<%BANNER%>

Poetique du Desert: Parcours Narratifs dans L'Oeuvre de le Clezio et Malika Mokeddem


PAGE 1

1 POETIQUE DU DESERT : PARCOURS NARRATI FS DANS L’ŒUVRE DE LE CLEZIO ET MALIKA MOKEDDEM By LAKHDAR CHOUDAR A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLOR IDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS UNIVERSITY OF FLORIDA 2006

PAGE 2

2 Copyright 2006 by Lakhdar Choudar

PAGE 3

3 ACKNOWLEDGMENTS First I would like to thank warmly my academ ic advisor Professor William Calin for his early encouragement and support since I began my studies at University of Florida. I must gratefully acknowledge his excep tional insights and discussion on my thesis and for reviewing this entire work. My sincerest th anks go to my co-adviser Professor Sylvie Blum for her constant help and valuable advice for he r critical interest in proofreadi ng the manuscript and putting it in its final form. A special thanks must be expresse d to Brigitte Weltman-Aron for taking the time to attend my defense and for showing valuable interests in North Afri can literature. I should mention with gratitude the always helpful enco uragement of Helose Seailles. I owe her many thanks for her friendship and for providing me w ith her own books in order to make my work easy and enjoyable. Finally none of this would have been possible wit hout the love and support of my family: my wife and my children to whom I am genuinely indebted and grateful.

PAGE 4

4 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS...............................................................................................................3 ABSTRACT....................................................................................................................... ..............5 CHAPTER 1 INTRODUCTION................................................................................................................. ...7 2 ECRIRE LE DSERT CHEZ LE CLEZIO............................................................................12 Exprience du dsert........................................................................................................... ....12 Structure du rcit romanesque: Alternance narrative.............................................................13 Le Parcours narratif des personnages....................................................................................20 Nour........................................................................................................................... .............21 Le cheikh Ma el Anine......................................................................................................... .24 Lalla.......................................................................................................................... ..............26 Es Ser, l’homme bleu........................................................................................................... ...28 Hartani et Radicz :............................................................................................................ ......31 3 POTIQUE DU DSERT CHEZ MALIKA MOKEDDEM.................................................33 Prsence du dsert............................................................................................................. ......33 Personnages, parcours narratif................................................................................................3 6 La voix de Zohra :...........................................................................................................37 Djelloul Ajalli rvolt.....................................................................................................39 Lela et la qute de soi.....................................................................................................41 La parole du dsert............................................................................................................ ......43 Conclusion..................................................................................................................... .........48 LIST OF REFERENCES............................................................................................................. ..51 BIOGRAPHICAL SKETCH.........................................................................................................52

PAGE 5

5 Abstract of Thesis Presen ted to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts POETIQUE DU DESERT: PARCOURS NARRATIFS DANS LOEUVRE DE LE CLEZIO ET MALIKA MOKEDDEM By Lakhdar Choudar December 2006 Chair: William Calin Major: French The present study contrbutes to the efforts which concern them selves in particular with the theme of the desert in fictional works in Fren ch. The two novels chosen for this work are Les Hommes qui marchent of Malika Mokeddem and Dsert of J.M.G. Le Clzio. The approach consists here of a literary perspective which ha s for focus the study of characters or the accent put on them in each narrative context of the te xts. That of Malika Mokeddem is based on a juxtaposition of two pers pectives: individual and colle ctive. A novel, thus, both autobiographical and historical which retraces th e history of Algeria from the colonial to the post-colonial period, that is, 1945 to 1975. it is also a text which explores the theme of the desert as real and imagined space. As for the work of J.M.G. Le Clzio, one sees that it introduces itself in two episodes or two intrig ues which alternate with each ot her in the novel. The first story is based on the history of the nomadic tribes and their defeat by the French colonial army at the beginning of the twentieth century, between 1909 and 1912. The episode takes place in rather contemporary times and tells the story of young Moro ccan girl who sets out on a trip to France. The purpose of the study is to show how deep the roots of the characters go in their experience of

PAGE 6

6 the desert. Their connection to the desert is cosmic in its dimens ion. Those who take an interest in a broader corpus of francophone literature can fi nd, particularly in the Algerian corpus written in French, texts which are fundamental to a critical, interd isciplinary study.

PAGE 7

7 CHAPTER 1 INTRODUCTION Depuis quelques annes les rech erches s’accentuent de plus en plus sur le dsert. Des colloques organiss dans diffrents pays comme la Fr ance et la Tunisie et qui se consacrent des tudes portant sur les reprsentations du dsert. Celui de l’quipe de recherche de Sfax en Tunisie tenu du 22 au 24 novembre 2000 prs ente un nombre de contributions sous des approches diffrentes : relations du dsert l’imaginaire et la spiritualit, le dsert dans les crits de voyages (dsert flaubert ien) et dans l’exprience esth tique et potique, et enfin le dsert dans l’exprience romanesque. Quant au colloque1 de l’universit de Metz organis entre le 13 et le 15 septembre 2001, il traite le th me du dsert et dans une perspective pluridisciplinaire examinant les rapp orts qui s’tablissent entre le te xte littraire et la spiritualit, entre thique et criture, et qui caractrisent le dsert comme un espace paradoxal ou le dsert ne signifie pas toujours un territoire habit, mais un non-trritoire ou un espace djet, dcd , un sanctuaire. A ct de ses manife stations universitaires, il ne fa ut pas oublier la contribution de certaines revues au sujet du dsert. La Revue des Sciences Humaines publie par l’Universit Charles-de-Gaulle-Lille III a consacr un num ro spcial (N 258 – Avril-Juin 2000 en 363 pages) la thmatique : Le Dsert l’espace et l’esprit Mis part les travaux scientifiques des arch ologues, anthropologues et des ethnographes (notamment les travaux de Malika Hachid et Th odore Monod), on trouve un corpus trs riche en criture savante et littraire. Le s textes reprsentant la curios it des crivains voyageurs comme ceux de Gustave Flaubert et d’Eugne Fromentin au XIX sicle, de Pierre Lotti et d’Isabelle Eberhardt au XX sicle. Mais il existe aussi un corpus Maghrbin, algrien en particulier, de ceux qui partagent dans l’ensemble le dsert comme objet d’criture : Albert Camus dans Noces Mohammed Dib dans Le Dsert sans dtour, Tahar Djaout dans L’invention du Dsert,

PAGE 8

8 Rachid Boudjedra dans Timimoun et Cinq fragments du dsert Mouloud Mammeri dans La Traverse. Un dsert qui prend toute sa dimension dans l’imaginaire comme un espace vou une ouverture toujours plus large, un cartle ment perptuel (Boura oui 93). Pour reprendre l’expression de Robert Elbaz. Dans la prsente tude, on ne prtend pas laborer d’une faon exhaustive tous les lments qui se rapportent au sujet du dsert. On se contente seulement de prsenter dans les deux parties le parcours narratif des personnages. Par consquent, ces personnages font partie intgrante du dsert comme objets romanesques. Ils entretiennent avec lui un lien de parent, car ils sont ns du dsert , comme disait Le Clz io (8). C’est travers leur exprience que le dsert se manifeste nous. Sans leur prsence le dsert de vient un espace creux. C’est leur mouvement qui lui donne forme et abondance. Pl usieurs squences descri ptives nous montrent l’enracinement intime des personnages dans la nature dsertique avec toutes les impressions et les exaltations qu’offre le dsert au corps. Le corps de Lalla se rjouit de cette harmonie qui existe entre lui et les lments de la nature : le vent, la mer et le sable, et tend par le biais d’un contact physique confirmer une plnitude de l’tre (la scne d’accouchement autour du figuier comme par exemple). Cela touche galement le cas de Lela dans Les Hommes qui marchent, o dans ses moments de mditations, le corps rejo int celui de la dune et prend avec lui une expansion cosmique. On comprend donc pourquoi lo rsque Lalla Marseill e ou Lela Oran, ne pouvaient pas oublier leur exprien ce du dsert. Mme en parcouran t les rues de la ville, elles continuent toujours confirmer, au moyen des r veries, leur ancrage dans la mmoire de leurs racines. Nous avons commenc dans la partie consacre au Dsert de Le Clzio par expliquer, comment l’exprience du dsert s’est dcouve rte au romancier partir d’une exprience

PAGE 9

9 livresque ou fictive, d’abord, au moyen de plusie urs lectures assidues des textes des explorateurs du dsert nord-Africain, puis ultrieurement, par un voyage effectu par l’auteur accompagn de sa femme dans le dsert du sud marocain, que lui-mme nous dcrit dans son livre Gens des nuages. Le rcit que nous avons choisi se prsente en deux pisodes ou en deux intrigues qui s’alternent dans le roman. Un premier rcit bas su r l’histoire des tribus nomades et leur dfaite devant l’arm franaise colonia liste au dbut du XXe sicle, pisode qui volue entre 1909 et 1912. Quant au deuxime pisode, il se situe da ns notre poque contemporaine et raconte l’histoire d’une jeune fille maro caine qui part en voyage vers la France. Aprs avoir survcue une vie difficile en tant qu’immigre, elle de viendra clbre grce un photographe, mais elle choisit de revenir son pays et renouer avec lui de nouveaux liens. On voit donc comment le dsert chez Le Clzio, s’ouvre comme un temps-espace sur le lgendaire et s’inscrit dans des rcits fabuleux que les pers onnages vivent ou racontent. Dans le deuxime volet de cette tude consacr Les Hommes qui marchent on a ajout la section des personnages une analyse descrip tive du paysage dsertique. Cette analyse montre le lien potique tabli entre le personnage et l’ espace. Lien qui nous rv le le caractre commun du sujet mditant et de l’objet qui anime ses rve ries o le dsert ne se situe pas uniquement un niveau spatial et extrieur, mais au niveau psychologique du personnage. Sachant que le roman de Mokeddem dcrit en grande pa rtie l’historique dans ce qu i s’apprend comme fictionnel. L’criture que Malika Mokeddem nous prose dans son roman se fonde sur la juxtaposition de deux perspectives de l’histoire ; individue lle et collective. Roman donc, la fois autobiographique et historique qui retrace l’histoire de l’Al grie depuis la priode coloniale jusqu’ l’poque post-coloniale, de 1945 1975. On y trouve l’inscription de plusieurs vnements historiques : le drame de Mai 1945, le dclenchement de la guerre de libration

PAGE 10

10 nationale en 1954, la visite du gn ral de Gaulle dans le sud al grien, les attentats de l’OAS (l’Organisation Arme Secrte) et l’ind pendance du pays en 1962. Une mmoire stigmatise que Lela nous a conserve dans son regard fmi nin sur l’histoire et nous fait galement revivre le traumatisme de la guerre vcue : les Algri ens taient devenus des fantmes. Des fantmes que la peur continuait vampiriser Elle suspendait le sommeil, tena illait les entrailles, vidait les membres de leur consistance su ffoquait les poumons (Mokeddem 107). C’est sous un alter ego romanesque que Mali ka Mokeddem nous prsen te l’histoire d’une jeune fille nomade qui s’manci pe au moyen de ses lectures et de son ducation l’cole franaise. Elle dveloppe surtout une force inte llectuelle fministe cont re les contraintes de l’ordre patriarcal et l’injustice coloniale. A ces inquitudes vient s’asso cier la solidarit des autres femmes dans des contextes sociaux diffrents comme le montre le contexte de la Hadra o les youyous des femmes qui branlent la commun ication de l’espoir et de la libert. Il existe des lments thmatiques qui nces sitent une rflexion beaucoup plus labore, mais qui, prsent ne font pas l’objet de mon tude. On peut dans une perspective potique du dsert examiner l’attrait nostalgique d’un ailleurs rel ou imaginaire ainsi que le concept d’exil, l’acculturation et la qut e d’identit. La parole de Mokeddem se focalise le plus souvent sur la question de l’identit culturelle, ce lle de la langue en particulier. Lela dans son volution en tant que personnage s’ouvre sur un discours mouvant et pl uriel, mais tout en ayant conscience de son identit matresse. Les aberrations de l’enseignement et des ma nuels scolaires imprgnaient l’esprit de Lela d’un trange sentiment d’irralit. Des dissonan ces s’entrechoquaient dans sa tte. Outre la litanie de nos anctres les gaulois inflig e a l’ensemble des lves sans discernement, tout concourait bannir l’iden tit, la culture et l’existe nce mme de l’environnement quotidien de Lela. Les textes des dictes et des lectures n’vo quaient jamais que la France. Mme les sujets des cours de dessin n’avaien t que la France pour modle. […] Mais sa maison arabe, blanc petit coquillage choue sur le rivage de la mer de sable ? Mais ses palmiers lances vers le ciel comme des appels au vert et qui ne verraient jamais cette

PAGE 11

11 couleur s’tendre leurs pied s ? Mais sa dune aux formes voluptueuses, brunes, blondes ou rousses selon les ardeurs despotiques du so leil ? Mais l’ince ndie des couchants qui consumait ses terreurs, et du ksar teignait le s rumeurs ? Tout cela, personne ne demandait Lela de l’illustrer. Cette autr e vie n’avait droit qu’au silence. Une dualit naissait dj en elle avec ses joies aigres-douces et ses cartlement. (159)

PAGE 12

12 CHAPTER 2 ECRIRE LE DSERT CHEZ LE CLEZIO Exprience du dsert Une premire dcouverte du dsert s'est ral ise chez Le Clzio partir d'un parcours imaginaire dans une sorte de lecture exotique de s grands plerins et e xplorateurs du dsert; les rcits de Charles de Foucauld, de Michel Leiris, et de Thodore Monod. D'autres rcits comme ceux de Camille Douls dans son voyage d'explorat ion travers le Sahara Occidental et le sud marocain en 1887, les carnets de route de Michel Vieuchange publis par son frre chez Plon en 1932 sous le titre Smara, chez les dissidents du Sud marocain et du Rio de Oro, puis aprs aux ditions Phbus en 1990, avec un lger changement au sous-titre; Smara carnets de route d'un fou de dsert Ces derniers rcits nous sont rvls dans un deuxime rcit de voyage vers la Saguia el Hamra, Gens des nuages ou Ahel Mouzna peu prs vingt ans plus tard, aprs un premier parcours fabuleux qui deviendra rel: je n'ai rellement approch le dsert que rcemment, notamment pour crire, avec Jemia, Gens des nuages Avant, je m'tais content de quelque s traverses, jamais je ne m'y tais arrt. Il s'agissait d'une attirance verbale. J' tais attir par ce que les autres m'avaient dit du dsert. Un peu comme quelqu'un qui crit un p riple, guid traver s le dsert, par les lgendes et les paroles. Ou comme Thodore Monod, ou co mme certains ethnographes, ou comme Michel Leiris qui chacun sa manire, ont pu tre attirs par le dsert parce qu'ils en attendaient quelque chose d'hu main. Ils savaient qu'ils allaie nt y rencontrer des gens, et sentaient que cela allait les transformer." (211) Cette exprience discursive nourrie par les im aginaires des autres se concrtisera, par la suite, dans des expriences de voyage au Mexiqu e et au dsert de l'Amrique centrale. Une fascination qui remonte beaucoup plus loin dans son enfance l'ge de treize ans: Peut-tre que c'taient ses lectures, o H.G. Wells se mlait au rcit de Ren Cailli ou aux reportages du Journal des voyages qu'il feuilletait chez sa grand-mre, dans lesquels il tait question de Bornu, de Kano, de Touaregs du haut Niger. Qua nd il avait treize ans, la suite d'un voyage au Maroc, encore sous prot ectorat franais, il ava it crit une sorte de roman d'aventures dans lequel un cheikh v tu de blanc, venu du dsert, se battait farouchement contre les Franai s et, vaincu par le nombre, re tourn vers le Sud, vers un pays mystrieux o s'taient regroups les nomades insoumis. (46)

PAGE 13

13 C'est donc une image d'un ailleurs symbolique r v qui a trouv sa fcondit dans l'univers livresque de l'enfant, et que tous ses lments rfrentiels et ficti onnels vont s'articuler aprs dans une sorte de rcit lgendaire cons tituant un glissement de l'historiq ue au fictif. Le droulement de cette vision nomade s'est effectu non seulement dans ses crits sur le dsert, mais presque dans toute son œuvre, o une qute des imaginaires s'est tablie sur un got potique du naturel. Elments essentiels que nous trouvons aussi dans L'Inconnu sur la terre, Etoile errante, l'Extase matrielle, et le Livre des fuite s. Gens des nuages (1997) est le voyage physique dans le dsert que Le Clzio a accompli avec Jemia, sa femme qui elle-mme est partie la recherche des traces de ses origines. Un rve ancien qui devient accessible:" se rendre dans cette partie du Saha ra a t longtemps impossible, tenait du rve inaccessible. C'tait un endroit si difficile atteindre. J'ai rv longtemps de trouver un lieu qui ressemblerait celui-l. Une va lle protge des mouvements de l'Histoire, et dans laquelle les hommes ont trouv refuge pour laborer une ph ilosophie presque abstraite." (213-14) Cette disposition intell ectuelle ouverte sur des espaces trangers a permis Le Clzio d'crire sur le dsert comme tout autre crivain du Maghreb qui fait partie intgrante de la culture et de l'atmosphre dsertique. Structure du rcit romanesque: Alternance narrative Tous ceux qui lisent Dsert vont constater que le rcit romanesque est rparti en deux rcits; un premier rcit qui commence le roman et l'achve, se distingue par une mise en page aussi bien rduite que celle du deuxime rcit. Cette marque spatiale et visuelle joue certainement un rle important sur la disponibilit du texte aux yeux de ses lecteurs. La marge en blanc qui contourne le texte, pourrait avoir une porte symbolique son contenu, un texte qui par sa typographie et son lan narratif s'amenuise et intensifie de plus en plus son caractre de

PAGE 14

14 lisibilit, et qui par cette sorte d’espacement cr e des horizons internes qui font rflchir aux procds langagiers de sa fiction. Les deux rcits s'alternent dans le roman en accomplissant communment chacun son tour leur parcours narratif. Malgr l'en chevtrement qui les caractrise, on peut si on veut, lire chaque histoire indpendamment de la deuxime sans forcer l'ench anement narratif. Les liens qui existent entre les deux rcits donnent au lecteur l'impression qu e le deuxime rcit est la consquence du premier. Tout le roman n'est en r alit qu'une stratgie de l'auteur, qui a agenc pour des raisons contextue lles les fragments de l'ensemble des rcits en sorte de squences ou de chapitres qui tirent leur se ns de son choix narratif. Le premier rcit s'articule comme suivant: 1 Saguiet el Hamra Hiver 1909-1910 (55 pages) Il dcrit la vie des nomades, leur grande ivresse de voyage en plein dsert, il nous fait au ssi la description, presque de tous les lments du paysage dsertique. Comme il nous rvle le car actre charismatique de Ma el Anine figure historique du Sahara au dbut du vingtime sicle, de sa vie mysti que et spirituelle en tant que grand chef des guerriers nomades luttant contre l'arme franaise. 2 La traverse du dsert: (28 pages). Le rc it nous raconte les premiers pisodes de cette traverse vers le nord; les souffrances d'une gr ande caravane qui marche au fond de la valle rouge (Saguit el Hamra) en avanant vers les villes du Nord. Les haltes entames dans diffrents endroits au milieu du dsert; au bord de Draa Ain Rhatra (source ou puits profond), la palmeraie de Taidalt o commence le fleuve Noun suivant la piste de Goulimine, la valle du grand fleuve Souss jusqu' leur arrive Taroudant 3 L'articulation du troisime pisode (27 pages) depuis l'arrive de la caravane devant la ville de Taroudant jusqu' au signal de Ma el Anine pour un nouveau dpa rt, toujours vers le

PAGE 15

15 Nord. L'arriv Oued Tadla, le 18 Juin 1910. On apprend davantage sur la vie lgendaire de Ma el Anine. Le narrateur nous raconte mme la rencontre du cheikh et de Camille Douls en 1887. Ma el Anine trahi et abandonn par ceux mme qu'il voulait dfendre; les troupes franaises ont franchi les villes essentielles du Sud. Un gra nd dsespoir s'est empar des nomades; il y a ceux qui aprs la fatigue et la marche inutile, se sont disperss dans les villes les plus proches, il y a ceux comme le petit Nour qui sont rests avec le cheikh, et enfin ceux qui se sont retirs au dsert. 4 Tiznit, 23 Octobre 1910 (10 pages). Mort de Ma el Anine seul dans une maison en ruine entour par quelques hommes de se s derniers guerriers bleus. 5 Agadir, 30 mars 1912 (15 pages). Cet pisode qui s'achve sur le combat des derniers guerriers sous le commandement de Moulay Se baa contre les quatre bataillons du colonel Mangin. Quant Nour, il a incarn en lui, entant qu'initi, l'esprit du grand Ma el Anine. Les pisodes de ce rcit racontent avec une prcision spatio-temporelle le mouvement des nomades rattach leur ralit historique. Image authentique de l'Histoire qui s'tend de 1909 jusqu'en 1912 sous le rgime du protectorat fran ais au Maroc. Ces fa its historiques rapports servent d’assise rfrentielle au roman, mais on apprend autant sur l'espace et les personnages de ce premier volet narratif. C'est sous le regard de l'enfant Nour et ses rflexions qu'on fait la connaissance de l'univers dserti que et de la vie nomade. Le d sert fait l'objet d'une peinture essentielle sous le langa ge potique du narrateur. L'espacement des deux textes en plusieurs s quences et intervalles a cr des allusions internes qui nous permettent de les relater une mme perspectiv e. Le second rcit porte surtout sur l'exprience de la jeune fille Lalla descendante du cheikh Ma el Anine. Certains lments du premier rcit rapparaissent dans le deuxime comme les rcits lgendaires des hommes bleus ou

PAGE 16

16 mme la chanson qui accompagne Nour au dsert Nour dans son grand voyage est tmoin de deux espaces: ville et dsert, mais toujours dans le mme environnement dsertique. Quant au rcit de Lalla, il nous offre une nouvelle exprience de l'espace, il trace les tapes de sa vie en ville de Marseille jusqu' son reto ur au bord du dsert au Maroc. Ce deuxime rcit s'articule aussi en plusieurs tapes: 1 L'pisode intitul le bonheur (146 pages) Lalla vit dans une cit "bidonville" de planches et de papiers g oudronn, un lieu spar de la vraie vill e, mais ouvert sur le dsert et la mer, en vivant une vie qui semble tre un prolonge ment de l'exode racont dans le premier rcit. On peut dire que c'est un espace rv comme cel ui de Nour, caractris par un immense temps immobile de l'enfance. Sa tante Aamma lui raconte des histoires sur sa naissance et sur le grand guerrier nomade appell Al Azraq, l'homme bleu. Ce dernier lui re vient souvent dans ses visions et ses rveries. Naman le vieux p cheur, lui aussi raconte des hi stoires comme celles de l'oiseau Balaabilou et de la bague maudite. Il lui parle de s villes mditerranenes, des oiseaux de la mer; des dauphins et des pcheurs. Lalla partage s ouvent son temps avec Hartani, un jeune enfant berger avec 'des traits magiques' et qui de son ct lui raconte des histoire avec ses mains.Quand Lalla voulait partir en fugue vers le nord mditerr anen, c'est Hartani, qui lui a servi de guide. Elle a mme pris la dcision de se marier avec lui et c'est sur une scne d'amour entre eux que cette premire partie du de uxime rcit va s’achever. 2 Episode intitul la vie chez les esclaves '; Embarquement de Lalla Marseille. Le narrateur nous dcrit le pays age urbain; la gare, le s gens pauvres, les rues la vie relle des immigrants en France, puis sous le regard et l'exprience de Lalla, il nous fait connatre le milieu social des pauvres quartiers o la ville semble t re sans visage. Beaucoup de gens comme Lalla souffrent de l'incomprhension et de la misre, ce qui l'amne dveloppe r sa propre vision sur

PAGE 17

17 la cruaut sociale. Elle connatra des gens comme le jeune Africai n noir, le vieil homme sans nez ou au visage mang, mais surtout le jeune enfant Radicz. Elle est toujour s hante par le regard mystrieux d'EsSer, l'homme secr et. Cette hantise voque chez elle le sentiment de retour au pays. Elle se donnera le nom de sa mre Hawa (Eve), car elle n'a jamais eu de nom, elle s'appelait BlaEsm (sans nom). 3 Cette troisime partie (9 pages) se rsume par la mort accidentelle du jeune Radicz. Lors d'un attentat de vol, il essaie de fuir la voiture noire de la police: " l'instant mme o le corps du jeune homme bondit sur la chausse de la route de corniche… cet instant-l arrive un grand autobus bleu, aux phares encore a llums, et le soleil levant percute comme un clair son parebrise recourb, quand le corps de Radicz se brise sur le capot et sur les phares, dans un grand bruit de tle et de freins qui crient" (Le Clzio 395-96). 4 Retour de Lalla. (15 pages) Elle prend le bateau Tanger puis un autocar jusqu' son arrive en plein nuit au bord de la rivire. Elle va vers la mer o elle accouchera de son enfant l'aube dans un dcor exceptionnel de la nature, illust r par la prsence d'un figuier au prs de la mer et pas loin du dsert. Autres que les diffrences qui existent entre les deux textes, il faut ajouter les aspects qui relvent d'une vision gnrale et qui occupent l'ensemble des instan ces narratives qui se rpercutent les unes sur les autres dans presque toutes les articula tions des pisodes. Il existe certainement un lien de parent entre les deux enfants Nour et Lalla comme personnages du roman; la mre de celle-ci trouve son origine f iliale dans celle de Ma el Anine, mais ce qu’ils ont surtout de commun c’est leur mme visi on du monde et leur sens du nomadisme. Nour semble tre initi l'exprience et la pense mystique du cheikh, quand Lalla, sa rverie fait souvent recours l'esprit d'EsSe r. A Marseille elle regardait les choses en les considrant

PAGE 18

18 toujours dans une perspective nomade. Malgr les contrepoints existant en tre les deux espaces, elle ne pouvait parcourir la ville que comme une tendue dse rtique. Son regard errant transperce les horizons cl oisonns de la ville : Elle occupe ses journes marcher travers la ville, du sud au nord, et de l’est l’ouest. Elle ne connat pas les noms des rues, elle ne sa it pas o elle va (Le Clzio 266). La proximit urbaine ne suffisait pas son œil intrieur qui incarne un espace intemporel et sans limites. C’est surtout le sens visionnaire de l’espace et du temps comme on l’en envisage chez les protagonistes du roman, qui est manant dans les deux rcits. Les carts se situent sur un plan typographique et vnementiel du processus narrat if, alors qu’un dialogue s’instaure entre deux poques vcues et lies intimement, et qui perm et une conciliation entr e les deux structures : entre rcit pique qui raconte l’ exode lgendaire des hommes bleus et le rcit qui nous parle du destin individuel de Lalla. Derrire ces deux struct ures s’lve le dispos itif du langage potique qui par certaines instances lexicales, se caractris e d’un style simple et incantatoire, dans le premier rcit en particulier, et qui dans le de uxime rcit, offre un t on rythmique qui comprend des vocables exotiques relevant du mme registre thmatique du premier rcit : la chanson qui figure dans les deux textes compare aux incantati ons de la prire et qui occupe un nombre considrable de pages. Ce qui importe le plus au na rrateur, c’est de nous rendre une image du dsert tout en nous faisant la description des personnages. Car ce qu’ ils disent et ce qu’ils voient provient d’une intention permanente sur l’aspect mythique du dsert qui provoque chez le lecteur une certaine sensation du paysage. Le dsert est l’objet essentiel du roman, il est son point de dpart et son aboutissement. Les autres rcits secondaires ench sss dans le texte tr ouvent leur importance dans le mtissage discursif qui dynamise les pro cds narratifs et leur donne une dimension de

PAGE 19

19 l’imaginaire. En fonction de leur nature, ce so nt les personnages eux-mmes qui racontent ses rcits et qui par l cont ribuent donner une structur e cohrente au texte globa l. Cette drive vers l’imaginaire ne provient pas seulement de ce t ype de rcit, mais le caractre gnral des personnages reflte l’aspect princi pal de leur contexte merveille ux. Les traits du personnage de Ma el Anine, ses miracles et sa porte mystique Hartani, l’enfant berg er, qui par son silence mystrieux et ses paroles magiques parait comp ltement diffrent des autres, ou mme la prsence spectral du mythe d’Al Azraq, assurent la prennit de la lge nde du dsert. Ces mmes rcits peuvent tre raconts plusieurs reprises par un mme narr ateur, comme l’histoire de la naissance de Lalla raconte par Aamma. Ou parfois c’est plusieurs conteurs qui font la narration toujours rcurrente d’un seul r cit, comme celui de Ma el Anine, ce qui donne au lecteur l’impression d’une histoire qui n’a pas de fin : Chaque fois qu’Aamma r aconte l’histoire d’Al Azraq, elle ajoute un dtail nouveau, une phrase nouve lle, ou bien elle change quelque chose, comme si elle ne voulait pas que l’histoire ft jamais acheve. (Le Clzio 120). En cohsion de cette parole inacheve, se prs entent quelques lments du dse rt, le feu accompagne la voix d’Aamma, quand elle raconte ses histoires, travers le bruit de la flamme qui crpite (Le Clzio 175). Elment qui retient l’as pect mtaphorique de cette paro le mme et de son objet (le dsert) qui est une image incommensu rable, et difficile retenir. On peut dire que la mise en scne de ses c ontes revient souvent a ux personnages de Naman et d’Aamma. Naman raconte des rcits comme ceux des grandes villes mditerranennes, le conte de l’oiseau Balaabilou, les histoires des dauphins le conte de la bague maudite. Quant Aamma, elle raconte, et c’est toujours la mme auditrice Lalla, l’histoi re de sa naissance, l’histoire de sa mre Hawa, et en fin, elle lui raconte plusieur s reprises, l’histoire d’Al Azraq, l’homme bleu. Les deux voix contribuent donner au texte son caractre myth ique et oral et lui

PAGE 20

20 servent comme un dcor qui rapproche et resserre tous les liens narratifs dans un mme espace textuel. La performance restre inte du dialogue provoque l’abondanc e du genre narratif. Il s’agit d’un coulement discursif qui ne s’arrte pas a ux simples instruments de la communication entre les personnages comme si le dialogue entre eux ne suffit pas aux perspectives du narrateur : la structure ouverte suggre l’ternel devenir de la parole qui ne cesse de renatre […] son caractre est malgr tout significatif pa rce qu’il nous ramne une in tertextualit fragmentaire et spculaire : chaque texte dans son autonomie a un sens en fonction de la place qu’il occupe au sein de l’autre texte. (Abdelkfi 236). L’imbrication des rcits qui s’enlisent dans le mme texte, efface le s limites entre les deux grands rcits et laisse entendre qu’une seule et mme structure les sous-tend ensemble dans une mme vision thmatique, qui est celle de tous les personnages incarnant la parole mtaphorique du dsert. Le Parcours narratif des personnages A partir des deux rcits intercals dans le texte, se prsentent nous les lments pertinents et localisables des personnages. Le premier r cit nous parle des nomades en qute d’une terre promise loin des impitoyables soldats chrtiens qu i s’emparent pied par pied de la plupart des villes saintes, partir du sud jusqu’au centre du dsert. Il nous offre aussi les marques explicites des principaux personnages comme Nour, Ma el A nine et quelques signes constitutifs du portrait d’Al Azra, l’homme bleu. Quant au deuxime rcit, il nous rapporte l’histoire de Lalla et les occurrences de ses vnements, et nous appr end l’essentiel sur le reste des personnages ; Aamma, Naman, Hartani, Radicz. A l’exception de quelques uns comme Hartani, Radicz et Naman, il y a les chos de certains personnages qui se rpercutent d’un rcit l’autre. C’est ainsi que notre connaissance se forme da vantage sur les deux grands chefs nomades : Al Azraq et Ma el Anine, en faisant tout le parcours na rratif du texte, sans oublier bien entendu

PAGE 21

21 l’apport thmatique du roman, qui en fin de compte fait rejoindre les lments qui caractrisent presque tous les personnages et les dissolvent da ns une sorte de symbiose unique et structurale. Si l’un des deux rcits se relate l’histoire d’une mmoire collective appartenant une communaut ethnique saharienne, l’autre rcit raconte surtout l’histoire individuelle d’un personnage qui a un lien ancestral avec cette mmoire, mais qui part en voyage exotique, o il dcouvre la ralit douloureuse de la ville occidentale, comme si le dsert pourrait s’tendre audel de la mer mditerranenne sans atteindre au cune limite dans l’espace, autant qu’il reste un rfrent mtaphorique pour l’imaginaire de Lalla. Il va sans dire qu’il existe une particularit dans la rpartition esse ntielle des personnages ; nous sommes devant quatre adulte s et quatre enfants. Un de ces enfants (Nour) est le protagoniste qui tmoigne du droulement de t oute l’histoire du premier rcit, quant l’autre enfant (Lalla), il est lui-mme su jet de l’histoire du second rcit. Nour Nour (prnom qui en Arabe, signifie lumire) enfant d’un certain g e, le texte ne nous procure aucune information l-des sus. Il vit avec ses parents comme tous les nomades de sa tribu au milieu du dsert Smara ; ville btie par Ma el Anine dans la grande valle de ‘ Saguit Hamra ‘valle rouge’, l o il n’y a rien d’autre sur la terre, rien (8), o le dsert est si grand que personne ne peut le c onnatre en entier (169), la valle semblait n’avoir pas de limites, tendue infinie de pierres et de sable (210), dans un pays hors du temps loin de l’histoire des homme, un pays o plus rien ne pouvait apparatre ou mourir, comme s’il tait dj spar des autres pays, au sommet de l’existe nce terrestre (11). N our, le fils de l’homme au fusil, marchait devant sa mre et ses sœurs. Son visage tait sombre, noi rci par le soleil, mais ses yeux brillaient, et la lumire de son regard t ait presque surnaturelle (9). On constate que l’auteur, ds le commencement de son roman, prt e une importance particu lire la lumire et

PAGE 22

22 au regard du jeune enfant. L’apparition et la disparition dans un immense espace vide laisse une impression que seule une vision est capable de sentir une telle prsence ou vacuit. Non seulement Nour avait ce sens du regard, mais tous les hommes du dsert avaient la libert de l’espace dans leur regard (13). Nour regarde perptuellement toute chose qui se prte lui, quand il est parti voir l’assemble des hommes dans la maison du cheikh Ma el Anine, il regardait de toutes ces forces la figure frle du vieil hom me (38). Ce mme regard se rpte plusieurs reprises. il regardait la silhouette fragile du grand cheikh (39). Il regard ait la silhouette blanche du vieil homme (40). Et quand pour un bref instant Ma el Anine jette s on regard sur le visage du jeune enfant, le cœur de Nour s’tai t mis battre plus vite et plus fort (42). On comprendra par la suite du rcit que le regard mutuel entre les deux se renforcera par le lien spirituel et mystique, que l’enfant incarnera du grand cheikh. Par ce regard, Nour cherch ait la bndiction de Ma el Anine, il russit avoir un prem ier contact physique avec lui au moment o il s’est jet terre devant lui, l’endroit o celui-ci tait accroupi pour dire sa prire : Que fais-tu l ? r pta le vieillard Je—je priais. Dit Nour ; il ajouta : Je voulais prier. le cheikh sourit. Et tu n’a pas pu prier ? Non dit simplement Nour. Il prit les mains du vieil homme. S’il te plat, donne-moi ta bndiction de Dieu. (53) Quand le cheikh apprend de lui le nom de ses pa rents. Il dit : Ains i ta mre est de la ligne de Sidi Mohammed, celui qu’on appelait Al Azraq, l’Homme bleu (54). Al Azraq connu comme homme saint et grand guerrier et co mme un des matres initis de Ma el Anine. C’est par ce lien symbolique qui s’es t tabli dfinitivement et jama is entre l’enfant et le cheikh que l’enfant lui-mme reoit la bndiction d’Al Azraq. Car le lie n de parent ne lui suffit pas

PAGE 23

23 pour pouvoir rjouir de l’hritage spirituel de son grand anctre. C’est par exprience ou par clairvoyance que le jeune enfant tait destin une ducation sans aucun ‘programme’ pour recevoir la grande tradition. Ce comportement qui revient souvent au milieu soufi des confrries religieuses o les noms des grands matres soufis sont invoqus tout au lo ng de la prire ou dzikr (invocation de Dieu). Nour avait le sens raffin d’une existence douce, il aimait couter les chansons et la musique, il priait et dansait : Nour sentit l’ivresse de la musique et la danse. (51) mais ce qui tait le plus le plus extraordinaire, c’tait la musique qu’il entendait, qu and il s’en allait de son corps. Il n’avait jamais rien entendu de sembla ble. C’tait une voix de jeune femme qui chantait dans la langue chleuh. Une chanson douce qui boug eait dans l’air (239). Il tait toujours l quand il s’agit des grands vnements : en assistant la longue prire de Ma el Anine et toute la tribu priant avec lui, en voyant le miracle du guerrier aveugle guri par le cheikh, en coutant les rcits d’autrefois sur la lgende de Ma el Ani ne, et enfin, aprs la trah ison et le dsespoir, il assistera la triste dfaite de sa tribu qui s’achve par la mort du grand cheikh Ma el Anine tout seul dans une petite maison minabl e. L o il va regarder pour la de rnire fois le vieil homme de toutes ses forces comme si son regard pouvait ra lentir la marche de la mort. (404) et pour apaiser la solitude, la souffrance et l’angoisse intense de la mort, il a recours au rituel incantatoire que le cheikh lui avait enseign pour sauver miraculeusement son matre : C’est dans ses mains qu’il ressentit la puissance, dans son souffle. Lentement, comme s’il cherchait se souvenir de gestes anciens, Nour passe la paume de sa main sur le front de Ma el Anine sans prononcer une parole. Il mouille le bout de ses doigts avec sa salive, et il touche les paupires qui trembl ent d’inquitude. Il souffle doucement sur le visage, sur les lvres, sur les yeux du vieil homme. Il entoure le buste de son bras et longuement le corps lger s’abandonne, se couche en arrire. (405)

PAGE 24

24 Le cheikh Ma el Anine Il est vident que le rcit romanesque nous lgue deux aspects du prsent personnage : aspect la fois historique et fictionnel. Sous le regard du narr ateur omniscient ou sous celui de Nour ou mme ce que rapportent les autres pers onnages sur son histoi re, on apprend beaucoup sur sa nature et son caractre. Il est en pr emier lieu un personnage ch arismatique, quelqu’un qui par choix symbolique reoit le pouv oir spirituel de toute une ligne de matres initis la foi La Tarqa soufie. Cet aspect est associ son rle de chef de plusieurs tribus comme un imminent guerrier ayant sous ses ordres le s hommes bleus qui voulaien t repousser les soldats franais, envahisseurs de leur pa ys. C’est alors une des confront ations qui va arriver de son vivant contre le gnral Moinier et ses tirailleurs sngalais Oued Tadla le 21 juin 1910. Vers la fin du roman, sa tribu connatra deux ans aprs sa mort, une dfaite mortelle devant l’arme du gnral Mangin, le 30 mars 1912. Aux yeux de s franais, Ma el Anine n’tait qu’un ‘sauvage’. Un fanatique. Une sorte de sorcier, un faiseur de pluie (351), mais aux yeux des siens il tait un saint vnr, un homme sage sans gal. C’est lui qui reoit les chefs notables des autres tribus, et c’est lui que reviennent les grandes dcisions. Le narrateur nous dit que c’est un homme g, vtu d’un simple manteau de lain e blanche qui recouvrait sa tte (37), qu’il est un vieil homme, une silhouette fragile avec une figure frle et que pendant que les autres parlaient dans l’assemble, lui ne bougeai t pas. Il ne semblait pas entendre les paroles de ses fils, ni la rumeur continue qui venait des cen taines d’hommes assis dans la cour devant lui (38), et pourtant tous les hommes le regard aient aussi, comme avec un seul regard, comme si c’tait lui qui parlait vraiment, comme s’il alla it faire un seul geste et qu’alors tout serait transform, car c’tait lui qui donnait l’ordre mme du dsert (38). Au cours d’un premier contact avec Nour, il lui a parl un peu de son pass, de sa premire rencontre avec l’homme bleu dans les oasis du sud l’poque o la ville de Smara qu’il avait

PAGE 25

25 construite n’existait pas encore. Il est all lu i pour lui demander son enseignement, il restait un mois sans aucun accs, l’homme bleu l’avait fait dormir devant sa porte, sans lui adresser la parole ni mme le regarder (54). C’est comm e a que tout disciple apprend, sous l’pre preuve du corps, connatre l’ordre de la vie my stique, mthode dj applique et apprcie par les matres d’autrefois que Ma el Anine luimme voquera dans sa longue prire avant de donner ses hommes, son signe de dpart vers le nord. Des noms ont t cits avec le nom de Dieu, des noms comme Al khadir, Al Jilani, Al jouna d, Al Hallaj, Al Chibli et bien d’autres. Le vrai nom de Ma el Anine est A hmed ben Mohammed el Fadel, n au sud : dans le pays qu’on appelle Hodh, et pre tait fils de Mo ulay Idriss, et sa mre tait de la ligne du Prophte. Quand le grand cheikh est n, son pre l’a nomm Ahmed, mais sa mre l’a nomm Ma el Anine, l’Eau des Yeux, par ce qu’elle avait pleur de joie au moment de sa naissance… (366). Ds son jeune ge, on le reconnatra par son don de grce et ses miracl e. Il s’est install dans la ville de Chinguetti pour donner son enseignement : le s hommes du dsert sont devenus ses disciples, et on les appelait Berik Allah, ceux qui ont reu la bndiction de Dieu (367). Un homme, malgr les souffrances et les df ections, n’intervient que pour le bien des autres et n’agit jamais par violence. A sa rencont re avec le voyageur Camille Douls, en 1887 : le cheikh s’tait approch jusqu' lui, il l’avait regard longuement […] sans haine sans mpris (375). Aprs avoir t trahi, Ma el Anine ‘s’est retrouv tout seul avec le peu des hommes qui sont rests prs de lui, il ne pouvait pas empcher la progression irrsistible des forces franaises. Frapp par un dsespoir flagellant, il devient aveugle et malade, mourant dans une maison en ruine, seule sa femme Meymuna et Nour veillaient sur lui. A l’exception de ce qu’il nous a rapport sur lui-mme quand il a rencontr son cheikh Al Azraq, Ma el Anine ne nous dit rien sur les autres personnages. C’est lui qui fait l’objet

PAGE 26

26 mythique et lgendaire aux yeux des autres, Nour et Aamma nous ont fait un grand tmoignage son propos. Il est le motif de la parole narrativ e du roman, c’est sur son rcit qu’il commence et achve toute l’histoire. Il est l’image prgnante de l’incontournable dsert, son souffle et sa voix : le souffle qui circulait en lui … violen t et doux la fois qui accroissait son existence (71). Lalla Le second rcit, aussi prpondrant en volume que le premier, et dans presque toutes ses articulations se droule sur l’hi stoire de Lalla dans toutes ses conjonctu res qui renvoient au mme univers dans lequel sont in tgrs les autres personnages. C’ est partir de cette histoire qu’on peut identifier le systme narratif qui se dploie autour d’eux, et du mme coup voir leurs similitudes ou les liens qui les rapprochent. Le rc it de Lalla, nous fait connatre les rcits de Aamma, Naman, Hartani et Radicz, sans oublier certains corrlat s du type de personnage comme Ma el Anine et As Ser, le se cret : il existe des lments de ces mmes personnages qui forment une partie essentielle du rcit noya u, ainsi que le va-et-vient de pl usieurs rcits qui manent d’un seul rcit rfrentiel. Lalla, personnage principal de la deuxime partie du roman est une jeune fille marocaine descendante des hommes bleus massacrs autrefois. Elle habite dans une cit bidonville pauvre et dpourvue au fin fond du dsert, incarcre dans un milieu qui n’est pas loin de la mer. Le narrateur ne nous informe pas davantage sur l’endr oit o elle vit : Lalla ne sait pas pourquoi a s’appelle la cit, parce qu’au d but, il n’y avait qu’une dizaine de cabanes de planches et de papier goudronn, de l’autre ct de la rivire et des terrains vagues qui s parent de la vraie ville. (Le Clzio 87) On a pprend du rcit qui nous a t dlivr par Aamma sur l’histoire de sa naissance, qu’elle est une fille de chrif a , fille d’une femme noble. Sa mre, Lalla Hawa a accouch d’elle auprs d’un arbre et d’une source : elle tait trs heureuse que tu sois venue, et

PAGE 27

27 quand on lui demandait to nom, elle disait que tu t’appelais comme elle, Lalla Hawa (89). Ce milieu nous rappelle la dernire halte de Ma el Anine et ses hommes aux confins de la valle Souss, devant les grands murs de la ville, o personne n’est venu son secours. La marche d’autrefois trouvera par la suite en la personne de Lalla, sa chance d’expa nsion vers les villes mditerranennes. Autour de cet espace englouti et dnud, une relation trs passionne s’est tablie entre Lalla et la nature, entre elle et les insectes, le vent, le sable et l’eau de la mer, elle : connat tous les chemins, tous les creux des dunes. Elle pourrait aller partout le s yeux ferms, et elle saurait tout de suite o elle est, rien qu’en t ouchant la terre avec ses pieds nus (76). Elle apprendra davantage avec Hartani aimer encore le s mystres de la nature, et dans la plus grande de ses solitudes, elle fait appel l’esprit de sa mre: elle dit quelquefois : Oummi , comme cela, trs doucement, en murmurant. Quelquefois elle lui parle, toute seule, trs bas, dans un souffle, en regardant la mer trs bleue entre les dunes (153). Dans un temps immobile et sans aucun sen timent de dure, elle connatra l’amiti des personnes les plus proches de son imaginaire. Du vieux Naman elle appr endra surtout l’amour exotique de la mditerran : Lalla aime ce qu’ il raconte. Elle l’coute attentivement, quand il parle des grandes villes blanches au bord de la me r […] Toi, tu iras. Tu verras toutes ces villes, et puis tu reviendras ici, co mme moi (103-04). Quant Hartani, malgr son mutisme, elle entretiendra avec lui une relation intimement tro ite, et qui accentuera dans leur propos et sur leur imaginaire, le profond impact du dsert. L’attachement au dsert se fait, en premier lieu, par lien naturel depuis la naissance de Lalla, et ensuite par exprience active dans l’espace il finit par provoquer chez les deux enfants, au-del de leur innocence et puret originelles, une

PAGE 28

28 exaltation mutuelle de l’amour corporel. Du vi eux Naman elle a reu un trs fort soutien d’exotisme, mais de Hartani, un affranchissement total du dsert. Quand elle s’est embarque vers Marseille, ce n’tait pas pour am liorer une situation sociale comme l’ont cru certains critiques, mais plutt pour satisfair e une exigence du moi personnelle, trop difficile satisf aire. Au cours de son sjour, e lle dcouvre la cruaut et la misre caches dans les quartiers pauvres de la v ille. Elle se lie d’amiti avec des marginaux qui semblent tre comme elle, incompris et indigns par les autres. Parmi lesquels, Radicz, un enfant gitan qui mendie dans les rues de Marseille. Aprs avoir entam quelques mtiers minables, elle a fini par devenir le model d’un photographe, et subvenir largement aux besoins de sa vie. Toujours habite par une prsence subconsciente du dsert, elle d cide de retourner chez elle dans son pays o elle accouchera de sa f ille ‘Hawa’ sous un arbre prs de la mer. Es Ser, l’homme bleu C’est un personnage invisible que nous connaisso ns partir des versions de Aamma et du cheikh Ma el Anine, ou par une pe rtinente projection visionnaire de son regard sur Lalla en pntrant sa mmoire d’une prsen ce obsessionnelle et symbolique On l’appelle aussi Al Azraq, l’homme ou le guerrier bleu. On le regardait comm e un matre soufi et sain t lu : on l’appelait Al Azraq parce qu’avant d’tre un saint, il ava it t un guerrier du dsert […] mais un jour, Dieu l’a appel et il est devenu un saint (Le Clzio 120). Quand Ma el Anine tait encore jeune, il est all le voir pour lui demander son enseignement et sa bndiction. C’est auprs de lui qu’il a appris devenir un homme de savoir et de sagesse et c’est de lui qu’il reu l’ordre de construire la ville de Smara : Ma el Anine tait rest de nombreux mois auprs de lui, et un jour, l’homme bleu lui dit qu’il n’avait plus rien lui enseigner. Ma is tu ne m’as pas encore donn ton enseignement dit Ma el Anine […] il lui avait montr l’horizon, dans la direction du nord, vers la Saguiet el Hamra, et lu i avait dit de construire une vi lle sainte pour ses fils (55).

PAGE 29

29 La mise en relief du personnage d’Es Ser, re lve d’une dimension intemporelle de sa prsence fictive, souvent voque par ses auteurs en rcits anecdotiques. Cela correspond son aspect surnaturel en tant que sa int et lu. Malgr sa mort depuis des dcennies, il reste toujours vivant, dcernant autour de lui des croyances et des apparitions. On comprend les interprtations naves d’Aamma quand elle racont e soigneusement des souvenirs au sujet de ses dons et ses miracles : Un jour un vieil homme a amen son fils qui tait aveugle […] alors Al Azraq a dit au vieil homme : acceptes-tu d’tre aveugle la place de ton fils ? Le vieil homme a rpondu : je suis trs vieux, et quoi mes servent me s yeux ? Fais que mon fils voie, et je serai content. Aussitt le jeune homm e a recouvr la vue et il t ait bloui par la lumire du soleil. Mais quand il s’est aper u que son pre tait aveugle, il a cess d’tre heureux. Rends la vue mon pre, a-t-il dit, car c’es t moi que Dieu avait condamn. Alors Al Azraq leur a donn la vue tous deux. (121) Le lecteur peut en conclure le potentiel sy mbolique de cette anec dote qui nous enseigne l’amour inconditionn du prochain. Par ailleurs, c’est Aamma qui in tervient quelquefois, en but de nous dsillusionner peut-tre, par de courts commentaires : Il y a des gens maintenant qui veulent plus croire cela, ils dise nt que ce sont des mensonges (121). A ct de cet aspect fictif qui corrobore la prennit du personnage d’Es Se r partir des micro-r cits insrs dans les pisodes de l’histoire, sa prsence mme est sous une prdominance visionnaire, qui constitue dans la perspective subc onsciente de Lalla, une forme de paro le silencieuse. Ce n’est pas par corporalit qu’il est omniprsent dans son univers elle, mais par vision mentale ou affective en forme de rverie: il s’agit d’une voix intrieu re confronte un silence extrieur et ils sont dfinissables seulement par rapport au silen ce qui mane d’eux (Abdelkfi, 238-39). On sait bien qu’un regard de la mme nature persistait toujours entre Nour et Ma el Anine. L’homme que Lalla Appelle Es Ser vient seulement quand elle a envie de le voir. Il lui donne, souvent dans sa solitude, un sentiment de rconfort et de prot ection: elle sait que l’ homme bleu du dsert la protge de son regard, et elle ne cr aint plus le silence, ni le vide du vent (95). Ce regard vide et

PAGE 30

30 imprieux n’est que le signe cosmique du dsert Mme s’il ne lui parle pas, elle l’imagine visiblement net ses yeux, elle croit entendre sa voix qui rsonne l’intrieur de son corps: Que veux-tu ? Pourquoi viens-tu ici ? Je ne suis rien pour to i, pourquoi me parles-tu, moi seulement ? (Le Clsio 118). Elle a l’habitude d’entretenir ce genre de langage avec d’autres signes silencieux : la parole gesticule de Hartani, la moue tte et L’esprit ou l’ombre d’O mmi. Ces pratiques l’aidaient connatre la beaut d’un espace absolument ouvert et fertile au regard mditatif. Cette vision correspond au moment o Es Ser lui fait son appa rition sur le plateau de pierre, quand tout devient une force intermdiaire entre deux temps, le sien, qui est un temps vcu et prsent, et celui de L’homme bleu, un temps pass, mais omni prsent rapportant avec lui des images et des souvenirs lointains. Le regard de l’home bleu guidait ces pas Marseille et quand elle tait de retour son pays: c’est toujours le mme regard qui guide, ici dans les rues de la cit ; c’est un regard trs long et trs doux, qui vient de tous les cts la fois, du fond du ciel, qui bouge avec le vent (Le Clsio 414).

PAGE 31

31 Hartani et Radicz : J’envisage ici un rsum sur ces deux personnage s, qui avec Nour et Lalla traduisent ce qui est propre l’ide de l’enfance que l’auteur voulait nous communiquer non seulement dans le rcit ‘ Dsert ‘ mais dans presque toute son œ uvre. On peut concevoir un relev de quelques caractristiques ce propos. Ce sont d’abord des enfants qui n’ont pas de parents : lui le Hartani, est celui qui n’a pas de pre ni de mre celui qui est ve nu de nulle part […] il est celui qui n’a pas de nom (Le Clsio 131). Quant Ra dicz, il raconte une pa rtie de sa biographie aprs avoir fait la connaissance de Lalla : Tu sais. J’habitais avec mon pre et ma mre dans une caravane, on allait de foire en foire, on avait un stand de tir, […] Et puis mon pre est mort, et comme on tait nombreux et qu’on n’avait pa s assez d’argent, ma mre m’a vendu au patron (340). Des enfants isols qui vivent en marge de la socit. Personne ne c onnat Hartani, ni d’o il vient rellement. Et la mesure de cette ignor ance, on le juge fou, on a peur de lui et on dit qu’il est un Mejnoun . C’est alor s qu’il vite souvent les autres garons de la ville et ne s’attend, dans ses cachettes, qu’aux rencontres amical es de Lalla. Et comme elle, il ne sait encore ni lire ni crire. Radicz, lui, il vit en mendiant dans les pauvres quartiers de la ville dans une atmosphre d’indignation et de dsespoir. Il a surtout le plaisir de regarder les gens ou de s’amuser avec le feu des allumettes. En tant qu’enfants, ces personnages ont ce que Jean Onimus appelle une prodigieuse puissance d’observation (127), leur regard aussi rveur et pa ssionn, touche au plus profond des choses. Regard innocent qui es t toujours en qute de la puret de la clart, du vrai, de la transparence et du merveilleux. Ils voient ce que les autres ont cess de voir. Ils n’ont ni le prjug, ni la mauvaise conscien ce. Leur communication reste di recte avec la nature, pas de distance avec elle : ce que dit le Hartani avec ses main est insens comme lui, c’est comme un

PAGE 32

32 rve, parce que chaque image qu’il fait paratre vi ent l’instant o on s’y attendait le moins […] il fait apparatre des oiseaux a ux plumes cartes, des rochers fermes comme les poings, des maisons, des chiens, des orages, des avions, des fleurs gantes, des montagnes, le vent qui souffle sur les visages endormis (Le Clsio 133).

PAGE 33

33 CHAPTER 3 POTIQUE DU DSERT CHEZ MALIKA MOKEDDEM Prsence du dsert Mohammed Dib, grand pote et romancier al grien, souligne dans son livre l’arbre dire que : Les algriens vivent avec, leur porte, un des plus grands dserts du monde. Mme s’ils l’ignorent, mme s’ils l’oublient il est l et non pas qu’ leur porte mais en eux, dans la sombre crypte de leur psych. Composante de leur paysage physique, il ne l’est pas moins de leur paysage mental, et le dsert, souvenons-nous-en, les troi s religions rvles y sont nes[…] le dsert qui vit, qui bouge, qui marche qui va, qui vient et qui repart pour revenir sur ses pas et qui a partie lie avec le vent [...] l’algrien le porte en lui, son imaginaire, sinon sa conscience veille, en porte l’esta mpille. Cela, sans mmoire dont on ne saurait perdre la mmoire. (18-19) Cette dimension psychologique est foncirement manifeste dans toute l’œuvre de Malika Mokeddem depuis la sortie de son premier roman Les Hommes qui marchent jusqu’au dernier de ses livres Mes Hommes .Toute son criture tmoigne d’un ancrage dans un espace dsertique rel, qui malgr l’e xode de quelques personnages vers d’ autres contres reste le plus proche de leur mmoire. Bien qu’elle soit elle-mme, il y’a des annes, en dehors du pays, elle vit immanquablement la lisire d’un dsert, to ujours fantasm dans ses textes. Elle ne le voit pas avec un oeil exotique tranger comme celui des randonneurs qui viennent en visite saisonnire. Le dsert n’est pas pour elle un si mple phnomne gographique frapp par l’aridit et la dsolation, mais un espace priv ou domesti que dans toutes ses dimensions physiques et imaginaires. Il est un espace libre et ambivalent, un espace du mme et de l’autre, l o se ressource une vision d’criture. il ne restait plus, dans mon t re, d’espace disponible aux mots des autres. J’avais dj quitt une famille, des amis, un pays, je n’avais cess de m’enfoncer dans une absence sans fond. Il y avait urgen ce. Alors, j’ai crit ( Redouane 44).

PAGE 34

34 Les personnages de ses romans parcourent quant eux l’espa ce extrieur afin de rompre avec l’immobilit assaillante tout en le parcourant en mme temps l’intrieur de leur moi. Etant elle-mme ne au dsert Knadsa, une petite vi lle situe au sud algrien ct de Bchar, Malika Mokeddem ne manquait pas de traduire dans un premier roman autobiographique les sensibilits d’un espace pluriel et faire vhiculer une conscience de l’histoire collective. Le registre familial tait l’origine d’une ficti on autobiographique. L’crivaine cherchait trouver un prtexte pour raconter l’histoire de sa famille surtout celle des femmes, en essayant de la dissimuler dans l’histoire de l’Algrie. Les Hommes qui marchent comporte une large part d’autobiographie […] Dans le premier jet, sorti dans l’urgence, je disais je et les membres de ma famille avaient leurs vritables prnoms. Ensuite, une rcriture s’imposait qui pro cdait une sorte de mise plat. Cette remise a l’ouvrage de l’criture puisait l’motion. Le je devint Leila et tous les autres prnoms furent changs. (64) De cette urgence se constitue le fait d’cr ire et traduire par un langage potique l’exprience du dsert en lui acco rdant, ainsi qu’aux tres et aux objets, une prsence lucide et sensorielle. Cette prsence est marque par une double chronologie de la mmoire ou du rcit. Zohra femme nomade force au sdentarisme tr ansmit une mmoire gnalogique Leila sa petite fille. Elle est la voix narrative du pass quant Leila elle est la voix narrative du prsent qui renoue le reste de l’histoire av ec celle de Zohra, l’histoire de Djelloul Ajalli en particulier, un de ses anctres qui rompt avec la tradition tribal et qui par la parole de Zohra, son histoire prend toute son ampleur et devient une l gende. Leila est la continuit de sa grand-mre, mais aussi la continuit de sa mmoire, de celle de Djelloul Ajalli, l’infatigable marc heur, qui choisit une vie sdentaire et entame un long voyage au Moye n-Orient et Bagdad jusqu’au moment o il s’installe dfinitivement Oujda (Maroc). En in troduisant un rcit sur Djelloul Ajalli, Malika Mokeddem voque l’ide de l’exil, car Djelloul Ajalli n’tait-il pas en exil ? Depuis son enfance Djelloul : se sentait devenir tranger aux si ens. Et il avait peur. La peur … transformait le

PAGE 35

35 dsert en cauchemar. Sable, solitude et sole il, jusqu' la suffocation. Le garon voulait vivre autre chose que les marches ininte rrompues. Leila, descendante de sa ligne, comme lui, va choisir de partir en France. Le nomadisme est plus qu’une voie et un parc ours dans le dsert, il continue avoir des extensions ailleurs dans d’autres contres inexplores. La mort guette les hommes qui marchent plus que le s hommes immobiles. C’est ce que Leila a appris de sa grand mre : elle avait si peur de ne pouvoir jamais lui chapper qu’elle le has sait, ce dsert tyran (Mokeddem 274). Ce qui importe ces protagonist es, c’est la persistance et la marche afin d’entrevoir une nouvelle vie possible, une traverse d’un espace toujours ouvert. Cette dynamique vers un autre extrieur ne les empche pas de concevoir en eu x le dsert comme un espace intrieur anim par des forces opposes. Le dsert est conu non comme un dcor aux vnements, mais comme une dimension existentielle et mtaphor ique en mme temps ; Zohra inca rne en elle l’esprit du dsert ou plutt, elle ta it le dsert (11). Le sentiment d’emprisonnement chez Leila n’aboutit pas totalement un dtachement ou un renoncement: seuls le sable et le ciel furent tmoins de son immense douleur (150). Elle se laissa aller dans le sable comme on entre dans la mer. Elle s’enroula en boule comme dans un giron d’une mre. L, tout s’ teignait, les peines des hommes comme les dvastations de leur histoire. Tout tait immobile, et le chag rin qui tout l’heure paraissait insurmontable, lentement se dissipait, cart par le souffle tide de la dune […] elle s’endormit. Et dans ses rves elle quitta le monde agit et mutil des hommes immobiles. Elle partit avec ceux qui marchaient, dans la lumire et dans le ve nt, au large du dsert. (226-27) Si le dsert semble tre un lieu onirique et absolu pour une conscience qui cherche un apaisement de son trouble de l’tre, il est aussi le lieu fictif de l’oralit et l’criture. Zohra continue par le nomadisme des mots re faonner les ralits du temps pass, sa voix fait ressusciter les lgendes presque oublies des hommes bleus. Les pa roles de Zohra prennent toute

PAGE 36

36 leur puissance dans l’imaginaire de sa petite fille Leila qui, de son ct assiste aux mtamorphoses de l’histoire raconte et veille su r les mmes horizons de la libert. Elle trouvera dans la lecture le moyen d’une su rvie et d’une rsistance : qui l’clairait sur toutes les autres liberts […] lui apportait tout ce qui lui tait dfendu […] Le livre n’tait pas seulement un moyen d’vasion. Il tait le comp lice, le soutien, l’enseignant […] il tait devenu le symbole de son refus du quotidien qu’on voulait lui imposer (268-69). Le rcit de Zohra sur Djelloul montre combien, lorsqu’il tait en core jeune, il tait subjugu pa r les aventures racontes par Schhrazade que lui a transmises un taleb. Ces contes l’arrachaient au dsespoir et la monotonie des dplacements de sa tribu et le poussaient appre ndre lire et connatre ce que raconte le gros livre volumineux aux pages m ites. Ces trois voix, malgr leurs diffrences, s’enlisent dans un mme univers fictif, mais qui ne s’entre-op posent pas. Mokeddem, incarne, au moyen d’une criture narrative, le langage or al de la mmoire dans celui de l’criture et donne aux voix qui parlent, la force de briser leur silence et apprhende r le nant du dsert. Le dsert devient un objet de transgression et em brasse d’autres lmen ts dans le discours romanesque comme ceux de l’exil, la rvolte et la libert. Personnages, parcours narratif Il s’agit de toute une panoplie de personnages dans les Homes qui marchent, parmi lesquels, beaucoup viennent s’associer aux personnages principaux selon des degrs diffrents, il y a ceux qui amliorent le rcit et se prsen tent comme des adjuvants ou des opposants (selon le modle de Greimas), comme l’exemple de Tayeb le pre de Leila et Yamina sa mre, la Bernard et madame Bensoussan. D’autres personnages ne jouent pas vraiment un grand rle dans le droulement de l’histoire ou dans son fonctionneme nt narratif. Ils ne sont qu’un dtail inject par une squence descriptive. A force de raconter une longue histoire de sa famille et celle aussi de l’Algrie, Mokeddem ne manque pas travers la narration d’voquer des noms qui sont

PAGE 37

37 presque invisibles en tant que personnages. Car ils ne participen t pas la construction progressive du rcit. Leur place ou leur apparition est arbitraire on ne peut pas apprhender sur eux, sur leur psychologie ou leur comptence, une connaissance dveloppe, on ne sait pas grand chose sur Kadour ou Mahfoud, ou mme le photographe rien ne les caractrise que leur propre contingence. Ils n’ont pas une image dont on peut user pour prvoir une situation ou une consquence. On doit donc se contenter des personnages qui sont au centre du relais narratif, qui se rvlent les uns aux autres et traduisent par leurs actions un co mportement pertinent que peut apprhender le jugement d’une lecture. Il se trouve dans le rcit que la voix du narrateur s’interrompe par la voix d’un autre personnage, la voix de Zohra par exem ple, et que s’ouvre la possibilit d’un rcit dans le rci t : le rcit de Zohra sur Djelloul dans le rcit du narrateur (ou narratrice) principal. Le premier est mdiatis ou plutt enchss dans l’ histoire raconte, quant au deuxime il est le rcit racontant : ce qui se mble intressant, c’est que les voix sont surtout fminines, que le texte est le lieu d’une mu tation importante : le passage de l’oralitphmre ? la prennit de l’crit (Redouane 43). La voix de Zohra : Vieille nomade, de soixante-quinze ans, force la sdentarisation qui trouve la ncessit de perptuer l’histoire des siens dans des contes qu’elle raconte sa petite fille Leila. Le roman s’ouvre sur son portrait : Un petit bout de femme la peau brune et tatoue. Des tatouages vert sombre […] des croix sur les pommettes, une branche sur le fr ont entre ses sourcils arqus et fins comme deux croissants de lune, trois traits sur le menton. Elle en avait mme aux poignets, cisels en bracelets, et aux chevilles en kholkhales (kholkhales : anneau en argent port aux chevilles.) […] Zohra avait la dmarche aler te, toute de grce anime. Bras ballants, magroune ansant (Magroune : sorte de cape en ti ssu fin et transparent) […] la position de son chche tait en excellent baromtre de s on humeur. En colre, d’ une chiquenaude elle repoussait au sommet de son crne. Rouges, ses cheveux, de henn. Et rouge sa fureur. (9)

PAGE 38

38 Bien que les traits du tatouage s soient des signes rotiques ou esthtiques dans les socits du Maghreb, ils sont aussi le signe d’appartenan ce un groupe ethnique ou social et tmoignent d’une inscription identitaire. Ils s’associent dans cet espace du corps avec les traits naturels comme des idiogrammes qui rendent visible un dsir de l’criture mais une criture que se confirme dans un nomadisme verbal. Zohra est comme Schhrazade la c onteuse, elle veut transmettre le pass de sa g nalogie tribale aux gnrations qui viennent aprs elle : l’immobilit du sdentaire, c’est la mort qui m’ a saisie par les pieds. Elle m’a dpossde de ma tte. Maintenant, il ne me reste que le nomad isme des mots. Comme tout exil (11). Sa voix luttait contre la d territorialisa tion pour inventer le dsert et n’en ve ut aucunement un espace stri. C’est malgr elle que la scheresse et les maladies ont forc sa famille abandonner son rythme de vie nomade et choisir une vie sdent aire de petits emplois aux villages sahariens, l o habite Zohra, son quartier, le ksar El Djedid qu’elle dteste : ksar de la misre et de la dsolation […] Zohra dtestait ce lieu. Aussi, cha que matin, fuyait-elle vers le vieux ksar pour respirer un peu d’humanit (70-71). Elle sava it qu’elle descendait des nomades qui cause des invasions successives, se sont en foncs dans l’intri eur des terres : nous descendons de ceux-l, des hommes qui marchent. Ils marc haient. Nous marchions (12). Le seul recours qui lui restait, aprs une vie pnible, est de communiquer une vieille tradition orale ses descendants en commenant par raconter l’histoire de Djelloul Ajalli, qui a connu la mtamorphose de l’espace : J’ai la tte leste de mots. Pris dans des tourmentes d’images, les mots peuvent devenir cres, rances, un vertige, une danse, ou un trille dans nos ttes pare il l’envol d’une multitude de youyous sraphins. D’autres sont violents. Comme ha bits en permanence par un terrible vent de sable ils tourbillonnent en nous et cinglent nos mmoires […] sachez qu’un conteur est un tre fantasque. Il joue de tout. Mme de sa propre histoi re. Il la trafique, la refaonne entre ses rves et les perditions de la ralit. Il n’existe que dans cet entre-deux. Un entre sans cesse dplac. Toujours rinvent. (11-12 )

PAGE 39

39 Le roman de Malika Mokeddem semble tre une conversion de cette dmarche, la mmoire de Zohra croise celle de Leila et toutes deux se conjuguent dans un projet d’criture qui se veut libre et immobile. Djelloul Ajalli rvolt Certes, Djelloul Ajalli n’a pas le pouvoir char ismatique qu’avaient Ma el Anine et Al Azraq, comme on l’a dj vu dans Dsert de Le Clezio, mais il a des traits en commun avec Zohra et Lela : il est de la m me souche tribale, il a une gr ande fascination pour le pouvoir potique de la parole et de l’crit, et enfin il est un nomade sdentaris qui mprise l’instabilit, et qui est toujours en qute d’ une nouvelle traverse. C’est Z ohra qui trouve en ce jeune bdouin, presque marginal, l’originalit d’un vrai m odle pour sa petite fille : Djelloul Ajalli tait le frre de mon beau pre. L’oncle de mon mari, Ahmed le sage (13). Ainsi annonce-telle ses premiers mots son propos. Il tait un solitaire, un rveur. , pas comme les autres qui se promettaient de devenir des cavaliers ou des gu erriers jusqu’au jours o il a rencontr un taleb (matre d’cole coranique) : Djelloul fut immdiatement subjugu par cet homme qui crivait des talismans et qui, chaque halte, sortait un livre volumineux aux pages mites : les mille et une nuits. Le garon n’avait jamais entendu parler de l’ criture. Comment ces caractres inertes pouvaient-ils contenir tant d’hi stoires, d’intrigues, de comb ats et de beauts ? (14) Aprs cette premire prise de contact avec un nouvel imaginaire. Le garon devient de plus en plus passionn par les aventures de Sc hhrazade dguise en vieil homme : il tait ensorcel par l’astuce de ce tte femme. Par la dcouverte du pouvoi r et de la ruse des mots (14). Quand le taleb est parti emportant avec lui la magie du liv re, Djelloul se tranait seul, silencieux derrire la caravane mditant dans un tat de monotonie et de dsespoir sur le destin des hommes qui marchent, il voulait vivre autre c hose que des marches ininterrompues (15). Il voulait apprendre lire et cri re, chose inhabituelle aux traditi ons orales de sa tribu : notre

PAGE 40

40 histoire ne se couche pas entre l’ encre et le papier. Elle fouille sa ns cesse nos mmoires et habite nos voix (16). Il parvient obtenir l’accord des siens de recevoir son ducation Tlemcen, l o il n’apprend pas seulement ce que lui enseig nent les meilleurs matres, mais il se passionne davantage pour la posie et la vie citadine. Et quand son cl an s’est rendu compte de cette transformation, il l’a repris parmi les siens pour le radapter leur vie de nomades. Il se tenait donc l’cart et composait ses propres pomes. Il s’est mme interpos co ntre les hommes de sa tribu qui voulaient tuer un marcassin qu’il va adopter par la suite, d’o lui vient le surnom de Bouhaloufa ‘ l’homme au cochon’. Ses relations avec les siens manqua ient de plus en plus leur enthousiasme et lui ne pouvait que fuir leur vie insupportable. Banni par sa tribu, il part en voyage au Moyen-Orient et ne revient qu’ l’ge de soixante ans avec une fortune afin de s’installer dfinitivement au Maroc pas loin des frontires algriennes. Le choix de cette histoire intgre dans le rcit principal est dterminant dans ce que la narratrice Zohra voulait ense igner Lela. L’exprien ce de Djelloul sert de vocation antrieure celle de Lela. Ou plutt comme son modle. Il lui incarne le sens de la rvolte contre les contraintes conventionnelles de son groupe, mme si cela lui cote le bannissement ou l’exclusion totale. Initie par lui aux deux pratiques: oral it et criture. Il fallait d’abord travailler sa sensibilit par le moyen d’une culture acqui se dans son milieu social avant qu’une autre culture trangre lui ne parvienne l’esprit. C’es t vers la fin du roman que la petite fille rend hommage sa grand-mre au moment de sa mort titre de sa reconnaissance : Lela prit la mesure de ce qu’elle perdait. Cell e qui, la premire, avait sensibilis son oue la sonorit des mots. Qui l’avait rendue attentiv e leur signification, le ur beaut et leur subtilit comme leurs ambiguts et leurs dang ers. Celle qui avait in iti son imagination, lui avait appris s’inventer des mondes pour couvrir la peur des tendues du dsert. Qui avait forg sa capacit aux rves et ench ant ceux de son enfance. (300-01)

PAGE 41

41 Lela et la qute de soi Avec Lela, l’hrone du roman, c’est toute une nouvelle gnration de femmes qui arrive sur scne. Jeune fille trs consciencieuse de ce qui se passe autour d’elle dans son milieu patriarcal. Ane de dix enfants, elle ressentait dj la diffrence entre elle et ses autres frres que sa mre aimait davantage. Encore, fillette dans une cole franaise, elle se rend compte que son ducation est l’instrument combatif pour re jeter tout ce que les autres, hommes et femmes veulent lui imposer. Elle avait un at trait irrsistible pour une nouvelle essence de l’tre et de la libert. Mme le dsert ne lui donne pas toujours le sentiment du confor t ncessaire, elle le ressent parfois comme un lieu d’emprisonnement nfaste sa nature de rbellion, qui par moment, trs souvent dans ses t ats de frustrations, courrait pour se rfugier pas loin de sa demeure au ksar El Djedid dans le giron de ses dunes : Le tremplin des seules fugues possibles, en dehors de celles que lui permettait la lect ure (Mokeddem 255-56). L’exemple de sa grandmre et celui de Djelloul son anctre lui semble le modle le plus pui ssant. Comme eux elle accourt au moyen de mots et de l’criture vers un autre monde. E lle reconnat qu e le retour au nomadisme implique la fois l’clatement des horizons clos, un sens temporel qui ne correspond pas l’horloge moderne, et un loignem ent de toute structures modernes au profit d’une vie rude et asct ique (Helm 84). Cette vrit la pousse vers d’autres horizons. Ces horizons s’ouvrent partir d’un engagement scolaire travers tous ses parcours. C’est un fait des changements gnraux que les parents de Lela ne pouvaient pas rejeter. Ils acceptent alors de l’inscrire l’cole o on ne trouve que quelques filles indignes au milieu des filles pied-noirs, qui tait sa seule planche de salut selon l’expression de son institutrice Mme Bensoussan : Tayeb inscrivit son ane l’cole. Que se passa -t-il dans sa tte pour qu’il scolarist sa fille, lui qui avait boud sa naissance ? […] falla it-il y voir une riche influence de Portales et de khellil, qui venait d’avoir son certif icat d’tudes ? ou bien tait-ce la volont de

PAGE 42

42 Zohra, qui se sentait toujours une dette e nvers cet oncle origin al, l’homme au cochon, banni de sa tribu en partie cause de sa passion pour l’cr iture ? Etait-ce sa faon de parachever la rhabilitation de l’homme par le crdit accord ce qui avait t considr, en son temps, comme une lubie : appr endre lire et crire. (84) Aprs des succs de scolarit fondamentale, et grce aux encouragements de la directrice et de son oncle Khellil, elle russi t son passage au lyce au moment o l’Algrie tait sur le point d’arracher son indpendance. Lela est une adol escente qui ne porte pas de voile, qui tait un signe de l’uniformit des femmes : derrire elle, les garons s’exci taient, faisaient des remarques obscnes et lui promettaient tous ‘les dlices’ du viol (287). Les dceptions et les menaces de ce genre de mentalits ne lui disent pas grande chose. Son caractre et sa volont deviennent de plus en plus dterminants deva nt les confrontations mchantes de son milieu scolaire. Elle dfie le proviseur du lyce et son personnel administra tif sans renoncer au sens de la fiert qu’elle attach ait sa propre personnalit, et auc une entrave ne pouvait empcher son cheminement vers l’accomplissement de ses tud es l’universit. A Oran, ville o elle s’est tablie pour continuer des tudes de mdicine, elle confronte les in timidations des brigades des mœurs que le rgime politique de cette poque a instaures pour maintenir l’ordre des moralits conservatrices en vigueur. Le pays s’affiche ses yeux comme une perspective douloureuse. Elle revient son village Knadsa pour exercer son mtier de mdecin et trouver enfin le repos aprs un long parcours. Elle ne supportait pas l’touffeme nt de l’espace. Comme Bouhaloufa, elle part la r echerche d’un panouissement glor ieux dans un autre ailleurs. C’est le nomadisme qui presse l’intrieur de soi-mme et devient un parcours inverse cause des tensions et de l’instabili t qui traversent l’tre et l’i ndividu. Le sdentarisme en ce cas n’empche pas le voyage qu’entreprend le nomade et qui prend en lui toute son ampleur mystique o l’espace ne se pr te pas toujours comme un ‘ chez -soi’, mais plutt comme un espace sans frontires qui se perptue, malgr les r uptures, l’intrieur de celui qui le porte dans

PAGE 43

43 la sombre crypte de sa psych, comme l’a dj soulign Mohammed Dib. Les protagonistes de Malika Mokeddem ont compris que l'espace ne peut jamais tre abandonn, qu' il est toujours invit rejoindre l'inconnu, le non-familier et le contraire de soi, et s'imbriquer dans un paysage hybride. Et s'approprier d' autres entits l'extrieur de lu i. Zohra qui se sentait en tat de dpossession ou d'exile, voulait surmonter la dchirure de son tre entre deux espaces ou deux vies paradoxales. Elle a trouv dans sa mmo ire l'espace le plus dy namique o quelque part dans son imaginaire, les hommes bleus tranent toujours leur marche dans le dsert. La sensibilit et la souffrance l'ont conduite une so rte d'errance intrieure. Quant Leila, elle la voit parvenue la croise d' autres altrits inconnues: Je voudrais que tu n'oublies jamais d'o tu vien s, ni qui tu es, quel que soit ce que te rserve l'avenir…Tu marches, tu cours mme mais vers un monde inconnu, kebdi, je te sens en danger et je ne sais que faire pour te protger. Parf ois en ton absence, l'envie me traverse de mettre le feu tes livres pour te librer d'eux […] To i, tu es en train de franchir de plus grandes frontires. Je ne voudr ais pas qu'elles t'engloutissent. (277-78) La parole du dsert Souvent, on prsente le dsert comme un te rritoire du vide, territo ire amorphe, anomique et nigmatique, comme un archtype du nomadisme a ssoci surtout la vacuit et l'exprience de l'asctisme dsertique, comme un espace qui implique une tendue sableuse que le regard fascin ne peut pas embrasser. Cette inacce ssibilit lui donne une dimension paradoxale et surhumaine: nos yeux qui ne peuvent embrasser le Tout, ne peuvent non plus, saisir le Rien; car le Rien n'est que le vide du Tout […] (Abdelk fi 166). Il est aussi l'es pace privilgie de la parole, une ouverture de l'coute et de l'criture. Certaines critiques contemporaine s, notamment un article paru dans les actes du colloque de l'Universit de Metz publi dans les dernires annes, nous pr opose le dsert comme tant le concept du non-trritoire". Tout territoire ou espace ha bit semble tre dcompos en lments complmentaires ou sous-ensembles: l'espace du m me, celui de la vie priv et professionnelle.

PAGE 44

44 L'espace de l'autre, zone occupe par des groupes t rangers. L'espace de l'autre intrieur (espaces verts, lieux de loisirs ou de mditation) et en fin les espaces intermdiaires" qui sont peu codifis et contrls (espace de la prostitution). Le dsert dans les hommes qui marchent ne se prsente pas du point de vue territorial comme un espace inhabit ou inviol dfini par la ngation d'une autre collectivit au-del de sa lim ite: "le dsert est aussi un espace en soi, qui spare moins de l'Autre que du Rien. D'o, per ue travers la cons cience individuelle du personnage, la prsence irrductib le d'un autre type, qu'on pourrait qualifier d'existentiel" (Nauroy 15-16). Tout voyageur tranger nce ssite une certitude pour parvenir une identification correcte de la symbolique que poss de le dsert en tant qu'altrit: […] et puis quoi ? Plus rien de distinct, de s distances qu'on ignore, une incertitude, une nigme. J'ai devant moi le commencement de cette nigme" (Barthlem y 38). Le dsert se traduit dans le langage smantique arabe en plusieurs dserts qui se dcoupent en paysages : albalqa ’ terre inculte ou inhabit, al-majhal le nulle part, al-bayda’a terre de ruine ou de perdition, al-falat, dsert de l’errant. Ainsi qu’en latin, d esertum signifie espace vide . L’ vocation de ces attributs s’accommode dans une perspective visuelle avec le registre anthropologique de cette ralit spatiale. L’urgence de traduire l’exprience du dsert a engendr chez Malika Mokeddem l’criture de plusieurs romans dont elle veut rapporter aux diffrentes sensibil its un spectacle d’une nature humanis et invisible qui puisse exalter le lien exclusif de la contemplation. Zohra apprhende cette exprience au moyen de ses propres paroles et invente le dsert autant que le dsert l’invente. Il devient le mythe immuable de sa conscience historique qu’ elle va transmettre Lela. Le dsert est avant tout un espace que les hommes bleus parcourent jamais : Ils marchaient du lever du jour la tombe de la nuit, enrouls de silence et draps de lumire […] et quand la mort viendrait les surp rendre, marchant sur les chemin de sable ou

PAGE 45

45 assis, le regard sombre, aimant par les scintillements des espaces, et quand leur corps, vite dessch, deviendrait poussire, d’autres marchaient encore. Toute une vie. Leur marche perptue le dsert. (15) Le mme espace est rduit par le fait de la sdentarisation, le paysage du nomade a compltement chang aux yeux de la petite Lela. Au moment de son recu eillement dans le giron de la dune o elle a l’habitude d’aller surprendr e des scorpions, des lzards et des scarabes : elle vit son pre de retour du ksar sur sa bicyclette […] alor s qu’il tait bdoui n, lui. Et cette indolence de chameau Mais qu’ avait-il encore ? Cont rairement son habitude, il pdalait avec hardiesse ( Mokeddem 80). L’crivaine, souvent su scite l’apport affectif du dsert et tire de son statut d’exprience-limite le pouvoir expr essif de la rvlation et de la rverie que subissent les protagonistes. Le dnuement du d sert s’associe des postures de mditation ou d’introspection : ce contact la fois physique et imaginaire, libre leur espace intrieur des freins mis par le temps, l’tendue, la peur, l’oppression et lui confr e l’immensit mme du dsert (Helm 101). Etats qui se rpercutent souvent chez Lela aux moments les plus angoissants de sa dtresse : Quand Lela se retrouvait perche l, sa rve rie prenait immanquablement le pas sur le reste. Car cette dune tait le tremplin des seules fugues possibles, en dehors de celles que lui permettait la lecture. Port par l’onde imm obile des sables, Lela r vait de la mer. Elle rvait des hommes bleus. Elle rvait des aille urs dont les paysages c ouvraient l’or de son erg, dont les parfums enivraient ses regs et se s cieux. Elle rvait verdure de printemps et paysage qui vire aux fauves de l’automne. Elle rvait saison. Elle rvait draison dans l’ingnu silence des songes, l’abri de la tromperie des mots. (255-56) On voit partir de ces passages limpides le creusement de la subjectivit errante, son accord avec un espace plus projectif dans le sens o il finit par ouvrir les sentiments d’exaltation de Lela sur les expressions d’un autre ailleurs. Comme si Lela ne se contentait pas du paysage qu’elle a sous ses yeux, et prfre tre emporte par lui aux dlectations des charmes naturels encore absents, o sous l’effet motionnel, to ut un jardin prosp re dans le dsert. L’intensification descriptive de ce genre de spec tacle revient plus encore dans des images

PAGE 46

46 fulgurantes pour la mise en scne d’un autre avn ement du paysage. La dmarche esthtique ne consiste pas en un embellissement spatial du genre pittoresque qui ne dpasse pas le cadre de la description cosmique. Il s’agit d’ un dialogue entre le sujet et l’obj et qui se caractrise par des profondeurs inconscientes ou conscien tes d’un tat d’me, de telle sorte que le lecteur trouve la volont de savourer les expr essions lyriques et sentimentales. Le descriptif qui va suivre, relve de l’intention qui tmoigne de sa mtamorphose: L’hiver s’achevait peine que l’t s’installait dj. Et quand arrivaient les redoutables vacances scolaires, les jours taient depuis si longtemps calcins qu’t ait parti en cendres tout souvenir des frissons de janvier […] quand le soleil dclinait et que la chaleur se faisait moins torride, ils mont ent (Khellil et Leila) tous de ux la Barga. Perchs sur les rochers blancs qui la dominaient, ils admiraient le paysage. C’tait surtout l’erg, ocan de sable la longue houle ptrifi e, qu’ils fixaient, subjugus. Seul le vent dlivrait ce mouvement de sa paralysie. Sous son sou ffle, les dunes se mettaient cumer. Se dressaient en grandes lames r ouges. Dferlaient avec rage. Qu and le vent s’en allait vers d’autres horizons, la surface des sables gard ait une fine ondulation, frmissements arrts d’un orgasme cosmique. Face l’erg, l’horizont alit du reg dvidait le silence. Et l’on n’avait que le songe pour ranimer les penses. Qu e le rve pour habille r tant d’aridit. (100-01) Le paysage tient ici un coulement horizontal du temps, il n’est pas compltement neutralis de son effet psychologique qui incite l’oeil contemplatif une sorte de repliement vertical sur la vie intrieure (rve et songe) d’un regard dont on consume encore les profondeurs. Il ne se dgage qu’ l’intrieur de ceux qui l’ harmonisent avec leurs propres horizons spirituels. L’admiration du paysage dserti que ne s’achve pas au moyen d’un simple regard pris de l’extrieur, mais elle s’avise reprendre son cycl e visionnaire des choses regardes, cela mne le paysage s’tendre dans l’oeil de l’imaginaire. On voit dans ce dernier passage, combien l’tat d’me est complice dans toute la description co ntextuelle. Les dtails (jours calcins, souvenirs en cendres, ocan de sable, orgasme cosmique,) c onfirment le dessin infini du sentiment spatial. La description du paysage ne manque pas de nous dtourner du paysage aride et fortement ensoleill d’autres paysages sp ectaculaires de la nature au dsert. La narratrice nous dpeint

PAGE 47

47 l’vnement de la pluie en image enthousiaste, de sorte que notre prise de conscience par cette image condense graduellement notre charge a ffective et motionnelle mesure qu’elle s’approfondit et se prcise devant le droulement du manifeste naturel : D’abord il y eut la pluie. Elle tait tombe penda nt quatre jours en averses. Le ciel devenait une gouache. Du marine, de l’ocre, du violet, du blanc et toutes les tein tes du gris le soleil disparaissait en plein jour, quel bonheur Et toutes ces couleurs, l-haut, quel bonheur Aimants par ce ciel inhabituel, les yeux se le vaient, s’emplissaient, le sachant rare et fugace. Le tonnerre le flagella. Les clairs le dchirrent. Il fondit en dluge, quel bonheur […] Sous cette pluie torrentielle, la boue sche recouvran t les palmes du toit s’effritait puis s’coulait. Elle ruisselait sur le s murs comme de grosses larmes de sable. Il pleuvait presque autant dedans que dehors. La pluie tait un don providentiel. Les enfants sortaient, couraient, riaient, criaient et l’ovationnaient. Par essaims tourbillonnants, ils couvraient le sourd tambourin de la pluie des rsilles de le urs cris cristallins. La terre savourait son plaisir et exhala it une haleine inconnue. Puis les nasses sombres du ciel clatrent, librant une multitude de petits nuages. Comme des oisillons blancs qui, pousss par le vent vers les loin tains, migraient en tourbillons affols. Le ciel lav tait maintenant pervenche, large et profond. Son bleu se versait sur la te rre. Il caressait son corps tremp de ses lumires d’une puret r gnre. Et cette lumire n’tait plus une brlure au fond des yeux. Dans ceux-ci on se ntait la soie de la douceur. (182-83) Les infimes dtails amplifient nos impression s, non seulement sur le phnomne dcrit, mais surtout sur la dure de la pluie. La natu re elle-mme semble subjugue ou en tat de choc. Une mtamorphose inhabituelle qui se droule spontanment devant le s yeux qui se lvent, devant les enfants qui rejoignent le spectacle gr andiose, cherchant une f licit aprs tre tant torturs par le soleil. On dirait que l’auteur de cette description auto-censure son motion et ne s’abandonne qu’ la fascination des choses, on ne se rend pas compte qu’il est derrire chaque mot et chaque image, l’univers du paysage qui es t en train de se dplier devant nos yeux, nous fait oublier sa prsence. Et ce n’es t qu’au dernier mot que notre atte ntion saisit la dclaration qui nous est faite sur une sensation p rouve par lui ou mme par ce cri de joie quel bonheur . Sensation qui semble humaniser involontairement le paysage minral : La terre savourait son plaisir et exhalait une haleine inconnue. Toute l’attention es t porte sur l’objet dcrit la

PAGE 48

48 pluie , sur les prcisions dans les couleurs et les changements dans la nature, source de l’merveillement : Les enfants sortaient, couraient, ri aient, criaient et l’ovationnaient. Le premier et le deuxime passage se contrasten t dans l’objet mme de leur description; le premier parle des mouvements du vent dans un dsert paralys durant une saison hivernale, quant au deuxime, il nous peint le caractre mir aculeux d’un paysage pluvial scandalisant la nature en plein temps de chaleu r. Il importe Malika Mokeddem de donner au dsert plusieurs facettes dans ses crits, non seulem ent celles qui reprsente nt sa terreur, mais aussi celles de sa flicit. Conclusion On voit que le dsert se prsente dans le s deux romans comme un es pace originel qui discerne cot de son aspect spatial des lm ents relevant du magique et du merveilleux. On tient compte surtout dans Les Hommes qui marchent du rcit de Zohra sur Djelloul et sur ce qui s’est pass propos du marcassin et la dcouve rte de l’criture. Quelques faits similaires prennent aussi leur cho dans Dsert de Le Clzio, dans ce que raco nte Naman en particulier : la bague maudite, les dauphins et le conte de Balaabilou. Ma el Anine gurissant l’aveugle ou Hartani qui parle un langage gestuel et symboli que. L’aspect mythique caractrisant Cheikh Ma el Anine est le mme aspect qui caractrise, malgr les diffre nces entre les deux personnages, Djelloul Ajalli. Les deux textes donnent presque les mmes caractristiques au dsert : le silence, l’immobilit, l’absence et la vacuit ou l’immens it du vide qui chappe toute mesure : si grand que personne ne peut le c onnatre en entier (Le Clzio 169). Nant derrire, Nant devant (Mokeddem10). On le prsente souvent en contrepoint avec la ville, presque tous les personnages vivent au bord d’un en tre-deux. Le dsert est aussi le motif servant de toile de fond la description des personnages. La premire partie de Dsert se dveloppe d’avantage sur

PAGE 49

49 l’aspect lgendaire du dsert et le prsente comme un personnage mtaphorique o domine un aspect potique trs vari. Quant la deuxime pa rtie du mme roman elle sert tablir une sorte de passerelle entre l’historique et le fictionnel. On pourrait dire la mme chose sur le rcit de la narratrice (Lela) et celui de Z ohra sur Djelloul qu’elle avait incarn dans un tout narratif et romanesque. Le tempo ou la structure narrative des deux ro mans ne semble pas tre la mme, bien qu’elle nous donne l’impression d’un e cohrence qui rgit les voix na rratives de l’intrieur. Le texte de Malika Mokeddem nous propose un rcit au tobiographique qui se ve ut fictionnel et tend par une mise au rcit des dates des grands vnem ents historiques de l’Al grie de nous soumettre un dessin chronologique de toute l’ histoire. Le rythme de cette chronologie s’acclre depuis le troisime chapitre et encore d’avan tage vers la fin du roman. Quant l’aspect fragmentaire ou d’alternance qui caractrise la structure narrative de Dsert il finit par trouver son achvement dans l’autre rcit qui articule sur la vie de Lalla. Il est viden t que les deux textes racontent, en partie ou en dtail l’histoire du colonialisme dans le pays du dsert et que cela implique l’existence d’un discours politique que nous pourrions lire directement dans les propos des protagonistes ou dans la majorit des rflexi ons qui nous ont t faites par le narrateur. Une dernire chose reste souligner, c’est le fait que chaque roman dcrit sa manire la vie d’une enfance. Le Clzio dcrit de faon particulire plusieur s enfants : Nour, Lalla, Hartani et Radicz sont des enfants au caractre trs pu issant, ils cherchent une place dans un monde rducteur et amenuisant. Toutes les deux, Lalla et Lela sont de scendantes des hommes bleus (en plus de cette consonance qui rapproche les deux noms) et qui partent la recherche d’un autre ailleurs. Si la grand-mre de Lela lui a choisi son nom (Lela, nuit), Lalla sa naissance, n’avait pas de nom : je m’appelais Bla Esm, a veut dire Sans Nom (Le Clzio 352). Elle portait

PAGE 50

50 donc le nom de Hawa, celui de sa mre. Ce qui importe dans le roma n de Le Clzio est le regard que l’enfant porte sur le monde : le regard de Nour port su r Ma el Anine ou les images qu’voquent les signes de Hartani, en fant qui, pourtant ne parle pas. Dans ce contexte on peut songer aux diffrents thmes possibles que le lecteur puisse imaginer. Des thmes comme ceux de la parole chante : la Hadra et les youyous dans Les Hommes qui marchent les invocations ou le Dhikr mystique durant la pri re collective assiste par Ma el Anine dans Dsert l’apport de l’expri ence spirituelle, la po tique des noms propres, le got pour les lments naturels et le regard passionn. Une thmatique qui reste explorer par les lecteurs ou ceux qui s’intressent aux tudes critiques et littraires.

PAGE 51

51 LIST OF REFERENCES 1. Abdelkfi, Hdia. La Reprsentation du Dsert Sfax: ERCLIS, 2002. 2. Barthlemy, Guy. Fromentin et l’criture du dsert Paris : L’Harmattan, 1997. 3. Boulos, Miriam Stendal. Chemins pour une approche poti que du monde: le roman selon J.M.G.Le Clzio Copenhagen: Museum Tusculanum Press. 1999. 4. Cortanze, Grard de. J.M.G. Le Clzio Paris: Gallimard, 2002. 5. Domange, Simone. Le Clzio ou la qute du dsert Paris: Editions Imago, 1993. 6. Hdi, Bouraoui. Transpotique, Eloge du nomadisme Montral: Mmoire d’encrier, 2005. 7. Helm, Yolande Aline, ed. Malika Mokeddem envers et contre tout Paris: L’Harmattan.2000. 8. Le Clzio, J.M.G. Dsert Paris: Gallimard, 1980. 9. Jemia, & Le Clzio, J.M.G. Gens des nuages Paris: Stock, 1997. 10. Nauroy, Grard. Le dsert, un espace paradoxal Vol 2. Bern: Peter Lang SA, 2003. 11. Onimus, Jean. Pour lire le Clzio Paris: PUF, 1994. 12. Ouellet, Pierre. & Harel, Simon, Lupi en Jocelyne et Nous, Alexis, eds. Identits Narratives, Memoire et Perception Qubec: les Presses de l’ Universit de Laval. 2002. 13. Real, Elena, & Jimnez, Dolores, eds. J.M.G.Le Clzio Valencia: Universit de Valencia. 1992. 14. Redouane, Najib, ed. Malika Mokeddem Paris: L’Harmattan, 2003.

PAGE 52

52 BIOGRAPHICAL SKETCH Lakhdar Choudar was born in Sidi bel-abbs (Alg eria). He earned his Bachelor of Arabic literature from Tlemcen University in 1986. He was working on his Ph.D at the university of Oran in Algeria and doing his thesis on Poetic s of Sufi Writings before he moved to United States of America. He is now in the PhD Fr ench program at the University of Florida.


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID E20101204_AAAADD INGEST_TIME 2010-12-04T21:56:07Z PACKAGE UFE0017884_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES
FILE SIZE 1053954 DFID F20101204_AACBSI ORIGIN DEPOSITOR PATH choudar_l_Page_49.tif GLOBAL false PRESERVATION BIT MESSAGE_DIGEST ALGORITHM MD5
3ec8cf5467c50e56623b9c44fb6bf8ec
SHA-1
a27c449844d3ea25c2c5cb2fd05d23b66f466bb8
90368 F20101204_AACBNL choudar_l_Page_20.jpg
ac70330ebff2228fe280a5931f91d495
6549a25f9d0c549dc584453c5127d5d9111331ec
6648 F20101204_AACBXF choudar_l_Page_12thm.jpg
da5375797c9fffc86988698be87d880f
f0e99203de4d220cb561c9d2b44ac5c394144464
F20101204_AACBSJ choudar_l_Page_51.tif
de35bd3cfa1891e429c44ad3f031139b
e242f1c07126fb1cf9a9cc26d54674b8fe7b53e5
90784 F20101204_AACBNM choudar_l_Page_21.jpg
ac56d0326d6b6467cf90489aab51dc2e
f2f7758f8b96bea65a678b06f6c10cb8981804e3
27504 F20101204_AACBXG choudar_l_Page_13.QC.jpg
7d5005669c2dfa3f2df7a50e21c09667
b2ac0058a975c929d39efc97ec83c1eab1ff95be
F20101204_AACBSK choudar_l_Page_52.tif
a70db31523fceb275b6c1fa0f05de177
109ec87af5c47db33affce3b8e956184d23e7c34
91512 F20101204_AACBNN choudar_l_Page_23.jpg
97bd37548e129e2a37079eb86872dcaa
5d96fa573d55aa6cacd0a34efd533a37424ddeeb
6319 F20101204_AACBXH choudar_l_Page_13thm.jpg
71087d22656f11a13a89f98e37bf5940
ef61200e5cd09dad0f5f56f298035ee6c6607a4f
7779 F20101204_AACBSL choudar_l_Page_01.pro
1f44241229fcf327c7b26f2c37c73009
a08f522786a3ee1e4c492fef04df2c900025f214
93555 F20101204_AACBNO choudar_l_Page_24.jpg
f6fb49878106cbbf940d5199e094c96a
5d8ea3e12badb3c268382552142bcb28c1ba8568
26137 F20101204_AACBXI choudar_l_Page_14.QC.jpg
3a8185ddcc5fde5a567bc102b2d25947
ad18ffae0b248013e03ca985390cfa03a0b99470
1172 F20101204_AACBSM choudar_l_Page_02.pro
169fff1094d4aee32b2a51c051476b79
6f27388e609cab3b56295878abc24b6a2108fa57
92432 F20101204_AACBNP choudar_l_Page_25.jpg
65183f3827ba3d4801fab32db0904c6e
fe11f268f104ac572435a46f472cbb3eda33405c
6314 F20101204_AACBXJ choudar_l_Page_14thm.jpg
d8b5adac3f5d2eac1a84ca895d65fd01
9e753430a70629a6a71cf5d3bbd0bf253bd611a3
27410 F20101204_AACBSN choudar_l_Page_03.pro
57e8ae3f59043bf4fd1ae5d4d798e428
85dd334a34716d06439c5685fd27eb9d1b97c3eb
88207 F20101204_AACBNQ choudar_l_Page_26.jpg
ff3cc175d2f3e054010d8f5c6cd00031
19c55652d8779ba5ce052c535def668a437c239a
27244 F20101204_AACBXK choudar_l_Page_15.QC.jpg
3a5e87738902ae7e8d3cfa1e4fefcbd6
dbba73a7a7514cdbc12cd1fddecf8fdb197d3ae6
49179 F20101204_AACBSO choudar_l_Page_04.pro
987452ef26959da0774786d358e8dd2f
b81b48c29cdb5276647f1b1f622848dc15705523
84891 F20101204_AACBNR choudar_l_Page_27.jpg
b8352e2cc1e447c2cef5798ffedc4097
934dff917694de42d56f40536aaded5269291e99
6451 F20101204_AACBXL choudar_l_Page_15thm.jpg
5927d51aa69ca16668f72979b13eb2d5
63440347b718921bbb770236c30155735bed82c0
93564 F20101204_AACBNS choudar_l_Page_28.jpg
ded67fd8bc978a58e913274a6cd094b5
3337de9f5b4de308bb9f28fb82a760514ee44640
6798 F20101204_AACBXM choudar_l_Page_16thm.jpg
cc46abac1bad4cf0266f94191d8bc8de
d10b7779358cfa018c47b594b2bdd3baba07b22d
43581 F20101204_AACBSP choudar_l_Page_05.pro
9919572f9a5a8baeabff8cdfd243c7d0
13d479e278cf39a9fd304ff39d5ebac97c29e8ef
99689 F20101204_AACBNT choudar_l_Page_29.jpg
6725900290b6ebb7d6745f0033f90897
c26de02f9f57ff4afcb4e509c9a1e078a8739090
26453 F20101204_AACBXN choudar_l_Page_17.QC.jpg
2c043730e21b81f9e534de6015fd0301
bba54bf7729a3c7b5062b350d374f0678426eefe
7489 F20101204_AACBSQ choudar_l_Page_06.pro
1b9745791f49a47a333e586ae308da6f
ffcfbeabf03b32bb4ab7ed4098b811ea4137d900
53342 F20101204_AACBNU choudar_l_Page_30.jpg
1d2d36a0cd53233cd90600f80b9dc5fe
fff30f480189dedc635bc2693657399de070f705
6674 F20101204_AACBXO choudar_l_Page_17thm.jpg
19c49bdb2762392c64041027fb700235
a6fbd69118aa89657e6fb0b205f8e134890e932c
54934 F20101204_AACBSR choudar_l_Page_07.pro
0ef8515ed96d0361fed27dd6abcd9587
e9e0a9e1fd454a6474ae990de06ce0b889e4cac7
89004 F20101204_AACBNV choudar_l_Page_31.jpg
df74066eb8e6f2ca7161a94604364135
9eff563d032f266f89ff03ab72bc66c6a217694c
27675 F20101204_AACBXP choudar_l_Page_18.QC.jpg
e41ece484f035321383b2b53ee26e503
94d902ae85ee64ea5b806b72a10a67ec8a8ab6fa
52841 F20101204_AACBSS choudar_l_Page_08.pro
e1cc3b27812aece4046c48cd9707829f
106a35dafc38e61b78bfa06588929717a5bca995
17679 F20101204_AACBNW choudar_l_Page_32.jpg
7c514608029ca0318b5ecd5978d4dad6
4b0fb6557a81e6b216a52a6b2553d808f95881a4
6735 F20101204_AACBXQ choudar_l_Page_18thm.jpg
f191ef03a9b49beb639db36b44ac862e
e2aa72a5dd2c60b1d92d23026476ae4825a1d683
56156 F20101204_AACBST choudar_l_Page_09.pro
157476dcabb10155b3b03d018634e628
3fe3b5d2ffdc55c31bd3b35e7fd0a5ad06dadcca
28726 F20101204_AACBXR choudar_l_Page_19.QC.jpg
b515bef0748c6f0d01ba19ee29dff66d
a94ef5cca781267e1a0a1d30689622063681f3bc
65207 F20101204_AACBSU choudar_l_Page_10.pro
50a31d493c7d5108d3b529a2114843d0
c083ffae82c902adffed99cccdf2f1d04be32807
87770 F20101204_AACBNX choudar_l_Page_33.jpg
d10155380cfb9f2568127f5379f10b59
2972941bce79615a68c57071d95ca7211530bd7b
6943 F20101204_AACBXS choudar_l_Page_19thm.jpg
b528cc930243a18b4da204afb851a9e2
a606bfaf03e24c12e34d307edf489299b48b704c
11523 F20101204_AACBSV choudar_l_Page_11.pro
928abb10bf1055ab83a143936373badb
0ea0d0e8eb67481fb4e8019ddb804a01f5d9dd1f
100539 F20101204_AACBNY choudar_l_Page_34.jpg
bab6211c19e59c1bfc3e8731e21b201a
00bf9eb597753308fda0561e47f251ea0c89ca46
28916 F20101204_AACBXT choudar_l_Page_20.QC.jpg
6d7ff65acd64f4cef3728f17db3aa8d2
c4b484e83669870329a3b1ca82e1979236075691
67022 F20101204_AACBSW choudar_l_Page_12.pro
7054b5c5945534bea71ce0179db52fc2
b066bd6616767a1bca58e8d0e84c0a0ffa4ea9c3
92394 F20101204_AACBNZ choudar_l_Page_35.jpg
a3d186f1f0cc10c8984b4816f7da0095
e55566c5979e04578c0e9bf6af527c6c8b62252d
6486 F20101204_AACBXU choudar_l_Page_20thm.jpg
a3ed638fafd68273be5bf5bfa2ce7ad9
bcfe4f5dd92eccb2e7a38fd12acaef2d6dbefffe
54457 F20101204_AACBSX choudar_l_Page_13.pro
c594d1deaba01910d7ba0a4b97792ab5
42990382b764aa8a6908dc5707c6f9b2e4444c9c
6419 F20101204_AACBXV choudar_l_Page_21thm.jpg
fa7ca955f9beaf4a879c0d5fb36218f3
c2156831f26038370156921c3ba65c8d78e1b993
51932 F20101204_AACBSY choudar_l_Page_14.pro
b69654a1befec6058aef38050d449761
74956a9ade686a1c3ab542ee45577a67216bf2f2
26071 F20101204_AACBXW choudar_l_Page_22.QC.jpg
0380e476b5c07021c1055b95a01f91ef
445b8b4eafc040eba31c6e49ed17e04b43fa10ed
120079 F20101204_AACBQA choudar_l_Page_36.jp2
ef7019094c5a32f42f2205cad34c9be1
42b89285fb05ff2ccbd2484d5e9013d132d1e828
53531 F20101204_AACBSZ choudar_l_Page_15.pro
37c0fe2f06a7e63816f211a8e9c1135f
47c337329cccb4fcaf38c270733a11eedccb58cc
F20101204_AACBXX choudar_l_Page_22thm.jpg
3bc58c5bb16cea0ec91c187a56caac1a
f92cd5598809d1875a2d84b69c24520caddf0eeb
122365 F20101204_AACBQB choudar_l_Page_37.jp2
a5e5b7f04ea8f70be5aac04f4e430a41
65447082df9894e082fd907d23ccd856218d0923
26947 F20101204_AACBXY choudar_l_Page_23.QC.jpg
26914c7dfe635395ddb55ce3a819ecbf
d9c44c8860175ab70cb915eded8f2cf83f61eb8b
126998 F20101204_AACBQC choudar_l_Page_38.jp2
fbdf3f83a3de8f42136ec695ae7e124d
cc00094749e7d42a663f99958054b3c96c41350d
2246 F20101204_AACBVA choudar_l_Page_19.txt
7f956e3d66029be2fbbcb81743b55a4e
cd11fcafe89e77d5d8b53f62b0c78bf8178a92a1
6369 F20101204_AACBXZ choudar_l_Page_23thm.jpg
742e34ee3864e7698559f8f9f88029cd
8c11b02e45e9a237d70b57785bd39919a796773e
116980 F20101204_AACBQD choudar_l_Page_39.jp2
b06a1d63c61ca3493ba0ea5d105c101e
8c8a341db4d4148f8cafde479d020746a93f2c0a
2215 F20101204_AACBVB choudar_l_Page_20.txt
1b30f2f6fd5992f7df60c3720941b55c
44255aec9e10b0b66d43eb3121645c207dfc0348
120057 F20101204_AACBQE choudar_l_Page_40.jp2
169d6ce6be28965eb0695df62e9ec435
8a21277967d92b791585236148a4c7db1e824170
2145 F20101204_AACBVC choudar_l_Page_22.txt
73c258575051f764ea751e8d9cbb2b9b
edb68b50f56241d7acb05c1798bb4e98b9879faf
120167 F20101204_AACBQF choudar_l_Page_41.jp2
b714d595c658fb015ced63569da710f8
dd4032717585e558b0810545237df7faa88c8032
2298 F20101204_AACBVD choudar_l_Page_23.txt
dd41994cc0fb4d2b3b6d0fb1a3197a5a
6685cd5f32df593b53d5e2dd9c9cbd992d21d677
127996 F20101204_AACBQG choudar_l_Page_42.jp2
f63404297c3f853b31bce28d49d791bf
0ee9edc99326bdbfb4247682a8dddb783d36011f
2343 F20101204_AACBVE choudar_l_Page_24.txt
75f616abe22ddf769d3604e9f545b80b
4a663406b5313c0b44dec7e71adef768d51c44f2
125222 F20101204_AACBQH choudar_l_Page_43.jp2
184aa9884338979b78a1dd0062c31c2e
30446712137d0a1aa5242a057cc459ef3dd46ff9
2247 F20101204_AACBVF choudar_l_Page_25.txt
91e5540e1dcff21f2b48e3c72bb66c01
c461cc9dc527e2018cc76a98ccfd00cde7edca28
120588 F20101204_AACBQI choudar_l_Page_44.jp2
bdb403a4b4677ee4638e95aa8ecb40c8
da2f39ae938c2cb9d865cbc63f07167f3d6da737
F20101204_AACBVG choudar_l_Page_26.txt
227d3435bb2a6345da5e352d96efc89d
d2207a3521c1319d427674e8ab240be62a54e6b4
133568 F20101204_AACBQJ choudar_l_Page_45.jp2
f5c69805867bdac474fa0586b84586ea
449845159da72f604a822a51cc8052a3d2d5f8f8
2099 F20101204_AACBVH choudar_l_Page_27.txt
edb9846e09f4572f1a27edd4ce139bad
64e1d712d966ee9f2bbf02a1401eb1b6bfe0e658
140600 F20101204_AACBQK choudar_l_Page_46.jp2
a46568d466b6ada1575a97f7d0553ea3
eef1942eacd00eb2f23939eda991a61adc4345ed
2317 F20101204_AACBVI choudar_l_Page_28.txt
d900ef43944a3fe156471a9ae1d6f5fd
558440c3a01059f386cb5c29e6acf9d22182ff59
143148 F20101204_AACBQL choudar_l_Page_47.jp2
88c0eebba42db3822968ec0d75052d56
c8fcf37dd0ec6858c134d8848a10f1f6cc20cda7
2554 F20101204_AACBVJ choudar_l_Page_29.txt
60693d40ff851a967f192f03ebe551f9
6c55a411c56bed06de31cc371178926cc96ec7cd
113622 F20101204_AACBQM choudar_l_Page_48.jp2
45bf8756a7b86f4d6145bc876451f055
57835383dacfd235b69e847146b95068c5bf8419
1278 F20101204_AACBVK choudar_l_Page_30.txt
e45a883735ac1a7503791a47412687bc
c6cf01a117e7c406ce58842dbde1c1fc318f6ed0
48037 F20101204_AACBQN choudar_l_Page_50.jp2
6ff3e6978fc01fed823ef622f8bc791a
562e8be5696b6f655933ab91fd72e3e32e546761
76583 F20101204_AACBQO choudar_l_Page_51.jp2
f72ee53cc84b91e894859f25ab5c8e05
91abf774056b859689a97ce731eea3d3670cc0a0
2214 F20101204_AACBVL choudar_l_Page_31.txt
5102c84d9543d7472cdfa1e89f58ba74
b8bea1325624b0e5e359bb99da1d440806d2c8c2
25291 F20101204_AACBQP choudar_l_Page_52.jp2
36262e486b62c939636b0a2613db6bbd
3ab871463e9fb70a52dd247b341c7aab1a75d008
2278 F20101204_AACBLS choudar_l_Page_21.txt
60cabaec9beae934d923f89fe8d86739
4e1d0aef18a7539588a827064e0c28404f89a6f1
367 F20101204_AACBVM choudar_l_Page_32.txt
765dcc8be983d56fa3b8ac84c5a0521a
8767219f49bce17c813fc0cf17e4b339133ff6c0
F20101204_AACBQQ choudar_l_Page_01.tif
bbd10de1166e34739020a05246999263
227a2717d3ca40d2c76e3c7501a6095dc6aedacf
58817 F20101204_AACBLT choudar_l_Page_35.pro
4b2d2290a86daae6c8084a49a5ff13c0
b2f4f7677cb7a2630a19d2403bffb78eab9227d8
2282 F20101204_AACBVN choudar_l_Page_33.txt
293fafe02a3e9c0c25404efa6348cc03
ef238e21f295a44418553760f58dafe8bd40052f
F20101204_AACBQR choudar_l_Page_02.tif
47afb4615d5192b777702700d4d71dff
c0f8060ed60d9580d5a42c1141d0cfd2993596ee
F20101204_AACBLU choudar_l_Page_05.tif
6a2bea044edeef342edacf21c2adfa29
7f4e5ef9e4c877584e5421dc80ceb57ed5852ded
2483 F20101204_AACBVO choudar_l_Page_34.txt
813f0062c31bddf5bb6cc235eaec728b
9b5c522c9f02d7eabcd1fb1405c22124c9353ae8
F20101204_AACBQS choudar_l_Page_03.tif
1fdc09e8a65d435df6806c30a5b538fa
eba92b3ffa3c382a58b169efbdf27ed79f570377
2428 F20101204_AACBVP choudar_l_Page_35.txt
884e53b214cddc5c3f2477f4fe5c3fab
80a28bda1c8f754e8cf2ce002ad6d9837b3eb828
25271604 F20101204_AACBQT choudar_l_Page_04.tif
4b3903e33fff57c449bb4672ce89ac39
813c96eaa94e9aa10eb31dcf837951c59b8d1ec5
84714 F20101204_AACBLV choudar_l_Page_22.jpg
3987da93d37c99a9f6c113b5fe38d853
45afd5e3716225ab35cda41e08be04266773c2a9
2286 F20101204_AACBVQ choudar_l_Page_36.txt
28d4c9b88029a5a828cda76eebbdabb8
6e5a666fc56d83053095a06bdf14ef0aca286972
F20101204_AACBQU choudar_l_Page_06.tif
652e2e7b6d3692aacd14a6667c20a761
330615041c28dc7f13d539a25d27a90f1a8373bc
6823 F20101204_AACBLW choudar_l_Page_44thm.jpg
2d6aaead50720c8f4c80f1786cff797b
c90a4af803e18c2529a2b8b34b837153c6786440
2395 F20101204_AACBVR choudar_l_Page_37.txt
4d060b33789c5ee708f293e6e267987a
0caad33a77060eb6365b4d5c70c0193ae4d6eaa5
F20101204_AACBQV choudar_l_Page_07.tif
20883a7d71ba4830ce6090b688afe925
79c2b65c33b41b91cf5067534a5efc90511d10d0
28230 F20101204_AACBLX choudar_l_Page_39.QC.jpg
b3bd093233fab20d61fb787097a0a3ad
40fff5ae903b623b6f6aedb89aacbef04f3a56f7
2276 F20101204_AACBVS choudar_l_Page_39.txt
c4a514832120e6abfefd0ea336eba61b
85c9e525d3e67e1076f9d31c8e7a09a9d69eb4dd
F20101204_AACBQW choudar_l_Page_08.tif
dd5f8d0256cd2583f58c1b8cb138266f
be39e40d67a83a3170e67763097b770a2ff91bbc
2171 F20101204_AACBLY choudar_l_Page_18.txt
abc29ac301d054c9f63a51942bf5489c
8091b901f4800d855597329c8bd17f64f88437fa
2348 F20101204_AACBVT choudar_l_Page_40.txt
1eec6b41fb485553a156d31a52af6a46
51e8eeea7ddea1f755cdd3d68467b1d8e0685c2a
F20101204_AACBQX choudar_l_Page_09.tif
ebd1fdc61e516c153648b66efcb34254
a9ceda07a98975d19c520a93a21d9f2b4a28630b
F20101204_AACBLZ choudar_l_Page_16.tif
4fb778e138b4482fa34cdedbdb33bbae
8ce9f7d16de13124946db3e42fbc7d789cbf708b
2329 F20101204_AACBVU choudar_l_Page_41.txt
af88e352e1c28ec52e9a8e3dec7edd02
e0c7a721c90ec309671bf6c884a314ac9e74e839
F20101204_AACBQY choudar_l_Page_10.tif
32f47274553a7b154f7575b0f9531b0d
2ea36546ef1972776d87c4497dbd98d003f87ab0
2429 F20101204_AACBVV choudar_l_Page_42.txt
64860f6a0646c72c4499754106177e9a
c8c727c487813208ee29bef3c23a658caa914998
F20101204_AACBQZ choudar_l_Page_11.tif
d6b63616b9a5855dd42f3d15ae837349
774f05df52c4e0688045a68bad1ee7cfda8502eb
2442 F20101204_AACBVW choudar_l_Page_43.txt
e07371e6dfea31bc7ee133b07e285e2f
567aa249cc2eb153c999ba1bf54ea47a0d347a28
92363 F20101204_AACBOA choudar_l_Page_36.jpg
ceae241d239262ee071a79b97532034f
c98c4646d60ebe1ec608b74ae7cf683e5c3d06b5
2269 F20101204_AACBVX choudar_l_Page_44.txt
b3489c7512e4e2d7a7754159770bb9fd
25fec5e5fd526f2af6f30253122e9bfeb28dda99
92897 F20101204_AACBOB choudar_l_Page_37.jpg
489bf4208512d90101d9d4c3e09cf870
d01aae874f1508761d82e87197c1b4a8094a8d8e
2609 F20101204_AACBVY choudar_l_Page_45.txt
6c4664fcb8a0c9d243dda50e1c88bd8e
008b6998e0f9aab9fa1ec17798f732478b9592af
97571 F20101204_AACBOC choudar_l_Page_38.jpg
966f8c4ce9eee078afd0afb5e50b5507
1a14a6253c5928b6fb938bb440a05ed3afd377e2
55453 F20101204_AACBTA choudar_l_Page_16.pro
558c73bc15c4a9d3ea5f60a421e0b0a0
b489d2b5d97390e5f36edd6aec0f9d51782d43f6
2936 F20101204_AACBVZ choudar_l_Page_47.txt
7a2a21d47c77ae4268a9b4aa2f7f0cc5
b2f73286e233050f345b826219f840858481aaf3
89541 F20101204_AACBOD choudar_l_Page_39.jpg
78c81c51f045f73c82826de7dfe2f9e1
daed73f9228b25f8e6fb7b0af8ed33d601a7bc1e
55110 F20101204_AACBTB choudar_l_Page_18.pro
296cfa2ce88ca619207aa8fa2f4c253e
b935cca7a1b3be1935683a0028d9f7ea35108e85
93198 F20101204_AACBOE choudar_l_Page_40.jpg
1ff818a278b6c70431f29a72f5e192e0
5e325df4e51c4ea1a40efc823c8e8071f0e7bd79
29299 F20101204_AACBYA choudar_l_Page_24.QC.jpg
a20642a17e8fcdafde149dcf5e65d83f
6a3924cb6e646b55c16b7aca0941864ff1eb6def
57379 F20101204_AACBTC choudar_l_Page_19.pro
a40abedc5d53ec74896a1009c9e5fb06
16661db587082cf0f2b5d5715186a79a28156ebf
93889 F20101204_AACBOF choudar_l_Page_41.jpg
476a1fe3b90b27927856d6c322f56d20
c2797713ff93f164617c7482ba88617c8b93d004
6844 F20101204_AACBYB choudar_l_Page_24thm.jpg
9c1b9d52b15c58e058ab83203733fdf3
719e0b692b29ce38741e44ad3347bc14cbe47c68
55608 F20101204_AACBTD choudar_l_Page_20.pro
3e7c506375ddb2a7b899bdd30483f869
699376dce5e3619bbceac786bffca2e5d9ff307f
99318 F20101204_AACBOG choudar_l_Page_42.jpg
9cbfc4132b51d5c94819d68d3a4b7477
36753291268f9b97984ddf14a45efbd72f42e24d
57032 F20101204_AACBTE choudar_l_Page_21.pro
c3f473ed2f5a3762d602437afdcfc12f
385be00a1708893be12bb273dc8b606162391581
96330 F20101204_AACBOH choudar_l_Page_43.jpg
6cfa0183689a90539994d4688de78cfa
21ebaf62b20d64700afbd752fa2e44dd62371245
28809 F20101204_AACBYC choudar_l_Page_25.QC.jpg
e5434e950803560815583a7e98382899
e420f5a4ee375652cc9401f9aa957eb40f2b5a68
53849 F20101204_AACBTF choudar_l_Page_22.pro
f70b619ec97a600f90a8359e3c1a8775
2f1f3027b1685ba001947944ee21d3c08b434c68
92703 F20101204_AACBOI choudar_l_Page_44.jpg
fab198674dcb51a188843d1a92e2f4ea
6275df00e9ec350e3583d9400a131a24d03fc907
6877 F20101204_AACBYD choudar_l_Page_25thm.jpg
8129267c1ac35b9942c1e871b3fed7f9
4fc4d69b80944e21f334fc9acfdd2201937c1297
57910 F20101204_AACBTG choudar_l_Page_23.pro
fa9ce3ad05893d3d37b2e32e54a7c223
b8f8862c46071a2ffb7894c218269c2db2dbc48e
101708 F20101204_AACBOJ choudar_l_Page_45.jpg
13f7602eb59b7b6fe6525f2a88980f4f
0246995b80714f36a7e6fb58d93995684c58e879
27301 F20101204_AACBYE choudar_l_Page_26.QC.jpg
153a5a6da6e1f3efc877e8265eff4768
5916f35331e5110e14d69ce61ff51072a811024f
58889 F20101204_AACBTH choudar_l_Page_24.pro
1d562936cda7087b073ceba871aef47f
ad78d0d77533279d01c5d8b5e405696997417af4
106289 F20101204_AACBOK choudar_l_Page_46.jpg
ade94f981ed644ac907e16cfdc542b87
6b4a681f8c6cf0a174cca5ae98d5acf7adc3a64a
6633 F20101204_AACBYF choudar_l_Page_26thm.jpg
6842f62343255f83dbe796f60c6601a7
56dd469059a036a077e7feb9f159636e661f4ac8
57079 F20101204_AACBTI choudar_l_Page_25.pro
6b543e3cd8bcbbea636938a10a6c7203
2124bb86370b5c229303879f6bf69c7ae41a1e8e
111570 F20101204_AACBOL choudar_l_Page_47.jpg
a6f5d99c969f1565677a8de843d51805
5918f10698fb3c9619acbba21ee210e7755bb496
6414 F20101204_AACBYG choudar_l_Page_27thm.jpg
3c68b4055b92778ca796b4d7b8e9d7c3
ef3daf60cf8ca8e9facfb34b0256fc1431542e63
55397 F20101204_AACBTJ choudar_l_Page_26.pro
07c3f0d0ffdb3b06734c702e9c67dad3
4d599d3fe28e49223cf70089f86e526fa0ab6ff8
87135 F20101204_AACBOM choudar_l_Page_48.jpg
3593038bc2b8b3a3952db508818d1c66
5d5147cb373258f26888b79499cf2ba85fd8fc7b
53275 F20101204_AACBTK choudar_l_Page_27.pro
5472b4c878867c5a6a0eb15fd6536703
568c16cf1b7cbbc5ee70de58024fa081a9fc2a83
91180 F20101204_AACBON choudar_l_Page_49.jpg
fc5f024593ca32b66c2d05439c873159
d13e6388a56ef03db9cc183ce22d18722ee81bf4
6808 F20101204_AACBYH choudar_l_Page_28thm.jpg
b881a01e341cae7e84b793021dfda4af
8bcc8012c44606f0d548aea789dc971a272fe235
58281 F20101204_AACBTL choudar_l_Page_28.pro
fe287db61a6b53aaa6e92c730dc4b0d8
ed8927a1677f5e9761363079e49c0553109ed0a3
37552 F20101204_AACBOO choudar_l_Page_50.jpg
f5cdda73fb46922d63e149450e924c4b
e0ecb4e2698239fdbbb7266fe2ce7e3b6b80d5dd
6815 F20101204_AACBYI choudar_l_Page_29thm.jpg
7c020bdbdf39a927cc424f3b931f7325
d7e88eda1ff0ea4a114de23a2876d2c20484d07f
64367 F20101204_AACBTM choudar_l_Page_29.pro
ec33e1a734bd99a814bb56614b30bfb5
3796e968b341531edd3db39ede4481f57d96a59a
60554 F20101204_AACBOP choudar_l_Page_51.jpg
83e1113b3a6930dc0446de9d16698ea4
4af6e51993f51121c1667f1c8d0ecc0c27195895
16982 F20101204_AACBYJ choudar_l_Page_30.QC.jpg
d19739d9036e3fab624ab34b741d625b
02c111e0981b3ec67b8128d413846494eb0f8265
32037 F20101204_AACBTN choudar_l_Page_30.pro
a014692486afbc1aabefd1bca2d4511f
c1731361fe1f57c4c4f93730308b27b3f87e8936
20606 F20101204_AACBOQ choudar_l_Page_52.jpg
d876af61f6b7bdaf1277f4e5bc12d050
8a5ef4ffcb7bcb41592ae77de01646d5e0d71ce7
4168 F20101204_AACBYK choudar_l_Page_30thm.jpg
0138171a8fe954b3b5b33d92f573ad6b
1417cffdb208976ea45d434d038e4522f2aeabf9
55432 F20101204_AACBTO choudar_l_Page_31.pro
ddfd3bf7fd2c4a2d3f5f4164845b53da
8dea56753afa017d55a136df9d96f252b6dc0ae5
24311 F20101204_AACBOR choudar_l_Page_01.jp2
7649b78267051823941b75dfe7cbc6f8
c6ef11b1702f01b510e8191578443a02e70591c0
27491 F20101204_AACBYL choudar_l_Page_31.QC.jpg
d01492638044d257c176e60351d2a154
0c813c716cb243120964bcc28819f290ccef7176
9141 F20101204_AACBTP choudar_l_Page_32.pro
d99f49d4953c095294bf8671c995bedc
1ffefdbddf0bec4c18477026bb574202c24b3fac
5967 F20101204_AACBOS choudar_l_Page_02.jp2
343db1a07099382bc467c0a71b86a645
7f23ab151c8614fa630eb933e646bc3fea5da7bd
6580 F20101204_AACBYM choudar_l_Page_31thm.jpg
c2c90f105904b227fd63e2a356f8163c
b1110ddfc15c12f652dfd2692f05cfecb391e57a
54743 F20101204_AACBTQ choudar_l_Page_33.pro
0bd455cd1c18b665f25cf9c9d5f365a5
405e668165e6c5ab07a002fe5a16b3dced48c31f
62008 F20101204_AACBOT choudar_l_Page_03.jp2
d8ad254ff14079db1e5207f440d353ec
817c8f01613454f11ebc4ee416a30b7f3a994b87
5729 F20101204_AACBYN choudar_l_Page_32.QC.jpg
54ffb54f06000c171d10bb63a46c600e
b57443e4ecfa7fdcc3d90eeed6632882c5f32a0e
62758 F20101204_AACBTR choudar_l_Page_34.pro
60adf9012615fbabcbcd8d9da8fed298
7020d82723bab0ae764b34039394373a9ba25cd7
1051950 F20101204_AACBOU choudar_l_Page_04.jp2
d61d51056fd087af46593df8d481370c
f99cd4a45d42598e7285839b386a428791570643
1565 F20101204_AACBYO choudar_l_Page_32thm.jpg
af9411da27b7c3d888122e5d84e581f3
2d644ffa39da1e915e8152f9bce4a3e03ec10366
57687 F20101204_AACBTS choudar_l_Page_36.pro
da0b3276ff982a104b79723932d0c205
526cd1a50da94c529e42d74db44d8e6653f05ffd
94389 F20101204_AACBOV choudar_l_Page_05.jp2
f6ec35332d7cc2f845693d70a1c6096a
1ed426499e99f9b311aa79124b74751912fa0a38
25528 F20101204_AACBYP choudar_l_Page_33.QC.jpg
400ddd830cca5ec5476bfd1341bea01f
5c9fa01d9c48e3a46cc4e7f265c4718113e622cb
60576 F20101204_AACBTT choudar_l_Page_37.pro
1f3f92df9ff8e8dd8e475bafe1bc1e63
b8fd7a7dedc58cbba6559072f84b4d48629b3aa2
18979 F20101204_AACBOW choudar_l_Page_06.jp2
f6ae3c174e2a19a84ae896564b02f769
e67a3ae46c382c9a0cf96581287f113b08eba63c
6145 F20101204_AACBYQ choudar_l_Page_33thm.jpg
5a199a5e49af20ecca06a547dd6464cb
a950e0b6965afecd44ea99caa0af3e1d0255e1ee
62676 F20101204_AACBTU choudar_l_Page_38.pro
568b7600a6d026a460d75cb3451ed926
50fc5f57e830522e446175d3f3e628763c6268a2
116649 F20101204_AACBOX choudar_l_Page_07.jp2
164df680432a44be5db89f2ef69f9333
119eb25d8551623cff59c819a036f9d48922e577
30403 F20101204_AACBYR choudar_l_Page_34.QC.jpg
a3a8d20005bbe1b4f33bed9652c543d3
a7c9cfa42f8026c3ff195c19dc275f7a05561bee
57305 F20101204_AACBTV choudar_l_Page_39.pro
3de56af5a5213a8ef2e9305944353ee8
e1a45260a1e653528cd01ba409c447d9dbac961f
6845 F20101204_AACBYS choudar_l_Page_34thm.jpg
7cac5ef7a0f689755ed0f88554fff980
3d96ee9a29cd73456d63a52577ffb76ed016bb46
59540 F20101204_AACBTW choudar_l_Page_40.pro
ad05cc46d3e640d0198c54cdcf5ae6f3
2c1f4a8104f8390a1d6a8aa4ad87cd2930f230e4
F20101204_AACBMA choudar_l_Page_23.tif
58dd6600c8ace7fb61846ce68a555cf6
07252603dff16effd43b877de1931f4bae4b9a26
113929 F20101204_AACBOY choudar_l_Page_08.jp2
3437f22c4fb2d5eb5bbe029f7b480104
f7511daecb3adc2bacb91a2465b269e22b9e9aec
27871 F20101204_AACBYT choudar_l_Page_35.QC.jpg
9f90a6388cc5a3a3542bcfff88d8ce45
07bef9f63e31ec0a8c146e3f38d07438ab8b99af
59051 F20101204_AACBTX choudar_l_Page_41.pro
8e93ec5b832e9e9fc6db311596f5d2b8
f2a387bb714be8025eb06b45c5b91357ae1c1eea
30095 F20101204_AACBMB choudar_l_Page_29.QC.jpg
cddfd17381dfd7b40a3a3856ed093379
54e28a57c0e4f67e8f8de0c492c2683c91bdda17
120120 F20101204_AACBOZ choudar_l_Page_09.jp2
ad05b840630281412f1f8dfa831a6412
f69f7105023d793e8a3edbd8e851889f78412297
6456 F20101204_AACBYU choudar_l_Page_35thm.jpg
915b30d7430c01614c99549255ee06b0
dbab338f2361d2dd0ed0008ae526804223288861
61407 F20101204_AACBTY choudar_l_Page_42.pro
9562ae823cb614e9282f611e3a78b678
a84ebeb2e16d5a72f49d82440e6e510e0f5e3e69
53722 F20101204_AACBMC choudar_l_Page_17.pro
5edbcd7e47d39c6f6b8f3050ee7528f8
03c272b2ea0a84fa1304480994d347c4314920e6
29327 F20101204_AACBYV choudar_l_Page_36.QC.jpg
24bdf58d7719cdc1d611c34c1fdc9202
724843448f42e9e67bac960c86379090c416dfea
60712 F20101204_AACBTZ choudar_l_Page_43.pro
0aba48deeaa8eafc250bc358f77d545c
cee119d3cd706632fc0693b15b7a71409f2d45be
F20101204_AACBMD choudar_l_Page_50.tif
b0b776b88c487eb734127aca2a59dcfe
b1225d999b5ee1926a8350194904dc25aa33d679
6788 F20101204_AACBYW choudar_l_Page_36thm.jpg
09c9e46d90f25e6a8acfa269126e7b7d
239b73893b8b3a436bdcd6dfa210d9e95bb307f6
F20101204_AACBRA choudar_l_Page_12.tif
36904a55b7bf0e1e945f5dee4272b29d
0b11c9e377dc2c5cbf79c0208d9093c0a778eb67
117805 F20101204_AACBME choudar_l_Page_49.jp2
bc6d1701b86ffb6ec9ed0f9392c50573
8670de0f2891d406bdfcb10b349ef041ac926c0c
27303 F20101204_AACBYX choudar_l_Page_37.QC.jpg
b1bc44d430413f9bfc800d04f5cb660c
6232ede7655661c2e2be661326f28675e3f3bd2b
F20101204_AACBRB choudar_l_Page_13.tif
1fcace34c459fd620ee4a08261201743
ed14494bb621fa0e4bf3f5c390fa73d82727ada5
28832 F20101204_AACBMF choudar_l_Page_38.QC.jpg
f29b31c8c63aea491ccbac3e4fa6d313
9c09111350b362eaf29afa4d65a8ce001e8a464b
6368 F20101204_AACBYY choudar_l_Page_37thm.jpg
7f638863f5d4c6bc8124a13965377795
bfe353446104c4b4be1ff394beac66e002204446
F20101204_AACBRC choudar_l_Page_14.tif
31d0dee7c5104cc7dfc5bcba34d15201
fe468988d2231e1d0a570a071c3e9e6a6d1e1f06
F20101204_AACBMG choudar_l_Page_47.tif
dcbb7816595cd3dc570118d07b8baaae
5ae142f46c18a675f18be996774e78fa230e81a4
2151 F20101204_AACBWA choudar_l_Page_48.txt
4e373a194cc9c0d1f0eba546d7a0f4fe
0c41e7bbdbd53ea72233292f5d7b4db7ddd234cb
6672 F20101204_AACBYZ choudar_l_Page_38thm.jpg
5a0a26635a9d288a0da8d4b0e3e1a1e8
7ab77e887387a90aafcdb61dc779868bfd810657
F20101204_AACBRD choudar_l_Page_15.tif
932ab72da55f508c3bdaf200c1d41276
26d4af4ba2cf973434ce0763af9c3f875525039b
26283 F20101204_AACBMH choudar_l_Page_27.QC.jpg
69bf1b8f3570d77fcd326c64964857af
0dbb4147e705c987ae395582d974423c27fda2c7
2219 F20101204_AACBWB choudar_l_Page_49.txt
9d7441563c32bf7fd4325814cca2e52d
d1605cbf5ebf341c5be1f3e8ef79003f5649fad9
F20101204_AACBRE choudar_l_Page_17.tif
527012c63d284a68ffc29c43b8598ac5
b4fce55eaf559becd6cd20f0d9491760084b708e
2747 F20101204_AACBMI choudar_l_Page_46.txt
778e9ffea412e2af79175735120e19a2
aa8e5e332b94a713b039051d5efccb3774399159
849 F20101204_AACBWC choudar_l_Page_50.txt
eda6c6b008b130ec0059c5b3cb972ebf
92f94e76a01a6e44b3523910101c03931a781390
F20101204_AACBRF choudar_l_Page_18.tif
78444d5abde769e6efe29e27e25218d8
53bc2932dbd684116e7eea32d74c79e4e48bd49e
27928 F20101204_AACBMJ choudar_l_Page_16.QC.jpg
8f9f5214499bfa91c1ea3270fcb7a58f
16ff2f9f9b9f79f66c1dd1ff940386592d738c52
1375 F20101204_AACBWD choudar_l_Page_51.txt
a088690ca25388207f15f2477bc6d4ce
dc7dfdc6436aa73dd79ddcf8aee5a8cd8af35acc
F20101204_AACBRG choudar_l_Page_19.tif
8abf284ebd8c10a5facf2486c6fe10c3
c7da7bd81388b56a65a2bf0f7e14fe52c3c5f728
6756 F20101204_AACBMK choudar_l_Page_47thm.jpg
e0ca1d86267be27a0add9e9f5864b482
5f5878a59c3559cedd1bbd51ac4049cd709244f1
440 F20101204_AACBWE choudar_l_Page_52.txt
7524c2092a00c116ff148cbe4036ff6f
4f932f1189d9921df7ac909a799add4ce65f22f6
F20101204_AACBRH choudar_l_Page_20.tif
d320ee04411cc633642b307d8a69f7bd
035980beeb8b0da1fb39d3bdbc4f190d720e2b9e
29602 F20101204_AACBML choudar_l_Page_28.QC.jpg
4113abb1ad7e77107623cf186dfd4d2b
d1ec2390b5fa56269783dad5f65c4c28ff397975
1617 F20101204_AACBWF choudar_l_Page_01thm.jpg
29cdaa8eba1347c568ed9357e965713a
2a9de405aec1f6941d90848c9fc3ed42699fe355
F20101204_AACBRI choudar_l_Page_21.tif
01ef93584fb38db1a018193547ff811f
f1e616b761e06fcd71e0cce95a3f65fb01492db4
2439 F20101204_AACBMM choudar_l_Page_38.txt
c3844240a06c813738dc2696676162be
31e97be23686f6b8e67e2b9b83f502c0d35ff135
247483 F20101204_AACBWG choudar_l.pdf
e0fd234e303c2ef145a70e3d9b97ed94
1acde3e12c81f9610ebd65cecdb67c388b460b20
F20101204_AACBRJ choudar_l_Page_22.tif
ebd030ec04b303d942b3678e1300713a
175b68d32b452026dd889cfd99484990d3a5d092
6577 F20101204_AACBMN choudar_l_Page_40thm.jpg
0c0821b1d3c066d93c200e13e27fbaf0
b75d0e921515a5faa666999d001499ca66a03d35
3004 F20101204_AACBWH choudar_l_Page_50thm.jpg
3d3cf5262dbfb562cf24ed57c47dfde7
06e90df248cb3a51e610119698f451ef83c3772f
F20101204_AACBRK choudar_l_Page_24.tif
2efc067028075905a904ce8b0cdca423
7d522c54a2feaeb78e0239f922c1229ccf037045
28852 F20101204_AACBMO choudar_l_Page_21.QC.jpg
b0b76e7511b8a0ae40b7b51f6f2ddf37
fbe88cc3c5fee754e24e4fed308289fb4c651129
80986 F20101204_AACBWI UFE0017884_00001.xml FULL
bc862a9c67f895442b45869f441dbf75
83a780c5a68d2d204b91c359b1939f86c1983ff2
F20101204_AACBRL choudar_l_Page_25.tif
32ac3d02bf4f8550a6102a90d4107637
9f0153ce5b089bbb40e5eeb3fa7bd2599ae2d40b
62936 F20101204_AACBMP UFE0017884_00001.mets
8abbeaf2086bab1c3da6b30a4a9a712e
79a8d4a86175b6ca0875ebba00b9ab80ed55f090
6968 F20101204_AACBWJ choudar_l_Page_01.QC.jpg
0e6ab57752397695adce1f035e86e857
57f16145e5f8f0a3b180c2da016dd0ad9e67b4eb
F20101204_AACBRM choudar_l_Page_26.tif
9d6ce4696db061ba495b85379c101c06
cd50ae347713b213fdf730ad9d91e6a9b554ca45
1395 F20101204_AACBWK choudar_l_Page_02.QC.jpg
f04cb0d967aba10dfb6c84093b50a224
d319b7fdc46847bcc548cc4ee7acf73f6950ca3b
F20101204_AACBRN choudar_l_Page_27.tif
68afd048ed6c899b7eaacb2b19077d3a
b755a84662aa9e64b65306abd63b08b1e732195f
530 F20101204_AACBWL choudar_l_Page_02thm.jpg
3d82b6605ae666e366d63d99c4fe23dd
cc7a958f348b60f0b4b9cb2908216d0143c99f58
F20101204_AACBRO choudar_l_Page_28.tif
0c93d5501696cc198e0251aabb7b80cb
793e990ffc437fee7ef0e8bdba2b50a661b1898d
22532 F20101204_AACBMS choudar_l_Page_01.jpg
3140df40d784c40ff6d8cf9d6128f9ef
99bc4aaeacdd7364bc353050343e4dbef6b9ba46
15100 F20101204_AACBWM choudar_l_Page_03.QC.jpg
f23efa7113bfbbec500529fe9eb26ec2
10fd79afa5a56aa89706c43df06fe646cbc8cd5c
F20101204_AACBRP choudar_l_Page_29.tif
c03a311c082acdaa3cb8d34817aa7762
919cef0b5dcb6db804a5a2e9137a4bf2c69097e2
4375 F20101204_AACBMT choudar_l_Page_02.jpg
98e6a9dcf921c0cd9bc343492c15f809
7a3916190f159392f57b251504a3f8aee3ca8d78
3568 F20101204_AACBWN choudar_l_Page_03thm.jpg
0f09759030f7e339ec32bf70ac11fd74
918dde9df595bd9094dbc3d98e0c508f3adee9e3
F20101204_AACBRQ choudar_l_Page_30.tif
c4439de0421c3126265b28fcebad0909
eb3a62b1abd25fdd0fba51f9a29acf593ed40571
48189 F20101204_AACBMU choudar_l_Page_03.jpg
45e9e3352a111d5f8ea09ed413f23786
8df39512370a9c18cc9a6a8aea49cc0d45343afa
13940 F20101204_AACBWO choudar_l_Page_04.QC.jpg
58633141d5a0b8563652741f6ac7a7c8
645e0043e68285dfa56dea90f56872d7169c240c
F20101204_AACBRR choudar_l_Page_31.tif
c61e6a7fada919b61f826e51a51609a8
4a4c987eeb31b304e67cf18e9440ad9a785966c1
62944 F20101204_AACBMV choudar_l_Page_04.jpg
70fa5448241190e2275acf99aea64110
08a168c2c510669f4963dc6554eff4b69034409f
3683 F20101204_AACBWP choudar_l_Page_04thm.jpg
bed14bb5d67e4f1e4136a1ffea7d1664
bf35ce1f603ab25e53e7e9ee5ffc2e6d15598262
F20101204_AACBRS choudar_l_Page_32.tif
b7bf0c1d6f97558930fb8af97f2ac771
ae6cfc1f8f20607eb2318ee4383e4599adcbe263
22778 F20101204_AACBWQ choudar_l_Page_05.QC.jpg
78fac920f0ea4a470f1eb053436226a7
a5285c3cb9c1aea4b0d2e752a50ba3838734466c
F20101204_AACBRT choudar_l_Page_33.tif
9746c947e4781ede318b47f992f854f3
614e1be832a2f098b61e255ea3285dd454d8312f
5550 F20101204_AACBWR choudar_l_Page_05thm.jpg
9dbcf10c7e6e7471614b0b096afe50ec
acd4930c28c63ac6c34241cdde18bd3925983359
F20101204_AACBRU choudar_l_Page_34.tif
40c7934b792d721f3d623864356bd647
2c12ade4465c0c44cbe927f069b0d84d27632e40
75016 F20101204_AACBMW choudar_l_Page_05.jpg
a79c4da8dee074aed35ef36485527e38
5c1eab658188f796cb0b37e3087f6984d4b8208e
5098 F20101204_AACBWS choudar_l_Page_06.QC.jpg
6ff6ea1e4576b9651f833b400979fc9b
d989e392a041f3c1362cd93c6d2d9b845d1edf04
F20101204_AACBRV choudar_l_Page_35.tif
bcd90e37e65ef1541beafa810eda9c84
ee7b95828ebbadd2eca4fe31a1ec2482e79363ac
14906 F20101204_AACBMX choudar_l_Page_06.jpg
60e9689b6159f4e12288be921753687b
a6ff372dc8077f4cdc0872340dd34c6ab9951470
1379 F20101204_AACBWT choudar_l_Page_06thm.jpg
7299394b40fad35dfb20e6d327a6db90
fe37cbd197974cedc6b45bd318aebf9a7af6c59b
F20101204_AACBRW choudar_l_Page_36.tif
6a618940d8222138e78eb0eb3c773f27
aa321df72b5ac8b10fa2e5c9469956f87fe62a43
89676 F20101204_AACBMY choudar_l_Page_07.jpg
2923cf04fc6d4a51a63d9a1cc94ca1a7
142f9b1491da89e2caad5bd43988a81e465a76bd
27812 F20101204_AACBWU choudar_l_Page_07.QC.jpg
499baef5362f7ccfd8f2ad94d09edbec
c8c6ce10dc18e9a31d9b48610c72bc207b3ff741
F20101204_AACBRX choudar_l_Page_37.tif
83f0a598110308a6602bc546b8eca931
b15dafae411824c46512a6ab31336a3c951d58dd
86083 F20101204_AACBMZ choudar_l_Page_08.jpg
8a6b4e65ff1a5b505dc0659e8e68c3b3
f543a40b1af796ce6f4beb66e8cae17b4808cfed
6499 F20101204_AACBWV choudar_l_Page_07thm.jpg
4024d2a059f006f573856eeabd658e63
9b33637a06777c9f37976df7eaf9162fef167e04
F20101204_AACBRY choudar_l_Page_38.tif
191a2d20289a9b6ab60b5b871886b061
dc7cc0fb516fcc33d5a64a4f23fe6659c370303f
27505 F20101204_AACBWW choudar_l_Page_08.QC.jpg
2745c8000586f026b2bf53ec015c571f
a028522fd8feb7f1811f21bba2628e682ee888d6
132890 F20101204_AACBPA choudar_l_Page_10.jp2
bbbbd4b80954412e08ffb551bbfd50a9
8c5c85068d24e9a567c4077e776a963229143159
F20101204_AACBRZ choudar_l_Page_39.tif
92eee35a2c7b5f0622b8d70363485154
1eaa2303e782f5cdbd1fe345ddaebe16a9152e59
6568 F20101204_AACBWX choudar_l_Page_08thm.jpg
fbd81b7983d6696d55bfb97ff1a1bcb4
a0391f77c9cada8d0224f5ec833be53dcf29a78f
26302 F20101204_AACBPB choudar_l_Page_11.jp2
30397e42bd970fc3ce8bd3bb42fa0a1f
b245d92d8723ecca8ae1855e3e8b4b02ca019620
28698 F20101204_AACBWY choudar_l_Page_09.QC.jpg
ea0696cd502331f816bfaa54dbf60169
c9de4312f29182c03f7045e6c806a0f906493c1f
F20101204_AACBPC choudar_l_Page_12.jp2
d0e1bef320baf43b367dc31e289fa882
72181ae8f5ab88f3f938ec174f522f28ea6b5ee0
6768 F20101204_AACBWZ choudar_l_Page_09thm.jpg
1377714c9cd01cfc99efedd017099d61
9a64af75418f76fc8debafd1b20260c95bfa4503
114708 F20101204_AACBPD choudar_l_Page_13.jp2
a518f2739eb29f09ff214f3831f2f66e
b46ff8ca5597c143ce2740002901dd8142914d0f
57802 F20101204_AACBUA choudar_l_Page_44.pro
ca2222e4b712d7c4a6e332a37f28c2a1
6d355869eef8c6574fc61aed3b7112428d586e48
110756 F20101204_AACBPE choudar_l_Page_14.jp2
268dc1b7670f58e1f22618946ba1002c
4533136c061b16fd53795442ab589bc2539bd534
65305 F20101204_AACBUB choudar_l_Page_45.pro
3bcc91c46bc63e77ca47057924a29b28
006bfe5054a0d971abd0bb5bac1c68dd1712bdf3
113001 F20101204_AACBPF choudar_l_Page_15.jp2
3603ef80cbd37beeba2a9125c7f344fa
43f4414d93cc6f2c3cfc79377f53506c1f685fb2
6538 F20101204_AACBZA choudar_l_Page_39thm.jpg
226e7bfde78f27ef85c11b789bb7e20b
75659044f9ef04d041fe6259a148a7c9380805cf
68562 F20101204_AACBUC choudar_l_Page_46.pro
e7716836a8b71ffa3ca1b80a638859cb
7320635c328b57e26245a253ceecb06a66a38311
116714 F20101204_AACBPG choudar_l_Page_16.jp2
1f10303b256805e259a94b5738a5cde9
1b5962e9671671b84264beaec943ac9dcef8c48e
27919 F20101204_AACBZB choudar_l_Page_40.QC.jpg
1b331d63f40a3239c120752f2703f963
8db49c0e4f715a2b070c67a4b88f385284e4ef49
73006 F20101204_AACBUD choudar_l_Page_47.pro
416c306459d0aa99b67992d96bbf6b78
ac61b69fdc88fe143aca24b0f4eed5115d17521d
111708 F20101204_AACBPH choudar_l_Page_17.jp2
9e2e5215f60491cfab66b08a73c9bc15
68e517a7379e6ceff6fd1e72dc2b9a2962f83a0d
28394 F20101204_AACBZC choudar_l_Page_41.QC.jpg
460fe1d9522b8a6e65f38b61020b8211
6d8aca50df616f0f686ed9d3821289c839b0fd0e
53657 F20101204_AACBUE choudar_l_Page_48.pro
033b0edfc52a659d12bb941259998f16
939711f5aeeb97f3ce9a93ec1ecacb08b5bf9fe3
115421 F20101204_AACBPI choudar_l_Page_18.jp2
e760c989f271f22ba0f058f7aeeae448
58f700589c315d73a6d331b10841f2b9d5821850
56534 F20101204_AACBUF choudar_l_Page_49.pro
3d6cff54d147a8d0487fd02c587bf617
8bab27008d1993eb92d59e1861f7ea31c37a9477
120657 F20101204_AACBPJ choudar_l_Page_19.jp2
4a8730dc99098394c68365b9520ec676
99de961ccc51911576909aa4073c0e23171e81cf
6669 F20101204_AACBZD choudar_l_Page_41thm.jpg
5c3f3b9c60d4b56dc74c241c8d4ea907
cfdf0bc871605cc8ec4f81b13745cdf46417a916
21197 F20101204_AACBUG choudar_l_Page_50.pro
a817c57d643473024d8e3d9d63fe36eb
cc57b85afa0d99f47b3b516b9ccee4059493b412
117045 F20101204_AACBPK choudar_l_Page_20.jp2
fd748cf7451ba6e36416c04a3b7956fc
b147aa8f5fc9ea887aab60fd3e26ea69cf241ac3
29706 F20101204_AACBZE choudar_l_Page_42.QC.jpg
cabf59f1c707b90ef2d739f2d65ed97a
ecc1f2e7e355f0043a37d73ae529356d51f0798c
33373 F20101204_AACBUH choudar_l_Page_51.pro
c13198c65905392b10a4e290c935f371
02064f19a5fcf5b1f85ef260a902a8c84e633a5a
116828 F20101204_AACBPL choudar_l_Page_21.jp2
d9ca0d4bc057653f92ac5faa45b04f61
489c623c7ce9cc405004dfa576d29bd3741f59f0
6940 F20101204_AACBZF choudar_l_Page_42thm.jpg
0151e94467b21f2273519ffbe198f59f
b87d55a169564295ac280d3aba967c19fd38d5d1
10068 F20101204_AACBUI choudar_l_Page_52.pro
32873b908f717f4095624e9a25535bad
d97f6bcb3ea16645ecfab201dd2ac1abbfb628ae
108557 F20101204_AACBPM choudar_l_Page_22.jp2
3a7c6d68e07322aa064e3feb6d71885c
0bb485da018d52d2edd8c49ca739cc5b69f28339
29337 F20101204_AACBZG choudar_l_Page_43.QC.jpg
bee083dd83bbd9504bb2c7417bed5b20
07c1fdae7d6ebe06ab4ea32d0b1705d3a5923728
496 F20101204_AACBUJ choudar_l_Page_01.txt
f5cdfadd02f5a249b9353784cfcb93e2
1220ddea96d2148fc99329c974702e3979cfe23d
117475 F20101204_AACBPN choudar_l_Page_23.jp2
81135aa868dbacefdf8b38e214c55bbb
e4e957f3548869213a1dcd70318ad8798e26113f
6602 F20101204_AACBZH choudar_l_Page_43thm.jpg
0bba604601336c1713efd1fabf4d58fc
e768b91e815d54923a16630458a89104e9e3b2f9
110 F20101204_AACBUK choudar_l_Page_02.txt
eea9edffb717104b097688e1d915b6c7
17eb3157379d95e3328c21d1919239b5e4c35d0f
120845 F20101204_AACBPO choudar_l_Page_24.jp2
9196cc322a1835b0bc2bf9929686ff36
3085ae575404cbe1a7253aa78f770affd57647dc
28362 F20101204_AACBZI choudar_l_Page_44.QC.jpg
226e7171fff1afe810a3b2b00c8bb7f9
7824448f993f9567f0854a5a05f600f44c24b772
1124 F20101204_AACBUL choudar_l_Page_03.txt
cd430b555b9c9d8cc5a269d0ab94ca05
2f2434ba09e317eedbdc302be0c5ffbaee2ea8f3
118453 F20101204_AACBPP choudar_l_Page_25.jp2
10ae5c1ede3e590a26b9d70a51cf9cb9
20788fc1c2075894d27f87a1a35bcd950ff09550
29735 F20101204_AACBZJ choudar_l_Page_45.QC.jpg
678a98385f7e7fe54fcc71dc6315e52a
3f99b2a1bdbe4d863936cee45b13f3564e49a464
2138 F20101204_AACBUM choudar_l_Page_04.txt
9a822ac622f579dc49da02887f177e7e
ebcb362c69641e8e54bff5088a05bd8ff1b96d9e
114580 F20101204_AACBPQ choudar_l_Page_26.jp2
d1015516bce8bd448dbf51fb58c23327
cd2cc9a1d021d1a03ec3674b9695575a5d9cdc75
6632 F20101204_AACBZK choudar_l_Page_45thm.jpg
17e9df3d5ada6b85b09a7dd70fe5ef10
2afda68263c42a5b2bc9ba0071085dff10ed45c4
1928 F20101204_AACBUN choudar_l_Page_05.txt
94e5a7eea8952d12cf8fdcd01ff0d640
aeccceaffbfb2c002270db74ac94532536c54805
108753 F20101204_AACBPR choudar_l_Page_27.jp2
c2260d635b570ce72b1579cfd75cc504
c46abb5af642e06c3ec73513d96652c158c87872
30931 F20101204_AACBZL choudar_l_Page_46.QC.jpg
2cc298d0fa800a09bcf9fc6d3d4fbbf2
58bb76987ac83fc1121bec2852dd00bf5895e92c
301 F20101204_AACBUO choudar_l_Page_06.txt
2ccfb5454d6c097646e6b711636ec519
0725613cffd5939216b08254afcd48d2e5fea000
118476 F20101204_AACBPS choudar_l_Page_28.jp2
6235bf5767c1e3f29f18f3a15f410728
0003c8e2e096103cc419220f91ab91355b37def9
6737 F20101204_AACBZM choudar_l_Page_46thm.jpg
622b4adb24d25374be6658acaa365ee8
f9fe31ad0840ddb90b897fdee44b242d4ada665e
2233 F20101204_AACBUP choudar_l_Page_07.txt
12c3ee146163ea583fdaa2fa5379e6a8
459198abf14bc9ce7abb8e29517071e43ee8aa77
30401 F20101204_AACBZN choudar_l_Page_47.QC.jpg
913dd9e9236e6624c94b9168242a1f1d
8b9c795c3c59675cf43c81263168e585a3bcaef7
2085 F20101204_AACBUQ choudar_l_Page_08.txt
6e22e4909f0089d8fdd16ce933dcb64b
56b55ea1e669884ef35632dbe75549a3fc9be049
130495 F20101204_AACBPT choudar_l_Page_29.jp2
7b7ee0c72819f0ceb7282357bf95dbc1
f817272a19a16b5ff8e3b75321e2fcdd3e0366da
27772 F20101204_AACBZO choudar_l_Page_48.QC.jpg
6b9ea91bebdda7a1da842d3230f9a961
faebfce2410331eba336b579ef2dba0cd0157548
2207 F20101204_AACBUR choudar_l_Page_09.txt
b21b2560f8829fc6900505300f0f264f
f35d9f7160f7b71955bcda5979ae2e5a5990aa1d
68390 F20101204_AACBPU choudar_l_Page_30.jp2
506a56927d195532b60992b696720822
ff7c9cf1d81bfaa1826c76408b27a5550f3382d9
6470 F20101204_AACBZP choudar_l_Page_48thm.jpg
f036c41a122bcd53d8d886bf02e0ad44
ce3f4e6a5c828dd99627aad1834d5e40a3309023
2570 F20101204_AACBUS choudar_l_Page_10.txt
b68af483aebe0047ee8e0330ef9043cc
0f0c20ecbcaa6e8cad5021cdce9e585a9258cf6e
112788 F20101204_AACBPV choudar_l_Page_31.jp2
c20b17dbff62e30638d8eb0a95c68ef4
b8c30b3d0278fd1b259966a35d48bef7a412e82e
27986 F20101204_AACBZQ choudar_l_Page_49.QC.jpg
dbf2b8a0e22e8b3b27ef3c51db45a384
6f60c38f92ca217440da2295f3113a64bbf69bcc
453 F20101204_AACBUT choudar_l_Page_11.txt
214a45d9ad685196f7328eb440eebd4f
c7fcb5bc7ee5f25664a41c43c6d986c7ba656254
23001 F20101204_AACBPW choudar_l_Page_32.jp2
273cf058e6f0ae189fbd2272119423fc
6136d3306f5ddb66c260e7acbc5ee5339a7d3b7e
6925 F20101204_AACBZR choudar_l_Page_49thm.jpg
49b67cf1f4674cf8654d6ca1bfd4f4be
51fbdc235fb57babb5113e0f23d629bd2f0b0292
2782 F20101204_AACBUU choudar_l_Page_12.txt
df77dced80b2056f26909aa665e389f9
fe1dcbb93771c6b781b38fd09f079cba9882608e
114304 F20101204_AACBPX choudar_l_Page_33.jp2
2a5f311008ebe151e6bad982a63893d9
e0b9a2b9db50a990de54443329866a2c04145467
11955 F20101204_AACBZS choudar_l_Page_50.QC.jpg
3dd16d0f7b6f13d3d483c6a14c5ae9dc
cb083e11bb633721a7bd2d5e4cf2cc6ee64e6662
2176 F20101204_AACBUV choudar_l_Page_13.txt
628303b762de8a40d96b694fcc984ebf
21e91d5f1b533295d65e1ef2d8ce98fd257906de
128200 F20101204_AACBPY choudar_l_Page_34.jp2
ec80f9c592b78b960313d502fe3766c7
fac8ea911e42467e5c8fd15fc5c00b931d776f5e
18031 F20101204_AACBZT choudar_l_Page_51.QC.jpg
72ed9a8390b0004e11571f5d7755385e
a67fcf06c7fd1c60acf24f32ae575bd1939c106e
2046 F20101204_AACBUW choudar_l_Page_14.txt
03f37eabab274f78f7b5f36ddfd86ae4
e6636773146d6285110021716ee99371a14c8dae
91523 F20101204_AACBNA choudar_l_Page_09.jpg
0989028d30fa69e56ac7fa5bb1f79a2b
878134fa79c3223de82ee091d3522fbc41e542f4
4210 F20101204_AACBZU choudar_l_Page_51thm.jpg
1851f7df92f040a7ca88dc282317aeb8
f8b50cafc88ff5acf2f9a251d0366ea84f83f602
2104 F20101204_AACBUX choudar_l_Page_15.txt
86f92242b4d5cd1abd82f0f5827bd03e
c7c395962df80d71bb6aca014bb8bc76c67389d9
100864 F20101204_AACBNB choudar_l_Page_10.jpg
a5a27e403392b1b29f9ed8eb3dd52472
95462933c91cf870ec42a311d75dee32c1f6b6d7
120817 F20101204_AACBPZ choudar_l_Page_35.jp2
a266ceb1d07ec3f193660f34f14a65d9
57f8f4bd0eea02179affccfb909c76b3a0622e2d
6592 F20101204_AACBZV choudar_l_Page_52.QC.jpg
2196803c2e7cb96c36e3fb3d052d791f
c676df055295314fb3fc17fbd30c81a9c7afc74f
F20101204_AACBUY choudar_l_Page_16.txt
ed2060c7307172bb3f7c353227ce9b7d
c1fca23d47aff0ef81000189298519f12bbd16bf
20706 F20101204_AACBNC choudar_l_Page_11.jpg
47e602010ab92c2d1d3bacada8bd7cbc
387e0ab483bad8f75ba6fdaf837948cb0a3af632
1823 F20101204_AACBZW choudar_l_Page_52thm.jpg
b4cafba891a99c8f25c1383bcef940fe
d4fe0cd0709df155c4227a53dd86dd54cd9bd323
F20101204_AACBSA choudar_l_Page_40.tif
8e96536535fa34180c68ad4ce2e35df7
ec03934d4624ae5d361d3939c7ba734ea21e9ffd
2106 F20101204_AACBUZ choudar_l_Page_17.txt
48cb55c6497d02ba0b65fcba59e541fe
96af792b070b00bfe52a33b1f8bdcebbc758ecdc
106712 F20101204_AACBND choudar_l_Page_12.jpg
df2922cf7d62abc54a9b5b6210872543
e6a1e983f3adea43e2bc8b82021c0a2dd097d5d5
F20101204_AACBSB choudar_l_Page_41.tif
367feaf56a9275076b076bafa4601856
74068d4be47334d1c0be2a9505efcd6c9a2da0da
87620 F20101204_AACBNE choudar_l_Page_13.jpg
058bbaef859a0d88c1e9e4ec90d17832
97f99e29e89b4288bedc69ff19f7f820be4f81d8
F20101204_AACBSC choudar_l_Page_42.tif
21b0add02c07c90c5788c89090a7b40f
351cd18cdf04460e97e40d1f5c726b402e74ce5e
83780 F20101204_AACBNF choudar_l_Page_14.jpg
5721bc22a81f67113f0d149c4ebabb91
c000c70944e1bfaaed35d13a18bc0f91fda0f89f
29811 F20101204_AACBXA choudar_l_Page_10.QC.jpg
425fa6eca6c440c5684c630e5690709a
cec8c98f343afbcf6476a2c967a1287997a1bdfa
F20101204_AACBSD choudar_l_Page_43.tif
cf30fb4be899340241ab0cd075701f2b
1f121a9155108693b505e0dd1785baf8b8069646
87429 F20101204_AACBNG choudar_l_Page_15.jpg
15706bda614b76cd72959386e6d919fb
013a5f31d92d56a2221c0214a9baabf8b4f0071f
F20101204_AACBSE choudar_l_Page_44.tif
3902441202723db26255fcdd37dd2521
fdfc4cba8412391531bf94290ae19cd0bcfd9df2
89396 F20101204_AACBNH choudar_l_Page_16.jpg
5c3f153cb40950743f1a12d9379cff9b
3943c4d0a816d2d525da04b7c0ade61453302f95
6610 F20101204_AACBXB choudar_l_Page_10thm.jpg
b785b2b07ad0e661e8ea60f033762a5a
cb72be2000ad9291bf9536b3021cd6a3c6b17e73
F20101204_AACBSF choudar_l_Page_45.tif
274603f4d397b5bed52114f72725fb06
1b94f4a33835e6a3e40dc72e1961f30de8ef02e6
85663 F20101204_AACBNI choudar_l_Page_17.jpg
82927e30556d1c359b05ede89210f824
612e0446828b267e05008e2d33cedf16f794a7ce
5225 F20101204_AACBXC choudar_l_Page_11.QC.jpg
9d69741cca2d57336954817ec2f9a5f9
177ba3f8b30cc9bb66d3b73b55b0e99beb9b45db
F20101204_AACBSG choudar_l_Page_46.tif
3fa4f114c785f70b4c8aa07973b44d61
09d3389c7dd9871d837e3df7ab37c0d928ca2a02
88129 F20101204_AACBNJ choudar_l_Page_18.jpg
dcb357576e040cc384b4bc1f90b304d3
ee360e1b9f36475bb1358b0be53f5b0507fe83a4
1335 F20101204_AACBXD choudar_l_Page_11thm.jpg
83d6c7d4b05dc57444d84e6fe31d5e05
21496a300d00345eb937f6edb7288534af6c2b31
F20101204_AACBSH choudar_l_Page_48.tif
b39b1773f0c4c4ddd18d13a06d4c6d8a
5c24bf8cb80a703f25bfc7fb887f2a4ec1f7d72e
92383 F20101204_AACBNK choudar_l_Page_19.jpg
57f402392478be5da57826df7bd7a21a
97a28d4b2e54f64062804d8e121098444174cad0
30548 F20101204_AACBXE choudar_l_Page_12.QC.jpg
61b1575e16778614cf0571a230f41fda
ac58b6a056f526494d917bb601d4d1d61e484aea


Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0017884/00001

Material Information

Title: Poetique du Desert: Parcours Narratifs dans L'Oeuvre de le Clezio et Malika Mokeddem
Physical Description: Mixed Material
Copyright Date: 2008

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
System ID: UFE0017884:00001

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UFE0017884/00001

Material Information

Title: Poetique du Desert: Parcours Narratifs dans L'Oeuvre de le Clezio et Malika Mokeddem
Physical Description: Mixed Material
Copyright Date: 2008

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
System ID: UFE0017884:00001


This item has the following downloads:


Full Text





POETIQUE DU DESERT : PARCOURS NARRATIFS DANS L'(EUVRE DE LE CLEZIO ET
MALIKA MOKEDDEM




















By

LAKHDAR CHOUDAR


A THESIS PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL
OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT
OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF
MASTER OF ARTS

UNIVERSITY OF FLORIDA




2006

































Copyright 2006

by

Lakhdar Choudar









ACKNOWLEDGMENTS

First I would like to thank warmly my academic advisor Professor William Calin for his

early encouragement and support since I began my studies at University of Florida. I must

gratefully acknowledge his exceptional insights and discussion on my thesis and for reviewing

this entire work. My sincerest thanks go to my co-adviser Professor Sylvie Blum for her constant

help and valuable advice for her critical interest in proofreading the manuscript and putting it in

its final form. A special thanks must be expressed to Brigitte Weltman-Aron for taking the time

to attend my defense and for showing valuable interests in North African literature. I should

mention with gratitude the always helpful encouragement of Helof se Seailles. I owe her many

thanks for her friendship and for providing me with her own books in order to make my work

easy and enj oyable. Finally none of this would have been possible without the love and support

of my family: my wife and my children to whom I am genuinely indebted and grateful.












TABLE OF CONTENTS


page

ACKNOWLEDGMENT S .............. ...............3.....


AB S TRAC T ......_ ................. ............_........5


CHAPTER


1 INTTRODUCTION ................. ...............7.......... ......


2 ECRIRE LE DESERT CHEZ LE CLEZIO................. ...............1


Experience du desert................ ...... ... ...........1
Structure du recit romanesque: Alternance narrative .............. ...............13....
Le Parcours narratif des personnages .............. ...............20....
N our ............... .. .... ........ ...............21.......
Le cheikh Ma el Ai'nine .............. ...............24....
Lalla ................. ........... ...............26.......
Es Ser, I'homme bleu............... ...............28..
Hartani et Radicz : ...31..................


3 POETIQUE DU DESERT CHEZ MALIKA MOKEDDEM ................. .......................33

Presence du desert ................... ...............33........... ....
Personnages, parcours narratif ................. ...............36........... ....
La voix de Zohra : ...37..................

Dj elloul Aj alli revolte ................. ...............39........... ...
Lei'la et la quite de soi .............. ...............41....
La parole du desert ................. ...............43................
Conclusion ................ ...............48.................


LIST OF REFERENCES ................. ...............51................


BIOGRAPHICAL SKETCH .............. ...............52....









Abstract of Thesis Presented to the Graduate School
of the University of Florida in Partial Fulfillment of the
Requirements for the Degree of Master of Arts

POETIQUE DU DESERT: PARCOURS NARRATIF S DANS L' OEUVRE DE LE CLEZIO ET
MALIKA MOKEDDEM

By

Lakhdar Choudar

December 2006

Chair: William Calin
Major: French


The present study contributes to the efforts which concern themselves in particular with the

theme of the desert in fictional works in French. The two novels chosen for this work are Les

Hommes qui marchent of Malika Mokeddem and Desert of J.M.G. Le Clezio. The approach

consists here of a literary perspective which has for focus the study of characters or the accent

put on them in each narrative context of the texts. That of Malika Mokeddem is based on a

juxtaposition of two perspectives: individual and collective. A novel, thus, both

autobiographical and historical which retraces the history of Algeria from the colonial to the

post-colonial period, that is, 1945 to 1975. it is also a text which explores the theme of the desert

as real and imagined space. As for the work of J.M.G. Le Clezio, one sees that it introduces

itself in two episodes or two intrigues which alternate with each other in the novel. The first story

is based on the history of the nomadic tribes and their defeat by the French colonial army at the

beginning of the twentieth century, between 1909 and 1912. The episode takes place in rather

contemporary times and tells the story of young Moroccan girl who sets out on a trip to France.

The purpose of the study is to show how deep the roots of the characters go in their experience of










the desert. Their connection to the desert is cosmic in its dimension. Those who take an interest

in a broader corpus of francophone literature can find, particularly in the Algerian corpus written

in French, texts which are fundamental to a critical, interdisciplinary study.









CHAPTER 1
INTTRODUCTION

Depuis quelques annees les recherches s'accentuent de plus en plus sur le desert. Des

colloques organisms dans differents pays comme la France et la Tunisie et qui se consacrent a des

etudes portant sur les representations du desert. Celui de l'equipe de recherche de Sfax en

Tunisie tenu du 22 au 24 novembre 2000 presente un nombre de contributions sous des

approaches differentes : relations du desert a l'imaginaire et a la spirituality, le desert dans les

ecrits de voyages (desert flaubertien) et dans l'experience esthetique et poetique, et enfin le

desert dans l'experience romanesque. Quant au colloquel de l'universite de Metz organism entire

le 13 et le 15 septembre 2001, il traite le theme du desert et dans une perspective

pluridisciplinaire examinant les rapports qui s'etablissent entire le texte litteraire et la spirituality,

entire ethique et ecriture, et qui caracterisent le desert comme un space paradoxal ou le desert ne

signifle pas touj ours un territoire habits, mais un non-territoire ou un << space dejete, decede >>,

un sanctuaire. A c8te de ses manifestations universitaires, il ne faut pas oublier la contribution de

certaines revues au suj et du desert. La Revue des Sciences Humaines publice par l'Universite

Charles-de-Gaulle-Lille III a consacre un number special (No 258 Avril-Juin 2000 en 363

pages) a la thematique : Le Disert l spacee et l 'esprit.

Mis a part les travaux scientifiques des archeologues, anthropologues et des ethnographes

(notamment les travaux de Malika Hachid et Theodore Monod), on trouve un corpus tres riche en

ecriture savante et litteraire. Les textes representant la curiosity des ecrivains voyageurs comme

ceux de Gustave Flaubert et d'Eugene Fromentin au XIX siecle, de Pierre Lotti et d'Isabelle

Eberhardt au XX siecle. Mais il existe aussi un corpus Maghrebin, algerien en particulier, de

ceux qui partagent dans l'ensemble le desert comme objet d'ecriture : Albert Camus dans

Noces, Mohammed Dib dans Le Disert sans detour, Tahar Dj aout dans L 'invention du Disert,










Rachid Boudj edra dans Timimoun et Cinq fragments du desert, Mouloud Mammeri dans La

Traversde. Un desert qui prend toute sa dimension dans l'imaginaire comme un space << voue a

une ouverture touj ours plus large, a un ecartelement perpetuel >> (Bouraoui 93). Pour reprendre

l'expression de Robert Elbaz.

Dans la presente etude, on ne pretend pas laborer d'une fagon exhaustive tous les

elements qui se rapportent au suj et du desert. On se content seulement de presenter dans les

deux parties le parcours narratif des personnages. Par consequent, ces personnages font partie

integrante du desert comme objets romanesques. Ils entretiennent avec lui un lien de parents, car

ils sont << nes du desert >>, comme disait Le Clezio (8). C'est a travers leur experience que le

desert se manifeste a nous. Sans leur presence le desert devient un space creux. C'est leur

movement qui lui donne forme et abondance. Plusieurs sequences descriptives nous montrent

l'enracinement intime des personnages dans la nature desertique avec toutes les impressions et

les exaltations qu' offre le desert au corps. Le corps de Lalla se rejouit de cette harmonie qui

existe entire lui et les elements de la nature : le vent, la mer et le sable, et tend par le biais d'un

contact physique a confirmer une plenitude de l'8tre (la scene d'accouchement autour du figuier

comme par example). Cela touche egalement le cas de Lei'la dans Les Hommes qui marchent, oil

dans ses moments de meditations, le corps rej oint celui de la dune et prend avec lui une

expansion cosmique. On comprend done pourquoi lorsque Lalla a Marseille ou Lei'la a Oran, ne

pouvaient pas oublier leur experience du desert. M~me en parcourant les rues de la ville, elles

continent touj ours a confirmer, au moyen des reveries, leur ancrage dans la memoire de leurs

racines.

Nous avons commence dans la partie consacree au Disert de Le Clezio par expliquer,

comment l'experience du desert s'est decouverte au romancier a partir d'une experience










livresque ou fictive, d'abord, au moyen de plusieurs lectures assidues des textes des explorateurs

du desert nord-Africain, puis ulterieurement, par un voyage effectue par l'auteur accompagne de

sa femme dans le desert du sud marocain, que lui-mime nous decrit dans son livre Gens des

nudges. Le recit que nous avons choisi se presente en deux episodes ou en deux intrigues qui

s' alternent dans le roman. Un premier recit base sur l'histoire des tribus nomades et leur defaite

devant l'arme frangaise colonialiste au debut du XXe siecle, episode qui evolue entire 1909 et

1912. Quant au deuxieme episode, il se situe dans notre epoque contemporaine et raconte

l'histoire d'une jeune fille marocaine qui part en voyage vers la France. Apres avoir survecue

une vie difficile en tant qu'immigree, elle deviendra celebre grace a un photograph, mais elle

choisit de revenir a son pays et renouer avec lui de nouveaux liens. On voit done comment le

desert chez Le Clezio, s'ouvre comme un temps-espace sur le legendaire et s'inscrit dans des

recits fabuleux que les personnages vivent ou racontent.

Dans le deuxieme volet de cette etude consacre a Les Hommes qui marchent, on a aj outer a

la section des personnages une analyse descriptive du paysage desertique. Cette analyse montre

le lien poetique etabli entire le personnage et l'espace. Lien qui nous revele le caractere commun

du suj et meditant et de l'obj et qui anime ses reveries ou le desert ne se situe pas uniquement a un

niveau spatial et exterieur, mais au niveau psychologique du personnage. Sachant que le roman

de Mokeddem decrit en grande parties l'historique dans ce qui s'apprend comme fictionnel.

L'ecriture que Malika Mokeddem nous prose dans son roman se fonde sur la juxtaposition

de deux perspectives de l'histoire ; individuelle et collective. Roman donc, a la fois

autobiographique et historique qui retrace l'histoire de l'Algerie depuis la periode colonial

jusqu'a l'epoque post-coloniale, de 1945 a 1975. On y trouve l'inscription de plusieurs

evenements historiques : le drame de Mai 1945, le declenchement de la guerre de liberation










national en 1954, la visit du general de Gaulle dans le sud algerien, les attentats de l'OAS

(l'Organisation Armee Secrete) et l'independance du pays en 1962. Une memoire stigmatisee

que Lei'la nous a conservee dans son regard feminin sur l'histoire et nous fait egalement revivre

le traumatisme de la guerre vecue : << les Algeriens etaient devenus des fantimes. Des fantimes

que la peur continuait a vampiriser. Elle suspendait le sommeil, tenaillait les entrailles, vidait les

membres de leur consistance suffoquait les poumons >> (Mokeddem 107).

C'est sous un alter ego romanesque que Malika Mokeddem nous presente l'histoire d'une

jeune fille nomade qui s'emancipe au moyen de ses lectures et de son education a l'cole

frangaise. Elle developpe surtout une force intellectuelle feministe contre les contraintes de

l'ordre patriarcal et l'injustice colonial. A ces inquietudes vient s'associer la solidarity des

autres femmes dans des contextes sociaux differents comme le montre le context de la Hadra ou

les youyous des femmes qui ebranlent la communication de l'espoir et de la liberty.

Il existe des elements thematiques qui necessitent une reflexion beaucoup plus elaboree,

mais qui, a present ne font pas l'obj et de mon etude. On peut dans une perspective poetique du

desert examiner l'attrait nostalgique d'un ailleurs reel ou imaginaire ainsi que le concept d'exil,

I'acculturation et la quite d'identite. La parole de Mokeddem se focalise le plus souvent sur la

question de l'identite culturelle, celle de la langue en particulier. Lei'la dans son evolution en tant

que personnage s'ouvre sur un discours mouvant et pluriel, mais tout en ayant conscience de son

identity maitresse.

<< Les aberrations de l'enseignement et des manuels scolaires impregnaient l'esprit de Lei'la
d'un strange sentiment d'irrealite. Des dissonances s'entrechoquaient dans sa tite. Outre la
litanie de << nos ancitres les gaulois >> infligee a l'ensemble des eleves sans discernement,
tout concourait a bannir l'identite, la culture et l'existence mime de l'environnement
quotidien de Lei'la. Les textes des dictees et des lectures n'e~voquaient j amais que la France.
M~me les suj ets des course de dessin n' avaient que la France pour module. [...] Mais sa
maison arabe, blanc petit coquillage echoue sur le rivage de la mer de sable ? Mais ses
palmiers lances vers le ciel comme des appeals au vert et qui ne verraient j amais cette










couleur s'etendre a leurs pieds ? Mais sa dune aux formes voluptueuses, brunes, blondes
ou rousses selon les ardeurs despotiques du soleil ? Mais l'incendie des couchants qui
consumait ses terreurs, et du ksar eteignait les rumeurs ? Tout cela, personnel ne demandait
a Lei'la de l'illustrer. Cette autre vie n'avait droit qu'au silence. Une duality naissait deja en
elle avec ses joies aigres-douces et ses ecartelement. >> (159)









CHAPTER 2
ECRIRE LE DESERT CHEZ LE CLEZIO

Experience du desert

Une premiere decouverte du desert s'est realisee chez Le Clezio a partir d'un parcours

imaginaire dans une sorte de lecture exotique des grands pelerins et explorateurs du desert; les

recits de Charles de Foucauld, de Michel Leiris, et de Theodore Monod. D'autres recitsl comme

ceux de Camille Douls dans son voyage d'exploration a travers le Sahara Occidental et le sud

marocain en 1887, les carnets de route de Michel Vieuchange publics par son frere chez Plon en

1932 sous le titre Smara, chez les dissidents du Sud marocain et du Rio de Oro, puis apres aux

editions Phebus en 1990, avec un leger changement au sous-titre; Smara carnets de route d'un

fou de desert. Ces derniers recits nous sont reveles dans un deuxieme recit de voyage vers la

Saguia el Hamra, Gens des nudges ou Ahel2~ouzna, a peu pres vingt ans plus tard, apres un

premier parcours fabuleux qui deviendra reel:

je n'ai reellement approche le desert que recemment, notamment pour ecrire, avec Jemia,
Gens des nudges. Avant, j e m'etais content de quelques traversees, j amais j e ne m'y etais
arrite. Il s'agissait d'une attirance verbale. J'etais attire par ce que les autres m'avaient dit
du desert. Un peu comme quelqu'un qui ecrit un periple, guide a travers le desert, par les
legendes et les paroles. Ou comme Theodore Monod, ou comme certain ethnographes, ou
comme Michel Leiris qui chacun a sa maniere, ont pu 6tre attires par le desert parce qu'ils
en attendaient quelque chose d'humain. Ils savaient qu'ils allaient y rencontrer des gens, et
sentaient que cela allait les transformer." (211)

Cette experience discursive nourrie par les imaginaires des autres se concretisera, par la

suite, dans des experiences de voyage au Mexique et au desert de l'Amerique central. Une

fascination qui remote beaucoup plus loin dans son enfance a l'Age de treize ans:

Peut-6tre que c'etaient ses lectures, ou H.G. Wells se mdlait au recit de Rene Caillie ou aux
reportages du Journal des voyages qu'il feuilletait chez sa grand-mere, dans lesquels il etait
question de Bornu, de Kano, de Touaregs du haut Niger. Quand il avait treize ans, a la
suite d'un voyage au Maroc, encore sous protectorat frangais, il avait ecrit une sorte de
roman d'aventures dans lequel un cheikh v~tu de blanc, venu du desert, se battait
farouchement contre les Frangais et, vaincu par le nombre, returned vers le Sud, vers un
pays mysterieux ou s'etaient regroups les nomades insoumis. (46)










C'est done une image d'un ailleurs symbolique rive qui a trouve sa fecondite dans l'univers

livresque de l'enfant, et que tous ses elements referentiels et fictionnels vont s'articuler apres dans

une sorte de recit legendaire constituent un glissement de l'historique au fictif. Le deroulement de

cette vision nomade s'est effectue non seulement dans ses ecrits sur le desert, mais presque dans

toute son oeuvre, ou une quite des imaginaires s'est etablie sur un gofit poetique du natural.

Elements essentiels que nous trouvons aussi dans L 'Inconnu sur la terre, Etoile errante, I'Exta~se

matirielle, et le Livre des fuites.

Gens des nudges (1997) est le voyage physique dans le desert que Le Clezio a accompli

avec Jemia, sa femme qui elle-mime est partie a la recherche des traces de ses origins. Un rive

ancien qui devient accessible:" se rendre dans cette partie du Sahara a ete longtemps impossible,

tenait du r~ve inaccessible. C'etait un endroit si difficile a atteindre. J'ai rive longtemps de

trouver un lieu qui ressemblerait a celui-ld. Une vallee protegee des movements de l'Histoire, et

dans laquelle les hommes ont trouve refuge pour laborer une philosophie presque abstraite."

(213-14)

Cette disposition intellectuelle ouverte sur des spaces strangers a permis a Le Clezio

d'ecrire sur le desert comme tout autre ecrivain du Maghreb qui fait partie integrante de la

culture et de l'atmosphere desertique.

Structure du r~cit romanesque: Alternance narrative

Tous ceux qui lisent Disert vont constater que le recit romanesque est reparti en deux

recits; un premier recit qui commence le roman et l'acheve, se distingue par une mise en page

aussi bien reduite que celle du deuxieme recit. Cette marque spatiale et visuelle j oue

certainement un r81e important sur la disponibilite du texte aux yeux de ses lecteurs. La marge en

blanc qui contourne le texte, pourrait avoir une portee symbolique a son contenu, un texte qui par

sa typographie et son elan narratif s'amenuise et intensifle de plus en plus son caractere de










lisibilite, et qui par cette sorte d'espacement cree des horizons internes qui font reflchir aux

procedes langagiers de sa fiction.

Les deux recits s'alternent dans le roman en accomplissant communement chacun son tour

leur parcours narratif. Malgre l'enchevitrement qui les caracterise, on peut si on veut, lire chaque

histoire independamment de la deuxieme sans forcer l'enchainement narratif. Les liens qui

existent entire les deux recits donnent au lecteur l'impression que le deuxieme recit est la

consequence du premier. Tout le roman n'est en reality qu'une strategie de l'auteur, qui a agency

pour des raisons contextuelles les fragments de l'ensemble des recits en sorte de sequences ou de

chapitres qui tirent leur sens de son choix narratif.

Le premier recit s'articule comme suivant:

1 Saguiet elHamnra Hiver 1909-1910 (55 pages) II decrit la vie des nomades, leur grande

ivresse de voyage en plein desert, il nous fait aussi la description, presque de tous les elements

du paysage desertique. Comme il nous revele le caractere charismatique de Ma el Ai'nine figure

historique du Sahara au debut du vingtieme siecle, de sa vie mystique et spirituelle en tant que

grand chef des guerriers nomades luttant contre l'armee frangaise.

2 La traversee du desert: (28 pages). Le recit nous raconte les premiers episodes de cette

traversee vers le nord; les souffrances d'une grande caravane qui march au fond de la valley

rouge (Saguiet el Hamra) en avangant vers les villes du Nord. Les haltes entamees dans

differents endroits au milieu du desert; au bord de Draa, a Ain Rhatra (source ou puits profound ,

a la palmeraie de Taidalt ou commence le fleuve Noun suivant la piste de Goulimine, a la valley

du grand fleuve Souss jusqu'a leur arrivee a Taroudant.

3 L'articulation du troisieme episode (27 pages) depuis l'arrivee de la caravane devant la

ville de Taroudant jusqu' au signal de Ma el Ai'nine pour un nouveau depart, touj ours vers le










Nord. L'arrive a Oued Tadla, le 18 Juin 1910. On apprend davantage sur la vie legendaire de Ma

el Ai'nine. Le narrateur nous raconte mime la rencontre du cheikh et de Camille Douls en 1887.

Ma el Ai'nine trahi et abandonne par ceux mime qu'il voulait defendre; les troupes frangaises ont

franchi les villes essentielles du Sud. Un grand desespoir s'est empare des nomades; il y a ceux

qui apres la fatigue et la march inutile, se sont disperses dans les villes les plus proches, il y a

ceux comme le petit Nour qui sont rests avec le cheikh, et enfin ceux qui se sont retires au

desert.

4 Tiznit, 23 Octobre 1910 (10 pages). Mort de Ma el Ai'nine seul dans une maison en ruine

entoure par quelques hommes de ses derniers guerriers bleus.

5 Agadir, 30 mars 1912 (15 pages). Cet episode qui s'acheve sur le combat des derniers

guerriers sous le commandement de Moulay Sebaa contre les quatre bataillons du colonel

Mangin. Quant a Nour, il a incarne en lui, entant qu'initie, I'esprit du grand Ma el Ai'nine.

Les episodes de ce recit racontent avec une precision spatio-temporelle le movement des

nomades rattache a leur reality historique. Image authentique de l'Histoire qui s'etend de 1909

jusqu'en 1912 sous le regime du protectorat frangais au Maroc. Ces faits historiques rapports

servent d'assise referentielle au roman, mais on apprend autant sur l'espace et les personnages de

ce premier volet narratif. C'est sous le regard de l'enfant Nour et ses reflexions qu'on fait la

connaissance de l'univers desertique et de la vie nomade. Le desert fait l'objet d'une peinture

essentielle sous le language poetique du narrateur.

L'espacement des deux textes en plusieurs sequences et intervalles a cree des allusions

internes qui nous permettent de les relater a une mime perspective. Le second recit porte surtout

sur l'experience de la jeune fille Lalla descendante du cheikh Ma el Ai'nine. Certains elements du

premier recit reapparaissent dans le deuxieme comme les recits legendaires des hommes bleus ou










mime la chanson qui accompagne Nour au desert. Nour dans son grand voyage est temoin de

deux spaces: ville et desert, mais touj ours dans le mime environnement desertique. Quant au

recit de Lalla, il nous offre une nouvelle experience de l'espace, il trace les tapes de sa vie en

ville de Marseille jusqu'a son retour au bord du desert au Maroc.

Ce deuxieme recit s'articule aussi en plusieurs tapes:

1 L'episode intitule le bonheur (146 pages) Lalla vit dans une cite "bidonville" de

planches et de papers goudronne, un lieu spare de la vraie ville, mais ouvert sur le desert et la

mer, en vivant une vie qui semble 6tre un prolongement de l'exode raconte dans le premier recit.

On peut dire que c'est un space rive comme celui de Nour, caracterise par un immense temps

immobile de l'enfance. Sa tante Aamma lui raconte des histoires sur sa naissance et sur le grand

guerrier nomade appelle Al Azraq, I'homme bleu. Ce dernier lui revient souvent dans ses visions

et ses reveries. Naman le vieux picheur, lui aussi raconte des histoires comme celles de l'oiseau

Balaabilou et de la bague maudite. II lui parle des villes mediterraneenes, des oiseaux de la mer;

des dauphins et des picheurs. Lalla partage souvent son temps avec Hartani, un j eune enfant

berger avec 'des traits magiques' et qui de son cite lui raconte des histoire avec ses mains.Quand

Lalla voulait partir en fugue vers le nord mediterraneen, c'est Hartani, qui lui a servi de guide.

Elle a mime pris la decision de se marier avec lui et c'est sur une scene d'amour entire eux que

cette premiere partie du deuxieme recit va s'achever.

2 Episode intitule la vie chez les esclaves'; Embarquement de Lalla a Marseille.

Le narrateur nous decrit le paysage urbain; la gare, les gens pauvres, les rues, la vie reelle des

immigrants en France, puis sous le regard et l'experience de Lalla, il nous fait connaltre le milieu

social des pauvres quarters ou la ville semble 6tre sans visage. Beaucoup de gens comme Lalla

souffrent de l'incomprehension et de la misere, ce qui l'amene a developper sa propre vision sur










la cruaute social. Elle connaitra des gens comme le jeune Africain noir, le vieil homme sans nez

ou au visage mange, mais surtout le j eune enfant Radicz. Elle est touj ours hantee par le regard

mysterieux d'EsSer, I'homme secret. Cette hantise evoque chez elle le sentiment de retour au

pays. Elle se donnera le nom de sa mere Hawa (Eve), car elle n'a jamais eu de nom, elle

s'appelait BlaEsm (sans nom).

3 Cette troisieme parties (9 pages) se resume par la mort accidentelle du jeune Radicz. Lors

d'un attentat de vol, il essaie de fuir la voiture noire de la police: "a l'instant mime ou le corps du

jeune homme bondit sur la chaussee de la route de corniche... A cet instant-li arrive un grand

autobus bleu, aux phares encore allumes, et le soleil levant percute comme un eclair son pare-

brise recourbe, quand le corps de Radicz se brise sur le capot et sur les phares, dans un grand

bruit de t81e et de freins qui crient" (Le Clezio 395-96).

4 Retour de Lalla. (15 pages) Elle prend le bateau a Tanger puis un autocar jusqu'8 son

arrivee en plein nuit au bord de la riviere. Elle va vers la mer ou elle accouchera de son enfant a

l'aube dans un decor exceptionnel de la nature, illustre par la presence d'un figuier au pres de la

mer et pas loin du desert.

Autres que les differences qui existent entire les deux textes, il faut aj outer les aspects qui

relevent d'une vision generale et qui occupent l'ensemble des instances narratives qui se

repercutent les unes sur les autres dans presque toutes les articulations des episodes. Il existe

certainement un lien de parents entire les deux enfants Nour et Lalla comme personnages du

roman; la mere de celle-ci trouve son origine filiale dans celle de Ma el Ai'nine, mais ce qu'ils

ont surtout de commun c'est leur mime vision du monde et leur sens du nomadisme. Nour

semble 6tre initie a l'experience et a la pensee mystique du cheikh, quand a Lalla, sa reverie fait

souvent recours a l'esprit d'EsSer. A Marseille elle regardait les choses en les considerant










touj ours dans une perspective nomade. Malgre les contrepoints existant entire les deux spaces,

elle ne pouvait parcourir la ville que comme une etendue desertique. Son regard errant

transperce les horizons cloisonnes de la ville :

<< Elle occupe ses journees a marcher a travers la ville, du sud au nord, et de l'est a l'ouest.

Elle ne connait pas les noms des rues, elle ne sait pas ou elle va >> (Le Clezio 266). La proximity

urbaine ne suffisait pas a son oeil interieur qui incarne un space intemporel et sans limits.

C'est surtout le sens visionnaire de l'espace et du temps comme on l'en envisage chez les

protagonistes du roman, qui est emanant dans les deux recits. Les carts se situent sur un plan

typographique et evenementiel du processus narratif, alors qu'un dialogue s'instaure entire deux

epoques vecues et liees intimement, et qui permet une conciliation entire les deux structures :

entire recit pique qui raconte l'exode legendaire des hommes bleus et le recit qui nous parle du

destin individual de Lalla. Derriere ces deux structures s'eleve le dispositif du language poetique

qui par certaines instances lexicales, se caracterise d'un style simple et incantatoire, dans le

premier recit en particulier, et qui dans le deuxieme recit, offre un ton rythmique qui comprend

des vocables exotiques relevant du mime registre thematique du premier recit : la chanson qui

figure dans les deux textes comparee aux incantations de la priere et qui occupe un nombre

considerable de pages.

Ce qui imported le plus au narrateur, c'est de nous rendre une image du desert tout en nous

faisant la description des personnages. Car ce qu'ils disent et ce qu'ils voient provient d'une

intention permanent sur l'aspect mythique du desert qui provoque chez le lecteur une certain

sensation du paysage. Le desert est l'obj et essential du roman, il est son point de depart et son

aboutissement. Les autres recits secondaires enchisses dans le texte trouvent leur importance

dans le metissage discursif qui dynamise les procedes narratifs et leur donne une dimension de










l'imaginaire. En function de leur nature, ce sont les personnages eux-mimes qui racontent ses

recits et qui par li contribuent a donner une structure coherente au texte global. Cette derive vers

l'imaginaire ne provient pas seulement de ce type de recit, mais le caractere general des

personnages reflete l'aspect principal de leur context merveilleux. Les traits du personnage de

Ma el Ai'nine, ses miracles et sa portee mystique, Hartani, I'enfant berger, qui par son silence

mysterieux et ses paroles magiques parait completement different des autres, ou mime la

presence spectral du mythe d'Al Azraq, assurent la perennite de la legende du desert. Ces mimes

recits peuvent 6tre racontes a plusieurs reprises par un mime narrateur, comme l'histoire de la

naissance de Lalla racontee par Aamma. Ou parfois c'est plusieurs conteurs qui font la narration

toujours recurrente d'un seul recit, comme celui de Ma el Ai'nine, ce qui donne au lecteur

l'impression d'une histoire qui n'a pas de fin : << Chaque fois qu'Aamma raconte l'histoire d'Al

Azraq, elle aj oute un detail nouveau, une phrase nouvelle, ou bien elle change quelque chose,

comme si elle ne voulait pas que l'histoire fit jamais achevee. >> (Le Clezio 120). En cohesion de

cette parole inachevee, se presentent quelques elements du desert, le feu accompagne la voix

d'Aamma, quand elle raconte ses histoires, << a travers le bruit de la flamme qui crepite >> (Le

Clezio 175). Element qui retient l'aspect metaphorique de cette parole mime et de son obj et (le

desert) qui est une image incommensurable, et difficile a retenir.

On peut dire que la mise en scene de ses contest revient souvent aux personnages de Naman

et d'Aamma. Naman raconte des recits comme ceux des grandes villes mediterraneennes, le

conte de l'oiseau Balaabilou, les histoires des dauphins, le conte de la bague maudite. Quant a

Aamma, elle raconte, et c'est toujours a la mime auditrice Lalla, I'histoire de sa naissance,

I'histoire de sa mere Hawa, et en fin, elle lui raconte a plusieurs reprises, I'histoire d'Al Azraq,

I'homme bleu. Les deux voix contribuent a donner au texte son caractere mythique et oral et lui










servent comme un decor qui rapproche et resserre tous les liens narratifs dans un mime space

textuel. La performance restreinte du dialogue provoque l'abondance du genre narratif. Il s'agit

d'un ecoulement discursif qui ne s' arr~te pas aux simples instruments de la communication entire

les personnages comme si le dialogue entire eux ne suffit pas aux perspectives du narrateur : << la

structure ouverte suggere l'eternel devenir de la parole qui ne cesse de renaitre [...] son caractere

est malgre tout significatif parce qu'il nous ramene a une intertextualite fragmentaire et

speculaire : chaque texte dans son autonomie a un sens en function de la place qu'il occupe au

sein de l'autre texte. >> (Abdelkefi 236).

L'imbrication des recits qui s'enlisent dans le mime texte, efface les limits entire les deux

grands recits et laisse entendre qu'une seule et mime structure les sous-tend ensemble dans une

mime vision thematique, qui est celle de tous les personnages incarnant la parole metaphorique

du desert.

Le Parcours narratif des personnages

A partir des deux recits intercales dans le texte, se presentent a nous les elements pertinents

et localisables des personnages. Le premier recit nous parle des nomades en quite d'une terre

promise loin des impitoyables soldats chretiens qui s'emparent pied par pied de la plupart des

villes saints, a partir du sud jusqu' au centre du desert. Il nous offre aussi les marques explicites

des principaux personnages comme Nour, Ma el Ai'nine et quelques signes constitutifs du

portrait d'Al Azra, I'homme bleu. Quant au deuxieme recit, il nous rapporte l'histoire de Lalla et

les occurrences de ses evenements, et nous apprend l'essentiel sur le reste des personnages ;

Aamma, Naman, Hartani, Radicz. A l'exception de quelques uns comme Hartani, Radicz et

Naman, il y a les echos de certain personnages qui se repercutent d'un recit a l'autre.

C'est ainsi que notre connaissance se forme davantage sur les deux grands chefs nomades :

Al Azraq et Ma el Ai'nine, en faisant tout le parcours narratif du texte, sans oublier bien entendu










l'apport thematique du roman, qui en fin de compete fait rej oindre les elements qui caracterisent

presque tous les personnages et les dissolvent dans une sorte de symbiose unique et structurale.

Si l'un des deux recits se relate a l'histoire d'une memoire collective appartenant a une

communaute ethnique saharienne, I'autre recit raconte surtout l'histoire individuelle d'un

personnage qui a un lien ancestral avec cette memoire, mais qui part en voyage exotique, oh il

decouvre la reality douloureuse de la ville occidentale, comme si le desert pourrait s'etendre au-

del8 de la mer mediterraneenne sans atteindre aucune limited dans l'espace, autant qu'il reste un

referent metaphorique pour l'imaginaire de Lalla.

II va sans dire qu'il existe une particularity dans la repartition essentielle des personnages ;

nous sommes devant quatre adults et quatre enfants. Un de ces enfants (Nour) est le

protagoniste qui temoigne du deroulement de toute l'histoire du premier recit, quant a l'autre

enfant (Lalla), il est lui-mime suj et de l'histoire du second recit.

Nour

Nour (prenom qui en Arabe, signifie lumiere) enfant d'un certain Age, le texte ne nous

procure aucune information Id-dessus. II vit avec ses parents comme tous les nomades de sa

tribu au milieu du desert a Smara ; ville biltie par Ma el Ai'nine dans la grande vallee de Saguiet

Hamra 'vallee rouge', li oh << il n'y a rien d'autre sur la terre, rien >> (8), oh << le desert est si

grand que personnel ne peut le connaitre en entier >> (169), << la vallee semblait n'avoir pas de

limits, etendue infinie de pierres et de sable >> (210), dans un pays << hors du temps loin de

l'histoire des homme, un pays oh plus rien ne pouvait apparaitre ou mourir, comme s'il etait

deji spare des autres pays, au sommet de l'existence terrestre >> (11). << Nour, le fils de l'homme

au fusil, marchait devant sa mere et ses soeurs. Son visage etait sombre, noirci par le soleil, mais

ses yeux brillaient, et la lumiere de son regard etait presque surnaturelle >> (9). On constate que

l'auteur, des le commencement de son roman, prite une importance particuliere a la lumiere et










au regard du j eune enfant. L'apparition et la disparition dans un immense space vide laisse une

impression que seule une vision est capable de sentir une telle presence ou vacuity. Non

seulement Nour avait ce sens du regard, mais tous les hommes du desert << avaient la liberty de

l'espace dans leur regard >> (13).

Nour regarded perpetuellement toute chose qui se prite a lui, quand il est parti voir

l'assemblee des hommes dans la maison du cheikh Ma el Ai'nine, il << regardait de toutes ces

forces la figure frile du vieil homme >> (3 8). Ce mime regard se repete a plusieurs reprises. << il

regardait la silhouette fragile du grand cheikh >> (39). << Il regardait la silhouette blanche du vieil

homme >> (40). Et quand pour un bref instant Ma el Ai'nine j ette son regard sur le visage du jeune

enfant, << le coeur de Nour s'etait mis a battre plus vite et plus fort >> (42). On comprendra par la

suite du recit que le regard mutuel entire les deux se renforcera par le lien spiritual et mystique,

que l'enfant incarnera du grand cheikh. Par ce regard, Nour cherchait la benediction de Ma el

Ai'nine, il reussit a avoir un premier contact physique avec lui au moment ou il s' est j ete a terre

devant lui, a l'endroit ou celui-ci etait accroupi pour dire sa priere :

<< Que fais-tu la ? repeta le vieillard .
<< Je-j e priais. Dit Nour ; il aj outa :
<< Je voulais prier. >>
le cheikh sourit.
Et tu n'a pas pu prier ? >>
<> dit simplement Nour. II prit les mains du vieil homme.
<< S'il te plait, donne-moi ta benediction de Dieu. >> (53)

Quand le cheikh apprend de lui le nom de ses parents. II dit : << Ainsi ta mere est de la

lignee de Sidi Mohammed, celui qu'on appelait Al Azraq, I'Homme bleu >> (54). Al Azraq

connu comme homme saint et grand guerrier et comme un des maitres inities de Ma el Ai'nine.

C'est par ce lien symbolique qui s'est etabli definitivement et a jamais entire l'enfant et le cheikh

que l'enfant lui-mime regoit la benediction d'Al Azraq. Car le lien de parents ne lui suffit pas










pour pouvoir rejouir de l'heritage spiritual de son grand ancitre. C'est par experience ou par

clairvoyance que le jeune enfant etait destine a une education sans aucun 'programme' pour

recevoir la grande tradition. Ce comportement qui revient souvent au milieu soufi des confreries

religieuses ou les noms des grands maitres soufis sont invoques tout au long de la priere ou dzikr

(invocation de Dieu).

Nour avait le sens raffine d'une existence douce, il aimait ecouter les chansons et la

musique, il priait et dansait : << Nour sentit l'ivresse de la musique et la danse.>> (51) <
etait le plus le plus extraordinaire, c'etait la musique qu'il entendait, quand il s'en allait de son

corps. Il n'avait jamais rien entendu de semblable. C'etait une voix de jeune femme qui chantait

dans la langue chleuh. Une chanson douce qui bougeait dans l'air >> (239). Il etait touj ours li

quand il s'agit des grands evenements : en assistant a la longue priere de Ma el Ai'nine et a toute

la tribu priant avec lui, en voyant le miracle du guerrier aveugle gueri par le cheikh, en ecoutant

les recits d'autrefois sur la legende de Ma el Ai'nine, et enfin, apres la trahison et le desespoir, il

assistera a la triste defaite de sa tribu qui s'acheve par la mort du grand cheikh Ma el Ai'nine tout

seul dans une petite maison minable. LA ou il va regarder pour la derniere fois le vieil homme <<

de toutes ses forces comme si son regard pouvait ralentir la march de la mort. >> (404) et pour

apaiser la solitude, la souffrance et l'angoisse intense de la mort, il a recours au rituel

incantatoire que le cheikh lui avait enseigne pour sauver miraculeusement son maitre :

C'est dans ses mains qu'il ressentit la puissance, dans son souffle. Lentement, comme s'il
cherchait a se souvenir de gestes anciens, Nour passe la paume de sa main sur le front de
Ma el Ai'nine sans prononcer une parole. Il mouille le bout de ses doigts avec sa salive, et il
touche les paupieres qui tremblent d'inquietude. Il souffle doucement sur le visage, sur les
levres, sur les yeux du vieil homme. Il entoure le buste de son bras et longuement le corps
leger s'abandonne, se couche en arriere. (405)










Le cheikh Ma el Ainine

Il est evident que le recit romanesque nous legue deux aspects du present personnage :

aspect a la fois historique et fictionnel. Sous le regard du narrateur omniscient ou sous celui de

Nour ou mime ce que rapportent les autres personnages sur son histoire, on apprend beaucoup

sur sa nature et son caractere. Il est en premier lieu un personnage charismatique, quelqu'un qui

par choix symbolique regoit le pouvoir spiritual de toute une lignee de maitres inities a la foi <<

La Tariqa >> soufle. Cet aspect est associe a son r81e de chef de plusieurs tribus comme un

imminent guerrier ayant sous ses ordres les hommes bleus qui voulaient repousser les soldats

frangais, envahisseurs de leur pays. C'est alors une des confrontations qui va arriver de son

vivant contre le general Moinier et ses tirailleurs senegalais a Oued Tadla le 21 juin 1910. Vers

la fin du roman, sa tribu connaltra deux ans apres sa mort, une defaite mortelle devant l'armee du

general Mangin, le 30 mars 1912. Aux yeux des frangais, Ma el Ai'nine n'etait qu'un

'sauvage'. << Un fanatique. Une sorte de sorcier, un faiseur de pluie >> (351), mais aux yeux des

siens il etait un saint venere, un homme sage sans egal. C'est lui qui regoit les chefs notables des

autres tribus, et c'est a lui que reviennent les grandes decisions. Le narrateur nous dit que c'est

<< un homme Age, vitu d'un simple manteau de laine blanche qui recouvrait sa tite >> (37), qu'il

est un vieil homme, << une silhouette fragile >> avec une << figure frile >> et que pendant que les

autres parlaient dans l'assemblee, lui << ne bougeait pas. Il ne semblait pas entendre les paroles de

ses fils, ni la rumeur continue qui venait des centaines d'hommes assis dans la cour devant lui >>

(38), et pourtant << tous les hommes le regardaient aussi, comme avec un seul regard, comme si

c'etait lui qui parlait vraiment, comme s'il allait faire un seul geste et qu'alors tout serait

transformed, car c'e~tait lui qui donnait l'ordre mime du desert >> (3 8).

Au course d'un premier contact avec Nour, il lui a parley un peu de son passe, de sa premiere

rencontre avec l'homme bleu dans les oasis du sud a l'epoque ou la ville de Smara qu'il avait










construite n'existait pas encore. Il est alley a lui pour lui demander son enseignement, il restait un

mois sans aucun acces, I'homme bleu << l'avait fait dormir devant sa porte, sans lui adresser la

parole ni mime le regarder >> (54). C'est comme ga que tout disciple apprend, sous l'Apre

epreuve du corps, a connaitre l'ordre de la vie mystique, methode deji appliquee et appreciee par

les maitres d'autrefois que Ma el Ai'nine lui-mime evoquera dans sa longue priere avant de

donner a ses hommes, son signe de depart vers le nord. Des noms ont ete cites avec le nom de

Dieu, des noms comme Al khadir, Al Jilani, Al jounai'd, Al Hallaj, Al Chibli et bien d'autres.

Le vrai nom de Ma el Ai'nine est Ahmed ben Mohammed el Fadel, ne au sud : < dans le

pays qu'on appelle Hodh, et pere etait fils de Moulay Idriss, et sa mere etait de la lignee du

Prophete. Quand le grand cheikh est ne, son pere l'a nomme Ahmed, mais sa mere l'a nomme

Ma el Ai'nine, I'Eau des Yeux, parce qu'elle avait pleure de joie au moment de sa naissance...>>

(366). Des son j eune age, on le reconnaitra par son don de grice et ses miracle. Il s'est installed

dans la ville de Chinguetti pour donner son enseignement : << les hommes du desert sont devenus

ses disciples, et on les appelait Berik Allah, ceux qui ont regu la benediction de Dieu >> (367).

Un homme, malgre les souffrances et les defections, n'intervient que pour le bien des

autres et n'agit j amais par violence. A sa rencontre avec le voyageur Camille Douls, en 1887 : <<

le cheikh s'e~tait approche jusqu'8 lui, il l'avait regarded longuement [...] sans haine sans mepris >>

(375). Apres avoir ete trahi, Ma el Ai'nine 's'est retrouve tout seul avec le peu des hommes qui

sont rests pres de lui, il ne pouvait pas empicher la progression irresistible des forces frangaises.

Frappe par un desespoir flagellant, il devient aveugle et malade, mourant dans une maison en

ruine, seule sa femme Meymuna et Nour veillaient sur lui.

A l'exception de ce qu'il nous a rapport sur lui-mime quand il a rencontre son cheikh Al

Azraq, Ma el Ai'nine ne nous dit rien sur les autres personnages. C'est lui qui fait l'objet










mythique et legendaire aux yeux des autres, Nour et Aamma nous ont fait un grand temoignage a

son propos. Il est le motif de la parole narrative du roman, c'est sur son recit qu'il commence et

achieve toute l'histoire. Il est l'image pregnante de l'incontournable desert, son souffle et sa

voix : << le souffle qui circulait en lui ... violent et doux a la fois qui accroissait son existence >>

(7 1).

Lalla

Le second recit, aussi preponderant en volume que le premier, et dans presque toutes ses

articulations se deroule sur l'histoire de Lalla dans toutes ses conj onctures qui renvoient au

mime universe dans lequel sont integres les autres personnages. C'est a partir de cette histoire

qu' on peut identifier le systeme narratif qui se deploie autour d' eux, et du mime coup voir leurs

similitudes ou les liens qui les rapprochent. Le recit de Lalla, nous fait connaitre les recits de

Aamma, Naman, Hartani et Radicz, sans oublier certain correlats du type de personnage comme

Ma el Ai'nine et As Ser, le secret : il existe des elements de ces mimes personnages qui ferment

une partie essentielle du recit noyau, ainsi que le va-et-vient de plusieurs recits qui emanent d'un

seul recit referentiel.

Lalla, personnage principal de la deuxieme partie du roman est une jeune fille marocaine

descendante des hommes bleus massacres autrefois. Elle habite dans une cite bidonville pauvre

et depourvue au fin fond du desert, incarceree dans un milieu qui n'est pas loin de la mer. Le

narrateur ne nous informed pas davantage sur l'endroit ou elle vit : << Lalla ne sait pas pourquoi ga

s' appelle la cite, parce qu'au debut, il n'y avait qu'une dizaine de cabanes de planches et de

paper goudronne, de l'autre c8te de la riviere et des terrains vagues qui separent de la vraie

ville. >> (Le Clezio 87) On apprend du recit qui nous a ete delivre par Aamma sur l'histoire de

sa naissance, qu'elle est une << fille de cherifa >>, fille d'une femme noble. Sa mere, Lalla Hawa a

accouche d'elle aupres d'un arbre et d'une source : << elle etait tres heureuse que to sois venue, et










quand on lui demandait to nom, elle disait que tu t' appelais comme elle, Lalla Hawa >> (89). Ce

milieu nous rappelle la derniere halte de Ma el Ai'nine et ses hommes aux confins de la valley

Souss, devant les grands murs de la ville, ou personnel n'est venu a son secours. La march

d' autrefois trouvera par la suite en la personnel de Lalla, sa chance d'expansion vers les villes

mediterraneennes.

Autour de cet space englouti et denude, une relation tres passionnee s'est etablie entire

Lalla et la nature, entire elle et les insects, le vent, le sable et l'eau de la mer, elle : << connait

tous les chemins, tous les creux des dunes. Elle pourrait aller partout les yeux fermes, et elle

saurait tout de suite ou elle est, rien qu'en touchant la terre avec ses pieds nus >> (76). Elle

apprendra davantage avec Hartani a aimer encore les mysteres de la nature, et dans la plus

grande de ses solitudes, elle fait appel a l'esprit de sa mere: << elle dit quelquefois : << Oummi >>,

comme cela, tres doucement, en murmurant. Quelquefois elle lui parle, toute seule, tres bas, dans

un souffle, en regardant la mer tres bleue entire les dunes >> (153).

Dans un temps immobile et sans aucun sentiment de duree, elle connaltra l'amitie des

personnel les plus proches de son imaginaire. Du vieux Naman elle apprendra surtout l'amour

exotique de la mediterrane : << Lalla aime ce qu'il raconte. Elle l'ecoute attentivement, quand il

parle des grandes villes blanches au bord de la mer [...] Toi, tu iras. Tu verras toutes ces villes,

et puis tu reviendras ici, comme moi >> (103-04). Quant a Hartani, malgre son mutisme, elle

entretiendra avec lui une relation intimement etroite, et qui accentuera dans leur propos et sur

leur imaginaire, le profound impact du desert. L'attachement au desert se fait, en premier lieu, par

lien natural depuis la naissance de Lalla, et ensuite par experience active dans l'espace il finit

par provoquer chez les deux enfants, au-dela de leur innocence et purete originelles, une










exaltation mutuelle de l'amour corporel. Du vieux Naman elle a regu un tres fort soutien

d' exotisme, mais de Hartani, un affranchissement total du desert.

Quand elle s'est embarquee vers Marseille, ce n'etait pas pour ameliorer une situation

social comme l'ont cru certain critiques, mais plut8t pour satisfaire une exigence du moi

personnelle, trop difficile a satisfaire. Au course de son sejour, elle decouvre la cruaute et la

misere cachees dans les quarters pauvres de la ville. Elle se lie d'amitie avec des marginaux qui

semblent 6tre comme elle, incompris et indignes par les autres. Parmi lesquels, Radicz, un enfant

gitan qui mendie dans les rues de Marseille. Apres avoir entame quelques metiers minables, elle

a fini par devenir le model d'un photograph, et a subvenir largement aux besoins de sa vie.

Touj ours habitue par une presence subconsciente du desert, elle decide de retourner chez elle

dans son pays ou elle accouchera de sa fille 'Hawa' sous un arbre pres de la mer.

Es Ser, I'homme bleu

C'est un personnage invisible que nous connaissons a partir des versions de Aamma et du

cheikh Ma el Ai'nine, ou par une pertinente projection visionnaire de son regard sur Lalla en

penetrant sa memoire d'une presence obsessionnelle et symbolique. On l'appelle aussi Al Azraq,

I'homme ou le guerrier bleu. On le regardait comme un maitre soufl et saint elu : << on l'appelait

Al Azraq parce qu' avant d' 8tre un saint, il avait ete un guerrier du desert [...] mais un j our, Dieu

l'a appele et il est devenu un saint >> (Le Clezio 120). Quand Ma el Ai'nine etait encore jeune, il

est alley le voir pour lui demander son enseignement et sa benediction. C'est aupres de lui qu'il a

appris a devenir un homme de savoir et de sagesse et c'est de lui qu'il requ l'ordre de construire

la ville de Smara : << Ma el Ai'nine etait rested de nombreux mois aupres de lui, et un jour,

I'homme bleu lui dit qu'il n'avait plus rien a lui enseigner. << Mais tu ne m'as pas encore donned

ton enseignement >> dit Ma el Ai'nine [...] il lui avait montre l'horizon, dans la direction du nord,

vers la Saguiet el Hamra, et lui avait dit de construire une ville sainte pour ses fils >> (55).










La mise en relief du personnage d'Es Ser, relive d'une dimension intemporelle de sa

presence fictive, souvent evoquee par ses auteurs en recits anecdotiques. Cela correspond a son

aspect surnaturel en tant que saint et elu. Malgre sa mort depuis des decennies, il reste touj ours

vivant, decernant autour de lui des croyances et des apparitions. On comprend les interpretations

nai'ves d'Aamma quand elle raconte soigneusement des souvenirs au suj et de ses dons et ses

miracles :

Un jour un vieil homme a amene son fils qui etait aveugle [...] alors Al Azraq a dit au
vieil homme : acceptes-tu d'8tre aveugle a la place de ton fi1s ? Le vieil homme a repondu :
je suis tres vieux, et a quoi mes servent mes yeux ? Fais que mon fi1s voie, et je serai
content. Aussit8t le june homme a recouvre la vue et il etait ebloui par la lumiere du
soleil. Mais quand il s'est apergu que son pere etait aveugle, il a cesse d'8tre heureux.
Rends la vue a mon pere, a-t-il dit, car c'est moi que Dieu avait condamne. Alors Al Azraq
leur a donned la vue a tous deux. >> (121)

Le lecteur peut en conclure le potential symbolique de cette anecdote qui nous enseigne

l'amour inconditionne du prochain. Par ailleurs, c'est Aamma qui intervient quelquefois, en but

de nous desillusionner peut-6tre, par de courts commentaires : << Il y a des gens maintenant qui

veulent plus croire cela, ils disent que ce sont des mensonges >> (121). A c8te de cet aspect fictif

qui corrobore la perennite du personnage d'Es Ser a partir des micro-recits inseres dans les

episodes de l'histoire, sa presence mime est sous une predominance visionnaire, qui constitute

dans la perspective subconsciente de Lalla, une forme de parole silencieuse. Ce n'est pas par

corporalite qu'il est omnipresent dans son universe a elle, mais par vision mental ou affective en

forme de reverie: << il s'agit d'une voix interieure confrontee a un silence exterieur et ils sont

definissables seulement par rapport au silence qui mane d'eux >> (Abdelkefi, 238-39). On sait

bien qu'un regard de la mime nature persistait touj ours entire Nour et Ma el Ai'nine. L'homme

que Lalla Appelle Es Ser vient seulement quand elle a envie de le voir. II lui donne, souvent dans

sa solitude, un sentiment de reconfort et de protection: << elle sait que l'homme bleu du desert la

protege de son regard, et elle ne craint plus le silence, ni le vide du vent >> (95). Ce regard vide et










imperieux n'est que le signe cosmique du desert. M~me s'il ne lui parle pas, elle l'imagine

visiblement net a ses yeux, elle croit entendre sa voix qui resonne a l'interieur de son corps:

<< Que veux-tu ? Pourquoi viens-tu ici ? Je ne suis rien pour toi, pourquoi me parles-tu, a moi

seulement ? >> (Le Clesio 118).

Elle a l'habitude d'entretenir ce genre de language avec d'autres signes silencieux : la parole

gesticulee de Hartani, la mouette et L' esprit ou l'ombre d'Ommi. Ces pratiques l'aidaient a

connaitre la beauty d'un space absolument ouvert et fertile au regard meditatif. Cette vision

correspond au moment ou Es Ser lui fait son apparition sur le plateau de pierre, quand tout

devient une force intermediaire entire deux temps, le sien, qui est un temps vecu et present, et

celui de L'homme bleu, un temps passe, mais omnipresent rapportant avec lui des images et des

souvenirs lointains. Le regard de l'home bleu guidait ces pas a Marseille et quand elle etait de

retour a son pays: << c' est touj ours le mime regard qui guide, ici dans les rues de la cite ; c' est un

regard tres long et tres doux, qui vient de tous les c~tes a la fois, du fond du ciel, qui bouge avec

le vent >> (Le Clesio 414).










Hartani et Radicz :

J' envisage ici un resume sur ces deux personnages, qui avec Nour et Lalla traduisent ce qui

est propre a l'idee de l'enfance que l'auteur voulait nous communiquer non seulement dans le

recit Desert mais dans presque toute son oeuvre. On peut concevoir un releve de quelques

caracteristiques a ce propos. Ce sont d'abord des enfants qui n'ont pas de parents : < lui le

Hartani, est celui qui n'a pas de pere ni de mere celui qui est venu de nulle part [...] il est celui

qui n'a pas de nom >> (Le Clesio 131). Quant a Radicz, il raconte une parties de sa biographie

apres avoir fait la connaissance de Lalla : << Tu sais. J'habitais avec mon pere et ma mere dans

une caravane, on allait de foire en foire, on avait un stand de tir, [...] Et puis mon pere est mort,

et comme on etait nombreux et qu'on n'avait pas assez d'argent, ma mere m'a vendu au patron >>

(340).

Des enfants isoles qui vivent en marge de la society. Personne ne connait Hartani, ni d'ou

il vient reellement. Et a la measure de cette ignorance, on le juge fou, on a peur de lui et on dit

qu'il est un << Mejnoun >>. C'est alors qu'il evite souvent les autres gargons de la ville et ne

s'attend, dans ses cachettes, qu'aux rencontres amicales de Lalla. Et comme elle, il ne sait encore

ni lire ni ecrire. Radicz, lui, il vit en mendiant dans les pauvres quarters de la ville dans une

atmosphere d'indignation et de desespoir. II a surtout le plaisir de regarder les gens ou de

s' amuser avec le feu des allumettes.

En tant qu'enfants, ces personnages ont ce que Jean Onimus appelle << une prodigieuse

puissance d'observation >> (127), leur regard aussi riveur et passionne, touche au plus profound

des choses. Regard innocent qui est toujours en quite de la purete, de la clarte, du vrai, de la

transparence et du merveilleux. Ils voient ce que les autres ont cesse de voir. Ils n'ont ni le

prejuge, ni la mauvaise conscience. Leur communication reste directed avec la nature, pas de

distance avec elle : << ce que dit le Hartani avec ses main est insense comme lui, c'est comme un










rive, parce que chaque image qu'il fait paraitre vient a l'instant ou on s'y attendait le moins [...]

il fait apparaitre des oiseaux aux plumes ecartees, des rochers fermes comme les poings, des

maisons, des chiens, des orages, des avions, des fleurs geantes, des montagnes, le vent qui

souffle sur les visages endormis >> (Le Clesio 133).










CHAPTER 3
POETIQUE DU DESERT CHEZ MALIKA MOKEDDEM

Presence du desert

Mohammed Dib, grand poete et romancier algerien, souligne dans son livre << larbre a

dire >> que :

Les algeriens vivent avec, a leur porte, un des plus grands deserts du monde. M~me s'ils
l'ignorent, mime s'ils l'oublient, il est la et non pas qu'a leur porte mais en eux, dans la
sombre crypte de leur psyche. Composante de leur paysage physique, il ne l'est pas moins
de leur paysage mental, et le desert, souvenons-nous-en, les trois religions revelees y sont
nees[...] le desert qui vit, qui bouge, qui march, qui va, qui vient et qui report pour revenir
sur ses pas et qui a parties liee avec le vent [...] l'algerien le porte en lui, son imaginaire,
sinon sa conscience eveillee, en porte l'estampille. Cela, sans memoire dont on ne saurait
perdre la memoire. (18-19)

Cette dimension psychologique est foncierement manifestee dans toute l'oeuvre de Malika

Mokeddem depuis la sortie de son premier roman << Les Honanes qui nzarchent >> jusqu'au

dernier de ses livres << Mes Honanes >>.Toute son ecriture temoigne d'un ancrage dans un space

desertique reel, qui malgre l'exode de quelques personnages vers d'autres contrees reste le plus

proche de leur memoire. Bien qu'elle soit elle-mime, il y'a des annees, en dehors du pays, elle

vit immanquablement a la lisiere d'un desert, touj ours fantasme dans ses textes. Elle ne le voit

pas avec un oeil exotique stranger comme celui des randonneurs qui viennent en visit

saisonniere. Le desert n' est pas pour elle un simple phenomene geographique frappe par l'aridite

et la desolation, mais un space privet ou domestique dans toutes ses dimensions physiques et

imaginaires. Il est un space libre et ambivalent, un << space du mime >> et de l'autre, la ou se

resource une vision d'ecriture. << il ne restait plus, dans mon 6tre, d'espace disponible aux mots

des autres. J' avais deja quitter une famille, des amis, un pays, j e n' avais cesse de m' enfoncer dans

une absence sans fond. Il y avait urgence. Alors, j'ai ecrit >> ( Redouane 44).










Les personnages de ses romans parcourent quant a eux l'espace exterieur afin de rompre

avec l'immobilite assaillante tout en le parcourant en mime temps a l'interieur de leur moi. Etant

elle-mime nee au desert a Kenadsa, une petite ville situee au sud algerien a c8te de Bechar,

Malika Mokeddem ne manquait pas de traduire dans un premier roman autobiographique les

sensibilities d'un space pluriel et faire vehiculer une conscience de l'histoire collective. Le

registre familial etait a l'origine d'une fiction autobiographique. L'ecrivaine cherchait a trouver

un pretexte pour raconter l'histoire de sa famille, surtout celle des femmes, en essayant de la

dissimuler dans l'histoire de l'Algerie.

Les Hommes qui marchent comporte une large part d'autobiographie [...] Dans le premier
jet, sorti dans l'urgence, je disais <> et les membres de ma famille avaient leurs
veritables prenoms. Ensuite, une reecriture s'imposait qui procedait a une sorte de mise a
plat. Cette remise a l'ouvrage de l'ecriture epuisait l'emotion. Le << je >> devint Leila et tous
les autres prenoms furent changes. (64)

De cette urgence se constitute le fait d'ecrire et traduire par un language poetique

l'experience du desert en lui accordant, ainsi qu' aux itres et aux obj ets, une presence lucide et

sensorielle. Cette presence est marquee par une double chronologie de la memoire ou du recit.

Zohra femme nomade forcee au sedentarisme transmit une memoire genealogique a Leila sa

petite fille. Elle est la voix narrative du passe quant a Leila elle est la voix narrative du present

qui renoue le reste de l'histoire avec celle de Zohra, I'histoire de Dj elloul Aj alli en particulier, un

de ses ancitres qui rompt avec la tradition tribal et qui par la parole de Zohra, son histoire prend

toute son ampleur et devient une legende. Leila est la continuity de sa grand-mere, mais aussi la

continuity de sa memoire, de celle de Djelloul Ajalli, I'infatigable marcheur, qui choisit une vie

sedentaire et entame un long voyage au Moyen-Orient et a Bagdad jusqu'au moment ou il

s'installe definitivement a Ouj da (Maroc). En introduisant un recit sur Dj elloul Aj alli, Malika

Mokeddem evoque l'idee de l'exil, car Djelloul Ajalli n'etait-il pas en exil ? Depuis son enfance

Djelloul : < se sentait devenir stranger aux siens. Et il avait peur. La peur ... transformait le










desert en cauchemar. Sable, solitude et soleil, jusqu'8 la suffocation. Le gargon voulait vivre

autre chose que les marches ininterrompues. Leila, descendante de sa lignee, comme lui, va

choisir de partir en France. Le nomadisme est plus qu'une voie et un parcours dans le desert, il

continue a avoir des extensions ailleurs dans d'autres contrees inexplorees. La mort guette les

hommes qui marchent plus que les hommes immobiles. C'est ce que Leila a appris de sa grand

mere : << elle avait si peur de ne pouvoir jamais lui echapper qu' elle le hai'ssait, ce desert tyran >>

(Mokeddem 274).

Ce qui imported a ces protagonistes, c'est la persistence et la march afin d'entrevoir une

nouvelle vie possible, une traversee d'un space touj ours ouvert. Cette dynamique vers un autre

exterieur ne les empiche pas de concevoir en eux le desert comme un space interieur anime par

des forces opposees. Le desert est congu non comme un decor aux evenements, mais comme une

dimension existentielle et metaphorique en mime temps ; Zohra incarne en elle l'esprit du desert

ou plut8t, elle << etait le desert>> (11).

Le sentiment d'emprisonnement chez Leila n'aboutit pas totalement a un detachement ou

un renoncement: << seuls le sable et le ciel furent temoins de son immense douleur>> (150).

Elle se laissa aller dans le sable comme on entire dans la mer. Elle s'enroula en boule
comme dans un giron d'une mere. LB, tout s'eteignait, les peines des hommes comme les
devastations de leur histoire. Tout etait immobile, et le chagrin qui tout a l'heure paraissait
insurmountable, lentement se dissipait, ecarte par le souffle tide de la dune [...] elle
s' endormit. Et dans ses rives elle quitta le monde agite et mutile des hommes immobiles.
Elle partit avec ceux qui marchaient, dans la lumiere et dans le vent, au large du desert.

(226-27)

Si le desert semble 6tre un lieu onirique et absolu pour une conscience qui cherche un

apaisement de son trouble de l'8tre, il est aussi le lieu fictif de l'oralite et l'ecriture. Zohra

continue par le << nomadisme des mots >> a refagonner les realites du temps passe, sa voix fait

ressusciter les legendes presque oubliees des hommes bleus. Les paroles de Zohra prennent toute










leur puissance dans l'imaginaire de sa petite fille Leila qui, de son cite assisted aux

metamorphoses de l'histoire racontee et veille sur les mimes horizons de la liberty. Elle trouvera

dans la lecture le moyen d'une survive et d'une resistance : << qui l'eclairait sur toutes les autres

liberties [...] lui apportait tout ce qui lui etait defendu [...] Le livre n'etait pas seulement un

moyen d'evasion. Il etait le complice, le soutien, I'enseignant [...] il etait devenu le symbol de

son refus du quotidien qu' on voulait lui imposer>> (268-69). Le recit de Zohra sur Dj elloul

montre combien, lorsqu'il etait encore jeune, il etait subjugue par les ventures racontees par

Scheherazade que lui a transmises un taleb. Ces contest l'arrachaient au desespoir et a la

monotonie des deplacements de sa tribu et le poussaient a apprendre a lire et a connaltre ce que

raconte le gros livre volumineux aux pages mitees. Ces trois voix, malgre leurs differences,

s'enlisent dans un mime universe fictif, mais qui ne s'entre-opposent pas. Mokeddem, incarne,

au moyen d'une ecriture narrative, le language oral de la memoire dans celui de l'ecriture et

donne aux voix qui parent, la force de briser leur silence et apprehender le neant du desert. Le

desert devient un obj et de transgression et embrasse d'autres elements dans le discours

romanesque comme ceux de l'exil, la revolte et la liberty.

Personnages, parcours narratif

Il s'agit de toute une panoplie de personnages dans les Homes qui marchent, parmi

lesquels, beaucoup viennent s'associer aux personnages principaux selon des degres differents, il

y a ceux qui ameliorent le recit et se presentent comme des adjuvants ou des opposants (selon le

module de Greimas), comme l'exemple de Tayeb le pere de Leila et Yamina sa mere, la Bernard

et madame Bensoussan. D'autres personnages ne jouent pas vraiment un grand r81e dans le

deroulement de l'histoire ou dans son fonctionnement narratif. Ils ne sont qu'un detail injected

par une sequence descriptive. A force de raconter une longue histoire de sa famille et celle aussi

de l'Algerie, Mokeddem ne manque pas a travers la narration d'evoquer des noms qui sont










presque invisibles en tant que personnages. Car ils ne participent pas a la construction

progressive du recit. Leur place ou leur apparition est arbitraire, on ne peut pas apprehender sur

eux, sur leur psychologie ou leur competence, une connaissance developpee, on ne sait pas grand

chose sur Kadour ou Mahfoud, ou mime le photograph, rien ne les caracterise que leur propre

contingence. Ils n'ont pas une image dont on peut user pour prevoir une situation ou une

consequence.

On doit done se contenter des personnages qui sont au centre du relais narratif, qui se

revelent les uns aux autres et traduisent par leurs actions un comportement pertinent que peut

apprehender le jugement d'une lecture. Il se trouve dans le recit que la voix du narrateur

s'interrompe par la voix d'un autre personnage, la voix de Zohra par example, et que s'ouvre la

possibility d'un recit dans le recit : le recit de Zohra sur Dj elloul dans le recit du narrateur (ou

narratrice) principal. Le premier est mediatise ou plut8t enchisse dans l'histoire racontee, quant

au deuxieme il est le recit racontant : << ce qui semble interessant, c'est que les voix sont surtout

feminines, que le texte est le lieu d'une mutation important : le passage de l'oralite-

ephemere ?- a la perennite de l'ecrit >> (Redouane 43).

La voix de Zohra :

Vieille nomade, de soixante-quinze ans, forcee a la sedentarisation qui trouve la necessity

de perpetuer l'histoire des siens dans des contest qu'elle raconte a sa petite fille Leila. Le roman

s' ouvre sur son portrait :

Un petit bout de femme a la peau brune et tatouee. Des tatouages vert sombre [...] des
croix sur les pommettes, une branch sur le front entire ses sourcils arques et fins comme
deux croissants de lune, trois traits sur le mention. Elle en avait mime aux poignets, ciseles
en bracelets, et aux chevilles en kholkhales (kholkhales : anneau en argent porter aux
chevilles.) [...] Zohra avait la demarche alerte, toute de grace animee. Bras ballants,
magroune ansant (Magroune : sorte de cape en tissu fin et transparent) [...] la position de
son cheche etait en excellent barometre de son humeur. En colere, d'une chiquenaude elle
repoussait au sommet de son crine. Rouges, ses cheveux, de henne. Et rouge sa fureur. (9)










Bien que les traits du tatouages soient des signes erotiques ou esthetiques dans les societes

du Maghreb, ils sont aussi le signe d'appartenance a un group ethnique ou social et temoignent

d'une inscription identitaire. Ils s'associent dans cet space du corps avec les traits naturels

comme des idiogrammes qui rendent visible un desir de l'ecriture, mais une ecriture que se

confirm dans un nomadisme verbal. Zohra est comme Scheherazade la conteuse, elle veut

transmettre le passe de sa genealogie tribal aux generations qui viennent apres elle :

<< l'immobilite du sedentaire, c'est la mort qui m'a saisie par les pieds. Elle m'a depossedee de

ma tite. Maintenant, il ne me reste que le nomadisme des mots. Comme tout exile >> (11). Sa

voix luttait contre la << deterritorialisation >> pour inventer le desert et n'en veut aucunement un

space strike. C'est malgre elle que la secheresse et les maladies ont force sa famille a abandonner

son rythme de vie nomade et choisir une vie sedentaire de petits emplois aux villages sahariens,

li ou habite Zohra, son quarter, le ksar El Dj edid qu'elle deteste : << ksar de la misere et de la

desolation [...] Zohra detestait ce lieu. Aussi, chaque matin, fuyait-elle vers le vieux ksar pour

respirer un peu d'humanite >> (70-71). Elle savait qu'elle descendait des nomades qui a cause des

invasions successives, se sont enfonces dans l'interieur des terres : << nous descendons de ceux-li,

des hommes qui marchent. Ils marchaient. Nous marchions >> (12).

Le seul recours qui lui restait, apres une vie penible, est de communiquer une vieille

tradition orale a ses descendants en commengant par raconter l'histoire de Dj elloul Aj alli, qui a

connu la metamorphose de l'espace :

J'ai la tite lestee de mots. Pris dans des tourmentes d'images, les mots peuvent devenir
Acres, rances, un vertige, une danse, ou un trille dans nos tites pareil A l'envol d'une multitude de
youyous seraphins. D'autres sont violent. Comme habits en permanence par un terrible vent de
sable ils tourbillonnent en nous et cinglent nos memoires [...] sachez qu'un conteur est un 6tre
fantasque. II joue de tout. M~me de sa propre histoire. II la trafique, la refagonne entire ses rives
et les perditions de la reality. Il n'existe que dans cet entre-deux. Un << entire >> sans cesse deplace.
Toujours reinvente. (11-12)










Le roman de Malika Mokeddem semble 6tre une conversion de cette demarche, la memoire

de Zohra croise celle de Leila et toutes deux se conjuguent dans un proj et d'e~criture qui se veut

libre et immobile.

Djelloul Ajalli r~voltC

Certes, Dj elloul Aj alli n'a pas le pouvoir charismatique qu'avaient Ma el Ai'nine et Al

Azraq, comme on l'a deja vu dans Desert de Le Clezio, mais il a des traits en commun avec

Zohra et Lei'la : il est de la mime souche tribal, il a une grande fascination pour le pouvoir

poetique de la parole et de l'ecrit, et enfin il est un nomade sedentarise qui meprise l'instabilite,

et qui est touj ours en quite d'une nouvelle traversee. C'est Zohra qui trouve en ce j eune

bedouin, presque marginal, I'originalite d'un vrai module pour sa petite fille : << Djelloul Ajalli

etait le frere de mon beau pere. L'oncle de mon mari, Ahmed le sage. >> (13). Ainsi annonce-t-

elle ses premiers mots a son propos. Il etait << un solitaire, un riveur. >>, pas comme les autres qui

se promettaient de devenir des cavaliers ou des guerriers jusqu' au jours ou il a rencontre un taleb

(maitre d'ecole coranique) :

Dj elloul fut immediatement subjugue par cet homme qui ecrivait des talismans et qui, a
chaque halte, sortait un livre volumineux aux pages mitees : les mille et une nuits. Le
gargon n'avait j amais entendu parler de l'ecriture. Comment ces caracteres inertes
pouvaient-ils contenir tant d'histoires, d'intrigues, de combats et de beauties ? >> (14)

Apres cette premiere prise de contact avec un nouvel imaginaire. Le gargon devient de

plus en plus passionne par les ventures de Scheherazade << deguisee en vieil homme >> : << il

etait ensorcele par l'astuce de cette femme. Par la decouverte du pouvoir et de la ruse des mots >>

(14). Quand le taleb est parti important avec lui la magie du livre, Djelloul se trainait seul,

silencieux derriere la caravane meditant dans un etat de monotonie et de desespoir sur le destin

des hommes qui marchent, il << voulait vivre autre chose que des marches ininterrompues >> (15).

II voulait apprendre a lire et a ecrire, chose inhabituelle aux traditions orales de sa tribu : << notre










histoire ne se couche pas entire l'encre et le paper. Elle fouille sans cesse nos memoires et habite

nos voix >> (16). II parvient a obtenir l'accord des siens de recevoir son education a Tlemcen, li

06 il n'apprend pas seulement ce que lui enseignent les meilleurs maitres, mais il se passionne

davantage pour la poesie et la vie citadine. Et quand son clan s'est rendu compete de cette

transformation, il l'a repris parmi les siens pour le readapter a leur vie de nomades. Il se tenait

donc a l'ecart et composait ses propres poemes. Il s'est mime interpose contre les hommes de sa

tribu qui voulaient tuer un marcassin qu'il va adopter par la suite, d'oh lui vient le surnom de

Bouhaloufa l'homme au cochon'. Ses relations avec les siens manquaient de plus en plus leur

enthousiasme et lui ne pouvait que fuir leur vie insupportable. Banni par sa tribu, il part en

voyage au Moyen-Orient et ne revient qu'8 l'Age de soixante ans avec une fortune afin de

s'installer definitivement au Maroc pas loin des frontieres algeriennes.

Le choix de cette histoire integree dans le recit principal est determinant dans ce que la

narratrice Zohra voulait enseigner a Lei'la. L'experience de Dj elloul sert de vocation anterieure a

celle de Lei'la. Ou plut8t comme son module. II lui incarne le sens de la revolte contre les

contraintes conventionnelles de son group, mime si cela lui cotte le bannissement ou

l'exclusion total. Initiee par lui aux deux pratiques: oralite et ecriture. II fallait d'abord travailler

sa sensibility par le moyen d'une culture acquise dans son milieu social avant qu'une autre

culture etrangere lui ne parvienne A l'esprit. C'est vers la Ein du roman que la petite fille rend

hommage a sa grand-mere au moment de sa mort a titre de sa reconnaissance :

Lei'la prit la measure de ce qu'elle perdait. Celle qui, la premiere, avait sensibilise son oui'e a
la sonority des mots. Qui l'avait rendue attentive a leur signifieation, a leur beauty et a leur
subtilite comme a leurs ambiguities et leurs dangers. Celle qui avait initie son imagination,
lui avait appris a s'inventer des mondes pour couvrir la peur des etendues du desert. Qui
avait forge sa capacity aux rives et enchanted ceux de son enfance. (300-01)










Leila et la qu~te de soi

Avec Lei'la, I'heroi'ne du roman, c'est toute une nouvelle generation de femmes qui arrive

sur scene. Jeune fille tres consciencieuse de ce qui se passe autour d'elle dans son milieu

patriarcal. Ainee de dix enfants, elle ressentait deja la difference entire elle et ses autres freres

que sa mere aimait davantage. Encore, fillette dans une ecole frangaise, elle se rend compete que

son education est l'instrument combatif pour rejeter tout ce que les autres, hommes et femmes

veulent lui imposer. Elle avait un attrait irresistible pour une nouvelle essence de l'8tre et de la

liberty. M~me le desert ne lui donne pas touj ours le sentiment du confort necessaire, elle le

ressent parfois comme un lieu d'emprisonnement nefaste a sa nature de rebellion, qui par

moment, tres souvent dans ses etats de frustrations, courrait pour se refugier pas loin de sa

demeure au ksar El Dj edid dans le giron de ses dunes : << Le tremplin des seules fugues possibles,

en dehors de celles que lui permettait la lecture >> (Mokeddem 255-56). L'exemple de sa grand-

mere et celui de Dj elloul son ancitre lui semble le module le plus puissant. Comme eux elle

accourt au moyen de mots et de l'ecriture vers un autre monde. Elle << reconnait que le retour au

nomadisme implique a la fois l'eclatement des horizons clos, un sens temporel qui ne

correspond pas a l'horloge moderne, et un eloignement de toute structures modernes au profit

d'une vie rude et ascetique >> (Helm 84). Cette verite la pousse vers d'autres horizons.

Ces horizons s'ouvrent a partir d'un engagement scolaire a travers tous ses parcours. C'est

un fait des changements generaux que les parents de Lei'la ne pouvaient pas rej eter. Ils acceptent

alors de l'inscrire a l'cole ou on ne trouve que quelques filles indigenes au milieu des filles

pied-noirs, qui etait << sa seule planche de salut selon l'expression de son institutrice Mme

Bensoussan :

Tayeb inscrivit son ainee a l'ecole. Que se passa-t-il dans sa tite pour qu'il scolarisilt sa
fille, lui qui avait boude sa naissance ? [...] fallait-il y voir une riche influence de Portales
et de khellil, qui venait d'avoir son certificate d'etudes ? ou bien etait-ce la volonte de










Zohra, qui se sentait touj ours une dette envers cet oncle original, I'homme au cochon,
banni de sa tribu en partie a cause de sa passion pour l'ecriture ? Etait-ce sa fagon de
parachever la rehabilitation de l'homme par le credit accorded a ce qui avait ete considered,
en son temps, comme une lubie : apprendre a lire et a ecrire. (84)

Apres des succes de scolarite fondamentale, et grace aux encouragements de la directrice et

de son oncle Khellil, elle reussit son passage au lycee au moment oh l'Algerie etait sur le point

d' arracher son independance. Lei'la est une adolescent qui ne porte pas de voile, qui etait un

signe de l'uniformite des femmes : << derriere elle, les gargons s'excitaient, faisaient des

remarques obscenes et lui promettaient tous 'les delices' du viol >> (287). Les deceptions et les

menaces de ce genre de mentalites ne lui disent pas grande chose. Son caractere et sa volonte

deviennent de plus en plus determinants devant les confrontations mechantes de son milieu

scolaire. Elle defle le proviseur du lycee et son personnel administratif sans renoncer au sens de

la fierte qu'elle attachait a sa propre personnalite, et aucune entrave ne pouvait empicher son

cheminement vers l'accomplissement de ses etudes a l'universite. A Oran, ville oh elle s'est

etablie pour continue des etudes de medicine, elle confront les intimidations << des brigades des

moeurs >> que le regime politique de cette epoque a instaurees pour maintenir l'ordre des

moralites conservatrices en vigueur. Le pays s'affiche a ses yeux comme une perspective

douloureuse. Elle revient a son village Kenadsa pour exercer son metier de medecin et trouver

enfin le repos apres un long parcours. Elle ne supportait pas l'etouffement de l'espace. Comme

Bouhaloufa, elle part a la recherche d'un epanouissement glorieux dans un autre ailleurs.

C'est le nomadisme qui press a l'interieur de soi-mime et devient un parcours inverse a

cause des tensions et de l'instabilite qui traversent l'8tre et l'individu. Le sedentarisme en ce cas

n'empiche pas le voyage qu'entreprend le nomade et qui prend en lui toute son ampleur

mystique oh l'espace ne se prite pas touj ours comme un chez-soi', mais plut8t comme un

space sans frontieres qui se perpetue, malgre les ruptures, a l'interieur de celui qui le porte dans










la sombre crypte de sa psyche, comme l'a deji souligne Mohammed Dib. Les protagonistes de

Malika Mokeddem ont compris que l'espace ne peut j amais 6tre abandonne, qu' il est touj ours

invite a rej oindre l'inconnu, le non-familier et le contraire de soi, et a s'imbriquer dans un

paysage hybride. Et s'approprier d'autres entities a l'exterieur de lui. Zohra qui se sentait en etat

de depossession ou d'exilee, voulait surmonter la dechirure de son 6tre entire deux spaces ou

deux vies paradoxales. Elle a trouve dans sa memoire l'espace le plus dynamique ou quelque part

dans son imaginaire, les hommes bleus trainent touj ours leur march dans le desert. La

sensibility et la souffrance l'ont conduite a une sorte d'errance interieure. Quant a Leila, elle la

voit parvenue a la croisee d'autres alterites inconnues:

Je youdrais que tu n'oublies jamais d'ou tu viens, ni qui tu es, quel que soit ce que te
reserve l'avenir... Tu marches, tu course mime, mais vers un monde inconnu, kebdi, je te
sens en danger et je ne sais que faire pour te proteger. Parfois en ton absence, I'envie me
traverse de mettre le feu a tes livres pour te liberer d'eux [...] Toi, tu es en train de franchir
de plus grandes frontieres. Je ne youdrais pas qu'elles t'engloutissent. (277-78)

La parole du desert

Souvent, on presente le desert comme un territoire du vide, territoire amorphe, anomique

et enigmatique, comme un archetype du nomadisme associe surtout a la vacuity et a l'experience

de l'ascetisme desertique, comme un space qui implique une etendue sableuse que le regard

fascine ne peut pas embrasser. Cette inaccessibility lui donne une dimension paradoxale et

surhumaine: << nos yeux qui ne peuvent embrasser le Tout, ne peuvent non plus, saisir le Rien;

car le Rien n'est que le vide du Tout [...] >> (Abdelkefi 166). Il est aussi l'espace privilegie de la

parole, une ouverture de l'ecoute et de l'ecriture.

Certaines critiques contemporaines, notamment un article paru dans les actes du colloque

de l'Universite de Metz public dans les dernieres annees, nous propose le desert comme etant le

concept du non-territoire". Tout territoire ou space habits semble 6tre decompose en elements

complementaires ou sous-ensembles: l'espace du mime, celui de la vie privet et professionnelle.










L'espace de l'autre, zone occupee par des groups strangers. L'espace de l'autre interieur spacess

verts, lieux de loisirs ou de meditation) et enfin les spaces intermediaires" qui sont peu

codifies et contr81es spacee de la prostitution). Le desert dans les honanes qui nzarchent ne se

presente pas du point de vue territorial comme un space inhabited ou inviole defini par la

negation d'une autre collectivity au-dela de sa limited: "le desert est aussi un space en soi, qui

spare moins de l'Autre que du Rien. D'ou, pergue a travers la conscience individuelle du

personnage, la presence irreductible d'un autre type, qu'on pourrait qualifier d'existentiel"

(Nauroy 15-16). Tout voyageur stranger necessite une certitude pour parvenir a une

identification correct de la symbolique que possede le desert en tant qu'alterite: [...] et puis

quoi ? Plus rien de distinct, des distances qu'on ignore, une incertitude, une enigme. J'ai devant

moi le commencement de cette enigme" (Barthelemy 38). Le desert se traduit dans le language

semantique arabe en plusieurs deserts qui se decoupent en paysages : albalqa' terre inculte ou

inhabited, al-nzajhal, le nulle part, al-bayda 'a, terre de ruine ou de perdition, al-falat, desert de

l'errant. Ainsi qu'en latin, desertunt signifle << space vide >>. L'evocation de ces attributes

s' accommode dans une perspective visuelle avec le registre anthropologique de cette reality

spatiale.

L'urgence de traduire l'experience du desert a engendre chez Malika Mokeddem l'ecriture

de plusieurs romans dont elle veut rapporter aux differentes sensibilities un spectacle d'une nature

humanism et invisible qui puisse exalter le lien exclusif de la contemplation. Zohra apprehende

cette experience au moyen de ses propres paroles et invented le desert autant que le desert

l'invente. II devient le mythe immuable de sa conscience historique qu'elle va transmettre a

Le'la. Le desert est avant tout un space que les hommes bleus parcourent a jamais :

Ils marchaient du lever du j our a la tombee de la nuit, enroules de silence et drapes de
lumiere [...] et quand la mort viendrait les surprendre, merchant sur les chemin de sable ou










assis, le regard sombre, aimante par les scintillements des spaces, et quand leur corps, vite
desseche, deviendrait poussiere, d'autres marchaient encore. Toute une vie. Leur march
perpetue le desert. (15)

Le mime space est reduit par le fait de la sedentarisation, le paysage du nomade a

completement change aux yeux de la petite Lei'la. Au moment de son recueillement dans le giron

de la dune oh elle a l'habitude d'aller surprendre des scorpions, des lizards et des scarabees :

<< elle vit son pere de retour du ksar sur sa bicyclette [...] alors qu'il etait bedouin, lui. Et cette

indolence de chameau Mais qu'avait-il encore ? Contrairement a son habitude, il pedalait avec

hardiesse >> ( Mokeddem 80). L'ecrivaine, souvent suscite l'apport affectif du desert et tire de

son statut d'experience-limite le pouvoir expressif de la revelation et de la reverie que

subissent les protagonistes. Le denuement du desert s'associe a des postures de meditation ou

d'introspection : << ce contact a la fois physique et imaginaire, libere leur space interieur des

freins mis par le temps, I'etendue, la peur, I'oppression et lui confere l'immensite mime du

desert >> (Helm 101). Etats qui se repercutent souvent chez Lei'la aux moments les plus

angoissants de sa detresse :

Quand Lei'la se retrouvait perchee la, sa reverie prenait immanquablement le pas sur le
reste. Car cette dune etait le tremplin des seules fugues possibles, en dehors de celles que
lui permettait la lecture. Porter par l'onde immobile des sables, Lei'la rivait de la mer. Elle
rivait des hommes bleus. Elle rivait des ailleurs dont les paysages couvraient l'or de son
erg, dont les parfums enivraient ses regs et ses cieux. Elle rivait verdure de printemps et
paysage qui vire aux fauves de l'automne. Elle rivait saison. Elle rivait deraison dans
l'ingenu silence des songes, a l'abri de la tromperie des mots. (255-56)

On voit a partir de ces passages limpides le creusement de la subj ectivite errante, son

accord avec un space plus proj ectif dans le sens oh il finit par ouvrir les sentiments d' exaltation

de Lei'la sur les expressions d'un autre ailleurs. Comme si Lei'la ne se contentait pas du paysage

qu' elle a sous ses yeux, et prefere 6tre emportee par lui aux delectations des charmes naturels

encore absents, oh sous l'effet emotionnel, tout un j ardin prospere dans le desert.

L'intensification descriptive de ce genre de spectacle revient plus encore dans des images










fulgurantes pour la mise en scene d'un autre avenement du paysage. La demarche esthetique ne

consiste pas en un embellissement spatial du genre pittoresque qui ne depasse pas le cadre de la

description cosmique. Il s'agit d'un dialogue entire le sujet et l'objet qui se caracterise par des

profondeurs inconscientes ou conscientes d'un etat d'ime, de telle sorte que le lecteur trouve la

volonte de savourer les expressions lyriques et sentimentales. Le descriptif qui va suivre, relive

de l'intention qui temoigne de sa metamorphose:

L'hiver s' achevait a peine que l'ete s'installait deji. Et quand arrivaient les redoutables
vacances scolaires, les jours etaient depuis si longtemps calcines qu'e~tait parti en cendres
tout souvenir des frissons de janvier [...] quand le soleil declinait et que la chaleur se
faisait moins torride, ils montent (Khellil et Leila) tous deux a la Barga. Perches sur les
rochers blancs qui la dominaient, ils admiraient le paysage. C'etait surtout l'erg, ocean de
sable a la longue houle petrifie, qu'ils fixaient, subjugues. Seul le vent delivrait ce
movement de sa paralysie. Sous son souffle, les dunes se mettaient a ecumer. Se
dressaient en grandes lames rouges. Deferlaient avec rage. Quand le vent s'en allait vers
d' autres horizons, la surface des sables gardait une fine ondulation, fremissements arr~tes
d'un orgasme cosmique. Face A l'erg, I'horizontalite du reg devidait le silence. Et l'on
n' avait que le songe pour ranimer les pensees. Que le rive pour habiller tant d'aridite.

(100-01)

Le paysage tient ici a un ecoulement horizontal du temps, il n'est pas completement

neutralism de son effet psychologique qui incite l'oeil contemplatif a une sorte de repliement

vertical sur la vie interieure (rive et songe) d'un regard dont on consume encore les profondeurs.

Il ne se degage qu'8 l'interieur de ceux qui l'harmonisent avec leurs propres horizons spirituels.

L'admiration du paysage desertique ne s'acheve pas au moyen d'un simple regard pris de

l'exterieur, mais elle s'avise a reprendre son cycle visionnaire des choses regardees, cela mene le

paysage a s'etendre dans l'oeil de l'imaginaire. On voit dans ce dernier passage, combien l'etat

d'ime est complice dans toute la description contextuelle. Les details (jours calcines, souvenirs

en cendres, ocean de sable, orgasme cosmique,) confirment le dessin infini du sentiment spatial.

La description du paysage ne manque pas de nous detourner du paysage aride et fortement

ensoleille a d'autres paysages spectaculaires de la nature au desert. La narratrice nous depeint










l'evenement de la pluie en image enthousiaste, de sorte que notre prise de conscience par cette

image condense graduellement notre charge affective et emotionnelle a measure qu'elle

s' approfondit et se precise devant le deroulement du manifeste natural :

D'abord il y eut la pluie. Elle etait tombee pendant quatre jours en averses. Le ciel devenait
une gouache. Du marine, de l'ocre, du violet, du blanc et toutes les teintes du gris le soleil
disparaissait en plein j our, quel bonheur Et toutes ces couleurs, la-haut, quel bonheur !
Aimantes par ce ciel inhabituel, les yeux se levaient, s'emplissaient, le sachant rare et
fugace. Le tonnerre le flagella. Les eclairs le dechirerent. II fondit en deluge, quel
bonheur [...] Sous cette pluie torrentielle, la boue sechee recouvrant les palmes du toit
s'effritait puis s'ecoulait. Elle ruisselait sur les murs comme de grosses larmes de sable. II
pleuvait presque autant dedans que dehors. La pluie etait un don providentiel. Les enfants
sortaient, couraient, riaient, criaient et l'ovationnaient. Par essaims tourbillonnants, ils
couvraient le sourd tambourin de la pluie des resilles de leurs cris cristallins. La terre
savourait son plaisir et exhalait une haleine inconnue. Puis les nasses sombres du ciel
eclaterent, liberant une multitude de petits nuages. Comme des oisillons blancs qui,
pousses par le vent vers les lointains, migraient en tourbillons affoles. Le ciel lave etait
maintenant pervenche, large et profound. Son bleu se versait sur la terre. Il caressait son
corps trempe de ses lumieres d'une purete regeneree. Et cette lumiere n'etait plus une
br(1ure au fond des yeux. Dans ceux-ci on sentait la soie de la douceur. (182-83)

Les infimes details ampliflent nos impressions, non seulement sur le phenomene decrit,

mais surtout sur la duree de la pluie. La nature elle-mime semble subjuguee ou en etat de choc.

Une metamorphose inhabituelle qui se deroule spontanement devant les yeux qui se levent,

devant les enfants qui rej oignent le spectacle grandiose, cherchant une felicite apres 6tre tant

tortures par le soleil. On dirait que l'auteur de cette description auto-censure son emotion et ne

s'abandonne qu'a la fascination des choses, on ne se rend pas compete qu'il est derriere chaque

mot et chaque image, I'univers du paysage qui est en train de se deplier devant nos yeux, nous

fait oublier sa presence. Et ce n'est qu'au dernier mot que notre attention saisit la declaration qui

nous est faite sur une sensation eprouvee par lui ou mime par ce cri de joie << quel bonheur >>.

Sensation qui semble humaniser involontairement le paysage mineral : << La terre savourait son

plaisir et exhalait une haleine inconnue. >> Toute l'attention est portee sur l'obj et decrit << la










pluie >>, sur les precisions dans les couleurs et les changements. dans la nature, source de

l'emerveillement : << Les enfants sortaient, couraient, riaient, criaient et l'ovationnaient.>>

Le premier et le deuxieme passage se contrastent dans l'obj et mime de leur description; le

premier parle des movements du vent dans un desert paralysed durant une saison hivernale,

quant au deuxieme, il nous peint le caractere miraculeux d'un paysage pluvial scandalisant la

nature en plein temps de chaleur. Il imported a Malika Mokeddem de donner au desert plusieurs

facettes dans ses ecrits, non seulement celles qui representent sa terreur, mais aussi celles de sa

felicite.

Conclusion

On voit que le desert se presente dans les deux romans comme un space original qui

discerne a cote de son aspect spatial des elements relevant du magique et du merveilleux. On

tient compete surtout dans Les Hommes qui marchent du recit de Zohra sur Dj elloul et sur ce qui

s' est passe a propos du marcassin et la decouverte de l'ecriture. Quelques faits similaires

prennent aussi leur echo dans Desert de Le Clezio, dans ce que raconte Naman en particulier : la

bague maudite, les dauphins et le conte de Balaabilou. Ma el Ai'nine guerissant l'aveugle ou

Hartani qui parle un language gestuel et symbolique. L'aspect mythique caracterisant Cheikh Ma

el Ai'nine est le mime aspect qui caracterise, malgre les differences entire les deux personnages,

Djelloul Ajalli.

Les deux textes donnent presque les mimes caracteristiques au desert : le silence,

I'immobilite, I'absence et la vacuity ou l'immensite du vide qui echappe a toute measure : << si

grand que personnel ne peut le connaltre en entier >> (Le Clezio 169). << Neant derriere, Neant

devant >> (Mokeddeml0). On le presente souvent en contrepoint avec la ville, presque tous les

personnages vivent au bord d'un entre-deux. Le desert est aussi le motif servant de toile de fond

a la description des personnages. La premiere parties de Desert se developpe d'avantage sur










l'aspect legendaire du desert et le presente comme un personnage metaphorique ou domine un

aspect poetique tres varied. Quant a la deuxieme parties du mime roman elle sert a etablir une sorte

de passerelle entire l'historique et le fictionnel. On pourrait dire la mime chose sur le recit de la

narratrice (Lei'la) et celui de Zohra sur Dj elloul qu' elle avait incarne dans un tout narratif et

romanesque.

Le tempo ou la structure narrative des deux romans ne semble pas 6tre la mime, bien

qu' elle nous donne l'impression d'une coherence qui regit les voix narratives de l'interieur. Le

texte de Malika Mokeddem nous propose un recit autobiographique qui se veut fictionnel et tend

par une mise au recit des dates des grands evenements historiques de l'Algerie de nous soumettre

un dessin chronologique de toute l'histoire. Le rythme de cette chronologie s'accelere depuis le

troisieme chapitre et encore d'avantage vers la fin du roman. Quanta l'aspect fragmentaire ou

d' alternance qui caracterise la structure narrative de Desert il finit par trouver son achievement

dans l'autre recit qui article sur la vie de Lalla. Il est evident que les deux textes racontent, en

parties ou en detail l'histoire du colonialisme dans le pays du desert et que cela implique

l'existence d'un discours politique que nous pourrions lire directement dans les propos des

protagonistes ou dans la maj orite des reflexions qui nous ont ete faites par le narrateur.

Une derniere chose reste a souligner, c'est le fait que chaque roman decrit a sa maniere la

vie d'une enfance. Le Clezio decrit de fagon particuliere plusieurs enfants : Nour, Lalla, Hartani

et Radicz sont des enfants au caractere tres puissant, ils cherchent une place dans un monde

reducteur et amenuisant. Toutes les deux, Lalla et Lei'la sont descendants des hommes bleus (en

plus de cette consonance qui rapproche les deux noms) et qui parent a la recherche d'un autre

ailleurs. Si la grand-mere de Lei'la lui a choisi son nom (Lei'la, nuit), Lalla a sa naissance, n'avait

pas de nom : << je m'appelais Bla Esm, ga veut dire << Sans Nom >> (Le Clezio 352). Elle portait










done le nom de Hawa, celui de sa mere. Ce qui imported dans le roman de Le Clezio est le regard

que l'enfant porte sur le monde : le regard de Nour porter sur Ma el Ai'nine ou les images

qu'e~voquent les signes de Hartani, enfant qui, pourtant ne parle pas.

Dans ce context on peut songer aux differents themes possibles que le lecteur puisse

imaginer. Des themes comme ceux de la parole chantee : la Hadra et les youyous dans Les

Hommes qui marchent, les invocations ou le Dhikr mystique durant la priere collective assisted

par Ma el Ai'nine dans Disert, I'apport de l'experience spirituelle, la poetique des noms propres,

le gofit pour les elements naturels et le regard passionne. Une thematique qui reste a explorer par

les lecteurs ou ceux qui s'interessent aux etudes critiques et litteraires.










LIST OF REFERENCES

1. Abdelkefi, Hedia. La Reprdsentation du Disert. Sfax: ERCLIS, 2002.

2. Barthelemy, Guy. Fronzentin et l 'dcriture du desert. Paris : L'Harmattan, 1997.

3. Boulos, Miriam Stendal. Chenzins pzour une appzroche podtique du monde: le roman selon
J.M G.Le Clizio. Copenhagen: Museum Tusculanum Press. 1999.

4. Cortanze, Gerard de. J.M.G. Le Clizio. Paris: Gallimard, 2002.

5. Domange, Simone. Le Clizio ou la qubte d'u desert. Paris: Editions Imago, 1993.

6. Hedi, Bouraoui. Transpzodtique, Elogqe d'u nonzadisnze. Montreal: Memoire d'encrier, 2005.

7. Helm, Yolande Aline, ed. Malika 2okeddent envers et contre tout. Paris: L'Harmattan.2000.

8. Le Clezio, J.M.G. Desert. Paris: Gallimard, 1980.

9. Jemia, & Le Clezio, J.M.G. Gens d'es nuages. Paris: Stock, 1997.

10. Nauroy, Gerard. Le desert, un espzace paradoxal. Vol 2. Bern: Peter Lang SA, 2003.

11. Onimus, Jean. Pour lire le Clizio. Paris: PUF, 1994.

12. Ouellet, Pierre. & Harel, Simon, Lupien Jocelyne et Nous, Alexis, eds. Identitis Narratives,
M~enoire et Perception. Quebec: les Presses de l'Universite de Laval. 2002.

13. Real, Elena, & Jimenez, Dolores, eds. J.M.G.Le Clizio. Valencia: Universite de Valencia.
1992.

14. Redouane, Najib, ed. Malika2okeddent. Paris: L'Harmattan, 2003.










BIOGRAPHICAL SKETCH

Lakhdar Choudar was born in Sidi bel-abbes (Algeria). He earned his Bachelor of Arabic

literature from Tlemcen University in 1986. He was working on his Ph.D at the university of

Oran in Algeria and doing his thesis on Poetics of Sufl Writings before he moved to United

States of America. He is now in the PhD French program at the University of Florida.