<%BANNER%>

Haïti en marche ( 10-02-2013 )

Digital Library of the Caribbean
MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00579

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00579


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

marche PETIONVILLE, 26 Septembre Un changement dans la circulation routire entre en application Port-au-Prince presque sans attirer lattention. Le gouvernement disperse Onu Lamothe critique des promesses La mise en accusation est aussi une grave dcision ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 25 Septembre Le Snat vote en faveur de la mise en accusation du prsident Michel Martelly, du premier ministre Laurent Lamothe et du ministre de la justice Jean Renel Sanon dans laffaire du juge Jean Serge Joseph dcd dun arrt cardiaque deux jours aprs une rencontre dite orageuse avec les autorits sus-dsignes. Cest le juge qui investiguait les accusations de Repousss par la police dans le primtre du Champ de Mars les manifestants se regroupent au centre ville (photo Marcus/HENM) Le Parlement hatien runi en Assemble nationale (photo Georges Dup/HENM) ( ( CHOLERA / p. 3) Le Premier ministre Laurent Lamothe la tribune de lAssemble gnrale de lONU Manifestation devant le sige de la mission onusienne (Minustah) Port-au-Prince pour exiger que les Nations Unies prennent leurs responsabilits dans lintroduction du cholera en Hati (photo Milka Jean-Baptiste Dsir) rejet ou pas, mais where PORT-AU-PRINCE, 28 Septembre Le Snat a rejet ( / p. 4) ( / p. 8) Une cinquantaine dHatiens ont manifest jeudi devant le sige de lONU New York (Etats-Unis dAmrique) pour rclamer justice et rparations ( / p. 2) trop dexplications. Comme si P-au-P, 27 sept. 2013 [AlterPresse] --Les engagements non respects par des bailleurs et pays, dits amis lgard dHati, au lendemain du tremblement de terre de janvier 2010, PORT-AU-PRINCE, 30 Septembre Deux manifestations (et mme trois) ont gagn les rues de la capitale hatienne ce lundi 30 septembre 2013. Motif : commmorer le 22 e anniversaire du coup dtat du 30 septembre 1991 qui avait renvers, dans un dluge de feu et de sang, le premier prsident lu dmocratiquement de lre post-Duvalier, Jean-Bertrand Aristide. Lune des trois manifestations, lactif dorganisations proches du pouvoir en place, dont le trs anti-Lavalas Conasovic, et son animateur Rosemond Jean, et surtout le mouvement dit des militaires dmobiliss auxquels le

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Lamothe critique Hati en Marche Miami th ( ( / p. 12) ( / p. 3) Des dizaines de milliers de personnes ont manifest lundi dans les rues de Port-auPrince pour dnoncer la mauvaise gestion du gouvernement en place, et rclamer la Les manifestants ont sillonn plusieurs rues de la capitale en lanant des slogans hostiles au Prsident Michel Martelly et au Premier ministre Laurent Lamothe, certains rclamant le dpart du chef de lEtat. Plusieurs leaders politiques notamment Turneb Delp (MOPOD), lancien dput Grald Gilles, le dput Levaillant Louis Jeune (INITE), la coordonnatrice gnrale de Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse ont t remarqus sur le parcours de la manifestation. A lautre bout de la capitale, et partie de la Place Jrmie, se droulait une autre manifestation moins dense et oppose la premire donc indirectement favorable au pouvoir en place. A la tte de cette deuxime dmonstration on retrouvait le responsable du Conasovic, un groupe qui avait milit contre le pouvoir Lavalas en 2004. Ces manifestations prennent pour prtexte le 22e anniversaire du coup dEtat du 30 septembre 1991 qui avait forc lexil le premier prsident dmocratiquement lu JeanBertand Aristide. Arrive prs du palais presidential, la manifestation de lopposition a t disperse coups de gaz lacrymogne et de tirs par les units spcialises de la police. la Culture et de la Communication ont prsent, (vendredi 20 septembre), le nouveau support scuritaire qui sera utilis par les Archives Nationales pour lmission des extraits darchives. Le nouveau support scuritaire sera disponible ds le 1er octobre a dclar M. Wilfrid Bertrand, directeur gnral des Archives Nationales. Le projet, fruit de deux annes de travail, rejoint les nombreuses initiatives des Archives Nationales pour accompagner les citoyens et le gouvernement dans son souci de mettre de lordre dans les affaires publiques Plusieurs pays ont dj introduit ce procd. Plusieurs dispositions sont prises pour lutter contre les rseaux de faussaires, et les institutions o lextrait darchives sera utilis seront dotes en consquence dappareils spciaux permettant la dtection de faux documents. La direction des Archives Nationales compte sur la technologie pour freiner la prolifration des rseaux de faussaire. Le ministre de lEconomie et des Finances, Wilson Laleau, a inform, le jeudi 26 promet de prendre en considration les diffrentes remarques et critiques qui ont t effectues par le Parlement sur le projet de loi de Finances qui a t dpos. lintention de reconduire lancien budget 2012-2013. Le projet de loi de Finances 2013-2014 a t rejet par le snat de la Rpublique, alors quil a t approuv par une majorit de dputs la chambre basse. La loi budgtaire plus de 126 milliards de gourdes et comprenait de nouvelles taxes qui ont fait couler beaucoup dencre au Parlement. HPN Lancien Premier ministre, Jean Max Bellerive, a t interrog (mardi 24 septembre) par une commission bicamrale du Parlement dominicain en Hati pour enquter sur les Le Parlement dominicain a ouvert une enqute autour du scandale qui a clat en Rpublique Dominicaine au sujet de contrats pour un montant de plus de 300 millions de dollars amricains obtenus en Hati, dans des conditions considres comme Jai t invit mardi lambassade dominicaine Port-au-Prince par 3 snateurs et 2 dputs dominicains dans le cadre dune enqute relative aux travaux raliss en Hati par les entreprises appartenant au richissime snateur dominicain Bautista a dit HPN lancien Premier ministre, Jean Max Bellerive. d heure, sur les conditions dans lesquelles les contrats ont t octroys sous mon gouvernement a expliqu M. Bellerive HPN. Dans le cadre de cette investigation, les parlementaires dominicains ont visit des responsables de banques commerciales ainsi que des membres du Conseil dadministration de la BRH, avons-nous appris. lont t de manire rgulire suite un appel doffre lanc par lEtat hatien aprs le sisme du 12 janvier 2010. A rappeler que le snateur Felix Bautista a t aussi accus davoir effectu une srie de transactions occultes avec le prsident Martelly qui auraient valu ce dernier de recevoir dimportantes sommes dargent lors de sa campagne prsidentielle. Cependant, la Cour suprme de justice dominicaine a prononc un verdict favorable au snateur dominicain, Felix Bautista, concluant quaucun fonds illicite na t vers au candidat Michel Martelly. HPN LOrganisation des tats amricains (OEA) se prpare envoyer une mission pour superviser la prparation et la tenue dlections en Hati alors que lincertitude demeure Nous sommes prts dployer une mission long terme. Lide serait de venir quelques mois lavance pour assister les autorits depuis lenregistrement des lecteurs, la mise jour de la liste lectorale jusqu la tabulation des votes a indiqu lAFP lambassadeur de lOEA en Hati, le Canadien Frdric Bolduc. Lors dune rcente visite en Hati du secrtaire gnral adjoint de lOEA, Albert Ramdin, le prsident hatien Michel Martelly avait invit lorganisation envoyer une mission pour valuer la faisabilit des lections La demande du prsident hatien a suscit de nombreux commentaires de partis de lopposition, qui estiment que le pays peut valuer seul la possibilit ou non de tenir ces scrutins. Le but est de venir en mission dobservation pour apporter une assistance technique et faire des recommandations, mais il faut dabord quil y ait une date pour la tenue de ces lections LOEA sabstient de se prononcer sur une date prcise, a expliqu son ambassadeur en Hati. M. Bolduc a cependant encourag les acteurs politiques travailler ensemble pour maintenir la stabilit dHati et mettre le cap sur le dveloppement conomique et le progrs. Le prsident hatien Michel Martelly a entam depuis plus dune semaine une srie de ( reprsentent un des facteurs qui empche le gouvernement hatien de raliser plus de progrs social et conomique, selon les propos du premier ministre Laurent Lamothe la 68 assemble des Nations Unies, le jeudi 26 septembre 2013. Si la communaut internationale avait respect les engagements de lordre de 10 milliards de dollars pris lors du sommet du 31 mars 2010 (ONU, NY), les rsultats seraient meilleurs et les souffrances du Le Premier ministre Lamothe fait la promotion dHati dans les couloirs de lONU, New York, ici en compagnie entre autres du prsident de la Banque Mondiale et de lex-Premier britannique Thony Blair Monsieur le Prsident, Monsieur le Secrtaire Gnral, Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs dtat et de Gouvernement, Mesdames, messieurs les ministres, Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Distingus Dlgus, Chers compatriotes, Permettez-moi tout dabord de remercier chaleureusement et fraternellement le Prsident de la Rpublique dHati, Son excellence Michel Joseph Martelly, pour la btir une nouvelle Hati. Je voudrais adresser mes flicitations Monsieur lAmbassadeur John ASHE, reprsentant permanent dAntigua-et-Barbuda pour son lection la prsidence de la 68 me Session ordinaire de lAssemble Gnrale. Je tiens saluer galement le Secrtaire Gnral Monsieur BAN KI-MOON. lhistoire universelle contemporaine. Cette tribune qui a vu tant de grands leaders exposer leur vision pour un monde plus juste et une humanit plusclaire et quilibre. Voila dj 13 ans que les tats Membres de notre Organisation, forts des valeurs fondamentales de libert, dgalit, ont convenu dimprimer un nouvel ordre international en matire de dveloppement, en adoptant la Dclaration du Millnaire. Elle a t un temps fort de lhistoire des Nations Unies qui sest toujours distingue par son ambition Hati, par ma voix, se rjouit de la vitalit grandissante de notre organisation fait avec vous le pari de donner un meilleur avenir aux gnrations futures. Nous lavons fait avec enthousiasme puisque Hati, terre de Toussaint Louverture, terre dAlexandre Ption, terre de Jean-Jacques Dessalines et dHenri Christophe na jamais rat, au cours de ces deux sicles dexistence, ces grands rendez-vous historiques. Il nous appartient tous de prserver cet instrument vital pour lavenir de lhumanit. La 68me Assemble Gnrale des Nations Unies a pour thme : lagenda de dveloppement aprs-2015 : plantons le dcor Cest loccasion idale offerte Hati de dresser devant le monde entier un premier bilan des actions conduitespar le gouvernement, bilan qui rpond en grande partie aux Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement et qui laisse entrevoir la nouvelle Hati en gestation. Avant de vous exposer ces ralisations, il est important de rappeler ltat dans lequel se trouvait Hati lorsque le Prsident rencontres avec plusieurs chefs de partis politiques alors que

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Onu Lamothe critique ( CHOLERA ( pour les plusieurs milliers dHatiens qui sont morts du cholra et des centaines de milliers dautres qui ont t infects, a constat sur place Hati Press Network. scander des propos hostiles lgard du prsident de la Rpublique, Michel Joseph Martelly, et du Premier ministre Laurent Lamothe, qui selon eux, nont rien fait pour dfendre leurs compatriotes victimes du cholra face au mpris de lONU. Le cholra a dj tu prs de 8 300 personnes en Hati et infect plus de 700 accusent le camp de la Minustah Mirebalais dtre lorigine de lpidmie; les plus grandes universits au monde lont dj affirm. Dernirement, cest l Universit Yale qui a publi une tude montrant que ce sont les soldats npalais de la Minustah qui en sont responsables. Malgr ses preuves, lONU refuse dassumer aucune responsabilit en disant que les plaintes sont irrecevables a dclar HPN Jose Joachim Davilmar, un citoyen hatien rsidant en Floride qui a fait le dplacement en avion pour venir appuyer ce mouvement. Cette manifestation est organise par le Collectif Solidarit envers les victimes du cholra qui est un regroupement dassociations, de groupes politiques, de citoyens et citoyennes indpendants. Le collectif regroupe des compatriotes qui vivent, entre autres, New York, Boston, en Floride, au Connecticut et en Pennsylvanie. Les membres du collectif ont envoy 2 lettres, lune au Premier ministre hatien et lautre au secrtaire gnral de lONU, M. Ban Ki Moon. Selon un communiqu publi le 25 septembre 2013, le Tribunal administratif fdral (TAF) a dcid de rejeter le recours dpos par Jean-Claude Duvalier, ancien prsident de lEtat hatien, et consorts contre le blocage de leurs fonds dcid par le Conseil fdral en 2002. des fonds Duvalier. Par arrt du 24 septembre 2013, le justice helvtique a accept la de la Confdration, dpose en avril 2011 par rappelle quau cours de son mandat, lancien prsident hatien, Jean-Claude Duvalier et son entourage avaient dpos en Suisse une partie de leur fortune, laquelle slevait encore plus fortune est bloque en Suisse depuis 2002 par dcision du Conseil fdral. Jean-Claude Duvalier et consorts ont contest le blocage de ces fonds en dposant un recours au TAF. Par arrt du 23 septembre 2013, le TAF a dbout les recourants estimant que la la dcision du Conseil fdral. Prononc en 2002, le blocage des fonds garde sa validit mme aprs lentre en vigueur de la loi sur la restitution des avoirs illicites (LRAI, RS 196.1) le 1er fvrier 2011. Suite au blocage des avoirs de Jean-Claude Duvalier et consorts, ces valeurs patrimoniales. Cette tape prcde louverture dune procdure en vue de leur restitution. Par arrt du 24 septembre 2013, que ces fonds taient dorigine illicite. En particulier, le TAF a estim que Jean-Claude Duvalier et son entourage nont pas dmontr que laccroissement de leur patrimoine ntait pas en relation avec lexercice de leur fonction publique. En outre, le degr de corruption de lEtat hatien tait notoirement lev durant la priode dexercice de leur fonction publique. Par consquent, les conditions pour admettre lorigine illicite de ces fonds sont remplies ajoute le TAF. Ces deux arrts peuvent chacun faire lobjet dun recours au Tribunal fdral, conclu le communiqu. HPN marche Le ministre de lEconomie et des Finances, Wilson Laleau, a inform, jeudi, que de doter le pays dun budget pour lexercice 2013. Aussi, M Laleau promet de prendre en considration les diffrentes remarques et critiques qui ont t effectues par le Parlement sur le projet de loi de Finances qui a t dpos. informer que le gouvernement navait pas lintention de reconduire lancien budget 2012-2013. Le projet de loi de Finances 2013-2014 a t rejet par le snat de la Rpublique, alors quil a t approuv par une majorit de dput la chambre basse. La loi budgtaire propose par le gouvernement pour slevait un peu plus de 126 milliards de gourdes et comprenait de nouvelles taxes qui ont fait couler beaucoup dencre au Parlement. HPN chef du gouvernement hatien. Certains progrs seraient dj palpables dans le pays, soutient Lamothe. Une Hati nouvelle merge o beaucoup a t fait avec trs peu (pendant les deux ans et demi de ladministration de Martelly ajoute-t-il. Le pays ne serait plus la une des journaux internationaux en termes de coups dtat rptions parmi les explications avances par le chef du gouvernement. Autre lment du progrs que mentionne Lamothe, ce serait le lancement du processus de reconstruction des btiments publics, dtruits dans le sisme du 12 janvier 2010, et ltat actuel de lconomie nationale (pourtant toujours essentiellement tourne vers limportation). Le premier ministre reste convaincu quHati marche vers une nouvelle re de progrs social et conomique Le gouvernement disperse une nouvelle manifestation de lopposition p.1 La mise en accusation est aussi une grave dcision pour lavenir dune nation p.1 Budget rejet ou pas, mais where is the beef ? p.1 Ptionville ou Martelly-ville p.1 Parlementaires dominicains enqutent en Hati p.6 Intervention du PM Laurent Lamothe p.2 Les fonds Duvalier restent bloqus p.3 Cholera : marche devant lONU p.1 La musique hatienne fait un tabac en Belgique p.8 Dominicans born of Haitian parents will be denied Dominican citizenship p.10 Journe mondiale du tourisme p.13 Dikdogd (3) p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE propose son tour une sorte de compromis aux snateurs pour lexcution du mme projet rejet par ces derniers Pour la simple raison quun arrangement prcdent (Excutif-Lgislatif) permet au gouvernement dappliquer na pas t approuv (rappelons quil le fut la chambre des Toujours lors de sa confrence de presse, le ministre a dclar aussi (vrai ou faux) que toutes les proccupations et les remarques des snateurs avaient t prises en compte : taxes sur le droit dabattage, droit de passeport, impt sur les proprits ( cest simplement pour marquer un autre point contre le pouvoir en place. Surtout venant tout de suite (au cours de la mme sance) aprs le vote en faveur de la mise en accusation du chef de lEtat. Donc vote politique. Celui du projet de loi des A gauche du prsident Martelly lors dune inauguration, le ministre de lEconomie, Prof Wilson Laleau ce qui semble un dilemme ? Et des plus cruels. Il y va du sort de dix millions dmes. Jocelerme Privert, un expert en la matire, souhaitait trouver un moyen terme entre les ambitions du projet gouvernemental et les critiques, centres principalement autour des augmentations de taxes, impts et redevances, notamment ceux frappant les catgories les plus pauvres tel le petit leveur de btail. Or cest le rejet pur et simple qui est vot par ses confrres snateurs, le mardi 24 septembre coul. Ce dernier geste semble premire vue moins responsable que le premier que disait privilgier le snateur Privert. Car le pays ne peut pas rester sans un budget partir de ce 1 er Octobre. Et plus la situation conomique sannonce encore plus catastrophique que lanne prcdente, plus un tel instrument est ncessaire pour un contrle encore plus strict quavant des dpenses publiques. Sur ces entrefaites, voici que cest le ministre qui le nouveau budget, quel quil soit. Where is the beef ? Ce nest pas la question cent mille dollars. Mais bien plus. Avec bien moins Mais ne sommes-nous pas au pays du Bon Dieu Bon ? En tout cas nos hommes politiques, eux, semblent toujours le croire. Hati en Marche, 28 Septembre 2013 dputs), mais deux conditions : il faut que le dossier ait t dpos dans le dlai prescrit. Lors dune confrence de presse, le jeudi 26 septembre, le ministre Wilson Laleau rappelle quil la t depuis le 27 juin 2013. Deuximement, il faut que le vote ngatif nait pas eu lieu trop tard pour empcher toute autre manuvre aux responsables gouvernementaux. Le veto snatorial survient moins dune semaine avant le 1 er octobre qui marque le dbut Or il sagit de lintrt public. Primordialement. Avant que dtre une affaire politique. Ensuite, le nouveau budget ne doit-il pas entrer en application dans quelque soixantedouze heures, le 1 er Octobre. Nos snateurs votent. Et ils estiment avoir accompli totalement leur mission. Comme si cest aux responsables gouvernementaux, et eux seuls, quil convient de se dbrouiller pour le reste. Raction automatique dans le public : on sy attendait le gouvernement na qu reconduire le budget de lexercice prcdent. Le nouveau budget est Raction du ministre de lconomie, le professeur Wilson Laleau : pas question parce que le nouveau budget est dficitaire par rapport au prcdent tant donn que le support extrieur a diminu considrablement. Cependant on a limpression que ce dernier aspect ne fait nos snateurs ni chaud ni froid. En tout cas, on na entendu aucune suggestion de leur part ce sujet. Tous leurs commentaires (et critiques) ont port non bties, les tarifs douaniers etc. Car au fond toute la question sest joue ce niveau. Les hausses Le pays se dirige vers des lections trs disputes (snatoriales partielles et toutes les municipales et rgionales). Les snateurs ont sonn lalarme. Il ny a aucune raison que lExcutif (qui pensait vainement pouvoir reculer la date des lections) ne leur emboite le pas son tour. Lintrt gnral sacrifi allgrement aux ambitions lectorales, rien de nouveau Mais le problme nen reste pas moins entier. Avec la rduction drastique (selon certains, jusqu 30%) du support budgtaire international, rapport aux prvisions et que notait le snateur Privert indiquant que pour le premier semestre du dernier exercice (1 er octobre 2012-31 mars 2013), les rentres fiscales accusaient une baisse jusqu 8 milliards sur le record espr. Il est vrai aussi que le taux de croissance de plus de 4% annonc, alors comme rentres pour alimenter de mise en accusation de P-au-P, 24 sept. 2013 [AlterPresse] --Par 7 voix pour, mardi 24 septembre, une requte de la commission snatoriale ad hoc recommandant la mise en accusation du prsident Joseph Michel Martelly, du premier ministre Laurent Salvador Lamothe et du ministre de la justice Jean Renel Sanon, en relation avec la mort suspecte (le samedi 13 juillet 2013) du juge Jean Serge Joseph, rapporte lagence en ligne AlterPresse. dun accident vasculo-crbral (Avc), 2 jours aprs avoir t menac dans le cadre dune runion (le jeudi 11 juillet affaires judiciaires, avec ces hauts responsables de ltat. 17 snateurs ont vot, ce 24 septembre 2013, sur le rapport de la commission ad hoc charge denquter sur les circonstances de la mort du juge Jean serge Joseph. Les snateurs John Jol Joseph et Steven Yrvenson Benot (Ouest), Francky Exius (Sud), Franois Annick Joseph (Artibonite), Jean-Charles Mose et Westner Polycarpe (Nord) et Jean-Baptiste Bien-Am (Nord-Est) ont vot en faveur du rapport de la commission ad hoc. De leur ct, ont fait abstention les snateurs Andris Rich (Grande Anse / Sud-Ouest), Lucas Sainvil et Mlius Hyppolite (Nord-Ouest), Jocelerme Privert et Jean William Jeanty (Nippes / Sud Ouest), Francisco de la Cruz (Plateau central), Edwin Zenny (Sud-Est), Jean Willy Jean-Baptiste (Artibonite) et Fritz Carlos Lebon (Sud). Comme de coutume, le prsident du snat, Dieuseul Simon Desras, na pas vot. A cette sance du 24 septembre 2013, taient absents les snateurs Maxime Roumer (Grande Anse), Wenceslass Lambert (Sud-Est) et Dereix L. Pierre-Louis (Nord-Est) assistant lAssemble gnrale de lONU New York. Les recommandations de la commission ad hoc recommandent la mise en accusation pour crime de haute trahison du prsident Joseph Michel Martelly, du premier ministre Laurent Salvador Lamothe ainsi que du ministre de la justice Jean Renel Sanon. Dcd le 13 juillet 2013, le juge Jean Serge Joseph enqutait sur les accusations de corruption, concussion, dtournement de fonds et usurpation de fonction contre Sophia Lexcutif a menti la Nation indique le rapport de la commission denqute du snat, tout comme celui de la chambre des dputs non encore sanctionn par lassemble de la chambre basse. Maintenant, il est du ressort de la chambre des dputs, o Martelly dispose dune majorit, de faire le suivi de la mise en accusation. Le 9 septembre 2013, dans son discours de clture de la session parlementaire, le prsident de lassemble nationale, Dieuseul Simon Desras a appel la mobilisation populaire contre Michel Martelly. Appel la mobilisation populaire contre Martelly, qui a reu le support du prsident de la chambre des dputs, Jean Tholbert Alexis. Lexcutif aurait lintention de dissoudre le parlement le deuxime lundi de janvier 2014 (le lundi 13 janvier 2014), met en garde le snateur Desras.

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE La mise en accusation est aussi une grave ( corruption contre la Premire dame, Sophia Martelly, et son ain Olivier Martelly. Aprs le scandale provoqu par cette mort subite, chacune des deux chambres du Parlement formait une Jean Serge Joseph peu avant sa mort par arrt cardiaque) et aussi dingrence dans les attributions du pouvoir judiciaire. Le verdict de la Haute Cour de Justice cest la destitution. Article 189.Elle ne peut prononcer dautre peine que la destitution, la dchance et la privation du droit dexercer revenons la Constitution selon laquelle, si cest le Snat qui juge, cest cependant la Chambre des Dputs qui procde Article 186.La Chambre des Dputs prononce, la majorit des deux tiers de ses membres, la mise en accusation. A la majorit des deux tiers de ses membres ? Martelly et Lamothe inaugurent Carrefour (banlieue sud) un nouveau programme intitul lcoute du peuple (photo Robenson Eugne/HENM) Or on croit savoir que le pouvoir en place dispose dune majorit la Chambre des Dputs. Le Snat ne peut pas avancer dans sa disposition sans le feu vert des dputs, cest dire la mise en accusation formelle. Maintenant dans quels cas le Prsident peut-il tre mis en accusation ? Article 186.a) Du Prsident de la Rpublique pour crimes de haute trahison ou tout autre crime ou dlit commis dans lexercice de ses fonctions. b) Du Premier ministre, des Ministres et des Secrtaires dEtat pour crimes de haute trahison et de malversation ou dexcs de pouvoir ou tous autres crimes ou dlits commis dans lexercice de leurs fonctions. de la Rpublique de parjure (autrement dit, davoir menti la Nation, Michel Martelly ainsi que Laurent Lamothe et le ministre Jean Renel Sanon ayant ni avoir rencontr le juge lassemble des snateurs. Cependant dans une affaire aussi grave et qui risque de marquer pour toujours lhistoire politique du pays, ny a-t-il pas aussi un point dthique considrer ? On pourrait penser une contre-investigation indpendante mme si la Constitution nen fait pas mention. Comme on disait autrefois : qui censurera les censeurs ? La balle est donc aussi dans le camp de la socit civile. Mais pas une socit civile elle-mme dj politiquement engage. Voire aligne. On nest donc pas sorti de lauberge. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Aux USA et au Canada, coutez Melodie FM sur votre cellulaire : ou 832 Oyez plutt, nous lisons la Constitution de 1987 amende : Article 185.Le Snat peut sriger en Haute Cour de Justice. Les travaux de cette Cour sont dirigs par le Prsident du Snat assist du Prsident et du vice Prsident de la Cour de Cassation comme vice Prsident et Secrtaire, respectivement, du Ministre Public prs cette Cour sont impliqus dans laccusation ; auquel cas, le Prsident du Snat se fera assister de deux (2) Snateurs dont lun sera dsign par linculp et les Snateurs sus viss nont pas de voix dlibrante. Toujours est-il que si le dossier devait arriver jusque devant la Haute Cour de Justice, seuls des snateurs qui y de Justice sont mentionns comme complices, dont le Doyen du Tribunal civil de Port-au-Prince, outre le Ministre de la Justice. Mais attention ne pas aller trop vite en besogne et commission spciale dinvestigation. Celle de la Chambre des dputs a dj conclu limplication du chef de lEtat, du chef du gouvernement et du ministre de la justice. Cependant, contrairement au Snat, lassemble des dputs na pas encore pris position sur le rapport de la commission. Donc ce mardi 24 septembre, le Snat hatien a pos une dcision qui ne lavait encore jamais t de lhistoire de la Constitution de 1987 et de ce que nous appelons la transition dmocratique hatienne. Cest l une grave dcision, au sens quelle indique ou une importante avance dans le processus dmocratique hatien. Ou au contraire que les instrument dmocratiques nont aucune valeur aux mains de nos lus que celle de satisfaire leurs ambitions. Une question qui reste pendante, tant donn que les snateurs (7 sur les 16 votants, le prsident rapport mettant en accusation le chef de lEtat et consorts, appartiennent tous la mme tendance anti-Martelly. accusation du chef de lEtat ? toute fonction publique durant cinq ans au moins et quinze ans au plus. Bien sr quon nen est pas encore l. Car non seulement il y a ltape obligatoire de la mise en accusation par la Chambre des dputs, son ct le rapport de la commission forme en son sein. Car rappelons-le, les partisans du pouvoir Martelly sont majoritaires la Chambre des dputs. Mme si on a eu une impression deffritement de cette majorit lors du rcent vote du projet de loi lectorale. Il y a aussi la question du ministre charg des relations avec le Parlement qui sest brouill avec les dputs et qui ne peut plus pratiquement remettre les pieds la Chambre. Mais revenons un point soulev au dbut de cet article. Peuton entirement faire confiance aux snateurs qui ont vot en faveur de la mise en accusation du chef de lEtat quand ils relvent tous de lopposition et une qui est furieusement remonte contre le pouvoir en place ? Toutefois cette commission nen a pas moins t dsigne par Avi Eleksyon Espesyal Dapre Rezolisyon Konte Miami-Dade R-590-13, adopte jou 2 jiy 2013 pa Asanble Komisyon Konte Miami-Dade, Florid, yo avize nou ke yon eleksyon espesyal ap ft le 5 novanm 2013, pou soumt devan vot kalifye Konte Miami-Dade yo, pou yo ka apwouve oswa dezapwouve pwopozisyon sa-a: Finansman Modnizasyon ak Amelyorasyon Sistm Sante Jackson Health System lan atrav Emisyon Bon ak Obligasyon Jeneral ske se pou Konte Miami-Dade nanse modnizasyon, amelyorasyon ak ekipman etablisman sistm sante Jackson Health System ki sitiye toupatou nan Konte a, ki gen ladan li, men pa limite a, sal dijans, bilding ki bay swen pou timoun ki pa entnen yo epi sant swen ijans yo, nan emt, tanzantan, d Bon ak Obligasyon Jeneral ki peyab ak lajan taks ad valorem ki kolekte nan Konte Miami-Dade nan yon montan prensipal ki pa depase $830,000,000, avk yon enter ki pa depase to maksimm legal la epi ki va vin an echeyans nan lespas 30 ane apati dat li te emt la? POU BON YO 100 KONT BON YO 101 Tout vot kalifye ki abite nan Konte Miami-Dade va elijib pou vote POU BON YO oswa KONT BON YO sou pwopozisyon sa-a. Tout biwo vt ap ouv de 7 dimaten jiska 7 diswa jou eleksyon espesyal sa-a. Eleksyon espesyal sa-a va ft dapre lwa jeneral sou eleksyon ki etabli pou eleksyon espesyal yo ak tout lt rgleman ki gouvne Konstitisyon Otonm Konte Miami-Dade. Penelope Townsley Sipvis Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid

PAGE 6

Page 6 SOUVERAINETE NATIONALE PORT-AU-PRINCE, 26 Septembre Linformation passe comme une lettre la poste : des parlementaires dominicains enqutent en Hati sur des contrats passs par le snateur dominicain, Mr. Felix Bautista. impromptue, indirecte, par hasard. Par lentremise dun ancien premier ministre hatien qui a tmoign devant cette commission venue de Santo Domingo. Il sagit de Mr. Jean Max Bellerive, que lon croit avoir une rsidence lui aussi en Rpublique dominicaine. Une commission parlementaire dominicaine investiguant sur un sujet intressant au plus haut point lEtat hatien, donc la communaut nationale. Et dans quelles conditions ? Motus et bouche cousue. Or rcemment une quipe de juristes hatiens accompagnait Montevideo (Uruguay) un jeune hatien dans un dossier daccusation de viol contre des casques bleus originaires de cette nation de lAmrique du Sud, il na pas t permis aux avocats hatiens de plaider la cause de leur client. La loi uruguayenne interdit des non nationaux de plaider devant les tribunaux uruguayens. Voit-on des avocats hatiens accompagner tre admis plaider. Voire Santo Domingo (Rpublique dominicaine) o ce ne sont pas les prconus, voire les prjugs anti-hatiens qui manquent. Cela ne veut pas dire que des mandataires dun autre pays, quel quil soit, ne peuvent participer une enqute en Hati. Ou ailleurs. Mais pas pour en prendre eux-mmes la direction. La juridiction internationale prvoit probablement mille formules pour que ne soit foule aux pieds la souverainet du pays daccueil. Or ici tout semble paratre le plus normal. A voir les articles de presse ce sujet. Les Dominicains enqutent. Pour ne pas dire : gare vous de la rpublique voisine en Hati. Donc en territoire non hatien. Donc nous navons qu la fermer Objet de linvestigation : (on sattendrait, par exemple, un cas de citoyen dominicain qui aurait t impliqu dans une quelconque affaire relevant de la juridiction de son propre pays et venu se cacher en Hati) ; pas du tout, il sagit plutt des fameux contrats octroys en Hati des compagnies appartenant un unique patron et qui nest autre quun puissant snateur proche du parti au pouvoir Santo Domingo, Mr Felix Bautista. Largent et la politique. Cela sous ladministration Ren Prval, prsident Jean Max Bellerive, premier ministre. plein dopportunits pour ce quon appelle des conflits dintrts. Au sortir de son audition (mais qui, selon lui, nen tait pas une, bien sr), Mr Bellerive dit avoir expliqu que les contrats en question ont t lgalement passs, de manire transparente, appel doffre, etc. tre intresses Hati pour que le mme entrepreneur puisse gagner autant de contrats. Mme pas les compagnies nationales Mais revenons au sujet principal de cet article. Sous quelle disposition juridique les parlementaires dominicains peuvent-ils conduire une enqute directement sur le territoire dun autre pays. Voire depuis leur propre ambassade. Donc couverts par limmunit diplomatique. Donc pouvant prendre nimporte quelle dcision. Aboutir nimporte quelle conclusion. Sans avoir de comptes rendre au pays hte. Sous quelle lgislation soit internationale, soit binationale est place cette action plutt indite. Y a-t-il des antcdents ? Une quelconque jurisprudence ? Mme ailleurs ? Rappelons que cette mme affaire a impliqu, mme tort, lactuel prsident de la rpublique dHati souponn davoir obtenu du snateur dominicain en question du La justice dominicaine a blanchi le snateur dominicain de cet aspect de la question. cette commission de parlementaires dominicains admis oprer apparemment sans aucune participation ou contrepartie juridique hatienne puisque investigation conduite dans les locaux mmes de leur ambassade. Et toutes les parties hatiennes, aussi bien politiciennes que prives, qui sy plient sans poser (ni se poser) de question sur la lgalit constitutionnelle dune telle dmarche. Only, mais alors oui : only in Haiti Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Pri redwi pou moun ki genyen Medicare, laplipa moun ki enm yo, epi etidyan lokal yo (grad K a 12) ak yon EASY Card de pri redwi. **Ak yon EASY Card oswa EASY Ticket slman.NOUVO TARIF TRAN SI T LAApati 1e oktb 2013, Miami-Dade Transit ogmante pri tik yo pou ede kouvri depans fonksyonnman yo kap ogmante.Newspaper adHaiti En Marche 8 x 10 Information: Informacin: Enfmasyon:3-1-1(305-468-5900) TDD: 305-468-5402www.miamidade.gov/transit Peye fr w yo ak kat EASY Card la pou transfere gratis ant pif yon bis Metrobus a yon lt, epi pou 60 ant Metrobus a Metrorail T A RIF KO MP L E RE DWI* Metrobus/Metrorail $2.25 $1.10 Bis eksprs $2.65 $1.30 Bis shuttle 25 10 Pakin nan estasyon tren yo $4.50 Pakin nan estasyon tren yo pmi pa mwa $11.25 Metromover Gratis Gratis Svis Transp Espesyal (STS) $3.50 Transf bis a bis Gratis** Gratis** Transf bis a tren / tren a bis 60** 30** Transf bis/tren a bis eksprs 95** 45** Transf bis shuttle a bis $2** $1** Transf bis shuttle a bis eksprs $2.40** $1.20** Transf TriR ail a Metrobus 60** 30** Transf TriR ail a Metrorail $1.20** 60** Transf TriR ail a bis eksprs 95** 45** Pas 1 Jou $5.65 $2.80 Pas 7 Jou $29.25 $14.60 Pas 1 Mwa $112.50 $56.25 Pas Mansyl R ejyonal $145 $72.50 EASY Card Kporasyon avek pas 1 mwa, 100+ $95.65 EASY Card Kporasyon avek pas 1 mwa, 4-99 $101.25 EASY Ticket Kolj $56.25 Pasp D ore ak Patriyt L a Gratis Gratis La dcision prise par le tribunal constitutionnel rendant apatrides des milliers de dominicains dorigine hatienne qui sont ns sur le territoire dominicain aprs 1929, continue de faire des vagues en Hati et en Rpublique Dominicaine. Le Centre social de la compagnie de Jsus, El Centro Bon, en Rpublique Dominicaine sont dabsurde, dinsense et injuste Le centre Bono croit, que cette dcision viole les droits fondamentaux de plus de quatre gnrations dhommes et de femmes qui ont vcu toute leur vie en Rpublique Dominicaine, et qui ont contribu la vie matrielle, culturelle et spirituelle de cette Rpublique. En Hati, le Groupe dappui aux rapatris et rfugis (Garr) indique que la dcision du tribunal constitutionnel est extrmement grave. Le Garr appelle la mobilisation nationale et internationale pour contrer cette dcision quil juge raciste. LEvque mrite de lglise anglicane dominicaine, Telsforo Isaac a, pour sa part, class larrt de la Cour Constitutionnelle dans la catgorie des crimes et des erreurs commis sous couvert de la lgalit. Des parlementaires hatiens ont galement dnonc cette dcision. Le dput de Mirebalais-Boucan Carr, Abel Descolines, prsident de la commission affaire trangre de la chambre basse juge inacceptable et rvoltante cette mesure qui, croit-il, reprsente une menace pour la scurit internationale. Lex ministre des Hatiens vivant ltranger (MHAVE) et le responsable de la Fondation ZILE en Rpublique Dominicaine, Edwin Paraison, appelle les autorits hatiennes se montrer fermes, et garder une pression positive sur les autorits dominicaines. Il souhaite que la socit civile hatienne se mobilize pour empcher la mise en application dune telle dcision. Le prsident de la Junte centrale lectorale dominicaine, Roberto Rosario, a affirm quil ne dnie pas le droit dune personne la nationalit dominicaine, ajoutant que les gens seront en mesure de se lgaliser travers un plan de lgalisation Cependant, ce plan na pas encore t rvl en dpit de lexistence dune loi sur limmigration vote en 2014. HPN dominicaine hatiens ns

PAGE 7

Page 7 URBANISME ( Le nouvel htel Best Western Un espace vert : la Place Boyer restaure Autre nouvel tablissement htelier, Royal Oasis (photo Marcus/HENM) Tandis qu Ptionville, la principale banlieue de la capitale hatienne, la mme mesure provoque un extraordinaire capharnam. trangre la Reconstruction pour venir rtablir lquilibre qui manque et dabord dans nos ttes. On a dj vu ce que cest. Les milliards nous sont passs sous le nez parce que on ne possde vraiment que ce quon a gagn. Aujourdhui nos dirigeants sont trop impatients. Le prsident Paul Magloire (1950-1956), sentant dj venir les showplate ou vitrine de propagande. Ptionville sur les hauteurs est moins vulnrable aux tremblements de terre. Le seul problme, et il est de taille, est quon transforme un presque hameau destin jadis recevoir heure du jour. A Ptionville on roule pare-choc contre pare-choc parfois mme tard dans la soire. Port-au-Prince a t dtruite par un violent sisme (magnitude 7) en janvier 2010 et la capitale hatienne est toujours ltat de ruines, en dehors de lenlvement du plus gros des dcombres. Ptionville, qui abritait dj les siges de certaines socits, a t aussitt envahie. La petite ville banlieusarde dhier connat aujourdhui une explosion de limmobilier. Et Nul doute que les problmes poss par ces quelque avec la rentre scolaire cette semaine, un rebondissement encore plus grand. On dirait que les chefs dans ce satan petit pays prennent les gens pour des soldats de plomb quon peut dplacer dun point lautre de lchiquier justement comme en se jouant. Une ville nest pas une figure dcoupe dans embarras dune capitale devenant trop ltroit, a explor la zone de Sans Fil pour construire la premire Cit Militaire, Cit Paul Magloire. Franois Duvalier poursuivit sur la mme lance. Mme dans le dsordre Aujourdhui pendant que tout est mis sur Ptionville, le bijou tentaculaire, on ne voit aucun effort pour accompagner lurbanisation sauvage qui avance marches forces dans dautres directions certainement offrant beaucoup plus dopportunits cet gard comme Santo, Mas Gt etc. Au lieu dattendre que ltranger vienne nous rveiller, lucratif (pourquoi pas la Facult des Sciences ?), pour nous offrir un plan capable de mobiliser toute la socit en vue dune dconcentration salvatrice (quitte en faire un thme moteur des prochaines lections !), bref pour nous sortir de ce pige idiot. Outre les gros problmes sociaux (socio-politiques) que cela va tout de suite aussi dclencher. Conclusion : nimporte qui ne peut simproviser urbaniste Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince accommoder la meute qui va continuer dferler sur cette petite communaut de 137. 97 km2 (en comparaison la zone mtropolitaine de Port-au-Prince fait 735.78 km2) ? Et cela dans tous les sens parce que aussi le pont entre ceux qui descendent des hauteurs pour leurs affaires et ceux qui montent aussi pour les leurs On attend peut-tre lassistance rfnrtfn r fntb brtbr rfntbbtbbr ntrbrbbbbrt bbbtfrtf rtfttb ttbtbttrt trbtfrtf rftbfrf rttbrrtrtbbtbr ttttbbttbrbttbn rr frrfbtbtttrtrt tnttrb rbrrbtbtt tbbbbrnbbtb bttr rrbrrtbrtrr tfrb bttrr ttbrbbr tbtbttbrrtt ftrbrrtbrtr bbtfrb btttt tt les quelques centaines de familles aises de la capitale fuyant lt caniculaire, en une mgapole. Au mieux, comme nous a suggr un pince sans rire : un Wall Street du commerce. Toutes catgories confondues. Mais comment peut-elle recevoir les plus de 3 millions dmes constituant la population de Port-au-Prince ? Or ce qui aurait pu tre une solution temporaire est en train de stablir pour lternit. Et lternit hatienne, Cela pour diffrentes raisons : Rien ne laisse penser que la reconstruction de Portau-Prince est pour demain. Secundo, les autorits actuelles ont fait ouvertement le choix de tout miser sur Ptionville. Celle-ci concentre les grands travaux dinfrastructures : places publiques, avenues, centres sportifs, clairage et autres. Comme si on stait dit : avec peu de moyens, faisons plein la vue. Port-au-Prince est trop vaste, Ptionville aucun effort ne passe inaperu. Tout fait ce quon appelle en amricain un un catalogue de Sears, cest une dynamique qui ne se contrle plus une fois lance. A moins davoir un plan de dpart.

PAGE 8

Page 8 ARTS & LETTRES Hati a beau ne pas faire partie des pays prioritaires de la coopration belge, il nen demeure pas moins que notre culture et lducation. Ainsi, rgulirement, des artistes hatiens sont invits en Belgique, soit en rsidence, soit pour produire en regard crois avec leurs collgues belges. Cest dans ce cadre quune dizaine de musiciens, des jeunes pour la plupart inconnus du grand public mais bourrs de talent, ont sjourn dans le Royaume. Ils taient en rsidence pour une quinzaine de jours Columban (Espace de Cultures) Wavre, quelques 30 kilomtres de Bruxelles. Le spectacle quils ont prsent ce jeudi 26 septembre composition car cest le rsultat de leur travail en commun, invits, seulement trois ont dj un nom en Hati. Jean Jean Roosevelt qui vient de remporter le prix de la francophonie 2013 mais qui ntait malheureusement pas l ce soir-l-, le fameux B.I.C, chanteur, compositeur, guitariste et parolier et Renette Dsir qui a le don de dgager une prsence scnique exquise et dont le rpertoire est fortement imprgn par le rythme du reggae et ceux du folklore hatien. Tamara Suffrin La musique hatienne a su aussi, ce soir-l, trs bien animer dans un dhanchement de reins trs ibo, trs ptro et trs nago. Les autres, quoique moins connus, nen sont pas moins dpourvus de talent et sils continuent travailler ardument comme ils le font sont appels devenir de vrais professionnels de la trempe de feu Master Dji, pionnier du rap hatien, qui tait trs connu en France. Comme la annonc le porte-parole du Centre culturel du Brabant wallon, cest la jeune scne mergente que le public devait sattendre couter ce soir. Pari gagn car chose promise chose vue: ces morceaux de musique taient, en effet, dune douceur, dune force et dune nergie. Les chanteurs qui sexcutaient soit en solo soit en groupe taient accompagns par cinq instrumentalistes hatiens excut sous la direction de Yole Drose et du jazz-saxophoniste et professeur de musique, le belge Pierre Vaiana. Une gnrale car ils travaillent la cration de leur nouveau spectacle Hati un autre regard qui tournera en Belgique en automne de lanne prochaine, avec la coopration de Wallonie-BruxellesInternational et dautres partenaires associs tel que le Centre Culturel de Brabant wallon, lassociation Talia, Fokal et Tamise. Parmi ces jeunes musiciens prsident Michel Martelly a promis la reconstitution des ex-Forces armes dHati est partie de la place Jrmie et a suivi un parcours bien dlimit sous la protection des forces de police. Le gouvernement disperse quips attaquent de plusieurs cts la fois. Cela pour pour redevenir la multitude espre. Partis plusieurs milliers, aprs son passage au Champ de Mars, la manifestation sest retrouve divise en petits groupes de quelques centaines et dans les rues pour affronter son opposition en tlcommandant sa propre manifestation, la prsence des militaires dits dmobiliss parle delle-mme. Non seulement une telle dmarche met un gouvernement dans lobligation daccepter, quil le veuille compris ceux de lopposition, en mme temps quil confronte la mme opposition dans les rues en y faisant descendre ses propres troupes (oui troupes, entendez les militaires dmobiliss) et utilise les forces policires pour disperser les moindres mouvements de cette opposition (comme un rcent sit-in). entendu, la rponse ne va pas tarder aprs ce 30 septembre. Pour lopposition, Martelly sme la confusion car son objectif nest autre que dtablir un pouvoir sans partage ou dictature. Or il nest pas sr que le pouvoir actuel ait les moyens dy parvenir non plus. Loin de l. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince na pu reconstituer la puissante vague qui devait dferler vers le parlement au Bicentenaire (au bas de la ville). La stratgie semble avoir russi. Mais avec deux consquences. 1) La police nationale sest mouille compltement. Mme si elle avait apparemment reu lordre dviter trop dexcs (pas de morts, pas de mises en dtention en tout cas qui nous aient t rapportes sur le champ, peut-tre un bless du ct de la Facult dEthnologie), cependant la police nationale, institution constitutionnellement indpendante, a elle ne sest pas limite protger le palais national, mais a poursuivi son harclement jusquau bas de la ville pour casser la dynamique du mouvement. 2) Le pouvoir Martelly a pris la dcision de descendre ( ) Tandis que les deux autres manifestations, toutes les deux antigouvernementales, convergeaient dun commun accord vers le primtre du palais prsidentiel. Une branche partie de lglise Saint Jean Bosco, au bas de la ville, et conduite par la Fondation 30 Septembre, Molegaf, Fopak et autres organisations populaires. Lautre branche a pris son dpart de Radio Tele Kiskeya, ruelle Vilmenay, sous la houlette du Mopod, un rassemblement de partis politiques. Arrivs au Champ de Mars, o se trouve le sige de la Prsidence de la Rpublique, les deux groupes se sont fusionns et ils taient alors plusieurs milliers qui se sont heurts aux units spcialises de la Police nationale disposes en rangs serrs. Ceux-ci forcs de reculer sous le nombre, ont utilis les gaz lacrymognes. Spcialement au niveau de la Facult dEthnologie dont les tudiants avaient de leur ct commenc jeter des pierres aux policiers. Mais la police ne sest pas arrte l. Elle avait une stratgie bien tudie pour affronter les manifestations de lopposition ce 30 septembre. Une stratgie style gurilla. Les policiers lourdement ou non, toute drive qui peut rsulter de cette confrontation voulue Mais cette stratgie na jamais t favorable jusquici aux gouvernants. Mme au pouvoir Lavalas, comme 2004 en tmoigne Pour finir, comment le prsident Michel Martelly peutil continuer de promouvoir le dialogue en visitant des leaders politiques, y ( ) Chanteuse et chorgraphe, Yole Drose Voix, musique et couleurs hatiennes La manifestation avant sa dispersion prs du palais prsidentiel (photo Robenson Eugne/HENM) la manifestation de lopposition (photo Marcus/HENM)

PAGE 9

Page 9

PAGE 10

Page 10 Mercredi 02 Octobre 2013 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo an American of Haitian origin, is an architect based in New York. During the presentation of the project he said, The Ark of Return is an object and a symbolic, spiritual space with which you can interact. It is a place of gratitude, contemplation, The structure, made of pristine white marble, a stones throw from Manhattans East River, will be a spiritual place of remembrance without shame. Facing east, we can remember where we came from, said Leon. The document should be completed by the Fall of 2014. Leons work was selected from among 310 design proposals from 83 countries in a competition launched two Organization ( UNESCO ). All designs aimed to honor the more than 15 million men, women and children who were victimized in the transatlantic slave trade for over 400 years, and created the largest forced migration in history. It was a success all around whether in the variety of activities, the superiority of the presentations, the quality of the food, or the amount of visitors who traveled to attend the First Book Fair organized by Sosyete Koukouy, in association with the Mapou Cultural Center. The event took place in the heart of Little Haiti, the Haitian neighborhood in Miami. The authors signing their books were installed in tents or on the gallery of the Little Haiti The day was the culmination of a tremendous amount of work and planning by the organizers. The enjoyment and satisfaction of the public, was the best thank you they could receive. The decision of the Dominican Constitutional Court of Dominican to deprive all Dominicans born to Haitian parents of their Dominican nationality, continues to make waves. Published on Thursday, the decision applies to all descendants of Haitians who, starting in 1929, came to the This provision affects thousands of Dominicans of Haitian origin and could, according to several experts, cause a severe human rights crisis, justify mass deportations as well as widespread discriminatory and racist behavior. Ira Kurzban, an immigration attorney in Miami, said Friday that such a decision will lead to increased discrimination and possible deportation of tens of thousands of people. Dominican Electoral Junta a period of one year to create a list of the people who will lose their citizenship, despite being born and having lived all their lives in the Dominican Republic. who will be affected by this surprising provision. Recently, the Dominican electoral authorities refused to issue identity cards to about 40,000 people of Haitian origin. The government estimates that some 500,000 people born in Haiti live in the Dominican Republic. her agenda in peace? A Miami-Dade judge quashed the complaint against the North Miami Mayor, Lucie Tondereau. She was accused by Kevin Burns, former mayor and opponent in the last election, of not having a residential address in North Miami before the election date. She lied to the court about it, proclaimed Kevin Burns. During a hearing in early September, Lucie Tondreau maintained that she complied with the rules. Judge Jorge Cueto said he had no authority to act on the complaint, referring to the regulations of the Florida Supreme Court, dating from 1981. The case raised a lot of tension in North Miami. Supporters of Tondreau considered this complaint a last ditch effort from the losing candidate to prevent the mayor from effectively implementing her platform. Burns decided to appeal. As for Mayor Tondreau, she reached out and called Burns and asked him to work with her for the betterment of the City of North Miami. It is time to unite and move forward, she proclaimed. First Prize : The Ark of Return Children attending the Book Fair (Elsie/HENM) The Secretary General of the United Nations, Ban Kimoon announced earlier this week in New York that the project entitled The Ark of Return won the international competition for the permanent memorial to honor the victims of slavery and the transatlantic slave trade. It will be permanently on display at United Nations Headquarters in New York. The designer of the Ark of Return, Rodney Leon, Cultural Center. They presented their work and made small talk with their readers, while selling their books. For a successful And this on a Sunday in Little Haiti. Edwidge Danticat was the fact that the fair took place in the heart of Little Haiti, a neighborhood threatened with extinction due to the expansion of Miamis Design District. Marleine Bastien made much of the battle being waged by community leaders that permanent boundaries be set to identify Little Haiti, which in some areas is now being called Little River. The speakers were Anthony Georges Pierre (Haitian History 1804 to Present), Edwidge Danticat (Prayer to See Light), who made a presentation of her latest book, Jean Claude Exulien, who spoke on the Importance of Reading, Educa Vision, which made a presentation on Publishing Procedure and Good Practices for authors, and Maude Heurtelou, who informed her audience via her workshop titled, How to publish an E -Book. As for the children, they were more than entertained! The laughter was non-stop during the magic tricks of Fritzner, whom many described as an exceptional Magician. As for Lucrece Louinis, accompanied by her husband on the drum, contact was immediately established with her audience as they reacted to the songs and folktales she shared! Finally there was Liliane Nerette Louis who revealed to her young audience the secrets of preparing beignets... And the children couldnt stop taste-testing this delicacy that was new to many, especially since it was sprinkled with cinnamon sugar! For those who were hungry, there was Leelas Restaurant, which offered delicious dishes such as griot, plantains, barbecue chicken, and conch chiquetaille. Next year however, a little restaurant corner set aside with tables and chairs, might keep those who wanted to enjoy the delicious, traditional dishes from having to eat standing up. Alors quil purge une peine de prison, Andrea Paconoli se voit proposer une chappatoire: devenu respectable business man est envoy en Hati pour le compte du gou vernement amricain... Sans autre prambule; lauteur nous plonge ainsi au coeur dun monde haut en couleurs, o louvoient escrocs la petite semaine, homme daffaires peu scrupuleux, autoch tones dangereux, le tout sur le fond de complot politique lancinant. On sera sduit par ce roman qui mle habilement les genres. Ds les pre mires pages simmisce en effet en nous une en vie irrfrnable de satis faire notre curiosit qui des pages. qui ont donn la pleine mesure de leur talent la guitare, au piano, la basse et la percussion. Lassociation des dix a donn, ct style, un mlange, souvent reggae, de blues, tout cela alli au rythme folklorique hatien. diverses chansons, ils taient ce quil y a de plus profond : on va de lattitude philosophique au patriotisme engag. Comme dans cette chanson crite aprs le sisme dans laquelle la chanteuse, Renette Dsir, ellemme survivante de cette catastrophe naturelle, suggre daller au-del du tragique pour continuer vivre la vie... pour apprendre partager et vivre ensemble...pour faire son mea culpa Patriotiques sont aussi les paroles de ces artistes puisque Hati est au cur de leur art, ce pays, comme ils le scandent, qui narrte pas dtonner Un pays o lesprit ne meurt jamais BIC, dans une de ses chansons, va jusqu dire que c hez nous on bouge mme quand on est estropi Rien de plus parlant que cette rsilience les mauvaises rsignation la misre et lopprobre dont les Hatiens font preuve. Cette rsistance toute preuve. Il y a et surtout cet appel lunit, lunion, quon ne rclame jamais assez compte tenu des dissensions rptes que connat notre socit depuis la nuit des temps. Autres thmatiques traditionnelles abordes : lamour et lamiti, qua clbrs Donaldzie Thodore dans son fameux Zanmi avec une voix vibrante, un rythme alerte et des gestes lascifs. Mais avec B.I.C, lui, cest lexplosion. Dou dune prsence scnique extraordinaire, il na pas manqu de faire vibrer son public qui sest laiss gagner par sa gesticulation. Il chante, crie, enrage, piaffe, gesticule, saute. Un endiabl sur scne qui ne laisse personne indiffrent. a eu droit notre ternel, populaire et incontournable Panama mwen tonbe que chaque chanteur a interprt sa manire en y ajoutant une touche moderne, alimente par les multiples la salle qui stait leve presque comme un seul homme pour battre des mains en signe dadhsion, mme les trangers. Parmi les Hatiens, le premier se lever pour clamer un enthousiasme dlirant tait le reprsentant hatien, Dr. Josu Pierre-Louis (Chef de Mission lAmbassade dHati en Belgique). Oubliant la rserve diplomatique habituelle, il a retrouver les artistes derrire les coulisses pour les fliciter chacun deux. Fiert partage car eux aussi semblaient avoir t ravis davoir eu des Hatiens comme spectateurs dans une salle domine par les trangers et honors quune imposante dlgation de leur Ambassade ait fait le dplacement pour venir les applaudir. Malheureusement ils devaient repartir dbut octobre, sinon ils auraient pu jouer pour la clbration de la mort de Dessalines, le 17 octobre prochain ou pour la commmoration de la bataille de Vertires le 18 novembre. En tout tat de cause, on peut se plaindre de tout, sauf de la vivacit de la musique hatienne. Elle ne connat pas, elle, la crise ; sa vitalit est reste intacte, malgr les alas postsismiques et autres. cet gard, la coopration croise la belge a du bon puisquelle permet aux artistes de prendre pied hors de chez eux mais aussi dchanger, donc de souvrir, de dcouvrir, de senrichir... H. Hrard ( )

PAGE 11

Page 11 AVIS DIVERS POUR PUBLICATION : Me. Johnson MAITRE, Df. Public PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde ; Maintient le dclare fonde la dite action ; Admet en consquence le divorce de la dame ne Marie Yvanne INCOMPATIBILIT DE CARACTERE ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier Edel LAMOUR CHRY de ce Tribunal RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi Vingt-six Juin deux mille Treize, en prsence de Me. Yanick Odney, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Homre IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement lorsquils en seront lgalement requis. susdits. Pour expdition conforme Collationne. Me. Jean Michel SANTHER (voir / p. 13) ERRATA Dans le MEMORANDUM paru dans notre dernire edition cette page, il faut lire : Valry Abraham, je vous rappelle que dans le litige qui moppose vous, quun jugement de dguerpissement a t rendu en ma faveur par la Cour dAppel de Port-au-Prince le 10 Mai 2013 et, ce pour plus dune raison: 1) A cause de vos nombreuses violations au Contrat de Bail. 2) Parce que le Contrat tait arriv son terme le 31 Juillet 2012. Dispositif du jugement rendu par le Tribunal de Paix de Carrefour en date du Mardi Onze (11) Juin 2013 entre les hritiers des poux Mose CANTAVE femme ne Dieudonne JEAN MARIE reprsents par Armand CANTAVE et les nomms Denise LABADY, Madame Andr ROMULUS et Grgory ainsi connu. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr et au vu de la loi, se dclare comptent pour statuer sur le diffrend entre les hritiers des poux Mose CANTAVE la femme ne Dieudonne JEAN MARIE savoir Marie Monique CANTAVE AUGUSTIN, Marie Rose Yolette CATAVE GABRIEL, Marie Juliette CANTAVE AGNANT, Alfred CANTAVE et les nomms Denise LABADY, Andr Romulus et Grgory ainsi connu sur laction des demandeurs entreprise par lexploit du 23 Mai 2013 Ministre de lhuissier Jean Franois du Tribunal de Paix de Carrefour ; accueille en la forme laction du demandeur ; maintient le dfaut octroy aux demandeurs contre leurs adversaires pour faute de comparaitre ; dit que les cits occupent illgalement la proprit des requrants sise Carrefour, Truitier, # 179 ; ordonne en consquence lexpulsion des cits des lieux occups illgalement ; accorde lexcution provisoire sans caution du jugement sortir sur le chef de lexpulsion nonobstant toutes les voies de recours. Condamne les sieurs Denise Labady, Andr Romulus et Grgory ainsi connu VINGT MILLE GOURDES de dommages-intrts en faveur des requrants aux frais et dpens de linstance. Jean Pierre Iguin en audience civile et publique du Mardi Onze (11) Juin 2013 ; An 210me de lIndpendance 10heures du matin au Tribunal de Paix de Carrefour. IL EST ORDONN ETC PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen sur Acte bas sur un Salvador Edouard imaginaire. Alors que lacte de notorit des Edouard dat en 1973 fait mention de Jean Edouard ayant neuf (9) heritiers. Fait La GONAVE POINTE-A-RAQUETTES, Quel non-sens cette affaire dacquisition suivant un document dpos chez un notaire acte de dpt Il nest nullement fait mention de lautorisation dacheter du Ministre de la Justice en faveur de cet tranger belge qui se croit toujours au temps de la colonie. Me Bettina B. Francillon Notaire en sa rsidence de Delmas et non pas de Port-au-Prince Jugement par dfaut frapp dopposition en date du 15 Mars 2012 rendu par Mon nom est Grgory Paulmon, copropritaire avec mes surs dune proprit fond et btisse sise Delmas 33. Cette proprit, acquise depuis plus de 40 ans, communment dnomme Village ULDECA, stend sur approximativement neuf carreaux de terre sur lesquelles slvent une quarantaine de maisons. Ces biens sont le fruit des efforts de notre pre M. Pierre Celin Paulmon quil nous a lgu aprs plus de cinquante ans de dur labeur. Ces biens sont aujourdhui lobjet de maintes convoitises. Un certain Hadley Carr, ayant pour gagne-pain et occupation professionnelle le titre de MANDATAIRE, connu Delmas comme matre spoliateur, associ de Monsieur le Maire de Delmas (aujourdhui agent excutif) M. Wilson Jeudy et de certains parlementaires, qui se dit reprsentant des hritiers Edouard, arm dun faux acte de notorit qui donne naissance un imaginaire Salvador Edouard, avec lassistance du Parquet de Port-au-Prince, reprsent par Me Jean Claude Dabrezil, fait excuter un jugement par dfaut frapp dopposition. De ce fait, de force, complicit du Parquet, de gens arms, M. Hadley Carr prend possession dune grande partie de la proprit familiale, comme la dj fait Wilson Jeudy. Un autre cas encore plus bizarre est celui, dune dame du nom de Veuve Raoul Audoin ne Carmen Gordon qui se prsente lHabitation Predailler (Village ULDECA Delmas 33) cherchant une proprit sise LHabitation Fragnau (Delmas75). Bien plus. Le soussign reoit une convocation du juge dinstruction Lamarre Belizaire pour la fallacieuse accusation de dlit de spoliation, fait qui relverait de la comptence du tribunal correctionnel, si dlit il y avait. Ce juge en mission, au cours de discrtionnaires, tout cela pour obtenir les originaux de mes titres de proprit. Force fut pour ajoutant cyniquement quil ne va pas les transmettre mes adversaires. Il ressort que toutes les scnes dintimidation, grossirement joues par le juge dinstruction Lamarre Belizaire et toutes les menaces profres ntaient que prtexte pour avoir copies de mes titres de proprit. Pour tous ces faits, jaccuse formellement le juge dinstruction Lamarre Belizaire de vol et de tentative de kidnapping en me menaant de menvoyer au pnitencier du fait de mon refus de lui livrer des documents privs: les titres de proprit de la famille Paulmon. Dores et dj, la famille Paulmon tient pour PREMIER RESPONSABLE le juge Lamarre Belizaire quant tout acte de faux qui pourrait tre fabriqu

PAGE 12

Page 12 ASSEMBLE GENERALE ONU ( ) Michel Martelly a prt serment. En janvier 2010, Hati tait dans une situation particulirement critique, notamment en raison dun sisme dvastateur et damplitude majeure. Les catastrophes naturelles graves. Malgr les difficults quotidiennes, Hati est aujourdhui rsolument et dfinitivement engag sur la voie du progrs Notre pays se relve progressivement des catastrophes naturelles subies et regarde aujourdhui de dveloppement long terme. La vision de notre action gouvernementalesinscrit des objectifs de dveloppement du millnaire. Mais, le dveloppement en marche ne peut se concevoir sans une rforme en profondeur de ladministration publique et une bonne gouvernance politique. Cest pourquoi la question de ltat de droit reste une de nos priorits.Ace propos, nous avons fait de grandes avances en 28 mois. Le Conseil Suprieur du Pouvoir Judiciaire a t mis en place pour garantir lindpendance des magistrats et tous les juges de la Cour de Cassation nomms. Le professionnalisme de la Police Nationale dHati permet aujourdhui dassurer et de garantir la scurit et de crer un climat propice aux investissements. La performance de la police a permis de classer Hati parmi les pays les plus srs de la Carabe. Lan prochain marquera la 10me anne de la prsence militaire et policire des Nations Unies en Hati. Le Gouvernement salue la mise en uvre du plan de retrait progressif de la MINUSTAH, ce qui est possible aujourdhui grce aux avances sur le plan scuritaire. La mise en uvre des mcanismes constitutionnels prvus dans le cadre de ltat de droit est une priorit permanente pour le Gouvernement. Nous avons russi crer un climat propice la stabilit politique et lexpression des ides et des valeurs dmocratiques. Je tiens rappeler lengagement et les actions du Gouvernement pour consolider ltat de droit et garantir la prennit des institutions dmocratiques. A cet effet, le Gouvernement continue donc de donner tout son appui au Collge transitoire du Conseil Electoral Permanent pour la ralisation dlections lgislatives et locales le plus rapidement possible. Malgrses faibles ressources, le gouvernement a dj mis des fonds importants la disposition de lorganisme lectoral. A ce sujet, le Prsident de la Rpublique sest personnellement investi en initiant un dialogue franc et sincre avec les acteurs et partis politiques quil encourage participer dmocratique indispensable la construction de ltat de droit. plus d 200,000 en place par le gouvernement. Le pourcentage denfants scolariss est pass de 49.6% en 2010 77.2% en 2013.Nous avons russi ce pari notamment en crant le Programme de Scolarisation Universelle Gratuit et Obligatoire (PSUGO). celui appelant la scolarisation de tous les enfants dans lenseignement primaire dici 2015 Toutefois, le Gouvernement est conscient que cet pour tous. Cest ici un nouvel objectif que nous sommes dtermins atteindre. Par ailleurs, un programme ambitieux de lutte contre lanalphabtisme est en cours. Il concernera plus de 250,000 personnes en 2014. autre objectif du millnaire, le Gouvernement hatiena fait des efforts considrables pour viterun drame humanitaire. Au moment o le Prsident Michel Martelly accdait la prsidence, 76 % de la population hatienne vivait en situation de pauvret, 56 % dans la pauvret extrme. Cela, dans un contexte de forte ingalit sociale. Pour atteindre ces objectifs de lutte contre la pauvret extrme, le Gouvernement a investi plus de US$ 150 millions dans les programmes dassistance sociale. Trois (3) ministres-dlgusont t crs depuis 2012 pour renforcer les politiques publiques en vue de lutter contre la Pauvret extrme : le ministre charg des Droits Humains et de la Lutte contre la Pauvret extrme, le ministre de la Promotion de la Paysannerie et de celui la scurit nergtique. Pour faire face cette situation, le gouvernement a dune srie de 15 mesures dont les rsultats sont attendus court, moyen et long terme. A court terme, lobjectif est, dune part, de stabiliser le prix des produits de consommation de base,et, dautre part, doffrir une assistance aux populations touches par la pauvret extrme. A moyen et long terme, lobjectif est daugmenter la production nationale et de rduire notre dpendance alimentaire. Paralllement, nous avons introduit une innovation sociale sans prcdent dans lhistoire du pays en initiant une srie de programmes sociaux touchant les groupes les plus vulnrables. Rassembl sous lombrelle EDE PEP Help The Poors ce programme touche aprs une anne dintervention, plus dun million de personnes qui vivent dans lextrme pauvret : mres de famille, tudiants,vieillards, handicaps et victimes des dsastres naturels. que sur les 1,500,000 refugis du sisme qui vivaient sous les tentes, dans des conditions infrahumaines, plus d,200,000 ont t relogs. Au 21e sicle, des gens meurent encore de faim en Hati. Cette situation est INNACEPTABLE et INTOLERABLE. Comme la dit Nelson Mandela, Vaincre la pauvret nest pas un geste de charit, cest un geste de justice les dfis relever sont considrables en Hati. La prvalence de certaines maladies, les taux levs de mortalit infantile, les carences dinfrastructures nous nallons pas en rester l. Beaucoup reste encore faire sur le plan de la prvention et du traitement. Nous aspirons le traitement plus abordable.Il en est de mme pour dautres maladies dont le paludisme. En Hati, le rseau de sant publique et loffre de soins dans le domaine de la prvention, doivent tre consentis. Rappelons que lesprance de vie en Hati est value 53 ans, trs loin de celui des pays occidentaux. est une proccupation importante du gouvernement hatien puisquune trs grande partie de la couverture vgtale a disparu. Pour sensibiliser la population sur la ncessit de reconstituer le manteau vgtal,des programmes denvergure ont t mis en place et dautres sont en cours dlaboration dans de lalimentation en eau potable, de lassainissement, de la protection des cosystmes, trop longtemps ngligs. Sans une protection adquate de lenvironnement, il ny a pas de dveloppement durable, pas de scurit alimentaire possible pour une population en croissance, pas de recul de la pauvret et de la misre. Tout comme lexige cet autre noble objectif du millnaire, le gouvernement hatien, a fourni dimportants efforts pour assurer lgalit entre les hommes et les femmes.Si la socithatienne a toujours donn une place importante aux femmes, le gouvernement hatien a engag des initiatives fortes pour permettre aux femmes daccder des postes de responsabilit dans ladministration publique. Ainsi le cabinet ministriel compte plus de 35% de femmes, et sur des portefeuilles importants. Certes, beaucoup reste faire pour assurer lmancipation pleine et entire de la femme hatienne, notamment dans les milieux les plus dfavoriss. Chez nous, les femmes mritent un meilleur accs lducation et aux services de sant. Je conclurai en vous demandant dobserver de plus prs cette Hati diffrente qui merge depuis trois ans en dpit des problmes quotidiens et dun hritage lourd que vous vont lcole; cette Hati o de nouveaux htels de standard notre tourisme; cette Hati avec une croissance conomique de Hati qui, pour la premire fois, a vu linvestissement direct tranger augmenter de plus de 19 % ; cette Hati qui mne une lutte acharne contre la contrebande et la corruption ;cette Hati qui enregistre le plus faible taux dhomicides de la Carabe, selon ltude 2011 sur les crimes (Homicide) ralise par le ; cette Hati qui se modernise petit petit et qui adopte des rformes courageuses ; cette Hati qui mise de plus en plus sur un dialogue constructif avec les partenaires sociaux du pays ( la presse, les partis politiques, le secteur priv, etc. ) ; cette Hati qui a le courage de miser sur les plus vulnrables, sur les plus pauvres en dpit de certaines incomprhensions et critiques. UneHati nouvelle merge. Cette Hati se sent plus que jamais partie prenante de la grande famille des Nations Unies, de lacommunaut internationale sans laquelle beaucoup des ralisations de ces trois dernires annes nauraient pas t possibles. Cependant, nous avons fait beaucoup avec trs peu. Si la communautinternationale avait respectles engagements de lordre de 10 milliards de dollarspris lors de la runiondu 31 mars 2010, dans cette mme enceinte o nous nous retrouvons aujourdhui,les rsultats seraient encore meilleurs et les souffrances du peuple hatien moins pnibles. Aujourdhui, nous sommes encore loin du compte puisque seulement une partie de cet engagement a t honore. A cela sajoute malheureusement une rduction sensible de laide publique au dveloppement qui na jamais atteint les 0,70% des PIB des pays dvelopps tel que promis par ces pays. dviter les duplications faites par les Organisations non gouvernementales, le Gouvernement a mis en place un nouveau mcanisme : le Cadre de Coopration de lAide Externe au laide internationale. Hati est de nouveau prsente sur la scne rgionale. Notre pays a accueilli, cette anne seulement,trois grands sommets rgionaux : CARICOM, AEC et PetroCaribe. Lors de ces rencontres, il a t galement dbattu des meilleures stratgies rgionales pour combattre la misre, lexclusion et linjustice, thmes communs aux objectifs de la dclaration du millnaire. Finalement, cette Hati dont je vous parle, cest celle que les hatiens et les hatiennes sattellent faonner tous les jours, sans relche. Les rsultats arrivent. Les progrs sont dj palpables. Notre paysne fait dsormaisplus la une des dpches de presse internationale pour coups dtat rptition, tumultes sociaux, inscurit, instabilit.Notre pays est dsormais stable et scuris notamment grce au support de la MINUSTHA la Police nationale. Lconomie est contenue. Les travaux dinfrastructures sont lancs ainsi que la reconstruction des btiments publics dtruits par le sisme. Le pays offre dexcellentes opportunits dinvestissements dans tous les secteurs dactivits. En Hati, aujourdhui,cest la marche vers une nouvelle re, celle du progrs social et conomique. On agit concrtement pour raliser des avances vers leprogrs social et conomiqueauquel la population aspire. VIVE HAITI !Je vous remercie. sanitaires, privent des millions dHatiens laccs auxservices de sant de qualit. Cette situation a t aggrave par le sisme de 2010. A cela, il faut ajouter lapparitionen Hati, en Octobre 2010, dune trs grave pidmie de cholra. Le peuple hatien continue de payer le prix fort en vies humaines. Devant les consquences catastrophiques de ce flau qui a occasionn plus de 8,000 dcs et 650,000 personnes infectes, le gouvernement hatien propose quune partie du Fonds mondial de lutte contre le cholra soit ddie de manire exclusive lradication de cette maladie en Hati. Si nous persistons croire que les Nations Unies ont une responsabilit morale dans lirruption de lpidmie, il nen reste pas moins vrai que lorganisation appuie dj certains efforts du gouvernement pour combattre cette maladie. du gouvernement hatien et des majeurs, le gouvernement hatien nest pas rest les bras croiss. Avec des partenaires nationaux et internationaux, experts en sant public, nous avons russi contenir la propagation du VIH/sida. Dans la prise en charge du sida aujourdhui, Hati est passe un taux de prvalence de 5.5 en 2000 2.2 aujourdhui avec des projections de 1.5 en 2015. Ces rsultats viennent rcompenser des annes defforts quifont dHati un modle universellement reconnu par les milieux scientifiques et acadmiques internationaux.Mais,

PAGE 13

Page 13 Le 27 septembre, lOrganisation Mondiale du Tourisme (OMT) clbrait la journe mondiale du tourisme. Bien que jaie, du moins je le crois, la liste de toutes ces journes mondiales ou internationales, je ne crois pas jamais en avoir parl, sans doute parce que personnes na jamais attir lattention sur cette date. Cette anne, cest diffrent ; le Rseau la journe tait le rseau de promoteurs du tourisme social et cele demande quon sy arrte un peu. Le coordonnateur du RENAPROTS Abner Septembre, que lon connait pour son action Vallue, dans les hauteurs de Petit Gove, a fait la diffrence entre le tourisme traditionnel de masse, le tourisme conventionnel, celui des ( ) et de production organises rgulirement par la FONDTAH, le Sant Pon Ayiti et la Fundacion Ciencia y Arte de M. Cerulle Ramia, qui fut ambassadeur de la Rpublique Dominicaine en Hati. On parle de tourisme culturel qui vise faire connaitre et apprcier le patrimoine culturel ; sur ce point lUniversit avec les titres de proprit de la famille. Juge en mission commande Lamarre Belizaire? Rpondais-je une invitation dans les rgles? La rponse est videmment non. Le but de cette convocation tait tout simplement dextorquer, des informations relatives aux titres de proprit des Paulmon pour les passer Hadley Carr et consorts. Tout ceci, pour non seulement me soutirer injustement des informations sous fortes menaces darrestation, mais en quavocat et porte-parole des Hadley Carr et consorts, pour porter atteinte lhonneur de ma famille, en me disant que mon visage ressemblait celui dun faussaire et ceci en prsence de tmoins. Aprs avoir dnonc et rendu publique ces agissements malhonntes, je ne doute pas que Lamarre Belizaire, trs certainement, voudra rcidiver dans lillgalit, en dcernant contre moi un mandat darrt. Sil est un crime dtre propritaire de bien immeuble, telle sera ma condamnation pour ces droits garantis par la Constitution de mon pays. Daprs Lamarre Belizaire et ses acolytes de tout acabit, la famille Paulmon aurait d se mandat contre Lamarre Belizaire pour Lamarre Belizaire-Paulmon pour vol de documents privs, tentative de kidnapping, squestration, injures graves, atteinte ma personne et celle de ma famille, et menaces demprisonnement illgal? Dieu seul sait ce que me rservait le tout puissant Lamarre Belizaire une fois arriv au pnitencier National des Promoteurs du Tourisme Social (RENAPROTS) a dcid de clbrer cette date avec une journe porte ouverte, et cela sest pass au local de lInstitut dtudes et de Recherches Africaines en Hati Institut Suprieur dtudes et de Recherche en Sciences Sociales (IERAH-ISERSS). Nous aurons loccasion de revenir sur ces deux institutions, mais auparavant voyons un peu comment on en est venu cette journe mondiale. Selon Rosena Ulysse, tudiante lIERAH-ISERSS, la date du 27 septembre a t retenue pour la clbration de la journe mondiale du tourisme parce que cest un 27 septembre quont t adopts les statuts de lOrganisation Mondiale du Tourisme (OMT). Depuis lors, chaque anne on clbre cette journe, en lui donnant chaque fois un thme. Le thme de cette anne est le tourisme et leau parce que les Nations Unies ont dclar 2013 lanne de la coopration dans le domaine de leau ; en 2012 ctait tourisme et nergie durable en 2011 la culture. Mais attention, le tourisme dont on a parl vendredi, ce nest pas le tourisme dont on nous rabche les oreilles longueur de journes, avec ses resorts qui sont senss tre la meilleure formule de cration demplois que lon puisse imaginer. Vous avez remarqu que lun des organisateurs de resorts et un autre tourisme, dit tourisme alternatif. Je sais quil y a des personnes haut places qui naiment pas cette dnomination de alternatif et demandent : alternatif quoi ? ; au cours de son intervention, Abner leur a apport la rponse, mais je ne suis pas certain quelle leur fera plaisir. Abner a rappel deux caractristiques du tourisme traditionnel de masse, le tourisme des resorts : sur le plan conomique, 55 % des revenus raliss retournent aux pays metteurs ; sur le plan social, il convient de signaler la disparit entre les resorts et leur environnement ; les resorts sont des enclaves de richesse dans un milieu pauvre, voire misrable. De l donc lide de dvelopper un autre tourisme, un tourisme alternatif, un tourisme responsable et respectueux, que lon clbrerait le 2 juin, si jai bien compris. Il existe diffrentes faons de dsigner ce tourisme diffrent. Nous connaissons le tourisme alternatif avec la FONDTAH (Fondation pour le Dveloppement du Tourisme Alternatif) anime par Jean Camille Bissereth ; nous connaissons maintenant le tourisme solidaire avec le RENAPROTS ; mais il y a aussi le tourisme cologique, lcotourisme, qui veut, certes, exploiter les sites naturels, mais en les protgeant on peut signaler les foires co-touristiques organis un colloque international et intersectoriel visant tudier les enjeux actuels et les perspectives davenir du tourisme culturel en Hati (voir Patrimoine, tourisme HEM, V0l. 25, # 43 du 16-22/11/2011). Trois mois plus tt, le Ministre de la Culture et de la Communication (MCC) avait organis les assises nationales de la culture et, mme sil ny a pas t directement question de tourisme, chacun avait bien sr en tte lide que cette richesse culturelle serait un atout pour le dveloppement dun tourisme culturel (voir HEM, Vol. 25, # 28 du 03-09/08/2011) Pour terminer, je signalerai quon parle mme dagro-tourisme, pour les personnes intresses connaitre les pratiques agricoles du pays quils visitent. Simplement pour dire que le tourisme peut tre autre chose que rester btement allong sur une plage se dorer au soleil (quand on en a besoin ou de participer des concours de bikini qui frisent tourisme intelligent. Bernard Ethart convocation contre le lot des puissants Honorables Dputs (ex : plaque dimmatriculation OF-00914 Toyota Land cruiser de couleur rouge et OF-00199), Juges, Commissaires, Evads de prison, Criminels notoires qui viennent mesurer et lotir nos terrains arms de fusil dassaut de fonctionnaires publiques qui utilisent leurs positions pour faire impunment du voire excuter un quelconque mandat contre Hadley Carr avant quil naille se rfugier et se la couler douce en Rpublique de sige qui est impos aux 43 familles qui vivent aujourdhui au son des rafales darmes automatique qui crpite de jour comme de nuit au Village ULDECA? Cette lettre est dpose sous forme de plainte chez plusieurs instances tatiques et non tatiques du pays; jespre ainsi trouver dans mon pays lexpression dune justice plus saine et plus honnte. Annex la prsente, copie dun titre de proprit mis par larnaqueur de notorit publique Hadley Carr et consorts se basant sur le jugement par dfaut frapp dopposition, pour un terrain situ au Village ULDECA (Delmas 33), fait La Gonve, Pointe Raquettes Lacte dopposition qui a t faite au dit jugement par dfaut. Je vous remercie tous de lattention accorde la prsente et vous adresse mes patriotiques salutations. Grgory Paulmon NB: Lopposition un jugement par dfaut, remet la cause au mme et semblable tat quavant. Lanimatrice Rosena Ulysse Dbat (photos B.B.)

PAGE 14

Page 14 HORIZONTAL 1. Pronom Pareil 2. Membre de la branche du Christianisme cre sous Henri VIII 3. Dernire dynastie de la monarchie birmane 4. Deesse grecque Symbole de lunit de masse atomique 5. Vil, en nerlandais 6. Exclamation Piece de cuir place sur un animal 7. Peuple de Nouvelle-Guine occidentale Argon 8. Groupe ethnique perscut en Birmanie. VERTICAL 1. Machine hydraulique gyptienne 2. Petit de lne Surnom dun shateur haitien 3. Bovid dAfrique Interjection 4. Ancienne monnaie de compte Pronom 5. Crie (pour un chat) 6. Bouclier du moyen age Aluminium 7. Dernire capitale royale de la Birmanie 8. Embauchera. SA##MEME ANGLICAN KONBAUNG INO#U#DA E#U#LAAG HE#SELLE #DAO##AR ROHINGYA Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeAUXINES Z Q U O I E A Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de EXPIEE IMPALA en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sDanemark Norvege Suisse Pays Bas Suede Canada Finlande Autriche Islande Australie Israel Costa Rica Nouvelle Zelande Emirats arabes unis Panama Mexique Etats Unis Irlande Luxembourg VenezuelaCUTINE BUTINE BUTINS BUTONS BURONS HURONS HERONSEXPIEE IMPALA K M A A Z X R S E F W U S U E D E M Q P E S X U R U D T R U O D D M M X H V R A B W K B N W Z C N E I H R U R U S B H D E L A Z A A I R I C F P M P E A A Z G R L P L N A E F A Y A U T R I C H E I R S C T Y R H N Q T N I U V Z W V A I P S Z T A I A L E U Z E N E V R D K A B M X E E D N A L N I F A E O J R A E K A S C A L P L D T D L O N A M L R Z S B E T A T S U N I S W B K S A T I V G R U O B M E X U L E I Q M R U H T P C S P A Y S B A S K H E O S S J Z Z N H L U I K G U V W N J U R P K N Z G Y N H C L N Y S A A B K I M Q H G B B P S A I J T D A L D H J P Z I S T J W G S les conclusions du Ministre Public, Maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience prcite ; Admet en consquence le divorce du sieur Jimmy JEAN PIERRE davec son pouse ne Mariline VICTOR pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits Epoux. de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Johnny JEAN pour la signification de ce jugement. Compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, Juge en audience civile, ordinaire et publique en date du Sept Fvrier deux mille Treize, en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du Greffier GEORGES Cherestal Fabiola. IL EST ORDONN ETC .. Dispositif du jugement de dfaut rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, entre le sieur Rica NOEL et son pouse la dame ne Midso CLMANSOT. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur Rico NOEL davec son pouse ne Midso CLMANSOT pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Jean Joseph prsent jugement ; Compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi huit Mai deux mille Treize, en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, du sige. IL EST ORDONN ETC Hugue P. BRUTUS, Avocat PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs dlibration et sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la dame Jean Donald PAMPHILE ne Phida JEAN, en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre octroy laudience du Vendredi 14 Juin 2013 contre le sieur Jean Donald PAMPHILE ; Admet le divorce de la demanderesse davec son poux pour injures graves et publiques prvues larticle 217 du Code Civil Hatien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts de lpoux ; ordonne les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Clerbrun FAURE de ce sige au Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, ce vendredi vingt-huit (28) Juin 2013, en prsence du Substitut du Commissaire du Gouvernement Me. Sheila et avec lassistance de Fabiola Cherestal GEORGES, Il est ordonn etc En foi de quoi Etc Pour expdition conforme collationne : Me J. Kerby JEAN GILLES, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal accueille laction de la dame Peterson DERISSIER ne Mireille DESROSIERS pour tre rgulirement introduite en la forme ; Maintient le dfaut de comparaitre sollicit et octroy laudience du vendredi sept (07) Juin deux mille Treize contre le sieur Peterson DERISSIER Au fond, Admet le divorce de la dame Peterson Derissier ne Mireille DESROSIERS davec son poux Peterson DERISSIER pour injures graves et publique ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux pour cette cause et ce, aux torts exclusifs de de transcrire sur les registres a ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la capitale ; sous peine dommagesintrts envers les tiers, sil y chet ; compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Clerbrun en audience civile et publique et ordinaire ce vendredi vingt et un (21) Juin deux mille douze, an 209me de lIndpendance, en prsence de Me. Sheila Monsanto BAZILE, Substitut du Commissaire du Gouvernement au Paquet prs le Tribunal de Premire Instance de Port-auPrince de ce ressort, avec lassistance de Fabiola Cherestal Il est ordonn Etc En foi de quoi Etc COLLATIONNE Me J. Kerby JEAN GILLES, Av. Etats-Unis dAmrique, reprsent par son mandataire le sieur Musset Jeanty, propritaire, demeurant et domicili Delmas 18, Rue Archin # 65. Et le sieur Andr Sobner, demeurant et domicili Delmas 24, Rue Caonabo # 63. DISPOSITIF : Le Tribunal, aprs en avoir dlibr conformment au vu de la loi et charge dappel se dclare comptent pour connaitre de cette affaire, maintient le dfaut octroy contre le sieur Andr Sobner laudience du 05 Juillet 2013, ordonne en consquence son dguerpissement de la maison du requrant sis Delmas 24 rue Caonabo # 63, pour nonpaiement de loyer et condamner Vingtcinq Mille Gourdes (25,000 Gdes) des dommages-intrts pour les prjudices causs. DONN DE NOUS Me. Accim Emilio, juge en audience civile du Vendredi 05 Juillet 2013, avec du sige. Pour le Cabinet : Me. Rodrigue LOUIS CHARLES, Av. Le Tribunal de Paix de la Commune de Delmas, compltement runi en sige ordinaire a rendu en audience publique en ses attributions civiles le jugement suivant : Entre : Le sieur James CTOUTE, propritaire, No. 004-256-462-7, ayant pour Avocats Mes : Domond Jacques Sondth et Marcel Chrilus, du Barreau de la Nos : 003-001-524-2, 80952750, 80952752, au Cabinet du premier au no. 19 Rue de la Runion de Port-au-Prince, demandeur dune part.Et : la dame Louise Marie Rose DELVA, demeurant et domicilie Delmas 30 # 46, dfenderesse dautre parts. PAR CES MOTIFS, le Tribunal dlibr au vu de la loi, accueille laction du demandeur, maintient le dfaut requis et octroy laudience prcite, dit que la cite occupe illgalement la maison du requrant en consquence, ordonne son expulsion des lieux, la condamne aux frais et dpens de lInstance commet dcision. DONN DE NOUS Esae PIERRE LOUIS, juge en audience publique, extraordinaire du Lundi 2 Septembre 2013, avec lassistance de Ralph JEAN LOUIS. Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de Ministre Public prs les Tribunaux civils dy prter la Pour expdition conforme Collationne : Me. Domond Jacques Sondh, Avocat Le Tribunal de Paix de la Commune de PtionVille comptemment runi en audience publique et ses attributions civiles entre le sieur Thbaud Patrick et les cits Carline BLANC et Junior ROCOURT. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment la loi, au Nom de la Rpublique, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde, Dit que la maison occupe par la dame Carline BLANC et Junior ROCOURT mrite dtre rpare, Ordonne le dguerpissement de ces derniers pour cause de rparation selon le vu de la loi du 8 Septembre 1948, art. 3, ordonne le droit de reprendre la jouissance du Bail avec tous les consquences de droit. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Antoine LUCIUS, Juge en audience publique et civile du Harold de ce sige. IL EST ORDONN .. Me. Patrick LOLO, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse action ; Admet en consquence le divorce du sieur Knol HARMONY davec son pouse ne Kettely CASTIN, pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; Sud de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Commet

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou lhuissier Mikerlange PIERRE de ce Tribunal pour la AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Nerva VILMONT, Doyen, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi quatre Juillet deux mille Treize en prsence de Me. Mirlande DUPICHE PREVOST, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Willy BERNAB, Pour ordre de Publication : Me. Fritz-Nel SAINT-LOUIS, Avocat PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse fonde ladite ; action ; Admet en consquence le divorce du sieur Luckner DUMOND davec son pouse ne Yvrose SUPPLICE, pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant de la Commune de Delmas de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrt envers les tiers sil y chet ; Commet lhuissier Carltz Edzerd REBECCA compense les dpens. RENDU DE NOUS, Jacques HERMON CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique, sance tenante, du mercredi Trois Juillet deux mille Treize, en prsence de Me. Yanick ODNEY, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, du sige. Pour ordre de Publication : Me. Jean Bazelais BEAUVOIR, Avocat NT ETIMOLOJIK DIKDOGD (3)* AK MAKS MANIGA/ MAX MANIGAT (* W Ti Gout pa Ti Gout 18 sektanm 2013 Hati en Marche 14.09.13 Kouzen FMM te vle f kk kout tiwl tou. Menmsi kouryl li a pa rete sou sa li voye di a gan konsekans. Mwen mete l sou tab. Youn lt fwa, ptt, n a diskite li : Kouzen yo, m renmen apwch analiz-rasin mo ak fmasyon an ki fse n konpare-kole plizy mso ansanm lan. Epi, f m remsye kouzen Max tou (premye fwa m rele Pwf la, Max ; m pa santi m alz, nonplis ; men sa s on lt koze.) M di l msi paske m w li f on kout pat nan lang an m lan, jan m pale y la. Sa pett ka louvri yon lt chapit nan deba a. M konnen se pa koze rejyon k ap pale lan; men reyalite a se plizy bout ki marande nan yon kd plizy branch. Verite a : nan yon menm kanton, gen moun ki di mang lan dou* ; yon lt di mango a sikre ; yon lt ap di mango a, oswa mang lan gou. M pa kw lang lan ka di se yon sl jan pouu di sa. Se konsa, m kontan tande moun Okay-Difon k ap di : M pe plede hele tiyason an, li pa sa tande tlman tt li pedi nan jwt. Okap, yo ta di w menm bagay la, konsa : M ap plede rele tiyason an, li pa ka tande, tlman y pran nan jwt a y (tlman i pedi tt a y nan jwt). Yon moun ka di m travrse lizy koze a ; men se koze analiz la ki mennen m la. Koze mennen koze, san konte nou tout gen devwa pale pou le peyi pou lzanst depi se pa pou ni kraze, ni deblatere malfezans. Kenbe la _________ Okap/nan N, yo di : manje sa a dou ; sa vle di li gan bon gou ; yo manje l ak lapeti. Eske zt konnen se tradiksyon youn mo nijeryen. Lan peyi sa a, l manje a gou (jan anpil Ayisyen di) mo yo svi a se : sweet ki tradiksyon angle li. Bt sa a, mwen jwenn li lan youn liv ti fr mwen, Silvio Faschi Jr voye f m kado : Nigerian Cookbook by H. O. Anthonio & M. Isoun (1982), 216 p. ill. 14.09.13 Km bourik chaje pa kanpe menm jou mwen ekri zanmi an : Sanba (se konsa wen rele Kouzen JMM ) monchr, Wen konprann Kouzen Max la pa sonnen byen lan bouch a w sitlman w abitye rele wen Pwof la men i antre lan zry an m dous. Antouka, jan ou rele m la toujou f wen kontan. Sa w ekri la jitim (eske w konnen mo sa a? Enben me sa PP esplike : JITIM : adj jitim juste, lgitime ; semploie parfois pour approuver un propos que lon juge conforme au bon sens, lquit ; il quivaut alors : bien sr, naturellement, rien de plus juste. PPL-117 Jan ou konnen, m ap ekri youn Supplment ... pou Mots croles du NordHati an m la ki gan pour part lan nouvo liv anwo lavi Okap la : souvenirs Madanm a w ap travay anwo youn chapit k ap part ladan i. Ou w m ap f on kout pat lan lang a w la Sa se vre! Men, jan save yo yo konn di : Lekriti pa inosan! Wen p ap ekri pou nwasi papye ase ; wen ta renmen pou mon k ap pale kreyl, lan radyo ake lan televizyon yo, konprann sila la yo k ap tande yo la pale youn lang yo rele : ki pa p... (o resp!) lan koton bay franse* santi. Kidonk, ki mt/metrs lakay a i. Konsa, i ta bon pou yo konmanse aprann li. Travay a PP se youn zouti wete nechl pou ta ride yo f pwogr lan ake pp ayisyen kreyolofn la. Poukisa? Paske i esplike lan ki sitiyasyon pou srvi ake mo yo. Malerzman, Lexique ... a PP la pa janm pibliye. Sa sanble youn bl lanp gaz byen kle-re yo sere anba youn kabann... Lan Supplment ... an m la, m ap vini ake menm san (100) mo zt kw yo konnen, men bichi! Ankouraje! Pwf la, Kouzen Maks, Pr Maks (jan ou pito) _________ Wen pa kont lang franse ; wen menm renmen i, men chak bourik dwe pou ranni lan patouraj a i. 14.09.13 Kouzen Charlot Lucien, youn gran sanba ki mete plizye CD dey, te vle f de kiy tou. Li vini avk youn lt pwoblm konsekan. Mwen kw, menm si se pa li plis diskite, nou merite tande vwa li : Max Dab mwen mwen tou mwen te bw pwa sa a nan f nwa... sou kesyon a. Se chans mwen pa trangle, men mwen tou aprann. Mwen [vle] rantre nan yon lt asp nan echanj sa yo, non pa km lengis mwen pa ye, men km obsvat ak itilizat lang kk grafm ak kmant mwen note nan mesaj ou a : [rapl : lekriti pa inosan ; itilizasyon wen vs mwen ; i vs li (nan i ta bon ...) ; atant pou moun nan radyo ake lan televizyon yo konprann.... ] Mwen okouran deba ft sou kesyon sa yo deja, men yo ta sipoze genyen) ki atire atansyon mwen. Donk, kesyon mwen yo : poze kesyon chwa / itiliza-syon ant kk varyasyon rejyonal kreyl, fas a yon kreyl ki pa gen varyasyon rejyonal (kk moun refere a kreyl estanda oswa kreyl ptoprens ?). Pandan nou ka reknt e tande varyasyon yo nan pale ak lt moun, eske fk nou tabli yon chwa sou yonn ladan yo? E ki krit ki pral pmt nou admt se varyasyon kapwa a ( sila nganm pitan mwen konpr ... oubyen varyasyon nan Okay kote mwen soti [(sa ou pe di la konpr ), banm yon tiyen ... oubyen yon lt varyasyon... ] Eske itilizasyon varyasyon ki pa rejyonal la mete otonomi, endepandans lang an kesyon pa rap a franse? Nan kesyon varyasyon, nan tande moun k ap pale angle nan Atlanta New Orleans ak nan Boston mwen note varyasyon rejyonal yo (majistra Boston an a pa fouti di mayor ou byen clam chowder men se pito maya clam chowda ( pour la grande joie du public ), men an jeneral mwen pa reyalize yon atant pou nan izaj jeneral lang nan nan yon seri espas piblik (medya mainstream , jounal eskri, espas administratif, politik oubyen akademik... ) pou itilizat lang nan adopte oubyen Si nou gen liv, materyl edikatif k ap pwodui, eske nou ou/e alekri ? Se posib mwen rate kk entvansyon pase oumenm ak kolg yo, men pwen sa yo gen enptans psonl pou mwen km moun ki pafwa pwodui istwa oubyen ki svi ak lang nan, e pou medya e nan medya. Akote konsiderasyon sa yo, kesyon sa a ou te poze sou a pote bon jan enfmasyon ak nouvl konesans pou mwen ak plizy nan nou, ki f mwen apresye ou te louvri optinite rechch sa a. Nan fredi Boston Charlot 14.09.13 Kouzen Charlot Pawl b lakay an m di : Lapli tonbe Okap ; Dondon glise ; Flibrte f labou. Mrsi anpil! Imel a w la louvri la anvan nou pase lan gwo pwobm ou plante la a. Pou wen pa kite w djl anfarinnen nt m ap di w se tanzantan wen ekri kreyl nan N pou korespondan wen yo toujou chonje mon Okap pale ake : aksan, gramr, vokabilr, en-tonasyon a yo (ki pa part lr nou ekri). Men, si m ap ekri youn liv ki pou pou wen konfme wen paske san pa ganyen youn lwa pou sa sanble se kreyl ptoprens la ki srvi lan liv Edikasyon Nasyonal rekonmande. Kouzen Chalo, se pa ti jodi m ap plenyen pou medya ayisyen yo, sitou radyo yo, pale lang a pp la. Sejousi, gouvlman ayisyen la bay reyinyon Konsy Minis yo lan televizyon. Se dilere pou w se la devan kamera televizyon yo plis mon yo k ap bay rap yo ap seye tradui sa yo ekri an franse. M ka tou di w sa pa byen soti ditou. Wen ganyen anpil bagay pou wen ta di anwo sa, men wen tavoudra ou retounen anwo pwoblm la yon lt jou. Diskisyon anwo mo anlele! Di bonjou lakay! Wen pa bliye Ti 4-4 la. Ni Nikl tou. Zanmiman, Max _________ Annou ekri : pit an mwen/pit an m 15.09.13 Sanba, Lr m ap ekri kreyl wen chache chonje konman grann an m ake manman m te konn pale. Toulede se mon b Flibrte. Pou wen se youn espresyon ki pa gan ankenn diferans ake Slman, se plis premye la wen te konn tande. Enpi, wen jwenn li pi bl. Youn lt ti bagay : lan MCNH wen te ekri la menm jan ou ekri i la. Konniyr, wen vin w nesesite pou wen chanje i paske pa ganyen youn mo lan kreyl nan N la. la lan : I vin part anwo m vap oswa metrs lakay a i la rete youn demi-vwayl ki dwe mache ake youn vwayl : Yaya ba yo payt : yas! Wen vin w sa tou paske Gwadlou-peyen yo se ake i yo svi tou km pwonon. kapab svi lan fm kout yo a : y ap plede f youn bann rizib. Di bonjou lakay! Zanmiman*, Maks _________ se kout plim a powt Jj Kastra. Wen pa konnen si i te envante i limenm. Kouzen M-AH (Kaptenn Kokourouj) te mande pou mwen pibliye diskisyon sou a la Ti Gout pa Ti m pa mouri. Men repons mwen : 15.09.13 Kaptenn monch, Msi anpil! Sa te lan lide m epi ou vin bay sijesyon an. M ap rasanble tout bon bt yo epi m ap voye l bay Mapou. Mwen byen kontan tande pa mouri. Sa m te reponn Jan-Wob a ta ka ft paske rale li a sou Ankouraje! Maks _________ Mwen fenk pibliye youn lt liv sou pwovb kreyl ank. Mapou gan youn atik sou li pou li mete lan Ti Gout... Konsa, w a konn plis sou li. Kouzin, Kouzen, Diskisyon ki mare sou kesyon mwen te poze a ban m lang nou an. Mwen kontan Mwen kontan Hati en Marche ak Kouzen Jan Mapou ki te ban nou sa fen lan premye pati atik la ki te soti djl loulou. J. Mapou te respekte jan chak mon te ekri ; l te gan ti fot li te korije. Pou zt ki te kite tout aktivite yo pou yo te ride m pote chay la, m ap prete youn pawl m te tande anba bouch Kouzen Dyeri Jil : Si youn msi pa kont ; mil msi pa twp. Jwt ping-pong sa a kreye youn okazyon pou wen a de-kwa pou sila la yo ki mon nan zn sa a pran labitid ekri kreyl yo te aprann lan men an [man] grann a yo. M vle separe ak zt youn remak Kouzen Jera A. Fer louvri zye m sou li. Tanzantan, l m ap ouvre ak frme l giym mwen pa te janm f atansyon si se guillemets franais : oswa quotation marks : . Odinat mwen an gan labitid soti lan youn lang pou li pase lan youn lt. Sa konn tounen youn gagt. Enben! sa p ap rive ank. Kenbe pa lage Maks 2 NEYOLOJIZ : VODOULG AK VODOULOJI AK MAKS MANIGA/ MAX MANIGAT DOKT DYERI JIL/ JERRY GILLES 16.09.13 Alo Dyeri, Ban m pwen w? Dikisyon sou mo louvri zl li. M ap f li tounen yon atik m ap pibliye lan Ti Gout pa Ti Gout... Mwen vle vini ak 2 neyolojiz : Vodouloji/Vodounloji ak Vodoulg/Vodounlg* Sa w panse? Mwen pa ta vle f move mouvman : se poutt sa mwen mande sa ki pi konnen, Di bonjou lakay! Zanmiman, Maks Ekzanp : Gran vodounlg (oswa : vodoulg) Dokt Dyeri Jil vini ak moso pa li : ... 18.09.13 Alo Maks, De mo sou Vodoulg ak sou Vodouloji: Vodou se yon mo ki soti Dahomen. Kolon tankou Mowo de Sen Meri te svi ak mo Vodou a epi etranje ranmase l km non Relijyon Tradisyonl Ayisyen. Plizy entelektyl Ayisyen suiv etranje yo, epi yo rele Kwayans Tradisyonl la Vodou. lan. Men anwetan aktivis, nanpwen moun ann Ayiti ki rele tt yo Vodouyizan. Pou jis kounye, lan anpil kote lan peyi a, Vodou se yon kalite dans, se pou sa moun konn al lan Dans Vodou. Vodou km non Kwayans Tradisyonl la ap pran pye jou an jou paske anpil entelektyl sou radyo ap pale de Kwayans lan sou non sa a. Pou mwen, Eritaj Ginen an laj pase Vodou. Eritaj Ginen an gen ladan n, Kwayans Dahomen, Kongo, Nago, Ibo, eksetera. Anplis, Eritaj Ginen an gen ladan n espresyon, md pale, ms Ayisyen, kont, dans, gram Kreyl, gram Langay, remd fy, rara, jan kay bati, eksetera. Kifla a, Eritaj Ginen an laj pase Vodou. Lan kontks modn nan, epi ak limitasyon mwen deja esplike yo, pa gen pwoblm ak mo Vodoulg ni ak mo Vodouloji. Kwak sa, mwen pito dekri yon moun ki etidye diferan asp Eritaj Ginen an km yon save Eritaj Ginen an. Resp, Dyeri _________ Dyeri M. Jil, Rasin Foula, ak Ivwoz S. Jil, Rasin Mede, ekri youn manpenba liv : Svis Ginen. Rasin, Rityl, Resp lan Vodou (2009), 401 p. il. Li part an angle tou : Jerry M. Gilles Rasin Foula, and Yvrose S. Gilles Rasin Mede : Remembrance. Roots, Rituals and Reverence in Vodou (2009), 401 p. ill.

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE Ce scrutin, initialement prvu en dcembre mais qui pourrait tre repouss, doit renouveler 10 des 30 siges de snateurs, et environ 130 conseils municipaux travers le pays. HPN Pourtant, divers secteurs de lopposition ont critiqu cette demande de Martelly, estimant que le pays peut lui-mme valuer la faisabilit du scrutin. En outre, ils de lanne 2013. Personne ne peut parler dlections dans le pays pour linstant cest ce qua dclar Hati Press Network le Snateur Mose Jean Charles, lors dun cocktail organis lundi soir (23 septembre) bord du bateau Ventse une Frgate de surveillance de la Marine franaise accost au port touristique du Cap-Hatien loccasion de la Nicoloso. Le Snateur Jean Charles a soulign le manque de volont politique du gouvernement en place pour raliser les lections. Nul ne peut dire si les lections se raliseront la le rle de la communaut internationale dans tout cela. Non seulement les conditions ne sont pas runies, mais encore, il ny a pas de volont politique a ajout le Snateur, indexant au passage les Etats-Unis et la France dans ce dbat Si la communaut internationale le voulait, il y aurait des lections a-t-il poursuivi. Par ailleurs, au cours dune confrence de presse donne lundi dans laprs midi bord du navire Ventse lambassadeur de France en Hati, M. Patrick Nicoloso a fait savoir que la France na pas simmiscer dans les affaires internes du pays. Il ne nous appartient pas de nous prononcer dans la dmarche du prsident Michel Martelly. Ce que nous souhaitons, cest que lon trouve une solution. Il revient aux Hatiens de dire si les lections auront lieu en dcembre prochain, a dit le diplomate franais.