Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00614


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Port-au-Prince : Opration JACMEL, 1 er Juin Il y a plus que le sisme de janvier 2010. Cest lactuelle pidmie de Chikungunya. Alors que lon discute de fumigation que les gens peinent constater des quartiers de la capitale, Port-au-Prince, lpidmie a dj gagn les parties du pays que lon croirait hors datteinte du moustique qui le transmet, lAedes Aegypti et consorts. ( / p. 7) ( / p. 8) RD: ( / p. 8) ( / p. 5) ( / p. 13) Lancement dune opration de dmolition dune immense partie du centre-ville qui stendra pratiquement du palais national jusqu la mer (photo Marcus/HENM) PORT-AU-PRINCE, 2 Juin Le centre-ville de Portune bonne partie de la capitale hatienne est depuis le vendredi PORT-AU-PRINCE, 27 Mai LHatien a programm deux vnements pour lanne 2014 : le Mondial de football 30 mai, en pleine opration dmolition. Des immenses btisses en bton rduites en poussire en un clin dil. On nest pas encore arriv le convaincre dy inclure aussi les lections. Une manifestation disperse par la police nationale (photo HenM) ( / p. 6) Laurent Lamothe MEYER, 31 Mai En amricain cest ce quon appelle un trouble-shooter, une sorte de diplomate itinrant dont la spcialit est le dblocage de situations des plus compliques. Le premier ministre hatien Laurent Salvador Lamothe est aujourdhui le trouble-shooter de la politique hatienne. Il se PORT-AU-PRINCE, 30 Mai La police ouvre le feu sur une manifestation nayant rien voir avec la politique. Et tue un jeune homme sur le pas de sa porte. Un bb meurt aussi PORT-AU-PRINCE, 28 Mai Comment les dans un pays comme Hati.

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... La ministre de la sant Publique et la Population, Florence Duperval Guillaume, a annonc, mercredi (28 mai), lors du 32e conseil du gouvernement que le moustique responsable de la dengue et du chikungunya, le moustique-tigre, peut sur le visage et le reste du corps, des maux de tte et des douleurs articulaires. Jusqu aujourdhui et tout comme pour le Chikungunya, il nexiste pas dantiviral P-au-P, 30 mai 2014 [AlterPresse] --LOrganisation Panamricaine de la Sant/ Organisation Mondiale de la Sant (Ops/Oms) projette, pour les prochains mois, une nouvelle campagne de vaccination orale contre le cholra pour 200 mille personnes vulnrables, a indiqu le reprsentant de linstitution en Hati, Jean-Luc Poncelet. Le vaccin oral retenu est le Schancol. 400 mille doses de ce vaccin oral seront utilises pour vacciner, en deux phases, des milliers de personnes vivant dans des conditions risque de contamination du cholra, a fait savoir Mr. Poncelet. En 2013, plus de 100 mille personnes ont t touches par une campagne de vaccination contre le cholra, dans le cadre dune exprience-pilote mene par le groupe hatien dtudes du syndrome de Karposi et des infections opportunistes (Gheskio) et Zanmi la Sante (en franais : amis de la sant). Une premire campagne de vaccination contre le cholra avait dbut, le jeudi 12 avril 2012 en Hati. prsent comme une mesure additionnelle et complmentaire aux autres formes de prvention. lesquelles se trouvent des communauts prives dautres possibilits de lutte contre le cholra, explique Poncelet. campagne de vaccination, en prcisant que la population cible sera vaccine, en deux phases, quelques jours dintervalles. Port-au-Prince, le 28 mai 2014 (AHP) Le ministre charg des relations avec le parlement Phlito Doran a fait savoir mercredi (28 mai) quil dsapprouvait les laccord dEl Rancho tait enterr. Le numro un du grand corps avait accus le chef de lEtat davoir t le premier violer les termes de laccord qui prvoyaient entre autres la formation dun gouvernement de consensus et la mise en place dun CEP (Conseil Electoral Provisoire) crdible dans la perspective de lorganisation de prochaines lections. Les positions radicales ne mneront nulle part, a indiqu cet ancien prsident de la chambre des dputs, faisant savoir que lExcutif reste ouvert au dialogue. Il faut, a-t-il dit, crer un climat qui favorise de meilleurs rapports entre les diffrents pouvoirs notamment entre lExcutif et le parlement. Cest la mission qui ma t mutuelle, a fait savoir Phlito Doran. Le snateur pro-gouvernemental Franois Lucas St-Vil a laiss entendre ce mercredi que les discussions se poursuivent entre des snateurs et des dputs autour de la reprsentation du corps lgislatif au conseil lectoral. Il sagit dchanges pour permettre darriver une issue la crise pr-lectorale, a-t-il dit, soulignant quil faut viter de laisser le pays tomber dans une crise plus profonde. Les autorits bahamennes ont annonc, lundi (26 mai), que 52 immigrants sans papiers en provenance dHati et de la Jamaque ont t arrts, le week-end coul, par les autorits. Ces personnes qui voulaient entrer illgalement aux Bahamas ont t apprhendes par les gardes cotes des Etats-Unis, a appris HPN. Les arrestations ont t effectues prs de Cayo Isaac Grande, environ 30 miles au nord des les Bimini, bord dun bateau de 13 mtres de longueur, ont expliqu les autorits des Bahamas. Au cours de cette opration, 2 personnes ont t arrtes, dont le capitaine du bateau, avec un passeport issu par les Bahamas. HPN Dans une lettre date du 27 mai 2014 adresse au prsident de la Rpublique, Bernard dAssurance (ONA) pour des raisons de convenance personnelle. Dans cette lettre, M Degraff remercie le chef de lEtat pour le prcieux support que concerne les nombreuses manifestations qui ont secou lONA depuis plus de 2 mois, M Bernard Degraff informe quil a ramen les activits un climat serein su sein de Port-au-Prince, mercredi 28 Mai 2014 : Le Bureau de Communication de la Prsidence informe le public en gnral et la presse en particulier que par arrt prsidentiel, il a t dcid ce qui suit : 1Le citoyen Jean Marie Vianney Emmanuel Mnard est nomm Directeur Gnral National dAssurance Vieillesse (ONA). 3Le citoyen Bertrand Vieux est nomm Directeur Gnral de lOrganisme de Dveloppement du Nord. Hati en Marche Port-au-Prince Miami th : (305) 623-7788 ( / p. 14) ( / p. 12) Historicit et structuration sociale en Haiti (1). Un titre trop acadmique et austre pour le contenu si vivant quil recle. Ce que lauteur livre l ce sont des mini-textes six chapitres en tout crits au gr des circonstances, autonomes mais relis par lide de rendre intelligible et synthtique la trace serait une copie du droit franais. Dautres rappels tout aussi importants se retrouvent dans ce premier chapitre, sobrement montre comment les nouveaux dirigeants ont orient leurs actions en vue de conserver lautonomie du jeune tat. Le souci dexporter la rvolution, qui va se historique de la nation Cest tout au moins ce que le sociologue Michel Acacia esprait. Restituer une historicit hatienne escamote mutile eux-mmes et pendant trs longtemps occulte par lOccident, cest le but que Faire, le point (ou le contrepoint) sur lappropriation que se font pas mal dHatiens de leur histoire il tente de voir et de montrer sil y a eu au-del de la rvolution, des faits, une vie sociale, une qute de progrs, des tentatives de rformes, avortes ou russies, liant les Hatiens au pass, tout leur pass entreprendre. Premier fait historique retenu, ce sont les tentatives de rformes entreprises par les nouveaux dirigeants issus de lindpendance pour conserver les acquis rvolutionnaires. Les lois et dcrets rendus par Dessalines qui, selon lui, rpondaient aux proccupations de lheure. Ses lgislations sociales qui, elles, ont pris en compte les conditions locales dexistence et des moeurs de lpoque, citant en exemple celles traitant des enfants naturels, en trs grand nombre lpoque vu que le mariage ntait pas particulirement rpandu dans la colonie. Rappeler ces tentatives de structuration sociale semble tre une manire daller lencontre des allgations selon lesquelles la lgislation hatienne qui ont port la France ne reconnatre Hati quen 1825 et ce, contre une forte indemnit (150 millions de francs, somme rduite en 1838 90 millions). De mme que celles qui ont fait que les Etats-Unis aient mis encore plus de temps 58 ans pour reconnatre Hati. Lesclavage, honni par les Hatiens qui en ont fait une disposition constitutionnelle, se pratiquait encore sur leur territoire. Il tait tout aussi important de signaler les consquences de cet isolationnisme car celles-ci sont encore vivaces. La mise en quarantaine dHati aprs son indpendance et lexigence de lindemnit franaise, rappelle Acacia, ont conduit les lites une marginalisation force de travail, pour parvenir honorer lordonnance de Charles X. Il ny avait simplement pas moyen pour llite de maintenir son train de vie, compte tenu de la double dette franaise sans passer par la marginalisation de la population 1843) a jug bon de prendre, dans son fameux code rural, un ensemble de mesures discriminatoires vis--vis des paysans dont les effets perdurent encore de nos jours. Une thique de lquit Restituer lhistoricit, cest rhabiliter limage de Dessalines dont la stature dhomme dtat a souvent t Lcrivain Michel Acacia aux autres rvolutions, laide apporte Miranda sous Dessalines et plus tard, Bolivar sous Ption montre bien que lthique rvolutionnire ntait pas un vain mot. Il y a aussi, parmi les autres rappels, le pari de lgalit raciale polonais naturaliss des Hatiens dcrts noirs (constitution de 1805). cela sajoute le rejet de la domination et de la supriorit dune race ce quAcacia appelle une qute profonde sincruster jusque dans le crole qui fait du blanc un tranger et un ngre, un tre humain. Mme si son analyse de lisolationnisme impos napporte rien de nouveau, mais il est utile de rappeler ne serait-ce que pour fouetter notre orgueil national les raisons

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Port-au-Prince, le 28 mai 2014 (AHP) Le Fonds de Reconstruction dHati, une structure mise en place pour assurer la gestion de laide post-sisme accorde au pays, devrait bientt changer dorientation pour devenir un fonds dinvestissement. terme de la 12e runion du comit de pilotage du FRH Portau-Prince. Madame Jean-Marie a fait remarquer que le FRH ne devrait plus continuer recevoir les contributions des partenaires trangers dHati pour la reconstruction du pays et souligne avoir demand aux bailleurs dinvestir dans des projets dappui au secteur priv en vue, notamment de favoriser la croissance et la cration de richesse. Une ide bien accueillie, a-t-elle dit, par les partenaires qui ont pris part la rencontre de ce mercredi. Le gouvernement nentend pas fermer le FRH mais utiliser sa structure dans le cadre dune nouvelle orientation de laide octroye Hati, a dit la ministre Jean-Marie, appelant les bailleurs mettre Avec la nouvelle orientation du FRH dont le nom doit galement changer, nous allons mettre ensemble trois partenaires : le gouvernement, les investisseurs et entrepreneurs hatiens ainsi que les investisseurs et entrepreneurs trangers, a dit la ministre. Ladministrateur sortant du FRH, Josef Leitmann, qui du travail accompli ces 4 dernires annes par cette structure. Il a indiqu que 400 millions de dollars ont t mobilises sur la base de propositions faites par le M. Leitmann a prcis que le FRH a notamment gravats et la relocalisation, travers le programme 16-6 de nombreuses personnes qui occupaient des camps de fortune. Pour cette anne, le FRH devrait allouer 38.6 millions programme de cantine scolaire, 40 millions la ralisation de projets dans les domaines de lagriculture, de la sant et der la formation professionnelle, 4 millions de dollars la rforme de la ligne lectrique de transmission entre le barrage de Pligre et Port-au-Prince, a indiqu M. Leitmann. Cest le sngalais Mamadou Dme qui va, partir du mois de juin, assurer la gestion du FRH appel se transformer en un fonds dinvestissement. P-au-P, 27 mai 2014 [AlterPresse] --Les autorits hatiennes sont parvenues maintenir la stabilit conomique, selon les estimations dune mission du Fonds montaire international (Fmi) qui a conclu, le samedi 24 mai 2014, une visite de six jours Port-au-Prince. Cest ce quindique un En quatre ans, le gouvernement hatien a pu solidement ancrer la stabilit macroconomique dans les faits, a conclu la mission du Fmi, daprs le communiqu du Mef. Pourtant, lIndice des prix la consommation (Ipc) est pass de 213.5 en mars 2014 214.7 en avril 2014, soit lInstitut hatien de statistique et dinformatique (Ihsi). Dans sa dernire publication, lIhsi mentionne une seraient contenues. Tous les critres de performance ont t remplis les perspectives pour juin 2014 et pour le reste de lexercice 2014, sera ralise un taux moindre que prvu, cause notamment dalas climatiques et du retard pris dans le vote du projet rvis de budget 2013-2014 (soumis aux deux chambres reconnat cependant le ministre. La chambre des dputs a vot, le vendredi 3 mai pour, 2 contre et 3 abstentions. Le mercredi 22 mai 2014, les snateurs ont approuv ce budget rvis, valu environ 118 milliards de gourdes (US $ 1.00 = 46.00 gourdes aujourdhui), dans les mmes termes que les dputs avec 11 voix pour, 1 voix contre et 3 abstentions. Des progrs significatifs auraient t enregistrs dans la mise en uvre des rformes structurelles ncessaires, rapporte le Mef reprenant les observations de la mission du Fmi, qui procdait la huitime et dernire revue du programme support par laccord de Facilit largie de crdit (Fec). soit un montant quivalant 60,37 millions de USD, et couvrant la priode de juillet 2010 aot 2014, aprs prolongation dune Saluant le travail ralis par son prdcesseur, M. Dme a mis le vu que, suite lvaluation du travail accompli par le FRH ces 4 dernires annes, il pourra mieux se structurer en vue entre autres dappuyer le dveloppement du secteur priv. pnitentiaire Port-au-Prince, le 30 mai 2014 (AHP) Le snateur Mose Jean-Charles a t violemment agress vendredi par stait rendu, la tte dune dlgation pour visiter un militant politique de lopposition Rony Timothe, crou depuis le 17 Port-au-Prince : Opration dmolition monstre p.1 Aprs le Mundial et le Carnaval, que reste-t-il pour les lections ? p.1 Un trouble-shooter nomm Laurent Lamothe p.1 Chikungouilladement p.1 La fusillade de Lilavois ou le nouveau visage de la police p.1 Le sgrgationnisme, un frein lconomie nationale p.1 Le petit livre rouge de Michel Acacia p.2 Martelly rencontre des snateurs p.13 Mose Jean Charles se dclare agress par un agent pnitentiaire p.3 La police fait 2 morts Lilavois p.6 Chikungunya virus spreading in Caribbean p.10 De la turbulence politique la paix footballistique p.12 Retour sur les OMD p.13

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE nomm Laurent Lamothe remplacer par des droits tronqus et en faire des citoyens de seconde classe. Quant la Caricom (association des Etats de la Carabe), elle dit quelle tudie la nouvelle loi. La CIDH, linitiative dominicaine. Ces derniers ont donc apparemment russi calmer dj plus de 8.000 Hatiens et contamin plusieurs centaines de milliers dautres. Des experts internationaux incriminent les casques bleus de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en Hati (Minustah) davoir introduit le terrible mal dans notre pays, cela depuis le Npal. LOnu se refuse ladmettre. Des organisations ( fait fort de solutionner les cas les plus troublants. Le premier en lespce est la dcision de la Cour constitutionnelle dominicaine qui enlve la nationalit plus de deux cent mille Dominicains en raison de leur ascendance hatienne. Le PM Laurent Lamothe poursuit ses visites aux entreprises prives hatiennes, ici aux Editions Deschamps-Frisch (photo J.J. Augustin) ( / p. 5 ) engagent une campagne de consultations dans leur propre pays, la fois au niveau de leur classe politique, toutes tiquettes confondues, gouvernement et opposition, que des divers autres centres de pouvoir, y compris lEglise et la socit civile. Ces dmarches donnent naissance la loi qui a t promulgue rcemment par le prsident Medina. La loi sur la peut tre accorde des enfants ns en Rpublique dominicaine de parents trangers. Alors que jusqu la nouvelle constitution adopte en 2010, les descendants dtrangers obtenaient automatiquement la nationalit dominicaine (selon la rgle du jus soli), aujourdhui tous doivent dabord le prouver. Voire les enfants dimmigrants sans papiers, comme le sont plusieurs gnrations de travailleurs migrants venus dHati. Leurs descendants doivent aujourdhui se conformer aux dispositions dune nouvelle loi sur les trangers pour dterminer sils ont droit la naturalisation. Les ractions sont mixtes. Ladministration amricaine semble sen contenter. Mais le Centre Robert Kennedy pour les Droits Humains dnonce une supercherie qui consiste enlever un groupe de citoyens des droits acquis pour les installer un rseau deau potable lchelle nationale. La commission Lamothe (oh pardon, la commission conjointe Hati-ONU !) est-elle seulement destine calmer le scandale de lintroduction en Hati dun mal qui continue de faire des milliers de morts (et qui menace aussi de se communiquer aux autres pays du continent, comme la crainte en a t souleve), en mme temps, mettant aussi un bmol poursuites contre les Nations Unies Ou plutt entamer et activer le processus vritable et gnral de profond nettoyage devant dbarrasser le pays du parasite mortifre ? Cependant notre premier ministre trouble shooter a sont bloques. Au grand dam de nos tuteurs internationaux ? Nul doute que ces derniers lui en sauraient gr profondment sil pouvait l aussi appliquer sa mthode miracle, et solutionner le problme la puissante vague de rprobation souleve par la sentence de leur tribunal constitutionnel actionn par la faction la plus ultra du pouvoir actuel Santo Domingo. Et rsultat atteint pour une bonne part, grce aux gouvernants hatiens qui ont accept de jouer le jeu dict par nos voisins. Dailleurs, le premier ministre Laurent Lamothe a t lun des premiers fliciter Santo Domingo pour la nouvelle loi quil considre comme une rponse adquate au problme en question. Cependant on na pas entendu les Dominicains remercier la partie hatienne de sa collaboration. En tout cas, pas publiquement. Normal. Et voici, une semaine plus tard, lannonce de la formation dune commission conjointe Hati-ONU avec pour mission lradication du cholera en Hati. A peine acheve la tche de dbloquer la situation cre par la dcision de la Cour constitutionnelle dominicaine, voici notre trouble shooter nouveau en action. Le nouveau la premire fois de lHistoire en octobre 2010. A date, il a tu Hati-RD : P-au-P, 27 mai 2014 [AlterPresse] --Malgr ladoption, par le snat dominicain, dune nouvelle loi de naturalisation, les Dominicains dorigine hatienne continueront souffrir de discrimination, relve le Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits humains (Rfk center) dans un communiqu publi le jeudi 22 mai 2014. La solution propose par le gouvernement dominicain sortir de lapatridie toutes les victimes de la sentence (23 septembre 2013) de la Cour constitutionnelle dominicaine, critique Kerry Kennedy, le prsident du Rfk center. Vote le 21 mai 2014 au snat dominicain, la loi de naturalisation ne pourra pas rparer les torts causs environ 250,000 personnes dnationalises par larrt 168-13 du tribunal constitutionnel dominicain, souligne le centre. Cette loi de naturalisation avait pralablement obtenu un vote favorable, la chambre des dputs, le vendredi 16 mai 2014. Les enfants dtrangers, ns entre 1929 et 2007, inscrits dans les registres de ltat civil, sont considres comme Dominicains, daprs ce texte de loi. Par contre, le document considre comme des migrants les autres personnes nes en territoire dominicain, mais qui ne disposent pas de document denregistrement. Seulement un petit groupe de victimes qui a t enregistr ltat civil -, soit 24,392, va tre soulag. Mais la grande majorit des victimes continueront vivre dans Le fait dassocier la loi de naturalisation au plan qui navaient jamais t enregistrs ltat civil, dnonce le Rfk center. Ces gens ne disposent pas de document denregistrement, dans bien des cas, en raison de la pratique Dominicains dascendance hatienne. La nouvelle loi nie galement la nationalit des personnes nes en Rpublique Dominicaine, entre 2007 et 2010, qui ont t arbitrairement enregistres comme des trangers. Accompagnant le prsident Michel Martelly Caracas janvier dernier, des entretiens avec le prsident dominicain Danilo Medina, et alors quun vent dindignation montait contre la dcision dominicaine dans les pays de la rgion (Caricom, Cour interamricaine des droits de lhomme/CIDH), on annona louverture dune chaine de dominicains et hatiens. Du ct hatien, lquipe de ngociations est conduite par le chef du gouvernement, Laurent Lamothe, lui-mme. Le ministre hatien des affaires trangres, Pierre Richard Casimir, qui devait normalement assurer cette tche, a t relgu en deuxime position. Trois rencontres auront lieu (Ouanaminthe, Jimani, Malpasse) mais sans rsultats vidents. Les gouvernants hatiens sont accuss alors de faire le jeu de faire passer le temps. De leur ct, ces derniers de dfense des droits humains engagent des poursuites devant la justice internationale contre les Nations Unies, exigeant plusieurs centaines de millions de dollars en ddommagements pour les victimes. Voici lONU au centre dun beau scandale. Un vrai dilemme. rappelle que cest le premier ministre Lamothe qui lui-mme avait propos devant la tribune de lAssemble gnrale lors de la session annuelle de lONU, la formation dune telle commission. Tambour battant formation de la commission conjointe avec pour co-prsidents la ministre de la Sant hatienne, Dr. Florence Duperval Guillaume et la reprsentante du Secrtaire gnral de lONU en Hati, Mme Sandra Honor. Ordre de mission : liminer le cholera en Hati. Une valuation financire existe dj. Selon lONU elle-mme, llimination du cholera en Hati coterait environ 2 milliards de dollars amricains. Ni sa ralisation plus sorcier : il faut assainir le pays et

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( ( / p. 11 ) Des lections fixes au 26 Octobre 2014 dans lAccord El Rancho sign par les trois pouvoirs : excutif, lgislatif et judiciaire. Mais qui une fois sign en fvriermars dernier, voyait reprendre la mme atmosphre querelleuse entre le prsident Selon les gens, le prsident a voulu montrer par l que les prochaines lections ce seront les prsidentielles Que deviendraient par consquent les parlementaires et municipales programmes pour octobre prochain ? Cest ce genre dincidents (voulus ou non) qui alimentent aussi la confusion. de sensibilisation pr-lectorale, que linternational semble encourager. Le gouvernement aussi, mais cest moins sr car autrement naurait-il pas t plus logique de se servir de la course lectorale Mais comme on ne voit rien de ce genre, cest donc que les lections ne sont pas rellement un souci cancans, canulars, devinettes et autres petites nouvelles. Les grandes agences de presse des pays qui tiennent le monde entier en haleine toute lanne, ne peuvent cependant pardonner un pays du Sud de tenir la une aussi longtemps, aussi elles font toutes les poubelles du Brsil pour en dire sans arrt autant de mal que possible. On nentend jamais autant quand le Mondial a lieu aux Etats-Unis ou en Allemagne En tout cas dans quelque deux semaines les politiques hatiens quant eux seront forcs de prendre des vacances, car il ny aura plus personne pour les couter. mdiatique ou elle ne sera pas, par consquent cest autant de perdu pour la conjoncture pr-lectorale. Pour latmosphre aussi important quon le dit, quon veut nous faire croire. Cest dailleurs le sentiment jusquici de lhomme de la rue. Et qui, contrairement vous et moi, se trompe rarement parce que son antenne est multidirectionnelle, dirige partout la fois. Par exemple, dans les transports en commun (la parle cette semaine que dune dclaration du prsident Michel Martelly qui, lors dun grand rassemblement populaire le week-end dernier pour commmorer le second anniversaire du programme dassistance gouvernementale Ede Pp aurait bref au lieu de pousser son camp, le prsident Martelly prfre se retirer derrire la prochaine candidature de son actuel premier ministre, en dclarant que lui-mme nattend que davoir termin son mandat pour reprendre sa guitare, et alors gare ses adversaires daujourdhui, il va les assassiner, les bouffer tout crus dans ses prochains tubes on lhomme de la rue qui na pas attendu le 12 juin (prochain) pour monter bien haut la couleur de son camp : ou le Brsil, ou lArgentine En attendant le Carnaval, qui sait. Mais les lections, cela repassera. Comment le lui reprocher ? ( Environ 21,449 personnes font partie de ce second groupe, signale le Centre Robert F. Kennedy, en rfrence Avec cette loi de naturalisation, qui ne reconnat pas le droit la nationalit de nombreux Dominicains dorigine hatienne, lEtat dominicain a emprunt le chemin de la discrimination, dnonce le directeur du programme des droits humains du centre, Santiago A. Canton. Il critique la poursuite des politiques discriminatoires par le gouvernement dominicain, ce qui rend impratif de recourir des organes supranationaux pour dfendre les milliers de Dominicains qui continuent de subir cette grave discrimination. Fond, en 1968, par la famille et les amis de lexsnateur Robert F. Kennedy, mort assassin aux Etats-Unis, ce centre de dfense des droits humains se donne pour mission de Un snateur vous dira que tout comme cette anne les envoys spciaux du Dpartement dEtat, lanne dernire ctait le viceprsident amricain Joe Biden qui accomplissait plusieurs interventions en vue de garantir la tenue des lections avant fin 2013 Alors pourquoi devrait-on y croire aujourdhui ? Dautant lorsque lambassadeur des Etats-Unis en Hati expliquait que les lections hatiennes cotent trop et quil faudrait les grouper. Justement cest possible en 2015 puisque ce sera aussi lanne des prsidentielles hatiennes Bien entendu la Constitution ne le permet pas. Il y a aussi que les deux chambres du parlement seraient Martelly gouvernant par dcrets ? Or tous sachant que cette menace existe. Si rien nest fait pour le prvenir cest parce que lon nen a point peur. Enfin, pour comble de confusion, au lieu de faire campagne pour son groupe (dabord cest lequel son groupe : Tt Kale, Repons Martellystes ou les Lamothistes ?), Michel Martelly et son opposition retranche particulirement au Snat de la rpublique. Alors que sil y a meilleure lections, rien ne vaut le Mundial. Ainsi que le Carnaval. Il faut dire quil ny a pas que les lections qui soient concernes, on ne voit rien non plus dans le grand branle-bas annonant la Coupe du Monde propos de lpidmie de Chikungunya Mais toucher pas au juillet) Et cela du dernier des sdf (sans domicile fixe) au prsident de la Rpublique qui, comme on le sait, a boulevers le calendrier carnavalesque afin de rendre son peuple deux fois plus heureux La Coupe du monde commence le 12 juin, dj tout ce qui roule aux 4 coins du pays arbore les couleurs des clubs favoris de lHatien, particulirement le Brsil et lArgentine. Les tablissements commerciaux se mettent galement au diapason, distribution du calendrier des rencontres agrment de jeux, sondages etc. Les mdias doublent leurs bulletins quotidiens avec aussi force Port-au-Prince, le 29 mai 2014 AHP) Le porteparole de lIGPNH, linspecteur Marc-Wilckens Jean a inform jeudi que la direction gnrale de la police nationale dHati (PNH) et le ministre de la justice ont approuv 645 recommandations de renvoi de lInstitution policire pour le mois de mai 2014. Il a fait savoir que la majorit de ces recommandations, soit 640, concerne des abandons de postes. Les autres recommandations font suite des dossiers denqute pour vol et vasion, traits par lIGPNG, a prcis linspecteur Marc-Wilckens Jean. Linspection gnrale a galement recommand 5 mises en disponibilit, 18 suspensions, 13 paiement darmes, 2 transferts et transmis deux dossiers au Parquet, selon linspecteur Jean qui ajoute que, jusquau 23 mai, lIGPNH a reu 47 plaintes notamment pour abus dautorit et de

PAGE 6

Page 6 POLICE & REPRESSION socit civile, rclamant de lEtat des services dus normalement aux administrs, avec la mme violence que lorsquelle est dpche contre des manifestants politiques comme on la vu de plus en plus oprer ces dernires semaines. dj reoivent une formation tout fait diffrente lacadmie de police (faut-il rappeler la devise du corps : protger et servir !) sont-ils en proie une certaine confusion face aux ordres quils reoivent en ce moment de leurs suprieurs ? Et probablement tort et travers tellement la tension politique Cela se passe Lilavois, une communaut non loin de la capitale mais rattache, sous le poids de la surpopulation, Membres de ltat major de la Police nationale accompagns du ministre de lIntrieur Rginald Delva ( gauche) et dhomologues de la mission onusienne (photo Georges Dup/HENM) ( ( P-au-P, 30 mai 2014 [AlterPresse] --Un calme apparent rgne Lilavois (au nord-est de la capitale), ce vendredi 30 mai, aprs quune intervention muscle mene par des agents des units spcialises de la Police nationale dHati (Pnh) sest solde, la veille, par la mort de deux personnes, dont par la police. Un jeune homme a t tu par balles, le jeudi 29 mai, lors de lintervention violente des agents de la Pnh pour rtablir mai sans avoir t dfr en justice. dlivre par le parquet de Port-au-Prince, le parlementaire, accompagnait un groupe de militants de la Force patriotique pour le respect de la constitution (FOPARK) qui entendaient rendre visite leur compagnon victime, selon eux, dune arrestation illgale et emprisonn en raison de ses convictions politiques. Mose Jean-Charles qui a par la suite refus de pntrer dans la prison par crainte, a-t-il dit, de nouvelles des motivations politiques, qui pourraient pousser lagent de lAPENA dont le nom na pas t cit, se comporter de Les protestataires exigent la construction de la route de Lilavois, une voie en terre battue trs frquente et donnant accs Beudet (autre agglomration Croix des Bouquets), Ces derniers temps, les interventions de la police, pour disperser les mouvements de protestation, se rvlent de plus en plus brutales, dnoncent plusieurs organismes de dfense de droits humains. et pour avoir failli la mission de stabiliser le pays, y amenant plutt le cholra. Aprs les actes de violence dont il a t victime, le peur et lintimidation. Si des snateurs de lopposition comme Pierre Francky Exius et Joseph Jol John ont russi la semaine dernire visiter le militant Rony Timothe, cest la 2e fois en moins de 15 jours quune dlgation de militants et de dirigeants de lopposition a chou dans sa tentative de voir en prison le porte-parole de la FOPARK. Cette nouvelle visite avorte vendredi des sympathisants de Rony Timothe, sest transforme cette fois en une manifestation improvise entre la prison et le tribunal Une fois sur les lieux, ils ont investi le bureau du juge qui se serait retir pour ne pas recevoir la plainte. Les militants ont t trs amers vis--vis des autorits de lExcutif quils accusent de perscuter les opposants politiques. est lui aussi rvolt par lattitude de lagent de la PNH qui a bouscul le snateur Mose Jean-Charles. Il dit croire que tous les parlementaires, quils soient de lopposition ou pro-gouvernementaux, devraient unanimement condamner ce acte brutal commis par le policier et exiger des sanctions appropries. Le parlementaire a galement relev une grave atteinte limmunit du snateur qui, de plus, tait dment autoris rendre visite au militant Rony Timothe la prison. On a recens aussi un nombre indtermin de personnes blesses par balles, lors de la dispersion de la population qui sest mobilise pour rclamer des infrastructures routires adquates. Dans la matine de ce vendredi 30 mai, le commerce informel a repris timidement. Certaines boutiques, fermes la veille, ont rouvert leurs portes. autres, installes sur diverses voies lors du mouvement, ont t enleves pour faciliter la circulation automobile. faon aussi sauvage. Je suis arriv la porte de la prison, jai salu les agents qui taient de garde et je me suis prsent, mais comme parlementaire qui accuse nommment le premier ministre Laurent Lamothe de vouloir sa peau. Les autres membres de la dlgation ont estim eux aussi que le drapage de lagent a t tlguid par le pouvoir. Ils ont rappel que le snateur Mose Jean-Charles est lun des adversaires politiques les plus acharns du prsident Michel Martelly quil accuse rgulirement de corruption, dtre un citoyen tranger et de vouloir instaurer un rgime dictatorial en Hati Le snateur du Nord a t particulirement virulent contre le prsident et son premier ministre, aprs que protestent cause du mauvais tat de la voie principale. Depuis le sisme de 2010, les populations sloignent de plus en plus du secteur routier dj primitif, ne tient plus. Les autorits nont aucun programme de construction rellement intgr. Au contraire ils sont pris dune fringale de percement de la chausse qui laisse les quelques voies existantes elles aussi dans un pitre tat. Evidemment sans jamais la moindre explication. Arrive la saison pluvieuse. La population de Lilavois, aprs force protestations verbales, y compris dans les missions ligne-ouverte la radio, dnonant entre autres les poids lourds transporteurs de sable de rivire et graviers pour alimenter les firmes de construction en ville, y compris est couper au couteau. Quels suprieurs ? Civils ou hirarchiques ? Politiques ou institutionnels ? Une confusion peutpuisse trouver au moment critique une chappatoire On envoie du matin au soir le pauvre policier casser du militant politique, ceux-ci tant arrivs mettre le pouvoir en place sur les dents, il ne reste que le policier comme moyen de dfense. Le corps nest pas trs nombreux. La tension schauffe. La fatigue aussi se met de la partie. On ne fait plus la diffrence entre lactiviste chevronn et le riverain fatigu davaler la poussire des transporteurs de matriaux de construction. Un drapage ou deux ou trois, cest vite arriv. Qui est responsable ? Aprs la fusillade de Lilavois, dominicaines, et qui couvrent les riverains dune poussire acre et menacent la vie des enfants revenant de lcole, est Rues bloques par des barricades faites de branchages Aprs quelques jours ainsi, la police est envoye rtablir lordre. Celle-ci ne trouve pas mieux faire quouvrir le feu indistinctement. Un jeune homme qui, selon des tmoins, navait rien voir avec les troubles, est atteint devant sa maison et tombe raide mort. La fusillade fait plusieurs blesss. Et un bb, soupir lhpital. La police sest comporte avec une manifestation de la Dsormais la rpression est gnrale. Quiconque ose protester le fait ses risques et prils ? Est-ce vraiment le cas ? Ou bien la police qui soit ne reoit pas les ordres comme il faut, soit qui est fatigue ? Le gouvernement met un point dhonneur rappeler budget qui vient dtre vot. Une faon de rappeler ces derniers leur devoir. Devoir de protger le gouvernement qui leur verse cette augmentation ? Contre quiconque ose mettre la moindre critique. Y compris les administrs ? On ne sait trop. Nos nouvelles promotions de la police nationale, qui on nentend parler ni denqute ni de regrets. Par contre linspection gnrale de la police promet denquter sur les dclarations du militant politique Rony Thimote, dtenu depuis trois semaines (sans avoir vu un juge), et qui dit avoir reu dun des agents en civil (attention, ractions de tontons macoutes !) ayant procd son arrestation un coup qui lui a laiss un il poch. Dune faon ou dune autre, seule donc la politique qui importe. Les administrs quant eux, rclamant ici une route, l de leau ou de llectricit, disons que pour le moment ils ont intrt eux se tenir totalement tranquilles Cest tout compte fait le message envoy par la fusillade de Lilavois. ce dernier eut invit des membres de la population faire choix de Monsieur Lamothe sils veulent que des programmes sociaux, comme Ti manman chri, se perptuent. Il sen est galement pris cette semaine la MINUSTAH et son chef Sandra Honor quil presse de quitter immdiatement le pays, pour avoir chou, a-t-il dit, promouvoir la dmocratie

PAGE 7

Page 7 SANTE PUBLIQUE Insalubrit un point tel quon en est devenu aveugle et inconscient. Un seul moustique-tigre, voyageant dune le voisine, peut en peine une minute conqurir toute Hati. Et nous envoyer tous au lit. Comme a pourrait tre en enfer. Nous avons tout dtruit. Avec une absurdit dconcertante. Bien sr les plus riches jettent la pierre aux plus pauvres. Et vice versa. Des dfricheurs pour battre monnaie ceux qui le font pour chauffer la soupe. Des pouvoirs-bourgeois qui ont ouvert le pays aux compagnies internationales dexploitation des forts, aux pouvoirspeuple quon accuse davoir laiss les masses le dboisement et lchant les inondations en contrebas entrainant le pays la mer. quel pouvoir accomplira la tche de sauver le pays alors que tous jouent le sauveur suprme, tous nous apportent la dlivrance pour mieux nous enfoncer. A force de se faire du mal les uns aux autres et tout le bien pour soi-mme, tout sannuler les uns les autres. Et le pays avec. Nous voici au bout du compte totalement dsarms, nous voici au bout du rouleau, dans un ptrin qui ne ptrit plus. Incapables de faire du mal un moustique tandis que le moindre moustique peut nous envoyer tous ad patres. Tous indistinctement. Rconciliant riches et pauvres dans un mme Un pays dtruit mais nous encore plus que le pays Attendant dans une inconscience Chikungouilladement vtre La gouillade. La danse des morts. En partance. er en prparation. Pour le professeur franais Christian Raccurt, consultant au laboratoire national de sant publique (Lnsp), la lutte contre lpidmie demande quon saisisse le Le Pr. Raccurt prconise une politique dinformation trs prcise auprs de dbat tenue le jeudi 22 mai 2014 au local de lAssociation mdicale hatienne (Amh). Cette politique de sensibilisation de la population devrait amener les citoyens dbarrasser leur environnement de divers objets : pneus usags, canettes de bire, Tous les ustensiles, capables de conserver leau de pluie aux abords des maisons, au moins dans un rayon de 100 mtres, devraient tre limins, selon le professeur. Le moustique pond ses ufs dans ce genre dobjets et le processus de leur dveloppement commence avec les pluies. De dbut avril 2014 date, des prcipitations rgulires sont enregistres un peu partout sur le territoire national. La femelle aedes albopictus, appele couramment moustique-tigre, reconnue comme le principal vecteur du chikungunya, daction ne dpassant pas 100 mtres. Elle a la capacit de pondre 200 ufs tous les 10 jours, et a une dure de vie allant jusqu 2 mois. Elle peut permettre lclosion dun millier de nouveaux moustiques pendant sa dure de vie. Cest un insecte activits diurnes : daprs-midi, quand il fait moins chaud. En temps de chaleur, la femelle se Des plaines assches, donc libres de tout foyer danophle, jusquaux plus hautes montagnes, le Chikungunya poursuit sa marche victorieuse handicapant les corps et dans la houle. Pourtant les moustiques ne survivent pas une certaine altitude. LAedes est donc seule personne descende en ville pour quil saccroche vos basques et vous utilise en auto-stop jusque l-haut. Et comme cest un moustique qui vit au foyer, comme vous et moi, mme si pas si civilis que cela, nous non plus dailleurs, alors voil tait mortel ? Sauf cas rare, on en gurit tout seul aprs quelques jours. Mais si ctait comme la peste moyengeuse ? Hati vit donc au Moyen Age On parle souvent de civilisations anciennes qui auraient mystrieusement disparu sans laisser de traces sinon lespace Pas si mystrieusement si lon compare notre Hati daujourdhui. Un mal qui rpand la terreur Du genre de ceux qui nous tombent dessus depuis le dbut de la dcennie actuelle. Sauf le sisme de janvier 2010. Et encore. Les plus de 300.000 morts taient vitables. On a eu le cholera en 2010. Huit mille morts et des centaines de milliers de contamins. Et lhcatombe se poursuit chaque saison pluvieuse. Puis soudain, ce fameux Chikungunya. Une blague comme maladie. Mais un pays totalement dsarm. En un clin dil tout le monde est frapp. Tout le monde se tord de douleurs. Deux traits les plus vidents et qui disparition mystre, davatar absolu, de pays faisant implosion sous ses propres carences Le premier cest ltat de dnuement P-au-P, 26 mai 2014 [AlterPresse] --Le ministre de la sant publique et de la population (Mspp) a dj un plan daction en 4 phases, pour faire face lpidmie du Chikungunya, apprend AlterPresse auprs de la directrice de la promotion de la sant familiale et de la protection de lenvironnement (Psfpe), Dr. Jocelyne Pierre-Louis. ce lundi 26 mai. Le plan est l, on attend le Dr. Jocelyne Pierre-Louis. Suivant la responsable, les actions dans le cadre de ce plan vont de la surveillance pidmiologique, la lutte anti-vectorielle, mobilisation. La surveillance pidmiologique du Chikungunya se fait via 133 sites-sentinelles, tablis pour la surveillance des maladies endmiques dans le pays. Elle se fait sur une base hebdomadaire. Le ministre de la sant a annonc le pr-positionnement de doses de paractamol dans les centres de sant et les hpitaux publics, pour permettre une prise en charge des personnes atteintes. Selon les dernires informations communiques par le ministre, un stock de 400 mille doses de paractamol sera disponible dans les institutions de sant publique. Le Mspp aurait galement commenc de Port-au-Prince, limage de Ptionville. La campagne de fumigation nest cependant pas encore observable dans les plaines du Cul-de-sac (au nord de la capitale) et de Logane (au sud de Port-au-Prince). Pour tre efficace, le processus daspersion devrait staler de manire permanente, mais non ponctuelle (laquelle peut vecteur), selon plusieurs spcialistes hatiens et trangers. Des documents, pour motiver la population simpliquer dans la lutte contre le moustique vecteur de la maladie, seraient ( \ P. 11) ( ODYANS PIBLIK Pou piblisite legal sou Entnt, ale nan http://legalads.miamidade.gov AVI SOU DAT ODYANS PIBLIK KONSNAN AMANNMAN SIBSTANSYL YO PWOOPOZE NAN PLAN DAKSYON POU ANE FISKAL 1994 JOUK RIVE ANE FISKAL 2013 YO, AK REKMANDASYON SOU PLAN DAKSYON ANYL POU ANE FISKAL 2014Komite Svis Sante ak Sosyal la pral ganize yon odyans piblik nan lendi 9 jen 2014 a 2:00p.m. Yo pral konsidere desizyon nal pou kesyon y ap trete a nan Reyinyon Konsy Osye Gouvnman Lokal la (Board of County Commissioners, BCC), k ap ft nan madi 1ye jiy 2014 a 9:30 a.m. oswa nan pwochen Reyinyon regilye BCC ki planifye a, si yo pa apwouve l. Y ap f toulde reyinyon yo andedan Chanm Komisyon Konsy Konte a (Board of County Commission Chambers) ki sitiye nan dezym nivo Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florida 33128. Objektif odyans lan se pou bay piblik la optinite pou li f kmant sou Amannman Sibstansyl y ap pwopoze yo pou Plan Daksyon pou ane skal 1994 jouk rive ane skal 2013. Amannman y ap pwopoze a ap chche rekipere ak redistribye sibvansyon pou Devlpman Kominot (Community Development Block Grant: CDBG), fon CDBG pou Inisyativ Retablisman nan ka Dezas (CDBG Disaster Recovery Initiative: CDBG-DRI), ak fon pwogram Patnship Envestisman HOME (HOME Investment Partnerships :HOME); f modikasyon nan kontks jeneral pwoj yo ak objektif nasyonal yo. L ap chche tou pou l gen otorite pou li distribye fon Inisyativ Patnshjp nan Lojman Leta (State Housing Initiatives Partnership:SHIP) yo pou aktivite nan lojman. N ap envite pliblik la vini epi pataje kmant l yo. Ou ka soumt kmant w yo tou alekri apatide 23 me jiska 24 jen 2014, alatansyon de Mr. Gregg Fortner, Executive Director, Public Housing and Community Development (PHCD), 701 NW 1st Court, 16th Floor, Miami, Florida 33136 oswa pa iml nan phcdresidentservices@miamidade.gov. Rgleman federal ki kontwole pwogram CDBG, CDBG-DRI, HOME ak ESG yo, egzije pou yon jiridiksyon k ap patisipe, bay sitwayen l yo avi rezonab, ak yon optinite pou yo f kmant sou klkeswa alokasyon fon y ap pwopoze. Men sa ki nan Amannman Sibstansyl pou Plan Daksyon pou ane skal 1994 jouk rive ane skal 2013 yo: Montan CDBG ki pou rekipere ak redistribye: jiska $508.029,03 pou Enstalasyon Piblik/Amenajman Imobilizayson, Devlopman Ekonomik, aktivite Lojman ak Svis Piblik. Montan CDBG-DRI ki pou rekipere ak redistribye: jiska $1.481.547,44 pou aktivite nan lojman. Montan HOME ki pou rekipere ak redistribye: jiska $1.628.073,71 pou aktivite nan lojman. Otorizasyon SHIP pou Distribye Montan: jiska $204.436,67 pou aktivite nan lojman. Dokiman ki gen rap avk Amannman Sibstansyl y ap Pwopoze yo, pral disponib pou revize, sou Entnt la nan http://www.miamidade.gov/housing/ avk nan Miami-Dade Department of Public Housing and Community Development (PHCD) located at 701 NW 1st Court, 14th Floor, Miami FL 33136. ___________________________________________________________________________________________________________________________________________AVI SOU DAT ODYANS PIBLIK KI GEN RAP AVK PLAN DAKSYON POU ANE FISKAL 2014 LA KONTE MIAMI DADE AP PWOPOZE AVK FINANSMAN POU PWOGRAM COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT (CDBG), HOME INVESTMENT PARTNERSHIPS (HOME), EMERGENCY SOLUTIONS GRANT (ESG), AK STATE HOUSING INITIATIVES PARTNERSHIP (SHIP) Konfmeman ak Lwa 1974 sou Lojman ak Devlopman Kominot a (Housing and Community Development Act of 1974), jan yo modifye l la avk 24 CFR pati 91, et.al. (ak lt yo),Pwogram Planikasyon ak Devlopman Kominot (Community Planning and Development Programs), Konte Miami-Dade Countydevlope Plan Daksyon li Pwopoze pou ane skal 2014 la. Komite Svis Sante ak Sosyal la pral ganize yon odyans piblik nan lendi 9 jen 2014 a 2:00 p.m. Yo pral konsidere desizyon nal pou kesyon y ap trete a nan Reyinyon Konsy Osye Gouvnman Lokal la (Board of County Commissioners, BCC), k ap ft nan madi 1ye jiy 2014 a 9:30 a.m. oswa nan pwochen Reyinyon regilye BCC ki planifye a, si yo pa apwouve l. Y ap f toulde reyinyon yo andedan Chanm Komisyon Konsy Konte a ki sitiye nan dezym nivo Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florida 33128. Objektif odyans lan se pou bay piblik la yon optinite pou l f kmant sou rekmandasyon pou nansman Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la pou pwogram CDBG, HOME, ESG, ak SHIP. N ap envite pliblik la vini epi pataje kmant l yo. Ou ka soumt kmant w yo tou alekri apatide 23 me jiska 24 jen 2014, alatansyon de Mr. Gregg Fortner, Executive Director, Public Housing and Community Development (PHCD), 701 NW 1st Court, 16th Floor, Miami, Florida 33136 oswa pa iml nan phcdresidentservices@miamidade.gov. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la gen seksyon swivan yo ladan l: lojman a pri abdab, amenajman nan lojman piblik ak aktivite rezidan, elimine bary ki anpeche lojman a pri abdab, diminye kantite fwaye ki gen revni ki pi ba pase nivo pvrete a, devlope estrikti enstitisyonl, adrese obstak pou satisf bezwen defavorize yo ak amelyore kowdinasyon ant lojman piblik ak prive ak sibvansyon svis sosyal. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 la gen ladan l sous nansman swivan yo: CDBG: $10.781.151 pou yo distribye pou Enstalasyon Piblik/Amenajman Imobilizasyon, Devlopman Ekonomik, Svis Piblik, Lojman, Administrasyon, ak Prezvasyon Istorik. HOME: $3.462.571 pou yo distribye pou lojman nan lwaye, reyabilitasyon pou fasilite moun vin pwopriyet kay, asistans lwaye pou lojman pou sanzabri e pou lokat. ESG: $893.756 pou distribye pou Rej Dijans, Prevansyon Sanzabri, Asistans Lwaye akoutm e a mwayen tm ak svis, Relojman rapid pou moun ki sanzabri, ak administrasyon. SHIP: $800.000 pou distribye pou Pwogram Konsy & Edikasyon Moun k ap Achte Kay. Plan Daksyon y ap Pwopoze pou ane skal 2014 ki liste aktivite yo nanse pou adrese bezwen ki gen gwo priyorite yo, jan yo idantifye l nan Plan Konsolide pou ane skal 2013-2017 la, pral disponib pou revizyon sou Entnt la nanhttp://www.miamidade.gov/housing/ ak nan adrs swivan yo: Miami-Dade Department of Public Housing and Community Development, 701 NW 1st Court, 14th Floor, Miami FL 33136 Miami-Dade Homeless Trust, 111 NW 1st Street, 27th Floor, Miami FL 33128 Miami-Dade Main Library, 101 West Flagler Street, Miami, Florida 33130 South Dade Regional Library, 10750 SW 211th Street, Miami FL 33189 North Dade Regional Library, 2455 NW 183rd Street, Miami FL 33056 Konte apa diskrimine poutt ras, sks, koul po, relijyon, eta sivil, orijin natifnatal, andikap, zanst, oryantasyon seksyl, laj, gwoss oswa kondisyon familyal, nan pwosesis aks a oswa nan pwosesis admisyon nan pwogram oswa nan aktivite lojman, oswa nan anplwaye moun nan pwogram oswa nan aktivite lojman. Si ou bezwen yon entprt pwofesyonl pou moun ki bb oswa si ou bezwen materyl nan fma ki aksesib pou evnman sa a, rele nan 786-469-2203 omwen senk jou alavans. Moun ki itilize sistm TDD/TTY (moun ki gen pwoblm pou tande oswa pou pale) ka kontakte Svis Rel Florida nan 800-955-8771.

PAGE 8

Page 8 RECONSTRUCTION ( En premire ligne viennent les gros engins lourds du ministre des Travaux publics qui abattent les plus hautes murailles. Puis cdant la place des centaines de particuliers arms de masses, de pioches et de pinces qui se mettent dpecer les dcombres de leur armature mtallique, fer quils nous semble. Mais notre confrre Radio Tl Mga a d plier bagages. Nos sympathies notre ami Charlus et son personnel. Jusqu ce lundi matin il ny avait encore aucune ( Par exemple, aujourdhui plus que jamais, chacun a son supermarch prfr. Et ce ne sont pas les prix qui dterminent ce choix, non pas la loi de loffre et de la demande, mais cest selon le secteur social auquel on appartient. Ce nest probablement pas nouveau dans un pays encore profondment marqu par lhritage post-colonial, constitue encore) un trait dominant, mais cette tendance parat encore plus vidente depuis le sisme de janvier 2010 qui a rduit considrablement notre espace vital (au sens propre). La capitale totalement dtruite, le gros des activits commerciales se concentre dans une ville banlieue, Ptionville. De fait, les entreprises commerciales sy sont dmultiplies ces 4 dernires annes. Entre autres, les magasins dalimentation. Offrant une lecture, si lon peut dire, chaud, live, des rapports entre classes sociales en Hati. En gros, cette clientle se divise au moins en quatre catgories. Les petites bourses qui ne quittent pas la capitale. Les bourses moyennes qui vont et viennent essayant de trouver les meilleurs accommodements. Les clients hauts de gamme. Mais ceux-ci se divisent en nationaux dun ct. Et les trangers ou expatris de lautre. Idem les supermarchs quon frquente. Tel tablissement a une clientle dominante trangre. Tel autre est visit en premier lieu par des nationaux. ne lit pas, par exemple : interdit aux chmeurs ou aux pitons qui nous intresse ce sont les consquences de ce comportement sur les prix. Or ce systme, base sgrgationniste mme malgr lui, limine toute vritable concurrence et ne fait laffaire que des gros. Des trs gros. Des mammouths. Qui pis est, ce ne sont pas seulement les clients qui en font les frais. Mais les petits comptiteurs (et mme les moyens) qui eux aussi sont rapidement limins. Rapidement ces mini mini mini-supermarchs de quartier, fermaient les uns aprs les autres. A Port-au-Prince Ruins parce que ne pouvant tenir la concurrence. Parce fournisseurs des avantages que les petits ne peuvent. Parce quils sont leurs propres fournisseurs. A la fois fournisseurs et distributeurs. Ce qui est interdit dans tous les pays normaux. Donc tuant des emplois en rduisant le nombre dentits sur le march. sont pas les mmes. Il y a ceux qui desservent la clientle des expatris, et les autres, nettement moins gros, ayant pour cible les compatriotes en premier lieu, cest--dire privilgiant des marques, saveurs et aromes traditionnels du pays. Ces derniers (les nationaux si lon peut dire) sont dfavoriss, et mme largement, parce que ne pouvant attirer dun niveau suprieur au commun des mortels, ne permet pas qui ont la haute main sur les marques importes et forcent tous les autres la portion congrue. Or les expatris sont Hatiens aussi, mais on est peu pouvoir se le permettre). En un mot, il en rsulte une politique de vente totalement injuste et discriminatoire envers les ntres. Aussi bien le client hatien (qui se trouve priv ainsi des meilleurs prix que seule la concurrence permet de dgager or les boites hatiennes ne sont conus pour cette immense partie du centre-ville de la capitale laisse bante Ni dans quel dlai ces ventuels projets pourraient tre raliss. Ni si les fonds sont disponibles. Alors mme que lon vient dannoncer la fermeture du FRH (Fonds pour la reconstruction dHati). Haiti En Marche 5" x 4 AVI ODYANS PIBLIK Avi sa-a se pou enfme piblik la ke pral genyen yon odyans piblik ganize pa Konte Miami-Dade Komisyon yo, nan Chanm Komisyon an, nan dezym etaj, 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida, pandan yon reyinyon ki pral kmanse apepr a 9:30 a.m., Madi, 3 jen, 2014, kote yo pral konsidere modifikasyon nan traj otobis ki la deja yo ak eliminasyon de (2) wout, jan ki dekri pi ba la a: MIAMI-DADE TRANSIT (MDT) PWOPOZE F AJISTEMAN NAN SVIS, NAN JOU OSWA ANVIWON 22 JEN 2014, NAN TRAJ OTOBIS SWIVAN YO POU YO OPERE AVK PLIS EFIKASITE: WOUT 7, 8, 27, 52, 54, 57, 70, 71, 72, 88, 99, B, 120 AVK 137 MIAMI-DADE TRANSIT (MDT) PWOPOZE ELIMINE TRAJ OTOBIS SWIVAN YO: WOUT 46 AVK WOUT 243 Pandan odyans piblik la, Komite a pral bay moun oswa ajans ki enterese yo chans pou yo pale osij asp sosyal, ekonomik ak anviwnmantal pwoj sa yo. Tout moun ki gen yon enter yap defann gen dwa soumt prv aloral oswa alekri ansanm ak rekmandasyon konsnan pwoj sila yo.Yon moun ki deside f apl kont klkeswa desizyon nenpt ki konsy, ajans oswa komisyon te pran konsnan yon zaf yo te diskite nan reyinyon oswa odyans ki koresponn ak zaf sa a ap bezwen yon dosye ki gen tout pwosedi a ladann. Moun sa a ta dwe asire yo f yon dosye ki anrejistre tout bagay ki te diskite, ikonpri temwayaj ak prv ki svi km baz pou apl la. Konte Miami-Dade bay tout moun aks menmjan ak menm optinite nan anplwa e li pa f diskriminasyon kont moun ki andikape nan pwogram oswa svis li yo. Asistans ak svis oksily pou kominikasyon disponib ak avi davans. Yo ka mete fm sa a disponib sou demann pou moun ki enterese nan yon fma ki pi aksesib (kast odyo, Bray, oswa disk konpit). Pou kapab jwenn materyl ki nan yon lt fma altne, pou kapab jwenn yon entprt langaj siyen, oswa nenpt ki lt akomodasyon, tanpri kontakte Marcos Ortega, Administrat ADA nan (786) 469-5225. Kliyan ki itilize TDD yo, tanpri rele Florida Relay Service nan 1 (800-955-8771) omwen senk (5) jou davans.For legal ads online, go to http://legalads.miamidade.gov Port-au-Prince Pourquoi lEtat a-t-il choisi ce moment prcis pour oprer un tel chambardement, alors quon devrait tre en train de rechercher un peu de calme sil est vrai quon est la veille de comptitions lectorales. Beaucoup de questions se posent. Et surtout si cet espace laiss bant au centre de Port-au-Prince ne va pas devenir pour le moment un immense no mans land favorisant le grand et le petit banditisme. ou des btiments qui ne seraient pas compris dans lopration. lEtat qui aurait d rendre public un plan plus dtaill dlimitant Ensuite que deviendra lespace ainsi dgag, du moins dans limmdiat ? sont devenues des camps abritant autant le banditisme organis que les vrais rfugis Ces derniers refusant ensuite de dgager les lieux. Jusqu ce lundi, on na aucune ide des projets qui vont ensuite revendre sur le march local. Et dont une bonne partie serait embarque pour ltranger. Cette opration se droule dans un immense quadrilatre dlimit au nord par la rue des Casernes et au sud par la rue St Honor, donc trois blocs, lest et louest respectivement par la rue Runion, un bloc du palais national, et jusqu lAvenue Jean Jacques Dessalines. Selon le prsident de la commission communale, lopration stendra jusqu la mer. Tout doit tre aplani ; seules exceptions les glises et autres temples religieux, et certaines coles. Du moins il Ces super-gants non est disponible en tant que produits, non seulement ils monopolisent loffre mais ils rendent celle-ci inapprochable pour les petits tablissements, en commenant par ceux qui avaient choisi de continuer servir la clientle dans la capitale dtruite Dmolition marches forces au centre-ville de Port-au-Prince (photo Hati en Marche) Panique chez les locataires qui doivent vider les lieux tandis que seuls les propritaires seront ddommags (photo J.J. Augustin) ( \ P. 13)

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo Catholic News Service celebrated Mass at a church on Capitol Hill before beginning a day of lobbying members of Congress on immigration reform, the event itself gave a sense of the many layers of effort they were undertaking. Songs were led by a multicultural choir in a halfInspector Javert ultimately destroys him. Today, modern-day against supposed law breakers, equating them with terrorists intent on hurting us. He continued: However, these people only ask for the opportunity to become legal and have a chance for of a knock on their door in the dead of night or an immigration bishops walked through the desert along a route used by migrants. They also met with the Border Patrol, served dinner at a soup kitchen for people whove been deported, met with of the Pima County medical examiner who tries to identify bodies found in the desert. When someone meets a migrant and hears his story, The congregation consisted largely of people who immigration reform and included three high-level White House staff members. And the majority of reporters at a news conference afterward were from religious or Spanish-language media. The bishops were scheduled to meet with House members from their home districts, among others, and to conclude their day with House Speaker John Boehner, R-Ohio. Boehner has said he would not bring an immigration reform bill passed a year ago by the of a majority of Republicans. Advocates believe there are enough Republican supporters of the bill for it to pass, along with the votes of nearly all House Democrats, although there is not the majority Boehner seeks within the Republican caucus on its own. In his homily, Miami Archbishop Thomas G. Wenski compared the current immigration law to the British taxation that led patriots to toss tea into Boston Harbor; to the civil disobedience of Rosa Parks, who broke the law that required her to give up her bus seat to a white man; and to Jesus response to those who accused him of breaking Jewish law listens to his struggles, it has a powerful effect on changing ones thinking, Bishop Kicanas said. of Seattle, who chairs the U.S. bishops migration committee, said he had just returned from meeting with bishops of Latin America, many of whom expressed their concern for the treatment of their countrymen as they try to better their lives by getting to the United States, and for the families broken apart when someone is deported. At St. Peter Church, one question put to the bishops was is it immoral to disagree with you? The reporter suggested a different position on immigration reform was a matter of prudential judgment. The morality of the bishops approach to immigration comes from the Gospel, Archbishop Wenski said. I was a stranger and you welcomed me, he quoted Jesus saying. The prudential part comes in how we act on that. Bishop Kicanas said the approach taken with people who disagree is key. Its important not to demagogue people who are fearful or angry about immigrants. Its important to be with them, and to help them see the Gospel message. Bishop Oscar Cantu of Las Cruces, N.M., who also was at the border Mass, told Catholic News by healing people on the Sabbath. The Sabbath was made for man, not man for the Sabbath, Jesus said, according to the Gospel of Mark. When laws fail to advance the common good, they can and should be changed, Archbishop Wenski said. Outdated laws, ill adapted to the increasing are bad laws, he said. But, he warned, substitutes for bad laws are no improvement if they fail to take into account both human dignity and national interest. Archbishop Wenski further compared the immigration situation to that in Victor Hugos 19th-century novel Les Miserables, which tells, the archbishop said, how pride and raid to their work place. The Mass at St. Peter Catholic Church, a couple of blocks away from the Capitol, was concelebrated by six had participated in a Mass at the Mexican border in April, held in support of immigration reform, in memory of migrants who have died, and in solidarity with families torn apart by deportations and immigration policies. At a news conference after the Mass, Bishop Gerald the bishops learned from their visit to the border and what they would communicate to the members of Congress they were to meet. In addition to the Mass at the border fence in Nogales, Service after the news conference that the experience at the border added a sense of urgency to addressing immigration reform. In his diocese, he said Catholic Charities deals all the time with families who are divided by someones deportation. But the walk the bishops took through the desert was very powerful in illustrating what risks people are willing to take to escape poverty and violence in their home countries. People are not coming because its going to be easy, he said. Especially with the increased border security of the last decade, its almost impossible to cross the border illegally on ones own, Bishop Cantu said, and the human smuggling industry is now controlled by the drug cartels. It really puts lives in danger. On May 20, 2014, Governor Rick Scott issued an Executive Order of Suspension of Mayor Lucie M. immediately shifted to Acting Mayor. I would like to thank the residents of District 3 for entrusting me as their representative and the Council for my delegation as Vice Mayor. To all the residents of North Miami, I intend to have the city continue to move forward and conduct business as usual during this lengthy transition. position of City Manager to Mr. Aleem Ghany, a long time City of North Miami employee and former Public Works Director. As Interim City Manager, Mr. Ghany continues to work with of the community are met. Conference held on Wednesday, May 21, 2014 at the City of North Miami: Today the Community and I are shocked and saddened by the indictment of one of our Leaders, Lucie the great City of North Miami. Our prayers go to her and her We have the best justice system in the world, its not is innocent or should be convicted of a crime. Please let the system prevail. As you all know, Governor Rick Scott issued an executive Order that suspended Mayor Lucie Tondreau from Mayor of the City of North Miami. I have already instructed the City Manager to take all necessary actions to make sure we conduct business as usual. My understanding, the City charter requires that contact with the Miami Dade County Supervisor of Election to schedule the election. I am the Acting Mayor until we have Mgr Thomas Wenski, archbishop of Miami Published May 22, 2014Associated Press SAN CRISTOBAL, Dominican Republic They suffer searing headaches, a burning fever and so much pain in their joints they can barely walk or use their hands. Its like Hospitals and clinics throughout the Caribbean are seeing thousands of people with the same symptoms, victims of a virus with a long and unfamiliar name that has been spread hands. Its like everything is coming apart, said 34-year-old Sahira Francisco as she and her daughter waited for treatment at a hospital in San Cristobal, a town in the southern Dominican Republic that has seen a surge of the cases in recent days. The virus is chikungunya, derived from an African word that loosely translates as contorted with pain. People description is fitting. While the virus is rarely fatal it is extremely debilitating. It is terrible, I have never in my life gotten such an to bed at her home on the lush eastern Caribbean island of Dominica. All my joints are in pain. Outbreaks of the virus have long made people miserable in Africa and Asia. But it is new to the Caribbean, in French St. Martin, likely brought in by an infected air traveler. Health officials are now working feverishly to educate the public about the illness, knock down the mosquito population, and deal with an onslaught of cases. Authorities are attempting to control mosquitoes throughout the Caribbean, from dense urban neighborhoods transmission of chikungunya on the U.S. mainland, but experts say the high number of travelers to the region means that could change as early as this summer. So far, there are no signs the virus is keeping visitors not controlled. We need to come together and deal with this disease, said Dominica Tourism Minister Ian Douglas. One thing is certain: The virus has found fertile ground in the Caribbean, where it is rapidly spreading. The transmission on the South American mainland. Its building up like a snowball because of the constant movement of people, said Jacqueline Medina, a specialist at the Instituto Technologico university in the Dominican Republic, where some hospitals report more than 100 new cases per day. is found throughout the tropics of the Eastern Hemisphere. It is spread by two species of mosquitoes, aedes aegypti and aedes albopictus. Its also a traveler-borne virus under the right circumstances. It can spread to a new area if someone has it circulating in their system during a relatively short period of time, roughly 2-3 days before the onset of symptoms to 5 days after, and then arrives to an area with the right kind of mosquitoes. For years, there have been sporadic cases of travelers diagnosed with chikungunya but without local transmission. In 2007, there was an outbreak in northern Italy so health to the Western Hemisphere, said Dr. Roger Nasci, of the U.S. Centers for Disease Control and Prevention. With the increase in travelers the likelihood that something like this would happen goes up and eventually it did, said Nasci, chief of a CDC branch that tracks insect-borne diseases. We ended up with somebody at the right time and the right place infecting mosquitoes. The two species of mosquitoes that spread chikungunya local transmissions could occur this summer given the large number of U.S. travelers to the Caribbean, Nasci said. Already, the Florida Department of Health has reported at least four imported cases from travelers to Haiti, the Dominican Republic and Dominica. Around the Caribbean, local authorities have been spraying fogs of pesticides and urging people to remove standing pools of water where mosquitoes breed. An estimated 60-90 percent of those infected show symptoms, compared to around 20 percent for dengue, which is common in the region. There is no vaccine and the only cure One consolation for those suffering from the illness is that unlike dengue, which has several variants, people only seem to get chikungunya once. The evidence suggests that once you get it and recover, once your immune system clears the virus you are immune for life, Nasci said.

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES EXTRAIT DES MINUTES DU GREFFE DU TRIBUNAL CIVIL DE PORT-AU-PRINCE. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs dlibration et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la demanderesse en la forme ; Maintient le dfaut Laguel CIVIL ; Admet le divorce de la demanderesse davec son poux pour injures graves et publiques prvus aux termes des articles 217 suivant du Code Civil Hatien ; Prononce la lEtat Civil de la section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers ; Compenses les dpens vu la prsent jugement. Ainsi jug et prononc par nous, Widner THANO, Juge en audience civil ordinaire Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement lexcution, seront lgalement requis. Ainsi sign : Widner THANO et Fabiola Cherestal GEORGES. POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Osner RICHARD, Av. Me. Marco BRICE, Av. DISPOSITIF DE JUGEMENT ENTRE : La dame Marie Carmelle SAINT-JEAN, ayant pour Avocat Me. Ren JASMIN, du Barreau de Port-au-Prince demanderesse Le sieur Jean Maurice LISSENE REDON dfendeur PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient ladite action. ADMET en consquence le divorce de la dame JEAN MAURICE LISSENE REDON ne Marie CARMELLE SAINT JEAN, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant sur les registre a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers jugement ; Compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge, en de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement seront lgalement requis. susdits. AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Cabinet Jasmin : Me. Ren JASMIN, Av. AU NOM DE LA RPUBLIQUE Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au Palais de Justice de cette ville sis au Bicentenaire ancien local de lUSAID, a rendu en audience ordinaire, publique et en ses attributions civiles de divorce le jugement suivant : Entre : 1) Le sieur Guito Florestal, propritaire, demeurant et domicili Port-au81510060, 81519963, 003-074-763-8, 2107071446, 2107071448 ; 001-089-304-4, 4311427, 4311429, du Barreau de Port-au-Prince, avec lection de domicile au Cabinet DELEN sis au # 90 de la rue Chareron Port-au-Prince, demandeur en divorce dune part. Et : 2) La dame Anne Lena Loiseau, demeurant et domicilie Bon Repos, Carrefour, dfenderesse en divorce dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public accueille laction en divorce intent par le sieur Guito Florestal pour tre rgulire en la forme, maintient le dfaut accord Louiseau pour dfaut de comparaitre et quant au fond admet et prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre le sieur Guito Florestal et la dame Anne Lena Loiseau, pour injures graves et publiques ; ordonne quun extrait du dispositif dudit jugement soit, Civil de la section Sud de Port-au-Prince aprs que toutes les formalits lgales auront t Ainsi jug et prononc par nous, Maguy Florestal Pierre-Louis juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi vingt-huit Fvrier deux mille huit, en prsence de Me. Belette Larose, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance Il est ordonn etc En foi de quoi Etc Pour expdition conforme collationne. Me. Patrick LOLO, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, et sur les conclusions du Ministre Public accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut octroy action. Admet en consquence le divorce du sieur Marc-Orel FLORVIL, davec son pouse ne Farencia JEAN-BAPTISTE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse de lpouse. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits poux ; sur les registres a ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les lexcution de ce jugement ; Compense les dpens. RENDU DE NOUS Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Homre Il EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC .. AINSI SIGN ETC Pour le Cabinet : Herve Franois ALCINDOR, Av. Le Cabinet Jean Baptiste et associs informe le public en Gnral que le Tribunal de Paix de la Croix-des-Missions, commune de Tabarre comptemment runi en son local ordinaire de ses sances a rendu en audience publique et en ses attributions civiles le jugement suivant entre : Le sieur Marseille Reginald propritaire, demeurant et domicili Port-au-Prince, Ducna, Romain Orange du Barreau de Port-au-Prince et Mes. Rio Douilly et Paulo Dsir 005-576-264-4, 1240832, 1219701, 003-879-862-6, 3307020634, 4103357, 003-407-931-9, 3307002645, 3827876, 003-661-413-4, 006-185-292-0, 8307002309,00225, avec lection de domicile en leur Cabinet ses Port-au-Prince, Avenue Magloire Ambroise no : 108 ltage et la Croix-des-Bouquets, Noailles Rue Rmy # 30 ; Demandeur dune part. Et : BORDEGE Clmat Mildet, propritaire, demeurant et domicili Tabarre ; Dfenderesse dfaillance dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment au vu de la loi, jugeant uniquement par dfaut et charge dappel, accueille favorablement laction du requrant pour tre juste et fonde, maintient le dfaut requis et octroy laudience contre les cits, ordonne en consquence de briser le cadenas qui est appos sur la barrire du terrain du requrant et de faire cesser immdiatement tout trouble la possession de ce dernier sur la portion de terre ci-dessus dcrite. Faite injonction aux sieurs DESROSIERS Lionel et BORDEGE Clmat Milder de ne plus troubler lavenir la possession du requrant. Accorde lexcution provisoire sans caution du jugement nonobstant toutes voies de recours. Condamne aux sieurs DESROSIERS Lionel et BORDEGE Clmat Milder VINGT CINQ MILLE GOURDES de dommages intrts. Sagissant dun jugement par dfaut la commise Ainsi jug etc Il est ordonn etc En foi de quoi etc Pour expdition conforme Collationne Me. Canova JEAN BAPTISTE, Av. violations de droits humains et corruption. Marc-Wilckens Jean a aussi indiqu que les policiers affects dans le dpartement du Sud-Est ont en gnral un comportement exemplaire, cooprent avec les autorits judiciaires et jouissent dune bonne rputation auprs de la population, selon une enqute ralise dans le cadre dune tourne dinspection effectue par des inspecteurs de lIGPNH dans ce dpartement au cours du mois de mai. Cette tourne, a-t-il dit, a galement permis lIGPNH de constater que lensemble des commissariats et sous-commissariats du dpartement sont bien entretenus et en Comme pour les autres dpartements dj visits par lIGPNH, le Sud-Est fait face un manque deffectifs et de moyens, a soulign Marc-Wilckens Jean. Il sest cependant rjoui de la tenue dune runion du Conseil suprieur de la police nationale (CSPN) au local de lIGPNH au cours du mois de mai et dit y voir un signe dencouragement pour le travail accompli par la police des polices qui travaille, a-t-il dit, lamlioration de limage de linstitution policire. ( ( met labri dans les plantes, au dos des feuilles. En Hati, des milliers de gens sont dj atteints par le chikungunya, la maladie de lhomme courb, depuis environ un mois. La maladie tend stendre et gagner en intensit Suivant les prvisions, plusieurs millions de personnes -jusqu la moiti de la population nationale devraient en tre affectes.

PAGE 12

Page 12 REFLEXIONS ( Louverture. Aprs lavoir camp dans son gnie sur la base de tmoignages de plusieurs auteurs, dont Madiou quil cite dailleurs abondamment, Acacia conclut que le testament lgu par Dessalines constitue une thique de lquit en regrettant que cette succession nait pas t accueillie par les gnrations subsquentes qui auraient pu d ? ladapter au contexte de leur temps. Ici lauteur fait sans doute allusion ses lois sociales et au constant souci de Dessalines pour Nest-ce pas l une thique susceptible de nous permettre de retrouver les points de jonction entre la Nation et lEtat ? lauteur sans sy tendre. Restituer lhistoricit, cest rappeler que Port-auprcise le titre du troisime chapitre. Cette capitale qui imposa une centralisation administrative. Ce nest pas tant Ce quil critique, cest cette centralisation outrancire voulue par les Amricains et qui a conduit au dprissement des rgions qui fut le corollaire de la nationalisation slective des lites durant loccupation amricaine des ports de province et dautres mesures coercitives. Une lite nationale avec une emprise sur la ville de Port-auPrince naissance de la capitale (1743), on en paie les consquences: urbanisation outrance, qui nest pas un indice de progrs puisque lie la bidonvilisation na pas accs aux services essentiels. Face cette dbcle, Acacia invite ses compatriotes rechercher les liens entre la 31 mai 2014 Cest la fte de lagriculture et du travail. Cest le troisime anniversaire de la prise de pouvoir du Prsident Martelly. Cest lpidmie de Chikungunya qui frappe a, selon certains observateurs, dj touch, au moins, 50,000 personnes dont la plupart des membres du gouvernement et certains amis proches. Ce sont les manifestations de rues de lopposition plutt violentes. Cest le vote du budget 2013-2014 par le Parlement. Cest la mise sur pied du Conseil Electoral Provisoire (CEP) partir des restes du CTCEP. Cest larrestation dun militant politique cause des violences enregistres dans le cadre dune manifestation anti gouvernementale. Cest la bousculade par la Police du Snateur JEAN-CHARLES lArcahaie. Cest la fte des mres, le mois des Clubs Champions entre le Ral Madrid et lAthltico de Madrid (4-1 aprs prolongation, 1-1 temps rglementaire) avant la Coupe du Monde du Brsil du 12 Juin au 13 Juillet 2014. Le 1 er mai a t fte majestueusement Damien, le sige du ministre de lagriculture, avec la prsence du Premier Ministre, M. Laurent LAMOTHE, supplant labsence du Prsident MARTHELLY pour cause de participation la rencontre de lAssociation des Etat de la Carabe au Mexique. Au cours de cette fte de lagriculture et du travail double dune foire agro-artisanale de 4 jours, le Chef de Gouvernement a Gouvernement, cette fois-ci avec la prsence du Prsident, a organis, le 8 mai, une crmonie digne de ce nom lendroit un lot substantiel de matriels agricoles (48 tracteurs, 40 motoculteurs, 100 pompes, etc.) lEtat Hatien dune valeur de 14 M USD. Ctait loccasion pour le Prsident de fliciter les responsables du secteur agricole pour leur performance, de rorienter les priorits du gouvernement pour les deux annes venir vers lagriculture, lenvironnement et lducation, en insistant pour que ces priorits se traduisent dans le budget 2014-2015. Et, le 9 mai 2014, le Prsident sest rendu Croix-des-Bouquets, en particulier sur la rivire Grise, pour procder la pause de la premire pierre pour la construction dun nouveau barrage de drivation (6 M USD) pour larrosage des terres du primtre du mme nom dans le cadre du projet lUSAID, une agence amricaine, hauteur de 100 M USD depuis environ 5 ans. Cest loccasion de dire que pour ce mois de mai 2014 ladministration Martelly a mis les projecteurs sur lagriculture. Paralllement, le MOPOD a men tambour battant ses manifestations de rues qui ont pris de lampleur tout au long du mois avec la participation de lensemble de lopposition ville et le pays. Seules la recherche et la connaissance de ces liens peuvent ventuellement nous aider transformer la ville et, avec elle, lensemble du pays Restituer lhistoricit, cest refuser les gnralisations abusives dans les approches des faits historiques. A ce titre, le livre de Leslie Pan conomie politique de la corruption. (2) qui met sur le mme pied dgalit les agents politiques en particulier les principaux hros de lindpendance pour faire ressortir limmuabilit dun tat jug corrompu, manque de nuance, de lavis dAcacia. Il sirrite terriblement quand lauteur traite de noiriste la proccupation de Dessalines de faire partager le gteau national avec les Ngres dont les pres sont en Afrique entreprise par Dessalines ntait que lactualisation dune srie de prescriptions constitutionnelles excluant les trangers, en particulier les Blancs franais, du droit de proprit immobilire. ny voit aucune mention du prjug de couleur ni non plus comment se vit le colorisme selon quon est multre ou noir ni comment il sinscrit dans les structures et les pratiques sociales Pour lui, mettre sur le mme pallier le multrisme et le noirisme participe dune conception trique du colorisme la formule lectorale le pouvoir au plus grand nombre na rien de noiriste en soi; elle ne le devient que sil est prcis que llite noire est plus lgitime diriger les masses de par la proximit de couleur Les analystes seraient, selon Acacia, plus enclins sen prendre au noirisme et oublier le multrisme Ce qui semble le mettre le plus hors de lui, cest la liste partielle des idologues et des crivains noiristes et multristes, incluant mme les contemporains, que Pan dresse dans son ouvrage. Ou encore lanalyse de ce radicale tant en termes de quantit de manifestants quen termes de casses jusqu larrestation dun leader du groupe de base Lavalas de Belair (le FOPAK) Rony Thimothe, accus par la Police dtre lauteur des casses. Il faut noter que, bien avant larrestation de Thimothe, la Police a intimid, Gressier, le Snateur Mose JEAN-CHALES, farouche opposant ladministration Martelly. Ce qui a valu au pays un durcissement de la position du Snat par rapport ladministration en place, un report du vote de lamendement de la loi lectorale de 2013 et une accusation de ladministration Martelly de ne pas vouloir rellement organiser les lections en 2014. Alors que le Prsident a invit la population venir fter avec lui, au Champs de Mars, le 3 e anniversaire de son accession au pouvoir, lopposition a mis sur pied une grande manifestation avec des pneus enflamms dans diverses rues du centre ville de Port-au-Prince. Cette manifestation la rplique coup de pierres des manifestants, des casses de vitres de voitures en stationnement, la tentative dincendier une station de carburant dont un agent de scurit aurait tir sur un manifestant. Cest dans ce contexte quil a t procd, quelques jours plus tard, larrestation de Thimothe, lintimidation du Snateur JEAN-CHARLES ( bourad e de la CONATEL (organisme rglementant les mdias) pour lensemble des patrons des mdias. Lensemble de ces actions a mis de lhuile sur le feu et pourrait nuire au processus lectoral. Malgr tout, ladministration Martelly a pu quand mme obtenir du Parlement le votre du budget 2013-2014 avec des prvisions en vue dune augmentation substantielle pour la police, la sant publique et surtout les professeurs dont les syndicats, pour la plupart, taient partie prenante des manifestations de rues et encourageant mme les lves des coles publiques attaquer ceux des coles prives. Nesmy MANIGAT, le ministre de lducation nationale, avec les syndicats denseignants y inclus celui de Jos MERILIEN. Laboutissement de ces ngociations a priv lopposition dune frange importante de personnes lors des dernires manifestations. Ladministration Martelly, qui a mis le cap vers les lections du 26 octobre 2014, comme la prvu lAccord Del Rancho du 14 Mars 2014, a sorti un arrt nommant le Conseil Electoral Provisoire et a procd linstallation de 7 membres sur 9, Me Nhmy Joseph se solidarisant avec ce dernier. Cet arrt a t pris suite la membres au nouveau CEP, de ses trois (3) membres par le Pouvoir Judiciaire et au remplacement de Me Menard par Me Canton par le Pouvoir Excutif. Le CEP, qui a lu Me Canton la prsidence du Conseil en remplacement de Me Menard mut la direction gnrale de lONA en remplacement de M. Dgraff mis pied sous la pression des employs de lInstitution, a propos un pr-calendrier lectoral aux partis dernier du rgne de Soulouque dont il taxe le gouvernement la fois de noiriste et de pouvoir de doublure ce qui est une aberration pour Acacia. la critique de la campagne de Soulouque, lauteur rtorque vivement en rappelant diplomatie hatienne de la premire moiti du XIX e sicle et mme au-del. Dj lauteur empite sur le prochain chapitre de ce sujet. Une volont dindpendanc e qui fut, comme la soutenu Jean Coradin (3), une dcision nationale Il sagissait de faire valoir les droits dexistence et de permanence de ltat hatien selon Acacia. Mme le projet de la rpublique voisine (Saint-Domingue) tait davantage d un souci dempcher le retour des Franais, donc une garantie contre le rtablissement de lesclavage. manqus avec lhistoire, rien de tel pour conclure le livre quun plongeon dans le prsent. Aussi rend-il compte dun texte de Lionel Trouillot sur le manque de citoyennet dans lequel ltat ne serait pas tranger en ce quil maintient des lgislations et des obligations diffrentes selon quon est urbain ou rural. Michel Acacia invite secouer la rigidit des conventions sociales le poids des traditions le manque de volont gnrale et le fatalisme politique, conomique et culturel citoyennet. Huguette Hrard N.D.L.R.: (1) Paru en 2006 Imprimeur II (2) Paru en 2001. Imprimerie Henry Deschamps (3) Histoire diplomatique dHaiti. 1804-1843. 1988. Port-au-Prince. dition des Antilles. politiques pour lorganisation du 1 er tour des lections en octobre et le 2 e tour en dcembre 2014. Selon les rumeurs persistantes, des tractations seraient que souhait par la Chambre du Commerce et dIndustrie dHati (CCIH), lAssociation des Industries dHati (ADIH) et par la Socit civile. A ce quil parait, il y aurait de fortes chances que ces tractations aboutissent un consensus pour lorganisation des lections en 2014. Mais, dun autre cot, dclarations, de part et dautre, tendent beaucoup plus aggraver la situation qu lapaiser, le simple analyste se perd en conjectures. En tout cas, aujourdhui, le Snateur JEANCHARLES, victime hier de bousculade policire lArcahaie, a demand au Snat de prendre ses responsabilits et a lanc un mot dordre de manifestation pour la semaine prochaine en vue du dpart immdiat de la MINUSTAH, de la libration des prisonniers politiques, de la dmission de MM. Lamothe et Martelly. Lide de dpart du Snateur JEAN-CHARLES tait de voir partir ladministration Martelly avant la Coupe du Monde, en particulier avant le 31 Mai 2014. Jusquici, cette administration a pu tenir le coup. Si elle arrive traverser la semaine de manifestions annonces par le Snateur, elle pourra tranquillement passer la trve du Mondial Brsilien, vu lengouement des Hatiens pour le football. Peut-tre quentre le croit lADIH. En effet : LADIH demeure persuade que les acteurs politiques arriveront une solution dentente, il y va de lavenir de notre pays et le secteur priv dans son ensemble sollicite que des concessions soient faites pour aboutir au processus lectoral cette anne. Cest, selon ce qua rapport Le Nouvelliste, la position de Madame Sandra Honor, la Reprsentante du Secrtaire de lONU en Hati (Rf. http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/131798/Haiti-ou). Ce qui est sur, cest que cette Coupe du Monde tombe point nomm pour nous sortir de cette quotidiennet faite de politiques politiciennes, de batailles de clans, de dialogue de sourds, de palabres sans suite ni cohrence au sein de la plupart des stations de radio ou de tlvision, de mise en place de stratgies claniques par rapport des stratgies de dveloppement pour Hati, notre mre tous et toutes. Cest se poser la question : Hati est-elle en train de passer de la turbulence politique la paix footballistique, tout au moins pour le mois du Mondial 2014 ? Rappelons que le mois de juin est le premier mois de la saison cyclonique qui se concentre du 1 er juin au 30 Novembre de chaque anne? Esprons quaprs la Coupe du Monde, la turbulence politique coutumire notre chre Hati et la saison cyclonique (notre pays tant sur la route des cyclones) ne nous jetteront pas dans des tourments encore plus terribles. En attendant, oublions la politique politicienne et concentrons-nous sur le Mondial brsilien avec ses lots de surprises footballistiques. Que Dieu nous vienne en aide !!!

PAGE 13

Page 13 HAITI QUEL DEVELOPPEMENT ? Il y a quatre ans, plus exactement en juin 2010, le secrtaire gnral de lOrganisation des Nation Unies (ONU), M. Ban Ki-moon, prsentait la presse le rapport 2010 sur les Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD). Ce rapport, rdig par le Dpartement des Affaires Economiques et Sociales (DAES) des Nations Unies, rassemblait les dernires analyses et donnes de 25 agences internationales et de lONU travers le monde sur les progrs accomplis dans chaque rgion javais consacr une srie darticles ce thme, voir (HEM Vol. 24, # 23, 24, 25, 26, 27). comprhensible, nous sommes un an de lchance puisque jai t invit deux runions de travail, lune sur la validation du rapport dHati pour 2013, qui sest tenue lhtel Montana le jeudi 8 mai, lautre, trois mois plus tt, le 25 fvrier, lhtel El Rancho Avant dentrer plus avant dans le detail de ces rencontres, je crois quil est bon de rappeler ce que sont exactement ces objectifs. Ils sont au nombre de huit, et chacun est accol un certain nombre de cibles, qui sont des priodiquement le degr datteinte de lobjectif gnral. Cibles : Rduire de moiti, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont est infrieur un dollar par jour. Assurer le et la possibilit pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail dcent et productif. Rduire de moiti, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de partout dans le monde, les moyens dachever un cycle complet dtudes primaires. Cible : Eliminer les disparits entre les sexes dans les enseignements primaires et secondaires dici 2005 si possible, et tous les niveaux de lenseignement en 2015 au plus tard. Cible : Rduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalit des enfants de moins de 5 ans. Cibles : Rduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalit maternelle. Rendre laccs la mdecine procrative universel dici 2015. Cibles : Dici 2015, avoir enray la propagation du VIH/sida et commenc inverser la tendance actuelle. Dici 2010, assurer tous ceux qui en ont besoin, laccs aux traitements contre le VIH/sida Dici 2015, avoir maitris le paludisme et dautres grandes maladies et commenc inverser la tendance actuelle. Cibles : Intgrer les principes du dveloppement durable dans les politiques et programmes nationaux et inverser la tendance actuelle la dperdition des ressources environnementales. Rduire la perte de la biodiversit et atteindre, dici Rduire de moiti, dici 2015, le pourcentage de la population qui na pas daccs un approvisionnement en eau potable ni des services dassainissement de base. Amliorer sensiblement, dici 2020, les conditions de vie de 100 millions dhabitants des taudis. Cibles : Rpondre aux besoins particuliers des pays les moins avancs, des pays en dveloppement sans littoral et des petits tats insulaires en dveloppement. Et tout de suite je vais me permettre quelques remarques, reprenant ce que je disais dj il y a quatre ans (voir H EM Vol. 24, No. 23, du 30/06-06/07/2010). Pour commencer, je parlerai de ce que jai appel la hirarchisation des objectifs. A mon avis, les objectifs 4 : rduire 5 : et 6 : relvent du domaine de la sant et pourraient tre regroups dans un objectif qui serait lamlioration du systme de sant au lieu dtre prsents comme des objectifs en soi. A partir de ce moment, nous avons six grands objectifs qui seraient 1. 2. 3. 4. 5. 6. Dans u prochain article, je mtendrai un peu plus sur lobjectif # 1, qui est pour moi le plus important et tout fait dactualit. Bernard Ethart ( Dun ct je me rjouis, mais de lautre non parce que beaucoup restent en dehors : Yolanda Noel, descendante dHatiens sans-papiers en Rpublique dominicaine, reste sur sa faim aprs lapprobation dune loi qui octroie sous condition la nationalit locale aux enfants dimmigrs clandestins. Age de 28 ans, Yolanda a obtenu il y a deux ans sa carte didentit dominicaine aprs huit ans de combat judiciaire. Comme elle, de nombreux descendants dimmigrs hatiens sans-papiers regrettent que la loi promulgue vendredi par le prsident Danilo Medina exclue encore nombre dentre eux de laccs automatique la citoyennet dominicaine. Petite-fille dimmigrants hatiens, Yolanda est encore en butte aux tracasseries de ladministration, qui veut enregistrer ses quatre enfants comme ns de parents trangers. Cette loi adopte en urgence visait rsoudre un imbroglio juridique n dune dcision de la Cour constitutionnelle prise le 26 septembre 2013 stipulant que les enfants ns dans le pays de parents trangers en transit dominicaine. Rtroactive 1929, la dcision avait jet dans bonne partie de descendants dHatiens, qui risquaient de se voir retirer leur nationalit, les privant du mme coup daccs au travail, aux universits, aux banques, aux services de sant ou la retraite. Durant la grande priode de lindustrie sucrire dominicaine, partir des annes 1910, la Rpublique RD: dominicaine a fait venir de nombreux Hatiens comme maind??uvre, mais sans jamais leur donner de papiers didentit en bonne et due forme, bien quelle ne les ait pas renvoys Citoyens de deuxime classe Dans son hameau de Kilombo, constitu dune quarantaine de maisons aux environs de Bayaguana hbergeant des descendants dHatiens recruts dans la plantation de canne sucre, 50 km au nord de Saint Domingue, Yolanda Noel rpertorie ceux qui nont pas obtenu de papiers. Parmi eux son cousin Wilkin Noel, 26 ans, qui ne dispose ni de carte didentit ni dacte de naissance. Il barbier, car, sans papiers, il na pas accs aux tudes suprieures ni au march lgal du travail. Ceux qui ont t lcole avec moi aujourdhui sont professionnels, ils passent dans le coin dans leurs Jeep et parfois En effet, la nouvelle loi naccorde la nationalit qu ceux disposant dun acte de naissance dans le pays. Les autres doivent prsenter une demande de naturalisation. Selon un dcompte des autorits lectorales, qui gre les registres dtat civil, 24.392 descendants dimmigrs clandestins, dont 13.637 Hatiens, pourraient dsormais obtenir une carte didentit. Mais le nombre dexclus pourrait tre bien suprieur : un recensement ralis en 2012 sous lgide des Nations unies estimait que 244.151 descendants dimmigrants vivaient en Rpublique dominicaine, dont .912 descendants dimmigrs hatiens. Wilkin hsite demander la naturalisation, car cela le placerait en liste dattente pour deux ans, le contraignant prsenter des preuves de sa naissance en Rpublique dominicaine et ne lui accordant au dbut que des droits civils et politiques limits. Cest une citoyennet de deuxime classe, parce que le naturalis ne peut pas devenir prsident de la Rpublique ni se prsenter une lection avant un certain dlai, a expliqu sur une tlvision locale lavocat constitutionnaliste Eduardo Jorge Prats. quatre enfants, de 18 trois ans, qui ne disposent pas dautre municipal. Elle est Hatienne, et lui, bien que n en Rpublique dominicaine, na pas de papier. Depuis la dcision de la Cour constitutionnelle, Santos se trouve en plein Kafka : considr comme Hatien par la Rpublique dominicaine, Hati ne lui dlivrera pas de passeport, en raison de sa naissance de lautre ct de la frontire. Cette loi ne me donne aucune garantie, reprend Yolanda Noel, employe domestique et fer de lance de la dfense des droits des immigrants et de leur descendance. Le combat doit continuer, clame-t-elle, volontaire. peuvent entrer en comptition parce que celle-ci est vicie la base) que lentrepreneur hatien qui na pas les possibilits de gagner qui le force tre toujours au bord de la faillite. Or le seul responsable, cest lEtat hatien, qui par sa tolrance envers les gros bonnets, ou pire encore par complicit et toutes sortes de pratiques corruptives, tue tout vritable progrs conomique national dans ce secteur malgr Et plus loin, tue aussi la production locale parce que ces gros importateurs, jouissant apparemment dun monopole exclusif, dune mainmise si totale sur le march, quils ne manifestent aucun intrt promouvoir les marques locales parce que celles-ci inconnues du gros de leur clientle. Pas nous, quelle que soit leur qualit (et quel que soit le rapport qualit-prix) disparaissent pendant longtemps des tagres. Pendant que le gouvernement jure bien entendu de protger la production locale et la cration demplois. En tout cas ce ne sont pas les transferts de 400 600 programme dassistance Ede Pp qui permettent de dgager une demande capable dempcher leffondrement de cette rare branche trs importante et trs active de lconomie nationale. Mais pas pour lconomie nationale il y a de plus le sgrgationnisme, qui peut faire autant sinon encore plus de mal. Mais dont seuls les concerns sen soucient. Seuls ceux qui en sont les victimes. A lre dun individualisme nulle part aussi primaire. linitiative dun groupe de 5 snateurs frachement constitu, le prsident de la Rpublique, Michel Joseph Martelly, rencontre des snateurs, ce mardi, htel Best western, Ption-ville, autour de laccord dEl Rancho. Wenceslas Lambert, Drex Pierre Louis, Mlius Hypolite, vote de la loi lectorale et la poursuite du processus lectoral. du conseil lectoral provisoire.

PAGE 14

Page 14 LES JEUX HORIZONTAL 1. Monstre du cinema japonais 2. En ce lieu Contrat de louage 3. Dsolante 4. dieu Polynsien de la guerre et de la fertilit Champion 5. Ancien nom du Myanmar 6. Empire de lAmrique prcolombienne Volcan du Japon 7. Pre dUlysse, dans la mythologie grecque 8. Fleuve de la Russie Cest dire. VERTICAL 1. Joueur de lequipe de basket de San Antonio 2. Instruments de musique vent 3. Sparations 4. Nappe deau stagnante 5. Joueur de la N.B.A. n Brazzaville Tratesla 6. Compagnie arienne chilienne Sans vtments 7. Disposais en couches 8. Machine utilise pour travailler le mtal. GODZILLA ICI#BAIL NAVRANTE ORO#K#AS BIRMANIE INCA#USU LAERTE#S ISSET#IE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeAXOLOTL I R D E O E P Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de SILLON BACLES en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sThailande Libye Egypte Chad Comores Benin Soudan Cote d Ivoire Mali Guinee Bissau Malawi PapouasieNouvelleGuinee Bangladesh Niger Congo Madagascar EquateurRENIER RELIER RELIES RELIAS DELIAS DELTAS PELTASSILLON BACLES P E Y S S T M I V P K D M J I L Q U B T N J C C A K Y I I A V E G E K N Q N K G B L J J Q P V P P Z A L D E B R D S L L U G O N R P Q A Y G R V O O R A R Y N N A V C T S Z T P K B C A U X D K U B G I T H A K G L T T S G N P K E E P J L Y K A A O F D L U J C I H L W W F A B O M X I O W Y S V D V I S X A M C Q T J U P W X U L F G P E C I E N A D U O S R O H S R M E U Z B A N G L A D E S H L R A W O P P H A X U H H W C O M O R E S N T B O A I N I R L F K P F G Q O C S P B T Z F O D G R R G I J Z E B H B Z L Q X B I W O M O Q U L A I J R N A D B U B G P V S S A A C C Q Q O V D W B W Z E N D W K N E L S U B R U S E T Q O E A P L V Q B P K W F D A H F Y P R T U B Z I Q L H K R U W K Q Z A U G B X B W O O Y K G S N A L C M A Q X Z Y B P N P X S G V A O X E C M M T E E T R K Q J T J X Y B V D U D H K Z A E T P Y G E J O C F G V W P R U A A G Y M I P D W S B G U R E E G C S R M U L L X M O P X E X J C I X R I I A Y W V Q B D E F H L R R I V U C N L R P X N L Y X P S E B H B K H M N R R W G E A C K N L E Z F P S Y G Z P C S P Z R M M T O M X N S M B E les cycles dtudes scolaires, le ministre de lducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a inform la population, notamment les candidats qui vont participer aux examens dtat, que le port de luniforme des coles auxquelles ils appartiennent, est dsormais obligatoire dans les centres dexamens. Selon Miloody Vincent, directeur de communication du ministre, il sagit dune mesure qui tait dj en application dans huit dpartements du pays, et que la nouvelle administration entend instituer galement cette anne, dans les deux autres dpartements, notamment lOuest. Nanmoins, cette mesure qui entend favoriser un meilleur droulement des examens dtat avec moins dirritants et dirrgularits possibles, ne touche pas les candidats qui vont composer librement au baccalaurat. Ces derniers, informe-t-on, seront distingus salle dexamens. En outre, indique M. Vincent, cette catgorie de candidats ne subiront pas leur test dvaluation dans les mmes centres dexamens que les candidats qui ont rgulirement suivi leurs cours durant lanne acadmique. Il sagit, ajoute-t-il, dune dcision en vue de porter les participants aux examens dtat adopter un comportement plus ou moins correct dans les centres dexamens. Ce, dans le souci de projeter une autre image comptences de ses futurs cadres et dirigeants de la nation. Cependant, prcise le MENFP, les autres consignes telles que : la prohibition du tlphone portable en salle dexamens, la tricherie sous toutes ses formes et tout autre comportement jug biscornu et rprhensible, sont toujours de rigueur. Par ailleurs, tout candidat rcalcitrant qui aurait tent de pitiner les consignes, serait passible de sanctions, allant jusqu son exclusion des examens dtat pour une priode de trois ans. HPN Alix Laroche La ministre de lconomie et des Finances, Mme Marie-Carmelle Jean-Marie, a indiqu que les employs de la fonction publique nauront pas, cette anne, le 14e mois de salaire quils recevaient autrefois la rentre des classes sous les gouvernements antrieurs. Le 14e mois nest prvu, ni par la Constitution ni par dautres lois de la Rpublique. Ltat le donne si le Trsor public le lui permet. Sil y a la possibilit dans la Trsorerie, on le fait, sil ny en a pas, on ne le donnera pas. La loi mre ne reconnait salaire, que recevaient dans le temps les employs de la fonction publique, loccasion de la rentre scolaire, a t annul par la nouvelle quipe dirigeante. Notons que cet quivalent du chque du mois doctobre accord la rentre des classes aux employs de ltat, notamment ceux qui peroivent un faible salaire, avait permis ces derniers Le ministre des Affaires sociales et du Travail (MAST), en collaboration avec lUNICEF, le Bureau international du travail (BIT), a lanc, jeudi, Ption-Ville, une tude sur les enfants en domesticit en Hati, un sujet dune grande proccupation sociale. sest droule la rencontre. participants, a ouvert la cmonie. Il sagit dune dmarche qui doit permettre aux autorits concernes et la population en consquence. Ont t dgages dans les allocutions de circonstance, la ncessit de mener des tudes sur la domesticit, la problmatique du travail des enfants et la prvention visant Comme indiqu, dans la Dclaration des droits de lenfant, les intervenants sont unanimes reconnatre que lenfant, en raison de son manque de maturit physique et intellectuelle, a besoin dune protection spciale et de soins spciaux, notamment dune La premire phase du processus dexpropriation au Centre-ville de Port-auPrince est lance, a annonc, lundi, Michel Prsum qui a soulign quune avait t faite suivant des critres par ltat. En vertu de la loi de 1979 sur la no tion dutilit publique, des comits avaient dj sillonn lespace depuis le mois daot pritaires ont particip une sance publique organise par ltat en vue dexpliquer le bien fond de la dcision, comme le prescrit la loi. La plupart des propritaires devaient dtablir leur qualit. Ainsi, ceux qui ont suivi le processus ont reu leur ddommagement, pour les autres leur argent est dpos sur un compte en consignation, jusqu ce quil puisse tablir leur qualit de propritaire. Un pre de famille jet dans la rue Ecoutez avec Marcus www.radiomelodiehaiti.com Aux USA et au Canada, sur votre cellulaire

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Lang ak kilti Kreyl la konseve nan Matinik, Gwadloup, Sent Lisi, Malgre jan kilti sa blayi e devlope a, men li poko yo, gen yon fo imaj, move pwopagann nan prs entnasyonal Nan ka Kiba kilti Kreyl la poko rive pran plas li merite a. Nan oryan peyi a depi nan syk pase, yo te toujou desandan ayisyen sa yo kalkile nan plis pase 60.000. Jodiya yo kontinye n ap pale Kreyl la ak lang panyol la. Sa ta bon si ta genyen plis enstalasyon kiltirl pou kenbe f plis pwomosyon sou kilti e lang kreyl atrave nouvl ki part nan laprs entnasyonal yo k ap pale peyi Tyemond yo, toujou viktim ou detwi pa katastwf natirl ap bay d Entnasyonal yo. genyen sou peyi Ayiti a, anplis ankouraje pou ka genyen yon pspsyon diferan. Siegfried Kaden Komis BERTHA LEMUS (Kiba) 03. 30.05 Schwanthalerstr. 80 RGB, Mounik Penti BERTHA LEMUS (Kiba) 27.04 01.06. Va, Sa, Di 15 -19 v Galeri at Modnn Ak kolaborasyon de EineWeltHaus IMAJ AK SON KALLE LAAR (Mounik) Nan sal konferans bibliotek la. Rosenheimerstr. 5, Mounik KARL HAIMEL (Outrich) Glashalle, 1. Etaj Rosenheimerstr. 5, Mounik KONFERANS LOUIS PHILIPPE DALEMBERT (Ayiti ak Pari) Kaulbachstr. 13, Mounik ATELYE ak Ines Cardoso-Schmidtlein (Mounik ak Kapverden) Siegfried Kaden (Kiba ak Mounik) Eva Becher (Mounik) Schwanthalerstr. 80 RGB, Mounik ALFRED GULDEN (Saarlouis) HILARIO BATISTA FLIX (Kiba) Schwanthalerstr. 80 RGB, Mounik KONFERANS HILARIO BATISTA FLIX (Kiba) Schwanthalerstr. 80 RGB, Mounik (Ayiti, Pari ak Monreyal) Kaulbachstr. 13, Mounik (Kiba) Hilario Batista Flix te ft 14 mas 1955 nan pwovens Camaguey, Kiba. Paran li yo te soti Ayiti. Li travay nan tradisyon Kreyl la nan Kiba Li deja bay Konferans nan Ayiti, jounal, revi nasyonal ak entnasyonal yo. Historien Laavann an, se manm Inyon atis, ekriven, li deja bay konferans sou wl fanm yo nan Ayiti, Kiba ak nan karayib la pami yo gen gen Inivesite Otonom Santo doinmgo, Repiblik Dominikani Li travay sou revolisyon 1797 rive 1804 nan peyi Ayiti. sou abolisyon esklavaj la nan peyi Ayiti ak wl fanm yo nan sosyete ayisyen an anvan e apre revolisyon. Digna Castaeda Fuentes pale franse, ris, angle, panyl ak kreyl. Ekrivn Plis enfomasyon (franais) > Louis Philippe dalembert te ne 8 D an 1962 nan Potoprens Dalembert te pase premye ane li yo nan Bel Air, yon katye pv nan kapital ayisyen an, se te epk diktati Papa Dk la, Pari, li te etidye Jounalis ak Literati. Dalembert l ap travay nan peyi l tankou jounalis, an 1986 li te vwayaje an Frans e liv ekriven kiben an Alejo Carpentier. yon karakt ki ranfose yon tansyon ant yon ti moun e yon gran e ak travay tankou fotograf nan Vyenn. Desinat Son, Ot Radyo teyat, DJ Plis enfomasyon (deutsch) > pwoje pou ouveti calling The Glacier ak Politraumau 01, Org Pwoje Ertre, Konstriksyon yon koleksyon sou acetato ak istwa ak at e Istwa acetato a, Travay pedagojik sou pespsyon Son an denyman nan Inivesite Nanjang, Singapour. Li abite nan krailling, toupre Munich ak nan Vyenn Pent Plis enfomasyon (espaol) > Li ne nan Santiago Kiba an 1940, se dokt an syans pedagojik, atis naif, manm kominote atistik Yeti UNEAC, manm Pwoj kominote Imaj Paseo del Prado, ak li se pati gwoup pent entwitiv yo. Galeri Servando Cabrera en 2007 ak yon rekonensans nan Bertha Lemus pentire Karayib la melanje ak blag istwa popil yo, mitoloji, relijyon ki gen ladan yo fanm karibyen yo tankou potomitan atrav ekspresyon k yo. Travay Bertha yo se yon omaj a fanm aktyl yo, ki gen belte ak bon jan eneji sou yo. Plis enfomasyon (franais) > Anthony Phelps pwt ak konferansye li te ne nan Po Anthony Phelps pwt ak konferansye li te ne nan Potoprens an 1928 An 1954 li te retounen Ayiti ansanm ak Woland Moriso, Rene Philoutele ak Ogis Teno yo te fonde goupman Ayiti Literati ak revi Semans. An 1964 diktati Divalye a te f Phelps travay km ot, atis plastik e jounalis, li deja resevwa anpil pri, pami yo nou ka site pandan 2 fwa Pri Casas se tankou Redakt nouvl nan Radio Kanada. Apati 1985 li disk li yo ak pou lt ot tout ak blag, woman, kont, Elatriye. Travay li yo deja tradwi nan anpil lang, nan alman li pibliye unendlichkeit BerlenWeimerAutbaverling 1976. (Pibliye do pou do ak ti koreksyon tankou mo sote) et deEDITIONDu 1er au 20 juin 20144me Jeudi et vendrediJuin 2014Dans le cadre de19 20Jeudi 5 juin :Les ds de la conservationIntervenants : Patrick Tardieu, Elizabeth PierreLouis Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 10 h 00 a.m. Jeudi 5 juinEditer Autour des textes proposs.Intervenant : Fred Brutus, Dieulermesson PetitFrre, Hrard Jadotte Modratrice : Emmelie Prophte-Milc Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 13 h 00 Vendredi 6 juin : Confrence : La Lodyans comme genre littraire ? Intervenants : Emmelie Prophte, Gary Victor Lieu : Institut Franais en Hati Heure : 17 h 00 Bo et Billy lisent Kettly Mars Vendredi 6 Juin :Kettly Mars, Parcours dune romancireIntervenant : Kettly Mars Lieu : Bibliothque nationale Heure : 10 h 30 a.m. Mardi 10 juin : Confrence : Pour Saluer Guy Alexandre Intervenants : Line Margron, Edwin Paraison, Jean-Marie Thodat Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 10 h 30 a.m. Mardi 10 juin Confrence : Dvelopper la critique littraire en Hati Intervenants : Rachel Vorbe, Pierre Raymond Dumas Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 11 h 45 a.m. Mercredi 11 juin : Thme : La littrature a-t-elle un sexe ? Intervenants : Rachel Vorbe, Kettly Mars Lieu : Institut Franais en Hati Heure : 16 h 00 Jeudi 12 juin :Dans les coulisses de Livres en FolieIntervenant : Max Chauvet, Frantz Duval, Thrse Abouzide, Guy Supplice, Anase Chavenet Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 10 h 30 a.m. Jeudi 12 juin :Cartes Blanches Jean-Ren LemoineLieu : Institut Franais en Hati Heures : 19 h 00 Vendredi 13 JuinAvoir lu Gabriel Garcia MarquezIntervenants : Lyonel Trouillot, Jean-Robert Lonidas, Pierre-Raymond Dumas Lieu : Bibliothque Nationale Heures : 9 h 30 a.m. Jean-Ren LemoineLe travail de metteur en scneLieu : Bibliothque Nationale Heure : 11 h 00 a.m. Lundi 16 juin La magie des Bibliothques Intervenant : Yvan Amar Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 11 h 00 a.m. Lundi 16 juinQuand Emmelie Prophte rencontre Yvan AmarIntervenants : Yvan Amar, Emmelie Prophte Lieu : Institut Franais en Hati Heure : 16 heures Des initiatives Mardi 17 juin, Thme : -Quand la littrature rencontre lhistoire Intervenant : Madison Smartt Bell Modr par Pierre Buteau Lieu : Ecole Normale Suprieure Heure : 9 h 00 a.m. Mardi 17 juin Thme : Un crivain qui aborde tous les genres Intervenant : Christian Garcin Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 10 h 30 a.m. Mercredi 18 juin, Thme : Lcrivain est aussi un chercheur Intervenants : Madison Smartt Bell, Michel Vzina, Christian Garcin Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 10 h 00 a.m. Mercredi 18 juin Dans le texte Intervenants : Michel Vzina, Bo, Billy Midy, Christian Garcin Lieu : Institut Franais en Hati Heure : 18 h 00 Mercredi 18 juinLes Bibliothques patrimoniales lre du numriqueIntervenants : Jean-Euphhle Milc, Elizabeth Pierre Louis Lieu : Bibliothque Nationale Heure : 11 h 15 a.m. Ekrivn Plis enfomasyon (Deutsch)> Alfred gulden ne nan Senlwis Eta Sarre, yon vil ki fwonty ant almay e la Frans ki f pou li nenpt fwonty se yon tm gen tou woman Greyhound, Obnehaus menm jan tou ak yon volim ekriti li yo ki gen yon tit pragmatik Nur Auf vle di se slman nan fwonty a, mwen lakay mwen, e nan etranje pami pri yo gen, Pri eta Baviera sou pwomosyon literati a, Pri Estefann Andre ak Pri kranichhstein de fon literati Almay la, ak yon bous nan Nouyk. Li se manm PEN e li gen yon pri nan At Sarre Chevalye ld nan At ak Lt yo. Fotograf Li te ft nan Vyenn an 1944, travay li yo konsantre travay li yo sou peyi amerik di Sid yo e Kiba. An 1978 li te pase kk mwa ap viv ak abitan orijin de Alto orinoco e f anpil foto sou yo pandan tout denye ane sa pwoj nan Laavann nan ak dokiman ki koresponn yo. nan vil Bogota, Cartagenas, Repiblik Chk, Krakovi, Dousseldort, Laavan, Helsinki, Kiev, Lima elatriye. Karl Haimel ap viv

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE t remise chacun des participants et aux membres de la presse. la ministre de lconomie et des Finances, Mme Marie-Carmelle Jean-Marie, accompagne des gestionnaires sortant et entrant du Fonds de reconstruction dHati (FRH), a inform que ce Fonds est sur le point dtre ferm, parce que les bailleurs ont Fonds dinvestissement visant la croissance conomique du pays est envisageable. Paralllement, un communiqu manant du FRH, distribu la presse, informe que le Comit de pilotage du Fonds de reconstruction dHati (FRH), sous la prsidence de la ministre de lconomie et des Finances, Mme Marie-Carmelle Jean-Marie, a cette allocation, le FRH aura approuv un total de prs de 74 millions dollars depuis sa cration en 2010 sous forme dappui budgtaire, permettant ainsi au gouvernement dquilibrer son budget. Par ailleurs, le FRH voque galement plusieurs projets en attente dapprobation portant sur un montant total de 56 millions de dollars pour dans les secteurs de la formation professionnelle, lagriculture et la sant qui sont reconnus comme des axes prioritaires pour le gouvernement hatien. De lavis de Mme Marie-Carmelle Jean-Marie, prsidente du Fonds, lappui budgtaire programme conclu avec le Fonds montaire international (FMI). Le gouvernement hatien est convaincu quil faut rorienter le Fonds de reconstruction dHati en un dcid de faire lvaluation de la premire phase du FRH avant 2014 en mme temps quune tude de faisabilit de sa mutation. Cette dernire tude devra dterminer si le fonds peut se transformer en un fonds dinvestissement pour soutenir le secteur priv reporte quinzaine Aprs plusieurs heures dchanges houleux, par moment, entre les avocats des deux Le juge sigeant, Jean Wilner Morin, a pris la dcision de renvoyer le procs, au nom du tribunal, aprs avoir pris connaissance des revendications des deux parties : civile et dfenderesse. Lun des avocats de la partie civile, Me. Mario Delcy, dentre de jeu, a produit une demande de dport du juge sigeant, Jean Wilner Morin, de laffaire. Le juge Jean Wilner Morin a son frre journaliste, et il est, lui-mme, un ancien combattu et rejet, avec des textes de lois en appui. Les dfenseurs de la Radio de Bon Repos, eux, ont exig des avocats du Conatel le dpt de toutes les pices quils entendent utiliser dans le cadre du procs. En levant laudience, le juge Morin a recommand ces derniers, la demande des avocats de la partie dfenderesse, de communiquer les pices, et a rejet du mme coup La prsidente de lAssociation nationale des mdias Hatiens (ANMH), Liliane PierrePaul Charles, des parlementaires, des politiciens, des militants de droits humains et une foule de citoyens venus de partout se sont rendus au tribunal correctionnel, au Port-au-Prince, mercredi 28 Mai 2014 : La Premire Dame de la Rpublique, Madame Sophia Martelly, a rendu une visite de courtoisie aux Centres du Groupe Hatien dtudes du Sarcome de Kaposi et des infections Opportunistes (GHESKIO), ce mercredi 28 Mai. Madame Martelly, Prsidente de la Commission de Coordination Multisectorielle (CCM Hati) pour la Tuberculose, la Malaria et le SIDA, a flicit, au nom du Prsident de la Rpublique et en son nom propre, la direction administrative et le personnel soignant pour la constance dont ils ont fait montre depuis plus de trente ans et leur norme contribution dans la prvention, la prise en charge mdicale, laccompagnement psychosocial des personnes vivant avec le VIH et la tuberculose en Hati.