<%BANNER%>

Haïti en marche ( May 29, 2013 )

Digital Library of the Caribbean
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: May 29, 2013
Publication Date: 08-07-2013

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00571

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: May 29, 2013
Publication Date: 08-07-2013

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00571


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

LAmbassadeur des Etats-Unis, Mme Pamela White Le prsident Michel Martelly caracolant ( / p. 7) a trop de pouvoir ( / p. 5) ( / p. 4) La veuve de notre confrre Thony Blizaire rconfort par Clarens Hommage au photo ( / p. 2) PORT-AUPRINCE, 2 Aot Actuellement le pays se trouve devant un dilemme. Les lections seraient bloques par une seule personne qui sappelle le prsident de la rpublique, en loccurrence Joseph Michel Martelly. En effet, le conseil lectoral (Collge transitoire du conseil lectoral permanent/ CTCEP) a, comme le veut la Constitution, remis lExcutif le projet de loi lectoral. Celui-ci a pour devoir de le transmettre au pouvoir Lgislatif pour son vote. Mais lExcutif, pour ne pas dire le chef de lEtat, garde le document PORT-AUPRINCE, 3 Aot Un pas de plus vers des lections avant fin 2013. Envers et contre le prsident Michel Martelly Les Etats-Unis viennent dabattre leurs cartes de manire un peu plus directe dans une dclaration de leur ambassadeur accrdit en Hati, Pamela White. Je suis toujours optimiste. Je crois quon va trouver une solution. Je crois quil y a toujours la possibilit de tenir les lections en 2013 a dclar lors dune interview des mdias locaux lambassadeur Pamela White clturant sa premire anne de mission en Hati. Les Etats Unis se dclarent prts aider Hati garantir des lections transparentes, crdibles et pacifiques avec une contribution de 10 millions de dollars. La semaine prcdente, lInternational Crisis Group, une ONG HPN La cour dappel de Port-au-Prince a rendu vendredi 2 aot une ordonnance de libration en faveur dun Vendredi 2 aot, de 4 heures 7 heures p.m., au Karibe Convention Center. La crmonie dirige par le journaliste Clarens Renois, correspondant de lAgence France Presse, et laquelle assistaient des piliers pourtant respectable mais actuellement dvoy de ( / p. 3) ( / p. 14) Lettre groupe de policiers lpouse du photojournaliste lEtat. La nation subit, avec ( / p. 6) PORT-AU-PRINCE, 31 Juillet Le responsable de lInternational Crisis Group pour le continent (Amrique du Nord et du Sud), Mark Lewis Schneider, a rappel au pouvoir hatien, particulirement PORT-AU-PRINCE, 4 Aot Juge contre juge, cest ainsi que pourrait sintituler la chronique de la semaine. En effet la mort suspecte dun juge, les partisans du pouvoir en place rpondent en alertant sur les menaces qui pseraient sur la vie dun autre juge le leur. Le premier juge, le juge dinstruction Jean Serge Joseph, enqutait sur des accusations de corruption et usurpation de fonction portes contre la famille prsidentielle

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Hati en Marche Miami th ( / p. 16) ( / p. 12) 1900 mtres carrs avec un sous-sol abritant plusieurs espaces La rumeur dun prtendu projet du Chef de ltat de constater le lundi 13 Janvier 2014 la caducit du Parlement suscite des ractions varies, en fonction de divers intrts que satisferait ou non lventualit de cet vnement. Le prtexte justificatif de cette caducit, soit disant en couvaison, serait la probable nonralisation cette anne des lections pour le tiers manquant du Snat; ce qui, selon les prtentions de certains, entrainerait ipso facto lapplication exclusive de larticle deuxime lundi de janvier 2014 lexpiration du mandat du tiers du Snat lu en 2009. Parlant dintrts, il est assez ais den observer les manifestations et den mesurer les niveaux, suivant le degr de pression ou de silence des positions prises par les secteurs impliqus ou concerns. Le Prsident, ne disposant daucun pouvoir constitutionnel de dissoudre le Parlement, est allgu tre lorigine de la rumeur; une faon apparemment politicienne, dit-on, de sen remettre au temps et de se laver par anticipation les mains des possibles et prvisibles difficults qui pourraient empcher le Collge Transitoire du Conseil lectoral Permanent (CTCEP) de faire des lections que cest un secret de polichinelle, mme quand ni la Prsidence, ni la Primature nont jusqu prsent fait aucune allusion vidente, voire dclaration explicite, sur Snat lu en 2009. Du ct du Parlement, non seulement que le Prsident du Snat et dautres membres du Bureau et de lAssemble staient dj positionns pour le respect de la Constitution en matire de dure du mandat des lus, mais en outre lAssemble a vot une proposition de loi interprtative devant lever lambigut de la loi lectorale de 2008 en ce que a trait la des lections de 2009. La proposition de loi prcise que leur mandat expire le deuxime lundi de janvier 2015. La Chambre des Dputs doit se prononcer sur la proposition; et si elle la vote dans le mme sens que le Snat, le texte est alors transmis au Prsident de la Rpublique qui peut faire valoir son droit dobjection (Constitution, Art-121). Dans le cas dobjections, les Chambres peuvent amender la proposition ou rejeter les objections du Prsident; si elles sont rejetes par les deux Chambres, la loi est donc renvoye au Prsident qui est oblig de la promulguer (art. 121-1, 2, 3, 4, 5, 6), si non, il sera en violation extrmement grave de la Constitution. La plupart des partis, regroupements et autres entits politiques insistent, sans trop de conviction, pour que les lections, dj plus quen retard, se ralisent cette anne; dans le cas contraire, insinuentils, le malaise politique ambiant, joint la persistante prcarit sinon constante dtrioration des conditions gnrales de vie de la majorit de la population, risque de provoquer des commotions sociopolitiques consquences catastrophiques. La mme posture est arbore par des dfenseurs de droits ou superviseurs du chantier de construction de la dmocratie. Il en est de mme des ambassades amies dHati qui trop souvent se font complices des vieux et nouveaux dmons qui imprgnent les penses et actions de toutes les strates de la socit hatienne. Si lon ny prend garde, on se penserait encore au temps des luttes pour les premires lections sous lgide de la Constitution de 1987. Alors quaujourdhui, ce sont les trois Pouvoirs constitutionnels, des acteurs politiques, des compagnonnages sous couvert de tout type dONG politiques dites de la socit stabilisation qui de concert ou tour de rle ont manuvr/manipul la dynamique de retard des lections. Lorganisation dlections en retard nest pas une nouveaut dans la ronde de la transition dite dmocratique; cest une pratique qui fait corps avec la propension de toujours ruser en politique, et dune culture qui ne valorise pas le temps. Il en rsulte, tous les coups, de dangereux blocages au progrs de linstitutionnalisation de la dmocratie. Les relations entre les Pouvoirs dtat et les diffrents secteurs dopposition sont nourries de tant de mfiance, de tensions et frictions que les responsabilits communes dans la gestion de certains problmes cruciaux de porte nationale sont partisans. Les uns et les autres se dclarent nationalistes, dmocrates, promoteurs de ltat de droit dmocratique et de linclusion de la Majorit historiquement marginalise et exploite dans sa pauvret, engendre et alimente par lexclusion. Le troublant paradoxe, la dchirante contradiction, cest le manque de volont du Chef de lExcutif, des Prsidents et Blocs des Chambres, des Chefs de partis politiques de se concerter et de dgager un esprit et projet daccord sur les perspectives suivantes : 1) La caducit du Parlement le deuxime lundi de janvier 2014 ne saurait tre voque, ni mme envisage, vu la articles suivants de la loi lectorale de 2008, 85.b et 231, et ce dernier avec larticle 95 de la Constitution(non amende) sous lemprise de laquelle les Snateurs de 2009 ont t lus; vu aussi qu cet gard une proposition de loi interprtative est dj vote par le Snat et est maintenant la Chambre des Dputs en attente du vote de cette dernire. 2) Un retard additionnel justifi ou invitable des lections, limit et gr avec comptence et transparence, pourrait contribuer de meilleures lections dont lobjectif primordial est de remplacer le tiers manquant du Snat, et de remettre des lus la tte des Collectivits Territoriales. 3) Ces lections permettront au Snat de contribuer, sans prtendues contraintes rglementaires et/ou constitutionnelles, au choix des membres du Conseil lectoral Permanent et du Conseil Constitutionnel. 4) Toutes les dispositions pourront tre prises en vue de prparer un second amendement de la Constitution visant mieux ladapter aux exigences critiques/positives de lexprience de sa mise en uvre, liminer les incohrences/contradictions et corriger les erreurs de divers types, tout en respectant le fondement dmocratique de la Constitution, ses prescrits et procdures en matire damendement. Il a fallu plus dune anne de Le bureau du Coroner du Qubec qui enqutait sur les circonstances du dcs du juge dinstruction Jean Serge Joseph, a rvl dans son rapport mdical que le magistrat est mort dune hmorragie intra-parenchymateuse. Ainsi, le Coroner du Qubec rejette la thse dempoisonnement avance jusque-l par des proches du dfunt ainsi que par un snateur de la Rpublique. Le corps du Juge Jean Serge Joseph, on se le rappelle, a t rapatri, en juillet dernier, au Qubec sur demande de sa famille, pour besoin dautopsie. La famille du magistrat instructeur avait saisi le Coroner du Qubec, le dossier a Le cas a t prsent comme suit : un qubcois dcd ltranger, avec rapport mdical concluant un ACV. Les membres de la famille ont dclar la mort suspecte, do le Coroner du Qubec a d dclencher une enqute. Lautopsie a rvl la mme cause dcrite du constat de dcs, daprs une entrevue ralise avec le mdecin coroner responsable, Jean Brochu, qui Des examens toxicologiques sen suivront paralllement mais, avec mince possibilit de conclusion rigoureuse, car le corps avait dj t embaum Rappelons que le juge Jean Serge Joseph est dcd, le 13 juillet dernier, des suites dune hmorragie intracrbrale selon cet organisme international. (lu sur le site de Radio Mtropole) La cour dappel de Port-au-Prince a rendu vendredi 2 aot une ordonnance demandant la libration dun groupe de policiers inculps denlvement, de squestration de personnes contre ranon dans le cadre dun rseau de kidnapping que dirigerait lhomme daffaires Clifford Brandt Dans son arrt rendu le 2 aot, la Cour dappel de Port-au-Prince ordonne que Marc Arthur Phebe, Jacques Darly Michelais, Oneste Gabelus, Fritz Aristide, Berthony Dumezil et Grald Fontlus soient mis en libert immdiatement sils ne sont retenus pour autre cause, lit-on dans une copie de larrt. En revanche, la cour a demand dcrouer la prison civile un autre inculp, Evince Larieux. Il existe des indices Lun des avocats des policiers, qui taient accuss de faire partie du gang de Brandt, Me clients, mais a indiqu que lordonnance de la Cour dAppel na pas encore t mise excution Dans le but daccroitre la production de crales, de vivres et de produits drivs des poulets, l`Union Europenne (UE) et l`Agence Franaise de Dveloppement (AFD) ont accord un don de 21.5 millions de dollars amricain Hati. sont considres, a fait savoir le Ministre de lEconomie et du Commerce, Wilson Laleau: la banane plantain, les ufs et le mas. Les cultivateurs des rgions du Sud et de que les fonds allous contribueront laugmentation en volume et lamlioration en qualit des produits locaux. Le directeur gnral du Ministre de l`Agriculture, des Ressources Naturelles et du Dveloppement Rural (MARNDR), Pierre Guy Lafontant, a assur que laccord facilitera l`exploitation de plus de 2 000 hectares de terres dans le dpartement du Sud. Une crmonie de pose de la premire pierre pour la reconstruction de lglise du SacrCur de Turgeau a eu lieu vendredi en prsence de responsables de lglise catholique ( Thony Blizaire et trois de ses 4 enfants, a t marque par des tmoignages de nombreux Le cinaste Raoul Peck a rvl quil travaillait depuis plusieurs mois avec Thony Hommage un projet de parution dun livre tmoin des faits marquants des deux dernires dcennies de lhistoire nationale. Cent photographies choisies par Thony et places dans un contexte dcriture (Thony Blizaire crivait aussi, a soulign Raoul Peck). Tout tait fin prt pour la parution de louvrage quand la mort a surpris le photographe. Peck sest engag faire sortir le de la vente iront sa famille. Elsie Ethart journalistes qui avaient tenu tre prsents. Ds lentre dans la salle du Karibe, on est plong dans une atmosphre de recueillement avec une exposition de photographies de celui que chacun reconnait comme lun des plus grands photographes de presse hatiens et dont la renomme va bien au-del dHati. Thony Blizaire a t au service de lAgence France Presse (AFP) pendant 25 ans. Selon un des intervenants, Thony sait toujours attendre le moment cl pour appuyer sur le dclencheur et chacun est frapp par la sensibilit manant de chacun de ses clichs. Tour tour sa veuve Marie Florence Marie Laurence Lassgue, Marcus Garcia, Victor Benoit, Max Chauvet, Marie Yolaine Gilles, Jacques Desrosiers, Godson Pierre, Hrold Jean Franois, Emelie Prophte, Amlie Baron, Clifford Larose et Norluck Doranges ont partag avec lassistance leur vision de Thony.

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE ( / p. 13) inculps denlvement, de squestration de personnes contre ranon dans le cadre dun rseau de kidnapping prsumment dirig par lhomme daffaires Clifford Brandt, apprendon de source judiciaire. Dans son arrt rendu le 2 aot, la Cour dappel de Port-au-Prince ordonne que Marc Arthur Phebe, Jacques Darly Michelais, Oneste Gabelus, Fritz Aristide, Berthony Dumezil et Grald Fontlus soient remis en libert immdiatement sils ne sont retenus pour autre cause, lit-on dans une copie Lamricain Matthew Andrew Carter qui avait t reconnu coupable en fvrier dernier par un jury fdral Miami pour avoir abus sexuellement de deux enfants hatiens, dans un centre rsidentiel quil dirigeait en Hati, a t condamn mercredi 165 ans de prison, nous apprend Hati Press Network. Andrew Carter, g de 68 ans, a t reconnu coupable de cinq chefs daccusation en se livrant des activits sexuelles avec des mineurs et dun autre chef daccusation en faisant du tourisme sexuel avec des enfants. La juge Joan Lenard lui a impos la peine maximale demande par le parquet. Au cours de laudience tenue mercredi, Andrew Carter a contest la crdibilit des personnes qui P-au-P, 31 juil. 2013 [AlterPresse] --Le premier ministre Laurent Salvador Lamothe juge satisfaisante sa participation au 12 e sommet des chefs dtat et de gouvernement de lAlliance Bolivarienne pour les Peuples des Amriques (Alba), lors dun point de presse donn lissue du sommet. Ce 12 e sommet, qui sest tenu Guayaquil (Equateur), les 29 et 30 juillet 2013, a permis Hati de voir son plan spcial pour le dveloppement approuv par plusieurs acteurs. Ce plan spcial avait t approuv par le Venezuela en faveur dHati lors du 11 e sommet, dans la perspective dapporter le meilleur support au pays dans plusieurs domaines, notamment la scurit alimentaire, la sant, la production agricole et les infrastructures. Par ailleurs, Laurent Lamothe annonce que la coopration avec le Vietnam Port-au-Prince, le 31 juillet 2013 (AHP) Le gouvernement hatien a paraph ce mercredi avec l`Union Europenne et l`Agence Franaise de Dveloppement un accord de don de 21.5 millions de dollars US dans le cadre de la lutte contre l`inscurit alimentaire. C`est le ministre de l`conomie et accord au nom du gouvernement hatien dans le cadre d`une crmonie droule au local du ne cesse de grandir; une compagnie vietnamienne, Vinafood (Vietnam Northerm Food Cooperation), est venue en Hati valuer les possibilits dinvestissements et participer la relance de la production nationale. Dans le domaine du textile, une autre compagnie vietnamienne Vina Tech viendra galement en Hati pour valuer les possibilits dinvestissements au Parc Caracol, annonce-t-il. Le premier ministre, qui sest rendu au sommet de lAlba le 29 juillet, est revenu au pays dans la matine du mercredi 31 juillet 2013. Ministre de l`conomie et des Finances (MEF). Selon M. Laleau, cet accord va permettre daccroitre la production vivrires et avicoles. Les dpartements du Sud et de l`Ouest seront Coopration ( de larrt. En revanche, la cour demande que soit crou au pnitencier national un autre inculp, Evince Larieux. Il existe des indices graves et concordants et des charges Lun des avocats des policiers, Me par le tribunal ordonnant la libration de ses clients, mais a indiqu que lordonnance de la Cour dAppel nest pas encore en excution. Le Ministre de la justice a dcid de bloquer lexcution de lordonnance et a exig quelle soit achemine au Parquet du tribunal de Premire instance pour excution, ont tmoign contre lui, et rclam que des preuves matrielles soient prsentes lors de son procs, rapporte le journal Miami Herald Andrew Carter faisait souvent le voyage entre Hati et la Floride afin de a expliqu Me Hercule, indiquant que le commissaire du gouvernement prs le tribunal pourrait se garder dexcuter le non lieu (ou ordonnance de libration). A noter que le commissaire du gouvernement prs de la cour dappel avait dj crit au directeur de la prison civile de Port-auPrince pour demander de mettre en libert les personnes concernes. contre de la nourriture, des vtements, des jouets et un endroit pour dormir faire fonctionner le centre, depuis lanne 1995 jusqu son arrestation en 2011 laroport international de Miami. Des anciens rsidents du centre Morning Star Center ont tmoign lors du procs de 3 semaines, dclarant que Andrew Carter avait forc les enfants accomplir des actes sexuels Martelly franchira-t-il la ligne rouge ? p.1 Hommage au photojournaliste Thony Blizaire p.1 Martelly seul contre les lections p.1 Le prsident hatien a trop de pouvoir p.1 Lettre la Nation de Mirlande Manigat p.1 Juge contre juge p.1 Mesure de libration en faveur des policiers inculps dans laffaire Brandt p.1 Une dmocratie dans le bourbier des marrons p.2 Les Etats-Unis croient les lections possibles en 2013 p.4 Le juge Jean Serge Joseph naurait pas t empoisonn selon lautopsie p.2 LAmricain qui a abus sexuellement denfants hatiens condamn 165 ans de prison p.3 Plus de 50 partis politiques en dbat p.6 Premire pierre pour la reconstruction de lglise du Sacr Cur de Turgeau p.2 La reconstruction de lHpital Gnral p.5 Makandal on a Harlem Stage p.10 Une agriculture rsiliente p.13 Lwa sou Akademi Kreyl p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE mode rduit quil serait seulement 10 membres. Linvitation du prsident Martelly reprendre la loi lectorale de 2008, cest donc, vulgairement parlant, ce quon appelle : amener la vache au taureau Faciliter lambition des pleins pouvoirs dont on accuse lactuel chef de lEtat hatien. est une cration des puissances qui nous gouvernent. De rsultats lectoraux cousus main sortis des manipulations des commissions de lOEA (Organisation des Etats Amricains), dont le sige est Washington. ( internationale spcialise dans la prvention et la rsolution des rouge sil ne tenait pas cette anne les lections (snatoriales partielles et toutes les communales), laissant un deuxime tiers du Snat devenir caduc avec pour consquence un Martelly et lambassadeur Pamela White lors dune rcente pose de premire pierre lectoral (Collge transitoire du conseil lectoral permanent/ CTCEP) lExcutif avec pour devoir de le transfrer au pouvoir Lgislatif. Mais non seulement le projet nest toujours pas parvenu destination mais, dans ce qui semblerait une nouvelle manoeuvre dilatoire, le prsident Martelly suggre lutilisation dune lgislation prcdente (la loi lectorale de 2008) mais qui ne cadre plus, en de multiples dispositions, avec la Constitution amende en 2011 (mise en vigueur par le pouvoir en place). Une intervention prcdente de lambassadeur du Canada en Hati, Henry Paul Normandin, rappelait, dans les mmes termes que son homologue amricain, que le temps presse, le temps fuit (sic). Contrairement au prsident Martelly qui, quant lui, dit ntre pas press parce quil veut fournir un bon travail. Et sil y en a qui ne peuvent attendre (que le projet de loi remis lExcutif ait t revu et corrig), dit le prsident, alors pourquoi ne pas reprendre la loi lectorale de 2008 ? ... dpart du deuxime tiers du Snat au deuxime lundi de anne, cest tout le Snat qui pratiquement disparaitrait. Par k.o. technique Dysfonctionnel, pour employer un terme la Notre prsident de toute vidence se trouve actuellement en pleine confusion. Et en maints domaines. Mais il a intrt se rattraper avant quil soit trop tard. Qui frappe par lpe En effet la mme OEA qui lui a ouvert la prsidence, reste disponible pour nimporte quelle autre panne lectorale. Or le prsident a dj commis une erreur tactique. En sopposant aux lections, il joue perdant partir du moment o celles-ci sont organises contre son gr. Il reste donc trs peu de temps Martelly pour Le temps dont le conseil lectoral a justement besoin pour commencer la mise en place du processus. Avant quon ne le fasse notre place. Une fois de plus. Nous lui donnons ce crdit (au prsident Martelly) : que son attachement la dmocratie si ce nest lintrt national est plus fort que la jouissance effrne du pouvoir, ses pompes et ses uvres. Par contre on remarquera la souplesse toute diplomatique de tous ces intervenants internationaux. Jusquau vice-prsident amricain Joseph Biden lors dune tlconfrence avec le prsident Martelly. chances saccumulent. Renouvelant son offre de coopration Mais quand la Prsidence hatienne publie une version tronque de la conversation avec Mr Joe Biden, la Maison tenue des lections cette anne. ... De toutes faons, le dbat (ct international) a t conduit jusquici pour laisser le prsident Michel Martelly seul matre de sa dcision. Est-ce ce qui a pu le tromper ? En effet linternational dune manire gnrale, et Washington en particulier, na jamais manifest jusquici Lambassadeur des Etats-Unis, Pamela White, appelle les diffrents acteurs trouver une solution aux diffrentes crises que connait le pays en vue de raliser les lections. Je suis toujours optimiste. Je crois quon va trouver une solution, je crois quil y a toujours la possibilit de tenir les lections en 2013 a dclar lambassadeur Pamela White. Elle a toutefois reconnu que le temps fuit Mme White a renouvel lengagement des Etats-Unis aider Hati avec une contribution de 10 millions de dollars. Une partie de cette somme sera consacre assister le CTCEP, les organisations locales et dautres acteurs cls, a indiqu Mme White. Cette premire partie du montant, a-t-elle ajout, va servir galement encourager les femmes se porter candidats, amliorer laccs au vote des personnes capacit mobile rduite etc. La deuxime partie de lassistance amricaine pour les lections, a poursuivi lambassadeur White, sera une contribution au fonds du PNUD pour les lections. Elle Par ailleurs, la reprsentante des Etats-Unis en Hati a appel les pouvoirs excutif et lgislatif ainsi que les diffrents acteurs concerns trouver un moyen pour rsoudre les diffrentes crises politiques auxquelles le pays fait face. On ne peut pas faire le dveloppement dans linstabilit Mme White croit ncessaire une sortie de crise pour favoriser la tenue des prochaines joutes lectorales. dysfonctionnement du parlement. Ds lors le prsident aurait les pleins pouvoirs et gouvernerait par Dcrets. Mais cela plongerait le pays dans une crise sans nom avec probablement un gel de laide bilatrale et multilatrale. Avertissement lanc lors dune confrence Washington par Mark Lewis Schneider, principal responsable de lInternational Crisis Group pour le continent. Une semaine plus tard, le premier reprsentant des Etats-Unis en Hati, lambassadeur Pamela White, appelle les diffrents acteurs hatiens trouver une solution en vue de raliser les lections en 2013. Pour le moment, la balle est dans le camp du prsident Michel Joseph Martelly. En effet, un projet de loi lectoral a t remis par le conseil Cette diffrence de traitement a-t-elle pu lui monter la tte notre ancienne vedette des bals populaires propulse la tte du pays sans aucune prparation la res politica ? Martelly ne fait apparemment aucune diffrence entre la politique et les institutions, et que laisser un deuxime tiers du le renouvellement du premier tiers prcipiterait le pays dans une crise constitutionnelle avec, la clef, la disparition du second pouvoir, le Lgislatif. Au contraire, bon dbarras Et que ce serait automatiquement aussi le signal un tout autre systme plus proche du rgime autocratique et de la prsidence vie de Baby Doc que de la dmocratie que le pays depuis un quart de sicle appelle, bon an mal an, de ses vux. la mme impatience quon a connu avec dautres pouvoirs hatiens. En tte, avec le Lavalas. Le pouvoir Martelly

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( par devers lui, refusant de lacheminer au Parlement. Processus bloqu. On prte au prsident Michel Martelly lintention de ne pas tenir les lections (snatoriales Snat devenir caduc en janvier 2014, faisant ainsi dune pierre deux coups : le dbarrassant dun Snat qui abrite une majorit dopposants et, le pouvoir Lgislatif ainsi handicap, le des institutions solides et intelligentes (smart) garantissent cette prvention contre les drives, comme le montre cet pisode du projet de loi lectoral bloqu aux mains de lExcutif avec pour prtexte que cest conforme la Constitution : que le conseil lectoral (lune des institutions censes tre le plus totalement indpendantes, comme encore la Cour suprieure des comptes, la Cour de cassation etc) doive soumettre le projet de loi lectoral au Prsident de la rpublique, charge par celuiNos dirigeants et leurs conseillers prennent de plus en plus la lettre la citation dun penseur bonapartiste : les constitutions sont faites pour tre violes. Les peuples aussi, avec. Quant au peuple hatien, il ny voit toujours que du bleu. Ou (ventuellement) du rose Encore une fois des hommes au pouvoir barrent la route la reconstitution des institutions pour imposer leurs rigueur tre remis aux deux pouvoirs Excutif et Lgislatif, dautant que cest ce dernier seul qui est en cause. Par le monopole du vote. LExcutif pourrait prter sa contribution la mise au point du projet mais seulement au niveau du conseil lectoral. Dailleurs ne compte-t-il pas dj trois membres dans lactuel conseil ? Mais partir du moment o le projet est bloqu par les hommes du prsident pendant son transit entre leurs mains, soit pour y faire des retouches, soit pour sopposer volontairement la tenue des lections, le conseil lectoral nest plus indpendant. Cest une farce. Or le constituant ne le voulait pas ainsi. Donc dtournement de lesprit de la Constitution. De la volont nationale. Cest un dni. Un coup dEtat propres ambitions. Ou leurs rves. Sauf que ceux daujourdhui le font de manire plus abrupte. Disons moins professionnelle. Alors que cest cens tre lobjectif principal, sinon le prtexte la prsence dans la patrie de Dessalines (le fondateur de lIndpendance) de plusieurs milliers de militaires trangers : seules les institutions sont gage en effet de stabilit et de maintien de la paix civile. Tout dans le pugilat politique actuel montre que la mission onusienne de maintien de la paix, aprs environ dix ans de prsence, a rat son but. Et que les politiques hatiens recommenceront de plus belle la premire occasion. Toutes tiquettes confondues Mais aussi, autant que de degr de moralit politique, voire de patriotisme, cest une affaire de prvention, or seules 1987 part dun prjug : que lhatien est bon et que cest la dictature tout le mal. Comme si la dictature tait ne dellemme. Constitution ne dans livresse de la chute de la dictature mais qui devrait tre ramene depuis des dimensions plus en accord avec notre degr davancement qui nest pas brillant. A la fois matriellement mais surtout en termes de moralit publique. ( HUEH / p. 13 ) prsident, les mains libres, dirigerait par Dcrets. Les pleins pouvoirs Cela parat trop facile. Et pourtant. Le processus des lections est bel et bien bloqu. Il est vrai non de manire accidentelle, mais par un seul homme : Joseph Michel Martelly. Evidemment le constituant navait probablement pas prvu quaucun dirigeant pourrait aller jusqu taler aussi ouvertement, sans aucune gne, ses plans. Ses ambitions. Cependant les conseillers de Martelly (dont il faut saluer le machiavlisme) ne font quutiliser une faille de la Constitution en vigueur. Pourquoi le conseil lectoral a-t-il besoin de passer par lExcutif pour transmettre le projet de loi lectoral au Lgislatif ? Puisque le conseil lectoral (comme dans tout pays en rgime dmocratique) est INDEPENDANT. Le projet pourrait la ci de lacheminer au Lgislatif. Et si le Prsident ne transmet pas le projet parce quil ne veut pas tenir les lections, quest-ce la Constitution a prvu ? Traduire le Prsident en haute cour de justice. Et sil a des partisans au aussi du coup de force ? Et puis combien dans ce pays qui soient capables de grer une nouvelle crise en dehors de nos aventuriers politiques Piti Ainsi tout doit tre revu de fond en comble. A commencer par une Constitution qui sous prtexte de partage dmocratique des pouvoirs semble avoir opr, par manque dexpertise (quand on sort de trente ans de dictature obscurantiste), une sorte de saupoudrage dont on na pas fini de dcouvrir les inconsquences. Une dmarche plus de dconstruction que de construction ou de reconstruction. Notre Constitution de aot 2013 Le Gouvernement Hatien et le Groupement International Sant pour Hati, en prsence des ambassadeurs des Etats Unis, de la France et de lEspagne ont sign jeudi un contrat pour la reconstruction de lHpital de lUniversit dEtat dHati (HUEH) dun montant de 41,48 M$. Ce contrat de conception et ralisation des btiments sinscrit dans un projet global de reconstruction et rhabilitation de lHUEH dans son ensemble disposant dun budget total de 83,2M$ Rpublique dHati (33,2M$), lAgence Amricaine de Dveloppement (USAID) (25M$), et de lAgence Franaise de Dveloppement (AFD) (25M$).

PAGE 6

Page 6 ACTUALITE POLITIQUE ( / p. 12 ) ( / p. 12 ) ( le prsident Michel Martelly, la ncessit de tenir les lections pas jeter le pays dans une nouvelle crise et dont lun des effets les plus redoutables serait la suspension de laide bilatrale et multilatrale. A dfaut dorganiser les lections pour le Joseph Biden, et plus rcemment lambassadeur du Canada en Hati ont rpt au prsident hatien que leurs gouvernements respectifs, Washington et Ottawa, sont prts apporter leur Mais que veut dire lexpression : franchir la ligne rouge, que lon rencontre si souvent aujourdhui dans le langage politique et diplomatique. Lors de la dernire Assemble gnrale des Nations nest pas encore puis. Chat chaud craint leau froide, dans le cas du de Washington, eh oui, franchir la ligne rouge pour armer dcisivement les forces dopposition syriennes quand bien renforcer les capacits et le savoir des partis politiques, selon la directrice de programme dIDEA International en Hati, Mme Marie-Laurene Jocelyn Lassgue. Lex-snatrice, Mme Edmonde Supplice Beauzile et le professeur Michel Soukar, ont t les principaux confrenciers de cette initiative riche en rebondissements et en changes. linitiative de lInstitut international pour la dmocratie et lassistance lectorale (IDEA International), des reprsentants dune renouvellement du tiers du snat, lections dues depuis 2011, un second tiers arrivera avec 10 membres seulement ne sera plus fonctionnel. On prte au prsident Martelly lintention dattendre tranquillement cette chance pour pouvoir gouverner le pays par Dcrets. Sans redevance envers le Lgislatif. Ni envers personne. LInternational Crisis Group est une organisation non-gouvernementale internationale et sans but lucratif spcialise dans la prvention et dans la rsolution des dans le monde entier. Pour Marck Schnider, vice-prsident de lInternational Crisis Group (ICG), si Michel Martelly adoptait ce chemin que lui dictent certains conseillers, pour se mettre en position de diriger le pays par Dcrets, non seulement il violerait son serment constitutionnel mais il franchirait la ligne rouge. utilis des armes chimiques, probablement du gaz sarin, malgr lavertissement du prsident Obama. Cependant lexpression (sinon la chose) ne date pas daujourdhui. Jules Csar franchissait le Rubicon, cours deau au-del duquel il envahissait la Rpublique et instaurait sa dictature Rome. En 1941, la veille de linvasion de la France par lAllemagne nazie, la ligne rouge sappelait Ligne Maginot. Cependant alors que les troupes franaises, rassembles rapidement, se gonflaient devant la Ligne Maginot, un ensemble de constructions militaires datant de la Premire guerre mondiale (1914-18), les Allemands surprirent tout le monde en empruntant le passage des Ardennes, estim naturellement infranchissable. Mais la ligne rouge avait dj t franchie par Hitler lorsque lAllemagne envahit la Pologne et que Londres et Paris Ligne purement imaginaire Pendant la guerre du Vietnam, la ligne rouge, ct amricain, ctait le Golfe LICG conseille Martelly de ne pas cder cette tentation. Cest une ligne rouge pour les bailleurs et les diplomates et ils ont dit au prsident Martelly de ne pas la traverser a dclar le responsable de lInternational Crisis Group lors dune confrence le jeudi 25 juillet coul au Centre dtudes stratgiques et internationales Washington. En effet, les Etats-Unis, par la voix du vice-prsident du Tonkin. Le prtexte des Etats-Unis pour dbarquer les premiers Marines au Vietnam restera dans lHistoire sous le nom de : lincident du Golfe du Tonkin, quand des vedettes nord-vietnamiennes auraient attaqu un destroyer amricain ... Franchissant la ligne rouge. Quoique dans beaucoup de cas, ligne purement unies, le premier ministre isralien Benyamin Netanyahou dbarquait avec tableaux et diagrammes pour dmontrer que lIran avait franchi la ligne rouge dans sa prsume entreprise pour se doter de la capacit nuclaire. militaire est ncessaire contre lIran, esprait Netanyahou. Mais le censeur principal, les Etats-Unis, a estim que tel nest pas encore le cas et que le temps des ngociations LI L POU RANPLASE YOMEN YON IMAJ EPK LONTAN POU APRANN PLIS ALE SOU: WWW.MIAMIDADE.GOV/WATER DLO NOU AN MERITE SA Pou jis klke santim anplis pa jou, nap envesti nan yon sistm modn dlo potab ak egou Konte Miami-Dade. Epi bdwo dlo w yo ap toujou rete pi ba ke laplipa konte nan Florid. SE KONSA KK NAN F TIYO AK EGOU KONTE MIAMI-DADE YO ANSYEN TOU cinquantaine de partis et regroupements politiques se sont runis vendredi Portau-Prince, pour discuter de la politique, de la dmocratie, notamment des questions lies au quota, aux droits humains et lquit de genre. Organise autour du thme : Cheminement de la pense librale dmocratique en Hati cette rencontredbat sinscrit dans le cadre des dmarches visant Limportance du quota et de la dmocratie interne au sein des partis en Hati et le Cheminement de la pense librale dmocratique en Hati du 19e sicle nos jours ont t respectivement les sujets traits par les deux confrenciers. Au cours de son intervention, Mme Beauzile qui parlait de lexprience de la Fusion des sociaux-dmocrates dans la promotion du quota au sein du parti, a insist sur la ncessit dinciter plus de femmes briguer non seulement des postes dcisionnels, mais aussi tre plus actives au sein des partis. Elle pense que le quota doit tre respect au niveau des partis politiques dabord. Nous avons travaill tant au niveau de nos lois internes quau niveau concret pour arriver intgrer prs de 40% de femmes lintrieur du directoire national du parti

PAGE 7

Page 7 ACTUALITE POLITIQUE ( caritatives). Le juge Jean Serge Joseph (JSJ) est mort le 13 juillet dernier. Comme frapp par la foudre. Selon les mdecins qui ont t son chevet, dune hmorragie crbrale. Non seulement il conduisait linvestigation mettant en cause Sophia et Olivier Martelly mais il venait dintimer au chef de lEtat, Michel Joseph Martelly, de lui envoyer le premier ministre Laurent Lamothe et des ministres, en qualit franais est accus davoir cach son argent dans des paradis compte, montants, date de transferts etc). On na pas condamn Berlusconi cette semaine sur de simples allgations mais Ruby, qui a t son escort-girl bien avant la majorit lgale, existe en chair et en os. Pareil DSK mis en examen aprs enqute pour proxntisme aggrav Pourtant ce sont aussi des affaires politiques. Mais cela ne sarrte pas aux slogans et autres formes masques bas. Dun ct on accuse coups dallgations. De lautre le pouvoir rpond : kif-kif. Comme si ctait entendu entre les deux. Comme des larrons en foire. Vraiment curieux Toujours demandez-vous : A Lorsquun ministre serait bien mort dun accident vasculaire crbral Le jeune avocat en cavale, Andr Michel Juge contre juge. Kif-kif Seule perdante, la justice. La vraie. Mieux encore. Voici quentre en scne une association de magistrats. LASMAH (Association des Magistrats Hatiens), qui dnonce les menaces de mort et lintimidation exerces contre son secrtaire gnral. Devinez qui ? Le juge Lamarre Blizaire bien sr. Jusqu prsent on connaissait lANAMAH (Association nationale des magistrats hatiens). de tmoins des faits reprochs aux membres de la premire famille de la nation. Le second juge est comme sorti dune boite surprises. En effet, alors que le suspense JSJ (Jean Serge Joseph) bat son plein le corps du juge dcd, qui possde la nationalit canadienne, ayant t rapatri Montral pour une autopsie, le vendredi 27 juillet, nouveau boum Lun des avocats qui ont introduit laccusation contre la famille Martelly senfuit pour ne pas tre arrt. Un mandat damener a t lanc contre Me Andr Michel pour complicit dans lassassinat, en octobre 2010, dun tudiant en droit, Frantzy Duverseau. Celui-ci aurait t tu lors dune descente de lieux de la police. Le jeune avocat Andr Michel, et dautres camarades, semblent avoir t prsents sur les lieux au moment du meurtre. Toujours est-il que ce dernier navait pas t inquit jusqu ce mandat damener lanc la semaine dernire et comme par hasard contre lun des plus farouches opposants la famille prsidentielle. Comment ne pas relever la concidence, dans cette tentative darrestation, avec la mme soudainet dj dnonce dans la mort du juge instruisant le mme dossier. Une hmorragie crbrale qui tombe bien pic, constatent certains. A Montral o lautopsie a t demande par la famille canado-hatienne du juge dcd, le suspense reste toujours entier. dopposition politique. Cependant ici on ne voit pas le pouvoir mme tenter dengager une action en diffamation, comme on laurait cr. Il rpond au contraire avec les mmes armes. Chantage contre chantage. Juge contre juge La justice tourne en drision. Voici la seule vraie perdante. Ngation de la justice pas seulement dans le fond mais aussi dans la forme, voici le vrai scandale daujourdhui. A tel point quon apprend sur Facebook que les complices arrts dans laffaire Clifford Brandt, le jeune rseau de kidnappeurs, pourraient tre bientt remis en libert. Cela sexplique. On ne peut garder personne faits incrimins. Or y a-t-il investigation ? Si celle-ci na pas boug depuis larrestation de ces messieurs, y compris le dossier Clifford Brandt lui-mme (nous vous laissons deviner les raisons !), sous quel prtexte peut-on les maintenir en prison ? Ces messieurs ont des avocats. Ce ne sont pas des cas humanitaires. Voici donc comment la vraie justice est bafoue pendant que la justice politicienne fait les beaux jours de lactualit politico-mdiatique. Mais, attention car cest jouer en mme temps avec le feu. Et la mort de JSJ en est peut-tre un parfait exemple On ne recule donc devant rien. Cest exactement le commun dnominateur de cette actualit : ne reculer devant rien Mais aussi bien dun ct que de lautre. Inventez, inventez, il en restera toujours quelque chose Mais attention ne pas vous faire prendre les doigts dans la serrure, qui que vous soyez (conseils qui vaut aussi pour certains confrres car tout cela se passe sur les mdias qui ont remplac depuis longtemps le prtoire du tribunal). Bref, comme disait lautre : seuls les plus injustes seront sauvs Aujourdhui plus que jamais. Conclusion : la justice dans notre pays ntait encore jamais tombe aussi Avi Piblik OUVTI PS NAN KONSY FIDISY POU SANTE PIBLIK Yap pran aplikasyon kounyeya pou Konsy Fidisy pou Sante Piblik Konte Miami-Dade, otorite dirijan pou Jackson Health System. Gen yon ps vid pou pwosesis nominasyon 2013 la. Fidisy a ap svi san konpansasyon pou en ane. Konsy Nominasyon PHT a ap kontakte tout aplikan ki pase nan seleksyon an pou entvyou avk verikasyon antesedan yo (bakgrawonn). Asanble Komisyon Konte Miami-Dade, sou rekmandasyon Konsy Nominasyon an, ap nonmen moun nan Konsy Fidisy a. Fm aplikasyon yo disponib nan biwo Majistra a, County Executive Ofce, 111 NW 1st Street, Suite 2910, oswa sou entnt nan www.miamidade.gov. Tout aplikasyon yo ft pou soumt avk yon rezime oswa CV ki ajou epi yo ft pou rive nan men Christopher Agrippa, Division Chief, Clerk of the Board, nan 111 NW 1st Street, Suite 17-202, Miami, Florida 33128 pa pita ke 13 dawout 4:00pm. Yap asepte aplikasyon ki soumt pa imel nan clerkbcc@miamidade.gov oswa pa faks nan 305-375-2484. Se responsabilite aplikan an pou rele biwo Grefye a pou asire ke yo resevwa aplikasyon elektwonik la. Rele Grefye Asanble a nan 305-375-1652. Pou enfmasyon adisyonl konsnan pwosesis aplikasyon an, rele 305-375-5311. au juge qui a ordonn larrestation du jeune Me Andr Michel de se dclarer lui aussi en danger de mort. Entre donc dans lactualit le juge Lamarre Blizaire. Seule lintervention dune unit spciale de la police (BIM) lui aurait permis dchapper aux tueurs ( moto). Ceux-ci auraient t dpchs par qui ? Devinez. A lactualit juge Jean Serge Joseph rpond lactualit juge Lamarre Blizaire.

PAGE 8

Page 8 HUMANA rfntbnt rtrtttn ttfft tttrntn tttt tttnt tntt ntn ntntrtt ttt rntt nt nf rfnntbbf tntnnt tt tt nt n rrrrfnr tfbrrrrrrffHumana se yon plan pou Swen Kowdone ki siyen kontra avk Medicare, epi avk pwogram Florida Medicaid la. Plan sa a disponib pou moun ki gen kk nan maladi kwonnik yo. Pou gade si w kalifye pou yon Plan pou Maladi Kwonnik ki Mande Swen Espesyal, y ap verifye dyagnostik dokt bay pou maladi nan Eta Florid. Enfmayon sou avantaj ki ekri la yo se yon rezime kout, san yo pa eksplike tout bagay sou avantaj yo. Pou plis enfmasyon, kontakte ffff

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 07 Aot 2013 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo The project, designed by the American firm MSAADA, is managed by the Business Unit Construction (UOC) of PROCHE (Proximit Catholique avec Haiti et son Eglise). The project is funded primarily by the United States Conference of Catholic Bishops (USCCB), with some contribution from the local parish. The ceremony ended with the traditional mass of the United States Ambassador to Haiti, Pamela White, said she is noticing progress in several developing areas in the country. White praised the U.S. contribution in Haiti in several areas including agriculture, health and job creation. In an interview with journalists on Friday marking ambassador noted an improvement in the manufacturing sector in Haiti. Many jobs have been created, and exports are up, said White. The upcoming opening of the free zone in the commune of Carrefour will create 2,500 jobs, she said. The signing of a second agreement regarding the Caracol Industrial Park (CIP), already providing 1,400 jobs, will create 1,420 more, she added. In addition, the U.S. diplomat stressed the contribution of her country through USAID in the development of certain areas, notably in agriculture. She also provided an update on the programs Feed the Future North and Feed the Future West, designed to improve agricultural production in Haiti. The Feed the Future North project aims to stimulate economic growth in promising agricultural areas of northern Haiti, while developing local businesses that will direct USAID partners. According to USAID, FTFN is a project of 88 million plantains, and cocoa. FTFN is following the footsteps of the Feed the Future West project, which has helped more than 30,000 farmers to date in the Cul-de-Sac corridor, St. Marc around Portau-Prince. White announced that the U.S. government is seeking ways to work more directly with the Haitian government, as is the case with the U.S. contribution in the reconstruction of the State Hospital of the University of Haiti. When asked about possible support from her country to the Ministry of Defense to bring back the Armed Forces of Haiti, White said that the U.S. government has decided to support the Haitian National Police (HNP), which is the most important force for the country. White praised the United States in strengthening the HNP, which she said is becoming increasingly more professional. A man in his sixties, by the name of Matthew Andrew Carter, was convicted Wednesday (July, 31) by a Florida court of having subjected 52 Haitian youngsters to sexual relations in an orphanage he ran. According to a report by the Associated Press, Judge Joan Lenard gave a harsh verdict and imposed the maximum sentence on the Michigan native, who left the United States on numerous occasions to have sex with minors and attempted to bring other men, pedophiles like him, to Haiti, in an effort to establish sex tourism in Haiti. Matthew Andrew Carter, who was also called William Charles Harcourt and Bill Carter, ran the Morning Star Center from 1995 until his arrest in 2011 at Miamis International Airport following complaints. Located initially in Croix-des-Bouquets, the agency, which received many poor children, had later moved to the center of the capital. Former residents of Morning Star testified by correspondence during the trial, revealing that they were regularly forced by Carter to engage in sexual acts in exchange for receiving food, clothing, toys, shelter or the money to pay for their studies. As an American, I want to tell the victims of these crimes that the United States offers its apology and that this is not America declared Judge Lenard during the verdict. A total of 52 Haitian children, mostly boys, were victims of frequent sexual abuse by Matthew Andrew Carter. Some girls were also part of the group. Carters lawyers who, like their client, protested against the verdict have only fourteen days to appeal the courts decision. The Haitian government and the International Health Group for Haiti signed an agreement on Thursday, in the amount of 41,480,000 dollars, for the reconstruction of the State Hospital of the University of Haiti (HUEH), learned Haiti Press Network. This event was attended by the Ambassadors of the United States, France, Spain, the Ministers of Economy, Finance and Public Health, and the public in a conference room of the Ministry of Economy and Finance on Thursday, August 1st. This signed agreement is part of a program with a total budget of 83.2 million dollars from USAID funding ($ 25M) the Church of the Sacred Heart (Sacr Coeur) of Turgeau took some devout believers. The new church will accommodate 1,500 worshipers sitting and should have an area of 1,900 square meters, with a basement containing several multipurpose spaces. The basement can be used for conferences, receptions, and classes, thus enabling the parish to raise money for the churchs upkeep. the French Development Agency ($ 25M), and the Republic of Haiti ($ 33.2m). Since its founding 30 years ago, Harlem Stage has burnished its reputation by presenting innovative artists like Bill T. Jones and Vijay Iyer and plumbing social issues. commission and an ambitious, contemporary work revolving around the leader of an 18th-century slave revolt in Haiti will But the group faces large hurdles. For starters, Harlem Stage still needs to raise about $500,000 for its plan to produce and tour the multimedia opera in the United States, Haiti and South Africa once it has its premiere next fall at the companys 196-seat performingarts center, called the Gatehouse, at 135th Street and Convent Avenue in Hamilton Heights. While Harlem Stages works have traveled before, it has never before taken sole responsibility for producing and touring. There are also a host of practical considerations in transferring the two-hour operas video projections, animation and lighting to places like a park in Port-au-Prince. Still, Patricia Cruz, Harlem Stages executive director, and producing partners for the organization, which has an annual operating budget of around $3 million. And between the upheaval in Egypt, immigration debates and the fallout over the killing of Trayvon Martin, she said the times were right to use the escaped slave and rebel Franois Makandal to explore questions about immigration, race and liberation. It is super-ambitious, Ms. Cruz said of the project. In order to advance our work and the artists we present, we need to do more not just in the Harlem community or just in New York. She said the opera form allows its creators to mix the mythic, the historic and contemporary tragedies with the idea of hope and the idea of change. (FELICIA R. LEE) The International Iguana Foundation (IIF) is working closely with the Haitian community in the village of Anse-aPitres, near the southern Dominican border [located within the corridor of Massif de La Selle-Jaragua-Bahoruco-Enriquillo], to create a municipal wildlife reserve to save the Ricord iguana, a critically endangered species and which is essential for the reforestation of the region. The Ricord iguana (Cyclura ricordii) is known to exist only in the south-central part of the island of Hispaniola. The species is restricted to the arid valley of Neiba and the dryer portion of coastal land on the Barahona Peninsula. The total habitat area of the Ricord iguana on Hispaniola is less than 100 km2, most of it showing varying levels of disturbance. In Haiti, the species was considered extinct until 2007, before the biologist Ernst Rupp, working with the International Iguana Foundation (IIF) and Grupo Jaragua, discovered a small stretch of beach where a pregnant female was seen and iguana nests were found in Anse-a-Pitres. Anse-a-Pitres in several coastal mangroves in sandy valleys, and surrounding limestone hills covered with dry forest, where the species burrows into the ground. Its habitat currently covers about 15 hectares, and there are other areas further north being explored where the species is suspected to be present as well, which would expand the area to 25-30 hectares. Josette Darguste, the Minister of Culture hosted Marco Antonio Fraire, Mexican Ambassador to Haiti, and Daniel A. Camara Avalos, embassy staffer. Avalos presented gastronomic exhibition planned in Port-au-Prince from October 13 to 27, 2013. Argentina, Brazil, Chile, Spain, Haiti, Mexico and the Dominican Republic will participate in the Festival. The Ministry of Environment advised that the order adopted on July 10 th 2013 banning the production, import, marketing and use, in any form whatsoever of polyethylene bags, by products, and Styrofoam single use items, such as plates, cups, bottles, and bags took effect on August 1 st 2013. As of this date, any shipment of packages containing such items will be confiscated by Customs authorities and the owners punished according the provisions of the Customs Code. Thousands of foreign students in the Dominican Republic, most of whom are Haitian, will have to wait about 90 days to see if their visas will be renewed by the Dominican Chancery. student visas, but we were told that we should wait 90 days, said a student at Espacinsular. According to newspaper reports, these students, who are very concerned about this situation, indicated that without a visa, they have no way to prove their status in this country, and that the Dominican immigration authorities may at any time decide to expel them. This could affect many of us, because we are in the midst of exams, they added.

PAGE 11

Page 11 ANNONCES DIVERSES Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour comptemment runi en son htel de Justice, a rendu en audience publique et en ses attributions civiles le jugement suivant entre le sieur Joseph Avril et le sieur Mose Joseph dont le dispositif dudit jugement est ainsi libell : PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs en avoir dlibr conformment la loi maintient le dfaut requis et octroy laudience susdite. Rsilie le bail liant les parties. Ordonne le dguerpissement du sieur Mose JOSEPH de la maison situe Carrefour, Cote-Plage 22 No. 426. Accorde lexcution provisoire sans caution du jugement sur le chef du dguerpissement. Le AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me Frantz MRENTUS, Juge en audience Civile et publique du lundi dix-sept Juin deux mille Treize dix heures du matin au Tribunal de Paix IL EST ORDONN ETC Pour publication : Me. Hesed Dnad JEAN BAPTISTE. Jugement rendu par le Tribunal de Paix de Delmas en date du Vendredi 24 Mai 2013 en faveur du sieur Hutch BENJAMIN ayant pour mandataire le sieur Valcourt Jean Robert contre les nomms : Willy Denaud, Odena Joseph, Do Johva et Junior Saint Pierre, tous demeurant et domicilis Delmas 24 # 13, ainsi conu : PAR CES CAUSES ET MOTIFS, le Tribunal aprs avoir dlibr au vu de la loi, accueille favorablement laction du requrant pour tre juste et fonde, maintient le dfaut requis et octroy laudience prcite, constate la mauvaise foi des cits ; Ordonne en consquence le dguerpissement des lieux des cits de la maison du requrante ; accorde lexcution provisoire sans caution sur le chef En foi de quoi .. etc Il est ordonn Etc Me. Frdric Evens, Av. Extrait des minutes du Greffe du Tribunal civil de Port-au-Prince. Le Tribunal Civil de Premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au Palais de Justice de cette Ville a rendu en audience Publique et en ses attributions civiles le jugement : ENTRE 1) Le sieur Raoul SANON, propritaire demeurant aux Etats-Unis dAmrique et CHRY du barreau de Port-au-Prince. ET 2) La dame Jean Raoul SANON ne Marie Fernande JEAN LOUIS propritaire demeurant et domicili Port-au-Prince dfenderesse dautre part : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conforme du Ministre Public accueille laction du requrant pour tre juste et fonde Maintient le dfaut octroy contre la en consquence le divorce du sieur Jean Raoul SANON davec son pouse ne Marie Fernande JEAN LOUIS pour injures graves et publiques et INCOMPATIBILLIT DE CARACTERE ; Prononce Civil de la section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; commet Wilfrid Mentor de ce Tribunal pour la RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile ordinaire et publique du Mercredi douze Juin deux mille Treize, en prsence de Yanick ODNEY, Substitut du du sige. Pour le Cabinet : Mario CHRY, Av. PAR CES MOTIFS: le Tribunal, aprs examen, sur les conclusions du Ministre Public, la dite action ; Admet en consquence le divorce du sieur Wendy NELSON davec son pouse ne Germaine PIERRE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution Pointe--Raquettes de transcrire sur les registres a ce, destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts de ce jugement. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile et publique de ce jour dix-sept Fvrier deux mille douze, en prsence de Me. SaintAneau NORZ, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre Public fonde la dite action. Admet en consquence le divorce du sieur Lookenson FEVRIL davec son pouse ne Marie Widlyne SEIDE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce Civil de la section Sud de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce RENDU DE NOUS, Me. Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi onze Avril deux mille treize, en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph PIERRE IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC COLLATIONNE Me. Nesly JEAN BAPTISTE, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions conformes du Ministre consquence le divorce des parties. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marie Rosie Dgand NICOLAS Juge en audience civile et publique en date du quatre Avril deux mille Treize en prsence de Me. Pierre Luckner SANON Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du IL EST ORDONN ETC. EN FOI DE QUOI ETC. Me. Jean Dsilhomme DENIS PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs aprs examen sur les conclusions du Ministre dclare fonde la dite action. Admet en consquence le divorce du sieur Edner BOURSIQUOT, la femme ne Marie Marlne MICHEL pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution des Sud de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommagesintrts envers les tiers sil y chet, compense les dpens ; commet lhuissier Yvon ZETRENNE de RENDU DE NOUS, Me. Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile ordinaire et publique du cinq Juin deux mille Treize, en prsence de Me. Paul Aronce VILLARD, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Homre RAYMOND, IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC .. Me. Jean PRIM PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions crites du Ministre Public, maintient le dfaut requis et octroy la barre contre Nhmy JEAN PIERRE, admet en consquence le divorce des parties. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre Evel DESTIN davec son pouse ne Nhmy JEAN PIERRE pour INCOMPATIBILITS DE registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Sully L. GESMA juge en audience civile et publique en date du dix-huit Avril deux mille Treize en prsence de Me. Nelson CILIUS Substitut IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC Me. Jean Dsilhomme DENIS Dispositif du jugement de divorce par dfaut rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince entre la dame Marie Amise MARCELON davec son poux Joseph Louis TIMAITRE. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public, entendu, maintient le action. Admet en consquence le divorce de la dame Joseph Louis TIMAITRE ne Marie Admise MARCELON, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux. Prononce Civil de la Section Est de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce sige AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, Juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi vingt-sept Juin deux mille treize en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC Me. Joseph Bazile SIMON, Av. Dispositif du jugement rendu par le Tribunal De Premire Instance de Port-au-Prince En date du Vingt Juin deux mille Treize. Entre 1) Le sieur Marc Lenoir MENTOR, demandeur Dune part ; 2) La dame Marc Lenoir MENTOR ne Tamara BALTHAZAR, dfendeur dautre part. PAR CES MOTIFS : Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action. Admet en consquence le divorce du sieur Marc Lenoir MENTOR davec son pouse Tamara BALTHAZAR pour injures graves et publiques aux torts de lpouse ; Prononce la dissolution des Section Est, de Transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts de ce jugement ; compense les dpens.AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du vingt Juin deux mille treize, en prsence de Me. Kendy JOSEPH, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph Me. Edva JOSU, Av. Dispositif du jugement rendu par le Tribunal De Premire Instance de Port-au-Prince En date du vingt Juin deux mille treize Entre 1) La dame Hudson LAMARRE ne Marie Florence FNLON, demanderesse dun part ; 2) Le sieur Hudson LAMARRE, dfendeur dautre part. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu,, maintient action. Admet en consquence le divorce de la dame Marie Florence FNLON davec son poux Hudson LAMARRE pour injures graves et publiques aux torts de lpoux ; Prononce la dissolution au-Prince Section Est, de Transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages

PAGE 12

Page 12 LIBRE PENSER ( ( ( cheminement tortueux et chaotique des Pouvoirs pour naboutir Conseil lectoral Permanent (CTCEP) charg dorganiser des lections pour les postes susmentionns au point 2. En dpit du serment dindpendance et dimpartialit des membres du CTCEP, un fort pourcentage de lopinion publique semble maintenir sa perception dun Collge divis en une majorit infode lExcutif, et une minorit engage dnoncer et/ ou djouer tout plan ventuel de mainmise et dorientation partisane des dcisions et actions de lappareil lectoral. Quelle la tenue des lections, la rcurrence attise ou intrinsque de toutes sortes de turbulences dans le ciel politique ne saurait dembellie. Les lections tant, de nature, promotrices de comptitions, elles sont donc aussi en elles-mmes gnratrices de fortes et des fois violentes oppositions entre adversaires. Des conditions doivent tre cres et des mesures prises, dbordements. Ceux qui, en tout premier lieu, ont cette mission ne sont autres que les chefs et autres reprsentants des trois Pouvoirs et du Conseil lectoral; viennent en second lieu, les dirigeants de partis politiques, les media, et ensuite les autorits de la socit. La constante succession de problmes engendrs par et au sein des Pouvoirs les affaiblit et affecte ngativement le fonctionnement de ltat et de la socit; elle contribue aussi de ltat la population. Le comble, cest lhabitude dltre de laisser pourrir les problmes, ou de les aborder sans la volont responsable et prvoyante dy apporter des solutions qui tiennent compte de toutes leurs dimensions(*). Entre ltat et les administrs dune socit sentretient une relation existentielle dinterdpendance. Le progrs dmocratique de la socit est fonction du niveau dducation gnrale du citoyen la connaissance et pratique de ses devoirs, en relation avec le cadre lgal de jouissance de ses droits et liberts. Ce progrs, pour quil soit vritablement catgories socioconomiques. Les dirigeants et les employs de ltat hatien sont les produits de la socit hatienne; une socit dont lhistoire est un maelstrom de convulsions sociopolitiques, ravageuses de vies humaines, de biens publics et de richesses naturelles du territoire. Les trente annes de terreur duvaliriste avaient fait germer et alimenter chez la ouvrir une re de paix, de progrs et de scurit dmocratiques; de mme que daucuns croyaient que les destructions massives et les centaines de milliers de pertes en vies humaines causes par le sisme du 12 janvier 2010 porteraient les gouvernants et les gouverns se dfaire des mentalits et comportements atomisants et rtrogrades. Plus dun quart de sicle aprs la chute du dictateur Jean-Claude Duvalier, et plus de trois annes aprs le tremblement de terre, la socit hatienne reste encore prise dans lengrenage des contradictions antagoniques des composantes socioconomiques de sa naissance; elle a volu dans lemprise de cet engrenage qui na jamais manqu de sadapter aux variations de sa dynamique interne et aux Les lections sont un acte de souverainet, rappellent tout moment les reprsentants des Pouvoirs, des partis politiques et dautres secteurs organiss de la socit. Il en est pourtant de mme de la politique de scurit des citoyens et du territoire national, de la politique en matire dconomie, dducation, de culture etc. Cest la Constitution et luniversalit du droit en la matire qui leur confrent cette envergure. Mais entre les textes et leurs exigences de comptences et moyens, activement engags en permanence les appliquer, se dressent des femmes et des hommes bien installs dans lengrenage historique des contradictions originelles, do ils tirent intrts le maintenir en tat de perptuel fonctionnement et reproduction. Les lections au suffrage universel direct (un des lments constitutifs de la vie dmocratique) sont elles aussi en processus dincorporation cette dynamique de circularit ou spiralit vicieuse voluant dans un champ traction vers le fond, le bas-fond. Bloquer cet engrenage ne pourrait tre que le fait dune rvolution, une rupture totale linstar de celle de de la vaste majorit bossale et leur progniture, et de lautre, a consacr lindpendance de la minorit, sang-ml et affranchis, hritire/acqureur dans lappropriation, la gestion, lexploitation et la commercialisation des biens et richesses dHati. Les armes qui ont tranch les entraves visibles de la colonisation et de lesclavage sont diffrentes des outils aptes oblitrer du mental hatien les empreintes alinantes de la colonisation et de lesclavage. Connatre et comprendre lhistoire et les contextes national et international de plus de deux sicles du mcanisme de fonctionnement et du mode dopration de lengrenage en question, sont des pralables incontournables toute tentative de sortie de son emprise. Le choix du citoyen de ses reprsentants par voie dlections est un droit dmocratique. Lexercice de ce droit en dans la capacit et lengagement de la personne de son choix, rpondre aux exigences des devoirs et responsabilits auxquels lastreindra sa fonction. Le citoyen tend indirectement cette confiance aux femmes et hommes choisis par llu pour collaborer avec lui/elle dans laccomplissement de sa mission. Les Pouvoirs dtat en rgime dmocratique sont constitus et sexercent dans un environnement politique toujours aliment par linteraction dides, dopinions ou de positions agites par et dans la socit; dans la transparence et la tolrance. Dans tous les cas, les Pouvoirs ne doivent agir/ragir qu la lumire de la Constitution et de la loi. Le mme respect des normes simposent aussi aux partis politiques et tous les autres secteurs de la socit. Il est un fait que le 29 mars 1987 la majorit du Peuple Hatien a, en toute libert et par vote, entrin le projet de dmocratie contenu dans la Constitution; il sen est suivi cependant que des gouvernants chargs par le Peuple de la mise en uvre du projet, et des groupes politiques et autres se rclamant tre de fervents dmocrates, sexpriment et agissent trop souvent en saccageurs du chantier et/ou en marrons des normes de construction de la dmocratie. imaginaire. Invente aprs-coup par un agresseur. Dans tous ces cas-l on suggre que la guerre nest pas immdiate et aurait t prcde de dmarches, disons, diplomatiques comme aujourdhui avec lIran des Ayatollah. Quoique pour Napolon, la diplomatie ne soit que la poursuite de la guerre par dautres moyens et il se flicitait mme de pouvoir y gagner beaucoup plus quen exposant ses Duvalier aux dmarches internationales lappelant abandonner la prsidence vie et tenir des lections. Alors que si Baby Doc y avait consenti, on ne serait pas aujourdhui aussi en retard sur la Rpublique dominicaine voisine dont le prsident Joaquin Balaguer, la mme poque, acceptait de laisser arriver au pouvoir un candidat de lopposition, Antonio Guzman (PRD). Michel Martelly franchira-t-il la ligne rouge ( per fas et ne fas autre expression chre Papa Doc) en refusant automatiquement une situation o il pourra diriger par Dcrets. Sauf que toutes ces explications sont encore loin de la ligne rouge. Dans une capitale de daltoniens (la maladie du daltonisme qui se caractrise par la confusion des couleurs), o tous les pitons se prcipitent quand la lumire est au vert, et les automobilistes au rouge. LHistoire dans notre pays restera-t-elle (autre expression chrie par les adeptes du Duvalirisme) un perptuel recommencement ? chers grognards. Cest ainsi que Toussaint Louverture tomba, hlas, dans le panneau. Mais Dessalines ne donna pas cette chance ses ennemis. Lui ne connaissait quune seule recette : koupe tt, boule kay. Quant au prsident Michel Martelly, sil sest entour dadeptes du Duvalirisme (et consorts) cest peut-tre parce quil aspire opposer la mme rsistance que le rgime Fusion a inform Mme Beauzile, avant de souhaiter la continuit de telles initiatives de sensibilisation dans lintrt de la dmocratie en Hati. Le professeur Michel Soukar qui vient de publier deux ouvrages dans le cadre de la collection des textes retrouvs des ditions C3 de Horace Pauleus Sanon, un historien hatien du Sud, sest entretenu durant plusieurs minutes avec lassistance autour du cheminement de la pense librale dmocratique en Hati du 19e sicle nos jours seulement davoir des liberts publiques, il faut organiser les pas, il faut aussi des institutions fortes pour garantir lexercice de ces liberts a-t-il dclar. Selon Mme Marie Laurence Jocelyn Lassgue, ces rencontres avec les partis permettront aux reprsentants de sur des comptitions lectorales honntes, crdibles et dmocratiques. Les changes, le partage dides entre les diffrents partis politiques sont trs important. Je pense que cest une bonne initiative qua pris IDEA International a estim un participant. HPN. Aux USA et au Canada, coutez Melodie FM sur votre cellulaire :

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL ENVIRONEMENT ? (3) Ce passage que jai cit il y a deux semaines (voir HEM Vol. 27 # 27 du 24-30/07/2013) est tir dun document distribu le CTA (Centre Technique de Coopration Agricole et Rurale des Pays ACP-UE) en mars de cette anne, Bruxelles, sur le thme : U Pour Jean Andr Victor, on peut considrer cinq catgories de chocs : amricaine, substitution de produits naturels par des la pression dmographique. Victor parle en effet du cercle DONNER, Wolf. 1980. Hati. Naturra umpotentiel und entwicklung, Ed. Herst Erdmann, Tubingen) utilisation abusive des sols contre leur vocation naturelle en Un peu plus loin, il va reprendre lide en donnant plus de dtails. AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN S OCIO CULTUREL E NVIRON NEMENTAL I NFRA STRUCTUREL E CONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN Pression d mographi que II S OCIAL ET CULTUREL III E NVIRON NEMENTAL Agriculture de montagne IV INFRASTRUCTUREL I mbroglio foncier M orcellement excessif des exploitations V E CONOMIQUE ET FINANCIER Rduction des jachres VI POLITIQUE Politique agricole stress, crises et chocs dans le cas de lagriculture. La rponse nous est fournie par Jean Andr Victor dans le document intitul : LA RSILIENCE DE LAGRICULTURE CHOCS PROVOQUS PAR LHOMME ET LES CATASTROPHES NATURELLES distribu loccasion du briefing organis par la PROMODEV le 27 fvrier sur le thme : Une agriculture rsiliente face aux crises et aux chocs : le cas dHati (voir HEM Vol. 27 # 28 aujourdhui, la demande de croissante, plus de terres ont t dans lutilisation des sols pestes et des maladies animales du 31/07-06/08/2013). Dj le titre du texte donne une indication, il est question des CHOCS PROVOQUS PAR LHOMME ET LES CATASTROPHES NATURELLES, mais la suite du texte entre dans le dtail. En tout premier lieu, il convient de Pour le moment je vais laisser de ct les chocs provoqus par les catastrophes naturelles et ne considrer ceux provoqus par lhomme que nous avons peut-tre de plus grandes chances de matriser. arables et terres urbanisables, systme obsolte de poids Voil un beau catalogue et je crois que tous les problmes de notre agriculture sy trouvent ; il y a cependant un facteur qui aggrave limpact de ces chocs, il sagit de Personnellement, cela fait longtemps que je me dis que cest partir de la seconde moiti du 19 me sicle que les conditions de vie dans le pays en dehors ont commenc semblerait que nous ayons l un lment de rponse. En tout cas, on me permettra de revenir avec mon cadre de rfrence de manire donner tous les chocs rsilience. Bernard Ethart ( HUEH ( en marche ske w bay Kabwt Resiklaj ou an Sa l BezwenPou bay Kabwt Resiklaj ou an sa l bezwen, e pou byen konnen kisa ki ka resikle e ki pa ka resikle, rele 3-1-1 oswa ale sou www.miamidade.gov/publicworks. F konenans kabwt resiklaj Konte Miami-Dade ou an. Rezidan yo gen senk an depi yap bay kabwt resiklaj yo an sa l bezwen. Kouman yo f sa? Nan ba yo pliske 288,500 tn papye jounal, atik an plastik, an kristal, an asye ak an aliminym tout pou resikle. Men se pa tout bagay pou w mete nan kabwt resiklaj ou an. Pa mete sache plastik, anbalaj mous, oswa kawotchou jaden Men nou ka resvi ak bagay sa yo ank oswa mete yo nan kabwt fatra nmal yo. Nap selebre 5ym anivs resiklaj yon sl kabwt Aprs le sisme du 12 janvier 2010, les Etats-Unis et la France avaient en effet propos leur aide au Gouvernement Hatien pour la reconstruction de lHpital de lUniversit dEtat dHati (HUEH) et un protocole daccord avait t sign cet effet entre les trois partenaires en septembre 2010. Le Ministre de la Sant Publique et de la Population a dlgu lUnit Technique dExcution (UTE) du Ministre de lEconomie et des Finances la conduite de cette opration complexe et ambitieuse. Des travaux prliminaires de dmolition et dexpertise des btiments ont eu lieu jusquau printemps 2012. Puis, des travaux de rhabilitation du service des urgences et de la maternit ont permis damliorer la qualit de ces services. Paralllement des tudes de programmation ont t menes en concertation avec les responsables et les chefs de service de lHUEH, puis des dossiers techniques ont t labors pour permettre de lancer un appel doffre international le 11 septembre 2012. Construit selon les normes parasismiques et anticycloniques, le nouvel hpital offrira 534 lits dhospitalisation. Les btiments neufs reprsenteront 20 000 m2 et la surface btie totale de lhpital 25 800 m 2 Ltablissement hospitalier totalement rnov doit tre livr en 2016. Fidle lobjectif de reconstruire en mieux fix aprs le sisme, le programme de reconstruction de lHUEH vise galement et durable de loffre de soins, passant par certaines rformes et la formation des personnels. particulirement touchs par cet accord, a fait savoir l`ancien vice-recteur aux affaires acadmiques de l`Universit d`tat d`Hati. Wilson Laleau a indiqu que cet accord devrait galement contribuer l`augmentation du volume et amliorer la qualit des produits vendus sur le march tout en alimentant le programme national de cantine scolaire. Le directeur gnral du Ministre de l`Agriculture, des Ressources Naturelles et du Dveloppement Rural (MARNDR) Pierre Guy Lafontant a salu la signature de cet accord qui, a-til fait savoir, facilitera l`exploitation de plus de 2000 hectares de terres dans le dpartement du Sud. Il informe que cet accord devrait contribuer au renforcement des services techniques du MARNDR. Pour sa part, l`Ambassadeur franais en Hati a renforcement de la scurit alimentaire dans le pays. Soulignant que ce projet vise la redynamisation des signature de cet accord est un signe de l`importance de l`aide europenne en faveur du dveloppement du pays. De son ct le charg d`affaire de lUE en Hati Joao De Santana a fait savoir que l`organisme qu`il reprsente dans le pays se sent trs concern par les questions portant sur la scurit alimentaire en Hati. Il a renouvel l`engagement de l`UE en faveur de l`adoption des stratgies efficaces pour redresser la barre dans le domaine de la scurit alimentaire.

PAGE 14

Page 14 HORIZONTAL 1. De ce cot Un des premiers succes du groupe Zin 2. Du serpent 3. Caravane 4. Tenu 5. Jeu de dexterit 6. Science destine lorigine au trac des cartes 7. Non Pronom indtermin 8. Souhaitent. VERTICAL 1. Rgion de France visite par Francois Hollande Vendredi pass 2. Moules 3. Tomb Monoxyde de soufre 4. Lgume, pice et condiment Nombre hexadcimal reprsentant 237 en dcimal 5. Sensation dsagrable 6. Entend Exasiemens 7. Rclamation faite en justice 8. Mammifre longues oreilles Peroit. DECA#OPA OPHIDIEN ROULOTTE DU##U#I# OSSELETS GEODESIE NE##U#ON ESPERENT Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeCREATIF D E B A I E U Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de ERODES PAUMER en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sSwart Donges Naude Fouche de Klerk Diederichs Viljoen Vorster Botha Mandela Mbeki Motlanthe ZumaGENEES RENEES RENNES BENNES BONNES BORNES BORNERERODES PAUMER D N A U D E U V D F S I V I L J O E N D I K E B M R K A S B J E Z D S L L W O S I H Z T E E A T P A V I E R D R H S Y C A R K N T A I V W M D N A A F O U C H E M M O T L A N T H E Z U M A D O N G E S intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret compense les dpens.AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du vingt Juin deux mille treize, en prsence de Me. Kendy JOSEPH, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec Me. Edva JOSU, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal jugeant au voeu de la loi, statuant uniquement par dfaut et charge dappel, maintient le dfaut octroy laudience du 22 Mai 2013 pour faute de comparaitre. En consquence, adjuge les conclusions de la partie demanderesse pour tre juste et fonde. Dit et dclare que les cits en faisant opposition aux travaux de construction de ltage de la maison du requrant a troubl sa possession et les considre comme fauteurs de trouble. Fait injonction aux nomms Toussaint Junior DORLANS, Clmence Dorlans et Fabienne Dorlans ne plus troubler tant prsent qu lavenir la possession du requrant, maintenir ce dernier dans sa possession de son terrain, condamne les cits payer au requrant la somme de VINGT MILLE GOURDES de dommages-intrts pour les prjudices subis et en outre les condamner aux frais et dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Me. Wilner JEAN, juge en audience civile et publique du mercredi Pour publication : Me. Aunondieu GESTE, Avocat. NIF : 001-461-030-9 Extrait des minutes du greffe du Tribunal civil de Port-au-Prince Le Tribunal civil de Premire Instance de Port-auPrince, comptemment runi au Palais de Justice de cette ville a rendu en audience publique et en ses attributions civiles le jugement : ENTRE 1) Le sieur Lufrans JEAN, propritaire, 946-331-0 ET 2) La dame Lufrans JEAN ne Miguelina ANGERVIL propritair, demeurant et domicilie Port-auPrince dfenderesse dautre part : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public accueille laction en divorce du sieur Lufrans JEAN pour tre juste et fonde maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse Admet en consquence le divorce du sieur Lufrans JEAN davec son pouse ne Miguelina ANGERVIL pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens de lEtat Civil de la Section EST de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Sony JEAN BAPTISTE de ce Tribunal RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT Juge en audience civile, ordinaire et publique du Mercredi trente Janvier deux mille treize en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL Substitut du Commissaire du Gouvernement de du sige. Pour la publication : Me. Louis Jeune LOUIS, Av. consternation et impuissance, les effets corrosifs de la vulgarit et de lindcence, la banalisation bambocharde de la chose publique, lirresponsabilit rige en mthode de gestion, dautres substances nocives ne propageraient pas des miasmes susceptibles de stendre, pour les corrompre, aux autres institutions de lEtat. on ne saurait comprendre pourquoi, en plein dbordement caravacheur Michel Martelly ma envoy ce message ahurissant, sans ambigit, quant ma prtendue intention de prparer un coup dtat contre lui. Laffaire aurait pu provoquer une hilarit gnrale, mais il sagit de prendre ces propos insenss au srieux et les placer sur une chelle descalade dont les tapes sont encore inconnues, mais elles sont charges de virtualits menaantes. Cette attaque frontale me vise directement mme sil na pas prononc mon nom et je me demande pourquoi: une dame, ancienne premire dame dont le mari a t prsident et qui a subi un coup dtatOn ne saurait tre plus clair. Elle vise aussi le parti dont jai lhonneur de prsider aux destines comme Secrtaire Gnrale, mes collaborateurs immdiats ainsi que les dirigeants de partis avec lesquels nous sommes en train de construire une opposition crdible, srieuse; car lalternative. Le RDNP a dj rpondu une telle vilenie. Je remercie les militants de partout, en Hati et Jadresse aussi ma gratitude aux membres des partis solidaires, la presse, aux institutions de la socit civile, aux parlementaires, mme aux citoyens proches du pouvoir en place, mais gagns par lcurement ou anims de la volont tous ceux qui ont tenu sexprimer publiquement ou en priv pour critiquer vertement cette accusation farfelue mais marque au coin de la plus vidente iniquit, je dis merci. En fait, quest-ce qui a fait sauter Michel Martelly comme un cabrit en furie ? Un coup dtat en gestation ? Mais navait-il pas dclar, avec un peu de cabotinage imprudent, quil tait labri dune telle msaventure car il tait protg par les troupes de la MINUSTAH? Il faut croire que mes amis et moi nous disposerions de moyens militaires et logistiques capables de vaincre les units onusiennes. Cest le cas de le dire: Soyons srieux! Michel Martelly perd le sommeil, semble-t-il car, malgr ses rodomontades, ses programmes qui exploitent la misre populaire sous le prtexte dmagogique de laltrer, il sait bien que le pouvoir qui lui a t octroy dans des conditions que lon sait, vacille sur ses bases et quil ne contrle pas ce corps complexe que lon appelle lEtat. Mais par arrogance, il en a le sentiment mais pas lintelligence de concevoir une convient son temprament, ses habitudes. Aussi, vogue-t-il de btise en faute et cette saga nest pas termine. Je ne prside aucune tentative de coup dtat, et je me demande o se trouvait Michel Martelly en 1991 et en 2004 Mais je me place rsolument contre un rgime qui dilapide les fonds publics, ne respecte pas les rgles les plus lmentaires de la convenance publique et de la gestion de lEtat. Michel Martelly fait face des problmes naturels ou quil suscite lui-mme, en pyromane plus quen pompier, mais au lieu de sefforcer de les rsoudre, il enfonce le pays dans une course vers labime. Les lections ? Ben voyons, il ny a qu les raliser selon la loi de 2008! Apparemment aucun de ses super en 2010, quelle ne tient pas compte de la Constitution ellemme maladroitement amende, comme par exemple le quota de 30% en faveur des femmes. Mais les Article 231, et 232 servent ses desseins, en fait, un coup dtat programm contre le Parlement, en janvier 2014. Ce quil y a dintressant dcouter ses lucubrations pour savoir ce quil prpare. Il est probablement madr, mais il ne dmontre pas dintelligence politique et on se demande combien de ses collaborateurs, qui nosent pas le contredire, se rendent compte quil les entraine dans sa chute. Cest le cas de leur dire: Rveillez-vous avant quil ne soit trop tard Peuple Hatien, Nous du RDNP, nous navons pas peur. Martelly dispose de divers instruments de la Puissance Publique, de certains lments de lAdministration alors que nous savons que la grogne encore passive gagne plusieurs secteurs. Je le dis avec calme et srnit: peur Je sais que la politique telle quelle se pratique, rserve des dangers et je sais que nimporte quoi peut marriver; de vulgaires tracasseries des actes contre ma personne ou celle que chrtienne. Et je crois en la perspicacit de la nation, ce qui ne mempche pas detre vigilante. Jen appelle mes compatriotes: quelque soit ce qui marrive, ne cherchez pas les coupables. Cette attaque est un acte avant-coureur dautres plus dommageables venir. Le combat que je mne comporte des risques face un personnage qui ne respecte rien. quun peuple a le gouvernement quil mrite. Le pays a eu la malchance de se voir imposer Michel Martelly. Mais aucun madichon ltablissement de ltat de droit, base de la dmocratie, de la gestion des affaires de lEtat, de faire en sorte que cette parodie de pouvoir sachve. ( Aux USA et au Canada, coutez sur votre cellulaire :

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT L nou konsidere atik 5, 24-3, 40, 213 Konstitisyon 1987 amande a; L nou konsidere entwodiksyon Konstitisyon 1987 amande a; L nou konsidere Sikil 31 janvye 1987 Minist Levasyon Nasyonal te voye nan tout lekl pou montre kijan pou ekri kreyl ayisyen an; L nou konsidere reyalite lengwistik peyi dayiti kote tout popilasyon an pale kreyl, konprann kreyl epi viv tout lavi li an kreyl; L nou konsidere dwa popilasyon an genyen pou li viv nan lang li san rezv kit se nan pale kit se nan ekri; L nou konsidere pwoblrn edikasyon nan peyi dayiti se yon bary pou popilasyon ayisyen an -f devlopman politik, ekonomik, sosyal peyi a; L nou konsidere edikasyon ak alfabetizasyon popilasyon ayisyen an dwe ft nan lang li; L nou konsidere Leta dwe svi ak lang kreyl la nan plizy domn tankou dornn lasyans ak teknoloji; L nou konsidere se responsablite Leta Ayisyen pou li asire pwogr ak devlopman popilasyon ayisyen an nan tout sans; L nou konsidere Leta ayisyen dwe veye pou tout enstitisyon prive kou piblik bay popilasyon ayisyen an svis nan lang kreyl; L nou konsidere Leta ayisyen gen responsablite pou li kreye enstitisyon ki pmtt lang kreyl la devlope pou fasilite entegrasyon tout popilasyon ayisyen an; L nou konsidere nesesite pou Leta kreye Akademi Ayisyen an, ba li estati, misyon ak fonksyon li, jan Konstitisyon 1987 la mande li; L nou konsidere Akademi Ayisyen an se yon enstitisyon nasyonal ki gen konpetans pou travay sou lang kreyl la jan konstitisyon an mande li; L nou konsidere Akademi Ayisyen an dwe garanti dwa lengwistik tout Ayisyen sou sa ki konsne lang kreyl la; L nou konsidere deklarasyon Komite Inisyativ pou mete Akademi Ayisyen an kanpe nan dat 28 oktb 2010, ki mande kreyasyon akademi ayisyen an jan atik 213 Konstitisyon peyi a egzije l; L nou konsidere rezolisyon Klk Entnasyonal sou Akademi Ayisyen an nan dat 29 oktb 2011, kote divs enstitisyon nan peyi a mete yo dak sou wl, ganizasyon ak fonksyonman Akademi Ayisyen an; L nou konsidere ke yon Akademi Kreyl Ayisyen ap fasilite aks a konesans inivsl. Pou tout rezon sa yo e -apre yon seri konsiltasyon avk plizy sekt enterese nan zaf sa a, prensipalman komite inisyativ pou mete kanpe Akademi Kreyol Ayisyen an, nou menm Senat Jean William JEANTY, Westner POLYCARPE, Jean Maxime ROUMER, Franois Lucas SAINVIL, Simon Dieuseul DESRAS, Lwa sa a kreye Akadcmi Kreyl Ayisyen an jan Konstitisyon 1987 amande amande 1 nan atik 213 ak 214-1. Konsey Akademisyen yo ka deside transfere li nenpt kote sou teritwa nasyonal la si sa neses. Akademi Kreyl Ayisyen an se yon enstitisyon leta. Li endepandan e li kouvri tout peyi a. Li gen karakt administratif, Akademi Kreyl Ayisyen an se yon enstitisyon leta ki gen konpetans pou li travay sou lang kreyl la jan Konstitisyon 1987 amande l egzije l. Li la pou garanti dwa lengwistik tout Ayisyen sou tout sa ki konsne lang kreyl la. Akademi Kreyl Ayisyen an se referans pou lang kreyl la nan peyi dAyiti, kit nan pale, kit nan ekri, nan enstitisyon leta kou prive. Akademi Kreyl Ayisyen an gen pou li: a) Pran tout dispozisyon pou tout enstitisyon leta kou prive fonksyone nan lang kreyl la selon prensip, regleman ak devlopman lang nan; b) Pran tout dispozisyon pou ankouraje enstitisyon ak moun k ap pwodui nan lang kreyl la suiv prensip ak regleman lang nan; ch) Pran tout dispozisyon pou ede popilasyon ayisyen an jwenn tout svis li bezwen nan lang kreyl la. d) Pran tout dispozisyon pou ede epi ankouraje tout biwo leta kit se pouvwa egzekitif, kit se pouvwa legislatif kit se pouvwa jidisy respekte Konstitisyon an nan zaf lang. e) Svi km referans pou lang kreyl la pou tout sa ki konsne estandadizasyon lang nan kit se nan peyi dAyiti kit se nan lt peyi kote Ayisyen yo tabli; f) F tout sa ki neses pou Ayiti jwe wl li km lid nan monn kreyolofn nan. Akademi Kreyl Ayisyen an granmoun tt li devan resous neses pou Akademi Kreyl Ayisyen an fonksyone komsadwa, Akademi Kreyl Ayisyen an gen dwa chche lajan epi resevwa tout lt kaliteresous li bezwen pou li fonksyone. yo selon prensip kontablite piblik. Akademi Kreyl Ayisyen an genyen misyon pou li: a) F tout sa ki neses pou ankouraje pwodiksyon nan lang kreyl ; b) Ankouraje eksperyans pp la ap f nan dekouvt, nan kreyasyon, nan pwodiksyon lap f an kreyl, kit se pwodiksyon oral, kit se pwodiksyon ekri; ch) F tout sa ki neses pou f kreyl la gen bonjan reyonman ak prestij nan je popilasyon ayisyen an ak nan je lt popilasyon yo ; d) Travay epi siveye pou gen relasyon ki byen balanse nan jan enstitisyon yo ap svi ak lang yo nan sosyete a ; e) Travay pou enstitisyon leta yo aplike Konstitisyon an nan f) F pwopozisyon sou Fason moun kapab svi ak lang kreyl la nan kominikasyon piblik nan peyi a. g) Ankouraje travay sou devlopman zouti tankou gram, diksyon, leksik nan tout domn; h) Ankouraje travay sou pwogram fmasyon teknik pou tout sekt ki bezwen fmasyon avanse nan lang kreyl; i) F envant tout moun k ap travay sou lang kreyl ak espesyalis nan tout domn k ap pwodui nan lang kreyl; j) F envant pwodiksyon k ap ft nan lang kreyl ak pwodiksyon sou lang kreyl anndan peyi a kou dey; k) Ankouraje epi pwopoze bonjan travay rechch sou tang kreyl la; l) Travay pou enstitisyon rejyonal yo svi ak lang kreyl la pou entegrasyon popilasyon kreyolofn yo. Nan akonplisman misyon li, Akademi Ayisyen an genyen pou li : a) Bay rekonesans piblik, rezilta rechch ak, tout travay ki ft sou lang kreyl la tankou envant, diksyon, travay sou sentaks, tminoloji, leksik, fonoloji, regleman sou otograf ak lt zouti enptan pou lang nan ; b) Bay rekmandasyon sou ankt ak travay ki dwe ft sou lang kreyl la tankou envant, diksyon, travay sou sentaks, tminoloji, leksik, fonoloji, regleman sou tograf lang nan, ak lt zouti enptan pou lang nan ; ch) Bay konsiltasyon epi svi referans sou sa ki konsne lang kreyl la ; d) Bay rekmandasyon ki neses sou jan pou yo svi ak lang kreyl, epi sou travay ki dwe ft pou lang kreyl la kontinye svi popilasyon ayisyen an nan dekouvt, nan kreyasyon, nan pwodiksyon oral oswa ekri; e) Pran desizyon ki neses sou sa ki konsne misyon Akademi Kreyl Ayisyen an. Akademi Kreyl Ayisyen an ap fonksyone ak kat (4) gan: a) Yon Konsy Akademisyen; b) Yon Konsy Administrasyon; ch) Yon Konsy Konsiltatif; d) Yon Sekretarya Egzekitif Konsy Akademisyen an se pi gwo otorite Akademi Kreyl Ayisyen an. Se li ki dwe bay oryantasyon pou Akademi an fonksyone kmsadwa. Konsy Akademisyen an gen pou li: b) F eleksyon pou chwazi manm Konsy Administrasyon yo; ch) Pran desizyon kraze Konsy Administrasyon an si sa ta neses apre dizon 2/3 nan Konsy Akademisyen an; d) Konvoke Konsy Administrasyon an pou mande li rann kont sou travay l ap f. Konsy Akademisyen an reyini chak ane nan seyans odin sou envitasyon Konsy Administrasyon an, epi nan seyans ekstwdin chak fwa sa neses. Konsy Akademisyen an kapab pran desizyon komsadwa l 2/3 pou piti nan manm li yo prezan nan seyans lan. Si yo pa jwenn kowm, Konsy Akademisyen an ap reyini nan yon del 15 jou fran. Si apre de (2) seyansyo pa rive jwenn kowm, Konsy Akademisyen an kapab pran desizyon kelkeswa kantite manm li ki prezan. Pou yon desizyon nan Konsy Akademisyen an pase, fk majorite manm ki prezan nan seyans lan vote pou li (sa vle di mwatye manm konsy Akademisyen an plis youn). Akademisyen p ap travay pou lajan, li pa gen sal, jan atik 214 Konstitisyon 1987 amande a mande li. Pou yon moun vin gen tit Akademisyen, li dwe: b) gen 40 lane pou pi piti ; ch) ap jwi dwa sivil ak politik li, epi li pa gen pwoblm ak lajistis ; d) moun ki travay, ki f rechch nan lang kreyl la osnon sou lang kreyl la; ki pwodui an kreyl osnon sou lang kreyl bon jan travay ki gen bon jan val pou avansman ak devlopman lang kreyl la; d) moun sosyete a deja rekont zv li ap f pwomosyon pou avansman Lang kreyl la. . Kantite Akademisyen yo nan Akademi Kreyl Ayisyen an se 33 pou pi piti, 55 pou pi plis. Akademisyen yo ap soti toupatou nan peyi a nan tout domen. Se enstitisyon ki ap travay sou lang kreyl la k ap pwopoze moun sa yo. Se enstitisyon ki fme Komite Inisyativ pou mete Akademi Kreyol Ayisyen an kanpe ak enstitisyon ki te aktif nan oganize Kolk oktb 2011 lan, k ap gen pou chwazi premye manm yo nan lis yo va resevwa. Enstitisyon sa yo se: Inivsite Leta d Ayiti, Minist levasyon Nasyonal ak Fmasyon Pwofesyonl; Minist Kilti; Fakilte Lengwistik Aplike (FLA); Jounal Bon Nouvl, Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan Ayisyen; Sosyete Animasyon ak Kominikasyon Sosyal (SAKS). Se Konsy Akademisyen an ki ap genyen pou chwazi lt manm ki pou rantre yo. Akademisyen yo kapab soti nan nenpot sekt, nan nenpt kote nan peyi a, depi yo respekte kondisyon ki nan atik 20 an. Yon moun Akademisyen pou lavi diran, tout Akademisyen se manm Konsy Akademisyen an. Yon Akademisyen pdi tit li l li pdi dwa sivil ak politik li, l li pa respekte prensip etik Akademi an tabli. Si yon Akademisyen demisyone, oubyen mouri, oubyen gen gwo pwoblm sante ki f li pa ka fonksyone, Konsy Akademisyen an ap gen pou ranplase l dapre regleman entn Akademi an. Konsy Akademisyen an ap tabli Regleman fonksyonman entn li ak yon Kd etik li jan lalwa mande li. Konsy Administrasyon fme ak st (7) Akademisyen ki soti nan eleksyon ki ft anndan Konsy Akademisyen yo. Manm Konsy Administrayon an p ap travay pou lajan men yo va genyen prim pou reyinyon. Konsy Administrasyon an svi entmedy antKonsy Akademisyen an ak Sekretarya Egzekitif la. Konsy Administrasyon an gen pou li: a) Bay oryantasyon estratejik; b) Apwouve plan Aksyon Sekretarya Egzekitif la; ch) Apwouve bidj Akademi an selon bezwen chak svis; d) Sanksyone rap Sekretarya Egzekitif la; e) Bay dizon li sou regleman entn Akademi an; f) Pran tout kalite mezi pou asire bon fonksyonrnan Akademi an; g) Prezante rap travay li bay Konsy Akademisyen an. . Konsy Administrasyon an gen pou li reyini chak twa (3) mwa. Nan denye reyinyon pou lane a, li ap envite reprezantan twa pouvwa yo (egzekitif, lejislatif, jidisye) km obsvat. Konsy Konsiltatif la ap gen de (2) kalite manm : yon ekip espesyalis ayisyen kou etranje ki reprezante divs rejyon, yon ekip moun ki reprezante divs enstitisyon sosyal. Tout se moun ki ap travay pou pwomosyon lang kreyl nan tout kominote nan peyi a tankou nan peyi etranje. Wl Konsy Konsiitatif la se bay Konsey Administrasyon an dizon li sou travay ekip teknik la, sou kijan Akademi an ap mache, sou oryantasyon Akademi an. Se Konsy Akademisyen an ki chwazi manm Konsy Konsiltatif la sou baz nivo eksperyans yo nan domn travay yo ak nan pwodiksyon nan lang kreyl la. Sekretarya Egzekitif la se gan egzektif Akademi Kreyol Ayisyen an. Misyon Sekretarya Egzekitif la se asire jesyon estratejik Akademi an an pmanans, Sekretarya Egzekitif la gen yon Sekret egzekitif ki gen divs svis teknik sou responsablite li. Aksyon Sekretarya Egzekitif la angaje Akademi an devan lajistis. Sekrete Egzekitif la ap reponn devan Lajistis pou Akademi an. Travay Sekretarya Egzekitif la se : a) Asire jesyon ak bon fonksyonman Akademi an; b) F pwopozisyon bay Konsy Administrasyon an sou jan pou yo svi ak bidj Akademi an selon bezwen chak svis; ch) Asire nominasyon psonl Akademi an ; d) Asire aplikasyon rezolisyon ak desizyon Konsy Administrasyon an; e) Mande Konsy Administrasyon an pou ganize seyans ekstwodin si sa neses; f) Reprezante Akademi an nan peyi a tankou nan lt peyi ; g) Tabli rap ak lt enstitisyon depi sa neses; h) Patisipe nan reyinyon Konsy Administrasyon an, men li p ap gen dwa vote. Sekretarya Egzekitif la ap monte divs seksyon ak svis pou asire fonksyonman Akademi an. Akademi Kreyl Ayisyen an kreye yon gan piblikasyon ki rele Bilten Akademi Kreyl la Bilten Akademi Kreyl la ap svi pou pibliye ansanm dispozisyon, rezolisyon ak desizyon Akademi an pran sou lang kreyl ayisyen an. Bilten Akademi Kreyl la ap part yon fwa chak ane. Konsy Akademisyen an ka deside f piblikasyon espesyal si sa neses. Akademi Kreyl Ayisyen an se yon enstitisyon ki transvsal, se pou sa li ap gen pou li tabli ak kolaborasyon ak tout minist ki gen yon wl pou yo jwe nan travay Akademi an. Desizyon Akademi Kreyl Ayisyen an pran ap pibliye nan jounal Monit, nan Bilten Akademi an epitou Laprimati ap mete yo sou fm sikil pou tout administrasyon piblik la. Chak lane, Akademi Kreyl Ayisyen an ap f yon rankont travay ak chak pouvwa yo separeman: youn ak Palman an, youn ak Pouvwa Jidisy a epi yon lt la ak Pouvwa Egzekitif la sou travay yo f pandan lane a, pou pataje satisfaksyon ak pwoblm yo genyen youn pa rap ak lt epi pou diskite sou bidj Akademi an. Akademi Kreyl Ayisyen an gen pou li veye: a) Pou tout fonksyon leta jwenn fmasyon nan lang kreyl, nan yon del 3 lane; b) Pou tout lwa yo tradui nan lang kreyl nan yon del ki pa depase 3 lane; ch) Pou Palman an vote tout lwa yo ni an kreyl ni an franse nan yon del 6 mwa; c) Pou Leta pran angajman pou tout anplwaye li yo ak tout administrasyon li yo kapab fonksyone nan lang kreyl. Lwa sa a anile tout Lwa ak Dispozisyon Lwa, tout Dekr Lwa ak Dispozisyon Dekr Lwa, tout Dekr ak Dispozisyon Dekr ki depaman ak li. Lwa sa a gen pou pibliye epi pou aplike san pedi tan sou tout teritwa nasyonal la. Vote nan Sena Repiblik la, jou ki lendi 10 desanm 2012, nan 209m ane Endepandans lan. Simon Dieuseul DESRAS, Prezidan Steven Irvenson BENOIT, Premye Sekret Joseph Joel JOHN, Dezym Sekret Vote nan Chanm Depite a, jou ki madi 23 avril 2013 210m ane Endepandans lan. Gluck THEOPHILE, Premye Sekret Ogline PIERRE, Dezym Sekret

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE polyvalents. Ce sous-sol pourra devenir un lieu de confrence, de rception, de classe et permettra ainsi la paroisse de recueillir des fonds pour lentretien de lEglise. de Construction (UOC) de PROCHE (Proximit Catholique avec Hati et son Eglise). Bishop (USCCB) avec une contribution locale de la paroisse. La crmonie sest clture par la traditionnelle messe du 1er vendredi du mois. pouvoir Les avocats Newton Saint Juste et Mario Joseph ont critiqu les dmarches illgales du Juge Lamarre Belizaire qui avait mis et tent dexcuter lui-mme un mandat darrestation contre Me Andr Michel. Les juristes ont assimil ces attaques de la perscution politique contre le jeune avocat qui fait partie dun groupe davocats ayant intent une action en justice contre la famille prsidentielle pour corruption. Selon Me Mario Joseph, le juge Lamarre Blizaire devait dabord contacter le barreau auquel appartient Me Michel et se faire ensuite accompagner du commissaire du gouvernement pour excuter le mandat. Le juge se comporte plutt comme un militant politique et non comme juge et par consquent, il na pas comptence pour entendre ce dossier impliquant lavocat Andr Michel, a fait savoir Me Mario Joseph. intimider les avocats simpliquant dans la lutte contre les actes de corruption dont galement des manuvres du pouvoir en place pour lemprisonner. Nous sommes dans une dynamique de combat politique, o lappareil judiciaire est utilis comme instrument de perscution politique a dnonc Me St Juste indiquant quil compte aller jusquau bout dans ses dmarches judiciaires contre ce quil a Rappelons que le jeune avocat Andr Michel qui tait sous le coup dun mandat darrestation, a pu quitter son bureau discrtement vendredi soir alors que des patrouilles de la police avaient encercl son cabinet depuis le dbut de laprs midi. HPN