• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Du meme auteur
 Title Page
 Preface
 Dedication
 Sous le ciel tropical
 Sur la route ensoleillee
 Mortes, les chimeres
 Creoles
 Le patois creole
 Les saisons
 Poemes tristes
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: route ensoleillée ..
Title: La route ensoleillée ..
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00102981/00001
 Material Information
Title: La route ensoleillée ..
Physical Description: 171 p., 1 l. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Hippolyte, Dominique, 1889-
Publisher: Éditions de la Pensée latine
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1927
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Poems.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00102981
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 27479532

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page 1
    Du meme auteur
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
    Dedication
        Page 7
        Page 8
    Sous le ciel tropical
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Sur la route ensoleillee
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Mortes, les chimeres
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Creoles
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Le patois creole
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    Les saisons
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Poemes tristes
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    Table of Contents
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Back Cover
        Page 173
        Page 174
Full Text
DOMINIQUE HIPPOLYTE
LA
Dute Ensoleille
J'ai tout reu du sol natal.
Charles Maurras.
EDITIONS
PARIS
DE LA PENSE
134, Rue Broca
MCMXXVll
LATINE


UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBR ARIES


LA ROUTE ENSOLEILLE


DU MME AUTEUR
Quand Elle aime, pice en un acte, en vers (Epuis).
Le Baiser de l'Aeul, pice en 3 actes. {Paris, Editions de la
Revue Mondiale, 45, rue Jacob).
Pour Paratre :
A l'Ombre des Palmiers, pomes hatiens.
Silhouettes d'Hatiennes.
Politiques et Littrateurs Hatiens. (Etudes).
Un Noir et deux Blanches. fRoman).


DOMINIQUE HIPPOLYTE
LA
Route Ensoleille
J'ai tout reu du sol natal.
Charles Maurras.
PARIS
EDITIONS DE LA PENSE LATINE
134, Rue Broca
~~
MCMXXVII


LATIN
AMERICA
A T TIR DE CET OUVRAGE QUATRE EXEMPLAIRES
SUR PAPIER JAPON IMPRIAL HORS COMMERCE,
NUMROTS DE I A 4
'ous droits de traduction et de reproduction rservs)


cAU LECTEUR
I(ien ne m'a jamais tant fait jrmir a1 ans mon enfance
que l'histoire du patriarche Ahraham qui, pour obir la
voix de Dieu, allait offrir en holocauste son fils Isaac. Et
ce n'est jamais sans horreur que je me rappelle l'inexorable
conduite des Lacdmoniens qui tuaient leurs enfants con-
trefaits
Immoler son enfant, quelle qu'en soit la raison, est une
chose affreuse qui dpasse mon entendement de ngre des
Antilles.
Il y a mieux. Souvent, il m'est arriv d'entendre une
voix mystrieuse me commander de dtruire les vers qui for-
ment ce recueil et que j'ai crits, pour la plupart, sur les
bancs du Lyce ; mais, chaque fois, j'ai prouv un dou-
loureux serrement de cur et je n'ai jamais pu me rsigner
sacrifier ces cratures de ma pense en qui je crois avoir
mis un peu du frisson de mon me.
Aussi bien, ces vers, au lieu de les publier, euss-je pu
les garder dans mon tiroir ; mais je suis comme une mre
qui, voyant son enfant avec les yeux de l'amour, le croit
beau et le montre l'admiration des autres.
Que votre indulgence me pardonne !




A feu ma grand'mre, Mariette.
D. H.




SOUS LE CIEL TROPICAL




HATI
Mrs Blair Ni les,
Auteur de Columbia land of Miracles .
C'est un joyau que mon pays
Qui dort dans la mer des Antilles
O, lorsque soleil tu ptilles,
Les coins obscurs sont blouis.
Il a des jardins pleins d'oranges,
Et les vergers sont parsems
De fruits juteux et parfums,
De fruits mrs aux saveurs tranges.


LA ROUTE ENSOLEILLE
En mai, dans les tranquilles soirs,
Lorsque les frondaisons sont vertes,
Que les corolles sont ouvertes,
Les bosquets sont des encensoirs.
En aot, lorsque la cbaleur grise
En attisant la volupt,
On sent, dans l'air bleu, s'agiter
L'immense vantail de la brise.
L'onde fracke est une liqueur
Qui serpente sous les ramures ;
L'oiseau, parmi les mangues mres,
A le chant joyeux ou moqueur.
Et pour les yeux, c'est une fte
Que les mornes environnants
Lorsque les astres rayonnants
Illuminent leur haute crte ;
Une fte quand, le matin,
Le clairon des coqs vous rveille,
Que monte dans l'aube vermeille
L'Anglus au pas argentin ;


SOUS LE CIEL TROPICAL
Quand s'agitent les vertes palmes
Sous la splendeur du firmament
Et dont seul le frmissement
Trouble les paysages calmes ;
Une fte quand, sous le vent,
Ondulent les feuilles des cannes ;
Quand, dans l'azur, sur les savanes,
Planent les grands vols mouvants...
Les flots d'argent baignent les ctes
En dferlant sur les galets ;
Et rien, certains soirs, rien ne plat
Tant que leur clameur grave et haute.
La nuit, l'immensit des cieux
Fourmille de vives toiles
Qui font voguer, comme des voiles,
Vers des songes dlicieux.
J'habite l'Ile d' emeraude
O rgne un ternel printemps,
O le cur a toujours vingt ans
Et, prs de lui, l'Amour qui rde.


RTROSPECTION
Louis Morpeau.
En ce matin d'Avril o tout est en moi,
O les abeilles d'or dans la lumire vibrent,
O le cur est une aile harmonieuse et libre,
Je vois mon cber pass se dresser devant moi.
Et je suis tonn des jours que j'ai vcus,
Car ce pass n'est pas un fantme livide
Qui s'en va dans l'horreur d'une nuit blanche et vide
Se tordant sous le coup de remords invaincus ;


SOUS LE CIEL TROPICAL
Car il n'est pas semblable au morne adolescent
Qui voit avec regret s'envoler tous ses rves,
Qui porte un cur us que la douleur achve,
Que la volupt brle et rend incandescent ;
Car il n'est pas pareil ces jours pluvieux
Qu'claire vaguement un froid soleil d'automne,
A ces jours endeuills, tristes et monotones
O l'enfant de quinze ans se sent devenir vieux.
Mon pass, c'est le barde pris de rves d'or
Se grisant de parfums, vivant de posie,
Qui, devant la splendeur d'un beau ciel, s'extasie,
Dont le cur est un lutb, la pense, un condor ;
C'est l'picurien assoiff de plaisirs
Qui demande conseils la Mre-Nature,
Qui s'en va par la vie en qute d'aventure
Et dont, incessamment, s'accroissent les dsirs ;
C'est un beau jour d'avril ardent et lumineux
O l'on se sent heureux, mme en souffrant, de vivre,
O tout, dans l'univers, nous charme et nous enivre,
O l'Amour triomphant nous retient dans ses nuds.


i6
LA ROUTE ENSOLEILLE
Joyeux, en ce matin o tout est en moi,
O les abeilles d'or dans la lumire vibrent,
O le cur est une aile harmonieuse et libi
J'ai vu mon cher pass dfiler devant moi...


BIZOTON-LES-BAINS
Th. H. Lechaud.
Contemple l'Occident les touffes d'arbres verts :
C'est Bizoton qu'Oswald (i) a chant dans ses vers.
Les sveltes cocotiers dresss sur le rivage
Se bercent des refrains de la vague sauvage ;
Dans les paltuviers, tout le jour, des oiseaux
Mlent leurs chants joyeux aux murmures des eaux.
Oh le rire ironique et surprenant du merle
Lorsque les flots amers sur les galets dferlent !...
m
Le qunpier en fleur et le sapotiller
Et le mombin o le pinson va grapiller,
Dont la sve, en t, fait clater l'corce,
Vous semblent quelquefois communiquer leur force.
Et c est charmant d'errer travers les halliers
Qui font de Bizoton un site hospitalier.
(i) Oswatld Durand, surnomm le Mistral d'Hati.
2


i8
LA ROUTE ENSOLEILLE
Prs d'une cascatelle, en brun costume d'Eve,
On rencontre souvent des naades qui rvent,
Qui, malgr sur le sol, le bruit pesant des pas
Et les yeux indiscrets, ne s'effaroucbent pas.
L-bas, sous un manguier, parce qu'une donzelle
A le galbe parfait et des yeux de gazelle,
On l'aborde sans crainte ; en bafouillant des mots,
On l'invite goter des fruits sous les rameaux.
Des parfums nervants s'exhalent des corolles ;
Dans les taillis des voix cbucbottent des paroles
Que l'on comprend peine et qui charment l'esprit ;
D'on ne sait quoi le cur est vivement pris,
Et le corps s'alanguit et l'me devient triste...
A de troublants appels se peut-il qu'on rsiste ?...
Un coin d'ombre... On s'endort l'un vers l'autre penc.
Et puis, l'on se rveille... Hlas a-t-on pch ?...


VIEUX MOULIN
Flix Massac.
Dans le soir bleu, comme un martyr, le moulin crie
M par deux boeufs lis ses ailes de bois ;
Durant toute la nuit l'on entendra sa voix
Gmir dsolment dans la plaine endormie.
Les hautes cannes d'or longtemps accumules,
Celles dont le feuillage ondulait dans les champs,
Aprs avoir rendu tout leur suc sous ses dents,
Ne seront plus qu'un tas de bagasses brles.


20
LA ROUTE ENSOLEILLE
Dans la chaudire coule jet le vin de cannes,
Le vin mousseux, le vin sucr, le vin grisant,
Le vin qui rend hardi le naf paysan
Et met la joie au cur des belles paysannes.
*
Dans l'entrelac des pins parat la poussinire ;
Un coq a claironn sur le morne lointain...
Las d'avoir travaill du soir jusqu'au matin,
Les rudes paysans regagnent leur chaumire.
Sous le ciel safran par l'aurore vermeille,
Le vieux moulin s'est t qui criait dans la nuit ;
Dans la ferme dserte on n'entend qu'un seul br
Le ronflement rythm du grant qui sommeille.


LA PAPAYE
au Docteur Flix Coicou.
Le paysan, ds l'aube, est parti, sans songer
Que, dans la section o se fait la corve,
Des heures passeront avant son arrive ;
Et c'est au bourg lointain que l'on trouve manger.
Dj, l'ardent soleil embrase la nature
Et sur la route blanche on ne voit nul marchand ;
Afin d'encourager sa marche, il rythme un chant
Mais qui n'apaise pas la faim qui le torture.


LA ROUTE ENSOLEILLE
Il marche... Tout coup, un arbre gracieux,
Avec la tige simple et les feuilles palmes,
Avec de gros fruits d'or et des fleurs parfumes,
Se dresse devant lui sous la splendeur des cieux.
Heureux, il s'en approche, il le touche et s'apprte
A grimper sur son tronc tel sur un cocotier,
Car, bien mieux que personne, il en sait le mtier,
Mais il est en sueur, la fatigue l'arrte.
Alors, prs d'un ravin, il coupe un long bambou :
La gaule fait tomber une norme papaye...
Il en mange sa faim, puis, son chapeau de paille
Sur le front, il poursuit son chemin jusqu'au bout.


CROYANCE PAYSANNE
au Lieutenant Comeau-Montasse.
Le soir est tout fait descendu sur la plaine.
Derrire le coteau monte la lune pleine
Dont la blanche clart baigne les frondaisons
Et semble prolonger les lointains horizons.
Dsertes sont les cours et closes les chaumires,
Mais on voit dans les champs de flambantes lumires
Parmi les lourds massifs d'arbres et de buissons ;
On y peroit aussi d'amoureuses chansons
Que fredonnent gament de jeunes paysannes ;
Le souffle frais du soir fait frissonner les cannes.


24
LA ROUTE ENSOLEILLE
Aprs l'anglus calme aux joyeux carillons,
Quels exigeants travaux attachent aux sillons
Les braves laboureurs qui, tout le jour, bchrent
En retournant la glbe ternellement chre ?
Hlas rpondent-ils des traditions
Transmises d'ge en ge aux gnrations ?
Entre l'astre blafard et la fconde terre,
Dans l'ombre de la nuit, s'accomplit un mystre.
La pleine lune agit sur les arbres fruitiers :
Qu' cette phase on plante arbre--pain, cocotiers,
Les fruits seront charnus, volumineux comme elle...
Pour le noir paysan la croyance est formelle
Et c'est pourquoi, ce soir, sur la glbe pench,
Il met une ferveur ardente piocher.


LE PIED GAUCHE
(Dialogue amoureux)
Ah te voil 1 bonjour !
Passe loin laisse-moi !
Qu'as-tu donc ce matin que tu sois en moi ?
Rien.
Le temps est beau.
Je sais.
Le rossignol ppie
Dans les buissons en fleurs ; nul ceil ne nous pie ;
Viens que je mette encore un baiser dans ton cou.
Non.
Pourquoi ?
Rien.
Tu sais que je t'aime beaucoup.


2 6 LA ROUTE ENSOLEILLE
Bref! Tu m'as embrasse avant-hier sous le chne
Mes parents qui l'ont su m'ont dit que je m'enchane
Au lger papillon qui ne m'aimera pas.
Allons, bon tes parents ignorent tes appas,
S'ils avaient regard dans ta noire prunelle,
Bien sr ils comprendraient que j'y brle mon aile
Et que le papillon ne peut que voleter
Comme autour d'une lampe auprs de ta beaut.
C'est vrai ce que tu dis ?
C'est bien vrai, je le jure.
Prends garde, mon ami, de devenir parjure.
Tiens pour qui ces lilas qui fleurissent ta main ?
Pour toi.
Je n'ai jamais pass par ce chemin.
J'allais t'y rencontrer, je le savais.
Mensonge.
J'en tais sr.
Comment ? Te l'ai-je dit en songe ?
Oh je rve de toi chaque nuit, mais voici :
En quittant ma maison pour venir par ici,
J'ai heurt le pied gauche et, pour moi, c'est bon signe,
Je vais faire, me dis-je, une rencontre insigne,
Car c'est le pied u cur... Voil comment j'ai su
Que j'allais rencontrer et sans tre du
Une personne chre mon me : toi-mme.
Laisse-moi t'embrasser encor.
Tu peux je t'aime.


PAPILLON NOIR
Christian Latortue.
La jaune multresse aux longs cheveux de jais,
Seule au salon, parmi des fleurs voluptueuses,
Vient de lire un pome aux rimes somptueuses
Qui traite du plus jeune et plus vieux des sujets.
Elle pense : L'Amour, c'est vieux, mais tre aime
C'est voir devant ses pas s'ouvrir deux battants
Les portes du jardin o sourit le printemps,
O soi-mme on est fleur vivante et parfume.


zS
LA ROUTE ENSOLEILLE
Oui, l'Amour est vieux, mais, quand nos pas sont lasss,
C'est le coin verdoyant, l'ombre, dans la plaine
O l'on aime sentir dans ses cheveux l'haleine
De la brise qui vient des monts violacs .
Et songeuse, elle voit des ftes d'pousailles :
Sa robe trane est blanche et son voile lger,
Son front est couronn de boutons d'oranger
Et sous un ciel de mai tout son tre tressaille.
L'autel est revtu de riches ornements ;
La musique de l'orgue est lente et cadence ;
D'allgres carillons sonnent dans sa pense ;
Le cortge, aprs elle, est nombreux et charmant-
La crole, plonge en cette songerie,
S'oublie et laisse choir le livre de ses mains,
Elle ne pense plus qu'aux joyeux lendemains
Quand ses pas marcheront dans la route fleurie...
Elle a son fianc dont les mots savoureux
Sont un philtre enivrant qui fait les rves roses,
Dont les baisers muets sont d'odorantes roses
Lorsqu'ils frlent la nuque et le visage heureux...


SOUS LE CIEL TROPICAL
Les heures, dans le soir, l'une aprs l'autre, sonnent,
Et 1' amoureuse attend l'Aim qui ne vient pas ;
Elle attend et frmit chaque bruit de pas
Et les heures s'en vont sans qu'arrive personne.
Mais tout coup, dans le coquet appartement,
Un grand papillon noir aux ailes bigarres
Entre et va se poser sur les roses pourpres...
La multresse prouve un long frissonnement.
D'antiques prjugs hantent son front de vierge
Devant ce visiteur qu'on craint de recevoir.
Que vient-il annoncer ? Afin de le savoir,
Elle prend de l'eau frache en ses mains et l'asperge...
Le sombre messager vole au plafond sans bruit.
Si tu viens pour le bien, conjure-t-elle, reste !
Mais si c'est pour le mal, pars !... Elle fait le geste
De l'asperger encore et l'insecte s'enfuit...
Le Dsespoir s'installe en son me abattue ;
Elle n'a pas un mot pour dire son ennui ;
Et rigide, parmi les ombres de la nuit,
La svelte multresse a l'air d'une statue.


LE FLAMBOYANT
au pote Timothe Pare
Le Flamboyant est comme un arbre en feu
Qui resplendit la clart solaire ;
Avec ses fleurs pourpres, rien ne peut plaire
Davantage, en juillet, sous le ciel bleu.
Beaux reposons des jours de fte-Dieu,
De vos dcors, c'est le plus populaire !
Le Flamboyant est comme un arbre en feu
Qui resplendit la clart solaire.
Sous notre ciel, il fleurit en tout lieu :
Dans les prs, sur les monts... Lorsqu'en colre
Le vent le secoue, on croit, haute et claire,
Voir une flamme d'or qui tremble un peu...
Le Flamboyant est comme un arbre en feu.


CAF NOIR
au pote Lon Vieux.
Tant que je n'aie encor dlect mon caf,
Tel le bourdonnement continu d'une abeille,
Un murmure confus se fait mon oreille
Et d: un bonnet de plomb mon front lourd est coiff.
Que m'importent l'aurore et sa couleur vermeille
Et le jeune rayon qui vient me rchauffer !
La divine liqueur peut seule triompher
De l'engourdissement o mon esprit sommeille.
Caf noir et sucr que le matin je bois
Pour chasser de mes yeux le nuage du rve ;
Beau caf qui me vient des mornes de Grands-Bois,
Est-ce dans le terroir gnreux et puissant
Ou dans le chaud soleil que ta royale fve
A puis la vertu de stimuler mon sang ?


CANTILNE MARINE
Luc Grimard et Justin Montas.
Les flots viennent mourir aux pieds des lataniers
En les frappant avec une douceur fline ;
C'est comme une musique endormeuse et cline
Qui monte dans le soir aux charmes printaniers.
S'levant dans le soir aux charmes printaniers
O s'efface le ton violet des collines,
La chanson d'une flte et d'une mandoline
Se mle au rire ail de joyeux nautoniers.


SOUS LE CIEL TROPICAL
Soudain, coupant le rire ail des nautoniers,
Le lambi' crie ainsi qu'une femme en gsinc,
Et dans le crpuscule aux nuances divines,
Au-dessus des flots bleus planent deux grangosiers
Tandis que sur les flots planent deux grangosiers,
Que tinte l'anglus aux notes argentines,
Le fin croissant d'or monte et la brise marine
Agite 1 Vantail ouvert des lataniers.
Agit, l'vantail ouvert des lataniers
Exhale une chanson trmolente et fline :
Chanson dlicieuse, endormeuse et cline
Qui fait frmir le soir aux charmes printaniers.
(1) Conque marine.
(2) Cormorans.


WHARF-AUX-HERBES
Andr et Blanche Chevallier.
Heure crpusculaire !... Un rayon lumineux
Du grand ventail d'or argent les flots bleus ;
L'Astre va s'engloutir derrire la presqu'le ;
De la tendresse pleut sur l'ocan tranquille.
Les poumons largis par l'air pur et salin,
Le pcheur rentre au port dans son noir coraliriM
Dont la rame immobile, en traant un sillage,
Fait sur la route glauque un bruit de coquillages.
(i) Frle barque.


SOUS LE CIEL TROPICAL
Comme d'un encensoir, acre, profond, amer,
Un parfum de varech s'exhale de la mer.
Par la brise pousss vers de lointaines rives,
Des moutons cumeux s'en vont la drive...
* *
Sous le ciel tropical le superbe tableau !
Le golfe est bleu, l'horizon rose ; au bord de l'eau
Le spectre du soleil, rouge comme une plaie,
Empourpre les voiliers venant de l'Arcahaie.
Ils viennent, ces voiliers, tout chargs de moissons,
De lourds rgimes verts, de cannes, de poissons ;
Le vent siffle parmi leurs cordes enlaces,
Et leurs carnes sont par l'onde caresses...
*
Dans le mouvant dcor de vergues et de mts
Qui cingleront bientt vers d'apaisants climats
O la bananerie orne les paysages,
O la navet rend charmants les visages ;


1,6 LA ROUTE ENSOLEILLE
Sur le wharf populeux, ce sont des barbacos
De marchands d'herbe frache et buveurs de cocos,
Faux rires de catins qui sont lasses de vivre,
Mots de joueurs de ds et de plbiens ivres ;
Et ces blass et ceux venus pour des achats
Regardent la ferie et ne comprennent pas...
Des couples d'amoureu* rament vers le rivage
Car les flots tourments ont des clameurs sauvages.


APRS LA PLUIE
au pote Gervais Jaslram.
Tout l'heure il pleuvait malgr le clair soleil ;
Les ramures semblaient de lgres dentelles ;
Dans l'ther translucide et tendrement vermeil
Des perroquets criards fuyaient tire-d'ailes.
Maintenant, c'est le soir tranquille, humide et frais
La pluie a saccag les lis et les verveines
Si bien que le parterre est comme ces coffrets
Dont le subtil parfum pntre dans les veines.
Le vent module un lied dans les branchages verts ;
Vaporeuse, une toile au ciel est apparue
Et le Rve s'veille au rythme de vieux airs
Qu'une ronde d'enfants chantonne dans la rue.


ANGLUS
A/llu Adeline Moravia.
L'Astre en feu s'est couch dans son spulcre glauque
Et sa veuve la Terre aprs l'ardent baiser,
Tandis que le flot brun psalmodie un chant rauque,
S'abme dans le deuil comme un corps puis.
C'est l'heure o la pense et le cur plein de doute
S'allgent du poids lourd des pnibles fardeaux,
O le vieillard assis aux bornes de la route
Ecoute les appels qui montent des tombeaux.


SOUS LE CIEL TROPICAL
39
C'est l'heure de l'extase o, dans la solitude,
Le Pote, en rvant, sent le souffle venir,
o r tre est pntr d'une mansutude,
Si douce, qu'on voudrait l'instant en mourir.
Auguste et souveraine avec ses airs funbres,
L'Ombre met sur le monde un doux baiser de paix
Avant de l'engloutir dans les sombres tnbres,
Puis l'enroule avec soin dans un linceul pais.
Les fts verts des palmiers sont en deuil... Le silence
Est, par moments, troubl d'un cri bref de corbeau ;
Le cur dsespr meurt avec noncbalance,
Et si noire est la nuit qu'elle est sur du tombeau.
Mais, regardez l-baut... Des roses lumineuses
Eclosent une une et palpitent soudain
Donnant l'illusion aux prunelles songeuses
Que le ciel est un vaste et mystique jardin.
Sous la vote ternelle exquisment fleurie
De beaux astres d'argent, de plantes d'or fin,
Lentement, une cloche, ainsi qu'un sraphin,
Chantonne dans 1 azur : Je vous salue, Marie...


CLAIR DE LUNE
I^a molle lune glisse aux pentes des nues.
Ch. Dbrknnks.
Oscillante et moqueuse au bord du ciel d't,
La molle lutte rve des cboses exquises ;
Les nuages, pousss par le souffle des brises,
Circulent sans voiler son front doux et bleut.
La molle lune rve des cboses exquises :
Aux plaisirs que l'on gote sa tendre clart ;
Elle admire glissant sur le lac argent
Une barque lgre aux larges voiles grises.
Parmi les nnuphars qui parfument le soir
Et les glaeuls qui bordent l'onde au pur miroir,
Se reflte son front vierge et mlancolique.
Ah! quand ainsi la lune est belle et magnifique,
Que tremblent les lointains sous sa ple clart,
C'est en mon tre un long frisson de volupt.


MAUDIT EROS
au pote Edmond Laforest.
I
Mon corps est alangui, mon esprit est malade ;
Pour gurir, il leur faut la douceur d'une main,
Des armes lgers de buis et de jasmin,
La ritournelle d'or d'une exquise ballade.
Dans le soir enlun des couples d'amants passent
Qui vont bercer leur rve au rytbme de la mer ;
Le Doute n'a point mis en eux son philtre amer ;
C'est avec volupt que leurs lvres s'embrassent.
Voici que je frmis d'un douloureux moi :
C'est que mon me est seule, et dans ma solitude,
Je n'ai pour compagnon que des livres d'tude.
Je les ai feuillets, ils n'ont pu rien pour moi ;
Ils n'ont pas su calmer cette voix vhmente
Du petit dieu malin qui, ce soir, me tourmente.


RONDEL DE LA VIE
Lavictoire Clestin
La Vie est un tissu de laideurs et de charmes.
Adorons l'Art, aimons la femme et le bon vin I
Que nos jours mesurs ne se passent en vain 1
Que les petits chagrins jamais ne nous alarment !
S'il s'agit de jouir, que rien ne nous dsarme
Et que tous nos plaisirs soient exquis et divins !
La Vie est un tissu de laideurs et de charmes,
Adorons l'Art, aimons la femme et le bon vin !
Rions de tout l'clat de notre voix 1 Les larmes
En dformant le masque y creusent des ravins.
Ayons un cur lger qui ne craint les vacarmes
Et dont l'ge se fixe au beau chiffre de vingt !
La Vie est un tissu de laideurs et de charmes 1


EN ATTENDANT MORPHE..
n
Il est nuit ; au balcon, en attendant Morphe
Qui me dlivrera d'Eros et de Vnus,
Je rvasse en fumant, et, dans chaque bouffe,
je vois se profiler des femmes aux seins nus.
Ces joyeuses houris, la tte bouriffe,
Etirant mollement leurs beaux membres charnus,
Comme une thorie adorable de fes
S'en vont allgrement vers des cieux inconnus.
La brise, dans les pins, chante un pithalame :
Hlas I c'est pour mon cur qui palpite et s'enflamme :
L imprieux Dsir a stimul son sang.
Entends quel festin la Volupt m'invite !
Je suis prs de faillir si tu ne marches vite ;
Pour m'apaiser, viens m'endormir, dieu puissant !


FEMMES QUI PASSENT
Ren Durocher.
Dans la roseur crpusculaire,
Nonchalantes, des femmes passent,
Semblables des ombres claires
Prtes s'enfuir dans l'espace.
Elles ont l'air de messagres
Qui vont vers une le inconnue...
Cratures belles, lgres,
De quel ciel tes-vous venues ?


SOUS LE CIEL TROPICAL
Tandis qu'en robes diaphanes
Vous passez sur le chemin rose,
Pareil la fleur qui se fane,
Mon jeune front devient morose.
Pourquoi ce passage rapide
Sous la splendeur du ciel d'automne
Et troublez-vous mon cur limpide
Dont le subtil frisson m'tonne ?
Est-ce pour rappeler mes rves
Et mes magnifiques chimres
Qui, comme les vagues des grves,
Naissaient et mouraient, phmres?...
Rien qu' vous voir, sans vous connatre,
Je vous aime et je vous adore,
Et je sens vibrer tout mon tre
Comme au choc, un vase sonore...
Pour qu'un instant je vous contemple,
Restez... restez donc, ombres lasses !
Mon cur est un superbe temple
O se prlasseront vos grces.


LA ROUTE ENSOLEILLE
Je voudrais lire en vos prunelles,
Savoir le secret de vos mes
Qui doivent m'tre fraternelles,
Mais vous fuyez sans cesse femmes
Vous fuyez femmes tranges -
Dans le couchant teint d'amthyste,
De pourpre, d'azur et d'orange
Et me laissez seul et bien triste.
Vous fuyez !... mon me immortelle
S'lance et vous suit dans l'espace...
Mon Dieu pourquoi s'attache-t-elle
A toutes les femmes qui passent ?
La Nuit descend brumeuse et calme ;
Pour bercer mes regrets, la brise,
Dans les manguiers et dans les palmes
Amoureusement guitarise.


SOUS LE CIEL TROPICAL
Dj, vous n'tes plus qu'une ombre
Ple comme un reflet de lune,
Car, au loin, malgr votre nombre,
A prsent, vous ne formez qu'une.
* *
Au bruit d'un violoncelle
Et de la musique lointaine
D: une flte en roseau, de celle
De r eau tombant d'une fontaine,
Se sont dissips tous vos charmes!...
Il monte un parfum de cinname
Vers le ciel d'o tombent des larmes
Larmes de regrets sur mon me !




SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
A C. B.
Fuisqu'aprs tant d'efforts ma rsistance est vaine
Je me livre en aveugle au destin qui m'entrane.
Racine.




RENCONTRE
Je gravis mon chemin, allgre, en la lumire,
Me repaissant les yeux d'ineffables beauts,
Jouissant de l'clat des flamboyants ts
Et respirant l'odeur de la rose trmire.
Ma flte de bambou, sous l'azur tropical,
Dit le refrain nouveau de mon cur plein de joie ;
Mon me est sans chagrin quand le couchant rougeoie :
C'est dans la nuit que s'affermit mon idal.


C2 LA ROUTE ENSOLEILLE
*
Je rve de lauriers en de brillantes ftes
O je dirai des chants aux hommes assembls
Et qui ramneront leurs espoirs en alls ;
Je crois que mon destin est celui des potes.
Mais voici que soudain, au seuil de mon chemin,
Parmi les palmiers verts bruissant dans l'aurore,
Avec tes yeux brlants et ton rire sonore,
Tu m'apparais, Amour, et tu me tends la main.
Tu fais sonner les grelots d'or de ta cymbale ;
Le pli de ta tunique accuse un corps divin ;
D'un geste gracieux tu me verses le vin
Qui me rendra puissant et la voix musicale
Tu dis, en me montrant le toit gris des maisons
Qu'enveloppe lgre une ombre vaporeuse,
Que sous les vrandas, les brunes amoureuses,
En ouvrant leurs bras d'ambre, ouvrent des horizons.
Tu dis que les beaux vers, c'est toi qui les inspires,
C'est toi qui fais vibrer les rimes de mtal
Et que le chant berceur, le chant sentimental,
C'est le chant que le cur namour soupire.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
# *
Puisqu'il en est ainsi, je descends du coteau
O, dans la paix du jour, j'embrasse la Cbimre
Dont le glacial baiser laisse la lvre amre,
Je m'en vais dans la Ville avec l'Amour plutt.
Je m'en vais pntrer le secret des prunelles,
Entendre les sanglots des folles pmoisons,
Dlecter les baisers comme un divin poison,
Savourer avec lui des volupts nouvelles.
Je ne rsiste plus, Amour Voici ma main.
Entrane-moi dans le tourbillon de la Vie !
Fais-moi, si tu le veux, une me inassouvie
Qui ne parcoure plus que ton royal chemin.


LE CUR INQUIET
pour Albert Ethiart.
Or, depuis que l'Amour est mon unique Matre
Et qu' ses voeux et qu' ses lois j'ai d soumettre
Ma forte volont, mon cur est inquiet,
Car devant le ciel bleu, devant tout ce qui est,
Devant la femme belle l'me ardente et libre,
Sensible, je frissonne et je perds l'quilibre,
Car, je suis ton jouet, molle Volupt
Qui m'alanguis et fais que la ralit
Des cboses m'cbappe ... Oui, comme la feuille morte
Que par la nue et par les prs le vent emporte,
Mon me agit selon tes dsirs infinis,
Amour, fatal Amour, que je hais et bnis.


PHILTRE
L'insaisissable oiseau qui jamais ne se pose
Et dont le bec pointu fouille le cur des roses,
Aussi vif que l'clair, toujours vibrant, qui fuit
Au moindre souffle, au moindre geste, au moindre bruit
Qui va du cotonnier au cactus aux fleurs roses,
Je l'ai pris dans mes doigts sans qu'il pt se sauver...
A moi ton cur retors dont j'ai longtemps rv !
A moi tes yeux moi ta lvre purpurine I
Parce que tu gotas la poussire fine
Du minuscule oiseau que j'ai su captiver.


RENOUVEAU
L'Aube a nou son front d'un bandeau de carmin ;
Les pins, les cocotiers, dans l'air, dressent leur tige ;
Les prs ont des parfums qui donnent le vertige ;
La Volupt cbantonnc au dtour du chemin.
Par couples, les ramiers roucoulent dans les bois.
Voici que le soleil dore la cme altire :
Il rpand sous les cieux sa plus douce lumire,
C'est radieuse mon Amour que je te vois.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Car Avril t'a comble Sur de tous ses dons,
Il t'a faite joyeuse, adorable et puissante,
Il a mis dans tes yeux sa flamme blouissante,
Et les mots que tu dis sont des mots de pardon.
Comme un calice clos mon cur est large ouvert :
Verses-y la tendresse ainsi qu'une rose
Et pose sur mon front ta main fracbe et rose
Pour qu'il soit consol des maux longtemps soufferts.
Ton amour a suffi pour me rendre meilleur,
Et c'est avec une me o le Doute a fait trve
Que je veux te conduire au pays bleu du rve,
Au pays merveilleux o trne le Bonheur.


LA STATUE
Si j'avais le ciseau divin de Michel-Ange,
J'aurais sculpt ta forme impeccable ; j'aurais,
De ton corps gracieux, rvlant les attraits,
Fait briller sur ton front de femme ton cur d'ange.
Le paros cisel montrerait l'harmonie
Du galbe, mais l'clat de tes yeux adors,
Pour ceux qui ne l'ont vu, resterait ignor...
Pour rendre ton regard que pourrait le gnie !


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
J'aurais fait ta statue, et, sur un pidestal,
Parmi d'exquises fleurs, fier, je l'aurais dresse ;
Vers elle monteraient mes intimes penses
Comme vers un autel o trne l'Idal.
Mais, je suis un pote et ne sait que chanter,
Que chanter sur un luth les choses qui m'enivrent...
Vierge tendre, le temps qu'il m'est donn de vivre,
Permets que je le passe louer ta beaut 1


BRIN D'AMITI"
Qu'importent dans les prs l'odeur des vtivers,
Le chant des pipirits dans les bois en arcade
Et sur les blancs galets le bruit d'une cascade
Lorsque l'me est en deuil au sein de l'univers !
Avril !... Je m'en allais portant comme une cible
Mon cur que transperaient les traits du Doute affreux ;
Aux cris de dfaillance, mes cris douloureux,
Nul cri ne rpondait sous le ciel impassible.
(1) Cuscute des Antilles.
(2) Tyran, passereau d'Amrique.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Oui, malgr tes aveux et malgr tes baisers,
Malgr sur mon front las tes mains enchanteresses
Si savantes dans 1 art sublime des caresses,
Mes horribles tourments restaient inapaiss.
Je doutais du feu clair de tes yeux de gazelle ;
Je doutais des serments qu'attendrissait ta voix ;
Afin d'y croire un peu, j'interrogeais les bois,
Mais les bois me disaient : les serments ont des ailes
Pour dissiper mon mal, sur un camitier,
Je mis, en te nommant, un long brin d'amiti.
O flexible brin d'or, mon suprme espoir, dis-je,
Toi qui sais rassurer en faisant du prodige,
Si l'Aime est fidle et sa bouche ne ment
Lorsque, l'me trouble, elle fait des serments,
Que le camitier dpouill par l'automne
Soit, au plus tard, demain, couvert de ton brin jaune
Pardon, ange chri, pardon d'avoir dout
De tes aveux d'amour, de leur sincrit !
Regarde dans le jour qui dfaille en silence :
Sur l'arbre dnud les brins d'or se balancent !


6i
LA ROUTE ENSOLEILLE
Ils me disent de croire en ton mielleux baiser,
En ton profond regard qui cause ma folie,
En la chane d'amour et d'espoir qui nous lie
Et que rien dsormais, rien ne pourra briser.


LE FOYER
Il pleut, ce soif d'avril. J'ai ferm la fentre
Pour que, dans mon logis, le vent froid ne pntre,
Le vent qui fait craquer le bois des qunpiers.
Mon chat vient doucement se frotter mes pieds :
Sa fline caresse est tide et bienfaisante ;
Le Sommeil sur mes yeux met sa main apaisante
Et voil que je vois dans un rve passer
Ta svelte silhouette Sur de mes pensers 1
O toi pour qui je veux quitter la solitude
O je suis attach par la longue habitude !


LA ROUTE ENSOLEILLE
C'est dans notre foyer, ce soir, que je te vois ;
Tu m'appartiens ; mon anneau d'or brille ton doigt.
La maison est coquette et bien loin de la ville ;
Nous n'y percevons point l'cho des voix serviles ;
La Douceur et l'Amour en gardent tous les seuils
Contre le Doute affreux, dispensateur de deuils.
Sous les palmiers, dans notre cour, un jet d'eau pleure ;
Au mur, quelques portraits ; un cartel cbante l'heure ;
Des vases pleins de fleurs, des livres, des journaux
Et des fauteuils moelleux, et notre piano
O tu sais dvoiler ton coeur fol et mystique
En faisant de la douce et troublante musique ;
Un berceau vide encore, un grand lit, un divan
Et des rideaux lgers o s'engouffre le vent...
C'est l notre logis. Dans ce charmant asile,
Nous menons une vie agrable et tranquille.
Calme, mystrieux, voici venir le Soir...
Tu passes dans mon rve avec un frais peignoir
De mousseline blanche collerette mauve.
Couch sur le divan plac dans ton alcve,
Songeur, je te regarde aller et revenir
Infiniment heureux de nous appartenir...
Afin que le lien soit fort qui nous attache,
L'Amour s'est assign pour incessante tche
De me rendre plus doux, d'attendrir ta beaut.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Il pleuvine au dehors; tu prpares le th{i)
Le th e citronnelle et d'odorant gingembre
Qui va nous rchauffer du vent froid de Dcembre.
Nous le buvons, et puis, prs de moi, tu t'asseois ;
Je dfais tes cheveux, je joue avec tes doigts ;
Ton rire est clair, et dans la nuit enchanteresse,
Voluptueusement, dans mes bras, je te presse.
L'ombre est partout ; frmissante, tu t'alanguis
En murmurant des mots divinement exquis.
Une cloche a sonn ; l'enchantement s'achve...
Dieu pourquoi faut-il donc que finisse un beau rve
(i)Chez nous on appelle th une infusion de feuilles.


A TES CHEVEUX
Ce soir mon Amour je songe tes cheveux
Au parfum de fougre, la nuance rare,
O je perds mon baiser comme un bruit de guitare
Lorsqu aux lvres se meurt le flot lourd des aveux.
Pour y plonger mes doigts frmissants et nerveux,
Je les cherche dans l'ombre et mon geste s'gare...
Ce soir mon Amour je songe tes cheveux
Au parfum de fougre, la nuance rare.
Je me sens retenu par leurs beaux fils soyeux
Comme un navire au port que rattache une amarre :
Les frisons de ta nuque au ton blanc de carrare
Ont enchan ma vie et mon cur amoureux-
Ce soir mon Amour, je songe tes cheveux


AU TLPHONE
Je reconnais ta voix ds que tu dis : All !
C'est bien ta voix flte au bout du fil flexible.
Enfin quand reviens-tu, ma petite insensible ?
Tu ne sais. Comment donc ?... Tes projets sont l'eau
Comprends que je me meurs... Puis-je rester encore
D'interminables jours sans voir ton regard clair,
Enviant les oiseaux qui traversent l'e'tber ?...
Je t'entends bien... les rivires sont en core,
Mais moi, mon pauvre cur dborde de cbagrins ;
Sa soif s'tancherait aux caresses lgres,
Mais Bassin bleu, Meyer, les toits en tagre
Te font oublier tout... Non, non, tu ne la crains,
Cette mer de Jacmel, cette mer dmonte
Dont la vague gante aux remous violents
Apporte des varechs sur les beaux galets blancs,
Car dj tu l'aurais depuis longtemps quitte...


68
LA ROUTE ENSOLEILLE
Ce que je fais le soif ?... Comme la nuit vient tt,
Je rentre la maison... Dans mon ennui sans borne,
Je rve en regardant les boucans dans les mornes
Et mon esprit s'veille chaque bruit d'auto ;
Mais dans le soir, mais dans la nuit, les autos passent
Eteignant chaque fois l'enthousiasme ardent
Qui s'allumait en moi... Tu me plains !... Cependant,
Joyeusement tu vis dans le temps et l'espace...
Le cur devrait changer lorsque l'Aime est loin...
Ah l'on t'a dit que je n'ai pas le front maussade.
Faudrait donc pleurnicher... Qu'on croie la faade !...
Toute passion meurt lorsqu'on n'en prend plus soin...
Elle agonise... a te fait mal ?... Si tu m'aimes
Comme tu dis, reviens mme dos d'animaux
Et tu ne subiras l'pret de mes mots,
Et tu n'entendras plus reproches ni blasphmes...
Tu penses revenir ds que l'eau baissera,
C'est fou d'amour que ton ami te ftera...
A ton oreille entends, malgr les kilomtres,
Le doux et langoureux baiser que je vais mettre...


L'AMULETTE
Depuis que je vous aime et que vous le savez,
L amour se plat modeler votre visage,
Il a moul les bras charmants que vous avez
Et sculpt votre corps affermi davantage.
L'Automne et le Printemps sont par vous captivs
Puisqu'au fond de leurs yeux demeure votre image,
Et l'admiration qu'en tous vous soulevez
Vous offre les espoirs comme un divin hommage.
Mais craignez, chre enfant, craignez le mauvais il ;
Un sort jet par ceux dont on blesse l'orgueil
Transforme les appas en grces surannes.
Pour tre inaccessible aux voix empoisonnes
Et conserver votre fracheur qui m'a li,
Portez une amulette et trois grains de collier.


MAINS SUR LES YEUX
Dans le salon, des fleurs se mouraient dans un vase.
C'tait un tide soir du pays tropical.
Un de ces soirs de juin o le rve idal
Emplit l'me et la met dans une tendre extase.
Songeant tes yeux clairs o rit la volupt,
Las de fouiller mon cur o, comme des reliques,
Gisent des souvenirs vieux et mlancoliques,
J'tais all chez toi contempler ta beaut.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Les minutes tombaient monotones et brves ;
Impatient, je t'attendais, lorsque tu vins
Doucement, sur mes yeux, poser tes doigts divins :
Sous ce voile, je vis passer mes plus beaux rves.
Car je te vis debout, en robe de clart ,
Plus frache que l'aurore en sa splendeur premire,
Projetant sur ma vie un rayon de lumire,
Enguirlandant mon front des roses de l't.
J'tais un dieu puissant au coeur plein d'harmonie,
Au cur plein de tendresse et d'orgueil, tour tour ;
Dans mon me rgnait le magnifique Amour
Dont la coupe versait une ivresse infinie...
Ah 1 comment oublier ton geste gracieux,
Douce sur que mon me a librement choisie !
O toi qui peux fleurir et me changer la vie
Rien qu'en posant tes doigts doucement sur mes yeux.


BOLOSSE
Nous regardons la ville travers les persiennes :
Port-au-Prince est semblable la cit des Morts ;
Ici, sur le coteau, nous vivons sans remords
Oubliant dans l'amour nos souffrances anciennes.
La mer chante, l-bas, sa monotone antienne ;
Il vole une mouette aux larges ailes d'or ;
Ton souffle rgulier fait croire que tu dors
Et je sens se glacer ta main magicienne.
L'air embaume ; le vent siffle dans les rameaux ;
Devant le couchant rouge ainsi qu'un incendie,
Nous sentons s'mouvoir nos mes agrandies ;
Et par moments, tout bas, tu murmures des mots
Que j'coute avec joie et qu'ardemment je baise...
Ce soir, tout est si beau que mes dsirs s'apaisent.


LE PARFUM PRFR
Ed. Montas.
Gcorgette change avec le parfum qu'elle porte ;
Lorsque c'est le jasmin, le chypre ou le lilas,
Elle a des regards clairs et ses gestes sont las,
Son exquise douceur m'enivre et me transporte.
Mais, lorsque, certains jours, c'est une essence forte,
Ses yeux sont comme un dard aux rutilants clats ;
Ses gestes sont nerveux, sa parole est un glas,
Elle devient mchante et pour un rien s'emporte.
Elle me croit frivole et c'est pour m'attacher
Que son esprit jaloux ne cesse de chercher
Un parfum qui la rende jamais souveraine.
C'est drle, en vrit, que l'enfant ne comprenne
Que celui qui m'attache et qui m'est le plus cher,
Est ce parfum d'avril qui monte de sa chair.


VOTRE AME
Sur le grand piano dont les touches d'ivoire
Se confondent avec la nacre de vos doigts,
Votre me d' prsent raconte son histoire
Et s'meut au retour des rves d'autrefois.
Au dehors, le printemps grandit avec dlice ;
Par les volets mi-clos, le souffle frais du soir
Vous apporte un parfum de baume et de mlisse
Qui fait fleurir en vous une gerbe d'espoir.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Mlancoliquement, tout bas, votre me cbante
Qu'enthousiaste, elle livra tous ses secrets,
Mais que la vie avec pret fut mchante
Puisqu'elle transmua ses rves en regrets.
Et f on sent qu'en chantant votre me ardente pleure
L'illusoire bonheur d'un paradis perdu,
Et Y on sent qu'elle a peur du dsir qui l'effleure :
Le retour du dieu fort qu'elle a tant attendu.
Les pleurs ont quelquefois une saveur amre
Lorsqu'ils montent d'un cur au douloureux pass;
Oubliez donc qu'un jour l'aile de la Chimre
En frlant votre front l'a gravement bless.
Ne laissez plus belle enfant votre me close.
Que prissent les tristes fleurs du souvenir !
Tout renat sous le ciel : et le nid et la rose,
Et qui sait si l'Amour ne va pas revenir 1


IRONIE LUNAIRE
Chantecler oublia de sonner le rveil
Et voil que le ciel mlancolique pleure ;
Le jour est un linceul o vient se perdre l'heure
Et nous n'aurons pas vu la face du soleil.
Comme l'on se souvient des nuances de l'aube
Dans l'blouissement des beaux matins d'avril
Quand les prs exhalaient leur arme subtil
Et que les pics mettaient leur verdoyante robe.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Tout le jour, j'ai gard ma chambre, fait des vers
Sur l'azur o passaient des essaims d'hirondelles,
Et j'eus l'amer regret de ne point avoir d'ailes
Pour m'en aller aussi vers d'autres univers.
J'ai rv... J'ai song... J'ai rv de l'amie
Dont les soyeuses mains sauraient me consoler ;
J'ai song de ne plus le cur moins dsol
Entendre la chanson que mon me a gmie.
Je hais ma solitude en ce jour sans soleil
Parce que mon amie a des yeux pleins de flamme
Dont la brlante ardeur, en rchauffant mon me,
Ferait de ce jour gris un jour pur et vermeil.
L'horizon s'est couvert de son charpe brune
Et dans la paix du soir son deuil est triste et grand
Mais voil que soudain, sur le cleste cran,
En chassant les brouillards, parat la blanche lune.


DANS LE SOIR
La lune plane au ciel,
La brise est parfume,
Le soir est irrel,
J'en ai l'me charme.
La brise est parfume
Comme ta bouche en fleur
O, souvent, chre aime,
J'oubliai la Douleur.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Le soif est irrel
Comme tes vains mensonges :
Malgr ton air cruel
C'est moi que tu songes.
Ma jeune me est charme
De la splendeur du soir :
On dirait qu une aime
Y chante son espoir.


RONDEL DES GRANDS JARDINS
Les grands jardins sont d'meraude
Et la Nature est en moi ;
Mon jeune cur est plein d'effroi
Car voici la Douleur qui rde.
Elle vient... C'est pour la maraude
De mes espoirs en dsarroi...
Les grands jardins sont d'meraude
Et la Nature est en moi.


SUR LA ROUTE ENSOLEILLE
Tranquille sur pour qui je brode
Des vers d'amour, en qui j'ai foi,
Pour que la Douleur ne corrode
Mon cur, prends ma main, mne-moi
Par les grands jardins d'meraude...


AMOUR CHAMPTRE
Vous aimez, comme moi, les fleurs qui sentent bon,
Les fruits dors ayant la saveur des bonbons,
Le refrain des oiseaux cachs dans les ramures,
Les bains dlicieux dans l'onde aux frais murmures.
Les paysages bleus et les coteaux lointains
Plants d'abricotiers, de manguiers et de pins ;
Les prs ensoleills, les gazons verts et lisses
Et les vallons ombreux font toutes nos dlices.
Nous aimons la chanson stridente des grillons
Qui sautillent, joyeux, dans le creux des sillons
Quand le soleil d't brle les toits de chaume.
Nous aimons les faons simples des paysans,
Leurs contes enjous, nafs et sduisants-
La campagne, pour notre cceur, est comme un baume.


PENDANT L'T
Nous avons parcouru des plaines et des monts,
Des champs verts de mas, des prs de giraumonts ;
Nous avons respir, dans l'air pur des savanes,
Des senteurs de jasmins, de buis, de frangipanes.
Nous avons dgust la sve des melons
Trouvs sur le penchant des rudes mamelons ;
Nous avons bu le suc dlicieux des cannes
Et couronn nos fronts de fleurs et de lianes.
Nous nous sommes plongs dans l'onde des bassins
O brillent des galets aux miroitants dessins
Sous les hauts cocotiers dont frissonnaient les palmes.
Et nous avons connu l'ivresse des jours calmes,
Dans le recueillement des sites merveilleux
Que nous avons quitts plus forts, plus vigoureux.


APRS VACANCES
Tes yeux ont conserv l'immensit des plaines
O nous avons connu des extases nouvelles ;
Les coteaux, les vallons et les routes lointaines
Revivent tout au fond de tes larges prunelles.
Ta voix conserve encor le rythme des chansons
Que chantaient dans les bois la brise et les oiseaux ;
Tu parles, et j'entends les cris et les frissons
Du rossignol plaintif et des tendres roseaux.
Ton souffle parfum qui me trouble le cceur
Est encore imprgn de l'exquise senteur
Des jasmins, des lilas et des plus fraches fleurs.
Nous nous rappellerons souvent les heures brves
O le cher petit dieu te conviait sans trve
A me confier ton cceur illumin de rves.


MORTES, LES CHIMRES




MES CHIMRES, CE SOIR..
Mes Chimres, ce soir, ont les ailes coupe'es
Et tranent prs de moi leurs cadavres d'oiseaux ;
Elles seront tantt d'ombres enveloppes,
Prises par le Rel dans ses subtils rseaux.
C'est fini dsormais, les folles quipes,
La longue promenade aux bords sombres des eaux
O les palmiers dont les flches sont des pes
Modulent leur chanson au rythme des roseaux.
Tant mieux 1 car c'est affreux, lorsqu'on a pu les suivre,
En coutant l'appel de leurs notes de cuivre,
D'tre prcipit des beaux stades du ciel-
Possder dans le rve est bien une folie,
Et c'est ouvrir son me la mlancolie
Que de vouloir ce qui n'est pas essentiel.


RONDEL DE L'AMOUR
Flix Viard.
Ne crois pas que l'Amour est un dieu qui console
En guidant au chemin des paradis lointains ;
C'est un gamin sournois aux bizarres instincts
Qui dtruit les jouets dont pourtant il raffole.
L'on pense que par lui le noir chagrin s'envole :
Mais le deuil et les pleurs sont aussi ses butins...
Ne crois pas que l'Amour est un dieu qui console
En guidant aux chemins des paradis lointains.


LA ROUTE ENSOLEILLE
Mon cur tait la rose la frache corolle
Dont l'arme enivrant parfumait les matins ;
Mais sous les doigts lgers du diablotin frivole
Il et un douloureux et stupide destin...
Ne crois pas que l'Amour est un dieu qui consol


AMOUR ET SAGESSE
Marcel Mu\ac,
Amour, pourquoi, dans la nuit sans flambeaux,
En chantant, viens-tu frapper ma porte ?
Mon cceur, enlierr de roses mortes,
N'offre-t-il pas l'aspect d'un blanc tombeau ?
Tes coups s'acharnent comme le marteau
Du pivert sur l'arbre l'corce forte :
Nulle voix de l'intrieur n'apporte
Le bel espoir qu'on ouvrira bientt.
Rappelle-toi lorsque tu vins,
Mon cur avait des airs gais et divins ;
C'tait un bosquet empli d'allgresse.
Mais tu rompis le charme et t'en allas...
Un vieillard qui passait le consola
Et X on me dit qu'il a pour nom SAGESSE.


SUR UNE TOMBE
Ayant sem des lis et des fleurs d'oranger,
Des thyrses de lilas et des gerbes de roses
Sur la tombe coquette o tes restes reposent,
Dans l'agenouillement, je me mis songer.
Puis, je courbai mon front sur la pierre tombale
Afin de murmurer quelques pieux ave,
Mais le souffle embaum du vent me fit rver
Que tu gardais encor ta grce liliale.


I.A ROUTE ENSOLEILLE
Et je me retrouvai dans ta frache maison
Comme au temps o la vie adornait ton visage ;
Tu rcitais des vers sur le vieux paysage
De cocotiers que l'on voyait l'horizon.
Ta voix, avec une tendresse insouponne,
Animait le pome au rythme cadenc,
Et j'entendis une heure trange du pass
Qui, dans le jour d'automne, au loin, avait sonne.
Apaisement du cur Calme du sentiment !
Ineffable candeur de l'me alors que naissent
Les rves merveilleux de la prime jeunesse,
Voil ce qu'prouvait mon tre ce moment.
Il faut toujours partir malgr les plus doux charmes...
Avec ferveur, je mis mes lvres sur tes doigts ;
Mais je n'avais bais qu'un marbre large et froid
Et les Regrets amers provoqurent mes larmes.
C'est ainsi que, toi-mme en la nuit du tombeau,
Sans prouver la peur des flches de l'Envie,
Et moi tout plein d'amour au soleil de la vie,
Nous vcmes ensemble un instant qui fut beau.


SILENCE, AMOUR !
Cadet Dessources.
Quelle peine assombrit la clart de tes yeux
8 O, comme des brillants, je vois luire deux larmes
Relve ton front morne et contemple les ebarmes
(< De la brune crole au galbe harmonieux.
Pour te plaire, j'ai mis ma plus exquise robe
Et j'ai fleuri mon sein d'un bouquet de jasmin ;
Vois un peu de soleil trane au bout du chemin :
C'est l'heure o ma piti jamais ne se drobe.


94
LA ROUTE ENSOLEILLE
Le plaisir nous attend l'ombre des ormeaux
O nous convoquerons nos joyeuses chimres
(< Et les minutes d'or trop souvent phmres...
(< Avec elles viendra l'oubli de tous les maux.
(( Tu pleures, ami cher !... Dis-moi donc que je l'te,
Quel mortel aiguillon t'ensanglante le cceur ?
Dis-moi quel dieu te verse une amre liqueur ?
<( De quel spleen ton esprit est-il aujourd'hui l'hte ?
Ton me est-elle en proie quelques lourds remords
Que tu n'coutes pas ma voix qui te supplie ?
Ce soir, es-tu l'amant de la Mlancolie
Silence, Amour je communie avec mes Morts.


SEPTEMBRE TROPICAL
au pote Justinien Ricot.
La fleur du citronnier, comme une cassolette,
Exhale un doux parfum dans l'air dlicieux :
Dans la vasque de marbre un astre se reflte
Et la lune est un lis au grand jardin des cieux.
L'ombre enveloppe encor le morne aux souples lignes
Le clairon d'or des coqs rveille le matin ;
Les abeilles, dans le campche et dans les vignes,
Bourdonnent en faisant du savoureux butin.


96
LA ROUTE ENSOLEILLE
Comme aux jours o la peur effrayait mon enfance,
Comme au temps de l'Amour, mon tre a tressailli,
Et, spulcre du Rve, aujourd'hui sans dfense,
Par de jeunes Espoirs mon cur est envahi.
Devant tes clairs matins et tes splendides nuits
O Septembre royal qui veut qu'on s'agenouille
Comme un svelte palmier, je frissonne, et je suis
Hercule aux pieds d'Omphale et filant sa quenouille.
Vraiment, je n'ai de force Nature de rve
Que lorsque mon regard est tourn vers mon cur,
Mais il suffit, hlas que vers toi je le lve
Pour que mon orgueil tombe et que tu sois vainqueur.


CAZEAU
au pote Ch. Moravia.
Je vous ai vu jadis ; vos arbres taient verts ;
Vous tiez pittoresque avec vos toits de ebaume ;
Vos effluves, le soir, taient chargs de baume
Et vos mapous(l) gants m'inspiraient de beaux vers.
J'aimais voir, pas lourds, s'en aller dans vos plaines
Les vacbes dont j'ai bu le dlectable lait ;
En qute de leurs veaux graves elles meuglaient
Et r on voyait dans l'air fumer leur blanche haleine.
(i) Bombax ou fromager des Antilles
7


98 LA ROUTE ENSOLEILLE
Prs du moulin rustique aux deux ailes de bois,
Que de soirs j'ai passe's buvant du jus de cannes,
Flirtant et caquetant avec vos paysannes
Qui ne connaissent plus leur ami d'autrefois.
Que de fois j'ai dormi sous vos frais bayahones
Un Bourget la main ou parfois un Hugo !
Que de fois j'ai cri devant l'immense cbo
Tout mon bonheur de vivre et mon amour du mon
C'est sous vos qunpiers que j'ai connu l'amour,
La douceur contenue en une main de femme ;
C'est dans vos verts sentiers que j'ai senti mon me
S'ouvrir la beaut comme les yeux au jour.
J'avais grav deux noms en quatre initiales
Sur le tronc d'un manguier que l'orage a dtruit ;
Vos agrestes vergers taient sems de fruits,
Et vos bois conviaient aux choses nuptiales.
Ah c'tait en avril et j'avais dix-sept ans ;
Votre soleil faisait bouillonner dans mes veines
Le sang pur et vermeil de ma race africaine ;
Mon tre fleurissait ainsi que le printemps.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs