Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00595


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

du dossier Jean Dominique Deux organisations dnoncent des procdures Grard Gourgue: extraordinaire combattant Jean L. Dominique assassin le 3 avril 2000 Le prsident Martelly flicit par des tnors du Snat aprs sa prestation devant lAssemble nationale le 13 janvier 2014 (photo J.J. Augustin) ( / p. 8) Le comit national du carnaval 2014, qui sera ft aux Gonaves, prsid par Grgory Sabba, droite de la ministre de la Culture, Josette Darguste (photo Ruth Occan) ( / p. 7) PORT-AU-PRINCE, 16 Janvier Le prsident Michel Martelly a tonn par son naturel lors du message sur ltat de la Nation (quivalent du bilan prsent par lExcutif louverture de lanne lgislative), le lundi 13 janvier coul. Non seulement cest un Martelly prtant le geste la JACMEL, 18 Janvier La nouvelle a pris tout le monde un peu par surprise. Une ordonnance du cabinet dinstruction pingle des proches de Jean-Bertrand Aristide, du temps de la prsidence de son dauphin Ren Prval (19962001) et quil attendait son tour pour un second mandat ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 14 Janvier Le coup dEtat militaire gyptien est en train de succder lui-mme. Autrement dit, comme autrefois le colonel Paul Magloire ( / p. 4) ( / p. 6) aprs le brutal renversement du prsident Dumarsais Estim (1950), le chef de la junte militaire gyptienne sera candidat Menace de disparition du secteur priv ( / p. 2) MEYER, 17 Janvier Mme les cartes de vux par internet qui se sont fait rares en ce nouvel an 2014. Cest donc peu de dire que la situation conomique navait jamais t aussi Port-au-Prince Deux importantes organisations de dfense des droits de la personne ont dnonc, mercredi, la lenteur des procdures criminelles intentes contre lancien Une pliade de personnalits issues de llite intellectuelle, du secteur priv et de lunivers politique ont e Grard Gourgue, le 19 dcembre dernier, lHtel Royal Oasis de Ption-ville. Ecrit avec la collaboration de Jean Claude Baby Doc Duvalier (Reuters)

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Une faible secousse sismique de magnitude 3.3 a t ressentie au cours de la nuit ce lundi 20 janvier vers 1h56 a.m Port-au-Prince et dans ses environs. Lpicentre du sisme a t localis 10 km sud-sud-ouest de Carrefour et 13 km au sud-ouest de Port-au-Prince, selon le bureau de la protection civile. Aucune victime et aucun dgt nont t signals par les responsables de la Protection civile. HPN direction P-au-P, 20 janv. 2014 [AlterPresse] --Le rapport de la chambre dinstruction dans le cadre de laffaire Jean Lopold Dominique [et du gardien de Radio Hati Inter Jean-Claude Louissaint], estime lpouse et collgue du journaliste assassin le 3 avril 2000, Michle Montas, ainsi que diverses organisations de droits humains et de journalistes. La Cour dAppel de Port-au-Prince a rendu public, le vendredi 17 janvier 2014, le rapport du magistrat Yvickel Dabrsil. Lacte dinculpation dsigne une ancienne snatrice du Parti Fanmi Lavalas, Mirlande Librus Pavert comme auteure intellectuelle du double assassinat de Jean Dominique et et du gardien de la station Radio Hati Inter. ait, devant elle, un rapport du juge dinstruction, prs de 14 ans aprs la mort de Jean Montas, refusant dopiner sur le fond du rapport, puisque ne le dtenant pas encore. En 2003, lordonnance du juge dinstruction Bernard St Vil, qui avait pronounce linculpation de 6 excutants, navait dsign aucun commanditaire. Cest pourquoi la famille de Jean Dominique avait interjet appel demandant et Jacques Desrosiers, secrtaire gnral de lAssociation des journalistes hatiens (Ajh) considre aussi comme une avance le fait que le juge Dabrsil, contrairement au magistrat St Vil, dsigne des auteurs intellectuels du crime. Nous laissons la justice le soin de faire son travail, tout en esprant quil ny aura pas Antonal Mortim, de la Plateforme des organisations hatiennes des droits humains (Pohdh), voit dans le rapport de la chambre dinstruction criminelle une lueur Dans lattente de lordonnance de la Cour dappel, Antonal Mortim souhaite dj un procs quitable, qui permettra de sanctionner les coupables et de donner rparations Le responsable de la Pohdh appelle les autorits du pays activer galement les dossiers dassassinat, entre autres, des prtres Jean-Marie Vincent, Jean PierreLouis, des hommes daffaires Antoine et Georges Izmery, de lancien snateur Yvon Toussaint, du juge Jean Serge Joseph. Cependant des voix slvent aussi pour mettre en garde contre toute instrumentalisation du dossier de Jean Dominique, pour faire cran celui de lexdictateur Jean-Claude Duvalier, poursuivi pour crimes contre lhumanit et crimes P-au-P, 20 janv. 2014 [AlterPresse] --La plateforme des syndicats denseignantes et denseignants annonce le maintien de sa grve gnrale, dans les lyces et coles publiques du pays, en vue dexiger de meilleures conditions de travail. Lanc pour le lundi 20 janvier 2014, ce mot dordre de grve devrait se poursuivre jusqu une rponse satisfaisante du gouvernement aux revendications du mouvement des enseignants, indique la plateforme. Aprs avoir rpondu une invitation, le vendredi 17 janvier 2014, du cabinet du premier ministre, Laurent Salvador Lamothe, autour de la question, la plateforme continue dencourager tous les employs du systme ducatif rester mobiliss. La rencontre avait pour objectif dentamer des discussions autour des diffrents points mis en avant par les organisations syndicales dans leur pravis de grve, envoy au PM Lamothe le 6 janvier 2014. La plateforne rclame, entre autres, un statut particulier pour les enseignantes et le nombre dannes dexprience, la nomination des enseignantes et enseignants contractuels ainsi quune amlioration de laccs aux crdits. Le bureau du premier ministre na mis aucune proposition pour rpondre aux revendications du personnel ducatif, daprs la plateforme des syndicats (denseignantes et denseignants) qui comprend la Confdration nationale des ducatrices et ducateurs hatiens (Cneh), le Corps national des ducatrices et ducateurs hatiens (Coneh), la fdration nationale des travailleuses et travailleurs en ducation (Fenatec). P-au-P, 16 janv. 2013 [AlterPresse] --Les deux blocs de lopposition, au sein de la chambre des dputs, Parlementaires pour le renforcement institutionnel (Pri) et Parlementaires pour lquilibre politique (Pep), manifestent leur intention de collaborer avec le nouveau bureau lu mercredi (15 janvier). La chambre des dputs est dsormais prside par le dput de Petit Gove (Ouest), Stevenson Jacques Timolon, actuel prsident du bloc prsidentiel, lu pour un an. Il succde Jean Tholbert Alexis, qui a pass une anne (14 janvier 2013 15 janvier 2014) la tte de la chambre basse. Le bloc pro-Martelly, dnomm Parlementaires pour la stabilit et le progrs (Psp), occupe la majorit des postes au nouveau bureau de la chambre basse. Alors quelle aurait pu sentendre avec les autres blocs pour partager les postes, cette Au niveau du Pri, nous allons continuer travailler au renforcement institutionnel. Nous nallons pas pratiquer la politique de la chaise vide. Nous contribuerons, autant que possible, au travail lgislatif. Nous nous attacherons nos obligations pour Sadrack Dieudonn AlterPresse. Ce sont les blocs minoritaires qui auront la charge de faire le jeu dmocratique au sein de la chambre basse, reste convaincu un autre dput du Pri, Vickens Drilus. Quelques heures seulement aprs son lection, le nouveau prsident de la chambre des dputs, Stevenson Jacques Timolon, sest rendu au bureau du premier ministre, o se tenait, ce 15 janvier 2014, le vingt-cinquime conseil de gouvernement. Il a t accueilli par des applaudissements des ministres. Cependant le prsident du bureau de la chambre basse ne pourra pas se passer dune collaboration avec le prsident du snat, Dieuseul Simon Desras, trs critiques vis-Grard Gourgue combattant Hati en Marche Miami th ( ( / p. 16) Jean-Robert Hrard, cet ouvrage intitul de poches de rsistance, mme discursives. Dans le livre, Me Gourgue voquera aussi la priode o il fut professeur, ( Me Grard Gourgue accompagn du cordacteur de ses mmoires, le journaliste Jean Robert Hrard les chances de devenir un best-seller. Lide de retracer la vie de cette bibliothque vivante, est venue au journaliste, politologue et diplomate, Jean-Robert Hrard aprs avoir vu le documentaire mouvant dArnold Antonin sur Grard Gourge, comme il lexplique lui-mme dans le prologue. Il a ressenti la ncessit le devoir mme de relater le parcours extraordinaire de cet homme qui a marqu, quoiquen coulisses la plupart du temps, lhistoire de notre pays Ds le lendemain matin, Hrard sest rendu au domicile de Me Gourgue pour lui exposer son projet. Ctait en fvrier 2013. Lavocat ne stait pas fait prier. Sitt le premier entretien termin avec cet homme de loi qui manie le verbe et lhumour armes gales, Jean-Robert Hrard a commenc par compiler tout ce que Gourgue a fait, dit et crit tout au long de sa vie. Puis il a transcrit ses paroles, anecdotes relats tout au long des entretiens, pour les prsenter suivant un ordre chronologique. De sa naissance en 1925, sa candidature aux lections prsidentielles de 1987, en passant par son origine, sa scolarit, son veil la politique sous loccupation amricaine, sa prise de conscience morale, son premier (et unique) amour Paula Castor, sa compagne de toujours, ses tudes de droit, sa carrire de juriste, de militant et dhomme politique aux cts de Clment Jumelle jusqu lavnement de Duvalier-pre. Rien nest laiss de ct. Pendant le rgime de Franois Duvalier, Gourgue stait mis en retrait de lgendaire. Le tyran aurait rpondu, lorsquon tait venu lui rapporter les excs de langage du professeur Gourgue, en chaire, devant ses tudiants la Facult de droit : Laissez Gourgue faire son cours! la Facult de droit dabord et en priv ensuite du prsident vie de la Rpublique de lpoque, Jean-Claude Duvalier. Curieux paradoxe : Gourgue parlait de droit et de lois dans un univers politique o ces pratiques nexistaient pas. Le lecteur traversera avec lui la trs courte priode jean-claudiste de milit comme dfenseur des droits de chez les Pres Salsiens o il fut tabass, avec des centaines dautres (y compris des diplomates trangers) par les sicaires zls du rgime. le 7 fvrier 1986, Me Gougue fut choisi National de Gouvernement (CNG), un ramassis de duvaliristes pilots de toutes pices par Washington et Baby Doc Duvalier lui-mme en claquera la porte dailleurs trs vite, sa rputation de dfenseur des droits de lhomme stant retrouv en jeu cause de la valse-hsitation concernant le sort des bourreaux quil fallait traduire en justice. les militaires au pouvoir, empchant la justice de faire son boulot. Cest parce quil a su partir temps de ce gouvernement et aussi fort de son pass au sein de la Ligue haitienne des a su capitaliser cette forte popularit lors de la campagne prsidentielle de 1987. Il aurait pu remporter llection si les habituels ennemis de la dmocratie ne lavaient noye dans un tragique bain de sang. Du mais dtermin, il a voulu se reprsenter en 2006, mais un peu trop tard. Cest toute une vie palpitante faite de soubresauts souvent tragiques que Me vis de la gestion de ladministration politique de Joseph

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE ( ( / p. 4) Port-au-Prince, le 13 janvier 2014 (AHP) Installation ce lundi dun directeur excutif au conseil lectoral. Il sagit de Me Mosler Georges, fonctionnaire de linstitution depuis 2005. Le prsident du Collge Transitoire du conseil lectoral permanent (CTCEP), Me Emmanuel Mnard, qui a procd son installation lui a rappel quil a une double responsabilit morale et historique, sachant quil est le premier occuper ce poste nouvellement cr par la loi lectorale en vigueur depuis dcembre 2013. Cette loi supprime le poste de directeur gnral au sein du collge lectoral, le remplaant par un directeur excutif. Me Georges tait le numro 2 de la dfunte direction gnrale de linstitution lectorale. Emmanuel Mnard a demand au directeur excutif de linstitution lectorale de sacquitter de sa tche, en ayant comme boussole la loi lectorale et les rglements de linstitution, tout en comptant sur la collaboration de tous les conseillers lectoraux. Le prsident du collge Transitoire du conseil lectoral permanent a pris lundi au nom de ses pairs, lengagement solennel dorganiser cette anne les lections combattant ( Le nouveau prsident du bureau de la Chambre des dputs, Stevenson Jacques Timolon (photo J.J. Augustin) P-au-P, 16 janv. 2013 [AlterPresse] --Les deux blocs de lopposition, au sein de la chambre des dputs, Parlementaires pour le renforcement institutionnel (Pri) et Parlementaires pour lquilibre politique (Pep), manifestent leur intention de collaborer avec le nouveau bureau lu mercredi (15 janvier). La chambre des dputs est dsormais prside par le dput de Petit Gove (Ouest), Stevenson Jacques Timolon, actuel prsident du bloc prsidentiel, lu pour un an. Il succde Jean Tholbert Alexis, qui a pass une AlterPresse. Ce sont les blocs minoritaires qui auront la charge de faire le jeu dmocratique au sein de la chambre basse, reste convaincu un autre dput du Pri, Vickens Drilus. Quelques heures seulement aprs son lection, le nouveau prsident de la chambre des dputs, Stevenson Jacques Timolon, sest rendu au bureau du premier ministre, o se tenait, ce 15 janvier 2014, le vingt-cinquime conseil de gouvernement. Grard Gougue nous donne dcouvrir dans un style limpide et un ton sans concession et sans fard. Avec la plume complice et alerte de Jean-Robert Hrard. Bien quun peu onreux, le livre se vend dj trs bien. Cest un livre de rfrence. Il est ptillant comme du champagne, malgr le srieux du propos. Vritable biographie dpoque, le lecteur fait connaissance avec une multitude de personnages qui ont travers prs dun sicle dhistoire dHati. Me Gourgue raconte des choses que daucuns ignoraient. Cest un vibrant tmoignage de choses vcues et entendues. Au point que le Prsident de la Rpublique, Michel Martelly, lui-mme, a jug de participer la promotion du livre. Chaque tudiant en droit dans ce pays devrait avoir un exemplaire de ces Mmoires... Le Palais assumera les frais de cette large distribution a dclar le Chef de ltat le jour du lancement du livre auquel il a t invit Promesse qui, selon une source digne de foi, a t tenue. Huguette von Raussendorf ______________________________ Vivre dans le sillage des faits collectifs : 60 ans de vie publique et de faits historiques Mmoires de Me Grard Gourgue avec la collaboration de Jean-Robert Hrard. Editions C2. Prix : 2.000 gourdes, trouvable La Pliade et Axtrix (Ption-Ville). anne (14 janvier 2013 15 janvier 2014) la tte de la chambre basse. Le bloc pro-Martelly, dnomm Parlementaires pour la stabilit et le progrs (Psp), occupe la majorit des postes au nouveau bureau de la chambre basse. Alors quelle aurait pu sentendre avec les autres blocs pour partager les postes, cette niveau de la chambre des dputs. Au niveau du Pri, nous allons continuer travailler au renforcement institutionnel. Nous nallons pas pratiquer la politique de la chaise vide. Nous contribuerons, autant que possible, au travail lgislatif. Nous nous attacherons nos obligations pour contrler laction gouvernementale et pour confie Sadrack Dieudonn Les dessous dans la relance du dossier Jean Dominique p.1 Menace de disparition du secteur priv national p.1 Quand Michel Martelly ne joue pas les Sweet Micky p.1 Lenteur des procdures pour permettre Duvalier dchapper la justice p.1 Grard Gourgue : les mille et une vies dun combattant extraordinaire p.1 Se mt k ki pou veye k p.1 Grve des enseignants p.2 du bureau p.3 Un directeur excutif au conseil lectoral p.3 Le prsident dominicain suspend les dportations p.5 francophone p.8 Wyclef Jean blasts donors over shortcomings in Haiti p.10 Quest-ce que lagro-cologie ? p.13 Litinraire de la Route de lesclave p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE qui achoppaient jusquici. Mme le mot Forces Armes dHati (un autre de ses dadas) que cette fois il na pas prononc, pour expliquer plutt que le pays a besoin dune force, sorte de garde nationale, pour la protection des nos frontires et pour servir en cas de catastrophe naturelle. sembl tre fait de bonne foi, partir dun bon naturel. Aussi la question est et demeure : pourquoi le prsident avait-il fait jusquici totalement le contraire ? Probablement par manque de training, Michel Martelly tant entirement nouveau dans larne politique ; sans aucune exprience, quelle quelle soit, dans ce domaine. ( ( parole, cest dire sur le mme ton de louverture et de lunit quil prnait ce jour-l, mais le prsident est revenu sur tous les points quil voulait jusquici imposer par tous les moyens, mme les plus impossibles. Dabord les lections qui ont t le matre mot du Le Prsident Martelly et le PM Laurent Lamothe lors du bilan de ladministration louverture de lanne lgislative (photo J.J. Augustin) Et (ventuellement aussi) pour prendre la relve aprs le dpart de la mission de la paix de lONU (Minustah). Mais le plus miraculeux est comment tout cela a casse-tte politico-lectoral a t linsistance du prsident Martelly avoir la tte de ladministration du conseil lectoral un directeur gnral, alors que seul le chef de lEtat nomme les directeurs gnraux tandis que le conseil lectoral tant une institution indpendante, son directeur ne saurait tre nomm par le pouvoir excutif. Eh bien, autre agrable surprise, plus de directeur gnral au conseil lectoral mais un directeur excutif comme il se doit pour toute institution indpendante, ce en vertu de la Constitution en vigueur. Le prsident a donc sembl cder sur tous les points vous dire, sinon : pourvou que a doure ! Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince. message. Elles seront ralises plus, le prsident appelle un consensus entre les principaux acteurs (partis politiques, parlement et socit civile) pour Pensez que toute lanne dernire a t passe entre lExcutif et le Lgislatif dans une querelle aussi interminable que inquitante pour la stabilit gnrale, savoir que le palais national ne tient pas les lections pour le 1 er tiers du Snat parce que Martelly attend que le second tiers devienne caduc pour pouvoir annuler ainsi le pouvoir lgislatif et gouverner par dcrets Mais dj le 2 janvier, jour des Aeux, cest dans un grand show coopratif avec les prsidents des deux chambres que Martelly a dpos une couronne sur le tombeau des anctres. Le problme du deuxime tiers du Snat a t ainsi vacu sans tambour ni trompette. Quoi encore ? Ah oui, pendant toute lanne aussi un autre aspect du Ni thorique, ni pratique. Do, automatiquement, il a peur de se faire rouler par des plus madrs. Do aussi le choix de ses conseillers quil a choisi parmi ceux-l qui lui paraissent les plus coriaces. Mais le rsultat nest pas trs positif puisque le prsident se trouve bien oblig aujourdhui de revenir sur toutes ces prcdentes dispositions, comme on vient de voir. Sous peine dun blocage total de la situation. Et que tout cela ne lui retombe sur la tte puisque cest le prsident qui, en tant que responsable de la bonne marche des institutions, doit veiller la tenue des lections en temps opportun. Les prochaines (snatoriales partielles et toutes les communales) devaient avoir lieu depuis novembre 2011. Mais une dernire question vous trotte l-dedans. Est-ce que le prsident a pris dautres conseillers, ce qui expliquerait son volte-face et le discours tout fait serein du lundi 13 janvier dernier ? Nous ne saurions encore Avi Eleksyon EspesyalDapre Rezolisyon Nim. R-960-13 ak donans Nim. 13-112 Konte Miami-Dade adopte pa Asanble Komisyon Konte nan Konte Miami-Dade, Florid, 3 desanm 2013, yap avize tout elekt kalifye ki abite nan distrik pwopoze a ke ap genyen yon Eleksyon Espesyal kap ft jou 28 janvye 2014 la, pou jwenn apwobasyon oswa dezapwobasyon yo sou pwopozisyon sa a: Pwopozisyon ske se pou yo kreye epi etabli yon distrik taks espesyal ki pou rele epi deziyen km Distrik Taks Espesyal pou Ekleraj Lari nan Sea Pines Estates jan ki prevwa nan donans Konte Nim. 13-112? WI 10 NON 11 Yo va poste bilten vt bay tout vot enskri ki abite nan zn pwopoze a ki va elijib pou vote WI ou NON pou pwopozisyon a. Depatman Eleksyon Konte Miami-Dade ft pou resevwa tout bilten ranpli yo pa pita ke 7:00 p.m. nan jou eleksyon an. Eleksyon espesyal sa a ap ft an konfmite ak dispozisyon Kd Lalwa Konte Miami-Dade ak lt dispozisyon aplikab ki nan kd lwa jeneral yo ki relatif a eleksyon espesyal yo. Penelope Townsley Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid Il a t accueilli par des applaudissements des ministres. Cependant le prsident du bureau de la chambre basse ne pourra pas se passer dune collaboration avec le prsident du snat, Dieuseul Simon Desras, trs critiques vis--vis de la gestion de ladministration politique de Joseph Michel Martelly et du premier ministre Laurent Salvador Lamothe. Les autres membres du nouveau bureau de la chambre des dputs, tous du bloc Psp sont : Ronald Victor, prsident aux sances, Romuald Smith, vice-prsident aux affaires administratives ; Abel Descolines, premier secrtaire ; Ogline Pierre, deuxime secrtaire ; Renaud Jean Baptiste, questeur ; et Nzounaya Bellange Jean Baptiste, vice-questeur.

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE Menace ( dsastreuse en Hati. Et entre autres pour le secteur dit priv cest dire celui qui vend ses services la communaut nationale et constitue en mme temps un important crateur demplois dans une conomie qui ignore pratiquement cette notion. comptes Pas de budget vot depuis deux ans, mais voici quune affaire de Cour suprieure des comptes a surgi aussi pratiquement de nulle part. Cest le Snat qui a le dernier mot en matire de fonctionnement et 100% du budget dinvestissement de la rpublique. international est rduit sa plus simple expression. l galement qui, de lautre ct, vont aux urnes. Lanne 2014 sera une importante anne lectorale. Tandis que lanne 2013 aura t celle de la rapparition des manifestations runissant plusieurs dizaines de milliers de citoyens protestant en premier navait jamais t aussi nglig. En un mot, mme en Hati o lon a dj tout vu, jamais lentreprise prive navait autant t une espce en voie de disparition. Oui, cest dabord la consquence de ce quon appelle la mondialisation conomique en vertu de laquelle les changes dsquilibre total son gard en termes dchanges. Mais cest aussi la consquence dune certaine actualit la fois conomique et politique. Dabord conomique. Lasschement de laide internationale. A un moment (dans les annes 1990), celleci pouvait reprsenter plus de 60 pour cent du budget de Cest tout fait le cochon de payant parce que nul besoin de savoir comment on fait pour sacquitter des Labsence dune politique conomique face la mondialisation, la cessation du support budgtaire international et les inconsquences des acteurs politiques qui ne se proccupent que de leur rlection au dtriment de lconomie national (nous insistons, national) qui ne doit servir qu remplir les caisses de lEtat sans que celui-ci ne se proccupe de savoir comment il peut arriver survivre et faire survivre ses employs, voici le nouveau visage de la crise en ce dbut danne 2014. On en reparlera certainement. Car cest une erreur peut-tre de croire que seuls les plus dmunis vont aux urnes. On ne vote pas quavec ses pieds Hati en Marche, 17 Janvier 2014 Aussi par quoi le remplacer ? Par les taxes et impts collects dans le pays, bien sr. Mais dans un pays o le chmage dpasse les 60% en Le seul secteur de la production nationale et de lentreprise prive, bien sr. Mais ce nest pas tout. La situation se complique davantage cause des inconsquences des acteurs politiques. Depuis deux annes, pratiquement correspondant larrive au pouvoir de Michel Martelly, aucun budget public na t vot, suite aux querelles incessantes entre les pouvoirs excutif et lgislatif. Actuellement on ne sait quel budget est en application. Budget reconduit ou bien de transition en attendant un vote ventuel du nouveau budget ? On ne sait. Malgr lexemple que nous donnent les Rpublicains et Dmocrates amricains que, au-del des divergences, le vote du budget est un devoir national et une obligation envers lintrt public qui ne saurait (du moins) tre trop utilis comme instrument de lutte politique partisane. composition de la Cour suprieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA). Mais le prsident de la rpublique et le Snat narrivent pas sentendre l non plus. Or la Cour des comptes a, entre autres, pour fonction lexamen de tout contrat sign entre ladministration publique et les particuliers. Donc voici le secteur priv dfavoris galement ce niveau. En un mot, pour revenir notre article, et dont lentreprise prive serait la fois le socle ainsi que le parent pauvre, cest cette dernire qui est principalement mise contribution pour la collecte des taxes et impts, patente, quitus etc., mais cest aussi elle que lEtat peut se permettre dignorer parce que ne jouant pas un rle politique de premier plan. Cela dans un pays o lEtat reprsente par la force des choses le principal client, labsence de cration demplois rduisant le pouvoir dachat au strict minimum. Eh bien, si on imagine une sommet et les moins fortuns la base, cest ce secteur de lentreprise prive, porterait aujourdhui presque seul tout le poids de ce dernier. Et cela ses seuls dpens. Nous nous expliquons mieux. La situation politico-conomique se prsente aujourdhui comme si lEtat na quune seule proccupation : cest viter de trop mcontenter la base populaire. Cest--dire les plus dmunis. La seule prsence manifeste du pouvoir domaine caritatif : distribution de jouets et de petits cadeaux, restaurants et autres initiatives communautaires etc. Cest une proccupation louable, certes, mais qui nen est pas moins intresse. Parce que ce sont ceux-l, les premires victimes de tous les maux qui frappent le pays, dont le chmage et la misre, oui ceux-l qui sont en mme temps les plus susceptibles de rejoindre les rangs des manifestations anti-gouvernementales, dun ct. CeuxLe prsident dominicain, Danilo Medina, vient dordonner par arrt prsidentiel la suspension des dportations dHatiens illgaux. Cette disposition est prise en fonction des accords et du Plan national de rgularisation des trangers, qui ont t mis sur pied suite larrt 168/13 dans lesquelles les enfants dtrangers ns dans le pays voisin peuvent acqurir la nationalit dominicaine. Prsidence, Gustavo Montalvo, qui dirige la commission dclar le ministre Montalvo. Cependant, la dure et lentre en vigueur de cette disposition na pas t indique. Entre-temps, la direction de limmigration temporaires aux ressortissants hatiens qui travaillent, notamment dans les secteurs de lIndustrie, lAgriculture et la Construction. de ces cartes didentit en raison du fait que certains illgaux lgale issues par leur pays dorigine. Medina suspend

PAGE 6

Page 6 GEOPOLITIQUE pre, il ne fut pas non plus dsapprouv. Les consquences, outre les violences invitables, cest un embargo qui a ruin totalement notre pays. Du massacre lectoral de 1987, au coup dtat de 1991, cest la descente inexorable aux enfers et toute une srie de crises et de crises en srie dont il ne nous est plus possible de nous dptrer aujourdhui, de savoir o tout cela nous mne. Et pourtant si ctait refaire, cela se passerait toujours de la mme faon. Eh oui. Comme aujourdhui en Egypte. Et hier au Pakistan, pour prendre ces deux exemples. Ou en Hati en dcembre 1987, puis en septembre 1991 etc. Ou dj en 1950. Ladministration Eisenhower laisse le colonel Paul Magloire renverser le prsident Dumarsais Estim, dont tout le monde reconnat aujourdhui quil est le dernier chef dEtat hatien qui avait un agenda rellement national. Le gnral-prsident Paul E. Magloire, surnomm Kanson f, est chouchout par Washington, le premier et le la Maison blanche. Mais cest la politique du gouvernement militaire de Magloire qui enfantera par ses contradictions (le fameux roule m de b ou chacun pour soi, Dieu pour tous !) du monstre appel le duvalirisme bas sur le seul revanchisme comme doctrine politique, acclrant la chute dans les tnbres. Dans lobscurantisme. Pourquoi les Amricains ont-ils toujours agi ainsi ? Les mmes causes produisant toujours les mmes effets, la rponse ce nest pas par erreur, la rponse ne peut tre que cest parce que les grandes puissances (et quelle quelle soit : Washington, Paris, Moscou ou Pkin ou autre) ne pensent qu leurs propres intrts et, qui plus est, leurs intrts immdiats. Plus tard, on verra. Oui, tant pis pour les consquences. Et dailleurs ce sont les peuples sous cette dpendance qui paient toujours les pots casss. Et pourtant, que ce soit en Egypte, au Pakistan, et chez nous aussi en Hati et pour commencer aussi Washington qui devrait en avoir marre de se retrouver toujours devant les mmes problmes, eh bien on continue comme si de rien ntait. Sauf que les rles ne changent jamais et que cest toujours nous qui jouons celui du vilain. Conclusion : se mt k ki pou veye k. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince ( aux prochaines prsidentielles, et nul doute que ces dernires seront tailles sur mesure pour lui permettre de les remporter. Pendant ce temps, la principale force dopposition, les Frres Musulmans, va se retirer dans les mosques pour mener une lutte de plus en plus radicale laquelle les militaires et leurs allis ne sauront rpondre que par les armes, or celles-ci comme dans tous les exemples prcdents se sont toujours montres impuissantes contre une force plus convaincante : la religion. Voire une qui traverse lune des phases les plus combattives de son existence : lislam. Sans prjuger de lissue de la situation en Egypte, rappelons que les exemples prcdents ont rarement dmenti lhypothse susmentionne. Le Pakistan plonge dans un tourbillon dont le dnouement sera lexcution par un commando amricain de Oussama Ben Laden qui y avait trouv refuge aprs les attentats du 11 septembre 2001. rarement bien. Cependant ils ont toujours lappui de Washington ou dune autre puissance occidentale. Comme la France dans son back-yard, son bastion africain Est-ce que les Etats-Unis sont masochistes, pour faire chaque fois des choix qui vont leur causer plus tard tant de problmes, quand ce nest pas lui-mme qui en a t larchitecte ? Prenons en Hati le massacre lectoral de dcembre 1987 Personne nignore que larme dHati a agi avec une certaine complicit de ladministration amricaine, lors de Ronald Reagan. Washington craignait une victoire de la gauche hatienne dans lombre du candidat favori, Me Grard Gourgue. aux premires lections dmocratiques de lhistoire du pays. Antonin, ces lections qui auraient pu changer totalement la face dHati. Notre pays ne serait certainement pas totalement au fond du gouffre comme aujourdhui. Contrairement nous autres en Hati, Washington a tous les renseignements, dispose de tous les think tanks, tous les prvisionnistes quil faut pour connatre les consquences dun tel acte. Mais ils ont choisi de laisser faire. Comme aujourdhui en Egypte. Comme hier au Pakistan ou ailleurs. Malgr les graves consquences que cela peut entrainer. Comme encore le coup dEtat du gnral Cdras en 1991. Sil na pas t commandit par ladministration Bush Jean Mtellus ( / p. 7) Le Monde.fr par (SaintDomingue, correspondant) neurologue reconnu, Jean Metellus est mort le 4 janvier 2014 Lve-tt, Jean Metellus crit chaque matin avant de partir lhpital. Sur les conseils de lethnologue Michel Leiris, il envoie ses pomes Maurice Nadeau, qui les publie en 1969 dans sa revue Les Lettres Nouvelles Lditeur lincite poursuivre son uvre potique et publie en 1978 son premier recueil Au Pipirite chantant Cet ouvrage retient lattention dAndr Malraux au point quon le retrouvera sur sa table de chevet, le jour de son dcs. Dautres pomes sont publis par Les Temps modernes de Jean-Paul Sartre. Dans lun de ses derniers entretiens, accord Franoise Siri pour son livre Appel la posie, portraits de potes daujourdhui paratre en mars 2014 aux ditions Castor Astral, Jean Metellus voque la forte impression que lui a cause la lecture de la prface des Damns de la terre de Frantz Fanon, crite par Sartre. La socit franaise est au moins aussi raciste que quand je suis arriv en 1959, si ce nest pire constate-t-il dans cet entretien, voquant la banane prsente par une enfant Mme Taubira. Comme son ami Aim Csaire, Jean Metellus sest fait le porte-parole des Noirs opprims, du temps de lapartheid en Afrique du sud ou du Ku Klux Klan aux Etats-Unis. Ses pomes exaltent les hros comme Martin Luther King ou Mandela et dcrivent le calvaire de Steve Biko avec un humanisme parfois teint danglisme ou de manichisme. Romancier, Metellus a dpeint avec force la violence et le cynisme de la dictature des Duvalier dans Lanne Dessalines publi par Gallimard. Dans ce texte o le crole ctoie le franais, il dcrit la cruaut du rgime et la brutalit de sa milice, les redouts tontons macoutes, dans une capitale, Port-au-Prince, qui na pas encore t gangrne par la bidonvilisation. Dramaturge, Jean Metellus a crit plusieurs pices de thtre, dont lune, Anacaona a t monte au Emigr hatien, je nai jamais quitt Hati et Hati ne ma jamais quitt crit-il en ouverture de son premier essai, Hati, une nation pathtique Publi en 1987 chez Denol, cet ouvrage demeure lune des meilleures introductions historique, culturelle et socio-politique la premire rpublique noire. lge de 76 ans son domicile de Bonneuil (Val-de-Marne). Pote, romancier, dramaturge et essayiste, Jean Metellus est n le 30 avril 1937 dans une famille de quinze enfants Jacmel, une ville situe sur la cote sud dHati, connue pour ses peintres et son artisanat. A la fin de ses tudes secondaires au lyce Pinchinat de Jacmel, ce fils de boulanger enseigne les mathmatiques durant deux ans dans sa ville natale. En 1959, avec 75 dollars en poche, il fuit la dictature de Franois Duvalier, le sanguinaire Il sinscrit la facult de mdecine de Paris o il obtiendra son titre de docteur en 1970. Il complte cette formation mdicale par un doctorat en linguistique, obtenu en 1975. Lune de ses proches amies, Michle Pierre-Louis, ancienne premire ministre dHati, raconte ces premires annes dtudiant dsargent dans le Paris tumultueux des rvoltes soixantePour apprivoiser le froid et la faim qui souvent ltourdissaient, il prenait refuge la bibliothque Sainte-Genevive o il dvorait Balzac, Chateaubriand, Cervants, Stendhal, Proust, Kafka, Dostoevski se souvient-elle. Passionn par les mystres du cerveau, spcialiste des troubles du langage comme laphasie, il exerce sa profession de neurologue dans plusieurs hpitaux de la rgion parisienne, Saint-Joseph, la PitiSalptrire, puis lhpital Emiledes congrs et des confrences, sa rputation de neurolinguiste dpasse les frontires de lHexagone.

PAGE 7

Page 7 LEVENEMENT du dossier Jean Dominique Et ils sont plusieurs partager le mme ressentiment. Voil donc qui vient encore sajouter cette impression de dbcle qui se manifeste aujourdhui du ct du Le 2 janvier 2014, le prsident Michel Martelly a snatoriales partielles et municipales tant attendues (elles ( dimplication dans lassassinat du directeur gnral de Radio Hati Inter, Jean Lopold Dominique, qui a t tu par balles, en mme temps que son gardien de scurit, Jean Claude Manifestants Lavalas lors dune invitation en 2013 de lex-prsident Aristide au cabinet dinstruction ( taient programmes depuis novembre 2011). La semaine dernire aussi, un ditorial de Mlodie Matin (Hati en Marche) sintitulait : Entre Lavalas et Duvalier, il nexiste rien dautre. Le mme 1 er janvier, le prsident Michel Martelly se prsentait aux festivits du 210 e anniversaire de lIndpendance, aux Gonaves, en compagnie de lexdictateur Jean Claude Duvalier. Aussitt les organisations de dfense des droits humains se sont insurges. La semaine dernire, Amnesty International et Human Rights Watch ont accus le pouvoir en place de combinaison pour permettre Baby Doc dchapper la justice. Aussi cela ne peut ne pas suggrer que cette relance du dossier de lassassinat de Jean Dominique ne soit finalit politique. Placer sur un mme pied que lex-chef vie dun des rgimes les plus sanguinaires de notre histoire, le chef historique (et aujourdhui controvers mme au milieu de son propre mouvement) du parti Lavalas. Louissaint, le 3 avril 2000, sur la cour mme de la station. Neuf (9) personnes sont officiellement inculpes, dont lexsnatrice et responsable de la Fondation Aristide pour la Dmocratie, vivant actuellement aux Etats-Unis, Mirlande Librus Pavert, qui est considre comme lauteur intellectuel de lassassinat du journaliste. Les autres suspects sont Mme Annette Auguste, surnomme S Anne, ex-militante Lavalas, un ancien maire adjoint de la capitale, Gabriel Harold Svre, et un groupe de prsums hommes de main nomms Frantz Camille alias Franco Camille, Markenton Michel, Jeudi Jean Daniel, Mrit et Dismley Milien, Toussaint Mercidieu. Il semble que dans lordonnance proprement dite lex-prsident Aristide et son ex-chef de la scurit au palais national, Oriel Jean, sont cits comme des tmoins importants. Cependant le journaliste Guyler C. Delva (responsable aujourdhui dune nouvelle agence dinformations en ligne, mouvement politique qui reste tout de mme le plus important du pays quest le Lavalas. On connat laffaire Mose le snateur Mose JeanCharles qui a rcemment presque provoqu un clatement du parti en entrant publiquement en rbellion contre le directoire nomm par Aristide. Tout en prtendant ne plus faire de politique pour ne se proccuper que de son universit (lUniversit Dr. JeanBertrand Aristide), lancien prsident est cependant considr par la plupart des observateurs comme restant celui qui tire Ensuite comment ne pas signaler lattitude de notre confrre Guyler C. Delva qui se comporte comme le matre de ce dossier. Qui plus est, au-dessus des lois. En effet, alors que le juge dinstruction cite Aristide seulement comme tmoin (rappelons-nous linvitation laquelle ce dernier avait rpondu lanne dernire au cabinet dinstruction, et o il fut accompagn par plusieurs milliers de ses partisans envahissant les artres de la capitale), Guyler dsigne quant lui lexprsident comme le commanditaire de lassassinat de celui qui t le plus clbre journaliste du pays. Quest-ce qui fait courir Guyler C. Delva ? Attention, il a t nomm par le prsident Ren Prval sous la prsidence duquel a t tu Jean Dominique (celui-ci tait probablement lpoque le plus proche conseiller, pour ne pas dire un ami intime, du chef de lEtat hatien) prsident dun Comit pour trouver justice pour Jean Dominique. Par consquent, Guyler est tout fait dans le cadre de sa mission quand il prend la libert dinterprter lordonnance du juge. HCNN ou Haitian Caribbean News Network) qui a fait clater la nouvelle vendredi (17 janvier) est all plus loin pour suggrer que le vritable commanditaire de lassassinat de Jean Dominique ne peut avoir t que Jean-Bertrand Aristide. Voici ce que crit lagence HCNN : Le juge () a inculp neuf suspects, dont lun, Mirlande Librus, qui aurait tmoins qui ont dpos par devant le juge dinstruction et qui ont (lesdits tmoins) parl galement HCNN. Aristide ma dit que Jean Dominique devait tre rduit au silence ou notre retour au pouvoir sera compromis aurait dclar un de ces tmoins. Il (Aristide) ma dit de rejoindre Mirlande qui tait charge de soccuper du dossier de Jean Dominique et je suis all la voir et elle (Mirlande) ma demand des vhicules et des armes pour mener lopration Sans que HCNN ne prcise directement qui est ledit tmoin, il y a de fortes possibilits quil ne soit autre que lex-responsable de la scurit dAristide au palais national, M. Oriel Jean, puisque devant tre en mesure de fournir la logistique (vhicules et armes) pour lassassinat. Oriel Jean cit comme tmoin cl par le juge dinstruction, en mme temps que Aristide. Sans prjuger de lissue de ce dossier qui traine depuis aujourdhui 14 annes, il serait important de relever quelques points. Dabord cela reconfirme lclatement du parti dAristide, Fanmi Lavalas, dont se sont aujourdhui carts certains de ceux-l mmes mentionns dans le dossier dinculpation. Aussi bien, Annette Auguste (S Anne) devenue un proche de lactuel prsident Michel Martelly. Militante de la base et politicienne fort exprimente, Annette Auguste, musicienne de profession comme Michel Martelly, est de nature jouer un rle pour ce dernier lors des prochaines (et importantes) lections lgislatives et municipales. Ensuite, Oriel Jean. Lancien responsable de la scurit personnelle dAristide a fait de la prison Miami aprs la chute du gouvernement Lavalas, le 29 fvrier 2004, sous la pousse dun mouvement de la socit civile, avec en tte les lites conomique et intellectuelle. Or tout comme S Anne, qui fut arrte en pleine nuit par les Marines amricains dbarqus aprs le renversement dAristide et qui la jetteront en prison pour plusieurs mois, tout ce monde se sent frustr parce que Aristide les aurait carts des postes de direction du parti Lavalas sans considration Outre que, pour compliquer davantage la situation, la plupart des dirigeants et dirigeantes des organisations locales qui mnent la lutte pour le procs de Duvalier, sont aussi des opposants Lavalas. En tout cas, qui avaient fait partie du mouvement (dit GNB) qui avait milit pour le renversement dAristide le 29 fvrier 2004. Ce qui ne complique pas moins la situation. Cependant la question politico-lectorale peut ne pas en rester seulement un face face (mme symbolique) entre Duvalier (comme alli au prsident Martelly) et Lavalas et entre les deux une guerre de stigmatisation outrance mais pourquoi S Anne qui est aujourdhui un alli du pouvoir en place ? Elle figure parmi les inculps dans le dossier dinstruction. Est-il possible que la perspective lectorale donne galement lieu des rglements de compte au sein mme du pouvoir en place ? Lanne lectorale 2014 promet donc dtre riche en renversements de situation. Cependant toutes ces manipulations que lon devine, laissent peu esprer que lon dbouche sur une solution vritable du dossier de lassassinat de Jean Dominique. Outre que le confrre stait fait des ennemis dans diffrents secteurs, comme on ne peut sen empcher lorsquon a pour mission de dire les choses comme elles sont dans un pays o la vrit nest pas du tout bonne dire. Marcus-Hati en Marche, 18 Janvier 2014 Avi EleksyonAsanble Stikasyon Vt Konte Miami-Dade lan pral reyini nan Biwo Sipviz Eleksyon an ki chita nan 2700 N. W. 87th Avenue, Miami, Florida. Asanble Stikasyon Vt lan ap reyini nan dat kap swiv yo pou dirije Eleksyon Distrik Taks Espesyal Ekleraj Lari nan Sea Pines Estates (Bilten Vt pa Laps) ki pral ft 28 janvye 2014. DAT/L AKTIVITEMadi 21 janvye 2014 10:00 a.m. 1. Ts Lojik ak Presizyon sistm vt eskan optik ki va itilize pou bilten vt an papye yo Madi 28 janvye 2014 3:00 p.m. 7:00 p.m. 1. Ts Lojik ak Presizyon sistm vt eskan optik ki itilize pou bilten vt an papye yo anvan depouyman 2. Ouvti ak pwosesis bilten vt yo 3. Diplikata bilten vt yo (depi li neses) 4. Koumanse konte rezilta yo 5. Rezilta ki pa osyl yo Mkredi 29 janvye 2014 Stikasyon: 10:00 a.m. jiska nisyon 1. Stikasyon bilten vt ki prezime pa valid yo 2. Rezilta yo n konte 3. Stikasyon rezilta Osyl yo pa Asanble Stikasyon Konte 4. Ts Lojik ak Presizyon sistm vt eskan optik ki itilize pou bilten vt an papye yo apre depouyman 5. Pwosesis odit manyl koumanse jiska nisyon Tout reyinyon sa yo ap ouv a piblik la. Pou yon entprt ki pale an siy pou moun soud oswa ankenn lt aranjman tanpri rele 305-499-8405 omwens senk jou davans. Dapre Seksyon 286.0105, Lwa Florid yo, yon moun ki ale an apl pou nenpt desizyon Asanble Stikasyon an te pran sou yon sij diskite nan yon reyinyon, pral bezwen yon anrejistreman pwosedi an, ki vle di se pou moun sa a asire li ke anrejistreman pwosedi yo ft motamo. Penelope Townsley Sipvis Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid Mais entre-temps aussi notre confrre sest mis au service du prsident Michel Martelly, dont il est devenu le Secrtaire dEtat la communication. Pour tre dpos rcemment et aussitt rintgrer son rang dans la presse par la cration de cette nouvelle agence de nouvelles en ligne, qui diffuse en deux langues (franais et anglais), HCNN Haitian Caribbean News Network. mme pied Aristide et Ses crits ont valu Jean Metellus de nombreuses reconnaissances comme le prix Andr-Barr de lAcadmie franaise (1982), le Grand prix international de posie de langue franaise Lopold Sendar Senghor (2006), et le Grand prix de la Francophonie de lAcadmie franaise (2010). Pourtant, comme le souligne le quotidien de Port-au-Prince Le Nouvelliste, il a fallu que Jean Metellus tire sa rvrence en terre trangre pour que Hati se souvienne de lui (Saint-Domingue, correspondant)

PAGE 8

Page 8 DROITS HUMAINS ( Deux organisations Jean Claude Duvalier dictateur Jean-Claude Duvalier. Dans un communiqu commun, Human Rights Watch et Amnistie Doc, chappe la justice cause dun manque de volont politique et de dlais judiciaires inacceptables En 2012, un juge avait statu que Jean-Claude Duvalier pouvait tre jug pour des accusations de dtournement des fonds publics, mais avait rejet le dossier portant sur les violations des droits de la personne, citant la prescription. Lex-dictateur conteste les accusations de dtournement, tandis que les plaignants font appel du jugement portant sur les violations des droits de la personne. Lan dernier, la cour dappel charge du dossier a entendu les tmoignages de M. Duvalier et de plusieurs victimes, qui ont racont avoir t tortures sous le rgime de Bb Doc, de 1971 1986. La dcision de la cour dappel est suspendue depuis le mois de mai, en attendant certaines procdures qui nont pas t prcises, dplorent les deux organisations, en citant plusieurs sources. Il semble que les autorits hatiennes naient aucune intention de mener des enqutes exhaustives sur les abus commis durant lre Duvalier a dclar Javier Zuniga, dAmnistie internationale, dans le communiqu. Le prsident dHati, Michel Martelly, a dj dit quil tait ouvert la possibilit daccorder un pardon Jean-Claude Duvalier, dans le cadre dun vaste judiciaire de grer cette affaire. meurtre de 20 000 30 000 civils durant leur rgne de 29 ans. Lancien dictateur a fait plusieurs sorties publiques depuis son retour en Hati. Il tait notamment prsent lors dune crmonie pour souligner lindpendance dHati, le 1er janvier, ce qui a suscit les condamnations des plaignants. Il saffaire aussi rnover une rsidence Ptionville, en banlieue de Port-au-Prince. Le principal juge charg du dossier, Jean-Joseph Lebrun, na pas pu tre joint pour commenter la situation. Jean-Claude Duvalier, aujourdhui g de 62 ans, est revenu en Hati le 16 janvier 2011, aprs 25 ans dexil en France. Il navait que 19 ans quand il a pris le pouvoir aprs la mort de son pre, Franois, dit Papa Doc. Human Rights Avi Eleksyon EspesyalDapre Rezolisyon Nim. R-960-13 ak donans Nim. 13-112 Konte Miami-Dade adopte pa Asanble Komisyon Konte nan Konte Miami-Dade, Florid, 3 desanm 2013, yap avize tout elekt kalifye ki abite nan distrik pwopoze a ke ap genyen yon Eleksyon Espesyal kap ft jou 28 janvye 2014 la, pou jwenn apwobasyon oswa dezapwobasyon yo sou pwopozisyon sa a: Pwopozisyon ske se pou yo kreye epi etabli yon distrik taks espesyal ki pou rele epi deziyen km Distrik Taks Espesyal pou Ekleraj Lari nan Sea Pines Estates jan ki prevwa nan donans Konte Nim. 13-112? WI 10 NON 11 Yo va poste bilten vt bay tout vot enskri ki abite nan zn pwopoze a ki va elijib pou vote WI ou NON pou pwopozisyon a. Depatman Eleksyon Konte Miami-Dade ft pou resevwa tout bilten ranpli yo pa pita ke 7:00 p.m. nan jou eleksyon an. Eleksyon espesyal sa a ap ft an konfmite ak dispozisyon Kd Lalwa Konte Miami-Dade ak lt dispozisyon aplikab ki nan kd lwa jeneral yo ki relatif a eleksyon espesyal yo. Penelope Townsley Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 22 Janvier 2014 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo advisor and spokesperson for Human Rights Watch. The Haitian authorities have an obligation to prosecute these serious violations of human rights. No limitation shall apply to crimes such as torture, extrajudicial executions and enforced disappearances. in court over the objections of Jean-Claude Duvaliers lawyers, who appealed in order to prevent victims from exercising their right to bring a civil action. The victims were also faced with the hostility of the prosecutor (government commissioner), who appeared biased in favor of the defense. The evidentiary hearing was completed in May, and the decision of the Court of Appeal has been pending since then. Multiple sources told Amnesty International and Human Rights Watch that the Court of Appeal is waiting for other procedural steps to be completed before making judgment. Under Duvalier and his militia Tontons Macoutes, thousands of people were tortured, killed, and hundreds of Brody The victims of Duvalier should not have to continue to wait and hope for justice that never comes. While the victims await the decision of the Court of Appeal, Jean-Claude Duvalier participates in public events. Recently, on January 1, 2014, he was at a state ceremony celebrating the independence of Haiti in the city of Gonaves. Former President Prosper Avril, a close ally of JeanClaude Duvalier, took power following a military coup in 1988 and ruled the country until 1990, was also present. President was important to promote national reconciliation. Reconciliation is not possible without justice, truth and reparations, said Javier Ziga. This initiative is seen by many as a blatant attempt by the Haitian authorities to rehabilitate the former dictator and only aggravates the pain of thousands of victims of the Duvalier regime. By: Joseph Guyler Delva The Haitian prime minister pledged last Wednesday that his government will provide the necessary means to the electoral council to hold legislative and local elections this year. These are crucial for the future of democracy in the Caribbean country. During a cabinet meeting Wednesday, Laurent Lamothe reiterated the commitment of his team, and President Michel Martelly, to democracy and the rule of law, of which regularly organized free, fair and honest elections remain an inescapable corollary. The elections will take place this year and my government will provide the means to support the work of the electoral council, said Lamothe, as he presided Wednesday over the council of government. This will allow us to move forward on the path of democracy which this government believes in, he advised. Many feared the worst in Haiti because of allegations that a major political crisis would result from a failure by the to facilitate the holding of such important elections. Reports, that eventually proved to be unfounded, about a possible premature departure of ten senators, had also raised the specter of a dysfunctional Parliament which would result from the subsequent dissolution of the senate, which would no longer have the necessary quorum to hold a session. President Martelly has also, during an address on held this year to elect one-third of the 30-member Senate and hundreds of entities of local governance. The election date will be announced soon by the electoral council, tasked with organizing the vote. Consultations are underway between electoral authorities and various political actors and civil society groups in order to reach a consensus on the electoral calendar and other important steps in the election process. donors over shortcomings in Haiti, By: Joseph Guyler Delva Haitian worldrenowned hip-hop star, Wyclef Jean, said last Monday that progress has been made in Haiti under the current government, but blasted international donors who failed to live up on their commitment to help fund the quake-ravaged Caribbean Pope Franis appointed a Haitian cardinal of his choice in support of Dominicans of Haitian origin in the wake of the Dominican Republic Constitutional Court decision to withdraw their citizenship. The appointment of Langlois Chibly also took place while Haiti commemorated the fourth anniversary of the devastating earthquake of January 12, 2010. When Pope Franis appointed a Haitian cardinal Authorities of the State of Acre in Brazil recommended Wednesday that the national government temporarily closes immigrants, which has tripled in a week, according to a spokesman for the region. Since last Thursday, Haitians have arrived daily in groups of 70-80. In the past, their numbers ranged from 20-30. The number of Haitians who arrived by caravan is a serious concern. I fear a tragedy, alerted Nilson Mourao, Secretary of State for Human Rights in the region of Acre. For his part, the spokesman explained that currently one possibility would be to close the border because the shelter for these refugees can hold only 300 people, but now has about 1,000 immigrants. Since 2010, nearly 20,000 Haitian immigrants crossed the Peruvian border to Brazil, according to a nongovernmental organization. the United States of America, in Port-au-Prince, has donated a dozen emergency vehicles to the Ministry of Justice and Public Four years after January 12, 2010, France still stands alongside the Haitian people, united by a common history, geography and a common language to support reconstruction efforts. Implementation of reconstruction projects continues today. The action has enabled France to initiate the rehabilitation of the Haitian State University Hospital along with two Portau-Prince neighborhood. A lack of political will and unacceptable delays in the courts are now allowing Jean-Claude Duvalier, the former president for life of Haiti, to escape justice for human rights violations, said Amnesty International and Human Rights Watch on Wednesday, January 15. The Haitian authorities opened criminal proceedings against the former dictator three years ago, shortly after his return home on January 16, 2011, following a 25-year exile in France. He was accused of serious human rights violations, including murder and torture against political opponents, as well as corruption. However, the process has stalled for nearly a year. world map, but at the same time, he limited the functions and powers of Cardinal Nicolas de Jesus Lopez Rodriguez in the Dominican Republic, who supports the Dominican Constitutional Courts decision. Lpez Rodriguez was appointed cardinal of the whole island on June 28, 1991, replacing Cardinal Antonio Beras Octavio Rojas, who died in 1990. For some analysts, the decision of Pope Francis is a public gesture of support from the Vatican for Haitian people facing the 168-13 decision of the Dominican Republic Constitutional Court to denationalized Dominicans citizens of foreign origin (mostly Haitians), whose ancestors have been coming in the country illegally since 1929. Those affected are mainly children and grandchildren of Haitian braceros. Venezuela, Cuba, the United States and CARICOM countries have expressed their support for Haiti Lopez Rodriguez has repeatedly expressed his support for the Constitutional Courts Sentencia. He has often said, Nobody is above the Constitutional Court. This earned him criticism from the Nobel Prize of Literature Winner Mario Vargas Llosa, who asked the pope for his dismissal. Chiblys Langlois, 55, was the bishop of Les Cayes (Southern Haiti) and the President of the Episcopal Conference of Haiti (CEH) until his appointment last Sunday. Langlois receive the red hat at the Vatican. Other new Latin American cardinals include: Leopoldo Jos Brenes, Nicaragua; Orani Joo Tempesta, Brazil; Ricardo Ezzatia Andrello Chile; and Aurelio Mario Poli of Argentina. He replaces Francois Pope. Langlois is the young leader of the Church of Haiti. He was one of the promoters of dialogue during the frequent protests in recent months by opponents of President Michel Martelly, acting as a mediator in the crisis between the executive, the opposition and the Parliament. Inauguration of future dictator Franois Duvalier in 1957 Wyclef Jean It seems that the Haitian authorities have no intention to carry out a thorough investigation into violations committed during the Duvalier years, said Javier Ziga, Special Advisor at Amnesty International for regional programs. The judicial process has stalled, depriving the victims of his reign of terror of their right to truth, justice and reparation. As if that were not enough, Duvalier continues to participate in public events, often at the invitation of the Haitian government. Jean-Claude Duvalier, also nicknamed Baby Doc, inherited power after the death of his father, the dictator Franois Duvalier, and ruled Haiti from 1971 to 1986. During his reign, the lives of Haitians was marked by systematic human rights violations. Hundreds of political prisoners in a network of prisons called the triangle of death, including the notorious Fort Dimanche, died as a result of abuse or have been victims of extrajudicial executions. Duvaliers government repeatedly closed newspapers and independent radio stations. Journalists were beaten, sometimes tortured, imprisoned and forced to leave the country. Jean-Claude Duvalier also diverted between 300 and 800 million dollars during his presidency. In January 2012, a judge ruled that he should be tried by a trial court for misappropriation of public funds, but the statute of limitations had passed for human rights violations of which he was accused. The victims of these violations have appealed this decision, and Jean-Claude Duvalier too. The appeal began Dec. 13, 2012. Jean-Claude Duvalier was brought before the Court of Appeal in Port-au-Prince February 28, 2013, where he alleged crimes committed when he was in power. In a country where impunity for the worst crimes is the norm, the presence of Duvalier in court was a glimmer of hope for the victims and their families, said Reed Brody, legal ( / p. 11)

PAGE 11

Page 11 LATEST NEWS PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, accueille laction du sieur Emmanuel NOEL introduit par acte dassignation du 8 Avril 2013 Ministre de lhuissier Jean Marc PIERRE ; maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et octroy laudience du Vendredi 14 Juin deux mille treize contre la dame Emmanuel NOEL ne Katia JEAN CHARLES Admet en consquence le divorce du sieur Emmanuel NOEL davec son pouse ne Katia JEAN CHARLES pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; des formalits lgales ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier publique du vendredi vingt et un Juin deux mille treize, An 210me de lIndpendance en prsence de Me. Sheila Monsanto BAZILE, Substitut du Commissaire du Gouvernement IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. Pour la Publication : Joseph Briel LATICE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse la susdite sieur Renaud DEMARY davec son pouse ne Jocelyn Faquita BECK, pour injures graves et publiques ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet Compense les dpens.AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Nerva VILMONT, Doyen, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi quatre Juillet deux mille Treize en prsence de Me. Mirlande DUPICHE PREVOST, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce Pour ordre de Publication : Me. Fritz-Nel SAINT-LOUIS, Avocat. Dispositif du jugement rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince En date du douze Dcembre deux mille treize. Entre : 1) La dame Jean Marc PIERRE ne Muradia AMBROISE, demanderesse dune part ; Et 2) Le sieur Jean Marc PIERRE, dfendeur dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde la dite action ; Admet en consquence le divorce de la dame Jean Marc PIERRE ne Muradia AMBROISE davec son poux Jean Marc PIERRE pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil jugement ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi douze Dcembre deux mille treize en prsence de Me. Ronald PIERRE Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort Me. Jean PRIM, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre dclare fonde la dite action, admet en consquence le divorce de la dame Phara ALFRED lEtat Civil de Pointe--Raquettes de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Raymond JEAN MICHEL, juge en audience civile et publique en date du neuf Mai deux mille huit en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC Me. Jean PRIM, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, entendu maintient le dfaut octroy contre le dfendeur laudience prcite, pour consquence le divorce de la dame Yanique ADESKA davec son poux Jean Baptiste CHARLM pour injures graves et publique, Prononce la dissolution des liens matrimoniaux de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret GABRIEL de ce sige pour la AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Raymond JEAN MICHEL, Juge en audience civile et publique en date du Vingtdeux Octobre deux mille quatre en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance de Joseph PIERRE LOUIS. IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI .. ETC Me. Samson JEAN BAPTISTE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde la dite action ; Admet en consquence le divorce du sieur Mario Eric LEGAGNEUR, davec son pouse ne Claudette PYRAM, pour injures graves et publiques, aux torts de lpouse ; PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les ce jugement ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi douze Dcembre deux mille treize en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. AINSI SIGN : Jacques Hermon CONSTANT et Joseph PIERRE-LOUIS. POUR PUBLICATION : Me. Samson JEAN BAPTISTE, Av. countrys reconstruction. The Grammy-award winning musician and philanthropist, who entered Haitian politics in 2010, said the international donor community has misled the country and created false hope for a desperate population who had just experienced one of the worst disasters in history. I believe this is really unfair when you promised funds to a country where people are suffering so much and you failed to do so, Wyclef Jean told HCNN in a phone interview from Thailand where he went on a business trip. We need to keep the pressure on international donors who pledged billions to actually make good on their promises, he said. The Government of President Martelly has already achieved a good deal of things, progress has been made, but they could have done much more, if they had more means, Jean stated. The international community had pledged more than funds, for the most part, have not been provided and the amounts disbursed were channeled through NGOs, which often do not take into account the priorities of the Haitian government which, itself, received only about 2% of such funds. Jean made an attempt to become president of his homeland in 2010, following a massive earthquake which devastated the country, left 300,000 people killed and hundreds of thousands of others homeless, four years ago. His feared candidacy was rejected by electoral authorities for arguable residency issues. Following the 7.0-magnitude earthquake that hit the country on Jan. 12, 2010, Jean led several humanitarian missions to Haiti and spearheaded numerous activities to raise awareness and help affected people on the ground. I will never forget those days when I witnessed so much suffering, but also so much courage from a resilient Haitian people that I am so proud of, said Wyclef Jean, who reiterated the passionate love he feels for his country. When I was in Haiti collecting cadavers and actively participating in the emergency effort, it was not a show for the cameras, he said. I truly felt that I had to do that for my country and my people, he told HCNN. Many of Jeans humanitarian efforts were initiated through his foundation Yele Haiti, which has stopped operations in the country over controversial management issues. Wyclef Jean admitted mistakes, but rejected any deliberate wrongdoing on his part or on that of his foundation. Yele Haiti helped thousands of children to go to school, was involved in a massive distribution of food products and other articles in poor areas in Haiti, and helped train underprivileged young Haitians in different vocational professions, such as hospitality, masonry, and electricity, among other things. Wyclef Jean remains very popular among the Haitian youth that look up to him and his life as an inspiration and a great success story they are very proud of. By: Joe Colas Former Haitian president JeanBertrand Aristide could have ordered the killing of Haitis most famous journalist, Jean Dominique, as an investigating judge indicted a suspect that would have acted in collusion with the Caribbean countrys former leader. The judge, investigating the case of murdered journalist Jean Dominique, has indicted 9 suspects, including one, Mirlande Librus, who would have received orders from Aristide to plan the crime, witnesses say. (Former) President Aristide told me that Jean Dominique had to be silenced or our return to power would be compromised, an important witness, who spoke on condition of anonymity for security reasons, told HCNN on Friday. He (Aristide) told me to join Mirlande, who was dealing with the Jean Dominique issue, and I went to see her and she asked me for a vehicle and weapons to conduct the operation, the witness said. Dominique was killed on April 3, 2000, and since then, about a dozen investigating judges succeeded one another on the case but have failed to go as far as the investigation could take them, sometimes for security reasons or lack of means to conduct the investigation. In 2000, President Ren Prval was in power, but Aristide, who was preparing to regain power, remained the important decisions that the government had to make. Dominique was very critical of Aristide and his party, Lavalas, whom he had accused of corruption and other wrongdoings. Aristide and his entourage had feared a possible presidential candidacy of Jean Dominique, who was one of the most popular personalities in the country, particularly among the poor and peasants. Veteran journalist and press freedom advocate, Guyler C. Delva, said the investigation had never before reached such an important phase. I am very encouraged by these developments and we are getting closer to the resolution of the crime, said Guyler C. Delva, the chairman of a committee tasked with overseeing cases of journalists killed in Haiti, and the secretary-general of the press freedom watchdog group, SOS Journalistes. However, I do not understand how the judge could indict Mirlande Librus, who would have received the order, and not Aristide, who would have given the order, said Delva, calling on the appeal court to fully assume its responsibility. The 9 indicted are Mirelande Librus (as the intellectual author of the crime), Harold Severe, Annette Auguste, Franco Camille, Merit Milien, Dimsley Milien, Toussaint Mercidieu, Jeudi Jean Daniel and Markington Michel.

PAGE 12

Page 12 MIAMI-DADE COUNTY AVI LEGALDapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Abreus, Gregory 955 SW 2nd Ave #1007 Lee, Frankie 1918 NW 153Rd St Allen, Leo L 14247 SW 177Th St Llerena, Angelica I 15200 NW 32Nd Pl Almanzar, Alexander 7100 Fairway Dr #K1 Lockwood, Henry 801 NW 80Th St Attianese, Robert K 6707 NW 169Th St APT 307 Lopez-Fuentes, Monica 19375 SW 127Th Ct Basterrechea, David L 352 NW 11Th St APT 10 Maldonado, Rajuana T 22915 SW 114Th AVE Bellamy, Chalsnic C 492 NW 165Th St APT C514 Martinez, Javier 1065 NW 15Th St Betanco JR, Santos T 1022 NW 23Rd Ct Martinez, Magdiel 4371 SW 13Th Ter Blake JR, Wakan D 1800 NE 173rd St Massaro, Selene 20602 NW 33Rd Ct Bodden, Elizabeth 12751 Westview DR Mastandrea, Thomas W 11338 SW 238Th St Brown JR, Paul C 2058 NW 3Rd Ave Mc Coy JR, L B 1025 NW 128Th Ter Brown, Denise L 1210 NE 110Th Ter McKechnie, Christopher 35250 SW 177Th Ct LOT 212 Buschbaum, Peter A 3094 Ohio St Menendez, Dolores A 1571 Bird Rd Campbell, Andre B 18941 SW 74Th Ave Miles, Tangela C 19801 SW 110Th Ct APT 810 Carter, Taurean 11385 SW 226Th St Mills, Willie L 3520 NW 178Th St Castaneda, Edward J 728 NW 4Th ST APT 12 Mion, Alberto 13305 SW 34Th St Castillo, Ana M 926 Meridian Ave #7 Mitchell, Travis J 1881 NW 28Th St Chew JR, Kevin L 11021 SW 244Th Ter Montesinos, George 7030 SW 15Th St Clayton JR, Dwayne E 1951 Washington Ave Morales, Emilio J 7852 NW 116Th Pl Collazo, Carmen E 1340 Lincoln Rd APT 402 Moses, Andre 467 NW 8Th St apt #13 Coloma, Christian A 9 Island Ave #701 Nibot, Maria 47 NW 32Nd Pl Cotton, Ronald L 736 NW 3Rd St Norman, Gregory T 1601 Sunrise Blvd Crumbley JR, Joseph 403 NW 69Th ST Opatich, Ida C 345 Ocean Dr UNIT #1104 Davis, Elliot 884 NW 14Th ST Peralta, Fabricio E 101 SW 58th Ct Diaz, Adyam 11305 SW 25Th Ter Perez, George N 17803 SW 152Nd Pl Diaz, Angel O 800 NW 28Th St Perez-Viant, Francisco 17200 NW 29th AVE Dibello, David E 11307 SW 125th Pl Pratt, Keith F 645 NW 64Th ST #2 Dominguez, Andres R 2255 NW North River DR Ramirez, Hiraldo L 9998 NW 133Rd St Dukes, David 5941 NW 19Th Ave Ramos, David M 8837 NW 149Th Ter Eaton, John 1250 NW 62Nd St #23 Realpozo, Billy 6420 W 25Th Ln Emile, Wilson 145 NE 80Th Ter #A Reyes, Alejandro M 3140 NW 76Th St Gabriel, Maxime P 20213 NW 42Nd Ct Richardson, Corey S 3302 NW 2Nd Ave Gibson, Henry E 2647 NW 49Th Ter Rios, Luis A 8957 SW 225Th TER Gonzalez, Joel J 6521 SW 132Nd Court Cir Roca, Roberto A 14539 SW 141St Pl Gonzalez, Lazaro 18906 NW 46Th Ave Rodgers, Annie M 1875 NW 53Rd St Goodman, Jermaine R 551 NW 194Th St Rodriguez, Patricia C 25320 SW 137Th AVE APT 106 Green SR, Rodney E 19300 NW 6Th Ct Rodriguez, Steven 6771 SW 13Th Ter Grifn, Maurice L 1816 NW 46Th St #1 Rodriguez-Roig, Rebeca 882 NW 133Rd Ct Guerra, Gilbert 18401 SW 265Th ST Rojas, Ernesto 231 174Th St UNIT 608 Guilford SR, Dwight 20181 NW 15Th Ave Rojas, Rafael 12910 SW 83rd St Guillotti, Ivan J 12450 SW 203Rd St Rosado, Raiza A 235 NE 48Th St Gyden II, Bernard E 1610 NE 151St St Sanchez Angel M 2260 NW 27Th Ave APT #E-570 Harris, Jason L 16100 NW 26Th Ave Sanchez, Edmundo 47 NW 32Nd Pl Hawes, Shawn N 15760 SW 152Nd Pl Smiley, Matthew L 140 NW 59Th St Hazelhurst, Chavvon 6965 NW 20th Ave Smith, Tamara N 1251 NW 62Nd St Hernandez, Joaquina 47 NW 32Nd Pl #217-D St Louis, Francois T 13210 Memorial HWY APT 120 Herrera, Emilio A 1020 N Krome Ave Stemage, Matthew 1493 NW 7Th Pl APT 1 Holmes, Dwight L 3280 NW 175Th St Stevens, Kheba S 8450 NE Miami Ct 15 Hormilla, Eric 15379 SW 77Th Ln Suarez, Henry 8000 SW 149Th Ave #A-103 Ingelmo, Jessica 8075 SW 107Th Ave #211 Suh, Chang I 9327 SW 77Th Ave APT 207 Jackson, Donavon J 12078 SW 250Th Ter Sydno, James 1818 NW 2nd Ct Jackson, Jimmie A 565 NW 198th ST Theriault, Anthony J 18217 SW 114Th Ct James, Tawanna L 19711 NW 28Th Ct Thomas, Angela D 220 NW 11Th Ter APT 3 Johnson, David L 5600 NE 4Th Ave APT #1012 Torres, Elizabeth 1002 NW 9Th ST Jones, Andrew D 790 NW 64Th St Vassor, Franky Y 1051 NE 158Th St Kidd, Joy L 800 N Miami Ave #1206E Vazquez, Evelyn 650 NW 33Rd St Kirsner, Olga 2126 SW 103Rd Pl Welch, Robert R 3901 Hardie Ave Lacroix, Jean O 13850 NW 41St St #ID3 Williams, Velma T 1130 NW 2Nd Ave APT 302 Larias De Leon, Roberto 3650 SW 10Th St #4 Young, Yolanda D 1001 NW 54Th St APT 414 Lazo Gonzalez, Osmani 3665 NW 100Th St For legal ads online, go to http://legalads.miamidade.gov Penelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL DEVELOPPEMENT ? Nous avons maintenant ne premire raction la dcision de la FAO de dclarer lanne 2014 Anne de lAgriculture Familiale. En effet le Ministre de lAgriculture envisage dorganiser un Forum autour du thme : avec lObjectif gnral de Promouvoir la prise en compte de la thmatique environnementale dans les politiques publiques et les Le choix de ce thme est inspir dun rcent rapport de la FAO : dont un des chapitres : insiste sur le fait que Nous aurons loccasion de revenir sur le sujet quand le forum du MARNDR sera une ralit ; pour le moment, je voudrais revenir ce javais annonc la semaine dernire (voir HEM Vol. 27 # 52 du 15-21/01/2014), lamlioration de la productivit du travail du paysan hatien grce lagro-cologie. Mais quest-ce donc que lagro-cologie ? Le document dont je minspire et que javais dj mentionn la semaine dernire : nous dit que cest la fois une pratique, une science et un mouvement. Une pratique, ou plutt des pratiques, car lagrocologie sappuie fondamentalement sur des connaissances locales accumules au cours des sicles par lagriculture haut responsable de lONG Agronomes et Vtrinaires Sans Frontires, mais que jai rencontr, il y a quelques annes, lors dune de ses missions en Hati, rappelle que les paysans sont Monsieur Jourdain, du Bourgeois Gentilhomme de Molire, qui faisait de la prose sans le savoir. Lagro-cologie est galement une approche quelques sortes une agronomie redcouvrant que lobjet de travail de lagriculture est un cosystme (un agrotre la parcelle cultive, lexploitation, un territoire dans son souterraines ou scouler dans les eaux de surface. Cette surcharge dlments nutritifs cause leutrophisation des lacs, rservoirs et mares, et provoque une prolifration dalgues qui dtruisent les autres plantes et les animaux aquatiques. Les insecticides, les herbicides et les fongicides sont galement appliqus en grande quantit dans beaucoup de pays dvelopps et en dveloppement, et entranent la pollution de leau douce par des carcinognes et autres poisons affectant les tres humains ainsi que diffrentes rduisent la biodiversit en dtruisant les mauvaises herbes et les insectes et par l les espces dont se nourrissent les oiseaux et autres animaux. Lutilisation intensive de fertilisants chimiques et de pesticides aboutit la destruction de la fertilit biologique et physique des sols, qui tendent devenir un support strile et dpendants des apports ultrieurs dengrais chimiques (disparition en particulier des micro-organismes, principaux transformateurs de la matire organique en lments minraux assimilables par les plantes). Les agriculteurs familiaux deviennent dpendants vis-vis des entreprises de lamont (approvisionnement en quipements, semences, engrais et autres intrants) et de laval (intgration verticale avec des modes de production et des conditions de marchs imposs par les entreprises agroalimentaires). On pourrait citer un nombre incalculables de cas concrets illustrant ce que je viens de citer et je ne paux videmment pas me lancer dans ce genre dentreprise ; ce quil faut retenir cest que ces dgts on conduit lapparition de deux mouvements : le mouvement en faveur de lagro-cologie. Dans un prochain article, nous tenterons dexposer les grands principes de cette agro-cologie. Bernard Ethart Enfin, lagro-cologie est souvent considre comme un mouvement en faveur dune agriculture et de modes de production et de consommation plus durables, en raction aux Face aux impacts ngatifs et aux limites de lagriculture issue de la rvolution agricole du XXe sicle connue sous le nom de rvolution productiviste , de multiples dmarches visent, travers le monde, mettre en uvre une agriculture qui concilie les objectifs de production avec des objectifs cologiques, voire des objectifs sociaux (gnration demplois, niveau et qualit de vie des populations, scurit alimentaire, etc.) L, nous allons devoir nous arrter pour parler de rsoudre les problmes de famines qui devenaient de plus en plus frquentes. Je dois avouer que je ne sais pas trop o et quand cela a dmarr, mais je crois que cest en Inde qui connaissait alors de frquentes famines. Les promoteurs de cette rvolution verte ont pens industrielle et mais aussi des avances dans les domaines de la chimie et de la gntique ; do le dveloppement de la grande mcanisation, avec des machines de plus en plus complexes et performantes ; phosphate et potassium), et de produits de synthse de protection et traitement des plantes (pesticides) et des animaux (mdicaments) ; la slection de varits de plantes et de races danimaux domestiques haut potentiel gntique et adapts ces nouveaux moyens de production. Ces nouvelles pratiques ont certes donn des rsultats en termes daugmentation de la production, mais cots environnementaux et sociaux trs levs : Les engrais sont cause de pollution quand ils sont appliqus en quantit suprieure ce que les cultures peuvent absorber, ou lorsquils sont emports par leau ou par le vent avant de pouvoir tre absorbs. Lexcs dazote et de phosphates peut tre lessiv dans les eaux ( pour renouveler un tiers du Snat ainsi que les municipales et locales. que pour linstant, le calendrier lectoral ainsi que le budget ncessaire lorganisation du scrutin ne sont pas disponibles car des ajustements doivent tre faits, conformment la nouvelle loi lectorale. Mais il a assur que le conseil met mettre en branle la machine lectorale pour que de bonnes lections soient organises cette anne ,demandant tre jug suivant ses ralisations. Le directeur excutif du conseil Me ses expriences au sein de linstitution pour bien remplir sa mission. Il sest engag sen acquitter avec professionnalisme, annonant que linformation lectorale sera lune de ses priorits de manire, a-t-il dit, de tous les acteurs. Me Georges a galement promis de consolider les structures techniques de linstitution lectorale dans la perspective de lorganisation dlections crdibles, honntes et transparentes, appelant la collaboration de toutes les forces vives du pays Ecoutez www.radiomelodiehaiti.com

PAGE 14

Page 14 Solutions de la semaine pass eDJOTODIA I##IR#TB LICENCES A##NIER# PYOGENES I#GARERA DE#YE#AI EXCESSIF Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD ARASER ARISER BRISER BRIMER BRIMES BROMES DROMES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeDIKTATSBASIEZ CLUSES E A H Y L I CSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de BASIEZ, CLUSES en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mls S N C R N M J N K O D E D Z O Y T V F E L I X L U W V C E H M K E D H C Z O L M T I D V O D S A L H Z A J D C C W R N G B Y L O L T E M P E S T A M C N I L O R A P X N G V Z L C A E S I I N S N T I Q R E I O G E A V T N M H G S O O J U N G L M O Q T M U L L E R E G Q T C A P Y T E L O Y O D C A F Y O B A L D I S S E R I Q A V S R R C M F A L S A U O S F L A K O S K K E M O A E X Z G Y T P I S E X L G B P B I A P X A D A M B B O L L E R D N A D YTrouvez 19 cardinaux lus par le Pape la semaine dernire dans le carr ci dessus. Le 2 Janvier 2014 Son Eminence, le Cardinal Nicolas Lopez Rodriguez Archevque Prsident de la Confrence piscopale Calle Isabel la Catolica, 55 Santo Domingo Republica Dominicana. Son minence, En raison de mon profond respect pour votre titre honorable de Cardinal de la Sainte glise et de la vnrable position que vous occupez Santo Domingo, je me vois oblig dexprimer mon plus profond dsaccord avec votre probation publique de lArrt 168/13 de la Cour constitutionnelle dominicaine. Je parle au nom denviron 200 prtres dont la majorit dentre eux sont dorigine italienne, irlandaise, polonaise, hatienne et dascendance sud-amricaine qui se sont consacrs la pastorale des immigrants aux tats-Unis. Je mexprime aussi au nom de plus dun million dimmigrants catholiques qui participent collectivement au ministre, beaucoup dentre eux sont des immigrants trs distingus et bien-aims en Rpublique Dominicaine. citoyennet des centaines de milliers de Dominicains ns dans leur pays au cours des quatrevingt dernires annes. Presque toutes les nations et institutions internationales ont lev la voix contre cette dcision rpulsive et inhumaine qui va lencontre des normes internationales des nations civilises. Des Evques dominicains nobles et consciencieux, ont galement protest contre lhorreur de ce dcret qui va lencontre du sens traditionnel dune partie de la population dominicaine qui entretient des relations commerciales avec Hati. Je demeure convaincu, ainsi que le peuple que je reprsente, que votre position, dans ce cas, est contradictoire lvangile de Jsus-Christ et aux principes de la Doctrine sociale de sur les enseignements de lglise. Malheureusement, votre impact pastoral ngatif causera de grands dommages lglise. Sincrement vtre, Rv Guy Sansaricq Evque auxiliaire mrite de Brooklyn New York Membre du Conseil de la commission pour la Pastorale des Migrants et des rfugis de lUSCCB Michel Martelly et du premier ministre Laurent Salvador Lamothe. Gonaives, 18 janv. 2013 [AlterPresse] --Trois personnes sont mortes et 16 autres ont t blesses dans un accident de la circulation qui sest produit tt dans la matine du 17 janvier sur la route nationale numro 1 dans la localit de Pinson, 1 re section communale de Marchand Dessalines, 140 km au nord de Port-au-Prince. Laccident sest produit lorsquun minibus Toyota de couleur blanche immatricul CQ 36288, assurant le trajet Gonaives Port-au-Prince a heurt larrire dun camion (bascule) qui tait en stationnement sur la chausse principale, selon ce que rapporte un responsable policier AlterPresse. Sous leffet du choc, les deux vhicules se sont renverss dans un canal bordant la chauss. Deux hommes, Louis Altidor et Isaac Clestin, tous deux ges de 40 ans, sont dcds sur place. Une femme, Madan Pasteur ainsi connue, a rendu lme lhpital Saint-Nicolas de Saint-Marc (sud de Marchand Dessalines), o elle a t transporte avec 16 autres blesss pour recevoir des soins. Le chauffeur de minibus a pris la fuite aprs laccident, indique linspecteur. dictature Le Collectif contre limpunit a prsent la presse, jeudi, au local du RNDDH, une dclaration dans laquelle il exhorte la Justice et le gouvernement en place ne pas fermer les yeux sur le dossier de Jean Claude Duvalier qui, dit-il, traine encore devant la justice, trois ans aprs le retour de lax-dictateur au pays, rapporte Haiti Press Network. Le Collectif contre limpunit dit ne pas comprendre lattitude du gouvernement dans le dossier de lancien dictateur. Il dit galement ne pas comprendre le comportement de la justice hatienne qui semble vouloir blanchir Baby Doc en dpit de tous les crimes commis par ses sbires qui faisaient la pluie et le beau temps sous son rgne. Par ailleurs, le Collectif dit sinquiter du silence observ quant aux faits reprochs Jean-Claude Duvalier, qui dtient encore aujourdhui, grce au gouvernement en place, un passeport diplomatique. Pour le Collectif, dont la dclaration a t lue en franais et en crole par la sociologue Danielle Magloire et Mme Marie Yolne Gilles du RNDDH, des actes doivent suivre une telle dclaration pour attester dune relle volont politique. Le gouvernement va-t-il retirer Duvalier son passeport diplomatique ? Cesser de lui restituer des biens et de lui payer une pension prsidentielle. Aviser formellement les tribunaux hatiens des rsultats du long et minutieux travail effectu en Suisse et mobilisation pour mettre en lumire les crimes de la dictature, obtenir le jugement de Duvalier et de ses acolytes et contrecarrer le danger rvisionniste, insiste-t-il, avant de rclamer de la Cour dappel de cesser de bafouer les droits des citoyens et citoyennes et Quant au gouvernement, le Collectif contre limpunit lexhorte se plier aux exigences dun tat de droit dmocratique en maintenant les poursuites contre Duvalier et consorts. version franaise du texte. Prenant la parole au nom du Collectif devoir de mmoire, Mme Maggie Clairi estime que la prsence de Duvalier aux Gonaves, le 1er janvier dernier, linvitation du chef de ltat actuel, est un signe de mpris et de banalisation de la souffrance de ceux et celles qui ont t victimes de la dictature des Duvalier. LAmbassade des Etats-Unis Port-au-Prince est heureuse dannoncer au public le lancement dun nouveau site internet pour le recrutement de son personnel: http:// haitijobs.net/eRecruitment/ Les intresss sont encourags prendre connaissance des offres demplois disponibles et soumettre leur application en ligne. Veuillez noter que les applications (formulaires sur papier) pour emploi ne seront plus reues sous pli (sous enveloppe) partir du 28 fvrier 2014.

PAGE 15

Page 15 HISTOIRE REVISITEE Par Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS In memoriam Dr Jean Metellus lance par lUNESCO en 1994, voque inluctablement les prgrinations sur fond de traitements cruels et de souffrances indicibles de millions de captifs arrachs de force leur terre natale, lAfrique, sans espoir de retour. Pendant plusieurs sicles, ils furent impitoyablement embarqus sur les bateaux ngriers lile de Gore et dautres ports sinistres du Bnin, de la Guine et du Congo notamment. Ils taient achemins, au gr des alizs balayant les vastes espaces de lOcan Atlantique, vers des destinations lointaines du Nouveau Monde, lAmrique, fascinant pour les Europens, mus par la soif daventure et la convoitise. Les traitements inhumains et humiliants qui leur de la part de ces populations soumises quotidiennement des brimades et tortures dgradantes. Ils entrainaient aussi de rares vellits de dsapprobation et mme des discours ou des crits manant de leaders religieux tels que Martin Luther, William Wilberforce, lAbb Raynal, ou de philosophes crivains du Sicle des Lumires tels que Diderot, Voltaire, etc. En jetant un regard sur ce pass douloureux, notre objectif nest pas de raviver les souvenirs susceptibles de ranimer les rancurs, sources de morosit et de haine, mais de remplir un devoir de mmoire envers ces millions desclaves noirs qui, au prix de leur sueur et de leur sang, ont enrichi partant, mieux rencontrer lautre. Trois hommes ont conu et favoris le peuplement et le dveloppement des colonies franaises des carabes: le Cardinal Richelieu, le Ministre Colbert en France et le Gouverneur Bertrand dOgeron St Domingue. Richelieu des possessions et navires marchands franais. Il encouragea lclosion de compagnies franaises de commerce pour mettre en valeur les colonies et prserver les intrts de la France. Colbert, qui lgua son nom sa politique le Colbertisme, renfora la flotte marchande seconde par une puissante marine de guerre pour en assurer la protection. Il poursuivit la politique coloniale inaugure sous limpulsion de Richelieu. Il jugea que les colonies pourraient grandement contribuer la prosprit de la France. Elles fourniraient les matires premires la Mtropole pour son industrie et absorberaient dOgeron, quant lui, svertua mettre en uvre les instructions du tout puissant contrleur gnral des Finances, Colbert. Domingue que le Code Noir leur attribuait dans la gestion des esclaves considrs comme des biens meubles ne jouissant daucun droit, recouraient la coercition pour les amener fournir le maximum de leur capacit. Le travail sur les plantations tait donc des plus exigeants et surtout des plus reintants pour ces esclaves sous aliments, exposs aux maladies tropicales A ce propos, le tmoignage dun voyageur Suisse hommes ou femmes de diffrents ges, tous occups creuser des fosses dans une pice de cannes... Le soleil dardait plomb sur leur tte ; la sueur coulait de toutes les parties de leur corps; leurs membres appesantis par la chaleur, fatigus du poids de leurs pioches et par la rsistance dune terre grasse, durcie au point de faire rompre les outils Lil impitoyable du grant observait latelier et plusieurs commandeurs, arms de longs fouets, disperss parmi les travailleurs, frappaient rudement de temps autre ceux mme qui, par lassitude, semblaient forcs 1 Le fardeau de lesclave St Domingue ne se limita point au labeur incessant sur les champs de canne sucre et dans les places vivre. La pratique de la torture tait courante : torture par le fouet, mais aussi certaines formes plus cruelles membres. Il existait dautres punitions plus inhumaines que celles dj mentionnes : le supplice de la roue, les amputations dune oreille, dune main, dune jambe, la pendaison, la noyade, etc. Un cas trs connu mrite dtre soulign: Caradeux, colon vivant dans la plaine du Cul de Sac, a survcu dans la mmoire collective des Hatiens comme un maitre cruel. Il organisait de grandes rceptions dans sa plantation, auxquelles il conviait de nombreux colons. Au milieu de la fte, il lanait un concours de tir entre ses invits. La cible : un fruit plac sur la tte dun esclave. Inutile de dcrire comment certains esclaves tombrent, victimes de tireurs maladroits. Une punition favorite de Caradeux consistait enfouir un esclave jusquaux paules et lui arroser la tte de sirop de canne ; 1 Les Jacobins Noirs de C. L. R. James. Page 19. et les fourmis de se ruer sur cette proie sans dfense offerte leur apptit vorace. Face ces traitements inhumains, les ractions des esclaves prenaient une allure multiforme, allant du dsespoir conduisant linfanticide et au suicide, en passant par les vasions et le marronnage dans des zones montagneuses, aux danses nocturnes au son et au rythme du tam-tam ancestral, entrecoupes de chants lis au culte vaudou. Ces ractions culminrent dans une tentative avorte cause des faiblesses de son leader Mackandal pour lalcool et les femmes. Il venait de lAfrique Occidentale, probablement de la Guine o il grandit sous la religion islamique. Instruit, il parlait la langue arabe. Sa position de sorcier ou de prophte cont le projet dempoisonner tous les blancs. Il chappa plusieurs tentatives de le capturer. Les checs des forces coloniales renforcrent dans lesprit des Africains la foi dans linvincibilit de Mackandal. Il russit implanter une organisation clandestine couvrant plusieurs plantations et villes du Nord de la colonie. Il fut dnonc par des esclaves jaloux de ses aventures avec leurs femmes. Arrt par les autorits, qui le surprirent en tat dbrit sur une plantation, il fut brul vif sous les regards incrdules de ses partisans qui continuaient le croire immortel. Malgr les discours gnreux de certains philosophes du Sicle des Lumires, Diderot en particulier, les interventions la tribune de la Convention dorateurs favorables labolition de la traite des noirs, comme lAbb Grgoire, larticle de Marat dans le journal lAmi du Peuple, jusquen septembre 1791, la traite des noirs navait pas encore t abolie dans les colonies franaises des carabes. Nanmoins, cest dans ce contexte quclata le soulvement gnral des esclaves sous le leadership dun prtre du vaudou, Dutty Boukman. Il organisa une importante crmonie au Bois Caman le 14 aot 1791, o des milliers desclaves jurrent de dbarrasser la colonie des colons blancs. Le soulvement clata dans la nuit du 21 au 22 aot 1791 et dura une dizaine de jours. Prs de 1,000 Blancs furent assassins, 161 sucreries et 1.200 cafires senvolrent en fume. Les colons qui avaient chapp au massacre se refugirent dans la ville du Cap. Les insurgs, enhardis par leurs victoires initiales, dclenchrent lassaut de la ville du Cap. La riposte des colons ne tarda pas, violente et froce. Boukman fut cribl de balles, dcapit et sa tte plante au bout dun pieu, fut expose sur la place darmes du Cap avec lcriteau Tte de Boukman, Un triumvirat compos des gnraux Jean Franois, Biassou et du mdecin des Armes, Toussaint, remplaa Boukman. Toussaint devint le lieutenant de Biassou quil ne tarda pas supplanter grce sa discipline, son ascendant sur les noirs, ses aptitudes au leadership, ses talents dorganisateur et son endurance physique. Toussaint mergea rapidement comme leader du mouvement des esclaves avec systme de lexclusif St Domingue. La jalousie et les convoitises suscites par les performances conomiques de St Domingue poussrent lAngleterre et lEspagne entreprendre tout ce qui pouvait gner laction des agents du gouvernement de La France rvolutionnaire et rgicide. Toussaint Breda comprit limportance de ces rivalits entre les grandes puissances de son poque. Lil riv sur son objectif ultime et sublime : la libert gnrale des Noirs, il saisit lopportunit offerte par la partie espagnole de lile St Domingue et sa majest le trs Catholique Roi dEspagne. Il en rsulta linitiation la discipline, aux techniques et la tactique, aux stratgies militaires les plus e sicle. Comme la si bien dit Aim Csaire 2 on lui avait lgu des bandes. Il en avait fait une arme. On lui avait laiss une jacquerie. Il en avait fait une Alors quil sengageait sous la bannire de lEspagne royaliste, Toussaint, entreprit une propagande fracassante en faveur de la libert gnrale. Il dclara de faon claire et percutante, capable de galvaniser les nergies des jeunes rvolts : Frres et Amis, je suis Toussaint Louverture, mon nom sest peut tre fait connaitre jusqu vous ; Jai entrepris la vengeance. Je veux que la libert et lgalit rgnent St Domingue. Je travaille les faire exister. Unissez-vous tmoignage plus loquent de son intelligence politique Dans cette conjoncture riche en vnements, projetant sur la scne des hommes remarquables par leurs talents de meneurs dhommes ou dorganisateurs, deux chantillons moment tait porteur: Toussaint Louverture et Lger-Flicit 2 Toussaint Louverture par Aim Csaire, page 282 1960 Sonthonax. Ce dernier, rcemment dsign au poste de Commissaire Civil St Domingue, avait frquent la Socit des Amis des Noirs Paris. Quand le nouveau gouverneur, un ancien colon Galbaud, appuy par les marins royalistes, dcida Sonthonax accul, choisit de mobiliser contre eux les esclaves rvolts stationns dans les environs de la ville du Cap. Il leur distribua des armes avec ces mots ; Ceux qui tenteront de A la suite de patientes ngociations, il russit rallier Toussaint la cause de la Rpublique en proclamant la libert ont, par leurs dcisions opportunes, favoris des changements et des avances irrversibles dans lhistoire de St Domingue. La coopration entre un reprsentant clair de lternel hier rsultats remarquables. LHistoire universelle fournit plusieurs exemples de ces connivences heureuses. Dans sa marche inexorable vers lautonomie, lindpendance de St Domingue quil considrait comme la garantie de la prennit de la libert des noirs, Toussaint renvoya un un les reprsentants de la Mtropole St Domingue : Sonthonax, Roume, Lavaud, Rigaud, Vincent, Leclerc. Tous furent pour lui des allis provisoires, des jalons vers une autonomie graduelle. Cette approche gradualiste ne lui vita point la dconvenue de son arrestation par la ruse suivie de sa dportation en France le 7 juin 1802. Au moment de monter bord du navire qui devait le conduire destination, il pronona ce message prophtique : En me renversant, on na abattu St Domingue que le tronc de larbre de la libert des Noirs. Il repoussera par ses racines, car elles sont profondes et du Jura franais o il mourut de froid et dinanition le 7 avril 1803. Aprs la mort de Toussaint Louverture, la guerre dindpendance continua faire rage St Domingue. Sous la direction du fulgurant Jean Jacques Dessalines le Grand, assist cruaut sans bornes de gnraux comme Rochambeau. Le combat pour la libert aura dur 13 ans. Lindpendance dHati fut solennellement proclame le 1 er Janvier 1804, aprs la glorieuse bataille de Vertires, o Capois La Mort sillustra par un acte de bravoure qui fora ladmiration du Gnral Rochambeau, le portant arrter les combats pour Pendant longtemps cette seule rpublique noire du Nouveau Monde fut frappe dostracisme et subit une mise en quarantaine, application de cette expression clbre ; laissons En librant les esclaves, il a affranchi les maitres et donn un sicle et mme lAfrique au 20e sicle lors de la dcolonisation de ce Continent. Il est navrant de constater quaprs de si belles prouesses ralises par nos anctres, la situation actuelle revenu per capita faible, omni prsence du chmage et de la faim, ingalits sociales criantes, dgradation acclre de lenvironnement, une socit ayant perdu ses repres, son identit et ses valeurs, etc. Que faire? Nous devons crer une Rpublique politiquement tolrante et rconcilie avec elle-mme, socialement juste et quilibre, conomiquement forte, productive et moderne pour que lan 2020 nous retrouve debout loccasion dune double clbration: les 350 ans de la ville du Cap et les 200 ans de la mort du btisseur de la Citadelle, symbole de bonne gouvernance, de rsistance, de courage, culture politique participative, une coopration intelligente et pragmatique avec les pays du Nord et du Sud. Il nous faut un collectif du Oui, car lhonneur de notre Hati manman libte intrigues de basse-cour. uvrons la construction dune socit nouvelle, riche de toute notre puissance productive et chaude de toute la fraternit humaine. Les yeux tourns vers lavenir, empruntons ensemble la voie du Dveloppement Durable. Cest ce prix que nous pourrons transformer les sombres hiers en lendemains lumineux. Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS Port-au-Prince, le 15 janvier 2014

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE Les autorits de lEtat de Acre du Brsil ont recommand, mercredi (15 janvier), au gouvernement national de fermer temporairement la frontire avec le Prou pour porte parole de la rgion Depuis jeudi dernier, les Hatiens arrivent chaque jour par groupe de 70 80. Avant le nombre variait de 20 30. Le nombre dHatiens arrivs en caravane par la frontire est plus important et ceci dEtat des droits humains de la rgion de Acre. Un porte-parole a expliqu quactuellement lune des possibilits serait de fermer la frontire parce que le centre daccueil pour ces rfugis peut contenir seulement 300 personnes, alors que maintenant nous avons environ 1000 immigrants. Depuis 2010, prs de 20 000 immigrants hatiens ont travers la frontire pruvienne pour se rendre au Brsil, selon une organisation non gouvernementale. Port-au-Prince, le 13 janvier 2014 (AHP) Installation le lundi 13 janvier dun directeur excutif au conseil lectoral. Il sagit de Me Mosler Georges, fonctionnaire de linstitution depuis 2005. Le prsident du Collge Transitoire du conseil lectoral permanent (CTCEP), Me Emmanuel Mnard, qui a procd son installation lui a rappel quil a une double responsabilit morale et historique, sachant quil est le premier occuper ce poste nouvellement cr par la loi lectorale en vigueur depuis dcembre 2013. Cette loi supprime le poste de directeur gnral au sein du collge lectoral, le remplaant par un directeur excutif. Me Georges tait le numro 2 de la dfunte direction gnrale de linstitution lectorale. Emmanuel Mnard a demand au directeur excutif de linstitution lectorale de sacquitter de sa tche, en ayant comme boussole la loi lectorale et les rglements de linstitution, tout en comptant sur la collaboration de tous les conseillers lectoraux. Le prsident du collge Transitoire du conseil lectoral permanent a pris lundi au nom de ses pairs, lengagement solennel dorganiser cette anne les lections pour renouveler un tiers du Snat ainsi que les municipales et locales.