• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Cover
 Half Title
 Ouvrages du meme auteur
 Title Page
 En maniere de preambule
 La caricature francaise
 La litterature et l'imagerie...
 Les caricatures etrangeres
 Les petits cotes de l'histoire
 Choses et autres
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Matter






L'affaire Dreyfus et l'image;
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00103224/00001
 Material Information
Title: L' affaire Dreyfus et l'image; 266 caricatures françaises et étrangères
Physical Description: 4 p. l., 352 p. : illus. ; 19 cm.
Language: French
Creator: Grand-Carteret, John, 1850-1927
Publisher: E. Flammarion
Place of Publication: Paris
Paris
Publication Date: 1898
 Subjects
Subjects / Keywords: Dreyfus, Affaire (1894-1906)   ( ram )
Antisemitism -- History -- France -- 19th century   ( lcsh )
Soldiers -- History -- France -- 19th century   ( lcsh )
Trials (Treason) -- Political aspects -- France   ( lcsh )
Intellectuals -- Political activity -- France   ( lcsh )
Politics and lilterature -- History -- France -- 19th century   ( lcsh )
Jews -- History -- Caricatures and cartoons   ( lcsh )
France, politique interieure, l'affaire Dreyfus   ( bdic )
France, humour   ( bdic )
Politics and government -- France -- 1870-1940   ( lcsh )
Ethnic relations -- France   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: France -- Paris
 Notes
Bibliography: "Bibliographie affaire Dreyfus--procès Zola": p. 337-348.
Additional Physical Form: Also issued online.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 05014894
lccn - 01022037
alephbibnum - 002737794
Classification: lcc - DC354 .G75
ddc - 944.08
System ID: UF00103224:00001

Table of Contents
    Cover
        Cover 1
        Cover 2
        Cover 3
    Half Title
        Half Title
    Ouvrages du meme auteur
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    En maniere de preambule
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    La caricature francaise
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    La litterature et l'imagerie populaires
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Les caricatures etrangeres
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246-247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258-259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
    Les petits cotes de l'histoire
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
    Choses et autres
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
    Bibliography
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
    Table of Contents
        Page 351
        Page 352
    Back Matter
        Page 353
Full Text
JOHN GRAND-CARTERET


L'Affaire Dreyfus
et


L'Im


age


(Curicature russe.)
2o6 CARICATURES FRANQIlES ET tTRANGERES
PARIS. Ernest FLAM11IIAION, Editeur, 26, rue Racine. PARIS.













unVEmTY of 9FLOtn oW

Special Collections
RARE BOOKS
Ix- I

,.4
| 8 :-,:















































r.5










L'Affaire Dreyfus et l'Image











OUVRAGES DU MEME AUTEUR


SUR LA CARICATURE ET L'IMAGERIE






Les 3racurs et la Caricature en Allemnagne,
en Autriclhe et en Sulsse, 1885, in-4 ......... 30 .
Les Ntceun's et la Caricature en France, 1888,
in-4 ................... .................. 0
Bihnmarck en caricatures, 1890, in-18 .......... 3 .0
Crirpf, Bismarck et la Triple-Alliance en
caricatures, 1891, in-18. .................. 3 No
Wa gner en caricatures, 1891, petit in-4 ........ 4
Les Ciaricatures sur 'Alliance franco-russe,
1893, in-8 ..... ........ ................. 1 :
L'Annie en images, 1893 (seule ann6e parue;, petit in-4. 2 .
Napoleon en Images. Estamnpes anglalses.
(Portraits et Caricatures), 1895, in-4. .. ...... ..... . .
Vleux Paplers. Viellies Inages (Cartons d'un Col-
lectionneur), 1895, in-4 ....................... 20
Le Mlusie pittoresque du Voyage du Tsar
(Caricatures, Chansons, Images, Bibelots), 1896, in-12 ..... 2 50
La Crete devant I'lmagn e (Affaires grdco turques), 1897,
in-l2 ................................... 2


IMPRIMERIE E. FLAMMARION, 26, RU RACINE, PARIS.


































JAUr






L'AGE DU PAPER

Dessin de F. Valloton (Le Cri de Paris, 23 janvier 1898).

Ceci se passe de tout commentaire. Ce fut jadis le titre d'un volume.
Ce sera, tres ccrtainement, le qualificatif attribud a notre siecle.
lei le crieur, 1a le lecteur, ici le mareband, 1 le consommatear. Toule
la synthbso.
Que de paper que de paper! Et dire que tout cela est destined la
botte du chif'onnier.
Demandez l'Aurore, Les Droits de l'Homnme, Le Jour, La Patrie.
Demandez Le Canard, Le Fumisle, journaux de domain.





JOHN GRAND-CARTERET


L'Affaire Dreyfus


et 1'Image

266 caricatures franqaises et dtrangeres


PARIS
ERNEST FLAMMARION, l9DITEUR
26, RUE RACINE, PRES L'ODLON
Tous droits reserves.





















Un people qui se respect, respect son armne. n

Colonel E. FREY,
Chef du Departement militaire suisss en i893.



u Une armde doit dtre comme la femmne de
Cdsar : elle ne doit pas laisser planer sur elle
l'ombre d'un soupfon.
LAZARE CARNOT,
L'Organisateur de la Victoire.


















M11-. -I i- .M.Eii ula s';apercesra
rnaia au a si *,,, ,
,IVnclat d'uo I ,i I.
aayi lila *


-A- .



J -,' 1 *


Predictions pour l'anncd 1898, par Moloch.
(La Chronique amusanle, 6 janvicr 1898.)




EN MANIERE DE PREAMBULE





Origine de 1'Affaire Dreyfus. L'image allegorique. Le
grand coupable : le paper. Trouble profound des esprits.
Etat d'ame du pays. Pourquoi le people se tourne vers
l'armee.


Cc n'est point, ici, un plaidoycr pour. ou
contre Dreyfus, pour ou contre Esterhazy,
pour ou contre Zola c'est simplement la
reunion des images parues a l'occasion de ces
diff6renlcs affairs; ce sont des documents
I






2 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

graphiques destines A montrer au public fran-
cais les motifs qui ont fait agir les crayons
strangers, au public stranger les 'produc-
tions de la caricature francaise.
L'affaire Dreyfus ), ainsi qu'on l'a fait
remarquer, a pris naissance et a Wtd port6e
devant I'opinion publique en 1896, le jour ofi
fut public dans Le Matin le facsimile du fameux
bordereau.
Mais l'image, elle, tout d'abord garda le
silence, restant sur la condemnation, sur la
chose jug6e, s'en tenant aux allegories patrio-
tiques de janvier 1895, telle la saississante
composition de Lionel Royer, La degrada-
tion, partout popularis6e par la gravure de
Mdaulle.
Judas un tableau empoignant pour l'ame
francaise. Comme une vision d'en haut 6voquie
par le crayon d'un artiste de talent.
Or, a une planche comme La Ddgradation,
ne pouvait r6pondre que ce qu'on appelle un
pendant, c'est-a-dire La RIdhabilitation, ct tel
n'6tait point le cas. L'all6gorie dessin6e se
tut, elle n'avait rien h dire.






EN MANIERE DE PREAMBULE


Vint le dossier Scheurer-Kestner et, peu &
peu, 1'affaire qui n'aurait jamais df sortir de
sa sphere 6troite, qui toujours, aurait dA res-
ter sur le terrain juridique la revision d'un
proces entach6 de vices de forme se trans-
forma en question politique, divisant le pays
et la press en deux camps ennemis, prets a
se mesurer, pr6ts a en venir aux mains. Une
dtincelle et le feu serait bien vite aux poudres.
On a pu en juger tout r6cemment.
A partir de ce moment, 1'image a faith comme
tout le monde, elle est intervene, pr6tant son
concours aux combatants. Bien vite, 1'6tran-
ger se passionna, lui aussi, rel6guant au se-
cond plan ses propres affaires pour ne plus
s'occuper que de la question Dreyfus. Et c'est
ce qui explique la quantity innombrable de
caricatures publi6es au-delh de nos fron-
tieres.
Mon r6le personnel se bornera done ici :
1 A degager la physionomie de la carica-
ture francaise durant cette triste periode de
notre histoire;
2" A exposer les mobiles auxquels ont ob6i






4 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

les crayons du monde entier, ce que je con-
sidere come une tache patriotique au pre-
mier chef, puisqu'il s'agit de rectifier les
egarements, pour ne pas dire les erreurs
volontaires d'une press emball6e, voyant
trop souvent des ennemis 1& ofi ii faudrait voir,
tout au contraire, des disciples enthousiastes
de la France.
Et maintenant quelques r6flexons, quel-
ques points h noter.
Si l'on veut bien admettre, un instant en-
core, que toute cette scandaleuse affaire prit
naissance a la suite du bordereau public par
Le Matin, on reconnaitra que le grand cou-
pable, la cause de tout le mal, se trouve Atre
le Papier, le Papier noi'ci, bien souvent dejA
fauteur de d6sordres et empoisonneur de la
paix publique, et qui, en cette circonstance,
a trompe, 6gard l'opinion d'une facon indigne,
accumulant mensonges sur mensonges, jetant
injures sur injures, torturant les textes, fal-
sifiant les declarations, obeissant aux haines,
aux rancunes, aux passions les plus viles au
lieu d'6tre, suivant la belle expression de







EN JMANIERE DE PREAMBULE 5




































Sgl LE BOULEVARD, par Fritz Wolff.
Voilix Le Soir! la dcernibec ldiion cinq centimes (en fran-
;ais, dans 'oI'iginal, cc qui cxplique la mienlion cinq cenlimies
liouL Le Soir.) La loi Ileinze a Paris! T'outes les choses
liues dloivent litre couverlcs ct, particulibriceniit, la vcriti

(Das Narrenschtiff, de Berlin, fdvrier nO 8.)






6 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE
Victor Hugo, le < grand phare ) qui celaire
1'humanit6.
Et ce paper noirci monte, .triomphe, se
gorge, agitant tous les vieux spectres des gou-
vernements aux abois, accusant a tort et a
travers, jetant la suspicion sur tout et sur
tous. Alors que tout s'arrete, que les transac-
tions deviennent de plus en plus difficiles, lui
seul prospere, spdculant sur le mal public,
affichant sans pudeur ses succes insolents.
Malgrg soi, I'on revient a la vignette si
caracteristique de Cham, publi6e a la fin du
second Empire, aux beaux jours de la pouss6e
du paper. Des kiosques regorgent de vic-
tuailles noircies et la lPgende porte : le paper
marche, rien ne va phus.
Faut-il done s'6tonner qu'une idde prati-
que, encore que bizarre, germe a cc propose
dans le cerveau des producteurs, qui se trou-
vent 6tre, ici, les fabricants de paper.
Qui est-ce qui constitute le journal imprim6?
le paper. Si i l'avenir on lui refusait la ma-
tiere premiere; si on le mesurait, si on le
dosait! La grBve du producteur dans I'int6rdt






EN MANIERE DE PREAMBULE


meme du consommateur, pour couper court
au commerce de ceux qui speculent sur la
nervosit4 du public. Et voici, en effet, ce que
suggeraient au journal La Papeterie, organe de
la Chambre syndicale des papers en gros, les
tristes scandals pressiers des affaires Dreyfus-
Esterhazy-Zola :
( C'est bien, en effet, le proces des petits
papers qui va s'ouvrir. Lettres saisies au
domicile d'un absent, lettre remise par la
dame voilde au monsieur masqud, bordereau
falsified, affiches incendiaires, journaux accu-
sds d'outrages a l'arm6e, en v6ritd retirez le
paper de toute cette affaire et dites ce qu'il
en restera? Rien, c'est-&-dire la deposition
verbale de t6moins qui n'auront rien a dire.
( Et ce n'est pas tout. Le paper n'a pas
fini son r61l. C'est a cent mille kilos par jour
qu'ont 6t6 porties les provisions suppl6men-
taires de paper n6cessaire au tirage de nos
journaux. Et pour qui cette avalanche ? pour
l'6tranger I Les trois quarts de ce paper pas-
sent les frontieres, se rdpandent h 1'6tranger,
dans le monde entier, et vont porter sur cette






8 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE
surproduction b6nie de nos machines, le
spectacle de nos scandals interieurs.
( Ah quel beau r6le pour nos fabricants
de paper blanc! Arreter les machines, faire
la disette de paper, livrer a la press le strict
necessaire a son service habituel, d'accord
avec les'marchds, faire ainsi un silence relatit
autour des 6v6nements, supprimer les appd-
tits de r6clame des meneurs, voila ce que
nous pourrions fair et voila, j'en suis sir, ce
qu'aucun de nous n'a envisaged.
II n'en reste pas moins etabli que l'in-
dustrie du paper d6tient la paix d'une na-
tion et que, lorsqu'elle le voudra,' elle tuera
dans l'ceuf toutes les reclames malsaines.
c En attendant la mise en pratique de ces
vertus romaines, il me plait de constater que
le paper blanc a une tres forte tendance a la
hausse. )
Parbleu Je le crois facilement.
En attendant 1'6poque encore lointaine ofi
le journalism sera rdduit a la portion
congrue par une sorte de censure anticipde
d'une nouvelle espce, .s'exergant non plus






EN MANIERE DE PREAMBULE


sur 1'idde, mais sur la matiere premiere, le
Papier noirci continue A fausser le jugement
des braves gens qui considerent Zola coinme
un Italien vendu 4 l'Allemagne, et tels
hommes Eminents comme des misdrables,
parce qu'ils l'ont vu imprimd en toutes let-
tres, dans leur brdviaire quotidien.
Et on ne saurait leur en vouloir a ces
braves gens, puisque suivant les moments,
suivant les personnel, tout change, tout rev8t
une allure diff6rente, puisque plus rien do
stable n'existe, puisqu'il est permis aux uns de
douter de la culpability de Dreyfus, d'in-
sulter l'armde, de trainer ses g6ndraux dans
la boue, et que dans la bouche ou sous la
plume des autres, douter'un instant de I'infail-
libilit6 d'un conseil de guerre ou de I'in-
telligence d'un officer, devient un crime de
lese-patrie.
Partout I'illogisme, un vrai labyrinthe en
lequel les meilleurs esprits se percent et tout
cela parce qu'a la politique des principles
sur lesquels reposera toujours la morale
social on a substitud la politique des intdrets







40 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE
personnel, vivant au jour le jour, et se
servant de tous les moyens suivant les besoins
du moment.
Au milieu de ces affirmations solennelles et
de ces d6negations impudentes, au milieu de
cette impuissance g6ndrale, de ce trouble pro-
fond, au milieu de l'anarchie gouvernemen-
tale, le public, une fois encore, se sent port
vers ceux qui, places dans une sphere sp6ciale,
lui paraissent vivre en dehors de toutes les
bassesses de la polilique, de tous les scandals
de l'argent, et comme tels, semblent, a ses
yeux, incarner en eux I'honneur du pays. Le
prestige de I'uniforme, de la caste! II ne voit
pas plus loin : tout ce qu'on essaye de lui faire
entendre dans un autre ordre d'idees est pour
lui, pures arguties d'avocat. Et I'avocat, c'est
la procedure, c'est le Palais, c'est la Justice,
une dame severe, souvent dure aux petits.
Quant aux intellectuals, aux savants, aux uni-
versitaires, ce sont des gens a part, constituent
une aristocratic don't il se mdfie, et qui mal-
heureusement, ne savent pas lui inspire
confiance.






EN MANIERE DE PREAMBULE II

On lui dit que Zola a insult I'arm6e, il est
contre Zola ; on lui dit que les Juifs I'affament
et sont la cause de tout le mal actuel, il est
contre les Juifs. Et si l'armde a toutes ses
sympathies, c'est parce que le regiment est,
pour lui, comme une sorte de revanche sur
les riches, sur les priviligi6s. L'egalitd par-
faite sous la forme de l'obdissance absolue !
Le passage au niveau!
Veut-on connaitre a fond l'6tat d'Ame du
pays, on n'aura qu'h lire attentivement, a m6-
diter profond6ment le tableau qu'en fait dans
un journal M. A. Sabatier, directeur-adjoint
a 1'6cole des Iautes-Etudes.
( II n'en demeure pas moins que les esprits
sont profond6ment troubles et soucieux de
l'avcnir. Je ne parle ici, bien entendu, que
des gens honnetes, sinccres, des bons et
loyaux serviteurs du pays. Ils sont divis6s
entire eux et la plupart sont divis6s en eux-
memes, et cette division int6rieure va jusqu'a
I'angoisse. C'est l'effet des t6nebres of toute
cette affaire de Dreyfus jusqu'h Zola en pas-
sant par Esterhazy se ddroule, des passions






12 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE
politiques et religieuses qui s'y sont melees,
des mensonges et des 14gendes que la press
y a verses et que I'on sent la justice elle-
mnme impuissante desormais h dissiper ou a
eclaircir. De la un etat g6ndral de doute et de
perplexity chez presque tous les esprits qui,
voulant se faire une conviction personnelle,
se voient en meme temps incapables d'y rEus-
sir, parce qu'ils n'en ont plus les moyens. Si
l'on ecarte les gens vereux et les journalists
visiblement intdressds A soutenir une thise
de parti pris, comment contester la bonne foi
des officers supdrieurs qui jurent sur leur
honneur que Dreyfus est coupable, et la
bonne foi d'hommes comme MM. Scheurer-
Kestner, Trarieux, Ranc, Zola, Cldmenceau,
qui le tiennent pour innocent? Que voulez-
vous que devienne le bon et sage public qui
n'a ni le temps ni les facult6s de faire des
comparisons d'ecritures, de peser des tEmoi-
gnages, de tirer des inductions vraisembla-
bles de quelques faits 6tablis? II flotte, s'agite,
cherche oii accrocher son esprit et sa foi. 11
faut a ce public une autorit6 & laquelle ii






EN MANIERE DE PREAMBULE


puisse s'abandonner avec confiance. II cher-
che cette autorit6 sore et ne la trouve point.
<( On a r6ussi h mettre en conflict, chez lui,,
deux sentiments qui lui sont egalement chers.
II veut avoir une arm6e respectde et une jus-
tice respectable. Or, ceux qui defendent ou
paraissent ddfendre l'arm6e Ie font par des
proc6dds qui inquietcnt justement tous les
citoyens qui ont quelque souci de la v6rite,
de la liberty et de la justice. Et d'autre part,
il faut bicn le dire, les injures de M. Zola et
de quelques socialists et anarchistes qui vien-
nent lui offrir un concours compromettant ne
tendent a ricn moins qu'A faire perdre la
confiance de l'armde en ses chefs et & y reld-
cher tons les liens de la discipline. Comment
ceux qui croient qu'un people ne pout vivre
aujourd'hui, sans 6tre fort militairement et
sans Utre just socialoment, ne seraient-ils
pas douroureusement angoisses do voir se
heurter avec tant de violence ces deux parts
de leur patriotism ?
( Et c'est ce qui vous explique les divisions
et les poldmiques qui dclatent non plus dans
2






14 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE
la press on devant les juges, mais dans les
families, oi le pere est en conflict avec les fils,
dans les salons, oii les mattresses de maison
sont obliges de proscrire un sujet de conver-
sation qui allume la guerre, dans les associa-
tions de toute nature, ofi 6clatent des dissi-
dences capable de les dissoudre. Un vent
d'affolement et de violence semble souffler
partout et menacer de d6sagrdger les assises
memes de la socidtd franqaise.
( Je ne voudrais pas finir ces r6flexions par
une note trop d6courag6e. Aussi bien, si ces
luttes et ces divisions sont attristantes, elles
ont cependant leur bon c6t6. Les deux prin-
cipes qui les provoquent dans le cercle et
dans la conscience des bons citoyens sont
infiniment justes et respectable et excusent
en parties I'ardeur v6h~mente avec laquelle ils
se heurtent. C'est la preuve que l'Ame de la
France n'est pas morte. Dans le proces Zola,
qui se plaide avec un acharnement inoui, i
c6td de tres vilaines choses, et de tres has
caracteres amends au jour, il s'est r6vele des
deux parts de nobles ames et de braves gens. )






EN MANIERE DE PRBAMBULE


J'ajouterai < Et tout cela pour un traitre,
pourun Juif, pour faire plaisir des sans-patrie,
a des rh6teurs, a des affames de gloire et de
popularity Faut-il done que tout un pays soit
trouble dans l'intdret d'un seul, quand bien
mrme toutes les formalitis de la procedure
n'auraient pas Wte exactement observes a son
6gard! )) Voilh ce que pense Populo, s'il ne
le dit point; voilh ce qu'on se charge de
lui faire dire s'il ne le pense pas de son
propre chef.
Dans les revendications des < intellectuals ,
de ceux qui veulent en finir avec les menson-
ges de la politique, je specific, car I'acte
accompli par Zola a Wtd ddsapprouv6 par la
plupart des Israelites, comme violent et inha-
bile on est arrive A. lui faire voir une cam-
pagne nuisible aux int6r6ts de la France,
destin6e a sauver par tous les moyens un
traitre cher a la Triplice.
Peu lui important la V6rit6, la Justice, le
Droit! Tout cela c'est bon pour les chercheurs
d'id6al, pour les reveurs, pour ceux qui
croient encore A une conscience national.








16 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Vivant d'une existence terre a terre, il ne
peut apprecier les choses que d'une facon terre
& terre. Et c'est pourquoi entire le politician
retors, le soldat qui jure sur son honneur,
1'intellectuel qui doute et le penseur qui accuse
sans donner a son accusation des forces pre-
cises, ( des preuves descendant du ciel comme
un tonnerre, a la facon des melodrames )); il
n'hdsite point, il est pour le militaire.

JOHN GRAND-CARTERET.


COPIE BT NOT COPIC
(SatHepare.) .
Ecoroe LiI.....

Henry Somm (Le Rire).





















A ., uil
Douo patsil Mor oUX Juht!


- Et to, F it.-que perns-tu de route Oltte
- lMadame, til talt rand v nt ct I'a ut sixt
lapins.


Revue Comique du mois de janvier, par Gil Baer.

(Le Supplement, 1" f6vricr 189S.)



LA CARICATURE FRANCHISE



Etat actuel. R6le terre A terre au service des parties poli-
tiques. Ce qu'on dtait en droit d'attendre d'elle. Images
dreyfusiennes et anti-dreyfusiennes. Les maitres : Her-
mann Paul, Willette, Forain, Caran d'Ache. Feuilles d'ac-
tualitd. Composition de Valloton rdsumant la situation.


I

Comme les lettres, comme la press, comme
l'opinion publique elle-m6me, la caricature fran-
caise a 6t6 fort divis6e au sujet de ce qui 6tait, il y
a quelques mois encore, l'affaire Dreyfus, et de ce







18 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

qui tend, de plus en plus, & devenir bien autre
chose, quoi qu'on continue a l'appeler de ce nom.
Et de ces divergences, il ne faut point s'6tonner
puisque les journaux A images ne sont que
des instruments exprimant par le crayon ce que
les journaux & tartines politiques experiment
par la plume, c'est-a-dire les opinions, les intdrets
et trop souvent, malheureusement, les passions
des parties. Bleus, blancs, rouges, il leur a fall,
pour suivre graphiquement 1'actualit6, se d6clarer
dreyfusiens ou anti-dreyfusiens, de m6me que,
toujours pour obeir aux n6cessit6s du moment, ils
commencent A s'affirmer s6mites ou anti-s6mites.
Esclaves de l'actualit6, ce grand mal mo-
derne, journaux & images et dessinateurs sont
done forces de descendre dans l'arene, chaque
fois que surgit un Wvenement nouveau, et, on ne
saurait trop le dire, dans une arkne singuliere-
ment amoindrie.
Au lieu de l'ideejadis triomphante chez les mai-
tres du crayon, c'est I'euvre terre A terre; au
lieu de la grande satire social, ce sont les atta-
ques personnelles, ce sont les injures graphiques
- digne pendant des insultes que distille avec
amour la press quotidienne.
Comme la plume et comme la parole, l'image
crie, assourdit, attaque, accuse, grossit, exagere.
C'est, je le r6pete, le mal politique dans toute sa







LA CARICATURE FRANCAISE 19

floraison; le commencement de la folie furieuse
don't se trouvent atteints, t6t ou tard, tous les peu-
ples qui, comme nous, se laissent prendre & de
mensongeres fictions.
Scientifiquement parlant, agioteurs et poli-
ticiens les deux maitres de la France -
sont des agites, des aboyeurs. On crie, on hurle,
dans 1'enceinte des Bourses, comme dans 1'en-
ceinte des Parlements.
Et c'est pourquoi, charges de mettre en image
les faits du jour ou de caricaturer les hommes
du moment, les dessiriateurs grandis sous cette
influence, ont, sans cesse, recours aux moyens
extremes pour attirer, amuser, retenir la galerie,
exag6rant, grossissant, ridiculisant & plaisir hom-
mes et choses !
H6las! tout cola c'est la caricature amoindrie,
descendue d'un echelon, la caricature rogne,
6court6e, j'allais dire domestiqu6e par le politi-
cion.
Et jamais encore cela n'6tait apparu aussi nette-
ment que durant les tumultueuses journees qui
porteront dans 1'Histoire le nom de period drey-
fusienne et qui virent 6clore I'amas d'images don't
on trouvera ici je ne dis pas la complete, mais,
tout au moins, 1'exacte reproduction.
Oh es-tu, Caricature des grands jours? Oh etes-
vous, maitres de la Caricature?







20. L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Oh ites-vous, admirables planches sur la Jus-
tice, sur la Libert6, sur Sa Majest6 I'Argent, sur
I'ArmBe de 1'6teignoir, sur les ventrus et les satis-
faits Oi ltes-vous,jours inoubliables de lagrande
satire humaine of, au bas d'une planche saisis-
sante d'dmotion, vibrant d'art et de v6rit6, Travi6s
placait cette legende : On vous parole Conscience,
Justice, Libertd, et vous rdpondez'sacs d'dcus!!
Oh ites-vous, estampes qui, il y a un siecle
just, en l'ann6e 1798, trainiez au tribunal de
l'opinion publique cela s'appelait et pouvait,
avec raison, s'appeler ainsi ccux qu'on
d6nommait les Vautours du XVIII0 siicle, les
croquants, les traficants, les nouveaux enrichis
du Directoire, les Crdsus modernes en un mot
les enrichis A la suite des speculations politico-
financieres du moment qu'on poursuivait, notez-le
bien, tous en bloc, sans distinctions ni de race,
ni de religion.
1798-1898. Alors, comme aujourd'hui, memcs
accusations, m6mes soupcons, memes sympt6mes,
meme malaise social. Partout I'on croyait voir la
main de l'6tranger; partout les oreilles croyaient
entendre tinter l'or stranger.
Ridiculis6s, hues, les Vautours du XVIII siecle
- gorges de la misere publique et les impuissants
des assemblies legislatives ne voyant de la France
que leurs sieges de d6put6s, amen6rent le sabre,







LA CARICATURE FRANCHISE 21

et comme le sabre n'6tait pas encore dmouss6,
comme le sabre triomphant venait de porter haut,
dans l'Europe entire, le nom de la France, il nous
valut le Consulat, c'est-&-dire la p6riode la plus
glorieuse de notre histoire, en ce siecle.
Le monde dtant un perp6tuel recommencement,
le rbgne de Louis-Philippe vit revenir les ventrus
et les satisfaits. Cette fois, le sabre vengeur fut la
Caricature qui, par le crayon des Daumier, des
Grandville, des TraviBs se fit le porte-parole de la
Liberty et de l'Honneur.
Qui va se lever, aujourd'hui, puisque, suivant
1'expression consacree, nous voici a un de ces tour-
nants de l'histoire oA il faut que quelque chose
vienne renouveler une sociWt6 d6sorganis6e en
laquelle les grandes institutions d'autrefois ne
sont plus que facades purement d6coratives.
Qui ? Quoi? Oi est la Formule, oi est la
Vierge des temps nouveaux? L'avenir un ave-
nir plus ou moins lointain seul est a m6me de
nous r6pondrc.


II


Au milieu de la divagation universelle, on eut
accueilli avec joie le caricaturiste qui se serait
lev6, le crayon vengeur A la main, qui s'en







22 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

serait servi comme d'un fouet centre les vrais
insulteurs de l'Arm6e et centre les insulteurs cons-
tants de la Magistrature, centre les ennemis achar-
n6s de la LumiBre qui renouvellent de fagon si
bizarre, A notre 6poque, les exploits des c61lbres
chevaliers de l'teignoir au commencement du
XIX" si6cle, aussi bien que centre ceux qui, enne-
mis de toute religion, posent A nouveau, on ne
sait trop pourquoi, le dogme de 'infaillibilit6
de l'ttat et m6me de l'infaillibilit6 de 1'Indi-
vidu.
Daumier, que n'es-tu 1l pour fustiger ces papis-
tes plus papistes que le Pape?
La caricature! Le champ lui 6tait propice. Elle
n'avait qu'A se montrer, elle n'avait qu'a taper
dans le tas ; elle n'avait qu'A ridiculiser les
chercheurs de scandals, les fouilleurs de vie pri-
vee, les publicateurs de mensonges et de fausses
nouvelles sciemment r6pandues, les fabricateurs
de faux papers, les voleurs de lettres intimes, -
tous ceux qui, A droite ou A gauche, transforment
la France en une loge de portiere.
Elle ne l'a point voulu. R1duite A son r6le de
besogne quotidienne, elle a suivi les politicians,
elle les a aides dans leur ceuvre. Et tous les
crayons, tous, depuis les plus illustres jusqu'aux
plus infimes, ont cru devoir donner personnelle-
ment, suivant leurs convictions, suivant I'attitude







LA CARICATURE FRANCHISE 23

prise par les journaux don't ils sont les fournis-
seurs. attitr6s.
Et pourtant, jamais l'image ne fut plus nom-
breuse; jamais encore l'image n'avait tenu pa-
reille place dans nos preoccupations.
Sur les feuilles, grandes ou petites, ne triomphe-
t-elle pas partout! Aux c6t6s des hebdomadaires,
commeLe Grelot, La Silhouette, Le Pilori, La Co d-
die politique, press classique, voici les quotidiens:
Figaro, Evdnement, Autoritd, Patrie, qui s'ouvrent
tout grands au graphique, qui semblent vouloir
donner au crayon une place continue; voici les
feuilles litt6raires montmartroises qui essaient de
faire revivre une caricature plus artistique; voici
les feuilles de circonstance, canards, placards ou
autres, closes A la suite des 6v6nements; voici
m6me le journal-images cr66 par deux maitres,
Forain et Caran d'Ache.
Eh bien petit ou grand, bon ou mauvais comme
execution, tout cela a servi des passions, des intd-
rots. Seules, une ou deux exceptions sont a signaler:
j'yviendrai tout hl'heure. Pourl'instant, contentons-
nous d'enregistrer le pour et le centre; je veux
dire groupons les journaux, les caricatures, sui-
vant les deux parties cr66s : dreyfusien, anti-drey-
fusien, puisque l'entetement, la mauvaise
volont6 des politicians a pu amener la creation en
notre France de parties se groupant autour du nom







24 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

d'un condamn6, justement condamnn ont
affirm sur I'honneur des militaires.
Contre Estherazy, contre Rochefort, contre les
conseils de guerre figure, seul, dans l'ancienne
press a images, Le Grelot avec son dessinateur
immuable, PNpin, alors
que La Silhouette et Le
Pilori tressent des cou-
ronnes A l'armee et A
Rochefort la politique
a de ces accouplements
bizarre ct trainent
dans la boue Emile Zola.
Chose caract6ristique:
Le Grelot s'6tait dd6j faith
remarquer par son atti-
.' tude nettement anti-bou-
ilangiste, tandis que Le
V Pilori racontait en des-
sins suggestifs les exploits
Mes aieux 6taient Vdni-
ticns... Est-ce que positivement du brave g6n6ral.
j'aurais une lagune dans le cer-
veaa? -Organe d'humour, de
Henry Somme (Le fire). gait .franche et bien
gauloise, Le Rire ne pouvait que fire passer
devant ses crayons les petsonnages du jour.
L6andre nous a donn6 un amusant Scheurer-
Kestner et Henry Somm d'une plume qui sent
toujours l'eau-forte a sign de gentils petits cro-






LA CARICATURE FRANCHISE 25

quis de Zola. Arsene Alexandre a pens6 qu'il
fallait. fair rire un peu, et il a r6ussi.
Organe de r6forme, de renversement social, Le
Pire Peinard ne pouvait Wtre qu'avec ceux qui
demandent la revision du procis Dreyfus, mais a
sa facon ; c'est-h-dire en spectateur applaudissant
aux coups echangds, heureux de voir la vieille
soci616 livrce aux discordes et exprimant libre-
ment, en des images pleines de pens6e, ses .prin-
cipes et ses esperances centre l'armde-caste et
centre la morale bourgeoise qui consist h d6-
pouiller les Juifs... parce que Juifs.
Avcc une note d'art trWs personnelle, Hermann
Paul, dans Le Cri de Paris, organe de curieuse
documentation, suit A peu pres la meme ligne. Le
jeune dessinatcur a une facon de synth6se graphi-
que qui rappelle, quelquefois, les hardies compo-
sitions de Gill, dans la Lune Rousse, durant la
p6riodc du Seize-Mai. C'est lui qui a trouv6, pour
r6sumer la situation actuelle, la vignette : un sa-
bre dans un rond de cuir, le tout entour6 d'une
aurdole; un rien qui en dit long.
Watteau 6gar6 en notre siocle, Willette a,
comme toujours, cherch6 la note philosophique,
et notre pierrot-cocardier a, dans le Courrier
Frangais, remis un peu tout le monde en place.
Tout home a son co6t grotesque, chaque chose
a son c6td ridicule, et cola Willette, comme pas
3







26 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

un, s'entend a le mettre en lumiere. Le crayon
qui pense, qui exprime en quelques traits ce que
d'autres d6veloppent en d'indigestes articles.
Contre Zola, centre les Juifs, et m6me, on
peut le dire, puisqu'ils s'en expliquent nettement,
centre la magistrature voici les journaux jeu-
nes, Les Quat'-z-'Arts, Le Grand Guignol, avec
LUandre; puis, au premier rang, les deux dessi-
nateurs en lesquels s'incarne la caricature fran-
caise, Forain, Caran d'Ache.
Forain, c'est-&-dire l'ironie amere, le trait qui
perce, la 16gende qui mord; Caran d'Ache,
c'est a-dire I'actualit6 mise en images pittoresques,
quand elle n'ost pas trait6e en maniere'de tableau.
Avec eux c'est le Figaro, d'abord, puis cette feuille
6crite au crayon, premier essai en France des
feuilles volantes A images n6es en Allemagne, le
Psst!... qui afait, dans la rue, se retourner tant de
Parisiens.
Dans le Figaro ils planet, philosophy railleur,
observateur bon enfant, plagant la caricature au-
dessus des exigences de la lutte. Avec le Psst !...
ils se jettent dans la melee apportant & l'arm6e et
A I'anti-s6mitisme le precieux concours de leur
talent. Leur these est simpliste; c'est le sentiment
populaire mis en images. Depuis trente ans on a
tout tu6, tout d6moli, une seule chose est restde
debout : 'arme ; et c'est le petit pioupiou,







LA CARICATURE FRANCAISE


le (( chien de garde frangais )), dernier rempart de
la patrie diminu6e, rabaiss6e, qu'on cherche A
descendre maintenant. En d6veloppant cette idle
ils se sont trouv6 amen6s, pour la premiere fois,
a faire oeuvre de parti; lancant leurs traits
centre le Juif, contre l'Allemand, contre le
Doux Pays














AdrfmiM riff r naSIun ,3. I* fwr .

Croquis de Forain (Le Figaro, f6vricr 1898).

robin car s'ils aiment tous deux le sabre,
tons deux 6galement semblent avoir une vieille
dent contre Israel et contre la toge.
Par haine de l'avocasserie, par lassitude du
parlementarisme, par dnervement nous voici done
sur le chemin qui mene... of vous savez. Et c'est
le silhouetteur de l'6pop6e napoleonienne, au







28 L'AFFAIRE DREYFUS ET- L'IMAGE

theatre du Chat Noir, et le satiriste mordant de
la Pr6sidence, celui qui, en une image typique,
disait a FBlix er : Vous n'6tes pas de force, vous
y auriez perdu vos guetres', qui sonnent le
clairon.
Dont acte.
Certes, dans toute cette imagerie, il y aurait un
choix & faire, mais le public le fera lui-meme, en
parcourant ces pages.
Parmi les journaux a caricatures, il y a, comme
ailleurs, les violent etles mod6r6s, les passionnes
et meme les neutres ceux qui aiment a
avoir recours aux arguments frappants, qui, par le
dessin et par la 16gende, ne reculent devant au-
cune violence naturaliste, qui, s'adressant au peu-
ple, savent qu'il faut lui donner des dessins aux
idees nettes, d'une comprehension facile; et c'est
pourquoi, tel, du reste, le language des feuilles
6crites ils repr6sentent Scheurer-Kestner tenant
un chalet de.necessitO, Esterhazy en uhlan, Zola
en allied de la Triplice, Rochefort en phare lumi-
neux, a moins que ce ne'soit le clown a la hou-
pette amusante, classique depuis le boulangisme;
- ceux qui parent de la question du jour parce
qu'ils ne peuvent faire autrement, qui inventent a
son sujet des histoires quelconques, qui repr6sen-


(1) Figaro, 7 mai 1896.







LA CARICATURE FRANCHISE 29

tent en une succession de petites images le traltre
sans le savoir, l'expert embarrass ou qui, encore,
parent de lA pour dire au public en vignettes


'--`~.- -,


*. relWr.- a..mlM ic Meour es laMe (Utii ree t e Ie Ze i tt Ce b1 iti

N'ECRIVEZ JAMAIS
Vignettes de Caran d'Ache (Le Figaro, fevrier 1898).

suggestives Caran d'Ache fecit : ( N'6crivez
jamais ), ou qui, enfin, transforment tout cela
en petites pensdes graphiques, si meme ils n'en
fl.







30 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

font du simple fait divers illustre. A remarquer,
tout particulierement, dans cet esprit, I'attitude du
Charivari qui, lui, a tenu A rester neutre, donnant
ainsi un bel example d'indiff6rence philosophique.
Pas de boue, pas d'encens, ni sur Zola, ni sur
Esterhazy. Exemple A retenir, alors que des jour-
naux qui, par nature, ne sont point ports aux
choses de la politique, tel le Don Juan, n'ont
pu r6sister & quelques lointaines et, du reste, tres
artistiques allusions.
Combien diff6rente I'attitude de certain quoti-
diens oi l'image suit de pros le texte. En ce genre
rien n'6galera la champagne graphique entreprise


s- /,^S


, ii


J'avais pourtant des preuves,
oiL sont-elles done pass es ?
Croquis de Trick.
(La Patrie, 22 janvier.)


par La Patrie, et dirigee
tout particulierement con-
tre Zola.
Car si l'on voulait, r6el-
lement, 6crire l'histoire de
I'affaire Dreyfus, il faudrait
6tablir deux grandes pB-
riodes a l'heure actuelle,
tout au moins, d'une
part la p6riode purement
politique avec Scheurer-
Kestner, d'autre part la
piriode r6volutionnaire
avec Emile Zola.
Et maintenant,deux mots







LA CARICATURE FRANGAISE 31

sur ce que l'actualit6 a faith
naitre et... disparaitre.
Feuilles closes au clair de
lune dreyfusien, entrees
dans la danse pour ou
centre Dreyfus, qui 6tes-
vous ? C'est La Ddbdcle peu -A
tendre pour les citoyens _
Rochefort, Esterhazy et -
Millevoye; c'est L'Etrille
d'Alfred Le Petit, trop heu-
reux de pouvoir ressortir
Mol aussi je veux all
pour Zola le cochon sous A 1'ile du Diable, na!
les traits duquel, jadis, il Croquis de Tric
repr6sentait Napoleon III (La Patrie, 26 janv
- apres 1'Empereur, le maitre cerivain; -
c'est Le Sifflet, r6ponse au Psst!..., ayant,
comme ce dernier, ses crieurs A arme parlante
(ses vendeurs vous assourdissent A coups de
sifflet), Le Sifflet, pour lequel dessinent des crayons
connus, c'est m6me risum teneatis amici
- Ouste! debuts dans les arts iconesques d'un
jeune adolescent, don't le talent graphique ne parait
pas devoir 6tre plus transcendent que le talent lit-
t6raire. Signe des temps: I'affaire Dreyfus devenant
pour d'illustres inconnus pr6texte a reclame!
Feuilles n6es et presque en m6me temps dispa-
rues !


er

k.
'ier.)







32 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Toutefois, ce ne sont point uniquement images
jetees au vent, car en ce Sifflet apparait la vraie
caricature de circonstance, celle que j'invo-
quais tout & I'heure, la caricature qui plane, la
caricature qui remote A la source, qui s'attaque
au mal lui-m6me, au lieu de tomber unique-
ment sur tel personnage transform en bouc
6missaire.
La voila sous le monogramme bien connu d'un
artiste qui se complaint habituellement aux nota-
tions de la rue, F. Vallotton. C'est simple et c'est
pr6cis. De leurs mains calleuses deux paysans la-
bourent le vieux champ de France, terre toujours
feconde, arros6e du sang de tant de martyrs; ils
se sont .arr6t6s, debout, face face, et, malicieu-
sement, l'un lance & l'autre cette v6rit6 que tout
le monde, aujourd'hui, percoit :
( Tout Ca, c'est point de la Justice, pere Bridu,
c'est de la politique. )
Voila ce que la caricature, l'dlernclle justi-
cibre, devait enregistrer, et ce sera l'honneur de
Vallotton d'avoir continue la grande tradition
des Daumier, des Traviss, des Henry Monnier,
des Grandville, de meme que Steinlen, avec ses
Arguments frappants, avec Les Moutons de Bois-
deffre, donne, en La Feuille, un document pre-
cieux pour l'extreme amenity des mceurs poli-
tiques A la fin du XIX" si6cle et pour 1'6ternelle





LA CARICATURE FRANCHISE 33

com6die des foules toujours pr6tes A s'incliner
devant la force, d'of qu'elle vienne.
Les formes changent : le fond reste.
L'humanit6 d'aujourd'hui est, encore, 1'huma-
nit6 d'hier.





La ViegIe










SAOc. Le nsmbre dos dames
voilees austmentera dans ie teller uro-
portions qu'on ae oudm plus outer
eura conlideucos.

Predictions pour 1'annac 1898, par Moloch.
(Chronique Amusante, 6 janvier 1898.


















Zola, le puissant coloriste de la parole, pourra compl6ter, cotte fois,
sa Bite hunmaine.
(Fischietto, de Turin.)



LA LITERATURE ET L'IMAGERIE

POPULAIRES

EN FRANCE ET A L'ETRANGER



Contre Dreyfus. Contre Zola. Raisons de 1'acharnement
contre ce dernier. Chansons et bibelots divers. Son
immense popularity & 1'dtranger. Les hommages s'a-
dressent h I'dcrivain. Cartes postales et images diverse.


I

Le people n'y va pas par quatre chemins. II
aime les choses simples, et les gros mots ne l'ef-
frayent nullement. Loin do li. Aussi, point besoin
de gants pour parvenir jusqu'& lui. Les grandes
phrases, les mots & effet, les p6riodes oratoires







36 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

savamment amen6es, le laissent indifferent ou ne
I'empoignent que d'une fagon superficielle. Par-
lez-lui la langue du PNre Duchesne ou du PNre
Peinard, cela vaudra mieux. Et c'est pourquoi de
tout temps, la litt6rature, la chanson, l'image,
lorsqu'elles voulurent aller & lui se firent gros-
s6res, injurieuses; souvent m6me orduriercs.
Tel il en fut sous la Revolution centre Louis XVI
et Marie-Antoinette; tel sous la Commune centre
Napol6on III et 1'Imp6ratrice.
Dans ces conditions, ne vous 6tonnez pas que
la litt6rature et l'imagerie de colportage dirig6es
contre Zola soient d'une extreme violence et se
complaisent a couvrir de boue celui que certain
journaux ne cessent de representer comme- ayant
tout sali, tout vilipend6, comme s'6tant complu
par goit, par besoin inn6, dans la description de
choses peu 6difiantes.
La caricature! Elle a, depuis vingt ans, pour-
suivi notre 6crivain de ses traits mordants, de ses
attaques passionnees : elle a fait pour ainsi dire,
du cochon, son compagnon fiddle et Zola, nou-
veau saint Antoine, a di marcher dans 1'image
au milieu de sentinelles fumantes post6es a tous
les coins sous les ordres d'un nouveau g6n6ral
Cambronne.
L'arme 6tait done toute trouv6e, toute indiqu6e,
et elle a t6 brandie avec enthousiasme par ceux







LITTERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES :"7


J'ACCUSE...!


(La Patrie, 16 janvier 1898.)

Caricature de Zola puhli6e par
La Patrie et destine 4 accompa-
gner I'article de M. Emile Massard
.e prouve ...! Pas de Phrases, des
Faits I dans lequel sent accuses
tous ceux qui ont pris la defense de
Dreyfus.


Combien de cochons, com-
Sbien de vidangeurs, combien
de chiffonniers, combien de
Coupeau; combien de gestes
peu nobles, combien de per-
sonnages etd'accessoires vul-
gaires se rencontrent dans
'iconographie de Zola; on
ne saurait le dire, mais le
nombre des pieces de cette
espece est certainement con-
siddrable.
Que de fois ne I'a-t-on
montre aimant a flairer la
bite humane, se ddlectant a
l'odeur des sentines, se plai-
sant A do singulieres pots-
bouilles !
Emile Zola ou I'art de met-
Ire des virgules, par Emile
Cohl (La Presse Parisienne
1882), le Zola, d'Alfred
Le Petit, au milieu de son-
tinellcs fumant la pipe (Les
Contemporains de Champ-
saur), le Zola de Luque
tracant au tableau noir un
cochon en lequel ilpersonni-
.lie I'humanit, le Zola de
Daniel Trimm (Le Forum)
L tout home porte en lui
tin coihon qui sommeille;
celui de Zola a souvent
des insomnies a sont des
pieces qu'on pent citer ici
parmi les plus typiques.
II manquait 1'insulte gros-
siere, le vidangeur, un sac
d'6cus en main suivant le
vieux proverbe, I'argent n'a
pas d'odeur ... la voici en
toute son eloquence.







38 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

qui avaient int6r6t A le perdre, tandis que les
salons du grand monde et les parlottes litt6raires
applaudissaient in petto.
Ce n'est pas au people qu'il faut demander de
porter un jugement sain, impartial sur I'homme
qui, dans I'histoire litt6raire de notre temps, a
trac6 un sillon si profound; de lui, de son ceuvre, le
people n'a vu, lu, retenu que les tableaux d'un
naturalisme affriolant; volontiers il eft demand
des editions expurg6es de toutes leurs admirables
descriptions, de toute leur grande conception
philosophique, le fond 6tant pour lui pur hours
d'oeuvre. Aux scenes de l'Assommoir, aux p6ta-
rades de La Terre, aux gestes de La Mouquette,
il s'est complu ainsi qu'en des choses vues et
vecues.... jusqu'au jour oh on est venu lui dire,
lui r6p6ter sur tous les tons que Zola l'avait sali,
vilipend6, lui people, qu'il avait trained dans la
boue l'arm6e, la d6mocratie, la patrie, la R6pu-
blique.
Et le people a cru. Que dis-je! AprBs la lettre
J'accuse, apres le proces des quinze jours, il s'est
retourn6 violemment centre celui qu'on lui disait
6tre le grand corrupteur de nos mceurs, le grand
insulteur de nos gloires.
A force d'entendre r6p6ter : ( Zola r6colte ce
qu'il a sem6, Zola est puni par oi il a p6ch6, )) il
s'est dit qu'on ne le mettrait jamais assez dans la







LITTERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 39'

m6lasse et il s'est jet6 avec joie sur ce d6borde-
ment d'injures et de malpropret6s, de calembre-
daines grossieres, aupres desquelles le poissar-.
disme A la Vad6 se trouve Utre de la litt6rature de
jeunes pensionnaires, le gros sel de la Restaura-
tion, de 1'esprit et du meilleur.
Ces quelques indications 6taient necessaires
pour expliquer la veritable levee de boucliers,
parties d'une officine de la rue Montmartre, qui s'est
fait une sp6cialit6 des canards,. questions, amu-
settes, et dirig6e en some, bien plus centre Zola
que centre le fameux syndicate.
Contre le syndicate, centre Dreyfus, on avait
Wte relativement mod6r6. Ce furent surtout les
brochures, les placards, les grandes feuilles vo-
lantes aux titres multiples, tirant P'ceil par une
savante typographic, par la game montante des
caract6res.
Preuves dcrasantes de la trahison; L'honneur
de l'armie; Infdmes machinations; A bas les
Juifs; D'ot vient l'argent; Les revelations de la
femme voilde; Un complot de faussaires; A
Mazas; Les aveux du traitre, tout cela se lisait sur
un m6me placard, A la fois titre et sommaire -
et j'en passe encore. Significatives, par example,
les 16gcndes des portraits : Scheurer-Kestner in-
dustriel allemand la victim des Juifs, le corn-
mandant Esterhazy Pauffin de Saint-Morel,







40 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

victim du syndicate Dreyfus. Et non moins signi-
ficative la litt6rature demandant une charrette
pour tous les mis6rables du Syndicat, toutes les
crapules, les Monod (sic) et tutti quanti.
Puis, vint Dreyfus A l'lle du Diable. Sa trahison
reconnue parles rayons XXX. Conspuez le Figaro,
avec une chanson en vingt-quatre couplets
excusez du peu!) sur I'air : A la fagon de Barbari,
mon ami.

L' frer' Mathieu, un ruse Youpin,
Qu'6tait bourrd d' galette,
Se mit h chercher le moyen
D' faire croire son frbre honn6te.
D'puis c' temps-la, du Palais-Bourbon,
La faridondaine, la faridondon !
Au Luxembourg on n' vit plus qu' lui,
Biribi
A la facon de Barbari,
Mon ami.

Matin et soir dans les journaux
Qu' n' gobent pas 1' ministbre,
11 publiait dans les echos:
( Une erreur judiciaire
A seul' fin d' trouble l'opinion,
La faridondaine, la faridondon.

Tout cela se terminant par un appel 'aux
jeunes gens a l'Ame altiere ) pour chasser h la
frontiere les traitres, les felons, les espions.









































piPoQ au travail !!
C ~!


) T ( iens encore tn qu
S1 i T nous dit'"aairevoir "I1


Page extraite de I'Alphabet des Youpins, par Col-Yon (Leon IIayard, ddit).







42 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMIAGE

Voici encore la Lettre d'Alfred Dreyfus A la
France ( lettre qu'il 6crirait s'il n'6tait pas un
traitre, A la suite de la declaration de M. Cavai-
gnac ), faisait observer Pauteur du placard,
M. ( H. V. de M..., ancien capitaine d'artillerie ),
et aux abords du jour de Fan, les questions point
m6chantes, permettant au public de ( se payer la
t&le du traitre >; Lepif du frere A Mathieu. -
Le secret de la dame voilde, don't chacun en veine
de gaiet6, tournait la roue avec acharnement.
Ajoutez l'Alphabet des Youpins par Col-Yen et
quelques chansons comme Dreyfus, Reinach et C"1,
les Juifs A la frontiBre, paroles de Ceydrole',
cr66es, nous apprend-on, < au local de lajeunesse
antis6mite. )
Tout cela dans la note bon enfant: puisque
tout le monde se passionnait autour de I'affaire, ne
fallait-il pas chercher A amuser Monsieur Tout le
Monde?
A partir du moment oh Zola apparut au pre-
mier plan, brisant les vitres avec sa lettre J'ac-
cuse, le d6bordement commenca, le camelotage
tira A boulets rouges.
1. Un couplet permettra de montrer avec quelle littdrature on
16yve l'Ame de la jeunesse antisdmite :
Mais maintcnant le jour est v'nu
Oil tous les youtres vont Wtre pondus,
On expddiera leur derriere
A la fronlibre!









LCS A ^w^


---P- (Ct:~ lf; EA
^^'"^^s-^-^^ ^Gg -j.


&- .__
__


MOUH OPPT./,. iaT(. .- '" < "
tWmS.',sacquets M.~ po

QUESTION POPULAIRE EN'PAPIER-CAnTON
Roue tournante faisant circuler centre les deux ouvertures,
les personnages dessinds dans le rayon de la roue.,
Ce genre do question, do bibelot populaire qui so colporto et sc'eric
dans les rues, n'est point une nouvcauld. Los premiers types apparu-
rent, si je no me trompc, lors do la pdriode boulangisto ; dcpuis lors, a
chaque kvdnement important, h cheque affair retcntissante, lutte ou
procbs politiquc, on a vu revenir l'objet h roue.







44 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

A la Lettre de Zola & la France, kla Lettre de
Zola auxetudiantsr6pondirent-laRdponsede tous


.ROUE DE LA QUESTION : LE SECRET DE LA DAME VOILEE
lei, naturellement, tournent-tous les personages qui, de prbs
ou de loin ontjoud un r6le quelconque dans l'affairo Dreyfus, avant
Apparition de Zola. Comme pour tons les objets populaires des-
tinds k Btre camelotds, le titre est pompeux.

les& Frangais A Emile Zola c r6ponse 6nergique >
donn6e par la simple ouverture de la page sous
la:forme, d'un flamboyant ( M.....! toujours







DREYFUSREINACH & C'
PAROLES DE JACQUES CAILLY.
Chanson creie au local de la Jeunesse' Antisdmile, (3, Rue de Cluny)


Couvcrture de chanson colporthc dans les rus (Ldon layard, Bditeur).







46 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

le mot cher A Cambronne;-- la Lettre aux sergents
de ville d'Emile Zola, sign6e Jean Monec c< pseu-
donyme cachant une des personnalit6s les plus dis-
tinguees du monde des lettres ouvertes par en
haut. ) Pourquoi cette lettre aux braves ser-
gots, parce que ayant mis lapolice en movement,
(c Zola a des sergents de ville, comme Francois
CoppBe des cataplasmes. )
( Zola! oh la 1a. Ca ne peut rimer qu'avec
caca. )
La chanson Dreyfus, Reinach et C'e, elle, se
charge de trouver autre chose.

Et c' qu'eut Wte l' plus 6patant,
C'est que 1' pere Zola la Mouquette
N'eft pas f... tu son nez la-d'dans
Pour en r'tirer un brin d' galette!
Ah! mince alorss!... ce sal' mec-li
S'y entend a ramasser la thune,
Qu' son amie, la m6m' Nana,
Gagne au raccroc sur le bitume.

Le style, on le voit, est A la hauteur de la pen-
see.
II est vrai qu'en m6me temps ceci se vendait
avant l'ouverture du second conseil de guerre -
on chantait d6ej les louanges d'Esterhazy.

Somm' tout' 1t d'dans que reste-t'-y
Que reste-t'y pour nous d' potable?







LITERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 47

Y'a le commandant Esterhazy
Qu'est un pauvr' bougre pas coupable.
Oui mais, cst-c' que 1' government
Saura remplir sa lourde tEche.

Le gouvernement! Non seulement, il a rempli
sa ( lourde tache ), mais encore, du haut de la
tribune, il a fulmin6 contre les intellectuals. II ne
lui manque plus, pour avoir droit & tous les
Bloges du chansonnier Jacques Cailly, que de
r6pondre a cette gracieuse invite :

Billot, mon vicux, faut f... t' dedans
Tout' cett' band' d' crapul' et d' vaches.

Aux chansons succedent les chansons:
Voici La Gueule A Zola, grand duo chanted par
Zola et Dreyfus au Casino de l'lle du Diable oi
une image parlante montre Zola, se disposant A
franchir le pont des Arts, 6merveill par Ia vue
du derriere A la Mouquette mis sous... feuille de
vigne'. -Voici Le Chatiment, Zola en ddbacle
sous un coup d'assommoir, peinture authentique
et prophdtique, en couleurs empruntdes a la

1. Pour ceux qui collectionnent les chansons et placards
populaires, il faut noter que cette image suggestive a servi
a trois publications diffdrentes: 1' Sur paper jaune: La
Gueule d Zola, avec, au milieu, comme texle, Le Suicide de
Dreyfus d 'ile du Diable; 2* Sur paper blanc: La Gueule a
Zola, avec, au milieu, le catalogue de la maison Hayard;
3 Sur paper blanc: Le Verdict.





48 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Conspuez
CZOLAs
Conspuez
"-X^A^N& -- S AS r


j)


Titre de 1a chanson populaire : Lere de cannes. Conspuez Zola
(Ldon Hayard, dditeur).


~lg~~C~~UB


- Olq







LITERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 19


Reproduction fac-simile de la lettre mortuaire-farce annoncant
Ie ddccs'cen Cour d'assises d'lmile Zola.

Cc canard, qui fut imprim6 et colportc avant le jugement du tribunal,
so compose d deux fouillcs. La second fcuille donne le Testament
d'Emile Zola, redigd, est-il besoin do lo dire, dans le mime style.
5







50 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

palette de Zola, par le patriote O'Mega. Voici
Le Syndicat des Vidangeurs, Youpin, Mous-
caille et Cie; avec une image non moins documen-
taire (une tote dans un vase de nuit). Oh! oui,
devant tout cela ( les Francais se contentent,
railleurs, de se boucher le nez.
Qu'est-ce encore?
Complainte du Venitien Zola ; Argent, Aca-
d6mie, R6clame, avec un Zola accoud6 sur Nana,
Pot-Bouille et La Terre. Sus aux Espions,
paroles de Maudeville, sur 1'air Vous n'aurez pas
l'Alsace et la Lorraine. Conspuez Zola. Cons-
puez Crepes tristes, jours gras 1898 Le
Verdict, sur l'air de la Mere Michel V'la Zola '.
Et ce n'est point fini. Longtemps encore les
chansons succ6deront aux chansons, ne serait-ce
que pour aider le gouvernement A ( cicatriser la
plaie des passions violentes. )
Heureusement, suivant le cri des camelots,
c voici de quoi rire, voici de quoi s'amuser : le
Proces de Zola Mammes-ElisBe-Rufin-Damiens-
]mile, un proc6s Qui se sent. On en mange-
rait. )
Toujours l'attirance cambronesque, le nom
6tant cette fois form par les lettres capitals
des pr6noms.
1. Toutes ces chansons, sauf la derni6re, oat 6t6 publides par
Leoj Hayard.







LITTERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 51

Voici les lettres mortuaires et testaments des
deux copains lisez 1mile Zola et Alfred Dreyfus
las fameuses lettres de part qui ne trom -
pent plus personnel aujourd'hui, et les t616gram-
mes-farce, et les petites pieces que l'on tire,
que l'on tourne, que l'on ouvre, telle Zola Mou-


elegramme s.M.
t!dlralno de unle |
A ,lSSI'1 TII Tir-
2 \cIMILE ZOLA

A DItHIPPRER

S PO It rr1' r IM q .tr .IMTS m.prt, mH rp. lir d s R.ng- MlacWrart

l (1i-yG Juoq 9 S55sll1




Tlhigramme sur paper bleu, jouant ai t(lEgramme
chiffre. La clef consist A retourner le paper et A regarder
les chiifres au travers. On lit alors-- ce qui n'est plus une
nouveaute, vraiment le mot de Camibronne.
(LCon liayard, 6diteur.)

quette, le fondement de l'affaire Dreyfus, un
fondement vieux comme le monde, qui permit
de fesser bien des politicians en 1848, et qui
permet A Zola d'offrir < son cceur i Dreyfus. >> Tel
encore Oi est Zola? une question. Tel surtout
Zola dans la me...lasse.






52 L'AFFAIRE DREYFUS ET L IMAGE
Ca c'est le triomphe.
ZOLA Avec quel bonheur, par
dans la les mains du tourlourou,
le fait-on longer et re-
S Me. lasse.f longer dans le tonneau
de vidange.
Sur ce terrain, la ran-
cune des politicians gale
la joie des infants.
VI A --- Une! deusse! Ah! si
H seulement, on pouvait l'y
S laisser, F'y faire tomber
jusqu'au fond.

Ireon HAARD I&C-ur 1*6 rMv mrloa.,v fS I A-
Reproduction rEduite.
(P'r movementt)
Et A nouveau, pour e.'
chauffer I'enthousiasme,
le placard vient a la res-
cousse. C'est Le dernier
cri de l'affaire Dreyfus.
Zola a Charenton, Roche-
fort a Sainte-PMlagie -
Zola avec une chauve-sou-
ris au-dessus de la tote -
et enfin, pour que rien ne
manque A I'infamie, le I.lR.onA. 4D ., ..r.r ..o, nm Ps
Reproduction rbduite.
(2" movementt)






L'ART & LA MANIERE D'OBTENIR

LA GUEULE A ZOLA
- -. A 6,. .1.. ..*ICI.l


I. 5 .B.t Ci D 1 m L tHI + .It h| l II lbir d.l B .l ln,.lni .. I
PLACARD POPULAIRE COLPORTE DANS LES RUES
Pour micux alldcher le client, curtains cricurs no craignent pas d'an-
motcr : par Caran d'Ache. Ce fait doit 6tre'enregistrl.
5.







5& L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

portrait du grand 6crivain accol6 au portrait de
Dreyfus, avec cette 16gende significative : A bas
les Juifs! A bas les traitres!
C'est encore tres certainement la plus amu-
sante de toutes ces images, la plus spirituelle de
toutes ces trouvailles, L'art et la maniere d'obte-
nir la gueule A Zola; un genre qui, lui aussi, prit
naissance sous la p6riode boulangiste; un genre
appartenant a l'6cole graphique des transforma-
tions et, comme il ne faut jamais negliger au-
cune actuality, le Programme official des grades
fetes du Carnaval, avec le depart des Youpins i
l'ile du Diable.
Et puisque tout finit par des chansons, co qui,
ici, on le reconnaitra, est, pour le moins, en situa-
tion; voici quelques couplets de la derniere nou-
veaut6, de la derniere creation se chantant sur
I'air de: A Mdnilmontant, Zola, ferime ta boite !
T'as assez vendu! avec vignette suggestive : un
cochon sur une brouette, en route pour l'ile du
Diable :

On sait qu' t' ador's le potin,
La R6clam' et son tin-lin
Qu' Ca t' vienn' d' la gauche ou d' la droitc;
Ferm' ta boite!
T"aim's aussi la bonne galette,
IMais celui qui' t'as dfendu. ;
N'a pas fait un' bonne emplette.. :






PROGRAMME OFFICIEL-
des

GRADES FETES DOU CRNAVAL
INRAIRE, ORDRE ET MARCH DU CORTiGE


A ,SK' -


Le d6part des Youpins A I'lle du Diable

1% t Ordre et Marche du Coretgeo

of ... 5. -n- u--..--k-
o m'iJCin i t m l ---ib
Ib,---. -....-- -.---
,,- ft~t. *d ri, s F,._- ....r.l -

'" Grud.Sin iall 1 f itn iblie
I-.SOlm ETr. IIIEsB Ou SNDT C9S PAR LAu MOim




PLACARD POPULAIRE CRIME DANS LES RUES LA VEILLE DU
MARDI-GRAS DE-1898 (21 VEVRIER) ;
(Lion llayard, dditour.)







56 L'AFFAIRE DREYFUS ET L IMAGE


Maintenant qu' t'es rich' comme Cr6sus
N' viens pas la fair' au Jdsus :
Ne prech' pas d' ta voix bUnite;
Ferm' ta bolte!

De l'innocence de tout traltre
Tu restes 1' seul convaincu;
Au fond t'en rigol's peut-6tre;
T'as assez vendu!
Tu n'est qu'un vendu!


Comment finira tout cela! Comment finira I'af-
faire Dreyfus! Le m6me placard nous 1'apprend:
par la fin du monde... juif.
N'Ytant, pour ma part, ni juif, ni israelite, je ne
m'y oppose point.
Bref, ce que cette champagne a permis de cons-
tater, c'est que le gros de I'opinion publique est
centre Zola et, plus que jamais, sera centre lui;
c'est que ses excellent petits confreres se r6-
jouissent d6jiA I'id6e d'etre ainsi d6barrass6s
d'un coll6gue trop encombrant; c'est que les gens
du monde sont heureux de rompre avec quel-
qu'un qui ne leur fut jamais sympathique et qui ne
s'etait impose A eux que par la force de. son -
talent.
Les affaires ne vont pas; le pays est las des poli-
ticiens.. C'est la faute A Zola.
Tout est en suspens; touta subi une baisse:







LITTBRATURE ET IMAGEBIE POPULAIRES 57

les recettes des lieux de plaisir tout comme lo
nombre des d6ces. C'est la faute A Zola!
Bah d'autres ont connu cela et ne s'en sont pas
plus mal ports.
Bientot, sans doute, sur les places publiques,
dans chaque quarter, on dtablira des fours cre-
matoires pour que les honnetes bourgeois puissent
venir y apporter les ceuvres de l'InfAme.
Bah! d'autres virent leurs oeuvres brilees ou
lac6r6es par les mains du bourreau.
Et ces autres s'appelaient Voltaire et Rousseau.
Des rien du tout, de pauvres intellectuals qui, eux
aussi, firent reculer la France de cent ans!



II


On n'est jamais compris des sins : ou plutot ce
qui resort clairement de toutes ces violence, de
tout ce d6bordement de passions et de haines,
c'est que, de plus en plus, une scission profonde
est en train de se faire entire les hommes de pens6e,
de science, d'etude, et les hommes d'action et de
politique au jour le jour. Fatalement la France
r6publicaine ayant 6cart6 de la direction des affai-
res les Intelligences, devait arriver A cette scission,







58 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

6cueil inevitable de toutes les d6mocraties livr6es
aux politicians de m6tier et de profession. Fatale-
ment aussi l'aristocratie d'argent, la pire de
toutes, devait nous conduire a cet_6tat de choses,
et Zola se trouve 6tre une des premieres victims.
Je m'explique.
Conspu6 A Paris, train dans la vidange, il se
voit port au pinacle par l'dtranger. Nouvel argu-
ment contre lui; nouvelle occasion pour les chau-
vins A esprit 6troit, pour ceux qui ont jur6 sa
mort, de le perdre a jamais dans l'esprit public.
Ce filet de La Patrie est concluant, ainsi qu'on va
le voir:



FELICITATIONS DE L'ETRANGER


u Si les felicitations de 1'6tranger ont pour M. Zola le
prix qu'il semble y attacher, 1'auteur de Nana doit etre
satisfait.
s Ind6pendamment des milliers de lettres qui lui sont
parvenues,M. Emile Zola a regu, au palais seulement, plus
de 1,500 t6ldgrammes venant pour la plupart d'Allemagne,
d'Autriche ou d'Italie. L'une de ces ddpdches contenait dix-
sept mille mots et venait de Vienne. Il est vrai que, dans
le nombre 6norme de ces mots, il y avait plusieurs mil-
liers de signatures!
e L'dtranger a, en effect, autant d'intdrit i entretenir des
espions qui le renseignent et nous trahissent, que la
France a les ddcouvrir et A les chalier. Aussi lorsque notre
pays pcut mettre la main sur un de ces misdrables et







LITERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 59
qu'il le relgue & l'ile du Diable, les strangers se sentent
atteints et ne cachent peut-6tre pas assez la deception
qu'ils 6prouvent.

Or, les r6dacteurs de La Patrie le savent fort
bien. En envoyant a Zola d6pbches sur d6peches,
felicitations sur f6licitations, c'est A l'homme cou-
rageux, A l'6crivain puissant que les strangers
s'adressent, & celui qu'ils suivent, qu'ils apprd-
cient, qu'ils estimcntdepuis longtemps ; non point
A un citoyen quelconque insurg6 centre 1'opinion
publique de son pays, accabl6 par les siens d'in-
jures et, de cc fait, leur devenant cher, donnant
satisfaction A leurs rancunes.
Zola comme la plupart, que dis-je! comme tous
les 6crivains frangais, romanciers ou historians il
faut bien I'avoucr, puisquc c'est la la plaie, la cause
de tout le mal se trouve 6crire en frangais pour
l'dtranger surtout, pour les peuples qui nous en-
tourent, avides de tout connaitre, de tout appren-
dre, de tout lire, estimant qu'en notre siecle de
vapeur et d'6lectricit6 les homes ne peuvent
plus vivre cantonn6s en un petit coin. Entre
l'ecrivain et ses milliers de lecteurs inconnus,
6parpill6s sur toutes les parties du globe, se
cr6ent certaines affinit6s instinctives qui, le mo-
ment venu, 6clatent au grand jour. Pour Zola, le
proc6s Dreyfus a Wt6 I'acte qui a fait 6clore ces
sympathies caches. Et voilr toute la raison de







60 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

ces soi-disant felicitations transform6es, malhon-
n6tement, en des encouragements donn6s par la
Triplice A un mauvais Francais, A < l'insulteur de
notre arm6e. )
ConspuB a Paris, f6licit6 & l'6tranger, il 6tait tout
nature qu'A l'imagerie insultante, ceuvre de ses
concitoyens, repondit, au delors, une imagerie
approbative, et que tout ce qui s'appelle 1'article
de Paris, quoi que fabriqu6 en grande parties A
Berlin faut-il aussi l'apprcndre a nos chauvins
ridicules s'empara de ses traits pour le fire
non pas Dieu, table ou cuvette, mais bien pour le
transformer en carte A jouer, en couteau a paper,
en bagues de cigares, en verres, en mouchoirs, en
ces multiples objets que nous avons vu, chaque
fois, apparaitre avec les figures du jour.
Tout vice vient d'Lnerie, a dit Montaigne, un
Francais comme ii nous en faudrait quelques-uns
aujourd'hui: c'est done sur le compete de I'igno-
rance queje mettrai l'entrefilet suivant, 6galement
paru dans La Patrie :



LES ALLEMANDS ET ZOLA


a II s'6dite iA Berlin une care postale avec le portrait de
M. Zola, que nous avohsneu entire les mains.
'* C'est. pour uri-lianrais la supreme honte.








LITERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 61

s Nous avons ddej (it qu'un dditeur de Milan avait, lui
aussi, mis en circulation une ( cartolina postale s reprodui-
sant les traits mndiocremcnt enchanteurs de ce livre in-
fame : La debdcle, qui n'est qu'une longue diffamation
centre ces hdroiques combatants do 1870 que 1'on a appel6
los ( soldats du d(sespoir ),.
(( Zola comme, on le voit, est tris populaire... aux pays
de la Triple-Alliance. )
Ah Ca, voyons, revons-nous ?
Ces cartes-postales ce sont celles ici repro-
duites qui, suivant le dire de La Patrie, sont
pour un Frangais la supreme honle; elles ont po-






27



"C '. .. J ,"-'" "


:/ *' .. ^. * 8.


CARTE-POSTALE ITALIENNE EDIrEE A .MILAN
(D'apres original en couleurs.)
Cette carte a Wdi tire avec addresses en trois langics, de
fagon A pouvoir circuler librement en France, en Italie et
en Allemagne.







62 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

pularis6, elles popularisent encore tous les jours,
A 1'6tranger, les traits de nos grands hommes et
m6me de nos presidents.
Ah! ga, voyons, vous ignorez done tout; vous ne
savez done rien et ne voulez rien savoir. Faudra-t-il


CARTE POSTAL ALLEMANDE EDITEE A BERLIN
(Max Marcus, dditcur.)


encore vous apprendre que, sous forme de timbres,
tous nos rois, tous nos grands hommes, tous nos
h6ros, depuis Jeanne d'Arc, circulent dans l'Alle-
magne entire, mis en vente par un 6diteur de
Berlin. Hommage public rendu & la France, aux


russ au.


:._


En;le Zoli.







LITTIERATURE ET IMAGERIE POPULAIRES 63

FranCais, comme a toutes les autres nations, du
reste. EL c'est cela que, dans votre haine stupid,
vous appelez la supreme hontc.


CARTE POSTAL ALLEMANDE EG.ALEMENT DITEE A DIERLIN
(Max Marcus.)


11 cxiste encore d'autres cartes postales publides par un
imprimcur-cditeur de Fraicfort, II. J. Dauth. Elles sont au
nombre de quatre, cliacune donnant un portrait different : Zola,
Sclhurer-Kcslner, Dreyfus. Zola existed sous deux forces, e'cst-
a-dirc on simple buste et en buste entourd d'une couronne de
verts lauriers. Ccs portraits sont la reproduction de mauvaises
gravurcs sur bois publies dans les journaux.


Supreme honte! Mais Carnot a figure sur ces







65 L'AFFAIRE I)DEYF'US ET L'IMAGE

cartes postales, mais Fdlix Faure est sur ces tim-
bres, aux cot6s des Rois et des Empereurs comme
en Suisse, en Allemagne, en Italie, il est sur les
enveloppes des tablettes de chocolate.
Done, si une chose peut nous froisser, c'est non
pas de voir 1'dtranger editer des cartes postales
avec le portrait de Zola puisque c'est, chez lui,
chose habituelle, d'usage constant mais bien
de le voir s'6lever violemment centre 1'opinion
publique fran.aise, dans une affaire consid6r6e
par nous comme purement national.
Mais les peuples subissent des courants, des
impressions que rien ne peut arr6ter. Ne nous
sommes-nous pas tous lev6s pour la Pologne,
malgr6 la Russie, contre la Russie m6me. Et, ce-
pendant, au point de vue strictement national,
cela ne nous regardait nullement. Eh bien! les
motifs qui, alors, nous faisaient agir sont ceux qui
viennent de trouble si profond6ment l'Europe;
ceux que nous ferons connaitre dans le prochain
chapitre.
La conclusion, elle est bien simple.
Les jur6s avaient le droit de condamner Zola,
citoyen francais et ils ont consid6r6 que c'6tait
leur devoir mais 1'e6rivain, le penseur, I'in-
tellectuel puisqu'on a mis le mot a la mode -
en communion avec le monde entier, est au-dessus
de toutes les jurisdictions, de tous les tribunaux. Et






LITTERATL'RE ET 'IAGERIE POPULAIRES 63

s'il plait a Paris de caricaturer, de chansonner, de
trainer dans la m6lasse 1'homme dans lequel il ne
voit plus que le d6fenseur d'un traitre, l'6tranger,
au nom de cet internationalism de la pensee, qui
a faith la puissance du XVIIIP siccle,et don't nous
flames toujours, jusqu'en ces dernieres ann6es, les
agents les plus 6loquents, a le droit de populariser
et de r6pandre sous toutes les formes le portrait
de Zola, sans que ce soit une honte pour 1'dcri-
vain ou une insulte a l'6gard de la France.
Meconnu en Allemagne, encens6 a Paris, Heine
est-il moins grand pour cela? Bafou6 a Paris,
port en triomphe dans le monde entier, Zola ne
perd rien de sa gloire litt6raire.
Son erreur a Wte de croire que nous 6tions en-
core au si6cle de 1'Esprit et de la Pens6e triom-
phante; que l'acte de courage d'un homme venant
offrir sa poitrine aux lances enemies lui rallierait
bien' des suffrages. II a cru en sa force, en sa
puissance d'expansion : ii a cru qu'il lui suffirail
de se montrer lui, l'homme du labeur et du tra-
vail acharn6, lui vainqueur en tant de grandes
batailles litt6raires, lui n'ayant jamais tremp6
dans aucune malpropret6 publique, pour retour-
ner l'opinion du pays.
Quelle illusion fut la sienne !
Et quelle m6connaissance de notre society po-
liticienne en laquelle l'argent a tout fauss6, tout
6.






66 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

sali, tout corrompu A tel point que si Voltaire
avait & d6fendre Calas, de nos jours, cent pam-
phl6taires se lveraient pour le conspuer, pour
lui jeter au visage quelque grossiBre injure.


4. Eluu ronn fls-vous Je \ote coura
dedroll
- Nous fn olumes s : ,, ConspDue
Zolal conspue Zola [ consplnei!


La Chronique Amusante (27 janvier 1898.)















Toutes les precautions sont prises pour dviter les refroidissements
qu'elle pourrait attraper avec son trop leger costume.
(Pasquno, de Turin, 15 fevrier 1898.)




LES CARICATURES ETRANGERES




L'opinion publique europdenne. Les images des pays de
la triplice au point de vue de la forme exterieure. Etat
particulier de ces pays. Le movement liberal et anti-
militaire en Europe. Les souvenirs rdvolutionnaires. -
Le livre de .G. Ferrero : 11 militarismo >>. L'image en'
Angleterre et dans les pays neutres : Suisse, Belgique,
Hollande, Danemark. L'image russe.


Nombreuses, grouillantes, ouvertement hostiles
ou sagement conseillres, voici les caricatures
6trang6res, les images satiriques venues de tous
les points de 1'Europe et meme d'Amerique.
Et non point, comme on pourrait le croire, de
simples fantaisies, des crayonnages quelconques,
mais bien l'expression graphique des sentiments
qui animent le monde.







68 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMIAGE

Chose a retenir car c'est le premier point, le
point capital du malentendu actuel, l'Europe
s'obstine a voir une affaire d'iriteret universal, la
oi nous ne voyons, nous, qu'une affaire d'ordre
int6rieur. Si bien que. entire les bords de la Seine
et les bords de la Spr6e ou les bords du Danube,
c'est un perp6tuel, un constant change d'am6-
nit6s plus ou moins irritantes, quc ces am6nit6s
s'6changent par la plume on par le crayon.
Non-seulement contre cette press 6trangBre
coupable d'avoir porlt a l'affaire Dreyfus un in-
tdret beaucoup trop grand, coupable, surtout,
d'avoir soutenu la cause du condamn6, on crie, on
fulmine, dans un certain clan, mais encore on
menace, on laisse percevoir des intentions prohi-
bitives. La politique protectionniste, coupant tous
les rapports avec le dehors par la voie des jour-
naux; la politique qui consiste h faire les tenebres,
a tuer la discussion, A etouller la pens6e libre. Ce
n'est point chose nouvelle, mais ce fut toujours
chose d6sastreuse pour les int6r6ts d'un pays.
Assur6ment, si l'on se place au point de vue
d'un nationalism 1troit, tel qu'il 6tait congu
autrefois, chaque pays est enticrement maitre
chez lui, maitre de ses destinies, maitre de les
diriger oh et comme bon lui semble. La France a
le droit de reviser ou de ne pas reviser un proces,'
sans que cela regard en quoi que ce soit I'Eu4'







LES CARICATURES ETRANGERES


rope. II n'y a pas de tribunal international auquel
puissent, en certain cas, recourir les condamn6s:
Sur ce point, la souverainet6 des Etats est pleine
et entire, la France est aux Francais comme 1'Al-
lemagne est aux Allemands. Mais, en r6alit6, dans
la pratique, veux-je dire, cette souverainet6
n'existe plus que theoriquement. Depuis les che-
mins de fer, depuis les grandes decouvertes scien-
tifiques, tous les pays se p6n6trent plus 6troite-
ment les uns les autres ; les iddes vont, viennent,
circulent, modifient les moeurs, l'Allemagne se
franchise, la France se germanise. La France peut
interdire l'entree de son territoire A tous les jour-
naux venant du dehors, mais si jamais elle recou-
rait, A nouveau, au moyen jadis employ par
Napoleon, elle se condamnerait aux yeux de l'opi-
nion publique europ6enne.
( L'opinion publique europenne! ), allez vous
dire, ( il existe done encore une Europe. a Oui,
certainement, et c'est cette Europe qui, par le
crayon, comme par la plume, est en train, par-
tout, de faire entendre sa voix; c'est cette Europe
qui s'anime, se passionne, ne cachant plus ses
sentiments, montrant sa satisfaction ou sa tris-
tesse, suivant qu'elle est centre ou pour la France,
suivant qu'elle voit en nous 1'ennemie h6r6ditaire
du despotisme ou la grande 6mancipatrice de I'es-
prit human.







70 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Aveugles ceux qui n'apercoivent point cela; cri-
minelsceuxqui faussent 1'esprit du people end6ve-
loppant, en excitant un chauvinisme de mauvais
aloi, un mandarinat de clocher, qui tendent A faire
de nous, au milieu de 1'Europe, toujours plus cos-
mopolite, un people de Chinois, se murant, se
cloitrant, fermant les yeux pour ne point voir ]a
lumicre, se bouchant les oreilles pour ne plus
rien entendre.
Le protectionnisme de la pens6e apres le pro-
tectionnisme des int6rets. Et cela se concoit: qui
dit libre-6change des marchandises, des rapports
d'affaires et d'industrie, dit, en meme temps, libre
change des id6es, des int6r6ts intellectuals et
moraux. Ici, la fermeture, le bouclage: 1A, la libre
expansion.
( Rien ne devrait mieux 6clairer les Francais
sur le caractere veritable de la machination drey-
fusiste, que les felicitations adress6es aux organi-
sateurs de ce scandal par les advcrsaires achar-
n6s de la France )), dit un des organes attitr6s de
ce nouvel empire de la Chine, tandis qu'un autre
r6plique : ( L'Europe! est-ce que nous nous occu-
pons d'elle? Qu'elle nous laisse done en repos.
Est-ce que nous donnons des conseils aux autres;
est-ce que nous venons prendre parti dans leurs
querelles? Est-ce que les strangers qui, chez eux,
jugent a huis close, et parfois meme ex6cutent







LES CARICATURES tTRANGERES


sans jugement, les espions et les traitres, permet-
traient que nous 6levions la voix contre les arrets
de leurs tribunaux, au nom soi-disant des int6rets
sup6rieurs de l'humanitV? )
Toujours le vieux dicton : charbonnier est
maitre chez lui. De prime abord, cela s6duit, cela
parait d'une logique serr6e. Quand on y regarded
de plus pros, cela peche par la base.
D'abord, par principle, tous les strangers ne sont
pas ennemis n6s, adversaires acharn6s de la
France ensuite si, replies sur nous-m6mes
depuis 1870, et beaucoup trop, parce que nous
nous sommes ridiculement exag6res les conse-
quences d'une d6faite militaire, nous ne nous
occupons plus de l'extdrieur, il ne faut pas oublier,
qu'autrefois, nous avons boulevers6 I'Europe de
fond en comble, que nous l'avons impr6gn6e de
notre esprit, de nos moeurs, que nous lui avons
fait partager notre bonne et notre mauvaise for-
tune, que nous lui avons donn6 I'esp6rance, la
liberty, avant de lui imposerlejoug dudespotisme
imperial, si bien que, quoiqu'il arrive, I'Europe,
depuis ce moment, ne cesse de regarder vers la
France, attendant d'elle, aujourd'hui comme au-
trefois, le signal des idWes 6mancipatrices desti-
noes A modifier a nouveau la physionomie du
monde.
Cette Europe, notre ceuvre, notre creation, elle







72 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

n'a pas oubli6 ce qu'elle nous devait cL en cc
moment, plus que jamais, elle a les bras tendus
vers nous; parce qu'elle est profond6ment agite ;
parce que, succombant sous le poids du deficit
financier et des charges toujours plus lourdes du
militarisme, elle sent que l'etat actual ne pent
plus durer, qu'il faut on finir avec les errements
du passe, que quelque chose sc passe actuellement
sur les bords de la Seine qui, en d'autres temps,
ne strait qu'un simple fait divers, et qui, en cc
moment, peut 6tre le signal d'une renovation
universelle.
Cette Europe form6e par nous no peut d6tour-
ner son attention du Peuple Soleil, suivant la
belle expression de Victor Hugo. ( Tout ce qui se
fait chez vous, se fait pour l'humanit6, nous disent
les Italiens, les Allemands, les Russes, les Scan-
dinaves. ) De petits pays. come la Roumanie,
oublient leurs proprcs malheurs pour singer a
nos souffrances et prendre part dans nos que-
relies, nos passions, nos haines. Elle-meme l'Es-
pagne, la pauvre et noble Espagne, divisee, affai-
blie, morcelee, combattant avec h6roi'sme pour
la defense de son int6gritM national, trouve
le moyen de penser & nous, de nous envoyer
quelqucs marques de sympathie. Comment dd-
montrer de facon plus concluante la place tou-
jours considerable occupee en Europe par la






LES CARICATURES kTRANGERES


France ( cceur vivant de l'humanit ) Tout pays
serait fier de cette situation privil6gi6e : tout
pays ainsi devenu l'objet de l'attention univer-
selle, en lui-meme se dirait: < L'Europe a les
yeux sur moi; je ne dois pas faiblir, je dois son-
ger A ceux qui attendent, A ceux qui esp6rent. >
Au lieu de cela, bless6e, froiss6e dans son amour-
propre, 6nerv6e, exasp6r6e sous I'influence de
certaines excitations malsaines, la France boude,
la France se replica, se retire sous sa tente et voit
une conspiration de l'Europe contre elle, de l'Eu-
rope enr6giment6e sous les ordres de la Triplice.
Cela touche A la d6mence. Puisqu'il faut pro-
clamer la verit6 m6connue, faire la lumiere
6touff6e par une press d'esprit 6troit, r6tablis-
sons les faits.
Assur6ment A Berlin, A Vienne, A Turin, A
Bruxelles meme, si l'on veut, il est des gens en-
chantes de nos querelles intestines; heureux de
voir la France affaiblie, divis6e, au moment meme
oh 1'Europe attentive a les yeux fixes sur elle;
assur6ment tout ce qui vient des pays de la Tri-
plice, peut 6tre sujet A caution, quoique les con-
conditions soient bien changees depuis quelques
annees, quoique les vieux cliches aient bien perdu
de leur intensity. Mais enfin, c'est l'Allemagne et
ses allies; politiquement parlant, c'est l'ennemi.
Done il faut s'expliquer.







74 L'AFFAIRE DR4YFUS ET L'IMAGE

L'Allemagne! elle a et6, en cette circonstance,
- je parole de la caricature d'une moderation
inouie, d'une reserve peu habituelle. Durant ces
mois troubles, durant la quinzaine fievreuse, le
Kladderadatsch n'a pas bronch6 : une seule
image pour enregistrer le verdict et c'est tout -
nous sommes loin de la furor teutonicus de
1870. A peine dix caricatures, du nord au
midi, dans un pays oi la press & images est
nombreuse, important; je ne crois pas qu'on
puisse appeler cela un dl6uge d'insultes gra-
phiques. II est vrai qu'on y glorifie Zola et qu'on
y loge Rochefort a Charenton, mais d'autres qui
furent de bons et de loyaux Francais n'avaient
point attend un dessin des bords de la Spree
pour 6mettre des 'appreciations absolument simi-
laires. Par contre ceci est &~ noter le
Kladderadatsch, le vieux lutteur des journees de
mars 1848, se voit, en la personnel de son direc-
teur Trojan, condamn6 & deux mois de prison
pour s'etre permis d'appr6cier de facon qucl-
que pen satirique la famcuse declaration de
Guillaume II < que les bons chrdtiens seuls
pouvaient Utre de bons soldats ); pour avoir,
par le crayon, repr6sent6 les h6ros des temps
anciens et des temps modernes, Alexandre le
Grand, Fre6dric le Grand, Napoleon I"', riant
aux 6clats de cette bizarre trouvaille. Voici done







LES CARICATURES TTRANGERES


l'empereur d'Allemagne et Drumont ranges sous
le m6me drapeau, ce qui devrait 6tre 1'acte de
d6ces de l'antis6mitisme, si l'on se piquait encore
quelque peu de logique en France.
L'Autriche, elle, a faith fl6che de tous ses
crayons, mais en considerant I'affaire Dreyfus
au point de vue of toutes les questions, int6rieures
ou ext6rieures, sont appr6ciees par elle, c'est-a-
dire pour ou centre les Juifs. Ici, les organes
allemands antis6mites, A tendances lib6rales,
populaires jusque chez nous, le tres spiritual
Kikeriki, le tres artistique Figaro; la, les
organes a tendances diverse, mais s6mites de
direction, qui se firent remarquer, jadis, par
leur acharnement centre Wagner pour la m6me
raison qu'ils sont, aujourd'hui, pour Zola. Des
deux c6t6s, du reste, on n'est pas d'une tendresse
excessive pour nos g6ndraux. A Vienne et a
Budapest, la RMpublique Francaise n'est pas posi-
tivement consid6r6e comme une grande dame, et
facilement on l'incarne en Nana. La faute A
Zola, me direz-vous! Hl6as non! la faute A elle-
m6me'. Les Nana furent de tout temps, et si pres-

1. Puisqu'on accuse toujours les dcrivains et Zola, parti-
culierement, de corrompre les masses, qu'on me permette
un example concluant.
Depuis plus de vingt ans, tous les pays qui nous entou-
rent avaient des cartes postales illustr6es. Seule la France







76 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

que partout,, mais surtout en Autriche et en
Italie, les crayons avec un touchant accord font
de notre Patrie la cocotte fin de sifcle, ce qu'ils
veulent exprimer par 1A, c'est l'affaissement de
nos mceurs et la facility avec laquelle la R6pu-
blique passe des uns aux autres.
Reste l'Italie jouant facilement A la grande
dame comme la tres aristocratiquc Autriche,
l'ltalie qui trop facilement se donne toutes les
qualit6s, so prite toutes les vertus. D6sir quelque
peu ambitieux d'6tre au premier rang; crainte
constant d'une reaction cl6ricale venant de
France; telles sont les deux raisons 6ternelles qui,
en principle, l'arment contre nous. Ajoutez A cela
de vieillcs haines, certaines antipathies encore mal
6teintes, et vous aurez l'explication de ces des-
sins en lesquels se laisse percevoir, quelquefois,je
ne sais quel machiav6lique contentment.
Voila pour la forme; voila, pour r6pondre,
tout au moins, A ceux qui, jugeant superficielle-

n'en poss6dait pas. II a fallu la visit des souverains russes,
en 1896, pour nous donner la a cartoline i images ). D'abord
ce furent des vues de Paris; aujourd'hui ce ne sont plus
que jambes en l'air et filles de tous les moulins. Voila tout
ce qu'a trouv6 la grande capital pour porter A l'(tranger son
renom et ses gloires. Jene sais, mais ces images circulant
A tous les vents me semblent autrement dangereuses que
les romans, meme de Zola, qui ne peuvent 6tre lus sans
overture pr6alable.






LES CARICATURES ATRANGREES


ment, croient voir toujours dans les dessins et
dans les articles du dehors des attaques de la
Triple-Alliance.
Mais en ces trois pays m6mes, il se passe, a
l'heure actuelle, bien autre chose, et c'est cela
qu'il imported de faire connaitre, pour que les
gens de bonne foi puissent se prononcer en pleine
connaissance de cause.
En Allemagne, en Autriche, en Italie, gronde
un formidable movement liberal; un mouve-
ment dirig6 contre la guerre, contre l'esprit de
conquete. Que les organes A caricatures socia-
listes, A Berlin, A Munich, a Vienne, A Rome,
d6clarent comme I'Asino que le proces Zola est
( le proces du j6suitisme et des pharisiens de la
justice, cela n'a rien qui doive nous surprendre,
mais que les organes de.la bourgeoisie se rem-
plissent de posies A I'adresse de la France,
((terre do liberty et de justice ), qu'ils c6lbrent
en notre lieu et place, le cinquantenaire du
23 fdvrier 1848 ( aujourd'hui tomb6 dans l'oubli
chez nous, (C qu'ils comparent la France d'il y
a un demi-siecle avec ]a France d'aujourd'hui
applaudissant a la condemnation de Zola; qu'ils
se pr6parent A feter Allemands et Autrichiens
s'entend les journees de mars 1848; c'est
une autre affaire.
Poursuivons plus avant; p6n6trons au coeur de
7.







78 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

la question. Souvenirs de la RBvolution, souvenirs
de 1830, souvenirs de 1848; il semble que tout
cela revive dans l'Europe entire au moment oi
va prendre fin notre siecle, et autre chose
encore le souvenir des course martiales, des
conseils de guerre qui, sous la domination de
Napoleon ler, firent tomber en Italie, en Allc-
magne, en Espagne tant d'6tres humans cou-
pables d'avoir voulu d6fendre l'ind6pendance de
leur patrie. Partout, A propos du proces Dreyfus,
ces questions ont 6t6 soulev6es; partout de
consciencieuses 6tudes sont venues rappeler que
les tribunaux militaires de la R1volution n'd-
taient, en quelque sorte, que des sections ambu-
lantes du tribunal r6volutionnaire, appel6s
militaires parce qu'ils suivaient l'arm6e. Partout
on a 6tabli que les conseils de guerre avec leurs
jugements a huis close 6taient une institution
napoleonienne, puisqu'A Rome meme la commis-
sion militaire qui tenait lieu de tribunal r6volu-
tionnaire rendait ses sentences, durant l'occupa-
tion frangaise, in session public.
Ce qu'on attendait done de la France, en un
pareil moment, vous l'avez compris, mais la
France s'est band les yeux, s'est bouch6 les
oreilles, et, lasse aussi peut-6tre, de se toujours
d6vouer pour les autres, n'a voulu voir que ce
qui l'int6ressait pour l'instant, le proces d'un







LES CARICATURES ATRANGERES 79

traitrejustement condamnd ou d'un officer ma-
ladroit victim de ses propres insucces. Elle n'a
pas compris que ce que 1'Europe esp6rait, appe-
lait, c'6tait la condemnation definitive du huis
close, condemnation qui aurait eu, partout, la
plus grand retentissement, qui aurait influ6 pro-
fond6ment sur l'esprit public allemand au moment
m6me of l'Allemagne revise son code militaire ',
au moment mAme of les soci6tes de la paix agis-
sent. avec plus d'autorit6 que jamais auprds des
gouvernements, grace A l'infatigable ardeur de la
baronne de Suttner et des femmes d6vou6es qui,

1. Les renseignements les plus contradictoires, les plus
erronds ayant 616 publi6s par les journaux quotidiens sur
les conseils de guerre allemands, il n'est pas sans interit
de fare la lumiere a ce sujet:
( En Allemagne, la magistrature militaire es eexerede,
non par des officers ddsignds au hasard de l'anciennet6 ou
au caprice d'un grand chef, mais par un corps special,
I'auditoriat. Les auditors sont des magistrats recruits,
comme les magistats civils, parmi les docteurs en droit
ayant pass 1' ( examen d'ltat a; on trouve aussi parmi eux
quelques anciens officers ayant subi les m6mes 6preuves
professionnelles. Ils sont assimilds aux officers et ont
leur hierarchie propre. En champagne, ils accompagnent
1'armde, oh ils constituent des tribunaux permanents, de
sorte que, m6me en temps de guerre, la justice est ren-
due par un personnel expdrimentd, et non par des course
martiales.
a On congoit qu'une institution de ce genre assure a
l'accusd des garanties relatives; j'entends par la delles de
ces garanties qui touchent a la competence. ,







80 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

de toutes parts, sont venues lui apporter un
pr6cieux concours; au moment m6me, enfin,
oh parait en Italie un volume remarquable, II
Militarismo, de Guglielmo Ferrero, qui est le
proces le plus eloquent fait A 1'ancien esprit mili-
taire et qu'il faudrait souhaiter voir bient6t dans
toutes les mains, traduit dans toutes les langues.
Paix et guerre a la fin du XIXe siecle, vie
social sous la civilisation militaire, decadence
et ruine des empires militaires, Napol6on et
napol6onisme, militarisme et cesarisme en
France, militarismes italien, anglais, allemand;
autant de graves questions 6tudi6es avec une
rare hauteur de vues.
Tout ce que pense A notre sujet, dans son
volume, Guglielmo Ferrero, c'est ce que ne
cessent de traduire les crayons de l'Europe
entire, monarchique ou d6mocratique..... Que
nous sommes, par excellence, le pays des sur-
prises et des 6nigmes; que la base de notre
6tat social est encore le militarisme et le c6sa-
risme parlementaire, que, empereur en moins,
rien n'a 6t6 change chez nous depuis 1870, que
notre erreur la plus funeste est de croire que le
degr6 de liberty et de perfection social d'un
people se measure aux apparences d6mocratiques
de son gouvernement, que nous sommes vou6s
par notre fonctionnarisme A l'immobilit6 routiniere







LES CARICATURES ETRANGERES 81

proche de la decadence, et que c'est A notre
politique militaire que l'Europe doit d'avoir
le militarisme sous lequel elle succombe, en ce
moment.
La conclusion bien des fois donn6e dgale-
ment par les crayons strangers est que la paix
future, le d6sarmement universal depend de nous
bien plus que de l'Allemagne nation militaire,
mais non belliqueuse, militaire par l'univer-
selle habitude d'une discipline quasi-soldatesque,
aucunement belliqueuse parce que nulle part, en
Europe, l'esprit bourgeois n'est aussi vivant.
Je constate, je traduis, je n'appr6cie point, car
certes, A cela, il y aurait bien des choses A objected.
Non moins pr6cieux, en ce volume, ce qui
touche A l'Italie, a I'Italie cr66e par la France et
(( don't le militarism se trouve 6tre une des plus
curieuses experiences historiques de ce siecle.
L'Italie officielle, dit-il, est sortie du Pi6mont,
et qu'est-ce que le Pi6mont depuis cinquante
ans, sinon une miniature de la France, un petit
Itat militaire qui s'est appliqu6 A copier le
mieux possible ce que la France faisait en grand.
C'est par la creation d'une nombreuse bureau-
cratie civil et militaire destinee A remplir les
cadres d'une administration calqu6e sur celle
de la France que s'est constitute et affermie la
monarchies italienne et c'est en s'appuyant sur







82 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

un militarisme de type francais qu'elle a cherche
A r6gner, posant en principle qu'une victoire est
toujours pr6cieuse, toujours grande, quel que soit
le motif de la guerre. Aux deux types de milita-
risme out done r6pondu, suivant Ferrero,. en
Italie, la guerre d'Abyssinie; en France, la guerre
de Madagascar, mais le militarisme italien qui n'a
A son actif ni long passe glorieux, ni victoires
c616bres serait, & l'en croire, d6ej en decadence.
Je m'arr6te.
Me voici bien loin, va-t-on m'objecter, de
l'affaire Dreyfus et du r61e tenu en cette circons-
tance par la caricature europ6enne. Qu'on se
d6trompe! Les images des pays strangers; en
Autriche et en Italie, pour les pays de la
Triplice; en Suisse, en Hollande, en Belgique,
pour les pays neutres; en Angleterre 6galement,
ne sont pas autre chose que l'interpr6tation gra-
phique des pens6es philosophiques de Ferrero.
N'est-ce 'pas une caricature autrichienne qui
engagera Fl6ix Faure A chasser les nouveaux
Boulanger (sic) A coups de trique; ne sont-ce pas
des caricatures italiennes qui repr6senteront la
magistrature franCaise cirantles bottes Al'armee et
Zola, nouveau David, lanCant sa pierre A la t6te de
toutes les armies. Ne sont-ce'pas des images hollan-
daises qui diront: ( Ouvrez toutes grandes les
portes de tous les conseils de guerre ) appel &







LES CARICATURES ITRANGERES


1'Europe, done, ou qui rappelleront A la R. F.
prate A s'incliner devant le sabre qu'il y a quel-
que chose au-dessus, la Justice.
Et c'est pourquoi le m6me homme que la plu-
part d'entre nous considerent comme un mauvais
Francais, est consid6r6 par les crayons strangers
comme l'apotre du droit, I'archange saint Michel,
un nouveau Christ, f le grand martyr moderne ),
suivant la 16gende placee au has d'un portrait.
Quant aux caricatures anglaises si elles sont
peu nombreuses, elles n'en sont que plus signifi-
catives. II faut rendre aux Anglais cette justice
de n'8tre intervenus dans le d6bat que pour la
defense des principles; jamais pour trainer dans
la boue tel ou tel personnage ou pour lancer
a notre adresse des insinuations malveijlantes.
Terre de liberty, ignorant la jurisdiction des con-
seils de guerre, n'ayant des tribunaux militaires
que pour les fautes purement professionnelles,
elle ne pouvait admettre le cedant armis toga et
I'image du Moonshine, montrant la Libert6 clou6e
au poteau d'ex6cution traduit parfaitement I'opi-
nion publique d'outre-Manche.
S'il est un pays A institutions d6mocratiques, et
A esprit profond6ment militaire, c'est assur6ment
la Suisse. Eh bien! la Suisse d6fendue par une
forte armde national n'a pas 6t6 longue A se
ranger du c6t6 de la supr6matie du pouvoir







84 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

civil. Seul parmi les petits Rtats, le Danemarck
nous a donn6 avec le Puk, feuille bien locale
aux chromo-lithographies d'un aspect tres par-
ticulier, une imagerie plut6t anti-zolaesque. Sans
doute parce que les deux podtes danois et norve-
gien, Drachmann, Bj6rnson, prirent parti violem-
ment, comme on sait, pour Zola; sans doute par
raison de pure controversy litt6rairc. Caricatures
amusantes qui viendront grossir l'iconographie
personnelle du maitre-dcrivain.
Que dire de la Belgique? Les dessins de la
Rdforme ', qui, grace au crayon de Julio, un jeune
artiste d'origine autrichienne, ont une r6elle allure
artistique, parleront d'eux-m6mes. Faut-il voir en
ces caricatures l'expression du sentiment populaire
belge ou simplement les arguments graphiques
d'une feuille dreyfusienne, on ne saurait le dire.
Un fait certain, c'est que la majority, en Bel-
gique, semble 6tre acquise aux id-es que les
crayons anglais et hollandais experiment avec tant
d'6loquence.
La Belgique ( terre dreyfusienne ), ainsi que la
1. La Rdforme, fut fondue, en 1883, par M. Mile Fdron,
un des promoters de la revision de la constitution belge.
D'opinion radical, elle est l'organe du parti progressiste
sous la direction de MM. Champal et Hector Chainaye.
C'est le premier journal beige qui, en 1888, ait fait une
tentative de reportage graphique, reprise depuis par Le
Petit Bleu.







LES CARICATURES ETRANGERES


qualiflait tout recemment un des nos organes sa-
tiriques! La v6rit6 est que le Petit Bleu don't
l'attitude fut plut6t neutre, se plagant au point
de vue du nationalism 6troit que j'invoquais en


L'eeetombreent des asides d6akiens :
Ui~tpc*fmen des radages causCs par
tfirabeto Esterhavzy-Dr aus parmfi Ies
leesers desjo~uinaL f.ris -

Vignette du Petit Bleu de Bruxelles, signde Bouvard et Pecuchet.
(15 janvior 1898.)


tWte de ce chapitre, s'est dlev6 centre le dreyfu-
sisme particulier de ses confreres :
( I parait, )) disait-il dans un de ses numeros,-
et I'on va voir pourquoi je fais cette longue
citation (( qu'un group d'6tudiants anversois a
adress6 i M. Zola une d6p6che de felicitations au
8







86 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

sujet de son r6quisitoire general centre l'arm6e,
la justice, administration frangaises.
( Et un journal bruxellois qui 6puise, dans son
admiration pour ce r6quisitoire et son auteur,
tout le vocabulaire des adjectifs dithyrambiques,
invite tous < les hommes libres et gens de cceur
de Belgique a disavouer le gouvernement fran-
Gais, A l'occasion du proc6s de M. Zola, en t6l6gra-
phiant & celui-ci l'expression d'une enthousiaste
sympathie le jour des d6bats !...
< De l'op6ra-bouffe, maintenant?...
< L'autorit6, la justice, administration, I'opi-
nion francaises ( d6savou6es ) par des journalists
bruxellois!!! Pourquoi pas une manifestation belge
devant et centre l'I~lys6e?
(( Nous engageons nos compatriotes de I'ile de
Saint-Martin de Re, les fr6res Rorique, A se faire
imm6diatement naturaliser Frangais. Que d'ardents
et persistants champions ils trouveraient alors
ici !... Sans doute nos troupes envahiraient-elles la
France pour exiger leur lib6ration?... )
VoilA done, si l'on veut, en restant sur le terrain
du droit strict, la critique, la caricature de 1'atti-
tude prise vis-a-vis de nous, non seulement par
l'imagerie belge, mais encore par 1'imagerie et la
press de tous les Etats europ6ens. Pour le Petit
Bleu, il n'y a pas h demander h la France de se
faire le champion de telles ou telles id6es, il faut







LES CARICATURES ATRANGERES


s'incliner avec d6efrence devant les sentiments
qu'elle manifeste. Eh bien! voici de quelle
facon le mmme journal a cru devoir commenter
le verdict du jury de la Seine :
















,.;este'is coitictmin dans't~tat actuel


Vignette du PetitBleu de Bruxellos, signed Bouvard et Pdcuchet.
(15 janvier 1898.)

o On 1'a condamn6; on 1'emprisonnera et
d'autres viendront.
( Et peut- tre se rencontrera-t-il des jurys
soumis A de moins rudes 6preuves on de tempd-
rament plus r6tif.
( Car, A la verit6, comment les membres de







88 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

celui-ci eussent-ils pu resister & la pression exercee
sur eux? On les a menac6s dans leurs biens, dans
leur s6curit6, par la publication quotidienne de
leurs noms, addresses, professions, marquant ainsi
leurs portes d'une croix blanche, comme & la
Saint-Barthelemy, au cas de leur indocilitl. M. le
general de Pellieux est venu les menacer de la
guerre, de alternative d'une boucherie oh leurs
fils seraient conduits s'ils n'attestaient pas leur
confiance. AM. le general de Boisdeffre est venu
les menacer de la admission de l'Ftat-major, c'est-
a-dire, selon lui, de la ( desorganisation de la
defense national ), au cas of l'on acquitterait
M. Zola.
( Qu'eussent-ils pu faire, ces douze pacifiques
bourgeois, sous le risque de tant d'6ventuelles
catastrophes, sous le coup de si formidable res-
ponsabilites?
(( I1 eit fall qu'ils fussent des h6ros! Ah! ce
n'6taient que des hommes! Ils ont naturellement
flUchi. )
Pour cette simple appreciation bien inoffensive,
le Petit Bleu s'est vu traiter par nos 6nergumBnes
d'organe dreyfusard. A quoi bon alors garder
une sage neutrality? Et que faut-il penser d'une
press arrive a un tel degr6 d'aberration?
Glissons. De Belgique passons en Russie of les
journaux A caricatures s'amusent A remplir leurs






LES CARICATURES ETRANGERES


colonnes de pens6es charivaresques sur le process
lui-m6me. Et devant les images ici reproduites
on verra que l'enthousiasme anti-dreyfusien de
nos allies a 6t6 passablement froid. Assez de
Panamas! Assez d'affaires Arton! Assez d'affaire
Dreyfus Tel est leur cri et vraiment on ne peut
que les approuver, mais entire la bouteille A
encre du journal belge et le nceud gordien du
journal russe il y a plus de rapport qu'on ne
le croirait a premiere vue.
Blanchir ceux qui sont tombs dans l'encrier,
ou r6soudre l'inextricable question du nceud gor-
dien, n'est-ce pas line gale impossibility?
La Russie, elle, se place au point de vue pure-
ment frangais. Eh bien! voici de quelle facon Le
Chout, organe illustr6 franco-russe, appr6cia, en
style t616graphique, les grandesjourn6es du proc6s.
( Group t6moins officers d6file sans mot dire,
invoquant secret d'Etat.
( Group experts reste muet. Font comprendre
par gestes que ne peuvent violer secrets profes-
sionnels.
( Autre temoins refusent r6pondre, secret de
famille. )
Je ne pense pas que ce soit la donner a l'affaire
un appui bien considerable.
De tout cela que faut-il conclure :
Que la France renonce a son role de Nation-
8.







90 L'AFFAIRE DREYFUS ET L'IMAGE

Phare et entend rester maitresse de r6gler ses
affaires int6rieures; qu'elle est fatiguee, d6sillu-
sionn6e, toujours a cause de la malheureuse
d6faite de 1870 et que les grands principles ne
font plus rien vibrer en elle.
C'est pourquoi, en dehors des journaux anti-
s6mites viennois, et du Puck de Copenhague, tous
les strangers europ6ens se sont, cette fois, tourn6s
centre elle, amis comme ennemis.
Cela ne prouve rien; elle peut ne pas s'en
inqui6ter : mon devoir 6tait de le signaler.
Et si la VYrit6 triomphe, r6duisant a n6ant la
puissance n6faste de l'argent, suivant l'image du
Kikeriki, tout sera pour le mieux.














Vous ne voulez cependant pas conclure que ]e suis un espion?
Assurement non, mon cher, mais je pense que vous series tout a
fait_apte A remplir un poste d'attache militaire.
(Der Floh, de Vienne, dc6embre 1897.)


















CARICATURES FRANCHISES


PANNEAlX DECORATIFS POUR CNPALAIS DE JUSTICE
La Vrit6 : I. Autrefois. II. Aujourd'hui.
(Le Rire.)






















N.-B. Les notes places par l'auteur au-dessous de
chaque image, sont priecedes d'une astirisque.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs