Fiction Techniques Used in La Piece d'or by Ken Bugul, Les Techniques de Mise en Fiction dans La Piece d'or de Ken Bugul

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Fiction Techniques Used in La Piece d'or by Ken Bugul, Les Techniques de Mise en Fiction dans La Piece d'or de Ken Bugul
Physical Description:
1 online resource (69 p.)
Language:
english
Creator:
Ahihou, Tohouégnon Christian
Publisher:
University of Florida
Place of Publication:
Gainesville, Fla.
Publication Date:

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Master's ( M.A.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
French, Romance Languages and Literatures
Committee Chair:
Sow, Alioune
Committee Members:
Weltman-Aron, Brigitte

Subjects

Subjects / Keywords:
Romance Languages and Literatures -- Dissertations, Academic -- UF
Genre:
French thesis, M.A.
Electronic Thesis or Dissertation
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )

Notes

Abstract:
The reading of La piece d'or, of the African woman novelist, Ken Bugul, shows several particularities in her fiction creation techniques. Indeed, since the first pages of the novel, two different world realities appear to the reader. The first one is a fiction world out of the imagination of the author, and that exists only in the novel. But the other is a true fact history world relating extra-novel realities that truly happened in peoples lives and can be verified out of the novel universe. Moreover, the result of putting such two different worlds together to make them as one, lets the creation of a third world emerge, that is, not only (in the case of La piece d'or), the combination of those two it is made of, but the appeal to construct a new better world. So what is read finally in this novel is neither an exclusive fiction, nor an exclusive real history fact, nor again a simple combination of both of them, but most importantly the creation of a new world, via each of them. In fact, the reader is constantly shown in this novel a battleground, where not only the characters, but also the real and the fictive, spaces and times, are in a perpetual fight against each other, for the opening out of a whole new better world. To obtain such a result, Ken Bugul, proceeds by some new creative techniques which transcend the traditional fiction versus reality narrative techniques. The purpose of the present research work is to explore and analyze these techniques. Through the three main narrative creation elements which are: the characters, space and time, we will point out the particularities of Ken Bugul in creating this novel. Most interestingly, we will focus on how she proceeds from the real and the fictive to reach a third new level world which is not anymore these two. Finally, we will also mostly, question what are the characteristics of this later world. La lecture de La piece d'or de la romanciere africaine Ken Bugul, fait apparaitre quelques particularites dans ses techniques de creation. En effet, des les premieres pages du roman, le lecteur se trouve en face des realites de deux mondes differents. Le premier est un monde purement fictif, et qui n'existe que du chef l'auteur qui l'a cree. Mais le second est un monde de faits ayant effectivement eu lieu dans la vie des gens en dehors de l'univers romanesques, et dont les preuves existent, tout au moins dans des livres d'histoire. Mais beaucoup plus int?ressant encore, le resultat d'une telle mise ensemble de ces deux mondes diff?rents, est surtout, l'emergence d'un troisieme monde qui ne laisse plus seulement voir une combinaison des deux mondes de base dont il est issu, mais plutot l'appel ? la construction d'un troisieme nouveau monde o? il ferait forcement mieux vivre que dans les deux premiers. Ainsi, ce que lit finalement le lecteur dans ce roman, n'est ni une pure fiction, ni une histoire faite exclusivement de faits riels d'histoire, ni encore, une combinaison de ses deux sortes de recits, mais plutot un recit dont la creation echappe a chacun de ses modes de creation narrative, tout en procedant, cependant, d'elles toutes a la fois. En effet, le lecteur, dans ce roman, est constamment fait t?moin d'un champ de bataille ou non seulement les personnages, mais aussi les temps et les espaces se livrent de rudes combats, les uns contre les autres, pour que s'impose a la fin, un monde tout nouveau o? il ferait mieux vivre pour tous. Evidemment, pour parvenir a une telle fin, Ken Bugul a d? proc?der par de nouvelles techniques narratives qui transcendent les vielles techniques narratives qui font toujours opposer ou aller de pairs, le fictif et le r?el. L?objectif du present travail de recherches, est l?exploration suivie de l?analyse de ces nouvelles techniques narratives qu?elle utilise. A la lumiere des trois principaux elements de creation narrative que sont le personnage, l'espace et le temps, nous mettrons en evidence, les particularites narratives de Ken Bugul dans la creation de ce roman. Nous nous focaliserons aussi sur comment elle procede du r?el et du fictif, pour atteindre un troisi?me niveau de cr?ation, sans que cette derniere ne reponde plus pour autant des deux premiers dont elle est pourtant faite.
Statement of Responsibility:
by Tohouégnon Christian Ahihou.
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
General Note:
Description based on online resource; title from PDF title page.
General Note:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Thesis:
Thesis (M.A.)--University of Florida, 2008.
General Note:
Adviser: Sow, Alioune.

Record Information

Source Institution:
UFRGP
Rights Management:
Applicable rights reserved.
Classification:
lcc - LD1780 2008
System ID:
UFE0022488:00001


This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 THE FICTION TECHNIQUES USED IN LA PIECE DOR BY KEN BUGUL LES TECHNIQUES DE MISE EN FICTION DANS LA PIECE DOR KEN BUGUL By TOHOUEGNON CHRISTIAN AHIHOU A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLOR IDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2008

PAGE 2

2 2008 Tohougnon Christian Ahihou

PAGE 3

3 To my parents, brothers and sister

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I thank the F rench Graduate Committee of the Department of Romance Languages and Literatures (University of Florida) for the Ernest G. Atkin Memorial Endowment Fund and the J. Wayne Conner Award I received to conduct a re search in summer 2007 in the University of Abomey-Calavi in Benin when I was projec ting to work on this thesis. I thank also Dr Alioune Sow my Committee Chair, and Dr Brigitte Weltman-Aron my Committee member. I thank at last but not the l east all my instructors since th e elementary school to now.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS...............................................................................................................4ABSTRACT.....................................................................................................................................6 CHAP TER 1 INTRODUCTION....................................................................................................................92 KEN BUGUL ET LA LITTERATURE AFRICAINE........................................................... 153 ESPACE ET TEMPS DANS LA PICE DOR .....................................................................23Construction de lEspace dans La Pice dOr ........................................................................23Le Modle Matriel, ou Caractristiques Fictionnelles et Ralistes de lEspace dans La Pice dOr ...............................................................................................................23Les caractristiques ficti onnelles de lespace dans La pice dor ............................23Les caractristiques ralistes ou r frentielles de lespace dans La pice dor ........24Le Modle Idologique de lEspace dans La Pice dOr ................................................29Du microcosme au m acrocosme spatial................................................................... 29De la dualit des espaces la conqute spatiale.......................................................32Construction du Temps dans La Pice dOr ...........................................................................334 MAINMISE DE LHISTOIRE SUR LES DESTINES INDI VIDUELLES........................ 42Caractristiques des Modes de Cration des Personnages de La Pice dOr .........................42Les Icnes de lHistoire et les Personnages du Rcit...................................................... 42La Classification Sociale des Personnages de La Pice dOr .........................................50Le peuple..................................................................................................................50Les occupants...........................................................................................................53Fonctions des Personnages suivant leurs Modes de Cration................................................ 56Fonctions des Personnages Bases sur les Rles des Icnes de lHistoire...................... 57Fonctions des Personnages Bases sur les Classes Sociales........................................... 605 CONCLUSION..................................................................................................................... ..63LIST OF REFERENCES...............................................................................................................66BIOGRAPHICAL SKETCH.........................................................................................................69

PAGE 6

6 Abstract of Thesis Presen ted to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts THE FICTION TECHNIQUES USED IN LA PIECE DOR BY KEN BUGUL LES TECHNIQUES DE MISE EN FICTION DANS LA PIECE DOR KEN BUGUL By Tohougnon Christian Ahihou August 2008 Chair: Alioune Sow Major: French The reading of La pice dor, of the African woman novelist, Ken Bugul, shows several particularities in her fiction cr eation techniques. Indeed, since th e first pages of the novel, two different world realities appear to the reader The first one is a fi ction world out of the imagination of the author, and that exists only in the novel. But the other is a true fact history world relating extra-novel realities that truly happened in peoples lives and can be verified out of the novel universe. Moreover, the re sult of putting such two differe nt worlds together to make them as one, lets the creation of a third wo rld emerge, that is, not only (in the case of La pice dor ), the combination of those two it is made of, but the appeal to constr uct a new better world. So what is read finally in this novel is neit her an exclusive fiction, nor an exclusive real history fact, nor again a simple combination of both of them, but most importantly the creation of a new world, via each of them. In fact, the reader is constantly shown in this novel a battleground, where not only the characters, but al so the real and the fictive, spaces and times, are in a perpetual fight against each other, fo r the opening out of a whole new better world. To obtain such a result, Ken Bugul, proceeds by some new creative techniques which transcend the traditional fiction versus reality narrative techniques. Th e purpose of the present research work is to explore and analyze these techniques.

PAGE 7

7 Through the three main narrative creation elemen ts which are: the characters, space and time, we will point out the particularities of Ken Bugul in creating this novel. Most interestingly, we will focus on how she proceeds from the real and the fictive to reach a third new level world which is not anymore these two. Finally, we will also mostly, question what are the characteristics of this later world. La lecture de La pice dor de la romancire africaine Ke n Bugul, fait apparatre quelques particularits dans ses techni ques de cration. En effet, ds les premires pages du roman, le lecteur se trouve en face des ralits de deux mondes diffre nts. Le premier est un monde purement fictif, et qui nexiste que du chef laute ur qui la cr. Mais le second est un monde de faits ayant effectivement eu lieu dans la vie des gens en dehors de lunivers romanesques, et dont les preuves existent, tout au moins dans des li vres dhistoire. Mais beaucoup plus intressant encore, le rsultat dune telle mise ensemble de ces deux mondes diffrents, est surtout, lmergence dun troisime monde qui ne laisse plus seulement voir une combinaison des deux mondes de base dont il est issu, mais plutt lappel la cons truction dun troisime nouveau monde o il ferait forcment mieux vi vre que dans les deux premiers. Ainsi, ce que lit finalement le lecteur dans ce roman, nest ni une pure fiction, ni une histoire faite exclusivement de faits rels dhi stoire, ni encore, une combinaison de ses deux sortes de rcits, mais plutt un rcit dont la cration chappe chacun de ses modes de cration narrative, tout en procdant, cepen dant, delles toutes la fois. En effet, le lecteur, dans ce roman, est constamment fait tmoin dun champ de bataille o non seulement les personnages, mais aussi les temps et les espaces se livrent de rudes combats, les uns contre les autres, pour que simpose la fin, un monde tout nouveau o il ferait mieux vivre pour tous.

PAGE 8

8 Evidemment, pour parvenir une telle fin, Ken Bugul a d procder par de nouvelles techniques narratives qui transcendent les viel les techniques narratives qui font toujours opposer ou aller de pairs, le fictif et le rel. Lobjectif du prsent travai l de recherches, est lexploration suivie de lanalyse de ces nouvelles techniques narratives quelle utilise. A la lumire des trois principaux lments de cration narrative que sont le personnage, lespace et le temps, nous mettrons en vidence, les particularits narratives de Ken Bugul dans la cration de ce roman. Nous nous focaliserons aussi sur comment elle procde du rel et du fictif, pour atteindre un troisim e niveau de cration, sans que cette dernire ne rponde plus pour autant des deux premiers dont elle est pourtant faite.

PAGE 9

9 CHAPTER 1 INTRODUCTION La mise en fiction est un terme gn rique qui englobe au ssi bien les arts cinmatographiques que littraires En littrature par exemple, on retrouve dive rses techniques de mise en fiction tant en cratio n thtrale quen cration romanesque. Mais le vrai dbat sur les procds de cr ation du roman na vritablement commenc qu partir du moment o Stendhal a affirm dans Le rouge et le noir qu un roman est un miroir que lon promne le long dun chemin. (xix) Pour cet auteur franais du XIXe sicle, le roman est un document destin reflter des vrits de la vie de son au teur et/ou des contemporains de celui-ci. Cest l une conception du roman qui, mme si en ralit elle est plus vieille que le XIXe sicle, a fait cole et continue jusqu nos jours dominer les procds de cration du roman. Au XXe sicle, cependant, elle a d subi r le coup de nouvelles tendances dcritures romanesques qui ont provoqu sa remise en cause et rod en grande partie son hgmonie sur le genre. Au cours de ce sicle, en effet, le ro man a d cesser dtre systmatiquement pour la socit un miroir dans lequel elle peut se voir. On peut citer au nombre de ces nouvelles tendances le Nouveau Roman et lautofiction par exemple dans la littrature franaise puis le roman de labsurde et du chaos dans la l ittrature africaine d expression franaise. Dans lhistoire de la littrature, plusieurs auteurs se sont fait les porte-tendards de ces tendances en se distinguant diversement par leurs uvres. Alors que certains choisissent exclusivement une tendance particulire quils appli quent toutes leurs publications, dautres par contre, sillustrent par leur habilet crative pratiquer toutes les tendances. Parmi ces derniers, se trouvent encore dautres qui font dun seul et un mme ouvrage le lieu de cohabitation des

PAGE 10

10 diverses tendances dcriture du roman. Il y a par exemple Ken Bugul dont la production romanesque est plus que probante en lespce. En fait, Ken Bugul, de son vrai nom Maritou Mbaye, veuve Biloma, est une romancire dorigine sngalaise et bninoi se par alliance. Elle est ne en 1947 dans le Ndoucoumane, au Sngal. Suivant les conseils de son diteur (Les Nouvelles Editions Africain es), elle prit le nom de plume de Ken Bugul qui signifie en wolof : personne nen veut 1, lors de la publication de son premier ouvrage, Le baobab fou en 1982 pour se protger contre les scandales sociaux que ce roman tait susceptible de provoquer. Elle est lauteur de sept romans, et bientt dun huitime, Deux hommes dans ma vie, ( paratre). Ses romans, en gnral, constituent une uvre dengagement la dfense des causes sociopolitiques des peuples parmi lesquels figure en grande place une Afrique qui peine toujours se prendre elle-mme en charge. Mais notre choix du roman La pice dor se justifie de diverses manires. Dabord cest la dernire publication en date de lauteur. Ensuite il est remarquer que la critique littraire sur Ken Bugul sest beauco up plus focalise sur Le baobab fou que sur ses autres publications littraires. Or chaque nouvelle publication de Ken Bugul est toujours riche dintrts littraires, surtout travers ses techniques de cration tout aussi nombreuses que diversifies. Pour preuve, si loriginalit de la trilogi e inaugurale de son uvre, Le baobab fou, Cendres et braises, et Riwan ou le chemin de sable tire principalement son originalit de ses tendances autobiographiques notamment en ce qui concerne Le baobab fou, La pice dor par exemple ne recle rien dautobiographique. Idem pour ses autres romans o lon dcouvre diverses autres dimensions de cration littraire dont par exemples des dimensi ons religieuses, traditionnelles, mythologiques, profanes, politiques et sociales. Donc le choix port sur La pice dor contribue 1 Pour en savoir plus sur les diverses connotations de ce nom, voir larticle de Bernard Magnier, Ken Bugul ou lcriture thrapeutique, Notre Librairie, No 81, octobre-dcembre 1985, p. 153.

PAGE 11

11 lintressement de lattention de la critique littraire sur les autres ouvrages de Ken Bugul en dehors du seul Baobab fou. Tous ses romans sont tous diversement riches, et mritent toute attention littraire. Enfin, nous ne saurions occulter les particul arits de la cration de ce roman tant sur le plan spatio-temporel que su r celui des personnages ; ce sont eux surtout qui nous ont motiv dans son choix pour servir de base la prsente tude. Dans ce roman, il y a un fond et une forme qui donnent de la matire quelque peu particulire lanalys e littraire. Dans La pice dor en effet Ken Bugul procde la peinture de la situation sociopolitique postcoloniale dun pays africain quelle ne nomme pas, mais dont la capitale est : Yakar Elle passe surtout au peigne fi n les freins au dveloppement dud it pays et y voque le seul espoir mythique qui lui reste. La pice dor savre ainsi tre un vr itable rquisitoire quelle dresse contre la gestion calamiteus e des indpendances de ce pays qui se meurt dune part, et contre ses pilleurs dautre part. Mais du point de vue de lesth tique littraire, il est trs intressant de voir dans ce roman, comment lauteur se sert de la fiction pour mieux peindre les ralits de la vie. Evidemment, les thmes de la mal gouvernance, de lexode, de la pollution, du dvoiement des religions, et bien dautres encore, sont les vrais maux qui retardent le dveloppement de lAfrique dans la ralit. Mais leur transposition dans une uvre de fiction leur confret-elle toujours leur caractre initial de rel ? Autrement dit, quelle est par exemple, la vr aie nature du pays innomm dont il a t tout le temps question dans le roman ? Comment Ken Bugul procde-t-elle sa cration avec toute lhistoire qui a lieu dans louvrage, en corrlation avec les faits vrais dune certaine Histoire officielle connue en dehors du roman ? Comment qualifie r en effet, les ressemblances entre le fond et la forme de lhistoire de La pice dor avec les faits vrais rfrentiels qui lui sont

PAGE 12

12 externes ? Enfin, sil est tant plausible que ce tte histoire se rfre celle officielle de lAfrique, de quelle Afrique s agit-il en fait ? Voil la problmatique laquelle le lecteur curieux de La pice dor nchappe pas la fin de sa lecture. Il est confront au cours de sa lect ure, une histoire de fi ction qui ne cesse pas de le renvoyer des rfrences extr a romanesques vraies, sans pour autant, cependant, se confondre totalement elles. Le lecteur se retrouve alors en prise une ralit-fiction ou une fiction ralit et cest justement en cela que sinspire le principal intrt de la prsente tude. En effet, comment dcider de la vraie nature de lhistoire de La pice dor ? La rponse cette question fondamentale requiert videmment un travail an alytique des modes de cration suivis par lauteur de louvrage, do le thme : Les Techniques de Mise en Fiction dans la Pice dor de Ken Bugul. Plusieurs hypothses guideront notre dmarche dans cette recherche. Premirement, nous pourrons partir dune thse ral iste de la cration du roman, cest--dire le rapprochement possible de lintrigue de la fiction avec des faits vrais extra ro manesques, afin de mettre en relief les diffrents rfrentiels extratextuels trouvs ci et l dans le roman. Ensuite, nous pourrons aussi nous baser sur la thse dune cration purement fictive en r frence la dfinition mme du genre romanesque pour une tentative de remise en cause la thse prcdente. Ensuite encore, partant du fait irrfutable de la prsence des deux prcdentes thses dans le roman, nous pourrons parvenir la conclusion dune cration mixte qui fait cohab iter ralit et fiction dans le mme ouvrage, mais enfin, quelles fins ? Su r la base dune prs omption intentionnelle attribuable lauteur, nous pourrons dceler la tentative de cration de nouveaux procds qui chappent toute cole existant dj. Cette derni re hypothse consistera surtout en la mise en

PAGE 13

13 exergue dune troisime dimension idologiqu e que Ken Bugul confrerait sa cration romanesque. Pour la vrification de chacune de ces hypothses, nous adopter ons un plan tripartite. Dans une premire partie, nous reposerons la problmatique du sujet de manire beaucoup plus approfondie surtout la lumire de la littrature prcdente. En clair, il sera question de passer trs brivement en revue toute luvre de Ken Bugul pour en retracer les caractristiques stylistique. Cela permettra coup sr de la situer dune part dans la littrature francophone, puis dautre part dans la littrature africaine dexpression franaise. La finalit de cette dmarche de situation de luvre de Ken Bugul dans un tel contexte gnra l sera de dgager ses propres particularits de crations que nous mettrons b eaucoup plus en exergue dans les deux autres parties qui suivront. En effet, dans la deuxime partie il sagira danalyser les techniques buguliennes de la construction spatio-t emporelle dans le roman La pice dor Selon quils sont prsents dans louvrage les espaces de Ken Bugul rvlent des sp cificits qui tiennent du style unique de leur auteur. En effet, les espaces de ce roman suivant leur mode de cration, sapprhendent doublement dans une sphre fictive et vraie la fois En plus, ce sont des espaces non statiques mais plutt trs dynamiques. Cest pour quoi dailleurs, il serait aussi bien justifi de parler dun espace au singulier dans ce roman, car dans leurs volutions les placent les uns la conqute des autres pour ne former quun seul espace la fin. Cette analyse spatiale est aussi presque identique celle du temps dans roman. En fait, le temps dans La pice dor rpond, quelques diffrences prs, aux mmes critres de cration et de fonctionnement que lespace dans le mme roman. Tout en ntant quune cr ation purement fictionnelle, il reste cependant trs ouverts des rapprochements extra romanes ques. Enfin dans la troisime partie, nous procderons lanalyse des mmes techniques buguliennes, mais cette fois-ci en ce qui concerne

PAGE 14

14 les personnages du roman La pice dor. En clair, quels sont les cr itres suivis par Ken Bugul pour la cration de ces personnages, et surtout, quelles sont leurs fonctions dans le style scriptural de leur auteur ? L aussi, des part icularits de crations de personnages de roman propres Ken Bugul sont dcouvr ir notamment en ce qui concerne la lecture de lHistoire, et les appels lancs au lectorat pour une meilleur e construction du destin commun de lHumanit toute entire.

PAGE 15

15 CHAPTER 2 KEN BUGUL ET LA LITTERATURE AFRICAINE Selon une dfinition conventionnelle (et non spcialise) du dictionnaire Le petit Robe rt, la fiction est un fait imagin, donc oppos la vrit Il illustre cette dfinition par deux citations, lune de Renan et lautre de Bergson qui disent : La vrit est, quoi quon dise, suprieure toutes les fictions (Renan), puis La fic tion, quand elle a de lefficace, est comme une hallucination naissante (Bergson) On retient alors que la ficti on sapprhende gnralement en opposition lide de vrit, ou tout au moins en se diffrenciant delle. Mais dans un sens purement littraire, le mme dictionnaire la d finit comme une cration de limagination, puis donne comme exemples de fictions lit traires, le conte et le roman. Si dans cette dfinition littraire de la fiction, Le Petit Robert se contente de dfinir la fiction comme une cration de limagination sa ns rien dire de ses relations avec la vrit, cest--dire alors quen littrature, il peut y a voir de la fiction pure qui ne soit point lie une quelconque ide de vrit, tout comme il peut y en a voir aussi qui dpende de lide de vrit. En dautres termes, deux diffrentes po ssibilits de fiction existent en littrature. Il y a une ide de fiction qui se dfinit par elle-mme, cest--di re sans aucun recours une quelconque ide de vrit ; elle est une pure imagination de son aute ur, et nadmet aucun rfrentiel vrai. Par contre, lautre ide de fiction reste lie lide de vrit dont elle sinsp ire ; elle nexis te pas dellemme, mais reste une contrefaon dun rfrentiel vrai. En lespce il faut surtout entendre par ide de vrit une approche de la ralit considre au sens du caractre de ce qui existe en fait et qui nest pas seulement une i nvention, une illusion ou une apparence. Ds lors, la mise en fic tion en littrature se co noit dune part, comme une transformation de la vrit en vue de lui donner une connotation imaginaire, et dautre part, par une cration pure de limagination, cest--dire sa ns relation aucune avec lide de vrit. Dans

PAGE 16

16 ce deuxime cas, luvre littraire de fiction, tient du seul chef de son auteur, et ne se dfinit en vrit quen fonction delle-mme. Ltude de luvre romanesque de Ken Bugul permet elle seule de mettre en vidence chacun de ces deux procds de mise en fiction. Mais il faudra aussi ajouter que Ken Bugul donne son uvre, une troisime dimension qui est idologique. Cette troisime dimension idologique, comme nous allons beaucoup plus la dfinir infra se diffrencie des deux autres en ce sens quelle nest pas matrielle ; elle est plutt psychologique. En effet, presque tous les critiques qui se sont intre ss aux romans de Ken Bugul saccordent y voir le reflet dun e certaine socit africaine dont elle se fait le porte-flambeau pour magnifier les valeurs identitaires dune part et lavocate pour dnon cer les vices de ses abuseurs dautre part. Dans ses romans, lAfrique es t toujours sa rfrence et elle ne sen cache aucunement. En gnral, ses techniques de mise en fiction consistent al ors en une inspiration partir des ralits de la soci t africaine ; do son appartenan ce la tendance des romanciers ralistes africains. Pour un rappel de lhistoire du roman africai n, lentre de lAfrique dans lge du roman selon J. Chevrier dans Littratures dAfrique No ire de langue franaise, traduit sans doute une volution des esprits au moment o sacclre le proces sus de dcolonisation amorc au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et qui aboutira aux ind pendances des annes 1960. (37) Chevrier ajoute mme aussi que lop tion du roman cette poque a t faite par les intellectuels Africains au dtriment de la po sie nationale car le roman tait dsormais considr comme genre majeur dans la mesure o il apparat le plus mme de reflter et dexprimer les aspirations des peuples noirs, au moment o ils sapprtent affirmer leur souverainet. (37)

PAGE 17

17 N sur ces bases alors, cest-dire cr pour reflter et exprimer les aspirations des peuples noirs il allait donc de soi que le roma n africain ne pouvait se construire en ignorance des aspirations de ces peuples do son a lignement sur la tradition raliste balzacienne. Or selon Balzac, cest la vrit, le dtail sur le fait social, cest--dire les murs sociales, qui compte et dtermine luvre du romancier. Il dclarait mme cet effet, comme la cit Michel Raimond dans son essai Le roman que la socit franaise allait tre lhistorien, je ne devais tre que le secrtaire. (47) Le romancier africain, sinscri vant dans cette logique de cration romanesque, tait donc un secrtaire du peuple noir comme ce fut le cas de Balzac auprs de la socit franaise du XIXe sicle. Il devait forcment sinspirer de ce qu e lui dictait la socit pour le lui retransmettre sur papier. La technique dcriture se rsumait donc en une composition refltant les vcus et attentes du public. Cest ainsi que les mmes thmatiques taient largement partages par presque tous les romanciers, et presque tous les critiques aussi sentendent sur ce point. Pour J. Chevrier par exemple, les orientations gnrales des romans africains de cette priode tournaient gnralement autour de la rhabilitation des valeurs traditionnelles, du roman de contestation et du roman dapprentissage. P. Ngandu Nkashama ne sloigne pas trop, lui non plus, de cette logique dans sa classification thmatique du roman africain. Dans La littrature africaine crite il propose comme thmes principaux du ro man africain : lexaltation des valeurs anciennes, le conflit des cultures, la construction de lAfrique nouvelle, et la jeunesse africaine face la vie. Pour lui dailleur s, la cration romanesque en Af rique noire sarticule autour de trois priodes phares de lHistoire africaine. La premire priode qui constitue les dbuts du roman africain, exprime dabord la nostalgie de lAfrique prcoloniale, le resurgissement de vieilles traditions cons idres comme ensemble des valeur s du monde noir pour reprendre une

PAGE 18

18 dfinition de la ngritude. (50) La deuxim e priode, quant elle, se situe autour des indpendances (50) et la troisime enfin, aprs les indpendances. (51) Ainsi crs en rfrence aux priodes de lHist oire officielle de lAfrique noire, les romans africains ne pouvaient donc que reproduire les vnements marquants de ces priodes-l, do une fois encore la justification du concept du romancier pr omeneur de miroir le lo ng des chemins chez les romanciers africains. Ils sont lcole de Balzac, et leurs techniques dcriture, cest les murs, cest la socit, et ce titr e, ils sont bien plus des hi storiens que des romanciers. Guy Ossito Midiohouan, dans Lidologie dans la littrature ngro-africaine dexpression franaise a lui aussi propos un essai de typologie du roman ngro-africain comme suit : le roman culturaliste, le roman no-social et le roman politique, une classification qui ne sloigne gure de celles des deux prcdents, et met toujours laccent sur la thmatique qui lemporte assez largement sur lcriture elle-mme. (193-212.) Une autre critique, Lilyan Kesteloot, commente en parlant du mme sujet dans son Histoire de la littra ture ngro-africaine que : Tous les intellectuels se reconnaissaient un peu en Samba Diallo. Le conflit traditionmodernisme, sagesse africaine-technique eu ropenne, et loblig ation du compromis douloureux, enfin la vision idalise du milieu trad itionnel et de la famille (rappelant tel un cho celles voque nagure par lEnfant noir de Camara Laye, et Mamouna de Sadji), ouvrirent les larges pistes o sengagrent des crivains nophytes ou dj connus, comme Ferdinand Oyono avec Chemin dEurope, Ak Loba avec Les Fils de Kourtcha ou Olympe Bhly-Quenum avec Le chant du lac ; mais aussi Mdou Mvomo avec Afrika Baa et Faliou ou Seydou Badian avec Sous lorage. (235) Elle affirme encore un peu plus loin dans le mme ouvrage que : Le roman africain spanouissait parce quil tait le ge nre o les hro s tentent un compromis entre leur idal et lhistoire co ncrte ; et la dgrad ation du hros qui est entrane par ce processus est aussi un reflet fi dle de la dgradati on de la socit o il volue. (255)

PAGE 19

19 Rsolument alors, le roman africain tait bien engag dans la vein e balzacienne du roman franais du XIXe sicle. Tous les romans de Ken Bugul aussi sinscrivent dans cette tradition dcriture. Cest le cas pa r exemple de la trilogie inaugurale de son uvr e o, tel que lanalyse Guy Ossito Midiohouan dans son article Ke n Bugul : de lautobiographie la satire sociopolitique paru dans Notre Librairie. Revue des littratures du Sud, # 146, slanant dans le rcit dune qute identitaire, elle relate les tmoignages dune vie corche (16) Et comme laffirme si clairement Christine Ferniotdans son article 58 ans, Sngal in Lire de Mars 2006 : Depuis son premier livre, Le baobab fou elle sait quelle doit c rire pour dnoncer les tourments de lAfrique mais, aussi et surt out, pour porter un pe u despoir ceux qui veulent encore y croire et rester debout. Pour Ferniot donc, lAfrique es t toujours le sujet de rfre nce de toute luvre de Ken Bugul, preuve tangible quelle est bi en dans la ligne des premiers romanciers africains. Elle est une romancire raliste qui se donne pour objectif de re produire les ralits africaines dans ses romans. Mais elle nappartient pas seulement cette famille de romanciers ralistes africains. Ses romans rpondent aussi aux critre s de la tendan ce du roman africain dit de labsurde ou du chaos une terminologie due Lilyan Kesteloot. En effet, le roman de labsurde ou du chaos comme lappelle Lilyan Kesteloot, est une nouvelle tendance dcriture du roman africain qui est venue sajouter la prcdente tendance raliste qui a inaugur le roman africain. Il [le roman de labsurde ou du chaos] saffirme par une large reprsentation duvres de grande quali t et de remarquables tentatives de rnovation dcriture. (277) Avec le roman de labsurde et du chaos, le roman africain op te dsormais, davantage pour lesthtique de lcritu re que pour la thmatique outrance de jadis. Selon Jacques Chevrier, il

PAGE 20

20 innove ainsi, et cre de nouvelles stratgies narratives (108) qui portent essentiellement sur une confusion organise du rci t, une composition de rcits polyphoniques, une criture de drision et enfin, une clbration de lobscne comme catgorie littraire. Le romancier africain de labsurde ou du chaos, ncrit plus en fonction dune quelconque socit dont il a pour seul souci la reprsentation sur papier des reflets et aspirations Au contraire, il se lit dsormais chez lui selon lanalyse de Chevrier, La volont dinventer une po tique. Cette mise mort des modles classiques qui naffecte dailleurs pas lensemble de la production passe en effet par une criture du drglement et de la dissidence, au cur de laquelle sont simultan ment et paradoxalement convoques les figures de lA pocalypse et de Carnaval Au spectacle dun monde chaotique, et dans lequel le grotesque et lobscne le disputen t au tragique, les crivains rpondent ainsi par la subversion des langa ges, impliquant hybridation des genres, dmesure et transgression des c odes ordinaires de la lisibilit Le pote, le dramaturge, le romancier ncrivent plus ils crient et toutes les stratgies mises en uvre pour dstabiliser le lecteur ne font que traduire et rvler le mala ise de la plupart des socits africaines contemporaines. (121) Au nombre des romanciers africains de labsu rde et du chaos, on peut citer par exemple : Boubacar Boris Diop pour ses romans : Le temps de Tamango et Le cavalier et son ombre, puis Yambo Ouologuem pour son roman : Le devoir de violence. En ce qui concerne Ken Bugul, ce sont surtout ses deux romans : La folie et la mort, puis De lautre ct du regard, qui permettent de la classer dans cette catgorie de romanciers. En effet, dans La folie et la mort par exemple, elle pousse la drision son extrme par des personnages qui se dissolvent dans la folie et la mort (Guy Ossito Midiohouan, Ken Bugul : de lautobiogrphie la satire so cio-politique op.cit.), et dans De lautre ct du regard, elle fait communiquer des tres vivant s et des tres morts dans un monde qui semble ouvertement mettre au dfi la ralit de la frontire tangible entre le monde des vivants et celui des morts. Force est de retenir alors, que luvre de Ken Bugul se s itue cheval entre les deux tendances gnrales de cration romanesques africaines que sont la tendance raliste et la

PAGE 21

21 tendance du roman de labsurde et du chaos. Ma is elle offre aussi une troisime dimension qui leur chappe, et qui est une tendance id ologique dans la cration du roman. Pour ce qui est de cette dimension idologique de son uvre, elle tient de ce que certes, Ken Bugul sinspire dune certaine ralit sociopolitique africaine dans ses romans, mais quelle donne ses crations une orientation qui sen tend comme un appel vivre autrement pour un monde meilleur. En clair, elle ne se contente pas seulement dune description pseudo documentaire o elle assisterait sans force ce qui soffre elle et que lle devra juste relater dans un rle passif priv dimagination de s ecrtaire ou greffier de la socit. Elle conscientise plutt, donne des instructions, et appelle vivre autrement. Et tout cela, elle le fait aussi bien dans le message que dans la construction proprement dite du rcit. Il est noter, cependant, que malgr les effort s de classification de la production littraire africaine telle que nous le rappel ons ici, dfinir une caractristique gnrale pour tous reste un exercice pnible, et bien impossible. Mme de puis les dbuts, il ny a jamais eu une seule littrature africaine. La littrature africaine a t oujours t plurielle. Cha que auteur en effet, apporte toujours ses propres orie ntations personnelles qui ne s ont jamais exactement celles adoptes par les autres. Tel que nous venons juste de le voir, la dimension idologique que Ken Bugul apporte ses romans, la donne dj en exemple aux partic ularits que chaque crivain essaie dapporter aux tendances gnrales. Tout es les tentatives de regroupements tendentiels demeurent donc toutes des tentatives justifi es par les causes intellectuelles et dtudes acadmiques comme cest le cas ici mme dailleurs. Mais en ralit, toutes ses tentatives sont des checs car ne parvenant jamais des classi fications justes et in contestables. Il y a certainement diverses raisons qui sexpliquent ces checs, et parmi elles on peut citer par exemple les origines plurielles de cette seule et mme littrature africaine.

PAGE 22

22 Dans la suite du travail, nous analyserons chacune de ses techniques de mise en fiction en nous basant surtout sur les trois catgories traditionnelles dtude littraires du roman que sont : lespace, le temps et les personnages.

PAGE 23

23 CHAPTER 3 ESPACE ET TEMPS DANS LA PICE DOR Construction de lEspace dans La Pice dOr Lespace dans La pice dor de Ken Bugul, suit deux m odles de cration : lun matriel, et lautre idologique. Nous qua lifions de matrielle une tec hnique de construction spatiale adopte par lauteur dans cet ouvrage, et qu i se caractrise par la possibilit matrielle didentification ou dassimilation de lespace roma nesque des espaces rfrentiels situs en dehors du roman. Quant la construction suivant le modle idologique, nous la devons une dimension psychologique que Ken Bugul donne au pr emier espace dj cr suivant le modle matriel. Lintrt de cette construction idologique est quelle permet de distancier le premier espace matriel sur lequel elle est greffe de so n rfrentiel extra romanesque. Nanmoins, cette distanciation se fait sans pour autant affecter la possibilit primaire didentification ou dassimilation de lespace matriel dautres espaces rfrentiels qui ne s ont pas dans le roman. Il ne sagit donc pas de deux crations spatiales distinctes mais dune seule et mme construction qui porte en elle deux caractristiq ues, ou qui combine deux modles de crations. Le Modle Matriel, ou Caractristiques Fi c tionnelles et Ralistes de lEspace dans La Pice dOr Suivant le modle matriel, lespace dans La pice dor prsente deux sous caractristiques majeures, lune fictionnelle et l autre raliste ou rfrentielle. Les caractristiques fictionnelles de lespace dans La pice dor Laction dans le rom an se pass e entirement dans des lieux pur ement fictifs, cest--dire des lieux qui ne doivent leur existence qu limag ination de leur auteur. Ainsi par exemple, que ce soit Birlane ou Yakar, les deux lieux principaux du droulement de lintrigue dans le roman, aucun de ces deux noms de villes nest localis able sur une carte gographique du monde. Leur inexistence en dehors des cadres du roman est alors in contestable. Il en est de mme du pays

PAGE 24

24 auquel appartiennent ces deux villes et dans lequel toute lintri gue du roman a lieu. Dailleurs, ce pays est rest innomm du dbut jusqu la fin du roman. Cest alors un pays sans nom, et cela confirme davantage la thse que cest un pays fictif, cest--dire un pays qui ne doit son existence quau roman, et quen dehors de lui, il nexiste plus, ou cesse dexister. Un autre lieu, la ville portuaire (34) est lui aussi construit sur le mme mod le ; il na pas de nom et est tout le temps dsign en fonction de sa situation g ographique par rapport au port. En conclusion, lintrigue de La pice dor na pour support spatia l quune topographie fictive. Certes, leur matrialit dans le roman est incontestable, car ils existent bel et bien dans lunivers romanesque, et servent de lieu dha bitation et de dplacement aux personnages du roman. Mais lintrt de cette construction spat iale pour le prsent travail est quaucun deux nexiste en dehors des cadres du roman : ce sont donc des espaces matriels, mais fictifs. Cependant, il nen demeure pas moins vrai que dans le roman, il y a des indices gographiques qui font assimiler ces mmes crations fictionnelles spatiales des lieux effectivement reprables sur carte. Do, en plus de leurs caractre fictif des preuves de leurs caractres ralistes ou rf rentiels. Cest pourquoi dailleurs, Na bo Sn a bien raison de relever dans son article : Lor et les dchets paru dans Le monde diplomatique de Juin 2006 quil ne sagit pas de fiction pure. Poursuivant dans des descriptions et des d nonciations qui ne sont pas que la fiction pure, Ken Bugul sattaque aux nouveaux modes de vi e et de survie dans la ville. (30) Tout nest donc pas que de la fiction dans La pice dor, et notamment en ce qui concerne lespace, il y beaucoup dindices qui font appel des lieux rels et non compltement fictifs. Les caractristiques ralistes ou rfrentielles de lespace dans La pice dor Par sa sim ple appellation de Yakar cette vill e ne semble-t-elle pas proche dj de celle de Dakar la capitale du Sngal do Ken Bugul elle-mme est originaire ? En plus, il est

PAGE 25

25 bien curieux que Yakar auss i soit une capitale de pays Evidemment, dans le roman, Yakar est devenue la capitale du pays (dem eur innomm) au lendemain des indpendances, en remplacement de la ville portuaire non loin de Birlane. (34) Arnaud Robert, dans son article Une ville qui nuit paru dans Le temps du Samedi 25 Fvrier 2006, est mme encore plus affirmatif sur cette question de la re ssemblance entre Yakar et Dakar : Cest lhistoire dune vill e, Yakar. Dont les boursouflu res misreuses, lattractivit toujours dues et lagitation contre le vent rappelle nt cent autres mgalopoles sudistes ; Dakar, oui. Par ailleurs, cette autre ville portuaire qu i tait la capitale du bassin arachiden, la principale culture de rente du pays (34), ne sapparente-t-elle pas elle aussi la ville de St Louis qui tait la capitale du Sngal du temps de la colonisation ? On sait, en plus, que larachide, mme jusqu nos jours, reste la principale culture de rente du Sngal. Voil donc autant dindices qui f ont assimiler ce pays dont il sagit dans le roman au Sngal. Ce pays fictif serait-il alors une reproduction fictionnell e du Sngal et de son histoire par Ken Bugul ? Si cette hypothse es t vrifie, on devra al ors conclure que la construction de lespace dans La pice dor procde dune technique matrielle certes, mais aussi raliste, et qui consiste pour l auteur en une reproduction despaces existant dj dans la vie relle, en loccurrence le Sngal. Et dans ce cas de figure, les divers espaces dans le roman ne seraient plus que des modles reproduits du Sngal et de ses villes, avec la seule diffrence qui ne tient que du changement des nom s de ces villes auquel lauteur pr ocde. Ainsi par exemple, le pays innomm serait bel et bien le Sngal, Yakar, la capitale, serait Dakar la capitale du Sngal, la ville portuaire la ville de St L ouis, ex-capitale coloniale du Sngal et de toute lAfrique Occidentale Franaise dalors, puis en fin, la ville de Birlane, une ville sngalaise situe non loin de St Louis.

PAGE 26

26 Nanmoins, que Ken Bugul ait eu clairement faire rfrence au Sngal dans son processus de cration de lespace dans La pice dor ou pas, il est beaucoup plus prudent et judicieux de ne retenir, en dfinitive, que lide de fortes ressemblances ou concidences hasardeuses entre ces diffrents espaces (ceux du Sngal dune part, et ceux de lunivers romanesque dautre part), car il ny a jamais t question de Dakar, encore moins de St Louis dans La pice dor, mais plutt de Birlane et de Yakar, deux pures crations imaginaires qui ne doivent leur existence qu Ken Bugul, leur auteur Il semblerait mme aussi trop forcer les rapprochements que de dsigner par le Sngal un pays que lauteur na mme pas jug utile de nommer. Ainsi savre-t-il indubitablement impossible daffirmer de faon premptoire que le pays (innomm) dont il sagit dans La pice dor est le Sngal, et que ses diffrentes villes sont celles du Sngal en vrit. Toutefois, il faut quand mme souligner qu dfaut de nomme r clairement ce pays (chose qui, en principe, si elle avait t faite, aurait pe rmis dviter toute quivoque sur la relle nature de ce pays), lauteur a lais s entrapercevoir dans les lignes du rcit son positionnement gographique en faisant allusion ses autres pays et peuples voisins qui, eux, sont plus facilement reprables sur carte. Il sagit notamme nt des Ivoiriens, des Equato-guinens, des SudAfricains, des Guinens du Fouta-Djalon, (151 et 260). Le rcit suggre mme aussi, une dlimitation plus exacte de laire culturelle de ces peuples : du ndombolo, du coup-dcal, du zougoulou, du mbalax, du mapouka. 2 En plus, lusage de la monnaie du FCFA (Franc de la Communaut Franaise dAfrique), semble clipser tout doute su r la dlimitation gographique de lhistoire du roman. 2 Le ndombolo, le coup-dcal, le zougoulou, le mbalax, et le mapouka, sont des rythmes de musiques poupulaires africaines. Alors que le ndombolo est dorigine congolaise, et le mbalax dorigine sngalaise, le coup-dcal, le zougoulou, et le mapouka sont dorigine ivoiriennes.

PAGE 27

27 Zak avait ensuite lou un pousse-pousse en bois juste ct, deux cents francs CFA lheure, en laissant sa pice didentit avec laquelle il devait faire le grand voyage. (301) Etant donn, en effet, que tous ces peuples appartiennent lAfri que Noire, on aurait raisonnablement tendance affirmer que tout au moins, mme si ce pays reste innomm, il est quand mme situ en Afrique, en Afrique Noir e. Cest l encore, une situation gographique qui ne lloigne toujours pas du Sngal, car le S ngal tant lui-mme un pays dAfrique. Mais, seulement, lespace cette fois-ci sagrandit et ne pourrait plus tre limit aux seules frontires du Sngal. En effet, cest dsormais un espace con tinental, une raison de plus encore pour rfuter lide quil sagirait du seul Sngal. A ce niveau donc, on est plus sr quil ne sagit certainement plus dun espace national, mais, pe ut-tre, plutt dun espace continental, en lespce le continent noir. Cependant, que dire encore dune telle affirmation, si justifi e semble-t-elle, quand lauteur voque l hmisphre sud dans la mme intrigue du roman ? Le sud bouge dj, cest un seul sud, tout lhmisphre sud est dans la mme situation. Les tropiques, lquateur, la fort vierge, la fort sacre, lAmazonie, tout cela cest le sud, jusquau Bengale, cest un seul sud (265) Et mme avant ce passage, ctait Mose qui avait commenc par donner des indications sur lagrandissement de lespace. En effet, qua nd il pose la question : Comment samuser avec un continent entier ? Avec un hmisphre entier ? (132), cest un dbut de situation du lecteur sur la nature trs fluctuante de lespace dont il sagit. Ce caractre trs expansif de lespace, Zak aussi lexprime bien sa manire : Il ne sagit plus de pays. Il sagit dun continent, des continents, du monde. Nous allons librer tous les peuples. Pour rveiller ceux qui sont endormis.

PAGE 28

28 Pour faire lever ceux qui sont allongs. Pour faire cesser lerrance. Et tous ensemble, nous allons dvier les dch ets jets dans la dire ction de Jrusalem. Je prfre ce destin lerrance. (227) A plus forte raison alors on se rend compte, une fois de plus encore, que ce nest absolument pas dun pays quil sagit, ou alors, ce ne serait a priori quun pays vocation plantaire. De mme, ce nest ce rtainement pas non plus de lAf rique seule quil sagit, car lespace dans La pice dor est plus vaste. Cest un espace qui nest pas stable. Cest un espace qui sagrandit, ou volue, dune taille de villes ou de pays, une taille plantaire, ou semi plantaire : lhmisphre sud. A lanalyse, on saperoit quand mme quil sagit toujours l dune construction qui nchappe pas aux techniques de cration raliste da ns le roman. Car, qu il sagisse de lAfrique ou de lhmisphre sud, dont les pace de dpart prend successive ment les tailles, chacun de ces espaces existe, et aurait bien pu servir de rfre nce lauteur dans son processus de cration ; on parlera alors dune technique de cration reproductive dune ralit, en loccurrence, des espaces qui existent dj. Cest pour a dailleurs que certains criti ques nhsitent pas parler directement de lAfrique dans leurs critiques de louvrage. Par exemple, mme la quatrime de couverture de La pice dor, on peut lire : Et si cette mythique, chappe de lcu elle du Condorong, tait lultime espoir dun continent ? Cest de sa terr e et pour faire face sa terre que Ken Bugul crit. Elle dnonce la faillite de la dmocratie en Afri que, les turpitudes des pouvoirs, le dvoiement des religions, mais envers et contre tout elle dit une Af rique o hommes et femmes se tiennent debout, rsistent et portent lespoir. (Quatrime de couverture) Pour Christine Ferniot, il nest mme pas quest ion de parler de ress emblance entre lespace dans le roman et lAfrique, car c est dj de lAfrique mme quil sagit dans lintrigue et tous les personnages sont le peuple africain :

PAGE 29

29 BaMose, le pre de Mose, marc he sur les routes dAfrique. Mais, lanalyse, on note une forte nuance dans le processus dvolu tion de cet espace. En fait, sil est clair que dans un premier temps, lespace volue ou sagrandit au rythme des populations qui se dplacent, il sopre dans un deuxime temps, une autre sorte dvolution de ce mme espace qui, cette fois-ci, ne dpend pl us seulement du mouvement des personnages du rcit, mais plutt, de la seule orientation psychologique que lau teur confre au rcit, ou ses personnages. En effet, le lecteur ne dc ouvre plus les nouveaux espaces selon que les personnages migrent dun lieu un autre. Au co ntraire, cette volution cre un espace nouveau plus vaste que ce que permettent de dcouvrir le s dplacements des pers onnages dans le rcit. Cest un espace qui se dessine plutt dans leur psychologie que concrtement dans leurs actions ; do laspect beaucoup plus virtuel ou idologique que raliste de cette volution, ou agrandissement de lespace. Le Modle Idologique de lEspace dans La Pice dOr La cration de lespace idologique dans La pice dor, procde de deux tapes bien distinctes. La premire tape tient de llargi ssement ou de lagrandissement du premier espace raliste ou rfrentiel. La deuxime tape quant el le, tient de la dualit des espaces, et qui les met les uns la conqute des autres. Du microcosme au macrocosme spatial Au dbut du rcit, cest par leffet de l exo de que Birlane sest vid de toutes ses populations sur Yakar, et on a assist en ce mome nt un premier largissement de lespace. Mais prcisons en mme temps que nous parl ons dlargissement de lespace et non du passage dun espace un autre, parce quen fait, le pont na jamais t rompu entre les deux villes jusqu la fin du roman. Ce nest donc pas que laction sest dplace de Birlane Yakar. Au contraire, LHoraire reliait ceux qui taient rests et ceux qui taient partis (101). Birlane

PAGE 30

30 sest donc plutt ouverte sur Yakar, ce qui llar git forcment de sa forme despace de dpart lespace darrive quest Yakar. Cette remarque est trs importante car elle rvle un aspect trs pertinent de la conception de lespace par laute ur dans ce roman. Ken Bugul, en effet, ne procde pas par des morcellements despaces qui restent indpendants les uns vis--vis des autres dans le dveloppement de lintrigue du roman ; mais elle procde plutt par des espaces qui souvrent les uns aux autres, autrement dit, par des espaces qui slargissent les uns aux autres, de sorte qu la fin, il ny a plus de fr ontires entre les divers espaces qui, bien entendu, taient indpendants les uns des autres au dpart. De cette manire, on voit lespace dans le roman, voluer dun microcosme un macrocosme. Par exemple, lespace trs rest reint quest la chambre de BaMose et o commence le rcit, slargit successivement sa concession, aux espaces urbains de Birlane et de Yakar, un espace national (le pays innomm), un espace continental (lAfrique), puis enfin un espace semi plantaire (lhmisphre sud) puis plantaire la fin (les deux hmisphres). On conclut alors une dynamique certaine dans la conception de lespace dans La pice dor : les personnages sont en mouvement autant que lespace aussi est en mouvement. Aucun espace nen clipse un autre ; ils so uvrent plutt les uns aux autres. Mais comme nous lavons dj signal plus haut lvolution de lespace ne se limite pas seulement celui des personnages. Par exemple, quand lespace prend les tailles continentales puis hmisphriques de lAfrique et de lhmi sphre sud, ce nest pas suivant un quelconque mouvement des personnages. Au contraire, on ne verra jamais les personnages de ce roman, quitter le pays innomm dont il est question dans le livre, pour se rendre dans un autre pays de lAfrique, encore moins dans un autre pays hors de lAfrique. Cette volution de lespace

PAGE 31

31 chappe aux mouvements concrets des personnages dans le rcit, et tient au fait de leur psychologie. En effet, tant donn que les personna ges ne quittent jamais lespace restreint de leurs actions, mais se considrent dans un espace plus vaste, ou plus largi, il va sans dire quil sagit dun espace purement virtuel, surtout du fait quil nexiste mme pas dans la ralit fictionnelle du texte. En dautres termes, mme dans la ralit fictionnelle, cet espace est dpourvu de toute existence matri elle. Il nexiste que dans le virtuel, ou la psychologie des personnages qui le conoivent en tant que tel. Ce nest mme pas un espace cartographique car aucun pays de cette taille plan taire nexiste sur terre. Concrtement alors, suivant ces diffrentes orientations que Ken Bugul donne lintrigue du rcit, en loccurrence lvolution de lespace, on note clairement ch ez elle lintention de faire passer un message idologique, celui du re groupement des peuples marginaliss dans un mme espace sans frontires ; do lide dune cr ation idologique de lespace dans ce roman. Cette technique de la cration despace idologique confre lespace romanesque, un double niveau dans la fiction. D abord, le premier espace o se dveloppe lintrigue est un espace fictif, car, on la dmontr plus haut, il n est pas le Sngal, encore moins une quelconque ville sngalaise. Ensuite, tant dans cet espace dj fictif par nature, les personnages simaginent et se comportent comme se trouvant dans un autre espace encore plus vaste qui nexiste, en fait, que dans leur imagination de personnages imaginaires : cest la cration dun deuxime niveau imaginaire dans le premier o lauteur a dj situ toute lintrigue. Or, le premier espace tant fictif, il va de soi que le deuxime lest aussi forcment, et cest en cela que rside lint rt capital de la cration de lespace idologique : faire coexister deux diffrents espaces pour un seul et mme espace. Ce la implique, nen point douter, le refus des espaces rels o il faut toujours fa ire face aux diverses barrires franchir : sans barrire entre

PAGE 32

32 les espaces les dplacements seront plus rapi des, et les luttes communes des peuples, plus prometteuses. Tel est, en dfinitive, le message de Ken Bugul travers cette cration dun espace idologique. Il reste toutefois noter que la cration de lespa ce idologique chez Ken Bugul se fait sur les bases dune certaine dualit dans laquelle les espaces sont toujours la conqute les uns des autres. De la dualit des espaces la conqute spatiale Les espaces dans La pice do r ont toujours exist par paires et sont toujours aussi dans une lutte de conqute des uns pa r les autres. On dis tingue principalement les deux paires : Birlane-Yakar, et hmisph re sud hmisphre nord. Les deux espaces de chaque paire sont toujou rs, au dpart, dans une opposition qui lance un premier espace la conqute de lautre. Ains i par exemple, quand la vie devient insupportable Birlane, la seule solution des habitants de cette ville a t dimmigrer vers Yakar, LEspoir ( La pice dor p.18). Ceci a provoqu le premier largissement de lespace dans le rcit. Il en est de mme pour les deux hmisphres. Lappel lanc se regrouper dans lhmisphre sud par Zak, navait pour objectif que la co nqute de lhmisphre nord. Ecoutez, nous irons au nord aprs. L, nous allons dabord librer tous les peuples du sud et nous allons nous diriger vers le nord pour dposer devant les pieds de leur indiffrence notre misre. Ensuite, nous irons dblayer la direction de Jrusalem. (222) Nous nallons pas au sud pour un mieux-tre pour de largent. Nous allons au sud pour librer les peuples. Et tous ense mble, nous allons marcher sur le nord. Nous allons taler ce que les nouveaux occupants et leurs complices ont fait de nos peuples. Nous allons nous exposer au monde. (226) On en conclut alors une construction dualis te de lespace, base sur louverture envahissante des espaces les uns par les autres ; do lide de la conqute des espaces, les uns

PAGE 33

33 par les autres dans le roman. Les espaces, avant de slargir les uns aux autres, en effet, sont toujours crs dans une logique de conqute ds le dpart, et cela est surtout d lorientation idologique que lauteur donne au rcit. Tout comme les personnage s alors, les espaces sont, eux aussi, engags dans une lutte perptuelle pour leur propre survie. Construction du Temps dans La Pice dOr Il y a trois diffrents te mps de lhistoire dans La pice dor : un temps pass, un tem ps prsent qui est le plus long, et enfin, un temps futur, temps despoir que lon ne voit pas se raliser ou se produire dans le rcit, mais qui projette lhistoire dans lavenir. Le temps de lhistoire se s itue aux environs des a nnes soixante et es t caractris par une chronologie des vnements qui ont commenc et se sont succds jusqu la fin du rcit. Il importe, cependant, de souligner que le rcit est rapport par une narratrice htrodigtique, cest--dire une narratrice qui se situe hors du rcit, car nen tant aucunement un personnage elle-mme. Rapportant ainsi des vnements qui sont censs avoir eu lieu dans les annes soixante, alors que le roman mme est publi en 2006, il est vident que le rcit quelle raconte est tout entier au pass. Seuls les discou rs directs des personnages rvlent clairement le temps prsent de lhistoire. Ceci permet de bien distinguer le temps de lhistoire qui est le prsent et celui du rcit, ou de la narration qui est le pass. Ains i, le temps de lhistoire est celui o les personnages vivent et mnent leurs acti ons. Les annes soixante sont donc le temps prsent des personnages dans le roman, puisque c est en ce moment quils font les actions que rapporte la narratrice et qui font l intrigue du rcit. Cest, une fois encore, ce qui justifie le fait que tous leurs discours directs dans le roman sont rapports au prsent de lindicatif, et que chaque fois quils se rfrent aux annes davant les annes soixante, ils utilisent eux aussi, le pass. Mais ce pass, (celui quuti lisent les personnages dans leurs discours directs), est de toute vidence diffrent de celui quutilise la narratrice. En effet, pour la narra trice, cest tout ce

PAGE 34

34 quelle raconte qui est dj pass, do le temps de la narration est bel et bien le pass. Elle ne raconte pas lhistoire au mme moment o les personnages la vivent, cest--dire dans les annes soixante, mais plutt bien plus tard en 2006, anne de la publication du roman. En plus, tant constitu dune succession dannes ( les annes soixante ), il sobserve aussi, mme dans le cours de ce prsent de lhistoire, des recours frquents au pass pour exprimer des actions antrieures par rapport d autres actions qui ont eu lieu dans le mme courant des annes soixante Encore plus prcis, le temps prsent de lhistoire est celui du rgne des nouveaux occupants aprs le dpart des anciens occupants venus dailleurs. Ainsi, les annes soixante dans le roman constituent la priode des indpendances. Mais cest aussi, et surtout, la pri ode o le peuple commence se d sillusionner des promesses non tenues des dirigeants politiques locaux. Divers vnements mette nt en exergue la situation sociopolitique calamiteuse que trav erse le pays sous le pouvoir des nouveaux dirigeants en ce temps-l. Le peuple qui avait lutt po ur lavnement des indpendances connat une dgnrescence totale de ses conditions de vie, et commence raliser quil se portait encore mieux sous les anciens occupants venus daille urs quil ne se porte maintenant sous les nouveaux occupants Do cest un temps prsen t qui matrialise une p riode de dsillusion totale que traverse le peuple, et partir de laquelle chacun de s personnages est condamn une lutte perptuelle pour sa propre survie. Depuis quelques annes, tout avait commenc changer Birlane. Tout avait commenc changer depuis les annes soixante. Les ge ns avaient mme chang physiquement. Un dcouragement gnral avait commenc creuser des sillons sur les visages. Le rythme de vie avait t comme bouscul, malmen, par des forces malfiques qui semblaient en vouloir Birlane. (14) Pour faire face cette situa tion, la socit sengage dans de nombreuses mutations dont notamment lafflux de tout le monde vers la capi tale, Yakar, seul lieu o lespoir dune vie

PAGE 35

35 meilleure semble exister encore. Tout Birlane se vide alors de sa population en proie lexode vers Yakar. Mais, pendant ce mme temps, les nou veaux occupants restent insoucieux des problmes du peuple, et continuent de dvelopp er une politique de dtournement des deniers publics, et de corruption pour senrichir sur le dos du pe uple qui ne cesse de croupir quotidiennement dans la misre. Le temps prsent dans le rcit constitue donc le temps du bilan de la gestion locale du pouvoir politico-social au lendemain des indpendances et surtout de tous les vnements qui se sont succd en cette priode. Pendant plus de quarante ans, des guerres fratricides, des coups dtat sanglants, des assassinats, des alliances diaboliques, m obilisaient les nouveaux occupants. ... Quarante annes de retard, de gabegie, quarante annes gaspilles, quarante annes pendant lesquelles, progressivement, le peuple av ait sombr dans limprobable et le prcaire. (202) Dsillusionn, le peuple entame alors deux voyages temporels opposs au temps prsent : lun dans le pass, et lautre dans le futur. Dabord, il remonte dans le pass qui, cette fois-ci, est un temps pass antrieur aux annes soixante en regre ttant le temps des anciens occupants La technique de cet te remonte dans le temps est celle de lanalepse laquelle a recours le narrateur pour voquer ce temps pass par rapport au prsent de lhistoire. Avant les annes soixante, ctait une autre poque, reprenaient en chur les oiseaux qui tournoyaient dans le ciel. Ctai t lpoque de la prise de cons cience, de la revendication, de la lutte, de la rsistance, du combat. Les mots comme respect, galit, justice, quit, avaient un sens. (34) Les gens vivaient bien avant les annes soix ante Un rythme de vie existait malgr la prsence des anciens occupants venus dailleurs. (42) Mais la narratrice nen reste pas l ; elle re vient encore au prsen t, puis par un habile procd rhtorique de prolepse, projette lhistoi re dans le futur. Cependant, le temps futur, comme nous lavons dj dit plus haut, ne se ralis e pas effectivement dans le rcit. Il est juste

PAGE 36

36 voqu sous forme de projection matrialise pa r lespoir de retrouver la pice dor la solution tous les problmes cau ss par lavnement des annes soixante lavnement des indpendances mal gres. Quand les peuples retrouveront leur dignit, quand les enfant s pourront jouer et vivre en paix, et que les chats seront toujours l, lcuelle du Condorong devra tre rendue au Condorong. Elle appartiendra tous les peuples. A jamais Jusquau grand jour Yawm al khiyamati Quand tous les peuples seront rassembls Jrusalem. L o tous les hommes natr ont et mourront gaux. L o les portes du monde et du paradis seront juxtaposes. L o toutes les cratur es seront lues. LAlliance ne sera jamais rompue. Dans le Royaume, il ny aura pas dinjustice (313-314) Il est trs pertinent, cependant, de se demander pourquoi la narratrice a choisi de faire tout simplement du temps futur, un temps de projection et despoir dans le rcit, sans rien en dire davantage. A ce niveau, lanalyse peut bien montrer que peut-tr e le temps de la narration et celui de lhistoire sont les mme s et ainsi la narratrice nen saur ait pas plus sur le futur que les personnages eux-mmes. Le problme qui se pose al ors, est celui de la re mise en cause du temps de la narration que nous avons d j dsign plus haut comme tan t le pass. Evidemment, si le temps de la narration et celui de lhistoire sont les mmes, lun ne peut pas tre le prsent et lautre le pass. Or, il est dj cl airement bien tabli que le temp s de lhistoire est le prsent. Dans lhypothse alors, de limpossi bilit pour la narratri ce den dire plus sur le futur que les personnages il se pourrait donc quil y ait tout au moins deux temps (le pass et le futur) pour la

PAGE 37

37 narration aussi, comme il y en a eu plusieurs pour lhistoire. Par consquent, la narration est contemporaine lhistoire du roman, du moins, en ce qui concerne le futur. Mais malgr cette vraisemblance de la contemporanit de la narrati on et de lhistoire, il es t clair quil ne sagit absolument pas dune narration au prsent. En plus, contrairement au temps futur, le pass de la narration et ceux de lhistoire, ne se confondent pas. Alors que le pass de la narration recouvre toute lintrigue de lhistoire, ceux de lhistoire se limitent seulement aux temps davant les indpendances, puis aux vnements antrieurs le s uns aux autres dans le cours des annes soixante. En conclusion, on assiste des mouvements dalle r-retour dans le temps de lhistoire et du rcit de La pice dor. Le temps prsent dans lequel se droule toute lhistoire, constitue une priode charnire sur laquelle souvr ent et se referment les deux autres temps, le pass et le futur. Et mme dans le cours du temps prsent, se forme aussi un pass interne compte tenu de la succession des vnements qui font ce prsent. De toute vidence, la chronol ogie des vnements raconts au temps prsent semble linaire malgr le pass interne qui se forme en lui. Mais ce mouvement daller-retour dans le pass (ici, le pass du rcit) et dans le futur en passant chaque fois par le prsent, met en cause cette linarit du temps prsent. Ce nest donc plus un temps prs ent linaire, cest--dire un temps prsent fait exclusivement de la succession des vnements qui le composent, sans interruption aucune, mais plutt un temps prsen t entrecoup ou travers par des remontes dans le pass, et des projections dans le futur. En consquence, le temps dans La pice dor prsente sa particularit en ce quil nest pas une chronologie dvnements, soit dans lordre : pass, prsent et futur, mais plutt une imbrication divers niveaux de tous les vn ements. Lhistoire commence par le prsent,

PAGE 38

38 remonte au pass, revient au prsent, puis se propul se dans le futur : telle est la technique de cration du temps dans ce roman. Il ny a donc pas un temps, mais plutt, divers temps qui sentremlent les uns aux autres, et qui, de facto restent fortement lis, dpendant les uns des autres. Les checs politico-sociaux des annes soixante (le prsent de lhistoire) trouvent leur source dans le dpart des anciens occupa nts qui a t mal g r par les nouveaux occupants Mais la solution, quan t elle, se trouve dans lespoir quinspire la r echerche de la pice dor et cet espoir, bien sr, est toujours venir, en raison de la non matrialisation du temps futur dans le roman. Par ailleurs, il y a aussi une autre lecture possible de la technique de cration du temps dans La pice dor : cest la technique de cr ation raliste. En effet, le temps prsent dans le rcit, cest--dire le temps des annes des indpendances et du bila n ngatif de la gestion de ces indpendances par les dirigeants politiques locaux, ressemble plusieurs gards, celui de lHistoire officielle des pays africains qui ont eux aussi accd leurs indpendances dans les annes soixante, et dont le bilan des gestions locales nest pas du tout des plus reluisants non plus. Les problmes de ces pays africains sont aussi pratiquement les mmes que ceux dont il est question dans le rcit : la mal gouvernance, lexode ou limmigration, la pollution et le dvoiement des religions. Cest ce qui fait quon note aussi le mme sentiment de dsillusion que dans le rcit au niveau de ces pays africains. Ils regrettent, eux aussi, la gestion cal amiteuse des indpendances par les nouveaux dirigeants politiques des diffrents Etats du contin ent noir, aprs le dpa rt des colonisateurs, comme cest exactement le cas dans le roman, et nhsitent pas souvent avoir un regard nostalgique sur la priode davant les indpend ances pour remettre en ca use certaines pratiques

PAGE 39

39 quils apprciaient mieux quau temps des indpe ndances. Enfin, ces pays africains, en gnral, nont plus quun seul espoir, celui de lamlioration de leurs conditions de vie dans le futur. Do les mmes mouvements dans le temps que lon note au niveau du rcit de La pice dor : un prsent qui nen finit pas, et qui fait regret ter le pass, mais qui prdispose quand mme projeter un avenir meilleur en guise despoir. P our Nabo Sn dans son article Lor et les dchets dj cit plus haut, la question ne se pose mme pas en ce qui concerne la reproduction de ce temps de lHistoire officielle de s pays africains da ns lhistoire de la pice dor par Ken Bugul : La romancire sngalaise Ken Bugul revient, aprs Rue Flix-Faure, dans le monde dakarois avec La pice dor. Tout commence la fin des annes 1960, la fameuse priode postcoloniale durant laquelle les pays africa ins qui deviendront plus tard ceux du tiersmonde, ceux en voie de dveloppement plus gnreusement ceux en mutation didentit et maintenant en dveloppement doivent prendre leur destine en main. Presque dans la mme verve, Arnaud Robert voit, lui aussi, dans le te mps de lhistoire de La pice dor, une illustration du temps de lHistoi re officielle des Etats Africains. Peu peu, dans ce phras des virgules, de s circonvolutions et des pauses, cest une certaine Afrique contemporaine, observe dun il critique (parfois blas) qui sillustre. Par ailleurs, il faut aussi retenir que dune faon beaucoup plus gnrale, la production littraire a mme t trs abondante en ce domaine particulier des crations stigmatisant cette poque du dsenchantement en Afrique au lendemain des indpendances. Respectivement, Jacques Chevrier et P. Ng andu Nkashama observent, par exemple, qu A lamertume engendre par les soleils trom peurs des indpendances, et leur cortge diniquits et dexactions qui sappellent corruption, affairisme, drives politiciennes, calamites naturelles, affrontements interethni ques ..., a succd un sentiment gnralis de faillite et de rsignation qualimente laccu mulation des checs et des trahisons dune Afrique dcidment mal partie Les crivai ns sen font naturellement lcho. (76) Mais si ce roman exprime une sorte de panique mtaphysique, ou en tout cas un dsespoir (il suffit de songer Ngando de Lomami-Tshibamba), il faut avouer galement quune certaine lueur doptimisme et despoir nat avec la dtermination de la jeunesse africaine dcide a braver les interdits et se construire un monde nouveau (Sembene

PAGE 40

40 Ousmane, Ngombo Mbala,Naigiziki, Bambote), un monde qui soit la mesure de lhomme, la mesure de sa libert. (52) On dira alors que La pice dor ninnove pas dans sa cratio n du temps en ce qui concerne sa peinture de la priode du dsenchantement conscutive aux annes des indpendances en Afrique. Elle sinscrit dans la lign e dune cole qui existe dj. Cependant, eu gard toutes ce s ressemblances entre le temps de lhistoire dans le roman et celui de lHistoire officielle de ces pays africains, lintrt littraire est de conclure une technique de cration ra liste du temps. Ken Bugul se serait alors inspir de la chronologie des vnements de lHistoire officielle des pays afri cains, pour construire le temps de son histoire elle. Mais une pareille analyse la rigueur, trop simpliste, ne pourra it prvaloir tout point de vue, car, dans le roman, nest-il pas seulement question dun seul et mme pays (voir ltude de lespace dans le roman) ? Or, les pays africa ins auxquels semble ainsi se rfrer ce temps de lhistoire du roman, ne sont pas un pays, mais diffrents pays. Il est impossible alors, didentifier raisonnablement ce temps de lhistoire du roman qui se veut tre celui dun seul et mme pays celui de ces diffrent s pays du continent africain. Etant donn, en effet, que les espaces que couvrent ce rcit sont plus grands (des espaces hmisphriques, rappelons-le !), il ne serait pas tr s juste non plus de confiner ce temps au seul temps de lHistoire officielle des pays af ricains au lendemain de leurs indpendances. Nonobstant la quasi-exactitude des ressemblances qui les lient, on ne peut que parler de pures concidences hasardeuses entre les vnemen ts qui font les diffrents temps. Toutefois, ce dernier argument ne suffirait ja mais rfuter, lui non plus, catgoriquement la thse de la technique de cr ation raliste du temps dans La pice dor. Il permet juste de

PAGE 41

41 relever que malgr les rapprocheme nts possibles avec les sources dinspiration po ssibles de Ken Bugul, ce temps (celui de lhistoire du roman) demeure un temps fictif. Par exemple, ce temps nest en rien moins fictif que le temps de lhistoire dans La plante des singes de Pierre Boule. En ce qui concerne La plante des singes, en effet, alors que roman est crit en 1963, Pierre Boule s itue quand mme lhistoire dans les annes 2029, annes qui sont toujours venir, mme jusqu prsent. Ainsi, ce temps de lhistoire de La plante des singes ne reflte aucune ralit en dehors de limaginati on crative de son auteur, et cest en cela que sapparente lui le temps de lhistoire de La pice dor de Ken Bugul. De ce fait, quelles que soient le s apparences rfrentielles du temps de lhistoire dans La pice dor, cest toujours un temps qui demeure une pure cration imaginative de Ken Bugul qui en reste le seul auteur. Cest donc un temps qui chappe celui de lHist oire officielle dun quelconque pays. Par consquent, le s ressemblances, si avres puiss ent-elles tre, avec dautres temps hors du roman, ne doivent tre considres, au plan littraire, que comme de pures concidences hasardeuses. Do la pertinence de sa na ture fictive par-dessus tout.

PAGE 42

42 CHAPTER 4 MAINMISE DE LHISTOIRE SU R LES DES TINES INDIVIDUELLES3 La cration des personnages dans La pice dor revt une caractristique particulire du fait de la prsence des icnes de lHistoire4, mle celle de personnages, en principe fictifs. Mais elle se caractrise aussi par la division des personnages du rcit en de diffrentes classes sociales. On distingue principalement donc, deux techniques de cration de s personnages dans ce roman : la premire est base sur les assimilati ons avec les icnes de lHi stoire, puis la deuxime suit une division en classes social es des personnages. Cest aussi l deux modes de cration qui confrent diverses fonctions aux diffrents pers onnages. Il est intressant donc dtudier dune part les caractristiques de la cr ation de ces personnages, puis le s fonctions qui rgissent chacun de leurs modes de cration. Caractristiques des Modes de Cration des Personnages de La Pice d Or Les Icnes de lHistoire et les Personnages du Rcit Tout dabord, la structure de louvrage est faite de sorte que chaque chapitre5 porte un titre qui nest rien dautre que le nom dune icne de lHistoire. On peut citer par exemple : la Famille Anikulapo Kuti Ransom Jimmy Canada Cheikh Anta Diop les Frres Cabral Thomas Sankara Nelson Mandela et Aung Sun Suu Kyi Mais nulle part dans le roman, on ne verra ces icnes de lHistoire devenir des personnages de lhistoire qui est raconte. Leur prsence dans La pice dor ne se matrialise donc pas par des actions directes de 3 La formulation de mainmise de lHistoire sur les destines individuelles, est un emprunt que nous faisons Du roman, p. 68, de Michel Raimond. Mais lusage que nous en faisons nest pas exactement le sien. 4. Ce que nous appelons les icnes de lHistoire, ce sont des personnages qui ont exist dans la vie relle, et qui de leur vivant, ont marqu lHistoire de leurs pays, voire du monde, travers leurs actions publiques et prives. Ils sont dans les livres dhistoire, et sont gnralement cits en exemples pour leurs bonnes uvres. Cest leur prsence dans le roman, genre de fiction par excellence, qui permet surtout de porter une attention particulire la cration des personnages de ce roman, qui sont, en principe, de nature fictive. 5. Lauteur ne parle pas de chapitr e, ni de titre, mais a juste fait des subdivisions titres dans le roman

PAGE 43

43 leur part, mais par lusage de leurs noms, et par des recours faits leurs parcours historiques dont les prouesses ou effets sont at tribus aux vrais personnages que lon voit dans laction, dans le roman. On a alors dans La pice dor deux catgories distinctes de personnages. La premire est constitue des icnes de lHistoire qui, dailleur s, nexistent dans le roman que par leurs noms comme titres de chapitres, puis par des allusions faites leurs diverses uvres que lauteur attribue la deuxime catgorie de personnages. Cette deuxime cat gorie constitue, en principe, les vrais personnages de laction da ns louvrage. Ils sont par exem ple : Mose, BaMose, Zak, la mre de Mose, et Coumbis. Ce sont eux les personnages que lon voit da ns lintrigue du roman, et qui font laction. Mais ils sont par nature des personnages fictifs, car ne devant leur existence qu lunivers romanesque o les cre et les situe lauteur. Cepe ndant, les actions ou rles qui sont les leurs dans le roman ne sont, lanal yse, quune relecture de la vie des icnes de lHistoire. En clair, ils ne sont que des recrations fictives qui re jouent dans lunivers fictif de La pice dor les rles historiques des icnes de lHistoire, que leur attribue Ken Bugul. Du coup, ils sont fictifs, en considration de leur nature de personnages de ro man, mais cessent de ltre, ou le sont de moins en moins, en fonction du carac tre rel des vrais aute urs de leurs actions. Il stablit ds lors une corrlation existentie lle entre les deux catgo ries de personnages prsents dans La pice dor. Les uns nexistent dans louvrage que par leurs noms et les allusions faites leurs exploits historiques dans la vie : ce s ont les icnes de lHistoi re. Mais les autres, qui sont les vrais porteurs de lac tion dans le roman, ne doiven t leur existence quaux actions concrtement vrifiables dans lHistoire des premiers. Ainsi, sa ns les premiers, les seconds ne peuvent pas exister, et vice versa.

PAGE 44

44 Il est noter par ailleurs que ce nest pas nces sairement dans le chapitre qui porte le nom dune icne de lHistoire comme titre quest excl usivement concentre toute la rfrence faite elle dans le roman. En effet, les personnages fictifs qui portent les rles de ces icnes de lHistoire les portent comme le urs propres caractres intrins ques, et donc les dveloppent partout o ils apparaissent dans l ouvrage. Ainsi par exemple, dans le chapitre 1 dont le titre est : Famille Anikulapo Kuti Ransome on voit se d voiler la famille de BaMose, un peu comme limage de cette Famille Anikulapo Kuti Ransome Mais cest dans les chapitres qui suivront que lont voit se dvel opper beaucoup plus en profondeur lassimilation de cette famille rfrentielle celle de BaMose. En effet, Mose, tout comme Fla Anikulapo Kuti6, doit tous les espoirs placs en lui par se s parents en lenvoyant poursuiv re ses tudes universitaires Yakar. Il ne devient quun tudian t rvolutionnaire au lieu de pros prer dans ses tudes pour se hisser au rang des nouveaux occupant s afin daider sa fa mille sortir la tte de la misre. Son pre nen revient jamais, et lu i en tient grief pour toujours. BaMose tait effondr du retour de son fils an Birlane. Mos e avait essay de lui expliquer tout ce qui se passait Yakar et la ncessit de fair e quelque chose. BaMose ne voulait pas entendre ce quil disait. Il avait crach par terre en si gne de dni total. (52) BaMose, qui tait fier de ce fils qui allait devenir professeur et aider sa famille, fut profondment du aprs sa radiation. La situat ion de la famille stait beaucoup dgrade, comme partout, depuis les annes soixante. BaMose ne pouvait pas pavaner la poste pour prendre son mandat, envoy par son fils professeur. Professeur. Dans sa famille, ctait la premire fois que quelquun allait tre professeur. (69-70) 6. Alors que Fla tait envoy en Angleterre y poursuivre ses tudes, et devenir mdecin comme ses frres ans, il nen revint que diplm en musique, ce qui ne plut pas ses parents, particulirement son pre.

PAGE 45

45 Ainsi, chapitres aprs chapitres, Mose travers son engagement rvolutionnaire se confirmera en une vritable recration fictive de Fla, comme cest aussi le cas pour diverses similitudes que lon retrouve entre les deux familles. Mais en plus dincarner Fla dans lintrigue du rcit, Mose est souvent mis aussi dans les rles dautres icnes de lHistoire. Cest le cas par exemple du chapitre 3 dont le titre est Cheick Anta Diop et o on le voit se rebe ller contre les nouveaux occupants et leurs gestions sociopolitiques des annes daprs les indpendances. Il observe une opposition farouche contre les notions d indpendance, et de dmocra tie, telles que les autres les apprhendent, et nhsite mme pas les tourner en drision. Que pouvait-on esprer quand un pays avait t occup et tait encore occup ? Que pouvait-on esprer quand un pays avait reu son indpendance dans le sac du Pre Nol ? Les annes soixante navaient pas rendu le peuple indpendant, mais dpendant, jusquau matelas mousse. Dstructuration, disaient ce rtains, dstabilisation, disaient dautres, maldiction, susurraient ceux qui avaient march vers Yakar pour dire assez. Mose, lui, disait quil fallait faire quelque chose dau tre que le constat. Mose tait pour une rvolution totale. Il tai t un rvolutionnaire, il ltait toujours, (64-65) Au cours des runions organis es par les tudiants qui se se ntaient concerns et avaient leur mot dire, Mose tait le plus audacieux. Il dfiait le pouvoir. Il crivait des articles dans un journal que les nouveaux occupants avaient dans le collimateur. Avec les occupants, il fallait tre dans le jeu ou hors du jeu. Il ny avait quun seul je u. Pourtant, le pays se targuait dtre un pays volu. Ct ait une dmocratie une seule face. Les mots avaient cet avantage, ou plutt cet inconvnient, davoir plus ieurs sens selon la manire dont ils taient employs. Dmocratie, dans ce pays et dans bien dautr es, signifiait faire ce quon voulait faire quand on tait aux affaires. Il y avait limpunit ou lamnistie pour les uns ; les menaces, la mort, lexclusion, pour les autres ; et pour le peuple, lultime onction. Ctait cela la dmocratie. Citez-moi un seul pays dmocratique au monde. Il ny en a pas. Laissons le mot dmocratie de ct.

PAGE 46

46 Ce que nous voulons, cest que le peuple mange sa faim, en paix. Full stop. Point barre. (68) Or, on sait que, dans lHistoire officielle du Sngal, Cheick Anta Diop qui a eu une part active dans les luttes pour lindpe ndance de son pays, na pas du tout vcu en harmonie avec le pouvoir de Senghor, le premier pouvoir sngalais de lre des indpendances. Face au pouvoir politique de Senghor, en effet, Cheick Anta Diop avait un parti pris clairement affich pour les masses populaires vulnrables, notamment les paysans, et cest en cela que sapparente lui le personnage de Mose. Celui-ci se retrouve donc dans ses rles comme une rincarnation fictive de Cheikh Anta Diop dans La pice dor. Mais plus loin encore, prcisment dans le chapitre 6, on revoit le mme personnage, Mose, dans les rles dune autre icne de lHistoire. En effet, ce chapitre 6 a pour titre : Thomas Sankara et cest celui-ci que Mo se incarne, nouveau, dans ses agissements. Exactement comme cette icne de lHistoire en son temps, on le voit donner des avertissements contre le no-colonialisme et le no-imprialisme puis faire des appels au retour aux sources. Il soppose ce que les politiciens locaux, les nouveaux occupants en complicit avec la communaut internationale, se servent du peuple vulnrable pour assouvir de s fins qui ne sont jamais les siennes, mais qui, au contraire, ne font que toujour s lenfoncer davantage dans la misre qui reste son lot quotidien. Ainsi, en mme temps quil met en ga rde ceux qui se servent malhonntement et impunment du peuple, il lance aussi un appe l au peuple se prendre luimme en charge afin de survenir lui-mme ses propres besoins rels, exactement comme a t le combat du jeune prsident rvolutionnaire burkinab Thomas Sankara dont lassassinat a assombri les espoirs de rvolut ion de tout un peuple.

PAGE 47

47 Mesdames et messieurs des institutions inte rnationales, de dpartements la coopration, de dpartements dEtats, laide au dveloppement nest jamais arrive aux bnficiaires. La dette, le peuple la paye tr s cher. Plus vous aidez, pl us vous confortez les nouveaux occupants et leurs coll aborateurs corrompus qui ont tout empoch. Le peuple vous hait, car il est cit dans tous les discours, dans tous les projets, dans tous les sminaires, dans toutes les rencontres. Le peuple est contre laide au dveloppement. Le peuple est contre la lu tte contre la pauvret. Le peuple est contre lannulation de la dette. Le peuple est contre tous ces 4X4 qui sillonnent les paysages de dsolation en soulevant la poussire de leur misre. Il ne sagit pas de signer des accords, denvoye r des missaires, de soigner des plaies, de sauver quelques vies. Il faut al ler aux sources, aux causes, et non aux effets qui se rptent linfini infini. Jusqu la fin des temps. Jusquau chaos. Mdecins sans frontires, M decins du monde, vous devez soi gner les occupants anciens et nouveaux Vous vous trompez de malades. (94-95) Mais Mose, lui, ne sera pas assassin, car justement, il nest pas que Thomas Sankara En effet, dans le dveloppement de lintrigue, on le voit encore dans d autres rles dautres icnes de lHistoire, do son personnage apparat la fin comme lassemblage ou la mise en commun des rles de plusieurs personnages ou icnes de lHistoire, pour en faire un seul homme, un homme idal. Il importe cependant de souligner que cette technique de constr uction du personnage de rcit qui consiste en la runion des valeurs incarnes par diverses icnes de lHistoire pour en faire un seul et mme personnage, ne se limite pas seulement Mose. En effet, Ken Bugul la applique aussi dautres personnages de La pice dor. Dabord, en raison de lanalogie possible entre les liens de parent et de filiation qui existent entre les membres de la Famille Anikulapo Kuti Ransome on peut tablir que

PAGE 48

48 BaMose, le pre de Mose, incarne le pre de Fla que sa mre a le rle de la mre de Fla, et que Zak son frre, est dans le rle des frres de Fla. Mais ils nont pas que ces rles de famille dans le rcit. Ils incarnent, chacun en ce qui le concerne, le rle dautres icnes de lHistoire, et qui ne sont pas de la Famille Anikulapo Kuti Ransome. Il sagit notamment de la mre de Mose qui lon peut attr ibuer les rles de Gcina Mhlope, quand elle se prsente dans le chapit re 4 comme la femme africaine raisonnable qui conscientise son mari ne pas cder la tentatio n de partir pour Yakar comme tout le monde, et de garder espoir. Elle est ainsi, elle aussi, une combattante comme Gcin a Mholpe qui, au fort temps de lapartheid en Afrique du Sud, a su insuffler son peuple le sens de l espoir dans la rsistance. Quant Zak, le frre de Mose, il a bien le rle de Walter Sisulu cet immense pilier de la lutte anti-apartheid en Afri que du Sud, mais aussi discret et mesur la fois. La mme complicit dans la lutte qui existait entre Nelson Mandela et Walter Sisulu est aussi celle qui existe entre Mose et Zak. Daill eurs, ce dernier ne nie pas avoir t lcole de son an pour qui il nourrit une admiration profonde. A sa manire, lui aussi fait la lutte, et cest a qui lamne initier la marche infern ale vers le Sud, pour ensu ite converger vers le Nord. Mais en plus, cest au nom de cette entreprise de ma rche laquelle il appelle tout le peuple se joindre dailleurs, quil est aussi assimilable Joseph Ki-Zerbo, une autre icne de lHistoi re qui a toujours prn lidentit commune africaine. Enfin, quant BaMose, le pre de Mose, il est quelque peu difficile de lassimiler lune des icnes de lHistoire prsentes dans le roma n. Car, vu son opposition loption de rsistance faite par son fils, il se place alors aux antipodes de toutes ses positions. Cela nempche pas, cependant, quil reste, lui aussi, un affam du peuple.

PAGE 49

49 En dehors de la famille de BaMose, bien dautres personnages du roman trouvent eux aussi leurs prototypes dans des icnes de lHistoire. On peut c iter par exemple Mawdo. En effet, les circonstances de la mort de ce dernier font quil est assimilabl e au jeune tudiant sngalais Blondin Diop, un jeune rsistant au nocolonialisme du temps de Senghor, et qui a t retrouv mort dans sa cellule de prison lge de vingt -cinq ans. Les populations ont toujours soutenu quil sagissait dun assassinat po litique, malgr les raisons offi cielles de suicide volontaire servies par le gouvernement pour la mort de Blo ndin Diop. Dans le cas de Mawdo par contre, les raisons de sa mort ne font lombre daucun doute ; il sagit bien dune bavure militaire caractristique des modes de gouvernance du pouvoir central de s nouveaux occupants Le rapprochement fondamental entre Blondin Diop et Mawdo, cest donc beaucoup plus la vision de leur lutte commune, et qui les a conduits tous deux des fins tragiques semblables. Somme toute, le mode de cration des personnages de La pice dor consiste essentiellement en une projection des uvres des icnes de lHistoire dans des personnages fictifs de rcit. Mais il ne s est pas seulement agi de crer pour chaque icne de lHistoire un personnage de rcit lui correspondant et vhiculant uniquement ses idaux. Au contraire, un seul et mme personnage fictif de rcit est souvent port eur des rles de plusieur s icnes de lHistoire la fois. En plus, plusieurs pers onnages fictifs du rcit se partagent aussi les rles dune seule et mme icne de lHistoire. Il conv ient alors de se demander quelles sont les relles intentions de lauteur pour procder de la sorte. La rponse cette questio n se trouvera certainement dans les fonctions des personnages infra. Cependant, avant de procder lanalyse des fonctions de la cra tion des personnages, il importe de souligner quil ny a pas quun seul mode de cration des personnages dans ce roman.

PAGE 50

50 En plus de la cration des pe rsonnages sur les modles des icnes de lHistoire, Ken Bugul procde aussi par une classificati on sociale de ses personnages dans La pice dor. La Classification Sociale des Personnages de La Pice dO r Chaque personnage dans ce roman appartient une classe sociale bien dtermine, et milite pour les destines de cette classe. En de hors donc des crations bases sur les modles dicnes de lHistoire, lauteur fait appartenir ses personnages di ffrentes classes sociales. Il sagit principalement de deux di visions sociales, savoir dun ct le peuple et de lautre, les occupants Le peuple Le peuple cest la grande masse populaire Cette grande masse populaire vivait bien avant les indpendances. Elle tait heureuse, et ne se plaignait pres que de rien, surtout pas de la politique du pays qui tai t loin de ses proccupations Elle avait de quoi se nourrir au jour le jour, et vivait, en substance, de lagriculture et du commerce, ses deux activits principales de subsistance, et qui prospraient relativement. Surt out, due la clmence de la nature, elle vaquait bien ces activits, sans oublie r lorganisation rgulire de ses festivits saisonnires. Comme la vie tait meilleur e avant les annes soixante ma lgr tout On cultivait ce quon mangeait, et une partie tait vendue aux traitants, et ceci depuis la priode de lancienne occupation, avec les Syri ens et les Libanais qui taien t les intermdiaires. (91) Mais ds les annes soixante, ce peuple qui vivait ainsi bien, commence voir natre sa misre, qui saccrot exponentiellement jusqu l touffer face son impassibilit coupable. En effet, les annes soixante furent les annes des i ndpendances, et ce sont surtout les termes de la ngociation de ces indpendances qui ont prci pit la descente du peuple dans le gouffre infernal. Les indpendances st aient passes comme si le peupl e avait donn un bl anc-seing aux nouveaux occupants pour diriger le pays. Ainsi, ces derniers avaient le loisir de gouverner

PAGE 51

51 comme bon leur semblait, alors que le peuple, qua nt lui, devrait se rsoudre ne jamais se plaindre de quoi que ce soit. Ils, (le peuple), avaient t transports des vill es et des villages en cars et trains entiers. Quand ils arrivaient, ils taient parqus dans des pices immenses, comme la bourse du travail, et on les emmenait en cars bonds ve rs la place o lindpendance devait tre donne illico presto. Les gens avaient soif, avai ent faim mais ne se plaignaient pas. Ctait pour lindpendance. Ce fut la grande erreur commise par le peuple. Ctait la brche ouverte pour faire entrer les nouveaux oc cupants. Et personne ne sen tait rendu compte. (125) Ainsi, les indpendances qui t aient source despoir pour tous marqurent au contraire le dbut de lcroulement du peuple. Tous les rela tivement beaux jours dantan de ce dernier sassombrissent du coup, et il cr oupit dsormais dans la misre totale. Sa vie que promettaient damliorer les indpendances, vi re la dsillusion, puis touche au paroxysme du plus grand malheur humain : la misre. Dpouill de tout, et livr lui-mme, il se voit alors condamn sarranger de cette mtamorphose en se dbr ouillant (29) Mais ses options pour se dbrouiller ne sont entre autres que ler rance Yakar, puis au mieux pour les plus chanceux, laventure vers le grand nord mme si cest au risque de perdre la vie avant larrive destination, vu les m oyens hasardeux du transport. Tu sais, semblait dire le jeune homme Zak, ce nest pas aussi facile Quand tu prends la route, ce nest pas comme celui qui prend l avion avec un visa. La route est longue, paratil. Je connais quelquun qui il est arriv tant de choses quil ne se les rappelle pas, et il croit que cest mme mieux. Il a fait cette rout e pour la nime fois. Il a t refoul au niveau des ctes proches du nord, mais il repart toujours. Il d it quil faut rest er souds pour affronter le grand dsert et to ut le reste. On raconte des c hoses terribles sur le voyage. Des preuves difficiles, mais bon, comme il ny a plus de choix, il faut partir pour les dfis. Les dfis de la survie. Il a lui aussi une femme et deux enfants. Il ne peut pas les voir mourir de faim sous ses yeux. Cet ocan qui nourrissait sa famille depuis toujours, cet ocan a t vendu aux anciens occupants venus dailleurs. Et il y a aussi les pilleurs des mers, venus de partout, avec des moyens normes. (262-263)

PAGE 52

52 En bref, les indpendances on t transform le peuple en un peuple trahi, dpit, utilis (109), et injustement soumis aux affres de la mi sre, mais qui, malheureusement, sobstine, dans sa grande majorit, vivre cette piteuse condition qui lui est faite, plutt que de ragir (29). Il y a, cependant, une infime minorit qui sait donner de la voix. Ce sont ceux-l qui portent dans le roman les rles des icnes de lHistoire Ils sont, certes, tr s ngligeables en termes de nombre par rapport la grande masse mais lampleur de leurs mouvements fait deux les incontournables voyants du peuple. Mme sils ne sont pas couts, ils font voir au peuple, tout comme les icnes de lHistoire dont ils portent les r les ont eu le faire en leur temps et pour leurs peuples respectifs, le s ingalits auxquelles le soum ettent injustement les nouveaux occupants et auxquelles il peut bel et bien cha pper, sil se dcidait ragir efficacement. Eux-mmes refusent de collaborer ces injustices contre le peuple, mme si leur revirement ne tient que de leur simple volont, puis choisissent la voie du sacr ifice au nom du peuple. Ils sont les claireurs du peuple, et pour lui, ils refusent de sassoci er aux mascarades des nouveaux occupants Au nombre de ces claireurs du peuple, il y a bien videm ment, Mose et son frre Zak, mais aussi les amis de Mose que sont Alioune Sow et Lams, puis le prophte de la corniche. Chacun sa manire, ils dfendent tous la mme cause, celle du rtablisseme nt de la dignit (289) du peuple. En effet, face au x alternatives aussi ignobles quab errantes de l errance et de l migration que choisit le peuple en rponse la situation chaotique qui lui est injustement faite au lendemain des indpendanc es, eux lui proposent des contre solutions qui sont celles de laction : Il faut de laction Levons-nous (216). Mais malheureusement, ils ne font que prcher dans le dse rt, car le peuple affam, avait (d j) perdu la raison. (109), et surtout, ne voyait plus rien (195).

PAGE 53

53 Ainsi se prsente donc la premire classe sociale de lhistoire de La pice dor. Elle est dailleurs la plus importante en matire de nombr e, comparativement lautre qui est faite des occupants Les occupants Dans cette deuxim e classe sociale, il y a une subdivision interne. En effet, on distingue parmi les occupants les nouveaux occupant s puis les anciens occupants Dans la chronologie des faits, ce sont les anciens occupants qui ont cd leur place aux nouveaux occupants ds lavnement des annes des indpendances. La caractristique commune fondamentale des occupants est quils ont tous t, un moment donn ou un autre, les dirigeants politiq ues du pays. Mais ils partagent aussi le fait quils finissent toujours par touffer le peuple par leurs modes de gouvernance. Cela va de soi dailleurs, vu leur appellation commune d occupants Evidemment, sils sont tous des occupants cest quils sont t ous des oppresseurs du peuple quils asservissent, au lieu de le servir, si lon se rfre la smantique dmocratique de la notion de gouvernance politique. Mais l seulement sarrte ce qui les caractrise et les font ressembler les uns aux autres. Tout ce qui reste, et qui permet de les caractr iser, ne relve que de leurs diffrences, quil sagisse de leur temps de rgne, ou de leurs modes de gouvernance. Les anciens occupants sont ceux qui ont t en charge de ladministration coloniale. Ce sont eux qui ont cd le pouvoi r aux nouveaux occupants ds laccession aux indpendances. Leur rgne sest donc arrt au commencemen t des annes soixante, alors que celui des nouveaux occupants commence cette mme priode. Du point de vue de leurs modes de gouvernance certes, il y avait un semblant de srieux dans la gestion quotidienne du peuple, notamment travers les services publics dhygine qui fonctionnaient relativement bien (20-21). Mais en gnral, ctait une administration

PAGE 54

54 dexploitation et dalination sur tous les plans. Il ny avait dans leurs modes de gestion aucune politique de promotion des cu ltures autochtones. Tout ce qui les proccupait, ctait lexploitation du peuple en vue de leurs propres intrts, et jamais ceux du peuple. Cest ainsi que, par exemple, ils ont transform lagriculture et le commerce qui sont les premires activits de subsistance du peuple en des activits de d pendance, par la gnra lisation des cultures de rente dans tout le pays. Les anciens occupants venus dailleurs ne pe nsaient quau dveloppeme nt de leur pays et de leur peuple. Les anciens occupants venus d ailleurs, qui navaient pas besoin du mil, ne pensaient pas son dveloppement avec des mt hodes de conservation des terres et de leur rentabilit en termes de qualit de semences, damlioration de s sols et de production. Et travers tout le pays, dabord du nord vers le cen tre, la seule culture de rente avait mobilis toutes les nergies du peuple. Et progressivement, tout av ait commenc seffondrer. (91-92) Mais le peuple ainsi exploit et asservi fi nit par obtenir son indpendance des anciens occupants Bien sr que ctait sans compter avec le revirement dram atique de leurs rves dune indpendance prometteuse de jours meille urs. En effet, les discours dillusions des nouveaux dirigeants, en loccurre nce les nouveaux occupants n ont pas du tout mis de temps sestomper, et laisser place la triste ralit de leur incomptence dont seul le peuple paie le lourd prix de la dsillusion et du dsarroi. Les nouveaux occupants vrai dire, nont pas du tout t la hauteur des espoirs quils ont eux-mmes fait natre dans le peupl e pour les indpendances. Non seulement ils ont malheureusement poursuivi lasservissement du pe uple comme leurs prdce sseurs en la matire, (les anciens occupants ), mais ils ont aussi fait pis. Ds leur prise du pouvoir, ils ont unilatralement rompu tous les contrats de prom esses qui les liaient au peuple. En effet, Les nouveaux occupants, ds quils se furent installs au pouvoir, effacrent de leur mmoire, toutes les promesses. (108)

PAGE 55

55 Leur incomptence ajoute leur insouc iance sans borne vis--vis du peuple, a compltement ananti les semblants de soins minimum dont celui-ci bnfi ciait jusque-l de la part des anciens occupants et acclr sa dcr pitude totale vers une fin certaine, si aucune action urgente et hardie narrive tre pris e dans limmdiat. Ils avaient instaur une gouvernance empreint e de mpris (103) vis--vis du peuple. Entre eux et celui-ci, un trs grand foss sest creus, et de part et dautre, se mnent deux trains de vie diamtralement opposs. Par exemple, alor s que de son ct, le peuple croupissait dans son agonie sans nul pareil au monde, de leur ct, les nouveaux occupants montraient une aisance de vie insolente sans au cune commune mesure avec les conditions dexistence du peuple. Ils taient l, mais vivaient diffrents du peuple, devant leque l ils se pavanaient, devant des gens qui navaient fait quun repa s insuffisant par jour (208). Ce train de vie insolent quils menaient, en comparaison avec le niveau de vie misreux du peuple, dnonait de loin la mal gouvernance et les dtournements de deniers publics qui caractrisaient leur pouvoir bas essentiellement sur le dvoiement religieux (116), pour mieux, non endoctriner, mais endormir le peuple qui a faim et soif, et qui ne demande qu tre trait avec un peu plus de justice, dgalit et de di gnit Ils navaient jamais de rsultat, mais, toujours, que des promesses sans lendemain. Le pays tait occup par de nouveaux occupa nts sans cur, sans me, sans raison, sans scrupules, sans soucis, sans ambition autre que le pouvoir. (51) Ds que les anciens occupants venus dailleur s partirent malgr e ux, ce fut des batailles ranges pour le pouvoir. Lenjeu ntait plus la restauration de lgalit pour tous, ni laccs aux opportunits pour tous, ni linstau ration de plans de dveloppement adapts lnergie du peuple. La vol ont politique manquait. Lenje u ntait rien dautre que personnel, se mettre la place des anciens occu pants venus dailleurs et jouer un rle qui ntait rien dautre que leur propre personna ge. Un personnage avide de pouvoir pour le pouvoir. Le pouvoir des nouveaux occupants fit ab straction de la di gnit du peuple. On assista la culture du pouvoir et loubli des pr occupations du peuple. Le peuple ne voulait pas le pouvoir. Il voulait de lin struction, de la formation, du travail, de la nourriture, des loisirs. Il voulait simplement vivre.

PAGE 56

56 Pendant plus de quarante ans, des guerres fratricides, des coups dtats sanglants, des assassinats, des alliances diaboliques, mob ilisrent les nouveaux occupants. Ils voulaient tre des occupants jamais. (201-202) Voil en somme, les caractristiques de cration des personnages sur la base des classes sociales dans La pice dor. Dun ct, le peuple, et puis de lau tre, les occupants Mais cette cration, tout comme la premire base sur la reprsen tation des icnes de lHistoire dans la fiction, nest pas anodine. Elles su ivent, toutes deux, des fonctions narratives bien dtermines que lauteur assigne chaque personnage. Il faut aussi noter, par ailleurs, quen gnral, les occupants sont numriquement trs insignifia nts par rapport la grande masse que constitue le peuple. Et pourtant, ce sont eu x qui exploitent le peuple et ne font jamais la moindre concession son au bien-tre. Le peuple na plus rien pe rdre, et pourtant, il tient encore partager. Prenez une moiti et nous prenons lautre. Vous tes moins nombreux, peine dix pour cent. Le peuple, par contre, reprsente les quatre-vingt-dix pour cent. Vous aurez toujours vos privilges, peut-tre jetterez-vous moins de dchets. Cest tout. Vous ne sentirez mme pas la diffrence. Le peuple, lui, ne veut que le minimum. Il veut manger sa faim et retrouver sa dignit. (311) Fonctions des Personnages suivant leurs Modes de Cration A lanalyse, diverses fonctions se dgagent des diffrentes perspectives de cration des personnages de ce roman. Ces fonctions sont respectivem ent lies chacun des modes de cration de personnages suivis pa r lauteur. Ainsi dist ingue-t-on, en gnra l, deux catgories principales des fonctions des personnages. La prem ire se rattache la technique de cration des personnages, suivant la vie des icnes de lHi stoire, et puis la deuxime, celle suivant lappartenance des personnages diffrentes classes sociales.

PAGE 57

57 Fonctions des Personnages Bases sur le s Rles des Icnes de lHisto ire La premire fonction des personnages de La pice dor, base sur le rle des icnes de lHistoire, est surtout la clbra tion de ces icnes de lHistoi re, dont les personnages fictifs de lintrigue portent les actions. En effet, en pr tant les actions des icnes de lHistoire ses personnages, Ken Bugul contribue la prennisation de leurs uvres et de leurs noms. A travers les personnages du roman, elle les fa it revivre, et ster niser lesprit du le cteur. Ce nest pas pour rien dailleurs quelle na retenu que des pe rsonnalits qui ne se sont illustres que par leurs bonnes uvres. En effet, en cartant systm atiquement ceux dont lexistence na fait quassombrir en substance les pages de lHist oire, comme par exempl e, Skou Tour, elle indique clairement que ce ne sont que les bonnes mes qui mritent dtre retenues dans les annales de lHistoire, et clb res en tant que telles. Par ailleurs, il importe aussi de souligner quau -del de la simple cl bration de ces icnes de lHistoire, lautre as pect particulier reteni r de cette technique de cration des personnages du roman est la mise en modles de leurs uvres respectives. En cl air, en faisant ainsi (re-) vivre ces icnes de lHistoire dans des espaces et te mps bien assimilables ou connus du lecteur (voir ltude de lespace et du temps dans le roman supra ), la vraie intention de Ken Bugul ne saurait tre autre chose quun appel lanc tous, et au lecteur en pr emier, les prendre en modles, vivre comme elles, et poursuiv re leurs uvres jusqu lobten tion des rsultats quelles escomptaient. On voit alors, que malgr le caractre fic tif des vrais personnages du roman, cest la prennisation de lHistoire trav ers ses icnes qui prdomine dans La pice dor. Les diverses icnes de lHistoire voques dans le roman se voient ainsi (et avec elles, toutes leurs uvres) prennises dans la mmoire des lecteurs. Mme cer taines dentre elles qui vrai dire, nont pas toujours bnfici dune si rema rquable aura, sont du coup rendues plus lgendaires quelles ne

PAGE 58

58 lauraient jamais t. Cet exercice de mmo ire queffectue Ken Bugul, a donc le mrite, non seulement de magnifier ces icnes de lHistoire et de les donner en exempl es suivre, mais aussi et surtout de sortir de lombre celles dentre el les dont les uvres ont t tt oublies ou au pis, nont jamais t retenues pour une quelconques clbration digne delles. Ainsi, lhistoire, quelle soit fictive ou relle, demeure la seule ch ose qui prime vritablement dans la cration de ces personnages. Chacun deux est porteur dhistoires, et ce sont ces histoires dailleurs, qui justifient leur cration, cest--di re leur existence dans lintrigue du roman. Mais cette Histoire quils portent chacun est connue, dau tant plus quelle est celle des icnes ; do une fois encore, la confirmation de la tendan ce dune cration raliste du ro man chez Ken Bugul, comme dj dmontre lors de ltude de lespace et du temps dans ce mme ouvrage. Les icnes de lHistoire dont les ombres planent sur chacun des personnages du roman, remettent donc quelque peu en cause la nature purement fi ctive des vrais personnages du roman. A fortiori, en ne se limitant pas seulement aux icne s de lHistoire nation ale sngalaise, ni continentale africaine, mais en recourant, en plus, aux icnes dautres continents, comme par exemple Jimmy Canada et Aung San Suu Kyi, Ke n Bugul donne la preuve quelle ne se borne pas un seul pays, ni au seul continent africain. Elle a plutt des vises universelles, et cela stait dailleurs bien tabli de puis ltude de lespace qui a a bouti non un espace continental, mais plutt des espaces hmisphri ques, le sud et le nord Ces vises universelles donnent encore de lampleur ces personnages qui ds lors, nexistent, mme dans la fiction, que par pur idalisme. Ils dpassent hautement chacune des icnes de lHistoire quils sont censs reprsenter en apparence. Car, ils ne sont aucune de ces icnes prises isolment, mais plutt leur asso ciation travers les bonnes uvres quelles ont, chacune, accomplies. En effet, ils sont des slec tions et accumulations de leurs valeurs, et non

PAGE 59

59 des reprsentations singulires de chacune delles. Do une fois encore le caractre certes fictif, mais aussi idal de ces personnages. Leur fonction finale, cest de montrer des idaux atteindre, et tant donn que les personnalit s dont ils sont inspirs, ont tout es uvr pour des causes de libert et de dveloppement des peuples, ces ida ux sont alors eux aussi ceux de libert et de dveloppement des peuples pour qu i ils mnent leurs luttes. Si ainsi il nest plus seulement question des personnalits singulires des icnes de lHistoire, mais plutt, comme nous lavons tabli plus haut dune accumulation des valeurs incarnes par diverses icnes, il est alors clai r que Ken Bugul effectue un dpassement de la simple clbration de lindividu, po ur aboutir celle de s vraies valeurs cons tructives des belles pages de lHistoire ; do la mainmise de l Histoire sur les destines individuelles Cest plutt une accumulation des belles pages de lHistoire construite s par les icnes, quil importe vraiment de clbrer et de pe rptuer, et non seulement leur s personnalits slectives et singulires. En dfinitive, la mainmise de lHistoire sur les destines individuelles impose un dpassement des clbrits de lHi stoire, pour surtout privilgier leurs bonnes uvres, en vue de leurs perptuations constructives de lHistoire Universelle. En plus, cest un idal, mais un idal porte de main, car cest des expriences dj faites, ou tout au moins entames par les icnes qui sont donnes en exemples. Or, tant donn que cet idal nest inspir que par des expriences dj vcues, il va sans dire quil ne relve nullement dau cune utopie, et est par consquent bel et bien ralisable : tel est, en fait, lespoir que suscite la pice dor Un espoir qui rside dans la prise de conscience des uns et des autres pour privilgi er les bonnes uvres de lHistoire.

PAGE 60

60 Mais, si ces icnes de lHistoire, malgr elle s, nont pas pu y parvenir, ou nont pu obtenir que des rsultats trs mitigs, cest quune volont individuelle ne suffit pas raliser cet espoir. Cest plutt une prise de conscience collective qu il faut pour y arriver, do limportance de la division des personnages en classes sociales. Fonctions des Personnages Bases sur les Classes Sociales Il est note r que malgr la situation catastrophique qui lui est faite, le peuple nest jamais parvenu une solution de taille po uvant lui permettre de sortir de lornire. Au contraire, il a toujours opt pour des semblants de solutions qui nont fait que lenfoncer davantage dans sa situation dj chaotique. En effet, en optant pour des solutions co mme lmigration, ou ler rance par exemple, chacun pensait pouvoir tirer son pi ngle du jeu individuellement, al ors quau contraire, cela na fait quempirer la situation gnrale. Non seulement aucune amlioration de situation individuelle na pu seff ectuer, mais pis encore tout est all de mal en pis pour tous en gnral. Birlane qui se vantait jadis de sa belle vie, sest vide de tout e sa population, et le rsultat dsormais est quil ny a plus de vie, ou presque plus. Quant Yakar o tout le monde va sengouffrer dsormais en qute du bien-tre minimum, il ny a plus quune atmosphre invivable qui rgne. Nulle part alor s, il ny a de la vie, et le chaos sest install partout. Mme chez les occupants en loccurrence les nouveaux occupants (puisque les anciens occupants taient dj partis), la si tuation est aussi catastro phique. Il sest en effet avr que le systme individualiste insolent quils se sont faits au mpris du peuple agonisant, na pas fonctionn, et a aussi vir au chaos. Cest pourquoi la fin du roman les voit en convergence vers la montagne sacre avec ce m me peuple quils ont toujours mpris, la recherche de la pice dor la pice de lespoir.

PAGE 61

61 Or cette pice nexiste plus, en ralit, car elle a dj t brise par Zak. Mais ce quelle symbolise, l espoir dune vie meilleure cest a quils sont dj en train de reconstituer sans toutefois sen rendre compte. En effet, en descendant au pied de la montagne sacre ensemble avec le peuple, les nouveaux occupants nont nullement en vue luvre de convergence quils sont ains i en train de raliser avec le peuple Ils y vont juste pour chercher la chose or cette chose nexiste plus. Ils devront donc rester, et vivre dsormais avec le peuple. A leur insu donc, lespoir est en tr ain de se mettre en marche pour renatre. Cet espoir, ils, (aussi bien le peuple que les nouveaux occupants ) ne peuvent le concrtiser que dans la poursu ite dobjectifs communs, do la mise mort des mthodes individualistes mises en uvre pa r les uns et les autres jusque-l Les luttes pou r le bien-tre social ne doivent pas tre des lu ttes individuelles, encore moins individualistes, mais plutt des luttes communes, des luttes de convergence o peuple et dirigeants doivent savoir saccorder pour la poursuite dobjectifs communs, la poursuite dobjectifs dintrts gnraux et communs. Alors, par analogie la formule de la mainmise de lHistoire sur les destines individuelles on peut aussi conclure une mainmise de la Communaut sur les destines individuelles Et tout comme le dpassement des clbrations in dividuelles, on assiste aussi, par la mme analogie, un dpassement des lutt es de classes. A vrai dire, quand les nouveaux occupants se joignent au peuple au pied de la montagne sacre tous la recherche de la pice dor il y a dpassement des stratifications sociales, et tous forment un mme bloc aux destins lis quil faut tout prix re-construire ensemble. Ainsi, il y a suppression des classes sociales, et la seule chose qui importe dsormais, cest lintrt gnral, le destin commun, dont la sauvegarde impose tous un combat commun sans clivages sociaux.

PAGE 62

62 En dfinitive, on voit se dessiner une volution certaine dans le processus de cration des personnages dans La pice dor. Dabord, il sagit de donner en modles, des icnes de lHistoire dont les bonnes uvres ont contribu lcriture des belles pages de lHistoire. Mais ensuite, une clbration individuelle de ces personnalits cde le pas sous le coup de lHistoire dont seule la construction suivant le modle des espoirs suscit s par les icnes doit tre privilgie. Or, cette construction de lHistoire ne pe ut tre ralise que dans un lan de luttes communes, sans discrimination sociale aucune. Tout le monde doit pouvoir mettre la main la pte pour la concrtisation de cet espoir dont les modles sont dj donns, et quil ne reste qu suivre pour sa ralisation en vue du bien-tre de tous.

PAGE 63

63 CHAPTER 5 CONCLUSION En conclusion, La pice dor de Ken Bugul est un rom an pluri-tendanciel du point de vue de lcriture du roman. Sa construction npou se pas en exclusivit une seule tendance de cration du roman. Ken Bugul, en effet, met en uvre plusieurs techniqu es pour sa cration. Premirement, il est bien clair quelle a adopt une technique raliste dans la mise en fiction de lhistoire de louvrage. En fait, les tudes de lespace, du temps et des personnages de ce roman ont permis de mettre en vidence divers rapprochements avec la r alit sans trop trahir cette dernire. En effet, lespace, le temps et les personnages du roman sapparentent trop des modles extra romanesques pour ntre que de pur es crations imaginaire s, et nous lavons dmontr supra. En revanche, en deuxime lieu, il savre auss i clair, quand mme, que Ken Bugul na pas us que de la technique raliste pour crer La pice dor. Sans doute aucun, il y a de la fiction dans ce roman. Malgr les nombreuses ressemblances avec des faits rels qui sy trouvent, la marge non moins importante de fiction quil y a dedans aussi, interdit de conclure un roman raliste la Balzac au sens du rle de secrt aire de la socit que celui-ci sassigne. Par exemple lespace qui sy prsente comme un pays nen est nullement un tout comme dailleurs il ne reprsente aucun continent dans la ralit non plus. Il nest quune construction spatiale qui rpond aux normes voulues par son au teur, do sa nature imaginaire par-dessus toutes ces ressemblances apparentes avec une quelconque ralit hors du roman. Il en est de mme aussi, par exemple, en ce qui concerne le s personnages. En dpit de leurs assimilations videntes des personnalits connues hors de l univers romanesque, en loccurrence les icnes de lHistoire, ils ne sont nullement ces personnalit s-l pourtant, et ne reprsentent, en dfinitive, que limagination crative de le ur auteur, cest--dire les seuls spcimens quelle a voulu faire

PAGE 64

64 deux. Cela va de soi dailleurs, partir du moment o un seul et mme personnage prtend reprsenter la fois diverses icnes de lHistoire En effet, il est vrai que les caractres de ces icnes de lHistoire se retrouvent runis dans la cration dun mme personnage du rcit. Mais partir de ce moment alors, ce personnage cesse dtre ces diffrentes ic nes de lHistoire, et devient une autre personnalit part entire. Laccumulation des caractres des icnes de lHistoire en lui, ne relve que de limaginati on crative de Ken Bugul, d o la fin de la ralit qui cde le pas la pure fiction. Mais une telle cration serait-elle anodine de la part de son auteur ? Cest--dire laccumulation de diverses ralits pour en faire une fiction ne relve-t-e lle que du got de lart chez Ken Bugul ? Certainement que pour les raisons de lart, cela est gnra lement bien possible, pourvu que lesthtique soit atteinte. Dans le cas particulier de Ken Bugul, par cont re, il nen nest pas toujours ainsi. A vrai dire, il se lit visiblement chez elle une intentio n dlibre de dire son lectorat que certes, son ouvrage est de la fiction, mais qu il nest pas une fiction anodine, cest--dire quil nest pas de la fiction pour de la fiction ; cest une fictio n qui tient ses sources de faits dHistoire bien officiellement connus. Mais l o la fiction inte rvient vritablement, cest au niveau de ses propres orientations quelle donne elle-mme aux fa its dHistoire quelle en treprend de peindre. On voit se dessiner l alors, une technique de cration romanesque da ns laquelle ralit et fiction sont mises ensemble, non juste pour des causes de lart, mais dans le but de projeter une ralit meilleure. Et cest en a justement que rside la vritable technique de mise en fiction chez Ken Bugul. Lappel changer de mode de vi e pour une vie meilleure, qui sentend dans son roman, surpasse les rivalits traditionnelles de ficti on et de ralit qui soffrent la premire vue

PAGE 65

65 du lecteur. Ken Bugul procde donc de la ralit et de la fic tion pour soffrir une troisime dimension crative du roman qui est idologique. On retiendra enfin que les techni ques de mise en fiction dans La pice dor de Ken Bugul sont dordre raliste, fictif et idologique. Mais ce troisime prime sur les deux premiers, car cest de leur accumulation quil procde. Chez Ken Bugul, lidologie est la fois fonction et technique.

PAGE 66

66 LIST OF REFERENCES Anozie, Sunday. Sociologie du roman africain. P aris : LHarmattan, 1989. Bakhtine, Mikhal. Esthtique et thorie du roman. Paris : Gallimard, 1978. Baudrillard, Jean. Simulacres et simulation. Paris : Galile, 1981. Bessiere, Jean. Ed. Roman, Ralit, Ralismes. Paris : PUF, 1989. Diop, Boubacar Boris. Le cavalier et son ombre. Paris : Stock, 1997. Diop, Boubacar Boris. Le temps de Tamango. Paris : LHarmattan, 1998. Boulle, Pierre. La plante des singes. Paris : Pocket, 2001. Bourneuf, Roland. OYELLET, Ral. Lunivers du roman. Paris : PUF, 1972. Chevrier, Jacques. Littratures dAfrique Noire de langue franaise. Paris : Nathan, 1999. Cornevin, Robert. Littratures dAfrique noire de langue franaise Paris : PUF, 1976. Dabla, J.-J. Sewanou. Nouvelles critures africaines, Ro manciers de la seconde gnration. Paris : LHarmattan, 1986. Degbe, Marie Monique, La femme africaine et la rencontre des cultures dans la trilogie romanesque de Ken Bugul. Le baobab fou, Cendres et braises et Riwan ou le chemin de sable Abomey-Calavi : Mmoire de Matrise, Option Litt rature Africaine, non publi, prsent et soutenu la Facult des Lettres Arts et Sciences Humaines de lUniversit dAbomey-Calavi, 2001-2002. Diop, Papa Samba. Au coeur de la littrature ngro-africaine dcritu re franaise : Problme littraire et sociologique Bayreuth African Studies Series 3. Bayreut, W. Germany : Bayreuth University, 1985. 61-122. Ferniot, Christine. 58 ans, Sngal Lire. Paris : Mars 2006. < http://www.lire.fr/critique.asp/idC=49710/idR=218/idG=3> Foster, Hal. The return of the Real. The Avant-Garde at End of the Century. Cam bridge : MIT Press, 1996. Goldman, Lucien. Pour une sociologie du roman. Paris : Gallimard, 1964. Huannou, Adrien. Anthologie de la littrature f minine dAfrique noire francophone. Abidjan : Editions Bognini, 1994. Kakpo, Mahougnon. Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugu. Cotonou : Les Editions des Diasporas, 2001.

PAGE 67

67 Ken Bugul. Le baobab fou. Sngal : Nouvelles Editions Africaines (NEA), 1983. Ken Bugul. Cendres et braises. Paris : LHarmattan, 1994. Ken Bugul, Riwan ou le chemin de sable. Paris : Prsence Africaine, 1999. Ken Bugul, La folie et la mort. Paris : Prsence Africaine, 2000. Ken Bugul, De lautre ct du regard. Paris : Editions du Serpent Plumes, 2003. Ken Bugul, Rue Flix Faure. Paris : Editions Hoebeke, 2005. Ken Bugul, La pice dor. Paris : Editions UBU, 2006. Kesteloot, Lilyan. Histoire de la littrature ngro-africaine. Paris : Karthala, 2001. Kundera, Milan. Lart du roman. Paris : Gallimard, 1986. Le dictionnaire Le Petit Robert. Lee, Sonia. Les romancires du continent noir Paris : Hatier, 1994. Lukacs, Georg, La thorie du roman, (Traduire de lallemand pa r Jean Clairevoye, suivi de Introduction aux premiers crits de Georg Lukacs, par Lucien Goldman). Paris : Denol, 1968. Magnier, Bernard. Ken Bugul ou lcriture thrapeutique, Notre Librairie, No 81. Paris : octobre-dcembre 1985. 151-155. Mateso, Locha. La littrature africaine et sa critique. Paris : ACCT Karthala, 1980. Midiohouan, Guy Ossito. Ken Bugul : de lau tobiographie la satire sociopolitique Notre Librairie. Revue des littratures du Sud, No 146. Paris : Octobre-Dcembre 2001. 16-19. Midiohouan, Guy Ossito. Lidologie dans la littrature ngro-africaine dexpression franaise. Paris : LHarmattan, 1986. Nkashama, Pius Ngandu. La littrature africaine crite. Issy-les-Moulineaux : Les Classiques africains, 1979. Ormerod, Bervely. et VIOLET, Jean-Marie. Romancires africaines d expression franaise, Le sud du Sahara. Paris : LHarmattan, 1994. Raimond, Michel. Le roman. Paris : A. Colin, 1988. Robert, Arnaud. Une ville qui nuit Le temps. Paris : Samedi 25 Fvrier 2006. < http://www.letemps.ch/livres/Critique.asp?Objet=4073> Sarraute, Nathalie. Lre du soupon ; essai sur le roman. Paris : Gallim ard, 1956.

PAGE 68

68 Sn, Nabo. Lor et les dchets Le monde diplomatique. Paris : Juin 2006. Shezer, Dina. Representation in Contemporary French Fiction. Lincoln : U of Nebraska P, 1986. Stendhal. Le rouge et le noir. New York : Scribner, 1931. Tadi, Jean-Yves. La critique littraire au XXe s. Paris : Pierre Belfond, 1987. Tompkins, Jane P. Reader-Response Criticism. Maryland: The Johns Hopkins University Press, 1980. Yambo, Ouologuem. Le devoir de violence. Paris: Serpent Plumes, 2003.

PAGE 69

69 BIOGRAPHICAL SKETCH Tohougnon Christian AHIHOU hol ds Master of Arts earned in the Department of Romance Languages and Literature of the University of Florida. The title of his thesis was: THE FICTION TECHNIQUES USED IN LA PIECE DOR BY KEN BUGUL, LES TECHNIQUES DE MISE EN FICTION DANS LA PIECE DOR KEN BUGUL. He also holds a masters degree in business law and legal careers ( Matrise es-Sciences Juridiques, Option: Droit des Affa ires et Carrires Judiciaires ) from the School of Law and Political Science of the Universi ty of AbomeyCalavi (Bnin). He defended a thesis which was titled: LENFANT VIDOMEGON: UNE NOTION DE FAIT? He holds another masters degree in African literature ( Matrise es-Lettres Modernes, Option: Littrature Africaine ) from the School of Literature, Arts and Human Sciences of the University of AbomeyCalavi (B nin). For this degr ee too, he defended a nother thesis which was titled: Aspects de lHumour dans quelques Romans de Sami Tchack