Haïti en marche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00585


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

La manifestation du 7 novembre partie du centre ville de la capitale en direction des quartiers plus favoriss de Ptionville (photo Hati en Marche) Le Snat vote 14 pour et 4 contre (et 1 abstention) mais na pu atteindre la majorit de 16 voix ncessaire pour le vote de censure (photo Georges Dup) Menace de confrontations physiques Au contraire PORT-AU-PRINCE, 9 Novembre La tension politique est monte dun nouveau cran, le jeudi 7 novembre coul, lorsquune manifestation de quelques PORT-AU-PRINCE, 8 Novembre Fidle au rendez-vous, linternational relanait le jeudi 7 novembre coul son appel reprendre le dialogue politique. milliers de partisans de lopposition sest heurte en arrivant Ptionville, banlieue huppe de la capitale, des Au mme moment manifestants et contremanifestants menaaient dentrer physiquement en Un comit dintellectuels dominicains contre la dcision denlever la nationalit plusieurs gnrations de Dominicains descendants de migrants hatiens Comment se termina PORT-AU-PRINCE, 10 Novembre Ce nest pas la premire fois quen Hati la Prsidence et le Snat sopposent comme aujourdhui. On en a eu des exemples ces deux dernires dcennies. Cependant il faut peut-tre remonter jusqu la pas ses PORT-AU-PRINCE, 7 Novembre Le gouvernement hatien ne peut pas esprer quil va continuer faire business as usual avec les puissants de la rpublique voisine (pouvoir et business) pendant que le monde entier prend fait et cause pour les PORTAU-PRINCE, 6 Novembre Linterpellation de 3 ministres du gouvernement devait tre un couronnement des manuvres de lopposition politique, ce sera en effet un coup de thtre mais dans lautre sens. Lesdites manuvres ont tourn court, puisque avoir dploy toutes leurs meilleures cartes, les snateurs de lopposition se sont faits, comme on dit, coiffer au poteau. En effet, au final, les trois ministres du gouvernement ont La journaliste dominicaine Alanna Lockward une Dominicaine dominicaine Le 25 septembre, la Cour constitutionnelle dominicaine a pris la dcision de dchoir de leur nationalit des milliers de citoyens dominicains dorigine hatienne. Ce en violation complte des droits fondamentaux les plus lmentaires et lencontre des textes internationaux dont la

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... une Dominicaine Hati en Marche Miami th Les snateurs de la Rpublique ont t convoqus en sance extraordinaire le lundi 11 novembre en vue de statuer sur la loi sanctionnant le blanchiment de capitaux et le corps, le snateur Simon Dieuseul Desras, Hati encourt des sanctions internationales si cette loi, dj vote par la chambre des dputs, ne lest pas par le Snat avant le samedi 16 novembre prochain. Dieuseul Simon Desras demande ses collgues dagir en hommes dtat responsables. Grce lintroduction de procds de fermentation du cacao et laccs aux marchs du commerce quitable, la Fdration des Coopratives Cacayores du Nord (FECCANO) est devenue la 1re organisation hatienne exporter du cacao ferment de qualit et biologique en Europe. Le projet dintroduction dune phase de fermentation dans le traitement des fves, avec lassociation Agronomes et Vtrinaires Sans Frontires (AVSF), a aujourdhui compltement chang la donne. Le cacao dHati, gnralement sch au soleil par les paysans, se caractrisait par une production destine un march de masse principalement nord-amricain peu exigeant en qualit et la recherche de bas prix. Pour obtenir un produit de qualit, la fermentation des fves de cacao est une tape primordiale. Car cest elle qui libre les prcurseurs darmes. Environ 2,000 producteurs de cacao, hommes et femmes, regroups dans les huit projet. Le cacao hatien grce ce nouveau procd de schage, devient un grand cru recherch par les chocolatiers europens. Grce au partenariat mis en place avec Ethiquable, le march europen qui exige des sintressent aujourdhui cette production paysanne. Le cacao hatien est dsormais commercialis en tablettes de chocolat pur origine Hati 72% cacao. Ethiquable est une entreprise cooprative qui milite en faveur dun commerce quitable exigeant et qui soutient lagriculture paysanne avec 49 coopratives de petits producteurs partenaires. Il accompagne sur le terrain les producteurs pour raliser ces projets de commerce quitable. LAVSF est une association franaise de solidarit internationale reconnue dutilit publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir lagriculture paysanne. La FECCANO est un regroupement de 6 coopratives du Nord dHati qui rassemblent plus 3,000 petits cacaoculteurs. La production nationale annuelle de cacao est estime entre 4.000 et 6.000 tonnes par an. Cest peu quand on pense que la Rpublique dominicaine accuse un chiffre de 50.000 tonnes. Mais beaucoup de ce cacao contribuant augmenter le chiffre daffaires de la Rpublique dominicaine proviendrait dHati, surtout de la zone de Dame Marie. Jocelerme Privert, a annonc que lenqute que linstitution a lance sur la disparition des 3 containers de marchandise ladministration des douanes, se poursuit. En effet, cette disparition ayant provoqu larrestation demploys de cette institution et de lhomme daffaire Victor Philippe Chtelain est la goutte deau qui a fait dborder le vase. Le parlementaire a rvl que ce sont 80 conteneurs de marchandises qui ont plus de 25 millions dollars au trsor public. Nous avons des documents pour le prouver, a-t-il soutenu. Ladministration gnrale des douanes reoit quotidiennement 160 conteneurs de Les membres du directoire du Mouvement politique de lopposition dmocratique (MOPOD) se montrent trs prudents suite lappel lanc par la cheffe de la Rpublique dominicaine est signataire. La journaliste dominicaine Alanna Lockward (1), une grande dfenseure dHati, na pas tard prendre position. Ds lannonce de la sentence qui a provoqu une leve de boucliers de par le monde, Alanna Lockward sest fait entendre dans les mdias et les rseaux. Elle Cette dcision indique la journaliste, est le rsultat dun processus qui a commenc en 2007 Elle se rfre la publication de Centro Bono organisme dominicain de dfense des droits humains, qui sest largement document sur la question. En effet, en 2007, la Junta Central Electoral a publi une circulaire qui limitait loctroi dactes de naissance des fils dtrangers en situation irrgulire, affectant surtout les Dominicains dorigine hatienne, indique cet organisme. En dcembre de la mme anne, une rsolution a remplac la circulaire tout en maintenant les mmes dispositions. Lorganisme soutient que mme si la dcision ne prcise pas que le refus est bas sur des raisons dorigine du parent ou de la couleur de la peau, dans la pratique, les critres de nationalit des parents, en particulier sils sont hatiens et noirs, ont t utiliss pour ne pas dlivrer des extraits dactes de naissance. En novembre 2011, sous la pression nationale et internationale des organisations de la socit civile, cette mme Junta Central Electoral a fait sortir une nouvelle circulaire qui recommandait actes de naissances pour ceux dont les dossiers taient en processus de rvision en vertu de la rsolution de dcembre 2007. Avec cette mesure, les copies dactes de naissances ont t octroyes mais pas les cartes didentit. Plus tard, en janvier 2012, les autorits comptentes dominicaines ont dcid de limiter loctroi dactes aux Dominicains dascendance hatienne. Selon une enqute ralise par le mme Centre Bon (2011) San Pedro de Macors, la Romana y Barohona, zones o se concentrent traditionnellement les champs de canne, plus dun millier dtrangers, dont 72 % dorigine hatienne, se sont vus refuser la copie de leur acte de naissance alors quils sont ns en Rpublique dominicaine et sont, de par les lois en vigueur, dominicains. site pour hberger des projets artistiques pour les gens qui ne peuvent sexprimer par les mots habituels mais qui prfrent recourir lart, la cration. Faire de lactivisme contre le racisme nest pas vident, surtout si on ny a pas t confront auparavant. Nous avons fait appel des amis dAfrique du Sud pour nous aider trouver des techniques de lutte antiraciste srieusement du monde. Dans une interview quelle nous a accorde rcemment, Alanna Lockward a eu du mal contenir son indignation. lannonce de cette dcision, elle en a mme pleur. Jai honte dtre une Dominicaine renoncer sa nationalit dominicaine pour adopter la citoyennet hatienne. De manire symbolique, elle accole son patronyme le nom de Pierre en hommage Sonia Pierre, une activiste dominicaine dorigine hatienne trs connue, dcde lan dernier. Renoncer la nationalit dominicaine est pour moi une forme de protection explique-t-elle. Le massacre de 1937 Pour celle qui, depuis environ 30 ans, dfend la culture hatienne dans ses crits et ses confrences travers le monde, ce sont les mmes personnes qui avaient organis le massacre des Hatiens en 1937, sous le gouvernement de Rafael Leonidas Trujillo qui, maintenant, soixante-seize ans plus tard, viennent de poser cet acte raciste, xnophobe et antihatien Sous-entendu, ce sont les mmes conservateurs, le mme clan, les mmes ttes, qui agissent Alanna Lockward mobilise des internautes, des intellectuels de la diaspora base aux tatsUnis et en Europe ainsi ses compatriotes dominicains sensibiliss par la question. Ensemble ils ont a cr un groupe de rflexion pour contester haut et fort cette dcision quelle honteuse et dangereuse Rgulirement, ces activistes tudient les publications parues sur le thme et dcortiquent le texte mme de la sentence. Ils ont tout prvu, mme des sances de thrapie de groupe pour apprendre grer le choc motionnel, en partageant leurs sentiments sur le net. Cette dcision dexclusion est traumatisante, et pas seulement pour les victimes. Ce groupe est mme en train de crer un Fabienne Dominique, ses petits enfants Keanu Membhard et Falon Dunkeleberger ; ses beaux frres Pierre et Jacques Coupet et belle sur Liliane Coupet Dominique ; ses neveux et nices Gilbert et Michel Leys, Sarajini Garcia, Sandrine Dominique Landrin et Steve Dominique ; aux familles Dominique, Coupet, Garcia, Valbrune, Rey, Brun, Reiher, Duplessy-Croes, Mathon, Liautaud, Champana, Mercier, tous les autres parents et allis affects par ce deuil. Une messe sera chante en Floride dont nous vous communiquerons bientt la date. Nous annonons le dcs de Roger Dominique survenu en Floride le vendredi 8 novembre coul. Roger et Yanick Dominique

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Des responsables du FOPARK qui avait organis la manifestation antigouvernementale, le jeudi 7 novembre dernier, ont, au cours dun point de presse, dress le bilan de cette manifestation tout en annonant dautres du mme genre pour les jours venir. Nous remercions la population qui sest jointe nous pour manifester et nous invitons dj les habitants de Ption-Ville se joindre la manifestation du 18 novembre a dclar un des responsables. Selon le FOPARK le choix de Ption-Ville comme parcours se veut un acte de provocation lencontre du prsident Martelly. Le FOPARK exige la dpart du gouvernement Martelly-Lamothe. Le dput Arnel Blizaire, tout en soulignant lchec des parlementaires, a invit ses collgues se joindre au FOPARK le 16 novembre prochain, lors dune confrence de presse qui se tiendra lhtel le Plaza (Champ de Mars). Nous invitons tous les parlementaires consciencieux se rendre la confrence de presse prcdant la manifestation qui aura lieu le 18 novembre []. Nous comptons nous rendre devant lambassade amricaine tout de suite aprs Ption-Ville a-t-il dclar. Port-au-Prince, le 7 novembre 2013 (AHP) Nouvel appel la poursuite du processus de dialogue engag entre lExcutif et le Lgislatif le 14 octobre dernier en vue de parvenir une solution de consensus sur les problmes politiques auxquels le pays est confront. Cet appel vient du corps diplomatique notamment de la cheffe de la Minustah, des reprsentants de lOEA et de lUnion Europenne ainsi que des ambassadeurs du Brsil, du Canada, de lEspagne, des tatsUnis et de la France. Selon le corps diplomatique, un accord entre les deux corps va faciliter la continuit dans le fonctionnement des institutions et de lorganisation dlections libres, quitables et inclusives, pour favoriser dpasse. Ils ont fait savoir que les promesses du chef de lEtat alternent avec les actes rprhensibles dont la rpression de manifestations Plus dune cinquantaine davocats ont march, mercredi, dans les rues de la Capitale pour rclamer le dpart de Me Francisco Ren la tte du parquet de Portau-Prince et la dmission du Juge dinstruction Lamarre Blizaire. La marche a dbut devant lespace quoccupait lancien Palais de Justice (dtruit le 12 janvier 2010) pour aboutir devant le Ministre de la Justice. Parmi les personnalits prsentes la marche, il faut souligner la prsence de Mme. Myrlande Manigat venue apporter son support, ainsi que celle dhommes de loi trs connus du milieu comme Me. Aviol Fleurant, Me. Carlos Hercule et Me. Reynold Georges. Plusieurs opposants au pouvoir, qui rclament le dpart du chef de ltat, ont accompagn aussi les manifestants. La marche sest droule sous forte escorte policire, notamment des agents du Corps dintervention et de maintien dordre La 37e session de la Confrence gnrale de lUNESCO se tient Paris du 4 au 20 novembre au sige de linstitution. La participation hatienne est marque par labsence du ministre de lducation nationale et de la Formation professionnelle, M. Vanneur Pierre qui, empch, na pu faire le dplacement pour la circonstance, rapporte HPN. Dans le discours du ministre Vanneur Pierre qui a t lu par Mme Vanessa Matignon, ambassadeur dsign dHati en France et qui joue aussi par intrim le rle de la dlgue permanente dHati auprs de lUnesco, le chef de la dlgation hatienne a indiqu que la dlgation hatienne ne peut que renouveler son engagement aux cts de lUNESCO de paix, par llimination de la pauvret, par le dveloppement durable, le dialogue interculturel, lducation, les sciences, la culture, la communication et linformation. Cet engagement envers lUnesco sest manifest par le renforcement de la Commission nationale et la dotation de ressources appropries pour la mise en uvre de projets et programmes importants pour le pays. La mobilisation de nos jeunes Marche des avocats (CIMO). Francisco doit partir Rsistance pouvaiton entendre durant la lecture dune rsolution prononce par le Btonnier de lOrdre des avocats, Me Carlos Hercule. Nous nacceptons pas laffront que M. Francisco Ren fait la profession davocat []. Cet affront sera rpar par le dpart de Francisco Ren a dclar Me. Carlos Hercule qui a invit les avocats continuer la mobilisation jusquau dpart du commissaire du gouvernement. Jacques Georges CASIMIR travers le Rseau des coles associes de lUNESCO autour notamment, de la prservation du patrimoine, de la reforestation, des problmes de leau, des nergies renouvelables, de lducation aux changements climatiques, entre autres, est de nature les prparer tre des agents du dveloppement durable lit-on dans le document prsent par Hati. Ce discours a t prononc le samedi 9 novembre en plnire devant lAssemble gnrale de lUnesco. Rappelons que la Confrence gnrale de lUNESCO se tient tous les deux ans. Hati, membre fondateur de cette institution, participe comme laccoutume ces assises o prend part une dlgation hatienne compose des le dveloppement du pays. Les diplomates en mission en Hati soulignent quil y va de lintrt de tous les protagonistes que, dans le meilleur dlai, une solution mutuellement accepte, puisse tre trouve. Lors de la premire srie de discussions entre le prsident Michel Martelly et les leaders du parlement, plusieurs secteurs le chef de lEtat et que lheure du dialogue tait arbitraires. Le porte-parole de la prsidence a annonc jeudi que le prsident Michel Martelly pourrait convoquer bientt lextraordinaire la chambre basse pour le vote du projet de la loi lectorale dj adopt par le Snat. Crise politique : Menaces de confrontations physiques p.1 Linternational a une seule politique : faire passer le temps ( ?) p.1 Linterpellation na rien rgl p.1 Prsidence et le Snat p.1 Hati nchappera pas ses responsabilits p.1 Jai honte dtre une Dominicaine p.1 Les parias hatiens des Carabes p.7 Une dcision inique et scandaleuse p.7 Une excellente nouvelle pour le cacao hatien p.2 Contrebande en douane : nouvelles rvlations p.2 Hati la Confrence gnrale de lUNESCO p.3 Carnafam en Floride : langue et cultures croles p.4 Prochain carnaval national aux Gonaves p.14 United States promise substantial aid to reinforce education p.10 Valorisation des produits locaux p.13

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE Menace de confrontations physiques Tandis que aujourdhui le mme international laisse faire, de temps en temps mollement appelant au dialogue et la tenue des lections (des snatoriales partielles trs disputes si les colts se mettaient aboyer. Et que lopposition arrivait avoir ses martyrs Jeudi la police a ragi en repoussant les contremanifestants lentre de Ptionville. Puis plus tard utilisant celle-ci arrivait trop prs du sige de la Prsidence. contre-manifestants qui les ont reus coups de pierres. Des dtonations auraient galement t entendues qui ont fait au moins deux blesss par balles. du chef de lEtat, Joseph Michel Martelly. Ce dernier est principalement de jeunes hommes daffaires (hatiens et trangers). Le prsident Michel Martelly avait t lui aussi un supporter avou du mme coup dtat. Mais la conjoncture actuelle dpasse de beaucoup ce genre de considrations par trop personnelles mme si elles gardent toute leur importance dans un systme qui se dclare avant tout pro-business. Mais en premier lieu aujourdhui le pays se trouve devant un blocage total. Comme si toutes les eaux de lle sans pouvoir scouler. Le bouchon doit sauter. Dune faon ou dune autre. Pour le meilleur ou le pire. Et voil pourquoi la confrontation du jeudi 7 novembre est un bien mauvais prsage. Venus en majorit des quartiers populaires de la capitale, les dabord centaines puis milliers de manifestants dclaraient ouvertement que leur intention tait de violer cet aspect de sanctuaire, de carte postale loin des laideurs dune capitale qui na toujours pas rcupr trois ans aprs le sisme et que se donne cet ancien hameau dans les hauteurs de la capitale o la bourgeoisie hatienne dautrefois se rfugiait pendant les fortes chaleurs de lt. La manifestation du jeudi 7 novembre se veut aussi une rplique des troubles plus ou moins semblables de 2004, mais dans lautre sens. A lpoque cest lopposition qui descendait de Ptionville pour donner lassaut au pouvoir de Jean-Bertrand Aristide. linternational (France, Etats-Unis, Canada) tandis que le initiatives de lopposition destines activer le chambardement, se sont termines mystrieusement en queue de poisson. Cherchez le troisime larron Mais des confrontations comme celle du jeudi coul bilan : deux blesss par balles et tires par des mains inconnues, sont non seulement la preuve quon est au bout du rouleau, mais que bout darguments (autrement dit, de guerre lasse) les adversaires (aussi bien le pouvoir que son opposition) peuvent tre tents de jouer le tout pour le tout. Faut-il souligner que les protagonistes, y compris linternational, jouent ce jeu parfaitement de sang froid. Tandis que le pays, celui qui doit payer les pots casss, nest quun spectateur impuissant. Belle dmocratie Hati en Marche, 9 Novembre 2013 et qui constituent la trame de fond de lactuelle crise). Les deux principaux adversaires (le pouvoir Martelly et son opposition) sont laisss face face mais sans ni lun ni Aussi on joue se faire peur. Le prsident Martelly agite la menace de fermeture indirecte du Parlement, en exhibant une certaine loi lectorale deuxime tiers du snat dont le renouvellement du premier tiers na toujours pas eu lieu. Face cette menace et refusant daller des lopposition multiplie les coups de tte dans lespoir de crer un chambardement qui puisse emporter le rgime. Aussi chaque jour dsormais amne son lot dincertitudes. Un rien peut mettre le feu aux poudres. Voire Aux USA et au Canada, coutez Melodie FM sur votre cellulaire : La manifestation anti-gouvernementale remonte lautoroute de Delmas au pas de course (photo AFP) aussi un rsident de Ptionville. Lactuel pouvoir a consenti de grands efforts dinfrastructures dans cette banlieue devenue la plaque tournante conomique du pays depuis la destruction de Port-au-Prince par le sisme du 12 janvier 2010. Certains nont pas tard rapprocher les tireurs embusqus du jeudi 7 novembre des fameux arms informels qui taient apparus aux cts de larme du gnral Raoul Cdras lors du coup dtat militaire de septembre 1991 et composs Cest fifty On a limpression que le prsident Martelly, luimme un provocateur nest plus tout seul et que la Prsidence a embauch de nouveaux stratges dont le rle est de ralentir la marche des choses plutt que de les acclrer autre diffrence notable avec les vnements politiques de 2004 quand la crise a mme empch Hati de commmorer, sacrilge, le 200 e anniversaire de son Indpendance. Nous faisions ressortir dans un prcdent article comment de semblables Jai pris lavion le mercredi 23 octobre 2013 participer le 26 octobre la clbration internationale de langue et de la culture croles au Broward College Fort Lauderdale. Hati-Aviation ma fait attendre au moins cinq heures avant son vol succs en direction des tats-Unis dAmrique. Avouons quau cours de la traverse pour ne pas nous punir deux fois la compagnie nous a offert une dgustation de qualit. ma sortie de laroport international de Miami, la voyage lger et je navais que deux musettes. Je ne fais que sauter dans sa voiture rouge et marron, demidcapotable. Nous voici, Tanisha Ad, Djnane et moi-mme, autour dune table pour la premire gorge deau frache. Le pote et pdagogue Bito David nous a rejoints au hall dentre dun htel Holiday Inn de Plantation. Calme plat Sommeil lger Le lendemain, je commence ma premire vire Miami en compagnie de Djnane, vice-prsidente de la Chambre de commerce haitiano-amricaine de Floride. Une rencontre internationale des chambres internationales de commerce des tats-Unis et de la Carabe sorganise. La vice-prsidence de la chambre de commerce haitiano-amricaine de Floride y est, moi galement. Tanisha Ad, prsidente de CarnaFam nous retrouve. On a pris le lunch ensemble. Jean Pierre Turgot et Tanisha Ad, Prsidente de Carnafam

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE confrontation aux avant-postes de Ptionville, ville banlieue devenue depuis le sisme de janvier 2010 la plaque tournante conomique du pays. Deux semaines auparavant, idem. Alors que des manifestations suite larrestation dun avocat doubl dun Au commencement, rappelez-vous, tait une dclaration de lambassadeur des Etats-Unis, Pamela White, expliquant que les lections en Hati cotent trop cher (pas moins de US$20 millions chaque fois) et que le mieux serait de les combiner. Cest elle qui avait lanc lide dattendre 2014 pour pouvoir renouveler en mme temps les 2 tiers du aprs avoir constat le dysfonctionnement dun Snat rduit seulement au tiers de ses membres Mais il est vident que les lections pour le renouvellement du premier tiers nauront pas lieu non plus avant la date fatidique de janvier 2014 tant attendue par le prsident Martelly pour abattre ses cartes. Visite du Secrtaire amricain lducation Arne Duncan en pleine semaine de troubles politiques (photo J.J. Augustin) Le Prsident Michel Martelly visite la banlieue de Carrefour (sud de la capitale) loccasion de la St Charles (photo Robinson Eugne/HEM) militant de lopposition anti-Martelly faisaient rage, le vice prsident amricain Joe Biden appelait le prsident hatien en tl-confrence pour renouveler lassistance des Etats-Unis lorganisation de ces lections depuis si longtemps attendues (novembre 2011) : snatoriales pour renouveler dix siges sur trente que comprend le grand corps et toutes les municipales. Mais entre deux appels de Mr Biden ou de la dirigeante de la Minustah (mission des casques bleus onusiens), Mme Sandra Honor, plus rien ne se passe. Sauf la guerre entre Martelly et les radicaux de lopposition. De plus en plus agacs. Et tents par le jusquauboutisme. Les uns comme les autres. Jeudi dernier, les premiers colts ont aboy alors quune manifestation de lopposition entrait dans Ptionville dont la municipalit est pro-Martelly. De toute vidence, linternational, quant lui, a choisi de faire passer le temps. Ses interventions, de temps autre, bien calcules, nont pour but que de calmer la situation chaque fois que le ras le bol, dsormais commun aux deux parties, risque de mettre le feu aux poudres. Mais le mot dordre cest : pas de panique Empcher le bateau de chavirer. Mais rien de plus. Et tout doucement conduire tout ce beau monde devant le fait accompli. Mais lequel ? On ne sait. Il nest pas sr que le prsident Martelly aura la possibilit, comme il le souhaite, de renvoyer le Parlement Par consquent cest comme samuser indirectement verser de lhuile sur le feu, exciter la confrontation, stimuler les deux coqs de gagure, puisque lun comme lautre ni ne peut gagner la bataille, ni ne veut faire la paix. Tout fait limage de cette dernire interpellation au snat, le mardi 5 novembre coul, de trois ministres du derniers, lassemble snatoriale na pas pu runir la majorit ncessaire pour les renvoyer. Les trois ministres restent en poste. Mais le gouvernement a t rudement secou par les rvlations faites pendant cette interpellation. Mais comme la crise, mme en Hati, ne peut durer ternellement, viendra alors le moment pour le troisime larron de mettre les plaideurs daccord. Plus prcisment, linternational (en tte Washington et lONU) laisse limpression de ne pas vouloir abandonner la proie pour lombre. On sait ce quon a avec Martelly (mme quand cela laisserait dsirer) mais pas tout fait quoi sattendre demain. Bref, linternational a aussi ses intrts en jeu. Le mieux est donc de laisser les deux adversaires puiser leurs forces, il sera alors plus facile de les placer au pied du mur le moment venu. Snat. Mais o lopposition croit dceler une manuvre pour permettre au pouvoir en place davoir un plus grand contrle sur le pouvoir lgislatif. Voire devant les efforts du prsident (Collge transitoire du conseil lectoral permanent). La bataille politique actuelle nest donc pas aussi lindpendance des institutions dmocratiques (lgislatif, pouvoir judiciaire, conseil lectoral, police nationale, Cour des comptes etc). Mais quelle en sera lissue ? Dj une partie de indpendance. Refusant dtre (comme en 2011 avec laccession de Michel Martelly par la grce de lOEA et des grandes ambassades) le jouet des puissances extrieures. Daccord. Mais il ny a quune arme et cest la mme qui nous a donn la premire indpendance : lunion fait la force Or justement on en est bien loin. Hati en Marche, 8 Novembre 2013 Aprs quoi on a pris la direction dun autre logis Sheraton en plein milieu de Fort Lauderdale. Avant de mendormir, aprs des boissons glaces, jai command une pizza. Ctait bon, en toute sincrit. Install dans cette suite de lhtel Sheraton, jai commenc rdiger ma confrence intitule : potique Nuit assez apaisante, vue lumineuse sur la ville. Nous voici le 25 octobre, mon guide que je prnomme Nathalie pour paraphraser Gilbert Bcaud, memmne faire une ballade. Nous avons fait un stop au restaurant Troubadour Lake Worth dans le comt de Palm Beach. On nous a servis des acras et des marinades made in Hati. Le 26 arrive, on y est tout fait. Il est deux heures dans je me prcipite dans sa voiture et on est dj en route vers la bibliothque qui mattend. Les dispositifs de laprs-midi sont presque dj sur place. Les invits aussi. On constate trente minutes de retard pour le dbut des prises de parole. Jai dabord pris la parole pour exposer la potique crole telle quelle a t introduite en 1976 dans Konblann par le pote Georges Castera. En posie crole, a dit Castera, il faudra dpasser lordre des proverbes et des fables Selon lui, le vrai pote crole doit tre le forgeron dun langage potique, ce que feront beaucoup plus tard : Pierre Richard Narcisse, Lyonel Trouillot, Manno Ejn Le docteur Grard Frre a ensuite pris la parole pour avec le crole et le franais en tant que langues. Le docteur Frre a reconnu que, grce au Mouvement dmocratique Hatien des annes 80, le crole a connu ses heures de gloire, et ceci doit tre maintenu, a-t-il ajout. Bito David, le modrateur de laprs-midi, a t forc dinterrompre la rencontre, suite une alerte lincendie. La salle a t vacue en un rien de temps. On se retrouvait schangeait dadresses. Comme on nous a rappels la rentre en sance, ctait vite fait. Le docteur Frre a mis un point la fin de cette rencontre assez marquante, le professeur et crivain Max Manigat a donn une accolade fraternelle son ami personnel, Frre. Puis, on a immdiatement accd un autre stade de lvnement.

PAGE 6

Page 6 LHISTOIRE REVISITEE prsidence de Dumarsais Estim (1946-1950) pour voir une crise dune telle ampleur. and Black in Haiti. Son auteur Matthew J. Smith. Et paru aux presses de lUniversit de North Carolina. membres du gouvernement commencrent suggrer le dsir du prsident de succder lui-mme lors des prochaines lections. Mais cette intention tait dj sous-jacente dans le bannissement du PCH (Parti communiste hatien) et les restrictions aux activits des syndicats. Ce fut cependant la Constitution de 1946 qui interdisait la rlection du Prsident. Comme attendu, le projet fut approuv par les dputs lunanimit. Etant donn les divisions qui rgnaient au Snat, y compris la question de couleur, le gouvernement esprait pouvoir jouer le diviser pour rgner et ainsi obtenir satisfaction. Mais la surprise gnrale, aprs une semaine dintenses dbats, les snateurs rejetrent le projet. A la surprise du prsident Estim lui-mme, son meilleur alli, le snateur Emile St. Lt, changea de bord, et prit snateurs. Au contraire, ces derniers prirent une rsolution semaines au pouvoir. Le prsident avait parmi ses partisans les plus fanatiques un certain Lon Bordes, surnomm Ti-Roi. Celui-ci monta une manifestation. Agitant des machettes et aux cris de sur le Snat, qui tait en session, dtruisit tout, brla les archives et dmolit totalement le btiment. ATTENTION A tous ceux et toutes celles qui aiment Mlodie. Branchez vous partir de votre ordinateur sur Le Prsident Dumarsais Estim (1946-1950) Lun des principaux stratges politiques des annes 1940-1950, le Snateur Emile St. Lt Le tombeur dEstim, le Gnral-Prsident Paul Eugne Magloire (1950-1956) campagne des lgislatives, commence en octobre 1949, qui fournit au gouvernement sa premire opportunit pour commencer prparer sa rlection. Le mandat de Estim devait se terminer le 16 Aot 1952 ; la mme anne devaient avoir lieu les prochaines snatoriales. Lintention du gouvernement tait de faire voter une rvision constitutionnelle la chambre des dputs, persuad que les snateurs ny feront pas obstruction. Il tait donc essentiel quune chambre des dputs loyale au chef de lEtat soit lue en janvier 1950. Le gouvernement commena par faire du lest, invitant les groupes politiques exercer leurs activits, et ltat de sige fut lev pour la dure de la campagne lectorale. Cependant un autre dcret anti-communiste fut adopt en vue de dcourager lopposition extrme mene par les socialistes du PSP et le syndicalisme radical du MOP de Daniel Fignol. Les lections de janvier 1950 donnrent au gouvernement ce quil esprait : une chambre des dputs tout fait loyale au prsident. Grce ce support, le 3 Avril 1950, les Estimistes dposrent la chambre basse un projet pour rviser la Puis les manifestants, au rythme des tambours et brandissant des morceaux de meubles et des documents comme maison du snateur St. Lt, une bagarre sensuivit. La police arriva juste temps. Sur ce, le prsident annona la dissolution du Snat et un nouveau cabinet ministriel fut install, un cabinet de guerre, avec Franois Duvalier comme ministre de la sant et du travail, Castel Dmesmin, intrieur et scurit nationale, Love Lger, ministre de lducation. Tous ces ministres ont pour caractristique quils sont des ennemis du colonel Paul Magloire. Estim dlivra un message dans lequel il salua les manifestants du 8 mai (1950) qui ont dtruit le Snat, comme les vrais dfenseurs de la dmocratie dans le pays. Cependant la dissolution du Snat porta larme directement lavant-scne. Paul Magloire annona quil considre de son devoir dassurer la protection des snateurs. Le chef dEtat major, le gnral Frank Lavaud, reut du prsident lordre de mettre le colonel Paul Magloire aux arrts. Magloire convoqua une runion aux Casernes Dessalines places sous son commandement. Lavaud et Levelt, ses deux suprieurs nominaux, capitulrent. Un comit militaire fut form pour assurer la protection des snateurs. Le gnral Lavaud se rendit aux Presses nationales et stoppa la publication du dcret prsidentiel annonant la dissolution du Snat. Estim tait dsespr. Une dcision de la onzime heure pour renoncer au projet de rvision de la Constitution neut aucun effet. Le matin du 11 mai 1950, le prsident convoqua lambassadeur des Etats-Unis, DeCourcy, et lui annona que Lavaud, Levelt et Magloire vont faire un coup dEtat. Il supplia lambassadeur de demander Washington Mais sa requte fut rejete. Une heure plus tard, le prsident Dumarsais Estim signait la lettre de dmission prpare par le gnral Lavaud. Et partait pour lexil. les plus acharns en Hati entre la Prsidence et son opposition snatoriale. La seule diffrence aujourdhui est quil ny a pas de Forces armes dHati. Marcus Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince la tte de lopposition au projet de rvision constitutionnelle. Le bruit courut que le tout puissant colonel Paul Magloire avait La dfection dautres leaders noiristes, la suite de St. Lt, vint transformer en vritable base de lopposition un Snat qui tait domin jusque-l par un petit groupe de snateurs la peau claire, comme un Louis Djoie. Le brutal rejet de sa proposition de rvision dstabilisa le gouvernement, qui refusa de publier le dcret snatorial dans Alors sur une suggestion de Louis Djoie, le Snat demanda une investigation de toutes les manipulations de quelque 20 millions de gourdes pour plusieurs projets raliss sans lapprobation du Snat. Duvalier et No Fourcand, refusrent de rpondre aux convocations. Ces dernires devinrent si hostiles quil fallut placer la police autour du palais lgislatif. Le dbat prit aussi une allure de querelle de classes. Avi PiblikSibvansyon Finansman pou Edikasyon Sirte ChofKonte Miami-Dade ap anonse disponibilite yon Sibvansyon Finansman pou Edikasyon Sirte Chof pou tout ganizasyon ak aktivite ki elijib. Nenpt sistm lekl piblik, oswa lekl prive ki pa pou pwo, ki sitiye nan Konte Miami-Dade e ki ofri optinite pou aprann kondwi, kapab soumt yon lt ki di yo enterese. Lekl prive pou aprann kondwi ki etabli prensipalman pou edikasyon chof yo pa elijib. Lt egzijans adisyonl ki etabli pou jwenn don lajan sa-a enkli: 1) kirikilm lan dwe gen ladan li eskperyans dy volan pou pratike kondwi; 2) pwogram oto-lekl la ft pou li pran elv ki sti ni nan lekl prive ni nan lekl piblik nan Konte Miami-Dade; 3) fon lajan sa-a pa gendwa svi pou kouvri depans administrativ yo; epi 4) enstitisyon (yo) ki jwenn don lajan sa a ft pou dak pou soumt rap/kontrandi ki apwopriye. Dat limit pou soumt lt ki di w enterese a se 5:00 P.M., vandredi 22 novanm 2013, nan Biwo Jesyon ak Bidj, Kowdinasyon Don yo nan Konte Miami-Dade (Miami-Dade County Ofce of Management and Budget, Grants Coordination), 111 NW 1st Street, 19ym Etaj, Miami, Florid 33128. Moun pou kontakte pou Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Sirte Chof a, se Theresa Fiano, nan 305-375-4742. Konte Miami-Dade pa responsab okenn depans aplikan an f pou reponn solisitasyon sa a, epi li rezve dwa pou li modifye oswa amande dnye dat ki etabli pou resevwa lt repons yo si li twouve sa neses selon sa ki plis nan enter Konte Miami-Dade. Konte a egalman rezve dwa pou li asepte oswa rejte nenpt oswa tout aplikasyon, pase sou nenpt ti teknikalite oswa iregilarite ak bay sibvansyon yo nan fason ki plis nan enter Konte Miami-Dade, nan sl diskresyon Konte a. Fon yo sij a apwobasyon Asanble Komisyon Konte a ak disponibilite nansman nan sl diskresyon Konte a. Konte Miami-Dade se yon anplway ki bay optinite egal ego epi li pa f diskriminasyon dapre laj, ras oswa enmite. Pou f demann materyl nan fma aksesib, entprt langaj siy, ak/oswa nenpt ki aranjman pou patisipe nan nenpt pwogram ke Konte a patwone oswa reyinyon Konte a ap f konsnan Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Sirte Chof tanpri kontakte Alphermelia Martin nan 305-375-4503, senk jou davans. Itilizat TTY yo ka rele 711 (Florida Relay Service). Le journal pro-Estim, et noiriste, La Rpublique eut des mots trs durs pour le snateur et homme daffaires, Louis Djoie, en particulier. Djoie fut accus davoir reu des fonds du dictateur dominicain Rafael Trujillo. Celui-ci avait accord lasile un adversaire dEstim, lexattaquait quotidiennement le chef de lEtat hatien sur les ondes de la Voz Dominicana Estim chercha alors obtenir les bonnes grces des Etats-Unis en proposant que larme amricaine envoie une mission pour rorganiser lArme dHati. Mais tout cela eut peu deffet sur lintransigeance des

PAGE 7

Page 7 MOBILISATION Dominicains dascendance hatienne auxquels les institutions politico-judiciaires de la Rpublique dominicaine ont dcid denlever la nationalit plongeant plusieurs dizaines de milliers de congnres dans ce quon appelle lapatridie cest--dire sans patrie et sans nation, ou comme on dit chez nous : chiens perdus sans collier Nous parlons de 4 gnrations dtres humains qui Nobel de littrature 2010, et lun des plus clbres crivains du continent, Mario Vargas Llosa, et dont lun des livres les plus succs concerne le terrible dictateur dominicain Rafael Leonidas Trujillo (La Fte au bouc). Celui-l mme qui a provoqu lassassinat de plusieurs milliers dHatiens la frontire entre les deux pays en 1937. Injectant le venin du nazisme dans le pays voisin. La sentence de la Cour constitutionnelle dominicaine a provoqu la stupeur des principales organisations internationales et rgionales : Organisation des Etats Amricains/OEA, Caricom, Haut commissariat des Nations Unies etc. Le New York Times en a fait plusieurs fois sa Une. Lettre ouverte signe de 25 personnalits et associations de Dominicains pour la dfense des droits) envoye au Secrtaire dEtat amricain John Kerry lui demandant dutiliser tous les moyens ncessaires pour forcer les autorits dominicaines rviser leur dcision. Leve de boucliers au Canada o des groupes, comprenant galement des lus, ont appel Ottawa prendre de boycott du tourisme dominicain et auquel les autorits dominicaines se montrent dj trs proccupes, ordonnant leurs bureaux du tourisme dans le monde de se tenir prts pouvoir expliquer le sens de la dcision qui fait tant scandale. La Rpublique Dominicaine est la premire destination touristique de la rgion. Avec des revenus de lordre de 5 milliards de dollars lan. Ne parlons pas de la Caricom (communaut carabe) ; dailleurs cest sur demande de chefs dEtat et de gouvernement de la communaut que lOEA a t saisie du dossier. Et a dcid denvoyer une mission denqute Santo Domingo. par cette campagne dans la socit dominicaine elle-mme. L o un archevque de Santo Domingo, Mgr Nicolas Jesus Lopez Rodriguez, est un fervent dfenseur de la mesure discriminatoire concocte par lextrme droite anti-hatianiste, le Rseau Jsuite pour les Migrants, dont leurs confrres dominicains, se sont runis Port-au-Prince mme pour exiger la rvocation de la mesure de dnationalisation et reconnaissant la contribution socio-conomique de la communaut migrante hatienne au pays voisin. Dailleurs le premier son de cloche tait venu de la citoyennet dominicaine, aussi bien en diaspora aux EtatsUnis quau pays mme. Une association de femmes, bravant lhypocrisie des gouvernants, nhsitait pas interrompre un discours du prsident Danilo Medina. Cette semaine cest un comit de solidarit qui est form par 270 personnalits dominicaines (intellectuels, communicateurs, artistes et religieux), dont des politiques, comme lex-chancelier Hugo Tolentino Dipp, des crivains comme Manuel Robles, la dpute Guadalupe Valdez et Mgr Julio Holguin. En mme temps que des professionnels dominicains, avocats, ingnieurs, bacheliers, autorits lues), prennent galement la parole dans une lettre ouverte adresse au prsident Medina et aux hautes institutions du pays voisin pour par la Constitution et dautres lgislations (dominicaines) en vigueur, tel le principe de la non-rtroactivit de la loi consigne larticle 110 de la Constitution (dominicaine). constitutionnelle remonte des Constitutions antrieures pour contredire ce qui est tabli (par la loi). Accabl dans une aurole de prjudices discriminatoires, xnophobes, raciste, machiste et clanique, le Tribunal constitutionnel sest extrapol du droit fondamental la nationalit dominicaine, etc. Les ractions continuent de pleuvoir et les prises de position contre la dcision des autorits politico-judiciaires de se multiplier. Pendant ce temps, que voit-on en Hati ? Nous avons salu la gestion diplomatique de la situation, embarrassante sil en est, par le gouvernement hatien. Aprs avoir rappel son ambassadeur accrdit Santo Domingo, le chancelier hatien, Pierre Richard Casimir, a promen son bton de plerin travers les pays membres de la Caricom, dont Hati est membre part entire. Ces derniers vont ragir, certains avec une grande nergie, contre le dictat dominicain et, rptons-nous, cest leur demande que sest tenue la rencontre de la Cour interamricaine des droits humains (CIDH) de lOEA qui a dcid denvoyer une commission dinvestigation sur les lieux. Dautre part, le Snat hatien a envoy une mission auprs de leurs homologues dominicains, mais dont on ne sait pas ce quil en est sorti Mais aprs ? Eh bien, les autorits hatiennes, aussi bien lExcutif que le Lgislatif, sils ne pchent pas par leur absence, semblent sloigner peu peu de la crise, sur la pointe des pieds. Pour soccuper, bien sr, de leurs affaires personnelles : la lutte pour le pouvoir Port-au-Prince. Mais quid de la socit hatienne en gnral ? Du pareil au mme. Business as usual. Et nous insistons sur Et lon pense que cela peut rester ainsi. Bon Dieu bon ? Point du tout. La crise ne passera pas par dessus nos ttes. Plus la situation va devenir complexe pour le voisin dominicain, plus ses intrts vont tre menacs, plus Hati sera Plus le gouvernement hatien ne pourra continuer de jouer au bingo avec les milieux dintrts dominicains. Plus nos lgislateurs daccorder une place aussi ce dossier ct de leurs priorits de lheure, que nous connaissons tous. Mais les milieux daffaires hatiens (et para-hatiens) qui importent et exportent en exclusivit avec le pays voisin, pourront-ils eux aussi continuer ignorer les problmes de la nation o ils construisent leur immense fortune ? Non, bien sr. A bon entendeur Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince La dcision de la Cour constitutionnelle dominicaine qui ouvre la porte la dnationalisation de milliers de citoyens dorigine hatienne ns en Rpublique dominicaine est inique, clame Mario Vargas Llosa, Prix Nobel de littrature 2010, qui la compare aux lois hitlriennes des annes 1930. Juliana Deguis Pierre est ne il y a vingt-neuf ans de parents hatiens en Rpublique dominicaine et nest jamais sortie de son pays natal. Jamais elle na appris le franais ni le crole, et elle parle uniquement ce bel espagnol aux de naissance, Juliana a dpos une demande de carte didentit la Junta Central Electoral, ltat civil dominicain, qui la lui patronymes suspects. Juliana a prsent un recours, et le 23 septembre 2013, le tribunal constitutionnel dominicain a rendu son verdict, refusant la nationalit dominicaine tous ceux qui, comme cette jeune femme, sont enfants ou descendants de migrants clandestins. La dcision du tribunal suscite un toll international contre la Rpublique dominicaine et fait de Juliana Deguis Pierre lincarnation de la tragdie des quelque 200 000 Dominicains dorigine hatienne (estimation de Laura Bingham, de lOpen Society Justice Initiative) qui se retrouvent ainsi apatrides, privs, pour beaucoup de faon rtroactive, de leur nationalit. La conclusion du tribunal constitutionnel dominicain est une aberration juridique qui semble directement inspire des lois hitlriennes des annes 1930, dictes par des magistrats nazis dans le but de priver de la nationalit allemande les Juifs pourtant tablis dans ce pays depuis des annes (des sicles, mme) et parfaitement intgrs dans la socit. La dcision est en tout tat de cause en infraction avec un arrt de la Cour interamricaine des droits de lhomme (dote dune convention laquelle la Rpublique dominicaine fait partie) qui, en septembre 2005, avait dj condamn ce pays pour ngation du droit la nationalit de deux petites Dominicaines nes comme Juliana de parents hatiens, Dilcia Yean et Violeta Bosico. Il est vident, au vu de ce prcdent, que la Cour interamricaine, dominicaine serait contrainte de sy plier, sauf dcider ce Le gouvernement dominicain se trouve pris dans un imbroglio, suite la dcision de la Cour constitutionnelle de lEtat de dchoir de la nationalit dominicaine tout citoyen dominicain ou toute citoyenne dominicaine ayant pris naissance sur le territoire national aprs 1929, de parents hatiens ou dorigine hatienne. Mesure touchant mme, contre toute logique, tout natif, dune rgion quelconque de la rpublique, descendant dun couple mixte hatien-dominicain. Cette dcision, pour le moins inique et scandaleuse, soppose toutes les lois ou conventions internationales relevant du respect de la dignit humaine et va lencontre de la dclaration universelle des droits de lhomme Engagements auxquels la Rpublique dominicaine a librement souscrit. De ce fait, elle soulve la rprobation dune grande partie de la communaut internationale. Qui pis est, bon nombre de dominicains, non-concerns par cette dcision, la dsapprouvent, craignant de voir leur pays couvert dopprobre. Car, comme ils pensent, avec raison, cette cynique mesure risque de placer leur pays au ban des Etat s dmocratique s Car, comment concevoir que des citoyens dune nation soient dclars apatrides, aprs quils aient t reconnus par lEtat comme des nationaux, avec tous les droits et privilges que leur accorde la nationalit? Aprs quils aient joui de leurs prrogatives constitutionnelles et accompli leurs devoirs envers la nation? Comment dnier la nationalit dominicaine tant dhommes et de femmes, de plusieurs gnrations, qui ont opt pour la nationalit dominicaine, en vertu de la loi de lEtat dominicain du Jus soli? Alors quils auraient pu revendiquer la nationalit hatienne, daprs la loi du Jus sanguinis applique en Hati. Pense-t-on radier des rangs de larme dominicaine tous les soldats apparents des hatiens? Voudrait-on rayer des archives de la nation, les traces des gnraux dominicains dorigine hatienne qui ont accompagn lhistoire de la nation? La Cour constitutionnelle peut-elle nier lascendance hatienne de certains chefs dEtat dominicains ? Ulises Heuraux et Rafael Leonidas Trujillo Molina, pour sr. Que compte-t-on faire de ces nombreux enseignants et professionnels hatiens ou de souche hatienne, qui travaillent depuis de nombreuses annes dans les coles, les universits dominicaines et dans divers champs dactivits, avec une comptence reconnue ? Saurait-on nier la participation admis. Crant de la sorte des prjudices des milliers dindividus accoutums, depuis plusieurs gnrations, une forme dexistence tablie. De plus, peut-elle nier tout un pan de lhistoire politique rcente de la Rpublique dominicaine ? Car, nul politique dominicaine du 20me sicle, avec le Dr. Joaqun Balaguer et le professeur Juan Bosch, tait le Dr. Jos Francisco Pea Gmez. Homme politique dune exceptionnelle envergure qui a jou un rle important dans lvolution politique et sociale et la contribution de ces braves gens dans la vie conomique, politique et sociale de lEtat dominicain? Quand on sait que la loi dispose pour le futur et quelle na pas deffet rtroactif, dans ce cas prcis, on stonne quune si haute instance de justice ait pu remettre en cause ce principe universellement

PAGE 8

Page 8 MOBILISATION UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Hati (MINUSTAH) a lintention de mettre en vente des lots composs darticles usags en ltat et en leur lieu, sans aucune autre garantie. The United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) intend to dispose of lots of used goods by sale as is where is, without guarantees. Les lots de biens usags mis en vente sont dans des conditions telles que, endommagement, usage normal ou de surplus, une description gnrale des articles se compose comme suit: The lots of used goods for sale are in varied conditions such as Damaged, Normal Wear and Tear or Surplus, a general description of the items that compose the lots are as follows: COMPUTER DESKTOPS ORDINATEUR DE BUREAU COMPUTER NOTEBOOKS ORDINATEUR PORTABLE MONITOR ECRAN MONITOR COMPUTER SERVER SERVEUR INVERTER, TRACE MODEM SATELLITE SATELLITE NETWORK ANCILLARIES ACCESSOIRES DE RESEAU NETWORK SWITCH PARE-FEU-DE RESEAU STORAGE DISK DRIVE MEMOIRE TRANSCEIVER UHF HAND-HELD EMETTEUR-RECEPTEUR ANTENNAS ANTENNES AUDIO EQUIPEMENT, MIXER MIXEUR, DUMMY LOAD CHARGE FACTICE NETWORK TRANSCEIVER EMETTEUR-RECEPTEUR DE RESEAU POWER SUPPLY FOR COM. ALIMEN TATION ELECTRIQUE NISSAN PATROL NISSAN PATROL TOYOTA HILUX PICK UP TOYOTA HILUX PICK UP TOYOTA MINIBUSES 15 PAX TOYOTA MINIBUS 15 PASSAGERS, REFRIGERATOR, 161 TO 300LTR REFRIGERATEUR, 161 TO 300LTR PHOTOGRAPHIC PAPER PAPIER PHOTO AND OTHERS Toutes les parties intresses sont pries de bien vouloir envoyer un courrier lectronique ladresse suivante sosd-procurement@un.org avec les informations suivantes : 1. Nom de la Partie, 2. adresse postale et physique, 3. numro de tlphone, 4. numro de fax, 5. adresse lectronique 6 nom et titre de la personne de contact. All interested parties should send an e-mail to sosd-procurement@un.org with the following information: 1. Name of the Party, 2. Postal and physical address, 3. Phone number, 4. Fax number 5. E-mail address, and 6. Name and title of the contact person. Tous les souscripteurs intresss peuvent enregistrer leurs noms et voir les articles en mme temps, partir de jeudi 14 Novembre 2013 et le vendredi 15 Novembre 2013 entre 09h:00am 12h:00pm et reprendrons 14h:00pm jusqu 15h:45pm. Pour plus de dtails vous pouvez galement contacter par Tlphone: 509 3702 6533. Note : Successful bidders will be required to pay all taxes and duties levied on the items by the Government of Haiti and should provide documentary proof to MINUSTAH prior to the de son pays durant prs de 40 ans. N Mao, Valverde, le 6 mars 1937, de parents immigrants hatiens illgaux: Oguis Vincent et Maria Marcelino (ou Marie Marcelin). Il avait peine 1 an lorsquil chappa, par miracle, au massacre de 1937, et que ses parents avaient d senfuir en Hati. Au cours de ces vnements, il fut recueilli par une famille de sa ville natale, compatissant ses malheurs. Devenu adulte, Il entreprit de brillantes tudes Santo-Domingo (Universit autonome de Sto.Dgo.), aux Etats des suffrages exprims. Toutes les statistiques le donnaient gagnant de ces joutes lectorales. Cependant, les nombreuses son adversaire, le Dr. Joaquin Balaguer. Suite aux nombreuses protestations locales et internationales et des mouvements de grves dclenchs dans tout le pays, qui durrent deux mois, on aboutit un accord appel : Pacto de la democracia qui prvoyait une rduction de 2 ans du mandat du prsident Balaguer et lorganisation dune lection anticipe. En 1996, il se prsenta nouveau comme candidat et recueillt, ds le premier tour, 46% des votes. Le plus grand score jamais obtenu par un candidat la prsidence en Rpublique dominicaine. Pour barrer laccs du pouvoir lHatien il se cra une entente, qui est trs peu probable de se mettre lcart du systme judiciaire interamricain et de devenir un pays paria. Cruaut, inhumanit et hypocrisie Rappelons, comme la fait The New York Times le 24 octobre, que deux juges du tribunal constitutionnel dominicain ont vot contre cette dcision et, en sopposant une mesure ouvertement raciste et discriminatoire, ont sauv lhonneur de linstitution et de leur pays. Les magistrats du tribunal motivent leur refus de la nationalit des personnes comme Juliana Deguis Pierre par la situation irrgulire des parents. En dautres termes, il sagit de faire payer aux enfants (voire aux petits-enfants et aux arrire-petits-enfants) un dlit que sont prsums avoir commis leurs ascendants. Comme au Moyen Age, comme les tribunaux de lInquisition, larrt constitutionnel dominicain part du principe que les dlits sont hrditaires et se transmettent, par le sang, de gnration en LI L POU RANPLASE YOMEN YON IMAJ EPK LONTAN POU APRANN PLIS ALE SOU: WWW.MIAMIDADE.GOV/WATER DLO NOU AN MERITE SA Pou jis klke santim anplis pa jou, nap envesti nan yon sistm modn dlo potab ak egou Konte Miami-Dade. Epi bdwo dlo w yo ap toujou rete pi ba ke laplipa konte nan Florid. SE KONSA KK NAN F TIYO AK EGOU KONTE MIAMI-DADE YO ANSYEN TOU gnration. A la cruaut et linhumanit de ces juges vient sajouter lhypocrisie. Ils savent trs bien que limmigration irrgulire ou clandestine des Hatiens en Rpublique dominicaine, qui a commenc au dbut du XXe sicle, est un phnomne social et conomique complexe. Bien souvent, et prcisment dans les priodes les plus favorables conomiquement, cette immigration a t encourage par les propritaires terriens et chefs dentreprise dominicains eux-mmes, soucieux de disposer dune main-duvre bon march sur les plantations de canne sucre, dans le btiment ou pour les travaux domestiques, et ce au vu et au su des autorits, conscientes le pays (en tout cas ses classes moyennes dailleurs maintenus dans des conditions de vie extrmement prcaires, majoritairement sans contrat de travail ni scurit sociale, ni protection juridique daucune sorte. Le romancier sud-amricain et Prix Nobel de littrature 2010, Mario Vargas Llosa Unis ( Havard University & Michigan University), Paris (Sorbonne). En 1961, il intgra le parti rvolutionnaire dominicain (PRD). Par la suite, Il fut nomm maire de Santo Domingo de 1982 1986. Lors des lections de 1994, il se prsenta comme candidat la prsidence et obtint la majorit

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 13 Novembre 2013 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo Madeleine Stowe, Hollywood actress; Mariavittoria Rava, president of the Francesca Rava Foundation, representing Our Little Brothers and Sisters and the St. Luke Foundation in Italy; and Martina Colombari, an Italian actress participated in the New York Marathon Prime Minister Laurent Salvador Lamothe, met on Wednesday, November 6, with a delegation of athletes from J / P HRO who represented Haiti at the 2013 ING Marathon in New York, Sunday, Nov. 3, 2013. According to a statement from the prime ministers our compatriots who have helped to strengthen Haitis image internationally. The visibility provided by this event, which was attended by tens of thousands of athletes from many countries, is a success that opens up an international career for the team of J / P HRO, noted the Head of Government who sees the actions J / P HRO, as a model of partnership between government and non-governmental organizations (NGOs) for the Haitian people. It also invites other organizations to follow this approach in order to improve the living conditions of citizens to sustainable development. Among the athletes were: Astrel names Clovis, Jean Marcksony, Carline Lamour, Petrus Caesarion and Sedan Laine, who have thanked the government for its unwavering support which has enabled them to achieve great feats in this event. The Canadian daily, La Presse reports that additional organizations have supported a school for boys in Haiti whose founder sexually abused children. La Presse reported the scandal in its online edition. Citing a dispatch from The Associated Press the University, located in Connecticut, and the other defendants, which include the Society of Jesus of New England, were negligent in the hiring and supervision of Douglas Perlitz. The new plaintiffs are asking for $20 million in damages for each victim. The university and other organizations already agreed to a $12 million settlement in July with boys abused by Perlitz while they attended the Project Pierre Toussaint School in Cap-Haitien. The now 42 year old man was sentenced to 20 years in prison. Counsel for the university declined to comment and a spokesman for the Society of Jesus of New England did not immediately respond to interview requests from The Associated Press. These poverty-stricken sexual abuse victims are showing an enormous amount of courage by coming forward, Garabedian, attorney for the alleged victims. Garabedian said he currently investigating another 30 cases of children who have also been attacked by Douglas Perlitz. Perlitz founded the school in 1997 when he was living According to prosecutors, he allegedly assaulted at least 16 boys, giving them money, food, clothing and electronics and threatened to take everything and expel them if they talked. The scandal led to the closure of the institution US Secretary of Education Arne Duncan Small houses given to families in poor neighborhoods education The United States will commit millions of dollars over several years in Haiti in order to strengthen the education system, suggested by the Secretary of Education of the United States following his visit to the country earlier this week. In an interview with VOA Creole service (Voice of America), Secretary Arne Duncan, who visited the country from November 4 th 6 th said he was very impressed by the work done in this area by the Haitian authorities. We will work in several areas with the Ministry of Education in Haiti. USAID will engage millions of dollars over several years to help in Canada The writer Rodney SaintEloi, founder and CEO Publishing Memory inkwell, is currently nominated for the Governor Generals Award of Canada for his poetry collection Jacques Roche, I write this letter. Haitian poet and publisher Rodney Saint Eloi strengthen the capacity of the Ministry to expand and improve education services, said Mr. Duncan. In the framework of cooperation with Haiti, he announced that a team of Haitian technicians will travel to the United States in December to exchange experiences with Americans colleagues. We will do our best to develop a good partnership with Haiti, because his time in Haiti, Duncan visited schools and met with Haitian students. He said he was struck by the determination of students to learn in difficult conditions. There are real challenges in Haiti, where nothing is easy. However, I was struck that children are so motivated by education. I visited a school where most students are street children or orphans. But this does not prevent them from being at school every day. They work very hard and are very brave and very intelligent, noted Duncan. between veterinary and phytosanitary The Minister of Agriculture, Jacques Thomas, announced the preparation of a draft memorandum of agreement on technical cooperation between veterinary and phytosanitary services for monitoring the quality and safety of export agricultural products. The document will govern trade in particular within the framework of the Economic Zone Petrocaribe. The draft agreement is regarding the development of trade relations in accordance with the norms and standards on sanitary controls over the import and export of seafood as well as agricultural products: animal, and vegetable that may become objects of exchange. Haitian side must commit in particular to establish a technical committee to oversee the implementation of health standards and procedures with the possibility that Venezuela will delegate on site one or two of its technical representatives to monitor the health quality of agricultural products for export to Venezuela. For its part, the Venezuelan side must commit to regularly inform the Haitian authorities existing in terms of business opportunities such as demand for products in the Venezuelan market. This will be an important step in the realization of the program of loan repayment of Petrocaribe by selling food. Minister Thomas revealed that Venezuela has provided assistance to 15,000 tons of fertilizer. The Haitian government plans to turn to the Venezuelan market to purchase fertilizer at better prices. Released in February 2013, this poetry collection is a long letter in tribute to poet Jacques Roche who was kidnapped July 10, 2005 in Port-au-Prince, and whose body was found dead July 14, 2005. 2) The Haitian writer Louis -Philippe Dalembert was awarded the Thyde Monnier Prize of the Societe des Gens to Lettres for his novel which was publised two months ago by Mercure de France. One of the strong books of this new literary season, says Emmanuel Kherad of the Francophone Library, Ballad revisits through the love story between Azaka and Mariagrazia the earthquakes in LAquila, Italy, and in Haiti, where the author found himself involved. But between an account of the day to day, and commedia del arte, humor and life forces dominate throughout the novel, as often with Louis -Philippe Dalembert. Louis -Philippe Dalembert will sign his book at the International Book Fair of Haiti, which will take place from December 12 15, at the Delmas City Hall. received house keys The keys of 23 houses built in Fequiere City, as part of a reconstruction project called FOS Lakay promoted by November 8 to 23 families languishing in slums buried in the mud and the abject poverty in Cite Soleil. Indeed, it was in Cit Soleil, which has been dominated in recent days by the terror of armed rival groups, that the ceremony took place near the Wharf. The event brought together thousands of residents the majority of whom were young children. and living on the street asking for peace in their neighborhood that welcomed in an atmosphere of hubbub, foreign and Although surrounded by slums, these were keys to houses of 43 m2 with two bedrooms, indoor plumbing and a kitchen that these 23 families were given through a partnership project of the Christian Action development (ACD / BEP) the St. Luke Foundation and funded by the section Reduction communal violence of MINUSTAH ( RVC ) A project which, according to one of the initiators Pastor Jean Enock Joseph will continue its way into other areas of the city, among other places Soleil 26, Cit Bege, Chabon, Bois-Neuf and Blcou. We ask for peace in Cite Soleil, read a banner erected near the podium where the VIPs were seated, including: Paul Haggis, winner of the Academy Award of Hollywood, president of the organization AJP,

PAGE 11

Page 11 AVIS DIVERS DISPOSITIF DU JUGEMENT ENTRE : La dame Marie Carmelle SAINT JEAN, ayant pour avocat Me. Ren JASMIN, du Barreau de Port-au-Prince demanderesse ET : Le sieur Jean Maurice LISSENE REDON, dfendeur PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde ladite action. Admet en consquence le divorce de la dame Jean Maurice LISSENE REDON ne Marie Carmelle ST JEAN, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt-sept Juin deux mille Treize, en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. susdits. AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. Joseph PIERRE-LOUIS pour copie conforme Collationne Cabinet JASMIN Me. Ren JASMIN, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs dlibration et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la dame Nixon JULES ne Esther SAMEDI, en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre octroy laudience du Vendredi sept (07) Dcembre deux mille douze (2012) contre le sieur Nixon JULES ; Admet le divorce de la demanderesse davec son poux pour injures graves et publiques prvus larticle 217 du Code Civil Hatien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Clerbrun RENDU DE NOUS, Widner THANO, au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, ce Vendredi Vingtdeux (22) Fvrier 2013, en prsence du Substitut du IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement forte lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI, la minute du prsent jugement est signe de nous et de notre Pour expdition conforme Collationne : CABINET AGNANT Me Pierre Josiard AGNANT, Avocat Me Anixandre Bataille AGNANT, Avocat Me Brunache Chry, Avocat. Extrait du jugement rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-auPrince. ENTRE : Madame Wilbert GOUIN ne Mirlande DARTOIS, demanderesse dune part ; ET : M. Wilbert GOUIN dfendeur dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde ; maintient fonde la dite action. Admet en consquence le divorce de la dame Myrlande DARTOIS davec son poux Wilbert GOUIN pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Carlz Edzerd RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique sance tenante du mercredi trois Juillet deux mille Treize, en prsence de Me. Yanick ODNEY Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI ETC AINSI : Jacques Hermon CONSTANT, Juge Pour expdition conforme collationne : Cabinet Perodin Le Tribunal de premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au palais de Justice de cette ville sis au Bicentenaire ancien local de lUSAID, a rendu en audience ordinaire et publique et en matire civile de divorce le jugement suivant : ENTRE 1) JEAN Emmanuel Gourgue, propritaire, demeurant et domicili A25647024700 avec lection de domicile au cabinet du dit avocat sis Port-au-Prince du demandeur dune part ; ET 2) La dame JEUNE Josiane, propritaire, demeurant et domicilie Port-auPrince, dfenderesse dautre part ; le Tribunal, aprs dlibration et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction du sieur JEAN Emmanuel Gourgue en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre octroy laudience du Vendredi trente-un mai deux mille treize contre la dame JEUNE Josiane ; Admet le divorce du demandeur davec son pouse pour injures graves et publiques prvues larticle 217 du Code Civil Hatien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts de lpoux (se) ; registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale, sous peine de dommages intrts envers les tiers ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; Commet lHuissier VILNERET Gabriel de Gertie Leon ALEXIS Juge au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, ce sept Juin deux mille treize, en prsence du Substitut du tous Huissier sur ce requis de mettre le prsent jugement forte lorsquils en seront lgalement requis. En foi de quoi, la minute du prsent jugement est signe de nous et de notre PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde ; Maintient le dclare fonde ladite action ; Admet en consquence le divorce de la dame ne Marie Ange AUGUSTIN davec son poux Willy JEAN pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil du prsent jugement ; Compense les dpens. RENDU DE NOUS Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi huit Mai deux mille Treize, en prsence de Me Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement forte lorsquils en seront lgalement requis. susdits. AINSI SIGN : Jacques Hermon CONSTANT, juge et Homre RAYMOND, Pour expdition conforme Me. Prval PIERRE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde la dite action. Admet en consquence le divorce de la dame Eddy AZOR ne Cia NAPOLON, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; Ordonne dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet lhuissier AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi dix-huit Juillet deux mille Treize, en prsence de Me Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. susdits. AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE : Me. Prval PIERRE, Av. reprsentants du MENFP et des Affaires trangres. En labsence du ministre de lEducation nationale, le Prsident de la Commission hatienne de coopration avec lUnesco, la dlgation hatienne est prside par Mme Vanessa Matignon, seconde par M. Jean Coulanges, secrtaire permanent de la Commission nationale de coopration avec lUnesco Port-au-Prince. Soulignons que Mme Irina Bokova a t rlue comme directrice gnrale de lUNESCO au cours de cette runion ordinaire importante.

PAGE 12

Page 12 LIBRE PENSER lavantage dans un vote comme celui de mardi exigeant non pas la majorit du nombre de snateurs en fonction, ce serait alors 11 (la moiti + 1), mais la majorit du corps. Le snat est de 30 membres. Donc fallait pas y aller ? Peut-tre. Car il est trop facile, quand on na pu obtenir satisfaction, de faire appel, comme lont dj fait certains bien entendu). Lexcution de danses traditionnelles dun groupe intitul S.O.L.E.Y constitu de jeunes femmes assez patantes comme Kacedrine Calixte, Anne Romulus, et Debbie Lucien. On a eu droit aussi la cuisine crole prpare par Guilne Laly du restaurant Le Boucan Corp. qui nous a servi du Gumbo Creole et du Chaka Mais. Laudienceurhumoriste, Jesler Mezidor, a nettement dtenu lambiance avec ses histoires attachantes. Grande parenthse de musique populaire avec le joueur de tambour Rodney Mnard et le guitariste Ernst Registre. Et les artisans de cet aprs-midi ont prsent leurs produits et services au public, qui a dcouvert lexpo dobjets dart et dartisanat de Nancy Alcindor. Max Desdunes, photographe et graphiste, a saisi ses merveilleux moments laide de sa camra tout comme Harrys Latortue de BJ Production. Des plaques dhonneur ont t remises par CarnaFam au professeur mrite Grard Frre ; Kiki Wainwright, pionnier de la langue crole en Floride. Mr. Jean Pierre Turgot, prsident de la Chambre de Commerce a compliment Mme Laly pour son gumbo et lui a remis sa plaque Il a aussi remis une plaque Bito David pour son intense et noble travail dans la communaut hatienne de Floride. La ville de Lauderhille a aussi prsent des plaques dhonneurs Jesler Mezidor. Carnafam a salu le travail de Rose Corliolan de WSRF 1580 AM en lui offrant une plaque dhonneur. Cette organisation de femmes base en Floride a aussi rendu hommage Lesly Jacques de WHSR 980 AM en lui dcernant une plaque dhonneur qui a t intercepte par quelquun dautre en raison de son absence. Une attention a t accorde au libraire et militant de la diaspora hatienne, Jan Mapou, absent de lvnement en raison des obsques de son frre, le musicen, Jean Michel Daudier, et aussi votre serviteur prsent cette rencontre, D. Batraville, pote crolophone ds lge de 15 ans. Nathalie ma ensuite emmen mon htel pour des songes ininterrompus. Le lendemain, nous sommes le 27, me voici en route Nous sommes rests ensemble dans cet endroit merveilleux jusquau vol sans faute vers Hati, bord de Hati-Aviation. Les coordonnes de CarnaFam Inc sont les suivantes : www.carnafam.com ou au tlphone (954)638-8321 ou (954) 663-6713 et de mettre nu nombre de leurs faiblesses, voire leurs tromperies. Leur culpabilit. Incroyable mais vrai Absolument ironique. Comme quoi, lopposition snatoriale sest rvle impuissante quand bien mme elle avait pu maintenir tout le pays en suspens, trois ministres qui nont pas vraiment fait le poids sous le feu roulant des questions des snateurs interpellateurs dont certains leur Constitution ? Aussi, passons la deuxime hypothse : une survaluation de leurs forces ? Dans cette preuve de forces avec le pouvoir excutif qui dure dj depuis de nombreux mois, les snateurs non cess ces derniers temps de marquer des points. Mais linterpellation du mardi 5 novembre a montr les limites dune politique btie uniquement sur lpreuve de forces pour faire place llment constitutionnel proprement dit, or la Constitution est le vrai garant du fonctionnement dmocratique. Ce qui indique que la politique en dmocratie ne se fait pas seulement coups de manuvres (comme Pour la bonne raison que le rle des institutions, et en premier lieu, les trois principales qui sont les trois pouvoirs (excutif, lgislatif et judiciaire) cest de faire en sorte que les problmes politiques naient point se rgler tout le temps et ternellement sur le pav, mais au sein dassembles proprement lues, conscientes de leur mission et la hauteur de leurs prrogatives. Sinon quel est lintrt de celles-ci ? Quel est lintrt du pouvoir (excutif) sil nassure que son propre intrt. Et quel est celui des lgislateurs sils ne peuvent dfendre leurs mandants mais pour constamment demander ceux-ci de redescendre matin et soir dans la rue. Pas tonnant que nous soyons un pays de 80% de chmeurs avaient apparemment bien prpar leur dossier. Alors que sest-il pass ? Une connaissance imparfaite de la mcanique parlementaire constitutionnelle ? Une trahison de dernire minute ? Une survaluation de ses forces ? Une trop grande place lmotion sur la rationalit politique ? Ou peut-tre un peu de tout a. En effet cest la Constitution qui a tranch. Vous avez sans doute appris depuis, avec surprise, que mme si les snateurs ne sont plus quau nombre de 20, puisque 10 sont renouvels aux lections, le vote de censure a ceci de tout fait particulier quil se passe comme sils taient toujours au nombre de 30 lus que totalise le grand corps. Plus quune majorit, il sagit dune super-majorit. Sortant tout fait de lordinaire. Mme un peu irrel. Mais voil, cest ainsi que le veut la Constitution. On en arrive donc cette sorte de moquerie o 14 ou 4 sy opposent pour que le vote des 14 soit nul. Qui pis est, puisque le vote est lexpression de toute lassemble, donc les Vous me direz, les snateurs connaissent-ils si mal Pourquoi doit-on se battre, comme nous le faisons aujourdhui, pour que les parlementaires parviennent jusquau bout de leur mandat (6 ans) si ceux-ci sont si presss de dclarer leur impuissance et de faire appel au peuple ? lternel recommencement). La leon tirer de linterpellation de mardi est que linstabilit est plus profonde, le blocage bien plus grave quon ne le croit. Mais systmique. No. 1 : la Constitution ne veut pas une politique base uniquement sur lpreuve de force, de quelque ct que ce soit. Si elle stipule (face un pouvoir excutif ayant des tentations totalitaires) que le mandat des lus est de 6 ans, par contre ces derniers de leur ct ont pour devoir de tout faire pour que le renouvellement des lus se fasse sur une base rgulire. Si le snat tait de 30 membres comme il se doit, la mauvaise surprise de mardi naurait pas eu lieu. No.2 : le seul perdant reste le pays rel. Le gouvernement chappe un vote de censure. Mais les snateurs vont reprendre de plus belle leur guerre dusure contre le pouvoir excutif. Comme si les deux camps navaient rien perdu, pas plus lun que lautre. Les lections demeurent toujours linconnue totale. Tandis que les uns comme les autres continuent de fourbir leurs armes. A la vrit, le vote de mardi ne fait quobscurcir encore plus lavenir. Car tout le monde ne vit pas que de la politique, voyez vous Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince en considration, nous sommes condamns recommencer chaque fois zro. Comme en 1994, comme en 2006 Et comme semblent le souhaiter aujourdhui certains des snateurs mcontents de la faon dont sest termine linterpellation de mardi. A les entendre (et 3 e ou 4 e hypothse) il y a eu trahison. On parle de rencontre lhtel X. Des enveloppes lordre de certaines organisations prives etc. Tout cela est dans lordre des choses possibles. Car il naurait fallu que de deux votes pour que le renvoi des ministres soit approuv puisque dans deux des trois cas mardi, le vote obtenu est de 14 pour le renvoi, 3 contre et 1 abstention et de 14 pour le renvoi, 4 contre et 0 abstention. Ils sont 19 snateurs aujourdhui voter puisque le prsident du snat doit garder sa neutralit. Il fallait 16 votes pour avoir la majorit ncessaire. Or lExcutif peut compter sur au moins 8 des snateurs en fonction. Contre 12 qui appartiennent lopposition. On peut donc presque dire que cest lExcutif qui a on dit) sur le terrain mais implique aussi des calculs moins motionnels, moins terre terre. A dfaut de prendre aussi ces derniers Les 3 ministres interpells Jean Renel Sanon (justice), Pierre Richard Casimir (affaires trangres) et David Bazile, Intrieur et collectivits rurales Le Snat malgr un vote massif (14 snateurs sur 19) na pu runir la majorit ncessaire pour le vote de censure (photos Georges Dup/HENM)

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL DEVELOPPEMENT ? Comme annonc la semaine dernire (voir HEM Vol. 27 # 42 du 0612/11/2013), nous voulons voir ce que trois des confrenciers, PROMODEV, le 10 juillet, sur le thme Valorisation des produits locaux, une alternative pour la scurit alimentaire en Hati avaient dire sur les autres facteurs de production, le capital et le march. Les trois confrenciers en question taient Yanick Damour, charge de mission au Ministre du Plan et professeur la Facult de Droit et de Sciences Economiques, Arthur J. Bonicet, spcialise en technologie Post-rcolte de fruits tropicaux et Jean Andr Victor, dont jai dj dit quil se passait de prsentation. En ce qui concerne le facteur capital, cest Jean Andr Victor qui attire lattention sur deux problmes, lun concernant Le crdit agricole institutionnalis a disparu lautre touchant lapprovisionnement en intrants : Les intrants agricoles ne sont jamais disponibles sur place en raison de la gestion calamiteuse des stocks offerts gracieusement par la communaut internationale et/ou mis en vente dans les boutiques dintrants gres de faon non durable Pour le facteur march, un grand nombre de faiblesses sont signales. Ainsi Jean Andr Victor : il nest pas souhaitable de vouloir valoriser le transport bras dhomme, dos dne ou en vrac dans des vhicules inappropris sur des modernisation sur du sable mouvant. Lindigence des moyens de transport et autres faiblesses observes dans les modes dempaquetage et dtiquetage de nos produits ne font-ils pas A propos des faiblesses dans le conditionnement des produits allant vers le march, Yanick Damour dit quil faut Apprendre aux paysans comment stocker et conserver leurs productions et Arthur Bonvet quil faut Amliorer les systmes de manipulation post-rcoltes pour en rduire les pertes Il y a quelques mois jai parl de la construction dun centre de conditionnement des denres (voir Centre HEM Vol. 27 # 24 du 03-09/07/2013) et je me souviens davoir dit quil allait falloir suivre de prs cette premire exprience car elle doit absolument russir pour pouvoir tre reproduite sur lensemble du territoire. Nos deux confrenciers ont parl galement des conditions de transport : Renforcer les infrastructures rurales pour une bonne distribution des denres (Bonivet), Dsenclaver les zones de production (Yanick Damour). Mais, si on veut, ce sont des choses que nous savions dj ; par contre, il a t fait mention dun facteur auquel je navais encore jamais accor limportance quil mrite : Le systme traditionnel des poids et mesures, actuellement en usage, est contreproductif dit Jean Andr Victor et Yanick Damour renchrit en parlant de la ncessaire Uniformisation travers le pays des units de mesure des denres agricoles cela ma fait penser une information que ma donne Jean Maurice Buteau et qui ma renvers ; je vous la communique, histoire de vous tonner vous aussi. Saviez-vous que ce nest que sous le gouvernement de Jean Claude Duvalier que Hati Et nous arrivons au point central de toute cette les produits locaux, cest en tout premier lieu les valoriser aux yeux du consommateur. Damour et Bonivet en parlent dune me foudroyer du regard. Oyez plutt : Il faut Changer les habitudes alimentaires bases sur le modle occidental nous dit Bonivet, et Yanick propose de Vulgariser par la radio, la tlvision, la qualit nutritive et conomique des denres agricoles linstar de manman doudou Le propos de Victor est plus complexe, la mesure du thme lui-mme. Le changement des habitudes alimentaires sest fait progressivement sous le poids de divers facteurs : Aux USA et au Canada, coutez MELODIE FM 103.3 sur votre cellulaire : lacculturation, lurbanisation, la pression dmographique et la dgradation de lenvironnement Lacculturation est due en grande partie la richesse des pays dvelopps qui utilisent, entre autres, laide humanitaire et du food for work Lurbanisation, en tant que phnomne universel, a besoin de fast food pour rattraper le temps perdu dans encombres. La pression dmographique agit, la fois, comme cause et effet. Primo, elle agit travers lmigration qui alimente le peuplement des villes et la pression sur des aliments plus faciles importer qu faire pousser sur place. Secundo, elle fait augmenter, en labsence de croissance conomique proportionnelle, la demande daliments imports, car les pauvres sont contraints de consommer (au Quant elle, la dgradation du milieu ambiant rduit le potentiel de production par la dtrioration des ressources en sols et en eaux, dsquilibre les cosystmes et fait baisser leur rsilience, multiplie les risques dpidmies, dpizooties et de maladies associes lenvironnement sans oublier le fait quelle a la possibilit de tuer dans luf toute tentative dlibre de dveloppement durable a va ? vous avez encaiss le pav ? vous comprenez donc que linitiative de Mt Fy Vt si louable quelle soit, est loin de pouvoir apporter un vrai changement, comme du reste toutes ces foires, organises par le Ministre de lAgriculture ou dautres institutions. Certes, il faut les encourager, mais elles doivent tre inscrites dans une politique globale, qui tient compte des autres facteurs et qui ne peut tre le seul fait des dcideurs politiques. Alors ? il ne nous reste plus qu nous mettre louvrage. Bernard Ethart rendre prjudiciable aux deux Etats. Le danger frappe dj la porte de ces hatiens lgaux ou clandestins Dans cette atmosphre troublante, on croit dceler les mmes prmices qui ont engendr le massacre de 1937. Effroyable v nement qui a occasionn, selon certains historiens, la mort denviron vingt mille hommes, femmes et enfants, Dominicains de pure souche et migrs Hatiens dmoniaque du dictateur dominicain Rafael Leonidas Trujillo Molina et de ses sbires. Quand on sait que cette dcision de la Cour constitutionnelle sinspire de la pense rtrograde de cette mme classe de ractionnaires et de racistes, on peut craindre le pire. Car, comme au temps de la tuerie, dite du perejil ces ressentiments xnophobes semblent refaire surface et une nouvelle puration raciale nest pas carter, mme si on pense que, de nos jours, certaines monstruosits de ce genre ne seront plus admises. Quen sait-on ? Aprs tout, le gnocide du Rwanda nest pas si loin. La morale condamne cette forme dexploitation honte de lhomme par lhomme, et Claude Julien dans son livre : Sucre amer a bien fait ressortir cette ignominie et limpact social quelle cause: dracinement et conditions de travail dfavorables, voire humiliantes. Rien nest nouveau Prsident Joaqun Balaguer et le PLD de lex. Prsident Juan Bosch, deux ennemis politiques qui sopposrent durant plus dune trentaine dannes. Cette entente favorisa laccs au pouvoir du candidat du PLD, Leonel Fernndez. Tenant compte de larrt de la Cour constitutionnelle, on est en droit de se poser cette question : En cette pnible situation, quen serait-il du destin du Dr. Jos Francisco Pea Gmez sil tait encore de ce monde ? Linfamie dont on voudrait le couvrir serait, nen point douter, la mesure de lindignation quil ressentirait de se voir dchu de la nationalit dun pays quil a tant aim et auquel il a tant donn. Et le prestige dont jouit dhonorable, sen trouverait tout jamais bafou. De ces considrations, on peut dduire que la prsence hatienne en Rpublique Dominicaine, quelle qupoque que c e soit, na jamais t tolre. Sauf pour des raisons de stratgie conomique. Do le motif de cette mesure aberrante qui dissimule mal lhypocrisie quelle revt, tout en laissant transpirer, comme le pensent la plupart des observateurs, son Cependant, mme si elle suscite de nombreuses protestations, et est dnonce ici comme ailleurs, le contentieux quelle soulve demeure un problme interne, relevant de la souverainet dun Etat indpendant. Emanant de la plus haute instance juridique du pays, elle demeure sans recours. Vue sous cet angle, elle droute par la logique qui la supporte et tonne par le manque de lucidit qui la motive, tenant compte des graves consquences qui pourraient en dcouler. Car de nos jours, les relations internationales entre Etats et, de plus, les ralits socio-conomiques qui touchent les deux peuples, depuis prs de deux cents ans de cohabitation, ne peuvent saccommoder de pareille drive, nonobstant les rapports Dans ce nouveau dilemme, mme si la Rpublique dHat i aux principales victimes, elle ne saurait rester indiffrente au constat de cette grave violation des droits de lhomme, en regard des conventions quelle a signes et des luttes davantgarde quelle a menes pour le respect de la dignit humaine. Toutefois, sans faire damalgame, et compte tenu des ralits de terrain lies aux implications de cette dcision, il est important dobserver quun problme connexe, tout aussi crucial que le premier, vient se greffer sur le litige en dbat. Il sagit des conditions de vie dplorables dune importante communaut dhatiens voluant dans divers domaines en Rpublique dominicaine. Ce qui risque de compliquer la situation et de la en intelligente complicit. De cette catacombe de douleur, on peut esprer, encore, voir surgir une clart de lumire. Comme celle qua fait natre un jeune migr hatien qui est devenu, en quelques mois, lune des plus grandes vedettes du show-business en Rpublique dominicaine. Roman Dorlan, alias Rumai, vendeur de douces tabli en Rpublique dominicaine depuis quelques annes, fait un vritable tabac dans le milieu artistique. Un petit jingle intitul : Palito de coco compos sur un rythme de rabday pour prsenter son produit travers les rues de la ville o il vit, est devenu un hit succs, au point que plusieurs groupes musicaux dominicains et latinoamricains se le sont appropris et le jouent sans relche la radio et sur toutes les scnes des principales chaines de TV locales et trangres. A ce rythme, Rumai risque de sortir de son tat de vendeur de douces pour devenir un riche entrepreneur. A condition quil soit support par les aide et protection, lui permettant de jouir pleinement de son uvre. Tous nos vux laccompagnent. Plerin, octobre 2013. Robert Paretparetrobert@yahoo.fr sous le ciel dominicain. Comme toujours, dans cette galre, lexploitation se fait sur une base discriminatoire et raciste tendant prsenter llment hatien comme une bte de somme, uniquement bon pour ce genre de corve. Pour cette raison, nulle complaisante casuistique ne saurait ddouaner lEtat hatien de ses responsabilits envers les citoyens hatiens qui vivotent dans les champs de cannes des sucreries de la Romana Higuey et autres lieux, ou qui se trouvent accabler dans dautres activits, dans des conditions infrahumaines. Do lobligation dy remdier, en crant des opportunits de travail sur le territoire national. Le dshonneur et la honte qui sattachent cette dchance ne sont donc pas mettre, seulement, au compte des exploitants sembarrassent daucunes considrations thiques ou humanitaires. En consquence, Il importe que les rapports ataviques, qui perdurent depuis dj prs de deux cents ans et qui tendent devenir chroniques, se rangent dans les oubliettes de lhistoire, pour que cessent les hostilits entre les citoyens des deux bords

PAGE 14

Page 14 LES JEUX HORIZONTAL 1. Ville des Philippines ravage par le typhon Haiyan 2. Perte soudaine de la vue 3. Cristallerie mondialement clbre 4. Form dlments lis Disque servant a stocker des donnes 5. Bless 6. Touch Pleurs 7. Massacrer 8. Plante herbace Bannissement. VERTICAL 1. Volcan du Salvador 2. Octroi de la vie sauve un ennemi Rempard 3. Anciens chefs amrindiens 4. Aptre 5. Rponse dune divinit 6. Couleur rouge tirant sur le violet 7. Unit de sensibilit des mulsions photographiques Appris 8. Propre Bannissement. TACLOBAN AMAUROSE BACCARAT UNI#CD## R#Q#LESE EMU#EAUX TUER#U#I ERS#EXIL Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeELEGANT I P R E E C A Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de CANARI VENAUX en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sJapon Finlande Pays Bas Australie Suede Norvege Estonie Belgique Tchequie Slovaquie Canada Coree du Sud Angleterre Danemark Allemagne Etats Unis Autriche Chypre Pologne IrelandeGRATIS GRATIN GRADIN GREDIN GRELIN GRELON GRELOTCANARI VENAUX Q J A P O N W E R P Y H C Z E D O E D E U S O D P Q B I A U F D J I S L A A A E U N S S L N L D O N Y R L Q A G F U O A A G E S I G E C G S V D F L N M B N I H I T A S I E L E A A O Q C A Q G N T F E N R S R U T U T L E B T M R K I V E I L A R T S U A W O P E E O N R X I A Q G Q U C G G D E K I H E I N O T S E E A U T R I C H E E E K I MINUSTAH et les reprsentants de la communaut internationale en Hati pour une reprise du dialogue entre les pouvoirs excutif et lgislatif. Ils sinterrogent sur les rsultats dun tel dialogue compte-tenu de lattitude irrvrencieuse du chef de ltat vis--vis de ses opposants. Les responsables du MOPOD, dun autre cot, protestent contre lattaque arme conduite le jeudi 7 novembre par des proches du pouvoir lendroit dune manifestation anti-gouvernementale, attaque qui a fait au moins deux blesss par balles. La raction du palais national est : si le dialogue dpendait de lexcutif, les solutions aux problmes auxquels le pays est en proie seraient dj trouves. Dclaration de Lucien Jura, porte-parole de la Prsidence qui dit toutefois comprendre les proccupations de la communaut internationale. prvu pour les 2, 3 et 4 mars 2014, sera organis dans le cit de lindpendance, une nouvelle qui fait la joie des Gonaviens rsidant aux Etats-Unis, a constat Hati Press Network. Aprs les Cayes en 2012 et la ville du Cap-Haitien en 2013, cest la troisime ville du pays, peuple de 324. 043 habitants (recensement de 2009) qui accueillera les festivits carnavalesques de lanne 2014. Un projet de rnovation de la ville a t soumis en mai dernier au gouvernement hatien. Les Gonaves, chef-lieu du dpartement de lArtibonite et de larrondissement des Gonaves, attend daccueillir plusieurs milliers de personnes pour fter, se relaxer et dcouvrir les crations artistiques, dans le cadre de la troisime session dun carnaval dcentralis en 2014. Lors dune tourne du prsident de la rpublique dans lArtibonite, M. Martelly a expliqu que lobjectif du carnaval travers dautres grandes villes du pays est de vendre une autre image dHati aux trangers et de faire connaitre la culture de la rgion. Gonaves doit tre belle, propre pour accueillir les festivaliers a martel le chef de ltat. Cette dmarche qui sinscrit dans la perspective, selon le gouvernement, dune dcentralisation du carnaval national qui avait lhabitude de se raliser uniquement dans la capitale hatienne rjouit nos compatriotes ltranger, notamment ceux qui sont originaire de cette ville historique. Une dlgation de lorganisation New England Human Rights tait en visite au parlement ce vendredi. Au cours dune sance de travail avec les visiteurs, le prsident du snat, Dieuseul Simon Desras, a dress un sombre tableau de la situation des droits de lhomme dans le pays, indiquant que les acquis dmocratiques sont trs menacs. Le dput Jules Lionel Anlus et le snateur Jean Baptiste Bien-Aim qui ont pris part cette runion de travail, ont dnonc des violations systmatiques de droits humains et la violation par lexcutif des lois rpublicaines. Cest le journal canadien La Presse, dans son dition en ligne, qui dnonce le scandale. La Presse informe que des plaintes ont t dposes jeudi contre une universit et des organisations amricaines ayant soutenu une cole pour garons en Hati dont le fondateur aurait agress sexuellement des enfants. Citant une dpche de Associated Press, le journal rapporte que, selon la poursuite, Jsus de la Nouvelle-Angleterre, ont fait preuve de ngligence dans lembauche et la supervision du travail de Douglas Perlitz. Les plaignants rclament 20 millions de dollars en dommages-intrts pour chaque victime. Luniversit et les autres organisations concernes ont conclu une entente pour verser 12 millions de dollars en juillet en faveur des garons agresss par Perlitz alors quils frquentaient lcole du Projet Pierre Toussaint, au Cap-Hatien. Lhomme g de 42 ans, a t condamn 20 ans de prison. Lavocat de luniversit a refus de commenter linformation et une porte-parole de la Compagnie de Jsus de la Nouvelle-Angleterre na pas immdiatement rpondu aux demandes dentrevue de Associated Press. au Connecticut. Daprs les procureurs, il aurait agress au moins 16 garons, leur donnant de largent, de la nourriture, des vtements et des appareils lectroniques et les menaant de tout reprendre et de les expulser sils parlaient. Le scandale a entran la fermeture de une Dominicaine Parmi eux, il y avait des jeunes en plein cursus scolaire et professionnel. Depuis, les protestations des organisations humanitaires, des ONG, des lves et des tudiants partout dans le monde ne cessent de se soulever. En vain, puisque le 23 septembre 2013, le fameux tribunal constitutionnel a statu sur le cas de Juliana Dequis Pierre, Dominicaine dorigine hatienne, qui la Junta Central Electoral avait refus un acte dtat civil. La Cour a dcid quelle nest plus Dominicaine bien quelle soit ne le 1 er avril 1984 sur le sol dominicain. Pour Lockward, il sagit purement et simplement dune violation de la loi dominicaine. La constitution dominicaine de 2005 reconnat le jus soli. Mais il se trouve quil y a une exception en ce qui concerne les Hatiens. Cest inacceptable sindigne-t-elle. La constitution dominicaine stipule que quiconque est n dun parent dominicain a automatiquement la nationalit dominicaine. Mais cette clause ne sapplique pas quand il sagit dun enfant n dun parent hatien ajoute-t-elle, courrouce. Cest ainsi au moins 200.000 Dominicains dascendance hatienne qui, comme Juliana, tombent sous le coup de lexclusion, les plaant demble en situation dapatridie. La dcision concerne aussi les Indiens de lOuest (cocolos) dont les parents taient arrivs en Rpublique Dominicaine dans les annes 1920 et 1930 pour travailler en grande partie dans lindustrie sucrire. Pour parvenir cette dcision, on a procd un contrle de tous les actes de naissance irrgulirement inscrits et trouver un rglement pour rsoudre ces cas. Alanna Lockward estime que cette dcision est carrment anti-constitutionnelle. Le principe le plus important de ltat de droit est la non-rtroactivit mais le tribunal la ignor, constate-t-elle. Ce sont aussi les droits de la Rpublique Dominicaine qui sont viols avec cette mesure estime-t-elle. Ce qui la choque, de surcrot, dans de la nationalit dominicaine. Pour la premire fois, en 169 ans, la Rpublique dominicaine et linguistiques, ce qui va lencontre des valeurs qui ont construit cette nation. Pour lUNESCO, la race est une construction idologique. Elle nexiste pas fulmine la Dominicaine. Haitiens en transit Alanna Lockward voit aussi dans cette drive actuelle les consquences dalliances stratgiques et politiques. Elle fait notamment allusion au discours xnophobe, particulirement anti-hatien, de lextrmedroite dominicaine. Il est trs important, selon elle, que les opinions publiques saisissent la connexion entre cette dcision inique et les politiques (2). Pour Lockward, il ne fait pas de doute : on est en face dun nationalisme dominicain violent et virulent Cest la raison pour laquelle elle se voit maintenant comme une Dominicaine en transit parodiant le terme utilis pour ces personnes nes sur le sol dominicain, dchues de leur nationalit et qui continuent dtre considres comme des Haitiens en transit La position radicale dAlanna montre que sa patrie, ce sont les droits de lhomme. Chaque fois quelle constate le racisme, la discrimination, lexclusion dun groupe, elle soulve ltendard de la rvolte. Berlin o elle vit depuis treize ans, elle sengage pour la dfense des droits des minorits en Allemagne. Et quand il sagit dun pays dont elle admire lhistoire (hormis la priode de loccupation de la Rpublique dominicaine par Hati), une socit dont elle apprcie la culture, un coin de terre o elle compte beaucoup damis, alors l elle se sent davantage concerne. Est-ce que les Dominicains reviendront sur leur dcision ? Elle ny croit pas trop mais elle ne lchera pas prise. Ses amis et elle continueront leur bataille. Par ailleurs la pression internationale sera de toute faon trop forte sur le pouvoir dominicain. Dj, les instances internationales, dont lOEA, ont dailleurs commenc augmenter la pression. Or, la Rpublique dominicaine veut renforcer les liens avec la grande communaut carabe, surtout du point de vue conomique. Cette dcision ne devrait pas jouer en sa faveur, conclut Alanna Lockward. Huguette Hrard 1) Alanna Lockward est critique dart et a travaill au Listen Diario. 2) Prochain article sur ce thme

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Kominote ayisyen kap viv nan Miyami-an chaje ak talan. Jens-la kw nan edikasyon; yo kw nan pfeksyon. Nan pwen mon kap bay yo Nana pou Sizn. Nan domn mizik, majorite mizisyen ayisyen yo, kit se chant osnon enstrimantis; l ou poze yo kesyon ske ou te pase lekl pou ou aprann e konprann don Bondye ba ou-a, repons lan se non. Non paske yo pa tgen mwayen pou yal lekl osnon pa t gen lekl mizik nan zn kote yo elve-a Oubyen yo di-w egzsis la. Nou pa renmen nonplis konklizyon rabache yo te prezante a ki, dapr nou, te on ti jan kokobe. Pou ki rezon? Anpil akt enfliyan pa te jwenn envitasyon pou patisipe nan diskisyon yo. Absans psonalite ak enstitisyon ekriti kreyl la ki f rezilta yo sti miwomiba, avk anpil fskote. Se te yon ti ponyen save ki te prezan paske lengwis dokt DeGraff te resevwa ld nan Tches attendues de M. Michel DeGraff Jouer le rle de facilitateur dans la mise en uvre des activits de latelier en permettant dorienter les discussions vesr de dcisions CONCRTES ET PERTINENTES en vitant des querelles dcole. Ositou, olye dokt an lengwistik la te envite divs psonalite ak enstitisyon sa yo, li te pito t e evite yo pou egzante chk ant divs lekl lengwistik ki sou teren an. Pawl ki di : du choc des ides jaillit la lumire, pawl sa yo sanble pa pou nou! Adje wi Dan Responsab atelye a pran estanda ekriti kreyl la plan sosyolengwistik la. Se yon er nan metd la ki lakoz kesyon tematik # 8 la ki sou varyasyon rejyonal yo pa jwenn okenn bon repons toutbon vre. Sa lakoz tou pa gen okenn chwazi yon varyete kreyl pami tout kalite varyete kreyl yo ( diatopiques, diastratiques, diachroniques, diaphasiques ni menm diamesiques ) ki sou teritwa Ayiti a, epi ki pou ta svi km estanda nan tks pou lekl fondamantal yo. Nan tematik (ble), an frans ( bleu ) ki se yon koul ak (ble) ki se yon kalite sereyal (cf. Valdman). Pa gen okenn pale serye sou plas leksik ak gram lt varyete kreyl rejyonal oubyen sosyal yo nan materyl lekl yo. L nou sonje se 2 grenn jou atelye a te dire, nou kab nan tks pou elv lekl fondamantal yo. Reyalize atelye sa a viteprese, rapidopresto nan kontks sibvansyon pwogram etranje a, sa f nou resevwa yon travay machkt ak yon rezilta rabache. Pa gen tan pou revizyon envant fonolojik lang estanda a ki dwe korije epi entegre siy fonolojik demivwayl lt ak desizyon parap ak fonm awondi yo ki prezan nan kreyl klasik la, nan kreyl mwayen an ak nan kreyl baz la kay mon ki pale kreyl slman. (Cf. Cadely 1994, Valdman 2004, 2005 cf. Vers la standardisation du crole hatien ). Pa te gen tan pou mon ki te la yo konsidere ptinans siy aksan fs la. Kesyon nimewo 1 an ak nimewo 2 a poze kesyon apostwf la ki se yon siy dyakritik. Premye agiman gid atelye a te devlope a, selon prensip pa gen senbl tograf yo ki pa lt (eksepte n) epi ki pa reprezante okenn fonm. Dezym agiman li a di rgleman 1980 an ta va kreye twoub nan tt timon [elv] yo Alske, sanble menm timon elv fondamantal sa yo pa gen okenn pwoblm avk apostwf frans a. Se yon agiman ki demontre yon mank konfyans nan entelijans elv yo. Pou nou, apostwf, aksan grav avk aksan fs se siy dyakritik ki pa reprezante okenn fonm espesyal, oubyen okenn fonm detmine nan lang kreyl la. Nan ekriti kreyl la, gen siy ki gen fonksyon fonolojik tankou (a, e, i, o, u ), gen siy ki gen fonksyon dyakritik tankou apostwf, aksan grav avk aksan fs. Nan abde kategori siy diskite epi detmine pozisyon oubyen bay direksyon siy aksan fs la, pou nou pa konfonn li avk siy aksan grav ki svi pou son () ak (). Si konsiderasyon sa a te ft, pwofes J.R. Cadely tap tou jwenn bon jan repons pou kesyon li te poze a ki konsne tograf 2 mo : ( jonc ) nan maj jon parap ak ( jaune ) nan rad jn. Epitou, diksyon yo tap part avk mwens kontradiksyon. Men, pa te gen tan! Desizyon yo pran la pou la, nan sans oryantasyon lengwis DeGraff, san gwo konsansis nan mitan ti ponyen lengwis ak patisipan save ki te la yo. Epi pawl yo te konsne slman sten estanda sa vle di pa anpil. Ositou, rezilta atelye yo te prezante a gen yon aplikasyon ( une porte ) ki vrman tr limite. Se pou tout rezon sa yo ki f nou ta vle pran yon estanda ekriti kreyl ayisyen an nan lekl yo. Objektif nou se ta abouti ak pwopozisyon pou yon tograf estanda ki baze sou ekriti kreyl la (nan tks pou lekl Ayiti yo). Pandan kat aktivite prensipal, lengwis tankou Valdman (1978) prevwa nan amenajman lang kreyl la, asp lengwistik la ak asp sosyolengwistik la mache ansanm, san yonn pa kite lt dy. Day, se remak sa a ki motive bouskad lengwis la pou li f rechch epi ekri sou asp sosyolengwistik nan kreyl frans yo, an patikilye nan kreyl ayisyen an. Nan ka Ayiti a, an 1989, li ekri Aspects sociolinguistiques de llaboration dune norme crite pour le crole hatien ki part nan Les croles franais entre loral et lcrit sou direksyon Ralph Ludwig. Premye aktivite enptan ki pral gen konsekans sou tout lt yo se seleksyone oubyen chwazi yon varyete pou etabli li km estanda ( choix du code linguistique ). Deside ki varyete pa ka koupe ki gen rap ak konsiderasyon sosyolengwistik. Konsa, deklare se varyete lang ki plis pale a, sa pa bay pys presizyon sou varyete estanda yo chwazi a. Di se varyete ki pi pwch anviwnman elv la, ki konpltman diferan, swa paske li lavil osnon an pwovens, swa paske li nan N, osnon nann Sid osnon nan Lws, se senpman yon fason, yon politik pou pysmon pa pran okenn desizyon konsekan???. Pouday, nou pa gen mwayen ekonomik ni avantay sosyopedagojik pou nou ta f liv diferan ak langay diferan pou chak gwoup elv sa yo. Tout bouskad konnen, onivo dyatopik, se ak kreyl lws la, (kreyl kapital la, kreyl Ptoprens lan, ki gen plis prestij pase lt varyete rejyonal yo) yo svi nan (prske) tout dokiman ekri yo, nan tout scripta kreyl la. Nan nivo diastratique sou plan fonoloji ak sentaks, se ak modl kreyl mas pp la (peyizan, analfabt, monoleng) yo part. Tandiske sou plan leksik, yo plis itilize varyete sosyal prestigieux gwoup klas mwayn nan (ki pase lekl, ki pale 2 lang pou pi piti). Pakont, nap f remake tou, nan kreyl Lws la, sou plan sentaks, ki se koln vtebral tout lang, pa gen gwo diferans ant kreyl klas mwayn nan ak kreyl mas pp la. Sou plan fonoloji, kreyl klas mwayn nan gen kk fonm anplis. Sou plan leksik, kreyl gwoup klas mwayn nan gen plis prestij pase kreyl mas pp la ki manke prestij. Si nou ta pran diskou nou genyen sou pwp lang kreyl la pou temwen, diskou pilinguistique yo, nou ka konstate varyete popil oubyen bazilektal la manke prestij sou divs pwen. L nou konsidere 5 asp ( critres ) Fishman (1971) bay pou yon lang estanda, avk fs egal pou omwen 3 asp ( historicit, autonomie, instrumentalisation ), nou twouve kreyl gwoup klas mwayn nan gen plis prestij ak vitalite (leksikal) pase kreyl mas la. Sou baz agiman sa a, nou panse nou ta dwe chwazi varyete kreyl entmedy klas mwayn nan ( msolectal ) km estanda klasik pou ekri nan liv lekl fondamantal yo. Ositou, avk chwa kreyl Lws la, nou pwopoze yon lizay estanda kreyl entmedy ( msolectal ) ki pou ta ft avk yon tolerans lengwistik pou varyete rejyonal yo, yon tolerans pou pratik oral la kontrman ak pratik ekri a. Yon tolerans ak vyewo tankou ekriven ki ap ekri zv liter. Apati chwa nou f a, nou ta dwe konnye la a detmine ki nivo lang epi etabli estanda ekriti a nan tks yo pou lekl fondamantal Ayiti a : Sou plan fonoloji, nou dwe f envant diskite sou reprezantasyon vwayl : (u, eu, e, un). Valdman ak Dejean bay reprezantasyon pou vwayl sa yo. Dokt Dejean (1980) pa rekont yon ( statut ) fonolojik pou yo. Pakont, menm jan ak Valdman ki te f yon rechch sou yo, fonolg Cadely limenm, apati rechch ak esperyans lengwistik pa li km kreyolofn, jwenn plizy ka kote vwayl ary won sa yo egziste nan langay fanmi li ak zanmi li ki pale kreyl slman (cf. Cadely 1994, p. 43, 44). B kote pa nou, nou tande vwayl sa yo nan mwa septanm 2013 la, nan bouch yon jenn ti demwazl 23 zan, ki ft Ptoprens, ki pa te janm pase lekl paske li te domestik, epi ki gen anviwon 6 mwa depi li Monreyal. Egzanp : Jud ( Jude ), Jul ( Jules ), Jil ( Gilles ). Li di (jn) an frans ( jaune ), li di ( bleu ), men li pa di ( deu ), li di (de). ske nou f menm remak sa yo tou? Ki reprezantasyon nou ta ka ba yo ?) Sou plan reprezantasyon fonm kreyl yo ( ), parap ak sistm tograf kreyl la, nou dwe ajoute, korije siy yo nan sistm tograf la, dapr fonoloji kreyl estanda a ki ta modl kreyl mezolektak Lws la Nan lide dapr pawl Bentolia ak komite li a 1 ak remak Dejean 2 nou pwopoze tou km koreksyon, pou siy (u) part nan alfab ======================= se youn bagay natirl. Mwen ft ak li. Mizik la osnon talan mizikal la nan san-mSi se vre pou yon, li pa vre pou tout paske nan lavi-a fk ou aprann TOUT bagay. Menmjan ou pa te gen rad sou ou l ou te ft, nan pwen mon ki ft ak okenn kalite espesyal ki devlope san fanmi-l osnon limenm menm pa ede-l devlope. Se sa kf nan domn mizikal ayisyen-an apa kk bl mvy, tout rs yo se vounm pou do Tout sa se pou mdi nou Ketsia Julmeus piti fi kolaborat nou dokt Ernst Julmus ki gen youn ti non vanyan DEGOUTAN renmt youn kons nan legliz United Methodist Church of South Miami poukont li km vokal ak akonpayman Jorge Emilio sou pyano, Rodriguez-Puis sou bas, Hernan Matute sou vyolon ; Andrew Whitman ak Benjamin Whitman sou vyolonslKiki Wainwright te sou gita Se te youn resital efrayik nt. Ketsia pase 1 d tan ap chante an Angle, an Italyen ak an Kreyl. Mizik Ayiti cheri-a ki te fmen pwogram nan se te youn sipriz toufe nan bonm pou li te f papi sipriz, youn konplo Mapou-JosetteKiki-Ketsia pou te mete lajwa nan k papa-li Degoutan ki Pou youn sipriz se te yon! Lep ak manman li Josette Baptichon-Julmus kap lwanje peyi li nan chante: Ayiti pi bl peyi pase ou nan pwen Chante yo mache nan san Pascal ki tonbe bat bravo. Legliz la te mwatye plen espesyalman ak etranje ki te vin sipte Ketsia ki tap mande kominote-a sip pou lal patisipe nan youn tour de chants ki pral ft nan Chapl Sistine nan vil Rome an Itali. Bravo Ketsia Konpliman Psevere ======================= Nan travay revizyon kourikoulm Plan operasyonl 2010-2015 la, Minist Edikasyon Nasyonal ak pwoj TOTAL te ganize yon atelye sou estanda pou ekriti kreyl nan materyl didaktik pou lekl fondamantal nou yo. Nou panse ak tout k nou, nan yon plan pou amenajman lengwistik kreyl nan lekl, pami tout lt aktivite yo, etabli yon ekriti estanda nan liv lekl yo, se yon travay enptan Minist edikasyon nasyonal te pran sou responsablite li. Se dokt DeGraff, lengwis, pwofes a, selon travay minist a te mande li pou li f. Atelye a te ft 21 ak 22 me, epi bilan an te part 23 me, nan yon dokiman M. DeGraff te rann piblik, ki titre : Rezilta atelye sou estanda pou ekriti kreyl nan tks pou lekl fondamantal. Menm si nou ka konsidere aktivite sa a km yon bl kmansman, malgre bl tit oubyen bl objektif atelye a te genyen an, nou pa tw renmen anons ak dewoulman alavavit Ketsia Julmeus : Standing ovation after her recital my life with song at the United Methodist Church in South Miami, Nov. 8, 2013 ( Foto: Degoutan) fonoloji ak mfoloji kreyl, san neglije ni elimine asp sosyolengwistik yo. Yon premye : konsidere asp lengwistik yo ansanm ak asp sosyolengwistik yo. Estandadizasyon se yonn nan aksyon pami divs etap amenajman lengwistik la ki limenm konpte 2 asp : yon asp sosyolengwistik, stadi l yo ap f amenajman ( statut ) lang lan, epi yon asp f amenajman ( corpus ) lang lan. Malgre tout sousi nou pou yon apwch syantifik, lide sosyolengwistik la pa dwe kanpe lwen konsyans nou nan refleksyon sou amenajman lang kreyl la, an patikilye nan chitakoze nap f jodi a sou estanda 22333

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE les quatre ponts dtruits en 2008. Pour les autres revendications des manifestants qui sont sortis plusieurs fois dans la ville la semaine coule, soit laccs leau potable et llectricit, le dlgu dpartemental du Sud-est na pip mot. dpartemental en a donn la garantie ce jeudi. Ces ponts avaient t dmolis en 2008 pour limiter les dgts provoqus par les fortes crues de la rivire des Orangers qui menaaient la ville de Jacmel. Les ponts nont pas t reconstruits. Par contre, pour laccs leau potable et llectricit, le dlgu Pierre Michel Lafontant na rien dit. La ville de Jacmel a t le thtre de manifestations plus ou moins violentes, qui ont entrain la fermeture des tablissements solaires et commerciaux. La hausse du cot de la vie et des prix des produits de premire ncessit a t dnonce par les manifestants. Des mouvements de panique ont certains moments port les forces de lordre faire usage de gaz lacrymognes pour calmer la foule. Bilan : 6 blesss. Treize personnes interpelles par la police, ont toutes t relches par la suite aprs avoir t entendues par un juge. Les dirigeants de lassociation Pep Anba Lavil ont promis de rester sur le pied de guerre pour veiller la satisfaction de leurs revendications. manifestations Des responsables du FOPARK qui avaient organis la manifestation anti-gouvernementale, du jeudi 7 novembre, ont, au cours dun point de presse, dress un bilan tout en annonant dautres mouvements de protestation pour les jours venir. Nous remercions la population qui sest jointe nous pour manifester et nous invitons dj les habitants de PtionVille se joindre la manifestation du 18 novembre a dclar un des responsables.