<%BANNER%>

L'Image de L'Enfant Dans Le Cinema Post-Colonial en Afrique de L'Ouest Francophone

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0024646/00001

Material Information

Title: L'Image de L'Enfant Dans Le Cinema Post-Colonial en Afrique de L'Ouest Francophone
Physical Description: 1 online resource (143 p.)
Language: english
Creator: Yaro, Abdou
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: african, child, education, identity, immigration, literacy, physical, post, tradition
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy L IMAGE DE L ENFANT DANS LE CINEMA POST-COLONIAL EN AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE By Abdou Salam Yaro August 2009 Chair: Alioune Sow Major: Romance Languages My dissertation examines the various ways Francophone West African Filmmakers use the image of the child to tackle major issues of concern for their country, people and Africa. Eight (8) films in which children are main characters are analyzed: Gaston Kabore acute s Wend Kuuni (1982), Cheick Oumar Sissoko s Nyamanton (1986), Mohamadou Cisse s Falato (1989), Idrissa Ouedraogo s Yaaba (1989) and Le cri du Coeur (1994), Dany Kouyate acute s Kei umlautta: L he acuteritage du griot (1994), Djibril Mambety Diop s La petite vendeuse de soleil (1999), and Ben Diogaye Be graveye s Un amour d enfant (2004). I explore the use of cinematic techniques and cultural codes by filmmakers to suggest that, on one hand, the image of the child is used to address his/her welfare, and on the other, that image is an instrument for the filmmaker to tackle significant social issues. Themes of Education, Modernism versus Tradition, Identity, and Immigration ground the study. This study looks into cinematographic strategies used by the filmmakers in the process of redefining Africa. It uses an interdisciplinary framework, drawing on recent scholarship in Disability theory, Postcolonial theory, Women studies, Anthropology, History and Sociology to understand the experiences and challenges faced by African nations that once existed as French colonies. Therefore, the approach to this study is a film based approach rather than shot to shot analyses of the films. The analysis draws upon a postcolonial discourse that allows addressing issues tackled in the films from an African perspective. The analysis also focuses on film aesthetics to highlight on these issues. The work of Manthia Diawara, Albert Memmi, Bill Ashcroft, Frank Ukadike and other postcolonial theoreticians and film critics is used to also highlight the analysis.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Abdou Yaro.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Sow, Alioune.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0024646:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0024646/00001

Material Information

Title: L'Image de L'Enfant Dans Le Cinema Post-Colonial en Afrique de L'Ouest Francophone
Physical Description: 1 online resource (143 p.)
Language: english
Creator: Yaro, Abdou
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: african, child, education, identity, immigration, literacy, physical, post, tradition
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: Romance Languages thesis, Ph.D.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy L IMAGE DE L ENFANT DANS LE CINEMA POST-COLONIAL EN AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE By Abdou Salam Yaro August 2009 Chair: Alioune Sow Major: Romance Languages My dissertation examines the various ways Francophone West African Filmmakers use the image of the child to tackle major issues of concern for their country, people and Africa. Eight (8) films in which children are main characters are analyzed: Gaston Kabore acute s Wend Kuuni (1982), Cheick Oumar Sissoko s Nyamanton (1986), Mohamadou Cisse s Falato (1989), Idrissa Ouedraogo s Yaaba (1989) and Le cri du Coeur (1994), Dany Kouyate acute s Kei umlautta: L he acuteritage du griot (1994), Djibril Mambety Diop s La petite vendeuse de soleil (1999), and Ben Diogaye Be graveye s Un amour d enfant (2004). I explore the use of cinematic techniques and cultural codes by filmmakers to suggest that, on one hand, the image of the child is used to address his/her welfare, and on the other, that image is an instrument for the filmmaker to tackle significant social issues. Themes of Education, Modernism versus Tradition, Identity, and Immigration ground the study. This study looks into cinematographic strategies used by the filmmakers in the process of redefining Africa. It uses an interdisciplinary framework, drawing on recent scholarship in Disability theory, Postcolonial theory, Women studies, Anthropology, History and Sociology to understand the experiences and challenges faced by African nations that once existed as French colonies. Therefore, the approach to this study is a film based approach rather than shot to shot analyses of the films. The analysis draws upon a postcolonial discourse that allows addressing issues tackled in the films from an African perspective. The analysis also focuses on film aesthetics to highlight on these issues. The work of Manthia Diawara, Albert Memmi, Bill Ashcroft, Frank Ukadike and other postcolonial theoreticians and film critics is used to also highlight the analysis.
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Abdou Yaro.
Thesis: Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Sow, Alioune.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0024646:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 COLONIAL EN AFRIQUE DE By ABDOU SALAM YARO A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENT S FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2009

PAGE 2

2 2009 Abdou Salam Yaro

PAGE 3

3 To the Memory of my Beloved Mother Jeanne Karidja

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I would first like to extend my sincere thanks to Dr. Alioune Sow, my dissertation committee chair, for his guidance, patience, expertise and constant encouragement throughout the dissertation writing. I would like to recognize the other members of the committee for their helpful suggestions. Sp ecial thanks go to Dr. Maureen Turim for her invaluable in put I received in both Paris and Gainesville I would also like to express my gratitude to Drs. Carol Murphy and William Calin for their advice and suggestions since the beginning of my doctoral stu dies I would like to thank Dr. Gayle Zachmann and the Paris Research Center for their big support in my research. Thanks also go to my Graduate Coordinators, Drs. Susan Read Baker and Brigitte Weltman Aron whose guidance helped me to complete this journ ey. T hanks g o to all my professors at the University of Florida.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ ............... 4 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ................................ ..... 7 CHAPTER 1 CINMA AFRICAIN FRANCOPHONE ................................ ................................ ................ 9 Le Cinma Africain Francophone, un Cinma Didactique ................................ .................... 1 7 ................................ ......... 21 ...... 26 2 : LA PETITE VENDEUSE DE SOLEIL ................................ ................................ ................................ ................................ 34 Introduction ................................ ................................ ................................ ............................. 34 Dfinition du Handicap ................................ ................................ ................................ ........... 38 Mambety Diop et la Ralisation de La Petite Vendeuse de Soleil (1998) .............................. 42 Premire Signification ou Analyse de La Petite Vendeuse de Soleil ................................ ..... 50 La situation Initiale de Sili Laam ................................ ................................ .................... 52 Le Parcours Initiatique de Sili Laam ................................ ................................ ............... 54 La Situation Finale ................................ ................................ ................................ .......... 59 Seconde Signification ou Analyse de La Petite Vendeuse de Soleil ................................ ..... 62 La Petite Vendeuse ou la Situation conomique au Sngal et en Afrique .................... 63 La Question de la Femme au Sngal ................................ ................................ ............. 67 Conclusion ................................ ................................ ................................ .............................. 69 3 ................................ ................................ ........ 72 Introduction ................................ ................................ ................................ ............................. 72 ................................ ................................ ...... 73 ................................ ................................ .................... 78 ................................ ................................ ................................ ................... 79 ................................ ................................ ................................ ........... 89 Nyamanton ou la Problmatique Sociale au Mali ................................ ................................ ... 94 La Crise Financire des Annes 1990 ................................ ................................ .................... 99 Conclusion ................................ ................................ ................................ ............................ 102 4 ................................ ............................... 104 Introduction ................................ ................................ ................................ ........................... 104 Dfinition des termes Identit et Retour aux sources ................................ ............... 108 Wend Kuuni (1982) ................................ ................................ ................................ .............. 111

PAGE 6

6 Yaaba (1989) ................................ ................................ ................................ ........................ 119 ................................ ................................ ................................ ........... 125 Conclusion ................................ ................................ ................................ ............................ 132 5 C ONCLUSION ................................ ................................ ................................ ..................... 135 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ................................ ............. 140 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ ................................ ....... 143

PAGE 7

7 Abstract of Dissertation Presented to t he Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy COLONIAL EN AFRIQUE DE By Abdou Salam Yaro Augus t 2009 Chair: Alioune Sow Major: Romance Languages My dissertation examines the various ways Francophone West African Filmmakers use the image of the child to tackle major issues of concern for their country, people and Africa. Eight (8) films in which c Wend Kuuni Nyamanton Falato (1989), Idrissa Yaaba (1989) and Le cri du Coeur griot (1 La petite vendeuse de soleil (1999), and Ben Diogaye (2004). I explore the use of cinematic techniques and cultural codes by filmmakers to suggest that, on one hand, the image of the child is used to a ddress his/her welfare, and on the other, that image is an instrument for the filmmaker to tackle significant social issues. Themes of Education, Modernism versus Tradition, Identity, and Immigration ground the study. This study looks into cinematographic strategies used by the filmmakers in the process of redefining Africa. It uses an interdisciplinary framework, dr awing on recent scholarship in Disability theory, Postcolonial theory, Women studies, Anthropology, History and S ociology to understand the ex periences and challenges faced by African nations that once existed as French colonies

PAGE 8

8 Therefore, the approach to this study is a film based approach rather than shot to shot analyses of the fil ms. The analysis draws upon a postcolonial discourse that al lows addressing issues tackled in the films from an African perspective. The analysis also focuses on film aesthetics to highlight on these issues. The work of Manthia Diawara, Albert Memmi, Bill Ashcroft, Frank Ukadike and other postcolonial theoreticians and film critics is used to also highlight the analysis.

PAGE 9

9 CHAPTER 1 ENFANT DANS LE CINM A AFRICAIN FRANCOPHONE ralisateur s que chez le public, en tmoigne le nombre non ngligeable de films tourns sur le sujet et les prix remports en A frique et en Europe particulirement En effet, des films comme Wend Kuuni de Gaston Kabor (Burkina Faso, 1982) qui a remport au moins deu x prix ( Oscar du meilleur film francophone, 1985, Festival de Cannes et Grand Prix, 1986, Festival International de Films de Fribourg) et Nyamanton de Cheick Oumar Sissoko (Mali, 1986) qui a remport le Prix Oumarou Ganda et le Prix du public en 1987 au FE SPACO (Festival panafricain du cinma de Ouagadougou) sont des films qui ont sduit le public aussi bien sur le plan local en Afrique que sur le plan international. La reconnaissance sur le plan local et sur le plan international de s films africains sur enfance permet de une correspondance possible entre la reprsentation de africain et le succs remport par ces films. Pourquoi un tel exploit, une telle performance ? Pourquoi les cinastes africains recourent ils de plus en plus au thme de ? t elle russi sduire les audiences africaines, les audiences locales ? Chercher rpondre ces questions permettra de mieux cerner la problmatique de la mise en cinmatographique En effet, puisque spectateur. r, captiver son attention Jacques Lecarme :

PAGE 10

10 Cependant la forme dramatique est devenue presque canonique, quand un cinaste projette introduit un pacte dans la dernire phrase, prononce en voix off dans Au Revoir les enfants est si persuasive Quatre cents coups quand on en relit le script concevable pour raconter une enfance intolrable cinmatographique chez Fellini ou chez Eustache, a pris 1 Le tmoignage de Manthi a Diawara sur la performance des enfants de Nyamanton de Cheick succs du film : Nyamanton was the favorite film of the public at the Pan African Film Festival of Ouagadougou. In Bamako (Mali), it broke the record of such blockbusters as Rambo and Jaws peo ple laugh and quote to each other famous lines from their dialogue. A businessman, touched by their performance, gave $400 to be shared between them. 2 puisse joue un rle dterminant dans ce succs : When Nyamanton was shown at Edimburgh it was screened at 1 am, using a workprint, and the subtitles were in French. But the 60 or so people who were in the theater stayed to ] Not knowing Bambara (the language of Mali spoken in the film) or French, the Edimburgh viewers missed the humor but they were impressed by the well made story, the acting of the children, and the images of a country caught by surprise while it was being choked by contradictions and dead ends. 3 Ainsi, avec les exemples pris dans Au revoir les enfants et Les quatre cents coups par Lecarme Nyamanton peut mme dire souvent enfance cinmatograph ique une connivence 4 une complicit entre le metteur en scne et le spectateur qui est reconnaissant au premier de lui avoir fait dcouvrir 1 Jacques Le carme, "La Lgitimation Du Genre," Cahiers de smiotique textuelle 12 (1988). 23 2 Manthia Diawara and Elizabeth Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko," Film Quarterly 41.2 (Wi nter 1987). 44 3 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 44 45 4 Jean Renoir, Ma Vie Et Mes Films ([Paris]: Flammarion, 1974). 49

PAGE 11

11 quelque chose. Cette relation entre le public et le cinaste est un avantage pour ce derni er qui : l critique sur la socit humaine en gnral et particulirement sur la socit dans laquelle le personnage enf antin volue Ainsi, les films tourns en Afriqu des histoires plus ou moins communes aux diffrents pays en raison d c olonial commun lgu par la France. des points communs, des res semblances entre les films qui traitent gnralement de questions so ciales pertinentes qui concernent la politique, l es relations colonisateur ou avec le monde Occident en gnral, es traditions, l es valeurs culturelles, etc. Ainsi, on note que s enfants) pendant lequel la formation de ce dernier est mise en vidence par des preuves particulires (ce qui francophone) et le regard critique de cet en fant pos su r sa socit. t tablies. La premir e hypothse est que la forme dramatique de cinma renforc e spectateur pour le f ilm, permettant ainsi ce dernier de mieux saisir le sens du film. La seconde parvient f aire passer son message sans confrontation directe, notamment avec les autorits po litiques ou traditionnelles dont le pouv oir est souvent mis en question dans les films. La

PAGE 12

12 troisime hypothse est que atographiques, metteur en scne sa source d ui permet de recrer cette enfance t le son. Pour v rifier ces hypothses et comprend re la motivation des ralisateurs africains recourir de t analyss P aborder en tudier la mise en image Il cinmatographiques des films. Le but de ce travail est pl utt comprhension des images de la reprsentation de certaines socits africaines travers le regard de Pour raliser cela, c Olivier Barlet, Carol Altman, Momar Dsir Kane, etc.) qui peuvent tre utiles dans ce travail Dans le corpus de la thse, st centre sur un enfant g approximativement entre six et treize ans. Les films de cette tude voquent donc une enfance qui se situe dans cette ge Pour ce qui est de la dfinition du personnage principal et du choix des films, c ette tu de suit la logique de Francine Dugast : fonction dterminante pisodes principaux, et dans le plus grand ou du moins dans les pisodes dterminants. Ainsi se trouve englob dans notre tude un groupe de textes 5 5 Francine Dugast, "L'image De L'enfance Dans La Prose Littraire De 1918 1930," Thesis (Ph D ), [s.n.] : Diffus ion, Presses Universitaires de Lille, Universit de Paris IV, 1977., 1981. vi

PAGE 13

13 Toujours en ce qui concerne la dmarche adopte dans cette tude i l serait ncessaire de dfinir deux termes employs dans cette tude qui pourraient prter confusion : francophone et post colonial Les films slectionns sont de ralisateurs venant de trois pays qui sont suffisamment concerne la production cinmatographique : Sngal, Mali, Burkina. Comme Spaas 6 plusieurs critres historiques et linguistiques ainsi que leur exprience commune de la colonisatio n justifient le groupement des pays F production cinmatographique. Il serait inexact de p enser que les pays non slectionns comme pas de film qui correspon La dfinition de post colonialisme adopte ici (2003) : We use the term post colonial however, to cover all the culture affected by the imperial proce ss from the beginning of colonization to the present day. This is because there is a continuity of preoccupations throughout the historical process initiated by European imperial aggression. We also suggest that it is the most appropriate as a term for the new cross cultural criticism which has emerged in recent years and for the discourse through which this is constituted. 7 La thorie post coloniale est un outil de critique littraire au sein des tudes post coloniales qui, dans 6 Lieve Spaas, The Francophone Film : A Struggle for Identity (Manchester: Manchester University Press, 2000). 128 7 Bill Ashcroft, Gareth Griffiths and Helen Tiffin, The Empire Writes Back Second ed. (London: Routledge, 2003). 2

PAGE 14

14 des sujets lis aux traditions, la modernit, aux migrations, aux questions socio conomiques Pour mieux dvelopper la problmatique lie la reprsentation cinma africain francophone, la prse nte thse se distribue en six chapitres. Dans les : la mise en image de andicape ; le regard de origine tout comme celui rest en Afrique mais qui, lui aussi, fait face une crise identitaire. C e p r e m i e r chapitre, africain francophone dfinit la particularit du cinma africain francophone, prsente une re vue occidental. Cette deuxime revue de littrature sert aussi de rfrence quant la problmatique de Le d e u x i me chapitre, : La petite vendeuse de soleil permet chapitre repose sur la mise en parallle du handicap pour faire une seconde lecture du film. Ainsi, la problmatique du dveloppement socio conomique du Sngal est aborde dans ce du griot 8 de Dany Kouyat et Hynes 9 de Mambety Diop pour supporter cette analyse. 8 Keita: L'hritage Du Griot! dir. Dani Kouyat, perf. Seydou Boro, Hamed Dicko, Abdoulaye Komboudri and Sotigui Kouyate, California Newsreel, 1994. 9 Hynes dir. Djibril Diop Mambty, perf. Mansour Diouf and Ami Diakhate, New York : Kino on Video, 1992.

PAGE 15

15 Le t r o i s ime chapitre, L a Q u e s t i o n d e l cole A f r i c a i n e aborde un thme rcurrent dan s : films de Mohamadou Ciss, Ben Diogaye Bye, Dany Kouyat et Cheick Oumar Siss oko fait de Ces Falato 10 11 Keita et Nyamanton 12 montre que la thmatique de Le q u a t r ime chapitre, P a r c o u r s I dentitaire du retour aux origines d films africains qui traitent de la question de la crise identitaire. En effet, les protagonistes dans Sankofa 13 14 de Mweze Ngangura et La vie sur te rre 15 Sankofa : "We must go back and reclaim our past so we can move forward ; so we understand why and how we came to be who 10 Falato dir. Mahamadou Cisse, perf. Mamoutou Silla, Nouman Kante, Siriman Sissoko, Fifi D. Kouyat, Tshal a Muana and Barou Koite, Cinmathque Afrique, 1989. 11 Un Amour D 'enfant dir. Ben Diogaye Beye, perf. Sega Beye Anta Sylla Fatou Diouf Fatou Fall Habib Diarra Omar Seck Mafall Thioune and Mamadou Sane Cinemathque Afrique, 2004. 12 Nyamanton dir. Cheick Oumar Sissoko, perf. Chaka Diarra, Macir Kant, Alikaou Kant and Diarrah Sanogo, Cinmathque Afrique, 1986. 13 Sankofa dir. Haile Gerima, perf. Kofi Ghanaba, Oyafunmike Ogunlano, Alexandra Duah, Nick Medley, Mutabaruka, Afemo Omilami and Reginald Carter, Mypheduh Films, Inc, 2003. 14 Pices D'identits dir. Mweze Ngangura, perf. Grard Essomba Many, Dominique Mesa, J ean Louis Daulne, Herbert Flack, Cecelia Kankonda and David Steegen, California Newsreel, 1998. 15 La Vie Sur Ter re dir. Abderrhamane Sissako, perf. Abderrhamane Sissako, Nana Baby and Mohamed Sissako, California Newsreel, 1998.

PAGE 16

16 we are today." vrit Y aaba 16 et 17 Wend Kuun i 18 de Gaston Kabor. Si Yaaba et Wend Kuuni se concentrent ational Le c i n q u ime chapitre, Conclusion rappelle les conclusions des diffrents chapit res et vrifient les hypothses tablies. tiques et analyses qui ont dj t faites sur le mme sujet. En effet, la question sur la motivation des cinastes encore t aborde. A t ravers cette analyse, nous notons que ces films ne sont pas uniquement de simples histoires nostalgiques qui portent souvent sur le parcours initiatiqu dcrivent aussi une socit particulire et : souvent pourquoi. Cette sduction peut certainement tre attribue aux techniques novatrices et aux stratgies 19 16 Yaaba dir. Idrissa Ouedraogo, perf. Fatimata Sanga, Noufou Ouedraogo, Roukietou Barry and Rasman Ouedraogo, New Yorker Video, 1989. 17 Le Cri Du Coeur dir. Idrissa Ouedraogo, perf. Said Diarra, Flicit Wouassi, Alex Descas and Richard Bohringer, Mdiathque des 3 mondes, 1994. 18 Wend Kuuni dir. Gaston Kabor, perf. Serge Yanogo and Rosine Yanogo, California Newsreel, 1982. 19 Carol Altma n, Enfance ... Inspiration Literaire Et Cinmatographique (Birmingham: Summa Publications, 2006). 9

PAGE 17

17 Le Cinma Africain Francophone, un Cinma Didactique de plus en plus frquente le cinma africain francophone La nouveaut ici, est qu se penche sur les comprendre les raisons qui motivent les cinastes africains employer la thmatique de dans leurs films Manthia Diawara, dans African Cinema : Politics & Culture (1992), avait dj isol trois tendances dan s le cinma africain : le ralisme social le retour aux sources et la confrontation coloniale. Hormis le thme de la conf rontation coloniale les deux autres thmes sont prsents dans les films slectionns. proccupations pour les cinastes que celles de la colonisation qui a pris fin dans ces pays les abus de pouvoir, les conflits culturels, la corruption sont des phnomnes sociaux qui intressent beaucoup les cinastes africains qui les traitent galement dans les fi Il faut dire que ces thmes entrent dans le compte des proccupations actuelles dans les socits africaines. Cette nouvelle tendance cinmatographique qui est surtout articule autour des ex p riences rsultant de la rencontre des culture s est remarquablement presente dans les films son objectif qui est de redfinir ue et de recrer le prsent Les ralisateurs africains en gnral, cinmatographique et une idologie pour faire ressortir leur propre style et un langage

PAGE 18

18 cinmatographique spcifique 20 Cette idologie, comme le rapporte Diawara 21 est ce lle de la FEPACI (Fdration Panafricaine des Cinastes) qui, depuis 1975, invite les ralisateurs Africains se dpartir du cinma fond uniquement sur pour se consacrer un cinma caractre pdagogique qui contribuer des consciences. caractre artistique du cinma mis de ct, Ukadike pense que le cinma africain est une rvolution dans le sens o le cinma contribue dornavant veiller les consciences sur les plans social, conomique et politiq ue : African filmmakers perceive film as a stimulating medium that the Third World must use for social, political and artistic enlightenment in order to achieve what Fanon has called pletely with the patterns of colonialism, the need for colonized people to reeducate themselves in order to achieve revolutionary objectives, and the need to build a new revolutionary c Fanon and, subsequently, most Third Wor ld filmmakers see political education as the means for a transformation of consciousness. And, for this new way to succeed, an educational program must be initiated whose task is to raise the level of political consciousness of the masses. In neocolonial Africa, any effort to intervene at the ideological level, as well as to transform the material base, implies that the education and full participation of the masses is necessary 22 Pendant trs longtemps, sous la colonisation, on ne connaissait de la socit africaine que ce que le colonisateur apportait comme information la concernant. ncessaires en leur possession pour se faire entendre ailleurs, la voix d es peuples coloniss ne portait pas loin Intgr la culture occid ent ale, le dcolonis crit dans la langue du colonisateur. La matrise de cette langue ant dans la langue des colons ait 20 Nwachukwu Frank Ukadike, Black African Cinema (Berkeley: University of California Press, 199 4). 4 21 Manthia Diawara, African Cinema : Politics and Culture Bl acks in the Diaspora (Bloomington: Indiana University Press, 1992). 42 22 Ukadike, Black African Cinema 5

PAGE 19

19 colonisation sont pratiqus par le dcolonis. Cependant, le dcolonis doit m aintenant retourner contre les sien s et dpeindre les carences de l a socit, ses gosmes, les abus de son gouvernement et la compl icit de son gouvernement ( Portrait du dcolonis ), hormis les arts plastiques et la musiq ue classique dont le langage est thtre, sont trs vite compris, suspect s et contrls par les autorits Voici comme suit c e qui est accept ou encourag da par les autorits : le cinaste] ne peut que suggrer propos de quelque ; pour le reste, il partagera le grand silence des intellectuels. 23 our les cinastes africains, elle devient un p olitiques qui sont souvent compris es par les pouvoirs en place comme des provocations. histoires sur des enfants peut tre comprise de plusieurs manires. Ces films sont chantillonns partir de plusieurs pays, ils portent en eux les valeurs de ces pays, offrent une reprsentation de vhiculs par de solutions aux problmes. Ainsi, les films slectionn s dans la prsente tude refltent ou se conforment aux tendances dominantes du cinma africain, caractrises par Ferid Boughedir comme la tendance politique, la tendance moralisatrice et la tendance culturelle. La tendance 23 Albert Memmi, Portrait Du Dcolonis Arabo Musulman Et De Quelques Autres (Paris: Gallimard, 2004). 54

PAGE 20

20 politique, par exemple, est tra sociopolitiques et conomiques dans la socit Deux films qui correspondent bien cette tendance sont par exemples, La Petite Vendeuse de Soleil de Djibril Mambety Diop et Nyamanton de Cheick Oumar Sissok o, le premier abordant la dvaluation du franc CFA et ses consquences sur la famille sngalaise et le second posant un regard critique sur le rle des institutions publiques au Mali vis vis du citoyen. Dans La petite vendeuse diffrentes scnes rappel lent au public la crise financire des annes 1990 avec en toile de fond la dvaluation du franc dfilent. En mentionnant la une des journaux cette dvaluation et mme une seconde possibilit de dvaluation, Diop marque son film du dbut la fin de la s ituation conomique au Sngal. soins, Nyamanton semble porte r l e blme sur le gouvernemen t. baigne. Christopher L. Miller voque ce paralll : The process of growing up, learning and being initiated as a Mandeka serves not only the obvious purpose of recording and illustrating an African culture ; it also attempts to educate and initiate outsiders. Enfant noir may appear to be a rather unexceptional bildungsroman, but when we take a step back from textual and generic interpretation, its peculiar situation as an African novel leads to the recognition of other functions: as a novel of education, ant noir does not remain in the realm of the descriptive (constative) function of language; it performs education as well. 24 e procd que le cinaste africain utilise pour prsenter une 24 Christopher L. Miller, Theories of Africans : Francophone Literature and Anthropology in Africa Black Literature and Culture (Chicago: University of Chicago Press, 1990). 127

PAGE 21

21 dans la fois sujet et agent. Que ce soit pour son regard, pour son image, pour ses paroles ou son a qui lui emprunte ses qualits profond sans hypocrisie pour donner une vision neuve sur une situation particulire. environnement, dans une s ocit africaine et galement sur son regard critique sur l a socit. Ces deux comp osantes seront examines travers les chapitres suivants dans lesquels seront traits Tout indique africain crer un nouveau langag e cinmatographique, donner un message partic ulier tout en vitant une confrontation directe avec des autorits administratives, politiques ou traditionnelles ou avec certaines sensibilits religieuses ain dans sa indiquera donc que au metteur en scne non seulement de dvelopper son pouvoir de cration esthtique mais aussi mission qui consiste duquer, a enseigner par le cinma. in ma A fricain africain ne sont pas importantes en nombre. La plupart de ces tudes se prsenten t sous la forme t, une description est faite des critiques Des extraits de ces entretiens et articles qui y sont faites sur des films.

PAGE 22

22 Cinema ralis des entretiens avec le ralisateur Cheick Ouma r Sissoko qui parle de son film Nyamanton conception de son film : In October 1978, when I was on school vacation in Mali, I saw several children carrying benches on their heads, and several minutes later a little girl carrying a platter with I developed th e script of Nyamanton 25 Le banc voqu ici est celui que chaque enfant scolaris au Mali devait amener avec lui en classe habituelle dans les rues o on art de Sissoko (comme la plupart des cinastes africains) est de dnoncer des situations I tried to set it straight that the goal of Nyamanton is the awakening of consciousness by explaining to the population that their misery, the fact that they are exploited, is not due by t society, to the fact that a minority is exploiting them. I try to explain in the film that they can solve their problems by defending their rights, which are the rights of a majority. 26 Ainsi, en pro cdant une certaine description documentaire 25 Nwachukwu Frank Ukadike, Questioning Afric an Cinema : Conversations with Filmmakers (Minneapolis: University of Minnesota Press, 2002). 183 26 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema : An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 46

PAGE 23

23 Dan s un autre article 27 Popular Culture and Oral Traditions in African Film Diawara montre combien Nyamanton constitue une qute duc ative, un voyage initiatique pour les deux enfants dcouvrent o il est question de Djeli Baba, un clbre griot du Mali, o Kalifa et son ami Aliou se disputent les valeurs du griot (pour le premier, il est menteur et pour le second, il es t dpositaire de cinaste critique du film par les techniques narratives utili ses par le ralisateur, particulirement le plan fixe qui y est beaucoup utilis. Le plan fixe est Le dcor tant fixe, seuls les personnages et les accessoires se d 28 Comme remarqu plus haut, une critique par la technique cinmatographique ouvre relve de la vraisemblance dans le contexte africain : dans Nyamanton femme ne Si Kalifa dan car les hommes partagent le mme espace. Momar Dsir Kane, dans son livre, Marginalit et Errance dans la Littrature et le Cinma Africains Francophones (2004), fait appel au film Yaaba pour illustrer un concept cl 27 Manthia Diawara, "Popular Culture and Oral Traditions in African Film," Film Quarterly 41.3 (Spring 1988). 12 13 28 Jennifer Van Sijll, ed., Les Techniques Narratives Du Cin ma (Paris: Eyrolles, 2006). 168

PAGE 24

24 nfant voir de son ct afin entre le prsent et le futur (le film Yaaba Dans le e victime des frictions entre les deux parties et de cela, il/elle gage de survie. Pour mieux illust rer sa remarque, Kane fait appel Yaaba : Ce rle mdiateur est mis en exergue dans Yaaba Le couple des deux enfants reprsente villageoise. Ils reprsentent aussi un futur possible o les antagonismes seront rsorbs. Yaaba grand mre. 29 Yaaba est trs important : mdiateur entre les parents mais t. Dans Yaaba par exemple raisons, leon apprise de la vieille grand mre. 29 Momar Dsir Kane, Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles Collection Images Plurielles (Paris: Harmattan, 2004). 202

PAGE 25

25 Dans son article critique, Image de l'enfance chez Djibril Diop Mambety: le testament d'un cinaste sngalais 30 Pour ce qui concerne La Petite Vendeuse de Soleil Wynchank voque surtout la personnalit de la petite fille, Sili analyse le film et pour elle, Diop invite travers son film, les Sngalais la dtermination, au courage, pour sortir de la pauvret. Z acharie Petnkeu, dans sa thse 31 voque le film de Dany Kouyat, du griot lge nde, Soundjata a vcu une naissance et une enfance miraculeuse et est devenu par la suite La question que Petnkeu se pose est de savoir comment cette figure hi storique est reprsente au cinma et co mprendre dans cette reprsentation. Son analyse du film Soundjata permet aux sujets narratifs (Djeliba e dveloppe autour des personnages ce ntraux une humeur tragique (Petnkeu, 153). 30 Anny Wynchank, Image De L'enfance Chez Djibril Diop Mambety: Le Testament D'un Cinaste Sngalais September 2002, The University of Western Australia, Available: h ttp://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP2202aw.html 12 March 2009. 31 Zacharie Nzepa Petnkeu, "Cinema Et Mythes Dans L'espace Francophone : Les Representations Des Figures Historiques Dans Les Films D'afrique Noire Et Des Antilles," Diss., U of Maryland, 2005.

PAGE 26

26 Mme s cinma africain reste limite, beaucoup de films La revue de littrature abords et qui se retrouvent dans le cinma africain. Revue de Littr C inma dans le Monde st pas nouveau car depuis longtemps et partout ailleurs aussi des problmes sous jacents leurs socits. En effet, thme de l (Vallet, 11) : au del de la de la vie par un geste ou Dans le premier film du genre, The Kid (1921), Charlie Chaplin voque, dans une com du, voque les liens qui la personne (une mre, un pre, un clochard, etc.) qui pourvoit de

PAGE 27

27 affection. La fameuse scne de la poursuite de Charlot le cloch ard par les agents du service social sur le toit et la runion du pre dernier pour le clochard : pas un mot ma is le regard naissent entre un homme marginalis et un enfant. car il permet de voir les choses de faon claire, sans ambigut, sans hypocrisie aucune. ois Truffaut exprime autrement dit ceci d Allemagne zro : [ Allemagne zro ] tait fait sur ce principe, que la gravit se trouve chez les enfants et la frivolit chez les adultes. 32 Allemagne, anne zro (1947), un film qui prend place Berlin juste aprs un environnement misrabl e d la guerre. Edmund comprend la misre de la famille et se d mouvant famille; un enfant ex ; Edmund lui 32 Propos recueillis par Jean Truffaut par Truffaut Chne, 1985.

PAGE 28

28 enfant dsabus, dsillusionn par la guerre et qui met fin sa vie (phnomne rarissime) permet de dramatiser davantage la situation de la g uerre. Rosselini montre ainsi travers un regard corrompu la socit allemande. silence particulier, s prsent dans Le voleur de bicyclette de travail de cet homme, donnant une importance capitale au moyen de transport. Ainsi, jeune enfant. Aprs de vaines tentatives pour retrouver l e voleur ou son vlo, Antonio Ricci dcide son tour de voler une bicyclette. Mal lui en prit car il est pris la main dans le sac et humili par la foule. Son fils Bruno lui prend la main cet instant l et cette main est l pour consoler un homme meurtr i et lui redonner confiance. Tel un adulte qui comprend ce qui se passe en cet homme perdu, Bruno vient au secours de son pre : que toutes les pa roles accumules en soixante ans de cinma sonore. 33 (Vallet 47) 33 Franois Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma (Paris: Editions du Cerf, 1991). 47

PAGE 29

29 individuelle 34 Jeux Interdits (1952) de Rn Clment invite une rflexion sur la guerre et la problmatique des relations humaines qui en dcoule. Ce film, comme celui de Rosselini, se situe pendant la deuxime guerre mondial e. Comme Edmund dans Allemagne Paulette est une enfant victime de la guerre. Traumatise et obsde par la mort de ses parents et de son chien moments de cette guerr e affreuse. Avec son nouveau compagnon Michel qui vit les accs de manisme des enfants et particulirement leurs motions face la mort (ils montrent par exemple que la solitude est pire que la mort en enterrant les animaux ensemble) constituent une A vec la Nouvelle Vague en France, un nouveau type de cinma fait son entre sur la gestes ou paroles, Tr uffaut va reprsenter un genr personnage rebelle, avec ses coups de gueule et ses frasques. Son film porte la marque de Rossellini comme Truffaut lui crit ainsi 35 Antoine Doinel, hros du film, 34 Andr Bazin, Qu'est Ce Que Le Cinma? d. def initive. ed. ([Paris]: ditions du Cerf, 1978). 35 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 65

PAGE 30

30 conduisent em : vol, mensonge, cole buissonnire deviennent ses enfant rvolt que Truffaut prsente pour voquer la socit franaise et parisienne de la fin des annes 1950 : situation de fille institution scolaire rigide. Le regard de Rue cases ngres des annes 1930. Le film explore la vie des travailleurs noirs des plantations travers le regard de Jos, un enfant de onze ans, grand ambigit de son id entit donc aussi Martinique, celle de bk ou crole blanc qui domine sur les plans utre part, le martiniquais indigne noir, qui est surtout rduit la ma in qui est cont dans ce film ranchir des barrires sociales pour accder la voie de la russite dans une socit hirarchise et raciale la rue case ngres, une rue sans issue que le petit Jos russit quitter, russite due au sacr ifice de sa grand mre et son courage. libre de la discrimination.

PAGE 31

31 ce au cinma, particulirement en ce qui concerne le cinma europen. On peut en retenir trois ou quatre. Mart ha Wolfenstein, dans u n ar ticle 36 dans les films franais, italiens, anglais et amrica ins des annes 1950. Dans sa conclusion, elle surpasser le pre, un enfant la fois plein de tendresse et de force masculine (Wolfenstein, pp.290 ; 292). Robin Wood quant lui, de Le voleur de bicyclette Allemagne, anne zro de Roberto Ro ssellini. B ien que le cinma amricain a t pendant longtemp s ancr dans la famille avec de nombreux films sur nce dans le cinma amricain. En effet, des films comme The Exorcist (1973) montrent une autre nt li au mal, etc. Images of Children in American Films: A Sociocultural Analysis est un livre de Kathy Merlock Unis. 36 Martha Wolfenstein, "The Image of the Child in Contemporary Films," Childhood in Contemporary Cultures ed. Margaret Mead and Martha Wolfenstein (Chicago: University of Chicago Press, 1955). 290 ; 292

PAGE 32

32 t le changement du mode de vie 37 Marjorie Keller, dans son livre The Untutored Eye : Childhood in the films of Cocteau, Cornell, and Brakhage elle adopte la mthode psychanalytique. Selon Keller, Jean Cocteau utilise le clbre conte de fe de La belle et la bte (le mme titre que le film de Cocteau) pour faire une allgor i e de sa propre vie 38 et pour elle, cela vient surtout de la fixation de Cocteau sur son pre dcd. Elle se donne donc pour objectif de montrer les liens entre des scnes du film de Cocteau et des ralits psychologiques prsentes chez Cocteau depuis la te The Party et Cotillion neuvime sicle qui reprsentent une sexualit a mbig 39 Enfin, Keller voque les ambitions artistiques cha 37 Kathy Merlock Jackson, Images of Children in American Film : A Sociocultural Analysis (Metuchen, N.J.: Scarecrow Press, 1986). 10 38 Marjorie Keller, The Untutored Eye : Childhood in the Films of Cocteau, Cornell, and Brakhage (Rutherford [N.J.], London ; Cranbury, NJ: Fairleigh Dickinson University Press ; Associated University Presses, 1986). 77 39 Keller, The Untutored Eye : Childhood in the Films of Cocteau, Cornell, and Brakhage 107

PAGE 33

33 au Cinma se prsente comm e une rfrence en ce qui concerne les tudes vre regorge de commentaires, raliss un peu partout dans le monde (il y cite deux films afric Wend Kuuni et Yaaba ) 40 depuis les pionniers du cinma ort cinaste mportants dans le monde du cinma et Vallet ne manque pas de les relever : Une succession de deux plans suffit exprimer ce que trente pages de roman ne peuvent particulier marque cette dissociation, en filmant par deux plans conscutifs et 41 40 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 57; 125 41 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 116

PAGE 34

34 CHAPTER 2 CAP PHYSIQUE : LA PETITE VENDEUSE D E SOLEIL Introduction La reprsentation de la personne handicap e physique au cinma africain est le plus souvent une repr sentation strotype parasite, dpendante la mendicit pour survivre D ans Xala (1974) de Sembne Ousmane, les handicaps (qui forment le gros lot des mendiants) sont bannis de la ville gnent, embarrassent le reste de la cit. Ces films portent en vis de la personne handicape. Cependa nt, on retrouve galement dans c e ci nma des personnag es handicaps qui parviennent chapper aux strotypes de la personne infirme. Sont de ceux l Ramatou dans Hynes Soundiata dans Keita et Sili dans La petite vendeuse de soleil Dans Hynes (1992) de Djibril Mambety Diop, une femme ha revient dans son village aprs une longue absence et propose aux gens du village beaucoup Dans Keita, le griot Djeliba rapporte pope de Soundiata, c et enfant prince perclus des jambes, qui et marginalis par son demi frre Dankara Touman, le roi Cependant, aprs une gurison miraculeuse prvue par les oracles royaume du Mali. Quant Sili, les premires images du film la prsentent comme mendiante. Mais, trs vite, aprs un accident la petite fille prend conscience de son tat et dcide de se transformer : elle devient Sili, la vendeuse de journal. De tous ces films seules Ramatou dans Hynes et Sili dans La petite vendeuse films entirement consacrs au personnage handicap sont rares dans le cinma francophone africain.

PAGE 35

35 Les films africains sur les handicap s physiques dcrivent, en gnral, la situation de ces personnes qui vivent souvent dans des conditions particulires, des conditions pnibles. Cependant, ces films, dans un deuxime degr de lecture rvlent autre chose qui a souvent trait a un manque de stabilit sociale ou conomique. Le parallle entre le handicap physique et les maux qui minent la socit est vident non seulement dans le rcit du film mais aussi dans les techniques employes par les ralisateurs. Les ralisateurs ont souvent utilis mise en scne, la lumire, le dcor pour souligner les obstacles auxquels font face les pays cina traiter d es problme s sociaux en Afrique francophone La reprsentation du handicap physique dans les mdias comme le cinma Disability Studies ou de plus en plus dveloppes dans les pays anglo saxons comme les tats Unis. Une tude approfondie qui a t accomplie sur le handicap physique dans le cinma est celle de Ma rtin Norden (1994) travers son livre, The Cinema of Isolation : A History of Physical Disa bility in the Movies Norden analyse des centaines de films du cinma hollywoodien, cinma commercial o le handicap physique figure comme thme central. Son pe ses conclusions, il affirme que le cinma hollywoodien a contribu de faon ngative maintenir certains clichs populaires sur les personnes handicapes qui personnes handicapes : In the case of people with physical disabilities, the movie industry has perpetuated or initiated a number of stereotypes over the years as a part of the general practice of isolation stereotypes so durable and pervasive that they have become mainstream

PAGE 36

36 1 Ainsi, Il illustre ces prjugs sur les personnes handicapes en f aisant appel des films plus ou moins familiers o les personnages rpondent le plus souvent ces strotypes. Sont de ceux l des personnages la douce innocence comme Tiny Tim dans A Christmas Carol (1901), des horreurs dans Freaks anciens combattants invalides comme Luke dans Coming Home socit a beaucoup chang vis vis des handicaps, surtout dans la socit amricaine qui a fait des progrs si gnifiants dans la prot ection des droits des personnes handicapes et qui est trs sensible la manire dont le ha ndicap physique est reprsent dans les mdias. Patrick Devlieger, dans u n article 2 voque le handicap physique chez les Songye de la Rpubl culturel sur le handicap physique et sur les personnes handicapes. Devlieger fait remarque r que la perception de la personne handicape dans certaines cultures africain es est assez diffrente de la perception des handicaps dans les socits occidentales. Pour lui, le souci majeur des socits africai ication de la cause du handicap par le mythe qui est privilgie. Dans s reposerait sur les croyances culturelles, mythologiques, traditionnelles. Devlieger rapporte que chez les Songye, a non seulement un corps dform mais aussi une origine corrompue : cet enfant est donc un 1 Martin F. Norden, The Cinema of Isolation : A History of Physical Disability in the Movies (New Brunswick, N.J.: Rutgers University Pr ess, 1994). 3 2 Patrick Devlieger, "Why Disabled? The Cultural Understanding of Physical Disability in an African Soc iety," Disability and Culture ed. Benedicte Ingstad (Los Angeles: University of California Press, 1995).

PAGE 37

37 enfant imparfait Un tel enfant, en gnral, a les membres (ou un membre) suprieurs ou e tous, de sa famille, de la socit, car faute ique, les relations avec les membres de la famille. Les parents pratiquent ils la sorcellerie ? Pendant leur mariage, la dot a t elle t distribue tous les membres de la famille ils pas offens les anctres ? Telles sont quelques unes des quest ions qui conduisent obtenir une interprtation de la cause du mal. Si toutes ces questions trouvent une rponse satisfaisante, alors la cause du handicap est attribue Dieu qui, seul, ne peut tre sond. Pour toutes les raisons voques, une personne handicape se retrouve souvent dans la rue o, beaucoup de pays en Afrique francophone et, selon leur croyance ou selon leur bonne volont, font des dons aux handicap s. Dans ce contexte, une offrande faite une personne handicape est la voie royale pour accder aux bndictions divines. De marginale, la personne handicape devient centrale. Cependant, cette position privilgie de fait pas partie. Selon cette culture, la personne handicape mrite le respect des uns et des a utres mais elle doit tre consciente de ses limites. Ainsi, la personne handicape est intgre la on quelconque pour handicaps.

PAGE 38

38 Dmocratique du Congo, elle ne pourrait donc tre gnralise toutes les socits africaines, mme le mentionne. Le prsen La petite vendeuse de soleil dont analyse du film, un intr t particulier sera port sur des rflexions handicap africain au cinma. Deux volets concernent cette analyse : le parcours in itiatique de Sili comme enfant, fille et handicape et la problmat ique du dveloppement socio conomique du Sngal. Dfinition du Handicap Handicap est le terme intrt est port uniquement sur le handicap physique qui est le handicap trait dans La petite vendeuse Le handicap physique ici, est une t sngalaise. Le post colonialisme et le handicap sont deux disc o urs importants, int erdpendants, dans la qui ne correspond pas la norm e qui est est marque comme malade ou dficient e et devrait recevoir des soins ou une transformation avant de pouvoir rintgrer la socit. Par consquent, il Ainsi, pour Julie Nack Ngue, le handicap est un terme rvlateur dans le context e colonial et post colonial :

PAGE 39

39 number of real somatic and psychological crises, as illustrated by F. Fanon (1952). And in contemporary Africa and the Caribbean, the confluence of corr upt regimes, poor infrastructures, and lasting debt has contributed to ill health and the rampant spread of diseases such as HIV/AIDS. The ideas surrounding illness and disability are often deeply invested in relations of power and control, and cannot be examined outside of the discursive and material effects of oppression and patriarchy as they present themselves in Western and African contexts. 3 Ainsi, en recourant au handicap, le cinma africain cinmatographique qui lui permet d des socits post coloniales : les relations dominant gouvernement ou encore sur le plan conomique entre nations riches et pauvres, ces relations don c peuvent tre revues et analyses dans des films qui voquent le handicap. On retrouve cain dans le cinma colonial. Pitaniko, the film of Cyrene en (ex une grande scheresse Le gurisseur 4 du les esprits qui seraient en colre et ce, pendant tr ois mois, arrive enfin, par miracle, Cyrene, un centre missionnaire, o il est accueilli. Pitaniko y est pris en charge, se convertit au christianisme et devient un artiste accompli. e par le ralisateur et les producteurs du film dans le but de prsenter les actions de la colonisation comme des actions charitables. 3 Julie Nack Ngue, "Colonial Discourses of Disability and Normalization in Contemporary Francophone Immigrant Narratives: Bessora's 53 Cm and Fatou Diome's Le Ventre De L'atlantique," Wagadu 4 (Summer 2007). 36 4 Dans nombre de socits africaines, le gurisseur du village est traditionnellement non seulement le mdecin du village mais aussi celui qui possde des dons pour connatre les oracles concernant le village et ses habitants.

PAGE 40

40 prsente, selon la perspective du ralisate ur, une action humanitaire. Comme La petite vendeuse de soleil et Keita Pitaniko est un film qui aborde la perception, la vis de ses enfants handicaps. Cependant, les trois films ont t raliss dans des contextes diffrents : Pitaniko est un film ralis pendant la colonisation du Zimbabwe alors que Keta et La petite vendeuse es ; Pitaniko a t r alis par un Britannique alors que La petite vendeuse et Keta films dans le cinma africain francophone. Il faut noter galeme nt que les films ont t produits des moments diffrents : Pitaniko pendant la priode coloniale, La petite vendeuse et Keta plus de trente ans aprs les indpendances des pays o ces films ont t raliss. Une autre diffrence de taille est que Pitani ko est un film documentaire alors que les deux autres films sont des fictions. Pitaniko valeurs culturelles africaines pour Keta Sngalaise pour La petite vendeuse colonisation), dans un contexte diffrent. Avec Pitaniko

PAGE 41

41 ralis au handicap africain au cinma. Bien que la prsente tude soit base sur une analyse du travail de cinastes africains aprs les indpendances, ce film con lement pour parler du parcours initiatique de mais aussi La ncessit de mentionner ce film est gale handicap physique en Afrique est virtuellement non existante comme le remarque Devlieger. Ainsi, dans son article 5 Patrick Devlieger analyse la manire dont la reprsentation du handica p mission civilisatrice au Pitaniko est un film de propagande chrtienne tourn par un cinaste Britanni que, Brian Salt, de la compagnie Gaumont British Film, pour le compte de Society for the Propagation of the Gospel in Foreign Parts des habitants du village vis v is du handicap physique et la pratique du sacrifice humain dans cette culture pour montrer que la colonisation est ncessaire pour mettre fin cela. Ainsi, le soutien apport par la mission chrtienne Pitaniko qui est pass de la condamnation la surv ie enfant handicap une propagande de la colonisation bri tannique au Zimbabwe. 5 Patrick Devlieger, "Representations of Physical D isability in Colonial Zimbabwe: The Cyrene Mission and Pitaniko, the Film of Cyrene ," Disability & Society 13.5 (1998).

PAGE 42

42 Mambety Diop et la Ralisation de La Petite Vendeuse de S oleil (1998) La petite vendeuse de soleil est un film ralis par le Sngalais Djibril Mambety Diop. Ce film, en couleur et de quarante cinq minutes, est la deuxime partie d Histoires de petites gens inacheve par le ralisateur qui meurt en 1998, anne de la sortie de ce dernier film. La petite vendeuse de soleil Afrique fra ncophone ou le person nage principal est une en fant handi cape Il montre comment le handicap physique peut tre surmont dans une socit o le handicap est le plus souvent personnes marginalis es qui luttent quotidiennement pour leur survie. Dans une interview accorde en 1995 Sight and Sound Diop dcrit ces petites gens : Ces gens sont importants, car ce sont les seuls qui agissent de manire cohrente. Ce sont d confronts chaque jour la question de la survie. Ce sont des honntes gens 6 avant Mambety Diop comme Sembne Ousmane dans Xala ont utilis ge de personnes handicapes. Ainsi, Ch arles Sugnet 7 fait une comparaison entre Sembne et Diop dans le traitem ent de cette image comme une image dveloppement des pays du t iers monde alors que Diop serait moins nationaliste car il ne rduit pas Sili un signifiant de la condition nationale. Si la remarque de Sugnet est judicieuse, il faut cependant noter que la question est celle de Sili, ce qui montre davantage le gnie de Diop. Une deuxime lecture du f ilm de 6 Fiche Film Available: http://www.abc lefrance.com/fiches/vendeusedesoleil.pdf2009. 7 Petite Vendeuse De Soleil," The French Review 79.6 (May 2006). 1224

PAGE 43

43 Diop (aprs celle sur l e parcours initiatique la dnonciation des actions ngatives des institutions publiques comme la police, le traitement de la question de la femme sngalaise et le nationale. Mambety Diop lui mme affirme ceci : our des enfants qui me donne le courage de braver les vieux, les 8 Cette remarque du ralisateur dfinit ses motivations et intentions marginalise d ue nationale travers les allgories stratgie cinmatographique, procde crer un parallle entre t des pays du Sud du protagoniste pour indiquer une voie de sortie possible pour ces pays qui peuvent vaincre le s dsavantages qui sont leurs Un autre film qui a trait au handicap est Keita dont le protagoniste est aussi un enfant. En fait, dans Keita se trouvent une histoire principale et une secondaire qui est utilise pour illustrer la premire. La seconde histoire est celle de Keita me les contes, les chants et les popes pouvoirs surnaturels : 8 Fiche Film

PAGE 44

44 Il est curieux de remarquer q enchantement les difficults qui se dressent devant lui, et de rendre ainsi service ses ] Il se prsente souvent aussi comme enfant terrible. On a comme une prdilection pour cet enfant tout puissant, brave, invincible, froce aussi et cruel, qui se joue des lois les plus saintes et des sentiments les plus sacrs. 9 Ainsi, on y trouve des ra isons mythologiques handicap a donc sa part dans ces mythes et traditions qui ont forg la pense populaire sur la les gnies diffrents dforms peut co mmun. Ainsi, les enfants triso miques taient considrs comme des trangers des gens cause de leurs traits physiques, envoys et bnis des dieux. Leur naissance dramatique et leur insertion sociale tait facilite par leur capacit de ion physique lors de rituels dans certaines socits. mpereur du Mali, rcit bien connu des lves dans les pays a t adapt Keita : u griot enfant handicap, paralys des jambes. Aprs avoir vaincu miraculeusement la paralysie qui le 9 Pierre Erny, L'enfant Dans La Pense Traditionnelle De L'afrique Noire (Paris,: le Livre africain, 1968). 65

PAGE 45

45 physique dans la socit mandingue. Selon Bassirou Dieng e t Lilyan Kesteloot, le handicap dans pope entre comme lment dans la phase de prpar ation du futur roi. 10 Pour les deux auteurs, origine extraordinaire et dans le cas de Soundiata, sa mre e st un gnie buffle. perturbe Ainsi le handicap physique se prsente comme un point de dpart dans la vie du futur roi dans pope par Soundiata du fait de son handicap physique le prpare mora lement assumer la royaut avec gouverner. Cependant, toujours vers sa septime anne. Il parvient marcher grce des instructions qui avaient t laisses des annes auparavant. Le futur roi se manifeste galement par des dons surnaturels. En effet, iliation. procurer pour leur mre sauf le futur empereur cause de son handica p. Le film de Kouyat dracinement du baobab. Da ns voque spcial reprsente la famille : la famille est honore ou dshonore 10 Bassirou Dieng and Lilyan Kesteloot, Les popes Africaines : tude Descriptive ([Dakar]: Facult des lettres : IFAN Ch. A Diop, 1993). 28 29

PAGE 46

46 st assez tolrante vis vis de mre de Soundiata) peuvent le considrer ou par pure charit, accept Le film de Kouyat permet ainsi de remonter le temps et de comprendre quelque peu la dant la priode prcoloniale dans une rgion L a mise en image de cette pope permet galement de comprendre la en ce qui concerne les films de Djibril Diop, : pauvres, handicaps, etc. Pour ce ralisateur, cet intrt repose sur le fait que ces gens marginaliss donnent de la vie une communaut plus large. 11 S on projet de trilogie qui inclut La petite vendeus e montre combien Diop es petites gens. L e premier film de la trilogie, Le franc se rsume homme marginalis, un homme simple et pauvre Marigo Ce film est un moyen mtrage sorti en 1995 et qui a trait loterie et le colle la porte de sa maison afin de ne pas perdre ce ticket qui pourrait lui rapporter alors une tourne de Marigo dans la ville, comme un fou, la p orte sur le dos. La futilit du ticket 11 Nwachukwu Frank Ukadike, "The Hyena's Last Laugh," Transition 8.2 (199 9).

PAGE 47

47 On peut galement lire dans la persvrance de Marigo entrer en possession de son prix gagnant celle des tats africains qui continuent dsesprment cket, les Sngalais et les Africains voient galement leur chance pour des lendemains meilleurs se rduire avec la dvaluation de leur monnaie. Le troisime film de la trilogie ne verra point le jour cause du dcs de Mambety Diop mais il avait dj do nn une bauche de ce film dans son interview avec Frank Ukadike. Le titre du film aurait t La tailleuse de pierres casse ou taille des morceaux de pierre qui servent comme matriau de constr uction de btiment. Dans le voisinage o elle travaille, des immeubles gants poussent, des immeubles qui provenance les pays riches. Les responsables de la constructi on de ces immeubles demandent de travailler honntement po ur gagner un peu de revenu, sont acculs par certaines grosses entreprises qui les empchent de travailler dans leur domaine professionnel. Le plus souvent, ces entreprises sont soutenues par le gouvernement ou appartiennent des personnes proches du gouv comme personnage secondaire dans certains comme Touki Bouki (1973), Hynes (1992) et Le franc (1994), il est Badou Boy (1970) et La Petite vendeuse

PAGE 48

48 de Soleil (1998). En gnral, les personnages rcurre Badou Boy est un court mtrage qui explore la socit sngalaise en mettant en confrontation un La petite vendeuse semble tre un prolongement, un complment de ce film tant les deux hist oires se ressemblent. Le protagoniste, un jeune garon de quatorze (14) ans, voyou mais rus, se fait poursuivre da ns les rues de Dakar par un policier la scne dans La petite vendeuse o Sili est accompagne au commissariat par un agent de police rappell e Badou. Ce t retrouve un mendiant comme Sili qui partage son premier salaire avec les mendiants du march ? Badou, comme Sili, parvient relever les absurdits des institutions publiques, ici reprsentes par le policier. Le film qui semble avoir un lien beaucoup plus troit avec La petite vendeuse de soleil est Hynes car il met galement en scne une figure fminine handicape. Hynes Ramatou Li ngure exprience de la marginalisation. Enceinte sans tre marie, le village ne pouvait tolrer un tel acte de dshonneur tard estropie, mutile : prostitue dans son exil, la syphilis a eu raison de ses membres. Il lui manque une jambe et une main, remplaces par une jambe et une main artificielles en or. Oui, Ramatou revient dans son village plus riche que la Banque Mo ndiale et elle y revient pour se venger. En effet, elle promet mort

PAGE 49

49 ne que Ramatou tait enceinte mais comme celui pas reconnu la grossesse, Rama Le village se refuse un tel chantage mai s sous le poids de la misr e, finit par cder la vengeance implacable de la vieille femme. Ramatou obtient la tte de Dramane et le village perd son me, cette morale qui le dfinissait Cette me perdue semble tre celle de pour se procurer les merveilles : comptes la modernit. Nous assistons au mme rquisitoire contre la btardise incarne 12 Le portrait qui est fait de Ramatou, le protagoniste de Hy nes vengeresse, rsum en ses mots : D ans son dernier film La petite vendeuse de soleil Diop met en scne un personnage qui diffre en plusieurs points de Ra matou. Si les deux personnages sont tous les deux handicaps, le personnage de sili est une enfant et de plus, Sili ne porte pas en elle un objet de vengeance qui pourrait produire une logique sorcire mais elle porte plutt en elle ce qui pourrait pro duire l : La petite vendeuse de soleil son handicap qui est la fois physique et psychologique. La jeune fille doit surmonter la fois son handicap moteur et sa situation de femme. 13 12 Kane, Margina lit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles 192 13 Kane, Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles 192

PAGE 50

50 Premire Signification ou Analyse de La Petite Ve ndeuse de Soleil La petite vendeuse de soleil environ, Sili Laam, qui dcide de travailler afin de subvenir ses besoins et ceux de sa grand mre en vendant le quotidien gouvernemental Le soleil La personnalit particulire de cette dtermination et sa bonne humeur parviennent effacer le poids de son handicap physique. La piti, le ddain, les embarr as qui accompagnent souvent le handicap sont neutraliss par la personnalit de Sili. attribue son personnage principal dans La petite vendeuse de soleil deux autres dfauts qui vont faire de Sili le protagoniste idal pour dlivrer son message. Sili est trs pauvre et on peut affirmer que cette extrme pauvret est favorise par son appartenance une caste, celle des tanneurs, une caste trs mprise au Sngal. Da alement cause de la modernisation et du croisement des cultures). Les castes sont gnralement des sous groupes endogames dont les membres sont traditionnellement associs des activits particulires comme la chasse et la pche. Sur les plans historiqu e et traditionnel, on attribue aux membres des castes un statut social infrieur et ceux ci ne peuvent dfaut de Sili patriarcales, la diffrence dans la structure du juge sur la base de cette diffrence et se retrouve alors dsavantage comparativement

PAGE 51

51 ngativit matrialise par un in fait de la Thomson : Many parallels exist between the social meanings attributed to female bodies and those assigned to disabled bodies. Both the female and the disabled body are cast as deviant and inferior; both are excluded from full participation in public as well as economic life; both are defined in opposition to a norm that is assumed to possess natural physical superiority. 14 Cependant, de nos jours, l a perception de la femme ne correspond pas toujours aux mots de handicape physique dans une socit africaine comme celle de Sili est selon que celle ci vient est stratgique pour le ralisateur car un personnage fminin handicap une moindre ou une absence de discrimination dans cette socit. Il ne suffit donc pas Diop de tant aussi pauvre. Seul un personnage a ussi marginal que Sili dans des circonstances aussi Mambety Diop. Le schma narratif de La petite vendeuse de soleil est celui du conte : situation initiale, qute ou 14 Rosemarie Garland Thomson, Extraordinary Bodies : Figuring Physical Disability in American Culture and Literature (New York: Columbia University Press, 1997). 19

PAGE 52

52 physique est un joug (premier jour) pour atteindre un point final o ce ha la dtermination du personnage (troisime jour). La situation Initiale de Sili Laam et ses environs. Dans un qua rtier de la ville, on peut entrevoir une petite fille qui est dj debout Cit Tomates tion prcaire dans sur son tat physique, la camra fait un gros p lan sur les pieds et jambes dforms de la petite de trs gros plans dans certaines obstacl handicap de Sili afin de rvler son courage et sa dtermination. Pendant son itinraire, la route serpente que Sili doit emprunter pour arriver au march de la ville o elle mendie quotidiennement. Sur le tailleur de pierres, mentionne plus tt, r evient plusieurs fois. Cette image est mise en parallle le les temps modernes et ses dernires inventions. Un contraste qui semble indiquer le retard mis par certaines nations dans le dveloppement conomique. Cette mme image de en construction

PAGE 53

53 qui constituent un matriau dans la construction de maisons mais les maisons modernes peuvent substantiel partir de son travail car de nouveaux matriaux imports font la concurrence avec les pierres artisanalement tailles. aide que lui apporte Sili est handicape et monte aux cts du garon dans la charrett e, elle lance un Allons y arrive au march, Sili se confond aux autres mendiants et commence son activit. Sa grand mre, aveugle, y men die galement. On la voit chanter dans diffrentes scnes pour demander gros magntophone. Il est le tmoin oculaire, depuis les premires images du film, du parcou rs cl du film. Moussa ne mendie pas. autres peuvent couter de la musique ou une chane de rad voit galement dans le march de jeunes garons turbulents, vendeurs des journaux Le Sud et Le Soleil affrontent souvent Mo dans son fauteuil, enlevant son chapeau et le bousculant quelque peu. Voici donc en quelques it de

PAGE 54

54 infrieure suit un d estin tragique rcurrent : que Sili. Pour que ce destin ne se ralise pas, seul un bouleversement dans la norme est ncessaire et cela arrive par accident, par un son activit quotidienne, Sili est violemment repousse par les jeunes vendeurs de journaux, qui re trouve ses esprits, la petite fille se relve, sans aucune aide, sans une larme mais avec une rsolution : dsormais, elle va vendre des journaux comme ces jeunes garons. Cette chute est Dans les socits patriarcales, la femme est le plus souvent dsavantage par rapport e diffrents. tre confronte aux prjugs sociaux et son handicap physique. Le Parcours I nitiatique de Sili Laam Comme tout parcours initiatique, celui de Sili ne se passe pas sans difficults. Des : sa qualit de fille illettre et son handicap physique constituent de srieux obstacles. Elle doit les franchir pour russir dans la vente de journaux et pour y parvenir, le protagoniste est prsent sous une personnalit attrayante : sourires, bonne humeur, gentill rencontre sur son chemin.

PAGE 55

55 soit releve de sa chute, la scne suivante montre la surimpression de deux image s : deux gros seulement son futur emploi mais aussi accordent un aspect solennel la voix off de Sili : ce que les garons peuvent faire, les filles peuven t galement le faire. uniquement celle de la petite Sili mais de toutes les femmes car la phrase se rpte travers trane de poudre, co mme vhicule par ce journal sur la rotative, la dclaration est maintenant la vente de journaux. Les actions de la gendarme au port qui accorde Sili le privilge de vendre ses journaux dans un endroit rserv et de la touriste qui passe ses jumelles la petite handicape sont des messages de solidarit cette petite qui symb olise une rvolution, un changement personnages fminins du film, ce qui aide la petite vendeuse franchir les obstacles. Comme cette employe du journal qui a dfe ndu Sili, sa grand mre joue aussi un rle de protection. Cette femme aveugle est connue de tous comme la dame du prophte qui est en relation permanente avec Dieu et qui intercde pour les uns et les autres. Elle est prsente a ux cts de Sili tout au long de son parcours, travers ses chants dans la bande sonore dix ndictions de sa grand mre aveugle. Sili est consciente de la force de sa grand

PAGE 56

56 demander sa bndiction et sa protecti grand grand mre) une nouvelle gnration (celle de Sili). Sili, en revendiquant le droit au travail, refuse de devenir comme sa grand demeure dans la mendicit. Elle refuse galement le sort de la femme d ans la scne qui ouvre le de deux policiers et de toute une fou de se dfendre pour se librer du vendeur qui la harcle. Elle est vite rattrape par les policiers Ces actes dnotent des prjugs envers la femme qui se trouve dans une position de faiblesse car ne pouvant rclamer une justice gale avec Elle a beau crier sa qualit de princesse, de femme noble, elle est jete en prison o la : elle devient folle. Si o Sili comparait devant le chef de police, suspecte par un agent sur la source des dix mille : oire de cette pauvre femme, certainement par Moussa, le handicap la grosse radiocassette, qui a t un le policier lui demande la provenance de

PAGE 57

57 la police la et obtient la libration de la femme folle car, comme elle, cette femme serait faussement accuse. tre fille et faire un trava Sili ne tarde pas le savoir. Elle est mal accueillie dans le milieu des petits vendeurs de e de quitter les lieux, le chef de bande lui dit ceci : t fminines de leurs expriences et de leurs efforts. Un autre obstacle la russite de Sili dans son travail est, videmment, son handicap physique. Une seule scne suffit pour mettre en valeur la difficult pour un handic ap de vendre journaux, la scne est ahurissante : bruits assourdissants, voitures roulant vive allure, gros plan ures malgr sa lgendaire agilit). Comme stupfaite par cet environnement, la camra montre dans un plan en plonge la vulnrabilit de xposent sur les deux voies en courant derrire les voitures pour attirer ci, dans un qu artier de la ville,

PAGE 58

58 crier le nom du journal Le soleil est fille dans un mtier rserv aux hommes ? Ce qui est certain, le don de dix mille francs est un test suffire par le travail. Sili parvient chapper au problme pos par cette somme (cet argent peut encourager Sili ous ses compagnons : sa grand ent sa grand Sili dans la vente des journaux car, dsormais le centre de distribution des journaux peut co mpter en la personne de Babou Seck (ils se sont rencontrs pour la premire fois au centre de compter sur la dterminatio ces mots : tu ne me fais pas peur. Une autre figure masculine qui a soutenu Sili, mais

PAGE 59

59 et de il pas celui qui a cont pas Sili dans son aventure ? Moussa est un symbole pour Sili car, bien que clotr dans son fauteuil, il ne mendie point. Il accorde ses services de Matre de Crmonie (MC) aux personnes est aux cts de Sili comme pour la rassurer, la mettre en confiance. La femme devenue folle et la grand mre de Sili sont les deux figures principales qui inspirent es figures masculines lui accordent leur amiti. apportent Sili leur soutien qui permet la petit e vendeuse de franchir des obstacles. La Situation F inale Mambety Diop prsente son hrone comme une enfant de rue qui surmonte des et de femmes. Dans la prem ire partie du film, Sili est prsente comme une petite mendiante qui est voue ce sort cause de son handicap et de sa situation sociale dfavorable. Dans la deuxime partie, Diop alterne des images sur les difficults que Sili rencontre comme la scn e petite handicape vis vis de son entourage. En effet, la scne sur sa comparution devant le chef : la rcupration du p ouvoir par des personnes (les (justifier la provenance de son argent) pour faire une critique de des institutions publiques, en

PAGE 60

60 particulier la police. De suspect elle devient accusatrice. Elle embarrasse le chef de police, brandit sa signature marque par le dessin du soleil, elle revendique son droit au respect et sa captivantes et pleines de posie que Diop fait voluer le protagonist e du film : elle passe de la physique, son sexe et sa condition sociale, Sili russit dans son parcours initiatique. Rien ne lui rsiste, mme pas le chiffre treize (13). Sili commence la vente des journaux avec treize exemplaires, un numro porte bonheur dmystifier le numro treize qui est communment dfini ou reconnu comme un numro porte malheur pour comme le film voudrait rejeter les caractres de sortilge, de maldiction et de toutes sortes portant la victoire sur le numro treize (13), Sili devient comme immunise de toute ide qui traduirait ses preuves en maldictions car on ne pourrait tre maudit et vaincre ce numro. Un pacte nat : les pre uves de la petite fille doivent tre comprises et interprtes par le raisonnement et non pas par les mythes, par le contexte sociopolitique et non pas par le destin. e a e lunettes jaune, la petite vendeuse de soleil

PAGE 61

61 cassette de Moussa. Cett insouciance qui la montrent sous un jour nouveau et la dtermination russir au travail se lisent sur son visage souriant. certainement prise en piti et a dcid de la protger. Cependant, Babou semble voir maintenant en S dcision de se dtourner de la mendicit pour le travail lui permet de retrouver une vie nouvelle, regulire, une vie sans honte et un avenir plein de projets. Ai nsi, on peut lire les dernires images en ressort, non pl us comme seulement un compagnon de route mais comme un chevalier qui parler sans handicap ou prjudice

PAGE 62

62 Seconde Signification ou Analyse de La Petite Vendeuse de S oleil dans le cinma de Mambety Diop reprsentent la rhtorique symboliste 15 Ils sont les instruments, le mdium par lequel passe le ralisateur pour aborder les problmes ur se retourne pour pays formellement coloniss. Comme le souligne At o Quayson 16 la prsence du handicap dans la littrature [comme dans le cinma] postcoloniale est surtout un combat pour transcender le n qui doit apprendre compter sur elle mme. Le handicap, ici, sous Sherry, it is an identity, with both social and personal dimensions, which may be associated with feelings of community, solidarity and pride, or conversely, with feelings of difference, exclusio it could simply be an identity that is based on identifying as someone who navigates the world in atypical ways, facing many attitudinal and physical barriers. 17 15 Memmi, Portrait Du Dcolonis Arabo Mus ulman Et De Quelques Autres 54 16 Ato Quayson, "Looking Awry: Tropes of Disability in Postcolonial Writing," Relocating Postcolonialism eds. David Theo Goldberg and Ato Quayson (2002). 228 17 Mark Sherry, (Post)Colonising Disability ," Wagadu 4 (Summer 2007).

PAGE 63

63 La petite vendeuse de soleil il importe de connatre ou de comprendre le profil cinmatographique du ralisateur Diop dont les films ont en commun la critique de la socit sngalaise. La Petite Vendeuse ou la Situation conom ique au Sngal et en Afrique La petite vendeuse de soleil est un film qui a trait galement la vie conomique du Sngal. Comme Le franc La petite vendeuse de soleil se situe dans le cadre de la dvaluation du franc CFA qui a eu lieu en 1994 et qui est tandis que les exporta tions reviennent moins chres aux pays les plus riches du monde. On injustice illustre par le vol t Ellie Higgins : la Communaut Financire Africaine) is another colonial legacy designed to strengthen uch as Samir Amin those who rely on imported food and medicine. The devaluation of t he CFA to half its structural adjustment programs, which demanded that certain social services be reduced or cut. 18 La petite vendeuse repose sur cet aspect de Elle proteste et clame son innocence, elle ne serait point voleus e mais plutt princesse. Elle dclare que tout le monde est devenu fou dans 18 Research in African Literatures 33.3 (2002). 60 61

PAGE 64

64 dvaluation du franc, survenue par surprise, a eu une influence destructrice sur la vie socio conomique du Sngal et des autres pays concerns. Ainsi, au dbut du film, lorsque Sili Si ces produits imports semblent tre vits par de potentiels c lients (personne aux alentours), interprtation de la scne du prologue, si la femme foule curieuse et hilare les autres pays africains, le message de Diop est clair. Le gouvernement jouera it le jeu des institutions financires internationales en acceptant leurs conditions de prts financiers qui fragilisent le plus souvent les intrts de la nation. En effet, dans les annes 1990, les institutions que sont la Banque Mondiale et le Fonds Mon taire International ont impos ce programme a t ralis, les problmes conomiques se sont plutt accrus. Les consquences sociales ont souvent t pnibles pour les populations, comme indiqu dans le cas du Sngal ngalais, Demba Moussa Dembel : However, far from rescuing Senegal from its debt problems, the implementation of such since the early 1980s has aggravated the debt burden and undermined the achievement of povert y eradication. Debt ratios have literally exploded, despite 13 rescheduling arrangements with the Paris Club of bilateral creditors Domestic Product (GDP) and for more than 200 per cent of its export revenues. In

PAGE 65

65 addition, more than 40 per cent of the bilateral debt was composed of arrears, which is an 19 La solidarit entre pays voisins, pays africains, et internationales, semble tre pour Diop une porte de sortie pour des pays comme le Sngal. march ne profite pas la prisonnire et qui obtient la libration de cette dernire, seule la solidarit entre les uns et les autres, entre les pays africains, pourrait permettre un contrepoids dans les changes commerciaux avec les pays riches. La rflexion de Dembel va dans ce sens: disintegration of the Senegalese social fabric. There is a need to contemplate alternative policies, that are genuinely home grown and reflect the fundamen tal interests of the Senegalese people, especially the poor, who are the overwhelming majority of the population. The Senegalese Government must strive for independence in its policy making. In concert with its partners within the Economic Community of Wes t African States (ECOWAS) Senegal should accelerate the integration of the sub region in order to increase its chances of resisting IMF and World Bank pressure and formulating policies 20 du journal de Sili pour illustrer davantage le problme conomique au Sngal et en Afrique. ili, il fait rfrence au fils de 1984) est le Robin des bois Sngalais, une telle histoire dans une situa 19 Demba Moussa Dembele, Debt and Destruction in Senegal November 2003, Available: http://www.wdm.org.uk/resources/reports/debt/senegal01112003.pdf. 7 20 Dembele, Debt and Destruction in Senegal 11

PAGE 66

66 lui mme ce qui leur a t vol t il pas cr la Fondation Yadikoon pour la ? Le deuxime titre la une du Soleil v oque une deuxime dvaluation du franc CFA. Comme dj mentionn, la dvaluation de 1994 a eu des effets Une telle mention a pour objectif de dcrire une situa tion conomique dcadente o tout peut ; une stratgie qui annonce une t simple ide. p olitique au sein des gouvernements africains, une seconde dvaluation va certainement pousser ceux ci rviser la situation et prendre des dcisions politiques comme le dpart de la zone er aux pays concerns autonomie des pays africains francophones, de volont. Un tel dpart de la zone franc pourrait tre considr galement comme un sisme

PAGE 67

67 matire rflexion sur la situation conomique au Sngal et en Afrique. Il est vident que pour frique doit prendre des initiatives comme son hrone, S ili. La Question de la Femme au Sngal Certains critiques, comme Charles J. Sugnet 21 diraient que La petite vendeuse de soleil est un film fministe tant le ralisateur emploie des expressions et des scnes qui invitent la rflexion sur la place de elles une phrase phare, sur un appel pour le droit de la femme au travail, on peut bien comprendre que Mambety introduit la place ou le rle de la femme dans la socit sngalaise. Lorsque Sili dclare que ce que les garons peuvent faire, les filles peuvent galement le faire. elle dnonce une injustice et revendique un rle pour la fille similaire celui du garon. Ces quelques condition de la femme dans un pays comme le Sngal et nombre de effet, le systme du patriarcat, qui est une forme de famille fonde sur la prdominance pa la femme. Le film touche du doigt au cinma par le pre ou le mari ou encore les autorits traditionnelles (chefs de villages, chefs coutumiers, chefs religieux, etc.), c 21 Sugnet, "Wolof Orality, Senghorian Literacy, and the Status of Cinema in Djibri Vendeuse De Soleil."

PAGE 68

68 politiques. Dans le film de Diop, ces institutions sont reprsentes par la police et le gouvernement. Le corps fminin a t peru pendant longtemps comme un handicap dans les socits pat riarcales en Afrique. La femme a t, pendant trs longtemps, rduite aux travaux femme, en gnral, a t loin des circuits de dcision dans la famille, dans la communaut, dans le gouvernement. Des emplois ou postes ne lui sont pas rservs, comme on le constate avec Sili qui ne peut pas prtendre la vente de journaux qui est un travail gnralement rserv aux personnage de Sili est, non seulement un hommage slogans, des Ce que t dlivre pour tre retenue comme un fil conducteur dans la comprhension du message vhicul par le film. Ds le dbut du film, on peut lire sur la chemise du garon qui invite Sili dans sa charrette ces mots : Pour une scolarisation massive des filles Ce slogan illustre combien le pourcentage de filles dans le chapitre prcdent. Le dbut de la scne du port o une femme gendarme (occupation rare pour une femme en Afrique francophone) accueille avec sourire Sili et o une autre femme lui prte sa paire de jumelles est une scne de la grand rvices (prires dame du prophte Ainsi, Diop utilise des symboles, des personnages fminins forte

PAGE 69

69 personnalit et des formules pour faire une reprsentati on de la femme au Sngal. Sili, se prsenter comme un s y Momar Dsir Kane, la russite finale de Sili signifie galit de droit sinon de fait 22 Conclusion La petite vendeuse de soleil petite fille handicape cursif entre la question de la femme au Sngal qui a mille e physique mais aussi cause de sa qualit de fille et de ses origines modestes. Mais au del de postcoloniale du Sngal que le ralisateur effectue. En effet, le rcit sur Sili permet de dcouvrir une voie pour les pays en difficult sur le plan socio conomique afin plus un obstacle mais plutt un stimulus pour parvenir sortir des difficults. Sili propose la dpendance. travers son personnage handicap, Diop suggre que les Sngalais et les Africai ncessite galement la participation du handicap. Permettre au handicap de se supporter, ce 22 Kane, Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles 193

PAGE 70

70 serait permettre au continent de se supporter. Pour Katie Ellis 23 les films sur le handicap physique reposent sur une lecture sociale du handicap afin de faire une critique de la socit qui rattach un autre symbole c stratgie qui contribue au caractre novateur du discours de Diop sur la question de la femme car il associe cette question au handicap physique. Sili, qui a une qualit de fille (le genre fmin in est dsavantag dans la socit patriarcale), est paralyse des pieds. Ainsi, Mambety Diop, tout en suivant une ligne fministe fait un discours social sur la question de la femme qui se retrouve souvent paralyse, handicape dans la socit patria rcale. En accordant Sili les moyens de se dfinir, Mambety ouvre la voie galement la femme pour franchir les obstacles du patriarcat. Diop fait galement un discours social sur la situation conomique du Sngal et de e dont les causes, multiples, comprennent la dette internationale et les ingalits dans les changes commerciaux avec les pays riches indiques Diop a utilis des im interpeller pour un rveil afin de (re)construire la nation en comptant sur ses propres forces. 23 Katie Ellis, "Isolation and Companionship: Disability in Australian (Post) Col onial Cinema," Wagadu 4 (Summer 2007). 184

PAGE 71

71 de la misre. La solidarit entre les individus, entre les pa ys africains et entre les pays pauvres, doit tre recherche et entretenue. problmes sociaux sous lesquels ploient nombres de pays africains. Ainsi, La petite vendeuse de soleil se prsente comme une contribution la politique cinmatographique africaine car elle permet une critique sur la socit sngalaise, une critique qui appelle un veil de conscience sur la question de la femme et sur la situation conomique d

PAGE 72

72 CHAPTER 3 LA AFRICAINE Introduction cole africaine a souvent t prsente comme mal adapte aux besoins ducatifs de Des reformes ont t entreprises plusieurs reprises mais le plus souvent, ce s tentatives ont chou ducateurs cole en Afrique francophone. Jean Marie Teno, dans un documentaire, Afrique je te plumerai cole africaine rside dans le phnomne de rgion camerounaise. Cette criture a reu le supp cette cole locale cause de la rivalit qui existait entre le ma africain e et le missionnaire franais. La domination de la colonisation franaise sur les autorits e la langue des matres chapper aux travaux forcs, indignat 1 te fois ci, ont montr les diff rentes facettes de l cole africaine trav Fal ato cole se traduisent voire pour russir dans la vie. Le film montre galement le sort de ceux qui, de gr o u de cole. Dans Keita La petite vendeuse de soleil et les cole qui ne prend pas en compte les valeurs culturelles africaine s Ce s films montrent ficacit des p ducation en 1 La voix off dans le film Afrique, je te plumerai de Jean Marie Teno

PAGE 73

73 Afrique. Ainsi, la tradition orale est mis e Keita et se prsente comme un support panouissement L t souvent mise en parallle avec les v vis de la culture africaine Dani cole dans une perspective nouvelle o il y a renversement de situation cole avait tendance, notamment dans la littr plutt cole Nyamanton dnonce un manque de volont politique du gouvernement et des institutions enfants une cole qui demeure adapte en majeure partie aux besoins ducatifs de e un env cole avaient dj apparu africains qui ont trait du sujet. cole impact sur le systme ducatif traditionnel, la structure sociale, la politique, la ralit conomique et culturelle. 2 Ce sont ces mmes consquences qui sont traites dans les f ilms francophones africains et que ce chapitre tente de relever dans les pages qui suivent. nfant salle de classe dus un classe, que u o se tisse nt 2 Samba Gadjigo, Ecole Blanche, Afrique Noire : L'cole Coloniale Dans Le Roman D'afrique Noire Fr ancophone (Paris: Editions L'Harmattan, 1990). 119

PAGE 74

74 is, des croyances aux mythes et la naissance des sentiments Un amou r Diogaye Beye : le message le plus prsent, le plus vident c 'est celui de l'amour pur. L'amour sans calcul. Comme, peut tre, seuls les enfants ont assez de gnrosit pour en tre capables. 3 pas vraiment particulier attirant qui transporte a vie quotidienne de gamins de la ville de Dakar, au Sngal. histoire (ou les histoires) se passe familia trahisons film prend place permet de La mise en scne met en Omar, le principal personnage mas culin, qui apparat devant sa porte, guettant le passage de et des sourires avec la petite mendiante. Layti, lui, est prsent en compagnie de son amie Ngon 3 Fiche Des Films/Un Amour D'enfant Available: http://www.clapnoir.org/spip.php?article148&var_recherche=ben%20diogaye%20beye.

PAGE 75

75 avec qui il change des plaisanteries et des gourmandises. Son r ve est de devenir un joueur professionnel de basketball comme son idole Michael Jordan. Hormis la petite mendiante Maty, que des amitis vont se tisser, les enfants vont se dcouvrir, se cole que la brutalit que ce groupe : dnu de ce caractre dixit Yacine. panouit gale ment dans la cour de rcration qui est le lieu des jeux mais aussi des querelles mis en scne dans le film. ce pas dans ce ? : elle, dans les vols de cerf volant, nombreux films ont russi pntrer dan complexit, nous restituer sa vrit la plus profonde 4 oint, : taient en train de jouer dans la lune. 5 4 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 129 5 Yacine dans

PAGE 76

76 oyance de la petite Yacine, transmise son ami Omar, qui leur permettent Dakar et Yacine faisant de mme Saint ginaire et Yacine, dcouvre la vie et parvient tout intgrer son imaginaire, que ce soit le licenciement de son pre ou la polygamie laquelle est confronte la mre de son ami. Ainsi, la plupart des scnes du f ilm sont familir ce sont des garons qui se vantent de leurs prouesses envers les filles ma is qui cachent leurs affections et rivalits ; enfants aux mthodes ingnieuses pour tricher en classe ; des enfa nts pris la main dans le sac dans des situations humiliantes les trois garons crire secrtement s ur une feuille de plante et quelques jours plus tard, si la feuille fleurit, Ces enfant vivent ainsi leur parcours initiatique Ce type de reprsentation biographie du ralisateur o se ml : C tour essaie de faire revivre. 6 On retrouv e dans le film aussi la magie du partage comme seuls les enfants savent bien le es personnes en dehors de leur couple. Ainsi, Layti partage son repas avec le petit mendiant et reoit souvent des gteries de la part de Ngon. Demba ne cesse de donner une mendiante et il est rcompens 6 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 161

PAGE 77

77 par le sourire de sa petite fille dont lui seul e n sait la valeur. Mais cette dialectique du donner et du recevoir Bye, travers ce film, entrane son audience partager le rite de passage de ses jeunes personnages pement de leur personnalit. de choix souvent prsente comme un moyen, voire le mo yen par excellence, de russite sociale. Ce fait non seuleme aussi un symbole de russite sociale. ceux qui sortaient des coles taient rserves des postes importants dans la gestion des nouveaux tats, juste aprs les indpendances. donc dans ces nouveaux pays, ds le dpart, non seulement un statut social de privilgi car cela ouvrait immdiatement la porte un emploi. Dans Afrique je te plumerai la voix off affirme que apprendre lire et crire la langue des matres tait le meilleur moyen de russir socialement da

PAGE 78

78 de la nation. Les parents prparent et encouragent leur enfant russir Russite Sociale Falato (1989) de Mohamadou Ciss. Falato se traduit par dans la langue Bambara. Le film raconte son enfance difficile comme orphelin. Mamady doit son poste actuel et sa situation Pour montre : un orphelin, sans famille, sans logis, pauvre. Ainsi, ds le dpart, la personnalit du personnage va crer de la sympathie entre Auparavant, Mohamadou Ciss va utiliser la technique du flash back dans son film. Le flash ntrigue, pour voquer un fait : le gouverneur de la rgion, Ma mady. ct, on voit galement un homme calme, aux allures humbles ci, comme compre cigarettes, une tape cruciale dans sa vie. Lorsque ses parents disparaissent, le petit Mamady est recueilli par une famille mais il y subit des corves et des privations Il se retrouve dans la rue

PAGE 79

79 enfants permet Mamady de faire la conn aissance et de recevoir une formation en vente de deviennent amis : la fille lui apprend lire et crire, ce qui cre en Mamady la passion pour ans famille disponible le guider dans sa jeune vie ou prendre soin de lui, il erre a et ription), il choisit une classe, pie travers la fentr e (aucun lve de la classe ne trouvant de rponse approprie une question du matre). Il est invit dans la classe ce jour Mamady dans la classe, contrairement au rglement qui prvoit que chaque enfant doit payer des ci, il russit bien dans ses activits scolaires et sociales. Mamady est prsent comme un enfant courageux, t un refuge ommets sur le plan professionnel et sur le plan familial. Dans nombre de pays africains francophones, un problme srieux existe en ce qui concern e la scolarisation

PAGE 80

80 la bonne marche de la politique de scolarisation dans ces Dans deux typ gopolitique avec des pays Maghrbins comme voisins et des campagnes de guerre sainte menes par les Almoravides avant la colonisation franaise. Pendant et aprs la colonisation franaise, les deux coles se sont affrontes. Mm e si la raison et la pression des puissances occidentales ont pouss la grande majorit dans ces pays suivre la recommandation de la Grande Royale, personnage du roman il faut aller apprendre chez eux [les c (Kane, 47), il dans ces coles sont pour la plupart des enfants dont les parents sont trs pauvres et ne peuvent pas payer des frais de scolarit ou bien ces enfants sont orphelins ou encore, exceptionnellement, les parents de ces enfants sont religieux et/ou riches (ou pour se conformer aux normes de la

PAGE 81

81 cas de Layti dans semble tre diffrente scnes dans le petit mendiant rencontre les autres enfants, dans le film, il les regarde longuement et parat intimid. silence, sachant que leur vie quotidienne et, peut tre, leur destin sont diffrents (les petits mendiants du film ne participent aucune activit ludique avec les autres enfants). Le film tend effet, deux scnes montrent le contraste entre Layti et le petit mendiant. La premire scne par Layti sous aire. Selon Jennifer Van Sijll la valeur dramaturgique du gros plan 7 Quant au plan deux, 8 naturellement 7 Jennifer Van Sijll, ed., Les Techniques Narratives Du Cinma (Paris: Eyrolles, 2006). 148 8 Van Sijll, ed., Les Techniques Narratives Du Cinma 150

PAGE 82

82 comparaison entre un jouet, un ballon, et un outil (de travail ), la bote du mendiant. Quand les question de Layti au petit mendiant Es ce dernier marque une pause. Layti est interpell par sa mre et les deux se sparent. Cette question sparent en se donnant dos (comme chacun poursuivant son destin), un premier gros plan est port sur le ballon et un second sur la bote. Encore, une invitation la comparaison entre un mander pour son pain quotidien. Un fait remarquable est que le petit mendiant porte un maillot du clbre et ancien rver lui aussi comme tous les autres enfants football, avec les autres enfants de son quartier. : dans le monde. En effet, malheu reusement, pour les coliers sortis de centres coraniques, La petite vendeuse de soleil Babou, le compagnon de Sili, a toujours dans les mains un livre de contes, le clbre livre La belle histoire de Leuk le livre de Leopold Sedar Senghor que ni lire, ni crire le

PAGE 83

83 connaissances acquises, il se plaint to utefois du manque de dbouchs sur le plan professionnel. aussi ne sait ni lire, ni crire aucune langue. Mais, comme elle le dmontrera, elle sait bien conter, mre. : Despite having as its first president an agrg de grammaire and the first black African elected to the Academie Franaise and despite it deserved reputation for producing diplomats, artists, and scholars, Senegal has a shocking rate of illiteracy: as high as 67% for adults in 1995, one of the highest rates in the world, and even worse for women and girls (Social Watch, 1997). 9 Pour Sugnet, Senghor, clbre grammairien et Acadmicien, premier prsident du Sngal (1961 2000), pouvaient apprendre lire et crire. Pour lui, as much as the book (useless to them) is part of his legacy. And Mambety Diop will suggest, Senghor may have been mistaken in choosing the colo vehicle for expression of African fables, and in supporting French policies that impoverished Senegal. 10 Une autre ironie dans La petite vendeuse de soleil est que les jeunes vendeurs de journaux, pour rimer en franais, langue dans laquelle les journaux sont imprims, rcitent plutt que ne lisent la une de ces journaux. Tous ces faits montrent combien les comment comprendre que pendant que le Fonds Montaire International, lors des ngociations 9 Vendeuse De Soleil." 1223 10 Vendeuse De Soleil." 1226

PAGE 84

84 des filles soit lev par le gouvernement, demandait galement une rduct ion drastique dans ? coranique qui rend la scolarisation difficile pour tous les enfants en Afrique francophone, un autre problme de taille scolaires tte pour des parents qui ont dj des difficults pourvoir aux autres besoins de la famille. Ce ne sont pas tous les parents qui parviennent honorer les quelques frais scolaires qui sont demands dans les coles. Ainsi, certains parents, cause de difficults financires, prfrent employer leurs enfants au champ, par exemple, comme aides. Cette situation devrait demander un engagement total du gouver tous les enfants. Cela permettrait non seulement de rgler le problme du taux de scolaris ation cette responsabilit qui lui incombe. Nyamanton est un film qui voq Nyamanton signifie en Bambara pile minaient la socit malienne des annes 1980. Ce fi Wend Kuuni utiliser un enfant comme figure centrale pour passer la socit au peigne fin selon une

PAGE 85

85 perspective base sur le regard de cet enfant. Pendant une assez longue priode de temps, les au Mali devraient apporter un banc au premier jour des classes sur ins parents film voudrait insister sur la souffrance physique que ces enfants endurent et chacune des images e la classe montre des enfants sans sourire, sans enthousiasme, sentiments ire la consternation : Nos enfants seront C omment comprendre que le banc fasse partie des articles de fourniture scolaire dans une cole publique ? Comment accepter le fait que des enfants soient obligs de parcourir des kilomtres de route, un banc sur la tte, pour tre enseigns ole publique devient elle un luxe que seuls les riches peuvent offrir n pour un symbole dans le film : son acquisition ou son manque dtermine non seulement la classe sociale

PAGE 86

86 la ralisation du film : These are scenes [children carrying a bench] that at the end of the twentieth century are a drama for the human race. Every morning these children have to carry benches on their head while going to school, carry them back home in the evening and start the process again every day. 11 enfants dcident de travailler chaque aprs midi pour soutenir leurs parents dans leurs dpenses : Kalifa comme boueur et Fanta c ressentir que de l a piti pour Kalifa lorsque des scnes le montrent, reint et somnolent, aprs le travail. Comment un tel colier peut il apprendre et russir dans ces conditions ? Le rendement de Kalifa (avant rvoltant et indignant. Les deux enfants vont voluer tout au long du film dans deux espaces : la maison qui sert de ville, menaant, eur. Comme remarque Diawara 12 les trajets entre la maison et la ville permettent aux enfants de tmoigner des injustices qui existent dans leur socit et de vi lle et en arrire construit pour les lves dont les parents ont un revenu modeste, un btiment vid de ses serv pour les lves qui 11 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 45 12 Diawara, "Popular Culture and Oral Traditions in African Film." 12

PAGE 87

87 de lyce ou collge y trouvent leur compte car le logement et la restauration sont pris en compte. Ce btiment vide traduit une ineffic acit dans la politique mise en place pour soutenir ils po uvaient rester pendant leur scolarit. Sans internat et sans une autre alternative pour les secondaire devient trs difficile, voire impossible pour un grand nom munis dj de moyens intellectuels pour continuer ces tudes. Sans doute, le gouvernement avait des difficults financires pour continuer pourv oir ce programme social. Cet chec dans quelconques, en tmoignen fants. Nyamanton Kalifa est employe comme domestique se moquant de Kali fa parce que ce dernier a t renvoy affaire de riches et ce, cause de problmes de gestion qui ne devraient pas exister pour faire de

PAGE 88

88 aux. Il clame Nyamanton est un film qui se fonde sur une dans la soc spectateur regarde Nyamanton tant Sissoko a su mler la comdie et l a tragdie pour faire passer son message. Avec de talentueux comdiens comme le petit Kalifa (Macira Kant, Prix de la meilleure interprtation masculine au 11 FESPACO) avec son regard critique sur la socit et un humour trs divertissant, des scnes tr enfants que la mre de Kalifa a eu, Sissoko finit par sduire le public et fair e passer son message. Diawara explique le succs du film de Sissoko en ces termes : The need to give African cinema the fac e of the cinematographic art, to tell a story while using the cinematographic art, becomes of a capital importance because in order to have a message go through, it has to be acceptable. It must be interesting to the people. The importance of cinema is t hat it is a medium which dazzles, which captivates and can strike a person. So, the goal of a film maker is to strike people during the minutes the fear or tears. 13 femme. 13 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 46

PAGE 89

89 perd son identit culturelle. Il est vrai que le mtissage culturel, juxtaposition entre la culture occ i Kane : i nous aimons et conservons avec soin, juste titre. Peut tre notre souvenir lui mme mourra t il en eux. et que les trangers qui nous ont dfaits prennent en eux toute la place que nous aurons laisse libre 14 Cependant, les ralisateurs africains semblent vouloir cole sera reprsente comme un phnomne mal Le film de Dany Kouyat, Keta voque un colier, Mabo, instruit ses anctres par un griot, Djliba. Selon la tradition de nombre de cultures dans la culture Mand. Dans l a plupart des pays ou la griotte dans le pays mandingue (le djli ), dans le pays wolof (le guwl ) et chez les toucouleurs (le gawlo ). La fonction du griot djli qui signifie sang dans la langue malink). Toujours selon 14 Hamidou Kane, L'aventure Ambigu : Rcit (Paris: Julliard, 1961). 57

PAGE 90

90 de griots chez les malinks habitants du mandingue guer riers ou de nobles par des louanges, des hymnes guerriers et elle consistait aussi pour le griot e avec Soundiata Keta, la ligne des griots Kouyat est assigne la famille Keta Ainsi Djliba Kouyat serait assign Mabo Keta. Cependant, de nos jours, cause de phnomnes sociaux comme la modernit, le brassage des cultures les mig rations, les traditions comme la tche du griot encore certain es traditions. Le film mme, Keta technologie pour perptuer sa tche. n rle important dans cette relche de la tradition de adaptes aux cultures africaines. Dans tout commence lorsque Djliba, travers un songe vit en ville avec ses parents tandis que Djliba vit en campagne. Le voyage de Djliba de la : la tranquill it de la campagne la ville illustre par le tintamarre des vhicules et la foule dans les rues qui accueillent Djliba son entre. un texte sur la thorie Darwiniste selon laquelle les hommes descendraient des singes. Lorsque le s

PAGE 91

91 anctres, les Gaulois y apprenait que son anctre tait Gaulois. Cela montre com te de leurs origines africaines Face une telle situation, le vieux griot i ntroduit Mabo traditionnelle : le monde est n Wagadu [anci en empire du saharienne qui se seraient convertis les bas. Maghan Kon Fatta, un roi guerrier et non pas un singe origines, un enseig nement fond sur le retour comme un obstacle la culture locale voire e conventionnelle est pointe du doigt. Dans les films o il y a opposition entre la tradition et la Keta conventionnelle, symbole de la modernit, est relgue au sec ond plan par Mabo au profit des comme sduit par les enseignements du griot qui deviennent une passion pour lui. Il sche les cours pour se retrouver aux pieds du vieil homme o il prend visiblement plaisir (il marque un passion deux autres lves et de destinataire, il devient pour les deux le narrateur du rcit su r Soundiata Keta, son anctre lgendaire. Cette image de Mabo narrateur est symbole du caractre

PAGE 92

92 une volution dans les couches sociales en Afrique : Mabo Ket a, qui porte un nom noble ne devrait pas, selon la tradition, jouer au griot. Le fait de scher les cours ne pouvait point passer it seignement du griot) et le pre (qui semble tre indiffrent et qui laisse faire de la modernit) et le griot (reprsentant de la tradition). Les uns voqu ent la ncessit pour aissances culturelles, traditionnelles, cohabitent assez Certains passer des vacances la campagne (lieu naturel de la tradition). Si Mabo tait all au village, son programme scolaire. essentielle d lui mme en ces termes : Si le lion racontait ces histoires, il vaincrait occasionnellement. traditionnelle, la culture africaine. Pour le

PAGE 93

93 culture af ricaine voire elle ne prendrait mme pas le temps de le faire comme en tmoigne cette histoire relative aux anctres des Africains, les Gaulois. Il appartiendrait aux Africains de se prendre en charge, quant la conservation de leur histoire, et ce, e Dans on remarque que les enfants parlent surtout en franais seulement quand ils sont en classe et parlent en wolof (langue sngalaise) le reste du temps. ne lui rpond ainsi : pas une langue prcise. Toujours dans ce film, on trouve dans le personnage de Grand Laye un symbole, celui de la dception ou de la frustration vis reconnat plus les siens, du moins ceux q voie royale du moins, il a t renvoy un trs jeune ge dans la cit comme un fainant, un vagabond. Il est vrai que son action qui pourrait tre classe se retrouvent dans la rue, condamns par la socit voire les parents

PAGE 94

94 mme, a s ouvent besoin de reforme ? comme le dit le ralisateur du film 15 traditi prsent comme une personne possdant des valeurs morales : il donne de bons conseils aux entretient par de belles histoires, il donne le bon exemple. Il apparat donc que la faute incombe Com cole affectent au ssi la ralit sociale et cono mique. Tous les films mentionns dans le traitement de la la sant et la question de la femme dans Nyamanton la mise (remise) en valeur de la culture africaine dans Keita Nyamanton ou la Problmatique Sociale au Mali Comme cela a dj t mentionn dans les lignes prcdentes, Nyamanton est un film qui traversent sont une 15 Jean Ouedraogo, "Entretien Avec Ben Diogaye Beye," The French Review 79.6 (May 2006). 1301

PAGE 95

95 mmes. Avec eux, on rit, on pleure, on crie, tant le talent des acteurs qui est ausculte dans ce film. Sissoko, comme un agent, un canal pour parvenir aborder la socit dans son ensemble : The theme of this film concerns Malian society in particular, but actually, it refers in a certain measure to all the social problems that poor families run into in African societies and in Third World societies, and even indeed in industrialized societies. It is about the children of a poor f amily who observe a society in which they as well as their parents are aspects of this society by the use of truculent scenes as well as dramatic scenes. 16 Aprs la c ritique du systme scolaire, toujours conduit par les observations de ce s deux enfants, sans argent (le mari de la tante est procder aux premiers soins et la femme, couche mme le sol, ne cesse de gmir. Tout ce que le mdecin tend au mari est une prescription mdicale, un certain nom bre de produits 16 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 45

PAGE 96

96 retrouve sa femme dans un bain de sang, morte et abandonne sur le sol glac de la salle des urgences. Elle avait dj accouch. Il est remarquable que Sissoko ait dit que les problmes on a p rocd des arrestations et la justice court toujours son chemin dans cette affaire. Si Nyamanton permet de faire une critique sur le rle de certains responsables administratifs et tent les pauvres, il est des responsables fautifs que la prise de conscience de la majorit pauvre des populations qui, souvent, attribuent leurs difficults Dieu. Cheick Oumar Sissoko aborde galement la condition de la femme au Mali et en Afrique illustrent bien cette condition. La mre travaille inlassablement pour une famille autre que la sienne. Lorsque Kalifa pose cette question son pre : Pre petites gens sont exploites par une minorit riche qui impose ses propres rgles. Analphabtes tant de patriarcat qui rgit la plupart des socits en Afrique. D ans les socits traditionnelles, la place

PAGE 97

97 Les filles et l'cole en Afrique Subsaharienne : Les r centes littratures consacres aux facteurs scolaires qui affectent l'ducation des filles donnent plusieurs manires par lesquelles les coles africaines limitent le potentiel des filles. Par exclusion, vasion et marginalisation, les coles refltent et renforcent les attitudes et le comportement d'une socit qui n'attend pas grand chose des filles. Les travaux sont centrs sur la manire dont l'environnement scolaire agit sur l'accs des filles aux coles, sur leurs rsultats et sur leur niveau d'duca tion. Les enseignants ont des attitudes ngatives quant au potentiel acadmique des filles et projettent dans les coles et les salles de classe les prjugs de la communaut envers les filles. La culture des coles est gnralement hostile aux filles. Le harclement sexuel et la violence au sein des institutions scolaires crent un environnement inconfortable pour l'instruction. L'image ngative des femmes voque dans des manuels scolaires et les matriels pdagogiques renforce encore la reprsentation d favorable de la femme dans la socit, la pauvret des coles et le mauvais moral des enseignants ne font qu'exacerber la situation. 17 la famille. Le film la reprs ente comme une personne fragile, en proie certaines menaces. Elle a : comme fill e, le viol est une menace permanente dans une activit comme la vente de produits dans le public. Elle semble en tre consciente car lorsque Kalifa se vante de travailler beaucoup, Fanta, dans un langage fait pas moins que lui. Sissoko prsente donc la condition de la femme travers Fanta et sa mre qui partagent le mme fardeau. Fanta ne dira t comme sa mre ( Nyamanton est un film sur la La condition 17 Adhiambo Odaga and Ward Heneveld, Les Filles Et L'cole En Afrique Subsaharienne : De L'analyse L'action Augus t 2006, Available: http://www.worldbank.org/afr/findings/french/ffind54.htm54.

PAGE 98

98 misrable de ces hommes et de ces femmes dans le film sera la mme pour ces enfants que sont Kalifa, Fanta et leurs camarades si des mesures ne sont pas prises pour radiquer les maux. ), il est donc imprieux que des vivent dans la rue. Ce phnomne pourrait tre d plusieurs raisons mais il y va de la responsabilit des parents que les enfants ne fuient pas la maison, pour une raison quelconque, pour la ru e. Les parents qui, souvent, travaillent dur toute la journe sont absents de la maison ve dans la rue, forc de vivre en adulte avec des chances de devenir dlinquant 18 Dans Nyamanton la mre de Kalifa, sous le voleur et de Fanta comme prostitue. Nyamanton mais il est surtout un film de dnonciation 19 veiller les consciences, comme il le dit ainsi dans une interview avec Diawara et Robinson : I tried to se t it straight that the goal of Nyamanton is the awakening of consciousness by explaining to the population that their misery, the fact that they are exploited, is not due isting in that society, to the fact that a minority is exploiting them. I try to explain in the film that they can solve their problems by defending their rights, which are the rights of a majority. 20 18 Ukadike, Questioning African Cinema : Conversations with Filmmakers 183, 184 19 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." 47 20 Diawara and Robinson, "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Ch eick Oumar Sissoko." 46

PAGE 99

99 tient la rception du film dans les pays voqus dans le film. Sissoko lui ors, les femmes se sont rfres Nyamanton pour proposer leurs dolances. Ce sont ces mmes femmes qui, moins de quatre annes plus tard aprs que le film soit sorti, soit en mars 1991, marchaient dans les rues de Bamako pour leurs enfants qui avaient gouvernement. Peut on dire que Nyamanton veil des consciences e au Mali par les populations et le rle politique (comme Ministre de la culture jusque rcemment) que joue le ralisateur Sissoko dans le gouvernement actuel au Mali pourraient attester de cette contribution. La Crise Financire des Annes 1990 faon superficielle une stratgie qui permet au ralisate ur de passer un message sur le social regard apparemment dtach sur la socit sngalaise d'aujourd'hui 21 de Ben Diogaye Bye est une invitation se pencher sur des questions Ainsi, ce film, comme tous les films slectionns dans cette rhtorique symboliste selon Memmi, pour porter une critique sur la socit, ouvrir un dbat sur un problme particu lier. Ainsi, pour Jean Ouedraogo, 21 Olivier Barlet, A Propos De Un Amour D'enfant: Entretien D'olivier Barlet Avec Ben Diogaye Beye April 2004, Africultures, Available: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=33522009.

PAGE 100

100 Convaincus que le devenir mme du continent se jouait dans ces images dont on le habilement par le truchement du maquillage et de la mise en scne un contenant, de 22 Selon le ralisateur lui mme, S'il y a un message dans le film, il est dlicatement suggr dans un deuxime degr de lecture : ce sont les injustices sociales que tous les enfants du monde dcouvrent au cours de leur volution. 23 En effet, les enf ants sont tmoins de nombreuses injustices sociales dans cette exprience urbaine en Afrique. Derrire le calme relatif dans la vie de ces enfants couve une ralit sociale pnible : grves de travailleurs, exclusion sociale, effets de la mondialisation, p problmes sociaux. La famille de Yacine semble tre la plus stable et la plus aise socialement car son pre a un poste enviable dans une importante socit du pays. Ne possdent i ls pas une belle et grande maison, une belle voiture et une tlvision couleur ? Cependant, leur position sociale est risque cause de la mondialisation car le pre de Yacine est menac de licenciement dans son travail utre ville, Saint Louis. Depuis les annes 1980, on assiste un acharnement des institutions de Bretton Woods que sont la Banque Mondiale, le Fonds notamment les restructuration des conomies, le tissu social dans beaucoup de pays africains se fragmente avec des licenciements et le chmage. Le film prsente, travers le tmoignage des enf ants protagonistes, des scnes o on assiste des manifestations de travailleurs en grve, 22 Ouedraogo, "Entretien Avec Ben Diogaye Beye." 1298 23 Fiche Des Films/Un Amour D'enfant

PAGE 101

101 manifestations qui se dgnrent souvent sous la pression des policiers qui entranent des P.A.S, les institutions de : cause de la Banque Mondiale, mon pre a perdu son emploi se lamente Yacine, une voix enfantine qui machines licenciement. Malheureusement, cela a fait galement de ces institutions des bouc missaires, ce qui a quelque peu dissimul le rle que pouvaient jouer aussi bien les gouvernements que Grand Laye lve un voile s ur certains entre lui et son instituteur, il a t renvoy de l nouveau. Ce fait, lui seul, montre combien le systme scolaire a besoin de reforme pour un formation de j eunes gens inadapts au systme scolaire dans des mtiers professionnels, ce qui dlinquant que la soc it lui a un lieu de repos. Ce fait montre galement combien de telles micro entreprises qui pourraient

PAGE 102

102 injustice criarde qui fait d ire Bye que mme, la socit, qui les a dire les intgrer en leur tro uvant du travail. 24 Une autre remarque est faite dans le film sur certains comportements qui rduisent se fait pressante par des grves et des licenciement s, entreprend de se marier une seconde femme. Un second mariage quivaut un budget familial rduit, ce qui alarme dj la mre si un tel projet est ncessair e, celui dire une propos). Cet exemple appelle une responsabilit individuelle, un veil des consciences sur la ncessit de tourner dos certaines traditions qui avilit et appauvrit, faire face de nouvelles nationales ou communautaires. Conclusion e, elle entrane ; la non ; etc. 24 Ouedraogo, "Entretien Avec Ben Diogaye Beye." 130 2

PAGE 103

103 caractristiques. Ainsi, les problmes inhrents la scolarisation vocat de pour au cinaste de reprsenter aussi bien Afrique je te plumerai les colons franais au Cameroun ont ferm les coles traditionn qui permet de rflchir galement le ( Keita ).

PAGE 104

104 CHAPTER 4 E PARCOURS IDENTITAIRE Introduction Les films analyss dans les chapitres prcdents et, par extension, la plupart des films africains francophones de du conflit culturel, etc. Jusque l, la description de ces identits se limitait au continent africain. Cependant, l a rencontre entre phnomne de et francophones en Afrique), des voix se sont leves pou r contester le discours occidental sur autrement, notamment par la littrature. On y retient, titre illustratif, le chef Maran, Batouala et les ac africains abordent des thmes tels que le pouvoir colonial, la violence coloniale, la langue, les aider sortir de la crise identitaire de la colonisation.

PAGE 105

105 Aprs les indpendances, le cinma devient un outil pour les Africains dans la continuation de leur engagement construire leur propre discour s es artistes, tions se q uestion du conflit identitaire Dj, on a trouv dans les chapitres prcdents qu conomique ou politique) dans les films su La question de la crise identitaire est, elle aussi, prsente dans ces films ce qui permet au cinma africain de se positionner comme u ne voie pour une alternative et peut tre un renouvellement de la question dans son traitemen le prsent chapitre se penche exclusivement sur des films qui traitent de la question de la crise dehors. transnational du conflit identitaire sont la fois abords dans ces films. const itue le socle du cinma en Afrique francophone, il importe de dfinir, dans un premier temp s, le concept identit dans le cadre de cette tude Il en sera de mme pour le terme retour aux sources terme qui entre toujours en compte lorsque le traiteme nt de la question de Ensuite, de cadre de rflexion la question du conflit identitaire qui est au centre de ces films que sont Wend Kuuni de Gaston Kabor, Yaaba et E n conjuguant du

PAGE 106

106 es ralisateurs tentent de renouveler la question du conflit identitaire en apporta nt Wend Kuuni t qui perd sa voix suite la mort bruta le de sa mre qui tait poursuivis par les gens de son village poursuivis par les gens du village qui sirait pas (son mari tant port disparu mais non confirm mort). travers le regard Mossi avant la pntration coloniale en Afrique. Cette socit patriarcale est, dj, en qute en pleine mutatio n, et doit faire face Comme Michel Chion qui affirme que la prsence du muet au cinma invoque des questions lies 1 pour Lieve Spaas, la perte de la parole et son lien avec Wend Kuuni 2 Comme Franois Vallet qui affirme que le 3 Lieve Spaas compare la voix retrouve du petit Wend Kuuni au dveloppement du cinma Wend Kuuni permet donc de faire une dans une socit africaine prise dans des des remous sociaux Yaaba est u : Sana, une vieille dame qui vit, isole, e n dehors du village, un homme tromp par sa femme quotidiennement et un enfant espigle, Bila un blmes de la part de ses parents et du vi llage. Sana est traite de sorcire par le village, ce qui lui vaut son exclusion du village. Malgr tout, cette vieille femme demeure gentille, ouverte, 1 Michel Chion, La Voix Au Cinma Essais, ed. Cahiers du cinma ([Paris]: ditions de l'toile, 1982). 82 2 Spaas, The Francophone Film : A Struggle for Identity 234 3 Vallet, L'image De L'enfant Au Cinma 121.

PAGE 107

107 voi Yaaba qui signifie grand mre Cette appellation a son importance, parti culirement dans la culture africaine, car elle accorde la vieille dame un privilge responsabilits de grand mre car, avant de mour ir, elle a su enseigner la sagesse humaine, la dignit et la tolrance. En ne reconnaissant pas la vertu qui revtait la vieille Sana, en la rejetant Sana son identit. Le film met en viden bas elle qui reconnat la valeur de la personne humaine. dentitaire que vit le en Europe Ce dernier doit parvenir rconcilier les contradictions entre l revtir une identit plurielle crivain Salman Rushdie sur son tat : ho hav e crossed the Black water ; we are Muslims who eat pork. And as a result as my use of Christian notion of the Fall indicates we are now partly in the West. Our identity is at once plural and partial. Sometimes we fee l that we straddle two cultures ; at o ther times, that we fall between two stools. 4 Le cri du est sorti en 1994, au moment o il y avait dj en France un dbat politique sur les immigrants africains qui on reprochai t souvent un manque de volont pour 4 Salman Rushdie, "Imaginary Homelands," The Post Colonial Studies eds. B ill Ashcroft, Gareth Griffiths and Helen Tiffin, Second ed. (London & New York: Routledge, 2006). 431

PAGE 108

108 en France. Comme une rponse toutes ces critiques, le film peint des immigrants maliens qui ptation ne se rejoindre son pre qui russit bien dans son entreprise en France. Dsorient par sa nouvelle maison sa nouvelle ville, Moctar va passer par une c rise vie. Dfinition des termes Identit et Retour aux sources Identit idem qui signi fie le mme Il porte le sens de Cependant, en rapportant cette dfinition la citation de Rushdie, l Dans nombre de cultures africaines bien longtemps avant la du se reconnaissait surtout par son appartenance un groupe ethnique Cette groupes qui, souvent, se font appeler enfants ou descendants de telle ou telle figure historique. Ainsi, au Burkina, beaucoup de personnes du groupe ethnique Mossi portent le nom Ouedraogo les Mossi. Quelques lments de la culture Mossi sont retro uvs dans des films comme Wend Kuuni et Yaaba Au Mali, il y a les Keita clbre en Afrique, histoire relate dans Keita Comme le remarque Thomas Ebong 5 un groupe communautaire en Afrique vit son identit comme une page ou un aux collectifs de sa ligne dont il a hrit Ainsi, 5 Thomas S. Ebong, "Postcoloni al Discourse on African Cinema : Religion, Gender and African Identity," Diss, Wayne State U, 2002. 226

PAGE 109

109 communautaire ou et hnique des familles de forgerons de guerriers de griots de cultivateurs rs culturelles qui permettent de reconnaitre souvent un groupe donn : It is these cultural values and ways of life that define a people even more than the verbal expression. For instance, one can tell one African ethnic group from another, based on the Each group strives to preserve their unique iden tities by upholding the dominant behavioral traits they have come to inherit. 6 fait pour une ain francophone travers trois films : Wend Kuuni Yaaba analyse de ces films, montre comment, dans ces comment ils sont perus par les autres. Comme le souligne Melissa Thackway, les cinastes africains insis africaine : filmmaking agendas can clearly be recognized in the specific ways in whi ch filmmakers articulate their cultural identities : they adapt local cultural form to films, address questions of memory and history, and challenge the misrepresentation and identity and visual absence of specific African groups, such as women and African immigrants in Europe. 7 au cinma coloniale o les identits africaines ne sont plus 6 Ebong, "Postcolonial Disco urse on African Cinema : Religion, Gender and African Identity." 226 227 7 Melissa Thackway, Africa Shoots Back : Alternative Perspectives in Sub Saharan Francophone African Film (Bloomington: Indiana University Press, 2003). 48

PAGE 110

110 homognes comme de par le pass mais plut t hybrides cause de la confrontation entre la culture africaine et la colonisation. Le retour aux sources est une orientation donne pour la premire fois par Manthia Diawara African Cinema : Politics & Culture (1992) I l qualifie avec ce terme les films qui surtout, se tournent vers la reprsentation des traditions africaines. Cependant, comme Memmi, Diawara affirme que cette orientation permet galement chapper la censure : There are at least three reaso ns wh y filmmakers turn to this genre : (1) to be less overt with the political message in order to avoid censorship, (2) to search for precolonial African traditions that can contribute to the solution of contemporary problems, and (3) to search for a new f ilm language. An underlying desire behind the making of these types of films is to prove the existence of a dynamic African history and culture before the E uropean colonization. tradi tions, their modes of existence, and their magic. 8 Les films du retour aux sources sont caractriss par le regard particulier que le ralisateur projette sur la tradition. Ce regard, qui ne se veut europen insiste sur la bea ut de la culture : primitivisme la sauvagerie Sur le plan technique, ces films se caractrisent galement par de longues prises de vue avec des sons directement pris de la dans ces films servent surtout graver la beaut des personnages et des traditions. Cependant, les rencontrent aussi leurs p ourfendeurs. Pour ces derniers, ces films rappellent un pass point de vue des anthropologues (ce que cherchent viter les ralisateurs africains). comme les pages suiva ntes le montrent, les films du retour aux sources 8 Diawara, African Cinema : Politics and Culture 160

PAGE 111

111 sexisme, la lib Wend Kuuni (1982) Wend Kuuni ou Le don de Dieu protagoniste du film. Les premires images enfant, Wend K uuni, dans les mains. Un homme entre dans sa chambre et lui parle. Il lui remarier : il y va du devenir de son garon. Aprs cette scne suivie du gnri que, le spectateu r est emport par des images qui montrent Wend Kuuni, couch, seul, inconscient, dans la brousse, peut clairer les uns et les autres sur ses origines. Il est pr ovisoirement confi une famille pour miti. C s plus tard que Wend Kuuni, un jour, pendant : Maman Cette rencontre avec le corps pendu intervient co mme une catharsis qui permet Wend Kuuni de regagne r la parole. Ds ce moment, il raconte lui mme sa msaventure et celle de sa mre dont le spectateur ignore le sort depuis la fuite du village. n dnouement dans Wend Kuuni demeure donc annonce les prip ties du film. Aprs la scne, l re. Son rcit est contenu dans un flash back qui rvle le maillon manquant du avaient pas apparu

PAGE 112

112 Le flash back est un procd classique du cinma qui permet de recoller une histoire. Il Wend Kuuni le cours du temps avec le spectateur. Dans son rcit le petit Wend Kuuni racon te comment sa mre est morte pendant q chapper la furie du village Extnue par la course folle entreprise avec son enfant au dos Ma man, maman dans la brousse o il sera retr ouv plus tard par un voyageur Dans ce flash back, spectateur, qua nt lui, est nourri par des images sur les vnements qui se sont succd, images avait assist la rieur de la maison Maintenant, le flash back lui offre de nouvelles images mme ne pouvait voir (ne dormait il pas un certain point ?). Ainsi, par la magie du cinma, on assiste une histoire complte raconte par un enfant qui lui mme, ne pouvait assister toutes les scnes dcrites de la tradition orale (conteur, griot, etc.) : Cinema is not a p ure and simple adaptation of a genre ; of oral narrative transposed into visual narrative. A sort of fertilization happens, on the contrary. This gives a new language in which the spectator recognizes what is drawn from tradition (the tale) but also underst ands the fantastic contribution of the image. Poetry and the epic aspect remain: the spectator is free to travel inside his/her memory while discovering other emotions. 9 9 Jean Pierre Garcia, Master Class with Gaston Kabor 29 June 2007, Available: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=6656.

PAGE 113

113 Dans un autre entretien 10 Kabor ns le flashback. En effet, pendant que Wend Kuuni raconte les vnements, dans une scne, sa mre revisite sa vie et se demande si son mari reviendra les retrouver en vie. Pour Kabor, ce moment perdre espoir et ce moment est annonciateur de sa mort. Pour le ralisateur donc, la mort de la aladie Ainsi, l e nouveau langage cinmatograph ique acquis permet passs. Il permet galement et une analyse plus approfondie d e le don de Dieu ) un enfant, enfant n dans un accouchement douloureux qui prend la vie de la mre, enfant qui Wend Kuuni consacrant cet enfant publiquement Di eu (ne porte t il pas son nom ? Dieu. Une raison avance la mre de Wend Kuuni p ce ct. 10 Abdou S. Yaro, "L'image De L'enfant Au Cinma: Entretiens Avec Gaston Kabor Et Idrissa Ouedraogo," (2006).

PAGE 114

114 re de Wend Kuuni au dbut du film, moins bien trait que les autres enfants de son ge dans la communaut. Si la mre a dcid de e, peut tre, elle craig nait une ommunaut, les dcs subits, les longues maladies sans cure, etc. La sorcellerie est le plus souvent attribue la femme. Nombre de femmes en Afrique et particulirement au Burkina Faso subissent cette discrimination sociale. Sans preuve, les femmes accus es de sorcellerie sont bannies de leur communaut. Le plus souvent, ce sont des femmes sans dfense : veuves, vieilles, sans progniture, handicapes, etc. Le problme a ur accueillir Wend Kuuni et Yaaba portent un regard sur le sujet. Dans le film, on constate la furie du village contre une femme accuse de sorcellerie. La maison de l a mre de Wend Kuuni est mise feu et pour chapper la mort elle est oblige de quitter le village. Selon les mythes dans plusieurs cultures africaines et dans les contes ( Wend Kuuni est un ou sur le mal : sauveurs

PAGE 115

115 rconcilie sur le plan du symbole les expression du Tout, mais galement un formateur de ce Tout. Runissant les deux bouts de la chaine, il apparat comme un mdiateur, et par le fait mme comme un sauveur. 11 Suivant donc la logique du conte, on dev revanche a bel et bien eu lieu mais pas sous la forme habituelle : le hros revient sur ses pas, tue t : changement dans les traditions, changement dans les comportements respec t de la femme Pour Kuuni, ni aucune autre personne du village mais plutt les prjugs : ceux qui billon qu i martyrisent la mre qui rduisent en esclavage bref le patriarcat. Ainsi, le silence ant symbolise celui de l Wend Kuuni le montre dans sa conversation avec la mre. Comme Wend Kuuni qui retrouve sa voix plus tard, le ralisateur va rendre la femme sa voix qui lui a longtemps manqu la mre de Wend Kuuni travers son fils ensuite une femme, Timpoko, qui refuse le ma riage de se soumettre aux injonctions de sa mre qui essaie en vain de lui montrer sa place dans la socit. La question de la femme demeure une problmatique intressante en Afrique car dans les socits, la plupart patriarcales, la femme y est soumise au nom des traditions. Cependant, on peut toujours se perdurer, surtout lorsque le dsir de libert fait surface. 11 Pierre Erny, L'enfant Dans La Pense Traditionelle De L'afrique Noire (Paris: Editions l'Harmattan, 1990). 71

PAGE 116

116 Comme dans cette culture reprsente dans le film Wend Kuuni la femme, en Afrique, a longtemps t prive de sa voix. Le patriarcat domine largement dans les diffrentes cultures et souvent, sous le couvert de traditions, l a femme se retrouve souvent rduite dans une vie de recluse. Toutes les dcisions, que ce soient celles qui la concernent, celles qui concernent la : le pre, le mari, le frre, Wend Kuuni se situe des cultures africaines, particulirement dans les villages o les coutumes font loi trs souvent. Kabor propose une alternative ce systme travers son film qui appelle un nouvel ordre, Pour atteindre son objectif, la stratgie de Kabor va consister greffer au rcit linaire tradition nel (le conte) un langage cinmatographique et Ainsi, Manthia Diawara 12 retrouve trois ides dans le film oppressif, le dsir de libert et l treize mois. Elle espre le retour de son poux mais sa communaut semble perdre patience avec son enttement attendre le retour de ce dernier. Elle confie son enfant sur ses genoux son rcire par les gens du village. Ensuite, on retrouve une autre femme, Timpoko, dans le nouveau village o Wend Kuuni un mariage forc, avec un homme beaucoup plus 12 Manthia Diawara, "Oral Literature and African Film: Narratology in Wend Kuuni," Questions of Thir d Cinema ed. Pines & Willemen (London: BFI Publishing, 1989). 204

PAGE 117

117 une scne au milieu du village o elle humilie traite de tous les noms La sortie de la jeune femme au milieu du village est un geste qui est plein de sens. El surprise par ces mots : Les temps ont chang Et comme il est de cout ume quand une voix omme la mre de We nd Kuuni, les gens du village traitent Timpoko de sorcire de serpent Le dsir d e n Timpoko qui voudrait pouvoir choisir son mari moment, ne dit elle pas Wend Kuuni que son dsir n garon pour tre avec lui et partager sa libert ? prend forme avec le refus de ces trois figures fminines de offr e une alternative au systme traditionnel. Le glas de ce systme a sonn, symbolis par le suicide du vieil homme qui semble incarner le systme traditionnel. Son humiliation publique par sa femme est un coup de changement et, conscient de ce vent de chang ement, la mort seule

PAGE 118

118 surtout par sa voix, sa dnonciation du systme patriarcal, que le spectateur arrive comprendre et acc epter le refus des deux femmes de se marier qu Pognr, semble propager un message de libert, non seulement Pognr mais aussi aux futures gnrations de femmes : because, as Pognr told the boy, only the elders were supposed to hear it. Retelling it to the girl in the fields which are outside of the traditional space is tantamount to emancipating her. 13 Ainsi, comme dans le conte, Kabor fait de Wend Kuuni un hros qui venge sa mre en luctable, pour les gnrations futures. La violence et le traumatism e qui sont la cause de la perte de la parole du petit Wend Kuuni sont identiques la violence et au traumatisme du patriarcat abusif qui a rendu muette la femme africaine pendant longtem ps, identiques la violence et au traumatisme de la colonisation qui a 14 le cinma, petit petit, iser son mal. Wend Kuuni traite l a problmatique de la crise identitaire chez la femme, qui est toujours coloniale dans certaines cultures en mettant en question le systme fodal issu du patriarcat un systme qui a exist depuis des lustres En donnant la voix aux personnages fminins qui refusent de continuer se soumettre des lois qui les humilient, 13 Diawara, "Oral Literature and African Film: Narratology in Wend Kuuni." 210 14 Spaas, The Francophone Film : A Struggle for Identity 235

PAGE 119

119 fin que celle ci puisse participer librement la construction de la socit nouvelle. Pour atteindre son objectif, le film prsente des personnages fminins forts qui confrontent et disent non un systme qui ne fait pas la part belle la femme. Cep endant, ce ne sont pas tous les films du retour aux sources qui utilisent la confrontation, la condamnation pour donner un message. Sont de ceux l Yaaba qui est souvent considr comme un film de simplicit et de posie mais qui, nanmoins, parvie nt pointer du doigt certains maux de la socit et proposer une porte de sortie la crise. Yaaba (1989) Le film Yaaba Ouedraogo, lui aussi, rpond certains critres correspondant au film du retour aux sources souligns par Manthia Diawara traditions af ricaines qui pourraient permettre de trouver des solutions aux problmes contemporains notamment ces traditions bases sur des mythes (sans fondement et souvent utiliss par une minorit pour exploiter les autres) qui entranent la division dans la communaut. Yaaba premire fois une vieille dame au cimetire o ils taient alls honorer la tombe de la mre de la petite fille, le regard des enfants et celui de la vieille femme se croisent, et commence alors entre les trois personnages En effet, en quittant le cimetire, les deux enfants jouent cache cache et, sans se faire inviter, la vieille femme participe au jeu en montrant la petit e fille la cachette du petit B ila, se faisant ainsi la complice de la petite Nopoko. Elle est remercie de c e service par un sourire complice que lui adresse la petite fille. Les enfants apprennent que la vieille femme vit seule, isole du reste du village et lorsque leurs de contre une telle entreprise. Elle est margi nalise par le village entier, elle est surnomme la sorcire

PAGE 120

120 elle est ddaigne de tous, ce qui explique son isolement dans une baraque situe en dehors du s, particulirement le pe tit B lorsque ce dernier commence appeler la vieille grand mre titre honorifique, signe de Sana ne dit elle pas elle ? ppellation grand mre de B ila pour Sana constitue un moment important car elle le Sana. Les deux personnages sont marg inaliss. En effet, le petit B ila a des problmes relationnels avec ses parents (de son st vrai que le personnage de B ila rappelle un p Les quatre cents coups de Truffaut : espigle, esprit vagabond, toujours emptr dans des ennuis, etc., mais rien de bien mchant. Dans la socit traditionnelle, et particulirement dans la culture africaine, en gnral, une personne qui se distanc i e volontairement du groupe, de la communaut est souvent mprise. Le rejet avoir de relation avec une personne bannie par le village. Le co B ila est matrialis sur le plan technique par ses sorti es hors du champ de la camra donc une personne dans le village qui peut comprendre la situation dans laquelle se tro uve exprience de marginalis adhrer aux principes du groupe tablissent un degr lev ui accordant ce titre de grand mre B ila lui accorde une identit et une responsabilit. Yaaba est un titre de respect (il est rserv une grand mre mais il peut tre appliqu t oute

PAGE 121

121 femme assez ge pour tre considre comme grand mre ) dans la culture Mossi mais le titre implique galement une responsabilit morale. En effet, la grand mre, dans cette culture, est aux grands parents mre, est conscient e Une relation nat galement entre Yaaba et la petite Nopoko et ce, depuis leur premire rencontre au cimetire tombes de leurs mres respectives. Ds ce moment, une complicit tait ne entre les deux femmes travers le jeu de cache cache. Les deux vont vivre une exprience similaire : elles seront blesses par des en fants des moments diffrents. L a vieille dame reoit des coups de e exclusion sociale. So uvent, une personne marginalise par la socit (fou/folle, femme sorcire ) devient de blessures. Cette cruaut des enfants est parfois vue et sue des paren ts qui, quelquefois, sont les inst igateurs de leurs actions. Nopoko elle, reoit un coup de couteau pour avoir tent de ila et un autre enfant qui se battaient Si les blessures de Yaaba ne sont pas assez graves, celle s de Nopoko le so nt et la clouent au lit Cependant, la cause du mal de Nopoko est prsente par le village comme une action nfaste de la sorcire Sana. Cela illustre encore le rle de bouc missaire qui est celui de la personne marginalise ici la femme est la vie ille dame qui dcouvre le mal de Nopoko le ttanos, d au couteau rouill que tenait le garon qui tait en altercation avec Nobila. Sans tenir compte des accusations va chercher le gurisseur Taryam

PAGE 122

122 qui arrive concocter un produit base de plantes qui gurit Nopoko. mdiateu r : mdiateur entre ses parents, mdiateur entre marginaliss et le reste de la socit. Pour Momar Dsir Kane 15 pouvoir rvler la volont de la mre contrebalancer le pouvoir du etit B ila. Cet enfant, cause de ses espig leries, a toujours maille par sa rescousse lorsque les deux parents entrent en conflit. La svrit du pre envers Nobila est li : Ce rle mdiateur est mis en exergue dans Yaaba Le couple des deux enfants reprsente villageoise. Ils reprsentent aussi un futur possible o les antagonismes seront rsorbs. Yaaba grand mre. 16 pour les deux enfants, Nobila et Nopoko, pourraient porter fruit. Leur innocence et leur symp athie pour les mes en dtresse conjugues aux conseils de Sana s prjug s fonds sur la croyance aux mythes point de place 15 Kane, Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles 202 16 Kane, Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Franco phones : Les Carrefours Mobiles 202

PAGE 123

123 Sana est la tolrance dont elle chagrin. Et pour ces morts, Sana a pay u n prix cher rage meurt dans croyance de tels mythes qui a valu la vieille Sana tous ses malheurs et ce, pendant toute sa vie. Cependant, e n dpit de la haine son gard, Sana nisme qui manque sa communaut en demeurant une femme d ouce et tolrante enfants ythes porteurs de germes de dissension que Ouedraogo relve dans son film. Ces mythes peuvent rendre mconnaissable une communaut, toute une socit comme celle de Yaaba. tranent dans leur illage. Il est prsent comme il rencontre le ddain des uns et des autres partout o il passe Seuls les deux enfants, qui apprennent beaucoup en ctoyant la vieille Sana, le comprennent et partag ent avec lui leur amiti. Un fait qui illustre le passage de femme de Noaga. Lorsque les enfants dcouvrent ses actes, Bila rpte Nopoko mot pour mot

PAGE 124

124 un co nseil reu de Yaaba : Ne la juge pas, elle a ses raisons Cet pisode marque galement grand mre de la part de Yaaba. Elle russit faire : The legacy Yaaba leaves to the children is considerable. Throughout the film she has taught them her values of human kindness, dignity in the face of persecution and tolerance towards others despite their prejudices. 17 Maintenant, sa mission accomplie, Yaaba peu t mourir en paix. Sa mort survient naturellement, dcouvert par les deux enfants qui lui apportaient un repas et son enterrement par les autres marginaliss du vi llage Bert Cardullo dcrit comment Ouedraogo utilise la camra pour : That death is no sentimental affair moved from full shot bac k to long shot and there it stays for the remainder of the scene, thus placing the emphasis not on the emotions of the participants, the expression of their sorrow, but on the social significance of the event, on its ritualistic quality, which is underline d by the cleansing of themselves that Bila, Nopoko, and Noaga perform immediately afterwards at a nearby water hole. 18 Yaaba meurt en redonnant la vie Nopoko. Elle meurt en passant sa sagesse et sa tolrance aux deux enfants. Le jeune Bila, dans sa foncti village et la vieille Yaaba, a jou Taryam, ent re Taryam et le village, entre l donn cette socit est assure par ces deux enfants, Bila et Nopo poison reste du village par ces croyances viles. Le passage du tmoin 17 Spaas, The Francophone Film : A Struggle for Identity 241 18 Bert Cardullo, "Rites of Passage," The Hudson Review 44.1 (Spring, 1991). 98

PAGE 125

125 aux enfants est illustr par la premire et la dernire scne du film : les deux enfants se poursuivent dans une course dans les premires images ils continuent cette course dans les dernires images. La continuit de cette course pourrait tre interprte comme la continuit de e leurs membres sur la base de croyances sans fondement. Le retour aux sources a permis Gaston K abor et Idrissa Ouedraogo de se tourner vers les traditions ancestrales pour y puiser du matriel dont ils se sont inspir pour voquer d es problmes ac tuels qui minent leur socit. Ainsi, le systme fodal qui avilit la femme est dcri dans Wend Kuuni tandis que le problme des fausses croyances qui pervertissent la socit et entranent souvent la condamnation e innocente est relev dans Yaaba Au del de la tendance cinmatographique du retour aux sources qui permet surtout de traiter des questions nationales, communautaires contemporaines en faisant appel aux traditions, les cinastes francophones voquent ga Le multiculturalisme et une prsence multiraciale de plus en plus forte en Afrique contemporaine sont de nouvelles ralits prises en compte par le cinaste. Idrissa Ouedraogo, en se servant du thme d u voyage dans aborde la problmatique du conflit identitaire chez qui est le plus souvent partag entre deux cultures, une culture africaine et une autre, occidentale. (1994 ) airs. La scne se situe au Mali. Un enfant, Moctar, et son grand vieil h omme lui demande en bambara, une langue locale : Petit fils, quel autre tre peut ? renchrir en franais :

PAGE 126

126 tout faire. Il est intressant de noter ici que, de tous les dialogues entre Moctar et son grand pre dans le film qui sont en franais s eul celui x langues diffrentes : u ne langue locale et une langue trangre sans difficult. Cette marque de bic effectuer en France. qui rside en France o il possde un garage. Dans cette lettre, il invite son pouse et s on fils le rejoindre en France o il a du succs dans son entreprise commerciale, un garage automobile Moctar est n en France mais les conditions financires taient difficiles et la solution pour rique. Lorsque sa mre lui annonce la On les gens sont toujours ensemble ble tre tr s li son grand pre qui apparat malade : Devant Lorsque Moctar arrive en France, son adaptation au style de vie franais est entrave par des vision s : il voit une hyne un peu partout, aussi bien dans les rve s que dans la ralit. C es visions si elle s ne sont pas analyses proprement, risquent de comme les pages qui suivent le mon trent Depuis les annes 1990 le cinma africain africain en Occident. D es films comme Sankofa (1999) de Mweze Ngangura ou La vie sur terre o grant africain

PAGE 127

127 nouveau monde Ces films appellent mme un retour aux sources en Afrique pour apprendre mieux se connatre, connatre ses origines renferme, lui aussi, ce la culture franaise. Chez eu Le statut social d e la petite famille est illustr cossu dans lequel elle habite de celles que les mdias franaises faisaient sur les immigr s maliens et a fricains au dbut des annes 1990 de vives critiques qui le plus souvent, peignaie comme des parasite s la socit en t pas a cultu re franaise mais qui, plutt, voulaient imposer des ce sujet, se prsente comme une rponse ces critiques : never ex plicitly references the heated political debates about Malian immigrants taking place in France in the early 1990s. Yet it is a quietly political film. Released at a time when the mainstream French media was circulating very different images of African imm igrants, contains positive representations of Malians building happy, prosperous lives in rural as well as urban European locations. It emphasises a renovation of African tradition and connection with ancestors, regardless of where particula r Africans happen to be. 19 Ainsi, le portrait que fait Ouedrao : son insertion dans la s ocit franaise se droule bien frre Mamadou dans une rgion rura russir Lorsque Moctar et ses parents vont rendre visite son oncle et sa famille, on remarque que ceux ci vivent confortablement dans une belle maiso n en campagne Cet espace (hors de la ville) est une nouveaut dans la description de 19 Martin Stollery, Idrissa Ouedraogo July 2004, Available: http://archive.sensesofcinema.com/contents/directors/04/ouedraogo.html.

PAGE 128

128 la description de e galement cette description. russite professionnelle. en ville ennuie la famille. En effet, lorsque le psycho quant la propagation de son histoire de hyne : Nous sommes trangers ici. Ne sais tu pas que nous devons rester discrets ? Un petit ennui peut nous mettre dans des problmes. Cette nervosit du pre montre la prcarit de l eur situation en France Il y a donc une pression milation. test un rejet potentiel, quant au comportement du petit Moctar. Ouedraogo utilise des fragments de nouvelles ou vnements pour renforcer le thme de lm en juin 1996 aux Etats Unis. Kingsley Ofusu est un Ghanen immigrants clandestins : Planqus dans la cale n 3 du McRuby cargo bourr de fves de cacao faisant route depuis le Ghana vers Le Havre, les clandestins se sont arms de patience. Ils sont huit : sept Ghanens et un Camerounais, allongs entre le sommet des piles de conteneurs et le pont du bateau, rver de prosprit en Europe. C'est dur, mais ils tiendront. Jusqu' ce cinquime jour o, l'eau manquant, quelques uns partent en chercher sur le p ont. Capturs par les hommes d'quipage ukrainiens, enferms trois jours dans un trou hommes sans

PAGE 129

129 boire ni manger, ils seront massacrs coups de barre de fer, achevs au fusil mitrailleur M 16 et jets la mer. Tous, sauf un. 20 information, Ouedraogo maintient dans le climat de on : Napolon tait il sincre ? Cette question France vis vis des pays qui, Lorsque Moctar est revenu en France, tout se passait bien. Il tait joyeux, il travaillait africain est souvent btie sur des strotypes. En effet, pendant que Moctar, au tableau, parvient rsoudre une quation mathmatique, deux de ses camarades de classe discutent de ses aptitudes intellectuelles : pour grce aux gris gris q ue possdent les Africains que Moctar est intelligent. Quelques jours plus tard aprs que Moctar ait vu pour la premire fois une hyne dfiler devant mme failli tre renvers par une voit I et se rencontrent souvent sur le chem Si les parents de Moctar ne croient pas ses On apprend que Paolo a renvers et tu un enfant dans la circulation. racheter de cette faute Ils entretiennent donc des relations de 20 Laurence Liban, Massacre Sur Le Mcruby 21 June 2007, Available: http://www.lexpress.fr/region/massacre sur le mcruby_476424.html.

PAGE 130

130 rciprocit. Ensemble, ils Cette confrontation se droule une nuit dans rt, le prisonnier pre dans les a rapidement. Quelque temps aprs, il est inform du dcs de son grand pre. mais aussi ture africaine particulirement la culture Mand laquelle Ibrahim et sa famille appartiennent. Cet l ment e st le mythe d u totem qui peut animal gardien considr Il est le plus souvent objet de tabous. Tout le monde a urait un totem ou double (identit), comme le montre Camara Laye dans les passages de Le matre de la parole o Fran Camara, roi des forgerons et alli de Soundiata Keita, et ses chefs de guerre reoivent la visite de leur totem respectif avant une campagne de guerre : Le serpent noir, totem anctre de Tabon Wana Fran Camara, pntra sous la tente et vint se lover sous la couche de son possesseur totems ? Ils ne se montraient pas toujours. 21 Selon c es croyances la mort (juste avant ou aprs) le double ou dya ou encore j a (en bambara) 21 Laye Camara, Le Matre De La Parole : Kouma Lafl Kouma (Paris: Plon, 1978). 217

PAGE 131

131 double du grand pre qui apparat Moctar. S tait s rvler ce que cette apparition pouvait signifier sinon Paolo seul : dangere ux annonciateur de la mort L d pre a apparu dans les airs serait le moment de son dcs au Mali. Ibrahim aurait pu aller voir so rest au Mali n exemple pourraient les aider dans leur itinraire loin des leurs En effet, en milieu bambara, par exem ple, les vivants et les morts cohabitent. Les anctres (ceux qui sont morts) aident les gnrations vaincre les difficults auxquelles font face leurs des cendants. Comme dans Yaaba et Wend Kuuni aussi un futur possible ulture en Europe. Cependant, tiendra t il bon face aux pressions sociales dans son nouvel environnement ? Le deux cultures diffrentes et que beaucoup iden ti taire chez un immigr Ainsi, la solution une telle crise demande souvent un retour aux dmarche qui est contenue dans ce concept africain qui a t le Sankofa qui se traduit ainsi : "We must go back and

PAGE 132

132 reclaim our past so we can move forward; so we understand why and how we came to be who we are today." 22 comme le protagoniste de La vie sur terre qui, dans une lettre adresse son pre en Afrique, lui dit ceci : ? 23 Conclusion Les films slectionns dans ce chapitre ne sont point exclusifs pour ce qui est de la q uestion du parcours identitaire en Afrique francophone cinmatographiques, parce que se situant dans des socits post coloniales, traitent de cette question. La particularit des films de ce chapitre est qu langage cinmatographique (Gaston Kabor utilise la technique de la narration du conte africain dans Wend Kuuni ) ou une nouvelle orientation comme le retour aux sources ou encore un nouveau Les films du retour aux sources comme Wend Kuuni et Yaaba rsolution dans le personnage de nfant comme symbole du futur, garant du maintien de certaines valeurs culturelles. Tous ces trois films tournent autour du thme du retour : retour au pass, la tradition. Ce roblmes actuels auxquels il est confront. Wend Kuuni propose comme solution la question de la femme Yaaba montre que les mythes ou les prjug s qui po dtruisent la socit, 22 Sankofa dir. Gerima. 23 La Vie Sur Terre dir. Sissako.

PAGE 133

133 pervertissent son identit. r suggre que vrait culture afin de ne pas se perdre dans son itinraire migratoire. On constate, de manire gnrale, que les cina stes africains recour ir diverses voies et moyens, diffrents histoires. En effet, bien que Kabor et Ouedraogo recourent la tradition pour crer leur film, le style est diff rent avec Kabor qui met en confrontation ouverte des ides et des personnages et Ouedraogo qui se limite, en surface, une leon de morale. 24 deux films de Ouedraogo sur la crise identitaire dans ce chapitre sont assez d iffrents. Ouedraogo, souvent critiqu pour sa tendance faire des films anthropologiques avec des scnes de campagne comme Yaaba, ) sur le ci dans des rues de la vi lle de Lyon en France. espaces (la vie rurale des immigrs africains en France) qui ne sont pas traditionnellement rservs la description de l Mais, pour Thackway, Whilst the film is not a m asterpiece, it has its qualities and, above all, offers a refreshingly new represen 25 de la question de crise identitaire thmes importants, sensibles, qui ont t traits sans confrontation directe avec des autorits ou 24 Diawara, Afr ican Cinema : Politics and Culture 163 25 Thackway, Africa Shoots Back : Alternative Perspectives in Sub Saharan Francophone African Film 146

PAGE 134

134 un groupe social. Cependant, on peut se demander si la rception particulire d u film d e : What was particularly disturbing i terms in which they articulated their attacks. t Ouedraogo would have done better [leave the lan s nous avaient African tales, fails to film French actors and landscapes]. 26 Comme on le note, c Melissa Thackway. Rappelons nous que ce film a t produit dans un contexte franais o il y avait un raison la particularit de ces attaques. 26 Thackway, Africa Shoots Back : Alternative Perspe ctives in Sub Saharan Francophone African Film

PAGE 135

135 CHAPTER 5 CONCLUS ION Cette tude a permis, travers les diffrentes analyses qui ont t proposes de rflchir les motivations qui poussent les cinastes africains mett Diffrents aspects du rcit de huit films ont t analyss : handicap physique, cole, immigration, socit, femme, modernit et tradition, conomie, patriarcat, variations cinmatographiques. Dans tous les films, soulignes. que le cinaste se cache derrire nc un instrument un procd cinmatographique dont se sert le ralisateur pour traiter, en gnral, des sujets sous ter de confronter directement des autorits (tr aditionnelles, administratives ou p Ainsi, dans La petite vendeuse de soleil la police, reprsentant du gouvernement, tresse pas au bien tre des citoyens est conduite au commissariat, plutt, o Sili conduit le policier au commissariat, est ironique car des prjugs. Ce sont ces mmes prjugs qui ont conduit en prison une femme accuse de vol est raffirm par Sili qui in dique son ami Babou que son choix de vendre Le Soleil plutt que tout autre journal est de rapprocher ce quotidien gouvernemental du public, du peuple, du pauvre dont elle est la reprsentante.

PAGE 136

136 Un dnominateur commun tous ces films est que, quel qu e soit le problme abord dans Bila et Nopoko dans Yaaba la fin du fi lm, sont le symbole du renouveau de leur socit, une nouvelle permis p : hommes rencontre prive qui est arriv Wend Kuuni et sa mre aprs leur fuite du village. En lui racontant son histoire, Wend Kuuni accorde galement le droit la parole Pognr qui, son tour, pourra la raconter Ces films raconten ils racontent au monde adulte Ainsi, le spectateur devient tmoin des rites de passage des enfants protagonistes. Un la sexualit la vie. Ben Di ogaye Bye invite le spectateur partager les secrets des enfants du film o on surprend leurs transgressions, leurs sottises, leur navet, leur indiscipline. La mort est un phnomne, un de la mre de Wend Kuuni le suicide du vieux Bila. Yaaba t Nopoko viennent se recueillir sur la tombe de la mre de la

PAGE 137

137 cher les deux enfants dans Nyamanton assistent la tragdie qui survient dans leur famille la frustration de leur pre qui accuse ouvertement le gouvernement, lo rsque leur tante meurt ses parents qui rend la vie difficile Mamady, orphelin ds le bas ge, qui confronte beaucoup de difficults, certes, mais qui app qui hante la tranquillit du petit Moctar, qui a laiss derrire lui un grand pre malade pour rejoindre son pre im migrant en France. ment pineux qui vont de la politique la critique des traditions, de la morale la revalorisation de la culture africaine. Ainsi, Wend Kuuni fi lm de retour aux sources, aborde le thme rcurrent mais sans confrontation ouv erte avec le systme traditi onnel du patriarcat fminines dans le film constitue le dcor trois femmes qui aspirent la libert, libert de choisir, ssentis tout au long du choc produit par la mort de la mre. Nyamanton qui est fond particulirement sur le ralisme social, est une critique ouverte sur le vis La petite vendeuse de soleil ou encore o en Afrique.

PAGE 138

138 des thmes aussi graves comme les abus de pouvoir, la corruption, les consquences relatives la rencontre des cultures et obtenir du succs : la r et sduire le specta teur. teur une rminiscence de sa propre enfance. films que Truffaut rappelle son public les siens : Truffaut focusing on his own childhood experiences is also speaking to us about our own childhood. This double emotional quality of the individual and the collective in the film is one of its more appealing simple qualities. As Rivette informs us in his cahiers r eview of the film f himself, he seems to be speaking of us. 1 ermet Kabor de construire son film en suivant la technique narrative du conte dans de crer une rhtorique fonde sur le conflit qui nat chez un enfant qui doit combattre ses ralis er Keita en utilisant des techniques narr atives bases sur celles du griot. 1 John Conomos, "Truffaut's the 400 Blows, or the Sea, Antoine, the Sea," Senses of Cinema (2000), May 2009 .

PAGE 139

139 En conclusion, il appar at que la mise en est une stratgie cinmatographique pour le ralisateur qui parvient ainsi, non seulement voquer le parcours ques tions urgentes qui concernent particulirement sa socit, son pays, sa culture.

PAGE 140

140 LIST OF REFERENCES Altman, Carol. Enfance ... Inspiration Literaire Et Cinmatographique Birmingham: Summa Publications, 2006. Ashcroft, Bill, Gareth Gr iffiths, and Helen Tiffin. The Empire Writes Back Second ed. London: Routledge, 2003. Barlet, Olivier. "A Propos De Un Amour D'enfant: Entretien D'olivier Barlet Avec Ben Diogaye Beye". Montreal, April 2004. Africultures Africultures2009. < http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=3352> Bazin, Andr. Qu'est Ce Que Le Cinma? d. definitive. ed. [Paris]: ditions du Cerf, 1978. Un Amour D'enfant Dir. Beye, Ben Diogaye. Perf. Sega Beye et al. 2004. Camara, Laye. Le Matre De La Parole : Kouma Lafl Kouma Paris: Plon, 1978. Cardullo, Bert. "Rites of Passage." The Hudson Review 44.1 (Spring, 1991): 96 104. Chion, Michel. La Voix Au Cinma Essais. Ed. Cahiers du cinma. [Paris]: ditions de l'toile, 1982. Falato Dir. Cisse, Mahamadou. Perf. Mamoutou Silla, et al. 1989. Conomos, John. "Truffaut's the 400 Blows, or the Sea, Antoine, the Sea." Senses of Cinema .6 (2000). May 2009 < http://archive.sensesofcinema.com/contents/00/6/blows.html> Dembele, Demba Moussa. "Debt and Destruction in Senegal". London, November 2003. Ed. Peter Hardstaff. < http://www.wdm.org.uk/resources/reports/debt/senegal01112003.pdf> Devlieger, Patrick. "Representations of Physical Disability in Colonial Zimbabwe: The Cyrene Mission and Pitaniko, the Film of Cyrene ." Disability & Society 13.5 (1998): 709 24. --. "Why Disabled? The Cultural Understanding of Physical Disability in an African Society." Disability and Culture Ed. Benedicte Ingstad. Los Angeles: University of California Press, 1995. 94 106. Diawara, Manthia. African Cinema : Politics and Culture Blacks in the Diaspora. Bloomington: Indiana University Press, 1992. --. "Oral Literature and African Film: Narratology in Wend Kuuni." Questions of Third Cinema Ed. Pines & Willemen. London: BFI Publishing, 1989. 199 211. --. "Po pular Culture and Oral Traditions in African Film." Film Quarterly 41.3 (Spring 1988): 6 14. Diawara, Manthia, and Elizabeth Robinson. "New Perspectives in African Cinema: An Interview with Cheick Oumar Sissoko." Film Quarterly 41.2 (Winter 1987): 43 48. D ieng, Bassirou, and Lilyan Kesteloot. Les popes Africaines : tude Descriptive [Dakar]: Facult des lettres : IFAN Ch. A Diop, 1993. Hynes Dir. Diop Mambty, Djibril. Perf. Mansour Diouf and Ami Diakhate. 1992. Dugast, Francine. "L'image De L'enfance Dans La Prose Littraire De 1918 1930." Thesis (Ph D ). [s.n.] : Diffusion, Presses Universitaires de Lille, Universit de Paris IV, 1977., 1981. Ebong, Thomas S. "Postcolonial Discourse on African Cinema : Religion, Gender and African Identity." Diss. W ayne State U, 2002. Ellis, Katie. "Isolation and Companionship: Disability in Australian (Post) Colonial Cinema." Wagadu 4 (Summer 2007): 184 98. Erny, Pierre. L'enfant Dans La Pense Traditionelle De L'afrique Noire Paris: Editions l'Harmattan, 1990. --. L'enfant Dans La Pense Traditionnelle De L'afrique Noire Paris,: le Livre africain, 1968.

PAGE 141

141 "Fiche Des Films/Un Amour D'enfant". Clap Noir < http://www.clapnoi r.org/spip.php?article148&var_recherche=ben%20diogaye%20beye > "Fiche Film". 2009. < http://www.abc lefrance.com/fiches/vendeusedesoleil.pdf> Gadjigo, Samba. Ecole Blanche, Afrique N oire : L'cole Coloniale Dans Le Roman D'afrique Noire Francophone Paris: Editions L'Harmattan, 1990. Garcia, Jean Pierre. "Master Class with Gaston Kabor". 29 June 2007. Africultures < http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=6656> Sankofa Dir. Gerima, Haile. Perf. Kofi Ghanaba, et al. 2003. Higgins, Ellie. "Urban Apprenticeships and Senegalese Narratives of Development: Mansour Research in African Literatures 33.3 (2002): 54 68. Jackson, Kathy Merlock. Images of Children in American Film : A Sociocultural Analysis Metuchen, N.J.: Scarecrow Press, 1986. Wend Kuuni Dir. Kabor, Gast on. Perf. Serge Yanogo and Rosine Yanogo. 1982. Kane, Hamidou. L'aventure Ambigu : Rcit Paris: Julliard, 1961. Kane, Momar Dsir. Marginalit Et Errance Dans La Littrature Et Le Cinma Africains Francophones : Les Carrefours Mobiles Collection Images Plurielles. Paris: Harmattan, 2004. Keller, Marjorie. The Untutored Eye : Childhood in the Films of Cocteau, Cornell, and Brakhage Rutherford [N.J.], London ; Cranbury, NJ: Fairleigh Dickinson University Press ; Associated University Presses, 1986. Keita : L'hritage Du Griot! Dir. Kouyat, Dani. Perf. Seydou Boro, et al. 1994. Lecarme, Jacques. "La Lgitimation Du Genre." Cahiers de smiotique textuelle 12 (1988): 21 37. Liban, Laurence. "Massacre Sur Le Mcruby". 21 June 2007. L'Express < http://www.lexpress.fr/region/massacre sur le mcruby_476424.html> Memmi, Albert. Portrait Du Dcolonis Arabo Musulman Et De Quelques Autres Paris: Gallimard, 2004. Miller, Christopher L. Theories of Africans : Francophone Literature and Anthropology in Africa Black Literature and Culture. Chicago: University of Chicago Press, 1990. Pices D'identits Dir. Ngangura, Mweze. Perf. Grard Essomba Many, et al. 1998. Ngue, Julie Nack. "Colonia l Discourses of Disability and Normalization in Contemporary Francophone Immigrant Narratives: Bessora's 53 Cm and Fatou Diome's Le Ventre De L'atlantique." Wagadu 4 (Summer 2007): 35 47. Norden, Martin F. The Cinema of Isolation : A History of Physical Di sability in the Movies New Brunswick, N.J.: Rutgers University Press, 1994. Odaga, Adhiambo, and Ward Heneveld. "Les Filles Et L'cole En Afrique Subsaharienne : De L'analyse L'action". August 2006. Findings 54. < http://www.worldbank.org/afr/findings/french/ffind54.htm> Le Cri Du Coeur Dir. Ouedraogo, Idrissa. Perf. Said Diarra, et al. 1994. Yaaba Dir. --. Perf. Fatimata Sanga, et al. 1989. Ouedraogo, Jean. "Entretien Avec Ben Diogaye Beye." The French Review 79.6 (May 2006): 1298 308.

PAGE 142

142 Petnkeu, Zacharie Nzepa. "Cinema Et Mythes Dans L'espace Francophone : Les Representations Des Figures Historiques Dans Les Films D'afrique Noire Et Des Antilles." Diss. U of Maryland, 2005. Quays on, Ato. "Looking Awry: Tropes of Disability in Postcolonial Writing." Relocating Postcolonialism Eds. David Theo Goldberg and Ato Quayson. 2002. 217 30. Renoir, Jean. Ma Vie Et Mes Films [Paris]: Flammarion, 1974. Rushdie, Salman. "Imaginary Homelands. The Post Colonial Studies Eds. Bill Ashcroft, Gareth Griffiths and Helen Tiffin. Second ed. London & New York: Routledge, 2006. 428 34. Sherry, Mark. (Post)Colonising Disability ." Wagadu 4 (Summer 2007): 10 22. La Vie Sur Terre Dir. Sissako, Abderrha mane. Perf. Abderrhamane Sissako, Nana Baby and Mohamed Sissako. 1998. Nyamanton Dir. Sissoko, Cheick Oumar. Perf. Chaka Diarra, et al. 1986. Spaas, Lieve. The Francophone Film : A Struggle for Identity Manchester: Manchester University Press, 2000. Stol lery, Martin. "Idrissa Ouedraogo". July 2004. Senses of Cinema < http://archive.sensesofcinema.com/contents/directors/04/ouedraogo.html> Sugnet, Charles J. "Wolof Oral ity, Senghorian Literacy, and the Status of Cinema in Djibril Diop The French Review 79.6 (May 2006): 1222 38. Thackway, Melissa. Africa Shoots Back : Alternative Perspectives in Sub Saharan Francophone African Film Bloomington: Indiana University Press, 2003. Thomson, Rosemarie Garland. Extraordinary Bodies : Figuring Physical Disability in American Culture and Literature New York: Columbia University Press, 1997. Ukadike, Nwachukwu Frank. Black African Cinema Be rkeley: University of California Press, 1994. --. "The Hyena's Last Laugh." Transition 8.2 (1999): 136 53. --. Questioning African Cinema : Conversations with Filmmakers Minneapolis: University of Minnesota Press, 2002. Vallet, Franois. L'image De L'en fant Au Cinma Paris: Editions du Cerf, 1991. Van Sijll, Jennifer, ed. Les Techniques Narratives Du Cinma Paris: Eyrolles, 2006. --, ed. Les Techniques Narratives Du Cinma Paris: Eyrolles, 2006. Wolfenstein, Martha. "The Image of the Child in Contempo rary Films." Childhood in Contemporary Cultures Ed. Margaret Mead and Martha Wolfenstein. Chicago: University of Chicago Press, 1955. 277 93. Wynchank, Anny. "Image De L'enfance Chez Djibril Diop Mambety: Le Testament D'un Cinaste Sngalais ". Perth, S eptember 2002. Mots Pluriels The University of Western Australia. 12 March 2009. < http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP2202aw.html >. Yaro, Abdou S. "L'image De L'enfant Au Cinma: Entretiens Avec Gaston Kabor Et Idrissa Ouedraogo." 2006.

PAGE 143

143 BIOGRAPHICAL SKETCH Abdou Yaro was born in Ouagadougou, Burkina Faso. He graduated from the Universit de Ouagadougou in 1997 with a Matrise de Psychologie, Option Education. After one year of national service as a high school French T eacher and another year at the cole Normale Suprieure as a Student Teacher in Burkina Faso he moved to the United States. In 2002, he 2003, he began doctoral studies in French/Francophone Literatures & Films at the University of Florida where he also worked as a Teaching Assistant. Abdou Yaro received his Ph.D. from the University of Florida in the summer of 2009 He is currently teach ing as a Lecturer in the African Studie s Program at Indiana University Bloomington.