Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00620


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Hati-Politique A quoi ressemblera le prochain 1915 ? ( / p. 7) un ciel toujours plus sombre La presse brsilienne crie lhumiliation Le prsident Martelly reoit la Directrice gnrale de la Banque mondiale ; signature de plusieurs accords pour un montant de US$130 millions (photo J.J. Augustin) ( / p. 8) ( / p. 5) MIAMI, 8 Juillet A quoi comparer la dfaite brsilienne ? Laissons parler les Brsiliens eux-mmes : Humiliation, massacre, la plus grande honte de lhistoire. Le Brsil a t cras 7 buts 1 par lAllemagne, le mardi 8 juillet 2014, propre Mondial. La pire dfaite de lHistoire du Brsil titrent les journaux comme sil sagissait pas seulement de football mais de lHistoire mme du pays. Jusqu prsent le mot pire ( / p. 6) MIAMI, 11 Juillet Lors de la construction de la Citadelle qui porte son nom, projet pharaonique sil en est, le roi Henri Christophe aurait remarqu que 20 hommes narrivaient MIAMI, 9 Juillet Aujourdhui il est courant dentendre nimporte quel dirigeant politique en Hati suggrer, sinon proclamer, quil a lui aussi son blanc. Entendez aussi par l que le pouvoir nest pas seul avoir le support de la communaut internationale. Traduisez : il a aussi un protecteur dans la communaut internationale pour le couvrir dans ses entreprises politiques en Hati. Quand Martelly joue les MIAMI, 14 Juillet Soudain le ciel conomique sest assombri. No way out. Sans issue. Ni lintrieur, ni budgtaire extrieur pose des conditions qui ne cadrent pas avec les ambitions politiques du pouvoir en place. Pour un ( / p. 4) La guerre des oprateurs PORT-AU-PRINCE, 12 Juillet La dcision de la Digicel de bloquer des conducteurs dappels par internet VolP (Voice Over Internet Protocol) fait la une dans la presse extrieure. Le sige de la Digicel Port-au-Prince ( / p. 8) Quatrime sacre Premire quipe europenne soulever une Coupe du monde sur le sol amricain, lAllemagne a remport son Victoire de la Mannschaft

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... responsabilit morale A la veille de sa visite ce lundi en Hati, le secrtaire gnral des Nations-Unies, Ban Ki-moon, a dclar que les Nations unies ont la responsabilit morale daider Hati Au-del des implications judiciaires, en tant que secrtaire gnral de lOnu et en tant que personne, je me sens trs triste, a dclar M. Ban au quotidien The Miami Herald. Une tude publie en juin 2011 par les Centres amricains de contrle et de prvention des maladies (CDC) avait conclu que le cholra, qui avait disparu dHati depuis 150 ans, y avait t rintroduit par des Casques bleus npalais dploys dans le pays dans le cadre dune mission onusienne de maintien de la paix. Toutefois, lONU a refus de reconnaitre sa responsabilit dans lpidmie, estimant impossible de dterminer formellement lorigine de la maladie. Une plainte a t dpose contre les Nations Unies en mars 2014 auprs dun tribunal fdral Brooklyn, rclamant que lOnu reconnaisse sa responsabilit, indemnise les victimes et fournisse les moyens ncessaires pour radiquer lpidmie. Lpidmie du cholra qui a dbut en 2010, a dj caus la mort de plus de 8.500 personnes et affect environ 700.000. Ban Ki-moon devait arriver ce lundi 14 juillet Port-au-Prince pour une visite dans le Plateau central. M. Ban Ki Moon doit rencontrer des familles qui ont t affectes par le cholra, a appris HPN. Le Secrtaire gnral des Nations Unies, Ban Ki-moon, accomplit une visite de deux jours en Hati (du lundi 14 au mardi 15 juillet). Il devait avec le prsident Michel Martelly lancer une campagne dassainissement dans le cadre de la lutte contre le cholera. Selon communiqu de la Primature, en date du lundi 14 juillet 2014, le secrtariat gnral de la Primature informe le public en gnral et la presse en particulier que, par arrt du Premier ministre Laurent Lamothe, approuv par le Prsident de la Rpublique Michel Joseph Martelly, Le Secrtaire dEtat lEconomie, Monsieur Alfred Metellus, a t dmis de ses fonctions. Le Gouvernement tient remercier Monsieur Alfred Metellus de sa contribution leffort de la reconstruction nationale. Secrtariat Gnral de la Primature arrive prochaine en Hati Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 (AHP) La ministre de la culture Monique Rocourt a annonc larrive, au mois daot en Hati, au large du Cap-Hatien, dune mission dans les eaux hatiennes, et prsente comme la Santa Maria accidente en 1492. La mission de lUNESCO viendra dans le pays la demande du gouvernement hatien, a dit madame Rocourt qui fait tat dun programme de prservation patrimoniale excut avec lappui de cette organisation. Larchologue amricain, Barry Clifford, avait fait savoir en mai dernier quil avait dcouvert le bateau de Christophe Colomb en Hati. La ministre Rocourt a indiqu que pour linstant, les explorateurs ne sont pas tous davis quil sagit rellement de la Santa Maria. Elle informe que le gouvernement, suivant les recommandations de lUNESCO, a jug bon de ne pas autoriser lquipe de M. Clifford poursuivre ses fouilles archologiques sous-marines, rappelant quavec lorganisation onusienne, le gouvernement travaille actuellement la mise en place dun plan national de protection du patrimoine subaquatique. mthode utilise par M. Clifford pour effectuer ses fouilles au Cap-Hatien, a indiqu Ma Rocourt. Toutes les preuves archologiques, gographiques et de topologie sous-marine suggrent fortement que cette pave soit le fameux navire amiral de Christophe Colomb, la Santa Maria, avait dclar, convaincu, Barry Clifford en mai dernier, ajoutant quil tait persuad quune fouille complte de lpave apportera la preuve archologique marine dtaille de sa dcouverte. des candidats Linstitution lectorale avance la grve annonce par lAssociation nationale des dcision de reporter les inscriptions des candidats aux prochaines lections. Le Conseil lectoral provisoire (CEP) informe les acteurs concerns par lvolution du processus lectoral que, en raison essentiellement de la grve dcide des magistrats en cours sur lensemble du territoire de la Rpublique, la formalit dinscription des candidats a t reporte une date ultrieure lit-on dans une note du CEP en date du 12 juillet. Cependant les candidats la Dputation et aux Collectivits territoriales doivent dposer leur dossier de candidature au Bureau lectoral communal (BEC) de leur zone respective tandis que ceux au Snat, eux, doivent dposer leur dossier au Bureau lectoral dpartemental (BED), qui ne sont pas encore en place. Toutefois, poursuit la note signe par le prsident du conseil Me Frizto Canton, le CEP invite les parties [intresses] rester vigilantes et attentives toute nouvelle date Dans le calendrier lectoral 2014 rendu public par le Conseil lectoral provisoire, le processus denregistrement des candidats au Snat, la Dputation et aux Collectivits territoriales devait commencer le 4 juillet pour se terminer le 28 juillet. La date du 4 juillet avait dj t reporte au 14 juillet en raison de certains retards accumuls dans le processus. Le snateur Steven Benoit plaide en faveur de la tenue des lections cette anne pour met le cap Hati en Marche Port-au-Prince Miami th Printed by ( / p. 14) ( / p. 15) Philippe Dodard tait rcemment Bruxelles dans le cadre dun projet de partenariat entre lEcole nationale suprieure des Arts Visuels La Cambre (ENSAV La Cambre) de Bruxelles et lEcole Nationale des Arts (ENARTS) quil dirige Port-au-Prince. Loccasion pour le directeur de mettre les bouches doubles pour parvenir, sinon la restructuration de son tablissement dont il fait son affaire, mais au moins trouver un petit coup de pouce au niveau de la formation. cole darts visuels belge staient rendus en Hati, du 28 mars au 13 avril, pour un workshop qui sintitulait : Hati 2014, Impressions dAfrique Un plan commun Durant ce sjour, les professeurs, tudiants de La Cambre avaient travaill en atelier avec les tudiants et professeurs de lENARTS. Ils avaient galement visit des ateliers dartistes, la fondation Lehman, le Muse du Panthon National Hatien. Des expositions et diverses confrences staient droules la FOKAL, au Caf Philo, la On a besoin de gens bien forms dans le domaine artistique en vue de lenrichissement de notre patrimoine national explique le directeur de lENARTS. Or a manque cruellement bien que la volont dacqurir des connaissances techniques et thoriques y soit. Cest la raison pour laquelle Dodard tablit, ds que loccasion se prsente, des liens de partenariat avec des coles dart dautres pays pour complter la formation des tudiants de lENARTS, institution quil gre depuis prs de trois ans. Il veut explorer, indique-t-il, toutes les possibilits de bourses qui permettraient ses tudiants daccder au niveau de matrise. Plus damateurisme et dart spontan et automatique, cest la modernit qui est vise. La contemporanit comme il lexprime si immodestement. Pour le moment, la coopration sest tablie avec deux coles dart bruxelloises. Il sagit de l cole Suprieure Communale des Arts de limage Le 75 spcialise dans la photographie. Lan et deux tudiants de cette institution bruxelloise avaient organis Port-auPrince mme un workshop avec les tudiants et professeurs de lENARTS. La deuxime collaboration sest mise en place avec lENSAV-La Cambre, fonde en 1926 par Henry Van de Velde, peintre, architecte, dcorateur dintrieur et enseignant belge sous lappellation d Institut suprieur des arts dcoratifs Une coopration qui sannonce fructueuse : il y a quelques mois, trois professeurs et dix tudiants de loption peinture de cette Facult de Sciences Humaines, lInstitut de ce workshop, une exposition a eu lieu public le travail effectu pendant ces deux semaines. Le financement de ce sjour pdagogique tait assur de manires diverses. En Belgique, la Rgion wallonne, par le biais de Wallonie Bruxelles International, les Amis de La Cambre (composs danciens tudiants et professeurs de cette cole), lassistante sociale de lcole de La Cambre des kisskissbankers (plateformes de collecte de fonds sur internet pour des projets cratifs), le Bureau International de la Jeunesse, tous y ont contribu dune manire ou dune autre. En Hati, lassociation culturelle de dfense du patrimoine culturel, Akoustik Prod a lui aussi apport une certaine contribution tandis que la FOKAL sest, elle, charge des frais de logistique (location de bus, traiteurs, rception, salle dexposition et des confrences etc.). LENARTS, quant elle, a pris en charge les frais de transport et tout ce qui est assistance technique. A lissue de ce premier change artistique binational, tout le monde tait sorti satisfait tant ct hatien que belge. Lobjectif de ce sjour est de tisser des liens durables entre les diffrents partenaires, dchanger sur les pratiques artistiques hatiennes et belges et douvrir les horizons travers des projets communs pouvait-on lire sur le site de la FOKAL. Lhistoire de la coopration avec Philippe Dodard et le peintre Kevens Prevaris Bruxelles viter que le parlement ne soit dclar caduc partir

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE ( / p. 5) Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 (AHP) La militante des droits des femmes et rpute proche du gouvernement, Yolette Mengual, a, sans surprise, t choisie par le CSPJ pour le reprsenter au Conseil lectoral provisoire. Madame Mingual faisait partie dune liste de 37 personnalits qui avaient rpondu lappel candidature du CSPJ pour remplacer la conseillre Marie Carole Floral Duclervil, rappele suite au dialogue entre les diffrents pouvoirs. En dpit des contestations qui avaient t souleves tant au parlement que dans la classe politique contre un ventuel choix de Mme Mingual pour sa proximit suppose avec le pouvoir, cest elle qui a t choisie. Sur les juges du CSPJ qui ont pris part au vote, Mme Mingual a obtenu 5 voix pour. La 5e voix a t celle du prsident du CSPJ, Me Anel Alexis Joseph, dont beaucoup critiquent ce quils appellent sa soumission au chef de lExcutif. Le vote de ce jeudi est intervenu aprs une rencontre avec les 5 candidats qui taient en course, aprs le dsistement de la responsable de lIMED, Kettly Julien. Madame Julien avait fait le retrait de sa candidature en raison des contestations provoques par la nomination et linstallation de Me Wendelle Coq Thlot, mardi, la vice-prsidence du CSPJ. Et toutes les dispositions auraient t prises pour favoriser le choix de Mme Mengual. Me Coq Thlot, proche du prsident du CSPJ qui, lui, est proche du chef de lEtat, aurait t dsigne au Conseil pour faciliter llection, avec au moins 5 voix pour, dun proMartelly au CEP, selon certains parlementaires. Le reprsentant des cours dappel au CSPJ, Me Max Coq Thlot, lont sans doute fait, en leur me et conscience. Max Elibert souhaite bonne chance Yolette Mengual et espre quau CEP, elle saura faire uvre qui vaille. La Banque Mondiale et le gouvernement hatien ont paraph, le mercredi 9 juillet, 5 nouveaux accords de dons dun montant total de 139 millions de dollars. Ces nouveaux accords concernent, notamment, les secteurs de lducation, de lagriculture et le tourisme. Banque mon diale et Hati signent accords en Hati qui, dit-elle, se rvlent dune grande importance dans lamlioration de la qualit de vie de la population. Lun des nouveaux accords porte sur un appui budgtaire gnral de 17 millions de dollars, a expliqu Mme certaines dpenses qui sont dj inscrites dans le budget 20132014, a-t-elle ajout. dollars a t galement octroy pour le projet de dveloppement communautaire participatif en milieu urbain (PRODEPUR). Ce fonds vise tendre la porte et amliorer les conditions de vie de 270,000 personnes dans des zones dfavorises des dpartements du Nord, du Centre et de lArtibonite, dit un communiqu de la Banque Mondiale. Prs de 15 millions de dollars seront consacrs au renforcement du Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO), a indiqu la ministre de lEconomie prcisant que cette aide va permettre daugmenter loffre scolaire et amliorer la qualit de lducation. Ce projet aidera scolariser plus de 160,000 enfants et mieux les prparer lapprentissage notamment en Yolette Mengual La Directrice gnrale de la Banque mondiale, Mme Sri Mulyani Indrawati Brsil qui pleure, Allemagne championne p.1 Un ciel toujours plus sombre p.1 A quoi ressemblera le prochain 1915 ? La guerre des oprateurs p.1 Quand Martelly joue les roi Christophe p.1 Cholera : Ban Ki-moon reconnat une responsabilit morale p.2 Banque mondiale signe des accords portant sur 139 millions p.3 Yolette Mengual reprsentera le pouvoir judiciaire au conseil lectoral p.3 Philippe Dodard met le cap sur la formation p.2 Perez Museum in Miami p.12 p.10 Restauration de la productivit des sols (2) p.13 Konpare Kreyl Ginen ak Kreyl Ayisyen p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE La guerre des oprateurs Contrairement Hati, au Trinidad et Tobago lorganisme rgulateur (Telecommunications Authority of Trinidad and Tobago TATT) annonce une investigation sur les protestations des utilisateurs. Aussitt Digicel-Trinidad annonce sur sa page Facebook sa distingue clientle la reprise de tous les produits base VolP, pendant que le TATT (autrement dit le Conatel trinidadien) poursuit son investigation sur limpact ngatif des fournisseurs non licencis et sur leffet inverse produit sur la politique dinvestissements Trinidad et Tobago. Pour les spcialistes, la mesure de la Digicel est motive par une baisse de ses revenus, du fait que les consommateurs sont en qute de toutes les possibilits pour viter le cot des appels internationaux. La mme situation est vcue un peu partout dans le monde. Et partout, les oprateurs de tlphonie sont contraints aussi de se dfendre, comme Digicel. Ptition en Hati De leur ct les utilisateurs cherchent la voie des rseaux sociaux pour exposer leurs griefs. En Hati, relve le Miami Herald, une ptition circulant sur lInternet, avait dj recueilli 1.112 signatures ( la date du mercredi 9 juillet 2014). Selon les ptitionnaires, lorganisme rgulateur en Hati, cest--dire le Conseil national des tlcommunications (ou Conatel) doit prendre ses responsabilits. Celui-ci na pas encore dit un mot. On aura remarqu que Digicel-Hati a cherch mettre le gouvernement de son ct en motivant sa dcision par la ncessit de rcuprer des millions en impts perdus et les revenus nationaux du Fonds dducation pour le gouvernement dHati. De leur ct, crivent les auteurs de la ptition : si les clients ont une importance pour la Digicel, comment peuventils se rveiller un matin pour voir sans avertissement que toutes les applications sur leur tlphone sont bloques ? Le Conatel na pas retourn un appel tlphonique du Miami Herald, crit le journal. A la Jamaque comme au Trinidad, le rgulateur national a annonc son intention de mettre face face les clients et les oprateurs de tlphone portable. le blocage persistera tant quune solution technique et commerciale responsable ne sera pas trouve. mais dquit. Le client recherche toujours le meilleur deal Cependant les associations de consommateurs ne lentendent pas ainsi. Pour Roger Entner, un spcialiste en tlcommunications Recon Analytics, cest bien largent qui est la principale motivation de Digicel et des autres oprateurs qui en perdent chaque fois quun appel tlphonique les vite pour passer par linternet. Cest une grave menace pour eux. La solution, dit-il, cest davoir un systme o il ne fait aucune diffrence quun appel passe par un rseau tlphonique ou par linternet. Roger Entner rappelle que le problme stait dj prsent lorsque AT & T avait banni Apples FaceTime video de son rseau, sous prtexte quil exerait trop de pression sur sa bande passante (comme Digicel-Hati le dit aussi dans sa note de presse). Mais AT & T a d revenir sur sa dcision en face des protestations de sa clientle. Selon Entner, loprateur doit comprendre que la principale motivation du client cest de trouver constamment le meilleur deal, ce qui lui revient moins cher. Un autre expert en nouvelle technologie de la communication, Gordon Swaby (de la Jamaque), va plus loin, considrant que ce serait un mauvais prcdent si les oprateurs VolP devraient payer aux compagnies de tlphone pour avoir le droit lexistence. Tout data (traduisez donne en langage numrique) doit tre trait de manire gale, dit Swaby au Miami Herald. Et la voix est aussi un data. Aucun ne devrait avoir priorit sur lautre, que jaille sur Facebook ou YouTube, tout devrait tre trait de la mme faon. Dautre part, les oprateurs de cellulaires peuvent avoir des positions diffrentes. Par exemple, la Telecommunications Services of Trinidad and Tobago qui opre comme bmobiles, dit que VolP est un aspect incontournable des tlcommunications modernes. La politique de bmobiles en la matire est que le client paie un accs au rseau, une fois que le client a pay les services de bmobiles, il a accs VolP ou YouTube tout comme ses emails ou tous les medias sociaux. Pour Andrew Wheatley, un porte-parole de lopposition jamacaine, bloquer les applications nest pas un mouvement dans la bonne direction parce quil nencourage pas linnovation technologique. Mais Gillian Power, le porte-parole de Group Digicel insiste : les compagnies doivent avoir une licence pour dlivrer soit la technologie utilise. Or les compagnies que Digicel a bloques nont pas cette licence. Aussi Digicel, en les bloquant, est dans son bon droit. La guerre va continuer Appelant le blocage une espce de censure, Talmon Marco, le PDG de Viber, a dclar quils ont lintention de contourner la mesure de Digicel. Nos utilisateurs nont qu sassurer quils ont la toute dernire version de Viber installe sur leur appareil, Viber va continuer de fonctionner comme par le pass a dit Talmon Marco au Miami Herald. La guerre nest donc pas sur le point de se terminer. (Source MiamiHerald.com, 10 Juillet 2014) ( ... suite de la 1re page) Le Miami Herald lui consacre un long article sous la plume de son correspondant pour la Carabe, Jacqueline Charles. Depuis quelques trois semaines les appels internationaux effectus en Hati sur des rseaux autres que bloqus. Il sagit non seulement de certains conducteurs de Magic Jack mais aussi Tango, Viber et autres. Tous nommment cits dans une note de presse de la Digicel indiquant les raisons de son geste. Dans un effort pour rcuprer des millions en impts perdus et les revenus nationaux du Fonds dducation pour le gouvernement dHati, Digicel annonce qu partir du 17 juin 2014, minuit, certains services de VolP non autoriss ont t bloqus sur son rseau. Les oprateurs du VolP sans licence comme Viber, Nimbuzz et Tango utilisent des rseaux de tlcommunications pour offrir leurs services, mais ne paient pas de contribution pour ce privilge. A cause de ces services de VolP non autoriss Digicel a t contrainte de prendre des mesures rationnelles et esprent que dautres oprateurs en Hati suivront. Jusquici les autres oprateurs (Natcom et AccessHaiti) nont pas encore annonc de mesures similaires. Cependant Hati nest pas la seule en cause. La multinationale de tlphonie Digicel est galement installe dans dautres pays de la Carabe, dont la Jamaque. En Hati, la compagnie irlandaise value sa clientle 4 millions dabonns. Selon son PDG en Hati, Maarten Boute, au moins 200.000 dentre eux, soit 20% de sa clientle, utilisent pour faire des appels internationaux des applications de VolP, soit Magic Jack, Google Talk, Viber, Tango, FaceTime. Digicel-Jamaque et Digicel-Trinidad ont pris la Puis cest un comptiteur, LIME, qui bannit aussi lusage du Viber sur son rseau. Dsormais dans la Carabe, aussi bien au Surinam qu Trinidad (crit le Miami Herald), une vague de protestations se lve qui rapidement force intervenir des politiciens ainsi que des experts en technologie de la communication. Selon un porte-parole du Group Digicel, Gillian Power, il sagit essentiellement damener les fournisseurs Volp payer un prix raisonnable pour les services quils tirent en ce moment gratuitement de nous. Digicel a investi des milliards dans son infrastructure travers tous ces marchs, poursuit le porteparole. A linverse, les fournisseurs VolP sans consentir aucun investissement de leur ct. En Hati, le PDG Maarten Boute, cit par le Miami Herald, rpond que

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE La Directrice gnrale de la Banque mondiale, Mme Sri Mulyani Indrawati, en visite la semaine dernire, a paraph des accords pour un montant de 139 millions de dollars dont 17 millions sous forme dappui budgtaire. Bonne nouvelle pour un gouvernement confront un asschement aussi dramatique des fonds publics. Mais ce Ce qui nest pas du tout vident ce jour. Processus lectoral ? Mais nest-ce pas le mme Snat amricain qui conditionne le dblocage de fonds pour Hati lvolution du processus lectoral. ( ... suite de la 1re page) ( pouvoir qui mise avant tout sur ses performances conomiques, cest presque la panique. (A ce sujet, un communiqu du bureau du Premier ministre annonce ce lundi 14 juillet, au lever du jour, que le Secrtaire dEtat lEconomie, Mr. Alfred Metellus, a Martelly.) contribuable fait la gueule. Le renouvellement de la vignette automobile ne dcolle pas parce que le gouvernement a cr malin de le jumeler avec limpt sur le revenu pour des chauffeurs de transport en commun dont le revenu est nul, comme pour la majorit des salaris (outre un taux de chmage toujours autour de 80%). Ainsi que pour les petites et moyennes entreprises. Leve de boucliers Ne parlons pas de la hausse annonce mais non encore dcide des prix du carburant la pompe. Linformation a provoqu une leve de boucliers de la part des syndicats de tout acabit, y compris des enseignants et des parents dlves, les plus grands utilisateurs du transport en commun dont les tarifs atteindraient automatiquement des hauteurs. Mais le plus grand embarras pour le pouvoir est quil nignore rien de ce qui lattend comme consquences politiques est laiss aucune alternative. Dclarations du premier argentier de la nation, la ministre de lEconomie, Marie Carmelle Jean Marie : Les caisses sont vides, lEtat ne peut plus subventionner la gazoline la pompe. Point. Appui budgtaire ? Quen est-il alors du support budgtaire extrieur ? Rarement gouvernement hatien a t aussi bien vu de la communaut internationale que celui du prsident Michel Joseph Martelly et de son premier ministre Laurent Salvador Lamothe. Alors ? Or on sait que malgr les dmenes du gouvernement, les lections ne sont toujours pas garanties davoir lieu avant la fin de lanne comme convenu. Et comme lexige le fonctionnement dmocratique des trois pouvoirs. Le scrutin en question doit renouveler entre autres les deux tiers du snat hatien et toute la chambre des dputs. Au milieu de tout ce cafouillage, il reste un personnage cl, du moins pour le moment. Cest la ministre de lEconomie, Marie Carmelle Jean Marie. Parce que ses dcisions sont susceptibles de conditionner directement la conjoncture nationale. Soit politiquement, les consquences de dachat gal pratiquement zro. Soit conomiquement, un contrle rel et effectif des dpenses gouvernementales et non des paroles en lair, de beaux communiqus en veux-tu en voil. Comme la retenue de 400.000 dollars amricains quelle aurait effectue sur les 2 millions que le gouvernement avait accept de payer pour les droits de retransmission de la coupe du monde de football. Ce qui a provoqu quelques difficults pour cette retransmission. A commencer par ltonnement gnral devant un tel dbours. Mais, de ce ct, sen est mme pas aperu. Cependant la ministre Jean Marie ne doit pas faire que des heureux. Rappelons quelle a t renvoye puis rappele par le gouvernement quelques mois plus tard. Lannonce soudainement ce lundi 14 juillet que le Secrtaire dEtat lEconomie, Alfred Mtellus, et ex-chef de cabinet de la Ministre de lEconomie Marie Carmelle Jean Marie, a t dmis de ses fonctions : est-ce l un signal ? Bien entendu un nouveau renvoi de la grande argentire serait jug comme un grave chec pour le pouvoir Martelly-Lamothe. Et pas seulement en Hati. Hati en Marche, 14 Juillet 2014 quon ne nous dit pas, cest quelles conditions ? On se souvient de la passe darmes survenue il y a quelques mois entre lenvoye spciale de la Banque mondiale et le chef du gouvernement Laurent Lamothe appuy par son kitchen cabinet (ses ministres les plus proches). La reprsentante de linstitution bancaire reprochait au gouvernement hatien de ne pas faire une utilisation assez sage des fonds du programme PetroCaribe (ligne de crdit assez confortable concde par le Venezuela aux pays membres de laccord sur le paiement de la dette ptrolire). A cette poque, le premier ministre Lamothe se Aujourdhui celles-ci ont leur propre problme (un fort vent de subversion parti des classes moyennes) et sont peu Caracas a depuis quelque temps rabaiss son caquet et cherche plutt amliorer ses relations avec le grand voisin amricain, galement son plus gros client comme importateur de ptrole. sisme Mais ce nest pas tout. Le Snat amricain a dcid de sintresser de plus prs la conjoncture politique en Hati. Ainsi, les snateurs amricains ont adopt jeudi une proposition qui autorise un processus dvaluation des progrs raliss en Hati aprs le sisme de janvier 2010. Introduite par le snateur Dmocrate de Floride, Bill Nelson, cette disposition, sous le nom de Assessing Progress in Haiti Act, requiert du Secrtaire dEtat amricain un rapport annuel, cela jusqu 2017, sur les efforts de reconstruction et de dveloppement accomplis depuis le terrible tremblement de terre. Le PM Laurent Lamothe et le Ministre dominicain la Prsidence, Gustalvo Montalvo La Premire dame Sophia Martelly prside la crmonie de graduation du programme de formation en pidmiologie subventionnant leur scolarit, a pour sa part expliqu la Banque Mondiale. Mme Marie Carmelle Jean Marie a aussi mis laccent sur ce quelle appelle un important projet de plus de 50 millions de dollars pour la conservation et limplantation du Parc national historique et du centre historique du Cap hatien. Un les investissements public et priv et amliorer la rsilience face aux chocs climatiques dans la boucle Centre-Artibonite. La signature de ces accords est le tmoignage du partenariat trs fort existant entre lEtat hatien et la Banque Mondiale, toujours dans lesprit damliorer les conditions de vie et de faciliter les efforts de construction en Haiti , a dclar la Directrice gnrale de la Banque Mondiale, Mme Sri Mulyani Indrawati. Mme Indrawati dit esprer quavec la signature de ces programmes dun montant de 139 millions, dautres progrs qui sinscriront dans la dure vont tre enregistrs. Jesperre que, dans les prochaines visites, nous allons voire limpact de ces programmes sur le terrain , a-t-elle conclu. Banque mondiale et Hati signent accords Aux USA et au Canada, coutez sur votre cellulaire : 605 475 6924 ou

PAGE 6

Page 6 HAITI TOUJOURS RECOMMENCEE Hati-Politique A quoi ressemblera le prochain 1915 ? ( \ P. 12) tout acabit. Hier les ngociants trangers, de toutes origines, qui se sont enrichis en dpannant un gouvernement hatien toujours aux abois mais en sarrangeant pour dtourner en commissions et dessous de table plus de la moiti du total de lemprunt. Plus prs de nous, comment ne pas penser aux milliards de la Reconstruction galement disparus sans laisser Jean-Bertrand Aristide lui aussi en 2004 En effet, le dernier chef dEtat hatien avoir emprunt le mme parcours sera Dumarsais Estim, chapitre dcrit sous le titre : lexil et les tribulations de Dumarsais Estim la Jamaque. Le prsident renvers (le 10 mai 1950) par un coup En effet, celle-ci semble stre arrange pour circonscrire totalement le terrain de jeu, les centres de dcision Comment en effet pourraient survivre nos (si nombreuses) organisations de la socit civile puisquelles ne reoivent pas de subvention gouvernementale ? ( ... suite de la 1re page) Le Prsident Dumarsais Estim (1946-1950) Sylvain Salnave (prsident de 1867 1869) Fabre Nicolas Geffrard (prsident dHati de 1859 1867) Cependant il y a laide au maintien des institutions dmocratiques et lavnement dun Etat de droit. Et celle consacre une manipulation systmatique des activits et surtout des prises de dcision politique. Et qui y parvient. Puisque nos leaders nhsitent pas clamer haut et fort quils ne sont pas des brebis gares ni de pauvres orphelins perdus dans la nature (en crole : des pitimi san gad). Or cest rien de nouveau en Hati et notre Histoire non seulement en abonde mais cest une recette certaine pour la catastrophe, dont la plus grave aura t lOccupation amricaine de 1915-1934. Or celle-ci tait depuis longtemps dans les faits, progressant pendant tout un sicle travers un mme cercle vicieux dont les deux ples principaux sont : dpendance et manipulation, qui soudain sacclre, mais ds lors pour des raisons indpendantes de notre volont, pour bond dans linconnue. La troisime caractristique du phnomne est labsence de toute attache avec le pays rel, les politiques comme aujourdhui ne sont proccups que de leur seule carrire. Laissant le champ libre aux brasseurs daffaires de Prsidents dchus et un nombre indtermin de gographique et de limportance de la communaut foyer dintrigues, une base de repli naturelle et une frontire dappui idale pour la conqute du pouvoir (en Hati). dtat militaire, conduit par le Colonel et futur prsident Paul Eugne Magloire, arriva la Jamaque le 24 janvier 1951 en provenance de la France. Des problmes de sant de deux de ses enfants (Philippe et Marie) lauraient pouss chercher refuge sous un autre climat. Cependant les relations spciales du prsident Magloire avec les autorits de Kingston lempchrent dobtenir lasile politique. Estim mourra (subitement) deux annes plus tard, le 18 juillet 1953, New York. Mais attendez, aprs le second renversement de JeanBertrand Aristide en 2004, ne passa-t-il pas lui aussi quelques du prsident sud-africain Thabo Mbeki. Mais le livre ne se contente pas dtre une chronologie la file indienne des prsidents hatiens renverss qui sempressent de gagner lexil dans lle voisine, en croisant en chemin leurs successeurs arrivant la tte dune troupe arme rassemble de toutes pices au mme endroit. mais dont les vrais instrumentistes ou tlcommandes ne sont pas uniquement tous ces faux porteurs de sabres (car la plus grande majorit de ces Gnraux auto-dsigns nont aucune formation militaire), mais lire La Route Jamacaine (comme avant lui Le Temps des Baonnettes de Roger Gaillard, not bien entendu par Jean Victor Gnus dans sa bibliographie, lauteur semble avoir compuls des centaines ou des milliers de documents aussi bien la Jamaque quaux Etats-Unis et Cuba), ce sont les grandes puissances qui mnent rellement la danse. Chapitre Nord Alexis : la main de fer dun autocrate. Face la dtrioration de la situation, les puissances trangres bateau cole Duguay Trouin et lItalie son croiseur Fieramosca qui arriva le 6 dcembre (1908) avec un tat-major de 16 pour que le croiseur Scylla appareilla immdiatement de la de traces Autre preuve de la similitude entre la conjoncture actuelle et celle si bien dcrite dans le nouvel ouvrage de Jean Victor Gnus intitul : La Route Jamacaine Une Chronique des Relations Historiques entre Hati et la Jamaque. Dans ce pays (dit lauteur), situ seulement 160 kilomtres de la cte sud (dHati), ont pris refuge quatorze Manipulation et luttes intestines La Route Jamacaine est donc une vritable monographie pour saisir les us et coutumes politiques des Hatiens pendant plus dun sicle (1843 1950). Mais pouvant se rsumer en peu de mots : manipulation ouverte par les puissances trangres et luttes intestines aveugles. (Page 128) Les institutions financires du pays taient contrles par ces Europens qui utilisaient toutes sortes de manuvres pour renforcer leurs positions et sassurer de les crditeurs allemands sera reconnue comme une obligation du nouveau gouvernement envers ltranger. Une fois assure de la stabilit de la nouvelle quipe, de nouveaux prts des taux encore plus exorbitants sont octroys. Et pour garantir le rvolution assortie des mmes conditions. Ceci se passait sous Leconte (1912) qui tait accus par la presse amricaine de favoriser en Hati les intrts des Allemands qui auraient financ sa rvolte contre le gouvernement dAntoine Simon. Mais le premier inaugurer la Route Jamacaine fut dj le second prsident dHati, Jean Pierre Boyer (le premier, Alexandre Ption, tant mort au pouvoir). Le 13 mars 1843, Boyer partait pour Kingston (Jamaque) dans ce qui deviendra selon lhistorien David Nicholls, cit par lambassadeur Jean Victor Gnus (actuellement en poste Cuba) : une tradition dans les murs politiques hatiennes jusqu laube du 21 e sicle.

PAGE 7

Page 7 ETAT DE DROIT OU LETAT CEST MOI ? Quand Martelly Le prsident Martelly et quelques membres de son corps de scurit (photo Georges Dup/HENM) ( ... suite de la 1re page) pas dplacer un bloc de granit. Il aurait alors choisi dix dentre eux en leur ordonnant dexcuter la mme tche. Selon des agences de nouvelles hatiennes, le prsident Michel Martelly aurait ordonn publiquement larrestation dun entrepreneur, Harry Dejoux, spcialis dans la construction des stands et qui gre aussi les activits de 10 July 2014 Visitors to the United Nations later today and those to the Bronx Museum of Fine Arts tomorrow du 19 e sicle) et des monarchies absolues. Primo, ce genre de comportement ouvre tout grand pro-gouvernementale : Cette initiative est un signal fort de la volont de (lAdministration Martelly) dradiquer la corruption et doffrir de la qualit aux citoyens dans la distribution des services. Inutile de souligner que le chef de lEtat na pas plus quun autre citoyen le droit dagir ainsi. Il peut et mme, en tant que protecteur de lintrt public, il doit porter plainte devant qui de droit. Mais devant la justice. Etat de droit. Dmocratie. Ou devant une institution dont la mission est de in Haiti and the establishment of the Republic in 1804. The Haitian insurrection is recognized as a milestone by the liberation movements that fought for the abolition of slavery. The exhibition also showcases the design of the Permanent Memorial to Honour the Victims of Slavery and the contrler si les commandes passes par lEtat sont excutes comme il convient. Dans le cas contraire, laction publique sera mise en mouvement contre lentrepreneur fautif. Mais il ne peut y avoir sentence ni arrestation que lorsque la faute aura t tablie. Et toutes ces institutions existent en Hati comme ailleurs. Mme si cest trop thoriquement. Par contre une seule dentre elles commande aujourdhui. Et elle sappelle la Transatlantic Slave Trade, The Ark of Return by Rodney Leon, which will be erected at UN Headquarters in early 2015. The American architect of Haitian descent also designed the African Burial Ground National Monument in New York City. He was dagents du pouvoir qui le trainent au pnitencier. On connat la suite. Le Parlement prend fait et cause. Violation de limmunit dun membre du deuxime pouvoir. Arnel Blizaire est relch sur lheure. Et devient depuis lune des super-vedettes de lre Martelly. Dans lopposition ce dernier bien entendu. The exhibit highlights the UNESCO Slave Route Project, launched 20 years ago to break the silence surrounding the slave trade and its consequences. They are We Emma cadre des efforts pour attirer des investissements dans le pays. Le journal crit : Michel Martelly sest prsent en tenue simple et dcontracte mais entour de ses henchmen. Mme ltranger o il est protg par le Secret Service, le prsident dHati a besoin davoir autour de lui ses armoires glace, ses mchoires carres et aux lunettes noires leur arrivant jusquaux oreilles. Va pour Sweet Micky, mais Mike Tyson et sa bande vtus de peau de bte. Alors que Digicel est en train de fermer de manire unilatrale toutes ces formes de fantaisies digitales dans les environs Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince Slavery and the Transatlantic Slave Trade, which is marked on 25 March, was established by the General Assembly (GA) in 2007. sonorisation lors des prestations publiques par le chef de lEtat. Insatisfait du travail fourni par Mr. Dejoux lors dune tourne Ouanaminthe (NordEst du pays), Michel Martelly aurait ordonn publiquement larrestation de lentrepreneur. Au cours de sa conversation avec la population dans le cadre du programme dassistance gouvernementale, Kore Peyizan, le prsident a critiqu la construction. Exigeant que des rectifications soient apportes immdiatement. Et que laction publique soit mise en mouvement contre Mr. Dejoux et fautive. cette version des faits puisque rapporte par une agence proche du pouvoir en place, Directeinfo. La porte toute Nous voici donc revenus au temps du roi Christophe (dbut successful slave revolt in the world that continues to inspire. Opening of the exhibit Victory over Slavery: Haiti and Beyond hosted by the Permanent Missions of Haiti and Jamaica to the United Nations will take place at 6 p.m. today in the Visitor Centre at UN Headquarters. UN Secretary-General the exhibit and is expected to say: The story of the Haitian Revolution and the resilience of its people, who demanded nothing more than to be granted their human rights, continues to inspire. Irina Bokova, Director General of the UN Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) will be also be in attendance, as well as a number UN Ambassadors.. With an overview of the Transatlantic Slave Trade as a backdrop, the exhibit focuses on the slaves struggle for independence machine propagande. Et, comme lon constate, tout lui est On a cr lire dans une autre dpche que Mr Harry Dejoux a t peu aprs remis en libert. Tant mieux. Encore une de ces farces comme aime en faire le Prsident. Mais qui ne lui ont pas toujours port bonheur. Qui ne se souvient de laffaire du dput Arnel Blizaire. Ctait peu aprs linvestiture du prsident Martelly en 2011. En visite au palais avec une dlgation de la chambre basse, une prise de gueule sensuivit entre ces deux messieurs au sang trs vif. Le prsident de la Rpublique menaa le dput darrestation. Quelques jours plus tard, en rentrant dune mission selected as the winning design of an international competition in August 2013. The Memorial will stand as a constant reminder of the courage of slaves, abolitionists and unsung heroes who helped to end slavery. Vous auriez cr que celuici en avait tir la leon. Mais une bonne blague de ce genre, cest plus fort que notre premier mandataire de la nation. Mignons du roi ou Un autre inconvnient est que cela encourage ses barbouzes persvrer dans leurs excs. Comme prendre la gorge des journalistes pour avoir pos au prsident des questions considres comme gnantes. Ou procder larrestation de citoyens pour avoir refus de leur cder la priorit dans la circulation automobile. Mais l o nous avons aujourdhui toute une partie de la presse locale accepter de jouer le mme rle que autrefois les ou les mignons du roi, le prsident Martelly sest fait rcemment pingler dans le Wall Street Journal auquel il avait rendu visite dans le Christopher and architect Rodney Leon will hold a discussion. The They are We documentary tells the story of the Cuban descendants of an enslaved African woman who visited the village of origin of their ancestor in Sierra Leone. The village was located thanks to an Australian professor from the University of Sydney, Dr Emma Christopher who was able to trace it through traditional dances and songs. Photographs of the documentary They are We are currently on display in the exhibit, in the context of the Film Festival on Slavery. There will be a free, Friday, July 11 at Joyce Kilmer Park (161st Street and Grand Concourse) as part of the Bronx Museum of the Arts First Fridays! series in partnership with the African Film Festival. The International Day of Remembrance of the Victims of

PAGE 8

Page 8 UNE COUPE BIEN AMERE ( ... suite de la 1re page) ( ... suite de la 1re page) dfaite faisait plutt rfrence un Waterloo, qui sonna la disparition de Napolon Bonaparte de la scne mondiale, ou, la force expditionnaire envoye par le mme Napolon pour bloquer la marche victorieuse vers lindpendance des anciens il repoussera par les racines car elles sont nombreuses et profondes. Dailleurs les plus aviss des chroniqueurs brsiliens cinquante ans. En effet, le choc fut tout aussi brutal en 1950 Aussitt de conclure que cest Oxala, lquivalent de faire payer son obstination au gouvernement de la prsidente Dilma Roussef. Tout comme peu dHatiens douteraient que le pied de Manno Sanon avait t mont avant que Hati ait os affronter Brsil les plus grands du foot mondial en 1974 en Allemagne. Mais on trouve aussi dautres commentaires plus ralistes. Par exemple, cet expert (et nous aurons tendance le suivre) qui pense que la vritable leon du massacre de Fortaleza est de sonner le glas du football spectacle, showbiz, coups de milliards, o les camras prennent davantage plaisir trahir les motions sur le visage des spectateurs ce pour ramener le ballon sur le terrain de jeu auquel il appartient. Avec lAllemagne comme simple instrument du destin. Deux-ex-machina. Et rien de plus. En effet la dfaite remarquer le vainqueur, lAllemagne. par lUruguay. Mais l o lvnement a t retenu comme lhumiliation du Maracanazo, aujourdhui le terme doit tre plus fort : Massacre est celui qui convient le mieux. 7 buts 1. Mme Hati a fait mieux, la Coupe du Monde de 1974, en ouvrant le score contre la terrible Italie par un but dEmmanuel Sanon sur une construction de Philippe Vorbe. Nous fumes battus 3 buts 1. On aurait tendance dire aujourdhui : seulement trois buts ? Ce qui justement devrait aider nous dculpabiliser quelque peu, nous qui en sommes venus avoir une si pitre ide de nos possibilits. Et considrer quil ny a qu nous que peuvent arriver des situations aussi dcevantes que celle aujourdhui Mais tout le monde sait que, malgr les oraisons funbres prononces le cur meurtri aussi bien Rio de Janeiro qu Port-au-Prince ou aux Gonaves ou autre, le Brsil Oui, plutt dans le genre dun gnral amricain Douglas MacArthur forc de battre en retraite devant le Japon reviendrai). Et ce qui fut dit fut fait. Cest Mac Arthur que lempereur du Japon signera la dfaite. Ce qui rejoint aussi la dernire phrase de Toussaint Louverture embarqu pour la prison en France : Vous navez abattu que le tronc de larbre de la libert des Noirs. Mais Dception et tristesse Lattaquant Emmanuel Sanon marque le premier but pour Hati contre lItalie en coupe du monde, en 1974 En Hati des fans de lArgentine clbrent la dfaite du camp adverse, le Brsil ; ces deux slections tant les plus passionnment aimes en Hati (photo J.J. Augustin) du Brsil. Pendant que le capitaine de lquipe David Luiz et le slectionneur Luiz Felipe Scolari demandent pardon au peuple brsilien, un autre quotidien de suggrer que le Christ rdempteur a dtourn son regard du Brsil. Il sagit du Christ gant qui domine la baie de Rio depuis les hauteurs. Et un autre de rappeler que les bidonvilles de Rio et ailleurs dans cet immense pays de 160 millions dmes, lors des mouvements de protestation contre les quelque onze milliards dpenss pour lorganisation du Mondial 2014 alors quil y a dautres besoins plus urgents, et sous les nuages de gaz lacrymognes avaient souhait par vengeance la dfaite du Brsil. affrontera bientt des lections. Peut-tre pas seulement pour elle. Il peut y avoir similaires (Le Brsil a enregistr une nouvelle dculotte face la Hollande, le samedi 12 juillet (3-0), tombant la 4 e place de son propre Mondial). Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince 2014, dimanche 13 juillet au Maracana de Rio de Janeiro, sur un but de Mario Gtze en prolongation (1-0, a.p.). Dj sacre en 1954, 1974 et 1990, la Na tionalmannschaft revient dsormais la hauteur de lItalie, galement quadruple championne du monde. A linstar du sacre espagnol lors de la prcdente Coupe du monde, il aura donc fallu aller au-del des 90 minutes rglementaires pour connatre lidentit du vainqueur de cette vingtime dition du Mondial. Malgr cette dfaite serre et des performances en dents de scie, Lionel Messi a reu dans la foule le titre hon Maigre consolation. LArgentin visait plutt un troisime titre en Coupe du monde pour son pays, aprs 1978 et 1986, anne qui porte lempreinte de Diego Maradona. Auteur de quatre buts et dune passe dcisive durant ce Mondial, le quadruple Ballon dor argentin naura pas su ce soir tromper la vigilance de Manuel Neuer, lu pour sa part meilleur gardien du Mondial. Quatrime sacre pour

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 16 Juillet 2014 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo (.... / p. 11) The Senate passed a bill last Thursday that would authorize an assessment on the progress Haiti has made after its devastating earthquake. Sen. Bill Nelson (D-Fla.) introduced S. 1104, the Assessing Progress in Haiti Act, which would require the Secretary of State to give Congress an annual report until 2017 on post-earthquake recovery and development efforts in Haiti. to help migrants obtain Associated Press SANTO DOMINGO, Dominican Republic The prime minister of Haiti says his government will soon launch a program to help its citizens acquire documents needed to secure legal residency in the neighboring Dominican Republic. Prime Minister Laurent Lamothe also says Haiiti will reduce the cost of a passport from $80 to about $25. The announcement last Thursday addresses complaints of many Haitians who have been trying to get legal residency in the market-distorting effects of importing a therapeutic food when a local one exists. In April, she won a years grace, after USAid gave Unicef in Haiti a years worth of funding for Medika Mamba bought locally. The factory built in 2012 with a $732,000 loan from the Global Alliance for Improved Nutrition (Gain) and LGT Venture Philanthropy stayed open. This year, MFK expects to buy 50 tons of peanuts from local farmers, nearly 50% more than in 2013. Wolff believes that with assured international aid buyers for Medika Mamba, the factory could boost production year after year, creating economies of scale and a sustainable local loop of supply and demand. Producing 550 metric tons makes us sustainable because it covers the cost of everything, she says. In theory, that is economic development at its best saving lives while sustaining change in low-income countries. It will tackle acute child malnutrition, which rose from 5.1% in 2012 to 6.5% last year, according to the Haitian government. And it creates much-needed jobs in a country where unemployment hovers around 40%. It is also able to redouble ongoing efforts to improve peanut farmers productivity and post-harvest handling and storage. In the longer-term, Gain, a foundation that supports public-private initiatives that address malnutrition, sees the rising global demand for PlumpyNut as an export opportunity for Haitis MFK. But whether this optimism is borne out in Haiti is dependent on whether Unicef, or other agencies, renew their order. Wolff says she lives from month to month and order to order, having no idea whether the factory will still be open next year. The loan from Gain, repayable over seven years at 6.75% interest, will need to be repaid. The 300 peanut farmers in the north of the country, who have been selling their produce to MFK, will also be adversely affected if the factory closes. There is little disagreement about the inherent value of localism in tackling child malnourishment in Haiti, and the WFP in Haiti says local food purchase remains a priority. But taken up by USAids Kore Lavi food voucher program, which means it cant buy from MFK at present. But the politics, perverse logic and lack of coordinated thinking on aid from the west means well-meaning international agencies sometimes prefer to feed countries like Haiti rather than give them the means to feed themselves. As a result, local ventures such as MFK are constantly at risk of being forced out of business. None of which bodes well for children like Bedline, who will inherit this poisoned legacy. 10 July 2014 Visitors to the United Nations, and those to the Bronx Museum of Fine Arts, will have a chance the world that continues to inspire. Victory over Slavery: Haiti and Beyond, hosted by the Permanent Missions of Haiti and Jamaica to the United Nations, took place last week, in the Visitor Centre at UN Headquarters. the exhibit and was expected to say: The story of the Haitian Revolution and the resilience of its people, who demanded nothing more than to be granted their human rights, continues to inspire. Irina Bokova, Director General of the UN Educational, expected to be in attendance, as well as a number of UN Ambassadors. With an overview of the Transatlantic Slave Trade as a backdrop, the exhibit focuses on the slaves struggle for independence in Haiti and the establishment of the Republic in 1804. The Haitian insurrection is recognized as a milestone by the liberation movements that fought for the abolition of slavery. The exhibition also showcases the design of the Permanent Memorial to Honor the Victims of Slavery and the Transatlantic Slave Trade, The Ark of Return by Rodney Leon, which will be erected at UN Headquarters in early 2015. The American architect of Haitian descent also designed the African Burial Ground National Monument in New York City. He was selected as the winning design of an international competition in August 2013. The Memorial will stand as a constant reminder of the courage of slaves, abolitionists and unsung heroes who helped to end slavery. The exhibit highlights the UNESCO Slave Route Project, launched 20 years ago to break the silence surrounding the slave trade and its consequences. The writer of the film They are We, Emma Christopher, and architect Rodney Leon were also expected The documentary tells the story of the Cuban descendants of an enslaved African woman who visited the village of origin of their ancestor in Sierra Leone. The village was located thanks to an Australian professor from the University of Sydney, Dr. Emma Christopher, who was able to trace it through traditional dances and songs. Photographs of the documentary They are We are currently on display in the exhibit, in the context of the Film Festival on Slavery. The International Day of Remembrance of the Victims of Slavery and the Transatlantic Slave Trade, which is marked on 25 March, was established by the General Assembly (GA) in 2007. Port-au-Prince, July 7, 2014 (AHP) Minister of Culture Monique Rocourt announced the arrival in August, off of Cap Haitian, of an expert mission from UNESCO charged with identifying the wreck of the ship, found in Haitian waters, and presented as the Santa Maria. The UNESCO mission will come to the country at the request of the Haitian government, said Rocourt, who reported a heritage preservation program implemented with the support of this organization. The American archaeologist Barry Clifford had announced last May that he had discovered Christopher Columbus ship in Haiti. Minister Rocourt said that for now, the explorers do not all agree that it is actually the Santa Maria. She advised that the government, following the Cliffords team to continue its archaeological excavations, recalling that with the UN organization, the government is working to establish a national plan for the protection of underwater heritage. Requested by Haiti, the scientific committee of UNESCO considered non-compliant the method used by Clifford to perform searches in Cap-Haitien, said Rocourt. All the archaeological evidence, and geographical topology underwater strongly suggest that this wreck is Columbus famous flagship, the Santa Maria, said the convinced Barry Clifford in May, adding that he was convinced that complete excavation of the wreck would bring detailed marine archaeological proof of his discovery. President Michel Martelly was in Brazil last Sunday and Germany, which took place at Maracana Stadium (Rio de Janeiro). Also expected in the VIP boxes, were: President Vladimir Putin of Russia, President Jacob Zuma of South an opportunity for some informal high-level meetings on the sidelines of the game. the Dominican Republic under a new program in that country. More than 80,000 Haitians have applied for residency but fewer than 300 had all the documents they need to qualify since registration began June 2. Only migrants who have been in the Dominican Republic since before October 2011 can apply. Lamothe spoke following a meeting with Dominican because aid agencies buy Bedline is 17 months and weighs just 5.3kg. She lies feverish and quiet in her grandmothers arms, eyes glazed, her pale blue nylon frock hanging off thin shoulders. Nearly 30 toddlers and their caretakers are crammed into the airless room at a makeshift malnutrition clinic atop a hill in Bahon, northern Haiti. This is a sleepy town along the These children are not up to the mischief common among toddlers. They wait, listlessly, to be weighed and fed Medika Mamba, Haitian Creole for peanut butter medicine. Medika Mamba is a local product, manufactured approved by the World Health Organization and the UN childrens agency, Unicef. Internationally trademarked as PlumpyNut by the French company Nutriset, a 150-sachet carton can restore a severely malnourished child to health in are chronically malnourished. Soon, Medika Mamba will be rolled out in Guatemala and beyond through Unicefs programs for malnourished people. But Haitis newest export will not be the measure of success as it sounds. The World Food Program (WFP) rang in December and said they wouldnt be buying anything from us for four years because they had a corn-soy blend from USAid for free. That was half of our annual income gone. We nearly closed in June, says American pediatrician Patricia Wolff, who founded MFK 10 years ago to make a local malnourishment product soy blend was made by WFP last year with emergency USAid funding in advance of Haitis generally calamitous hurricane season. But it was not needed and in 2014 USAid approved a WFP request to use the already in-country corn-soy blend stock for their ongoing program of treating malnutrition, the No one seems to have pondered the local implications unused goods from one program to be transferred to another. But, as the experience of Medika Mamba demonstrates, it is a risky policy for Haitian workers closing the factory would have cost 42 local jobs, and hundreds of Haitian peanut farmers would have lost a reliable buyer. Wolff lobbied heavily against Laurent Lamothe and Dominican counterpart Gustavo Montalvo Dear President Barack Obama: Haitian-Americans, immigrant justice and human rights advocates have urged the creation of a Haitian Family since a 7.0 magnitude earthquake killed 250,000 people and left millions homeless. The Department of Homeland Security (DHS) has approved 110,000 visas including 16,000 for children yet, they remain on a wait list for up to more than 12 years languishing in Haiti where their lives are at risk. President Obama, you can put an end to this now by instructing

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux tout ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de Premire Instance de Miragone en audiences publiques et civiles de divorce en date du Lundi 22 Avril 2013 Av. Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de Premire Instance de En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du juge, le Commissaire du PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen au vu de la loi, le Ministre Public entendu, admet et prononce le divorce des poux Onel MAEL, la femme ne Vigueltha BAYARD sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun Compense les dpens, vu la qualit des parties. Ainsi jug et prononc par nous, Me. Vernet SIMON, Doyen du Tribunal de Premire Instance de Hinche, en audience civil et publique du Lundi dix-sept Mars deux mille quatorze, en prsence de Me. Molon RICHARD, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et de la force publique dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. Me. Wilfrid ELIE Me. Vernet SIMON, Av. Doyen PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre en consquence le divorce du sieur Jean Wilfrid BERTIN davec son pouse ne Cartilina Glaude de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts relative lexcution de ce jugement. Rendu de nous, Jacques Hermon CONSTANT, juge laudience civile, ordinaire et publique du Mercredi Vingt-huit Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Wesley Substitut du Commissaire du Gouvernement, reprsentant du Ministre Public et avec la participation du sieur lgalement requis. Ainsi signs : Jacques Hermon CONSTANT et Homre RAYMOND. COLLATIONNE Dispositif du jugement rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince en date du Vingt-neuf Mai deux mille quatorze. Et :2) La dame ne Rose Kerlyne LORMINE dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action. Admet en consquence le divorce du sieur Bertrqng PIERRE, davec son pouse ne Kerlyne LORMINE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil Compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt neuf Mai deux mille quatorze en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph Me. Luckner MONDESEME, Av. Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au Palais de Justice 001-391-325-0, 490434 etA281355, avec lection de domicile en son Cabinet sis au no. 3 de la Rue Et : 2) la dame Ovaine LOUISSAINT ne Dieudonne DALCE, propritaire, demeurant et domicilie Port-au-Prince, dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le admet en consquence le divorce du sieur Ovaine LOUISSAINT davec son pouse ne Dieudonne DALCE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse, prononce la dissolution des liens Port-au-Prince de transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts compense les dpens. Ainsi jug et prononc par nous, Raymond JEAN-MICHEL, Juge en audience civile ordinaire et publique du dix-huit Juin deux mille quatorze en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Joseph PIERRE LOUIS, Il est ordonn, etc En foi de quoi, etc Ainsi sign : Raymond JEAN-MICHEL et Joseph PIERRE LOUIS. COLLATIONNE Me. Jean Eugne ELASCO, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, consquence, le divorce du sieur Wisler MAURILLAS davec son pouse ne Magalie BIGORD pour incompatibilit de caractres, injures graves et publiques, prononce la dissolution des liens Carrefour de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi sept Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Wesley, Substitut du du sige. COLLATIONNE Me. Mario CHRY PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs en avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrante, accueille laction intent en divorce par le sieur Jean Duval SIMON contre son pouse la dame Fabiola CZAR en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre la dfenderesse laudience du Lundi larticle 287 du code de procdure civil Luc D. HECTOR. ADMET le divorce des poux sus-parls pour incompatibilit de caractres et pour injures graves et publiques envers son poux au vu de larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux tout en destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux de Droit tout en compensant les dpens en raison de la qualit des parties. Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de Premire Instance de Miragone en audiences publiques et civiles de divorce en date du Lundi 22 Avril 2013 2 heures du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de Premire Instance de Miragone, En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du juge, le Commissaire du PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs en avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrante, accueille laction intent en divorce par le sieur Jean Duval SIMON contre son pouse la dame Fabiola CZAR en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre la dfenderesse laudience du Lundi larticle 287 du code de procdure civil Luc D. HECTOR. ADMET le divorce des poux sus-parls pour incompatibilit de caractres et pour injures graves et publiques envers son poux au vu de Jeh Johnson and the Department of Homeland Security to Parole Program. Many have already demonstrated their support for an editorial boards, the civil and human rights community and most importantly, Haitian-Americans and all who believe in human rights and equal treatment for all. Since the earthquake that devastated the Haitian capital of Port au-Prince four years ago, hundreds of thousands of displaced people still live in tents and substantive reconstruction has yet to begun. Additionally, the imported cholera epidemic and other life-threatening conditions still threaten the health and well-being of the Haitian people. We can no longer wait. A national movement is for Haitians and their families. The time to legally reunite Haitian-Americans with their family members is now. Expedite Program. We know you can do this because there is precedence Parole Program twice since its creation in 2007. Haitians contribute immensely to the social, cultural, political, and economic fabrics of the United States of America! Expediting these paroles administratively is smart, saves lives and helps Haiti whose recovery is in our national security interest, given its proximity to our shores. Act Now Mr. President. After all, justice delayed is justice denied. Sincerely, [the undersigned] ( ... suite de la page 10 )

PAGE 12

Page 12 HISTOIRE REVISITEE ( ... suite de la page 6 ) Jamaque en direction de Port-au-Prince. Et ctait comme a sur une base rgulire puisque aucun prsident ne pouvait terminer son mandat. Toujours selon le Times, ceux rentrant en Hati dtre lu), occupent ltage suprieur du bateau. Ils ont leur moustache bien taille, la franaise. Les membres de lquipage leur apportent sans arrt du caf, du champagne et du rhum. Ils rentrent au pays pour rclamer leur poste. que peu de ces pouvoirs qui ont le temps de soccuper des affaires du pays. Ce qui nous donne (page 47) La Rpublique dHati contracta une dette de 36 millions 500.000 francs (23 aot 1874) mais ne reut en retour que 10 millions sous forme danciennes obligations. Le solde de 26 millions fut dissip en En sens inverse, il y a le dbarquement ( Kingston) des exils, qui est une scne pathtique. Ils arrivent avec la tte bande et les bras en charpe. Ils ont perdu la guerre. Mais ce nest que partie remise car leur tour viendra bientt coup sr. Et toujours avec la mme rgularit (Page 67), chapitre le Rgne phmre de Franois Denis Lgitime : Comme chaque priode de bouleversements, les puissances trangres ne manqurent pas de dmontrer un intrt particulier pour les questions hatiennes (lAngleterre, lAllemagne, les Etats-Unis, la France), ces forces dbarquant avec pour instructions de protger et dfendre les intrts de leur pays. Intrts qui plus quoccasionnellement se manifestrent sous forme despces sonnantes et trbuchantes, bord du navire 17 Dcembre sous la protection des canons du croiseur amricain Chester. Cependant au moment de lembarquement, une foule furieuse qui comptait plusieurs prsident. Aux yeux de bon nombre, elle, et non son pre, dirigeait les affaires de lEtat. Ecoutons une description extraite du New York Times du 9 janvier 1910 dun bateau vapeur laissant Kingston destination dHati. A chaque voyage il y a entre vingt ou trente patriotes qui doivent tre dposs Port-au-Prince, et souvent la mme quantit monter bord pour le voyage en sens inverse mais en se prsentant sous lappellation de rebelles. Et linternational moins port simpliquer dans nos affaires intrieures ? On ne le croirait pas quand ce sont nos politiciens euxmmes qui se vantent de leurs relations en si trs hauts lieux Conclusion : A quoi ressemblera le prochain 1915 ? LIVRE : La Route Jamacaine Une Chronique des Relations Historiques entre Hati et la Jamaque Lauteur, Jean Victor Gnus, est un ancien Consul Gnral dHati Boston, ancien Ministre des Hatiens Vivant lEtranger. Actuellement responsable de la Mission dHati Cuba. Marcus Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Jean-Bertrand Aristide dbarque la Jamaque aprs son renversement en 2004 et avant de stablir en Afrique du Sud pour un exil de 7 ans Une visite au Perez Art Museum Miami (photos E.E.) De frles bateaux symbole des dangers encourus Hati-Politique A quoi ressemblera le prochain 1915 ? commissions payes aux banquiers, en primes accordes aux intermdiaires et en pots-de-vin rpartis entre politiciens vreux. Cette premire priode ne sarrtera quavec lOccupation amricaine de notre pays (1915-1934) afin de court-circuiter essentiellement les ambitions gopolitiques des puissances europennes dans le continent (lAllemagne lorgnait ltablissement dune station de ravitaillement pour bateaux vapeur au Mle St. Nicolas) et sous lgide comme on sait dune nouvelle doctrine : LAmrique aux Amricains. 1915, dont lanne prochaine, 2015, ramnera juste titre le centime anniversaire Les Etats-Unis de leur ct exigeaient la cession du Mle St Nicolas, le contrle des douanes et le transfert de la Banque nationale de la Rpublique une banque amricaine (la City Bank de New York). Aujourdhui quy a-t-il de chang ? Nos politiciens sont-ils moins versatiles et plus soucieux des intrts vritables du pays ? A Port-au-Prince le spectacle tait chaque fois le mme. Une foule se masse devant le port, attendant lembarquement du premier mandataire bien entendu pour Kingston. Ainsi le Gnral-Prsident Nord Alexis, surnomm Tonton N : Le samedi 5 dcembre (1908), le Prsident fut transbord sur le bateau Sarnia qui le conduisit en exil Une foule furieuse attendait sur le warf et commena linvectiver et le menacer. Une femme essaya de le poignarder et un autre manifestant arriva le frapper au visage. Une malle laisse par erreur en raison de la confusion, fut dfonce par la foule qui y trouva une rondelette somme. Mais probablement que cest la mme foule qui tait au rendez-vous au dpart du successeur de Tonton N, un autre traineur de sabre patent, le Prsident-Gnral Antoine Simon. Le 3 aot 1911, ce dernier dut abandonner le pouvoir en prenant refuge Cest un nouveau Muse dans lunivers sans cesse grandissant de Miami. Il se trouve en plein Biscayne Bay, le long dun des nombreux Causeway (autoroutes en passerelle) conduisant Miami Beach, et en face du Miami Herald en ruines et pas tout fait encore dmoli. Le Perez Art Museum hberge ces jours-ci une exposition qui vraiment vaut la peine dtre visite et mme dy revenir. Dailleurs il faut plusieurs jours pour tout voir. Nous autres avons seulement visit la partie Carabe, avec des Des artistes de notre voisine, la Rpublique dominicaine, ont aussi retenu notre attention: Firelei Baez qui prsente une murale intitule Est-ce que je passerai le test ? Celui dun ventilateur dirig sur les cheveux de la silhouette reprsente supposment pendant tout un mois. Si les cheveux comme blanche. Si les cheveux demeurent en place, pas de doute il sagit bien dune noire. Trente autoportraits de la mme artiste la montrent clbre pour ses nombreux objets autour du rituel vaudou. Plus loin, Jaime Colson et sa Mrengue dpeignant une atmosphre festive. Lexposition souvre avec des bateaux accrochs au plafond, et reprsentant plus dune vingtaine de ces petites embarcations qui ont servi transporter des rfugis originaires de diffrents pays vers ce quils espraient trouver : des cieux plus clments. Puis on monte au premier tage au son dune fanfare, oeuvres de peintres bien de chez nous. Philom Obin, Snque Obin (un tableau montrant le Roi Henri Christophe, avec ses cts sa femme et ses enfants regardant la Citadelle). Egalement ce portrait bien connu du Roi Christophe de Richard Evans et du Roi, le Prince Jacques-Victor Henri, deux oeuvres classes parmi les oeuvres picturales de la Carabe les plus importantes conserves aujourdhui. pendant tout un mois avec ses cheveux qui chaque jour changent, et qui sont en quelque sorte un baromtre naturel. Loeuvre de cette artiste sattache rsolument la race avec des rfrences frquentes aux traditions vernaculaires et aux mythes, les mmes que lon retrouve un peu partout travers la Carabe. Et puis il y a les drapeaux vaudou uniques Hati. Celui expos au Perez Art Museum a t ralis par T-Bute, tandis quun cran gant nous montre une rue qui pourrait tre nimporte o dans la Carabe avec des hommes et des femmes dansant au son dune musique entrainante, une meringue. On est en plein carnaval. Tout au haut de lescalier, nous sommes introduits dans une immense salle intitule Imagined Landscape avec comme matre doeuvre: Edouard DuvalCarri.

PAGE 13

Page 13 HAITI QUEL DEVELOPPEMENT ? (2) La semaine dernire, jai commenc une srie consacre a u forum sur la Restauration de la productivit des sols en faveur des populations en Hati avec une critique de certaines pratiques de conservation de sol formule par Eric Roose, directeur de recherche mrite lIRD, lInstitut de Recherche pour le Dveloppement, une des institutions organisatrices du forum. (voir des sols, HEM Vol. 28 # 25 du 09-15/07/2014). Javais termin en prsentant les 6 rgles pour une restauration rapide de la productivit nonces par Eric Roose, savoir : 1. Structure de gestion de leau, 2. Rtablir la structure du sol, 3. Revitaliser, 4. Corriger le pH, 5. Nourrir les plantes, 6. Couvert vgtale, pas une canope, une litire. Je mtais promis de revenir sur tous ces thmes, mais, vu le degr de technicit de certains dentre eux, jai choisi de commencer avec celui qui mest le plus accessible savoir la couverture vgtale. Ce choix est aussi dict par le fait que ce thme de la couverture vgtale a fait lobjet de nombreuses interventions qui ont, une fois encore, secou pas mal dides reues. Cela a commenc avec ce fameux chiffre de 1,5 % de couverture forestire que lon entend dans tous les discours pour dramatiser le phnomne de la dforestation, ce qui a fait Alex Bellande parler de la charge idologique cache derrire lutilisation du 1,5 % de ce chiffre. Personnellement jai toujours eu des problmes avec ce chiffre. Certes je connais nos collines dnudes, mais 1,5 % de couverture forestire, cela voudrait dire quHati est un dsert. Cest Alain Thermil qui a corrig pour moi. Il ne sagit pas de la couverture forestire en gnral, mais de la couverture avec la fort primaire, celle que Christophe Colomb avait trouve en arrivant. Et puis voil que Joseph Vernet, Secrtaire dtat la Relance Agricole (SERA) lance une bombe : la couverture forestire serait en train daugmenter. Selon deux tableaux comparant loccupation des sols sur les bassins de lArtibonite et de la Grande Rivire du Nord en 1998 et 2012, la surface en fort serait passe de 11,78 km 2 147 km 2 pour lArtibonite et de : 1,11 km 2 46,25 km 2 pour la Grande Rivire du Nord. Ces chiffres nont pas manqu dtonner plus dun, dont Yves Andr Wainright, qui fut deux fois ministre de Pierre-Louis, responsable des forts au MARNDR et Joseph Vernet, pour expliquer le phnomne, a lanc lhypothse de labandon des surfaces par la population. On a videmment parl de dforestation, un thme utilis gnralement pour accuser les paysans de tous les crimes, mais Alex Bellande a demand sil ne fallait pas faire une distinction entre toutes les formes de coupes darbre : certes il y a la production de charbon, mais il y a aussi le bois duvre, les bois prcieux pour lexportation. Plusieurs intervenants ont du reste signal que tout a commenc durant la priode coloniale avec le dfrichage pour installer des cafteraies. Passons maintenant de la dforestation la reforestation. Eric Roose nous met en garde : Il nous faut nous dtacher de ce rve de la fort La fort serait un mythe, le mythe du paradis perdu. Certes la fort est le seul systme de production durable grce deux systmes racinaires: un systme profond qui rcupre leau et les nutriments librs par les roches et rsiste aux mouvements de masse, et rsiste au ravinement, la canope et surtout la litire qui protge du ruissellement et de lrosion, qui apporte 1 2 t/ha de carbone au sol (squestration), recycle les nutriments librs par les roches, les pluies, lhumus, alimente la msofaune (vers, structure du sol. Cependant, r estaurer la fort partout ne rsout pas tous les problmes. Cela demande le choix despces feu et de llevage extensif. Et cela napporte pas la rponse la question : comment nourrir la population ? Do la ncessit de rpondre la question : Comment imiter ce systme forestier ? Eric Roose a toute une panoplie de mesures proposer : 1. Pratiquer lagroforesterie : cultiver des arbres, des jardins fruitiers, des bois dnergie, entretenir des haies darbustes (lgumineuses et quelques arbres taills) en courbe de 2. Choisir des cultures produisant beaucoup de biomasse, une litire et des racines profondes, des cultures prennes avec litire (canne sucre, banane, caf, ananas, cultures fourragres), des cultures associes (racines, crales et 3. 4. 5. Ncessit damendements (carbone et bases), de fumure organique (C+ nutriments), de complments minraux (P+N). En coutant parler Roose, je pensais Marc Dufumier ( Les projets de dveloppement agricole Editions Karthala, Paris 1996) qui dit quil ne faut pas laisser la moindre parcelle de terre nue, expose au soleil et la pluie, et je pensais donc rgulirement pour enlever les mauvaises herbes, et ces mauvaises herbes, il les brule. Rcemment jtais Vallue, o lAPV (Association des runions de travail, quelquun a racont quils avaient reu pratiques de sarclage et expliquaient quel tort on faisait au sol avec ces pratiques. Les paysans de Vallue ont lhabitude dtre pain sur la planche Bernard Ethart Miami le 15 juillet 2014 ( ... suite de la page 2 ) ( ... suite de la page 12 ) lENSAV-La Cambre a commenc en 2011 grce un ancien diplm de lENARTS, Kvens Prvaris. Peintre, il est lun des fondateurs du mouvement pictural Loray cr en 2004 Port-au-Prince. Cet artiste a tudi les Arts visuels et de lespace dans cette cole bruxelloise grce une subvention de la FOKAL. Prvaris avait donc souhait que ses pairs puissent cette prestigieuse cole, qui a ouvert son horizon artistique, technique et intellectuel. Aussi il a motiv ses confrres et les professeurs de lcole belge sintresser aux tudiants en art de son ancienne cole, la culture dHati et lart hatien tout Deux ans plus tard, le rve tait devenu ralit. Le projet Cest ainsi que, suite la visite des Belges au dbut de cette anne, le peintre directeur a donc t invit par lcole de La Cambre du 2 au 6 juillet, pour discuter de la suite donner leur collaboration frachement entame. A cette occasion, lartiste de renomme internationale, Philippe Dodard, a rencontr les responsables de La Cambre et tudi avec eux des possibilits dune coopration active, et dans lesprit du qui lui tient le plus cur. Mais il ne sagira pas dune coopration unilatrale, nous prcise-t-il. Les tudiants qui viendront tudier Bruxelles La Cambre que par lENARTS Mais il sagit de trouver ces fonds sinquite dj Dodard. Son cole qui dispense des cours darts plastiques, de thtre, subvention et despace, nous indique, de son ct, Prvaris qui est dans le secret des dieux. Elle contient trois cents tudiants. Seulement dix pourront venir tudier Bruxelles. Ce nest pas norme. Mais pour Dodard, cest dj quelque chose. Le principe, lhabitude de collaboration avec dautres, est dj tabli se flicite-t-il. Pour le reste, on verra. Lors de sa mission de quatre jours, il a eu loccasion dassister la crmonie de remise des diplmes aux tudiants de master 2 dont Kvens Prvaris faisait partie. Ce dernier a pour les deux compatriotes. Dans son discours de circonstance, La Cambre davoir accept de prendre une part active ce projet de coopration, preuve dclar se sentir chez lui dans cette enceinte qui travaille au bien-tre de la cration avant de terminer son discours par une chanson populaire dHati mais dont lorigine nous est inconnue mwen konnen yon peyi jouk nan bwa Une belle ovation sen est suivie. Ce qui est important pour lui, et il nous le dira, cest de souder des liens damiti et de collaboration avec les institutions dart et artistes belges, de mettre sur pied des rseaux dchanges dans la perspective dune ncessaire restructuration de lENARTS Cette rforme quil appelle de tous ses vux doit ncessairement passer par la formation des tudiants et des professeurs haitiens. Cest la raison pour laquelle ces partenariats sont importants explique-t-il. En plus de la formation technique quils amnent, ils ouvrent les imaginaires collectifs. Et ce, dans les deux sens. Indpendamment de cette perspective quil souhaite prometteuse, le rve de Dodard est de porter haut les arts dans les coles, que ce soit la musique, la danse, le thtre ou les arts plastiques. Il est persuad que lart a aussi un rle jouer dans la reconstruction du pays. Le Prsident de la Rpublique accorde une grande importance lducation et aux arts a rappel le directeur en sappuyant sur ce plan prsidentiel auquel il croit dur comme fer. Je suis convaincu que lart peut aussi servir au dveloppement du tourisme estime-t-il. Il na pas tort. De plus, la pratique artistique est le seul domaine o Hati ne fait pas que prendre mais peut offrir quelque chose de consistant en retour. Pour clturer sa mission dexploration, le peintre a enlev le costume de directeur et cd au dsir de faire du tourisme artistique en se rendant au muse de Brugge, en surnomme le Picasso hatien pouvait, l, smerveiller devant cher la coopration culturelle belge, qui se matrialise en quelque sorte. Huguette Hrard Museum... Duval-Carri est surtout connu pour son utilisation de couleurs fortes et ses adaptations dicones traditionnels venant de son pays natal (Hati) et quil utilise souvent pour critiquer les conditions politiques et sociales de son pays. Mais Imagined Landscapes montre plutt dimmenses panneaux prsentant un aspect trs diffrent du talent de lartiste. Les couleurs dominantes sont le noir et largent. 11 tableaux au total dans cette pice et laspect en est vraiment saisissant. Ces onze tableaux ont t raliss avec des pices daluminium peintes en noir et utilisant des glitter (paillettes) en argent et recouvertes avec une couche de rsine acrylic. Ces tableaux ainsi que les deux chandeliers, crent un environnement rappelant celui des palaces baroques ou rococo. Une visite simpose au Perez Art Museum. Ne laissez pas passer une telle occasion. Elsie Ethart Miami, le 13 Juillet 2014 Lartiste et producteur dorigine hatienne Wyclef Jean qui a interprt dimanche lhymne du Mondial au Brsil, a plaid en faveur dimportants investissements dans lavenir du football hatien. Wyclef Jean qui a partag ses espoirs sur lavenir du football hatien avec des internautes invits par la FIFA, veut un meilleur encadrement des jeunes footballeurs hatiens pour devenir aussi des superstars du football de demain. Il faut commencer par les clubs en Hati, l o les enfants dbutent ds leur plus jeune ge, cest le plus important. En tant quHatiens, on doit investir dans le futur de notre football et, pour cela, il faut investir dans la formation des jeunes a dclar Wyclef. dans quatre ans, mais il faut travailler sur les toutes petites catgories, quand les jeunes commencent le foot. Cest comme moi : jai dbut la guitare trs jeune et je me retrouve ici aujourdhui., a indiqu lambassadeur itinraire dHati. Je crois aussi que les Hatiens de la diaspora, qui ne jouent pas en Hati, doivent aider lquipe nationale et revenir au pays pendant leurs vacances pour donner des conseils. On a besoin dun rel budget consacr au sport, mais quelque chose qui corresponde vraiment au football, car le football reste le sport numro 1 en Hati. budget pour le sport hatien

PAGE 14

Page 14 MARACANA EVAPORER CI#P#ETA OFLAG#OC NA#U#R#H NU#VOICI UNIR#N#D SERINGUE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeSINCERE A L D M F I ASolutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de RATING DELURE, en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sSoudan Algerie Congo Libye Chad Niger Angola Mali AfriqueduSud Ethiopie Mauritanie Egypte Tanzanie Nigeria Namibie Mozambique Zambie SomaliePHONOS PHONES PRONES PROBES AROBES AROLES ARYLESRATING DELURE A D M D P T O K W U Z A L F T O Z S G K M V O R G T R A Z E Y B I L Z Z E A E I N A T I R U A M R I N I Q Z M P M T M M I R B G P U A B Y W B E E E S I O O E N I G I N G G C O M L I D I Q E I L I H T U A A H U E U G R N C H A D N C T S D E A H C S O M A L I E U R J S P W E C O N G O U D HORIZONTAL 1. Stade de Rio 2. Dilapider 3. Curie Septime lettre de lalphabet grec 4. Camp de prisonniers de lAllemagne nazie Langue parle dans le sud de la France 5. Sodium 6. Devtu Dsigne ce qui arrive 7. Allier 8. Instrument utilis pour injecter ou enlever un liquide du corps humain. VERTICAL 1. Dsavous 2. Ensemble des oiseaux dun lieu 3. Radium Irridium 4. Ruin 5. Cobalt 7. Premier prsident de lAngola 8. Cacahoute. (... suite de la page 2) UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati EOI-MINUSTAH-PS/KP/14-001 15 JUILLET 2014 minustah-procurement@un.org o +509-222-968-60 or +509-222-968-61 Section des Achats, Base Logistique de la MINUSTAH, Boulevard Toussaint Louverture et Clercine, Port-au-Prince, Hati (A lattention de : Kakmo Pideu, email : kakmopideu@un.org). et intresses, dsirant participer cet Appel Manifestation dIntrets (AMI) qui sera lance sur une courte priode par la MINUSTAH dont le sige est Port-au-Prince, Hati. les Dpartements dHaiti. Port-au-Prince et dans les rgions dHati. 2. La MINUSTAH cherche tablir un contrat non exclusif pour une priode initiale dun (1) an avec loption dextension pour une priode supplmentaire de 12 (douze) mois, sous rserve de lextension du mandat de la Mission, la disponibilit des fonds et un rendement satisfaisant de lentrepreneur. 3. En consquence, lentrepreneur devra imprimer et installer deux cents (200) panneaux publicitaires Port-au-Prince x 10), et cinquante (50) panneaux de dimensions 12 x 24 pieds (12 x 24). 3.2. Panneaux installer Port-au-Prince et dans les dpartements/villes suivants : Port -Prince et les communes Fort-Libert, Gonaves, Hinche, Port-de-Paix, Jacmel, Jrmie, Les Cayes, Miragoane, Petit-Goave, Leogane, GrandGoave, Saint-Marc, Artibonite (lEstere) 3.3. Panneaux installer galement sur les routes nationales suivantes : Route Nationale #1, Route Nationale #2, Route Nationale # 3. 4. Lentrepreneur doit sassurer que son rseau de panneaux publicitaires dj installs couvre tout le pays, en particulier leurs points de linstallation. 5. La liste des dpartements/localits indiques aux points 3.2 et 3.3 est non exhaustive. Le Chef de du Bureau de Communication et de lInformation Publique de la MINUSTAH peut demander lentrepreneur dinstaller des 6. Lentrepreneur retenu signera un contrat initial de un (1) an, avec une extension possible de douze (12) mois supplmentaire en fonction des besoins oprationnels, de la performance satisfaisante de lentrepreneur et des 7. Les entreprises intresses sont tenues de sinscrire, au moins comme partenaire daffaires de niveau 1, sur la plateforme mondiale des affaires des Nations Unies (UNGM) dont ladresse lectronique est la suivante : http:// www.ungm.org par tlcopieur ou par courrier lectronique ladresse physique indique ci-dessus, our par courrier ladresse suivante: Procurement Section des Achats, Base Logistique de la MINUSTAH, Boulevard Toussaint Louverture et Clercine, Port-au-Prince, Haiti (Attention: Kakmo Pideu, email: kakmopideu@un.org). 9. La dclaration dintrt doit contenir les informations suivantes : 1. Nom de la Compagnie 2. Adresse Postale et Physique 3. Tlphone 4. Fax 5. Courriel 6. Nom et titre du point focal 7. Bref expos sur lexprience de lentreprise dans le domaine de loffre, y compris des rfrences de clients 8. Numro de compte UNGM de lentreprise 10. Aucun engagement futur nest donn sur la taille et la rpartition de la prsence de la MINUSTAH en Hati. LONU ou en partie, en fonction de la mission et des besoins oprationnels pendant toute la dure du contrat. 11. La MINUSTAH a lintention de suivre le processus dappel doffres formel. Veuillez noter que cet avis ne constitue pas une sollicitation nimporte laquelle de ces conditions nimporte quel moment dans lAvis Manifestation dIntrt et/ou le processus de sollicitation. 12. Nota Bene : LONU se rserve le droit denvoyer les documents dappel doffres aux fournisseurs qui ont t du 2e lundi de janvier prochain. Dplorant cependant le fait que des conseillers du chef de ltat candidats au prochain scrutin, aient eux-mmes propos des personnalits pour faire partie du CEP, le snateur Benoit estime que Michel Martelly est en train de crer les conditions pour quitter le pouvoir par la petite porte. Les magistrats ont mainte nu leur grve pour le lundi 14 Juillet Les magistrats ont maintenu leur mot dordre de grve pour le lundi 14 juillet. Le prsident de lANAMAH, Me Durin Duret, tout en saluant la dcision du ministre de la justice et du CSPJ de renouveler les mandats dune vingtaine de juges, estime cependant que cela est taine de bandits prsums Le porte-parole adjoint de la Police nationale, Garry Desrosiers, a fait tat de larrestation dune trentaine de bandits prsums entre le 10 juin et le 9 juillet, pour kidnapping, viol, squestration, faux et usage de faux. Bilan des oprations poli cires kilogrammes de marijuana, deux bateaux en provenance de la Jamaque, plusieurs vhicules et armes feu. Deux des individus arrts taient recherchs par la justice amricaine, a indiqu le porte-parole adjoint de la PNH. Plus de 12.000 actes de Dans peu prs quatre ans, lorganisation non gouvernementale locale de dfense des droits de lhomme Action Citoyenne pour lAbolition de la la documentation de plus de 12 000 personnes. Par des autres, recevoir leur extrait des archives grce la Commissariat des Nations Unies pour les Rfugis (UNHCR), mis sur pied par lorganisation en vue de recenser et de documenter les personnes ayant perdu leur acte de naissance suite au sisme de janvier 2010 un peu partout travers le pays, notamment Port-auPrince, Delmas, Carrefour, Logane et Petit Goave. Adress essentiellement aux dplacs internes, ce programme vise, selon le coordonnateur gnral de lACAT, M. Urbens Wilbert Dieuvueil, venir en aide aux milliers de sinistrs laisss pour compte dans la grande majorit des cas. M. Dieuveil soutient quil sagit dune action humaniste et patriotique favorisant le mieux-tre de la communaut. Jeff Ibrame

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou ak : Jean-Louis Roug pibliye an 2004 youn diksyon tr enteresan, ki chaje kou legba ak enfmasyon sou vokabil kreyl. Liv sa a rele Dictionnaire tymologique des croles portugais dAfrique (CPA). Diksyon etimolojik konpare Roug a f youn gwo ef sou mwen km Ayisyen natifnatal kreyl. Anbyans kreyl ki ap layite anndan liv la apati konparezon ak kreyl ginen yo, resanblans ant kreyl ginen yo ak kreyl ayisyen an te pte mwen f youn rechch konpare ant vokabil kreyl ginen yo ak kreyl ayisyen an. Mwen rele kreyl ginen, premye gwoup kreyl avk baz ptig (CPA) ki devlope nan glf Gine a. Roug konte plizy kalite kreyl ki part na peyi sa yo : Guine -bissau Cap-vert, Casamance (kril), Santome ( forro), Santom (angolar), Principe ( lungie). Se kreyl ginen sa yo J.L Roug (2004) konsidere, epi li konpare leksik yo. Mwen jwenn anpil resanblans, toukm mwen jwenn anpil diferans ant kreyl ginen sa yo ak kreyl ayisyen an. Mwen panse, korespondans sa yo ta kapab jwenn esplikasyon yo parap ak lanng ki te prezan sou teritwa yo a. Stadi, lanng ptig a ak kasteyann nan, ajoute ak lanng Lafrik yo tankou lanng Kwa yo (fon, ewe, nago), plis lanng Bantou Pou mwen alimante bouskay ak deba yo nan ka patikilye kreyl ayisyen an, map prezante de lis mo apati rechch J. L. Roug (2004 ) la. Toudab, sou baz ptig a, map bay youn lis mo ptig ki nan diksyon Roug a, pou mwen konpare kreyl ginen yo ak kreyl ayisyen an. Pi f nan mo ptig sa yo, nou jwenn yo nan lanng kasteyann nan tou. Sa f, ekip ptig-kasteyann nan se youn sous enptan pou ansyen mo kreyl ayisyen an. Ekip lanng sa yo te la byen lontan anvan frans a ak makn dyalk li yo. Ansuit, sou baz lanng ginen yo, map bay youn lt lis mo ki nan menm diksyon a toujou, pou mwen konpare kreyl ginen yo ak kreyl ayisyen an. Anpil nan mo sa yo sti nan fanmi lanng Bantou yo ak fanmi lanng Kwa yo. Nou remake youn diferans. Kreyl ayisyen an gen plis mo ki soti nan fanmi lanng Kwa yo, akoz fs popilasyon ginen yo gen fs mo ki soti nan lanng bantou yo, akoz istwa pa yo tou. (cf. Roug 2004, p. 18, 19). Sou baz fanmi lanng Kwa yo (fon, nago, ewe), nou kw mo kreyl ayisyen yo tr pwch ak kreyl lungie a (Principe). Tandiske, sou baz fanmi lanng Bantou yo (kikongo, dwala, lingala, kiswayeli ...), mo ayisyen yo sanble ak kreyl forro (Santome), angolar. kaba (kreyl ginen) kaba (kreyl ayisyen) Egzanp : akasan an kaba, al an fas la wa jwenn. (Tdk, p. 222) adivinhador, devin, celui qui devine. (p. 45) dibiadur, dibiador ( kreyl ginen ) divin (kreyl ayisyen) cf. houngan, bk, manbo, hounbn rufa (kreyl ginen) aloufa : afre, saf (kreyl ayisyen). Egzanp : aloufa sa a manje twp. (Valdman 2007, p. 20) atacar : attacher ( p. 68 ) taka : fermer ( kreyl ginen ) take (kreyl ayisyen). Egzanp : take pt la. (Valdman 2007, p. 690) barba barbe (p. 76) barba (kreyl ginen) bab mayi, bab panyl (kreyl ayisyen) bafatada (kreyl ginen) manje ak vorasite. boqueira, petite blessure aux commissures des lvres. (p. 85) bokra (kreyl ginen) bky (kreyl ayisyen) Nt : apati (boca ) nou vin genyen : bosal, baboukt, buscar, chercher (p. 89 ) cf. esp.? buska, buka (kreyl ginen) bouske (kreyl ayisyen) : chche. Egzanp: ki sa wap bouske la? (Valdman 2007, p. 99). caber, contenir (p. 90) kebe, kibi, kbe (kreyl ginen) kenbe (kreyl ayisyen) tyenbe, tchenbe, tchimbe.Egzanp : Mamit la kenbe de galon dlo (Valdman 2007, p. 340). Bouty la kenbe on ka (Tdk, p. 238). Nt : ngb (lanng ejip). cabeada, coup de tte (p. 90). Nt : cabecear, dodeliner kabesada (kreyl ginen) kabicha (kreyl ayisyen) Egzanp : tout jounen, gramon nan ap kabicha sou dodin nan. (Valdman 2007, p. 314). Cf. kabs cacarejar, caqueter (p. 91) karkija (kreyl ginen) kakaye (kreyl ayisyen) Egzanp : poul la ap kakaye, li pral ponn (Tdk p. 224). Nt : kakaye pa menm ak kakade (fr.) calas, calo, pantalon, culotte (p. 93) kalsa ( kreyl ginen ) kanson ( kreyl ayisyen ) Egzanp : pou travay sa a, fk ou gen kanson nan tay ou. ( Valdman 2007, p. 326 ) carapinha, cheveux crpus (p. 99 ) klapi (kreyl ginen) kaprina (kreyl ayisyen) carango, pou (p. 99) karanga (kreyl ginen) karanng (kreyl ayisyen), Egzanp : Entl bab karanng carrapato, tique (p. 101) karapatu (kreyl ginen) karapat (kreyl ayisyen). Ou tounen yon karapat nan k mwen, tlman ou nui mwen. (Valdman 2007, p. 329) casa, maison (p. 102) kasa, kai (kreyl ginen) kay (kreyl ayisyen) Egzanp : Li pran kay vwazin nan pou li. (Valdman 2007, p. 337) Nt : Pa konfonn li ak kay : zile. Cf. Okay caspa, pellicule (p. 102). kaspa (kreyl ginen) kap (kreyl ayisyen) Egzanp : tt ou plen kap (Tdk, p. 228) Nt : caspa, kasteyann,1490 (J. Corominas, 1987) catre, petit lit, lit de campagne, grabat (p. 103), cf. sou lagraba Katri (kreyl ginen) Kad (kreyl ayisyen) Egzanp : baton pye ou tankou bwa kad. kina, ta soti nan lanng kikongo, dapr Y.Dejan 1977, p. 419. coisa, chose (p. 112) cf. la forme (cousa) antrieure (coisa). kusa (kreyl ginen) Kisikousi-kisikousa (kreyl ayisyen). Egzanp : Gen youn chant ayisyen, ki rele Koupe-Kloure, ki kmanse youn chante devint konsa : kisikousi-kisikousa, vin tande youn bl koze, kou ayisyen pale laten, yo di lap f tenten, kou ayisyen pale Nt : Quisicosa (1630), se kontraksyon fraz kasteyann sa a : qu es cosa y cosa? / u que es cosi u que es cosa? Se youn fraz yo itilize an 1495 pou yo kmanse devint popil yo. (J. Corominas, 1987, p. 488). Kisikousi-kisikousa : premye mo yo pwononse l yo kmanse ap bay devint. (cf. cousa, ansyen pwononsyasyon ptig pou coisa, nan Roug 2004, p. 112). Pa konfonn li ak (kousi-kousa) ki soti nan frans (comme ci comme a). Rasin : Lt varyant mo sa a, nan menm sikonstans yo se : krik krak. Se youn mo ki soti nan franse. Cf. ye misti : tim-tim. Kanta mo sa a, tim-tim nan, li soti nan lanng Fon (tim), ki vle di : esplike, tradui, bay sans, devine. (Segurola 1988, p. 512). cobre, cuivre (p. 110) kobli, kobri, kobi (kreyl ginen) kb (kreyl ayisyen). Egzanp : Vwazin nou an f kb nan blt. (Valdman 2007, p. 350) colher, cuiller (p. 113) kudjer, kuy, kiyeri (kreyl ginen) kouy, kiy (kreyl ayisyen). Egzanp : kiy a tonbe nan ss pwa a. (Tdk, p. 240) cortesia : courtoisie (p. 121) kortesia, kortsia (kreyl ginen) san koutya, san koutcha (kreyl ayisyen). Egzanp : Ng san koutcha sa a pa konn ki jan pou li pale ak mon. (Valdman 2007, p 384). 2akara : beignet de haricot (p. 291). Cf. lanng wolf, yorouba, akla (lanng Fon, Nago, Segurola 1988, p. 38) akra (kreyl ayisyen) Egzanp : akra nago, alada : ville de Arada, au Bnin (p. 291). Alada (Fon, Segurola 1988, p. 46) Rada (kreyl ayisyen) bebe : muet (p. 295). bebe, sourd-muet, (lanng kikongo, Baker 1988) bb (kreyl ayisyen) bunda : fesses (p. 88). mbunda (kimbundu, Baker 1988) bonda, monda, (kreyl ayisyen) dingi : en plus, de plus (p. 302). dingi (kimbundu, p. 302) dji, en plus, supplment (Fon, Segurola 1988, p. 116) degi (kreyl ayisyen) dyaka, (p. 180) Eliante janvier, mon andey Jeremi, di nou djaka se tankou labapen. (kreyl ayisyen) digigi: secouer, trembler (p. 301, 276). Cf. lanng Fon (1) zigidi (kreyl ayisyen) cf. malkadi, maladi latranblad. seremoni vodoun, kk, poul ki ap bat anvan yo trepase) (3) cf. madigiji / majigiji / majigridi (4) cf. zb zagidi nan fon lanm. gidigidi, trembler trs fort, (p. 301) tlm gidigidi, trembler trs fort (kreyl ginen) gidigidi, violemment, violent, (Fon, Segurola 1988, p. 184) gidyigidyi, mouvement alternatif, secousse (Manding, Baker 1988) zigidi, brouhahha, tumulte, bruit (Fon, Segurola, 1988, p. 363, 364) goudougoudou (non pou tranblemann t 2010, Ayiti). Egzanp : kouri vit men goudougoudou a ap vini. (kreyl Ayiti) kandja : gombo (315). kanja gonbo (wolf) kandjanhoun, (kreyl ayisyen), svis gonbo, manje lwa (cf. L. Hurbon, nan Pierre Anglade 1998, p. 108) kazunbi : revenant (p. 317). nzumbi, (kikongo, kimbundu) zonbi (kreyl ayisyen) Egzanp : Sa a se pa Iv, genl se zonbi li. (Valdman 2007, p. 779) koko : vagin (p.321) cf. kikongo kukuku, chouette (p. 324). koukou (kreyl ayisyen). Nt : diferan ak koukouy : lucioles lalo : feuilles de baobab piles (p. 326) fy lalo, legim lalo, mare lalo (kreyl ayisyen) laalo, nan lanng wolf, (Baker 1988) lalu : glissant (p. 326) kalalou gonbo, ss gonbo, legim kalalou, fanm kalalou (kreyl ayisyen) lolo : lcher (p. 328). lolo (kreyl ayisyen) Egzanp : wap lolo mwen pou vale mwen Jean-Louis Roug, Dictionnaire tymologique des croles portugais dAfrique, 2004 Pierre Vernet et al, Ti diksyon kreyl/frans, 1976 Albert Valdman, Haitian creole-english bilingual dictionary, 2007 Philip Baker, nan International Round and Table on Africanism in Afro-American Language Varieties, 25 27 Fvrier 1988, ( organized by S. Mufwene ) R. P. B. Segurola, Dictionnaire Fon-Franais, 1963, 1968, 1988 Pierre Anglade, Inventaire tymologique des termes croles des Carabes dOrigine Africaine, 1998 J. Corominas, Breve diccionario etimolgico de la lengua castellana, 1987 ========================================= 1. Orijinal ak kopi estr achiv ou. 2. 3. Orijinal ak kopi yon pys idantite ak foto kondui) 4. 2 foto idantite (ki pa ft tw lontan) 5. Lt enstitisyon ki rekmande kandida a. 6. Lt motivasyon kandida a sou kijan li konprann travay Akademi an ak prezans li nan Akademi an pou esplike vizyon li genyen pou Akademi Kreyl Ayisyen an. 7. Lis zv Kandida a ekri sou lang kreyl oswa nan lang kreyl (ak yon kopi chak) 8. ms. 9. Orijinal ak kopi diplm oswa atestasyon etid kandida a f. 10. Tks sou fmasyon, pwofesyon ak esperyans kandida a (Curriculum vitae) ==================================== 2. 4. : Fi ( ) Gason ( ) 7. a. ( ) Rechch b. ( ) Edikasyon ch. ( ) Kilti d. ( ) Agrikilti e. ( ) Syans natirl f. ( ) Dwa moun g. ( ) Kominikasyon h. ( ) Dwa timoun i. ( ) Syans jiridik j. ( ) Dwa fanm k. ( ) Antwopoloji l. ( ) Sosyoloji m. ( ) Lengwistik n. ( ) Relijyon 10. 11. 12. Ki piblikasyon ou f ki ka svi km prv travay ou f sou lang kreyl la ? a. ( ) Rechch sou lang kreyl b. ( ) Gram c. ( ) Woman oswa pwezi d. ( ) Atik jounal e. ( ) Liv lekl f. ( ) Dokiman odyo Ki pi 14 Ki tit pi gwo dipl 15

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE (... suite de la page 14) Port-au-Prince, le 11 Juillet 2014 COMMUNIQU DE PRESSE Rpublique Dominicaine dans le cadre du PIDIH. dinformer toute la communaut de la Diaspora et spcialement nos concitoyens vivant en Rpublique Dominicaine, que suite sa mission dvaluation conduite dvaluation faisant part des dolances de nos compatriotes et de diffrents leaders dorganisations.le Premier Ministre hatien Laurent Lamothe, a pass des instructions pour rduire de 60% le prix de lenveloppe unique pour les compatriotes hatiens vivant en situation irrgulire en Rpublique Dominicaine. Aprs plusieurs considrations du gouvernement hatien, il a t dcid que lenveloppe unique (Extrait dArchives, CIN et Passeport) du PIDIH cotera dsormais MILLE (1,000) PESOS pour tous les compatriotes vivant en Rpublique Dominicaine. Mardi 15 Juillet 2014 Santo Domingo en Rpublique Dominicaine. Sans surprise, Yolette Mengual a t dsigne jeudi (10 juillet) comme 3e reprsentante du CSPJ au Conseil lectoral provisoire. Lors du vote au sige du Conseil suprieur du pouvoir judiciaire, 3 des candidats, en loccurrence Yolette Mengual, Lionel Constant Bourgouin et Me Mona Jean avaient runi 4 voix chacun. Sur ce, le prsident du CSPJ, le juge Anel Alexis Joseph, a vot en faveur de la militante fministe trs proche de la primature. Les 9 membres du Conseil suprieur du pouvoir judiciaire ont pris part la sance. P-au-P, 10 juil. 2014 [AlterPresse] --Le premier ministre hatien, Laurent Salvador Lamothe, et le ministre dominicain de la prsidence, Gustavo Montalvo, se sont rencontrs, ce jeudi 10 juillet 2014, Santo Domingo (Capitale de la Rpublique) pour une journe de discussion autour dune srie de thmes problmatiques pour les deux tats, apprend AlterPresse. Ces changes devaient porter sur la migration, lagriculture, la scurit, lenvironnement et le tourisme. Les reprsentants des gouvernements de la Rpublique Dominicaine et de la Rpublique dHati ont dcid de poursuivre et dapprofondir le dialogue binational, instaur travers la commission bilatrale de haut niveau HatiRpublique Dominicaine, entam le 7 janvier dernier. Les parties ont convenu non seulement de maintenir mais aussi dlargir le processus peuples. Il ne faut pas sous-estimer limportance de ce succs historique. Pendant trop longtemps, cet agenda commun combien important a t malheureusement report. Aujourdhui, les deux parties se rjouissent de leur dcision courageuse de tourner le Elles regardent dsormais lavenir avec optimisme. Des dcisions importantes ont ainsi t arrtes pour assurer un avenir prometteur visant apporter plus demplois, plus de sant, plus de scurit, plus de prosprit conomique et plus dopportunits aux deux peuples. Ces intrts rels de la grande majorit des deux peuples et leurs aspirations communes ont guid les travaux ayant abouti ces accords. Dans le but de garantir la continuit et linstitutionnalisation de cet agenda de travail conjoint, les deux parties ont dcid de mandater la Commission mixte bilatrale pour le suivi et la mise en oeuvre de tous les accords signs et signer dans le cadre de ce dialogue binational de haut niveau. Pour atteindre cet objectif, il a t dcid de doter la commission mixte des ressources humaines et matrielles ncessaires. Au cours de cette runion, laquelle assistaient des reprsentants du secteur priv des deux pays, un nouvel accord commercial a t sign pour dvelopper un environnement favorable aux changes commerciaux en adoptant le principe de rciprocit, Dans cet ordre dide, la Rpublique dHati et la Rpublique Dominicaine ont sign un protocole daccord sur les relations commerciales dont les points essentiels sont les suivants :