Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00617


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

UNASUR HAITI Prvenir un retour la dictature Hati en Marche, dition du 25 Juin au 1 er ( ( ( Mattarollo de Jean Dominique ramen en Hati centre-ville de Port-au-Prince ? Bill Clinton visite des projets de construction en perspective en Hati en compagnie du prsident Martelly et du premier ministre Laurent Lamothe (photo Hati en Marche) Lquipe de retransmission dans les studios de la radio Mlodie FM, Port-au-Prince ( ( PORTAU-PRINCE, 19 Juin Quel rapport entre Clinton et la dmolition du centre-ville de la capitale hatienne ? Une rumeur veut que lopration destructionexpropriation touchant tout un quartier du centre-ville de Port-au-Prince (le Morne-Tuf) laurait t pour protger la rputation de lex-prsident Bill Clinton que certains secteurs Washington accusent de navoir rien fait des milliards accords Hati par diffrents pays (dont les MEYER, 21 Juin Dun bout lautre dHati, la Coupe du monde de football rgne en matre. L o la tl ne parvient pas, la radio occupe le moindre recoin. Le seul vnement couvrir rellement toute Hati, plus que les lections, plus que la fte de lIndpendance le 1 er Janvier, mme plus que le Carnaval. Cela par la grce de la tl dans les villes. Et de la radio immanquablement, par monts et par vaux. Ici dans la banlieue de Jacmel, chef-lieu du Sud-Est, la retransmission est aussi assure par Radio Rodolfo Mattarollo une personnalit emblmatique de la lutte pour le triomphe des droits humains en Amrique latine et en Hati ( ( 1959 PORT-AU-PRINCE, 17 Juin Parmi les auteurs en signature la foire Livres en folie, ce jeudi 19 juin, Bernard Diedrich avec (*), une anne charnire dans notre 1 er Janvier 1959, le dictateur cubain Fulgencio Batista senfuit et Fidel Castro, la tte de ses barbudos, P-au-P. AlterPresse] --Le juriste et dfenseur des droits humains argentin Rodolfo Mattarollo, reprsentant de lUnion des nations sud-amricaines (UNASUR) en Hati, Carabe. lanne qui changea notre monde. Trois PORT-AU-PRINCE Je lis une phrase de lAmbassadeur sortant de lUnasur* en Hati, Mr Rodolfo Mattarollo, dans ses Conclusions et JACMEL, 22 Juin Il est de mise daccuser le pouvoir en Hati de populisme, puis de faire pareil ds quon y arrive soi-mme. Hati

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... hatienne Samedi, Philippe Markington, un prsum tmoin-cl, dans lassassinat, le 3 avril 2000, du journaliste militant Jean Lopold Dominique et du gardien de Radio Hati Inter, Jean Claude Louissaint, abattus sur la cour de la station, a t rapatri dArgentine o il stait rfugi bord dun vol de la Copa Airlines pour tre auditionn par le juge dinstruction charg de lenqute, cela en raison dinformations importantes que dtiendrait Philippe Markington, pour la poursuite de lenqute. Revenons lpoque des faits : lors des premires instructions de lenqute, Philippe Markington avait t auditionn puis incarcr au Pnitencier national do il sest vad en 2004, lors des troubles politiques qui ont accompagn la chute du prsident Jean-Bertrand Aristide, pour trouver refuge en Argentine. Sous le coup dun mandat international mis par Interpol, il a t apprhend Buenos Aires par la police fdrale dArgentine, en avril dernier. Des membres de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ont escort Markington de Buenos Aires Port-au-Prince, o il est dsormais la disposition de la justice hatienne. Vendredi, suite une plainte dpose au tribunal fdral Brooklyn (NY) et la poursuite engage contre lOrganisation des Nations Unies, les avocats, au nom de plus de 1,500 victimes du cholra en Hati, ont remis une citation comparatre au Secrtaire gnral de lONU, Ban Ki moon, la fois en son nom personnel et galement en tant que Chef de lExcutif de lOrganisation des Nations Unies. Selon les avocats, une citations comparatre aurait t remise en mains propres au Secrtaire gnral des Nations-Unies (ONU) alors quil entrait lAsia Society Manhattan, pour sexprimer sur la Syrie et lIrak. Toutefois, un porte-parole de lONU intervenus et quen consquence M. Ban ntait pas oblig de se prsenter en personne au tribunal de Brooklyn. Prcisons que le but de cette poursuite est dobliger lONU assumer ses responsabilits, indemniser les victimes, et apporter lassainissement ncessaire llimination du cholra en Hati. Nations Unies est responsable de la contamination dHati par le terrible mal. De plus, selon les avocats, les documents dposs la Cour montrent clairement que lONU a expressment renonc son immunit souveraine dans son accord de 2004 pour le maintien des forces en Hati. Les Nations Unies doivent maintenant comparatre devant un tribunal fdral et estim Me Tim Howard, un des avocats des plaignants. lpidmie, estimant impossible de dterminer formellement lorigine de la maladie et Le porte-parole du Ministre canadien du Dveloppement international et de la Francophonie, Christian Paradis, a annonc que Michalle Jean, lEnvoye spciale candidate la succession dAbdou Diouf, Secrtaire Gnral de lOrganisation internationale de la Francophonie (OIF). Mme Jean est la deuxime candidate dclare. Jean-Claude de lEstrac, ancien ministre des Affaires trangres de lle Maurice, sest dj lanc dans la course le mois dernier. Dans ses conseils aux voyageurs, le Gouvernement canadien a remis jour son volet scurit (9 juin 2014), en raison dune augmentation des vols main arme proximit de laroport international Toussaint Louverture Port-au-Prince. [...] La situation en matire de scurit est dangereuse et trs imprvisible. Restez trs vigilant peu importe o vous vous trouvez dans le pays. La criminalit est prsente, surtout dans les grands centres comme le centre-ville de Port-au-Prince, o des gangs arms continuent de svir. On signale une augmentation rcente des vols main arme ayant pour cible des voyageurs, particulirement des trangers dorigine hatienne, qui arrivent laroport international Toussaint Louverture Port-auPrince par un vol international. Dans la majorit des cas, des brigands motocyclette suivent les vhicules des victimes. Pour minimiser les risques dagression, vous devriez demander vos contacts locaux dorganiser votre accueil laroport, garder sur vous que de petites sommes dargent et ne rsistez pas si des voleurs vous menacent [...] que le Gouvernement dominicain navait pas la moindre intention de construire un mur la frontire avec Hati. Ce sont des personnes dsaronnes, dsespres et dconcertes qui sont lorigine de cette proposition, a indiqu Rodrguez Marchena, ajoutant que le Plan National de Rgularisation des trangers en situation migratoire irrgulire, fonctionne trs bien. Nous pouvons parfaitement comprendre que certaines personnes voient la solution idale dans la construction dun mur, ce sont des choses qui arrivent dans une socit dmocratique et nous devons nous habituer cela et aux personnes qui font ce genre de propositions. Si le gouvernement avait dcid de construire un mur [le long de la frontire], il laurait annonc; la construction dun mur nest pas dans nos plans, le Plan de Rgularisation se droule tel que prvu, a dclar Roberto Rodrguez Marchena, porte-parole de la Prsidence. Le porte-parole de la Prsidence dominicaine ragissait la proposition du dput Vinicio Castillo Semn, lun des principaux dirigeants du parti dominicain dextrmedroite et ultranationaliste, Fuerza Nacional Progresista, de construire un mur le long des 400 km de la frontire hatiano-dominicaine pour renforcer le contrle migratoire. Le gouvernement devrait soumettre ce projet la sanction de la population en organisant un rfrendum, a encore insist Vinicio Castillo Semn. Hati en Marche Port-au-Prince Miami th Printed by ( ( Des travaux sur le crole il en existe plthore. Mais celui de Dr. Herby Glaude Aspects de la syntaxe de lhatien (1) paru lan dernier, en relevant certaines proprits syntaxiques du crole que les autres linguistes avant lui nont pas ou peu abordes, apporte sans conteste sa pierre la valorisation du crole dont lhistoire a t parseme dembches... dmocratie de lpoque tait pour beaucoup. Cette bndiction lgale ni linjonction constitutionnelle dinstituer une Acadmie hatienne qui na jamais t mise sur pied dailleurs pour sa normalisation et son nont permis au crole davoir un vrai droit de cit. Il a certes connu quelques avances substantielles en conqurant, par exemple, GARR mercredi, 18 juin 2014 Lex-consul hatien en Rpublique Dominicaine, les mdias, la publicit, le clerg, la politique et mme un peu du champ littraire et ducatif. Mais il reste une roue de secours du point de vue de son utilisation officielle. Car part la normalisation graphique et ltablissement dune orthographie (version IPN) en 1979, la condition du crole a peine boug et un bilinguisme en bonne et due forme reste jusqu date au stade de vu pieux. cette perce le fait que seulement 15% de la population pratiquent le franais (2), est venu sajouter lenvahissement de langlais et de lespagnol, ce qui nest pas pour faciliter les choses et bien entendu un bilinguisme vivant. Rien envier O le bt blesse donc ? Glaude a la rponse au fait que le bilinguisme a du mal prendre pied. La question linguistique en Hati est lun des problmes majeurs du systme ducatif hatien reconnat-il. Quon se rappelle le toll gnral et le haut-le-cur quasinational soulevs par la rforme Joseph de tension va, selon lui, au-del de la question proprement linguistique. Elle est identitaire et touche tous les aspects socioculturels Cette dimension identitaire nest pas rellement prise en compte dans les travaux linguistiques visant proposer une politique linguistique dans laquelle le franais et le crole doivent cohabiter La solution quil propose est llaboration dune politique linguistique qui devrait pouvoir encourager la production de savoirs oeuvres classiques en crole, comme lavait propos, en 2010, le philosophe haitien Edlin Dorismond. Cest dailleurs lun des objectifs de sa thse de doctorat qui est, comme il lexplique dans son introduction gnrale, de fournir aux matres des outils techniques syntaxiques et smantiques leur permettant de mieux enseigner le crole et aux chercheurs la possibilit de produire Demble, avant den faire aprs la dmonstration en bonne et due forme, Glaude postule avec autorit que le crole a une grammaire propre, qui na rien envier une autre langue. Ce faisant, il compare Avant dentrer dans le vif du sujet, Herby Glaude a tenu retracer brivement pendant la priode esclavagiste. Il suppose, sans toutefois sy attarder outre-mesure, que les locuteurs du crole parlaient le langage du groupe Kwa dAfrique de lOuest qui se serait mlang aux langues bantoues de lAfrique centrale. Toujours est-il que ds la fondation de ltat haitien en 1804, le parler populaire a t relgu un rang infrieur, le franais ayant toujours tenu le haut du pav. Pour enfoncer le clou: la constitution forme de procs, la langue populaire que le linguiste appelle lhaitien pour le distinguer des autres croles franais, continuant tre marginalise. Aprs plus dun sicle de pouvoir sans partage du franais, ce nest quen 1964, rappelle Glaude, quun article constitutionnel lautorise et mme le recommande pour la sauvegarde des intrts matriels et moraux des citoyens qui franaise Aprs ce petit os donn ronger aux locuteurs majoritaires du pays, est venue prs de 20 ans plus tard, la constitution de 1983 qui octroie alors au crole un statut national mais cette langue restant toujours, il va sans dire, subordonne au franais. Les crolistes devaient patientier jusquen 1987 pour voir lhaitien accder au rang de langue officielle, au mme titre que le franais. Une rvolution dans laquelle latmosphre de dsir de Herby Glaude dans son studio

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Port-au-Prince, le 18 juin 2014 (AHP)-Le notaire public Jean Henri Cant a critiqu mercredi la faon dont le gouvernement a entam la phase de dmolition des maisons au centre-ville de Port-au-Prince dans le cadre du projet de construction de la cit administrative. Les expropriations sont ralises sur la base de dclaration dutilit pour la construction de ladite cit Le notaire dont ltude est engage dans le processus actuellement dans le centre-ville. Au contraire, il a dit croire que les autorits navaient aucune raison de prcipiter les oprations de dmolition, dautant que la plupart des propritaires dont les maisons ont t dmolies, nont pas reu dindemnits Me Cant exhorte le gouvernement surseoir stratgies. Plusieurs organisations de droits humains ont dnonc ce quelles appellent larbitraire des autorits qui auraient pouss de nombreuses familles la rue, faisant aussi dmolir lanne scolaire. Cependant, les autorits qui rejettent les accusations portes contre elles, soutiennent agir en toute lgalit dans le cadre de ce dossier, tout en promettant de ddommager tous les propritaires des maisons dmolies, moyennant la prsentation de pices authentiques. Le notaire Jean Henri Cant NOTE DE PRESSE Nous, membres du Collge national des ingnieurs et architectes hatiens (CNIAH), runis les 6 et 7 juin 2014 dans le cadre dun colloque organis sur lespace public, suite la prsentation par lUCLBP du projet de ramnagement de la Place du Champs de Mars, prenons acte de deux constats majeurs qui ont suscit les vives protestations de lassemble : touchant lun des espaces publics les plus emblmatiques de notre vcu de peuple, en loccurrence: la Place des hros de lindpendance; patrimonial et architectural de la Place des hros de lindpendance, par : la mise en place, face au kiosque Occide Jeanty, de gradins permanents et trop levs, coupant toutes les perspectives de la place; lrection de limmeuble de la Cour de cassation ( lemplacement du btiment de la police) empitant sur lespace public; et par-dessus tout, la destructuration de la Place du marron inconnu, uvre de lun de nos plus remarquables architectes, Albert Mangones, connu et respect au-del de nos frontires. Choqus par cette forme de banalisation de nos repres historiques et par le recours des autorits hatiennes des professionnels trangers, souvent ignorants de notre pass et de ce fait, indiffrents et peu sensibles la prservation de notre mmoire collective, nous adressons un vibrant appel aux responsables de lEtat : en tout premier lieu, au Prsident de la Rpublique, au Premier ministre et son gouvernement, au Parlement, la mairie Port-au-Prince, toutes les institutions rgaliennes de lEtat; lISPAN, responsable de la prservation et de la sauvegarde du patrimoine national ainsi qu lUCLBP, matre arrter toute ventuelle intervention susceptible daltrer la Place du marron inconnu; prendre en compte, avant toute intervention au niveau des espaces publics, leur valeur historique, symbolique et culturelle en particulier dans le cas de la Place des hros de lindpendance; respecter les prescriptions du Cahier rglementaire du centre ancien de Port-au-Prince publi au Moniteur du 28 septembre 2012; rester transparent dans la conception et la ralisation de projets concernant nos espaces publics et tablir des mcanismes de dialogue, tels des tables de concertation entre les dcideurs, les acteurs techniques et sociaux, dans appels transformer le cadre de vie de la communaut; ouvrir un dbat sur la construction des tribunes de bton riges dans laire du kiosque, solliciter lavis technique du CNIAH qui se fera assister, au besoin, dorganes consultatifs spcialiss tels ICOMOS/Hati et dautres associations socioprofessionnelles pour des projets de cette nature. Le CNIAH a mis en place un comit de professionnels prt rencontrer les autorits responsables de ce dossier, disponible pour engager le dialogue sur les actions qui permettraient de conserver notre patrimoine et notre mmoire dans la poursuite du projet de rnovation de la Place des hros de lindpendance. Fait Port-au-Prince, le 11 juin 2014. Pour le CNIAH : Grard Luc JEAN-BAPTISTE, Ing. MSCE, prsident Grald Emile BRUN, March., vice-prsident Jean Alix MULTIDOR, Arch., trsorier Ginette BAUSSAN, March, secrtaire Gnral Max METAYER, Ing. civil, conseiller Olibrun CANGE, Ing. Arch., conseiller Patrick APOLLON, Ing. civil, conseiller Pierre Andr LORISCA, Ing. civil, conseiller Le populisme seule formule de pouvoir en Hati p.1/6 Clinton et la destruction du centre-ville de Portau-Prince p.1 Prvenir un retour la dictature (en hommage Rodolfo Mattarollo) p.1 Hati : les mdias font-ils un abus de Mondial ? p.1 Un suspect dans lassassinat de Jean Dominique ramen en Hati p.1 Champ-de-Mars : Collge national des ingnieurs dplore p.3 lanne sans laquelle Hati ne serait pas ce quelle est p.1 Herby Glaude : une politique linguistique p.2 No wall to be built between Haiti and Dominicain Republic p.10 Pour une responsabilit partage p.13 Mwa Heritaj Kiltirl Ayisyen nan Miyami p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE uns par rapport aux autres quand tous sans distinction se voient dans lobligation aussi bien de retransmettre tous les matches de la Coupe du monde que de donner des informations toutes les heures, diffuser galement la messe de toutes confessions religieuses, produire tout la fois des missions dans tous A la base, la disparition de toutes les institutions. Aussi bien publiques que prives. Le Conatel est seulement un bras technique des plus hautes autorits ducatives, religieuses, culturelles, politiques, politico-dmocratiques qui doivent sans base. Sans indications. Quasiment sans ides. Cest par ( Minustah, une chaine radiophonique, dinformations et dducation, mise en place par la mission de lONU de maintien de la paix en Hati. La veille du Mondial, une runion avait lieu au Conatel (organisme national de rgulation des communications) pour autorit de lEtat qui caractrise notre pays depuis au moins un quart de sicle. La rgulation dont est charg le Conatel ne touche pas cet aspect-l. Les mdias ne rpondent plus aucune service la collectivit pour que ce service soit rel et effectif. Quest-ce qui fait la diffrence, la personnalit, leur identit les moindre diffrence entre la valeur des uns et des autres qui obligatoirement nest pas la mme. Mais il y va ainsi de tous les aspects aujourdhui du monde qui nous entoure. Avez-vous jamais remarqu le nombre dtablissements scolaires qui se trouvent sur votre chemin que ce soit la capitale ou dans toute autre grande ville du pays ? Mais l nest pas la question. Comment le pays peut-il droite comme gauche sur votre chemin ? Comment peut-on faire un usage aussi immodr, scandaleux de ces dnominations qui se rfrent des ralits Absence dune haute autorit. Je-men-foutisme rig en systme. Dmission gnrale. Leconte pour obtenir, aprs beaucoup dannes et de batailles, lquivalence de luniversit dEtat. Conclusion : la dmocratie ne nous a pas apport que du bonheur Hati en Marche 21 Juin 2014 les conseils de gouvernement et toutes autres activits du pouvoir autrefois dvolues aux mdias dEtat. Ceux-ci, de leur ct aussi aujourdhui, qui font une concurrence acharne sur le march de la publicit commerciale. Bref un fourretout, un capharnam, sur le fond, bien entendu, inaudible. Cacophonique. les mdias sont autoriss faire usage des droits de retransmission qui ont t acquis par lEtat hatien pour 2 millions de dollars amricains. Mais Hati est probablement un des rares pays o tous les organes de communication indistinctement se font le devoir de retransmettre les rencontres du Mondial sans en excepter une seule. Par le fait que ailleurs, les mdias ont diffrentes missions donc diffrentes audiences. Educatifs, informatifs, multi-sports, culturels, religieux, universitaires, communautaires, scientifiques, divertissements, uvres classiques etc. Mais en Hati, tout le monde fait la mme chose. Ce ne fut pas toujours le cas. Cela d une gnralisation absolue et sans bornes qui, de son ct, pourrait tre une autre manifestation de cette mme absence de toute consquent le tout est permis. Et on ne se gne pas pour en profiter Politiciens. Sans modle. Do disparition aussi de tout instrument charg de rguler ou appliquer les rglements tablissant une certaine harmonie dans la vie en socit, une sorte de contrat social tacite qui permet que les droits des uns ne soient ouvertement pitins par dautres qui ne se gnent en aucune faon. Quand les mdias nentrent dans aucune catgorie et que tous font (ou sont forcs) de faire la mme chose, quand toute spcialisation est interdite parce que cest une question de survie, quand la quantit seule importe quel que soit ce quelle charrie, consquence : la qualit sappauvrit. Le critre mme de qualit disparat. Voire quand de soidisant instituts de sondage procdent eux aussi sans faire la ske w bay Kabwt Resiklaj ou an Sa l BezwenPou bay Kabwt Resiklaj ou an sa l bezwen, e pou byen konnen kisa ki ka resikle e ki pa ka resikle, rele 3-1-1 oswa ale sou www.miamidade.gov/publicworks. F konenans kabwt resiklaj Konte Miami-Dade ou an. Rezidan yo gen senk an depi yap bay kabwt resiklaj yo an sa l bezwen. Kouman yo f sa? Nan ba yo pliske 288,500 tn papye jounal, atik an plastik, an kristal, an asye ak an aliminym tout pou resikle. Men se pa tout bagay pou w mete nan kabwt resiklaj ou an. Pa mete sache plastik, anbalaj mous, oswa kawotchou jaden Men nou ka resvi ak bagay sa yo ank oswa mete yo nan kabwt fatra nmal yo. Nap selebre 5ym anivs resiklaj yon sl kabwt Vous me direz : qui en est responsable sinon les mdias eux-mmes ? Oui mais les mdias ne sont que la consquence dun mal plus profond. Leur ainsi que la consquence de lanarchie qui a pris le pas sur tous les autres dnominateurs de notre comportement de peuple, de socit et de Nation. Tout le monde doit tout faire, croit pouvoir tout fait. Le vide est absolu. Nous broyons du vide. melodiehaiti

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE Clinton et Les dmolitions au centre-ville de Port-au-Prince Bill Clinton visite le brasseur Heineken dpositaire en Hati de la bire Prestige (photo Thony Blizaire) ( Etats-Unis) pour rparer les dgts provoqus par le tremblement de terre de janvier 2010. Ces accusations viendraient du camp Rpublicain qui nhsitent devant rien pour contrer la candidature attendue de lex-Premire Dame et Secrtaire dEtat Hillary Clinton aux Lamothe pour raser le quartier du Morne--Tuf sans mnagement et sans avoir attendu lachvement du processus dexpropriation. Pourquoi aussi la fermeture (avant que leur mission nait t accomplie) des entits CIRH et FRH qui avaient la gestion des fonds internationaux destins la reconstruction construction de la cit administrative comme avant-garde de la nouvelle capitale natre aprs le sisme de 2010. Puis on apprend que seulement 16% des propritaires concerns ont t ddommags Les organisations des droits humains viennent la prsidentielles de 2016. Les sondages crditent jusquici Mme Clinton dune avance confortable, pour commencer dans la course pour la nomination du parti Dmocrate. Lex-prsident Bill Clinton a co-prsid avec le premier ministre hatien (successivement Jean-Max Bellerive, Gary Conille et aujourdhui Laurent Lamothe) lorganisme CIRH Commission intrimaire pour la reconstruction dHati. Cette entit, paralllement au FRH (Fonds pour la reconstruction dHati), lui aussi aliment par des capitaux internationaux, aujourdhui nexiste plus. La CIRH a t ferme quelques mois aprs larrive au pouvoir de Michel Martelly. Le FRH vient galement de ltre. On nen a jamais donn, explicitement, les raisons. Dcisions en haut lieu. Or selon des rumeurs circulant Port-au-Prince, une commission engage par les Rpublicains aurait conduit une investigation en Hati sur les rsultats des quelque 4 milliards qui auraient t mis disposition aprs le grand marathon international qui eut lieu devant lAssemble gnrale des Nations-Unies, New York, le 31 Mars 2010. A ce jour, le centre-ville de Port-au-Prince, principal objectif de la Reconstruction, demeure un vaste champ de ruines. Puis brusquement, il y a trois semaines, le gouvernement ordonna de tout dmolir dans un primtre comprenant au moins une vingtaine de blocs dhabitations reconsolides par leurs propres propritaires, petits commerants, artisans, coles prives, etc. Seule explication : un dcret de 1979 reconnaissant lexpropriation pour cause dutilit publique. rescousse, annonant (vrai ou faux) que ce sont 17 personnes qui ont reu leur chque de ddommagement. Intervention de lordre des avocats de la capitale qui demande au gouvernement de stopper les dmolitions tandis quune commission (lgaliste) investigue la conformit des oprations dexpropriation. Or la loi rgissant lexpropriation stipulerait que rien ne peut tre accompli tant que toutes les contestations naient t puises lgalement. Sur ce, le gouvernement annonce louverture dune nouvelle entit, le Comit Permanent dAcquisition, qui invite tous ceux qui estiment avoir des droits venir prsenter leurs dolances. Pendant quen sous-main courent toutes sortes de rumeurs, dont justement laffaire Clinton. A la vrit la force de ces rumeurs vient de labsence ce jour daucune explication ce qui a bien pu pousser le gouvernement prendre une dcision aussi prcipite, et dans laquelle on ne lui voit aucun aurait prfr se passer en ce moment. En effet, se mettre dos une bonne partie de la population la veille dlections capitales (renouvellement des deux tiers du Snat et de toute la Chambre des dputs, toutes les municipales et rgionales), cela na aucun sens. Revenons maintenant aux manuvres washingtoniennes. Tout ce qui peut nuire la rputation de Bill Clinton est bon pour ralentir la marche de son pouse Hillary vers la Maison Blanche. De lautre ct, rveiller le projet de reconstruction du centre-ville de Port-au-Prince est la preuve que ce dossier nest pas mort comme ont pu le croire les investigateurs envoys par les stratges Rpublicains. Voici donc ce qui serait une explication (mais post-sisme ? Mais cela nous rappelle aussi tiens, un jeune avocat hatien trs impliqu dans la conjoncture politique et qui, lui aussi sans crier gare, annonait que lex-prsident Bill Clinton ayant eu manipuler des fonds destins Hati, doit tre convoqu devant les institutions hatiennes de contrle (principalement la Cour suprieure des comptes et le Snat de la Rpublique). Et prcisant quil avait achemin sa requte lAmbassade des Etats-Unis en Hati charge de la faire parvenir Washington qui de droit ( ?). prsident Clinton sur le pouvoir en Hati est grande. Ctait le cas sous le gouvernement prcdent du prsident Ren Prval. Tout comme sous le prsident Michel Martelly dont le premier chef du gouvernement, Gary Conille, avait dabord t un fonctionnaire de la Fondation Clinton New York. Hati en Marche, 19 Juin 2014 qui nest pas la seule, dautres veulent que la capitale hatienne soit destine devenir une sorte de Nations Unies de la mondialisation capitaliste avec un secteur destin chacun des pays du G7, etc) ou serait-ce une hypothse entre mille pour tenter dexpliquer la dcision aussi brusque quinexplicable (et jusqu prsent inexplique) de ladministration Martelly-

PAGE 6

Page 6 POLITIQUE A LHAITIENNE ( deux dans la violence. Systmatique, volontaire, prmdite chez Duvalier. Par impuissance et pataugeant dans ses propres contradictions chez Lavalas. Mais quont fait dautre les gouvernements militaires ? Le coup dEtat du gnral Prosper Avril sous couvert de mouvement des petits soldats ? Et le putsch du gnral Raoul Cdras qui ouvrit la soldatesque les aires protges dans les hauteurs de la capitale pour tablir de nouveaux bidonvilles. Populisme que tout cela. Et tous sen servent volont. Que ce soit ouvertement comme Lavalas ou par la force des choses. En effet rarement le peuple avait t aussi sollicit que sous le pouvoir actuel du prsident Michel Martelly qui multiplie les carnavals, grandmesse populiste par excellence. Mme Lavalas est battu par la systmatisation actuelle des programmes dassistance populaire (Ede Pp, Kore Etidyan, etc). Tandis que les conseillers du premier ministre Laurent beaux jours du Lavalas sa naissance dans les assembles des communauts ti legliz qui jourent un rle prpondrant dans les derniers soubresauts qui ont amen la chute de Duvalier. Cest la fameuse option prfrentielle pour les pauvres. A moins que cela soit une banalisation volontaire de la formule pour empcher quelle rebondisse tout jamais. Cest possible aussi. Quel pouvoir en Hati nest donc pas populiste, ou plus prcisment est labri du populisme, quelle quait t sa profession de foi avant de parvenir dans le fauteuil bourr ? Ceux qui ont cr ou ont fait semblant de ne pas lembrasser ou bien ils sont passs ct du pouvoir (comme les tombeurs dAristide en 2004) ou bien ils lui doivent leur lection malgr tout comme Ren Prval en 2006 grce au support du Lavalas qui lui a apport ses voix pour ne pas se faire liquider par les anti-Lavalas au nom du malheur aux vaincus qui est aussi une constante de lhistoire politique dHati. La vrit ce sont les conditions qui ne laissent pas le choix. Aucun pouvoir hatien na dsormais les moyens de sa politique et doit se rduire la politique que lui permettent ses pauvres moyens. Devant limpossibilit dune politique qui se respecte : production nationale, cration demplois, faut faire avec. Reste la politique de la mendicit Au sommet comme la base. A ct restent les soupons de corruption quune situation aussi peu limpide engendre, mais cest une autre histoire En mme temps que le seul et unique programme politique que cela laisse comme opposition (car il en faut aussi une pour faire une dmocratie, nest-ce pas), eh bien une fois encore, cest de mobiliser la rue. Or conclusion logique : qui frappe par la rue prira par la rue Hati en Marche, 22 Juin 2014 Et si ctait une consquence de la pauvret gnralise ainsi que de labsence de toute alternative vritable chez nos candidats ? Plus quun choix personnel, encore moins prmdit Avant 1986, tout le monde accusait la dictature Duvalier de populisme. Peut-tre sans bien savoir ce que cest. La dictature est populiste en soi. Par usurpation de la volont populaire. Alors que le populisme dont nous voulons parler a t invent par ceux-l mmes qui en accusaient le rgime la dmocratie quils ont reu mission de mettre en pratique, mais sans les moyens indispensables. Et cela continue aujourdhui comme hier, comme Et cest parce que lcart est si mince ce niveau quil puisse exister une quelconque nostalgie de cette mme dictature. Quon retourne la situation dans un sens ou dans lautre. Et lon ne sen est point priv. Irrmdiablement lections dmocratiques, coups dtat, militaires ou dguiss, apprentis dictateurs ou dmocrates proclams, vtrans ou Evidemment comme depuis toujours il est plus facile de voir la paille dans lil du voisin. Aprs Duvalier cest Lavalas qui dtient la palme du populisme entendre les autres Quoique pas pour les mmes raisons. Duvalier incarne le pouvoir au nom du peuple. Lavalas prtend donner au peuple le pouvoir qui lui revient. Fk pp la pran pouwa li. Mais ( est dcd ce 18 juin Buenos Aires (Argentine), a appris AlterPresse de source proche de la famille. Le diplomate na pas survcu une affection hpatique, malgr deux oprations subies en un court laps de temps, selon les prcisions apportes de mme source. Les funrailles de Rodolfo Mattarollo ont eu lieu ce 19 juin Buenos Aires. Cest une grosse perte a ragi le cinaste Arnold Antonin, directeur du Centre Ption Bolivar (CPB), institution culturelle qui uvre pour le rapprochement entre Hati et lAmrique latine. Le cinaste a fait part de sa grande tristesse et a interprt ce dcs comme un grand coup pour les secteurs qui luttent en faveur du respect des droits humains en Hati. Le 22 mai dernier, plusieurs organisations de du citoyen (OPC) avaient mis un communiqu dhommage lUNASUR et son reprsentant en Haiti, lambassadeur Rodolfo Mattarollo. Il nous faut souligner lexemplarit de laccompagnement offert par lambassadeur Rodolfo Mattarollo, principalement dans la qualit de ses interactions avec diffrents acteurs de la socit civile hatienne crivent les organisations. Nous saluons la constance de ce dfenseur des droits humains qui assistait aux audiences tenues dans le cadre des poursuites judiciaires engages contre le dictateur Jean-Claude Duvalier comparaissant devant la justice hatienne pour crimes Mort

PAGE 7

Page 7 DEVOIR DE MEMOIRE Aux USA et au Canada, coutez sur votre cellulaire : UNASUR HAITI Prvenir un retour la dictature LAmbassadeur Rodolfo Mattarollo, dcd Buenos-Aires, en compagnie du Premier ministre Laurent Lamothe (photo J.J. Augustin) ( Recommandations, en guise de Rapport Final une prsence de 9 ans de vie et de travail en Hati : Les Mouvements de droits de lhomme de notre continent ne cherchent pas la vengeance mais la justice, et le caractre pdagogique de la sanction pnale, laquelle t foules au pied par les tortionnaires. Ainsi lors des audiences du cas Jean Claude Duvalier devant la Cour dappel, le plus important a t dentendre le tmoignage dune des anciennes victimes qui stait porte partie civile. Premier tmoignage dune victime de la dictature duvaliriste devant une cour de justice hatienne, prononce en audience orale et publique. La salle couta dans un silence total et certains dentre nous, crit Mr Mattatollo, Il ne sagit pas de punir pour punir mais de prvenir la rptition des mmes horreurs. Et cest par la conscientisation, cest dire une ducation attentive, volontaire, collective et permanente. La condamnation une mmoire collective sciemment entretenue qui puisse aider la population en gnral viter ces cruelles drives qui transforment lhomme en un monstre pour son frre ou pour qui il peroit comme ntant pas son frre. LAmbassadeur Mattarollo considre comme un signe que quelque chose a boug dans la conscience civique hatienne dans la commmoration lanne dernire, et pour la premire fois dans lHati postDuvalier, du massacre du 26 avril 1963 quand le dictateur (Papa Doc) aurait voulu faire disparatre le pays entier aprs une tentative Claude Duvalier, alors que le prsum auteur de lattentat appartenait son propre clan, son ex-chef de la scurit, Clment Barbot. Seul un long cauchemar de terreur et lisolement de tout un peuple, crit Mr. Mattarollo, peut expliquer cet asphyxiant et interminable silence. infernal soit renvers pour que le mal suprme soit expurg du corps social. Et de lme nationale. Attendre jusqu 2013 27 annes aprs le dpart du dictateur pour oser regarder en face une telle monstruosit. Parce que seule la vrit, dgage de tout intrt partisan (prcisons-le), peut nous aider commencer btir un monde diffrent. Et la vrit nest pas un vain mot. Elle doit atterrir, comme nous disons aujourdhui. Commenons par voir ce qui lui fait obstacle. Selon Rodolfo Mattarollo : labsence trentenaire des Duvalier !), bref tout cela fait partie des lments historiques et sociaux (socio-conomiques) qui tantt entretiennent tantt dissimulent le phnomne de limpunit en Hati. Noublions pas le cri triomphal des Tontons Macoutes : Gade yon peyi mwen f sa m pi pito (un pays o jai le droit de faire ce que je veux !). Que de fois na-t-on pas entendu le mme cri, pratiquement dans les mmes termes sous dautres pouvoirs post-Duvalier, quils viennent de la droite ou de la gauche, si cette terminologie a encore un sens. A prsent, que faut-il pour activer, puis conforter car cette lutte na jamais de du Minotaure (comme Picasso dsigne le rgime de la terreur dans sa clbre peinture Guernica) Voici quelques propositions de lAmbassadeur Mattarollo dans son rapport final : la cration dun leadership de la rforme judiciaire qui soit indpendant des pouvoirs politiques de lEtat ainsi que des groupes concentrs de pouvoir conomique ; une association hatienne dAvocats pour les droits humains ; un Institut hatien dtudes et de formation en droits humains et en droits des peuples, additionn dune Bibliothque et de centres communautaires partout dans le pays etc. Mais tout cela, conclut le rapport, ne serait que chteaux en Espagne si les Hatiens et Hatiennes ne prennent lengagement formel de construire une nouvelle Nation, solidement ancre dans la normative (lEtat de droit vritable) et dans le respect des droits humains dans son ensemble. Et on pourrait terminer en citant, comme nous y invite Rodolfo Mattarollo, le premier paragraphe du Prambule de la Constitution hatienne du 29 mars 1987, adoube par la majorit nationale un an aprs la chute du rgime dictatorial et responsable de dizaines de milliers de morts et disparus : Pour garantir ses droits inalinables et imprescriptibles la vie, la libert et la poursuite du bonheur, conformment son acte dindpendance de 1804 et la dclaration universelle des droits de lhomme de 1948. Unasur Union des nations sudamricaines Marcus / Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince CHANJMAN DE DAT DE ODYANS PIBLIK AVI SOU DAT ODYANS PIBLIK KONSNAN AMANNMAN SIBSTANSYL YO PWOOPOZE NAN PLAN DAKSYON POU ANE FISKAL 1994 JOUK RIVE ANE FISKAL 2014 YO, AK REKMANDASYON SOU PLAN DAKSYON ANYL POU ANE FISKAL 2014Komite Svis Sante ak Sosyal la pral ganize yon odyans piblik nan lendi 7 jiy 2014 a 2:00 p.m. Yo pral konsidere desizyon nal pou kesyon y ap trete a nan Reyinyon Konsy Osye Gouvnman Lokal la (Board of County Commissioners, BCC), k ap ft nan madi 15 jiy 2014 a 9:30 a.m. oswa nan pwochen Reyinyon regilye BCC ki planifye a, si yo pa apwouve l. Y ap f toulde reyinyon yo andedan Chanm Komisyon Konsy Konte a (Board of County Commission Chambers) ki sitiye nan dezym nivo Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florida 33128. Objektif odyans lan se pou bay piblik la optinite pou li f kmant sou Amannman Sibstansyl y ap pwopoze yo pou Plan Daksyon pou ane skal 1994 jouk rive ane skal 2014. Amannman y ap pwopoze a ap chche rekipere ak redistribye sibvansyon pou Devlpman Kominot (Community Development Block Grant: CDBG), fon CDBG pou Inisyativ Retablisman nan ka Dezas (CDBG Disaster Recovery Initiative: CDBG-DRI), ak fon pwogram Patnship Envestisman HOME (HOME Investment Partnerships :HOME); f modikasyon nan kontks jeneral pwoj yo ak objektif nasyonal yo. L ap chche tou pou l gen otorite pou li distribye fon Inisyativ Patnshjp nan Lojman Leta (State Housing Initiatives Partnership: SHIP) yo pou aktivite nan lojman. N ap envite pliblik la vini epi pataje kmant l yo. Ou ka soumt kmant w yo tou alekri apatide 13 jen jiska 14 jiy 2014, alatansyon de Mr. Gregg Fortner, Executive Director, Public Housing and Community Development (PHCD), 701 NW 1st Court, 16th Floor, Miami, Florida 33136 oswa pa iml nan phcdresidentservices@miamidade.gov. Rgleman federal ki kontwole pwogram CDBG, CDBGDRI, HOME ak ESG yo, egzije pou yon jiridiksyon k ap patisipe, bay sitwayen l yo avi rezonab, ak yon optinite pou yo f kmant sou klkeswa alokasyon fon y ap pwopoze. Men sa ki nan Amannman Sibstansyl pou Plan Daksyon pou ane skal 1994 jouk rive ane skal 2014 yo: Montan CDBG ki pou rekipere ak redistribye: jiska $584.843,41 pou Enstalasyon Piblik/Amenajman Imobilizayson, Devlopman Ekonomik, aktivite Lojman ak Svis Piblik. Montan CDBG-DRI ki pou rekipere ak redistribye: jiska $1.959.369,94 pou aktivite nan lojman. Montan HOME ki pou rekipere ak redistribye: jiska $6.303.341,81 pou aktivite nan lojman. Montan ESG ki pou rekipere ak redistribye: jiska $28.615,33 pou aktivite nan sans. Otorizasyon SHIP pou Distribye Montan: jiska $204.436,67 pou aktivite nan lojman. Dokiman ki gen rap avk Amannman Sibstansyl y ap Pwopoze yo, pral disponib pou revize, sou Entnt la nan http://www.miamidade.gov/housing/ avk nan Miami-Dade Department of Public Housing and Community Development (PHCD) located at 701 NW 1st Court, 14th Floor, Miami FL 33136. AVI SOU DAT ODYANS PIBLIK KI GEN RAP AVK PLAN DAKSYON POU ANE FISKAL 2014 LA KONTE MIAMI DADE AP PWOPOZE AVK FINANSMAN POU PWOGRAM COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT (CDBG), HOME INVESTMENT PARTNERSHIPS (HOME), EMERGENCY SOLUTIONS GRANT (ESG), AK STATE HOUSING INITIATIVES PARTNERSHIP (SHIP) Konfmeman ak Lwa 1974 sou Lojman ak Devlopman Kominot a (Housing and Community Development Act of 1974), jan yo modifye l la avk 24 CFR pati 91, et.al. (ak lt yo),Pwogram Planikasyon ak Devlopman Kominot (Community Planning and Development Programs), Konte Miami-Dade County devlope Plan Daksyon li Pwopoze pou ane skal 2014 la. Komite Svis Sante ak Sosyal la pral ganize yon odyans piblik nan lendi 7 jiy 2014 a 2:00 p.m. Yo pral konsidere desizyon nal pou kesyon y ap trete a nan Reyinyon Konsy Osye Gouvnman Lokal la (Board of County Commissioners, BCC), k ap ft nan madi 15 jiy 2014 a 9:30 a.m. oswa nan pwochen Reyinyon regilye BCC ki planifye a, si yo pa apwouve l. Y ap f toulde reyinyon yo andedan Chanm Komisyon Konsy Konte a ki sitiye nan dezym nivo Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florida 33128. Objektif odyans lan se pou bay piblik la yon optinite pou l f kmant sou rekmandasyon pou nansman Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la pou pwogram CDBG, HOME, ESG, ak SHIP. N ap envite pliblik la vini epi pataje kmant l yo. Ou ka soumt kmant w yo tou alekri apatide 13 jen jiska 14 jiy 2014, alatansyon de Mr. Gregg Fortner, Executive Director, Public Housing and Community Development (PHCD), 701 NW 1st Court, 16th Floor, Miami, Florida 33136 oswa pa iml nan phcdresidentservices@miamidade.gov. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la gen seksyon swivan yo ladan l: lojman a pri abdab, amenajman nan lojman piblik ak aktivite rezidan, elimine bary ki anpeche lojman a pri abdab, diminye kantite fwaye ki gen revni ki pi ba pase nivo pvrete a, devlope estrikti enstitisyonl, adrese obstak pou satisf bezwen defavorize yo ak amelyore kowdinasyon ant lojman piblik ak prive ak sibvansyon svis sosyal. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la gen ladan l sous nansman swivan yo: CDBG: $10.781.151 pou yo distribye pou Enstalasyon Piblik/Amenajman Imobilizasyon, Devlopman Ekonomik, Svis Piblik, Lojman, Administrasyon, ak Prezvasyon Istorik. HOME: $3.462.571 pou yo distribye pou lojman nan lwaye, reyabilitasyon pou fasilite moun vin pwopriyet kay, asistans lwaye pou lojman pou sanzabri e pou lokat. ESG: $893.756 pou distribye pou Rej Dijans, Prevansyon Sanzabri, Asistans Lwaye akoutm e a mwayen tm ak svis, Relojman rapid pou moun ki sanzabri, ak administrasyon. SHIP: $800.000 pou distribye pou Pwogram Konsy & Edikasyon Moun k ap Achte Kay. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 ki liste aktivite yo nanse pou adrese bezwen ki gen gwo priyorite yo, jan yo idantifye l nan Plan Konsolide pou ane skal 2013-2017 la, pral disponib pou revizyon sou Entnt la nan http://www.miamidade.gov/housing/ ak nan adrs swivan yo: Miami-Dade Department of Public Housing and Community Development, 701 NW 1st Court, 14th Floor, Miami FL 33136 Miami-Dade Homeless Trust, 111 NW 1st Street, 27th Floor, Miami FL 33128 Miami-Dade Main Library, 101 West Flagler Street, Miami, Florida 33130 South Dade Regional Library, 10750 SW 211th Street, Miami FL 33189 North Dade Regional Library, 2455 NW 183rd Street, Miami FL 33056Konte a pa diskrimine poutt ras, sks, koul po, relijyon, eta sivil, orijin natifnatal, andikap, zanst, oryantasyon seksyl, laj, gwoss oswa kondisyon familyal, nan pwosesis aks a oswa nan pwosesis admisyon nan pwogram oswa nan aktivite lojman, oswa nan anplwaye moun nan pwogram oswa nan aktivite lojman. Si ou bezwen yon entprt pwofesyonl pou moun ki bb oswa si ou bezwen materyl nan fma ki aksesib pou evnman sa a, rele nan 786-469-2203 omwen senk jou alavans. Moun ki itilize sistm TDD/TTY (moun ki gen pwoblm pou tande oswa pou pale) ka kontakte Svis Rel Florida nan 800-955-8771. des garanties judiciaires, linexistence de lEtat de droit, les normes ingalits sociales, jointes au souvenir atroce de la rpression qui a svi pendant de longues priodes et au cours de plusieurs gnrations (devons-nous signaler pas seulement pendant la dictature

PAGE 8

Page 8 LIVRES EN FOLIE ( descend de la Sierra Maestra et entreprend une marche triomphale vers La Havane. Lhistoire de la Carabe ne sera plus comme avant. Hati est une le divise en deux rpubliques. Avec deux dirigeants aussi opposs lun lautre que les deux pays dire, Duvalier lui-mme car celui-ci dj ne pense pas devoir jamais remettre un jour le pouvoir. Comme on dira plus tard : Hati est Duvalier ce que Duvalier est Hati Castro pense que pour envahir la Rpublique dominicaine, le plus court chemin est de passer par Hati. Le mme calcul est envisag par Trujillo pour amricains. Il leur octroya des contrats juteux, leur passa toutes leurs fantaisies, allant jusqu utiliser des citoyens amricains pour jouer le rle de fou du roi Mais ce nest encore rien. Il invita Washington envoyer une mission militaire en Hati. Aprs le choc de loccupation militaire amricaine dHati (1915-1934), ctait inou. Mais le prsident-gnral Eisenhower agra sa demande. Tout cela pour barrer la voie au communisme. Une mission militaire amricaine dbarqua en Hati en vue de rformer les forces armes dHati. Mais les US Marines se retrouveront aussi entrainer le corps des VSN ou Tontons Macoutes. Duvalier leur expliquant que la population doit aussi pouvoir prter main forte dans la lutte contre le communisme. Ainsi Duvalier sut tirer son pingle du jeu. Dautant plus que Trujillo sera assassin deux ans plus tard seulement, en 1961. Comme la plupart des allis des Etats-Unis de ce temps-l, Duvalier navait qu agiter la menace communiste pour se faire tout admettre. A commencer par les invasions menes pas les opposants hatiens qui toutes ne pourront jamais aboutir. seulement lge de 19 ans. lanne qui changea notre monde, mais pour va devenir. Lauteur, Bernard Diederich, na eu qu ouvrir les anciens numros de son hebdomadaire hatien, Haiti Sun. En effet, le journaliste arriv en Hati au dbut des annes 50, avait son propre journal, Haiti Sun, o il rapportait lactualit nationale, en anglais et en crole, la seule voix dHati dans le monde anglo-saxon lpoque. Egalement correspondant de Associated Press et du magazine Time, il couvrit de premire main cette actualit capitale, prsent lors de larrive de Fidel Castro La Havane, tout comme la rencontre entre Duvalier et Trujillo la frontire, les deux pratiquement la main sur la gchette. Etc. Nous vous laissons le plaisir de feuilleter par vous-mmes ce livre passionnant, qui se lit aussi comme un grand roman daventures. Du vol du cadavre de Clment Jumelle par les Tontons macoutes aux manoeuvres peine plus sophistiques de Trujillo pour enlever ses ennemis et les faire disparatre. Ni vu ni connu. Y compris ici mme Port-au-Prince. lanne sans laquelle 2014 elle-mme ne serait pas ce quelle est en ce moment the Caribbean, Princeton, NJ, 2009 ; version franaise : Lanne qui a tout chang, Imprimerie Henri Deschamps Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince atteindre Cuba. Hati est donc le maillon le plus faible de lensemble. Mais Hati cest Papa Doc et celui-ci va se rvler un bon joueur dchecs. Malgr quil ne se sente aucune amiti lui non plus pour ces prsums communistes de La Havane, il commencera par faire des ouvertures au nouveau gouvernement cubain. Libration de prisonniers castristes apprhends avant la victoire de la Sierra Maestra. Rtablissement des relations Mais en mme temps les relations samliorent aussi avec Trujillo, dont les services de renseignements oprent presque ouvertement en Hati. Trujillo prenant trs au srieux la menace dinvasion de son pays en passant par le territoire hatien. Etc. Ce qui nous fait penser que Hati tait devenue une sorte de Casablanca pendant la Seconde Guerre mondiale o toutes les puissances ennemies avaient accs et sespionnaient, se tendaient des piges allgrement. Cest le chapitre intitul par Bernard Diderich La Guerre Froide des Carabes. Car cest aussi la Guerre Froide en miniature ; la guerre entre les Etats capitalistes et la Russie sovitique ; dun ct Trujillo qui se pose en champion du capitalisme et de la chrtient contre le communisme athe quincarne dj ses yeux le nouveau rgime cubain. Au milieu, le Petit Poucet sappelle Hati. Ou plutt Papa Doc, car celui-ci aspirant dj tre le seul matre bord. Et vie par leur gographie que par la langue et la culture En Rpublique dominicaine, un dictateur cruel et endurci, le Gnralissime Rafael Trujillo y Molina. En Hati, un apprenti dictateur, seulement deux annes depuis son accession au pouvoir, Franois Duvalier, le futur Papa Doc. Trujillo cherchait dj provoquer le renversement de Duvalier en tentant de suborner dabord son premier chef dEtat major, le Gnral Antonio Kbreau, vite envoy en exil diplomatique. Puis son chef de la scurit politique, le terrible Clment Barbot, le crateur des Cagoulards. Et plus tard Tontons Macoutes. Mais Trujillo et Duvalier vont devoir mettre une larrive dun danger commun, le chef barbudo, Fidel Castro. Entre celui-ci et le dictateur dominicain, cest une affaire personnelle. Tout de suite, Fidel Castro se mit en devoir de prparer une invasion de la Rpublique dominicaine pour renverser celui qui se prtend le plus grand dfenseur de la chrtient (et donc du capitalisme) dans la Carabe. Trujillo le lui rend bien. Celui-ci na lui aussi quune Castro et sa bande de communistes Car bien avant Washington, Trujillo est persuad que dans la rgion. Et voici Hati entre les deux belligrants. Pour ne pas Duvalier dans sa limousine avec son fusil porte de main Fidel Castro et un ami, Le dictateur dominicain Rafael Trujillo y Molina Et comme par ironie, cest cette mme situation qui parat au dpart si prilleuse pour lui, qui va lui ouvrir la voie pour la ralisation de ses ambitions. Folles. Cruelles. Maudites ambitions. Car sil ny avait Fidel Castro, il ny aurait pas eu Papa Doc. Celui-ci aurait peut-tre sombr dans un des piges tendus par son voisin, le dictateur dominicain Mais de toutes faons, mme Washington, qui au dpart ne lui tait pas favorable, qui se serait oppos au moins la prsidence vie. Mais Duvalier va jouer habilement pour se faire le meilleur alli des Etats-Unis dans la Carabe. Il commence aussi dans ses discours se qualifier de chrtien, de catholique. En mme temps quil se prpare envoyer vques et prtres en exil, et fermer le Grand sminaire catholique. Il employa des fonctionnaires La foire Livres en folie le 19 juin dernier

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo the border Roberto Rodriguez Marchena, spokesman for the Presiden,t said on Tuesday evening that the Dominican Government had no intention to build a wall at the border. The people who are behind this proposal are dsaronnes, desperate and bewildered, said Roberto Rodrguez Marchena, spokesman of the President. He added that the national plan of regularization of foreigners in irregular migratory situations is working very well. We fully understand that some people see the construction of a wall as the ideal solution. These are things that happen in society and we have to get used to these things and the people who make such proposals. If the government had decided to build a wall [along the border], it would have announced it. The construction of a wall is not in our plans. But the plan of regularization will continue, as expected, said Rodriguez Marchena. The spokesman was reacting to the proposal of Member of Parliament Vinicio Castillo Seman, one of the main leaders of the Dominican right-wing party and ultranationalist Fuerza Nacional Progresista, to build a wall along the 400 km of the Haitian-Dominican border to strengthen migration control. The government should still submit the proposal to the population for its approval via a referendum, insisted Castillo Seman last Wednesday. Chikungunya coming to the US? What you need to know about the virus The chikungunya virus, a mosquito-borne illness that causes high fevers and sometimes intense pain, is spreading rapidly throughout the Caribbean. Now, numerous cases of the disease have appeared in the United States including 25 in Florida from travelers who contracted the disease while out of the country, according to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Experts say its only a matter of time before it begins spreading among local mosquitos within the U.S. has mostly remained within Sub-Saharan Africa, the Arabian Peninsula and Southeast Asia for the past few decades despite occasional cases appearing in the United States from a returning traveler. But it all changed in 2013, when health experts found that sustained transmission of the chikungunya virus had occurred in the Caribbean, meaning people on the islands were starting to become infected by local mosquitos. Now the virus is widespread, with up to 17 different countries in the Caribbean reporting cases of the disease. Given the amount of U.S. travelers who vacation in the tropical islands each year, health experts believe chikungunya will soon spread beyond the Caribbean Sea, setting up shop in its neighboring continents. the increased mobility of people today, as well as the changing climate, which has caused many plants, animals and insects to change the ranges of their habitats to accommodate the warmer weather. Given chikungunyas inevitable crossover to America, heres what you need to know about the virus and how you can protect yourself from infection. Chikungunya is a viral infection transmitted to humans by infected mosquitos mainly by the Aedes aegypti and Aedes albopictus species. According to Parada, these types of mosquitos are widespread across the Americas and tend to bite during the daytime rather than at night. Unlike other mosquitos that spread disease, such as the ones responsible for malaria, these mosquitos are found in urban areas and can thrive in big cities. Infection of the chikungunya virus occurs when a person gets bitten by a mosquito that has previously fed on another infected individual. Once a person becomes infected, theres an incubation period of three to seven days before symptoms present. The most common signs of the virus are fever and joint pain, typically in multiple different joints. Like any viral syndrome, chikungunya can also cause muscle aches, headaches, rash and joint swelling. Although rarely lethal, there is no cure for chikungunya, and its effects can be quite debilitating especially for the elderly population. While some patients will only suffer a minor fever and mild joint pain that dissipates within a week, others can suffer very high fevers and sustained joint pain for several weeks or even months. In fact, in the Makonde language, the term chikungunya means to be bent out of shape, in reference to the viruss ability to cause people to contort in pain. Since there arent any current therapies for treating chikungunya, Parada said the best course of action is prevention mainly by avoiding mosquito bites. Fortunately, the United States has much better mosquito control than many other nations, as most Americans live in air conditioned homes with But on an individual level, people can reduce their exposure to mosquitos by wearing protective clothing, utilizing insect repellents and staying indoors on hot days. Additionally, people should avoid or eliminate any standing water near their home, as it can serve as a mosquito breeding site. Parada said homeowners should also make sure leaves dont pile up in their gutters, as this can cause water to pool. If someone does become infected with chikungunya, he or she should go to a doctor and try to wait out the symptoms. Over-the-counter pain medications can help to mitigate the symptoms, but theres no treatment for eliminating the By: SEAN PENN (Excerpt from The Wall Street Journal) The rains have come to the Caribbean and hurricane 60,000 people who sought refuge on the Petion-Ville Club golf course after the earthquake are now under solid roofs in safer homes. Our team at J/P Haitian Relief Organization continues to support these families as they rebuild resilient, sustainable Without Borders has brought health care to the most remote areas of the country, and the Haitian government has developed new building codes as part of a national housing policy. Port-au-Prince, the capital city, has made remarkable progress. Nearly all of the 10 million cubic meters of rubble that buried the city have been cleared from the streets. More than 90% of the almost two million people left homeless have moved from tent camps to more permanent housing. Haitis economy is among the fastest-growing in the Caribbean, as the government continues to make economic development a priority. Hundreds of kilometers of roads are now paved, thousands of homes built and tens of thousands dropped, and in May 2011, one political party transferred in modern history. The people of Haiti have come a long way, which may shock those who watch the news. Headlines continue to spin Haiti as a dark, poverty-entrenched no-mans-land. Even on the left, efforts at economic development have been portrayed as colonization by corporations or occupation by a foreign force. Such cynicism sells papers and entices people to click, but at the cost of Haitian lives. This coverage scares away would-be investors, hindering economic development and reinforcing prejudices that Haiti is beyond help. And those who work every day to overcome the countrys challenges become gun-shy about discussing the real challenges, fearing that they will perpetuate the negative stereotypes and invite even more criticism. This is tragic, because there are two urgent problems that need to be addressed: post-earthquake homelessness and cholera. Less than 10% of those initially displaced remain in camps, but thats still almost 140,000 peoplea big number that when taken out of context makes Haitis recovery so easy to criticize. Rather than cynicism and apathy, these families a normal life. At J/P HRO, we intend to ensure that each of these families makes it home. In partnership with the Haitian government and other organizations such as the International Organization of Migration and the Red Cross, we have helped develop a successful conditional cash transfer program. It gives displaced families the money they need to move out of the camps, while also injecting much-needed capital into support is preventing the remaining families from returning home. They should not have to endure the deluge of another hurricane season homeless. Haiti also is suffering the largest cholera epidemic in the world. Death from this bacterial infection is preventable, and with soap and safe water, infection is avoidable. Nevertheless, many in Haiti play down cholera for fear of scaring away tourists and deterring economic investment. Yet Kenya, India, countries is forced to bear the stigma Haiti endures. To eradicate this disease, Haiti needs international support. We support a two-pronged approach, which Haitis government has already begun implementing. In the shortterm, health education, vaccinations and treatment supplies can prevent further deaths. In the long-term, the country needs assistance to strengthen its health-care system and build better sanitation infrastructure. All organizations on the ground will have to coordinate their efforts with the government and international institutions. None of us can do it alone. Haiti has made tremendous progress after one of the greatest natural disasters in history, but theres still a long road ahead. In collaboration with local and national government leaders, other international NGOs, U.N. agencies, donors and the community members themselves, the team at J/P HRO will sustainable programs with the Haitian people quickly and effectively. Avi Piblik NOMINASYON POU PATISIPE NAN KONSY KONSILTATIF SITWAYEN MIAMI-DADE NAN JACKSON HEALTH SYSTEM GENERAL OBLIGATION BOND Yo kmanse resevwa aplikasyon pou nominasyon kandida ki vle patisipe nan Konsy Konsiltatif Sitwayen Jackson Health System General Obligation Bond, kise komisyon konsiltatif pou pwogram obligasyon ki gen yon karakt jeneral Jackson Health System lan. Konsy Nominasyon Twst Sante Piblik (Public Health Trust Nominating Council) pral nonmen omwens senk manm ki gen dwa vt (men pa plis pase 15). Chak manm ki gen dwat vt nan Konsy Konsiltatif la dwe gen yon ekselan repitasyon pou konpetans pwofesyonl ak gwo akonplisman pwofesyonl epi se pou li gen yon pozisyon elve oswa prestij nan youn nan domn sila yo: Konsy Nominasyon PHT an pral kontakte sten kandida li seleksyone pou rekmandasyon Konsy Nominasyon an, ap prezante kandida yo pou konsy konsiltatif lan apwouve yo. Si se konsy nominasyon PHT an ki nonmen manm komisyon an epi Konsy Komis Konte an te apwouve yo, manm komisyon an ap patisipe pandan youn oswa twa lane san li p ap touche okenn sal. www.miamidade.gov. Se pou yo voye nan dat 26 jen 2014 anvan 4 pm oplita. Yo aksepte iml oswa faks aplikasyon an epi se pou ou voye l nan clerkbcc@miamidade.gov oswa fakse li nan resevwa iml aplikasyon kandida a; se pou li rele Sekret Konsy la nan Hait en Marche 1/8 pg 5 x 4 | 6/12/14 Miami-Dade Tranzit (MDT) ap anonce etablisman yon objektif patisipasyon antrepwiz biznis Dfavorize yo pou ane scal 2014, 2015, ak 2016 nan 18% pou konpayi ke sosyalman e ekonomikman dfavorize individi, ki inkli Fanm. Objectif metd la ap disponib pou inspeksyon piblik pandan trente (30) jou de avi sa-a, ant 9 a.m. ak 4 p.m. depi Lendi jiska Vandredi nan adrs ki ekri anba. MDT ak Administrasyon Tranzit Federal ak akcepte kmant piblik objektif la, se pou karant sink (45) jou de dat vi sa-a. Ce polisi MDT pou ptomote divsite nan itilizasyon ti biznis ki gen konpetans ak kalikasyon ki inkli sa yo ke mt yo se minorite nan Program Amelyorasyon Transptasyon li-a. Pou plis enfmasyon tanpri kontakte. Ofce of Civil Rights & Labor Relations Miami-Dade Transit 701 NW 1st Court, Suite 1700 Miami, Florida 33136 (786) 469-5405 MIAMI-DADE TRANSIT TRI-ANNUAL DISADVANTAGED BUSINESS ENTERPRISES GOAL virus. Furthermore, infected patients can help to stop the spread of the disease by taking extra precautions to avoid mosquitos. For more information on the spread of chikungunya in the Caribbean, visit the CDCs website. The country

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action. ADMET en consquence le divorce du sieur Francis MURAT davec son pouse ne Marise PAUL pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. PRONONCE la dissolution section SudEst, de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce sige AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi quinze Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur IL EST ORDONN etc EN FOI DE QUOI etc AINSI JUG etc Pour le Cabinet : Herv Franois ALCINDOR, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le fonde ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur A. Nickson CASIMIR, davec son Civil de la section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi quinze Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution, AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. POUR PUBLICATION : Me.Samson JEAN-BAPTISTE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le Admet en consquence le divorce de la dame wolson SANNON ne Manouchka MERSAN, davec son poux pour injures graves et publiques le divorce des poux. Prononce la dissolution des liens de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts ce jugement ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience Civil, ordinaire et publique du jeudi trente Janvier deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance IL EST ORDONN ETC .. EN FOI DE QUOI ETC POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Achille P. JOSEPH PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr et au vu de la loi ; accueille et arbitraire en vertu la citation en date du 11 Avril 2014 Ministre de lhuissier DERILUS Pierre Delinoir du Tribunal de Paix de Carrefour, se dclare comptent pour trancher ; juge a charge dappel ; maintient le dfaut accord au demandeur contre son adversaire faute de comparaitre ; constate les faits perptrs par le cit au prjudice du demandeur ; ordonne en consquence lexpulsion du sieur YVON ; le condamne quinze mille (15,000) Gourdes de dommages intrts en faveur du sieur Ainsi jug et prononc par nous, Me. Pierre BELVU, Juge assiste du sieur BAZELAIS Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution, POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Frantz BAZELAIS. Extrait des minutes du greffe du Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince. Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince comptemment runi au Palais de Justice de cette ville a rendu en audience ordinaire, publique et en ses attributions civiles le jugement suivant : Entre 1) la dame Amande Julemiste, demanderesse ; Et 2) les dames Brunette Dumercier et Clerinord Destin, dfenderesse. Le dispositif est ainsi conu : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr au vu de la loi, sur les conclusions du reprsentant du Ministre Public ; donne dfaut en la forme contre les dames Brunette Dumercier dclar que la dame Amande Julemiste propritaire exclusif et incommutable de la proprit situe sur lhabitation Fragneau section communale de Saint Martin, commune de Delmas. Laquelle borne au Nord par Elie Pierre, au Sud par qui de droit, lEst par la Ravine et lOuest par une route ce, suivant procs-verbal darpentage de lArpenteur Franckel Ption assist de son confrre Benjamin Dorzina en date du dix-neuf Novembre mil neuf cent quatre-vingt dix-neuf ; dit que les assigns sont sans droit ni qualit sur toute la parcelle dudit terrain ; en consquence ordonne le dguerpissement des assignes et la dmolition de toutes les constructions par eux riges sur le dit terrain prndant lindue jouissance ; Accord lexcution provisoire sans caution sur ce chef ; Reconnait la faute des assignes ; les condamne solidairement lun pour lautre CENT CINQUANTE MILLE dcision rendue aux termes des articles 287 du C.P.C, 1168, 1169 Code Civil et 36 de la constitution de la Rpublique ; Donn de nous, Me. Mathieu CHANLATTE, juge laudience ordinaire, Public et Civile du mardi dix-sept (17) Dcembre deux mille treize, en prsence Me. Paul WESLEY, Subs. du Commissaire du Gouvernement, reprsentant du Ministre Publique et de Me. Jean Rigaud DELSON, Il est ordonn Pour le Cabinet Labissire et Associs : Mes. Jol Louis Jacques, Av. Jean Baptiste Sony Landre, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le admet en consquence le divorce de la dame Emmanuel JEAN PIERRE ne Marie Veronique DHIN, davec son poux pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les compense les dpens. RENDU DE NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt-neuf Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution, aux En foi de quoi etc Ainsi sign etc POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Jean Bonald Golinsky FATAL PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action ; admet en consquence le divorce du sieur Williamson SILAIN, d avec son pouse ne Natacha JOEL pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des Est de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages de ce jugement ; Compense les dpens. RENDU DE NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt-neuf Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution, En foi de quoi etc Ainsi sign etc POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Jean PRIM

PAGE 12

Page 12 MIAMI DADE COUNTY AVI LEGALDapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Abushanab, Betty J 12750 NW 27Th Ave Apt 35 George, Bruce E 2025 NW 6th Pl Adderly, Maurice 20925 NW 22Nd Ave Apt116 Gilliam, Lina M 2104 NW 152Nd St Albite JR, Manuel 275 SW 38Th Ct Givens SR, Eric B 10701 SW 221st St Alexander, Alim 17480 NW 2Nd Ave Gleaton, Gary 2851 NW 190th St Allande JR, Gabriel 415 NW 23Rd Pl Gonzalez, Jorge 10232 SW Flagler Ter Arencibia, Yosue 7890 SW 72Nd Ave Gonzalez, Rachel 8460 SW 37Th St Arrasola, Benjamin 13471 SW 266Th St Gonzalez-Reed, Melanie 4325 SW 5Th Ter Barja, German A 11201 NW 89Th St Apt 216 Gordon, Robert 290 NW 111th St Beard, Tramaine A 21025 NW 22Nd Ave #226 Grant, Benjain 2166 NW 45Th St Bell, Andre M 16115 NW 29Th Ave Green JR, Lemul R 5961 SW 61St Ct Bonney, Quincy C 1030 NW 56Th St Guzman, Manuel 13544 SW 63Rd Ln Booker, Joseph L 2040 NW 195Th St Hall JR, Harvey B 321 NW 12th St Boone, Calvin M 21368 SW 112Th Ave Apt 304 Hamm, Anthony 2771 NW 151St Ter Borrego, Benito 7718 NW 6Th Ct Hammett, Nathaniel 156 NE 58Th Ter Apt 1 Brewer, Leonard 1515 NW 66Th St Handy, Na'Toya M 2220 NW 167th St Bril, Wilson 6122 NE 5Th Ave Apt 1 Harris, Eugene 877 NW 2Nd St Bronfman, Semen 10295 Collins Ave Apt 1104 Harris, Richard 1048 NW 49Th St Brooks, Kenneth E 1175 NW 47Th Ter Harrison, Gwendolyn 2861 NW 184Th St Brown, Frederic E 2765 NW 60Th St Hensel, Charles D 12610 NW 23Rd Ave Brown, Gia V 15801 E Bunche Park Dr Hernandez JR, Orlando 115 NW 32Nd St Brown, Shawn B 28205 SW 125Th Ave Hernandez, Juan C 14083 SW 9Th St Brown, Virena 3230 NW 169Th Ter Herrera, Lazaro D 15332 SW 72Nd St Apt 14 Burkes, George 2206 Ali Baba Ave #4 Hillson, Teshunko T 3985 NW 193rd St Caballero, Ebert U 9245 SW 45Th St Hird, James R 6381 Cow Pen Rd Apt V107 Carry, MacDonald C 8013 NW 10Th Ct Hogan, Eric S 710 Pennsylvania Ave Apt 6 Cesar, Isis 12552 SW 26Th St Houston, James E 1742 Ali Baba Ave Clark, Brian K 10500 SW 170Th St Howard, Gregory J 3931 NW 179Th St Clark, Jacquelyn 8153 NW 13Th Ave Hudson, Ofelia M 1510 Mercado Ave Coeld, Ternish R 2269 NW 57Th St Huff, Christopher T 1585 NE 159Th St Coleman JR, James O 536 NW 45Th St Jaime, Jaime 20631 Manta Dr Coleman, Roderick K 719 NE 83Rd Ter Apt 36 Johnson, Daniel B 2280 NW 57Th St #C Collazo, Joel H 1123 SW 71St Ave Johnson, Diane 20540 Manta Dr Connor, Alfonso A 1700 NW 5Th Ave Johnson, Octavious A 320 NW 145th St Cooper, Leejoe 22070 SW 110Th Pl Jones JR, Johnnie 2767 NW 192Nd Ter Crosby, Alvin 18800 NW 29Th Ave Jones, Crystal N 7451 Harding Ave Cuellar, Gabriel A 1524 Lenox Ave Apt 9 Jones, Roberta 330 NW 51St St Cure, Latasha T 302 NW 66Th St Jones, Tavaris T 2433 NW 55Th St Curtis, Darryl 1000 NW 108Th Ter Jones, Willie F 22315 SW 115Th Ave Dalama, Joel 25790 SW 124Th Ct Joseph, Malcolm N 1741 NE 177Th St Dames, Leslie D 68 W 7Th St Joyner, Michael 13600 NW 24th Ave Apt 26 Davis JR, Francis D 2115 Washington Ave Kallenberg, Barry W 231 174Th St Apt 2002 Davis, Alfred L 3320 NE 165Th St Kelly, Brittney S 3406 NW 180th St Davis, Christopher K 50 NW 79Th St Apt 3 Kennedy, Emory J 2833 NW 212Th Ter De Armas, Alexander S 6937 NW 173Rd Dr Apt J201 Killings, Dion T 1520 NW 4Th Ave #17-L De Rose, Quitic D 1045 NW 53Rd St King, Jacqueline 16140 NW 27Th Ct Dixon, Miles E 71 NW 93Rd St Kinsey, Willie A 5821 NW 7Th Ave Dudley SR, Louis 20401 NW 20Th Ct Knight SR, Ronald 9905 Nicaragua Dr Duncan, Travis J 14520 SW 297th St Lane JR, Lamar A 421 NW 177Th St Edelstein, Bernard 21205 Yacht Club Dr #1809 Lavinier, Augustus R 20510 NW 2Nd Ct Eford, Corey T 18451 NW 37Th Ave #176 Lawrence, Simon P 4800 NW 3Rd Ave Espinal, Alcedo J 7900 Harbor Island Dr Apt 710A Lowry, Kadeem D 6872 NW 21St Ave Fernandez, Enrique 1262 W 42Nd Pl Lubin, Howard C 2911 NW 151St St Figueroa, Jose R 28600 SW 182Nd Ave Maddox, Ruben B 2485 NW 92Nd St Fleischmann, Joan 7204 NE Miami Ct Mann, David 12030 SW 220th St Fleming, Darin 6660 NW 15th Ave #1 May JR, Lindzy 290 NW 49Th St Ford, Alan J 580 NE 127Th St Apt 32 Mayo, Kenneth M 1045 NW 55th Ter Forte, Alejandro M 15470 SW 82Nd Ln Apt 334 Mc Clure, Louis 726 NE 1St Ave Fowler, Rocky L 1341 NW 51St Ter Mc Coy JR, Edmon J 1761 Ali Baba Ave Apt 2 Fowles, Jeffery 1500 NW 42nd St Medina, Mario A 900 N Krome Ave Fox, Alfred 2294 NW 58th St Mendoza, Aleida 1125 NW 24Th St Francis, Karim 9738 SW 135Th Ter Mercado, Elliot 405 NE 191St St 3207 Frazier, Xavion L 2780 NW 43Rd Ter #5 Mieses, Marlene 501 NE 74Th St Fuller, Denise M 10711 SW 149th St Miller, Paris 1044 NW 52nd St Gantt II, Bernard J 7949 NW 10Th Ct Montero JR, Sergio U 2054 SW 22Nd Ter Garrett, Dwayne D 18721 NW 11Th Pl Montgomery, William 1337 NW 77th St Gedeon, Djems 520 NW 143Rd St Moore, Lamonte R 6972 NW 2nd Ave Penelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-DadeKontinye nan lt paj la

PAGE 13

Page 13 HAITI QUEL DEVELOPPEMENT ? Par Edwin Paraison En dcembre 2012, la Direction gnrale de limmi gration dominicaine a lanc le premier appel la socit civile linvitant contribuer llaboration du dcret prsidentiel relatif au Plan national de rgularisation des trangers (PNRE). Entre autres organisations et recommandations, le Rseau Jacques Viau et la Fondation Zile (FZ) ont fait une proposition vitale, fonde sur lenvergure du PNRE qui devrait couvrir des centaines de milliers de personnes en un an. Cette proposition portait sur limportance dun accord spcial avec le Gouvernement hatien comme fournisseur des documents indispensables aux candidats au Plan. La FZ sest fait le devoir de non seulement acheminer aux autorits hatiennes une ver sion franaise du document mais aussi, dans ses changes avec ces dernires, de maintenir le sujet comme un thme prioritaire pour la communaut. Cette dmarche avait un double objectif. Premire ment, crer un espace de collaboration bilatrale autour dune initiative de toute vidence positive, de sorte que les parties sentent quelles ont une obligation majeure de se soutenir mutuellement pour le succs de lopration. Deuximement, connaissant, dune part, les pro blmes de ltat civil en Hati et, de lautre, les plaintes relatives aux services consulaires en Rpublique Dominicaine, linitia tive cherchait engager le Gouvernement hatien prendre communaut hatienne dans ce processus sans prcdent. tant entendu que lune de ces mesures est linstallation urgente en territoire dominicain dune unit dmission de passeports comme celle fonctionnant lAmbassade dHati Washington. suggestion. La communaut hatienne en Rpublique Domi nicaine est celle qui produit le plus de demandes de passeports dans toute la diaspora; elle est lunique communaut frontalire avec la mre patrie; elle apporte 14% des transferts reus en Hati mais est toujours traite en parents pauvres. Il faut souligner que le PNRE tait prvu dans la loi de limmigration 285/04, dans son article 151, vote par le congrs dominicain en aot 2004. Une loi dont lapplication ne commencera que 7 ans plus tard, soit en juin 2011. Quand a surgi la crise provoque par larrt 168-13 du Tribunal Constitutionnel (TC) en septembre pass, le Gou vernement hatien navait pris aucune action dans la direction propose. Certains oseraient mme dire que le PNRE est une invention et un pige des juges du TC. En effet, contrairement son essence, ces derniers le considrent comme un passage oblig la naturalisation des dnationaliss en intimant lordre lexcutif dominicain de le mettre sur pied dans les 90 jours. La clrit dexcution de cet aspect de larrt, avec la publication du dcret pour la mise en excution du PNRE en dcembre 2013 ne fera quapprofondir les proccupations hatiennes. la premire rencontre du dialogue bilatral de jan vier 2014, considre comme historique par les deux parties, confusion dlibre du TC entre les Dominicains de naissance avant la rforme constitutionnelle de 2010 et les immigrants en situation irrgulire. Lengagement sign par la partie domi nicaine a t le vote dune lgislation spciale pour les cas non prvus par le PNRE en rfrence aux personnes nes sur le sol dominicain. cette rencontre, Hati sest engag expdier des passeports aux travailleurs temporaires. Cependant, sans rpondre cet engagement, la partie hatienne a ritr ses critiques face linaccomplissement de la part des Dominicains des dlais convenus pour la prsentation de la loi spciale au Congrs. Ce qui sest fait la mi-mai. La loi 169-14 cherche mettre un terme la dna tionalisation de Dominicains dorigine hatienne dj inscrits au registre civil. peu prs 14 000 personnes. Nanmoins, environ 100 000 qui, pour diverses raisons comme celles qui touchent 7% de la population nettement dominicaine sans acte de naissance, devront se soumettre au PNRE. De cette faon, Dans lintervalle, malgr le dialogue bilatral sus pendu au milieu de conjectures alimentes par les tweets la sant, le commerce et le tourisme. Une occasion gaspille daborder un thme plus urgent et utile la communaut hatienne. Ainsi a dmarr le PNRE au dbut du mois de juin! Face aux critiques de ses citoyens, de la presse et du Gouver nement dominicain en rapport labsence de collaboration, au point que pas mme une note informative na t transmise la communaut, Hati rpond, une semaine plus tard, quil attend encore une autorisation du Ministre des Relations extrieures dominicain pour transporter lquipement et le personnel ad quats. Ce qua ni lorganisme dominicain. Telle situation douteuse ne se serait pas produite avec un protocole convenu entre les parties. ce stade, la Rpublique Dominicaine utilise intelli gemment loccasion offerte par Hati de sortir de la dfensive gnante pour son vis--vis. Des fonctionnaires dominicains allant jusqu accuser leurs homologues de vouloir transformer le PNRE en une affaire juteuse. Il est un fait que la communaut hatienne a de quoi se plaindre face aux deux gouvernements. Dune part, il y a la grande majorit des personnes affectes par larrt 168/13 exclue par la loi 169/14, sans espoir immdiat dobtenir un document dominicain ; dautre part, les immigrants irrguliers voulant rgulariser leur statut travers du PNRE, sans docu ments ni encadrement dHati. En ce qui concerne ces derniers, la responsabilit est partage pour ne pas avoir concrtis un accord bilatral relatif au PNRE. Nous avons encore le temps. Kontinyasyon paj presedan an Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Morales, Barbaro 761 Jefferson Ave Apt 6 Shotwell, Michael A 8035 NW 12Th Ct Morgan, Arthur 420 NW 10Th St Simmons, Nathaniel 11393 SW 216Th St Apt 11393 N' Shaka, Pharaoh SA 2485 NW 93Rd Ter Singletary JR, James A 1603 NW 7Th Ave Neal, Harun C 1821 NW 183Rd St Smith, Cody M 1525 NW 1St Pl Apt 10 Nelson, Darlyn 250 NW 13Th St Apt 102 Smith, Oley J 2633 SW 31St Ct Nixon, Norman C 142 NW 40Th St Starr, Shanquilla M 974 NW 8Th St Ortega, Rafael 1102 NW 11Th St Stitt, Martha 8900 NW 14Th Ave Patrick, Charles 458 NW 7Th St Apt 10 Strawder, Ashley F 7520 NW 12Th Ave Paul, James 10431 Old Cutler Rd Suarez, Jose M 2464 NW 31St St Peek, John K 14720 Harris Pl Sylverin, Scherly J 335 NE 165Th St Pena, Christian R 13925 SW 281St Ter Taylor, Erik 1497 NW 155th St Perez, Juan 1930 W 2Nd Ave Taylor, Johnny T 1740 NW 188Th Ter Perez, Virgen R 20044 NW 27Th Ave Terry, Brandon A 425 NW 192Nd St Pierre, Samantha J 380 NE 18Th AVE #107 Thomas JR, Clarence 1931 NW 68th St Pino, Maria D 14185 SW 87Th St apt #209 Thompson, James E 1631 NW 152Nd Ter Porras, Roy A 14083 SW 9Th St Thurman, Eric W 140 NW 59Th St Pratts, Edwin 1311 NE 149Th St Tilley, Jacquella D 1155 NE 137Th St Apt 413 Pubien, Jim 14797 NE 18Th Ave Apt 4-104 Tinsley JR, Robert LR 9400 SW 57Th Ter Puerto, Miguel A 6941 W 36Th Ave Apt 203 Truitt, Homer 28205 SW 125th Ave Quarterman, Andre D 8028 NW 11Th Ave Varela, Catherine 27004 SW 127Th Ave Rambeau, Jason S 760 NW 95Th St Vega, Arturo 11954 SW 181st St Reed, De' Ante M 1181 NW 56Th St Virgin, Donnell 9944 SW 224Th St Apt 306 Reliford II, Leroy 13300 Alexandria Dr Apt 107 Walker, Tanaris T 745 NW 9Th Ave Rios JR, Manuel T 165 Carlisle Dr Walker, Willie 10980 NW 14Th Ave Apt H205 Rivera, Luis E 6342 SW 39Th Ter Washington, Nathaniel 11320 SW 190th St Roberts, Ishavette 13134 Port Said Rd Apt 1100 Waterman, Sandra Y 22125 SW 113th Pl Robinson, Ronique D 225 NW 22Nd St Apt 101 West, Keith 2141 NW 49Th St Rodriguez, Alejandro A 461 Menendez Ave Westberry SR, Deoin T 3291 NW 171St Ter Rodriguez, Carlos R 7271 NW 174Th Ter Apt 206 White, Eddie L 8321 NW 15Th Ave Rodriguez, Christopher M 1628 SW 18Th St Williams, Antoine 5811 SW 59th St Romero, Nelson R 2200 SW 59Th Ave Williams, Katina L 2100 NW 93Rd St Salem, Brandy A 14742 SW 149Th Ct Williams, Mary A 1410 NW 199Th St Salgado, Juan 16975 SW 272Nd St Williams, Tabatha 1355 Ali Baba Ave Apt B9 Sanchez, Angel L 440 NE 2Nd St Apt102 Williams, Zylathia R 1235 NW 103Rd Ln Apt 319 Sands, Ernest T 4719 NW 32Nd Ave Wilson, Charles 1014 NW 75th St Santana, Alfredo 3586 NW 41st St Woodside, Samuel B 2701 NW 51St St Santos, German 3319 SW 91St Ave Wright JR, Larry L 28205 SW 124Th Ct Sarmiento, Daisy DC 3845 SW 128Th Ave Wright, Erica N 16230 NW 21St Ave Sayu, Julio 445 W 51St Pl #305 Wynn, Edward 3471 Plaza St Schutz, Gregory A 9515 Dominican Dr Young, Darryl S 3180 Biscayne Blvd Scott, Michael 1605 NW 117th ST Zelaya, Joshua L 2821 NW 90Th St Apt 3 Segura, Joseph A 335 SW 30th Rd Zuluaga, Juan D 2652 W 74Th Ter Penelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade

PAGE 14

Page 14 LES JEUX Solutions de la semaine pass eCOURTOIS ANNELIDE S##VAS## IR#AXENE LES#CUIT LC#PASEO AREOLE#L SURPASSE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD PENILS PERILS PERIES PARIES PAREES GAREES GAZEES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeAZEROLEBANQUE MURGER A E R R M E RSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de BANQUE, MURGER en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mls G H X Z A E P K O H W D J A P S W U I M T B T G V U Z R A T R Z X T S W S O N A L O B L A U K P O R E N O R B M A C I S N A H M J Z T T C G M B C E O L B K A A R E N R A E J O J S J N L L E B P M A C Y S V A S O A E B K B Z I U R A F V P K C Z M J T T R B L L R A I N K B E E A Y Z E G R A N A D O S P P O Y V R L J N E N B B M O C G R F O M L C E A N E R U P J A W W Z A I D M D J E F N K A E U Z Z S M U Z I A Q S Y Z D Y Z L A U C R L V O S Q J JTrouvez les 23 joueurs de la selection du Costa Rica dans le carr ci-dessus PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde ; Maintient le dfaut octroy du dfaut, dclare fonde la dite action. Admet en consquence le divorce de la dame ne Gladys SAINT-PIERRE, davec son poux Jean Dumont STINVILLE pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux de la Section Nord de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier compense les dpens. Ainsi jug et prononc par nous, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civil, ordinaire et publique du mercredi treize Mars deux mille treize, en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, et avec lassistance du sieur Homre RAYMOND, Il est ordonn etc En foi de quoi etc POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Gerald GAY PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Minist re Public entendu, maintient le dfaut octroy contre la la dite action ; admet en consquence le divorce du sieur Jacob FLECHER, davec son pouse ne Yolette ACHILLE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits poux ; Ordonne transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet, commet lhuissier Johnny JEAN de ce sige pour RENDU DE NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi vingt-neuf Mai deux mille quatorze, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire de ce ressort, avec lassistance du sieur Joseph Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le les Tribunaux Civils dy tenir la main ; tous commandants et autres seront lgalement requis. En foi de quoi etc Ainsi sign etc .. POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Jean Bonald Golinsky FATAL PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen sur les conclusions du Ministre Public Maintient le dfaut octroy contre fonde la dite action, admet en consquence le divorce du sieur Jean Baptiste LOUIS, davec son pouse ne Nanette Fleurantime FLEURMOND, pour non seulement labandon du toit conjugal, INCOMPATIBILIT DE CARACTERES, mais aussi pour injures graves et publiques aux torts de lpouse, Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits poux ; Ordonne dans ses registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet lhuissier Clerbrun FAURE, de ce sige pour la AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Chavannes ETIENNE, Juge en audience civile ordinaire et publique du neuf Mai deux mille treize, en prsence de Me. Saint Aneau NORZ, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec Il ordonn etc En foi de quoi .. etc PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrant, accueille laction intente en divorce par le sieur Chrimond SAINT-JULIEN contre son pouse la dame Madeleine MOISE en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre la dfenderesse laudience du jeudi 18 Avril 2012 01 heure 40 minutes de laprsmidi ; ce ; pour navoir pas t rabattu. Aux termes de larticle 287 du code de procdure civil Luc DHECTOR. Admet le divorce des poux sus-parls pour INCOMPATIBILIT DE CARACTERES et pour injures graves et publiques envers son poux au vu de larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist Commune de la Petite-Rivire de Nippes de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux prcits. Commet lhuissier Mikerlange PIERRE pour la les dpens en raison de la qualit des parties. Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de premire instance de Miragone en audiences publiques et civiles de divorce en date du jeudi 18 Avril 2012 2heures 12 minutes de laprs-midi ; An 209me de lIndpendance, en prsence de Me. Mesner ELISM, Av. Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de premire instance de Miragone, avec Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prs les Tribunaux civils dy tenir la main, tous Commandants et en seront lgalement requis. En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du Pour expdition conforme la minute collationne. Me. Mesner ELISM, Mgt. Subs. du Comm. du Gouv. Me. Arismon SAINT CLAIR, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la action ; Admet en consquence le divorce de la dame Julda CAILLET davec son poux Frdric LOUIS pour INCOMPATIBILIT DE CARACTERES. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux de Pointe--Raquettes de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret GABRIEL de Ainsi jug et prononc par nous, Notrah A. JEAN FRANOIS, juge en audience civile et publique en date du huit Fvrier deux mille deux, en prsence de Me. Patrick DOMOND, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec IL EST ORDONN etc EN FOI DE QUOI .. etc Me. Jean PRIM, Av. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction de la requrante, accueille laction intente en divorce par la dame Marie Myrline TOUSSAINT contre son poux le sieur Henry Georges BAZILE en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre le dfendeur laudience du Jeudi 13 Juin 2013 01 heure 40 minutes de laprs-midi ; ce, pour navoir pas t rabattu. Aux termes de larticle 287 du code de procdure civil Luc DHECTOR. Admet le divorce des poux sus-parls pour INCOMPATIBILLIT DE CARACTERES et pour injures graves et publiques envers son pouse au vu de larticle 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant Civil de la Commune de Miragone de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux prcits. Commet lhuissier Mikerlange PIERRE pour compensant les dpens en raison de la qualit des parties. Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Doyen prs le Tribunal de premire instance de Miragone en audience publiques et civiles de divorce en date du jeudi 13 Juin 2013 2heures 12 minutes de laprs-midi ; An 210me de lIndpendance, en prsence de Me. Renord REGIS, Av. Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le parquet du Tribunal de Premire Instance de Miragone, avec lassistance de Me. Arismon SAINT CLAIR, Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prs les Tribunaux civils dy tenir la main, tous commandants et en seront lgalement requis. En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du Le Tribunal de Paix de la Croix-des-Bouquets a rendu un jugement par dfaut entre ; le sieur Jean Claude GELIN et les sieurs Pascal Henry PAUL et Rooby ainsi connu. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr au vu de la loi, au nom de la Rpublique dit et dclare comptent et accueille laction du requrant pour tre juste et fonde et ordonne le dfaut requis laudience prcite. Reconnait la possession utile et paisible du sieur JEAN CLAUDE Gelin et ordonne la rintgration du requrant sur les dites portions de terre dans leur statut quo ante dit que les actes poss par les cits, les sieurs Pascal Henry, Jean Marie PAUL et Rooby ainsi connu, constituent un trouble la GOURDES de dommages intrts commet lhuissier CINE MURAT Ainsi jug et prononc par nous, Me. GEFFRARD JEAN DENIS, Juge en audience civile en audience civile et publique avec lassistance de la dame Kethnie ISRAEL en date du Vendredi Vingttrois Mai deux mille quatorze. Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le publique dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. En foi de quoi, etc .. Elion ST FLEUR, Av. Dispositif du jugement de dfaut rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince contre le sieur Junior DAVERNA.PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions conformes du Ministre publique accueille laction de la demanderesse, la dame ne Elsie VICTOR, maintient le dfaut faute de comparaitre octroy laudience du vendredi onze Avril deux mille quatorze contre le sieur Junior DAVERNA ; admet le divorce de la dite dame ne Elsie VICTOR davec son poux le sieur Junior DAVERNA pour injures graves et publiques ; Faits prvus larticle 217 du Code Civil Hatien ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux lEtat Civil de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers ; compense les dpens vu la qualit des parties. Commet lhuissier Clerbrun FAURE de ce Rendu de nous, Gerty Lon ALEXIS, juge au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, publique et ordinaire du vendredi neuf Mai deux mille quatorze, en prsence du Substitut du Commissaire du Gouvernement Me. Il est ordonn etc En foi de quoi etc Pour le Cabinet : Me. Mcanix SYLVAIN. Avocat

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Mwa Me ki sot pase la-a, pou Ayisyen nan dyaspora Miyami-an, se yon nan pi bl nan ane-a. Mwa Me 2014 sa f 14 ane byen konte depi Ayisyen nan Miyami ap selebre Mwa eritaj kiltirl ayisyen. Day se yon mwa tout mon damou pou li. F fre lematen.Detanzantan yon ti lapli ap yenyenyen sou do kay la F bon. Se mwa lavyj Mari. Se mwa Ayida Wedo Se mwa Ayisyen selebre anivs nesans achitk nasyon-an Tousen Louvti e se mwa yo selebre drapo ayisyen-an Ble-ewouj la. Nou se yon nan ra pp sou lat ki rekont val ak enptans drapo nan yon peyi. Drapo ble-e-wouj la se yon nan senbl idantite nou... Nan ane 80 yo, Ayisyen te nan mawonaj ak idantite Ayisyen-an. Yo pa te vle lt gwoup etnik yo konnen yo soti Ayiti. Gen yon jenn ti elv ayisyen nan Edison Senior High ki te touye tt li paske mennaj li te dekouvri se Ayiti li soti. Jounen jodi-a, nan peyi Etazini, grasa ft drapo ble-e-wouj la, tout ti Ayisyen fy pou yo selebre ak lt elv lt nasyon, lt koul idantite ayisyen yo san krent. San wont. Pa slman 18 me ; men pandan chak jou nan mwa eritaj kiltirl ayisyen-an. Gen 3 mon nou pa dwe janm bliye l nap selebre mwasa-a. Se ansyen Majistra Miami-Dade Alex Penelas, Emeline Alexis Shultz yon anplwaye Miami-Dade, aktivis ak Dr. Rosie Toussaint ,prezidan direkt ganizasyon Haitian American Cultural Society. Se pa konsa Mwa eritaj ayisyen-an sot tonbe nan syl tankou lamn osnon kodenn thanksgiving. Se demach ki te ft. Se nan batay nou te rive dekwoche-l. Day, noumenm Ayisyen nou pa janm gan anyen gratis nan peyi Etazini san se pa bande nou bande ponyt nou pou nou goumen ak sistm nan. Batay la koumanse depi lontan depi boat people yo te debake nan zn Lemon City-a. Lemon City zn sitwon, zn agrikilti mon ki gen yon istwa, yon nan pi bl istwa kretyen vivan sou lat, yon literati miltifm, milti-lang, ki pale yon lang swa, elegan, pwetik, mizikal, fasi-fasil ki rele Kreyl. Se kilti sa-a, ki se maryaj penti, mizik, manje, teni gangans ak yon literati wdpte Ayisyen rive enpoze nan Miyami. Se kilti sa-a tou yo rive gaye toupatou nan Florid la. Madam Emeline Alexis te gen ofis li nan biwo majistra kote se li ki te lyezon ak kominote ayisyen-an. Emelin tout mon rele la Cousine son dam dinamik ki mete tout nanm ni nan tou sa lap f. Se yon zanmi atizay. Yon pasyone kilti pp-la. Se konsa, Li mande majistra-a pou li konsakre yon mwa espesyal pou noumenm Ayisyen ki se dezym gwoup etnik ki pi solid nan Miyami. Apre anpil ensistans, majistra-a dak. Komite direkt Haitian American Cultural Society -a nonmen dokt. Rosie Toussaint prezidan ganizasyon ki te fonde pou jere aktivite yo. Dapr dinans lan men kijan yo te rele-l : Mwa me : : Haitian Cultural Heritage Month (Le mois de l hritage culturel Haitien) Yo monte yon komite direkt pou asiste dokt Tousen pou premye selebrasyon mwa eritaj la. Majistra Alex Penelas pouse bourik la pi lwen ank. Li pase ld pou yo bay enfmasyon nan prske tout biwo leta yo nan 3 lang. Angle, Panyl e Kreyol. Li te menm peye pwofes ayisyen pou aprann anplwaye dade County yo kreyl paske li di pou yon anplwaye bay yon mon bon svis, fk li konn kilti li. Fk li konprann lang mon sa-a pale. Li te penmt fasilite Emelin ak ekip ganizasyon kiltirl li a ganize yon kokennchenn ekspozisyon penti nan Miami Entnasyonal pt kote ki te gen yon gwo bandwl ki di : Welcome to Miami, Celebrating the Haitian Cultural Heritage Month yo mete Lang Kreyl km 3m lang kominikasyon nan vil Miyami apre Angle ak Panyl. Se konsa, tout anons nan pt la te ft nan 3 lanng. Epi, li te menm pran pwofes Ayisyen pou anseye Anp,lwaye dade County yo lang kreyl la. Pou ft drapo Ayisyen-an gwo bilding downtown Miyami ki loje katye jeneral Centrust Bank lan te ilimine ble-e-wouj ak bagay!....M gen enpresyon nou bliye!. Memwa nou kout San kachotri tout bl desizyon sa yo se te grasa entvansyon Madam Emeline Alexis. Malgre kout lang, malgre kout jounal ki te fe konprann zewo te gen lake, Mwa eritaj kiltirl ayisyen-an te konn fete agranlijyn pa slman nan Little Haiti men mouvman te gaye toupatou nan Sant vil la, nan Design District, nan Little Haiti Cultural Center, nan Sid, nan N, nan Sidws Miyami, nan Bwwad nan tout lekl yo. Emelin te menm kontakte Depite Kendrick Meek pou pase yon rezolisyon pou voye Mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen-an monte onivo nasyonal..Malerezman Kendrik pdi pouvwa anvan rv la te reyalize. Nan ane 2001 pou premye selebrasyon-an, prske tout ganizasyon kiltirl nan kominote-a te patisipe. E noumenm sonje prezantasyon masuife-a nan Legliz Notre-Dame nan ak Sosyete Koukouy ki te yon siks plis foul Yo te menm envite gwoup kiltirel pwofesyonl Ayiti pou te bay mwa kiltirl la yon karakt plis natif-natal 14 ane, wi se y wi, olye nou pouse pi devan, nou pdi momenmtm nan. An bon kreyl nap f bk at. Mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen-an ap pran yon direksyon politiko-kiltirl ki bay anpil enkyetid.A Jan Mapou 2m pati. Nan nimewo jounal senmenn pase-a, nou te bay orijin Mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen-an. Nou te montre 3 psonaj MiamiDade yo te aksepte konsakre mwa me : Mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen. Li poko tw ta pou nou leve kanpe salwe Madam Emeline Alexis-Schultz ak Dokt Rosie Toussaint. Emeline, nou tout rele La Cousine te reprezantan kominote-a nan biwo Majistra konte-a ki te rele Alexander Penelas. Dt Toussaint te nan tt ganizasyon non-likratik ki rele Haitian American Cultural Society-a. Pandan 10-12 dnye ane yo, aktivite kiltirl te gaye nan kominote ayisyen Miyami-an, opwen li vin depase fwonty Miami-Dade rantre nan Broward, gaye nan tout Florid la ; travse fwonty rive Nouyk, Noujze ak Kanada. Jounen jodi-a se prske tout kote ki gen Ayisyen, preparasyon ap ft pou selebre mwa eritaj la. Nou bat bravo. Nou felisite tout atis ki te patisipe ane sa-a. Nou di ayibobo pou tout ganizasyon ki rantre anndan mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen-an lt aktivite tankou: ft travay, ft drapo, ft nesans Tousen Louvti, ft manman ameriken, ft manman ayisyen, ak Asansyon pou nou memwa Moris Siksto (mouri 12 me 1984) ; (Ti Manno mouri 13 me 85) Myriam Dorisme (mouri 18 me 2004) Pou ane 2014-la, gen plizy bon travay pozitif ki te ft; Aktivite kiltirl, ekzpozisyon penti, kuizin, lamd te alon. Si nou pa ta mansyone yo, nou pa tap anp ak konsyans nou. Nou dwe gade sa ki bon yo pou kominote-a vanse ak sa ki dwe korije yo pou Mwa Eritaj Kilti Ayisyen-an rantre nan anal kiltirl kominote-a Miyami-an ak bl souvni ki pou literati ayisyen-an sou tout fm. Nan tout sans. Depi yon osnon de mwa davans, gen kalandriye aktivite yo ki prepare. City of Miami prepare yon ak Sant Kiltirl Little Haiti. Miami-Dade County ak biwo komisyon Jean Monestime prepare yon kalandriye. Vil North Miami ak majistra Lucie Tondreau te pre pare yon kalandriye tou. Konsila Ayisyen nan Miyami (seksyon Kiltirl) f yon ranmase tout kalandriye sa yo epi pibliye kalandriye pa yo, ki dapr yo, se ta prensipal kalandrye-a. Kat antite sa yo se 4 antite politik yo ye. Di-m manti si mmanti Se 4 antite politik ki ganize aktivite pou Mwa Eritaj Kiltirl Ayisyen-an. Bon kote-l ske aktivite yo byen kdone. Gen lajan.(awi konta sa !) Yo f bl resepsyon. Envite yo bw, manje agranlijyn. Men move kote-a ske Mwa Eritaj Kiltirl la vin yon fowm pou politisyen. Diskou yo tente ak oubyen kap pran pozisyon pou ps elektif yo. Politisyen ap bay osnon resevwa plak. Olye antite politik nou sot mansyone yo soutni ganizasyon kiltirl yo pou yo prepare atis yo epi devlope atizay ayisyen-an ; olye yo sipte yon tralye atis ayisyen chaje ak talan tankou mizisyen, akt, komedyen, blag, kuisto, sanba, tanbouye, fotograf, koregraf, atispent, dans, ekriven, esptif rele discretionary funds) pou ganize pwp aktivite pa yo, nan jan pa yo, nan zn pa yo. Envitasyon yo tr seleksyone. Envitasyon yo ft sou medya sosyal ( email, tuit, facebook, U-tube ) L rasanbleman kiltirl yo ft ; ou pa santi ni prezans ni patisipasyon jenn atis yo osnon atis pwofesyonl ak ekriven yo. ganizat yo rekrite msen pou bay yon ti dans, ponpe 2-3 blag, ekspoze 2-3 grenn tablo, di powm pou le drapo pou lapatri Pandanstan, yap svi bon diven de France ak chiz ki soti an Suisse Yon DJ al lage mizik makarena. Se vre mizik ak kuizin pran dwa priyorite nan tout fm rasanbleman kiltirl ayisyen ; men pou yon Mwa si enptan literati ayisyen (Kreyl -Franse e menm Angle ak Panyl), sinema ayisyen-an, komedyen ki pou detann nou, retire estrs k ap kokobe svo nou, kote esp ayisyen(foutbl-volebl, domino ?Nan Little Haiti ganyen yon pak ak yon estad kap gaspiye sou NE 2 nd avni-an. Se chak ft sen Silvs gen yon match foutbl; pouki pa gen kous apye, kous bisiklt, atizay lakay : pwodiksyon mawogani, pys an metal, mask Kont ayisyen yodans folklorik ayisyen Se tou sa wi ki kilti lakay la. Nan yon nan resepsyon yo te envite-m, mwen w 3 medam kap danse dans fklorik yon yanvalou ak banda sou mizik ZOUK, Mizik Zouk wi! pou yon piblik entelektyl chache ak envite etranje Lt bagay ank mwen remake, malgre kalandriye yo pou piblikasyon kalandriye-a, ni pou peye atis ak gwoup kiltirl yo. Day depi yon atis pale de Kb, yo gen vtij. Nou pa gen bidj, se yon koutmen n ape mande... ; se konsa yo resevwa majorite atis yo. Yap mande emisyon radyo yo ki koute byen chkoutmen pou f anons gratis pou yo ; se sa kf anpil mon ki ta renmen patisipe pa menm okouran de sa kap fet. Oys, yo monte, bonbade mon yo konnen ak imel, osnon laykit sou fesbouk ; men elas kominote nou-an apa kk mon nan lelit Zaf tuit, fesbouk, youtoub... nouvo fm kominikasyon ki rele medya sosyal la kote zannana kou pengwen ap poste yon bann kesedyo-kesekwann. Kidonk majorite manm kominote-a pa konnen sa kpase. Atis yomenm sou jant, kawoutchou derechany yo plat nt. Pa gen mwayen pou yo pwodui. Se brase yap brase pou yo viv nan vil Miyami-an. Kidonk, wl antite politik yo se ede, soutni, kore ganizasyon kiltirl yo pou yo ka prepare atis, monte lekl mizik, lekl dans foklorik pou timon nou yo aprann danse plis pase 60 rit folklorik ayisyen yo zt ap vl nan men nou ; kreye lekl adramatik, mete estidyo nan sant yo pou atis yo pfeksyone atizay la ; louvri lekl pou yaprann kuizin ayisyenan pou restoran yo sispann vann diri ak pwa, vyann poul ak griyo ak legim senpman. Nou gen yon kuizin original. Panyl yo ap imite nou men jouk kounye-a yo pa ka jwenn sekr-a Wl antite politik yo se mete estrikti pou ankadre jens la ak atis yo. Bay yo sibvansyon. Se sl fason pou nou kenbe kilti ayisyen-an epi selebre mwa me-a kmsadwa. Si nap plenyen gen medyokrite lakay ; se noumenm ki nan pozisyon desizyon nan leta isit ak Ayisyen ki gen mwayen, tankou pwofesyonl yo ak komsan yo ki pou envesti nan avni kiltirl kominote-a. Se nou ki pou bay atis yo lebra pou yo pwodui pi byen. Olye se politisyen ki pou ganize pou yo, kite yo prepare yo epi kite se Atis yo osnon ganizasyon yo ki envite nou. Se mt chen ki manyen tt chen. Si pa gen preparasyon, si pa gen sip ekonomik, si otorite yo pa bay sibvansyon pou ede kreyasyon touye-m rache-m yon jou, nap chache kilti ayisyen kilti ayisyen ap chache-n. Jan Mapou ( mapoujan@bellsouth.net ) Sosyete koukouy-Miami inc. lui, sou et pou ont des proprits semblables. Tout ce quon doit connatre sur la structure de la phrase crole est consign sur cinq autres chapitres insrs dans la deuxime partie. On y retrouve les exemples de phrases dtransitivises (3), toutes les stratgies possibles double objet (doublement transitives), les sries verbales, les proprits syntaxiques des diffrents types de questions en crole ainsi que leur interprtation smantique. Les constructions double objet ont t trs peu tudies nous fameuses phrases dtransitivises qui nauraient pas non plus t approfondies par ses collgues. Il fallait aussi boucher ce trou dans les recherches. Quant la troisime et dernire partie, elle est consacre une analyse de la structure des dterminants dans la phrase crole, leur distribution et les interprtations smantiques correspondantes. Cest l que le linguiste va mettre en vidence la structure et linterprtation des groupes nominaux ou syntagmes, quils soient simples et gntiviss. On y retrouve des constructions possessives dont certaines navaient pas encore t analyses. Par exemple, le morphme pa (pa-m, pa ou, pa yo etc.) utilis dans certaines constructions possessives, pour ne pas avoir auparavant fait lobjet dtude approfondie, a eu aussi sa faveur; ce qui fait Tous comptes faits, lexception des marqueurs exprimant le temps, laspect et le mode (TMA), il semblerait que peu de travaux aient t consacrs aux cas prcis quil a traits dans sa thse. Do limportance capitale de sa recherche pour les tudes linguistiques hatiennes. Lun des points forts de son travail est la faon dont les donnes ont t tudies, disent les spcialistes. Jai mis laccent sur les diffrentes interprtations smantiques possibles pour chaque exemple que jai choisi. En ce sens, la thse est originale Huguette Hrard 1) est la publication de la thse soutenue par Herby Glaude en janvier 2013 pour lobtention du grade de docteur en Sciences du langage (linguistique descriptive, spcialit Syntaxe). 2) des Sports, 2000. 3) Les phrases dtransitivises sont des phrases dans lesquelles le verbe transitif perd son objet interne. En rsum, ce sont des phrases passives inacheves qui nont pas de Wb la achte. lhaitien avec dautres langues dont le franais, langlais et les autres croles ns dans des conditions historiques similaires aux ntres. La dmarche est certes didactique mais elle est aussi civique compte tenu de la perception ngative de la majorit des locuteurs du crole vis--vis de leur langue, et ce malgr Son travail qui stale sur prs de trois cents pages contient trois grandes parties dans lesquelles il dcortique, tout en ltayant dexemples concrets, la grammaire de lhatien Dans la premire partie, aprs un court chapitre sur la construction de la ngation avec le morphme pa (hrit du pas franais), il embraye sur le systme TMA (temps, mode, aspect) en crole auquel il consacre deux chapitres. Les modaux, qui sont des morphmes ( dwe, ka, vle, met, pou etc.) pouvant prcder les prdicats verbaux, y sont analyss avec force dtails. Au point que lauteur se permet un brin dautosatisfaction. Avant moi, aucun travail na soulign ou mentionn les proprits modales du morphme sou (dans le sens d avoir envie de ) en crole hatien indique Glaude sans fausse modestie. Aucune description ni smantique ni syntaxique de la part des linguistes, dont il attire, ici, lattention. Il propose quon considre ce morphme sou comme un modal, au mme titre que le pou ( favorable ). Pour

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE Edwin Paraison, se dclare trs favorable la mise en place dune unit dmission de passeports hatiens en territoire dominicain. Telle a t sa dclaration lors dune interview tlphonique accorde un mdia dominicain, le 16 juin 2014. Selon le directeur excutif de la Fondation Zile, les autorits hatiennes nont pas en Rpublique Dominicaine. Les migrants-es hatiens en territoire dominicain ont droit des documents didentit. Je trouve inacceptable quils/elles soient traits en parents pauvres alors que 56% des passeports hatiens mis ltranger sont destins cette communaut. a-t-il dplor. M. Paraison a critiqu le fait que tous les dossiers de demande de passeports hatiens produits lextrieur du pays soient achemins lambassade dHati Washington qui est la seule entit dmission de passeports hatiens ltranger. Cette manire dagir, selon lui, ralentit le temps de livraison des passeports qui peut stendre de deux trois mois. Lex-ministre des Hatiens vivant ltranger appelle les autorits hatiennes travailler pour rendre disponibles les services de livraison de documents didentit tous les migrants-es hatiens, notamment ceux et celles qui se trouvent en territoire des Etrangers en situation irrgulire en Rpublique Dominicaine (PNRE). Soulignons que les inscriptions au PNRE ont dmarr le 2 juin 2014. Selon les informations communiques par le ministre dominicain de lintrieur et de la police, Jos Ramn Fadul, plus de 31,000 personnes se sont dj prsentes pour se faire enregistrer. 97 % dentre elles correspond des ressortissants hatiens. Dans un avis, le ministre du Tourisme informe le public en gnral qu partir du 1er juillet 2014, les visiteurs et passagers dbarquant au pays dtenant un passeport US ou 10 euros ou 10 dollars canadiens. Cette redevance sera applique ( larrive) aux guichets de banque prvus cet effet, dans les diffrents ports et aroports dentre du pays et au niveau des diffrents postes frontaliers poursuit lavis du ministre. touristique, ainsi que pour renforcer la formation dans le secteur du tourisme en Hati, selon un proche du ministre. ne sont pas concerns par cette mesure, conclut lavis. HPN Selon le ministre de lagriculture, une nouvelle maladie qui se manifeste sous la forme dune diarrhe sauvage, menace le cheptel porcin hatien qui compte plus d millions de btes. Le MARNDR interdit momentanment lentre de porcs vivants venant des pays ou svit cette maladie. La nouvelle maladie appele diarrhe pidmique porcine est cause par un virus, il se trouve actuellement en Rpublique dominicaine, mais svit galement aux tatsUnis, au Canada, au Brsil et au Mexique. La maladie provoque la mort des porcs de toutes les catgories dge, mais les porcelets qui ttent encore leur mere, sont les plus touchs. Les symptmes observs sont une diarrhe abondante et des vomissements, a expliqu Michel Chancy. Selon M. Chancy, la maladie nest pas transmissible lhomme, ni aux autres animaux. Elle ne frappe que les porcs. En Hati nous avons un troupeau estim un million de porcs et une nouvelle maladie aura un impact important sur lconomie nationale, a-t-il ajout. Pour diminuer les risques dentre de cette maladie porcine en Hati, le secrtaire dtat appelle au respect des rglements sanitaires selon lesquels pour introduire des animaux vivants et de la viande fraiche en Hati, il faut avoir un permis sanitaire dimportation dlivr par le Ministre de lAgriculture. HPN Port-au-Prince, le vendredi 20 juin 2014.Le Premier ministre, S.E.M. Laurent Lamothe, a appris, avec une grande tristesse et beaucoup de consternation, le dcs du juriste et dfenseur argentin des droits humains, Rodolfo Mattarollo, survenu le mercredi 18 juin Buenos Aires. grands dfenseurs emblmatiques de dfense des droits humains, qui a consacr une partie de sa carrire de diplomate, au sein de la Micivih et du bureau de reprsentation de lUnasur, nous accompagner dans notre processus dmocratique et de dveloppement. Le Premier ministre Lamothe salue la mmoire de ce dfenseur de la cause hatienne, de cet humaniste, qui a toujours t prsent nos cts pour nous aider consolider les acquis dmocratiques, prserver les valeurs rpublicaines et construire et reconstruire nos institutions fragilises par les annes de turpitudes, de violences et Le chef du gouvernement tmoigne envers Rodolfo Mattarollo sa profonde reconnaissance pour son engagement pour la libert, les droits fondamentaux des peuples, notamment ceux de notre peuple, son engagement en faveur des plus vulnrables, en vue de la construction dun monde juste et quitable. Le Premier ministre Lamothe reconnat galement la grande amiti, lamour de ce grand homme pour notre pays, quil rvait de voir sriger parmi les grandes nations. Au nom du gouvernement de la Rpublique, le Premier ministre Laurent Lamothe prsente ses sincres condolances la famille du dfunt, au gouvernement et au peuple argentins et lUnasur. Bureau de communication de la Primature