Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00608


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Collision de deux catastrophes : politique et conomique Le Prsident Michel Martelly faisant visiter quelques ralisations, dont le parc industriel de Caracol, au Commandant de la branche Sud-Amrique des Forces armes amricaines, Gn. John Kelly La manifestation du 15 avril lactif de la branche radicale de lopposition, le Mopod (photo Marcus/HENM) Guerre pouvoir et opposition mais gare au 3e larron parle le prsident Martelly ? Le pouvoir comme source denrichissement Mort de Gabriel Garcia Marquez, lami de Graham Greene et de PORT-AU-PRINCE, 9 Avril Toute la ville en parle. Un nombre toujours plus grand de promus dans lappareil gouvernemental, cela en mme temps que le pouvoir serait soumis des mesures daustrit. En tout cas si austrit il y a, cest le pays qui la connat, apparemment pas le pouvoir. La nouvelle quipe entre en fonction comprend plusieurs nouveaux postes de ministre (de 18 avant FURCY, 19 Avril Une dclaration du prsident de la Rpublique, Michel Martelly, provoque un toll. Lors dune visite lintrieur du pays accompagnant FURCY, 18 Avril Nous voici repartis pour la nime dition dun thtre de labsurde parce que se reproduisant en vain depuis toujours. le chef du Commandement Sud-Amrique des Forces armes amricaines (SouthCom, base en Floride), le gnral John Lopposition part lassaut du pouvoir. Celui-ci La Littrature mondiale est en deuil. Le romancier, nouvelliste, journaliste Gabriel Garca Mrquez est mort. N le 6 mars 1927 dans la municipalit dAracataca, en PORT-AU-PRINCE, 18 Avril Il y a un niveau que la dmocratie hatienne na pas encore atteint si jamais on y arrive un jour, cest celui de laccumulation des richesses par les gens au pouvoir. Colombie, il reut le prix Nobel Le Prix Nobel de littrature Gabriel Garcia Marquez Le traditionnel Chemin de croix dans les montagnes de Furcy, au haut de la capitale, Port-au-Prince

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Les caisses sont vides: Martelly explique Le prsident Michel Martelly a tent lundi (14 avril) dexpliquer ses dclarations commentaires) en indiquant une nouvelle fois que le gouvernement a entrepris de nombreux travaux travers le pays. Les caisses sont low (traduction leur niveau est bas) parce que le gouvernement a entrepris beaucoup de travaux. Il y a de grands btiments qui sont en construction et il y dautres chantiers travers le pays, a dit M. Martelly. Jai dit que les caisses nont pas beaucoup dargent, mais je nai pas dit que les caisses sont vides. Et certains font de la politique avec cette dclaration, a ironis le prsident Martelly qui participait au lancement dun centre de formation pour des jeunes de la rue. Il a indiqu dautre part que le gouvernement sapprtait employer 7.000 enseignants qui travaillaient depuis de longues annes dans le systme ducatif, mais nont jamais t pays par lEtat. Cest vrai quil ny a pas beaucoup dargent, parce que largent est investi dans beaucoup dactivits, a poursuivi le prsident Martelly qui a laiss toutefois entendre que peut-tre nous allons faire un peu moins. Outre le chque de ltat que les policiers hatiens peroivent rgulirement toutes aux conducteurs par des contraventions inventes. Ceux qui assurent le transport en commun en sont les principales victimes, rapporte Haiti Press Network. Je ne sais plus quoi faire avec ces agents de police qui saisissent, tout bout de champ, mon permis de conduire, attendant bon gr, mal gr, que je vienne ngocier se plaint, ne sachant quel saint se vouer, un chauffeur de transport public, victime du mauvais comportement de la part dagents de la circulation routire dans la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince. Daprs les tmoignages de nombreux chauffeurs, des policiers qui, pour la plupart, semblent mme ignorer les principes de la circulation automobile, distribuent, avec ou sans raison, des contraventions mais dont les permis saisis nont jamais t dposs la Direction centrale de la police routire (DCPR), qui, elle-mme, semble avoir perdu tout contrle de ces agents qui se livrent impunment ces pratiques scandaleuses. Laurent Lamothe continue sa srie de visites guides dans les usines de plusieurs entreprises hatiennes. Le lundi 14 avril, ce fut le tour du Rhum Barbancourt et du campus industriel du Groupe Coles qui comprend Tropic SA, Cannex et Sun Food de recevoir le Premier ministre hatien. A lusine Barbancourt, M. Lamothe sest entretenu avec le PDG, Thierry Gardre. appuyer la production nationale et encourager les entreprises hatiennes dans leur production et leur stratgie de cration demplois et de richesses, favorisant le dveloppement du pays. Aussi a-t-il rendu un vibrant hommage au Rhum Barbancourt, quil a dcrit comme tout le soutien de son gouvernement cette compagnie qui est la doyenne en Hati et a ritr les engagements pris en vue de continuer appuyer toutes les compagnies hatiennes. Une dlgation de 23 partis politiques, qui avaient pris part au dialogue politique et institutionnel inter-hatien, sest runie mardi (15 avril) Port-au-Prince pour dsigner trois nouveaux membres au sein de la Commission de suivi du dialogue pour remplacer ceux qui ont intgr le gouvernement dit douverture. Osner Fvry de la Coalition nationale des Partis politiques non-aligns du centre dmocratique (CONACED), Jeantel Joseph du Consortium national des Partis politiques, et Enold Joseph de la Konvansyon inite demokratik (KID) sont les trois personnalits dsignes pour intgrer la Commission de suivi du dialogue politique et institutionnel inter-hatien. lancien colonel Himmler Rbu du Parti GREH et Patrick S.W. Joseph, qui tous les trois ont accept de faire partie de lquipe du gouvernement douverture. que plus dune vingtaine de reprsentants de partis mont choisi pour travailler pour lavancement du pays sest rjoui lavocat Osner Fvry, lissue de la rencontre qui sest droule en prsence des reprsentants de la Commission piscopale dHati (CEM). groupe de partis de lopposition Port-au-Prince, le 14 avril 2014 (AHP) Une dlgation compose de plusieurs responsables de partis politiques de lopposition sest entretenue le lundi 14 avril avec le groupe des six snateurs qui se rclament eux aussi de lopposition dmocratique. La secrtaire gnrale du RNDP, Mirlande Manigat, a fait savoir que lopposition partage la position du groupe des six qui conditionnent leur vote aux amendements la Pour sa part, le coordonnateur du parti Ayisyen Pou Ayiti, Jonas Coffy, soutient que le gouvernement est lunique responsable des retards enregistrs dans le processus lectoral depuis larrive du prsident Martelly au pouvoir. Ce ne sont ni les partis politiques ni les parlementaires qui devraient porter le chapeau, lections pourvu quelles soient justes, honntes, inclusives et dmocratiques. Manifestation pour dnoncer la corruption et rclamer la dmission du prsident Michel Martelly Port-au-Prince, le 16 avril 2014 (AHP) Des centaines de personnes ont manifest le mardi 15 avril Port-au-Prince pour continuer dexiger la dmission de lquipe en place et lorganisation dlections gnrales anticipes dans le pays. La manifestation qui a dmarr dans le quartier populaire du Bel-air a parcouru les ruines du palais prsidentiel devant lequel les protestataires comptaient se rendre, pour mieux se faire entendre par les dirigeants. Exhibant des pancartes sur lesquelles taient inscrits des slogans hostiles au prsident Michel Martelly et au premier ministre Laurent Lamothe accuss de dilapider les fonds publics et de nourrir la population de propagande et de promesses non tenues, les manifestants ont aussi scand sur tout le parcours des slogans appelant les deux hommes partir aprs avoir vid les caisses de lEtat, allusion aux dclarations faites Histoire: Lhomme, un prdateur ? Hati en Marche Miami th ( ( La guerre, quoi sert-elle ? For Absolutely nothing a, une fois, dit Lhistorien britannique Ian Morris, lui, servi non seulement faire la paix mais La guerre a amlior notre vie sur terre, soutient Ian Morris. Pour tayer cette thse aussi tonnante que choquante, il sappuie sur lhistoire des 10.000 dernires annes, depuis lge de pierre jusqu nos jours. Cest partir de cet imposant survol historique allant depuis la formation des empires de lantiquit jusqu lpoque actuelle dont il analyse les effets des batailles et conqutes quil tire cette provocante conclusion : la guerre aurait, dans lensemble, servi quelque chose. Victoires, vols, conqutes, dominations, avec leur ahurissant cortge de morts, ne seraient que le ct sombre de la guerre. La violence a toujours t un outil parmi dautres dont disposent les tres humains dans leur lutte pour lacquisition de ressources et pour la reproduction. La guerre est insense pour celui qui la subit, crit Morris. Mais pour celui qui la regarde dans une perspective globale long terme peut trs bien voir la logique qui sous-tend la guerre La logique quil dcle, cest que la guerre a, long terme, rendu lhumanit plus sre et plus riche. cr, au cours de lhistoire, des socits plus grandes et plus complexes qui se sont organises en tats, avec un ordre pointu. Celles-ci auraient rduit le risque que leurs sujets meurent dune mort violente. Pour appuyer sa thse, il se rfre non seulement lhistoire mais aussi larchologie et lanthropologie. De lge de pierre nos jours, la violence aurait drastiquement baiss. Mme les 100 200 millions de morts quont cots les deux guerres mondiales et les gnocides du XX e ne correspondent qu 1 2 % des 10 milliards dtres humains que comptait le sicle dernier, rappelle-t-il. En revanche, dans les socits de lge de pierre, ctait 10 20 % des tres humains qui tombaient sous le coup de la violence quotidienne des gens entre eux. Pour un homme du XX e sicle, la probabilit de mourir dune mort violente est dix fois moins leve que du temps de lge de pierre, calcule-t-il. Et les montagnes de morts et souffrances que provoquent les guerres, tout Pour Morris, cest simple de ne relever que le mal dans la guerre car lhistoire montre que le recours la violence nest pas aussi grave que ses alternatives. violente que les socits primitives vivaient au quotidien, rpond Morris. Mme quand on value les guerres daujourdhui avec leur taux lev de victimes, la thse de la rduction de la ce quon en pense. En 1250, 1 Europen de lOuest sur 100 craignait de mourir de mort violente. Du temps meurtrier de Shakespeare, le taux tait de 1 sur 300 et en 1950, 1 sur 3.000. Lhumanit a appris dompter sa tendance la violence. Elle est devenue moins meurtrire. Et ce processus sest acclr au cours des deux derniers 100 ans. Il croit mme que, dans les cinquante prochaines annes, le vieux rve dune humanit sans guerre pourrait mme devenir ralit, si la violence continue sa marche descendante. La bte en nous Pour Ian Morris, comme pour Norbert Elias quil cite dailleurs dans son ouvrage, la guerre serait un moindre mal dans le procs de civilisation quand bien mme elle soit une mthode hideuse pour crer des socits paisibles. Cest la seule que lhumanit a choisie, remarquet-il. Il serait certainement plus agrable lieu de recourir la violence. Mais cela ne sest pas pass ainsi. La bte en nous ne meurt pas, la violence reste encore une possibilit et si, dans un cas concret la conclusion que la violence pourrait lui tre utile, il lutilisera. Historiquement la guerre a toujours triomph sur les palabres. Les bonnes paroles agissent positivement quaprs la guerre (2). la raison ni la morale qui portent les gens renoncer la violence mais la contrainte et explication. Les gens ne renoncent que rarement leur libert et aussi la libert dattaquer et de dpouiller lautre. En tant qutre social, intelligent et calculateur, lhomme est, du point de vue de lvolution, orient vers la violence. Il ny va de main morte mais plutt de main forte: Nous sommes des tueurs. Pratiquement la seule chose qui soit assez forte pour contenir la bte en nous, cest la menace de sanction, la dfaite dans la guerre ou la peur quon en a. Il ny va pas non plus par quatre plupart des anthropologues et des historiens daujourdhui, que Thomas Hobbes est plus proche de la vrit que Jean-Jacques Rousseau. La thse lugubre de Hobbes selon laquelle la vie, avant linvention de ltat, tait une guerre permanente de tous contre tous est, en effet, moins romantique que lide de Rousseau qui croyait que sans convoitise. Si la guerre est une rponse primitive nos besoins, le contrat social volontaire est, selon Morris, une prise de conscience qui, en gnral, ne dploie sa force de persuasion quaprs la guerre. Le cas de la construction de lUnion Europenne est une exception dans lhistoire de lhumanit. Pour la premire fois dans lhistoire, une imposante masse de gens 500 millions pour le moment dcident deux-mmes de mettre en place une socit plus grande, plus sre et plus riche sans y avoir t contraints loue Morris. Il met une petite sourdine son enthousiasme quand il estime que les guerres ny sont pas trangres. Psychologiquement, les Europens avaient presque touch le fond du puits avec la Seconde Guerre mondiale. La peur de la rsurgence dune Allemagne menaante a jou aussi un rle dans le dsir de crer ce gigantesque projet communautaire. Mais ceci na t aussi possible que parce quil y a un gendarme rcemment par le prsident Martelly selon lesquelles le

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Histoire Lhomme, un prdateur ? ( FPO-1G2124-13822-140210 1 SOURCE : www.brh.net/stats_financieres.html in Millions of Gourdes 2 SOGEBANK 3,475.3 26.6% 3 BNC 2,684.1 20.5% 4 CAPITAL BANK 872.7 6.7% 5 SOGEBEL 442.9 3.4% 6 SCOTIABANK 258.0 2.0% 7 CITIBANK 237.8 1.8% 8 BPH 195.5 1.5% 9 BUH 153.6 1.2% in Millions of Gourdes 2 SOGEBANK 499.6 19.1% 3 BNC 436.4 16.7% 4 CAPITAL BANK 194.4 7.4% 5 SCOTIABANK 79.5 3.0% 6 SOGEBEL 55.3 2.1% 7 BUH 38.9 1.5% 8 BPH 31.1 1.2% 9 CITIBANK (1.5) -0.1% in Millions of Gourdes 2 SOGEBANK 47,242.8 26.9% 3 BNC 42,562.7 24.2% 4 CAPITAL BANK 10,321.9 5.9% 5 SCOTIABANK 5,828.8 3.3% 6 CITIBANK 5,337.0 3.0% 7 SOGEBEL 4,229.8 2.4% 8 BUH 4,047.8 2.3% 9 BPH 2,715.1 1.5% in Millions of Gourdes 2 SOGEBANK 38,659.8 26.5% 3 BNC 34,943.1 24.0% 4 CAPITAL BANK 8,746.9 6.0% 5 SCOTIABANK 4,709.1 3.2% 6 CITIBANK 4,192.3 2.9% 7 BUH 3,559.9 2.4% 8 SOGEBEL 2,799.8 1.9% 9 BPH 2,322.3 1.6% 2 SOGEBANK 563,104 27.6% 3 BNC 360,662 17.7% 4 BUH 96,828 4.7% 5 CAPITAL BANK 78,873 3.9% 6 BPH 25,643 1.3% 7 SCOTIABANK 22,251 1.1% 8 SOGEBEL 10,366 0.5% 9 CITIBANK 2,357 0.1% in Millions of Gourdes 2 SOGEBANK 19,055.5 30.1% 3 BNC 10,260.5 16.2% 4 CAPITAL BANK 4,747.4 7.5% 5 SOGEBEL 2,596.7 4.1% 6 SCOTIABANK 2,286.1 3.6% 7 BUH 1,434.1 2.3% 8 BPH 1,422.8 2.2% 9 CITIBANK 1,336.7 2.1% 2 CAPITAL BANK 0.69% 3 SOGEBANK 0.85% 4 BNC 2.11% 5 CITIBANK 2.14% 6 SOGEBEL 6.97% 7 SCOTIABANK 8.09% 8 BUH 14.98% 9 BPH 33.98% Non Performing Loans as a % of Loans 1 Ranking of The Financial Times/The Banker, August 2013.www .unibankhaiti.com ( loi lectorale 2013 le 1er avril, la Chambre des dputs qui a t ensuite transmise la chambre Haute, un groupe de six snateurs conditionnent leur vote du texte de loi. ladministration Martelly, exigent lapplication de larticle de la Constitution du 29 mars 1987 amende le 9 mai 2011, qui rgit les critres de mise en place du Conseil lectoral provisoire. Plac dans le titre XIV de la Constitution, sous la rubrique des dispositions transitoires, larticle stipule : en attendant ltablissement du Conseil lectoral permanent prvu dans la prsente Constitution, le Conseil national de gouvernement forme un Conseil lectoral provisoire de neuf membres, charg de lexcution et de llaboration de la loi lectorale devant rgir les prochaines lections Selon ce mme article, les membres du CEP doivent tre dsigns ainsi : un par lExcutif non fonctionnaire ; un par la confrence piscopale ; un par le conseil consultatif ; un par la Cour de cassation ; un par les organismes de dfense des droits humains ne participant pas aux prochaines comptitions lectorales ; un par le Conseil de luniversit ; un par lassociation des journalistes ; un par les Cultes rforms et un par le Conseil national des coopratives Dans laccord dEl Rancho, sign par lExcutif et le Parlement, les acteurs avaient pris lengagement de renommer le Collge transitoire du Conseil lectoral permanent (CTCEP), organe charg dorganiser les lections, en Conseil lectoral provisoire (CEP). Pour faire la lumire sur certains points dombre relatifs lapplicabilit de larticle tel que rclam par des snateurs, des juristes contacts par Haiti Press Network estiment que lexigence des snateurs pour faire appliquer larticle 289 de la Constitution dans la conjoncture actuelle, est hautement politique. Dabord, larticle est plac dans la partie des dispositions transitoires, donc il est applicable une seule fois. Ensuite, il ny a plus un Conseil national de gouvernement la tte du pays et il ny a pas non plus de Conseil consultatif. Donc si lon veut appliquer cet article, il faut prendre en considration ces aspects Cest lavis dun de deux juristes interrogs sous couvert danonymat par lagence HPN ce sujet. Larticle est applicable sil nest pas attaqu en inconstitutionnalit. Mais, il existe une impossibilit matrielle : labsence de linstitution charge pour lappliquer, savoir le CNG dit lun des avocats. Toutefois, lhomme de loi admet que le gouvernement actuel peut remplacer le CNG sur la base dun consensus avec les autres acteurs concerns. Joint au tlphone par HPN, le snateur Mose JeanCharles, lun de ceux qui exigent lapplication de larticle 289, explique que ses collgues et lui ne rclament pas lapplication, la lettre, de larticle. Le snateur Jean-Charles prcise : le CTCEP tant caduc, nous demandons tout simplement lapplication de lesprit de cet article pour mettre en place le conseil lectoral dune institution caduque La non tenue dlections rgulires sont, entre autres, des points caractrisant la crise politique qui svit dans le pays. Conscients des problmes, les protagonistes avec la mdiation de la Confrence piscopale se sont assis autour dune table, pendant des semaines, pour discuter et dgager des perspectives pour sortir le pays de la crise. Ils se sont entendus sur la question des lections, qui auraient d se tenir dans le pays depuis environ trois ans, et ont tabli des pralables pour que ce scrutin soit organis cette anne dans de bonnes conditions. Sylvestre Fils Dorcilus mondial que sont les tats-Unis, note-t-il avec justesse. Pour documente que puisse tre la thse de Ian Morris, le lecteur peut regretter quil nait pas laiss percer un brin de mlancolie face aux amoncellements de cadavres que les guerres ont laisses sur leur passage. Huguette Hrard York Accord remplacement au sein de la Commission de Une dlgation des 23 Partis politiques, ayant pris part au dialogue politique et institutionnel inter Hatien, sest runie mardi (15 avril) Port-au-Prince pour dsigner trois nouveaux membres au sein de la Commission de suivi du dialogue pour remplacer ceux qui ont intgr le gouvernement dit douverture. Osner Fvry de la Coalition nationale des Partis politiques non-aligns du centre dmocratique (CONACED), Jeantel Joseph du Consortium national des Partis politiques, et Enold Joseph de la Konvansyon inite demokratik (KID) sont les trois personnalits dsignes pour intgrer la commission de suivi du dialogue politique et institutionnel inter Hatien. Les trois remplacent la commission lex-snateur Rbu du Parti GREH et Patrick S.W. Joseph, qui tous les trois ont intgr lquipe du gouvernement douverture. Je retrouve cette commission avec un sentiment de reprsentant de partis mont choisi pour travailler pour lavancement du pays sest rjoui lavocat Osner Fvry, lissue de la rencontre, qui sest droule en prsence des reprsentants de la Commission piscopale dHati (CEM). Le pouvoir comme source denrichissement p.1 Guerre pouvoir et opposition mais gare au 3 e larron p.1 Collision de deux catastrophes : politique et conomique p.1 Dcs de Gabriel Garcia Marquez, ami de Graham Greene et de Omar Torrijos p.1 LAcadmicien (Dany Laferrire) reu par le Prsident p.8 Georges Corvington, lhistorien de Port-au-Prince p.12 Elections : Article 289 de la Constitution contre Article 12 de lAccord dEl Rancho p.3 RSF critique le communiqu du Conatel p.6 Menaces contre des organisations des droits humains et ractions internationales p.7 La Banque mondiale encourage la lutte contre le cholera en Hati page 6 Foire de Femmes en Dmocratie p.6 Tandans Rasin nan Oralti ak Literati Kreyl la p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE caisses parle le prsident Martelly ? Or pour commencer ce dernier aujourdhui est rduit au plus bas. Oui, le prsident a thoriquement des raisons de crier famine. Dabord les recettes internes ne peuvent atteindre les prvisions espres pour la simple raison que le pays ne Mais linterrogation : de quelles caisses a voulu parler La Prsidence a le sien. Tout comme la Primature. Et ainsi de suite. Comme lindique tout projet de budget dpos ( Kelly, le prsident hatien dclare abruptement que les caisses de lEtat sont vides. Aussitt lopposition se dchaine. Les manifestations de rue ont repris lappel de sa branche la plus radicale, le Mouvement patriotique de lopposition dmocratique ou Le Prsident Martelly coupe le ruban ouvrant la circulation le nouveau pont sur la Rivire Courjolle (Arcahaie) MOPOD. De fait le prsident hatien a-t-il qualit pour tenir une LEtat a deux budgets. Le budget de fonctionnement (les dpenses courantes de lAdministration publique). Et le et autres ralisations inscrites dans la dure. Les deux ne peuvent se mlanger. Or le prsident Martelly a dclar : le gouvernement ralise tant de travaux dans le pays, maintenant lEtat na plus un sou. Cela voudrait-il dire que les deux budgets (fonctionnement et investissement) aujourdhui ne font plus de la plante (Banque mondiale, Bid, FMI etc) car le budget dinvestissement est aliment en priorit par lassistance externe (dons et crdits) qui tient donc constamment y voir clair. Tandis que le budget de fonctionnement tire au et douanires du pays. Et indirectement aussi des transferts de nos expatris. Prs de 2 milliards de dollars amricains lan jusquau dbut de la rcession conomique mondiale (2008). Et enfin une rallonge externe, relative dans son montant, appele appui budgtaire. au Parlement, vot ou non. Le prsident a-t-il donc prch pour son propre compte Car en effet la messe nest pas dite. Au cas o la Prsidence ou la Primature narriveraient plus faire leurs frais en battant leur propre record, quasi suppression de lappui externe au budget de fonctionnement, crise conomique internationale rduisant les transferts de nos compatriotes rfugis sous dautres cieux, blocage du vote du budget au snat de la Rpublique etc), il reste encore la possibilit de sadresser la banque centrale pour solliciter une avance sur les recettes douanires par exemple ou autres rentres tout fait assures. La BRH devrait disposer dun certain fonds de rserve plus forte raison lAdministration et le Gouvernement. Mais tout client de bonne renomme (nous insistons sur ce dernier aspect). Car faut-il encore que les dbiteurs en question, et quels quils soient, soient solvables, crdibles. Responsables Car la banque centrale a aussi des obligations envers dautres partenaires nationaux (banques commerciales, assurances, caisses de crdit etc) et internationaux. Est-ce que le pouvoir Martelly-Lamothe est dj pass par toutes ces phases pour que le prsident Martelly ait pu en Cependant il ny a pas de fume sans Car, paradoxalement, ladministration ou le dhonorer les chques signs en leur nom que lEtat hatien nest pas en faillite pour autant, cela tant que lquilibre macromonnaie locale contre toute tentation dutiliser la planche billets ou zry bourik etc) est maintenu. Bien sr aucune alerte ne saurait tre plus retentissante que celle lance par le chef de lExcutif. Cest le cas de dire : il ny a pas de fume sans feu limportance des mesures couramment appeles macroconomiques. Cest un garde-fou pour des pouvoirs qui risquent de trop se comporter en enfants prodigues. Hati en Marche 19 Avril 2014 et au Melodie FM produit presque rien et ne cre pas demplois, donc machine conomique toujours en marche arrire ou comme on dit dans notre jargon hatien embraye en back. Maigres recettes sur le plan domestique et rduction drastique de lappui budgtaire de nos grands amis, font que les autorits gouvernementales devraient se retrouver chaque jour davantage sur la corde raide. Cependant on ne leur voit en faire aucun cas jusqu tout rcemment dans la formation du nouveau cabinet ministriel avec une accumulation de postes improviss comme autant de chques zombie. plus menaces dasphyxie (comme le suggre le prsident) de lopposition au pouvoir actuel) se refusant voter le projet soumis par le gouvernement. Celui-ci nage par consquent tout fait dans linformel (cest le moins quon puisse dire) et toutes ses consquences aggravantes au niveau de la comptabilit publique. La porte ouverte au pire scandale politico Mais l o la dclaration prsidentielle est totalement renversante cest quelle fait galement rfrence au budget dinvestissement (le gouvernement ralise tant de travaux), or ce dernier en aucun cas ne saurait tre confondu avec les dpenses courantes du gouvernement. La Primature ne saurait payer ses obligations avec des chques tirs sur Petrocaribe En effet, le budget dinvestissement est aliment en premier lieu par les dons ou crdits internationaux (USA, Union europenne, BID, Banque mondiale, Japon, Tawan o une proportion quasiment disproportionne (cela cause de la dette quil y a au bout et qui aurait dj pass le cap du milliard de dollars) par les fonds Petrocaribe ou une ligne de crdit long terme et un taux trs prfrentiel accorde Hati par le Venezuela sur le remboursement de la facture ptrolire. Cest un cadeau de feu le commandante Hugo Chavez en souvenir de laide fournie par la jeune Hati indpendante au libertador Simon Bolivar (1815). Il est, comme tout un chacun peut comprendre, interdit au gouvernement dutiliser le budget dinvestissement pour rgler ses dpenses courantes. Sinon cest la porte ouverte au

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE Collision de deux catastrophes Le Premier ministre Laurent Lamothe poursuit sa tourne des entreprises commerciales, dont le Rhum Barbancourt et les jus Tampico (photo J.J. Augustin) ( ( laccession de Michel Joseph Martelly, on en compte aujourdhui 23), mais encore plus de secrtaires dtat et de directeurs gnraux. Chacun de ces derniers entraine de nouvelles dpenses (assistants, bureau, voiture, scurit etc., sans oublier le fameux Dans sa chair. Reprise de lmigration sauvage : dparts en mer par plusieurs dizaines ou centaines au milieu des protestations des les voisines. Or tout cela cest encore la crise au quotidien, au jour le jour, le primum vivere. Tandis que la grande Revenons donc la question principale. LEtat peut-il Le budget 2013-2014 na pas t vot par le Snat qui Aussi se demandent-ils : est-ce une croisade sacre qui se dessine autour de ce dernier alors que la justice se fait de plus en plus pressante son endroit. La cour dappel na pas cass la poursuite pour crimes contre lhumanit. Dautre part le prsident Martelly na jamais cach sa sympathie lendroit de lex-dictateur. Est-on en face dune nouvelle variante du Rien nest impossible ni trop tonnant dans cette crise hatienne, interminable bouffonnerie aux cent actes divers. Mais aux consquences si tragiques : chmage, pauvret, appauvrissement, gaspillage des ressources publiques. premier lieu le palais national et la primature ) alors que le rgime daustrit suppose le contraire. Normal, sans production et sans emplois, do viendraient les dlivre au compte-gouttes. Au cas o le gouvernement ferait semblant de ne pas sen apercevoir ou en parlerait seulement du bout des lvres, la population elle-mme la vit (cette crise) dans son ventre. un consensus large et franc qui permette un allgement de la crise conomique, eh bien nous voici bien partis au contraire pour unir et renforcer les deux monstres qui pendent sur nos ttes. Les deux catastrophes. Politique et conomique. En une seule immense catastrophe nationale. En Hati rien nest impossible et plus rien ntonne. Et en voulant faire lange, on fait la bte. Oui, le Dialogue hier si plein despoir, aura accouch plutt de lenfer Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince per diem !). Et dans la bonne tradition de lEtat se chwal papa, nul besoin de savoir si ces changements apporteront la moindre amlioration la machine administrative. On a nettement limpression que le pouvoir Martelly-Lamothe est pass une vitesse suprieure. Aprs avoir courtis la masse des ncessiteux (Ede pp, Kore etidyan etc), puis plus rcemment les patrons dindustrie, prsent cest au tour de faire quelques heureux du ct des classes moyennes. Cela en crant de toutes pices quelques nouvelles niches dans ladministration. Perspective lectorale oblige. Une nouvelle Mais certains vont plus loin et verraient lhorizon la mise en place dune nouvelle nomenclatura. Signe particulier : ancien fonctionnaire ou membre de larme sous le rgime de JeanClaude Duvalier. catastrophe est encore venir. Comme dit le crole, pita pi tris. En effet ny a-t-il pas un plus grave prsent il nous semble que lEtat savait mieux faire attention. Sauf peut-tre remonter jusqu la crise politique de 2003-2004 qui devait aboutir au renversement du prsident Aristide, le pays sous la monnaie nationale 50 gourdes pour 1 dollar. Aujourdhui, le taux a dj pass la barre fatidique des 45 gourdes. Oui, rpondre la crise politique en aggravant la crise conomique. Jusquo peut-on de se gagner autant dallis que possible en vue dlections futures, en vidant une caisse publique dj vide Alors que lon devrait viser plutt (et par on, nous entendons la Nation et non un secteur politique tout seul) un horizon politique plus transparent, remplacement au sein de la linstar des deux autres nouveaux membres, lhomme de loi et dirigeant de Parti politique, Osner Fvry Il a rappel toutefois que la commission a pour mission de veiller lapplication [intgrale] de laccord El Rancho. La commission na pas un pouvoir contraignant, mais elle est l pour sassurer que chaque partie signataire respecte son engagement a fait savoir Me. Fvry. Lancien snateur Irvelt Chry, lui aussi, a salu la Selon lui, avec les trois nouveaux membres, la commission est dsormais au complet. Jusquau moment o je vous parle, la commission na reu aucune lettre de dmission de la part du snateur Steven Irvenson Benoit ni de la part du bureau du Snat, quil reprsente dans la commission jusqu preuve du contraire a prcis, HPN, M. Chry. Les Partis politiques ont dcid de renforcer la commission de suivi du dialogue politique et institutionnel inter Hatien dans un contexte sociopolitique o laccord El Rancho HPN dcision prise par les Partis politiques pour dsigner de nouveaux membres au sein de la commission, dont il est lui aussi membre. Larrive des trois nouveaux membres va renforcer la commission et lui permettra daccomplir sa tche avec plus de facilit a signal Irvelt Chry de lOrganisation du peuple en lutte (OPL).

PAGE 6

Page 6 PATRIMOINE NATIONAL Le pouvoir comme source denrichissement ( Ne vous mprenez pas. Une fois que vous tes dans le fauteuil bourr (comme on disait dans les annes 1980), les accusations fusent de toutes parts ; cependant une fois quun autre a pris la place tout est oubli. Comme si le pouvoir et ses pompes faisaient rver davantage encore celui qui critique. Selon le dicton : le scandale est dabord dans les yeux du scandalis. Comme si cest le rve de toute famille, dy voir un jour un des siens En effet rares sont les plus notables familles du pays dont la fortune neut voir de prs ou de loin avec la politique. Pourtant les lois hatiennes font obligation tout gestionnaire des fonds publics de faire une dclaration de patrimoine aussi bien avant de prendre fonction qu son dpart. Mais une obligation qui, premire vue, ne semble Pas comme aux Etats-Unis o le rival malheureux dObama aux dernires prsidentielles, lhomme daffaires Mitt Romney, tait trs embt lorsquon rapporta quil avait dlocalis des investissements sous dautres cieux. Rcemment un ministre du gouvernement franais dut partir lorsquon dcouvrit quil avait un compte en banque ltranger et quil avait nglig de le noter dans sa dclaration de patrimoine. En Hati disons que nous ne poussons pas la dmocratie aussi loin Evidemment ne vous avisez pas de faire obstacle aux ambitions des autres, on vous met en pices. Cest le jeu politique. Qui ne se soucie gure de vrit ou dexactitude Lorganisation Femmes en Dmocratie a lanc le mardi 15 avril, la 9me dition de Femmes Cration et Production, les 3 et 4 mai 2014 lHtel Montana, autour du thme Innovation et Qualit en vue de rendre visible les produits des femmes hatiennes et prsenter une autre image dHati, rapporte Haiti Press Network. Artisanat et uvre dArt, littrature, Agrobusiness, Aromathrapie, vtements, Bijoux et Accessoires, Ameublement, Dcoration intrieure, sont entre autres les diffrents produits qui seront exposs cette foire o prendront part plus de 80 exposants-tes. La 9me edition entend innover cette anne en prsentant des produits pour enfants et pour hommes et une ouverture est faite sur le quota de 30% dhommes, avancent les responsables. suprieure des comptes, le Snat pour vous garantir un meilleur traitement. On la encore vu lorsquun premier candidat dsign par le prsident Michel Martelly au poste de premier ministre prsenta son dossier parlementaires lenvoyrent promener sans mme un regard pour sa documentation si minutieusement prpare. Lactuel premier ministre Laurent Lamothe, qui a lunanimit par la chambre des dputs. Ces jours-ci le prsident Michel Martelly en prend pour son grade. Surtout aprs sa dernire bourde annonant sans tre sollicit que les caisses de lEtat sont vides. Ce genre de dclarations se fait son arrive la tte de lEtat, pas aprs trois annes de mandat. Mais est-il besoin de convoquer tous les dieux tutlaires de la nation pour constater que rares sont les prsidents, premiers ministres et ministres (ainsi que certains meilleur train de vie quau moment de leur prestation de Et cela de Jean Claude Duvalier Ren Prval. Toutes autres considrations mises part. Sans exclure que des ministres peuvent se rvler de loin plus gourmands que leur prsident Fini le temps o Papa Doc, le dictateur avec majuscule, pouvait suggrer son ministre le plus hardi, Selon la coordonnatrice de Femmes Cration et Production, Dorothy Cnatus, les exposants viennent de plusieurs rgions du pays. Cette anne laccent est mis sur la Elle espre que le public rpondra au rendez-vous pour acqurir les produits des prix trs abordables. Maguy Durc, lune des responsables de Femmes en Dmocratie, exposante cette foire, encourage les jeunes venir y participer en foule et dit esprer que cette activit rendra sa visibilit Hati et apportera des ressources ncessaires lconomie du pays. Sherley Pierre Louis, prsentatrice de Femmes Cration et Production et galement exposante la 9me dition prsentera deux ouvrages, dont son dernier roman qui sintitule En qute du Bonheur et Sur les chemins des Luckner Cambronne, dappeler sa nouveau ne Magurite parce que celui-ci cumait les gurites que le gouvernement avait install sur les routes nationales percevant un page galement vides (suivez mon regard !). Comment parler de respect pour le bien public dans un pays o les vhicules de lEtat trnent devant toutes les boites de nuit. Y compris aux heures de bureau Charit bien ordonne commence par En un mot, la tradition est tellement enracine quil vaut mieux au contraire faire attention ne pas laisser le pouvoir gueux. On vous le pardonne encore moins que si vous Du fait que la mme opposition qui vous assassine dun ex-prsident pour tenter dabattre un nouvel adversaire. Le pouvoir comme source de richesses devient donc comme une complicit entre politiciens de tous bords. Evidemment sur le dos du peuple. Sous quelque tiquette que ce soit. Pour le plus grand bien de la nation, entendons-nous longueur de journe. A quoi il conviendrait dajouter : charit bien ordonne commence par soi-mme. Rien de nouveau sous le soleil. Seulement quautrefois on senrichissait en gourdes, aujourdhui en dollars. Autrefois coups de centaines de milliers, aujourdhui de millions. Qui dit mieux Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Villebruns Madame Pierre-Louis qui est sa premire participation, estime que cest une bonne initiative qui permet aux femmes de montrer leurs capacits et davoir de la visibilit. Elle souhaite que tous les lecteurs et lectrices participent cette foire. Anne Melissa Etienne, Designer et entrepreneure de T-mel collection qui est sa premire participation prsentera de son ct des sacs main fait de vinyle ajouts de paillettes, et dit attendre que les consommateur-trices soient satisfaits de ses produit de moins de 12 ans, elle est gratuite. Le prsident du Groupe de la Banque mondiale (GBM), Jim Yong Kim, appelle les partenaires internationaux renouveler leur engagement dans le cadre de la lutte visant radiquer lpidmie de cholera en Haiti. M. Jim Yong Kim a galement suggr la mise en place dune feuille de route applicable visant des investissements intgrs en sant, eau et assainissement pour appuyer le Plan National dlimination du cholra en Hati. Le cholra peut tre limin en Hati. Nous devons faire beaucoup plus pour renforcer les institutions hatiennes et appuyer le plan dlimination du cholra, a dclar le prsident de la BM. Cela exigera une approche intgre multisectorielle qui priorise lamlioration des programmes deau et de sant pour les populations les plus vulnrables a-t-il ajout Bien que le nombre de cas ait considrablement diminu depuis le dbut de lpidmie en octobre 2010, dune moyenne mensuelle de plus de 35 000 cas dans la premire La Banque mondiale encourage la lute contre le cholera en Hati anne de lpidmie environ 4 900 en 2013, Hati a toujours le plus grand nombre de cas de cholra au monde, lit-on dans le communiqu de la Banque Mondiale. Le prsident du GMB appelle galement un renouvellement de lurgence, plus de coordination et une meilleure comprhension des obstacles lis la lutte contre lpidmie. une autre pidmie a averti Kim ajoutant que beaucoup de est criante. Le plan dcennal du gouvernement hatien pour liminer le cholera, estim environ US$ 2,2 milliards de dollars, lanc en fvrier 2013, donne un aperu gnral des investissements ncessaires dans les secteurs de leau et de lassainissement ainsi que de la prvention, la surveillance et la prise en charge des patients. donne 2 millions de dollars pour lutter contre le cholera La direction gnrale de laide humanitaire de la commission europenne (ECHO) a allou, le jeudi 10 Avril, deux millions de dollars lUNICEF en vue dappuyer les activits de prvention et de rponse rapide au cholera, a appris Haiti Press Network. A deux mois du dbut de la saison cyclonique, indique ECHO dans un communiqu de presse, cette contribution actions sur le terrain, notamment dans les zones les plus risques. Si tous les efforts parviennent stopper la chane de transmission de la maladie, de nombreuses vies seront pargnes, notamment celles des enfants a dclar le reprsentant de lUNICEF en Hati, M. Edouard Beigbeder. Par ailleurs, laction dECHO, poursuit le communiqu, vise soutenir laccs aux soins pour les personnes affectes et amliorer laccs leau potable pour couper la transmission de la maladie. le communiqu du Conatel Reporters sans frontires (RSF) craint des rpercussions nfastes sur le travail des journalistes en Hati, aprs le communiqu du CONATEL dnonant certaines radios diffusant de manire systmatique de fausses informations susceptibles de troubler lordre public, de dstabiliser les institutions de la Rpublique et de porter atteinte lintgrit de nombre de citoyens. Nous sommes inquiets du climat politique actuel, qui met en vidence un dsir de museler les mdias critiques. Ce discours rpressif ne peut avoir pour effet quune raction contre-productive dautocensure pour les journalistes. Le ministre de lIntrieur, Monsieur Rginald Delva, doit prendre des dispositions pour faire revenir le CONATEL sur ces propos inquitants, a dclar Camille Soulier, responsable du bureau Amriques de Reporters sans frontires. Le communiqu du CONATEL prcise que toute information causant un trouble la vie normale de la socit sera dment sanctionne, concluant sur une srie de mesures que le CONATEL peut appliquer en cas de manquement ces principes lgaux, y compris des pnalits pcuniaires et retrait de licence. Hati occupe le 47e rang sur 180 pays dans ldition 2014 du classement mondial pour la libert de la presse publi par Reporters sans frontires en fvrier dernier. Une position assez enviable menace aujourdhui par laugmentation des menaces dintimidation envers les professionnels de linformation ces deux derniers mois. HPN

PAGE 7

Page 7 DEMOCRATIE A LHAITIENNE Guerre pouvoir et opposition mais gare au 3e larron tait lors son dauphin, Ren Prval (1996-2001). Ou remonter jusquaux vnements de Quarante-six (1946). Un mouvement insurrectionnel conduit par la gauche intellectuelle, force se dmettre le prsident Elie Lescot. Un major des forces armes nomm Paul Eugne C130 pour embarquer (ou plutt dbarquer) un prsident et sa clique. Cela parce que le grand frre est mieux renseign troisime larron intervient qui emporte la mise. Au fait, jamais un chef dtat en Hati na t renvers effectivement par lopposition. Cela depuis prs dun sicle. Depuis le dernier prsident issu du cacosme (1915) ouvrant la voie loccupation amricaine du pays jusquen 1934. Au temps des Cacos, un chef local levait sa propre arme, souvent sur sa propre tirelire (genre Viva Zapata !), et marchait sur la capitale pour en chasser le dictateur en exercice. Ctait notre forme dalternance dmocratique nous Contrairement la lgende, Baby Doc na pas t renvers par une rvolution le 7 fvrier 1986. Mais avant que cette dernire net le temps de se concrtiser, Washington le pouvoir aux forces armes dHati. En 2004, idem. Au moment o un large mouvement de subversion (secteur conomique, classes moyennes, tudiants, gurilla arme) allait entrer en collision directe avec les masses soutenant le prsident Jean-Bertrand Aristide, que les troupes amricaines et canadiennes dbarqurent, le 29 fvrier 2004. A chaque fois un gouvernement provisoire est install qui subtilise le pouvoir la barbe des nouveaux hros du jour. On peut dj en dire autant du coup dtat militaire de septembre 1991 qui vit larme dHati envoyer Aristide 1 en exil. Trois annes plus tard celui-ci est ramen son poste par les forces armes des Etats-Unis (septembre 1994)pour organiser des lections qui donneront le pouvoir celui qui disperse par la police coups de gaz lacrymognes agrments de rafales darmes automatiques (photo Marcus/HENM) Lun des principaux acteurs de la rvolution mexicaine de 1910, Emiliano Zapata fois dintervenir nouveau avant que la situation ne lui chappe. Ce qui explique pour une bonne part la tolrance envers la dictature Duvalier au moment o le communisme cubain faisait monter les enchres dans la rgion. Situation dont Papa Doc a su bien tirer parti pour prolonger son rgne tyrannique pendant 29 ans (1957-1986) Or cela devrait supposer plusieurs leons retenir. Et des deux cts. Pouvoir et opposition. Dabord lopposition. Il est plus facile de pousser au radicalisme dans un pays o les gens nont aucun espoir que de prendre le temps de crer une alternative crdible qui puisse convaincre notre (incontournable) puissant voisin de voir venir un peu. Bref pour lopposition la question devrait tre : savoir jusquo on peut aller trop loin, sans prcipiter lirruption du gendarme rgional qui craint de se retrouver chaque fois devant un vide encore plus grand. dormir sur ses deux oreilles, sr que son opposition na pas une meilleure feuille de route et que Washington a pour le moment Rponse : la mme dmonstration prcdente prouve quaucun pouvoir nest non plus labri de lenvoi, sans avertissement, depuis la base amricaine de Guantanamo dun que nous tous sur la situation relle du pays. Il a des paramtres dont nous ne disposons pas pour valuer le pouls rel de la situation. Aussi nest-il point oblig dattendre la veille du grand soir pour passer laction. Et aujourdhui o plus que jamais ses propres intrts conomiques semblent en jeu (parcs industriels, ports etc). Bien entendu la moindre incartade dun ct comme de lautre peut prcipiter le dnouement. Une provocation, une dclaration intempestive On se demande si nos politiciens prennent toute la mesure du labyrinthe dans lequel ils nous enfoncent. La seule solution serait une prise de conscience suivie dun accord garantissant un partage des responsabilits selon les rgles de la transparence administrative et de lalternance dmocratique, autrement dit faire la preuve que nous sommes instant. Mais pour tre vite poignard dans le dos. Et continue le combat des gladiateurs. Toujours sans aucune issue que donner limage dune irresponsabilit totale dans un continent respect aujourdhui justement pour son prestige retrouv et jalousement protg. Regardez comment le Venezuela sur lequel a pes ces derniers jours (et pse encore) une menace bien pire, a su retrouver le chemin du dialogue. Hati en Marche, 18 Avril 2014 ( intelligemment et maitrisa la situation. Dabord faisant lire son favori, le prsident Dumarsais Estim (19461950). Puis renversa ce dernier son tour et monta sur le trne (1950-1956). A chaque fois, coup de thtre. Le petit oiseau (lAigle toil !) sort de la boite. Coucou Et lopposition en est pour ses espoirs perdus. Pourtant on recommence chaque fois comme avant et sur le mme modle. Ni revu ni corrig. Cest une constante de notre Histoire, comme une maladie congnitale : pas leur mandat. Et contre laquelle loccupant amricain (1915-1934) na rien pu. Sinon sempresser chaque Port-au-Prince, le 16 avril 2014 (AHP) Amnesty International a dnonc mercredi les menaces qui psent sur un activiste des droits de lhomme en Hati pour pour son travail dans le domaine. Le directeur excutif du Rseau National de Dfense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Esprance, a fait tat de la rception au bureau de lorganisation, Port-au-Prince, dune lettre menaante et contenant une balle. Dans cette lettre, les auteurs accuseraient M. Esprance de rdiger de faux rapports dans le but de dstabiliser le gouvernement, et de porter atteinte lhonneur des autorits. Les mmes individus auraient galement fait rfrence une attaque subie par M. Esprance en 1999, en le menaant de ne pas le rater la prochaine fois. M. Esprance a fait savoir que ceux qui dnoncent la corruption et limpunit en Hati peuvent tre victimes tout moment. Amnesty International a galement fait savoir que des avocats ont galement dclar avoir reu des messages tlphoniques menaants. Un avocat travaillant sur une affaire de corruption a t incarcre toute une nuit par la police. En Fvrier, un activiste et sa femme ont t abattus Port-au-Prince, et ses collgues ont dclar que le meurtre tait li leur travail. Laffaire est toujours sous enqute. Plusieurs manifestations ont t organises ces dernires semaines pour dnoncer la corruption et les attaques du pouvoir contre des opposants politiques, dont la plus rcente, le 15 avril 2014, qui a t brutalement disperse par la police. LObservatoire pour la protection des dfenseurs des droits de lHomme, programme conjoint de la FIDH (Fdration internationale des ligues des droits de lHomme) et de lOrganisation mondiale contre la torture (OMCT), dclare de mort lencontre de M. Pierre Esprance, directeur excutif du Rseau national de dfense des droits humains (RNDDH) et secrtaire gnral de la FIDH. LObservatoire dit dnoncer fermement ces menaces lencontre de M. Esprance, et appelle les autorits hatiennes diligenter une enqute prompte, exhaustive, impartiale et sanctionner conformment la loi. De son ct, lorganisation Reporters Sans frontires se dclare inquite dun communiqu du Conseil national des tlcommunications menaant de sanctionner des medias qui diffuseraient de faon systmatique de fausses informations susceptibles de troubler lordre public. Selon Camille Soulier, responsable du bureau Amriques de Reporters sans frontires, le climat politique actuel met en vidence un dsir de museler les medias critiques ... et ce discours rpressif ne peut avoir pour effet quune raction contre-productive dautocensure pour les journalistes. Dans une note de presse, le gouvernement dit avoir appris par voie de presse, selon une note rendue publique par la POHDH, que des menaces auraient t perptres contre des dfenseurs de droits humains et des journalistes. LAdministration Martelly et le gouvernement Lamothe disent prendre acte de cette note de dnonciation et condamnent avec la dernire rigueur ces lches procds. Ils invitent les organisations de dfense des droits enqute pour que les vrais auteurs de ces menaces soient identifis et poursuivis conformment la loi, indique encore la note, ajoutant que Administration Martelly et le Gouvernement Lamothe, par le biais du Bureau de la Ministre dlgue charge des droits humains et de la lutte contre la pauvret extrme, rappellent tous et toutes leur ferme volont de continuer uvrer pour le respect absolu du droit la protection des citoyens et des citoyennes au pays ainsi que tous les autres droits garantis par la constitution. Menaces contre des organisations des droits humains et vague de ractions les rseaux sociaux : melodiehaiti

PAGE 8

Page 8 ARTS & LETTRES Mort de Gabriel Garcia Marquez, ( de littrature en 1982. Voici un extrait du discours prononc cette occasion: Antonio Pigafetta, un navigateur florentin qui a accompagn Magellan lors du premier voyage autour du monde, a crit lors de son passage par notre Amrique mridionale une chronique rigoureuse qui parat cependant une aventure de limagination. Il a racont quil avait vu des cochons avec le nombril dans le dos, et quelques oiseaux sans pattes dont les femelles couvaient dans les dos du mle, et dautres comme des plicans sans langue dont les becs ressemblaient une cuiller. Il a racont quil avait vu une crature animale avec une tte et des oreilles de mule, un corps de chameau, des marionnette de chiffon et moffrait un morceau de vie, je ne dirais pas tout ce que je pense, mais je penserais tout ce que je dirais. Je donnerais du prix aux choses, non pour ce quelles valent, mais pour ce quelles reprsentent. Je dormirais peu, je rverais plus, sachant quen fermant les yeux, chaque minute nous perdons 60 secondes de lumire. Je marcherais quand les autres sarrteraient, je me rveillerais quand les autres dormiraient. Je vous dis au revoir avec beaucoup de tendresse. Lhistorien-journaliste Bernard Diederich trs mu de la mort de GABO, surnom de lcrivain, rappelle ce passage Il sagissait du groupe le plus extrmiste des gurilleros salvadoriens (le FPL). Et t la vie de lambassadeur Graham Greene, depuis la France, appelle son ami Gabriel Garcia Marquez pour lui demander son aide pour la libration de lambassadeur. Lcrivain natif de Colombie commena par dire quil lui dplaisait un peu daider un pays comme lAfrique du Sud, connue pour son apartheid. Mais Marquez avait cr une organisation dnomme Habeas Corpus. Aussi se dcida-t-il aider la libration de lambassadeur. Une rencontre eut lieu entre le chef des gurilleros retenant lambassadeur et Graham Greene qui devait conduire la libration de lAmbassadeur Dunn qui mourut peu de temps, tant malade. pattes de cerf et un hennissement de cheval. Il a racont que le premier natif quils ont trouv en Patagonie ils lont mis en face dun miroir, et que ce gant exalt a perdu lusage de la raison par la frayeur de sa propre image. Depuis 1999, Gabriel Garcia Marquez se bat contre un cancer lymphatique. En 2006, il adresse ses amis une lettre dadieu. Mais il ne meurt pas en 2006 et vit encore pendant 8 ans. En voici quelques extraits: Jeudi 3 aot 2006 11 h 21 Si pour un instant Dieu oubliait que je suis une de son dernier roman o il parle du disparu : Seeds of Fiction Il y est question des annes passes par lauteur britannique Graham Greene en Hati, et surtout de ce voyage vers la frontire haitiano-dominicaine qui a t une source dinspiration pour Graham Greene pour son roman The Comedians (Les Comdiens). Le chaptre de Seeds of Fiction o il est question de Gabriel Garcia Marquez est un pisode au cours duquel Graham Greene veut venir en aide lambassadeur dAfrique du Sud qui se trouvait entre les mains de kidnappeurs en Amrique du Sud depuis une dizaine de mois. Cette histoire, nous rappelle Diederich, dmontre que Gabriel Garcia Marquez ntait pas ce simple bon samaritain que lon essaye de nous prsenter dans les annonces mortuaires, mais plutt un homme actif, dou dun grand sens politique et qui avec son association Habeas Corpus est venu en aide bon nombre de citoyens dont les droits taient bafous. Dans le mme livre Seeds of Fiction le journaliste no-zlandais rsidant en Hati raconte un autre pisode mettant en cause Gabo, Omar Torrijos et Graham Greene. Greene et le Gnral-Prsident du Panama, Omar Torrijos, taient comme des frres partageant un mme sens de lhumour et un penchant pour les blagues. Le voyage de Graham pour Washington fut lune de ces blagues que Torrijos apprciait le plus. Il inclut non seulement Graham Greene mais aussi lauteur colombien Gabriel Garcia Marquez. Ce dernier, se rappelant le voyage, crit : Beaucoup de journalistes spculaient que cette invitation tait une manoeuvre de Torrijos dtourner lattention des vraies questions politiques lordre du jour. La vraie raison de linvitation de Torrijos laccompagner Washington, tait quil ne pouvait pas rsister lenvie de faire une bonne blague son ami le Prsident Jimmy Carter. A lpoque Graham Greene et Garcia Marquez (comme dailleurs plusieurs autres crivains et artistes) staient vus refuser lentre aux Etats-Unis pour toutes sortes de raisons que mme le prsident Carter ntait pas mme dexpliquer. Mais Carter qui avait promis de donner son autorisation pour le voyage ne put le faire parce que son Mais le voyage eut bel et bien lieu: Le prsident Torrijos avait suggr que Greene et Garcia Marquez se dguisent en colonels de larme panamenne. Ce que Greene refusa, ne voulant pas prter son corps lun de ces individus de triste mmoire. Cest alors que Torrijos suggra que nous fassions le voyage sous notre vrai nom. Et voil que nous arrivmes Andrew Air Force Base, vtus de nos jeans et faisant partie dune dlgation Bernard Diederich rappelle aussi le rle de dfenseur des droits de lhomme jou par Garcia Marquez. Il tait trs actif dans la dfense des droits de lhomme et ceux qui soccupent de faire les chroniques mortuaires devraient sen souvenir aussi. Luvre de Gabriel Garcia Marquez est trs abondante, mais sa clbrit provient surtout de ses romans : Cent ans de solitude (1967), LAutomne du patriarche (1975), Chronique dune mort annonce (1981), LAmour aux temps du cholra (1985). Son uvre est souvent associe au ralisme magique Un genre littraire situant luvre dans un cadre raliste (par exemple le village de Macondo dans Cent ans de solitude) mais o sont insrs des lments magiques et des vnements surnaturels. Notes compiles par Elsie Ethart Gabriel Garcia Marquez et Graham Greene Bernard Diderich, son pouse Ginette ne Dreyfus ( droite) et des proches de Graham Greene lors dune commmoration en hommage ce dernier mort en 1991 Le Prsident de la Rpublique, Michel Joseph Martelly, a reu, le mercredi 16 avril coul, au Palais National, lcrivain canadohatien Dany Laferrire, membre de lAcadmie Franaise depuis 2013. Les deux hommes ont eu des changes, entre autres, sur lavenir dHati ainsi que sur les prochaines tapes de la carrire de lImmortel, dit une note du Bureau de communication de la prsidence. Lentretien a t suivi dun cocktail offert par le Chef de lEtat en lhonneur de lauteur de plusieurs romans dont Lnigme du retour. Plusieurs personnalits du secteur littraire dont les crivains Franktienne et reu par le prsident Martelly ont pris part galement la Premire Dame de la Rpublique, la Ministre de la Culture, les Ambassadeurs du Canada et de la France ainsi que des Recteurs dUniversits, lit-on dans la la Nation hatienne Dany Laferrire pour cette rare distinction et pour sa contribution remarquable au rayonnement de la littrature et de la culture hatienne. Votre lection, mon cher Dany, la prestigieuse Acadmie Franaise est pour nous une sur Hati toute entire. A travers vous, lAcadmie Franaise honore aussi une longue ligne dcrivains qui ont donn ses lettres de noblesse la littrature hatienne et qui, depuis deux sicles, contribuent au rayonnement de la langue franaise et de la francophonie dans les Amriques et dans le monde a declare Michel Martelly. De son ct, lcrivain Dany Laferrire, qui a dj t reu en fvrier dernier par le prsident franais, a adress ses remerciements au prsident hatien bonne partie de sa vie, de lenfance lge dor de sa carrire littraire. Il a aussi rendu hommage son ain, Franktienne, dont il a salu labondante uvre. HPN LAcadmicien Dany Laferrire reu par le Prsident Martelly (HPN)

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 23 Avril 2014 with Pascale E. Taddeo The epidemic has already killed 9,000 since its inception in October 2010. Following international studies, several national and international organizations are calling in vain for the UN to recognize its responsibility for the outbreak of the epidemic in Haiti members of American Congress Last Wednesday at the National Palace, President Michel Martelly, accompanied by Prime Minister, Laurent Lamothe, the American Ambassador in Port-au-Prince, Pamela White, and the Ambassador of Haiti in Washington, Paul Altidor hosted a delegation of the U.S. Congress, composed of Republicans Robert Goodlatte (VA), Steve King (Iowa), Thomas Marino (PA), and Democrats Gregory W. Meeks (NY) than 20 countries, mainly in the Caribbean, the United States, France and Italy. We are very pleased to visit the Barbancourt Rhum Company, a producer of rum internationally recognized for its authenticity and quality, he said. In light of my governments support of companies that create jobs, we want to visit these companies to show them that the government wants to continue to support them all, including Rhum Barbancourt, he added. This tour is for my government, a way to inform us of the operation of enterprises, in order to move forward with all investors. During his visit, the Prime Minister also addressed the issue of exporting Barbancourt rum in the Dominican market, noting We have raised the question of reciprocal trade in the last dialogue we had with our colleagues in the binational dialogue, he said. We will return again with this commitment to allow companies like Haitian Rhum Barbancourt to sell their products in the Dominican Republic with much more ease. Following the documentary Deadly Assistance, which criticizes the aid to Haiti by the international community, that followed the tragedy of January 12, 2010. Murder in Pacot tells about the daily lives of three characters following the earthquake of January 12, 2010 in Port-au-Prince. A bourgeois intellectual couple, who saw their big house collapse, will have to reinvent a life of great material poverty. In parallel, a young woman from the urban ghetto wants to take advantage of the arrival of Western aid to change feature the French actors Alex Descas and Thibault Vincon, actress and singer of German origin and Ayo as well as Haitian offer its art and crafts The organization Women in Democracy launched last week the 9th edition of Women Creation and Production to take place on May 3 rd and 4 th 2014 at the Hotel Montana with the theme Innovation and Quality in order to make visible Products by Haitian women and present another image of Haiti Craft and works of art, literature, agribusiness, aromatherapy, clothing, jewelry and accessories, furniture, home decor, are among other various products that will be exhibited at this fair which will include more than 80 exhibitors. The 9th edition will be innovative this year, with products for children and men and a with participation quota of men of 30%, said organizers. According to the coordinator of Women Creation and Production, Dorothy Cenatus, exhibitors come from several Cenatus hopes that the public will attend and take advantage of this opportunity to purchase products that will be sold at very affordable prices. Maguy Durce, one of the leaders of Women in Democracy exhibiting at the show encourages young people to come and participate in this fair and hopes that the event will help with the countrys visibility and provide the necessary resources for the nations economy. And still no reparation has been not granted! Up until now, the MINUSTAH refuses to accept responsibility for the introduction of the disease into the country. Today, only Haiti remains affected. Cholera has gone through all of the countries in the Caribbean starting with the Dominican Republic which shares the island with the Republic of Haiti. 6.2 million U.S. dollars have been allocated by the against cholera, according to a statement by the organization. This allocation approved by the Emergency Coordinator of the United Nations Relief, Valerie Amos, from the Central Emergency Response Fund (Cerf). It will fund mobile rapid response teams in the areas of health, water, sanitation and hygiene. In support of the national cholera elimination plan, estimated at 40 million. These 6 million are therefore only a tiny drop in the bucket! Since 2013, these structures have been deployed to respond to alerts, providing services such as the distribution of medical supplies, investigation of suspected cases, disinfection and awareness. One of the priorities identified is the continued emptying of the residential camps of people displaced by the 2010 earthquake. Continuity of services is essential to further reduce the transmission of the disease, said the coordinator of humanitarian action in Haiti, Peter de Clercq. A lack of funds might cause the departure of key a resurgence of suspects, he alerted The rainy season which started this April is bringing fears of a resurgence of cholera cases. Digicel CEO, Maarten Boute US Congressmen-women received by Martelly and Lamothe President Michel Martelly, hosted the Haitian writer Dany Laferrire, member of the French Academy since December 12, 2013 last Wednesday at the National Palace. In a one on one conversation, the two men exchanged, among other thing thoughts on the future of Haiti as well as the next steps in Laferrieres career. This meeting was followed by a cocktail reception offered by the Head of State, in honor Dany Laferrire. Among the guests were many personalities in the literary world including writers Frank Etienne and Gary Victor; First Lady, Sophia Martelly; the new Minister of Culture; Monique Rosann and the Ambassadors of Canada and France, Henri Paul Normandin, and Patrick Nicoloso, as well as Rectors of Universities. In his remarks for the occasion, President Martelly expressed once again, the homage of the Haitian Nation to Dany Laferrire for his rare distinction and outstanding contribution to the promotion of literature and Haitian culture. Your election my dear Dany at the prestigious French Academy is for us a source of great pride. The honor which its like Haitian literature somehow made its entrance in the French Academy. Because, through you, the Academy also honors a long line of writers who have given their letters of nobility to Haitian literature and for two centuries, contributed to the spread of the French language and Francophonie in the Americas and worldwide. For his part, Laferrire thanked the Head of State, for the honor bestowed upon him, and he used the opportunity to retrace a large part of his life, from his childhood to the prime of his literary career. He also paid tribute to his elder Frank Etienne whom he praised for the abundance of his work. Maarten Boute Digicel Group announced this week the return of of its subsidiary in Haiti, which will take effect immediately. He takes over from Ineke Botter, who resigned for personal reasons. It should be noted that Boute, who has held this position for three years, left the position in 2012, but remained in the company as a consultant, focusing on new sources of income for Digicel Haiti and development of value-added services, including activities TchoTcho Mobile and its I am delighted to be back in the role of CEO for Digicel Haiti. Since 2012 I remained in the country to work on new projects that I believe will contribute to the development of a better future for Haiti and I am looking forward to this new adventure, said Maarten Boute. Regis Romero, CEO of Digicel Caribbean and Central America, said, We welcome Maarten Boute for his return... Since his initial appointment to Digicel in 2009, Maarten has demonstrated his dedication and dynamism in sometimes full-time... We also thank Ms. Ineke [past President] for her hard work and dedication during the past period with Digicel Haiti and we wish her the best in her future endeavors. visits Barbancourt and Colds Group industrial complex As part of his campaign to promote investment, last week Prime Minister, Laurent Lamothe, accompanied by Fresnel JeanBaptiste, Director General of the General Administration of Customs and Antoine Atouriste Director General of the Unit for Combating Corruption (ULCC) visited the facilities of Rhum Barbancourt and the Coles Group and Sun Food as a gesture of support for the Haitian private sector in its efforts to create jobs for the population. During his visit to the Barbancourt factory, the oldest Haitian businesses [founded in 1862], the Head of Government met with Thierry Gardere, the CEO of Rhum Barbancourt. The company mainly produces dark rums (3 stars: 4 years old, 5 stars: 8 years old, and Reserve du Domaine: 15 years old), products recognized internationally and exported to more and Sheila Jackson-Lee (Texas). This friendly meeting which aimed to strengthen and consolidate relations between Haiti and the United States, was an opportunity for the Head of State to emphasize the considerable efforts by his administration to put the country on the right track for development, despite the limited available resources. In addition, President Martelly addressed the issue of inter-Haitian political dialogue, which resulted in the signing of the El Rancho Agreement and the electoral process. The Head of State expressed his unequivocal commitment to hold of dialogue to establish a climate of trust that can reassure politicians. The President of the Republic also said he was strengthen the rule of law. Morever, the Head of State requested the support of U.S. lawmakers, to have the U.S. development assistance to Haiti, be channeled directly through governmental institutions, in order to allow the administration to better meet the many needs of the Haitian people. Unanimously, the members of the delegation welcomed the progress made in Haiti over the past three years and the efforts of the Martelly Administration and reassured the Head of State of their full support. Earlier this week, Newton Saint Juste, said he wrote to the Superior Court of Auditors and Administrative Disputes (CSC/CA) to demand an audit of the management of former U.S. President Bill Clinton, who co-chaired along with Prime Minister Jean-Max Bellerive, the Interim Commission for the Reconstruction of Haiti (IHRC). Saint Juste emphasized that Bill Clinton, who cochaired the IHRC, a Haitian institution made him a Haitian with Haitian law. In another correspondence, addressed to the Ambassador from the United States in Haiti, Pamela White, signed by Saint Juste and Michel, the two lawyers informed White that actions have been taken against the former President U.S. William Jefferson Clinton. They asked White to demand that U.S. NGOs who entrusted money to Clinton for the reconstruction of Haiti work for the success of the investigation in Haiti and the United States. Lilian Thuram is promoting his Lilian Thuram, the Guadeloupean and former soccer player for Team France will be in Haiti during the month of May, to edit his book My black Stars. This book, which is a tremendous resource for anti-racism educational projects has just been edited in eleven African countries, learned PNH. The book My Black Stars will be available in Africa and Haiti at a price of 450 gourdes. My black Stars portrays 40 black personalities who have marked the history: Lucy, Barack Obama, Toussaint Louverture, Aim Csaire, Alexander Pouchkin, Billie Holiday, Muhammad Ali, Martin Luther King, etc Twelve publishers in Africa and Haiti are reediting the manuscript together. It has already been translated into Italian, Spanish and Portuguese, and adapted as a cartoon. against racism by promoting the education of youth. In 2008, he created the Lilian Thuram Foundation with this objective.

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille de la requrante pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut fonde ladite action ; Admet en consquence le divorce de la dame ne Danouchka CABANE davec son poux Emmanuel Grard Augustin Patrick BRUTUS pour injures graves et publique et incompatibilit de caractre aux torts de lpoux ; prononce la dissolution des section Est de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet lhuissier Jean Joseph Compense les dpens. RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience Civile, ordinaire et publique du Mercredi douze Mars deux mille quatorze, en prsence de Yanick ODNEY, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec la participation du IL EST ORDONN EN FOI QUOI la minute .. Me. Marie Esther FLIX., Avocat. Pour expdition conforme collationne : PAR CES CAUSES ET MOTIFS, le Tribunal, aprs avoir dlibr au vu de la loi et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la demanderesse, la dame ne Marie Carmelle Frda CANTAVE en la forme ; maintient le dfaut de comparaitre octroy laudience du vendredi quatorze Fvrier deux mille quatorze contre le sieur Luckner Edouard ; admet le divorce de ladite dame ne Marie Carmelle Frda CANTAVE davec son Epoux pour injures graves et publiques ; faits prvues larticle 217 du Code Civil Hatien prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts de lpoux ; ordonne le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers ; compense les dpens vu la prsent jugement. RENDU DE NOUS, Gerty Lon ALEXIS Juge du Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, publique et ordinaire du vendredi quatorze Mars deux mille quatorze, en prsence du Substitut du Commissaire du Gouvernement Me. IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement forte lorsquils en seront lgalement requis. AINSI SIGN : Gerty Lon ALEXIS et Jean Serge DUVERT. Me. Marie Gislne BRUFIE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public maintient le dfaut octroy contre NATACHA JOSEPH laudience prcite ; pour le NATACHA JOSEPH pour injures graves et publiques. PRONONCE en consquence la de lEtat Civil de la Commune de Saint-Louis du Sud, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Michel GLAUDE, Doyen en audience civile et publique en date du vingt Janvier deux mille quatorze en prsence de Me. WADSON BROWN, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati NUMERO DE LAMI : DATE DE FERMETURE Adresse lectronique : Fax No Adresse physique : sur une courte priode par la MINUSTAH dont le sige est Port-au-Prince, Hati. Chacune des offres est indpendante et separe. La premire Offre est un Contract de Services pour la radio-diffusion des spots et programmes radio sur 25 chaines de radio selectionnes Port-au-Prince et travers les regions dHaiti. 1. Temps dantenne pour diffuser des messages publicitaires la radio pour un total maximum de deux mille seize (2016) missions par an pour deux (2) campagnes publicitaires par mois travers lensemble des vingt-cinq (25) stations de radios ou des stations rgionales de radio slectionnes en fonction de la cible gographique de la campagne. Chaque spot publicitaire est diffus trois (3) fois par jour par station (3 diffusions jour x 7 jours x 4 semaines x 12 mois). La dure de chaque spot publicitaire est de 60 secondes au maximum. 2. Temps dantenne pour diffuser diverses missions de radio hebdomadaires thmatiques en format magazine, pour un total de cinquante-deux (52) programmes par an. Chaque programme sera diffus sur chacune des vingt-cinq (25) stations de radio pour un maximum de quarante (40) minutes. Le format des programmes de radio est diffus un moment donn sur un jour particulier de la semaine (un ou plusieurs formats sont inclus dans un magazine radio. Ceux-ci peuvent tre des reportages, des confrences, des dbats, des interviews, des commentaires, de la musique, etc. Les programmes magazine revue thmatique]. Le magazine radio de la MINUSTAH pourrait porter sur les lections, le dveloppement, les enfants, les femmes, les jeunes ou sur la sant, le sport, la science, lenvironnement ou de la musique). Lentreprise interesse doit sassurer que la slection des stations de radio prend en compte une large couverture gographique avec le plus dauditeurs. Cela implique que le soumissionnaire / entrepreneur doit choisir au moins une (1) station de radio par Dpartement qui a le plus grand nombre et la plus grande couverture gographique. Lentrepreneur retenu signera un contrat initial de un (1) an, avec une extension possible de douze (12) mois supplmentaire en fonction des besoins oprationnels, de la performance satisfaisante de La deuxime Offre est un Contract de Services pour la tl-diffusion des spots et materiels audio-visuels, des programmes televisis, et/ou autres dbats et programmes tlviss sur 13 chaines de tlvision selectionnes Port-au-Prince et travers les regions dHaiti. 1. Temps dantenne pour la tl-diffusion de divers spots et matriels audio-visuels pour un total maximum de quatre-vingt-dix (90) par an. Les spots et matriels audio-visuels devront tre diffuses sur un minimum de treize (13) chaines de tlvision travers Hati ; en quatre (4) campagnes par an et chacune des campagnes ont trois (3) spots diffuss par jour x cinq (5) jours par semaine x trois (3) semaines par mois. Le spot et matriels audio-visuels a une dure comprise entre 30 et 90 seconds. 2. Temps dantenne pour la tldiffusion de divers programmes thmatiques hebdomadaires tlviss (Pote Kole) et/ou autres faisant un total maximum trente-six (36) par an. Le programme televise a une duree de quinze (15) minutes, et doit etre diffusee sur chacune au moins des treize (13) chaines de television. 3. Temps dantenne pour la tldiffusion de divers dbats et programmes thmatiques en relation avec le Mandat de la Mission; dix (10) dbats thmatiques mensuel de soixante (60) minutes de long dnomms Sa ou di nan sa et/ou dautres programmes devront tre diffuss sur au moins lune des treize (13) chaines de tlvision, une fois par mois, incluant six (6) dbats spciaux tlviss additionnels. Lentreprise interesse doit sassurer que la slection des stations de television prend en compte la couverture gographique avec un plus grand nombre de tlspectateurs. Cela implique que le soumissionnaire/entrepreneur doit choisir au moins une (1) station de televison par Dpartement qui a le plus grand nombre et la plus grande couverture gographique. Lentrepreneur retenu signera un contrat initial de un (1) an, avec une extension possible de douze (12) mois supplmentaire en fonction des besoins oprationnels, de la performance satisfaisante de La troisime Offre est un Contract de Services pour la tl-diffusion des spots et materiels audio-visuels, des programmes televisis, et/ou autres dbats et programmes tlviss sur 13 chaines de tlvision selectionnes Port-au-Prince et travers les Dpartements dHaiti. 1. Temps dantenne pour la telediffusion de divers programmes hebdomadaires de television (Pote Kole) et/ou autre, faisant un total de trente-six (36) par an. Le programme televis a une duree de quinze (15) minutes, et devra etre tldiffus quatre (4) fois par mois dans les villes suivantes des Etats-Unis dAmrique : 1.1. New York 1.2. New Jersey 1.3. Boston 1.4. Miami 1.5. Orlando Autant que dans les pays suivants des Carabes : 1.2. Hati 1.3. Martinique 1.4. Guadeloupe 1.4. Bahamas 1.5. Turks and Caicos 1.6. Curaao 2. Temps dantenne pour la tldiffusion de divers dbats et programmes thmatiques tlviss (Saw di nan sa faisant un total de dix (10) relatifs au Mandat de la MINUSTAH (chacun dune dure de Lentreprise interesse doit sassurer que la slection des stations de tlvision aux Etats-Unis dAmrique (New York, New Jersey, Boston, Miami and Orlando) ainsi que dans les Carabes (Hati, Martinique, Guadeloupe, Bahamas, Turcs and Caicos, Curaao), prend en compte la couverture gographique et large spectre des tlspectateurs et des auditeurs de la diaspora haitienne. Cela implique que le soumissionnaire/entrepreneur doit choisir au moins une (1) station de televison par Rgion/Pays qui possde le plus grand nombre de tlspectateurs et la plus grande couverture gographique. Lentrepreneur retenu signera un contrat initial de un (1) an, avec une extension possible de douze (12) mois supplmentaire en fonction des besoins oprationnels, de la performance satisfaisante de en prcisant le numro et le contenu de chacune des offres de son intrt au plus tard ce par tlcopieur ou par courrier lectronique ladresse physique indique ci-dessus. La dclaration dintrt doit contenir les informations suivantes 1. Nom de la Compagnie 2. Adresse Postale et Physique 3. Tlphone 4. Fax 5. Courriel 6. Nom et titre du point focal 7. Bref expos sur lexprience de lentreprise dans le domaine de chaque offre, y compris des rfrences de clients 8. Numro et le contenu de chacune des offres 9. Numro de compte UNGM de lentreprise Pour chacune des offres, lentrepreneur retenu signera un contrat initial de un (1) an, avec une extension possible de douze (12) mois supplmentaire en fonction des besoins oprationnels, de la dexprience et de comptence. Les entreprises intresses sont tenues de sinscrire, au moins comme partenaire daffaires de niveau 1, sur la plateforme mondiale des affaires des Nations Unies (UNGM) dont ladresse lectronique est la suivante : http://www.ungm.org de service, que ce soit en totalit ou en partie, en fonction de la mission et des besoins oprationnels pendant toute la dure du contrat. La MINUSTAH a lintention de suivre le processus dappel doffres formel. Veuillez noter que cet avis ne constitue pas une sollicitation Il convient galement de noter que la MINUSTAH se rserve

PAGE 12

Page 12 DEVOIR DE MEMOIRE Le Centre Ption-Bolivar dirig par le professeur et cinaste hatien Arnold Antonin et plusieurs autres partenaires prsenteront au grand public, le mercredi 23 avril, la documentaire de 52 minutes ralis sur le travail colossal sur la ville de Port-au-Prince de lminent historien hatien Georges Corvington, dcd en avril 2013. Aprs le ralisateur et ses complices, la presse est le cours duquel le ralisateur tente de camper Georges Corvington, auteur dune clbre srie intitule : Port-au-Prince au cours des ans tant dans sa dimension humaine que dans celle de lhistorien quil fut. La projection pour la presse sest tenue commenc en janvier 2013, selon le cinaste Arnold Antonin, le regrett Georges Corvington retrace lhistoire de la ville de Port-au-Prince dans ses dboires comme dans ses moments de gloire. Un Port-au-Prince jadis peupl seulement de 250 000 habitants, prsent travers des images nostalgiques, avec de jolis espaces, un mode de vie o il faisait bon vivre. Et, logeaient les institutions rpublicaines. Mais aussi un Port-au-Prince de plus 3 millions dmes aujourdhui, avec des constructions anarchiques de part et dautre dans les hauteurs comme au bas de la ville. Pour lcrivain Franketienne, lhistorien Michel Georges Corvington, Hector, lIngnieur Patrick Vilaire et Alexandre Charlier, intervenants dans le documentaire, Georges Corvington, clibataire qui a consacr toute sa vie mener des recherches sur Port-au-Prince, a t dans une certaine dimension le symbole de la simplicit et de la vertu intellectuelle. Fervent lecteur et passionn de lcrit, cest avec Corvington est parti pour lternit, le 3 avril 2013, en laissant non reconstitue, sa bibliothque pleine de documentations, qui na pu rsister au sisme de janvier 2010 qui transforma sa rsidence en ruines. Georges Corvington, fait remarquer Arnold Antonin, a rpar travers sa srie douvrages : Port-au-Prince au cours des ans le mpris que la mmoire hatienne a tendance Georges Corvington pour les Hatiens a dit Arnold Antonin qui expliquait aux journalistes aprs la projection, le motif de sa ralisation. Prince mon seul et unique amour peut contribuer sauver les uvres et la bibliothque de Georges Corvington. Ainsi que de la mort et les garder pour lternit a conclu Antonin. Alix Laroche (HPN) Ce vendredi 4 avril 2014, jai vcu une aventure ahurissante en Hati. De 2.45 h pm 9.46 Pm, jai t pris dans un embouteillage monstre sur une vingtaine de kilomtres de Delmas 31 (Delmas) Duval 24 (Croix-des-Bouquets).Do le titre de mon article : Sept (7) heures dembouteillage pour couter et observer et mieux apprhender notre situation actuelle Certes, tre pris dans un embouteillage de sept heures est plus que contrariant, mais que de choses on apprend en coutant et en observant pour mieux expliquer notre situation de peuple Gouvernement de couverture, de petits copains, Lorsquon est dans un embouteillage, on sennuie, on snerve, on samuse avec son tlphone potable, on coute tuer le temps. Jai pass en revue certaines stations de radio, Radio compte, je me suis arrt sur Radio Scoop FM de 3h 5h PM, sur Vision 2000 de 5h 6h PM et sur radio Mtropole de 6h 9h 45 PM. Jai appris que les partis politiques de lopposition et mme ceux-l qui ont pris part aux pourparlers inter-hatiens sont gnralement dfavorables au gouvernement douverture mai 2014. Il faut le signaler en passant que ce gouvernement est mis en place dans les dlais impartis contrairement au Snat qui na pas vot les amendements de la loi lectorale de 2013 comme la fait la veille la Chambre Base. Ce gouvernement de couverture gouvernement de petits copains la militarisation du gouvernement avec la prsence de beaucoup danciens militaires, etc. Me Andr Miche a essay de faire croire sur Scoop FM, Hati en dbats que tous les partis politiques qui ont paraph laccord Del Rancho sont automatiquement des traditionnelle aurait dcid lors dune rencontre de ne et/ou de classe moyenne. Pour faire face cette stratgie de la bourgeoisie traditionnelle qui ne reprsenterait que 3% de la moyens le MOPOD et ses allis aux nouvelles lections prvues Garry Pierre-PaulCharles, le principal animateur de lmission, a rtorqu quil connait des gens de cette en relation avec le peuple et la classe moyenne (lexemple de la Croix-des-Bouquets). Selon lui, cest peut-tre une frange de cette bourgeoisie proche du pouvoir en place qui aurait pris cette dcision. Ce ne serait pas lensemble. Ce qua rcus Me Il a insinu en bon avocat que lexception qua introduite Garry Quant Sauveur Pierre-Etienne, Prsident de lOPL, appel la rescousse par G. Pierre-Paul-Charles, il a balay dun revers de main la thorie de Me Michel en utilisant lapproche de linterpntration des classes sociales, en faisant appel une srie de thories en relation avec la sociologie politique pour dmentir Me Michel et dmontrer que la bourgeoisie ne saurait en aucun cas faire ce choix pour la bonne et simple raison quelle cherche toujours utiliser les pouvoirs en place pour rgler ses affaires. Un tel choix serait suicidaire. Les missions de nouvelles de Vision 2000 et de Radio nont pas fait parti. Cest un gouvernement de 23 ministres et 19 secrtaires dEtat avec le retour trs remarqu de Mme Marie-Carmelle Jean-Marie au ministre de lEconomie et des Finances. Certains ont vu du gaspillage de largent de lEtat, alors que le Pouvoir en place aurait du mettre en place un gouvernement daustrit. Dautres sinterrogent sur la capacit toute manire, cest un gouvernement HIMO pour affronter alimentaire (600,000 personnes en inscurit alimentaire aigue selon le PAM), la vie chre, le chmage, le manque de qui a franchi le cap de 45 HTG pour 1 USD, le manque de campagne dhiver naurait russi qu 50/60%, les inondations de certaines zone lies aux premires pluies davril 2014, la gestion de la saison pluvieuse et de la saison cyclonique, lorganisation des lections, les manifestations de lopposition, lhostilit du Snat, le dtention prventive prolonge, etc. Malgr tout, les nouveaux arrivants au gouvernement place en eux par le Prsident Martelly et le Premier Ministre Lamothe. Enferm dans mon micro climat de ma vieille Terracan (Hyundai) et regardant les 3 lignes de voitures montant et les passants qui ont dcid de laisser les tap-tap (transport en commun) pour continuer pied travers cette boue assche se transformant en une poussire couleur dargile blond sale, ma voiture est dpasse par des centaines de gens qui marchaient voitures. Tous ces gens sont du peuple et de la classe moyenne pauvre, des tudiants sac au dos qui se distinguaient parfois difficilement de certains travailleurs utilisant les mmes sacs mais ayant en main une truelle, une pelle, un niveau de maon. Souvent, jai fait du surplace durant plus dune trentaine de minutes, malgr la prsence de certains policiers visage recouvert de cache-nez et en uniforme. De temps autre des sirnes vrombissaient, la police, les ambulances ou ligne descendante, les vhicules qui suivaient ceux de la Police. Dautres voitures laissaient lembouteillage pour les suivre un moment et gagner quelques mtres. Des motos aussi faisaient la mme chose. Jai brav un peu la poussire en descendant ma vitre gauche pour entendre le son de la rue. Je lai vite remonte pour observer de lintrieur de ma voiture ce qui se passait dehors. Il y a tout sur cette grande artre construite aprs 1995 (Super Market, Parc Industriel, Restaurants, boutiques, magasins de matriaux de construction, stations dessence, etc.). Que de progrs en moins de 20 ans Entre temps, le soleil descendit lhorizon et de plus en plus de gens marchaient, les pieds recouverts de poussire. Ils marchrent vite et dcids comme sils avaient peur du noir qui sannonait. Je regardais lhorloge de la voiture. Elle marquait 7h PM. Cest lheure de la musique sur Mtropole. Juan Manuel Nova animait. Je constatai que je nai parcouru que les de pour faire un peu de dsordre. Cela ma permis de gagner ma voiture. Un camarade ma laiss entrer dans une des deux lignes. Et je me disais, alors mon pote plus de dsordre, tu vas suivre le rythme normal de lembouteillage Une dame bien lance, assez grande comme je les aime, doublait ma voiture. Elle marchait dun pas dcid et pourtant avec une grce de reine malgr son quart de talon. De dos elle tait parfaite, un corsage vert ple prolong par un pantalon noir et sa valise noir pendait lpaule droite. Elle disparaissait dans le noir quelques mtres plus loin. Jtais un peu nostalgique de cette belle image. Javanais lentement. Je me disais qu ce rythme je vais arriver 8.30 PM la maison. Entre temps, jai du appeler ma femme qui vit Georgia, USA, partir de mon tlphone portable pour lui dire quaussitt arriv la maison je la rappellerai. Je lui ai expliqu laventure que jtais en train de vivre. Un bruit de musique sur ma droite minterpella. Deux jeunes avec des pantalons au ras de derrire dansaient tue tte sur un rythme que je ne connais pas. Ils taient heureux sous cette lumire un peu blafarde qui dchirait le noir. Je regardais nouveau lhorloge. Il tait 9h PM. Il ma fallu trente minutes de plus pour arriver sur le pont de Tabarre. Je me disais qu ce rythme jarriverais 10 H Pm la maison si je devais suivre le parcours normal. Cest ce moment que je me souvenais de cette petite route dcoupe qui pourrait memmener la maison. Lorsque cette petite route. Si lentre de la route est normale, dans la zone habite quelle traverse, elle fait peine 4 m de large, tortueuse, boueuse, avec des trous par endroits. Les phares de ma voiture dchiraient la noirceur. Il ny avait pas me qui vive. Je suivais la route plus par instinct que par raison. Lorsque jtais Directeur de Cabinet du Premier ministre Latortue, mon chauffeur et mes gardes de corps lempruntaient des dizaines de fois. Mais jamais je lavais emprunte seul. Ncessit obligeait, je conduisais avec prudence mais un rythme au moins 50 fois suprieur par rapport au rythme qui metais impos quelques heures plus tt. Cest ce moment-l que je me suis rendu compte quil pleuvait petites gouttes depuis au moins une trentaine de minutes. En tout cas, je ntais pas trop loin de chez moi. Et javais cette sensation de scurit accompagn de radio Mtropole qui passait le journal dni ral ; ils ont pratiquement repris les grands titres traits dans le Journal de 6h PM. Dun coup, je me retrouvais devant cette grande barrire crme. Jai pouss un ouf de soulagement lorsque le garon a ouvert la barrire. Il tait 9h 46 pm. Jaurais pu faire un voyage aller-retour Port-au-Prince-New-York, pensai-je! Mais que de choses jai pu observer en 7 heures dembouteillage! En conclusion, certes nous vivons dans une zone mtropolitaine infernale qui stend de plus en plus lhorizontale et qui a la densit de population la plus forte au km 2 de notre pays (Rf. http://lesmeilleurstextes. blogspot.com/2014/04/le-metropolocentrisme.html ) certes couter et mieux apprhender notre ralit

PAGE 13

Page 13 IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI .. ETC Yvener CHARLES PAR CES MOTIFS, le juge de Paix, aprs avoir dlibr conformment la loi, se dclare comptant pour connaitre de cette affaire, accueille laction de la dame Carmelle EUGENE pour tre juste et fonde, maintient le dfaut octroy a laudience, ordonne lexpulsion du sieur Fanel SERVILLUS pour avoir dpossd par la violence la requrante de sa possession, la rintgre dans la jouissance de sa possession et fait injonction au sieur Fanel SERVILLUS de ne plus troubler la dame Carmelle EUGENE dans sa possession, la condamne a VINGT MILLE GOURDES ( Gdes 20,000.00) de dommages et intrts pour les prjudices causs par lui la requrante, commet lhuissier Frdric DUBOIS du DONN DE NOUS, Carmin BAPTISTE, juge de Paix en audience civile, ordinaire de ce jour jeudi vingt-huit Novembre 2013, a deux heures de laprs-midi, an 210me de Il est ordonn Etc En foi de quoi etc Me. Patrick LOLO, Avocat Dans la srie consacre au premier Forum Urbain National organis par le CAIT (voir HEM Vol. 28 # 09, 10, 11 et 12), javais signal que ce forum devait permettre de prparer la participation dHati, entre autre, au Forum Urbain Mondial dont la 7 me dition se tiendrait, du 5 au 11 avril 2014, Medellin (Colombie). Je nai encore aucun compte rendu de ce forum, mais, au dbut du mois, jai reu La Lettre de lAFD une correspondance de lAgence Franaise de Dveloppement consacre lvnement, avec un ditorial de Anne Paugam, directrice gnrale de lAFD, intitul : Agir pour un dveloppement urbain durable et un entretien avec Anne Odic, responsable de la division Collectivits locales et Dveloppement urbain (AFD) et Pierre Forestier, responsable de la division Changement climatique (AFD) ayant pour thme : Dentre de jeu, les titres donnent lesprit de ces relever si on veut arriver un dveloppement urbain durable. Je veux bien, mais dans tout cela jai quand mme un malaise. Commenons par voir quelques chiffres. Daprs lONU Habitat, les villes abriteront 3 personnes sur 4 en 2050. Et le texte de poser la question : La croissance urbaine, est-ce une chance ou une mauvaise nouvelle ? Mais ce nest pas tout. Dans son ditorial, Anne Paugam nous dit : Plus dun milliard dindividus vivent actuellement dans les quartiers prcaires. Si rien nest fait, ce chiffre sera multipli par 3 dici 2050 Si je comprends bien il y aurait deux problmes ; le premier tant la concentration de la population mondiale dans les zones urbaines, de la population dici 2050, si on en croit les pronostics ; le second : laugmentation de la population vivant dans les quartiers prcaires, un euphmisme qui permet de le pas parler de bidonvilles, 3 milliards de personnes au mme horizon 2050. Que lon fasse des efforts pour amliorer les conditions de vie des habitants des bidonvilles, que lon veuille agri dans une perspective de dveloppement urbain durable, pour parler comme Anne Paugam, cest tout fait louable et je nai pas de problme avec cela. Mon problme cest la croissance urbaine elle-mme. Tous ceux qui en parlent ont lair de vous dire : il y a croissance urbaine et on ny peut rien. La croissance urbaine est un fait nous dit Anne Odic. Bien sr, cest un fait, mais lapparition de ce fait et jaimerais bien quon les analyse pour comprendre les mcanismes de cette croissance en vue de la contrler. Car, en tout cas chez nous, il y a une urgente ncessit de contrler cette croissance. Quand nous assistons au phnomne de ltalement urbain sur les plaines avoisinantes, faisant perdre autant de terre qui pourrait servir la production alimentaire dans un pays qui souffre dinscurit alimentaire, quand nous assistons au phnomne de la conqute du Morne lHpital par des bidonvilles avec toutes les consquences ngatives pour notre environnement nous port-au-princiens, on se dit quil faut absolument prendre contrle sur cette croissance et la freiner pur arrter les dgts. prsence dun vaste secteur dhabitants de bidonvilles, ce quon appelle parfois le lumpen proltariat, savoir certains types dentrepreneurs et certains types de politiciens. Les capitaines dindustrie y trouvent leur compte, car disposer dune grande masse de demandeurs demploi leur permet de faire baisser les salaires de leurs ouvriers, de rduire donc le cot du travail. Les politiciens, en tout cas ceux qui ne sont intresss quau pouvoir, soit pour le conqurir, soit pour sy maintenir, et qui maitrisent les techniques de manipulation des foules, trouvent aussi leur compte dans la prsence dune grande masse de dshrits qui leur donne un formidable levier pour peser sur les dcisions. Je ntais pas en Hati durant les annes dures du mai et des 22 juin, o on faisait venir. Par camions entiers, des paysans dans la capitale pour de grandes manifestations qui avaient pour but deffrayer le bourgeois et de faire passer de grandes dcisions comme la prsidence vie. Vous me direz que ce ntaient pas des habitants de Port-au-Prince, oui, mais ils le sont devenus car on ne prenait pas la peine de mettre des camions leur disposition pour les ramener chez eux, de sorte que nombre dentre eux sont tout simplement rests l. Ce fut peut-tre le point de dpart de lexplosion dmographique de Port-au-Prince. en tout cas je me souviens que les membres du CHISS, qui travaillaient sur une tude de quils appelaient les 22 mai ; ctaient tous ces gens qui ntaient pas retourns dans leur campagne aprs quon les ait amens acclamer Papa Doc. Quand on parle de la croissance de Port-au-Prince, cette affaire des 22 mai a un aspect conjoncturel, et peut-tre bien plus profondes, structurelles celles-l. Je veux parler de la politique mene par pratiquement tous les gouvernements qui se sont succds la tte de ce pays envers le secteur agricole et qui a largement contribu, dans un premier temps, appauvrir ce secteur, et, dans un deuxime temps, pousser tout le monde le dlaisser. Nous naurons pas le loisir dapprofondir ici cette question, mais ce que je veux dire cest que la croissance de Port-au-Prince est le rsultat de certaines interventions humaines et que de la mme faon quon a aid Port-au-Prince devenir lenfer que nous connaissons aujourdhui, de la mme faon on peut entreprendre des actions visant le rendre plus vivable. Cest une simple question de volont. nous navons pas assez de route, certes notre service de circulation est dfaillant, certes nous sommes des gostes, des indisciplins, mais un peuple disciplin qui respecterait des policiers aurait franchi cette vingtaine de km en moins de 7 heures de temps. Comme nous nous battons pour tout et mme pour des broutilles, le rsultat est l. Cest plutt mental. Nous ne cdons pas un pouce de terrain lautre ; rsultat : le terrain est mal occup donc mal gr. Quest-ce qui nous Reformatons les nouvelles gnrations pour sauver notre pays. Cest peut-tre cela qui motive, de manire inconsciente ou consciente, un groupe priv et le Gouvernement, organiser municipale (dcentralisation), et surtout les assises sur la dembouteillage pour couter et mieux apprhender notre ralit qualit de lducation avec le ministre de lEducation nationale. Et le nouveau ministre de lEducation, M. Nesmy Manigat, de nous sortir ce proverbe africain : Pour quun enfant grandisse, il faut tout un village Sommes-nous, Peut-tre pas correctement, mais, en tout cas, la voie de lducation choisie est incontestablement la meilleure P-au-P, 14 avril 2014 [AlterPresse] --Le gouvernement annonce des mesures durgence et promet des solutions durables pour rpondre la scheresse dans le Nord Ouest du pays, apprend AlterPresse dans un communiqu du ministre dlgu auprs de la primature charg des droits humains et de la lutte contre la pauvret extrme. En guise de rponse durgence, le gouvernement indique avoir dj apport de laide 9 mille 400 mres de famille travers son programme Ede pp Une aide qui se chiffre plus de 9 millions de gourdes, et qui a couvert 9 communes du Nord. Dix mille Paniers solidarit et 5 mille kits de semences seront distribus par le Fonds dassistance conomique et sociale (Faes) dans les trois prochains mois, assure le gouvernement. De plus la Coordination nationale de la scurit alimentaire(Cnsa) et le Centre national dinformation gospatiale(Cnigs) conduiront une mission technique dvaluation dans la zone. mesures durables pour mieux accompagner la population et faire face aux impacts du changement climatique signale le communiqu, rappelant une rencontre de haut niveau tenue ce sujet le vendredi 11 avril dernier. La scheresse est lie aux changements climatiques et risque daffecter toutes les rgions du pays estiment les autorits hatiennes. Depuis janvier, le dpartement du Nord-Ouest a vu prir la quasi-totalit de ses rcoltes de la campagne dhiver. Plus de 143 mille personnes de ce dpartement sont touches par cette scheresse, provoquant une crise alimentaire. Cela contraint les personnes les plus vulnrables adopter des mcanismes de survie, comme la rduction de la quantit de repas quotidiens deux, voire un par jour. Des organisations humanitaires ont effectu des interventions durgence. Mais le Nord-Ouest nest pas lunique dpartement souffrir de la scheresse. Le Nord-Est, certaines communes du Centre et de lOuest limage de Belladre et Fonds-Verrettes, sont galement touchs. La scheresse dans ces zones est lie entre autres une saison pluvieuse capricieuse, un manque dinfrastructures, paralysant davantage les activits traditionnelles pour la campagne agricole de printemps. Elle conduit par exemple La Cnsa, rappelant en mars dernier lchec de la campagne haricot dhiver, a mis en garde contre une situation dinscurit alimentaire extrme, si rien nest fait pour soulager les familles et favoriser la russite de la campagne de printemps. disponibilit alimentaire se rvlera cl en ce qui a trait au prix des produits de premire ncessit. A ct de la scheresse un autre indicateur pourrait violences, leurs corollaires, potentiellement nfastes pour le transport des produits agricoles, prdit la Cnsa. Ces lections sont attendues pour le 26 octobre prochain. Lors de sa 8me rencontre Puerto Espaa-Trinidad y Tobago, la Confdration Latino-Amricaine et Caribenne des Religieuses et Religieux (CLAR) sest dit profondment proccupe de la dnationalisation des milliers de Dominicains/ Dominicaines dascendance hatienne suite au prononc de larrt 168/13. Tout en manifestant sa solidarit aux victimes, la CLAR dit esprer que les autorits dominicaines trouveront citoyennes qui souffrent de toute forme dexclusion, de violation de leurs droits humains, datteinte leur dignit et de refus de leur citoyennet. Nous, reprsentants-es de vingt-deux confrences nationales de religieux-ses de lAmrique Latine et de la Carabe, exprimons la socit dominicaine et la communaut internationale, notre douleur et notre solidarit loccasion du drame que lon est en train de vivre en Rpublique Dominicaine en ce qui concerne la dnationalisation dun nombre important de nos frres et surs travers larrt TC 168-13 dit une La confdration dit esprer parvenir une solution lgale du respect aux droits des plus faibles, toujours selon les lois dominicaines. Nous sommes attentifs au processus initi par le prsident Danilo Medina qui, dans ces moments, sest engag dans un dialogue consultatif avec diffrents secteurs du pays en vue dun consensus pour une issue humanitaire et juridique cette violation de droits fondamentaux poursuit la note. HPN note du CLAR. (

PAGE 14

Page 14 LES JEUX HORIZONTAL 1. Est redevenu champion WBO des welters 2. Surchargs 3. Frole 4. Se rend Apprit 5. Courrier lectronique Titane 6. Venu au monde Plus ancienne cole dingnieurs dAfrique 7. A caractre dune ville 8. Pronom Cachs. VERTICAL 1. Nouveaux riches 2. Aluminium Pnible 3. Trompe 4. Presque Actinium PACQUIAO ALOURDIS R#RASE#T VA#SUSSE EMAIL#TI NE##INAT URBANISE SE#CELES Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeEMPORTE T E D R E T A Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de FINALE LIMOGE en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sAustralie Bangladesh Brunei Cambodge Chine Coree du Sud Emirats Arabes Unis Etats Unis France Inde Indonesie Japon Myanmar Norvege Nouvelle Zelande Philippines Royaume Uni Russie Singapour Taiwan Thailande VietnamCALIFE CALICE MALICE MILICE MILITE MIXITE FIXITEFINALE LIMOGE S M A N T E I V I B P C B V V Z I P I S T O D U I A L H E R D H Y R D P N I G N E N W I I I U Z X D M G N B U B A G U N L L E N O E H Y F T I S S L D E E M I D E D G R A O J E J A E O M C X P N I S E H N C E M D M Z B U N B P A L A G S M Q I E L W E M A A D I L A E E O A G S G I C L A Y R L N I R S V V R H S G V S L C O F A E A T G R U H D U S U D E E R O C S H S Y O D X U R C I Z V N A W I A T U P N Q V J W V J M U S O F Z C J A P O N N L J Q L D O D N D Y B G Y R J O I J B B B B N Y P J N N F C E I J N K U Q P K X D Z P I I B T D S M Z B U T Q M C T A S I N U S T A T E trsor public tait vide. Une nouvelle manifestation disperse par la police P-au-P, 15 avril 2014 [AlterPresse] --Partie du Bel-Air (au nord-est de la capitale), longeant Le boulevard La Saline ( louest), puis Delmas (nord-est), ensuite lavenue Martin Luther King ou Nazon (vers lest) pour aboutir devant les ruines du palais national (centre de la capitale), la manifestation anti-Martelly du mardi 15 avril 2014 na pu arriver destination. Gaz lacrymognes, fortes dtonations de balles ont servi la police nationale dHati (Pnh) pour freiner le mouvement revendicatif prs de lancien Cin Thtre Triomphe. Une cinquantaine dagents du Corps dintervention et de maintien dordre (Cimo) formant, au niveau de la place de la Constitution, au Champ de Mars, un imposant barrage pour empcher les milliers de manifestants daboutir devant les ruines du palais national. Lopposition politique rclame des lections gnrales dans le pays, tout en dnonant les vellits autoritaires, voire dictatoriales, de lactuelle administration politique. Brandissant le dcret de 1977, pris sous la dictature de Jean-Claude Duvalier, le Conseil national des tlcommunications (Conatel) menace la presse de sanctions et accuse Radio Tl Znith de vhiculer de fausses informations, susceptibles de nuire lordre public. Les manifestants du 15 avril 2014 nont pas rat loccasion pour fustiger aussi la scheresse? P-au-P, 14 avril 2014 [AlterPresse] --Le gouvernement annonce des mesures durgence et promet des solutions durables pour rpondre la scheresse dans le Nord Ouest du pays, apprend AlterPresse dans un communiqu du ministre dlgu auprs de la primature charg des droits humains et de la lutte contre la pauvret extrme. En guise de rponse durgence, le gouvernement indique avoir dj apport de laide 9 mille 400 mres de famille travers son programme Ede pp Une aide qui se chiffre plus de 9 millions de gourdes, et qui a couvert 9 communes du Nord. Dix mille Paniers solidarit et 5 mille kits de semences seront distribus par le Fonds dassistance conomique et sociale (Faes) dans les trois prochains mois, assure le gouvernement. De plus la Coordination nationale de la scurit alimentaire(Cnsa) et le Centre national dinformation go-spatiale(Cnigs) conduiront une mission technique dvaluation dans la zone. accompagner la population et faire face aux impacts du changement climatique signale le communiqu, rappelant une rencontre de haut niveau tenue ce sujet le vendredi 11 avril dernier. La scheresse est lie aux changements climatiques et risque daffecter toutes les rgions du pays estiment les autorits hatiennes. Depuis janvier, le dpartement du Nord-Ouest a vu prir la quasi-totalit de ses rcoltes de la campagne dhiver. Plus de 143 mille personnes de ce dpartement sont touches par cette scheresse, provoquant une crise alimentaire. Martelly Le prsident Michel Martelly na pu retenir ses larmes le lundi 14 avril au moment o il inaugurait un programme lanc par le ministre des Affaires sociales pour former des jeunes de la rue des mtiers comme conducteurs de poids lourds et boulangers. Alors quun des jeunes qui ont pris part cette formation, Jean Rudler Joseph, remerciait le prsident Martelly pour leur avoir donn la chance dacqurir une formation et daspirer une autre vie, le prsident a paru trs mu, crasant une larme, en coutant le tmoignage du jeune homme. Ma vie va changer grce vous prsident. Vous nous avez permis de sortir de la mendicit dans les rues, sur la place du Champs de Mars, pour nous offrir une autre vie, a dclar Jean Rudler trs applaudi par ses camarades anciens laveurs de voitures Le prsident, a-t-il dit, avait fait une promesse son groupe et cette promesse a t tenue. Parce que vous avez tenu votre promesse, nous rclamons deux mandats, deux mandats, a fait rpter Jean Rudler ses jeunes camarades tandis que dautres voix dans la salle criaient vie, vie! Le Bureau de Communication de la Prsidence a inform que le Prsident Michel Joseph Martelly, accompagn de la Premire Dame, Mme Sophia Martelly, et du Ministre des Affaires Etrangres, M. Duly Brutus, a laiss le pays, le samedi 19 Avril, destination de la Rpublique de Chine (Taiwan) o il effectue une visite dEtat du 21 au 24 Avril. Cette visite qui sinscrit dans le cadre du renforcement des liens damiti et de coopration entre les deux Etats, sera loccasion pour le Chef de lEtat et son homologue, S.E.M. Ma Ying-jeou, de procder un ample change de vues sur des questions dintrt commun et sur lvolution de la situation tant au niveau rgional quau niveau international. Le Prsident de la Rpublique et sa dlgation retourneront au pays le samedi 26 Avril 2014. Le President de la Rpublique, S.E.M Michel Joseph Martelly et lAssistant Vice -President Taipei 101 Building M. Chia Hao Liu En 2011, les Etats-Unis ont enregistr 16,9 interventions pour 1 000 femmes ges de 15 44 ans, son niveau le plus bas depuis 1973. Alors que le droit lIVG est remis en cause en Espagne, et soulve les passions en Europe, une tude du Guttmacher Institute montre un repli de lavortement aux EtatsUnis. Cet organisme, spcialis dans les questions de reproduction et pro-avortement, constate que les Amricaines ont moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG). En tout,16,9 interventions pour 1 000 femmes ges de 15 44 ans ont t pratiques outre-Atlantique en 2011. Ce chiffre se rapproche du taux de 1973 o il tait de 16.3 pour 1000. Cest en 1973 que les Etats-Unis ont reconnu lavortement comme un droit constitutionnel. Entre 1973 et 2011, la courbe du nombre davortements a connu un pic en 1981, avec 29,3 interventions pour 1 000 femmes. Une plus grande utilisation de la contraception Pourquoi en 2011 le taux davortement 13 % du nombre davortements entre 2008 et 2011 est lie une augmentation du recours la contraception et non pas une limitation de laccs lIVG. Les tablissements proposant proposant lIVG nont dailleurs baiss que de 4 % (1 % pour les cliniques). Pour les auteurs de ltude, cette baisse dIVG va de pair avec une baisse des grossesses et des naissances. La crise rcente a amen de nombreux couples viter ou retarder une grossesse explique Rachel Jones, auteure de ltude. Soulignons au passage que les choses ont d changer depuis 2011. A partir de cette date, plusieurs Etats ont pris des mesures restreignant lavortement, selon lInstitut. le taux davortement son plus bas niveau depuis 40 ans

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Tandans rasin nan nou sou prezans vodoun nan literati kreyl la, nou kw ayisyen. Langay estetik nou ttt vodoun. Nan oralti kreyl la, plizy chante atis popil yo, plizy chante atis peyizan yo, chante travay sou lanm (oubyen chante dlo), chante peyizan laplenn oubyen nan mn asosye ak vodoun 1 Divs aktivite atistik plastik petri ak vodoun (cf. Exposition : Les forgerons du vodou ). Diferan tks liter trese ak vodoun (cf. 13 nouvelles vaudou, Gary Victor 2007 ). Enptans vodoun an konn tlman f kay sten sanba, nan zv sten atis langay, nan sten domn, nan sten pys atistik, sa vin lakoz plizy literat vin ap pale 2 teyat vodoun 3 penti vodoun 4 Deft, nan domn mizik ak chante, depi mizik Rasin ap frape, anpil fwa gen mon tou ki melanje plizy kategori mizik, mete yo nan mizik vodoun. Men, b kote pa li, Gifrants 5 distenge divs tip mizik sou baz enstriman mizisyen yo itilize nan pfmans yo. Atis la demontre mizik vodoun ak mizik rasin pa menm. Mizik vodoun se chante lwa sou rit Lafrik ginen avk enstriman tradisyonl tankou : houn, hount, hountdji, agida, ogan, ason. (Enstriman sa yo pote lt non : manman tanbou, segon, boula, bagt, klch, tchatcha). Tandiske mizik rasin se chante sou rit ak kout tanbou vodoun men ki balanse ak enstriman mizik modn tankou tanbou, sentetiz, gita, saksofn, eksetera. B kote pa nou, sou baz fonksyon depaman mizik rasin nan parap ak mizik vodoun an, nou remake tou genyen yon gwo diferans. Mizik rasin pa mizik vodoun 6 Mizik vodoun se mizik sakre nan hounf, chante lwa yo chante anba peristil, nan svis ak dans vodoun, nan seremoni bann rara tou 7 Gifrants di nou tou La musique vaudou chante Dieu et les dieux qui vivent parmi nous 8 Deplis, dapr Gds Fleran 9 Mizik la jwe yon wl estratejik nan dewoulman svis la. Se ak chante danse yo anonse sa ki ap ft nan chak moman. Konsa, nou byen konprann chante vodoun an kapab gen yon fonksyon pratik ( rituel ). Pakont, mizik rasin nan se mizik pwofn sou sn, ki balanse ak yon powetik osnon yon estetik vodoun. Epi, fonksyon li, se pou danse li nan bal, nan kanaval, oubyen pou yo jwe nan pys teyat. Li nan tout ss (politik, lanmou, sosyete, polemik, tripotay,), menm jan ak mizik peyizan yo. Kanfeti mizik rasin nan part nan ane 1970 yo, men tandans rasin nan se pa yon nfte oralit ni liter ki date jounen jodi a. L nou konekte tandans rasin nan ak pwodiksyon atistik endijenis ayisyen an, nou gen konviksyon li te deja ap viv anndan oralti a depi nan fondasyon sosyete ayisyen an, (cf. Lomeyans pou anakawona, Lomeyans awangan : kanga bafyoti) jistan li part lakay Ignace Nau, ki ta premye ekriven endijenis vre avk yon kont endijenis (yon kont rasin) Isalina ou une scne crole dapr Pompilus (1975), tm I, p. 182-188). Ansuit, depi ane 1930 yo konsa, Ren Victor (2007), nan Chansons de la montagne, de la plaine et de la mer p. 111, te deja obsve yon mouvman konpozisyon diferan ant mizik vodoun ak mizik peyizan yo ki te adapte mizik vodoun yo 10 Epi ank, adaptasyon mizik vodoun an part tou nan konpozisyon lt sanba, lt chant ki pa nan okenn gwoup rasin. Paregzanp, Lon Dimanche chante : ki mele mwen av yo, ki foute mwen, pale m mal dy devan byen, zaf yo Se enspirasyon yon chante vodoun ki part nan Le Grand Recueil Sacr ou Rpertoire des Chansons du Vodou Hatien Max Beauvoir (2008), p. 218, No 678 Manno Chalmay, nan plizy chante, f menm adaptasyon sa yo ak refren nan chante ki rele Zanmi pre, ki se yon chante vodoun ki part nan Beauvoir (2008), p. 439, No 01743. Minidyaz Sanba kreyl te part avk K m pa sote ki se yon chante peyizan Ren Victor (p. 111) te konn tande nan ane 1930 yo. (Tcheke lt mizik tankou Balendjo hogoun o, No 00236, p. 127). Les frres Dejean, ak refren Debake, ki part nan Beauvoir (2007), p. 157, No 00384. Kanta chante lwa, yo svi nan reptwa atis kou Raoul Denis, meline Michel, Lumane Casimir, Toto Bissainthe, Grard Dupervil, ak Douby nan Sistm Benn ak yon bann lt ank. Konsa, nou ka remake, tandans rasin nan pa layite slman nan mizik rasin yo ki part ltjou la. Paregzanp, Karin Richmann 11 rapte nou Ti Chenni, ki gen don pou chante, konpoze lt pwen sou kast avk adaptasyon chante pwen vodoun. Mmn, Zo ak Sebyen se konpz rasin tou ki enspire epi ki adapte chante pwen vodoun yo pou konpoze lt sou kast. Ositou nou kab di, tandans rasin nan ak vodoun an, se pa slman direksyon retounen nan sous rasin Lafrik ginen (tankou ngritude nan literati a), men tou se svi ak sistm vodoun an km referans estetik atistik olye yon referans relijye osnon mistik. Se pran sistm vodoun an km potomitan chapant atistik. Nan sans pou konsidere sistm vodoun an km estetik, tandans rasin nan ganize epi donnen plizy zv nan divs domn atistik oralit, liter, plastik. Mizik ak dans popil ayisyen yo se langay estetik ki fonde kilti nasyonal Ayiti a epi ki konpoze ak vodoun. Gds Fleran 12 dekante plizy asp powetik nan estritikti mizik vodou n an. Li bay pwen tankou : kadans, antifoni, aksan melodik, elizyon. Epi li ajoute, mizik la toujou mache ak dans epi melodi chante yo pa janm konplike. B kote pa li, Claude Carr 13 demontre nou akl kouman la musique coutumire mizik popil peyizan yo, devlope yon powetik rptition ak variation Nan mizik rasin nan, samba yo ajiste l (melodi) ak pawl ki nan mizik vodoun an, menm jan atis peyizan yo (chansonye, batonye ak marinye yo) ak dt atis kontinye ap f li nan mizik, chante ak lt manifestasyon oralit ou liter. Epi, dapr nou, se adaptasyon pwetik mizik vodoun an, ki te deja nan mizik popil atis peyizan yo, ki tap balanse nan mizik minidyaz yo, ki pral chapante mizik rasin sanba modn yo. (Ak pi plis ank, mouvman Kreyl Dyaz jodi a, ki balanse ak menm souf mizik vodoun (flklorik, tradisyonl) sa yo nan mizik dyaz la 14 ). Epi, nan adaptasyon mizik vodoun an, nou jwenn 3 asp enptan ki domine mizik rasin nan: l chante (melodi), rit ak kout tanbou ginen yo (Rada, Kongo, Petwo) ak chanjman fonksyon pawl yo (ki pa ditou fonksyonl nan svis vodou, stadi ki pa ni rituel ni lapriy), ajoute ak chanjman direksyon sans pawl yo. Nan asp la, l enji iniv vodoun an tr f, ( vodoun an tr f), mizik rasin nan monte wo degre kote lwa yo kapab monte (svit) chwal yo, (menm si se pa anba peristil). Nan moman sa a, li sanble tt koupe ak mizik vodoun, epi yo ka menm konfonn li ak mizik vodoun. Egzanp mizik rasin Koudjay, Ram, Tokay. Yonn nan pi enptan yo, se mizik rasin Az yo ki marasa ak mizik vodoun yo. Se pou sa nou pa etone l nou tande non gwoup rasin tankou Choukbwa, Rasin mapou, Rasin Simbi ki se nouvo non Rara fanm. sou baz resanblans estetik sa a avk mizik rasin nan, Henri Robert Durandisse (manm Sosyete Koukouy) sigjere pou nou bay kalite tks oralit ou liter kon sa yo yon konsiderasyon espesyal. An patikilye, li panse ak divs fm pwezi kreyl yo ki pote mak estetik vodoun osnon ki genyen kalite estetik vodoun. Epi li pwopoze pou nou rele tks pwetik sa yo: rasin (menm jan yo di ). Pwezi ak mizik gen anpil asp nan pwetik yo ki sanble. Gen rption ki chapante mizik epi gen repetisyon tou km teknik pwetik 15 Gen variation nan chante yo ki se adaptasyon melodi ak pawl chante vodoun. Nan literati kreyl la, nou jwenn fm pwezi tankou pwezi ritmik ki se varyasyon ki baze sou dire melodi oubyen sou long pawl chante (vodoun). Gen kadans, rit ak pwozodi. L nou konsidere koneksyon ki genyen ant chante ak pwezi, li vin nmal pou nou di genyen yon pwezi (sakre) vodoun epi genyen yon pwezi (pwofn) rasin, menm l nou poko rive jwenn lt analiz ki ale nan menm sans ak lide pa nou an. Chante se yonn nan md kominikasyon (ki pi ansiyen, pi popil) pou A yisyen esprime pwezi. Depi nan Ginen, vodoun ap danse, chante vodoun ap bat, mizik vodoun ap chante. Nou panse, tankou Zumthor 16 ta di, pwezi vodoun oral la se chante vodoun yo : mizik + melodi + pawl + pfmans lan. Se pou sa, nan tras panse Bowra 17 ak Giambattista Vico 18 ki konsidere chante sakre yo tankou pwezi sakre ( posie hiratique ), analiz nou an konsidere pfmans chante vodoun yo ak tout chante yo tankou pwezi oral. Paregzanp, lapriy dj, chante lwa yo, sanba ak houngenikon yo konpoze 19 nan dans lwa yo, chante sanba ak konpz yo kreye nan bann rara yo (sitou nan asp relijye Rara a), chante pwen vodoun yo, nou konsidere se pwezi sakre yo ye ki blayi anndan Oralti a. Epitou, nan sans lide Zumthor ak Bowra devlope yo, nou rele pawoli sa yo : Nan plizy ka, pwezi vodoun (svit) yo pwodui yo gen yon esans relijyon mistik vodoun. Nan pwezi vodoun an, kwayans ak atmosf vodoun an, yo f pati lafwa atis la, se pa slman, tankou ou ta di, yon vni, yon kouch poli, yon kouvti, oubyen yon senp estrateji ekriti. Pakont, nan nou obsve ni nan oralti a, ni nan literati a, se yon pwezi pwofn, endijn ki ft avk yon estetik vodoun. Enspirasyon li se nanm ayisyen ki nan chante flklorik yo, chante tradisyonl yo, chante vodoun yo ak kwayans popil yo. Materyo pwezi rasin nan se mo vodoun, vodoun, kilti ak espas vodoun. Diferamman ak pwezi kretyen 20 pwezi rasin nan se pwezi Ayisyen ginen (ki kapab yon svit tou, men se pa obligatwa). Pou nou idantifye yon tks km pwezi rasin, nou dwe jwenn yon 21 vodoun (stadi : dy mn gen mn), yon chal, yon atmosf, yon dominans vodoun ki manifeste nan mak osnon kalite estetik vodoun ki anndan tks la : tematik, chapant semantik vodoun. Degre dominans lan kapab f nou santi gen yon powm ki plis rasin pase yon lt. Paregzanp, apati vodoun oubyen ank degre dominans vodoun ki anime yon tks, nou kapab depareye, dekante diferan fs tks rasin yo (f, mwayen, fb). Se l sa a, fs oubyen fs chal enji dominans vodoun an rantre pou esplike, jistifye, etabli yon estetik vodoun. Tankou nan Vwa zand (Manno Ejn, 2007) ak Masuife (Patrick Sylvain, 2013). Pwezi rasin souse nan sous vodoun (tankou teyat ak mizik rasin nan). Pafwa menm, kwayans vodoun sanba a pouse Carl Brouard, Boadiba, Tiwawa Goulo). ( pathologie ), se pa yon maladi n ( nvrose ), ni yon maladi lespri ( psychose ), tankou jan J.C. Dorsainvil (1913) ak Louis Mars ak Price Mars te pran li a. Se pa yon reyalite dwg dwl ki ta pwovoke yon eta ( conscience altre ), ni se pa reprezantasyon imajin dezi yon pp ( fantasmes ) tankou le pays rv ki nan Pays san chapeau (Dany Laferrire, 4 e d. 1996, p. 47). Si vodoun an ta yon ( opium du peuple ) pou sten li se yon machin rv, rv je kl pou sila yo ki pran je. Se yon reyalite reyl ki louvri batan pt swa ni sou yon merveilleux vodoun ni sou yon Ralisme merveilleux hatien Nan sans sa a, devlopman tks rasin anndan literati ayisyen, ki ranmase epi ki ap pote vizyon vodoun an, ap toujou kanpe djanm ak tout payt idantit li, pou li kontinye paweze anndan literati monn inivsl la (selon sw Ren Victor te f a). Depi yon grenn atis langay dj ayisyen ap pwodui zv rasin, al tandans rasin nan, an patikilye pwezi rasin nan ap toujou kapab naje alz, nan laye inivsl tout kouran liter mondyal yo. Awoch nago! Ayisyen Nago sanba Ginen pa neye nan dlo andezo Jean-Robert Placide Manm Sosyete Koukouy Kanada ------------Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada 1 Victor, Ren, Chansons de la montagne, de la mer et de la plaine (ane 1930 yo), Montral, ditions Mmoire dEncrier, 2007. 2 Cailler, Bernadette, dans Un arc-en-ciel pour lOccident chrtien nan The french review, vol LIII, no 1, octobre 1979. 3 Desrivires, Jean Durosier, Quand le thtre crole mane du vaudou, 5. avril 2012, sou http://www. potomitan.info/ayiti/desrivieres/cave.php 4 Clius, Carlo Avierl, La cration plastique et le tournant ethnologique en Hati, sou http://gradhiva.revues. org/301 5 Tcheke : Gifrants, Une brve description de la musique hatienne 5 desanm 2008, sou http://www.potomitan. info/gifrants/dissection.php 6 Nap jwenn chante lwa sa yo nan La musique hatienne : chants vodou, sou http://www.musiquehaitienne.fr/ vaudou-haitien/chants-vaudou-paroles/ 7 Paske Rara a se yon evnman relijye vodoun. Al li : Le rara et ses drivs ak Hudler Joseph, sou http://lematinhaiti. nou te li atik sa a jou 29 avril 2012 8 Gifrants sou : http://www.potomitan.info/gifrants/ dissection.php#vaudou 9 Mizik vodou ann Ayiti nan Mozayik, 2007, p. 83 10 Mais un fait singulier a particulirement retenu notre attention. Dans le rpertoire de nos artistes de campagne, Ils forment une catgorie mixte. Ils se rapprochent de la musique vaudouesque par leur mlancolie profonde, la langueur de leur rythme et ils se rangent dans les chansons rustiques proprement dites par leurs propos et les thmes quils voquent. Cest prcisment sur la base de cette observation que nous nous basons pour opiner que nos chansons rurales auraient en partie pris naissance par voie de diffrenciation, elles se seraient dgages progressivement de la musique vaudouesque. Car, linterprtation, nous considrons ces chansons mixtes comme un flagrant dlit dvolution nous surprenons lartiste paysan cest dire le chansonnier ou le btonnier, comme on lappelle parfois, en train dajuster aux airs vaudouesques des paroles profanes notant un vnement de la vie campagnarde. 11 Chante pwen sou kast nan Mozayik, 2007, p. 94 97. 12 Mizik vodou ann Ayiti nan Mozayik, 2007, p. 81, 82. 13 http://claudecarre.com/documents/music%20 coutumieres%20haitiennes.pdf 14 Tcheke Hudler Joseph, Explorer le crole jazz sou sit entnt http://www.lematinhaiti.com/contenu. nou te li li jou 29 avril 2012 15 Teknik estetik nan oralti ak literati na Pawl kreyl, 2013, vol 3, p. 159 169. 16 Zumthor, Paul, Introduction la posie orale Paris, ditions du Seuil, coll. Potique 1983 17 Bowra, C. Maurice, Chants et posie des peuples primitifs ditions Payot, Paris, 1966. 18 Joubert di nou : Conformment sa conception historique de lhistoire, Vico distingue trois ges de la posie : elle est dabord hiratique (cest--dire, quelle concerne les choses sacres quelle sapparente aux (Jean-Louis Joubert, Genres et formes de la posie Armand colin, Paris, 2004, p. 34) 19 Beauvoir, Max G., Le Grand Recueil Sacr ou rpertoire des Chansons du Vodou Hatien, Port-au-Prince (Hati), Edisyon Prs Nasyonal, 2008 20 Gen gwoup atis kretyen, atis pou Kris. Epi, nan literati, gen ekriven ki rele tt yo powt kretyen oubyen atis kretyen (Egzanp : Yves Roy Pierre), oubyen tou ki devlope tematik kretyen (Egzanp : mile Roumer, 1964, avk Rosaire, couronnes sonnets ). 21 Cf. J.Kristeva, Semiotik, 196 9

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE Des permis de conduire ont t remis 10 des 75 jeunes suite leur formation en dclar le ministre Charles Jean-Jacques. conducteurs la date du 14 mai qui marquera le troisime anniversaire de son investiture. Mrilien et Andr Michel retenus un poste de police Retenus durant prs de 3 heures au commissariat de Mirebalais, Me Andr Michel et le professeur Josu Mrilien ont t autoriss partir. Les deux militants ont t gards au poste de police parce quils ne pouvaient pas prsenter aux policiers la carte denregistrement du vhicule qui les transportait. Toutefois, les agents de lordre ont gard le vhicule en attendant que les concerns apportent le document manquant. Les deux hommes taient en route pour la ville de Hinche dans le cadre dun mouvement de mobilisation visant lamlioration des conditions de travail des enseignants en Hati. HPN cogestion des fonds en Hati par lancien prsident Bill Clinton Port-au-Prince, le 15 avril 2014 (AHP) Lavocat et militant politique Newton Saint Juste a annonc lundi (14 avril) avoir crit la Cour Suprieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC.CA) pour rclamer un audit sur la gestion de lancien prsident amricain Bill Clinton la tte de la CIRH. M. Clinton avait au lendemain du tremblement de terre de 2010 en Hati co-prsid avec le premier ministre Jean-Max Bellerive, la Commission Intrimaire pour la Reconstruction dHati (CIRH). Times, indique quenviron 9.5 milliards de dollars auraient t dbloqus pour la reconstruction dHati suite au sisme. Le fait par Mr Clinton davoir codirig une institution hatienne a fait de lui un fonctionnaire hatien. Et de ce fait, il doit rendre des comptes, a soulign Me SaintJuste, qui informe galement avoir demand a lambassadeur amricain en Hati, Pamela White, dexiger des ONG amricaines qui ont dbloqu des fonds en faveur d`Hati quelles mettent leurs dossiers disponibles dans le cadre de lenqute. Apparition dun parti macoute Belladre Belladre, 15 avril 2014 [AlterPresse] --Aprs la tentative doccuper danciennes casernes en 2012, des hommes prtendant tre des ex-militaires de larme dHati, refont surface, cette fois Belladre (Centre), au sein dun parti politique qui suscite dj des inquitudes dans cette commune frontalire, apprend lagence en ligne AlterPresse. Le mardi 8 avril 2014, environ 200 hommes, portant luniforme de larme dissoute en 1995, celui aussi des tontons macoutes, la milice duvaliriste, se sont runis au local de la vice-dlgation de Belladre, en vue dinstaller Lucknel Morette, la tte dun parti appel Parti de la rnovation nationale (Prn). Lucknel Morette est nomm Responsable attach social par Bernardin Constant, qui se prsente comme un reprsentant du palais national, et par le vice-dlgu, Jones Germain. Cest une autre page de 1957. Il faut tenir compte des bienfaits des Duvalier. Une telle Bernadin Constant, responsable du Parti de la Rnovation Nationale. Les objectifs du mouvement seraient de soutenir le mandat du prsident Michel Martelly et de rechercher tous les duvaliristes travers le pays, pour continuer luvre des Duvalier. P-au-P, 14 avril 2014 [AlterPresse] --Le cinaste hatien Raoul Peck tournera un Aprs le documentaire Assistance mortelle sur laide internationale accorde au pays cariben suite au sisme du 12 janvier 2010, le ralisateur enchaine, cette fois avec Meurtre Pacot raconte lhistoire dun couple de la classe moyenne aise tentant de reconstruire leur vie aprs le sisme, au milieu des dcombres de leur maison, Pacot (secteur est). Le couple loue ensuite lunique pice de la maison laisse intacte par les secousses un travailleur humanitaire. Ce dernier de son ct nouera une relation avec une jeune Andrmise qui se rvlera une intrusion toxique explique la note. Le casting est compos de stars de cinma et de tlvision et pour la premire fois lcran lartiste Aryo ainsi quune jeune dbutante hatienne Pour le script, Raoul Peck sest offert la collaboration de lcrivain hatien Lionel Trouillot et du scnariste Pascal Bonitzer. le support de la chaine franaise Arte, du fonds Cinmas du monde et de lUnion europenne.