<%BANNER%>

Haïti en marche ( 09-25-2013 )

Digital Library of the Caribbean
MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00578

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Haïti en marche
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.
Language:
French
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre:
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID:
UF00098809:00578


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Hati en Marche, dition du 25 Septembre au 1 er Grosse rencontre hatienne aux Pays-Bas du 30 Septembre Une dlgation de lAmbassade dHaiti prs le Benelux tait de la partie la fte dHaiti Culembourg, commune nerlandaise MEYER, 21 Septembre Le prsident Michel Martelly joue rcrer les Forces armes dHati alors que si celles-ci navaient pas t abolies, lui-mme a dj accumul honneurs. ( / p. 4) PORT-AU-PRINCE, 22 Septembre Le mot lections est en rgression. Mais aussi celui de dmission. Le nouveau vocable la mode cest Dialogue. Le prsident Michel Martelly se dbat comme un diable dans un bnitier pour rendre visite tous les chefs de partis politiques. Mme les plus hostiles son pouvoir. Si tu ne viens pas Lagardre, celui-ci viendra toi. ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 18 Septembre Rcemment au terme de la premire manifestation en Hati contre le mariage homo ont t tus dans les faubourgs de la capitale. ont t tirs des mains de la populace et sont sains et saufs. Quelques semaines plus tard, une foule attaquait une rsidence cette fois dans les hauts quartiers o taient fonctionnaire tranger. pour certaines interrogations. Un groupe du carnaval traditionnel hatien Le prsident du Snat, Simon Dieuseul Desras, reu par deux membres du Congressional Black Caucus : Maxime Waters ( droite) et Barbara Lee ( / p. 7) Qui ne veut pas ( / p. 2) Le 7 fvrier 1991, le prsident Jean-Bertrand Aristide recevant les honneurs militaires, il sera renvers par larme 7 mois plus tard (photo Thony Blizaire) La presse dans mais dun ct JACMEL, 20 Septembre Le dernier scandale dans le scandale puisque la chaine, comme nous vivons depuis un dune transition dmocratique mais toujours recommence, cest ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 17 Septembre Pas tout fait folle la gupe, peut-tre que le prsident Michel Martelly sait quel tour il joue lopposition en se prcipitant la semaine dernire dans ses bras aprs lchec de ses partisans la Chambre des dputs pour bloquer le vote du projet de loi lectorale. de la province de Gueldre situe 60 kilomtres dAmsterdam, ( HOMO

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Grosse rencontre aux Pays-Bas Hati en Marche Port-au-Prince Miami th Printed by ( / p. 3) tabli sur plus de 11 mille hectares Seguin, une localit situe entre les dpartements de lOuest et du Sud est, le Parc la Visite est class depuis 2012 comme lune des rserves de biosphre de lUNESCO. Au cours dune visite dans la zone, le prsident Martelly, la directrice gnrale de lUnesco, Irina Bokova, et kes responsables de la Fondation Seguin se sont entretenus sur la ncessit de mettre en place un partenariat public-priv-paysan (PPPP) en vue de protger ce patrimoine qui offre dnormes potentialits sur le plan co-touristique Le Parc La Visite a t cr en 1983 sur 2 000 hectares; en mai 2013, lEtat hatien ans. Le Parc possde un grand potentiel en matire d co-tourisme et en agriculture. Parsem de chutes, il dispose dune zone de recharge deau alimentant plus 4 millions de personnes par jour. LEtat hatien et la Fondation Seguin et dautres instances internationales telles lUnesco ont, depuis quelques annes, entrepris un ensemble de dmarches pour Une dlgation compose de la Directrice gnrale et lenvoye spciale de lUnesco en Haiti, respectivement Mmes Irina Bokova, et Michaelle Jean, accompagnes du chef de lEtat, a effectu, linitiative du ministre de lEnvironnement, une visite au Parc le dtruire. Ainsi, le ministre Thomas entend lancer une srie de campagnes de sensibilisation auprs des paysans et des lves, en vue de leur apprendre gagner leur vie tout en protgeant lenvironnement. encourageant faire leur travail avec honntet et intgrit. Le chef de ltat a promis gouvernement. HPN en Hati, nomm par le Conseil des Droits de lHomme de lONU en juin 2013 [en remplacement de Michel Forst qui avait achev son mandat], sera en Hati du 23 dans le pays. hatiennes et hatiens aussi bien Port au Prince quen dehors de la capitale [...] Je tiens aussi faire la connaissance des autorits hatiennes ainsi que de la communaut internationale et de la socit civile a indiqu M. Galln avant son arrive au pays. M. Galln prsentera son rapport lors de la session du Conseil des droits de lhomme de mars 2014. Communiqu) PORT-AU-PRINCE, LE DIMANCHE 22 SEPTEMBRE 2013.Le Premier ministre, Laurent Salvador LAMOTHE, a laiss Port-au-Prince la tte dune importante dlgation, en vue de reprsenter Hati la 68me session ordinaire de lAssemble Gnrale des Nations Unies New York (tats-Unis), du 22 au 26 lAssemble, au nom du peuple hatien, dans un discours o il dfendra la cause Joseph MARTELLY, Prsident de la Rpublique. Cette 68me session ordinaire de lAssemble Gnrale des Nations Unies sera largement suivie travers le monde et ce sera, encore une fois, une opportunit pour partager avec les autres dlgations des diffrents pays prsents en la circonstance, les ( il ny avait pas trois chanes de tlvision comme la rencontre du mme genre qui violent choc motionnel provoqu chez les Nerlandais par le sisme stant, entretemps, mouss. Il nempche que cette ft Haiti mise sur pied par Vena Neuwelink, prsidente de lAssociation des Haitiens des Pays-Bas, a dran un grand public, de repas haitiens, ont eu lieu avec les parents leurs prognitures leur culture dorigine. Puis vient le sisme. Les activits de Vena au sein de lassociation se sont intensifies, surtout que le regard mu de la presse nerlandaise aprs le sisme sattardait sur cette petite minorit haitienne. Il ntait pas question, pour Vna, de rater estim plus de 300 personnes. Il y en avait pour tous les ges. Cette manifestation haute en couleurs et maille dactivits diverses tait de montrer Haiti dans ce quil y a de plus dobjets dartisanat et de peintures, dfil de mode de belles Nerlandaises dorigine haitienne, sances de coiffure haitienne, plats typiques haitiens etc ; on y trouvait mme des dous de toutes sortes confectionns par des Haitiennes de lassociation. Rpartis sur limmense cole de cette petite commune, le Collge de la Reine Wilhelmina, ces activits commences en dbut daprs-midi ont pris et antillaise. BAS Cette rencontre sur Haiti a une histoire dans laquelle Vena joue un rle premier mari nerlandais dont elle fait la connaissance en Haiti et dont elle a une toujours voulu faire quelque chose pour la petite communaut haitienne, estime environ 1500 mes. Cinq cents viendraient dAruba et de Saint-Martin, colonies nerlandaises, le reste la majorit tant constitu denfants haitiens adopts par des Nerlandais dont on a vu quelques Loccasion de sengager ces adopts, Judy, a laiss un message sur internet. Ctait en 2004. Ce jeune Nerlandais dorigine haitienne, un adopt comme elle le dcrit plus 4 ans lui a attir lattention sur ce message quelque peu dsespr. Cest ainsi quelle est entre en contact avec lauteur du S.O.S. qui grait dj une association dnomm Haiti Contact Vena sy est engage, procurant Judy les contacts haitiens quelle avait dans son rpertoire, pour le plus grand bonheur de ce dernier. De temps en temps, des rencontres, notamment autour le train de la solidarit mondiale qui stait mis en branle. Puis Judy que la nostalgie de son pays lointain navait pas lch dune maille est parti retrouver ses racines. Maintenant il gre une boulangerie quil a monte en Haiti. Dconcertation, tristesse chez les Haitiens des Pays-Bas. Cest alors elle a eu lide de boucher le vide laiss par ce pionnier en fondant lAssociation des Haitiens des Pays-Bas en 2011, poursuivant son plongeon dans laventure associative culturels et dintgration. Ce quelle vise limage ngative dHaiti dans ce pays. Ds que je dis que je suis Haitienne, les gens voquent tout de suite la misre, Cit-Soleil. Cest quils voient la tlvision. Mais je veux leur dire quHaiti nest pas que CitSoleil. Il y a une riche culture montrer Ce ntait pas facile de mettre sur pied cette association. Son mari ly a beaucoup aide. Il lui a mme suggr de visiter des sites qui indiquent la marche suivre pour fonder une association. Elle a suivi son conseil, pris des cours et parents dadopts qui apportent leur soutien. Entretemps lassociation, qui compte dsormais 60 membres, a ralis plein de choses, dont cette grande journe vari montrant tout ce quHaiti a de bon, pour plir le clich Cit Soleil. Mme Le Reprsentant dHati aux Pays-Bas, Dr Josu Pierre-Louis, devant un comptoir de produits dartisanat hatiens de peine la triste nouvelle de la mort de M. des Gonaves, survenue le mercredi 11 septembre 2013 3h15 P.M. des suites dune courte maladie, lge de 94 ans. En cette pnible circonstance, nous prsentons nos sincres condolances sa soeur Mme Jeanne Raphael Valcourt, Jacqueline Raphael, le professeur Lamartine Joseph Raphael, M. Fquire Raphael et sa femme ne Jeanine Noel, Mme Alcinvil SaintVictor ne Nicole Raphael, le docteur Renald Raphael et sa femme ne Loraine Valcourt, Mme Wesner Santer ne Claire Danielle Raphael, Mme Altagrace Raphael, M. Rony Raphael, Enick Raphael, Mme Marie Yolaine Petit-Frre, Rvrend pre Michelin Petit-Frre, M. Johnson YvesRaymond et sa femme ne Joseline Brillant, M. Myrto Petit-Frre et Mme. famille, M. Alcinvil Saint Victor et famille, M. Wesner Santer Jeanie, Daniel et Jean Robert Cadet, Dany Emmanuel Raphael, Elizabeth Et Diane SaintVictor, Rgina Raphael, Nathalie Cazeau, Stphanie, Jerry et Dania Santer, Fdelne PetitFrre, John Wade Raymond, Dr Henri Claude. Hugues, Roseline, Simona, Marianne, Abner, Pierre, Audain et SalemRaphael et famille, M. Randolph Legrand et famille Herold et Gesner, Cotin et famille, au docteur Renan Cherduville et famille. M. et Mme Carlo Petit-Frre, Ilsa Petit-Frre, Jean-Christial, Karl Michel Olivier, Myrtho Junior, Mytcherline, Stanley, Jerry, Fadens, Carlens Petit-Frre. Au personnel qui la aim et servi, particulirement Mme Angelina Dumesle qui la accompagn pendant vingt-huit annes. Saint-Victor, Santer, Petit-Frre, Raymond, Valcourt, Cherduville, Fabien, Noel, JeanJacques, Elvariste, Prval, Jean Baptiste, Pardo, Legros, Sylvain, Legrand et tous les autres parents, allis et amis affects par ce deuil. Les funrailles de M. Dieudonn Raphael ont t chantes le samedi 21 septembre la cathdrale des Gonaves. Linhumation a eu lieu au cimetire des Gonaves.

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE ( ( Port-au-Prince, le 18 septembre 2013 (AHP) Une rencontre a bien eu lieu mercredi entre le prsident Michel Martelly et lancien prsident Jean Bertrand Aristide en la rsidence de ce dernier Tabarre (nord-est de Port-au-Prince). Selon des sources dignes de foi, la rencontre qui a dur environ 90 minutes, sest droule dans une ambiance cordiale et le mot dialogue a jalonn toute la conversation. Une source proche de la prsidence a fait savoir que le chef de lEtat a insist sur la ncessit dutiliser le dialogue pour rsoudre la crise politique laquelle le pays fait face actuellement. Il a voulu en ce sens partager quancien chef dEtat. Lancien prsident a de fait partag lide que le dialogue est la meilleure voie pour rsoudre les conflits, a indiqu un proche de lorganisation politique Fanmi rencontre, tout en soulignant que le prsident se rencontrent La communaut hatienne aux Pays-Bas Aristide a toujours par le pass prn le dialogue et la concertation pour rsoudre des problmes, en lieu et place de la confrontation. Michel Martelly a dj eu des discussions avec plusieurs autres responsables ou personnalits politiques dont Evans Paul (KID), Djean Belizaire (MNP 28), lancien snateur Serge Gilles et des responsable de lOrganisation du peuple en Lutte (OPL) Le prsident Martelly avait rencontr une premire fois lancien prsident Aristide le 12 ocobre 2011, dans le cadre de la semaine dite de rconciliation. dmocrates, le pays a besoin dun accord politique pour laider viter la crise qui sannonce, notamment avec le retard enregistr dans lorganisation des prochaines lections. En effet, linstabilit politique sannonce avec le vide institutionnel partir du mois de Janvier 2014, selon la prsidente de la Fusion. Madame Edmonde Supplice Beauzile a indiqu quil est impossible que des lections loi lectorale. Dans le cadre de cet accord politique, Fusion propose que les lections lgislatives (tous les dputs et les 2/3 du Snat) et les municipales se tiennent en Octobre 2014. Et en 2015, pourront se tenir les lections prsidentielles et lgislatives (ainsi que pour lautre tiers du snat). Il sera prvu aussi dans ce mmorandum, la formation dun Conseil Electoral provisoire de consensus, lutilisation du vote lectronique et la rvision de la Constitution amende, a indiqu lancienne snatrice. Le parti Fusion a toujours cru que les forces vitales devraient se mettre ensemble et proposer des voies de solution en vue de sortir le pays du bourbier dans lequel La Secrtaire gnrale de Fusion, Edmonde Supplice Beauzile (Alterpresse) lAmbassadeur dalors, Raymond Magloire et le ministre-conseiller de lpoque, Joseph Antoine, avaient pris part cette premire grande sortie. Vu le succs de cette premire manifestation, elle a gard, cette anne encore, le mme programme. Pour certains parents adoptifs denfants haitiens, cette association est un plus lducation quils sefforcent de donner leurs enfants. Il arrive que certains dentre leur situation dadopts et le fait, pour les parents conscients de lenjeu, de trouver ce crneau pour intgrer leurs enfants est, pour pour plusieurs raisons. Leurs enfants, surtout une socit aussi aussi peu mlange comme que celle des petits bleds nerlandais comme Utrecht ou Culembourg, ont la possibilit dtre en contact avec leur culture dorigine, ce qui ne peut quapporter un plus leur panouissement personnel. Un souci apparemment mineur mais qui constitue un gros drame, cest le traitement Ntant pas habitus la de leurs enfants, certains parents blancs ont fort faire pour leur arborer une coiffure conforme. De guerre lasse, il arrive quils baissent les de leurs prognitures se transforment en mches rasta travers lesquelles aucun peigne ne passe. Lune des actions de lassociation est de mettre sur pied des sances de coiffures (tresses africaines et tikouri ) pour le plus grand plaisir des jeunes parents dsorients. Ce nest pas toujours facile de grer cette Les faits de chaque jour semblent conduire irrversiblement vers la signature dun pacte de gouvernabilit. Il faut trouver un consensus un plan durable qui oblige tous et toutes a soulign lancienne snatrice du dpartement du centre, lenseignante Edmonde Supplice Beauzile. HPN La presse dans le collimateur mais de part et dautre p.1 Martelly et Lamothe la 68 e Assemble gnrale de lONU p.2 Martelly visite Aristide p.3 Sauvons un muse p.8 A Haitian book fair p.10 Little Haiti Cultural Center p.10 Retour sur les bassins versants p.13 Jounen Liv Ayisyen nan Ti Ayiti-Miyami p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE Justement voil aussi pourquoi linitiative nest pas que aujourdhui cest lui le demandeur. communaut internationale dans nos affaires dites internes (en crole, dans la jambe de notre pantalon), alors va pour le dialogue qui jusqu prsent na jamais tu personne que lon sache. ( Notre prsident qui a souvent des allures de hros de bandes dessines ( sa plus grande joie, comme dans son vido Bandit lgal), sy prte avec le mme enthousiasme juvnile quon lui connait. Cela a commenc dans la plus grande discrtion (visite La Directrice gnrale de lUnesco, Irina Bokova, et lEnvoye spciale Michalle Jean, visitent le Parc La Visite, rserve de biosphre, en compagnie du Prsident Michel Martelly armes dHati qui ont t le bras rpressif des gouvernements autoritaires ou encore les coups bas de son intelligence service (traduisez ministre de la justice et parquet) contre la presse. Etc. premire de la gent politique hatienne. Ensuite la soudainet de lopration. Quand le mme prsident traitait il y a peu ses que Martelly nest pas son coup dessai. A peine entr au palais national quil avait rendu visite tous ses prdcesseurs sous le signe de la rconciliation nationale. Ctait avant quil ne soit bien install dans le fauteuil bourr. Do le risque dun dialogue de sourds. Or il ny a pas plus sourd que de dialoguer en nombre de plus en plus imposant (venez, venez tous !) pour ne rien dire. Cest peut-tre ce qui se dessine lhorizon. Si ledit dialogue na pas un chef dorchestre bien Outre quon a dj jou la carte OEA Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince plus longtemps sauter dans le train mais cest fort souvent parce quils nont aucune adresse (nos SDF de la politique) o se faire dposer. Mais rassurez-vous, que les choses se prcisent pour de bon et ils sont les premiers larrive. Bousculant tout le monde. Rien ne sert de courir. disent oui tout de suite. leur arc et peuvent se permettre de lcher du lest. Cependant comme personne na de latitude globale tant donn la profondeur de linfluence de la fameuse Evans Paul, du KID, Serge Gilles, Fusion et Dabord surprise gnrale. Puis quelques sourires moqueurs. Mais le mouvement prenant de lampleur (visite Bertrand Aristide), alors on commence se bousculer, faire la queue, appelant les mdias lus. Et lorsquune association aujourdhui aussi radicale que le MOPOD (Mouvement rencontrer le chef de lEtat quon se demande rappeler aussi lattention gnrale. Bref soudain cest le Dialogue ou rien. Aussi changement total du panorama dialogue pour ; plus ou moins pour et les attentistes. quune bonne occasion pour sauter dans le train en marche. Pour cela le pouvoir a eu la bonne ide de laisser plusieurs fonctions sans titulaire. initiative aussi nouvelle et soudaine quelle en a lair. Et que le pouvoir, mine de rien, a des conseillers aviss, qui voient les choses distance. Well mme le prsident Michel Martelly dont on ne peut savoir avec certitude sil en est un. Tant il semblait regarder plutt dans lautre direction. Et puis, Michel Martelly peut-il faire De source proche, le prsident laurait reconnu devant des intimes, mais en je ne leur cderai pas, ce sera du donnantdonnant ! Il parlait probablement en vrac des futures lections, de la loi lectorale qui une dernier a encore la facult de bloquer. Et de que les parlementaires ont port janvier 2015 quand le palais national voudrait les voir partir en janvier prochain. Crant un certain vide quelques dcrets qui lui tiennent cur. Etc. Seulement quand le prsident tenue des snatoriales partielles et de toutes les communales aussi tt que possible, le mandat du 2 e tiers du snat repouss jusqu janvier 2015 pour viter une parenthse pleins pouvoirs au bon vouloir du chef de lEtat ainsi que la libration des prisonniers dits politiques (les frres Florestal), la publication de la loi pour les partis politiques, mais aussi que le prsident reconnaisse publiquement quil est responsable de la mort du juge Jean Serge Joseph qui enqutait sur des accusations de corruption contre son pouse, la Premire dame Mme des fois quon peut penser quelle (lopposition) veut tout et le contraire de tout. Mais personne ne sait ce que veut au Les plateformes et partis politiques membres du MOPOD se disent prts engager le dialogue avec la prsidence, en vue dorganiser des lections dans les conditions adquates dans le pays. Toutefois, certaines conditions ont t avances lors dun point de presse. HPN Les dirigeants du MOPOD ont t contacts par des proches du gouvernement do cette dcision de ne pas ignorer la porte ouverte par la prsidence pour entamer le dialogue sur la situation politique dHati. Le comit de pilotage a, au cours de sa dernire runion, vot lunanimit une srie de 7 conditions sine qua 1-Ordonner la libration des prisonniers politiques, en particulier Enold Florestal, Josue Florestal et Jean Robert Vincent. 2-Ordonner le retrait du mandat damener et de lordre dinterdiction de dpart mis contre Me. Andr Michel et sengager respecter le droit de lopposition, des autres secteurs de la socit civile organise et du peuple hatien en dsaccord sur la gestion de la chose publique. dsobligeants tenus lendroit des leaders de lopposition 4-Reconnaitre publiquement que la runion tenue avec le juge Jean Serge Joseph au Cabinet Me. Louis Gary Lissade sur le dossier de corruption prsume impliquant les membres de la famille prsidentielle a t un abus de pouvoir et sengager ne plus continuer sur cette voie. 5-Sengager se sparer de ses proches partisans 6-Ordonner le retrait de lordonnance gracieuse prise par le doyen du Tribunal Civil de Port-au-Prince Me. Raymond Michel contre Radio Kiskeya et la journaliste Lilianne PierrePaul dans laffaire opposant le juge Lamarre Belizaire et le Barreau de lordre des avocats de Port-au-Prince, tant donn que cette dcision constitue une grave atteinte la libert de la presse et 7-Sengager publier sans dlai la loi sur les partis politiques dj adopts par le Parlement.

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( ( Ds le lendemain de cette msaventure, Michel Martelly frappait la porte de certains leaders politiques bien connus avec un rameau dolivier. Martelly propose le dialogue. En cela rpondant aussi Mais le geste du prsident survient un moment o lopposition est embraye plutt dans une direction contraire. important serait que la communaut internationale se trouverait court de recette. Puisque les lections ont pour elle un double avantage. Politiquement la possibilit dimposer ses options dans son backyard est bonne aussi pour son image de grande puissance. Lopposition (du moins sa partie actuellement la plus merge) voudrait apparemment refaire le coup de 2004 Sauf peut-tre que le blanc a beaucoup plus dintervention, dans le jeu politique hatien ne saurait tre mise en doute, fait pression ouvertement sur Michel Martelly pour cesser de bloquer le processus lectoral. Le prsident et ses conseillers viennent de perdre une premire manche dans le vote du projet de loi lectorale la Chambre des dputs. Le document est actuellement soumis lapprciation des snateurs qui promettent de rendre leur verdict dans pas plus dune semaine. de la gauche, Agronome Jean Andr Victor, Marie Denise Claude et Turneb Delp (photo HPN) La clique du Palais aurait mauvaise grce de bloquer la publication de la loi lectorale comme elle la fait du projet Par contre le prsident Martelly a peut-tre une carte tant lui qui ne veut pas des lections que cest son opposition. Inutile daller plus loin dans cette interrogation. En tout cas si cela savrait, un premier rsultat Mais, voil (et pour cause) cette opposition-l peut ne pas vouloir des lections pour une autre raison bien plus Pour plusieurs milliers daspirants. Nest-ce pas la chandelle. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince ( ) voici que la carte lections, jusqu prsent une arme contre le pouvoir Martelly, accus de ne pas vouloir les tenir soit de peur de les perdre, soit pour provoquer le dysfonctionnement dun Parlement avec un Snat rduit au tiers de ses membres, voici, disons-nous, que les lections peuvent devenir aujourdhui un atout matre pour la bande Martelly. communaut internationale dont la capacit darbitrage, voire Une manifestation ( lactif de leaders galement bien connus) a t disperse par la police avec des grenades lacrymognes. Cela le jour mme o le prsident faisait sa tourne des leaders politiques. La tendance radicale est si manifeste que ces derniers sont rests prudents sur les sujets voqus avec leur important visiteur. En dehors des secteurs parlementaires directement intresss, rares sont les organisations politiques qui se sont dclares ouvertement Lentement on a vu le vent tourner dans lautre sens. Et la campagne dmission (dmission du chef de lEtat sentend) lemporter sur celle des lections. En mme temps que beaucoup (probablement pour les mmes raisons) semploient nous dmontrer quil est impossible de raliser ces dernires. dinvestissements dans le pouvoir actuel quil nen avait dans celui de Lavalas. Et mme sil dcidait de laisser les Hatiens se dptrer (disons le mot, oui, se dmerder, au sens propre) que nous ny parviendrions point. En effet, qui ne peut le moins le plus logique, ce serait une entente pour barrer la route ce quon appelle les drives autoritaires (autoritaristes) du pouvoir Martelly en lui arrachant encore plus de contrle parlementaire. Cela demande au moins (non pas une multiplicit de consortiums et de mouvements X ou Y) mais un simple accord de dsistement pour tous se porter derrire le candidat de lopposition qui arriverait en tte face celui du gouvernement. Dautant plus que les pudeurs idologiques ont depuis longtemps un juge dinstruction, assist de son doyen, crivant sur papier Linformation en question concerne une dcision qui aurait t adopte par le Barreau de lordre des avocats juge dinstruction Lamarre Blizaire, ce pour avoir ordonn larrestation de 2 jeunes hommes, les frres Florestal, dont lun a sign la plainte contre la Premire dame, Sophia Martelly et son an Olivier, pour corruption et usurpation de fonction judiciaires auraient pu rattraper par le biais dune ancienne histoire de meurtre dun tudiant (tout cela pas trs limpide, comme presque tout ce qui concerne la politique de lheure), ainsi que leur avocat, Me Andr Michel, qui a d gagner le maquis pour viter larrestation lui aussi. Bref, que vient chercher Radio Kiskeya dans cette tant passe sur toutes les antennes. Le Parquet (ci-inclus le ministre de la Justice, le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince et consorts) avait probablement dj quelque chose rgler avec le confrre. De fait, lavocat de la radio de Liliane Pierre-Paul, et qui interjette appel lassignation (mme sans le nom) du juge Blizaire, nest autre que celui qui avait dnonc laffaire prcdente du juge dinstruction, Jean Serge Joseph, instruisant justement le dossier daccusation contre Sophia Martelly, et seulement aprs une prsume rencontre orageuse avec le chef de lEtat, assist du premier ministre Laurent Lamothe ainsi

PAGE 6

Page 6 SOCIETE ( HOMO / p. 7 ) ( HOMO nationale sur une question qui jusqu prsent, et depuis toujours, navait jamais t un sujet de proccupation dans occidentale, prsentant les pays de la Carabe comme un foyer mondial de lhomophobie. Mot dailleurs qui fait peine son apparition dans le vocabulaire local. Mme si nos jeunes confrres sont prts en faire grand usage sans chercher savoir ce que peut cacher cette nouvelle mode. Un transgenre a t lapid mort Montego Bay (Jamaque). En Rpublique dominicaine, la police en ramasse plusieurs qui faisaient le tapin dans le quartier des grands htels Santo Domingo. Etc. En Hati on ne connat personne qui ait t tu pour Pri redwi pou moun ki genyen Medicare, laplipa moun ki enm yo, epi etidyan lokal yo (grad K a 12) ak yon EASY Card de pri redwi. **Ak yon EASY Card oswa EASY Ticket slman.NOUVO TARIF TRAN SI T LAAP KOMA NSE 1 OKTOB 2013Pou ede peye depans fonksyonnman yo k ap monte, Miami-Dade Transit ap ogmante fr kous li yo apati 1e oktb 2013. Nouvo fr yo ki endike anba a yo ap aplikab apati oktb 2013.Newspaper adHaiti En Marche 8 x 10 Information: Informacin: Enfmasyon:3-1-1(305-468-5900) TDD: 305-468-5402www.miamidade.gov/transit Peye fr w yo ak kat EASY Card la pou transfere gratis ant pif yon bis Metrobus a yon lt, epi pou 60 ant Metrobus a Metrorail T A RIF KO MP L E RE DWI* Metrobus/Metrorail $2.25 $1.10 Bis eksprs $2.65 $1.30 Bis shuttle 25 10 Pakin nan estasyon tren yo $4.50 Pakin nan estasyon tren yo pmi pa mwa $11.25 Metromover Gratis Gratis Svis Transp Espesyal (STS) $3.50 Transf bis a bis Gratis** Gratis** Transf bis a tren / tren a bis 60** 30** Transf bis/tren a bis eksprs 95** 45** Transf bis shuttle a bis $2** $1** Transf bis shuttle a bis eksprs $2.40** $1.20** Transf TriR ail a Metrobus 60** 30** Transf TriR ail a Metrorail $1.20** 60** Transf TriR ail a bis eksprs 95** 45** Pas 1 Jou $5.65 $2.80 Pas 7 Jou $29.25 $14.60 Pas 1 Mwa $112.50 $56.25 Pas Mansyl R ejyonal $145 $72.50 EASY Card Kporasyon avek pas 1 mwa, 100+ $95.65 EASY Card Kporasyon avek pas 1 mwa, 4-99 $101.25 EASY Ticket Kolj $56.25 Pasp D ore ak Patriyt L a Gratis Gratis Des transgenres dans la Carabe (photo parue dans Le Monde) presse hebdomadaire, ne fait jamais mention de ce genre dactivits. Dont ask, dont tell Nestce pas. Dautre part, toutes ces transgenres, nont pas pour nous en Hati quelque chose doriginal. Car, en effet, nous avons notre secret. Et il sappelle le carnaval hatien. Plein de masques du carnaval traditionnel sont inspirs de une forme ludique, plaisante. Les sociologues vous diraient que cest une dangereuse pour autrui, quelque chose qui le gne. Les plus gs se souviennent du Titato du Bel-air, lune des bandes carnavalesques les plus colores et des foules immenses quil attirait. Or ctait, sans le savoir, Carabe. Et tout le monde se prcipitait pour applaudir ces derniers dans dbordements lascifs. Mais shut, personne qui ne se soit jamais senti offens, ni oblig de ou (pire encore) en crole. Qui ne connat les marchandes feuilles Les femmes Nivana gros dada. Tous des hommes dguiss en femmes. Transgenres, cest donc nous qui lavons invent. Depuis fort longtemps. Avant la lettre. Et puis sans aller bien loin, navons-nous pas le personnage de Ti Simone incarn pendant plusieurs annes au carnaval de Port-au-Prince. Et par qui vous savez La plus mchante raction quon pouvait avoir vis vis dun et comme dit La Fontaine, cet ge est sans piti, ctait de brler des plumes de poule dans lentourage de sa maison. L-dessus on entend ce dernier pestant contre tous ces petits vagabonds. Alors nous on senfuyait dans nous lavons eu, cest bien ce quil est. Shut Dont ask, dont tell Voil tout ce qua t chez nous jusqu date ce quils appellent aujourdhui lhomophobie. Cest un jeu qui remonte la nuit des temps. Mais qui semble avoir disparu de nos jours. Droits de lhomme oblige, probablement. Oui, aujourdhui avec tous ces rapports et reportages qui prennent malheureusement tout en bloc et qui tendent laisser croire que tout nous ressemble pour tre un pays sous totale Soit une presse trop jeune provoquer ce que plusieurs sicles culpabilisation ce sujet. Soit susciter chez nous des ractions violentes du genre de ce qui sest pass lors des prsumes droulaient Bourdon et o une foule est intervenue pour tout casser. Alors quautrefois, avant cette grande campagne internationale, la foule se serait rassemble devant cette maison dans lespoir dassister plutt un spectacle simplement amusant. Oui, ces grandes manoeuvres le pays. En effet, quest-ce que Vous navez jamais eu un ami tout fait comme les autres mais qui peut avoir, dans certaines circonstances (comme une pousse incontrlable) un comportement bizarre. Un ami vous chuchote alors que celui-l il a de mauvaises murs. Cest tout. On ne cherche pas en savoir plus. Comme le dicton dans larme amricaine (jusquau prsident Obama qui viendra officialiser la dont tell Je ne vous demande pas, vous navez pas me dire Tel a toujours t aussi le Pourquoi on peut considrer que Hati a toujours t lun des pays les plus Aujourdhui que des articles pullulent, notamment dans la presse

PAGE 7

Page 7 MANIFESTATIONS ( HOMO ( Ren Prval et Jean-Bertrand Aristide Manifestation dans les rues de la capitale contre une rcente convocation de lex-prsident Aristide au Parquet Le 30 septembre 1991, dj 22 ans, Port-au-Prince tait branl par un vnement que ne surpassera que le sisme de janvier 2010. Le renversement du premier gouvernement dmocratiquement lu dHati. Ce coup dtat militaire fut trois annes Washington, le privant de plus de la moiti de son quinquennat. Histoire aussi, disent les mauvaises langues, de lui apprendre gouverner crps. Tous les matins cest une pagaille indescriptible. Or le Parlement est un doigt de lAmbassade des Les diplomates amricains y assistent en premire loge. aussi le plus sanglant de notre histoire, qui pourtant ne fut pas un conte pour enfants. Larme du gnral Raoul Cdras et du les cases de Cit Soleil et des autres quartiers populaires de la capitale. La bourgeoisie applaudit. Elle avait tellement eu peur 7 mois plus tt lorsque les urnes donnrent pour vainqueur un junte militaire succdant au rgime Duvalier (7 fvrier 1986) que les autorits vaticanes avaient tout fait pour loigner du pays. En mme temps le brutal renversement de JeanBertrand Aristide portait la signature du pouvoir Rpublicain de Washington qui, non seulement avait essay de barrer la route ce dernier en privilgiant un autre candidat (lconomiste de la Banque mondiale, Marc L. Bazin), mais tait galement effray devant la pagaille rgnant au quotidien dans les rues En effet, le premier gouvernement dmocratiquement lu dHati se rvla dans lincapacit totale de gouverner. trop de pouvoirs dans le pouvoir. Mais pis encore, chaque matin des bandes diverses gagnaient les rues avec pour mot Tandis que pris la gorge par leurs propres partisans, Aristide et son premier ministre Ren Prval ne trouvrent comme parade que de fermer ladministration publique (tous les Ministres et Dpartements) pour restructuration sous le Quelle rigolade Rapidement le gouvernement perdit le momentum (le prsident Aristide fondit en larmes sous les accusations dun de ses plus farouches partisans, un autre prtre des bidonvilles, lui reprochant de ne pas donner assez le pouvoir au peuple). Ds lors les manifestants rgnent en matre. On plus clair de son temps. Puis ce fut le choc. Et la brche qui va servir de contrl par une autre aile issue de la mme victoire du 16 Dcembre 1990 et de la mme mouvance. Le FNCD des jeunes leaders politiques Evans Paul (dit K-Plume) et Turneb Delp. Lche par le gouvernement Aristide-Prval dans cette furieuse comptition entre frres-ennemis (avec lOPL de Grard Pierre-Charles dans les coulisses), la majorit FNCD convoque le premier ministre Ren Prval. Celui-ci refuse de se prsenter. Devant le Parlement les dputs tombent chaque jour nez nez avec les manifestants. Vestes dchires, chignons ANONS REYINYON PIBLIKGOLDEN GLADES INTERCHANGE Etid Pwoj Devlopman ak Anviwnman (PD&E) Soti State Road (SR) 826/Palmetto Expressway direksyon ls rive I-95 direksyon n Miami-Dade County, Florida Financial Management Number: 428358-1-22-01 Distri 6 Depatman Transp Eta Florid la (FDOT), nan tt ansanm ak Floridas Turnpike Enterprise (FTE), pral ganize yon reyinyon piblik pou pwoj ki make pi wo a. Reyinyon an ap ft mkredi 2 octb 2013 la, depi 6:00 p.m. pou 8:00 p.m. nan lokal konplks amizman Betty T. Ferguson Recreational Complex. Adrs la se 3000 NW 199 Street, Miami Gardens, FL 33056. Reyinyon sa a pral kmanse an fm vizit lib a 6:00 p.m. epi ap gen yon prezantasyon fml a 7:00 p.m. apre sa nap ouv yon seyans kmant piblik. Nap ganize reyinyon piblik la pou nou bay moun ki enterese okazyon pou yo bay idei yo konsnan kote yo pwopoze pou yo f travay sa yo, sou plan yo, sou ef sosyal, ef ekonomik ak ef sou anviwnman an, nan gran kafou Golden Glades Interchange lan. Reyinyon sa pral ft dapr Dekr Prezidansyl Federal Executive Orders 11988 (Floodplain Management) ak 11990 (Protection of Wetlands). Tout dokiman pwoj a ap disponib pou moun kapab li yo soti 11 septanm 2013, rive 14 octb 2013 nan adrs sa yo: Distri 6 Depatman Transp Eta Florid (FDOT) 1000 NW 111 Avenue, chanm 6251 Miami, FL 33172 Lendi rive vandredi, 8:00 a.m. pou 5:00 p.m. Bibliyotk North Dade Regional Library 2455 NW 183 Street Miami Gardens, FL 33056 Lendi, jedi, vandredi ak samdi, 10:00 a.m. pou 6:00 p.m. Madi ak mkredi, 1:00 p.m. pou 9:00 p.m. Tout dokiman pwoj a ap disponib sou sit entnt pwoj a, www. fdotmiamidade.com/goldengladesstudy epi yo ap disponib nan reyinyon piblik la tou. Moun ki ta vle fe komant sou pwoj sa a kapab pran lapawl jou reyinyon an oubyen yo gen dwa voye kesyion ou komant yo bay Manadj Pwoj FDOT, Mesye Dat Huynh, P.E.; svi avk enfmasyon moun pou n kontakte ki make pi ba a. Tout komant oubyen lt ke nou resevwa anvan 14 octb 2013 ap f pati dosye reyinyon piblik la. Nou mande patisipasyon tout moun san diskriminasyon: moun tout ras, tout koul, tout peyi, marye oubyen ki pa marye. Dapre lwa ADA 1990 la pou moun ki gen andikap, nenpt moun ki bezwen aranjman espesyal oswa ki bezwen svis entprt (gratis) dwe kontakte Mesye Nicholas Danu 7 jou anvan reyinyon an nan nimewo telefn Enfmasyon moun pou nou kontakte: Mesye Dat Huynh, P.E., Manadj Pwoj Distri 6 FDOT, 1000 NW 111 Avenue, Room 6251, Miami, Florida 33172, (305) 470-5217 (Telefn), (305) 640-7558 (Faks) oubyen pa imel nan: dat.huynh@ REYINYON PIBLIK DAT: L: KOTE: Mkredi 2 octb 2013 6:00 p.m. Betty T. Ferguson Recreational Complex 3000 NW 199 Street Miami Gardens, FL 33056 Depatman Transp Eta Florid ANONS REYINYON PIBLIK GOLDEN GLADES INTERCHANGE Etid Pwoj Devlopman ak Anviwnman (PD&E) Soti State Road (SR) 826/Palmetto Expr essway direksyon ls ri ve I-95 direksyon n Miami-Dade County, Florida Financial Management Number: 428358-1-22-01 Efficient Transportation D ecision Making ETDM # 11300 Distri 6 Depatman Transp Eta Florid la (FDOT), nan tt ans anm ak Floridas Turnpike Enterprise (FTE), pral ganize yon reyinyon piblik pou pwoj ki make pi wo a. Reyinyon an ap ft mkredi 2 octb 2013 la, depi 6:00 p.m. pou 8:00 p.m. nan lokal konplks amizman Betty T. Ferguson Recreational Complex. Adrs la se 3000 NW 199 Street, Miami Gardens, FL 33056. Reyinyon sa a pral kmanse an fm vizit lib a 6:00 p.m. epi ap gen yon prezantasyon fml a 7:00 p.m. apre sa nap ouv yon seyans kmant piblik.Nap ganize reyinyon piblik la pou nou bay moun ki enterese okazyon pou yo bay idei yo konsnan kote yo pwopoze pou yo f travay sa yo, sou plan yo, sou ef sosyal, ef ekonomik ak ef sou anviwnman an, nan gran kafou Golden Glades Interchange lan. Reyinyon sa pral ft dapr Dekr Prez idansyl Federal Executive Orders 11988 (Floodplain Management) ak 11990 (Protection of Wetlands). Tout dokiman pwoj a ap disponib pou moun kapab li yo so ti 11 septanm 2013, rive 14 octb 2013 nan adrs sa yo: Distri 6 Depatman Transp Eta Florid (FDOT) 1000 NW 111 Avenue, chanm 6251 Miami, FL 33172 Lendi rive vandredi, 8:00 a.m. pou 5:00 p.m. Bibliyotk North Dade Regional Library 2455 NW 183 Street Miami Gardens, FL 33056 Lendi, jedi, vandredi ak samdi, 10:00 a.m. pou 6:00 p.m. Madi ak mkredi, 1:00 p.m. pou 9:00 p.m. Tout dokiman pwoj a ap di sponib sou sit entnt pwoj a, www.fdotmiamidade.com/goldengladesstudy epi yo ap disponib nan reyinyon piblik la tou. Moun ki ta vle fe komant sou pwoj sa a kapab pran lapawl jou reyinyon an oubyen yo gen dwa voye kesyion ou komant yo bay Manadj Pwoj FDOT, Mesye Dat Huynh, P.E.; svi avk en fmasyon moun pou n kontakte ki make pi ba a. Tout komant oubyen lt ke nou resevwa anvan 14 oct b 2013 ap f pati dosye reyinyon piblik la. Nou mande patisipasyon tout moun san diskriminasyon: moun tout ras, tout koul, tout peyi, tout laj, fi oswa gason, moun tout relijyon, andikape, moun ki marye oubyen ki pa marye. Dapre lwa ADA 1990 la pou moun ki gen andikap, nenpt moun ki bezwen aranjman espesy al oswa ki bezwen svis entprt (gra tis) dwe kontakte Mesye Nicholas Danu 7 jou anvan reyinyon an nan nimewo telefn ( 305) 470-5219, oubyen voye yon imel ba li nan: nicholas.danu@dot.state.fl.us Enfmasyon moun pou nou kontakte: Mesye Dat Huyn h, P.E., Manadj Pwoj Distri 6 FDOT, 1000 NW 111 Avenue, Room 6251, Miami, Florida 33172, (305) 470-5217 (Telefn), (305) 640-7558 (Faks) oubyen pa imel nan: dat.huynh@dot.state.fl.us. REYINYON PIBLIK DAT: Mkredi 2 octb 2013 L: 6:00 p.m. KOTE: Betty T. Ferguson Recreational Complex 3000 NW 199 Street Miami Gardens, FL 33056 Depatman Transp Eta Florid N W 2 n d A v eN M i a m i A v eN W 1 7 t h A v eN W 1 8 3 r d S tN W 1 2 t h A v eN W 2 2 n d A v e N W 2 7 t h A v e N W 3 2 n d A v eN W 1 9 1 s t S tN W 1 9 9 t h S tN E 6 t h A v e Direksyion: Pran NW 27 Avenue north pou rive nan NW 199 Street. Vire a gauche nan direksyion ws epi epi kontinwe pou rive nan NW 32 Avenue. Vire a gauche epi Betty T. Ferguson Recreational Com p lex la a p sou men dwat ou. Betty T. Ferguson Recreational Complex 3000 NW 199 Street Miami Gardens Florida 33169 Legend Project Study Area Meetin g Location PUBLIC HEARING NOTICE GOLDEN GLADES INTERCHANGE Project Development and Environment (PD&E) Study From State Road (SR) 826/Palmetto Expressway Eastbound to I-95 Northbound Miami-Dade County, Florida Financial Project Identifi cation Number: 428358-1-22-01 Efficient Transportation Deci sion Making (ETDM) Number: 11300 The Florida Department of Transportation (FDOT) District Six, in conjunction with Floridas Turnpike Enterprise (FTE), will conduct a public hearing for the above referenced project on Wednesday, October 2, 2013 from 6:00 p.m. to 8:00 p.m. at the Betty T. Ferguson Recreational Complex, 3000 NW 199 Street, Miami Gardens, FL 33056. The public hearing will begin as an ope n house at 6:00 p.m. with a formal presentation at 7:00 p.m. followed by a public comment period. The public hearing is bei ng conducted to give interested persons an opportunity to express their views concerning the loca tion, conceptual design, social, economic, and environmental effects of the proposed improvements to the Golden Glades Interchange. This hearing is in accordance with Federal Executive Orders 11988 (Floodplain Management) and 11990 (Protection of Wetlands). Draft project documents will be available for review from September 11, 2013 to October 14, 2013 at the following locations: FDOT District Six 1000 NW 111 Avenue, Room 6251 Miami, FL 33172 Monday through Friday, 8:00 a.m. to 5:00 p.m. North Dade Regional Library 2455 NW 183 Street Miami Gardens, FL 33056 Monday, Thursday, Friday and Saturday 10:00 a.m. to 6:00 p.m., Tuesday and Wednesday 1:00 p.m. to 9:00 p.m. Draft documents will also be available on the project s website, www.fdotmiamidade.co m/goldengladesstudy and on display at the public hearing. Persons wi shing to submit written statements or other exhibits, in place of or in addition to oral comments, may do so at the public hearing, or send them by mail to FDOT Project Manager, Mr. Dat Huynh, P.E., at the contact in formation listed below. All exhibits or stat ements postmarked on or before October 14, 2013 will become a part of the public hearing record. Public participation is solicit ed without regard to race, color, national orig in, age, sex, religion, disability or family status. Persons who require special a ccommodations under the Americans with Disabilities Act (ADA) of 1990 or translation services (free of charge) s hould contact Mr. Nicholas Danu seven (7) days prior to the hearing at (305) 470-5219 or via email at nic holas.danu@dot.state.fl.us. Contact information: Mr. Dat Huynh, P.E., Project Ma nager, Florida Department of Transportation District Six, 1000 NW 111 Avenue, Room 6251, Miami, Florida 33172, (305) 4705217 (Telephone), (305) 640-7558 (Fax) or via email at da t.huynh@dot.state.fl.us. PUBLIC HEARING DATE: Wednesday, October 2, 2013 TIME: 6:00 p.m. PLACE: Betty T. Ferguson Recreational Complex 3000 NW 199 Street Miami Gardens, FL 33056 Florida Department of Transportation N W 2 n d A v eN M i a m i A v eN W 1 7 t h A v eN W 1 8 3 r d S tN W 1 2 t h A v eN W 2 2 n d A v e N W 2 7 t h A v e N W 3 2 n d A v eN W 1 9 1 s t S tN W 1 9 9 t h S tN E 6 t h A v e Directions: Take NW 27 Avenue north to NW 199 Street and turn left heading west. Make a U-turn at NW 32 Avenue; Betty T. Ferguson Recreational Complex will be on the right. Betty T. Ferguson Recreational Complex 3000 NW 199 Street Miami Gardens Florida 33056 Legend Project Study Area Meeting Location Direksyion: Pran NW 27 Avenue north pou rive nan NW 199 Street. Vire a gauche nan direksyion ws epi epi kontinwe pou rive nan NW 32 Avenue. Vire a gauche epi Betty T. Ferguson Recreational Complex la ap sou men dwat ou. l commandant du commissariat du centre-ville, communment appel Cafeteria, pour prendre la tte du putsch sur le terrain, en a t inspir. Peu aprs survient une visite (trs controverse) du gnrale des Nations Unies o il sen prit (plutt navement et toujours sous la pression des petits Guevara en carton pte de son entourage) au prsident dominicain Joaquin Balaguer Cest le dernier stimulant dont avaient besoin les chefs militaires hatiens. Pendant que le coup dtat se droulait, et que le peuple livrait une lutte hroque contre les colombiens, Pablo Escobar, Balaguer ironiquement samusait palais national de Port-au-Prince. Aujourdhui une commmoration du coup dtat du 30 Septembre 1991 ne devrait pas tre un hommage la performance du premier gouvernement dmocratiquement lu dHati, dont les tenants, quelque secteur quils appartiennent, se sont rvls incapables de dominer les uns leurs motions et les autres leurs ambitions mais au Peuple hatien qui Ds son retour au pouvoir, la faveur dune intervention amricaine pour chasser les putschistes qui staient installs dans une ambiance de massacres (les frres Izmery, le pre Jean Marie Vincent, le ministre Guy Malary etc) et de perscutions politiques, npargnant pas leurs premiers supporters (Marc Bazin, nomm premier ministre, dmissionna services des Forces Armes dHati. Apparemment avec lassentiment des Etats Unis puisque ces derniers ont ce jour refus den admettre la reconstitution. Aujourdhui nous avons un prsident, Michel Joseph Martelly, qui proclame que son plus grand rve est de rhabiliter larme dHati. Au moment prcis o aucun occupant du palais national navait jamais paru aussi dsarm. Aussi bien en chaque jour plus gnralise quen recettes soit pour satisfaire, situation plus que mre pour un coup dtat. Michel Martelly a rendu visite la semaine dernire Hati en Marche, 21 Septembre 2013 dmocratie contre la violence uniquement pour se voir mpris et trahi aussi bien par les lites locales que par le grand voisin. Le coup dtat ntant autre que la prolongation naturelle du massacre lectoral du 29 novembre 1987 qui a vu ce qui devait tre les premires lections dmocratiques noyes dans le sang. La suite, on la connat. En vertu dun trait adopt par les nations du continent (OEA) pour putschs militaires, et aussi dune certaine lgislation du Congrs amricain interdisant Washington de fournir de laide un gouvernement issu internationales, soit disant pour plus de dmocratisation, risquent de provoquer leffet contraire dans un pays qui navait jusque-l aucune vritable conscience du phnomne en question. Surtout si dans le pays il ny a aujourdhui que des perroquets et non les relais ncessaires capables de prvenir la culpabilisation, parce que ignorant la sagesse hrite du pass. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince

PAGE 8

Page 8 ARTS & LETTRES UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati 30 September 2013 minustah-recruitment@un.org ). It is strongly recommended that you include the job opening number of the above position in your e-mail application Acknowledgment will be sent to short listed candidates only. Applications received after the deadline will not be considered. Environmental Compliance Unit is established to support MINUSTAH to achieve environmental compliance with national and international standards. One of the major tasks in premises; assist in the implementation of the proposed measures; 3. Participate in structuring and implementing a Mission Integrated Environmental Management System (EMS); 4. Document the implementation process of the EMS and Prepare draft report on the Mission environmental status; 5. Provide advice on waste water, solid waste and hazardous waste management; 6. Support and assist other Sections in integrating environmental issues into their work plan; 7. Coordinate environmental issues with the Haitian government and regional authorities as well as national NGOs and agencies; 8. Provide information regarding Haitian institutional and legal framework, support MINUSTAH to meet Haitian licence requirements with regard to the environment and pollution control in particular; 9. Promote environment awareness and disseminate information among Haitian community; 10. Any other tasks within ECU assigned by the chief of the unit. Is able to perform a broad range of functions related to the function. Demonstrates professional competence and mastery of subject matter; is conscientious and or challenges; Planning and Organising Communication Technological Awareness Team Work and respect for diversity. Education Languages SPECIAL NOTICE The shortlisted candidates will be required to pass a written assessment and the standard interview process. The United Nations welcomes applications from both genders and strongly encourages women to apply. The United Nations does not charge a fee at any stage of the recruitment process (application, interview meeting, processing, training or any other fees) Une invitation participer un vnement extraordinaire. Depuis la priode o Dewitt Peters, au milieu des annes quarante, avait, au Centre-dArt, sorti la peinture hatienne de ses ornires pour dvoiler au monde entier sa Le Foyer des Arts Plastics, La Galerie Brochette, Poto-Mitan, Calfou, Le Muse dArt du Collge St. Pierre, Saint Soleil etc., lart pictural hatien a connu des fortunes diverses; des moments de gloire, mais aussi des priodes dincertitude. Ds avril 1945, soit moins dun an aprs louverture du Centre dArt, sur linitiative du critique dart cubain Jos venait de connaitre un immense succs au MOMA ( Museum of Modern Art) de New-York fut programm en son local. Le succs fut indniable. Peu de temps aprs, lors dune qui leur permit de se familiariser avec lart contemporain et de se situer par rapport cette tendance. A la suite de cette invitation de Gomez prsenter la peinture hatienne la Havane. Il augura une bonne prestation en argumentant que les artistes populaires seraient plus apprcis dans une telle manifestation et sauraient valablement reprsenter la Culture hatienne. Malgr la rticence des avancs du Centre, et de linstitution qui lui donna gain de cause. Bien lui en pris, car de la Havane fut dcisif et avait contribu sortir des landes originalit et son caractre dauthenticit. La sincrit et la bonhomie qui se dgageaient de luvre de ces artistes leur quoi leur inspiration partait dun lan naturel, sans fard ni subterfuge. Cest ce qui tonna les observateurs et qui attira bon nombre dintellectuels et de peintres trangers, au moment sources dinspiration. Do la visite Port-au-Prince, en cette prophtes de la peinture. Leur enthousiasme fut telle quils prirent lengagement dassurer la promotion de cette nouvelle peinture travers les plus grands Muses et Centres Culturels du monde. Cet engouement pour la peinture nave hatienne fut si grand quil ouvrit de nouvelles perspectives tous les artistes hatiens. Mme les plus avancs du Centre dArt qui recevaient un enseignement acadmique bas sur les normes cette ouverture. Ds lors, les sophistiqus et les nafs/primitifs intressantes qui enrichirent la palette de certains peintres. Les activits allaient bon train, au point quune participation de peintres hatiens et trangers. A partir de ce moment, Hati souvrait au monde de lart. Le seul vnement qui perturba latmosphre de tranquillit et de prosprit de cette priode tait la crise survenue en 1950 qui occasionna la sparation de certains artistes du Centre dArt. Ce qui conduisit la cration du Foyer des Arts Plastiques. Dautres ennuis surviendront au dbut les annes cinquante, avec lintrusion de la politique dans le domaine de lart. Certains Duvalier cette perscution saccentua jusqu provoquer connaissait alors les mmes tracasseries que du temps de la poursuite des membres du Bauhaus en Allemagne, lpoque de limplantation du nazisme. Prince, en 1946, tait toujours prsent dans tous les esprits et rehaussait encore le prestige dune ville qui tait devenue, avec Carabe. Sur cette traine, le mouvement artistique sacclra et nombre dartistes se faisaient une rputation et pouvaient mme prtendre vivre de leur art. Malgr les contraintes de la censure impose par le rgime dictatorial des Duvalier, la peinture hatienne russt survivre. Si les uvres de cette frappaient nanmoins par leur originalit. Il en fut ainsi jusquau dbut des annes quatre-vingt. Priode de lisolement dHati de la scne internationale avec lapparition du Sida dont on nous avait attribu la paternit. Le coup de grce nous tait donn trente ans aprs, lors du tremblement de terre du 10 janvier 2010. Lors de cette catastrophe toutes les structures prposes la promotion et la prservation de notre patrimoine culturel, particulirement la peinture, furent affectes. Les des uvres de rfrence de notre crativit artistique avaient subi de graves dommages. Le Dr Michel Philippe Lerebours, Conservateur du Muse du Collge St. Pierre, dont linstitution fut lune des duvres picturales hatiennes qui aura lieu New-York du 17 au 21 septembre 2013, en vue de tenter de recueillir des ( )

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 25 Septembre 2013 with Pascale E. Taddeo Little Haiti. First, it will enable Haitians to get to know their literature, and meet some Haitian authors. Second, it will show the community at large that Little Haiti is not about to disappear and that things are happening there! Thats the goal of two leaders in the Haitian are very aware of the how the Haitian neighborhood has become a desirable location due to a variety of reasons. One of growing non-stop. As a result, investors and entrepreneurs are not hesitating to offer up to a million dollars to buy properties in Little Haiti. Jan Mapou said more than 40 Haitian writers, living in Miami-Dade and Broward Counties, have registered to participate in the Book Fair on September 29, from 10 am to 6 pm. The city will close the entire block from 59th Street until the Librerie Mapu, he said. The writers will set up under tents and the community will be able to meet with them in person. This is what organizers are calling Prezantasyon anba tant. There will also be lectures, and workshops on topics such as The need to keep reading books, in spite of the Stenio Vincent by Antony Georges Pierre. Award-winning author Edwidge Danticat will present her latest book to the public. The presentations will take place inside Librerie Mapou, under tents and in the front parking lot of the book store. Another objective of this event is to encourage Haitian youth to get to know their literature. The Libreri Mapou has argument that these young people do not have access to their literature because they only speak English no longer holds. support it. There are French classes for children. The French Dorsainvil. There are also Creole lessons for adults. France has realized that the French language is being lost among Haitians outside of Haiti and decided to do something to keep this language among Haitians. Sandy Dorsainvil told us about a project for Seniors Citizens, who are usually left behind in the community. A gymnastics program, twice a week; yoga as well. Lunch (Healthy) A craft class And a basic computer class. Older people often have a computer at home (belonging to their grandchildren). They will be able to use it as well, which will give them relatives in Haiti. But Dorsainvils biggest project is, Reconnect. This will be a monthly meeting of the residents of the various departments of Haiti. Once a year, it will be the center and the West, then South, Artibonite, etc ... etc ... During these meetings, there will be an historian who will present the history of the department to the public; its crafts, cuisine, and original dishes. And Dorsainvil went even further. She envisions a partnership with an airline carrier that would allow people in the diaspora to reconnect with those from their department (their hometown) and go for a visit. During these trips, there will be music with presentations by local bands. She wants to start small and grow with this initiative to allow people to reconnect with their place of origin. community living in another place outside their home country, she said. This is to make them feel good about themselves. As for the foreign community, who visited the center in its early days, it has continued to come, said Dorsainvil. Foreigners are there now and mingle with the Haitian community, she said. This is what we wanted from the beginning. network of caves and underground rivers in Haiti. The challenges are geological, geographical, economic and human, Caribbean, map the network that is now unknown... and tell of their adventures and discoveries to readers of Futura-Sciences, a French science portal on the Internet. are seven, ages 28 to 63, preparing to go underground every day to map to its deepest point a little corner of the earth still poorly known. It is in Haiti, the western end of the island of Hispaniola, on the high plateau of Formon. There, in what became the Macaya Park in the heart of the massif and at the foot of the eponymous peak, is one of the last virgin forests in the country. It is preserved because it is at high altitude and it is will allow them enough time to unravel the web of tunnels and caves, certainly through the limestone massif. The name of Macaya. Cavers intend to reach the deepest points of the Caribbean beyond a thousand meters below the ground surface. The idea is to try to access from inside the massive resurgence has other purposes. MariePierre Lalaude-Labayle is caver but a specialist in water engineering. The issue of water is indeed a major concern for this region, in which people see the rain seep into the ground without causing rivers. The Haitian-born Hollywood star, Jimmy Jean Louis, received an award for Best Actor on Saturday night, for the (Nollywood & African Film Critics Award) in Washington DC, according to Haiti Press Network Haiti Universe 2010, and African artists such as John Dumelo, Fon and Sahndra Dufe. coming months in theaters in Ghana, Nigeria and South Africa, and then come in theaters here in the U.S., said Jean Louis who will also be featured in an American series starting this October. I play a key character in the second season of a popular television series in the United States, the actor told PNH. The series in which I play is called Arrow. I have an important role in the second season that will begin in October in the United States. I play The Captain, a villain in this series that is a hit in the United States and is ranked as the second most-watched series in China, said Jean Louis. The season premiere of the series on The CW television network will be on Wednesday, October 9 th 2013. Jean Mapou, writer and Director of Libreri Mapou (Miami) Sandy Dorsainville, Director of Little Haiti Cultural Center will be on Sunday, September 29, and Jan Mapou, Director of Libreri Mapou told us more about it They have at their disposal a tri-lingual library with 500 titles in English (these are books written by Haitians or about Haiti and translated into English.) And then the public will get to know and interact with the authors of these works. There will be a section for children, with childrens books. There will also be magicians, and tireures de comptes. The event is organized by Sosyete Koukouy and its members with the help of many volunteers The Book Fair is sponsored by Miami Dade County. the Haitian community Little Haiti Cultural Center has developed a very rich program. We met with Sandy Dorsainvil, the Director of the Centre, who told us more about it. From the beginning, she paid tribute to Racha which later became the Little Haiti Cultural Center. Following Rocha Cameau, the Little Haiti Cultural Center was run by foreigners. This action distanced the center from the Haitian community, which did not feel the center was its own. Things are quite different now, especially with the many activities that are quite community oriented. The center opened its doors in 2007 in order to organize cultural activities Haitians miss deeply Commissioner Arthur Teele, whose death was quite a shock (a suicide on the premises of the Miami Herald). Teel fought vehemently to turn the space into a reality. The Little Haiti Cultural Centers mission is to bring together people and ideas by promoting events showcasing African Caribbean culture in South Florida. The Little Haiti Cultural Center, is a very modern space with a gallery of 2,000 square feet, where many Haitian and non-Haitian artists are proud to present their works. Alors quil purge une peine de prison, Andrea Paconoli se voit proposer une chappatoire: devenu respectable business man est envoy en Hati pour le compte du gou vernement amricain... Sans autre prambule; lauteur nous plonge ainsi au coeur dun monde haut en couleurs, o louvoient escrocs la petite semaine, homme daffaires peu scrupuleux, autoch tones dangereux, le tout sur le fond de complot politique lancinant. On sera sduit par ce roman qui mle habilement les genres. Ds les pre mires pages simmisce en effet en nous une en vie irrfrnable de satis faire notre curiosit qui des pages. A 250-seat theater with modern technology, both in terms of the lighting and sets, allows for all kinds of performances, including ballet, theater, and concerts, among others. But who are the artists that are Dorsainvil wont stop talking about this. To begin, outside on the deck, there is Big Night in Little Haiti, every three weeks. Big Night in Little Haiti has become a monthly appointment for artists from diverse backgrounds within the community. There are so many people for Big surrounding streets are full of people. Among upcoming performances are concerts by Spice Kreyol on October 18 th Ram on November 15 th and Wanito on December 20 th This is an appointment not to be missed under any circumstances, offers a program of dance, ballet, drum theater, contemporary art, paintings, and Rara. This is a space for students their works. A very special place is reserved for children where they can learn how metal, and paper mache art everything that makes the beauty and originality of the Haitian craft is present at the Little Haiti Cultural Center and the teachers are artisans found in the community. These are artists on site who become trainers of the youth eager to learn more about the craft of their parents country of origin. niche in the community The response has been phenomenal! The community, which originally resented the space because it was almost entirely occupied by foreigners yearning to better understand

PAGE 11

Page 11 AVIS DIVERS au # 31 de la Rue Rigaud et Clerveau Ption-Ville ou vous logez votre Ptisserie Folie Gourmande. Valry Abraham, je vous rappelle que dans le litige qui moppose vous, quun jugement en dguerpissement a t rendu en ma faveur par la Cour dAppel de Port-au-Prince, le 10 Mai 2013 et, ce Votre mre et votre pre nignoraient pas mes hsitations quand ils mavaient prsent un tout autre contrat que le mien. Je leur avais bien fait comprendre que je nentendais en rien louer ma maison pour 5 (ans). Ils avaient beaucoup insists. Finalement, ils taient arrivs me convaincre de votre bonne foi en massurant que vos (5) Annes passes, vous ne resteriez pas un jour de plus sur ma proprit. son Associe. Une nouvelle preuve que vous tes amnsique dans la 2 me 00/100. Amricains (US $ 12,000.00) A raison de Mille Dollars 00/1000 Amricains par mois. (US$ 1000.00). Cependant pour permettre la preneuse de rentrer dans ses dpenses damnagement, la Bailleresse consent recevoir de la preneuse des loyers mensuels de CINQ CENT DOLLARS. 00/100 AMRICAINS (US$ 500.00) entre le 1 er et le 5 de chaque mois durant les (5) annes. Il me semble qu vous oubliez comment faire vos multiplications. Le montant des dpenses tant de TRENTE MILLE DOLLARS 00/100 AMRICAINS (US$ 30.000.00) Prlvement de (US$ 500,00.-) sur les loyers chaque mois durant 5 ans font bien TRENTE MILLE DOLLARS 00/100 AMRICAINS (US$ 30.00). Poursuivons Valery Abraham, vous tes en plein amnsie ce me semble car vous semblez avoir oubli une fois de plus, que cest encore Vous ou le mari de votre Associe qui aviez prvu les qui se trouvait par devant lui depuis le 14 Juin 2013 cause des pressions quil recevait. Le mme scnario semble prvaloir avec le nouveau Commissaire du Gouvernement. A croire que la loi en Hati ne tourne quautour du nombril de certaines autorits. Croyez-moi, Valery Abraham, la loi ne fera jamais lerreur de rcompenser vos contradictions mme si vous avez recours la Magouille comme par le pass. Vous semblez avoir encore la nostalgie Valery Abraham que le Communisme lui-aussi a disparu comme systme. Irsa VIEUX PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment statuant publiquement charge dappel accueille laction du sieur Imat GARAU tant en la forme quau fond ; dit et dclare que la dame Jean Marie Carmelle occupe la proprit du requrant sans son Ainsi jug et prononc par nous, Jean Cnord JOSEPH supplant juge au Tribunal de Il est odonn .. etc En foi de quoi ... etc Me. Marcelin BERNO, Avocat. Admet en consquence le divorce de HAYDN Charles davec Marie Myrlande VERNELUS des Verrettes, de transcrire sur les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont envers les tiers, sil y chet, compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Ramon GUILLAUME, Av. juge en de Me. Fleurimon EXUM Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec IL EST ORDONN Etc EN FOI DE QUOI Etc OFFICIER DE LETAT CIVIL DE LIANCOURT PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions crites du Ministre Public, accueille laction introduite par la dame Irsa AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Etzer ARISTILDE, Juge en audience civile, publique et ordinaire jugeant en ses attributions dAppel des sentences de justice de POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE de cette ville a rendu en audience publique ordinaire et en ses attributions civiles le jugement 020-913-1, 315155, B10267, avec lection de domicile au Cabinet dudit Avocat, demanderesse en divorce dune part ; Public entendu ; maintient le dfaut octroy contre le dfendeur laudience prcite, pour le sditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Marie Rosie DGAND NICOLAS, susdits. POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Joseph Hrold VILFRANCHE, Av.

PAGE 12

Page 12 LIBERTE DEXPRESSION ( ) que du mme doyen du tribunal civil qui autorise la quasi sommation contre Radio Kiskeya. Il sagit de Me Samuel Madistin, combinant la fois le barreau, la politique et les mdias. Et probablement plein dautres choses. Bref, un champion toutes catgories dans sa catgorie. aurait pu intervenir pour faire la lumire sur une dcision qui lui est impute. Mais non, on laisse la crise senvenimer car le lon prtend) que cest un autre point politique marquer. politiciens qui rglent leurs comptes. Ce nest pas la premire fois que nous vivons ce genre de situations. Et elles nont jamais t positives pour la libert Ainsi ce qui aurait pu se terminer par une simple partie qui sestime lse (ou rien du tout si la requte nest pas recevable), provoque un scandale absolument inou. Encore un Tout comme le Btonnier de lordre des avocats Dun ct, le noyau le plus redoutable du pouvoir Martelly, celui responsable de la justice et de la scurit publique (probablement aussi de lespionnage survivance du rgime Duvalier et des dictatures militaires subsquentes, apparemment la presse comme lennemi public numro 1. l ; le rsultat cest toujours de faire clater la presse comme institution indpendante tandis que cest elle aussi, et elle seule, qui prend toujours les premiers coups sur la gueule. Notre histoire nest faite que de cela. Du moins depuis lpoque hroque de la presse indpendante des annes 1970. La presse nest pas labri dune appartenance politique comme nimporte qui ; mais les mdias, pas linformation proprement dite. Tout le monde a droit ses opinions, y compris les journalistes, mais la nature de tout linformation que cela concerne. Bien avant les mdias, et leurs propritaires. Voire nos amis politiciens. Voire encore plus monde, ne peut donner que ce quelle a. Marcus Hati en Marche, 20 Septembre 2013 Parce que celle-ci (la presse) adverse, quoique celui-ci non moins avida pouvoir et pratiquant le mme aventurisme politique. Et surtout qui considre que la bataille politique doit tout supplanter. A commencer par les mdias (indpendants), non contents que mais quils ont le droit de les assujettir. P-au-P, 23 sept. 2013 [AlterPresse] --LOrganisation des tats amricains (Oea) sapprte envoyer une mission en Hati pour superviser la prparation et la mise en uvre des lections dans le pays, apprend AlterPresse. LOea est prte dployer une mission long terme, en Hati, pour assister les autorits depuis lenregistrement des lectrices et lecteurs, la mise jour de la liste lectorale, jusqu la tabulation des votes, indique lambassadeur auprs de lOea en Hati, le canadien Frdric Bolduc lAgence France Presse (Afp). Lobjectif est de venir, en mission dobservation, pour apporter une assistance technique et faire des recommandations, prcise lambassadeur Bolduc, croyant quil faut, tout dabord, avoir une date pour la tenue de ces lections. ces lections visent renouveler 10 des 30 et 570 conseils dadministration de sections communales (Casec) travers le pays. Le snat hatien fonctionne membres du Grand corps depuis mai 2012. Lors dune rencontre, tenue le mardi 10 septembre 2013, Port-au-Prince, avec le secrtaire gnral adjoint de lOea, Albert Ramdin, le prsident Martelly avait invit celuici envoyer une mission en Hati pour valuer la faisabilit des lections Mr. Ramdin a accueilli favorablement cette requte. Pourtant, divers secteurs de lopposition ont critiqu cette demande de Martelly, estimant que le pays peut lui-mme valuer la faisabilit du scrutin. 2013. Des craintes qui se confirment de plus en plus, alors que lambassadeur Bolduc parle, trois mois de la hmisphrique viendront quelques mois lavance Le prsident du snat de la rpublique, Dieuseul Simon Desras, a dnonc un possible projet du prsident Martelly, de dissoudre le parlement hatien en janvier 2014 Entre-temps, depuis le mercredi 11 septembre 2013, Michel Martelly ralise une srie de visites des chefs de partis politiques sur lorganisation des lections. A linstar du MOPOD, Mouvement patriotique des partis politiques, qui impose des conditions tout pourparler avec Mr. Martelly, dautres se montrent trs rticents ces manuvres de rapprochement de la prsidence. envoyer une commission

PAGE 13

Page 13 je me suis mis revoir les articles que jai pu crire dans ce journal, ventuellement pour publication. Cest ainsi que je suis tomb sur une srie de 14 articles sur lamnagement des bassins versants publis entre octobre 2008 et fvrier 2009 et je me suis arrt au 6 me article de la srie (voir verte publis entre janvier et juin 2013. En effet, dans ma tentative de donner un contenu durable et ses trois piliers qui sont lconomique, le social et lenvironnemental (voir territoire. Le cadre de Tableau #1 Nous avons donc notre cadre de rfrence global, il sagit maintenant de le reprendre en ne tenant compte des domaines qui nous intressent pour ce assurer la rpartition quilibre des populations et des activits ici nous sommes dans Infrastructurel ; garantir la cohrence des activits publiques et prives ici nous satisfaire aux exigences dun dveloppement culturellement adapt, socialement acceptable et cologiquement supportable pour ce troisime point cela devient plus compliqu car il touche a la fois Socio-Culturel, et Environnemental. Ce qui nous donne Tableau #2 Nous avons donc sagira de rentrer dans les dtails, une prochaine fois Bernard Ethart ( ) AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS Socialisation ducation la gestion ducation la gestion ducation conomique ducation politique II SOCIAL ET CULTUREL Droits collectifs SYSTME SOCIAL Structuration de la gestion Structuration de la gestion Investisse ment dans la vie associative Rgulation de la vie associative III ENVIRONNEMENTAL Participation la gestion Structures de gestion E NVIRONNE MENT NATUREL Amnagement durable Investisse ment durable Politique de protection IV INFRASTRUCTUREL Participation la gestion Structures de gestion Amnagements de protection ENVIRONNEMENT AMNAG Investisse ment dans les infrastructures Pol itique damnage ment du territoire V ECONOMIQUE ET FINANCIER Droits conomiques Participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures LE SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER Les grands choix conomiques et financiers VI POLITIQUE Droits politiques Participation la vie politique Gestion de lenvironne ment Gestion des infrastructures Gestion des ressources financires LA GOUVERNANCE AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN Socialisation ducation la gestion ducation la gestion ducation politique II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL Structuration de la gestion Structuration de la gestion Rgulation de la vie associative III ENVIRONNEMENTAL Structures de gestion ENVIRONNE MENT NATUREL Amnagement durable Politique de protection IV INFRASTRUCTUREL Structures de gestion Amnagements de protection ENVIRONNEMENT AMNAG Politique d amnagement du territoire V ECONOMIQUE ET FINANCIER Participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures Les grands choix conomiques et financiers VI POLITIQUE Participation la vie politique Gestion de lenvironne ment Gestion des infrastructures LA GOUVERNANCE AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS Socialisation ducation la gestion ducation la gestion ducation conomique ducation politique II SOCIAL ET CULTUREL Droits collectifs SYSTME SOCIAL Structuration de la gestion Structuration de la gestion Investisse ment dans la vie associative Rgulation de la vie associative III ENVIRONNEMENTAL Participation la gestion Structures de gestion E NVIRONNE MENT NATUREL Amnagement durable Investisse ment durable Politique de protection IV INFRASTRUCTUREL Participation la gestion Structures de gestion Amnagements de protection ENVIRONNEMENT AMNAG Investisse ment dans les infrastructures Pol itique damnage ment du territoire V ECONOMIQUE ET FINANCIER Droits conomiques Participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures LE SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER Les grands choix conomiques et financiers VI POLITIQUE Droits politiques Participation la vie politique Gestion de lenvironne ment Gestion des infrastructures Gestion des ressources financires LA GOUVERNANCE AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN Socialisation ducation la gestion ducation la gestion ducation politique II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL Structuration de la gestion Structuration de la gestion Rgulation de la vie associative III ENVIRONNEMENTAL Structures de gestion ENVIRONNE MENT NATUREL Amnagement durable Politique de protection IV INFRASTRUCTUREL Structures de gestion Amnagements de protection ENVIRONNEMENT AMNAG Politique d amnagement du territoire V ECONOMIQUE ET FINANCIER Participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures Les grands choix conomiques et financiers VI POLITIQUE Participation la vie politique Gestion de lenvironne ment Gestion des infrastructures LA GOUVERNANCE HEM, Vol. 23, # 43, du 1925/11/2008). Lide centrale tait que lamnagement des bassins versants est un cas particulier damnagement du territoire. Je mtais donc attach tenter davoir une ide plus claire de lamnagement du territoire. Dans la littrature consulte, jai pu trouver pas mal dides intressantes, dont ce Les deux objectifs majeurs de lamnagement du territoire sont : laccompagnement du dveloppement conomique des territoires et la rduction des ingalits spatiales en termes conomiques ou sociaux ; lobjectif global tant un dveloppement quilibr du territoire. Lamnagement du territoire aujourdhui intgre le dveloppement durable qui vise trois objectifs essentiels : assurer la rpartition quilibre des populations et des activits, garantir la cohrence des activits publiques et prives, satisfaire aux exigences dun dveloppement culturellement adapt, socialement acceptable et cologiquement supportable. Cette rfrence au dveloppement durable ma renvoy une srie de 12 articles sur lconomie HEM Vol. 26 # 52 du 16-22/01/2013) ce qui ma permis dutiliser notre cadre de rfrence comme outil danalyse (voir HEM Vol. 27 # 04 du 13-19/02/2013) Il ne nous reste plus qu reprendre le cadre de rfrence et voir comment lutiliser dans le cas de lamnagement du tant par les institutions nationales quinternationales, les unes plus belles que les autres, nont malheureusement pas t plus loin que la parole et nous avons bien senti que malgr sa grande importance socio-conomique, lart hatien, pour ne pas dire la Culture hatienne, ntait pas une priorit. Il semblait dailleurs de nulle importance que le peuple hatien pourrait voir disparaitre tout jamais une partie importante de son patrimoine un comit de soutien prsid par M.Paul Corbanese, de la Fondation Toussaint Louverture et Port-au-Prince, un comit dappui coordonn par Ralph Allen, sous la supervision de M. Louis Dubois et de Mme Jacqueline Pompilus, respectivement Prsident et Secrtaire du conseil dadministration du Muse. En outre un comit compos dminentes personnalits du monde artistique et culturel est en charge de recueillir des fonds daide. A cette manifestation de solidarit, il convient de signaler la participation du Muse du Louvre qui a consenti dditer, ses frais, le catalogue qui avait t prpar lors endommags lors du tremblement de terre. A signaler, aussi, et Phyllis Voegeli, nices de Monseigneur Bishop Voegeli, fondateur du Muse dArt du Collges St. Pierre. Sans oublier lapport de quelques membres du Conseil dadministration qui a permis la remise en tat des entrepts pour la scurisation des collections, un don de US $10.000.00 de la Unibank, une galerie Wilmer Jennings at KenKeba a t gracieusement mise la disposition du comit, suite la demarche de certains artistes Hatiens vivant New-York. Cest pour promouvoir cette grande activit artistique que cette invitation a t lance par le comit dorganisation. Une invitation participer un vnement extraordinaire. Pendant cinq jours du mardi 17 septembre au samedi 21 septembre, la galerie Wilmer Jennings at Kenkeleba, en collaboration avec la Fondation Culturelle Toussaint vingt (80) importants peintres hatiens allant des Matres Dans un effort sans prcdent quatre vingt huit (88) uvres dart originales donnes par des Matres hatiens, des mises en vente Franketienne, Edouard Duval Carri, Philippe Dodard, Herv Tlmaque, Frank Louissaint, Ludovic Booz, Etzer Charles, Yolene Legrand, Michele Voltaire Marcelin, Emmanuel Merisier, Marilene Phipps-Kettlewell, Robert Paret, Marie Jos Nadal, Camy Rocher, Eddy et Jean RenTintin, Harold Dessalines, Killy, Evens Arcelin, Renold Laurent, Patrick Wah, Dominique Volcy et Engels. Organise par la Fondation Toussaint Louverture (www.ToussaintLouvertureFoundation.org) chaque uvre ralit culturelle hatienne ou pour linterprtation de cette dernire. Cet ensemble duvres dart de qualit a t donn recueillir des fonds pour rparer Le Muse dArt Hatien du Collge St Pierre Port au Prince Hati. Le Muse dArt hatien a t construit en 1972 dans le centre historique de Port-au-Prince avec laide du reprsentant de lglise piscopale en Hati, Monseigneur Alfred Voegeli. Ce Muse demeure une des rares institutions o sont prserves les peintures hatiennes du vingtime sicle.Sa collection t svrement endommag lors du tremblement de terre de Janvier 2010 et est ferm au public depuis lors. Mardi 17 septembre au Samedi 21 septembre 2013 pm 3h pm 7h pm. nd Manhattan Sortons la peinture hatienne de sa lente agonie. Pour plus dinformations, les intresss peuvent sadresser la Direction du Muse dArt du Collge St. Pierre, ou appeler Plerin, septembre 2013 Robert Paret, Peintre paretrobert@yahoo.fr

PAGE 14

Page 14 LES JEUX Solutions de la semaine pass eIN#BACLA SEPARAIT SUR##T#T OTOLITHE URCEOLES FORD#E#T ONE#LYRE USE#CANE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD CREDOS CRADOS CRADES GRADES GRAVES GRAVEE TRAVEE SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeDEIFIESCUTINE HERONS A U X N E I SSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de CUTINE, HERONS en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mls K M A A Z X R S E F W U S U E D E M Q P E S X U R U D T R U O D D M M X H V R A B W K B N W Z C N E I H R U R U S B H D E L A Z A A I R I C F P M P E A A Z G R L P L N A E F A Y A U T R I C H E I R S C T Y R H N Q T N I U V Z W V A I P S Z T A I A L E U Z E N E V R D K A B M X E E D N A L N I F A E O J R A E K A S C A L P L D T D L O N A M L R Z S B E T A T S U N I S W B K S A T I V G R U O B M E X U L E I Q M R U H T P C S P A Y S B A S K H E O S S J Z Z N H L U I K G U V W N J U R P K N Z G Y N H C L N Y S A A B K I M Q H G B B P S A I J T D A L D H J P Z I S T J W G STrouvez 20 pays du monde o on est le plus heureux (daprs le rapport de lONU sur le bonheur) dans le carr ci dessus. Le Tribunal Civil de Port-au-Prince a rendu en audience publique et en ses attributions civiles de divorce Marc Lamarre JEAN MARRY en divorce ; PAR CES MOTIFS, et sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal accueille laction de la dame Marc Lamarre JEAN MARRY ne Lucienne ALEXIS pour tre rgulirement introduite en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et mille Treize contre le sieur Marc Lamarre JEAN MARRY ; Au fond, admet le divorce de la dame ne MARRY pour injures graves et publiques ; Prononce la Est de Port-au-Prince de transcrire dans les registres ce sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; du prsent jugement en date du Vendredi Vingt et un Juin IL EST ORDONN EN FOI DE QUOI .. Pour le Cabinet. Me. Odner PRUSS, Avocat. sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre le dfendeur la susdite audience, Admet en consquence le divorce de la dame Carm-suze lEtat Civil de la Section Sud de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier jugement ; compense les dpens. RENDU DE NOUS, Me. Jacques Hermon CONSTANT juge en audience civile ordinaire et publique Paul Eronce VILLARD, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, et avec lassistance du sieur IL EST ORDONN ETC .. EN FOI DE QUOI ETC POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE Me. Osner RICHARD. et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse fonde la dite action ; admet en consquence le divorce du sieur Michelet EDMOND davec son pouse ne Roodly LAURENT pour injures graves et publiques, de la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier Jean Joseph prsent jugement ; compense les dpens. RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et en prsence de Me. Sheila MONSANTO, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec sige. IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC Me. Jorel LOPP, Avocat. le Ministre Public entendu, accueille laction du sieur Wilkens CASSUS davec son pouse ne Renett DELVA introduit par acte dassignation du 8 Avril 2013 Ministre de lhuissier Rousseau LEBRUN ; maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et octroy laudience du CASSUS ne Renett DELVA ; Admet le divorce du sieur Wilkens CASSUS davec son pouse ne Renett DELVA pour injures graves et publiques, Prononce la dissolution de la Section Sud de Port-au-Prince pour les surplus des formalits lgales ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; Commet lHuissier Clerbrun FAURE pour RENDU DE NOUS, Gerty Lon ALEXIS, juge en audience Civile publique et ordinaire du Vendredi lIndpendance, en prsence de Me. Sheila Monsanto Parquet prs le Tribunal de Premire Instance de Port-auPrince de ce ressort, avec lassistance de Fabiola Cherestal IL EST ORDONN, ETC EN FOI DE QUOI, ETC Me. Brunache CHRY, AVOCAT. le Ministre Public entendu, accueille laction du sieur Jean Robert SIN introduit par acte dassignation du trois Eberle TONDEREAU ; Maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et octroy laudience du Vendredi dame Marie Maryse STERLIN ; Admet le divorce du sieur Jean Robert SINE davec son pouse ne Marie Maryse STERLIN pour injures graves et publiques ; Prononce la lEtat Civil de la section Sud de Port-au-Prince pour le surplus des formalits lgales ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Clerbrun FAURE RENDU DE NOUS, Gerty Lon ALEXIS, Juge en audience Civile publique et ordinaire du douze (12) du Commissaire du Gouvernement au Parquet prs le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince de ce ressort, avec lassistance de Fabiola Cherestal GEORGES, IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de la force publique dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI, la minute du prsent POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE LA GREFFIERE Cabinet AGNANT PAR CES MOTIFS, et sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal accueille laction de la dame Yva FORESTIN ne MERTHE pour tre rgulirement introduite en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et octroy laudience du Vendredi Odner FORESTIN ; au fond, Admet le divorce de la Odner FORESTIN pour injures graves et publiques et INCOMPATIBILIT DE CARACTERE ; Prononce la Est de Port-au-Prince de transcrire dans les registres ce sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale, sous peine de dommages-intrts envers les tiers, sil y chet ; Compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Johnny JEAN dudit Tribunal pour la RENDU DE NOUS, Gerty Lon ALEXIS juge en audience Civile publique et ordinaire ce vendredi lIndpendance, en prsence de Me. Sheila MONSANTO Parquet prs le Tribunal de Premire Instance de Port-auPrince de ce ressort, avec lassistance de Fabiola Cherestal IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis Instance dy tenir la main ; A tous Commandants et lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI, la minute du prsent POUR EXPDITION CONFORME COLLATIONNE LA GREFFIERE. sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience prcite consquence le divorce du sieur Rigaud Francoeur davec son pouse ne Ruth GIL-BLAS, pour injures graves et lEtat Civil de la Commune de la Pointe--Raquettes de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Compense les dpens. AINSI JUG ETPRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou JOUNEN LIV AYISYEN NAN TI AYITI-MIYAMI SOSYETE KOUKOUY AK KOLABORASYON SANT KILTIRL MAPOU AP GANIZE PREMYE JOUNEN LIV AYISYEN NAN MIYAMI DIMANCH 29 SEPTANM 2013 DEPI 10:00 DI MATEN RIVE JOUK 6:00 NAN ASW PRSKE TOUT EKRIVEN AYISYEN NAN SID FLORID LA AP ALA PLIS PASE 60 EKRIVEN AP EKSPOZE TRAVAY YO SOU LITERATI AYISYENAN. AP GEN PREZANTASYON AK: -PWOFES-ISTORYEN JEAN-CLAUDE EXULIEN -ISTORYEN ANTHONY GEORGES-PIERRE -EWIDGE DANTICAT -EDUCA VISION : AP GEN AKTIVITE POU TIMON AK MAJISYEN FRITZNER PAUL KONT KRIK-KRAK AK LILIANNE NERETTE LUCRECE LOUINIS DNYE JOU POU PATISIPE SE MADI 24 SEPTANM. RELE 305-757-9922. MAJOUJAN@BELLSOUTH.NET RAB 20-30% SOU PRSKE TOUT LIV ============ NT ETIMOLOJIK DIKDOGD (2)* AK MAKS MANIGA/ MAX MANIGAT Pou premye pati sou ATIK sa-a ale w Haiti en Marche senmenn pase-a No.35 (18-24 septanm 2013) 5.09.13 Alo Kaptenn, Msi anpil! Placide resevwa kopi kouryl mwen an. M ta byen kontan si li te jwenn ki-chy. Ankouraje! Maks 6.09.13 Kaptenn, M konnen w a li repons mwen bay Kouzen Franswa No ; w a w mwen te ja (deja) bay kichy sou SOGO lan Mots croles du NordHati.. Kenbe djanm! Maks 6.09.13 Alo Dyeri, Ou toujou gan bon koze pou separe ak nou. M ap voye repons ou a bay plis mon ki te resevwa kouryl mwen an. Selon labitid an m[N], m a site w lan dikskisyon m ap mennen sou mo a lan Supplment ... an. Msi anpil! Maks Menm 6 sektanm lan toujou mwen tande kout kn Alo Max Mwen tap f rechch, se sa ki f mwen potko ka reponn ou. Enben, mwen bw pwa. Mwen w ou gen repons la-a ki pa mal ditou, wa travay sou yo. Kenbe la! Kiki 6.09.13 Alo Kiki, Men anpil chay pa lou. Msi anpil! Kenbe fm! Max Pierre Michel Laguerre ki f anpil rechch nan lanng lan. M ap tann sekous misye! Ankouraje! NG 6.09.13 Kouzen NG, Mrsi anpil! N ap tann soukous a zanmi Pierre Michel Laguerre Ti sa w jwenn w a separe ake nou. Ankouraje! Max Sa se repons mwen bay Kouzen Remon m te 6.09.13 Alo Kouzen Remon, Msi anpil! Gan de maton lan istwa Lafrik la ki te pale Nau ak Kouzen Dyeri. Yo vizye pentad la lan tt. Mwen kontan rale ou f sou evolisyon fonetik ak gramatikal Ndi Ogodo a. M ka svi avk li l m ap mete atik mwen an opwp. Kontinye feraye pi rd! Ankouraje! Maks 6.09.13 Repons mwen bay Kouzen Franois Nau Bonjou Kouzen Franois Nau Abobo! Wou se twazym mon ki reponn mwen sou koze a. Msi anpil! Mwen pran moso lan esplikasyon w yo ak gran konsekans. M ap svi ak li lan diskisyon m ap mennen pou Supplment ... mwen an. M kontan tande mo SOGOD a ak jan timon nan zn sids peyi nou an pran li pou yo jwe ak lt kanmarad yo. B lakay an m[N], nou di SOGO (w Mots croles du NordHati ...) p. 291. Rale ou f sou mo franse duc la gan sans. Eske se ta di Sa mennen nou lwen depase sans PP bay la, men se chache n ap chache. M kontan ou bay orijin mo a km Nijerya. Se sa mwen te jwenn tou. Konmkwa ou bay bannann mwen bwa. De mo ou ekri sou Les Proverbes hatiens dEdmond Chenet ... mwen an se tankou youn piki B-12. Se pa souvan m jwenn sa... Ankouraje! Emmanuel PAUL, pour injures graves et publiques ; de Saint Michel du Sud de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier Mikerlange PIERRE de compense les dpens.AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Nerva VILMONT, Doyen, juge en audience civile, mille Treize en prsence de Me. Mirlande DUPICHE PREVOST, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Willy BERNAB, Me. Fritz-Nel SAINT-LOUIS, Avocat. sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde ; maintient le dfaut sollicit et octroy contre la partie dfenderesse ladite action ; Admet en consquence le divorce du sieur James DOREME davec son pouse ne Shelsey Elise SMITH, pour injures graves et publiques ; Prononce la transcrire sur les registres ce destins les dispositif du quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile et publique du du Gouvernement de ce ressort, avec lassistance du sieur Me. Tho Granville JANVIER, Avocat. du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC Port-au-Prince, le 13 Septembre 2013 Me. Ronald ALCINUS Dfenseur Public. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs en avoir maintient le dfaut requis contre le Cit, le sieur Gougoul LOUIGE laudience prcite ; dit et dclare quil occupe la maison du requrant sise au Boulevard Jean Jacques Dessalines # 709 (zone Portail Logane) sans droit ni rserves. Commet lhuissier Marc Arthur MEILLEUR de AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Treize, An 210me de lIndpendance avec lassistance IL EST ORDONN ETC.. EN FOI DE QUOI ETC POUR EXPDITION CONFORME Clerbrun FAURE, Huissier. runi en son local ordinaire a rendu en audience publique, en ses attributions civiles et charge dappel la dcision Madame Edeme NARCHET, propritaire, RAYMOND SAINT-PIERRE, Robinson PIERRE LOUIS et Andr MICHEL, du Barreau de Port-au-Prince, 003-137-302-1, 01-01-99-1970-12-00339, 2307049183, 3889892, 003-461-008-9, 01-01-99-1970-07-00197, 1358909, 1423196 et 006-476-320-6, 3207039484, 3494495, avec lection de domicile en leur Cabinet sis au NO. 140 de lAvenue Christophe, Port-au-Prince, partie demanderesse, dune part ; Et Le sieur Labady LANGLOIS, demeurant lHabitation Puits-Blain, Section saint-Martin, Commune de Delmas, partie dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs avoir dlibr conformment au vu de la loi et charge dappel, dit et dclare que laction intente par la requrante est juste et fonde ; maintient le dfaut octroy contre le sieur Labady LANGLOIS laudience du 19 Juillet 2013 ; ordonne en consquence rintgrande de la dame EdemeNARCHET dans sa possession ; ordonne le cit VINGT MILLE GOURDES (Gdes 20,000.00) de dommages-intrts. Commet lhuissier Didier SOIGNER AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. milio ACCIM, juge en audience civile et publique du vendredi 19 Juillet 2013, an 210me de lIndpendance, IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI ETC Wilmine Raymond SAINT-PIERRE,Av. Robinson PIERRE LOUIS, Av. et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse dite action ; admet en consquence le divorce de la dame Maks Jou ki te 8 sektanm lan, ti frr an m, Silvio Faschi Jr ki rete ann Itali, rantre lan jwt kannik la tou. I ekri m an franse. Wen pa te janm tande mo la. Wen lir sa ou voye ban wen ake anpil ki-ryozite. Antouka, si wen pa konnen si mo sila la egzis toutbon vre, lakay an nou Okap, manman ake bn yo te konn repete moso twal yo te koupe pou travay la [la besogne]. Ki ta vle Lan epk sa a, tanpaks ake svyt ijyenik pa te pank rive na peyi an nou. Kidonk, me-dam yo te bije srvi ake de gran mouchwa koton oswa len yo te taye enpi yo te ka lave apre. Se te sekr a sak an twal la. Wen t ay chache lan Mots croles a w la (p. 135). Esplikasyon w la bobo. Kenbe pa lage, wou k ap pote labanyr lan konsrve koutimlizaj an nou yo. Ti frr a w, Ti-Silvyo Jean-Robert Placide 14.09.13 Kouzin, Kouzen, Jean-Robert monch, Timon voras mande gonbo cho, yo ba li l lan pla men. ban mwen youn bon kout plim ki pa ka tonbe pi daplon pase sa. Gremesi! M a gan pou reli gazt ou a ank pou mwen souse tout mwl ki ladan l. Premyman L mwen derape ak lide (tw fy) Pompilus bay la, mwen jwenn nan ( ) ak ( passer lheure, passer la mesure, trop, excessivement, lexcs ( Segurola pp. 118 ak 119) ( d ), ( d tre ( Segurola p. 145) ( g ( Segurola p. 190) ( do ) ki se prepozisyon ( Segurola p. 123) Mo ( digdgd ) a ta kapab rs demanbre yon fraz nan ( ) ( d ) ( g ) d Ki ta kapab aplike pou yon mon ki pran pz li tw sekwa, aristokrat, ki pran tt li pou sa li pa ye Ou sav jan mwen renmen etimoloji mo kreyl nou yo. Mwen kw ou leve youn tti. M ap prete manpenba sa a pou mwen mete san madou lan Supplment ... mwen an. Mwen kw ou jwenn orijin tou pi. Kidonk, mo duc PP te many vire llj nou... Ifo mwen di tou kolaborat Valdman yo te chwazi ekzanp ki konsekan. Si ou konn tcheke Ati Max Beauvoir voye diskisyon nou an ba li. M kw sa va f li anpil plezi. Se donmaj pa la ank... Repons ou a ta merite part ladan l. Ankouraje gason! Kouzen Max

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE La communaut aux Pays-Bas La photo de famille la Fte dHati Culembo, Pays-Bas ( association. Mais les problmes ne me dcouragent pas. Ils mencouragent au contraire continuer Vena rencontre des problmes aussi de logement. Il lui faut une salle pour Reine Wilhelmina, qui avait soutenu Haiti aprs le sisme en organisant des leves de fonds. Mais la commune de Colembourg ne voit plus dun bon oeil que cette cole se transforme en un lieu de runions, par souci dordre public. Cest la dernire fois quelle pourra utiliser ce local, obtenu presque gratuitement puisquelle na avanc que la modique somme de lan prochain pour hberger sa nouvelle rencontre haitiano-nerlandaise. Toujours est-il que cette rencontre du 21 septembre sest bien passe, sans entorse, et sans le brouhaha ou la violence que ltylisme provoque en gnral. Vna a eu tout le Premier Secrtaire, Flio Junior Joseph. Quand elle les a vus, Vna a saut au plafond, reprsentant haitien pour le faire participer certaines activits, comme la distribution de photo avec presque tous les participants. Pierre-Louis qui, apparemment semble adorer le contact avec le public, surtout haitien, sest bien prt au jeu. Il apparat sur presque tous les clichs, ayant pris part toutes les activits de la journe. En tout cas pour Vena surtout que le Chef de Mission haitien na pas manqu de len fliciter plusieurs reprises. H. Hrard