Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00621


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Ban Ki-moon prend la dfense des Dominicains dascendance hatienne ( MURS / p. 8) Quand le cholera devient prtexte un show mdiatique peut-on gagner au goal difference comme au Mondial ? Le Sec. Gn. de lONU, Ban Ki-moon ( gauche), lors de la pose de la premire pierre dun projet de parc olympique avec le Prsident Martelly et le Premier ministre Lamothe ainsi que le Prsident du CIO ou Comit International Olympique, Mr. Thomas Bach, pour un cot de 20 millions de dollars (photo J.J. Augustin) Les snateurs Dieuseul Simon Desras ( gauche) et Steven Benoit parmi les plus vocaux au Parlement (photo Georges Dup) ( / p. 4) ( / p. 5) PORTAU-PRINCE, 20 Juillet Le 18 juillet devait marquer une date dans la crise politico-lectorale : linstallation des 4 membres manquants du conseil lectoral. Deux remplaants en vertu de laccord dEl Rancho (mars 2014). Et deux qui avaient refus auparavant de participer la prestation de serment parce que celle-ci ne se droulait pas dans les normes, sans le consentement des trois pouvoirs, le lgislatif rservant son accord. Le prsident du Snat, Dieuseul Simon Desras, est engag dans une valse hsitation. Tantt se ( MEYER, 19 Juillet Le Secrtaire gnral de lONU prend la dfense des Dominicains dascendance hatienne menacs dapatridie de se retrouver sans Parlement dominicain, le mercredi 16 juillet coul, Ban Ki-moon a trouv des mots trs corrects pour demander que nationalit cause des prjugs anti-hatiens dune partie de la classe politique dominicaine actuellement au pouvoir. Prenant la parole devant les deux chambres du aimer ou har ou aimer har ? MIAMI, 15 Juillet Le Secrtaire gnral de lOnu et les autorits hatiennes sont sur la mme longueur dondes, en mme temps que chacun doit veiller son propre agenda. Premier point de convergence : les lections. Cest laccord parfait. Selon la note officielle, lors de la confrence de presse au palais national, le chef de lEtat na pas manqu de rappeler les larges concessions politiques et toutes les dmarches quil a entreprises, notamment le dialogue dEl Rancho, en vue de faciliter la tenue des ( / p. 8) Hati Le Gouvnman tient ses assises Miami Prsident Martelly samedi Miami: Le roi danse ( / p. 6) Peut-on juger Bernard Desgraff? Bernard Degraff JACMEL, 18 Juillet Un titre fait la une : Bernard Desgraff en voie dinvestigation pour corruption prsume. Nous navons jamais rencontr ce monsieur, cependant nous nen sommes pas moins tonns de cette information. Et nous vous disons pourquoi. PORT-AU-PRINCE, 17 Juillet Des clichs de notre photographe montrent comment les fans hatiens clbrent la coupe du monde de football. Cela fait penser que nous sommes MIAMI, 19 Juillet Gouvnman an lakay ou est une sorte de journe portes ouvertes ou town-meeting, organis par lactuel gouvernement hatien, et dont la 9me dition vient de se tenir Miami, dans les locaux du North Miami Senior High

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... LUE encourage le dialogue entre Martelly et Medina A linitiative du prsident du Conseil europen, M. Herman Van Rompuy, les prsidents dHati et de la Rpublique dominicaine, respectivement Michel Joseph Martelly et Danilo Medina, se rencontreront, mardi, Punta Cana en territoire dominicain autour des accords bilatraux entre les deux gouvernements. M. Van Rompuy a fait cette annonce dans un communiqu publi, lors de sa premire journe de visite en Hati, o il a rencontr, entre autres, le prsident Michel Martelly. La runion, selon le diplomate europen, mettra en vidence la volont commune de transformer les diffrences entre les deux pays et ce sera une occasion supplmentaire pour la comprhension mutuelle et la coopration. Mr Van Rumpoy a rappel que lUnion Europenne est base sur la coopration et lintgration entre les pays voisins. Cest pourquoi nous ne pouvons quencourager Hati et la Rpublique dominicaine renforcer les liens qui les unissent a-t-il dit. A rappeler que le Prsident du conseil europen a effectu une visite en Hati du 18 au 20 juillet, en vue de renforcer les relations de coopration avec Hati, notamment dans le cadre du processus de reconstruction. Max Mathurin nomm prsident du Conseil lectoral Suite linstallation lundi des 4 nouveaux conseillers au conseil lectoral provisoire (CEP), les 9 membres ont dcid dlire Max Mathurin comme nouveau prsident du CEP, a-t-on appris auprs du conseiller Nhmie Joseph. Max Mathurin qui est le reprsentant du parlement au CEP, vient donc remplacer Me Fitzo Canton qui reprsente le pouvoir excutif la prsidence du CEP. Le bureau est compos de Jacqueline Patricia Chantale Raymond (Vice-prsidente); Pierre Simon Georges (trsorier); et Applys Flix (secrtaire gnral). Ancien prsident du CEP de 2005 2007, Me Max Mathurin, dsign au Conseil lectoral par le Parlement hatien, sest vant davoir organis (sic) de bonnes lections dans le pays en 2006 et promet de travailler en harmonie avec ses nouveaux collgues pour satisfaire les attentes de la population. Cette anne, nous allons faire mieux en organisant des lections libres, dmocratiques, honntes, inclusives dans le pays a promis Max Mathurin, qui sest rjoui de son retour au Conseil lectoral provisoire. HPN 4 nouveaux membres prtent serment Quatre nouveaux conseillers lectoraux, dont deux nomms par arrt prsidentiel le 14 juillet 2014, ont prt serment vendredi la Cour de cassation Port-au-Prince (route de Frres). Il sagit de Yolette Mengual (nouvelle reprsentante du Conseil suprieur du pouvoir judiciaire), de Max Mathurin (nouveau reprsentant du Parlement), et de Lopold Berlanger et Nhmie Joseph, respectivement reprsentant du Conseil suprieur du pouvoir judiciaire et du Parlement. Ces deux derniers avaient refus de prter serment rcemment. Je jure dappliquer et de faire appliquer les dispositions de la loi lectorale, et de macquitter de ma tche avec dignit, indpendance, impartialit et patriotisme ont rpt, tour de rle, chacun deux, en prsence des tmoins dont les juges de la Cour. Le Conseil lectoral provisoire (CEP) troisime institution lectorale forme en vue dorganiser des lections depuis larriv de Michel Joseph Martelly la tte du pays en mai 2011 , et qui fonctionnait depuis le 9 mai dernier avec sept membres sur neuf, est maintenant au complet. Yolette Mengual remplace au CEP lancienne conseillre Marie Floral Duclervil tandis que Max Mathurin, ancien prsident du Conseil lectoral provisoire sous le gouvernement de transition de Grard Latortue (2004-2006), remplace Marie Clunie Dumay Miracles, qui reprsentait le Parlement avec Pierre Simon Georges. Lopold Berlanger, qui exigeait un CEP complet, et Nhmie Joseph, qui, lui, serment en mai dernier aux cots de leurs collgues nomms par arrt prsidentiel en date du 6 mai. Aprs leur prestation de serment, les nouveaux conseillers lectoraux doivent tre installs leur poste le lundi 21 juillet au CEP. HPN Le Prsident hatien Michel Martelly et le Prsident du Conseil europen Van Rompuy ont prsid cette inauguration. Ce btiment symbolise lengagement long terme de lUnion Europenne avec Hati a dclar M. Rompuy. Nos relations ne rsultent pas seulement dun lan de solidarit suite une catastrophe humanitaire, un accident dans la vie dun peuple. Nos relations sont ancres dans un pass riche, complexe, nos relations stendent vers lavenir a-t-il fait savoir. Il rappelle que lUE veut aider Hati raliser ses rves de libert, de dveloppement, de scurit et justice auquel le peuple hatien aspire Pour sa part, le prsident Martelly a dclar que linauguration de ces nouveaux locaux est un pari sur lavenir que le gouvernement et lUE poursuivent, dans le but de continuer le partenariat pour un dveloppement durable. Le prsident hatien soutient quHati entretient dexcellentes relations damiti et de solidarit avec plusieurs Etats membres de lUE. Selon lui, ces relations sortent renforces avec la signature de la 4e convention de Lom, le 15 dcembre 1989. Le Prsident Martelly dit se rjouir que les domaines prioritaires de lUE en Hati soient des secteurs structurants pour le dveloppement de la nation, notamment le dveloppement rural, la reforme de lAdministration publique, lEducation, les infrastructures et la scurit alimentaire. 20 Millions de dollars seraient ncessaires pour relocaliser les personnes vivant encore dans les camps LOrganisation Internationale pour les Migrations (OIM) et le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) ont fait le point rcemment lors dune confrence de presse, sur la situation des camps de personnes dplaces suite au sisme de 2010 et le processus de retour des familles dans leur quartier. Emmanuelle Deryce, responsable nationale des opration lOIM, a expliqu que relocalisation de lOIM, qui octroie une aide au relogement de 26,000 Gourdes chaque famille. Elle a rvl que de mars juin 2014, 71 sites dans lesquels vivaient encore des familles dplaces ont t ferms et quun plan de relocalisation tait Le mythe du paradis insulaire Hati en Marche Port-au-Prince Miami th Printed by Southeast Offset ( / p. 16) ( Dans le contexte de la clbration de lAnne des petits tats insulaires en dveloppement (PEID), dont Hait fait partie, a eu lieu le 11 juillet dernier, Bruxelles, un briefing organis par le Centre technique de coopration agricole et rurale ACP-UE (CTA) (1) sur la situation conomique de ces rgions vulnrables. Deux panels ont runi des experts sur le sujet provenant des institutions rgionales et internationales, du secteur priv, des partenaires au dveloppement et de la recherche pour voquer les problmes de ces tats prcaires et proposer quelques solutions appropries. Les petites les de lAfrique, un plus grand risque de marginalisation en raison de plusieurs consquences Cest de ce constat alarmant quest parti le CTA pour organiser insulaires dont les panels en feront tat grands traits Ouvrant la session, Mme Isalino auxquelles ont confrontes les petites conomies insulaires en dveloppement avant dintroduire le premier panel qui est cens livrer des facteurs pour renforcer la rsilience des PEID, notamment travers le commerce et le dveloppement de lagroindustrie. Le Secrtaire Gnral du Groupe ACP, Muhammad Mumuni, a expos la subissent des chocs conomiques et des dsastres naturels plus souvent que dautres pessimisme et a donn le ton. Il existerait de nouvelles opportunits avec les marchs niches au niveau local, rgional et conomiques soient appliques et excutes avec rigueur. Tout cela ne fonctionnera que si ces pays parviennent se constituer un secteur priv mieux organis et un partenariat public-priv plus dynamique. A titre de conclusion, lintervenant a ritr la volont du Groupe ACP de soutenir les PEID tout en souhaitant un renforcement du partenariat de ces pays avec les ACP. PEIDS, a relev Dr. Len Ishmael, de orientale. Derrire le mythe du paradis et qui ne savent quel saint se vouer pour sortir de la rcession et de la crise, a-t-il rappel. Il nest pas logique, sagace-t-il plus loin, dorganiser des sommets pour discuter des PEID quand les rsolutions ne sont pas sincrement intgres dans les accords de Bretton Woods et dans des organisations internationales, comme lOrganisation Mondiale du Commerce (OMC). Comme solution, il propose quon intgre dans les de ces pays et de surmonter les obstacles l o ils se prsentent. Car il y aurait un les organisations internationales prsentent et les besoins de ces pays. Leurs agendas seraient des rves qui ne correspondent pas aux intrts concrets des PEID mais plutt aux leurs seuls. Ne pas se croiser les bras Lino Briguglio, de lUniversit de Malte, a soulev un aspect de taille : la production locale nest pas coordonne avec les besoins de lindustrie. Ce serait lun des grands problmes des petites conomies. Trop souvent les htels et les restaurants importent des produits de lextrieur que le pays est pourtant capable de produire a-t-il not. La solution prconise est de porter les agriculteurs produire ce dont lindustrie locale a besoin. Il a aussi mentionn le problme dinvisibilit et de surpopulation dont souffrent les PEID, ce qui nest pas sans effets pervers. Pour lui, la vulnrabilit conomique des PEID est due aussi leur situation conomique et gographique : une trop grande ouverture aux changes commerciaux, une exportation non stratgiques et cette fatalit subir des dsastres naturels. Aussi fait-il remarquer, non sans raison, que la rsilience nest pas donne mais quelle est construire. Pour ce faire, il a numr les facteurs permettant datteindre la rsilience : une stabilit macro-conomique forte, un march un dveloppement et une cohsion sociale. A cela, un membre du Secrtariat du Commonwealth, Stephen Fvrier, a ajout quil faut permettre aux PEID de participer aux dialogues et de sassurer que les rsultats des ngociations connaissent un suivi. Pour lui aussi, la prsence du secteur priv est indispensable dans ce processus. Un consultant, Randolph Cato, ajoute sur ce point quil ne faut pas se croiser les bras et se dire quon est petit mais quil faut utiliser toutes les ressources dont on dispose et de considrer toutes les opportunits disponibles. Les changes commerciaux sont aussi, selon lui, trs importants pour les PEID. Edwin Laurent (Conseiller principal, Initiative des Carabes pour une conomie verte) a cltur en notant quen fin de compte le systme conomique agricole nest pas cr en faveur des PEID et quun effort doit tre mis en place par ces pays mmes pour que leurs intrts soient mieux dfendus. Le directeur gnral du CTA, Michale Halu, a pour sa part exprim sa volont daider les PEID atteindre la scurit alimentaire et nutritionnelle. A cet effet, il propose deux solutions: la limitation de limpact climatique et la rduction de la dpendance des PEID aux importations. Comme tous les intervenants, il croit dans le rle du secteur priv qui doit, suggret-il, tre impliqu fonds dans ces efforts. limportance mais rien nest en ralit fait pour le promouvoir vritablement. Il a aussi fait remarquer que les PEID ont aussi des de recherche et les forums de discussion sur travaille pour que les pays des Carabes y soient impliqus. Perdro Enriquez (DG Devco) a not que 3 milliards de dollars ont t accords par lUnion Europenne aux PEID entre 2007-2013 (tous programmes confondus) mais souhaite toutefois un largissement de la coopration au sein de laquelle ces pays et les Europens en cours pour les 7,000 familles restantes. Fabien

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE P-au-P, 16 juil. 2014 [AlterPresse] --Le Conseil national des tlcommunications (Conatel) annonce avoir demand la compagnie de tlphonie mobile Digicel de rtablir sans dlai les services et applications internet suspendus par elle, dans un communiqu en date du 15 juillet 2014. La Digicel a rendu public sa dcision de bloquer les applications Voice over IP (viber,Nimbuzz et tango) sur son rseau depuis le 20 juin. Dans son communiqu, le Conatel dit comprendre la ncessit pour les oprateurs de protger leurs investissements et de prvenir les fraudes. Le Conatel rappelle cependant que son organe excutif est le seul autoris lgalement dcider de suspendre ou supprimer des services et applications Internet. Le blocage de certaines applications Internet a suscit beaucoup de ractions dont celle de lAssociation hatienne pour le dveloppement des technologies de linformation et de la communication (Ahtic), qui sest dit en qute dune solution ce nouveau problme. Dun autre ct, deux citoyens, utilisateurs du rseau P-au-P, 17 juil. 2014 [AlterPresse] --La compagnie de tlphonie mobile Digicel annonce avoir rtabli les applications VoIP bloques sur son rseau depuis prs dun mois. Le mercredi, 16 juillet, sur son compte Twitter, le directeur de la Digicel, Maarten Boute, a annonc le dblocage de ces applications partir de minuit. Le Conatel dans un communiqu en date du 15 juillet avait demand le dblocage sans dlai des applications, rappelant que seul son organe excutif peut dcider de suspendre ou supprimer des services et applications Internet. Paralllement, une action citoyenne impliquant une ptition qui a recueilli 2 mille signatures devait tre dpos au parlement. Rappel lordre du Conatel La Digicel de la Digicel, ont pris la dcision de lancer un mouvement de contestations, impliquant la distribution de tracts, une ptition visant 2 mille signatures pour tre dpos au parlement. Un dossier, contenant un argumentaire de la situation, a t achemin la direction gnrale de la Unigestion Holding S.A (ou Digicel) et au Conseil National des tlcommunications (Conatel, organisme rgulateur), a fait savoir Ralphson Pierre, lun des initiateurs du mouvement. Dans ce document est insr un communiqu antrieur (dcembre 2013) du Conatel qui contredit la nouvelle mesure de la compagnie Digicel. Les appels, cibls par le Conatel dans le cadre de la lutte contre la fraude tlphonique, nont rien voir avec les appels faits travers les canaux, tels que VoIP () Le Conatel na nullement lintention de bloquer ce type dappels lit-on dans un communiqu du Conatel dat du 20 dcembre 2013. Le PD de la Digicel en Hati, Maarten Boute, estime 6 millions de dollars amricains la somme que perdrait la Digicel en laissant un libre accs ces applications, qui permettent de communiquer gratuitement au moyen dInternet. Maarten Boute estime 6 millions de dollars amricains la somme que perdrait la Digicel en laissant un libre accs ces applications, permettant aux clients de communiquer gratuitement au moyen dInternet. Grve des juges LAssociation Nationale des Magistrats Hatiens grve les 21, 22 et 23 juillet au niveau des 18 juridictions du pays. Par cet acte, les magistrats entendent notamment exiger des autorits concernes le renouvellement du mandat arriv terme de plusieurs juges, a appris HPN du juge Durin Duret. Cependant, Me Duret assurait que les juges restent ouverts tout ventuel pourparler tout au long de ce week-end de la part du ministre de la justice et de la scurit publique (MJSP) et du conseil suprieur du pouvoir judicaire (CSPJ), En ce qui a trait aux arrirs de salaire des juges, M. pris les dispositions ncessaires cet effet. Le numro un de lANAMAH avait lanc un appel la comprhension des dirigeants en leur demandant de se pencher sur le sort des juges qui sont bout de patience. Plus loin, lANAMAH voudrait demander au Conseil Suprieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) de fournir le rapport de lenqute qui a t mene par cette institution autour de la mort du juge Jean Serge Joseph. A noter que lANAMAH avait dj observ le lundi 14 juillet une grve davertissement autour des mmes revendications. Peu de temps aprs, le Ministre de la Justice et de la Scurit Publique, de concert avec le Conseil Suprieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), avaient procd au renouvellement de mandats dune vingtaine de juges travers les diffrentes juridictions du pays. Ban Ki-moon prend la dfense des DominicainsHatiens p.1 Quand le cholera devient prtexte un show mdiatique p.1 Gouvnman lakay ou en diaspora p.1 Peut-on gagner des lections au goal difference ? Peut-on juger Bernard Desgraff ? MURS LHatien aimer ou aimer har ? p.1 Le mythe du paradis insulaire p.2 Rappel lordre du Conatel p.3 Digicel dbloque les applications VolP p.3 Max Mathurin nomm prsident du CEP p.2 Fanmi Lavalas nomme Maryse Narcisse sa candidate aux prochaines prsidentielles p.4 Rencontre Martelly-Medina p.2 Grve des juges p.3 Justice pour le Dr Syvain Jolibois, Jr. p.6 Reopening of the Caribbean Marketplace p.10 Restaurer la productivit (3) p.14

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE peut-on gagner au goal difference comme au Mondial ? prises par ce dernier comme cela a t jusqu prsent le cas. Les deux choix du lgislatif, ceux issus de la priode de contestation, ont bien prt serment. Me Nhmy Joseph et Me Max Mathurin. Que reste-t-il alors ? prolongation in extremis, on aurait procd aux tirs au but. Et supposons que ceux-ci ne seraient point parvenus non plus dpartager les deux belligrants, on en serait arriv peut-tre au goal difference, cest--dire lquipe qui a marqu le plus grand nombre de buts pendant la comptition. Je ne sais lequel, ntant pas un vritable ( ... suite de la 1re page) dclarant prt participer aux lections cote que cote. Tantt contestant lorganisme lectoral dans son essence mme, au nom de larticle de la Constitution qui stipule que le conseil lectoral provisoire (CEP) doit tre constitu non par les trois pouvoirs uniquement (excutif, lgislatif et judiciaire) mais Les ftes nationales sont une trop rare opportunit pour les pouvoirs excutif et lgislatif avec la participation dinstitutions de la socit civile. Une guerre de tranches Cependant laccord dEl Rancho a tranch ce niveau pour la solution des trois pouvoirs. Alors commence une guerre de tranches, longue et o tous les coups sont permis, o ce ntait plus une question dinstitutions mais prsent de personnes. Deux conseillers pralablement nomms (et agrs), Lopold Berlanger (judiciaire) et Nhmie Joseph (lgislatif), refusrent de prter serment exigeant un consensus entre les trois pouvoirs. Installation alors dun CEP 7 membres, au lieu de 9 comme lexige la Constitution. Cest la nouvelle ligne de combat de lopposition. Des lections avec un CEP de 7 membres, cest ridicule. Prestation de serment du vendredi 18 juillet Avec un autre avantage pour lopposition que laccord dEl Rancho que lAllemagne a battu le Brsil (incroyable mais vrai !) par 7 buts 1. Eh bien cest pareil, il nous semble, partir de maintenant, entre nos deux belligrants autour de lorganisation des lections. Elections, rappelons-le, qui ont une importance capitale parce que devant renouveler les deux tiers du snat, toute la chambre des dputs, et toutes les communales et territoriales. Cest--dire un scrutin dont les rsultats peuvent se projeter sur les dix prochaines annes. La politique a ses raisons Rien ne dit que la contestation aussi le bras long, tant donn que les plus importants partis politiques du pays se rangent dans la mme position queux, nous citons le RDNP, Fanmi Lavalas, Fusion, MOPOD et autres Et il y a aussi les acteurs qui ne paraissent pas sur la scne, dont les Rpublicains amricains qui sont prts tout pour empcher ladministration Obama de marquer des points. Or celle-ci appuie ouvertement le pouvoir actuel en Hati. Quoi quil en soit, au jeu de qui a fait le plus de concessions lautre (comme aime le faire le prsident Michel Martelly), eh bien lexcutif menace de lemporter au goal difference. Ou comme en boxe : une victoire non par KO mais aux poings. Mais voil, et davantage aujourdhui o la population hatienne na pas vraiment grand chose voir, la politique rpond dautres raisons. La raction de principe dun snateur selon qui larrt convoquant linvestiture du vendredi 18 juillet aurait d concerner les 9 membres du conseil lectoral et non uniquement les 4. Mais cest ce quon appelle en droit une question subsidiaire et non la question prjudicielle. Une question de forme et non de fond. Quid du goal difference ? Ainsi voici partir de cette semaine la crise politicolectorale qui semble se prsenter sous un format nous vient davoir lieu au Brsil. Si lAllemagne navait pas marqu son but salvateur contre lArgentine (1-0) en deuxime mi-temps de la nest pas totalement puis. Celui-ci stipule en effet que chacun des trois pouvoirs puisse changer, si tel est son vu, lun des trois membres quil avait prcdemment nomms. Lexcutif nomme alors Me Fritzo Canton, un avocat de lancien dictateur Jean Claude Duvalier. Me Canton est dsign par les autres membres du CEP en fonction comme prsident de lorganisme lectoral. Une preuve sil en tait besoin que la majorit au sein du CEP en question est acquise au pouvoir Martelly-Lamothe. Autre raison pour le lgislatif de saccrocher la dernire tranche de laccord dEl Rancho quil ne peut contester valablement davoir lui aussi endoss. Et il sagit pour les deux pouvoirs lgislatif et judiciaire du remplacement d de leurs trois reprsentants dans lorganisme lectoral. prestation de serment, le vendredi 18 juillet coul, du nouveau choix du lgislatif, en la personne de lancien conseiller lectoral Max Mathurin, et de celui du judiciaire, Mme Yolette Mengual. Cette dernire a t reconnue comme une employe lexcutif. Mais le lgislatif ne saurait tout lgifrer non plus. Une question subsidiaire Aussitt aprs la prestation de serment, le vendredi 18 juillet coul, de ces 4 membres manquants du conseil lectoral, et enfin linstallation dsormais dun CEP 9 Le parti politique Fanmi Lavalas vient dannoncer la candidature du Dr. Maryse Narcisse aux prochaines lections prsidentielles en Hati,, qui devraient se drouler en 2015. Linformation a t annonce dans un communiqu lex-prsident Jean-Bertrand Aristide. Cette dcision a t prise mardi (15 juillet) lors dun rassemblement Tabarre la fondation Aristide pour la dmocratie, en prsence des dlgus des dix coordinations dpartementales de lOrganisation politique Fanmi Lavalas, en concertation avec les Commissions de travail et le Comit excutif, Dr. Narcisse tait membre du Cabinet Particulier du Prsident Jean-Bertrand Aristide, elle tait en charge des questions sociales et des dossiers de sant publique. Mais lannonce de cette nouvelle, des critiquent de non concerte par des militants de base du parti, ainsi que par des parlementaires membres de Fanmi Lavalas, Cest avec beaucoup dtonnement que les bases de Fanmi Lavalas ont reu la nouvelle du choix de Maryse Narcisse comme la prochaine candidate lavalas aux lections dailleurs lex-snateur Louis Grald Gilles a clairement expliqu quil sagit dun choix de candidat la candidature, Arnel Blizaire, ex-membre de Fanmi Lavalas. Interrog par HPN, le parlementaire a expliqu que les bases du parti, qui ont toujours eu des divergences avec Maryse Narcisse depuis l2004, ne vont pas soutenir sa candidature. Tout le monde peut penser et dire ce quil veut. Jai t la Fondation du Dr Aristide loccasion du grand inform du choix de Dr Narcisse comme candidate la prsidence de Fanmi Lavalas a ragi, pour sa part, le snateur Pierre Francky Exius. Un autre snateur lavalas contact par HPN a refus, lui, de ragir cette dcision. Je ne veux pas intervenir sur ce aux prochaines prsidentielles sujet pour le moment. Jobserve quelque chose mais je pense que le choix du Dr Narcisse peut tre [contest] Dautres militants, partisans et sympathisants lavalas, qui disent ignorer les critres du choix de Maryse Narcisse pour devenir candidate la prsidence de Fanmi Lavalas, pensent quil sagit dun test que les dirigeants du parti sont en train de faire pour sonder le terrain. Cependant, plusieurs membres influents de lorganisation politique, Fanmi Lavalas, ont salu la dsignation de la coordonnatrice du parti comme candidate la prsidentielle. Officiellement, Fanmi Lavalas est le premier parti politique divulguer publiquement son candidat la prsidentielle pour succder Michel Joseph Martelly qui, luimme, a dj dsign, de manire voile, le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe pour lui succder la plus haute a galement dclar sa candidature au poste de prsident pour les prochaines comptitions lectorales. La candidate de Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse, et le ministre

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE Quand le cholera devient prtexte un show mdiatique Le Secrtaire gnral des Nations Unies na pas comment tout en se voulant rassurant sur lappui continu de lONU la stabilisation en Hati. Les souhaits du chef de lEtat hatien, ce niveau, sont donc rests dans lair. Le Secrtaire gnral de lONU insistant plutt pour que les pouvoirs sassoient ensemble en vue de retrouver la stabilit politique ncessaire. Autrement tre que si les Nations Unies avaient not une amlioration aussi importante, elles se seraient gardes de tout cet effort annonc aujourdhui. Comme un pcheur qui doit faire pnitence Vu surtout la gne manifeste chez le Secrtaire ( ... suite de la 1re page) lections, le 26 octobre prochain. De son ct, lagence HCNN (de Guyler Delva) titre : Ban Ki-moon presse les protagonistes hatiens de dlivrer des Selon HCNN, le Secrtaire gnral de lONU a reconnu que sous votre leadership, nous allons atteindre une solution pour la tenue des lections en Octobre (prochain). Le Premier ministre Laurent Lamothe nest pas beaucoup intervenu dans ce dossier des lections, qui reste donc en ltat actuel le domaine rserv du Chef de lEtat. Cependant cette belle harmonie na pas branl la rsistance du camp oppos. Si elle na mme produit leffet contraire. Le prsident du Snat, Dieuseul Simon Desras, appelle le conseil lectoral provisoire (CEP) cesser toute activit. Et il interpelle lONU quil accuse de complicit avec le pouvoir hatien pour avoir gard le silence alors que ces lections lgislatives auraient d tre tenues depuis dj trois ans. Alors que les parlementaires de lopposition continuent de rclamer un conseil lectoral au complet tandis que lactuel ne compte que 7 membres sur 9, le prsident de lAssemble nationale accuse la communaut internationale de tolrer de la part du pouvoir une srie de drives, et que ce sont celles-ci qui au contraire compromettent lavenir dmocratique du pays. Notant en passant que les partis politiques les plus reconnus nont toujours pas dcid de prendre part au processus lectoral. Ce sont MOPOD, Fusion, RDNP, Fanmi Lavalas etc. Ainsi, la visite du Secrtaire gnral de lONU na pas russi dbloquer la situation au niveau de la crise politicolectorale. On ne sait dailleurs mme pas si ctait dans son intention. succder la Minustah Deuxime important sujet voqu : lavenir de la mission onusienne de maintien de la paix en Hati ou Minustah. Ici le plus sur la balle aura t le Prsident Martelly. dossier du retrait de la Minustah. Selon le communiqu de la Prsidence, Michel Martelly souhaite que loption privilgie pour la suite de lengagement de lONU en Hati, tienne compte des besoins rels de scurit dans la mise en uvre du Plan de Consolidation de la Minustah. (Le Prsident) a insist sur limplication directe des institutions hatiennes dans la mise en oeuvre des programmes et projets du systme de lONU en Hati. Michel Martelly : la remise sur pied des Forces armes dHati abolies pour violations des droits de lhomme en 1995, paralllement avec le retrait de la force onusienne. Ce que directe des institutions hatiennes. En 2012, rappelle le New York Times, Ban Ki-moon avait dj annonc une initiative de 2.2 milliards de dollars pour le programme nait pas attir beaucoup de contributeurs. Au fond (et lire entre les lignes), lactuelle dmonstration serait moins motive par limminence dune campagne dassainissement comme annonc, que par la pression mise sur le Secrtaire gnral par les poursuites judiciaires, au nombre de trois, dont la dernire introduite cette anne au nom de 1.500 Hatiens demandant des comptes aux Nations Unies que des experts internationaux considrent comme ayant introduit la maladie en Hati par le truchement involontaire de casques bleus venus du Npal. De beaux discours LONU refuse dadmettre ce diagnostic et Ban Kimoon avait rejet une premire action en justice au nom de limmunit diplomatique. Cette fois-ci le Secrtaire gnral na pas davantage accept la responsabilit de lorganisation, choisissant de sa dmarche est pour lui comme un plerinage ncessaire, rapidement que possible. Ce que les avocats des victimes du cholera considrent comme simplement de beaux discours Eux qui devraient tre les vraies vedettes du jour. Ces avocats qui rcemment ont franchi le cordon de scurit du Secrtaire gnral de lONU pour tenter de lui remettre en mains propres la dernire assignation au nom des victimes du cholra en Hati, soit environ 8.000 morts (en moins de 4 ans) et plus de 700.000 infects. Pour Me Stanley N. Alpert, le discours du Secrtaire gnral de lONU est dnu de tout sens de responsabilit du fait que cest lONU qui a introduit le cholera en Hati (do la maladie avait t absente pendant plus de 100 ans) et elle dit aucune certitude que cest Hati qui dcidera de la formule de remplacement de la Minustah Cholera ou le show Ban-Lamothe Et on en arrive la vraie raison de la visite du Secrtaire gnral de lONU : le cholera. De fait, peine descendu de lavion que Ban Kimoon senvolait, en compagnie du Premier ministre Laurent Lamothe, vers le Plateau central (ou Dpartement du Centre), visite symbolique parce que cest cet endroit qua clat lpidmie de cholera en octobre 2010. Bilan ce jour : plus de 8.000 morts. A partir dici tout prend une autre dimension, chacun essayant de tirer, comme on dit, la couverture soi. A soimme. Chacun essayant de se positionner, chacun rclamant dassainissement pour lradication du cholera en Hati. Dans cette course aux oscars, Michel Martelly est celui qui aura apparu le plus modeste. Tout en comptant sur lengagement moral des Nations Unies et leur accompagnement trouver les fonds ncessaires lradication du cholera en Hati, (le Prsident) veut rassurer la population sur son total engagement (etc). laisser le cholera comme domaine rserv son tour au Premier ministre ? Ou bien ce dernier qui est entour de scribes beaucoup plus agressifs : Le Premier ministre hatien, Laurent Lamothe, et le Secrtaire gnral de lONU, Ban Ki-moon ont lanc aujourdhui une nouvelle initiative, visant fournir des services deau et dassainissement plus de trois millions dHatiens, dans les cinq annes venir, une Campagne dAssainissement Total. Tant que tous les foyers nauront pas accs leau potable et des structures dassainissement, le cholra et dautres maladies hydriques resteront une menace potentielle pour des familles vulnrables travers le pays. Nous comptons Confrence de presse commune Michel Martelly et Ban Ki-moon (photo de courtoisie) le ferme engagement du prsident Michel Martelly organiser des lections inclusives mais (en mme temps) il a appel tous les acteurs hatiens jouer leur partition en vue datteindre cet objectif qui doit dterminer lavenir du pays . Il a exprim ses inquitudes concernant les relations les branches Excutive et Lgislative Mais pour ajouter ladresse du prsident Martelly (nous citons toujours HCNN) : Je vous remercie Monsieur le Prsident pour votre ferme engagement tenir les lections en Octobre (). Je sens gnral de lONU. Au New York Times, il a accomplir comme un plerinage (necessary pilgrimage), comme quelquun qui a quelque chose se reprocher, comme un pcheur devant faire pnitence. Disant quil sait que lpidmie a caus beaucoup de colre et de peine en Hati et quelle continue daffecter un nombre inacceptable de gens. Au moins cela ne sonne pas aussi victorieux que chez les speachwriters du PM Comme Secrtaire gnral de lONU, je veux vous assurer que les Nations Unies et leurs partenaires sont fermement engags sur lengagement des Nations Unies et des partenaires internationaux pour que cela se ralise a soutenu le Premier ministre. Plus loin : Les six premiers mois de lanne 2014 ont vu une (baisse) significative du cholera avec une rduction de 74% de cas par rapport la mme priode lanne dernire. Les taux de mortalit et dincidence sont les plus bas depuis le dbut de lpidmie. Vous me direz que peut-

PAGE 6

Page 6 LUTTE ANTI-CORRUPTION Peut-on juger Desgraff? ... \ P. 14) Un hritage de Papa Doc Quest-ce que lONA ? Au dehors, institution sociale de la plus haute importance. Elle recouvre et administre une cotisation rcolte chaque mois moiti sur le salaire des ouvriers et des employs publics, lautre moiti fournie par lentreprise. Cela doit garantir une pension-vieillesse. Aussi ditde crdits ONA peut aussi servir dpanner un assur qui se faire. Un procs pour la galerie ? Le monsieur Bernard Desgraff en question a t renvoy rcemment aprs plusieurs semaines de protestation de la part demploys de linstitution laccusant dj eux-mmes de corruption. Puis la nouvelle est tombe la semaine dernire : Comment saurait-il tre jug sous le mme rgime, tant donn que la rgle est de servir avant tout ceux qui vous devez votre position. Elmentaire mon cher Watson Le DG de lONA nest pas un fonctionnaire sorti des ( ... suite de la 1re page) Lex-directeur gnral de lONA, Bernard Degraff, sur lequel psent des accusations prsumes de corruption dans lattribution des terres de lEtat. Mais la vraie raison est que lon ne peut juger un soit aussi un procs du rgime qui lavait nomm son poste. Le patron de lONA dispose de capitaux importants et normal quil serve dabord le pouvoir en place et ses protgs. Donc un procs en corruption remonterait automatiquement ces derniers. de famille souponn de diriger un rseau de kidnappeurs et qui est incarcr depuis deux annes ni vu ni connu. Ce nest pas que le pouvoir actuel soit plus li la criminalit cest la criminalit qui fait davantage corps aujourdhui avec le pouvoir. Le pouvoir prend des airs de naturellement se sent davantage dans son assiette. trouve dans le besoin. Linstitution a t cre dans les annes 1960 par Papa Doc un moment o celui-ci faisait face probablement une grave pnurie de fonds. a t ce quon appelle une vache lait pour les gouvernements hatiens successifs, dont les protgs sarrangent pour obtenir des prts souvent pharamineux sans garantie quils pourront jamais les rembourser. Ou quils seront mme obligs de le Il en est de Bernard Degraff comme de tous ses prdcesseurs, que cela soit dit tout de suite. Maintenant retour linformation. Le patron de lULCC (Unit de lutte contre la corruption) a crit au commissaire du gouvernement de Port-au-Prince parce que linvestigation conduite par cette entit de lEtat politique, a rassembl suffisamment dindices qui permettraient de poursuivre lex-directeur gnral de lONA, Mr Bernard Desgraff, pour corruption commise dans lexercice de ses fonctions. Ce serait une premire car des jugements pour corruption, de manire authentique, il ny en a jamais eu en Hati depuis ? Depuis le prsident Nord Alexis (1904), il y a plus dun sicle. Le procs dit de la Consolidation. Normal une telle prudence. Le fondateur de la Nation, lEmpereur Jean Jacques Dessalines, a t assassin en 1806 pour stre oppos la corruption Bernard Desgraff en voie dinvestigation pour corruption prsume sur demande de lUnit de lutte contre la corruption rfrant le cas au Parquet de Port-auPrince. Eh bien, pour toutes les raisons susmentionnes on ne voit pas un tel jugement possible. Ni aujourdhui, ni hier, ni demain. Etant donn que les premiers servis sont toujours les prfrs du rgime en place, Mr Desgraff entrainerait trop de monde (encore au pouvoir) dans sa chute. A moins que cela soit un procs pour la galerie. Histoire dillustrer les nombreuses promesses faites par le gouvernement dans la lutte contre la corruption. Laffaire Brandt Mais mme sil devait servir de bouc missaire quil faudrait que cela soit avec son assentiment. Accepter de se passer soi-mme la corde au cou. Ce genre de patriotisme ne court plus les rues de nos jours. Il est plus certain quune Tout a commenc aprs le tremblement de terre du 12 Janvier 2010 qui a ravag Hati, particulirement la capitale, Port-auPrince Mais ceux qui aiment leur pays nont pas baiss les bras. Au contraire, ils ont dcid dunir leurs forces pour tenter de relever ce qui pouvait encore ltre et reconstruire partir de zro ce qui mritait de ltre. Parmi ces institutions dtruites, lUniversit dtat dHati dont les diverses facults ont t dmolies, dmanteles et qui ncessitaient une totale reprise en main. Cest ainsi que le recteur de lUniversit dHati le Dr. Jean Henry Vernet, lana un appel ceux de la diaspora, ces professeurs dorigine hatienne qui ont utilis leurs savoir, leurs connaissances la formation de jeunes, hatiens et autres, vivant hors de leur pays. Le Dr. Sylvan Jolibois, Jr., Professeur Associ de Gnie Civil et de lEnvironnement a la Florida International University (FIU) est du nombre. Il a rpondu oui lappel adress le 18 Juillet 2011 par le recteur de lUniversit dEtat dHati de venir aider la remise sur pied de lUniversit dEtat dHati. La lettre du recteur Jean Henry Vernet tait adresse au Prsident de la FIU, Mark Rosenberg, qui il demanda lautorisation de contribuer au relvement de lUniversit dHati en permettant au Dr. Jolibois, Jr., entre autres, de rentrer en Hati pour aider la rorganisation et la reconstruction des programmes acadmiques de la Facult des Sciences, dtruite par le tremblement de terre de Janvier 2010. Cependant le Prsident Mark Rosenberg dcida de ne pas donner suite la requte du recteur Henry. De son ct, le Dr. Sylvan Jolibois, Jr. ne se laissa pas dcourager et le 29 Aout 2011, il adressa une lettre formelle dans laquelle il informait ses suprieurs hirarchiques, quil ddiait une priode de 8 10 semaines de lanne acadmique, pour aller prter ses services en Hati. Le Prvt, Douglas Wartzok, Vice Prsident, Affaires Acadmiques, dans un propos par le Dr. Jolibois, Jr. Ce plan tait en effet parfaitement acceptable et lgal daprs les rgles acadmiques de l universit. En Janvier 2012, le Dr. Jolibois, Jr., remplit un des formulaires de demande sabbatique pour lanne acadmique 2012-2013. Il nest pas le seul avoir adress cette requte. Mais parmi les 15 appliquants, il est le seul dorigine hatienne et le seul noir. Mais bien quil ait t class 4me dune liste sabbatique, avec octroi de salaire complet, la demande du Dr. Jolibois, Jr. a t rejete sous prtexte que cela napporterait absolument rien lUniversit Internationale de la Floride, qui Le Dr. Jolibois, Jr. dcida de contester ce refus (quil souponna dtre teint de discrimination raciale et ethnique) et il formula une plainte devant le Programme : FIU Equal Opportunity (EOP), et devant le bureau federal du Equal Employment Opportunity Commission (EEOC), objectant quil tenir son superviseur en otage. Quant au rapport du EEOC, il ne prend pas position et se contente de rappeler que la dcision de la FIU peut tre conteste devant la Justice. Cest ainsi quen Juillet 2013, Anthony F. Sanchez, avocat au barreau de la Floride et spcialiste en matire demploi, reprsentant le Dr. Jolibois, Jr., adressa une Justice pour le Dr. Sylvan Jolibois, Jr.

PAGE 7

Page 7 ETAT DE DROIT OU DE NON DROIT ? Ban Ki-moon prend la dfense des Dominicains dascendance hatienne ( ... suite de la 1re page) ( ... suite de la page 2) les victimes de larrt (168-13) de la Cour constitutionnelle dominicaine soient rtablis dans leur droit la nationalit du pays o ils ont pris naissance et quils ont toujours considr comme leur. Appelant les parlementaires trouver une solution humanitaire, dans un contexte o cette question soulve (Minustah) sont accuss davoir introduit le terrible mal dans un pays o il avait disparu depuis au moins 100 ans. Santo Domingo est-il menac pour autant ? Le message du Secrtaire gnral tire son importance quil est prononc par le numro 1 des Nations Unies. Et donc, en principe, au nom de tous les pays membres de cette organisation. Si Santo Domingo dcidait de faire la sourde oreille, cela le mettrait-il automatiquement au ban des Nations ? La question est dautant plus importante que dautres (et non des moindres) sexprimant (rcemment) sur le mme sujet nont eu que des flicitations pour le prsident dominicain Danilo Medina. En effet le prsident Medina a promulgu le mois dernier une loi qui recommande de reconsidrer tous les cas de Dominicains dascendance trangre frapps par larrt 16813, et quon estime plus de deux cent mille ; cependant une analyse plus pointue montre que la majorit des descendants dHatiens concerns seraient rejets de la citoyennet dominicaine malgr la loi Medina. Or le Secrtaire dEtat amricain John Kerry, en visite Santo Domingo, en a flicit le prsident dominicain. Mais, que disons-nous, le prsident hatien Michel Joseph Martelly, lui aussi, a fait de mme. On ne peut tre plus royaliste que le roi, doivent Retour au temps de la Guerre froide La Rpublique dominicaine a donc plein de motifs pour ne pas craindre de tomber sous le statut de Etat hors-la-loi. Dailleurs aujourdhui cest courant de commettre des actes jugs quasi gnocidaires, sans encourir la foudre des grandes puissances. Oui, comme au temps de la Guerre froide Isral envahit la bande de Gaza la poursuite de ses ennemis du Hamas. Le bilan slve plus de 400 morts, o la population civile, cest--dire de simples citoyens sans aucun rapport avec lorganisation terroriste, compte pour les trois quarts, et o prs de la moiti des victimes sont des enfants. Les grandes puissances sont partages entre une certaine gne comme les Etats-Unis ou lappui inconditionnel Isral, comme le gouvernement canadien. Samedi la police franaise a charg Paris des manifestants dnonant le sort fait au peuple de Gaza. gouvernable alors que ce serait plus juste de dire entit chaotique non raisonnable Oui, nous voici donc revenus au temps de la Guerre froide, entre louest capitaliste et lest communiste. Lorsque Nixon-Kissinger passe lponge sur les pires exactions de Papa Doc, ou de Pinochet, ou du gnral X du Pakistan parce que tant des allis dans la lutte idologique le prsident Obama a dport vers leur point de dpart des centaines denfants, qui fuyant la violence faisant rage dans certains pays dAmrique centrale, ont cherch refuge en traversant la frontire avec les Etats-Unis. En mme temps quon ne doit pas stonner que les mmes Amricains considrent que lItalie devrait accepter les milliers de rfugis qui lui arrivent des pays dAfrique du Nord (dvors par la guerre civile) et de lAfrique sub-saharienne par la misre et le chmage. Bel exemple du chacun pour soi Entit chaotique non raisonnable Gaza est une bande ctire soi-disant libre de loccupation isralienne mais aussi bien que le Hamas sy dissimule pour balancer des roquettes sur lEtat hbreu, larme isralienne nutilise pas moins la population gazaouie comme chair canon pour poursuivre les militants du Hamas. Qui oserait dire que Isral est un Etat voyou ? Comme hier lIran des ayatollah, lIrak de Saddam Hussein, ou la Syrie de Assad. Ou, toutes proportions gardes, Hati sous Jean-Bertrand Aristide (2001-2004). Hati, classe aux cts de lAfghanistan, comme entit chaotique non Une manifestation de Dominicains dascendance trangre menacs de perdre leur nationalit pourraient travailler ensemble de manire plus troite. Un reprsentant dHati, Talot Bertrand, ingnieur agronome spcialiste en ducation relative lenvironnement, qui reprsentait le PROMODODEV Hati, a pos une question sur la possibilit de crer des accords entre les grands pays et les Fvrier a rpondu que les agriculteurs hatiens peuvent accder au march travers le CARICOM. Mais pas de manire isole. Il faut un mlange dacteurs. Par exemple celui de prendre bras le corps les problmes macroconomiques, tels que lamlioration du transport maritime et terrestre et la rduction des cots de transports. Avant dentamer le second panel intitul Apprendre du succs des commerces agricoles dans les pays ACP Escipion Oliveira a voulu dfinir lorganisation quil reprsente, le CARIBEX. Son but est promouvoir les changes commerciaux, aider lamlioration du climat commercial, collaborer troitement avec lUnion Europenne. Oliveira a mme rappel les missions commerciales quorganise rgulirement le CARIBEX en Europe, citant notamment la dernire en date ralise avec des producteurs de cacao hatien Abordant les problmes quaffrontent les Carabes, il a cit entre autres : une croissance lente et une balance commerciale dficitaire. Les pays de la Carabe ont des conomies qui sont en transition, qui sont passes dconomies agricoles des conomies bases sur le service. Hati et la Guyane seraient les deux pays dans les Carabes o lagriculture est jusqu prsent trs importante. Il a conclu son intervention en faisant ressortir limportance et la dpendance de lindustrie agricole lindustrie touristique. Il estime que ces deux secteurs doivent tre coordonns car ils sont insparables. Mme Shadel Nyack, directrice gnrale de Compton, jamais entrer en comptition avec les grands pays par rapport au volume de production. Comme lheure tait loptimisme, elle juge que ce nest pas ncessairement un dsavantage car ils peuvent mettre laccent sur la qualit, le prix et lexclusivit de leurs produits pour quelles soient comptitifs. N.D.L.R. : Le mythe du paradis insulaire beaucoup dmotion dans la rpublique voisine, le numro 1 des Nations Unies requiert un compromis et des consultations comme tres humains et comme leaders de ce pays. Dautre part, le Secrtaire gnral de lONU a mis en garde les autorits dominicaines contre ce quil appelle la privatisation de la nationalit. Privatiser ou offrir au plus offrant. Au meilleur prix. Alors que dans loptique de lONU, la nationalit se rattacherait aussi au concept des droits humains. Peu de ractions positives semblent avoir t enregistres du ct des parlementaires dominicains ( en croire le compte-rendu de Associated Press, repris dans le New York Times) : Pour Vinicio Castillo (ultra-droite), le discours de Ban Ki-moon nest que de linterfrence dans les affaires dun pays souverain. Reinaldo Pared, prsident du Snat, considre que le gouvernement dominicain est en train dessayer de rsoudre un srieux problme dimmigration. Ce nest pas vrai que nous faisons de la discrimination contre les Hatiens cause de leur race ou de leur couleur, ni cause de questions de nationalits Il ajoute que les Nations Unies devraient au contraire aider augmenter la scurit la frontire entre Hati et la Rpublique dominicaine. La veille, le Secrtaire gnral de lONU avait rencontr le prsident Danilo Medina. Il sest entretenu aussi avec des officiels onusiens qui lont probablement renseign sur le dossier. Sa tourne avait dbut en Hati, les lundi et mardi 14 et 15 juillet, o il a lanc, crit Associated Press, un programme pour aider amliorer la sanitation (assainissement) et combattre ainsi le cholra. Les casques bleus de la mission de maintien de la paix de lOUN en Hati contre le communisme. Epaulettes et lunettes noires Prenons encore le nouveau prsident dEgypte, le marchal Al Sisi, le tombeur du premier prsident gyptien lu dans des lections dmocratiques (comme si cela portait toujours malheur !), Mohammed Morsi. A peine lu son tour, Al Sisi condamne, oui, mort tous les dirigeants du parti adverse, les Frres musulmans. Les grandes puissances protestent. Du bout des lvres. Se sentant le vent en poupe, le nouveau pharaon paulettes et lunettes noires, jette en prison les journalistes qui osent le critiquer, nationaux et trangers. Protestations. Il rpond alors quil navait pas demand de condamner mais seulement dexpulser. Le marchal-prsident gyptien fait un peu mieux que Papa Doc qui condamnait, lui, ses journalistes mort aprs dhorribles tortures la prison de Fort Dimanche ; luimme leur donne le choix entre la prison et lexil Entre la famine ou la disparition Mais pire malgr tout que le pouvoir en place en Hati o la presse indpendante ne semble avoir le choix quentre la famine ou la disparition. Or vous verrez que dans le prochain rapport de Reporters sans frontires, lHati de Martelly-Lamothe aura gagn encore quelques bons points au chapitre de la libert dexpression. La dernire fois on tait tout juste aprs les Etats-Unis. Oui cest le monde renvers. Et attention que ce ne soit sur votre tte Rcemment nous nous tonnions que les Etats-Unis renvoient en Hati sans aucune considration des enfants retrouvs en mer parmi des boat-people. Le pays de Lincoln et de Jefferson, On a eu la rponse cette semaine lorsque, sous la pression des Rpublicains,

PAGE 8

Page 8 HAITI MIAMI ( MURS ... suite de la 1re page) ( ... suite de la 1re page) un peuple quelque peu unique en son genre. Cest un joyeux enterrement o le cercueil reprsente tantt le Brsil aprs sa brutale limination par lAllemagne (les ftards sont alors des passionns de lArgentine) ; tantt Depuis plusieurs annes on ne cesse de sinterroger sur cette passion dchaine de lHatien pour les slections nationales dautres pays. Majoritairement le Brsil, puis de plus en plus aussi lArgentine. Mais lAllemagne, lItalie ont aussi leurs fanatiques inconditionnels. De plus en plus et au fur et mesure que cette passion dborde les limites, linterrogation aussi augmente. Cette fois encore, loccasion du Mondial brsilien, le spectacle ntait pas seulement sur le terrain de jeu. Les camras du monde entier ont pris encore plus plaisir dpeindre en direct le jeu des motions et des sentiments sur le visage des spectateurs et spectatrices du Maracana ou de Fortaleza, la joie dbordante quand son quipe a marqu, la dception et les larmes amres quand cest la dfaite. Avec insistance bien sr sur les jolies femmes au visage peint aux couleurs nationales de leur pays. Et entre en scne fracassante des enfants, dont les sentiments font tout naturellement encore plus vrai, authentique, naturel. Oui cest la fte dans toute son acception. Sauf que chez nous, ce ne sont pas les couleurs nationales qui montent au ciel. A la grande surprise des trangers. Quest-ce qui fait les Hatiens tellement aimer le Brsil ? Ou lArgentine ? non daimer har. On a vu deux pays de lAmrique centrale se dclarer la guerre cause des rsultats dun match de football. La guerre du calcio Mais ici cest encore contre lHatien que lHatien dclare la guerre cause de la victoire ou de la dfaite dune quipe. Et qui nest pas son quipe nationale Allez comprendre. Chanter les funrailles du Brsil ou de lArgentine comme manifestation de ses sentiments, sinvectiver au risque den venir parfois aux mains, force est de se demander si la question na pas plus voir avec les propres sentiments de lHatien quavec le Brsil ou lArgentine ou avec le foot en gnral. Est-ce que lamour chez lHatien cest la passion draisonne. Quitte sombrer dans le non sens, le ridicule. Tant mieux si cela restait un jeu. Du marivaudage. Les jeux de lamour et du hasard. Mais ce nest pas toujours le cas. En tout cas cela nous entraine bien loin du naturel du Mondial. Chez nous cest autre chose. Cela pose problme. Singulier petit pays, comme dit le proverbe. Ainsi on pourrait se demander : est-ce que lHatien lui, et contrairement au spectateur brsilien ou franais ou argentin ou allemand, est-ce que lHatien naime pas davantage har que aimer ? Ne trouve-t-on pas davantage du plaisir chanter les funrailles de lquipe adverse, se moquer mchamment de lautre qu chanter les louanges de sa prfre ? Bref nest-on pas plus sadiques que tout ? Et si lon pousse un peu plus la mtaphore des funrailles, est-ce que ce quon souhaite ce nest pas tout simplement la mort de lautre. Vous me voyez venir nest-ce pas. Et si ctait l lun des traits les plus profonds de notre caractre, si lon peut dire, national ? Aimer mais avec comme agenda principal la disparition, la mort de lautre. Si ctait vrai, cela pourrait expliquer bien des choses, nest-ce pas. Au lieu de passer plus de temps mieux cultiver ce quon aime (par exemple aujourdhui la dmocratie, lEtat de vis vis lautre. On devient ds lors impuissant soi-mme, totalement neutralis. Auto-immunis. Et aussi bien les uns que les autres videmment. Et ce quil y a de pire, tout comme tout ce dchainement cest pour le Brsil ou lArgentine, eh bien justement ce ne sont mme pas pour nos intrts nous que nous nous battons ainsi. Voil. Yo banm yon ti kout pye, mwen vi n tonbe la a. Oui, sur vos orteils. Ay yay yay Normal. Le Gouvnman tient ses assises Miami aimer ou har ou aimer har ? ( \ P. 15) Devant lauditorium, une manifestation anti-gouvernementale lactif de lorganisation Veye Yo Diffrentes phases de lmission Gouvnman lakay ou performe School, en prsence dune foule considrable. En effet, les hatiano-floridiens ont rpondu en nombre linvitation du Consulat gnral dHati Miami, environ un millier de personnes dans la salle de confrence, et une cinquantaine dautres lextrieur cherchant entrer, mais les portes sont restes closes, par mesure de scurit. Cependant Sur le podium le Premier ministre Laurent Lamothe, entour des ministres Stphanie Balmir Villedrouin (Tourisme), Nesmy Manigat (Education Nationale), Jean Renel Sanon (Justice), Rudy Herivaux, (Communication), Wilson Laleau (Commerce), Franois Guillaume (Hatiens vivant ltranger). Il y avait aussi Godson Orlus (Chef de la Police nationale), et le Directeur gnral de lUCLBC (construction Chamber of Commerce, tout le monde en T-shirt rose, couleur du rgime Martelly (Michel Martelly, prsident lu de la Rpublique). Un invit inattendu, oui parce que le Prsident Michel Martelly nest habituellement pas au programme Gouvnman lakay ou Mais il arriva par surprise pour prsenter ses respects, faire un survol des principales ralisations du gouvernement, et indiquer que Hati est redevenue aujourdhui un centre dintrts, the place to be. Puis le Prsident se retira pour laisser la rencontre se drouler. Demble le Premier ministre ouvre la sance. Il y avait dans chaque expos deux parties bien distinctes: la prsentation par le ministre en charge des projets accomplis, suivie des questions des membres de lassistance. Une place trs importante a t accorde au Ministre de lEducation Nationale qui a pu longuement stendre sur le PSUGO ou Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire. Des chiffres sont cits. Chaque mois, le ministre reoit du CONATEL (organisme grant les tlcommunications) et de la Banque centrale (BRH) : 3 millions de dollars reprsentant la contribution des Hatiens de la diaspora. En effet, ces fonds proviennent des taxes perues sur les transferts vers Hati, mais galement sur les appels tlphoniques en direction dHati depuis les compatriotes vivant lextrieur. Mais le programme cote bien davantage. 55 millions de dollars par an (35 venant de la diaspora et 20 Millions du trsor public). Quant aux taxes verses par les Hatiens vivant en Hati, elles reprsentent une contribution de 2 millions de dollars par mois. Au total, un million quatre cent mille enfants passant de 50 % 88 %. Notre objectif, cest darriver 100 pour cent de frquentation dans les coles. Il faut que tous les enfants dHati puissent aller lcole sest exclam le Ministre Nesmy Manigat. La premire question a t pose par un journaliste hatien de West Palm Beach qui, dans un charabia incroyable, nest pas arriv se faire comprendre. Puis vint lex-vedette de la radio en Hati, Bob Lemoine, salu avec beaucoup damiti par le Premier ministre. Bob navait pas rellement de question. Il voulait surtout prsenter ses flicitations lquipe au pouvoir pour le travail accompli. Bob est suivi dune enseignante surnomme Teacher Carline :

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 23 Juillet 2014 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo Haitian president, prime minister meet diaspora in Haitis government brings its town hall gathering promised to follow up. By Jacqueline Charles of the Miami Herald Touting the importance of the countrys diaspora, Haitian President Michel Martelly and Prime Minister Laurent Lamothe brought their traveling government town hall to Haitis 11th department Saturday, 700 miles north of the Caribbean island to a high school auditorium. The young girl was referring to her mother, Wiline Absolu. The woman, according to an aunt, was arrested after police found a gun in her purse that she said had been planted by her boyfriend. Taking to the stage, the aunt later told of being given the run-around by lawyers who asked for as much as $15,000 to get the woman out of the Petion-Ville jail. Surprised by the amount, Lamothe demanded to know the lawyers name. He later promised that the matter would be addressed before the meeting was over. The tale, along with others about issues with customs, is the reason why Lamothe said he wanted to bring key government ministers and directors to South Florida. He said a commission will be set to follow up with the issues raised both during the town hall and in private meetings with South Florida Haitian community activists. This gives us an opportunity to hear directly from the people a very important constituency in Haitian economic affairs, a group that has been abandoned and neglected, Lamothe said. It gives them the opportunity to speak to their government in a direct way: cutting the clutter, cutting the red tape and the bureaucracy, having access directly to expose the problems. Thats the goal. The gathering brought Haitis ministers of commerce, education, justice, tourism, communications and diaspora to South Florida, as well as the head of customs, the Haitian Internal Revenue Service, the police chief and the director of the governments social food assistance program. For three hours, they spoke of changes that had been made, programs that were being worked on, and then took questions from members of the audience, who shared stories of stolen land, overpriced custom duties and other concerns. Before today, the town hall, called Gouvnman Lakay Ou, took place in regions around Haiti. But for the ninth edition, Lamothe decided to come north, a move that has been heavily and the government just backed down from plans to increase Both Lamothe and Martelly, who made an unannounced appearance at the start of the dialogue inside the auditorium at North Miami Senior High School, defended the decision. Even if we had spent $50,000 to see people who are sending $2 billion to Haiti, we have not spent a lot of money. On the contrary, Martelly said, directing his comments directly to the crowd. We know that with you we can do a lot of things the expertise. Haitis diaspora contributes about $2 billion in Avenue Partnership (NE2P) and District 5 Commissioner Keon Hardemon. The 9,500-square-foot space includes a refreshment and concession area, gift shops, arts and crafts, retail vendors and space available for private events. The renovations and technical and marketing assistance will be provided to all vendors. It is anticipated that new businesses will be created in this cultural hub, resulting in employment opportunities for the local community. contracted the mosquito-borne chikungunya (chik-in-GUHNyuh) virus has risen to 81. Floridas Department of Health says 15 new cases of documented in Florida contracted the virus while traveling in the Caribbean. Chikungunya is transmitted to humans by infected mosquitoes. It was documented in 40 countries in Asia, Africa last year. Symptoms typically begin three to seven days after being bitten and include fever and severe joint pain, often in the hands and feet. There is no vaccine, but it rarely kills those infected. People infected with chikungunya are urged to avoid mosquito bites to prevent transmitting the virus. President Martelly plays football in Miami Friday, President Michel Martelly played football Emmanuel (Manno) Sanon Soccer Park. The Little Haiti Traveling Youth Soccer Club was present to meet with the Haitian President. The Carnival of Flowers, which will take place on July 27, 28 and 29 in the capital, will employ over 1,500 people: makeup artists, dancers, designers, artisans, painters, restorers, choreographers and artists. The masked groups are rehearsing at the Vincent Gymnasium of Port-au-Prince. The building of viewing stands on Rue de la Rpublique and Rue Capois is moving quickly. Preparations are well underway at the Champ de Mars. Twelve bands will take part in the carnival parade on the Champ de Mars: Anbyans, Barikad Crew, Carimi, Shawl, Djakout # 1 Koudjay, Kreyol La, K-Zino, RockFam, Team Lobey, Micky T and T-Vice. between Haiti and the Bahamas Friday, at the Royal Oasis Hotel Petion-Ville, Thomas Jacques, Minister of Agriculture, Natural Resources and Rural Development, and his Bahamian counterpart, Alfred Gay, held a joint press conference to mark the signing of a Memorandum Agriculture. Labadie tourist destinationthe Prime Minister wants more As part of his tour in Miami, on the eve of the 9th town hall gathering Gouvnman Lakay ou, Prime Minister Laurent Lamothe, accompanied by Stphanie Balmir Villedrouin, Minister of Tourism and Creative Industry (MTIC), met with Adam M. Goldstein, President of Royal Caribbean Cruises Ltd. Pending the signing of a memorandum of agreement next month, the Head of Government and Adam Goldstein have agreed to develop the villages in the vicinity of Labadie. to promote agricultural production and local crafts. They also discussed the expansion of cruise visits to other tourist destinations in the country, including the Sans-Souci Palace and the Citadel. The Government, as part of its tourism development plan, will invest 40 million gourdes in the renovation and enhancement of the ruins of the Sans-Souci Palace. AVI ELEKSYONAsanble Stikasyon Vt Konte Miami-Dade lan pral reyini nan Biwo Sipviz Eleksyon an ki chita nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florida. Asanble Stikasyon Vt lan ap reyini nan dat kap swiv yo an preparasyon pou dirije Eleksyon Prim Konte Miami-Dade ki pral ft 26 dawout 2014. DAT/L AKTIVITE Mkredi 6 dawout 2014 10:00 a.m. 1. Ts lojik ak presizyon sistm manyen ekran ak sistm eskan optik lan ki pral svi pou bilten vt vote pi bon yo, bilten vt pa korespondans yo ak bilten vt biwo vt yo Vandredi 8 dawout 2014 2:00 p.m. 1. Enspeksyon an public bilten vt pa korespondans yo Lendi 11 dawout 2014 10:00 a.m. jiska Madi 26 dawout 2014 1. Ts lojik ak presizyon sistm eskan optik anvan depouyman ki svi pou bilten vt pa korespondans yo ak bilten vt pwovizwa yo 2. Ouvti ak pwosesis bilten vt pa korespondans yo (depi li neses) 3. Diplikata bilten vt yo (depi li neses) Mkredi 13 dawout 2014 Vandredi 15 dawout 2014 Mkredi 20 dawout 2014 Vandredi 22 dawout 2014 Lendi 25 dawout 2014 Stikasyon: 10:00 a.m. jiska nisyon (depi li neses) 1. Stikasyon bilten vt pa korespondans ki sipozeman pa valid yo (depi li neses) Madi 26 dawout 2014 Stikasyon: 3:00 p.m. jiska Vandredi 29 dawout 2014 jiska nisyon 1. Stikasyon bilten vt pa korespondans ki sipozeman pa valid yo (depi li neses) 2. Etale rezilta yo sou tablo 3. Rezilta prelimin yo (Pa Osyl) pou remt bay Eta a Vandredi 29 dawout 2014 Stikasyon: 9:00 a.m. jiska nisyon 1. Pwosesis bilten vt pwovizwa yo (depi li neses) 2. Stikasyon Rezilta ki Pa Osyl yo, enkli bilten vt pwovizwa yo (Limit-Midi) 3. Ts lojik ak presizyon sou sistm eskan optik apre depouyman ki te svi pou bilten vt pa korespondans yo ak bilten vt pwovizwa yo Madi 2 septanm 2014 Stikasyon: 10:00 a.m. jiska nisyon 1. Stikasyon Rezilta Osyl yo (Limit-5:00 p.m.) 2. Seleksyon konkou/kestyon ak biwo vt pou odit manyl Eta apre eleksyon Vandredi 5 septanm 2014 10:00 a.m. jiska Madi 9 septanm 2014 jiska nisyon 1. Pwosesis odit deklanche jiska nisyon Tout reyinyon sa yo ap ouv a piblik la. Pou yon entprt ki pale an siy pou moun soud oswa ankenn lt aranjman tanpri rele 305-499-8405 omwens senk jou davans. Dapre Seksyon 286.0105, Lwa Florid yo, yon moun ki ale an apl pou nenpt desizyon Asanble Stikasyon an te pran sou yon sij diskite nan yon reyinyon, pral bezwen yon anrejistreman pwosedi an, ki vle di se pou moun sa a asire li ke anrejistreman pwosedi yo ft motamo.Penelope Townsley Sipvis Eleksyon Konte Miami-Dade remittances that support schooling, healthcare and everyday living. Haitian migrants also contribute to the Martelly governments free education program through taxation of their phone calls and money transfers to Haiti. Caribbean 5925 NE 2nd Ave, Miami (Besides the Little Haiti Cultural Center) Hours: Thursday Sunday, 11AM 11PM The long awaited reopening of the Caribbean Marketplace (CMP) is back as a cultural marker in the vibrant Little Haiti community. For years, the venue has been a strong main corridor and has been easily identified by its bright colors and vibrant activity of vendors as well as Haitian and Caribbean culture. After undergoing a lengthy renovation to transform this cultural gem into a community staple for unique arts and crafts, Caribbean culture, special events, and community events, the highly anticipated reopening positions the Caribbean Marketplace as a vibrant addition to the Little Haiti Cultural Center next door and the burgeoning arts and culture spirit in Little Haiti. The reestablishment of this Marketplace is a collaborative effort of the City of Miami, in partnership with the Miami-Dade Department of Cultural Affairs, the Little Haiti Cultural Complex (LHCC), the Northeast Second Florida Hundreds of Haitian Americans, from activists to the cafeteria for the hours-long dialogue. The gathering was as much about receiving feedback from Haitians in South Florida, whose concerns ranged from justice and security issues to daunting customs taxes, as it was about the government touting its success. We have a slogan in the country, We have kidnapped, kidnapping, Haiti Police Chief Godson Orelus said, addressing one of the major concerns for Haitians. But the applause soon turned to loud sighs as the was it normal for someone to spend 12 months in jail without ever seeing a judge?

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES de la force publique dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. Me. Wilfrid ELIE Me. Vernet SIMON, Av. Doyen PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut octroy contre la en consquence le divorce du sieur Jean Wilfrid BERTIN davec son pouse ne Cartilina Glaude CERELUS pour injures graves et publiques exclusifs de lpouse ; prononce la dissolution des liens de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts relative lexcution de ce jugement. Rendu de nous, Jacques Hermon CONSTANT, juge laudience civile, ordinaire et publique du Mercredi Vingt-huit Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Wesley Substitut du Commissaire du Gouvernement, reprsentant du Ministre Public et avec la participation du sieur Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; lgalement requis. Ainsi signs : Jacques Hermon CONSTANT et Homre RAYMOND. Dispositif du jugement rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince en date du Vingt-neuf Mai deux mille quatorze. Entre : 1) Le sieur Bertrang PIERRE, demandeur dune part ; Et :2) La dame ne Rose Kerlyne LORMINE dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action. Admet en consquence le divorce du sieur Bertrqng PIERRE, davec son pouse ne Kerlyne LORMINE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil Compense les dpens. civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt neuf Mai deux mille quatorze en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph Me. Luckner MONDESEME, Av. PAR CES MOTIFS, sur les conclusions conformes du Ministre Public, le Tribunal maintient le dfaut requis et octroy la barre contre la partie dfenderesse, admet le divorce des poux Jean Roberton JACQUES davec son pouse la femme ne Bonite TALLEYRAND, prononcer en consquence la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux pour injures graves et publiques la Croix-des-Missions de transcrire dans les registres ce destins le dispositif dudit jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts la prsente dcision. Compense les dpens. ordinaire et publique du lundi vingt-six (26) Mai deux mille quatorze (2014), en prsence de Me. Nelson CILIUS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance de Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; lgalement requis. PAR CES CAUSES ET MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public accueille laction en divorce intente par le sieur Antoine Joseph pour tre rgulire en la forme, maintient le dfaut accorde laudience du vendredi onze (11) Avril deux mille quatorze contre la dame Anide Cadet pour dfaut de comparaitre et quant au fond admet et prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre le sieur Antoine Joseph et la dame Anide Cadet, pour injures graves et publiques ; ordonne quun extrait du dispositif de lEtat civil de la section Sud de Port-au-Prince aprs que toutes les formalits lgale auront t en ses attributions de divorce, ce vendredi Vingt-cinq (25) Avril deux mille quatorze, en prsence de Il est ordonn Etc En foi de quoi Etc Pour copie conforme collationne PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, de la partie demanderesse pour tre juste et fonde. ADMET en consquence le divorce de la dame Wilmine ALEXANDRE davec son poux Heimlich SCUTT pour injures graves et publiques, prononce Civil de la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers Tribunal, compense les dpens. Ainsi jug et prononc par nous, Gertie Lon ALEXIS, Juge en audience Civile et public en date du vingt-huit Avril deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Aronce VILLARD, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance de Monsieur Jean Serge DUVERT, Il est ordonn etc En foi de quoi etc Me. Luc SAINVILIO. Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au Palais de Justice de cette ville, a rendu en audience publique et en ses attributions civiles le jugement suivant entre ; 1) 001-391-325-0, 490434 etA281355, avec lection de domicile en son Cabinet sis au no. 3 de la Rue Ennery de cette ville, demandeur dune part ; Et : 2) la dame Ovaine LOUISSAINT ne Dieudonne DALCE, propritaire, demeurant et domicilie Port-au-Prince, dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le admet en consquence le divorce du sieur Ovaine LOUISSAINT davec son pouse ne Dieudonne DALCE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse, prononce la dissolution des liens Port-au-Prince de transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts compense les dpens. Ainsi jug et prononc par nous, Raymond JEAN-MICHEL, Juge en audience civile ordinaire et publique du dix-huit Juin deux mille quatorze en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Joseph PIERRE LOUIS, Il est ordonn, etc En foi de quoi, etc Ainsi sign : Raymond JEAN-MICHEL et Joseph PIERRE LOUIS. Me. Jean Eugne ELASCO, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; Maintient le dfaut octroy contre la partie consquence, le divorce du sieur Wisler MAURILLAS davec son pouse ne Magalie BIGORD pour incompatibilit de caractres, injures graves et publiques, prononce la dissolution des liens Carrefour de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers lexcution de ce jugement ; compense les dpens. RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi sept Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Wesley, Substitut du du sige. Il est ordonn etc .. En foi de quoi etc PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs en avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrante, accueille 22 Avril 2013 01 heure 40 minutes de laprs-midi ; ce, pour navoir pas t rabattu. Aux termes de larticle 287 du code de procdure civil Luc D. HECTOR. ADMET le divorce des poux sus-parls pour incompatibilit de caractres et pour injures graves et publiques envers son poux au vu de larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux tout en destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux de Droit tout en compensant les dpens en raison de la qualit des parties. Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de Premire Instance de Miragone en audiences publiques et civiles de divorce en date du Lundi 22 Avril 2013 2 heures du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de Premire Instance de Miragone, Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; aux En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du juge, le Commissaire du PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs en avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrante, accueille 22 Avril 2013 01 heure 40 minutes de laprs-midi ; ce, pour navoir pas t rabattu. Aux termes de larticle 287 du code de procdure civil Luc D. HECTOR. ADMET le divorce des poux sus-parls pour incompatibilit de caractres et pour injures graves et publiques envers son poux au vu de larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux tout ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de Premire Instance de Miragone en audiences publiques et civiles de divorce en date du Lundi 22 Avril 2013 Av. Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de Premire Instance de Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du juge, le Commissaire du PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen au vu de la loi, le Ministre Public entendu, admet et prononce le divorce des poux Onel MAEL, la femme ne Vigueltha BAYARD sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Compense les dpens, vu la qualit des parties. Ainsi jug et prononc par nous, Me. Vernet SIMON, Doyen du Tribunal de Premire Instance de Hinche, en audience civil et publique du Lundi dix-sept Mars deux mille quatorze, en prsence de Me. Molon RICHARD, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et Il est ordonn tout huissier sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; aux ( / p. 15)

PAGE 12

Page 12 MIAMI DADE Kontinye nan lt paj laPenelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-DadeAVI LEGALDapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Adams, Edward J 139 S Redland RD APT 108 Ferguson, Jovan M 19801 SW 110Th Ct #705 Aguilar, Virginia Q 920 Sevilla AVE APT 104 Ferrell, Courtney D 5000 SW 57Th Ave Alexander, Maurice A 753 NW 7th Ave Fice, Jerome L 18960 NE 2nd AVE #2-103 Alonso, Claudia M 10500 NW 138Th St Figueroa JR, Fred 18420 NE 12th Ave Ambrogi, Octavio 20101 SW 180Th Ave Filgueira, Ivan A 1418 E Mowry Dr APT 105 Andrews, Louis 15889 NW 39Th Pl Flax, Jermaine D 28205 SW 124Th Ct Avila, Noel L 9250 SW 43Rd Ter Flowers, Trevor M 11241 SW 177th ST Ayauca, Mariana C 10510 SW 143Rd Ave Fowles, Jeffery 1465 NW 42Nd St Basquez JR, Nicholas A 1861 NW South River Dr UNIT 2610 Fox, Albert L 2294 NW 58Th St Basso, Roberto R 3722 SW 133Rd Pl Francis, Wallace 726 NE 1St AVE Baugh, Roddney L 360 NE 18Th Ave UNIT 207 Garrett, Daniel D 2347 NW 55Th Ter Bennett, Keaton T 1445 NW 73Rd St Geddis, Tenisha T 1201 NW 2Nd Ave #9 Betties, Howard W 8465 NW 17Th Ave Ghent, Reginald H 20651 NW Miami CT Bodiford, Johnnie R 3355 NW 195Th Ter Goldberg, Leonard M 251 174Th St APT 815 Brinson, James J 9300 Nassau DR Gonzalez, Pedro R 1325 SW 11Th St #B Bromell, Tavares A 1398 NW 55Th ST APT B Graham JR, Rodney B 9370 Little River BLVD Brown, Aubrey G 3601 Oak AVE #2 Grant JR, William 2020 NW 1St Ave Brown, Laval R 9150 NW 7Th Ave Grant, Gregory R 3075 NW 69Th St Brown, Ricky 1356 NE 110Th St Graves, Cory T 16015 NW 28Th Ct Brust, Cheryl J 321 NE 58Th TER Green, David R 1775 James AVE #120 Bruton, Danny L 1201 NW 2Nd Ave #3 Green, Jeffrey A 10714 SW 152Nd Ter Bryant, Netisha M 1190 NW 65Th St APT 2 Greene-Honore, Richard 13341 SW 204Th St Bryant, Willie J 2300 NW 141St St Guerrier, Alex A 1800 NW 133Rd St Butler, Rodney B 2511 NW 55Th ST Haggins SR, Antwann G 14270 NW 22Nd CT Calle, Gustavo 3640 Yacht Club Dr #304 Harrell, Travis L 4149 NW 23Rd CT Canty, Ronzail S 6063 NE Miami Ct Harvey, Gloria M 8231 SW 45Th St Cepero, Rodolfo P 6972 SW 4Th St Harvey, Walter J 8231 SW 45Th St Chavez, Helen 6720 NW 23Rd Ave Haynes, Grace D 1290 NW 22Nd Ave Chavis, Anthony A 1161 NW 104Th St Hedg-Peth, C G 7400 SW 50Th Ter STE 201 Cheatham, Marvin T 1870 NW 73Rd St Hernandez, Clemente S 1717 N Bayshore Dr APT 1644 Clanton JR, Lonnie J 1102 NW 100Th St Hernandez, Gilbert 14566 SW 18Th St Clark JR, Alton 3091 NW 76Th ST Hernandez, Hector 15300 SW 106Th Ter APT 533 Collins, Charles Z 2500 NE 191St St 3 Hernandez, Mercedes 11023 W Okeechobee Rd #201 Colon, Jorge 12395 Grifng Blvd Hernandez, Robert H 1055 NW 112th Ter Conde, Gregory 55 NW 209th St Herrera, Lamar 2936 NW 132Nd St Apt 223 Coney, James A 1550 N Miami Ave UNIT #361 Hill, Branden C 2310 NW 180Th TER Cooper II, Perry L 11211 SW 181St Ter Hill, Constance L 2603 NW 79Th Ter Cooper, Robert T 726 NE 1St Ave Hionas, Bill 7600 Collins Ave #101 Corey, Rahming 3078 NW 60th St Holloway, Eugene C 17600 NW 5Th Ave APT 305 Coto, Roberto V 6425 NW 171st St Hubbert, Charice E 301 NW 22Nd St #114 Cruz JR, Reinaldo S 7831 SW 162Nd Ct Isom, Douglas E 1543 NW 52Nd St Cunningham, Sparkman 6520 NW 11th Ave Ivory JR, Rayeld 8890 NW 22Nd Ct Dalrymple, Rohan 2370 NW 43Rd St Jackson, Robert 5891 SW 62Nd ST Daniels, Ingrid E 28271 SW 136Th Pl Janvier, Tangela D 3155 NW 93Rd ST Dasher JR, Larry E 10995 SW 223Rd ST Jefferson, Vincent 1216 NW 67th St Davis, Gregory W 968 NW 2Nd St Johnson JR, Kenneth 840 NW 10th St Davis, Hasker A 312 SW 11Th Ave #3 Johnson, Latonya R 5529 NW 7Th Ct Apt REAR Davis, Quinton J 916 NW 15th St Jones, Alfred S 651 NW 58Th St #211 Dawson, Jerome 2284 NW 95Th St Jones, Clarice G 715 SW 3Rd Ter Del Aguila, Juan C 6020 SW 133Rd Ct Jones, David 18680 SW 376Th St Dennard, David 10503 SW 153Rd St Jones, Dwayne 3148 NW 50th ST Dennis, Baren K 1739 NW 85th St Jones, Quintin L 1877 NW 73rd St Denson, Eddie C 1821 NW 83rd ST Jones, Vernon 14632 SW 280Th ST APT 103 Dickson SR, Philip D 3240 NW 209th Ter Jones, Willie D 26940 SW 144Th Ave Dingle II, David L 3743 Charles Ave Jones, Willie L 223 NW 12Th St Apt 10 Dixon JR, Allen J 1340 NW 55Th St Jordan, Adolphus M 201 NW 7Th St #202 Dixon, Donna M 2040 York St Joseph, Samuel Z 2770 NW 211Th St #PH Dixon, Kevin J 6560 SW 59Th Ave Jules, Mickes 231 NE 55Th St 4 Dubur JR, Kasim 1250 Pennsylvania Ave APT 2 Kelly, Gary E 8821 NW 15Th Ave Duffner, Alvina 185 Ocean Blvd Kemp, Harold S 2200 NW 54Th St 409 Duncan, Patrick D 6149 SW 64Th ST King, Jimmy L 5311 NW 30th PL #6 Elliott, John G 21301 NW 37Th Ave Lemay, Jean P 1045 NE 4Th AVE Elps, Nathan W 2370 NW 108Th St Lerette, Earle J 7630 SW 135Th Ave English, Armando A 460 NW 84Th St Leza, Jorge A 7010 NW 186Th St APT 220A Everett, Lanea D 1401 NW 7Th Ave Lightfoot, Debra A 3070 NW 61St ST

PAGE 13

Page 13 COUNTY Kontinyasyon paj presedan anPenelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Lockhart, Itangela V 2000 NW 68Th St BLDG 2-205 Rosado, William 345 Sharazad Blvd Lodigensky, Mark 968 NW 2Nd St Royal, Michael W 3110 NW 82Nd St Lollar, Jeffrey J 5601 NW 2Nd AVE APT C Rozier, Timmie 4930 NW 182Nd St Lopez, Esteban 9719 Hammocks Blvd #J108 Russell, Keela N 7735 NW 6Th Ave Lopez, Oscar 2921 Village Green Dr Salinas, Nadia M 11538 SW 6Th Ter Love, Tracy G 14421 Jefferson St Salley, Louis P 11511 SW 187Th St Lovett, Dexter E 6010 SW 68Th St Sanders, Loretta M 20225 NE 34Th Ct APT 213 Madison, Rantrell N 15901 NW 18Th Ct Scanes, Leonard U 2361 NW 208Th St Madrigal, Georvie A 1780 NW 21St Ter Scott, Dwight C 864 NE 144th St Marsh, Thomas 555 NW 124Th St Scott, Phillis W 5537 NW 5Th Ave Apt B Martin, Darrish B 14920 NW 3Rd Ave Senat, Benson K 2104 NE 167Th St #N2 Martinez, Frank 600 NW 132Nd Pl Seymour, Trevor A 1810 NW 55Th St Martinez, Jose M 3775 SW 1St St Shazier SR, Robert H 220 NW 11Th Ter APT 7 Matin JR, Andre 3240 NW 203Rd Ln Smith, Denard D 3531 Grand Ave APT 1 Mc Donald, Johnnie A 5932 SW 62Nd Ter Smith, Eric G 16421 NW 21st AVE Mc Queen, Dexter 320 NW 51St ST Smith, Jamel L 2511 NW 166th St McKinnon, Charles 5250 NW 26Th Ave Smith, Randy 1873 NW 55Th St Mears, Joseph A 778 NW 146Th St Smith, Shawn 985 NE 33Rd TER UNIT 103 Metellus, Evans 140 NW 116Th St Snow, Anttwan T 815 NW 14Th St Miller, Stephanie 6521 NW 13Th Ct Sobrino, Juan R 19825 NW 44Th Ave Milton, Johnny T 14535 SW 106Th Ct Steighner III, John C 2544 NE 182Nd St Mitchell, Darrell T 726 NE 1st AVE Stevens, Linda D 6210 NE 5Th Ave APT 2 Montalvo, Maria V 345 Ocean Dr #214 Stewart, Deshawn L 3155 NW 49Th St Moore, Nakia C 2855 NW 163rd St Strachan, Sean L 2959 NW 56Th St Morales JR, Virgilio 14003 Lake Placid Ct Suarez, Juan C 8911 SW 152Nd Ct Moreland, Loretta L 20225 NE 34Th Ct #213 Swan, Carl J 1485 NW 53Rd St Morris, Eric J 16221 NW 19Th Ave Taramona, Yesenia 12205 NW 99Th AVE Naylor, Deninah R 20829 NW 24Th Ct Tarin, Victor M 7800 SW 70th St Negron, Christopher R 3620 SW 22Nd Ter Taveras, Martin 840 W 77Th St #B Newman, Wayne F 670 NW 50Th St Taylor, Corey A 767 NW 41st St Nichols, Kenneth 2515 NW 46Th ST Tezanos, Florencio L 10305 SW 103Rd Ln Nieves, Ryan 8445 Ardoch RD Thomas, Allen D 2410 NW 171St TER Norman, Charita C 750 NW 18Th Ter Apt 802 Thomas, Beanco A 19473 NW 28Th Ct Norman, Richard H 340 Giralda Ave APT 811E Thomas, Wayne S 3000 NW 92Nd St Nunnally, Michael 7725 NW 22Nd Ave Tirse, Cecilia C 3620 NW 19Th Ter Ortiz, Reinaldo F 1065 NW 29Th St 5 Torres, Gian C 2015 SW 3Rd ST APT 6 Palacios, Jordano 825 83Rd St Townsend, Rudolph W 3464 Frow Ave Parrish, Barbara F 2271 NW 60Th St Turke, Francisco J 19701 SW 232Nd ST Pasquet, Michael J 10801 Perry DR Valdes, Rafael O 21367 SW 238Th St Patterson, Beverly 1535 NW 1st AVE #1 Vega, Moise 731 SE 1St St Pearson, Leon G 1140 NW 136Th St Villalba, Evelio 8473 NW 193Rd Ln Pena, Max J 13920 NE 16Th Ct Vinson, Barbara J 14500 Tyler St Penaherrera, Cesar G 520 NE 26Th St Walker, Donald 350 NW 4Th St Apt 101 Perez, Humberto 8966 NW 150Th TER Ward, Danyell 360 NW 67Th St Perez, Jeffrey R 245 SW 63Rd Ave Ward, Ronnie 1550 N Miami Ave Petit, Nathalie 300 NW 53Rd St Watson, Willis C 3761 NW 175Th St Petithomme, Harold 18680 SW 376Th St Watts III, Walter R 140 NW 59Th St Phillips, Kevin 342 NW 11Th St #22 Webb, Jessica H 13206 SW 144Th Ter Porter, Horatio J 18000 NW 31St Ave White, Maurice L 17114 NW 9Th Ave Powell, Dwight W 7770 NW 9Th AVE White, Tony 1390 NW 53Rd St REAR Preston, Thomas 5511 NW 12Th Ave Whitley, David L 1796 SW 12Th ST Prieto, Vanessa M 850 W 49Th St APT 603 Wilcox, Richard 1960 NW 188Th Ter Rahming, Corey J 3078 NW 60Th ST Williams JR, Arthur L 586 NW 10th St Ramgeet, Robert C 8845 SW 128Th St Williams, Donald 3311 NW 49th St Ramos JR, Jose R 14301 SW 88Th ST APT 206 Williams, Georgiana Y 2739 SE 15Th Pl Randle, Raymond 960 NE 152Nd ST Williams, Gerry V 793 NW 115Th ST Reliford, Donald L 11050 SW 197Th St apt 109 Williams, Lamar M 1916 NW 5Th PL Ricardo, Miguel 17845 SW 111Th Ave Williams, Marvin L 26750 SW 138Th AVE Rivera, Otto F 9430 SW 93Rd Ct Williams, Morris L 1815 NW 1St Ct 11 Rodriguez, Cesar A 20773 NW 41St Avenue Rd Wilson SR, Erick L 918 NW 3Rd St Rodriguez, Rafael E 9161 NW 177Th Ter Winkeld, Anthony H 10875 SW 218Th Ter Roif, Herman 747 NE 94Th St Wollman, Michael D 365 NE 125Th St APT 410 Rollins, Michael W 574 NW 6Th St Wright, Brian L 19530 NW 11th CT

PAGE 14

Page 14 LES JEUX Solutions de la semaine pass eMARACANA EVAPORER CI#P#ETA OFLAG#OC NA#U#R#H NU#VOICI UNIR#N#D SERINGUE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD RATING RATINE RETINE RETIRE DETIRE DELIRE DELURE SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeMALADIFONGLEE AVERES N E S I C E RSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de ONGLEE, AVERES, en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots MlsTrouvez les 32 joureurs ayant marqu plus dun but lors du mondial pass dans le carr ci-dessus L L I H A C C T S L R I D I R A Y E W Y I A C C U O S E N A K R O O S R H M P I B S P A C N A V I J U U R E Z B E A M S A G R P E R S I E Z E M Y I O Z E E R C I K U Z D N A M L M P E R R Y M Z D Y V E E S S U K L U U V E U Y N A Z J B D E E L N G R I S D O I T S B J L U Z O A I M N P B C E A R A L D J U S Y R U H M N O N A B E Y S L T E G D S O E G C M O R S L E M M U H O A L D H Y U L M A R T I N E Z R A N E E V G D N S H A Q I R I V C Z N R O Il y a dj quelque temps, ctait en fvrier 2009, je recevais Mlodie and Company Sanma Guito qui venait parler dun projet dassainissement et il avait lanc une ide que je trouvais gniale. Pour lui, aprs chaque session de march public, les dchets, qui sont organiques, devraient tre collects pour quon en fasse du compost qui servirait aux paysans pour enrichir leurs jardins. Il y avait donc comme un cycle : les fruits et lgumes produits la campagne partaient vers la ville, mais les dchets retournaient vers la campagne pour produire dautres fruits et lgumes. Jai pris lhabitude dappeler cela le cycle Sanma Guito mais je nai encore pas eu grand succs dans la publicit que jai fait autour. Et voil que dans la LA LETTRE DE LAFD du 5 juin 2014 je tombe sur un article intitul : La valorisation des ordures mnagres, un outil de lutte contre le changement climatique Il sagissait du projet Africompost, men par le consortium Fondation GoodPlanet Gevalor ETC Terra dans 6 grandes villes africaines. On commence par nous dire que La gestion des dveloppement, o les municipalits doivent faire face des limits Lide est donc que le tri et le compostage permettent damliorer la gestion locale des ordures mnagres, tout en Il faut savoir en effet que Les dchets sont serre lchelle de la plante. Ces missions proviennent de la production de mthane gnre par la dcomposition des ordures mnagres. Le compostage permet au contraire une dcomposition sans mission de mthane Mais ce nest pas tout. Un autre enjeu est de produire locaux et de les convaincre de lintrt de ce type de produit (engrais naturel et amliorant la structure du sol) par rapport lutilisation dengrais chimiques souvent moins coteux mais Je retrouvais donc mon cycle Sanma Guito mais cela ne devait pas sarrter l. Cest en effet durant cette mme semaine que sest tenu le forum sur la Restauration de auquel je viens de consacrer deux articles (voir Restauration de la productivit des sols (1 et 2) HEM Vol. 28 # 25 du 0915/07/2014 et # 26 du 16-22/07/2014) or lune des 6 rgles pour une restauration rapide de la productivit nonces par Eric Roose tait Nourrir les plantes et pour cela il faut Recycler les dchets : 1. Dchets de culture, des mnages, cendres 2. Dchets industriels: brasserie, abattoir, moulins canne 3. Dchets urbains : les produits ruraux collects sur les marchs, chez les familles retournent la terre priurbaine pour la production maraichre ici nous sommes en plein dans le cycle Sanma Guito et Roose signale que cela permet de rsoudre certains problmes de sant, de pollution et de gaspillage. De toute manire, lide du recyclage a dj fait pas mal de chemin. Les dchets sont une ressource titrait un article publi cette semaine dans qui parle dune conomie du recyclage Le mme sort pour juillet 2014, un numro hors srie de la revue ENVIRONN E M E NT & TE CHNIQU E consacr aux nouvelles matires premires Le mme dans un article intitul : Une dun dveloppement climato-intelligent parle dune tude labore par le Groupe de la Banque mondiale et la ClimateWorks Foundation. Intitule Pour un dveloppement intelligent face au climat : Additionner les effets positifs des la pauvret et faire face au changement climatique, ltude fournit des donnes concrtes pour aider les responsables politiques apprhender le potentiel plus large que reclent les investissements en faveur dun dveloppement intelligent face au climat. Ltude analyse galement limpact potentiel de quatre projets locaux dont celui portant sur la gestion des dchets au Brsil sils taient dvelopps lchelle nationale. En effet, le Brsil, exprimente actuellement la voie de la valorisation nergtique des dchets. La construction de sites de traitement en mesure de rcuprer les missions de Restauration de la productivit des sols (3) gaz effet de serre peut avoir une cascade deffets positifs : amliorer la sant humaine mais aussi crer des emplois, Nous voil trs loin de notre sujet de dpart, mais je tenais mentionner ces publications, dabord parce que, quand on a une bonne information on se doit de la partager, et puis pour montrer que mon cycle Sanma Guito ntait pas une ide si farfelue que cela. Revenons maintenant notre actualit, et l jai deux problmes, pour commencer. Sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier, on avait entrepris la construction dune usine qui devait traiter les ordures de Port-au-Prince. Autant que je sache, lusine a t construite ; elle tait situe sur Delmas 33, pratiquement au fameux carrefour Grald Bataille. Vous ne verrez rien, car elle nexiste plus et la zone est devenue un grand bidonville. La question laquelle je nai pas de rponse est de savoir pourquoi le projet na jamais abouti. Je crois tre tomb sur un fait du mme genre dans un pays de la Carabe ; on pourrait samuser mener une petite enqute, juste pour savoir. Mon second problme cest lUCOMEC (jespre ne pas me tromper dans le nom). Il sagissait aussi dune usine de traitement des ordures mnagres, mais cette fois-ci au Cap Hatien. Lusine a fonctionn ; elle fabriquait du compost que lon pouvait acheter. Et puis un beau jour tout sest arrt. Je sais que, un certain moment ils ont eu un problme avec des organisations qui rclamaient la terre comme terre de lEtat. Mais un informateur ma fait savoir que la vraie cause de larrt est chercher dans le comportement du Ministre de lAgriculture. L aussi, il faudrait mener une petite enqute. Quoiquil en soit, ces deux expriences malheureuses ne doivent pas nous empcher de nous lancer dans laventure ; pour que nous rations aussi cette occasion. Mais attention cela suppose un tel changement de mentalit et de comportement, tant chez les producteurs de dchets, qui auront les trier, que chez les utilisateurs potentiels du compost et ceux qui les encadrent quil faudra beaucoup dinformation, de formation, et peut-tre aussi un peu de bton Justice pour le Dr. Sylvan Jolibois, Jr. protestation devant le tribunal fdral U.S. District Court du Sud de la Floride. Mais en dcembre 2013, sans autre Sylvan Jolibois, Jr. La communaut hatienne ragit : du Jean se dclarent choqus et dus devant cette dcision de FIU. Une page de Facebook ( Committee Against Discrimination at FIU )est mise la disposition de la communaut internaute. Elle contient une ptition que tout un chacun, n importe o au monde, peut remplir sur le Web. La ptition prsente les arguments ncessaires pour la rintgration du Dr. Sylvan Jolibois, Jr. au sein de lUniversit Internationale de la Floride. Le Dr. Jolibois, Jr., a fait ses tudes de bachelier Howard University et a complt son doctorat lUniversit de Californie-Berkeley. Il faut rappeler que daprs les sondages annuels (2015) de lhebdomadaire US News and World Report, UC-Berkeley a le meilleur programme de formation doctorale en Gnie Civil aux Etats Unis. Le Dr. Jolibois, Jr. a fourni ses services pendant trs longtemps non seulement la Tour dIvoire mais dans les cercles ducationnels. De plus, il est membre du NAACP Higher Education Committee, pour ne citer que quelques exemples de sa participation aux divers programmes daide lducation des jeunes. Il est une personne modle pour sa communaut. Il High School. Il est le fondateur et directeur du City of North Miami Scholarly Training pour le dveloppement urbain des jeunes, un programme acadmique recherch. Il existe une longue liste dapprciations concernant sa contribution ce programme, ainsi qu dautres organisations communautaires comme la Haitian American Center for Economic and Public Affairs (HACEPA) et la Black Employees Association (BEA) de la FIU. A la longue liste dinitiatives auxquelles la communaut hatienne lui est redevable, il faut ajouter le programme de transport en toute scurit de la population du sud de la Floride. Il a assur une surveillance troite aux tudiants de toutes les races de tous les groups ethniques, et il a t particulirement un modle pour les tudiants dorigine africaine de la facult dingnieurs et des sciences. Le prsident Mark Rosenberg et le FIU Board of Trustees peuvent encore revenir sur leur dcision en adoptant une attitude juste. Le refus de FIU daccorder au Dr. Jolibois, Jr. ce cong sabbatique est une vritable attaque aux centaines dtudiants tant dici en Floride, et quen Hati, attendant avec impatience laide du Dr. Jolibois, Jr. pour le redressement de leur universit. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que cette contribution du Dr. Jolibois, Jr. constituerait une exprience Internationale de Floride dans son ensemble. En attendant, le procs juridique de deux semaines pour le cas du Dr. Jolibois commencera le 22 Septembre 2014 sous la prsidence de l Honorable Judge K. Michael Moore. En effet, en plus du FIU Board of Trustees, lavocat Sanchez a jug ncessaire dajouter les quatre administrateurs, a savoir, Mark Rosenberg, Prsident, Douglas Wartzok, Prvt, Amir Mirmiran, Doyen de lEcole de Gnie, et Atorod Azizinamini, Chef du dpartement de Gnie Civil et de lEnvironnement, dans cette protestation lgale. ( ... suite de la page 6)

PAGE 15

Page 15 HAITI MIAMI Carline dit que les professeurs de la diaspora ne savent par o passer pour participer aussi au programme. Une question un peu drangeante pour le titulaire Est-ce que quelquun peut passer 13 MOIS en prison, sans tre prsente devant un juge (cest la fameuse dtention prventive prolonge si courante mais aussi dnonce chez nous). plus dune anne en Hati. Malgr de grosses sommes dbourses, laffaire na jamais pu tre rgle, poursuit-elle les larmes aux yeux Le Ministre de la justice bredouille: Non, quelquun On na pas le droit de garder votre maman en prison sans que lon ait entendu parler delle. Etc. Le Premier ministre demande au ministre de passer On passa une autre question : Justement les conditions dans les prisons hatiennes sont dplorables. Trop de gens dans les prisons. Le gouvernement a-t-il un programme pour la construction dautres prisons? Le Ministre rpond en demandant celui qui a pos la question sil sait combien cote une prison ? Puis lon passa au Directeur gnral de la Direction Gnrale des Impts (DGI) Et l, ce fut une pluie de questions, entre autres propos de proprits qui leur auraient t drobes par des gens vivant en Hati, et quils narrivent pas rcuprer. Idem le Directeur gnral de la Douane, dtre mis lui aussi sur la sellette. Le ddouanement de biens envoys au pays se rvlant un casse-tte. Raymond Elie enchaine avec une question: en 1983, le gouvernement hatien a supprim la facture consulaire, ce qui lui permettait de contrler les prix de tous les produits qui entraient au pays. 31 annes plus tard, le gouvernement na toujours pas su trouver une solution. Alors pourquoi ne pas rtablir la facture consulaire, ce qui dailleurs crerait des dizaines demplois ? Sur ce, une question insolite : Jai envoy une grosse voiture en Hati et jai mis un petit truck lintrieur de la grosse voiture. La compagnie de transport na pas envoy les papiers de la petite voiture. On a tout saisi en douane en Hati: la grosse comme la petite voiture. Alors que javais les papiers corrects pour la grosse voiture. Autre question: Mwen se moun Grand Boukan, nan Nippes. Nou te kotize et nou voye yon jeneratris 4.000 dola, 2 transfmat pou bay kouran nan komin lan. Il nous faut des A ce moment, Lamothe demande au Consul dHati de dgager une salle ct pour recueillir les dolances qui commenaient par leur nombre dpasser toutes les attentes. Et le Premier ministre dannoncer quune structure spciale va tre cre pour recevoir toutes les griefs de la diaspora. comme celles poses au numro 1 de la DGI. Des gens de la diaspora perdent leurs proprits, parce que ntant pas sur place, quand des gens malhonntes sy installent. Et quand ils demandent un avocat de rgler la question, souvent ils se font gruger. Lavocat leur demande des milliers de dollars, les papiers de la terre et disparait sans laisser de trace. Laurent Lamothe a recommand la formation dune commission de suivi pour poursuivre les dmarches. Cette commission comprend entre autres : Gepsie Metellus de lorganisation Sant-La, Jean Robert Lafortune du Haitian American Grass Roots Coalition. Viola Pierre, Pierre Alcindor, Alex St Surin. La prsentation de la Ministre du Tourisme a t plutt reposante aprs celles qui lont prcd Le nombre de touristes venant en Hati a augment de 20 % et la plupart de ces touristes sont des DIASPORA (!). Cela a pu tre obtenu grce aux amnagements apports dans divers sites. A parti dOctobre, American Airlines va atterrir aussi laroport international du Cap Hatien, annonce la ministre Stphanie Balmir Villedrouin. Elle passa en revue des amnagements raliss dans la zone NORD : le Parc de la Citadelle o un million de dollars ont t investis, avec Centre daccueil Choiseul, Coffee shop, un centre dartisanat. Amnagement dun Muse dArtillerie la Citadelle Christophe. Reconstruction du march artisanal du Cap Hatien. Dbarcadre la Baie de lAcul. Observatoire de Boutilliers. Rhabilitation de Fort Jacques. Ouanaminthe, bureau dinformation touristique. Puis dans dautres parties du pays : Amnagement de Saut dEau ; Village de Noailles, installation de lampadaires solaires. Sans omettre laccueil dsormais lAroport Toussaint Louverture. Pour JACMEL, Boulevard touristique Ption Bolivar ; Centre de Convention Lassistance tait muette dadmiration Au chapitre de la Reconstruction, lingnieur Harry ADAM, directeur gnral de la UCLBP, stend sur la rhabilitation des quartiers et sur les units de logements construits pour accueillir les dplacs du sisme de janvier Feuilles, Croix des bouquets, Village Lumane Casimir ; Aprs ce dialogue de plusieurs heures, il revint au PM de conclure avec un rsum des diverses prsentations. La Douane annonce la cration dun bureau de dolances only pour la diaspora. Toutes les organisations ayant fait le dplacement reoivent des remerciements appuys. La 9me dition de Gouvnman an lakay ou sest termine Miami, le samedi 19 Juillet 2014, avec des prix offerts 26 Organisations. Il tait 8h45 pm. Le tout avait dur plus de 4 heures dhorloge. Pour ordre de publier : Me. Osner Richard, Av. Me. Marco Brice, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le ADMET en consquence le divorce de la dame JEAN MARCELIN ne BRUNETTE OXALVA, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux. PRONONCE la dissolution Section Sud-Est de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier CANAL GABRIEL de ce sige audience civile, ordinaire et publique du jeudi trois Avril deux mille quatorze, en prsence de Me. RONALD PIERRE Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution ; aux Ainsi sign : JACQUES HERMON CONSTANT et JOSEPH PIERRE-LOUIS. LE GREFFIER. Avis de publication du jugement rendu par le Tribunal Civil de Jacmel entre le sieur Exanet FLEURENTIN contre son pouse ne Jolina REMELUS. PAR CES MOTIFS, et sur les conclusions conforme du Ministre Public, le Tribunal accueille laction en divorce intente par le requrant ; Maintient le dfaut octroy laudience prcite ; Au fond admet le divorce des poux Exanet FLEURENTIN, femme ne Jolina REMELUS ce, pour abandon du toit conjugal. En consquence prononce la dissolution des liens matrimoniaux lEtat Civil de la Commune des Cotes de Fer de transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier Antonio CANGE de ce Ainsi jug et prononc par nous, Frantz ELMORIN, Av. juge, en audience publique et civile extraordinaire du lundi trente et un Mars deux mille quatorze, en prsence de Me. Jean Fehaud Jean Robert ALEXANDRE. Me. Patrick LOLO, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs avoir dlibr au vu de la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction du demandeur, le sieur Luc Franois en la forme ; maintient le dfaut faute de comparaitre octroy laudience du vendredi sept Mars deux mille quatorze pouse pour injures graves et publiques ; faits prvus larticle 217 du Code Civil Hatien ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts exclusifs de lpouse ; ordonne le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale, sous peine de dommages intrts envers les tiers ; compense les dpens vu la qualit des Rendu de nous, Gerty Lon ALEXIS, juge au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, publique et ordinaire du vendredi onze Avril deux mille quatorze, Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution, lgalement requis. Ainsi signs : Gerty Lon ALEXIS et Jean Serge DUVERT. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, de la partie demanderesse pour tre juste et fonde. ADMET en consquence le divorce de la dame Yolette DANIEL davec son poux Daniel MILIEN pour injures graves et publiques, prononce la Civil de Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier VILNERET GABRIEL sous peine de dommages ; de ce Tribunal pour la publique en date du onze Avril deux mille quatorze, en prsence de Me. Inel TORCHON, Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance de Monsieur Jean Josu JOSEPH, Il est ordonn etc En foi de quoi etc .. Me. Jean Marc DORELUS PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde, maintient le dfaut octroy contre le davec son poux Jacques Francoeur Lafortune, pour injures graves et publique aux torts de lpoux ; Civil de Port-au-Prince, Section Sud de transcrire le dispositif de ce jugement dont un extrait sera publi dans un quotidien de la Capitale sous peine de dommages et intrts envers les tiers. Commet Donn de nous, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi onze Dcembre deux mille treize, en prsence de Me. Yanick Odney, Substitut Commissaire Il est ordonn Etc En foi de quoi etc Pour ordre de publier : Wisler Jean Louis, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde, maintient le dfaut octroy contre le dfendeur laudience susdite ; Admet en consquence le divorce de la dame Batrice TURENNE davec son poux Etzer JEAN, pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; Prononce la au-Prince, Section Sud de transcrire le dispositif de ce jugement dont un extrait sera publi dans un quotidien de la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers. Commet lhuissier Frisner Donn de nous, Jacques H. CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi onze Dcembre deux mille treize, en prsence de Me. Yanick ODNEY, Substitut du Il est ordonn etc En foi de quoi .. etc Pour ordre de publication : Me. Wisler JEAN LOUIS, Av. PAR CES MOTIFS, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et sur les conclusions crites du Ministre Public, accueille laction des requrants pour tre juste et conforme la loi ; Octroie dfaut contre les ajournes non-comparants ; ordonne le dguerpissement de des ajournes Gesner Saint-vil et Dave Franois de la proprit des requrants sise a lhabitation Metivier, Commune de Ption-Ville ; Ordonne la dmolition des constructions riges sur une partie de la proprit des requrants ; pour les prjudices causs aux requrants par les ajournes de mauvaise foi ; les condamne en rparation des dits prjudices TROIS CENT MILLE GOURDES de dommages-intrts (300,000Gdes) ; les condamne aux frais et dpens de linstance ; accorde lexcution provisoire sans caution du jugement nonobstant appel ou pourvoi en cassation ; commet lhuissier Joseph Jean Gary de ce Tribunal pour Rendu de nous, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience publique du mercredi huit Mai deux mille treize en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, reprsentant du Ministre Public, Ainsi sign : Jacques Hermon CONSTANT et Raymond HOMERE. Le Gouvnman tient ses assises Miami ( ... suite de la page 8)

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE En Bref... (... suite de la page 2) Sambussy, responsable de coordination des camps lOIM, a indiqu que depuis 2010, les familles de 1,500 camps avaient t reloges. Se rfrant au dernier rapport publi en juin dernier par la Matrice de suivi du dplacement (DTM), elle a rappel que 103,565 personnes dplaces ( 28,000 familles) vivent toujours dans 172 camps disperss travers la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince et dans les rgions des Palmes, dans le Dpartement de lOuest. relocaliser toutes les familles vivant dans les camps dici au milieu de lanne 2015. Selon lOIM, 20 millions de dollars amricains seront ncessaires pour mener bien ce programme de relogement. LAgence Amricaine pour le Dveloppement International (USAID), et la Brasserie Nationale dHaiti S.A (BRANA), souhaiteraient inviter la presse couvrir la clbration de la moisson du sorgho le mercredi 23 juillet 2014 Bois-Lger, localit LAmbassadeur des Etats-Unis en Hati, Mme Pamela A. White, accompagne du Directeur Gnral de la BRANA, Jos Matthijsse, le Ministre de lAgriculture, des Ressources naturelles et du Dveloppement Rural (MARNDR), M. Thomas Jacques, et celui du Commerce et de lIndustrie, M. Wilson Laleau, participeront cette activit qui sera au service du dveloppement durable organisation but non lucratif, fonde par notre compatriote Samuel Pierre, Professeur Polytechnique de Montral et Prsident du Conseil dAdministration, et o sigent des personnalits hatiennes prestigieuses, a dcid de crer lInstitut des Sciences, des Sitt inform de la porte socioculturelle et conomique du projet, lAmbassadeur de la Rpublique dHati au Canada, Frantz Liautaud, a dcid, dans la mesure de ses possibilits, dapporter lappui de la Mission la concrtisation de ce projet porteur, en associant des collgues du corps diplomatique lors de la rencontre avec des membres du Conseil dAdministration de GRAHN au sige de lAmbassade. Konstantin V. Zhigalov (Kazakhstan) ; Mme Nouzha Chekrouni (Maroc) ; Mme Mona Elisabeth Brther (Norvge) et Mme Nancy Ndiaye Ngom (Sngal). Egalement prsents, Mme Ann Kathryne Lassgue, Ministre conseiller lAmbassade dHati, et les membres du Conseil dAdministration du GRAHN : Samuel Pierre, Michel Julien, Pierre Toussaint, Vernet Felix et James Fthire. Au cours de cette rencontre, qui sest tenue il y a quelques jours, le Professeur Pierre a brillamment expos les lignes de force du projet, appel, dit-il fournir dans toutes les rgions du pays, des citoyennes et des citoyens responsables, dont les comptences deux des leaders responsables [...] Projet, Samuel Pierre et lAmbassadeur Liautaud nont pas manqu de souligner que GRAHN-MONDE compte sur lesprit de solidarit et de fraternit de tout un chacun Une situation de tension rgnait ce lundi au niveau de la rue sans Fil, dans le quartier du Bel-air, au moment o des sinistrs, logs dans le camp du btiment de lancien Tlco, ont commenc manifester pour rclamer de meilleures conditions de vie. Les manifestants ont rig des barricades au niveau de plusieurs rues pour exiger des autorits concernes leurs indemnits de relocalisation. La police est intervenue en tirant en lair pour essayer de disperser la foule de manifestants, qui ont rpliqu en lanant des pierres aux agents. Loris St-Louis, lun des manifestants aurait t blesss par balles au niveau de la hanche. La victime a t transporte durgence par la police pour tre conduit lhpital, a constat HPN. Le march Tte buf, situ au boulevard Jean Jacques Dessalines, a brl dans la nuit du lundi 14 au 15 juillet 2014. Malgr la diligence des sapeurs pompiers, le feu na Les marchands aux abois nont pu expliquer les causes relles de cet incendie dont lorigine reste toujours inconnu selon les autorits judiciaires. Toutefois, certains marchands ont expliqu que le dbut dincendie aurait pu provenir dun camp de rfugis du sisme de 2010 qui est situ lintrieur mme du march. Dautres pointent du doigt les autorits policires qui selon eux, auraient mis le feu au march. Les policiers du commissariat de portail Saint Joseph les auraient menac et auraient dit publiquement: quils ne verraient pas vendredi dans cet espace. Les pertes sont nombreuses et la plupart des marchands ont tout perdu dans les