<%BANNER%>

L'Evolution de la Phonetique et de la Phonologie des Voyelles Nasales du Francais Standard depuis le XXe Siecle

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0025040/00001

Material Information

Title: L'Evolution de la Phonetique et de la Phonologie des Voyelles Nasales du Francais Standard depuis le XXe Siecle
Physical Description: 1 online resource (60 p.)
Language: english
Creator: Lawton, Matthew
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: change, changement, evolution, francais, french, linguistics, linguistique, nasal, nasale, phonetics, phonetique, phonologie, phonology, sociolinguistics, sociolinguistique, vowels, voyelle
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Despite having strict phonological standards, the nasal vowels in French actually fluctuate greatly beyond these rigid rules in their realizations across the francophone world. Even in the Standard dialect, based upon what is spoken in Paris, considerable variability is seen between speakers in the production of nasal vowels and increasingly since the beginning of the 20th century. These deviations from the phonological norm are not haphazard; there are linguistic reasons behind every evolutionary change in a language. The goal of this study is to clarify the current situation of the nasal vowels in contemporary French -- more specifically, the ongoing evolution of the phonetic realizations of these vowels and the various factors that are attributed to this change. Through research into the different sociolinguistic, extralinguistic, perceptual, and pedagogical factors that are involved in language change, we can see the evolutionary pattern of the French nasal vowels and potentially see their future direction as well. Sociolinguistic factors such as age, sex, and social class have greatly affected the utilization of the nasal vowels. The use of different realizations and their associations with different oratory styles and regionalisms have effectively given the nasal vowels a sort of shibboleth quality. By understanding how vowels are perceived and studying cross-linguistic perception, we are able to make inferences on intra-linguistic perception and the potential evolutionary effects it can have on the nasal vowels. Finally, due to the incredible influence of prescriptive works on phonetics and phonology, it is imperative that these works are consulted. Through research into the pedagogy of nasal vowel pronunciation, we can identify when certain changes in the nasal vowel pronunciation have entered the ?norm? and to what extent. All of these factors play crucial roles in the intricate vowel system of each francophone, slowly evolving the language into what it is today and what it will be tomorrow.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Matthew Lawton.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Blondeau, Helene.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0025040:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0025040/00001

Material Information

Title: L'Evolution de la Phonetique et de la Phonologie des Voyelles Nasales du Francais Standard depuis le XXe Siecle
Physical Description: 1 online resource (60 p.)
Language: english
Creator: Lawton, Matthew
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: change, changement, evolution, francais, french, linguistics, linguistique, nasal, nasale, phonetics, phonetique, phonologie, phonology, sociolinguistics, sociolinguistique, vowels, voyelle
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Despite having strict phonological standards, the nasal vowels in French actually fluctuate greatly beyond these rigid rules in their realizations across the francophone world. Even in the Standard dialect, based upon what is spoken in Paris, considerable variability is seen between speakers in the production of nasal vowels and increasingly since the beginning of the 20th century. These deviations from the phonological norm are not haphazard; there are linguistic reasons behind every evolutionary change in a language. The goal of this study is to clarify the current situation of the nasal vowels in contemporary French -- more specifically, the ongoing evolution of the phonetic realizations of these vowels and the various factors that are attributed to this change. Through research into the different sociolinguistic, extralinguistic, perceptual, and pedagogical factors that are involved in language change, we can see the evolutionary pattern of the French nasal vowels and potentially see their future direction as well. Sociolinguistic factors such as age, sex, and social class have greatly affected the utilization of the nasal vowels. The use of different realizations and their associations with different oratory styles and regionalisms have effectively given the nasal vowels a sort of shibboleth quality. By understanding how vowels are perceived and studying cross-linguistic perception, we are able to make inferences on intra-linguistic perception and the potential evolutionary effects it can have on the nasal vowels. Finally, due to the incredible influence of prescriptive works on phonetics and phonology, it is imperative that these works are consulted. Through research into the pedagogy of nasal vowel pronunciation, we can identify when certain changes in the nasal vowel pronunciation have entered the ?norm? and to what extent. All of these factors play crucial roles in the intricate vowel system of each francophone, slowly evolving the language into what it is today and what it will be tomorrow.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Matthew Lawton.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Blondeau, Helene.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0025040:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

LVOLUT ION DE LA PHONTIQUE ET DE LA PHONOLOGIE DES VOYELLES NASALES DU FRANAIS STANDARD DEPUIS LE XXe SICLE By MATTHEW K. LAWTON A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLOR IDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2009

PAGE 2

2 2009 Matthew K. Lawton

PAGE 3

ACKNOWL EDGMENTS I would like to thank Dr. H lne Blondeau for introducing me to the realm of sociolinguistics and for her continued support, ad vice, and understanding during this process; Drs. Theresa Antes, William Calin, and Vincent Grgoire for their encouragement and aid in my scholastic pursuits; my friends and colleagues in th e French department for sharing in our mutual francophilie ; and finally my family and friends for the constant love and encouragement that is second to none. Without all of you, this thesis would not be possible. 3

PAGE 4

TABLE OF CONTENTS Page ACKNOWLEDGMENTS...............................................................................................................3 LIST OF TABLES................................................................................................................. ..........6 LIST OF FIGURES.........................................................................................................................7 ABSTRACT.....................................................................................................................................8 CHAPTER 1 INTRODUCTION................................................................................................................. .10 Phonme, Allophone, et Variation..........................................................................................10 Variation Conditionne vs Variation Libre.....................................................................11 La Sociolinguistique Variationniste................................................................................12 Les Voyelles Nasales........................................................................................................... ...12 Prsentation du Thme de la Recherche.................................................................................14 2 LE CHANGEMENT DE LA PHONTIQUE ET DE LA PHONOLOGIE DES VOYELLES NASALES DEPUIS LE DBUT DU XXe SICLE........................................17 Les Difficults des tudes en Phontique..............................................................................18 La Situation des Voyelles Nasales dans lHistoire.................................................................19 tudes Prliminaires sur l volution du Franais Parl.........................................................21 Les Voyelles / / et / /....................................................................................................21 Les Voyelles / / et / /.....................................................................................................24 Les Ouvrages de Phontique et de Phonologie.......................................................................26 Notre tude sur les Ouvrages de Phon tique et de P honologie depuis le XXe Sicle....27 3 POURQUOI CETTE CONFUSION ?....................................................................................32 Les Modles de la Perception Linguistique............................................................................32 Perception Catgorique...................................................................................................32 Le Modle Auditoire et le Modle des Aimants de la Langue Maternelle.............................33 Difficult de Perception..........................................................................................................34 Les Facteurs Extralinguistiques..............................................................................................37 4 LEFFET DU CHANGEMENT.............................................................................................40 LEspace Vocalique et le Changement en Chane..................................................................40 LEspace Vocalique.........................................................................................................40 Le Glissement Vocalique des Villes du Nord (Northern Cities Vowel Shift)................41 Changement en Chane des Voyelles Nasales.................................................................42 4

PAGE 5

Lvolution Phonologique ......................................................................................................43 Hypothse No. 1..............................................................................................................44 Hypothse No. 2..............................................................................................................44 5 CONCLUSION................................................................................................................... ....46 APPENDIX....................................................................................................................................49 A LES OUVRAGES DE PHONTI QUE ET DE PHONOLOGIE...........................................49 LIST OF REFERENCES...............................................................................................................56 BIOGRAPHICAL SKETCH.........................................................................................................60 5

PAGE 6

LIST OF TABLES Table Page A-1 Les manuels de phonologie................................................................................................. ..49 6

PAGE 7

LIST OF FI GURES Figure Page 1-1 Les voyelles du franais standard..........................................................................................13 1-2 Les voyelles nasale s bases sur les voyelles orales du franais standard..............................14 3-1 Les voyelles du franais standard..........................................................................................36 3-2 Les voyelles de langlais standard.........................................................................................36 4-1 Northern Cities Vowel Shift..................................................................................................42 4-2 Hypothse No. 1....................................................................................................................44 4-3 Hypothse No. 2a..................................................................................................................45 4-4 Hypothse No. 2b..................................................................................................................45 7

PAGE 8

Abstract of Thesis Presen ted to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree Master of Arts LVOLUTION DE LA PHONTIQUE ET DE LA PHONOLOGIE DES VOYELLES NASALES DU FRANAIS STANDARD DEPUIS LE XXe SICLE By Matthew K. Lawton December 2009 Chair: Hlne Blondeau Major: French Despite having strict phonological standards, the nasal vowels in French actually fluctuate greatly beyond these rigi d rules in their realizations across the francophone world. Even in the Standard dialect, based upon what is spoken in Paris, c onsiderable variability is seen between speakers in the production of nasal vowel s and increasingly since the beginning of the 20th century. These deviations from the phonological norm are not haphazard ; there are linguistic reasons behind every evolutionary change in a la nguage. The goal of this study is to clarify the current situation of the nasal vowels in cont emporary French more specifically, the ongoing evolution of the phonetic realizati ons of these vowels and the various factors that are attributed to this change. Through research into the different socioli nguistic, extralinguistic, perceptual, and pedagogical factors that are involved in language change, we can see the evolutionary pattern of the French nasal vowels and potenti ally see their future direction as well. Sociolinguistic factors such as age, sex, and social class have greatly affected the utilization of the nasal vowels. The use of different realizations and their associations with different oratory styles and regionalisms have effectively given the nasal vowels a so rt of shibboleth quality. By understanding how vowels are perceived and studying cr oss-linguistic perception, we are able to make inferences on 8

PAGE 9

intra-linguistic perception and the potential ev olutionary effects it can have on the nasal vowels. Finally, due to the incredible influence of prescriptive wo rks on phonetics and phonology, it is im perative that these works are consulted. Thro ugh research into the pedagogy of nasal vowel pronunciation, we can identify when certain changes in the nasal vow el pronunciation have entered the norm and to what extent. All of th ese factors play crucial roles in the intricate vowel system of each francophone, slowly evolving the language into what it is today and what it will be tomorrow. 9

PAGE 10

10 CHAPTER 1 INTRODUCTION Nulle langue nest homogne. Bien quune lang ue puisse avoir des rgles prcises et rigides, la variation est invitable. Autant qu un homme soit diffrent dun autre homme, leurs faons de parler seront galement diffrentes et varies. La va riation se manifeste cause des influences gographiques, socio-conomiques, cont extuelles, sociales (comme entre autres, le sexe ou lge), et individuelles. En outre, la variation se mani feste tous les niveaux de la structure linguistique : phonologi e, morphologie, syntaxe, etc. En phonologie, par exemple, plusieurs aspects de la languecomme la pr ononciation, lintonation, et la prosodiepeuvent varier. Il est donc impossible limiter la langue de s prescriptions et des rgles imperturbables ; malgr les efforts, la variation subsiste ra et la langue continuera changer. Il faut, par contre, dcrire la langue telle quelle est, y compris la variation. Dans un sens, une langue nest quun ensemble de ses variations Il est galement important de noter que la variation dans une langue ne se manifeste pas dune manire quelconque (Tranel 2000). Au contraire, il existe une structure trs complexe qui gre la varia tion ; ce nest quen analysant les donnes quil devient possible de vraiment dfinir les variations dune langue et, ainsi, la totalit de la langue. 1.1 Phonme, Allophone, et Variation Avant daborder le sujet de la variation dans une langue, il faut expliquer de quel type de variation on va traiter. Il existe en linguistique, du moins du point de vue de la thorie phonologique traditionnelle deux genres de variati on : la variation conditionne et la variation libre. Ce qui distingue ces deux variations es t la notion dallophonie. Les allophones sont les phones varis qui tous ne reprsentent quun se ul phonme. Autrement dit, les allophones sont

PAGE 11

des variantes dun seul son dis tinctif dune langue ; quelque so it lallophone prononc, tout le monde va comprendre le sens du m ot. Un phonme est une unit distincte qui sert distinguer les mots. Par exemple, le mot tu [ ty ] et le mot tout [ tu ] contiennent chacun le phonme vocalique /y/ ou /u/ qui sopposent pour faire la distinct ion entre les deux mots. Ces deux phonmes ne constituent pas des allophones puisquils donnent un sens diffrent au mot. Par contre, pour certains locu teurs francophones, le phonme /r/ peut se raliser comme [ r ], [ ], ou [ ] (Walker, 1984: 23, 86). Un mot prononc av ec une de ces tr ois variantes ne changera pas le sens du mot ; parler prononc soit [ parle ], soit [ pa le ], soit [ pa le ] aura toujours le mme sens. Ainsi pour cette raison, ces trois va riantes sont des allophones. 1.1.1 Variation Conditionne vs Variation Libre Quand un allophone existe dans une langue, la manire de choisir quelle ralisation phontique produira un locuteur repr sente la base des tudes en variation phontique. Selon les linguistes, il existe deux genres de variation : la variation conditionne et la variation libre. La variation conditionne est en jeu quand cet te distribution est pr visible selon le contexte environnant. Un cas typique de cette variation c onditionne existe en franais qubcois. Les consonnes apico-alvolaires / t / et / d / sont sujettes une assibilation quand elles sont suivies des voyelles antrieures hautes / i / et / y /. Ainsi, le mot dentiste / d tist / serait prononc [ d tsist] mais le mot dentaire / d t / garderait toujours la prononciation standard [ d t ]. (Walker, 1984: 91) Puisquon peut trouver des rgles contextue lles autour de la variation, on la considre comme une variation conditionne. 11

PAGE 12

En revanche, si la distribution dun allophone nest pas du tout prvisible selon le contexte phonologique e nvironnant comme on a vu avec le cas du / r / cest un cas de variation libre. Selon la thorie traditionnelle, la variation libre donc est en jeu quand la distribution des variantes dpend uniquem ent de diffrences alatoires ou individuelles. 1.1.2 La Sociolinguistique Variationniste Il faut noter que, bien que ces notions soient acceptes dans plusieurs tudes phonologiques, les sociolinguistes ne sont pas tout fait dacco rd. En sociolinguistique, les variationnistes ceux qui tudient la variation socioli nguistique pensent que la variation libre nest pas aussi libre quelle en a lair. Ils ont dmontr, par cont re, que les influences sociales contraignent la variation et que les causes de cette variation dite libre peuvent en tre identifies. Alors, selon eux, la variation dite libre est plutt une variation conditionne par des facteurs sociaux alors que la variation conditionne mentionn e ci-dessus est une variation conditionne par des rgles phonologi ques de nature catgoriques. 1.2 Les Voyelles Nasales Dans notre tude, nous allons examiner les voy elles nasales de la langue franaise. La nasalit des voyelles est un phnomn e qui existe dans plusieurs la ngues et dialectes, mme en anglais. En anglais, les voyelles qui sont suiv ies des consonnes nasale s sont nasalises comme dans les mots ham et man (Lon, 1996: 71, 91). Cependant, il ny a pas de distinction phonmique pour ces voyelles ; cela ve ut dire que la nasalit vocalique ne constitue pas un trait distinctif en anglais. Elle c onstitue une qualit allophonique qui ne change pas le sens du mot lorsquelle est prononce ou pas. Le franais, par contre, est parmi un petit groupe de langues comme le portugais, le yorb, et le paic qui traite la nasalit des voyelles un trait distinctif et, en consquence, 12

PAGE 13

comme des phonm es distincts. Cela veut dire qu il existe des paires minimales pour lesquelles la seule diffrence est la nasali sation de la voyelle, comme par exemple dans les mots mais / m / et main /m /. La distinction entre ces deux mots repose sur leurs voyelles nasales et dmontre donc que les voyelles nasa les franaises sont phonmiques. En franais standard, il ex iste quatre voyelles nasales phonologiques distinctes / /, / /, / /, et / / exemplifie dans la phrase souvent rcite dans des cours de franais un bon vin blanc / b v bl /. Ces voyelles sont bases sur leurs quivalents oraux qui sont illustrs par le trapze vocalique de la Figure 1-1: Figure 1-1. Les voyelles orales du franais standard. Le s voyelles gauche du point marque les voyelles non arrondies et celles droite du point marque les voyelles arrondies. La Figure 1-2 prsente les voyelles nasales du franais standard reprsent sur le mme trapze vocalique. En comparan t les deux figures, on voit que le s quatre voyelles nasales sont bases sur leurs corr espondantes orales. 13

PAGE 14

Figure 1-2. Les voyelles nasales bases sur les voyelles orales du franais standard. Mais, ces voyelles ne sont pas toujours r alises de la mme manire travers les locuteurs et selon les communa uts. La phonologie est standardise mais la phontique varie normment. Lexemple le plus connu est lalternance de / / et de / /. On entend frquemment en franais contemporain [ ju] pour un jour ou [l di ] pour lundi o le graphme un est prononc [ ] et non pas [ ] comme lindiquent pourtant les rgles de phonologie. Plusieurs linguistes ont tudi la phonologie franaise et ont remarqu que les voyelles nasales telles quelles sont enseignes et telles quelles sont prononces ne sont pas toujours les mmes. Il ny a pas de consensus au sein ni de la communaut linguistiqu e, ni de la population francophone sur exactement combien de voyelles nasales il existe en franais et mme les manuels de franais langue seconde ou de phonti que corrective narrivent pas toujours un consensus savoir comment bien les prononcer. Il y a, cependant, une bonne raisonou bien plusieurspour laquelle ces voyelles posent un si grand problme da ns le parler des franais. 1.3 Prsentation du Thme de la Recherche Notre tude a pour but de clarif ier la situation actuelle de s voyelles nasales en franais contemporain. Plus spcifiquement, nous allons mont rer le changement de la phontique et de la 14

PAGE 15

phonologie f ranaise en ce qui concerne les voyelles nasales au cours du XXe sicle et discuter des facteurs qui ont, ensemble, provoqu ce changement. Nous allons galement donner les raisons pour lesquelles les voyelles nasales sont plus fluides que les autres phonmes du franais standard. Il est important de noter que cette tude sappuie uniquement sur le franais standard et tous les rsultats y sont attribus. Le franais standard est le dialecte dfini dans les dictionnaires, enseign dans les coles, et considr neutre travers les pays fran cophones. Cette varit est base, comme la plupart des dialectes standard, sur la langue parle dans la capitale. Donc, pour cette tude sur la langue franai se, nous concentrons sur le dialecte parisien. Bien que nous mentionnions dautres varits de la langue franaise, cest uniquement pour des raisons de comparaison ; la varit parisienne dite standard reste au cen tre de cette tude. Afin datteindre cet objectif nous allons dabord prsen ter une brve histoire de lvolution du systme des voyelles nasales et du changement quont connu ces voyelles en rsumant les tudes faites depuis 1900. Cette revue de la littrature vise montrer lvolution dans la prononciation de tous les jours et sa progression pendan t ce dernier sicle. Ltude va se concentrer aussi sur des facteurs qui affectent la production des voyelles nasales tels que la perception et les aspects sociologiques. La pe rception acoustique et cognitive cre une base sur laquelle le changement linguis tique peut se produire. De plus, les variations conditionnes et libres seront discutes davantage en incluant le point de vue de la sociolinguistique variationniste. Nous allons dmontrer comment les aspects ex tralinguistiques ont influenc lvolution de la phonologie franaise. Les facteurs dge, de sexe, de classe sociale, et dappartenance 15

PAGE 16

gographique peuvent tous cha nger la prononciation dun locuteur Ces facteurs ont eu une grande influence sur le dialec te standard de nos jours. Finalem ent, nous allons montrer que ces va riations phontiques sont actuellement en flux, signaler les tendances gnrales de ce changement en cours, et en postuler lavenir de ces voyelles dans la langue contemporaine. 16

PAGE 17

17 CHAPTER 2 LE CHANGEMENT DE LA PHONTIQUE ET DE LA PHONOLOGIE DES VOYELLES NASALES DEPUIS LE DBUT DU XXE SICLE Il ny a que trs peu de chercheurs qui ont concentr leurs efforts uniquement sur les voyelles nasales ; la plupart ont opt pour des tudes sur lensemble du systme vocalique. Cela ne veut pas dire toutefois que les tudes sur des voyelles orales sont inutiles par rapport aux voyelles nasales. Bien que plusieurs tudes ne concentrent que sur de s voyelles orales, nous savons que les voyelles nasales sont bases sur des voyelles orales. Valdman (1959: 154-155) explique : The International Phonetic Asso ciation transcription suggests that the nasal vowels are to be analyzed as combinations of the corresponding oral vowels [ ], [ ], [ ], and [ ] and a component of nasalization [ ]. Paul Passy observes that with regard to oral articulation the nasal vowels are more accu rately described as [ ], [ ], [ ], and [ ] (the diacritics [ ] and [ ] represent larger and smaller oral aperture respectively); Pierre Delattre agrees essentially though he adds that an ([ ]) is distinctly posterior with respect to / / and that the articulation of un ([ ]) is slightly less open and fronted than that of / /. Bien quil y ait des diffrences mineures entre les voyelles nasales et leurs quivalents oraux, pour lessentiel, les voye lles nasales occupent le mme esp ace vocalique que leurs quivalents oraux et donc les tudes sur des voyelles orales s ont inestimables si on veut bien comprendre la situation des voyelles nasales. Il faut noter galement la diffrence entr e la phontique et la phonologie. La phontique traite comme sujet la production physique et la perception des sons dune langue tandis que la phonologie traite des systmes de contraintes et de rgles qui gouverne la langue. Cette section porte sur des changements en phonologie et en phontique puisquun changement dans un de ces domaines affecte lvoluti on de lautre domaine et de lensemble de la langue.

PAGE 18

Dans cette section, nous allons donc prsenter plusieurs tudes venant des chercheurs qui ont abord le changem ent de toutes les voyelles du franais en ciblant les parties les plus pertinentes qui traitent le suje t des voyelles nasales. Puisquil y a un fort lien entre les voyelles orales et les voyelles nasales, nous allons galement prsen ter des informations sur le changement des voyelles orales en fonction de leur effet sur les voyelles nasales. 2.1 Les Difficults des tudes en Phontique Pour vraiment comprendre la s ituation actuelle des voyelles na sales et leur volution en cours, il faut dabord examiner le dveloppe ment historique de ces voyelles. En analysant lorigine des voyelles nasales, on peut voir les lments qui ont provoqu lvolution de leur usage et les tendances observables travers le temps. Un des chercheurs dans ce domaine, Lenning, note malheureusement, quil existe un obstacle inhrent qui survient dans une anal yse de donnes sur nimpor te quel aspect dune langue orale. Puisque la technolog ie pour enregistrer les voix es t plutt jeune, la plupart des recherches sur loralit avant li nvention de cette technol ogie sont ainsi faites sur des lettres, des livres, et dautres matriaux de la langue cr ite. Donc, les dtails phontiques sont bien rares. Et mme sil y a des dtails phontiques, ils sont souvent mis dans un format non standard. Avant lavnement de lalphabet phonti que international en 1 888, il ny avait pas de standardisation pour communiquer une transcription phontique. Alors, pour trouver les tendances dans lvolution de la phonologie dune langue, il est difficile de trouver des donnes comparables au-del dune centaine dannes. De plus, les donnes crites ne refltent pas normalement de manire fidle les variations dans les dialectes sociaux. France Martineau a tudi de nombreuses lettres, publications, et uvr es crites afin de dterminer ltat de la langue franaise travers les derniers sicles. Elle utilise ces uvres qui, selon elle, revealsome lexical, grammatical and phonetic features as well asspelling 18

PAGE 19

strategies. (Martineau, 2007: 203) On peut regarder les graph m es des lettres crites par des illettrs ou peu duqus qui mont rent la prononciation probable de la population. En regardant des fautes grammaticales qui se prsentent rgulirement dans le s rcits, on peut imaginer les diffrences entre la graphie et la ralisation phontique qui produisent ces faut es. Par exemple, si un scripteur crit lindi, jtai s Montral on peut supposer que le graphme in typiquement associ au phonme [ ], reprsente la ralisation phontique du scripteur. Il faut noter, cependant, que ces conclusions faites sur des lettres et des autres fo rmats crits composent un bon indice sur la situation phontique des lo cuteurs mais ne constitue pas de preuve. 2.2 La Situation des Voyelles Nasales dans lHistoire En linguistique synchronique, on considr e que la phonologie dune langue un point donn dans le temps est systmatique et que le systme phonologique peut sexpliquer par des rgles fixes. Et, dune certaine manire, la phonologie est fixe. La phontique, par contre a veut dire lensemble des variations prononces par les locuteurs nes t pas fixe et si les variantes phontiques deviennent plus acceptes que leurs idal-types phonologiques, il y a une forte possibilit de changement pour la phonologie. Une des diffrences actuelles la plus rema rque dans le cadre des voyelles nasales franaises se trouve entre les voyelles / / et / /. Il y a des linguistes qui considrent la voyelle / / morte en franais standard, autrement compltement assimil par la voyelle / /. Dautres avouent quil y a un changement en cours, mais la voyelle / / persiste toujours dans lHexagone. On peut se demander donc si le changement de la ralisation de la voyelle / / est un changement fondamental de la phonologie franaise ou le d but dune variation phontique de la langue. 19

PAGE 20

Cette confus ion de voyelles, cependant, n est pas du tout nouvelle. Philippe Martinon, auteur de Comment on prononce le franais (1913), a remarqu sur ce phnomne: Le point capital propos de la nasale un cest de ne pas la prononcer in On entend trop souvent in jour in homme Heureusement ce nest pas encore chose trs frquente chez les gens qui ont quelque instruction ; mais il est peu de fautes plus choquantes (Martinon ci t par Tuaillon, 1994: 123) Martinon indique que la dviation du standard est dj courante dans le franais vers le tournant du sicle. La phonologie pourrait tre fixe mais on voit bien que la phontique, dans ce cas, varie dj beaucoup, du moins suffisamment pour m riter une mention dans un manuel de prononciation. Il est intressant de noter que Martinon mentionne le dnouement de ce phnomne, probablement pour assister son puise ment, mais presque un sicle plus tard, le phnomne est en fait beaucoup plus rpandu et commence changer la phonologie elle-mme. Ceci nest pas non plus le premier changement concernant les voyelles nasales. En fait, ces voyelles nexistaient pas au Moyen-ge. Aitchison (2001) rsume que les mots comme an en et brun taient prononcs sans nasalit et avec la consonne [ n ] prononce. Vers le IXe sicle, le mot an commenait cette te ndance issue lincapacit du voile du palais de sparer compltement les cavits buccales et nasales (Aitchison, 2001: 92) ; donc, il y avait toujours un peu de nasalit dans la ra lisation de ce mot. ventuellement, le [ n ] a cess davoir de limportance dans la prononciation et personn e ne le prononait plus, mme pour dautres mots comme en et bon Aitchison nous explique que de tels change ments se dveloppent un rythme lent-rapidelent. Ces changements commencent peu peu dans la langue pour quelques dcennies, puis sacclrent pendant une courte p riode, et finalement ralentisse nt exponentiellement. Pour cette reconfiguration, le mot an a t le catalys eur qui a lanc ce changement mais il a fallu 20

PAGE 21

environ un sicle et dem i pour y russir. Les mots avec la squence [ en ] ont suivi prenant environ un sicle changer. Puis, des mots comme bon coin bien et fin ont tous vite chang en une priode dun sicle. Le ralentissement est venu avec les mots comme brun qui tait toujours prononc [ b n ] au dbut du XIVe sicle. Cette nasalisation qui remplace la prononciation du [ n ] est perptue due la recherche de sy mtrie qui se voit dans lvolution de chaque langue (Aitchison, 2001: 155). Nous voyons donc que le changement de la pho ntique des mots nest pas quelque chose de nouveau. Depuis Les Serments de Strasbourg et les dbuts de la langue franaise, il y a beaucoup qui a chang ; les voyelles nasales ne font pas exception. Les mots qui contiennent actuellement des voyelles nasales n taient pas articuls avec de la nasalit au dbut mais, avec un catalyseur et le besoin inhre nt des langues davoir de la sy mtrie, la prononciation a chang. Ce changement ancien est pare il ce que nous voyons ici au XXe et XXIe sicles: le catalyseur, la ralisation changeante de la voyelle / /, entrane les autres voye lles nasales changer pour retrouver de la symtrie dans lespace vocalique. Les tudes suivantes sont rsumes ici pour dmontrer lvolution des voye lles nasales au cours du XXe sicle et pour expliquer ce changement en cours affectant la phonologie franaise. 2.3 tudes Prliminaires sur lvolution du Franais Parl 2.3.1 Les Voyelles / / et / / La confusion de / / et / / a t considr par les puriste s parisiens comme le parler des faubourgs (Valdman, 1959: 153) bien que de plus en plus de parisiens de classe moyenne mlent ces deux phones dans leur prononciation quotidienne au vingtime sicle. Hansen (1998) 21

PAGE 22

dit que les o ccurrences de ce phnomne se sont multiplies vers la fin du XIXe et le dbut du XXe sicle, bien quelles so ient notes depuis aussi longtemps que les XVIe et XVIIe sicles. La propagation de ce phnomne est loquemment discute dans le travail de Martinet. Il a rassembl en 1940 des rsultats venant des questionnaires phonologique s poss aux soldats franais dans des camps de prisonniers de guerr e afin de cerner ltat de la prononciation du franais. Quelques exemples de ces questions : Prononcez-vous de faon identique: a) brun et brin? b) alun et Alain ? Si vous faites une distinction, avez-vous conscience de la faire avec un certain effort ? Selon les rsultats des sondages de Martinet, 20 % des officiers du Nord ne remarquent pas une diffrence entre la prononciation et donc ne pe roivent pas une diffre nce entre les voyelles nasales / / et / /. En outre, 40% nont pas conscience de faire cette distinction. Pour les locuteurs parisiens, on note 42% des locuteurs confondent les deux voyelles et 60% ne peuvent pas faire une distinction sans un effort conscient. Il faut noter que les offici ers cette poque venaient pres que uniquement de la classe moyenne. Ctait une poque o un baccalaurat ou une licence tait suffis ant pour atteindre le grade dofficier. De plus, seulement la moiti de s questionnaires ont t re ndus et il est logique que ceux qui ont t rendus re fltaient la phontique des mie ux duqus. Ceux qui sont plus duqus ont une tendance garder la prononciati on standard et on suppose, alors, que les rsultats de Martinet refltent un taux conservateur de changement de prononciation et que la confusion de ces deux voyelles tait beaucoup plus t endue. (Valdman, 1959: 154) Mais pourquoi est-ce quil y a cette confusion ? On a vu quau dbut du sicle ctait mal vu de mlanger ces voyelles dans son parler et que des manuels de pronon ciation ont interdit la confusion, mais pourtant elle existe toujours. 22

PAGE 23

Un facteur majeur qui empire leur confusi on est une caractristique intrinsque de la langue : labsence de paires minimales. Il ny a que quatre paires minimales en ce qui concerne / / et / / : (1) brin et brun, (2) Alain et alun, (3) empr eint et emprunt, (4) empreinte et emprunte. Par ailleurs, ce qui augmente davantage la conf usion phontique, cest que lles ne sont pas de vraies paires minimales. Valdman explique que Unless they may appear in identical grammatical and semantic contexts two utterances do not constitute an absolute minimal pair (Valdman, 1959: 160) Alors un verbe et un nom ne pourraient jamais faire des paires minimales. Personne ne va jamais penser quon dit Jai les cheveux brins Selon le contexte, il est clair, sans gard pour la voyelle nasale employe, de quelle couleur sont les cheveux du locuteur. Lopposition donc est peu productive et peuvent tomber en dsutude dans la langue sans entraner un problme de communication. Un autre facteur qui perptue la confusion c est quil y a trs peu de mots qui devraient, selon la phonologie du franais st andard, tre prononcs avec / /. Le Petit Larousse ne mentionne que vingt mots les noms propres non compris qui ncessite la voyelle / /. Les autres voyelles, en revanche, s ont trs frquentes, d en partie aux affixes communs comme in, en, em, -ons -ant etc. La raret des mots qui contiennent la voyelle / / et la facilit de comprendre ces mots selon le cont exte, en dpit de leur prononciation, sont des facteurs importants qui acclrent le dclin de cette voyelle nasale. Plus rcemment, Hansen (1998) a dmontr quil y a un changement en cours dans la langue franaise propos des voyelles nasales. Elle a essay didentifier ce changement et de dcrire quel point la phontique franaise se rorganise. Pour y arriver, elle sest servie dun corpus des annes 1970 et un corpus des ann es 1990 pour comparer la qualit des voyelles 23

PAGE 24

nasales. E lle a not, comme nous avons vu ci-dessus, que le phonme / / nexiste que dans le mot un ou des mots qui contiennent ce gra phme (e.g. quelquun, aucun, chacun). Ainsi, un changement est plus facile puisquil ny a pas b eaucoup de contextes dans lesquels il faudrait changer la prononciation. Selon Hansen (2001), le phonme / / a eu beaucoup de ralisations diffrentes depuis le dbut du XXe sicle. Au dbut du sicle il sest prononce plutt comme une voyelle entre deux voyelles pures, reprsent e par Hansen comme [ ]. Pendant les cent ans qui ont suivi, il y a eu un va-et-vient de la prononciation vers le s prononciations extrm es et la prononciation compromise Aprs sa recherche, elle a conclu que bien quil y ait un abandon graduel des prononciations de / / et aussi de / / (voir 2.3.2). Cependant, le pr ocessus dassimilation nest pas encore termin. Le / /, par exemple, existe toujours en majorit prononc, selon elle, comme [ ]. 2.3.2 Les Voyelles / / et / / Les voyelles // et / / ont t beaucoup tudis par rappo rt leur changement, mais un phnomne concernant le changement des voyelles nasales postrieures, / / et / /, est apparu aussi bien quil ait reu beaucoup moins da ttention. Hansen (2001), me ntionn ci-dessus, a galement trait le sujet du changement pour ce s voyelles-ci. Elle pense quune assimilation est fort possible pour la voyelle / / se prononant plutt comme [ ]. Hansen explique que la prononciation de / / comme [ ] est un trait du franais populaire dj attest au XVII sicle. 24

PAGE 25

Paul Passy parle de cette c onfusion en 1887 dans son livre Les sons du franais : Paris, on confond souvent les voyelles ( ) et ( ) ; alors il ny a plus de diffrence entre les cheveux blancs et les cheveu x blonds (Passy, 1884: 84) Valdman remarque que, Most speakers of Standard French pronounce / / as [ ]. But an apparently growing num ber of speakers realize that phoneme with a higher and more ba ck vowel that overlaps with the phonetic realiz ations of / /. (1976: 49) mais, il prcise que ce tte variation est strictement pa risienne. Notons que Valdman mentionne le phonme / / : il dit que le phonme / / se prononce plus ferm et plus postrieur (signalant une ralisation vers [ ]) mais le phonme / / se dplace aussi vers une ralisation plus ferm comme [ ] qui empche leur confusion. Lon (1979) maintient que les voyelles / / et / / peuvent tre compltement assimiles, malgr le urs milliers de paires minimales possibles, et cela se voit dans le parler parisien plus la mode : Est-il toujours sr que le grand nombre de paires minimales opposant / / / / soit suffisant pour empcher la confusion des deux nasales Paris, comme le soutient Martinet (1955) ? La tendance actuelle dans certain parler chic est confondre les deux nasales au profit du seul /o/. Les enfants sont en vacances = / lezfstvaks /. (Lon, 1979: 549) On voit bien quil ny a pas de consensus sur la direction des mouvements de ces voyelles, mais pourtant, ils voient tous que ces voyelles sont en train de changer. Hansen (2001) constate que tous ces change ments nexistent pas indpendamment les uns des autres. En fait, un changement dune voyell e peut causer un changement en chane qui reformule la totalit de lesp ace vocalique. Nous allons examin er en profondeur ce phnomne dans la section 4.1. 25

PAGE 26

Ces tudes nous m ontrent la grande variation travers les voyelles na sales en franais et les ralisations diffrentes de ces voyelles. Comme nous avons vu, la prescription ne correspond pas toujours la ralisation. Pour comprendr e les changements en phon tique (les attributs physiques, physiologiques) et en phonologie (les attributs de f onction, de sens) qui donnent ces ralisations diffrentes, il est indispensable de consulter des o uvrages ddis ses attributs. 2.4 Les Ouvrages de Phonologie et Phontique Comme nous lavons discut avant, dj en 1913 dans le livre de Martinon, les manuels de phonologie ont remarqu les disp arits entre les voyelles nasales. De nos jours, cependant, il est fort possible de trouver des manuels qui constatent quil ny a que trois voyelles nasales en franais contemporain. Les manuels de phontique correctives et de pho nologie ainsi que les autres ouvrages prescriptifs sur la grammaire du franais sont inestimables dans ltude du changement de la phontique et de la phonologie franaise. Un changement phontique dans une langue prend plusieurs dcennies de se consolid er et donc, si un livre dclare quune voyelle nasale nexiste plus ou que la ralisation des voyelles a chang, cela veut dire que ce changement a commenc beaucoup plus tt et que maintena nt, la majorit des locuteurs ont accept ce changement dans leur vie quotidienne. Valdman a dcid en 1976, pour aider lap prentissage de la phonologie franaise, de produire un systme simplifi des voyelles franaises o il ny ex iste que trois voyelles nasales pour enseigner aux tudiants trange rs, mais il y en a quatre dans sa description gnrale de ces voyelles. Tranel rend une position parallle : from a practical point of view, learning the distinction between [ ] and [ ] can be considered superfluous, inasmuch as many French speakers themselves have only [ ] (Tranel, 1987: 68). 26

PAGE 27

Dans son tude sur les voyelles nasales, Hans en (1998) a cit trois ouvrages rcents qui nont m entionn que trois voyelles nasales (/ /, / /, et / /) dans leurs reprsentations du systme phonologique franais. Il sagit des livres de Girard Lomheim & Lyche (1991), de Eggs & Mordellet (1990), et de Lon (1993b). Dans Egg et Mordellet, on voit : nous ne distinguons plus une quatrime nasale [ ] qui a disparu du franais moderne (Eggs & Mordellet, 1990: 33) Chez Lon, il dit que, pour les voyelles nasales, on avait une belle symtrie tant que la voyelle antrieure labiale se prononait []. Sa disparition entrane un dsquilibre qui est peut-tre lorigine des fluctuations dans la prononciation des trois autres voyelles [] (Lon, 1993b: 243) Curieusement, selon Tuaillon (1994: 123,130), il y a des manuels scolaires provenant de lHexagone qui mettaient dans la mme srie phontique bain, parfum, lundi, et matin ce qui empchait et empchera les nouvelles gnrations de Franais dapprendre faire la distinction entre / / et / /. 2.4.1 Notre tude sur les Ouvrages de Phonologie et de Phontique depuis le XXe Sicle Nous avons examin une cinquantaine douvrages qui traite le sujet de la phonologie et la phontique de la langue franaise. Curieusement, il y a trs peu de ces ouvrages qui discute les voyelles nasales. Nous avons pris le s vingt-trois qui sappuient sur le parler du franais standard, en particulier les voyelles nasa les et leurs prononciations pres criptives et descriptives pour connatre ltat de lenseigneme nt des voyelles nasales. Ces ouvrag es sont adresss aux locuteurs de franaissoit de langue maternelle, soit de langue secondeet couvrent le franais standard et quelques varits influent es. Dici, nous avons examin quatre facteurs majeurs : Combien de voyelles nasale s sont prsentes ? Quelles sont les voyelles nasales prsentes ? Est-ce un ouvrage prescr iptif ou descriptif ? Quels sont les commentaires mentionns sur la prononciation ou son changement (si prsent) 27

PAGE 28

Il faut m entionner aussi que les donnes pris es de ces ouvrages ciblent uniquement les phnomnes du franais standard. Bien quil y ait des notes sur les locuteurs des autres varits du franais, elles sont incluses pour des tudes futures et ne sont pas considres dans la discussion de lvolution de la langue standard. Nous voyons que la notion de quatre voyelles na sales franaises se trouve dans tous les ouvrages consults du XXe sicle. Ce nest quau dbut du XXIe sicle quon trouve un systme trois voyelles. Bien que les phonologues du XXe sicle soient plus ou moins daccord au sujet du nombre des voyelles nasales, cela ne veut pas dire quils sont tous daccord au sujet de quelles voyelles nasales sont dans le systme vocalique du franais. Dans la priode dentre les deux guerres, nous voyons le premier livre qui promeut un systme des voyelles nasales diffrents que ce lui du systme standard adopt depuis lavnement de lAlphabet P hontique International : / /. Un livre prescriptif de Smith & Roberts (1930) change la de rnire de ces voyelles nasales pour livrer un systme de / / sans commentaire. Cest aussi tt quen 1932, dans le manuel de Lilias Armstrong, que nous trouvons la premire uvre qui parle explicite ment des dviations du standard dans la prononciation franaise. Dabord, dans le live de Armstrong, la rais on pour le changement de symbole par Smith & Roberts (1930) est explique : Some phoneticians use to represent [/ / ], and the International Phonetic Association wo uld have done the same if it were not for the fact that when denasalization occurs with liaison the nasalized vowel is replaced by as in bonne : b bon, b n f bon enfant (Armstrong, 1932: 75). Alors, nous voyons la premire mention dune 28

PAGE 29

prononciation variante pour la voyelle [ ]. En fait, le phonologue continue pour toutes les trois voyelles nasales qui restent. Lauteur m entionne que la voyelle / / est prononce plutt comme [ ] (71) et la voyelle / / est prononc comme [ ]. Au sujet de la voyelle [ ], elle dit que: There is a tendency for some French people to make very little difference, if any, between the pronunciation of brun and brin : it is br for both words. This tendency should be noticed by English learners, but not imitated. and should be kept distinct. (Armstrong, 1932: 78) Il est important de noter que le phonologue indique que cette tendance, qui est srement assez frquente pour mriter une mention dans un manu el de phontique et phonologie, ne devrait pas tre imite. Une recommandati on qui changera au cours du XXe sicle. En fait, la grande majorit des ouvrages du dbut du XXe sicle se penchaient vers le ct prescriptif de la langue. Les manuels de phontique voulait dcrire comment il vaut mieux parler et rpandre ce bon usage en prononciation. Si des varits taient m me mentionnes, elles taient incluses comme des penses aprs c oup qui servaient dmontrer comment quelques francophones parlent mal et quil vaut mie ux viter cette pr ononciation. La prescription tait le mode denseignement de lpoque. Dans les annes soixante, les phonticiens et phonologues ont crit sur lassimilation dans quelques parties de la France de [ ] en [ ]. MacCarthy indique : A modern tendency, especially in Paris and the North, is to use little or no lip roundi ng, thus making a sound very like Vowel No. 13 especially when pronouncing the indefinite article un 'a'. Since few minimal pairs exist involving the / distinction, confusion can rarely result in practice. (MacCarthy, 1975: 84). Martinet est daccord qua nd il dclare que le phonme / /, rare dans le vocabulaire, 29

PAGE 30

est en voie de disparition. (Martinet, 1973). Malgr toutes ces explications, les auteurs conseillent aux apprenants de continuer pronon cer les quatre voyelles na sales standard. Nous voyons ici que la perspective change et que les ouvrages com mencent mieux inclure des descriptions et mme se concentrent sur ces de scriptions. Dans les livres de MacCarthy et Martinet mentionns ci-dessus, les descriptions et les variations constituent une grande partie de leurs prsentations et donc marque nt un moment dans le temps o la langue dcrite telle quelle est semble plus importante que la langue prescrite. En 1987, Tranel tait le premier conseiller aux tudiants de fr anais dapprendre un systme trois voyelles nasales : Many speakers do not distinguish [ ] from [ ] and thus have only three nasal vowels from a practical point of view learning the distinction between [ ] and [ ] can be considered superfluous, inasmuch as many French speakers themselves have only [ ] Tranel 1987:66, 68 Cela ne veut pas dire que tous les autres phonologues lpoque partageai ent lavis de Tranel. Dansereau (1990) crivait sur le mme phno mne mais exige quon doit conserver la diffrence entre ces deux voyelles. (Dansereau 1990: 121). Mais Price, un an aprs, dit que: It should be noted that th ere is a widespread tendenc y in Parisian pronunciation, including the careful speech of highly educated Parisians, to substitute / / for / /...This feature is now so well established that ther e is no reason why forei gners should not adopt it. It should be noted however that the pronunciation of / / still remains in certain parts of France and, indeed, in the sp eech of many Parisians, par ticularly those of the older generation. (Price, 1991: 72) Alors, nous avons dpass le point o les phonol ogues saccordent au sujet dune prononciation qui est hors du standard mais imprescriptible. Dsormais, ils se penchent vers une nouvelle prescription et donc, on peut dire, un nouveau standard. Ce va-et-vient entre les phonol ogues et phonticiens continuent et continuera puisquun changement du standard prescripti f est trs difficile. On peut dire que, puisque le standard 30

PAGE 31

prescriptif est celui qui est enseign aux nouve lles gnrations, les m anuels de phonologie sont responsables de tout changement prescriptif. Donc, les linguistes daujourdhui qui rduisent le systme vocalique de 4 3 voyelles nasales relve nt un dfi nanmoins commenc vers la fin de la XXe sicle et qui continue toujours. 31

PAGE 32

CHAP TER 3 POURQUOI CETTE CONFUSION ? Nous avons dj montr que les voyelles na sales produites par les locuteurs natifs du franais contemporain ne suivent pas les rgles di ctes par la plupart des ouvrages prescriptifs de la phonologie franaise. Nous avons examin les va riantes dans le langage pour ces voyelles et prsent une brve histoire de leur changement Il y a lieu, maintenant, dexaminer les raisons pour lesquelles, il y a cette conf usion pour les voyelles nasales. Nous savons dj que, dans le cas de / / et / /, que la manque de paires minimales facilite la confusion de ces voyelles. Nous savons aussi que de plus en plus de livres nenseignent que trois voyelles nasales, en supprimant le / /. Nous ne savons pas, cependant, pourquoi la confusion sacclre pour / / et / / et pourquoi il est commun dentendre plusieurs autres voyelles nasales la pl ace des voyelles quon devait ente ndre. La rponse vient de la perception individuelle des locuteurs. Une des grandes raisons pour la confusion a uditive se trouve dans la perception des voyelles. Dans la section suivante, nous allons tudier la perception vocalique et expliquer pourquoi la perception de ces voye lles peut tre une cause importante qui a entran ce changement. Dans la dernire section de ce chapitre, nous allons aussi cibler les lments extralinguistiques qui sont importants dans ce changement. 3.1 Les Modles de la Perception Linguistique 3.1.1 Perception Catgorique La perception catgorique est la mthode par laquelle on peroit les sons de la langue parle. Au lieu dentendre chaque diffren ce individuelle de chaque phone, notre cerveau catgorise les sons dans des groupes afin de pe rcevoir un mot comme bon provenant de deux 32

PAGE 33

personnes diffrentes, comme le m me mot en ignorant les diffrences phontiques individuelles. Bien que la possi bilit des sons soient exprims sur un continuum, il existe une limite cre par le cerveau pour distinguer un son dun autre. Par exemple, Samuel et Tartter (1986) mentionnent une tude o les participants ont cout des sons synthtiques o le seul changeme nt entre les sons cest la valeur de la 2e frquence, le formant (F2). Ils ont indiqu que le son entendu par les participants ntait pas un changement progressif de / ba / / pa / ou / da /. Rather, tokens on one side of the synthesized continuum sounded virtually identical (e. g. all sounded like /ba/) while the tokens from the other side all sounded like the alternative (e. g. /pa/ or /da/). Moreover, stimuli fr om opposite sides of th e identification boundary could be discriminated nearly perfectly, while stimuli equally distant from each other but on the same side of the boundary were discri minated only slightly better than chance. En montant peu peu le F2 pour chaque nouveau son, les participants ont indiqu clairement quils ont entendu /ba / tout le long du test jusqu un point o ils ont tous dclar quils ont entendu / pa / ou /da /, selon le test. Ce changement se ma nifeste tout dun coup et non pas dune manire progressive. 3.1.2 Le Modle Auditoire et le Modle des Aimants de la Langue Maternelle Le modle auditoire de perception est bas sur la notion de prototype. Il y a dans les cerveaux de tout le monde un prototype de chaque phonme dans la langue du locuteur. Quand une personne entend un son, il est analys par le cerveau pour trouver sil y a un prototype o des proprits auditoires ou acoustiques sont accords au son entendu. Alors, au cours de nos vies, nous enregistrons les sons que nous entendons et en crons un prototype. Puis, quand nous entendons une unit phonique, nos cerveaux cherchent un prototype similaire et puis nous percevons le sens accord au prototype. Ce modle a t valu et largi par Kuhl (2007) qui, dans le cadre 33

PAGE 34

de la thorie de perception catgorique, a propos son m odle des aimants de la langue maternelle (Native Language Magnet Theory). Le modle des aimants de la langue matern elle propose que si deux sons nont pas de distinction phonmique dans la langue, ils vont tre perus cognitivement de manire similaire.. Cest ainsi que les locuteurs du japonais ont des difficults percevoir la diffrence entre les sons / / et / l /. Quand les adultes de langue maternelle japonaise entendent un de ces deux sons, ils peroivent le prototype ; ils ne font pas de distinction entre le s deux sons. Les sons / / et / l / nexistent pas en japonais ; il existe, par contre, les phonmes / / et / / dont les caractristiques sont similaires / / et / l /. (Dufour et al., 2007) Donc, le ce rveau cherche les caractristiques les plus similaires et la percepti on est attire, comme un aimant, un des prototypes de la langue. Ce phnomne existe travers les langues mais avec de s prototypes et des attirances diffrents selon les caractristiques acoustiques de la langue. 3.2 Difficult de Perception Aucun phonme nest prononc avec des car actristiques acoustiques identiques. Les facteurs individuels, rgionaux, so ciaux, et plein dautres affect ent les ralisations de ces phonmes. Valdman (1955: 155) dit que les voyelles, et par extension les voyelles nasales, ne sont pas des discrete poin ts on the phonic spectrum, but continua delimited by their extremities. Il est mieux, alors, de considrer chaque phonme comme un amalgame des phones possibles et non pas un phone prcis pour chaque phonme de la langue. Pour la perception, nous ne mmorisons pas les phones exacts. Si ctai t le cas, nous serions perdus en coutant un locuteur de la mme langue avec un accent diffrent. Comme disait la thorie de la perception catgorique, pour identifier un phonme, nous cherchons des 34

PAGE 35

caractristiq ues accorder aux phonmes vocaliques telles que le degr de laperture, la position de la langue sur laxe horizontal, la nasalit, et larrondissement. En gnral, nos cerveaux en conoivent de s rgles de perception en regardant les caractristiques acoustiques. Par exemple, t outes les voyelles du franais qui ne sont pas arrondies sont aussi antrieures.1 Donc un francophone qui entend une voyelle non arrondie saura inconsciemment que la voye lle doit tre antrieure. Une voyelle arrondie, cependant, peut tre antrieure ou postrieure et lauditeur doit couter davantage pour percevoir la hauteur de la langue. Ceci pose des problmes pour les apprenants trangers les angl ophones, par exemple parce quils reconnaissent des ca ractristiques vocaliques diffrentes dans leur langue maternelle et cela a un effet sur leur per ception des sons du franais. En anglais, quand un locuteur natif peroit une voyelle arrondie, il sa ura tout de suite quil sagit dune voyelle postrieure. Toutes les voyelles anglaises qui sont a rrondies sont galement postrieures. Mais, quand un locuteur natif danglais entend la voyelle franaise / y / une voyelle arrondie, antrieure, et ferm le locuteur peroit la caractristi que arrondie et puis dcide que la voyelle doit tre, daprs les rgles de son propre espace vocalique, postrieure. Cest ici o commence la confusion commune des apprenants anglophones de franais de la voyelle / y / la voyelle / u /. Bien que la voyelle / u / soit trs loin de la voyelle / y / dans lespace vocalique et que la voyelle / i / soit beaucoup plus similaire la voyelle / y /, les anglophones prononcent frquemment / u / pour / y /. et confondent souvent les deux voyelles (Levy & Strange, 2008). Comme la notion 1 En fait, la voyelle / / est postrieure et non-arrondie mais la voyelle est presque disparue du franais moderne. Il est probable que la raison de son assimilation avec la voyelle / a / est due ses caractristiques (postrieure et non arrondie) qui sont uniques dans le systme vocalique du franais. 35

PAGE 36

darrondissem ent est plus fort e pour les anglophones dans la di scrimination des voyelles, celle-ci neutralise la notion de prof ondeur du point darticulation. Dans les Figures 3-1 et 3-2, les trapzes vocaliques pour le franai s et langlais sont prsents pour montrer les similarits et les diffrences entre les deux systmes. Figure 3-1. Les voyelles du fran ais standard. Les voyelles gauche du point marquent les voyelles non arrondies et celles droite du point marque les voyelles arrondies. La voyelle / / est en gris puisquelle est presque disparue en franais moderne. Figure 3-2. Les voyelles de lan glais standard. Les voyelles gauc he du point marquent les voyelles non arrondies et celles droite du point marque les voyelles arrondies. Les phones / a /, / e /, et / o / sont en gris puisquils ne so nt utilis quen composant des diphtongues. 36

PAGE 37

Pour m ieux comprendre la confusion autour de la perception et de la ralisation des voyelles / / et / /, Valdman (1955: 155) a mesur la haut eur de la langue dans la prononciation des francophones pour ces deux voy elles. Il conclut que : the tongue height range of the pairs in / un and an/ on either coincide or overlap. The ultimate consequences of this development are a loss of distinctive function on the part of tongue height. Indeed, that articulatory feature is no longer significant in distinguishing between in and un for that function is ex ercised by lip rounding: in is produced with the lips spread while un is characterized by slight lip rounding. Because of the shrinking of the articulatory 'no man's land' be tween the oral coordinates for an and on tongue height is also in imminent danger of losing it s distinctive role in keeping these two phonemes apart and it has been reinforced by lip rounding: on tends to be extremely rounded while an tends to be unrounded. Ces similarits entre la hauteur de la langue pour les voyelles nasales mont re que ce critre perd de plus en plus son rle de dterminant. Cela veut dire que pour les voyelles nasales antrieures et postrieures, la notion darrond issement des lvres devient de plus en plus importante pour la discrimination de ces voyelles. Et avec une seule caractristique qui peut produire un contraste phonmique, la confusion va srement augmenter. 3.3 Les Facteurs Extralinguistiques Un lment essentiel souvent oubli dans la discussion du changement linguistique est la notion des facteurs extralinguistiques. Les facteu rs extralinguistiques s ont des caractristiques qui sont hors de la linguistique conventionnelle. Ils ne font pa s partie de la phonologie, la morphologie, ou le syntaxe ; nanmoins, ils sont trs influents sur la faon dont on parle et sur les choix linguistiques quon fait tous les jours. La variation cause par les facteurs extra linguistiques peut tre divise, selon Gadet (2007), en quatre groupes distincts : la varia tion diastratique, diaphasique, diatopique, et diachronique. Le premier type mentionn, la varia tion diastratique, est bas sur lorigine sociale et les rseaux auxquels on sappartient. Une pers onne qui fait partie de laristocratie parlera 37

PAGE 38

srem ent diffremment des ouvriers. Une personn e de haute position sociale qui lance des injures contre quelquun serait pl us choquante quune personne de position sociale infrieure qui dit la mme chose, d uniquement leurs statuts sociaux. La diaphasie se concentre sur les styles diffrents de communication. Les lettres crites la main un amant auront un style trs diffrent des courriels envoys un patron. Il serait ridicule daj outer une formule de politesse telle que Veuillez agrer, madame, lassurance de mes sentiments les plus distingues dans une lettre crite un amant. La variation di atopique varie selon la rgion do viennent les locuteurs. Comme nous avons discut dans le premier chapitre, les Qubcois ont une prononciation diffrente du standard parisien dans la production des mots franais. Quant la variation diachronique, elle dpend de la priode hi storique et du temps soit ancien ou rcent. La langue utilise dans les uvres de Molire ou de Rabelais est cons idre dsute de nos jours. Cest ici o nous pouvons revenir largumenta tion des sociolinguistes sur la variation libre. (voir 1.1.2) La variation libre est en jeu quand deux ou plusieur s variantes phontiques peuvent tre utilises pour indiquer un seul phonme. Lusage de ces variantes ne devra pas en principe susciter de confusion ; car elles sont, aux dires de tout le monde, gales. Mais, les sociolinguistes disent que la va riation nest pas aussi libre que la linguistique traditionnelle lentend. Quand on entend une Montralaise, on no te bien que son accent nest pas exactement comme celui dune Parisienne. Les diffrences ne sont pas libres le choix est gouvern par la rgion et les variantes diffrentes relvent de la varia tion diatopique. Les facteurs extralinguistiques jouent donc un rle important da ns la variation et dans les ralisations des voyelles nasales galement. Jusquici nous avons examin lassimilation des voyelles / / et / / dans notre tude dune perspective purement lingui stique qui a montr quil ny en a pas de lourde charge 38

PAGE 39

fonctionnelle. En considrant les facteurs extr alinguistiques Walter ( 1994) a not que cette varia tion existe entre la moiti Nord et la moiti Sud de la France. Il est difficile, donc, dannoncer la mort de / / quand il y a de variation diatopi que qui continue dans lHexagone. On peut soutenir que pour lopposition de [ ] et [ ], la variation diastratique et diaphasique sont les plus im portants. Selon Pulgram, [ ] peut apparatre quand le locuteur dutifully remembers what he was probably taug ht in school and carefully watches his speech, or if he recites classical poetry (P ulgram, 1967: 1636) ; selon Carton, le son [ ] reste comme une variante dans le registre soign (Carton, 1974: 62) Valdman continue: As is the case for, say, prestige literate speak ers of English, they control several styles of speech which they use in the appropriate so cio-linguistic contexts: the Non-standard French speaker's formal style overlaps with the Standard French speaker's spontaneous style (le style familier ). Consistent retention of un is thus more properly classified as a feature of formal Standard French ( le style soutenu ). Valdman, 1959: 161 On conclut que la vari ation dite libre de [ ] et [ ] peut tre phontiquement et perceptuellement libre, mais sociolinguistiquement elle est conditi onne par le style du discour s, la classe sociale et lappartenance gographique. Pa r ailleurs, en considrant la variation diachronique on voit que depuis leur formation, il y a eu une diminution progressive de la qualit distincte des voyelles nasales cause de leur neut ralisation. (Dowd, 1999: 12) 39

PAGE 40

CHAP TER 4 LEFFET DU CHANGEMENT Nous avons examin lusage des voyelles nasale s et le changement de la phontique et la phonologie de ces voyelles, et nous avons dcouvert que les voyelles nasales sont indniablement en cours de cha ngement. Les ralisations de ces voyelles ne sont pas exactement comme les ralisations faites par les rvolutionnaires ou les premiers rois de France. Mais avec une vue plus claire du cheminem ent de ces voyelles, il est donc plus facile de prciser exactement o ils iront dans le futur et leurs effets sur la langue en gros. 4.1 LEspace Vocalique et le Changement en Chane 4.1.1 LEspace Vocalique Nous avons dj montr que la perception des voyelles est base su r les divisions dans lespace vocalique. Tous les sons ont des frquen ces, autrement dit des formants diffrents mais nos cerveaux peroivent un seul phonme pour chaque phone et variation de phone entendu. C'est--dire, que le mot pipe soit prononc [ pip ] ou [ pIp], comme le font souvent les Canadiens (Walker, 1984: 52), on va comprendre de quoi on parle. Il y a une grande diffrence entre la formation et lacoustique des voyelles / i / et / I / qui sont strictement diffrencis en anglais (dmontr dans la paire minimale beet/bit [ bit/bIt ]. Mais cette diffrence ne fait pas distinction chez les Franais. Dans leur espace vocalique, il nexiste pas de frontire entre les valeurs acoustiques de /i / et de / I /. Mais ces divisions ne sont pas fixes pour la vie. Avec de plus en plus dinput, les frontires bougent afin de mieux accorder les phones entendus avec les phonmes de la langue. Quand une frontire se dplace, cependant, le s autres frontires commencent avancer ou reculer. En 1979, Lenning a publi une grande t ude synchronique en temps apparent sur le 40

PAGE 41

changem ent de lespace vocalique franais. Le tr avail de Lennig traite de 184 Parisiens (dont 109 ont habits la rgion parisienne pendant toute leur vie). Il y a interview ces participants pendant deux sjours, de trois mois chacun, en 1975 et en 1977 en notant auss i les caractristiques sociolinguistiques des participants. Les rsultats de Lennig nous montrent que les phonmes / a / et / / sont, lpoque, en train de se fusionner dans toutes les classes sociales lexception possible des ouvriers de sexe masculin. (Lennig, 1979: 32) Lennig mentionne aussi dautres voyelles et la faon dont elles ont chang depuis des sicles. En gnral, le changement dune voyelle a provoqu des changements pour les autres voyell es en laissant ouvert des espaces vocaliques qui doivent tre remplies. Un changement portant un aspect du systme, peut donc changer tout le systme vocalique dune langue. Un cas bien document de ce type de raction en chane concerne lvolution des voyelles dans le Nord des tats-Unis. 4.1.2 Le Glissement Vocalique des Villes du Nord (Northern Cities Vowel Shift) Il y a un phnomne dj beaucoup tudi qui traite de lvolution de la prononciation des voyelles aux tats-Unis : le glissement vocalique des villes du nord. William Labov, le pionnier des tudes sur ce phnomne, a montr que la phontique amricaine dans les grandes villes de la Nouvelle-Angleterre et du Midwest a commenc changer vers le dbut du XIXe sicle. Labov remarque quil y av ait un glissement dans la prononciation des voyelles qui a lanc un changement en chane dans tout le systme vocalique (Aitchison, 2001: 194-195). Selon Labov, avant ce changement, la voyelle / / comme dans le mot fat /ft/ (fr : gros) est entr dans un processus dallongement daffermissement, et de relvement. Ce changement a laiss une partie de lespace vocalique ouvert et donc une autre voyelle devait changer pour garder lquilibre. Le / / se dplaait vers lantrieu r de la bouche qui laissait un 41

PAGE 42

espace ouvert vers le po strieur, qui a t rempli par / /. Le phonme / / se prononait de manire plus postrieure et donc le / / suivait la postriorisation. Et finalement, le / I / souvrait pour suivre le / /, ce qui achevait lquilibre. Tout ceci est illustr la figure 4-1. Figure 4-1. Northern Cities Vowel S hift. Le tr apze vocalique de langlais avec les flches qui indiquent le changement et glissement des voyelles dans les grandes villes de la Nouvelle Angleterre et du Mi dwest. Les flches indique nt que le changement a commenc par lallongement, laffermisseme nt, et le relvement de la voyelle [ ], les autres voyelles ont suiv i pour assurer un quilibre. Ce changement en chane, dmontr dans les tudes de Labov nest pas le seul dans le domaine de la phonologie. Il y a des exemples excellents de l volution vocalique de langlais moyen langlais moderne tudi en profonde ur par Otto Jesperse n surnomm le Grand Changement Vocalique. Des grands changements, tels que ceux mentionns ci-dessus, ne sont pas unique langlais ni aux voyell es orales. Le mme processus est en cours dans les voyelles nasales du franais. 4.1.3 Changement en Chane des Voyelles Nasales En notant des phnomnes de changement en chane dans les autres langues, nous pouvons voir que les notions de base et les prin cipes fondamentaux peuvent tre facilement appliqus aux voyelles nasales du fra nais. Les tudes sur lvoluti on de ces voyelles ont montr 42

PAGE 43

quelles ne sont pas fixes et quil y a une grande variation dans le urs ralisations. Il y a quelques linguistes qui pensent m me que les ralisati ons phontiques des quatre voyelles nasales ont gliss compltement de leurs prononciati ons phonologiques initiales. Walker dit que, [Also,] the traditional notation we have been using for the nasalized vowels is phonetically somewhat misleading, if not inaccurate. In strict phonetic terms, the front unrounded nasalized vowel is not [ ], but something closer to the more open vowel [ ] (comparable to the vowel in North American English cant ). In the same way, the back rounded vowel is not [ ], but a more closed variant [ ]. (Walker, 1984: 29) Les observations de Walker indiquent que les reprsentations phonologiqu es do viennent les prononciations dites correctes ne correspondent pas exactement aux donnes recueillies dans les tudes linguistiques. Cela montre un changement depuis le dbut de la standardisation de la phontique franaise avec lalphabet phontique international en 1888. Notre phontique a volu bien que les notations soient restes les mmes. 4.2 Lvolution Phonologique Nous avons vu dj quil y a un changement trs dvelopp pour les voyelles / / et / /. La majorit des linguistes note que there is a strong tendenc y, virtually complete for the younger generations of speakers, to merge / / with / / as a front unrounded [nasal] vowel. (Walker, 1984: 29) Cette assimilation, qui nest pas cependant tout fait complte, est bien note. En revanche, le destin des voyelles / / et / c / nest pas si clair. Hansen (1998: 11-12) rsume dans son tude deux hypothses gnrale s cres par les linguistes francophones pour lvolution des voyelles nasales. La premire hypothse indique une confusion phonologique supplmentaire de // et / / tandis que la seconde propos e un changement en chane. 43

PAGE 44

4.2.1 Hypothse No. 1 Cette hypothse, montre dans la figure 4-2, prtend quune confusion phonologique comme celle qui existe actuellement entre / / et / / existera entre / / et / /. Hansen dit que le plus grand problme cest que : cette hypothse saccorde mal avec la thorie linguistique fonctionne lle : la perte dune opposition phonologique est, par dfinition, nuis ible la communication, surtout quand cette opposition est dote dun pouvoir distinctif important. Autrement dit, le franais pouvait supporter la confusion de / / et / / en / /, puisque, de toute faon, cette opposition servait a distinguer trs peu de mots, mais difficilement la confusion de / / et / / qui servent distinguer des centaines de paires minimales. (Hansen, 1998: 11) Bien quil y a de variation dans la prononciation de ces deux voyelles nasales postrieures (voir 2.3.2) une assimilation nest gure possible d la confusion incroyable qui en rsulterait. Selon les fonctionnalistes, cest forcment interdit. Le seul bnfice de cette perte existe dans la symtrie entre les deux voyelles survivantes : / / et / / ; les deux voyelles ont des apertures et des positions de la langue sur laxe horizontal compltement diffrentes qui viteraient toute confusion. Cette symtrie est conforme aux ides des structuralistes qui se concentrent sur les distinctions entre les pho nmes dans la langue. Voyelles Exemple / / [ ] bain [b ] / / [ ] banc [b ] / / [ ] bon [b ] Figure 4-2. Hypothse No. 1. Ce tableau montre les ralisations phontiques pour certains mots. Notez la ralisation partag e pour les mots banc et bon qui crerait la confusion. 4.2.2 Hypothse No. 2 La deuxime hypothse, montre dans les fi gures 4-3 et 4-4, re jette les bnfices structuralistes pour saccorder aux ides centrales des foncti onnalistes. Dans la premire 44

PAGE 45

hypothse, les fonctionnaliste s ont rejet la possib ilit de lassim ilation une voyelle postrieure cause de problmes fonctionnels. Sans la di ffrenciation pour ces sons, il y aura trop de confusion. Ils suggrent, alors, un changement en chane des voyelles nasales. La voyelle // se dplacerait vers / / et / / glisserait une voyelle trs ferme et trs arrondie [ ] (Mettas, 1973; Walter, 1994) Ceci assurerait la conser vation des oppositions phonologiques. Il y a dautres linguistes (Gadet, 1992; Stra ka, 1952, 1981) qui pensent que la voyelle / / sera incluse dans le changement en chane. De toute faon dans ces modles, le nombre de voyelles nasales distinctes est toujours trois pour garder le maximum de distinct ion entre les paires minimales. Voyelles Exemple / / [ ] bain [b ] / / [ ] banc [b ] / / [] bon [b] Figure 4-3. Hypothse No. 2a. Ce tableau montre une possibilit avec un changement en chane pour les voyelles postrieures et les ralisations phon tiques pour cer tains mots. Voyelles Exemple / / [ ] bain [b ] / / [ ] banc [b ] / / [] bon [b] Figure 4-4. Hypothse No. 2b. Ce tableau montre une possibilit avec un changement en chane pour tous les voyelles nasales (avec un e assimilation comprise dans le / /) et les ralisations phontique s pour certains mots. 45

PAGE 46

46 CHAPTER 5 CONCLUSION Nous avons montr que les voyelles nasales du franais / /, / /, / /, et / / ont montr beaucoup de variation dans leurs ralisations pendant ce dernier sicle. On pense parfois quune langue est statique, constant, invari able, mais la vrit cest que les langues sont trs fluides. Cest le cas des voyelles nasales qui ont eu une histoire de di minution progressive de la qualit distincte des voyelles nasales cause de leur neutralisation (Dowd, 1999: 12), Elles sont dailleurs en train de changer la pr ononciation dans la langue standard. Les tendances gnrales de ces voyelles m ontrent une assimilation pour les voyelles / / et / / en la prononciation [ ]. Lassimilation est si forte qu en 1920, Henri Bauche signale que lvolution est complte dans la couche populai re de la socit : une (nasal) se prononce toujours in en langage populaire : lundi se prononce lindi (Bauche cit par Hansen, 1998: 93). Le manque de paires minimales est une des raisons des plus importantes dans la suppression de [ ]. Il ny a que trs peu de paires minimales, dont plusieurs ne constituent dailleurs pas de vraie paire minimale. Mme celle qui est la plus connue brin / brun ne causera jamais la confusion. Par rapport au x voyelles postrieures, / / et / / sont quelquefois confondues ou bien chang compltement. La / / peut se prononcer [ ] et la / / peut se prononcer [ ] indiquant un changement en chane o un changement en entr ane plusieurs autres da ns lespace vocalique pour atteindre un quilibre. Ce qui ajoute la diversit des ralisa tions phontiques pour ces voyelles est leur perception. Si un enfant grandit dans un environnement o il y a une assimilation complte pour les voyelles antrieures, il aura de grands problmes distinguer les sons / / et / /. La

PAGE 47

perception vocalique est base sur lide dun prot otype. Pendant son enfance, lenfant a cre un prototype qui ne diffrencie pas / / de / /. Sil entend / /, il va percevoir le prototype qui est en gnral / /. Son incapacit de percevoir la diffrence donne une grande possibilit sa transm ission envers ses propres enfants, qui pe rptuera la fusion inconsciente. Multipli parmi toute la population et cela pour rait ventuellement donner le jour un nouveau systme phonmique. Linguistiquement, le destin du phonme / / est plutt prvisible. Il ny a aucune raison pour sa rtention. Mais, ce qui pourrait sauver la voyelle / / pourrait tre les traits extralinguistiques qui y sont associs. The phoneme un, marginal as it may be in terms of st rictly linguistic crit eria (articulatory features, distribution, functiona l load) has a clear sociolingui stic function: retention of un defines prestige Paris speech (Standard French ) while its loss characterizes the less socially prestigious Paris dialects ( le parler populaire or Non-standard Fren ch). (Valdman, 1959: 161) Les variations de prononciation pour toutes les voyelles nasales qui sont nomb reuses au sein de la population francophone semblent tre choisies au hasard. Pourtant, il y a des rgles sociolinguistiques qui grent ce choix. Que peut-on dire de lavenir de ces voyelles ? Il est toujours risqu de faire des prdictions. Quelques fois, comme on a vu dans le manuel de Philippe Ma rtinon, cest un cas de prendre ses dsirs pour des ralit s. Cest celui qui a indiqu sur le sujet de la confusion / /-/ /. Heureusement ce nest pas encore chose tr s frquente chez les gens qui ont quelque instruction (Tuaillon, 1994: 123) De toute fao n, il est bien possible de faire des suppositions bien informes. Martinet penche en faveur d une norme tout fait neutre. Au sujet de la confusion, il a rcemment crit c eci : elle est socialement parfaitement acceptable, mais le 47

PAGE 48

m aintien de la distin ction lest galement, et la prononciation du un avec arrondissement des lvres ne frappe nullement comme un archasme que ceux qui la pratiquent pourraient tre tentes dabandonner. (Martinet, 1991: 92) Lon maintient que lusage du [ ] fait rgional et hors standard (Lon, 1979) et donc sera bientt dsuet dans le dialec te standard. Tuaillon dit quon a atteint le point de non-retour pour le [ ] standardis pour la ralisation de / /. Pour les voyelles postrieures Hansen (2001: 34) se de mande Y a-t-il rduction supplmentaire du systme par laquelle / / sidentifie / / ? Ou y a-t-il changement en chane affectant toutes les voyelles nasales, qui ferait sapprocher / / de [ ], / / de [ ], et / / devenir surferm et surarrondi: [ ] ? Pour toutes ces hypothses, il y a des donnes qui servent dindice s pour justifier ces changements. Mais il y a tellement de facteurs, du pa ss et du futur, qui sont en jeu et qui doivent tre considrs quil ny a quune chose qui est sre : la langue va changer. 48

PAGE 49

49 APPENDIX A LES OUVRAGES DE PHONTIQUE ET DE PHONOLOGIE Les ralisations phonologiques sont mises en haut avec des ralisations phontiques mentionnes par les livres dans la colonne approprie. Si une ralisation phontique est diffrente au standa rd, elle est mise en gras. Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type Prescriptif 1920 Tilly, E. (1920). Aid to French Pronunciation, with numerous drawings and exercises, for use in schools and colleges. New York: The Macmillan Company. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 occurs in very few words in French, but it is used as the masculine form of the indefinite article (un=); hence this nasal vowel is used a great deal." (59) Phontique et Phonologie Prescriptif 1935 Nyrop, K. (1935). Grammaire historique de la langue franaise. Copenhague: Gyldendalske boghandel, Nordisk forlag. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 [No Comments] Phonologie Prescriptif 1930 Smith, I. B., & Roberts, D. F. (1930). French Book One. Chicago: Scott, Foresman & Company. [ ] [ ] [ ] [] 4 [No Comments] Phontique Prescriptif et Descriptif "The position of the tongue and lips for a normal is the same as for Some speakers have a slightly more retracted tongue position. The modern tendency seems to be towards using a closer back vowel position, i.e. to use a nasalized vowel of about the same tongue (not lip) position as English Until this practice becomes more widespread among educated speakers foreign learners should use ." (71) "Some phoneticians use to represent it, and the International Phonetic Association would have done the same if it were not for the fact that when denasalization occurs with liaison the nasa lized vowel is replaced by as in bonne : b bon, bcn f bon enfant ." (75) 1932 Armstrong, L. (1932). The Phonetics of French Practical Handbook London: G Bell & Sons, Ltd. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "It ( ) is raised to a position about midway between that for a and that for is not the nasalized form of but rather a vowel similar to that used by Southern English speakers in man mn ." 76) Phonologie et Phontique

PAGE 50

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type There is a tendency for some French people to make very little difference, if any, between the pronunciation of brun and brin : it is br for both words. This tendency should be noticed by English learners, but not imitated. and should be kept distinct." (78) Prescriptif 1949 Delattre, P. (1949). A dvanced Training in French Pronunciation. Middlebury: The College Store. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 [No Comments] Phontique Prescriptif et Descriptif 1963 Grammont, M. (1963). Trait pratique de la prononciation du franais. Paris: Librarie Delagrave. [ ] [,] [ ] [] 4 ( et et non pas ) Phontique Prescriptif et Descriptif "First, in French, nasal vowels contrast with nonnasal (oral) vowels and thus may serve to distinguish words from each other; in English, nasal vowels do not contrast with nonnasal vowels. Indeed, in English, nasal vowels predictably occur before nasal consonants (m, n, ng), and any phonetic feature which is predictable cannot make distinctions between words." (144) 1970 Valdman, A., Salazer, R. J., & Charbonneaux, M. A. (1970). A Drillbook of French Pronunciation. New York: Harper & Row. [ ] [e ] [] [] 4 "The combination un stands for a fourth nasal vowel, / /, which differs from /e/ in that it is pronounced with the lips slightly rounded. However, most French speakers from the Paris area do not make any distinction between / / and / e/, but pronounce un as / e/." (164) Phontique et Phonologie Descriptif "le phonme / /, rare dans le vocabulaire, est en voie de disparition." 1973 Martinet, A., & Walter, H. (1973). Dictionnaire de la prononciation franaise dans son usage rel. Paris: France-Expansion. [ ] [ ] [ ] [] 4 "l'opposition, beaucoup plus utile, de / / / / se maintient mieux, mais doit rclamer un effort chez certains." Phonologie Prescriptif et Descriptif 1975 MacCarthy, P. (1975). The Pronunciation of French. London: Oxford University Press. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "In parts of Switzerland and Canada a considerably closer vowel quality is nazalized -e rather than It may be thought better not to imitate this." (81) Phonologie 50

PAGE 51

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type "In parts of French-speaking Switzerland and Canada this vowel ( ) tends to be pronounced with a more front quality and with considerable centralization. There is also a modern tendency, (unconnected with any particular region) to pronounce, on the contrary with an extremely back and somewhat raised tongue position, and with the jaws not so wide apart, though with no lip rounding." (82) "There is a tendency in some areas (e.g. Canada, Swi tzerland), and among speakers generally, in very casual speech, not to round the lips so strongly." (83) "A modern tendency, especially in Paris and the North, is to use little or no lip rounding, thus making a sound very like Vowel No. 13 especially when pronouncing the indefinite article un 'a'. Since few minimal pairs exist involving the / distinction, confusion can rarely result in practice." (84) Prescriptif et Descriptif 1984 Casagrande, J. (1984). The Sound System of French. Washington; D. C.: Georgetown University Press. [ ] [ ] [] [ ] 4 "The French nasalized vowels are generally described as low vowels. It will be shown later that the back / / tends to be raised to / / in the speech of most speakers. For our present purposes it is described here as low. Rounding is more acutely perceived and produced in high vowels than in low vowels. This accounts in part for why some dialects of French fail to distinguish / / from / / and / / from / /" (20) (note, not was used) Phontique et Phonologique Descriptif "Many speakers do not distinguish [ ] from [] and thus have only three nasal vowels." (66). 1987 Tranel, B. (1987). The Sounds of French: An Introduction. New York: Cambridge University Press. ([ ])[] [ ] [] 3 (4) from a practical point of view, learning the distinction between [ ] and [] can be considered superfluous, inasmuch as many French speakers themselves have only [ ] (68) Phontique et Phonologique 51

PAGE 52

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type Prescriptif et Descriptif "Beaucoup de Franais ont remplac la voyelle [ ] par la voyelle [ ]. Cette substitution s'explique par le nombre trs limit de mots contenant la voyelle [ ] et par le fait que la seule diffrence d'articulation entre les deux voyelles est l'arrondissement des lvres. En franais standard, cependant, on doit conserver la diffrence entre ces deux voyelles." (121) 1990 Dansereau, D. M. (1990). Savoir dire : cours de phontique et de prononciation. Lexington, Mass.: D. C. Heath. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "Bien que cette voyelle soit une variante nasale de la voyelle ferme [ o ], nous la transcrivons avec le symbole [ ], que prfrent la plupart des linguistes." (123) Phontique et Phonologie Descriptif "The vowel / / is a more open vowel than its oral equivalent / / -its degree of aperture corresponds more to that of English / / as in the RP pronunciation of cat ." (71) "/ / is also very frequently substituted for / /" (71). "It should be noted that there is a widespread tendency in Parisian pronunciation, including the careful speech of highly educated Parisians, to substitute / / for / /...This feature is now so well established that there is no reason why foreigners should not adopt it. It should be noted however that the pronunciation of / / still remains in certain parts of France and, in deed, in the speech of many Parisians, particularly those of the older generation." (72). 1991 Price, G. (1991). An Introduction to French Pronunciation. Oxford: Blackwell Publishers. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "Whereas, as we have seen, the nasal vowels / / and / / are more open that their oral equivalents / / and / /, the vowel / / is less open than / /. In terms of its degree of aperture and of lip-rounding, it comes between / / and / o / and is, indeed, somewhat closer to / o / than to / /. For this reason, many books on French pronunciation represent it by the symbol / /. The only valid reason for continuing to use / /, as is the case in this book, is that that is the standard IPA transcription and that it is used in the main French-English dictionaries." (72). Phontique et Phonologie 52

PAGE 53

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type Descriptif "Elles ont une articulation lgrement plus postrieure que celles des voyelles orales correspondantes. En particulier, le [ ] dont l'articulation est plutt [ ]." 1996 Lon, P. R. (1996). Phontisme et prononciations du franais : avec des travaux pratiques d'application et leurs corrigs. Paris: Nathan. [ ] [ ] [ ] [] 4 "Du point de vue phonologique / /, / /, / /, / /" Phontique et Phonologie Descriptif 1997 Booth, T. M. (1997). F rench phonetics: a guide to correct pronunciation of French Lanham: University Press of America. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "Many French speakers pronounce [ ] instead of [ ], (ex. [ l di ] instead of [ l di]) thus reducing the number of nasals to three." (30) Phonologie Descriptif 1997 Lon, M., & Lon, P. (1997). La prononciation du franais Paris: Nathan. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "la voyelle [ ] et la voyelle [ ] qui ne sont plus gure prononces par les jeunes en gnral" Phonologie Descriptif "Several surveys over the last fifty years have suggested that, for a very large and probably growing number of speakers of SF and accents out side southern France, front rounded / / has merged with front rounded / /. So words such as lundi, brun, parfum, humble, commun, emprunter, un (along with related forms such as quelqu'un, chacun, aucun, untel ) are pronounced by these speakers with / /." (122) "The decline of / / in the Paris region appears to be a development of the late 19th and 20th centuries, but there were early signs of this cha nge in the Parisian lower-class speech of the 17th century. Cart on attributes the loss of this phoneme to: (i) its infrequency (it is the second least frequent French vowel in disc ourse, according to Wioland, 1985); and (ii) its acoustic and auditory similarity to / /, which is more than twice as frequent." (122) 2001 Coveney, A. (2001). The Sounds of Contemporary French : Articulation and Diversity Exeter: Elm Bank. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "Parisian accents also diverge from SF with respect to two of the other nasal vowel phonemes. First, there is a more recent trend in working-cl ass speech -but which nevertheless originated in the early 20th century at least -to realize / / with a closer and perhaps more rounded vowel, [ ] or even [ ]. This results in a near-merger with the phoneme / /." (122) Phontique et Phonologie 53

PAGE 54

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type Prescriptif "Parmi les voyelles nasales, trois ([ ], [], [ ]) sont communes tous les locuteurs. La quatrime ([ ]) est quasiment devenue une variante rgionale." (45) "la voyelle [ ] ne fait pas partie de la prononciation de tous les locuteurs franais. Ce phnomne n'est pas rcent. Il date de plusieurs gnrations et la disparition de la voyelle [ ] au profit de [ ] continue de se rpandre. Une enqute mene par deux lingui stes dans l'espace d'une gnration sur la prononciations des mots brin et brun (contraste formel: [ b ] [ b ]) indique la tendance la gnralisation de l'emploi de [ ] pour les deux voyelles: {Dans un Tableau: {brin=brun = [ b ] (Pourcentage des locuteurs qui ne possdent qu'une voyelle)}{Enqute de Martinet (1941): Locuteurs parisiens: 42%, France non mridionale: 20%, France mridionale: 0%} {Enqute de Deyhime (1967): Locuteurs parisiens: 71%, France non mridionale: 47%, France mridionale: 2%} Fin de Tableau}" (54) "Depuis une vingtaine d'annes, la prononciation de la voyelle nasale [ ] et de la nasale [ ] est trs rapproche chez certains locuteurs parisiens. Ainsi, Henriette Walter (1977) et Pierre Lon (1992) signalent une tendance rduire le contraste articulatoire entre les voyelles [ ] et [ ], chez les jeunes en particulier, au profit de [ ]. Cependant, ce phnomne de neutralisation du contraste [ ] [ ] est trop rcent et trop localis pour que nous en tenions compte dans un modle de prononciation, car il est trs loin d'avoir les proportions de la neutralisation du contraste [ ] [ ]." (55) 2002 Dumnil, A. (2002). Faile dire: les sons du franais. Upper Saddle River, NJ: Prentice Hall. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 "Ivan Fnagy (1989) et Pierre Lon (1992) mentionnent galement une tendance la confusion de la voyelle [ ] et de la voyelle [ ] (tendance vers une neutralisation en [ ] dans le parler populaire des jeunes parisiens." (55) Phontique et Phonologie 54

PAGE 55

Anne Livre / / / / / / / / # Notes Type Prescriptif 2003 Kannas, C. (2003 ). Le Bescherelle pratique de la langue franaise Paris: Hatier. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 [No Comments] Phontique Prescriptif 2004 Martins, C., & Mabilat, J.-J. (2004). Sons et intonation : exercices de prononciation. Paris: Didier. [ ] [ ] [ ] [ ] 4 Attention, la plupart des Franais ne font plus la diffrence entre les sons in [ ] et un [ ] et les prononcent indiffremment in [ ] mais ce n'est pas le cas de le sud, notamment Marseille, o la diffrence subsiste." (29) Phontique et Phonologie Descriptif 2005 Wioland, F. (2005). La vie sociale des sons du franais. Paris: Harmattan. [ ] [ ] [ ] 3 "trois voyelles nasales, le / / n'tant plus indispensable pour communiquer en franais de nos joursla graphie UN peut tre assimile en prononciation la graphie IN (44) Phonologie Prescriptif 2006 Valdman, A., Pons, C., & Scullen, M. E. (2005). Chez Nous: Branch sur le Monde Francophone 3rd edn. Upper Saddle River, NJ: Prentice Hall. [ ] [ ] [ ] [] 4 [No Comments] Phontique Prescriptif 2008 Anover, V., & Antes, T. A. (2008). Vous Boston: Houghton Mifflin Company. [ ] [ ] [] 3 [No Comments] Phontique 55

PAGE 56

56 LIST OF REFERENCES Anover, V., & Antes, T. A. (2008). A Vous. Boston: Houghton Mifflin Company. Armstrong, L. (1932). The Phonetics of French Practical Handbook. London: G Bell & Sons, Ltd. Aitchison, J. (2001). Language Change: Progress or Decay? Cambridge: Cambridge University Press. Booth, T. M. (1997). French phonetics : a guide to co rrect pronunciation of French Lanham: University Press of America. Carton, F. (1974). Introduction la phontique franaise. Paris: Bordas. Casagrande, J. (1984). The Sound System of French. Washington, D. C.: Georgetown University Press. Coveney, A. (2001). The Sounds of Contemporary French : Articulation and Diversity. Exeter: Elm Bank. Dansereau, D. M. (1990). Savoir dire : cours de phon tique et de prononciation. Lexington, Mass.: D. C. Heath. Delattre, P. (1949). Advanced Training in French Pronunciation. Middlebury: The College Store. Dowd, E. A. (1999). Les voyelles nasalles en franais: Histoire, vari ation rgionale, et pdagogie. M.A. Thesis University of Georgia. Dufour, S., Nguyen, N., & Frauenfelder, U. (200 7). The perception of phonemic contrasts in a non-native dialect. Journal of the Acoustical Society of America, 141 (4). Dumnil, A. (2002). Faile dire: les sons du franais. Upper Saddle River, NJ: Prentice Hall. Eggs, E., & Mordellet, I. (1990). Phontique et phonologie du franais. Tbingen: Max Niemeyer Verlag. Gadet, F. (1992). Le franais populaire Paris : Presses Universitaires de France. Gadet, F. (2007). La variation sociale en franais Paris : Ophyrs. Girard Lomheim, F., & Lyche, C. (1991). Phontique et phonologie du franais. Une Introduction. Oslo: Universitetsforlaget. Glanville, P. (1991). An Introduction to French Pronunciation. Oxford, UK; Cambridge, Mass.: B. Blackwell.

PAGE 57

Grammont, M. (1963). T rait pratique de la prononciation du franais. Paris: Librarie Delagrave. Hansen, A. B. (1998). Les Voyelles Nasales du Franais Parisien Moderne. Copenhagen: Museum Tusculanum Press, University of Copenhagen. Hansen, A. B. (2001). Les changements actuels des voyelles nasales du franais parisien : Confusions ou changement en chane ? La Linguistique, vol. 37 fasc. 2/2001 Johnson, K. (2005). Speaker Normalization in spe ech perception. In D.B. Pisoni & R. Remez (eds.), The Handbook of Speech Perception (363-389). Oxford: Blackwell Publishers. Kannas, C. (2003). Le Bescherelle pratique de la langue franaise. Paris: Hatier. Kuhl, P. e. (2007). Phonetic learning as a pa thway to language: new data and native language magnet theory expanded (NLM-e). Philosophical Transactions of the Royal Society B, 363, 979-1000. Landick, M. (1995). The Mi d-Vowels in Figures. The French Review, 69 (1), 88-102. Lennig, M. (1979). Une tude quantitative du change ment linguistique dans le systme vocalique parisien. Le Franais parl : t udes sociolinguistiques, 29-39. Lon, M., & Lon, P. (1997). La prononciation du franais Paris: Nathan. Lon, P. R. (1979). Standardisation vs. / diversification dans la prononciation du franais contemporain. In P. Hollien (ed.), Current issues in the phonetic Sciences (541-549). Amsterdam: Banjamins. Lon, P. R. (1993). Phontisme et prononciations du franais. Paris: Nathan Universit. Lon, P. R. (1993). Prcis de phonostylistique. Pa role et Expressivit. Paris: Nathan Universit. Lon, P. R. (1996). Phontisme et prononciations du franais : avec des travaux pratiques d'application et leurs corrigs. Paris: Nathan. Levy, E., & Strange, W. (2008). Perception of Fren ch vowels by American English adults with and without French language experience. Journal of Phonetics 36, 141-157. MacCarthy, P. (1975). The Pronunciation of French. London: Oxford University Press. Martineau, F. (2007). Variation in Canadian Fr ench usage from the 18th to the 19th century. Multilingua 26, 203-227. Martinet, A. (1991). Un dictionnaire prat ique de la prononcia tion du franais ? La Linguistique, 27 (1), 87-100. Martinet, A., & Walter, H. (1973). Dictionnaire de la prononciation franaise dans son usage rel. Paris: France-Expansion. 57

PAGE 58

Martins, C., & Mabilat, J.-J. (2004). Sons et in tonation : exercices de prononciation. Paris: Didier. Mnard, L., Schwartz, J.-L., & Aubin, J. (2007). Invariance and vari ability in the production of the height feature in French vowels. Speech Communication, 50, 14-28. Mettas, O. (1973). La prononciation parisienne : aspects pho niques dun sociolecte parisien (du faubourg Saint-Germain La Muette). Paris : SELAF. Moreau, M.-L. (1997). Sociolinguistique: concepts de base (2me ed.). Margada. Nyrop, K. (1935). Grammaire historique de la langue franaise. Copenhague: Gyldendalske boghandel, Nordisk forlag. Passy, P. (1887). Les sons du franais (12me 1937 ed.). Paris: Didier. Price, G. (1991). An Introduction to French Pronunciation. Oxford: Blackwell Publishers. Pulgram, E. (1967). Trends and predictions. In To Honor Roman Jakobson. Essays on the occasion of his seventieth Birthday, II (1634-1649). La Haye/Paris: Mouton. Samuel, A. G., & Tartter, V. C. (1986). Ac oustic phonetic issues in speech perception. Annual Revue of Anthropology, 15 247-273. Smith, I. B., & Roberts, D. F. (1930). French Book One. Chicago: Scott, Foresman & Company. Straka, G. (1952) La prononciation parisienne: ses divers aspects et ses traits gnraux. Strasbourg: Chez lappariteur de la Facult des Lettres. Tilly, E. (1920). Aid to French Pronunciation, with numerous drawings and exercises, for use in schools and colleges. New York: The Macmillan Company. Tranel, B. (1987). The Sounds of French: An Introduction. New York: Cambridge University Press. Tranel, B. (2000) Aspects de la phonologie du franais et la thorie de loptimalit. Langue Franaise, 126 (1), 39-72. Tuaillon, G. (1994). Le Franais a-t-il quatre voy elles nasales ? Communication and Cognition, 27, 123-132. Valdman, A. (1959). Phonologic Structure and So cial Factors in French: The Vowel un. The French Review, 33 (2), 153-169. Valdman, A. (1976). Introduction to French Phonology and Morphology. Rowley/Massachusetts: Newbury House. Valdman, A., Pons, C., & Scullen, M. E. (2005). Chez Nous: Branch sur le Monde Francophone, 3rd Edition. Upper Saddle River, NJ: Prentice Hall. 58

PAGE 59

Valdm an, A., Salazer, R. J., & Charbonneaux, M. A. (1970). A Drillbook of French Pronunciation. New York: Harper & Row. Walker, D. C. (1984). The Pronunciation of Canadian French. Ottawa: University of Ottawa Press. Walter, H. (1994). Varits actuelle s des voyelles nasales du franais. Communication and Cognition, 27 223-235. Wioland, F. (2005). La vie sociale des sons du franais Paris: Harmattan. 59

PAGE 60

60 BIOGRAPHICAL SKETCH Matthew Keith Lawton was born in 1985 in Ce dar Rapids, Iowa. The oldest of two children, his family moved often allowing him to become acquainted with various cultures and dialects across the United States and even the world, ensuring a love for travel, language, and culture. His family finally settled down in Ro swell, Georgia where Matthew graduated from Centennial High School in 2003 an d went on to pursue his Bachelor of Arts in French and education at Berry College in Mount Berry, Geor gia. During his time at Berry he complimented his education by attending the Institut Catholique de Paris in France specializing in French culture studies. In 2007, Ma tthew entered the Master of Arts program in French Linguistics at the University of Florida to further his knowledge of the linguistic side of the language while spending his summer teaching French at the Univ ersity of Floridas Paris Research Center. Upon completion of his Master of Arts thesis Matthew began his car eer as a teacher of French and continues to pursue hi s insatiable desire to travel the world and study its languages and cultures.