<%BANNER%>

Feminisme et Anachronisme Dans Les Romans de Christian Jacq Sur L'Egypte Ancienne

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0024500/00001

Material Information

Title: Feminisme et Anachronisme Dans Les Romans de Christian Jacq Sur L'Egypte Ancienne
Physical Description: 1 online resource (79 p.)
Language: english
Creator: Fares, Laila
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: anachronisme, ancienne, copte, couronne, diglossie, egypte, feminism, guerre, liberte, reine
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Fcapital e acuteMINISME ET ANACHRONISME DANS LES ROMANS DE CHRISTIAN JACQ SUR L'capital e acuteGYPTE ANCIENNE This study about Christian Jacq and Feminism presents a survey of Ancient Egypt as it is represented in his novels. It discusses aspects of anachronism in the novels, especially viewing Ancient Egypt as if it were France under the German Occupation. It raises the Women issue and their role in Pharaonic society as attributed to them by the author, especially in his Trilogy (The Liberty Queen - La Reine Liberte acute) and his essay (Egyptian Women - Les capital e acutegyptiennes).
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Laila Fares.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Calin, William C.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0024500:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0024500/00001

Material Information

Title: Feminisme et Anachronisme Dans Les Romans de Christian Jacq Sur L'Egypte Ancienne
Physical Description: 1 online resource (79 p.)
Language: english
Creator: Fares, Laila
Publisher: University of Florida
Place of Publication: Gainesville, Fla.
Publication Date: 2009

Subjects

Subjects / Keywords: anachronisme, ancienne, copte, couronne, diglossie, egypte, feminism, guerre, liberte, reine
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre: French thesis, M.A.
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
born-digital   ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation

Notes

Abstract: Fcapital e acuteMINISME ET ANACHRONISME DANS LES ROMANS DE CHRISTIAN JACQ SUR L'capital e acuteGYPTE ANCIENNE This study about Christian Jacq and Feminism presents a survey of Ancient Egypt as it is represented in his novels. It discusses aspects of anachronism in the novels, especially viewing Ancient Egypt as if it were France under the German Occupation. It raises the Women issue and their role in Pharaonic society as attributed to them by the author, especially in his Trilogy (The Liberty Queen - La Reine Liberte acute) and his essay (Egyptian Women - Les capital e acutegyptiennes).
General Note: In the series University of Florida Digital Collections.
General Note: Includes vita.
Bibliography: Includes bibliographical references.
Source of Description: Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description: This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Statement of Responsibility: by Laila Fares.
Thesis: Thesis (M.A.)--University of Florida, 2009.
Local: Adviser: Calin, William C.

Record Information

Source Institution: UFRGP
Rights Management: Applicable rights reserved.
Classification: lcc - LD1780 2009
System ID: UFE0024500:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 FMINISME ET ANACHRONISME DANS LES ROMANS DE CHRISTIAN JACQ SUR LGYPTE ANCIENNE By LAILA FARES A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2009

PAGE 2

2 2009 Laila Fares

PAGE 3

3 To my mom

PAGE 4

4 TABLE OF CONTENTS page LIST OF TABLES................................................................................................................. ..........6 LIST OF FIGURES.........................................................................................................................7 ABSTRACT.....................................................................................................................................8 CHAP TER 1 INTRODUCTION....................................................................................................................9 1.1 Qui est Christian Jacq ?................................................................................................... ...9 1.2 Objectif de la prsente tude.............................................................................................. .9 2 LGYPTE ANCIENNE ET CHRISTIAN JACQ................................................................. 10 2.1 Les sources gyptiennes de lordr e m aonnique selon Christian Jacq............................. 10 2.2 Science et littrature chez Christia n Jacq : lcrivain grand succs ............................... 12 2.3 La perspective des deux registres.....................................................................................12 3 LA TRILOGIE........................................................................................................................16 3.1 La ddicace choisie par Chri stian Jacq pour sa trilog ie La Reine Libert ........................16 3.2 Le contexte historique choisi par Christian Jacq pour sa trilogie La Reine Libert .........16 3.3 Les Hyksos........................................................................................................................18 3.3.1 Diglossie du Copte...............................................................................................19 3.3.2 Ltat actuel de langue gyptienne.......................................................................20 4 LE FMINISME : CAUSE, MOUVEMENT ET ANTHROPONYMIE..............................21 4.1 La pense fministe de Christian Jacq.............................................................................. 22 4.1.1 La femme gyptienne : un tre lumineux part entire....................................... 23 4.1.2 Le mythe matriarcal............................................................................................. 23 4.2 Le statut du nom de la femme da ns lgypte ancienne et moderne ................................. 24 4.3 Anthroponymie fminine orientale...................................................................................25 4.4 Le statut du nom de la femme occidentale.......................................................................26 4.4.1 LAnthroponymie dans lgypte ancienne..........................................................27 4.4.2 Le nom propre et le pouvoir................................................................................. 28 4.5 La gouvernante.................................................................................................................29 4.5.1 La fminisation des noms de profession..............................................................29 4.5.2 Trois facteurs que la fminisation devrait prendre en considration ................... 30 4.6 Polygamie des rois partir du nouvel empire.................................................................. 30 4.6.1 Monogamie relative et monogamie absolue........................................................ 33 4.6.2 Monogamie sacerdotale et monogamie royale..................................................... 34 4.7 Le mariage morganatique et lhypergamie.......................................................................35

PAGE 5

5 5 FEMMES ET MISOGYNIE ANCIENNE ET MODERNE.................................................. 38 5.1 Lantifminisme du rgime hyksos.................................................................................. 38 5.2 La femme du roi et la misogynie...................................................................................... 38 5.3 La sur de lempereur et la prostitution gratuite ..............................................................40 5.4 Arrestations arbitraires et oppression...............................................................................41 6 LE GNOCIDE DES GYPTIENS....................................................................................... 42 6.1 Les visiteurs de la nuit ou des systm es dictatoriaux....................................................... 42 6.2 Les camps de concentration.............................................................................................. 44 7 ANACHRONISME................................................................................................................46 7.1 La prcarit du franais sous loccupation....................................................................... 47 7.2 Anachronisme et influence historique et politique : Apophis ou le nouveau pharaon com par Hitler............................................................................................................ 49 7.3 Anachronisme contextuel : Sabotage................................................................................ 50 7.4 Anachronisme littraire et li nguis tique de lonirisme...................................................... 52 8 CHRISTIAN JACQ ET LA CRITIQUE LITTRAIRE........................................................ 54 8.1 Intgration et rejet du champ de la critique littraire : deux extrm es, Christian Jacq et Samuel Beckett.......................................................................................................... 54 8.2 Inversement par Georges Brassens de lautr e ct de la mdail le de la critique .............. 55 8.3 Mrite et chos acadmiques de la criti que : littrature pure ou aussi idologie ? ........... 57 8.4 Trois conflits idologiques............................................................................................... 58 8.4.1 Idologie politique vs antinazisme................................................................. 58 8.4.2 Idologie religieuse vs spiritualit ................................................................. 59 8.4.3 Idologie rvolutionnaire vs La Reine Libert ...............................................59 9 MYTHOLOGIE......................................................................................................................61 9.1 Entre la simplicit du mythe pharaonique de Christian Jacq et le sim plisme de labsurde du mythe de Sisyphe de Camus.....................................................................61 9.2 Entre la ralit de la vie m oderne et la subtilit du m ythe................................................ 61 10 DIVISIONS QUE CHRISTIAN JACQ FAIT SA TRILOGIE.......................................... 63 10.1 Structuration tautologique : Flashbacks..........................................................................63 10.2 Structuration dialogique..................................................................................................63 10.3 Structuration squentielle............................................................................................... 64 10.4 Structuration parallle.....................................................................................................65 REFERENCES..............................................................................................................................78 BIOGRAPHICAL SKETCH.........................................................................................................79

PAGE 6

6 LIST OF TABLES Table page 10-1 La Reine Libert : L Empire des Tnbres ........................................................................67 10-2 La Reine Libert : La Guerre des C ouronnes ....................................................................69 10-3 La Reine Libert : L pe Flamboyante ............................................................................71 10-4 Vue horizontale de la trilogie............................................................................................ .74 10-5 Vue verticale de la trilogie.............................................................................................. ...74

PAGE 7

7 LIST OF FIGURES Figure page 10-1 Ordre dcroissant des gyptiens : LEmpire des Tnbres dom ine..................................75 10-2 Ordre croissant des Alternances : L pe Flamboyante domine....................................... 75 10-3 Prdominance des Hyksos dans la G uerre des Couronnes. ..............................................75 10-4 Prdominance des Alternatifs dans lpe Flam boyante. .................................................76 10-5 Prdominance et Position Optimale rsultan t de la struc turation parallle dans la trilogie....................................................................................................................... .........76

PAGE 8

8 Abstract of Thesis Presen ted to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts FMINISME ET ANACHRONISME DANS LES ROMANS DE CHRISTIAN JACQ SUR LGYPTE ANCIENNE By Laila Fares May 2009 Chair: William Calin Major: French This study about Christian Jacq and Feminism pr esents a survey of Ancient Egypt as it is represented in his novels. It discusses aspects of anachronism in the novels, especially viewing Ancient Egypt as if it were France under the German Occupation. It raises the Women issue and their role in Pharaonic society as attributed to them by the author especially in his Trilogy (The Liberty Queen La Reine Libert ) and his essay (Egyptian Women Les gyptiennes ).

PAGE 9

9 CHAPTER 1 INTRODUCTION 1.1 Qui est Christian Jacq ? Christian Jacq est n Paris en 1947. Aprs a voir fait des tudes en lettres, il obtient un doctorat en gyptologie de la Sor bonne dont le sujet de thse est Le voyage dans lautre monde selon lgypte ancienne. Paralllement ses tudes universitai res, il crit des ouvrages de fiction ds lg e de seize ans. Il publie son premier essai, Le message des btisseurs de cathdrales, en 1974, suivi de plusieurs autres dont Lgypte des grands pharaons (1981), qui est couronn par lAcadmie franaise, ainsi que Le petit Champollion illustr et Initiation lgyptologie (1994), qui mettent la porte de tous des connaissances jusque-l rserves aux spcialistes. Dans le domaine du roman, le premier grand succs de Christian Jacq est Champollion lgyptien (1987), suivi par La Reine Soleil (prix Jean dHeurs du roman historique 1988), Laffaire Toutankhamon (prix des Maisons de la Presse 1992) et La Fiance du Nil (prix Saint-Affrique 1993). Christian Jacq est aussi le fondateur et le crateur de lInstitut Ramss Paris. 1.2 Objectif de la prsente tude Ltude qui suit su r Christian Jacq et lanachronisme prsente un aperu de lancienne gypte telle quelle transparat dans son uvre en gnral. Elle relve le rle que Christian Jacq attribue la femme dans la socit pharaonique en particul ier partir de sa trilogie La Reine Libert et de son essai Les gyptiennes et elle critique la perspective de lanachronisme chez le romancier vu sous langle de linfluence historiq ue et politique de la seconde guerre mondiale sur le vocabulaire et le contexte de la trilogie. Elle soulve galement la question de labsence de Christian Jacq du champ de la critique littra ire en examinant ce phnomne et en analysant quelques raisons proposes pour essayer de linterprter.

PAGE 10

10 CHAPTER 2 LGYPTE ANCIENNE ET CHRISTIAN JACQ Luvre de Christian Jacq se dis tingue par lintrt quil accorde la civilisation de lgypte ancienne. Cet intrt s exprime clairement, dans la pl upart de ses livres, par le traitement quil fait du sujet directement dans ses romans et essais. Cependant, la prsence de lancienne gypte se trouve aussi implicite quexplicite dans luvre de Christian Jacq. Par exemple, dans ses livres sur la franc-maonnerie, bien quil sagisse de lhistoire relativement ancienne de ce mouvement telle que connue par le grand public, savoir, partir du moyen ge jusqu nos jours, Christian Jacq va en chercher les racines, tort ou raison, chez les anciens gyptiens. Pour lui il est vrai que la source originale de la fran c-maonnerie se situe quelques sicles depuis le moyen ge jusqu nos jours, mais il pousse la vrit plus loin et fait relever les principes, les rgles et linspirat ion de lordre franc-maon de la civilisation la plus ancienne que le monde ait connue. Il sagirait donc plutt de quelques millnaires plutt que de quelques sicles dans lhistoire volutiv e des francs-maons daprs lui. Aucune quivoque dans ses livres qui traitent du sujet directemen t et dont le titre nen est que clairement rvlateur du contenu. Que ce soit donc de faon explicite ou implicite, l gypte ancienne est toujours prsente dans les romans et les essais de Christian Jacq. 2.1 Les sources gyptiennes de lord re maonnique selon Christian Jacq Dans son livre La franc-maonnerie : Hi stoire et Initiation Christian Jacq reprend le fil historique trac par les d iffrent s historiens, francs-maons ou non, afin de dmontrer que seules les sources pharaoniques en sont lorigine. Il lance dans son avant-propos un avertissement gnral pour clairer le public sur le but de son enqute quil affirme tre purement acadmique et par laquelle il na linte ntion de dfier personne : Cette enqute sur laventure spirituelle et hi storique des Francs-ma ons ne sinscrit dans aucune polmique. Le lecteur contemporain, nous semble-t-il, ne sintresse plus des

PAGE 11

11 manifestes favorables ou hostiles un Ordre encore mal connu. Les communauts maonniques, linstar dautres socits initiatiques, ont tent de percevoir le sacr et de crer une fraternit despr it et de cur pour offrir aux hommes un vritable idal1. Dans son Introduction Christian Jacq met en garde le l ecteur contre la rumeur ne dune propagande largement rpandue selon laquelle la franc-maonnerie serait la fille du XVIIIe sicle, 1717 tant une date importante dans son hi stoire, ou encore celle du Moyen-ge, lge dor des btisseurs de cathdrales Ces priodes historiques, quoique relativement anciennes, sont encore trop rcentes par rapport aux temps phara oniques o se serait forme la premire maonnerie. En fait, le Moyen-ge et le XVIIIe sicle sont de s poques certainement marquantes dans lvolution historique des FM, puisquelles sont lorigine des associations contemporaines Mais cela ne doit pas nous faire oublier les vritables fondements de linstitution car ces marques ch ronologiques ne constituent quune forme tardive de la FM et non pas sa forme unique Christian Jacq voquera donc, avec un grand talent, tout au long de cet ouvrage qui semble admirablement objectif, neutre et document, lhistoire afin de dissiper une illusion ; la maonnerie nest pas ne lpoque moyengeuse laquelle la font revenir de nombreuses croyances, non plus qu au XVIIIe sicle, selon des croyances encore plus nombreuses, tout en mettant en relief le grand essor qui a marqu son dveloppement partir de ces dates. La mise en vidence de lorigine pharaonique de la FM, outre le s ouvrages historiques anciens et modernes dont le tmoignage est rele v par Christian Jacq, quelle soit mythique ou relle, ressort surtout travers les symboles dont se sont servi les FM tout au long de leur histoire et jusquaujourdhui. 1 JACQ C., La franc-maonnerie : Histoire et Initiation Robert Laffont, Paris, 1975 p.7

PAGE 12

12 2.2 Science et littrature chez Christ ian Jacq : lcrivain grand succs Lintrt historique et archologique que Christian Jacq porte lgypte en tant qugyptologue est un grand atout double enje u pour ses lecteurs tant amateurs que professionnels dhistoire ou darch ologie. En effet, les dtail s scientifiques ne manquent pas dun cadre littraire clair, agrable et soutenu qui les met en valeur tout en exemptant le lecteur du style pdant, compliqu loisir, qui aurait pu si facilement rendre la le cture ennuyeuse ou tout au moins dplaisante au plus grand public qui en gnral nest pas ncessairement vers en gyptologie. Or cest le propre dun crivain accompli de rendre son sujet agrable et ses lecteurs avides den savoir davantage, et mme si cest un sujet ardu, de le rendre facile et accessible. Lart littraire de Christian Jacq est en ce sens parfait. Il atteint son but. Christian Jacq fait parcourir ses lecteurs un traj et long de plusieurs millnaires do ils reviennent aprs chaque lecture avides dy retourner. Cela explique sa ns doute le grand succs de Christian Jacq en termes de ventes et de rimpressions de ses livr es dune part et dautre part en termes de traductions du franais vers dau tres langues y compris langlai s, lespagnol, litalien et de nombreuses langues asiatiques et af ricaines. Si les livres de la pl upart des crivains mettent au moins cent ans aprs leur mort pour tre placs sur les tagres de bibliothques, selon lcrivain Henri Lopes2, le succs de Christian Jacq serait do nc prmatur vu quil nest g que de soixante-deux ans aujourdhui, tant n en 1947. 2.3 La perspective des deux registres La trilogie de La Reine L ibert est une uvre de fiction la fo is littraire et historique. Cependant, il nest pas requis du lecteur dtre lui-mme un spcialiste pour en jouir et sy instruire. Sur le plan linguistique, le franais est impeccable. La structure des phrases est idale, 2 LOPES H., Le Chercheur dAfriques Seuil, Paris, 1990

PAGE 13

13 ni trop courtes ni trop longues. Le style relve du registre sublime en tant que roman populaire, cause du statut scientifique qui y est affich et des images divi nes quil comporte, cependant, il relve du registre moyen en tant que roman historique ou en tant que pice darchologie ou encore dgyptologie. Cela est d au fait que le langage scientifique et la terminologie de lgyptologue et de larchol ogue sont amalgams avec le langage de tous les jours et la terminologie utilise pour exprimer les choses les plus ordinaires de la vie. Il y a donc un double registre en jeu qui peut paratre rabaissant ou exaltant selon quon se pl ace du ct du lecteur expert et indign de voir la scie nce de lgyptologie rabaisse au niveau o elle sert dintrigue dans un roman, ou du ct du lecteur amateur et reconnaissant dacqurir des rudiments scientifiques qui ajoutent son plaisir de lire des connaissances sur des sciences humaines telles que lgyptologie, lhistoi re et larchologie. Le lecteur ordi naire qui est en qute de distraction agrable nest pas seulement chatouill de plaisir mais encore lamalgame expertise/romance ou science/fiction ou ralit histori que/intrigue temporelle suspenda nt lhaleine dpasse sa qute initiale et surpasse toutes ses attentes. En effet, le lecteur se voit rcompens sans sy attendre et sans avoir eu lintention de lt re au dpart, rcompens davoir atteint un niveau de profondeur et de srieux sans pour autant perdre la simplicit et la facilit qui caractrisent par ailleurs les romans grand succs o la distraction la plus ag rable est offerte au lecteur. Le lecteur moyen ou amateur acquiert donc quelque chose de plus que ce quoi il sattendait dun roman passionnant, facile et agrable ; puisque lutile sy joint lagrable pour le faire accder des connaissances que lauteur a acquises force de recherche dans les so urces disponibles qui forment la science des anciens gyptiens et for ce de lectures dans lesquelles il a consult les documents aussi bien anciens que modernes qui s y rattachent. Lauteur ne se venge nullement de cette peine quil sest donne sur le lecteur, au contraire, il le fait pr ofiter du fruit de ses

PAGE 14

14 labeurs en lui prsentant quel ques vrits de lhistoire phara onique telles quelles puissent soulever en lui ladmiration et la reconnaissa nce : admiration pour la premire civilisation humaine historique et prhistori que et reconnaissance pour lauteur qui passe matre dans lart de la narration qui fournit des dtails scientifiques vous jadis et aill eurs lsotrisme tout en les affichant simplement sur lhumble terrain culture l accessible au public moyen, voire mme un public qui na aucune connaissance pr alable en matire dgyptologie. Le double registre ne le sera donc que relativ ement au niveau dexpe rtise gyptologique du lecteur. Si cest un gyptologue spcialis qui en juge, il lestimera sa ns doute appartenant un registre moyen. Toutefois, sil le pouvait, il lau rait plac dans un registre bas tant les sujets des sciences sont tenus dans le plus grand secret par leurs cons ervateurs et tant ils veulent jalousement les prserver et en interdire la divul gation. Mais cela va de soi quil ne trouverait aucune vulgarit grossire dans le tissu linguistique des textes pour en accuser lauteur et risquer sa rputation professionnelle en se faisant passer pour un diffamateur. Cependant, nous maintenons que lgyptologue prof essionnel traitera aisment les ouvrages de Christian Jacq en tant que faisant partie du registre moyen, rservant au registre sublime les ouvrages dgyptologie inaccessibles au le cteur moyen, qui substituent le grec, le latin ou lcriture hiroglyphique elle-mme aux termes explicatifs de sorte que le lecteu r ignorant ces langues se trouve rebut ds les premires explications et se trouve si dpays quil en abandonne la lecture. Cest donc relativement au domaine scie ntifique et purement archologique que lgyptologue ou lexpert ordina ire en jugera professionnellemen t. Le registre utilis par Christian Jacq sera pour lui plac un niveau pl us bas que ce dont il a besoin pour le registre sublime qui ne divulguerait pas en franais les se crets de la science de lgypte ancienne.

PAGE 15

15 Mais sil sagit du lecteur moyen qui ne peut pas tre qualifi dexpert en la matire, qui lit pour se distraire et qui nest nul lement vers dans les sciences de lhistoire ancienne, de larchologie et de lgyptologi e, celui-ci se verra l ev un niveau plus haut que ce quoi il sattendait dun roman o le langage lui est familier, le franais porte de main mais les domaines de connaissances tout fait nouveaux, inattendus et en quelque sorte inimaginables. Relativement ce lecteur-l donc qui ne savait pas grand-chose la civilisation de lgypte ancienne, le registre de Christian Jacq sera estim sublime. La perspective du double registre chez Christian Jacq aura donc raison des uns et des autres relativement leur degr dexpertise en gyptologie, selon quils sont expert s ou amateurs, savants ou non connaisseurs.

PAGE 16

16 CHAPTER 3 LA TRILOGIE 3.1 La ddicace choisie par Christian Jacq pour sa trilogie La Reine Libert La ddicace de la trilogie La Reine Libert est id entique dans les tr ois livres, de mme que le titre est identique et les trois livres ne se dis tinguent au niveau du titre que par les sous titres : LEmpire des Tnbres, La Guerre des Couronnes, Lpe Flamboyante. Christian Jacq ddie chacun des livres de sa trilogie toutes celles et tous ceux qui ont consacr leur vie la libert en luttant contre les occupations, les totalita rismes et les inquisitions de toute nature. 1 3.2 Le contexte historique choisi par Christian Jacq pour sa trilogie La Reine Libert Christian Jacq introduit le prem ier volume de sa trilogie en citant le tmoignage de Flavius Josphe, le grand et illustre hist orien juif, qui cite son tour Manthon, le seul gyptien qui ait crit une histoire de lgypte, au IIIe sicle avant not re re. Josphe cite Manthon dans son livre Contre Apion o il dment les faits allgus par Api on qui dnie lanciennet du peuple juif2. Quant Manthon, cest le premier avoir divis lhistoire de lgypte an cienne en dynasties. On ne retient de lui que cette di vision qui savra fort utile la classification des diffrentes priodes historiques des pharaons et quelques fragments de ses crits qui fu rent partiellement perdus puisquil nen reste que ce que dautres auteurs anciens en ont mentionn. Voici donc ce qucrit Manthon tel que cit par Josphe : Dieu fit souffler sur nous un vent contraire et soudainement, venant des rgions de lEst, des envahisseurs dune race indfinie marchrent avec dtermination contre notre pays et, aisment, sans combat, ils sen emparrent par la force ; ils destiturent ceux qui le gouvernaient, puis ils incendirent les villes sans piti, dtruisirent les temples des divinits et maltraitrent la population avec une extrme cr uaut, massacrant les hommes et emmenant leurs femmes et leurs enfants en esclavag e. (Texte de Manthon sur linvasion des Hyksos, cit dans Flavius Josphe, Contre Apion, I, 14, 75sq.)3 1 JACQ C., La Reine Libert : LEmpire des Tnbres, Xo, Paris, 2002 p.7 2 JOSPHE F., Contre Apion Les Belles Lettres, Paris, 1930 3 JACQ C., La Reine Libert : lempire des tnbres Xo, Paris, 2002 p.9

PAGE 17

17 Le contexte historique dans lequel se droule lhistoire de la trilogie La Reine Libert de Christian Jacq est donc rel et bien familier aux historiens. Les grands traits gnraux qui marquent lhistoire de linvasi on Hyksos de lgypte sont conf ormes la ralit. La fiction historique de Christian Jacq sappuie admirablement sur ses tec hniques narratives qui font valoir ses talents de romancier. Limagination abondant e de lauteur sest sa ns doute dploye sans rserve pour tisser tous les menus dtails du roman, y compris ceux qui sont relatifs aux dialogues de ses personnages, par lintermdiaire desquels la narration avance et qui constituent la structure dialogique de la trilogie. Ces dialogues oraux dont on ne peut avoir aucune preuve crite, ni dans le pass proche ni dans le lo intain, ont un effet magique sur le droulement des vnements en crant une sorte de dclination de respons abilit, de dpersonna lisation de la part de lauteur qui emprunte judicieusement cette structure dialogique, la quelle, toute personnelle quelle est, demeure impersonnelle par rapport limplication du narrateur. Cest cette mme forme dialogique qui donne sa force au roman. Dailleurs la structure dialogique ne donne pas seulement de force dans le domaine de limagin aire, mais galement dans celui du rel. Et si nous nous arrtons aux documents crits du plus court des procs-verbaux ou ceux plus longs dun procs normal, nous trouverons que la force des arguments, mme sils sont invariables, prend plus dampleur dans la st ructure dialogique plutt que dans la simple structure narrative. [La formule monsieur untel dit : est toujours plus forte que la formule monsieur untel dit quil] Cela rside dans la puissance des gui llemets pour rapporter dans le texte une voix extrieure celle du narrateur qui emprunte celles des autres pour faire entendre la sienne. Cependant, il faut rendre Christian Jacq le mrite de la mesure et de la proportion dans ses inventions historiques et ses dialogues imaginaires. Sa fiction historique nest nullement vasive, mais plutt descriptive dune ralit qui lui se rt de base, qui lui est sous jacente et qui

PAGE 18

18 devient incontestablement plausible dans le contex te fictif du roman. Lart narratif de Christian Jacq est donc la fois fictif et imaginaire. Il sy prend merv eille pour superposer la guerre hyksos atteste par lhistoire, dont les recueils tmoigne nt par les inscriptions graves sur la pierre ou sur des papyrus miraculeusement conser vs, les dialogues et les maints menus dtails narratifs qui sont ncessaires pour tisser un roman de fiction historique dont la structure est la fois fictive et romanesque, pique et romanti que. Les scnes du paysage gyptien dont sinspire Christian Jacq et quil peint volont tmoignent de la visite des lieux par lauteur passionn dhistoire gyptienne ds lge de treize ans et de lintrt quil y porte. Quant au contexte culturel, Christian Jacq ramne sans cesse le lect eur aux significations mystiques et spirituelles de notions en usage frquent da ns lgypte ancienne polythiste. 3.3 Les Hyksos Le term e grec hyksos est driv de lgyptien Heqa-oukhasout qui signifie les chefs des nations trangres. Les Hyksos dsignent donc une population asiati que indtermine cause de la multiplicit dorigines des mercenaires qui en formaient larme. Ils venaient vraisemblablement dAsie et sont entrs en gypte pour la gouverner et lassujettir en empruntant la voie de terre par le nord-est du delta. Cest par cette mme voie que lgypte connut des agresseurs ultrieurs. Ils ont form la XVe et la XVIe dynasties. Leur rgne se situe dans la Seconde Priode Intermd iaire qui est postrieure au M oyen Empire et antrieure au Nouvel Empire. Sur le plan chronologique, les dynasties hyksos ont coex ist avec la XIVe dynastie Sas et la XVIIe dynastie Thbes. Le paralllisme ou la simultanit des dynasties en cette priode de la fin du XVIIIe sicle avant J.-C. constitue une grande complexit pour le calcul des dates. Les Hyksos sont cependant le s envahisseurs qui ont oc cup lgypte vers 1785 et jusqu environ 1560 avant J.-C. pendant prs de deux sicles. Ils ont t battus par larme de Thbes (XIIe XVIIIe dynastie) et lgypte a t dfinitivement libre de leur joug sous le

PAGE 19

19 rgne de la reine Ahotep (XVIIe et XVIIIe dynasties) marqu par la succession de trois pharaons : Seqen-en-R, Kams (XVIIe dynastie) et Amos (XVIIIe dynastie). Lgypte septentrionale, situe au nord, a non seulement subi linvasion hyksos mais aussi dautres invasions ultrieures, tandis que la Haute gypte, situe au sud, en a t moins affecte, cause de sa position gographique stra tgique, car le courant du fleuve du Nil va du sud au nord de lgypte et par consquent rend la navigation bien plus difficile vers le sud, do le fait que la Haute gypte soit moins facilement accessible. Le s envahisseurs de lgypte, que ce soit les Hyksos ou ceux qui sont venus dautres poques Perses, Libyens, Grecs, Romains, ont adopt le mode dcriture hiroglyphique pour terniser les noms de leurs rois, dans des cartouches comme le faisaient les pharaons gyptiens, ainsi que certaines des coutumes gyptiennes, car ils ont voulu se doter de la grandeur des pharaons et sattribuer leur souverainet. Cest dans cette diversit que converge le caractre cosmopolite de lgypte et surtout dAl exandrie qui a t la capitale culturelle de lancien monde et un centre hellnistique par excellence. 3.3.1 Diglossie du Copte Quant la dernire invasion de lgypte m ode rne par les Arabes au VIIe sicle aprs Jsus-Christ, elle se distingue linguistiquement et cu lturellement des autres invasions en ce que les Arabes nont ni adopt la langue gyptie nne ni voulu hriter du patrimoine culturel pharaonique. Cette fois ce sont les gyptiens qui ont appris la langue des arabes sans renoncer la leur et sans la leur appre ndre, non pas parce queux-mmes ne la parlaient plus puisquils ont continu de lutiliser pendant environ six cents ans jusquau XIIIe sicle aprs J.-C, mais pour des raisons dordre politique qui rpondent aux soucis premie rs du pouvoir colonisateur qui consistent radiquer la langue autochtone du pays conquis pour imposer la sienne. Dans cette absence dchange le manque de rceptivit lingu istique a fait que les Arabes ont baptis de Copte la nationalit et la langue gyptiennes, en faisant dri ver la consonne gutturale [k] du

PAGE 20

20 [g] grec, langue dont ils taient instruits ma is quils prononaient mal, et le terme grec gyptos devint ainsi dans le ur langue kpte do le substa ntif et ladj ectif copte qui continue de dsigner jusquauj ourdhui les originaires autocht ones descendants des pharaons. 3.3.2 Ltat actuel de langue gyptienne Tandis que la langue gyptienne [copte] tait pass e en tat de diglossi e sous lem pire Grec [~ 330 Avant J.-C ~ 30 aprs J.-C] et Romain [~ 30 ~ 666] et que le bilinguisme grec et latin, quoi quayant largement prvalu ne laissait pa s de coexister avec la langue copte, sous lhgmonie arabe, ltat de di glossie du copte ne fit que rgre sser : aujourdhui le copte nest parl couramment que de quelques rares fam illes gyptiennes et nest utilis comme langue liturgique quen parallle avec larabe [en gypte et dans les pays arabes], litalien [en Italie], lespagnol [en Espagne et en Amrique du Sud], lallemand [en Allemagne, en Suisse et en Autriche], le franais [en France, en Suisse, en Belgique et au Ca nada] et langlais [en Angleterre, en Australie, en N ouvelle Zlande, au Canada anglais et aux Etats-Unis]. Ainsi le copte est pass de ltat de diglossi e vers un tat de quasi disparition.

PAGE 21

21 CHAPTER 4 LE FMINISME : CAUSE, MOUVEMENT ET ANTHROPONYMIE La cause du fm inisme, qui relve de lhuman isme, occupe une grande place ainsi quune importance prdominante toute digne dintrt et de mrite dans la littrature franaise depuis ses formes les plus anciennes et jusquaujourdhui, en passant par Molir e qui soulve la cause fminine et satirise la misogynie dans plusieurs de ses uvres dont Les Femmes Savantes, Lcole des Femmes, Les Prcieuses Ridicules et Le Misanthrope La cause fminine quil traite y est bien dveloppe et dfendue par ses personnages subalternes qui essayent de faire entendre raison ses hros, ce qui ne lai sse pas dtre une cause gagnante la fin, cause du thme de la fminit qui y surgit et qui porte la rflexion, ce qui ne manque pas de remettre en question le statut fminin, avec la meilleure influence social e possible. Cependant Moli re na pas invent le fminisme, il na fait que se saisir dun courant dides bien en place dj avant lui et qui na pas disparu aprs lui. Si de son c t, par ailleurs, La Rochefoucauld affirme que lesprit de la plupart des femmes sert plus fort ifier leur folie que leur raison 1, il entend par cette taquinerie en manire de plaisanterie sans doute mieux pou rfendre les misogynes en le ur cdant le terrain majoritaire, mais il coupe court leur misogynie en leur soutirant le dro it dinstituer des lois contre la femme, droit dont ils se seraient servis sil avait utilis ladjectif toutes au lieu du substantif la plupart nuance qui dmontre lintelligence du pro fminisme chez un crivain de grand talent dont les crit s sont si riches de sens quils sont imperceptible s par le biais immdiat dune premire lecture et quils exigent une an alyse profonde et plus dune lecture pour en percevoir toute la richesse. Quant Christian Jacq, cest un ap eru anachronique quil dploie dans sa vision du fminisme pharaonique qui, selo n lui, a t une cause de scandale pour les diffrents envahisseurs aux diffre ntes poques et qui a constitu un point majeur sur lequel leurs 1 LA ROCHEFOUCAULD F., Maximes Garnier, Paris, 1999 340

PAGE 22

22 mesures de rformes ont arbitr. Ainsi lantif minisme hyksos se donne pour tche de faire disparatre lgalit entre lhomme et la femme qui subsistait de la civilisation pharaonique : Les gyptiennes taient perverti es par leur libert, rappela lempereur. Notre loi exige que toute femelle soit soumise un mle, seul capable de prendre des dcisions. ( E.T _208) Cependant il ne faut pas perdre de vue que ce pr estige du fminisme gyptien est exploit par des reines grecques telles que Cloptr e et Arsino, qui incarnent la desse Isis pour instituer et consolider leur pouvoir. Cloptre se fait appele r la nouvelle Isis pou recrer un ge dor des anciens pharaons avec Antoine quelle nomme Osiris ( gyptiennes _150) 4.1 La pense fministe de Christian Jacq Christian Jacq sest em par de la cause fminine dans sa trilogie La Reine Libert et son essai Les gyptiennes en adoptant le fminisme comme base de sa pense libratrice rebours par anachronisme o il ne re vendique pas seulement la libert de la femme, mais il va jusqu revendiquer celle des hommes par une femme, en l occurrence la reine de Thbes Ahotep dans la trilogie, et par le biais dun autre anachr onisme, celle-ci est la figure symbolisant anachroniquement le gnral Charles de Gaulle qui organise la rsistance et achve la libration. Christian Jacq va donc jusqu personnifier la libert elle-mme en une femme qui en devient le noyau, la figure, lagent, le m oyen, la volont et laccomplissement. Cette vision doublement anachronique o lmancipation de la femme est pour le moins surprenante par rapport la priode de lantiquit o se situent les crits de Ch ristian Jacq nous laisse dans ltonnement quant la servitude dans laquelle elle aurait t auparavant pour sen affranchir, car pour se librer, il faut avoir eu des chanes, or il ne peut tre questi on de libert l o il ny a point eu de chanes. La pense f ministe de Christian Jacq se di stingue aussi par un dblayage de terrain considrable pour liminer des prjugs te ls que ceux du mariage entre frre et sur chez les pharaons. Il en prouve la fausse t et insiste sur la ncessit de se mfier de nos projections

PAGE 23

23 sur lgypte pharaonique. ( gyptiennes_169) Quant lorigine de ce mythe, Christian Jacq en analyse la provenance chez Diodore de Sicile qui semble ignor er que la femme appelle son mari mon frre, et le mari sa femme ma sur il nexiste aucun exemple de mariage entre un frre et une sur de sang avant lpoque ptolmaque dont la cour grecque dAlexandrie clbra peut-tre des mariages rels entre frre et sur, pour perptuer la puret dynastique. ( gyptiennes_168) Quant au mythe de la polyandrie Christian Jacq prouve quil est galement faux et quil sagissait pour les de ux reines accuses davoir eu deux maris de mariages successifs aprs une priode de veuvage ( gyptiennes_168) et non pas simultans. 4.1.1 La femme gyptienne : un tre lumineux part entire La fe mme de lgypte ancienne est prtresse, prophtesse et desse. Elle est galement souveraine ou pharaon, comme la clbre Hatshepsout2. Telle que reprsent e par Christian Jacq, dans Les gyptiennes la femme dans la socit gyptienne pharaonique est gouvernante et non pas gouverne. Ne fut-ce que sur le plan st rictement linguistique, ce rle de gouverneur rvolutionne, outre nos donnes smantiques, nos critres sociaux, par rapport une poque si recule de lhistoire o lanachro nisme de la libert cadre mal av ec les critres du fminisme. 4.1.2 Le mythe matriarcal Aucune trad ition dans le monde antique ou moderne na jamais connu de place aussi privilgie ni de statut aussi li bral, selon Christian Jacq, pour la femme : Les premiers Grecs qui visitrent lgypte furent choqus par l autonomie accorde aux gyptiennes ; le gographe 2 JACQ C., Les gyptiennes Perrin, Paris, 1996 (Voir en particulier La Reine Hatchepsout p. 65 ; Hatchepsout Pharaon p.71 ; Hatchepsout, Soleil Fminin p. 76 ; Hatchepsout Matre duvre, 80 et les autres chapitres qui lui sont consacrs jusqu p. 95)

PAGE 24

24 Diodore de Sicile3, boulevers, va jusqu prtendre que la femme dgypte a pleins pouvoirs sur son mari, ce qui a laiss croi re, tort, lexistence dun matr iarcat sur les rives du Nil. 4 4.2 Le statut du nom de la femme da ns lgypte ancienne et moderne Christian Jacq crit propos de la question du nom dans son introduction aux gyptiennes : Au fil des pages, nou s rencontrerons des reines, des inconnues, des femmes de pouvoir, des femmes au travail, des prtresses, des servantes, des pouses, des mres ; aucune delles naurait pu sappeler madame Anatol e Dupont ce qui suppose lanantissement de son nom, de son prnom et un total effacement de rrire son mari. Lgyptienne affirma son nom et sa personnalit, sans pour autant entrer dans un processus de comptition avec lhomme, parce quil lui fut possible dexprimer pleinement sa capacit dtre conscient et responsable. 5 Il faut remarquer quen gypte, jusquaujourdhui, la femme marie garde son nom de jeune fille. Quand il lui arrive de remplir de s formulaires de fiches diden tit franaise, par exemple, pour obtenir un visa de tourisme ou autre pour partir en France, le consul doit claircir ce point avant de lui permettre de toucher le sol franais. Il lu i demande si elle a fait une faute en crivant son nom de famille et son nom de jeune fille identique ment. Si elle rpond par la ngative, il claircit la situation autrement. Il lui dit quil aurait donc fallu laisser la case ct du nom de famille vide puisquelle nest pas marie, et quil aurait fallu cocher plut t celle ct de Mlle non point celle ct de Mme Si la dame rpond : Mais si, je suis marie le consul de France la corrige encore et lui dit : Puisque vous tes marie, madame, il aurait fallu crire le nom de la famille de votre mari et non pas votre nom de famille vous. Notre dame voyant son visa en danger de refus cause dune question de nom laquelle elle voudrait couper court pour partir en France, sexcuse, corrige, remercie, prend son passeport et sen va. Elle se console 3 SICILE D., La Naissance des Dieux et des Hommes Les Belles Lettres, Paris, 1991 4 JACQ C., Les gyptiennes Perrin, Paris, 1996 p. 12 5 JACQ C., Les gyptiennes Perrin, Paris, 1996 p. 13

PAGE 25

25 toutefois en se disant quelle porte dj le nom de son mari grav dans son alliance au doigt, pourquoi ne le porterait-elle pas encore sur son visa ? Et de toutes faons la douane, les gyptiens, qui ne lisent pas le fr anais, ne regardent que les noms crits en arabe et les Franais, qui ne savent pas lire larabe, ne regardent que ceux qui sont crits en franais. Plus dennuis possibles. Il ny aura aucun ris que de confusion. Rien craindre de ce ct. La question du nom de la femme constitue pourtant un paradoxe im portant parmi les murs gyptiennes observes jusqu prsent, quoique rvolues puisquelles ont dispar u pour la plupart de la civilisation moderne ; car mme en gypte moderne o la cout ume de conserver le nom de jeune fille aprs le mariage et de ne point adopter le nom de fam ille de lpoux sest conserve, personne ne croit que cest le prolongement dune tradition pharaonique et dailleurs si cette croyance se rpandait, une loi sortirait le lend emain pour la changer 4.3 Anthroponymie fminine orientale Quant certains orientaux dont les Arabes hors dgypte, ils gardent le nom de jeune fille de leurs femmes aprs le mariage pour la ra ison quelle est une pouse parmi une infinit dautres si elle est devenue la femme dun hom me qui divorce frquemment, ou elle est une pouse parmi quatre lgitimes, si lpoux nest pas un adepte du divorce, et il importe que toutes ces femmes ne portent pas le mme nom du mme homme qui les a toutes pour pouses, autrement il y aurait grande possibilit de c onfondre leur identit, su rtout si quelques unes portent le mme prnom, ce qui arrive couram ment. Ce mli-mlo anthroponymique, ajout au foulard qui couvre de la tte aux pi eds les traits de leurs corps et ceux de leurs visa ges aurait fini par rendre ces cratures tout fait mconnais sables. La raison pour laquelle les musulmanes gardent leur nom de jeune fille aprs leur ma riage a donc le meilleur fondement du monde en prservant leur personnal it et leur fminit, droits sacrs qui leur sont octroys par leurs lgislateurs. Les Arabes dgypt e qui se distinguent beaucoup des autres populations comme se

PAGE 26

26 sont toujours distingus ceux qui ont habit ce pays cosmopolite, pa rce quils nexercent pas la polygamie, quoique la loi civile ne le leur interdise point, n ont pas les mmes fondements lorigine de leur coutume anthroponymique qui fa it conserver la femme son nom de jeune fille aprs le mariage. Mais si lun deux savisait d en tirer profit, il serait si mal vu de toute la socit et en deviendrait si malheureux que son exemple suff irait dcourager quiconque voudrait limiter. 4.4 Le statut du nom de la femme occidentale La perte d e son nom de famille par la femme occidentale nen est pas vraiment une, puisque toute perte qui se termine en gain, ne peut pas tre considre en tant que telle. Christian Jacq exagre beaucoup trop leffacement de la pe rsonnalit de la femme occidentale derrire son mari en se basant sur son renoncement au nom de jeune fille. Ce point de total effacement derrire son mari 6 serait critique si elle partageait ce mari avec dautres femmes. Mais il est inoffensif en ce que la femme honore son mari en portant son nom, et lhomme honore sa femme, comme marque supplmentaire de s on amour, en lui attribuant son nom. Par lappellation du nom du mari, la femme gagne un nouveau nom qui inaugure sa nouvelle vie conjugale. Il ne sagit donc pas de perdre mais au contraire de gagner. Et on ne peut pas parler davoir perdu quelque chose quon a retrouv, ce qui est perdu ces t ce quon ne retrouve jamais. La femme occidentale aurait fait une perte si elle devait renoncer son nom sans en acqurir un autre. Ou encore sil lui fallait par exemple re noncer son nom partir dun certain ge o elle mrit pour se donner en mariage, jusqu ce que lle trouve un mari, mais entre-temps elle naurait pas de nom. Dans des cas pareils et une infinit dautres dont labsurdit serait dconcertante, Christian Jacq aurait eu raison de parler de perte, due cette perte de nom que la 6 Ibid.

PAGE 27

27 perte de la personnalit implique. Ce que Christia n Jacq appelle perte dans sa comparaison des civilisations ancienne et moderne, il devrait lappeler plutt change. Et en ralit, tout change est une perte dune chose contre le gain dune autre. C est la loi de la nature, du commerce et de la vie. Mais Christian Jacq ne comprend-il pas vraiment ou fait-il semblant afin de sattaquer au mariage occidental en tant quinstitution sociale, ou encore dsire-t-il rformer les codes civils du mariage en occident ? Quelles que soient ses raisons, il a tort sur ce point et nul ne peut lui donner raison sur sa considration que lacquisiti on du nom de son mari ferait perdre la femme occidentale sa personnalit ou causerait s on total effacement de rrire son mari 7. Dailleurs Lavoisier, le clbre chimiste franais la bien dit : Rien ne se perd, rien ne se cre, tout se transforme Ce que Christian Jacq passe sous silence et qui constitue la source de son erreur cest que les anciens gyptiens croyaient que la personnalit morale humaine, lidentit spirituelle rsidait dans le nom propre (Wagman, 2008) que lon portait, que lon soit homme ou femme. La prtention leff acement de la personnalit fmi nine occidentale que Christian Jacq attribue lacquisition du no m de lpoux, sans en avoir le droit et bien tort, sera sans doute parmi les facteurs qui ne lu i vaudront point un statut prestig ieux au sein de la critique littraire, voire mme aucun cho de la part des critiques, qui ne peuvent sempcher de voir un tel extrmisme dun mauvais il. 4.4.1 LAnthroponymie dans lgypte ancienne Le statu t du nom propre occupe, comme on vien t de le dire, une place distingue dans la pense des anciens gyptiens que Christian Jacq mentionne loccasion des noms de Hatchepsout : On ninsistera jamais assez sur les noms donns un pharaon au dbut de son rgne ; ils dfinissent la fois son tre et sa manire partic ulire denvisager sa fonction. 7 Ibid.

PAGE 28

28 ( gyptiennes_74) En effet, les anciens gyptiens croya ient au dualisme de la personne humaine en ce sens que pour identifier un tre humain il suffisait que celui-ci po ssdt deux qualits, lune visible, lautre invisible ; lune concrte, lautre abstra ite ; lune physique et lautre mtaphysique ; savoir, une ombre et un nom (Wagman, 2008). Lombre indiquait, la manire dun miroir, que cet tre avait un corps, sil refltait une ombre, ctait une preuve suffisante pour satisfaire le premier critre didentification. Lombre servait dhorloge aux anciens gyptiens, tant elle occupait une place im portante dans leur pense, ils mesuraient le temps grce elle. Le nom propre comptait enco re beaucoup plus chez eux, en ce sens que non seulement il leur servait identifier une personne humaine, mais il cons tituait la cl de cette personne, qui pouvait donner pouvoir, autorit et domination sur elle par quiconque pouvait savoir cet attribut qui la caractrisait. 4.4.2 Le nom propre et le pouvoir Le nom propre, dans la vieille pense gyptienne, est donc beaucoup plus quun simple titre, il constitue la dimension distinctive de lidentit humaine en ce sens que la vie, la personnalit et le destin y s ont contenus. Savoir le nom d une personne quivalait savoir comment la diriger, la dominer, lui plaire, lapprocher, lloi gner, bref tous les pouvoirs quon peut exercer sur nimporte qui devenaient possibl es partir de la connaissance de son nom. Sachant limportance du statut anthroponymique de la pense pharaonique, on peut mieux comprendre pourquoi Christian Jacq interprte sy stmatiquement en donnant leur traduction les multitudes de noms fminins dont il fait linventaire dans Les gyptiennes ; ainsi : Isis 8 signifie le trne ( gyptiennes _20) mais aussi la Vnrable, jaillie de la lumire, issue de la pupille dAtoum (le principe crateur) ( gyptiennes 19) ; Nephtys, sur dIsis, signifie la 8 Ibid.

PAGE 29

29 matresse du temple ( gyptiennes _18) ; Nfertiti la belle est venue ( gyptiennes _105). Dans Les gyptiennes Christain Jacq a choisi de ne parler surtout que du beau sexe. Il faudra se rfrer ailleurs pour la signi fication des noms masculins. 4.5 La gouvernante La gouvernante de la civ ilisation pharaonique n est pas la femme de mnage qui soccupe de nettoyer la maison dun homme clibataire. El le nest pas non plus ce lle qui soccupe de lducation des enfants dune famille qui nest pas la sienne. Lgyptienne est gouvernante au mme titre quun gouvernant qui soccupe des affaires du gouvernement de son pays. Cependant, comment bouleverser une telle notion, surtout lors quelle est une norme sociale et politique excluant la femme et quelle est si profondment ancre dans la pe nse de toute au tre civilisation au point de faire partie du vocabulaire de la la ngue elle-mme, quelle so it parle ou crite ? Le gouvernant est, par dfinition, un homme dtat dans notre terminologie quotidienne et sculaire. Cest dans le cadre de ce mme vocabulaire que, par dfinition, une gouvernante est une femme de mnage, ou la servante denfants dont la m re est dfunte ou ne sen occupe pas pour nimporte quelle raison ; la gouvern ante joue donc le rle de substitut, moins lamour et lautorit naturels propres au statut de mre de famille qui ne peuvent tre substitus et dont la gouvernante par dfinition ne peut tre dote. Ce sont de telles ides rvolutionnaires qui vont peut-tre valoir Christian Jacq une grande rserve de la part des critiques qui nosent pas se prononcer ouvertement sur une ques tion aussi dlicate que celle du statut de la femme au sein du gouvernement et dans laquelle on ne fait encore que pr ogresser en trbuchant et pas trs lents. 4.5.1 La fminisation des noms de profession Aujourdhui encore, dans de nom breux pays sous dvelopps, la femme nest pas considre comme lgale de lhomme mais co mme un tre infrieur. La question de la

PAGE 30

30 fminisation des noms de profession navance pas au rythme auquel elle devrait avancer et son dveloppement, bien ch tif, trane en longueur. 4.5.2 Trois facteurs que la fminisation devrait prendre en considration Ce retard cause duquel la fm inisation des nom s de profession fait peu de progrs est d trois facteurs principaux : 1. la raret actuelle 2. la brivet temporelle 3. lopinitret partielle En effet, il ny a pas beaucoup de femmes prem ier ministre par exemple actuellement, cette raret actuelle nacclre pas la fminisati on. a ne fait pas longtemps que les femmes ont accd aux postes de mdecins, dingnieurs, dcr ivains etc., cette brivet temporelle est responsable du retard de la fminisation o dans un temps futur, moins bref, la rflexion aura mri davantage vers une solution pour le franais universel. Tandis quen Suisse et au Cana da le fminin pour la profes sion dcrivaine a t adopt, dautres pays francophones sopinitrent ne pa s prendre parti, ce qui renvoie la question un partage partiel o le franais universel semble divis. 4.6 Polygamie des rois partir du nouvel empire Ce qui a contribu la grandeur de la fe mme dans la socit pharaonique et son galit absolue en droits et en devoirs avec lhomme, c est linstitution elle-mm e des lois en cours lpoque qui donnait la femme le droit de divorce r son poux si tel ta it son bon vouloir, droit aujourdhui rvolu, ayant t banni de la lgislation gyptienne qui sinspire largement pour son code civil (non pas pnal heureusement, autrem ent on couperait la main des voleurs et des faussement accuss de vol ; on lapiderait les femm es adultres et celles faussement accuses de tromper leur mari) de la Shariah islamique. propos de limpossibilit pour la femme de demander le divorce, il faut voir l acerbe critique sociale de cette injustice inflige la femme

PAGE 31

31 dans ladmirable film9 de Faten Hamama (femme dOmar Sharif) de 1974 Jexige une solution qui remet en question le bannissement de ce droi t dont la femme gyptienne avait jadis joui et continu den jouir depuis lantiq uit jusqu linvasion arabe de lgypte au VIIe sicle aprs J.C. De plus, la socit gyptienne pharaonique tait monogamique. L homme navait quune seule pouse. Ce nest que suite linvasion hyksos, dans la priode tardive dite du nouvel empire et dans celle dite de la basse poque, que les rois ont commenc pouser en grand nombre des femmes trangres pour se rallier des alliances dipl omatiques, afin de prvenir pacifiquement des invasions de pays voisins, ou pour sceller un pacte de cessez-le-feu entre lgypte et des adversaires avec lesquels elle tait en guerre, que la polygamie devint une pratique courante dans la cour royale des pharaons, mais cependant elle ne sinfiltra jamais dans le peuple qui conserva ses pratiques monogamiques et ne connut aucune tradition maritale outre celle de la monogamie (Wagman, 20 08), et cela jusquaujourdhui et en dpit de loccupation arabe dont les lois tolrent la polygamie telle que prescrite par le saint prophte qui a crit le livre de Dieu de lAlcoran. Toutef ois, les interprtations concernant la polygamie des rois sont variables. Beaucoup dhistoriens s accordent pour en attribuer la raison la volont de la cour consistant assurer la succession au trne, par un fils an mle n du sang royal ; au cas o celui-ci en viendrait mourir sans laisser de desc endance, il fallait quil et un frre qui puisse le remplacer sur le trne et gouverner lgypte. Selon cette hypothse, la garantie davoir toujours un pharaon qui rgne sur lgypte serait proportionnelle au nombre de mles engendrs par le roi. Pour tre considrable et digne dassurer un trne qui ne soit jamais vacant, ce nombre, lvidence, ne pouvait pas tre obtenu partir dune seule femme. Quelle que soit la raison, 9 FATEN H., Jexige une solution Le Caire, 1974

PAGE 32

32 mesure diplomatique ou progniture prolifique, toujours est-il que la po lygamie ntait admise que pour le seul monarque sans ltre chez le pe uple. Comme la polygamie ntait ni rpandue en gypte ancienne ni ne faisait pa rtie du patrimoine culturel pharaonique, les phara ons tardifs qui lont exerce nen ont point puis la source dans lhritage de leur s pres mais dans celui de pays voisins trangers quils voulaient se rallier pour avoir la paix. Les murs et les coutumes qui formaient lensemble des traditions sociales de lgypte ancienne y taient trangres. La polygamie qui sest introduite dans la famille royale, qui constitue la premire dcadence altrant le prestige de la femme, non seulement ne sest pas rpandue chez le peuple, mais elle na pas non plus servi de modle dans la cour o les courtisans les plus rapprochs du pharaon continuaient observer la coutume monogamique de lpouse unique. Le fait que ni le peuple ni les courtisans nont adopt la polygamie permet daffirmer que la monogamie tait la rgle qui rgissait la socit gyptienne pha raonique et qui assurait la fe mme ses droits et sa dignit. Linfraction de cette tradition ances trale par les seuls s ouverains royaux ne peut tre considre que comme lexception qui confirme la rgle. Par ailleurs, cela prouve la force du respect de la femme gyptienne chez le peuple qui aurait pu facilement se modeler sur lexemple de son pharaon. Il est en effet commun au peuple dimite r ses dirigeants. Mais ce phnomne ne se produisit pas sur la terre dgypt e chez les enfants du Nil qui nont donc pas trahi la tradition monogamique hrite de leurs anctres. Il y a dans ce phnomne linstar de toute autre civilisation linauguratio n imperceptible dune fissure qui va marquer linconstance des rapports gouvernants/gouverns consistant en une dsinvolture dtachant le peuple, ou pour le moins la classe intellectuelle gyptienne des prtres et des scribes de la c our royale de pharaon, du rgime politique en charge du gouvernement au pouvoir.

PAGE 33

33 4.6.1 Monogamie relative et monogamie absolue Si le roi se voyait forc de se plie r aux m urs polygamiques pour remplir ses responsabilits en multipliant sa progniture ou pour assurer la sret et la scurit avec les pays voisins, il laissait lenti re libert ses sujets qui pouvaient faire de mme et prendre plusieurs femmes. Mais non seulement le peuple mme ne sest point confor m aux nouvelles murs polygamiques royales qui taient sa porte du fa it que son roi les exerait et lui laissait la libert de le faire, mais encore la classe sacer dotale des prtres et des pr tresses, qui auraient pu aller jusqu changer les lois en faveur de la nouvelle pratique polyga mique, ne les ont point observes non plus, voire mme, ceux-ci pratiquaient une monogamie encore plus stricte que celle du peuple. En effet, en cas de veuvage les gens du peuple pouvaient se remarier et le faisaient souvent. Cela leur permettait de deme urer dans la coutume m onogamique, mme si en se mariant pour une seconde fois, lombre de la polygamie pouvait rder sur leur remariage. Mais comme en cas de veuvage celui des poux qui demeurait vivant ne contractait pas de remariage simultan et que celui des poux qui t ait dfunt dissolvait pa r sa mort le premier mariage, la coutume monogamique ne se trouvait pas ainsi viole. Quant au veuvage des prtres et des prtresses, il ne constituait pas une ra ison suffisante pour contracter un nouveau mariage aprs la mort de leur poux ou de leur pouse. Les provisions de loi qui rgissaient le sacerdoce ancien de lgypte pharaonique nont pas chang avec la nouvelle vague polygamique des rois du nouvel empire. Ce nest quau prix dtre exclu du sacerdoce quun prtre pouvait se remarier en cas de veuvage. Cette coutume de monogamie ab solue nadmettait pas non plus le divorce, ni de la part de lhomme, ni de la part de la femme. La monogamie du peuple tait donc relative puisque la femme aussi bien que lhomme avait la libert de divorcer et de se remarier aprs un

PAGE 34

34 divorce ou aprs un veuvage. Mais la m onogamie du sacerdoce tait absolue 10 et ne licenciait le remariage ni dans un cas ni dans lautre. 4.6.2 Monogamie sacerdotale et monogamie royale Cest cette coutum e de monogamie absolue r serve au sacerdoce que Christian Jacq fait adhrer Ahotep, lhrone de sa trilogie, la reine de Thbes, qui se garde de se remarier, pour se rserver la fonction sacerdotale de lpouse de Dieu 11 aprs la libration de lgypte. En vue de son admission cette foncti on, elle refuse la main du roi Cnossos qui rgnait sur la Crte et qui voulait lpouser12. Selon Christian Jacq ce serait elle qui aurait cr cett e fonction. Le fait que la reine Ahotep ait inve nt cette fonction de la monogamie absolue des femmes ou dpouse de Dieu plutt quelle en aurait h rit dune tradition pharaonique antrieure dj bien en place dans les murs gyptiennes, pour le moins suspect, ne fait quajouter aux fantaisies anachroniques de Christian Jacq qui dplace les colonnes normatives du temps et exagre normment le gnie pionnier de son hrone afin de lui donne r les qualits et le caractre qui la rendent incont establement digne de respect en la manifestant comme tant premire en tout, comme si les rgles de spir itualit de la civilisa tion pharaonique navaient jamais exist au pralable, ce qui est videmment faux. Les dtails concernant les vux de la reine ne pas se remarier confirment par sa dclaration : Jamais je ne me remarierai et mon unique compagnon restera mon mari 13 le concept ancien de la monogamie absolue du sacerdo ce et en relvent, mais cela encore, Christian Jacq nen dit pas un mot, ni dans sa trilogie ni dans les gyptiennes ce qui constitue encore une lacune qui ne le favorise pas auprs de la critique. Christian Jacq fait alterner souvent de cette 10 CHENOUDA III, Code lgislatif de la Monogamie : lpouse Unique Presses de la facult clricale copte, le Caire, 1986 11 JACQ C., La Guerre des Couronnes Xo, Paris, 2002 p. 34 12 JACQ C., La Reine Libert : Lpe Flamboyante Xo, Paris, 2002 29 p. 187 13 JACQ C., La Guerre des Couronnes Xo, Paris, 2002 p. 34

PAGE 35

35 manire ses inventions et les c outumes pharaoniques sacerdotales prexistantes dont il sinspire pour dvelopper sa fiction et donner la parole ses personnages, mais dans ce cas son omission de la coutume pharaonique de la monogamie abso lue de la classe s acerdotale re joint son omission de lanthroponymie dans la pense de lgypte ancienne omissions qui faussent le contexte culturel dont il se sert et qui le font se targuer di nventions qui ne sont point propres aux contextes quil leur donne, mais quil fait paratre comme telles pour leur donner des consquences dramatiques qui servent son gnie de romancier et les monopoliser au nom de ses fictions, ngligeant ainsi lintelligence de la critique hormis son pub lic qui entend parler dgyptologie pour la premire fois ou encore celu i qui ne se soucie pas du concept dhonntet acadmique ou de proprit intellectuelle. Ces em prunts inappropris sont certes irritants pour le lecteur critique quil soit gyptologue ou pas, il suffit de conna tre des rudiments dgyptologie pour sapercevoir de telles imprcisions. 4.7 Le mariage morganatique et lhypergamie Le prince europen qui pousa it une fe mme de rang infrieur ne pouvait ni llever son rang ni faire hriter ses enfants du trne, des biens fonciers et de tout le reste des avantages que comporte lhritage des souverains, en vertu du mariage morganatique. Sil en est ainsi du statut du souverain, combien plus en se rait-il encore de celui dune princesse qui pouserait un homme de rang infrieur ? Cette perspectiv e tait exclue de la lgislation et il est ais de comprendre que ce que la loi interdit aux hommes, plus forte raison elle ne va pas le permettre aux femmes. Cependant, Christian Jacq introduit lhypergamie en unissant par les liens dun mariage qui dfie les rgles morganatiques la jeune princesse de Thbes, avec un jardinier, Seqe n, qui devient le pharaon de Haute gypte. Par ce mariage anti-morganatique qui semble relever de lhypergamie, Christian Jacq dfie linstitution occidentale du mari age en lutilisant abruptement sans introduction et sans dveloppe ment comme base de sa fiction da ns toute la trilogie. Il dfie

PAGE 36

36 la lgislation morganatique europenne doublement. Dune part en levant sur le trne ltre de rang infrieur, dautre part en assignant une fe mme le soin de troubler lordre morganatique et doccuper le rang suprieur dans lquation de lhypergamie. Ce double dfi mritait quelque soin rconciliateur pour dulcorer loffense fa ite la mentalit occidentale o le mariage idalement contribue au maintien des rangs respectif s des classes sociales et des races humaines. Car on pourrait aisment imaginer quun homme im pose son autorit pour faire une exception la rgle, mais il nous est plus difficile daccorder ce privilge une femme puisque dune part les provisions privant de lhritage por tent justement sur elle, et dautre part, le cas nest mme pas prvu dans la lgislation morgan atique, qui nindique rien au su jet de situations hors du commun et inimaginables ; en effet, notre culture, notre civilisation, notre code civil, nos normes sociales nont rien prvu pour le gouvernement des femm es. Christian Jacq na pas fait assez de provisions la transgression de cette rgle morganatique dans s on usage de lhypergamie pour la rendre acceptable et pour que son invention fi ctive soit plus plausible, ou du moins vraisemblable, car il aurait pu au moins faire l ever quelques protestati ons, soulever quelques objections, ou encore ne fut-ce que mentionner qu elque rsistance de la part des thbains pour souligner lirrgularit de la s ituation dans laquelle leur futur pharaon savre ntre pas de sang royal, et pour rendre la chose croyable ses l ecteurs qui, le sachant Franais comme eux, lui pardonnent dautant moins cette br usquerie sans la courtoisie dune explication pou r les initier lextravagance de cette ide trangre. Il aurait pu mme insrer une sorte de dialogue secret entre la princesse et la reine mre, par exemple, ce sujet, puisqu il excelle si bien dans le style dialogique, mais il nen fait ri en, la grande dception du critique, [non pas du lecteur commun qui est prt gober nimporte quoi pourvu que ce soit distraya nt] qui se voit frustr dune explication qui lui tait due et scandalis parce quelle ne lest pa s. Il se peut que la grandeur de

PAGE 37

37 la femme gyptienne ait caus par un effet cont raire un excs de fmini sme chez lauteur qui aurait par consquent sous estim la fois le st atut de la femme occidentale et celui de lhomme. Ce qui la conduit laisser des fai lles, pour ne pas dire des fautes qui rendent son rcit dficient aux yeux des critiques littraires srieux que de tels soubres auts sociaux et de telles transgressions aux traditions occidentales ne pouvaient convaincre ni de prendre au srieux Christian Jacq, ni dentrer dans son jeu imaginaire jug ainsi incons istant avec sa propre culture, vis--vis de ses propres concitoyens et par consquent dficient. Le fait que Christian Jacq dfie la provision morganatique du mariage sans se justif ier et sans sen excuser aux lecteurs franais ne joue pas en sa faveur auprs des critiques. En gardant le si lence sur ce point de lhypergamie inconnu en occident, Christian Jacq laisse une lacune incongrue da ns sa trilogie que le lecteur Europen narrive pas combler et fait faire aux critiques srieux parmi ses lecteurs un abrupte saut auxquels il aurait d dabord les initier pas pas. Cette nglig ence de la part de Christian Jacq constitue une aposiopse par rapport au droulement de la trilogie, la cohsion de la fiction et la consistance avec ses propres id es. Non quelle offense les donnes modernes du mariage, mais bien plutt celle s quon simagine et quon attribue la priode lointaine dont il traite. Si cette incohrence ne constitue pas dincompatibilit pour notre temps prsent o des mariages de toutes sortes sont contracts, e lle en constitue pourtant pour les temps anciens o nous savons que lhypergamie nexistait pas.

PAGE 38

38 CHAPTER 5 FEMMES ET MISOGYNIE ANCIENNE ET MODERNE 5.1 Lantifminisme du rgime hyksos Christian Jacq prsente anachron iquement le st atut des femmes libres, gales aux hommes, dans le rgime pharaonique de lgypte ancie nne comme tant en horreur aux envahisseurs hyksos, tout au long des troi s volumes de sa trilogie. Il en fait de mme dans Les gyptiennes o, tour tour, ce statut semble scandaliser les diffrents envahisseurs ul trieurs que lgypte a subis. Si lempereur hyksos de la trilogie de Christian Jacq, Apophis, sapplique revtir toutes les apparences glorieuses des pharaons, en adop ter lcriture hiroglyph ique, sapproprier les grces de lun de leurs dieux, Seth, qui est cel ui de la foudre et du tonnerre, il sapplique cependant dtruire leur idologie. Sil intgr e lancien rgime, sil en adopte ce qui convient ltablissement de son pouvoir et de la suprmatie hyksos, il pre nd soin tout aussi bien den radiquer la dontologie dont lthique du comportement rgissant les rapports entre le pharaon et ses sujets ne convien t pas la politique quil entend mener et imposer par la force, bon gr mal gr. Le statut de la femme dans lancien r gime pharaonique est cependant parmi les valeurs sociales les plus prdominantes que les hyksos re jettent, ainsi que les envahisseurs ultrieurs malgr loccupation desquels le peuple gyptien na jamais perdu son respect et sa vnration de la femme. 5.2 La femme du roi et la misogynie La femm e dApophis na droit aucun titre de n oblesse, mme pas celui de reine et surtout pas celui dimpratrice. Cest la dame Tany, laquelle Apophis re fusait les titres dimpratrice et de reine dgypte ( E.T .1_139) Lempereur hyksos est encore plus misogyne quil nest misanthrope. Il nentend partager le pouvoir avec personne. Il a c hoisi son pouse dans la plus 1 E.T. abrviation pour le premier volume de la trilogie de Christian Jacq La Reine Libert : LEmpire des Tnbres

PAGE 39

39 basse classe de la socit gyptienne. Tany pren ait beaucoup de plaisir martyriser les grandes dames dsormais son service et dont elle aurait t, sans linvasion hyksos, lhumble servante. Elle ne ratait pas une occasion de les humilier et de les rabaisser plus bas que terre. Nulle ne pouvait dsobir et encore moins se rvolter car, sur un simple mot de lpouse de lempereur, linsolente tait dabord fouette, puis dcapite. Pas une semaine ne scoulait sans que la dame Tany prt un vif plaisir au spectacle de ce genre dexcution. ( E.T ._139) Cest une ancienne servante, jalouse de ses ancienne s matresses dont elle connat le domicile et quelle dlivre une une. Cette masochiste si chanceuse Tany su r laquelle est tomb le choix de lempereur hyksos sestime la plus heureuse dame du monde ; elle est ravie de son destin et surtout du fait que celles dont elle tait autrefois jal ouse, prsent, se prosternent ( E.T ._207) devant elle. Quant aux raisons pour lesquelles lempereur laurait choisie, e lles dpassent sa comprhension. Et cest prcisment lune des premires rais ons qui ont dtermin le nouveau pharaon la choisir. Il lui fallait une femme obissante, qui ne chercherait jamais comprendre quoique ce soit. La personnalit de sa femme devait disparatre sous son nom lui. Il lu i fallait ntre que la femme de lempereur. Or sil lui accordait le stat ut dimpratrice ou mme celui de reine, il se pourrait que par quelque exploit el le lui soit gale. Il veut donc sassurer quil ne sera jamais lpoux de madame ou le mari de limpratrice. P our monopoliser le pouvoir, il ne veut surtout pas avoir de concurrent. Cette alte rnative dans le choix de lpouse qui consiste la prendre dans la plus basse classe sociale es t encore largement rpandue en gypte jusqu nos jours. Dans cette perspective, lhomme na pa s peur dtre jaloux pour la femme, si e lle le trompe, comme cest le cas dArnolphe par exemple, dans Lcole des Femmes de Molire. Car la frquence de lavnement de la trahison conjugale ne repos e vraisemblablement pas sur sa probabilit doccurrence dans une classe plut t que dans une autre. En effet, linfidlit conjugale nest pas

PAGE 40

40 une affaire de classe sociale, cest plutt une question de conscience hum aine et de jugement personnel vis--vis de la moralit et elle dpend surtout du degr dattachement respectivement rciproque des conjoints. Si lem pereur hyksos a choisi une ex-s ervante pour pouse, cest pour quelle ne rivalise point avec lui et quon lui fasse la cour toujours lui, jamais elle. C'est-dire quil na peur de devenir cocu 2 (Molire) que pour sa rputa tion et pour les apparences. Il veut quon lui tmoigne un respect absolu. La pense de toucher quoi que ce soit qui lui appartienne, y compris sa femme, neffleurerait donc jamais lesprit de quiconque puisque tous doivent lui tre assujettis. La vritable peur de lhomme est une peur de la fe mme et non pas pour la femme. Il na pas peur quelle le trompe, il a surtout peur quelle ne lui soit gale, voire mme suprieure. Il est donc jal oux delle et non pas pour elle. C est prcisment cette situation que certains gyptiens veulent viter en pousant une femme dun rang plus bas et pour liminer tous les risques ils la prennent dans la classe la plus basse de la socit pour sassurer que lincomptence fminine ne constituera jamais de danger concurrentiel pour leur gloire personnelle et leur virilit, eux qui veulent tre premiers en tout et qui ne trouvent leur exaltation masculine que dans le rabaissement fminin. Ce rabaissement tant difficile produire sur les femmes nobles, il est leur disposition et la porte de leur main en prenant une femme de classe sociale infrieure. L le rabaissement est prt--porter et sur mesure, comme on dit en anglais : one size fits all 5.3 La sur de lempereur et la prostitution gratuite Dautres traits m isogynes et inhumains caract risent le personnage de lempereur hyksos dans sa faon de traiter les femmes, traits qui ma nifestent la misogynie dont il se fait le garant et le propagateur pour la promouvoir co mme si elle faisait partie de la nature humaine. Le sang 2 MOLIRE, Lcole des Femmes Gallimard, Paris, 1985 I,4 v. 302

PAGE 41

41 glac qui coulait dans ses veines ne lincitait pas aux jeux de lam our et, sil violait de temps autre une jeune noble gyptienne rduite en esclavage, cta it uniquement pour montrer quil exerait un pouvoir absolu sur ses sujets. ( E.T ._138) Sa relation avec sa sur quil fait coucher avec les principaux di gnitaires de lempire ( E.T ._208), hommes du palais, hommes du peuple, nimporte qui, pourvu quelle les fasse parler et quil puisse le s faire excuter suite leurs confessions, selon que cel les-ci fussent dfavorables ou favorables son rgne toutpuissant, relve de ces traits mi sogynes caractrisant Apophis qui pros titue sa sur. Sa perversit illimite dmontre assez clairement ses vues, so n opinion et la conceptio n quil se fait de la femme comme tant un tre servile et dpendant, dont le rle est dtre exploit pour servir lpanouissement de lhomme. Cette fonction dont l empereur charge sa sur, celle de prostitue moucharde, qui ne se fait pas payer en argent mais en aveux, constitue encore un autre symptme pathologique de la misogynie hyksos qui soppose radicalement la c onception pharaonique de la femme. La fonction de la sur du nouveau phara on, Venteuse est identique celle de son pouse, sauf que lune dlivre les mles, et lau tre, les femelles. Toutes les deux alimentent les tortionnaires en ressources humaines des deux sexes. 5.4 Arrestations arbitraires et oppression Toutes celles que la femm e de lempereur d nonait la police hyksos taient arrtes et ramenes au palais dAvaris, si elles taient be lles, elles servaient aux dpravations du Grand Trsorier Khamoudi et de ses auxiliaires ; si elles ne ltaient pas, il fallait les excuter conformment la politique dextermination de s autochtones adopte par lempereur hyksos qui ne voulait conserver quun minimum utile en main -duvre pour augmenter ses richesses, largir son empire et tendre son pouvoir. Les enfants de ces femmes taient arrts et saisis avec leurs mres, sils taient robustes ils taient pargns et rduits en esclavage, sils ne ltaient pas, ils taient excuts leur tour. Quant aux pres de famille, ils taient massacrs les premiers.

PAGE 42

42 CHAPTER 6 LE GNOCIDE DES GYPTIENS Outre les m les fournis par la sur de lempereur dont elle dnonait les propos malveillants son gard, et les femelles fournies par son pouse, dautres arrestations arbitraires et alatoires taient opres parm i le peuple de lgypte septentri onale. Il fallait se dbarrasser non seulement de tous les rsi stants au rgime hyksos, mais encore, de tous ceux qui potentiellement pouvaient le de venir ou ressentir quelque nostalgie pour lancien rgime pharaonique dont ils avaient t le s contemporains. Ce qui revena it npargner que les paysans incapables de se rvolter et ceux de la classe in tellectuelle, collaborateurs qui taient assez haineux de leurs confrres et don t le rle consistait dnoncer le plus grand nombre possible de concitoyens livrer aux hyksos comme blasphmateurs du nouveau rgime. Cette attitude collaboratrice qui cons iste guetter chaque bouche parlante pour la piger et lattraper en flagrant dlit de mdisance en train de critiquer le gouvernement fut perptue en gypte jusqu trs rcemment par les visiteurs de la nuit au temps de Nasser et par lexil du Pape de lglise Copte Chenouda III au temps de Sadate. Selon cette politique despotique la libert de parole nest pas une libert dexpression mais bien plut t un libre pige dont le filet est agrandi au maximum pour mieux localiser le s dissidents ; elle nest pas mise sur le tapis pour que la diversit des opinions profite amliorer la vi e des citoyens et leur fasse contribuer aux dcisions de ltat, mais elle leur est donne mensongrement pour les piger et pour que lon puisse se dbarrasser deux avec lassurance de nexterminer que les meilleures cibles. 6.1 Les visiteurs de la nuit ou des systmes dictatoriaux Ce texte des Visiteurs de la Nuit rflchit dune faon assez claire les arrest ations arbitraires qui agissent selon le principe dun proverbe arabe : Edrab el-marbout, yekhaf essayeb signifiant frappe celui que tu arrte s et emprisonnes afin de tenir en respect ceux qui

PAGE 43

43 sont encore en libert et de leur faire peur. Cette complicit politique dantan na donc pas t efface par le temps mais a survcu travers le s sicles. Le voici dans son intgrit : Les visiteurs de la nuit ne sont pas ceux qui dclarent leurs objectifs en annonant leur arrive. Dailleurs, ils nannoncent mme pas leur ar rive. Ils arrivent l improviste. Leur visite sinistre est dvastatrice en ce sens quils repartent plus nom breux quils ne sont venus. La disparition du pre de famille, de ltudiant ou de ladolescent quils ont emport ne se laisse remarquer que par les signes de folie que montre la mre de famille. Nanmoins, tout le monde est sr que la disparition aprs tout nest pas si mystrieuse que a et que le disparu avait sans doute parl contre le gouvernement. Les voisins et les gens du qua rtier tranquillisent et consolent la mre affole : Il reviendra lui dit-on On lui cite des exemples. Beaucoup de jeunes gens se sont montrs raisonnables l-bas et on les a relchs. Il faut simplement son retour le convaincre dtre docile, flex ible et obissant. Il faut surtout garder la lan gue et ne rien dire de ce quil a vu l-bas. Quil garde le silence, oui. Autrement ce sera it la dnonciation. On ne dnonce pas ltat. On dnonce ltat. Les secrets dtat doivent rester secret s. On nen parle ni discrtement ni indiscrtement. On nen parle pas, point cest tout Cest la rgle de la dictature. On accorde la permission de parler dans ces rgimes pseudo dmocratiques pour mieux prendre en dfaut, surprendre et arrte r les intelligences dangereuses, on ne saurait les reconnatre autrement. On frappe la tte pour que les breb is se dispersent. Ltat est trop important et na pas le temps de frapper les petits. Les visite urs de la nuit sont donc les anges gardiens des dictatures. Ils sont au service de la police secrte, secteur priv de la police dtat. Ils sont tellement respectueux de ltiquette que leur courtoisie leur fait sexcuser en arrivant de navoir pas pris rendez-vous au pralable. Celui ou ceux qu ils emportent naura pas de troisime sort : il deviendra collaborateur ou disparu. Tout dpend de la raison libre. Si le dport revient, cest

PAGE 44

44 quil aura fait preuve dune intell igence hroque suprieure et la Rpublique comptera firement un nouveau libre penseur dans les rangs de la libert et de la dmocratie 6.2 Les camps de concentration Les cam ps de concentration hyksos, dcrits dans leurs moindres dtails par Christian Jacq dans la trilogie, qui ne sont que des centres dextermina tion des anciens gyptiens, sont par mtaphore ceux des nazis contre les Juifs, les Pol onais, les Russes, les rsistants, etc. Sil sen ouvre sans cesse de nouveaux, o les dportations se font en masse et dans lesquels les dports meurent sous la torture, la dshydratation, linan ition et les maladies causes par les conditions insalubres de vie inhumaine, il s en rchappe aussi une mince minor it qui survit par miracle, en dnonce les horreurs, en ralit plus quen tmo ins oculaires, car ils racontent plutt leur exprience personnelle, ce quils ont vu, peut-tre, mais surtout ce quils ont eux-mmes vcu. Il ny sagit pas de soldats prisonnier s de guerre mais bien de personnes civiles par milliers et par millions, qui nont peut-tre jamais port les arme s, constitues en majorit par llite de la socit, parmi laquelle se trouve des vieillards, des femmes et des enfants. Christian Jacq rfrera tout au long de sa trilogie Apophis en tant que lempereur hyksos, le nouveau pharaon qui rgne sur lgypte, or cest justement cette rf rence qui incarne par anachronisme le personnage cynique de Hitler. Le choix de Christian Jacq pour le terme est sans doute judicieux et il essaie de le justifier politiquement en faisant venir les ambassadeurs des pays avoisinants comme ceux de la Nubie, la Palestine, le Liban, la Syrie, Chypre, les Cyclades, la Crte, lAnatolie et une partie de lAsie 1 pour prsenter leurs tributs au souvera in dans son palais Avaris, duquel personne nest sr de sortir vivant et dont Apophi s veut faire la capitale dun empire englobant tous les pays du monde sans excep tion. Mais il nen est pas encore l, les pays voisins sont trop 1 JACQ C., La Reine Libert : LEmpire des Tnbres, Xo, Paris, 2002 13 p. 95

PAGE 45

45 proches pour constituer un empire et ceux loigns, qui absorbent toute la force de ses capacits militaires, ne lui sont pas soumis. Cependant, pour les convenances de la narration et de la fiction probablement le choix du terme prestigieux dempere ur est fait par Christian Jacq, mais ce qui le justifie sans doute beaucoup plus, ne fut-ce que de faon inconsciente et sans que lauteur en ait eu peut-tre lintention, cest que ce terme dempereur rime si bi en avec le titre de fhrer quen franais lon prononce comme fureur et qui rapproche lune de lautre les deux personnalits qui ont tach lhistoi re ancienne et moderne avec le sang des innocents, si ce nest lanachronisme qui les spare. Il se peut donc, daprs moi, que Christian Jacq soit entrain dassouvir sa soif de mdisance pour venger ses penchants chauvinistes et soit entrain de dnoncer lidologie nazie sous le couvert de lidologie hyk sos en mettant en scne ses personnages, en exposant leur subordination absu rde et en mettant au point jusqu leurs moindres dtails les motifs qui les faisaient agir et dont ils taient les excuteurs sourds et aveugles. Cest ce procd anachronique quil est ncessaire de soulever. Dans cet anachronisme, les hyksos sont les nazis, le chef hyksos Apophis est le chef nazi Hitler, et on peut identifier jusqu lido logie hyksos en tant quanachroniquem ent lidologie nazie, une fois que tombe le voile anachronique recouv rant les deux idologies, on s aperoit en le soulevant quil ne sagit que de la stratgie de pense conceptuelle dune seule et mme idologie politique.

PAGE 46

46 CHAPTER 7 ANACHRONISME La trilogie de Christian Jacq dont lhistoi re imaginaire est cense se produire dans lantiquit, pendant la dite troisi m e priode intermdiaire, fait cl airement allusion au combat de la France et des Allis contre le nazisme de H itler dans la priode moderne. Cet anachronisme, travers plus de trois millnaires1, vhicule des concep ts politiques tels que ceux de rsistance, libert, oppression, occupation, zone libre, zone occupe, ligne de dmarcation, pour nen citer quun chantillon, dont lanalogie et lanachronisme sautent aux yeux premire vue et sont mis en vidence par eux-mmes. Tout au long des trois volumes de la trilogie La Reine Libert, qui racontent les pripties de loppression hyksos et de la guerre mene par larme de libration gyptienne, Christian Jacq sinspire donc anachroniquement du vocabulaire de la seconde guerre mondiale et lapplique avec plus de trois millnaires de recul. La rsi stance thbaine qui avance petit petit vers le nord, en route pour atteindre Avaris afin de librer lgypte, est une allgorie anachronique de la rsistance franaise dont le chef, Charles de Ga ulle, a pour but datteindr e Paris pour librer la France. Le joug de loccupation hyksos, qui pse de plus en plus lourd sur lgypte et sa capitale Avaris, reprsente, plus anachroniquement que mtaphoriquement celui de loccupation allemande entre 1940 et 1944, qui pesait sur la France et sa capitale Paris, avant sa libration du 25 aot 1944. Si en Haute gypte, Thbes, la reine Ahotep re-ouvre les temples, les ateliers, si elle largit la base militaire, restaure lconomie, fait construire des navires et des chars de guerre, si elle ne le fait que grce un moral de fer, une volont inflexible, quelle communique aux anciens gyptiens de son poque en veillant leur patriotisme, lanachronisme transpose la scne 1 Du XVIIe sicle avant J.-C jusquau XXIe aprs J.-C, soit plus exactement 3 millnaires et 3 sicles.

PAGE 47

47 en Angleterre, Londres, o le gnral de Gaul le re-ouvre le temple de la libert, valeur franaise la plus sacre, in augure ses messages aux Franais et entame ds 1940 latelier radiophonique par linterm diaire duquel il transmet par tir de sa base londonienne ses compatriotes sa volont de fer, son moral inflexib le et ses exhortations librer la France et lui restituer son indpendance. La rsistance gyptienne ne se prpare pas seulement attaquer les Hyksos militairement, mais aussi dvelopper sa culture quelle revivifie en contre-attaquant la dsinformation hyksos qui est par anachronisme la mme dsinformation n azie au niveau de la France et qui tait opre par le journal fasciste et anti-smite Je Suis Partout, publi entre 1930 et 1944, tandis que la rsistance Franaise tait organise par le gnral de Gaulle en 1940 partir de Londres, la capitale de la Grande Bretagne. En France, une te ntative de dvalorisation de la langue franaise est en voie de dveloppement en tant que le revers de la mdaille, tandis que lautre face de la mdaille est celle de la dvalorisation non seulemen t linguistique mais aussi politique, sociale et nationale puisque les droits des Ju ifs y sont lss, et non seulement leurs droits et leurs titres de proprit sont-ils rvoqus, conf isqus, remis en question, comme la nation Franaise elle-mme dont ils sont les citoyens et dont lhgmonie est remise en question sous loccupation, mais encore, leurs vies elles-mmes sont atteintes dans le plus grand gnocide que lhistoire ait connu o six millions de Juifs ont t tus aprs les tortures physiques et psychologiques les plus atroces, les plus cruelles et les plus inhumaines. 7.1 La prcarit du franais sous loccupation Si vous discutez avec des Franais qui ont t contem porains de la seconde guerre mondiale et surtout des Parisiens, ils vous diront comme ils me l ont dit que pendant ces annes tendues on nentendait presque pas parler franais Paris, et que cela tait, pour le moins, traumatisant. Outre loralit de la langue, les c rits ne sont pas pargns non plus durant cette

PAGE 48

48 priode. En effet, les meilleurs livres franais so nt traduits en allema nd et leurs commandes ne parviennent que soit substitues par des livres alle mands quivalents, soit par les mmes livres mais traduits en allemand, comme en tmoigne Andr Martinet2, le clbre linguiste de la langue franaise, qui dplore ce fait juste titre et en parle en connaissance de cause puisquil lavait expriment en personne, dans son remarquable ouvrage La Prononciation du Franais Contemporain : Tmoignages Recueillis en 1941 dans un Camp dOfficiers Prisonniers Le cadre dans lequel Martinet tmoigne de la pnurie des livres franais et exprime son apprhension cet gard est celui des excuses qu il fait ses lecteurs en rdigeant son livre pour navoir pas us de lexacte term inologie linguistique conventionnelle dont il narrive pas sen rappeler les termes par mmoire et quil ne comp te pas trouver dans les ouvrages commands au camp dofficiers o il tait pr isonnier, puisque ceux-ci lui pa rviennent systmatiquement en langue allemande. Il faut avoir lu ce livre at tentivement pour y voir le double message du souci linguistique et de la revendicat ion politico patriotique au mome nt o lindpendance nationale franaise, sous loccupation nazie et menace dex tinction, sapitoyait sur sa langue maternelle, y tenait envers et contre tout, militait par elle pour sa libert et son indpendance, et grce elle, peut-tre, a vaincu. Hitler entend purifier la la ngue allemande (Calin, 2008) de lintrieur et limposer de lextrieur. Les oprations de sa botage de la part des rsistants qui sont souvent pris pour des collaborateurs, leur valent un st atut ambigu qui, de pair avec la dsinformation, contribue la confusion gnrale. Cest cette ambigut qui est tr s bien illustre dans lexcellent film de Louis Malle3, Lacombe, Lucien en collaboration avec Patrick Modiano o la confusion dans la quelle la 2 MARTINET, A., La Prononciation du Franais Contemporain : Tmoignages Recueillis en 1941 dans un Camp dOfficiers Prisonniers Droz, Genve, 1945 3 MALLE, L., (Ralisateur et Producteur) Lacombe Lucien Paris, 1974

PAGE 49

49 seconde guerre mondiale a jet la France est reprs ente dans son image la plus raliste, c'est-dire inexplicable. Si la France navait pas gagn la guerre et si loccupation allemande stait perptue, la plupart des contrats des clauses lgales, des lgislat ions commerciales et des titres de proprit auraient t remplacs par ceux port ant le sceau de lAllemagne hitlrienne, ils auraient t rdigs en allemand et leurs titulaires Franais origin aux nauraient pu en faire aucun usage, surtout sils taient Juifs. Ainsi la dvalori sation linguistique et littr aire du franais en ce temps de guerre, navait t quune premire t ape par laquelle des envergures bien plus dangereuses samoraient dans la stratgie de la suprmatie nazie. Le mme chaos rgne en Belgique o les inciviques dsignent les collaborateurs du rgime nazi, mais Christian Jacq ne recourt pas la terminologie belge peu ou pas connue en France, outre que le franais standard ne tient compte que de la langue inhrente lHexagone. Toujours est-il que lanachronisme met en vidence dsinforma tion, collaborateurs, rsistance etc. 7.2 Anachronisme et influence historique et politique : Apophis ou le nouveau pharaon compar Hitler Apophis, figure hitlrienne par excellence, pe rsonnage principal de la trilogie, sen rapproche par plusieurs cts. Il ne croyait quau rgne de la terreur et de la torture, la force de la violence et de la rpression pour avoir, m a intenir et largir son pouvoir. Son arme ntait compose que de mercenaires qui lui obissaient av euglment. Sa politique tait denrichir au maximum la caste dirigeante aux dpends et au dtriment du peuple, qui ne devait lui rendre que soumission, obissance aveugle et adorati on. Lempereur hyksos, Apophis, qui gouverne dsormais lgypte est prsent comme un tre au stre, mais non pas vraiment incapable de se donner du plaisir, puisque son passe-temps favori lui fait prouver le plus grand des plaisirs, celui de venger sa dignit personnelle en torturant les insoumis son nouveau rgime pharaonique dont les ressemblances avec le rgime n azi ne sont pas ngligeables. Linfluence de

PAGE 50

50 lexprience de locc upation allemande durant la deuxime guerre mondiale sur Christian Jacq lui fera permuter anachroniquement plusieurs traits du rgime nazi en les attribuant au rgime hyksos. La politique de la violence, de limpos ition de la force, de lasservissement, de lassujettissement par un pouvoir cen tral exclusivement dtenu par un seul monarque dictateur est introduite et appli que pour la premire fois en gypte. Le nouveau pharaon gyptien est donc seul rgner, seul commander et seul dominer. Il entend purif ier et assainir non seulement lgypte mais le monde entier. Il ne veut pas seulement tendre son pouvoir sur ses sujets gyptiens, mais il entend ltendre galem ent au-del de lgypte de sorte assujettir lhumanit entire lui-mme. En ce sens Apophis voulait rompre avec la politique des pharaons qui lavaient prcd tout en jouissant des mmes richesses dont ils avaient joui et encore davantage. Pour le nouveau pharaon la fin justifie les moye ns et pour cette fin tous les moyens sont bons : les plus efficaces et les moins efficaces, les plus longs et les plus courts, les plus lents et les plus rapides, rien ne doit tre pargn pour quil soit ador comme un dieu par toute la population, celle du pays soumis d abord, celle du monde entier envahir et soumettre sans faute ensuite, auc un obstacle ne doit sinterposer entr e lui et la gloire de rgner, lorgueil de dominer, quitte se transformer lu i-mme en tre inhumain voulant incarner le surhomme de Nietzsche, mais qui, faute dhumanit et dhumanisme, finit par tre un soushomme, une dpouille monstrueuse tombe en dsu tude et dont les ruines tmoignent quune vie de misanthropie et de misogynie lavait jadis anim pour le malheur de ses semblables et du sien. 7.3 Anachronisme contextuel : Sabotage Le fait que Christian Jacq transpose le vocabul aire de loccupation na zie utilis du rant la deuxime guerre mondiale dans sa trilogie c onstitue certes un anachronisme qui est manifestement vident, cependant, la perspectiv e de lanachronisme chez Christian Jacq, outre

PAGE 51

51 cette forme purement linguistique, prend dautres formes contextuelles, o il transpose par exemple des scnes de sabotage. Ici Christian Jacq prend la dfense secrte de la psychologie de personnages qui collaborent malgr eux avec lennemi considrs comme tratres par les leurs et mpriss comme vaincus par leurs nouveaux matres Sils travaillent pour loppresseur, ils ne sont pas dupes de loppression ; sil s sont obligs duvrer contre leur pays, ils ne se sont pas dpouills de leur patriotisme ; sils sont dsorm ais les tristes tmoins de leur propre dcadence, ils nont pas pour autant perdu le ur esprance ; sils subissent c onstante surveillance, pnitence, perscution et injustice, ils attendent avec patience et persvrance la libra tion et le rgne de la justice. Le sabotage est la seule arme qui leur re ste. Invisible, nul ne pe ut les en priver. Dans Le Moine et le Vnrable Christian Jacq utilise le vocabulaire de loccupation sans anachronisme bien sr puisque lhistoire se passe concrtement dans un camp de concentration au XXe sicle o presque tous les dtenus meurent sauf les de ux rescaps quil dit avoir personnellement eu lhonneur de rencontrer dans la prface et qui survivent grce lopration de sabotage miraculeuse entreprise par un des le urs qui la paye de sa vie et qui en quelque sorte sauve la leur en donnant la sienne aprs avoir d sactiv et dtraqu dans late lier o il travaillait les armes de lartillerie allemande4. Cest ce mme contexte que Christian Jacq transpose anachroniquement dans sa trilogie o il attribue la victoire finale de lgypte lopration de sabotage dun jeune rsistant 5 qui a sabot les roues de s chariots hyksos ainsi que leurs arcs. Une fois tendus, le bois casserait net. 6 Lanachronisme contextuel chez Ch ristian Jacq se rvle par la transposition systmatique du cont exte des vnements de la p riode si trouble que la France a connue lors de son occupation par le rgime nazi, dont le sabotage est donn ici titre dexemple illustrant encore une fois tant les concepts anachroniques que les contextes dans lesquels laction 4 JACQ C., Le Moine et le Vnrable Robert Laffont, Paris, 1985 5 JACQ C., La Reine Libert : Lpe Flamboyante Xo, Paris, 2002 48 p. 307 6 Ibid.

PAGE 52

52 anachronique des personnages thbains gyptiens reprsente celle de s Franais, tandis que lanachronisme nazi est reprsent par les hyksos. 7.4 Anachronisme littraire et li nguistique de lonirisme Lanachron isme chez Christian Jacq ne se rv le pas uniquement dans ses transpositions linguistiques et contextuelles mais aussi dans sa conception du temps en tant que mesure tridimensionnelle : prsent, pass, futur. Au dbut de la trilogie, Christia n Jacq introduit ltat desprit gnral de la reine mre de Thbes afin de montrer par l combien le moral des gyptiens tait bas. Lintention de lauteur est ici de mettre laccent sur le prsent dsespr cause des ravages causs par lenvahisseur hykso s, par opposition au pass glorieux des pharaons et, pour ne pas brler ses cartes, au futur engl outi par le dsespoir. Les recoupements que fait Christian Jacq dans ses dialogues sont succincts, concis et par consquent irrprochables. Tant quil utilise le style dialogique, tout va bien. Mais le style narratif dont il use peu, il est vrai, il ny excelle pas autant : Chaque jour la rein e pleurait. Enferme dans son pauvre palais qui ressemblait de plus en plus une prison, elle vi vait de souvenirs et de rves dans lesquels lavenir navait aucune place 7. Lexclusion de lavenir de s rves de la reine mre constitue une inconsistance textuelle avec les di ffrentes mesures que Christian Jacq lui fait entreprendre, comme dencourager la princesse sa fille et de la couronner reine sa place, comme dassumer la responsabilit de lducation et de linstructi on de ses petits enfants, enfin, du ct textuel, tout au long de la trilogie, l ensemble des actes quil lui attribue nest rien dautre quun investissement dans le futur. Quant au ct linguistique et psychologique, lexclusion de lavenir des rves est inoue, inadmissible, voire mme absurde. Le domaine onirique est celui qui runit par exce llence la mesure trid imensionnelle du temps. Lexemple de cette absurdit nest pas tant pour relever une erreur littraire et linguistique de 7 JACQ C., La Reine Libert : LEmpire des Tnbres, Xo, Paris, 2002 3 p. 26

PAGE 53

53 langage, qui nen est pas moins une, que pour tenter de dresser la gense de lanachronisme chez Christian Jacq en tant que procd littraire qu i ne laisse pas davoir aussi ses revers. force duser danachronisme, lcrivain sest laiss glisser sur une pent e dont ltendue la en quelque sorte dpass et dont la porte am plifie au-del de la mesure a dsquilibr la sienne.

PAGE 54

54 CHAPTER 8 CHRISTIAN JACQ ET LA CRITIQUE LITTRAIRE Les avantages de la critique littraire sont innombrables et il est certes bien m alheureux que Christian Jacq nen ait pas en core eu sa part jusquaujourdhui Il peut exister toutes sortes de raisons pour lesquelles les commentateurs s abstiennent de critiquer une uvre. Parmi cellesci se trouve peut-tre la peur d une action judiciaire ca r tout crivain a le droit dintenter un procs contre ceux qui attenteraient sa rputat ion en tant que personnage public. Il y a dautre part le facteur du temps. Une grande partie des uvres de Christian Jacq sont publies aprs lan deux mille. Cest donc un crivain du XXIe sicle duquel on na pas encore franchi la premire dcennie. 8.1 Intgration et rejet du champ de la critique littraire : deux extrmes, Christian Jacq et Samuel Beckett Aprs avoir relev limportance de lgypte an cienne dans luvre de Christian Jacq, nous avons identifi la singularit de son f minisme, et critiqu lanachronisme quil mettait en vidence dans sa trilogie. Nous avons analys des points faibles la fois dans son dveloppement narratif et dans sa structure ido logique par rapport son statut vi s--vis de la critique en tant que causes pertinentes qui auraient pu la dtourner de lintgrer. Nous av ons protest contre ses fausses prtentions anthroponymiques concernant le nom matrimonial de la femme occidentale, entre autres critiques, nous avons aussi relev lexagration par laquelle il simmisait dans le domaine onirique concernant son exclusion de la dimension du temps futur des rves. Il est temps cependant de chercher avec plus de distan ce et de recul des causes tout aussi pertinentes, certes, mais aussi plus profondes, cette fois en se situant en-dehors de luvre de Christian Jacq en tant que telle, dans le fond mme de labme qui le spare de la critique afin de rpondre la question que nous avons pose au dpart savoir, pourquoi est-ce que Christian Jacq est absent du champ de la critique littraire ? Par contraste av ec Christian Jacq, la crit ique littraire en tant

PAGE 55

55 que frquences statistiques en nombres de co mmentaires sur Samuel Beckett par exemple, a dpass celle sur Shakespeare et pour tout dire de ce ct, cest lcrivain qui a reu le plus dattention et qui a suscit le pl us de commentaires parmi la criti que dans toute lhistoire de la littrature franaise et mondial e (Murphy 2008). De nombreux autres crivains ont reu leur part de la part de la critique, ce qui a contribu leur succs commercial et acadmique, leur renomme et leur prestige, cela va sans dire. Nous ne contes tons pas que tout crivain qui reoive lattention favorable ou pa s de la critique nait du mrite Mais nous posons la question suivante : est-ce que le manque de m rite est seul la base de lab sence de critique ? En dautres termes, cest la critique elle-mme que nous voulon s critiquer. Et pour lu i rendre justice dabord la critique, il faut mentionner aussi que dinnom brables ouvrages obscurs et sans valeur sont ngligs juste titre par elle. Nous ne prtendons donc nullement diminuer la valeur littraire de la critique ni celle de la crit ique littraire. Mais ce que nous essayons de dmler ici cest la question du mrite, puisque lauteur que nous avons tudi, Christia n Jacq, na pas reu sa part de la part de la critique et nous essayons danalyser le pourquoi et le comment de ce phnomne qui semble incompatible avec la popularit et le succs commercial de lauteur de la fiction pharaonique. Pour ce faire, il faut examiner le mrite par rapport la crit ique et les confronter daplomb. 8.2 Inversement par Georges Brassens de lau tre ct de la mdaille de la critiq ue Lexemple de Georges Brassens nous aidera concrtiser la relation quil y a entre le mrite littraire et la critique. Formulons dabord la question qui se rt lvaluation gnrale : le mrite se mesure-t-il sur les donnes de la popularit et du succs commercial, ou sur celles, moins apparentes, de lappartenance acadmique ? Le souci de la critique littr aire cde son esthtique, son thi que, voire mme lauthenticit de lautorit elle-mme au profit de lidologie, ne fut-ce quau dtriment de lui-mme, sachant

PAGE 56

56 que le champ de gouvernance o la critique sexerce ne sappauvrira pas et ne fera pas faillite en ngligeant lanticonformisme idologique qui, lui, partant dune entreprise individuelle et non collective, ne fait aucune concession idologique. Le souci de la critique littraire nest donc pas tant un souci de littrature que didologie ; de gouvernance que de convenance ; dautorit que de conformit ; de popularisation qu e de politisation ; de vrit et derreur que de mise en valeur. Nous avons mis laccent sur le fait que Christ ian Jacq a pu pater ses lecteurs par ses talents de narrateur y compris la varit structurale et stylistique dans la narration de sa fiction historique ainsi que par son expert ise en gyptologie. Mais lacadmis me est plus affaire dtat et didologie quaffaire de public et de dontologie. Parmi les contemporains de Christian Jacq, un des plus clbres et des plus populaires potes franais, chanteur compositeur et guitariste a refus daccder ce rang et a dclin loffre qui lui tait faite de fa ire partie des quarante membres de lAcadmie franaise, savoir George s Brassens. Lexemple de cette offre dcline signifie que lacadmicien ne voulai t pas de ce titre mais quil ne l tait pas moins et quil nen avait pas moins la stature ou le mrite litt raire sans lequel personne nest nomm cette fonction honorifique, quil la refuse ou laccepte. Si lacadmisme est un critre dvaluation et si la critique littrair e nen est pas moins un, le mrite d un crivain qui se surpasse lui-mme selon lexpression de Debussy, ne fut-ce que parce quil soutient et sa pop ularit et sa grande renomme tout seul, sans le concours des critres officiels qui statuent son prestige, nen devient que plus grand. Ainsi on conoit aisment le gra nd mrite littraire de Ge orges Brassens, dont la renomme na pas t fonction de son appel lAcadmie fran aise, appel quil a de toutes faons dclin, donc on ne peut mme pas dire que lacadmisme officiel de la critique, aucun moment de sa carrire dauteur a pu contribuer son succs.

PAGE 57

57 8.3 Mrite et chos acadmiques de la criti que : littrature pure ou aussi idolog ie ? Cependant la critique littraire nest pas tant en qute de talents cachs que de talents mettre sur le march. loccasion, elle se saisira de talents qui sont dj sur le march, comme ce fut le cas pour Georges Brassens qui a refus son sige lAcad mie franaise ; et sil nen va pas de mme pour Christian Jacq, nous devons supposer quil y a de fortes raisons ultra littraires la base de cette rticence inexplicable. La premire priorit de la critique littraire, son souci premier nest pas dordre littraire ma is idologique. Or lidologie comme on la dit est une affaire dtat. Lcrivai n qui sy conforme se verra at tribuer tous les honneurs. Aucun anticonformisme ne saurait percer son cercle herm tique. Car si tel tait le cas, si un crivain proscrivant une idologie contre courant suscitait des critiques, des commentaires, des chos son uvre anticonformiste par rappor t lidologie politic o littraire du pouvoi r en place et des lois en cours, il dstabiliserait ltat, dont lconomie politique et le souci duniformisation idologique exigent la stabilit comme condition sine qua non de sa scurit intrieure. La libert dexpression permet donc la public ation duvres anticonf ormistes, au nom de la libert de parole, mais cette permission ne relve pas tant de la volont de ltat que de son indulgence. Or la critique littrair e ne se dmarque ni de la volont politique ni de lidologie qui lui est sous-jacente. Il est vrai que rien ne loblige, rien ne la retient, mais tout lintresse. Elle ne saurait raisonnablement sacrifier sa relation de so utien mutuel vis--vis de ltat. Non seulement pour ne pas se montrer ingrate idologiquement vis--vis du ministre de la culture et autres entits gouvernementales qui la subventionnent, mais surtout pour soutenir la comptition, car nombreux sont ceux qui sont prts se conformer, et elle sait que ses innombrables remplaants nattendent quavec impatience sa moindre gaffe po litiquement incorrecte pour se saisir de son poste, de ses biens, de ses subventions et offr ir un meilleur soutien idologique ltat duquel elle se serait montre indigne. D ailleurs, outre ces raisons dor dre conomique et politique, la

PAGE 58

58 bonne volont de la critique nest pas exclue, pu isquil est naturel que lon aime son pays, que lon excelle exprimer sa gratitude et sa solidarit et que lon ve uille en consolider lidologie, si ce nest par des actes positifs, comme ceux de la critique duvres conformistes afin de les promouvoir et les lever au statut acadmique ncessaire leur prestige, du moins par labstention dactes ngatifs qui c onsisteraient ne pas donner plus de publicit ce qui na dj que trop russi, en loccurrence luvre littraire de Christian Jacq. 8.4 Trois conflits idologiques 8.4.1 Idologie politique vs antinazisme Le conf lit pos par luvre de Christian Jacq pourrait tre dordre idologique. Ses vues antinazies, si elles sont vnres de beaucoup, ne le sont peut-tr e pas autant de ceux qui taient partisans du gouvernement Vichy du marchal Philippe Ptain, chef de ltat Franais entre 1940 et 1944, qui ne manquaient pas et qui ont eu assez dinfluence pour que celui-ci ait vu sa peine de mort laquelle il a t condamn en 1945 commue. Mais lidologie de la critique littraire nest pas antismite pour condamner Christian Ja cq simplement cause de ses vituprations contre le rgime nazi ou celui du gouvernemen t Vichy qui sont rflch ies par lanachronisme dans sa trilogie. Il y a aussi la grande confus ion de cette poque dont on a parl plus haut en citant lexcellent livre dAndr Mar tinet et le film grand succs, Lacombe, Lucien qui a suscit beaucoup dchos dans la critique, de Louis Malle en collaboration avec Patrick Modiano. Lambigut qui a rsult de la confus ion de cette poque, qui a caus beaucoup dinjustices sociales ainsi que des atteintes lhonneur et la rputation de beaucoup de rsistants qui se faisaient passe r pour collaborateurs afin de mi eux russir leurs oprations, puis qui se sont fait passer effectivement pour des colla borateurs et des tratres, est aussi responsable de laccueil plutt froid fait a ux allusions anachroniques de Chri stian Jacq cette priode de plaie dans laquelle il ne faut pas remuer le couteau.

PAGE 59

59 8.4.2 Idologie religieuse vs spiritualit Il y a aussi le spiritualism e et le polythis me religieux qui inclut la femme autant que lhomme sur un pied dgalit de lgypte ancienne dont le thme, prsent en long et en large dans toute luvre de Christian Jacq, romans et essais sur les francs-maons et les pharaons, est en conflit avec la loi pour la lac it de 1905 dont on vient de fter le centenaire il y a quatre ans en 2005. En outre, il va sans dire qu e pour la plupart des institutions religieuses le rle sacerdotal de la femme est inadmissible. Ainsi, le spiritua lisme se trouve condamn par les protagonistes de la lacit, le polythisme par ceux du monothisme, et le rle de femmes prtresses se trouve condamn par les antagonistes du sacerdoce fmini n : Impossible, en effet, dimaginer une femme pape, grand rabbin ou recteur dune mosque, alors que bon nombre dgyptiennes occuprent le sommet de hirarchies sacerdotales. 1 8.4.3 Idologie rvolutionnaire vs La Reine Libert De plus, contrairem ent au titre de La Rpublique de Platon, en ce qui concerne le titre mme de la trilogie de Christian Jacq en particulier, la reine revivifie un souvenir trop pnible qui na pas encore eu le temps de seffacer de la mmoire franaise, savoir celui de MarieAntoinette dont les crits2 ne sont pas encore publis en Fran ce jusquaujourdhui. Le titre de la trilogie de Christian Jacq, lui seul, constitue un malencontreux conflit historique et idologique qui taille vif dans la chair de lhistoire pour ses co mpatriotes qui ne peuvent concevoir dans la reine libert quun oxymore de mauvais got qui dfie le ur idologie dans son plus profond fondement en opposant la valeur sacre de la libert avec celle bannie de la royaut, outre celle, encore bien prcaire, de la fmin it, qui revient sans cesse et part out tout au long de son uvre et qui lui est sous-jacente, implicite, qua nd elle ne lest pas explicitement. 1 JACQ C., Les gyptiennes Perrin, Paris, 1996 p. 12 2 RICE A.C., Cinema for French Conversation, Le cinma en cours de franais Focus, Newburyport, 2007 3rd ed. p. 175

PAGE 60

60 Le mrite de lcrivain ny est donc pour rien dans labme bant qui loigne de lui la critique et qui constitue la rupture comprhe nsible sous langle de lidologie entre son acadmisme, son srieux, son succs commercial et littraire, et les critiques Franais qui lignorent, parmi lesquels il ne vit plus daille urs, puisquil rside actuellement en Suisse romande.

PAGE 61

61 CHAPTER 9 MYTHOLOGIE 9.1 Entre la simplicit du mythe pharaonique de Christian Jacq et le simplisme de labsurde du mythe de Sisyphe de Camus Le passage se fait sens unique de lhistoire la mythologie. Car si les mythes ont pour origine quelque source lgendaire dforme par les voi es de traditions orales ou autres, lhistoire nen est pas constitutive et ne consiste quen faits historiques proprement documents et dpourvus de tout prjudice my thologique qui na aucun accs ses archives. Les romans historiques cependant force dembellir et de vouloir intriguer se se rvent des deux bases de donnes historique et mythologique. Lesthtique littraire de la fiction sen trouve enrichie, comme par le cheminement de Christian Jacq dans ses romans de fiction historique. Pourtant, lenrichissement de lesthtique littraire ne suffit pas stimul er la critique, qui attend des sentences, des modles de pense, des courants philosophiques chaque fois que la mythologie et lhistoire se mettent coexister dans les pages dun mme roman. Pa r exemple, ce que la critique trouve parfaitement son got cest le mythe de Sisyphe dAlbert Camus1, o labsurde de la rptition du mme geste, leffort, le travail de soulever la pierre jusquau bout de la montagne, est assimil lexistence humaine. 9.2 Entre la ralit de la vie mo derne et la subt ilit du mythe Camus a su trouver le point dintersection du myth e antique et de la vie moderne, absurde, dnue de sens, et se perptuant quand mme sans cesse depuis lantiquit de Sisyphe. Pour qui veut se pencher sur la pense humaine enfouie dans la mythologie, de nombreux domaines de comparaisons peuvent souvrir pour donner lieu des tentatives de rapprochement avec nos notions modernes de philosophie afin dy chercher peut-tre un e trouvaille plus heureuse que 1 CAMUS A., Le Mythe de Sisyphe Folio, Paris 1985

PAGE 62

62 labsurde de Camus, tout au moins plus subt ile. Mais pour trouver un autre sens la vie comment viter les tournures dirrsolution, de mystr e, daporie, de sorte sortir de labsurde ? Le cheminement de Christian Jacq a pris une direction oppose celle de Camus en ce sens quil raconte des histoires he ureuses o triomphent la justice et la libert, en se basant sur les lments de mythologie pharaonique, mais ces fins heureuses savrent trop banales et ne sont pas la mode de nos jours car nous ch erchons savoir pourquoi nous souffrons et pourquoi notre vie na pas de sens. Nous ne voulons donc pas y croire ces romans dautant plus que nous ne voulons pas en revenir notre ralit sans y avoir dterr des compagnons, des semblables, qui soient vaincus comme nous par la misre et chez lesquels on puisse tr ouver de quoi croire, quoi saccrocher, quelque chose quon puisse ramener de similaire, un trait humain, un mot commun, un rseau clandestin de solidarit imaginaire qui nous arme contre la routine et la laideur du quotidien.

PAGE 63

63 CHAPTER 10 DIVISIONS QUE CHRISTIAN JACQ FAIT SA TRILOGIE 10.1 Structuration taut ologique : Flashbacks Le premier livre de la s rie trilogique introduit bien le sujet puisquil est intitul en sous titre lempire des tnbres. Il est ais Christian Jacq de ga gner tout de suite la sympathie du lecteur en suscitant son approbation sur le fait que lempire Hyksos est juste titre assimil celui des tnbres. Beaucoup dlments contextuels propres cette premire partie de la trilogie sont rpts dans les suivantes titre introductif de la suite des vnements dont la narration ncessite un retour en arrire qu on appelle en anglais flashback Cela est probablement d au fait que Christian Jacq ne veut sans doute pas imposer la lectur e des trois romans de la srie trilogique de faon quils soient i ndissociables lun de lautre. Il sest donc arrang pour que les trois constituants de la trilogie soient indpendants, de sorte que le lecteur qui saventure lire sans suivre lordre respectif croissant des livres en commen ant par exemple par le second ou mme le troisime livre, puisse quand mme sy re trouver dans une cohrence et une consistance appropries. Ces rptitions qui s ont reprises du premier livre vers les deux autres ne constituent nullement la lecture de ces derniers une matire dsagrablement redondante. Au contraire, elles servent rappeler au lecteur des points de repre importants prsents sommairement avec quelque brivet certes, mais non sans un intrt renouvel grce au style de Christian Jacq dont la force est incontestable au point de tenir en ha leine son lecteur qui ne se lasse pas de ressentir de la sympathie pour lauteur et une sorte de complicit humaine avec les idaux quil lui prsente. 10.2 Structuration dialogique La structure dialogique qui caractrise la trilogie est quel que peu innovatrice dans le doma ine littraire franais. Le roman trilogique de Christian Jacq se dmarque lgrement de la

PAGE 64

64 tradition littraire et thtrale en ce quil nest ni tout fait une pice de thtre ni tout fait un roman au style narratif prdominant. Les dialog ues constituent la majorit du tissu narratif de Christian Jacq. La voix narrative tient beaucoup moins de place que la voix dialogique. Cest pour cette raison, je pense, que ladaptation de la trilogie une pice de thtre ne serait pas une mauvaise ide. Car la trilogie La Reine Libert na presque quune structure dialogique et naurait par consquent que trs pe u de didascalie structurale. Le s didascalies y sembleront bien minces par rapport la place o les interlocutions interviendront et celle que les entretiens des personnages y occupera sera facilement adaptabl e presque sans changeme nt puisque Christian Jacq apporte beaucoup plus de soins et une concision indubitablement prononce son style dialogique qu ses techniques narr atives faites la troisime pe rsonne du singulier ou du pluriel. La tche serait aise au metteur en scne profes sionnel et ne serait pas impossible lamateur. 10.3 Structuration squentielle La prem ire partie de la trilogie, La Reine Libert : LEmpire des Tnbres relate la rsistance thbaine contre les Hyksos, le combat arm et la victoire que le pharaon Seqen a failli remporter sil ny avait laiss sa vie. Sa mort prmature et incomprhensible laisse la reine pharaon Ahotep veuve et mre dun garon qui vien t de natre et dun autre g de dix ans. La deuxime partie de la trilogie, La Reine Libert : La Guerre des Couronnes relate les combats mens par le fils an du pharaon Seqen-en-R et par la reine Ahotep c ontre loccupation hyksos. Cet enfant qui avait tantt dix ans, Kams, a gra ndi. Il en a maintenant dix-sept. Il poursuit le combat de son pre plusieurs annes aprs la mort de ce dernier pour ral iser lidal de libert dont rve le seul survivant des pharaons : une femme dsormais veuve et dont le fils an, Kams, meurt sur le champ de bataille dune mort aussi mystrieuse que celle de son pre.

PAGE 65

65 La troisime et dernire partie de la trilogie, La Reine Libert : Lpe Flamboyante relate la victoire dfinitive des thbains sur les Hyksos effectue par Amos, le second fils dAhotep, qui devient pharaon dgypte. Lid entit de lespion Hyksos respons able de la mort du mari et du fils an dAhotep, pre et fr re dAmos, Seqen et Kams, es t enfin dcouverte et cest ainsi que la vie du futur pharaon Amos est pargn e et que lempire Hyksos est dfait. 10.4 Structuration parallle Une autre division que C hristian J acq opre lintrieur de sa trilogie et qui est sans doute aussi importante que celle de la division en trois volumes est la structuration parallle. Celle-ci consiste en une srie dapologues parallles que Christian Jacq fa it se relayer lintrieur de chaque volume pour annoncer par les uns ce qui se passe du ct de la lumire, de la lutte hroque de la rsistance autochtone et de ses partisans sympat hiques et justes, et pour dnoncer par les autres ce qui se passe du ct des tnbres, du massacre gr otesque de la violence hyksos et de ses collaborateurs antipathiques et injustes. Cette structurat ion parallle constitue plusieurs avantages littraires. Tout da bord, elle contribue largement suspendre lhaleine du lecteur. Puisque les apologues ne sont pas in dpendants, la curiosit que leur suite suscite chez le lecteur le rend insatiable den savoir davantage. Cela est valable dapologue en apologue dans la structure interne de chaque volume ainsi que dans la structure inter trilogique de la trilogie de volume en volume. Cest cette division de structuration interne sur un double plan qui rend difficile, voire impossible, quiconque a lu lun des volumes de la trilogie, de ne pas lire les deux autres, quelque soit lordre da ns lequel il aurait commenc. Ensuit e, elle constitue autant de digressions successives qui brisent toute monotonie au rcit et permet Christian Jacq, mme en se rptant dtre encore et to ujours nouveau. Finalement, elle reli e lhistoire dun bout lautre, dans une cohsion laisse la discrtion du lecteur qui assiste, par la comp licit que lauteur lui a ainsi octroye, ce qui se passe dans les deux cam ps ennemis et qui reoit ainsi une gratification

PAGE 66

66 qui le rend heureux, en guise de prix supplmenta ire qui surpasse le prix dachat du livre. Cette structuration parallle est presque systmatique dans chacun des trois volumes de la trilogie. Grce elle, Christian Jacq savre matre dans l art dintresser le lecteur en prtant sa plume paradoxalement deux idologies contradictoires et en se faisant le porte-parole, tour tour, de chacun des deux camps adverses. Lauteur implique le lecteur par cette structuration parallle dans une vision imaginaire panoramique qui ne laisse pas de le charmer. Il le transporte tour tour vers les deux domaines impermutables du sud et du nord, de la lumire et des tnbres, de la libert et de loppression, de la pa ix et de la guerre, de la vrit et du mensonge, de lamour et de la haine, de la vie et de la mort. Les tableaux suivants aideront illustrer le s squences de la st ructuration parallle alternant entre les gyptiens et les Hyksos. Il faut inclure dans le champ gyptien (CE) des divisions telles que des scnes relatives la rsistance, aux pa rtisans de la libration, non pas exclusivement la location gographique de Thbes, qui ont t ranges dans le camp gyptien. De mme faut-il inclure dans le champ hyksos (CH) des scnes relatives aux collaborateurs, la Nubie et aux camps de concentration, ici non plus, on ne se restreindra pas la location exclusive dAvaris. Les chapitres alternatifs (ALT_F) sont ceux qui alternent entre les deux camps la fois au moins une fois, toutefois le nombre de leur alternan ce est indiqu, mais la plupart du temps ils nalternent quune fois. Le nombre de fois o la lternance se produit est indiqu en lettres plutt quen chiffres pour viter la confus ion numrique avec le nombre de ces chapitres. La dmarcation parallle de cette di vision constitue lun des tr aits ingnieux qui donne la trilogie de Christian Jacq un caractre de ralisme indubitabl e et de varit qui en fait en grande partie la richesse.

PAGE 67

67 Tableau 10-1 : La Reine Libert : LEmpire des Tnbres 1er volume de la trilogie. La Reine Libert : lempire des tnbres Squences de la structuration parallle et alte rnative camp gyptien : CE camp hyksos : CH Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 1 11 16 1 2 17 22 1 3 23 29 2 4 30 36 3 5 37 44 4 6 45 52 5 7 53 59 6 8 60 66 2 9 67 68 68 71 1 une alternance 10 72 77 7 11 78 83 8 12 84 90 3 13 91 97 4 14 98 104 5 15 105 111 9 16 112 118 10 17 119 124 11 18 125 131 12 19 132 137 13 20 138 144 6 21 145 150 14 22 151 157 15 23 158 164 7 24 165 171 16 25 172 178 17 26 183 185 179 183 2 une alternance 27 186 192 18 28 193 198 19 29 199 204 20 30 205 206 207 210 3 une alternance 31 211 216 21 32 217 222 22 33 223 228 23 34 229 235 24 36 243 246 246 248 5 une alternance 37 249 254 25

PAGE 68

68 Table 10-1 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 38 255 257 259 261 257 259 6 deux alternances 39 262 264 265 267 264 265 7 deux alternances 40 269 274 268 269 8 une alternance 41 275 277 277 281 9 une alternance 42 282 288 26 43 291 294 289 291 10 une alternance 44 295 300 27 45 301 306 28 46 308 312 307 308 11 une alternance 47 313 315 315 318 12 une alternance 48 319 324 29 49 325 330 30 50 333 336 331 333 13 une alternance 51 340 337 339 340 342 14 deux alternances 52 343 348 31 53 349 355 32 54 356 359 359 361 15 une alternance 55 362 368 33 56 371 374 369 370 16 une alternance 57 376 380 375 376 380 381 17 deux alternances 58 382 386 386 388 18 une alternance 59 389 395 34 Total du nombre des chapitres exclusifs et alternatifs Au total : 34Au total : 7 Au total : 18 Pourcentage par rapport au nombre total de chapitres 57,6% 11,8% 30,5%

PAGE 69

69 Table 10-1 Continue Nombre dalternances lintrieur des chapitres alternatifs 22 Pourcentage de lalternance par ra pport aux chapitres alternatifs 122,2% Le nombre de chapitres sur le camp gyptien exclusivement constitue 57,6 % du 1er volume de la trilogie lempire des tnbres Celui sur le camp hyksos en constitue 11,8 %, ta ndis que les chapitres alternatifs constituent 30,5 % du 1er volume Tableau 10-2 : La Reine Libert : La Guerre des Couronnes 2e volume de la trilogie. La Reine Libert : la guerre des couronnes Squences de la structuration parallle et alternative Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 1 9 14 1 2 15 19 1 3 20 24 2 4 25 29 2 5 32 34 30 32 1 une alternance 6 35 40 3 7 41 45 3 8 46 51 4 9 52 57 5 10 58 62 6 11 63 68 7 12 69 70 70 74 2 une alternance 13 75 79 8 14 80 84 9 15 85 89 4 16 90 94 10 17 95 100 5 18 101 106 11 19 107 112 6 20 113 118 12 21 119 123 13 22 124 129 7 23 130 135 14 24 136 141 15 25 142 147 16 26 148 150 150 153 3 une alternance 27 154 159 8 28 160 165 17 29 166 172 18 30 173 178 19

PAGE 70

70 Table 10-2 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 31 179 184 9 32 185 188 188 190 4 une alternance 33 191 196 20 34 197 201 21 35 202 205 205 206 5 une alternance 36 207 208 209 212 208 209 6 deux alternances 37 213 217 22 38 218 222 23 39 223 228 10 40 229 234 24 41 236 240 235 236 7 une alternance 42 243 246 241 243 8 une alternance 43 247 248 249 252 248 249 9 deux alternances 44 255 258 253 255 10 une alternance 45 259 263 25 46 264 268 47 269 273 11 48 274 278 12 49 279 284 26 50 285 288 288 289 11 une alternance 51 290 291 294 291 293 12 deux alternances 52 295 299 27 53 300 302 302 304 13 une alternance 54 306 308 309 310 305 306 308 309 14 trois alternances 55 311 315 28 56 316 320 13

PAGE 71

71 Table 10-2 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 57 321 324 324 325 15 une alternance 58 326 327 328 329 327 328 329 330 16 trois alternances 59 331 334 335 336 334 335 17 deux alternances 60 337 342 29 Total du nombre des chapitres exclusifs et alternatifs Au total : 29Au total : 13 Au total : 17 Pourcentage par rapport au nombre total de chapitres 48,3% 21,6% 28,3% Nombre dalternances lintrieur des chapitres alternatifs 25 Pourcentage de lalternance par ra pport aux chapitres alternatifs 147% Tableau 10-3 : La Reine Libert : Lpe Flamboyante 3e volume de la trilogie. La Reine Libert : lpe flamboyante Squences de la structuration parallle et alternative Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 1 9 15 1 2 16 22 1 3 23 29 2 4 30 35 2 5 36 41 3 6 42 47 3 7 48 50 50 53 1 une alternance 8 54 59 4 9 60 66 4 10 67 70 70 73 2 une alternance 11 78 79 74 78 3 une alternance 12 80 84 84 85 4 une alternance 13 89 90 86 89 90 91 5 deux alternances 14 92 94 95 98 94 95 6 deux alternances

PAGE 72

72 Table 10-3 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 15 102 104 99 102 7 une alternance 16 105 110 5 17 111 116 5 18 117 122 6 19 123 126 126 128 8 une alternance 20 129 133 6 21 135 137 134 135 137 139 9 deux alternances 22 140 144 144 145 10 une alternance 23 146 147 148 149 150 151 147 148 149 11 quatre alternances 24 152 157 7 25 158 163 7 26 164 169 8 27 170 175 8 28 176 181 9 29 182 188 10 30 189 194 9 31 195 201 11 32 202 208 12 33 209 214 13 34 215 218 218 220 12 une alternance 35 221 226 14 36 227 233 10 37 234 239 15 38 240 245 11 39 246 252 16 40 256 258 253 255 13 une alternance 41 259 262 262 264 14 une alternance 42 265 271 17 43 274 276 272 274 276 277 15 deux alternances

PAGE 73

73 Table 10-3 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 44 278 279 280 283 279 280 16 deux alternances 45 284 290 12 46 293 295 291 293 295 296 17 deux alternances 47 297 302 18 48 304 307 303 304 307 308 18 deux alternances 49 310 312 313 309 310 312 313 314 315 19 quatre alternances 50 316 321 316 20 une alternance 51 322 323 325 326 323 325 326 327 52 328 333 19 53 334 335 336 340 335 336 21 deux alternances 54 342 344 341 342 344 346 22 deux alternances 55 347 349 350 351 349 350 351 352 23 trois alternances 56 353 354 357 358 354 357 24 deux alternances 57 359 361 363 364 361 363 25 deux alternances 58 365 366 368 369 369 370 366 368 369 26 quatre alternances

PAGE 74

74 Table 10-3 Continue Chapitre CE P. no CH P. no NB CE NB CH NB ALT_F 59 371 377 20 60 378 383 21 61 384 391 22 Total des chapitres exclusifs et alternatifs Au total : 22Au total : 12 Au total : 26 Pourcentage par rapport au total de chapitres 36% 19,6% 42,6% Nombre dalternances lintrieur des chapitres alternatifs 48 Pourcentage de lalternance par ra pport aux chapitres alternatifs 184,6% Tableaux de comparaison des chapitres exclusifs / alternatifs et des alternances dans les trois volumes de la trilogie de Christian Jacq La Reine Libert Tableau 10-4 : Vue horizontale de la trilogie 1er tome E. T 2e tome G. C 3e tome F chapitres sur le camp gyptien 34 / 59 = 57,6%29 / 60 = 48,3% 22 / 61 = 36% chapitres sur le camp hyksos 7 / 59 = 11,8%13 / 60 = 21,6%12 / 61 = 19,6% chapitres alternatifs 18 / 59 = 30,5%17 / 60 = 28,3%26 / 61 = 42,6% Alternances 22 / 18 = 122,2% 25 / 17 = 147%48 / 26 = 184,6% Tableau 10-5 : Vue verticale de la trilogie chapitres sur le camp gyptien chapitres sur le camp hyksos chapitres alternatifs Alternances 1er tome E. T 34 / 59 = 57,6%7 / 59 = 11,8%18 / 59 = 30,5% 22 / 18 = 122,2% 2e tome G. C 29 / 60 = 48,3% 13 / 60 = 21,6% 17 / 60 = 28,3% 25 / 17 = 147% 3e tome F 22 / 61 = 36%12 / 61 = 19,6%26 / 61 = 42,6% 48 / 26 = 184,6%

PAGE 75

75 Diagramme 10-1 : Ordre dcroissant des gyptiens : LEmpire des Tnbres domine. Du premier au troisime tome, le schma des chapitres sur les gyptiens suit une pente descendante respectivement et prsente un schma rgressif dans un ordre de pourcentage dcroissant tel que : 57,6>48,3>36 Diagramme 10-2 : Ordre croissant des Alternances : Lpe Flamboyante domine. En revanche, du premier au troisime tome, le schma des alternances lintrieur des chapitres alternatifs suit une pente ascendante respectivement et prsente un schma progressif dans un ordre de pourcentage croissant tel que : 122,2<147<184,6 Diagramme 10-3 : Prdominance des Hyksos dans la Guerre des Couronnes. Le plus de chapitres sur les Hyksos se trouve dans le 2e tome la guerre des couronnes raison de 21,6% ; par comparaison au taux du 3e volume o ces chapitres reprsentent 19,6% et au 1er tome o ils ne sont qu 11,8%. La guerre des couronnes tient donc la position optimale dans les chapitres su r les hyksos telle que : 1er <2e>3e o 11,8<21,6>19,6 Chapitres Hyksos 1er: E.T. 11,8% 2e: G.C. 21,6% 3e: E.F. 19,6% Alternances 1er: E.T. 122,2% 2e: G.C. 147% 3e: E.F. 184,6% Chapitres gyptiens 1er: E.T. 57,6% 2e: G.C. 48,3% 3e: E.F. 36%

PAGE 76

76 Diagramme 10-4 : Prdominance des Alternatifs dans lpe Flamboyante. Le plus de chapitres alternatifs se trouve dans le 3e tome lpe flamboyante raison de 42,6% ; en comparaison du taux de 28,3% dans le 2e tome et de 30,5% dans le 1er. Lpe flamboyante tient donc la position optimale des ch apitres alternatifs telle que : 1er <3e>2e o 30,5<42,6>28,3 Diagramme 10-5 : Prdominance et Position Optimale rsultant de la structuration parallle dans la trilogie. Chacun des trois volumes occupe donc au moins une fois la position optimale dans la frquence des nombres de fois o se produit loccurrence maximum dune catgorie spcifiquement excl usive de chapitres. Ainsi, le 1er volume E.T.1 contient le plus de chapit res sur les gyptiens, le 2e volume G.C.2 contient le plus de chapitres sur les Hyksos, le 3e volume E.F.3 contient le plus dalternation la fois en termes de chapitres alternatifs et dal ternances lintrieur de ces chapitres. 1 E.T.: LEmpire des Tnbres 2 G.C.: La Guerre des Couronnes 3 E.F.: Lpe Flamboyante Chapitres Alternatifs 1er: E.T. 30,5% 2e: G.C. 28,3% 3e: E.F. 42,6%

PAGE 77

77 La structuration parallle dmontre comment l engagement de Christian Jacq par rapport la cause de la libert est sincre. Il se fait tour tour porte-parole de ceu x qui cherchent la libert et de ceux qui la rpriment. Sa voix nest jamais neutre. Il ny a pas un seul passage dans toute la trilogie o il se fait la tierce personne, blase, dsabuse, qui commente froidement sur des vnements dun il dnu dhumanit. Christian Jacq sest impliqu si passionnment dans ce quil a crit dans la trilogie quil russit transporter ses lecteurs dans un voyage rebours dans le temps, duquel ils reviennent au prsent rajeunis de quelques millnaires.

PAGE 78

78 REFERENCES BRASSENS, G ., Lintgrale de ses chansons-pomes, Potes dAujourdhui, Paris, 1965 CAMUS A., Le Mythe de Sisyphe Folio, Paris 1985 CHENOUDA III, Code lgislatif de la Monogamie : lpouse Unique Presses de la facult clricale copte, le Caire, 1986 FATEN H., Jexige une solution Le Caire, 1974 JACQ C ., La franc-maonnerie : Histoire et Initiation Robert Laffont, Paris, 1975 JACQ C., La Reine Libert : La Guerre des Couronnes Xo, Paris, 2002 JACQ C., La Reine Libert : LEmpire des Tnbres Xo, Paris, 2002 JACQ C., La Reine Libert : Lpe Flamboyante Xo, Paris, 2002 JACQ C., Le Moine et le Vnrable, Robert Laffont, Paris, 1985 JACQ C., Les gyptiennes Perrin, Paris, 1996 JOSPHE F., Contre Apion, Les Belles Lettres, Paris, 1930 LA ROCHEFOUCAULD F., Maximes, Garnier, Paris, 1999 LOPES H., Le Chercheur dAfriques Seuil, Paris, 1990 MALLE, L., (Ralisateur et Producteur) Lacombe Lucien Paris, 1974 MARTINET, A., La Prononciation du Franais Contemporain : Tmoignages Recueillis en 1941 dans un Camp dOfficiers Prisonniers Droz, Genve, 1945 MOLIRE, Lcole des Femmes Gallimard, Paris, 1985 NIETZSCHE F., Ainsi parlait Zarathoustra Folio, Paris, 1985 PLATON, La Rpublique Flammarion, Paris, 1993 RICE A.C., Cinema for French Conversation, Le cinma en cours de franais Focus, Newburyport, 2007 3rd ed. p. 175 SICILE D., La Naissance des Dieux et des Hommes Les Belles Lettres, Paris, 1991

PAGE 79

79 BIOGRAPHICAL SKETCH Laila Fares has been teaching languages for m any years in different Schools and Colleges. She has lived and worked in Egypt France, and the U.S.A. Her interest in French led her to translate for various GO a nd NGO organizations in the U.S. and abroad, as well as to write French and Englis h poetry, some of which can be found at http://lailafares.blog4ever.com She obtained her M.A. in French from the University of Florida in May 2009. She has translated over 25 books and hundreds of ar ticles into French in the past. At the present tim e she is also an active member of the ATA (American Translators Association), as well as of the ASCAP (American Associati on of Composers, Authors, and Publishers). Laila Fares is also a music composer, she studied music theory and piano in the Conservatory of Alexandria, where sh e has been a teacher la ter on. She has served as a music minister in New Port Richey, FL from 1998 to 2007. Some of her music can be found at http://community.ascap.com/Laila Her dream is to implement one day the te aching of languages and music together in a blend that would double the efficiency for edifying her language learning students.