermons, Vilaire invite s es semblables laction, au dvouement, au travail pour le Seigneur Il croit que lhomme doit tre la fois patriote et religieux. Il sattaque aux chrtiens passifs qui se contentent dappeler le Seigneur mais ils ne font rien pour amliorer l eur sort. Il croit que Dieu est l pour aider les chrtiens, mais ils sont aussi ses instruments. Selon lui, les chrtiens doivent tre en mesure dentendre la voix de Dieu qui leur dicte ce quil faut faire et quils se mettent son service. Enfin ce qu e ce travail rvle est que lhritage Vilairien est plus important, plus visible que ce que les critiques suggrent. Vilaire na pas seulement influenc les 1 Il est important de souligner que Vilaire, malgr sa foi chrtienne, ne se dtache pas de la vie publique. Comme nous lavons soulign d ans le quatrime chapitre, il croit que le patriotisme est li la religion. Selon lui, lglise peut se mettre au service de lEtat.

PAGE 235

235 potes de sa gnration, mais aussi ses successeurs. Un bref survol2 de la littrature hatienne nous permet de confirmer que des potes comme Carl Brouard, Emile Roumer, Jacques Roumain, Jean F Briere, Roussan Camille et Ren Depestre ont t fortement inspirs par l'uvre de Vilaire. Il y a des similarits entre luvre de Vilaire et celle de Carl Brouard. A linstar de Vilaire, Carl Brouard croit que le pote a un rle important jouer dans lducation civique du peuple haitien. Il reprend certains des thmes abords par Vilaire tels que la colonisation, loccupation amricaine et la situation tragique de son peuple3. De mme que lauteur des Prdications dun laque il croit aux talents ainsi qu la vertu. Emile Roumer (1903 1988) produit aussi une posie militante, dnonciatrice comme Vilaire. Roumer slve publiquement contre la collaboration de certains Hatiens lors de loccupation amricaine. Il condamne les Hatiens qui privilgient largent au dtriment de leur pays. Jacques Roumain (19071944) porte lui aussi la marque de Vilaire parce quil se dresse galement contre limprialisme amricain et il a connu la prison. Il dit non lindiffrence pour prcher la solidarit humaine4. Il dpasse les notions de race et de territoire pour combattre loppression faite au genre humain5. Dans une interview accorde Antonio Vieux6, Roumain condamne certains de ses prdcesseurs cause de leur manque de vision et leur concentration sur les uvres hatiennes. Il soutient lide que les auteurs hatiens doivent varier leurs productions et se familiariser avec les 2 Nous savons que montrer linfluence de Vilaire sur les potes hatiens ncessite une tude plus large. Cependant, nous navons pas le temps de le faire dans ce travail. 3 Brouard, Carl. Les pieds dairain Anthologie secrte. ( Montral : Editions Mmoire dencrier 2004) 84. 4 Roumain, Jacques. Nouveau Sermon Ngre Pomes. ( Port au Prince : Editions des Antil les 1993 ) 52. 5 Roumain, Bois dEbne 1993, 41. 6 Vieux, Antonio. Entre nous : Jacques Roumain La Revue indigne septembre 1927, 103.

PAGE 236

236 travaux des auteurs trangers. En prenant une telle position, Roumain reprend certaines ides articules par Vilaire dans son pome Credo littraire Des correspondances entre luvre de Jean Briere et celle de Vilaire sont facilement remarquables. Comme Vilaire, Brire expose la mis re de son peuple et les mfaits de l'esclavage. Dans son pome intitul La Source il parle du pillage de lAfrique par les colons. Sa description de la situation tragique des Ngres sur le Ngrier rappelle le pome La mlope de Vilaire. A linst ar de son devancier Vilaire, Briere a t battu et jet en prison cause de ses revendications politiques. Ren Depestre (1926X) est aussi influenc par Vilaire. Il lutte contre linjustice, loppression des Noirs et la sgrgation sociale. Il partage galement les rflexions de Vilaire concernant les tensions lies au problme du choix de la langue dcriture. A linstar de Vilaire, Depestre varie sa production potique et prne une posie qui dpasse les frontires hatiennes7. Il est indniable que V ilaire laisse sa trace dans la littrature hatienne. Ses thses sont reprises par les crivains de la revue intitule La Nouvelle Ronde. Inspirs par la doctrine potique de Vilaire, ces potes indiquent le manque dimagination de certains de leurs contem porains. Comme lindique Garret, ils montrent la faiblesse de la posie du pote populaire appel Thimothe Paret : Citing exemples, they showed that too many of his poems contained couplets where me was neatly rhymed with flamme and ange wi th trange 8. Garret souligne que les reprsentants de La Revue indigne ont suivi galement la doctrine potique de Vilaire: These innovators wisely set no rules or limits for their work other than that it should represent the 7 Depestre, 1945, 25. 8 Liautaud, Andre, En marge de nos a ns La Nouvelle Ronde, juin 1925.

PAGE 237

237 composite society of th e nation and should tend towards the universal both in emotions and artistic qualities 9. Les ides de Vilaire ont marqu non seulement sa gnration, mais aussi ses successeurs. Fardin a raison dcrire: Les crivains hatiens contemporains ont presqu e tous rejet le nationalisme chauvin des indignistes. Ils prnent la libert de linspiration et de lart. La littrature na plus de frontire. Elle est humaine et universelle pour chanter lhomme travers tous les hommes sans distinction de race, de r eligion, de credo politique ou philosophique. Toute chose tant gal dailleurs, Vilaire ne peut -il tre considr comme lanctre de cette littrature hatienne contemporaine ? 10. Cette citation est importante parce quelle suggre que la conception concernant la posie hatienne a volu et notre travail sur Vilaire reflte cette ide. Notre thse rpond la question de Fardin en confirmant que Vilaire est lanctre de cette littrature hatienne contemporaine. En dpassant les ides de lcole pat riotique, en optant pour la libert dinspiration et une posie universelle, Vilaire annonce dj la posie des annes 60 avec Grard Etienne, Villard Denis, Jacqueline Beaug, Dieudonn Fardin, Hrard Jadotte. Conscient de la richesse, de limmensit et de la diversit de luvre de Vilaire, nous ne prtendons pas avoir tout examin. De ce fait, ce travail est un point de dpart permettant de redcouvrir ce grand pote et de susciter lintrt pour ltude de ses uvres. Dautres possibilits de recherch e peuvent tre cons acres luvre de Vilaire. Un exemple serait danalyser le roman ( Le thanathophobe) crit par ce pote publi partiellement en feuilleton (vers 1912) dans Hati littraire et scientifique pour voir comment volue sa production littrai re. De mme, une tude approfondie des pomes 9 Garret Naomi M. The Renaissance of Haitian Poetry. ( Paris : Prsence Africaines, 1963) 230. 10 Fardin, Dieudonn. Histoire de la littrature hatienne: mouvement de la Ronde. ( Port au Prince : Editions Fardin 1993 ) 82

PAGE 238

238 que nous navons pas abords dans ce travail contribuerait complter la rhabilitation de ce pote. Nous esprons que notre travail ouvrira de nouvelles perspectives dans les recherches Vilairiennes.

PAGE 239

239 LIS T OF REFERENCES Antoine, Rgis. La littrature Franco-antillaise Paris: Karthala, 1992. Baridon, Silvio. Posie vivante dHati Paris: M. Nadeau, 1986. Barthlemy, Grard. La socit hatienne Notre librairie. 132 (1997) : 7 -18. Baudelaire, Charles Les fleurs du mal Paris : Garnier 1961. Baudelaire, Charles. Les fleurs du mal Paris : Gallimard, 2001. Blachre, Jean Claude. NEGRITUDES : les crivains dAfrique noire et la langue franaise. Paris : LHarmattan, 1993. Blancpain, Franois Hati et les Etats -Unis 1915 1934 : Histoire dune occupation Paris : LHarmattan, 1999. Bellegarde, Dants. La rsistance hatienne : rcit dhistoire contemporaine Montral : Edition Beauchemin, 1937. Berg, R. -J. Littrature franaise: texte et contexte. Texa s: Harcourt Brace College,1994. Berthier, Philippe. Sur le sacr Paris: Lettres modernes Minard, 2002. Boheemen, Christine van. Joyce, Derrida, Lacan, and the Trauma of History: Reading, Narrative and Postcolonialism Cambridge: Cambridge University Press, 1999. Berrou, Raphael. Histoire de la littra ture hatienne. Tome 2. Port auPrince Editions Carabes, 1975. Boilat, P. D. Esquisses sngalaises. Paris: Karthala, 1984 Bossuet, Jacques -Bnigne. Sermon sur la mort et autres sermons Paris Flammarion, 1996. Braspart, Michel. Du Batras : Pote chrtien. Suisse : De LaChaux et Niestle, 1947 Brouard, Carl. Anthologie secrte. Editions Mmoire dencrier : Montral, 2004. Brunel, Pierre. Histoire de la littrature franaise. Tome2. Paris :Bordas, 1977. Cailler, Bernadette. Proposition potique: une lecture de l uvre d Aim Csaire Qubec : Naaman de Sherbrooke, 1976. Caillois, Roger. Lhomme et le sacr. Paris: Gallimard, 1950.

PAGE 240

240 Calin, William In Defense of French Poetry: An Essay in Revaluation University Park: Pennsylvania State University Press, 198 7. Castex, Pierre Georges. Manuel des tudes littraires franaises. Paris: Hachette,1966. Charles, Christophe Philippe La posie au corps Port auPrince : Editions Choucoune : 1986. ______. Etzer Vilaire : sa vie, son uvre. Port au-Prince : Editions Ch oucoune, 2004. ______. Littrature hatienne par les textes. Port a u -Prince : Editions Choucoune, 1998. ______. Littrature hatienne par les textes Port au -Prince : Editions Choucoune, 2004. Clrism, Rnald. Rapports actuels entre le vodou et le chris tianisme en Hati Le phnom ne religieux dans la C araibe: Guadeloupe, Martinique, Guyane, Hati. (Paris : ditions Karthala 2000) p 221226. Corvington, Georges. Port auPrince au cours des ans : la Mtropole hatienne du XIX sicle 1888-1915 : Por t au-Prince : Henri Deschamps, 1976. Dash, J Michael. Culture and Customs of Hati USA: Greenwood Press:, 2001. ____. Literature and ideology in Hati. New Jersey: Barnes & Noble Books 1981. Delblat, Jean Luc. Le mtier dcrire. Paris : Le cherche mi di, 1994. Delort, Jacques La posie et le sacr : Rimbaud, Paul Valry, Saint John Perse, Ren Char Normandie :Editions du Labyrinthe, 1996. Depestre Ren tincelles Port auPrince : Imprimerie de l'tat, 1945. Dorsainvil, J.C. Manuel dhistoire dHati. Port au-Prince : Henri Deschamps, 1958. Eliot, T.S. On Poetry and Poets. New York: Stratford Press, 1957. Fanon, Frantz. Peau noire, mas ques blancs. Paris : Seuil, 1952. Fardin, Dieudonn. Histoire de la littrature hatienne: mouvement de la Ronde. Port au-Prince : Editions Fardin, 1993. ______. Histoire de la littrature Hatienne : Mouvement de la Ronde. Port au-Prince : Fardin, 1998. Fignol, Jean Claude. Etzer Vilaire: ce mconnu. Port auPrince: Impr. centrale, 1970. ______, Jean Claude. Sur Etzer Vilaire: approche spiraliste Le Nouvelliste, Port auPrince, 5 novembre 1968.

PAGE 241

241 ______. Etzer Vilaire, crateur Conjonction Port au-Prince, no 116, 1971, 8688. Fleischmann, Ulrich. Ecrivain et Socit en Hati. F onds St -Jacques, SteMarie, Martinique: Centre de recherches carabes Universi t de Montral, 1976. Fort, Paul. Histoire de la littrature franaise depuis 1850. Par is : Flammarion: 1926. Galliard, Roger. Etzer Vilaire : tmoin de nos malheurs. Port au-Prince : Presses nationales, 1972. _______. Les blancs dbarquent. Port auPrince : Edition Natal, 1981. Garnier, Xavier. Littrature francophone. Paris : Hatier, 1999. Garret, Naomi M. The Renaissance of Haitian Poetry. Paris : Prsence Africaines, 1963. Gauvin, Lise. La diffusion des lettres fr ancophones : une question de reprsentation Ecrivain cherche lecteur : lcrivain francophone et ses publics. Qubec : VLB, 1991. _______, Lcrivain francophone la croise des langues. Paris : Edition Karthala, 1997. Geggus, David Patrick. Slavery, War, and Revolution: The British Occupation of Saint Domingue, 1793-1798 Oxford: Clarendon Press, 1982. Gikandi, S imon. Writing in Limbo. Ithaca: Cornell University Press, 1992. Gisler, Antoine. Lglise et lesclavage aux Antilles franaises Le phnom ne religieux dans la Caraibe: Guadeloupe, Martinique, Guyane, Hati Paris: ditions Karthala, 2000 (p 45 56). Geize, JeanMarie. La posie : Textes critiques XIVe-XX sicle Canada :Les Editions franaises, 1955. Griffiths, Leslie. Le protestantisme en Hati avant le Concordat Le phnom ne religieux dans la Caraibe: Guadeloupe, Martinique, Guyane, Hait i. (Paris : ditions Karthala 200) p 95108. Groos, Ren. Quelques mots sur un auteur hatien : Etzer Vilaire Le Matin, 7 Juin, 1922. Guy, Tonton. Critique de la francophonie hatienne Paris : LHarmattan, 2007. Heusch, Luc De. Le pouvoir et le s acr Bruxelles : Inst. de sociologie de L'U.L.B, 1962. Hoffman Lon -Franois. Littrature dHati. Paris : ditions Edicef/Aupelf, 1995.

PAGE 242

242 Hugo, Victor uvres Potiques Paris: Gallimard, 1964. Hurbon, Laennec. Le phnom ne religieux dans la Carabe : Guadeloupe Martinique,Guyane, Haiti. Paris : ditions Karthala 2000. Jaunet, Claire -Neige. Les crivains de la ngritude. Paris : Ellipses, 2001 Jean, Eddy Arnold Le 19e sicle hatien. Tome II. Port au-Prince : Editions Rudegert, 1987. ____. Hist oire littraire dHati Tome 1. Port au -Prince :Editions Hati Demain, 1992. ____. Etzer Vilaire : La vision tragique Port au-Prince :Editions Hati Demain, 1996. ____. Le 20 i me si cle haitien Port au-Prince :Editions Haiti -Demain:. 2002. Jolic ur, Gladys. Etzer Vilaire, pote chrtien. Rennes : Facult des lettres, 1967 -1968. Joubert, JeanLouis. La Posie Paris : Colin et Gallimard, 1977. Joubert, JeanLouis. Littrature francophone : Anthologie. Paris : Nathan, 1992. Jourda, Pierre. L'exotis me dans la littrature franaise depuis Chateaubriand. Paris :PUF, 1956. Kauss, Saint -John. La posie hatienne dexpress ion crole 21 aot 2008. http://www.potomitan.info/kauss/kauss_poesie.pdf Laleau, Lon. Musique ngre. Port au -Prince : DED, 1931. Laforest, Edmond. Etzer Vilaire Le Nouvelliste Port au -Prince, 28 juin, 1912. Laforest, Edmond. L'uvre potique de M. Etzer Vilaire. Jrmie: Imprimerie du Centenaire, Rue du Quai, 1907. Lamartine, Alphonse de. Mditations potiques. Paris, Hachette, 1915. Large, Camille. La Nouvelle Ronde 1er septembre 1925. Le Bris, Michel. Pour une littrature-monde. Paris : Gallimard, 2007 Lecksy Lamy. Propos recueillis Port au-Prince le 20 juillet 2008. Lecouflair, Georges. Bienvenue Etzer Vilaire Le Nouvelliste, 30 juillet, 1912. Liautaud, Andr, En marge de nos ains La Nouvelle Ronde, juin 1925.

PAGE 243

243 Martelly, Stphane. La notation dune agonie : Espaces subjectifs du dsastre dans les dix hommes noirs dEtzer Vilaire. Mbem, Andr Jean. La qute de luniversel dans la littrature africaine. Paris : L Harmattan, 2007. Mtellus, Jean. La langue de Toussaint Louverture La Quinzaine littraire 436(16-31 mar. 1985). Ecrire les langues franaises, 34. Michaud, Guy. Le symbolisme tel qu'en lui mme. Paris: A.G. Nizet, 1995. Morpeau, Louis. Anthologie dun sicle de posie hatienne. Paris : Editions Bossard, 1925. Munch, Marc Mathieu. Romantisme et religion: thologie des thologiens et thologie des crivains. Paris: Presses universitaires de France, 1980. Musset, Alfred. Premires posies nouvelles Paris : Gallimard, 1976. Nicholas, Julien. Un pote philosophe : Etzer Vilaire Le Matin, Port au-Prince, 1, 2,3 f vrier 1945. Nicolas, Hogar. Loccupation amricaine dHati : La revanche de lhistoire Madrid : Industrias Graficas Espaa, 1955. Noel, Francine. Les colonies, lexotisme et la note au bas de la page Ecrivain cherche lecteur : lcrivain francophone et ses publics. Qubec : VLB, 1991. Paultre, Emile. Essai sur M Price -Mars. Port auPrince : Imprimerie de lEtat, 1933. Peyre, Henri. Qu'est -ce que le romantisme? Paris: Pr esses Universitaires de France, 1971. Pierre Louis, Ulysse. L'univers potique de Jean F. Briere. Port auPrince Editions Choucoune, 1997. Pierre -Paul, Antoine. La premi re protestation arm e contre l intervention am ricaine de 1915 et 260 jours dans le maquis Port au-Prince, Hati: Impr. Panorama, 1960. Pompilus, Pradel. Etzer Vilaire : tudes critiques et tex tes choisis Portau-Prince, 1968. Pompilus, Pradel. Etzer Vilaire corrige Etzer Vilaire Conjonction Port auPrince, no 138, mai 1978, 83-94. ________. Lexprience dEtzer Vilaire, ses risques et ses mrites Con jonction, no 119, 1971, 73-89. ________. Manuel illustr dhistoire de la littrature hatienne. Port au -Prince : Editions H, Descamps, 1961.

PAGE 244

244 Poulet, Georges. Lespace Proustien. Paris: Gallimard, 1963. Proust, Marcel. A la recherche de temps perdu. Paris : Laffont, 1987. Pubien, Pierre. Cours de littrature hatienne. Port a u Prince : Collections Pubien 1998. Rince, Dominique. La posie franaise du XIXe sicle. Paris, PUF, 1995. Rosenberg, Leah. Nationalism and the Formation of Caribbean Literature. Ne w York: Palgrave Macmillan, 2007. Roumain, Jacques. Pomes Port au-Prince : Editions des Antilles, 1993. Roumer, Emile. Le caman toile. Port -au -Prince : ditions Panorama 1961. Saint -Eloi, Rodney. Emergence de la potique crole en Hati Diss. Universit Laval (Canada), 1999. http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/s4/f2/dsk1/tape9/PQDD_0009/MQ42008.pdf Schmidt, Hans. The United States Occupation of Haiti Rutgers University Press: USA, 1971. St arobinski, Jean. Loeil vivant: Corneille, Racine, La Bruyre, Rousseau, Stendhal Paris: Gallimard, 1961. Senghor, Lopold Sdar. Anthologie de la nouvelle posie ngre et malgache Paris : Presses universitaires, 2001. Sylvain, Georges. Dix annes de lutte pour la libert. Tome 1. Port au -Prince : Deschamps, 1955. Sylvain, Georges. Vers lire", Le Nouvelliste. 17 avril 1901. Thumerel, Fabrice. La critique littraire. Paris : Colin, 1998. Turnier, Alain. La socit des baonnettes. Port au-Prince : Le Natal, 1985. Vaval, Duracin. Histoire de la littrature hatienne ou lme noire. Port au-Prince : Editions Fardin, 1986. Victor, Gary. Littrature monde ou libert d'tre Pour une littrature-monde. Paris : Gallimard, 2007. Vieux, Antonio. Entr e nous : Jacques Roumain La Revue indigne septembre 1927. Vilaire, Etzer. Annes tendres Paris : Librairie Fischbacher, 1907.

PAGE 245

245 _____. La vie solitaire pendant loccupation amricaine Port au-Prince : Imp Sminaire Adventiste, 1937. _____. Le flibu stier, essai de roman en vers. Homo, vision de l'enfer; pome Port auPrince : F. Smith, 1902. _____. Nouveaux pomes: Les voix, Terre et ciel, Au del, Fantaisies potiques. France : Imp. Peyriller, Rouchon & Gamon, 1910. ______. Page d'amour. Les di x hommes noirs. Port au-Prince : F. Smith, 1901. ______. Pomes de la mort. Paris : Fischbacher, 1907. ______ Prdications dun laque Port au-Prince : L'Eglise Mthodiste dHati, 197 ? ______. Posies compltes. Tome 1. Paris : Albert M essein, 1914. ______. Posies compltes Tome 2. Paris : Albert Messein, 1919.

PAGE 246

246 BIOGRAPHICAL SKETCH Wedsly Turenne Guerrier reveived his Bachelors degree in foreign language c ombination from the U niversity of Central Florida. He got his Masters from University of South Florida. He co mpleted a Doctorate in French/ f rancophone literature at the University of Florida.